Droit et Liberté n°00035 - 15 septembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°35 (n°103) du 15 septembre 1949
  • Droit et liberté hebdomadaire - Page Une
  • Les racistes du KKK n’ont pas eu le dernier mot (concert Paul Robeson) - page 2
  • Les étonnements de la quinzaine (chronique)-page2
  • Il nous faut gagner la nouvelle bataille d’Allemagne - page 3
  • Israël (situation en 49, nouvelles diverses) - page 4
  • La zone italienne : une souricière - page 5
  • Les assassins sont parmi nous (Roumanie) -page5
  • Je vote pour la paix (journée internationale pour la paix 02/10/49) - page 6-7
  • L’union est notre force (interview de Me Grinspan) - page 8
  • Les camelots du roy battent la grosse caisse - page 9
  • Un empire juif au VIIIème siècle - page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

y UNBi GRA NOUVELLE . , NQ~y~,I~ série t;J:' ~?1 ~), ~,~) t ')~ , .;,..: ! i, f,$ SgPTE~6RE li~9 l' .. poirer iberre

HEBDOMADAIREI

f'o.~flane du , JK~ultement PUIS,SANTE dans la lutte contre le racisme, l'anti, sémitisme et pour ' , la p?lix EST CRÉÉE. ,111/11//1"/1" co.ntfte le 9laci6me, f' antÏ6;émiti6me et' pO-U'i la ~aiOE (M. R. A. P . ) " et paraîtra':TOUS LES VENDREDIS rUTE l'opinion publique accueillera avec joie ,la nouvelle que nouS annonçons aujourd'hui à nos lecteurs : DROIT ET LIBERTE devient hedomadaire. Notre journal. qui a tant contribué ~I la création et au ,dévelo[) pement du Mouvement contre le Racisme. l'Antisémitisme et [)Our la Paix, sera désormais l'organe officiel de ce Mouvement, devenu - en ' ' très peu de temps --: un facteur puissant dans la lutte, contre les forces' NOUVELLE DIRECTION - NOUVELLE FORMULE Désormais " Droit et Liberté" sera un grand journal 9'informCJ tion, d'éducation, de défense et de lutte. du mal- et pour la Paix. . , ' , , Cette décision vient à une heure particulièrement grave. POURQUOI ?.~ COMMENT ? .. Alors qu'il re~te encore tant de foyers dévastés à reconstruire, tant ,de blessures à "panser, e,t d' in jus- 1 . , QUI SERONT SES NOUVEAUX COLLABORATEURS? tices à réparer, le ciel !lassombrit , F. ci 0, n vote pour l,a, ',pai"x," 'à nouveau. 1.' Vous lirez tous . les détails" dans notre numéro du 1er OCtobre • L'Allemagne hitlérienne, par la 'volonté de quelques-ulls, ' redevient une redoutable et très réelle menace pour la sécurité des peuples du mond~. La presse nazie, cette pres·se, criminelle, qui excite ~l la haine raoiale et ~l ' la revanche militaire, distme ~l nouveau lSon venlO. I L est un fait plus grave encore qu'il .faut av'oirle CQU' rage de regarder en face : Ceux qui autorisent la reparution ,du « Sturmer » et le relèvement d'une Allemagne ' revancharde acceptent ainsi toutes les cons6ql!lences de cette politique et s'engagent , eux~mêmes infai.lliblement sur .la voie de la fascisqtion. II est réconfortant qu'au moment où le danger se fait si pressant, les forces de paix consolident ,leur union agissante. \ 'our s'en convaincre, il suffisait de voir ) mardi dernier, à la Mutualité, cette sa Ile im mense de sim pIes gens de toutes co-ndi~ion!i, de ,

toutes opinions et croyances résolus

~l faire triompher en com- · mun la caUSé, de la vie· U suffisait de voir réunis. à la tribune. des hommes tels qlJe le vénérahle professeur H"damar, , de l'Institut, et Duchat.' de la C. G. T., Marie-Claude Vail.lant- · Couturier et Bert y Archimède, Pierre Paraf ' et Joanr.y 'Berlioz. Il suffisait d'entend,'e les ~essages du Grand-Rabbin Kaplan et de Gabriel d'Arboussier. L 'UNION ainsi concrétisée à · 1'lIlpel du M.R.A.P· « Droit et Liberté », s'efforcera avec un élan acc(U de l'élargir davantag, e. Car la seule voie ' de ~:llut réside dans l'union de tous les antiracistes aux côtés Jde tous les combattants de la Paix et de la Liberté. DROIT ET LIBERTE. .---------- Dans ce numéro: . ' , Un article de Yves FARGE: la zone italienne : une Il faut gagner la bataille d'Allemagne Déclarations de : Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER, Jean GU IGNEBERT, Jules DUCHAT, Emman1L121 d'ASTIER, Gert y ARCHIME" DE, André VOGlER, BERCOVICI, et du Grand Rabbin KAPLAN. par J .-A. BASS Les camelots du Roy battent la grosse caisse par Roger PA YET-BURIN l' l, 1 . ~ i • " • ... DROIT ET L1BERTE -------------.----:-: ,15 Seplembre 1949 . ..".. N° ,35 (103) LES ETONNEMENTS ·DE LA QUINZAINE ••• , . B ." il· ' (( Lor'VJ'u'un. dirigeant du million d'après laquelle un ons .,esu es... MAPAM déclare que non seu- sionisle polonaiscon~u -aurait L'A§sembTée Nalio~al'e perd ' lement il n'a pas con fiance élé Lué lors d'une tentative de vraiment de sa dignité: dans le Gouver11CnlCnt, mais franchir clandesLiricment 'la Il nous a été d{)nnt d'assis- que ce GouveI'nement et lui frontière. Par malheur (pour' ter, au cours de cerlall1s d~~ 'seul est rcsponsab1c des dit- Lenemann) l'inOOréss~ 'Iui-méools ,du mois d'a{)ût, à une ex- ficultéséconomiques du cM· me vient de publier dans le

p}tsiQII du racisme le p.lus ab- ' maac, du manque 'de loge. journal yiddish de .. Lodz« Naie

ject ùe la part des Muller, Max mCllts, des ,ditficultù d'immi- Leben 1) une leUre , ~émeDlant ,Andl'é, Le'~roquer eL,con~orLs. , gration, ete." "c'est,-une preuve aussi, bien sa pré~noue ~ntaCe~ , Me~sl~urs d~ J qccldent d'irresponsabtlité m.(1jçurc ». , , tive de fuir la POl.,O,gI1e, que ~a " on! 1 e~pr,tt SI h~?pllal,l d'ement On peut s~ demander si la mort.., ' rcpllblJculI1 qu Ils n ont pas ,di3.tribe de M. Jarblum conlr,e admis la réserve,de M. ~Mz~r- un leader de l'oppos ition - Travail à façon na, d.éputé a}f;'érJ(ll1, qUl afhr- qui en somme ne fait qu'exer- (f. cel' , son dl'oit de cl'ilique _ L'informalion avait par u ' ma quc ' l'Algérie cc' ri'est pas

Siml)lemellt (( lrois déparle:

mC'!ils français ».' Et qu'e le g'o uvcl'11emenl fl'ûliçais, 'par 1

censéqurnl, n'avait pas qualilé

pour engagpr, Rans l'avoir

consltllé, lp. pc upie algét'ien.

Celle vérilé év idenle [ut n"est pas utl~' ieinle et ne sert dans un ,journal 4( s{)cialisLe » ,en réalitéql),'ù:détourner l'at- de Paris Notre Voix en même tenLion du ' :pl'oblèms cl'ucial ,temps que dans un, journal sur lequ el le DI'. Sneh a parlé. sjonisLe d'extl'êi11~ droite paOn aimerailen effet ,voir M. ' raissant en Alkmaghe et dans un quolidien orll1CJ.doxe de Jarblum , ré()onure ,nellemenl New _ YOl'k MOI'gen· Journal. ' à ,la queslioIl ,;, ,,' , 'lJenemann collabol'e dans tous pénsez-vous que le salul de ces journaux de lendances SI I~E(at d'Israël arnsi que ' .les diver'ses. C'est lui également Jui[s du monc)e enlier est dans qui est à l'origine' 'Je loule une l'union a,iec Lous les pârLisans campagne , de fatisses nouvelde la PaiX, qupJles que soient par ailleùrs leurs conviclions politiqucs ou l'eligieuses? Et si ,oui ...:.!.. pourquoi n'agissez· ' vous pas dans ce sens? Le débraillé sémite ' De Nuremberg ,à HambCJurg Etrange carrcfour où se renconucni, pour kl défense du criminel de' guerr(~ ·' Von .~/ansteiu, Churchill, qui y est allé , de ses 26,000 fNlnes, le grand aVQcat juif Silkin du lJ~mu~u de Lm~d1'es , l'éditcur Irmdollien GollanLz, etc .. " EI1'Qn.ge Carrefour qui, dans un lon(l article s' elforc4! de justifier, de magnilier l:1)'UIJU dcs cr'imes de ~ ',' . .:. ' o t· •• • (luerrc el p1'élend faire dt~ , pmcès dc 11 arriboul'g celat des (( criminels de paix » (de ccu:c qui ont chdtié lcs assassins nazis.) El d'éc/'il'c que (( la merveilleuse absenc(;l de logi. que ) 'man'ifl'siée par Churchill el les siclls cst CI l'un , des lraits If's pIns charmanLs de la l'ace anglaise n.

