Droit et Liberté n°00019 - 1er janvier 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Ombres et lumières par Charles Lederman - page 1
    • Les étonnements de la quinzaine - page 2
    • Forces déchues et forces montantes en Israël par M. Vilner- page 3
    • Un congrès au dessus de contingences politiques contemporaines (Alliance antiraciste) par Charles Feld - page 4
    • Une fois l'occupant chassé (derrière le rideau de soie de Bartley C. Crum par Roger Maria - page 4
    • Une heure avec Lev Kovarski parrain de la pile atomique par Nathan Stein -page 5
    • Les poupées de Whitechapel par Jeanne Brens - page 6
    • Voyage sans espoir par J.A. Bass - page 6
    • L'antisémitisme à l'heure allemande par Edgar Morin - page 7
    • Parce que les peuples veulent vivre libres: Tchang Kaï chek criminel de guerre - page 7
    • L'affaire du Kremlin-Bicêtre par Baudot - page 7
    • En décembre 48 à Paris, j'ai adhéré au parti nazi par Daniel Bess - page 8;9
    • En écoutant l'homme providentiel de l'Irgoun - page 10
    • Spectacles-Arts: L'aventureux colonel et la vérité toute nue par R. Payet-Burin; Ardèle ou la marguerite de Jean Anouilh par R. Maria -page 11
    • Droit et Liberté en Belgique: les jeunes et Israël; L'ORT belge -page 12
    • Aidez l'HEFUD -page 13
    • Jeunesse et vie: Union pour la paix par Dany Senaz; levés avant le jour par Raph Feigelson; Hanukah de lumière par Maurice Mann -page 15
    • Bon pour la rue une nouvelle de Langston Hugues -page 16

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

En Décembre. 1948~ , . ~ Paris, ., . Jal adhéré au ·-HEBDOMADA:(RE. FONDÉ DANS LA CLANDESTINITÉ i . Nouvelle série N° 19 (87) 'AU SEUIL DE · 1949 . .. .. ,- Au seuil . d'une ' nouvelle année, en faisant le bilatl de ceIle qui s'achève, on ressent à la fois un regret et un soulagement. Un regret, parce qu'on se voit devenir plus vieux; un soulagement, parce que les jours de fêtes sont comme l'annonce du bonheur et de la ·paix que souhaitent et que gagnent les hommes. L'année 1948 a vu maints assauts menaçant d'entraîner le monde dans une nouvelle catastrophe. Tous les moyens ont été employé •• Les campagnes d'une presse honteusement belliciste ont précédé et accompagné les manoeuvres politiques ~ économiques. . . Les démonstrations qu'on a voulu spectaculaires dans tel couloir aérien de l'ancienne capitale hitlérienn.., ont encouragé les agresse~rs hollandais comme les fournitures d'armes aux féodaux arabes et les revirements prémédités d'une politique impérialiste ont permis l'Altaque d'Israël par les satellites de Londres et de Waa~ hington.· . Et pendant que l'on prônait les hitlériens de Berlin comme les représentants authentiques d'une démocratie . bafouée, pendant qu'on installait sur le sol de France ùn état-major « atlantique », on faisait la chasse aux anciens résistants - 'français et étrangers -, on emprison~it, on condamnait par centaines des grévistes, on laissait les 'n:' collabos )) libérés ou jamais inquiétés, poursulVl'le leur be&ogne antifrançaise. ( OMME pour marquer toute la signification de leur action, il fallait que les vandales choisissent la nuit de Noël pour se livrer à une agression, 1er ,Janvier 1949 -inqualifiable, de caractère antisémite. Au moment où . t{I~;~:.l::-;'r plusieurs familles juives fêtaient . joyeusement l'anni- '3 ' •• ~ ,..,. . L versaire d'un enfant au café « Lumière », boulevard de Belleville, -une cinquantaine d'énergumènes les attaquèrent, après avoir brisé les vitres, aux cris de z « Mort aux Juifs ». On sait à quelles organisations appartiennent ces bandits. Nous apportons par ailleurs le résultat d'une - enquête au M.S.U.F., organisation de Nazis, français et allemands, qui fonctionne à Paris. -. Les autorités savent tout sur l'activité de cette entreprise de S.S., mais on laisse faire. Pourquoi ? Dans quel but ? . NAIS les forces d'oppression et de guerre ne pouvaient pas vaincre en 1948. Car le souci premier des peuples, c'est de vivre libres et en paix. Ils ont donc engagé la bataille. Et ils sont sûrs de triompher. Ainsi, les Juifs de Palestine ont proclamé leur indépendance, vaincu les mercenaires et affirmé leur désir d'tnstaurer un régime de démocratie. L'armée populaire (Dessiri de ' M. Bahel) Parti Nazi ..• , chinoise, en un·e avance impétueuse, a libéré un immen- r--------------------------_.c... ______________ _ se territoire et des dizaines de millions d'hommes. Les soldats d~ Markos reconquièrent, sur l'étranger, la terre de Grèce. Et les Français, dans de magnifiques Assises, viennent !le dire à nouveau qu'ils ne ve~lent plus ni Dunkerque, ni Montoire, ni Oradoul', ni Auschwitz. Nous aussi, nous avons apporté, et nous contÎnuerO'I\S d'apporter notre contribution au oombat pour la paix, « le plus sacré des combats ». L'année nouvelle ne sera pas exempte de batailles, dont la plus grande doit empêcher le fascisme d~ reprendre sa place en Allemagne et dans le monde. Charles lEDERMAN Lire dans ce numéro: POUR LA. RJI.JE Une nouveWe 'nédite de Langston HUGHES 1'ANTISEMITISME . A L'lE E AllEMANDE· .> par Edgar MORIN FORCES DÉCADENTES ET FORCES MONTANTES EN ISRAEL 9},want Zoi, LEV KOVARSKI m'a uiaudé 64 oie •• ., -- - 1- U fOI 'D DU PU ~~ Vive 48! Aujourd'hui, j'ai tenu à ter mes voeux à mon CI: ami matin. : _ Cher Monsieur, lui ai-je dit, en réalité, je vou-s connais très peu : je sais seulement que nous no~s rencontrons tous les m atins . dans le même métro pour a e chacun à notre travail ! Je n 'en éprouve pas moins à votre égard -une amitié véritable ; soyez assuré de la sincérité de mes s~Uhaits

que 1949 vous apporte

tout ce que 1948 a pu vous refuser ! - Je vous remercie, répo~du, et je ne doute pas de vos sentiments. Toutefois, je vou!> demande de modifier un peu vo tre formule . souhaitez donc que 1949 confirme tout ce que 1948 nous a déjà apporté ... Je protestai : _ Comment? Certes, ]948 a pu être pou,r vous une année heureuse sur le plan de votre vie personnelle; mais votre bonheur lùi-même n'a pu être sans mélange : sans cesse il a dû être troublé par tous les é:vénements extérieurs à votre étroite intimité ... Voyons ! En France, la vie devient chaque jour plus difficile. A travers le monde, la situation devient dramatique :' la guerre fait rage en Palestine, en Grèce, en Chine, en Indonésie, ailleurs encore ; des d'zaines de milliers d'hom·mes subissent toujours le fascisme ; Hitler et les .iens préparent ouvertement leur l'eva.nche ; partout, on parle de guerre_. Et c'est tout cela que vous voudriez voir confirmer par 1949 ? Vrai, votre goût du paradoxe ne connait plus de limites! . Il s.e mit .à r,ire douc.. ement. De ce nre qUI m exaspere en me persuadant à l'avance de mes erreurs. Il reprit : - Ah ! Vous lisez trop les journaux ! Ou plutôt, vous lisez trop certains journaux et vous les lisez mal, sans chercher à comprendre ce qui se cache derrière les mots, derrière même les faits . Certes, tout. ce que vous ,venez de dire par~t exact ... Mais réfléchissez un peu. La guerre fait rage : JI n'en demeure pas moins que l'Etat d'Israël est devenu une réalité que nul ne peut plus n:"r ; que le 'gouvernement . du général Markos a pris forme; .que la ,conscience nationale s'est ~veillée en' Indonésie .; et qu'en Chine, les forces démocratiques 'sont en train de détruire définitivement I.e régime de Tchang Kaï Ohek comme il y a quatre ana elles détruisaient celui .le Hitler. Ailleurs, la guerre menace

mai. eUe menaçait déjà il y

a un an, et l'on peut dire que les forces du bellicisme n'ont fait aucun progrès durant tout ce ~temps ; c'est là une - véritable victoire pour !es ho·mmes décidés à maintenir la paix : la guerre froide a été pour ses inventeurs une douche glacée. Enfin, la vie est difficile en France et les libertés y sont menacées : mai .. désormais, les masSes populaires sont unies dans leur volonté de lutte pour le pain, la paix et la liberté ; l'année qui s'écoule a davantage fait pour leur unité qUje certaines manoeuvres pour lear division ! Non, croyez-moi : 48 fut une année de combats couronnés de succès ; 49 peut être celle des victoires. L'INGENU. Droit er Liberté ...._ .. . ,."" .•• j ~., ,t ... _~. Rédaction et admirustratlon 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· 1II16phone:PROvence LO-47 ,1-" c .c.p. Paris 607~98 Tarif d'abonnement 3 mols •.••...• 100 frs 6 mois ..•..••• 200 frs 1 an .. "" .. " 400 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse, prière de joindre la dernière bande et la ${)mme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK DROIT ET LIBERTE Jer .,Janvier 1 ~9. '. - . N° 19-81 • LES ÉTONNEMENTS DIE LA QttHNZABNIE. • • Un journaliste israélien indigne d'Israël Au début du mois s'est tenue. à Budapest, une Conférence du Comité Exécutif de l'Organisation Internationale des Journalistes. Une résolution fut proposée, Qui condamnait les poursuites, les violences .. les brimades dont les jOtllnaliste$ sont l'objet en différents pays. Le délégué d'Israël, M. Karl~ bach, s'abstint. La délégation américaine propose de reme'ltre à plus tard la discussion concernant la condamnation à porter contre les préparatifs de guerre. Le délégué d'Israël, Karlbach, vote pour la proposition américaine, •~~,: '.-_':" ,a,.::."" , -- , . ,.' - .

.1, --
--- ::-

' ., Lorsqu' arri ve la discussion de la résolution tendant à meUre hors la - loi' la haine raciale, M. Karlbach ~ient avec un amendement ... Il propOse que la même peine soit prévue pour ceux qui « fondent leurs opinions politiques sur la différencia'lion des classes ». Ainsi, M. Karlbach, desservant les intérêts d'Israël, met sur le mê. me plan la persécution raciale et la lut'ce des classes. - Encore un qui ~a avoir droit aux félicitations du R.P.F. Cadeau de Noël I L s'agit du sieur Emyl Cadeau, « journalis'le » de Climals, organe du racÎsme colonial, dont avec l'antisémitisme est le cousin. Comme cadeau ·de Noël, M. Ca· ~~' ~ deau, publie un article posthume sur l'Assemblée de l'O.N.U. Le clou de cet article sur six colonnes ? Pour entrer au Palais de Chaillot « il vaut mieux demander au hasard MM. Lévy ou Jacob pour obtenir un laisser-passer : ils sont sûrement là )1. (sic) . . M. Cadeau, en tout cas, est sûr de passer son papier à Climats s'il y met une pointe antisémile. Nuances dans l'hystérie ASPECTS de la France et du Monde n'est pas con'Ient de Céline. Que lui reproche-t-il '? « Céline - écrit·il - est devenu prosémite. » Et d' a;outer : « Nous avons toujours considéré que son antisémitisme tenait de l'hystérie juive. » Peut-on demander de quelle hystérie relève )' :mtisémitisme d'Aspecls de la France ? Les barbares qui n'osent pas dire leur nom A SPECTS. de la France, journal maurassien, en veut à Hitler parte qu' « avec son antisémitisme barbare, il a brouillé le jeu » et compromis « r antisémitisme conscient de l'avenir ». Et de raconter Qu'en 1942 « les Juifs d'Alger ont demandé la' séparation de l'Algérie d'avec la F rance », que « le résistantialisme juif est imposteur. cosmopolite, haineux el sadique », que les Juifs ont accéléré la guerre avant Que r Amérique fût prête, avant que fût bien mûr En l'an 48, le 13 novembre, Mme Pauline G_. a demandé un acte de naiszance à la mairie d" IX' pour pouvoir passer un examen uniVErsitaire. Le plus piquant de l'histoire ~t que cette dame déclarée décédée par 1 .. volonté d'un employé du IX' (Drouot) ne reçut aucun faire-part. . Ainsi, cette femme est THEO RIQUEMENT morte en accouchant d'un enfant mort à deux jours, sans fleurs ni couronnes_ La maIrie "eut bie'n faire les démarches, mais réclame de l'argent, - C'est genhl tout de même ! -Mme l'auline G ... attend un autre enfant; ene veut &e remarier, mais c.omment ? Elle est n,orte, accouchera donc, se réveillera pour cet acte,

, redécédera .:fin de faire plaisir à la mairie du IX·,

La « mor~ , a bien voulu noUs adresser cette petite chanson où elle raconte plaisamment son hÜloire._ li-Iaut sorfir l'enlant du thon Un~ darne de ma cOTl'llaissance Fit--(.a demande, oh ! ma Doué / . (bis) D'û1i ade de naissance Pour se remar:er (bis) Q~ ne frrt pas son émotion Et 30 tristesse, oh ! ma Doué! (bis De se !>Oir décédée San.r;)on autorisatioo ! (bis) Mais Je plus be(J~ de l'histoire Frrt que, oh 1 ma Doué 1 (bis) Motie provisoire A tlenJ-ait un héritier (bis) ~ A lor$,-' Messieurs les Ronds-Je-C un Que dîtes· vous Je celte nooelette ? Elle prête fort à rire A cec tambour et trompe/te. Mais jugeant avec Je gros yeux Le public lui, ne :se l(lf::!sant pas prendre Voil bien flue vous voU:! fichez J'eux Et le mieux serait de 00113 pendre Et M~urs les RonJ3-Je-Cuir Il f(Jlf1f 30rlir l'enfad clu cIwu Débrouille-z:vous, il n'y a rien à clire, . . .. Pour rme fdi; "o~ /)(l . s'en prendre à oous, M e.çsieurs les RonJs-de-C uir. De la nie'rie du IX' Il ne faut pas le dire haut, mais , l'écrire C'est embêtant touf de même De décéder une femme du Ir Qui ne demande pas à rr:ourir. Oui on nous prend pour des gens sérieux Sérieux (Oh! ma Doué) (bis) Ne faisanl que des erreurs Et pour TlOtre malheur Somme:! que de tri:!tes geTI$. Qui sortira l'enfcmt du chou Oh ! ma Doué (bi~) Est·ce mai, esl-ce vous? Mai$ dépêchez L'enfant est exact au rendez-vous Je :wÎ3 morte el l'on m'enterre Sur un regi3tre de papier Et ooici M. le Maire QI( oeuf bien me re33U3Citer. PAUUHEG. "\ le ~~nf1it du germanisme et du sla,. ~i!\l1ll! », etc ., etc. En somme, « \' antisémitisme conscient » reproche à tlitler ... d'avoir perdu la guerre et ... espère sa revanche. 'Le ~hien qui doit choisir son propriétaire UNE querelle « scientifique », met ,aux prises les théoriciens racistes. des Etats-Unis: Dans un rapPort sur les condit ions de vie qui sont faites aux noirs à Washington, rapport signé, enlre autres, par Mme Roosevelt et M, Marshall, le cas suivant est signalé: (~ Un propriétaire de cimetière pour

hiens refuse d ' accepter les chiens

ayant appartenu à des noirs. 8 de donner la raison : {( Les chiens ne protestent pas, mais il craint que ses clients blancs ne le fassent ... ») L'alibi du procureur L . ANTl~ÉMITlSME germano-occi' dental sort de l'anonymat. Les « inconnus » qui profanaient les cio>( metières manifestent maintenant ou~ vertement contre les Juits. ~- ~7 Le procureur général de Berlin~ Charlottenbourg (secteur anglais) a reçu une plainte conire un fleuriste qui, au cours d'une dispute avec . une femme, s'écria: « Je ne me laisserai pas rouler par une Juive aux trois-quarts : elle a un petit air de Jérusalem. » Jugeant que {( le fleuriste a atta.. qué une Juive et non les Juifs ), le procureur déclara ne pas pouvoir « retenir la plainte puisqu'elle vient d'un témoin et non de la personne intéressée ». Après avoir abandonné les réparations matérielles, on cherche ~ accrédi'ler ridée que les A!.Iemanfls n'ont pas à payer, non plus, de ré.parations morales. Au fait, pour qui la convention sur le génocide a.t-elle été volée '? ANTISEMITISME NOM MASCULIN Pendant la drôle de guerre, les murs avaient des oreilles. A pr,ésent, l'hippopotame porte du venin. L'hippopotame c'est, dans la littérature d'aujourd'hui, un beStseller qui se distingue par sa subtilité, la g"'ce aérienne de sa rédadion, la séduction de son style, son &ens inné du progrès humain et sa promptitude à marcher avec son temps, j'ai nommé le nouveau petit Larousse iIJustré. Des rédacteurs de ce foetus d 'encyclopédie, -nous avons tous admiré la platitude prudhommesque et le crétinisme doctoral du ton, le culte de l'anachronisme et la constante tendance à prendre leurs lecteurs pour._ pour leurs semblables. Mai. nous n'avons peut-être pas tous r~marqué qu'ici comme partout , ailleurs la sottise s'accompagnait de nocivité. Exemples : La définition de J'antisémiti .. me que donne, dans &es éditions successh-e., le N.P .L.I. est indis.cutablement.. . antisémitique 1 " Doctrine de ceux qui sont oppos~ s à l'influence des Juifs :k La définition qu'en donnait la dernière édition du Larousse du XX, siècle, en six volumes, Be terminait SUr cette phrase appa~ rem ment bénigne : « En France, après l'accession au pouvoir du Front populaire où les Juifs tien~ nent une grande place, l'antisé· m itisme a redoublé •. Attention à l' « apolitisme :0, jusque dans le domaine de la lexicographie ! Ne consultez pas le Larousse, de quelque' pointure qu'il soit, sans vous munir du gants de caoutchouc et des pincettes réglementaires ! Michel GOUR. Etrennes 1949~~ EN gUIse de cadeau de lin d'année, le général de GaulIe ~ . . nous offre une idée-force qui doit apporter au peuple ~ ,françaIs un r,,:mède. efficace à sa misère croissante. Il s'agit de ~ la transformahon mllaculeuse des salariés en associés de leurs ~ employeurs. . ~ Quel mervellIeul{ ~Io~n, en véri~é : plus de grèves, plus de ~ lu!t~ .des classes,. - plus de syndIcats, tous bénéficiaires, en ~ defimhve. Un vraI pactole ! ~ ~i . notr~ mémoire est fid~le, Pétain ,!vait déjà présenté des ~ projets, analogues. " . ~ Il .!' est que .trop aIse de démontrer que l'association « capital- ~ }:ava~l » .~u SUjet de !aq:tel!; maintes expériences furent tentées, ~ ut rçguherement vouee a 1 echec, et qu elle constitue tout bon- ~ neme~t ,un moyen démagogique, sans aucun fondement économi- ~ que seneux. ~ Q,uel chef d'entreprise, - eri effet, consentira ~ fournïr à ses ~ oU~T1~rs, les comptes exacts de son exploitation, d'autant qu'une ~ nscaI.té accablante et désordonnée, J'incite la plupart du temps à ~ établir des bi!ans tr~qué5. . , ~ En ~~tre, Il par~lt peu pla,uslble qu on puisse intéresser un ~ « assocIe » aux gams, sans qu en contre-partie, il le soit égale- ~ ment aux pertes. ~ Le. patron:,-~!éçl, représe?té par :es organisations de classe, ~ a tOl~jO,urS u,hI.se ce genre d :,-ttrape-mgaud po.ur tenter de désar- ~ mer ideologtquement les salanés. . ~ Jvlais pour faire accroîre ~ue le. ~.P,F . . présente un projet in- ~

  1. Pendant. d.u patro~~t et meme hmltant les prétentions de celui- ~

CI, M. VllIt«;rs, pre~lde~,de la Confédération Nationale du Pa- ~ tronat FrançaiS, a femt demeure quelques critiques ~ 1'1 s'agit en réalité d'UNE SE~LE ~T MEME MANOEU- ~ VRE contre le mouv.e~ent syndIcal qUI a fait preuve de son . ~ ardeur et de sa matunte, ~ Dans. tout cela quel sera le sort du petit patron, quel bénéfice ~ devra-t-Il partager avec les quelques ouvriers qu'il occupe alors ~ que. ~outes 1<:, :-?esure; fiscales e! bancaires, la hausse consta~te des ~ ma:tJeres premieres 1 ont accule souvent à une situation catastro- ~ phlque (le nombr,e d~ Jaillites s'est .encore accru en novembre). ~ . I! est plus ~ac,le d elaborer de mITobolantes promesses d'asso- ~ c~atlon, .que d a~ter aux França~s! -. dont I~ pouvoir d'achat ~ s ,~nUlse chaque jour, - une ameI.orahon raptde de ses moyens ~ d C:XISt~IlC~. ~tr?Jnes 49 : augmentation d~s loyers 33 % au ~ ~1R5 IIDpOls mdlrects augmentés de 15 à 20 % taxe à la produc- ~ bon portée de 10 à 12,50 %' hausse sur les' cuirs de 200 ·i., ~ ~Ic ... , per contre plus question de hausse de salaires là encore ~ on compte suc un miracle fI..' JUST. ' ~ \1°C !anviev- 1949. -' N" ·19-87 ----------------- DROIT ET'LlBERTE - .- .----. • -------------------- 3 Forces déchues et forces montantes en Israël AGE de six mois seulement, menacé sur ses frontières et dans sa vie même, l'Etat d'Israël est rentré néanmoins dans le domaine des réalités politiques et se prépare aujourd'hui à ses premières élections. Il s'agira, le 25 janvier prochain, d'élire une Assemblée Constituante. Déjà, le monde entier se demande avec curiosité quelle sera la structure et le visage politique et social du nouvel Etat, quel sera son rôle dans le Moyen-Orient et dans le monde de demain. « Neutre entre l'Est et l'Ouest », proclame le gouvernement provisoire Ben-Gurion. « Inféodé à Moscou », insinuent les ennemis du jeune Etat pour justifier leur attitude. « Etat d'un type nouveau », assurent les uns, « Etat socialiste et collectiviste » prétendent les autres. Pendant ce temps, les pressions financières et politiques redoublent, tandis que se succèdent les interventions diplomatiques et militaires. Mais Israël est bien vivant et le retard que le gouvernement français met à le reconnaître n'est g.uère à son honneur. Tout récemment encore, la diplomatie françaIse ' a pris une responsabilité grave pour le prestige de notre pays en empêchant, par son ' vote, l'admission d'Israël au sein des Nations Unies.


par M. VILNER---'

lutte. Les sionistes généraux et l'Irgun connurent un reflux d'influence, et au début de l'année une coalition se forma à la base entie le Mapai (social-çlémocrate j>uive) et les partis de gauclJe

communistes, Hachomer et socialistes de .

gauche. Plus tard, les socialistes de gauche et le Hachomer, réalisant leur fusion, constituèrent le Mapam. Le Palmach devint la force militaire d'avant-garde et le gouvernement provisoire, qui venait de se constituer, reçut une base populaire bien plus . large que celle des autorités de l'époque du mandat. NOUVELLE COALITION DANS la période de lutte contre les aSsauts des impérialistes et de leurs valets, les · ouvriers et les Kibboutzim ont pris conscience de leur force. La grande ·..)ourgeoisie, ayant échoué dans sa tentative d'empêcher la formation d'un Etat indépendant, ouvrit alors, sur une ligne de repli, un nouveau front pour s'assurer, avec le soutien américain, des positions dans le nouvel Etat. Ce changement de le fait que dans un tel bloc l'Allemagne nazie, et le nazisme tout court, sont appelés à jouer un rôle important. Ici,' il serait salutaire de méditer. les récentes déclarations du généralHalder. En fin de compte, le sort d'Israël dépendra de la place que la classe ouvrière prendra dans la politique du pays et l'appareil d'Etat. La bour~ geoisie, elle, acceptera par égoïsme de classQ tous les abandons. L'UNITt OUVRIÈRE 7t BSTRACTION faite du Mapaï, qui s'est .l"l. ouvertement coalisé avec. la grande bourgeoisie, deux partis se réclament de la classe ouvrière: le Mapam et le Pélrti commu~ niste israélien. Dès le mois d'août, le Parti communiste a proposé de créer un front uni pour les prochaines élections, et publié un programme en neuf points qui englobe la politique intérieure et extérieure : rapports judéo-arabes, immigration, colonisation, lutte contre la pénétration améri .. caine, pour assurer la paix. Le Mapam s'est déclaré d'accord, mais en posant plusieurs conditions idéologiques, dont la moindre n'est pas l'adhésion à la conception sioniste du monde. Cette réponse équivaut pratiquement à un refus, parce qu'elle pOse le proTout cela tend à faciliter les possibilités de pression angloaméricaine, mais ne saurait empêcher l'Etat d'Israël de se U<;~-----' 1IIc..w:. ......... __- --' m,-,,--'~ ,, ---CO_M_M_E_R_C_E---, blème de l'unité ouvrière en pleine confusion et prône une sorte d'union sacrée où les éléments fascistes auraient leur · raffermir. place. Au lieu de créer les conditions d'un véritable front VISAGE POLITIQUE D'ISRAEL <======== 100 % =====================:> démocratique, ayant la _ classe ouvrière à sa tête, cette politique tend à lier les mains du peuple et à l'entraîner derrière la réaction. I SRAEL est né de la victoire de la démocratie sur le fascisme, .dans la lutte d'un peuple pour sa liberté et son indépendance nationale, grâce à l'appui sans réserve de l'Union Soviétique et des démocraties populaires, Israël s'est affirmé contre l'intervention, pius ou moins ouverte, des impérialistes anglais et américains. Il n'en reste pas moins qu'Israël se présente, en · fait, comme un Etat capitaliste · où subsistent les luttes de classes. Cela s'explique surtout par le rôle prépondérant du mouu. S . ~ 193c:s PALESTINE 1942 U.R.S.S. 1939 La classe ouvnere risque de la sorte d'aller désunie aux prochaines élections, à moins que la Mapam ne revienne sur sa position. De son côté, la centrale syndicale, Histadruth. est dominée par 'les dirigeants du Mapaï, qui manquent souvent au devoir prolétarien: leur refus de faire un geste de solidarité envers les mineurs 'français en est un e.xemple frappant. · vement sioniste qui s'est cons ti- Une statistiqu.e sur la répartition des Juifs par branches économiques aux U.S.A., en A l'heure où, plus que jamais, s'affiche la volonté impérialiste de maintenir en PalesPalestine et en U.R.S.S. tine une colonie et une base tué et . dé,veloppé dans l'illu- · sion de la possibilité d'une collaboration avec l'occupant britannique. En dépit de ' ses diverses tendances, le sio- · nisme, sa doctrine, excluant les réformes' révolu~ ionnaires, . ne voient pas que la "lutte pour la libération nationale va de pai.r avec leii luttes sociales, et prétendent que la collaboration de tOl,ltes les classes à l'intérieur et l'entente avec · l'impérialisme à l'extérieur sont pos~ibles. Qu'on le veuille ou non, ici, comme dans tout Etat capitaliste, 'la lutte de classes est un fait. · La grande bourgeoisie juive s'est opposée, dès le · début, à la formation de l'Etat parce qu'elle ' craignait de perdre les positions-clefs q.u'elle détenait. selon un « plan de partage » des intérêts, conclU-<lvec l'occupant. C'est ainsi qu'elle a · saboté le premier emprunt national de 5 millions, préférant l'emprunt anglais de 8 millions. Le peuple, lui, a eu confiance en l'avenir, a souscrit et en même temps livré sa lutte pour · l'indépendance. La première étape du combat · pour l'indépendance a été gagnée malgré et · contre les classes possédantes. Compromise aux yeux ties masses, la grande bo.urgeoisie a cherché un regain de prestige en essayant de se poser en dirigeant du combat . contre l'impérialisme anglais et ne réussit en

. fait qu'à gonfler les organisations de caractère
fasciste, Irgoun et Stern.

