Droit et Liberté n°250 - février 1966

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°250 de février 1966
    • Et-ce possible en France: "ici on ne sert pas les nègres page1,8&9
      • L'affaire
      • Est-ce possible en France par Charles Palant
      • Le procès du "Paris Londres"
      • Les fanatiques par Louis Mouscron
    • Trois vies pour la Liberté (racisme U.S.A.) un commentaire de Max-Pol Fouchet du livre de W. Bradford Huie page1&5
    • De Sacco et Vanzetti aux Rosenberg interview de Armand Gatti et Ivan Labejof autour de la pièce "chant public devant deux chaises électriques" recueillis par Georges Chatain et Marguerite Kagan
    • Trois continents contre le racisme par Marcel Manville (conférence des peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine)
    • Défendre Abram Fisher! (Afrique du Sud): appel de J.J. de Felice
    • Rhodésie: des complicités actives
    • U.S.A. et Grande-Bretagne: les antisémites à l'oeuvre
    • Allemagne fédérale: un procès parmi d'autres par Miriam Novitch
    • La fable des six millions par Herbert Le Porrier
    • Races et maladies mentales par le Pr Georges Heuyer
    • Une conférence de Jean Herniaux: Biologie et racisme
    • Une riposte à la propagande raciste: l'action de centaines e milliers de métallurgistes
    • Les gitans sont-ils des hommes?
      • Au nom de l'hygiène et de la salubrité
      • Une initiative à généraliser
    • Cinéma: "The black fox" par René Dazy
    • Nougaro 66 une bonne année par B. Sannier-Salabert

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

RACES ET MALADIES MENTALES 1!:i FEVRIER - 15 MARS 1966 N' 250 Un franc Il LES DIFFERENCES RACIALES entre les hommes entrament- elles des différences dans leur comportement, dans leurs structures psychologiques ? Pendant de longues années, le professeur Georges HEUYER, de l'Académie de Médecine, a ac· cumulé les observations en étudiant des malades mentaux de toutes races et de multiples nationalités. II donne aujourd'hui sa réponse (page 7) . EST,CE POSSIBLE EN FRANCE? TROIS VIES POUR LA LIBERTE • TROIS JEUNES AMERICAINS, un noir et deux blancs (dont l'un était juif) appartenant au mouvement des « mixers » (antiségrégationnistes) s'étaient rendus dans le sud des Etats-Unis pour agir contre le racisme. Livrés par des policiers aux criminels du Ku Klux Klan, ÜS furent aiisassinés. L'es meurtriers et leurs complices, assurés de l'impunité, manifestèrent constamment devant les magistrats qui menaient l'enquête, leur insolent mépris de la Justice. On voit ici, pendant une audience, le shérif Lawrence Rainey (à droite) et son adjoint, Cecil Priee. Max-Pol FaUCHET, au cours d'un récent « Lecture pour mus » a évoqué cette cruelle histoire : il 8 bien voulu nous autoriser, d'après l'enregistrement, à reproduire ses propes. (Page 5.) « ICI, ON NE SERT PAS LES NEGRES » avait ordonné le patron du « Paris-Londres ».u • LES DISCRIMINATIONS RACIALES 'exercées à la bra ss'e rie " Paris-Londres ", près de 'Ia Gare du No rd, ont conduit devant la XII' Chambre correctionnelle le patron et une partie du personnel de cet établissement_ C'est la première fois en France que de tels actes sont jugés et condamnés. Mais est-ce le seul cas ? Hélas , le racisme demeu re, chez nous, une ,ré alité quotidienn e, comme le montre une brève enquête réalisée par RadioL'lJxembourg

comme le montre aussi le rapide examen

de quelques journaux. L'opinion, il est vrai, s'oppose dans une large mesure à ces pratiques d'un autre âg e, et plusieurs syndicats, entre autres, vi'ennent de prendre position . Mais il reste fort à faire, comme le souligne Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. (Voir pages 8, 9 et 10.) Photo Elie Kagan . DE SACCO ET VANZETTI AUX ROSENBERG ••• • SP ECTACLE A DIMENSIONS :VI CLTlPLES au T.N .P .. où Armand GA TT! a monté sa pièce « Chant P ublic devant deux cha ises électriques ». L 'auteur-I-éali sateur a bien voulu nous dire comment et pourquoi l'affaire Sacc.Q-Vanzetti, sujet central de l'oeuvre, l'a conduit à évoquer l'affaire Rosenberg et à dénoncer aussi bi en d'autres injustices. On lira page 13 son interv iew et celle de l'acteur Serge LABEJOF. Photo Elie Kagan . 2 19-1, - Début de la trève de quatl"e jours proclamée, au Vietnam, par le Front National de Libération. 25-1. - Pour la première fois, aux EtatsUnis, une femme noire, Mme Constance Baker Motley, est nommée juge fédéral (à New-York). 26-1. - Ouverture à Johannesburg du PROCES DE L'AVOCAT BLANC ABRAHAM FISHER, défenseur de nombreux patriotes sud-africains, poursuivi en raison de sa participation à la lutte contre l'apartheid. 27-1. - La Conférence du désarmement reprend ses travaux à Genève. Le gouvernement français refuse toujours d'y participer. • Le leader noir William Epton, poursuivi pour des propos tenus en 1964 après l'assassinat d'un adolescent noir à Harlem, est condamné à un an de prison par la Cour Suprême de NewYork. (Il était passible de 12 ans de prison et 6.000 dollars d'amende.) • Pour avoir dénoncé les sévices subis par les détenus dans les prisons sud-africaines, M_ Robert Strachan, chargé de cours à l'Université de Durban, est condamné à deux ans et demi de prison. Son action contre l'apartheid lui avait déjà valu trois années d'emprisonnement, et il avait été libéré en mai dernier. 28-1. - Manifestations - brutalement réprimées par la police - dans diverses régions de l'Inde où règne la famine : la ration de riz avait été réduite de 25 %. 31-1. - L'aviation américaine reprend les bombardements du Vietnam.Nord, interrompus depuis le 24 décembre. 1-11. - Le patron et plusieurs employés du café « Paris-Londres » sont condamnés par la 12" Chambre correctionnelle', pour leur refus de servir les Noirs. • L'armée intervient à Greenville (Mississipi) contre 60 Noirs qui manifestaient pour réclame·r du travail et la création d'un centre de formation professionnelle accélérée. 3-11. - Lancé d'Union Sov'iétique, un laboratoire cosmique se pose « en douceur » pour la première fois sur la lune, d'où il envoie des photos et des informations scientifiques. 8·11. - A l'issue des entretiens du chancelier Ehrard ave·c le général de Gaulle, qui ont duré deux jour à Paris, on annonce que la France accroîtra ses livraisons d'armement à la République Fédérale Allemande : elles s'élèveront à un montant de deux milliards de francs par an. • La République Démocratique Allemande propose, dans un message à la Conférence de Genève sur le désarmement, que les deux Etats allemands renoncent à la possession d'armes atomiques et au droit d'en disposer. 9-11. - Croix gammées à Londres, sur les murs du tribunal où doit être jugé un nazi POURSUIVI POUR AVOIR INCENDIE UNE SYNAGOGUE. 10 Il. - Une femme blanche de dix-neuf ans est condamnée par un tribunal de l'Etat d'Orange (,(frique du Sud), à SIX MOIS DE PRISON POUR AVOIR MIS AU MONDE UN ENFANT NON BLI\NC. 11-11. Le Conseil OEcuménique des Eglises et l'Eglise catholique établissent un plan commun de lutte contre la famine en Inde. • Parce qu'il avait qualifié d'agression, l'engagement 'américain au Vie.tnam du Sud, le jeune parlementaue nOIr Julian , ond se voit refuser le droit de siéger à la Chambre de Géorgie. • A la Jamaïque, sept groupements politiques à majorité noire décident de boycotter la visite de la reine Elisabeth, pour protester contre l'insuffisance des mesures prises contre la Rhodésie et la réduction de l'immigration en GrandeBretagne. 12-11_ - Couvre-feu à Nouakchott (Mauritanie) où les récents incidents entre Noirs et Maures ont fait six morts. 13-11. - A New-York, un millier de jeunes gens, porteurs de pancartes réclamant « la fin du meurtre au Mississipi et au Vietnam », manifestent dans Manhattan. 14-11. - Un sérieux i.ncident de frontière oppose les forces israëliennes et syriennes. • A Londres, ouverture d'une conférence sur l'avenir constitutionnel du Bechuanaland, le plus grand et le plus pauvre des trois derniers protectorats britanniques en Afrique. • Pour la seconde fois en quelques mois, le monument élevé à Genève, à la mémoire des 6 millions de juifs exterminés par les nazis, est souillé par des vandales, • Co,ndamné à mort pour avoir livré des Français à l'ennemi, Jacques Vasseur est grâcié par le président de la République. • - Sept mille litres de pétrole sudafricain arrivent à Salisbury (Rhodésie)

l'Afrique du Sud affirme ainsi

son soutien au gouvernement raciste de Ian Smith. 15-11. - Nouveaux incidents graves à Saint-Domingue : 20 morts et 80 blessés. QUE SE PASSE-T-IL ? VIETNAM • Le racisme à l'appel «A I..J feu, il n·.y a. plus de Blancs et de Noirs. Tout le monde se sent frère deval!t le da1lger. Alais à l'arrière, à Saïga n, la S(;grégatian raciale renaît dal!s l'armée américaine. » C'est l'envoyé spécial du « New-York Times », R.-W. Apple (3 janvier 1966), qui a fait, au Vietnam, cette constatation. 11 a vu comment à Saïgon s'est reformé un petit Harlem. Les 18.000 G.r. noil-s ne peuvent fréquenter les mêmes bars, restaurants et boîtes de nuit que leurs compagnons de feu blancs. Un ex-combattant des forces spéciales, Donald Duncan, qui a quitté l'armée américaine pour raisons de conscience, témoigne dans le même sens : « l'ai assisté à plus d' ult incident de ce gClIre, lors dnquel Ult Noir « nOlweall Ve lll! » a commis la faute de pénétrer daJ/s le manvais bar, écrit-il dans la revue « Ramparts ». Lorq1te les sifflets injurieux ne snffisaieJ/t pas à le fai're partir, il était éjecté tl/Onu militari. Ce genre de scène ne s',est arrêté qu'aux lilllites de l'é meute. » Ce racis111e se manifeste également il l'encontre des Vietnamiens; non pas seulement de l'ennemi « viet-cong » mais des « alliés » du gouvernement de Saïgon. « Les officiers, écrit encore Duncan, étaient ltnanimes dans le mépris des Vietnamiens ... Les membres du goltvernen1- ent étaient des pourris, les officiels corrompus, les militaires lâches, les f01'ces spéciales les trois à la fois et l'homme de la rue un voleur analPha.bète. » Duncan explique ainsi ce mépris : « Il /ietlt d'IHle part au. genre de Vietnamiens que les Américains renco1ltrent, d'antre p,!rt. aux préjugés de ces mêmes AméYlcams. » Duncan raconte en conclusion une anecdote significative. Un jour, un Major lui reprocha de ne pas avoir exécuté sommai rement deux prisonn iers vietcongs capturés au cours d'une opération

«N OltS VOltS avions pourtant

laissé e1ltelldre ce qn'il fallait en faire. » « Je suis heureux, répondit Duncan, que vous ne me l'a'yi.e::: pas précisé car j'aurais été eill/Uyé d'avoir à refuser. » - « Oh, 1'OUS tl'avie::: pas à le faire vous-m êllle; vous n'm,ie::: qu'à les confier aux Vie/llalllie1ls. » JEUNESSE • Une curieuse / . pedagogue LA scène (rapportée par le « Journal des Communautés ») se passe dans un lycée parisien. Les professeurs déjeunent ensemble à la cantine. La conversation saute du coq à l'âne et aborde, in cidemment, le problème du racisme. C'est alors qu'une jeune déléguée rectorale affirme tout tranquillement : • ft IIIIIIL 1IIIIIc ~ IIIIIIR li ...,... u ~IIIID 1l111~IR lll~r S 'IL fallait donner une palme au journaliste le plus hypocritement raciste, je l'accorderai volontiers à l'auteur de ce titre paru dans « Le Parisien Libéré » (je recopie intégralement) : Epouvantable tuerie dans une usine de Clichy. CINQ OUVRIERS POIGNARDES PAR UN MANOEUVRE MAROCAIN (30 ans) FOU FURIEUX. Un père (51 ans) de huit enfants et une jeune mère (25 ans) sauvagement massacrés. Le forcené grimpe sur le toit et, poursuivi tombe et s'empale sur son poignard. , J'avoue que c'est du grand art.. Je ne parle pas du drame horrible, ainsi étalé sur six colonnes en caractères énormes (les deux autres colonnes évoquant une future maternité royale), mais de cette exposition où l'épouvante, le sang, la folie, la sensiblerie, le suspense et la punition divine, affreuse comme le crime lui-même sont évoqués en moins de cinquante mots. Vous me direz : « Pour une fois, ce journal n'a pas utilisé la formule : « Manoeuvre nord africain » qu'il affectionne péjorativement. » C'est vrai. Mais ne croyez pas au hasard. Ce jour là (26 janvier 1966), tous les autres journaux sans exception titraient sur l'évènement: l'Affaire Ben Barka. Le Parisien Libéré avait trouvé un Marocain à se mettre SOus la plume. Faut-il vous faire un dessin ? - Moi., je suis racis/,e. Je 1le peux pas m'eillpêc!tel' d'avoir un moavemel/t de l'ecul devant un juif ... D'ailleurs l'nn d'eux 'IIl'a joué nn manvais tour. Un autre professeur relè\'e la phrase, commence à argumenter; pour éviter que la discussion prenne un tour irréparable, elle prévient charitablement son interlocuteur : - Je suis jaive '1I/oi-mêllle, très sensibilisée à ce problème et très bien informée. La remarque ne semble pas gêner le jeune professeur, qui ose même proférer

- Mais enfin, si les Allemands ont voulu e:t:termi'l1.er toute la race juive, ils devaient avoir des raiso1ls! Devant l'indignation que suscitait son attitude, la demoiselle finit par quitter la table, en se déclarant « mal in formée ». Lorsqu'on a pour fonction d'enseigner, de former l'esprit et le jugement d'adolescents, s'informer - et se comporter humainement - ne devrait-il pas être le premier souci ? • Des hommes comme nous CAMARADERIE, la revue des Francs et Franches Camarades, a organisé parmi ses lecteurs un sondage. Autour d'un magnétophone, des garçons et filles de Il à 16 ans ont discuté du sport, des parents, des vacances, de la politique, de l'argent, du bonheur. Voici l'extrait de la discussion concernant le racisme : CAM. (la revae) : Es/-ce que VOliS avez Vit la case cie l'Oncle Tom? ... Oui, moi (plusieurs). CAl\[ Quels salit ceux qui Ol/t ln le livre r Roger Moi. CAl\I : Ça vous a plu '! (Ils répol/dent alti.) De quel problème s'agissait-il, Roger '! Roger : Des Noirs, des escla'ues. CAM : Es/-ce que 'vous pel/se::: qaïl existe encore des esclaves? Bernard : Oui, en Arabie. Oncle TOM. CAl\I : J],t vous pense::: qa'il est 1I0rmal d'avoir des esclaves '! Le choeur: Non, pas à no/r,e époque, lion, non. l\Iarie-Paule : Tout le I/IOI/de devrait être pareil. CAM : Qu'est-ce qai est choqaant? D'être esclave? Bernard : 0 n les fouette. Deux filles : Ils salit maltraités, ils travailient trop. Ils peuvent pas faire ce qn'ils veulent. Bernard : Ils sont COI/sidérés camille des bêtes. Marie-Paule : Ce sont des hOJnllles camille 1I0US. CAM : Est-ce que vous C/'oye.~ qa'il y a une race qui est supérieure à ulle auIre '! Le choeur : N01l. CAM : Vo us pense::: que les X airs, les Blal/cs, les Jaul/es, les Rouges, c'est ... Plusieurs : C'est pareil (lcs autres approuven t). CAl\I : Et s'il y a des guerres '! D'où proviellllel//-elles. les guerres? Roger C'est S1l1'tout ul/e question d'esclaves. Bernard : C'est surtout del/X hommes qui se veulent la guerre et qni se la font (sic) mais -ils ne décidellt pas avec le peuple. CAM . N ormaleJ/lent. vous pensez que c',est le peuple qui devrait décider? Bernard : C'est le peuple qui prend, c'est lui qui doit décider. JUSTICE • Jeux dangereux UNE bande de voyous corse vient d'être mise hors d'état de nuire à Bastia. Ces--"jeunes, âgés de lS à 17 ans, meublaient leurs loisirs en agressant les travailleurs algériens. En une seule journée, deux travailleurs furent ainsi roués de coups; un troisième retrouva sa voiture précipitée dans le port. Deux jours plus tard, un marchand de tapis marocain fut assommé à son tour. C'est lui qui, par son témoignage, permit à la police d'appréhender la bande;

  • Suite page 3.

TROIS CO~TI~E~TS CO~TRE LE RACISME Q UELOUES jours après la condamnation historique du racisme et de toutes les discriminations fondées sur l'origine ou la religion par l'organisation des Nations-Unies, la Conférence des peuples d'Asie, d'Afrique 'et d'Amérique Latine 'qui s'est tenue à La Havane du 3 au 15 janvier 1966 prononçait à son tour un réquisitoire contre les théories racistes. En effet, dans sa déclaration générale, la première conférence de solidarité des peuples ,d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine proclame « l'égalité pleine et entière de tous les hommes et le devoir des peuples de lutter contre toutes les manifestations du racisme et de la discrimination ». Il n'est pas de nos intentions, dans « Droit et Liberté ", d'analyser les travaux de la Conférence tri-continental'eau sein de laquel'Ie des hommes d'Asie, d'Amérique latine et d'Afrique ont, pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, débattu la lutte de 'libération nationale dans ces continents, qui ont été, pendant des siècles le champ clos des rivalités de puissances coloniales. Cependant, notre Mouvement doit saluer cette grande entreprise qui permettait 'à ces hommes, venus des points ,les plus éloignés de ,la planète, d'échanger leurs points de vues, de mieux se connaître et d'e nrichir leurs expériences communes si proches 'et si lointaines ensemble. Ouelle preuve plus grande et plus éclatante de la fraternité virile et de l'amitié entre les peuples, 'que cette Conférence à La Havane. C'était une mosaïque merveilleuse de tous ces hommes qui faisaient voler en éclats les théories imbéciles de la hiérarchisation des races. La Conférence tri-continentale, tout en dénonçant le système d'i mpérialisme sous toutes ses formes, a justement fait la différence entre les peuples des pays dominants et lems gouvernements. Le pathétique appel ,lancé au peuple américain et à la classe ouvrière et au mouvement progressiste des pays de l'Europe constitue le démenti à tous ceux qui, farlsifiant la réalité, ont prétendu qu'à La Havane s'était tenue la Conférence de la haine ou de la guerre. Bien sûr, ceux qui prônent la supériorité de la peau ou de la re'ligion et qui en même temps défendent le système politique périmé n'ont pas été épargnés. La Conférence de La Havane dénonce avec force le racisme nord-américain, mais également a soutenu la lutte du peuple zimbawe contre le gouvernement raciste de Smith et l'apartheid en Afriq. ue du Sud. Nous pen,sons 'que cette cont'ribution contre le racisme est d'une grande importance et renforcera notre lutte . Il ne serait pas complet de rappeler cette ,contribution importante àla lutte contre 'le racisme, sans souligner que Dette Conférence historique se tenait à La Havane. Dans cette île flamboyante, non pas seulement grâce au soleil ardent des tropiques, mais aussi parce 'que, làbas , dans les Caraïbes des transformations fondamentales se produisent. Le racisme à Cuba a été définitivement détruit dans des conditions extraordinaires à 120 ki'lomèt,re's d'un des pays les plus ,racistes du monde et qui pendant longtemps a imposé son système et son idéologie à la « Grande Ile " C'est une des plus belles conquêtes, à mes yeux de 'la Révolution cubaine et de tous ses dirigeants 'et avec eux le Premier Ministre Fidel Castera, d'avoir, en sept années, jugulé le racisme 'et 'le mépris dans cette population si métissée et si mu'iticolore de telle façon qu'à Guba, blancs, mulâtres, nègres, chinois dans une 'symbiose émouvante préparent une nouvelle humanité. Marcel MANVILLE.

  • Suite de la page 2

il les accuse de l'avoir délesté d'une somme de 1.450 francs. Les jeunes voyous ni ent le vol ; mais ils ont bien dü reconnaître les agressions

« On les frappe parce qu'on

11 a~1/Ic pas les Arab,cs », ont-i ls donné comme expl ication. Autre affai re, en Grande-Bretagne celle-là. A Wandsworth, deux adolescents de quinze ans, Grover et O'Connor, s'aÎnusaient à tirer sur leurs voisins, noirs, avec un pistolet à air comprimé. Précisons que ce pistolet est un article de sport, mais non un jouet; la vente en est interdite aux mineurs de 17 ans (le mat'chand qui l'a venclu est jugé lui aussi: il est coupable cie n'avoi l' pas vérifié l'âge cie ses clients). Armés cie leur pistolet, les cieux voyons clescendirent clans, le quartier populaire de Wancls\Vorth : « il y a des nègres; on va leur tirer dessus. » A leur tableau de chasse, une petite fi lle noire de cil/q ans, grièvement atteinte à l'oeil gauche; plusieurs opérations n'ont pas suffi à réparer la blessure : la petite Christine est a uj ou rd 'hui aveugle d'un oeil. POSITIONS • La lutte contre 1/ apartheid UNE personnalité sud-afri caine (blan. che), A. Lerumo, publie dans la N oU'liclle Revue Int erllationale une longue étude sur l'apa rtheid. Il termine cette étude par des conclu sions très concrètes: « La l!üte cO l/trc l'apartheid est fJ}'i- 1nordiale pour la liberté de l'Afrique et la paix mondiale. Cetl.e lulle prel/drait 1/n nOHvel essor si lcs v igoureux 1/I OHVem ents anti-apartheid qui se sent dé'velopPés ces de1'l1ières almécs dalls de 110 111- brettx pays.' Gmnde-Bretagllc, ScandijlQvie, Fmllcc et, plus réccII/ment, aux E tats-Unis, étaient capables d'exercel' Ulle influellce décisiz'e sllr Ics gOU'l'erll ements de ces pa}'s ... « D.e 1I0nvellcs révoltcs se préparcllt. Les m esures intolé1'ables que les cercles dirigea litS accumulent contre les masses attisent contillu ellem ell t lc resselltimcllt dit peuple et fortificut la résistaI/ce nationale. D e n01lveaux dirigeal/ts sortent des fangs (/.es ouvricrs, des paJ'sal/s, dc la jellllesse révolutiol/.J/Qil'e. pOlir prendl'e la place dcs 1/Iilliers d'hollllllcS qui SOllt el/ prisol/ ... » • Comment agir? S OUS la signature cie son rédacteU!' en chef G. Kenig', « La Presse Nouvelle » du 5 fév rier consacre un long article au livre « Les Français et le raci sme », et félicite le M.R.A.P . d'avoir organisé l'enquête qui a servi cie base à sa réalisati on. G. Kenig cite diverses réponses, notamment de professeurs cie lycées, de dirigeants synclicaux, de membres des professions libérales, etc ... , à la question: cOlllment combattre le racisme? Il souligne que 20 % se sont prononcés pour des « moyens énerg iques » (manifestations, poursuites judiciaires), 64 % pour la persuasion (contacts indivicll1els, éducation, enseignement, li\'res, - cin éma, DROIT ET LIBERTE MENSU'EL 38, rue des Jelneurs • Paris (1"11 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franca ETRANGER Un an : 18 franci Oompte Ch . Post.: 6070-98 Pari. Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. 1 EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et / Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue 1 de Berchem Saint·Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'HOtel· des·Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 7.364·15 du ' M.R.A.P., 15, Square Prince·Léopold, Bruxelles·2. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB, Abonnement de soutien : 150 PB, -----....,......,......,......,......,......,..--- ~ Journal romposé et Imprlml ~ par des ouvriers syndiqu'. S.P.E.C. - ChAteaurolU La Directrice de publication : S. BIANCHI qUE PASSE.T.IL ? télé\'ision, échanges internationaux) ; les autres pensent qu' il iaut util iser les deux méthodes. « C'est j llstement, écrit-il, ce que pratique le MR.A.F'. ( .. .) Le M.R.A. e . fait tOllt pour faire péllétrer les idées antiTOcistes dans les plus larges couches de la population, dans ks usines, les lycées, les facultés, les H.L.M. Le livrc « Les Français et le racisme » est ulle importante contribution à cette llftte c'est ml livre destiné aux antiracistes cOllVainC lls, mais aussi une source d'explications pOlir c.e ll.'l.' qlli ne sont pas encore libé rés des préjllgés Ù l'égard des ho 1/1111 es qlli I/e sont pas CO IlIlI Le CIIX. » AFRIOUE • Autoportrait d'un tueur « I Ii llC sllis pas Uil II/ercellaire. Un II/ ercenaire cst lin soldat qui co mbat selllclllcnt pOlir gagner de l·argcllt. lvfoi je CO ll/bats pOlir l'Oecidellt. » C'est le l\ laj or l\Iueller qui se définit ainsi dans une interview recueillie par Robert Anders, de Rivarol. « il (t tl'ès z'olo lltiers répondu pOlir nos lectenrs », préc ise Anders; le contraire aurait étollné, de la part de cet anci en naz i. Le ::\1ajor, on le sai t, fut l'o rgani sateur des troupes mercenaires au CongoLéo l'année passée; la fameuse « colonne

