Droit et Liberté n°252 - avril 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°252 de avril 1966
    • 17e journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix le 8 mai page1
    • Justice: l'affaire Rassinier
    • Martin Luther King à Paris pour la nuit des droits civiques:
      • interview exclusive à Droit et Liberté, "il n'y a pas de justice sans paix ni de paix sans justice"
      • Extrait de l'allocution au Palais des sports: "faire disparaitre le colonialisme interne"
      • Pr Jacques Monod: "nous connaissons cela nous aussi"
      • Yves Montand: "Je ne vais pas vous présenter Harry Belafonte"
    • Viva Joan! (Joan Baez à la Mutualité
    • Treblinka; comment, pourquoi? par Jean-Maurice Hermann
    • "Médecin sélectionneur" à Auschwitz, Horst Fischer condamné à mort par la cour suprême de R.D.A. par Charles Palant
    • 9 pays ont signé la Convention internationale contre le racisme
    • Le 24 avril: rencontre parisienne contre le racisme par Alain Gaussel
    • Des nazis avaient organisé au Chili un petit Auscwitz nommé "Dignité
    • Faut-il s'alarmer? (élections en Allemagne)
    • La première journée nationale antiraciste en Belgique
    • L'affaire "Paris-Londres" confirmation en appel
    • Livres: Marguerite Duras "un certain état du monde" propos recueilli par Claudine Chonez
    • Les arts: Marcel Gromaire "percevoir la vie des choses" propos recueillis par Juliette Darle
    • Chanson : les trois visages d'Hugues Aufray par B. Sannier-Salabert
    • Remise du prix de la fraternité au théâtre d'Aubervilliers:
      • Pierre Paraf :"vos spectacles, qui rendent plus conscients et plus dignes"
      • Gabriel Garran :"montrer l'homme d'aujourd'hui"
    • Ballet-concert de Maurice Béjart, soirée de gala au profit du MRAP le 3 juin

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

TREBLINKA Comment ? Pourquoi ? (PAGE 6) Dans ce numéro: Martin Luther KI NG, Jacques MONOD, Pierre PARAF Hugues AUFRAY, Yves MONTAND, Gabriel GARRAN, Charles PALANT Jean .. Maurice HERMANN, Marguerite DU RA!S, Marcel GROMAIRE. 15 AVRIL . 15 MAI 1966 N° 252 Un franc 2 18·111. - De la tribune du grand amphi· théâtre de l'Université du Mississipi où il faisait une conférence, M. Robert Kennedy lance un appel à l'égalité ra· ciale. 20·111. - Plus d'un million de personnes manifestent dans les grandes villes du Japon contre la guerre du Vietnam. 24·111. - Trois enfants sont brûlés vifs dans UN INCENDIE AU BIDONVILLE DE NANTERRE. 25·111. - Horst Fischer, ancien médecin chef du camp d'Auschwitz, ex·capitaine S.S., est condamné à mort par la HauteCour de la République Démocratique Al· lemande. • Accusé d'avoir dénoncé aux Alle· mands de nombreux résistants du Nord qui furent torturés, fusillés et déportés, Marcel Denèque est condamné à mort. 26·111. - Répondant à l'appel du « Comi· té pour la paix au Vietnam » et de nombreuses autres organisations, des centaines de milliers de personnes manifestent dans une centaine de villes des Etats·Unis pour exiger l'arrêt de la guerre : plus de 50.000 personnes défilent à New·York, dans la 5e avenue. Au même moment, de multiples mani· festations se déroulent en France et dans d'autres pays. • Incidents entre étudiants à Lyon ; les membres de l'U.N.E.F. s'opposent a la distribution d'un tract des étudiants nationalistes appelant à manifester con· tre la venue du pasteur King. 28·111. - Elections à Hambourg : le PAltTI NATIONAL DEMOCRA· TIQUE - parti néo.nazi - avec 36.643 suffrages, double le nombre de ses voix par rapport aux der· nières élections générales du Bun· destag. • A Washington, la Cour Suprême rend deux importants arrêts qui permet· tront au ministère de la Justice de faire poursuivre les auteurs d'assassinats racistes devant les tribunaux fédéraux et non devant les tribunaux locaux dont relèvent les criminels. • Nouvelle démarche judiciaire en faveur de Norton Sobell, co·inculpé des Rosenberg et toujours emprisonné. 31·111. - Un ancien S.S. du camp de Sachsenhausen, Willi Buse, accusé d'avoir assassiné dix détenus, est arrêté à Berlin·Ouest. I·V. - LE RACISTE VERWOERD EST LE GRAND TRIOMPHATEUR DES ELECTIONS qui se sont dé· roulées en Afrique du Sud, où seuls les Blancs (1.300.000 élec· teurs sur une population totale de 13.000.000 d'habitants) ont droit de vote. • On apprend que Wilhelm Richardt, ancien colonel S.S., responsable du mas· sacre des civils de Tuchola (Pologne), condamné le 12 avril 1965 à prison à vie, a été discrètement remis en liberté en septembre. 2·IV. - Attentats ségrégationnistes contre deux piscines de Bâton·Rouge (Louisia· ne) qui allaient être ouvertes prochaine· ment sans restriction raciale. 4·IV. - La Régie française des tabacs s'as· sociant au boycottage de la Rhodésie, déclare ne pas acheter de tabac dans ce pays. • Quatre vingt dix Noirs du Mississipi manifestent en campant devant la Mai· son Blanche pour protester contre le chômage dont ils sont victimes. 7·IV. - Les grandes puissances dont la France refusent de siéger à la commis· sion de l'O.N.U. sur l'apartheid. 8·IV. - Des centaines de jeunes gens marchent de Le Helder à Amsterdam (Hol· lande) pour protester contre la guerre, la faim, la misère et la discrimination raciale. • La crise au Vietnam ; les manifes· tations redoublent de violence à Saïgon. • Un criminel de guerre nazi, Paul Boebel, 61 ans, accusé d'avoir exterminé des déportés du camp annexe de Mau· thausen ~st arrêté à Henterbruchel, près de Vienne. g·IV. - Par dix voix et cinq abstentions - dont la France - le Conseil de Sécu· rité de l'O.N.U. autorise la Grande·Bre· tagne à utiliser la force pour empêcher le ravitaillement pétrolier de la Rho· désie par mer. 10·IV. - Les marcheurs de la paix mani· festent contre la guerre au Vietnam en R.F.A., en Angleterre et en Suisse. • Nouveaux incidents raciaux entre élèves noirs et maures du lycée de Nouakchott (Mauritanie). 13·IV. - Au Chili, on découvre l'existen· ce d'une colonie agricole allemande di· rigée par d'anciens officiers nazis et qui aurait été transformée en camp dc concentration. 15·IV. - Le docteur Horst Schumann, criminel de guerre nazi, est extradé du Ghana où il s'était réfugié. 18·IV. - A Munster s'ouvre le procès de quinze anciens membres de la police se· crète nazie accusés d'avoir pris part à l'assassinat d'au moins quatre·vingt dix mille juifs en Pologne, lors de la dernière guerre. 19·IV. - Le « New·York Times » écrit : « Selon l'aviation améri· caine, le tonnage d'explosifs lar· gués en mars au Vietnam équi· vaut à plus de 90 % du poids to· tal des bombes lancées pendant les trente· sept mois de la guerre de Corée. » qUE SE PJ\SSE-T-IL ? FAITS DIVERS • Un réflexe UN infirmier en pharmacie est arrêté. 11 est soupçonné d'avoir voulu empoisonner le fi ls de son amie. Un matin, il lui a servi un bol de café : « J'ai but .. C'était amer. Et puis je suis tombé », raconte Serge (7 ans). A l'hôpital où l'enfant" est transporté d'urgence, les analyses permettent de déceler dans les urines les traces d'un médicament dangereux. L'infirmier est aussitôt arrêté et emprisonné. La mère, pourtant, ne peut croire à la culpabi lité de son ami. « De lui, j'ai deux filles . Serge est né d'nI! premier mariag.e, mais il était affectnenx avec Itti att/ant qn'avec ses filles, sans 1I1arquer de préférence. » Quatre mois plus tard, l'affai re s'éclaircit brusquement : la jeune femme découvre parmi les jouets de son fils le tube vide du médicament dangereux, que l'enfant a avalé comme une friandi se. Elle écrit aussitôt au juge d'instruction. L'inculpé est libéré, un non-lieu prononcé

il a subi quatre mois de prison,

assortis de souffrances morales qu'on peut imaginer. Cette affai re pourrait n'être qu'un fait divers somme tQute assez banal, une er reur judiciaire comme il s'en commet parfois. Mais il faut souligner un détail· troublant : l'accusé, Hadri Boucif, est Algérien. Lorsqu' il fut arrêté, les inspecteurs lui ont dit : « Tu est venu empoison11er nos enfants. On va te renvoyer dans ton pays. » Et l'on ne peut s'empêcher de penser qu'un suspect « bien de chez nous » aurait sans doute été empri sonné moins à la légère. Il y a pire : Haclri Boucif a perdu son emploi à l'hôpital Broussais. « Vous sortiez de prison. Alors ... » lui a-t-on clit en guise d'explication. Mais si la police pouvait avoir des raisons cie soupçonner le malheureux infi rmier, il est difficile d'expliquer la réaction de l'admi nistrat ion, après le non-lieu, autrement que par un réflexe raciste à peine inavoué. • L/ombre des camps IL existe, pour les journalistes, deux façons cI'aborder un fa it-divers. La première, c'est le sensationnel, le sang à la une, comme dit une expression du métier aujourd'hui passée dans. le langage courant. La seconde, c'est de faire l'effort d'analyse par lequel le moindre fait-divers devient a ussi révélateur de l'état d'une société et d'une époque qu'un long « papier» politique. Le 23 mars dernier, une femme a été acquittée, ou presque : deux ans de prison avec su rsis pour un crime que les Juges ne pardonnent pourtant jamais : l'infanticide, Cécile Lenczewski, mère de six enfants. a tué son second fi ls, débile mental dangereux, qu'il fallait attacher chaque soir dans son lit pour qu'il ne fasse pas de mal à ses petits frères et soeurs. Femme de mineur (son mari, alcoolique, la battait, et dut être désintoxiqué), Cécile connut à l'âge de huit ans les camps de concentration nazis; elle en sort à douze ans, orpheline de mère; son père s'installe en France, près de Metz, où elle va vivre, se marier, accoucher six fois et devenir meurtrière. Le clrame est né du labyrinthe administratif où l'entraîna Richard, le débile mental. Elle ne pouvait le garder puisqu'il était dangereux; peu instruite elle se perdit dans le maquis bureaucra'tique MARIAGE Nous avons appris avec JOie le mariage d'Alex GROMB avec Mlle Nicole BITOUN. Nous leur présentons nos félicitations amicales et nos voeux les meilleurs. NAISSANCE Nous avons le r.llaisir d'annoncer la naissance de la petite Ariane, .fille de nos amis Alain et Suzanne RAUCHWARGER, membr,es du comité de la Région Parisien· ne du M.R.A.P. Nos félicitations et nos voeux les plus cordiaux. NOS DEUILS C'est avec une profonde émotion que nous avons appris la fin brutale de notre ami Me KAMOUN, membres de la Commis, sion juridique du M.R.A.P., tué dans un accident de voiture pendant les vacances de Pâques. Nous exprimons à sa famille nos très sincères condoléances. « Laissez venir à mOI• ••• » C'EST une toute petite histoire qui nous vient d'un pays étrange et très lointain : les Etats·Unis d'Amérique. On y est pieux et charitable, de vieille tradition puritaine. Los·Angelès est une capitale de rêve, avec son climat, sa luxuriante végétation : le paradis terrestre est là. Le pasteur est bien heureux, le dimanche, quand SOI1 élégant troupeau... Et puiS zut ! Assez de lyrisme, et de poésie! Le pasteur de Fullerton (banlieue de Los Angelès) est un homme naïf. Nanti déjà d'une jolie famille, il voulut agrandir celle· ci en adoptant un enfant de deux ans, orphelin et déshérité. Rien de plus louable et même de plus chrétien... Mais les ouailles du bon père en décidèrent autrement. Il ne se passa plus de nuit qui ne vit le mur de sa demeure recouvert d'injurieuses inscriptions. Des pierres, mystérieusement volaient et frappaient les fenêtres, toujours la nuit, car les mauvais coups se font dans l'ombre. Alors le pasteur, qui avait accompli presque toutes les formalités d'adoption, renonça. Ceux qui lui jetêrent la première pierre ricanent et le traitent de lâche. On le fuit honteusement. Il vit sur terre son purgatoire. Et alors, direz· vous '! Alors ? Rien... Devinez seulement la couleur de la peau de l'orphelin où l'entraîna l'Assistance P ublique. Pour une erreur d'interprétation, alors qu'elle a tous les droits, une saisie est opérée sur le salaire du mari. Et c'est le drame. En ramenant l'enfant chez elle, elle le ' pousse dans la Moselle. Cette affaire lamentable devient plus tragique encore lorsqu'à son procès, Cécile se souvient à haute voix devant ses juges cie son enfance passée dans les camps nazis : « Je me snis souven1!e des paroles de ma mère, au camp de concentration. La veille, nous avions traversé une rivière. Comme nous criions de faim, elle a dit " « J'aurais dû vous pousser dans l'.eOlt. Vous ne souffririez plus. » E t, devant les journalistes lorsqu'elle fut 1 ibérée : « Mon sort m'importait peu, ce q-ui me tracassait c'était la pem" que mes enfants reviennent à l'Assistance Publique; qu'ils y soient des numéros matricules ... Des numéros matr'icules, cela me rappelait trop les gosses des camps que j'ai connus quand j'étais petite. » C'est l'avocat de l'accusée qui trouva, pour conclure cette affaire, dont les origines lointaines viennent cles camps d'extermination et dont le cadre fut la tristesse des corons lorrains, la formule juste : « Cécile n'est pas une coupable; c'est une victime ». POSITIONS • Les Vietnamiens de I/Intérieur A PRES la brève flambée d'émeute qui a secoué cie nouveau Los Angelès le mois clernier, l'hebdomadaire R évolution africaine établit un parallèle entre l'affaire vietnamienne et la situation raciale aux Etats-Unis mêmes : « Des mots d'ordre « politiques» contre la guerre au Vietnam sont apparus pendant la révolte de Los Angelès. Ils ont été repris à S pringville, Chigaco, N,ew-York où les Noirs ont manifesté à la même époque. C'est que 1965, année de l' « escalade », a marqué lin tonrnant dans la lutte des Noirs-Américains. Ils ont participé, aux côtés des Blancs qui condamnent la politique de leur gouvernement, al'x grandes démonstrations contre la gu.erre dn Vietnam, .. « ... Les Noirs-Américains savent que s'ils vont se battre 011 Vietnam, c'est contre eux que se retournent leurs armes. Sans pudeur, mais aussi sans aucune prudence, les aut01"ités américaines publient des statistiques qui prouvent « qu'il y a proportionnellement plus de Noirs que de Blancs tués dans la guerre au Vietnam ... » « ... Cassius Cla)', le célèbre bo;t'eltr, a dit en rl!fusant sa carte de mobilisation " « Je n'irai pas an Vietnam pour tuer mes frères asiatiques. » Il lie fattt pas sourire de cette formulation. Elle est profol1dél11ellt juste. Elle exprime de façon frappante que la nature de l'agression att Vietnam n'est pas différente de celle de l'Opp,"ession contre la minorité noire. ~ • Un maniteste L'ORDRE des Chevaliers de France, qui se propose, « au nom de l'idéal chevaleresque» et de sa « tradition généreuse et ouverte », de « bousculer les habitt,des dn genre nobiliaire, par nature étroites et f.ermées », vient de publier un manifeste dont voici quelques extraits : « Le fait de la répartitioll des hommes en races caractérisées par la couleur de l'épiderme et diverses particulal" ités physiques Olt psychologiques propres à des ensembles humains n'imPlique altcune hiérarchie particulière et COl1serve intacte l'égalité de tous les hommes Oncle TOM. et de tous les peuples en valeur sptntuelle, source de toutes mûres valeurs ... « ... La seule aristocratie concevable est celle de l'intelligence, dl' coeur ,et du style noble de la vie. Elle ne sat,rait avoir pour eritères la naissance, la couleur, le lieu d'origine, la fortune matérielle, la position sociale, la religion, l'idéologie politique et la culture ... ... « TOt!te fort/Je de racisme est contraire à la justice ,et à l'honneur. Le soutenir, ne fût-ce que par un lâche Stlence, est tin crime inexpiable. » JUSTICE • L'affaire Rassinier L'AFFAIRE; Malliavin - Rassinier, jugée à la fin de l'an dernier, a été portée en appel. La justice s'est montrée ferme : en première instance, on s'en souvient, Rassinier avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 3,000 francs d'amende; Malliavin, directeur de « Rivarol », à cieux mois de prison avec sursis et 5.000 francs d'amende. Or, après les plaidoiries de M" Renée Mirande, Jean Schapira et du bâtonnier Arrighi, représentant l'Amicale d'Auschwitz et les personnes diffamées par Rassinier, les peines ont été aggravées en appel : « Considérant qu'après avoir mis en doute l'existence des chambres à ga:: et des exterminations systématiques et tenté d'expliquer les « sélections » et les disparitions de déportés par des transferts de malades dans d'autres camps, Rassinier a prétendu que le très grand nombre des malad,es et des morts dans les camps pouvait s'e;l:pliquer par une sous-alimentation créée par des vols de nourritttre importants dont certains déportés se seraient rendus coupables au préjudice de leurs camarades ... « Considérant que dans le but inavouable de contester les méthodes d'extermination employées par le régime hitlérien pourtant historiquement ,et judiciairement établies par le jugemellt du Tribunal International de Niiremberg du 30 septembre 1946, Rassinier, pourtant déporté lui-même, n'a pas craint de tenter de jeter le discrédit et le déshonneur

  • Suite poge 3.

DROIT ET LIBERTE MEHSU!L 38, rue des Jelneul'll - Parts (11 Tél.: OUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un Bn : 10 francs Abonnement de soutien : %0 franCi ETRANOER Un an : 18 franci Oompte Ch. Poet.: 607~ Parll Pour les changements d'adreese e~ voyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint·Agathe, Bruxelles 8 . Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364-15 du M.R.A.P., 15, Square Prince·Léopold, Bruxelles·2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement cle aoutieo : IBO .... ~ Journal composé et Imprlrnt ~ par des ouvriers syndiqué. B.P.J:.C. - ChAteauroux La Directrice de pUblication : S. BIANCHI 3 -'--- qUE PASSE.T.IL ? NOTRE COUVERTURE (Suite de la _page 2) sur deux femmes dONt lenrs call/arades de déportation ont proclamé les qnalités de coeur, le conrag.e, l'abnégation et Le comportemellt fratenoels. « Considérant en ce qui COllcerlle 11101- liavin que malgré les n01llbreuses condamnations pour des délits de même nature qu'il a ,encourues, il n'a pas hésité à publier 7/11 article d011t le caractère bassel1-!ent diffamatoire était h,ident ... » Les deux complices ont été condamnés chacun à quatre mois de prison avec sursis et à 5.000 han cs d'amende. On ne peut que se réjouir d'une telle fermeté. RHODESIE • La seconde manche l 'AFFAIRE rhodésienne est entrée dans sa seconde manche : l'ins... J cription à l'ordre du jour de l'O.N.U. Ce sont les pays africains aux Nations- Unies qui mènent la lutte. Ils se réunissent en secret dans l'intervalle des sessions pour tenter de concert une tactique commune. Ils ont ainsi obtenu, au début cl'a vri l, que le blocus soit renforcé du côté du Mozambique, et notamment du port de Beira, où la Grande-Bretagne a réUSSI à éviter de justesse le déchargement clu pétrolier Manuela, battant pavillon grec, après le vote d'une motion « dure » au Conseil de Sécurité, sous la pression des Africains. Pourtant, si le blocus des côtes des colonies portugaises est relativement aisé, il n'en est pas de même pour l'Afrique du Sud. dont un port orien tal, Durban, est relié à la Rhodésie via Prétori a, la capitale cie Verwoerd. Les experts estiment à 160.000 litres POl' jour le volume d'essence livré par l'Afrique du Sud à la Rhodésie. Il s'agit théoriquement d'une aide « privée » et « spontanée », mais que le gouvernement de Verwoerd « ne se sent pas le droit de contrecarrer ». Les pays africains voudraient que le gouvernenlent de Londres adopte à l'égard de l'Afrique du Sud la même politique ferme qu'il a adoptée vis-à-vis du Portugal et de la Rhodésie. Ils ne se font pourtant guère d'illusions : la République de l'apartheid est le troi sième client de la Grande-Bretagne, et l'on voit mal que Londres prenne l'initiative d'une rupture qui nuirait beaucoup à son activité économique. Les U.S.A., de leur côté, ont fait savoir qu'il n:était pas question pour eux de participer au blocus contre la Rhodésie. L'Afrique du Sud, selon des « mil ieds bien informés » préparerait actuellement un compromis entre Londres et Salisbury ... Le gouvernement raci ste de Ian Smith a gagné la première manche en Rhodésie ; avec le blocus de Beira, il vient de perdre la seconde. La troisième manche va commencer ces jours-ci. AFRIOUE DU SUD • Pourquoi des élections ? LE S Sud-Africa ins viennent de voter. Ou pour varier plus précisément ~n Sud-Africain sur cinq vient de voter; car, comme nul ne l'ignol- e, au pays de Verwoerd, chacun est libre d'avoir une opinion et de l'exprimer démocratiquement à deux conditions. Tout d'abord avoir la peau blanche (ce qui est le cas de quelque 3 mil~ lions d'individus); être ensui te persuacle de la supériorité que confèl:e cette absence cie pigmentation de la peau. Car les Blancs qui osent prétendre que les Noirs sont leurs égaux sont eux aussi privés clu clroit de vote, en vertu de la loi sur la « répression du communisme ». Cette poignée d'électeurs, donc (car la population totale cie l'Union Sud-Africaine atteint le chiffre de 18 millions) , a clonné 58 % de ses voix au parti de l'apartheid de M. Verwoerd. Est-ce à dire que 42 % des électeurs n'approuvent pas la ségrégation raciale? Disons plutôt qu'il existe cleux conceptions de la ségrégation raciale. Celle de M. Verwoerd est celle, principalement des Boërs, hollandais d'origine et, clans leur majorité, agriculteurs, petits commerçants, ouvriers spécialisés, petits cadres. Ces « petits blancs » sont pour la séparation absolue des races, l'apartheid tel qu'il est aujourcl'hui appliqué : parquer les noirs dans des l-ése r v~s, !es fameux Bantoustans, de façon a fa ll'e clisparaîtres ces éventuels concurrents à l'exploitation agricole et aux emplOIS subalternes. A l'opposé, une autre famille politique, dont les représentants sont souvent cI'orig ine britannique (n'oublions pas qu'au début clu' 20· siècle, la colonisation anglaise a arraché l'Union Sud-Afri caine à la colonisation hollandaise), est liée à la grancle inclustrie. à l'extraction minière, à cette activité économ ique qui fait cie l'Union Sud-Africaine un pays où les possesseurs de capitaux européens et américa ins sont sùrs de les voir fructifier plus vite que partout ai lleurs. Ces super-bénéfices sont évidemment 1 iés à. la sl11-exploi tation systématique du sous-prolétariat noir. C'est pourcjuoi cette famille politique est contre l'apartheid à la Verwoercl qui veut mettre les noirs avec les noirs et les blancs avec les blancs. Elle veut garder ce prolétari at sous la main, dans les faubourgs misé rables cles centres inclustriels. Ces cieux conceptions sont comparables aux deux formes de ~égréga ti on que subissent les noirs des U.S.A. La ségrégation « dure » du Sud agricole et souscléveloppé. et la ségrégation « souple» du Nord industriel. Mais, pour les Noirs, cela ne fait guère de différence. GRANDE-BRETAGNE • Cela poùrrait se produire chez nous « fAi PlR'enEcSo lllterse dheosr rjeunjfrss, àc onilol1trlleis eésp oàque mê1J/e, dans les nations chrétiennes, nous ne pouvons pas êtr,e certa ins que cela ne se produira plus, et nous n'avons pas le droit d'affirmer que cela ne pourra se produire che::: nous. » C'est il la vi ngt-troisième assemblée annuelle du Conseil judéo-chrétien de Grande-Bretagne, en mars dernier, que le Cardinal John Heenan, archevêque cie Wesminster, prononça cette mise en garcle. Comme pour souligner les propos du cardinal-archevêque, la presse britannique annonçait. à la fin mars, que la société d'éditions Bntons Publishing Company éta it- admise en qualité de membre cl part entière cie l'Association des Editeurs. Or la Britolls Publishing Co est spécialisée clans la littérature fasciste et antisémite. Parmi les ouvrages publiés figure notamment une plaquette intitulée