lc.curillic pal' un , véritable

clIahqt' de collégif'lls, CI,aqu-qmenl d,e pupitres, sirrtels,. rien n'y manquait. Il s'en fallut de. pel1 que l'on ne Lruik'it le dépulé algérien de co lonialiste! (( ALrocilés juives en Pales' pIes SUl' des « pers'écuLions « II faut, ronclut l'hebdotine », telle est la manchellc anlijuives» en U.B.S.S., CûjTI- madai1'c gaulliste, sorlir de d'un numéro ,spécial dc la ,pagne ayant pour objectif de l'équivoque qui servait de Il Gazelle de, Lièue », c01lsac1'é. prép.;.\I'erle climat d'une nou- pr'incipe à la justice quadl'ià la quesl,ion de JÇ/'usalem, velle gu·erre contt'e l'U.R.S.S. , parliLe, de Nuremberg ,ù ••• Bicots, métèques" youpins, à laporte.!. ,La « p/:@tection » d~s L.ïeux e~ les démocraLies ,populai- : Hambourg, marquer le che- Le s reVol· 1a' .,• •• Le maurassien orthodoxe Pierre Boulang, ex-professeur de lyeée gui s'iétait spiécialisé pendant l'occupation nazie dans ' la per~cuLi.()o des élèves juifs de sa classe, actuellement rédaeLeur des «Aspects de la Franoe ) (sic), llt ~ mau. rassien dissident J-ea'J)-Loois Lagor, féd-ac leur de ~ l'indépendance Fra,nça.i-s.e 1) (f.-e--sic) .ont tcn u del'l1ièrem€-nL une conférence vichysLe el raciste à Bayonne. ' Les r6publicains de, cette ville les ont empêchiés de la mener à bonne Jin. Que des hommes (( d ~ Aclion Française ) qui sonl·ûnés pendant la gucrre jusqu'au hout .(le l'ignominip, qui ont exalté la I( défaile-divine surprise » puissenl aujourd'hui rccom, mencer leur besogne, voilà qui ~;" " ....... " ", t,", '\ est inadrnisslbJe! Et, avec LouLe la presse d'émocrûLique, nous .lën onçons ce scandale. Il a fallu drs années pour percer il. jour les trahisons de Maurras, qui Iul félici té, à la veille de la gllerre, pal' le (( Volkischer Beobachler », pl'Ïllcipal organe du parti nazi allemand. Mainlenant, ses élèves conIl ne manq ue pas à la Chamtinuent. ' bre ..:... et nous nous en féli ci' tons - de figllrcs dignes de s'aLtirer la haine de ces « aryens » déchainês. Saints, f/u,i ne s(ml t'tU II e- l'es. min parcouru ), 1nent 1ne~~é~, a donné li~u, ~~--~--~-~----~-~-~~-~~---Charles------~----~- dans certains ce'l'cles catho- Déguisés en H anc'en$' cODlbattants" Ce [ut le tOUI' du député , noit" Ouezzin' CouliLlilli, d 'êlre choisi pOlir cilllo. PendnnlIJne 'mire el Yihl'anle inlorvrnlion o~ le cl:épulé sligmalisail l'alLitude hassemenl Uétnagogique (les colon iûl is tcs à J'égal'd de l'Afrique, il fut constamment et gl'o~sièl'ement inlel'l'ompu. La goujalerie alleinl son paroxysme apl'ès que le dépulé eût cillé la phmse de Diderot: « Il y a quclque chose de plus odieux que d 'avoir cles esclaves, e'r:;t de les appeler citoyens' '». •.. En. bon$ fasc.Î$tes lif/ues, li dcs commentaires du plus pûrslylc 'anlisém'itc. , Dans un artic~e de l'A gcncc r01fwine Pi dès, 1'cproduit par La France Catholique, on paut liTc : « Le_ur haine mépt'Îsantc (il s'ag'it dcs Israélie/, ls) du ,Clll'islianismr, les p~ussera à loull's les violences, à Lou les les pcrsécullons, e ~ Lendm à eHacer de ces lieux LouL souvenir 6vang'.ëlis Le. » El plus loin : « Dans le (](Ihraillé sémite eL dans l'exallalion orgueilleuse d'une vengeanGe lriomphanle, sefol'ment If'S lroupes cie ehoc el les lllems sans' scrupules. Henfol'dés raI" une La ~1'ésid ?nCe re[[[Utilisateur:Charles|Charles]] de CC~- pègre d'avenluJ'ie~s recritlJés sUl'e~ DIdelot, malol é I~s YOCl- dans le monde enlIer, ce' sont fén:tltons des ~019nlallsLe~. , , là les auteurs des massncl'es ~als comme elle etait a~sul'ee spcetaculairf'S qui on~ alleint par, Mme .Madclellle Blallfl··· , leur but: Cairr fuire les poles noslalglques du vI~hysm~ puJalions terrOI'isées. 1) , salslrent,la h?J1oe oc~aSIOll' qUI Sans commentaires. leur ~.l)tt olfel'Le de soulagel' leur amerlume. Et, comme au temps de lIiLler el de Darquier de Pr,llcpQix, on entendit sur les bancs de la cll'Oi le les crit! de (( sale juive, dmgence le youpin, e,Ll:.. » Nou,; savIons de lon gue dale que l'anlisémilisme et l'ûn licommunisme ralTienl lcs mê. mes voix. Une question à M. Jarblum L'importanle inlf'l'view accordée it [)rOtl et Libené Val' le DI'. Sneh (voir nolre numéro du lor seplembre)· cl dans laqu elle l'éminent ho m h1 e d'Etal isr-ùélien et dirigeanl du l?arti Ouvrier Cni[ié (MAPAM) a[fi l'me l'allacllement de s~n Pal'li cL des masses populaires d ' lsl'uël à la 'cause de la Paix, donL d~p etld en fin ' 'de compte l,'avenir :e l, rexistence mêmr du jeune Elnl a provoqué l'illdignation de M. Jar- 1)lum. Dalls NO/I'(' Parolc du '6 s'èrilNnljre il écrit ': Un mort qui se porte bien La Pres e Nouvelle, journal démocratique yi'ddisll raconte dans son numéro du 6 sepLf'mbr~ .l'histoire saVOl,lreuse que VOICI: Un journalisl.e juif de Paris, nommé J.,l'nemann, spéeialis'é dans la fabrication de fausses nouvelle" antisoviéLi]ues. a lancé I:écen~mcn ,t lIne )nfot- BOULANGERIE-PA TlSSERIE ISRAELITE Spécialités étrangères Pains de seigle lIlE'~NARIOl '8, rue N.-O,ode·Nazareth, PARIS (3e) Tél. : TURbIgo 94-52 Même ma,son : 1, rue Ferôinand.Duval Métro : Salnt-Paul AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, ~émoléu"" I!alatum , To~:s Ç~~tJiliél P;;AIStc . 98. boule'vard Mériiimontant, PARIS·XX· ' M.: Père-LachaIse, Tél. OBE 12-55 SUCCUf'll e : 40 ,' tue de Rivoli, PARIS.tVe, US RA(ISTISDU KU-RlUI-HlAN N'ONT PAS lU 11 BIRNIIR MOT Paul Robeson, le grand chan. teur noir, s'est prononcé pour la paix. -, Au Congrès Mondial de la Paix à Paris il a exprimé la volonté des millions de noirs amé. ricains de 5' opposer à une guerre d 'agression. Il a chanté à Pleyel sous les applaudissements d' une foule émue aux larmes. Son retour à New-York n'aura:,,-i1 pas dû être triomphal? Ce n'est pas ravis' de certaine organisation raciste, \' American Legion, groupement d' « anciens ' combatlants » quiO'oS'inspire du ' Kli-Klu~.Klan. ', ' Plusieurs centaines de fascistes appartenant à l'American Legion de" Peekshill (Etat de New-Y orlc.) se sont opposés, le ' 28 août, à l'exécuo:ion d'un concert que devait donner dans cette ville le célèbre artiste noir. Dès avant l'ouverture des porte!, ils s'étaient massés devant )' entrée du terrain et avaient en· ' vahi r enceinte. Ils déclenchè. rent des bagarres ' qui prirent bientôt une importance considé. rable. La mêlée engageait plus de 5.000 personnes. Vers minuit, des croix semblables à' celle qu'érige le Ku-Klux-Klan flambèrent sur les colline! alentour. ' Les racistes déchaînés démo+ lirent la tribune ct mirent le feu aux sièges. Ces manifestations racistes n'élonneront guère ceux qui sa· vent quel rôle joue \' American Legion dans la 'campagne de terreur déclenchée aux Etilts· Unis contre les noirs, les Juifs , et les forces progressives. Elle ne pardonne pas au progressiste Paul Robeson l 'influence et l'e9:ime dont il jouit. , Un nègre ne doit pas avoir d'opinion. , , ; Ce qui est plus étonnant c~ est , , que des .Juifs" aveuglés p* ,, \'hY5téri~ antidémocratique qui règne aU)l, Etats-Unis aient cru devoir prêter main forte aux provocateurs de Pee shill. liS' 'en 'onf' d·ailleurs 'été' bien punis : les fascistes de l'Ame- ' rican Legion se sont attaqués violemment à eUx, une fois accomplie en COl'Tlmun la sale be' sogne ,de PeekshilL Les brutalités de Peekshill ont un ' caractère si , odieux , qu' elles on~ révolté les larges couches de l'opinion américaine. Même la presse new-yorkaise de droite dut prendre le parti de Robeson. Le ' Baltimore San aVOlle « qu'il n: y ,a aucime ex .. , cu,se' aux violenc'es et aux bagarres qui interrompirent le' iohcerf de RobesOn)i. ' Dahs ' ce cas, 'pourquoi les autorités gouvernementales ne sont-el lès pas in~ervenue5 ,1 Que pense~ de la remi&e so!ennelle, quelques jours plus tard, de la plus haute décoration de J'American Legion à Mr. Truman, en présence du ministre français des Anciens Combattants, M. Betolaud? Certains n'hésitent pas à dire, à la Chambre des , Représentants que la manif.esta. tion de \' American Legion a été ofganisée avec la complicité des auklrités. ' Mais le peuple' américain n'est pas complice, pas plus que le peuple français. Les Américains ont infligé à Mr. Truman un démenti ret~entissant. Envers et contre tous les racistes, ' le concert Robeson ~ eu lieu, huit jours plus tard, au même endroit. Le grand altiste a chanté devant une foule impressionnan'le de 18.(){)(} personnes. Les vivats enthousiastes ont ccuvert les injures des fascistes du Ku-Klux-Klan et de \' American Legion, évalués au nombre de 3.500. Les brutalités qu'ils n'ont P'l.S omis cie déclencher~ au nez et à vue des forces de police considérabJe~ qui regardaient sans intervenir, on't fait toutefois des vi'dimes.' , Mais ni les croix embrasées ni les p\'uies de tessons de bouteilles n· auront ' raison de la conscience et 'de l'esprit de justice des peuples indignés. PAUL ROBESON Le M. R. A. P. condamne l'agression fasciste Le Mouvement contT.e le ~aeisme, l'Anti.sémitisme d pour la Paix s'élève avec ind:gnation contre le décfJaÎnemtnt racial qui se manifeste aux Etats-pnis contre le célèbre chanteur D(lir, le grand dém~rate Paul ~()beson l qui a été empêché de don. neT son concert et dont l'effigie a été brûlée à la, manière hitlérienne, en autodafé, Le M.ltA.P. proteste égaiement contre la participation, dans cette eXJ)ress,~on haineuse raciste, de légionnaires juifs d'Amérique, qui déshonore'!t les traditions de lutte pour la démocratie et la liberté des 'masses populaires juives. i . Le M.~.A.P. exprime son entière solida~ité à Paul ~obeson et I:'assure de 'son sout,en dkns la lutte éontre I,e racisme et lantisémitisme qui lIont des élé. ments de division dés peuples dans la préparation à la guerre, .. ,15 Septembre 1949. - N' 35 (1"03)---------------- DROIT ET LIBERTE 3. Il NOUS fAUT 'A'MIR lA NOUYHU BATAIlU .D'AlUMA'NI.~. J'ai trouvé pendant · ces vacances, une phrase · cha·rgée d'inquiétude et d'avertissements dans le pondéré « Journal de Ge.nève ) : cc L' atmosphère . actuelle f!n Aliemagne est comparable à celle qui prévalait à la veille· de l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler. Le nationalisme est partout : dans la masse ouvrière, dans la cla'sse moyenne, dans la bourgeoisie, dans l'économi.e, dans la magistrature et dans le corps enseignant ». Puis j'ai suivi les péripéties de la campagne électorale dans l'Allemagne de l'Ouest, enregistré les déclarations des chefs de partis, pesé leurs propos et constaté que de M. Schumacher à M. Adenauer les mêmes vimlences nationalistes tendaient au même ' but : effacer j usqu'au souvenir du crime nazi, replacer au coeur de l'Europe ce foyer . d'Incendie qui s'est déjà appelé germanisme et nazisme et qui demain portera, sans aucun doute, un autre nom. Comment cinq ans après cette victoire des peuples libres a t-on pu en venir à douter. Avons-nc,us gagné la bataille d'Allemagne? A la fin d'août 1947, l'événement que nous avions attendu si longte. mps, dans le sang et dans la douleur, s'est produit grâce à l'Armée Rouge : Hitler enseveli sous les ruines de sa chancellerie. Pouvionsnous im.aginer alors qu'Otto Strasser recevrait licence de reconstituer le parti nazi, qu'Hugenberg serait acquitté et reprendrait .la direction de son combinat sidérurgique, que le général Guderian qui avait envahi la France avec ses blindés bénéficierait de la confiance de nos alliés américains au pôint d'être invité à diriger un bureau d'études militaires; que le génçral VOn Manstein, le bourreau de l'Europe, le misérable qui télégraphiait à ses chefs: « Le temps est au beau. Toute la population est exterminée » trouverait à Londres et à Washington des défenseurs ? Que s'est-il passé pour que nous soyions obligés, cinq ans après, à douter de nous,:--de la France, de l'histoire et de la justice? Il s'est passé :un certain nombre d'événements depuis la guerre et même pendant la guerre qui portent la terrible explication. D'abord, soulignons que ni à Londres, ni-à Washington, on n'a été en mesure de répondre au Dr Adenauer lorsqu'il a déclaré dans tin discours de Hitler, c'est encore le capitaliste électoral en s'adressant au chef du qui a financé tous les journaux racis- Foreign Ofüt:e : « Bevin devrait tes, tOl,lt la presse nazie dans l'annous expliquer" pourquoi, pendant la _ cien Reich 'et ·peut-être aussi ailleurs. guerre, les aviateurs alliés ont détruit Imposer au peuple allemand, qui massivement les quartiers d' habita- n'a pas été consulté, la Constitution tion des travailleurs alors qu'~ls de Bonn après qu'aient été amnistiés laissaient intactes· les usines appar~ les industriels, les financiers, les gé- . tenant aux càpitalistes étrangers». néraux' et les bourreaux, c'était Hitler a joué sa partie jusque consentir à ce que reprenne vie un çlans l~s rangs des alliés. La soli- régime qui porte la mort, dari té financière Aussi b i e n, et industrielle FAR' GE '1 cdeutt~èg~eOmenc?ttid~nu qui a lié les ger- ' par Yves maniques a u x problème a Il epanesgél o -jussaqxuoen s suar L-______________________~ . mmeanntd dépgaargféaeit eàles décisions des états-major.s. La Valta comme à Potsdam, exigerait défaite n'est devenue, aux yeux des l'action concertée des quatre grands nazis de toujours, qu'un accident de et surtout des états qui ont été plus la politique, et éventuellement un directement et plus cruellement les nouveau coup de force, pourrait fa- victimes du national-socialisme; la cilement réparer. France, la Pologne et l'U.R.S.S. Les autorités de la zone française .notamment. d'occupation ont, récemment, relevé Le retour des forces I;Ilauvaises de ses fonctions un professeur aIle- qui ont asservi l'Allemagne, avant mand qui expliquait à ses élèves que d'asservir pour un temps l'Europe, lt:!s Allemands n'avaient pordu la s'inscrit dans ces faits déterminants gue.rre qu'à cause d'une trahison. de l'après-guerre : la répudiation Quelque part dans le secteur fran- par les Anglo-saxons de l'accord de çais de Berlin un chiot de belle race Potsdam, la dislocation de l'unité est entouré de l'adoration de tout le des alliés, l(é! rejet de la France par quartier : on assur(é! qu'il est le fils le plan Marshall et par le pacte de du chien de Hitler. Et la chienne de l'Atlantique dans le camp de ceux Buchenwald sera dans quelques qui aident aujourd'hui l'Allemagne jours en 1iberté... de l'Ouest à reconquérir sa puissance impérialiste. Et cette puis- Faut-il se laisser aller à opposer à sance est contenue dans l'appareil la notion fasciste de la « race élue » minier et sidérurgique de la Ruhr. .la notion nationaliste qe la cc race Il est dans la logique des folies maudite» ? Je ne le p~nse pas. actuelles que M. Adenauer, fort de A Yalta, Staline, Roosevelt et l'encouragement des· Américains, Churchill avaient parfaitement trou- annonce que son futur gouvernement vé la solution du problème en pro- réclamera la révision de toute la po- ~lamant que les puissances a lliées litique des alliés, à commencer par poursuivai~nt cc le dessein inflexible la politique de démantèlement de de détruire le militarisme allemand l'industrie allemande. L'aide améet le nazisme, afi7z que l'Allemagne ricaine n'a-t-elle pas assigné à l'Allene soit Plus jamais en mesure de magne de l'OIA ~ st l'objectif d'attroubler la paix du mo~de H. teindre et même de dépasser sa proIl ne s'agit pas d'accabler un duction d'acier de 1939 ? Il. n'était pas assez que nous, Français, nous peuple. Il s'agit encore de désarmer renoncions à nos droits de réparales ennemis de tous les peuples. La tions, il faut encore que la reconsdénazification et la décartellisation devaient être les deux articulations truction prioritaire de l'Allemagne décidé~ à Washington/" mette en de celte juste politique qui portait péril d'abord notre production, enla démocratisation de cette Allema- suite notre sécurité. gne débarra?sée de ses hobereaux, Déjà, nous sentons passer sur la de ses magnats, de ses puissances France le souffle aig're de la trahiqui ont repris la gestion du patri- son. Deux importantes usines . de moine intellectuel et industriel de produits chimiques de la banlieue l'ancien Reich. lyonnaise sont men.acées de ferme- Hugenberg n'est pas seulement ture: elles viennent d'être achetées l'industriel qui a forgé les blindés par les Américains, par les mêmes Américains qui ont renfloué l'I.G, Farben, le combinat chimique allemand qui fabriquait les gaz avec lesquels ·on a tué dans les camps des millions d'enf:'nt5 de femmes et d'hommes. L~ renflouement de la puissance qui a fait la malfaisanèë nazie, a · donné des .espoirs aux hommes et' · aux partis qui prôfess.ent la doctrine· de la race, du mépris de l'homme,. de la force d'Etat mise au service de la cruauté . . Les Américains ont récemment. publié une licenoe autorisant la libre publication de journaux. Et nous voyons reparaître le Sunner, cette feuille qu'ont rendu tristement célèbres s.es virulences antisémites, La publication d'un pamphlet signé c( Le fidèle Adolf ) par un journal bavarois a donné lieu aux sanglantCls maniflestations de Munich. Le major Remer a fondé un parti

il apppelle à s'unir les anciens

hommes de main. Le major Remer est le misérable qui de l'antisémitisme voulait passer à l'antichristia~ , nisme et qui avait déclaré à Hitler : cc Tant que ces porcs d'officiers chré- . tiens ne séront pas exterminés, on ne ' pourra pas gagner la guerre)) . Le général vient d'annoncer dans un discours électoral : cc Dans deux ans, n.ous serons prêts à -prendre le pouvoir ». Tout cela ne suffit-il pas pour inquiéter la France et le monde? Tout cela n'est-il pas sufftsant pour que les Français se décident à réfléchir et à s'unir? , Il n'y a pas tout à fait un an, je citais, pour m'étonner que ces mots aient pu être prononcés en Amérique, un propos public d'Otto Strasser, l'ancien lieutenant du Chancelier Hitler : cc Si cinq à dix millions d'Allemands, disait-il. sont tués au cours d'une ,prochaine guerre, encore plus de Russes, d'Américains, d'Anglais, de Français et de Polonais seront tués, ce qui éJ,ugmentera relativement la puissance de l'Allemagne ... ». Cette déclaration prend, dans le moment présent, sa tragique valeur: car sur le territoire de l'Allemagne de l'Ouest, Strasser a retrouvé ses partisans, Remer ses miliciens et Adenauer ses industriels. Nous n'avons plus le droit de laisser se poursuivre les politiques qui s'acharnent à ce que notre pays d·emeure aveugle et sourd. Dl/li 119 ,j]'/J 119 l~' & T'N lWtJ]'ll l'n ]JllDTlJ.lN9'lDj]/D9 119 llN .- o.44MONTR $UISSE L 44 OU GARÇO.NNET F 44 GARÇONNET. FILLETTE ANCRE IS RUBIS A 44 FILLETTE.I)AME. VERRE OPTIOUE 1450 1950 3285 3485 044 HOMME. TROTTEUSE CENTRALE 4885 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez Z~JD~L 89, rued~Aboul;, .. - Paris-2~ Mo : St·Den's· Rèllumur: SentleJ Tél ~ ~UT t~.87 "' , .. AMÉRIQUE du SUD AMÉRIQ..U E DU NORD ISRAEL «OCÉANIA »'. VOYÂGES -TOURISME ' ·4, RUE 'DE CASTELLANE . Téléph.' :,. ANjou 16-',n , -' - ___ . /-_.A "' , - _ .... 1. '0 r ~ '. ' .. Cette belle Carte de voeux pour la Paix est éditée à ,'occasion de Rosche Haschanah par ,'Union des Sociétés Juives de France' (14, rue de Pa.radis. Paris- 10·, Tél. PRO 67-27). E:le est très appréciée par un nombreux, public juif qui "envoÎe da.ns toul'e la France et" vers · tous les pays· du monde. ,',' ....... 1 4 DROIT. ET LI B'ERTE ' ·--------------15 Septembre '1949,";'" NG 35 (t03) D "U NE SEMAINE A L,A UYRE. .. ÉTATS-UNIS « LES ENFANTS N'eNT ; AS DE LAIT. - Des hommes ayant quatre, cinq ou même six enfants gagnent des s..laires misérables pour une journée de paus de 9 he·ures, et cela à condition d'avoir trouvé du travail. Tous sont largement endet· té .. ~, Ainsi s'exprime le prêtre catholi( IUe Carl Schlltten, révélant ~Ians le « Christian Science Monitor » que 450 personnes déplacées « vivent comme des esclaves lans ks plantations le sucre de l'Etat de Louisiane ». ' A LA CLAIRE FONTAINE, réservée aux blancs, six mari.ns noirs ' d'un navire canadien ont voulu boire, à Savannah (Georgie). Ils ont été incarcérés, DE PURES FANTAISIES: ninsi est qunlifié, dans un memorandum envoyé à rO.N .U. pat' le Comité Américain des Ecrivains, Artistes et Savants Juifs, un rapport de la « Ljgue Juive Américaine CQntre le Communisme », sur de prétendues mesures antisémites en U.R.S,S. 125.000 INDIENS, en rais'On de la couleur de leur peau, sont parqués lUX Et;lls-Unis, dans les « réserves" tles Etnts d'Arizona, New-Me~ico, Colo.rndo et Urah. 17 anS: telle est la durée moyenne dé vie des Indiens de la peuplade P~r:.lgo, parmi lesquêls un enfant sur 4 mem't dans sa première année. AUTRICHE LES NEGOCIATIONS se P'OlII'suivent à Loeben (Styrie) entre les di,'igeants du « parti du peuple » ~ic) et les ex-chefs nazis. Ces derniers demandernient les trois-i)uarts tles places sur les listes de candi+ Int~ présentées par ce parti aux élections générales. INTERROGATOIRES INTERMlNABLES, dont l'un de 38 heures, bains d'eau glacée, é'O~\PS de' P'Oings et coups de trique'. Cela lS'est passé à Vienne en 1949, Ce ~nt les services de renseignements amé,'icains qui 'Ont ainsi tI'aité le $yndicaliste Weber, d'Ont le crime était tl'av'Oir convaincu Ull réfugié roumain de regllgner sa p:1trie. ALLEMAGNE 10..000 MARKS ont été mis à la disposition de la communauté juive .Je Berlin par J'Administration ·tlu Gran~1 B~~lin, 'p?)]r la rewtllucllti~!1 .:les clmeheres JUlis de la z'One soovletique et pour 11élification d'un mo) lUlll'ent en J'honneur des JuÎis victimes du nazisme. O. N. U. LES DISCRIMINATIONS appli~ es dans l'enseignement contre res indigènes des te'Titoires coloJliaux et dépemlants ont fait l'ob, jet d'un débat, dans un Comité 'Spt!cial de l'O.N,U. Une résolutwn .rgyptienne condamnant ces methotles et recommandant ,que l'en- 1e~nement sooit dispensé aux inli. gènes dnns leur l:1ngue matenlclle ... ,~té repoussée. Ont V'Oté pour: TUR,S.S., J'In.de, b Chine. Ont '\ltcé c~mtre : la France, la Gnmdeti rdll1! ne, la BclSKlue, AFRIQUE DU SUD POUR CONTINUER 1:1 public atWJn. tJe son journal antisémite « The 'Nation », le fasciste J.-C. Battersby est parti èhercher des fonds en An~ k-rre ·011 il doit renconu'er son ami Mosley. UNE ·COMPAGNIE MINIERE v.i~nt tle s'assurer le moofH)J)4)1e de Yexplgi.tation du trav"il des N'Oi,'s qui !t'rollt internés d.'\ns une pri- stID,que l'on construit S Jlé6a lenient tians le TraMvnal central. ESPAGNE L'AMIRAL CONOLLY, C'Omllllln.. 1 .... t en chel tks forces na"ales .anu!ricaines a reçu ~, borù du cuir~ sé Colombus, le llictateur Fr~leo et Abd"lInh de Transjo,'"'\ nje, tlui se trOII\'e en Es p.'\gne. Af).rès une série de ban(Juets, F":1~,.,et AIxl:.,lhlh se s'Ont mutuelbnent décorés, L'AFFAIRE DREYFUS a fova::Ili .-.. e~asio.n au dévelOJlpement de la propagande juive » écrit le ;eurnal jnHlql~iste Arriba ù"ns un violent

l1'ticle (.'oub·e -« les Juifs et les

Fr .. tl.;';-~~\\'Gns ». Le M.R.A.P appelle la conférence sioniste à se joindre à la lutte contre le nazisme renaissant Le Comité d'Action du M. R.A.P. a adressé aux organisateurs de la Conférence Sioniste Européenne, qui s'est ouverte à Paris le 15 septembre, une lettre J'invitant à prendre position dans la lutte contre ' la renaissance du nazisme et de J'antisémitisme. Après avoir rappelé l'autorisation de reparaître accordée par les autorités américaines d'occupation . aux anciens journaux nazis, dont le Stürmer, et J'action de protestation engagée par le M.R. A.P., la lettre poursuit : « Il faut que le souvenir mobilisation des forces démocratiques contre le danger de l'antisémitisme et du racisme qui menace les Juifs de leurs pays. « Nous vous demandons de vous joindre à notre campa· gne contre la reparution du Stürmer et le M.R.A.P. vous propose d'envoyer une délégation à votre Conférence qui exprimera l'inquiétude de notre Mouvement sur cette question. Nous vous prions de bien vouloir nous indiquer les jours et heures qui vous conviendront pour la réception de cette délégation. » de nos martyrs nous guide ..-. --------------'j dans la lutte contre le fascisme renaissant, contre' le racisme et l'antisémitisme. « C'est pourquoi le M.R.A. P. s'adresse il votre Conlé· rence, en vous demandant de bien vouloir examiner toutes vos possibilités, afin que vos organisations entreprennent dans les pays où elles ·résident une large campagne de Budapest· Prague 1949 Le merc·redi 21 septembre, à 20 h. 45, salle de, la Démocratie, 38, boulevard Raspail, notre collaborateur Joseph-André BASS; présentera, dans le cad,re des débat.. du « Forum» : Un grand rep-ortage parlé sur son récent voyage : BUDAPEST-PRAGUE 1949 et répondra .au,!, que»tions du public. (Métro : Sèvres-Ba,bylone. Autobu"