, Pourtant, la collaboration avec la grande

bourgeoisie s'est affa~hlie dans cette période de
.•f•e. •m..e.U..t.e•W...i .c..a•d••e.a•u•. :.

IJN ABONNEMENT 'à DROIT & lIBEBTÉ. . . ,,' tactique doit être rapproché de la reconnaissance inattendue de l'Etat d'Israël de facto par les Etats-Unis. C'est dans ces conditions que le gouvernement Ben-Gurion opéra , un tournant sur la droite et restaura les rapports - un moment troublés - entre la MapaÏ et la grande bourgeoisie. La politique gouvernementale de ces derniers mois porte la marque visible de cette collusion. La dissolution des groupes Palmach. l'émission d'une 'nouvelle monnaie par stratégique, il est significatif que le journal de la Fédération Sioniste de France proclame sur' toute la largeur de sa première page · : « AbdaIIah destitùe le grand 'Mufti de Jérusalem et offre la paix aux Juifs ». . Qu'est-ce à dire, sinon qu'ils font 'confiance à Abdallah tout en sachant que l'Angleterre prépare une nouvelle agression transjordanienne ? Mais le peuple d'Israël -qui a tra,versé victo· rieusement les épreuves de 1948, saura vaincre les forces de capitulation. la Banque Anglo-Palestinienne, sous fOrIne de livres dont l'étalon est la sterlïng (et non sous forme de chekél, comme on l'avait d'abord décidé), l'établissement d'un système antidémocratique d'impôts indirects, les manoeuvres pour 'liquider la guerre , . l'1C.. uR 'uPs's' i<e10 Ql'Et st r~LLLl /eIuutr"o".p ~pnsa liS. <l'o"u"'t1r/e5- me" • "'0""·0 l 'i.m l en . acceptant les conditions angloaméricaines, tout celâ trad.uit l'accentuation de la mainmise de la grande bourgeoisie sur lC?s affaires d'Israël. , L'IMPOSSIBLE NEUTRALITÉ LES éiections du 25 ja~vier ne peuvent Se dérouler sous le signe de la neutralité. La neutralité n'est qu'un mot pour la simple raison que l'infiltration économique anglo-américaine se pours.uit et que la coalition gouvernementale actuelle s'apprête à enchaîner Israël à un bloc d'agression contre l'U.R. S,S., où, en agitant l'épo.uvantail d'une menace arabe, les Anglo-Saxons exerceraient leurs pr.essions. Renoncer ~ l'appui moral de l'Union Soviétique et des démocraties populaires est. du point de Vlue national, trahison et folie. D'autre part, il .n~ faut pas négliger ·1938 16.5 MILUONS " Europe: GO" .. ----• -17 c---1945--'4 1910-- --- II.3S /If/LLIONS 13 Europe' 351. 12 ..Une ~t;a~istiqug .• u~ la. ~épatti~ion . de~ -'uif~ 'dans le monde' I,:S ' 4 DROIT ET LIBERTE -----------------.l .. Janvier- 19"19, - N- 19-81, Un congrès " au dessus des contingences 'politiques contemporaines " L'ALLIANCE antiraciste vient de tenir son congrès. Cet événement est passé à peu près inaperçu. Personne ni! s'en étonnera et les dirigeants actuels, moins que quiconque. 115 portent, en effet, la Jourde responsabilité d'avoir divisé l'Alliance antiraciste, de l'avoir amputée de la plus grande par· tie de ses éléments actifs, en la réduisant à sa plus simple expression, Depuis l'exclu:,ion de militants antiracistes convaincus, venus de tous les horizons de l'opinion démocratique, les effectifs de l'Alliance n'ont cessé de diminuer. L'Alliance antiraciste, dévi. talisé .. , n'a fait que piétiner. Elle est absente de toute action réelle, de toutes les grandes causes qui, aujourd'hui, soulèvent les hommes libres. Triste bilan qu'ont eu à présenter les dirig~ants actuels devant quelques dizaines de délégués triés sur le volet. On pourrait facilement, poursuivant la lutte c()ntre le racism.e, se dire : voilà la moisson récoltée d'une politique de scission. ('ourtant, la vérité est toute autre encore. Les dirigeants actuels de l' Alliance Antiraciste n'ont pas eu en vue une simple opération politique, en faisant pencher la balance du côté de la réaction, ils ont cherché délibérément à paralyser l 'organisation, à empêcher toute action concrète et efficace. Car ce qu'ils redoutent par-dessus tout, c'est l'action, si limitée, Ei minime qu'elle soit. Celle-ci ferait immédiatement apparaître de quel côté se trouvent amis et ennemis. Dans ces conditions, il faut.égarer l'opinion, l'objectif étant de tout faire pour qu'elle ne prenne telle position serait de l'infantilisme oolitique. En réalité, elle n'exprime que la volonté de jeter de la poudre aux yeux pour cacher la nécessité du rassemblement des démocrates contre le fascisme. DL n'est donc pas vrai que l'action antiraciste soit indépendante « des incidences politiques contemporaines ». Les incidences politiques contemporaitus, c'est qu'il ne se passe pas de jour, qu'un Nègre ne soit lynché aux Etats-Unis où se multiplient les numéru$ clausuS. et ies interdits pour les Juifs. (Pour s'en convaincre, illlez voir les films américains « Crossfire » ou « Le mur invisible », dont les auteurs ont eu à subir les foudres ,te la commission des activités non-amenC:lInes, Hitler, lui, disait non-Aryen. Lisez aussi les livres américains cr Sang Royal • r--------par--------, Charles FELD de Sinclair Lewis, Il Foccus » d'Arthur Miller ou bien encore cet admirable reportage de V. Pozner « Les Etats-Désunis »). Dans un numéro de « Droit de Vivre » un certain Jean Denis, voulant faire de l'esprit facile, écrivait « qu'on voul.ait nous faire , détester les Américai,ns, sous le prétexte qu'ils nous envoyaient des dollars '. Libre à ceux qui reçoivent des dollars de s'en réjouir. Nous, nous préférons et aimons ceux des Américains qui, avec Wallace, lut1 t er~t cont.re l 'intolérance'raciille, pour la libert~ et la paix du monde. Mais les inc1dences politigues cOlltclIlporairlts, c'est que d'autres, les mineurs en l'occurrence, reçoivent eux, du F 10mb a'méricain (et c'est un anticommuniste comme John Lewis, Président du Syndicat des mineurs américains, qui en fait la ' constatation). Les ÎucideY/ces politiques contem poraùles, c'est que le général Clay libère l<t chienne de Buchenwald, lise Roch, prête à mordre demain. le .. incid mces politiques contemporain es, c'est que les Américains remettent la Ruhr aux mains des nazis, qu'ils mettent sur pied une armée ocidentale, dont l'EtatMajor en pleine paix, se trouve déjà à Fontainebleau, et dans laquelle une place de choix est faite à nos côtés, à nos bourreaux d'hier pour faire la guerre à ceux qui "nous ont sauvé: les vainqueurs de Stalingrad. , Les incidmces politiques contemporaines, c'est que le sang coule en Indonésie, au Viet-N am, en Malaisie, à Madagascar, en Grèce, en Espagne, enfin en Palestine. les irlcidel1ces politiques contemporaines, c'est qu'on entretient en France une véritable campagne de xénophohie contre les travailleurs immigrés, coupables d'avoir cru que la constittltion française autorise le droit de faire grève a vec leurs camarades français, rour nourrir décemment leur famille. On expulse les travailleur> étr~ngers, les démocratf$ Espagnols et Grecs, on "ient de dissoudre le C.A.D.l. (Ohé, où est la protestation de l'Alliance antiraciste (Lica) ou Lica (AlliallM ce antiraciste) peu importe !). ~ Bernard Lecache n'ignore UVIIo rien de tout cela. PomC]uoi essaie-t-il de rlace! le problème ailleurs ? C'est au pied du mur qu'on reconnaît le maçon, et c'est à son action et non' aux déclarations platoniques, qu'on reconnaît le combattant antiraciste. Il reste qu'une union Four l'action de tous les hommes de bonne volonté est possible. L'heure du choix est venue pour eux. Il s'agJt de stopper les progrès de l'antisémitisme et du r~ cisme, et plus généralement de lutter contre toutes les manifestations du fascisme. Ou bien, on est avec les hommes dù passé, et alors on se prépare des lendemains amers et sanglants. Ou bien, Ç)n est avec les gl andes masses du peuple ardentes et généreuses, et s'ans lesquelles rien de valable ne peut être fait. Si un R.P,F. choisit cette se-conde éventualité, je ne me gêne-rais pas pour lui tenclre la main. Toutes les dissertations de M. Lecilche n 'y pourront rien. pas conscience des véritables dan- r-----------------------------------------------------___ _ gers. Un exemple me suffit. Dans un rilpport intitulé abusivement « !lur la doctrine », et présenté au congrès, l'auteur, après toute une série de oonsidérations confuses et banales, ni chèvre ni chou selon une tradition qui veut que chacun reconnaisse a\1 passage, telle phrase, oomme l'écho de sa propre pensée, en arrive enfin à un problème concret, celui de l'ilpparteJlarl{:: e « d'antiracistes. au R.P. F. Qu'un tel problème ait été p0- sé, montre suffisamment l'inquiétude des éléments démocratiques de l'Alliance Antiraciste devant l'orientation que prend de plus en plus leur mouvement. Mais peuton sérieusement penser, comme on veut bien nous le faire croire, que l'auteur du rapport s'interroge sincèrement sur le degré de fascisme que renferme le R.P.F. AI- , 10n5 donc 1 Pour nous, le fascisme ne se révèle pas uniquement devant la fumée des fours crématoires. Nous voulons krécisément l'empêcher d'arriver à ce stade bestial. Les patriotes, les démocrates, ,les antiracistes ont trop sou ffert dans leur chair et dans leur consscience, ils ont trop perdu des leurs, pour ne pas découvrir Oll . gîte le fasci~me. Les Républicains savent, tous les RéPublicains, que le R.P.F. s'est déjà tristement illustré à Grenoble en assassinant le résistant Voitrin. Les antiracistes ont appris que par haine de race, le (Xlmmissaire R.P.F. Revoal d'Argenteuil a tiré sur un travailleur algérien. Les patriotes, tous les honnêtes gens, savent que le R. P . F. est le regroupement des vichyssois, des roll a boratellTS, €les profiteurs de biens juif-~. IP OURQUOI alors, Bernard Lecache donne-t-il sa caution au R.P.F., en tentant de le placer sur le même plan que les au1lres partis ? Ignor,e-t-il les diatribes antidémocratiCjIH's du généraI de Gaulle. ce que le premier passant venu pourrait lui apprendre. Dans le passé, il ne nous avait pas habitué à tant d'effacement, à tant de modestie. _ D'ailleurs, ne pouvant soutenir jusqu'au bout un tel point de vue, E Lecache femt quelques réserves. Nous,'jugeQns le R,P.F. à ses actes, dit-il, et nous comptons sur les ilntiracistes ou R.P.F. f.om le combattre si son action justifie notre méfiance. ,Fort heureusement, les antifascistes de tout bord se p.'lssent des conseils de M. Lecache. Dans le meilleur des ('as, une ~Ii-I-I192.168.254.45 ~ pM fllOfJeJt Mwtia • • ~\I\NW'MMMM/\I'M/WW\MM""'~ Une lois l'occupant chassé .. .;. Nous voici parvenus au terme de la lecture critique de l'excellent témoignage apporté par l'Américain Bartley C. Crum sur le problème juif et la situation en Palestine sous le titre significatif : Derrière le rideau de soie (( Be:hind the silken curtain »). Tout au long- de sept numé· ros de notre journal, nous 'avons larg-ement cité textes et docu. ments en les accomp'agnant de commentaires exprimant notre façon de prendre position, car il est à peine besoin de rappeler, j > pense, que nous ne sommes pas neutres, que nous ne nous situons jamais « au-d~ssus de la mêlée ", que nous prenons parti, résolument, en acceptant les conséquences pratiques qui découlent de notre orient::ltion pour des prog-ressistes, Français ou non. Juifs ou non, vivant et luttant dans la France d'aujourd'hui. Accompag-nons encore Crum jusqu '~I la fin de SOn voyage ... et d ~ son livre. La leçon qu'il tire de son expérience, c'est quc si Juifs et Arabes, délivrés des armées im_ périalistes et des businessmen ~trang-er~. se trouvaient vraiment en face des problèmes qui les concernent. ils eo viendraient aisément à bout. en dépit de difficultés inévitables, mais non pas sans solutions. TI revient longuement sur la cohabitation possible et dès maintenant eHective des deux population~, en dehors de toute contraintp ou supercherie colo. nialiste. Sur ce point ce qu'a vu ct compris Crum nOlis éclaire remarqu::lblement sur la situation réelle : Lentement, je voyais se former mes conclusions. Dans la' rue, il: Jérusalem, j'avais pu voir un Arabe se faisant lire une let· tre en an~lais, par un petit écolier juif. Je constatai que l'Arabe était ensei~né dans toutes les écoles secondaires juives et dans beaucoup d'écoles primaires et que toutes les colonies a1!ricoles avaient au moins un professeur d 'arabe. Sur la mer Morte, les Juifs et les Arabes travaillaient ensemble. A travail égal. les Arab ~s de Palestine recevaient un salaire deux fois supérieur à celui des Arabes d'Egypte. A Haïfa, les .Juifs et les Arabes sié~eaient ensemble au Conseil municipal dont Je maire est Juif; Juifs et Arabes collaborent dans de • nombreux comités, conseils, organisations industrielles ou commerciales. Ainsi, dans l'in_ dustrie des agrumes, l'une des plus importantes de Palestine, la collaboration des planteurs d'oranges juifs et des planteurs arabes est un fait reconnu. ( ... ) Des g~)Uvernements arabes invitent cles professeurs de J'UnL versité hébraïque à dresser des plans pour le développement éc()nomique de leurs Etats; des fonctionnaires et des étudiants viennent des pays arabes voisins travailler d'ans les laboratoires et les instituts juifs de recherches. Il me parut assez para· doxal que les mêmes chefs ara· bes qui attaquent les Juifs en. voient leurs femmes et leUr famille se faire soigner à l'hôpital de la Hadassah construit par l'~ffort sioniste. Dans la Palestine rurale, je remarquai que les :Arabes avaient heauçoup de respect pP'Ur les Jllifs. En paysans qu 'ils étaient ils reG6nnaiss'aient les mérites de ces gens qui travaillent la terre avec tant d'ardeur; qui s6nt prêts à passer la nùit auprès d'un agneau malade et qui donnent aux actes simf-les de la terre - plthter. moissonner. arroser - une valeur toute pareille à celle qu 'i~s y attachent eux-mêmes. Ces Arabes-là oot beau entendre répéter par leurs chefs politiques que les Juifs sont des étran~ers ne connais. sant rien de la Palestine et de ses coutumes immémoriales ils vc!ent bien de leurs yeux que ces hommes et ces femmes sa· lent endurer les épreuves, vivre dans une régi6n infestée de malaria, lutter de toute leur éner. ~ie contre une nature hostile, Ce s6nt ces simples réalités qu'ils comprennent. La vérité essentielle sur les relations cntre Juifs et Arabes en Palestine, c'est que les batailles politiques que se livrent les couches supérieures n' affec. tent en rien les relations entre {( hommes de la rue ». .le ne pus découvrir de conflits d'intérêts. L'état social, écono· mique. sanitaire · d'un village arabe était meilleur quand il était plus rapproché d'une colo. nie juive. Il est indiscutable que les Arabes de Palestine jouissent de conditi()ns de vic bien supé. rieures à celles de n'importe quel autre pay!> arabe_ Le nombre des naissances chez les Arabes de ('aJestine est plus élevé qu'ailleurs. la mortalité infantile plus basse ; un travailleur arabe en Palestine touche des salaires plus élevés que ses congénères d'Egypte ou d'Irak, et pourtant ces deux derniers pays n'ont pas de problème d'immi1!ration ,iuive ou « d'invaSion sioniste }). C'est précisément parce que la ,'ie y est meilleure que les Arabes, par dizaines de milliers, ont été attirés vers la Palestine et ont passé les frontières de Syrie. de Transjordanie et d ' E~ypte. lis continuent, d'ailleurs, à y pénétrer. Il n'en est .pas moins vrai qu'en dépit de l'inexistence d"Hl conflit d'intérêts, en dépit de l'absence de baine ou d'animo_ sité dans les rapports ~uoti. di.t'fIs, en crepit des marqlles d'amitié entre voisins dont j'ai été témoin, en dépit de tout cela, la rivalité est manifeste dans les couches supérieures. - on ne peut le nier. , Cette ouestion des re!ations entre .Juifs et Arabes finissait par m'obséder. Les deux partit's de la population me dil'lIient Qu'elles s'entendraient si on les laissait faire. Et lentement cette conviction me pénétrait, 'lente. ment cette vérité devenait pour moi de plus tm plus évidente que, à chaque pas, ouvertement ou secrètement. intentionne'le. ment ou par i~noral\ce, des Influences étaient à l'oeuYre qui, agissant sur les deux fractions de la population, entretenaient la ten sion entre elles. n n'y avait pas à en douter: J'entente entre .luifs et Arabes était redoutée de certains inté. rêts. Deux ~roupes di50tincts , pour des raisons qui leurs sont propres , s'opposent à ce qu'il y ait une Palestine Juive. Le pre. mier groupe est formé par les rois arabes et les effendis. Le deuxième, par l'impérialisme bri. tannique. Et ces deux groupes «alliés passivement» selon lé mot du DT Einstein, n'en for. ment qu'un contre l'ennemi commun. Voilà donc 'quel était, dans ce table-au. le rôle de J'im. périalisme (p. 250·251-252). La 'citation est longue, mais je crois qu'elle valait d'être mise sous leS yeux de nos lecteur!!!. Ajoutons que l'impérialisme britannique n'est pas seul en cau_ se : l'impérialisme américain "r;sure la relève, avec le conseTl~ tement résig-né du Colonial Ofce qui sait bien que le viei1 im~ péri::lli!';me ang-lais est hors d'et~lt aujou rd'hui de maintenir !'eul le système d'exploitation, de police et de division qui fit sa sang-Iante g-randeur et la for_ tune d'une minorité de familles parasitaires dont les pri"ilè!!es reposent sur d'incroyables misères. i\Tous sommes à l'époque historique oi: les peuples coloninux ou dépendants associent à leur volonté de lihération nationale le !iouei rJ° conquérir des çonditions de vie so('i~le meil1enre~. ET · ILS Y PARVIENNENT ENFIN. La f:H'e ~ll monde s'en trouve dt-s mai ntenant ,chang-ée. ChaCJu ~ homme ~e prog-rès, luttant pour le droit et la liherté, doit . consciemment se trOll\'er à sa nlacf' dans cet immense combat. Et il e~t ho., de connaltre avec précision l'effort des autres pour mieux comprendre la' sip-nificat. ion de <;on propre effort~ C'est ce 'à 0110; nOlis aide avec honnêteté R;:trtley C. Crum. qui dit lui-ll1t-me : Le rôle de l'avocat est de ren~ dre simvle ce qui paraît COOl. plex,c Je suis convaincu Que le problème f,·osé Itar la Palestine t'st dans le fond moins compli· Qué one certains ne le croient (P. :Wl). Son livre en est la plu:; eHic;: t,('e démonstr::Jtion. A p r è t' l'a\'oir lu. on a le sentiment d'y voir paT·f;]itement cl;)ir et c'est Mi;'! TIn él~m nt de lil victoire f]lW cl ~ dis<;iper le:'; brouillards artificiels dont un monde condnmné essnie de voiler son agOnie . « Le soleil se lève encore » ... J 11.- Janvier 1949. - N& 19-81 ---------------- DROIT ET LIBERTE - Une heure avec Lev Kovarski ~~ PARRAIN DE LA PILE ATOMIQUE li NCORE des métèques ! » s'est E écrié, dans ~a salle. cIe ré~action, un JournalIste blenpensant à la lecture de .la dé~ pêche annonçant La nalssa~ce de la première pile atomique française. Parmi les collaborateurs les plus proches de Frédéric Joliot-Curie, il a relevé les noms de L. Kovarski et de B. Goldschmidt. Se souvenant, en outre, que Frédéric Joliot-C.urie l~i-~~e est communiste, que Mane Cune etait Polonaise - ce qui devrait interdire la nationalité française à toute la famille! - il a jeté avec déda~n la dépêche au panier < Le lendemain,. son j~urnal ~ omis de parler de la pile .atomique qUI fonctionnait déjà ... Pourtant· il 's'agissait là d'une immense réalisation de I.a science française, qui peut ouvrir un avenir radieux au pays. La France, avec la collaboration désintéressée de ces « métèques )1, venait de maîtriser l'énergie atomique. L'énergie solaire pourra être désormais domestiquée par l'homme et mise au service de la mfdecine et de la biologte. Le 15 décembre 1948, en cette date historique pour la science française, il a été prouvé en même temps, et une fois de plus, que la xénophohie et les discriminations raciales sont· contraires aux intérêts de la France. Qui est Kovarski ? C'est en s'appuyant sur s~ fille atomique « Zoé », cube discret de béton dans ce vieux fort de Châtillon où devait être fusillé Laval s'il n'avait pas avalé le poison, que Lev Kovarski nous conta l'histOlre de sa vie. Une puissante carrure, des cheveux gris. Cet homme d.e 41 ans semble avoir livré dans sa vie maints cornibats, en dehors de celui qu'exige une grande réalisation scientifique. , Celui qui fut chargé de réaliser la première pile atomique française est venu en France poursuivre ses études, comme des milliers d'autres étudiants, car le numerus clausus lui interdisait l'accès des université", de son pays d'origine. Lev Kovarski est né en 1907 à Léningrad, de père juif et de mère ortho' doxe. Il avait Il ans lorsque toute sa famille est venue s'établir à Vilno, enPologne. Il passa son enfance dans le tourbillon de la première guerre mondiale, et son éducation subit, de ce fait, certains retards. Cependant, doué d'une grande intelligence, il rattrapa vite les années per. dues, se réadapta, après la langue russe apprit la 1"o10n;:tjc:p., pntra au Lycé~ Zoé Nous sommes heureux d'adresser nos vives félicitations à notre rédacteur Michel Baron et à sa fem.-r.e à l' 9ccasio.'1 de la naissance de leur petite Jacqueline. La Rédaction et J'Administration de « D,oit et Liberté lt. Veller et remporta à 16 ans, brillamment, son bachot. En 1927, Lev entre à l'Université de Gand, en Belgique, Où il commence ses études d'Illgénieur chimiste. Il poursuit à Lyon où il passe san a,grégation en 193 I. Il doit d'aiUeurs se présenter de nouveau au baccalauréat en France pour obtenir le doctorat en 1935. Brimade pour les étrangers, car le bachot de Vilno était accepté à,u moment de l'entrée à l'université. Sa rencontre avec Joliot-Curie Tetminer ses études est une longue lutte, continuer sa vie dans la recherche scientifique est une autre difficulté à résoudre. Peu nombreux sont ceux qui réussissent à ne pas être emportés ailleurs, à ne pas renoncer à leurs rêves. La grande chance de la vie de Lev Kovarski fut sa rencontre avec Frédéric Joliot-Curie. Il est son élève depuis 1934 et puis breux discours furent prononcés, et puis placé à la direction de ~a missio~ des recherches anglo-oanadlennes. SI on avait prêté davantage attention aux travaux de Jo~iot-Curie et de ses collaborateurs en 1934, la France serait depuis longtemps à La tête de l'hum~nité dans les réalisations de la phYSIque nucléaire. De 1940 à 1946, Kovarski a fait bénéficier des fruits de ses expériences l'Amérique, le Canada et ' l'Angleterre. L'Allemagne hitlérienne a mis sur pied toute une armée d'espions pour s'accaparer de l'eau lourde destinée aux recherches, ainsi que des plans. Tous ils ne pensaient qu'à la guerre et à la bombe atomique. De retour en France, nommé en 1946 haut-commissaire à 1a recherche atomique, Frédéric Joliot-Curie fait revenu son ancienne équipe et charge Lev Kovarski de diriger les travaux, Tout un plan est dressé qui prévoit notamment la construction de la pile atomique « Zoé ». De puissance relativement faible, elle ne représente qu'un(' première lev Kow:arski et Frédéric Joliot-Curie - Lev Kourski trace le schéma de ZOE trous carrés sont percés dans le hétoli et servent à introduire à l'intérieur d~ la pile les corps qu'on veut rendre ra.-t dio-actifs,: A écouter Kovarski, la chose est trt:!'i simple et il fait la démonstration en; peu de mots. L'uranimn proj('tte le~ neutrons dont la vitesse est astronomi~ que, mais l'eau lourde est là pour le!) ramener à 2.000 m. à la seconde. Le béton doit absorber ceux des neutrons qui traversent le cube et la couche d~ graphite sans rencontrer de noyaux: d'atome. Les neutrons qui heurtent uni noyau déclenchent la réaction en chai ... n(>, car chaçun de ces noyaux libère à son tour plusieurs neutrons qui font d'autres noyaux. Au mur un diffuseur crépite à cha~ que explosion. Sur un tableau électn ... que, les petites lampes clignent cha~ que fois que se produit la fusion d'cn atome. Une petite salle vitrée abrite le ta ... hleau central de commande. Quelques boutons, deux volants permettent de ré ... gler la pile et de la mettre en march~ ou de l'arrêter. « Zoé )1 est vivante, elle transmet des radiations. lTne petite feuille d'argent est introduite d.;,ns l'un des orifices., On la retire et 'on la met sous le compteur de Geiger Le métal cst devenu radio-actif; témoin, le crépitement du haut-parleur. Cette pile peut atteindre la puissanoe de dix kilowatts, mais elle fonctionne actuellement, pour raison de sécurité. sous quelques di7tiÎnes de milliwalts seuIement. Vers l'Université atomique assistant bénévole dans ses longues re- éta.pe. Elle nous a été 'promise pour fin Kovarski pense déjà au plateau de cherches, Au contact avec les Curie, 1948, les savants se sont mis hardiment Saclay, où sera installée l'université atoKovarski s'est lancé avec passion dans à la tâche et 15 jours avant la fin de mique de l'avenir. C'est là que sera les premiers tâtonnements de la recher- l'année la, grande nouvelle s'est répan- inaugurée, dans trois ans,' la dcuxième che atomique. L'assiduité au traVlail qui due: la pile est entrée en fonctionne- pile atomique, de moyennc puissance. caractérise ce jeune savant et son entê- ment. Il regarde avec tendresse son maÎtrll tement étaient les- qualités nécessaires • Maintenant il s'agit d'effectuer de et -ami, Frédéric Joliot-C,-\rie. Il falpour aboutir. nombreuses études sur la pile, de for- lait cette amGiance d'amitié et de fra- Encore fallait-il renoncer à toute mer une légion J ingénieurs et de tech- ternelle collaboration pour bra\'cr t'oucarrière ppatique et se sacrifier entière- niciens initiés à 1<l: manip~l1~tion de tes les difficultés d',un travail paticnt ment à la sc~ence .. Pas d~ b<;>urse, pas - l'a~ome, de constnu:e une pile plus , et long. 11 fallait l'esprit d'équipe. de rémunêratlOn : Il fallaIt vivre de la pUIssante, .. Kovarskl nous donne ren- ' Comme Toliot-Curie Lev Kovarski mod~ste ~ub.ve?tio?, paternelle qui par- de~-vol1s dans cinq a~s,.Il ~père. pou- ne veut pas- parler de Îa bom~ atomlvena. 1t. tres ~rreguhe~ement. ,U~e seule v,olr. ~xp?ser al~r~ :namt:, ,bien faits de que. Il ne pense qu'aux services que ambJtI~n, un. seul reve :, a 1 hom11ile, 1 utIhsatlOn pa~Iflque de 1 atome. l'énergie atomique est appelée à rendre l'énerglc solaire! . , ., .Ses heures hbre.s, Il les ~asse en fa- à l'homme, aux esda ves mécaniques Pourtant on parlait deJa beaucoup mille, en compagnie de sa fIlle et de sa qu'elle mettra à la disposition de tous dans le monde entier de l'énergie ato- femme, elle-même ~lle d '~n c~lèbr~ sa- à l'âge atomique. • mique que des hommes comrru~ Ko- vant. Toutes les dIfficultes d un Jeune Nathan STEIN. varski s'efforçaient de maîtriser dans étudiant étranger sont maintenant du le laboratoire d'Irène et de Frédéric Jo- passé, un souvenir ... liot-Curie. Ce n'est qu'en 1937 qu'une De sa famille, Lev Kovarski n'a première petite bourse fut attribuéc à plus personne: son père est mort à VarLev Kovarski. sovie, son fils a été tué en France. Mais il a le bonheur de travailler pour La bataille de l'eau lourde l'avenir, pour la paix. Lorsque la guerre éclata en 1939, tous les états·majors semblaient d'un

