Droit et Liberté n°449 - avril 1986

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°449 de avril 1986
    • La situation en France: le MRAP "préoccupé, vigilant et actif"
    • 21 mars: le printemps des antiracistes
    • Positions: Otages, antisémitisme, meurtres racistes: arrêtez! (Chtcharanski, Liban, drames électoraux
    • Du côté des gens du voyage
    • Encore une bavure policière

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES • • - ~ N' 449 - AVRIL 86 -B F ISSN 0012-6411 La situation en France Le MRAP « préoccupé, vigilant et actif )) Clest le choc: à l'Assemblée Nationale, 35 députés du Front National; des frontières souvent floues entre ce groupe et une partie de la "droite classique"; dans certains Conseils régionaux, entrée en force d'élus aux mêmes orientations; et, dès les premiers votes (pour désigner présidents, vices-présidents et bureaux), alliances et conni vences aboutissant à introduire des représentants de l'extrême-·droite dans les plus hautes instances de nos institutions. Une telle banalisation, si i .. édiate, si "naturelle", des tenants dlune idéologie qui se fonde sur 11 exci tation à la haine contre la population d'origine i •• igrée, a de quoi inquiéter. Elle nous rappelle que le progra •• e de la nouvelle .ajorité, .ê.e dans sa for.e "adoucie", co.portai t 11 annonce de .esures discri.inatoires; et que des candidats (dont plusieurs sont aujourd 1 hui .inistres) ni ont pas hésit~ à recourir à la xénophobie pendant la ca.pagne électorale. On dit, ici ou là, que des proj ets sont à l' étude, tendant à faire des "i .. igrés", non plus seule.ent dans les .ots, .ais à travers des restrictions aggravées de leurs droits, les boucs é.issaires de di fficul tés qui ne proviennent pas dieux, .ais Si inscri- IJet 14 mai au Pavillon Deutsche-de-Ia-Meurthe (Cité Universitaire) Deux soirées théâtrales avec le MRAP LE DERNIER JOUR D'UN NAZI de Nourredine Aba mise en scène par Pierre Vielhescaze Prix exceptionnel des places: 75 F (au lieu de 90 F) ' à retirer au Siège du "RAP, 89 rue Oberka.pf, 75543 PARIS CEDEX Il.Tél. 48.06.88.00. (voir page 3) - 1 - vent dans la crise de notre société elle-.ê.e: chô.age, insécurité, régression des protections sociales, injustices fiscales, échecs scolaires, carences en .atière d'habitat, dégradation de l'identité nationale ••• Le "RAP, qui se situe en dehors des conflits entre partis poli tiques, ni entend pas faire de procès dl intentions. Aujourd'hui, co .. e toujours, sous quelque gouverne. ent que ce soit, il entend juger sur pièces; ses prises de position ne sauraient se rapporter qulaux do.aines relevant de sa co.pétence, en fonction des principes qu 1 il défend. Co .. e 1'indique le co .. uniqué qu 1 il a publié le 20 urs, il est à la fois "préoccupé, vigilant et actif". LE21 MARS POSITIONS: • Chtcharanski (suite page 2) • Otages du Liban et antisémitisme • Drames électoraux IMMIGRA TION : • La nouvelle Convention franco-algérienne APARTHEID Un nouveau dossier-pochette ÉDITORIAL (suite de la page 1) Que propose le MRAP, face à cette nouvelle situation? Son Bureau National, réuni le 5 avril à Paris, a élaboré un plan de lutte, dont voici l'essentiel: 1. Ne rien laisser passer Au niveau des Pouvoirs publics ou dans le pays, le MRAP continuera de co.battre avec vigueur tout propos, tout acte qui bafoue les idéaux de liberté, d'égalité et de fraternité. Déj à, dans la dernière période, il avait réagi, avec d'autres associations, aux "accrocs" répétés portant atteinte aux droits acquis par les i •• igrés depuis 19B1 ou dans un passé plus lointain. Il dénonçait les entraves au regroupe.ent fa.ilial et à l'attribution de la carte de 10 ans; la dénaturation de la loi destinée à assurer une garantie judiciaire aux étrangers .enacés de refoule.ent; la .ultiplication abusive des "reconduites à la frontière", s'acco.pagnant de la création des fa.eux "centres de rétention"; la suppression des allocations aux enfants restés au pays, dont le père est sans e.ploi, etc. Sur tous ces terrains, la lutte continue. Et nous disons, en outre: non aux rafles "au faciès", non à une .odi fication rétrograde du Code de la nationalité, non aux prestations sociales à deux vitesses, non à tout ce qui fait des i •• igré~ une si.ple .ain-d'oeuvre .obile, interchangeable, taillable et corvéable à .erci, accroît la précarité de leur vie, e.pêche leur insertion en tant qu'êtres hu.ains à part entière! 