« Pourquoi hait-on les Juifs r » Le

catalogue compte aussi les biographies des principaux dirigeants et « théoriciens » du nazisme et du racisme. Hitler y est notamment cité comme étant « le guide ». Comme cette admission suscita une série de protestations, l'Association des Editeurs fit savoir que « rien ne pouvait s'opposer à l' dhésion de la «Britons Publishing Co », et qu'il n'était pas question de « refuser un nouvel adhér,ent simplement parce qu'on n'aime pas ses ouvrages ». Cette façon de minimisel- l'apologie clu crime cie guerre et du génocicle (comme s'il s'agissait cl ' « aimer » ou de « ne pas aimer » de tels ouvrages) est d'autant plus curieuse qu'il existe depUIS l'an dernier une loi britannique qui prévoit des peines de prison ou des amendes clans les cas « cl' illcitation à la haine raciale an cours de réunions publiques on par écrit ». Comment ne pas comprendre, dans de telles conditions, la fermeté des propos du cardinal-archevêque/ John Heenan? PORTUGAL • Tortures et génocide SEPT nationalistes congolais viennent d'être jugés, et lourdement condamnés, à Lisbonne. Ils sont coupables d'avoir llJ.ili té au M.P.L.A. (Mouvement Populaire de Libération de l'Angola). Parmi ces condamnés, il y des ' Noir s, des Blancs et cles Métis. Tous ont été cruellement torturés par la PIDE (la Gestapo portugaise). L'une des inculpés, Arminda Corréia Faria, infirmière, est actuellement internée en hôpital psychiâtrique, des suites cles sévices subis. L'un des supplices favoris des tortionnaires cie Salazar a l'avantage de ne pas laisser la moindre trace, il s'agit clu « supplice de la statue»; la victime doit rester debout, sans bouger et sans clormir le temps qui semble nécessai re cl ses 'bourreaux. Le triste recorcl établ i en ['occurrellCe fut cie quatorze jours. Les prisonniers sont ensuite dirigés \ers le camp cie concentration de Tarrafal, clans les îles du Cap-Vert, où ils sont incarcérés dans des conclitions inhumaines. Au Mozambique, où cles maquis nationalistes sont implantés depuis deux ans, les autorités portugaises ont fait savoir que 187 « indigènes » ont été tués au cours d'une opération dans le nord clu pays. Les mêmes autorités précisent que ces pertes ne sont pas dues à une « recrudescence des activités du Front de Libération du Mozz-mbique, mais à une vaste opération montée par les troupes portugaises ». Ce qui sign ifi e, en clair, que c'est la population civile qui a fait les frais d'une de ces opérations de terreur qui sont une tactique habituelle de la répression coloniale. INDE • Un pays malade LE « sous-co~1tinent indien ». est malade. Cet Immense pays, ql11 est aussi l'un des plus misérables, est secoué depuis plus d'un an d'émeutes, de troubles et de révoltes. Révoltes de la faim, mais aussi révoltes religieuses et raciales. Car l'Union Inclienne, c'est en fait une mosaïque cie nations autonomes, de petites républiques et de royautés minuscules où cohabitent plusieurs races et plusieurs religions. Aujourd'hui, une 1 1 2 --- 3 --- 4 5 --- 6 1. Un bidonville de travailleurs portugais dans la Région Parisienne. 2. Un cimetière juif profané en Allemagne de l'Ouest. 3. Un manifestant intégrationniste malmené aux U.S.A. 4. Une école sans discrimination : un spectacle qu'on aimerait voir tout à fait généralisé. 1. Une vue de la foule au Palais des Sports pendant le meeting de Martin Luther King. Photos Elie Kogan. 6. Un enfant du Tiers·Monde. minorité rel i crieuse mais qui présente aussi une certaine individualité ethnique, les Sikhs (8 millions au total) clen;ancle une lal-ge autonomie. pour la reglOn qu'elle habite : le Penjab. :'lime Indll'a Gandhi a accepté ces reven(licatlO~s, ce qui a suscité cles émeutes : l e~ hablt~nts du Penjab qui ne sont pas SÛÛ!S cnent au séparatisme et à l'abandon. Les troubles ont cléjà fait plusieurs dizaines de morts, et ils ne sont pas terminés. L'Inde, en vinot ans cI'indépendance, n'a pas su se tran"sformer en pays homogène, soudé par un sentiment national assez fort 12o~r permettre cie passer sans trop de clifflcuités à l'étape du développement éco- 110\111 que. C'est que la coloni sation anglaise a su, plus que toute autre, met~r~ en pratique le célèbre ,slogan « d~vl~.er ,pour régner ». Lorsqu elle a clonne 11l1dependance à son empire des Incles, elle a commencé par couper le .pays en, deux : les hincloui stes furent regroupes clans l'Union Indienne, les musulmans clans le Pakistan, pays batarcl coupé en deux, et dont les cieux moitiés sont séparées l'une de l'autre cie quelque 2.000 kilomètres. Imaginons, pour illustrel- la situation, que l'Espagne et le Danemark forment un même pays, coupé en deux par l'Europe des Six; joignons à cela des antagonismes religieux exacerbés par cette situation même, et les deux pays sont voués, dès leur naissance, à s'affronter sans cesse. Cela pour le plus grand profit de l'ex-colonisateur, certain clans cette confusion de conserver tous les privilèges économiques que lui avait valus la colonisation. A l'intérieur même de l'Union Indienne, l'administration britannique avait su jouer des uns contre les autres, s'appuyer sur telle minorité religieu~e 0l! telle ethnie contre les autres, qUItte a renverser ensuite les alliances. Elle a a ins.i attisé, voire allumé, des haines et des germes cie conflits, d'émeutes et de pogroms qui ne -sont pas près de disparaître clans cette région complexe qu'est le « sous-continent indien ». COUPS ETIN~URES Un étudiant antil[ais vient d'être l'objet, à Nancy, de violences racistes de la part de policiers. L'affaire rappelle celle dont l'étudiant malgache Battou a été victime et qu'un hebdomadaire a récemment relatée. L'attention de l'opinion publique doit plus que jamais être attirée sur la répétition d'incidents qui témoignent d'une conception des moeurs policières et judiciaires, héritées de la guerre d'Algérie. Voici les faits : le mardi 29 mars, à Nancy, une réunion amicale d'anniversaire dans l'appartement d'un étudiant a[gérien. Des Antillais, des métropolitains, des Nords-Africains y participent. Un voisin se plaint du bruit. Une explication courtoise s'ensuit qui ,"'a pour effet que d'attirer sa colère. Il décide d'appeler la police non sans avoir tenu des propos racistes (( sale race », « avec vous on a toujrours des histoires ,»), etc. Les poliCiers font preuve aussitôt d'impatience et restent sourds à toute explication. Ils s'en prennent particulièrement à un étudiant guadeloupéen qui fait appel à leur bonne vI!lonté en leur demandant s'il est normal qu'on insulte des Algeriens. Pour toute réponse, ils le jettent dans le car de police et commencent à le rouer de coups, mêlés d'insultes racistes, jusqu'au commissariat. Là, cherchant à le faire passer pour ivre, ils le mettent au cacho~. Il y reste toute la nuit. Le lendemain, m~nott~s aux poignets, il est traîné de commissar.iat _e~ commls~aYlat .. Au commissariat du 3' arrondissement, Il redlge une declaratlon plus ou moins « dirigée » et porte pl~inte pour coups et injures. Il est présenté au parquet et on emet contre lUi un man· dat de dépôt. Il passe la nuit à [a ma'~son d'arrêt de f'!ancy: Le jeudi, il comparaît devant le tYlbunal. po~r conflrmat!on du mandat. A l'occasion de son interrogatOire, Il a la surpYlse d'entendre le président insister curieusement sur [e fait qu'il reçoit un 'prêt du gouvernement français. Il s'entend dire éga· lement - et cela, par le Procureur en personne qui fait valoir ses « expériences coloniales» (sic), que ,les gens de, couleur ont tous des « complexes» bien connus ... ta sentence ,s'inspi. re de cette « indulgence » paternaliste. On lui octroie une liberté pt10visoire. Mais il apprend qu'il comparaîtra de nouveau le 5 mai, pour être définitivement jugé. Motif d'inculpation

ivresse publique et outrage aux agents !

L'affaire se complique d'un autre incident de même nature. A Strasbourg, cette fois, à la frontière franco.allemande, le samedi 1" janvier 1966, cet étudiant est témoin du comportement hargneux d'un policier pied-noir qui prend à partie, dans le compartiment, un passager algérien accompagné de sa jeune femme - une Allemande. Abusant de son pouvoir d'intimidat_ on et animé d'un ressentiment personnel qu'il ne ch~rch.e même pas à dissimuler, il fait brutalement descendre 1 Algerien du train. Surpris, l'étudiant guadeloup~e~. fait alor.s r~!l'arquer a~ policier que son attitude est diffiCilement Justifiable. Il lUi répond : « Vous connaissez pas ces ~ens.là » .et entr.eprend de le faire descendre à son tour. PUIS, se raVisant, Il tente de se le concilier en flattant sa condition de « citoyen francais » : « Vous, au moins, vous êtes Français, ·Ies Arabes ne ,sont que des étrangers ». Il n'en a pas moins porté plainte contre l'étudiant guadeloupéen ... Faut-il conclure de ces faits que des habitudes prises au temps de la guerre d'Algérie se perpétue!'t dans cert!lins ~ilieux et qu'il suffit d'avoir la peau coloree pour en etre VICtime. 4 MARTIN LUTHER ING A PARI Martin Luther l\:ing répond aux questlOns de notre collaboratrice Marguerite Kagan Une interview exclusive il « Droit et liberté» . cc IL N'y A PAS DE JUSTICE SANS PAIX NI DE PAIX SANS JUSTCE » A l'issue de la conférence de presse qu'a donnée le pasteur Martin . Luther King le 27 mars à l'Eglise américaine, nous avons pu, grâce à l'amabilité du pasteur Sargent, nous entretenir quelques instants avec le leader noir et aborder avec lui certains aspects du problème racial aux Etats-Unis. - Monsieur le pasteur, pensez-vous que l'on puisse craindre dans l'avenir des conflits violents compar ables à ceux qui se sont déroulés dans le quartier de Watts, l'été dernier et récemment? - A moins que les pouvoirs ne prentient régulièrement des mesures qui amélièrent Le sort des masses noires, nous devons nous attendre à des explosions de violenc,e, malg1'é 1/0S reco111mandations de non-viole1lcc. LI allocution au Palais des Sports: PLUS de cinq mille personnes ont assisté le 28 mars dernie r, à la Nuit des Droits civiques, organisée au Palais des Sports, au bénéfice intégral du Mou· vement pour l'Intégration 'raciale que dirige le pasteur Martin Luther King. Hugues Aufray - dont 'nous donnons en page 13 une interview - ouvre le s pectacle en disant combien il est « ému d'être là ce soi·r ", combien il est « heureux qü'on ait pensé et fait appel à ·Iui n. Vivement applaudi par la fou le, il inter· prète quelques-unes des meilleures chansons de 'Bob Dylan. C'est le Prix Nobel de Médecine Jacques Monod, - dont on peut lire ci· dessous la déclaration - qui présente ensuite le pasteur King, Prix Nobel de la Paix. Avant de fai re l'histo rique de la situation des Noirs aux U.S.A., le leader inté· grationniste exprime sa reconnaissance au Comité de parrainage de la soirée, ainsi que ses remerciements à M. Jacques Monod « ce grand citoyen du monde n, et à Tant qu'il y aura d'une part des forces qui résistent avec obstination à l'avènement de la jt~stice, qui maintiendront au contraire avec subtilité le règne de l'injustioe, il existera un danger d'affrontement_ . Mais je crois que maintenant, il y a assez d'événements P(fUr faire éclater la sitt~ation aua; yet~x du public et assez d'activité en cours dans le pays pour dmtner aux gens l'espoir qu'il existe 1~noe solution pour résoudre le dilemme et que le recours à la violence sur tt11e grande échelle n'est pas néc.essaÏ1'e. - Vot re prise de position contre la guerre au Vietnam a.t-elle fait du tort à la lutte que vous menez pour les droits civiques ? - Tôt ou tard, lt11 homme doit obéir à sa conscience en ce qui concerne les grands problè·mes de la vie, et ma prise D'autre part, je ne p.ense pas que notre prise de position p(fUr la paix nous ait fait perdre des alliés véritables dans la tutte pOt~r les droits civiques. Celui qui lunes quitterait pour cette raison n'est pas un véritable allié. Les mouv,ements qui, autrefois, s'étaient consacrés exclusivement à la lutte t,our les droits civiques et qui aujottrd hui se préoccupent de la paix au Vietnam, ont compris qn'il existe lme liaison étroite entre ces 'deux questiolls. Il n'y a pas de pai:t: sans justice, ni de justice sans paix. - Quels sont vos plans et quelles formes prendra votre action dans le proche avenir ? - Une de nos grandes tâches, c'est l'éducation politique des masses noires. Il est de 1lOtre d.evoir de faire le maximmn pm~r qn'mr plus grand nombre de De gaUChe à droite : le professeur Jacques Monod, Simone Signoret , Yves Montand de position contre la guerre au Vietnam m'a été dictée par ma conscience_ Mes convictions sont celles de la non-violence

je ne la préconise pas lmiquement

à l'intérieur d'un pays mais aussi dans les conflits internationaux. De plus, je crois que la pierre angulaire de la démocratie américaine est I.e droit de manifeste1' pour ce que l'on croit juste. Noirs soient inscrits sur les registres électoraux et participent aux élections, puisqu'ils en ont maintenant la possibilité. Le vote des Noirs entraînera de nombreuses réformes politiques et particulièrement l'élimination de certains dirigeants racistes qltÎ ont si longtemps agi à l.enr guise. Parallèlem.ent, nous nous consacrons actttellement à l'organisation des Noirs dans les ghettos du Nord (jusqu'ici, !'organisation du pasteur King, la Southern Christion Leardership Conference opérait uniquement dans le Sud (N.D. LR). « FAIRE DISPARAITRE LE COLONIALISME INTERNE» Grâce à des manifestations de masse, des marches, et des boycotts, nOt~s espérons sensibilis.er l'oPinion aux problèmes de l'intégration et obtenir des co1'1ditiolls meilleHres de vie pour les communautés noires du Nord et pour toutes les victimes VOici quelques passages de l'allode cette situation oppressiv,e. cution prononcée au Palais des Sports par le pasteur Martin Luther King_ • « Nous sommes réunis ce soir parce que, nous nous soucions les uns des autres et parce que dans les recoins les plus profondS de nos coeurs, nous partageons l'espoir que l'humanité sera une et que le jour se levera où nous ne serons plus di· VIses par les barrières raciales ou nationales dressées par l'homme ». • « La lutte est loin d'être terminée. Certes, il n'y a plus une seule ville importante du Sud où la discrimination soit officielle, mais dans beaucoup de petites villes du pays, elle continue à exister en dépit de la législation. » • « Malgré les progrès sur le plan politique et social, le Noir est encore victime d'un terrible et total système d'exploitation économique qui non seulement le maintient en esclavage, mais menace de le détruire ». « La police se trouve protéger ce système d'exploitation ; et en tant que défenseur de ce statu quo et protecteur des autorités au pouvoir, elle devient le symbole d'oppression déchaînant des émeutes à Harlem, Rochester, Chicago et finalement dans le quartier de Watts à Los Angelès. » • « Le défi lancé maintenant au mouvement de la non-violence et à la démocratie est de mettre fin à l'action des forces qui persistent dans l'exploitation économique des Noirs. Le symbole de ce système en Amérique, c'est le bas-fond. Notre actuelle campagne à Chicago, deuxième ville du pays, est une campagne contre le règne des bas-fond. Cela signifie qu'il faut faire disparaître le colonialisme interne qui prive le Noir de sa liberté du commerce et de sa juste part des ressources de la nation et mettre fin à l'existence du ghetto noir, île de pauvreté dans une mer d'abondance ». • « La condition des Noirs dans les bas-fond est le fait de forces puissantes de notre société qui réalise de gros bénéfices aux dépens des Noirs ». • « A Chicago, quarante et un pour cent des logements des Noirs sont classés insalubres. Et pourtant, les locataires noirs paient dix pour cent de plus ; ils ne reçoivent que les deux-tiers des services auxquels ils ont droit pour les logements insalubres. Quatre-vingt-dix pour cent des jeunes Noirs fréquentent des écoles surpeuplées, et inférieures, et qui sont presque entièrement sous le coup de la ségregation. Le taux de chômage des Noirs dans les villes du Nord varie entre sept et dix pour cent de la population laborieuse, ce qui signifie à Chicago une masse de quelque cent mille femmes et hommes noirs sans emploi. De plus, des centaines de milliers d'autres sont sous-employés, t ravaillant des semaines complètes certes, mais ne touchant qu'un salaire inférieur au seuil de la pauvreté comme l'a décrit notre président Il. • « En privant un homme de - travail, on le prive de ses droits d'homme, on le prive de son autorité de père, on le met dans une situation où il ne contrôle plus sa vie politique, dans une situation qui prive ses enfants des services de santé et d'éducation auxquels ils ont droit ; ce faisant, on force sa femme à vivre d'allocations de charité dans un logis insalubre et on cree ainsi un système complet d'humiliation et d'exploitation qui est aussi immoral que l'esclavage et qui fait bien plus de mal encore que la ségrégation telle qu'on la pratique dans le Sud ». • « Les prOblèmes que je décris n'existent pas qu'en Amérique, car le monde est plein de sous-privilégiés qui luttent. « Ainsi l'immense expérience que nous avons entreprise en Amérique est d'une importance sans borne pour le reste du monde ». - Que peut-il être fait concrètement pour contribuer de façon efficace à vos efforts ? Que pensez-vous des mou· vements antir acistes qui soutiennent de l'étranger la lutte pour les droits civiques aux U.S.A. ? - Notre llttte coûte très cl/el' et lorsque des gens donnent de leurs reSSOltrCeS tinancières, ils donnent d'eux-mêmes. Cest t~lle forme de participation très constn~ctive et très concrète. Nous avons besoin aussi d'un soutien moral qlti petû s'exprimer de différ,entes façons : par exemple la pression que pel~vent exercer les habitants d'tm pays- sur leur gouvernement afin que c.elui-ci ratifie les résolutions prises à l'O.N.U. pour mettre fin au racisme et à la discrimination raciale dans le monde entier,' le moment est vem~ en effet où il est nécessaire qu'un grand nombre de gouvernements prennent position contre le 1'Gcisme partout où il se manifeste. J,e voudrais dire encore que j'approuve de tout coeur l'action d'un mouvement comme le vôtre qui s'e fforce de mettre fin aux préjugés raciaux et à l'intolérance rehqieuse. Je m'oppose et m'opposerai toujours à l'antisémitisme avec la même vigueur qlt'an racisme antinoir. Je crois fermement que nous devons travaille l' tous sans relâche pour éliminer toutes les manifestations d'intolérance religieuse et d'injustice raciale. r ,,' Harry Belafonte, " ce très grand chanteur qui est aussi un très grand ami de l'humanité » Accueilli par Yves Montand qui lui donne l'accolade, le « roi du calypso ", le militant actif de la lutte pour les droits civiques, arrive sur le podium, longuement ovationné par le public, qu'il va venir sous son charme jusque tard dans la nuit. Il ne s'arrêtera que pour laisser apprécier tout le talent d'Ester Marlfow, une jeune chanteuse noire qu'il présente comme une seconde Mahalia Jackson. Le lendemain, à la Bourse du Travail de Lyon, trois mille cinq cents personnes étaient réunies, à l'appel de nombreuses organisations, dont le Comité du M.R.A.P. de cette ville, pour écouter le pasteur Martin Luther King. C'était la démonstration publique de l'échec de la propagande raciste de la Fédération des Etudiants Nationalistes : les militants de cette organisation avaient ,provoqué des bagarres en essayant de distribuer des tracts appelant à manifester contre la venue du pasteur King à Lyon. Le professeur Jacques Monod (Prix Nobel) : « Nous connaissons cela • nous aUSSI » Voici le texte de la déclaration, faite au Palais des Sports par le professeur Jacques Monod, Prix Nobel de Médecine, pour présenter le pasteur Martin Luther King, Prix Nobel de la Paix: «~ LE pays des droits de l'homme »; « la terre de la liberté »; tels sont les beaux noms que leur histoire et les aspirations de leur culture ont valu à la France et à l'Amérique. Qui, pourtant, oserait dire que les droits de l'homme ont toujours été respectés, en France ou Pa! la France, et qu'ils sont, aujourd'hui même, chez nous, pleinement assurés? Et qui encore pourrait dire CJ.ue l'égalité de tous les citoyens, garantte par la Constitution des Etats-Unis, le soit dans les faits, dans les moeurs, ou même, parfois, dans l'application de la loi? Si cependant ces deux nations, la France et l'Amérique, ont pu acquérir, li elles ont malgré tout mérité de conserver ces titres - ces vrais titres de gloire - c'est qu'il s'est toujours trouvé chez elles des hommes prêts à consacrer leur talent, leur énergie, leur vie entière; fût-ce au travers de luttes parfois déchirantes, à la défense de la Liberté et du Droit. L'homme que j'ai l'insigne honneur d'introduire ici ce soir est l'un de ceuxlà. C'est le pasteur Martin Luther King. Le pasteur King a voué son existence Yves Montand: « Je • ne vais Harry Accueillant Harry Belafonte sur le podium du Palais des Sports, Yves Montand a déclaré : J 'AI bien envie que vous soyez tous très heureux ce soir! Si possible aussi heureux d'être assis là dans vos fauteuils, que je le suis moi d'être ici sur la scène ... et pourtant, c'est bien la première fois que je suis sur une scène pour faire autre chose que chanter ou jouer la comédie... En effet, il s'agit de faire quelque chose que je n'ai jamais fait, quelque chose de tres important et bien agréable, vous présenter, vous, vous tous, à notre visiteur de ce soir 1... Car en réalité, je ne vais pas vous présenter Harry Belafonte, mais je vais vous présenter à lui, lui qui est venu spécialement pour faire votre connaissance. Oui, c'est bien pour connaître ses amis de Paris .gu'il est venu, Harry Belafonte, et vous, si vous êtes ici, c'est bien parce que vous aviez envie je suppose d'être comptés parmi les millions d'amis que Belafonte a dans le monde entier. C'est vrai, Harry Belafonte fait partie de ceux que l'on aime autant qu'on les admire, et que l'on admire tout de suite, comme ça, totalement et mystérieusement. Pourquoi? Parce que cet homme qu'est Harry Belafonte ressemble tellement à ce qu'il chante, qu'il ne chante que :Qgur ceux qui lui ressemblent. Et c'est solide. Il y a des années que cela dure, et cela durera tant qu'il chantera, cet homme étonnant qui reste pur comme un symbole. Et ce symbole, c'est celui de la compréhension, la compréhension de tous les hommes, la compréhension entre tous les hommes, la compréhension qui abolit tous les obstacles des langages ... Belafonte l'a prouvé, et mieux que personne : la chanson est pour tous les peuples un des meilleurs moyens, le plus direct à mon avis de communiquer, et par conséquent de s'aimer. à la cause de ses frères de race, les Noirs d'Amérique. Il n'est pas le premier. Il n'est pas le seul. Aux Etats-Unis, des milliers d'hommes, noirs et blancs, participent à cet immense effort. Parmi eux cependant, le pasteur King jouit d'un prestige incomparable, d'une autorité uniQue qu'il doit à la hauteur de sa pen...ê~e- morale et politique. Défenseur et dirigeant de ses frères de race, il a su les guider non seulement dans l'e_igence, mais dans le respect de la liberté, de la dignité, du droit des gens. C'est à ce titre que le plus beau des Prix N obel, le Prix de la Paix. a été décerné en 1964 à ce disciple de Candhi. C'est la fermeté même, l'intransigeance de ses principes de non-violence, qui ont établi son immense influence et forcé au recul, fût-ce pas à pas, une opposition arnlée seulement, elle, d'une aveugle fureur. Nous connaissons cela, nous aussi. En luttant pour son peuple, pour l'avenir même de son pays menacé par le redoutable héritage de l'époque coloniale, en lui traçant cette voie, le pasteur King défend la dignité de l'homme et ses droits partout où ils sont menacés, partout où, selon ses propres paroles, régnerait encore « la nttit sans étoiles du racisme et de la guerre ». Permettez-moi, t:n votre nom à tous, de lui porter témoignagé de notre reconnaissance, de notre admiration et de notre respect. pas VOUS présenter Belafonte » Photos Elie Kagan. Harry Belafonte a dédicacé sa photo pour nos lecteurs Avec Belafonte, les barrières artificielles n'existent plus... S'il chante le désespoir d'un prisonnier derrière ses barreaux, par exemple, tous ceux-là, partout, se sentent « concernés » comme on dit maintenant... Et lorsque le même Belafonte évoque dans ses « ca- Vivo UN unique tour de chant a suffi à Joan Baez pour conquérir son public. C'était à la salle de la Mutualité, le mardi lSoir 19 avril '; deux heures de chant, sans musique d'accompagnement ou pres'que, ont enthousiasmé les privilégiés qui ava,ient réussi à pénéter dans la salle. On la compara à Yma Sumac, voir,e à Mahalia Jackson. Ce qui est à 'la 'foi,s flatteur et ,injuste: Joan Baez a une per.sonnalité qui ne doit rien à personne. La preuve en est qu'elle s'attaque à tous 'les styles et tous les g,en~es, des vieux blues aux chansons mexicaines, des ballades irlandaises à la complainte du pauvre Rutebeuf, mise en musique par Léo Ferré, et qu'à cette diversité elle parvient ,sans effort apparent, à conférer une unité qui pourrait laisser penser que toutes ces oeuvres ont été écrites pour elle. A l'heure où Martin Luther King et Harry Selafonte prennent la parole à Paris, ce festival Joan Baez prend un sens tout particulier. Ce n'est pas seulement la chanteuse de talent que le pubHc parisien vient applaudir, mais la militante antira· ciste, la combattante de la paix qui chante comme d'aut~es rédigent de,s tracts ou prennent la pardle à un meeting. Et il est impossible, en écoutant Joan Baez, de ne pas voir ,les longues cohortes des marcheurs noirs et blancs vers Selma ou Washington. C'est dans ces marches d'ailleurs que le folk-song a repris une v,igue'ur qui a surpris tout ,le monde. Le folk-song, c'est une musique et une poésie authentiquement populaires souvent improvisées à la manière des blues noirs. Lors des marche, s intégrationni'stes, des énormes rassemblements d'étudiants, des dizaines de chanteurs de folk-song rendent les kilomètres moins longs et égayent les haltes de refrains spontanés, aus,sitôt repris en choeur. Joan Baez (comme Bob Dylan) est dans le folk-song une étoile de prelypsos » le paysan noir ou un amoureux jamais transi, eh bien alors, l'émotion et le plaisir sont les mêmes partout, de ce New-York où il est né à la Jamaïque où -il a longtemps vécu, jusqu'à Paris où il est avec nous pour un soir... A Paris où, sauf Carmen Jones, on l'a vu dans tous les films qu'il a tournés, à Paris pour que le printemps de 1966 soit un vrai printemps ... A Paris enfin parce que, comme le dit si bien Francis Lemarque dans une de 'ses chansons, « des ennuis, il 'Y en a dans le monde entier, mais dans le monde entier, il n'y a pas partout Paris ... » ... Alors puisque c'est vous qui représentez Paris, je vous présente tous à Monsieur Harry Belafonte. 5 ------ Joan' mière grandeur. Mais elle n'est pas la seule. ' Lorsqu'elle pas,sa à Paris, le 19 avril, elle revenait d'Al,lemagne Fédérale, où elle avait participé 'à une marche de la paix a'nti-atomique. Le 'I,endemain de son récital, 'elle fut l'hôte de l'U,N.E,F. ; des milliers d'étudiants se pressèrent de nouveau pour la voir ,et l'entendre. Curieusement, la police avait cru bon de déployer un service d'ordre aussi impressionnant qu'inutile. Mais au fait, ce déplOiement de forces n'était-il pas une maniè~e d'hommage - très involontaire mais bien réel -au talent de Joan Baez et à la qualité de ses chansons ? 24 MAI, A L'OLYMPIA i i 1 1 ! 1 1: 1 l!!! BOB DYLAN j~ N ~ i ~ 1so~ ~I~U:a~r~:~: Ad:CharlesP 1 .~i:::::;:::;:::::::::;:;:::::::::::::::::::::;:;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:;:;:;:;:::::::it 6 T EBLINKA « TRcEaBmLpI NdK'eAxt,e rmlain atrioévno l»t.e Peud 'udne livres ont, ces temps derniers, soulevé autant de pOlémiques. Treblinka fut le premier camp installé par les nazis pour l'extermination massive des juifs. Steiner a tenté de retracer ce qui s'y passa. Son livre est l'oeuvre d'un jeune homo me. Steiner n'a pas vécu cette époque. Il n'en a aucun souvenir. Il s'est efforcé de connaître les faits et d'imagnier leur ambiance. Il a certes utilisé tous les té· moignages existants ; il s'est entretenu avec les survivants qu'il a pu rencontrer. A part un minimum inévitable d'erreurs dans les détails ou dans la reconstitution de la personnalité de tel ou tel individu, il dit la vérité telle qu'elle lui est apparue ou qu'il a cru la reconstituer. Mais les questions qu'il se pose et auxquelles il a tenté de répondre, ne se posent pas du tout de la même façon à ceux qui ont connu, dans n'importe quel pays d'Europe, l'occupation hitlérienne et les camps. Faut-il s'en étonner ? Le jeune Steiner a été, dit-il, hanté, humilié par deux problèmes : Comment des millions de juifs ont-ils pu se laisser massacrer ? comment certains d'entre eux ont-ils pu participer à la machine infernale d'anéantissement de leurs frères ? Pour nous, anciens déportés, il n'y eut là rien d'incroyable et, si on ose dire, rien d'anormal. La plus grande faiblesse de Steiner c'est sans doute d'avoir centré toute son attention sur l'anéantissement des juifs et d'avoir cherché une explication spécifique aux juifs, d'être entré ainsi, en quelque sorte, dans le jeu du racisme, alors que, à des degrés divers, les mêmes phénomènes ont pu être constatés en bien d'autres circonstances et dans bien d'autres collectivités. Bien sûr, une population habituée comme les juifs de l'Est européen à subir séculairement des persécutions était-elle au départ « mieux » conditionnée qu'une autre ; bie.n sûr, cette population, dont du fait même de ces persécutions, une part importante avait gardé des sentiments religieux profonds, devait-elle plus qu'une autre comprendre des hommes et des femmes résignés à ce qui leur paraissait la volonté de Dieu, prêts à marcher à la mort en n'affirmant leur indépendance, leur mépris vis-à-vis des bourreaux, . que par la prière prononcée à haute voix. Les S.S. n'étaient, à leurs yeux, pas différents de ce que pouvaient être, à ceux des martyrs chrétiens des premiers siècles, les fauves du cirque. Est-il impossible de comprendre cette mentalité, même si on ne la partage pas ? Le récit de Seiner couvre deux périodes très différentes : ce qui se passait dans les villes et les villages où vivaient les futurs victimes, puis ce qui s'est passé aux camps d'extermination. Deux univers qui n'ont aucune mesure et que rien n'unit, si ce n'est la volonté diabolique des organisateurs du grand massacre, le préparant ici pour le perpétrer là. UNE PERIODE PENIBLE A PASSER Pourquoi la population juive s'est-elle laissée embarquer « comme un troupeau » vers l'abattoir ? D'abord et tout simplement, elle ne croyait pas, ne pouvait pas, ne voulait pas croire qu'on la menait à l'abattoir. Je ne sais pas si les juifs ont eu une tendance spéciale à l'optimisme, comme le dit Steiner ; mais qui donc, juifs ou non, à Varsovie, à Londres, à Paris, à New-York, croyait en 1940 qu'un gouvernement allemand pourrait, de sangfroid, administrativement, assassiner des millions de personnes, hommes et femmes, vieillards et petits bébés ? On redoutait bien des choses, on s'attendait aux spoliations, aux brimades, à des brutalités, voire à des excès sanglants locaux plus ou moins spontanés, mais l'anéantissement physique massif paraissait impensable, en plein XX' siècle, au coeur de l'Europe. Beaucoup de juifs s'attendaient même à être transportés pour coloniser quelques terres incultes, à être soumis à un travail dur. C'était une période à passer, une période de vie pénible, mais de vie en famille, avec l'espoir qu'elle finirait un jour. .Pendant ce temps, ceux qui essayèrent de crier la vérité ne furent pas crus et même souvent considérés comme des provocateurs. Faut-il s'étonner du refus d'admettre qu'une telle monstruosité soit réelle ? En 1940, combien de Français ne demandaient-ils qu'à croire à la « correction » des vainqueurs, jusqu'à ce que pillages et exécutions d'otages leur aient ouvert les yeux ? Les convois qui s'en allaient vers Treblinka étaient bondés de gens qui avaient emporté avec eux leurs bagages, leurs vêtements, leurs économies, leurs outils de travail souvent, jusqu'à la gare factice qui ne menait nulle part. Tout était calculé pour que, même à l'avant-dernière minute, ils conservent leurs illusions et facilitent ainsi le travail des tueurs. Cette illusion, celle aussi que tout le monde ne subirait pas le même sort, qu'on pouvait espérer tirer le bon numéro, elles furent entretenues systématiquement par toute une série de mesures que relate Steiner. L'EXEMPLE AUVERGNAT Des juifs notables jouèrent alors le rôle de « responsables » ou de « policiers )} dans chaque ghetto. Ils y exercèrent un semblant d'autorité dérisoire. Le même système fut appliqué partout, depuis les « Starostes )} nommés par l'occupant dans les villages d'Ukraine, jusqu'aux gens de Vichy en France. Par Jean-Maurice HERMANN vice-président de la F.N.D.I.R.P. Parmi les juifs de l'Est, comme ailleurs, il dut y en avoir qui ne recherchaient qu'avantages ou protection personnelle, d'autres qui n'osèrent pas prendre le risque de refuser une nomination imposée