\Iueller» reprit Stanleyv ill e, nOIl

sans dévastations et massacres spectacula ires. « Je s llis 1111 soldat idéologiqll ~ . poursuit Mueller. La forll/ation qlle j'ai reç ue ail cOllrs d'ulle vic qllelque pen 1/IOltz'ell1 ell téc, 1II'(t permis d'acquérir Hil e certaine e.vpériellce dans la. gnerrc subversh'e. » Cette formation, est-il besoin de le rappeler, fut acqui se dans les Hitl crjugend. Après s'être présenté, le "lajor brosse pour Riv arol une vaste analyse polItIque, [ui part de postulats pour le moins in attendus; comme ses semblabl es, i\lueller ne s'embarrasse pas de contradictions. Il prétend ~l la fois que l' « illfluellce des rebellcs (Iuprès des masses est d'autallt flu s .lJrandc que celles-ci SO llt ~eauconp pills at/irécs par le chaos et l allarell/t! qllc par UII ordre c llropéen qui lcur cst ét1'OIIger »; passons sur l'expression « ordre européen », viei lle rl:llIini scence d'un temps que le Major et Hiv arvl aimeraient l'oir renaî tre. Quelques lignes plus loin, il sc contredi t sans sourciller ell affi rmiLnt que ces mêmes Inasses n'aspirent ù rien d'autre qu'à « travailIcI' et 'l·i.'re dig ll e lll cllt CO IIIIIIC ail tC lI/pS dc la colollisa tioll belgc ». Naturell ement, "ruel ler n'a pas d'autre ambition que de « sauver les pcuples sO lls-dh'eloppés » et de « leur dOllller ce miuiu//{lI/. d'alllour dout ils Ollt besoin pOlir az'o ir dc 1I0 uvean confiance en nOlis »; un amour sans faiblesse, s'entend: « Si l'ou veut lc bOllli eur des illdigènes, il u'est pas bou de leur dOl/li er des droits politiques trop étendus sa.ns les m'oir préparés à affronter les difficllltés du u/Oude moderue. » Les agen ts principau.\: de la suby ersion, ce sont les Chinois ; comment s'y prennent-ils? « Dcs sPécialiste el/traînés Il Pékin Ollt appris penda ut dcs années à IItiliser le talll-tam des tlèg res . Ils peuz'eut ainsi répalld'Ye à travers la forêt dcs sloga lls anticolonialistes et subv.er. l'ifs. » On reconnaît bi en là la traditionnelle « perfidie» ori entale! Enfin Mueller passe aux « solutions»: « S' il 'l'C llt va ill cre, l'Occidell t doit inter'i'enir m'allt que le mal Ile soit fait. » Car « 10rsqu' lI11 pa:,'s est déjà (011- tallliné par la guerre s ll b'i'crsi'l'e, il est très difficile de vaillcre » ; et comlll e, pour le Major, la Tanzanie ou le CongoB razzav ille sont déjà des « pays com- 1l1uni stes », on voit ce que cela veut dire: il faut transformer sans plus attendre l' ,\ frique en champ de bataille. ISRAEL • Un tract contre les nOirs R E.\JOUS en I s raël . Ull tract raciste, polycopié en angla is, a été di ffusé parmi les étud iants, et dans les ambassades. En voici le texte : « .V ègrcs, Il e 110 llS pOlisse::: pas à bout! Nègres, nOlis dépensons beallcoup d 'argent pOlir vous. Nous vous avons laissés entrer dallS 1I0S écoles pou'r essayer de VOllS civiliser. Nous vous nourrissons et lLOl/S VOltS dOll11011S tOllt le nécessaire. Pourtant Z'ous vous montre::: ingrats, néglige::: vos étltdes ct passe::: votre temps dalls lcs boîtes dc /luit. f/ 0 11.1' eill //{ :,'e::: I/OS filles ct orgallisc.~ des lIIa ll ifestatiolls et autres désordrcs. Vos gouvernements se m01ltl'clit égalcment ingrats. lis accordellt leur appui à nos c llll eillis les Arabes. Verwoerd et S mith ont raison .' vous /le pouve::: apprcudre qu'à CO I·!PS de trique ct de fou et. Ce qn' il vous faut, ce sont des prisons an lie1! de collèges, « Attention! Cesse::; vos out rages on nous vous jetterons dehors. Nègres, ne 1IOUS pousse::; pas à bOllt. » Ce tract était signé Betar, du nom d'une organisation de jeunesse affiliée au parti d'extrême-droite Herout. Les réactions officielles ont été très fermes : Levi Eskhol a prononcé un long discours de condamnation , et Mme Golda Meier a aussi flétri publiquement ce pamphlet devant la Knesset. L'organ isati on Betar affirme qu'il s'agit d'une provocati on. Ordre a été donné à la pol ice de retrouver les auteurs et les diffuseurs de ces excitat ions à la haine. HISTOIRE • L'an 1000 E« N l'an lIIillc après la. Ilaissance d l! Christ, des v iolents tremblem ents de terre ébranlèrent toute /.'fl llrope ct renvcrsèrellt de solides et lIIagllifiqucs édifices. La lII ême année, unè horriblc co lll ètc apparllt dans le cicl . •. / sa Z' lI e, b,eaucollp qui croyaient que c 'éta it l'annonce dl! dernier jo ur f urellt glacés d'effroi. » Ces fameuses terreurs de l'an 1 000, une critique hi storique séri euse a r écen~ment prouvé qu'elles n'avalent Jilm,lIs existé que dans l'imag ination de spéC iali stes de l'hi stoire romancée. Pierre Say raconte dans le numéro de janvier de la revuePourquoi .t (de la Ligue de l'Ense io'nement) l' hi stoire de cette légende. il est certain que le X' iècl e fut pour l'Europe une des époques les l~ lu s ,dures de son existence : fa mll1es, eplcleml es, di slocation politique et religieuse contribuèrent à' entretenir un esprit de superstition fanatique. La répression antisémite connut alors un acharnement rarement atteint. Pierre Say cite à ce propos le chl"Oniqueur Adémar de Chabannes, qui vécut au X l" siècle : « Iin ces jours, à la Parasch'e (le vendredi saint de 1010) après l'adoratioll dc la Croix. ROI/IC fut boulez'e rsée par 11/1 trc lllble lll ellt de tcrre ct 11/1 terrible eve/allc. II I tout aussitôt 1111 des juifs cO I/z'e rtis il l'écolc grecque. fit sm'oir au Seiglleur Papc qll'à la lII êIlle heure les juifs étaic llt ell train de bafouer dalls la syllagoguc l'ill/agc du Crucifié. B euoit ellqu êta activclllCllt Sllr le fait et en eut co llfirll/atioll. Salis tarder il cO/ldamlla les auteurs de ce forfait à la peinc capitale. D ès qu' ils ,curent été déca pités, la fureur des 7'e llts s'apaisa. » Pierre Say cite d'au tl-es exemples « Le 29 scptclllbre 10JO, le Khalife qui 'règlle sur Jé1'llsalem fait d étmif,e la basilique dl! Saillt-S épulcre. Non seulem en t la nouvelle provoque un grand élll oi en Europe occidelltalc, mais les juifs sont aCCllsés d'avoir suggéré au Khalife son geste et SOllt partout l'objet de représailles. To ut prétextc cst bOIl. A Lill/oges, U/lC série de faits ill co lIIpréhellsibles, et certaiH elll ent e~rag é r és par Adélllar de Chaballlles, « des siglles da lls les astres, des séchcresscs désastreuscs, des pluies excessives, de n011lbreuses éclipses de soleil ct de lune », suivis d'ulle débordell/ent dc la V ie1lllc, just ifient l'expulsion des j llifs... » 3 LE 27 MARS, A BRUXELLES PREMIERE JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX LE Mouvement belge contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, dont l'action est parai. lèle à celle du M.R.A.P. en France, organise, le dimanche 27 mars, sa première Journée Nationale. Elle se tiendra à Bruxelles, au l!e!~iE des Congrès (salle du Bé nélux). D'ores et déjà, la participation annoncée de nombreux délégués et de personnalités éminentes permet d'augurer de son grand succès. Les travaux cammencerant à 19 heure s, par la présentation des rapport!:; du président, Léon Grine r, et du secrétaire général, Antoine Dudicq. La discussion de ces rap· ports se poursuivra après le déjeu· ner, à partir de 14 heures, Au cours de la séance de l'aprè s·midi, auront lieu également les interventions des représentants des associations in· vitées, et plusieurs exposés sur le thème : Le racisme devant la scien· ce. Parmi les orateurs figure ront notamment les professeurs Paul Dam· blom, animateur des émissions scientifiques à la Télévision belge, et Jean Hiernaux, du C.N.R.S. Le film amé ricain « La Marche » sera projeté. Ouverte à tous les antiracistes, cette Journée Nationale sera, nous /j'en doutons pas, suivie avec intérêt par tous nos lecteu rs belges, qui sont invités à la faire largement connaîtrEl autour d'eux. Pour tous renseignements complémentaires et pour retenir des couverts au déjeuner, s 'adresser à M, Antoine Dudicq, 66, rue Paul Lau· ters, Bruxelles·5. Tél. : 47·00·05. N.B. -. Nous avons omis de signa. lei'. dans notre dernier numéro, que Mme Edith BUCH, auteur de l'arti· cie : « Le scandale Verbelen », paru en page 4. est membre du Comité d'Hon neur du M.R.A.P. de Belgique, auq uel nous avions demandé de nous faire parvenir un commentaire sur cette affaire. Nos prions nos amis belges de nous excuser de ce'tte omission. ERRATUM Une très malencontreuse coquille s'est glissée en page 16 de notre dernier numéro : le texte sur les ongmes de l'antisémitisme, que nous avons reproduit était évidem· ment extrait du Dictionnaire RA· TIONALISTE et non pas ... NATIO· NALISTE. Nos lecteurs, nous n'en doutons pas, auront rectifié d'eux· mêmes. En priant l'Union Rationaliste de bie.n vouloir nous excuser, nous précisons que l'exce'llent ouvrage édité par ses soins est disponible aux Editions Rationalistes, 16, rue de l'Ecole Polytechnique, Paris-S', au prix de 40 F 30, franco. d -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DEFENDRE ABRAM FISHER , • Abram Fisher est né dans J'Etat Libre d'Orange, en 1908, d'une fami lle habitant l'Afrique du Sud depuis le XVIIl" siècle, et qui a une longue traclttlOl1 de magistrats et de hauts fonctionnai res son grand père Abraham Fisher était secrétaire d'Etat et Premier l\linistre de la colonie d'Orange ; son père, Percy Fisher était jug-e président de l'Etat Libre d'Orange. .\près des études de droit et d'économie à Oxford, il entre au Barreau et acquiert rapidement une notoriété clans les causes çoncernant la légi slation des compagnies minières ct les procès en diffamation. Vers 1930, il entre au Parti COlllm uniste d' Af~ique du Sud, le seul parti qui se soit alors opposé à la suprêmatie des Blancs. En 1950, lorsque le Parti Communiste fut déclaré illégal, A. Fisher et sa femme l\:Iolly (la nièce du Maréchal Smuts) furent mentionnés sur l' « Acte cie Suppression du Communisme » et il leur fut interd it d'organiser des meetings et de se livrer ù une activité politique quelconque. La vie privée de M. et :'lIme Fisher manifesta aussi que leur foi en l'égalité raciale n'était pas seulement théorique : ils adoptèrent une petite fille africaine et l'élevèrent comme leurs propres enfants. Aujourd'hui, aux termes des lois raciales, une telle adoption est illégale. Pendant de nombreuses années, Mme Fisher enseigna bénévolement à l'école indienne de Johannesburg, qui subsista jusqu'à ce que la persécution exercée sur le personnel, blanc et non-blanc, et sur les élèves eux-mêmes, obligeât à la fer- 111er. Pendant l'état d'urgence proclamé -après le massacre de Sharpeville, en 1960, Abram Fisher se clépensa sans compter pour les emprisonnés - plusieurs milliers cie Blancs et de nonBlancs. dont Madame Fisher - et leur L'ULTIME ressource de l'indépendance, écrit Casamayor dans « « l'Homme, la Justice et la Liberté» et peut-être son vrai nom, ,c'est le cou rage ». Nous admirons Bram Fisher, cet avocat qui a le courage de braver la loi injuste, au nom de la Justice. Après avoir défendu les responsables ou de simples militants de 1"African National Congress -- Mandela en particu· lier - avec les moyens de la loi sud-africaine, il a décidé - au mépris de sa sécurité et même de sa vie - de mener la lutte dans l'illégalité, puisque les lois racistes de son pays devenaient l'illégalité même. Il ne pouvait plus plaider, demander des circonstances atté· nuantes pour une femme poursuivie pour avoir mis au monde un enfant de couleur, ou un travailleur poursuivi pour l'inobser· vation de la loi sur les laisser·passers, car cela eût été recon· naître l'injustice. 11 est entré - lui l'avocat considéré et respecté - dans le combat clandestin, au nom de la Justice et de la fraternité qui doit unir les hommes entre eux - au·delà même de leurs différences. C'est en notre nom qu'il a lutté, avant de tomber dans un piège policier. Son procès nous concerne d'autant plus que les années de prison qu 'il risque sont le prix de sa dignité, de son honneur - comme du nôtre. Bram Fisher en appelle à une loi juste contre une loi injuste. 1\ refuse l'apartheid qui désho· norEl son pays même. Avec le Comité de liaison contre l'apar. theid auquel participent toutes les organisations démocratiques françaises, nous devons faire connaître à ses juges notre soli· darité avec Bram Fisher, symbole de la lutte antiraciste. Jean·Jacques DE FELICE. fam ille, tout en assumant ses devoirs de co-défenseur dans le procès de « Haute Trahison » qui se poursuivait depuis quatre ans. C'est ce long procès de quatre ans et demi qui fit d'Abram Fisher un célèbre avocat politique, connu bien au-delà des frontières de l'Afrique du Sud. Le ver dict d'acquittement des 156 accusés fut une victoire pour le mouvement de libération et pour Abram Fisher. Deux ans plus tard, en 1962, il dirigea la défense des inculpés du procès de Rivonia : Nelson Mandela, Walter Sisulu et a utres leaders noirs du Congrès National Aftjcain, accusés de « sabotage » et menacés de la peine de mort. Si les sept hommes échappèrent à la peine suprême, ce fut grâce à la compétence professionnelle d'Abram Fisher. mais surtout grâce à son courage politique. RHODESI E: DES COMPLICITES ACTIVES LA Rhodésie est un modèle de poix « et de stabilité» vient de déclarer M. Ion Smith, à Salisbury ; « nous avons pris la bonne voie pour la préservation de la civilisation dans cette partie du continent ofricain. » Il n'a fait aucune allusion, dans son discours, à la pol itique raciale qu'entend mener la minorité blanche raciste; il s'est contenté d'inviter les jeunes à se montrer « courtois, aimables et compréhensifs envers tous les hommes, spécialement ceux d'autres groupes raciaux pour créer de bonnes relations entre tous les Rhodésiens ». Comme si la « courtoisie » et la « compréhension » n'étaient pas la pire des insultes pour des hommes maintenus dans l'opp ression et l'humiliation constante. L'hypocrisie d'un tel discours prend toute sa cruelle saveur si on le rapproche d'un fait- divers qui vient de défrayer la chronique dans l'Afrique du Sud voisine : une jeune femme de 19 ans, Martha Heymans, accouche dans une maternité de l'Etat d'Orange; une infirmière, prise d'un doute quant à la race du nouveau-né, alerte le ministère de l'Intérieur; une enquête est ouverte ; Martha avoue : le père de son enfant est noir. En vertu de la loi qui interdit tout mariage ou tout rapport sexuel entre Blancs et Noirs, la jeune femme est condamnée à six mois de prison. Comme on le voit, la « compréhension» et « l'amabilité » des racistes d'Afrique australe est toute relative. Mais l'Afrique du Sud n'est pas la Rhodésie, direz-vous. Voire ? C'est EuropeAction lui-même qui le dit : {( Les liens (entre les deux pays) ne sOnt pas seulement d'ordre économique. Plusieurs figures rhodésienmes sont d'ori· gine sud·africaine. M. Ian Smith lui·m'ême a fait ses études en Afrique du Sud. C'est donc beaucoup plus que la continuation d'un accord diplomatique mais la consé· cration d'une solidarité où s'est abolie, à Salisbury, l'amtique opPosition des Boërs et des anglophones, que M. Smith a voulu marquer en déclarant... a Radio·Afrique du Sud, le 19 novembre : {( Je suis en· chanté de l 'attitude de Prétoria devant notre indépendance ». Smith, Verwoerd et Sa lazar sont d'ailleurs en train de s'entendre comme larrons en foire. Il semble, si l'on en croit les observations des milieux financiers londoniens, que la « république » rhodésienne commence à ployer sous le poids des sanctions économiques. L'essence a été rationnée. Une photographie montre Ion Smith lui même à vélo dans les rues de Salisbury, donnant l'exemple de l'austérité à ses concitoyens ; un commentaire enjoué ajoute que maints Rhodésiens blancs ont emprunté la bicyclette de leur cuisinière ou de leur jardinier noirs; avec « amabilité » et « compréhension », n'en doutons pas. Toujours est-il que les complices sudafricains et portugais ont immédiatement réagi. Le Portugal vient d'acheter à Sa li sbury 18.000 tonnes d'acier à la Rhodésian Iron and Steel Co., gênée par les sanctions économiques. Un richissime Sud-Africain, M. Anton Rupert, aurait acheté la totalité de la récolte de tabac de l'an pas· sé, et annulé totalement dans ce secteur l'effet des sanctions. M. Verwoerd, pour sa part, a annoncé qu'il « restait neutre », et que sa « neutralité » l'empêchait de contrecarrer l' « immense mouvement de solidarité » qui se dessi nait en Afrique du Sud en faveur des racistes rhodésiens

mouvement organisé par une très

Jan Smith feznt de donner l'exemple àe l'austérité. Pourtant le pétrole ne man· que pas ... officie lle Association des Amis de Salis: bury ; l' Union Sud-Africa ine fournira donc, en y mettant les formes, du pétrole au gou· ve rnement Smith ; Prétoria a en outre ouvert à Sal isbury un crédit de 3,5 millions de livres. Le Portugal en fait autant: d'im· portantes quantités de carburant ont déjà transité dans le port mozambicain de Lourenço.Marprès, à destination de Salisbury. M. Smith a d'ailleurs déclaré à Radio Salisbury : « Je ne suis pas prêt à vous dire d'où vient le pétrole et en quelle quantité, mais il en est arri vé depuis l'embargo, et il continue à en arriver. » DES AVIONS POUR LE PORTUGAL Cette complicité incessante est somme toute assez norma le de la part de ces trois oppresseurs fascistes qui ne tiennent encore debout qu'en s'appuyant les uns sur les autres. Mais ce qu'on oublie trop souvent de signaler, ce sont les complicités extérieures don t bénéficie la Sainte Alliance de l' « Afrique blanche ». Deux exemples parmi d'autres : • L'Allemagne Fédérale vient de vendre quarante avions de chasse au Portugal ; se lon des milieux londoniens bien informés, e lle s'apprêterait à lui vendre des chas· seurs Sabre venus du Canada : ces avions sont essentie llement destinés à l' « appui des forces terrestres ». La vente a été conc lue « moyennant la promesse que les appareils ne seraient pas utilisés en Angola ». N'épiloguons pas sur la valeur d'une telle promesse ! • Alfred Krupp von Bohlen vient d'effectuer un voyage en Angola et en République Sud-Africai ne. Voyage ultra·secret mais dont on peut être certain qu'il n'est pas désintéressé. Les intérêts ouest-allemands sont déjà considérables dans cette pa rtie de l'Afrique. Ils ne demandent qu'à s'accroître. Il ne faut d'ailleurs jamais oublier, lorsqu'on parle de l'Afrique au sud de l'Equa· teur, l'extrême interpénétration des intérêts économiques. La plupart des industries rhodésiennes (ou sud-africaines, ou angolaises et mozambicaines) sont des filiales des grands trusts, l' Union Minière du Haut"Katanga et l'Angla-American, qui font la pluie et le beau temps à Londres ; ' ces filiales risquent de souffrir d'un blocus sévère. Imagine-t·on de tels trusts sévir contre eux-mêmes ? Certainement pas. Un haut magistrat rhodésien est arrivé impromptu à Londres dans le courant du mois de janvier. Sans doute ce magistrat, Si r Hugh Beadle, président de la Cour Suprême de Rhodésie, est-il connu pour son « opposi tion » au régime Ion Smith ; mais cette opposi tion est si mesurée que Sir Hugh est considéré, par tous les commentateurs, comme le négociateur le plus à même de dénouer la crise anglo-rhodésienne. Le dénouement se rait, selon les journaux britanniques, le su ivant. M. Wilson menacerait de sanctions plus graves les « rebelles » ; en même temps, il publierait un « plan de paix» pour provoquer le ralliement des Blancs: aucune sanction ne se rait prise à l'encontre de Ion Smith ni de ses complices; le retour à la légalité n'entraînerait en aucune façon l'entrée dans la vie politique des masses africaines et de leurs organisations politiques. C'est dire que M. Wilson, tout en fronçant le sourcil, accorderait aux racistes blancs ce pour quoi ils se sont rebellés. Une telle « solution» à la crise n'aurait pas d'autre effet que de légaliser la ségrégation raciale et de rendre inévitable une crise autrement plus grave : l'affrontement racial violent que les fascistes de l'Afrique australe semblent à tout prix vou loir provoquer. Peu après le verdict, il était à son tour arreté, gardé en cellule troIS Jours et relâché a lors même qu'il venait de perdre sa' femme tuée dans un accident d'autocaL Le 23 septembre 1964, il est de nouveau aITêté ainsi que douze hommes et femmes blancs accusés d'être membres du Parti Communiste c1anclestin d'Afrique du Sud. Si grande était sa réputation qu'il lui fut accordé d'être libéré sans caution pour a ller plaider à Londres, une délicate affaire dont il était chargé depuis 1955. Il gagna la cause cie son CLIent et retourna en Afrique du Sucl pour s'y tenir dans un box cl'accusé, à cause de ses positions antiracistes. Quelque~ moi s plus tard, le 25 janvier 1965, il disparaît de chez lui ; son défenseur lut à la Cour une lettre dans laquelle il déclarait qu'il a llait entl'er clans la candestinité pour continuer la lutte contre l'apartheid. « } e t1e Pli is, a j outait-il, servir la justice plus longtemps dans les conditions où j'ai assayé de le faire pendant ces trente dernières O1l/lées. Je ne puis plus le fah'e autrement qHe dans la voie que je viells de choisir. » Sa tête fut mise à prix. Arrêté en novembre dernier, Abram Fisher est aujourd'hui en prison et l'on peut supposer qu'au terme de son procès ouvert le 26 janvier dernier, il sera condamné à une lourde peine. Les militants dont il fut le vaillant défenseur, les millions de noirs persécutés dont il soutient la cause. les antir acistes du monde entier sont solidaires cie ce grancl combattant cie la fraternité humaine. / UNE DELEGaTION A L'AMBASSADE SUD .. AFRICAINE A l'appel du Comité de Liaison contre l'Apartheid, une délégation conduite par M' Jean·Jacques de J'élice s 'est rendue le mardi 26 janvier, à l'Ambassade de la République Sud·Africaine pour protester contre le procès intenté à Abram Fisher. Les services de l'ambassade ont refusé de recevoir la délégation. Ils ont également refusé de pren· dre connaissance d'un message de protestation qui avait été remis à l'huissier, et qui a été retourné à la délégation par le policier fran· çais de service devant la porte. La délégation comprenait les re· présentants d'organisations adhé· rentes au Comité de Liaison, no· tamment : la Ligue des Droits de l'Homme, l'Union Nationale des Etu· diants de France, le M.R.A.P., la L.I.C.A., le Christianisme Social, la C.G.T., le Parti Corn· muniste Français, le Parti Ra· dical, le Parti Socialiste Unifié, le Mouvement International de la Ré· conciliation, le Mouvement « Amnis· ty International", « La Lettre ", l'Association Internationale des Ju· rIstes uemocrates, la ,,'ederation Internationale des Droits de l'Hom· me. Ulverses personnalItes dont de nombreux avocats accompagnaient la délégation. 5-----_ Trois vies pour la liberté Mickey SChwerner, James Chaney et Andy Goodman TROIS VIES POUR LA LI- « BERTE » (1) n?us vient des Etats UIlIS et c est un lIvre qui traite du problèn;e noir. EI~core, direz- vous, un livre sur le probleme nOIr aux Etats-Unis! Oui, D'abord, parce que nous n'en avons pas fini avec ce problème et ensuite parce que ce li vre est un document exceptionnel. L'auteur est un journaliste; Willia111 Bradford Huie est un homme du Sud, non pas du Nord, et qui aime le Sud, son Sud, mais qui ne peut supporter que son Sud, parce qu'il l'aime, soit coupable, 11 a l'ait décidé, en tant que jOUl'naliste de ne plus se mêler des affaires raci~les_ Et pour cela, il avait une raison, Il avait étudié et même vécu cie trop près un horrible « fait divers », la tragique aventure d'un Noir, qui s'appelai! Aron; c'était un brave homme, extrêmement paci fi que, un gros bonhomme d'un certain âge; et à ce moment-là, le K.K.1. manquait de capitaines - car clans cette organisation il y a des titres militaires, Et un certain Floyd voulait être capitaine du K,K.K. local, mais pour cela il lui fallait [aire ses preuves, montrer qu'il ne reculait devant rien, c'est-àdire qu'il pouvait parfaitement ou chàtrer ou tuer un N oi r. Lui et quelques autres attaq-uèrent donc le pauvre Aron, le conduisirent clans un de leurs repaires, le firent agenouiller, et Floyd, pour montrer sa bravoure, son courage, ses qualItés, coupa, comme on dit, le pauvre Aron, TI mit ensuit les parties cie Aron clans une tasse, fit circuler la tasse afin que J'on ait la preuve, la conviction que lui, Floyd, pouvait être capitaine, Aron ne mourut pas, on l'abandonna sur une route où il 'rut recueilli, conduit dans un hôpital où on le sam'a; ensuite, il alla vivre dans le Nord, vivota, poursuivi par le souvenir de l'horreur qu'il avait vécue, cherchant surtout il gagner sa vie; dès qù'il accompl issait un effort. il Un commentaire de Max-Pol FOUCHET à l'émission « Lectures pour tous » était oblio-é d'abandonner son travail. Il devint b;by-sitter, c'est-à-dir.e gardie,n d'enfants car sa douceur extreme faIsaIt que les enfants l'aimaient et c'est, somme toute, cl'un humour tt-agique de penser que ce pauvre homme qui ne pouvait plus enfanter devint ainsi gardien d'enfants. Cette histoire avait tellement marqué Bradford Huie, qu'il ne voulait plus s'occuper des affaires raciales. Et soudain, on vient lui dire que trois jeunes AUX U.S.A. ET EN GRANDE-BRETAGNE Les antisémites à l'oeuvre DES manifestations multiples et persistantes d'antisémitisme aux EtatsUnis ont conduit l'American Jewlsh Committee à mener une enquête. Un rapport vient d'être publié, spécialement consacré aux 14 incidents antisémites graves qui ont défrayé la chronique aux U.S.A. d'aoûc à décembre J965. 'D'après ce rapport, ces actes n'ont. pas été organisés par un 'seul et même groupe

ils sont le résultat de plusieurs ini·

tiatives sans lien entre elles, ce qui les rend d'autant plus inquiétantes. Les plus graves de conséquences ont. été organisées par des adultes ; même lorsqu'ils ont été perpétrés par des adolescents, ils ne sont pas le résultat d'une quelconque fureur de vivre mal dirigée, mais bien, estime le rapport, d'une ({ hostilité délibérée à l'encontre des juifs ». Plusieurs organisations antiracistes ont en outre adressé au Parti Républicain une ferme protestation : lors d'une convention régionale à Miami, un groupe de ({ jeunes Républicains » du New-Jersey a chanté des chansons racistes et antisémites. En Grande-Bretagne En Grande-Bretagne, les manifestations d'antisémitisme ne sont pas moins fréquentes. Alors que trois jeunes racistes comparaissent devant la Cour d'Assises pour avoir mis le feu à la synagogue de Lea Bridge Road, des croix gammées et des inscriptions ont fait leur apparition sur les murs d'Old Bailley, la Cour d'Assises de Londres, accompagnées de l'inscription « Hugues est innocent ». Hugh Hugues, 27 ans, est considéré comme l'organisateur de l'attentat contre la synagogue. Les inscriptions où cohabitent les protestations d'innocence et les croix gammées trahissent en tout cas l'imbécil· lité de leurs auteurs : elles sont une preuve supplémentaire de culpabilité. L'instruction d'une affaire semblable vient de commencer à Londres : David Thorne, vingt ans, est accusé d'avoir mis le feu à deux synagogues, à Brondesbury en mars 1965 et à Paddington en juin. L'Anglo Jewish ASsociation a organisé au début de février un meeting pour appeller les antiracistes à la vigilance. Il cita le cas d'un jeune de 17 ans qui fut récemment a6Tessé par une bande de jeunes voyous armés parce qu'il était juif. Autrç preuve d'une certaine montée du racisme : lors de la récente élection partielle de Harrow, le candidat de l'extrême droite a comptabilisé 1.500 voix. Les fascistes du British National party voulaient d'ailleurs organiser une manifestation publique au mois de janvier, à Trafalgar Square. Les autorités ont interdit cette manifestation : elle risquait de troubler l'ordre public. 160 pages, très nombreuses photos noir et couleurs entièrement consacré au RACISME et à L'ANTISÉMITISME En vente da ns les kiosques et chez vot re li bra ire 6 F Max-Pol Fouchet hommes ont disparu dans l'Etat ,de :\lississipi de façon extrêmement singulière et probablement en raison de la campagne que ces trois jeunes h0111mes menaient contre le racisme. Le voici parti et, surtout. il enquête, et il nous raconte son enquête, il essaie de faire vivre devant nous le I-ôle et la pel-sonnalité de l'un c1'entre eux, Mickey Sch\\'erner, CJui était blanc et qui était juif et CJui voulait aller dans le Sud pour faire comprendre aux gens l'atrocité de ce qu'i ls çommettaient. Il faisait partie de ceux qui luttent pour l'égalité des droits civiques. 11 était parti pour le Sud ... Mais il faut d'abord que je dise ceci : en 1957, ce Schll'erner achète une voiture allemande et sa mère, qui est juive comme lui, lui dit : « Tu Ile peux tOllt de même pas aclleter IIlIe voiture alieJ/lal/de, car n'ollblie pas cc ql/e les Allell/ands ont fait. Ils salit respollsables des comps de cOllcentratioll, responsables d'A/lscllwit::. » Regardez le visage de Sch\\'erner. Voyez cette mélancolie et cette profondeur. Quand sa mère lui fait cette réflexion, il répond : « Eh biell, 1/011, j'achète justell/l'llt /Ille 'l'oiture allell/allde, car je 7'e/l_~- q/le la lIaine cesse entre les h011l 111 es, il n'_v allra plus d'...1uschwit::. » Et. quelques mois plus tard, Schwerner pan avec sa femme Rita vers le Sud dans sa voiture allemande. Il veut travailler, c'est-à-dire, d'une part, laire que les Noirs du Sud. et plus précisément du Mississipi. comprennent qu'ils doil'ent réclamer leurs droits. droit de vote Ilarticulièrement, qui l'ient ('e leur être accordé par une loi américaine, et aussi qu'ils obtiennent que leurs enfants soient envoyés dans les écoles des Blancs. On nous conte la difficulté de la lutte, du combat de Schwenter. car il n'a pas seulement contre lui les Blancs, comme vous pourriez le croi rc, mais aussi beaucoup de N oi rs. Passons sur ceux qui ne le soutiennent pas parCL' qu'iJ:.; ont peur, ce qui est normal et presqu'excusable, mais il y a aussi ceux qui sont riches et qui pour sauvegarder leurs richesses font cause commune al'ec les Blancs ségrégationnistes. lIa donc du mal, parce qu'il ne peut habiter nulle part. 11 est obI igé cl'habiter chez les N oi rs et trè rapidement, chaque fois, on Ini demande de s'en aller, parce que les iami lles ont peur pour elles et 011 assiste à UI1 combat extrêmement semblable il celui que 110US aVOllS mené dans la Résistance, où nous étions obligés de changer de lieu pour ne pas être pris car, biel1 sûr, on veut se débarrasser de cette « sale petite putaiu de iuif qui aime les /luirs ». Ce sont les mots qu'enlploient les sudistes. Ce qui se passera, yons le devinez déFl . c'est qu'on se débarrassera de Schwerner et de deux de ses amis, un blanc et un noir. Comment? La police, qui s'entend parfaitement avec les terrOI- istes, les arrêtera, ]luis elle les mettra en liberté. c'est-ù-dire qu'elle les linera à ceux qui veulent les tuer et ils seront tués tous les trois. Je résume abusil'ement ce livre qui, encore une fois. nous conte l'enquête, et aussi le travail accompli par Schwerner. C'est un 1 ivre qui nous fait comprendre ce que sont les « Mixers », les partisans de l'intégration raciale - la lutte qu'ils mènent et les difficultés qu'ils rencontrent. C'est un livre d'un journaliste qui se trouve avoir la première des qualités littéraires : la sincérité et la dignité. On le lit avec passion, avec révolte. il ne nous lâche pas car il touche à notre conscience. Voilà enfin du journal isme qui donne la plus haute idée du journalisn .e. Il faut le lire et quand je dis cela, j'ai un certain sourire que je vais vous expliquer. Chaque fois que je recommande un livre de ce type, un livre antiraciste, un certain nombre de téléspectateurs me font l'extrême amabilité de m'écrire et leurs lettres sont extrêmement aimables puisqu'i ls me promettent pour le moins une fessée ou une l-âcJée et pour le plus, bien entendu, cie me rayer de ce monde. Je voudrais leur dire tout simplement qu'il est vain de nous écri re de telles lettres .. . (1) « Trois vies pour la liberté », par William Bradford Huie. (Stock éditeur.) Les racistes des Etats-Unis ont été mis dans l'obligatioll par la Cotir fédérale, d'olf'vrir lellrs établissements aux conS01J1matellrs noirs. Certains préfère11t fermer bOlltiqlle, C011l1l1e celui-ci. Il donne ~es raisons par V?.ie d'affiche:. . « N OtiS n'acceptons pas les mtegrat!onmstes, qu Ûs sOIent rouges, Jaunes, nOtrs al!· blancs. NOliS ne faisons pas d,e discrimination 1'01/1' raisMls de « 1'ace, croyance on couleur» mais parce que nous sommes LIBRES, » « Ferll16 en raison de la loi adoptée par le COJ/grès, signée par le PrésideJ/t ] ollnsoll, inspirée ct sOllt~l11/e par le II/alldit col/l1Ill/l/isll/e assassin. » Suit la date: 7 fh'rler 1965.


