Droit et Liberté n°168 - décembre 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°168 (272) de décembre 1957
    • Riposte républicaine à l'agitation des anciens collaborateurs page1
    • L'année qui vient par Albert Levy page1
    • Pour que le mot Fraternité prenne son sens en Algérie par le général Tubert page1
    • La Fayette et Grégoire par le pasteur La Gravière page1
    • Pour un dénouement pacifique et fraternel du drame algérien: positions et témoignages page2
    • L'affaire des "nouveaux maîtres" en appel page3
      • Le Mrap n'a fait que son devoir en dénonçant un film antisémite et xénophobe
      • Un triste plaidoyer de Tixier-Vignancour
    • Les rendez-vous de la colère par Jean Guignebert (pièce de R. Brasillach: "la reine de Césarée") page4
    • Morceaux choisis de R. Brasillach page4
    • Hitlériens assassons! 'réactions à la pièce) page4
    • Sur l'initiative du MRAP: meeting d'union républicaine page5
    • Une nouvelle revue: "Domaine Yidich" page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 168 (272) DECEMBRE 1957 50 FRANCS pt~8ente à ses l.ecteut8 ses nuzil.I.eut8 ooeu~ pout 1958 Sous le signe de l'UNION 1 RIPOSTE REPUBLICAINE Pour que le mot FRATERNITE prenne son sens en Algérie LE procès Sadok a mis en lumière cette plaie qui, loin de se cicatriser, menace de gangréner tout le corps douloureux de ,l'Algérie. Cette ,plaie, c'est le racisme, dont la :bêtise et la méchancetl'i s'étalent impunément dans ce pays où vivent ,pourt.ant des hommes de races différentes qu'une coexistence obligée devrait inciter à la fraternité ou, pour le moins, a·u 'respect mutuel. Par un paradoxe inouï, ceurx-là mêmes qui proclament à cor et à cri « l'Algérie française » se sont toujours refusés à y appliquer les .principes sur lesquels est fondée la ' République française. Par une absence d'autorité inexcusable, les gouvernements successifs qui ont pr~sidé aurx destinées de la France et les proconsuls qui représentaient le pouvoir central à Alger n'ont jamais impo~ effectivement sur la terre algérienne la loi métropolitaine. C'est donc en toute Hberté (!) qu'ont pu se développer de· l'autre côté de la Méditerranée une mentalité discriminatoire et des procédés racistes que réprouvent en tous lieux et de tous temps les hommes civilisés. Axé à certains moments sur les israélites, ce racisme est maintenant déchaîné contre les araboberbères. La passivité fataliste de ces derniers a fait lPngtemps illusion, mais le fellJ couvait sous ,la cendre, et, le vent de liberté soufflant sur le monde, l'incendie s'est allumé. 1 L faut maintenant l'éteindre. La tâlche est immense, car c'est toute une mentalité à redresser, notamment chez les jeunes - écoliers, étudiants ou ap- PAR le Général TUBERT Anèien d~puté-maire d'Alger rprentis - qui, à leur propre foyer, ont pris l'habitude du mépns

de ceux qui ne sont pas de

leur race OllJ de leur religion. Au lieu de réagir contre cet ~ta-t d'esprit et ce comportement général, les cadres civils et militaires, les enseignants, les notatbles - sauf exceptions méritoires - se révélaient indifférents et parfois complices alors que des ·incidents quotidiens leur montraient l'étendue et la progression d'un mal dont nous mesurons aujourd'hui les cons~quences jusque su·r le plan métropolitain. (Suite page 2.) • • à l'agitation des anciens "collaborateurs" , . , . aux menees antlsemltes racistes et factieuses L'année qui vient ••• QUE nous réseorve l'année qui vient 1 Verra-t-elle la paix s'affermir dans le monde, les droits de l'HOImme et l'amltl6 s'imposer en Algérie, et chez nous la République triompher de 8" ennemis 1 ... En cette fin de 19157, des millions et des millions d'hommes s'Interrogent, espèrent. Une certitude existe, cependant: la ré.ponse à ces questions vltales~ c'est d'eux-mêmes, avant tout, qu'elle dépend. Qu'Ils prennent conscience de leur pouvoir, qu'Ils affirment, unis, leur exigence de bonheur, d'égalité, de frawrnlté, et leurs voeux seront bien près de prendre corps. CERTES, les grands déba\a stratégiques envahissent la première page des Jout"naux