68, 83. 84, 86, 94). '

Une étude sur Politzer par A. sos L' excellC11 t journaliste iuif hong?'ois André Sos tient régulièrement ses lecteurs au cow'ant des ollaires françaises dons l'hebdomadaire du bureau cent1'al d'es juifs hongrois (( UJILET ». édité à Budapest.. Hien souvent ce iournal exl1' êmemcllt bien documenté publ';e des extraits de « D1'oit et Liberté »~ Il convient de signaler la parution d'une étude d'André Sos svr l'h6 mme de science et militant aillilasciste [rançais, Georges Politzer, arrêté et torturé 1,01' les hommes de Vichy pen dallt l'occupation et assnssùlé pOl' les nazts, L'auteur 11 fait preuve d'une connaissance étendue de la J'ra7lce, d' Ull e compréhension très [i1l e de sa pensée et d'une très chaude sympa/hie pow' les démocraleç fmnçais. La population Juive de Lorraine manifestera à Thil Le monde entier fête actueJlement l'anniversaire de la libération de l'Europe du joug des barbares nazis. Les Juifs du monde entier commémorent le 4" anniversaire de la libération de leurs rescapés des camps d'extermination hitlériens. Aucun Juif n'oubliera ja-:mais les termes: Chambres à gaz et Fours crématoires· La Mairie de Thil (M.-etM.) a eu le triste privilège de voir les nazis installer sur son territoire un Camp et un Four crématoire (le seul en France). La mairie de Thil a adressé à l'u.J.R.E. un appel fratel'nel al'in que la populition juive de Nancy soit conviée 'à participer en masse à la Journée nationale de lutte et d'amitié entre les Peuples, le 18 septembre, à 15 heures, à Thil (Meurthe-et·Moselle). L'U,J.R.E. appelle tous ses membres et sympathisants à· venir nombreux à cette Journée commémorative. Un car spécial partira le 18-9-49, à midi, du 55, rue des Ponts. • ' InscriveZ-VOlis, Retenez votre pl;ice. Des délégations des ria· tions alliées y participeront. M. Charles LEDERMAN, président de l'UJ.R.E., prendra la parole. BULGARIE DES CONVERSATIONS entre M. Eliashev, représentant le 1l1lfllStè,' e des AITaires étrangères d'Israël et M. Kamenev, ministre-adjoint tles AfTaires . étrangères de Bulgaiie. viennent de se dérouler à Solia. Un dîner a été olTert en l'honneur de M, Eliashev, auquel assistnient tous les hauts fonctionnaires du minis.tère des Allaires étrangères de Bul. garie. Au cours de son hrd séjour ' ~, Sofia, M. Eliashev a également ,'encontré le professeur Jncques Nathnn, pntsident du Consistoire des Juifs de Bulgarie, qui vient d'être nOlllmé , 'ice-président du Comité d'Etllt pour les Arts, la Science et la Culture, « OLIVER TWIST D, le film antisémite, fi été interdit en Bulgnrie pal' le C'Omité pour la Science, l'Art et la Culture. ROUMANIE UNE RUE DE BUCAREST a reçu le nom de Haïa Lifschitz, jeune combattante juive nntifasciste assas· sinée par les nazis, A cette occ;lsi'On, de nombreux meetings ont eu Aieu dans la cllpitale et dans plusieurs villes roumaines, auxquels 'Ont participé des dizaines de milliers ùe tr:l\'ailleurs, Les o,'ateurs ont exalté la vie de combat et de sacrifice de Haïa Lifschiz. L'OlWRE DE LA DEFENSE DE LA PATRIE, a été décerné à trois dirigeants du C'Omité ~Iémocta. tique juif: le professeur Lazm-.eanu, Irésident du Comité; MM. Feld· mann, secrétaire général et D:lvidovici, Chlll'gé ~ d'Affaires de Roumanie à Tel Aviv. D'nuIre p;lrt, de n'Ombreux dirigeants de commumilités juives et de nombreux ouvriers juifs ont été tlécorés pour l'annive,'saire de la libération ..Je )a Roumanie. HONGRIE LA DELEGATION 1 SR A ELlENNE au Fest;";ll InternôllionaJ de la Jeunesse a déposé une couronne sur la t'Ombe de Holnnnh Szenesh, héroïne juive de la lutte antifasciste en Hongrie, aSSl~'Sinée par lelS nllzis. . ][SRA'EL Al! SEMINAIRE RABBINIQUE de Budapest n été lljoutée une seclioon oil seront formés des profes.seurs juifs et des fonctionnaires religieux, Des rabbins sortis tle ce célèbre sémin:lire occupent iJes pflS· tes ' importants en Aut,ricbe, en Allemagne, .IU Chili, en Israël et aux Etats-Unis. Les causes du chômage Le journal 1(01 Hum soulignait, dans un récent article, Que l'augmentation du chômage en Isra~1 .est due il l'import4ltion de marchandi5~ a,néricaines et hritanniqlies, ~il15i qu'au programme « d 'austérité » (qui a touché, en particulIer, l'industrie chocolatière), Incendie de forêt Au coufsd'u." inceoo;e de forêt sur te mont Ephraïm, 30.000 pins ont été détrui'l.s. Policiers 'de Bevin L'enquête sur la disparition de Mironanski, secrétaire du Parti Communiste Palestinien, le 19 jumet 1941, révèle qu'il a .été torturé à mort à Jaffa par la police du ,gou· vernement mlndatai.e. te rapport indiCj'Ue que .d'autres prisonniers poHtiques sont, de la même façon, morts sous les t.ortures. " recnmmande le ~iceaciement de deux fonct"' nnaires de la police isrOléliennè comprOMis ..... ns cett'e aff.aire. Deux ans de service mjlitair~ 'La loi sur le service militaÏt'e, adoptée par la Knesseth (Parlement), Pfévoit que les hommes de 18 à 49 .. ns et les femmes de 1 8. à' 34 seront sujets au service milit.aire obligatoire. Les hommes ayant de 18 à 26 ans devront effectuer un service ... ctif de deux a .. s et ceux de 27 à 29 ans de dill·hltit mois. De 29 à 39 ans les hommes effectue,.)nt ... e période de trente et un jours par au plus .un jour par ·mois. De 40 à 49 ans ils set'ont soumis à des péri. des de ~uat.or"e joun par an . pt .. s un ~.,r par mois. Le service actif des jeunes fOlIes est de ~ixhuit mois. Restitution La Knesseth (Par~me ... t) a voté Ul'\e loi resTituarYt il l'Eglise ortho- 00_ rl:lSse )es bie.r.}S Qu'elre .pos-sèGe en territeire israélien Faute d'un accord L'accord n'ayant pu s~ faire ~ la composition d'une dé.:.égation, le Parlement 1lSraél :en !le sera pas r-eprésenté il la Conférence interparlementaire Qui doit s'ouvrir proch~inement à Stockholm. Washinglen complote l'am,putation du territ~ir,e israélien « J.amais le Gouüernement égypti-en ne si(Jnera la IJaix a'l:ec Israël, ta1lt ({u ' il 11 aura lme frontière commune enl1'e les deu.'c pays )), a d~)c lûré le déllégué égyptirn Abdul! Mo' neim !3(y, a Ill. « Commission de Conciliation )) de Lausanne. On déclare, daos les milieux infor-més que le Güuv€rnement des Etals-Unis soutient le poinL de .vue :égypLien, qu i vise à enlever à Israël Je Neguev pour en faire un prétenüu « Ela.L-lampon »). Un accord secre( auraiL élé conclu dans ce !"bns enl re ~e Caire et Wasl?i~gLon. Ben Gourion pour le maintien des forces arabes en Palestine Dans sa réponse àun ques· lionnaire tle la « (:UTl1 O!Jssio.n de C{)ncilialion )) si~.c.aot à Lausanne, l~ (j.ollverllem('nl israélien déc.lare 1le 1WS .de· m61Uler le retmii des .armé~s ar.abes des lerl'itoiresqu'elles occupent actuellement en Pa· lestine, C'est accepter la nQn· a,pplical.ion des d:écisions.de rO.N.U. qui prévoyaient la création \l'un Ela.t arabe en Palestine. Les Etats arabes pour la disparition d'Israël Dans leu r réponse au même qucsLionnaire, les Etals al"abes drl11ûn'clent que sQienL enIrvés à f5raël la Galilée orientale cl occidrntale, la Lotalilé dl) Ncguev et la partie de J~rusalcm actuellement sous Gonlrôle israélien, Ils demandent

égalrnwnL l' « International

isalion )) de Jérusalem et de J.arIa el la création d'lm con'iuor (( inlemalioual ) l'e' 1 i-a 0 t Jarru à Ill. Palesline. ' POLOGNE « SOLIDARITE », c~:tIive ll'~)U\Tiers juifs, :1 mis en serv«:e 135 ateliers Illobiles de cordonnerie et ùe ré»arati'On de vftements. Elle vient d'étendre ses activités;' {Pautres Ùlmaines, en particulier les répa,'ations des machines :lgric4Jles, ~Ie l'éq~,ipenlent électrique et les 1D~"t,ll1atlOns de rntlio. POMPES FUNEBRES ET MAltB-R.ERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél.: TRI88-5~.Nujt: TRI 88·61 MAR' SEI L L E ' . , ,,' J . UNE MAISON AUDITORIUM RADDO 97, rue de Rome - MARSEILLE AGENT OFF/ClEL : P'H 1 LI P S Conditions particulière-s aux lecteurs de

DROIT ET LIBERTE»

J.5 Sepfembre 1949. - N° ~S , (lOl) ------------~-- DROIT ET LIBERTE A propos du VICHY L .8. zone it-alienne: par J U 1 F Joseph -André UNE SOU ICIERE BASS , • L'histaire dc cc qu'an pcut appeler Ic « Vichy juif » ne se conf.ond pas sculc. mcnt avec l'histaire de l' U . G. 1. F. dant cette dcrnière canstitue un important . chapitre. ' D'autres faits méritent d'être contés pour pr,enore' place un jour dans une étude plus approfandie. J'y pense en apprenant la nouvdle que le Cansistoire israclite du Bas-Rhin a organisé le 4 août 1949 un affice salennel à l'occasion de la réunian de ce qu'on appelle « le Conseil de l'Europe lI. J'ai eu l'hanneur de c.ompter parmi mes campagnons les plus praches de la Résistance marseillaise, le Grand Rabbin de Strasbaurg, Rel)é Hirschler et sa fcmme, tous deux arrêtés au cours d'une mission, déportés et assassinês. Ccux qui viennent de s;'C~ifier à Stras': bourg à ce qu'ils croient êtrc ' la bienséance, ont-il oubli~ ces victimes encore si récentes dant les protagonistes de cette Nouvelle Europe sans europrens, désirent précisément effacer le souvenir? La réalisation d'un tel plan signifierait l'alliancc des hommcs des trusts français, seuls bénéfi1::iaires de Vichy avec les maltres de farges de l'Allemagne occidcntalc auteurs du nazisme : alliance 'du p.olicier vichysfe et du tartionnaire S.S, L'OCCUPATION ITALIENNE ET LES JUIFS Une attention toute particuli(\re devrait être aocordée à ce qui s'est passé oendant l'occupation italienne en France et à ses suites tragiques, Jusqu'à l'occupati.on de la totalité du territoire français par l'ennemi, après le débarquement en Afrique du Nard eo novembre 1942, les Juifs de la zone, ~ud avaient eu un peu mains de çliffic'lltés que I::eux de la zone nord, à échapper à la chasse à l'homme organisée par les na7.is ct leurs complices de Vichy. LOF'squc le~ tr.oupes allemandes' eurent franchi la ligne de démarcation en noVlCmbre 19i2, eUes furrnt l~ientôt suivies par les rafleurs de Juifs de la Gestapo qui étendirent leur action dans toute la zone occupée par la Wehrmacht, TOlltefois, les régians des Alp~s et du Sud-Est qui furent alors .oocupées par les troupes italiennes, rchappèrent pour un certain temps ~l l'lctian de la Gestapo. Les autorités d'occupatian italiennes n'appliquèrent pas dans leur 7.anlC cie mesures systématiques de ra ne ct de départation de Juifs. 'Les représentants des autorit~s d'occupation italiennes ne portaient pas aux Juifs l'intérêt passionné et homicide de leurs collègues aILemands, De O1~me, d'importants éléments du commaooement militaire' et une fraçtion du fascisme italien virent clans cette situation l'occ~siO'fl de, dévcl,opper une mar,oeuvre ' politi-que pour leur sauvetage dacs l'avenir, Bien ~tendu, cette manoeuvre politique n'empêchait pas les fascistes italicns d'arrêtcr, de forturer ct de dépOI-ter, ai-nsi que de livrer aux nazis, les militants de la Ré shtfllllce , Les auteurs de cette manoeuvre avalent partie tié-e avec ].cs élémcnts du parti faociste qui renversèrent MussaliAi ~ la séance du- Grand Conseil Fasciste, ainsi qu',aV'Cc I,e Vatican, Les directives de cette manoeuvre politique émanaient de , B.lsti-anini, alors souS-.SCC'rétaire d'Etat aux; Affaires élran~ gères' du parti fasciste, son cxéCtitant principat dans les territoires français occupés par l'armée it:llienne ~tait Barranco, chef de l'O.V.R.A, (police' politique fasciste) en France. Dans la zone nard, an avait vu C'ertat.o~ dirig:cants d'oeuvres sociales juives sC lats:srr cntralner à « org-aniscr .. Irs TlIif~ de France en une « Unian (U.G.I.F.) " créée par la GestapO'. D~ns la zone foccupation italienne, ces mêmes hommes d'oeuvres ou leurs collègues. partici pèr.nt ~l l'institution (rUn système de « résidence -surveihée » ' organisé et contrôlé par ' les autorités d'accupatian ita)ienne. Ce ;;.ystème mettait d'ailleurs momentanément les Juifs II l'abri des interventions de la police cie Vichy qui S'efforçait de livrer aux Allemands les Juifs de la zone italienne, C'est ainsi qu'on a vu des Clrahiniers italiens aller élargir un Juif interné p"r l'Intendant de Police de Vichv pour la région de Nice par'Ce qu'arriv(~ en fraude, Il faut dire que cet intendant, te- sieur Duraf,our, actuellement Con5eil!er de .LES ASSASSINS sont parDI' nous Bucarest 1941.~ Des hommes, des femmes, . des ,enfants juifs sont saisis dans la rue. On les oblige, sous la menace de revolvers, à boire de l'essence, ensuite on leur maintient la bouch~ ouverte et on y jette une allumette. D'autres sont arrosés directetnent d'essence et enflammés. Les femmes enc'eintes sont éve~trées à coups de couteau ; en même temps, d'autres sont conduits à l'abattoir de la capitale roumaine, accrochés à l'étal les uns aprè8 les autres, égorgés et éventrés comme des animaux de boucherie. Rencontre d. u Cardes de Fer» dans la campagne rGumaine , Quels étaient les exécutants de pareilles besogne. 1 CétaÎent les hommes d'une' organisation fa.ci.te roumaine dite « la Garde de Fer :t. Le fondateur en fut Codreanu. Son successeur, Horia Sima, après avoir continué les crimes de son maîtrè pendant toute la. durée du fascisme roumain, avait constitué en 1944. à Vienne, encore occupée par les nazis, au moment de la débâcle, 'alors q~e les troupes soviétiques et les patriotes roumains avaient libéré la majeure partie du territoire de ce pays, un gouvernement fantoche dont il était président. Son ministre de la Guerre était le généra" Chirnoaga, son ministre des Cultes le Métropolite ' Visarion., jadis destitué en Roumanie de son siège épiscopal de Bukovine pour inconduite, nommé par les nazis, évêque des territoires soviétiques occupés de la région d'Odessa ( transnistrie :t). Où sont aujourd'hui ces criminels '1 A Paris. Dimanche ~rnier, ils viennent d'occuper, manu militari, l'église roumaine de la rue Jean-de~Beauvai5. La' « Garde de Fer ~ vient de s'octroyer un immeuble en France. Nous sommes amenés à poser les questions précises 8uivantes : Est-il exact que l'assassin en chef. Horia Sima, qui se trGUve actuellement à Munich à la tête d'une troupe de 900« Gardes de Fer », armés et encadrés sous la protection des autorités militaires américaines, vienne librement inspecter chez nous Iles hommes de main qui arrivent d'Allemagne et d'Autriche en France? ' Est-il exact que son ex-ministre de la Guerre Chirnoaga vienne lui aussi à Paris et convoque la « Garde de F et' » pour lui transmettre selO mots d'OI"clte? Est-il exact que leu'r agent de liaison, le sieur Boldea'nu, « aumônier de la Carde de Fer :t. réside librement à Paris- ? Er.t~il exact 'lue l'ancien Métropolite de Bukovine Visarion soit arrivé en France avec un visa accordé par le Quai d'Orsay, sur la demande spéciale des milieux antisoviétiques proches du Vati~an ? Est~il exact que' le 'sieur Gratian Radu. qui vient de prend.re possession de l'Eglise Roumaine, soit un ,«' Garde de Fer:. récemment arrivé d'Allemagne? , Est-il exact qu'un ex-officier de gendarmerie du régime Antonesco, Lupoaie, qui a dirigé dimanche dernier la prise de pOssellion de l'Eglise Roumaine à Par •• , ait été pendant Ja g.uerre, « commissaire aux questions juives de la Transnistrie ». c'est-àdire organisateur des assassinats des Juifs de la région d'Odelsa qui ont péri par dizaines de milliers ? Pourquoi ces hommes ne sont-ils pas arrêtés et jugés ? Pourquoi M. le Préfet de Police autorise-t~il le fonctionnement à Paris d'une orgal1isation de malfaiteurs 1 Dans,quel but fait-on venir d'Allemagne à Paris, les spécialistes, des pogromes 1 Alerte ! Les assasains sont parmi nous. J.-A. B. Préfecture il Paris, s'exerçait déjil au double jeu: il s'était fait pour premier alibi, une bonne amie juive. D'une main, il appliquait lcs ordres de Vichy i. l'en;.e'l1- ble de la p.opulation jui vc réfugiée, mais l'autre serrait cI~jl. C'c!le de qlletCj"l's financiers « bons juifs» qu'il a~sllrHjt cie sa sollicitude ct de sa prOkcli()l1. RUMEURS ET ILLUSIONS Un curieux régime s'était ~'tahli. Les réfugiés juifs de conditi.on nW(\t'-;te. qui affluaient de plus en plus, (~taient recensés par les soins des « comités d'ac~ cueil » dont le principal se trouvait à Nice, b()Ulevard Dubouchag-e et furent placés en résiclen~:e surveillée !ons la garde des policiers ita.li~ns - d'"ilkl1r,; dl'bonnaires et \)ons enfants -- t~f'ldis que les bénéficiai res d'une certaine aisance s'octr.oyr.icnt une villégiatu.-e prolongée. Apres la chute de Renito M!t~S')lini, le bruit St' répandit parmi le, ,ftlifs de la zone italienne, que l'Italie a',i ;,it se S~p:lrer de l'Allemagne et que les Italiens canserveraient le contrôle de la rég-ion de Nic.e. Il était ég-alement question d'une convention .,assée entre les oeuvres .Îuives et le gouvernement italien, ave'C l'appui du Vatican et des ambassadeurs anglais et américain auorès du Saint Siège, aux' termes de laquelle les Italiens Se ~f'1 a:ent engag-és à évacuer t.out ou partie de la population juive de leur 7ane et même de les conduire en Afriqu( du Nord occupée par les alliés, sur des bateaux de la marine de guerre italienne, Ces rumeurs étaient accréditées par les déclarations de diverses personnes sans aucun mandat sérieux, pour Ja plupart fonctionnaires d'institutians lé~al{'s de bienfaisanoe qui s'étaient . €-rigés en une « c,ommissiOfl politique juive " dont le sièg'e SoC trouvait à Nice, Les résultats de cet ilÎusionisme ne se firent pas attendre, SANCLANT IMBROGLIO Affolé., pa~ la P.'I-spet'tive de l'irruption des Allemands dans ta zone italienne, égarés pa; des rumeurs sans le moindre fandement, les Juifs aUluèrent par milliel- s ;'. Nice mêm.e ou dans, ses environs immédiats, Où ils croyaient pouvoir trouver la sécurité. Dans .les derniers jours de septembre ] !H3, les Altemands, dont leS' convois de traupes n'avaicnt cessé de rouler vers le Sud-Est, prenaicnt possessi.on de la zon6 italienne. Les troupes italiennes n 'oppo~ serent pratiquement aucune résistance, le dispasitif de sécurité temporaire des Juifs ' s'évanouit instantanément; dc~ milliers de Juifs rL'Cemment arrivés se trouvaient concentrés dans Ic~ AlpesMaritimes, certains d'entre eux avaient été convoyés vel's Nice par les oeuvres juives, quarante-huit heures ava.nt {'en;; tr~e des tmupes a:lIemandes dans oette villé, un bon nombre étaient étrangers et ne savaient pas le français. Cette situation facilita considérable. ment les rafles entreprises presque ausl'itot par la Gestafto. Plusieurs milliers de Juifs furent arnhés en - quelques jours sur la voie puhlique ou dans les hôt.cls, ' Nice était considéré,e par la police nazie, très sauvent mal renseig-Ilée. comme le cehtre d'un vaste rése~m judaïque- international dont les ,opératiuns auraient corn; promis la sfcurité des troupe!! d~ IJt Wehrmacht. Les milita)1ts de la Rêsis~ tance qui s'étaicnt, depuÎ! le début, opposés à cette politiqu! cie concen! ration dans la zone italienne, durent ensuitC', au prix de laurdes perte~, entreorendre l'évacuation clandestine dps Juifs qLii avaient échappé aux l'a fies de la Gestapo dans la n"g'ion de- Nice. Les dirig-eants juifs d'oeuvres qui ont col.laborl\ it ('eH(' dupcrie n'ont pM craint cie filtre éditer leur propre apologie après la Libération, Il Il 'était pas inutile de rappeler aujourd'hui- le désastreux bilan d'une tcnt.ative de collaborati,on avee les fascistes italiens, de cet « imbroglio " sanglant, .. • , , DROIT ET 'UBERïE • • • plRfE QIIE JE , ,51111 RESTe' FIDÈLE A lA MeMOIR,E DE ,MES FRÈRES ET SOEIIRS MORTS DANS lES tAMPS DE tONtENTRATION, BRlIle~ II FOIIR tReMATOIRE... E. D'ASTIER: Lès M. C. VAILLANT-COUTURIER: Nous sommes des millions dans le monde ... L'antisémitisme, comme tout racisme, cl n'est pas une calamité qui viènt du ciel com,me la sécheresse ou le déluge. C'e'st l'instrument d'une certaine politique po'ur masquer aux populations malheurelllSes les véritables raisons de leurs souffrances et arriver à ses buts de destruction. Une' femme d'Auschwitz --, qui n'est pas revenue - me dit un jour là-b~s : « - Madame, et dire que ie n'ai rien fait pour venir ici! » Eh bien ! c'est justement ça' le malheur! Elle n'av:lit rien fait ! Si elle avait lutté avec ceux qui luttaient, si nous avions tous lutté ensemble, personne n'aurait été JEAN GUIGNEBERT Nous n' o((eptons pas ... ... Churchill a déclaré récemment