d'autres enfin, comme ce Jacob

Genns dont parle Steiner, ont cru pouvoir défendre ou sauver ce qui pouvait l'être : en amortissant autant que possible une représaille, il a pu rêver qu'en une occasion ou une autre il y parvint. Cependant, ils ne firent objectivement que faciliter l'obéissance et renforcer les illusions, qu'aider les nazis qui auraient été sans eux dans l'impossibilité d'administrer, dans tous les détails, les territoires conquis, et auraient dû compter plus tôt avec une résistance bien plus massive à l'exécution de leurs plans et à la satisfaction de leurs besoins. Mais où donc n'ont-ils pas trouvé de tels collaborateurs, sincères ou non ? Il Y en eut dans toute l'Europe occupée, sans distinctions de races ni de religions. Steiner s'est demandé si une autre population, par exemple « les Auvergnats }) aurait réagi autrement. Franchement, je n'en crois rien. Je suis sûr que si un jour les Allemands avaient décidé de mettre à l'index, puis de refouler et de déporter les Auvergnats de Paris, certains auraient fui (mais où pouvaient fuir les juifs de Vilna ?). Certains auraient cherché à organiser une reSIStance. Le plus grand nombre aurait hésité à abandonner foyer, famille, moyens d 'existence, si précaires qu'ils soient devenus. Quelques-uns auraient accepté d 'être nommés « responsables ». La plupart seraient montés dans les trains avec leur valise. Des voisins charitables en auraient, de ci, de là, cachés quelquesuns. (Sait-on que les juges nazis condamnèrent à mort des femmes pour avoir recueilli des enfants juifs ?). Pas mal de gens, se félicitant de n'être pas nés Auvergnats, ne se seraient guère senti concernés ... Croit-on d'ailleurs que la masse des bonnes gens soit si prête que cela à courir les risques graves et certains de l'illégalité et de la révolte, et d'y entraîner leur famille, tant qu'ils n'ont pas la certitude d'être menacés de quelque chose de pire ? Beaucoup de jeunes Français ont pris le maquis en 1942, plutôt que de répondre aux convocations du S.T.O., mais la majorité d'entre eux, conseillés par leurs parents, osèrent-ils désobéir à un ordre apporté par le gendarme ? J'ai aussi été prisonnier de guerre. Très nombreux furent les prisonniers français de 1940 qui s'évadèrent ou tentèrent de le faire ; plus nombreux encore furent ceux qui préférèrent subir un sort désagréable mais supportable, que de courir les risques de l'évasion. Plus tard, au printemps 1944, dans le wagon obscur qui m'emportait vers Neuengamme, des jeunes voulurent percer le plancher pour sauter : des braves paysans affolés par la crainte des représailles les forcèrent à abandonner, les menaçant d'appeler les gardes allemands. Combien d'entre eux sont revenus ? Peut-être aucun. • MMENT 1 • La « sélection » avant la chambre à (la;:, Cela dit, il est complètement inexact de dire qu'il n'y eut pas de résistance juive. Dès la première minute, des petits groupes se formèrent dans les ghettos de l'Est. Les organisations sionistes, socialistes, communistes, constituèrent souvent les noyaux de ces mouvements clandestins

il n'yen eut pas davantage en

Europe occidentale. Lorsque la vérité se répandit enfin, ces organisations se renforcèrent, se préparèrent à la lutte. Là où elles réussirent à temps à être assez fortes et assez armées, les insurrections éclatèrent. Chacun connaît l'extraordinaire épopée du ghetto de Varsovie : c'est la page capitale de cette résistance, mais ce n'est pas la seule, et combien resteront à jamais ignorées ! Insurrections du désespoir, insurrections pour l'honneur, pour attirer l'attention du monde, insurrections lancées avec des moyens dérisoires et sans espoir de secours, en plein milieu des pays occupés, sans autre perspective que celle de vendre sa peau le plus cher possible et de s'imposer au respect de l'ennemi

combien différentes des triomphantes

insurrections nationales de Paris ou de Prague, déclenchées dans l'atmosphère de la victoire, pour achever un adversaire pris dans les tenailles de fer des armées alliées en marche ... Non, les juifs n'ont pas été plus passifs que les autres. Ce fut souvent le contraire. TROIS-QUARTS D'HE.URE POUR MOURIR Treblinka, c'était à la fois un abattoir et un camp où vivait le personnel de cet abattoir. A l'arrivée des « transportés )}, les d~portés étaient divisés en deux catégories. Pour l'énorme majorité, c'était la mort presque immédiate; les autres étaient sélectionnés comme travailleurs. Quelle était la possibilité de révolte des premiers ? Aucune.

e n'al pas connu Treblinka, mais j'ai

le souvenir de mon arrivée à Neuengamme et tous les anciens déportés en ont d'analogues. Un interminable voyage dans la pénombre des wagons à bestiaux, où l'encombrement était tel qu'il était impossible de s'asseoir par terre tous à la fois ; des malades, des fous, des morts ; la fatigue épuisante, la torture de la soif ; puis brusquement, ouverture des portes et le jaillissement dans l'éblouissement du jour, au milieu des hurlements des gardes, de l'aboiement des chiens, et le troupeau titubant, ahuri, poussé au pas de gymnastique sous une grêle de coups, entre deux haies de S.S., la mitraillette à la main ... J'imagine ce que pouvait sentir, dans de telles conditions, une foule de vieillards et d'enfants. A Treblinka, les victimes devaient aussitôt se dépouiller entièrement, passer à la tonte, puis s'engouffrer - toujours nus, toujours courant, toujours sous les coups - dans le « chemin du ciel », au bout duquel était la chambre à gaz. L'untersturmführer, Kurt Frantz, dit « la Poupée », maître du camp, se vantait, lorsque sa « fabrique » fut au point, qu'il ne s'écoulait pas plus de trois quarts d'heure entre le moment où les victimes sortaient du wagon et leur mort. Que pouvaient faire ces malheureux ? Encourager d'un dernier mot leurs enfants ? Rester dignes, prier, ou accomplir, s'ils le pouvaient, un dernier geste de défi, lancer une injure dont ils mesuraient toute la vanité. Steiner parle d'une femme qui arracha les ciseaux du coiffeur et les lui plongea dans le bras. Il a raconté qu'à Auschwitz, devant la chambre à gaz, une jeune fille lança une grenade qu'elle avait cachée dans son slip ; qu'une femme réussit à arracher le pistolet d'un S.S. et à l'abattre. Il y eut sans doute nombre de ces gestes individuels - mais par centaines de milliers, des êtres humains vécurent ces abominables dernières minutes, dans l'impuissance. A Auschwitz, on tua surtout des juifs, mais aussi des Tziganes, des Polonais catholiques

tous périrent de même. Pouvait-il

en être autrement ? Le cas de ceux qui furen;, provisoirement épargnés est différent. Sous le fouet, avec la certitude de l'exécution à la première défaillance, ils avaient à aider au déshabillage des arrivants, à fouiller, vider, trier leurs habits et leurs bagages, à en faire disparaître toute marque d'identification, à en faire des ballots et à les recharger dans le train qui repartait en les emmenant. Ils devaient sortir les cadavres de la chambre à gaz, enlever leurs dents en or, les porter jusqu'aux immenses fosses communes. Plus tard, lorsque Goebbels en donna l'ordre, un commando spécial dut exhumer ces corps, les brûler, en broyer les cendres. L'ILLUSION D'UNE VIE POSSIBLE Environ un millier de juifs travaillaient ainsi, sans cesse renouvelés par des nouveaux arrivants, remplaçant ceux qui avaient été abattus ou avaient succombé. Ont-ils été complices ? criminels ? Aucun n'avait été volontaire. Les S.S. ne demandaient pas leur avis aux déportés ! Ils avaient été sélectionnés dans la masse, en partie par la vieille méthode militaire : « Qui est·ce qui parle anglais ? Vous ? Bon, vous irez aux pluches ! », en partie pour leur résistance physique. Ils n'avaient plus ensuite que le choix entre l'obéissan· ce et la mort. On ignorera toujours com· bien choisirent de se faire envoyer à « l'hôpital » d'où on ne revenait plus, combien se suicidèrent en se pendant la nuit dans leur barraque, combien refusèrent

de ceux·là on ne parle pas.

Pour les autres, les nazis appliquèrent à un degré supérieur la tactique qui les avait aidés à maintenir le calme dans les ghettos, mélangeant la terreur et l'espérance. Des châtiments sauvages s'abat· taient sur ceux qui ne pliaient pas. Des hommes étaient littéralement hachés vivants à coups de pelle devant leurs camarades. En même temps, on cherchait à laisser croire, contre toute vraisemblance, que peut·être cette équipe échapperait à l'anéantissement. On tentait de créer l'il· lusion d'une vie possible ; on organisa des concerts, des distractions ; on permit des mariages ! Le commando des cadavres, isolé de tout le reste avec son travail épou· vantable, eut la possibilité de s'étourdir en de véritables orgies. LA REVOLTE L'homme s'adapte à tout. Il est proba· ble que beaucoup avaient fini par s'habituer à ne plus ressentir l'horreur, mais ils ne furent pas dupes. Ils ont créé peu à peu une organisation, préparé un soulèvement

pas plus que ceux du ghetto de

Varsovie, ils n'avaient de perspectives ; leur espérance, c'était que quelques·uns au moins pourraient survivre et raconter aux hommes extérieurs ce qui s'était pas· sé. Le secret du complot fut gardé pen· dant des mois. Pour un misérable qui, au bord de la fosse tenta de le trahir pour gagner quelques jours d'existence, Stei· ner cite huit hommes qui préférèrent su· bir en silence une mort affreuse. Le doc· teur, pris avec l'or destiné à acheter des armes, s'empoisonna pour ne pas parler. Enfin le soulèvement éclata. Le récit qu'en fait Steiner est bouleversant. Les dirigeants se sacrifièrent pour assurer l'évasion des autres. Sur 'mille détenus, six cents, dit-on, purent gagner la forêt ; quarante survivaient à la fin de la guer· re ; sans eux, on n'aurait jamais rien su de Treblinka. Voilà l'histoire et le sujet du livre. L'héroïsme n'y manque pas. Suppose-t·on ce que représentait la révolte d'un camp de concentration. Il fallait une organisation secrète, maintenue des mois malgré la promiscuité des blocs et le mouchardage, malgré le cloisonnement des parties du camp, malgré les morts et les départs ; il fallait des armes et un plan ; il fal· lait non seulement du courage et des chefs capables, mais du temps ; il fal· lait aussi l'espoir raisonnable de vaincre. Dans bien des camps, les déportés surent peu à peu se grouper. Là où ils passèrent à l'action, comme à Buchenwald, ce ne fut que dans les dernières heures, au. mo· ment où les armées libératrices étaient proches. Les deux seules révoltes armées qui ont eu lieu avant, contre un ennemi en pleine force, sans aucune chance de secours, ce furent la révolte des juifs à Treblinka et celle du commando du cré· matoire d'Auschwitz. Reste, et c'est le plus grave, le problè· me moral de l'intégration de ces hommes dans le mécanisme hitlérien. Pas plus que celui des « collabos » civils, il n'a été spécial ni à Treblinka, ni aux juifs. Dans tous les camps de concentration, sans exception, l'encadrement subalterne était entièrement assuré sous le contrôle des S.S. par des détenus choisis par eux : kapos, chefs de bloc, etc. Au début, c'étaient des condamnés de droit commun. Il y eut parmi eux beaucoup d'in· dividus qui ne pensaient qu'à s'assurer la pitance et la vie et se livraient aux pi· res exactions. Ils frappaient, torturaient, tuaient. Combien par exemple de Polonais catholiques jouèrent ce rôle de bour· reaux, même contre leurs compatriotes résistants ! Mais d'autres utilisèrent leurs fonctions pour protéger leurs camarades. La première lutte des déportés fut pour conquérir ces postes ; ce fut le moyen de sauver nombre de vies humaines. Reprocherait·on à ces kapos·là d'avoir porté le béret noir et le brassard, même si, pour conserver leur place, ils étaient forcés de s'associer parfois devant les S.S. aux injures et aux coups ? La loi non écrite des camps, c'était d'abord de 1 J survivre. Chaque jour gagné était gagné sur un ennemi qui voulait notre dispa· rition. Pour les uns, là se limitait le but ; pour les autres, c'était la volonté de voir l'heure de la victoire finale, l'heure qu'on croyait être celle du témoignage, de la justice, de la vengeance. Il n'y a aucune raison de penser qu'il en ait été autrement à Treblinka. L'agression hitlérienne contre la pero sonne humaine a rencontré partout de la veulerie, sans laquelle elle n'eût jamais connu son éphémère et sanglant succès, et de l'héroïsme, sans lequel elle n'eût pas été vaincue. Les juifs se sont comportés comme les autres ; comme se se· rait comporté à leur place n'importe quel autre groupe, avec ses bons et ses maIl· vais sujets, ses pacifiques et ses héros, et son immense majorité de braves gens, vivant dans le petit horizon de leur mé· tier et de leur famille et sur lesquels se serait abattue à l'improviste, cette hallu· cinante, incompréhensible tyrannie, l'emprisonnant dans un univers démentiel à la Kafka. Que chacun fasse un retour sur luimême