bombes atomiques, fuséee,

rampes de lanoement font l'objet de discussions si abstral\es qu'on en oublie parfois - wrlbl. accoutumance! - les hécatombes ainsi préparées. Certes, le drame algérien s'éternise, sans solution. Et, profitant des passions qu'II excite, de la crise économique qu'II engendre, les éléments factieux, 1 •• collabos Impénitents s'agitent et complotent, recourant une fols de ,pius au racisme et à l'antisémitisme pou'r dérourter, diviser et affaiblir la nation. Pourtant, un soufne nouveau, encore léger, s'élève, qui déjà ralentit la course aux catastro-phee. On parle de plus en plus de détente et de coexistence. Des peuples réputés Inférieurs conquièrent, un à un, leur sou,veralneU. En France, comme à Rabat ou à l'O.N.U., des voix de plus en plus puissantes demandent la négociation en Algérie. Pour d~ fendre la République et son Idéal, des hommes, des courants, riaguère séparés, se retrouvent dan. l'action commune. NOTRE Mouv6'll1ent, quI par son titre même souligne l'Indissoluble liaison d'UI l'aclsme et de l'antisémitisme avec la guerre. se doit, dans la situation présente, d'être particulièrement vigilant et actif. La Fayette et Grégoire En manifestant les 17 et 18 nove~ re devant le Théâtre des Arts (photo du haut), où était créée « La Reine de Césarée », pièce du traître Robert Brasillach, les anciens résistants, les antiracistes, les républicains de toutes tendances ont tenu à riposter à l'agitation de plus en plus insolente des anciens collaborateurs. 1967 la vu grandir ses efforts et ses succès. Ses campagnes et ses manifestation - de la ,Journée Nationale de mal au meeting de décembre, du Prix de la F·raternité au procès des « Nouveaux Maîtres » - ont retenti dans le. milieux les plus divers. Mals Il faut faire plus; Il faut faire mieux. Sous J'égide de la Société des Amis de l'Abbé Grégoire, le pasteu·r Emmanuel La Gravière, conseiller de J'Union Française, a fait, le 10 décembre, une Intéressante conférence sur le thèm-e : « La Fayette (ami de Grégoire) et l'abolition de l'esclavage ». M. Grunebaum-Ballin présidait, assisté de notre éminent ami le conseiller Robert Attuly. Parmi les personnalités, on notait la présence de M. Gaston Monnerville, président du Conseil de la République. Regrettant vivement de ne pôuvolr, faute de place, publier en entier le texte de cette conférence, que M. La Gravière a bien voulu nous communiquer, nous nOU6 faisons un plaisir d'en reproduire Ici de larges extraits: LA FAYETTE, on le sait, est né le 6 septembre 1767. La présente année 1957 a donc été l'occasion de la célébration du bicentenaire de ce héros. PAR le Pasteur LA CRAVIERE Avec solennité et BOuvent de manière émouvante, tant en France qu'aux Etats-Unis (où quarantedeux villes portent son nom), on a commémoré sa participation efficace, et même décisive, à la guerre de l'Indépendance et le rôle primordial qu'il a joué dans la naissance et le maintien de l'amitié franco-américaine, rOle qui ne saurait être comparé qu'à celui Joué par Franklin. Et puis d'autres faits de cette existence longue et fertile en péripéties, entrecoupée de jours sombres et de soirs de lutte, ont été également évoqués, en particulier l':l.Ction de La Fayette dans la politique française de 1789 à 1830. Peut-être a-t-on insuffisamment évoqué la place et le rôle émouvants que tint dans la vie du héros la délicate Marie-AdrienneFrançoise de Noailles, qui, dans les bons et dans les mauvais jours, fut le vivant soutien qui l!.enveloppa de poésie, de tendresse et de charme. Ce qu'on a surtout oublié de rappeler, c'est le véritable apostolat qui s'attache à son existence entière et qu'il mena JUSqu'à son dernier souffle, le combat qu'il livra sans (Suite pai"' 8.) Quelques jours plus tard, le 4 décembre, à la Mutualité, se tenait, sur l'Initiative du M.R. A.P., un grand meeting d'union républicaine (photo du bas). Voir en pages 4 et 5 nos informations et un article de Jean GUIGNEBERT. Dans 'un combat comme le n6- tre, les gens de coeur et de courage ont le pouvoir et le devoir, précisément, d'affirmer