Droit et Liberté n°170 - février 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°170 (274) de février 1958
    • Fraternité quand même page 1
    • Sakiet (victimes civiles en Algérie) par Jean Cotereau page 1
    • Les Guerroudj par Jacques Madaule (condamnés à mrt en Algérie) page 1
    • Tamango deux fois enchainé (interdiction du film dans les territoires d'outre-mer) page 1
      • La vérité n'a pas de frontières par Léonard Sainville page 6
      • Brave John Berry par Paul Viera page 6
      • Qu'en pensez vous?: Robert Buron; Henri Calef; Pierre Laroche; René Maran; Fernand Grenier; Gal Petit; Pierre Paraf; Marcel Prenant; Alain Resnais page 6
    • Les chrétiens dignes de ce nom doivent s'opposer à l'antisémitisme par le R.P. Demann page 1
    • D'un 6 Février à l'autre par Georges Sarotte page 1
    • Quand Joseph vendait ses frères par Oncle Tom page 2
    • Que se passe-t-il: Zind libéré; l'antisémitisme impuni; Les factieux s'agitent; Algérie: juifs et musulmans page 2-3
    • Voici comment s'organise en France la diffusion de la propagande antisémite et antirépublicaine par J.P. Muraccioli
    • Au Palais Bourbon: charge de plastic et explosion de racisme (propos de Le Pen et Tixier-Vignancourt) page 4
    • Théâtre; Papa Bon Dieu pièce de Louis Sapin par Maurice Decraiene page 7
    • Cinéma: les dix commandements page 7
    • Treize ans après la libération de Auschwitz, émouvante cérémonie à Lyon en présence de Charles Palant page 8
    • Sur l'initiative du MRAP, le 60éme anniversaire de 'j'accuse' célébré au Panthéon page 8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 170 (274) FEVRIER 1958 50 FRANCS TAMANGO d,eux , fois enchainé FRATERNITE quand même ... Des événements spectaculaires - de plus en plus inquiétants - viennent révéler périodiquement à l'opinion publique la gravité du drame algérien et le terrible engrenage dans lequel notre pays se trouve, de ce fait, engagé. Après les informations sur certaines méthodes condamnables employés en Algérie, le bombardement de SakietSidi- Youssef, qui a causé la mort de plusieurs dizaines de femmes et d'enfants tunisiens, bouleverse la France et le monde. S ans prendre position sur l'aspect politique des pro blèmes posés, notre journal se doit d'exprimer l'émotion des antiracistes qui, profondément attachés aux· valeurs nationales, tiennent à réaffirmer la nécessité d'une solution négociée, pour que la France retrouve son vrai visage, pacifique et humain, pour que triomphe enfin, en Afriqwe du Nord, une vraie fraternité. Soucieux, comme toujours, d'unir les antiracistes de toutes tendances, nou~ ,wons dema.ndé à deux personnalités, que séparent bien des divergences sur d'autres questions, de commenter librement deux aspects brûlants de l'actualité algérienne, ,en se plaçant sur le plan, précisément, de la dignité humaine, de la fraternité . Il s'agit de l'éminent écrivain catholique M. Jacques MADAULE que nos lecteurs connaissent bien, et de M. Jean COTEREAU, animateur de la Libre Pensée, membre du Comité central de la Ligue des Droits de l'Homme. On trouvera en page 5 le point de vue d'autres personnalités de tendances diverses, qui se sont exprimées notamment à l'Assemblée Nationale. 1 A\ 11\ Il lE lr JE ne veux pas m'embarrasser de considérations politiques. j'ignore si mes positions sur la question algérienne rejoignent celles du M.R.A.P., s'il en a ct' ailleurs d' offici'elles. Je souhaiterais même qu'elles s' opposent, pour qu'ait encore plus de valeur notre accord sur l' essen tiel. L'essentiel, c'est l'aspect humain : d'es cadavres d'enfants et de femmes gisant au milieu des ruines. C'est cela qui import ~, c'ela ~eul. Bien que nos générations aient dévalué les vies humaines, à les compter p'ar unités comme des kilowatts ou des dollars. Mais il se trouve qu'une seule petite fille, née d'un père musulman, est ma plus grande joie de vivre, plus précieuse que tout l'or du monde, fut·il noir. Et je me par Jean COTEREAU suis dit ces jours-ci qu'un cours différent du destin l'aurait peut-être conduite à Sakhiet! j'ose le croire, qu'il est ainsi conformé, a fait, à la tribune dû la Chambre, des déclarations arithmétiques qui donneraient à le croire. A part cela, quelques regrets, rapides et comme de style, rien qui ait trahi une émotion, qui ait donné au monde à l'écoute l'idée que, même officielle, la France déplorait ces morts. De l'arithmétique, al-Je écrit! Il nous a été affirmé que le nombre de fellaghas tués dépassait celui des victimes innocentes. Je ne me (Suite page 5) Les Guerroudj (Voir pages 6 et 7 les articles et déclarations sur « l'affaire Tamango ll) LE 7 décembre dernier un couple d'instituteurs algériens, Abdelkader Guerroudj et sa femme Jacqueline étaient condamnés à mort, ainsi qu'Abderrahmane Taleb, par " Les chrétiens dignes de ce nom doivent s'opposer à l'antisémitisme" écrit le R. P. DEMANN le tribunal militaire d'Alger. Le motif: « complicité de tentative d'attentat contre un immeuble habité». Le tribunal avait lui-même écarté l'intention de donner la mort, car il était trop évident que les plus minutieuses précautions avaient été prises pour éviter que, si la bombe éclatait, elle causât autre chose que des dégâts matériels à la centrale électrique qui avait été visée. Les accusés avaient pris hautement la responsabilité des actes qui leur étaient reprochés. Ils ne contestaient que deux choses 1 0) la compétence du tribunal par 1 Jacques MADAULE 1 devant lequel ils comparaissaient parce que, combattants sans uniforme d'une armée qu'ils considéraient comme régulière, ils auraient dû être trai tés en prisonniers de guerre et non en malfaiteurs; 2 °) le caractère « antifrança is» de leurs acivités, estimant que l'on peut s'opposer, .fût-ce par les armes, à une certaine politique française sans être pour autant ennemi de la France. Tout cela peut être discuté, je l'admets. Mais ce qui n'est oas dicutable, c'est le caractère mons- L ES fiches de pédagogie celi - trueux de la sentence. On est gieus:: « Vérité et Vie ]), d one amené à se demander pour- destinées il la formation quoi les époux Guerroudj et leur doctrinale des éducateurs catholique, ~~;p:192.168.254.42n i::'~~t~;!bt;ap192.168.254.42é~~:~ ~~n~:~!d~;192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:31 (UTC)c s~~e (/%deca~: Nous sommes en guerre, dira- chèJe chrétienne devant les iuifs ». t-on. Pourtant, si nous étions vé- Ce texte mérite d'être connu des ritablement en guerre, il faudrait antiracistes, car il peut aider à traiter comme des soldats les combattre des préjugés souvent en - combattants de l'armée ennemie. racinés profondément. C'est justement ce que dema~ « Six millions de it';fs, écrit Je den ~ les accusés et ce qu'on leur R.P. Demann, l'iJlment d'être ex· refuse. S'il n'y a pas officielle- terminés devant tlOS yeux, en plein 20' .rièc/e. Les brimades et les pero Sentimentalité facile, dirat- on. Peut-être. J'aime autant cela qu'une hypertrophie de technique statistique ou financière. On n'a pas encore fait que le coeur soit 'remplaçable par une règle à calcul. • ___________________________________(S• u_ it_e _pa_ge_ 5_) __ Jécutions qui flllTquent presque ~ ch(lq/te page de l'j)istoir.? des iuifs 1 .1U mili!!tt des peuples chrétiens ont été aimi dép(lSSées, et en même temps de tels faits, le chrétien digne de M. le Président du Conseil, dont on a dit, méchamment, D ~ UN 6 FE' VRI ER rappelées à notre JOuvenir. Devant ~ ____________ ...: ce nom ne p~ltt pas ne pas s'interroger

nJ port.?r(/ù·il pas quelque

responsabilité, fût -elle lointaine ou indirecte, dans cetfJ histoire tragique, q1li n'est pas simplement dt, passé, fi/ais aussi présent et m'e' ûr ? Ne contribuerait-il pas, invo! nntclirement, '1 p Jrpétuer des ata- Le 6 février 1934, les « camelots du roy» se lanç~ient à l'assaut de la Chambre des Députés. Vingt-quatre ans après, leurs émules de « Jeune Nation» barbouillent sur les murs leur slogan: « Les députés à la Seine» et (comme par hasard) une charge de plastic explose au Palais Bourbon, dans la nuit du 5 au 6 février. Pour le 60e Anniversaire de •• J'accuse" Emouvant hommage à Emile ZOLA le 2 février au Panthéon (Voir notre compte-rendu en page 8) à l'autre par Ceorge.s SAROTTE (Suite page 8) l A marche de l'Histoire n'est pas rectiligne, le progrès humain n'est ni _ uniforme, ni sans coupures, et c'est par une série de bonds en avant qu'il se poursuit. Les événements historiques se succèdent par vagues inégales, suivies de reflux parfois inquiétants. La démocratie française, au cours de son développement, a subi des assauts; on l'a vu aussi s'évanouir dans des éclipses, mais grâce aux forces progressistes conjuguées, elle a toujours réapparu ensuite dans sa pleine lumière. (Suite page 4) , "'- judiciaire, l'arm~e restent, en Allemagne occidentale, truffés d'authentiques hitlériens. Ces faits graves et leur signification viennent d'être confirmés par un document confidentiel de l'organisation nazie ({ Treue Ring» (Cercle de la Fidélité). Datée du 12 juin 1957, cette ({ Lettre d'Information n° 3/57 aux chefs de groupe ({ Treue Ring», publiée d'abord à Prague, puis à Paris par quelques quotidiens, est consacrée spécialement à la question de la tactique électorale. « Notre mouvement, peut-on lire, ne doit pas obligatoirement passer dans son développement par une légalisation formelle. Dès maintenant, nos fonctionnai71es occupent des postes influents dans l'Union ChrétienneDémocrate, dans l'appareil de l'Etat et dans la Bundeswehr. (Une information spéciale sera envoyée à ce sujet.) La victoire d'Adenauer aux élections renforcera nos positions dans tous ces organismes. C'est pour- ... quoi tous les membres l,,·· du mouvement Treue Ring doivent au moment des élections au Bun des t a g, donner leurs voix à l'Union Chrétienne- Démocrate, au Chancelier Adenauer et inciter à le faire les personnes qui ne sont pas membres du mouvement. Il Après avoir attaqué au passage « la direction du ParU social-démocrate allemand et sa presse marxiste et juive », le document souligne encore : « Il est particulièrement important pour notre mouvement que le pacte de l'AtlantiqueNord ouvre des perspectives favorables à la renaissance militaire de l'Allemagne. En leur temps, tous n'ont pas compris parmi nous que les accords de Paris ouvraient la voie à un nouvel armement de la République fédérale... Il faut constamment se souvenir de la déclaration du ministre Strauss, disant que « la Bundeswehr doit servir exclusivement les intérêts de l'Allemagne et doit restaurer la puissance de l'empire allemand. » Et il précise : « En nous appuyant sur les prémis-· ses créées par la politique d'Adenauer, nous pourrons ensuite mener not1'e propre politique. Nous en finirons une fois pour toutes en Europe avec le parlementarisme à la mode juive. De nouvelles formes concrètes seront développées dans l'esprit de nos idées : en économie, en administration, en politique intérieure et extérieure, dans le régime social, dans les écoles, dans l'éducation et dans l'art militaire ... « L'Europe doit êtl'e unifiée sous direction allemande... » LE CARNET DE ·D.L. Marcel CACHIN Marcel Cachin, qui vient de mourir, et à qui le peuple de Paris a fait "-es obsèques grandioses, avait consacré sa longue vie au combat pour la Républ ique, pour la paix, pour la fraternité universelle. Alors que notre Mouvement vient de célébrer le 60· anniversaire de « J'accuse », nous éprou'vons une particulière émotion à saluer en ce compagnon de Jaurès l'un des dleyfusards de la première heure , qui apporta le pu.issant soutien des travailleurs à la défense de la Justice. Maintes fois, depuis, avec les accents convaincants que lui inspirait son ardent humanisme, Marcel Cac.hin eut l'occasion de dénoncer l'antisémitisme et le racisme, hontes de notre siècle, qu'il voulait lumineux, fraternel et toujours en progrès. En lui, les antiracistes, les républicains, les défenseurs de la paix perdent un ami lucide et passionné, un généreux et inlassable combattant, dont la contribution est inestimable. Le président Lyon-Caen a adressé à la famille et aux proches collaborateurs de Marcel C:achin, ses condoléances et celles de notre Mouvement. Une large délégation de notre Bureau National conduite par Charles Palant, a participé aux obsèques.

  • • •

DISTINCTION Nous sommes heureux d'adresser nos félicitations à l'éminent historien Jules Isaac, qui vient de se voir attribuer le Prix Narcisse Leven, destiné à récompenser chaque année l'oeuvre jugée la plus propre à combattre les mensonges de l'antisémitisme. Cette distinction lui a été décernée pour l'ensemble de son oeuvre depuis la Libération, principalement ses deux livres : Jp. sus et Israël (1948) et Genèse de l'antisémitisme (1956). ~ ~. QUE SE PASSE-T-IL ? L'organisation « Treue Rin~» group.)-t-eUe l'ensemble des anCIens serviteurs d'Hitler ou une partie seulement ? Il est difficile de le savoir. Ce qui est certain, c'est que ces thèses éclairent bien la situation existant en Allemagne occidentale et qu'elles résument de façon significative les aspirations et les objectifs de tous ceux qui, outre-Rhin, rêvent d'une revanche et la préparent. ~ Zind libéré Les déclarations retentissantes de l'instituteur Ludwig Zind, affirmant, à Offenbourg, qu'il était fier d'avoir assassiné des centaines de juifs, a causé, en Allemagne même, une certaine émotion. Comme nous l'indiquions dans notre dernier numéro, le syndicat allemand des instituteurs a demandé au gouvernement de Bonn que des poursuites soient engagées qontre ce criminel doublé d'un provocateur. Les protestations diverses qui se Autre cas symptomatique : Sous le régime nazi, le Dr. Herbert Dittmann occupait un poste hautement responsable au ministère allemand des Affaires étrangères. Il était si compromis qu'après la guerre, une commission parlementaire d'enquête le fit relever de ses fonctions. Il fut alors envoyé à Hong-Kong, comme consul général. Et le voilà qui revient à Bonn! Il est non seulement réintégré mais monte en grade. Il sera chef du Département politique du ministère des Affaires étrangères avec le titre de secrétaire d'Etat . REUNIONS HOMMAGE AUX FUSILLÉS ET MASSACRÉS D'ORIGINE JUIVE Sur l'initiative de l'Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance, une réunion a eu lieu le 24 janvier, à l'Hôtel TREUE RING : « Adenauer travaille pour nous lO. sont élevées ont abouti à un premier résultat: Zind a été relevé de ses fonctions d'instituteur, et sur ordre du tribunal d'Offenbourg, il a été arrêté le 24 janvier. Mais, quelques jours plus tard, la Cour d'appel de Karlsruhe donnait suite à la demande de mise en liberté qu'il avait formulée. ~ Pas très diplomates ... Un nouvel ambassadeur de l'Etat de Bonn vient d'être nommé en Suisse

Ernst Guenther.