oup avoir pris vent des possibilités militaires

incalculables que pourrait offrir l'utilisation d'une éventuell~ arme atomique. Alors ce fut une course hallucinante où l'argent ne compta plu,>. Pour la première fois, L. Kovarski connut les honneurs. Jusqu'alors inconnu, il fut convoqué en grande pompe à une réception à la présidence du Conseil où de nom- Kovarski parle de ft Zoé " Un morceau de craie à la :nain, il trace sur un tableau noir les caractéristiques de « Zoé H, explique son fonctionnement. Dans une cuve d'aluminium remplie d'eau lourde, trempent des barres d'oxyde d'uranium fortement comprimées. Cette clive comporte. un revêtement de graphite. Le tout est enfermé dans un épais cadre de béton. Des Cl 1,,'équipe atomique _ , Ir . \

• • - _ PROIT ET LIBERTE ---------~-------:. J.er Janvier .1949. - N· .1.9-81, . ~, DROIT~ ET' LIBERTÉ" LI LONDRES Les poupées de Whitechapel N OUVELLE venue à Londres, j'ai tout naturellement . .voulu savoir ce qu'on appelle les « quartiers juifs » - ' bien que cette appellation corresponde peu à la réalité. Me dirigeant vers l'Est, j'ai traversé la CITY de Londres, et to·ut ~ coup je me suis trouvée dans un monde différent. Vous quittez les rues étroi- dans l'East-End. Dès avant la bl guerre, des familles mieux assites que bordent les immeu es milées à la vie anglaise, des méimmenses · .. des banques, des deciùs, des intellectuels, avaient assurances ; les trous creusés pris l'habitude d'aller loger dans par les bombes durant la guer- le nord de la ville et, depuis la guerre, ce mouvement s'est acre y sont soigneusement en- centué. tourés de petits murs de bri- L'East-End a terriblement ques, bien nets, et il vous faut souffert du « Blitz ~. Les efgrimper sur l'impériale d'un fets n'y sont pas si bien dissi( bus » pour découvrir les mulés qu'au nord de la ville, et des trous béants entre les mai-. débris douloureux qu'ils ca- sons, des murs en ruine, des , chent. . portes et des fenêtres arrachées,


par ---deannè

BRENS des représentants de toutes les organisations culturelles et sociales. V,n petit Par.lement Il s'agit d'une institution presque officielle, puisqu'elle date de 1760 et qu'elle envoie ses félicitations ou condoléances à la famille royale, chaque fois que l'occasion s'en présente - une prérogative dont un esprit français ne saisit pas toute l'importance ... Pourtant, sur bien des points, son attitude est assez nette. On y joue un peu au Parlement : des assemblées publiques avec un speaker et tout l'appareil des débats - votent des motions que l'on , envoie à M. Attlee ou aux ministres compétents. Nous n'avons pas l'ha- . bitude de ces traditions qui nous paraissent peu sérieuses. Mais ces résolutions expriment la volonté de déf~ndre le jeune Etat d'Israël contre le plan Bernadotte, proteste contre 1:1 séparation du Néguev, et demande la reconnaissance. du nouvel Etat. La même organisation s'efforce de mener une propagande idéologique contre le racisme, prùpagande appuyée par le Naticmd. CounciJl of civil Liberties, qui c()rrespond à la « Ligue des Droits de l'Homme ). Il existe aussi un Council of Christian and Jews qui entend lutter contre les préjugés de la société anglaise. Les Juifs d'Angleterre agissent selon leurs conceptions, 1 e ur éducation personnelles. Certains diffusent des brochures qui s'intitulent : « Quelques faits sur les Juifs ~, « Les Juifs dans la guerre ~, « Fascisme 1948 ~. D'autres pensent qUe la véritable solution est d'ordre politique et se tournent vers les travaillistes rebelles et vers les communistes. Mais partout un fait ' demeure

je n'ai pas rencontré

d'indifférents. Il est vrai que je n'étais pas reçue chez ceux qui cherchent· à troquer leur nom contre celui d'un, baronnet. Chacun sa poupée ••• en accusent encore le carac- r-----------------------------------:----------- tère misérable. Un carrefour bruyant - et VOus débouchez dans une large avenue· Adieu, les vitres étincelantes de la banlieue du WestEnd ! De grands immeubles de briques noircies, des carreaux · ternes, des boutiques où s'empilent les « occasions ~, les « government surplus» dont d'énor- . mes étiquettes vous vantent les mérites. C'est Whitechapel, le quartier de David Copperfield et. · d'Olivier Twist, le repaire du juif Fagin, l'usurier dépeint par · Dickens, qui symbolise encore

pour beaucoup de petits élèves

des « public-schools ~ (écoles de _ l'aristocratie) le Shylock honni et mystérieux, l'usurier de la · légende. Whitechapel est, traditionnel- , lement, le quartier jUif de oendres. Au bout d'un quart d'heure de marche, on y découvre « Petticoat Lane ~, cette « rue des Youpins », étroite et pittoresque, au coin de laquelle un marchand ambulant vend de la carpe en gelée, tandis que des camelots (c'est l'approche des · fêtes), font bruyamment l'arti- · cle pour des ours én peluche et des poupées bourrées de son, lie !bien modestes poupées à côté des grandes dames bouclées qui oment les vitrmes des grands magasms de Piccadilly. « Workers Circle » Continuant notre route, npus trouvons une autre rue aussi triste et terne : elle nous conduit à la maison des Workers Circle, centre de nombreùx cercles répandus dans toutés 'les v1lles industrielles d'Angleterre, et lieu de réunion pour tous les travailleurs, jeunes et vieux (lUi vivent (je cite une de leurs brochures) dans des logis surpeuplés, à l'atmosphère chargée de brouillard et de fumée, 1a-

mais débarrassée du bruit exaspérant

de la ville et qui, à l'usine, travaillent dans un espace trop étroit, pendant trop d'heu- - Tes chaque jour ... Le seuil :en est usé par les - milliers d'hommes et de femmf;s · qUi l'ont franchi. En 1929, on y célébrait déjà le 2Û" anniversaire · de l'Association fondée en 1909 · par un groupe d'immigrants - chassés de Russie en raison de leur combat révolutionnaire · autant que de leurs origines. Les amicales d'aujourd'hui main< tiennent cette double tradition. Leur maison est un immeUble de trois étages, sans ornements,' mais où p.assent, chaque jour, de nombreux visiteurs. Quelqu~s affiches dans l'entrée en disent assez le rôle : le jO.ur où j'y suis allée, elles annonçaient une conférence sur « le communisme et la question juive ~, ou appelaient à un meeting anniversaire de la décision de l'O. N. U. sur le partage de la Palestine; la présidence était ~s: surée par M. Crossman, un des ' députés travaillistes rebelles· Un autre appelait les jeunes gens à venir partiCiper à une chorale où l'on répète de vieux chants folkloriques. Les amicales possèdent aussi des mutuelles et bien d'autres organismes utiles. burs fils et leurs filles adhèrent aux Trade-Unions Il ne faudrait pas croire cependant que les Juifs qui hab!- ~nt Londres sont · tous groupes On reconstruit, mais pas aSl>ez vite, pour relQger les sinistrés, dont beaucoup ont pu trouver un gîte dans les maisons neuves du Nord-Ouest où ils ont pu commencer une vie nouvelle. Beaucoup d'entre eux sont des immigrés venus d'Allemagne en 1936, ou d'Autriche, après l'Anschluss.' Ils ont trouvé à s'employer, ils ont souvent réussi à vaincre dès préjugés. D'autres sont allés travailler comme employés dans les magasins ou comme ouvriers dans les usines. Aujourd'hui, leurs fils continuent dans la' même voie et adhèrent aux « Trade-Unions l), tandis que leurs filles sont è.actylos dans une entreprise publique où privée, et participent à la vie sociale et politique de leur pays d'adoption. Dans leur grande majorité, ils votent à gau~he, ~t c'est - bien facile à comprendre. Dans les rangS ' tory d.e M. Ch urch1ll, on trouve parfois des amis du fasciste Mosley .• Au cours d'une ré,. cente élection partielle, ceux-ci n'ont pas hésité à recourir aux arguments racistes contre un candidat travailliste qui se trouvait . être Juif. A cela, 11s répliquent que le minlstredu Ravitaillem~ mt du gouvernement Churchill, Lord Woolton, portait jadis un autre nom, et qu'il était Israélite. A quoi d'autres rétorqueront encore que sur les 30 députés israélites au Parlement, 28 siègent à gauche. Mosley, paravent de Bevin Mais, disent leurs adversaires, nous avons un gouvernement Labour, il refuse de reconnaître l'Etat d'Israël et laisse se développer une propagande qui a conduit, il y a quelques mois, à l'inc~die de synagogues à ·Liverpool, Manchester et Glascow. Tout cela est également vrai. Il est vrai Qu'il y a un antisémitismé latent" dans certaines classes de la société anglaise; il est vrai que la Sunday-school, le catéchisme anglican, ne fait pas toujours Son devoir auprès des enfants; vrai aussi que Mosley sert de paravent au gouverne' ment travailliste pour pourchasser les' communistes qui sont le s~ul parti politique à comba.ttre le plan Bernadotte et à réclamer la reconnaissance deTEtat d'Israël. L'explication est bien simple : elle est dans le caractère antidémocratique de la politique étrangère de M. Bevin et dans son identité fondamentale avec les vues conservatrices. Il est un autre point, digne d'intérêt, dont nous n'avons pas encore parlé jusqu'id : la réaction' des Juifs anglais devant leurs problèmes particuliers. Nous n'agissons pas assez, disent les uns; nous faisons tout ce qui est possible, disent les autres. Un ancien combattant juif, membre des organisations d'ex service-men, m'a dit comment ses amis prenaient chaque jour la parOle pour défendre les positions adoptées publiquement par le « Board Of deputies of British Jews ~, organisme reconnu officiellement, qui groupe VOYAGES SANS ESPOIR •.. parl.A.BASS M Keru1eth C. RoyaH, banquier tr~s il?portant, a aussi son violon d'Ingres : II est , . secrétaire nord-américain à l'Armée, et il est général. . Pendant la deuxième guerre mondiale, il s'occupa des finapces de l'armée et, après l'effondrement nazi, de la vente des surplus. Il vient d'entreprendre un n04v~au voyage en Europe, suivant ainsi les ' traces de son patron M. James V. Forrestal, Secrétaire à la Il Défense D. TI aura ' ainsi la possibilité ~ vérifier' sur place, dans la bizone anglo-américaine d'Allemagne, si son ordre interdisant aux troupes américaines de critiquer. la grâce accordée à Ilse Koch, la chienne · de Buchenwald, a été bien suivi. . Une autre tortionnaire des camps nazis, Szumanska, spécialisée dans l'assassinat des enfants juifs, vient d'être a~rêtée. à Paris, au moment même où elle àllait s'emharquer four les EtatsUnis, munie d'un bon visa d'immigration. Cela fait sans doute partie du recrutement des tech' niciens ; la sollicitude de M. Royall pourra à nouveau s'exercer. M. Roya)] est déjà passé dans la Grèce occupée par les troupes ' de son pa.ys. Il a eu l'occasion sans doute de voir oomment on assassine les patriotes hellènes et d'examiner si le dispositif militaire e~quis.sé lors de la conférence de presse tenue par l'ancien chef de l'Etat-Major de la Wehrmacht, le général na.zi RaIder, est bien mis en pratique. Chacun sait que la -Grèce n'est pas loin de la Palestine L'Union Militaire Occidentale, préconisée par les divers généraux Boum, fait-elle de nets progrès ? Il Y a des difficultés dans l'année belge peu décidée à se soumettre à un oommandement étranger. Les Pays-Bas ne peuvent fournir un contingent· militaire à l'Union' Occidentale avant 1952, et, d'après les pévisions anglaises, une seule division de l'armée britannique pourrait · être rapidement débarquée sur le oootinent. Quant . à l ' état-major luxembourgeois, il (jélihère. , . Aussi, ~L RoyaH vient-il de suggérer la const~ tp~1on en Euro~e d'une « légion .étrangère améncame " recru tee dans les . camps de (~ personnes déplacée~ » d'Allemagne et d'Autriçhe, pàrini les débri~ de diverses formations de S.S. et de traîtres auxquelles on donne le . pas sur ~ les victimes du naz!s~, scandaleusement maintenues, . depuis quatre ans, dan's le voi~inage des assa~!lJt1s. M AIS le général RoyalJ oot un militaire d'un genre très spécial ; il fait . partie de ce petit groupe de grands cOP1mis du capitalisme monopoliste nord-américain, qui a absorbé tout l'appareil politique et militaire des Etats-Unis et l'objectif essentiel de tous ses dé]:lacements est la reco;>nstruction 'prio;>ritaire de l'industne lourde allemande et la mise sur pied, le plus rapidement possible, de cette combinaison « technique allemande - capital américain. qui, si elle fonctionne, ris'luera d'écraser toutes les industries européennes et particulièrement les industries française et britannique. C'est ainsi que la General Motors a repris maintenant en charge 'la grande usine allemande d'automobiles et d'armement Opel, qui exporte déjà cent vingt-cinq voiture., par mois et espère que ce chiffre sera quadruplé, comme dit le rapport de cette Société, " dès que l'Allemagne S<'ra autorisée à produire quatorze millions ' de tonnes d'acier, au lieu des actuels dix millions lie tonnes D. M. RoyaH rencontrera san~ doute M. Roffman, administrateur du plan Marshall, qui s'occupe activement de sauver du démantèlement trente aciéries' oonstituant le grand trust V crci .. rligte Stahlwerke. . . Parmi les autres fersonnes avec lesquelles M. Royall ne manquera pas de s'entretenir, mentionnons Frédéric Geier, directeur général . du Central Trust .cie, fondé enire les deux guerres par l'autre général-banquier Dawes et qui a des intérêts communs considérables avec certains groupes d'industries rhéno-westpha liens. M. Royal! se rappelle fort bien que la Chase Natioual Bank de .Kew-York est toute disposée à engager en AJlemagne pour cent milliOns de dollars de capitaux, dès qu'elle aura une « assurance raisonnable » que les industries allemaQdes ne seront pas nationalisées. Cette «assurance », MM. Robert Schuman et André François-Poncet, ministre et ambassadeur du Comité des Forges, s'emploient à la lui donner, au mépris évident des in~érêts français. . M. Robert Sm'uman, bien occupé par cette besogne, se penchant avec sollicitude sur l'avenir de l'industrie lourde allemande, trouve tout de même le temps de don.ner des instructions précises à la délégation française à l'O.N.U. pour une attitude hostile à l'Etat d'Israël. Les tubercu.leux français de la guerre et de la Résistance soignés dans les sanas de la Foxêt Noire sont renvoyés et les maisons de santé livrées aux Allemands. Ceci a sa place, comme l'écrit M. le Préfet de la Seine dans une c0mmunication, dans le ca.dre de co; la nouvelle folitique internationale D. On s'en doutait. D .ANS les premières décades de l'existence . des Etats-Unis, les fondateurs de cotte ' république fédérale ont dû lutter contie les puissants intérêts privés et la haine raciale. Quand l'hpmme d'Etat progressiste Abraham Lincoln a été élu Président des Etats-Unis, la reaction esclavagiste.a déclaré la sécession et provoqué la guerre civile. Aujourd'hui, des monuments' sont érigés dans toutes les villes américaines à 'Lincoln, mais' son testament politique de démocratie et · de progrè3 est bafoué tous les jours. " Aux dernières élections, un citoyen américain noir, Robert Mallard, de l'Etat de Georgie, s'est présenté aux urnes pour exercer son droit légal de vote. ,Il a été tué en plein jour devant sa femme et ses enfants : les joumaux de sa ville n'ont pas osé publier la nouvelle ' de son assassinat, son met~rtrier n'a 'pas été poursuivi. C'est qu:une loi non écrite a été appliquée, celle d'un juge de l'Etat de Virginie, Charles Lynch, qui véC1.lt de 1736 à 1796 et exerça son étrange magistrature en organisant l'assassinat des 110irs et l'impunité de ceux qui s'y livraient. Il faut croire que sous l'emprise américaine, ces moeurs ont t~ndance à s'implanter à Paris. André Roullier, ouvrier du bât1ment, ·Croix de Guerre, Médaille Militaire, père de famille, collait un soir des affiches pour appeler à' 1a paix. Il fut abattu par un agent de ville sans autre motif. Le fait que son assassin est toujours en liberté ne rappelle-t-il l'impunité du lyncheur ? Ainsi, il deviendrait licite de tuer un ancien combattant, militant syndicaliste parce qu'il veut la paix... . De même les nazis procédaient à l'exteIfl1ination des Juifs. MM. Forrestal, Draper, Kenneth. C. Royall et leurs pareils voyagent beaucoup. Ce sont des courtiers en mauvais grains. Ils auraient tort de croire <lue leurs semences trouveront un climat favorable en France. j . • Ij .. oe.- J~ , ..... - NF t.~er - _______________ ._a_ L'antisémitisme à l'heure allemande LE mot de nihilisme vient souvent à la plume de ceux qui parlent de l'opinion allemande. Effectivement, on remarque chez les Allemands, dans les villes en ruines, , une sorte de scepticisme universel qui met sur le, même plan le passé et le présent, les nazis et les occupants, les bourreaux _et les démocrates. Mais ce nihilisme n'est pas le véritable scepticisme qui remet tout en doute afin de découvrir la vérité. Dans le chaos que présente encore l'Allemagne d'aujourd'hui, le chaos des idées est encore plus inquiétant. Le nihilisme tel qu'il se manifeste est un refus de penser, une sorte d'impuissance à aborder les problèmes, 'une absence de jeunesse. . Alors dans oe vide de croyances et d'idées il se produit un véritable phénomène de pesanteur. L' Altemagne retombe dans le nazisme de toute son inerÜe. Elle retourne à ses mythes. Ses mythes aujourd'hui, ne sont pas agr'essifs, sinon dans la constience de quelques-uns; ils ont participé à l'usure générale, mais nous savons que de la nausée et du dégofit peut nahre, quand les circonstances s'y prêtent, la plus formidable haine et la', plus grande des cruautés. Le nihilisme finit dans la terreur, , toujours. En attendant, le mécontente_ ment envers l'ocCup;ltion, les misères présentes idéalisent le passé; le passé, autrement dit le temps 'de Hitler. La charge de l'occupation apparaît aux Allemands comme un poids absurde: ils ne se rcndent pas compte que ' cette occupation a été rendu/! inévitable par la guerre menée par le nazisme; ils n'ont pas -voulu prendre conscienoe de leur solidarité de fait avec le régime r,azi, alors que cette solidarité se manifeste encore sur le phm de la consience lorsqu'ils regrettent le temps où ils étaient riches, èt libres de se promener sous l'Arc de Triomphe ou devant l'A('rQpole. C'est justement parce qu'ils n~on t pas ce recul de l'esprit par rapport au fascisme, recul qui implique une condamnation, qu'ils ne comprennent pas le sens de la notion de responsabilité colle('tive du peuple allemand. Faute de se sentir personnellement fautifs, ils se refusent à Hre' considérés, pas même comme coupables, mais comme responsables, c'est-à-dire, comme devan t reconnaître et ' accepter les conséquences de.la sÜuatic) O créée par le nazisme en par Edgar MO'RIN Europe et en Allemagn'e même. Ils sont inconscients. , Bien plus : non seulement ils veulent se prouver li eux-mêmes et prouver aux autres qu'ils sont des innocents, qu'ils ont été des victimes, mais encore , ils tiennent à démontrer qu'il§ avaient eu raison : en obéissant à Hit. 1er, ils étaient de bons patriotes,. des citoyens disciplinés. Ils vont plus loin ': l'Allemagne avait eu raison de combattre l'U. R.S.S. puisque les Alliés occidentaux adoptent aujourd'hui tous les thèmes de la politique « de défense de l'Europe contre le Bolchevisme )~. Ils ont été des précurseurs. ·. Ceci - entre parenthèses - nous montre que ce système d'aberration subsiste, non seulement du fait de la pesanteur propre à l'idéologie fasciste en Allemagne, mais encore parce' que tout cela est entretenu et encouragé par l'attitude et les actes mêmes des Alliés occiden. dentaux dans les territoirc5 qu'ils occupent. En effet la politique qui consiste à rompre les accords de ' Potsdam et à considtrer l'Allemagne ·de l'Ouest comme une base stratégique c;ontre les pays de l'Est , amène immanquable_ ment à exploiter dans, le but stratégique ci-dessus défini tout ce qui favorise l'an tisoviétisme et bien entendu conduit à s'appuyer sur les séquelles de l'esprit nazi, sur les techniciens du régime nazi, industriyls, admi. nistrateurs, etc. On peut même dire que l'on n'en est qu'au début d'une telle utilisation et que si le cours ùes choses continue dans son sens actuel, on assistera à l'utilisation des S~S., des bourreaux des camps de concentration et à l'exploitation des ,techniques d'extermination, comme ' l'or_ donnance « Nacht und Nebe\ " et le « Kommissar Befehl ". Le cas de l'antisémitisme est, pour témoigner de l'état de conscience allemand, assez éloquent. Bien sûr, nous savons que l'antisémitisme- n'est pas propre h l'Allemagne, qu'un antisémitisme souterrain se perpétue dans des pays « éclairés ", comme la, France, mais en Allemagne, sa virulence se manifeste ~'une façon également souterraine certes, mais angoissante, ne serait-ce que par l'angoisse elle-même que ressentent aujourd'hui les Juifs allemands, !'oit émigrés rapatriés, soit survivants des camps de concentra_ tion, qui tremblent littéralement et parlent de quitter le pays. Les Juifs ont peur et cette peur n'est pas folle. Les petits nazis, toute une masse aile: map.de abrutie et e~ploitée qui a déjà fait office de bouc émissaire au cours de deux guerres mondiales et d'une crise économique terrible, cherchent à leur tour leurs an('iens boucs émissaires