leu!' fol en l'homme, de défendre sa dlgni( b et son avenir. Sans distinction d'origine, de confession ou de oonvlctlon politique, Ils ont leur place dans nos rangs. A tous, au seuil de cette année nouvelle, nous tendons fraternellement la main. Albert LEVY. DERNIERE MINUTE: VI CTO 1 RE! Rendant son arrêt, la 1'· Chambre de la Cour d'Appel a reconnu légitime l'action du M.R.A.P. contre le film «Les Nouveaux Mattres JO. Les producteurs de ce film sont déboutés de leur plainte et con- 4amnés aux dépens. (Voir nos Informations page 3. L'arrêt sera publié dans noire prOQhllln '1I:II11érQ,) _ J' - _2 DROIT ~T LIBERTE Pour un dénouement . pacifique et fraternel du drame algérien Positions U N r~pport de la Commission de Sauvegarde des Droits et Libertés Individuels a été L-- enfin! - publié. Nos lecteurs en auront pris connaissance dans la presse quotidienne. Ce texte ne demande pas de grands commentaires. Ce qu'on peut en dire, c'est qu'il confirme la gravité des atteintes portées aux droits de l'homme en Algérie, dans le cadre d'une guerre qu'uin ancien président du Conseil a qualifiée· - en périOde électorale - d'« Imbécile et sans issue ». Après la lecture de ce d~cument, on ressent plus encore qu'auparavant la nécessité d'un dénouement pacifique et f.raternel de ce drame algérien. Les témoignages, les faits et les prises de position que nous reproduisons cl-dessous (Iparml beaucoup d'autres) soulignent combien il est urgent d'y parvenir. Haines aveugles. Récemment, le Monde a publié, sous la signature de Serge Adour, le témoignage d'un officier de retour d'Algérie. Nous y relevons ces observations: « La guerre larvée qui se déroule n'a pas toujours, hélas! le caractère d'une défense de la communauté franco - musulmane contre les troupes de révoltés ou de bandits. Il faut dire ce qu'elle est : dans une large part, une guerre raciale, et c'est seulement ainsi que s'expliquent beaucoup de ses aspects. C'est ce qui explique ces explosions d'actes de hai ne aveugle entre les Français et les musulmans. C'est ce qui explique que tout musulman soit à priori suspect. C'est ce qui explique que les «unités territoriales » arment quasi exclusivement des Français de souche. C'est ce qui explique que les armes possédées par des musulmans ont été relevées (quand il n'était pas trop tard) car on savait bien qu'elles étaient plUS destinées à armer les rebelles qu'à les repousser dans les douars. C'est ce qui explique les désertions. C'est ce qui explique que les soldats français voient moins en Algérie des concitoyens que des « bougnouls ». Sans nouvelles ... L ES travailleurs algéri ens vivant en France ont éfé l'obj et', dans la dernière pé.,. rlode, de véritables « ratissages »: rafles au faciès, perquisitions, contrôl es, arres tations se sont multipliés tant à Paris qu' en provin ce. Cer tes, des attentats, des règlements de com,pte, que l'on ne peut que déplorer et condamner, ont eu lieU! dans les milieux algé_ ri ens. Mais ils ne sauraient .iustlfi er ces mesures de répression généralis ée, qui s'appliquent sans discernement à l'ensemble des Algériens, désignés par leur seule apparence physique. De telles méthodes ne peuvent, de toute évidence, aboutir à un quelconque apaisement. Elles tendent, par contre, à renforcer les préjugés et les haines, à créer un climat d' incompréhension entre les travailleurs algériens et la popul ation française. De plus, elles permettent à l'arbitraire de s'in staller dans notre pays. C'est ainsi que, le 12 novembre, à la veille du renouvellement des pouvoirs spéciaux, M. Bourl'ès- Maunoury faisait arrêter 196 Algériens, qualifiés de « t erroristes », qui étaient transférés aussitôt au « c entre de tri » de Beni-Messous, à 10 km. d'Alger. Depuis, aucune nouvelle de ces déportés n'est parvenue en France, si ce n'est qu~ l'un d'eux a été tué comme « fuyard » sur l'aérodrome d'Alger et deux autres hOSpitalisés dans les mêmes circonstances. Aucun d'eux n'a encore été entendu, pas plus par le Parquet d'Alger que par celui de Paris, et ils n'ont pas pu communiquer