2. Renforcer l'action sur le terrain pour valoriser les solidarités concrètes. Le respect des "différences", c'est-à dire de l'identité et des attaches historiques de chacun, doit aller de pair avec l'affir.ation des intérêts co .. uns de tous ceux, sans distinctions d'origine, qui co.posent la société di versifiée de la France actuelle. C'est l'affaire de tous de sur.onter les clivages fallacieux qu'ali.ente le racis.e, d'agir ense.ble pour résoudre les problè. es quotidiens, attribués basse.ent aux "i .. igrés" par des faussaires qui s' e.ploient ainsi à en .asquer les vraies causes, donc les possibles solutions. Il est essentiel, pour réduire les tensions, pour couper l' herbe sous les pieds au racis.e, que chô.eurs, locataires, parents d'élèves, habitants d'un .ê.e quartier, e.ployés d'une .ê.e entreprise, les victi.es d'iniquités, de di fficul tés, se tendent la .ain au lieu de se tourner le dos, voire de s'affronter pour le teint de leur peau ou la texture de leurs cheveux. Plus que ja.ais, le MRAP encouragera les expériences positives de ce "nouveau civis.e", en liaison avec les associations, les syndicats, les enseignants, les jeunes, les travailleurs sociaux concernés. 3. Édifier un cordon sanitaire autour de l'extrême- droite et de ses provocations à la haine. Au contraire des attitudes récentes et flagrantes, qui offrent au Front National, au CNI et à certains "divers droites", un label d' honorabili té, tout en leur laissant le loisir de poursuivre dans l'opinion leur propagande xénophobe, le MRAP appelle à isoler ces adversaires des lois et des traditions républicaines. La dhagogie, la haine aveugle déchaînée contre une .inori té (1), le cul te du chef, entouré de "gros bras" et d'individus rôdés dans diverses activités factieuses: autant de faits .ontrant que le Front National n'est pas "un parti co •• e les autres". Il est significatif que plusieurs .e.bres de son groupe parle• entaire aient joué un rôle actif dans la répression coloniale en Indochine et en Algérie, puis dans les .enées de l'O.A.S. C'est un sy.bole assez effarant que le doyen d'âge qui a présidé la pre.ière séance de l'Asse.blée, élu sous l'égide du Front National, (et par ailleurs, conseiller .unicipal RPR de Paris) ait été en 1934 à la tête - 2 - des fascistes lancés à l'assaut du Palais-Bourbon, pour tenter de renverser la République, avant de voter, en 1940, les pleins - pouvoirs à Pétain ••• Il faut que cela soit dit et connu. Que le passé éclaire le présent, serve de leçon pour l'avenir. Face aux perversions de la dé.ocratie, aux .enaces pesant sur elle, il faut que chacun prenne ses responsabili tés. Le MRAP s'adresse aux députés, aux conseillers régionaux, aux élus locaux non liés à l'extrê.e-droite: il leur fait part de ses inquiétudes, de ses propositions, et leur de.ande le strict boycott, l'effort d'explication indispensables pour éviter la .ontée des périls. 4. Intensifier la campagne de vérité. C'est sur ce plan essentiel que l'on peut faire reculer l'idéologie du Front National et de ses alliés. Depuis longte.ps, le MRAP s'efforce de dé.onter les .ensonges racistes. Car, par.i ceux qui ont cédé à l'intoxication a.biante, no.breux sont les gens frustrés, déboussolés, révoltés, qui ont cru pouvoir a.éliorer leur sort en votant contre la prétendue "invasion étrangère", responsable de tous les .aux, et pour "les Français d'abord". "Un raciste , disait un jour l'abbé Pierre, C l est un mut ilé qu i a peur et qui se trompe de colère" Précisons: que l'un pousse à se tro.per. Nous ne confondons pas .ysti ficateurs et .ysti fiés. Mais il faut bien dire que nos .oyens ont été trop faibles pour éclairer ces derniers, notre expression bri.ée, alors que les .édias s'ouvraient si facile.ent à M. Le Pen; par ailleurs, tous ceux qui auraient pu et dû rétablir systé.atique.ent la vérité ne l'ont pas fait . La .he question leur reste posée: que prévoient-ils pour débarrasser l'opinion des interprétations racistes de la réalité, frauduleuses et néfastes? Que vontils faire pour uttre fin aux .alaises, aux situations désespérées qui servent de terrain pri vi légié aux excitations racistes? Le MRAP. quant à lui. étendra ses interventions. fournira. par la di ffusion de docu.ents appropriés. .atière à une infor.ation authentique et à plus a.ple réflexion. 5. Mobiliser toutes les forces opposées au racisme. Pour nous. la ligne de dé. arcation entre racistes et antiracistes ne recouvre pas celle qui sépare. au plan poli tique. les électeurs de la Majorité et de l' Opposi tion. L'Appel Co .. un à la Fratrerni té publié le 15 nove.bre dernier a été signé et approuvé par des citoyens qui. sans nul doute. ont .is dans les urnes du 16 .ars. des bulletins de vote différents. C'est le .o.ent pour le MRAP de rasse.bler un .axi.u. de gens lucides et de bonne volonté. décidés à agir dans ses rangs. à accroître son rayonne.ent et son efficacité. Multiplions les adhésions. créons partout. dans les villes. les écoles. les entreprises. de nouveaux co.ités ouverts et offensifs. Aucune exclusive. aucune arrière-pensée ne doit li.iter cette levée ussi ve de la France éprise de justice et d'hu.anité. Et par-delà le MRAP. b \ len des rencontres sont possibles. avec les associations représentant les .inorités .enacées. la jeunesse. les dé.ocrates. les grands courants de la pensée et de la vie spirituelle ••• Tandis que la xénophobie se fait plus préoccupante. les valeurs généreuses que nous expri.ons ont. elles aussi. gagné du terrain; l'attache.ent. les engage.ents qu'elles suscitent. et .