6

Allemagne Fédérale: Un procès parmi d' autres (De notre correspondante Miriam NOVITCH) Kiel, ... janvier 1965. Au banc des accusés se trouvait l'ex policier Gustav Fied1er, âgé de 55 ans, devenu après la guerre commerçant à Westerrenfeld. Accusé de complicité dans le meurtre de 120.000 personnes et du meurtre de plusieurs personnes dont un enfant. Le camp de Chelmno fut le premier camp d'extermination en Pologne, situé dans le Warthegau, la partie annexée au Reich. Les premières exécutions en masse y furent pratiquées depuis décembre 1941. Les victimes furent tuées dans des voitures-chambres à gaz ambulantes. Les corps, d'abord jetés dans les fosses communes dans une forêt près de Kolo, furent ensuite déterrés et incinérés. Sur l'emplacement de l'incinération les autorités polonaises ont dressé un imposant monument précisant que là périrent 360.000 victimes : juifs, Polonais, prisonniers soviétiques et enfants tchèques de Lidice. Ainsi que l'acte d'accusation le précise, Fiedler menait le commando dans la forêt où avait lieu l'incinération. On a exécuté dans la forêt même plusieurs juifs à coups de révolver en les obligeant à se coucher préalablement sur le sol. Il tuait de la manière suivante : « D'une main il retenait les vêtements et de l'autre tirait un coup de révolver » ainsi que l'affirme le témoin Hensen. L'inculpé nie violemment tout en affirmant que Hensen, ex-policier a menti. Tous les actes de violence sont à attribuer à Lenz, un policier qui, paraît-il, fut tué par les juifs aussitôt aprês la guerre. Les témoins Les témoins qui se présentent à la barre sont les ex « Kollegen » de l'inculpé. Ils ne se souviennent pas du rôle exact de Fiedler. Ils se souviennent en effet que Lenz était détesté des « Kamaraden » parce qu'il maltraitait et tuait les juifs et le soir se vantait de ses méfaits ... On pourrait se demander ce qu'ils pouvaient faire d'autre puisque lui et toute la Compagnie des policiers et des SS, les témoins inclus, n'étaient pas là pour autre chose que pour tuer. Parmi les témoins se trouve un des deux chauffeurs des camions-chambres-à-gaz. « Tout était fait selon les ordres, dit-il. J 'avais par exemple l'ordre de faire marcher mon moteur pendant 10 minutes et le gaz entrait à l'intérieur du camion. Je le faisais comme j'aurais exécuté n'imparti! quel ordre_ » A la 6' audience du procès, se présentant devant la Cour, le policier Friedrich Hensen (44 ans) qui pendant l'instruction avait porté les plus lourdes accusations contre Fiedler, déclare qu'il retire toutes les affirmat.ions qu'il a formulées. « Je ne peux à nouveau assurer », dit-il, « que la personne qui a fusillé le groupe des juifs et tué l'enfant était Fiedler. Il Le témoin semble avoir un accès soudain de perte de mémoire. Le Président de la Cour, le Dr Voss, constate : « Ainsi prennent fin les plus graves accusations portées contre l'inculpé de ce procès. Il A-t-on des questions à poser aux témoins ? Le Procureur n'a vraiment pas une tâche facile. Ainsi le témoin, Heinz Lagerhausen, qui avait préalablement affirmé avoir vu Fiedler dans la forêt occupé à surveiller un groupe de juifs, nie carrément le fait devant la Cour. Le témoin Kurt Meier, l'ex-cuisinier du « personnel Il des exterminateurs perd aussi la mémoire. Pourtant il avait, devant le Parquet, déclaré que Fiedler avait la renommée d.'une brute ... Les 26 témoins n'ont pas apporté de précisions sur ce que fut Fiedler dans ce corps d'extermination. Il fut une partie intégrante de la machine à tuer. Cela est clair. Mais du moment qu'on n'a pas pu le démontrer nettement, le Procureur, dans son réquisitoire, après avoir donné un long aperçu de ce que fut le régime hitlérien, demande trois ans de prison pour Fiedler, pour complicité dàns le meurtre de 120.000 hommes, femmes et enfants. Le verdict Les délibérations de la Cour d'Assises de Kiel ont duré deux jours et enfin elle a accouché du verdict. Une condamnation à trois ans fut estimée trop dure et Fiedler fut condamné à 13 mois et demi de prison. Ayant été incarcéré une année pendant l'instruction, l'inculpé sera donc privé de six semaines de liberté avant de rejoindre les siens et son commerce. Il est même précisé qu'après la guerre cet expolicier du camp d'extermination fit tout pour se créer une existence honorable. Les ombres du transport d'enfants juifs et des cent enfants de Lidice indignes de devenir Allemands, gazés eux aussi, ne viendront pas troubler la conscience de cet honnête commerçant. Complicité dans le meurtre de 120.000 personnes : 13 mois et demi de prison. Qui peut dire que la Justice est frustrée ? Accusations contre LUEBKE De nouvelles accusations ont été portées à l'encontre du président de la République Fédérale Allemande, Heinrich Luebke, par le professeur Albert Norden qui l'a a.ccusé, au cours d'un e confére nce de presse, à Berli n-Est, d'être un criminel de guerre. M. Norden a étayé ses affi rmat ions sur une série de documents et plusieurs témoignages. Il en rés ulte que c'est M. Luebke qui aurait éta bl i I·es pla ns .du camp de travail fo rcé de Neustassfurt où il aura it fait amener ci nq cent s déportés fra nçais de Buchenwald, et ce·lui de Wolmirsleben . M. Norden a ajouté qu'il était e n mesure de présenter les plans de ces de ux camps, dessi nés et signés de la main de M. Luebke. Il y a un an, la R.D.A. avait passé de l'actuel chef d'Etat de tamment en .rapport avec le concentration de Leau. révé lé ,le Bonn, nocamp de LA FABLE DES SIX MILLIONS UN tract a été glissé sous _1'eSSUi~-gla.~e de ma_ voiture. ~I ne. s'~gis_sait p~int d'un avis de contravention, mais dune espece de bilan int itule benOItement" La fable des six millions ". J'aime bien les fables, surtout quand elles traitent de chiffres. J'ai donc lu, sans surprise, car je me doutais depuis longtemps, et cet extrait de l'Europe réelle (38, rue d'Albanie, à Bruxelles) venait à point pour m'en donner la certitude, que les informations sur un prétendu génocide pe ndant la dernière guerre, en particulier le massacre de six millions de jui fs, procédaient d'une fausse interprétation si ce n'est d'un faux calcu l, en un mot : de la fable. Et de le prouver, comptabi lité à l'appui : en 1939, on dénombra it dans le monde environ 15.000.000 de juifs ; on en dénombrait 13.902.600 en 1945 ; manqueraient à l'appel exactement 1.097.400 pers onnes ; auquel chiffre il convient d'ajouter, pour être équitable, envi ron 500.000 individus d'extraction juive nés pendant la guerre, compte tenu de ce que " pou·r une population soumise à des privations Ile taux d'accroi'ssement doit avoir été faible" (sic !), s oit au total un dé ficit en vies humaines d'un mi,lIion et demi, et cela pour « toutes causes » : vieillesse, maladie bombardements, migrations volontaires, et " pogromes faits par des autochton~ s que l'armée allemande n'a pas pu empêcher " (textuel !). Si on considère que les « statistiques juives » comportent dans tous les cas « une marge d'imprécision de 10 % '», ,e t que le déficit représente tout juste 10 % de la population globale, IL N'y A PAS EU DE VICTIME. Il n'y a pas eu de victime. Rien d'insolent dans ce tract, rien qui ressemblerait à de l'exci tation à la haine, à de la propagande raciste. Un extrait de compte, aussi net et lumineusement clair qu 'un avertissement sans frais envoyé par le fisc. Quoi de plus éloquent que des chiffres? Comptez les t êtes bouclées de vos juifs chéris, comptez-les bien, et vous serez forcés de reconnaître publiquement que la « fable des six millions » e st de 'ia pure calomnie_ Il n'y a pas eu de victime. Une chance que l'Europe réelle ait été fondée pour nous l'apprendre. Maintenant que la vé rité est mise à ,jour, honni soit celui qui continue à colporter le mensonge. Le tract n'insinue pas qu'il aurait pu y avoir perfidie à propager " la fable des six millions » ; il ne s 'élève point contre le noir dessein des survivants d'agacer la mémoire du monde avec cette fable ; il prouve qu'il n'y a pas eu de victime. A vous, lecteur, de tirer vos conclusions et de prendre vos responsabilités. RENTRE chez moi, je me suis mis à rêver sur cette feuille . Les fables ont ceci de bien qu'elles entraînent à l'affabulation. J 'ai donc rêvé que l'Allemagne comptait en 1933 une population de soixante millions d'âmes, dont 97,3 % s 'étaient déclarées pour le national-socialisme hitlérien, Ice qui donnait 58.380.000 nazis bon teint; en 1945, en fouillant à fond l'Europe et l'Argentine, nous eussions été en peine d'en retrouver un seul. Cette fois, nous ne sommes plus dans la fable , nous abordons la cruelle réalité. 58.380.000 citoyens de pure souche aryenne ont été anéantis à la surface du globe, et personne ne semble en avoir fait cas. 'Cela est à peine croyable ! Les véritables victimes de cette guerre immonde, les voici enfin désignées. On ,ne sait pas assez, et on ne l'a pas assez d it, que des bandes armées ju ives opérant nuitamment et cla ndes tinement se sont acharnées sans 'répit et sans pitié sur un peuple laborieux et paisible qui ne demandait qu'à cultiver Hitler en paix pour le bonheur de l'humanité entiè re, le réduisant en quelques années de 58.380.000 âmes à zéro. Tel e s t le bilan at roce, présentement exposé en pleine lumière. Où sont les 97,3 % de nazis que, même avec une imprécision de 10 %, on dénombrait en 1933 ? Pffuitt ! Réduits en cendres ! Cinquante-huit millions et trois cent quatre-vingt mille personnes manquent ici à l'appel. Comparée à l'énormité de ce chiffre, la " fable des six mi llions» n'est plus de la fable, c'est de la bagatelle. D'autant qu 'il n'y a pas eu de victime, hormis, peut-être quelques maladroits qui se s ont laissé égorger sans que l'armée allemande eût été en mesure de les protéger, tellement c'était vite fait. Les « historiens ", « démographes » et « sociologues " qui collaborent à l'Eu rope rée lle n'ont pas choisi le parti de la facilité, cela est évident. OEuvrer pour que la vérité é clate est une tâche aussi ardue que noble. Je ne sais qui s ubventionne cette publication qui a élu domicile à Bruxelles, et qui a réglé la note pour les tracts distribués par des contractuels d'un genre nouveau. « La fable des six milli ons » a dû en absorber quelques-uns, de millions, fussent-ils anciens. Mais pourquoi, tout de suite, parler d'argent ? On reconnaît bien là ces viles préoccupations auxquelles la croisade nazie n'a pas réussi à mettre un terme. J'aimerais cependant faire savoir aux commanditaires de l'Europe réel'Ie qui montrent le bout de leur oreille, comme je montre le mien, qu'il n'est peut-être plus de bon ton , dans cette Europe qui essaie de se faire, de rappeler les 58.380.000 nazis disparus, comme il n'est pas de bon ton de douter de ia fable des six millions, fable si chère au monde juif et même non juif survivant ; et si d'aucuns se mettent à manquer de tact, je vais m'y mettre aussi, terriblement. Herbert LE PORRI ER. Berlin et Wiesbaden, les croix gammées et les inscriptions nazies souillent les murs, des CImetières juifs sont profanés, comme à Bamberg l'été dernier. Mais, précise l'hebdomadaire « Zeit » de Hambourg, « Bamberg n'est qn'n1t exe mple parmi d'au/res. Ici il s'agissait d'ull acte antisémite. Derrière tout cela, se cache beaucoup plus, la haine en général. Si aujourd'hui, ce SOl1t (encore) les juifs, de1llain, cela pourrait être les COH/1IlUJ/ is/es, les 1I0irs on quiconqne ellcor,e. Il exisle ulle ft'ys/hie de la haine qui recherche toujours de nouvelles victi1lles. » Des lettres anonymes contenant des menaces de mOl-t, de tortures, de violences, sont adressées à tous ceux, hommes politiques, journalistes, écrivains, ecclésiastiques et démocrates de la R.F.A. qui essaient de- régler pacifiquement les problèmes de la frontière Oder et Neisse et de l'Allemagne en général. Transports d'enfants Croix gammées à Berlin-Ouest Tout en ne mettant pas en doute les efforts de la police et de la justice dans la recherche des coupables, le « Düsseldorfer Volks:::eitung » (R.F.A.) s'étonne que celles-ci n'interviennent pas là où s'étalent publiquement le racisme et le militarisme, et n'interdisent pas des journaux tels « Der Landsel' » (le Poilu) ou le « Nationalulld Soldaten Zeitutlg » qui a publié un article virulent intitulé « La juiverie mondiale ». Transports d'enfants ? On sait, d'après les documents, que des milliers d'enfants du ghetto de Lodz furent assassinés à Chelmno, mais aussi qu'il y fut envoyé un convoi exclusivement d'enfants. Un témoin s'en souvient. Quelle était votre fonction au camp de Cbelmno ? Le témoin Ismer le dit. Il avait à faire avec « les biens abandonnés lI. L'argent était compté et mis en paquets, les montres rangées à part ainsi que les alliances et autres bijoux, ainsi que les vêtements. Tout fut envoyé dans des caisses à Lodz. Au cours d'une année et demie il envoya à la Reichsbank 2.650.000 marks. Le témoin raconte aussi que, dès le premier jour, il assista à l'arrivée du camion des gazés et comment un bébé, qui, on ne sait comment, vivait encore, fut tué ... Sur l'inculpé il ne peut non plus rien dire de précis. Mais il se souvient et dit que « pendant l'été 1942 tout un transport d'enfants arriva à Chelmno et que tous furent gazés » ... Résurgences • • • LA preuve que 1/0US n'avons pas ~ utilisé les j/tifs pour en faire dn saV01/, c'est qn' ils n'étaient pas suffisamment gras », expliquait à ses élèves M. Alfred Endrigkeit, professeur de biologie à Busum, dans le Schleswig- Holstein (R.F.A.). Quant aux chambres à gaz, affirmait ce « pédagogue », elles ne sont que « fables ,et calomnies invell/ ées par les ennemis de la R.F.A. ». Un nommé Kurt Fleilhauer, qui secondait M. Endrigkeit. organisait dans le même lycée des simulacres de « sélection » en envoyant les élèves au tableau noir qu'il appelait la « chambre à gaz ». Si Alfred Endrigkeit a été suspendu de ses fonctions - son assistant, lui, a pris la fuite - combien d'enseignants, ex-nazis, continuent en toute impunité à intoxiquer l'esprit des enfants ou cles étucliants dont ils ont la charge, tel cet autre professeur, titulaire à l'Ecole supérieure cl'économie de Nuremberg, qui enseignait jadis à l'univel-sité allemande de Prague et qui aujourd'hui loue « l'éminent Tôle dil'igeant des peuples et individus 1/ordiques », préconisant comme un « droit » l'extermination cles « fuifs et des slaves ». La l-enaissance cie l'idéologie et des pratiques nazies ne se manifeste pas seulement dans le domaine de l'enseignement, mais se traduit fréquemment dans la vie quotiçJienne. De Kiel à Munich, en passant par Ces manifestations fanatiques et nationalistes ne sont pas des symptômes isolés ou le fait « de jeunes excités », comme le voudrait la version officielle. « Elles sont la collséqllenc.e logique, poursuit le « Düsse1dorfer Volkzeitung », d'une politique qui a permis an commentalenr des lois raciales de Nuremberg, Hans Maria Globke, de devenir secrétaire d'Etat à la Chancellerie, aux a1lciens S.S. et hommes de la Ges/apo de réintégrer les services de rens,eignemellts fédéraux .. , à Utl ancien procureur na:::i de diriger le cet/tre de dOClt11lelltation sur les crimes lIa:::is à Lubwigsbollrg, etc., etc ... » 7 RACES ET MALADIES MENTALES L N 1920, deux années après la fin L de la première grande guerre mondiale, Paris avait accueilli et conse r vai t encore des exempla ires de toutes les races du monde. Au cours des anuées 1914-19 18, les armées alliées avaient recruté des soldats en Asie, en Afr ique Noire, en Océani e, et dans les deux Amér iques. Annamites, Chin ois, Hindous, Malgaches, Noirs du Sénégal, du Congo, des autres colonies françaises, angla ises et portugaises, Noirs d'Améri que et clu Brés il éta ient passés par Pa ris avec les armées. Tous n'éta ient pas retournés dans leur pays respecti f et beaucoup séj ournaient en F rance. Paris était le 1 ieu cie rendez-vous clu monde entier. En 1920, je fus nommé médecin adjoint à l'In firll1eri e spéciale de la P réfecture de poli ce. On sa it qu'à l'In firmer ie spéciale, 3, qua i de l'Horloge, sont amenés les malades mentaux qui, soit sur la vo ie publique, so it à leur domic ile, t roublent l'o rdre public, ou sont un danger pour eux-mêmes ou la sécurité des personnes. Nous avons vu passer il l'In firmerie spéc iale des malades mentaux de toutes races ; des F rançais naturellement en plus gTand nombre, des E uropéens et des blancs de toutes nations, ma is aussi des ind igènes de ·tous pays. jaunes, noirs de race pu re ou des méti s. PAS DE MALADIE SPECiFIQUE ques ou de persécution et d'i n[]uence l"aient le mcme mécani sll1e, sinon le même contenu. Celui -ci pouva it di ffé rer entre malades de races di ffé rentes, comIlle il di fière entre malades cie même race selon les antécédents, l'hérédité, l'éducati on. l'in structi on, le milieu social et cultu rel. La superstructure pittOl'esque poU\'a it va r ie r, les malades étaient les mêmes. Nous a"ons accumulé les observati ons, déci dés à publier un travail sur la « Psychi atrie des races» pour démontrer que les malad ies l1Jentales sont les mêmes dans toutes les races. Un des nos élèves nous demanda un sujet de thèse. Nous lui avons proposé cc thème. Il accepta. Nous lu i avons con fié nos doss iers. 11 dispa rut et nous ne l'a\'ons jamais renl. ni lui, ni nos obse r vati ons. Pend ant les 28 ans où nous a\'ons été médeci ns de l'Infirmerie spéciale, de"enue 1 nfirmerie psychi at rique de la P r éfecture de police, nous a "ons continué ù recueillir des observations touj ours dé- Pa, le professeur Georges HEUYER de l'Académie nationale de Médecine II loll strati "es a,'cc m01l1s de va ri étés pourtant dans les races indigènes qu'après cette période qui sui vit la guerre de 14-18. Or, nous ;1\'ons a lors constaté Clue quelles que soient la race et la coul eur de peau des malades mentaux. il n'y avait pas de malad ie mentale spéci fiqlle de la r ace. Nous voyions des mani aques. des ll1élancoliques, des schi zo phrènes et des psychoses chroni ques, a lors beaucoup de paral ysies générales, des cléments sén iles, etc.. . ; même présentat ion, mêmes ·délires oniriques, hallucinatoi res ou in terprétati fs : même holution des maladies. Les maladies mentales existent rt ont cles symptômes et des évol uti ons précis. Dél ires con fusionnels, mégalo-man ia- L'inauguration de l'Université d'Abidjan Une conférence de Jean HIERNAUX BIOLOGIE et RACISME TEL était le titre de la conférence faite récemment à la Faculté des Scien· ces d'Orsay par M. Jean Hiernaux, maître de Reche rches au C.N.R.S. , chargé d'un cours à la Faculté des Sciences de Paris. A l'appel du Cercle Culturel Joliot-Curie, de l'Association Générale des Hudiants d'Orsay (U.N.E.F.)et du M.R:A.P ., environ 350 à 400 étudiants ont participé à cette conférence-débat, prouvant ainsi combien un problème tel que le racisme intéresse les jeunes, qui, contrairement à ce que d'aucuns affirment, ne négligent pas les grandes questions du moment. Dès l'heu re prévue, les étudiants com· mencèrent à se presser devant l'amphithéâtre. La plupart d'entre eux avaient apporté un sandwich pour remplace r le repas , qu 'ils ne pouvaient plus prendre , la réunion étant organisée à l'heure du déjeune r. Et ce felt une assemblée dens e, qui écouta l'exposé avec une attention soutenue avant de satisfaire à son désir de poser des questions à l'orateur. Il convieni, en effet, de rappeler que M. Hiernaux était le directeur scientifi'que de la conférence réunie en 1964 à Moscou, sous l'égide de l'U.N .E.S.C.O. et dont les parti· cipants devaient se prononcer sur les aspects biologiques de la question ra· ciale (1) . M. Hiernaux fa isait partie des biologistes adversaires de la olassifi cation de l'espèce humaine en races. Mais que l· les que fu rent leurs opinions à ce suj et, tous les partic ipants s 'étaient accordés sur ce point q:.Je « le racisme est l'expression d'un système de pensée fondamentalement irrationnel. La haine et les rivalités raciales se nourrissent de notions scientifiquement: fausses et vivent de l'ignorance_ Elles peuvent aussi procéder d'idées qui sont scientifiquement fon d é ~ s, mais qui, déformées ou privées de leur contexte, ont conduit à de fausses induc· tions n. (2) Il est donc indispensable de rappeler les idées fo ndamentales de la biologie des pop ulations hiJmai nes, et c'était le but de cette conférence d'Orsay. Après avo ir rappelé l'existe nce de diffé· renoes manifestes entre les hommes des diverses parties du globe, M. Hi ernaux montra que cela n'est évidemment pas suffisant pour partager l'espèce humaine en races. Une race devant être stable d'une génération à la suivante , les critères pe rmettant sa définition ne peuvent, a pr ior i, concerner que les caractère3 héréditaire s. Etant donnée une différence , il est avant tout indisp ensable de rechercher si elle est ou non héréditaire. Nous s avons que les cara ctères héréditaires se transmettent par les gènes . Or, compte tenu que ceux·ci vont par pai res, le nombre de pOSSibilités génétiques correspondan'L à vingt caractères génétiques est de l'ordre de 3,5 milliards, soit un nombre supérieul' à la population actuelle du globe. Les individus étant tous génétiquem'en, différents, 'une race ne peut être qu'un groupement. Actuellement, la tendance est d'effectuer des groupements nature'ls : on pa rle alors de « populat ions génétiques n, mais ce faisant, on définit une unité naturelle mais non une classification. La définition d':une race pourrait être ce lle d'un groupement de populations suivant des critères génétiques. Mais les 8ritères variant progressivement d'une po· pu lation à l'autre, il est malaisé de déli· miter exactement une race bien tranchée . Les biologistes pourraient alors espére r opérel', à un moment déterminé de l'évolu· tion, une classification « ho rizontale n qui reflète rait les branches d'un arbre évo· luti f. Mais ce la s emble impossible en raison des modalités de l'évolution hu· ma ine, car s' il est vrai que « tous les hommes actuels appartiennen!: à une même espèce, dite homo-sapiens, et issus d'une même souche n (3), la dive rs ification ne s 'est pas faite s ur le modè le d'un arbre, mais bien plutôt d'un résea u, dans lequel il est imposs ib le de di scerne r des lignes essenti e lles. L'o rateur a alors rappelé les qJat re fac· teurs essentie ls qui détermin ent l'évol ut ion de l'homme. Il a d'abo rd cité la dérive génétique, phé nomène relevant essentiellement de la stat istique, et ne ,,'appl iquant qu'aux petites populations. Pu is le métissage, défini comme l'union entre membres de populations gé néti ques différentes, et qu i est à l'origine de l'apparition de caractères inte,rmédiaires . M3is, contrairement aux assert io ns racistes, les individ:.Js portant ces caractères, et qui sont plus souvent hétérozygotes que leu rs parents, semblent avo ir des « qua- F. de JOUVENEL