avec leurs avocats. Que leur reproche-t-on? Aucune charge précise n'est venue .iusqu'à présent étayer l'accusa- . tion de « terrorisme ». Le fait qu'Ils soi ent connus comme anciens militants ' du M.T.L.D., auet téD.oignages jourd'hui dissout, ne saurait être suffisant pour justifier les mesures prises contre eux. Leurs défenseurs, comme leurs connaissances, assurent d'ailleurs qu'ils entretenaienb de bonnes relations avec la population française, intellectuels ou travailleurs, et passaient pour des éléments rn()dér és. Est-ce là leur crime? La plupart vivaient depuis longtemps en France. Parmi eux, se trouvent, par exemple, M. Khemisti, membre du Comité exécutif de l'U.G.E.M.A. (Union Générale des Etudiants Musulmans d'Algérie), qui ne s'était pas rendu en Algérie depuis 5 ans, et Belouchrami Saïd (dit Omar), de, puis plus de 7 ans en France, où il .l oulssalt de l' estime de tous les milieux syndicalistes. Or, malgré le vote des pouvoirs spéciaux, rien n'autorise à saisir la compétence des juges algériens pour des Infractions commises en France, les Infractions à la 101 pénale étant justiciables du lieu du délit. SI donc ces 196 Algériens ont commis un délit, c'est en France, et en France seulemept, qu'ils, doivent être jugés. D'autant plus qu'après six s emaines les Inculpés n'ont pas encore été Interrogés par les juges d'Alger. Sans nouvelles depuis le 12 n()vembre J ... Le rapport de la Commis sion de Sauvegarde donne, hélas, une résonance tragique à ce silence de plus d'un mols. Un appel déchirant. Mme Louise Ali-Yahia, institutrice dans la région parisienne, nous communique la copie d'une lettre prOfondément émouvante qu'elle vient d'adresser au Président de la R,~publique pour lui expr;i.er son 1nqll!étude au sujet de fion marI. Abciennour AUYahia, instituteur, âgé de 37 ans, arrrété à Alger le 5 janvier 1957 puis envoyé au Centre d'hébergement de Berrouaghia. Après avoir relaté, en précisant les lieux et les responsables, les sévices dont son mari a été victime à plUSieurs reprises, Mme Ali-Yahia indique qu'elle est sans nouvelles de lui depuis le 3 novembre. Et elle termine par cet appel déchirant: « Des sanctions sévères serontelles prises contre les rcspoasubles des graves sévices sl:1AS par mon mari? Mou mari connaîtrat- il toujours, àurant son i'l1ternement, une vic insupp01 Luble et tragique-? Sa santé et sa vie seront- elles toujours expOSées? Personnellement, suis-je condamnée à v ivre durant toute la période d'internement de mon mari une vie d'enfer, faite d'inquiétude et d'angoisse? » Graves atteintes aux droits de la défense. Notre ami MO Marcel Manville, membre du Bureau National du M.R.A.P., devait se rendre ces Jours derniers en Algérie, dans le cadre de son activIté professionnelle. Il devait assister cInq condamnés à mort qui, en s'appuyant sur des éléments nouveaux Intelwenus dans leur affaire, demandent la révision de leur sentence. Or, le 13 décembre, la Préfecture de Police de Paris a refusé à Me Manville l'autorisation nécessaire pour se rendre en Algérie. Comme Il s'étonnait de cette mesure, Il lui fut signifIé, sans aucune Justification, que le territoIre algérien lui était désormais interdit. La même décisIon a été prise récemment à l'égard d'un autre avocat parIsien, Me Kaldor. Et, à la &u,lte de l'affaire Djamila Bouhlred, Me Vergès a été expulsé d'Algérie. Ajoutons que la plupart des avocats musulmans d'Algérie (le rapport de la CommissIon de Sauvegarde s'en faIt l'échO) sont actuellement Internés. C'est dire à quel point se trouvent menacés aujourd'hui les droits de la défense, l'arbitraire atteignant les défenseurs euxmêmes. Dans le cas précis de Me Manville, cInq hommes se trouvent privés des moyens de faire entendre les arguments qui pourraient les sauver, alors même qu'est su~pendu sur eux le couteau de la guillotine. Nous protestons contre cette violation Inhumaine du droit des gens. Nous sommes certains que les démocrates seront nombreux « Le cancer qui ronge la liberté se propage en métropole. Quels sont les principes sur lesquels repose la liberté? Notre droit pénal exige que le~ agents d'autorité avisent d'abord la magistrature de toute arrestation, dans les délais les plus brefs, que l'instruction soit faite r égulièrement 1Jar un magistrat et qu'il y ait r ecours contre les dé.