« On aura encore

besoin des vieilles vertus germaniques! » Les vieilles vertus germa nif} ues, la vertu militaire, ]a vertu de la persécution, etc ... Et l'antisémitisme? Et bien, tant pis, c'est la race des seigneurs, tout leur est permis, et puis ils seront de si magnifiques soldats! Car c'est bien la guerre que l'on prépare. Il faut remftttre l'Allemagne à sa place ! Tout ce que hos représentants ont déclaré à Washington ne compte pas car ils ne sont pas les véritables représentants de la France. déporté, car 'nous aurions été les plus forts ! )) Nous sommes dans le monde des m.illions et des millions qui voulons la pa,ix. Il faut que nous nous unissions, et, tous ensemble', nous 'la gagne'rons ! IIlaut Que les maues juives comprennent... Ce n'es t pas pour que le Stürmer l'epal'aiSse que nos camal'ades sont morls. T'I'ous nous sommes baLlu 1Jo ttr que , ce tl e guerre soit la « der des de)' n. 1\'ovs n'accrplons pas l'idée de nous ball1'!? Il nouveau pour des intérêts financiers qUt ne s()nt pas les intérêts des pcnples, Il fau I qv e les mass ps juives comprennent qu'il est temps de coaliser toUi es leurs fo rces morale s el matér,i elles s t cll i"S' 11 e veulent pns se1'vir de premiè res vic times Il ceux q.ui rêvent de carno(Jp , JUIFS. volez ponr la Pai;r . BE:ltCOVICI , Pr~siùent, df' s eng-agus vol onlairE'S ju ifs et an ciens combattants ':lli -18. JULES DUCHA T la C. G. T. est à vos côtés D e p u i s toujours la Confédération Générale du Travail est contre le racîsrne et les préjugés religieux. La C.G.T, est à vos côtés dans la lutte contre le fascisme, ·pour la démocratie et pour la paix. Vous pouvez compter sur elle. Unies, les forces de la paix triompheront. A l'occasion de la Journée Internationale de Luite pour la Paix du 2 oelobre 1949, le M.R. A.P. invite tous les Juifs de France, tous les antiracistes, à joindre leurs voix à celles de l'immenISe majorité. de l'humanité qui désire la Paix. et leurs collaborateurs vichystes, responsables de, la déportation et de l'extermination de millions d'êtres humains, soient châtiés. Parte que je ne veux pas d'un relèvement d'une Alle~agne non dénaZifiée. Quand vous donnez votre suffrage pour la Parte que m'oppose à ce que le Sturmer et les autres journaux racistes et antisémites reparcriss, ent. Paix, vous devez vous répéter : Parce que je suis resté fidèle à la mémoire des 6 millions de mes frères et soeurs morts dans les camps de concentration, brûlés au four crématoire. Parte que je veux q-ue le racisme et l'antisémitisme soient à jamais bannis et que règne la fraternité des peuples. Parc"e que je veux que les criminels nazis 55 Pour toptes ces raisons : ; 1 •• , G. ARCHIMIDI : « Quond un ' Juif est massocré, (est toute l'Humonité qui souUre. » A ceux qu i s'étonneraient de la participation des peuples d 'outre-mer à cette manifestation, il suff it ,de rappeler que les nazis confondaient dans une même haine juifs et nègres. ... La législation amencaine pourrait faire croire que le lynchage des n€gres ne constitue pas un cr ime. J 'ai vu de mes yeux aux EtatsUnis une troupe de « blancs » excités déchirer littéralemeent un noir qu i s'était réfugié dans un immeuble appartenant à des « blançs )l. et cela sous la surve illance de la police impassible, Comment serions-nous éto,'lnÉs de ce que le gouvernement américa in ne s'élève pas contre de tels crimes, puisqu 'un professeur blanc a été récemment condamné 'à tro is mOIs de prison pour avoir, lors d'une conférence, permis à un nègre de prendre la parole ! . .. Vous comprendrez facilement quelle est notre appréhension dE!pu is que le gouvernement amÉricain a posé la question de la validité de l'appartenance de la Guadeloupe et de la Martinique à la France, et réc lamé le « 'retour de ces colon ies ,» à l 'Amérique, sàn~ , te'nir compte du d roit des peuples à disposer d'euxmèmes, Nous, noirs. nous ne voulons plS « appzrtenir )l au pays des discriminations raciples, du Iynch et des ghettos nègres, Ceci est pour nous une raison de plus pour nous uni r à vous pour combattre le racisme et plus particulièrement pour protester contre la reparution du « 5türmer ». Nous savons qu·e les, larmes d'une mere de coilleur sont aussi amères que les larmes ,d'u,ne , mère blanthe. Quand un Juif est massacré, quand ' un noir est lynché, c'est toute ,l'humanité 'qui souF fre. . 1 " Des urnes ' sont mises à votre disposition par le M.R.A.P. dons les permanences suivantes : • 14, rue de Paradis .. h ' , ' ., ••••• ' •• ,.,,10' ARRT. • 8, rue de Saintonge ..... " ." ... ' .. ' .. 3" ARRT. • 9, rue Obriot . ',' .' .. , .. , .• ' ...... ' .. ' .. 4· ARRT. e 5, passage Ch.-Dallery. 11" ARRT. • 59, Faubourg du Temple. 10· ARRT. • 21, avenu-e Stephen-Pichon. • 2, passage Penet. • 5, rue Chaumont. • 120, 'boulevard de SeUeviIIe. 13· ARRT. 18· ARRT. 19" ARRT. 20" ARRT. Si vous n'avez pas encore voté, découpez le bull'etin ci-de~sOtls et envoyez~le à DROIT ET LmERTÉ, 14, rUIe de Paradis, ou au M,R.A,P., .10. rue de Châteaudun. JE VOTE POUR LA PAIX PARCE QUE je ne veux pas que la France devienne à nQuveau un champ de batailles, de ruines et de mort. - PARCE QUE je ne crois pas qu'on défende la paix en brandissant la bombe atomique, en préparant la guerre par des pactes militaires dirigés contre d 'autres n'ations et en déchaînant sur le monde la course aux armements. - PARCE QUE je ne veux pas que des centaines de milliards continuerit à être jetés dans le gouffre d'un budget militaire accablant le peuple sous le poids de charges accrues et d 'une misère aggravée. - PARCE QUE je ne veux pas qu'on , reconstruise une Allemagne occidentale militariste et revancharde, ,n 'ayant plus à payer de réparations et qui serait une menace pour la sécurité française. - PARCE QUE j'ai honte de la guerre qui se fait au Viet-Nam, qui soulève la réprobation de tous les hommes de coeur et qui tue nos enfants, - PARCE QUE je sais que l'immense majorité des Français veulent la Paix et que, par leur union; ils peuvent l'imposer à la poignée d'hommes qui veulent la guerre pour leurs profits. Pour toutes Ges raisons, JE VOTE POUR LA PAIX, A l'occasiOn de la JOURNEE INTERNATIONALE. DE LUTTE POUR LA PAIX, le 2 Octobre, organisée par le Con'grès Mondial des Partisans de la Paix, j'exprime oeu Gouvernement ma volonté ,et j'adresse aux amis de la Paix dans· /e monde en.tier ce témoignage de solidarité active. " NOM : .... .. ... , • ..•. , ... , .•. , ... .• •• " .. ,Adresse; ••••. " ..... . .. , .••.. . •. . .•.. •. .. . •• • •.• •••••• • •• , •••• • •• • .•• • ••• ', ' ••••• , •••• • , 0,'" ou •••••••• ' . ' ••••• • •••••••••••••••••••• " Signature: COMITE FRANÇAIS DU CONGRES MONDIAL DES PARTISANS DE L"- PAIX.: i ' 2, RUE DE VELYSt:E. PARIS (8\) , Henri VOGLER: liS AN(I~NS PRISOHNlfRS D~ W~RR~ (ONHAISS~NT l'AlUMAGNI Parmi les Fran çnis ql1 i vrlllent la Paix se. trouvenl nalurellement les anciens Pri sonn iel's ùe li 111 '1'1 e, Ils l'ont en core expr'imé au cours de leur Jttagnifique I\assemlJlemenl qu i, le 3 sf'plemlJre dernier, a gro upé 100,O:~O des leu rs au Vél' d'Hiv ' eL a ux , Cham ps-ElvSPf'S eL au cours duquel ils ont" p'll l' ailleurs, proclllmé Jeul: 'l'é~ o llltion de faI re aboutir leurs Ju sles r evendlca lions. ' Nous cOtl sicléJ'o ns, alors que le Gouvernemenl pré ~e ncl ne pouvoir finan cer nos mocl('slrs re' ve ll cl i cations, qu e l'abal1'clon llrs 1 l'16pa raLi ons clll rs par l'Allemagn e est une vér i l ~ I)Je lrahison ùes inlérêls bien compris de l' ensemble de la' Natioll. Aussi, saluon s-nous toules les initiatives prises pour dëfendre la Paix. déclare Il enri Vogirr, Secl'éLai re Gl\nérn l de l'Associntion cles Comballanls Prisonni er s de Guerre. ... PLU'S JAMAIS ÇA ~ M. MOIROUD : . «Des pays de régimes différents peuvent collaborer» L 'UNION des Chrétiens progressistes est un des mail- 10'ns de ce vaste front de la Paix. Nous pensons qué des pays de régimes différents peuvent collaborer, et que des ' homme! d 'idéologies diverses peuvent vivre et travailler ensemble pour construire un monde meilleur et plus fraternel. Parce que nous ne vou·ons fair·e la guerre à aucun peuple, nous continuerons à démasquer ceux qui exploitent les sentiments religieux pour tenter de diviser les hommes de bonne volon1é, et à défeRdre la Paix, en union ave~ les démocrates et les progressistes du monde enticl·. Mareel MOIQOUD, Secré.taire général de l'Union des Chrétiens Proeressistes.

.

PARtE tE QIIE JE VEIIX QIIE lE DAtlSNE ET [! NTISEMITISME SOIENT A J1MAlS BA'NNIS El fllIE RÈGNE lA FRATERNITe DES. PEUPLES .' •• masses n'accepte nt pas le jeu' des ,