ë.e. parfois. l'ho •• age obligé du vice à la vertu. peuvent faire. dans bien des cas obstacle à des projets annoncés ou caressés dans certains .ilieux. A nous d'être présents. dyna.iques. persuasifs. au coeur des réalités - et de nouvelles batailles pourront être gagnées. (1) En 1956, c'était aux Il juifs" que s'en prenaient les poujadistes, auxquels appartenait M. Le Pen, une première fois député, CULTURES Deux soirées théâtrales avec le MRAP LE DERNIER JOUR D'UN NAZI de Nourredine Aba mise en scène par Pierre Vielhescaze Le dernier jour d'un naZI est une pièce unique en son genre. D'abord, parce que cette vigoureuse dénonciation du nazisme, et, au delà, de tout danger de fascisme, est écrite par un Algérien. Combattant dans l'armée française de 1943 à 1945, puis journaliste, Nourredine Aba a assisté au procès de Nuremberg. Et c'est ce regard de journaliste, extérieur au génocide, qui fait l'efficacité de son travail. Aucun manichéisme, aucune solution toute faite dans sa pièce, simplement l'effondrement d'un homme, d'une famille, d'un régime, à la veille de la capitulation allemande. Friedrich, haut dignitaire nazi, voit tout s'écrouler autour de lui. Mise en scène brillamment par Pierre Vielhescaze, la pièce ne sacri fie à aucun moment à la trouble fascination du décorum nazi: pas de drapeaux, pas d'uniformes. Le simple affrontement de quelques hommes, dont on ne saurait schématiquement dire qui est le bon, qui est le méchant. On est débarrassé du symbolisme et de la psychologie habituelle pour aller, enfin, à l'essentiel, le danger et la permanence de ce que Nourredine Aba appelle Ille bacillell , qui parfois sommeille, parfois se réveille. Engagés dans la lutte antiraciste d'aujourd'hui, Nourreddine Aba et Pierre Vielhescaze, directeur du Théâtre de l'Ouest Parisien, proposent deux avant-premières aux militants du MRAP de Paris et de la région parisienne, les .ardi 13 et .ercredi 14 .ai à 20h.30. les représentations ont lieu au Pavillon Deutsche-de-Ia-Meurthe. 37 bd Jourdan. 75014 Paris. Métro: Cité Universitaire. Les 13 et 14 .ai. prix exceptionnel des places: 75 F (au lieu de 90 F). à retenir au Siège du MRAP. 89 rue Oberka.pf. 75543 Paris Cedex 11. Tél. 48.06. 88.00. Différences, mai 86 La régionale sera consacrée à Limoges. Le dossier central, intitulé La Chine s'éveille, fait le point sur les rapports de la Chine avec l'Occident, et la façon dont les Chinois, qui représentent 96 % de la population de la République populaire, traitent leurs Ilminorités nationales ll • En cultures, un article sur Paolo Conte, chanteur italien, et sur le festival de Cannes. Une réflexion sur le bilinguisme, et l' histoire fabuleuse de Hassan, musulman chassé de Grenade pendant la IlReconquista ll , qui parcourt toute l'Afrique, pour finir catholique et filleul du Pape Léon X. Abonnement 1 an: 170 F. Specimen gratuit sur demande à Différences, 89 rue Oberkampf, 75011 PARIS. Tél: (1) 48.06.88.33. - 3 - Apartheid La pochette du MRAP sur l' apartheid est parue. Un dossier de 150 pages au contenu précis et fourni. Prix de vente public: 40 F. Réduction aux co.ités locaux. Droit et Liberté 89. rue Oberka.pf. 75011 PARIS Téléphone : 48.06.88.00 CCP 9 239-81 Paris Directeur de la publication René Mazenod !laquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de rédaction Bertrand 8ary, Gérard Coulon, Claude Gavoille, René Mazenod 1 N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de ' Montligeon, (61) Il Abonnement d'un an : 80 r 21 mars Le printemps des antiracistes o A PARIS Les Parisiens n'en ont pas cru leurs yeux en ce 21 mars 1986 ! Un vieil autobus · à plate-forme découverte style 1936 a parcouru leur ville toute la journée. Ce que peu ont su, c'est que l'idée était en chemin depuis trois ans au moins et qu'elle s'est concrétisée cette année par le prêt de ce véhicule par la RATP. Cette idée originale a plu. L'animation a été assurée par une pléiade d'artistes (voir encadré) qui se sont mIS gracieusement au service de la cause que nous défendons. De 8 heures à 20 heures sans interruption, le