la tragédie de Treblinka ne pose

pas un problème spécifiquement juif. Peut·être, comme tout le système raciste et concentrationnaire nazi pose-t-elle un prOblème allemand ? Nulle part ailleurs on n'a assisté à cette incroyable déshuma· nisation, à ces massacres industriels, offi· ciels et gratuits, exécutés avec une conscience de fonctionnaire scrupuleux. Les mémoires de Hoess, commandant d'Ausch· witz, ou les déclarations de Eichmann à son procès, sont l'autre face du dyptique. Il vaut la peine de les rappeler, en même temps que le livre de Steiner. Treblinka, c'est la tragédie humaine, c'est celle de chacun d'entre nous, qui avons vécu le temps où elle a été possi· ble. Elle doit nous inspirer modestie et vigilance. LA LACHETE DES ASSASSINS Tel n'est pas l'avis de tout le monde. « Treblinka» est une enquête, un docu· ment. Il confirme qu'en un an, sur ce seul coin de terre, furent assassinés dans des conditions ignobles, au moins sept cent mille êtres humains innocents. Il fallut des semaines pour faire disparaître les trente·cinq mille tonnes de cadavres en décomposition qui auraient pu témoigner du crime. Rivarol, qui a consacré une page à ce livre, ne mentionne même pas ces détails. La psychologie des assassins ne l'intéres· se pas non plus ; ils devaient avoir des raisons, les assassins, pour tuer les juifs, après tout. Seul lui paraît important le comportement des victimes. Il exulte à l'idée qu'il aurait pu y avoir des « juifs collaborateurs ». Il se scandalise qu'on n'ait pas demandé de comptes aux juifs. Il aurait voulu qu'on les juge à Nurem· berg. D'autres s'indignent de ce qu'ils appellent la lâcheté des juifs. Nous avons dit ce qu'il faut en penser. Mais il est facile de donner des leçons de courage. Le courage, dans l'univers concentrationnaire, peut prendre bien d'autres formes que celles popUlarisées par l'imagerie d'Epi· nal, bien que celle·là aussi n'y ait pas manqué. Nous y avons en tout cas appris une chose : c'est qu'on juge l'homme placé dans des conditions inhumaines, où il est nu, dépouillé de tout ce qui le soutenait dans son ancienne personnalité sociale, et où la mort est à chaque minute présente. Comment se seraient compor· tés là-bas ces brillants matamores du stylo ? Je n'en sais rien. Eux non plus. Ce que nous savons, c'est la façon dont se sont conduits les amis de Rivarol. Bien différente de la situation des habi· tants du ghetto de Vilna, en 1942, était celle des miliciens ou des S.S. en 1945. Ils étaient tous de jeunes gaillardS solides, militairement entraînés, bien armés, vi· vant par groupes, loin de leurs familles, et professant une idéologie de combat. Avez-vous jamais entendu parler d'une caserne de la milice dont la garnison se serait faite alors tuer sur place plutôt que de capituler ? Avez-vous entendu par· 1er de combats·suicides menés par des maquis S.S. après la mort de Hitler. Où et quand ont-ils tenté, eux, de « sauver l'honneur » par un geste désespéré ? Leur seul souci fut de se cacher. Il n'est pas de lâcheté plus écoeurante que celle des assassins. C'est cela la vraie « chose qu'on n'a jamais dite ». 7----- « Médecin - sélectionneur » à Auschwitz HORST FISCHER EST CONDAMNE A MORT PAR LA COUR SUPREME DE RDA LE 25 mars, à 'Berlin, devant la Haute·Cour de la République DémlJCratique Allemande, s'est l:lchevé le procès de l'ex·médecin SS Horst Fischer. Ce procès a duré dix jours. L'accusé a reconnu avoir « sélectionné» plus de 70.000 juifs pour la chambre à gaz d'Auschwitz. A l'arrivée des convois de déportés, Fischer ne devait laisser survivre que ceux qui étaient en état de travailler. Ceux·là étaient alors dirigés sur le camp de concentration de Monovitz (Auschwitz III) jouxtant le vaste chantier de la Buna·Werke - cinquante kilomètres. carrés - où soixante mille esclàves de toutes nationalités étaient employés à la cons. truction d'un complexe industriel dont la réalisation devait être l'orgueil de l'LG. Farben Indust,rie. les maîtres de l'LG. Farben dominent toujours l'industrie chimique dans l'Allemagne de Bonn. A Berlin-Est l'accusé Fischer a été condamné à la peine de mort. Au procès assistaient en qualité de témoins ou d'observateurs quelques survivants d'Auschwitz III. Parmi eux, Charles Palan t, secrétaire général du M.R.A.P. Il répond aux questions de Droit et Liberté: - On r,este parfois confondit à l'é noucé des crim es commis par certaù /s tI a::: is. Quelle est douc la personnalité de Fischer? - Horst v ischer a aujourd'hui 53 ans. Né en 1912., il est orphelin à douze ans. En 1937, il achève ses études de médecine. En 1938 il adhère au parti nazi. En 1939 il s'engage dans la S.S. Trois ans plus tard, Hitler domine l'Europe. La « solution finale » du problème juif est décidée. Par convois entiers, de tous les pays occupés, les juifs sont amenés à Auschwitz. Mais déjà l'industrie de guerre all emande réclame toute_la main-d'oeuvre di sponible. Fischer est le prototype de cette intelligenzia hitlérienne qui met tout son zèle au service de la barbarie nazie. Pendant deux années, Fi scher se tient chaque j our au bout de la fameuse rampe d'Auschwitz où débarquent les déportés. Du même geste précis, calme, saccadé, il désigne du doigt, d'une part ceux qui vont mourir, d'autre part ceux qui lui semblent les plus valides, les plus aptes à travailler, et qui presque tous mourront d'épuisement, de faim, de froid, sous les coups ... Non loin du camp, Fischer a son domicile. Et lui qui chaque jour envoie des centaines d'enfants à la mort, aura deux enfants nés à Auschwitz. - Et après 1945? - Après l'effondrement nazi, vi scher fal sifie ses papiers, ses diplômes et se réfugie non loin de Berlin chez un vieux docteur Fischer (ce nom est très répandu en Allemagne) . Notre homme se sait recherché comllle criminel de guerre. Un autre Fischer est jugé à Nurenbel-g. Et de ce fait, l'ancien médecin S.S. d'Auschwitz se croit désormais tranquille. Les années passent. Le vieux Fi scher meurt : Horst reprend le cabinet médical et exerce son métier jusqu'à par Charles PALANT Secrétaire général du M.R.A,'P. observateur au procès de ce procès. Q II'CII a-t-il été CJI R.D.A .? - La Haute-Cour de la R.D.A. a siégé pendant dix jours. Des dizaines de joumalistcs cie tous pays étaient présents. La télévi sion cles pays sociali stes était présente aux clébats. Le sen'ice de presse du Palais cie 1 ustice a mis à la disposition cie qui le' désirait de nombreuses photographiés ainsi que le texte des principales dépositions. plaidoiries, réquisitoire du procureur général et le texte du jugement. En R.D.A. même, la presse. la radio et la télévi sion ont fait une large place au compte rendu des débats que l'opinion a suivi a\'ec un "if intérêt. De ce point de vue le contraste est frappant avec ce qui se passe à l'Ouest, où lors clu procès cie Francfort (contre Mulka et autres !) tous les observateurs ont été frappés par l'indifférence de l'opinion, sinon par une certaine désapprobation de tout ce (lui peut encore « r éveiller les vieilles hi stoires ». C'est sur ce fond d'indifférence que L'accusé Horst Fischer (à droite) pendant le plaidoyer de l'avocat de la défense Vogel juin 1965, date à laquelle il est démasqué, arrêté. Il a eu entre temps deux autres enfants. Seule sa femme partageait le terrible secret cie son passé. - QlleUe fllt l'attitude de F ischer du rant son procès? L' in struction mit en év idence le rôle de Fischer commc rouage essenti el de la machine de mort et d'exploitation des déportés jusqu'à la mort et même au delà, éclifiée par les nazi s, et clont le gigantesque trust I. G. Farben tira profit sans vergogne. Tout cela a été mis à nu au cours du procès qui fut celui d'un homme pleinement responsabl e, n'ayant jamais tenté cie se soustra ire à sa mission criminell e, et tout autant le procès des esclavagistes hitléri ens tout dévoués à leurs ma îtres véritables : les magnats cie l'industri e all emande. - H ormis de sèches i nformations, dans la presse occidentale Ol! a peu parlé les procès des pires criminels nazis s'achèvent par cles jugements d'une incroyable indulgence.. . en attendant la prescription qui rendrait même ces jugements- là impossibl es. Et déjà un parti politique se récl amant ouvertement de l'h éritage hitlérien compte ses premiers succès électoraux. - Qu'en ,est-il de la prescription e1l R.D.A .? .- Tout CC'llme la France, la Républ ique démocratique allemande a déclaré solennell ement impresCl'iptible la poursuite des crimes contre l'humanité. Et autant que dans la loi, la ha ine du passé maudit est largement contenue dans l'éducation que reçoit la jeunesse. Une jeunesse élevée dans le respect et l'estime de tous les peuples et dont je g-arde avec émotion le souvenir de nombreux témoignages d'amitié généreusement prodi gués à l'anci en déporté-l'és istant français ... 7-8 MAI 1966 LA JOURNÉE NATIONALE I/U. N. f. s. c. o. PLUS que quelques jours ... Ce dimanche 8 mai, réunis en foule dans l'immense salle de confé· rences du Palais de l'U.N.E.S.C.O., des hommes et des femmes de bonne volonté, venus de toutes les régions de France, représentant les courants de pensée les plus diver.s, s'~fforcemnt de répondre ensemble à ces questions : où en sommes·nous de la lut~e contre le. racl~mt; et l'antisémitisme? Sous quelles formes, anciennes ou renouvelées, se presentent aUJourd hUi ces fléaux? Oue pouvons·nous faire pour les combattre mieux encore ?., Les événements ne manquent pas, en cette période, pour souligner l'actualité d'un tel débat. En Afrique du Sud, les crimes de l'apartheid ... La ségrégation aux Etats·Unis, les violences et les injustices qui en résultent, rappelées l'autre semaine à Paris même, par le (pasteur King. •.. Un peut 'partout, la persistante menace de retours de flammes du nazisme : une reconstitution d'Auschwitz mise en place au Chili par d'anciens S.S. ; l'influence croissante des groupes d'extrême ·droite en Allemagne fédérale, où tant de tortionnaires sont libres ... Et en France ? .. Hélas, pour être moins spectaculaire, le problème n'en demeure pas moins Plosé parmi nous également. IDes campagnes haineuses de la presse spécialisés aux graffiti injurieux et aux croix gammées s'ouillant les murs ; des discriminations pratiquées dans cer· tains .lieux publics à la ségrégation de fait, dans les bidonvilles, de centaines de milliers de travailleurs immigrés ; des inégalités (parfois officielles) aux brimades de toutes sortes qu'ils subissent dans l'emploi et dans d'autres domaines - c'est quotidiennement que nous voyons le racisme distiller son poison, accomplir ses méfaits. C'est dire l'ampleur de nos tâches. C'est dire aussi que la Journée Nationale, par delà le constat nécessaire, devra soigneusement étudier les différents aspects de l'action antiraciste. Elle le fera dans le cadre et à la lumière de la Convention sur l'élimination de toutes les 'formes de discrimination raciale adoptée le 21 décembre dernier par l'OJN.U., qui confère à cette action une portée universelle, tout en la situant sur des bases parfaitement concrètes et efficaces. Cet examen approfondi sera l'oeuvre des cinq commissions - ~ont certaines ont déjà commencéleurs travaux - qui siègeront tout l'après-midi du samedi. C'est là que le·s militants et amis du M.R.A.'P., les porte'parole de multiples associations, reflétant les points de vue et les préoccupations de tous les milieux, feront connaître leur expérience, leurs sugge·stions, leurs projets ... Les rapports ainsi élaborés, les débats auquels ils donne~ont lieu, les exposés et les interventions des personnalités éminentes qui, le dimanche, apporteront leur concours - tout cela donnera, sans nul doute, à la Journée Nationale un intérêt durable. Et par voie de conséquence, nul doute aussi, que les conclusions formulées assureront de nouveaux succès aux efforts que poursuivent les uns et .Jes autres 'pour briser les préjugés racistes et prévenir leurs conséquences, pour pro",ouvoir ,la compréhension et l'amitié entre tous les hommes. Est-il besoin d'insister auprès des lecteurs de ce journal sur l'importance de ces assises nationales ? Nous sommes convaincus qu'ils vtoudront venir en grand nombre les 7 et 8 mai il l'U.N.E.S.C.O. A. L. ~\\\1,"/I/II'"I"'1111 ~~ .. ~ ".:;:: '::•1• ' ,ê;s; ~~, •. 'r ~//jJnJIIIIIII\\\~'" LES COMMISSIONS Les cinq Commissions dont les travaux se dérouleront la veille de la Journée Nationale (au Palais de l'U.N .E.S.C.O. également) se consacreront aux problèmes suivants : 1. - DROIT ET JUSTICE (aspects juridiques et législatifs de l'action antiraciste ; ratification et application de la Convention de l'O.N .U.) . 2. - EDUCATION ET CULTURE (concerne particulièrement les éducateurs et enseignants ainsi que la jeunesse). 3. - TRAVAILLEURS FRANÇAIS ET IMMIGRES face au racisme et à la xéno· phobie. 4. - COMMENT AGIR CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME dans notre ville, notre milieu, notre association ? 5. - PRESSE ET INFORMATION contre les préjugés raciaux. Chacune des Commissions mettra au point un rapport et une résolution, qui seront présentés le lendemain, en séance plénière et soumis à l'appréciation des participants. ~\\II"/iIiIiII/"'11!1 ~~ (e "i" "j ~~ ... ,~' ~1//fnJllillll\\\~ LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX Samedi 7 mai (Salles de commissions) : De 14 heures à 18 heures : Réunions des cinq commissions. Dimanche 8 mai (grande salle de conférences) : 9 h. 30 à 12 heures : Rapports des commissions. Débats. Interventions des pero sonnalités invitées. 14 heures : Présentation, en première vision, de deux courts métrages : - « L'affaire Dreyfus », de Jean Vigne et E. Bruley ; - « Derrière la fenêtre », de Jean Schmidt. 14 h. 45 à 18 heures : Suite des rapports, débats, exposés et interventions. Conclusions. ~\\I,,,IIIIIIIII"'I!II POUR PARTICIPER A ~~ le ,:::1 ,1 ~~, *~ , ~~ ~/I/JlnJllillll\\\~ LA JOURNÉE NATIONALE La Journée Nationale est ouverte à tout citoyen antiraciste désireux de participer à ses travaux pour apporter son point de vue ou s'informer. . _ Si vous n'avez pas de carte d'invitations vous pouvez en. demand.er ausslto~ au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris-2'. (Tél. GUT 09-57). VeUIllez mdIquer aUSSI, le cas échéant, à quelle commission vous souhaitez assister. N. B. - Pour le déjeuner, les participants à la Journée Nationale pourront choisir parmi les restaurants qui se trouvent à proximité de l'U.N.E.S.C.O., dont une liste leur sera remise avec l'indication des tarifs. ~\\\!II/lill'III""III ~ .. ~ "~11 •,f•i.•l· J1~,1 UII"I .'E SOUCRIPTION ~11/JI/'JbllllIi\,'§.ll Trois millions d'anciens francs sont nécessaires pour réaliser la Journée Nationale. Comment le M.R.A.P. peut-il faire face à cette dépense, sinon avec le soutien de tous ceux qui estiment nécessaire son action ? Des listes de souscription ont été éditées pour permettre de recueillir des fonds parmi les antiracistes. Nos amis et militants peuvent en demander au Siège du Mouvement. Faute de liste, vous pouvez directement adresser votre contribution au M.R.A.P., 3D, rue des Jeuneurs, Paris-2'. (C.C.P. 14·825-85 Paris ). 9 pays ont signé la Conventio~ QUATRE mois se sont écoulés depuis que, le ~1 décembre 1965, l'Assemblée général'e de ,l'O.N.U. a voté, à ,l'unanimité moins une abstention, la Convention internationale sur l'élimination de toutes 'les formes de discrimination racial ·e. Où en sommes-nous aujourd'hui ? Avec une relative rapidité, la procédure conduisant à la mise en oeuvre ,de ce texte a été engagée. Le 7 mars, dans le bu ~eau de M. Thant, secrétaire général des Nations Unies, les premières signatures ont été apposées au bas de la COhvention : celles du Hrési,I, de la IBielorussie, de la République Centrafricaine, de la 'Grèce , d'Israël, des Philippines, de la Pologne, de l'Ukraine et de l'U.R.S .S. Les signataires ayant la possibilité de faire connaître leurs éventuel,les réserves, les représentants de l'U.R.S .S., de la Bié ·Iorussie,de l'Ukraine let de la Pologne, ont exprimé leur regret qu'en vertu de l'article 17, l'a Convention ne soit ouverte qu'aux membres de l'O.N.U. ou de 'l'une quelconque de ses institutions ,spécialisées. l'ambassadeur d'Israël aux EtatsUnis, quant à ,lui, tout en déclarant ({ regrettable 'que la Convention ne cite pas expressément l'antisémitisme n, 'a ajouté qu'elle est, néanmoins, rédigée de telle 'sorte que ({ l'antisémitisme se trouve égaIement condamné avec toutes les formes de racisme n. ({ Ou'elle soit dirigée contre LE TEXTE DE LA CONVENTION Les principales dispositions de la Convention sur l'élimination de tou· tes les formes de discrimination raciale figurent dans un document édité par le M.R.A.P. à l'occasion de la Journée Nationale. Ce document (4 pages de 10 cm X 20 cm) parviendra à tous nos lecteurs et à toutes les personnes invitées à la Journée Nationale. Des exemplaires supplémentaires peuvent être envoyés sur simple demande. les juifs, les noirs ou tout autre groupe, a-t-il encore souligné, la discrimination est indivisible et répugnante. n La Convention, en effet, vise ({ toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l'ascendance ou l'origine nationale ou ethnique, qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnaissance, la jouissance ou l'exercice, dans des conditions d'égalité, des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social et culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique. n A parti.r de cette définiti·on, qui 'englobe toutes les formes et toutes les manifestations de racisme ou d'antisémitisme, la Convention prévoit une série de mesures concrètes, que s'engagent à 'appli'quer les Le 24 avril LE 24 avril 1966, se déroule - pendant que le présent numéro de « Droit ' et Liberté » sera sous presse - la « 1"e Rencontre Régionale contre le racisme et l'antisémitisme » organisée à Paris (salle Saulnier) par le Comité de la Région Parisienne du M.R. A.P. Pourquoi cette Journée ? Reportonsnous aux résolutions de la 16' Journée Nationale contre le racisme (16 mai 1965). Après avoir dressé le bilan des moyens d'action à mettre en oeuvre contre le racisme et de ce qui avait déjà été réalisé dans cette lutte la commission des moyens d'action contre le racisme déclarait (1) : « Ces réalisations n'atteindront pleinement les buts recherchés que dans la mesure où elles deviendront le fait de tous les groupements qui représentent ou rassemblent la population : partis politiques, syndicats, comités d'entreprise, églises, sociétés d'entr'aide, organislJ,tions cUilturelies, _ sportives, ciné-clubs, foyers et mouvements de jeunesse, maisons de la culture, associations de parents d'élèves, municipalités, etc... L'échange d'expériences, la coordination des efforts, la pOpularisation des initiatives et des résultats acquis sont particulièrement souhaitables dans le cadre de réunions de travail, DE JOURNEES REGIONALES auxquelles militants et amis du M.R.A.P. doivent apporter U!1le active participation. » (1) Cf « D. et L. » n° 244, p. 7. • • signataires: interdiction ·de,s \groupes qui excitent au racisme ; légi'slation ,et poursuites contre de tenes excitations et contre les discr·iminations ; dispositions dans ,les domaines de la culture, de renseignement, de l'information pour favoriser ·Ia tolérance et ,la compréhension entre les groupes humains. E'lIe prévoit également la création 'd'organismes nationaux et internationaux de contrôle, auxquels les victimes du racisme peuvent faire appel dans certaines condit,ions. ET LA FRANCE ? .c'est lorsque 27 Etats auront signé la Convention qu'ei'le pourra entrer effectivement en vigueur. Dans divers pays, des organisations et des personnalités se prononcent pour une 'ratification rapide. A New-York, une assemblée publique a eu lie·u récemment pour demander que les Etat's-Unis soient parmi ,les tout prochains signataires. Un prêtre et un rabbin, les représentants de plUSieurs associations groupant des noirs, des juifs et des Porto-RiCains ont pris la parole à cette manifestation . La Convention , ,dont la Journée Nationale du 8 mai montrera l'immense intérêt pour l'act'ion antiraciste en France, devrait également recevoir dès maintenant l'approbation officie'lIe de notre pays. Nous souhaitons que toutes mesures soient prises à cet ,effet dans les meilleurs délais. Il faut regretter toutefois que le délégué 'françaiS ait cru devoir d'abstenir. à la Commission des Droits de .l'Homme de l'O.N.U., lors du vote ,du 25 mars sur une -résolution invitant les Etats membres de oI'O.N.U. ({ à devenir parties le plus tôt possible à toutes les Conventions qui visent à protéger les droits et les libertés fondamentales de l'homme, .notamment à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale n. Le motif de cette abstention e'st que l'un ,des articles ·de la résolution, (au sujet duquel , le délégué français a voté négativement) ({ invite instamment tous les Etats qui ne l'ont pas encore fait, Rencontre ~ LES PREPARATIFS Depuis plusieurs mois, les militants du Comité de la Région Parisienne ont commencé à préparer cette 1re Rencontre régionale. Deux documents de travail ont été mis au point : a) Une lettre, accompagnée d'un questionnaire et d'extraits de la Convention de l'O.N.U. sur l'élimination du racisme, a été envoyée en particulier à plusieurs centaines de représentants d'associations diverses, à Paris et dans diverses communes de banlieue. Cela a été l'occasion de leur faire connaitre à la fois l'existence de la Convention de l'O .N.U., le M.R.A.P. (pour ceux qui ne le connaissaient pas encore), la Rencontre régionale du 24. b) Un document de travail comprenant notamment : - un rappel bref mais précis de la virulence du racisme en France en 1966 ; - quelques pages sur ce qu'est le M.R. A.P., comment il travaille ; - un compte rendu résumé de ce qu'a fait le M.R.A.P. en 1965·66 dans la région parisienne : c'est un bilan déjà très positif. LE DEROULEMENT La matinée du dimanche est réservée aux travaux de trois commissions : 1) Travailleurs français et immigrés face au racisme et à la xénOPhObie. Cette commission doit commencer à dresser une sorte de catalogue des discrifé · de orme hui dées ng. ion exins fiti erde 'ils ns le te. es ion met les rDer · ela ce, ue sées ai 9 pays ont signé la Convention internationale contre le racisme QUATRE mois se sont écoulés depuis que, le ~ 1 décembre 1965, l'Assemblée généra le de r O.N.U. a voté, à ,l'unanimité moins une abstenti on, la Convention internationa le sur l'élim ination de toutes 'les formes de d iscrimination -raciale. Où en sommes-nous aujourd'hui ? Avec une relative rapid ité, la procédu re conduisant à la mise en oeuvre de ce texte a été engagée. le 7 mars , dans le bu ~eau de M. Thant, s ecrétaire géné~al des Nations Uni es , les premières signatu res ont été apposées au bas de la Convention : celles du Hrési,l, de la IBielorus s ie, de la République Centrafri caine, de la 'Grèce, d'Is raël , des Philippines , de la Pologne, de l'Ukraine et de l'U.R.S .S. Les signataires ayant la poss ibili t é de fai re connaître leu rs éve ntuel,les réserves, les rep ré sentants de l'U.R.S.S., de la Bié· ·Iorussie, de l'Ukraine 'et de la Pologne, ont exprimé leur regret qu 'en vertu de l'arti cle 17, I·a Conve.nt ion ne soit ouverte qu 'aux membres de l'O.N.U. -ou de 'l'une quelconque de ses institutions 'spéciali. sées. l'ambassadeur d',lsraël aux Etats· Unis, quant à ,Iui , tout en décl arant « regrettable 'que la Convention ne cite pas expressément l'antisémitisme n, 'a ajouté qu'e lle est, néa.nmoins, rédigée ,de telle 'sorte que « l'antisémitisme se trouve éga· lement condamné avec toutes les formes de racisme n. « Qu'elle soit dirigée contre LE TEXTE DE LA CONVENTION Les principales dispositions de la Convention sur l'élimination de tou· tes les formes de discrimination r aciale figurent dans un document édité par le M.R.A.P. à l'occasion de la Journée Nationale. Ce document (4 pages de 10 cm X 20 cm) parviendra à tous nos lecteurs et à toutes les personnes invitées à la Journée Nationale. Des exemplaires supplémentaires peuvent être envoyés sur simple demande. les juifs, les noirs ou tout autre groupe, a-t-il e nco re soul igné, la discrimination est indivisible et répugnante. n l a Conve ntion , en effet, vise « toute distinction, exclusion, restriction ou préférence fondée sur la race, la couleur, l'ascendance ou l'origine nationale ou eth· nique, qui a pour but ou pour effet de détruire ou de compromettre la reconnais· sance, la jouissance ou l'exercice, dans des conditions d'égalité, des droits de l'homme et des libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social et culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique. n A partir de cette défin iti,on, qui 'englo be t outes les formes et toutes les man ifestat ions deracisme ou d'antisémitisme, la Convention prévoit une série de mes ures concrètes, que s'engagent à 'appli'quer les Le 24 avril LE 24 avril 1966, se déroule - pen· dant que le présent numéro de ({ Droit ' et Liberté » sera sous presse - la ({ 11'0 Rencontre Régionale contre le racisme et l'antisémitisme » organisée à Paris (salle Saulnier) par le Comité de la Région Parisienne du M.R. AP. Pourquoi cette Journée ? Reportons· nous aux résolutions de la 16' Journée Nationale contre le racisme (16 mai 1965). Après avoir dressé le bilan des moyens d'action à mettre en oeuvre contre le racisme et de ce qui avait déjà été réalisé dans cette lutte la commission des moyens d'action contre le racisme déclarait (1) : « Ces réalisations n'atteindront pleinement les buts recherchés que dans la me· sure où elles deviendront le jait de tous les groupements qui représentent ou ras· semblent la population : partis politiques, syndicats, comités d'entreprise, églises, sociétés d'entr'aide, organisations cultu· relies, _ sportives, ciné·clubs, joyers et mouvements de jeunesse, maisons de la culture, associations de parents d'élèves, municipalités, etc... L 'échange d'expériences, la coordination des efforts, la pOpula. ris ation des initiatives et des résultats ac· quis sont particulièrement souhaitables dans le cadre de réunions de travail, DE JOURNEES REGIONALES auxquelles militants et amis du M.R.A.P. doivent apporter ~e active participation. » (1) Cf « D. et L. » n° 244, p. 7. • • signatai res : inte rdiction des \groupes qui excitent au racisme ; légi's lation e t pou rsuites contre de teHes excitations et con· t re les discr,iminations ; d isposit ions dans ,les domaines de l'a 'culture, de 'l'enseignement, de l' information pour favoriser la tol érance et lia compréhension entre les groupes humains. ,Elle .prévoit également la création 'CI'organismes ·nationaux et ·int'ernationaux de contrôle, auxquels les victimes du racisme peuvent fa ire appe l dans ce rtaines conditions. ET LA FRANCE ? C'est lorsque 27 Etats auront si gné la Convention qu 'el'Ie pourra entrer effectivement ,en vigueur. Dans d ive rs pays, des organisat ions et des pe rsonnal ités se prononcent pour une Irati.fication rapide. A New-York, une assemblée publique a eu lieu récemment pour demander que les Etat's·Unis soient parmi ,les tout proch ains s ignataires. Un prêtre et un rabbin, les rep ré senta.nts de plUSieurs as sociations groupant des 'noirs, des juifs et des Porto·Ri ci:lins ont pris la paro le à cette manifestat ion. l a Conve·ntion, dont la Journée Nat io· nale du 8 mai montrera l'immense inté rêt pour l'action ant irac iste en France, devrait également recevoi r dès maintenant l'approbation offi cie'lI e de notre pays. Nous souhaitons que toutes mesu res soi ent prises à cet ,effet dans les mei lleurs délais. Il faut reg retter toutefois que le délégué 'frança is ait cru devoir d'abste nir. à la Commiss ion des Droi ts de .l'Homme de l'O.N.U., lors du vote ,du 25 mars s ur une rés olut ion invitant les Etats membres de ,l'O.N.U . « à devenir parties le plus tôt possible à toutes les Conventions qui vi· sent à protéger les droits et les libertés fondamentales de l'homme, notamment à la Convention internationale sur l'élimina· tion de toutes les formes de discrimina· tion raciale ». t e motif de cette abste nti on est que l'un des art icles ,de la résol uti on, (au sujet duquel, ,le délégué fra nçais a voté négativement) cc invite instamment tous les Etats qui ne l'ont pas encore fait, à se conformer aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale et du Conseil de Sécurité qui recommandent l'application de sanctions économiques et diplomatiques contre la République Sud·Africaine ». AU CONSEIL DE L'EUROPE Signalons , d'autre part, que l'Assemblée Consultative du Conseil de .1'Europe a adopté le 27 janvier dernier une cc reclpmmandation contre" l'incitation à la haine raciale, nationale et religieuse» que nous transmet aimablement M. Peter leuprecht, secrétaire de la Commission Jurid i'que de cet organisme. Très justement, ce texte note tout d'abo rd cc que, dans les Etats membres, des éléments disséminés, mais de plus en plus nombreux, abusant des libertés individuelles garanties par les 'Constitutions nationales et par la Convention eu· ropéenne des Droits de l'Homme, cherchent à inciter le public, y compris les jeunes, à la haine raciale, nationale ou religieuse, au moyen d'organisations, d'activités et de pmpagandes politiques ou prétendues ,politiques, dans certains cas sous le couvert de l'enseignement dispensé dans les écoles et universités. » Se 'réfé rant ensui te à la Convent ion ,sur l'élim ination de toutes les fo rmes de discrim ination raciale, l'Assemblée Consultative ,demande que les 'gouverneme nts re· présentés au Consei l de l'Eu rope soient inv ités « à instaurer une législation effi· cace contre l'incitation à la haine raciale, nationale et religieuse et à la violence, ou, si une telle législat~on existe déjà, à en réviser le champ d'application et l'efficacité à la lumière des circonstances actuel· les, et à prendre en outre toutes les ma· sures en leur pouvoir pour que cette lé· gislation soit rigoureusement appliquée. » La recommandation est accompagnée par une loi-type, soum ise aux di fférents gouvernements, ,dont les termes rejoig nent les d eux propositions élaborées par le M.R.A.P. , e ll es-mêmes c onformes aux dis· positions de la Conven t ion votée aux Nations- Unies. Ain si ·Ie probl ème se trouve posé avec fo rce sur 'le pl an ,international. l a France ne saurait se dérober à la nécessité d 'une action efficace contre le racisme sous toutes ses form es. En demandant un e telle action , nous sommes convaincus de contribuer à défend re à la fo is 'Ies inté rêts de tous les habitants de 'notre pays et son prest ige dans le monde. Un'e recomm'andation de la Commission des Droits de l'Homme de 1'0_ N. U_ : Pas de pres(~iption des crimes contre l'humanité Par une rés ol'ut ion adoptée 'le 28 mars à l'un animité moins une abstenti on , la Commiss ion des Droits de l'Homme des Na- Le Palais de l'U.N.E.S.C.O. à Paris est le résultat d'une collaboration inter· nationale. VOici parmi les oeuvres des dizaines d'ar· tistes qui ont participé à sa construction, la peintu· re murale de Picasso: « La chute d'I car,e » et le « Mo· bile » de l'Américain Calder. f ons Unies cc invite instamment tous les Etats à prendre toutes les mesures voulues pour empêcher l'application de la prescription aux crim~s de guerre et aux crimes contre l'humanité, à poursuivre leurs efforts en vue de l'arrestat,on, de l'extradition et du châtiment des auteurs de crimes de guerre et de ,crimes contre l'humanité et à mettre à la disposition d'autres Etats tous documents relatifs à ces crimes qu'ils auraient en leur pos· session » . Dive rs pays, on le s ait, parmi lesqu e ls la France , ,la Pologne, 'l'U.R.S.S., la Répu· blique Démocratique All emande ont voté des ,lois ,décla rant les crimes ,de gue rre et les c·rimes contre l'humanité imprescriptibles, leurs auteurs pouvant être, par conséquent, châtiés quelle que soit la date de leur arrestation. IPar contre, la Répu blique Fédérale Allemande à simplement reporté à la fin de ,1969 la prescription re lative à 'ces crimes, considérés par les autorités de .sonn comme de simples crimes de droit commun. Rencontre parisienne contre le racisme LES PREPARATIFS Depuis plusieurs mois, les militants du Comité de la Région Parisienne ont com· mencé à préparer cette 1"0 Rencontre ré· gionale. Deux documents de travail ont été mis au point : aJ Une lettre, accompagnée d'un ques· tionnaire et d'extraits de la Convention de l'O.N.U. sur l'élimination du racisme, a été envoyée en particulier à plusieurs centaines de représentants d'associations diverses, à Paris et dans diverses com· munes de banlieue. Cela a été l'occasion de leur faire connaitre à la fois l'existence de la Convention de l'O.N.U., le M.R.A.P. (pour ceux qui ne le connaissaient pas encore), la Rencontre régionale du 24. b) Un document de travail comprenant notamment: - un rappel bref mais précis de la virulence du racisme en France en 1966 ; - quelques pages sur ce qu'est le M.R. A.P., comment il travaille ; - un compte rendu résumé de ce qu'a fait le M.R.A.P. en 1965·66 dans la région parisienne : c'est un bilan déjà très positif. LE DEROULEMENT La matinée du dimanche est réservée aux travaux de trois commissions : 1) Travailleurs jrançais et immigrés jace au racisme et à la xénOPhObie. Cette commission doit commencer à dresser une sorte de catalogue des discri· minations dont sont victimes les travail· leurs immigrés, des préjugés et calomnies les concernant, et de ce que l'on peut faire là contre. 