Qui est ce diplomate? Selon la National Zeitung et plusieurs autres journaux helvétiques, Mohr, en tant que conseiller de la légation d'Allemagne à La Haye, sous l'occupation, aurait joué un rôle de premier plan dans la déportation des juifs hollandais et leur envoi dans les camps d'extermination. La petite Anne Frank serait une de ses victImes. Le scandale de cette nomination provoque en Suisse une prOfonde indignation. Moderne, en hommage aux Fusillés et Massacrés d'origine juive. Notre président, M. Léon LYONCAEN, prit la parole, ainsi que Mme Mathilde GABRIEL-PERI et M. Albert YOUDINE, secrétaire général de l'U.J.R.E. M. Louis MARTIN-CHAUFF I~R, souffrant, avait envoyé un message. Après une partie artistique, à laquelle participait Mme Françoise ROSAY, les quatre cents personnes présentes adoptèrent une lettre au Président de la République, demandant la libération des jeunes fils de martyrs emprisonnés pour avoir refusé de servir sous les ordres du général Speidel. DANS LE 20' Une réunion de protestation contre les menées antisémites et racistes a eu lieu dans le 20' arrondissement au cinéma « Le Phénix», le 4 février. Ont pris la parole: MM. René RIBIERE, ancien déporté et résistant, André JOLY, secrétaire du centre intersyndical, VILNER, vice-président de l'U.J.R.E., et notre ami M' MANVILLE, avocat à la Cour, membre du Bureau National du M.R.A.P. La souscription du M. R. A. P. Baumstein: 5.000; Kaufman: 2.000; J acobson: 5.000; Doumerstein: 5.000; Dajez: 5.000; Wolf : 3.000 Piennek : 1.000; Tabachny: 2.000; Unger: 5.000; Panus : 1.000; Sosnowski: 1.000; Lob: 1.000; Aliker : 800; Muc: 500; Max (Lyon): 25.000; Confection de la Bourse: 5.000; Levkovitch : 500; Tepper: 5.000; Mme Berger: 1.000; Hassoun: 1.000; Tancerman : 5.000; Creitz: 2.000; Léoner: 6.000; Wilmotte : 1.000; Woldman : 1.200; Sophie Kleinberg: 3.000; Roman: 5.000; Franzel: 1.000; Minc: 3.000; Szulman: 1.000; ThiauIt : 500; Krziwkoski: 1.000; Simon: 10.000; Leroy: 5.000; Simon Juda: 1.500; Maison Arthur: 1.000; Kriguer: 500; Burtinovic: 2.000; Argenteuil Mobilier: 1.000; Haber: 1.000; Mme Lévy Jeanne: 1.000; Sportvil: 2.000; Simon Schwartz: 1.000; M. Ryba: 1.000; Treister: 500; Harders: 500; Paul Chauchard: 500; Marc Schiff: 2.500; Arthur Kahn: 500; Charles Gottlieb: 1.000; Alain Bourgeois: 1.000; Gryf: 1.000; Albert Saltiel: 1.000; Yve-te Wormser: 2.000; Dr Breiman: 1.000; Sagar: 1.000; Dr André Lévy: 1.000; Dr Kapler: 1.000 Herscovici: 500; Weitzman: 1.000 Golfand: 2.000; Denis Lambin: 1.000; . Duckstein: 500; Storch: 1.000 Villemez: 500; Pocienkas : 1.000; Chidlovitch: 1.000; Eilenberg: 1.000; Soyfer: 500; Schapira: 1.000; Margoulies: 1.000: Lévy Raymond: 500; Rossat-Migel IJOuéJ? nod: 500; Duval Etienne: 300; Herman: 1.000; Collin-Grobocopateli: 500; Ségal Herman: 2.000; Mlle Cadoret: 500; Jacques Baroum: 1.000; Kramkimel: 1.000; Levy Elie: 2.000; Pedselver: 500; Marcel Cohen: 500; Anonyme: 5.000; Weiller: 1.000; Bastaki: 1.000; Bérat: 1.000 Cohen: 1.000; Malita: 1.000; Grutzburger: 1.000; Finkel: 1.000; Kerherve: 500; Rosenberg: 1.000; Vestris: 500; Mlle du Cheyron: 500; Horovitz: 2.000; Fridman: 500; Bleier: 500; Ernest Kahane: 1.000; Monka: 500; Kursal: 1.000; Broer: 1.000; Bleitrach: 1000; Bernard: 2.000; Kagan: 1.000; Roy Pierre: 1.000; Schiffrine: 1.000; Simon Gordon: 5.000; Delka: 20.000; Philipp : 1.000; Roger ·Kahn: 5.000; Cybulski : 1.000; Mme Vve Victor Hope: 1.000; Brod: 1.000; Dr Orléans : 3.000; Dr Lenoir: 2.000; V. Mou tal: 1.000; Mlle Wolfsohn : liOO; Klotz: 1.500; Mme Alexandre: 500; Rapoport: 1 000; Giacobini: 1.000; Schwartzman: 1.000; Aron: 600; Klein: 1.000; Lapine: 1.000; Marter : 1.000; O'Br'ldy: 1.000; Grumelin: 500; Kaleka: 1.000. SOCIETES Amicale de Montreuil: 10.000; Siedlec: 50 000 ; Censtochow: 20.000; Zirardow: 10.000; Varsovie-Ochota-Povonsk: 50.000; Przytick: 10.000; Radom (acompte): 15.000; Association des Bessarabiens en France: 10.000; Gobelins: 20.000. Avez-vous pris votre CARTE D'AMI l , . a ... Amsterdam • JUGÉ pour avoir insulté un juif qu'il transportait, et lui avoir déclaré : «Dommage que vous n'ayez pas été gazé», le passeur d'un bac a été condamné à une amende. Les juges ont souligné qu'une telle remarque était partif~', culière ment grave dans une ville qui a perdu 70.000 de ses habitants du fait des persécutions nazies. Ankara • UNE CAMPAGNE ANTISEMITE est déclenchée dans le journal « Hur Adam » par l'agitateur fasciste Djevat Rifat Atilhan, qui vient de publier également un violent pamphlet où il déclare les juifs «ennemis de la Turquie Il. Camberra ., LE GOUVERNEMENT AYANT ACCORDÉ A ALFRED KRUPP un visa d'entrée en Australie, de nombreuses protestations se sont élevées contre cette décision. «Le nom de Krupp est synonyme d'agression, de mort et de destruction Il, a déclaré le Dr Evatt, leader du parti travailliste. Londres • LE DIRECTEUR DU ROY AL BATH HOTEL (5 étoiles) de Bournemouth, a adressé à divers journaux anglais une lettre affirmant qu'il « n'encourage pas la clientèle juive à venir chez lui ». Little Rock • TENSION PERSISTANTE des incidents se sont produits, au lycée, entre élèves blancs et élèves noirs. A la suite de quoi, le directeur a décidé de renvoyer une élève noire, Minnie Brown, 16 ans. Le gymnase du collège baptiste, ré- 1 servé aux noirs, a été incendié par les racistes. Oakland • APRES 10 ANS DE SILENCE, le célèbre chanteur noir Paul Robeson fera sa rentrée dans la grande ville californienne, au cours d'un concert donné à l'occasion de la Semaine de l'Histoire noire. Il a déclaré qu'il était toujours « prêt à chanter et, cinq minutes après, à aller haranguer la foule au coin de la rue». Le président de la « Croisade nationale pour le monde occidental», organisation raciste, a menacé d'empêcher le récital de Paul Robeson. Ottawa • « POURRIEZ-VOUS ME DIRE si, en tant que Juif, je risquerais de me voir interdire l'entrée du r Club Canadien de New York? Il a demandé le député Léon Crestohl à M. Lawson, ancien consul générai du Canada à New York. Celuici. devant la Commission des Affaires Etrangères de la Cham'bre des Communes, a répondu par l'affirmative. Rome • POUR AVOIR LIVRE DES JUIFS aux nazis, un fasciste ita.lien, Pietro Nigroni, a été condamné à 5 ans de prison. Il se trouve actuellement en France. Son extradition n'a pas été demandée. Stockholm • DES POURSUITES sont engagées contre l'antisémite Carl Ernfrid, qui distribuait des tracts et des brochures parmi les enfants des écoles. Tel-Aviv • DE RETOUR D'UN VOYAGE en U.R.S.S., le Dr Eisenstadt a déclaré que 14 des 26 savants qui ont mis au point les « spoutniks Il sont Juifs. Bien que les juifs ne constituent qu'environ 1 % de la population soviétique, a-t-il ajouté, ils représentent 11 % du nombre des savants, des artistes et des écrivains. Varsovie • LE TRIBUNAL DE DISTRICT a condamné à 13 mois de prison une femme, Waclawa Piotrowska, qui avait frappé une fillette juive en déclarant: « Puisque Hitler n'en a pas fini avec vous, sales Juifs, je m'en chargerai...». .su ft • QUE SE PASSE-T-IL ? UU~ • • Ouand, Joseph vendait ses frères APRES avoir quitté, en France, sa résidence légèrement surveillée, avec un coup de chapeau à sa manière: escroqueries, chèques sans provision, fraude fiscale, etc ... , le chiffonnier-milliardaire·escroc-collabo, Joanovici, se retrouve aujourd'hui en Israël et sollicitant le droit d 'asile. Les rapports fructueux que le personnage entretint avec l'occupant lui valurent la fortune et la puissance pour lesquelles le double-jeu de la colla· boration et de la résistance n'était qu'un ... jeu d'enfant. Aussi les journaux peuvent-ils titrer: «Joano» peut·être extradé ... si la France insiste. Et M. Joseph, pérorant devant les journalistes, ne se prive pas d'ajouter lui· même que « s'il ouvrait la bouche de hauts fonctionnaires fra nçais seraient en mauvaise posture ... ». Ajoutant par ailleurs que, ma foi encore jeune, et avec une situation financière excellente (grâce aux Américains ), il peut rendre bien des services à l'Etat d'Israël. Tout cela explique assez bien la bataille juridique à fer émoulu que se livrent .~ les autorités françaises' et israéliennes autour de la personne de l'escroc. Cela • • ' pourrait expliquer aussi les prises de position fort nuancées que des personna- ~ i lités ont cru devoir llrendrc sur le nouveau scandale Joanovici. \ 1 · Il est cependant une appréciation de cette affaire dont les nuances nous " semblent nettement abusives. Il s'agit de l'article de P.-A Cousteau étalé dans '! ) Riva rol, sous le titre: La Kollabor ation ( à l'échelon le plus bas) réhabilitée " 1 par Israël. '4 Belle occasion pour fustiger le double collabo Joanovici, double parce que ) juif et bassement intéressé, et en même temps iaire un plaidoyer pro domo, ) celui d 'une collaboration ' désintéressée et sincère! Et P.·A Cousteau de frétiller du porte-plume pour nous expliquer la différence entre les collaborateurs nobles et ignobles. . ' . Mais dites-nous monsieur, si Joanovici collaborait avec les naZIS, les nazIs ne collaboraient-ils pas avec P.-A. Couste'au? Votre adhésion « idéaliste » auraitclle été dupe non seulement des crimes mais aussi des compromissions? Que l'antisémitisme ait été pour Hitler d 'abord un cheval de Troie ne l'a pas empêché de devenir ensuite une extermination systématique à l 'échelle d 'un continent. Ce génocide est le plus grand des forfaits - mais non le seul - de ce que· fut et de ce que restera dans l 'histoire l'aventure hitlérienne : une a ssociation de malfaiteurs, politique et tout aussi bien économique. Et si, comme la vertu, le vice a des degrés, la flétrissure que portent au front quelques « aryens d 'honneur» c'est surtout, c'est d'abord l'ensemble des juifs rescapés qui peuvent , qui savent la voir. Et si, au~o~rd'hui comme, en ces temp~ , il se manifeste des équivoques et des compromissions autour d un JoanovlCl, elles ne sont pas le fait d 'une majorité ni en Israël, ni ailleurs, car elles ne J sont pas le fait des honnêtes gens. . . . . J Avant de pouvoir vous servir d 'un Joanovici pour cracher sur les JUifs, M. i P.-A. Cousteau, il faudrait nous faire oublier qu'il fut des vôtres. PROCES ~ L'ANTISÉMITISME IMPUNI L'a n d e rn ier, lo rs de l'é lect ion partie lle q u i s 'es t dé roulée da ns le 2' secteur de Pa ri s, et qui fut ma rquée, à p lu s ieurs reor ises, par les violences des groupes fascistes, un ca nd idat-fa ntôme, un certai n Henry Ca rrey, adressa aux 500.000 é lect eurs une profession de foi ouvertement a ntisémite. Il y décla rai t en part iculi e r que les commerca n ts et industr ;e ls jui fs ne pa ient pas d' im·pôts d epu is la Li bé ra~ i o n , ce qu i exp liq ua it, selon lui les bas sa la ires des fo nct ionnai res. Il ajou ta: t q ue les ju ifs en gén é ra i « expl oi t en t jusqu 'à la corde avec des a irs de c han :age ind iscutab le » le rapoel des sévices dont [ls o nt é t é vic t imes. Ces ci rcul aires éta:en t, de tou~e évidence, d iffama toires, dest inées à exc ite r à la haine entre les citoyens. Et en vert u de la lo i, les oouvoirs pu blics aura ient dû réagi r. Or, non seulement leu r e nvoi fut effect ué, dans le cad re de la campagne élect oral e, pa r les services p ré fectora ux, mais le Pa r que t , a l er~é ensui t e, ne jugea pas nécessai re d ' inte rvenir. La Fédé ra ti on Géné ra le des Indust ri e ls, Art:sa ns e t Façon niers en Fra nce déc ida donc d 'engager des poursu ites, ses s ta tuts lui fa isant un d evoir de dé fendre les inté rê ts mora ux, matérie ls, économ:ques e t professionne ls des a rt isans, façonn ie rs et in dus trie ls juifs. L'affai re fut appelée le 7 janvie r deva nt la 17' Chambre correctionne ll e. A la stu peur géné ral e, le su bstitut du procureur de la République, au li e u de pla ider contre Henry Ca rrey, s'éleva contre la co n s titu ~ i o n de pa rt:e civ ile de la Fédé ra t ion géné ra le. Ma lgré la réplique , courte ma is ci ngla n te de MO Ma urice Ga rçon , avocat de la Fédération Gé né ra le , le Tribuna l, da ns son verd ict du 21 ja nvier, déc lara l'act ion de ce lle-c i irrecevab le. Ce jugement de procédure, d 'ai ll eurs très contestab le (ca r il ne t ien t pas compte des s ta tuts de la Fédé ra tion Gé né ra le ) est tout à fa it inaccepta ble, ca r il rend imposs ible la condamnat io n de l'a nti sémit isme et con s~ it ue un encouragement Dour tous ceux q u i fomen t en t la