bus de la Fraternité a suivi un long itinéraire en passant par les grands axes de la capitale pour s'arrêter en six points de la ville : place SaintGermain- des-Prés, Montparnasse, place Saint-Michel, Opéra, BarbèsRochechouart, Beaubourg. A chaque stationnement, plusieurs artistes faisaient étalage de leurs talents, la parole était adressée aux nombreux passants par des responsables du Mouvement, la discussion engagée avec eux, le matériel du MRAP vendu. Partout nous avons été bien accueillis. De plus, si plusieurs journaux avaient annoncé cette journée, un certain nombre de médias ont couvert l'évènement et l'ont répercuté sur l'ensemble de la France, lui donnant ainsi une dimension nationale. Ce fut le cas de l' émi ssion Contacts sur FranceInter, animée par Jacques Pradel ' qui a assuré deux passages à l'antenne. Ce fut aussi le cas de l'émission Mosaîques qui a filmé et enregistré durant toute la journée, en vue de son émission du 30 mars : une vidéo-cassette résumé est à disposi tion au MRAP. Ce fut le cas aussi des trois chaînes de télévision, mais un évènement politique majeur nous a opposé une sérieuse concurrence et imposé un silence total sur les écrans. Peut-on tirer le bilan de ces 12 heures contre le racisme ? Il est encore bien tôt pour le faire car des contacts très fructueux se sont créés ce jour-là dont ne peut quantifier les promesses. L'origi-. nalité de l'action résidait dans le fait que ce n'étaient pas les spectateurs qui venaient au MRAP mais le MRAP qui allait vers eux, et des spectateurs qui n'étaient pas convaincus d'avance. L'idée a d'ailleurs tellement séduit que plusieurs ont souhaité que cette opération soit reprise dans d' autres grandes villes de France. Il ne nous reste plus qu'à remercier tous ceux qui ont concouru à assurer le succès de cette journée, la RATP, l'ONU, les artistes et écrivains, les quelques membres de la Commission Communication qui ont, eux, porté à bout de bras pendant des semaines cette opération et les représentants d'organisations, syndicats, partis qui sont venus nous apporter leur soutien. LES ARTISTES AUSSI Les artistes et écrivains suivants ont prêté leur concours et certains d'entre eux sont prêts à nous aider à l'avenir: artistes - Henri Agnel, .USlClen zarb Dja.el Alla., chanteur Sarah Alexander, chanteuse A.eed, tabla Inde Francis Bebey, chanteur François Bedel, percussions Cheb Ma.i, Rai algérien Cheriza, tu.ba percussions Coton Tiges, groupe rock Djurdjura, chanteuses kabyles Jacques Doudelle, groupe de jazz Henri Guédon, chanteur, percussioniste Freh Khodja, saxo Maxi.e Leforestier, chanteur Medouni Nazaré Pereira, chanteuse Francesca Solleville, chanteuse Zone .asquée, groupe rock écrivains - Didier Daeninckx Abdellatif Laabi Georges Lory Matéo Maxi.ov Suzanne Prou Jean Suret-Canale Pour 1 a part importante qu 1 ils ont pri se dans 1 a réussite de cette journée~ nous remercions tout spécialement . M. Claude QUIN~ directeur de la RATP M. IGIELNICK~ responsable de la communication à la RATP M. Mustapha TLILI~ directeur-adjoint des NationsUnies à Paris - 4 - o EN PROVINCE, DANS TOUTES LES RÉGIONS Comme chaque année, Paris n'a pas eu l'exclusive de la célébration de cette Journée pour 11 éli.ination de la discri.ination raciale, la province s'est mobilisée, elle aussi, à cette occasion. A travers des actions variées, les comités locaux du MRAP ont rivalisé d'ingéniosité pour mettre en relief cette journée spéciale chargée d'un lourd symbole et d'un souvenir sanglant. Exposi tions. A la MJC de Poitiers, sur le thème q' enfant en Afrique du Sud", exposition qui a été présentée ensui te sur les marchés et à la bibliothèque municipale de la ZUP. Le tout s'est terminé par un stage de formation sur l'apartheid. A Massy, "l'apartheid le dos au mur". A Angoulhe, du 17 au 23 mars, l'exposition sur la Namibie, réalisée par le MRAP-Charente a été présentée dans une MJC. A OloronSainte- Marie, "Peuples d'ici et d'ailleurs". A Alès, exposition de livres sur le thème de l'Amitié entre les Peuples à la bibliothèque municipale et chez les libraires de la ville. Fihs. A Monhorillon, une soirée au Centre Culturel avec film et débat sur l'apartheid. A Tours, 2 films-vidéo ont été projetés dans 4 quartiers différents de la ville "Un ghetto pour la vieil et "Au nom de la loi raciste". A Besançon, projection du film ':Amok". A Casseneuil, débat autour du montage télévisé ilLe mouton dans la baignoire" sui te à des propos et des décisions racistes du Conseil Municipal de cette ville de 1.800 habitants du Lot-et-Garonne. A Nancy, cinéma à l'intention des enfants des écoles et collèges de la ville et de son agglomération. 