Droit et Liberté n°260 - mars 1967

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Les assassins d'Anne Frank: ils ne sont pas tous au banc des accusés pages 6-10
    • Cette Allemagne ignorée: les juifs de RDA parlent par Albert Levy page 8
    • Le dossier du mois: les travailleurs étrangers en France pages 19-26
    • Trois hommes et un enfant: Michel Simon, Claude Berri, Charles Denner parlent de leur dernier film pages 27-29
    • Le mystère de la diaspora noire: un entretien avec André Schwarz-Bart pages 30-31
    • L'enterreur: un extrait du dernier recueil d'Oliven Sten pages 38-40

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg




Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Il Y fJ de~ gens qUI ne tiennent pas en place ... sauf dans un steiner. MAGASIN D'EXPOSITION: 63-67, Bd Raspail 75-PARIS DOCUMENTATION: Polytechnique du Siège (réf. MRAP) 18, Bd du Maréchal Foch 93-NOISY-LE-GRAND OJ o (f) o I Revue mensuelle du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix DROIT ET LI BERTE - N° 260 - MARS 1967 - PR IX : 1,50 F MI(JDEL SIMON 1 A l'mUR OUVERT ~-... " , ... ~ ) ~. ~! Michel Simon, Charles Denner et Claude, Berri parlent du film en pages 27·28·29. A l'occasion de la Journée internationale contre la discrimination raciale PRESENTATION EXCEPTIONNELLE DU FILM DE CLAUDE BERRI Le vieil homme et renfant avec Michel Simon, Charles Denner, et le petit Alain Cohen le 20 mars 1967, à 20 h. 30 a u Pal ais .d e Cha i Ilot Prix des places: 7, 10, 15, 20 et 25 F. Location dès aujourd'hui au M.R.A.P., 30, rue des Jeuneurs . Paris-2e (C.C.P. Paris 14-825-85) et au Palais de Chaillot Htieez-lIol!s de louer 1105 places Aldez-Itous il dl"user les blllees )!i

  • t

r. Pour un abonnement : Pour 3 abonnements groupés Pour 4 abonnements groupés: Pour 5 abonnements groupés: Pour 10 abonnements groupés: • • V01Cl des ca.dea.ux pour vous A l'occasion de la Journée Internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, fixée par l'O.N.U. au 21 mars, "Droit' et. Liberté" amplifie son effort de diffusion. Pour encourager nos amis à souscrire et à faire souscrire des abonnements, VOUS RECEVREZ Deux badges (voir page 34). • • Un disque 45 tours au choix. CHANTS ET DANSES PEAUX-ROUGES : DOCuments sonores recueillis et enregistrés aux U.S.A. par Marcel Isy-Schwart. HELENE MARTIN: Extraits du Récital N° 2. FRANCESCA SOLLEVILLE chante Aragon, Bérlmont et Léo Ferré (Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros). AUX ANTILLES AVEC ALPHON80 (N° 1). MUSIQUE DU VIETNAM: Grand 'prix du disque. Un livre au choix. MALCOLM X : Le pouvoir noir (textes politiques). LES ENFANTS D'ALGERIE (récits et dessins). FRANCIS JOURDAIN: De mon temps. WILFRED BURCHETT : Hanoi sous les bombes. C. WRIGHT MILLS : Les cols blancs (essai !lur les classes moyennes américaines). JACQUES ROUMAIN : Gouverneurs de la Rosée. GABRIELLE ESTIVALS: Pas de cheval pour Hamida (Prix de la Fraternité). ALBERT LABORDE: Trente-huit années pr.ès de Zola (la vie d'Alexandrine Zola). Un disque 33 tours au choix. JEAN-SEBASTIEN BACH : Les trois sonates pour cello et clavecin. LUDWIG VAN BEETlIOVEN : Trios n- 5 et 6; sonates nO' 7 et 28. CLAUDE DEBUSSY : La demoiselle élue. HOMMAGE A JEAN-BAPTISlE LOEILLET (Grand Prix de l'Académie du Disque françals). MOZART: Concertos pour piano et orchestre; les quatre quatuors pour flûte et cordes. JEAN-PHILIPPE RAMEAU : Six concerts en sextuor. MAURICE RAVEL: Trio pour piano et cordes. NEOMI ET ARIK BAR-OR CHANTENT ISRAEL. AFRIQUE NOIRE : Panorama de la musique instrumentale. MUSIQUE INDIENNE DES 'ANDES. Un livre ' d'art: « Hommage aux combattants martyrs du ghetto de Varsovie ». 3S dessins sur planches de Maurice Mendjiski. Préface de Vercors. Poème inédit. de Paul Eluard. Chaque exemplaire, présenté sous jaquette, est numéroté. BULLETIN D'ABONNEMENT M ........................ Adresse : ....... _ ........................................ ' ......... . vous joint dans le présent envoi .................... abonnements groupés (préciser les adresses). Il choisit, en conséquence, le cadeau suivant : .. .... . .......... ..... .... . ...... ... . , .............. . 4 dans ce nUlllèro LES ASSASSINS D'ANNE FRANK Ils ne sont pas tous au banc des accusés ...... 6-10 CETTE ALLEMAGNE IGNOREE Les juifs de R.D.A: parlent 8 LE DOSSIER DU MOIS: LES TRAVAILLEURS ETRANGERS EN FRANCE . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . 19-26 TROIS HOMMES ET UN ENFANT Michel Simon, Claude Berri, Charles Denner parlent de leur dernier film 27-29 LE MYSTERE DE LA DIASPORA NOIRE Un entretien avec André Schwarz-Bart ..... . .. .. 30-31 L'ENTERREUR Un extrait du dernier recueil d'Oliven Sten .... 38-40 et toutes nos rubriques habituelles ' .' lIIuatretlona de couverture • Michel Simoll et le petit Alain Cohen pen· dant le tournage de • le vieil homme et l'enfant • (Photo Elle Kagan). • le mols de mars (gravure du XV- siècle) . DROIT ET LIBERTE • No 260 - MAAS 1967 IDEES POUR MARS EN proclamant le 21 mars, Journée Internationale pour l'éliml· nation de la discrimination raciale, l'O.M.U. a souligné l'importance et l'actualité d'un fléau: le racisme, qui, sous des formes diver~es fait des centaines de millions de victimes à travers le monde. Ce fléau revêt souvent des formes spectaculaires connues de tous: apartheid en Afrique du Sud, ségrégation aux Etats-Unis, poussée néo-nazie en Allemagne occidentale, faim et misère de peuples entiers que le régime colonial a placés en marge de l'humanité, - sans oublier la guerre atroce poursuivie au Vietnam, où le massacre d'in· nocents prend une telle ampleur que les observateurs les plus impartiaux en viennent à prononcer le mot de génocide. NOMBREUX sont les Français qui, dénonçant, à juste titre, le racisme ailleurs, et dans ses effets les plus explosifs, en ignorent les manifestations dans notre propre pays. C'est oublier des faits plus ou moins récents tels que les mesures antijuives sous l'occupation, auxquelles des « kollabos » de tous grades ont prêté la main; la guerre d'Algérie et les méthodes inhumaines qu'elle engendra, y compris sur le territoire métropolitain; l'état déplorable . (sous.développement, misère, analphabétisme) dans lequel se sont trouvées nos colonies au moment de leur indépendance. C'est aussi méconnaître les bidonvilles et les difficultés de toutes sortes - quand ce n'est pas l'hostilité - que rencontrent chez nous les travailleurs immigrés; les campagnes des journaux racistes; les graffiti sur nos murs; les menées des ' groupes spécialisés dans les excitations à la haine et les violences. C'est enfin être insensible aux préjugés - résultant souvent de l'ignorance plus que de la mauvaise foi - qui s'expriment un peu partout dans la vie quotidienne à l'égard des noirs, des juifs, des arabes, des gitans, de tous les « étrangers », « ces gens-là », qui « ne sont pas comme nous » ... LA Journée internationale est l'occasion à la fois de s'informer, de réfléchir et d'agir. Le Mouvement contre l€ Racisme, l'Antisémitisme et pour h.Paix soumet à tous les citoyens de bonne volonté, et à leurs associations les plus diverses; de très nombreuses « idées pour mars » qui donnent déjà naissance à une foison d'initiatives (1). ' , L'un des grands mérites de la décision prise par les Nations Unies, c'est de faire appel à l'opinion publique. Nous voyons en elle la source de tout progrès. Et nous constatons, avec une satisfaction toute particulière, l'intérêt actif que montre la jeunesse pour que le combat que nous menons., En ce printemps 1967, c'est notre meilleure raison d'espérer. DROIT ET LIBERTE. (1) Voir nos informations pages 34 et 35. Le M.R.A.P. a édité, pour le 21 mars, un dépliant qu'il expédie sur simple demande. 5 Devant la salle du procès, des manifestants portent les portraits de deux victimes, parmi 95 000, des accusés : Anne Frank et la religieuse' Edith- Stein. . Anne Frank (indiquée par une croix), en classe à Amsterdam; la photo a été prise quelques semaines avant que la famille Frank se réfugie ~ans le grenier où la Gestapo allait l'arrêter. LES ASSASSINS D'ANNE FRANK (De notre correspondant particulier Ernst B. Poirrier) JUILLET 1943: le Dr Wilhelm liarster, général-major de la police hWérienne adresse un rapport au commissaire du Reich pour les pays ocoupés, Seyss- Inquart : 90.000 juifs environ ont déjà été « éloignés» de Hollande. Adolf Eichmann triomphe. Magnifique! On fait du bon travail dans ce sacré pays! 1963: des poursuites sont engagées à la . suite d'une campagne de presse ,contre Harster et quelques·uns de ses complices - les «Endloser », c'est-<àdire les exterminateurs de la population juive de Hollande. Et maintenant, les voici au banc des accusés, devant le tribunal de première instance de Münich, au deuxième étage du vieux palais de Justice, face au juge Gropner, à ses deux assesseurs et aux huit jurés. L'acte d'accusation déclare: participation à des milliers d'assassinats. Ils sont trois: Wilhelm Harster, 62 ans, ancien brigade-führer S.S., général de division des services de sécurité; Wilhelm Zoepf, 58 ans, ancien 6

  1. '