. \

bellicistes « Je pense que la création de l'Etat d' Israël ,n 'a pas réglé, dans ,c!J.acun des pays qui ont été en proie à la maladie de J'anti. sémitisme, , la questiÛ'n juive ct la question du racisme en géné_ raI. ,- Personne ne peut nier la re. naissance d'un certain antisémitisme en France, d'un an,tisémi. 19 Grand Rabbin KAPLAN "Les hommes libres ne sauraient tolérer .. " Qu'après Auschwitz, le « Stürmer » et les autres journaux nazis puiss,ent reparaî_ tre en AUemagne, cela dé. pass,e 10ute imagination. C'est un véritable défi il la conscience humaine, défi que, non seulement les Juifs, mais tous ks hommes libres se doivent de · ne pas tolérer. Dans l'intérêt supérieur de la Paix entre les peuples, nous demandons que toute excita. t~on à la haine soit désormais prlJ,,~rite tisme encore plus violent en Allemagne de l'Ouest - grâce à la carence des puissances occupantes, - et d'un racisme officIel en Amérique. L'oubii des leçons des années d'avant guerre, le déve'oppe_ ment d'une psycbose de- guerre, entraîne,nt d·es conditions - no. tamment l'abandon de la lutte contre le fascisme et le racisme - qui p-ermettent de craindre le retour Ile tous les excès antisé. mites que nous avons connus de 193·( à 1945. C'est pourquoi les Juifs son1 menacés au m~me titr,e que 10us les autres par les , symptômes d' u'! nouvea'l confit - c'onflit Qu ' ils doivent contribuer à con ~ jurer. Dans beaucoup {le pays, il existe UII divorce évi.lent entre la volonté profonde ' des masses populaires pacifiol/,es et le jeu des .lir i ~cants 1'01i1iques, C' est pourouoi il est très im_ portant Que dans t ous les r,.l"S du monde, les citoyens de toutes ,profess!1)!lS, Juifs ou non .Juifs, s 'unissent ,pour la campagne du vote pOUf la Paix. • POURQUOI JE VOTE ... « JE VOTE POUR LA ' PAIX» Je me souviens l'avoir rericontré il y a plus de deux ans, à la veille d'élections. ~ Voteras-tu demain? - Ma foi :non. Voter, crlJis-tu que cela puisse changer quoi que ce soit? Nous avions longuement ·parlé. Je l'avais ébranlé, 'Il1ats pas convamcu. Je l'ai revu la semaine dernière. Par hasard. Natureltement, nous avons encore parlé. Sur un ton bien différent, cette fois-ci. - Mes parents ont été déportés et ne sont jamais rentrés, m'a-t-il dit. J'ai un frèTe qui a été fusillé i'ar les- Alle'1fumds. C (Jmme beaucoup d'autres, j'ai tout perart. Ce- sont des choses que l' Mt n' r;ublie pas, que l'on ne peut oublier. ~ Mais qui donc parle d'oubli? - Ceux qui voudraient aujo urd' hui recommencer. l'ai lu que s.i l'on voulait la Paix, il fallait préparer! la Paix et non la guerre. Quel h(}1nme de bonne foi oserait . prétendre le contraire? Er je suis un homme de bonne foi. Quelques questions me SfNlt venues à l'esprit, en lisant un bulletin de vote qu'une femme, frappant à ma jJvJTte; ma remis. « Elle m'a dit des choses -{"ès simples et très vraies. lIUre-, elle a lutté pour saufier la 'fIie J'un enfant ma- ' Utde. « P()urquoi rie lulte « rais-je pas frOtl1 le saUVeT « d'une mlfft affreuse, au « cours d'une gtte"re doni « je ne veux pas. » J'ai été d'accord avec elle. « le n' tX1'rive pas à venir . à bout de mes impôts, de mo·n loyer, de toutes les c.har ges qui s'accumulent et augmentent chaque jour. Mais ~ quoi seTt l'argent que l' (Pn me soustrait ainsi? A installer des militaires tri acheter des canons et des tan/a. J'ai le droit de ne pas approuver ceci. « Ce matin, je lis dans les j01~rnaux que des gént- . raux ntZzis participent en: Allemil-gne el des man~uvres militaires . le pense .. · on arme des assassins. Et: · si on les tV71le, c'est parce qtt' Ol/ll veut 'lN' ils f t!lS unt usage tie cu armes. Cl!!mme ' ils le- ftti:s.aimt il y a six am ' encore. « Je ne suis pas un cont- . muni-ste, ni le militant d'un . pttrti. Te suis uulement 1111 kfJnn'éfe k(nmne, qui a souffert de la guerre, qui est sinûu et l..ui ne craint pas ri' al"" au bout de sa sincéritl. (( le n'", jamais vot~. Cette ftl-ù-ci je le fais. '?ar- . ce fue si les dizaines de millil1ns. de cens, qui pen· sent ce q,ue je p~nu le font, la gtterre sera frTatiquemntt im,p#'Ssil#le. Les quelques-uns ~ et ils S(Htt très peu nombreu% - qui misent sur une gut:Tn prochaine reculerl!!nf. La Paix? Nous sl1mmes assez ntlmbreux et forts pour r exicer. )) J. F. DROtT·ET LIBERTE ---------------15 Septembre 1949. - No}5 (103) L'UNION est la source de riotre * forc~ et de notre conflance .Grande activité, au siège du M.R. AP., 10, rue de Châteaudun. Ici, un imprimeur examine le textè du tract qu 'il devra éditer à des dizaines de mill.iers d'exemplaires, tract qui appellera des d izaines de milliers de per~ onnes à voter pour la paix. Un livreur apporte les invitations pour le meeting de la Mutual ité. Au fond de la grande salle, on discute du film sur la journée Nationale du 22 mai dernier. Dans la pièce voisine, crépit~nt les machines à écrire. Elles copient le prG)gramme d'activité pour la journée internationale de lutte pour la Paix, du 2 octobre. Ce soir, se réunira le Comité d'Action qui fera le point des réalisations et initiatives déjà acquises, et dressera un plan de travail, dont l'appl·icatiOt'l contribuera à faire du vot-e pour la paix un 3uccès sans précédent. UN MOUVEMENT ORIGINAL - L'originalité de notre mouve~ ment, me dit Me- Gril1span , secrétair.e général du M.R.A.P., elle est exprl~ mée dans son titre même : ({ Mouvement contre le Racisme, 1" Arttisémi ~ tisme et pOUT la Paix. Nous avons tenu à soulignér ainsi qu'on ne peu-t lutter efficacement con~ tre le racisme et l'antisémitisme, si l'on ne lutte, en même temps, pour la paix. Ces deux luttes sont intime~ ment liées. La dernière guerre a fait· aller l'an~ tisémitisme jusqu'à sa forme la plus totale: l' extermination en masse .des Juifs. Actuellement, tandis que se préci~ se le danger de guerre, nous constatons une recrudescence ,de ,'aftti· sémitisme, en Allemagne, et aussi dans notre pays. Directement : on publie des brochures; articles et livres aRtisémites, on ..... torise le STUER:MER à repa ra Îh'e , les. SChap05 tÎreltt slU I~s Juifs, à Muftich. Indirectement, aussi, sous la formé- cI'Utlè i"dulgeace scatt~ daleuse à l'égard des tortionnlfÏres des Juifs. Ceux qui favOI'isent aillSi la renaissance du racisme et de "antisémitisme sont les mêmes qUI s'efforcent de créer une atmosphère de panique, prolWe à la guerre. Pour préparer et faire la guerre, on ~ompte se servi, de ce"~ taines forces, dont on sait qu'enes ont déjà fait Jeun preuves. Par exemple, on semble considérer, en Allemagne, que le fait" d'avoir .été nazi, constitue une garaftt~ suHi~ sante d.e lofauté envers les Etats-Unis et l'A",leterre. C'EST DANS L'UNION ••• Par conséquent, le M.R.A.P. se trouve deval"lt un~ tâche immense, une tâche sa:rée. ESot - iI à même de la rem~ ior ? - NOUi avons réussi à grouper les organis"fioftS et personnalités les plus clftrerses sur la base du programme incliqué dans le titre même de notre ",ouvement~ La lutte du M.R.A.P. a été solennellement approuvée, le 22 mai, av Ciftfue ct'River, !lai' le .. délél'fés de Muines de milt;ews ct'ap;ti~ racistes, de partisans de la paix.. Ces derniers, depurs, GIIt dépfeyé une grande ac.tWité. On a essltyé de nous calatmtier en disant que nous sommes une O1'ganisation " communiste It. Or. il suffit de regarder la compositiGR de notre Comité d'honneur, présidé par Chagall et comptant des noms aussi divers qu'An4lré BlumeJ, Louis Marin, le professeur Prenant, etc., if suffit de voir aussi la liste des OIganisatiOttS adhérentes, pour se persuader, d'un coup' d'oeil, qu'il s'agit fà d'une sim~ invention. Le bllt évident en est d'écarter de notre mouvement des personnes de bonne volonté qui recltignent cJevant un mouvement qu·elles Une interwiev de Me GRINSPAN Secrétaire Général du ' M.R.A.P. recueillie par Albert LÉVY pourraient, à tort, supposer être in~ féodé à un parti politique. . Mais nous espérons dans un avenir qui n'est pas éloigné, grou'per la tota~ lité des orglnisations juives de France, et toutes les bonnes volontés qui voudront soutenir notre lutte. C'est dans l'union. que réside notre force, c 'est dans l'union que nous puisons .notre confiance. JEUN E ET PUISSANT - Le M.R.A.? est une jeune orga nisatfon. Il n'a même pas six mois d'existence. Et pourtant, il apparaît comme une organisation puissante et active, avec laquelle il faut désormais compter. Pourquoi? - D'abord, à cause de son impor~ tance namersque: nous groupons plus de 100 organisations. Ensuite, pàr l'attitude que te M.R.A.P. a su prendre en diverses circonstances, depuis sa création, de telle sorte qu'il est apparu v~ritablem~nt · comme un mouvement de lutte efficace contre le racisme et l'antisémitisme et F-Gur la paix. Et Mo Grinspan évoque, entre autres

la déclaration du 18 juin, par

laquelle le M.R.A.P. marquait sa soli darité avec l'ensemble des .forces démocratiques

les interventions et protestations

contre les agissements antisémites, en particulier dans le 15~ arrondissement; la participation massive au défilé populaire du 14 Jujllet; l'appel en faveur des pri&onniers malgaches

l'activité déployée lors du

procès de la police du commissariat aux questions Îuives. Dans cette dernière affaire, le M.R.AP. fut la seule organisation à intervenir : i1 a obtenu que le professeur ' Marcel Prenant témoigne au procès de la S.E.C., contre les assassins de Juifs; il convoqua, rue de· Lancry, un meeting qui eut un grand succès. Depuis, le M.R.AP. a fait pl'usieurs démarches et mobilisé la population contre la reparut ion du Stürmer. Du point de vue de la propagande. il vient d 'éditer une brochure et a réalisé un film. Maintenant, il participe activement à l'or~anisation du vote pour la paix et à la préparation de la journée du 2 octobre. UN MOUVEMENT INDISPENSABLE - Si le M.R.A.P. se développe ainsi et manifeste tant de dynamism'e, m'explique M" Grinspan , c'est parc~ qu'il est indispensable. C"est aussI pour cela que tous les efforts pour contrecarrer son action ont échoué. A vrai dire, notre esprit d'union nous fait oublier toutes ces petites • choses, et nous espérons que les organisations qui se sont tenues à l'écad jusqu'à présent viendlont se joindre à nous. n ne s'agit· pas, dans la lutte qlJe nous menons, de rester en vase clos. mais de marcher la main dans la main avec toutes tes organisations qui tendent ~'ux mêmes buts que nous. Qui~ conque lutte pour la paix lutte aussi contre le racisme et l'antisémiti,me. PARTOUT, ON VOTE - Où en est le vote pour l'a pail( ? - Tous tes membres du M.R.A.P., toutes Jes organisations adhérentes participent avec enthousiasme à I·a préparation de ce vote. Dans les quar~ tiers de Paris, dans les viJIes de pr.o-:- . vince, on multiplie les initiatives pour alerter la population et la faire voter. Chaque organis.ation recherche les formes les plus propres à fa tre voter ses adhérents et le mi:lieu social qu'elle peut toucher. L'Union des Sociétés ' Juives de Fran·ce, par exemple, fera_ voter à la corn.mémoration annuelle du cimetièr-o de Bagneux, qui a lieu quelques jours avant, le 2 octobre. Des prières et de$ d.iscours pour la paix auront lieu dans les synagogues pour les fêtes de Roch Hachanah et Yom Kipour. Les syndicats, les organisateurs de commerçants et d'ad~n$ lient leurs revendications particulières avec leurs manifestations pour la paix. . Des urnes seront installées dans les dispensaires. La Commission Centrale de l'Enfan~ ce fera voter les parents des gosses rentrant des colonies de vacances, etc. C'est à qui rassemblera le plus de bulletins de vote. C'est à qui fera le plus grand effort 'pour la défense de la paix. - Nous nous sentons suffisamment forts, conclut Mo Grinspan, pour .. ffronter la lutte qui est la raison de notre existen:e. BARBUSSE, apôtre de la paix Dimanche j l septembre s'est déroulée à Crouy,pn\s du céUbre Chemln des J)ames, tme- émouvante cérémonie à ,. mémoire d'Henri Barbusse. C'cst en ces lieux· m~meS', en. effd', que [Uf'CTlt écrits lCi- principaux chapitres du Feu. ' L'Âs.socwtion Répttlil1-caine des Anciens Combattants, dont Barbusse fut le fondateu: r, et l'Union Natian(tlc drs In.telleCiuels, évoquèrent le IJresti!tieux souvenir de- celui qui mota"t le :n se71 tembrc 1936, ft Moscou, v~i,nCtt pllr lïn/!.r:oraIJlc mai"die qH'il alJQ;t l'apport&e des tmn. chées. Rescapé à grand peine de r elfl·ayan.t massac?'c de j !:Jil!I- 11'11 S, /Jar/Hi sse a,vait consa(:ré le re,~te de ses forccs à lUI/.l'r conh'e III (1W"ITe. Il ava';t iOllé pmdant qu.(ttl"e ans, dans la lIout'· Illllan //! cl noire, Ct' rtî/p. dp. f(/ntassin que dts slr(fU'- 91'S, à H'às:hirrytotl, projettent d~ {a.ire iouer à n01lvc-au aux soldats français . Pour qu'une pareille ba1'bilril' ne se renouveldt pas, Barbusse st: fit l" opûtrc de la pai..c. Tl ne se maintînt pas dans une atti.tude « htrmanitaÎrc ,. l't inefficace, comm e tant d'autrl's. IL 'nl' se conll'rtlft -pas de prêcher la pai:-c. Il lutta 1}011r elt:'. Et dans: cetle lutte, il devait rei~indre nét:l',Çsain~~, 1'YH'ltt ccux 'qui trm.roillttH à r édification ri'un monde 7t(J.UV'oou cl meilleur. . A,t/tourd'hui que . se .. rose . m'Corc uTle f(tis La tra{l!.qlle question de la gHc/'re rl de-' III ~ai.c, r c.'rem.ple . dl' nrtr- ' busse mon.tl·e le scul chcmin qtt'il laat suim·c. Comme a· ili.t Hum.ain Hollrmd sur la tom"c de son ami : « NOire chef de [Hf T1n,ri . llarlJlI s.e est mort, dans la IJataili c. Mai, l"année (iUr sa voi.c .. ras8embla l'ft 1tn lmnl mOnlll,(1l am/intte la ba/aille. l!:t elle la pou/'suivl'a insqu.'à ln victoire finale. Car elle doit v(ûncle ct eUe vai.ncl'a! La vic vaincra la mort! )1 15 Septembre 1949. - ~ 35 (103) ---------------- DROIT ET LIBERTE 9 US (AMIlOIS DU ROY BATIIIT lA GROSSI -(AISSI J',i trouvé, dans mon service de presse, un ' livre qui s'appelle Histoire de ( L'Action française » et dont la couverture ne laisse voir, au-dessus du titre, que tro,is fleurs de lys. On s'imagine d'abord que ses auteurs ont voulu garder l'anonymat. Mais il n'en est rien, un reg.ard sur le dos de l'ouvrage permet de connaître leurs noms : Lazare de pas encore appris à lire»? le prouvent à maintes repn- - était le preihier patriote de Tout fiers d'avoir souligné ses. France. C.Q.F.D. Gerin-Ricard et Louis Truc. On ne voit pas, d'ailleurs, pourquoi ,ces gens-là se seraient cachés. Aujourd'hui, c'est-;,-lire cinq ans après la Libération, n'importe qui peut publier n'importe quoi. La même maison CJui fait paraître cette Histoire de (( L'Action française » a édité Pierre Laval, cet inconnu, oe Maurice Privat et, dans un genre très voisiri, en somme, ( Ma Vie, » par le célèbre gangster Al Capone. Les trois lys viennent ajouter un digne fleuron à cette collection. « ENFIN MAURRAS VINT » ... au sérieux, très au séri('ux même, les tentatives actuellement faites pour reconstituer l'Action française. Ce livre est destiné à les aider grandement. cette priorité, ils assurent Vous croyiez peut-être que d'autre part qu'on cherche- l'Affaire Dreyfus était jurait en vain, dans tout~ la gée? Eux n'en sont pas si collection de « L'Action fran- sÎlrs. Ecoutez-les: Dreyfus çaise » et dans les oeuvres avait-il écrit le « bordereau » complètes de ses ' réoacteurs, et trahi la France? Toute la moindre ligne, le moindre une bibliothèque permettra à mot « qui pût être interp.ré- chaque lecteur de se Caire un tée comme l'apologie, ou avis, et cela nou·s dispense .de simplement l'exouse anticipée donner le nôtre. » de Iâ persécution :0. Parlant plus loin d'événe- « METEQUES, JUIFS, PROTESTANTS, FRANCS-MAÇONS » Je ne possède pas dans ma ments survenus en 1922, ils bibliothèque la collection de déch,rent: « Tout se passait « L'Action française ». En en effet comm~ si un parti l'ouvrant au hasard, .i'aurais analogue au ( Syndicat » du . pu trouver plusiem's fois' de temps de Dreyfus travail- Il les aidera, parce ' qu'il est quoi prouver noir sur blanc lait sourdement et puissaniun bréviaire des thèses mau- que MM. Gérin-Ricard et ment contre ceux qu'animait rassiennes. MM· Gérin-Ri- Tru c mentaient. Mais à l'amour de la France. Nous c.'1rd et Tru c déplorent quoi bon? Les excitations de n'affirmons pas que « cela certainement qu'ù la suite Maurras, ses appels au fut ». Nous montrons seuledes' « circonstances » que rOll lueurtre, son « couteau d e ment qu'il y a toutes les appasait, la jeunesse dorée de cuisine» sont dans toutes les rences pour que, effective- France' se trouve pnvee de lliémoires. Je suppose qu'il ment, cela ait été. » l'enseignement du maître. Ils doit y avoir encore quelques Cette ,singulière manière Sans doute, le mouvement s'effor.ce!lt de le remplacer, Juifs, échappés aux tortures d'écrire l'Histoire autorise, de l' « Action française » a- ce q.m, a, leur~ propres yeux, nazies, pour se rappeler les évidemment, toutes les audat- il été dissous pour collabo- se~alt d ~ne ~mpard?nna~)l; violences des Camelots du ces. Elle permet, en parti curation avec l'ennemi et ses P~~S?'~lPtIOn SI la ne~:-s~!t . .:::,. Roy, qui leur en donnèrent lier, d'affirmer que l'Action principaux dirigeants ,iugés et pleCISel11ent, ne les e:-;~lISalt. un avant-goÎlt. N'insistons française ne collabora pas le cond:'l 111 nés. Mais MM. Ge- Pour nous, nous estIIIlons moins du monde avec les AIrin- Ricard et Truc ont bien qu'ils s'acquittent assez bien pas. lem'lI1ds. ( Maurras demeucompris que le moment de leur tIache pour constituer ENCORE L'AFFAIRE rait le patriote farouche antides explications, voire des un danger réel ;, l'endroit des MM. Gérin - Ricaro et germaniste ». Il était, en somjustifications; était passé. Ils iilstitutions qu'ils combat- Truc se soucient de la vé- m~. à fond pour le « Maréne se sont pas embarrassés tent. Trté comme de leur première chal ». Et le « Maréchal » - LES REVOILA ! ... La dernière partie du livre est naturellement consa.:rée à reproduire le plaidoyer que Maurras prononça devant la Haute-Cour. Dans l'esprit de MM. Gérin - Ricu'd et Truc, et de leurs amis, ce plaidoyer ne constitue aucunement l'épilogue de l'Action française. 1\ est au contraire le satisfecit qui justifie toute l'action passée de l'Action française et l'autorise à continuer son chemin. Ce chemiq suivra exactement la même ligne que na. guère. Les derniers mots de ~bl1lTaS, ' devant le tribunal, ont été pour s'écrier ,: « C'est la revanche de Drey:fus »). Déjà ce livre, déjù . le journal qui s'éll)pelle Aspects ' de la France et qui n'est qu'une nouvelle A. F., déjà tel et tel complot dont on a eu connaissance ces temps derniers prouvent que les Camelots du Roy se regroupent et agissent. 11 semble que notre gouvernement s9it aveugle, ou pour le JilOins indil1érent à leurs activités. II nous appm'tienlra, à Droit et du moindre avant-pl'OpûS. Ils Ils reprennent, en effet, et chemise et leur histoi,'e n'a les auteurs ne le disent pas Liberté, de les dénoncer inabordent leur sujet de plain- ils développent le fameux rien à voir avec l'Histoire. Ils tant cela leur semble évident ~~:« ~~dCharles 15 janvier 2010 à 11:06 (UTC) u~me: « ~ ~mCharles 15 janvier 2010 à 11:06 (UTC) _______________________________________ _ naire, s'éteignait sans gloire... c'e-st le mal, la démoct'atie Donc, l'on était en 1890. c'est la mort! » Ils ne laisCharles Maurr.as avait vingt- sent perdre aucune des fordeux ans. » Ce qui n'est pas mules que leur 111aÎtre mit lin sans évoqulr le fameux « En- soin jaioux ,q tolir, telle" que~ fin, Malherbe vint ... » « .La 'dém~rati!, c'est la méfailliblement. Nos auteurs tiennent en cf- dÎQcrité triomphante »), ou fet que h.l face des choses, encore « La Républi,que en dans ce pays, se trouva chan- France, c'est le ' règne de gée ~, partir du moment où l'Etranger:.. Ils les COlllmenChhdes M;mrras apparut tent avec un zèle: et une fid"'sur la scène publique. Ils sont lité dont ;\(aurras doit c'tre Irêts ~l considérer cette ap- heureux, d.ms la prisol1 OlI il parition comme miraculeuse expie ses crimes. Avec de tels et tout ce qui devait s'ensui- disciples, son « oeuvre» est vre comme tenant du prodi- assurée de ne pas périr. ~e. Bien loin de m.mifester P .. ,r Etrangers, il faut en- 141 plus petite gêne, ils ont car- tendre, nous ' expli-qùe-t-n fir. ément entrepris une apolo- dèlement: les Métèques, les .gle_ Juifs, les Protestants et les Le Théâtre par Roger MARIA : , A LA COMÉDIE FRANÇAISE Nous n'avons pas eu l'oceasi~rt de parler ' de récentes reprises que la Comédie-Françaises a présentées avant les vacances 'et que l'on retrouve à l'àffiche à la rentrée. Le Roi, de Caillavet, Robert de Flers et Emmanuel Arène, peut satisfaire un public peu exigeant. On y retrouve, en effet, tous les poncifs cent fois mis à la scène (et à l'écran) depuis cinquante ans. Tout le répertoire des plaisanteries fatiguées d'avoir servi et des situations - hélas, sans imprévu - du vaudeville « convenable » nous est offert avec un luxe de mise en scène exc,essif pour une oeuvre aussi faible. La troupe, de la Comédie-Française v.a.ut· mieux que cela et nous pensons tout net que c'est gaspiller les moyens, financiers de ' la mai-son que de monter cette coûteuse tranche de vie artificielle. En outre, il est impossible de laisser passer comme relevant du seul art dramatique, les 'ironies de mauvais goût jetées ça et là par nos trois auteurs réactionnaires contre l'idéologie démocratique. Là Parisienne, d'Henri Becque. Voilà une pièce qui date de la même époque mais qui, contrairement à la première, méritait d'être reprÏ3e à la Comédie-Française, Elle est mar-quél! par le temps, mais c'est une qualité : cette représentation impitoyable d'un monde de bourgeois gravitant auto'ur d'une femme mariée du genre grue est l'oocasion pour 'le psychologue à l'oeil féroce qu'est l'auteur des Corbeaux, de dépeindre avec âpreté' et amertume ·la société de son temps. Vera Korène joue av,c une profusion ,de dons extraordinaires c·e grand rôle de coquette cruelle -qui est un des plus attachants du répertoire. L'.:.J:po-IQgétique., on le' sait, Fr",mcs-Maçons. M..mrms Teest un genre difficile, qui exi- proche aux uns et aux autres ge de la finesse, de 11 mesure, de corrompre l' « âme rranet -suppose qu'on ait le sens çaise », mais il est chlir que ou riqi~ule. Toutes qualités c'est contre les Juifs quïl a dont les auteurs de ce fac- le plus de griefs. « En somme, tum sont manifestement dé- l'Action française reproche SKETCHES Hués. Ils nou~ affirment que .au Juif d'être le cGmmis- Le cinéma por Claude DA/RE: FI LMS' A ' - vers 1~24-1928, des Guudots voyageur' de la révolution, et se disput:Olient pour monter cela dans, tous le. pays, et la g .. m.le ~l la porte du pUI'eau d'·être citoyen du ' ,monde de M:mrras. Ils « estimaient avant que d'avoir une patrie. .'honoret', disent-ils'" ftl pré- Et, .par la conséquence c;Je la posant librement leur canne seconde Idée Mère (sic) pour ou leurs poings à assu- ' un homme d'Action françairer la tranquillité d'une pen- se, un homme qui n'a pas sée qui, ils -étaient les pre- une patrie bien à lui, en promien à en oonven,ir, les dé- pre, est aussi e,n dehors de paseait. L'action était au sel'- l'huDl8D.ité.que lè go 'lie... » vice du rêve. Même dam cel . détails, l'Idée majuscule gardait sa primautcl ! » "Qn pourrait produire un bon lot de ,citations du même ordre. J 'avoue qu'il y a une gr.lIlde tentation à le fai,'e. Ca,' les gens d'Action fr:mçaise prétendaient constituer