3 séances avec trois films touchant un public d'âges différents ilLe Don de Dieu", film du 8urkina-Faso, "Soldier's Story", et "Alamo Bay". A Pont-de-Chéruy (38) sui te à la projection d'un fi lm contre le racisme, débat autour d'un thé à la 1 menthe pour une meilleure compréhension entre toute les communautés et toutes les cultures. A Montauban, autour du montage vidéo ilLe mouton dans la baignoire". Rasse.ble.ents. A Perpignan, pl ac e Cassanyes, contre tous les racismes. A Rennes, place de la Mairie, où de nombreux participants se sont couchés sur le sol pour rappeler le massacre de Sharpeville. Cortèges. A travers la ville de Nevers, où une voiture sonorisée déversait des slogans et des appels à l'amitié entre les peuples. A Roubaix-Tourcoing, dans les quartiers les plus importants avec des sketches de l'association Rencontres et une animation musicale du Jazz Band Circus. A Ajaccio, avec vente ambulante du matériel du MRAP. Stand du MRAP (avec affiches, badges, autocollants, livres contre l'apartheid) dans l'artère piétonne d'Angoulê.e, sur la place d'armes de Douai. Fêtes intercul turelles. A OloronSainte- Marie. A Massy, avec un groupe local de jazz, des danseurs et chanteurs antillais, Journée de l'Ami tié entre les Peuples. A Rodez, soirée avec le groupe reggae "Natiwell". A Toulouse, avec chants, danses, poèmes des diverses communautés locales. Débats. A Oloron-Sainte-Marie. A Alès, au Centre Culturel avec la participation de Me François Roux, avocat. Forun-Fêtes. A Nantes, "Huit heures contre l'apartheid" avec 2 forums dans l'après-midi "Rôle de la France et de l'Europe par rapport à l'Afrique du Sud", "Luttes ouvrières et syndicats en Afrique du Sud. Lutte des femmes contre l'apartheid". En soirée, fête-concert avec Ayoka et Djimbo. A Creil, "Six heures pour l'amitié et la solidarité entre les peuples" avec musiques, chants, buffet. Participation de Aounit. A Li.oges, "Fête - 5 - danses, Mouloud de l'Amitié entre les Peuples". C'est la hui tième année que le comi té local organise cette fête qui obtient un succès croissant d'année en année. Participation d'Albert Lévy, 40 organisations, 5.000 personnes. A Rouen, Grand Carnaval de l'Amitié, place de la cathédrale, avec un spectacle de qualité présenté par le groupe Djala et ses musiciens africains, des maquillages d'enfants et des déguisements. Une rencontre. A Albi, avec une soirée de "l'appel à la Fraternité" Interventions des différents représentants des organisations humanitaires, maçonniques et religieuses. Débat. Beaucoup de monde. Autour du 21 .ars. A Angoulhe, en plus des actions, déjà citées, le dimanche 23 mars "Parcours de l'Amitié" au pl an d'eau de St Yrieix. 15 km, soit 5 fois le tour du pl an d'eau. Un très grand succès. Dans le Vaucluse, lancement du concours par la Fédération du MRAP dans les établissements scolaires du "meilleur slogan contre le racisme". Concours collectif par classe. Les quatre premiers prix seront des magnétophones portables. En Auvergne, 4 soirées sur la Namibie avec Jacob Katuamba, représentant de la SWAPO. Projection du film "Namibie libre" et débat à Cler.ont-Ferrand, Aurillac, Le Puy, Issoire. Dans cette dernière ville, le comi té local a organisé un concours de dessins pour enfants et réalisé une autre soirée autour du film "Rue Cases-Nègres". A Angers, une semaine d'information sur le racisme du 17 au 22 mars, avec expos, brochures, des li vres pour enfants et jeunes sur ce thème à la bibliothèque municipale, montages diapos et vidéo. A Rodez, le concours de dessins d'enfants qui a touché plus de 40 écoles aveyronnaises s'est terminé le 26 mars par la remise des prix à la MJC. Le lendemain, une soirée-débat sur ilIa montée du racisme en France" avec projection du film "Nui t et brouillard" a réuni plus de cent personnes. Participation de René Mazenod. PRISES DE POSITION Otages, antisémitisme, meurtres racistes Beaucaire: le MRAP met en garde cnf1tre les excitations à la haine Le drame de Beaucaire, où un jeune homme se réclamant du Front National a succombé à la suite d'une bagarre avec des jeunes gens d'origine maghrébine, tradui t une nouvelle fois la gravi té des tensions qu'engendrent les campagnes xénophobes dans notre pays. En moins d'un an, douze Maghrébins ont payé de leur vie la xénophobie déchaînée contre eux. Dans ce cas précis, où l'on déplore la mort de celui dont les propos ont déclenché un affronte ment, le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) condamne tout autant le climat de haine et les violences qui tendent à dresser les unes contre les autres différentes populations composant la société française. Le MRAP met en garde les habitants de Beaucaire et de la région contre toutes tentatives d'exciter les esprits et de susciter de nouveaux actes répréhensibles. L'affaire, qui relève maintenant de la Justice, doit être circonscrite et ne pas donner lieu à la mise en cause des communautés auxquelles appartiennent ses protagonistes. Au contraire, il importe de souligner les intérêts communs de tous ceux, sans distinctions d'origines, qui subissent les difficultés liées à la crise, dans les domaines, par de l' habi tat, l'école, de cul turelle •.