ha: ne. La Fédé ration Géné ra le a'ya n t fait appe l, espé rons qu'i l sera révisé. T APRËS LA VICTOIRE Ainsi que nous l'avons ind iqué da ns notre dernier numéro, de nombreuses personna lités et des groupemen ts d ivers se son t ad ressés au M. R.A.P. pour le fél:c iter de la victoire remportée dans l'affai re des « Nouvf::a ux Maîtres». Depuis, notre Mouvement a reçu encore d 'autres lettres, et nous voulons citer parmi elles, celle de l'Associat:on Cultuelle Israélite de Clermont- Ferrand , dont le présiden t M. En kaoua, était iriltervenu pour empêcher la projection du fi lm antisémite. « l es membres de notre Conseil d'Administra tion, écrit M. Enkaoua à notre sec rétaire général, sont très heureux , vous le Oncle TOM pensez bien, du jugement rendu par la Premiè re Chambre de la C:our d'Appel, le 23 décembre dernier. Ils se ré jouissent du résult at de ce scandaleux procès ... « Encore une fois, au nom du Consistoire Israélite de Clermont-Ferrand, je vous exprim::. ma profonde satisfaction et vous ad:'esse , à transmettre aux membres de votre Comité, nos vives félicitations . » VIVRE EN PAIX ~ LE SABLE ET LES CENDRES Le Chicago Oaily News rapportait ré-: emment cette déc laration du v.ce-ma réchal de l' Air ca nad ie n J.L. Plant: « La n, eilleu re défense contre l'I.C.B .M. (fusée ; .,te;con t inen ta le), ce sera it d 'avoir .. ne couche de sable suspendue dans la haut ~ al mosDhère. La fusée brûlerait d'ellemême 'lar f~ iction en traversant la couche de ~a bi a . I.e problème est de t rouver le moye n de maintenir ce sable dans la haute atmosphère e t d'en avoir une couche suffisamment dense » . l Uut est là évidemmen t . Et pui sque, pour le moment , le sys~ème ingén ieux du vice-ma réchal Pl ant ne semble pas e n mesure d 'êt re réa lisé, il est permis a ux s imples mortels (c'est bien le mot) de s'inqu :éter de la « course aux miss iles» e t de reche r cher, fau te de sab le, Dour n 'ê tre pas rédu its en cendres, des so lu t ions p lus efficaces. Deux spéc ia li s tes américa ins des q u est ions atom:ques, le Dr Ie llogs e t le Dr Shafer l'ont a ffirmé : u ne a ttaque nucléa ire sur les Etats-U n is causerait 100 millions de vict imes. 50 mil lions de personnes périra:ent imméd ia tement sous les f u sées, et les eff ets radi oacti fs provoqu e raien t en un a n la mor t de 50 au t res mi ll ions. C'est dire le da nger que représente rait pou r la Fra nce le s tockage de f usées ato miqUES et l'i nsta ll a t ion de rampes de la n cement, q u i t ra nsforme raient notre pays en cible, en champ de bat a ille voué à la d est ruction to :a le. Les Fra nçais se sont émus. Une enquê te orga n isée pa r Radi o- Luxembourg a révé lé que 9 sur l a se prononçaient contre l'i nsta llation de rampes de la ncemen t sur notre so l. La même réac ti on s'est p rod \J ite da ns les au t res pays européens où la question se t rouve posée; et les gouvernements de Norvège, du Da nemark, d ' Is lande se sont fai ts l'écho de l'émot ion popula ire, de même que, Dar exemple, le parti trava illiste brita nn ique, le pa rti social-démocrate al lemand, les partis socia l:stes belge, ita lien, autr ichien, japonais, etc ... En France, des protestations s'é lèvent également da ns les mi lieux les plus divers; de nombreux élus mun icipaux, ai nsi que des députés de d ifférents partis se prononcent con tre des projets qui menacent si gravement l'existence même de notre pays. Est-ce à d ire q u 'à u ne époque où une guerre ne peut q u 'aboutir à l'usage des a rmes les p lus meur : riè res, la Fra nce doit rester sa ns défense ? Le problème r'est pas là. En eff e t , une « défense » qui entraîne en q ue lques insta nts des mi llions de morts n'est en r ien rassura nte; e lle fait en t revoir seulement l'horreu r à pei ne imaginab le d ' une gu e rre a .0miqu e. Ne v~ udr a it - il pas mieux s'ori e n t er vers la dé t en ~ e, négocier , c réer de vastes zones « désa tomisées », en p réoa ra n t un désarmement p lus géné ra l ? C'est à c e la que devrait abou t ir le réflexe lég itime des peuples con t re les rampes de lancement. Le Mouvement de la Pa ix, rappe lons- le, organise actuellement une consultation sur le t ex te suiva nt : Je déc/are m'opposer à l'installation sur le sol r Tançais des rampes de lancement de fusées. le demande une initiative du gouvernement fi ançais pour la négociation entre les Etats du Pacte Atlantique et ceux du Pacte de Varsovie. en vue de premières mesures de désa rmement et de détente . Le Parlement. déDositaire de la souvel3ineté nationale . d~it se prononcer sur la question des rampes de lancement. qui met En jeu la vie de la France. Chaque député, chaque conseiller de la République doit, dans un débat parlementaire et par son vote, ))rendre ses responsabilités. iNous nous temons à la d isposition de nos lecteurs pour leu r fai re pa rven ir, s'ils le désir" nt, ces li s tes de pé tition s ). LES FACTIEUX S'AGITENT ~ DU QUARTIER LATIN A LYON Les groupes de « J eune Nation,., du p.p.n. (Biaggi) et du F.N.C. (Le Pen) se sont ma nifes tés fréquemment, ces dernières semaines, au Quartier Latin. Ils ont a ttaqué les étudiants qui manifesta ient le 21 janvier pour soutenil' le jeune Bernard Alllert, qui refuse de servir sous les ordres du général Speidel. Ils ont prêté main-forte à la police lors des manifestations qui ont eu lieu pour protester contre la dissolution de l'Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens. - Le .' ront National des Combattants a tenu, le 11 février, salle Wagram, un meeting où ont pris la pa role Rog-er Delpey, Georg-es Sauge, les députés Le Pen, Uemarquet et Dides. (Quelques jours après, un meeting organisé en faveur de la paix en Algérie, dans la même salle, .l été interdit.) - Les « Amis d 'Aspects de la France» sc sont réunis le 9 février , salle des Sociétés Savantes. Xavier Valla t a pris la Ila role. - Les « Amis de Rivarol,., ont orga· nisé un dîner, au cours duquel ont été a ppla udis le député I sorni ( avocat de Pétain et de Brasillach), Maurice Bar· dèche, Boyer·Ba nse et P.A. Cousteau . - L'Association pour Défendre la Mémoire du Maréchal P étain organise une série de conférences dans la r égion pari· seinne et en province. - A Lyon, un meeting de Biaggi, contre lequel protestaient de nombreuses organisations républicaines, a été marqué par de violents incidents. Le président de l'Union des Etudiants Juifs, qui se trouvait parmi les contre·manifestants, a été reconnu et spécialement attaqué par les nervis fascistes qui criaient des slogans antisémites. HORST WESSEL LIED Au cours d 'un bal récent, à Colmar, un groupe d 'énergumènes a cru devoir chanter l'hymne antisémite des nazis, le Horst Wessel Lied. Ils furent pris à partie par de nombreux assistants. Des membres de la Communauté Juive ont élevé une protestation. D'autre pa rt, le Bulletin des Commun a utés d 'Alsace signale que, selon le procédé cher aux hitlérie ns, des pierres tombales juives ont été renversées et des tombes saccagées au cimetière d 'Ingwiller. ~- ........... ~- ALGERIE ~ JUIFS ET MUSULMANS D'Algérie, nous parvient un tract ronéotypé, signé « Vigilance juive de Constantine n. Nous en donnons ici quelques ex.traits « Nous savons que la mère veut r evoir son fils près d'elle, nous savons que nous voudrions retrouver la sécurité, nous savons tous que la meilleure des choses qui pourraient nous arriver est la paix. Une paix véritable ent re tous les habitants de l'Algérie. « Comment arriver. à cette paix .? .. 1 l faut que la France 1,t~gocie avec ceux qui [Je battefl.t contre' elle. « Pourtant - et hélas ! - certains d'ent re nous pen[jent que des n égociations signifient pour nous « la valise ou le cercueil n. Mon frère juif! Ce sont des juifs qui ~e parlent, qui ont souffert et qui souffrent encore. Et ils te parlent parce qu'ils ne veulent plus souffrir. « En Tuni sie, au Maroc, moins du quart des j uifs, et même des Europ( jens, ont quitté le pays après son indépendance. Tu le sais aussi bien que nous. S'ils craignaient pour leur vie, seraient-i ls restés ? ... « Et puis des négociations francoalgériennes signifient-elles qUle nous oublions la France? Non. Pas du tout. Nous aimons la France, et c'est justement pour cela que nous voudrions la voi r représentée en Algér~, non par des canons, mais par des ingénieurs et des médecins ... « Et nous Juifs, nous pourrions vi vre heureux avec les musulmans comme avec (es européens. Car nous avons vécu longtemps heureux avec les musulmans, comme a pu le dire le GrandRabbin Eisenbeth et comme aimait à le redille notre vénéré et regretté Si di Fredj Halimi. De même, des Européens nous ont aidés parfois, à l'époque de Vichy. Ceci doit nous aider à nous débarrasser de nos préjugés raciaux. « Et, si nous avons déjà pu vivre en paix à la fois avec musulmans et Européens, cela veut dire que, dans la si tuation actuelle, nous avons un rôle de t rait d'union à jouer entre européen et musulmans. Nous sommes à la fois près des uns et ~s autres. Car, tous tels que nous sommes, j uifs, musulmans et européens, nous devons tôt ou tard habiter le même pays. N'estil pas mieux de l'habiter en paix ? « ChaqUle deuil ne fait que dresser chaque jour un peu plus les hommes de ce pays les uns contre les autres. « Il faut arrêter la guerre, il faut n égocier, en reconnaissant à tous, juifs, musulmans ou européens, le droit de vivre comme doit vivre un homme digne de ce nom. « Nous, juifs, pouvons aider à cela. Nous le devons même ... n ALLEMAGNE LA TACTIQUE DES NAZIS La main-mise des anciens nazis sur les postes dirigeants de l'Etat de Bonn a été maintes fois dénoncée par notre journal. Plusieurs ministres du chancelier Adenauer furent de zélés serviteurs d'Hitler ; son principal collaborateur, Hans Globke, est l'auteur des fameuses « lois raciales » de Nuremberg; le ministère des Affaires étrangères et celui de l'Intérieur, les administrations, l'économie, l'appareil OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE Licence de Voyage N° 338 SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER CIRCUITS EN AUTOCAR TOUS BILLETS: FER - AIR - MER LOCATION THEA TRES 78, rue La Fayette VOYAGES ORGANISES Entrée : 18, rue Bleue pour le 10 Anniversaire Métro : Cadet de l' j'ndépendance d ' Israël PAR 1 S - IX' Tél. : PRO. 96-52 TAI. 68-23 En ra ison des nombreuses demandes, réservez dès ma~nlenant vos places da ns les nouveaux avions « Brita nnia » et les bat eaux « Théodore He rtzl » et .( Jérusalem » ai ns i que vos chambres d ' hôtel "DROIT ET LIBERTÉ" révèle ... Voici comment s'organise en France la dittusion de la propagande antisémite et antirépublicaine à partir d'une officine" littéraire fI dirigée par~H. COSTON et P.A. COUSTEAU L ES braves gens qui passent devant le 5 1 de la rue de la Harpe, sont loin de se douter qu'au fond de ce long couloir tranquille, dans la pénombre d'un entresol, des hommes que leur activité avait fait condamner à de lourdes peines, ont repris leur tâche néfaste avec un allant nouveau. Quelques marches, une porte ré ticente, une plaque : « Librairie França ise lI. Derrière un comptoir, vêtue de noi.r mais accueillante Mme Gilberte Cos ton vous glisse mystérieusement une carte d' invita tion : « Venez samedi, vous ve rrez du monde .. . » Des employés vont et viennent, affairés; sur des rayons, des livres, beaucoup de livres, mais leurs auteurs aux noms fam iliers sous l'occupation, étonnent auj ourd'hui. Est-il possible que les livres de tant d'anciens h itlériens et vichystes soi ent a insi stockés en vue de leur diffusion quotid ienne dans la France de 1958 ? .. Mais oui , c'est bien le nom de Brasillach que vous voyez sur ce rayon, les « Poèmes de Fresnes », « Bé rénice » (La Reine de Césa rée), le « Journal d'un homme 'occupé » , e t sur cet autre la collection de « Défense de l'Occident » et plusieurs volumes de Maurice Bardèche... Et voici Xavier Valla t, ex- « commissaire aux Questions juives » , et Maurras, et Laval. .. Voici enfin, à la place d'honneur les « oeuvres » de Henry Cos ton : le « Dictionnaire des changements de noms » {comme au temps de « Gringoire » ), « Les Financiers qui mènent le monde » (vous avez deviné qui ils sont) et puis ce fameux livre signé courageusement « Gygès» : « Les Israé lites dans la Société Fra nçaise », que l'on a pu désigner comme le- « bré viaire de l'antisé mitisme ». Au fond de la libra iri e, un petit bureau