2) CoordinatiOn locale antiraciste. Cette commission doit étudier com· ment, dans chaque localité, associations, organisations, individus, peuvent collabo· rer et s'unir pour riposter à tout racisme et mener en permanence une action en profondeur. 3) Jeunesse - éducation - culture . Cette commission doit étudier Tes manifestations actuelles du racisme dans les milieux de la jeunesse, l'action antira· ciste des jeunes (souvent très dynami· que), et les possibilités de l'éducation AI,gin GAUSS EL. (Suite page 10) Nous célébrons cette année le 60' anniversaire de la réhabilitation d'Alfred Dreyfus: c'est en effet le 12 juillet 1906 que la décision de la Cour de Cassation mit fin à « l'Affaire », assurant ainsi le triomphe de la justice et de la vérité. Il était donc normal que l'Affaire Dreyfus soit évoquée au cours de la Journée Nationale. Au début de l 'après·midi , les participants pourront voir, projeté pour la première fois en public, un court·métrage qui retrace les différents épisodes de cette grande bataille qui opposa les antiracistes, les démocrates de toutes tendances aux forces rétrogrades et obscurantistes. « L'Affaire Dreyfus ", sur un scénario de Jean Vigne et E. Bruley, a été réalisée avec de nombreux documents d'époque, auxquels le cinéaste Jean Vigne a su donner une puissance évocatrice particulièrement frap· pante. Un autre film : « Derrière la fenêtre ", sera également projeté en première vision. Réalisée par Jean Schmidt, dont nul n'a oublié « Kriss Romani », qui lui valut le Prix de la Fraternité, cette oeuvre, en Eastmancolor, aborde le délicat prOblème des préjugés raciaux chez les petits enfants. Les acteurs ? Ce sont les élèves d'une école maternelle de Paris... Ils nous révèlent, par leurs conversations et leurs jeux, les idées qu'ils se font de la vie et des autres, et nous permettent de découvrir comment se forment les préjugés ... [Ces deux courts·métrages, distribués par les Films Armorial, seront, après la Journée Nationale à la disposition des Comités et associations.] Des U~ t agric La col dant de Paul Sc: cherché nue sou: Elle étai1 ({ véritat fouettait moindre des sexe les gens Wolfg~ des Viei « Dignit: a pu ar mando, Müller cilla », 1 vie et le triste lie « Je Pr édicat jeunes « Heide Six hew de moi autres Schaeffe où il je 1962. Il groupe travaux en plein de ce 9 des cou. de pneu MülleI avant dl 'Une cell magne t: mée, 101 le dur 1 niveau Elle est psychiat d it·on d parjaitel affirme L'autr est ho SI qu'elle de nom avait ét « Dep je n'en l'ol:lu m maltrait voir me. tha, 12 G n'a jaml jer nou avant n· Mme lité qui pectes Mme M rendue b'ien, el Interr Mario l nal, qui nie, rec' mortelle accident n'avoir L on1 Dans reuth, i la " vil ' lui perr sieurs chefs d p~is de ment pl re au B et com; les Bun la p d'échos oe. En , été abc cc De f meunie viè re) li tés. S Fédé ral natipna s 'affo le des aul mosaïq d'ext rêl Une dans l' ~ternationale contre le racisme se conformer aux résolutions pertinens de l'Assemblée générale et du Conseil Sécurité qui recommandent l'application sanctions économiques et diplomaties contre la République Sud-Africaine ». AU CONSEIL DE L'E.UROPE Signalons, d'autre part, que l'Assemblée nsultative du Conseil de l'Europe a lopté le 27 janviBr dernier une « reclom~ ndation contre" l'incitation à la haine ,ciale, nationale et religieuse» que nous ansmet aimablement M. Peter teuprecht, !crétaire de la Commission Juridique de ~t organisme. Très justement, ce texte note tout abord « que, dans les Etats membres, !s éléments disséminés, mais de plus 1 plus nombreux, abusant des libertés dividuelles garanties par les 'Constitums nationales et par la Convention eu' Péenne des Oroits de IIHomme, cherlent à inciter le public, y compris les unes, à la haine 'rl\ciale, nationale ou ligieuse, au moyen cl'organisations, d'acités et de propagandes politiques ou ' tendues 'Politiques, dans certains cas us 'Iecouvert de l'enseignement dispendans les écoles et universités . . » e ·référant ensuite à la Convention 'sur limination de toutes les formes de dismination raciale, 'l'Assemblée Consultae ,demande que les gouvernements re' sentés au Conseil de l'Europe soient ités « à instaurer une législation effi· e ·contre l'incitation à la haine raciale, ionale et religieuse et à la violence, ou, une telle législat~on existe déjà, à en iser le champ d'application et l'effica· é à la lumière des circonstances actuel· , et à prendre en outre toutes les me· es en leur pouvoir pour que cette lé· lation soit rigoureusement appliquée. » a recommandation e'St accompagnée une loi-type, soumise aux différents vernements, dont les termes rejoignent deux propositions élaborées par le R.A.P., elles-mêmes ·conformes aux disitions de la Convention votée aux Nans- Unies. Ain'si ·Ie problème se trouve posé avec force sur 'le plan ,international. La France ne saurait ·se dérober à la nécessité ·d'une action efficace ·contre le racisme sous toutes ses formes . En ·demandant une telle action, nous sommes convaincus de contribuer à défendre à la foi'sles intérêts de tous les habitants de notre pays et son prestige dans le monde. Un"e recommandation de la Commission des Droits de l'Homme de 1'0_ H. U. : Pas de pres(~iption des trimes contre l'humanité Par une résol'ution adoptée 'Ie 28 mars à l'unanimité moins une abstention, la Commission des :Droits de l'Homme des Na- Le Palais de l'U.N.E.S.C.O. à Paris ·est le résultat d'une collaboration mternationale. Voici parmi les oeuvres des dizaines d'artistes qui ont participé à sa construction, la peinture murale de Picasso : (( La chute d'Icar·e » et le (( Mobile » de l 'Américain Calder. rons Unies « invite instamment tous les Etats à prendre toutes les mesures vou. lues pour empêcher l'application de la prescription aux crimès de guerre et aux crimes contre l'humanité, à poursuivre leurs efforts en vue de l'arrestaHon, de l'extradition et du châtiment des auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité et à mettre à la disposition d'autres Etats tous documents relatifs à ces erimes qu'ils auraient en leur pos· session ». Divers pays, on le sait, parmi lesquels la France, ,la !Pologne, 'l' U.R.S.S., la République Démocrati"que Allemande ont voté des ·Iois ,déclarant les crimes de guerre et les c·rimes contre l'humanité imprescriptibles, leurs auteurs pouvant être, par conséquent, châtiés quelle que soit la date de 'Ieur arrestation. IPar contre, la République "Fédérale Allemande à simplement reporté à la fin de ,1969 la prescription relative à ces crimes, considérés par le.s autorités de Honn comme de simples crimes de droit commun. isienne contre le racisme nations dont sont victimes les travailrs immigrés, des préjugés et calomnies concernant, et de ce que l'on peut re là contre. ) COordination locale antiraciste. ette commission doit étudier comnt, dans Chaque localité, associations, anisations, individus, peuvent collaboet s'unir pour riposter à tout racisme mener en permanence une action en fondeur. 3) Jeunesse - éducation - culture. Cette commission doit étudier les manifestations actuelles du racisme dans les milieux de la jeunesse, l'action antiraciste des jeunes (souvent très dynamique), et les possibilités de l'éducation AI,gin GAUSSEL. (Suite page 10) Nous célébrons cette année le 60' anniversaire de la réhabilitation d'Alfred Dreyfus: !st en effet le 12 juillet 1906 que la décision de la Cour de Cassation mit fin à l'Affaire », assurant ainsi le triomphe de la justice et de la vérité. Il était donc normal que l'Affaire Dreyfus soit évoquée au cours de la Journée ationale. Au début de l'après·midi, les participants pourront voir, projeté pour la 'emière fois en public, un court-métrage qui retrace les différents épisodes de cette ande bataille qui opposa les antiracistes, les démocrates de toutes tendances aux rces rétrogrades et obscurantistes. « L'Affaire Dreyfus ", sur un scénario de Jean gne et E. Bruley, a été réalisée avec de nombreux documents d'époque, auxquels cinéaste Jean Vigne a su donner une puissance évocatrice partiéulièrement frapillte. Un autre film : « Derrière la fenêtre ", sera également projeté en première vision. ialisée par Jean Schmidt, dont nul n'a oublié « Kriss Romani », qui lui valut le 'ix de la Fraternité, cette oeuvre, en Eastmancolor, aborde le délicat problème des 'éjugés raciaux chez les petits enfants. Les acteurs ? Ce sont les élèves d 'une école aternelle de Paris... Ils nous révèlent, par leurs conversations et leurs jeux, les ées qu'ils se font de la vie et des autres, et nous permettent de découvrir comment forment les préjugés ... [Ces deux courts-métrages, distribués par les Films Armorial, seront, après la lurnée Nationale à la disposition des Comités et associations.] Des nazis avaient organisé au Chili UN PETIT AUSCHWITZ nommé «Dignité» Au milieu du mois de mars les témoignages d'un jeune homme de dix neuf ans, Ernst Wolfgang Müller, et d'une femme de quarante-trois ans, mère de trois enfants, Wilhelmine Lindemann, attiraient l'attention des autorités chiliennes sur une colonie agricole allemande établie à ' 300 kilomètres de Santiago, d'où ils s'étaient enfuis. La colonie dirigée par un ancien commandant de la Luftwaffe, Herman Schmidt et par Paul Schaeffer, ancien officier allemand recherché comme criminel de guerre, était con· nue sous le nom de « Dignitad » (Dignité). Elle était devenue, selon les deux témoins, un « véritable camp de concentration », où l'on fouettait les colons sous le prétexte de la moindre faute et où une séparation rigoureuse des sexes aurait été instaurée - même pour les gens mariés - afin d'éviter les naissances. Wolfgang Müller a trouvé refuge au Foyer des Vieillards, où un groupe armé venu de « Dignitad » a essayé de l'enlever : la police a pu arrêter l'un des membres de ce commando, Schnellenkamp. Müller a expliqué au journal chilien « Ercilla », les origines de la colonie et ,décrit sa vie et les sévices dont il a été l'objet dans ce triste lieu. « Je connais Schaeffer depuis lOngtemps. Prédicateur baptiste, il avait çréé un fOyer de jeunes à Siegburg, en Allemagne, le foyer ({ Heide » où j'entrai à l '.âge de douze ans. Six heures après mon arrivée, il devait abuser de moi comme il le faisait d'ailleurs des autres énfants_ L'un d'eux s'étant plaint, .schaeffer s'enfuit et nous emmena au Chili où il fonda la colOnie de « Dignitad », en 1962. Il y institua un bataillon disciplinaire, le groupe « Lila » à qui étaient attribués les travaux les plus durs .' ainsi paver les chemins en plein soleil, vêtus de noir ... Une jeune fille de ce groupe, Ursula Schmidtkke est morte des coups reçus : On a prétendu que c'était de pneumonie. » Müller qui avait tenté de s'enfuir deux fois avant de réussir, était drogué et gardé dans une cellule. Sa mère qui était venue d'Allemagne pour récupérer son fils fut aussi enfer· rnée, lorsqu'elle manifesta sa réticence devant le dur travail des enfants à la colonie et le niveau extrêmement bas de leur éducatipn. Elle est aujourd'hui internée à la clinique pSYChiatrique de Conception où elle souffre, dit· on de psychose chronique. « Ma mère était parfaitement normale à son arrivée au Chili », affirme Wolfgang Müller. L'autre fugitive, Mme Wilhelmine Lindemann est hospitalisée à Linarès, ùÙ l'on a constaté qu'elle était sous·alimentée, qu'elle portait de nombreuses traces de piqûres et qu'elle avait été certainement droguée. « Depuis mon arrivée à la colonie en 1963, je n'en suis jamais sortie, raconte-t-elle, j'ai vOt!lu m'enfuir parce qu'On me battait, on me maltraitait constamment. On m'empêchait de voir mes enfants .' Manfred qui a 14 ans, Bertha, 12 ans et Harold, 8 ans. De plus, mon mari n'a jamais pu nous rejOindre bien que Schaejjer nous ait pl"Ocuré un passeport familial, avant notre départ de Hambourg. » Mme Lindemann fait état de l'homosexualité qui régnait dans le camp, de ' morts suspectes qui se seraient produites. Quant à Mme Muller, la mère de Wolfgang, (( on l'a Tendu-e foll ~, précise-t-elle, je la connaissais bien, elle n 'é tait pas malade avant. » Interrogé sur les morts suspectes, le Dr Mario Auna, médecin chef de l'hôpital de PanaI, qui est la ville la plus proche de la colonie, reconnaît avoir eu à soigner un vieillard mortellement blessé par balles et un garçon accidenté ' à l'intérieur du camp. Il avoue n'avoir pas pensé à les autopsier. Un titre du journal chilien qui dévoila l'affaire Les autorités chiliennes ont d'ailleurs décidé d'exhumer les cadavres de six personnes décédées depuis cinq ans à la colonie allemande « Dignitad ». Mais le 16 avril, l'affaire connaissait de nouveaux développements : le juge d'instruction de PanaI délivrait trois mandats d'arrêts cOntre les dirigeants du camp pour pratiques sexuelles contre nature, détentions arbitraires et r ecel de personnes recherchées par la police. Selon certaines informations, un autre camp existerait à 600 km. au Sud de « Dignitad » dans la province de Ovorno. C'est ce que révèle un quotidien de Santiago selon lequel « un centre opérationnel » dépendant de nazis actuellement réfugiés au Chili, fonctionnerait dans une exploitation agricole. L'affaire de « Dignitad » dont le journal chilien « Ercilla » avait décrit l'aspect idyllique et prospère, remet au premier plan le cas (l,!S anciens criminels de guerre tels Bormann et Mengele, réfugiés en Amérique du Sud et renforce les soup:;ons de la constitution d'un r éseau qui regrouperait tous les anciens nazis dans le monde. FAUT-IL S'ALARMER? LES résultats des récentes élections communales en Bavière et en Franconie ont étonné la plupart des observateurs et al.erté l'opinion publique, en Allemagne et au dehors .. Les succès obtenus par le Parti National Démocrate (N .P.D.), fondé il y a deux ans à peine, ont ·en effet de quoi inquiéter. Dans des villes comme Nuremberg et Bayreuth, il obHentl0 % des voix. A Hambourg, la " ville rouge ", près de 4 % . Ses suffrages lui permettent d'ores et déjà de conquérir plusieurs municipalités. MM. Thiel.en -et Tadl.er, chefs de ce parti néo-nazi sont eux-mêmes surpris de pareils résultats. Encouragés, ils estiment pouvoir constituer un groupe parlementaire au Bundestag, après les élections de 1969 - et comptent gagner de nombreux sièg.es dans les Bundeslander. La presse française a d()nné assez pa'Ll d'échos à cet évènement de première importan· oe. En Allemagne même, les commentaires ont été abondants. « Die Zeit » du 18 mars écrit: " De fortes fractions de ses amis (il -s'agit du meu-nier Donatti, dirigeant du N.P.o. en BaViè re) s'installeront dans certaines municipalités. Sur l'horizon politique de la Riipublique Fédérale se dessine la renaissance d'un parti natipnaliste extrêmiste. Mais il ne faut pas s'affoler. Après vingt ans d'existence à l'égal des autres démocraties, nous pouvons, dans la mosaïque politique, nous payer un groupement d'extrême droite. » Une même quiétude s'exprime à Londres dans J' « Observer " du 3 avril, sous la plume de N. Acherson . ({ L'événement, ,explique-t-i1, clarifie une situation, et fait apparaître des re· vendications latentes qu'on peut comparer à celles lancées jadis contre le traité de ·Versail· les : les Allemands sont très sensibles à ce genre d'argument ». Cependant, il conseille de « ne pas s'alarmer ». Mais le « Spiegel " dans un tout 'récent numéro pose en première page la question angoissante du « Danger de 'Ia droite " et c()nsacre de longs développements aux succès du N.p.n. Il n'hés ite pas à relier cette situation aux activités racistes et antisémites à t ravers le monde, l'Allemagne fédérale servant, soulignet- il, de terrain expérimental à 'l'internationale néo-nazie. Les dirigeants dJ N.P.D. vitupèrent tous ceux qui les accus'ent d'être nazis. Ils menacent d'intenter de-s procès contpe 'la presse. « Nous som· mes des démocrates ", clament-ils ... Hitler aussi suivait (du moins ,l'affirmait-il) les « voies démocratiques ". Ce genre de « démocratie • a coûté des millions de vies humaines. Qui peut l'oublier? Jacques CUKIERMAN. 10--------------------------------------------------------------------.------------------------------------------------------ ~\"111""1I1111"'111'\ LA PREMIERE 1 81 l··~;~mrl·· ,i JOURNEE ~ :::::;:- . . . ~ ~ ~~% ':1:.:': ":.: : ~S~ NATIONALE WqIJIJJ;jliïflU\\~ ANTIRACISTE EN BELGIQUE gui nous adressa spontanément un a.ppel emouvant. Et cependant ce « cert~1I1 » silence n'empêcha pas notre Journee de connaître le succès. Succès, par le nombre de personnes présentes et mieux encore par la participatiOl~ actlye des assistants, et c'est là ce qUI fut a nos yeu"( le plus encourageant. .L Une vue de l'assistance pendant les travaux E 27 mars, s'est tenue à Bruxelles la première Journée Nationale du M.RA.P. de Belgique. Nous pensions la tenir au plus tôt en 1967; mais, dans le cadre de nos activités, les événements en Belgique et à l'étranger, ont été tels que nous avons été amen~s à organiser dès maintenan~ cette mal11f~station car nous ne pOUVIOns nous satisfaire de rester de simples spectateurs ou de seulement dénoncer les actes racistes et xénophobes qui se produisent tous les jours sous nos yeux. Nous avons passé outre, malgré les craintes de certains quant au succès que nous pourrions obtenir. Le scepticisme, nous l'avons rencontré au cours de notre conférence de presse du 24 mars. Les questions pos"ées par les journalistes présents sur l'oppOl'tunité de cette Journée contre le racisme et même sur celle de notre existence, étaient pour nous la preuve évidente qu'il nous appartenait de dénoncer le racisme et la xénophobie. Du reste cette conférence de presse préparatoire à notre Journée se termina de manière positive. Pour beaucoup de journaux, il est bien entendu que le fait d'afficher « appartement à louer -- étrangers s'abstenir », de même lorsque certains établissements affichent à leur devanture « interdit aux étrangers », cela ne constitue pas une attitude raciste ou xénophobe. Propriétai res et tenanciers étant libres, à leur avis, de louer ou vendre à qui leur plaît. Or, cette attitude de discrimination est évidemment fondée sur la couleur de la peau ou sur l'ethnie. La conspiration du silence a été clairement démontrée par le défaut non seulement de l'annonce de notre Journée mais encore par l'absence de tout écho à celle-ci. De grands quotidiens au courant du moindre fait divers ont ignoré des noms aussi connus que le professeur Jean Hiernaux, de l'Université de Bruxelles et de la Sorbonne, le chanoine Goor, professeur à l'Université catholique de Louvain, M. Nihon, directeur de l'Ecole Supérieure Ouvrière, M. Paul Danblon, un des plus populaires présentateurs scientifiques de la RT.B., M. van Hout, secrétaire de l'association « La Pensée et les Hommes », Maurice Carême, un des plus grands poètes de notre temps UN GRAND NOMBRE D'ENSEIGNANTS Les questions et suggestions auxquelles nous avions invité par l'insertion de feuilles spéciales contenu~s dans les dos: siers remis aux participants sont SI nombreuses qu'il nous faut prévoir une période relativement longue pour répo,:dre à toutes et je demande par la vOie de « Droit et Liberté » qu'au moins nos lecteurs nous en excusent. Autre raison pour laquelle notre J our- Le motif qui illustre cet article a été conçu par le graphiste belge Gilles Fiszman pour la Journée Nationa1e du M.R.A.P. - Belgique. Avec l'accord de l'auteur et de nos amis de Bruxelles, il a été également adop· té pour la Journée Nationale du 8 mai à l'U.N.E.S.C.O. née fut un succès : le grand nombre d'enseignants pièsents. Nous avions prévu une participation élevée cie ceux-ci. Le résultat a largement dépassé nos espoirs et cléjà les demandes de matériel affluent. A ce propos, nous avons eu l'occasion au cours de cette Journée d'exposer les deux magnifiques oeuvres offertes par notre Mouvement aux deux lauréats de notre concours de rédaction organise avec la coopération active cie l'administration communale dans deux écoles de l'agglomération bruxelloise où le taux des étrangers est très élevé. Ces deux tableaux signés par nos amis Mariette Gassel et Roger Somvillc ont eu le succès qu'ils méritent. C'est sans doute aucun, aussi un succès que le nombre élevé de jeunes, d'ol'- ganisations représentées à notre Journée, des personnalités du monde scientifique, artistique et politique, présentes ou qui nous ont fait tenil' des messages de sympathie. Parmi les messages, à titre d'exemple, celui cie :Mgr Leclercq qui nous souhaite plein succès parce que, clit-il, « il y a el/core des âlles qui croiel/t à la supériorité d'une j'ace sllr IIlle alltre ». TROIS ACCUSES LIBERES Le professeur Jean Hiernaux fit unc démonstmtion magistrale sur cette ânerie tandis que le chanoine Goor intervint de manière émouvante pour l'application de l'esprit oecuménique; à son grand regret, il dut nous quitter trop tôt. Le député-bourgmestre Glinne nous donna des exemples de discrimination raciale dans sa commune et cita divers cas dans lesquels il dut intervenir. M. Nihon a souligné l'importante -tâche et la responsabilité des éducateurs. M. Meyer, journaliste américain, a rappelé les événements historiques et les conditions économiques qui ont donné au racisme de son pays sa virulence actuelle. Un de nos conférenciers annoncés, l'avocat Schellekens, se trouvait au Burundi afin d'y défendre trois syndicalistes noirs emprisonnés. Il fut cependant applaudi puisqu'au cours de la Journée. nous apprenions la libération cles trois accusés. M. van Hout, dans son exposé, nous e_{pli qua que beaucoup de gens trouvent de grandes facilités dans le racisme : « cela Permet de ne pas réfléchir et d'aborder les problèmes salls chercher à les approfondir ». La Journée, ouverte et présiclée dans les deux langues nationales, par Mme Edith Buch, avocat à la Cour d'A ppel de Bruxelles, débuta par le rapport d'Antoine Duclicq, secrétaire, et le rapport moral de Léon Griner, président du M.R.A.P. L'un permit de faire le point sur nos activités, entre autres notre intervention clans une école où se manifesta une discrimination envers des enfants, des interventions auprès de propriétaires et, de gérants d'établissements affichant « interdit aux étrangers », la manifestations clans les rues cie Bruxelles pour pl:-otester contre l'inscription cie croix gammées, notre initiatiye de créer un comité contre la prescription cles crimes contre l'humanité, nos interventions chaque fois que discours ou publications à tendance raciste étaient portés à notre connaissance, constitution d'un service ayant pour but de rassembler les informations permettant au M.RA.P. d'agi l' avec plus cI'autorité. De plus, le l\LR.A.P. est l'initiateur cie clivers projets cie loi ayant pour but de réprimer toute manifestation cie haine raciale. LA CONVENTION DE L'O.N.U. Dans le l:apport de Léon Griner, il faut souligner l'indignation généreuse devant les phénomènes racistes dans le monde entier. Notre ami insista sur le rôle éducatif parmi les jeunes et sur la vigilance pour chaque antiraciste. Dès le début de la Journée la double délégation du l\I.R.A.P. de France fut chaleureusement applaudie. Venus de Paris et cie Lille, nos amis français ne ménagèrent pas leur intérêt. Il appartint à M· Dymensztajn de saluer notre effort. Son exposé s'attacha principalement à la récente Convention des Nations-Unies contre toute discrimination raciale, dont il souligna la pressante actualité. Que nos amis français et le M.R.A.P. trouvent ici à nouveau l'expression des remerciements chaleureux que nous eûmes l'occasion d'adresser aux délégués. Le temps prévu pour les interventions des participants permit de constater le grand intérêt suscité par notre Journée et notre Mouvement. La lecture et la. résolution finale approuvée par acclamations termina cette Journée qui a défini 110S activités futures. Il faut remercier encore une fois le service d'ordre assuré exclusivement par des jeunes qui aida au déroulement souriant, harmonieux et sans heurt cie cette première Journée Nationale contre le racisme en Belgique. Le Secrétariat du M.R.A.P.-Belq ique. La 1 • TeUnlOn du Conseil National LE Conseil National du M.R.A.P., réuni le 3 avril à Paris, salle de l'Encouragement, a consacré l'essentiel de ses travaux ,à la préparation de la 17· Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Les séances furent présidées successivement par Pierre Paraf, président du M.R.A.P. et Charles Palant, secrétaire général. RENFORCER NOTRE ORGANISATION Dans son rapport, Albert Lévy a souligné ,l'actualité de l'action antiraciste, et la nécessité, pour la mener à bien, de 'renforcer 'l'organisation et l'implantation de notre Mouvement : cette tâche permanente doit orienter nos efforts d'ici la Journée Nationale. Celle-ci donnera ensuite un nouvel élan à notre combat 'e'n élargissant sa portée et 'les soutiens dont il bénéficie. 'la discussion a fait apparaître, sur la base d'exemples concrets, l'intérêt qui s'affirme dan.s 'Ies milieux les plus divers pour les initiatives 'que prend le M.R.A.P., dans un -esprit d'union et d'efficacité. Des suggestions ,nombreuses ont été formulées pour la création de nouveaux comités locaux, régionaux et professionnels. La mise ·en place rapide de ces comités, 'la multip'lication systématique des adhésions peuvent seules permettre de répondre aux nombreuses obligations résultant de l'accroissement de nos ·activités. 60 ANS APRES ... Autre point à l'ordre du jour : le 60e anniversaire de la réhabilitation d'Alfred Dreyfus (12 juillet). Dans un exposé incisifet émouvant, Nicole de Boisanger mit en relief les raisons pour lesquelles le M.R.A.P. se doit de commémorer cette grande victoire remportée par les forces de progrès et de justice sur l'obscurantisme et la haine antisémite. . Cette commémoration sera marquée tout d'abord par la projection, à la Journée Nationale, d'un film sm ·1'Affaire Dreyfus; puis par la publication d'une série d'articles dans notre journal. D'autres manifestations et démarches ont été proposées, dont la mise au point a été confiée à une oommission spéciale. Nous y reviendrons dans nos prochains numéros. UN NOUVEAU (( DROIT ET LIBERTE» La transformation de « Droit et liberté ", décidée lors de ,la précédente réunion du Conseil National, a fait ,l'objet d'un rapport de Marguerite Kagan. Le compte rendu des travaux ·de la commission qui s'est consacrée à ce problème fait apparaître un double souci : mieux répondre à l'intérêt qui se manifeste de plus en plus dans l'opinion publique pour les problèmes liés au racisme ; moderniser la formule de notre mensuel en fonction de l'évolution des techniques de la presse. Les maquettes présentées répondent, semble-t-il, au désir exprimé par certains lecteurs et amis d'avoir une revue plus riche, plus variée, plus maniable. Il est encore possible aux uns et aux autres de nous faire connaître leur point de vue. Pour assurer le lancement du nouveau « Droit -et liberté ", tous nos amis devront se mobiliser, l'augmentation du prix de revient devant être compensé par l'accroissement du nombre des lecteurs. Sont intervenus tour à tour au cours des travaux du Conseil National: Moktar Allab, Mme Lehmann, Paul Guyard, Jacques Cukierman, Henri Krziwkoski, Joseph Creitz, Or Uouisette Hirsch, Michel et Solange Pelta, M'Odet Denys, Or Rennert, Georgette Gebelin, Guy Plouvier, Pierre Coula, Alain Gau,ssel, Claude Arditi, Emmanuel N'Gassa, Daniel Hechter, Mebarek Belladjal, Henri Citrinot, Bernard Martin, Jean Kolpa. Une fois de plus, cette 'réunion a montré 'que, si le M.R.A.P. rencontre certaines la Rencontre