• exemple, de l'emploi, de l'insécurité, de la vie sociale et Le MRAP invite les responsables poli tiques, les autorités morales et spirituelles à prendre publiquement position sur place contre toutes formes de violence, de démagogie et de racisme. Arrêtez! Il faut réaffirmer, comme l'ont fait les signataires de l'Appel Commun à la Fraternité, le 15 novembre dernier, la nécessité de "vivre ensemble dans la tolérance des différences et l'enrichissement mutuel pour une société meilleure" permettant à tous de "coexister dans le concert national sans perdre leur spécificité". Le MRAP se félicite de la libération d'Anatoly Chtcharanski Si Anatoly Chtcharanski a quitté l'URSS dans le cadre d'une procédure contestable, s'agissant d'un militant qui tentai t de faire prévaloir l' aspiration à émigrer d'un certain nombre de Juifs soviétiques, sa libération et son départ ne peuvent qu'être accueillis avec satisfaction. Le MRAP av ai t à mai ntes reprises manifesté son soutien à Anatoly Chtcharanski. Un avocat membre du Bureau National du Mouvement av ai t été choisi, entre au~ tres, par sa famille pour le défendre. Récemment encore, lors de la table ronde franco-soviétique sur les Juifs en URSS, organisée à Paris, à l'initiative du MRAP (19 décembre), le traitement infligé au prisonnier et la demande de sa libération avaient donné lieu à des interventions insistantes. Après la mesure qui vient d'être prise, le MRAP appelle à nouveau les autorités soviétiques à examiner dans un esprit humanitaire la situation des Juifs encore nombreux qui désirent émigrer pour des raisons de famille ou de convictions, et dont certains sont sous le coup de lourdes condamnations. En premier lieu, il est souhaitable que la mère d'Anatoly Chtcharanski puisse le rejoindre sans délai. - 6 - Le MRAP présent Un peu partout en France, le MRAP a participé aux unifestations pour la libération des otages du Liban. Il en a profité pour diffuser le texte ci-dessous : Profondément ému par le sort des otages détenus au Liban, solidaire de leurs familles, le MRAP condamne avec une totale fermeté les atteintes à la liberté et à la vie de personnes innocentes à des fins de chantage politique. Ces méthodes viles et cruelles bafouent les plus élémentaires principes de respect mutuel et de qigni té acquis au cours des âges par l'humanité et dont se réclament aujourd'hui tous les grands cou rants de pensées, toutes les religions. Le MRAP est donc présent, comme aux précédentes, à la manifestation appelée ce 12 mars par les Amis de Jean-Paul Kauffman n. Il observe que le drame actuel s' inscri t dans le contexte de viole~ces qui s'est créé au Proche et au Moyen-Orient d~ fait des injustices et des frustrations subies par les peuples, des interventions colonialistes et des provocations guerrières, des situations de domination et de dictature, de la fourniture d'armes aux différents antagonistes. Le tout étant lié aux objectifs stratégiques et économiques de puissances étrangères à la région. Depuis longtemps, la France est engagée dans ce processus périlleux. Seule une politique loyale et lucide de défense des droits de tous les peuples, de soutien résolu à la démocratie et à la paix peut mettre un terme aux évolutions néfastes qui sont encore à craindre. Le MRAP dénonce les a.alga.es scandaleux faits ces jours-ci par certains ho •• es politiques, affirunt que la présence d'i •• igrés en France pouvait se co.parer à la situation du Liban. Ces provocati ons à la haine et à la violence rac i stes doivent êt re conda.nées par tous ceux qui veulent sauvegarder la j ustice et l a frat erni té dans notre soci été . Au j ourd'hui, co •• e dans le passé , l a di versi t é des apports huuins et culturels est, pour la France, source d'enrichisse. ent et de progrès. Déclaration du secrétariat national duMRAP Au lendeuin des él ecti ons le Hezbollah faisait paraî t re en analyse i nspirée du Protocole des Sages de Sion, où il parlait du ".icrobe j ui f partout en France" . Le MRAP est profondément i ndig né par l es propos tenus par l e Hezbollah à la sui te de s ré cente s él ect i on s qui se sont déro ul ées en Fran ce. Un tel langage exp r ime une profonde manifestation de hai ne et