mssi une 
Jristocratie de l'esprit.

M~,is ils se S()JH chargés depuis ... ls,;ez longtemps de faire, la preuve du contraire pour Qu'il ne wit pas utile d'y revenir. Peut-ttre même sèrait-ce dangereux. Quoi qu'on dise, Je ridicule ne tue pas, en Fr.mcc pas plus Qu'é,illeurs. Et il Taut prendre PRECURSEURS DE HITLER Ce petit couplet -est débité, comme on voit, sur le tOI1 de la plus grande sérénité. Ses auteurs n'ont pas été certes sans entendre parler les mil · Iions de Juifs .wéantis d.lIls le's fours crématoires. Mais, à VTli dire, ils s'en l;.avent les mains. Car ils ne voient au- ' cu n, absolument aucun rapport entre leur al1tisémitisme et celut d'tfitler. D'ailleurs, et c'est un a"gument , qui leur par.lît décisif, J'Acti() n franç.,ise n 'était-elle plS dé';;, .mtisémite ~I un moment ()ù Aoorr Hitler « n'avait Le film à skelclH's, depu is les « Casse-Pieds », lent! à sédu ire dB plus en plus le monde de cin~ ma. Le mondr, pas le PlIlJlic. Mall1f'urcllsement, car le film ù skelches nécr,ssile une 'qualiLé de. suje t, de di'veloppement et d 'rnehUÎncment que Lien peu ' sont capaJJles d'atleindre. " Ilonde de Nuit )J est la, meillf'ureilluslralion du genre: c'est l'histoil'c de la ronde de d('ux agents cycli sles Curetle et Nod HO('jueved, par une nuit de Noël à Paris. Celle ronde de nuit après quelques péri pét ies à peine dramaliques, après quelques scènes pilloff'sqlJCS mais dont les' poncifs n 'ont pas :éLé éliminés, 'l?e termine par un ll'i ~Le ·« H ifn i\ signOller Il conSJgn~ sur le registre {lu poste. . FJ'ançoi s , (',,:tm pau x, auteur tlu film uélé visil:Jlemcnt gêné .lUX entournul'es; ses inlerj11' èles (l}1iso~lt~l.ues ehu c.u n jouant sa J'}eLile histoire pef- (' sonnelle, manquaient d'assurance ~ l d'unité. Nous y trouvons, oull'e les deux agenls, des .com(~tli ens de lal pnl (lonl la l isle esl forl longue: LaT'(' jLley, Jacques Baurnrr" Pauline (~l'Lon , le regrellé Sinoël rapidrmrnt en lI'evu, et aussi la o:élèhre veDelle argentine 'ritdu. TI'.1mar qui a ëvidt'mmenl !Mu d'occasions de briller de !.ous -ses feux. • Un aulre fiJm à sl,e tehcs, mais d'nn genre tout dil'férenL esl ,( H elou1' d la vie )J, Je, premier gmnd film Iranç'ais trailant dcs problèmrs de m guerre el ùe srs conséquences pour les llomf1lrs qui onL subi lourdemen l les effets de la call1ivilô, de la dépol'lalion, des rig uell r's pl drs alroci lés, reviennenL à la vie lprès leur libiél llion. Cinq de ces c~s SDnt lr'ail('s par qualre (,\,e nos plus gl4lfl,{l;:; mçLteu rs f\n scène: Al1dré r,ay~lte, IL-G. Clouzot, J.!111 Dréville. Ge€rges Lampin; cinq cas pris enlre beaucoup d'aulres qui m()nll'cut quelques-un;:; des pl'ohtème." de ri'adaplal.ion qui p(~ uvent se poser lors 'd'un l"('l'our au ro~' er, apr-ès lrne crurlle :Sûj'm!' nliol1. Mais à rôL-é de C, ('S filWS louches, de ces dNails émouvant s, de ces nlJSl'rvations judicieusrs, combinl de queslions so nt-elJ.es J' slées sans l'iéponse '? com hirn de prolllèrnes tIe fond n'ont pas été soulevés? C'rst ce qui peut nuil'e à la pol'l(' :dc cptle oeuvre, restant !l1n IpTé loul valaLie, et sympathique par les intentions. Le film marHlue un pell de cohésion, mais moins qu'on amait pu le craindl'e venanl de quM.r·e l~Uli saleurs aux conceplions différenles. L'inlerprélation compo l' te heaucoup de gran'ds noms : HernnTld Blif'r-, lLonis JOlivet, Noët - Noel, Fmnçois l""l'ier, Sel'f!'e Re~giani el la vNlette anglaise Patricia Roc. 'fous ù:éploient le talent qui Ip,ur ('st habiluel, Sur Cil point-là ùtmc, pas de décilpLions. 1 f , 1 ! '" - JO --------------------------------------------------- DROIT ET LIBERTE ---------------------------,15 Septembre .1949, - N° 35 (1031. VISITE , Les 27 et 28 août. notre Colonie de Tarnos a reçu la visite des parents et des délégués des organisations juives de Toulouse, de Limoges et de Paris. parmi lesquels M, .:rerson, Président du Consistoire de Toulouse, Le but dè ces délégations était de ' voir comment vivent les enfants dans les colonies de vacances de la Commission Centrale de l'Enfance. nions, aux épreuves S1Ortives. A la fin de leur séjour à Tarnos, les délégués se sont réunis sur' l'invitation de ,la Direction de la Coionie et chacun a exprimé son point de vue. Les délégués ont visité les dortoirs, les réfectoires, les installations d'hygiène. Ds ont été M. Pasternak, de Toulouse, a exalté le bon travail de la Commission Centrale de l'Enfance qui a donné la possibilité à des centaines d'enfants juifs de profiter de l'excellent climat de Tarnos, ce qui leur assurera une , bonne. santé pendant l'hiver qui vient, , frappés , par la propreté des enfants , et par le dévouement du personnel ' tant administratif que moniteurs. Ds ont assisté aux repas des enfants, aux réu- , M, JersoIi, Président du Consistoire de Toulouse, a exprimé sa satisfaction des bonnes conditions et du bon ravitaillement de l~ Colonie. D a souhaité que LA MER Le déjeuner terminé, un moniteur nous dit : « Cet après-midî nous allons à III mer •. Tout le monde met son maillot de bain, et chaque monileur part avec' son équipe, La mer est à un /ilomètre et demi de la colonie, Une fois arrivés, nou!, prenons un coin [Jour nous déshabiller, En attendant notre tour, nous faisons des châte; iux et b eau cou p jouent il la pichenette, Puis, nous allons enfin nous baigner. Aujourd'hui, nous a von s 1/4 d'heure de baignade, et tout le monde est content. Les. moniteurs font la ronde au- , tous de nous pour nous protéger contre tout danger de noyade, Nous nous habillons, et nous ' partons pour la L'Olonie, j 0 yeu x d'avoir passé une si agréable a ()rès-midi. Nicole GLAZER, 10 ans 1/2. • PROMENADE EN FORET Le goi'tter terminé, un moniteur nous annonce que nOlL~ parlons immédiatement et que nous renlrerons assez tard. Toute la salle lui répond ()ar un ah! de satisfaclion. Puis. c'est le départ ~-_ ... __ ....... . par groupe, Nous entrons dans la forêt. c'èst difficile de marcher, ou plutôt de sauter par-dessus les broussailles; nous' {"amassons de b e Il e s pommes ,de pin. Arrivés il une petite clai"ière, nous faisons .beaucoup de jeux, tour à tour silencieux et le retour, Déji,? s'exclament les enfants qui se sont énormément amusés. De nouveau, c'est la marche dan\ les ronces, mais tant pis si l'on s'égratigne. ous arrivons en retard pour le dîner. mais c'est de bon appélit que nous l'entamons, LOUIS. 10 ans. pour les vacances de l'année 1950, tous les enfants juifs de Toulouse puissent venir dans les colonies de la C,C.E. L'un des délégués de Limoges a souligné l'effort fait par la population juive de France et de Limoges. en particulier, en faveur des colonies de vacances de la C.e.E. malgrè une situation économique difficile. et a dit sa joie de voir les résultats magnifiques, obtenus à Tarnos. Il a exprimé le regret qUe toute la population juive de Limoges ne puisse pas voir p'ar elle'-même cette belle oeuvre. A la fin de cette réception, une collecte fut faite parmi les délégués et l'argent' versé à la Direction de la Colonie. Avant de quitter la Colonie, M. A, Besserman s'ést adressé au nom des délégués, au personnel et aux enfants de Tarnos. Il a exprImé sa satisfaction de voir la bonne camaraderie qui règne entre tous les enfants de Tarnos et la grande amitié qui lie les moniteurs et les enfants. Ii les a félicités d'avoir choisi pour le thème de la Colonie l'idée des Nations Unies qui renforce la fraternité et l'amour entre les enfants, Il a remercié le personnel ' pou~ le bon accueil réservé à tous les délégués et pour le dévouement en faveur des enfants, Il 'a conclu en souhaitant aux enfants une bonne continuation des vacances, .. En réponse, les enfants ont chanté aux déléguéS plusieurs chansons en yddisch apprises à Tarnos et ont dansé une ronde ensemble avec les délégués, , DROIT ET LIBERTE EN BELG IQUE 1 Un article de Charles ROY 1 CC Qu'il t!rève" sa Queute est, trop juive ! ~~ ordonnait Schmidt, le bourreau qu'on juge à Anvers . E procès de Breendonck, qui a débuté , voici près d'un mois, accapare depuis lors Ll'attention de ' toute l'opinion publique belge. En 'écrivant «procès de Breendonck », nous pêchons par inexactitude car, en réalité, c'est le procès du major , :3chmidt, commandant du sinistre cam). qui se déroule actuellement à Anvers, La Belgique déti,ent le triste privilege d'avoir vu instaurer sur son sol un des hauts lieux de la barbarie nazie. Breendonck, situé ' $url'autostrade Bruxelles-Anvers, fut, en effet, un camp d'extermination, dont l'horreur dépasse peut-être celle d'Auschwitz, à cela près que la noyade et la penjaison remplaçaient la chambre à gaz et que les proportions du camp silésien étaient infiniment plus vastes, . Les journaux belges ,ont fréquer.nmen't Dès leur entrée en Belgique, les nazis parlç de la « monotonie de l'horreur ». Et décident d'y créer un camp de concentra- ce terme' est malheureusement juste. A tion destiné à recevoir les « terroristes )}, Breendonck. il n'était qu'un système : ainsi désignaient-ils les patriotes. l'horreur, Les détenus affaiblis - étaient La direction en est confiée au SS, Sturm- plo~gés dans de I,'eau glacée, lorsqu'ils rebahnführer Schmidt, qui gardera ces fonc- venaient à la surface, les SS les rentiors i'usqu'en 1.943. On s'en voudrait d'ap- voyaient au fond à coups de bâton, D':aupeler Schmidt un homme. C'est uQe bête tres furent enterrés vivants et d'autres serféroce qui illustre typiquement le degré virent de cible aux exercices de tir des SS, d'abaissement auquel le fascisme peut èon- L'une des sataniques tentatives de Schmidt duire. Agé de 48 ans. il a été ramené en fut de semer la division entre les Juifs et Belgique en 1945, Au cours du procès, il a les non l'uifs, II affubla les détenus israémaintes fois montré que son insolence et lites de ' l'étiquette ({ pourvoyeurs du marsa morgue n'avaient pas disparu. Ne c-es- ché noir» et voulut ainsi souiller la mésant de prendre des notes. il ricane ' lors- moire du commandant des partisans que l'un ou l'autre témoin démontre sa par- Rochman, de Rakover (Vladekl, d'Orfingerj ,ticipation aux assassinats de Breendonck. des frères Livckitz, d'Herschaft, de Dob- Des centaines de courageux patriotes ont jinsky, noms glorieux parmi les héros de la passé par Breendonck. Le sinistre Schmidt guerre clandestine. tous fusillés il Breenhaïssait plus ' particul ièrement les Juifs. 11 donc[. s'est montré plus cruel. s'il existe une gra: ,Inutilè de souligner que la tentative de dation dans le crime, à leur égard, Le doc- , Schmidt échoua. ainsi qu'en témoigne l!ne teur Singer, ex-détenu de l'infirmerie du note d'un haut fonctionnaire, Fernand Rencamp, s'écriera dans sa déposition : « Le kin. parlant de notre ami Max Wulfowicz, 'lieutenant Praus. bras droit de Schmidt, ~e ancien détenu de Breendonck et vice-prédéclara Ur.l jour:, «. Ce ,n'est pas gaîté de sident d~ l'Amicale des Anciens de Silécoeur que j'agis ainsi, j'y suis obligé par sie: « Si tous les prisonniers politiques Schmidt »: Et le médecin viennois de con- avaient été comme Max Wulfowicz, les 'tinuer : {( Un dét€nu israélite, nommé hitlériens auraient toujours échoué dans ~ Frankel, était gravement atteint d'une leurs tentatives de les dresser les uns coh- ' pneumon'ie, je sollicitai son admission à tre les autres ». Nous pensons qu'il n'est l'infirmerie, Schmidt refusa de sauver la vie pas de plus bel hommage rendu à la solide Frankel parce que (c sa gueule était darité qui, jamais, ne cessa d'unir les détrop spécifiquement juive ». tenus juifs et non-juifs, Le soudard qui merta une noce crapu- Schmidt mérite IÇl mort, et il semble que leuse a déclaré qu'il se trouvait rarement l'issue du procès ne fait pas de doute. ' il Breendonck et que, par conséquent, il On peut regretter la lenteur de la procén'a rien su des abominations qui s'y fai- dure. Mais ce criminel n'échappera pas à saient. 1\ n'a cependant pu contester qu'un l'opinion publique. dimanche matin, alors qu'il était en état d'ivr~~se, JI parcourut le camp en tirant au Nous félicitons notre collaborateur ' , hasard dans les cellules, Son système 'de dé- Gratv.ol ' de la naissan,ce de sa char- " '" fenses'est écroulé, lorsqu'il ,fut démontr,é " '" mant«: fille, .Dominique. .. " que la chambre ae torture « modèle). fut , Lës'~èiirè~rs voeu:\( de '«' DroUet Ll~" , - , berté:. au bébé et à la lÛ.m.ri.~' . ',,',- , con'struité d'aprè's ses propres instructions. .. ..' -e ', '" ~'.- , 'v A\RSO\VlIE D'immenses çhamps de .ruines désolées Accumulôes, sans vic, poig'nanles Dans leur monotonie, terribles dans leur nudité, Du combaL qui s'y est découl'é encore fr:émissantes: Ici était avanL une grande et belle Cité Pleine d'un peuple labol'ieux et joyeux Aux rues grouillantes eL animées 'Aux parcs ' et, aux Jardins nombreux. " " Les tueurs nazis sonL pass!és par ici Pi IJanl, i ncend iant" assassi nanL sans cesse, Plus rien n'e chanLe, pl us Tienne rit 1 Plus dé galLé, plus de jeunesse 1 ~1ais à présenL, j'étincelle a faiL jaillir la flamme, ,Des ruines calcin(',es surgit un printemps nouveau, Varsovie martyre renaît cL redevient t'âme D'un pays, par son histoire, grand el beau. De parlou-t nàissent maisons el rues nouvelles. Les ruines dispal'ai ssent. Une ville neuve s'lédifie Qui sera encore plus belle Qu'avant. Tout revit maintenant dans ce nom immortel Varsovie [ René COLDMAN (15 ans). La délégation des Cadets en Pologne au èhàtellu de Cracovie. NOS ENFANTS SONT RENTRES DE HOLLANDE 50 enfants de nos foyers, qui avaient fait un séjour de six semaines dans les familles ' juives de Hollande, sont rentrés à Paris le 6 septembre. Les enfants sont ' enchantés de leurs vacances et ne tarissent pas d'éloges sur l'affection dont ils ont été entourés. AVIS IMPORTANT Les personnes et orgar1'Îsations qui ont encore en leur possession les carnets et listes de souscription de notre campagne de colonies 1949 sont priées de bien vouloir les rapporter d'urgence à la C.C.E., 14, rue de Paradis, Bât. B. 3' étage. APPRENEZ UN NOUVEAU METIER! L'ORT ouvre un cour5 de mécaniciens frigoristes , (monteurs-dépanneurs d'appareils de froid), Les élèves (de ~7 à 35 ,ans) toucheront un salaire d'environ 10000 francs par mois. - La Commission Centrale de l'Enfance adresse ses re- ' !11el'Ciements les plus vifs à toutes les personnes qui ont hébergé nos enfants et leur ont permis ainsi de passer leurs vacances dans une atmosphère familiale. Pour les places vacantes, s'inscrire sans délai à l'Ecole ORT. 43, rue ' Raspail à Montreuil (Métro : Robe5pierre) . (C01rwnuniqué,) ~:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: ...................................................................................... , jj Vous qu,~ n'ave~ .. ·;;; .. :;i~itê .. ·~:;; .. ·~~ï:;~i;~····!··;t····~~i ... li 55 voulez savoir, vous sentirez leur ambiance S! ii A LA GRANDE MATINEE ARTISTIQUE !~ H DES COLONIES DE VACANCES 1949" àl H qui' aura lieu le DIMANCHE 23 OCTOBRE, à 14 ~ ~ê heures, salle Pleyel, 252, Fg St-Honoré, Paris (17°) , ~i 55 Au, programme : Chants, danses et numéros pré- Ë li s~~té~ p~r .c?aque colonie. j g InVItations a retIrer dans les sections de l·ll.J.R.E. et à la C.e.E.. 5 H 1.4, rue de Paradis ' ' 5 ~~::::::-.:::::;~:::::::::::::::::::::::::::;::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::%::: . LES COURS DE L'O. R. T. Le 5 septembre 1949 aUra lieu la rentrée des classes dans toutes les écol'es de l'O.R.T.belge (A.S.B.L.). Vous qui voulez assurer l'avenir de vos enfants donnez- ~ur un métier ! • L'O,R.T. vous ouvre ses écoles prOfessionnelles JEUNES FILLES: 1. Ecole profess~onnelle de coupe et couture, 2. Ecole professlOnnelle de dessin de modes Renseignements et inscriptions : 42, bd dé la Cambre, à Bruxelles. Tél. : 47-01~36. JEUNES CENS: Centre Electro-Métal : 1. Ecole de RadioteChnique, 2: Ecole d'Electrotechnique. 3, Ecole de Mécanique, 4. Ecole de Menuiserie, Renseignements et inscriptions 67, rue Van-Boust, à Anderlecht. Tél. : 21·91-59, JEUNES CENS ET JEUNES FILLES: Agriculture : ' , Re,nseignements ' ~t inscriptions : à 'l'AdministratiQn ...,~: ~~ntrale, 78, rue de Trèves,: à .Bruxelles, Tél. : 12-20-46. ~ -'l- 1 QRT-BELGE : Administration' Centraie 78 rue de Trèves. lJruxèUes: (Tél. : o!2-20"4~):' " ~-I t " ~. " i",c' , '\. • • _. • ..... - .. tl5 ,Septembre 1949. - N° 35 (103)---------------- DROiT ET LIBERTE Il RETOUR A PARIS BUDAPEST 1 Tout est tpeITeilleux, tout est magnifique! lorsqu'on ren~ tre chez soi dan~ sa ville et . -dans sa demeure_ '. , passant par Budapest, m'a dit ce jeune, retour du Festival, c'est le travail poUt la reconstruction. Dans toutes les rues 'nous' avons vu des ouvriers" pelIe à la main; s'ouTire aux lèvres, travailler ~vec ardeur C'EST LE VENT DE LR PRIX' OUI GONfLE NOS DRAPEftUX ,Buda~st : un point iS:Olé sur, là ,catte, du ~ond'e. Un nom.qui prend soudain une valeur de syml5ole, . que chacun répète. Un nom et un but qui vont mobi liser des milliers Je jeunes, qui. touchera le coeur de toUs les combattants de la Paix' danS' le monde! Budapest durant quinze jours ser/l l'alliance de la joie et de la Paix. J Oil retrouve les trésors cachés de la capitale: ,lc;s quàis, 'les boulevards, les amis et 'tout ce qui touche notre vie 'de tous les jours. , et avec effort. , ', Nous ~itions, Pàris qui s' étir~ , de , g~rge rêck. de, crier Jlotr~ be.soin de \a.falÏgue du jour et qui bientôt n'est plus qu'un point ·lumineu-x. une -sour- ' 4: rumeur dans la nuit. Nous fençdm vers ce-Fatival 'doDt nous avons Ylvre ,en paix. ' L;E , PR1NTiMPS DU ,MONDE Toutes les' cQuleurs , du ,' mo~e sont ici rassemblée!, au stade de Ujpest. lÀ1h.au! d~ marches je contemple cette marée humaine· .qui applaudit' à tciut fempre. 84 Ail, lions ' de tout~ .cQuleurs, de toutes , Bien sûr, on regrette la vie au ~rand air. les ballades; la collectivité, mais , on aime à