le Juif monstrueux, le

Bolchevik immonde, le démocrate traître, le Français négroïde. Peu leur importe que dès millions de Juifs aient été transformés en cendres et en savon '1 Auschwitz et à Maidanek. Ils sont d'ailleurs prêts à le nier. La preuve qu'on n'a pas exterminé tous les Juifs, c'est qu'il en reste encore, disent-ils. Ils disent aussi : on a été trop doux, on ,aurait dû les tuer tous. ,Nous avons pu voir dans, un journal de zone française du moi.,; dernier un dessin représentant saint Georges écrasant le démon. Le texte qui illustrait le dessin était anodin, mais le saint Georges avaient ses ailes dé. ployées en forme de croix gammée et le démon terrassé avait le nez significatif des 'caricatures anti~émitcs. Tout recommence. Donc le problème est celui-ci Laisserat- on recomml!ncer ? Parce que les peuples veulent vivre libres ... INDONESIE - Juliana débute par le san,g : C'est en effet peu de semaines après le couronnement de la « douce et maternelle ,. reine de Hollande 'Juliana, 'que les troupes néerlandaises ont entre. pris contre la Républi~ uè indonésienne des opérations de guerre caractérisées. Le coup d'ailleurs avait été hien monté : afin d'affajblir 6CS futurs adversaires, 'le gouvernement hollandais s'était d'abord ,appliqué à les diviser; ' grflce à une savante 'campag-ne de provocations, il avait décidé le g.ouvernement indoné..; sien du docteur SOC- , KARNO à meUre les Tchang Kai Chek, criminel de -guerre Le '6 décembre. les s()ldats de Mao-T se-T oung sont entrés dans Pékin l'arme à la bretelle. La municipalité de \' ancienne capitale chinoise ayant, en effet, envoyé des plénipotentiaires pr.endre contact avec les chef~ de r armée nationale dès Que celle-ci eut été en vue des faubourgs, aocuo combat n'a marq~ la. chute' de la cité. Seuls, quelques coups de- feu isolés ont été écha-ngés avec des commandQs de sabota~e laissés par Tchang. Kat Otd ' pour prother sa fuite , Dans le même temps. le groupe d'armées de la ' Chine du Nord se décidait à son tour à rejoindre lei rangs de l'armée de libération: soo commandant, le général Fou T se Yi, se réveillait un mati!! seul avec son état-major et lieS troupes de protectton pc;rS?nnds

l'ensemble de !leS troupes ~ de son aVIation

l'avait abandonné au cours de la nUIt pour gagner les positions tenues par \' armée populaire ! ressaisIs : leur unité s'est reformée face à l'ennemi auquel ils résistent opiniâtrement. La nation Indonésienne tout entière s'est dressée contre les parachutistes hollandais. .' ESPAGNE Noël sanglant dans la très catholique Espagne- de FRANCO: à Mad~id, dans la nuit du 24, au 25-, sept , socialistes ont été abattus en vertu de la fameuse « Loi d'Evasion n. A Murcie, une ,vingtaine d 'hommes el: de femmes ont été arrêtés à l'heure où conlmençait la messe de minuit et demeurent détenus sans qu'aucune justification soit fo urnie. L'AFFAIRE DU KREMLIN·BIC~TRE • Les réfJélations de « Droit et Liberté :. et l'enquête menée sur les déclarations faites au Conseil Municipal de Kremlin-Bicêtre, le 31 octobre 1948, ont eu un profond reter:rtissement. « UnUr Schtime ", journal du Bund, du 9-12-48 publie la lettre qu'il a reçue de la ,Fédération de la Seine du Parti Socialiste S,F,I.O" au sujet de l'affaire du Cons~ il Municipal de Kremlin-Bicétre : Cher camarade llafal, Je me suis informé, à fa demande du Secrëtaire ' de la Fédération, le camarade Marceau Pivert, au sujet de l'affaire qui a été traitée dans l'article paru dans la , « Presse Nouvelle» concernant Kremlin-Bicêtre. n ' ressort, des informations directes, 'que rai reçues après enquête, que J'article contenait des histoires inventées qui ne sont ras basées sUr 'des faits précis, Je suis sûr que ceb va te rassurer, car il est plus que , compréhensible que des socialistes ne feront ,dans auc;un c:as de la propagande antisémite. ' llené LHILLIEll, Secrétaire ' Administratif. Suite à cette lettre,' nous afJons reçu de M, Bafidot, président du ,crottpe d~ Elus Républicains,. la r~pon.e 8uifJanfe: ' Monsieur ~e llédacteur en Chef du Journal « Droit et Liberté » Monsieur, J'ai pris connaissanu dans les numéros 16 et l7 de l'otre journal, de deu~ artides concernant etes propos de caractère raciste tenus à la mairie du I\remtilt-Bicêtre à l'occasion d'une discussion SUr la formatiQn d'une commission paritaire du marché. Par ailleurs, toujours pour la mênie affaire, une lettre de ta Fédération de la Seine du parti socialiste S.F.I.O., reproduite dans le journ'al du « Sund », en date du 9-,12-48, met en doute l'honnêteté politique du groupe que je représen'te au sein du Conseil Municipal. D_édaignant l'aspect insultant de certaines appréciations énoncées dans l'article qui c;Qmmente la oote. je crois f'l)Urtalit ut11e de faire une mise au point défimtive que je lOU!t prie de faire insérer, afin qu.e l'OS lecteurs soient complètement renseignés. Il est vrai que lors des débats ,du Conseil Municipal du 10 novembre dernier j'ai fait, au nom de la minorité, une intervention tend'ant à ,ce qu'aucune discriminatioo ne soit faite entre commerçants quant ft leur admission comme membres d'une commission paritaire du marché; c:onsÎdérant qu·e les uns et les autres sont, au même titre, administrés et contr.ibuables. En men,ant ce combat lié à la défense des intérêts des petits commerçants -et artisans, nous aV()IIS obligé la majorité à une prudente retraite, et au r<.aiement de prétentions .. erllales antijuives affirmées en d'autres te!"ps par des éléments de cette majorité. Ces gens. si gê,nés qu'ils puissent être maintenant d'une situation créée par eUX et qui met en révolte le monde tommerçant de notre ville, ne peuvent pourtant ignorer que l11al~ré leurs efforts pour nous cacher les secrets de leurs gestations municipales, rien ne se fait ou ne se dit entre les murs de la mairie sans que nous le sachions. Or, .l'affirme que la phrase incriminée faisant l'objet de \"os articles a bien été, prononcée comme une exigence. , Et que , cette phrase mit en état dë révolte un des mem_ bres de la majorité, révolte obligl!ant le maire à dl autres propositions ' conciriatri(:es 'qui furent faites par lui à une st!anr.e suivante. Il ne s'agissait plus alors que d'être Français depuis au moins trois générations. Mais la rumeur pubJ.ique déferlant jusqu'au bureau du lVI'aire. il fallut eAcofe ahandonn~r ces exigences pOUr en arriver à la qualité de Français, né de p3-:-ents français; plth à la qualité de Françai~ a.yant combattu, etc... ' Lors des débats du Conseil Munic.ipal, la grande combinaison Wirth échafaudée pour égarer les élus et l'ol'tnioR publique JI'a pu tromper pe'l'Sonne. Tout le vote n'~t que ~ymnastique et duplicité entr~ les IUcm'brel' d'e la , majorité d'ufte part; et 'd'autre pllrt et1tre_ le Maire:' soc:iali$teet la Fédération dudit parti; si nous voulons bien croire qu'une en~uêfe ait été: ordonnée , par cette , dernière, comme l'eut bien le dire J'article du ÏOllrnat « le Bund ». Voici donc rétablie et affirmée- la vérité. , A l'origine de ce que ie veux ici qualifier « drame:. il J a' deux: personnages municif'llUX qui Il 'ignorent pas que nous les connaiSSons. Mais ceci est une, autre affaire qui aura son dénouement deullt ia population du KremIÎR_nicêtre. Veuillez croire, Monsieur le llédacteur en Chef. à mes, sentiments distingués. BAUDOT, Président du groupe des ELUS REPUBLICAINS. ~ ..... .....•...• , '~ommtlnistes' hors la .••...•..•••.. . ....... ".loi ; ' depu\s des se~ai" ne,s, .ces derniers étalent ,:t; r: a q u é s, com.battus, ,~l'J1prisonnés. PUI~, lo;s- ' Près de Leichav également, les armées de Tchang Kaï Chek '!le sont mut!nées et, après ~voir assassiné les deux généraux qUI, les command<Hent, -se sont mise5 en rapport avec les forces démocrati.ques de l'île de Hainan pour former un nouveau gouvernement local à Konony-Tcheou-Wan. Devant l'unanimité de ces décisions populaires, le StOllVernement de Mao-Tse-Toung a annoncé. le 26 décembre; que le ' Maréchal ' Tchang Kaï' Chek. sa femme et quarante-trois autres personnalités gouverneme"" ntales chinoises seraient désOrmais considerées comme « èrimiriels de guerre Ji, « Ces' personnages en effet - a déclaré la radio démocratique - so~t tous connus pour leurs crimes odieux: et tous les Chlnoi~ s' accordent pour désirer qu' as soient châtiés. )) SOCIÉTÉ D'HORLOGERIE DU DOUBS •. ,«;Iue le « Commlss<vre , ~_ oyal Néerland~is l) eut estimé que la sItuation intérieure indonésienne avait évolué dans -le sens qu'il avait désiré, il lança son attaQue ,contre tous l,es patriotes indonésiens sans distinction. Au j 0 u r. d'hui, ceux-ci se sont Le dictateur du Kouomintang et les siens vont-ils bientôt expier le massacre dans les tortures de cen~ taines. de milliers de patriotes ? 106, RUE LAFAYETTE· PARIS - Metro : POIssonnière - Gor! ~u Nord .... _:, G~~:~~ffs LA MùNTRE DE QUALIÜ: MONTRE SUISSE A RUBIS. FIUfT L 4-+ OU GARÇONNET ' , F" 44 GARÇONNET . ,.LUTU "NCIU IS 'RUBIS A 4-tt FlLLETTE,DAME . ,VERRE OPTIOUE g ~4 MOMNE.TROTTEUSE CENTRALE • I>.ROIJ: Il UBERT! 'AI ADHÉRÉ AU P ARTINAZI , En décembre 1948 à Paris P ARDON, Madame, c'est bien ici que le Mouvement Socialiste d'Unité . Française a son siège? - Le Mouvement quoi ? .. Non, connais pas... 1 Ainsi, plus d'une trentaine de fois, les « pipelettes » de la rue de Chartres, à Neuilly, m'ont refermé la porte au nez ! Voilà plus d'une heur~ que,ie la par: cours en tous sens, cette sacree rue, qUI n'est pourtant pas bien longue, et pas . moyen de trouver le « Siège Social » du Mouvement... en résumé, le M. S. U. F. Dès que j'avais appris par les journaux, que la veille, 45 nazis authentiques avaieQ.l ten~ une réunion à la Mutualité, je n'avais cesse d'aller voir ces Messieurs. Me voilà, arpentant le pavé, furetant, questionnant, grimaçant des sourires~ ou-. _vrant tout grand les yeux. Mais ' rien, pas l'ombre d'une indication pour m'aider à trouver la piste. Tiens, un trio de facteurs en gTande discussion. Je m'approche. « Pardon, Messieurs, pourriez..vous me dire où se trouve le Siège Social du Mouvement, etc. ? --. Le ... ? Résigné, dépité et fatigué, je pivote phi~ losophiquement sur mes talons ... Quand une tape sur le bras me fait retourner

le 3· messager aux pieds zélés

me jette littéralement : - Le M.S.U.F.? C'est plus bas, vers la place, par là ... . Il me considère avec un tel air de dégoÎlt que brusquement, je me crois devenu .un déchet de l'humanité, que tout le monde rejette avec horreur! Faisant tout de même bonne contenance, je remercie, avec un petit souriTe, presque d?excuse, pour avoir proféré une telle énormité, lorsque mon informateur ponctue son inquisition visuelle p'un juron sonore, bien français et bien senti ! Je rougis sous l'iniure, lance un regard de doux reproche - ~lh 1 mon vieux, comme je te comprends, et comme je regrette de ne pouvoir te dire réellement quel est le but de mon enquête ----, et m'en vais du côté opposé, suivi par les regards scandalisés des trois postiers. Je m'embusque dans la première ruelle, et guette leur départ qui ne tarde guère ... Ah! les braves types, comme leur insulte m'a été réconfortante! Et s'il m'avait fallo une preuve des sentiments antifascistes du peuple de France, je venais de trouver là une occasioJ). superbe! Merci, les gars t Crayons mous et coups durs UN coquet petit pavillon, au n° 12 de la rue de Chartres. Sur la porte, un panneau: B. HUGUET, Académie d'eruleigneinent général du dessin. Le 25 décembre dernier, dans la nuit ~c Noë~,. une bande de « factieux inconnus » a attaque de pal~.bles consommateurs à Belleville Je me trouve drins un sombre vestibule; . à ma droite, une grande salle, aux murs peuplés de masques grimaçants, encombrée de grandes tables à tréteaux. Des feuilles de papier jonchent le sol: I)es jeunes gens, fort bien mis, chuchotent dans la pénombre. Deux éphèbes, portant . des « caps» à l'anglaise, se poursuivent, t" silence, et se matraquent copieusement à l'aide de rouleaux de carton ... Il règne une atmo~phère lourde, due probablement au manque de lumière, et surtout à ces silhouettes qui se meuvent sans bruit, et dont quelques-unes vienneIlt m'examiner d'assez près, ce qui n'est pas fait pour me mettre à l'aise ... Mais voici le « patron », qui jaillit d'une pièce voisine. Ventripotent, la cinquantaine passée, petits' rubans au revers du veston, un air de bonhomie sur son visage empâté et couperosé, M. Huguet est un des «( grands chefs » du squelettique Mouvement Socialiste, etc. Je débite ma complainte: je SUIS ]e1me, désorienté en face de la vie, sans travail, aucune organisation n'est sincère, les jeunes en ont assez, cherchent un idéal de force, qui regénérera la France, envahie par les métèques ... J'ai vraiment l'air d'un malheureux, avec mon imperméable aux poches déformées, mon veston fripé. Je mastique 'un quignon de pain, relief de mon déjeuner, et je dois réellement ressembler à un pauvre bougre, au « Lumpen-prolétaire » classique, prêt à toutes les besognes, le nazillon, apparemment apitoyé, me met la main sur l'épaule, et, me tutoyant aussitôt: - Ah, mon pauvre gars !.. Je sais bien ce que c'est, ta jeunesse ... hélas, combien sont-ils comme toi! (geste onctueux de la main, baguée d'or, yeux lev~s au plafond par-dessus les lunettes). Mais que veux-tu au juste? - Savoir quels sont les buts de votre mouvement, quelles possibilités nous offrez- vous, surtout à nous autres, jeunes, pour sortir du pétrin ... Le Doriot-ersatz se précipite et revient avec une poignée de journaux et une brochure. En parcourant cette littérature, « si je ne suis pas trop bête » (sic n, je comprendra~, me dit-il, déjà pas mal dë choses ... - Mais, ajoute-t-il, nous ne poUVOIl3 tout dire là-dedans, ce serait trop osé; aussi, si tu veux savoj,r exactement quelle doit être notre action, re,viens lundi prochain, entre 6 et 7 j maintenant, tu m'excuseras, mais j'ai un cours de dessin ... ». Remerciements, serrements de mains, tape condescendante' stlr l'épaule, rien ne manque à la « bienveillance du chef »! 'Brusquement, sur le pas de la porte, son sourire s'est figé, et c'est d'un tou soudalll durci, caS&'lnt même, que M. Huguet, directeur de l'Académie de Dessin, m'a dit: « Mais je te préviens tout de suite: ON EST DES DURS, CHEZ NOUS! » La prétention est un peu justifiée: les nazis n'ont jamais eu une réput~ltion d'enfants de choeur. Le nazi lion m'embauche VOUS lisez chaque jour, dans une certaine presse, des articles à ~a louange d,e l'Allemagne, des antisémites; on s'apitoie sur le sort des « dénazifiés », des « bons Français croupissant dans les geôles de la 1 V' », etc. Mais vous ignoriez que la Parise·r Zeitung de langue française a reparu, sous le titre de l'Unité, organe du « Mouvement Socialiste d'Unité Française », avec un sigle rappelant celui du sinistre P.P.F. et la devise : « Pain et Liberté ». En exeq,'lle: « Qui porte le glaive a ùu pain » ... Seuls manquent les communiqués relatant les « victoires élastiques de rOstenfront » et les « Bekanntmachung » signées von Stulpnagel, concern:mt quelque judé<rterroriste passé. par les armes à Vincennes ou ailleurs. On peut lire, ci-contre, quelques extraits de ce torchon, ainsi que quelques passages du ({ Programme» et des « Statuts ». ; nous nous passerons donc de tout commentaire. Le fait est là: EN FRANCE, A L'HEURE ACTUELLE, LES' HITLERIENS REVIENNENT; PLUS ARROGANTS QUE JAMAIS! avec sa servktte bourrée de tracts et de journaux. Poliment, il me lait asseoir, me, tutoie.~ et pose des questioos.a quel est mon métier, ce que ~ pense, ce que je veux. Je lui raconte ma petite histoire : comp- ,Ot~la~r:I UlIS. - Vtrla.g wid ScbrIlUdtur1&': Pa.r1a, 100, rue Reall-rou1'. Ttl.: Cul8S-00, 'l'v.:. ~.·.O, CuL KO. 60 und 80·61 b ... MI. Pot,lUn.echrIR: "ra"krurt/M. 1, Pa.llach SO~ pj)etilcl' 1ecK Fa'lA :l6~~ 9., Sull Crèdll l.yonnau, A, t n~e R. Pat'LII 12"), Nf, 43t-23, .:.. in Ocul.bCbo -" --, Pourquoi? Qu'aviez-vous fait de mal? ai-je demandé naïvement. . - Mais rien ... simplement le Gouvernement sioniste, avec son ministre de l'Intérieur, le Juif Moch, veut empêcher de bons Français de dire la vérité au "PCllple de chez nous, veut nous empêcher, c'est dans leur logique, de prendre la défelll'e . de la ({ pureté de la race françaiae ». Ce Gouv~rnemellt, manoeuvré par les sionistes de Moscou, veut nous mener à l'asser- Sand: PO!l.Irchcek der Ore~d1lu &ok, Be:Jt.c Nr, 800. IIlIl Vermuk "IUr i;'.r1aer ZeL1W1a:". 1 Ok! ..l'atlMI itlLWla:" encl"tll!.t, 1.', J<I! ~JM1I, I,ueh SOIU'I.J.ac& t).Qr ' fk>zugspreill belrltgt III FI'W\kJ~Ic.b rnotlaUJ,all Fu '9r ~ ' VWUljl/.b.r )'tw ' J:lG.- BUUs"!rpT.iII lm RA'leb l\.M 3.- «UzLlgl, 2u.\,IPIla:cbUhr. J •. , I 'Jld- 1.0 Frlulkl'Elelt. M~m Ver'lg d\.rl&lI l, jft) 1 .b f:.fLeli t*1 )edor PCJll.aJUbJt. t"I'#.': '::rJo ('l'), ~e. E:4 ~ Its.:Mm.lf. hl , TaJ.. u·go. fn cl er Entwicklung ,4" der Osl/r'Onl; d'Ù Jcl4l,ntln. "' rorllabJe/mirl ill Il..,, "Qm,." fi" Wi"I(',j(h.t~ G (~illtt mil l 'rol;dem "gtlolf!1 tj ih~,,, II IIr 4" rro" Wlid SelHitt :tl,I, schicfllm tin'Igen S!tllt ll 1L'tlli" I\Homt. dIe tloheA'wi,4hchf.l1 \ ~omma" . ter RodtN su 9twmnu. lh" .curc nI Btfehl l1asl:alU fll'l~ pllwtnloJi/t Al1l1,iU' hotlln' Ttuppelt Immcr ~n nlWtll'l mll_ 4" 4t", slilltn iti;at"'I"I~ 4ct _ i~J~.,!~!'tll~~ .~:.'.tr!~rn!!:.~~n.. .. _rl!u.!;!.192.168.254.45 .. y!,~Q~d! !~}.~. ., ,~?~~n, I.e' mystère de la rue tauzin est éclairci ... ilES JOURNAUX) Et celui du Krêmlin? lE fRl~'EII'lE • ,. 80UL;A192.168.254.45IMARTRr Téll~~f.~"C~~,~~I •• :"'(t "-f\MII,dc 1<; h~:) C.UT. 90#57 VEHDREDt 11 FEVRIER 19~ 'ONI)" nùw , "IW' /!!\ E-' )ACQUES DORIO' - tl#,TI,,'" 0 ~ HEURES UA ..... A .. C _N' '.05J Q1RlC"rEUR..POlntOUE - .. E if·,. 1 E 8 Il E Rl&ctc..:, ,cMf : AIb •• , CLtM'fN'I i a Illm ,;9-42 "'E" ~ B IEN DQ~'. r Allantique Mm .. don, rOc6olt Ïndl.a lin:. "" l" "N'Ylf! v ~ , Il.lI -INI J.,~ L Dt! la place dl!! la Conlrl!!lKarpe MAI$... Neul' 'novlres 'augeaui 62.008 10DDes. le TAUX , d l'f!gllse ~~!nt.Médard rA~pr~op~os~ de'~I CQOOrléS~D~ftrt:le~, sS,O~D=s-m~ar:IDs;;.a;;lIem;Q:Od:JS~ .~des~, ~ Parmi les vestiges:= l'AIN __ 1.. ollocarions ~ "fa,ubourg souffrant" ~ ,,15 décembre 2009 à 09:47 (UTC)~4iI8~d.~ ET LISeRTE ;'U/I01'.1t ~'lt!t

- ., • ,'" - . ~ "="",0.. .... ~R&A'E IElibo»4D . _ . "v 12. rue rie Ch.ttr... NeUil/"S~'_Sei _ _. 11ft CEII!~AL Dt/MOUVEI!" SOCJJ, . Je suis 'retourné au « C.C. du M.S.U.F. », pour reprendre le vocabulaire de ces Messieurs. Immédiatement introduit, j'ai le temps de jeter un rapide coup d'oeil à la classe de dessin qui se tient dans une pièce contiguë: une douzaine de sémillantes jeunes filles écou~ent un jeune professeur en veste de velours côtelé qui leur démontre non<; haJlamment les beautés. de la perspectIve ... Me voici en présence d'une « grosse huile» : M. Binet, qui signe « Bénit .» dans la feuille de chou susdite. Mince, teint glabre, cheveux légèrement argentés, portant de grosses lunettes M. Binet s'exprime calmement, sans ja:nais élever la voix : ce chattemitte, ce saint apôtre de la croisade contre le « judéobolchévisme » a tout l'air d'un ingénieur! table, j'ai travaillé chez un Israélite, qui m'a brutalement mis' à la porte, et j'y vais de mon petit couplet antisémite: « Ces Juifs, tous des étrangers qui nous empoi~ sonnent, Jl()Us empêchent de vivre, on n'est plu!> chez soi, vivement que ç~ change, ete ... ». Le Gross-F.üllTer :renchérit, et nous avons une heure de conversation, pendant laquelle il m'explique 1es « buts » du mouvement, qui.BQoOt, inutile de préciser, ceux du Parti Natiooal-SociaJiste défunt... (paraît- il). r ' Naturellement, fuI '» cherchera du travail, c'est nocmal, la « kamaraderie .. J'exige. « On » est en. famille chez nous, que diable! Petit mot sur: la itwûon de la Mutualité J qui se termina Qwd de6 Orfèvres : Extraits de « l'Unité» « L'U:nité » prétend dlevenir le fanal qui indiquera, pour ceux qui veulent que notre race blanche ne périsse pas, ta voie du salut.