  • Suite page 12

(1) Cf « Droit et Liberté» d'octobre 1964. ,2) Debetz, « Courrier de l'U.N.E.S.C.O. », avril 1965. (3) Point 1 de la Déclaration de Moscou. LES MEMES MECANISMES De plus, nous avons voyagé à tra" ers le moncle. ous conna issons, sauf la Roumani e, tous les pays d'Europe, y compris la Russ ie so vi éti que et la Pologne, et leurs hôpitaux psychiatriques ; l'Amér ique du Nord' et le Canada, la plupart des pays de l'Amérique du Sud, l'Airique clu Nord et la Côte d'I vo ire, la Chine enfin. P a rtout, nous a vons v isité cles as iles d'a li énés. Partout, nous avons vu les mêmes malades, man iaques et mélancoliques, schizophrènes et délirants cie toutes formes, c1a siques, déments infa ntiles ou sénil es. Tous les malacles mentaux, de tous pays, de toutes races sont iclentiques dans leur maladie. Il n'y a pas de psychi atrie cles races. Il y a une psychia trie avec les mêmes ma laclies les mêmes symptômes et partout les 111 ê~ mes tra itements. Les contenus des délires p~ u ve nt vari er selon les pays ; les l11alaches et les mécani smes des délires sont les mêmes, et dans le monde enti er sont employés les mêmes méthodes les mêmes techniques de tra itement. ' les mêmes médicaments. En 1 950, au Congr ès ;'I londial de P sychi a trIe, une exposit IOn de dessins d'ali énés fut pa rti cul ièrement démonstrative. Quell e que flt t l'o ri g ine des ma lades sur le d essin ou la peinture réali sés. on 'pouvait fal re le dlag-nostlc de la maladie. Un dess ir; f~ it. pa r . un schi zophrène yougoslave eta it 1 ~l el~tlque d ans son express ion, dans ses deta tl s, dans ses symbolisati ons au dessin d'un schi zophrène brés ili en. On en trouve des exemples dans la thèse fa ite à cette époque pa r le Dr Vol mat. Notre de rni ère expér ience est récente. E n j ui ll et et aoùt 1965, nous sommes a llés en Chine communiste. Avant de part ir, nous avons été reçus par l'attaché cu ltu rel de l'amba 'sade de Ch ine à Paris. Notre \'oyage org-lnisé pa r le Coll èo'e des sciences socia les et économiques d~vait être un voyag-e d'études. Nous avons posé à Monsieur l'attaché culturel des questions concernant les objets particulie rs d'études qui nous intéressaient. notamment

quelles sont les maladics mentales

que l'on observe en Chine, quelles sont les méthodes cie traitement, d'assistance et de prévention ? :\lonsicur l'attaché culturel nous a répondu très aimablement que depuis la libération, les maladies mentales sont très ral'es en Chine, si même elles existent. Déjà assurés qu'il ne pom'ai t en être ainsi, nou lui avons dit que cela nous paraissait impossible. que dans tous les pays du monde, il y a des m,!lades mentaux et partout les mêmes .. quelle que soi.t la race. quelles que salent les conclttlOns SOCiales. En Chine. nous a"ons vi sité très complètement l'hôpital psychiatrique rie Shanghaï: nous avons trol1\·é les mêmes cyclothymiques, les mêmes schizophl'ènes, _ les m~mes délirants chroniques. les memes dements qu'en E urope et a ill eurs. Les mêmes tra itements sont appliqués : cure de sakef, électrochocs, neuroleptiques. A 11 alJO'-Tchéou nous avons v isité une très belle" maison ~le santé pour peti ts malades déprimés. anx ieux, in somni aq ues : psychothérapie, hydroth érapie et pour ces pet its malades. acupun Cture, leur sont réservées. UNE EXPERIENCE SIGNIFICATIVE On il voulu décrire comme maladie mentale spéciale l'Amok, cie :\Iala isie, ca ractérisée par une agitation hallucinato ire avec l'éactions meurtr ières. E lle est rlue à une intoxicati on comme cell e qui est produi te expér imentalement par les champignons hallucinatoires clécrits par le P rofesseur H eim. C'est une confusion mentale avec délire oniri que, de même que la con fusion cocaïn ique peut être dist incte de la confusion alcoolique ; si la symptomatologie pittoresq ue est différente, la maladie est la même : c'est une confusion mentale onir ique. Il n'y a pas de psychiatrie des races. Il n'y a pas 110n plus de psychologie des races. Partout, on l'encontre les mêmes mécanismes in tell ectuels accessibles aux mêmes psychoméh' ies, les mêmes troubles affectifs, les mêmes conditionnements

on peut discuter des mécanismes

psychanalytiques qui, chez l'enfa nt, peuvent être di ffé rents selon les structures fam iliales mais les rapports entre enfants et parents, entre maîtres et élèyes entraî nent des réacti ons d' imitation et d'opposi tion qu i aboutissent ù des déséq uil il:ires affecti fs cOlllparables, 'L'ne expéri ence fa ite l'an dernier nouS a fo urni une vérificati on démonstrative de la psychologie con 1 III une Ù toutes les races. En janvier 1965. :\r. le P rofesseur Hua rd. ]{ecteur de l' Uniyersité d'Abidj an, nous demanda d'assurer à la F aculté de ;'I lédecine d'A bidjan, l'enseignement de la psychologie méd icale devenu obli gatoire dans le prog ramme des études de la première année de médecin e. Il falla it, en v ingt leçons, enseigner aux élèves de la Faculté Ivoirienne de Médecine, non la psychologie en général, mais la psychologie appliquée à la psychologie médi cale pOl\1' l'étude du développement de l'intelligence, de la fO \'lll ati on du di agnostic médi cal, des causes psychologiques cl'erreur, de la formati on des rel ati ons affectives, de leur détérioration, des rapports à établir entre le médecin et le malade, et de l'intervention même dans ces relati ons cie la fa mill e et des di verses admin istrati ons modernes, COIllIlle la Sécurité Sociale. DES DIFFERENCES DE CULTURE Le sujet était nouveau. J'a i accepté de répondre à l'appel de M. le Recteur H ua rd et de M. l'Ambassadeur de France Raphaël Leygues. Une des obj ections qui me fut fa ite avant mon départ cie Paris fut cell e-c i : comment un professeur français, pari sien, peut-il enseigner la psychologie à des Africain s, même f rancophones, dont il ignore les moeurs, les habitudes, en somme la psycholog ie parti culi ère et raciale. C'éta it une erreur fac il e à redresse r. La psychologie est devenue une science fonclamentale au même titre Clue la phys ique, la chimie, la physiologie ; elle peut s'enseigner comme telle à tous les peuples sous toutes les latitudes et les longitudes. La psychologie est devenue une séience cie mesure et d'expé ri ence. 11 y il une psychométrie, une psycho-phys iologie. une psycho-sociologie qui peuvent être enseignées sous la même fo rme dans tous les pays. Les possi bilités intell ectuelles, les réactions affectives de sympathie, cI'antipathie, cie colèt'e. de souffrance, d'évasion, ne sont pas sensiblement di fférentes selon les hommes. Quand il s'agit de psychologie médicale, elle s'applique à l'enseignement de tous les médecins clu monde pour expliquer le comportement normal ou pathologique des individus, les maladies fonctionnelles ou lésionnelles de la psychosomatique et nous l'a,'ons vu, les maladies mentales mêmes. 11 n'y a pas de psychiatrie des races. Il n'y a pas de psychologie des races. 11 y a des di fférences pittoresques selon les pays, selon les cultures. Nous en a"ons eu la preuve a\'ec nos étudiants africains cl'Abidjan auprès desquels les leçons de psychologie médicale ont eu un grand succès. L'expérience fut décisive. Il y a des différences entre les civilisations. II n'y a pas de difiérences fondamentales dans la psychologie des hommes cie toutes races. 1 L'AFFAIRE AUDITOIRE nombreux et attentif, le mardi 10 février, à la 12" Chambre correctionnelle de la Seine: le tribunal, présidé par M. Barbare, avait à juger la plainte de cinq Antillais victimes de discriminations raciales à la brasserie « Paris-Londres », près de la gare du Nord. LES faits datent du 14 septembre 1963, il Y a plus de deux ans. Ce jO;,Jr-là, un samedi, vers dix-sept heures, deux AnUllais, MM. Guery et Boisseron se présentent au comptoir du « Paris-Londres .. et demandent deux demis de bière. Le jeune barman, Pierre Daniel, manifeste un évident .embarras. Il tient conciliabu'le avec la caissière et un autre serveur, Julien Tantet. Bientôt, il revient ·et montre aux deux Noirs .Ie menu des repas. « Pour boire, il faut aussi manger ", déclare-t-il. Au bar, se trouvent plusieurs personnes, parmi lesquelles des dirigeants du M.R. · A.P., qui, informés des discriminations pratiquées dans l'établissement, étaient venus s'en rendre compte. On leur a servi à boire sans difficultés : de toute évidence, 'une proposition de manger à cette heure-là équivaut 'à un refus de servir des sonsommations. Des protestations s'élèvent

« Pourquoi ne donnez-vous pas à

boire à ces hommes ? .. " « Ne sont-ils pas comme tout le monde ? ... " « C'est du racisme ! ... " Le ton monte. Le gérant, Yves Brou, est venu se jOindre à la discussion. Agressif, il affirme : « Ici, on ne sert pas les nègres ... Nous avons le droit de servir qui nous voulons ... " Entre temps arrivent trois autres Antillais, MM. Mirre, Amboulé et Guerlain. Ce dernier, à deux autres reprises, dans le passé, avait été mis à la porte du « Paris· Londres ", où il était entré pour consommer un tilleul-menthe. Le même argument avait été employé : « Nous servons qui nous voulons : charbonnier est maître che, lui ... " Ce 14 septembre encore, sa commande et celles de ses deux amis, formulées dans un silence tendu, se heurtent à un retu" catégorique. La démonstration est faite : il s'agit bien de discrimination ra· r.ia: e. Un militant du M.R.A.P. téléphone alors à la police, d'un autre café. Plusieurs agents arrivent : « Mais c'est inadmissi· ble ! " s'écrie le brigadier, mis au cou· rant des faits. Au commissariat, les cinq Antillais demandent qu'un rapport soit établi

deux de nos amis, Albert Lévy et

Joseph Creitz, s'inscrivent comme témoins. OU INTERVIENT M. FREY non d'un incident provoqué par un geste discriminatoire à l'égard de clients d'une certaine appartenance raciale, mais bien d'une provocation destinée à être utilisée à des fins de propagande. " L'ENQUETE ET LES POURSUITES Comment expliquer cette caution ' donnée par un miJlistre en exe'rcice à un gtrant de brasserie, et au propriétaire de oe lle-ci, responsable, en dernier ressort, des ordres données au personnel ? Une telle intervention, s'accompagnant d'une attaque contre les antiracistes, accusés de « provocation .. surprend d'autant plus que J'enquête réalisée n'avait comporté jusqu'alors aucun interrogatoire des victimes ni des témoins. D'ailleurs, dans une lettre du 11 décembre 1963, le Préfet de Police, M. Papon , écrivait notamment au M.R.A.P., qui Il'avait alerté: « J'ai l'honneur de vous faire con· naître que le différend qui a opposé le responsable de cet établissement à quatre de ses lients n'a pas échappé à mes ser· vices. De plus, M. le Ministre de l'Inté· rieur m'a saisi de cet incident à la suite de la question écrite posée par M. Robert Ballanger, député, le 28 septembre ( ... ). Des éléments de réponse à cette ques· tion ont été fournis par mes soins à M. le Ministre de l'Intérieur, qui lui permettent • LE jugement rendu dans l'affaire du « Paris·Londres " revêt une grande impor· tance par les répercussionsqu"iI a eues, et qu'il ne manquera pas d'avoir longtemps encore. C'est 'la première fois, non pas que des discriminations raciales sont exercées à Paris, mais qu'elles trouvent une juste sanction. Cette jurisprudence favorisera les efforts des antiracistes pour mettre fin à ces odieuses pratiques. Les noirs, les Nords·Africains qui en sont victimes, se senti· ront encouragés à défendre leurs droits et leur dignité : ils sauront qu:iI existe des hommes, un Mouvement, décidés à leur apporter un concours fraternel pour faire reculer leurs insulspé( L s'ob n'a 1 teurs. Il est certain aussi - nous en avons fait l'expé· rience - que la leçon a déjà donné à réfléchir à quel· ques 'propriétaires d'hôtels ou de cafés : nous souhai· tons qu'ils s'en souviennent. par Charles PA Secrétaire Général du M.l p ARCE que le procès de la XII' Chambre a eu des échos dans la grande presse, beaucoup de Français ont soudain découvert ce mal : le racisme, dont ils ignoraient l'exis. tence parmi nous. Sincèrement indignés par les persécutions et les crimes que la haine raciale engendre en Afrique du Sud, aux Etats·Unis, ou ailleurs, nom. breux sont nos concitoyens qui, en toute bonne foi, estiment n'être pas directe. ment concernés. Le livre « Les Français et le racisme ", récemment publié par Albert Memmi, P.H. Maucorps et J.F. Held, montre assez, cependant, la profon· deur des racines que plongent les 'préjugés dans notre société comme dans nos esprits. Et il suffit de parcourir quelques numéros de « Droit et Liberté " pour se convaincre de la réalité, de l'actualité de ce problème. Ou'iI s'agisse du logement, de l'embauche ou du travail, de fréquentes discriminations placent les immigrés, de couleur ou non, en marge de la vie commune. Ouotidiennement, ils se voient brimés, injuriés, parfois frappés. Des groupes fascistes et des journaux LE PROCES OUVRANT les débats, le président résume les thèses en présence : les cinq Antillais et les deux témoins affirment qu'il y a eu discrimination raciale ; le patron, le gérant et les serveurs déclarent que les Noirs qu'ils bre à 17 heures, et qui venaient au « Paris- Londres » pour la première fois de leur vie. « Bien sûr qu'on les aurait servi, s'ils avaient commandé un repas » déclare Tantet, ce qui est un demi-aveu. Le président félicite les Antillais pour la darté et la dignité de leurs exposés. Premier témoin, M. Carpain, est un {( contractuel » de la police, d'origine antillaise lui aussi. Il entra un jour au « Paris-Londres » avec Guerlain, plusieurs mois avant les faits soumis au t ribunal. « Le pat7'On a dit qu'ici on ne

  • Suite page 10.

tancl conti ciale taire dom; form faite en a pays ratifi Mich tian Ce qu' en pensent le, Nous avons demandé ce qu'ils pensent de l'afj responsables des trois syndicats (C.G.T., C.F.n.": d'Hôtels, Cafés, Restaurants et Brasseries de l~ qu'ils nous ont répondu. ,( Une nouvelle mise e La plainte des Antillais, soutenus par deux avocats du M.R.A.P., Maîtres Rolande Attuly et Fernand Benhaïem, était dtiposée au Palais de Justice quelques jours plus tard. L'affaire ayant fait quelque bruit, un député, M. Robert Ballanger, posait une question écrite au ministre de J'Intérieur. Soulignant que « ces pratiques racistes, étrangères à l'immense majorité des débitants de boissons et aux traditions de notre pays, ne peuvent que ternir notre prestige national ", il lui demandait: « l ' les moyens juridiques et autres dont il dispose actuellement pour prévenir et répri. mer de tels actes de discrimination raciale et de provocation à la haine raciale ; 2' ceux de ces moyens qu 'il compte mettre en oeuvre dans le cas considéré ; 3' s'il entend, avec le gouvernement auquel il appartient, demander l'inscription d'urgence à l'ordre du jour du Parlement les propositions de loi réprimant la discrimination raciale et la provocation à la haine raciale déposées, à l'initiative du M.R.A.P. par des groupes parlementaires, dont le groupe communiste. " (Question n° 4.859, du 28 septembre 1963.) Qu'ils s'en souviennent... Dans le Journal Offici el du 7 novembre 1963, paraissait la réponse de M. Roger Frey - ou plutôt, une prise de position du ministre, qui avait cru, étrangement, devoir intervenir directement dans cette affaire. Se référant à « l'enquête effectués ", M. Frey présentait ainsi l'incident: « La conduite de deux consommateurs originaires d'outre·mer, qui causaient du scandale dans un café parisien, a amené le gérant à les inviter à quitter les lieux. Peu après leur départ, deux autres clients de même origine entraient dans l'établis· sement et demandaient à être servis sur un ton désobligeant pour le gérant, et ce en présence d'un reporter d'un journal parisien. Priés à leur tour de sortir, ces deux individus se sont retirés, mais ont été remplacés par plusieurs autres, accompagnés d'un photographe de presse dont l'attitude a justifié l'appel de la police ... " Il s'est agi, ajoutait ,le ministre, de publier sa réponse au Journal Offi· ciel. " Des « éléments de réponse ", soulignons- nous, et non pas le résultat d'une enquête. Encore semble·t-il que, pOlir M. Papon, l'incident 'ne puisse être ramené à une provocation, puisqu'il écrit, en termi· nant sa lettre : « J'ajoute que le débit de boissons incriminé fait l'objet de surveil· lances spéciales pour éviter, le cas échéant, le renouvellement de semblables incidents. » En fait l'enquête s'est poursuivie, précise, sérieuse dans les mois qùi suivirent. Une confrontation générale eut 'lieu dans ,le cabinet du juge d'instruction, avec la participation des cinq Antillais, d'A'ibert Lévy et Joseph Creitz, du personnel du « Paris-Londres " et du propriétaire, M. Maffray. C'est à la suite de cette enquête que les responsables des discriminations ont comparu devant la 12' Chambre pour " refus de vente" et « injures publiques ", et qu'ils ont été condamnés. ont refusé de servir avaient, préalablement, causé du scandale dans l'établissement. « Reste à savoir ce qui est vrai ... Il s'agit, avant tout, de trancher la question » constate le Président. Des exposés clairs et dignes Or, l'interrogatoire des plaignants et des prévenus, fait apparaître clairement, comme ce fut le cas pendant l'enquête, la sincérité des premiers, et les contradictions où s'empêtrent les autres. Selon ces derniers, des incidents avaient eu lieu huit jours - ou quinze jours - plus tôt avec des Noirs. Ou même au début de l'après-midi. Cela suffit à justifier selon eux, le refus de servir tous les Noirs : « J'avais à assurer la bonne marche de l'affaire » indique Brou, le gérant. Pressés de questions, ils sont obligés d'admettre que, s'ils connaissaient effectivement Guarlain, celui-ci ,ne se trouvait pas parmi les deux clients noirs qui entrèrent tout d'abord, le 14 septem- Lorsque des discriminations racistes sont pl évidemment sur ordre de la direction. C'est donc L'employé, s'il refuse, risque de perdre son tra1 part un certain courage. Il est clair que dans ur peut que lui apporter un soutien sans réserve. Il y a quelques années, les employés d'une nous ont fait savoir que, pour écarter les Noir faire payer les consommations plus cher qu'aux au a amené le patron à revenir sur cette décision. Nous protestons également lorsqu'un patron ref noirs et surtout algériens. Cela se présente sc 500 plongeurs en chômage à Paris au moins 45 Nous ne sommes pourtant pas en Amérique Londres », nous publierons une nouvelle mise professionnel. Secrétaire ({ Que tout le monde soi Je dois d'abord vous affirmer l'entière adhésia que mène le M.R.A.P. contre le racisme. Nous nous félicitons de l'existence d'un te aider à informer plus exactement nos adhérents racisme. Car l'information qui joue un rôle im] • , • jugement rendu dans l'affaire du cc Paris· Londres » revêt une grande imporpar les répercussions qu'il a eues, et qu'il ne manquera pas d'avoir mps encore. C'est la première fois, non pas que des discriminations spécialisés s 'emploient en permanence à susciter envers eux un climat hostile. L'ACTION du M.R.A,P., si elle rencontre dans l'opinion publique un puissant soutien venant de tous lés milieux, se heurte à une étrange attitude des pouvoirs publics. En contradiction avec les faits les plus patents, l'on exercées à Paris, mais qu'elles trouvent une juste sanction. Cette favorisera les efforts des antiracistes pour mettre fin à ces pratiques. Les noirs, les Nords·Africains qui en sont victimes .. se sentiIIlc: ouraCles à défendre leurs droits et leur dignité : ils sauront qu'il existe un Mouvement, décidés à leur apporter s 'obstine ~ affirmer, en haut lieu, que 'Ie problème du racisme ne se ' pose pas, n'a pas à être posé. Le Ministre de l'Intérieur ne croit pas devoir séyir contre les groupes racistes dont les provocations redoublent. fraternel pour faire reculer leurs insul- Les Parquets s'abstiennent de poursuivre les auteurs Il est certain aussi - nous en avons fait l'expé- que la leçon a déjà donné à réfléchir à quelbrClOriétaires d'hôtels ou de cafés : nous souhai- por Chorles PALANT - de diffamations racistes. Le Garde des Sceau.!' estime inutile l'adoption de nos propositions de lois pourtant déposées à l'Assemblée par des parlementaires de toutes tendances. On ne compte plus les cas où nos plaintes contre tel journal ou tract raciste ont été Secrétaire Général du M .R.A.P. E que le procès de la XII' Chambre a eu des échos dans la grande presse, beaucoup de Fran- purement et simplement classées. Seules des circonstances tout à fait particulières, ont permis la juste condamnation prononcée contre le «Paris-Londres ». çais ont soudain découvert ce mal : le racisme, dont ils ignoraient l'exisparmi nous. Sincèrement indignés par les persécutions et les crimes que raciale engendre en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, ou ailleurs, nomsont nos concitoyens qui, en toute bonne foi, estiment n'être pas directe- La Convention pour l'élimination de toutes les formes de discriminatio~ raciale, adoptée le 21 décembre dernier à l'O.N.U., fait obligation a~x Etats sIgnataires de prendre une série de mesures efficaces contre le racisme dans les domaines législatif et juridique, en matière d'éducation et d'enseignement, ?'information et de culture. Nos propositions de lois, comme d'autres suggestions Le livre « Les Français et le racisme ", récemment publié par Memmi, P.H. Maucorps et J.F. Held, montre assez, cependant, la profonracines que plongent les préjugés dans notre société comme dans nos Et il suffit de parcourir quelques numéros de « Droit et liberté » pour faites par le M.R.A.P. correspondent à ce programme.. _ C'est dire combien nous souhaitons voir cette Convention promptement mise en oeuvre. Elle est, sans nul doute, conforme aux 'plus nobles traditions de notre pays. Celui·ci s'honorerait, aux yeux du monde, s'il était parmi les premiers à la ratifier, parmi les premiers à l'appliquer pleinement. Est-ce trop demander ? de la réalité, de l'actualité de ce problème. Ou'i1 s'agisse du de l'embauche ou du travail, de fréquentes discriminations placent les de couleur ou non, en marge de la vie commune. Ouotidiennement, ils brimés, injuriés, parfois frappés. Des groupes fascistes et des journaux PROCES les débats, le président les thèses en présence Antillais et les deux téqu'il y a eu discriminapatron, le gérant et les que les Noirs qu'ils de servir avaient, préalabledu scandale dans l'établisReste à savoir ce qui est vrai ... avant tout, de trancher la quesle Président. clairs et dignes des plaignants et , fait apparaître clairement, fut le cas pendant l'enquête, des premiers. et les contraoù s'empêtrent les autres. ces derniers, des incidents avaient huit jours - ou quinze jours - avec des Noirs. Ou même au l'après-midi. Cela suffit à juseux, le refus de servir tous « J'avais à assurer la bonne l'affaire » indique Brou, le de questions, ils sont oblildnlettre que, s'ils connaissaient Guarlain, celui-ci .ne se parmi les deux clients noirs tout d'abord, le 14 septem- Photo Elie Ka!)an . ROlande AJtuly (ci-dessus) a assisté les plaigants au conrs de l'ins tructiOn. Mais elle n'a pu plaider, pour raison de santé. Ci-contre .- devant la 12' chambre, trois des pla'gnants (MM. Mirre, A mboulé et Guery), leurs avocats (M" Elyane Lascar et Ferna:'ld Benhaïem) et les témoins (Albert Lév.1/ et Joseph Creitz) . bre à 17 heures, et qui venaient au « Paris- Londres » pour la première fois de leur vie. « Bien sûr qu'on les attrait servi, s'ils avaient commandé un repas » déclare Tantet, ce qui est un demi-aveu. Le président félicite les Antillais pour la clarté et la dignité de leurs exposés. Premier témoin, M. Carpain, est un ({ contractuel » de la police, d'origine antillaise lui aussi. I! entra un jour au ({ Paris-Londres » avec Guerlain, plusieurs mois avant les faits soumis au t ribunal. {{ Le paU'on a dit qu'ici on ne 111111111. A la s u ite du p rocès du « Paris -Londres », le 4 fév r ier, RadioLuxembourg , a vec le conco urs du M .R.A .P., a consa c ré o u racisme une pa rtie de son é miss ion « Tout le monde en parle » , d e Jea n-

  • Suite page 10.