y.etro12Vcr 'les choses que l'on

a quittées pendant un mois_ - · lI - Ce soir, je suis au,lord des 'quais et, assise, les jambes 'pendantes, je r:egarâe autour ,de ' moi. Les étoiles , brillent, .l'eau est noire, les réverbères · s'allument. Les passant sont rares, mais pourtant quelques- uns s'arrêtent et sem' bIent 'regarder quelque chose .au fond de l'eau. Ce sont les .habitués, ceux qui :viennent .'tous les soirs. Les autres dorment sous les ponts. Puis vient l'aube, l'aurore · et le charme est rompu : les étoiles disparaissent, les réverbères s'éteigner.t et le soleil se lève un nouveau jour commence. III Ce qui nous a frappés en L'ECOLE DU TRAVAIL A l'entrée de la roUe des Rosiers, un Immeuble d'Rspeet austère ct ordonné co.mme il sied à une institution pulJolique. Sous un drapeau. une loscrlptton uorée : « Ecole de Travail ». On entre. Le .m.cotem arrive. « ,Urie vieille histoire? Je crois bien. Pen~z que l'école a été fondée en 1852 . C'est une oeuvre philanthropique; ~lIe s'appelle « Société de Patronage des apprentis et ouvriers Israélites /le Parl8 ». Tout un programme 1 Et l'on apprend qU'il ' y a ee .. t 8115 l'Idée vint à trois jeunes étudiants de venir en aide à des garçons âgés de quatorze à dix~pt ans qui - brocantaient» .. rue des Rosiers et aux alentours de , l'Hôtel de Yille. Il s'agissait non seulcIIIC!: t de leur donner le gîte ' ,et le couvert, 'mais de les vêtir et de leur permettre d,e poursuivre sans fra:s trols ans d'apprentlS6age chez des ""trons tra ';aillant d'ans toutes les brancl1"s ,de métiers. En outre, pour parfaire leur instruction générale et techniql.e, les élèves devaient , su:vre des cours du soir. Plus loin des maisons neu-' ves, blanches et claires ' s'éle. vaient. . ~ 11 Y li une 'telIe ambiance de gai.et;, de tl.'avaiI, que l'on Se sent tout de suite chez soi ~ les H.ongrois nous ont accueilIis ' chez eux comme si nous étions IeuI;s enfants. - « Nous avons aussi discuté et parÏé avec diffé.rentes délégations, entre autres: Viet Nam, les Komsomo/s; la Jeu- , nesse Allemande. « Nous regretton's tous ces ' vacances merveilleuses _et si bien remplies, mais nous aussi, nous aimons à vous retrouver, vous et. tous les autres. » Les vacances sont passées, et les ouvriers reprennent leur travail soit à l'usine, soit à l'atelier, les étudiants et les écoliers reprennent le leur dans quinze jours, tous doivent se préparer pour une année de travail et de lutte. POISON. JEUNES CENS. ASSUREZ VOTRE AVENIR EN APPRENANT UN BON METIER! Le Service de Placement d'Apprentis de l'ORT ,place des jeunes gens et jeunes, fill.es de 14 à 17 ans dans des atel1e~s artisanaux et industriels. Avant de choi5ir un métier les candidats passent un examen psyChotechnique. Tous les apprentis ~ont suivis par, l'ORT afin qu'ils , obtIennent une wlide formation professionnelle. PeJ;ldant toute la durée de l'apprentissage, il5 bénéficient ' de l'assistance matérielle et ' morale de l'ORTo S'adresser au Service de Placement d'Apprentis de l'ORT, 70, rue Cortambert. Paris (16"), tous les jours de 10 h. à 12 h, (sauf samedi et dimanche). ' (Communiqué.) ill-JelUJntJe ID vit est repris' en choeur ' et \or$Qlle 'le tr~in quit'Ie le PoSte 'OOmme .à rcgr!;;t. tl empoRc !Vtt lui ~ . vision ' ~jSSlflle , d'un .peuple jeune: et ' heureu,c. te VOUS ETES NOS ·MERU » . tant rêvé et Pendant deux ~ le "film rapide et tOut ~ couleurs de la Suisse. .puis de r Autriche va 5e déwuler Sous oos , yeux. Be.auc~p d'entre nous n'ont jamais quitté la France, certains leur . province, UIl~ vieilk paysanne m"-offre à Aussi le lac de Zurich qtre nous .goûter de son pain, une all'lre une lOngeons leur arr~che-t-i1 un adjec_cigaJ:~te . ,l,.e train ~eRar,t , kntement tif émërveillé: ' cpmme retenu par.,oes mille, ~airi~, Nous laissons maintenant derrière ,qui semblent nous , dire ,: nous VQUnous le Tyrol et les neiges éternel- ' ,Ions, vous garder, nous vous- aimons, les , que ceint une couronne ouatée " vous êteS nos frères .•. Au fur, et à de nuages comme posés là par une 'mesure qu'e ' 'nous 'approchons: se main experte. Les wagons s' ani- compose une symphonie ' 'nouvelle ment. Les chants de lutée et de paix que nous ' Créons,' dont' nous mode- ' , de 'la jeunesse française s'égrènent , loris la matière et tran,sp6sons les , et colorent ce long voyage. On est soris et qui ~a trouver son ,apo'.héose' parfois quinze dans un comparti- dans ce cri frénétique, dans cettè ment à écouter religieusement l'iné- clameur, dans, 'cet accord ma;eur narrable boote-en-train ou bien en- ' qui nous jette haletants aùx fenêcore le camarade anglais qui nous -ires: -Budapest ! parle de la lutte des syndicats danse' est bien elle, en ' effet. Au son pays. somme! du mont Gilbert, la statue AU DEVANT DE LA VIE de Ja Liberté érigée en reconnaiss~ nce ,à r Armé~ Rouge qui a versé le sang de 50.000 de seS fils pour la Libération de la Hongrie, semble nous souhaiter la bienvenue. Nous passons Vienne de nuit ' sous le crépi'lement léger de la ' .pluie. Le sommeil a vaincu les plus acharnés. Demi-somnolent je songe au H rideau de fer ». De quoi rendre hilare ! Sans doute la pluie qui tombe sans discontinuer l'a-telle dissout ! Les heures pa'5sent. Puis un coup de sifflet, un crissement de freins, nous sommes tous à la fenêtre : la Hongrie ! Le poste-frontière disparaît sous les fleurs et les drapeaux. La Marseillaise, pu1s le Chant du départ retentis-sent, repris par mille ,voix. L'enthousiasme est impossible à rendre. On s'interpelle. On s'embrasse. Les rires fusent ,-sur les vis~ges baignés de larmes. « La Hongrie ! la Hongrie ! Ce sont des camarades ! Regardez les policiers. tous des copains et les gens qùi hurlent ' leur joie de nous voir ! » Nous en avons mal aux yeux de regarder, les mains , brûlantes d'applaudir, la VILLE DE LA JEUNESSE ET DE LA PAIX Partout des B'eurs" des drapeaux. des photos, que de travail ! Quel amour dans cdte préparation ! Nous regardons cette ville meurtrie ayant subi un siège de deux mois, où n' existait p~us un pont, où les mai- , sons ne formaien~ qu' un amas de pierres. Nous voyons apparaître dans ce défilé ' de constructions neuves, réalisatipns du plan triennal, dans un technicolor puis-sant, Buda~ st, ville &s travaillèurs, ville de la jeunesse et de la paix. . Lor~ue les cars nous emmènent aux collèges où nous devons demeurer pendant le Festival, la foule nous suit et nous crie; « A demain, au stade! )l Ja~ Se rdrou",ent .et insufflent un $3~ nouveau au cQlnbat pour la paIX.. , Le printemps du monde est là, prometteur. , Dam une harmonie délicieuse ces jeooes, âTl:!t;nts" , mêtent ,l,eur ton passionné au, ç1aquement d une multitUde ' de draPeiwx, leur rdrain récent, 'musique de Cho5'takovich, me viént à l'esprit et semble illustrer cet enthousiasme : ' .« Cl est le ' vent de la paix, qui gonfle nos drapeaux .. lJ L'écho de ce magnifique ras'semblement s' en' ~a très loin, jusqu aux plus lointai;lles, chaumières, rallu!Der la flamme de l'espérance. Le ,président Rakosi parle, et soudain, de quatre avions tombe une pluie de roses qui ~ient' mourir sur les- lèvres de' tolis ces jeunes, comme un baiser d'amour, comme une ,brèche noovelle dans les camps des fauteurs de guerre ! Tout le peuple est I~ qUI nouS attend à notre sortie. Ils nous embrassent, nous toUchent, nous jettent fleurs et foulards. leurs souvenirs. Les garçons nous donne ... ' lel"~ ceintures, les filles leurs celliers. 11 en sera ainsi jusqu' au l eru e des Héros qui verra le folklore hongrois mis à une dure épreuve en des rondes inlassables et fraternelles, des rondes qui préparent des lendemains qui chantent. Des rondes de la paix qui ai.deront les jeunes à mieux comprellOEe le but et la , »Orlée du Festival, c'est-à-dire à continuer, élargir, amplifier la lutte pour la paix, afin de débarrasser du meurtre collectif les voies lumineuses de l'Avenir, peur qt 'il y ait du pain et des ro' ses pour ,tous. Jans le monde. ' André SA V ARIS . • « C'est sur ces bases que l'Ecole a fonctionné pendant un siècle. Ellie a for- · mé des générations d'ouvriers spécialisés , qui ne l'ont oas oubliée. !).es .. nciens élèves maintenant âXé5 de soixantequinze an5 viennent encore lui r(lndre visite. » VACANCES PLEINES DE RIRE, ET D'ENTRAIN' - Mais pendant la guerre? - Eh bien oui 1 Elle a dit Interrompre , ses activités. Professeurs, pensionnaires, tous furent d;spersés. Le direçle~r et de nombreux élèyes sont morts en déportation ... » L'ECOLE VEUT ,REVIVRE Dès la Libération, le Comité de direction a repris la tâche. U a eu fort à faire. Les bâtiments étalent dégradés. le matérlet s'était évanoui. - Mals malntef1ant, venez voir 1 Nous ,vis'tons alOrs de grandes salfoe freichement peintes. lei, c'est un réfectoi, e où peuvent prend.: e place 70 élèves. A cOté, une cuIsine éoulpét des , foor"eau)( les plus modernes. D~s fumets appétl_nts se répandent. NOUfi traversons un ,dortoir ciré, a!,x 11111 Impec:ables. D'immenses fenetres. Pals c'est une salle de jeux: radio, ping-pong, journaux. I)e~ sa,lles de' dessin, k modela,:!e, d'éhldes. Enfin des cabines de douches. D'autres dortoirs Des jeunes gens traversent la cour. Ifs reviennent du travRIl. Ms 80nt Ici chez eux. Vit" une partie de volley ou de basket pour se détendre avant le re!las, avant la classe. Mais à 10 heures, s,len- · «, on dort. Sinon, 'gare au d,lrecteur 1 Et nous pensons que les idées géne!- ' reuBCS ne peuvent être perdues. Qu-e tous les beaux métiers du monde pot , be~oin d' apprentis. Mais que les apprentis, eux" ont bctloln qu'on les aide. Les loger, les · nourrir, les vêtir, les instruiro, voilà la tâche que s'est assignée l'Ecole du Travail. SOCIETE DE PATRONAGE DES OUVRIERS ET APPRENTIS ISRAELITES DE PARIS ECOLE DE TRAVAIL Fondée en 1852 4 bis, RUE DES ROSOERS PARIS-IY' Té,lêphone : ARC. '03-45 Accepte pour la nouvelle année scolaire les candidatures de garçons désireux d'apprendre un· métier. Les' élèves' sont logés, D ourris et habillés par ,l'Ecole pendant trois ans, Age minimum

14 ans.