sturmbannführer S.S. (lieutenant·colonel) qui fut chef de la Division des affaires juives à la Gestapo de La Haye; Gertrud Slottke, 64 ans, ancienne secrétaire des Services de Sécurité. Tous trois appartenaient au Judenreferat, le service IV B 4 dirigé par Adolf Eichmann. Des meurtres bureaucratiques L'acte d'accusation precIse qu'à partir de 1941, la Hollande étant occupée, 94.938 juifs ont été' déportés de ce pays dans les camps d'extermination de l'Est, spécialement Auschwitz, Sobibor et Terezienstadt. Seuls, 1.070 ont survécu. Tels sont les chiffres exacts et reconnus par le Parquet de Münich. Dans ce procès, il ne s'agit pas de la cruauté ni de la bestialité des gardiens des camps, comme ce fut le cas, par exemple, devant le tribunal de Francfort. Cette fois·ci, ce ne sont pas des bourreaux à la Boger, à la Kaduk, que l'on juge. Les accusés que nous voyons là n'ont pas eux-mêmes rougi leurs mains du sang de leurs victimes. Il s'agit de «schreibtischmorder » de « meurtres bureaucratiques,," exécutés en ordonnant des rafles, en rédigeant des lettres, en livrant la «marchandise vivante» pour les chambres à gaz et les fours crématoires. C'est la première fois depuis longtemps qu'une femme est présente parmi les accusés. Son cas, son visage aùssi, font penser à une autre criminelle, Ilse Koch, la « commandante » épouvantable de Buchenwald. Gertrud Slottke, membre du parti nazi depuis 1934', fut bien la «EndIOserin» (l'exterminatrice) des juifs hollandais. La participation à 54.982 cas d 'extermination lui est imputée. Elle est bien l'un de ces monstres comme le Führer les voulait : «hart wie Kruppstahl », durs comme l'acier de KIUpp. Le Procureur l'accuse d'avoir toujours été présente lorsque les «transports » quittaient le camp de Westerbork où étaient parquées les victimes des rafles. C'est elle qui preni;lit, sur place, les dernières décisions, et qui s'assurait de la bonne exécution de la tâche. Aujourd'hui, elle affirme: «Je ne savais rien des camps d'extermination. Je m'imaginais qu'U s'agissait de réserves en vue de futures transplantations. Je ne pouvais pas croire a l'extermination des juifs et, d'aUIe~s, je n'avais d'autre choix que de faire mon service. » Elle parle d 'une voix nette et froide, ne donnant ' pas le moindre signe d'émotion. «C'est Wilhelm Zoepf qui signait tout », dit-elle, se plaignant qu'il lui mettait tout le travail sur le dos. « Nous voulions garder les familles réunies » Wilhelm Zoepf, d 'origine petite bourgeoisie comme elle, est le fils d'un greffier. Il a commencé sa carrière dans la S.S. et, « protégé » par le professeur Karl Gebhardt (condamné à mort par le Tribunal interallié pour ses « expériences » sur les détenus des 'camps de concentration), il obtint bientôt un poste dans- la "Reichssichenmgshauptamt » (Sécurité du Reich) à Berlin. En 1942, il est chef du « Judenreferat» . à La Haye, en Hollande. Devant le tribunal de Münich, il déclare: «Je n'ai jamais été antisémite. En 1943, j'ai eu certaines informations au sujet ·des atrocités qui se déroulaient dans les camps de concentration. Jamais je n'ai voulu ce sort pour les juifs mais U n'existait alors aùcune autre voie pour eux.» - «Connaissez-vous cette enfant?» demande à Zoepf l'avocat Robert Kempner en lui montrant le portrait d'Anne Frarik.. Anne Frank compte, en effet, avec la religieuse Edith Stein, parmi les victimes les plus connues de Zoepf, Harster et Gertrud Slottke. [ ·ROIl ET LIBERTE • No 260 • MARS 1967 UN RAPPORT SANS EQUIVOQUE C'EST le 29 avril 1942 que le port de l'étoile jaune fut imposé aux juifs des Pays-Bas. Quelques semaines plus tard. Wilhelm Zoepf, aujourd'hui jugé à Münich, établissait, à ce sujet, un rapport circonstancié qui a été retrouvé (1). Ce document fut adressé au Service de sécurité nazi de Paris, qui s 'apprêtait à prendre une mesure semblable. En voici le texte : « La mesure a suscité dans les milieux à tendances hostiles et en particulier dans les cercles confessionnels, une aversion marqué contre les forces occupantes et une sympathie générale pour les juifs. Cette mesure a été considérée comme une nouvelle atteinte aux droits souverains de la Hollande et la marque distinctive imposée aux juifs passa pour un affront pour tout le peuple hollandais. Les milieux nazis hollandais eux-mêmes n'approuvèrent pas ces mesures. On vit des juifs portant l'étoile jaune, être publiquementl l'objet d'égards particuliers de la part des Hollandais. Dans les premiers jours les Hollandais exprimaient aux juifs leur sympathie en s'affublant eux-mêmes de l'étoile ou de son imitation. « Des mesures énergiques prises contre ces personnes et contre les juifs qui ne portaient pas l'étoile ont calmé jusqu'à un certain degré l'excitation publique. Ceux qui appartenaient à la race juive et qui portaient l'étoile avec fierté sont devenus plus modestes depuis que les forces occupantes le& menacent de nouveaux décrets. Les jUifs qui ne portaient pas l'étoile furent immédiatement arrêtés. Nous nous sommes efforcés d'obtenir de nouvelles admissions au camp de concentration de Mauthausen. cc On envisage de nouvelles mesures contre les jUifs pour cette semaine .• Signé: ZOEPF S.S. Führer du Secteur d'Assaut. (1) Cité par Ernst Schnabel dans son ouvrage. Sur les traces d'Anne Frank» (Albin Michel) . Réponse de Zoepf: «Oui, je la connais, c'est Anne Frank.» Q. - Cette jeune fille a été déportée sous votre responsabilité. R. - Oui, je le sais. Q. - Qu'en pensez-vous maintenant? R. - Je ne l'ai jamais vue, mais on est horrifié parce que c'est une enfant. L'avocat. - Je vous accuse d'avoir organisé des déportations dans lesquelles se trouvaient 48 % de femmes et 22 % d'enfants. Zoepf. - Nous voulions garder les familles réunies. Le seul moyen de faire carrière En somme, ils ne savaient rien, ils ne voulaient pas savoir - c'est du moins ce qu'ils prétendent aujourd'hui - ou s'ils admettent qu'ils savaient, c'est pour dire qu'ils ne pouvaient rien faire d'autre. Ils présentent leurs activités criminelles comme des «fautes morales». Ils se rendent compte aujourd'hui, disent-ils, ils n'auraient pas dû, si c'était à refaire, ils ne recommenceraient plus ... Cette forme de défense est assez nouvelle. Le Chancelier Kiesinger a montré la voie en reconnaissant qu'il avait été nazi et qu~ c'était le seul moyen à l'époque de «faire carrière». Harster s'explique là-dessus sans ambages: «Dans les années 32·33, seules deux possibilités s'offraient: le communisme ou le national-socialisme. Ce que je devais choisir était dair pour moi.» Harster est accusé d 'avoir participé à l'assassinat de 82.856 personnes. Pils d'un haut-fonctionnaire de la police criminelle 'de Bavière, il manifestait, dès son plus jeune âge, une grande ambition, qui le conduisit, après ses études juridiques, à prendre du service dans la police hitlérienne. Il devait devenir l'un des assistants directs de Himmler. Membre du parti nazi, il est dès 1933 affecté à l'état-major de la Gestapo à Berlin. Après l'Anschluss, il est nommé chef de la Gestapo à Innsbruck. Après l'invasion de la Belgique, c'est à Bruxelles qu'il poursuit ses activités, puis il gagne les PaysBas. L'histoire de ce criminel est significative, car elle ressemble à celle de beaucoup de ses' semblables en République Fédérale Allemande. En 1949, il est condamné, aux Pays-Bas, à 12 ans de prison, les dossiers qui le concernaient n'ayant pas permis de connaître la totalité de ses crimes. Après avoir purgé seulement la moitié de sa peine, il est libéré de la prison de Breda, sur intervention du gouvernement de Bonn. En 1953, donc, Harster rentre en Bavière. Il touche sa prime de «prisonnier de guerre» et l'on s'empresse de lui offrir un emploi: il sera « conseiUer» du gouvernement de Bavière et, montant en grade au bout de deux ans, il deviendra «Oberregferungsrat » (conseiller supérieur) du gouvernement. Il . est établi que ses employeurs savaient tout de son passé. Mais en 1 196j, le scandale éclate au grand jour à la suite du procès, à Vienne, de Rajakovitch, adjoint d'Eichmann, au cours duquel Harster est nommé. Ori lui accorde précipitamment sa retraite anticipée pour « raison de santé", au taux de 1.300 marks par mois. Ce qui ne l'empêche pas de poursuivre d'au- CETTE AL LEMAGNE IGNOREE . tres activités lucratives comme directeur du Centre de l'Industrie Européenne à Münich. Pour cinq florins Il se confesse : et que pourrait-iJ faire d'autre? puisqu'en février 1942, un document signé de sa main se réfère à. la « solution finale» de la question juive. Il s'explique: « Nous exécutions des ordres. L'éviction des juifs nous était commandée par la sauvegarde du peuple allèmand.» En fait, pour lui, le crime majeur est de n'avoir pas compris assez tôt ce qu'il risquait, puisqu'il précise: «Je croyais à la fin victorieuse de la guerre, et je pensals que dans ce caslà, personne, - plus tard, ne s'intéresserait à ce qui s'était passé ... » Tels sont les «meurtriers bureaucrates » qui ont participé à l'assassinat d'Anne Frank, cachée 2S mois dans un grenier d'Amsterdam, dénoncée par un mouchard qui reçut pour cela les 5 florins promis par la Gestapo, emmenée à Auschwitz puis à BergenBelsen où elle mourut en mars 1945, à 15 ans, avec sa soeur et sa mère. Dans le flot anonyme des déportés, ni Harster, ni Zoepf, ni Gertrud Slottke n'ont vu Anne Frank. Zoepf se défend: «Ce n 'est pas mol qui al participé personnellement à l'arrestation ... Ce n'est pas mol qui ai personnellement mis en route le train où se trouvait cette jeune fille ... » Est-il, pour cela, moins coupable? E.-B. P. J E reviens d'un pays qui n'existe pas : officiellement du moins, la France, comme beaucoup d'autres Etats en relations avec Bonn, refuse d'admettre la réalité de la République Démocratique Allemande. Selon cette étrange conception de la géographie - et de l'histoire -, entre la République ouest-allemande et la Pologne, il y aurait... un vide sur la carte politique de l'Europe. Dans ce pays, pourtant, vivent 17 milljons de personnes; -elles s'organisent à leur façon; j'y al rencontré des hommes responsables dont les préoccupations rejoignent les nôtres, qui . veulent la paix, qui , agissent dans le même esprit antinazi et antiraciste que nous-mêmes, et J'al vu les résultats de leur action. . Nous étions plus de cent Journalistes, Invités à une conférence de presse internationale par le Conseil des Communautés juives de la R.D.A. Il ne reste que peu de Juifs dans l'ensemble de l'Allemagne; et pour ce qui est de la R.D.A., leur porte-parole nous a cité l'exemple tragique de la province de Mecklembourg, où l'on compte 40 cimetières Juifs, et le même nombre, exactement, de juifs survivants inscrits sur les registres de la communauté religieuse. De zélés serviteurs Premières victimes d'Hitler, les quelques rescapés revenus sur les lieux de leur martyre, après les vicissitudes de l'exil ou l'enfer des camps, savent de quoi Ils parlent quand ils évoquent le nazisme d'hier et d'aujourd'huI. Et nous avons le devoir de les entendre. Ils nous ont dit leurs alarmes devant l'évolution qui se poursuit en République Fédérale Allemande, où l'agitation néo-nazie prElnd une ampleur spectaculaire, où des généraux ' hitlériens, des dirigeant! de l'Industrie du IIJ< Reich, des propagandistes du racisme, des • bureaucrates de la mort • occupent des positions-clés dans l'Etat, sa vie 'économique et politique, dans la presse et l'appareil Judiciaire, dans . la police et l'armée. Ils nous ont remis, à l'appui de leurs ' affirmations, des listes de noms, InépUisables, avec, pour chacun, des Indications précises quant au passé et au présent. Ils nous ont apporté la 'preuve que, dans les ministères et les' services de Bonn, pullulent les • conseillers • qui s'occupaient sous le régime nazi de • l'aryanisation • des biens Juifs, les sbires de la Gestapo qui apportèrent leur concours sanglant à la • solution finale de la question juive ", les zéléS serviteurs de Goebbels qui répandaient, contre les juifs, la haine et le mensonge. Ils .ont rappelé, documents en main, que le chancelier Kiesinger fut de ces derniers; et aussi que le préSident de la République fédérale, Heinrich Lübke, a joué un rôle actif dans la construction de camps et d'usines de guerre, en utilisant le travail forcé des détenus jurfs raflés dans les pays occupés ... A Berlln, le profesSeur Scheideman, Vice -' prési; dent . des Communautés j u i.v es de la R.D.A., s'adresse à la presse mondiale par Albert Lévy DES COMPLICES EN LIBERTE C 'EST pendant l'été 1933, ' que M. Otto Frank et sa famille quittent F'rancfort-sur-Ie-Main : 4epuis janvier, Hitler est au pouvoir; comme pour beaucoup d'autres juifs, l'exil . représente à leurs yeux le seul moyen d'assurer leur sécurité. >~)' ';'.\,~l >~ ,','/ ~ u I~ '\:I I'o':? H d qf~ ) Le docteur Herman Con ring était le représentant personnel aux Pays-Bas de SeyssInquart, Haut-Commissaire du Reich pour les pays occupés. Depuis 1953, Il est député C.D.U. Sa biographie figure, dament épurée, dans l'anlluaitELQU Bundestaa. Anne a trois ans. Ils 's'installent à Amsterdam. Ce seront les années heureuses de la petite fille, qui fréquente . l'école Montessori,. puis le lycée. . Mais le 10 mai 1940, les troupes mais envahissent la Hollande. Le pays capitUJle après cinq jours de lutte inégale. Pendant ces quelques jours passés en R.D.A., je me suis efforcé de m'informer sur ce pays. Je ne prétends pas juger ses réalisations économiques, et ce n'est pas le lieu, dans ces colonnes, d'apprécier sa politique générale. Mais ce qui m'a passionné, ce fut de rechercher et de découvrir comment, eux, là-bas, ils s'y sont pris pour donner une orientation nouvelle à un peuple marqué par le nazisme, - ce qu'ils ont fait du terrible héritage qui leur est échu en 1945. Antinazis dès la première heure J'ai eu de nombreuses conversations privées, et j'ai' interrogé diverses personnalités officielles; je me suis entretenu longuement avec des hauts fonctionnaires de l'Education Nationale; je me suis .promené dans Berlin (-Est); j'~i applaudi, dans un grand théâtre de la ville, l'excellente pièce d'Arthur Miller, • Incident à Vichy "; j'al visité le mémorial du camp de Sachsenhausen. Ce qu'on m'a dit, ce que j'ai vu peut se résumer comme suit ... Avant tout, les hommes au pouvoir en R. D. A. - euxmêmes antinazis de la première heure, rescapés des prisons et des camps, ou anciens combattants des organisations de résistance européennes - ont misé sur la jeunesse. ' Dès le début, au prix des difficultés qu'on imagine, ils ont éliminé tous les instituteurs et professeurs de la période nazie, et les ont remplacés par des maîtres nouveaux. A l'égard des générations anciennes, la première tâche fut de pourchasser et de châtier les criminels, tous ceux qui avaient occupé des postes d'autorité ou participé activement à l'entreprise de terreur et d'extermination. Les nouveaux dirigeants s'attachèrent en outre à détruire les bases économiques et sociales sur lesquelles s'était développé le nazisme. Dénonçant avec vigueur les crimes dont furent victimes les peuples d'Europe et le peuple allemand lui-même, ils donnèrent pour objectif à la population de travailler au progrès, à la paix, à l'amitié internationale, pour faire en sorte que, jamais, de pareils événements ne puissent se reproduire. Cette dénonciation de l'hitlérisme et du militarisme, la vigilance à l'égard des resurgences du passé, l'exaltation de la paix et de la fraternité humaine constituent les leitmotive de la vie quotidienne en R.D.A. Ces préoccupations apparaissent en permanence dans les journaux et les revues, dans les programmes des cinémas et des théâtres, dans les réunions et manifestations publiques, dans les manuels scolaires (dont j'ai rapporté une série complète), depuis la maternelle jusqu'à l'Université. La réfutation des préjugés raciaux figure explicitement dans les directives aux enseignants; des livres anti-hitlériens sont inscrits aux programmes des. examens ; il n'est pas d'élèves des écoles primaires et secondaires qui ne participent à la vi.site commentée d'un camp de concentration : j'ai vu dans le. Livre d'or de Sachsenhausen, les remarques écrites par ces enfants, et signées par des dizaines de classes. ' Des musées antinazis Ou'y avait-il à faire d'autre 1 ... Si nous voulons comprendre les problèmes qui se posaient aux dirigeants allemands, demandons·nous, dans un domaine assez comparable, ce qui a été fait chez nous par les pouvoirs publiCS pour dénoncer les horreurs des guerres du Vietnam et d'Algérie, commises en notre nom. Ou'a-t-on fait pour châtier les responsables de ces horreurs 1 Imaginons, par exemple, un musée consacré aux méfaits du colonialisme et aux luttes libératrices des anciennes colonies, édifié à Paris pour rendre justice aux peuples que la ' France a opprimés, comme il y a des musées en R.D.A. montrant la lutte des peuples d'Europe contre les occupants nazis ... Est-ce à dire qu'en R.D.A. tous les Allemands ont été transformés 1 L'affirmer serait absurde. Ce qui importe, c'est que les nostalgiques du passé ne peuvent pas s'y manifester. On m'a cité des cas de poursuites et d'application de la loi qui interait l'antisémitisme et le racisme. Et il est de fait que lorsqu'une vague de croix gammées, partie d'Allemagne occidentale, déferle sur l'Europe (y compris la France) , elle s'arrête net aux frontières de la R.D.A. Dans ce pays, on n'édite aucun livre, aucune publication si peu favorable que ce soit à Hitler et à ses tristes explOits. Il n'y a là ni N.P.D. ni aucune organisation néonazie, les cimetières juifs et les synagogues ne sont pas profanés. Lorsque, l'an dernier, un ancien médecin-sélectionneur d'Auschwitz a été découvert en R.D.A., il fut aussitôt jugé, condamné à mort, exécuté, alors qu'en R.F.A., tant de ses congénères sont libres et que le procureur, au . procès de Münich, demande seulement quelques ann~es de prison pour les assassins d'Anne Frank. En R.D.A., comme en France, les crimes hitlériens, ont été, par une loi, pro· clamés imprescriptibles. En dehors de toute considération politique, je le répète, et du seul point de vue qui nous intéresse ici, il est navrant que l'on ignore en France cet Etat allemand ; qu'en conséquence, son action soit cachée à l'opinion française ; que les échanges entre nos deux pays soient pratiquement inexistants. Nous sommes, bien sûr, pour la coopération avec toute l'Allemagne, pourvu que ce soit dans un esprit de ferme répudiation du passé; nous nous sentons solidaires de ceux qui luttent en R.F.A. - étudiants, ouvriers, intellectuels - contre l'agitation néo-nazie et pour une véritable démocratisation. Mais on ne peut se résoudre à ce que, pour complaire aux gouvernants de Bonn, soient tenus pour nuls les efforts de cet autre Etat allemand, que notre pays, après tant d'épreuves, devrait reconnaître et apprécier. Les inquiétudes que nous éprouvons concernant l'Allema· gne fédérale risquent de faire désespérer certains de l'avenir et du peuple allemand lui·même. Ce ' qui se passe en R.D.A. donne confiance. Le 2 juillet, paraît le premier avis concernant les juifs: ceux qui ne sont pas d'origine hollandaise doivent se présenter à la police... C'est le début d'une « escalade » tragique: selon une méthode bien mise au point par Globke et Eichmann, on recense, catégorie par catégorie, ceux à qui on interdira peu à peu toute activité professionnelle, (22 octobre 1941) dont on limitera les déplacements, à qui on imposera le port de l'étoile jaune (29 avril 1942), et que l'on soumettra aux rafles avant de les acheminer vers le camp de Westerbork, le « Drancy » hollandais, antichambre de la déportation et de la mort. Westerbork, le' dernier convoi de dé· portés partant de Hollande (3 septem· -bre) les emmène à Auschwitz. Anrie est transférée vers la fin octobre à Bergen-Belsen, où · elle mourra peu après. uROIT ET LIBERTE • N° 260 • MARS 1967 L'occupation Le 6 juin 1942, les Frank et une famille amie se cachent dans un gre· nier, au 263 de la Prisengracht, où Anne écrira son Journal devenu célèbre après la Libération. Dénoncés, ils sont arrêtés, le 4 août 1944. L'officier qui les interroge au siège de la Gestapo, dit, joyeux, à sa secrétaire: « Aujourdhui, ç'a été une bonne journée ». Après quelques 'jours, passés. à Le Tribunal de' Münich juge trois des criminels nazis qui ont contribué à la mort d'Anne Frank (parmi 95000 autres juifs de Hollande) . Leur rôle, dans l'organisation de la « solution finale» se situe au stade de l'arrestation et de la déportation. On ne peut évidemment pas énumérer tous les serviteurs d'Hitler qui sont -+ 9 Albert K 0 n rad Gemmeker, hier ' (à gauche) comman dan t SS du camp de Westerbork, Hollande, où passèrent 95,000 Juifs, est auJourd'hui (à droite) un • honorable • commerçant, établi à Dusseldorf (RFA), Parkstrasse 55. .... également intervenus, au long de ce chemin de croix suivi par Anne Frank, et qui la conduisait inéluctablement au four crématoire. Nous en présentons ci-dessous quelques-uns. , En 1940, dans les forces armées qui envahirent la Hollande et ,la Belgique, un général de corps d'armée se distingua tout particulièrement, ce qui lui valut les plus hautes décorations. Il s'agit du général Heinz Trettner. Aujourd'hui, général d'armée, il occupe en R.F.A. les très hautes fonctions d'inspecteur général et de chef d'état-major de la Bundeswehr. Hermann Conring, membre du bureau du commandant d'armes en campagne de Groningue, conseiller supérieur de l'administration de guerre, fut nommé en Hollande par SeyssInquart, le haut responsable nazi des pays occupés. Un biographe' de Conring souligne que «dès l'année 1942, cet homme insiste pour que les juifs disparaissent de son secteur ». Cet homme est devenu député de la C.D.U. (le parti d'Adenauer, de Globke et de Kiesinger) à partir de 1953. Il a été décoré de la Grand-croix fédérale de l'ordre du mérite de la R.F.A. Voici maintenant le Dr Otto Dippelhofer. Ce !' Sturmbannführer » S.S. accompagna les forces d'invasion à la tête de l'unité de Feldgendarmerie dont il était commandant. Il avait pour rôle « d'assurer l'ordre » en faisant régner la terreur dans les populations civiles. « Il a toujours accompli soigneusement et ponctuellement les tâches qu'on lui a assignées ... Son comportement garantit qu'il s'emploiera toujours pleinement pour le service de l'Etat national-socialiste », écrivent de lui ses chefs hiérarchiques. Après la Hollande, il s'illustra en Pologne et en U.R.S.S. Il est aujourd'hui, en . R.F.A., général de brigade dans les gardes-frontières, et dirige le « secteur Sud» de cette formation. Aussitôt mises en places les structures de l'occupation, le conseiller 10 d'ambassade Ernst Günther Mohr, en poste à La Haye, s'employa à organiser la déportation des juifs. Après avoir occupé diverses fonctions dans d'autres pays jusqu'à la fin de ta guerre, il est devenu ambassadeur de la République fédérale à Buenos Aires (1965). , Hans von Boeckh, ,qui était « commissaire du Reich aux territoires occupés des Pays-Bas », et qu'Hitler décora de la Croix de guerre de 1re classe, a participé après la guerre, dans la délégation ouest-allemande, aux négociations pour les traités du Marché commun et de l'Euratom. Il est actuellement vice-président du « Conseil d'études ' et de recherches auprès du ministère fédéral aux questions pan-allemandes.» La Gestapo Passons à la Gestapo. Nous trouvom là beaucoup de monde. Karl Silbauer est le policier qui arrêta Anne Frank et sa famille. On ignora son rôle jusqu'en décembre 1963, lorsqu'il fut découvert à Vienne. D'origine autrichienne, il était revenu dans son pays, et avait repris du serl'ice comme inspecteur au commissariat du 1" arrondissement de la capitale. Arrêté et jugé, il fut acquitté, et réintégré dans ses fonctions. Willi Lages était le chef de la Gestapo d'Amsterdam. Condamné à mort par la Justice hollandaise, après la Libération, sa peine a été commuée en détention à vie, à la suite d'une intervention personnelle du chancelier Adenauer, par lettre du 27 mars 1950. En vrac, voici encore: Erich Deppner, « Sturmbannführer » S.S., ex-commandant du régiment de la déportation de 11.000 juifs hollandais. Acquitté pour « manque de preuves » en 1965 par la Cour d'Assises de Münich, il exerce en R.F.A. la fonction de « conseiller industriel et économique ». 'Andreas Fermer, membre , .de la Gestapo de Weimar, avant d'opérer à La Haye, se trouve maintenant à Dortmund, où il est commissaire de la police judiciaire. J(ihannes Frank, membre de la Ges.tapo depuis 1934 à Leipzig, puis nom-· mé aux Pays-Bas sous l'occupation, es.t devenu secrétaire de la police judiciaire à Essen, après 1945. . ' Herbert Furk, « Sturmbannführer" S.S., ex-commandant du régiment de policè S.S. 1-3, aux Pays~BasT est conseiller de la police à Kiel. . Hermann WeigQld; . ex-~hautpsturmführer » S.S. auprès â~l chef de région de la S.S. et de la police e,n Hollande, est commissaire de police. à Stuttgart. Etc., etc .. : . '. Signalons enfin, un dernier personnage de ce sinistre. jeu de massacre: le commandant du camp de Westerbork, où Anne Frank et les siens furent parqués avant la déportation « vers l'Est ». Il s'agit d'Albert Konrad Gemmeker, « Obersturmführer » S.S., collaborateur ' direct d'Eichmann. Son supérieur hiérarcllique le quali- ' fiait de « fonctionnaire excellemment qualifié, au-dessus de tout éloge ». Il est aujourd'hui, à Düsseldorf, un paisible commerçant. Il n'a jamais été inquiété. PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femm'es du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6') RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (10') GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau) . Magasins ouverts tous les lundis --------- QUE SE PASSE-T-. ? 18 - 1. - l'apartheid est non seulement une solution inadmissible aux conflits entre races et groupes mais constitue par elle-même une cause majeure de, conflits raciaux en Afrique du Sud, affirme un rapport de l'Unesco. 20 • 1. - Un criminel de guerre, ancien caporal de la Wehrmacht, condamné en 1949 à 20 ans de travaux forcés est retrouvé dans un hôtel de Lille. • Violente bagarre à Bordeaux: une réunion sur le Vietnam organisée par l'Association des Etudiants de la ville est perturbée par des groupes d'extrême droite. 21 - 1. - Réunis au Palais de Justice de Paris, les Jésuites de nombreux pays se prononcent pour l'imprescriptibilité des crimes de guerre et le respect des principes de Nuremberg. 23 • 1. - A Munich, ouverture du procès des officiers nazis responsables de la déportation des juifs holl~ndais parmi lesquels Anne Frank. 24 • 1. - Berlin-Ouest ; le chancelier Kiesinger dépose une gerbe devant le le monument aux victimes du nazisme; « le régime dont il avait le propagandiste D soulignent des intellectuels allemands. 26 • 1. - Grande-Bretagne : Colin Jordan, chef du mouvement nazi est condam~é à 18 mois de prison pour incitation à la haine raciale. . • La visite de Von Thadden, dirigeant du N.P.D., est annulée à Oxford. 29 - 1. - • Méprise » dans le delta du Mékong: des unités américaine tuent trente et un vietnami«nts et en blessent 33 autres, parmi lesquels des civils et des soldats gouvernementaux. 1er - Il, - L'ex-colonel Godard, ancien chef militaire de l'O.A.S., est arrêté à Bruxelles. • M. Smith, chef du gouvernement raciste rhodésien. est accusé par l'opposition africaine de vouloir Institutionnaliser l'apartheid. 10 . ' Il. - les représentants de la communauté juive de la République Démocratique Allemande tiennent une conférence de presse pour dénoncer la montée de "antisémitisme en R.F.A. 12 • Il. - Création d'un Parti National Démocrate (N.P.D,) autri· chien à Linz (Autriche). 13 - Il. - Au procès des nazis responsables de la mort des Juifs hollandais à Munich, le procureur requiert 15 ans de détention contre ('ancien SS Wilhelm Harster. • Arrestation à Madrid du président de l'U.N.E.F., Pierré Vandenburle. venu exprimer la solidarité de son organisation aVec les étudiants espagnols. ' . , 15 - Il. - Devant le Pentagone, 2.500 femmes américaines manifestent contre la guerre au Vietnam. • le préSident Johnson présente au Congrès de nouveaux projets de lois contre la digcrimination raciale dans le logement, l'emploi et la composition des jurys. 16 - Il. - Sud· Vietnam : les B 52 américains multiplient les bombardements. • Après trois jours de détention à Madrid, Pierre Vandenburle, président de l'U.N .E.F. est expulsé d'Espagne. ' 17 - Il. - Seize prélats catholiques américains se déclarent opposés aux lois interdisant les mariages interraciaux. ' • Malgré d'Importants faits nouveaux, Morton Sobelt, condamné en 1951 avec .Julius et Ethel Rosenberg n'obtient pas la réouverture de son procès. 18 - Il. - la guerre au Vietnam fait plus de morts parmi les noirs américains que parmi les blancs, révèle le Pentagone. 19 - Il. - les Etats-Unis • tentent de mener une guerre génOCide contre le Nord, Vietnam », déclare dans ses conclusions la 2' commission ·d'enquête du • tribunal ifl.!ernational des crim~s de guerre • DROI r ET LIBERTE . N° 260 . MARS 1967 éiectiQn8 AUX FRAIS DES CONTRIBUABLES « L E Rassemblement Européen de la Liberté dit : non à l'insécurité de nos rues; non aux hôpitaux surchargés; non aux charges sociales écrasantes; non à l'immigration algérienne ... Contre l'immigratlOn algérienne: votez R.E.L. JO La haine contre les Algériens, principaux « responsables» des maux dont souffrent les Français, tel est l'argument essentiel de la campagne électorale du « parti » de Dominique Venner. Le R.E.L., version électorale du M.N.P. (Mouvement Nationaliste du Progrès) créé le 1e r mai 1966 à partir des « volontaires d'Europe Action lO, de la F.E.N. (Fédération des Etudiants Nationalistes) et des dissidents tixiéristes et poujadistes, présente dix· sept candidats en province et douze sur Paris et la banlieue. Parmi eux : Georges Schme1z, secrétaire général de la Fédération des Etudiants -Nationalistes, responsable et dirigeant du camp-école de Goudargues, dans le Garo, où 150 cadres de la F.E.N. reçurent une "fonnation physique et doctrinale» durant l'été 1966; Ferdinand Ferrand, commissionnaire aux Halles où il dit avoir «réintroduit le Nationalisme ». «Nous participons, déolarait-il il y a quelques temps à Europe-Action, aux prochaines élections législatives non pour «faire du député », mais pour utUiser une occasion exceptionnelle de nous faire connaitre »; Roger Holeindre, ancien parachutiste, caporal·chef en 'Indochine, emprisonné en 1964, pour activisme en Algérie, organisateur de la ," Caravane de la volonté» de Tixier-Vignancour, créateur d'une « Maison de jeunes », 10, rue Quincampoix (cette adresse est aussi celle des Editions du Clan, dirigées par François Brigneau de « Minute») , à l'époque où il était responsable national des troupes de choc de Tixier-Vignancour ; Pierre Pauty, ancien rédacteur à «~ratemlté Française ", le journal de PIerre Poujade, etc: Il leu~ en aura coûté seulement, à eux et aux autres candidats du R.E.L., mille francs (versement nécessaire à l'inscription des candidatures) pour abreuver à loisir, et aux frais def, contribuables, les habitants des 8", 13<, .... 11 NON-SENS DE L'HUMOUR N ami de Bourg-la-Reine me transmet un bulletin paroissial de cette vi.lle, U Saint-Gilles Actualités (n° 11, janvier 1967). En première page, un ent~efIlet affirmant qu'un bulletin paroissial n'est pas seulement lI:lle journal d mf.ormations religieuses, mais qu'Il doit « présenter la doctnne, a travers les faits, dans des articles ou des reportages. » Je voudrais bien savoir 'quelle doctrine on pe.u~ ,découvrir dans la page intérieure où un article, intitulé: « Humour et publlclte », reprodult un p!acard publicitaire apocryphe d'un marchand d'objets de piété. Passons sur le taIt que cette amusante (?) fantaisie propose des enfants d.e choeur en aluminill!ll moxy~able, des chaisières en zinc et cuir tanné et des Slisses en fer forgé quetant. g~ace à un disque qui répète « Pour les veuves de M. le Curé », etc. "~es parOISSiens de Saint-Gilles ont le droit de rire, s'Ils trouvent ça d~ bon gout. Par contre, lorsqu'on affirme (toujours pour rire) que le tenanc~er de cette offi~ine. se nomme Abraham Isaac Levy, cela ne relève plus de 1 humo~r. Les «hls}orres juives» ont toujours servi une mauvais~ ~ause, cell~ du racisme. Sous loccupation nazie, les journaux officiels en etaient remplIs. « Nous sommes sûrs, .dit le bulletin, que !:los lecteurs aur<?nt, assez ~e, finesse pour accueillir cette plalsantene avec le meme humour qu~ 1 a inspiree. » Mon Dieu' où l'humour va-t-Il se nicher? Quand on sait ce que l'antisémitisme a f~it de mal! Monsieu~ le vicaire de Saint-Gilles, pensez à l'âme de Max Jacob! 1 Oncle TOM. ,----------------------- ..... 11', 16', 17' et lS' arrondissements de tracts électoraux débordants de la même démagogie fielleuse que Minute. Le R.E.L., voulant faire figure honorable devant ses éventuels électeurs, a désavoué récemment les violence.s qu'il préconisait jusque .là, et dont Il rend responsable le seul Mouvement Occident. Il opère parallèlement un rapprochement insidieux avec les candidats de l'Alliance Républicaine pour les Libertés et le Progrès, présidée par Tixier-Vignancour qu'il c<:msidé- , rait pourtant comme un partI trop « conservateur ». QUESTIONS SUR L'AFRIQUE DU SUD SOUS le titre « L'Afrique du Sud et nos élections · ", M' Jean-Jacques de Félice, écrit qans le numéro du 9 février de Cité Nouvelle, ·organe du « christianisme social »: «'-;-a discussion entre violence et non-vIOlence reste bien théorique si l'on oublie nos responsabilités et toute l'hypocrisie d'un monde occidental qui proclame Albert Luthuli, Prix Nobel de la Paix, mais participe à l'oppression, soutient l'oppression. Et la France tient en cette affaire un rang très « honorable », sinon déshonorant. Depuis des années, l'Assemblée d~s Nations Unies - lors de votes acqUIS à des majorités écrasantes - dénonce l'apartheid et s'inquiète du danger de guerre que constitue la ségrégation légale pratiqué,e en Afrique du S.ud; Depuis des annees, des textes préCIS znterdisent toute vente d'armes à ce pays raciste. Or, délibérément, avec constance la France viole ce texte et en· voie ~u gouvernement sud-africain les voitures blindées, les avions, les hélicoptères, les armes et engins divers dont il a besoin ". Rappelant le projet de construction d'une nouvelle raffinerie de pétrole en Afrique du Sud avec. l'aide d~~ techniciens de la compagme pétrohere française « Total » Me de Félice poursuit .: « Les victimes de l'apartheid en Afnque du Sud, les huit mille prisonniers politiques, les 12 millions d'homm.es de couleur privés de tous leurs drOIts attendent de la France une autre politique que celle du soutien et de l'aide à leurs maîtres et géôliers ». « N'a-t-on pas sur ce sujet, conclut M' de Félice, quelques questions à poser à nos candidats du 5 mars prochain? » «ET LA 'FAIM DANS LE MONDE?» U N groupe de chrétiens du XVI' arrondissement ont rédigé le texte d'une lettre ouverte diffusée sous forme de tract et destinée aux candidats. Une question y est posée: « Monsieur le candidat, quelle Ainsi, le R.E.L. appor!era , s ~n soutien à André Figueras, ]ournahste .au Charivari, qui se présente à Pontarher pour l'Alliance Républicaine. Tixier-Vignancour, lui, ap~ès. avoir parlé à Berlin devant l'Ass<;JcIatlOn des Réfugiés allemands, est alle a~x Et~tsUnis où, déclare-t-il dans une mtervlew publiée par Rivarol, « l'affaire du Vietnam si douloureuse qu'eHe 'soit, reste une petite chose: 125 morts par semaine cela compte certes, mais cette guerr~ n'effraie pas une opinion publique qui se révèle d'une « solidité totale» dans l'examen du problème. Pour elle, l'aide apportée au Sud se présente comme un devoir moral.» LE PAYS DU SOURIRE? Parlant des candidats « nationaux », il fait remarquer que « grâce à l'extrême modération et à la sagesse de l'Alliance Républicaine, un minimum d'entente a pu être réalisé du côté de l'opposition nationale.» Le 16 février dernier , au Palais des Sports, Tixier-Vignancour a pré~enté ses trente-trois candidats en faIsant applaudir les noms de Georges Bidault Jacques Soustelle et de l'exgénéjal Salan. Il a réclamé. l'~mnistie générale en faveur des cnmmels de l'O.A.S. 12 UN certain nombre de Français, malgré Mao. et sa « ré~olutiO~ cu!turelle -, continuent à penser que « tOUjours soume " est bien « 1 hablt~de d~s orientaux ". C'est ce qui ressort de la lecture de la pochette de 1 enr~~lstrement du Pays du Sourire, l'immortel chef-d'oeuvre de Franz Le~ar (Philips P 77.1162) dont la présentation est signée par M. Jacques BourgeOIs. Dans un texte ql,li ne peut qu~ cons~erner I,e lecteur de c,e journa!, c,~ critique se plait à s 'affliger de « la melancohe du denouement ... ou Ion VOit 1 incompatibilité foncière de deux races malgré l'amou~ ". Et vo!là le mot lâ~hé. Convaincu de l'évidente monstruosité du couple forme par la Jeune europeenne et son beau prince chinois, il n'hésite pas à solliciter notre acquiescement. « Leur différence de racés ne s'oppose-t·elle pas à toute union raisonnable .1" Allez avec çà marier votre· fille à un nègre ou un jaune et essayez de vous faire p.asser pour raisonnable ! Et d'insister sur cette « union avec une blanche " vraiment contre nature et de souligner « l'incompatibilité de la situation» et de conclure forcément à '« l'erreur " du jeune couple '{lue l'on désigne antagoniquement comme « l'européenne et l'oriental", etc. " Vraiment est-ce raisonnàble de la part des éditions Philips de rep!'endre en 1967 les arguments de 1929 (date de la création de l'oeuvre), de cette epoqu.e où le racisme souriant s'appelait. l'exotisme " ? Est-ce raisonnable de s~rtlr des tiroirs honteux de l'hi.stoire ces ponCifs détestables ? A quand la revolutio- n culturelle des ' racistes qui s'ignorent ? Albert BENSOUSSAN. place ferez-vous dans votre programme, au drame de la faim dans' le monde? ". « •.. Les rapports des pays industrialisés et des pays du tiers monde (qui) ' restent des rapports de domination, rappelant, à bien des égards, ceux qui existaient au dix-neuvième siècle, entre les patrons et les ouvriers... cette si· tuation constitue pour les chrétiens un scandale ... " lit-on notamment au verso du tract, qui préconise une aide accrue et mieux comprise aux pays sousdéveloppés