  • Le travail diplomatique que font

én ce momen.t à Londres en notre nom deux éminents représentants israélites du Quai d'Orsay, MM. Alphand et Gros ...

  • L'inégalité joue de nation à nation,

et les nations, les peuples les mieux doués, et qui le resteroJ,lt, sont appelés à dominer les autIes.

  • Du jour où l'on préféra l'esprit

de s'ynagogue au génie Ile ·notre raoo ...

  • Notre Oieu à nous est un porteur

d'épée. et c'est un Dieu qui marche et qui combat, et qui conquiert. Et c'<;st un Dieu qui pOIU la lumière au poing et dont le sym· bole est cette roue solaire dont nous avons fait notre insigne.

  • Aussi iongtemps que ne viendra

pas la Vraie ~ëvoJution Nationale et Sociale ...

  • Inconscients du terrible drame

qui se jouait à l'Est, dans ta neige et la boue des steppes, inconscients jusqu'au bout - on en arrive à le souhaiter - de la partie formidable où se jouait la vie de l'Europe, où des millions d'hommes, dans' un effort ,immense et désespéré, t~ taient d'é'viter au vieux continent les mille et une surprises de l'invasion rouge, nos bourgeois souriaient coquette!Dent à l'Angleterre. vissement, il veut que nous ·devenions ,les esclaves d'une minorité bâtarde de judéonégroïdes! ,» JI a dit tout ça très sérieusement! ({ D'ailleurs, poursuit-il, nos adhérents l'ont bien compris, qui viennent de diffé. rents milieux, de différents partis de droite et de gauche: chez nous, il y a des homm~ sincères, des F.T.P. (sic), des mili- • ciens, des R.P.F... Mais oui, deS R.P.F.! Ils sont écoeurés par la démagogie « nationaliste » de cet oiseau sans cervelle qu'est de Gaulle, le fUsilleur, l'assassin de la fausse libération. )) peut parler, lui, de la France, alors que sept membres sur quatorze de son Comité Directeur sont des youpins, comme Aron et Koestler (?) ... » Pointe haineuse contre « cette négresse, .. Mme Eboué, à qui l'on permit, l'an der- , nier, de juger 'des amiraux français ». n a parlé des miliciens; je lui dis que j'ai un bon camarade, ancien combattant du front de l'Est ... un type « gonflé » : « Vois-tu, il faut qu'il soit prudent· ain.; 1 , , -~ autre soir, heureusement que nous avions pris la précaution d'obliger demc ou trois copains à rester chez eux. .. tu comprends, CE SONT DES S.S., et comme les flics ont fait une vérification d'identit'e il a mieux valu qu'ils ne se trouvent ~s là ... malgré tout leur désir de participer à la réunion )) . Je suis complètement édifié; aussi, je prends congé, non sans avoir fixé un rendez- vous pour la semaine suivante: j'ai promis d'amener six camarades, dont le « combaU:mt du front de l'Est ». Nous devons constituer un « noyau agissant » dans les syndicats, et recruter des jeunes en vue des « coups durs » à venir. En me quittant, le Binet-nazi me fait encore une recommandation: « Ton copain; il est bien en règle, n'estce pas 7 .. parce qu'i! faut être très prudent en ce moment ... d'ailleurs, S'IL A BESOIN DE NOTRE AIDE, QU'IL VIENNE NOUS TROUVER! » Contre la renaissance du fascisme ET voilà!... On pense rêver, mai~ pourtant, nous sommes bien en 1948 cela fait quatre ans que la France; avec l'aide de ses Alliés, s'est libérée, quatre ans que l'on parle de « dénazification de l'Allemagne », de « contrôle du potentiel industriel allemand », de ({ jugement dés criminels de guerre ». Que voit-on ~ujourd'hui? La dénazification abandonnée dans les zones occidentales d'Allemagne; la remise de l'arsenal de la Ruhr entre les mains de ceux qui permirent à la barbarie nazie de ravager le monde j l' « indulgence» en faveur ùes traîtres de tout poil, de ceux qui firent déporter, massacrer des millions de patri<r tes, des millions de femmes et d'enfants, qui avaient le seul tort de vouloir vivre en liberté ou d'être Juif. Le résultat de toute cette politique d'abandon: dans Paris, aujourd'hui, un parti nazi, reformé par des disciples de Doriot, Bucard et Déat, appelle ouvertement ' aux pogromes, à la guerre, déplorant l'incompréhension dont fut l'objet « l'Allemagne, barrière de l'Europe contre les Huns ». Ce qui nous inquiète, ce n'est pas l'im,. portance numérique du M.S.U.F. (une lioixantaine d'épaves, m'a avoué le Führer de ce groupuscule, et c 'est là une estimation bien optimiste). Ce qui nous inquiète, c 'est bien qu'if puisse. EXISTER LIBREMENT, EDITER UN JOURNAL et TENIR DES MEETINGS, SANS QUE LE GOU. VERNEMENT NE FASSE RIEN CONTRE, si ce n 'est une platonique « vérification d'identité ». Comment peut-on tolérer que des nazis excitent à la violence, à la haine raciale, sans que le ministre de l'Intérieur, dÎlment visé cependant, Ile prenne aucune mesure eontre cet embryon du P.P.F. de Doriot. Nous 'posons clairement ces questions. MOUVEMENT SOCIALISTE D'UNrTÉ FRANÇAISE ..... PROGRAMME ET STATUTS 1 Ne peut ~tre cit01Jen français .• 9 que celui qui est né de parents français. Qui n' est pas ' citoyen fran çais ne peut être accueilli en France qu'en qualité d'Mte ... 1_ Toul office public, communal, départemental où l'Etat ne peut être confié qu'à un,citoyen. Révision et annulation des natura· lisations des étrangers non CU1'Opécus d'origine. II Seront l'éintégrés dans la communawé française et défendu1 comme, ressorl'issants français tous les' hommes qui, d'origine fran çaise, et quel que soit leur habitat acl'uel, ont conservé les tmditions, la langue et la culture fl'ançaises. Le Gouvernement sait qu'il existe, à Paris, une association de malfaiteurs, bandits hitléJ"Ïens venus de la Milicel. du P. P.F., de la WQffen S.S., groupée sous J'étiquette de « Mouvement Socialiste d'Unité .Française »: Qu'attend la police pou.r faire Wle de,scem: e au ( siège social » du parti nazi, 12, rue de Chartres, à Neumy 7 Qu'attendent les autorités compétentes pour interroger ces hommes qui, nous en avons la fe,rme convict.ion, délivrent de fausses cartes d'identité aux nazÎ$ de tout crin rescapés de cours de justice et cleu pelotons d'exécution? Quelles mesuTes oompte prendre le Gou· vernement, une fois pour toutes, pour faire ccs.ser de tels scandales 7 C'est une insulte à tous ceux qui sont tombés sur les différents champs de bataille, dans les maquis, dans les ghettos, dans les camps d'extel'mination, que de voir les nazis reparaître aujourd'hui, plus impudents que jamais. Dissolution et arrestation des néo-hitlérie, ns du M.S.U.F. ! Nous nous devons de participer à cette tâche de salubrité publique qu'est la tltnonciation de tout mouvement plus ou moins ouvertement nazi. Nous l)e' voulons plus revoir ces monstres qui, en quelques années, pillèrent, assassinèrent, anéantirent tant de miJljons d'êtres humains. . Plus que jaII1ai~, nous nous devons d'être unis, aux côtés de tous les démocrates, Dour endiguer la renaissance du bscisme Quand Doriot, père spirituel du M,S.U.F" sous la protection des baïonnettes allemandes M --------------------------------------------


1- ll1Wiet .1 .... - ~ .... ·tt -

En écoutant" l'homme providentiel" de l'Irgoun M BEIGIN, chef de l'Irgoun, Sionnisle; ortgmaire d'Odessa, . chef militaire : nous avons en- mais le Général llalder, ex-che( ,qui vient de faire un sé- dont il a toujours qardé un ten- tendu un prédicateur, pa:rla.nt d'Etat-Major de la V/ehrmacht, • jour aux Etats-Unis, est dre souvenir, publiciste de langue un yddisch, simple et net, avec obligeamment consulté par les arrivé à Paris le 22 dé- russe, il faisa.it partie des mi- des gestes sobres, presque uni. Américains, lors de la remise des cemore. Sa visite, annoncée par lieux anti-soviétiques et était lié f07'mes, d'une voix décidée ef vi- F"orge.s de la Ruhr aux nazis, l'a les soins de sa « Détégation pa- notamment avec Boris. Savinkov, rile, mais qui avait un accent bien remarqué, en alPpel,ant l'atrisienne n au qnOllen de grandes officicr et pr'opagandiste de l'Ar- constant de vieille lamentation. tenlion de ses nouveaux amis sur affiches au sllile pompeux, fut mée blanche et agent de Wins- Il raconta la lutte des Juifs pa. .l'importance mondiale de l'Etat marquée par plusieurs manifes- Ion Churchill. M. Jabotins/ty par- lestiniens en ces dernières an- d'Israël. taUons : un diner, le 22 décerrl- tage l'admiration que le Chef du nées, comme s'il s'ag'issait des bre. à l'Il6tel Continental, une Parti Conservateur Britannique combats d'anciens peuples d'Is- 'La seule voie juste conférence de presse dans la ma- avait .avant la guerre, pour Mus- mël ~t de Juda contre leurs voi- M. Beigin a déclar~ à plusieurs tinée du 23 décembre et une solini; ü avait tait une grande sitts, la résistance e{fiéace de grand~ . réunion publique le soir partie de ses éltudes en Italie, l'Etat d'Israël en' 1948 a été re- repr-ises que les Juifs des paus au Cirque d'IIiver. Le même dont il partait couramment la lan- tatée comme si eUe ava~t été me. occl.f.pés par l'Allemagne et ceux jour, le « Monde " a publié en gue, et il instaUa, en son temps, née dans les mêmes conditions de Palestine ont toujours été première page ses déclarations.. sous le contrOle du ministre fas- que la tutte victorieuse des Has- seuls dans leur luUe. Il a tout Le leader du nouveau parl1 éiste Bottai, un centre révision- monéens. simplement oubl'ié Stalingrad et « Mouvement de la Liberté n, qui niste dont les membres préco- M. Beigin n'exprime q~ du El-Alamein et toute la gue7'Te des compte prendre une part active nisaien,t le transfe1·t du mandat mépris pour le soldat arabe défi- peuples antifascistes unis contre a u x élections à l'Assemblée lJalesUnien de la · Grartde-Breta. ni dans sa conrérence de presse l'Axe et dont la victoire seule a Constituante de l'Etat d'Israël, gne à l'Italie fasciste. comme « u.ne des .armes secrètes permis que les JUifs de Palestine est un homme de taille mO!lenne, Marguerita Sarfatti, Egérie des Juifs Il. lt n'a pas dit l'n seul ne soient pas exterminés e,t puiS. mince, d'une quarantaine d'an- juive de Mussolini, rédigeait la mot sur la résis,tance des miU- sent aujourd'hui lutter pour leur né~s, cheveux rares, moustache, d 'ntell""tuelle tants arabes à'or-ganisations Sfl, n- indépendance. lunettes. lt fut accueitli et salué gran e revue « t CIV' II l1 On raconte qu'avant la bataille à Paris, tout _ particulière.ment d·.".. r",g;.m e "" t M".~...s.. olin;. 'ui-.mêm.e '.dical"es Dt démocratiques du Pro- à'Et-Alamein, dev• ant l'avance de assurait à Emil Ludwig son che et du MoUen-Orient; leur ac. \ par René Capitant, député R.P.F., .. d . M 1 Jo l t'' Dst certes limitée, mais les l'armée de nommel, quel.ques et M, Alfred Coste-Floret, dépu- mepns u racIsme. a gr", ou- "' .. " Juifs pieux, particulièrement orles ces apparences le fascisme camps de concentration sont remté M,R,P. italien a suivi l'étlolulion naoltl- pliS de ces hommes qui ont ren- /.Iwdoxes, ont sacrifié un poulet à On sait que les soldats de l'Ir- relle de tout grQUpement réac- du la vie difficile à leurs oppres- Jérusalem et qu'aujourd'hui en· {Joun ont utilisé, dans leur dur tionnaire pOur a,boutir à t'anti- seurs flot sont pour l'Etat d'Israël core ils demeurent persuadés ~ombat, une technique de dégui- sémitisme officiel et les révision- des alliés naturels dans leur lutte qu'ils ont ainsi em~ché la Pasement et de mise en scène. Ce nistes, contrairement à leurs es- commune contre l'impérialisme. . lestine d'~tre occupée par les naclimat a été exploÏllé par une poirs, ftlrent expulsés, 1 1 1 Il zis ... presse hostile el in ressée à pré- sraë, ,~raët set ... La décision prise par l'O.N.a. tendre . que l'Irgoun faisait le jeu . Nous avons déjà entendu quel- le 29 novembre 1947, qui a nPr- de la po 1l·t ique soviétique dans le Israël, l, sraël seul... que c hos e à'an a/uog e""n F'ranc e. mis la proclamation de l'E,,t~a t Proche-Orient, ce qui facilitait la Tant il est vrai que dans tous d'Israel, a élé ob/enue,' grâce aux renaissance du mytlte hitlérien S'il est vrai au'à certain J)oint les pays un cer/ain «( nationatis- concottrs aclif et bienfaisant des du « judéo-bolchevisme H. d'e vue, M. Beigin, contin'ue M. me intégral n empêche la claire délégations de ra.R.S.S. et des Ainsi les journaux des hommes Vladimir Ja,botins/.y, il ne parait vision des intérêts nationaux: • nouveUes républiques de l'Est et de Vichy cl des nazis, librerr,ent pas avoir la grande expérience Le sort des Juifs palestiniens, du Cent1'e européen. Si imparvendus dans les lfiosques pari- politique 'et le talent oratoire de des immigramts et celUi de l'Etat faite Ru'eUe soit - ses défauts siens, tels que « Burope-Améri- son mai/re, qUi était un. journa- d'israël, dépend directement de sont dus au fait que pendant toute que Il, « Aspects de la France Il lisl/e internationa{ de qualité. l'issue wu comba·t qui se déroule la dttrée de son mandat, la Gran( SiC), « Indépendance Françai- Attitude sincère ou nouveau dé~ aujourd'hui entre les forc(}s de de-Bretagne n'a cessé d'excite,' se ." (resic) et « Paroles Pran- guisement, M. Beigin n'avait pas . paix et les forces de guerre. les populations juives et arabes çaises n (reresic), ont depuis tou· t'air d'attacher grande importan- Qui ne voit que paur les 'au. l'une con17'e l'oeutre - il faut jours présenté t'Irqoun comme ce aux données de la politique teurs d'une nouvelle guerre mon- qu'elle soit intégralement appli,. un doigt de la « main de Mos- extérieure dans son intervention diale, la Palestine présente un quie. démasquer ,devant toule la population non jttive du Proche et ~ du Moyen-Orient et devant l'opi .. nion publique mondiale, les liai.sons impérialistes e~ les intrigues contre la Paix de la Ligue Arabe. . Les Anglo-Américains l'ont si bien compris Ci ue par tous les moyens, paraissant tant6t d'accord et tant6t en désaccord, mobilisant tous leurs satellites ett montant une vé7'itable comédie de « médiateurs Il, ils ont tenté de mettre en échec la décision du 29 novembre et d'y a,pporter d'une façon unilatérale des 'n()vations fl1clteuses. Les défenseurs de la Paix se sont vig_oureusement opposés à toutes ces tentatives, et M. Vichins/{y, qui n'a cess!!, pen.dant toute la durée des travU'ux de l'O.N.U. à Pari8. de dénoncer les manoeuvres impérialistes et la. propagande ra-ciste a, dans son dernier dis. cours du 11 décembre 1948, tr~1 heureusement défini les condiHons de l'établissement d'UM 'paix juste en Pale-stine. Quant à la déclaration de M.: Beigin, selon la{Juelte l'Etat (j'Is. raël est trop étroit pour ~u.s ceu.'t qui y vivent o'u qui doivent y venir, .elle nous rappelle cer· tains arguments « démographiques Il dont nous avons pu iug~ ailleurs ce qu'ils valaient. . . L'Etat d'Israël, pour devenir un vétitable Etat progressiste, dé· mocratique et capable de donner une forme légale à la naissance d'tme nouvelle Nation et non plU à la création d'u.n nouveau qWJrtier juif, ne peut se faire que dans une lutte com mune avec tous les anliimpérialistes et . t<,us les antiracistes; s'il s'erl,'gage vraiment d.ans cette voie, il 11.6 manquera pas d'alliés, ni d.'es. poce, pour faire vivre ses Mu.veaux citoyens. 1. cou H. De même l'officieux « Le au Cirque d'Uiver. Il n'y a pas intérêt capital ? C'est une voie Le mot d'ordre de la création Monde H qui, il y a un an, aooit prononcé un d"iscours d'!r.omme de passage et un champ de pé- d'un état arabe vraiment indépréconiSé la création de la qran- d'Etat, de leader. de parti ou de trole. M. Beigin n'en parle pas, TJendant en Palestine permet, de de Palestine, sous le sceptré ,------------------------------------------....:.-------------_.:...._. d'Abdalah, n'a pas craint dernièrement, dans une série d'ar. .ticles, SOllS la siqnatw'e de M. Eugène Sablier, de repl'endre les 'mêmes affirmations. Le vOllage de M. Beigin altra le méri/.e de .détruire celte légende. Nous avons été surpris de vo'ir 'pm'mi les membres de son comité ,de récepltion certains hom. mes qui ont choisi en France, pendant l'occupation, d'apparte. nir aux Réseaux de renseignements, sous les ordres de « l'In ·telligence Service Il'. Sous l'égide de Jabotinsky Il s'cst efforcé, à New-l'orh, nous dit « Le Moncte ", de I( /.ever des fonds e.t des sumpal/des ·pour son mouvement, étaRt con- vaincu que l'Etat ct' Israël devra bénéficier de l'investissement de capi(aux de loutes nationalités n. Voilà· qui donne des indicatt'ms