  • Suite de la page centra le

et des moyens culturels pour prévenir le racisme et s'y opposer. L'après-midi est consacrée aux comptes rendus du travail des trois commissions suivis d'une discussion commune. Les conclusions devront surtout être ... une introdûction au travail à poursuivre en corn· mun en 1966-1967. CE QUE NOUS ATTENDONS DE CETTE RENCONTRE La journée du 24 avril doit permettre - A de nombreuses personnes de faire connaissance avec le M.R.A.P. (et, pour certaines, d'y adhérer, de s'abonner à « Droit et Liberté »). - Au M.R.A.P. de mieux faire connaissance avec d'autres associations. A celles· ci de mieux connaître le M.R.A.P. et de mieux se connaitre entre elles. - Aux uns et aux autres de confrondifficultés, ce sont de,s difficultés de croissance. Et que, pour y faire face, il convient ,de « diviser le travail " toujours plus entre des comités de plus en plus nombreux, avec le concours de cadres et de militants dont le recrutement et la formation doivent se poursuivre à un rythme accéléré. C'est ainsi que nous serons à la hauteur de la confiance dont bénéficie notre Mouvement dans des secteurs toujou~s plus larges de l'opinion publique. • • parisienne ter leurs expériences dans la connaissance du racisme, sa prévention, la lutte antiraciste. Cette confrontation doit enrichir chacun, mais surtout permettre pour l'avenir une coordination et une organisation en commun des efforts. Nous serons satisfaits si, au soir du 24 avril, chaque participant rentre chez. lui avec: - son carnet d'adresse bourré de noms de personnes avec qui poursuivre une action commune contre le racisme ; - sa tête bourrée d'idées nouvelles pour l'éducation et la lutte antiracistes. Nous serons plus satisfaits encore si, dès le soir du 24 avril, ou dans les jours suivants, nous apprenons la création, dans la région parisienne, de 1, 5, 10 ou 100 nouveaux comités locaux du M.R.A.P. car l'expérience a montré qu'il peut suffire de regrouper ainsi quelques antiracistes convaincus et dynamiques dans une localité pour y agir rapidement et efficacement.


Il

HENRI KRZIWKOSKI REC, OIT J'Ordre National du Mérite MERCREDI 20 avril, dans les salons de l'Hôtel Moderne, devant une assistance fort nombreuse, Pierre Paraf, président du M.R.A.P., remettait à Henri Krziwkoski, l'Ordre National' du Mérite, qui lui av'ait été décerné en reconnaissance de ses cinquante années d'activité dans la Fourrure. Autour d'Henri Krziwkoski, de sa fE;mme, de ses fils et de leur famille, se trouvaient réunis tous ses amis: ceux de sa profession, les dirigeants du M.R.A.P. et d'autres organisations démocratiques auxquelles il apporte le concours de son inlassable dévouement. C'est dire que la cérémonie se déroula dans une atmosphère de chaleureuse affection, chacun étant heureux et fier de cette distinction décernée à un homme dont toute la vie est un exemple d'honnéteté, de bonté, de civisme. Présentés par Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., ce sont tout d'abord MM. Chayette, président de la Chambre Syndicale de la Fourrure, et Salomon, président de la Fédération Nationale de la Fourrure, qui expriment à Henri Krziwkoski leurs félicitations. Puis Pierre Paraf, faisant partager à tous son émotion, évoque à grands traits la carrière de notre cher Krziwkoski : son immigration en France, à l'âge de 11 ans, sa Elie Kagan . Henri Krziwkoski recevant l'accolade de Pierre Paraf réussite économique et ses efforts pour le développement de son métier, par la création de l'Ecole ProfE;ssionnelle de la Fourrure, son adhésion à la Ligue des Droits de l'Homme après la dégradation d'Alfred Dreyfus, à laquelle il assiste, et qui le bouleverse; son héroïsme pendant la guerre de· 1914-18, où il est blessé; SC!} action dans la Résistance; et son combat permanent au service de toutes les nobles causes que: résume pour lui la devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité ; sa participation enfin à la direction du M.R.A.P. depuis la fondatian de celui-ci. Les applaudissements éclatent· pt se prolongent tandis qu'après avoir épinglé la médaille sur la poitrine d'Henri Krziwkoski, Pierre Paraf lui donne l'accolade. Le cadeau offert a Henri Krziwkoski par l'ensemble de ses amis lui est alors remis par Charles Palant : u.ne série de médailles symbolisant les plus généreuses traditions françaises de lutte pour la liberté et la dignité humaine, et une collection de « journaux du temps passé », parmi lesquels le numéro de « L'Aurore» où parut « J 'accuse ». On trinqua ensuite dans la joie, à la santé, à la longue e~ heureuse vie de Henri Krziwkoski. 114[11 IElf ILA\ * 114[11 IElf ILA\ Il PAS DE RACISME EN FRANCE! Sur ce thème une assemblée d'information, consacrée aux discriminations et difficultés diverses que rencontre'nt les travailleurs immigrés en France, a lieu le 22 avril à Paris, à l'Hôtel Moderne. Sous la présidence de Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., interventions, témoignages et déclarations de Alain Gaussel (M.R.A.P.J, Alain Méphon (Association générale des Travailleurs Antillais et Guyanais), Sally U'Dongo (Union GénÉrale des Travailleurs Sénégalais), M. Chikhi (Amicale des Algériens en Europe), Félix Angel (C.G.T.), P. Manghetti (C.F.D.T.), C. Payment (F.O.), le R.P. Ghys m.S.N.A.), Colette Roullet (C.I. M.A.D.E.). Il DANS PLUSIEURS VILLES DE L'EURE, le film « La Passagère » sera prÉse;lté les 26 et 28 avril et le 3 mai, sous l'égide de l'Association départementale des Déportés, I.nternés, Résistants et Patriotes, avec le concours du M.R.A.P. Prendront la parole, M. Mcrcier, membre du Comité du M.R.A.P. de Rouen, M's Mireille Szatan-Glayman, Michel Moutet et Armand Dymenstajn, membres du Ccnseil National. \1 L'EXPOSITION « LINCOLN ET LE COMBAT ANTIRACISTE", organisée par le M.R.A.P., continue son périple à travers la France. Elle se·ra inaugurée le 23 avril par Roger Maria à Lille, où elle restera jusqu'au 29. Elle sera à Grenoble du 4 au 13 mai, à Caen du 18 au 24 mai. • A VERSAILLES, le 23 avril, soirée antiraciste au Foyer « Détente et Loisirs ». Projection de « La Marche ». • A AIX EN-PROVENCE, une soirée antiraciste a été organisée par le comité du M.R.A.P. et le club U.N.E.S.C.O., à la Maison des Jeunes et de la Culture, le 18 avril. La projection de « 'One potato, wo potato » a été suivie d'un débat. • A STRASBOURG, le 20 avril, projec· tion du court métrage « Mais où sont les nègres d'antan », et d3bat, à la Maison des Jeunes et de la Culture. • A LA COURNEUVE (Seine), un débat sur le thème : « Y a-t-il du racisme en France » a eu lieu le 20 avril, animé par les militants du Comité local M. Marx et B. Martin, avec la participation de H. Citrinot et M. Parmentier, membres du Conseil National du M.R.A.P. • LE M.R.A.P. ETAIT REPRESENTE par Charles Palant, secrétaire général, et J. Creitz, membre du Bureau National, à la soirée commémorative de la révolte du ghetto de Varsovie, le 20 avril à la Mutualité

par Roger Maria, membre du

Bureau National, à la cérémonie de la Flamme de la F.N.D.I.R.P., le 12 avril ; par J. Creitz, le 10 avril, à la fête annuelle de l'Association générale des Travailleurs Antillais et Guyanais. L/affaire du « Paris-Londres »: CONFIRMATION EN APPEL LE 1" février 1966, la X'II' Chambre Correctionnelle avait à juger la plainte de cinq Antill ais , victimes de discriminations Iraciales à la brasserie « ParisLondres "" près de la Gare du Nord, et condamnait pour refus de vente, le patron Maffray à 2.000 francs d'amende, 'et le gérant Brou à 1.000 francs, le barman Danie'l à 500 francs avec s urs is; pour injures 'Publiques envers particuliers, Brou et Tantet chacun à 500 francs d'amende. Les cinq Antillais recevaient le franc de dommages et intérêtJs qu'ils réclamaient (1) . Les prévenus ayant fait appel, la IX' Chambre de la Cour d'Appel, présidée par M' Becoglnée, avait à exam iner leur 'reco urs le mercredi 20 avril. Seuls Tantet et Daniel éta ient présents à ,la barre. Interrogé le premier, Tantet, grandet massif, nie avo ir prononcé les paroles : « Ici, on ne sert pas les nè· gres " ... « Je n'ai pas assisté au début de la conversation, déclare-t-il. Quand je suis arrivé, 'Daniel discutait avec les Antillais. Il avait refusé de les servir, suivant le~ ordres du patron qui avait eu une altercation avec des Antillais huit jours avant. Mqi je n'ai rien fait. Bien sûr l10ut le mon· de était excité, énervé... mais tout de même, nous traiter de sales racistes, de SS !.. " A u'ne question de M' Fernand Benhaïem qui avec M' Ro lande ,Attuly représente les Antillais, Tantet persiste dans ses dénégations, précisa'nt : « Je me suis un peu ac· croché avec les témoins de la partie civile. Je leur ai dit : « Le patron est libre de faire ce qu'il veut chez lui. " Jean-Paul Daniel, petit blondinet qui cache son regard derrière des lu'n,ettes noires, se retranche lui aussi derrière les ordres de Maffray, le patron, qui était justement absent ce jou r-là. Le président passe ensuite à finterrogatoire des deux parties civiles c itées aujourd'hui - on aurait pu penser que la citation serait adressée aux cinq Antillais 'et non pas seulement à MM. Mirre et Amboulé. L'HONNEUR DE LA JUSTICE D'un ton sec le président demande à Mirre ce qui lui a été signifié au « Paris- Londres" et comment il expliquait sa présenc ·e dans cet établissement ce jour-là. Avec un so uci d'honnêteté et d'objectivité qui leur 'fait honneur, Mirte et AmboL!' lé répondront qu'en effet, ils avaient vo'ulu s'assurer de la réalité des disc riminatioils dont avaient été victimes leurs compatriotes. Ambou lé précise que sa commande d'un café s'est vue opposer un refus: « Ici on ne sert pas les gens de couleur ", lui a-til été dit. M' Ben 3imon, avocat des deux prévenus s 'étonne des développements de cette « affaire modeste à son débJt ", et explique la décision de Maffray comme entrant dalns le cadre ·des pOUVOirs de police dévolus aux exploitant3 de café pour maintenir l'ordre dans 'Ieur établissement. Contestant l'existence de discriminations ,raciales, il s'écrie : « Il ne faudrait pas que la crainte et l'obsession du racisme en provoque là où il n'yen a pas ". M' ,senhaïem, ,dans une brève mais éloquente plaidoirie, exprime son espoir de voir se faire ici «le procès du raci'sme • par 'les Idécisions qui seront rendues. « C'est d'ailleurs à l'honneur de la Justice française d'avoir sanctionné en première instance, les sentiments xénophObes de Maffray ... ,,, L'avocat, s'appuyant s ur le témoignage objectif d'un « contractuel " souligne que, contrairement à ce qu'a prétendu Maffray, aucun des plaignants n'avait eu antérieurement une attitude justifiant I,e refus de le servir. « y aurait·il eu auparavant des inci· dents avec J'un d'eux, il n'empêche, ajoute- t-il , que le caractère raciste de cette affaire réside dans la généralisation : C'est contre TOUS les Antillais que s 'exerce la discrimination. " « Ce procès s'adresse à leur peau noi· re ", s'exclame M' Ro lande Attuly, qui souligne qu'elle est de même couleur que les plaignants et que sa solidarité leur est acqu ise. Puis elle constate encore une fois l'absence de Maffray « qui sait seulement don· ner des ordres à un personnel subalterne. Je suis tout à fait sereine quant à vos décisions, conclut-el le en s'adressant à la Cou r, car il est impensable qu'on puisse tolérer l'existence de la segrégation en France. En confirmant le jugement du Tribunal correctionnel, vous couperez les raci· nes à d'autres incidents qui pourraient se manifester. " C'est dans ce même 'esprit que se situe le bref réquisitoi re du procureur Baillif 'qui fera 'remarquer que ·Ies discriminations dont se sont rendus coupables 'Ies prév,enus ne sont « pas compatibles avec l'ordre social et évolué dans lequel nous prétendons vivre ". Après délibéré, la victoire des antiracistes, celle ,du M.R.A.P., qui a contribué à ce que soient connus et poursuivis ,les actes discrim inatoires, c,elle de la juste cause des Cinq Antillais était assurée. La Co~r d'Appel confirme 'les dispositions du jugement du tribunal correctionnel e'n maintenant les amendes de 2.000 F pour Maffray, le patron et 1.000 F pour Brou, le gérant, pour refus ,de vente et injures publiques à particulier, en insistant sur le caractère malveillant de leurs ,intentions. Maffray et Brou sont d'autre part condamnés aux dépeins de l'appel et de la première instance. Tantet et Danie l, eux qui n'ont fait qu'exécuter des ordres sont relaxés étant donné l'état de subordination dans ,lequel ils se trouvent vis-à-vis de leur patron. Il faut souligner l'im porta nce de cette décision qui sa nctionne pour la première fo is des discriminations raciales et qui 'faisant jurisprudence aidera toutes les victimes de racisme, tous ceux qui mil itent pour l'égalité dans les luttes à venir. (1) Voir « Droit ,et Liberté" du 15 février. Â LA SORBONNE LE 24 mars dernier, le Comité étudiant du M.R.A.P. a organisé un débat à la Sorbonne sur le thème « Science et racisme »: sous la présidence du professeur Théodore Monod. Après une courte présentation de Jean-Pierre Hirsch, président du Comité étudiant, M. Jean Hiernaux, chargé de cours à la Faculté des Sciences, maître de Recherches au C.N.R.S ., traita le thème central. M. Pierre Boiteau, maître de Recherches au C.N. R.S. parla ensuite des « Mythes du sang » et de « l'hématologie scientifique », et le professeur Paul Chauchard, directeur li l'Ecole des Hautes Etudes, de « Cerveaux et races ». M. Joseph Stolkowski, professeur à la Faculté des Sciences, parla de l'influence du milieu sur le développement biologique de l'invividu. Pour répondre à une question du public, M. Botvinik, interne des hôpitaux intervint sur les maladies dont sont victimes les travailleurs immigrés. L'assistance nombreuse - plus de trois cents personnes - composée en majeure partie d'étudiants, suivit avec la plus vive attention les différentes interventions et participa de façon active au débat. Les initiatives du Comité étudiant du M.R.A.P. pour l'année scolaire 1965-66 se terminèrent ainsi de façon extrêmement positive. Eli. Kagan. Marguerite Duras (en pleine lecture de « Droit et Liberté »). 1 LES Li~IRES Marguerite Duras· « Un certain état du monde » Aprè!i la parution de son dernier roman « Le Vice Consul » (Editions Gallimal·d), Marguerite Duras a bien voulu répondre aux questions que lui a posées Claudine Chonez pour Droit et Liberté ... «A TTACHEZ - vous beaucoup d'importance, Marguerite Duras, ilU côté « social » qui, sans être exprimé de façon tout à fait directe, transparaît dans Le vice-consul?, en particulier dans la première partie qui relate la vie misérable de cette fine, 1 CiNÉMA chassée de son vinage parce qu'elle étaii enceinte, et qui marche, marche, mendie et se prostitue pendant des années; jusqu'à ce qu'elle trouve un achèvement ( sans doute un accomplissement) ,dans une demi-folie? . - En ce qui la concerne, « social » « Le ciel, la terre » LE ci·el est aux Américains, mais la terre est aux partisans. C'est cette vérité que Joris Ivens a voulu illustrer avec un court - trop court - métrage ramené du Viet-nam et auq!,lel il a adjoint quelques extraits de fi.lriTs pr'is .par les services cinématographiquès du V,iet-Gong au Sud-Niet-nam. Vétéran du reportage en.9agé, Joris Ivens n'a pas ménagé ses eff.ëts de surprise dont le plus profond est qu'il nous arrache au monde douillet dans 'lequel nous vivons pour nous jeter dans un monde qui nous est totalement étranger. Monde 'sans machine de la main-d'oeuvre innombrable 'et patiente, monde de souffrance et de guerre mais aussi de courage opiniâtre, monde du primat de l'idéologie sur le gadget, de la tension sur ,le loisir, du collectif S'Ur J'j.ndividuel. Il y a l'à, comme une plongée ébahissante dans la réalité d'un conflit sanglant dont nous 1 LES ARTS sortons avec inquiétude et mauvai.se con· science. Avec perpexité au'ssi ; nous avons assisté à rirréductible ·confrontation entre l'Est et l'Ouest entre ,Ies:quels il faudra bien, nous •. e savons, choisir. Avec con- '. fian'ce quand même, car le Ispectacle de la . résistance vietnamienne est de ceux qui nD'US confirment que l'homme, s'il lui arrive de vaciller, ne perd jamai's pied quelques grandes que soient les forces de ['iniquité. • AUX POSTES DE COMBAT Qu'arrive·t·il quand ,l'e commandant d'un patrOUilleur américain au serv·ice de l'QTAN « ,en veut» et qu'il tente, au-delà des instructions reçues, d'oblige'r un sousmarin