S'inscrire d·urgence. En France, il y a trè~ peu .Ie colonies de vacances' Jl'Our I~ jeunes. EII~ peuvent facilement être compt~ es sur les 10 doigts celles Qui. de plus, sont mixtes, ;wec des activitfs communes pur les g~rs et les filles. , Les (liHicllltés Ilj! mau!)uent pas en eITet et c'est tout ~\ rhOJlJleur' de 1,1 Ç.C.E, et du Mouveme.,t des Ca-, dets tle les surmonter chaque année pOUl' o/Trir un mois de vae"n- ' ce~ lllilgJllfiques i, plusieurs centaines de jeunes Juifs de Fm,nce assoifT~s d'air pur - Cette annfe, 1:; ('olonie des jeunes se trouvait i, Pornichet. Tout au fond de la baie de la C(lte d'Amour; face il l'Océan et aux îles EVj!ns' ; adoss~e l" un m-,'ihepays pillore!)q,ue dominé par les r~mparts massir.~ de la ';,ieille ville de, Gu~rande 011 le~ Bretonnes ' en , ~()ilTe dansent la « ridée » :HlX' jours de fête. Pornichèt est une station balnéaire calme et tra;1- quille. AU RYTHME DES DOUCES ~ AGUES C'est l" que,' bercés au rythme des d'Ou ces vagues qui viem1ent se , b~iser f;ur ' le sable fin dei~ ' pl;jle longue de près tle 18 km., plus ,de 300 jew1es de 14 ;) 17 ans fati,&llés par un an de travail à 1';ltelier ou :~I l'fcole ont, au mjlieu des rires et des chants, fortir~ leur corps. L~ journée comme~(ait 'tôt : ;\ 7 h' 30 I~s fires se réveillaient ::iü son d'u pilje,ml de la Directrice, Mlle CllI'isliane 0urien. Un air d'harmonica faisait ~e lever les gars, C'était alors , pur les nns comme . 'p'our les autref, la grande ruée ' vers ' les I;tvabos. Déj:\ le so'eil harboui'lbit , de jaune la ' chaussée et les ,, /lll\"S des mais()I1s, f:lisant miroiter les vitres, CONNAITRE, .. A 21 h, 3O" ,cha12nn rep'a~n:lit son, dortoir, songeant :. la balade, au grand jeu, ... la baignade, :'lU match de volley', :1 da danse, ,\ la disctls- ' sion de la journée. TOl,t le monde n'était p;ts toujours calme après de sembl:,hles activités, mais le gron( ft'ment sourd de la mer ne tardait guère :i end'orm;r jeunes et plus vieux colons et Direction. 'La Col.onie ;l\'ait ponr ihènie ce~ltral

« COI~;l'aître so'~ pays c'e'st 'ap'~ "

POR' NI-' CRET ' pren'dni: Il l':lÎmet; 'P. PeiHt;nt ~eux mois les jeunes ~e sont donc évertués il regal·tler autoLH' d"cux, l\ connnÎtre la Bl'ctagne et surtout ses habitants : les "-""ilS de la mer qui parlent;' 1" pêche et Jont les fcmmes ' tr:'l\"~lÎl'ent dans les llsines dc 'conserves, les déf~icheurs; ces paysans tenl'lces qui luttent coqtr~ l'invasion d.e~ sable~, les con~t, ructeu l's qui b:îtissept digues et maisons (quand il 'y a des el'~dits), navi"es che du groune. L.'ensemb'e des bur. e:lUX formaient le Grand Comeil des jeune~ qui com!}renait 'aussi la direction de la colonie et tous ' les moniteurs. Une des attra lutions lu Gr:lml Conseil des jeunes était l'or~anisation de~ Olympi'ades. Le Conseil éUlit présidé par un colon et administré par un autre colon, secrétaire général. Chaque membre du Conseil ' était de permanence une demi-journée au bureau et réghlit sur-le-champ le-.; questions qui étaient psées. Cette partici-patlon eHecti,'e Ips jeunes :. la direction ~e hl colonie a cerl;linement été le fait dominant de ces v.:1C:lJ1L't'S ' de Pornichet. NOliS ne -sommes pas près d 'oublier le discours d'adieu Jait par 1;\ Présidente du Conseil des jeLll~s, Evelyne, le dimanche 23 aoÎlt, :lU lever du drapeau : " Nou& sommes fie ... do; la cC1nfianGe .que ,la Direclion et les ":'onÎteurs n0\l,5 ont témoignée. No," avons fait et nO'Us fe'ron. toujours notre pouible pour en être d'gnes et pour faire de nos vaca'nces ,'e& plus belles qui soient ». et avions, tels les o uvriers des c~:ln- r.. tiers de constl'Uctions navales ou de la S ,N,C.A.S,O. Coilllaître les , hahit;lnts, c'est aussi llPprendre leur tolklore, lellrs traditions, c'est chan ter les \,ieil!es t hansons fgrenées par les binious aigus. LE GRAND CONSEIL Les jeunes participaient Im'gement ?t la , direction de la colonië. Chaque 'iiroupe encadré par cIeox Illonitelll- s (un gars, Ulle fill~) élis;lit son hureau : un ou, d,eux resl:olls;lbles de groupe, deux ,infirmières , pour d~pister les jeunes souffrants ct les anH:~ n~lr :l J'infin'llprÎC, un \,;l~ll1e!JlH:' s:" tre, 1Il}. responsable 'aux · journaux. Les blireaùx discut"ient de, la n,:u:;- Droit et Liberté, Rédactiôïi" ··éï··Had;;;ii';~tratlon 14. Rue de Paradis, Paris X' Tél. : PROvence ~0-41, Y.o·48 C.C,P Paris OO'l().-9B Tarif d'abonnement : 3 mois _ ...... _ 150 frs 6 mois •. _ • "' • • 300 frs, 1 an ••..•. '.... 600 frs Etranger :. Tarif double. Pour tout ch .. n!:e,"en! d'adresse. pflere de Joindre la dernière bande et la, ~omme .de .20 francs -".,...",--- Le gérant: Ch. OVEZAREK Imp. CfJlluaie du CrolaslUlt. 18. ru. du Crols8ant. Parla. " .' . . • • '"(Cqn~e~$iOn des ,Khazars 'A~ , U '•V•I l~ le• ~ .. ~'S..... ~ IE" oe:~ 'L. 4' i l ~. . ;.L t · 1··· ' au judafsme) ',' , . ! .• :,. ~ " .. ., ", . J! (' . \ !-:', .' ':.';~.' -, ' ,4.: 1 ~ " '.', Les Khazars habitaient, au début A cette époque il existait en Cri- Le triomphe du Judaïsme gne de Dovadia-Savriei. II en résulta une nouvelle guerre avec les a'rabes et un relâchement des liens d'amitié avec l'Empire Byzantin. Ces deux Etats ne devaient réunir à nouveau leurs forces que lorsque l'expansion du monde arabe se fit une fois de plus menaçante . du Moyen Age, les steppes de la Rus- mée, en Arménie et au Caucase, de sie du Sud s'étendant entre la Mçr nombreuses colonies jüives dont l'iri- e'est en 731 que la propagande Caspienne et la Mer Noire. Leur his- ff1uence sur les peuples voisins devait juiv:e remporta sa première grande toire est d'autant plus intéressante être considérable. Le nombre des victoire dans le pays des Khazars, En que c'est le seul peuple qui se soit Juifs fixés dans l'Empire des Kha- eHet, un Juif, nommé Bulan, qui converti au judaïsme, e't cela à une zars s'accrut sensiblement vers 723, avait combattu aux côtés de nomépoque olt la religion mosaïque sem- ]or-sque Léon III l'lsaurien entreprit breul' coreligionnaires dans les rangs ,brait avoir: , déjà perdu sa force d'at- une campagne de persécl\tion contre des Khazars contre les arabes, fit ·tqction. JUSQu,'àçes derniers temps les fi~s d'jlsraël. " ., preuve d'une telle . vigilançe que. les les circonstances et la date de cette ,' l;a ~ conversion ides Khazars au îu~ ' Khazars ' le proclamèrent - Khan. conversion et, d\me manière géné- ch ïSllle n;ous est !rapportée; non seu- D'abord plutôt indifférent aux _ques: raie. tout ce qui concerne ce .peuple Jemeùt p~r des au'teurs·, araoes, mais tions religieu,ses, ~Ulan ne tarda ,pas · curieux était plongé dans un brouil- aussi , par' des écrivains juifs, notam- à subir l'influence de savants juifs et , lard épais, ce n'est que récemment ment par la correspondance entre à organiser une propagande active qu'on a pu jeter un peu de lumière Chazdaï-Ihon-Shaprut, ]e Ministre en faveur de la religion mosaïque. Il sur ce chapitre obscur de l'histoire. juif du Calife de Cordoue, et le kahn fit mêmevenit à sa cour des érudits Outre les documents arabes et hébraïques. la conversioQ des Kh~zacsau ' judaïsme est encore confirméè par ' de vieilles légendes slavés. L'une de celles-ci rapporte notamrhent la fameuse controverse religieuse: qui est un fait historique datant de 740.,," Les Khazars et leurs eil1JI1emis. Partis de la Sarmatie, reglOn du Khazar, Joseph. Par un heure~lx ha- juifs de Mésopotamie et de Palestine. sard, ces ,documents furent cornplé- Les missionnaires chrétiens et aratés en 1912 grâce ù la découverte bes redouhlèrent alors de zèle. Sur d'une lettre adressée au même Mi- l'initiative du khan, on organisa une nistre par un Juif Khazar. grande controvel'se religi'euse où pri- Pendant longtemps, on croyait l;cn.t part les re~résentants l~s plus voir dans les nombreux documents emments des troIS cuites. ,'arabes et hébraïques ayant trait à la La victoire revint aux Lr~ifs, ç~ qui ' conversion des Khazarsau Judaïsme, n'empêcha pas la propagande chrédes contradictions flagrantes. Mais il tienne et mahométane de se po urapparut par la suite que ce qui sem- suivre. Le Judaïsme n'a pris définitiblait contradictoire était d'une con- vement le dessus, au sein du neuple cordance parfaite.:. khazar, que vers 762-763, sous le rè- En 860, les apôtres slaves, Saint Cyrill, surnommé le Philosophe. et son frère Méthode, se rendirent chez les Khazars non point pour rivaliser avec les Juifs, mais pour conclure une alliance politique dirigée contre les Russes. Ces légendes inspirées par cette mission constituent le seul écho littéraire de cet événement important~ Elles confirment. indirectement d'ailleurs, les renseignements arabes et hébraïques ayant trait ~, la conversion des Khazars au judaïsme. F. DVORNIK. · Sud de l'Oural, les Khazars poussaient peu à peu vers la Mer Caspienne. Au IV· siècle après J.-c. ,ils 'durent se soumettre d'~,bord aux Huns, ensuite pour Ulle période très courte, successivement aux Avars et aux Turcs. Cependant au VIJle siècle leur empire était redevenu si puis~ant qu'ils purent, à plusieurs repnses, se mesurer avec succès, avec la Perse ù qui leurs armées in-'--:------------------------------:------------------------- f1igèrent des pertes sérieuses. L'em- 'D "Il" ' d'h .. t t d· , l M al" pire byzantin]ui-même recherchait es ml lers onne es gens' son ' venus mar 1 a a utu Ite leur amitié. C'est au reste gr;Îce , au au GRAND MEETING, du M.'R.A' .P. concours de la cavalerie khazare que l'empereur Héraclius remporta \toe victoire éclatante sur les enne~ "mis conln'îuos, les , Perses. • ..•• ··140 .. , .. Par la suite, devant le danger arabe ~ de plus en plus ' menaçant, les rela · tions des Khaz'ars avec Byzalice

demeurèrent amicales. Pendant ' la

première moitié tlu VIlle siècle, les , Khazars semblaient sur le point de succomber aux Arabes qui avaient 'occupé leur capitale, Semender, en les forçant à construire une nouvelle , ville, Itil, à l'embouchure de la Volga. Cependant peu après, ayant récupéré les forces ptrdues, les Khazars triomphèrent c,leJeurs ennemis, dans un ,combat où 20.000 Arabes trouvèrent la mort, et poussèrent jusqu'~, la Mésopotamie. Par cette victoire qtii · eut lieu en 731, les Khazars ayant an'êté le flot arabe rendirent ~, \a civilisation chrétienne un service analogue ù celui rendu par les troupes de · Charles-Martel qui écrasèrent lés Arabes en 73"1. près de Poitiers. La rivalité de trois religions Au cours de la première moitié du VIII" siècle, tn:is religions se disputèrent le peuple ' Khazar resté païen. L'Empire byzantin notamment, toujours en bonS rapports avec les Khazars envoya dans' leurs pays de nombreux missionnaires. Le travail de ceux-ci porta bientôt des fruits. non seulement en Crimée mais ~, l'intérieur du pays et même dans 'la capitale. Cette propagande religieuse constitue un des 'plus glorieux chapitres de J'Iiistoire de l'Eglise byzan' tille. Simultanément les Arabes déployaient de grands efforts pour gagner les Khazars ~, l'islamisme. Des écrivain arabes, tels AI-Bekrki, Ibnal- Atir et Masudi, nous ont laissé de curieux témoignages sur, la propagande musullhane. L'islamisme a également trouvé des ,adeptes parmi les khazars, mais ce ne fut ni l'enseignement du Christ ni celui de Mahomet qui l'emporta dans l'Empire des Khazars. En effet, chose incroyable, la grande ma,iorité du peuple opta pour la religion mosaïque. Mardi soir ,il la Mutualité. Dès 2D h., la salle est e~vahie Par une .fo~l~ nombre~se. Ouvriers, artisans, commerçants, intellectuels, ils sont venus à l'appel' du M.R.A.P., poussés par la conscience du danger ,qui me- . nace les peuples, pour' proclamer leur indignation de voir réhabiliter et autoriser la propagande antisémite et leur volùnté de gagner la .~aix. On remarque ici un groupe d' étudiants noirs qùi discutent avec animation. là un vieillard très entouré. Au balcon, des malgaches. Et tout un monde de braves gens. de mères de f,amilles. dont on voit immédiatement qu'ils n' ont pas l'habitude des manifestations et qui or""!t là au . coude à coude avec '" ie f) les au regard résolu, avec des anciens résistants, avec dt. anciens déportés, pour dire NON à la guerre , Beaucoup d' entre eux' ont déjà déposé leurs bull,.~in5' de vote dans les urnes installées à rentrée. Au lever du rideau, une formidable ovation salue la tribune où r on reconnaît Yves Farge, Marie-C laurJ.e Vaillanl-Cou/urier, Jcan Cuiineber/, secrétairè du parti socialiste unitaire, Cerly Archimède, député de la GuadeloUT e, le profes~eur Hadamar, de l'Institut, Pierre-Roland Lé' V1). membre du Conseil supérieur de la Magistrature. Joqnn1) Berlioz, député, représentant . le Parti communiste français. Char- 1es Désirai, secrétaire du Secours p09ulaire, Jules Ducha/, secrétaire de la C.G.T., M. Devaux, Jean Delorme, un ' repré. sentant de M. Louis Marin, le D" Jean Dalsace, Al/red Cran/, secrétaire général· adjoint du M.R.AP., Henr,lI Bulavk,o, M. Lerman. etc... On remarQuait également les représentants des organisiltions juive~ : ,. Korman . A. Youdine, G. Koenig, A. Besserman, M. Vilner, Jacaues Lederman, L. Bruck, A. Poznanskll, R. Bercovici et Charles Le.d'erman. directeur de l'lotre journal. Pierre-Roland Lévy, qui assure la présidence, donne lecture du message :lu président du M,RA P., Mc André Blumel. s( Retenu loin de cette salle pour des raisons qu'il. me. fut impossible de prévoi'r, je vous prie de m~ consi~érer comme présent co! SOif parmi vous. « Quel homme, quelle femme, auiourd'hui:quelles que soient ses opinions, oserait refuser dese prononcer pour la paix ? « Ne pas se joindre à l'action des partisans de la Paix à l'action du M.RAP., ' ~e serait appeler sur son propre foyer la ruine et le deuil. « Chers amis, chers camarades, avec vous, je vote pour la paix. )l 'l, . Le président lit ensuite une lettre du grand rabbin Kaplan~ un message de Gabriel , d'Arboussier, et enhn un 'message du Parti communiste français. Le jeune et déjà célèbre magistrat fixe ensuite le débat qJli fait l'objet de ce meeting : la reparution sous licence américaine de journaux na7is et antisémites tels que le Slurmer. JI ~tigmatise le rôle d'excitateur à la haine et aux po!rsécutions raciales joué par le Slurmer sous le règne de Hitler. Il rappelle coqv.:nent soh directeur, Julius Streicher, fut condamné à mort et pendu à Nuremberg. Le présiden't donne alors la parole à Mme Gert y Archidu message, du président du d'applaudissements. La salle se lève d'un seul geste, le dis~ours du ~éputé n9ir soulève l'enthousiasme généra l, surtout lor~qu'elle déclare .: . « NOLIS savons Que les larmes d'une mère de c~uleur sont aussi amères 'que les larmes d'une mère blanche. » Henri Bu/avko, secrétaire général des Anciens Intèrnés et Déportés et Engagés Volontaires, lui succéde à la tribune. Il déclare, notamment, sous les applaudissements : « Le Sturmer, ce sont les râAes, Drancy, les fours crématoires 1 « Le Siurmer,' c'est 6.000.000 de Juifs ' assassinés l ,,' « Tous les Juifs dans le camp de la Paix ! Il ' i , .. Jean Gûignebert ht un discours très vivant et très applaudi, da AS lequel il flétrit la politique « occidentale II de redressement de l'Allemagne. A jules Duchat qui parle au nom de la C.G.T .• Paul Paraf, hommes de lettres. à Isi Blum et Maurice Lerman qui parlent en yiddisch, succède Marie-Claude Vaillant - Couturier. L'ovation que lui fait la salle, debout, semble ne jamais devoir s'arrêter. Elle s'écrie: « Une femme m'a dit un jour là-bas : « Madame, et dire que je n'ai rien (ait pour venir ici! II « Et c' est just~ment ça le malheur ! si elle avait lutté .. ~ • ,Les applaudissements ,enthou.siastes. 'les « bravos II d~ l'auditoire empêchent · Màrie-CIïlUde Vaillant Couturier de terminer sa phr;;e. A ljred C rani prononce un dis-cours très émouvan4:, ponctué par les bravos du public. Enfin, le dernier orateur, Yves Farge, dans un , magnifique discours, lance un vibrant appel « à tous les partisans de la Paix H. , Appel qui sera entendu, affirme la salle par ses applaudiS5&« ments" et son enth()usiasme. M .. p""lant, du M.RAP., donne lecture de la résolution. adoptée à l'unanimité. . On assiste alors à la projection du hlm du M:RAP. retraçant la Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, le 22 mai au Cirque d'Hiver. •• Mais des poignants souvenirs qu'il évoque se dégage une volon~ é. inflexible de lutte pour un aveOlr heureux. Ne jamais oublier, « et pour ne plus jamais revoi: ca », prêter s~r~ent, comme r assistance f. recuêdhe et résolue de cett~' Glande journée du 22 mai, Prêter serment de tout mettre ell oeuvre pour défendre la Paix et le droit à la' vie.

Notes

<references />

Format JPEG