firécises sur « la réciprocit{~ Il

dont M. Beigin ferait la règle ,principale de sa wndlUite politique. , Rapw310ns que tout dernièrement le journaliste nord-améri. 'cain Waller Lippman déclarait {rue son paliS devait 1Jrendre III pmmière l)lace comme puissance . méditerranéenne. Son confrère Elliot rHl-uliait un livre intitulé : .(~ La Force dont nous avons be' soin ", où il p7'éc isait les buts économico-stralégiq /tes de l'impérialisme américain, pendant que le contre-amiral j,ass, commantJ. ant t'escadre amé7icaine en Médit. erranée, tTaçait les nOt/velles fronlièrcs stratégiqlll's des EtatsUnis. Le capitalisme monopoliste américain prend de pllLs en plUS la J11ace de l'Empire britannillue d.ans le Proche-Orient, où il a déjà acquis des positions de première imporlance. Il prend de plu.s en pl ilS possession des lmils . pétrolifères, dirige les Iravaux d'irrigation dit Nil, prépare l'rj/ectri[.ication dl' la haute Eg1Jpte et construit des usines m(~tal- ,mrgiques et de ' produits cllimiqucs. M. Beigin se déClare disciple 61 continllateur de M, VllUtimir Jabotins/,y, fondateur cLe la LéIlion juive pendant la guerre de 19l4-1918 ct du Mouvement Héviiio.", nisle dont l'Irgoun est issu S1l'irilluellement. M. Vladimir JalJotills/'!I n 'IitaÏl pas seulement un g1'and leader , " DROIT et LIBERTE" vous PRÉSENTE chers lecteurs, abonnés, chers diffuseurs •.. ses voeux pour 1949 II vous souhaite, petits commerçants et industriels, ùne fiscalité plù:s démocratique ; A vous, salariés, une réelle baisse du coût dl(! la vie, un meilJ~ur pouvoir d'aChat ; - A vous, mamans, un avenir de paix pour vos enfants. Que l'année /949 voie s'agrandir le cercle de nos amis et lecteurs, qu'elle soit une année de pacifiques victoires, et ce ne sera pas en vain que nous vous aurons présenté, .. ••• les meilleurs voeux pour 1949 L'Association des Anci!!ns F.F.I.-F.T.P.F. des bataillons CARMAGNOLE et ~IBERTE de la 35· BRIGADE et du GROUPE DE ÇOMBAT JUIF cOnvient tous leurs camarades au VIN D'HONNEUR qui suivra la. remise de cartes. le 6 janvier 1949 à 20 h. 30, 14, rue de Pa,r&<lls, Salle G. Les parents et amis de no. adhérents sont OOrdialement in. vités. NotJ!> exprimc.ns notre vIve reconnaissance à M. Hallouet, 48, bd des Batignolles, Paris (17'"), pour la somme de 25.000 francs Qu'il a généreysefl1ent offerte pour Ie$ enfants de déportés et fusillés . N· oubliez pas de r~server I!OIN soirée dll 22 janvier 1949 pour venir au CRAND BAL DES ANCIENS F. F. 1., F. F. T. P. qui aura lieu c:ta.ns la Salt. etes. Fit" de la Mairie du " •• Nombreuses attractiOns - Buttet ASSOCIAT'ON SPORTIVE FRATERNITÉ YASC" a, rue de ParadIs SAMEDI 8 JANVIER de 21 heures à l'aube aura Ueu ct.a.ns 1~ _Ions de la Mairie du x e Arr. de Paris Rue du FaubOurg-saln,t-Martln LE CRAND BAL ANNUEL DU YASC avec le grand orchestre RAYMOND WRASKOFF d~ dlsqu<!S -odooq. 6t de 16 Radio ATTRACTIONS ARTISTIQUES CONCOURS DE DANSES BAR· BUFFET Le bal du y Asa est le bal de toule la Jeunesse Juive et des Amis àù lIfauvement Spartif. On trouve des invitations au bureau Ilu VASC, 1<l, rue de Paradis, et à l'entrée ~ ................••••........•.•.........•... - LE COMITÉ FRANÇAIS 'POUR LA DÉFENSE DES IMMIGRÉS EST CRÉÉ Un certain nombre dè personnalités d'opinions diverses se sont réunies sous la présidence de M. justin Godart, ancien ministre, afin d'examiner les questions de l'immigration, à la suite de la dissolutioh - décidée par le ministre de l'Intérieur - du Centre d'Action et de Défense des Immigrés (C.A.D.I.). Dans une résolution, adoptée unanimement à l'issue de la réunion, ces personnalités « protestent contre la meM1re prise à l'égard du C.A. D.1. qui a toujours agi dans l'intérêt du pays et préconisé sans cesse l'amitié entre Français et inunigrés, et décident de créer un comité français pour la défense des immigrés se proposant de contribuer à la solution des problèmes que pose le séjour <,les immigrés en France li. lJh conseil d' administration provisoire de ce comi!é a 'té élu. Il est ainsi composé : M. Justin Godard président ; . M· Raymond . Sarraute: secrétaire général ; M' Pierre Stibbé, tré~rier ; MM. l'abbé Gau, Jean Cristofol, Virtcent Sadie et Madeleille Braun, députés ; Me Marcel Livian, Mme André Klotz, Mo Gérard Rosenthal. a.ux " Bals Traditionnels de la "PRESSE NOUVELLE " Le vendredi 31 décembre de 21 heures à l'aube Prix d'entrée : 200 et 300 fr. . pour un deos 4 ba Is prévus GYMNASE JAURES . Avenue Jean-Ja-urès (19") , GYMNASE BIDASSoA 1 25, rue de, la Bidassoa (200 ): HOTEL MODERNE . Place de la République CHALET EDOUARD ' 31, rtte Manin (19&) AU PROGRA!WME : " Monique BATYS. Vedette de la ~adio SARAH CARBI Chanteuse LES BALLETS DE WIS S MAY. 4 Orchestres JAZZ-TANGO Retenez vos tables BUFFET - TOMBOLA SURPRISES - A l'occasion de Hanouka, LA SECTION FRANÇAiSt DU " CONGRES JUIF MONDIAL organise I~ jeudli 30 décembre : 1948 à 20 h. 15 dans la grande Salle du PALAIS DE LA MUTUALITE, 24" rue Saint-Victor (Métro Maubert-Mutua. llté), sous la présidence de M. Israël Jefroykin, UNE GRANDE FÊTE 'CULTURELLE ' Aprês des allocutions prononcées par MM. lUarc JARBLUM. MarcUS OREN, B. ADAM, Siméon BOTCH. KOWSKY, aura lieu one grande SOirée artistique -avec: PA'ULA PADANI la grande dangeuse israélienne de renommée mondiale Mademoiselle P_ SCHAECHTER 1 .. célèbre chanteuse folklorique juive . Le trio musical du Professeur ENCLANDER La grande chorale de l'UN ION · avec ses 50 ~hante!.lrs et le célèbre MANSDORF acteur favor, <4t public juif -ENTREE GRATUITE Venez en masse! J DROIT ET LIBERTE ---------------------- !.lj L'AVENTUREUX COLONEL r=-=-==L=E=-T~ATRE ---=-===il u· par Roger MARIA Il =5 c: Il ARDÈL.E OU la MARGUERiTE Il et Ja vérité toute nue n!~!~_~~!~ UN matin de l'automne 1942 , cinq hommes accoutrés en pêcheurs roulaient à bicyclett~ sur la route de Paris à

Melun. 'Ils firent une pause à Corbeil pour déjeuner, se .

remirent en selle et arrivèrent au début de l'après-midi près de Sainte-Assise. C'est alors que l'opération commen.ça. Opération des plus délicates les D (1). Un livre qui tranche sur et, pour dire vrai, sans aucun la plupart de ceux qu'on peut lire rapport avec la pêche à la li- aujourd'hui, tout pleins d'assasg; ne. sinats, de viols, de turpitudes; un livre qui jette un'e note c1ahe et Pendant que l'un des hOfll- saine dans cet affreux concert. mes gardait les vélos, le.; qua- Une littérature nouvelle I:st en tre autres prenaient à travers train de naître, qui trouve dans champs, et rampant sur un ta- la Résistance son point de départ pis' de ronces ' qui leur mettait et son thème dominant. Tant il est les mains en sang, ils arrivè- vrai que dans la vie française de vèrent· en bordure d'un terrain ces demiè,res années, la Résistance

dbcouvert, coupe d'un chemin représente, pour employer un lande

ronde, ' au boutcluquel se gage qvelque peu cornélien, 1a pé- . riode de plus grande vertu. profilaient les seize pylônes André Wurmser a' fait remaralors utilisés par la Kriegsma· quer comment à travers les rérine pour transmettre ses indi- cits de Jean Laffitte, les romans cations à la floUe allemande de de Paul Tillard, les poèmes 1'Atlantique. d" Aragon, les mêmes personnages Le plus dm restait à faire. Les sentinelles étaient à 300 mètres. Incrustés a:u sol, :retenant leur souffle, les quatre hommes arrivè-

'rentjusqu'aux câbles des pylônes,

y fixèrent leur plastic et refirent en sens inve:t;se le même angoissant chem:in. P'eu après, une explosion déchirait l'air. L'un des Ilylônes fut si endommagé que pendant llne dizaine de jours, les équipages nazis de l'Atlantique furent laissés à l'aventure. Par la suite, les auteurs de ce ooup, Foccanli et Roby, deux résistants F. T . P ., furent arrêtés et déportés. T EL est l'exploit de Ste-Assise, ainsi qu'on le trouve raconté par Jean Laffitte dans: « Nous retournerons cuezllir les jonguilse retrouvent épiSodiquement et composent une « geste D à la façon des héros du Moyen-Age. A cela près que pour les faire entrer dans la légende, oeux qui parlent d'eux n'ont même pas à hausser le ton. La simple vérité suffit. Le témoignage tourne tout naturellement à l 'épopée. L'histoire '. de Sainte-Assise a failli rester ignorée. II a fallu que Jean Laffitte fût mis en quelqu~ sorte au défi de l'écrire. C'est ainsi qu 'il y a plus d'un an, dans un article de « ' Carrefour », le colonel Rémy (actuellement chef du service d'ordre du R.P.F.) portait le sabotage des pylônes de Sainte-Assise au oomp:te de deux résistants parachutés de Lon- (1) La Bibliothèque française. LA LECTURE, ce vice impuni ••• Pour les amoureux de poésie ARACON : Le Nouveau Crève-Coeur. (Càllimard) Gt n' est t~ut au long qu'un chant, superbe d'env?1. où s' entre~ croisent la colère et l'amour tissés sur la trame des JOurs que nous vivons. La voix d'Aragon, cet écho sonore ... P. ELUARD : Poèmes politiques (Gallimard) « La poésie doit avoir pour but la vérité pratique ». Quarid le poète, ?ya.nt perdu celle qu'il aime, ~tteint aux..: a~îm~s du désespooJT ,. 11 ne retrou"e le courage de Vivre que grace a 1 amour de~ camarade~. . Rien de tel qu'un roman pour que le tel'Y'iPs s'envolé ELSA TRIOLET: L'Inspecteur deS Ruines (BibliothèqUE Française) , L'histoile d'un « pauvre type » roulé par la vie comme un galet par les vagues. Et puis, d'aventure en aventure (dont la plus fàniastiq.ue est celle qu'il connaît au coeur d'une ville alleTI1ande en ruine), il émerge de ·sa solitu.de et r~tro~v~ la chaude fraternité des millions de naufragés comme lUI, vlchmes de la gl.\erre. A1.BERT COSSERY : Les Fainéa."Its dans la Vallée fertile (Domat) Une peinture de la petite ' bourgeoisie égyptienne que J'igno: rance et la paresse ont retranchée du monde des vivants. Rien de plus hallucinant que cette torpeur qui accable une famille et la rend incapable de garder seuleme.nt les yeux ouverts. Le film que vous ne verrez pas C'est Le Printemps de la Liberté de Georges Grémillon, parce que le Gouvernement que nous avons a jugé subversif un film consacré à la Révolution de 48. Mais vous trouvez néanmOinS en lui tous les dialogues, pUIsqu'ils ont été publiés sous le même titre, par la Bibliothèque française. U est des choses qu'on ne doit pas ignorer _ Le cinéma par exemple, qui est tellement entré dans notre vie est encore ~ur beaucoup un domaine '!llystérieux et incompréh~ nsible. I:-e m~illeur spécialist<; françaiS, Geor~es. 'Sadoul, a écnt à leur mtenhon un ouvrage d excellente vulRansatlOn : Le Cinéma (Bibliothèque française). - Qu'est-ce que le Plan MARSHALL t Ir a.été écrit abondamment à ce ~ujet. san~ qu'on possède encore un exposé clair et complet. C'est à celte tâche que s· ~t appl iqué Henri Claude dont Le Plan MARSHALL (Hier et Aujourd'hui) est une réussite. de se Il de Jean ANOU ILH ~~ 5a dIes. Il accusait les F.T.P. J'être indûment ·attribués. Or, Jean Laffitte avait connu fJIl déportation Foccardi et Roby, ainsi que le caJUarade qui leur avait fait avoir l'explosif. Il les avait entendu maintes fois raconter J'affaire de Sainte-Assise, parmi tant d'autres qu' ils avaient accomplies. Il fut si indigné de les savoir calomniés qu'il entreprit sur-le-ch:1mp de leur faire rendre justice. C'est pour cela qu'il écrivit Nous retournerons cueillir les jonguilles. Il U N général en retraite (caricaturé par Marcel Pérès, qui i~ le s'est fait une tête à la Lyautey et joue dans la tradi- :.!:!I§ n tion courtelinesque) vit en famille dans son château et, _ i.·1 si je puis .dire, dans de singulières conditions - excel- = lentes d'ailleurs pour bâtir ulne pièce de théâtre : sa femme i! ii est folle; elle est enfermée dans sa chambre et l'appelle tous Si il les quarts d'heure: Léon l Léon l Il monte docilement lui dire . n == quelques mots 'aimables et redescend " cela fait dix ans que n li dure ce dévouement, tem[éré seulement par les charmes ancil- n laires d'une jeune oonnè. Vit aussi au château la bru du géné- i::::::.1 U raI, Nathalie (Andrée Clément) : vingt ans, dure et pure

= (apparemment), réprobation vivante, quotidienne, de l'incon.

D EPUIS, Jean Laffitte a tenu ~~ duite de son beau-père. Le mari est capitaine au Tonkin. peux conférences, auxquelles ii Majs le dranle va se nouer autour d'un personnage (lue l'on ~ il avalt convié le- colonel Rémy, S~ ne voit ·pas : une soeu.r du génàal, t>Gssue quadragénaire qui ~ ddra~;st Id'ee,sfPenOld'rrequseoncepodemrn' tiedrevviuene-. .:.~I s'est barricaddé~ danbos sa aha~bre. Pourquoi? Elle est tombée . ·..e <w = amoureuse.. . un ssu, ' precepteur du fils cadet du général. La confrontation eût été d'autant =! Ils ont découvert l'amour et veuJent se marier. ~ plus concluante que Foccardi et is • Roby y assistaient. Le colonel Ré- 1.! D'où la crainte du scamdale, qui conduit le général à con- i my :çl'a pas cru devoir se déran- n.! voguer une espèce de conseil de famille. .; Iger.' Qu'en déduire sinon qu'il 5;"§ Arrivent sa soeu.r, la comtesse LiJiane (Mary Morgan; i craignait de se mettre dans une i elle ressemble à Yvonne PriQtemps), le comte (Jacques Cas- . . i position embarrassée? n telot, j qui l )ofl)1e dtel,façor: t sdaisIM·ssa!.;1e unI rÔble diff d icil V e . l et l dd'.un ~;' Au reste, dans une lettre récen- ~j grane re le ,e . aman e aoame, e aron e 1 ar leu te adressée à M. Louis Martin- 5S (Claude Sainval). Nous SOmmes oux . alentours de 1900... ë Chauffier, Président du Comité " ~~ . L'autre fils du général, Nicolos (Michel Herbault), saint; National des Ecrivains, le colonel ~a cyrien, arrive lui au~si alors qu 'il a refusé pendant deux ans Rémy annonce son intention == . de mettre les pieds au château paternel, de'puis que son ainé « d'entreprendre une enquête §:.;~;. a épousé contre son gré la belle Nathalie, dont lui-même était supplémentaire pour rechercher aJUou ux. . les véritables auteurs de. l'atten-:: L f '1 . 'S a am1 le va se diViser en deux camps : ceux qui soutientbalet s,D . mInaitse ndtieosn pdleuss ptalurds ivheosn. orLae- "::~.:i: nen t t ante Ade'l e cl ans Sll vol onte' d' e ff eU.i ller la marguerite : colonel Rémy aurait mieux fait le comte, Nicolas et Nath::ilie, et puis les autres. de la professer plus tôt; avant li J'arrête là le récit, car il vaut mieux conserver .à cette -Fièce d'accuser les F.T.P. de mensonge. ;; parfaitemént construite, humaine, d'un dérou.lement très sûr, I,>our la lui faire manifester, il ii à la fois vaudevillesque et tragique, les surprises qu'elle n'aura pas fallu moins d'un ro- ii apporte au spectateur. . man et de deux conférences de H Jean Anouilh est âécidément un des meilleurs auteurs du presse re'tentissantes ( Si théâtre contemporain ; renouveler avec tant de vie, de ferveUr Comme on ne peut tout de mê- H et de métier, (ce qui ne gâte rien)' les thèmes courants de me pas prendre le colonel Rémy;; l'amour est un mérite extrêmement rare. pour un étourdi ' (ce qui serait le ~~ moindre mal), ' il faJUt bien lui ' 5: prêter quelque intention quand il n écrivit son article de Carre/our. En ~~ d'autres termes, une a:rrière-pen- H sée politique a dû lui dicter cette g tentatit>e de frustrer de lèur mé- !i rite, des hommes qui furent ses ~~ COmpagnons dans la Résistance, n mais qui, depuis, ont pris des ië chemins divergents. . ri Il a su rendre attachante, et même surprenante par certains côtés, la vieille histoire du mari, de la femme et de l'aJUant : c'est le cocu, distingué, plein d'humour et sensible, qui est le personnage sympathique du trio. La jeune femme, _N athalie, vit un curieux amour et tO'Ut cé monde est brusquement mis à nu par rirruption de l'amour vrai, simple, farO'Uche des deux bossus. Ils sont tous amenés à se révéler? à penser, à éclater, à tomber .le masque et c'est toute la pièce.' Les spectateurs se laissent merveilleuSell1ent entraîner par . Jean Anouilh qui a donné là son oeuvre (rose et noire) la plus comrlète : le dialogue à une voix du comte devant la porte close de tante Ardèle, que Jacques Castelot joue avec une subite grandeur,· le monologue final de la folle (Hélèna Manson) qui fait irruption de sa chambre et accable son général d'époux avec une véhémence déborJante de poésie et de réalisme, ces deux morceaux resteront des pages d'anthologie. En maria!lt deux domaines généralement distincts avec art et intelligen<:e, 'Jean 4nouilh surpasse à coup sûr et Marcel Achard et Hénry Bern6tein, par exemple, dans les genres où respectivement ils semblaient dominer. Il est navrant de penser que de i telles considérations puissent con- i! duire à altérer la vérité. La Résis- i= tance nous est trop chère pour 1; qu'on tolère qu'elle soit ainsi pro- !i fanée. Et si les héros de Sainte- ii Assise et leurs témoins n'étaient H pas revenus, qui aurait jamais ré- i~ tllbli les faits ' ? Et ·si d'aucuns ii s'emploient à travestir Ce qui a n été, combien de héros obscùi's, dis- ~~ parus dan~ les camfS de la mort, ~~ ne subiront-ils pas sans recours ~§ cette insulte à leur mémoire ? LIl....: •• :::::.-=- r.'::"-:::'-::==':'-::::::::=:'- c 5 i . Ë i '" .~ L'ECRIVAIN ET LE LIVRE par Gilbert MURY . \I\I\I\IWW\MMMM LE petit livre qu'Elsa , Triolet vient de publier sous ce titre aux Editions Sociales exprime en termes d'une impitoyable acuité la volonté qui fut celle des écrivains ' de la résistance et qui anime aujourd'hui encore les intellectuels fidèles à l'idée de progrès. Ceux-ci savent, bien que~ selon la formule de l'abbé Boulier, « c'est la même lutte, celle des mêmes contre les mêmes », qui recommence. D'un côté, nous avons « les intellectuels de dro.ite, qui-dirigent l'art très effectivement, jetant de ne pas se laisser prendre' au un interdit de snobisme, de premier bluff venu. goût sur ce qui va contre leur intérêt, sur ce qui est dangereux J)<lur eux polltiqùement ». De l'autre, les gens de gauche, sous prétexte d?impartialité, acceptent tous les préjugés de l'adversaire, tout ce faux semblant d'honnêteté intellectuelle Qui se traduit entre autres sous la plume de Georges Mounin par l'affirmation que Koestler a du talent· Or, si « on peut parler du romancier Montherlant ... l'homme de lettres Koestler n'existe pas ». n ne s'agit donc pas, ainsi que le remarque Elsa Triolet dans les lignes que nous venons de citer, de faire assaut de mauvaise foi avec radversaire, mail P RENON:;; par exemple, un problème d'actualité, celui du retour de Céline à la vie littéraire. 'On nous a imposé ce frénétique raciste comme le représentant d'une veine populaire française. ' Sous le prétexte qu'il parlait argot et faisait preuve à chaque ligne d'une gross\'reté scatlllogique, on l'a proclamé écrivain d'avant-garde. C'est la même opération, la même exactement, qui a sacré Miller prophète de . l'originalité importée d'outre-Atlantique. parce qu'il jette à la' tête de son public ce que les lJ.;lbitués .des maisons closes osent à peine murmurer à l'oreille dès filles soumises. • [12 OR04f ET L18ERTE 1er JanVier .1949. - N- 19-81. DROIT et LIBERTÉ en Belgique Les Jeunes et Israël. L'ORT belge D BruxeUes, décembre 48. ES la Libération, la vie des organisations d{' jeunesse juives reprit son cours normal. Les jeunes recommencèrent à se réunir, à se COml)ter, à mé~ diter sur les pertes effroyables que le fascisme allemand a causées/au monde. Les plus ' réalistes d'entre eux, en général ceux qui par~ ticipèrent d'une manière ac~ tive à la lutte contre )'occu~ pant, se fixèrent un but : réaliser l'union de tous pour participer aux grandes tâches des organisations démocratiques