M iche l Pedrazzani et Yves Courri ère . No us donnons ici, a vec l'a u t orisa t ion des réa lisa te urs, la transcription de cette séquence. Ce qu'en pensent les syndicats Nous avons demandé ce qu'ils pensent de l'affaire du ({ Paris-Londres» aux responsables des trois syndicats (C.G.T., C.F.D.T., C.G.T.-F.O.) des Employés d'Hôtels, Cafés, Restaurants et Brasseries de la région parisienne. Voici ce qu'ils nous ont répondu. {( Une nouvelle mise en garde» Lorsque des discriminations racistes sont pratiquées dans un café, c'est évidemment sur ordre de la direction. C'est donc le patron qui est responsable. L'employé, s'il refuse, risque de perdre son travail, et cela représente de sa part un certain courage. I! est clair que dans un cas pareil notre syndicat ne peut que lui apporter un soutien sans réserve. I! y a quelques années, les employés d'une brasserie du Quartier Latin nous ont fait savoir que, pour écarter les Noirs, ils avaient l'ordre de leur faire payer les consommations plus cher qu'aux autres clients. Notre intervention a amené le patron à revenir sur cette décision. Nous protestons également lorsqu'un patron refuse d'embaucher des employés noirs et surtout algériens. Cela se présente souvent, et il y a, parmi les 500 plongeurs en chômage à Paris au moins 450 Nord-Africains. Nous ne sommes pourtant pas en Amérique ! Après l'affaire du ({ ParisLondres », nous publierons une nouvelle mise en garde dans notre journal professionnel. Roger BONNET, Secrétaire général du Syndicat C.G.T. « Que tout le monde soit averti ••• » Je dois d'abord vous affirmer l'entière adhésion de notre syndicat à l'action que mène le M.R.A.P. contre le racisme. Nous nous félicitons de l'existence d'un tel Mouvement qui peut nous aider à informer plus exactement nos adhérents de la réalité quotidienne du racisme. Car l'information qui joue un rôle important dans ce domaine est * Suite page 10. l 'ves Courrière. Bien sùr, notre réponse il tous est : non, nous ne S0111- mes pas racI stes. La preuve vous voyez dans nos universités, le nombre de Noirs et de jaunes qui étudient sous la direction de nos professeurs. De nombreux Noit-s américains sont venus s'installer en France. Et en particulier des intellectuels. Bref, la France a toujours été et continue d'être le pays de la liberté. C'est vrai. Mais que ceux pour qui le racisme est intolérable ne s'endorment pas de belles paroles. Ecoutez attentivement cc reportage. Un étudiant africain (1) de nos amis va entrer dans un hôtel dont la tenancière est signalée comme raci ste. Notre reporter, JeanRobert Cherfils suivra. Ils ont, l'un et l'autre un micro caché. Dans une voiture, à une centaine cie mètres cie là, un magnétophone tourne. Ecoutez. Dans un hôtel parisien J_'étudial1t africain_ - Bonjours, Madame. Auriez-vous une chambre, s' il vous plaît? - Pour ce soir. c'est complet. L'ét lldiant africain. - Je vous remercie, Madame ... J.-R. Cherfis. - Est-ce que vous auriez une chambre pour ce soir? (1) Il s'agissait de notre ami Pierre Coula, attaché culturel du M.R.A.P. * Suite page 14. LE racisme en France? Pour le découvri r, il Suffit de s'arrêter devant un kiosque à jou rnaux ... Voi ci « Minute ", dont aucun numéro ne paraît sans un art icle s ur l' inva sion alg érienne .. ou les " crimes alg é riens .. ... Voici « Europe Action» qu i. dans un s tyle aux prétentions doctrinales. se pos e en " fer de lance .. de la " race aryenne .. menacée ... Et « Défense de l'Occident ", où Bardèche prône la recolonisation de 'I·Afrique ... Ou encore « Europe Réelle ", ce torchon antisémite imprimé en Belgique. Et aussi « Charivari ", o rgane offic iel de l'O .A.S. Et de plus anciens. comme « Rivarol", c Aspects de la France ", « Nouveaux Jours ", « Ecrits de Paris », etc .... qui distillent d'une colonne à l'autre ·Ie mépri s et la haine du juif. du noir. de ,'Arabe à propos de tout et de rien ... Sans parler des campagnes be llicistes de «Carrefour" contre les " pé r'ils .. de diverses COLl leurs. Ni de ces quotidiens qu i savent si bien. par le choix des info rmations et la prése ntat ion des t it res s usciter 'la peu r de " l'étranger .. quel 'qu 'il soit... On a peine à croire que cette presse spéCialisée. dont 'le t irage total se chiffre en ce ntai nes de milliers d'exempl aires. pu isse paraît,re li brement. se diffuser ·sans encombre dans :Ia France de 1966 ... Regardons-y de plus près . Les ({ sectateurs d'Abr,gham et de K. Marx » La grande affaire pour " Europe Action .. de février. c'est l' " indé pendance .. de 'la Rhodésie. car se Ion son co llaborateur Sai nt-Loup « la cause de Smith est celle dl monde blanc ". Un Comité France Rhodés ie a été créé, que préSide justement. ce Saint-Loup, autremen dit Marc Augier, pl us connu pou ses exp~oits dans la Waffen S.S. Ce hitlérien fanatique a publié naguèr un livre intitulé" Les Volontaires' si scandaleux qu'il a été saisi à 1 suite des protestations qu'il ava soulevées. Encouragés par ce pi tronage. les gro upes de la Fédén tion des Etudiants Nationalistes or édité à Aix-en-Provence. Brest. Ma seille. Montpellier, Grenoble, Lyo Strasbourg. des tracts proclamai leur solidarité avec les champior de I·apartheid. A Lyon. ils ont mar festé devant le consulat britanr que aux cris de : " Halte au racisfT noi r ! " Bien entendu. en Rhodésie comn ailleurs. le racisme ne saurait êt que noir. et c'est être raciste ql réclamer pour les noirs desdroi égaux à ceux des blancs. Le « , recteLlr politi"que .. d' " Europe f. tion ". Dominique Venner. expliq dans une autre page que « les ml ses de couleur augmentent aut~ en nombre qu'en haine pour l'ho me blanc ". Ce qui a permi s à 1'1 rope « son expansion civilisatriCE c'est, ajoute-t-il. son cc ethnie bl; che ». Or. on veut nous « impo~ un style de vie métissé ". D'où nécessité d'une ·Iutte contre 1 « immigrants allogènes ". « To les conflits actuels sont nationa ou raciaux, renchérit François E gneau ... La race blanche a, aujo d'hui un devoir à accomplir. p( qu'elle puisse assumer sa missi elle doit prendre conscience d'el même. " Et Jean Mabire, le réd, teur en chef. auteur d'un livre 'à gloire de Ti xier-Vignancour. vi père cc les sectateurs d'Abraham de Kar,1 Marx (qui) osent parler liberté, alors qu'ils veul ent nous ' 1er jusqu'à notre âme, avec la CI leur de notre peau, nos trésors pie rre, les légendes de nos batail et de nos travaux, les pas de r pères sur toutes les routes du m de ". 11 faut moins 'que cela pl justifier une cro isade ! Du moindre fait d ivers ••• La " menace .. qui pèse sur blancs, el'Ie se concrétise dans agissements, en France. de { " allogènes .. qui. à lire la pre: raciste. passeraient leur vie à CI mettre des agres·sions. « Des vi, encore des viols, toujours • viols ". titre " Europe Action Que la plupart des viols soi commis. selon les statistiques. des criminels « bien de chez nou 7 • fS s'emploient en permanence à susciter envers eux un climat hostile. I?N du M.R.A,P., si elle rencontre dans l'opinion publique un puissant lien venant de tous les milieux, se heurte à une étrange attitude des \l'oirs publics. En contradictio,n avec les faits les plus patents, l'on à affirmer, en haut lieu, que le problème du racisme ne se ' pose pas, 1 être posé. Le Ministre de l'Intérieur ne croit pas devoir sévir contre les groupes racistes dont les provocations redoublent. Les Parquets s'abstiennent de poursuivre les auteurs \NT - de diffamations racistes_ Le Garde des Sceau_x estime inutile l'adoption de nos propositions de lois pourtant déposées à l'Assemblée par des parlementaires de toutes tendances_ On ne compte plus les cas où nos plaintes contre tel journal ou tract raciste ont été purement et simplement classées. Seules des circonslut à fait particulières, ont permis la juste condamnation prononcée « ,Paris-Londres ". onvention pour l'élimination de toutes les formes de discrimination raIptée le 21 décembre dernier à l'O.N.U., fait obligation aux Etats signaprendre une série de mesures efficaces contre le racisme dans les , législatif et juridique, en matière d'éducation et d'enseignement, d'in· 1 et de culture. Nos propositions de lois, comme d'autres suggestions . le M.R.A.P. correspondent à ce programme. dire combien nous souhaitons voir cette Convention promptement mise Elle est, sans nul doute, conforme aux 'plus nobles traditions de notre s'honorerait, aux yeux du monde, s'il était parmi les premiers à la les premiers à l'appliquer pleinement. Est-ce trop demander ? ROlande _4.Ltuly (ci-dessus) a assisté les plaigants au cours de l 'instructiOn. Mais elle n'a pu plaider, pour raison de sant é. Ci-contre : devant la 12' chambre, troi.s des pla'gnants (MM. Mirre, Amboulé et Guery), leurs avocats (M' Elyane Lascar et Ferna:7.d Benhaïem ) et les témoins (Albert Lév1j et Joseph Creitz). suite du procès du « Paris-Londres », le 4 février, Radioxembourg, avec le concours du M.R.A.P., a consacré au racisme e partie de son émission « Tout le monde en parle », de Jeanrazzani et Yves Courrière. Nous donnons ici avec l'autorisa réalisateurs, la transcription de cette séquence~ syndicats du « Paris-Londres » aux .G.T.-F.O.) des Employés ~io n parisienne. Voici ce ~arde » uées dans un café, c'est atron qui est responsable. et cela représente de sa pareil notre syndicat ne sserie du Quart ier Latin s avaient l'ordre de leur clients. Notre intervention d'embaucher des employés pt, et il y a, parmi les ord-Africains. près l 'affaire du « Parisk! arde dans notre j ournal r BONNET, raI du Syndicat C.G.T. Irverti ••• » ~ notre syndicat à l'action ouvement qui peut nous la réalité quotidienne du nt dans ce domaine est * Suite page 10. Yves Counière. - Bien sûr, notre réponse il tous est : non, nous ne sommes pas racistes. La preuve : vous voyez dans nos universités, le nombre de Noirs et de jaunes qui étudient sous la direction de nos professeurs. De nombreux Noirs américains sont venus s'installer en France. E t en particulier des mtellectuels. Bref, la France a touj ours été et continue d'être le pays de la liberté. C'est vrai. Mais que ceux pour qui le racisme est intolérable ne s'endorment pas de belles parol es. Ecoutez attel)tivement ce r eportage. Un étudiant africain (1 ) cie nos amis va entrer clans un hôtel clont. la tenancière est signalée comme raciste. N otl-e reporter J eanRobert Chedils suivra. Ils ont' l'un et l'autre un micro caché. Dans ~ne voiture, à une centaine cie mètres cie là un magnétophone toume. Ecoutez. ' Dans un hôtel parisien L' étudiaNt africain. - Bonjours, Madame. A uriez-vous une chambre s'il vous plaît? ' -:- Pour cc soir, c'est compl et. L'étlldiant africain. - Je vous remercie, Madame ... . J.-R. Cherfis. - Est-ce que vous aunez une chambre pour ce soir? (1 ) Il s'agissait cie notre ami Pierre Coula, attaché culturel du M.R.A.P. * Suite page 14. LE racisme en France? Pour le découvrir, il Suffit de s'arrêter devant un kiosque à journaux ... Voici « Minute )J, dont aucun numéro ne paraît sans un article sur " l'invasion algérienne .. ou les " crimes algériens ..... Voici « Eu-' rope Action" qui, dans un style aux prétentions doctrinales, se pose en " fer de lance .. de la " race aryenne .. menacée ... Et « Défense de l'Occident ", où Bardèche prône la recolonisation de fAfrique ... Ou encore «Europe Réelle ", ce torchon antisémite imprimé en Belgique. Et aussi « Charivari ", organe officiel de l'O.A.S. Et de plus anciens, comme « Rivarol", « Aspects de la France ", « Nouveaux Jours ", « Ecrits de Paris ", etc .... qui distillent d'une colonne à l'autre -le mépris et la haine du juif, du noir, de j'Arabe à propos de tout et de rien ... Sans parler des campagnes bellicistes de « Carrefour " contre les " pér,ils .. de diverses COuleurs. Ni de ces quotidiens qui savent si bien. par le choix des informations et la présentation des titres susciter ,la peur de " l'étranger .. quel 'qu'il soit... On a peine à croire que cette presse spécialisée, dont 'le tirage total se chiffre .en centain.es de milliers d'exemplaires, puisse paraÎt,re librement, se diffuser sans encombre dans :Ia France de 1966 ... Regardons-y de plus près . Les « sectateurs d'Abr,gham et de K. Marx» La grande affaire pour " Europe Action .. de février, c'est l' " indépendance .. de 'la Rhodésie , car selon son collaborateur Saint"Loup , « la cause de Smith est celle du monde blanc ". Un Comité FranceRhodésie a été c-réé, que préside. justement. ce Saint-Loup, autrement dit Marc Augier, plus connu pour ses exp:!oits dans la Waffen S.S. Cet hitlérien fanat ique a publié naguère un livre intitulé" Les Volontaires ", si scandaleux qu 'il a été saisi à la suite des protestations qu 'i'l avait so,devées. Encouragés par ce patronage. les groupes de la Fédération des Etudiants Nationalistes ont éd ité à Aix-en~Provence , Br est. Marseille. Montpelli er. Grenoble , Lyon. Strasbourg, des tracts proclamant leur solidarité avec les champions de I·apartheid. A Lyon, ils ont manifesté devant le consulat britannique aux cris de : " Halte au racisme noi r ! .. Bien entendu. en Rhodésie comme ailleurs, le racisme ne saurait être que noir, et c'est être raciste que réclamer pour les noirs des droits égaux à ceux des blancs. Le " directeLir politi'que .. d' " Europe Action ". Dominique Venner. explique dans une autre page que « les masses de couleur augmentent autant en nombre qu'en haine pour l'homme blanc " . Ce qui a permis à l'Europe « son expansion civilisatrice " c'est, ajoute-t-il, son « ethnie blanche ". Or. on veut nous « imposer un style de vie métissé ". D'où 'la nécessité d'une ·Iutte contre les « immigrants allogènes ". « Tous les conflits actuels sont nationaux ou raciaux, rench érit François Brigneau ... La race blanche a, aujourd'hui un devoir à accomplir. Pour qu'elle puisse assumer sa mission elle doit prendre conscience d'elle· même. " Et Jean Mabire, le rédacte'ur en chef, auteur d'un livre 'à 'Ia gloire de Tixier-Vignancour, vitupère « les sectateurs d'Abraham et de Kar,1 Marx (qui) osent parler de liberté, alors qu'ils veulent nous vo· 1er jusqu'à notre âme, avec la cou· leur de notre peau, nos trésors de pierre, les légendes de nos batailles et de nos travaux, les pas de nos pères sur toutes les routes du monde ". Il faut moins que cela pour justifier une croisade ! Du moindre fait divers ... La " menace .. qui pèse sur les blancs, eille se concrétise dans les agissements, en F,rance, de ces " allogènes .. qui. à lire la presse raciste, passeraient leur vie à commettre des agres'sions. « Des viols, encore des viols, toujours des viols ". titre " Europe Action " ... Oue la plupart des viols soient commis, selon les statistiques. par des criminels" bien de chez nous ", cela importe peu : « Du droit des peup·les à disposer d'eux·mêmes ... au droit de disposer de la femme des autres ", il n'y a, évidemment. qu'un pas, et " Europe Action .. 'Ie franchit sans hésiter. Les perspectives ·sont d'ailleurs d'autant plus inquiétantes que « chez nous, le criminel allogène a .droit à tous les égards. On ne le punit que pour la forme. Sinon ce serait faire preuve de racisme " ... Cette infâme campagne visant à affoler l'opinion par l'exploitation éhontée du moindre fait divers, François Brigneau la poursuit systématiquement dans « Minute ", où i'I est rédacteur en chef-adjoint, après avoir occupé les mêmes fonctions à « Rivarol ". Sous le titre : « L'invasion algérienne continue ", " Minute .. du 3 février s'en prend aux bidonvilles de la banlieue parisienne. non pour s'indigner du sort fait aux malheureux qui sont contraints d'y vivre. mais pour diriger contre eux l'hostilité, puiS la violence. « C'est un véritable foyer d'épidémies et de crimes aux portes de Paris " peut-on lire dans cet article, où ria dénonciation de la « pègre algérienne redoutable " n'est, comme d'habitude, qu'un prétexte pour j eter le discrédit sur ,l'ensemble d'une communauté ·Iaborieuse. Dans un précédent numéro (31 décembre) " l'invasion» des travailleurs algériens était décrite en ces termes d'Apocalypse: « Ce sera la prolifération des bidonvil,les, l'invasion de nos rares hôpitaux, la mise Dans l es couloirs du métro Photo Elie Ka:;:,an . à sac de notre sécurité sociale, l'extension du chômage, et nos rues de plus en plus livrées à cette pègre dont Boumedienne se débarrass :~ pour nous gangrener ,,_ « Les Fran· çais, conclut théâtralement " Minute . n'accepteront jamais la France algérienne ! " Un manifeste ({ social-raciste ~) Répondant naguère à une démarche du M.R.A.P., le ministre de l'Intérieur affirmait que les journaux racistes imprimés à l'étranger étaient interdits en France (1) . Or " l'Europe Réel'Ie ", édité à Bruxelles, est affiché (entre autres). dans des kiosques parisiens. et l'on peut diffici'lement imaginer feuil·le plus raciste et antisémite que ce « pério· dique de combat pour un nouvel ordre européen ", dont l'un des soustitres est le mot d'ordre : « Défen· se de la race ". La haine est à chaque page. à chaque ligne du dernier numéro [janvier 1966) . comme des précédents. Au Ouarti er Latin « la proportion des métèques n'a jamais été aussi grande ", est-il écrit dans un arti,cle rempli d'insultes à l'égard des étudiants africains. Ras'semblarlt dans una forme particulièrement grossière les thèmes habitue'ls de ce genre de publications, " L'Europe Héelle » écrit : Nous sommes à une époque où l'Arabe, le Nègre et le Juif sont ROIS C .. ) Leur entreprise ne tient le coup que grâce à l'habile propa· gande financiée par le judéo-capitalisme ( ... ) Nous lutterons jusqu'à la victoire contre le mélange des races, pour la défense de notre civilisation. En un mot, nous refusons la décadence. " Ai'ileurs, les rédacteurs se pro· noncent « contre le judéo.capitalisme, le bolchevisme et la démocra· tie décadente ". Il énumèrent « les différents moyens employés par nos ennemis (-les juifs) pour affaiblir moralement et physiquement notre civilisation ". Ces moyens sont : « la presse pourrie, refuge et chas. se gardée des intell'ectuels juifs " ; le Hercé .; .Ie divorce ;l'alcoolisme puisque " l'Etat juif augmente autant qu'ille peut les débits de boi'ssons " ; les drog:lles pharmaceu· tiques et les stupéfiants ; -l'avor· tement ; le banditisme , résultant de « l'adoration du dieu juif numéro 1 : l'argent " ... Cette liste. est-il précisé. « n'est pas limitative ". Dans une autre page enco·re. on recommande aU 'lecteur un « Manifeste social-raciste " qu i vient de paraître en Suisse et auque'l la " Commission idélogique du Nouvel Ordre Européen .. a donné son ap· . probation. Il y aurait dé quoi rire si de semblables élucubrations n'avaient pas déjà montré à 'quelles extrémi· tés elles peuvent conduire. Ceux qui les p·ropagent ont l'habileté de dé· noncer. démagogiquement. des in· justices ou des plaies sociales par· fois rée'lIes : c'est '!'interprétation qu'ils en apportent qui est fausse, substituant aux données économi· ques, sociales et politiques . de pré· tendus ,complots ou conflits fondés sur l'origine raciale ou religieuse. Ainsi ils peuvent parvenir. en pé. riode de crise aiguë, à entraÎne,r des troupes fanatisées dans des actions crim ine'lles, comme celles qui, na· guère, ont fait des millions d'innocentes victimes. Oue cela continue plus de 20 ans après la victoire, sur le nazisme. on ne peut. à vrai dire, qu'en être indigné. Des menées intolérables Et ces gens-là s'orga nisent Nous pouvons signaler, écr!t " L'Europe Réelle » qu'un peu par. tout en France, de petits groupes se forment afin d'assurer la diffusion de notre journal, notamment à Tours, à Poitiers. Pour Paris, nous avons de grands projets. " Ailleurs, ce sont les commandos de la fédération des Etudiants National istes, ou ,les Comités d'Europe Action - qui menèrent activement campagne pour Tixier-Vignancour. Ou le mouvement Action Occident, qui annon· ce « la sortie d'un nouvel organe na· tionaliste " dirigé par Pi erre Si dos, ancien animateur du Mouvement Jeune Nation (2) . C'est aussi ·Ie Parti Prol étarien National-Socialiste, dont le Führer, Jean-Claude Monet, annonce la publication prochaine d'un nouveacl " Mein Kampf ". grâ· ce aux fonds qu'il reçoit. paraît-il, du nazi anglais Colin Jordan et de son égé rie Françoise Dior. Sans exagérer l'importance de cette agitation, on ne peut cepen· dant t enir pour nég·ligeables les tracts racistes et antisémites diffusés un peu partout à travers la France, ,les graffiti injclrieux ou menaçants" les croix celtiques et les croix gammées qui prolifèrent sur les mur's de nos villes ou dans les cou10irs du métro (3), les réunions tenues par " Europe Action » sous le couvert de 'Ia campagne présidendentielle, les commandos constitués et entraînés par différentes forma· tions raci'stes, 'la libre parution enfin de tant d'hebdomadaires et de mensuerls qui n'ont d'autre objet que d'entretenir les préjugés, la mésentente et les heurts entre groupes humai ns. De tels faits sont inadmissibles. Tout citoyen conscient de ses ,responsabilités. soucieux de la dignité de notre pays. se doit de souteni'r l'action poursuivie pour faire échec au racisme. Louis MOUSCRON. (1) Voir la brochure {( Les racistes centre la République », supplément r. {( Droit et Liberté », N° 247. (2) Un tract d'Action Occident écr,it que « La reconquête de l'ALgérie doit être le ciment qui unira les peuples d'Europe. » (3) Nous avons cité dans notre dernier numéro des graffiti, affichettes, tracts racistes et antisémites signalés à Lille, Nimes, Paris et sa banlieue. Sochaux, Lyon. Des tracts tous aussi pernicieux ont également été diffusés à Dijon et à Marseille. 10------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Le procès du «

  • Sui~e de 1(1 page centrale

sert pas les petits noirs n, déc~are-t-il. Et comme ils insistaient pour être servis, il leur fut répondu que « cha1'bOr.::'lier est maître chez lui n M. Carpain dit son amertume : « j'ai été vexé... C'est la premièTe fois qu'une pareille chOse m ·arrivait. n Le rôle du M.R.A.P. Notre rédacteur en chef, Albert Lévy, est maintenant à la barre : « Nous avions été informés, dit-il, des discriminations i·nadmissibles pratiquées dans ce café. Et comme notre Mouvement, qui a p0u.r but de s'opposer au racisme, n'agit pas inconsidérément, quelque. s dirigeants ont tenu à aller se rendre compte sur place. Lorsque le garçon a présenté le menu à MM. Guéry et Boisseron, ces deux personnes pOuvaient réagir de façons différentes : ou bien subir passivement l'affront et se retirer , oU! bien protester - c'est ce que le gérant ou le propriétaire appellent « faire du scandale n. Loin d'être une « provocation n, notre présence a contribué à éviter des incidents fâcheux, qui auraient pu se proçiuire ce jour-là ou à d'autres occasions. « Nous avons espéré jusqu'au bout que nos interlocuteurs entendraient raison, que nou.s parviendrions à les convaincre (comme c'est arrivé clans d'autres cas semblables) que de telles pratiques étaien t indignes d'eux et indignes de notre pays. n Il _précise encore qu'à aucun momen t, pendant la discussion, ni le gérant, ni la caissière, ni les serveurs n'ont fait état pour se justifier d'incidents qui se seraient produits dans l'après-midi avec d'autres Noirs : c'est plus tard que cette thèse a été avancée. « Nous n'avons eu d'autre but, poursuit- il, que de servir la Justice. puisque le gérant affirmait qu'il avait « le droit n de ne pas servir les Noirs, nous avons appelé nous-même la pOlice, pour qu'il y ait un rapport, et nous nous sOmmes iuscrits pour venir témoigner devant le tribunal. Les photos qui ont été prises, à notre demande (et qui wnt versées au dossier) confirment la présençe des différentes personnes citées dans ce même dossier. n Et il conclut : « Notre souci n'était pas de propagande. NOUS avons été indignés, et, cOmme c'est notre rôle, nous sommes intervenus pour faire cesser (les faits scandaleux. La propagande, à nos yeux, c'est tout autre chose c'est la diffusion, par tous les moyens possibles des idées qui favorisent la cOmpréhension, la fraternité entre tous les hommes ... » « Après tant de souffrances... » A son tour, Joseph Creitz, rappelle les faits aveo précision : « J'ai cru tout d'a· bord, déclare-t-il, qu'il S'agissait d'un malentendu. Puis, quand j'ai vu qu'il n'y avait pas de doute possible, j'ai été inçiigné qu'après tout ce que nous venons de souffrir , le racisme puisse encore exister contre qui que ce soit . J'étais venu constater un fait, mais j'aurais souhaité que cela soit faux. Nous avons insisté auprès du g~rant : « Servez ces Messieurs, et nous partirons aussitôt... 1) Mais puisqu'il refusait, nOus avons tenu à appeler la pOliçe. » Joseph Creltz s'étenne ensuite q~l e ies prévenus fassent état d'incid'!nts provoqués une autre fois par un ou deux Noirs, pour justifier leur refus de servir TOUS les Noirs : « Ce n'est pas , s'écriet- il, parce qu'un Auvergnat a fait du scandale d,ans un café que l'on r efuse de servir tous les Auvergnats. n Des hommes à part entière Me Elyane Lascar, qui remplace M' Rolande Attuly, souffrante, est la première à plaider. Elle souligne l'attitude digne des Antillais, dont la sincérité, « le désir d'être à la hauteur de leur tâche civique, permettent à la vérité de se manifester de façon éclatante, et qui n'ont Paris-Londres» pas hésité, pour ce la, à p3rdre une journée de travail. » En face, ce ne sont que faux-fuyants, contradictions; le patron du « Paris-Londres n, M. Maffray n'est pas venu. En présentant. le menu, son gérant et ses employés n'ont pas osé manifester ouvertement les discriminations qu'ils étaient chargés d'appliquer. « S'ils avaient fait, depUis, amende honorable ; s'ils disaient : « Nous ne faisions qu'exécuter des ordres, mais nous condamnons le racisme n, alors nous nOus mOntrerions plus compréhensifs à leur égar d. n « Vous avez à pren{ire un jugement important, dit encore M ' Elyane Lascar, s 'adressant aux juges. On commence par la sélection, on continue par la ségrégation, et on finit par le camp de concentration. Vous devez rendre un jugement qui sanctionnera définitivement l 'attitude écoeurante qui co nsiste à discriminer entre une certaine humanité et une autre humanité parce qu'elle n'a pas la même couleur. » Soulignant que les cinq Antillais se sont conduits correctement, elle demande enfin que la décision du tribunal « leur permette de se considérer comme des citoyens, des hommes à . part entière n. « La provocation, c'est le racisme» Minutieusement, M' Fernand Benhaïem, reprend les faits pour prouver la double culpabilité des prévenus, qui doivent être condamnés à la fois pour refus de vente et injure raciale. Il demande que le propriétaire, qui a donné les ordres soit plus sévèrement sanctionné que le gérant, et celui-ci plus que les serveurs, notamment ie jeune Daniel, qui n'a pas eu l'attitude agressive des autres. Il oppose les unes aux autres les thèses succéssives de Maffray, Brou et leurs subordonnés, au cours de l'enquête. Une première fois, Brou n'avait-il pas déclaré à un journal qu'il « ne travaillait qu'avec des habitués n ? ... Et il souligne, au terme de son analyse que l'intervention du Ministre de l'Intérieur, se fondant sur une enquête à peine commencée, s'avérait « pour le moins hâtive n. ({ Devant çes discriminations, déclaret- il, l'étonnement des témoins, notre étonnement à tous qui sommes içi, est profondément rationnel : car c'est le racisme qui est irrationnel. Le scaniJale ne vient pas de ceux qui le dénOncent . C'es t le racisme lui-même qui constitue un scandale, qui provoque au sçandale. » Le Procureur intervient ensuite brièvement. C'est pour préciser que le patron d'un café, « responsable de l'ordre dans son établiss6ment n, peut en expulser les clients qui provoquent des troubles ou qui sont ivres. « Mais en aucune taçon la couleur de la peau ou l'origine ne peut justifier une telle mesure ... n « Cela ne doit pas exister ! » s'écrie-t-il. « Et si même On admet que des incidents s'étaient produits auparavant avec M. Guerlain, il est clair que les deux premiers Antillais qui sont entrés devaient être servis . Si, parmi les Noirs, comme dans tous les groupes humains, i l y a des gens qui ne sOnt pas intér essant s, on doit les distinguer des autres, on ne peut pas les confondre tous dans une même réprObation. » Le jugement Après la plaidoirie de M' Bensimon, qui reprend les thèses de ses clients, l'audience est suspendue. En fin d'aprèsmidi, la décision est communiquée : POUR REFUS DE VENTE, le patron, Maffrav. est condamné à 2.000 francs d'amende ; le gérant Brou à 1.000 francs; ie barman Daniel. à 500 francs avec sursis. POUR INJURES PUBLIQUES ENVERS PARTICULIERS, Brou et Tantet sont condamnés chacun à 500 francs d'amende. Les cinq Antillais , déclarés recevables, obtiennent le franc de dommages et intérêts qu'ils réclamaient. Maffray, Brou, Tantet et Daniel sont condamnés solidairement aux dépens. EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. Une riposte à la propagande r aciste: « L/ ACTION DE CENTAINES DE MILLIERS DE METALLURGISTES ». LA di ffusion récente de tracts racistes visant à toucher particuliè rel11 ent les travailleurs suscite dans les s)'ndica ts -des réactions dont il cOlwient de se fé liciter. L'un de ces tracts, dont nous ci ti ons des extra its dans notre derni er numéro, avait été, selon nos informa tion s, distribué chez P eugeot, à Sochaux. L'Union départementale des Syndicats Conféclé r (s du Doubs (C.G.T.), a fa it une e1Jquête sur place, cl'où il semble r ésulter que la di stnbution a été certainement très limi tée. llIme Germaille Guillé, secrétaire de la C.G.T. nous écrit, d'autre part à ce sujet