de di vi s io n, i nto l érable, vis ant l a commun auté JUIve, partie i ntég r ante du peup l e et de l a nat ion f ran çai se. Ouelles que soi ent les t ensi ons qui exi sten t auj our d'hui au Proc he-O rien t , l e MRAP ne saur ai t adm et tre que l' on re nvoie l a respons abi lit é des évè nem en ts act uels , su r t elle ou te lle communauté to ut en l a charg eant d'opprobr e et de malig nité . L'Uni versi té d' Hé du MRAP a été annoncée dans le Bulletin Officiel de l'Education Nationale nO 9, daté du 6 urs 19B6, p. 823, disponible dans tous les bons établisse.ents scolaires! Elle aura lieu du 7 au Il juillet (voir DL nO 448, .ars 86). Les .odali tés d'inscription sont indiquées p. 765, avec .odèle de fiche de candidature. Ral'pelons: que les U~iversités d'Eté sont réservées aux personnels de l' Education Nationale (pas seule.ent ~RNET--------________________ _ Compositeu r , vi r tuo se de l a ba l al aîka , membre de notre Comité d' Ho nneu r , Jarko Jovanovic JAGDINO nous a quittés, à l'issue d'une longue maladie qui avait nécessité plusieurs opérations, mais , . .' JI avai t aussi laissé des rémissions pendant lesquelles il avait repris son activité artistique. Récemment encore, il était l'interprète du MRAP à Télé-Zagreb. Né le 7 janvier 1925, en Yougoslavie, d'une famille de musiciens tsiganes, il connut en 1943- 44 l es camps de concentratio n. Evadé, i l s'engagea dans les Partisans. Déjà célèbre en son pays, il vint en France en 1964 . Avec l ' arme de sa balalaîka, il a lutté pour son peuple. Il est l'auteur de : "Opre Ro.a" - Debout les Ro.s - deve nu l'hymne des Roms du monde entier. Grand ami du MRAP, quand il devint membre de notre Comité d'Honneur, il nous écrivit: "Ce jour . •• urque l'apothéose de tous .es succès en tant qu'ho •• e politique, poète, .usici en et tout si.ple.ent ho .. e ••• la confiruti on que 1D0n che.in est dans la bonne direction. . . Votre geste est un coup .oral pour .es efforts et pour .a lutte contre ce .al .ajeur qu'est le racis.e . Je .e donne entière.ent à cette cause". Son servi ce fu nèbre fut célébré l e 27 mars dan s la cathédrale


---

L'UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DU MRAP aux ense i gnants, donc!). que la date li.i te de dépôt des candidatures est f ixée au 30 avril 1986. - que ces candidatures, selon le .odèle donné au BO, doivent être déposées avant cette date au Rectorat du lieu d'exercice, et plus précisé.ent à la Mission acadé.ique à la for.ation des personnels. Le thè.e (Identité - Culture(s) Nation) concerne au plus haut point les .ili tants du Mouve.ent. La Co •• ission EducatiQn doit appro- - 7 - orthodoxe russe de l a r ue Daru. Le MRAP était représenté par Char l es Palant , membre de la présiden ce, et par J. Cu i nat-Tri poteau , B. Bary et Dzi ga Tanass pour la Commission "Tsiganes". Au cimetière, son fils et des amis tinrent à lui faire, par la gui tare, le violon et le chant, un poignant adieu musical. Nous adressons à sa fami Ile nos amitiés émues. Naissance Nous sommes heureux d'annoncer la naissance d'une petite Coralie au foyer de Cécile Louchon, secrétaire du Comité de Martigues et trésorière de la Fédération des Bouches-du-Rhône. Nos voeux très chaleureux aux parents et au bébé. Dans le foyer d'Anne-Marie et JeanPierre Reyal (Fédération du Val d'Oise et Commission Apartheid) est née le 21 mars une petite fille prénommée Elise . Avec eux et leurs trois enfants, nous nous réjouissons de cette naissance qu a eu lieu un jour cher au coeur de tous les antiracistes. Longue vie à Elise et nos voeux de bonheur à toute sa famille. Décès M. Jean Delannoy , mi.litant fidèle et dévoué du Comité de Bayonne, est décédé le 10 mars à l'âge de 70 ans. Que sa femme et ses amIS trouvent ICI l'expression de nos condoléances. fondir le contenu: d' ores et déjà est prévue une journée sur le terrain, dans une co •• une ouvrière de banlieue. Il sera fait appel à des intervenants de l'enseigne.ent superIeur, et à des praticiens, dans le cadre de conférences et de séances de travail tenues du 7 au 11 juillet. Dépêchez - vous, places a été li.i té .inistère. Et nous l'lEP de Grenoble, la si té dl été portant truction Civique. le no.bre de à 25 par le so •• es, avec seule uni versur l' InsICI ET LA Encore une bavure policière Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 mars 1986, vers minuit, le jeune Patrick DEGUIN (18 , ans) d'origine antilla i s~ court pour rattraper le dernier bus à la Porte de Vincennes. Peu après s'être assis au fond du véhicule, Patrick se voit signifier par un policier son état d'arrestation. Il vient d'être dénoncé par une vieille dame qui avait été agressée quelques minutes