reconstruction et lutte

pour la paix, en même temps qu'élimination des résidus du fascisme dans notre pays. Malheureusement, les dirigeants de certaines organisations sionistes ne l'enbendaient pas ainsi. Elles ne firent rien pOlllr réaliser l'unité avec tous les mouvements de jeunes. Ce n'est que lors de la ' décIsion de l'O.N.U., du 29 novembre 1947. posant les bas'es d'l\lJll état juif et d'un état arabe indépendants, qUe les sionistes les plus éloignés de la lutte pour la paix comprirent la nécessité d'une union. profonde avec tous les démocrates, avec tous les jeunes, sionistes ou non, juifs ou non-juifs, avec tous ceux qui luttèrent contre le fascisme, dans toutes les armées du mOnde, sous toutes les latitudes. L'union fait la force compris les trois plus importan· tes : Jeunesse populaire de Belgique, Jeunesse SocIaliste et Jeunesse Libérale. Une fête intime réunissait, t.out récemment, les jeunes de l'U.S.J.J., du Hashr>mer Hatzaïr, du Brochaw Dror, de GordOnia, du Bachad, de la Hagudath Israël, etc ... pour 'célèbrer l'anniversaire de la décision historique du 29 novembre 1947. Une résolution demandant l'application de cette décision et le retrait des troupes étrangères, fut votée. Ainsi, l'union de tous les jeunes commençait à porter ses fruits, et déjà les différents mouvements s'apprêtaient à offrir une ambulance à Israël, lorsqu'une brusque décision de l'Agence Juive vint troubler les possibilités d'action commune : selon cet organisme, 50 % des fonds collectés en faveur de l'aide à Israël doivent aller au KeTen Kayemeth Letsraël et au Keren Hayessoth. De ce fait, le 4: Fonds Unifié pour l'Aide à Israël» cesserait d'être l'expression du « Ylchouv » tout entier, pour devenir un organisme spécifiquement sioniste. Les manoeuvres de l'Agence Juive L ES responsables de cette directive inadmissible risquent ainsi de compromettre le succès de l'action financière, plus que jamais nécessaire à l'Etat d'Israël, en même tempS qu'ils séparent. par ce geste, la jeunesse sioniste de la jeunesse juive, e11 général. Les masses juives qui consentent des sacrifices, désirent que leur argent aille intégralèm·ent APRES la chute du nazisme, le problème des réfugiés juifs, ainsi que des enfants juifs retardés pédagogiquement, par suite de l'impossibilité où ils se trouvaient de recevoir un enseignement normal, donna une grande importance au travail de .l'ORT. Des mill iars de réfugiés, encore actuellement bloqués dans les camps 'd'Allemagne, reçoivent un enseignement professionnel qui leur permettra, pour autant Qu'un jou/ on veuille bien les considérer comme des hommes, d'être des citoyens utiles. Il y a à peine deull: ans fut fondé l'ORT-Belge qui se proposait de suivre dans ce pays la voie déjà tracée par l'ORT-Union sur d'autres terri· toires: Inu'nédiatement de gl'aves problèmes vinrent se poser à cette jeune institution : 1) La subsistan.ce des élèves pendant leurs études. En effet, la plupart des réfugiés ou rescapés des camps étaient dans un état d'indigence qui ne leur pel'mettait pas de passer huit heures par jour dans une école tout en ayant suffisamment de moyens polIr vivre. Il fallut entamer des pourparlel"S avec des ol'ganismes d'assistance pour assurer les possibilités de vie à ceux blissements e: Le Centre ' ElectroMétal ,. à Bruxelles. Dans ce centre fonctionnent quatre écoles de trois ans pour adolescents : méca-nique, menuisel'Ïe, radio, électricité, ainsi que deux ateliers d 'apprentissage de huit mois pour adultes :. soudure, électricité. M. Roger Van Praac, J'actif président de l'ORT-Belge, noUs a guidé à travel-S ces ateliers bourdonnants d'activité. - Le Centre Electro:Métal, no," clit M. Roger Van Praag, a été ouY" ert le Z janvier 1947. A cette clate, lIeul. les murs, let! établis, les tables étaient en place. Nou. avons cie. ~ui., Rièce . par pjèce. monté l'éaui. '. DE cette compréhension es! . née la Fédération de la Jeunesse Juive, à Bruxelles (F.J.J.B.), qui groupe toutes les .organIsations de jeunesses jui. ves, sauf le Bllnd. à Israël, et non à l'appareil ' administratif du K.K.L. et dl\lJ K.H., si louable que puisse être leur but. qui voulaient al>prendre un ln étier. pement cles quatre apécialités cliHél'ent. es que nous y enseignoR$ et n'eussent ,été .les clifficulté. financières nous aurions aujourd'hui quatre écoles cie trois ans en meSure de for~er cles techniciens complets. Ce résultat sera atteint à la fin cie J'année scolaire 1948-1949 qui verra sortir la première prO'lIlotion cie techniciens formés par l'ORT-Belge. Nous avons envoyé pendant les clernières "acances cI'été les élèves cie 3" année en stage dans différentes usines et il. ont immédiatement reçu cles offre .. d'engagement au salaire d'ouvrier qualifié. Une usine de mécanique très réputée, « La Mcm~ cliale D à Vilvorde a comparé no~ tre enseignement au" meilleurs en~ seignements analogues cie Belgique ». . Ses buts ? Défendre les intérêts de hi jeunesse juive, . aider le jeune état d'Israël menacé dans son indépendance, enfin, créer un vaste courant de sympathie entre toutes les organisations démocratiques. Le rapprochement entre les jeunes de différentes opmions, est une réalité. Des actions oom~ munes ont été menées. Une grande manifestation· artistiqqe dont le bénéfice est alLé au fonds d'aide pour Israël, a remporté un immense succès. Un meeting en faveur de la reconnaissance par la Belgique de l'Etat d'Israël a groUpé toutes les organisations de jeunes y La jeunesse juive veut développer son aide au jeune état; elle demande donc le retour au véritable 4: Fonds·Unifié » (avec commission de contrôle financière), qui, à l'hé ure actuelle, ne répond en aucune maruièl'e à son appelLation. Si l'accord n'est pas réalisable, les jeunes continueront à collecter des fonds, et les enverront directemen.t en Israël, sans passer par d'autres Qrganismes. Plus que jamais, la jeunesse juive se doit de. rester unie : à cette seule condition, elle déjouer: l les manoeuvres mesquines de certains boutiquiers, contraires à l'action en faveur d'Israël et, en général, de la Paix. LE MARDI 25 JANVIER~ à 20 h. dans la Salle de l'Elysée, à BRUXELLES (Belgique) de Roger BABIA Rédaoteur à Droit et Liberté sur le thème L'ANTISEMITISME HIER ET AUJOURD'HUI A SAINT-QUENTIN Vous finirez l'année ... au GRAND BAL DE NlIIT traditionnel organisé par l'U.J.R.E. LE 31 DECEMBRE 1948 SALLE CARPENTIER rue de BeaudreUiI. rOMPES FUNEBRES , ET MARBRERIE Edouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9° Tél,: TRI 88:'56. Nuit: TRI 88-61 Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris-~ Mo : st.DenlS. Réaumur, Sentier TéL : eUT 78-87 _1- WILLY De l'ancienne c:intq ue pOPUlaire VIsites - PlqürE.'s - Ventouses 18, nie Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. 66-17 2) Il fallut trouver des possibilités locales de financement en .dehors de celles de l'ORT-Union, rechel"Che qui ne renconh'a pas, hélas, le succès qu:une telle el)treprise aut'ait dû rencontrer. 3) Il fallut polll'SllliVl'e inlassablement une tâche de . propagande pour faire connaître à tous la n écessité cI'apprendre un métier et la possiuililé que léur en off..ait l'ORT·Belge. Aujolll-d'hui, {Jeux ans et demi 11 peine après la fondation de la premièt- e école, l'ORT-Belge I)()ssède toute une gamme d'écoles pour ado· lescents et d'ateliers pour adultes \ dans lesquelles 17 métiers différents sont enseignés. Nous avons rendu visite au plus important de ces éta- ANTISÉMITISME PAS MORT Lu dans «Septembre Il de Bruxelles: POVRES JUIFS 1 Depuis l'assassinat du Comte Bernadotte, Il Front It ne perd pas une occasion de prendre la dé~ fense de ces pôvres Juifs dont le monde commence à se lasser. Et < de ~noncer les interrogatoires po'iciers auxquels sont soumis les innombrables « pollaks -l! en villégiature dans nos provinces. On ne pourrait point, paraît-il, se documenter sur leurs connaissances politiques, religieuses et ... linguistiques. M. Demany oublie que, depuis quelque temps, deux gangs internationaull: au moins parlent le Yiddisch ... BOULI'NCERIE·PATISSERIE JUIVE BERNARD If, r.... N .• D.·de.Nazareth, Paris·" Tél. : TURbigo 94'52 Pain de seigieïÏÏellleUl'e quallté Patlsserle de la meilleure sorte COnditions spéCiales pour mariage.;; et banquets. On livre à domicil~. Prix mOdérés Métro : Temple et RépubllquE.' AU POSEUR DE LINOS grand stock de linoléum, Rémoléum, Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc, Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS.XXM.: Père-Lacha ise. Tél. OBE 12-55 Succur.<fJ le : 117, faub. du Temple, PARIS-X". Mètro : BellE.'vUle et Goncourt - Quelle est la pmportion des élèves ' qui d!)ivent s'adl'esser à des organismes d,'assistance pour pouvoir assurer leur suusistance ? - Au Centre Electro-Métal eUe représente 50 % cie la population Kolaire. Pour tout l'ORT-BELGE 40 0/0. Les sommes allo~ées sont nettement inférieures au minimum ' vital et nous avons dû trouver par nos propres forces les moyens cie pallier cette insuffisance, nous avons créé un Comité ""éminin qui AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE , C( 0 CE ANI A )) VOYAGES ~ TOURISME 4. rue de Castellane Tél. : An~u 16-33 BOrrIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS : 12, rue de la Boétie Anjou 15·30 NICE et VICHY MADAME BARSCHI CORSETS ~UR MESURES 45. rue de Trévise annonce son téléphone : TAITBOUT 45-36 Restaurant CHEZ ALBERT 57. rue Notre-Dame.de.Nazareth Métro : Stras bou rg-Saln t-Denis où vous trouverez toutes les spécia ~ités rollmaines, polonaises et russes tout en rencontrant cie grandes di60 ficultés clans sa récolte cI'arcent pa ... .,.ient cepenclant à assurer quelq_ .~ complément aux élèves néceasiteux. Nous avons clû malheureusement enrecistrer cie nombreusM déleotion. cI'élèves par suite cI'une part cie l'jmpouibilité qu'ils ayaient cI'_ surer leur subsistance penclant leur. étucles et cI'autre part de no. diffi" cuités à trouver le moyen propre à te. aider. - C'est évidemment un très g .... ve problème car les résultats de 1. qualification professionnelle ne d()Îvent pas. être compromis. Mais. no recevez-vous pas d'appui des a .... torités ()fficielles T - Les charces de l'usistance p~ prement dite De DO_ i.combellt pas, mai. les conséquences d'une mauyaie politique clans ce domaine sont évidemment importante. pour notre activité, En ce qui coocerne cette dernière, il est évident qUe l'appui moral et financier de. autorités officièlles sérait pour nous cI'un grand apport. Je. dois vous di.re que notr.e actioll est toujours très 'avorablement accueillie dan. to_ les milieux où nous anetns l'exposer. De nombreuses personnalité. et des spécialistes .d., l'enseignement technique siègent régulièrement clans le jury cie nos ateliers cI'apprentilsace et inspectent aus.i tous nos établ~ ~ments. Des sénateurs et cles députés ont manifesté un intérêt aussi vif qu'une compréhension complète clu problème que nous voulons ré,soudre. - En d ehors de ce Centre que nous ' visilons ac'tuellement, quelles sont les autres écoles de l'ORT-Be!~ Je? - NolIS avons ouvert à Bruxelles en clehors clu Centre Electro-Métal, u.ne école cie trois ans de Coupe .et de Couture pour jeunes filles, une école de trois ans cie tailleur. pout' carçons, cles ateliers cI'apprentisSage pour aclultes (à l'enseicnemf;Ot accéléré de 10 mois) cie chemiserie, cie coupe et couture, vêtemellt cie travail. corseterie, de.. atelier. cie cartonnage pour enfants. Un cie ces ateliers a été équipé clans une .aJ.le qui a été mise à notre clisposition par l'administration cie Boitsfort . (Bruxelles) et où l'enseignement eii/t donné par le directeur de l'école, aussi bien à cles élèves cI'home cI'en~ fants juifs, orphelins, qu'aux enfants cie l'école proprement dite: c'est là une forme cie collaboration que nous aimerions beaucoup étenclre clans d'aptres clG'maines. Nous clon. nons aussi un enseignelTlent pr~ . agricole clans tous le. homes POlit' enfants de l'Aide aux Israélites victimes cie la guerre. A Anvers fonctionnent cI.epuis un an cles ateliers cI'apprentissage cie coupe et couture, chemiserie, vêtements de trav~i1, tissage. - Pourriez-vous nous 'dire ce que deviennent vos élèves lo~u'ils ont terminé leur instruction à l'ORT~ Belge ? - C'est là un problème extrêmement complexe, certains émicrent, cI'autres s'efforcent de trou·ver clu travail en Belgique, mais pour tOWl se pose ave'; acuité le problème des autorisati0lll8 de travail et, comme. pour toute la Belgique, du chômage qui, comme vous le savez, augmeon. te tous les jours ; je pense que cett!!' question pourrait faire l'objet d'une étude spéciale. PH. C. GROUPEMENT POUR LA RECONSTITUTION DES ÉGLISES ET EDIFICES RELIGIEUX SINISTRÉS Empr.unt de 1.300 millions en obligations de 5 % de 10.000 fra.ncs Garanti par l'Etat, exempt de toutes taxes Intérêt annuel : 500 francs, payable le 15 décembre Prix d'émission : frs 9.550 Pour permettre l'affectation de, fonds receuillis, l'emprunt e6t divisé en tranches : chaque souscripteur est assuré que sa souscription sera appliquée au culte correspondant à la tranche choisie. Seules les souscriptio'1S non spécialisées seront r~parties au prorata des besoins, entre les différents cu 1 tes. (B.A.!; O. au 90 aécc1llllre 1!M8) . .. Il: Janvier 19-49. - N" 19-87 ---------- DROIT ET L1EERTE ----------------------------11 CONFECTION DAMES ~mencement du stage LINGERIE Cours de coupe Irf ::: :; 2.000 DE JUIN 1946 A CE JOUR =: ': :: 'Iii .p ersonnes ont .- un métier à l' apprIs Féd'ération interprofessionnelle et interoeuvre pour le reclassement professionnel et l'habil lement d~s enfants de Fusillés et Déportés. FONDEE EN 1946 PAR J. ANCHERT Siège social : 120, rue Vieille-du-Temple .. , PARIS (341 ) par les méthodes d'apprentissage accélérées LINGERIE Retournage de cols CONFECTION DAMES Cours de presseur . LE FRUIT DE LEUR TRAVAIL: 70.000 vêtements ont été distribués Curtis Roosevelt, petit_fils du Présidettt . Frank'in D. Roosevelt, en visite à l'HeW , reçoit les explications de J. Anghett aux enfants de fusillés et déportés ATELIER DE CORDONNERIE ATEliER DE LINGERIE CoUtS coupeurs et ~anic:iens Colin de mécaniciennes AIDEZ L'HEFUD I!:!::l!l=:::= 192.168.254.45 ATELIER DE TRICOT à accomplir ' sa tâche Envoyez les fonds au c. c. P. Paris 6604-81

 : MONTACE DES CHAUSSURES E= =;:::=: ~=:::ill

- " .. DROIT ET LIBERTE --------- J&r Janvier 1949. - N" ·19-61. · LA COMMISSION CENTRALE DE .L'ENF ANCE SOIIDAIIE A TOnS SES AMIS IJNE ANNtE DE PAIX ET DE PROSPÉRITÉ 1948 s'~chève... Après une année de dur labeur, lea foyers sont en fête,et la joie illumine les yeuDl: des enfants; dans leurs familles, dans !lOS maisons, tant de petits êtres qui ont souffert attendent avec impatience le moment de recevoir les cadeaux, bien modestes, mais tant désirés. Cependant, . une ombre terrible plane à nouveau sur le monde : le spectre de la guerre, que l'on croyait à jamais écarté, revient plus menaçant. Pouvons-nous rester indifférents lorsqu'on voit les nazis releve·r la tête, lorsqu'on v.oit que la Ruhr,. arsenal du militarisme allemand, retourne .aux mains de ceux qui déclenchèrent 1 a deuxième guel'r'e mondiale? C'est parce Que nous avons le souci de ces enfants, c'est parce que nous voulons qu'ils vivent, libres et dignes, · qu~ nous nous tournons' avec gratitude vers tous ceux qui luttent pour écarter de nos foyers les menaces d'une nouvelle' guerr~. . Ils ont eu leurs cadeaux ... D ECEMBRE. .. mois des légendes, des tendresses, où, enfant, on était si heureux, en rentrant au foyer, . après la dernière journée de classe, de trouver la table abondamment servie, où l'on battait des mains en voyant les magnifiques joujoux offerts par les parenfs, les amis ... Dans bien des foyers, détruits par la guerre, les enfants. qui ont la chance d'avoir encore des parents, recevront un cadeau, modeste, certes, car les temps sont difficiles. mais merveilleux tout de même. Pour tous nos enfants qui n'ont ni papa. ni, maman. les amis de la .COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE ont fourni un effort particulier : ils leur ont' apporté, dans leurs foyers. la joie et la franche gaîté A ANDRÉSY, les grands ont leçU, pour les fêtes de Hanukah. de la part de la 'Commission de l'Enfance auprès de l'U.S.J.F., un magnifique lot de livres qui enrichira leur bibliothèque. Les amis du Carreau du Temple ont remis égaiement de jolis cadeaux personnels aux petits e.t aux gra~ds. , Q~a,nt à M. Lang. 11 a donne quanti te de jouet~, livres et friandises à nos to~t petits, déjà gâtés par le ComptOIr Général Parisien. Nos am~s ont tenu ainsi à récompenser les magnifiques succès scolairès remportés par '1 es enfants du MANOm DE. DENOUVAL. La fête personnel à chaque en fant : tous, d'ailleurs, avaient réclamé de l' outillage pour le perfecfionnement de leurs ateliers. Mais nos garçons et nos filles ne manquent PilS de coquetterie, et c'est avec grand plaisir qu'ils ont accuei.IIi les chemises et chemisier5 offerts par M. Grobman, de Livry-Gargan! A AIX-LES-BAINS, les enfants de la Villa Astay ont préparé avec a~deur Hanukah. et la Section de Lyon. à laquelle s'étaient joints de nombreux foyers juifs, a réuni de nombreux ))l'ésents qui feront la joie de' tous. Nous ne reyi'enJr~ns pas sur r ac-. tivité déployée 'par ' les garçons et les filles de MONTRE.UIL, que nous relatons dans cette Inême page. La Commission Centrale de j'Enfance tient à remercier les « A"tnis du Carreau du Temple » qui ont offert enc.ore de nombreux cadeaux aux enfants de f~sillés et déportés UNE FOIS L'AN ... T]NE fois 't'an les bouf(ies temps. On se bouscule, on U s'allununt, les arbres s'interpelle, 011 s'affaire dan. scintillmt et les vitri- les magasins, et les têtes se nes s'illuminent, une fois l'an haussent au-dessus des éPaudes visaj{es s'éclairent et des les paternelles. Beaucoup de mains se tendent. Tout est Te- sPlendeurs toutes éphémères, venu, les bougie.s sont en car le Chat Botté ' et le poisvraie cire, hs vitrines nous soit aux gros yeux ronds seédabollssent d'électricité, et ront au rancart, malS lu les petits 50ldats soni en jouets resteront là pour le. Plomb véritable. Les menottes enf anis.... se tendent toujours, mais les Pour les enfants? Pour goûts chat/gent. Pas tellement quelques enfants seulement, ceux de. enfants, mai. surtout Car les mains se te.ndent, mai> , ceux des créateUr>. - le. prix monient, les yeux par .. T.a tire1ire-rev(}lver a disparu, c'est une bonne chose, les soldats sont moins ca.qués, on les vêt de tuniques multicolores, on leur donne des plumets hardis, des hallebardes redoutable. ou des boucliers anciens et o.uvragés. Le; pet:its trains deviennent désuets

cheminées Plu. hautes

et wagon. ouverts. L'enfant s'émerveille devant les conte. de Perrault, les avatars de la chasse sous-marine ou l'ingéniosité de l'àuto-miracle. Le progrès et le retour vers le passé te sollicitent en même lent mais les parents font la sourde oreille : un soldat de plomb 80 fr., un médiocre train élatrique -: 5.000 fI'. Le bonheur des enfants se paù citer, pour qui toutes ce. mervelles.? Pour quels souliers favorisés ? Voilà la question que se posent les papM, les papas fatigués de répondre : « demain . ·à leurs petits avi·. der. C'est aux adultes de demandér maintenant ,. «C' e.t aujourd' hui « demain' .! et Plus d'une foi. dans l'annü ... Et c'e'st avec joie que . la R. PINHAS. COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE, unanime, se joint à l'appel lancé par l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, convoquant une grande réunion de touteiS les o,rganisations juives de France, en vue d'établir les moye.ns de notre lutte pour la Paix et qu'elle répond

Présent, pour· la sauvegarde

de l'avenir des enfanb. -de Hanukah, qui aura lieu le 9 janvier, les réunira tous dans une ambiance de gaîté. Quant aux enfants de 'LIVRYGARGAN, ils ont été gâtés par la Commission de l'Enfance auprès de l'U.S.J.F. : elle leur a remis une splendide imprimerie qu; leur permettra de faire nombre de travaux artistiques. Déjà, nous avons pu admirer les invitations qu'ils ont eux-mêmes composées à r occasion de la fête de Hanukah. et leur exprime toute sa reconnaissance pour leur geste de solidarité ,------'----------------------- envers ces enfants restés seuls, et dont ils' sont r unique soutien. Unelêleavee nosGrands LA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE. Pour iI1ustrer nos -voeux de paix .et d'espoir, la COM. MISSION CENTRALE DE L'ENFANCE a édité un ma· . giIlfique :calendrier décoré par le grand 'peintre juif -Marc Chagall, qui , exprIme dans sa peinture les souhaits d'un monde dans' 'Iequd tous les petits enfants ., .ne connaitront que paix et bonheur. La section de Livry-Gargan, elle aussi. a tenu à apporter son cadeau: une belle pen<{ule qui garnira la salle ~ manger de la maison. Un de nos amis. actif dirigeant du Syndicat des Marchands de Métaux, a procédé à une collecte, qui a permis d' offrir au foyer une machine à lavede linge et un portique pour le jardin. Les enfants ' ont accueilli cette surprise · aveC ' Ia joie que r on . imagine. ". . Les « Amis du Carreau du T empie » ont tenu également à ))l'ouver . leur sympathie à la maison de Livry- Gargan, en offrant un objet Un grand merci également à la Commission de l'Enfance auprès de l'U.S.J.F .. qui a su faire preuve de taltt d'initiative pour gâter nos . petits en leur offrant de si belles surprises. Et nQUS n'oublions pas nos amies dli Comité des Femmes et la Section de Lille, qui ont su tellement faire plaisir à nos grandes filles en décorant avec 'goût leurs chambres à coucher. Nous félicitons et remercions VIvement le Comité de soutien de Montreuil, . ainsi que la Section de Livry-Gargan, pour les cardeaux et l'aide qu·i1s · nous ont · apportés . Merci à tous nos généreux amis, Mme et M. Ostrowiak, M. Grobman, M. Lang et le Comptoir Générai Parisien. pour la jQie , qu'ils ont . fait briller dans les yeux, de nos enfants, qui sont aussi les leurs. ,LA FÊTE DE HANUKAH DANS, NOS PATRONAGES Tous les palronag-es sonl en effervescence ct pr(~parent avec ardeur la fête de lIaukah. . Dans les arrondissemcn ts, enfants ' et moniteurs ont il coeUr dl' célébrer ,celle f~te de la résis!.ance d ' il y a 2.000 ans. A u cours de ces fêtes, les t raVll ux des enfants seront exposés et les thiéâtres de marionnetles feront 'rire grands el petils. En l'honneur de leurs· parents et amis, les en· fanls préparenl depuis de longues semaines un programme CllOisi de chanls, danses et saynètes. Un goüter au cours duquel seront distribuées des friandises clôturera ces fêles clonL chacun emporlera un souvenir de fraîcheur el. de gaîté. Ces fètes auront .. heu : 3" arrondissemenl., 8, rur de Sain~onge, Paris, samedi 8 janvier, à 2L heures. 4" vrroI1cliss.ement, 9, rue Aubriot, Paris, samedi 15 janvier, à 21 heures. 10"arrondissemenL, 1~, rue de Paradis, Paris, dimanche \) janvier, à 14 h. 00. .

Il" al'rondissernent, 5, passage CharI esDal!