c'est là que Henry Coston, le véritable

maître des lieux, reçoit ses amis. La « Libra irie França ise» n'est pas seul ement le centre de d iffusion de la littérature raciste , c'est aussi le lie u de rendez-vous du Paris « co llabo ». Au Palais-Bourbon CHARGE de PLASTIC ... L'ensemble de Il' presse parisienne a interprété comme un « avertissement» des factieux l'explosion d'une charge de plastic, qui a eu lieu au Palais Bourbon, dans la nuit du 5 au 6 février. M. Barrot, député M.R.P., questeur de l'Assemblée avait, parmi les premiers, avancé cette hypothèse: « Certains n'ont-ils pas voulu marquer de manière spectaculaire l'anniversaire du 6 février?» a-t-il déclaré. Et le général Marquant, commandant militaire du Palais-Bourbon, précisait : « Au moment où l'on assiste à une campagne antiparlementaire, « ils» ont voulu frapper l'opinion pUblique. J'ai toujours, pour ma part, redouté ce qui vient d'arriver. Il C'est pourquoi l'enquête s'est orientée dès le début, à juste titre nous semble·t·il, vers les groupes que nous ne cessons de dénoncer: « Jeune Nation », P.P.R., etc ... , groupes antirépublicains et, parce qu'antirépublicains, racistes et antisémites ... Cette enquête, il est vrai, a rapidement tourné court. Les nervis arrêtés ont été aussitôt remis en liberté, bien qu'un revolver, dont l'un d'eux s'était débarrassé en hâte, ait été retrouvé après leur passage dans les locaux de la Police Judiciaire. Ce qui est certain c'est que l'explosion du 6 février est bien dans la ligne des groupes qui, comme « Jeune Nation », tracent sur les murs l'inscription « Les députés à la Seine», que nous reproduisons en première page. Il eut été souhaitable que l'enquête ouverte à l'occasion de cet «avertissement» fût approfondie jusqu'à permettre la mise hors d'état de nuire de ces groupes et la cessation de leur propagande mortelle. •.. et explosions de racisme Au cours du récent débat sur les événements de Sakiet, les députés d'extrêmedroite se sont livrés à des attaques racistes d'une violence sans précédent. Ils ont pris spécialement à partie M. Mendès-France, parmi les hommes de gauche qui exprimaient un point de vue contraire au leur, et Le Pen lui lança: - - Vous n'ignorez pas que vous cristallisez sur votre personnage un certain nombre de répulsions patriotiques et presque physiques! ... - Raciste! Raciste! ripostèrent les députés de gauche et d'extrême·gauche. Tixier·Vignancour, à son tour, l'accusa d"être un «Judas ». Et après qu'un poujadiste eût interrompu M. Hovnanian pour lui dire qu'il ne « pouvait pas réagir comme une Français», Le Pen (encore lui), devait déclarer: - J'appartiens à une famille qui n'a pas de leçon à recevoir de M, Kriegel· Valrimont. Chacune de ces attaques suscita la riposte immédiate des députés républicains. Mais c'est un signe des temps que de telles infamies puissent avoir lieu à l'Assemblée Nationale. La persistance du climat créé par la guerre d'Algérie n'est pas fait pour les décourager. Cos ton )1 accuei lle paternellement ces jeun es gens à qui les films policiers et la lecture de « Mein Kampf » ont démontré la nécess ité de s'affirm er, de prouver aux a utres e t surtou t à eux-mêmes qu' il sont des hommes ... C' est là que les nervis viennent prendre leur nourriture « spirituelle lI. UN EMULE DE DRUMONT Ma is qui es t donc Henry Coston ? Il se présente lui-même, modestement, dans ses livres comme un chef de file de l ' an ~ i sé mitisme en France, comme le successeur d' Edoua rd Drumont. En 1924, « La Libre Pa role » , la feuille de Drumont, créée au temps de l'Affaire Dreyfus, avait cessé de paraître, faute de (Suite de la page 1) Que les luttes glorieuses qui ont permis à nos aînés de relever le pres. tige moral et l'honneur de la France, chaque fois que les réacteurs et les factieux essayaient de la souiller dans la boue des corruptions et le sang des massacres, revivent dans la mémoire des générations d'aujourd'hui! Pour ne nous borner, dans cette rétrospective, qu'au vingtième siècle, jalonné par de grands événements, dans sa course encore loin d'être achevée, trois victoires de la liberté et de la fraternité méritent tout particulièrement d'être remémorées ici. L A première en date, à l'aurore du siècle, a été celle du dreyfusisme, qui a fait de la France, le champion de l'humanisme moderne, grâce à cette cohorte d'intellectuels prestigieux, les Zola, les Anatole France, et tant d'autres. Il convient de noter à ce propos que, tout dernièrement encore, c'est l'anniversaire de l'immortel « J'accuse», que notre Mouvement a célébré en allant rendre hommage aux restes de Zola, au Panthéon ... Plus près de nous, il y a vingtquatre ans, l'assaut donné au Parlement par les émeutiers du 6 février 1934, a suscité une riposte foudroyante, qui a dissipé le péril où s'est trouvée la République, grâce, principalement, à la combativité des prolétaires parisiens. La défaite finale des factieux, due à l'union des forces de gauche, a inauguré l'avénement du Front populaire, Mais ce n'était - dans la perspective historique, telle qu'on a pu la dégager par la suite - qu'llne victoire éphémère; à cette époque le fascisme se développait à l'étranger, et ceux qui, en France, avaient été réduits à l'impuissance à partir du 6 février, ont alors participé, avec toute la frénésie de leurs haines, à la sanglante aventure du fascisme international. Mais l'horrible tragédie jouée par l'hitlérisme s'est dénouée lecteurs. Plusieurs t e ntatives de la faire renaître échouèrent. C' est alors, en 1930, que « Coston, quittan t sa province » venait relancer à Paris l' organe antisémite. Nous le retrouvons en 1936 à Alger, où il se présente aux é lections législatives comme « candidat antijuif d 'union lat ine lI. Dans la même circonscription, 50 ans plus tôt, Drumon t avait é té é lu . Coston, lui, est battu. Vi ent l'occupation, la « d ivine surprise }) . Coston dirige le « Ce ntre Anti-maçonnique lI, e ntre comme secré ta ire de rédac;tion au quotidi e n na zi « La France a u T rava

1 », collabore à la « Pa rizer Zeitung »

et au « Cri du Peuple » de Doriot, édi te de luxueuses brocl,ures débordant de l'an- Voici un exem· plaire du torchon que pu· bliait, avant la guerre, Henri Coston, qui aujourd'hui organise la diffusion de la « littérature » antisémite et antirépu· bIicaine en France. Après « la Libre Parole », il publie, avec les mêmes objectifs, « Lectures Françai. ses », et des livres ... dont nous reparlerons. tisémitisme le plus grossie r, le plus haineux. Inculpé à la Libération d'intell igence avec l'ennemi il est condamné le 15 mars 1947 à 20 ans de travaux forcés . Il n'au ra sé journé que sept ans à Clairvaux et bénéfici e ra d'une grâce médicale. Il est libé ré le 26 avril 1951 . UNE ACTIVITE TREPIDANTE Pendant son internement, sa femme, Gilbe rte Cos ~ on , avait créé, 64, rue de Riche l:eu le « Clubinter-presse » qui se proposa it de grouper et d 'orienter les journalispar l'écrasement de l'immense machine de destruction allemande. Avec la libération du territoire a été rétablie la légalité républicaine. La Résistance française, qui a préparé ce renouveau, a été un magnifique exemple d'union et de fraternité. Ce fut là le secret de sa force et du succès remporté par la démocratie : le cours des événements semblait définitivement changé. I L l'aurait été, effectivement, si cette union et cette fraternité s'étaient maintenues; leur relâchement fut cause que, cette fois fois encore, le triomphe de la démocratie et du droit n'a pas été de longue durée. Depuis, plusieurs années, le reflux en est bien marqué. L'occasion est dès lors venue pour que fermente dans certains milieux l'esprit du désordre et de la violence sanguinaire, s'exaltant de la nostalgie des fours crématoires de Hitler et des émeutes du 6 février. Les cris de mort se multiplient, proférés en public ou salissant les murs, à l'adresse des démocrates, des juifs, des communistes, englobés dans la même exécration. Les ligues armées se multiplient dans un grouillement tumultueux et dans un fracas d'armes ou d'explosifs. Ce qui est visé, c'est la République, son remplacement par la dictature avec la venue d'un ersatz d'Hitler. On le crie du reste sur les toits; on le notifie même d'une façon fracassante en faisant exploser une bombe au PalaisBourbon, précisément le jour anniversaire du 6 février 1934. Mais quand ces hommes de main se livrent ainsi à ces grandes manoeuvres en vue de la terreur à instituer un jour dans tout le pays, il convient de ne pas perdre de vue qu'ils jouent en même temps un rôle de diversion. A eux seuls, ils ne pourraient pas venir à bout du peuple français. En accaparant sur eux-mêmes l'attention et les émotions diverses - peur, indignation et colère - du grand public, ils sont cause que celui-ci, pendant ce tes débuta nts (H enry et Gilberte Coston ava ient pub lié un « ABC du journalisme »). A son retour, Henry Coston constatant l' échec de ce ~ te entreprise décida d'étendre ses ac tivités. C'est alors qu'il créa : _ une ma ison d' édition : les Editions des sept couleurs, qui publient les livres d e~ anc iens collabos a;nsi que la revue de Bardèche : « Défense de l'Occident · »; - un magasin de vente, la « librairie Francaise lI, qui diffuse ces ouvrages; ....::. une orga ni sation qui lui permet de rassembler ses C:l è~es , le Club National des lecteurs, à qui est adressée mensuellement une revue, « lectures Francaises ». C' est cet ensemble d'act :vités qui se déve loppe aujourd'hui dans l'officine du 51, rue de la Harpe. Henry Cos t~ n et P.A. Coust eau (l 'ancien direct eur de « Je su:s pa rtou t » , condamné à mort le 23 novembre 1946, aujourd'hui a nimat eur de « Ri varol » ) rédigent ensemble « Lectures França ises » . G.'-1aque mois, un éditorial dirigé essentiellement contre le « système » républicain, où le mot « non-conformisme » revient toutes les la lignes, y chapeaute une série d 'échos pré tendument confid enti e ls, C'est là, sur ~out , que l'a ntisémitisme se donne libre cours, ainsi que dans la chronique des livres et les informa tions sur la presse ... DES MENEES DANGEREUSES Une question se pose : Est- il admissible que des hommes ayant bénéf ic ié de grâces ou de remises de peine reprennent a ins i leur activité raciste de jadiS ? Les pouvoirs publics ne peuvent-ils rien fa ire pour empêcher cette scandaleuse reconstitu ~ ion d 'une association de malfait eurs, cette entrepri se de diffusion d'une propagande morte lle ? Ces hommes n'on7 pas payé leur dette enve rs la Soci été et quand bien même l'aurai ent- ils payée, cela ne les autorise pas à répandre à nouveau des théories et des mo ~s d'ordres dont nous connai ~ sons la valeur e t surtout les sinistres applications ! Il ne faut pas attendre qu'i ls aient à nouveau les moyens de recommencer. Les démocra tes, les antiracistes doivent exiger dès maintenant l' interdiction de leurs néfastes menées. J-P MURACCIOLI. -.., temps ne prend que trop peu garde à un assaut d'un autre genre, qui se prépare pendant ce temps en hautlieu contre la République; il est plus insidieux, parce que moins spectaculaire, et pourtant plus redoutable. Les étrangleurs de la « Gueuse » qui sorit en ce moment à pied d'oeuvre sont ceux-là même qui ont son sort entre leurs mains, étant chargés de la servir et de la défendre. Une émeute devant les grilles du Palais·Bourbon, une bombe jetée dans son enceinte, tout cela fait beaucoup de bruit et c'est grave, certes. Mais le silence feutré des politiciens qui combinent de nouveaux textes constitutionnels rétrogrades, un changement du Règlement intérieur de l'Assemblée nationale, ainsi que de la loi électorale, sont bien plus redoutables. Ils frappent la République à la tête et ce coup-là est mortel. ' Ce coup fait, les ligues fascistes, aguerries par leurs exercices de guerre civile, auraient tôt fait, en qualité de police supplétive à la solde de maîtres occultes du pays, de favoriser la dictature d'un Franco, d'un Salazar, ou, si l'on préfère, d'un Pétain flanqué des Laval et autres Pucheu actuellement en disponibilité. D ONC nous disons : alerte! En un demi-siècle, la République a été menacée deux fois et la troisième réduite à ' l'impuissance; trois fois elle a triompl}é de ses ennemis. Mais après chaque victoire, le dan~er renaît, parce que la vigilance du peuple français s'est relâchée, amenant un relâchement correspondant dans l'union des forces de gauche. Il ne faut point que la même chose se répète aujourd'hui. Telle est la leçon qui se dégage de l'histoire de ce demi-sècle. On vient facilement à bout de la réaction en se serrant les coudes, Malheur à ceux qui persisteront à demeurer à part soi, en ruminant on ne sait quelles rancoeurs ou quels préjugés. G, SAROTTE, 1 '; 1 LE DRAME ALGÉRIEN 11i1i1FIIIIII~ Il 1111111 1IIIIIc IIIIII~ 1liIIIIllllllr 1~lIle «NolIS a~ollJ écraJé un nid de rJbe/les Il déclare M. Chaban-Delmas, ministre de la Défense Nationale. « Seuls ont été atteints des objectifs militaires .. Le village luimême Il'a mbi que fort pet~ de dégâts li, déclare le général Salan_ A ces affirmations s'opposent des chiffres : 76 morts, parmi lesquels plusieurs di zaines de femmes et d'enfants; 192 blessés, dont 102 hospitalisés; 144 maisons détruites, dont les deux écoles et 8 bâtiments administratifs; trois vo~tures de la Croix Rouge endommagées. Ce triste bilan du bombardement de Sakiet-Sidi-Youssef est confirmé par le témoignage des dirigeants de la Croix Rouge qui se trouvaient sur place et par une déclaration collective des journalistes parisiens qui s'y sont rendus. En condamnant de telles méthodes, en se désolidarisant de ceux qui les on t ordonnées ou couvertes, de nombreuses personnalités politiques ont refl été l'émotion du peuple français. Ces prises de position, n'en déplaise à MM. le Pen, Tixier-Vignancour et Bidault, qui crient à la trahison, montrent que dans tous les partis, dans tous les milieux (à l'exception des ultras de la guerre") , il existe des homm-:s et des femmes qui restent fidèles aux plus généreuses traditions de notre pays. C'est ce qu'au cours du débat du 11 février, à l'Assemblée Nationale, divers orateurs ont exprimé