,

« Ne craignez pas, M. le candidat en vous engageant dans cette voie, de faire une politique impopulaire. Nous comprenons parfaitement que le sort des pays pauvres ne pourra s'améliorer que si les citoyens des Etats riches consentent certains sacrifices. Ceci nous paraît normal et d'avance, nous les acceptons avec discipline et solidarité, sans vous en tenir aucunement rigueur, bien au contraire. Ce que nous n'admettrions pas, en revanche, c'est que vous vous désintéressiez de cette question, à nos yeux capitale ". immigration PERSÉCUTIONS BUREAUCRATIQUES E NCORE un exemple navrant de tracasseries administratives dont sont victimes les Algériens! M. Mohamed Ch., marié à uné Française, père d 'un petit garçon né à Paris, vit en France depuis dix ans. Lors de son dernier séjour en Algérie, où il prenait ses vacances en compagnie de sa femme et de son enfant, il s'aperçoit qu'il a égaré son bulletin de paie. Invoquant les règlements français, les autorités algériennes refusent de laisser repartir la famille Ch., bien que M. Ch. présente au contrôle de police une liste de papiers complète et parfaitement en règfe : passeport, livret de famille, quittance de loyer, certificat de travail, etc. Rien n'y fait. Malgré leur bébé malade, M. et Mme Ch. doivent attendre trois jours, le temps qu'ils reçoivent un duplicata de feuille de paie. ,Mais leurs ennuis n'étaient pas finis: à Marseille, la police refuse de laisser débarquer M. Ch. sous prétexte que son bulletin de paie ne porte pas de prénom ,! « Tous les papiers que nous avions et mes affirmations sur l'honneur ne suffisaient donc pas ! écrit Mme Ch. Il m'a fallu passer l'après-midi à faire la navette entre le bateau et le commissariat du port, dans l'angoisse avec mon bébé souffrant. Finalement à 9 h. du soir, mon mari fut libéré. Je n'arrive pas à croire qu'on puisse légàlement faire de telles tracasseries pour DROIT 'Er LIBERTE - N° 260 - MARS 1967 DANS L'OBSCURITE Sur l'écran, apparaît le générique du film hongrois « Les Sans-Espoir »: .. A côté de moi, une voix féminine, distinctement, s'élève : Ma voisine de droite: C'est un film tchèque? Le mari : Non, hongrois. Ma voisine, : C'est la même chose ! Le mari : Mais non ! Ils ne parlent tout de même pas la même langue ... Ma voisine : La Hongrie, c'est Prague ? Une voix dans la salle : Silence ! Ma voisine : Maintenant, les Hongrois, ils sont Russes ? Le mari : Mais non ! Ils sont toujours Hongrois. Ma voisine : Comment ? Ils sont bien occupés par les Russes ? Le mari: Oui, ils sont occupés. Ma voisine: Alors, c'est un film russe? Une voix dans la salle : Silence ! Ma voisine : Oh ! J'y comprends rien ... Le mari : Chut ! ... Ma voisine : Ce qu'ils sont laids, les Hongrois ... Le mari : Chut ! ... . Ma voisine: Mol, Je préfère les Tchèques. Ils sont plus gentils. D'abord, ils étalent avec nous pendant la guerre ... Le film est terminé. C'est maintenant la présentation du prochafn programme, dont l'humour, selon le commentaire, évoque celui de Charlie Chaplin ... Ma voisine: Ah ! S'ils recommencent avec Chaplin, on va encore être pans les juifs ! Le mari : Mais ... Ma voisine : On est en France, et pas en Israël. Une voix dans la salle: Silence! Ma voisine : Maintenant, on va voir • Brigitte et Brigitte » ? Le mari : Mais 'non ! C'est dans la salle à côté. Ma voisine : J'y comprends rien ! Ah ! On m'y reprendra plus, Je te jure. La scène est à Paris, en l'an 1967. une feuille de paie égarée, pour un prénom absent .. que l'on ait pu vouloir refouler un père d'enfant français désireux de rester, avec sa femme et son enfant, dans l'intérêt de celui-ci, en France où il a son travail depuis dix ans. « Citoyenne française, je me suis sentie, plus que mon mari peut-être, bafouée, injuriée, reniée par mon propre pays et pas fière d'être française ". Chine' XÉNOPHOBIE? P ARMI beaucoup d'aSipects inqUletants des événements qui se déroulent actueHement en Chine, Ï'l en est un qui retient particulièrement notre attention. Dans la dernière période, des slogans de caractère xénophobe ont été lancés par les « gardes rouges» à plusieurs reprises. L'Agence France-Presse, rapporte «( Le Monde )~, 5 février), que M. Witold Rodzinsky, ambassadeur de Pologne à Pékin, bloqué plus de deux heures à l'aérodrome par une foule hostile, fut traité de « cochon de Polonais » par l~s manifestants déchaînés. J. L L'A.F.P. et l'Agence Reuter ont d'autre part signalé «( Le Monde", 11 février) , que «de nombreux magasins et hôtels de Pékin boycottent les Soviétiques, et certains' de ces établissements affichent cet avertissement,.: « Ni chiens ni Soviétiques ici.» Si les dirigeants chinois laissaient ce conflit, idéologique à l'origine, dégénérer dans cette voie, il y aurait beaucoup à craindre pour l'avenir. Cela ne justifie pas pour autant, bien sûr, une attitude raciste à l'égard des Chinois. Lorsque des étudiants chinois ont organisé à Paris des démonstrations, la presse a rapporté que certains policiers ont eu à leur égard un comportement brutal et méprisant, qui évoquait le temps des « ratonnades ». Nous ne pouvons que nous élever contre un tel état d'esprit, de même que nous avons dénoncé les campagnes nettement racistes menées par Minute et d'autres journaux, contre «' l'invasion » de ces jeunes qui, pendant de longs mois, ont poursuivi paisiblement leurs études -en France. Nous n'en sommes que plus à l'aise pour nous élever contre la lettre adressée par certains d'entre eux, après -leurs départ, à leurs condisciples ete Rennes, disant : «Nous som· mes bien décidés à vous écraser, têtes de chiens, et à vous briser les r~ins ... » ~- 13 LES TRAITS DU STEREOTYPE par Jacques Gutwirth Jacques Gutwirth est chargé de conférences à l'Ecole des Hautes Etudes. Il y dirige un séminaire consacré à «l'ethnologie et la sociologie de la vie juive ». ON parle beaUCoup depuis quelques jours de Trans Europ Express, le film écrit et réalisé par l'écrivain Alain Robbe-Grillet. Celui-ci fait se dérouler un scénario imaginé par un auteur de film (Robbe-Grillet luimême) alors qu'il voyage dans le train rapide Trans Europ Express entre Paris et Anvers. Or, l'histoire ainsi improvisée, et c'est la trame du film, est celle d'une rocambolesque aventure de trafiquants de drogue se passant surtout à Anvers. Au début du film cependant, l'auteur du scénario hésite encore devant le choix du sujet et après quelques scènes de trafic de drogue, il propose d'opter pour le trafic des diamants, Anvers étant, comme on sait, le centre mondial de i'industrie diamantaire. Et pour illustrer son propos Robbe-Grillet a fait filmer à leur insu par son photographe Willy Kurant, plusieurs juifs orthodoxes et des hassidim à l'aspect traditionnel caractéristique. particulières. D'abord, elle marque le caractère prétendu juif d'une activité Illégale, alors que c'est pour des raisons historiques précises sur lesquelles il serait trop long de s'étendre ici, que l'industrie et ie commerce des diamants sont fortement influencés par les juifs (1) ; ensuite - et J'en parle en connaissance de cause, ayant fait des recherches dans ce milieu, aucun personnage saisi au vol par Robbe-Grillet n'est un trafiquant. Tous sont d'honnêtes artisans , commerçants ; dans un cas il s'agit même d'un fonctionnaire religieux invalide et ayant près de quatre-vingts ans! Comme on ne dit pas dans le film que ces gens sont juifs, il est possible qu'un public non averti ne comprenne pas ces allusions. Cependant, trop de gens savent ce que parler veut dire et ce pêle-mêle ne fera que renforcer de vieux préjugés. Je frémis lorsque je réalise que ce film Certes, tout cela est traité sur le mode humoristique, sera représenté en Belgique. mais n'en crée pas moins une association d'images et d'idées :..- trafics de drogue, trafic de diamants, juifs caractérisés - qui présente à notre avis les traits du stéréotype calomnieux et antisémite. En effet, il est d'abord faux d'amalgamer le trafic des drogues et ceiui des diamants : le premier est une activité criminelle alors que le second , certes Illicite. n'est qu'un phénomène accessoire, comme par exemple la contrebande de café, de cigarettes ou de montres, à une activité industrielle et commerciale légale et exercée par des gens respectables. En outre, l 'association de ce trafic avec des personnages juifs est injuste pour des raisons générales et Robbe-Grillet dira peut-être qu'il n'a pas du tout voulu tout cela, que son film n'illustre que des délires de l'imagination dans notre temps. Seulement, et ici notre reproche rejoint la critique cinématographique, Robbe-Grillet évite de s'intéresser aux contenus idéologiques de la mythologie contemporaine ; s'il l'avait fait il aurait, entre autres, peutêtre supprimé l'épisode pernicieux ci-dessus. Et, par ailleurs, il aurait fait un film moins superficiel. anti5émitiarne « NOUS NE SOMMES PAS COMPLEXÉS» UN tract violemment et grossièrement anti-is,raélien a été distribué massivement ces jours derniers dans les boîtes aux lettres de plusieurs quartiers de Paris. Il fait la liste des {( divers actes de banditisme» commis par {( l'Etatpirate »; entre autres: les {( assassinats ou enlèvements de citoyens européens en Amérique du Sud » (c'est sans doute Eichmann que désigne ce délicat euphémisme), {( deux tentatives d'enlèvement d'un réfugié politique en Espagne » (il s'agit cette fois sans doute de Degrelle, chef des {( rexistes ", les nazis belges). En fait, mettant à profit la tension israélo-arabe, les auteurs du tract répandent leur propagande antisémite sans jamais prononcer le mot cc juif ". La signature: cc Comité de soutien pour l'Europe réelle» éclaire l'origine de ce tract. L'Europe réelle qui s'intitule {( Périodique de combat pour un nouvel ordre européen ", est l'organe 14 (1) La Revue des Etudes juives, de l'Ecole des Hautes Etudes, publiera dans sa prochaine livraison une étude de Jacques Gutwirth sur ce sujet. du cc Nouvel Ordre Européen " fraction de l'Internationale néo-nazie implantée surtout en Suisse et en Belgique. Ce sont les hommes de cette association qui ont manifesté bruyamment à la Chambre belge lors du débat en novembre 1965 sur la prescription des crimes nazis. Chaque article de L'Europe Réelle, que dirige le Belge Jean-Robert Debbaudt, est un ramassis ignoble de toute la propagande antisémite et raciste. Un exemple: dans le numéro daté de mars'avril 1966, sous le titre cc Le National-Socialisme ne mourra pas ", on lit: cc Les peuples aryens sont exploités par les juifs, La juiverie internationale s'est assurée en Europe un pouvoir inexpugnable... Nous ne sommes pas des gens complexés; nous n'avons aucun sentiment de culpabilité. Nous disons qu'Hitler avait raison, etc.» L'Europe réelle {( s'honore» de la collaboration de Roland Dursanne dont on peut relever le nom au bas du tract, ce même Dursanne qui s'insurge contre l'interruption du campécole organisé par la Fédération des Etudiants Nationalistes en Vendée l'été 1965, et qualifie les policiers de {( soldats de la juiverie internationale ". Etata-Unis BILAN D'UNE LUTTE L ES Noirs constituent 11 % des forces américaines qui combattent au Vietnam - une proportion légèrement supérieure à celle de la population américaine, qui compte 10 % de Noirs. Ils représentent 17,80/0 des soldats américains tués au combat. Le Pentagone qui donne ces chiffres explique cette grande proportion de victimes noires au Vietnam par le manque d'éducation: 20 % des Noirs combattent dans l'infanterie, qui est l'arme la plus exposée; par les rengagements: trois fois plus importants pour les Noirs que pour les Blancs; par le volontariat : les Noirs, qui représentent 25 % des engagés volontaires sont attirés par les avantages financiers, les possibilités d'apprentissage technique, le prestige que confère l'armée qui devient ainsi la seule manière d'échapper au chômage et à la misère. La participation effective des Noirs à la guerre, aura peut-être comme La guerre du Vietnam tue plus de Nol r s que de Blancs. effet d'appuyer leurs revendications dans le domaine des droits civiques. C'est déjà ce que laisse supposer une déclaration au Congrès, du Président Johnson, le 15 février dernier: «Les balles tirées sur le champ de bataille, a-t-B dit, ne font aucune discrimination, mais les propriétaires d'bnmeubles la pratiquent chez nous; le sac à dos du soldat noir est aussi lourd que celui du soldat blanc, mais le fardeau qui pèse sur sa famille au pays est bien plus lourd. Les Noirs américains ont donné au pays le meilleur d'eux-mêmes en temps de guerre, mais ce pays ne leur a pas accordé l'égalité dans la justice ... » On est tout de même bien loin des promesses faîtes aux élections de 1964, L'escalade au Vietnam, l'effort de guerre intensifié, ont donné un coup d'arrêt au mouvement en faveur des droits civiques. Il y a trop peu d'argent pour financer cette « grande société américaine» d'où toute discrimination raciale serait en principe abolie par la force des réformes bien comprises. Le Monde (4-6-1966) faisait déjà remarquer l'année dernière : «Quels que soient les chiffres mis en avant UN ACTE DE SOLIDARITE LA xx· Vente de Solidarité . Kermesse de la Commission Centrale de l 'Enfance aura lieu dacs les Salons de l'Hôt~1 Moderne, place de la République à Paris, du 2 au 6 mars 1967 (de 10 à 22 heures sans onterruptlon) , Le • Stand de la solidarité internationale. exposera des articles et objets d'art en provenance dbS pays du monde entier. De nombreux autres stands : ameublement, vêtements, tricots maroquinerie obJ'ets d'art IIvr<!&, disques .. , ' , , Vous y ferez de bons achats fort avantageux en accomplissant un acte de solidarité. Communlqu6 LA "NOUVELLE CRITIQUE" CHANGE Son format grandit, Les documents Iconographiques sont nombreux, Les articles sont en règle générale, plus courts, plus denses. Elle s'en explique : • Depuis 1948, notre revue a tenu un rOle de premier plan dans les combats Intellectuels et politiques auxquels, ont pris part les communistes , Constamment en butte aux attaques (ou aux silences) de ,1 Immense masse des périodiques, elle a permiS sans faiblir aux Intellec· tuels communistes d Intervenir dans la guerre froide des Idées, puiS d'engager des débats et des études sur la politique et la culture d'aujourd·hul. Les temps ont cependant changé et s~ns rien renier des quallt~s d'hier, Il n'était plus possible de laisser vieillir nos outll~ d expression face à la multIplicatIOn des questions nouvelles: les débats philosophiques se poursuIvent de nos jours sur un terrain qui n'est plus seulement celui des principes mals aussi celui de savoirs pré,cls ,(éco~omie , psychologie, sociologie, ethnologie , linguistique) : de ~ême , Il faut plus que JamaIs s appuyer sur les sciences de la nature ou de la vie en & Interrogeant avec nos contemporains sur les pOSSibilités de progrès dans la connaissance et la maltrlse , des structures et des lois de l'univers , Comment aussi, au·delà du commentaire de~ chefs·d oeuvre passés , ne pas se passionner pour l'évolution des instruments de création art stlque, (télévision, cinéma , thé,âtre ",) ou bien encore ne pas mettre rigoureusement en lumière 1 Impact des pUissances d argent, des progrès techn iques ou des conflits Idéologiques sur la production des biens culturels? d Dès le numéro un <te la nouvelle série qui vient de paraltre, les lecteurs seront à mê~e é e Ise colnvalncre que, fout en gardant la rigueur nécessaire, la • Nouvelle Critique. tend à r a Iser es changements de forme annoncés, Com,.,uniqué DROIT ET LIBERTE . N° 260 . MARS 1967 par les partisans de tel ou tel « plan» réformateur, ils sont de cinq à vingt fois supérieurs à ce que les Etats-Unis peuvent ou veulent se permettre tant que dure la guerre au Vietnam.» . ~ourtant,. il est évident qu'il est diffIcIle de rejeter les revendications des Noirs qui ont participé à la guerre comme en 1945. Cette égalité sur le champ de bataille renforce la volonté des. Noirs d'en finir avec les discrimin. atIons et accélère la prise de consCIence des Américains blancs devant !e :acisme comme en ,témoignent des lDcldents survenus en Afrique du Sud pays de l'apartheid. . ' , L'escale que devait effectuer vers le . 12 février dans le port de Durban, le S~o~dknot, . navire de repérage de mIssIles qUI possède un équipage de 56 blancs et 11 noirs fut annulée en raison de la législation raciale sudafricaine. Pour des raisons analogues le .4 février} .le .commandant du porte: aVIOns amencam, Franklin D. Roosevelt qui faisait escale au Cap, avait consi&né à ~)Qrd l'équipage qui comprenaIt plUSIeurs centaines de Noirs. Juste avant le départ - avancé ' de deux jours - du navire, un dernier incident survint qui entraîna de nombreuses protestations. Des volontaires parmi l'équipage s'étaient offerts à donner du sang au centre de transfusion de la ville. Mais, quand le commandant du navire apprit que le sang devait être étiqueté selon la race du donneur, il décida de surseoir à cette initiative. Finalement un compromis fut conclu: les Américains acceptèrent que les prises de sang aient lieu dans des locaux séparés, et les Sud-Africains de considérer le sang donné comme appartenant à une même race, Mais les pratiques, dénoncées en Afrique du Sud, continuent à exister aux Etats-Unis mêmes. La commission américaine des droits civiques note dans un rapport au président Johnson' que la ségrégation a empiré aussi bie~ dans les écoles du Nord que dans cel~ les du Sud des Etats-Unis, en dépit des arrêtés publiés depuis treize ans par la Cour Suprême, amitiéa LA SEINE ET LE SÉNÉGAL L A dernière livraison de Cités Unies, la revue de la Fédération des Villes Jumelées consacre un important article au «jumelage dans !a lutte antiraciste,., illustré par le séJOur de quarante huit Sénégalais venus passer le mois d'août de l'année dernière à St-Maur-des-Fossés dans le cadre du jumelage de cett~ ville avec Ziguinchor (Sénégal) . Ce séjour avait ét~ précédé par ce:ui -+ 15 Voua dites LES PIECES U N des pièges les mieux camouflés du racisme, au point que les esprits les plus honnêtement Intentionnés s'y laissent souvent prendre, consiste à généraliser à partir d'un individu et à particulariser à partir d'un jugement global. . C'est ainsi qu'un ancien ministre connu pour son anti· racisme libérai, écrivait récemment pour lutter à Juste titre contre cet autre piège du racisme oc le racisme de la pitié, le paternalisme de race ": " Il ne suffit pas de donner; Il faut savoir recevoir, et il y a tant li recevoir de ces hommes noirs qui ont le sens du rythme et de la vie, professeurs de gaîté, de dynamisme et de poésie pour les Fran· çals. énervés ou lassés ( ... ) " En quoi y a-t-il confusion dans ce propos pourtant bien. veillant et correspondant apparemment à une réalité assez répandue? Essayons de délimiter les distinctions qui s'imposent: • les • Français ne sont nullement • énervés • ou • lassés • parce qu'Ifs sont Français ou parce qU'ils ont la peau blanche, mais parce qu'ils vivent dans des conditions sociales-historiques très précises ne présentant pas un caractère permanent; ce n'est même pas ce qu'on a tôt fait d:appeler la vie moderne qui est en cause mais les conditions de travail, un mode de vie qui en découle et qui détermine un état psychique aux aspects négatifs bien connus . . Si bien que si 1 on met en avant, même • sans penser li mal., une esquisse d'explication plus ou moins racfale, on masque la dure vérité de rapports sociaux qu'II faut changer, qu'il est possible de transformer. En ce qui concerne les Noirs, là encore Il faut y regarder à deux fols avant de leur attribuer les caractères d'ensemble relevés dans le passage cité. Il s'en faut de beaucoup que ces comportements leurs soient communs, surtout si J'on distingue entre les Noirs d'Afrique (le paysan affamé des zones de misère et l'étudiant fortuné Installé à Paris étant alors mis sur le même plan), les Antillais (J'ouvrier martiniquais d'une usine métallurgique de Saint-Ouen et le gros négociant en agrumes de la rue de Rivoli?) et les autr~s (le jeune chômeur noir en colère des faubourgs de Détroit et J'emprisonné des geôles d'Afrique du Sud? Le ministre sénégalais ou le syndicaliste ghanéen en exil? etc) ... Ajoutons que les hommes noirs vivant en France, risquent d'être ~ énervés • et • ,lassés • de la même façon que les Blancs, les mêmes causes produisant les mêmes effets. - , Poser ces Simples questions suffit à montrer qu'If faut très rapidement dépasser les appréciations superficielles liées à la couleur de la peau, et qui n'éclairent à peu près, aucun problème (elles sont facteurs de confusion) pour faire éclater, déjà en esprit, les barrières de couleur et les catégories ethniques, afin d'en venir à l'homme réel dans un monde en mouvement. Roger MARIA. -+ " Elle est la pièce maitresse du séjoU!l" : c'est elle qui en est le test. Si une seule incompatibUité s'était déclarée entre gens de Ziguinchor et gens de StMaur, Il faudrait avouer honnêtement de ce jumelage qu'Il n'a pas été une réussite. Car il ne peut y avoir d'échecs en ce domaine. Soit dit sans fausse modestie, tous les jumelages familiaux furent des succès ... " dres. Tout cela n'embraye pas ou peu sur le réel, parce que de part et d'au· tre, les peuples ne se sentent nullement concernés, parce que de part et d'autre, le mUieu humain n'a pas été am&' nagé de l'Intérieur, paree que les mentalités ne sont pas préparées à comprendre de quoi fi s'agit. lt de quarante jeunes de Saint-Maur à Ziguinchor. Michel Le Houx, auteur de . l'article écrit à ce propos : « Les garçons ont participé à la construction d'un marché et les filles ont travaillé dans les hôpitaux et les dispensaires. Tous sont repartis après avoir vécu dans les famille! africaines. Des liens profonds se sont noués avec la population de Ziguinchor et il semble que les Africains aient découvert un nouveau visage de l'homme blanc, de même que les jeunes de St-Maur ont été véritablement séduits par tant de richesses humaines chez un peuple encore peu dévelOppé techniquement.,. Parlant de la vie de famille vécue pendant huit jours par les jeunes Sénégalais, Michel Le ' Houx explique : «Nous n'échappons pas à un certain risque,. poursuit M. Le Houx qui cite un technicien de la Coopération, M. Blardonne : «La coopération est conçue comme une affaire économique et financière et de techniciens, écrit ce dernier. On construit des usines ou on les livre " clés en mains ", on envoie de l'argent, on détache des technic.ens ou des ca- PIERRE MONCEY S.l., Robes, manteaux, tailleurs 9, rue de Mulhouse - Paris-2e - Téléphone 236-73-42 488-60-78 16 "A condition de concevoir ainsi le jumelage et particulièrement le jumelage- coopération, conolue M. Le Houx, ces deux voyages à Ziguinchor et -à St· Maur s'inscrivent dans l'aventure la plus extraordinaire de notre temps, celle du progrès et de la paix, pour toutes les nations. lt faits divers ETRANGE EDUCATEUR A NH-TUAN, un petit garçonnet âgé de dix ans d'origine vIetnamienne, fréquente l'école communale de garçons de la rue de l'Amiral-Roussin dans le 15" arrondissement. Très bon ~lève, iJ a- obtenu le prix d'excellence pendant trois années consécutives. Le 25 janvier dernier après la classe, le visage marqué de coups, il rentre chez lui en compagnie de quelques camarades qui le pressent de ra~onter à ses parents ce qui s'est passé dans l'après-midi. Il était environ 13 heures, le repas était terminé lorsque , M. Martin surveillant de cantine décida da faire faire quelques exercices physiques à la classe de Anh-Tuan. Mais l'enfant A l'occasion du vingtième anniversaire de l'UNESCO, des écoliers parisiens, ont visité le siège et traduit leurs impressions en dessins. N 0 u s reprodui· sons ci - contre l'un des meilleurs documents publiés dans Santé du Monde, la revue de l'Organisation Mondiale de la Santé. A-t-il été inspire par l'oeuvre de Miro qui orne ie palaiS ? exécute les mouvements trop lentement au gré de M. Martin, qui interprète le manque d'aptitude comme une atteinte malicieuse du petit garçon à l'ordre donné. Le surveillant se précipite alors sur lui, l'attrape par les cheveux, le soulève, le gifle à la volée. L'enfant s'évanouit ... Ranimé brutalement par le surveillant qui lui plonge la tête dans le lavabo, l'enfant qui se plaint de nausées et de maux de tête 'sera transporté à l'infirmerie de l'école. M. Martin, qui semble avoir la pénible habitude de s'attaquer aux enfants d'immigrés, avait, quinze jours auparavant, obligé le jeune frère de Anh-Tuan, Anh-Dung à manger lt:~ Jéchets qui se trouvaient sur la table. Les parents, tous deux vietnamiens et qui sont respectivement ingénieur agricole et professeur de sciences physiques., ont aussitôt déposé plainte par l'intermédiaire de M" Jacoby, au: près de l'Inspecteur Primaire de l'arrondissement. « Il est inadmissible écrivent-ils, qu'un édu.cateur, quel qu~ soit son rang, se permette de se livrer à des violences sur les enfants dont il a la charge. Ces violences sont encore pl,us, odieuses lorsqu'elles sont motivees par le racisme. " Cinq jours plus tard, après avoir procédé à une enquête, l'Inspectc"Jr qui restait très nuancé quant aux motivations raciales de l'affaire, faisait savoir à M" Jacoby que M. Martin était suspendu de son service, la matérialité des coups et violences étant incontestable. « CLIENTELE ETRANGERE S'ABSTENIR» ? UNE employée de maison espagnole entre dans une succursale Félix Potin, s'approche de la caisse pour remettre une commande au nom de Mme Cohen. « Encore un nom bien de chez nous... on ne voit que ça dans le quartier ", s'exclame alors la caisslere qui ne cessant de maugréer, termine sa diatribe par... « four crématoire ». Une cliente, Mme H ... , qui avait été, à plusieurs reprises, témoin de l'atti-· tude scandaleuse de la caissière à l'égard des Espagnoles travaillant dans le CJ..,uartier, indignée par de tels propos, en fit part au MRAP et adressa aussitôt une protestation à la direction de la société Félix-Potin. « Etant moi-même d'origine israélite, a-t-elle écrit, je désire savoir si les propos racistes de votre employée reflètent les idées de la direction de votre établissement; si, dans l'affirmative, vous êtes disposés à les afficher dans vos succursales, afin que les intéressés sachent que leur clientèle n'est pas désirée, et qu'ils puissent aittsi éviter de s'exposer à des injures inadmissibles