soviétique à faire surface? Tout

juste ce qui arrive au capitaine Finlander pris à ce jeu de vila:i," quelque part au nord des côtes norvégienne,s: le geste, Marcel Grom'aire cc: Percevoir la vie des choses » QU'IL s'arrête sur un homme en train de lire, 'sur des sapins ou des sau' Ies, un pêcheur dans sa barque, le regard de Gromaire semble le" voir dans leur durée, percevoir au-de·là de 'leur présence les forces immémoriales qui leur permirent d'apparaître. Cette remontée vers l'origine des choses, des êtres, explique la densité impre'Ssionnante de la vision, le pressentiment qu'elle donne du mystère. La magie du miroir a quelque chose à voir ,ici avec l'énigme déchirante que pose à l'homme le passage du temps. Ainsi le maître de Carnac fut-il tout nature, lIement le premier à pouvoir introduire dans l'art la poésie moderne de NewYork, les buildings de Manhattan, le pont de Brooklyn. Gromaire, ,l'impérieux visionnaire des forces qui s'affontent dans l'éqUilibre ou le mouvement, devait connaître dès 1922 lia tentation de reau-forte. Sa passion de toujours pour le ,dessin l'avait préparé à cette expression absolument originale, qui exclut hésitation et repentir. La beauté incisive du trait, Marcel Gromaire l'utilise dans le dessin pour révéler la vie, dét'ecter ses lignes de force . Le réseau des traits plus ou moins serrés ou 'quadrillés permet au graveur d'ordon· ner à son gré ,la clarté. Une barque passant sur l'Escaut, une jeune femme pen· sive et nue, des 'silhouettes d'arbres ou de roseaux paraissent émerger d'une rêverie nocturne. La simplicité monumentale des fo rmes semble à l'épreuve du temps . Une énergie. une passion contenues tendent la dualité expressive des noirs et de's blancs, la pulsation de l'ombre et du jour. La transparence et l'opacité Irecréent ici le cours des forces élémentaires, « le rythme universel qui nous régit ,,_ Le souffle du grav.eur 'et celui du poète ont PROPOS RECUEILLIS PAR Juliette DARlE ainsi même source. Le génie de Gromaire s'accordait d'évidence à oeUe pureté baudelairienne qui ,inspira une dizaine de ses eaux-fortes. Trente ans plus tard, Shakespeare lui révèle la grandeur à laquelle il sait atteindr.e dans l'expression de 'la dévastation , des nuits hantées, de la tension t ragique. UN MOYEN DE CONNAISSANCE Plus de cinq mille visiteurs sont récemment allés voir, au château de Saint-Quen, quarante eaux·fortes de Marcel Gromaire, exposées en même temps que des ensembles significatifs de Jean Lurçat, de Mireille Mi ailhe et du grand sculpteur Jean n'est pas le mot juste. Je préfèrerais celui de « po é ti~ue ». Mais il est bien vrai que dans 1 ensemble dl! livre j'ai v oul1.t témoigner d'un certain état du monde - dtt monde créé par les hommes. Rien ne me fa it plus horreur qlte ces romans qui célèbrent le charme exotique des ex -colonies , des pays du tiers-monde. Comment ont-ils pu trouver ce charme dans la misère d,e Calcutta, ott celle que j'ai v ue de près jadis en Indochine? Michelet a dit à peu près : « Je ne peux plus parler du Moyen Age sallS souffrir, quand je pense seulement à la maigreur de ces gosses qui mouraient de 'faim . » - PROPOS RECUEILLIS PAR Claudine CHONEl Devant la « bealtté » d'un coucher de soleil sur le delta d1! Fleuve Rouge, ou des palmeraies à Colombo, j'éProuve le même sentiment que Michelet : je suis scandalisée par la seule idée dn « roman colonial» qui d'ailleurs est à peu près .fini, Périmé, par la fm·ce des choses. - Et le mystérieux vice-consul, personnage, je crois, aussi important que la misérable indienne? cet homme que le spectacle de la souffrance rend presque méchant en apparence, à demi-fou lui aussi? - Le vice-consul, c'est en effet 1m type qui ne peut pas supporter cet état du monde que p'.ersonnifie la mendicité. La douleur qu'tl conte!!!'plait de ses fenêtres du matin au soir lui était intolérable, au point qu'il finit par préférer supprimer les léPreux en tl.rant dessus, précipité d'un oHicie-r trop nerveux envoie 'le sous-marin définitiv'ement par le fond, non sans que le submersible ait au préalable expédié à son chasseUr quatre torpHles elles aussi définitives. Coup n'UI donc, qui fait s'arrêter le combat faute de combattants, sur lequel se termine le .film, et qui fait présager un grave incident diplomatique. Les distributeurs n'avaient certes pas en vue de fournir une lllustratlon détonnante aux dangers de l'intégration des forces f.rançaises de '\'OTAN, mais ·Ieur film n'en v,i'ent pas moins là poInt pour justifier la !J'qui dation des ba'ses américaines en .Fr.ance. Le sU'jet nous promettait quelques temps forts. Malheu~eusement une mise en scène conventionnel,le, une moll~ direction d'acteurs, un dialogue trop fruste et quelques fautes de régie, .ont affaibli cet espoir, en dépit de quelques justes notatlon·s .psychologiques. NOTRE HOMME FLINT Ce film qui, SOUs couvert de parodier, le « jamesbondisme » tourne assez astucieusementau divertissement commercial, aurait pu être titré ,. Du mauvais usage des pastiches '". Flint est désigné par les calculatrices électroniques de la centrale mondiale d'es- .~ u .;. . 0 .J °t ..!! .; 0 (; ....c. mt grand scandale des bien-pellsallts, plutôt que d'accepter cela. LE SENS DE LA JUSTI'CE Cette révolte, qui est la vôtre aussi, elle v ient, n'est-ce pas, de votre enfance et cie votre adolescence « aux colonies »? . - En Indochill e, j'ai été élevée al4 11lilieu des mendiants et des mourants. T out,e jeune j'ai conmt les lépreux ... S avez- vous qu'il y a ellcore quinze millions de lépreux dans le mOl1de? Le ViceConsul, ce n'est pas dn passé, c'est d'li présent. Il y a la faim, la lèp re, lu mort encore aujourd'hui dans le tiers-monde. Enfant, adolescente, je ne pouv ais qu'être sensible à. cela. } e voyais de très près la misère car le milieu où j e v ivais était pauvre, mais c'était tout de même un milie'l~ colonialiste. C'est plus tard que m'est v enue le s,ens de la justice raciale, l'idée que pour sortir de tout cela. il falla it changer le monde. - Parmi tous les méfaits du racisme qu'est-ce qui vous a le plus frappée?

-- Depuis les camps de déportation,

c',est sûrement ce que j'ai Vit à Harlem. C'est la ségrégation des noirs telle qtt'eUe fonctionne à New-Y01·k. Rien ne me semble pire que d'être un No'ir à N,ew-York. Et je ne connais pas l'Alabama on le MississiPi! - Je sais que la famine actuelle aux Indes vous préoccupe comme nous tous beaucoup plus que certains cie nous ... - C'est toujours la même injustice : si soixante-dix millions de Blancs dans le 'monde étaient condamnés à Périr de faim, la chose ferait cent mille fois plttS de br·uit. Et le monde entier ferait n'importe quoi pour les aider. Du moment qu'il s'agit d'Indiens c'est moins grave, c'est surtout beaucoup plus facile à supporter. Tant qtt'un tel état de chose existera, le monde sera irrespirabk pionnage pour venir à bout d'un trio mystérieux de savants qui aspire à 'la dommation mondia,le. Notre homme, qui ne se déplace jamais sans un harem de quatre ravissantes (excus'6Z du peu !) viendra à bout de ses adversaires grâce à ses muscles et à un gadget dernier 'crl :: un br·iquet - pistolet - ,lampe à s'ouder - émetteur - récepteur - microphone susceptible encore d'une soixantaine d'utisatlolls di. verses. MailS qui sont ces savants ,1 Des rê, veurs qui veulent, en détruisant les stocks de bombes atomiques, instaurer sur terre un mond-e sans c1a'sse, sans races, sans guerre et sans famine. Non mais, vous vous imagi'nez ? On ne manque d'ailleurs pas de nous 'faire savoir que ces Idéalistes utilisent d'anciens nazis et tueurs li foc. casion. Aussi tout se termine bien et d~ la façon la plus conventionnelle qui soit. tes rfdicul'es utopistes sont pulvérisés dana l'explOSion de 'leur place forte ·et le super. agent Flint y gagne une super-ravissante qu,i vient ren'forcer son harem. En définitive, 'le monde dans lequel nous vlvol1\S est I-e meilleur des mondes ,et 'la parodie de 'l'agent secret tourne à son apologie. C'est un assez 'joli tour de passe-passe. René DAZY. Marcel Gromaire (à gauche), et une de ses oeuvres: « Le Panier de Poissons ». Qsouf. La rétrospective actuellement consacrée au Musée de Lille à oe peintre originaire du Nord met également raccent, avec une quarantaine de des'Sins, sur ,la beauté de son art graphi'que. C'est pourquoi au grand peintre, membre par ailleurs de notre Comité d'Honneur, nous avons posé des questions relatives à la gravure et au dessin. - Comment êtes-vous venu à l'eau forte? - Je dessine toujours à la plume. N'y at ·il pas ,une espèoe d'analogie avec la gravure du départ ? Avant, j'avais fait de la gravure sur bois, ce qui est tout à fait différent. A un moment, j'ai eu envie de faire de reau·forte . - Et Macheth ? - Qn m'a demandé de faire un livre, j'al choisi " Macbeth " à cause d'une im.

  • Suite page 16

13-----------

lA C~ANSON LES TROIS VISAGES D'HUGUES AUFRAY HUGUES AUFRAY, est en ce moment le point de mire du music-hall parisien, dédicataire dans la même semaine où je le rencontrai du Pa,lmarès de la Chanson à la télévis ion , participant à la mémorable soirée du Palais des Sports avec 'le Pasteur Lut'!1er King et Harry Belafonte, tête d'affiche à l'Olympia ... sans compter le quotidien d'enregistrements, de ga las et de si gnatures de disques. L'IDOLE C'est sur la scène de 'l'Olympia, autant que dans la sal le où les « fans. scandent avant le lever du rideau ,le tempo de ses 'succès, qu'il faut découvrir Hugues Auffray, idole, attendu comme le Messie, applaudi avant d'ouvrir la bouche, plus que ne le fu rent en fin de numéro ses co-vedettes de première partie. La jeunesse e,st son lot, son public, et cependant vous ne serez pas surpris de découvrir, perdus dans la masse mouvante des « teenagers " , quelques couples ,sérieux, plus mûrs, pris par ,la marée ambiante et qui finiront, comme nous tous, par claquer le tempo, faisant, raisonnablement, un sort à la jo lie mélodie « Deux Tourterelles ». Car Hug'ues Auffray sait faire de son réperto ire un véritable cocktail où chacun trouve à se désaltérer. Idole, Hugues l'est autant par cette ,légende judicieusement entretenue de gros cachets , de grosse voiture, de super-copain, et de bon père de famille. 1\ 'l'est aussi , par personne ,Interposée, pour ,le choix de ses auteurs: Dylan, Delanoé, etc. Par Bernard SANNIERSAlABERT De ce petit troupeau piaffant qui faisait ,la queue, l'autre 'soir à la sortie des artistes de l'Olympia, il m'a lSemblé qu'il transpirait autre chose que de ,la curiosité : une affectueuse sympathie. L'INTERPRETE Certes je su,is, comme beaucoup de critiques, peu sensible, pour ne pas dire IL U * V lUJ * lE INlllE INiID lUJ * IL lB * V lUJ * lE INillE ~III» lUJ I.e de , er l'art mondial , negre A Dakar, se déroule actuellement le premier Festival mondial des Arts Nègres (1), organisé par le gouvernement du Sénégal et placé sous le patronage de l'U.N.E.S.C.O. et de la Société Africaine de Culture. Cette manifestation qui groupe les artistes de quarante-trois pays, se développe dans toutes les disciplines de la création artistique : sculpture, peinture, dessin ; littérature orale et écrite ; danse, musique, théâtre, cinéma. En marge du Festival, un colloque vient de s'achever à Dakar, au cours duquel diverses mesures ont été envisagées pour sauvegarder les richesses de l'Art Nègre. Le 7 avril au soir, le président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, a procédé à la distribution des Grands Prix du Festival aux lauréats

- roman : M. Ousmane Sembene pour « Vehi Ciosane » ; - poésie : M. Tchicaya pour « Epitomé » ; - art : M. Jacques Maquet pour « Les civilisations noires » ; un prix spécial a été décerné à M. Anta Diop pour « le meilleur ouvrage sur l'art traditionnel » ; - reportage : M. Henri Tournaire pour « Le liv.e noir du Congo » ; une mention a été décernée à Mme Jane Rouch pour « Le Ghana » ; - essai de science humaine: M. Dominique Traore pour « Médecine et magie africaines » ; - sciences sociales : M. Jean Rous pour « Chronique de la décolonisation ». (1) Voir l'article de Jacques Maquet, « L'Art Nègre et le racisme », paru da.ns le No 251 de « Droit et Liberté ». Notr e photo une statuette camerounaise • Le sénateur Edouard S,onnefous, dont nous avons publié l'article « Les racistes contre le front populaire » dans le nu· méro 251 de « Droit et Liberté », vient de faire paraître aux Presses Universitaires de France, le tome VI de la collection « Histoire Politique de la III' République» qui concerne la période 1936·1938 : Vers la guerre - du Front populaire à la Confére nce de Munich, sous la préSidence de M . Jean-Pierre Bloch , président du Comité Français du Monument d'Auschwitz. • Le romancier et cinéaste sénégalaiS, Sembene Ousmane obtient ,le Prix JeanVigo pour le film « La Noire de .... " • Henry Bulawko vient d'éditer, sous l'égide de l'Amicale des anciens déportés juifs de France (dont il est secrétaire général) , un 'livre sur ·Ie procès d'Auschwitz intitulé « Le procès d'Auschwitz n'a pas 'eu lieu " (édition « Presses du Temps présent ") . Le septième et dernier tome de cette collection sera consacré à la période 38· 40 : « La course à l'abîme - la fin de la III' Républiqu~ ». • Pour commémorer le 23' anniversaire du soulèvement du Ghetto de Varsovie, les associations de résistants, de déportés, de combattants et de victimes du nazisme ont organisé le mercredi 20 avril, à la Mutualité, un solennel hommage aux combattants héroïques du Ghetto de Varsovie, • Le Théâtre d'Essai 'et de la Culture « Aux trois Baudets " , 2, rue Coustou, Paris-1S', présente un « Spectacle Kafka » : fables, récits, dialogues dramatiques. (Tous les 'soirs, sauf ,lundi et mardi, à 21 heures; le dimanche à 15 heures,) Hugues Aufray hostile, au côté « boy-scout" qui transparait souvent tant dans la présentation que dans l'interprétation d'Hugues Aufray, mais je dois reconnaître qu'au fil de son récital on ne peut résister à une gentnlesse certaine où éclatent souvent des chansons bien venues. A côté du répertoire choc de Bob Dylan, j'aime du même auteur, les demi-teintes poétÎ'ques de « la Fille du Nord » (-Barclay 60655) ou le charme de « Nous avons beaucoup dansé » (Barclay 70692). Maitre dans l'art du 'spectacle, Hugues Aufray en utilise toutes les ressources, mais ne m'a-t-il pas répondu quand je lui demandai son opinion sur 'les chanteurs qui se croient obligés de porter des cheveux longs et des chemises à fleurs : « Le drame du spectacle c'est que la mode est venue s'y adjoindre comme une sorte de supplément gratuit, mais obligatoire ". 1\ y a entre ses premiers titres : « Je reviens » (Barclay 70553) et sa façon de chanter actuelle un changement total. Jouant des possibilités de lSa voix rauque par l'utilisation savante de 'la sonorisation, il trouve dans le support de ses textes 'Un oomplément d'ilntérêt. Son ensemble instrumental (Richard, Bernard, Claude, Harry, Patchou et "FranCis) lui apporte un complément visue.1 et l'ambiance « bande de copains " qui plaît tant à 'son public. Mais ce qui 'est le plus intéressant encore de ces trois visages c'est celui de l'homme. L'HOMME J'ai passé avec Hugues cette sorte de vei'llée d'armes 'qu'est pour un chanteur de music-hall l'heure qui précède le lever du rideau. Dans ce va-et-vient ,inces,sant qui se veut solitude propice à la relaxation, sur un fond de télé privée de son, entre deux intermèdes de Bruno Coquatrix, nous avons évoqué le gala du M.R.A.P. dont il fut la vadette en novembre dernier : - Longtemps après le gala, jai été abor· dé dans la rue par des amis du M.R.A.P. qui me disaient : « On vous aime beau· coup, on aime bien ce que vous faites, et puis c'est si gentil d'être venu à Pleyel »_ Tout naturellement nous en sommes arrivés à parler des galas exceptionnels et de ,la soirée avec Harry Belafonte : - Le cadre plus impressionnant m'a fait prendre encore plus conscience de ce qui se passait. On avait annoncé Aufray dans les chansons de Bob Dylan : j'ai chanté en fait quatre chanSiOns de Bob et deux de moi. - Dont « Les crayons de couleurs ", que vous avez repris à la Télé puis ici , à l'Olympia. Ces crayons de couleurs qui ,racontent rhi,stoire d'un enfant qui voue demande comment il doit colorier un por· trait d'homme. J'ai noté ces trois vers qui isont votre réponse ,: « Si tu le fais en rouge on viendra lui [voler sa terre. En Jaune il aura faim toute sa pauvre vie. En noir il n'y aura pas de liberté pour , [lui ..•• .. . Là-dessus, se greffe un coup de fil oC! Hugues Aufray apprend à son correspon, dant que lors d'un concert de Jacques Brel on a lancé des tracts où l'on men· tionnait : « Hugues Aufray, ce cjommunlste sophistiqué ». Je s'uis curieux de con· naître sa réaction à ces gestes : - Un homme qui est pour l'égalité des races et contre les injustices sociales fla. grantes, un homme qui est pour la paix et contre les guerres, cet homme là est dénoncé comme un « sale communiste J à notre époque. Je crois cependant que ce point de vue est l'expressiOn d'une très faible minorité, surtout parmi les jeunes. L'affluence du public à l'Olympia prouva ce que j'ai toujours dit : les idées que la défe,nds sont partagées par une grande masse de jeunes, sans qu'il soit question d'appartenance politique. C'est cela qui est nouveau. " Et puis nous avons parlé du 'racisme en France. Je vous livre une de ses réflexions: - Le racisme en France se place sur un plan particulier. Je crois qu'en Franca peu de gens sont capables de tomber à bras raccourci sur un npir. Mais seule une minorité de Français accepteraient de don· ner leur fille en mariage à un Noir. Si la possibilité d'épouser, mieux, de voir leur fille, épouser un Noir, les rebute, alors ils sont racistes ... Nous aurions pu discuter longuement sur ce sujet qui le révolte, comme le 'révolte, aussi, l',injustice, souvenez-vous de sa chanson « Le Coeur Gros" : « Assis au bord de la rivière où les [rêves vont leur chemin Moi je pense qu'il y a sur terre Deux enfants sur trois qui ont faim ... » Et tand is qu'il dédicace pour les lectems de Droit et Liberté une photographie, je pense que je décevrai encore une fois sans doute ceux qu i attelndaient une biographie ,à l'eau de rose sur I,em vedette ... Mais pour cela, qU'ils se reportent à leur journal habituel ... Nous avons , nous, parlé le même langage. A l 'entr'acte, alo rs que je reprenais ma place , les hauts-parleurs du hall terminaient les « Crayons de couleurs» : « " faut dire à tous les petits garçons Oue la couleur ne fait pas l'homme ...• 14 ----------------------------------------------------- UA REMISE DU PRIX DE LA FRATERNITÉ 1965 Pierre PARAF • • « Vos spectacles, qui rendent plus conscients t C'est le mercredi 30 mars, au cours de la générale de L'INSTRUCTION, la pièce de Peter Weiss actuellement représentée au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, que le Prix de la Fraternité 1965 fut remis à Gabriel G,nrran et à son équipe. Dès 20 heures, un publ ic nombreux se pressa it dans le foyer du théâtre, où se tient l'émouvante exposition des photos d'enfants de Claude Sauvageot. Il appartenait au président Pierre Paraf de remettre officiellement, au nom du jury, le Prix de 'Ia Frate rnité et son montant à Gabriel Garran, qui annonça son intention d'en faire don à la Commission Centrale de l'Enf,nnce, grâce à laquelle tant d'enfants de dé portés furent sauvés de la solitude e t de la misère. Après la représentation viv·ement ,npplaudie, ·un cockta il devait réunir les acteurs, diverses personnal ités et tous ceux que n'effraya it pas l'heure tardive. Une vue de l'assistance pendant l 'allocution du Président Pierre ParaI Pierre Paraf a décl aré : A V ANT que commence le pathétique spectacle qui nous est offert en répétition générale par le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, sur cette scène qui a conquis dans la région parisienne un juste prestige, nous avons l 'honneur de décerner ce soir le Prix de la Fraternité. C'est il y a dix ans, qu'il était pour la première fois attribué. Et ce Prix, par son titre, par l'esprit des oeuvres auxquelles il apporte son hommage et sa consécration, incarne fidèlement le sens de notre action. Cette action, la grande espérance des hommes la soulève. Les événements racistes du monde, l'inquiétant réveil du néo-nazisme dont de récentes élections en Allemagne nous apportent le témoignage lui font écho. ••• POUR la troisième foi s, notre jury a pprté son choix sur une oeuvre theâtrale. Et, cher Gabriel Gan-an, votre vaillante équipe se trouve en bonne compagnie. ., ' Parmi ceux et celles qUI vous precedèrent, nous apercevons le pur et gracieux visage d'Anne Frank, dont le Journal, porté sur la scène par Georges Neveux et Marguerite Jamois, fut le premier à être couronné. Tout récemment, c'est à Vercors, en présence de Georges Wilson, directeur du T.N.P., que nous avons remis le Pri:; pour Zoo, ou l'assassin philallthrope. Et pour ce Prix 1965, nous avons tenu à honneur de distinguer l'ensemble de vos réalisati ons_ Nous avons voulu applaudir en vous ce qu'on a défini « théâtre de contestation en prise avec la réalité » : une réalité qui est, en l'espèce, le mensonge du racisme. Mais nous ne saurions oublier que ces réalisations s'appui ent sur une municipalité, si hautement souci use de culture et dont le théâtre rayonne bien au delà des citoyens d'Aubervilliers, chez tant de spectateurs qui vicn nent y satisfaire leur besoin d'information. d'évas ion et sortent de ces spectacles plus conscients, mieux armés pour affronter ces batailles de la v ic qui confè rcnt à l'homme sa dignité. En vérité, nous avions li eu d'hésiter quelquc peu, tant la r écolte littéraire antiraciste avait été abondante depuis 1964. Du côté du roman et du récit, nous avons eu de poignants témoignages des persécuti ons hitléri cnncs : Les Portes de la Forêt, d'Elie -Wi esel, Le Passé Nu, d'Erich Maria Noth, Le pail! des temps maudits, de Paul Tillard, a ncien déporté de l'If authauscl1, une épopée cie ces temps maudits, éclairéc dc la fraternité de ceux qui croyaient au cicl et de ccux qui n'y croyaient pas. Et ce magni fi que document de nott-e regretté ami, Ga§.ton Larochc, secrétai re général des g roupemcnts d'Engagés \'0- 10,ntaires et Résistants cI'origine étrangere «01/ les nom11lait des Etra/!gers », - ccux' qui, par leur courage, leur sacrifice, se montraient deux fo is Français - car on l'est mo in s, comme le disait un poète, par le sang reçu, que par le sang vcrsé. Il s étaient 132.000 et de 57 nationalités, les digncs fils de ceux qui s'engageaient pour la France en aoüt 1914 et qui tombaient au plateau de Carency - 132.000, d01lt le groupc Manouchian, entre beaucoup cI'autres, incarne l'héroïsme dans l'hi stoire. Tous les insurgés du grand complot, de la grande internationale de la Liberté. Puisque parmi ceux que nous avons eu l'honneur de choisir en notre première sélection figurait au premier plan l'oeuvre de Gaston Laroche, qu'il me soit perm i s de J11 ' incliner devant sa mémoi re et, à travers lui, clevant le glorieux cortège de ses frères tombés p(mr la liberté. ••• Du côté de l'essai, nous avons retenu Les Français et le ra cisll/ e, de Paul-Hassan Maucorps, Albel-t Memmi et Jean-Francis Held, issu d'une enquête de notre Mouvement et qui fait, avec la ri g ueur, la sincérité du sociologue, le point français sur ce problème, dont la solution req ui ert autant les aI-mes de la raison que les élans du coeur. Du côté du film : « La cage de verre » de Phi lippe Arthuys et Jean-Louis Lévi-Al varès, évocation du procès d'Eichmann en terre cI'Israël, clont J eau Negroni est le prin cipal interprète, où, des déportés, hantés par leur souvenir, rallument le feu qui reprend mal et tentent de réapprendre le goüt de vivre.

  • . .