« Je suis convaincue que les travailleurs

lui out réservé le sort qu'ilmérilait et que nos militants lle manqueront pas d'en dénollcer le caractère fascisle ct le scandale que co llsti/lle l'activité perll/ise cl ces groupusCIIles par les pouvoirs public.\". » . De son côté, la Fédération des 1'l'al'ailleurs de la ;,Iétallurg ie CC.C.T. ) a rendu publique ulle décla ration de son Comité Exécutif F édéral où il « élè've la pills énergique protestation em'ers les agissements de groll pes factiellx semblallt bénéficier de la mallsuétllde des pouvoirs pltblics ». « EH .e ffet, poursuit ce texte. le C 0- mité F x éClttif Fédéral a été ill forll/é qlle ces .r;rollpllswles, allx appellatiolls dh'erses, se /i'l'rent par '-'oie de tracts et d'afficlies, da lls des localités, des elltreprises, à une odieuse propagaude racisl!: dirigée cOlltre les traz'aillellrs algériells Olt s llr Iwe base allt iséll/ ite. (_CUI' prose reprelld les pires « tli éories » lI a::;ics, illcitalll' à. la liaine et à la pCllr. « Ces élé ll/ ellts troubles, liés pOlir 1'1 11- siellrs à des g rollp ell/e ll ts fascisles ai'é rés COlIl/lle « E llrope .Ietioll » et les « COlll ités Ti.rier-Vigllallcour », sOlliL'nlls par des fellillcs dit 11I (} lIle tJ'l'e, WI/Ime « Rivarol» ct « .1Iillllle », vise ll t l'ar leurs agissell/ellts, à créer de taules l'iL'ces Iwe agitalioll II/alsaille destilléc à dresser les I/.IIS cOlltre les alltres les truvailleurs frallçais .ct algé riells, et à foII/ ellter des illcidellts de tOli te so rt e. ,) « Le CO II/ité ExéClttif de la Fédération, peut-on lire encore, exige, au lIom de centailles de milliers de II/ étallll rgistes qui llli fOllt confiallce que les 1'011- vairs pltblics prenlle/lt les mesllres qlli s'ill/posellt pOlir lII!'ttre ces grollpell/cl/ts factiellx hors d'état de I/ltire tallt à l'ordre l'lIblic qu'à l'hol/llellr de notre pays. « Dans cet esprit, le Comité Exéwtif demande à ses orgal/isatio lls : U.S.T..11., SJl lldicats, sectiolls sYlldicales, de il L' tolérer el! allClI1! cas de tels procédés, l'Il les déllOl/(al/t panlli les métallllrgiste." el! organisallt la riposte de masse, afill d'obliger les pO llvoirs pllblics à prelllre les IIII'SllreS qlli s'ill/posel/ t. » Il s'aiiirme « perslladé qlle les 1II étall llrgistes. fidèles allssi biel! 11 lellrs trai/itio lls d:: frate rll ilé ct de solidarité, qn'à celles dit CO ll/bat aHtiJaciste, Ile perll/ett ro ll t l'as le d(:z'eloppell/ellt de cette agitatioll fuetie ll se. » Cette déclaration a été adressée au Président de la République. En la COlllmuniquant au ;'I.R.A.P., le Secrétariat de la Fédéra tion écrit : « COIIl l/le 7'01IS le 'l'erre::;. celte dhlaration ellgage nos orgal/isatiolls Û 1/1: tolérer Cil allclln cas cette cl1l1/pagl/c raciste, et il sera dOliC l'ris pOlir c!taqlle cas cOllcret, des IlIeSllres de protestatioll et d'actioll. « _\ 'O IIS ,-'OIIS sc rio liS recolllla issal/is si, de 'l'o tre côté, '1'0115 'l'O lll c::; biclI cO ll til/lier 11 1I0llS iI/forli/cr. si cela s·a'i.',;rait néccssaire. » UNE LETTRE DE M. BOULLOCHE maire de Montbéliard Dans une lettre adressée à notre ami le Dr Hi rsc h, le maire de Montbé liard, M. André Boul loche, qu i avait été a·lerté au s ujet des t,racts racistes diffusés à Sochaux, précise, après e nq:Jête, que la distri bution a été probablement très lim itée. Il ajoute toutefois: « Je partage l'émotion de votre Association devant la teneur d'un tel document, de nature à réveiller puis à exploiter des sentiments particulièrement vils. » « 1\ y a lie.u, écrit encore M. Boulloche, de rester extrêmement vigilant sur ces questions, et je me ferai un devoir d 'intervenir chaque fois que des informations concernant la Ville ou le District d :~ Montbéliard me seront communiquées par vos soins sur ce sujet. « Le caractère néfaste de la propagande raciste ou antisémite n'est en effet plus à démontrel', et je serai toujours à vos côtés pour la combattre chaque fois que la nécessité s 'en fera sentir. " Acles de vandalisme contre des synagogues, S'agit-il d'une action coordonnée? Nous signalions dans nos derniers numéros que des croix gammées et des inscriptions antisémites avaient été peintes, à la fin de l'année, sur la façade de la synagogue de Lille. Quelques mois plus tôt, c'étaient les synagogues de Neuilly-sur-Seine et de Thionville qui étaient visées par les vandales néo-naz is. Dernièrement ils ont sévi dans le Midi. Sur la synagogue cl'Av ignon. lïnscription « L es juifs au four! » accompagna it les croix gammées. A Cannes, les agresseurs, pénétrant clans les jardins. de la synagogue, ont brisé avec un out il métallique des yitraux a nciens très pré-· cieux. Dans tous les cas ci tés, les coml11unautés juives, profondément émues. ont porté plainte aup rès des autorités. Ces plaintes n'ont eu jusqu'à présent aucune suite. Ce qu'en pensent les syndicots

  • Suite de 1a page centrale

d'autant plus difficile à assurer que nous travaillons dans un milieu peu organisé sur le plan syndical: nos adhérents, qui se recrutent dans des petites et moyennes entreprises, sont souvent très isolés. D'autre part, s'il est facile de se prononcer unanimement pour l 'intégration aux Etats-Unis par exemple, il est absolument nécessaire que tout le monde soit averti que ce même problème se pose aussi en France. C'est pourquoi je le répète encore une fois, nous sommes »rêts, nous Syndicat C.F.D.T. des Hôtels, Cafés, Restau~ants, Brasse~ies, Cantmes de la région parisienne, à vous apporter notre entlere collaboratIOn afm que cessent toutes les discriminations dont sont victimes les gens de couleur dans des établissements français. Gilbert LAUBE, Secrétaire général du Syndicat C.F.D.T. ({ Contre cet é tat de choses» Le Syndicat Force Ouvrière des Employés d'Hôtels, Cafés e~ Restaurants de la région parisienne, ayant appris par la presse que certmps etabllssements pratiquaient des discriminations raciales, s'élève contre cet etat de chos~s et approuve la campagne menée par le Mouvement contre le RaCIsme, 1 AntIsémitisme et pour la Paix. D'autre part, le Syndicat accepte dans ses rangs, en leur apportant son complet appui, toutes les personnes, quelle que soit leur. co~leur, leur confeSSIOn ou le parti auquel elles appartiennent, sans aucune dlscnmmatlOn. R. BUREAU, Secrétaire général du Syndicat C.G.T.-F.O. 11---- LES GITANS SONT-ILS DES HOMMES l • Au nom de l'hygiène et de la salubrité ... U ne initiative à généraliser DANS son numéro d'octobre 1965, Etudes Tsiganes pUblie une revue de presse tort significative des problèmes que pose aux Gitans la ségrégation de tait dont ils sont victimes. Voici quelques-uns des extraits cités: • « Sans doute certains prétendent-ils qu'une certaine durée de séjour dans une commune déterminée est nécessaire aux sans-domicile-fixe pour se marier. Mais Cavaillon va-t-il devenir la commune des candidats au. mariage ? Bien sûr, les sentimentaux y trouveront leur compte, mais la majorité des CavaiIJonnais n'est sans doute pas sentimentale car, s,i nous en croyons les réactions, de nombreux lecteurs indifférents à la connaissance de leur avenir, mais jaloux de leurs poulaillers et insensibles au pittoresque, ne voudraient pas que la populaire chanson soit parodiée : « Où vas-tu Gitan ? Pas à Cavaillon, de grâce ! » (Le Provençal, 28 mai 1965). • « Procès-verbal a été dressé, à Villeneuve- les-Avignon contre le propriétaire d'un terrain qui avait permis un campement Gitan à moins de 300 mètres d'un monument historique. » (Le Provençal, 15 juillet 1965). • « Dans l'intérêt de l'hygiène et de la salubrité publique, défense est faite aux propriétaires, principaux locataires et autres de tolérer, à quelque titre que ce soit, le séjour des véhicules dont il s'agit dans leurs propriétés, cours, passages, terrains, voies privées ou autres emplacements dont ils ont la propriété ou jouissance. » (L'Indépendant, 21 juillet 1965). • « Le Conseil Municipal de Fleuryla- Vallée a approuvé le projet d'arrêté relatif à l'interdiction des nomades ptoposé par le Prétet J) (souligné par nons N.D.L.R.). (L'Yonne Républicaine, 23 juillet 1965). • « A la suite d'incidents survenus dans une fête foraine à Draveil, il faudrait imposer l'éviction pure et simple de tous les Gitans. » (Le Républicain). • « L'attention des services de police de Libourne a été attirée sur l'introduction de plus en plus fréquente dans les maisons ou appartements de Gitans enfants, hommes et surtout femmes. « Ces personnes, si elle sont surprises, donnent comme prétexte à leur intrusion leur intention de vendre certains objets sans grande valeur. Elles se livrent également à la mendicité ... ... « Dans l'intérêt de tous, il serait souhaitable que toute personne se livrant à la mendicité soit signalée, car cette activité, d'ailleurs interdite, en cache souvent d'autres plus répréhensibles. » (Le Libournais, 25 septembre 1965). D'autres journaux, par contre se tont l 'écho de réalisations et de prises de positions témoignant d'une meilleure cOmpréhension. • « Le groupe scolaire du Plan de Grasse (Alpes-Maritimes) doit accueillir les enfants des Gitans pour qui des maisons ont été construites à Mougins. » (Le Patriote de Nice, 25 septembre). • « Un terrain devrait être créé à Dijon, où les voyageurs pourraient rester un temps suffisamment long pour que les problèmes sociaux qui les intéressent 'puissent être résolus. » (Le Bien PUblic, 13 mai 1965 ). • « Les nomades qui ont élu domicile sur l'avenue de la Pérolière ont fait là un petit village fleuri, plein de charme et de propreté. » (Le Progrès de Lyon, 6 mai 1965). • « A Perpignan, un terrain a été aménagé. Il a été jalonné, piqueté et divisé en parcelles. Chacune d'elles délimite une surface destinée à recevoir la construction du baraquement ou de la maison du futur occupant. Le plan d'ensemble prévoit un bloc sanitaire, avec salle de soins, de visites médicales et un bureau destiné au garde, des W.C. et un bassin-lavoir. L'eau, en effet, a été amenée jusqu'à ce nouvel emplacement et au ponceau construit pour permettre l'accès au terrain. » (L 'Indépendant, 15 avril 1965). • « Nous croyons savoir que le Conseil Municipal caresse le projet de créer, un peu à l'extérieur de Narbonne, un camp de passage pour les nomades et particulièrement p:Jur les Gitans. L'abbé Gand, aumônier des Gitans, aurait été particulièrement séduit par ce projet. » (L'Indépendant, 4 avril 1965), • « Il ne faut pas que le stationnement de certaines personnes qui doivent nécessairement s'arrêter (mari à l'hôpital, femme au dernier mois de grossesse, enfant malade, etc.) soit livré à l'arbitraire. Les nomades doivent vivre normalement en hommes libres et indépendants. » (Ouest-France, 3 juin 1965). Malheureusement, le nombre de ces citations positives est de très loin inférieur aux premières. La population nomade restera-t-elle encore longtemps interdite de séjour ? S'IL est en France une ségrégation à peu près généralement admise, c'est bien celle dont sont victimes les Gitans. C'est aussi la seule qui, outre les préjugés courants, est officialisée par les textes. Le carnet anthropométrique est toujours de rigLieur. Un journaliste du Figaro, J .-L. Meteye, qui publia l'an dernier une enquête surle's nomades, écrivait à ce propos: .. Les services de police arrivent à la conclusion, ils ne sont pas les seuls, que le carnet anthropométrique ne sert plus à grand chose et qu'il serait bon de lui substituer un système de caractère moins discriminatoire. n (15 juil .. let 1965.) Alors que la plupart des communes françaises continuent à appliquer contre ,les nomades une politi'que vexatoire ; que certains préfets, par exemp'ie celui des Hautes'Pyrénées, au cours du second trimestre 1965, invitent les maires à durcir encore la ré glementation en la matière, on ne peut que donner la publicité la plus large à la cir,cU'laire adressée par !e Préfet de ia Mayenne, le 15 octobre dernier, aux Sous-Préfets, aux Maires et aux Chefs des Services Départementaux: OBJET : Population d'origine nomade. Lors d'un rassemblement de Tsiganes, il y a quelques semaines, en France, un porte-parole a déclaré : .. Faites que les .. gadjés n (non tsiganes) nous considèrent comme des frères, qu'ils ne nous chassent plus de leurs communes n, et il concluait : .. Les Gitans ne savent pas tous lire ; la seule phrase qu'ils déchif· frent toujours est .. Interdit aux nomades plus de 24 heures n. A la politique de répression et d'interdiction jusqu'ici pratiquée à l'égard des populations d'origine nomade : Tsiganes, Romanichels, Gitans, etc ... , doit être substituée une politique plus compréhenSive tendant à la fois à permettre leur développement humain normal et à faire disparaître, pour les populations au milieu des· quelles elles vivent, les inconvénients inhérents à leur présence. La note ci-jointe résume les conclusions de la Commission interministérielle constituée le 1" mars 1949 afh d'étudier et de Photo Elie Kagan. proposer aux pouvoirs publics les mesures nécessaires à l'amélioration des conditions de vie des populations d'origine no· made. Ces conclusions ont reçu l'assentiment des Ministres de l'Intérieur et de la Santé publique 'et de la Population. Mais s'il apparaît que le succès de la politique nouvelle dépend de 'la compré· hension générale du public, le concours des Administrateurs locaux est capital en la matière ; aussi, est-il essentiel d'ob· tenir leur collaboration aux mesures en· visagées. 'Précédant toute autre mesure, des ges· tes simples comme ceux-là pourraient être accomplis: - enlever les panneaux « interdit aux nomades» ; - substituer aux pancartes d'interdiction, des panneaux indiquant les lieux de stationnement avec une formule de bien· venue: « Lieu d'accueil pour les nomades, stationnement autorisé » ; - déplacer les lieux de stationnement qui dans quelques communes se confon· dent avec la décharge publique, dans un secteur de la commune plus convenable sans pour autant que ce soit la place centrale ou fatalement le stationnement ne peut être prolongé. Les idées de fraternité et de charité si répandues dans notre département trou· veraient ainsi un moyen nouveau de se matérialiser heureusement. Confiant dans votre esprit de compré· hension, je souhaite que sur le thème de cette note et selon les indications qu'elle contient, vous me fassiez part, par écrit, de vos réflexions comme des mesures pratiques que vous prendrez dès maintenant et plus tard, pour faciliter le stationnement et la vie normale des nomades sans attendre qu'eux-mêmes se sentant l'objet d'une sympathie collaborent par leur attitude à votre action. Sans attendre de résultat ni de recon· naissance, je suis convaincu que tous les maires et les populations qu'ils adminis· trent auront à coeur de faire que la Mayenne soit accueillante aux nomades et qu'elle contribue, pour sa part, à les remettre dans le siècle. Le Préfet, L. VOCHE\" Précisons en o'utre qu 'là la suite ·de cette Circula ire, l'Inspecteur d'Académie a invité les instiruteurs à accuei'llir le mieux possible les enfants des voyageurs qui se présentent dans 'les écoles, et à signaler à l'administration les difficultés rencontrées. Ces circulaires ne sont pas moins significatives par ce qu"elles ne disent pas ': en proposant des solutions humaines et positives, el'Ies mettent en évidence la situation qui est aujourd'hui faite aux nomades_ Et n'oublions pas non 'plus qu'el'Ies n'intéressent qu'un seul département. REPARATION I L Y a un an ( Droit et Liberté » de janvier 1965), nous rendions publique une affaire douloureuse : l'affaire Kraouti. Parce qu'elle n'était « pas de race arabe », un tribunal français refusait de rendre une enfant à sa mère, française, mariée à un Algérien. La petite Dominique, cependant, portait le nom de ce dernier, et ils avaient vécu tous trois ensemble, jusqu'au jour de 1960 où les parents furent arrêtés pour a ide au F.L.N. La fi llette, alors âgée de trois ans, avait été confiée à l'Assistance Publique. Il a fallu plusieurs années et une série de procès, de nombreuses protestations, d'émouvants témoignages, l'intervention du l\I.R.A.P. auprès du Garde des Sceaux, le dévouement inlassable de 1\I' Nicole Rein, avocat des Kraouti, pour que J;:t justice enfin triomphe des préjugés. La Cour cl'Appel de Rennes a ordonné, le 17 décembre dernier, que Dominique nous réjouissons sincèrement de cette nous réjouissons sincèrement de cette heureuse conclusion. le cinéma 1 THE BLACK FOX (LE RENARD NOIR ) U nouveau film de montage sur la nai ssance, les ravages et la mort clu fléau nazi. Il n'y en aura jamais trop si la monetone et révoltante fascination de la mort semée sous toutes ses formes finit par ancrer, une fois p:mr toutes, la haine clu tyran. s'appelEt- il cI'un autre nom qu'Hitler. L'oeuvre que l'on nous propose cettc fois a visiblement été fa ite avec des moyens limités. ] e ne reprocherai pas aux auteurs leur petit nombre cie documents origin aux - ma is clont quelquesuns sont terrifiants; il n'y a plus g uère cie surprise à attenclre pour un suj et aussi rebattu. l\Iais des documents cie bonne Hitler vu par Joseph Von sternberg qualité technique sont amalgamés, sans raison apparente, avec d'autres, bien mauvais, contretypés d'originaux qUI pourtant existent. Pour renouveler le suj et on nous trace, entre le roman cie Hitl er et « Le Roman de l(cnard », Ull parallèle qui alourclit sans convaincrc. Comparer le rusé Aclolf à Renarcl, le goupil que sa malice a r enclu populaire, c'est diminuer Hitler, rapetisser le monstrc sans pareil, c'est clétendre par la farce les ressorts dc la plus déchirante des tragéclics. Sur cc point de clépart se g reffe une seconde comparaison entre Staline et Y sengrin le leup, dont l'injuste schématisme nous bouche toute compréhension du jeu diplomatique entre 1939 et 1941. j'ai préféré le contrepoint entre l'enfe r nazi et les tt'ès belles illustrations que Gustave Doré avait fa ites pour « L'Enfer » de Dante. Le commentairc. qui nc « colle» pourtant pas assez ;t l'image. cst mcilleur. li souligne, plus nettement quc d'autres, la rcsponsabilité des milieux financ iers et inclustriels clans le « lancement » cie Hitler comme rcmpart contre le communisme. Il l'appellc que la première agression cI'Hitler, et cie son ail ié Mussolini, fut faite non contre la Tchécoslovaquie mais contre l'Espagne. et que dan~ le _ pâté national-soc ialiste il n'y avait memc pas une alouette de socialisme. La musiquc est excell ente ct les bruitages tombent à point. Ce .l·équisitoi re neus l'entendons par la V~IX du procureur Dietrich. J'aime Mariene DIetrich, non seulement parce lt;'elle a clu ta.len.t mais parce qu'elle declcla, un certall1 Jour de 1933. qu'il ne I.ui su ff isait pas d'avo ir les plus bclles Jambes clu monde ct qu'il lui fa llait aussi une tête ct un coeur. Cette grandc ac~ ricc est l'csprit le plus li brc, le plus mtrallSlgeant, Ic plus fidèle qui soit. Le plus libre, qui rompit à jamais ,n'ec son peuple en proie ;t la maladie honteuse du fascismc. Lc plus intransigeant, qui osa clire, et cette déclaration a la dureté et l'éclat du diamant : « MOIl coeur ne pouvait pas se serrer lorsqn'on bombardait Hambourg pa-rce qu'il se serraù quand 01/. bOll/bardait Londres. J'étais du côté des illlloeents et il faUait qn'ils gagllel1t. » Le plus f idèle qui, Améri ca ine, prit Ic parti de de Gaulle quand Ics Américains lui préfé rèrent Giraud, ct dont le gaullismc des premiers âges il la pureté désarmante de l'Eglise des catacombes. La beauté, le talent, le courage, l'intelligence... Vous en connaissez beaucoup, ,"ous, qui aient tout cela

t la fois?

« HAREM NAZI » Je ne vous convierai pas ù voi r ce film produit par quelque marchand de rutabagas pour les salles spécialisées dans la pornographie populaire. La seule excuse de ceux, techniciens et acteurs, qui ont participé à cette entreprise qui vise bas, très bas, est qu'ils ont une famille à nourrir. Cela dit, « Harem nazi » a tout de même le mérite de rappeler qu ï 1 a bel et bien existé des B.~r.c. où de malheureuses créatures. tatouées « Feldhurrc » (p ... militaire), étai ent livrées aux purs Siegfried du JIl o Reich. Elles étaient essenti ellemen t recrutées - de force est il besoin de le dire - parmi les déportés, et la plus famcusc fut, dit-on, la princesse l\1afalcla cie Hesse. La plupart sont mortes. 11 y avait peut-êtl'c parmi ell es la soeur, la femme, la fill e, la fiancée de tel d'entre nous. Ne les oublions pas; c'étaient nos camarades cie combat. Que le rêve du grand Reich millénaire a it abouti à fournir aux marchands de rêveries érotiques un aliment, cela aussi est symptomatique. Ni la Commune, ni la Révolution russc, ni la guerre d'Indépendance américaine, ni mêmc la sanglante épopée napol éoni cnne. ni aucune autre des g randes entrepriscs humai nes parfois largement entachées d'injustice ma is qui contribuèrent à la 111arche du temps. n'a pu denner lieu à une dégradation aussi prononcée de son propre myth e. Plus quC' dc l'hi stoire ou de la sociologie, le phénomènc du nation alsoc iali sme relevait cie la pathologie soCIale. Cela le conclamne une fois de plus sans a ppel et nous une fo is de plus à la vigi lance. René DAZY. Hitler et le strip-tease Le crazy Horse Saloon, disent les publications spécialiSées, est à Paris, le Temple du Strip·tease. L'une des strip· teaseuses, alIemande, répond au nom pa· rodique de Bertha Von Paraboum. ElIe se dénude sous les yeux d'une effigie de Hitler, et porte une croix gammée en guise de cache·sexe. ElIe s'en est expliquée pour le magazine Pariscope : - Pourquoi faisiez·vous cette parade nazie, avec Croix Gammée, portrait d'Hit· 1er et musique martiale ? .. - Je l'ai fait parce que ça me rap· portait de la publicité, donc de l'argent, et c'est ce qui compte le plus au monde. - Aviez·vous une intention politique ? - Aucune ... - Pourtant il y a eu des réactions hostiles, pour la plupart. - II Y a peut·être des gens qui ont souffert (sic) à cause de Hitler. En voyant mon show d'autres images leur revien· nent en mémoire. Mais ce n'est que du show·business. Et Bertha a cette conclusion stupé· fiante de bêtise ingénue : - Les gens qui sont choqués par la photo du führer doivent l'être aussi quand ils voient une femme nue ! LA COEXISTENCE JUDEO-ARABE L'ACTUEL conflit judéo·arabe donne prétexte à bien des généralisations hâtives, à bien des conclusions abusives. L'hebdomadaire Jeune Afrique vient de prendre une initiative qu'on ne doit pas passer sous silence ; sous le titre : « Une coexistence fertile : Les juifs dans la cité musulmane », il donne la parOle à un juif, Victor Malka, et à un musulman, Rached Hamzaoui. Tous ,deux brossent l'histoire des rapports judéo·musulmans, avec des précisions qui font justice du vieux mythe de l' « antisémitisme comme composante essentielIe de la mentalité musulmane ». « Les juifs des pays conquis par l'Is· lam, écrit Rached Hamzaoui, accueilli· rent celui-ci comme un mouvement tolérant et libérateur, comparé au traitement que la chrétienté du Moyen.Age leur faisait subir. » Et Victor Malka précise

« Des documents... montrent que

les juifs étaient parfaitement intégrés à l'activité économique du monde musulman des premiers siècles, et qu'ils n'ont jamais souffert de ségrégation réelle ... Dans l'Islam triomphant du VII' au XV, siècle, comme dans sa période d'efface· ment - entre le XV, et le XX, siècle - se marque une extraordinaire symbiose judéo·arabe. » Les preuves historiques de cette sym· biose ne manquent pas : « Les conquérants arabes d'Espagne confièrent souvent la garde et la défense des villes dont ils venaient de s'emparer à des garnisons composées de musulmans et de juifs, ou de juifs seulement. C'est ainsi que le conquérant de l'Espagne Mousa Ibn Nusair (660-717) confia la défense de Séville conquise à des juifs ; son adjoint Tarik Ibn Zyad confia Grenade à des juifs et des musulmans. » (Rached Hamzaoui.) « En l'an 670, Sidi Okba Ibn Nafi fonda Kairouan et y installa mille familles coptes et juives qui devaient assurer le rayonnement futur de la ville, célèbre par ses écoles talmudiques. » (Victor Malka.) Plus qu'un bon voisinage, les relations entre juifs et musulmans pendant toute cette période débouchèrent des échanges culturels très profonds. « Les conditions de vie des juifs, leur prospérité générale, la sécurité dont ils jouissaient, donnèrent lieu à une renais· sance culturelle juive sans précédent qui puisa ses sources dans l'essor culturel arabe. Les juifs considérèrent les penseurs arabo-musulmans comme leurs maî· tres, tout au moins au début ... Nous ci· terons parmi les philosophes juifs Saad· na et son traité Foi et connaissance, Maïmonide et son traité Le guide des égarés, tous deux écrits en arabe, puis traduits en hébreu par la suite. La Bible elle·même fut traduite en arabe. » (Ra· ched Hamzaoui.) « Toute la liturgie du judaïsme séphar. di était empruntée à celle de la mosquée. Aujourd'hui même, celle de la synagogue nord-africaine, de manière générale, doit la majeure partie de ses mélodies à la musique andalouse ; on peut signaler en passant que paradoxalement, la synagogue judéo·marocaine a conservé certains airs de musique andalouse que l'Islam a « perdus » du fait que cette musique n'est pas codifiée. Inversement on retrouve chez les Arabes des légendes de la « Haggada » sur les patriarches et les prophètes, sous le nom d' « Israëliyyat ». (Victor MalkaJ Il y eut pourtant, à certaines époques des persécutions. Mais « les massacres de juifs en terre chrétienne ont souvent revêtu la forme de pogroms, minutieusement organisés. En terre d'Islam, il s'agit plutôt de crises violentes et passagères. Ce sont des flambées de persécutions sporadiques. Au plus fort de ces accès, il se trouve toujours une élite mu· sulmane pour prôner la tolérance... » (Victor MalkaJ « Ce ne fut pas l'Islam orthodoxe et triomphant qui exerça (les persécutions) mais plutôt l'Islam sectaire, fanatique ou déclinant. Nous faisons ici allusion aux violences des Almohades ou des Chiites. » (Racheld Hamzaoui.) La symbiose fut teHe, conclut Victor Malka, que « en Israël, ceux qui, du Maroc ou de Tunisie, sont venus trouver refuge, souffrent d'une discrimination, Maïmonide est en même temps représentatif de la civilisation arabe et de la culture juive. plus affective qu'effective. Ils sont les « Noirs » du pays. On ne peut parler de « racisme » comme certaines publications voudraient le faire croire, mais plutôt d'un malaise intercommunautaire. Il y a indubitablement un certain mépris, voire de l'inimitié, de la part des « aské· nazim » pour les juifs orientaux en Israël... Il y a trois ans, un journaliste israélien publiait un livre intitulé « La révolution ashkénaze » dans lequel il suggérait de barrer la route aux juifs originaires des pays arabes... Ben Gourion, qui a jadis représenté une partie de l'opinion publique, avait un jour dé· claré qu'Israël ne devait pas devenir un « pays levantin ». Il entendait s'élever ainsi contre le désir des juifs « séphardis » de renouer avec la forme de vie qui fut la leur et de maintenir l'héritage oriental qu'ils avaient reçu. Or seuls les juifs séphardis pourront demain jeter un pont entre juifs et arabes. La symbiose andalouse est encore possible... » Le cr•i me du 15 Décembre C« ENT juifs, communistes et anarchistes qui ont des rapports certains avec les auteurs des attentats seront fusillés »... C'est en ces termes qu'une affiche rouge bordée de noir, placardée la veille à Paris, annonçait, sous la signature de von Stulpnagel, l'un des premiers massacres d'otages perpétrés sur le sol français )Jal" l'occupant nazi, le 15 décembre 1941. Dans une plaquette dont la deuxième édition vient de paraître (1), Raph Feigelson )lrésente avec précision ce drame majeur d'un temps d'héroïsme et de sang. A travers ces quelques pages denses, nous revivons les premiers mois de l'occupation, les arrestations de juifs, les attentats contre l'ennemi, les représailles. Raph l'eigelson met aussi en relief la complicité des collaborateurs fraf\çais avec leurs maîtres nazis. Il n'est pas sans intérêt de rappeler aujourd'hui le rôle de Pétain, 'lui adresse à Hitler un télégramme de sympathie au moment même où s'accentue la chasse aux patriotes et où s'accroissent massivement les « frais d'occupation » que doit payer le peuple français. Pour la première fois, se trouve établie, grâce à une recherche soigneuse, la liste des otages fusillés ce jour-là (il y en eut, en fait, 95) , pris au fort de Romainville, aux camps de Drancy et de Châteaubriant, aux prisons de la Santé, de Fresnes et de Fontevrault. Parmi eux, Gabriel Péri, Lucien Sampaix et d'autres résistants, mais aussi des jeunes gens, des pères de familles, raflés simplement parce que juifs. Biologie el racisme Un certain nombre de ces derniers étaient des immigrés, et il était juste de souligner, à cette occasion, l'union « du coeur et du sang 1) réalisée face à l'ennemi, face à la barbarie hitlérienne, par des hommes d'origines différentes, dont la fraternité dans le sacrifice et le combat représente pour nous le plus bouleversant des exem· pIes. (Suite de la page 7) lités (de stature, de résistance aux maladies par exemple), plus accentuées que leurs auteurs. Ce phénomène est appelé hétérosis. Et en tout état de cause, sur le plan biologique, les implications d'un mariage dépendent de la constirution gé nétique ind ivid:Jelle des conjoints et non de leur race. te t~oisième facteur est la sélection qui, maigre ce que l'on pourrait croi re, ne conduit pas à une uniformisation de l'espèce humaine mais favorise le maintien de la diversité grâce à l'hétérosis. M. Hiernaux cita à ce propos un exemp'ie précis: celui des gènes A et S. déterm inant l'hémo. g·lobine et qui influent sur la résistanc·e à la malaria (résistance plus forte pour des ind ividus AS que pour les individus AA). Il Y a donc trois possibilités génétiques AA, AS et SS. Eh bien, dans une contrée où la malaria est fréquente et puissante, les hommes de type SS meurent d'anémie d~ns .l'~nfance, mais les hétérozygotes, c est·a"dlre ceux du type AS, étant les plus résistants, ass'urent le maintien des gènes S. Le dernier facteur est l'existence de mutations, c'est-à·dire d'altérations chimi. ques des gènes provoquant l'apparition de caractères nouveaux. Cependant, ces mutations ne constituent pas un facteu,r prépondérant, vu leur rareté. Enfin, après avoir rappelé qui ni le patrimoine culturel, ni l'intelligence individou elle ne sont strictement héréditaires (à cause de l'influence parfois primordia,le du milieu), l'orateur a souligné que tous les peuples de la terre semblent dis;:JOser de potentialités biologiques égales d'accéder à n'importe quel niveau de civilisation, les différences entre les réalisations des divers peuples s'eJQpliquant entièrement par leur histoire culturelle. Il a conclu en disant que les données biologiques exposées ci·dessus semblent interdire les classifications de l'espèce humaine en ra· ces, et ôter par là-même , toute base scientifique au racisme, qui apparaît essen· tiellement « comme le résultat d'un système culturel sociologique, économique, politique ... ". Au cours du débat qui suivit, le pro fes· seur Hiernaux fut amené à préciser quelques points qui n'avaient pu être abordés dans le détail au cours d"un exposé de ce genre , nécessairement schématiqu e. Situant le crime du 15 décembre dans son contexte historique, Raph Feigelson montre qu'il fut une étape décisive dans l'entreprise d'extermination des juifs et dans l'organisation des déportations. Mais il rappelle aussi que malgré la répression, la lutte pour la libération de la France ne fit que se renforcer, « ces morts glorieux sont restés « des viva.nts mêlés à nos combats ». (1) « Le crime du 15 décembre ». Edi· tions Grassin, 40 pages. 7 francs .