dans la négative, quelles

conséquences vous entendez tirer d'une attitude absolument inadmissible dans notre pays? ." La réaction de Mme H., qui témoigne de sa vigilance, est de celles qui contribuent à la lutte menée par le MRAP. des faits communisme et de la Loi contre les organisations illégales. quête ouverte par le Parquet général de Francfort. Ils sont accusés d'avoir « par leur action et par leurs con· seils participé aux extenninations décidées par l~s autorités hitlériennes ». poste d'équipage, n'avait pas disparu. • 124 exécutions capitales en Afrique du Sud au cours de l'année 1966 - 2 Blancs, 90 Africains dont une femme, et 32 autres personnes de « couleur » - au lieu de 85 en 1965. Du 30 juin 1965 au 30 juin 1966, 13 Blancs, 3 Asiatiques, 16 « hommes de couleur» et 324 Afric~ins y ont été condamnés aux termes de la Loi sur la suppression du • Pour avoir dessiné des croix gammées sur des murs et des trottoirs de Longuyon, 'Noël Halatre, 30 ans, et Claude Gérardin, 27 ans, ont été condamnés chacun, par le Tribunal correctionnel de Briey, à trois mois de prison avec sursis et 100 F d'amende. • Treize anciens magistrats nazis sont l'objet d'une en- • « Maria Pineda » de Federico Garcia Lorca qui, sous la direction du réalisateur Alfredo Magnas, devait être jouée pour la première fois depuis la fin de la guerre civile; vient d'être interdite par la censure espagnole. Po~r échapper à « Anastasie », Maria Pineda,: cette jeune fille condamnée à mort au cours des luttes libérales du XIX" siècle pour avoir brodé un drapeau républicain, aurait dû broder le drapeau monarchiste. • liftIer: toujours présent : 21 février 1967, en plein Paris République. E des dockers du port de Sta~ vanger (Norvège) ont refusé de décharger un 'cargo allerue de Lancry, près de la mand tant qu'un portrait d'Hitler, suspendu dans le DROIT ET LIBERTE . Nu 260 . MARS 1967 • Danger nazi au Canada : un second parti nazi canadien . vient de se créer à Montréal. Il est en lutte avec l'organisation de Toronto pour obtenir « l'investiture » de l'Union mondiale nationalsocialiste. A Winnipeg, une vague de croix gammées sur les synagogues et d'autres bâtiments de la ville, ainsi que dans les cimetières, a entraîné les protestations du Conseil canadien des Juifs, et des Chrétiens. • 19 membres du parti des Croix fléchées (nazis hongrois) dirigé par Wilmos Kroeszl ont comparu devant le tribunal de Budapest, sous l'accusation d'avoir commis entre octobre 1944 et janvier 1945 des crimes de guerre qui ont entraîné -la mort de 239 personnes, juifs, résistants, femmes et enfants. 11 SANS PRECEDENT! TOUT DIM .20 EXTENSIBLE fin, souple, confortable ... MERCERIE GÉNÉRALE Fournitures générales pour l'industrie de l'habillement Galons, perles paillettes et passementerie. Garnitures en laine, coton, lurex, métal , etc. VELCRO ferme et fixe tout, véritable fermeture CHI C métal é mai l, fil nylon INVISIBLE qui prend la co~leur du tissu. _ RICHFIL 12, rue du Caire, PARIS-2e GUT. 43-08, 22-77 MATCH ,MARtlUE olposlF ROBES JERSEY JUNIOR Le racisme en accusation • Un roman Dymphna Cusack (auteur de « Vague de chaleur à Berlin _) PARCE ETAIT QU'ELLE NOIRE Une « réserve - en Australie • Un témoignage Macha Rolnikas JE DEVAIS LE RACONTER ' Ce qu'Anne Frank n'a pas pu dire Préface d'lIya Ehrenbourg . LES iDITEURS FRANÇAIS RfjUN,S Distribution: 24, rue Racine - PARIS (68 ) DROIT ET LIBERT~- N° 280 LES TRAVAILLEURS ÉIRI GERS E FRI CE Ils ne viennent pas en France vivre à nos dépens. Ils travaillent pour nous. Depuis la Libération, un phénom~ne nouveau est apparu en Europe, et surtout en France ~ l'immigration d'un n'Ombre toujours croissant de travailleurs venus des anciens empires coloniaux, et l/,u Tiers-monde ' en général. Ce phéJl:omène, lié à des mécanismes économiques très complexes, alimente ,un racisme 'latent, que certaine presse s'efforce d'attiser et d'utiliser. L'argument le plus souvent repris, et qui renèontre le ' plus d'audience, pré- -. 111 tend que l'Occident n'a pas à entrètenir le reste du monde, et particulièrement les ex-colonies qui ont revendiqué et obtenu leur indépendance. Or l'examen des chiffres et des statistiques prouve que l'immigration, loin d'~tre un poids pour la France, est extrêmement bénéfique ~ son économie. C'est ce que fait apparaître le présent dossier. PETITE GEOGRAPHIE DE LA MAIN-" D'OEUVRE IMMIGREE L ES incidences géographiques des , migrations ne peuvent être dissociées des causes économiques qui ont donné lieu à de tels mouvements de population. La carte que l'on peut dresser, non sans quelque à-peuprès, de la localisation des étrangers venus vendre en France leur force de travail ne doit donc servir que de référence purement quantitative aux problèmes humains dont elle est le cadre. Jetons-y néanmoins un coup d'oeil. Elle nous révèle immédiatement la nature spécifique des besoins nationaux qui président à l'installation des migrants. L'étranger se fixe où l'on a besoin de lui et ce n'est pas un syllogisme que d'en déduire qu'il est accueilli dans la mesure ou son travail correspond à un besoin économique. Origine géographique des immigrés en France Nombre Evolution (1) Italiens " ... . .... . ........ ... . . . .. . . ...... . 687.000 Espagnols .. , .. ... . ........................ . I\l.gériens . .. . . ............ . ...... . .... . ... . 600.000 0 530.000 0 Portugais . . ... .. . . . . .......... . .. . ...... . . . Marocains ...... .... . . . ..... . .. ........ . .. . . 150.000 + 65.000 + Tunisiens ., .... .. .. ... .. . .. .. ............. . 40.0pO 0 Africains noirs .... .... . . ....... . .. , . ..... . 40.000 + Yougoslaves et Albanais .......... . ........ . 17.000 + Grecs ... . ............. . . . ............. . 11.000 + Turcs . ...... . ... . ..... . ........... . 4.000 + A quoi il faut ajouter une immigration européenne ou des pays développés, dont l'implantation est souvent ancienne, ou qui est simplement frontalière. Polonais ................................. . Belges ..... . ....................... . ... . Allemands . . ......... . .. . ... .. .. . ....... . .. . Néerlandais ~ .. . . . ............. : ....... . ... . Divers (U.S.A., Canada, Grande~Bretagne, U.R.S.S., etc.) .. .. . ....... .. ...... . ...... . TOTAL GENERAL \ (1) - en diminution; 0 augmentation. stationnaire; + en 152.000 83.000 0 50.000 0 10.000 0 300.000 0 2.739.000 + En 1964, 45 % des étrangers se trouvent dans les départements de la Seine (30 %) de la Seine-et-Oise, (7 %), du Nord (5 %) et du Rhône (3 %). Les effectifs de l'immigration sont donc concentrés dans les régions industrielles où, très évidemment, les besoins de main-d'oeuvre se font le plus sentir. Ces localisations sont, au demeurant, liées à la demande de main-d'oeuvre étrangère dans "J.es branches de l'économie où son bas niveau de qualification lui confère le plus d'utilité. (Voir le tableau ci-contre). Un déséquilibre économique Répartition de la main·d'oeuvre immigrée dans les secteurs d'activité de l'économie française Notons en passant que 59 % des étrangers travaillaient en 1964 dans le secteur secondaire, secteur qui recouvre une part de plus en plus petite de la population active française (38 % en 1965. Chiffre cité par J. Fourastié, Le grand espoir du XX' siècle). Il est d'autre part intéressant de remarquer avec Henri Bartoli (1) que les migrations externes et les migrations internes s'effectuent suivant les mêmes lignes de force ; elles présentent des liaisons et des analogies évidentes. Dans les deux cas, c'est en effet, l'apparition d'un déséquilibre économique entre régions d'un même pays pour les Bâtiment et Travaux publics .... .. .. ....... . . ........ . Métaux - et sidérurgie ....... .. ..... ....... . ......... . Services domestiques .. . .. .. . . ... . . . ... . . . Agriculture et forestage .. .. .. .. .. .. . . . . .. .. .. .. .. .. .. Houillères et mines . . .. . . .. .. . . .. . . . . .. .. .. Divers . . . . .. . . " . . .. . ... ... . TOTAL 20 % 40 20 11 10 5 14 100 .ft à 25% ~4àS% ~J,à4% Drnoins de 2.,_ LA -REPARTITION DE LA MAIN·D'OEUVRE IMMIGREE DANS LES 21 REGIONS DU PROGRAMME (en pourcentage par rappCilrt au chiffre total) DONNEE par région du programme. '. cette répartition demande quelques con1mentaires. 1." Dans le Nord, où vivent plus de 200.000 étrangers, il n'est pas tenu compte des frontaliers, qui vivent en Belgique, mais travaillent en France. 2. En Lorraine, qui compte quatre départements (Moselle, Meurthe-etMoselle, -Meuse, Vosges), la main-d'oeuvre immigrée est surtout concentrée dans la Moselle (130 à 150.000), le département le plus industriel 'de la région. 3. En Aquitaine, la quasi-totalité de la main-d'oeuvre est concentrée tians le département de la Gironde. . . 4. Dans le Midi-Pyrénées, seule la Haute-Garonne compte un nombre assez important de main-d'oeuvre immigrée industrielle (40.000 environ) . Mais les autres départe!11ents de .Ia région (Hautes-Pyrénées, Lot, Aveyron, Tatn, Gers). à .J'exception de l'Ariège, comptent une implantation espagnole assez importante. 5. Dans le Languedoc, la population immigrée, souvent d'origine espagnole, est répartie de façon homogène entre les quatre départements côtiers (Pyrénées- Orièntales, Aude, Hérault, Gard) ; seule, la L.ozère n'en compte presque aucun) . 6. En Provence·Côte d'Azur-Corse, l'immigration e:;t concentrée dans les Bouches-du-Rhône (1-3.0001 et dans les Alpes-Maritimes · (60 à 70.000, la plupart Italiens). L'arrière-pays n'en compte que très peu. .. 7. Dans la région Rhône-Alpes (huit départements), la quasi-totalité de 'la main-d'oeuvre immigrée est concentrée dans les deux départements ind"ustriels du Rhône (Lyon) et de l'Isère (Grenoble). Jlf!OIT ET LIBERTE • No 260 - MARS 1967 migrations internes (les Bretons « montent » à Paris), entre pays riches et pays sous-industrialisés pour les migrations externes - qui détermine la direction et l'amplitude des courants de migration. Ce point de vue nécessite un complément puisqu'il est ici question de travailleurs étrangers : l'immigré remplit une fonction économique qui se trouve étroitement liée au niveau du pays (voire de la région) dont il est originaire. Pauvre, souvent illettré, le migrant vient apporter au pays riche qui le reçoit ce dont celui-ci a besoin : sa misère et son bas niveau professionnel, qui lui feront açcepter les emplois désagréables et mal payés. Parce qu'il est pauvre et ignorant, il permet aux riches d'accroître leur bien-être. Cette dialectique interne au marché de l'emploi commande l'origine géographique des migrants (voir tableau page 20). Un rôle de C( bouche·trou » L'immigré vient combler un besoin ' de main-d'oeuvre non qualifiée. Ce qui est vrai quant aux localisations géographiques l'est aussi sur le plan de la chronologie de l'immigration (graphique page 22). La courbe du nombre des entrées des travailleurs étrangers recensés par l'Office National d'Immigration (O.N.L), avec un certain temps de retard dû à l'inertie habituellement attachée à ce type de phénomène, suit celles des fluctuations de l'économie française: • de 1946 à 1947, croissance en flèche de l'économie d'après-guerre et du nombre des immigrés. • 1948 marque un ralentissemept du rythme de la croissance économ.ique, ce qui se traduit par un palier dans la courbe des entrées, bientôt suivi d'une chute verticale. Il y a saturation des offres d'emploi: en 1949, l'O.N.1. enregistre 58.782 entrées ; en 1950, 10.525. • 1956: la guerre d'Algérie absorbe 500.000 hommes, pour la plupart soldats du contingent : 65.428 immigrés -entrent en France; 11.693 l'année suivante. • De 1960 à 1964, la croissance économique sera régulière ainsi que le nombre des entrées. L'immigré trouve un emploi où et quand on a besoin de lui. Cette constatation peut paraître triviale ; c'est cependant parce 'qu'eHe répond à une vérité simple qu'elle est riche d'implications. Jouant, en effet, le rôle de " bouche-trou» sur le marché du travaH, l'immigré va se trouver pratiquement privé d'une formation professionnelle qui lui serait pourtant d'autant plus nécessaire que son niveau est bas. -+ 21 .-. Cette « fonction» de l'immigré dans l'économie du' pays d'accueil (la France n'est pas seule en question) peut aussi avoir une incidence sur la stabilité de son emploi - notamment en période de crise ou 'même de phase de ralentissement du développement économique, Rappelons à ce sujet que le V' Plan a prévu, avant la fin de son application, l'existence d'un « volant de chômage» de plus de 500.000 personnes