« Le bombardement de SakietSidi- y oltSsef a provoqué de vifs sentiments d'indignation et une légitime inquiélude, a affirmé M. Jacques DUCLOS, premier interpellateur ... Nous n'avons cessé d'attirer l'attention de la classe Ot~llrièra et dtt peuple français Stlr le fait que la poursuite de la guerre d'Algéria 1Jtmaçait d'étendre la guerre à l'ensemble de l'Afriqtle dtt Nord, en même temps qu'elle sapait le prestige de la France. Il faut en finir au plus vite avec la guerre d'Alg~,ia; il faut (lrrêter l'effttSion de sang qui angoisse tant de familles. C'esl cew 'lu' exige l'intérét du peuple, inséparable de l'intérét de la patrie. » M. Léon HOVNANIAN a déclaré ensuite : « Les Français, dans leur tlnmense majorité, ont ressenti dou- 10ur:J1tsemeJJt la responsabilité morale que votre gouvernement leur a fait mpporter par l'exéclltio1l d'lin bombardement aveugle Sttr lm petit village... VOtt! n'avez pas le droit de continuer cette politique négative et ruineuse qui compromet POItr 10/tgtemps les chances dtt pays. » Puis, M_ Pierre NAUDET : « Comment, dans la presse mondiale tmanime, voici notre pays accttSé, inmlté, renié. La France n'est plus reconnue la France, tOt~t aussi bien chez nos adversaires que chez nos amis et en quels termes J... Je vous le dis, si nous continuons comme ItOtt! avons fait Jusqu'à présent, il lte nous restera pIttI bientôt qu'à pleurer nos morts et à regretter nos libertés perdues J ... » Et M. Pierre COT : « Dtt haut de cette tribune, où se sont fait entendre les hommes pour qtti jadis « jmtice, liberté, droits de ·l'hommç » n'étaient pas des mots creux, j'ai voulu qtt' tm appel Mt lancé vers ces popttlations d'Afriqtte du Nord, afin qtt'elles ne confondent pas tous les Français dam tme même réprobation... » M. Maurice DEIXONNE, dont le group~ cependant devait voter la confiance au gouvernement, a également déclaré : « C'est un sentiment de dou~ ltr et de stupeur que je voudrais tradtttre devant le bomb(lrdement de Saki et, violation du droit international, et dont les avions évoqu!!nt I:JJ heures les plus sombreI de notre histoire, avec leurs victimes, principalement des femmes et d8s enfants. C'est tme erreur dramatiqtle qui n'a pas fini d'avoir des répercussions en France et à fetranglr_ » Quant à M. Pierre MENDESFRANCE, qui répliqua vivement aux basses attaqu~s de Le Pen et Tixier-Vignancour, il avait défini, la veill e, en ces termes sa position: « L'engrenage infernal de notre politiqu3 algérienne nous mène tOftt droit ail divorce de la France Au lendemain du bombardement de Sakiet-Sidi-Youssef, un certain nombre de personnalités, exprimant l'émotion de l'immense majorité du peuple français, se sont rendues après de M. Masmoudi, ambassadeur de Tunisie à Paris. On r :connait, ici, autour de l'ambassadeur, MM. Daniel Mayer, Jean-Pierre Bloch, Fernand Grenier, Pier.-e Mandès-France, François Mauriac, le professeur Louis Massignon. D'autre part, avant de partir pJur Tunis, où il avait été rappelé, M. Masmoudi a été reçu par le général De Gaulle et par le cadinal Feltin. (Suite de la page 1) demanderai pas à partir de quel pourcentage de guerriers un massacre mixte devient licite, conforme aux droits des gens et aux lois de la guerre_ La question me paraît tout autre. A-t-on fait tout ce qu'il fallait pour épargner la population civile? N'a-t-on pas cédé, au contraire, à quelque démon de représailles et à l'idée, même informulée, que la vie, pour certaines races, a une valeur bien moindre? (J'ai entendu en Algérie tant de propos dans ce sens que je n'oserais rapporter ! ) Arithmétique pour arithmétique, on peut alléguer le rapport entre la surface du but et celle de la zone ratissée, entre l'importance de la mission et celle des movens mis en oeuvre_ Est-ce pour tuer une mouche qu'on emploie un marteau pilon? Mais là-bas, il n'était question que de quatre-vingt ... arabes, pour employer un mot décent. Autre arithmétique, financière! L'indemnisation des parents. Le jour où un ma- JJ 4 /1\1 lE lr glstrat a déclaré qu'une mort d'enfant ne se payait pas en argent .. _ Si, au moins, il y avait eu dans l'offre, déjà discutable, je ne dis pas un élan du coeur, mais quelque spontanéité, fut-elle même glacée. Rien qu'un acquiescement rapide, aléatoire et arraché... sous les cris de la réaction, qu'il faudrait en compensation porter le doit de Bourguiba 1. •• Qu'est devenue en tout cela la générosité française? Dernier refus, point de sanction !... En effet, pas de responsable, depuis le lanceur des bombes jusqu'au chef du gouvernement. Alors, qui? la France, bien sùr! Nous sommes tous des assassins. Eh bien, non, moi je refuse de me solidariser. On a dit: l'honneur de l'armée! L'honneur? qu'est-ce qui le met en cause. L'acte commis? Ou sa sanction ?._ L'expression, nous l'avons connue, à la Ligue des Droits de l'Homme, au temps de l'Affaire Dreyfus, pour couvrir l'Etat-Major, et le faussaire Henry et le traître Esterhazy. Au contraire, l'honneur de l'armée eùt exigé qu'on mit à part de ceux qui appliquent les lois de la guerre, les quelques uns qui les ont violées. Et puis, au dessus de cet honneur, il y en a un autre, plus précieux, suivant la simple tradition jacobine, l'honneur de la nation! La France de 89, des Droits de l'Homme, de Jaurès était déjà le seul pays qui soit en guerre depuis vingt ans! Oh, je sais bien, ceux qui la condamnent, n'ont pas non plus les mains bien nettes, certains même tâchées de sang. Et les fellaghas ont tué plus d'enfants et plus de femmes, et de loin, que nos aviateurs_ Mais la France, c'est la France! Son adage: Noblesse oblige. Pas cela, et surtout pas elle! Elle ne peut se permettre ce que d'autres se permettraient. _ Il eût tout au moins fallu que, l'irréparable commis, la plus haute voix se fît entendre pour déplorer et du fond du coeur! A défaut de cette voix-là, nous sommes des milliers de voix, modestes, de III~ID tt1llllllllll1le et de l'Afrique, à l'éclalemenl d'une commfma1tté que nous devrions au contraire consolider, qu'il notlS fallait, certes, transformer et rendre pittI jtlSte et plus humaine, mais Sauver des forces qui s' t/xerceol contre elle. Cette commtmauté, nous sommes en train de 1" détmire, jom après jortr. » Parmi les déclarations publiées dans la presse au lendemain des événements de Sakiet, nous relevons également celle de M_ DanieL. MAYER: « Pendant combien de temps encore les partisans de la guerre, du colonialisme et de la reconquête d'anciens protectorats parvenus à L'indépendance réussiront-ils à placar clevant le fait accompli les at~torités théoriquement responsables? C'est la question que doivent se poser les Français devant les conséq1l'Jnces incalculables et dé;asueuses dIt raid déshonorant de samedi en territoire ttmisien. Crime ? Erreur? Fallte ? On a l'habitttda d'opposer l'lm à l'atltre ces trois termes. On s'aP8rcevra bientôt qtt'il s'agit cette fois d'tlft cumttl des trois. » 1111 Ile 1111 1111 1111 Ou bien celle de M. Edgar FAURE : « D'après les renseign2mnts dont nous disposons acluetkmt/IJI, 00 demetlTe confondu ttfiva/'Jl une telle concordance d'erreurs que l'on serait conduit à l' hypothèse de la provocation si celle-ci ne se trouvait évidemment exclue au départ. » Ou encore celle de M. Paul REYNAUD: « Je crai17S que cette riposte aux agresstonJ venues de Tunisie n'ait p~s, S1l, la i~n tr.~t(lire, deI avantages balançant les immenses inconvénients qu'elle a sur le plan politique. » C'est dire l'ampleur de la protestation. Si, en Afrique àu Nord et dans le monde, la France n'est pas confondue avec ceux qui bafouent ses trad i tions et faussen t son image, ce sera, n'en doutons pas, grâce aux voix qui se sont élevées pour dire solennellement : nous croyons encore nécessaire J'AMITIE, nous voulons croire encore possible la FRATERNITE. LES GUERROUDJ (Suite de la page 1) ment état de guerre, alors il faut appl:quer aux « malfaiteurs » que sont les Guerroudj et leur compagnon les règles du temps de paix. On ne le fait pas non plus. Un état de guerre non reconnu légalement a donc pour conséquence que les inculpés ne sont ni protégés par les lois de la guerre, ni jugés selon les usages du temps de Daix. Cela souligne l'effroyable équivoque de la « guerre » d'Algérie. Mais il y a plus : les Guerroudj ont é~é condamnés non pour ce qu'ils ont fa:t, mais pour ce qu'ils sont. Il s'agit d'un ménage dont le mari est d'orig:ne musulmane et la femme française israélite. Elle avait quatre enfants d'un premier mariage lorsqu'elle a épousé Guerroudj. Ils en ont eu un cinquième, et Guerroudj les élève tous les cinq comme s'ils étaient les siens propres. Nous avons donc ici la preuve vivante qu'une communauté franco-musulmane, cette communauté qu'exaltent les hMangues officielles, est parfaitement possible, mais dans l'égal ité et la dignité; dans l'amour aussi d'une patrie commune. Le parti communiste algérien, dont les époux Guerroudj sont membres l'un et l'autre, préconise justement cette fusion en Algérie des élémE'nts d'or'gine différente qui cohabitent sur le même sol. Voilà quel est leur véritable crime : ils démon'rent par leur exemple la possibilité d'une nation algérienne qui intègrerait toutes les races .. Certains diront que c'est là une utopie et qu'elle faible portée, qui voudrions que notre concert remédie au honteux silence. Le moral de l'armée, diton ... Et le moral de la France? Plus nécessaire et plus malade. L'opinion publique toute entière, même divisée sur les méthodes, est unanime dans le désir qu'enfin la saignée finisse, et qu'au lieu de l'approfondir on pense à combler le fossé. Et cependant, restée confiante en l'idée démocratique, elle regarde ses élus perdre le temps du pays en querelles et oppositions byzantines à ajourner les solutions les plus urgentes, à laisser le monde moderne en évolution accélérée s'organiser contre nous. Elle voit ses chargés d'affaires, nos gouvernants, se laisser forcer la main par des hommes sans mandat, des fonctionnaires, des militaires, qui peuvent tout se permettre, au point du globe où, précisément, il faudrait dominer la situation de toute l'intelligence généreuse d'un peuple, au lieu de se cramponner, des mains de tout est . oarticulièrement dangereuse parce qu'elle risque de créer des illusions. C'est possible, mais de tell es erreur ne tombent pas sous le coup de la loi . La vérité, c'est que l'existence même d'Abdelkader et de Jacqueline Guerroudj es t, à elle seule, la condamnation de toute une politique, dont le bombardement de Sakhiet-SidiYoussef v:ent de montrer jusqu'où elle est susceptible de nous conduire. Il ne s'agit pas ici le moins du monde d'approuver ce qu'ils ont fait. J'admets volontiers que l'on ne sert pas la paix en faisant sauter des Centrales électriques, même en prenant soin qu'il n'y ait pas mort d'homme. Mais je suis sûr que la condamnation des époux Guerroudj n'a pas servi la pacification au ~hentique (je ne parle pas, bien entendu, de celle de M. Lacoste) et je suis plus sûr encore que leur exécution lui porterait un nouveau cuup. Si l'on veut réconcilier Français et Algériens, si l'on veut que les deux peuples conservent des liens étroi ts, il faut échapper aux horriblès tenta ~ations du .[acisme qui empoisonnent toute cette tragédie algérienne. Nous voulons espérer que le plus haut magistrat de la République, usant de son droit de grâce après avoir pris l'av is de son conseil, manifestera que le peuple français ne désespère pas de se réconcilier un jour avec le peuple algérien dans cette liberté, cette égalité et cette fraternité qui décorent le fronton de nos monuments publics_ Jacques MADAULE_ petits hommes, à des formules périmées, à des intérêts dépassés. Elle se rappelle, l'opinion républicaine, que la France, pays latin, est après tout assez parente de ceux des pronunciamentos militaires, que les guerres coloniales, même qualifiées de pacification, sont un bon entraînement pour des généraux à se moquer des ordres civils, en attendant de supplanter les autorités civiles et que l'Algérie, après tout, n'est pas si loin de ce Maroc d'où est monté Franco vers l'Espagne. Alors le moral de ce peuple, conscient d'être abandonné, et de plus en plus découragé, déçu de ses illusions sans cesse renouvelées, prêt à toutes les abdications et à toutes les aventures! Et dès lors nous nous demandons si ce n'est pas également sur des millions d'enfants de France, que nous devons aussi pleurer, en même temps que sur leurs frères, les petits cadavres de Sakhiet ... Jean COTEREAU.