auparavant. Elle dit le reconnaître formellement sur le seul indice de son écharpe blanche! On le fait descendre. Patrick di t avoi r alors été frappé par les policiers ainsi que par les amis de la victime. Il nie être coupable: les coups redoublent. Ouoique clamant son innocence, emmené au commissariat de la rue de Charenton, il affirme y avoir subi des coups, violences et vexations et avoir passé de longues heures en cellule, avec interrogatoire à l'aide d'une matraque. Bien que transféré au commissariat du 46 rue Gambetta, dans le 20ème, le cauchemar continue pour lui. Il est formel: les mêmes scènes de violence se reproduisent. Il sera conduit à l' Hôtel-Dieu où l'interne diagnostiquera un traumatisme crânien en plus des nombreuses ecchymoses et tuméfactions du visage. Il sera libéré le dimanche 16 mars vers 16 heures. Il a saisi le MRAP qui est intervenu aussi tôt auprès du nouveau ministre de l'Intérieur et a demandé parallèlement une enquête de l'LG.S. Ce cas n'est hélas! pas isolé. En effet, le MRAP a reçu au cours de ces dernières selaines plusieurs "étrangers" se plaignant de lauvais traitelents infligés par des policiers. Ces cOlporte lents inadlissibles nous ont conduit à prendre contact avec les syndicats de Police et à appeler tous les adhérents du MRAP à une vigilance accrue dans ce dOlaine. (Avertir en cas de besoin la perlanence juridique du siège national). DU CÔTÉ DES GENS DU VOYAGE Aliens: En raison du délabrement du terrain de Longpré, "les Voyageurs sont acculés à occuper des terrains libres .•. provoquant parfois le mécontentement des riverains" (cf Courrier Picard du 21 janvier: "Désolation au stade ..• "). La COllission "Tsiganes et Gens du Voyage" du cOlité local réagit, explique et delande des les ures d'urgence pour rendre praticable le terrain de Longpré, en attendant l'alénagelent des trois terrains prévus dans le départelent. Berre l'Etang: Au sujet d'un grand rassemblement de caravanes en janvier, le pasteur évangéliste Christian d'Hont, membre du MRAP, correspondant de la Commission nationale, a donné une précision d' importance: "11 ne s'agit pas d'une ': convention", lais d'un "mouvement"; en direction de Marseille et qui se produi t chaque année. De plus en plus, les groupes réunissent de 50 à 100 caravanes, ce qui nous donne une identité face aux lunicipalités, identité non reconnue si nous sOlles dispersés". Là aussi, le cOlité local en lien avec la Fédération, poursuit dialogue et inforlation et prépare une journée d'étude. Par i s : Ré p 0 n s e dei a Mai rie à M. Rouquette, député du 14ème arrondissement: "Les différentes réunions ••• au sujet de l'alénagelent d'aires de stationnelent dans la région parisienne n'ont pas encore "perlis de trouver une solution à ce problèle". Pau: - Actions communes du comité local avec l'Aumônerie Catholique des Gitans. - Rencontre d'adolescents Manouches avec des élèves de CES (Clubs "Différences"). - Actions pour contrôles abusifs dans un supermarché. - Démarche auprès du Procureur pour propos estimés racistes dans un réquisitoire lors d'un -8- jugement contre des Gitans. Préparati~n avec diverses organisations d'une "Quinzaine Différences". - Enfin, l'éternel problème du manque de places de stationnement - bien qu'il existe 5 terrains dans l'agglomération paloise Villeneuve s/Lot: Le Comité proteste contre la destruction de canalisations d'eau au site de Frontignac dans le but de faire partir les Gens du Voyage et sans que d'autres solutions aient vu le jour. Un terrain avait été envisagé, mais face aux levées de boucliers du voisinage, n'a pas abouti. Delande d'audience au Maire. COlluniqué du MRAP publié dans "Sud-Ouest" sous le titre "Mon pote le Gi tan". Intervention récente auprès des pouvoirs publics pour une lise en conforli té de l'aire de stationnelent avec les règlelents sani taires. NOUVELLECONVENnON FRANCO-ALGÉRIENNE le 22 décelbre 1985, le gouvernelent français et le gouvernelent algérien ont signé à Alger un avenant à l'accord du 27 décelbre 1968. Un décret du 7 urs 1986 (J.O. du 8.03.86) et une circulaire du 14 urs 1986 (J.O. du 16.03.86) réglelentent certaines dispositions relatives à la circulation, à l'elploi et au séjour en France des ressortissants algériens et de leur falille. Ils visent à lettre à niveau la situation des Algériens titulaires d'un titre de séjour qui, depuis l'entrée en vigueur de la loi du 17 juillet 1984, se trouvaient placés à certains égards dans une si tuation loins favorable que celle des étrangers relevant du régile général. Dorénavant, ils recevront de plein droit, ainsi que les lelbres de leur falille à leur charge, le titre u'nique de .. ') ans.

Notes

<references />