cette prévision paraît d'ailleurs

d'autant plus fondée que les péripéties de la participation française au Marché commun se traduisent pour le moment par une phase de récession relative appelée pudiquement par le Premier ministre « phase de relâchement dans l'expansion» (discours radio-télévisé du 21 janvier 1967). C'est très pro· bablement, pour les immigrés, un nouveau 1950 qui s'annonce, et dans une conjoncture qui leur sera peut.être plus dure. Marc NACHT. 1) Les migrations de maln·d'oeuvre . • Esprit •. Avril 1966, Courbe 'de l'arrivée des travailleurs permanents 1e 1946 à 1964 , 'statistiques de l'~ce ' Nati itaI d'Immigration), III II> III .,. .. .10 .00 .. .. l'D • .. I~ C • • a " a D MG" U Q n ~ ~ a _ u .."""" UNE POPULATION part - est relativement sous-peuplée. Pendant tout le début de ce siècle, la natalité y fut basse; les 10 millions de morts de la première guerre mondiale, et les 55 millions de morts de la seconde, qui furent Européens dans une écrasante proportion, accentuèrent ce phénomène !;le sous-population. Les économistes estiment à 60 à 75 millions le chiffre de population qui permettrait actuellement le développement optimum de l'économie française. Ajoutons à celà que la densité moyenne de la population française est deux à quatre fois moindre que celle de ses \"oisins immédiats. (( RENTABLE )) ON leur a donné l'indépendance, « ils n'ont qu'à se débrouiller tout seuls ". Si souvent exprimé crûment, ce mépris vindicatif à l'égard des peuples ex-colonisés a aussi ses théoriciens. Sa forme la plus « . pensée ", le « cartiérisme », prône le repliement total sur l'hexagone national. Plus à droite encore, ce repliement ne· se conçoit pas sans l'expulsIon immédiate de tout ce qui a le « teint basané " ou le nom un tant soit peu exotique; on veut être entre soi: « Nous n'avons pas à nourrir des incapables qui viennent encombrer nos hôpitaUx, vivre à nos crochets, et même - je l'ai encore lu dans , Minute la semaine dernière - violer nos femmes et nos filles! ». L'extrême-droite axe l'essentiel de sa campagne électorale sur le slogan: « Contre l'immigration algérienne, votez R.E.L. » (1). De tels arguments ne sont pas sans écho dans l'opinion; à ce point qu'ils. sont parfois repris, 'pour raisons élec- , torales, dans telle banlieue parisienne, dans tel centre industriel où l'immigration est nombreuse, par des candidats dont on pouvait attendre un peu plus de pondération, Le simplisme de ce racisme nouveau style n'est pas moins aberrant que ' celui des formes de racisme plus anciennes. Car enfin, dans la société où nous vivons, l'activité économique reste mûe ' par la recherche du profit maximum, et si la France compte aujourd'hui quelque 3 millions d'immigrés, c'est que l'écono1TIie française y trouve très largement son compte. De même. d'ailleurs que l'aide aux pays sous-développés, que d'aucuns trouvent excessive, est l'expression la plus visible de mécanismes réciproques où la France est loin d'être perdante. Dans le domaine des échanges internationaux, on ne connaît qu'une règle: celle du « donnant-donnant ». La France - comme ses partenaires du Marché commun, l'Italie mise à Dans un camion frigorifique La France, donc, manque de maind'oeuvre. En outre, les responsables de l'économie, dans un système comme le nôtre, considèrent qu'un certain ' chômage, latent ou chronique, n'est pas une mauvaise chose: il empêche les revendications ouvrières et salariales de se manifester trop crûment; on appela cette frange de chômeurs, au XIX· siècle, l' « armée' industrielle de réserve »; aujourd'hui, on la nomme « volant de sécurité ». Pour l'instant, le nombre de chômeurs en France est d'environ 300.000; le V· - Plah prévoit qu'en 1970, il pourra atteindre 600.000. Oi la main-d'oeuvre immigrée joue . ce rôle de « volant de sécurité », d'autant mieux que, de par sa situation, elle est très inorganisée, qu'elle éprouo ve pour se syndiquer les plus grandes difficultés. A cet égard, la fameuse « iIIllDigration Clandestine », qui M J, 1 f fraye les' chroniques algérienne et portugaise, revêt une importance tout à fait significative. Sur les 100.000 immigrants qui débarquent cqaque année en France, 75 % sont, depuis ces dernières années, des «clandestins»: Algériens, venus « en touristes» avec le billet de retour et les 500 F nécessaires pour ne pas être refoulés; Portugais, enfermés dans un camion frigorifique ou le , double fond d'une camionnette. C'est qu'un immigré en situation illégale est une main-d'oeuvre rêvée: il peut être embauché sur n'importe quelle base, et sera nécessairement d'une docilité exemplaire. Voici deux ans, en mai 1964, fut arrêté un trafiquant qui faisait , entrer en France des tqwailleurs portugais clandestins; il leur faisait · franchir les Pyrénées, non sans ·les' avoir délestés du maigre viatique qu'ils avaient pu réunir - le passage coûtait 1.000 F -, les amenait jusqu'à Paris, les livrait à une grosse firme de construction immobilière pour la somme de 800 F par tête. L'affaire connut un épisOde judiciaire, mais il n'empêche que cette traite d'un genre nouveau demeure très largement pratiquée, et que les Pouvoirs publics ferment tout bonnement les , yeux chaque fois que le scandale n'est pas trop évident; il est impossible de .croire que 70.000 clandestins puissent entrer chaque année en France à l'insu des autorités. Une main-d'oeuvre soumise Ajoutons à cela qu'un employeur qui recrute un immigré sur les bases d'un contrat conclu par l'O.N.L, l'Of- DIiOIT ET LIBERTE • No 260 • MARS 1967 fice National d'Immigration, doit verser 100 F à l'Office, prendre en charge le transport du travaiHeur et lui trouver un logement. Toutes mesures qui, rendues effectiv.ement impératives, diminueraient les profits ql}e procure ce sous-prolétariat. -La presse raciste prend prétexte de ce désordre dans les entrées en France pour dénoncer la , « racaille» qui « nous envahit », et aussi pour jouer les Tartuffes:' « Nous n'en avons pas aux honnêtes travailleurs en situation régulière, écrit Minute, en prélude à chacune de ses incitations au pogrome anti-algérien, mais à ceux qui entrent chez nous illégalement ». C'est prendre le problème ' à l'envers: la véritable solution n'est ni de contin~enter l'entrée des immigrants de manIère à organiser l'illégalité et à obtenir une main-d~oeuvre exemplaire de soumission, ni de refouler une main-d'oeuvre dont l'arrivée est prévue et souh~itée: Elle est d'élaborer une législation qui aligne les conditions d'immigration sur les besoins réels .de l'économie française, et qui ' prenne toutes dispositions pour assurer à ces travailleurs des conditions de vie convenables. C'est alors que la démagogie raciste sort son deuxième argument: « La présence. massive des travailleurs algé~ nens, prQclame un tract électoral dü R.E.L. permet de faire pression sur les sa~aires des travailléurs français, de fremer leur augmentation en créant une concurrence sur le marché du travail, ce qUI! nous vorls dit pas le Les travailleurs immigrés occupent les emplOis les plus durs, les plus mal payés, ceux pour qui la main-d'oeuvre françaIse ' fait de plus en plus défaut. Toute une industrie : celle des travaux publics et du bâtiment, vit du labeur de la main-d'oeuvre étrangir •• parti communiste, complice de cette politique, contre les intérêts des travailleurs français ». Ce second argument n'est pas moins perfide que le premier; Il est vrai que l'immigration a, entre autres effets - nous l'avons -vu - de créer . un clivage entre travailleurs. En les opposant les uns aux autres, on peut plus aisément p~ser sur les salaires; de tels clivages, il est vrai, peuvent aussi bien être tracés entre ' diverses catégories de travailleurs tous français (le cas des travàilleurs du métro est à Get égard bien connu). Dresser les victimes contre les victimes a toujours été un objectif du raèÏsme au profit d'intérêts bien détermines. Les exemples en sont innombrables (les « petits blancs » de Chicago, de Johannesburg, et naguère d'Alger et d'Oran, mis ainsi en condition, furent ou sont les défenseurs les plus acharnés d'un système qui fiüt d'eux aussi, bien que de fliçon plus subtile, des victimes). 'Et donc, l'intérêt bien compris des salariés français, dès lors que, d'une façon ou d'une' autre, ' ils ont ptlur compagnons de travail, des immigrés, c'est de défendre ceux-ci, d.e demander pour eux les mêmes salaires, les mêmes droits que pour eux-mêmes, pour empêcher que leur _p(Opre éondition se dégrade ou «oit menacée. Ara&es, Turcs et Yougoslaves Quoi , qu'il en soit, les employeurs sont les premiers à préciser que la charité et l'hospitalité ne sont pour rien dans l'accroissement continu de ~'immigration. Cet accroissement leur -+ 23 LES METIERS DES IMMIGRES Alors que la population active française représente 45 % de la population totale, la population immigrée est active à 66 % (soit 1,85 million de travail· leurs) . Parmi cette population immi.grée, 8 % environ a une profession commerciale ou libérale ; 92 % (soit 1,6 m'illion) est salariée. Les salariés se répartissent ge la façon suivante : Manoeuvres . . .. .. .. .. .. .. .. .. . . 57 % Ouvriers spécialisés . . . . .. .. . . .. . . 31 % Ouvriers qualifiés . . .. . . .. . . . . . . .. . . 9,5 % EmployéS .. .. . . .. . .. .. .. . . .. . . . . 1,5 % Il faut noter que, depuis quelques années, l'immigration par familles entières tend à croître. Jusqu'en 1959, il ne s'installait pas en France plus de 4.000 famil· les étrangères par an. En 1960, ce chiffre est passé à 22.000, et tend, depuis lors, à se maintenir à ce niveau. -+ semble même insuffisant. L'Usine nouvelle, l'un des journaux officiels du capitalisme français, le rappelait encore récemment (le 14 avril 1966) : « Les difficultés de recrutement en Italie et le risque de voir l'afflux espagnol et portugais s'épuiser dans la prochaine décennie ont incité les autorités françaises à se tourner vers d'autres sources de main-d'oeuvre. Un accord vient d'être signé avec la Yougoslavie, un autre l'est déjà avec la Turquie ». Loin d'aècueillir les travailleurs. immigrés par bonté d'âme, comme ml le laisse si souvent entendre, l'économie française se préoccupe donc dès aujourd'hui de ne pas laisser tarir cet afflux de main-d'oeuv're dans les décennies à venir. Elle se heurte d'ailleurs à la concurrence de ses partenaires du Marché commun, dont les économies ont le · même besoin : la Suisse utilise plus d'un million de travailleurs immigrés (15 % de la population active de la Confédération !), l'Allemagne Fédérale 1,2 millions, la Belgique 600.000, les Pays-Bas 200.000. L'Angleterre est dans la même situation: des Antilles, du Pakistan, d'Afrique anglophone, d'Irlande, lui sont arrivés près de 3 millions de travailleurs immigrés. Entre les divers pays d'Europe occidentale, des zones de partage se dessinent, particulièrement entre la France, l'Allemagne fédérale et la Suisse : à l'une les Arabes, à l'autre les Turcs et les Slaves du Sud; à la troisième les Siciliens et les Levantins. Qu'apporte donc cette main-d'oeuvre aux économies européennes, et singulièrement à l'économie française, pour que le V' Plan prévoie une immigration de 60.000 travailleurs par an d'ici 1970, puis, ensuite, de 100.000 travailleurs paF an ? Il est impossible de donner une évaluation chiffrée précise du profit que tire la France du travail de la main-d'oeuvre étrangère. Mais un certain nombre d'approximations sont possibles. Elles indiquent que la mas- 24 se des salaires et prestations sociales (allocations, remboursements de Sécurité soCiale, etc.) versée à la maind'oeuvre immigrée se situe actuellement entre 10 et 12 milliards de F. Mais que la production assurée par cette même main-d'oeuvre peut s'éva- L'Immigration familiale tend à aug. menter par rapport à l'immigration in-_ dividuelle. luer, en tenant compte de la marge d'approximation la plus large possible, à 16 à 18 milliards de francs. Le bénéfice net pour l'économie française se montre donc, en comptant au plus juste - c'est-à-dire en considérant le coût le plus 'élevé et le rapport le plus bas - , à 4 milliards de francs - actuels, bien entendu (2). Des profits de tous ordres Il n'est pas sans intérêt à ce propos de donner les estimations concernant la main-d'oeuvre algérienne, puisque c'est elle qui est la plus décriée. Elle coûte 2 à 2,5 milliards en salaires et charges sociales; elle produit 3,5 à 3,7 milliards. Elle laisse donc un profit de 1 milliard par an à l'économie française. Même si l'on considère les quelque 700 millions d'aide française annuelle à l'Algérie (et sans même tenir compte que cette aide a pour contrepartie des profits d'un autre ordre sur les produits pétroliers, par exemple) on voit que l'Algérie, loin d'être, comme l'écrivent tant de nostalgiques et de plumitifs d'extrêmedroite, une charge pour l'économie française, lui rapporte beaucoup d'argent. Encore ces profits directs ne sontils pas les seuls que tire l'économie française de la main-d'oeuvre immigrée. Dans une excellente intervention prononcée à un récent colloque sur la migration algérienne en France (3), l'économiste Yves Chaigneau énumère quelques sources de profits complémentaires aux profits directs; ce qu'il dit de la main-d'oeuvre algérienne peut être extrapolé à l'ensemble de la main-d'oeuvre immigrée: « Cette . main-d'oeuvre, outre qu'elle est disponible, est très motJile entre régions, secteurs, entreprises. Une telle mobili(é est recherchée dans toute économie, mais les pays développés paient fort cher la mobilité de leur propre population active tandis que la main-d'oeuvre algérienne (et immigrée en général • N.D.L.R.) se déplace sans pratiquement aucune aide ... » ... « Du point de vue de la structure de l'emploi, la main-d'oeuvre algérienne vient, pour partie, tenir des postes de travail dont ne veut plus la maind'oeuvre française. Il s'agit soit de postes de travail dangereux, soit de postes considérés comme rebutants ... L'économie française fait ainsi soit l'économie d'investissements qui devraient suppléer à l'absence de maind'oeuvre, soit celle de hausses de salaires qui seraient nécessaires pour y cOflserver la main-d'oeuvre française » ... .t'ar ailleurs, « les familles restées en Algérie (et dans les autres pays d'émigration N.D.L.R.) ne créent à l'économie française aucune charge en matière d'équipements collectifs : écoles, routes, .hôpitaux, infrastructures administratives... enfin, le recours à des travailleurs immigrants adultes permet d'économiser complètement les coûts de subsistance, d'éducation et de formation jusqu'à l'entrée en production (4) ». Travail égal, salaire inégal Yves Chaigneau souligne enfin un rôle indirect que l'on peut encore généraliser à l'ensem9le de la maind'oeuvre immigrée : « Le mode d'utilisation des revenus acquis par les Algériens leur · fait jouer un rôle déflationniste complémentaire.- en effet les revenus transférés en Algérie, parce qu'ils mettent un certain . temps avant de revenir dans l'économie française et y provoquer une demande, introduisent un décalage bénéfique entre la période de production et celle de consommation. » Et il conclut: « Pour être marginales, toutes ces influences n'en aident pas moins l'économie française et dans sa croissance, et dans sa compétition avec les autres économies développées.- car c'est généralement sur les marges que se jouent en cette matière les batailles ». Il faut, ajouter là ces .remarques un c bénéfice » supplémentaire, qui relève d'une surexploitation inadmissible dont sont victimes les travailleurs émigrés, à qui l'on refuse d'appliquer le principe « à travail égal salaire égal » . Dans la plupart des professions du bâtiment, un Portugais et un AlgéJ," ien reçoivent 20 % de moins que leurs homologues français. Les prestations sociales varient également souvent; en décembre 1965, un père / CE QUE DISENT LES SYNDICATS LA C.F.D.T. L'absence de politique d'immigration, le laisser-faire de notre gouvernement, ouvrent la porte à d'odieuses injustices. Puisqu'ils sont nos frères de vie et de travail, syndicalistes, nous devons agir pour leur donner plus de sécurité et de .justice... L'action passe d'abord par une prise de conscience collective. (. Syndicalisme -, mars 1966.) LA C.G.T.-F.O. La masse des travailleurs immigrés tient une place essentielle dans le développement de notre économie. A tous égards, ils ont le droit de prétendre "à l'égalité de traitement avec les travailleurs nationaux ... Pour sa part, .la Confédération Force-Ouvrière s'emploie à secourir les travailleurs immigrés avec la détermination qui a toujours présidé à son action en faveur des travailleurs étrangers. LA C.G.T. Roger Louet, secrétaire confédéral. (Immigré mon ami, plaquette éditée par le CRIJEF . Comité pour les relations Internationales des mouvements de jeunesse et d'éducation français) Les conventions collectives doivent assurer aux travailleurs immigrés l'égalité" des droits ... Constituer le front uni de la classe ouvrière, souder les unes aux autres les différentes catégories de travailleurs, y intégrer solidement les immigrés (1 ouvrier sur 4 est un immigré) constituent les garanties les plus efficaces contre l'ennemi commun ... (Résolution de la Commission administrative de la C.G.T., janvier 1966.) de trois enfants, touchait, s'il était Français, 180,55 francs; s'il était italien ou Espagnol 117 francs, 72 francs s'il était Algérien, et 51,51 francs s'il était Portugais. Ces différences sont d'autant plus injustifiables que les cotisations versées., elles, sont les mêmes pour tous. l'Ouarsenis, toutes les regIOns de l'Algérie pauvres, surpeuplées, et ravagées par sept années de guerre, vivent par ,exemple presque exclusivement des milliards de francs qu'y envoient chaque année les chefs de famille venus en France. Aussi bien s'agit-il de poser le problème de l'immigration au Iliveau où il doit se situer : un contrat d'Etat à Etat, au mieux des intérêts de chacun. Et .sans onblier qu'un logement décent, un peu plus de sécurité dans le travail, et la parité des salaires avec leurs camarades français n'absorbera qu'une petite partie des richesses que produisent chaque jour les travailleurs immigrés qui travaillent pour nous. Il est bien certain par ailleurs que les pays d'émigration - Algérie, Afrique noire, péninsule ibérique, etc, - trouveIlt aussi leur compte dans ces mouvements, migratoires. La Kabylie, POUR EN SAVOIR DAVANTAGE Georges CHATAIN. • ESPRIT -, avril 1966. Numéro spéCial sur "émigration. SEMINAIRE NATIONAL SUR L'EMIGRATION. Allocutions et rapports de la session tenue à Alger du 8 au 13 août 1966. (Edité par la Direction des Algériens en Europe - 3, rue Joseph Sans boeuf - Paris-9·) . LEITRE (Bimestriel des Communautés 'de la Mission de France). Numéro du 15 août 1966: • Les étrangers en France. (Préfecture de Pontigny -" Yonne - 89). HOMMES ET MIGRATIONS. Revue de presse et documentation de l'E.S.N.A. (Etudes Sociales Nord-Africaines) - 6, rue Barye - Paris-17'. COLLOQUE SUR L'EMIGRATION. Comptes rendus des travaux organisés par l'Association France-Algérie, du' 13 au 15 octobre 1966. 235, boulevard SaintGermain - Paris-7'. DROIT ET LIBERTE· No 260 . MARS 1967 (1) Le Rassemblement Européen de la Liberté, du , chef. Dominique Venner (voir Droit et Liberté No 259. février 1967) . (2) L'évaluation se fa it en calculant quelle plus· value produit le travail d'un salarié dans tell'! profession. et en additionnant les chiffres obtenus selon la répartition professionnelle de la main·d·oeuvre Immigrée. Cette méthode , pré· cise lorsqu' II s'agit de travailleurs manuels. l'est moins lorsqu' II s'agit de salariés du secteur tertiaire, c·est·à·dire d'employés, de cadres et de techniciens . Mais la quasi totalité des Immigrés sont des travailleurs manuels ... (3) Le colloque sur la migration algérlen~e en France s'est déroulé les 13, 14 et 15 octobre 1966 au Centre des Conférences Internationales à Paris. . (4) Jusqu'à 20 ans , en moyenne. un individu con· somme plus qu' ll ne produit. 25 .,....--------------------_._---8 décembre 2009 à 10:28 (UTC)-----


~

sport montagne plage 1201g. du Temple métro Belleville 8·8 rue de Rivoli Productions SIMTEX 70, Rue des Archives ' - PARIS 3' métro Châtelet TROIS HOM·MES ET UN ENFANT (Interviews recueillis par Marguerite Kagan) Le petit Alain Cohen, Michel Simon et Claude Berri, .Charles Denner et Zoritza pendant le tournage de « Le vieil homme et l'enfant - (reportage photographique Elie Kagan) L'occupation en France: les Langman quittent Paris et vo nt se réfugier à la campagne_ Mals . leur fils CI'amfe. W1 enfant de huit ans et demie, accumule les étourderies de son âge, « des peccadilles qui peuvent conduire au four crématoire a_._ Ils décident alors de confier Claude aux parents d'une de leurs amies, un couple de retraités, qui vivent près de Grenoble. L'homme, « Pépé ", est un ancien combattant de 14-18, pétainiste intoxiqué par la propagande de Vichy qui cristallise en lui tous les préjugés de l'époque et particulièrement l'antisémitisme. Or cet enfant dont il ne sait pas qu'il est juif fait naître en lui une merveilleuse tendresse, un amour que jusque-là il ne dispensait qu'à son chien. Le petit Claude devient le complice et le, confident de ft Pépé ", et profitant de la situation le fait parler avec un malin plaisir de son sujet favori: les juifs. Et c'est la Simple logique du raisonnement d'un enfant qui démantèlera l'argumentation de « Pépé " constituée de tous les stéréotypes de l'imagerie antisémite. Une réalisation sobre j't intelligente, un-dialogue nuancé, plein d'humour et de finesse, remarquablement servi par les interprètes Michel Simon, le petit Alain Cohen" Charles Dennér, l'actrice yougoslave Zoritza, Luce Fabiole, Roger Carrel et Sylvine Delacroix font du film de Claude Berri « Le vieil homme et l'enfant -, une oeuvre marquante dans la lutte contre l'antisémitisme. Michel Simon : « J'ai participé à ce film parce que j'ai vu ce que les juif.s ont su. bi ». V DUS traversez le village, et à la sortie vous tombez, sur une petite place: la première rue à droite, c'est la rue de la Malnoue ... un nom qui sonne mal », ironise gentiment Michel Simon au téléphone. Si le «village» qu'il habite res.semble à n'importe quelle grande banlieue de Paris, la rue, elle, a conservé le calme de la campagne. t Un haut mur protecteur, un grand jardin fou, une pièce accueillante et luisante qui débouche sur une immenS8 volière vitrée, un pas lourd qui ébranle l'étage supérieur ... Crinière en bataille, massif, Michel Simon est là, légendaire figure de Jean. de la Lune, de La Chienne, 'de Boudu sauvé des eaux ... , . de l'Atalante. ' La convers(j.tion s'engage, souriante, rebondissante au gré de la mémoire . prodigieuse :de ' notre hôte. DROIT ET LI BERTE - No 260 - MARS 1967 - C'est Gambetta qui avait fait construire la maison que j'habite. Celle d'à-côté appartenait au peintre Poilpot, célèbre par un 'tableau révolutionnaire «Panorama de la guerre de 1870» où il y avait très peu de drapeaux mais surtout des cadavres, des hommes agonisants qui perdaient . leurs entrailles. Cela avait beaucoup choqué. En face, demeurait Alfred Jarry chez qui Alphonse Allais venait passer ses vacances. Georges Courteline l'auteur de ce chef-d'oeuvre' prophétique qu'était « Messieurs les Ronds.-de-Cuir » vivait dans la maison voisine ... Voilà! Dans la journée, je vis .parmi des ombres qui me sont chères, . parmi ces fantômes. Le soir, au théâtre (Michel Simon joue dans la pièce de René de Obaldia: «Du vent dans les branches de Sassafras »J, je prends contact avec des amis authentiques et désintéressés : ils paient pour venir me voir » ... Soudain retentit un tonitruant éclat de rire: c'est Lolita, la mainate des Indes qui intervient dans le fécit. - Ils sont merveilleux ces oiseaux, s'exclame Michel Simon. Figurez-vouS' qu'en 194() j'avais été dénoncé comme juif. Ma maison était occupée par un officier nazi et son ordonnance.: Cocotte, une pl!rroquette que j'ai gardée vingt-six ans connaissait la Marseillaise - elle l'a d'ailleurs apprise à Coco, l'autre imbécile qui est là-bas, qui lui-même l'a transmis à Lolita. Donc Cocotte, avec un à-propos non dénué de malice, attendait que l'officier se mette à table pour entonner La Marseillaise, et ce trois fois par jour. L'Allemand était blanc de colère: c'était le parfait type du crétin qui a empoisonné le monde entier. - Pourquoi avez-vous été dénoncé? - Peut-être à cause de mon nom? Peut-être que je suis juif moi aussi. . De toute façon je suis juif de religion puisque je suis chrétien. Mon -+ portrait figurait dans le même format à côté de celui de Léon Blum à l'exposition Berlitz: «Le Juif et la France ». l'étais flatté car j'avais pour Blum une grande admiration. l'ai dû faire établir quantité de papiers prouvan. t que j'étais .issu de quatre générattons de parfaIts catholiques. Dans une autre brochure, je n'étais plus juif mais communiste. l'étais «responsable du désastre de la France », ma photo voisinait avec celle de Maurice Thorez que j'admirais beaucoup aussi. A la Libération, je pensais pouvoir enfin travailler. Pendant quatre ans ~~ n'~vais rien fait. Mais pas du tout; J étaIs un «collabo» cette fois. Je n'avais rien, mais rien à me reprocher. Pourquoi ces calomnies? Elles émanaient de petits comédiens, de petits acteurs sans emploi. C'était et c'est encore le Père Ubu qui règne sur le monde. Vous savez, les hommes c'est très bien mais il faut en user à dose homéopathique... ' Michel Simon se tait médite un court instant. ' - Je crois que les vrais philoso, phes, ce sont les humoristes. C'est pourquoi le ,film de Claude Berri me plaît: il est plein d'humour rose et noir, mais c'est de l'humo .. / J'ai été séduit par l'idée de départ C'est une histoire ,authentique, en de: hors de toute lltterature, qu'il voulait ' porter à l'écran, une histoire vécue donc ~ien ~upérieure à. tout ce qU'O~ pe"!t Imagtn~r. Et pUIS c'était très dro.le ce p,etlt. enfa.nt juif qui en ridiculIsant l antIsémitisme forcené du «Pépé» s'acquiert, son amitié, sa tendresse, son amour. l'ai aussi fait. ce film parce que j'ai . vu ce que les juifs ont subi. En 1938 je me trouvais à Berlin: c'était im: monde ce qui se passait. - Pensez-vous que l'image du combattant 14-18 que vous incarnez corresponde à la réalité? ' - Ce combattant-là c'est celui que C!aude Berri a connu, qu'il révèle. Ce ,n est pas une synthèse de toutes les images possibles. l'en ai connu qui lui ressemblaient. Les «combattants » q~i n'?nt j~mais vu un Allemand, qui 'n ont JamaIs été blessés, qui ont passé leur temps à l'arrière. Les planqués en q'autre.s te~mes! Ce sont les plus terrtbles, Ils n admettent rien A1ais si on veut faire un film qui plalt. à tout le monde, il faut être 1!lédlOcre. Les gens n'aiment pas les Idées. Elles les empêchent de digérer, su~tout la . race ruminante qui aime qu on la laIsse brouter à son aise son toin de tous les jours. On lui apporte qu.elques ~delweiss pour , égayer ce fom, elle n en veut pas. - Et l'enfant? - Il est merveilleux. Il m'a remonté I~ mor~l" souvent il m'a encouragé. ~ en SUIS a n:on 141< film. Quelquefois, Je perds patIence. Mais. je bavarde, je bavarde... Ah! très. b/~n, vous faites un gala, je viendraI

Il me plaIrait assez d'être 'lapidé

à cause de ce film. 21 Claude Berri : «C'est au spectateur seul qu'il appartient de tirer la leçon» Com~dien de prof~ssion, le jeune réalisateur Claude Berri, qui obtint el?- .1963 a HolJy~ood, IOscar du ~ourt métrage pour Le poulet, a conçu Le VIeIl hOl11;me et l enfant, son premIer long métrage dont il a écrit le scénario et les . d~alogues, co~me une « comédie de moeurs» traitée sur le mode hUmOrIstIque. J E suis parti d'une histoire qui n~us c0,ncerne tous, et cette histOIre, c est la mienne. En 1944 pendant six mois j'ai été caché sou~ un faux nom à la campagne chez des ~e~s qui. ~o~taitint Henriot, qui etaIent antlsemltes comme un certain n?mbr.e de Français à l'époque, ni plus nI moms ... Je n'ai pas voulu faire un film à thèse, ni apporter un message. J'attaque la bêtise, la «connerie », mais je ne donne pas de leçon. C'est au spectateur seul qu'il appartient de tirer la leçon. Une comédie de moeurs, voilà comment je définirais mon film; peinture de. I~ Fr~nce sous l'occupation, desCrIptIOn d un personnage: « Pépé» est e!, blo.c a~tisémite, pétainiste, végétarIen (d élIme trop les animaux pour les manger), anticlérical et ancien combattant de 14-18. Cette dernière' caraCtéristique est très importante. Pour être vrai, mon personnage doit ayoir fait 14-18, beaucoUip de ces auc~ ens combattants étant devenus pétai~ Istes entre 40 et 44 par fidélité à une Image. De toute façon, mon propos n'était pas de décrire, à travers « Pépé » tous les anciens de 14-18, parmi lesquels il y a eu fort heureusement d~s. opposants à Vichy, des juifs, des reslstants, etc. Un caractère universel D'autre part, je tiens à préciser que je !l'ai pas fait un fi:Im sur les juifs, malS sur un antisémite, c'est sans doute la première fois qu'une telle description est portée à l'écran. S'il y a un caractère véritablement universel dans le film, c'est celui quieS, t interprét!! par Michel Simon, « Pépe », cet homme pas méchant, mais qui doit être condamné. Victime de ses préjugés, jeté par des événements qui le dépassent, dans le plus grand désarroi, il met tout le monde dans le même panier : à part son chien qui vient de mourir, à part l'enfant qui va partir, à part la France, TRICOTS - CHEMISIERS BONNETERIE MARCY 129. rue d'Aboukir, PARIS (20) - ~ _ qu'il juge trahie, il n'aime personne. Et dans mon esprit, il doit ignorer jusqu'au bout que l'enfant auquel il s'est attaché est juif. Je ne voulais absolument pas lui donner l'occasion de ~e. racheter"n;tême si une question maJb~It;use. de 1 enfant, lorsqu'arrive la LiberatlOn, fait r~ondre à Michel Simon: « T'en fais pas, ils (les juifs) ne sont pas pires que les autres." En fa~t cette réplique me fut imposée par MIchel Simon qui craignait d'être comp~ètemen~ assimilé à un personnage IrrémédIablement antisémite. cc J'ai eu beaucoup de chance, » Je me demande, si je n'avais eu la chance de trouver le petit Alain Cohen dan~ quelle mes';ITe j'aurais pu mene; à bIen mes projets. Il me fallait un enfant à . la fois. ~aiet triste, grave et enfantm, malICIeux; tendre intelligen1. J'ai eu la chance extrao'rdinaire de trouver cet enfànt. J'en avais vu une centaine lorsque je l'ai rencontré ~ ,un cours religieux. Il est très pra: tIquant. Ses parents je crois, sont nés à Tanger; sa mère est juive espagnole et ' son . père, qui est architecte, juif marocam. Ses parents lui ont raconté la guerre. Sa mère l'a même un peu traumatisé par le récit de ,la déportation des grands.parents. Il a neuf ans aujourd'hui; on peut dire pourtant qu'il a vécu la guerre, expérience des siens sur laquelle se greffe l'imagination enfantine. . On peut lui parler d'Hitler : «Hitler. je connais li) répondra-t-il. C'était formidable pour moi, je n'avais pas à lui expliquer l'époque. Il avait compris que l'enfan~ ~u fil~ c'était lui; et que comme mm, Il fallaIt s'en amuser. Dès l'instant où il assumait cette situation qui s'intégrait dans un univers qu'iÎ connaissait bien, le petit Alain avait maitrisé son rôle. II est servi par des dons exceptionnels: c'est ' un grand acteur. Je le répète, j'ai eu beaucoup de chance avec lui. PIGMY-RADIO Postes à transistors 10 modèles, toutes ondes. Mod.ulation de fréquence. Haute fidélité 25, rue du Landy - Tél. 243.10.41 93-La Plaine-Saint-Denia Charles Denner : « J'ai connu • cette histoire aussI ». L'acteur Charles Denner Joue 1. raie difficile du père du petit Claude ; Il réussit i faire vivre, avec l'actrice yougoslave Zorltza, le calvaire de parents partagé. entre la peur des rafles et le désir de faire vivre leur enfant. J'AI lu le scénario : il m'a plu d'emblée. L'histoire me rappelait presque mon enfance. Ce que j'ai pu faire «marronner" mon père. J'étais plus âgé bien sûr que le go~se du film : j'avais 14 ans à la déclaratIOn de la guerre. Le film de Claude Berri repose sur la réalité, la réalité commune à la plupart des juifs émigrés de fraîche date. C'est le cas de ma famille: mon père, arrivé en France en 1930, était tailleur à domicile. II devait assurer la survie de ses quatre enfants et n'a pas pu rejoindre le maquis. Nous y sommes allés pour lui, mon frère aîné et moi (1). De toute façon, les juifs ont résisté autant que les autres. Mais il n'y a pas de raison d'en faire des héros. Pas plus que des lâches. ., . C'est pendant la guerre que j al découvert le théâtre. Nous savions qu'un. juif se cachait dans la maison où , nous étions ' réfugiés. C'était un homme doté d'une certaine culture, à qui j'ai confié mon désir de devenir comédien. Il m'a fait acheter Le Misanthrope et, le soir, à voix éto~fée _ nous ne devions pas nous connaltre _ je lui en récitais des passages. J'ai d'ailleurs emporté cette brochure au maquis. En 1945, je suis e!ltr~ à l'~cole Charles Dullin sans aVOIr JamaIS vu une pièce de théâtre. C'est . seul~m7nt trois semaines après mon mscrIpt~on que j'ai assisté à une repré~ntatIOn dù Roi Lear, Tout en/ .tI1i'vaIllant j'étais tailleur, puis maroquinier - j'ai fait mes premières armes avec une troupe juive d'expression française Les compagnons de l'Arche. Par tempérament, par ,goût, par chance j'ai joué par la suite des rôles dontlç contenu correspondait à ce que je pense sur la vie. Le personnage que j'incarne dans Le ' vieil homme et l'enfant m'a posé quelques problè~es. J'avais peur de le rendre trop nOIr: cet homme qui se livre à des colères imbéciles pour punir dès 'peccadilles ... des peccadilles qui pouvaIent. envoyer au four' crématOIre. Il y avaIt là une disproportion nécessaire mais ~élica~e à exprimer. De tou~e. ~açon, j7 SUIS heureux d'avoir partlclpe à ce film. I.I m'a intéressé et je souhaite ardemment qu'il , amène le public à réfléchir. » (1) .ch. Denner a rejoint le maquis du Vercors en février 1944; il a été décoré , de la Croix de guerre. DI1ÙIT ET LIBERTE - No 260 • MARS 1967' Le jeune Dean Stockwell et Pat O'Brien dans • Le garçon aux cheveux verts -. Une fable dont la morale est sans ambiguïté LA PARABOLE DE L'ENFANT TONDU « Le garçon aux cheveux verts» de Joseph Losey. LE cinéma contemporain semble atteint d'une curieuse maladie: celle de l'exégèse. Combien de films suscitent des pages et des pages de commentaires, qui expliquent ce qu'apparemment les films sont impuissants à exposer? Dans combien de vaudevilles insignifiants ne nous a-t-oll pas conviés à admirer l'implacable dénonciation de la décrépitude bourgeoise, du racisme ou l' « aliénation de l'individu réifié »? Un film vient de sortir à Paris, dont les premières images suffisent à montrer l'inanité de cette pseudo-critique : ~ Le garçon aux cheveux verts, qui fut, en 1948, le premier long métrage de Joseph Losey: une sorte de parabol~ réalisée pendant ce peu de temps qUI sépara la fin de l'hécatombe de 1939- 1945 du début de ,la guerre froide, un avertissement pathétique, contre la haine raciale, la violence, la guerre et les préjugés qui l'alimentent. L'avertis. sement était si clair que les sbires de MacCarthy ne ratèrent pas l'occasion: Losey n'eut que le temps de s'exiler en Europe, où pendant près de dix ans, il allait servir de grouillot au cinéma anglais avant qu'on lui redonne enfin )a possibilité de tourner. Le souffre-douleur -de la ville L'argument est surprenant, presque féérique. La police arrête un enfant au. ' crâne rasé, qui re)ite obsti~émc:nt sourd aux questions qu'on lUI pose. Un psychologue, appelé à la rescousse, parvient enfin à l'amadouer. L'enfan~ va raconter son 'histoire, el} un long retoùr en arrière, L'effet de surprise ménagé par ce début est nécess~ire pour tenir le sp~ctateur en haleI!le,) l'intéresser à la mIse en scène des eléments du drame. L'enfant est fils adoptif d'un vieil acteur raté, et pourtant débonnaire; il croyait ses parents en voyage, et voici qu'il apprend, lors d'une fête de charité organisée à l'école en faveur des orphelins de guerre, qu'il est luimême un de ces orphelins. C'est un des moments forts du film que cet instant de révélation où, suffocant de désespoir stupéfait, il lacère une de ces affiches que l'on voyait tant à l'époque (et que l'on recommence à voir à propos du Vietnam), sur laquelle un enfant déguenillé promène un regard fixe dans un paysage de ruines. Cette première révélation le singularise déjà. Et puis un beau matin le voilà qui se réveille avec les ch~veux verts. C'est la panique dans la ville. Doit-on incriminer l'eau? Le lait peut-être? En attendant, le garço- d, coupable de n'~tre pas comme tout le monde,' deVIent le souffredouleur de la ville. En larmes, H se réfugie dans la forêt voisine. Et soudain, voici que les orphelins hâves et mutilés des affiches de l'école apparaissent entre les arbres, s'approchent de .lui et lui parlent