A INSI, çher Gabriel Garran, c'est à vous, à votre équipe que le jury a décerné chaleureusement ce P ri x, pour lcquel nulle candidature n'est prévue. Vous avez i votre actif « Andorra », de Max Frisch, dont nous sommes nombreux à garde r le poignant souvenir. Andona, tran spos iti on dans une petite républ iqL!c imaginai re, de ce que nous avions si amèremcnt yécu, microcosme de la lâchcté, cie l'indiffércnce, aboutissant à J'assassinat du jeune juif qui commet le seul crimc d'être un peu différent des autrcs - et parfois meill eur que les autres - celui qui avait fin i par devenir ce qu'on croyait qu'i l était; car on décOll\TC en réalité. cinglant démenti à tous Ics racismes, qu 'i l n'était pas j ui f. Après A71dol'l'o dc l'l1ax Frisch, vous av~z"témoigllé votrc intérêt courageux, Opll1l atrc. aux problèmes racistes, en montal~t « J,cs chiclls », dc Ton~ Brulin, une plecc aprc ct vIgoureuse qLll a pour cadl-e l'Union sud-afri cain e, sa ségrégatIOn. son onnr essioll et qui a laissé de n ~)111breux spcctateurs indignés, bouleverses. E t maintenant. c'est un spectacle singulier entre toùs quc vous présen tez « Die Erl1l1luHg », oratorio en onze chants dc Peter \\' ciss. dans un tcxte cI'André Gisselbrecht et dans lc dispositif d'André Acquart. L'auteur est un de ces Européens d'origine allemande que d'cxceptionnelles ci rconstances fixèrent à Stockholm, à l'abri de la tourmente et qui ressentit plus tard un sorte de hantise, de remords de n'avoir connu J'enfer que par ouï-dire, derrière la Suède neutre, prospère, en sa tranquill e et maj estueuse capitale. Après 1952, il s'engage pleinement dans la lutte spirituelle, revient en Allemagne et il est adopté da ns celle de l'Ouest et celle de l'Est, comme un g rand écrivain allemand. Sa pièce, L'Instruction, a été jouée en 14 théâtres. Elle a été créée le 14 octobre 1965 à l'occasion du 20' anniversaire de la libération des camps_ Ingmar Bergmanri l'a mi se en scène à Stockholm, Peter Hall à Londres. On attend sa création à Broadway et en Israël. Fidèle à la ligne de conduite que vousmêmc et votre équipe avez, avec tant Gabriel GARRAN Répondant à Pierre Paraf, Gabriel Garran a déc la ré : C'EST une tâche heureuse que j'ai à accomplir ce soir, tâche heu reuse mais peu commode. Je suis venu ici, non pas spontanément, mais il y a encore une demi-heure, j'étais près de mes acteurs pour une dernière retouche à la présentation de « L'Instruction "... Si je n'ai peut-être pas le talent d'improvi,sation, nous tentons d'avo ir ici celui du travail bien fait et je crois qu.e notre profession de foi , ce sera la présentation de « L'Instruction " comme comme ç'a été le cas pour « Andor ra ", pour « La Mort d'un Comm' s Voyageur " ou pour « Les Chiens ". Je remercie, et je ne peux pas faire autrement les membres éminents du Ju ry du Prix de la Fraternité, ai nsi que le Mouvement contre le Racism~, l'Antisémitisme et pour la Paix et, j'accepte évidemment votre prix de la Fraternité avec un grand plaisir, non pas en mon nom personnel, mais au nom de l'équipe du Théâtre de la Commune, c'est-à-dire, les techniciens, l'équipe d'animateurs, l'équipe de prospecteurs et aussi des comédiens fidèles qui commencent à se rassembler autour du Théâtre de la Commune et a'utour de l'entreprise que nous tento'ns d'animer; je dois dire aussi que ce Prix De gauche à droite : Pierre ParaI, Gabriel Marcel, Claude Aveline (ci -contre). La remise du prix à Gabriel Garran (cidessous à ga:lche). A l'issue de la cérémonie, une r éception amicale eut lieu au loyer du Théâtre d'Aubervilliers. Photos .El ie. Kagan . .... . : . . ,'." ,{){ l'intrépidité, conçue et SUIVie : « l'élaboratioll d'uue chronique collective des hOIl/1ll es », le Théâ tre cie la Commune d'Aubervilliers J'a in scrite à son r épe rtoire. L'I1lstructio1l, inspirée par cel-tain procès tragique de Francfort, mais qui en réalité le déborde beaucoup, revêt à la fois le sens judiciaire et le sens pédagogiquc, celui du tribunal et celui de l'édification. Partant de la salle d'audience, l'auteur nous conduit SUI- les chemins d'un Dantc du XX· s iècl e. Il descend aux derni ères étapes de l'enfer. Toute J'atroce symphonie des camps s'y déploie depuis le Chant de la - rampe, jusqu'au Chant des Crématoires; au mil ieu du drame collectif s'élèvent les deux Chants du destin individuel. Formules nouvelles à laquelle vous avez eu grand mél-ite et grande audace à faire accueil. ••• P ERMETTEZ, ~ cet égard, au mili tant, au PreSident du M.R.A.P., de ne pas oublier qu'il appart ient aussi à la République des Lettres. Ainsi le théâtre à mes yeux ne saurait être un • • « Montrer l'homn nous va droit au coeur et que, par extension nous voudrions aussi croire que ce Prix est remis également à notre publ ic, c"est-à-dire aux troi'S mille amis du Théâtre, aux cinq cents collectivités fidèles du Théâtre de la Commune et par extension , je tiens à le dire , à la Ville ,d'Aubervilliers qui a fait et 'fait encore un effort ho rs pair pour le Théâtre : je souhaiterais à chaque département de France, sur le plan théâtral , sur 'le plan culturel, un Aubervilliers. Je crois que la meill eure facon d~ recevoir le Prix de la Fraternité, c'est d'établir une chaîne et, ce chèque, nous ne le garderons pas ; nous allons le remettre pour les oeuvres sociales d'une organisation qui s'appelle Commission Centrale de l'Enfance auprès de l'Union Juive pour la résistance et l'Entr'aide, afin que cette oeuvre sociale qui se bat pour liquider les séquelles et les t raumatismes de la s econde guerre mondiale puisse utiliser cette somme pour l'usage qui lui est no rmalement destiné. Donc, je ne vais pas m'atta rder auprès de vous, je voudrais dire 'S impl ement que le théâtre est un lieu permanent de remise en question et que toute mise en scène, la tâche authentique d'un metteur en scène digne de ce nom, c 'est de recevoir le monde d'une certaine façon et de le restituer d'une certaine façon. Je r 1 plus dignes » 1 1 simple document, le compte rendu d'un procès, si passionnant soit-il, mais un chant, une ~'popée, un mystère, une élé-. vat ion que devait traduire ce nom d'oratorio. Et permettez-moi encore d'observer que dans le flot de calomni~s que le raci sme - et ses adeptes parfois inconscients - font déferler jusqu'aux victimes les plus sacrées du crime hitlérien, il nous appartient à la fois de lutter contre l'oubli et contre cette tendance à jeter dans le même gouffre, par certain jeu cie la psychanalyse, bourreaux et victimes. C'est tout juste si les rares déportés survivants n'ont pas à s'excuser d'avoir survécu aux camps, ou s'ils ne doivent pas accepter sur leurs uniformes )'ayés cie déportés les taches qu'y jetèrent ces étranges hi storien s. Parce qu'il y eut, comme dans toutes les communautés humaines - et là sous quelle atroce contrainte et dans quelle déchéance phy si qUl~ - des collaborateurs des bourreaux. parmi leurs victimes, c'est à peine si l'on ne va pas faire cie (:elles-ci les instruments de ceux-là. On méconnaît les magnifiques élans le la résistance qui se déroulaient jus, qu'aux portes des chambres à gaz. Ou bien, encore parce que la barbarie 11'a pas été inventée par Hitler et que ,d'autres, avant lui, après lui, se )'endirent coupables de crimes contre l'humanité, à force de vouloir in sérer le nazis- 111e clans le courant de l'h istoi re, on semble ,"ouloir atténuer ce que cette 1)arbarie eut cie monstrueux, d'exception- 11e!. Nous sommes, nous, de ceux qui n'oublient pas, qui n'absolvent rien cie ce crime, qui, tant que nous vivrons, gar. deront en eux le testament cie la Résistance, celui des maquis cie France, com- 111e celui des insurgés du Ghetto de Var: sovie, clont on va célébrer le 23" anni ·\'ersaire.

  • ..

Au nom du jury du Prix cie la Fraternité, je vous félicite cI'avoir contribué par l'effort harcli, clésintéressé cie vos spectacles de haute o(lualité, à jeter des clartés rédemptrices sur ce mvstère de la honte et de la cruauté huma(ne. à pourfenclre, sous sa forme la plus oclieuse le racisme auquel nous nous confrontons, sous tous les visages qu'il revêt, à chaque jour de notre acti on. Te vous remercie d'avoir fait cie votre ya'illante scène le foyer cie la recherche a rti stique, qui, grâce à vous, a fait ses preuves, la tribune cie l'émotion clont les classiques cie la Grèce nous ont appris qu'elle est l'élément essenti el clu théâtre le lieu cie la réflexion et de l 'évas i01~ salutaires, et aussi le terrain du combat, de notre combat commun, pour la fraternité. d'aujourd'hui )} crois que le choix de notre répertoire in· dique largement 'quelle est notre orientation

nous voulons être avant tout un

théâtre de créations contemporaines et non pas orienté vers le passé ; de plus, cela implique évidemment que nous tentons à travers nos thèmes, 'à travers nos préoccupations, de montrer l'homme d'aujourd'hui, dans le monde d'aujou rd'hui , ce qui n'est pas une tâche si facile que ,,"on croit. Je ferai un pont, un pont 'extrêmement rapide entre Andorra et l'Instruction que vous n'allez pas tarder à voir, vous rappelant simplement les paroles de Max Frisch , l'auteur de Andorra avec lequel nous avons inauguré le Théâtre de la Commune. Je rappelle ces mots parce qu'ils sont, je crois, indicatifs de notre pensée et, en même temps , de notre volonté de nous battre contre la ,lèpre, la lèpre sociale, la lépre moderne, la lèpre psychologique que constitue le racisme. Voici ces mots, attribués à Max Frisch : qu'il s'agisse de l'image 'que l'Aryen se fait du Ju·i'f, qu'il s'agisse de l'image que le Blanc se fait du Noir, le Fra nçais de l'Algérien, le Suisse de l'ouvrier italien, toute image du prochain prive l'autre de sa liberté; à la limite elle en fait une victime. Le four crématoire est un aboutissement de la peur, de fa haine de l'a'utre : son extermination. Je vous remercie.

QUAND ON A LA PEAU NOIRE Jerne permets de vous adres· ser cette lettre après lecture de votre publication que je viens de découvrir. Vous mettez beaucoup dé bonne volonté à lutter contre le racisme et l'antisémitisme. Sans m'arrêter à la grossière erreur de l'idée raciste, je voudrais attirer votre attention sur les injustices du racisme antinoir. Actuellement à Paris, il est très difficile, sinon impossible, de trouver du travail quand on a la peau noire. Au bureau de placement où je fais pointer ma carte de chômage depuis deux mois, on n'arrive pas à placer un homme de couleur : les employeurs n'en veulent pas ; les propositions d'emploi à l'Association des Comptables sont assorties de restrictions, genre : « pas de gens de couleur » ; les proprit.aires d'immeubles ne veulent pas de nous dans les chambres de bonne qu'on loue habituellement aux étudiants, parce que m'a-t-on dit, les' Noirs ont tué des Blancs au Congo ... Faudrat ·il s'attendre aux représailles toutes les fois qu'il y aura un soulèvement dans l'un des Etats du continent africain ? D. A., Paris-2' LE DROIT D'AIMER Pupille de l'Assistance Publique, je vivais dans un foyer de jeunes filles. Dès mes premières sorties, j'ai fait la connaissance d'un AntiiIais. Chaque samedi et dimanche, il me raccompagnait jusqu'à la porte de mon domicile (comme le faisaient tous les jeunes hommes qui sortaient avec mes ca, marades). L'heure de rentrée, samedi, était fixée à 24 h. 30 et, évidemment, j'arrivais juste avant la fermeture des portes. Aucune remarque ne m'avait d'ailleurs été faite jusqu'au jour où, sur le chemin du re, tour, nous avons rencontré la Directrice. Notre tenue correcte - nous étions à une bonne distance l'un de l'autre - a pourtant choqué cette dame qui s'est empressée d'apostropher Georges : « Vous savez, Monsieur, je n'aime pas que vous fréquentiez cette petite jeune fille . D'abord, ici, vous faites du tort à la renommée de ma maison (nous étions à 200 m. au moins). Ce n'est pas sérieux et je vous demande de partir de suite. Jacqueline, je vous dis de rentrer ». Puis, toute heureuse d'elle, elle est repartie. Je suis rentrée, et je pensais la chose terminée. Au fond, cette remarque pouvait être celle d'une femme dont l'âge ne permet pas de se mettre à portée de la jeunesse (58 ans environ). Mais le dimanche matin, dès la première heure, je suis convoquée à son bureau et j'ai droit au speeCh. « Mon petit, vous sortez avec un noir, mais vraiment ça ne me plaît pas du tout. D'abord, vous savez, ce sont des gens dont les moeurs différent des nôtres, qui ne considèrent pas la femme comme il faut (et je m'excuse de répéter cette phrase, laissant aux bons soins du rédacteur la tâchp. de modeler l'idée) . Ce sont des hommes au tempérament chaud et puis, pensez, ils vivent dans des cabanes en bambou. Enfin, réfléchissez, Jacqueline, quittez ce garçon au plus vite. » Tout le temps, chaque semaine, j'ai eu le même discours presque chaque diman, che. Certaines de mes lettres étaient interceptées. J'avais toujours quelque chose qui n'allait pas droit et « surtout ce jeune garçon », Mais un jour, pour Georges et moi, une bonne nouvelle était en vue : nous allions avoir un enfant, nous voulions nous marier. Mais une lettre ayant été arrêtée (cette lettre répondait à une offre de Georges

je lui disais que je n'avais

besoin de rien), mon tuteur fut tout de suite mis au courant, et c'est seule que j'ai été convoquée. Dois-je dire que je me suis fait insulter de ces charmants noms dont on traite « une fille de rue », et j'ai compris que c'était ~urtout beaucoup plus pour ce qu'était le père de mon enfaçt, que pour mon état. D'ailleurs, en pleine face, j'ai reçu cette gifle « C'est un noir, alors une chance sur mille qu'il t'épouse 1... ». Et le consentement à mon mariage est arrivé juste avant la naissance de mon fils. Pendant ce temps-là, la Directrice me chantait toujours la même rengaine : « Ne partez surtout pas chez lui. Vous savez, ce sont des gens qui vivent à l'état sauvage, vous serez malheureuse ». D'autre part, elle cherchait à m'humilier de toutes les façons possibles. J'ai quitté cette demeure, mais il nous a fallu, tout dernièrement, encore entendre à nouveau des remarques désobligeantes. Nous recherchons une pièce et, nous avons décidé de nous adresser à une agence immobilière, dans le 9' arrondissement. Une charmante personne à la réception a dit à mon mari: « Vous savez Monsieur, vous êtes de couleur et moi, ça m'est égal (pensez 1. .. ). Mais il faut compter mettre plus cher que si vous étiez blanc. Pour vous, à 25.000 AF pour une pièce, vous ne trouverez pas. mais il faut compter au moins 35.000 AF ». Une autre fois, dans un hôtel, la gardienne devait avoir une chambre libre dans la dernière semaine du mois ; elle m'avait donc dit de repasser pour voir. Dès que je suis entrée, mon mari étant avec moi, elle ne m'a même pas laissé refermer la porte, m'indiquant du doigt la sortie. Que vous dire ? Pourquoi, lorsque nous sommes ensemble, mon mari et moi, nous regarde·t-on avec insistance ? Et il est tout un tas de petites choses mesquines : l'attente dans un café pendant x temps, l'air dédaigneux avec lequel on nous sert, on nous regarde. Tous ces gens, sont-ils à critiquer ou à plaindre ? Jacqueline A. Paris. CE MOUVEMENl SI UTILE Regrettant de n'avoir pas connu plus tôt le M.R.A.P., je vous prie de m'inscrire à ce Mouvement si utile et si humain. Il correspond à des positions que j'ai adoptées depuis longtemps et que je m'efforce de faire adopter aux élèves à qui je suis chargée d'enseigner les lettres françaises et latines. Bien des occasions s'offrent heureusement de tirer d'un texte autre chose que de simples considérations de style ou de syntaxe. ( ... ) Je tâcherai de faire connaître autour de moi « Droit et Liberté ». Désirez-vous que je vous envoie le nom de collègues que cette publication pourrait intéresser ? Mme TRANCHART, Wissous (S.-et-o..) UNE CHANSON A L'INDEX ... Je voudrais attirer votre attention sur une chanson de Pierre Selos, radicalement mise à l'index et volontairement ignorée par toutes les radios. Cette chanson a pour titre : « Les Juifs ». Mon but n'est pas ici de faire de la publicité, mais cette chanson, essentiellement antiraciste et généreuse, aurait peut-être besoin d'être plus largement diffusée et son auteur mériterait d'être encou· ragé ... D. B., Paris BIEN EN PLACE .•. Dans une librairie des Grands Boulevards, à la vitrine, « bien en place n, j'ai vu, parmi d'autres immondices, le tristement célèbre « Mein Kampf » ( Mon combat) d'Hitler, à côté de « Pétain toujours présent », d'Isorni, etc., etc. La presse, qui évoquait il y a peu de temps encore l'anniversaire de la Libération, se rappelle-t-elle ces noms, symboles de sang, de tortures, de crimes ? J'espère que notre grand Mouvement qui lutte pour la dignité de l'être humain, interviendra rapidement comme il l'a toujours fait, et je l'en félicite. Armand BARAN, Montreuil-sous-Bois. L'ESPRIT DE CLAN Je vous adresse mes voeux pour l'extension du M.R.A.P. qui n'est pas pour moi un inconnu, puisque je suis déjà en rapport avec le C.L.E.P.R. Je pense en effet que pour être pleinement efficace, il doit avoir des dimensions mondiales, soit qu'il se propage hors de France, soit qu'il fusionne avec des organisme similaires d'autres pays, dont le Mouvement international pour l'union fraternelle entre les races pourrait être le centre de ralliement, Je pense aussi comme vous à une autre extension, je veux dire à un approfondissement de la recherche de tout ce qui nuit à la fraternité du monde. Au colloque C.L.E.P.R. de 1960, Madame Seclet-Riou constatait que l'appartenance à un groupe 15------

  • peut être génératrice d'un esprit

de clan. Les rivalités et compétitions entre groupes économiques, sportifs, etc ... sont sources d'animosités derrière lesquelles se cachent le plus souvent l'orgueil ou une soif excessive de richesse, dispositions qu'il convient de flétrir aux yeux de tous les enfants et non seulement de ceux qui fréquentent les catéchismes. C'est pourquoi j'attache une extrême importance au souhait de M. Lyon-Caen, touchant l'instruction civique. L'enseignement de la morale rie devrait pas se limiter aux clas· ses de philosophie, mais commencer dès l'âge où l'enfant est capable de comprendre la supériorité de la morale du bonheur sur celle du plaisir. Il est alors possible de lui montrer qu'il n'y a pas de vrai bonheur lorsqu'un comportement égoïste engendre des conflits dont on ne sait jamais dans quelle mesure ils s'aggraveront et à quels méfaits ils conduiront. Je vous envoie sous ce pli mon adhésion pour 1966 et vous prie d'agréer Messieurs mes sincères salutations. F. TISSIER Châteaudun LES PLUS ATTE.I NTS Je lis votre journal depuis de nombreuses années et sens de plus en plus l'utilité de l'effort accompli et de la lutte à poursuivre. Vous pouvez m'envoyer pour le prochain numéro 5 exemplaires que je vendrai à des camarades qui semblent intéressés. Il n'est pas douteux que l'on obtienne un certain nombre d'abonnements. Je vous remercie et suis heureuse de participer à votre action en souhaitant la guérison de cette maladie psychique qu'es~ le racisme. Malheureusement, ce ne sont pas les plus atteints qui lisent votre journal. Monique NOVo.Do,RSaUI, Résidence Universitaire Antony_ EN PLEI N ACCORD Veuillez excuser ma négligence impardonnable. Je ne puis accepter de ne payer que 20 Frs pour un journal tel que le vôtre, qui est aussi le nôtre. En plus, nous sommes de fidèles lecteurs depuis l'année 1948. Ci-joint un chèque de cinquante francs. M. J. LlCHTERMAN Paris-XIX' J'ai lu avec un intérêt passionné la documentation que vous m'avez adressée ; j'adhère de tout coeur à votre Mouvement et je vous prie de croire à mes sentiments dévoués. P_ ROLLAND, Bièvres. 16----------------------------------------------------------------·----------------------------------------------------- Pour la première à Paris de A NEUVIEME SYMPHONIE DE BEETHOVEN le grand BALLET-CONCERT de Maurice BEJART 1 fil Itn au bénéfice du ·MRAP Vendredi 3 juin, 21 heures, au Palais des Sports (Porte de Versailles) 375 exécutants • Orchestre des Concerts Colonne, sous la direction de Endrik DIELS • Chorale J. M. F. • ' Solistes, choeurs et ballet sous la direction de Guy BARBIER PLACES A 100, 50, 30 ET 15 FRANCS ATTENTION 1 DATE LIMITE DE RESERVATION: 20 MAI 1966 ENT Etant donnée l'importance de ce spectacle et le nombre limité des places, il est pr'udent de louer d'urgence au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris 2e (C.C.P. 14.825-85 Paris) en envoyant 'le bulletin c:i-dessous. LOUEZ PAR CORRESPONDANCE ~1I111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIII!IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ -~ M ......... .. . .. .. .. . .. .. ..... . .. , ...... , ... , ....... , . .... .. .... . ~ Adresse ....... .. . .. ... . ... ......... , ...... . . . . . ................ . Téléphone ............. . .. ... .. . .. ...... ... ...... .. .... .. ....... . désire ré,server places à places à places à places à .... TOTAL. 100 francs 50 francs 30 francs 15 francs Ci-joint mon versement par chèque bancaire, chèque postal, mandatposte (rayer ·Ie's mentions inutiles).

- - ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111I111111111111ii. Entretien avec Marcel GROMAIRE

  • Suite de la page 12

mense admiration pour Shakespeare. Mais c'est un texte effrayant ... Marcel ,Gromaire a l'habitude de peser scrupuleusement ,ses mots. Pourtant il laisse tomber quelques paroles dans les· quelles affleurent un tourment singulier, un long et mystérieux dépassement de soi. - C'était une aventure terrible, dit·il. Une chose très difficile à faire. Il passe dans le ton, dans l'expression du visage et le regard étonnament clair du peintre un ,l'e,flet de l'effort, de l'an· goisse qui accompagnent la création. Sou· vent ainsi, au cours de l'entrefien, il y aura la présence de l'oeuvre qui vient s'imposer à la mémoire, le pOids des cho· ses qui ne seront pas dites, l'infini des pensées, des sentiments suggérés ... Com· me j'aborde l'importance du dessin, il réa· git avec une certaine véhémence, un éclat de passion. - L',importance du dessin, 'dites-vous! mais ,le dessin, c'est la conception même. Que demande·t-on à la peintur,e'? La plupart ne lui demandent plus aujourd'hui qu'un divertissement, une évasion. Moi, Je suis contre. ta peinture pour moi est un moyen ,de connaissance. te dessin est la conception même de la plastique, ,i,1 n'y a pas de plastique .sans dessin. Jusque dans l'informel, on ,distingue des zones de va· leurs. On ne peut échapper au de'slsin, on n'échappe pas à la forme, 'si élémentaire soit-elle. Mais par sa dégradation, fréquente dans l'art actuel, on retombe dans ,le hasard, ,le fortuit, le simple divertissement. - L'art, pour vous, s'adresse·t-il à tous? - Une fou ie de gens peuvent réagir à la forme vivante sans savoir pourquoi ils 'le font. ,Aujourd 'hu i, ils réagissent trop à des commentaires. L'oeuvre doit agir à l'insu du spectateur, auquel il suffit d'être réceptif. » Un portail de cathédrale était fait pour tout le monde. Le peintre et le sculpteur étaient arrivés à percevoir la ~ie des chos'es, 'à animer leu~s créations. - Ainsi, pour vous, la forme vivante ne peut-être élaborée qu'au contact de la réalité? - Nous avons devant .Ies yeux des êtres vivants, ·des objets qui vivent dans la lumière, qui furent maniés par les hommes. Il s'agit pour le peintre d'en ISUSciter la vie par une sorte ·de re-création. - Quels sentiments vous donne cette présence du monde réel? - J'éprouve un sentiment de liberté parce que Ije me sens profondément en communion avec la nature des choses. Le sujet n'est pas une pri'son, mais une porte ouverte. » N'importe Iquel événement, n'importe quel sujet ·d'actualité peut être traité de façon académique, hi·en sûr. Mais qu'il soit traité par Géricault par 'exemple, et il peut devenir tout autre chose. - Pourriez-vous préciser comment se fait cette « re·création » qui est la dé· marche essentielle? Comment éviter l'ar· bitraire? - L'art est une chose d'approche. Des' siner, c'est approcher ,le mystère de la vie pour essayer de le sais,ir. t'artiste dessine un être humain. Son trait bouge, palpite, devient vivant. Il s'approche d'une sorte de vérité, mystérieuse, mais transmissibl ·e. Pour les jeunes, il n'y a de valable que cette observation. c'est acharnement à poursuivre la vie. - N'est-ce pas ce goût de la vérité qui donne à l'oeuvre une résonance durable? - Je pense à une nature morte de Chardin, qui est au Louvre. Une poire et un verre. La valeur humaine en est considérable, car cela ouvre une communication avec l'artiste. La signification qu'il a mise dans l'oeuvre permet d'entrer en communion avec lui. Grâce à sa perception. l'apparence devient vérité.

Notes

<references />