ery, Pari s, samedi 8 jarrvier, à 14 h. 30. iS" arrondissement, passage Pénel, Paris, samedi 13,ianvi er, il 21 heures. . Hf arrondi ssement" avenue Secr'élan, Paris, dimanche \) janvi~r, à 14. h. 30. 20" arrondi ssC'ment, i ?O, boul evard de .Belleville, dimà nche 9 janvi er, à 14. h. 30. Tous les amis des Pal.ronages sont cordialement invités. Retirer les invitations i( .rue de Paradis. Assurez dès maintenant le succès de la , Grande Vente de Charité Etrennes qui aura lieu les 4, 5' et 6 mars 1949 dans les salons de l'Hôtel Moderne, place d.e la . Républ ique. AU PROFiT DE NOS FOYERS D'E-NF ANTS DES FUSILLES ET DEPORTES DES CENT AINES DE LISTES CIRCULENT DElA! FAITES BON ACCUEIL A NOS COLLECTEURS! L VENEZ VOUS-MEMES CHERCHER DES LISTES ET DES MANDATS DE COLLECTEURS, AIDEZ-NOUS A COLLECTER! S'adresser à la CommiSSIOn Centrale de l'Enfance, 14, rue de Para,dts. A L'APPROCHE de l'année nouvelle et à l'occasion de la fête de Hanukah. nos filles et nos garçons ont organisé une ~oirée le samedi 18 décembre, dans le foyer dei ;eunes filles, 21. rUe FrançQis-Debergue, à Montreuil. Les membres du comité directeur de la .Commission Centrale de J'Enfance, ainsi que les animateurs du Comité de soulien de nos deux Foyers de Montreuil, qui y ont assisté, se félicitent de J'entrain de nos jeunes. de leur esprit d'initiative, de la cordialité de leur accueil. Les filles et les g~rçons ont offert à leurs invités ' un petit spectacle comporEant une improvisation costumée sur Hanouka. un sketch comique, des chants, des récitations. - -Après la partie artistiq~e, des cadeaux confectionnés ·par les jeunes eux:-mêmes furent offerts aux amis des enfants. . .. '. Simultanément. les jeunes fi.lles ont reçu de nos amis de Lille. I.IrHrèl joli tissu bleu et rose à fleurettes dont elles vont faire des dessus de lit pour embellir leurs ch<Mlloré.s. . C6'S jeunes tillu veulent devenir de "ormes lII énagèrrs Quant aux jeunes gens, le Comité de Soutien de Montreuil leur a tait cadeau d'une machine à reli~r qui leur e&t nécessaire pour l'atelier de reliure gu 'ils ont l'intention de faire fonctionner dans leur Foyer. D' autre part, Mme' Joucht. ~émbre du 1 Comité directeur d~ la Commission Centrale de l'Enfance, et M. Joocht, ont apporté aux garçons et filles un~ vingtaine de très beaux livres Qui enrichiront leur bl- ' bliothèqoe. Enfin, pour clore cette si sympa.thique soirée, on procéda à un échange de cadeaux: en~re les deux foyers; les filles offrirent aux garçons des livres, les garçons offrirent aux filles une magnifique lampe portalive et des disques. Soirée de franche gaîté. qui se déwula avec la certitude que l'année 1949 permettra à ces jeunes au seuil de 1" vie de poursuiv:re avec succ~ leurs ét~des ou leur apprentissage. '. '. -,.,. 0.- . JanvIEr .l94t9. , - N- .t9-87. - DAOtT ET UBER'JE ---- ----------------- - )1 UNION POUR LA, PAIX des Assises de la Jeunesse Juive DANS notre pr~cé~ent nu- pour [a Paix, e.t contre l'an'Iisémi- - ' méro, la Dnecllon du tisme. Mouvement des Cadets a Il s' est adressé à tous le!; ' aupublié une' résolution qui tres MlJUvements d e Jeunesse résume très bien la situation pré- Juive. Il fait appel à tous les 'sente, et ' dans laqueUe chaque jeunes juifs. parce ' ou'il lie veut jeune juif ' peut trou~er des propo- plus voir' la destruction de nos Que ces Assises soient le signe de J' union nécessaire devant le péri 1 renaissant 1 Et puissent-elles apporter le témoignage de notre effort dans le grand mouvement Qui se développe en fayeur de la paix ! ' sitions concrètes pour enrayer, ' avec foye;s et de nos maisons. l'ensemble de la population , fran- ~...:.:.:..:.:..~-=-__ --------------------çaise, les nouvelles manifestations Dany SENAZ. .du fascisme et de J'antisémitisme. L . Par ce texte, noos nous associons ev és pleinement à l'initiative prise par avant l'U.J,R.E., de convoquer une J 'AVAIS dix ou onze conférence de toutes les orgamsa- ans lorsque mon contions juives de France. afin d'étu- sin Michel quitta sa dier 'les moyens de travailler pour Lithuanie natale pour la paix d de combattre cette arme aller combattre en Espagne. oe guerre qu'est J'jlIltisémitisme re- Il s'était le"Vé avant le jour. naissant. Etudiant, il aYait arrêté ses Celte résolution prend une gran- études pOlir défendre la INpude imporiance à J'heure achrelle blique espagnole, et, avec et aura un grand retentissement elle, la liberté et la p'aix des }>armi les jeunes juifs de toutes peuples. lendances. Trop ' de graVes événe- Comme je regrette de -ments tant sur le plan in'Iernational n'avoir plus ses lettres en- ,qu'en' France même, se produisent thousiastes ... Mes parents lui chaque jour pour que la jeunesse envoyaient des colis, mais un juive ne se sente pas touchée et jour après un long silence, le ,n' éprouve le besoin de réagir. Sec~urs ~ouge International Loin de désarmer. les fauteurs nous informa que « le camade guerre nous préparent de nou- rade X... était tombé SUr le veau une aventure sanglante. La front de l'Estramadure ». classe dirigeante, dans les pays où Pourtant, Michel n'était elle subsiste, n'a plus d'autre pas mort, il vivait et tous ses moyen pour sàuvegard~r sa Duis- copains tombés dans le comsance. Elle veut recourir à une bat vivaient dans le coeur des nouvelle hécatombe de laquelle volontaires des Brigades inèlle: espère tirer de nouveaux pro- ternationa}es et des répubJifits. Mais les peuples ne veulent cains du m~nde. • ' : pas de guerre, d cela se com- Aux meetings ou mon pere prend ! , m'emmenait, on criait: « Des C EPENDANT, pour couronner I.e avion!? pour l'Espagne 1 ». tout, les impérialistes amén- Mais c'était alors la « nonca. ins rendent r arsenal de guerre intervention» de Blum, et le J• our• •• l'autre versant des Pyrénées, où le complice impuni des criminels qui sortaient leurs re_ volvers lorsqu'ils entendaient parler de culture. réduit au delà de tout minimum imaginable les , crédits de l'instruction publique, tandis que J'armée et la police dévorent plus de 70 % du budget 1 Contre t'obscurantisme et la , terreur, aidons, aux 'côtés de tous les démocrates, la jeunesse d'Espagne à recone quérir sa liberté et son droit à l 'instruction et à la science. Affirmons notre ' solidarité agissante envers les J!uerilleros, s'a uv ons les victimes de l'ignoble Pbalange 1 La cause du peuple espagnol est plus que Jamais celle de la liberté et de la paix. Pour défendre notre avenir, aidons l'Espagne républicaine! , Raph FEICELSON. - - - DANOIAD DE IIJMIÈREES grands magasins ont Ull ?ir de fête,. brillamment L illuminées, leurs mtnnes recel.ent un monde merve!lleux, et des myriades de gos~es, le ,:ez coZÇé cor:tre tes glaces, sont au.~ant de p.elztes lucz~le-s eb~oll1es pm cette débauche ae lumzere et de Jouets ... C est N oel ' .. On ou:vre de grands yeux au récit de ce que fu~, .VOlCZ pl~s dt: 2 .000 ans, la grande insurrection du peuPle Juzf, dresse, unanime contre l'envahisseur. Que d'admtral1on ne ressentO! l pas 'à l 'évocation des !zéros légendaires, H annah et ses sept fils, tombant héroïquement sous les coups de leurs bourreaux, le vieux Mathathias et son fds, le prestlgzeux j ehudali! accJuibi, le'vant l'étendard de la révolte et chassant l' occupallt de Palestine. , ' Glorieuses ' histoires, perpétuées par les c0';lbattants du ghetto d e V arsovie, les partisans de France, d E spagne, les soldats du Carmel, de Beer-Sheba 1 .. . H atlUkall .. . les jouets tant es ~érés ... mais si chers, si" c he~5 gue cette année C"ncore l'on 1/C' pour,ra acheter , car l argent suffit à peine à la subsistance quO!ZdlC1lne, , , • C'est supplICe de Tatttaie que de V01~ la, a portee d~ la main, ces belles 'voitures, ces splendId es Jeu,? de constructt,on , ces mignonnes pouPées ' les enfants, la pem e au coeur, ~ arrachent à la contemplation de t outes ces joies à eux promzses, mais cep endant inaccessibles . .. M ais aussi combièn de petits enfants n'aurollt même pas eu la satisfa;tion de les regarder, ces joujQUX ! N oël des gosses d e -mineurs, Hanukah des mfants de fusillé. s et de déportés : seul, le mot di f fè re, mais la f ête est la même pour tous les gosses du mon~ e. . N oël, Hanukah 1 S y mboles qU1 resptrent la douc eur du foyer, le bonheur, la joie, la paix. E t je pense à la guerre, gui menace à IJOuveau tous ces f oyers... , . . ... Comme je hais les hommes qtrt parlent , fr OIdement, cyniquement, d B. ~é.clencller U~te nou~ell e guerre . en cor~ pCus 'atrOce que la precedente, quz la prepare'nt, qUI fab rzquent d es canons, d es bombes au lieu de faire des jouets pour les enfants 1 . , Mais combien je vénère ces JlOmme's, ces femmes, .ElUt menent le combat contre les fa uteurs de guerre, car ils préParent, eux , les armées de bOlllieur, les at/nées de pai. féconde ... Maurice MANN. - - lJ.af6e~, eadet~~ .?, 1 hitlérien à ses anciens propriétaires. l'Espagne, après 32 mois de L'en<loit où furent construits les lutte pOignardée par les lâ- - TU DANSES? - Pas très bien ... 1 CELUI-CI? depuis qu'il a gagné un ou1'lI fours crématoires sera bientôt prêt ches' et par les ' complices, par _ Mais Q.uel succès! en peluche, il devient inpour une funeste besogne. }es Junkers et par les Che- ..:.... Quelle tête ~'abrutJ En Allemagne occidentale, le! mises noires. fut livrée à tu fais quand tu rêves à tortionnaires au service de J'hitlé- Franco, Je nabot san,glant. des ombres fuligineuses risme, de r ex'lermination en masse A Auschwitz j'ai connu et ... des Juifs, sont grSciés; hier e[ncColre. Jacques. Com~e Michel, il sais r~~ment, je penon annonçait que le généra ay avàit combattu en Esp~gne. _ Prends un billet avait pris une mesure de « c1émen - Oaladier l'avait interné et pourr la tombola: ils sont ce » en faveur de deux l>ourreaux Pétain l'avait livré à Hitler. tous gagnants. de 'Buchenwald 1 On dirait que .Lui aussi s'était levé avant _ Dis-moi d'abord si l'on prépare déjà le personnel. qu~ le jour, comme tous ses ca- tous les petits chausSons l'on 'cOnstitue déjà les recrues OUI marades espagnols, héros de sont partis ? se chargeront du nouveau massa- la Désistance et de la J-ibéra- Dans ce fameux bal de cre. ' 1 tion~ francaises. C'est depuis Illa() SJ eumneosnsiet eJuurisv e, cuande dtse, Les collabos. les fascistes, es le 18 juillet 1936qu'i1ssesont dont nO'Us avons fêté le antisémites, , qui s'étaient terrés dressés contre le , fascisme. mariage l'an dernier, pendant, un moment, reprennent de J ' EUNES Juifs, solid'ari- ha&rde entre les groul'audace. Ils èroient que leur h~ure sons.nous, de toutes nos pes, un museau réjoui: - Quelle chaleur supportable et pourchasse tout le monde de son innocen,te manie. Cet autre ? il étale des lots pluS substantiels puisque ses poches sont bou,rrées de boites de cacao, de paquets de gâteaux et de livres. Quant à ce jeune garçon, d'aussi loin qu'on le voit naviguer entre les couples, il apparaît comme la terreur des cavalières aux jambes délicates et, s'il réussit à en aborder une, c'est avec une gentillesse irrésistible qu'il « se fait accor- F.' der ;p cette rumba. , est proche. forces , avec le peuple il est le seul, entre tant Des fa'lts '). espagnol et son' herO -Ique ;.l ~U - d'autres, à tirer profit des minuscules chaus- - Des f~uilles ID)uneuses repa- nesse. Songeons au sacnfic.e sons qu'il a gagnés .. , De tout~s façons, chacun est heureux et sur, tout celle qu'avec des hourrahs de sympathie on a hissée au paVOis de la reine du bal. Le profil et les longs cheveux de « Miss Bal :. auront été le complément esth~tique de cette journée. raissent, sous d, autres n<;>ms. . de Michel et de tous les MI- dePtr epmouièr rseo npi èacreri vdéue terno ucses emauo ndd'eu n! futur ca- ' - Dans· la rue, parmI les oetltS chel qui ont pris les armes groupes de 'gens paisibl~ qui. dis- contre les gandsters fascistes. 1 DE NOUVEAUX 1 d.anseurs? TI en art f d cutent, i se trouve par OIS un ID 1- Etndiants l'jou ifs, pensons. rive toUJours... la vidu pour lâcher savamment le ve- 1 salle s'emplit d'une façon inqUiétante ! Sus- C• 1 f J 'f aux étudiants espagno s 'qUl pendez la vente des billets! nin : « est a aute aux Ul s ». ne péuvent, sous le règne de Et José, belle jardinière, s'en va cueillant. ici - Au Kremlin-Bicêtre, quel l'Inquisition franquiste , pour- , sur un veston, là sur un corsage, des petItes ques factieux prétendent interdire à suivre leurs études. fleurs de carton qu'elle récupère pour les épindes fora'ins juifs de participer à la S' il nous est difficile, ICI, gler aux nouveaux arrivants, toujours plus gestion du marché. d'acheter de nouveaux .livres nombreux. La propagande malfal~nte es.; ou d'écouter les cours et}es Le ' temps que l'invitation à la valse fasse d~clenchêe, il ne 'faut pas Qu'elle conférences qui nous intéres- place à l'invitation à la samba, et tout le monde • 'e'·tende. Une fois suffit. car une d a rE.fait connaissance : camarades de gl'Qupes, d~e uxième serait encore p 1u s cat as- .__sen-t-, -j-et-o-ns- -u'n- -re-g-ar- -.s.n.r , anciens cadets, jeunes d'autres mouvements ... Sans oublier papa ni maman, dansant allé- 1 COMPLEMENT 1 gym~1ique et athl~tiq~ aUSSl fut le numero de ces vigoureux gars de Montreuil ! , Mals il est bien certain que, dans leur carrière variée ni l'orchestre de Jack Sint::l. nI l'honnête u{icro posé sur l'e:;;trade n'avaie~t enregistré les incroyables fantaisies des «. ré,vélations Cadet ~ dans la chanson humonstJque, les pieds de nez poétiques de J. Préyert ct surtout les chants choraux, expression dune vie de colonies, riche de souvenus . Certes le mot de la fin, cordiale invitation à venir rejOindre les rangs des Cadets, a porté trophique. l " autant que toute leur bon.ne grâce et leur gaîté Cadet-M-Ichougue grement sur un rythme qui les eût scandalisés N OUS ne voulons p us VOIT dans leur jeunesse. déportésd 'e»n, fadnitts ndoter e fu'rséislolélusll.o ent . d,e ' :1 : 15 décembre 2009 à 09:47 (UTC)~~=====:;--;:=~;;~=====::;;:::,r=T192.168.254.45ir=====1 Pour empêcher cela, pour de~ I\squer tous ceux qui se seTv~nt de r antisé~,iti~me pour endor~l! les èsprits. dissimuler le ventabte objectif, qui est la guerre, le M~ vernent des Cadets va orR3mser simple. LlCK. ' La Commission Centrale de l'Enfance a le plaisir de remercier MM. Hel'Zlg et Jacques pour leur don de cadres, tables et tabouret.s au pront de nos foyers d'en!ants pour enfants de fusillés et déportH. 1 l, -- - 15 ----------~----------------------------------------- 'DROIT ET LIBERTE --------------- ~ Jarivle.- 1949. - N- '9~ 81 BON PO.URLARUE LA neige ne· l'intéressait pas. Sautant du wagon, un soir des temps de ,crise, Sargeant ne te, , marqua pas même la neige. Il avait pourront bien dû la senbr suintant le long de sa nuque, froitie, humide, imprégnant ses souliers. Et si vous le lui aviez demandé, il UNE NOUVELLE INÉDITE vagues chiffons. VOU$ ne pouviec d'ailleurs pas les voir dans la nuit mais vou:; saviez qu'elleS étaient là pour !:X!U que la route n.e yous fût pas inconnue oa qUê vou:; ayiei vécu parmi les sans-abri et les affamés des temps de crise. de Langslon -HUGHES (Traduit de l'anglais par Suzanne et Jan Simon) 'n'aurait ' même pas s~ ·qu'il nei,gea:it. « Eh-hem H, répondait le grand nèCar Sa.rgea?t Ile V?yal~ pa,s la. neige - gre, « j'sais que c'est une église de enc<?re, qu.e.,~J.ls "' ~~ 'vIfs ecla.lra~es de , bl~ncs, mais faut bien qu'je dorme quelJa. rue:, prIllC1pa~e; . tombant a~nsl blan- que part. )1 Il s'élança encore oontre la ~~ <:tJloco192.168.254.45se .dans la nUl.t.:. ~o~, porte. « Hem ! 1. ',', ' " al aVfut .t~~p, ~a:lm" ~rop sommeil, etaIt ' Et' la 'porte ' céda âéfinitivement. , par tro~ ~ bout. "" . , . '.. Mais déjà, deux fli;cs b~ancs s'ame- '. Le 192.168.254.45've!~n~ P~~S;e~, l~, la vit bien naient :en voiture, escaladalent les mar~ tte. neige, l0ESoCJ~ il eclalIa le porc~e, ches et .l'emp<>igoo,ient. Selù~ment; Sar~ uvnt la porte d entrée dupresbytere [l'duif cette" f'Ois~ n'avait pas l'ihtenet .se trouy-a devant,un grand h~me tion de se laisser a~racher à cette porte. pOlr, le visage ~nnelgé, de toute eVI-_ Il ne s'empara pas d'une aussi fai- ,dence s~n~ , ~ravaü< , ble chose qu'une porte ·enfoncée mais , ~t le Reverend Dors;~, de due, aVlant bien plutôt de l'une des hautes colonm~ me que Sargeant ~ eut ,le temps de nes 'de pierre, sur le o~té de celle-ci, s'y YOlr sa bouche s'entr OUVrIr : « Je re- acrrippant tant et si bien qu'il la saigre~ te, . non ,,1 Descende,~ l'avenue tout sït à bout portant et la tint bien. Les· drOit JUsqu a la .quatrIem~ rue, tour- flics tiraient à un bout, Sargeant à nez à gauche, p~lS, remontez .sept rues l'autre, La plupart des pa:;sants avaient et vous verrez 1 Asile de NUit. Je re- suivi les flics, étaient venus à leur resgrette non ! Il Il referma la porte. cousse. Sargeant youlait dire au saint hom- « Un grand nègre noir sans travail, me, qu'il , s'était déjà rendu à l'Asile qui s'en prend à une église ! » pensait de Nuit, à des centaines d'asiles, pen- chacun. « En voilà une idée! Il dant ces années de crise; qu'il n'y avait Les flics se mirent à frapper dur sur jamais de lit, que le dîner était toujours terminé, que la maison éIJait pleine et que, d'ailleurs, les nègres n'y avaient -" pas droit. Mais l'homme d'église avait dit : « Non », et avait refermé la porte. Il était évident qu'il ne tenait pas à se l'entendre dire. Et puis, il ava'Ù une porte à fermer lui l ' - Le grand homme noir s'en retourna 'donc. Il n'en remarquait pas davantage la neige marchant en plein dedans. Peut-être la sentait-il froide, humide, adhérant à sa mâchoire, humide sur ses mains noires, imprégnant ses souliers. Il s'arrêta, maintenant im.mobile sur le trottoir, courbé de faim, de fatigue, de froid, regardant vers le haut, vers le bas oe l'avenue. Puis, devant lui: une égli: se. Evid~mment ! Une église! Pour sûr, là o~té du presbytère, ce ne pouvait être qu'une église. , Deux portes, qu'elle avait. Larges marches blanches dans la nuit blanche comme neige. Deux hautes portes arquées aux fines colonnes de pier~e sur les côtés. Et bien au-dessus, une ronde fenêtre de dentelle aveC un cru~ ifix . de pierre en son milieu et sur le crucifix, un Christ, de pierre lui aussi. Tout cela était pâle sous les lumières b~,afardes de ,la rue, d'une pâleur de pierre S\1us neige. Sargeant cligna des yeux en r~garoant ainsi vers le haut, car enfin il , neigeait bel et bien. Et pour la première 'fois, cette nuit-là, il vit la neige. Secoua la tête. Secoua la neige des manches de son veston, se sentit le ventre creux, se sentit étrangement perdu, non perdu mais gelé. Il monta les marches de l"église, frappa à la porte. Pas de r~ponse. 'Essaya donc la poignée. Femlé. Appuya son épaule contre !a porte et son long corps s'arc-bouta dans un effort. Il poussa vigoureusement. Avec de hauts gémissements rythmés, comme ceux d'un chant de bagnard, il poussa contre la porte. « J'en peux plus ... Hem 1.. .. Et quelle faim .. . Eh 1.,. C'que j'ai sommeil... Hem !. .. Et froid ... Faut bien qu'je dorme quelque part, se disai.t Sargeant. Et c'est bien une église, pas vrai l Alors, hem !. .:. » il poussait toujours contre la porte. Soudain, gémissante d'un grincement intempestif, celle-ci laissa presque passage au grand nègre noir poussant férocement contre elle. Entre temps, deux ou trois blancs s'étaient arrêtés dans la rue et Sargerant était vague,ment conscient que l'un ou l'autre d'entre eux 'l'invectivait. Trois ou quat[(~ autr~s accoururent, gueulant eux aUSSI. « Hé ! II criaient-ils. « Hé là 1 Il la tête de Sargeant et il n'y eut personne pour protester. Mais il tint bon. Puis l'église s'écroula. Tour à tour" la grande façade de pierre, les murs latéraux, les poutraisons, le crucifix, le Christ. Et enfin, tout s'écroula, recouvrant flics et passants de briques, de pierres, de débris. Tout l'édifice s'écroula dans la neige. Sarg~ant se releva de dessous l'église et s'en alla, descendant la rue, sa colonne de pierre sur l'épaule. ' Il lui semblait avoir enseveli le presbytère et le Révérend Dorset qui aViait dit : c( Non 1 Il Si bien qu'il se mit à rire, jeta sa colonne six rues plus bas et- continua son chemin. Sarg·eant se croyait maintenant seul mais percevant le cric, cric, cric de ses propr<"s pas dans la neige, il en crut entendre d'autres, doubra:nt les siens. Il regarda donc aùtour d~ lui et vit J ésus- Christ marchant à son côté, le même Jésus-Christ vu tout à l'heure sur la croix de l'église et toujours de pierre, taillé de pierre brute, marchant à son OJté, comme- s'il n'avait été qu'arraché à sa croix quand s'effondra l'église. « Si j'y comprends quelque chose! )1 « C'est bien la première fois que j'te vois sans cette croix sur le dos ! Il « Oui Il, dit Jésus-Christ, ses pieds « J'suis de ceux qu'ont d~raillé ) ... ; c,rissant dans la neige. ,( Il te fallait tdiigtu Sé ar1g He -ant. « C'que J'e 'peux ê' tre fa.descendre l'église pour que j'en f~sse , J" 1 . 'à DM' autànt de ma: éroix.1I " , « , vais a pousser Jusqu , e~, 01" « Heureux ? Je .'demanda 5a,rgeanf. nes li, dit Jésus-Christ; , <,.' , « Bon, à bierttôt 1 Il « J'crois bien ' II, dit Jésus-Christ. ' Ils rirent tous deux. Il descendit' jusqù'au,f~:)Urr-é" se « J'fais ttn beau sacripant, hein ? li , trouva un coin ,où dormir. Ne revit, ja- ,dit Sargeant. « Avoir fichu l'église en mais Jé~us:'Christ . Vers six ~ heures du bas ! H m~tiJl, ',un trai~ de marc~andi5ÇS s'a:p:- « T'as fait du beau boulot Il, re- procha: Sargeant< Se' ~ faufiia hots "du marqua Jésus··Christ. « Près de deux foun'é avec une douzaine ou plus d'aumille ans, qu'ils m'ont gardé doué sur tres gars, courut le long de la ,'o:e. cette croix ! )) s'agrippant au dernier wagon. C'était « Ben 1... fit Sargeant. J'comprends l'aube, à peine l'aube, froide et grise. qu'tu sois plutqt heureux d'en descen- « Je m'demande où perche Jésusdre. )l / Christ à l'heure qu'il est ? » pensait « Tu peux le dire Il, fit Jésus-Christ. Sargeant. « Il a dû faire un joli bout Ils marchaient touJ'ours dans la nei- d,e ch,e m.i n. Nd a pas dormi dans le four- A ~ ge, Sargeant se tourna vers l'homme re, c qUI a S:lr. Il , de pierre. Sargeant s'aggrippa donc au train, « Et t'es l~-haut depuis deux mille sur le point de se hisser dans un waans ? Il ' gon à charbon en marche, au Jin bord « J'pense, bien )), dit Jésus-Chri~t. du wagon en pleine marche. Mais as- « Ben, si j'avais ça de fric Il, dit sez étrangement, le wagon était remSargeant, ( j'te montrerais un peu le pli de flics. Le plus proche d'entre eux, p'ays. 1. de sa matraque, frappa .vigoureuse- « Je l'ai vu li, dit Jésus.Ch~ist. ment sur le~ doigts dç Sargeaht. Pan-! Frappa sur' ses grandes ' mains' noirt":$ qui se cramponnaient au rebord du wagon. Pan! Mais Sargeant n'en lâcha pas prise pour aut~nt, se cramponna · de plus belle et- essaya de se hls~;er dans le wagon. Il hurla de toute sa voix : ( Sacrebleu, Laissez"m::>i entrer dans c'wagon '! n « La ferme n, guetùa le flic, « Sale canaille! Il 11 frappa sur les doigts de Sargeant, lui donna des coups de poing dans le ventre. « T'es pas sorti d'un fourré et ça c'est pas un train. T'es en taule. » Pan 1 sur ses doigts nus et noirs s'agrippant aux barreaux de la cellule. Pan ! entre l~ barreaux d'acier, en plein dans les iambes. Soudain, Sargeant se réalisa réellement en prison. Il n'était sur aucu,n train. Le sang- de la nuit dernière avait séché sur son visage, sa tête lui faisait terriblement mal' et le flic, du couloir, lui assénait des coups sur les doig-ts, tout simplement parce qu'il osait se cramponner à cette porte, criait et secouait oette porte de cellule. « Faut croire qu'ils m'ont fichu en taule d'avoir enfoncé cette porte, la. nuit dernière li, pensa Sargeant, (c cette porte d'ég-lise.» , lllustration de V. GLAEZER. Sarg-eant s'éloigna et s'assit sur le « D'accord, mais y a un bout de banc de bois adossé au mur froid de temps 1 Il pierre. Il se sentait plus vide que ja- « Pas d'importance», fit Jésus- mais, Ses vêtements étaient humides Christ, « je l'ai vu. J'ai toùt vu. J'con- d'une froide et visqueuse humidité, ses nais tout le monde. n souliers tout imprégnés de neige fon- Ils marchaient toujours dans la nei- due. On en était à l'aube, Et voilà ge, jusqu'à la gare de triage. Sargeant qu'on l'av~it enfermé d.errière une était fatigué, transpirait, fatigué, com- ~ p?rte de prison, ql.l'Il soulag~ait tant me' il l'étaIt. . bien que mal s,es dOlgtS meurtns. « Où qu'tu vas comme ça ? » de- . Les d<,>Îgts meurtriS étaient bien les manda Sargeant, s'arrêtant non loin siens malS non la porte. du rail. Il regarda Jésus-Christ. Puis ~ on la matraque mais bien les dit: « Moi, j'suis de ceux qui courent dOlgtS. les routes. Et toi? Où qu'tu vas « Att~nds. un peu », marmonna Sardonc? 1) ' geant, SI nOIr contre le mur de prison. « Dieu salt Ott », dit Jésus-Christ, « Je l'enfoncerai aussi, cette porte-là! « mais faut qu'je m'en aille, !l Attends un peu », dit-il encore au fond Ils virent les lumières rouges et ver- d~ sa c~l1ur.c, étirant ses doigts meurtes de la gare de triage, à demi voilées tns pUIS, fermement, les refermant par La neige qui tombait dru dans la dans La paume de l'autre main. « Je nuit. Plu:; loin, près du rail, ils virent l'enfoncerai aussi, cette porte-là., » dans un fourré le feu d'un g-roupe « La ferme, ou je t'en colle une Il, d'ouvriers ambulants. menaça le flic. « J'pourrais peut-être aller dormir « Attends un peu ! n cria Sargeant, là n, dit Sargeant. à nouveau debout dans sa cellule. « Je « Tu crois ? )1 l'enfoncerai aussi, cette porte-là. Te « )3ien sîlr, y a pas de portes ... Il l'enfonceI1<li tout comme l'autre! 1) , Lo~n, bie? bin de l~ ville, longea~t (Copyri/{ht br Editions des la VOle ferre~, on voyait des arbres de- Trois CoUines. nudés e~, longea,I1t le remblais, ?es b,uis- and « Droit et Liberté n) sons grIS de neige dans la nUit. Ça et là, des maisons construites à la diable: boîtes de fer-blanc, vieux bouts de bois, Impr. Centr, du Crois.9anc 19. r du Orolssant, Parls-2c p, ROCHON. Imprimeur

Notes

<references />


Format JPG