il n'a pas à aVOIr honte de sa

chevelure, bien au contraire ; puisqu'elle le singularise, et que sa couleur est, après tout, celle de l'esp~rance, qu'il soit leur porte-parole! C)u'Il témoigne hautement pour ces mIllIons de victimes! Du coup, en ville, la gêne se change en fureur. On tolérait cette chevelure étrange tant qu'~ en avait ponte I~~même; mais qu'Il la revendlql;le, qu Il , la porte fièrement, cel,a dAevlen~ u~ scandale. La fonIe se dechame : Il lUI faut cette chevelure. Comme à' Nuremberg L'enfant est donc tondu en public. La scène est d'une rare puissance: les mèches tombent, une à une, sous les regards de la foule qui s'est mas~ée a.+ -~ da,:s ,la boutique du coiffeur; ceux gUI n ont pas pu ~n~rer ont le visage ecrasé contre la vltrme, pour ne rien perdre du spectacle. La parabole ne trompe personne: c'est bien d'une exéc1;l,tion gu'il s'agit. Et lorsque la dermere meche est tombée la honte brutalement déferle sur l:assistance' ~ersonne n'ose regarder, ni le crân~ hsse du gosse, ni même le voisin complice; le coiffeur, qui a été l'exécutant, sent cette honte comme une menace. «L'idée n'était pas de moi! » pr.oteste-t-il, comme protestèrent avant lUl les bourreaux nazis à Nuremberg. Il empoche quand même le billet qu'on lui tend pour prix de sa besogne. Losey, on le voit, n'y va pas avec le dos de la cuiller. Il n'a rien à faire de l' « ambiguïté », de la « compleXité du réel », qui servent si souvent d'alibis aux créateurs timorés. Rien pourtant de simpliste ni de propagandi3te, dans Le garç~n aux chev~ux ver.ts. Ç>n en a dit que c'était un film antiraciste et c'est vrai ; mais JI s'en prend aussi à la bêtise à la résignation, à la lâcheté moraÎe qui accep ten t . et légi timen t l' exploi ta- ' tJ~n, le faSCIsme, la barbarie, la guerre. L u~e des leçons du film, c'est que le racisme n'est que l'une des dix têtes de la « bête immonde » dont parlait Brecht, et que cette tête repousse sans cesse, tant que les autres n'ont pas aussi été tranchées. 30 LD J. LEON & R. ROSKER décorateur. Agencement général de magasins et d'appartements Quelque. nférencea: .04 • TUBE • BUS-STOP • Guy d'ALBAN • GLADY • LADY'UP • DONALD • ANTONELLA 11, Place des Vosges, Paris4· Tél.: TU R. 0942 LE André et Simone Schwarz-Bart AL - Pour commencer il faut se référer, je pense, au De~ier des Justes. De notre point de vue, cette succession de vos deux livres, le premier consacré à la condition des juifs, le seCOnd à celle des noirs, revêt un grand intérêt. Pour ma part, elle ne m'étonne pas tellement: dans Le Dernier des Justes vous avez traité votre sujet san~ esprit particulariste, non seulement en tant que juif, mais en tant qu'an· tiraciste et en tant qu'homme. De ce fait, votre second roman m'apparaît comme une suite logique au premier. Je voudrais savoir dans quelle mesure vous considérez vousmême qu'il y a une filiation de l'un à l'autre ... ~. Schwarz-Bart. - Le présent travail a commencé en 1955, c'est-à-dire quatre ans avant la fin du Dernier des ' Juste~; pratiquement, les deux livres ont vecu ensemble avant même que Le D.ernier des Justes soit terminé. Vous dites que Le Dernier des Justes n'a pas été . écrit .seulement en tant que juif mais aussI en tant qu'antiraciste et en tant ~u:homme: pour moi, il n'y a pas de dlfference entre ces trois termes. Il y a une identité absolue entre le fait d'être juif et d'être homme. C'est une seule et même chose, et il n'y a pas un. cheveu qui puisse s'introduire entre ces notions. C'est ma manière à moi d'être homme que d'être juif, de même que ~haque peuple, chaque groupe humam a sa manière d'être h?mme. Ce qui n 'exclut pas, pour eux, d etre parfaitement ouverts sur le monde. J'~jou~.erai que, dans l'esprit même du Judals~e ~t de la ~ondition juive telle que.Je 1 entends, II y a un élan vers la Justice, d'ailleurs inscrit en to~tes lettres dans la Tradition et qui fait q~:uI?- j~if ne peut pas r~mener t~ute 1 mJu~tl\::e du monde à celle qui 1 affecte, lUl ; 11 y a un sentiment très naturel ~e .la solidarité qui relie toutes les victimes possibks du racisme le . sentiment que le racisme est soli: dalre, dans to~tes ses parties, et par consequent, qu on ne peut s'y opposer q~'e.n ,ayant la conscience de cette reahte. Si, par exemple, devant un noir on parle mal d'un juif, il faut que cet homme sac;he que c'est de lui qu'on .parle; et mversement si, devant un JUlf, quelque chose de désagréable est dit vi~-à-vis ~e. tel ou tel autre groupe humam, le JUlf doit savoir que c'est aussi de lui qu'on parle. A.L. - C'est bien notre point de vue. Mais le fait que vous ayiez épousé une Antillaise n'a-t-il pas joué un rôle dans l'orientation vers votre second livre? André Schwarz-Bart. - Vous savez ~n se marie généralement dans le mi: he.u q~e l'o~ . c~mnaît, t;t je connaissaiS, J appre~I~ls dep1;lls très longtemps les mlheux antillais de Paris. . D~~s les premières minutes de la premlere rencontre que j'ai eue avec ma femme, j'ai pu lui parler en créole: c:es~ .vous dire que j 'étais déjà famihanse avec. ce,t ~nivers et que, par co~séquent, Il etait aussi naturel pour mOl d 'épouser une Antillaise que d'épouser une juive, par exemple. Sur le plan du travail c'est autre chose. J'ai épousé une fe~me et non pas ~n écr~va~n, ou du moins je le croyais; pUlS, Il s'est trouvé que cette feI?me s 'e~t révélée, un jour, un écrivam. Et bien, tant mieux! A.L. - Certains critiques ont estimé que Le Dernier des Justes ne montrait pas suffisamment la résistance des juifs au nazisme. Pour ma part, je pense que cette oeuvre au contraire, est source de résis: tance, de lutte, et qu'elle est, par conséquent, fort utile à notre combat. Même, et surtout, lorsque vous faites apparaître la résignation - je dirais plutôt l'inconscience - de certains personnages, liée sans doute à leur attitude religieuse votre livre exprime et engendre la ~volte contre les persécutions de tous les temps: c'est ainsi, du moins que je le ressens ... Cette interprétation est· elle valable? André Schwarz-Bart. - A partir du mOfI!ent ?ù un livre est publié, il appartient a tout le monde, sauf à l'au· teur. ~'au~eur a, moins que personne, le drOIt d en,yarler. Mais, enfin, puisque vous m mterrogez à ce sujet je parlerai quand même. ' Il Y. a un certain monde qui vivait à partir de notions religieuses. Si on devait, au. n?m de ~elle croyance ou telle conVictIOn, operer un tri dans l'esprit humain, si, par exemple du fai.t que .l'on n'est pas croyant, ori. devait temr pour rien toutes les créations de l'homme qui se sont faites MYSTERE DE LA DIASPORA NOIRE Huit ans après Le Dernier des Justes, qUi lui valut le Prix Goncourt. André Schwarz-Sart -commence la publication d'un cycle romanesque, La Mulâtresse Solitude, écrit en collaboration avec sa femme, et qui comptera sept volumes . C'est le premier d'entre eux, Un plat de porc aux bananes vertes, qui vient de paraître aux Editions du Seuil. Notre rédacteur en chef, Albert Lévy, s'est entretenu de cette oeuvre avec André et Simone Schwarz-Bart lors du bref séjour qu 'ils ont fait récem· ment à Paris. au nom de la religion, eh bien je pense qu'on exclurait les neuf-dizièmes des beautés et des valeurs que l'homme a créées. Il s'agit de considérer l'histoire dans son ensemble et d'admettre, de comprendre qu'à travers des signes, à travers des mots qui peut-être aujourd'hui ont perdu une grande part de leurs sens, pour nous, l'homme a créé de grandes valeurs qui nous parlent encore, Quant à 1,\ « résignation », ou ce qu'on appelle parfois « passivité. /) des victimes, il faut vraiment, avant d'en parler, comprendre combien le mécanisme nazi était écrasant; et pour prendre simplement l'exemple des camps, nous savons que la machine concentrationnaire, ce qu'on a appelé les « moulins d'Auschwitz », broyait tout ce qui venait sous leurs dents, qu'il s'agisse de révolutionnaires non· juifs, de dsistants, d'hommes mûrs et forts, ou tout simplement de familles entières plus désarmées. Là où l'élite de l'Europe a été, comme ont dit faussement, « passive », quel repro he peut-on faire à des masses prises indistinc '.ement et qui n'ont même pas su ce qui leur arrivait, qui comptaient des enfants et des vieillards en grand nomrre ? Pour ceux-là, vraiment, moirs que pour quiconque, le terme de passivité ne convient. A.L. - Je vous remercie de cette précision; elle éclaire certaines pri· ses de position actuelles qui tendent à accabler les victimes en insistant sur cette prétendue « passivité ». Le Dernier des Justes , par contre, a joué dans ce domaine un rôle qui n'est pas celui d'un simple roman. Il est , devenu un classique en quel· que sorte. . Votre nouveau livre est-il appelé à jouer un rôle semblable en ce qui concerne la condition noire? Andr,é Schwarz·Bart. - Je n'ai pas conçu Le Dernier des Justes comme un livre fondamental sur quelque question que ce soit. Je me suis comporté comme tout écrivain. J'ai essayé sim· plement d'exprimer quelque chose, sans songer à l'usage qu'on ferait par la suite de ce travail, usage dont je suis très heureux, bien sûr, mais, avant tout, il ne s'agit pas de cela ... Il s'agit, tout d'abord, de s 'exprimer; il s'agit également, dans les limites qui sont celles du talent, de vos moyens, de [, [,OIT ET LIBERTE - N° 260 - MARS 1967 servir - il n'y a pas d'autre mot - de servir les êtres dont on parle. C'est une grande responsabilité que d'évoquer des minorités. Car dans ce monde, où tout le monde n'est pas bien intentionné, dans ce monde où vivent beaucoup d'anormaux, c'est-à- \ ) 1 J « Sur la première page de ce cahier, je dessinai avec application ma silhouette aVf c filet de nuit et simili-lunettes. » (Illustration du livre d'A. Schwarz-Bart) dire des racistes, il faut peser mûrement ce que l'on écrit afin de ne pas aboutir au 'résultat inverse de celui que l'on cherche. Cela signifie un certain engagement. Le monde dans lequel nous vivons est partagé, il est en lutte. Bien sûr un livre n'est pas grand chose en soi, et les hvres n'agissent pas tout à fait par leurs propres forces; mais malgré tout, dans la mesure où un livre s'inscrit dans un courant collectif d'une époque, dans la mesure où il vient apporter sa goutte d'eau à ce courant il peut servir dans cette mesure-là: A.L. - Cet engagement dont vous parlez n'est pas en co~radiction, avec l'objectivité. André Schwarz-Bart. - Il se trouve que la vérité humaine n'est pas du côté du racisme. A.L. - Il est bon de le souligner. Avez-vous travaillé pour la préparation de votre nouveau livre de la même façon que pour le précédent? André Schwarz-Bart. - C'est tout de même assez différent parce que, d'une certaine manière, dans Le Dernier des Justes, tout se passait corn· me si je parlais de moi. Cela a appelé une grande spontanéité. Cette fois-ci, des difficultés d'un autre autre sont intervenues. Sans doute, lorsqu'on par. le de soi on parle de tous les hommes et lorsqu'on parle de quiconque 'on parle aussi de soi. Mais il y a, dans le second cas, une attitude plus réflexive, un plus grand scrupule; un plus grand respect encore est néces~ aire . La seule spontanéité ne suffit pas; 11 faut une grande conscience de la difficulté, de la responsabilité à l'égard d'autrui. Mais c'est là au fond la mê· me chose. Chacun de nous est autrui, autrui est chacun de nous. A.L. - Je suppose que pour écrire votre nouveau livre·, votre femme, qui l'a signé avec vous, ,ous a aidé à vous placer vis-à·vis de'; noirs dans une situation comparabl ~ à celle où vous vous trouviez par ('apport aux juifs? André Schwarz· Bart. - Bien enten· du. La chose eût été impossible sans elle. J'avais décidé, à un certain mo· ment, de renoncer à ce travail. Ce livre n 'a été écrit que p? rce qu'elle est alors intervenue. A.L. - Je voudrais vous poser une dernière question. Le résumé qui se trouve sur la couverture de ce livre parle de ( la mystérieuse Geste noire '". Cette expression correspond- elle à votre point de vue? Il me semble que ce mot n'e$t pas opportun, vous c\Jncernant. André Schwarz-B'lrt. - Cela veut simplement dire ql.e devant cet événe· ment prodigieux el complexe -qu'a été la diaspora des Africains dans le monde, les gens, y compris les noirs eux-mêmes, se trouvent comme devant un énorme mystère. La complexité est telle qu'il est difficile, sauf pour les spécialistes, de saisir tous les aspects, toutes le~ contradictions que cela a entraîné. Ce n'est pas un mystère, disons, absolu et définitif. Comme tous les mystères, il relève de l'effort de l'esprit humain pour l'élucider. C'est un mystère fait pour être éclairé; et, _précisément, nous aimerions, ma femme et moi, au terme de l'ouvrage, -qu'il y ait moins de mystère à ce sujet. 32 les livres Les Etats-Unis de Monroe à Johnson "Les Etats-Unis semblent avoir été déslinés par la Providence pour accabler l'Amérique de misère au nom de la IIberté_ JO Le mot n'est pas de Fidel Castro, mais de Simon Bolivar, le libérateur de l'Amérique latine, au début du siècle dernier. Dans un livre qui vient de paraître aux Editions Sociales, " De Monroë à Johnson _, Georges Fournial et , Roland Labarre analysent cent cinquante ans de politique liord-américaine dans le continent, de la politique du te gros bâton JO à celle de 1'« alliance p<>ùr le progrès JO. Un chiffre réSUme fort bien cet ~uvrage : en 150 ans, l'Amérique latme a connu 535 coups d 'Etat et plus de 1 000 rebellions militaires, derrière lesquelles on retrouve constamment la mam des Etats-Unis. L' insu rrection du Chetto de Varsovie pré$entée par Michel Borwicz (Coll. " Archives» - Julliard) , En septembre 1946, puis en décembre 1950, furent retrouvées, à Varsovie, les archives des combattants' du ghetto qui avaient été enterrées dans des caves, Michel ,Borwicz, qui fut un dirigeant de la résistance polonaise, en présente de larges extraits. L'héroïsme en imprègne chaque page, Les Compagnons de la Forêt Noire Roman de Michel Droit (Julliard) Ce livre est le premier d 'un cycle romanesque qui retrace l'histoire d'une génération - un quart de siècle, de 1,945 à 1970. Il décrit, dans la stricte tradition du , roman unanimiste, les dernières semaines de la guerre mondiale, l'écroulement sanglant de l'Allemagne nazie. Paul Vaillant-Couturier écrivain Tex'tes choisis par André Stil (Editeurs Français Réums) Journaliste et écrivain, Paul VaillantCouturier - mort en 1937 - fut aussi écrivain et poète. Il laissa même un SCénario, « Vive la Commune », qui ne vit pas le jour. André Stil présente ainsi l'anthologie : « Cette oeuvre .. _ apparait avant tout comme une oeuvre dé formation, ,de découverte et d'appréhension du monde, de prise de conscietiée a'une responsabilité d'homme ... ' ». t le cinéma Made in U. S. A. Film de Jean Luc Godard, avec Anna Karina. "Le fascisme passera comme la mini-jupe ... lO ': Sur ce paradoxe qui n'est que l'aboutissement d'une longue réflexion se termine le dernier film de Jean-Luc Godard, «Made in U.S.A. ". Qu'est-ce que «Made in U.S.A.»? Une histoire politique, celle d'une jeune femme Anna Karina, qui , cherche à découvrir la vérité sur l'assassinat de son mari. L'action se passe à AtlanticCity, qui n'est pas bien loin, ni dans le temps, ni dans l'espace, de notre Paris contemporain. L'héroïne, de barbouze en barbouze, ne découvrira pas plus la vérité qu'on ne l'a découverte, au sens judiciaire du terme, dans l'enlèvement de Ben Barka. C'est un cri de rage: notre société est pourrie, on y patauge dans le san~ et la sanie. Mais , ce n'est pas une ralson pour désespérer, pour se résigner ' à ce monde monstrueux ... On aime ou on n'aime pas «Made in U.S.A, », mais on ne peut que s'incliner devant l'absolue sincérité de Godard, cet écorché qui nous cogne avec ses vérités premières pas si premières que ça. Quand le sang coule, il nous montre de la couleur rouge; quand les yeux de Karina se gonflent de larmes, il nous secoue par l'oreille et nous dit: "Il fait un temps à mettre une ca- _ méra dehors et à tourner un film en couleurs JO. C'est sa façon à lui de « distancier », un mot qu'on a mis à toutes les sauces, mais auquel il rend sa vertu première, celle de Brecht. «Made in U.S.A.» est un film «intelligent ", ce qui né veut pas dire qu'il est lisible au premier regard, Godard nous force à· réfléchir sur notre temps. Profitons-en. Ra~ond PRADINES Vietnam en guerre « Europe" - octobre 1966. Le témoignage d'Europe sur le Vietnam est permanent. Mais ce numéro spécial d'octobre, nous en révèle, et du Nord, et du Sud, la Poésie. Le mot révélation convient, car de ces vers nous recevons une lumière. Ces poèmes de guerre sont presque tous des poèmes d 'amour. Ce peuple a été arraché à la paix et s'il ne consent à la retrouver que libre, c'est qu'elle était d'abord sa dignité. Niant le parallèle - frontière imposé, l'amour n'est plus seulement celui d'un homme et d'une femme - mais des deux parts d'un pays qui à travers la douleur s'épousent. Qui donc t'a fait cette blessure? Depuis cinq ans que je t'attends Et parce que je ne t'ai pas oublié L'ennemi m'a poursuivie ... dit une Lettre de la Ville. En ce pays de la fertilité dont l'opulent barbare dévaste le visage d'hommes et de irains, l'amour demeure lé refuge et le fruit dont nul napalm ou poison ne peut le dépouiller. Un trou de bombe au fond de la cour A l'autre bout une 'rose. Chanson de toile, filant la patience et l'espérance de l'amour, les vers d'adieu à l'homme se fredonnent et accompagnent le travail. Ecoutez: C'est moi la fleur de tous les jours J'ai tant aimé que je deviens fleur de [combat] Vous qui cherchez l'objet de poésie, voici la poésie objet de l'homme!... Sur le bateau de D.C.A. s'incorporant à . sa défense, la jeune fille, ce n'est plus du mandarimer qu'elle fait Un bel habit de camoufla~e : C'était de son corps d'avrtl C'était de S011 corps printanier Qu'elle connait le corps du bateau bien [aimé.] Jean CUSSAT-BLANC Nommer la peur Deux poètes, Gabriel Cousin et Jean Perret, viennent de réunir un recueil commun, Nommer la peur. C'est l'éditeur Pierre-Jean Oswatd qui a publié ce recueil, dans sa collection «J'exige la parole,., réservée aux poètes que l'on dit sommairement «engagés JO. Le recueil s'ouvre sur «Juin 40 JO, de Cousin; il se ferme sur « Tambour de Rage JO, un poème sur le Vietnam de Jean Perret. Entre le premier et le dernier texte, quarante-huit poèmes composent une chronique de vingt ans d'actualité : la première guerre du Vietnam, l'Algérie, les Rosenberg, l'assassinat de ' Lumumba, de Maurice Audin, les morts du métro Charonne. Iles arts Le trésor de Toutankhamon Au Petit Palais Ce n'est qu'une petite partie du fabuleux trésor de Toutankhamon, que présente au public français l'exposition du Petit Palais : quarante-cinq pièces, sur 2.000 que renfermait le Tombeau du pharaon-enfant; mort à l'âge de 19 ans. Le tombeau découvert en 1922 dans la Vallée des Rois, fut l'un des très rares à n'avoir pas été pillés au cours des millénaires. Il permit à l'égyptolbgie de faire des progrès décisifs dans la connaissance de la vie quotidienne de nos très lointains ancêtres: meubles, jouets, mets et boissons, manuscrits et devoirs d'écoliers, sont parvenus jusqu'à nous. Parce que l'un ' des découvreurs du tombeau, Lord Carnavon, mourut accidentellement au cours des fouilles, naquit la légende fameuse de la «malédiction du pharaon» qui se vengeait des profanateurs de sa dernière demeure. Cette invention ressort aux habituels lieux communs sur les civilisations disparues. Ce qui fait le grand intérêt de cette exposition, outre la beauté des objets exposés, c'est que ces objets ' datent d'une époque où l'Empire des Pharaons s'étendait, en Asie . mineure, jusqu'à nrak actuel. Des similitudes s'y révèlent avec les oeuvres de peuples et d'ethnies différentes ; elles viennent renforcer la thèse des archéologues contemporains, qui, depuis quelques années, s'attachent à montrer à quel point les anciennes civilisations du bassin méditerranéen ont ,agi 'et réagi les unes sur les autres, à quer point l'origine de la civilisation est une et indivisible. "ROIT ET LIBERTE - No 260 - MARS 1967 De jolies bulles ésotériques « Le Golem» adapté par Pauwels et Kerchbron du livre de Meyring. Mise en scène brillante, belles images - parfois extrêmement belles - acteurs talentueux et bien dirigés .... Bref, tous les ingrédients réunis pour réaliser un film hors-classe. Tous, à une exception près, capitale: un scénario - textes et idées - défaillant, au point que nous sommes perplexes. Mais que voulaient donc prouver Pauwels et Kerchbron? La légende du Golem n'est pas en cause. C'est un sujet valable. D'ailleurs l'émission religieuse du dimanche matin qui suivit cette dramatique a, tout compte fait, très bien situé le symbole dw golem, né, comme bien des êtres mythologiques, d'un rêve de l'humanité au XVI' siècle, Cet être d 'argile pétri par l'homme et capable de le servir~ n'estce pas la préfiguration 'du robot moderne, de la machine? Les auteurs, inspirés par le livre de l'écrivain allemand Meyring ont voulu transposer, interpréter, distiller la belle et vieille légende juive. Ils nous avaient prévenu; ils faisaient appel à notre intelligence; ils refusaient la facilité d'un divertissement pur et simple. Leur savante alchimie nous a conduü au royaume de la purée de pois ..mystique, des théories nébuleuses - chères à Pauwels d'ailleurs - sur le dédoublement de la per~onne et autres balivernes ... Et çela a fait de jolies bulles ésotériques sur un fond de néant. La libertè venait du ciel . A «La liberté venait du Ciel» on peu faire bien des reproches: simplification oU!trancière des personnages, schématisation des situations. - On flaire à cent lieu~ les événements en marche. Mais cette série a un mérite. Elle rappelle - ou fait découvrir aux jeunes - certains aspects d'une époque que notre T.V. a trop tendance à oublier. Voilà qui nous change des sujets faciles - la guerre des chouans par exemple. Certes la guerre contre les nazis, ce n'était pas que cela, mais c'était aussi cela. ' Jean CONTE C la télévision La guerre entre parenthèses Au Théâtre Municipal de Villejuif· Pourquoi «entre parenthèses » ? PaI'~ ce qu'il s'agit du Vietnam, que le Vietnam est loin, et que les massacres et les bombardements qui y font chaque jour des centaines, des milliers de victimes n'empêchent pas la lointaine Europe de dormir. Pourtant, en Europe même, certains font ce qu'ils peuvent pour soutenir le Vietnam menacé de génocide. «La guerre entre parenthèses» est une de ces actions, que mène depuis la mi-février le te Franc-Théâtre» de Villejuif. Claire-Lise Charbonnier et Georges Feldhandler, qui ont écrit le spectacle, l'ont conçu comme une immense partie d'échecs. «L'aire de jeu, disent-ils, est un échiquier, parce que les échecs sont un jeu natIonal vietnamien, et parce que tout joueur d'échecs n'a pas pu ne pas étre frappé par l'analogie du vocabulaire des échecs avec celui de la guerr,e. » «La guerre entre parenthèses» est, avant tout, une oeuvre militante : « Nous ,sommes durs d'oreille, c'est connu. Tous les tintamarres seront bons, pourvu qu'ils fassent entendre les sourds.» Elle atteint pleinement son but; la musique de François Terrai et la mise en scène de Guy Kayat ne sont pas pour rien dans la «force de frappe» du spectacle. Napalm Au théâtre des Carmes d'Avignon Un nouveau théâtre s'implante en France: la revue scénique d'actualités. Un thème central sert de lie.U! à une série de sketches, de mimes, voire de ballets. Nous avons vu, l'an dernier, Mille millions de sauvages et l'hexagone, où le Théâtre de Montreuil !)Ous conviait, du Mississippi à Paris et à Johannesburg, à l'étude d.U! racisme. Voici maintenant, au Théâtre des Carmes d'Avignon, Napalm, spectacle en 33 tableaux. Les titres de ces tableaux suffisent à évoquer leur contenu : dialogue (ou ' plus exactement : « dispute »), entre Steinbeck et Evtouchenko; un pilote américain prisonnier; une veuve; Mitchell l'insoumis; un chef du F.N.L. ~t ses troupes ... Un spectacle de ce genre refuse évidemment d'être jugé sur le seul plan esthétique; le premier critère qu'il revendique, c'est sa force d'i!!:pact sur le public. Napalm est, à cet égard (comme d'ailleurs au point de vue de la qualité du texte et de la mise en scène) une réussite. 