13-----------

(HANT PUBLIC DEVANT DEUX CHAISES ELECTRIQUES Armand Gatti: « De Sacco et Rosenberg, un Vanzetti aux seul combat )} - Pour 1/0US laisser la z'ie, ils voudraiel/ t 1l0US ôter les raiso1ls de vivre, Cette phrase que dit Sacco, elle fut 1'1'0- 1/ol/cêe quarante al/S plus tôt par les al/archistes exécutés à Chicago; elle fut dite aussi plus tal'd par les éPoux Rosellberg. Je l'ai réel/telldue lorsque j'étais à Cuba: c'était à l'époque où l'on croyait à l'illllllillel/ce d'l/II débarquelllent des Marines; d,es armes avaient été distribuées dans les rues, et chaque C1tbain s'apprêtait à vendre chèrement sa liberté et sa peau. Cette phrase, donc, m'a livré la tra1lle dit Cha11t public pour deux chaises électriques. A rmmancl Gatti est tout le contrai re d'un homme cie lettres; il parle cie SOIl oeuvre sans vanité et sans fausse modestie. Sans doute pal-ce qu'il n'a pas cie la littérature en général, et du théâtre en particulier, la conception traditionnellement admise. - Après la représentatiol/ dit « Challt Public », la plupart des critiques de la grollde presse se sont montrés unanimes .ils m'o llt massacré. Plusieurs comédiens 01/t été déç1/$.; ils auraient aimé que la critique, 1IIêllle défavorable, rende 111'1 hommage à la //lise ell scèlle, ou ait jeu d'WI, comédie Il, ou découvre 1/11 petit intérêt à tel passage. Moi je trouve que la critique a été excellente. Si Le chroniqueur de l'Aurore avait aimé cette pièce. c'est alors que j'aurais eu quelqucs illquiétudes. Une volonté de scandale L'un cles facteurs cie scanclale oue comporte le Challt Public, c'est, semblet- il, le parallèle qui est mené tout au long clu spectacle entre l'affaire SaccoYanzetti et le procès H.osenberg? - Absolument, Lorsqu'on écrit sur 11J! sujet passé, le risque est grand de faire (pm're rassurallte. Apri's quelques décel/llies, chacull est persuadé qn'à l'éPoque il aurait été du b01l côté de la barricade, avec la victillle C01ltre l'ù!justice et l'oppressioll. TOllt le monde en France, en 1966, est dre'jlfusard, et fal'al/ che supporter de Sacco et Val/.:etti. J1Ia is l'irru.ption de Julius et Etltel Ro- senberg dans Chant Public remet cha- CI/II cl, sa place, interdit au spectateur 'de déconvrir la ruse qui lui permet/ra de sortir dit théâtre salis être entamé. Je z'oulais que devant ce spectacle chacun soit obligé de rejoindre SOl/. camp: la lecture des critiques l'l'ouve que j'ai atteint 1/1011 but. Les réactions du public du Palais de Chaillot donnent rai son cl Gatti; une chaleur presque unanime n'empêcha pas quelques fausses-notes. « Ce n'est pas du théâtre! » s'indigna une dame entre cieux âges. Un jeune couple très seizième protesta contre cette « entreprise de propagande ». Les anarchistes, à présent, on les aime bien; ils ont le charme déuet des personnages foJ1doriques. Mais les Rosenberg! Des espions, des traîtres ... - Personlle ne peut plus douter a1(; ourd'hui, répond Armand Gatti, de l'in- .1I0rence de lulius et Ethel Rosellberq (si tallt est qu' 011 ait pu croire un seul instalLt à leur culPabilité). Nous aVOHS re( u - la troupe du T.N.P. - une leUr,e de iVIorton Sobell, qui fut arrêté Cil même temps qu'e l/x, qui est en prison depuis sei:::e ans. Sobell pal/l'rait être libre .il lui suffh'ait d"avouer, de dire qu'en effet Julius et Ethel étaiel1t des espiolls, et qu'il était leur complice; il débarrasserait les Etats-Ullis de ce malaise qu'ou tellte de faire oublier; il légiti1llerait celte double exécntion dont chacu1l sait . .biell aujourd'hui que ce fut un crilIIe. li ~'" .! iii o (; ..r:: "- CHANT Public devant deux chaises électriques, d'Armand Gatti, emplit depuis le mois dernier la salle du T.N.P. C'est inconstestablement l'un des événements théâtraux de la saison. L'oeuvre est complexe. Elle ne raconte pas l'affaire Sacco-Vanzetti, mais la façon dont cette affaire continue à vivre dans la consci'ence des hommes, et 'les leçons qu'elle enseigne encore aujourd'hui. Armand Gatti met donc en scèl1e s imultanément cinq publiCS différents qui assistent, à Boston, à Lyon, à Los Angelès, à Tlurin et à Hambourg, à la même représentation. Et puis, peu à peu, le destin des de ux ouvriers assassi nés, lié à ce lui d'autres victimes, l'es pendus de Chicago, Julius et Ethel Rosenberg, finit par fon dre ces cinq spectacles différents en un seul poême épique que certain critique a pu comparer à un oratorio. Outre celui des personnages, il fau drait parler du jeu du décor. Le fond de l'immense scène du T.N.P. est garni de tableaux lumine ux, de graffiti clignotants, de journaux et de projections qui jouent, pour la compréhension de l'oeuvre, un rôle primord ial. Pour el! revel/il' au Chant Public, il existait aussi 1tlle sil/lilitude de situatiou elltre les Ros,enberg, qui étaient juifs, et Sacco et l,ra1l :::etti, immigrants italiens. Anesthésier la peur Périodiquemel/t, c'est lin fait historique, l'A lIIérique prel/d peur; peur de l'a1larchie, de la Névolution de 1917, du péril atomique ... Pour allesthésier cette peur, il lui jaut COI1S011!lner lme sorte de sacrifice rituel; il y a toujours dans les parages 1111 « étranger rouge» qui fait l'affaire. Sacco et Vall.:ell i étaient lIaliel1s, C071lllle Ime bonne part de la pègre qni ellsallg1antait à l'époque le nord-est des Etats-Unis, Al Capone, L1tciano et quelques aul1'es. Il était facile de faire l'aU/alga1llc" c01llme le fait certaine presse el! France aujonrd'll1Ii chaque fois qll'un Algérien est i1l1pliqHé dans un délit qllelconqlle. Mçtis eu~;, ils étaient pires que des gangsters, ils étaient des militants révolntionnair,es qui remettaient en cause les fo..ndemellts même de la Société. D'aillellrs - c'est dit dal/s la pièce - une répétition générale parmi tant d'autres. Et un peu plus loin : « Sur nos scènes, il n'y a plus que cles Allemands coupables. Pourquoi? ] e me le demande. Si nous avons besoin de cas exemplaires, nOlis allons les chercher chez les autres. Pourguoi? Je me le dema1lde. » . Il va sans di re que ces « cas eXe1l1- plaires », ce sont, pour le nazi, Sacco ct Vanzetti. Ce personnage de Muller a souvent interloqué le publ ic, même le plus favorable à la pièce. Armand Gatti l'a \'oulu ainsi. De bonne race aryenne Ce personnage est l'incarl/a t iol/ d' lin homme qni a existé, Ernst VOll Salomon, un avent1trier que la défaite alle1l1lll/de en 1918 a plongé dans la détresse, ,et qui fut pour Hitler une recrue de choix. En écrivant le rôle de Muller, j'ai voullt déranger les idées reçues. Le 'I/ad, nOlis 110US le représentons volontiers COIlIIl/e mie brute sangllinaire, un fOIl dal/gerell:\', c'est-à-dire 1111 i/ldi7.'idu Julius et Ethel Rosenberg Al Capo Ile lili-même blâmait les mel/ées anarchistes ... - Dans Chant Public, l'une cles représentations cie l'a ffai re Sacco-Vanzetti est donnée par des Noirs ... . - Oui. A Los Angelès, dans ce quartier où ont éclaté les émeutes de l'été dernier. Ces Noirs sont des chômenrs Olt des sous-prolétaires .. il Y ,en a mêlll~ 1111, Manll, qlli est un persontlOge 111! peu douteux. De même ail/ellrs. j'ai mis en scène des persol/llages de juifs qui tentent de se plac,er par effraction dit « bon» côté. Créer des personnages de « bons nègres» Olt de « bous jI/ifs» c'est encore faire du racis1lle. ' Dans la pièce de Gatti apparaît aussi un nazi, Muller. A l'entrée du Théâtre cie Hambourg, Muller, avocat ex-nazi. tente cie faire cie Sacco et Vanzetti des pl-écurseurs cie J'hitlérisme. . - Qu'est donc cette affaire? expliquet- l1. J?e fausses accusations lancée pour obtel11r la mort de gens qui voulaient bouleverser le monde. c'était déjà un avant-goltt du procès cie Nuremberg, sOUIIIle tOllt excel,tionnel. On croit trop volontiers Qlle l'hitlérisme fut un spasme de l' histoire, et qu' il a dispaYlt ù tout jamais .. or les raisons .et les justificatioJls ql/e se donne le nazisme SOllt beaucoup plus complexes; elles se paraient volontiers d'un populisme effre1lé, et revendiquaient volontiers les militants révolutionnaires du passé pourvu qu'ils soie11t de bonne race aryenne. C'est cela qlle représente ce personnage de Muller. II faut d'aille III' r,e/J!arqller qu'au début du Chant Public il est toujours présent, et qu'il intervient tOl/jollrs bruyamment; et puis , pen à peu, il s'estompe et disparaît .- il ,,'a pas sa place dans cette histoire. Certains ont estimé que vous avez écrit une pièce antiaméricaine ... - Comment pourrait-elle l'être? C'est ulle oeuvre écrite à la gloire de la classe om'rière américai11e ... (Propos recueillis par Georges CHATAIN' Photo Elie Kagan. Ivan Labe;of· Une histoire nègre racontée en blanc UN" show » da ns une église noire de Los Ange lès. -Le pasteur Kn ig ht présente ,le spectacle : « Mes frères, c'est une histo ire de nègre mais racontée en blanc. Ble ·commence 'le 5 mai 19,20 avec l'arrestation d 'un b rave cordonnier et d'un pauv re marchand de poisson. Le co·rdonnier, c'était Mick S acco, et le marohand de poisson, c'était Hart 'Vanzetti » qu'on l'appelait ( ... ) » - Ainsi, dès le début de la pIéce. explique Ivan Labéjof, un des acteurs noirs du « Chant public devant deux chaises électriques », Armand Gatti montre sa volOnté d'assimiler l'injustice permanente dont sou!trent les Noirs à celle dont furent victimes Sacco et Vanzetti. cette Partie du spectacle se déroule dans un temple du quartier de Watts, où ont eu lieu les sanglants incidents de ,'été dernier . En faisant ce choix Gatti, qUi primitivement avait pensé à situer l'action à la Nouvelle-O rléans, actualise encore plus le problème. - L'auditoire du pasteur Knight ne forme pas un bloc monolithique. Pouvezvous nous le décrire ? - C'est plutôt un échantillonnage de la population de couleur qui vit dans le ghetto ete Watts, Ainsi en face du révérend Knight; il y a son ass;:!t~~! Roberts qui incarne les « gros bras », le « videur Il professionnel ; Al Mann, le proxénète ; Little Ned, l' « intellectuel » (il est mieux habillé), et son amie Xiomara, une belle mexicaine, et surtout les chômeUrs, ma-sse inéduquée dont la solidarité jouera, bien sûr, en faveur de ceux qui sou//rent. Chaque personnage est chargé d'intention. Xiomara par exemple pose un prOblème .- elle est blanche parmi les Notrs et noire parmi les Blancs. Vous le savez, il y a une hiérarchie dans la couleur qui se refl ~te sur le niveau social. C'est ce qui se p1sse aux Antilles d'où je suis or;ginaire. certaines catégories d'individus aiment à savoir qu'il y a plus bas qu'eux, qu'ils peuvent exercer leur joug, leur pouv:;ir, peut-être pour oublier qu'ils $Ont eux·mêmes opprimés. - Vous incarnez Little Ned dans la pièce. Comment le définissez-vous par rapport aux autres Noirs ? - Little Ned paraît plus riche. Il est mieux habillé, il a une amie. C'est un peu le fer de lance de la lutte antiségrégationniste. Il est plus COnscient, il raisonne mieux. C'est lui qui répOnd au révérençl Knight .- « Non ! Ce n'est pas une histoire de nègre racontée en blanc, le révérend Knight s'est trompé tout à l'heure. Racontée en blanc, c'est une injustice. En nègre, ce serait une chose normale ». Le lourd héritage des sou//rances des Noirs lui fait un jugement plus nuancé. Mais Little Ned cOnclut pourtant .- « Au fond, racontée en blanc ou en nègre, le résultat est le même » ; car l'injustice demeure. Ivan Labéjof, membre du bureau de la Compagnie du Toucan va partir à Dak.ar au mois d'avril pour y représenter la pièce d'Aimé Cesaire : « La tragédie du Roi Christophe » qui a obtenu un grand succès l'été dernier à Paris. Le but de cette compagnie n'est pas seulement de réunir les comédiens de couleur, mais de jeter les bases d'une Maison de la Culture négro-africaine où seraient revalorisées toutes les formes d'expression artistiques. Le Toucan, oiseau bénéfique, annonciateur des vendanges aux Antilles, symbolise d'ailleurs avec son gros bec qui brise tous les obstacles, la volonté de tous les membres de la Compagnie d'arriver à réaliser ce projet, (Propos recueillis par Marguerite KAGAN.) 14 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Le racisme pri• s sur le vif

  • Suite de la page centrale

- J'ai une chamb,re, au cinquième. J.R. C. - Je m'excuse, mais ne l'enez- vous pas d'en refuser une à l'instant ? - Non, Monsieur. J.-R. C. - Si, un Ioir est \'enu YOUS demander une chambre. - Je suis libre de louer à qui je vcux, excusez-moi. J.-R. C. - Pourquoi ne loucz-YOUS pas à des Noirs, Madame ? - Mais Monsieur, on est en République, oui ou non? J.-f?. C. - Mais c'est une preuve de racisme. - Ecoutez, c'est pas III/. Noir qu'on a. C'est des Noirs, après, qu'on a. Alol's, vous comprenez un Noir ça n'est rien. Il ne faut pas en prendre, sinon on les a tous. . J.-R. C. - On a le droit de yenll' coucher à l'hôtel! - Voulez-vous le prendre chez vous,

rl'lonsieur?

J.-R. C. - Mais Madame jc ne ticns pas un hôtel. - Eh bien, en hôtel, on prend qui on veut. Un Monsieur qui ne marque pas bien, on ne le prend pas. Des gens qui ont bu, on ne les prencl pas. Il y a tout un tas cie gens qu'on ne prend pas, et c'est notre droit Monsieu!'. Et puis, même si je suis raciste, cela ne regarde personne. Des incidents fréquents Yves Courrière. - Celui qui « ne marque pas bien »1 celui q~i a bu et. un Noir, pour cette temme" c e~t la, meme chose. On est bouleverse, revolte aussI par une aussi tranquille assurance. Elle est Française, cette clame. Elle ,travaille en France au pays de la hberte et non à Little Rock ou dans le sud des EtatsUnis. Ce n'est pas un cas particulie!'. Notre ami étudiant camerounais, a déjà eu à se h~U1-!er à cette forme de racisme. L'étudiant africain_ - J'étais à la Faculté, A la rentréc, nous cherchions cles chambres et j'avais un camarade qui était allé en vacances au Cameroun et qui nous avais écrit en nous disant : « l'arriverai en retard. Pouvez-volis 1I1e l'etenir une chambre!' » Et j'avais fait des démarches avec un autre camarade, Français lui, qui connaissait une chambre libre et qui l'avait retenue. Et Je jour de l'arrivée cie John, nous sommes allés voir la propriétaire et lorsqu'elle nous a vu arriver, ces deux Africains et le jeune Français, elle s'est exclamée en s'aclressant à notre camarade français: « Je VOliS ai demal/dé 1111 étlldiant, Illois pas 1ln Nègre! » Un reporter. - Cctte attitude est-elle fréquente? Assiste-on actuellement à un renouveau du racisme en France. J eanRobert Cherfils l'a demandé à M. Albert Lévy secrétaire permanent du M.R.A.P. Albert Lévy. - Nous sommes amenés à constater l'existence du racisme sous différentes formes en France. Sous des formes, d'abord, de propagande raciste, qui se manifeste dans certains journaux plus ou moins spéci alisés; et, d'autre part, nous voyons dans la vie quotidienne de nombreuses manifestations de ce racisme. Le reporter. - Avez-I'ous des exemples précis de racisme? A. L. - Oui. Par exemple, clans certains cafés, on fait payer aux Noirs la consommation beaucoup plus chère que le prix nom1al, pour les inciter à ne pas reveni!'. Dans un café du boulevard dc Clichy qu'on m'a signalé, il y a cLuelques jours, des Africains se sont présentés et ils ont demandé à consomme!'. On leur a dit : « On I/e pellt pas VOliS serv ir parDe qll'on ne sert que les perSOtlnes qui sont inscrites, car ce café est 1111 clltb fermé. » Ils ont demandé : « 0 Il penton se procnrer une carte pour faire partie de ce club !' » On leur a répondu : « A la préfectllre de police ... » (. . .) Y. COllrrière. - Bien sÎlr, il n'y l, heureusement, en ]7rance ni K.K.K., ni manifestations d'éncrgumènes nazis, mais le raci sme exi stc toujours chez certains il l'état latent et quclques joumaux, quelques torchon s - nous osons, nous joumalistes, les appeler cie torchons l'entretiennent par des articles vcngeurs sur ces sales Nègres ou ces sales Arabes qui prennent nos places dans les hôpitaux et profitent cie nos coti sations à la Sécurité Sociale, sans oubli er ccs juifs qui sont si commerçants. Certaines âmes simples pcuvent se lai :,se l' prendre à cie tels a rguments. Le jugement cie la 12" Chambre Correctionnelle est réconfortant, mais c'est à chacun cie faire en sortc que l'on soit en République, comme di sait cette ma lheureuse hôtelière raciste e que chacun, quelles que soient sa religion, ses opinions, sa coul eur de peau, soit librc, égal , fraternel. Et, là, chacun d'entre nous est responsable.

  • D'EVIDENTES

DISCRIMI NATIONS En vous adressant mon réabonnement, je tiens à porter à votre connaissance le fait suivant : Sur une offre de logement à louer affichée dans une vi· trine (rue Daguerre, 14e ) , il était indiqué ceci : chambre, cabinet de toilette, pour ingénieur, professeur ou industriel, français de la métropole (souligné par moi), écrire avec références (id.), 20, rue d'Estienne- d'Orves, Arcueil. Le caractère discriminatoire est évident. Existe-t-il en France des lois qui répriment la discrimination raciale en matière de logement ? Si oui, peut-être le M.R.A.P. peut-il intervenir. Sinon, il faudrait s'en préoccuper d'autant plus que, me dit-on, cette discrimination, parfOis mal avouée, sé· vit jusque dans les offres de chambres pour étudiants que reçoit et diffuse le COPAR, organisme de gestion des oeuvres sociales universitaires. Claude DETRAZ Kremli n-Bicètre TROIS ANS APRES Nous vous remercions des bons voeux que contenait votre circulaire et soyez persuadé que nous formons les nôtres les meilleurs pour le succès de votre si juste et si difficile entreprise. Bien que notre situation soit des plus modestes - puisque nous vivons de nos petites retraites de vieux travailleurs salariés - nous désirons nous solidariser avec votre Mouvement et vous adressons sous ce pli un petit chèque de cinq francs, ce qui, avec les 10 fr. d'abonné de la première heure et les 10 fr. de bons de soutien, constitue quand même, pour nous, un effort valable. Durant la très longue maladie de mon mari, soigné à l'hôpital pendant les années 1962- 1963, j'ai eu l'occasion de vous montrer que je n'acceptais pas l'antisémitisme. Il s'agissait de notre concierge. Je vous en avais entretenus et vous aviez même eu la gentillesse de publier quelques extraits de ma lettre dans votre numéro de février 1963, page 8. J'ai, malheureusement, tellement bien mis de côté cet exemplaire qu'il m'est impossible de le retrouver, ce que je regrette beaucoup. Je dois vous dire que ma fermeté et notre dignité ont eu raison de nos concierges et qu'ils sont maintenant très différents à notre égard. R. LICHTENSTEIN Paris-XVIII' POUR LES BRETONS Une amie me prête régulièrement votre très intéressant organe que je ne manque de lire chaque fois avec la plus grande attention. Bien souvent en effet, il agite des problèmes qui se posent directement à nous, ici en Algérie, non pas dans notre vie quotidienne, ce· ci va de soi, mais bien plutôt dans nos rapports avec nos compatriotes restés en Europe. Toutefois, mon intention présente n'est pas seulement de vous voter des félicitations. Permettez-moi une question : ne craignez-vous pas de vous cantonner souvent dans les lieux communs, d'enfoncer quelques portes déjà bien entr'ouvertes, et, en même temps, de fermer les yeux sur des problèmes jugés « gênants » parce que précisément ils concernent, non des étrangers, mais des citoyens français ? Excusez mon impudence. Mais je n'aurai de cesse de fustiger l'attitude de certains qui se donnent un confort moral facile en répondant aux mots d'ordre à la mode, mais ne montrent aucune générosité vis-à-vis des questions qui ne font pas encore partie de la panoplie du parfait - petit - antiraciste - bien - pensant. .. Il y aura bientôt deux lustres, je me trouvais dans la première supérieure d'un lycée parisien qui préparait au concours de l'Ecole Normale Supérieure. Le plus clair que j'en ai retenu est que' cette future brochette de la Rue d'Ulm que l'on dit l'élite française, montrait bien sûr la plus grande sollicitude à l'égard des Algériens (c'était la mode) mais ne m'épargnait aucune brimade du fait que j'étais militant breton. C'est que c'est crime en France d'oser prétendre qu'il existe une langue bretonne (celtique et apparentée au gaëlique), une riche littérature ancienne et moderne, une authentique culture, que c'est trahison de révéler l'action honteuse menée par l'administration pour supprimer par tous les moyens (brimades, encouragements à la délation, incarcérations sans parler d'évé· nements plus graves et plus douloureux) notre patrimOine ethnique et ses défenseurs. Il est de bon ton de taire cette odieuse discrimination culturelle, de même que tout le monde rit de bon coeur des pires moqueries à notre égard - depuis le plouk jusqu'à Bécassine en passant par les Filles de Camaret - et que personne ne songe à trouver anormal le sort réservé aux manoeuvres et aux ouvriers agricoles bretons (puisqU'ils sont citoyens français, de quoi se plaignent-ils ?). Pourquoi ne parlez-vous pas des discriminations européennes (exception faite de l'antisémitisme) ? Etes·vous intervenu (peut-être après tout l'avez-vous fait, je serais sincèrement heureux de l'apprendre) lors de l'invraisemblable scandale des prénoms bretons (une mère est traînée devant la justice parce qu'elle entend donner des prénoms bretons à ses enfants, qui, de ce fait, sont considérés comme morts, puisque non inscrits à l'Etat Civil...) ou lors des démélés de ce médecin de. Chateaulin (Finistère) qui, lettré breton, se voit supprimer les allocations familiales parce qu'il refuse d'envoyer ses jeunes enfants à une école où l'enseignement de leur langue maternelle leur est refusé ? Rendez-nous un peu justice en publiant ma modeste critique. Ce sera pour tous les militants bretons - et ils sont très nombreux en dépit du silence officiel qui les entoure - la preuve que vous êtes vraiment le M.R.A.P. Fraternellement tout de même, en songeant à tout ce que vous avez fait et à mes petits élèves algériens que j'affectionne tant. M. EVENOU Khenchela EN CES TEMPS DE CRISE ... Un peu tardivement, j'accuse réception de vos deux car· nets de souscription. J'ai, dans mon entourage, tenté de placer quelques billets, mais à mon regret sans trop de succès. Il faut vous dire, et vous ne l'ignorez sans doute pas, que notre région « Roubaix-Tourcoing » traverse depuis deux ans une grave crise économique. Les ouvriers de la place ne font souvent que 32 heures de travail par semaine. En temps normal, avec leur salaire, ils ont tout juste de quoi ne pas crever de faim. Alors comprenez que la lutte que mène le M.R.A.P. n'arrive pas toujours à les préoccuper. Pour ma part, je suis tapé par Pierre, Paul ou Jacques et si je prenais tous les billets qu'on me présente, mon salaire n'y suffirait pas. Toutefois, un carnet est vendu, et avec la présente, je vous retourne les talons. Je suis désolé que ma contribution reste faible M_ RANCE Roubaix CONTRE LA PRES·CRIPTION DES CRIMES NAZIS Nous avons bien reçu votre mensuel « Droit et Liberté » de septembre 1965 contenant l'article du professeur Jean Boulier au sujet du Livre Brun (sur les criminels nazis encore en fonctions en République Fé· déraIe Allemande_ N,D,L.R.) Par la présente, nous voudrions vous faire part que cet article a retenu toute notre attention et que nous en avons donné une petite information à notre presse dont vous vou· lez trouver coupure ci-jointe. De plus, nous voudrions vous dire que la déclaration de votre président au sujet du verdict des criminels d'Auschwitz ainsi que l'article y relatif, ont trouvé notre profond intérêt. Nous ne voudrions pas ter· miner notre lettre sans vous communiquer que les révélations faites dans le Livre Brun ont suscité un vif écho dans le monde entier et qu'il n'y a pas de jours où nous ne re· cevons pa.s des lettres nous in· formant de l'étonnement que des crimes aussi horribles aient pu rester cachés jusqu'ici. D'autres amis auxquels nous avons également envoyé cette documentation la considèrent comme un élément important pour l'intensification de la campagne contre la prescription des crimes de guerre nazis en Allemagne de l'Ouest. HALKER Secrétaire du Conseil de la Paix de la R.D_A_ AMICALEMENT ... Je vous prie de recevoir, pour vous-même et votre association, mes souhaits les plus fervents et le témoignage de mon admiration pour l'action que vous pourSUivez con· tre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. E. JOURDAN Maire de Nîmes Pleinement d'accord avec l'action du M.R.A.P. je suis contente de pOUVOir y contri· buer aussi faiblement que ce soit. Geneviève MAGNONAUD. Trouvez ci-joint un tout petit Chèque. Je ne peux malheureusement faire plus pour l'instant. Je suis seule pour élever mes deux enfants. Je me dois à eux. Je lis toujours avec beaucoup d'attention votre journal. J'aimerais aussi participer à quelques réunions mais recevant le journal en fin de mois, beaucoup sont déjà faites. Cela ne doit pas vous être toujours très facile de savoir longtemps à l'avance les possibilités de vos réunions. Faites en sorte, tout de même, que nous soyons avertis en temps utile. Avec toute ma sympathie. L. DALLY Paris En plein accord avec vous, croyez chers amis en mes sentiments les plus cordiaux. Pierre JAMET, Paris·XV'. EBRANLER LES RACISTES? Je prends la liberté de vous écrire pour vous faire part de l'impression ressentie après lecture des « Juifs » de Peyrefitte. Je ne discuterai pas de ses affirmations généalogiques. Que tel banquier, tel comte, tel pape ou tel marchand de pétrole soit de descendance juive ou non, cela m'est égal puisque je ne classe pas les humains en noirs ou blancs, en juifs ou non juifs, mais entre oppresseurs et opprimés. .!e m'insurgerai plus violem-