~

5 LIBE REZ TAMANGO La vérité n'a pas de frontières Brave John Berry! T AMi\NGO, « guerri~r (noi r) fameux et v~nde ur d'hommes » a livré une pLeine carg~ison d'escavcs à Ledoux, capita in e du navire corsai r ~ « L'Espérance », qui pratique la tra ite des Noi rs entre les cotes d'Afr ique occidentale et les Antilles. Il pa, Léonard SAINVILLE wnst,l t~ a:ors, après l'opération, la disparition de sa femme Aïcha ct vient à bord la réclamer à Ledoux. Celui -ci, aidé de son lieutenant ct de quelques-uns de ses matelots, jouant de la naïV eté du chef noir, parvient, non sans mal à s'emparer de celui -ci qui est grièvement blessé dans le ' corps à corps_ Puis, le navir2 lève l'ancre. Tamango, uti lisan t h abi l ~m ent son prestig2 auprès d'2 ses compagnons d'infortune, l ~ s décid2 après un c2rtain temps à la révolte. L'affaire est menée de main de maître, et quand le signal de la rébellion est donné, les esclaves, rompant leurs chaînes, se saisissent de leurs geôl iers et, après un sanglant carnage, l' é:juipage entier est dépecé et jeté à la mer. 11 ne reste plus un 52ul Blanc sur le navi re ct l ~ s Nègres sont livrés à eux-mêmes. Par la suite, Tamango se débattra en vain avec le gouvern ail. Le voi lier, sans conducteur qUI va ;~ l e, ira à la dérive, et les Noirs qui ont su conqu érir leur liberté, finiront tous " al' Dérir, vict:mes de l~ u r impuissance, sn r le navi re fantôme, qui se dirige quand même vers 11 mer Caraïbe. Tamango reste seul survivant et sera sauvé de justesse. Telle est la nouvelle de Mérimée. Dans le fi lm que John B;rry a tiré de ce récit, le metteur en scène américain, rejeralH la fin peu édi fiante du romancier nous montre l'équipage de « L'Espérance » qui se ressa isit au moment de la révolte, et mettant en oeuvre les canons du bord, parvient, non pas à mate r la révolte, mais à massacrer les Noi rs qui, jusqu'au bou t, mènent la lutte pour leur déli· vrance, Ce dénouement est certes plus optlmlste et pl us conforme à la réalité historique, telle . que no u~ la font connaît re les pratiques de la Ou'en pensez-vous ? Robert BURON Dépu té de la Mayenne Ccmme à l'accoutumée, il est i'nfiniment probable que l' inte rdiction suscitera plus de l'éactions en Afrique Noire et en Algérie que n'en aurait provoqué la projection du f jlm. Henri CALEF Ci néaste On ne cessera jamais de s'élever contre toute discrimination raci'lle quelle qu' elle soit. Elle est aussi nocive, aussi néfaste que le cancer. Je n'ai pas vu le film objet à controverse. Pierre LAROCHE Cinéaste Les fonctionnaires de la C:ommission de Contrôle des fi lms ne doive'nt pas savoir que la République Française a été la première à proclamer I"abolition de l'esclavage. Leur attitude. au moment où nous prétendons pratiquer une politique libérale est un subtil démenti adressé à leurs supérieurs. Les censeurs ne sont pas dupes. L'écriva in René MARAN Prix Goncourt La France souffre, depuis la fin de la dernière guerre mondiale d'un évident complexe d ' infériorité. Il se manifeste surtout en politique_ Son ingouvernabili t é - permettez- moi ce qu i est , je crois, un néologisme - vient de là. Ses t roubles int est ins viennent de là. Elle a peur mêfi1e de son ombre, honte de tout et de rien. Voilà qui explique la positio·n qu'elle a prise en interdisant dans les territoires d'outre-mer la projecl'ion de Tama n ~o, film anl' iraci ste par excellence. Etait-il nécessai re de faire un bien grand effort d ' imaginatio,,, pour voir, au contraire, l'excellent e ffet de propagande qu'on pouva it en ti.'er ? Il suffisai t , avant de le fa ire passel ou 'a:orès, d'exposer en quelques mots que la République avait fa it disparaître toutes les abomina t ions de ce genl'e et de prouver. en quelqus mots, que la l'ace noire n'ava it eu qu 'à se loue r des bienfaits de sa soll icitude. Au lieu de tout ce la, crise de mauva ise conscie·nce, on a préféré, une fo is de plus accuser le coup. On ne pouva it, aurait dit Talley rand , commet t re pire faute_ Hélas! les milieux dir igeants de la France sont saturés de t rop de gens seulement géniaux dans l'art d'en commettre, 6 tf1 i t~ ct de l'esclavage et les révoltes des Noirs il cette époque. Les plus intéressés Cette évocarion, somme toute assez p eu révolutionnai re, et qui se situe en deçà de la réalité dont nous parlions plus haut, cette évocation, n'a pas p lu à nos augures o fficie~s_ Jugée subve rsive, la pro jection du f ilm a été tout simplement interdi te dans les terr itoi res d'outre-mer. Cela paraît à peine imaginable, ct pour ma part, quand la nouvelle de cette interdicrion m'est parvenue, je me su is demandé s'il y a encore un reste de bon sens parmi les gens qui prétendent nous gouverner. C; tte mesure me semble être tout d'abord d'une illégalité flagrante. Quels textes législati fs peuvent invoquer ceux q ui l'ont prise ? D EV ANT leurs nombreuses concessions qui n'ont pu être faites sans une sévère auto-censure et des t ractations de toutes sortes, la Censure se devait de montrer aux aupar Paul VIEYRA t eurs sa « bonne grâce » en n 'interdisant le film que pour les territoires d'outre-mer, L'interdire pour les moins de 16 ans ? Ici, rien ne le justifierait ; et puis chacun sait que ce genre d'interdiction fait plutôt de la publicité L'interdiction du film Tamango dans les territoires d'outre ·mer et plus spécialement en Algérie et en Afrique Noire constitue une mesure n ettement discriminatoi re une atteinte à la liberté d'expression, aux droits et aux aspirations de certaine~ populatiQns, désignées par leur origine, Cette mesure, prise à l'encontre d 'un film qui condamne le racisme, a été vivement ressentie en France et dans les territoires intéressés, M. Léopold Sédar Senghor, ancien ministre a, entre autres, élevé une ferme protestati.on, de même que des cinéastes, not amment Yves Ciampi, J acques Pinoteau, Denys de la Patelière et Julien Duvivier. Nous publions ici divers commentaires sur cette affaire: un a rticle de M. Paulin VIEYRA, critique Cinématographique de « Présence Africaine », qui nous a autorisés à reproduire un extrait d'une étude à paraître prochainement dans cette revue; un article de l'écrivain Léonard SAINVILLE, auteur notamment d'une « Vie de Schoelcher» et d'un roman, « Dominique nègre-esclave », qui ne sont pas sans rapport avec le prOblème posé; enfin des déclarations qu'ont bien voulu nous fa ire diverses personnalités. Qui permet à te! ou tel ministre de fa ire ces distinctions in jurieuses et illég itimes entre citoyens françai.s d'Outre-Mer et citoyens français de la Métropole. Mes compatriotes antillais seront bien aises de constater que M. le Minisrre de l'Information l;s tient pour une catégorie de citoyens inférieurs et à l'encontre d ~ qui on peut prendre telle ou telle déci sion plus ou moins opportune. Elle procède . (;n deuxi.ème lieu , d'une in tention dél iq ~rém e n t m a lv ei ll ant ~ et discourto ise. On dénie il ceux qu i y sont le plus directement intéressés, l ~ droit de connaître un aspect de leur passé, de cc passé qui les a tJnt marqués et détermi nés. Qui niera, quoi qu'en pensent certains, q u ~ le public africain et surtout antillais, est plus s~ns ib le qu'aucun autrl: il ce genre d'évocations? D'a illeurs, il le connaît mieux qu'aucun autre aussi, ce pas s~ qu'oll voud rait lui cacher; et prétend re le maintenir dans l' ignorance à ce su jet, témoig n ~ d'une totale ignorance de la culture ct de la mentalité de ces peuples. Mais le film contient un enseignement. Il exalte le gonr des hommes pour la liberté que b :aucoup n'ont à la bouche que pour mieux l' étrangler, ou pour la fa ire servir au maintien d'iniquités ou de privilèges. Il montre que l'indépendance s'acquiert bien souvcm au prix d'âpres et ardents combats et que « M i ~ ux vaut mourir debout que vivre à genoux )L CC message ne saurait, dans l'espri t de nos officiels, convenir aux peuples d'Outre- Mer qui mènent actuellement le combat pour leur i ndépe nda n ~e, ou s'éveillent à l' idée de large autonomie. Voilà où nous en sommes en 1958. Voilà il qu elles pitoyables défenses, à quels dénis de la liberté d'expression se trouve réduit le gouvernement de la toute démocratique l'rance. Voin ollon nous a conduits, moins de quinze ans après, la lutte du p; uple français. Sommes-nous bien encore dans le pays dt Montesquieu et d ~ l'Abbé Grégoi re, de Ro( Suite page 7_) au film et gratuitement. L'interdire totalement ? Trop d'intérêts financiers en jeu à n 'en pas douter : le film a coûté quelques 300 millions, il ne faut pas l'oublier. Et puis, il est dit tout de même que c'est « l'honneur de la France d'avoir été une des premières nations à abolir l'esclavage » ... Cela ferait un très mauvais effet à l'étran ger. Tandis que l'interdire simplement aux nègres... Herte de recette ? Si peu; tout au moins pour le producteur. Tamango, film en couleur et en cinémascope aurait été acheté deux ou trois millions, quat re tout au plus par l'un des deux distributeurs pour l'Afrique Noire. Les pertes de ce dernier ? Plutôt un manque à gagner, donc ~ans intérêt. Alors sans hésiter la Commission de Censure décide que les nègres africains, les Malgaches ne verront pas le film. Ne r endez pas les Algériens jaloux, a susurré le Ministère de l'Intérieur. Très juste, ne sont-ils pas aussi des Africains, et l'Algérie ne verra pas non plus le film, un point c'est tout. POURQUOI CETTE MESURE? MlJ.is pcmrquoi donc n 'a-t-on pas laissé aux Hauts Commissaires, à Dakar, à Brazzaville, à Tanan arive, le soin d'interdire Tamango dans les territoires de leur ressort ? Car ce n'est pas d'aujourd'hui que les Censures Fédérales existent et je vous prie de croire qu'elles fonctionnent avec célérité et efficacité. ° paradoxe, et ce sont ceux-là même qu'on accuse d'abêtir les Africains, distributeurs et exploitants, qui au sein de ces commissions de censure sont amenés à défendre les films de qualité (sans doute pour des raisons qui n 'ont rien Dorothy Dandriodge dans « Tamango » à voir avec l'art) que l'Administration impitoyablement mutile parce que « subversifs ». Quoi! Un noir qui dans un match de boxe, et le plus régulièrement du monde, met un blanc K.O, ! A-t-on jamais vu cela; à couper. Le prest ige du blanc vous comprenez... Mais là voyons, est-ce bien un n ègre qui donne le bras à une blan che ? Mais oui, à couper. A-t-on jamais protesté ? Je veux dire cert ains de ceux qui hypocritement aujourd'hui s'indignent si fort_ Et pourquoi cette fois ce vacarme ? C'est qu'ils ont senti en vérité que la position du gouvernement était in soutenable. J e l'ai dit, d'h abitude on laiesait aux Administrations des t erritoires d'out re-mer le soin d'agir dans l'ombre. Puisque voilà une maladresse qui attire l'at t ention outre mef:, ure sur un film dont on était loin de partager l'éthique, autant se met- (Suite page 7,) Ou'en pensez-vous ? Fernand GRENIER Député de la Sei ne La projection de Tamango est interdite en Afrique Noire. Serait-ce que le travail Corcé y sévira it toujours - malgré les lois vot ées par l'Assemblée Nationale ? L' inte, diction a été étendue à l'Algérie. C'est c'ecc'nnaÎtre, du même coup, que l'Algérie n'est pas la France e. que nombre d'Algériens pourraient se reconnaître dans Tamango et ses compagnons de chaînes. Autl'ement, pour quels motifs l' inte rdict ion ? Le général PETIT Séna teur La pl'ojection de Tamango a ura it manifesté, de la pa rt du gouvernement français le respect des idéaux de liberté et de fraternité humaine auxquels notre peuple est et reste fermement attaché! L'i nterdiction du fi lm en Afrique Noi-' re et en Algérie ne peut être inte rprétée que comme un reniement de ces idéaux et ne peut manquer de porter une nouvelle atteinte au prestige et aux intérêts de la F ra'l'I~e. Pierre PARAF Ecrivain Nous devons, aux yeux du monde, et particuliè rement ~ ceux de nos frères afri cains, f létrir partout l' esclavage et toutes les formes de racismes, témoigner que le génie . français , dans ses plus hautes exp,' essions, les a toujours dénoncés, que la France est fière d'apparaître partout comme l'amie des peuples noirs. Si le film en question, do,!t j'ignore le scénario, mais dont on m'a dit grand bien pouvait prêter à équivoque pour un public peu averti, rien n'empêchait de le faire précéder d' u,n court commentaire rappelant cette position de la France. (Précisons que justement le film de John Berry s'ouvre sur la mise au point suiva nte: « C'est l'honneur de la France d 'avoir été une des premières Nation:; à abo lir l' esc lavage, par un décret de la Conventi on Nat iona le du 4 février 1794 et d 'avo ir vu, en 18 15, son gùuvernement s'é lever contre la tra ite des Noi rs » J. Marcel PRENANT Professeur à la Sorbonne On aurait pu croire qu'en 1958, les pI'oblèmes de l'esclavage noir n'excita ient plus les passions et qu'un f ilm humanitaire, t iré d'une ·nouvelle de Mérimée, serait projeté sans difficultés. 11 faut admet tre cependant que les racistes et colon ialistes ont bien mauvaise cons cience et savent que leurs procédés; en Afrique noire et en Algérie, ressemblent encore à ceux par lesquels se sont édifiées les fortunes des négriers. Ils se sont dénoncés et condamnés e ux-mêmes en inte rdisant Tamango. C'est la conclusion évidente de cette triste affai re. Alain RESNAIS Cinéaste On ne sa urait trop condamner l'humiliante déc ision de la C:ensure prise au su jet de Tamango. Plus qu'une interdiction généra le, elle témoigne de la mauvaise conscience et du manque d'imagination de cette Commission. Elle illustre d'une façon exemplaire les co,ntradictions (pour ne pas dire les intentions) de la polit ique f rançaise actuelle. Son « Ça, pas bon pour toi» sera justement et douloureusement l'cssent i en Afr ique. Et ne sera pas sans conséquences ! LU • vu • 'E~TENDU 1:::!E;~;!!:r:14 PAPA BON DIEU ~«tm ••• al.(le'.le'lt8 IL ne s'agit pas sous le prétexte qu'un spectacle a l'ambition de défendre une cause qui nous est chère de l'accepter comme pain béni et de se frotter les mains avec contentement en songeant qu'une partie de nos idées se trouve enfin exprimée. Il convient, au contraire, de se montrer d'une intransigeance et d'une impartialité sans aucune condescendance car il s'avère que la médiocdté dans la réalisation d'une oeuvre est encore plus nuisible que sa noncréation_ C'était le cas pour l'opérette « Nouvelle-Orléans » que j 'ai critiquée avec une sévérité qui, sans doute, a surpris quelques-uns des lecteurs de « Droit et Liberté » .. sa diction, passerait aisément da n, les rangs de ~ profe.ssi onnels. Il faut avouer que je ne comprends pas ce point de vue des réa li sa te urs qui s'obstinent, e t pl us pa rt :cul ièremen t pour les pers::mnages de coul eur, à recher cher leurs interorètes dans les profess ions les plus diverses et à ignore r dé li bérémen t qu' il existe des comédiens qu i ont appris leur mét ier et qu i ne souha: tent que I· exe rcer. Le comédien de cvu leur qui par a ill eurs n'a que très rdement l'occas ion de jouer se Tout a été dit (ou presque) EUr le dernier film de Cecil B. de Mille, « Les Dix Commandements » : la mise en scène colossale et les truquages extravagants, les fresques grandioses et les détails puérils, les longueurs et le « suspense », les trouvailles heureuses et les énormes fautes de goût, la sensualité et l'esprit moralisateur, les milliards dépensés, les milliers de figurants. C'est - pour tout cela - le paroxysme de la production hollywoodienne, sans oublier l'aspect publicitaire de l'entreprise, décelable à chaque tournant de l'oeuvre. opprimés à « ne plus voir l'nomme réduire l'homme à l'état de Mte parce- 'riu.'jl est d'UTIle autre race». Sous le même angle « humain », la scène du départ des Hébreux, leurs premiers pas vers la liberté, nous semble, aussi bien par la perfection technique que par le souffle qui l'anime, un vérit able morceau d'anthologie. Mais JI n'en sera heureusement pas de même pour la pièce de M. louis Sapin, que nous présente le Théâtre d ' Au jourd 'hui et je ne peux lui dénier cet effort dans la recherche de l' origi nalité e t du non-conformisme que Je réclamais dans ma précédente critique pant, qu 'on a donné le rôle d 'une prostituée à une très jeune fi lle don t la tim id ité e t la candeu r natur elles ne permettent Das de cro :re à la réa lité de son empl oi. il fau :' pourtanr si gm ler que MM. Oyono e t Grossac tienn ent pla 'samment le leur, e t surtout Amadou Si ssoko qu i, après avoi r travai lié quelque peu rouve a lors placé devant ce di lemme qui cons is te à lui voir pré fé rer so it des amateurs, so: t des ve::12ttes que l'on fai t venir à g;ands f rais des E:at s- Unis. C' est un ce rc le vicieux qu'i l importe de br:ser. Pour tout cela aussi, le public se presse au Paramount et, au t otal, en sort, sinon ému, du moins étonné. Il faut dire que le scén ar io, poli par des siècles de t ra dition , se prêtait admirablement à une exploitation cinématographique, et le réalisateur n'a pas h ésité à mêler les genres : western, comédie. ~ér ie blême, opérette et gr and-guignol... C'est à ces moments là que l'oeuvre cinématographique se hausse le plus