33 la vi•e du mrap (~) 21 q,MARS 34 C'est par une résolution adoptée le 28 octobre 1966, que l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies a proclamé le 21 mars Journée Inte-rnationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Cette résolution a été adoptée par 94 voix contre une, celle de l'Afrique du Sud. On comprend que les représentants sud-africains à l'O.N.U. aient refusé de s'associer à une telle décision qui condamne explicitement la politique d'apartheid. De plus, si le 21 mars a été choisi, c'est parce que cette date est l'anniversaire du massacre de Sharpeville. Le 21 mars 1960, des dizaines de milliers d'Africains avaient organisé, à travers l'Afrique du Sud, des manifestations afin de protester contre les discriminations raciales et plus particulièrement contre le système des • laisser-passer -. A Sharpeville, localité africaine située près de Vereniglng, la police tira sur un rassemblement pacifique d'Africains. " y eut 68 tués et près de 200 blessés. C'est à ces victimes de l'apartheid en même temps qu'à toutes les victimes du racisme et de l 'antisémitisme que nous penserons en célébrant la Journée Internati onale. De la Journée nationale à la Journée internationale DEPUIS sa fondation (en 1949), le M.R.A.P. organise, chaque année au printemps, une Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme' et pour la paix. Aussi notre Mouvement se réjouit de la décision prise par l'D.N.V., proclamant une Journée internationale pour l'él~mination de la discrimination raciale qui confère à la tradition établie en France un retentissement universel. De ce fait, le Conseil National du M.R.A.P. réuni à Paris le dimanche 5 février, a pris plusieurs décisions qui modifient sensiblement la conception de nos manifestations annuelles. La Journée nationale s'inscrira désormais dans le cadre de l'appel lancé par l'D.N.V. Elle se déroulera donc régulièrement chaque 21 mars. Par delà le M.R.A.P. et au lieu de l'unique rassemblement national habituel, de multiples manifestations auront lieu dans toute la France, sous des formes très diverses, permettant à de très nombreux citoyens une participation plus active. En outre, comme le 21 mars tombe chaque année un jour différent de la semaine, le M.R.A.P. suggère que ce soient en fait sur huit ou dix jours que s'étendent les manifestations. Dans l'appel rendu public par notre Conseil National, le M.R.A.P. invite à cette occasion, « tous les Français à examiner les données actuelles du racisme et de l'antisémitisme et à prendre des dispositions pour s'opposer aux discriminations, aux préjugés qu'ils engendrent. )} Les municipalités « Il invite les municipalités et conseils généraux à se pencher, dans un esprit compréhensif, sur la condition des travailleurs immigrés, ainsi que des Gitans et Tziganes, et à envisager Le M.R.A.P. et ses comités locaux sont à votre disposition pour tous renseignements complémentaires sur la semaine antiraciste de mars, pour vous aider, vous fournir de la documentation (livres, films, photos, études, bibliographie, etc.). II accueillera également volontiers toutes vos suggestions. II vous prie de l'informer de vos ·initiatives. des mesures positives en leur faveur. Il les appelle à organiser des manifestations telles que soirées culturelles et artistiques, projections cinématographiques, expositions, etc. pour sensibiliser l'opinion aux problèmes du racisme et de la xénophobie. Les associations et syndicats « Le M.R.A.P. s'adresse aux responsables des Maisons de Jeunes, des associations artistiques, culturelles ou Pour la Journée du 21 mars Pour que la Journée internationale contre la discrimination raciale soit célébrée' avec éclat dans toute la France, le M.R.A.P. a édité plusieurs éléments de propagande: • Des badges: quatre modèles, que nous présentons ci-dessous. Prix : 1 F pièce. A partir de 10: 0,95 F. A partir de 100: 0,90 F. A partir de 500: 0,80 · F. • Des papillons gommés, portant des slogans antiracistes. Nous les avons présentés dans le numéro 259 de D.L. Prix: 2 F les cent. • Des affiches - 40 X 60 cm - frappées du symbole de l'O.N.U. (le globe terrestre et les branches de laurier) , et portant en gros caractères la date: 21 mars 1967, et, en cara.c.tères plus petits: première Journée internatinale contre la discrimination raciale. Prix: 1 F pièce. Les commandes doivent être envoyées au M.R.A.P., 30, rue des JeûneUi 5, Paris (2' ), accompagnées d'un chèque ou d'un mandat adressé au C.C.P. 14-825-85 PARIS. VOICI CE OUI SE PREPARE Pour le 21 mars, ou plus exactement pour les semaines qui précèdent ou suivent la Journée internationale, de multiples initiatives sont d'ores et déjà annoncées. Différents, comités du M.R.A.P. nous font savoir qu'ils préparent des soirées cinématographiques, comportant un exposé et un débat : à Tours, le 14 mars, avec Charles Palant; à Nancy, le 17 mars; à Caen, le 15· mars, avec Jean-Jacques de Félice; à Paris, dans le 18' arrondissement (à la Maison Verte, 127, rue Marcadetl. le 18 mars; dans la région parisienne à Noisy-le-Sec, le 24 mars ; à Nanterre, le 17 mars ; à Bourg-la-Reine, etc. Sous des formes différentes, d'autres soirées sont prévues: le comité étudiant du M.R.A.P., en collaboration avec différentes associations d'étudiants prépare pour le 17 mars, une importante manifestation à la Mutualité, à laquelle participeront d'éminents universitaires et plusieurs artistes; le Comité ' d'Action Antiraciste du Prêt-à-Porter, organise une assemblée d'information sur le néo-nazisme, avec la participation du journaliste Marcel Ophüls. Au Théâtre d'Aubervilliers, une représentation exceptionnelle de • L'Opéra Noir - aura lieu le dimanche après-midi 19 mars, suivie d'un concert de jazz. L'écrivain Roger Ikor prendra la parole. Les Maisons des Jeunes et de la Culture participent activement à la préparation de la Journée Internationale. Des conférenciers du M.R.A.P. animeront les débats dont elles ont pris l'initiative à Caen (le rac'isme aux Etats-Unis, avec Elisabeth Labrousse), à Rambouillet (Le racisme en France'), à Rueil-Malmaison (Les Antilles, avec Joby Fanon), à Fontenay- le·Fleury (Les Français et le racisme), à Lézignan, dans l'Aude (Nazisme et néo-nazisme, avec M' R. Rappaport), à Thonon-les-Bains (Actualité du racisme), à Gex dans l'Ain (Actualité du raGisme, avec M' Jean Schapira), à Sedan (Le racisme et nous), à Paris dans le 18' arrondissement (Le racisme en France, avec M'Armand Dymenstajn)" et à la Porte de Vanves, le 8 mars (Le racisme de· nos jours, avec M' Daniel Jacoby). Des expositions consacrées au racisme et à l'action antiraciste sont préparées par le comité du M.R.A.P. de Tours, le comité d'entreprise de la Caisse des -Allocations Fami· liales à Paris, le Centre Culturel de Bobigny, le lycée de Montgeron. Parmi les autres initiatives dont nous sommes informés, signalons tout particulièrement la décision prise par le Recteur d'Académie de Nancy, de susciter dans les éçoles et lycées un concours de dissertations sur le racisme; les prix seront distribués aux jeunes lauréats au cours d'une grande réunion, qui comportera également la projection d'un film. uociales, des comités d'établissements et d'entreprises, des syndicats, aux re. présentants des différents cultes, cer. tain qu'ils voudront agir par les moyens qui leur sont propres pour faire reculer le racisme et l'antisémitisme. films, etc ... Il invite les éducateurs et enseignants à participer activement à la préparation du colloque organisé le 16 avril à la Sorbonne par le Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux, où doivent être étudiés les moyens pédagogiques d'action contre les préjugés raciaux. France et la ratification par notre pays de la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Cette pétition sera soumise à l'ensemble des candidats aux élections législatives. » Le 20 mars au Palais de Chaillot Les enseignants « Il souhaite que dans les écoles, collèges et lycées l'attention des jeunes soit attirée sur la décision de l'O.N.V. et sa signification, au moyen de lectures, dissertations, exposés, Pour une législation antiraciste « Le M.R.A.P. demande à tous de signer et de faire signer sa pétition nationale pour l'adoption de la législation antiraciste qui fait défaut à la Le M.R.A.P. prépare en outre sur le plan national plusieurs initiatives, dont la plus importante sera la soirée de gala du 20 mars au Palais de Chaillot, avec la présentation du film « Le vieil homme et l'enfant ». .... '0'" O'HOH""'" , u •• ~,,~ ~ P BULLETIN D'ADHÉSION tmlolenr) ; PrPésRidEeSnIDt EHNTon: orPaiireerre· d e PAlaR ACFo; ur SEdCe RECTaAsIsRaE- Approuva. nt le lc'o·mb·at. d.e « Drto it et 1L iber-té » et désireux de soutenir l'action GENERAL: Charles PALANT. contre le raCisme, antlsemltlsme e pour a paiX, COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Claude AVELINE. Robert BALLANGER. Roger BASTIDE, Jean CASSOU. Almé CESAIRE, Diomède CATROUX Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON. Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis DAOUIN. Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Michel DROIT. Pasteur André DUMAS. Adolphe ESPIARD. Henri FAURE. Max-Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles-André JULIEN. Alfred KASTLER, Joseph KESSEL, Alain Le LEAP. Michel LEIRIS, Jeanne LEVY. André MAUROIS. Darius MILHAUD. Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU, Jean PAINLEVE, Jean PIERRE-BLOCH , Marcel PRE· NANT, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES. Françoise ROSAY, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Jean SURET-CANALE, Jacqueline THOME-PATENOTRE. Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr WERTHEIMER. Robert ATTULY, Vincent AURIOL, Georges DUHAMEL, Yves FARGES, Francisque GAY, Jacques HADAMARD. Georges HUISMAN. Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE. Jean LURÇAT, Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER. André SPIRE, Cha· nolne Jean VIOLLET. j'ADHERE AU !VI.R.A.P. Nom ........ . . . . . Profession Adresse ... Je vous envoie, à cet effet, la somme de Je souhaite (2) : Prénom .. .. . ........ .. ........... . •... .......... (1). • recevoir une documentation complète sur le M.R.A.P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. (1) De 1 /1 10 F: Ami du M.R.A.P.: de 11 Il 50 F: Souscripteur ; de SI .. 200 F: DonllteUr; au-dessus de 200 F: Bienfaiteur. (2} Rayer les mentions Inutiles. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.P.) .... ------- 30, rue des Jeuneurs - Paris (2") • Téléphone: 488-09-57 • C.C.P.: 14-825-85 Parlli -------.. 0!10IT ET LIBERTE - N° 260 - MARS 1967 3S l le carnet de D.l. anniversaire Notre très cher ami Georges SAROTTE membre du Conseil National du M.R.A.P. vient de célébrer son 90" anniversaire. Nous lui adressons nos ~ordlales félici tations et nos voeux les prus affectueux. nos deuils L'amiral Louis KAHN Le vendredi 27 janvier, l'amiral Louis KAHN, président du Consistoire Israélite de France mourait à l'âge de 71 ans" terrassé par une crise cardiaque. Grand officier de la Légion d'Honneur, ancien secrétaire général des Forces Armées, l'Ingénieur général du Génie Maritime Louis Kahn a été un grand soldat, un résistant de la première heure et un grand inventeur: il a rénové la cartographie et défini la nouvelle architecture des porte-avions modernes. Nommé directeur général des constructions et armes navales en 1945, il contribuera à la reconstruction des ports et arsenaux et à la reconstitution de la marine de guerre française. , il avait honoré de sa présence de nombreuses manifestations du M.R.A.P., en particulier nos Journées Nationales où il prit la parole, et le débat organisé après l'adoption par le Concile du schéma sur les juifs. Oue sa famille trouve ici l'expression de nos douloureuses condoléances. M' Pierre STIBBE La mort de M' Pierre STiBBE foudroyé par une crise cardiaque au .banc de la défense en pleine audience du procès Mehyaoui a soulevé une intense émotion dans les milieux les plus larges. Résistant à Libération-Sud dès 1941 , il fut en 1945 l'un des jurés de la Haute Cour qui jugea Petain. il se consacra alors à la défense de tous ceux qui luttaient dans le 'monde pour la décolonisation. C'est ainsi qu'il se trouvait parmi les défenseurs de la partie-civile au procès de Mehdi ~en Barka. Membre du Bureau~ National du P.S.U., du Comité National du Secours Populé;lire et du Conseil National du Mouvement de la Paix, M' Stibbe avait à maintes reprises, honoré de sa collaboration cc Droit et Liberté ». En hommage « à la mémoire de ce grllnd avocat qui pendant la lutte de libération assura la défense de plusieurs centaines de militants algériens... », les autorités d'Alger ont décidé de donner à l 'une des artères principales de la ville le nom de « Maître Pierre Stibbe ». M' René-William THORP Vingt-quatre heures après M' Pierre Stibbe, le bâtonnier René-William THORP succombait à une congestion cérébrale qui l'avait terrassé, lui aussi, en pleine audience de la deuxième chambre civile 36 dLi Tribunal de la Seine. Comme Pierre Stibbe, il était avocat de la partie-civile dans l'affaire des ravisseurs de Ben Barka. C'est dire la similitude des préoccupations des deux avocats. A l'époque de la guerre d'Algérie, M' THORP fut parmi les fondateurs de l'Association pour la sauvegarde des institutions judiciaires et la défense des libertés individuelles. Animé par l'esprit de vérité, il devint l 'avocat de Mme Maurice Audin, l'épouse du jeune universitaire assassiné à Alger par les parachutistes. Il fut aussi celui de la famille de M' Popie, avocat libéral assassiné par l'O.A.S, Enfin il animait les célèbres « Colloques juridiques.. Il était par ailleurs membre de l 'équipe formatrice du contregouvernement et y était chargé de la justice. Le bâtonnier Thorp avait participé à l'élaboration des propositions de lois du M.R.A.P. et était intervenu à ce sujet à la Journée Nationale de 1959. André MIGOT Notre amie Olga Wormser Migot vient d'avoir la douleur de perdre son mari le Dr. André MIGOT, vice-président de la Société des Explorateurs et Voyageurs Français, décédé à l 'âge de 75 ans d'une crise cardiaque. Médecin, licencié èslettres, diplômé de l'Ecole du Louvre, le Dr. Migot avait organisé de nombreux voyages notamment en Chine, en Inde, au Cambodge, au Tibet, aux Iles Kerguelen et dans l'Antarctique. Auteur de livres de voyages , il avait publ ié des études sur les lamas tibétains, le bouddhisme, la Chine ancienne et moderne. Nous exprimons à Olga Wormser-Migot et à sa famille l'assurance de notre profonde et amicale sympathie. Henri LABORDE Nous avons appris avec émotion la mort de M, HenrÎ LABORDE, délégué générai des Centres d'entraînement aux méthodes d'éducation actives, officier de la Légion d'honneur, membre du Conseil supérieur de l'Education Nationale, fondateur avec. Jeân Vilar des Rencontres Internationales de jeunes d'Avignon et des Amis du Théâtre Populaire. Nous exprimons à sa famille, ainsi qu'aux C.E,M.E.A. nos sincères condoléances . • Nous avons appris le décès de Mme Maria KAUFCIK épouse de notré ami M. Kaufcik, président de la société Piotrkov. Nous lui exprimons ainsi qu'à sa famille nos sincères condoléances. Nous apprenons le 'décès de Mme Dwojra KENIG, Oue son mari, notre ami Aron Henoch Kenig et sa famil le trouvent ICI l 'expression de notre douloureuse sympathie. N'otez ces adresses ••• ESTH~TIQUE LAURISTON MARION STERBOUL Cadre agréable ambiance détendue SOINS DE BEAUTE PRODUITS DE BEAUTE sur rendez· vous 104, rue Lauriston - PARIS (16') 553-31-12, 878-61-49 Toutes les spécialités RUSSES POLONAISES ROUMAINES EPICERIE FINE Apéritifs Israëliens Vodkas Russes et Polonaises MAISON ISRAEL 5 bis, rue de la Présentation, Paris-11 ' - OBE. 23-27 - Mo Belleville EAU - PLOMBERIE - GAZ Installations sanitaires Toutes robinetteries - Engorgement watercloset - Chasses d'eau - Réparation rapide de chauffe-eau, chauffe-bain de tous systèmes. JOSEPH CREIII tél. : ORM 23-69 7 h. à 9 h. 12 h. à 14 h. 20 h. à 21 h. LA BAGAGERIE signe la mode du sac 13, rue Tronchet, PARIS 41, rue du Four, PARIS ANJ. 47·71 LIT. 85-88 N'IMPORTE QUEL TRAVAIL A l'hôpital panSlen où je viens de passer un mois, il il a dans le service quatorze « serveuses» dont douze Antillaises de 16 à 20 ans. Ces jeunes filles gagnent 520 , F pour 8 h et demie de présence sans être logées, ni nourries, sans un instant de repos. Les deux parisiennes logent chez leurs par.ents. Quant aux «noires" (àinsi dénommées) elles habitent à l'hôtel dans de minuscules chambres, avec un petit lit, partagées ' par trois ou quatre d'entre elles, couchant alors par , terre, dans un sac de couchage. La chambre, , souvent une mansarde, coûte en moyenne 15 F par jour, chauffage en plus, payable , d'avance. Ces jeunes Antillaises parlent couramment le français ,mais sont, en général, analphabètes. Elles sont obligées aux tâches .les plus rudes, parfois répugnantes. r' (Les employés de couleur, moins nombreux, mais soumis à de durs travaux, touchent 10 F de plus, pour les cigarettes). EUes sont très bien traitées par tout le personnel français, mais souvent méprisées par les malades qui déclarent

«Elles prennent la

place des blanches ! ". Comme elles sont sans travail à la, Martinique ou à 'la Guadeloupe, elles s'endettent pour venir ,en France, acceptant n'importe quel travail. Elles sont en général de familles nombreuses mais la mortalité infantile est effroyable. C'est la porte ouverte à la prostitution. Une campagne hospitalière est indispensable, il faut former des infirmières qualifiées et payer convenablement un personnel si dévoué. G. A" Paris DERRIERE LES BARREAUX Je vous remercie pour les trois journaux que vous m'avez fait parvenir. Je les ai trouvés très intéressants mais je ne peux pas m'y , abonner, car Je suis espagnole et je dois rentrer très prot: hainement , dans , mon pays. Votre journal , ne passerait pas la frontière et je me trouverai pour quelques an- DROIT ET LIBERTE - N° 260 - MARS 1967 dans notre courrier nées derrière les barreaux ; vous savez bien qu'on ne badine pas àvec Franco. Je vous félicite cependant pour la position courageuse que vous prenez pour combattre le racisme. J'ai été souvent moi-même victime de ce fléau. Mme V" Paris UNE MENACE PERMANENTE . Je vIens d'acheter votre journal et je ne puis que dire ma satisfaction devant la formule nouvelle. Toutefois, il me semble voir une lacune dans votre documentation. Quand vous parlez des mouvements racistes d'extrême-droite, vous ne citez que Occident ou la F.E.N .• Ici, .. à Grenoble, ces deux organisations n'existent pas ou plus. Le, seul danger est l'Action Française. Les maurrassiens vendent régulièrement leurs journaux royalistes à la porte des églises,