ment contre des attaques visant (les militants du mouvement ouvrier international, des organisations à caractère progressiste ou antiraciste et contre les calomnies habituelles visant l'U.R.S.S. alors que, par ses millions de morts, elle a pesé très lourd dans la dé· faite de la bête hitlérienne ... Pour les antiracistes, ce livre n'est donc qu'un long commérage, que l'on peut quelquefois trouver drôle mais n'ayant aucune valeur scientifique et qui ne peut que les confirmer dans leur sentiment de l'inanité du racisme. Mais pour d'autres raisons, il peut ébranler les racistes. En effet, sur la grande masse de ce'..lx,-ci, soit ceux qui ont l'impudence de le claironner, soit ceux qUl s'ignorent (et nous faisons bien dans notre j :JUrnal et dans nos conférences de mettre à nu toutes ces formes de racisme ignorées ùU larvées) je crois que ce livre peut avoir une action positive

en effet, qui peut, après

l'avoir lu (que ses références soient vraies ou fausses) jurer qu'il n'a pas un goutte de « sang juif », qui peut oublier ce que notre civilisation doit à « la race juive », qui peut admettre que l'on parle d'amnistier les bandits nazis, après les rappels de leurs crimes monstrueux ? Donnez ce livre à lire à un raciste honnète (si j 'ose associer ces deux ter· mes !) et je crois que sa jactance en sera un peu diminuée. Certes, il se gaussera des rites religieux juifs qui y sont abondamment détaillés, et en· robés de tout ce qu'il faut d'érotisme pour que « ça se vende bien » (mais il n'y a que ies religions des autres qui aient des pratiques et des mystères ridicules). Mais pourra-t-il encore sans être troublé affirmer {( nous autres aryens » ! Or, croire un peu moins en sa race c'est croire un peu plus en l'Homme. A nous militants des diverses formations démocratiques d'oeuvrer pour qu'arrive un peu plus vite ce règne de l'Homme. Docteur André FARGE Rouen QUE S'OUVRENT LES COEURS ... Je viens de recevoir la carte' du M.R.A.P. pour l'année 1966_ Je m'empresse de vous répondre, car je tiens à soutenir la belle cause de la lutte contre le racisme. Que pouvons-nous espérer au seuil de ce nouvel an, placé sous le signe de Dreyfus ? ... que les milliers d'êtres hu· mains qui souffrent encore dans leur chair de la bêtise raciste et du souvenir du génocide nazi, voient s'ouvrir devant eux les coeurs et les mains de l'humanité. Sachez que je fais circuler votre lettre, au sein de ma petite équipe d'enfants . Avec mes amitiés. Mlle DESCOMBES Aérium de Fervaques. VOIX CHRETIENNE Je vous signale dans la petite revue chrétienne « Amour et Joie », ce passage (numéro de novembre 1965, page 11) qui témoigne d'un effort comparable aux vôtres : « Le Christ {( éclaire tout homme venant en ce monde », donc aussi les païens de bonne foi. Mais combien de païens se tourneraient vers Lui s'ils voyaient les chrétiens s'opposer aux injustices, aux violences, aux racismes, aux guerres

s'ils voyaient chez eux·

celui qui possède donner de bon coeur à celui ne possédant pas, et le fort soutenir le faible, et les excellentes initiatives de la solidarité humaine se mUltiplier parmi eux ! « Chacun de nous a sa part de responsabilités dans les progrès ou les échecs de la fraternité du monde. » E_ ORSINI (Gard) LA VIE DU M. R. A. P. L'EXPOSITION LINCOLN à Bourges Gabr iel Monnet, directeur de la Maiso n de la Culture (i,e Bourges, et le prési dent Pierre Para! lors de l 'inaUguratiOn. C'est le président du M.R.A.P., Pierre Paraf, gui a inauguré, le 20 janvier, l'exposition « Abraham Lincoln et le combat

mtiraciste », organisée par notre Mou·

vement dans le cadre magnifique de la Maison de la Culture de Bourges. Le soir , il a présenté le film « One potato, two potato » devant un nombreux public. Ici ... ••• et là • LE COMITE D'ACTION ANTI R ACISTE D U « P RET A PORTER », créé depuis deux mois, organi se une r éunion d' info rmati on sui vie d'un débat, le mercredi 23 fh'rier à 20 h. 30, au s iège de l'Amicale des Fabr icants de Confection F éminine, 17, rue P igalle à P a ri s. Les invités ont reçu un questionna ire qui servira de base à la discussion, qui se déroul era avec la participati on de Cha rles Palant. sec réta ire général du l\I.R.A.P .. sous la prés idence de Daniel H echter. • A LA RES IDENCE UNI VERSTT A IRE DE FONTENAY-AUX-ROSES. sur l'initi ative du Comité étudiant du )'LR.A.P ., une soirée ci nématographique aura li eu le 1lI ercredi 23 févri.er à 20 h. 30. Après la proj ection de « One potato, t lVO potato », le débat sera a nimé par Madeleine Reberioux, membre du Conseil Nati onal. • LE CLUB AMIT IE, qui réunit les jeunes anti racistes, organise une soirée- débat au T héâtre de Poche Montpa rnasse le dil/lanche 27 février à 20 h., autour des deux pièces de L eroi J ones : « Le métro fantôme » et « L 'esclave ». 2\1e )' Ia r cel l\l anville, le metteur en scène Antoine Bourseill er et les acteurs pa rtIcIperont au débat qui suivra la repr ésentatIOn. • AU FOYER DE L'UNION CI-lRETIENNE DES JEUNES GENS, le 6 II/Ors à 20 h. 30, un débat sur le thème : « Racisme et raci sme à rebours », aura li cu avec la parti cipation de ),1' i\ la r cel l\fan vi ll e, membre du Conseil Yational du l\ LR.A.P . • A LA CITE UNIVERSITAIRE DE PA I~I S, le fi lm « Les tri pes au sole il », de Claude-Bern a rd Auber t sera présenté le [5 1lIars à 20 h. 30, à la' Maison des P rov inccs dc F r ance, avec le concours du Comité étudi ant du l\I.R. A.l'. Débat animé par Me Medioni . • SCIENCE ET RACISME sera le thème du débat organisé le jeudi 24 mars à 20 h. 45, à la SOI-bonne, par le Comité étud iant du' M.R.A.P. Les professeurs Paul Chaucha rd, Jean H iernaux et T héodo;'e M o n o(~ , ,ent rc autres, participeront a cette SOI r ce. •• • • Le pr és ident Pierre Para( a fai t une confé rence sur le racisme dans le mOl/de, le 6 fév ri er à l'association « L 'Art pour tous ». • Or~~ni séc par l'U.N.E.F. au profit du CO}ll lte de ~Iil l s on contre l'apartheid, une seance cmematographiCjue patl'Onnée pa r (I1 ve.rses per sonnali tés, dont le pr ésalent P Ierre Par af, a eu li eu le 11 fé' nier au Centre Cens ier ruc cie Sant euil. ' • Au nom du l\1.R.A.P. A lbert L évv , ecr éta ire nati onal, a pr is' la parole, ï~ 30 .J,al}Vler, a u banquct organi sé par la so c l e ~c mu~u ah s te « CcnstocholV », pour le 40 an l11VerSa lre de sa fondati on. Me Armand Dymenstayn et Alexandre Chil K ozlolVski, secr étai rcs nat ionaux du "\T.R.A.P .. ont pris la pa role devant la Société des originaires de Varsovie. • ~e, M.R.A .P. était r eprésenté par lllle delegat lOn que condui sa it Joseph Creltz, membre du Bureau Nati onal à l a . manifestation qui a eu lieu le 12 'féyner au cimet ière clu Père-Lachai se. pour r encl re hommage à la mémoi re des l1euf manifestants qui trouvèrent la 1110rt au mét ro Cha ronne le 8 fév r ier 1962. "5 ont prI•s la carte 66 ... NOM. PROFESSION. ADRESSE ... Il faudrait beaucoup de temps pour lire tous les ta.lons des ~ artes' ,du M.R .A.P. 1966 qui nous sont parvenus ces dernières . semalne~. ·Ns n ont pas encore pu être classés. Mais en p,uisa nt au hasard parmi ces petits rectangles de 'carton, c'est un grand voyage que l'on fait dans toutes les régions, où l'on rencontre des hommes 'et des femmes de tous ' âges, de t~ u tes orig ines, ~e. tous les milieux. C:est l'image de notre Mouvement qui , pe.u a peu, se concre,tlse . La preuve que 1 antiracisme est, da ns notre pays , une Idee Viva nte, profondement enracinée. ,. Nombreux, parm~ ces no.ms , sont ce:ux que nous connaissons bie n, parc·e qu ,lis apparti e nne nt a d!3s ml"i itants, des ami s, ou bi e n pa,rce qU'ils rev ie nne nt, fl del ement, chaque annee, s ur des talons de couleur ·différe nte. D'autres so nt co nn ~~ 'ge ~o u t. le m o nd ~ e~ '~rance , .'e,t nous en avons relevé quelq ues-un s . Leur notorlete tem.olgne ?e 1 Interet SJs'c lte par notre actio n parmi 'les person nal ités les plus -represe ntatlves de notre temps . Leur diversi té montre l'étendue du souti~ n qu i nous est app orté. Cette pre mière li s te est évidemment restre in~e. Nous Il avo ns vou lu don ner qu e" des exemple's . Citons. d 'abo rd des écrivai ns: Joseph Kessel, André Maurois, André Spire, Vercors, PIerre 'Boulle, Anne Philipe, Georges Magnane, 'Claude Aveline Emma· nuel Roblès , Jacques Madaule, HenrÎette ,Psichari, 'Marie-Anne Comnène: Gabriel Cousin, Georges Neveux. Et aussi des cinéastes : Alain Resnais, Gérard Oury, Jean-Paul Le Chanois Léonide Moguy, J.-l. Lévi·Alvarès. Le composite ur Georges Auric. Des artistes :' Jean Seeberg, Jean Ferrat, Annie 'Cordy, Olivier Hussenot, André Dassary, ,Pierre Fresnay, Jean Mercure, René-Louis Lafforgue, la p ianiste Gisèle Kuhn. Parmi les person nal ités politiques, nous notol1s Mme Jacqueline ThomePatenôtre, MM. Robert Ballanger, Oumortier, Sablé, Rey, Rossi, Bleuse, députés; MM. Carcassonne, Marius Montet et le gé néral Ernest Petit sénateurs . Paul Anxionnaz -et Claudius Petit, anc ie ns mi ni stres ; Pierre ViI1o~, ancien député ; Jacques Fonlupt-Esperaber, ancien député, consei ller d'Etat honoraire, les maires de Bagnolet, Colombes , Bobig ny, Gentilly, le général Tubert, ancien député-maire .d'Alger. . La liste complète des professe:urs d'Unive.rsité occuperait ce rtai nement plusieurs colonnes. Avec regret -nous ne ci tons que quelques-uns des noms de ces 'rep résentants de la culture française : les professeurs Laurent Schwartz, Merle d'Aubigné, Francis Perrin, Etiemble, Alfred Kastler, Dixmier, Alain Bourgeois, Marcei Bataillon, de Berniset Weil (Grenoble), Chambon et Waitz (Strasbourg) , Malrieu (Toulouse), Delhaussy (orjon ) , Wertheimer (Lyon) . Charles Sadron, Er· n,est Kahane ( ~ ontpe lli.e r ), V. Jankélevitch, L'Héritier, André Hauriou, Roger Bas· tlde, Jeanne Levy, EmIle Halphen, Jean Orcel, J.·P. Mathieu, Pierre Vilar ... Et aussi Henri Fauré, préside nt de la Ligue ·de l'Enseignement, de nombreux profess eurs de lycées , instituteurs , chercheurs ... D'a utres noms nous conduis·ent dans le monde des arts : Gromaire, Desnoyer, Kishka, Blond, Messagier, Maxa Nordau, Suzanne Roger, Frans Mase reel , Mme Duthuit (la fille de Mati ss e ), Mme Bourdelle, Zavaro ... Citons encore , sur 'Ie plan confessionnelle R.P. Jacques Ghys, les abbés Senar ~, Pelain, Piveteau, l'abbé Pierre, les pasteurs André Dumas, Etienne MathioL. Les dirige ants de grandes organisations comme Mme Suzanne Collette· Kahn, secrétai,re généra le de :la Fédération Internationale des Droits de l'Homme ; Marcel Paul , présid ent de la F.N.D. I.R.P. ; la C.F.D.T., la C.G.T. et nombre de synd icats pro fes sionn'als ou d'unions départementa les. Tous, ils ont te nus, au s euil de 1966, à nous appo rte r leu r pré cieus e, l·eur prestigieuse adhé sion. Ou'i'ls en soient chaleureusement ,remercié s . Et à trave rs e ux les mill iers d'autres que nous ne pouvons citer ... Qua nt à ce ux de nos amis qui -ont négligé jJ squ'à présent de faire ·l-e ge ste qui doi t marqu er leur souti·en moral et maté riel à l'act ion du M.R.A.P., que le ur dire? Sinon les inviter à suivre ces grands exemple s ? .. ... et VOUS? Le C aJtt1RÂ- de "(f). L. 11 Dist inctions Notre éminent ami, M. Rakoto RATSI· MAMANGA, ambassadeur de Madagascar à Paris, grand officier de la Légion d 'Honneur, vient d'être élu à l'Académie des Sciences. Premier Africain à entrer à l'Académie, M. Ratsimamanga voit couronner r:insi ses impor tants t r avaux scientifiques. Nous exprimons à M. Ratsimamanga nos vives félicitations.

  • Nous avons été heureux d'apprendre

l'attribution du Prix Francis-Chevassu (Prix du centenaire littér aire) à Jacques MADAULE pour son ouvrage : « Dante ou la passion de l'immor talité n. Que ce gn:nd ami du M.R.A.P . qui honore fréquemment « Droit et Liberté n de sa collaboration, t rouve ici l'expression de nos t rès sincères félicitations. Na isSllnce Nous avons la joie d'annoncer la naissance d'Alex MARC, fils de nos amis Ghislaine et Thomas Marc. Nos félicitations

nos voeux les meilleurs.

Nos deuils Notre dévoué ami, le professeur MarcAndré Bloch , membre du Conseil National du M.R.A.P., président du C.L.E.P .R., vient d'avoir la douleur de perdre coup sur coup sa soeur Mme Marianne BEAU· GRAND-BLOCH et son beau-frère M. Désiré BEAUGRAND. Nous lui exprimons la profonde sympathie de notre journal et de notre Mouvement .

  • Nous avons appris avec émotion le décès

de Mme Suzanne MONGREVILLE-HAMON, l'épouse de M. Léo Hamon, professeur à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de Dijon. Qu'il t rouve ici, de même que sa famille, l'expression de nos sincères condoléances.

  • M. Robert FAWTIER, professeur honoraire

à la Sorbonne, membre de l'Institut, qui vient de décéder , avait à maintes reprises apporté son adhésion aux campagnes et aux manifestations du M.R.A.P. I! avait été déporté au titre de la Résistance de 1942 à 1945. Nous exprimons à Mme Fawtier et à sa famille, nos conloléances émues.

  • La mort de Julien RACAMOND, ancien

secrétaire de la C.G.T., a ému profondément les IlDmbreux amis du M.R.A .P. qui connaissaient son attachement à la cause antiraciste et se souviennent de sa participation à plusieurs de nos meetings. Nous exprimons nos condoléances à sa famille et à son organisation. 15 ----- • « AU TEMPS DE LA REPUBLIQUE» (Propos d'un républicain ) : sous ce titre la Ligue des Droits de l'Homme publie un recueil d'articles, discours et chroniques r adiodiffusées de son ancien président, Emile Kahn. On peut, dès maintenant, souscrire pour recevoir cet ouvrage, en adressant le montant de 15 francs à la Ligue des Droits de l'Homme, 27, rue J ean-Dolent, Paris 14' , C:O.P. 218-15, Paris. • « LE NOEUD COULANT » , le film de Jan Kadar et Elmar Klos (pour lequel Ida Kaminska et Josef Kroner ont obtenu le prix d'interprétation au Festival de Cannes 1965) sera présenté pour la première fois à Paris, le mercredi 23 février à 20 h. 45, au Théâtre de l'Alhambra, 50, rue de Malte, au cours d'une soirée de gala organisée par l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide «U.J .R.E.) . Pa!ticipation de René-Louis Lafforgue, qUl chantera « Les Enfants d'Auschwitz ». • LUDMILLA TCHERINA présente ses gouaches et sculptures à la Galerie Ph. Reichenbach, à partir du 17 février. • L'AFFAIRE « EXODUS » sera l'objet d'une conférence de Me André Blumel conseiller municipal de Paris, organisé~ par le Club J .U.M., le mardi 22 février, à 20 h. 30, au cinéma St-Ambroise, 82, boulevard Voltaire. • COKTAIL au « Pub » des ChampsElysées. Le 6 iévrier , la Régie Renault pr~ sentait la « Millionième 4 L » et, en meme temps, une exposition de peinture: « L'Automobile dans l'Art ». Remarqué les oeuvres d 'Yves Brayer, Georgein, Kischka, Menguy, J .-J. Morvan, R. Oudot de Rosnay, C. Shurr et, bien entendu, César dans une sculpture gigantesque intitulée « Hommage à Louis ». • UN HOMMAGE A JEAN LURÇAT aura lieu le jeudi 24 février à 21 heures, aux Trois Baudets, théâtre d'essai et de culture. Dialogue entre le cartonnier Jean Picart le Doux et le licier d'Aubusson, François Tabart. Projection de diapositives et de films. Exposition, • APRES LE SUCCES DU « VICAIRE » du « Procès Oppenheimer » et des « Se~ questrés d'AIton a n, le faible succès qu'ont connu les deux dernières pièces jouées à. l'Athénée, a entraîné la fermeture de ce théâtre. La troupe du Théâtre Vivant se trouve donc actuellement dans l'obligation de suspendre ses activités. Nous souhai tons qu'elle puisse bieneôt les reprend re. UN symbole de qualité les LES PREMIERS DE FRANCE Communiqué La Commission Centrale de l'En· fance ouvre trois colonies pour ·Ies vacances de Pâques - période du 31 mars au 14 avril : Une à C:lles-sur,Plaine (Vosges), une au Chateau du Roc, au Change (Dordogne), pour enfants de 7 à 12 ans. Une en Suisse, à Verossaz (près de Saint·Maurice) , enfants de 12 à 16 ans. Pour tous renseignements s'adres· ser à la C.C.E., 14, rue de Paradis (X' ), té l. PRO. 90-47 et 48. r 16 Photos El ie Kagan. M ON précédent article sur la chanso. n (voir « Droit et Liberté» d'avril 1965) n'a pas eu l'heur de plaire à tous ... et c'est tant pis! Mais dans le domaine de la chanson, où - comme partout ailleurs - le commerce montre ses dents avides, sans avoir toujours un . grand souci de la qualité, oubliant la grammaire (écoutez plutôt le dernier disque des « Dauphit/ s » : « tu marches malgré que tu pleures »), les hasards de la platine vous livrent parfois une bonne moisson. Qu'on ne nous accuse point de pavoiser sitôt qu'un texte affiche des « intentions » pacifiques ou antiracistes. Il y a longtemps que nous avons appris à nous méfier de ces modes, issues du succès de quelques promoteurs. Il fallait s'attendre à ce que la vente massive des chansons de Bob Dylan ou de Joan Baez donne à d'aucuns des él'Uptions de bons sentiments. Les choses étant mises au point je veux donner ICI un coup de chapeau à Claude Nougaro. Les chansons de Claude Nougaro, même quand ce n'est pas lui qui les interprète, on les reconnaît entre mille. Il ,me souvient qu'à propos de son premier disque (Philips B 76559), le grand écrivain Jacques AudIberti - nous le signalait déjà comme sachant « donner allx 1/Iots 1I11e résonance cOllcrète », l'opposant à ceux qu'il ·nommait ironiquement « les poètes de papier»! Partagée entre la tendresse et une révolte retenue, la chanson de Claude éclatait dans le répétoire avec des échos de préoccupations qui, surtout à l'époque, ne pouvaient être fondées sur des interventions commerciales. Une oro chose évidente Souvenez-vous de « Il y avait Hile ville» que chantait, avant son auteur, Philippe Clay (Fontana 460666). « Y'avait une ville et y'a plus riclI ... » Etait-ce trop tôt pour mettre en garde contre le péril atomique? Dans ce petit homme râblé, qui fait de ses interprétations une sorte de combat, dont il sortira vainqueur. et épuisé, j'ai senti, depuis longtemps, sOUl-dre cette colère contre la bêtise. La bêtise qui tue, qui pousse à la mort. Ainsi dans sa « Chanson pour Marilyn » (Nougaro; référence Philips 434.811) : « ... La gloire, le soleil californien, non tout cela Ile sert à rien, quand on voit l'envers dn décor ... » Et puis l'autre semaine il y eut Arlllstroilg (Philips 437.153) : « A rlllstrQng Je 1/e snis pas lloir, .1 e mis blanc de pemt ( .. .) Chante Louis, chante ça tient chaud J'ai froid, oh moi, !Jui suis blanc de pean (. . .) Armstrollg la vie, qHelie hist oire, C'est pas très marral/t. Ou' on l'écrive blanc sur 1I0ir Ott bien noir sur blanc On voit surtout dn rouge, dn rouf;c saJl,rj, Sang, salis trève ni repos. Qu'on soit, ilia foi, noir ou blallc de peau (. .. ) Un jOllr, tôt 011 tard, on Il'est que des os _ Est-c.e que les tiens seront lIoirs Ce serait rigolo Ait delà de nos o-ripeaH.1', Noirs et blaucs Sont ressemblants Com11le deu:r gOllttes d'calf. » Un joli suj et à discuter al'ec lui pour nos lecteurs. Dans son appartement de l'avenue des Ternes non sans difficultés, j'ai pl1 eJ1fin rencontrer Claude 'Not1- garo. ...... : .. ~ .. NOUGAKO 66 Une bonne , annee ... ' Le racisme est un de ces sujets qui, dans le spectacle comme dans la littérature, dès que l'on touche au vedettariat, fait faire souvent la petite bouche, rend les regards vagues, apporte un certain malaise dans la conversation. Chez Nougaro rien cie cela, la bonne foi est entière : - du déPart je n'ai pas, spécialement, che-rclté il faire une chanson contr,e la ségrégation_ J'avais en face de moi mie musique qui existait déjà, un negro-spiritual chanté par Armstrong dans 1tn disque nommé « The Cood Book ». Le lyrisme des negro-spirituals 1/I'est très proche; j'ai été tenté d'écrire des paroles là-dessus, sa1ls avoir, att départ, de thème bi,en p-réGis. L'antiracisme est une chose trop évidente - c'est une uatllre, ·lIlle in tellige1l ce, une santé - pour que d'em- I~"----------------------------------------------~ Par Bernard SANNIER-SALABERT bUe j,e l'exploite. Et puis, la pl1"alité dit gospel, ce,tte voie IIl1at/ime, commande d'aborder non pas ml S1tJet, 7llais des sujets, des préocc1tpations actuelles et, en m'adressant à Armstrong, j'ai parlé de moi. - ... Comme souvent clans vos chansons. Mais le thème, cette fois clevenait plus philosophique. - Ce que j'ai voulu lui dire en définitive c'est: je 1le sHis pas noir, je S1tÏS blallc, mais je suis 1I10ills dallé qlle toi pO·llr le bonhewr, - Avez vous beaucoup travaillé cette chanson? - Non pas, eUe est ve1l1te d'nn trait ; comme je voudrais toutes les faire. - ~\'rais une fois terminée, \'ous avez pris conscience d'avoir conçu une chanson antiraciste? - Bien s·/Îr. Je vais vous avouer une chose, cela fera peut-être sowrir,e, mais il faut cependant la prendre aussi mt sérieux ; je me sens noir, moi ! Ponr conclure, je sllis très satisfait si cette chanson peut, par sa probité, participer à la cal/se des antiracistes. Le temps est venu ... Et puis nous ayons parlé du courrie,r, inn~ll1l.brable, qlle lui a valu cette chanson. Parmi celUI-Cl nous a l'ons retenu une lettre d'une étudiante cie 17 ans, Sylvaine, de Cesseville, qui lui parle longuement du problème racial; elle étudie, dit-elle, dans un collège où ses camarades n'aiment pas les noirs. De sa longue lettre ressort cette préoccupation de la jeunesse, cristallisée sur cette chanson « Armstrong ». Ses dernières lignes sont: « Je ne pet/x comprendre qu'en Amérique Blaucs et Noi1's se baltent ; j'aime avant tOHt la loyauté, la liberté et la paix. » La conversation s'achevait lorsqu'une réflexion toute bête a fait rebondir notre entretien. Claude Nougaro se défendait d'être, par principe, un chanteur à.« message », et je lui faisais obs.erver gue, parfOls, une conj oncture dont nous sommes 1l1consclents nous pousse, malgré nous, à faire un acte, à prendre une positio~1 qui nous étaient étrangers à la minute cI'avant ; Il m'a donné en exemple sa !oute dernière chanson .dont le titre à lui seul était tout un p1'Ogramme : « ]JUIOliz'ille ». C'est un Brésilien Baden Po\\"el - celui qui a COl1lposé « Parisian Thbroughfare », un des classiques de Stéphane Grappelly (Festival JON. 100019) - ql1l lui en a laissé la musique avant de s'en retourner claus son pays. « B-idonville » est une chanson terrible ; comme rour s'en excuser, Claude N ougaro m'a dit : « J'ai l impression que le temps est vem, pour /liai d'écrire des choses qui aient un contenn q1IÎ nous· concerne, plus essentiel, Moi1ls cha1ller pOlir le l~laisir cl'aligner de jolis 11I0tS... » Jugez-en vous même : Regarde-la, '/lia vil/e . Elle s'appelle Hido'll, Bidon, bidon, bid01lville , Vivre là-dedans, c'est cotaI!. Les filles qui ont la pe01t dance La vendent pour manger ; Dans les chambres l'herbe pOlisse Pour y dormir fa1lt se pousser. Les gosses jonellt, ll1ais le bal/ail C'est 1f11e boîte de sardille. Bidon. Donne-moi ta main, camarade, Toi qui viens d'un pays o II, les hommes sont beaux. Donne-moi ta main camarade J'ai cinq doigs moi aussi On pent se croire ég01u' (. . .) J'avoue que j'ai eu la parole coupée pendant quelques minutes. Ainsi Armstro/lg n'était pas une exception, Claude Nougaro est à un tournant de sa carrière ! Tout ce que j'ai trouvé à dire c'est : - Bravo Claude. Je vous applaudis d'autant plus volontiers que si, sur le plan sentimental, cette chanson me convient, elle est, de plus, une excellente « Chanson », très commerciale, dansante et facile ;1 retenir, avec, en plus une idée. Au bout de ses recherches - Elle est pure, je crois, dit Nougaro. - Elle est très belle, et c'est exactement cc que 1'011 attend de vou§, il semble que cela marque un tournant dans votre carrière ... Claude Nougaro a un petit demi-sourire satislait. Je parlais au début de cet article de sincérité, La sincérité n'exclut point le doute. N ougaro se posera toujours des questions. N'en déplaise à certaine consoeur d'un journal indépendant de Neuilly, Claude Nougaro ne rabache pas, il interroge, il creuse, il va au bout de ses recherches. C'est là une preuve de son intransigeance et de son honnêteté. Je crois que l'appui de nos amis du M.R.A.P. manifesté, sur une simple carte postale à son nom, à notre adresse, lui sera l'encouragement complémentaire pour persévérer dans cette voie ... Et voilà. Je laisse Claude Nougaro avec deux de ses musiciens, Maurice Vandair et Pierre Cullaz ; ils vont travailler à nous préparer de nouvelles chansons pleines de charme et de rythme, de poésie et de profondeur, des chansons à la Nougaro. Il y a tant cie choses à dire, - à chanter -, encore ! « Droit et Liberté» remercie Claude Nougaro d'avoir bien voulu autoriser la reproduction de ses textes en avant-première.

Notes

<references />