près de son modèle, donne vie à cette très ancienne histoire, toujours exaltante, qui, par delà les religions, appartient au patrimoine de l'humanité civilisée. Maurice DECRAIENE. ,.. *, .. VOI CI en e ff et des pe rsonna ges qUI vivent, qui pensen t, qu ' exi stent e t non des pantins sans aucun rn té rêt. S' in sp irant d'un fait assez commun en Amé rique (e l même en Europe), l'auteur 's 'est donné comme tâche de nous montrer la naissance puis la faillite d 'une de ces nouvelles re ligions jai ll issant bru :a lement parmi des grouoes d'hommes assoiffés du surna turel et, qui plus est , de surnaturel palpabl e. Un viei l ivrogne est considéré comme murt alors qu' il n'est qu' ivremort et se redresse au moment de son enterrement. Il n' en faut pas plus pour que le ~ naïfs et les in :é ressés le rega rd ent comme la réinca rnat ion du Seigneur et bâti ssent une rel igion sur cette p ré tendue résurrection . M. Sapin a choisi le côté amusa nt de ce thème et nous assis tans à une sorte de fa rce très animée où chaque personnage réagit selon sa candeur, ses aspi rations ou ses intérêts. Cette pièce a é té mise en scène Dar M. Michel Vitold qu i a décidé, sans doute par esprit d 'aventure ou par gageure, de n'en confier les rôles qu'à des personnes étrangères à la profession théâtrale. Il ressort de ce pa rti pris que, b ien qu' a n:més d'une jeunesse et d'une bonne volonté fort louabl es, la pl upart des acteu rs ne pa ra issent pas ê tre ent rés intégra lement dans la peau de leur personnage. On remarque notament, et c'est frap- Une scène de « PapaBon Dieu» BRAVE JOHN BERRY 1 ( Suite de la page 6) tre du côté de nos adversaires, se sont dit les défenseurs de « la libre entreprise » ,pour orchestrer davantage encore cette int erdiction, assurés que le film ne sera pas présenté outremer, afin de lui faire perdre de son caractère quelque peu explosif, ceci à l'usage de la Franoe. Cette orchestration n'est pas faite pour nous déplaire, ma foi ! ... AUTRE CHOSE QUE L'EXOTISME DE BAZAR Mais Tamango nous intéresse aussi pour y avoir trouvé autre chose que les fadaises habituelles lorsqu'il sagit de noirs, autre chose que l'exotisme de bazar, que l'exaltation du racisme, dü colonialisme, encore que l'attitude pat ernaliste du Capitaine Karl nOlis semble une maladroite et inutile concession à la philosophie fleurie du nègre bon enfant. Les auteurs ont voulu un !!rand film dramatique qui soit cependant commercialement rentable. En cinémascope et couleur, le film ne manque pas d'une certaine grandeut' ; il v a du mouvement, il y a du rythme. Mais on doit mettre tout cela es"'entiellement au compte des noirs qui ont aoporté au film fougue et dynami~me. Il y a là Habib Benglia. roi nègre et marchand d'esclaves. Babet , Seck Fouta, Abakar, Bachir Touré, D~m'1: et bien d'autres. Mais de tous, y r.ompris les comédiens blancs, Alpx Cressan (Tamanqo), fut le meilleur. Dans ce film, on n'accror.he oa~ t oujours, hélas, à l'action, peut-être à cause du scénario, même, qui ne dessine pas assez le contour des personnages. Dorothy Dandridge, sauf à de r ares moments, n'a pas su mettre en valeur le personnage, pourtant intéressant, de l'esclave devenue la « put ain de l'homme blanc », tiraillée entre la douceur de sa situation matérielle privilégiée auprès du capitaine, et le spectacle lamentable de ses frères de san g. Curd Jurgens, capitaine débonnaire mais dur au besoin, sauf à de rares moments aussi, semble s'ennuyer. Jean Servais dans ce film est quelconque, il est vrai qu'il n'avait presque rien à faire. Quelques détails frappent qui nous empêchent aussi d'adhérer totalement à l'action. Tamango- Cressan quoiqu'il ar rive est toujours impeccablement peigné. Dorothy Dandridge-Aïché, cette mèche blonde qui disparait d'ailleurs par la suite, était-elle indispensable ? Ah! et ces traces de vaccinations sur IfS bras qui apparaissent souvent mal ~r é le soin du réalisat eur à faire d ~ n "'et' les esclaves de façon à ne présenter à la caméra que leur bras droit. Ah ! e1 ces couteaux et poignards nui en tombant rebondissent et se rpvèlent visiblement trop factices! Etait-il aussi nécessaire que les acteurs de ce drame, je veux parlet' de la fi e:ul'at ion blanche. par moment, surtout 10t'sClue les noirs dansent, soient d~n s cett'l attiturle héatp. d1\ spectateur qui n'a jamais rien vu ? Brave tout de même John Beny T'Il serait-ce Que pour avoir montré qu'il y avait n'autres manière:; d'uti li"e'l' l ~ s noirs et les soldats af'l'icllins, Olle CPl lpc:; habituellp.ment pratiquées. La vôtre nous pl ait... Côté h istoriqu e, il serait vain de rechercher l'exactitude. ou même la vr aisemblance. La question n 'a pas à être posée. Les décors et les costuInes. toutefois, semblent avoit' été étudiés avec 1::eaucoup de soin et de science. Côté reli ~ i eux, les comment aires sont, en général favor a,blf's. Il est clair que cette oeuvre n'aurait pas pu exist. er si son auteur ne l'avait voulue édifiante. Soulignons toutefois que les séquences « humaines» nous paraissent à tous points de vue les plus valables, et que les fautes de goût sont paiticulièrement sensibles dans les passages où intervient la divinité (buisson ardent, proclamation des Dix Commandements) et qui se voulaient impressionnants. Ce que nous retiendrons surtout de ce film fabuleux, c'est, dans la première partie, les séquences remarquables où l'on voit des milliers d'esclaves h ébreux peiner sous le fouet des gardiens, scènes oppressantes évoquant douloureusement les camps de concentration proches de nous. Car ce genre de souffrance est de tous les temps, ne Infime que l'aspiration des Une personnalité du rabb:nat pari sien, à qui nous avons demandé son point de vue sur le fil-n de Cecil B. de Mi ll ~, nous a déclaré: « Certes on P9ut critiquer cette oeU/lre Sttr le plan techniqtJJ, il y ct des passe/ges choquants. « Mais { estime que, dans l'ensemble, le problème rliiligieux se tr01we b ;en p aré. La 'l'r:._sio,~ de Moïse est magnifiqu9men.t mire en rl/.ïef " modifi9r 19s çond;:jo11S d'existmce pour qu'il y ait plus de justice, pIttI de bonté. MoïSJ n'est pas tm - perJOnnage mythique, il prouve sa foi en ce h gurtant aux cont radictions du monde. « Il r?ssort de l'oeuvre qU9 la vie spiritll9t/e ne doit pas ni ;r 19 temporel, m.ais, jmt9ment, le sPirituafisg r. Le mo,/de est la matière nécessaire à l'exercice de notrod bonne l'olo"tté... » DROIT ET LlBERTI 15, Fg Montmartre - Paris (9') Té l. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 han~ ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Cpte Ch. Post. : 6070-98 Paris t'our les changements d adr !sse envoyer 40 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK "" " . Abécé . 176 Quai de )emmapes l a vérité nf il pas de frontières (Suite de la page 6.) ritoires d 'Outre-Mer, p eut sembler à certains n'avoir que rrès peu d'i mpo rta n c~, quand on la compare à d'autres actes d'autorité plus spectaculaires ou p:us graves. Mais pour nous, elle s'inscrit dans un tout. Elle n'est pour nous qu'une manifestation entre autres, d'une politique qui, depuis q u ~l q ues années, se détourne du respect des droirs de l'homme et de :a liberté, et qui, dès maintenant, a déjà fait p erdre à notre pays, le pr'es~ig~ et le renom qu'il avait autrefois. bespierre et de Sc ho ~lc h e r, de Jules Guesde l et de Jaurès ? Qu'on n ~ vienne pas nous dire que, dans l ~ cas qui nous occupe, on nous montre des Noirs dressés contre des Blancs, et qu'on p out ainsi e ntre t ~ nir la haine des uces ou réveill ~ r des passions mal endormies ! Quand l ~ s Nègres se soulevaient contr ~ l'esclavage, i~s ne pratiquaient pas le racisme; ils se révol· t:li~n t contre une caste bien déterminée d'oppresseurs blancs qui s'en~ichissai ~nt d ~ leurs m i s ~ res , et non contre tous les B:ancs. Qu'on ne nous hsse pas valoir non plus ~u~ l'interdiction gouvern ementale peut se justifier pour certains pays d ' Out r ~-Me r, t eux par exenple, qui sont engagés dans une lutte libératrice contre notre pays. La vérité ne s ~u ra it se h ~ urte r à certaines frontières. EEe doit être connu ~ par tous les hommes. Au· Cine raison d'Etat ne peut prévaloir contre elle. _'interd iction de « Tamango » dans les ter- Si nous laissons agir les forces mauvaises et rétrogrades, les générations qui viennent à la comp réh ~ns i on et le monde, finiront par oublier que la France, la première, en 1794, donna au monde, l'exemp:e de la fra ternité. On finira par oublier ses Schoelcher et ses Jaurès. Les - peuples d ' Outre-M ~r qu'elle a su parfois gagner à son idéal humain, déçus, se détourn eront avec colère d'elle. C'est à nous, hommes de progrès et d'avenir, à relever le défi, et à redonn ~ r à ra France l ~ visage qu'elle n'aurai t jamais dû quitter. QU'EN PENSEZ-VOUS? Désireux de soumettre à nos lecteurs tous les éléments du débat, nous publions, ci-dessous, le point de vue de M. Hubert Deschamps, professeur à l'Institut d'Ethnologie, nettement opposé à tous ceux qui nous ont été exprimés par ailleurs. Je dois dire que je ne partage pas votre émotion_ Je n'arrive pas à voir un film « antiraciste» dans une oeuvre (d'ailleurs, en tous points médiocre, sauf les acteurs noirs non professionnels) où blancs et noirs sont constamment opposes et se massacrent d'un bout à l'autre. Rien n'est plus propre à exciter les passions violentes chez les foules simplistes, qui ne font pas la transposition dans le passé. Tout film de violence me parait condamnable, notamment ceux qui opposent les races, tels la plupart des VVestern. Le rappel de l'abolition de l'esclavage par la Convention, en quelques lignes liminaires, couvre insuffisamment une entreprise d'exploitation du sadisme qui, peutêtre inconsciente, n 'en est pas moins .dangereuse, S'il s'agissait uniquement de porter ft J'écran un épisode de Mérimée, on aurait pu au moins rie pas le trahir en fabriquant (le toutes pirfles une fin atroce et qui appelle la vengeance, 7 Treize ans après la libération D'AUSCHWITZ Emouvante cérémonie à Lyon en présence de Charles Palant SE souvenir est parfois un devoir sacré. Les Lyonnais ont montré 4.U'ÜS restaient pieusement fidèles à la mémoire des VlCtlmeS du na-. zisme,. en assistant nombreux, le 25 janvIer, à la cérémonie commémoratlve organisée pour le 13' anniversaire de la llbération d'Auschwitz. Due à l'initiative du Comité de Liaison le la Résistance, cette manifestation, présilée par M. CHENEVAT, s'est déroulée place Bellecour, devant la statue du Veilleur de Pierre. Diverses personnalités étaient présentes, et le maIre de Lyon s'était fait représenter. Noue secrétaire général, Charles PALANT, ancien déporté d'Auschwitz, avait été invité à prononcer l'allocution. VOlci quelques extraits de ce qu'il a déclaré : En de telles occasions, des femmes, des hommes qu'opposent parfois dans la vie oee chaque jour des convictions différentes, se retrouvent et commument ensemble. Auschwitz est demeuré l'un de ces mots-clés grâce auxquels s'éveille en nous un désir plus grand de fraternité et de paix. ... Il Y avait une fois un petit village de Pologne, dont le nom chantait comme un moillleau : Osviecim. Mais le temps de la mort était venu, et les nazis tuèrent le petit oiseau et donnèrent au village un nom barbare comme un cri de bête fauve :. Auschwitz. Et là se succédèrent pendant des mois des généraux SS allemands et de hauts dignitaires du parti nazi et d.e la gestapo, puis des ingénieurs, des architectes allemands, et des hommes d'affaires, des constructeurs et des chimistes, des industriels ,et des financiers, ceux qui allaient fournir les gaz et ceux qui allaient récupérer les cheveux pour tisser des étoffes, la graisse pour faire du savon, hes os pour faire des engrais, les dentiers pour en retirer l'or, et les cobayes pour de diaboliques expériences, et la main-d'oeuvre pour des travaux annexes ... Une industrie allait naître, pour laquelle un monde de brigands supputait les dividendes, et afin que rien ne fût perdu, ces hommes d'ordre et et de méthode mirent en place une bureaucratie exemplaire, grâce à laquelle tout arrivage de matière premièr'e était sélectionné, enregistré, numéroté et, au 'début, même photographié. C'est ainsi que la mort devint le métier des bourreaux d'Auschwitz où les deux chambres à gaz et les quatre fours crématoires permiJ,ent l'extermination de quatre millions d'êtres humains. Il y avait à Auschwitz, le 27 janvier 1945, trois mille rescapés. Mais ces quatre millions, qui étaientils ? Des hommes, des femmes, des vieillards, des gosses. Pourquoi ceuxlà? D'abord parce que juifs. Goebbels avait dit: « Est juif quiconque je désigne comme tel». Et GOEring avait dit : {( Quand j'entends parler de culture je sors mon révolver». En Pologne, tous les membres de l'enseignement, tous ceux qui exerçaient une profession libérale, et qui tombaient dans les griffes de la gestapo, étaient exterminés. Et Himmler s'était attribué les territoires de l'Est européen. En Ukraine, en Russie, des millions de civils furent assassinés. En Norvège -et en Italie, en France comme au Danemark, en Grèce et en Belgique, en Hollande et en Roumanie, en Yougoslavie et en Tchécoslovaquie, dans les ghettos et les prisons, les campagnes et les villes, les rafles se poursuivirent sans relâche pour que tournent jour et nuit les machines de mort d'Auschwitz, de Treblinka, de Mauthausen, de Dachau, de Buchenwald. Dans chaque pays que les nazis martelaient de leurs bottes, le massacre s'organisait; jour après jour, de nouvelles ordonnances allemandes venaient codifier l'ordre dans lequel des innocents allaient périr. Chaque fois que cela était possible, les compétences étaient utilisées. En France, le chef suprême de la police allemande, qui ne devait des comptes qu'à Hitler, auquel il adressait ses rapports, était l'ancien attaché militaire de l'ambassade d'Allemagne de 1933 à 1938. Son nom est bien connu de l'opinion française : c'est le général Speidel. Par ailleurs, Vichy fournit à l'occupant les cadres de sa politique répressive. Xavier Vallat était Commissaire aux Questions Juives, et ses responsabilités sont écrasantes dans la déportation de 130.000 juifs de France, dont 1.500 seulement sont revenus vivants. ... Treize ans ont passé depuis que l'armée soviétique a libéré le camp d'Auschwitz. Avons-nous tout fait pour sauvegarder la victoire de 1945. Le racisme, le fascisme, les violations des droits de l'Homme, les tortures et l'arbitraire ont-ils été bannis à jamais comme nous nous l'étions promis? Sommesnous resté unis, solidaires, vigilants? Pourquoi alors la République tolèret- elle que les ligues factieuses se reconstituent et portent jusque dans la rue les mots d'ordre de haine qui furent ceux des nazis ? Pourquoi les anciens condamnés pour trahison sont-ils plus audacieux que jamais? Pourquoi, dans les prisons de FTance, les grands criminels de guerre allemands sont-ils moins nombreux que les fils de martyrs refusant de servir sous les ordres de l'ancien chef d'état-major allemand en France, le général Speidel ? ... Il nous faut T'etrouver et maintenir l'union fraternelle de la Résistance; l'union dans l'action, pour faire aboutir les objectifs qui étaient les nôtres, pour rendre à la France son visage, pour la gran~euT et le bonheur de notre pays, pour la paix du monde. Sur l'initiative du M.R.A.P. Le 60e anniversaire de " J'ACCUSE" célébré au Four le 60' anniversaire de « J'accuse », le M.R.A.P. avait pris l'initiative d'une cérémonie commémorative, qui s'est déroulée le dimanche 2 février au Panthéon, sur le tombeau d'Emile Zola. Devant une foule nombreuse, le president LYON-CAEN prononça l'allocution que nous reprodUlsons ci-dessous, et les gerbes furent déposees, en présence du Dr Jacques~ mi1e ZOLA, fils du grand écrivain, de Jean LEBLOND, son neveu, et de Mme L.t:VY, fille du capitaine Dreyfus. Dans l'assistance, se trouvaient de nombreuses personnalités parmi lesquelles nous avons noté : M. MOrl.BL, du Cabinet de M. le Troquer, président de l'Assemblée NatlOnale; les sénateurs Joseph PERRl1' l, secrétaire général le l'U.D. S.R., et Léo HAMON ; M. MARRANE, député 'et MM. Léo FIGUIEHES, .tlAGARD et BAUDOIN, représentant le Parti Communisme Français; M. ISRAEL, au nom du Parti Radical; MM. COUTEAU et RIES, du Comité Central de la Ligue de's Droits de l'Homme; M. André HAURIOU, ancien sénateur; les écrivains Jacques MADAULE et André SPIRE; les professeurs Georges PAILLET, de l'Union Française Universitaire, et René MAU.1:3LANC, de l'Union Rationaliste; M' Roger BERG, au nom du Consistoire Central israélite; MM. 1. BL UM, secrétaire général de l'Union des Anciens Combattants Juifs; B. ADAM, représentant l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, ainsi que notre secrétaire général Charles PALANT et les membres de notre Bureau National. Citons enfin les délégations de diverses associations Syndicat National des Instituteurs, Fédération de l'Education Nationale, Union des Sociétés Juives de France, Union Nationale des Etudiants de France. D'autre part, des personnalités, qui n'avaient pu être présentes avaient tenu à s'associer à la manifestation