' devant les grands magasins

et les relitaurants universitaires. Ils distribuent des tracts, collent des affiches et ont de l'influence sur le milieu étudiant (je suis en Faculté de Lettres). Bien sûr, ces gens ne se prétendent pas racistes, et même sont, paraît-il contre la F.E.N. Mais leurs slogans où l'anticommunisme et l'antidémocratis' me dominent ne valent pas mieux. La F.E.N., ' comme vous l'avez dit, a tenu un ' camp d'études; mais l'Action Française, aussi, et plus important. Ces gens là sont très dangereux, bien plus que leurs pseudo-ennemis, car ils sont plus intelligents et n'exploitent pas la même basse démagogie. Dominique MADEJ, 38-Grenoble. N.D.L.R. - L'article de notre dernier numéro" Intitulé • Lil tempe d.. matrlqueur., _, était consacré essentiellement 'aux groupes fascistes notoirement Impliqués dans plUSieurs agressions récentes, Nous avons signalé la participation commune de membres ' de la F.E.N. (Fédération des Etudiants Nationalistes). d'Occident, de l'Action Fl'llno;el.e (Restauration Nationale). et de Jlune Alllanci è certains • COups dur, . ... Il est bien vrai qu'en dépit de la diversité des sigles, variant salon les lieux et les milieux. l 'extr6me-drolte manifeste 'partout une activité nocive, Et nous devgns d'autant mof,rS Ignorer la fraction maurrassiellne que l'un de leurs chefs de tlle. Xavier Vallat, fut. sous Vichy, le premier • commissaire aux affal, res juives •. NE PAS RESTER PASSIF Depuis que j'ai lu le terrible livre de Pierre Paraf « Le racisme dans le monde », et ai eu entre les mains un exemplaire de votre journal, je suis plus que jamais décidée à ne plus rester passive. Ne pouvant raisonnablement rien faire seule, je désire adhérer au Mouvement. J'ai constaté que bien des gens sont racistes parce que mal informés et j'ai déjà convaincu certains de mes âmis 'de prendre conscience du problème. H. MUHLEMANN, Château-Thierry. ... Après le passionnant débat sur le racisme paru dans l'Humanité-Dimanche, il est impossible de rester insensible. Bravo pour votre action ! Maurice ETIENNE, Amélle-Ies.aalns. OUI A LA NOUVELLE FORMULE Bonne présentation, bon contenu, compliments. Remerciements. Mme Max GOUHIER, DIJon: Mes félicitations pour la nouvelle édition de Droit et Liberté. Dr André GRUNBERG. Parls-13" J'ai été très content de recevoir ,votre numéro de janvier, nouvelle formule, dont j'ai apprécié la présentation. Je vous adresse la somme de 30 F pour m'abonner et abonner des membres de ma famille qui vivent en ~sraël. Albo MEYER, VilleJuif. Lecteur de Combat, j'ai pris connaissance avec intérêt du long article que ce quotidien consacre à votre revue, sous le titre Droit et Liberté fait peau neuve. Je vous prie de me compter , d'ores et déjà parmi vos "sympathisants. , Georges RIVOIRE, Paris-Ur Nous ne pouvons dire que bravo! Dr Maurice FALK, Argenteuil (S"et-O.). J'ai reçu un exemplaire ' de Droit et Liberté que j'ai lu avec une fervente attention. Votre ' combat si nécessaire en ces temps difficiles est bien aussi le mien. Félix LEON, Amsterdam (HoUande). Je dois vous dire très franchement que je suis et serai toujours fidèle et inséparable . compagnon de Droit et Liberté pour son inlassable combat. AHMAT Mohamed, Moussoro (Tchad). NOTRE SOLIDARITE ENTIERE Nous voudrions vous faire ' part de notre profonde sympathie pour les actions que le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et , pour la Paix mène ' en commun avec les autres forces démocratiques de votre pays contre le développement du , néo-nazisme en Allemagne de l'Ouest, de plus en plus alarmant pour la paix et la sécurité en Europe. Tout comme vos compatriotes, nous sommes profondément indignés de la visite effectuée à Paris par le nouveau chancelier fédéral ouestallemand, Kiesinger, dont le passé nazi est lourd. Nous comprenons trop bien, combien cette visite d'un nazi et antisémite doit porter attein- '/ te aux sentiments de tous les patriotes français et, en premier lieu, de tous ceux qui, èomme les membres de votre Mouvement, ont tellement eu à souffrir' du nazisme. Vous pouvez être assuré que le Conseil de la Paix fera tout ce qui est en son pouvoir pour mobiliser l'opi- ' nion mondiale contre le fléau nazi qui menace de nouveau notre civilisation. M_ ZANKNER, Secrétaire général adjoint Conseil ' de la Paix de la ,R.D.A., Berlin. ' rr , UR p oème d 'Oliv eR Sten l'ENTERREUR L' cc • enterreur » est un très long poème en prose, qui vient d'être publié par l'éditeur Pierre-Jean Oswald, en même temps que six autres oeuvres - dont un très beau « Rue des Rosiers » - , dans une nouvel:le collection : «P.J .O. Poche ». En voici six (trop courts) extraits. D'Oliven Sten, le critique René Lacôte a écrit: ft on ne peut dire la douleur sans montrer ce qui meurtrit, et il y excelle. En vérité, il n'est rien de plus noir que le climat dans lequel re réconfort de ce chant s'élève, rien de plus noir que les · réalités du fascisme, du raci sme et de la guerre qui. dès sa naissance, ont marqué ce poète que je t iens pour l'un de nos grands poètes contemporains ». Les deux dessins sont .' du peintre Christian Boltanski. Ils ornent la couverture de l'édition Oswald. Un livre à 'ne pas manquer. « L'enterreur et autres poèmes.. Un volume simple : 3,50 F. J8 J ) ~ 000 DaO 0"0 D Ô.O' 00 0 n 0 0t . a 0,)' .00 u 0 () Ü DO oo oü oo 00 0 0 tJ 0< o~ OD1. -0'0 l 0'" o 0 11 bot DOD PD /)00 OD OP o AYANT perdu trente millions de membres. de ma famille des suites d 'une méchante piqûre d'insecte, je me mis en devoir de leur assurer une sépulture honorable en un lieu qui rendît aisés le dépôt de gerbes et les commémorations. Aussi paradoxal que celui puisse paraître, il n 'est pas rare de nos jours que des deuils massifs emportent, par manque d'hygiène ou faute professionnelle des médecins, des populations entières et l'on peut voir certains soirs le dernier des ravis, le dernier des maquisards et le dernier des soldats inconnus à une même table de brasserie lugubrement réunis. Et pourtant, nous avons des hommes d'Etat capables, des insecticides puissants, la vaccination triple associée ! Et pourtant, nous avons des médecins avertis ! ... Longtemps je n'ai pu supporter- l'injustice. C'était çà ma maladie. La moindre inégalité, le moindre empiètement de la force sur le d roit, de l'injure sur la vérité me révoltaient. Les riches et les pauvres, les bien et les mal portants, les mili tants poursuivis, les dirigeants épargnés, tout ceci m 'insupportai t . Affaire d'éducation : le monde tel qu'il était, avec ses verrues et ses excroissances, ses heureux et ses affligés, me démoralisait. Je me suis guéri tout seul. J'ai capitalisé les injustices et les révoltes contre les injustices. J'ai économisé les morsures et les perfidies, je les ai accumulées, elles sont devenues l'Injustice, la grande Injustice, celle des hommes contre eux-même, celle de l'avenir envers le passé. Les uns naissent en poussant un rire, déjà forts, préparés. Ils poussent tout seuls, dit la voisine, sans otite, sans intolérance au lait ou aux farines , sans diarrhée. Les autres, d'emblée, sont effrayés. Ils s 'élèvent mal, réclament leur mère, ils ont toutes les maladies, ils tombent dans la cour de récréation, la maîtresse ne les remarque que quand ils poussent, jamais. quand ils sont poussés . Je ne m'habituais pas à cette répartition inéquitable des désespoirs et des effusions. Je croyais à l'égalité fondamentale des êtres, à la ressemblance parfaite du kilo de plomb et du kilo de plume . J 'étais né et j 'avais, vécu avec l'édénique vision d'hommes solidaires autour du feu, tous égaux et chaleureux, épluchant ensemble les oranges et les cacahu~tes , écalant les uns pour les autres les châtaignes et les noisettes, au temps des noix vertes et du vin de cerneaux. Je me suis habitué à l'injustice, je peux à présent la regarder dans les yeux sans me désagréger. Je peux assister au naufrage d'une vocation, au piétine- OI,OIT ET LIBERTE - N° 260 - MARS 1967 ment d'une chevrette, au lourd et stupide travail d'unt: verrotière sans crier à l'iniquité. Longtemps j 'ai cru que je ne m 'y habituerais pas, qu'il me fallait changer tout ce monde, prendre notre Univers. à l'envers et, prestement, le remettre à l'endroit. Et quand je disais : le pauvre! de braves gens derrière moi, voulant me prendre au mot, me disaient: toi qui es fort , supprime la pauvreté! Et quand je disais: le malheureux! de braves gens derrière moi me disaient : toi qui es fort, supprime le malheur 1 .. , Je me souviens de l'arrivée de mes cousins, les Groberg, après la Libération. Ils étaient hâves, dépenaillés, exténués comme des qui avaient beaucoup voyagé. Ils venaient des camps de personnes déplacées' et de plus loin, avant, Treblinka, Maïdanek et autres endroits malsains.. Ils étaient cinq, quatre frères et une soeur, cinq survivants. Ce qu'ils avaient fait, ce qu'ils avaient vu ne se raconte pas bien . Je me souviens du départ et de l'arrivée de la statue d'Etienne Dolet. La statue de Dolet n 'avait fait de mal à personne, ça ne l'avait pas empêchée d'être déportée. Il fu t un temps où l'on transformait les statues en bombardiers, la chair humaine en savon. Il viendra peut-être un temps où l'on transformera l'Acropole en plutonium et la chair humaine en poudre à récurer. Mon projet, ce sont l'insurrection du ghetto de Varsovie, les combats de la Résistance et la déportation de la statue d'Etienne Dolet qui me l'ont inspiré. ... A Lyon, tous les ponts avaient sauté, dans, l'Ecriture aussi les ponts sautent, mais le troupeau arrive à destination. Le long du quai de la Saône, la synagogue illuminée recevait les survivants. C'était une longue litanie d'interrogations, il en manquait des croyants, c'était Pourim ou veille de Kippour, les, gens avaient l'air étonné, abasourdi, ils sortaient d 'une nuit noire, n'y croyaient pas encore tout à fait, et reprenaient leurs prières, leurs obstinées invocations. Dans les lointains crépitait le canon, et plus loin encore, dans la proximité de l'Etre Suprême, crépitaient les voeux, les adieux, les dernières, recommandations des fusillés, déportés, défenestrés, décapités de la Résistance et de la Déportation. Ce sont ces souvenirs que je voudrais enterrer. Ces. trains qui déraillaient, ces ponts qui sautaient, ces cachettes, ces embuscades, ces familles terrées au 10' étage d'un petit gratte-ciel de la Croix-Rousse presque tout à fait dans les nuages, presque à l'abri, n 'eût été cet escalier. . .. Il y a une Bête dans les entrailles de la Terre. DaI).s la profonde profondeur de la Terre, dans les tortueux boyaux de ses tranchées, dans les sous-sols de ses fondrières, il y a une Bête qui avance en rampant. 39 COLLECTION PRINTEMPS-ETE 67 Deauville Blouson Velours 'ARIS • 272 12·95 pour Hommes Femmes Enfants Pantalon à pont Blouson Brando VÊTEMENTS SPORT ET VILLE • Vestes • Nylon • Blousons • Velours • Cabans • Tergal • Pantalons • Gabardlna • Foam·Backs • Lalnagas • Pantalons à ponts • Imperméable. • at toutes las nouvaautés teen· agers • et tous les pantalons taille· bas •• et pantalons marins Catalogue sur demande _MILGROM"", 35 Rue du Caire - ~aris 2" - Tél. : 508-48-78 (10 ligne. group"'; DfSTRIQUTEUR AGRU S.- .I1L. - lir ENTOILAGE DE FRANCE LA FERMETURE INCOINÇABLE COLORIFIC FIL INVISIBLE LA DOUBLURE DE QUAll1t . 40 L'ENTERREUR -+ Les hommes ont peur de cette Bête qu'ils ont connue à l'état larvaire et dont ils ne savent pas exactement en quoi elle s'est transformée. Les hommes savent qu'ils auraient dû la tuer, avant de j:onstruire leurs fusées. Ils auraient dû organiser une expédition pour la capturer. Rationnellement, les hommes et leurs gouvernements auraient dû protéger la Terre et ses habitants contre la Bête, l'encercler, l'enfermer, boucher les gouffres, les souterrains inexplorés, bétonner les interstices des chausliées. Mais ils étaient trop effrayés, plus effrayés encore à la pensée de la rencontrer, de se trouver nez à nez avec elle; qu'à celle de la pourchasser. Toute la convention mondaine, toute la convention civilisée, consiste à ne pas parler d'elle, à · sous-entendre la Bête sans jamais la nommer, à fonder famille, à prévoir l'avenir en tenant compte d'elle (tout en se gardant de la nommer). Toute la . quintescence du savoir-vivre, le raffinement suprême, consiste à être courtois aux réceptions, à comin ercer dans la bonne entente, à s'envoyer des délégations., à négocier en . se fondant sur la notion de Progrès et à trembler d'effroi à la moindre éclipse, au moindre défaut de surveillance, du haut des tourelles, à l'idée que n'apparaisse la Bête et qu'un homme ne la voie! . Lori~temps j'ai cru pouvoir échapper à cette obsession, connaItre son existence, lei possibilité. qu'il y a de la voir réapparaître et m'en accommoder. ... Je n'étais pas ~é pour la négligence. J'étais né pour faire correctement mon métier. Je prenais exemple non sur· les insouciants, les amateurs de travail bâclé, mais· sur les ouvriers consciertcieux qui ont le goût de la belle ouvrage et qui veulent finir ce qui doit être terminé. ... D'ailleurs, si j'ai été le preIlÜer, je crois bien que je ne serai pas le dernier. Les hommes sont destinés à devenir immortels. Si ce n'est aujourd'hui, ce sera demain : la science les rendra immortels, il n'est pas une songerie de notre enf~ce qu'elle ne puisse accomplir. ÉlIe remplacera paumons, .vessie, coeur et reins, elle nous congèlera, et un beau matin, beaux et belles au frigo · dormant, nous nous éveillerons pour l'éternité. Dès lors, ou ·bien les hommes renonceront d'eux-mêmes à l'immortalité (refuseront par écrit, devant notaire avec testament et codiciille, l'état congelé), ou bien, immortels sur· une terre surpeupJée; ils · reviendront d'eux-mêmes à . l'ancienne solution : la guerre, encore une fois la guerre, II!.ieux planifiée. Le métier d'enterreur sur une grande échelle deviendra spécialisé comme celui de marchand de canons. On prendra l'habitude d'avoir recours à des hommes d'envergure, techniciens qualifiés, chefs d'entreprise, ayant organisé leur affaire à l'échelle cosmique et enlevé le marché par adjudication... . Délices dll monde entier PLAT DE PORC AUX BANANES VERTES Pour 4 personnes : 4 côtes de porc de la grosseur voulue ; 4 bananes à peine mûres ; 60 g de beurre ; 1 petit verre de rhum. Sel, poivre de Cayenne, gingembre en poudre, 2 échalottes. Faites c.wire les côtes de porc à feu lent, 10 minutes de chaque côté, avec un peu de beurre. Parallèlement, faites sauter dans le reste du beurre les bananes, épluchées et coupées en deux dans le sens de la longueur, dans une deuxième poêle, avec les échalotes finement émincées, un peu de sel, du poivre et une petite cuillerée de gingembre en poudre. Lorsque les bananes sont dorées; versez le rhum, approchez une allumette et flambez. Salez légèrement les côtes de porc, présentez-les sur un plat de service bien chauffé, chaque côte recouverte de sa portion de bananes et arrosez avec les deux jus réunis. Si vous ne possédez , pas deux poêles de taille suffisante, commencez par les côtes - que vous tiendrez au chaud dans un four doux, sur leur plat de service - et servez-vous de la même poêle (sans la laver) pour faire sauter · les bananes. DROIT ET LIBERTE· No 260 • MARS 1967 CECIL RHODES : .. L'ARGENT, C'EST LE SANG DES AUTRES .• _ • Ce dessin de Caran d'Ache parut dans Le Rire en 1900, à l'époque où Rhodes fonda son empire minier .. rhodésien -, au prix de. combats sanglants, de massacres et de déplacements massifs de population. BETES ET MECHANTS Satan anime les lti!fs et je les vois • avancer par son instinct. (Bossuet) Une de leurs . victimes, de race française, a prétendu que,. dans lès accouchements laborieux, le tintement d'une pièce d'argent près de la patiente s~ffisait pour faire apparaîtrelè moutard juif, les mains téndues. (Fernand Grégoire : ~ J,.a juiverie algérienne ", 1888) . CONNAISSEZ-VOUS .9 L'AMERIQUE e Voici notre .. Jeu antiraciste ». 11 est consacré, dans ce numéro, à divers aspects plus ou moins connus de l'Amérique. Soulignez la réponse que vous croyez juste. Vérifiez la justesse de vos réponses en page 42 et comptez vos points. De 1 à 5 points ... hum ? De 6 à 10 points, vous vous êtes déjà intéressés à ce continent. De 10 à 14 points, votre antiracisme . est conséquent. De 14 à 20 points, vous êtes très fort 1 Réponse Points 1. Le~ .populations Indiennes d'Amérique sont d'origine aSiatique . . .. . . . . . . .. . . . . , . .. .. " . . OUI NON 1 2. Les Incas formaient l'ethnie traditionnelle la plus répandue en Amérique latine . . . . , .' .. .. . . .. . . .. .. OUI NON 3 3. L'Alaska est peuplé en majorité de Lapons .. _ . . ' .. . . OUI NON 2 4. Au XVIe siècle, les conquérants espagnols furent rejetés à la mer plUSieurs fois avant de pouvoir prendre pied sur le continent américain .. .. .. .. . . .. .. . . .. OUI NON 2 5. ,L'empire aztèque fut contemporain du Bas-Empire romain OUI NON 3 6. L'empire mexicain des Toltèques dura pendant plus d'un millénaire . . . . . . . . .. .. . . . . .. .. .. . . . . OUI NON 3 7. L'empire maya fut contemporain de l'empire franc ({es Carolingiens .. ... .. .. .. . • .. . . .. .. . . .. .. . . OUI NON 3 8. La langue espagnole est la langue officielle da~s tous .Ies pays . d'Amérique latine .. . . .. .. .. . . . . .. " OUI NON 1 9. . Le ,Pérou a la même superficie que la France .. OUI NON 1 10. l.'Amazone est le fleuve le plu. long du monde OUI NON (Réponses en page 42) 41 LES ANNONCES DE « D.L.» LES ÉDITIONS DU PAVILLON s, rue Rollin, PARIS-S. - Tél. 326.84.29 Directeur-Gérant : Roger MARIA Vient de paraître Chaque jour, des travailleurs immigrés subissent le racisme. Parce qu'Us sont Algériens, Africains ou étrangers, ils se' heurtent à des refus catégoriques de la part d'employeurs, d'hôteliers ou de logeurs. JEUNESSE DIFFICILE OU SOCI_T_ FAUTIVE? C'est pourquoi Droit et Liberté ouvre une rubrique «petites annonces ». Les offres et les demandes d'emploi et de logement y sont publiées gratuitement, pourvu qu'elles contribuent à résoudre les difficultés occasionnées par les préjugés raciaux. Un volume 'de 240 pages 16 F ln extenso: Les rapports, interventions et débats de la Semaine de la Pensée Marxiste cl Bruxelles, cl laquelle ont participé médecins, éducateurs, psychologues et syndicalistes français et .belges. Introduction : René ZAZZO, professeur à l'Institut de Psychologie de l'Université de Paris 'Conclusion : Veuve, secrétaire, dactylographe, traductrice (anglais - français). jomnaliste. Cherche emploi. Bonnes références. Bob CLAESSENS, avocat à la C2>ur d'Appel de Bruxelles Rappel: • Fereydoun HOVEYDA : Histoire du Roman policier. Avant-propos (1955) de Jean COCTEAU, de l'Académie fraoçaise. 15 F Jeune homme 23 ans. Bachot 1" et 2< parties, certificat d'études pratiques de français, diplôme d'études françaises. Cherche emploi débutant. • Pierre' BRANDON : Le Song et le Ciment. Roman 15 l' Diffusion d MM. les Libraires OD~ON-DIFFUSION, 24. rue Racine, PARIS-6e• Tél. 033-77-95 Ecrire à «Droit et Liberté ». T. N. R. tissus d'ameublement CONNAISSEZ-VOUS L'AMÉRIQUE '1 (Réponses de la page 41) 1. OUI. - D'après les travaux les plus récents, elles seraient IFenues d'Asie centrale. par la Sibérie et l'Alaska. à une date relativement récente : vingt mille ans avant Jésus-Christ. environ. Certaines ethnies sud-américaines pourraient être d'origine océanienne, et venues par mer. 2. NON. - Le mot. Inca • . ne désignait pas à l 'origine une ethnie. Un • Inca. était un chef de famille; au sommet, l'. Inca. était J'Empereur-Dieu. Le nom ethnique de ce peuple était • Quichua., C'est par généralisation que le terme • Inca. servit à déSigner le peuple entier. 3. NON. - Les Lapons vivent dans les régions polaires d'Europe: Scandinavie, Finlande. U.R.S .S. Les habitants des régions polaires américaines sont les Esquimaux. 4. NON. - Ils furent d'autant mieux accueillis qu'une ancienne prophétie aztèque annonçait la venue future de dieux blancs sortis de I·océan. Ce sont les Espagnols, éblouis par la richesse des Empires Indiens, qui ouvrirent les hostilités par un pillage et des tueries systématiques . . 5. NON. - Les Aztèques, venus du Nord n'arrlvèrent au Mexique qu'au début du 14' siècle; ils furent les fondateurs de Mexico (alors appelé Tenochtltlan) . . 6. OUI. - Les débuts de la civilisation toltèque datent du V' siècle avant Jésus·Chrlst. L'apogée de l 'Empire commence au X' siècle de notre ère. L'Empire fut détruit en 1225 par J'invasion des Chichimèques venus du Nord, qui adoptèrent la civilisation des vai}lcus. 7. OUI. - L'apogée de l'Empire maya se situe au VIII' slè,cle, à l'époque de PépJn-le-Bref et de Charlemagne. C'est de cette époque que datent les célèbres pyramides et palais de la presqu 'Ile du Yacatan . Car l 'Empire maya était voisin de J'Empire toltèque. 8. NON. - Même si l 'on excepte les Guyanes (où 1'0" parle ang)als, français, hollandais) et les Iles des Antilles (.où la langue espagnole est juste majoritaire). le Brésil, qui couvre à lui seul près de la moitié du continent sud-américain (8,5 millions de kilomètres carrés sur un total de 17,5) a pour langue le Portugais. ' 9. NON. - Le Pérou, avec 1,28 ,million de kilomètres carrés, est grand comme deux fois et demie la France. 10. OUI_ - Il mesure 7.025 kilomètres de long. 80. ru,e traversière paris 12- tél. nation 79-60' r-------------------------, GANTS - TETINES C-hez votre pharmacien Imprimerie COTY. 11 r_ Ferdlnand-Gambon La directrice , : Sonia BIANCHI. . Editions de « la Boîte à Musique » • Grand prix de l'Académie du disque français: EN RETROUVANT LE MOYEN-AGE Ensemble polyphonique de Paris O.R.T.F. direction : Charles RAVIER 1 30 cm. Mono LD 100. Stéréo 5.100 • Un disque d'un intérêt exceptionnel: TIBET, NEPAL documents recueillis et enregistrés par Corneille JEST 30 cm. LD 104 • Collection « La Fine Fleur ». en collaboration avec Pierre Seghers et Luc Bérimont Trois disques sont déjà parus HÉLtNE MARTIN JAMES OLLIVIER JACQUES DOUAI • CaUilope sur demande. (C. 500) (C. SOI) (C. 502) BAM_ Service diffusion - 133 Bd Raspail - Paris-6' Cahiers .libres BERTRAND RUSSELL Nuremberg pour le Vietnam...... 9,90 F WILFRED BURCHETT Hanoï sous les bombes ........ . ... 15,40 F MALCOLM X Le pouvoir noir (textes politiques) 18,80 F A. R. ABDEL KADER Le monde. Arabe à la veille d'un tournant 9,90 F LE CHAU La révolution paysanne au sud-Vietnam MEHDI BEN BARKA Option révolutionnaire au Maroc 12,30 F

Notes

<references />