MM. René CASSIN,

vice-président du Conseil d'Etat; LEVEQU.EI, président du Conseil Municipal de Paris; Jacques KAYSER; le sénateur Henry TORRES; les professeurs Paul RIVET, JeanJacques MAYOUX et Marc-André BLOCH; les écrivains Jean CASSOU, Edmond FLEG, Henri HERTZ et Pierre PARAF, de même que M. SENEZ, au nom de la Ligue de l'Enseignement. Le Journal Télévisé a retransmis le soir même les images de ce Panthéon soixantième anniversaire, qui avait été évoqué, la veille, à « Télé-Paris'» par Henry Torrès, Jacques Kayser et Charles Palant. L'allocution du président LYON-CAEN I L Y a 60 ans, le 13 février 1898, retentissait à travers la France et le monde e,ntier J'admirable lettre « J'accuse l. C'était le cri d'une haute conscience, justenlent indignée contre le crime judiciaire qui venait de se perpétrer, contre la condamnation d'un officier juif innocent persécuté, inspirée par le plus vif des antisémitismes. Ce docul11ent immortel où Zola, en de vibrantes et fougueuses accusations jetait avec un audacieux courage à la face des maîtres de l'hçure la clameur vengeresse de l'humanité outragée, devait imprimer à l'affaire Dreyfus une orientation nouvelle, rallier les hésitants, secouer les indifférents, ébranler les sceptiques, frayer la voie à la révision, préparer le triomphe final de la vérité et de la justice. A l'heure actuelle, où .Ie racisme odieux relève la i tête- et cherche à ressusciter, après les ravages de l'antisémitisme d'Hitler I!t de Vichy, un climat de préjugés, de discriminations et de haines raciales . entre Français. le M.R.A. P., qui mè-ne le combat pour la tolérance, l'égalité entre les hommes, la fraternité entre les peuples, par delà les divergences ethniques ou confesionnelles qui peuvent les séparer, le M.R.A.P. qui n'est pas un groupement de partisa'ns politiques mais d'hommes attachés avant tout à la fraternité humaine, le M.R.A.P., dis-je, a jugé qu'il convenait de commémorer le jour où fut lancée à la face du monde la lettre « J'accuse» qui, dans la perspective de l'histoire, marque une date capitale dans la défense des libertés en France. Inclinons-nous avec émotion, reconnaissance et respect devant la tombe du grand patriote républicain que fut Emile Zola, qui -n'hésita pas à s'exposer aux pires outrages, à sacrifier son l'epos e~ sa liberté à ce q,,'il '.,nsidérait comme l'honneur de la France. Aux yeux de l' univers, il a - tel Voltaire, défenseur de Calas - représenté jadis une France éprise de justice. symbolisé les valeurs morales qu'elle incarne. Ne laissons pas l' oubli effacer l'exemIlle qu'il 'nous a laissé d'un courage civique, qui se fait , hélas, trop rare aujourd'hui. Car il fut, comme le proclama lors de ses funérailles A. France. qui lutta à ses côtés, « un moment de la conscience humaine». ET L~ANTISEMITISME (Suite de la page 1) vismes, des déformations d'esprit. des préjugés, tout un climat de mé· fiance, de mépris et d' hostilité enV8rs les jtûfs et ceci même dans i' enseignement religieux, dans l'en· seignement d'tme religion d'amour toute enracinée elt Israël ? ... « ... Il est impossibe d'en reigne,' la doctrine chrétienne sans parler des juifs ... Tottle altfre chose est de parler, en Histoire Sainte, des Asr/ riens, des Philistins ou des Romains. Ceux-ci, après y avoir joué un rôle accident:d, ont disparu de la scène de l' histoire. Les juifs y ont joué tm rôle essentiel aIt point de vue religieux et ils sont toujours là. Nous POttt'ons les rencontrer tous les jours. Ce sont des homm ~s en chair et eu os. Ces « j1lifs », spontanément, nous les identifions avec ceux de l'Histoire Sainte Ott de l'EvangiIJ ... « Cette identificat;on est lourde de conséquences. Les juifs du catéchisme, des SJrmons et des lectu· res seront, pour beaucoup de chrétiell1 les premiers Ttl1Jconuh, parfois les seuls. L',mpression qu'ils en auront reçUe déterminera, pour 1mB bonne part, lettrs opinions et les dispositions d'âme avec lesqttel· les ils Iborderont les jlûfs que "1 vie mettra mr leur chemin. Ce se" a 0// bien lm sefltiment de respect et de sympathie envers le peuple choisi par Dieu, pet/pIe des saints de l'ancienne Alliance, nos ancêtres dans la foi, celui de Jésus, de Marie et des premiers disciples ; Ott hien tm sentiment d'aversion, de mépris et de sourde hosliliM env(Jrs lm peupl2 déicide, perfide, réprouvé, déchu et maudit... Les detlx réactiom s'observent. Plaise à Dieu que la seconde ne soit pas la plus fréquentg ! « L'histoire fC/it ressortir tout le Jérietlx de la q lIestion. Quelle qt,e J'Oit la part des facteurs religieux et des facteurs sociologiques dans la situation faitg aux juifs au cours des siècles, il serait d,fficile cie cOlltgster qu'il 'Y ait quelqt'J rapport entre le Mtr langage que tin· rent à [srctël tant de prée/icatettrs et d'écrizl.1ins chrétiens et les humiliations et restrictions imposées aux juifs dans /a Chrétienté médiévale. IJS persécutions subies par les juifs dmH les pays chrétiens, les senti· ments antijtûf s ancrés dans l'âme de pguplei formés par le christiams me. » Viennent ensuite des explications religieuses sur les rapports du christianisme et du judaïsme, à propos desquels il n'est pas de no· ' rre ressort de nous prononcer. Nous relèverons s?ulement ces quelques passages, où sont données des précisions sur la façon de présencr la doctrine chrétienne sans pour autant susciter l'hostilité contre les iu ifs : « ... Donner à l'Histoire S~it1te de l'Anci?n Testament sa place et son tmportancg Iradiûonnel!(J dam toute formation chrétigmze. Montrer en elle notre histoire «( Spirituellement nom sommes des sémites » a dit Pie Xl ; ... « •. .u ne partie seulement des juifs de Palestine - eux·mêmes ne constituant, à cette époque déjà qi/une petite fraction cles jui/s ré· pamlm dam tottt le monde méditerrdnéetJ - (1 Pli connaître Jéstt!. L'op position sYJJhnatjque conJre 1 éms et, finalem ent, sa com/amnation ne sont que le fait d'un clan .,1e dirigeants dévslés par le pe1lple tlt de chefs spirituels (Ittt,;hés par une fidélité trop humaine tl1lX traditions dont ils étaiettt les gardietll C'est à etlX que s'adreSJet"lt les sévères reproch::s et les menaces du Seign.et"". « ... On é1Jitera donc les expressi: ms qui sembl:;raierll identifier tout le peuple juif (et à plus fortJ "Iison tOtlS les jttif s de tOtlS les temps !) avec les dirigeants ligués contre Jésus : « les juifs ont repouSJé, condamné, crucifié Jéms ... » Ce langage, comme celui, analoglle, qu'on trouve dlllS les Actes des Apôtres, chez certains Pères de l'Eglise Otl dans la liturgie, est à comprendre et (i expliquer plutôt qt/à imiter. L .• Oll soulignera de méme que rien dans le Not/veau T~s/{lrrtenl n "lIttorise à penser que le pellple juif est désormais SOftS le coup d'un my.rtérie1tx châriment, d'tme réprobation Ott d'une malédiction ... De même, voir dans la destruction dt l'alltonomie juive el la dispersioll dtl peuple juif ... tl11 châtiment de 1" condam1Mtion de Jésus, c'est oublier qu'à l'époque de Jésus, la plus grande partie du peuple était déjà disp:Jrsée depuis longtemps el que l'autonomie 'J'tationale tJ'exis/air plus ... » Sans méconnaître les différents aspects de l'antisémitisme, qui est essentiellement utilisé comme acme politique de division ct de di version, il est certain que les positions dénoncées ici par un repré· sentant de l'Eglise ont largemeor contribué, depuis le Moyen-Age, à cré ~ r un climat favorable aux passions anti juives. Récemment encore, Jacques Madaule dénonçait dans ces colonnes l'exploitation faite par un Xavier Vallat du sentiment religieux pour exciter à l'antisémitisme. Sans entrer dans les polémiques religieuses que certaines parties de l'étude du R.P. Demann seraient susceptible, d'engendrer, nous ne pouvons que nous féliciter de cette mise au point nécess::ire et significative.

Notes

<references />