~i sions administratives detlCtnt une instance supér ieure. AUl1un ile ces pri ncipes n'est respecté en Algérie. La magistrature n'est pas responsable de cette carence. Je t iens à rendre hommage au procureur général d'Oran et à celui d'Alger. Mais ils sont pratiquement dépossédés de leurs attributions. Je veux rendre hommage aussi à certains fonctionnaires qui ont eu le courage de ne pas fermer les yeux sur certaines pratiques. Ils ont souvent payé de leur disgrâce leur respect du droit et des traditions françaises. {( Tout se passe comme s'il s'instaurait en Algérie un Etat dans l'Etat qui fait de la terreur une institution clandestine et légale. Et cela est en train de venir jusqu'à nous. » « Pour un changement radical... » Plus de cent personnalités, parmi lesquelles le Président Léon LYON-CAEN, MM. Robert BARRAT, Claude BOURDET, Jean CASSOU, Léon FEIX, Jacques MADAULE, Louis MARTINCHAUFFIER, André PHILIP, le pasteur ROSER, Jean-Paul SARTRE, André SPIRE, Henry TORRES, VERCORS, te pasteur VaGE, ont appelé à ({ un changement radical de notre politique algérienne» et invité « les Français conscients de la gravité de l'heure» à {( constituer dans chaque département une délégation qui se rendra à Paris, le 6 décembre, pour accomplir une démarche solennelle auprès des pouvoirs publics » en faveur de la paix. Pour que le mot FRATERNITÉ à proteste,r avec nous. ••• « Un phénomène quotidien» Répondant à cet appel, les délégations ont afflué le 6 décembre au Palais-Bourbon, Où elles ont été reçues par des députéS de tendances diverses. (Suite de la page 1) Par un processus en chaîne, les humiliations, les injustices et les violences, d'abord réservées spécifiquement aux Algériens musulmans, ont atteint les Européens qui se solidarisaient, par sympathie ou sim,plement par humanité, avec les opprimés. L'affaire Audin en est un exemple particulièrement scandalewx parmi d.'autres évoqués dans le rapport de la Commission de Sauvegarde des droits et libertés. La carence des pouvoirs publics, l'impuissance de l'appareil judiciaire, la 'passivité du Parlement ont f.ait que les libertés de presse, de réunion, de circulation ont été entravées et même a'bolies. Sous le couvert de la loi d'urgence ou de pouvoirs spéciau'x, les arrestations arbitraires, les internements abusifs, les tortures « efficaces ' ou « sadiques ' , les disparitions inexpliquées (!) se sont développés impunément. Longtemps masqués par les silences et les dénégations officiels, ces violences et ces crimes ont été perpétrés hop souvent sans entraine!' les réactions qu'on était .en droit d'attendre des cadres et des autorités supérieures. Certes, d'incontestablesatrocités ont été commises par des autechtones

tueurs à gages, misérables

fanatisés ou parents exaspérés des victimes plutôt que 'Véritables combattants; elles ont atteint trop d'innocents et indigné à ju,ste titre l'opinion publique. En ne les désavouant pas franchement, les chefs politiques et militaires de l'insurrection ont péché contre l'humanité, nui à leur propre cause et fourni un prétexte à la prolongation d'une guerre absurde. Du moins faut-il reconnaître que, pendant Ide nombreuses années, des personnalités musulmanes et européennes de toutes tendances protestèrent en vain, tant à Paris qu'à Alger, contre les mesures discriminatoires et les ~ CINEMA - STUDIO - 43 1; 43, rue du Faubourg-Montmartre Téléphone: PRO. 63-40 présente A partir du 24 décembre Un grand film soviétique inédit en France d'après le roman de Constantin Fédine ILIE~ IP IRIE~ IIIEIR~ JI U U IR~ A notre prochain spectacle, UN ETE EXTRAORDINAIRE Sur présentation d·e cetLe annonce à la Caisse du Studio 43, 11 sera consenti un tarif réduit: 225 francs au lieu de 300. répressions collectives dont souffrait la population algérienne. Q . UOl qu'il en soit, il faut en finir au plus tôt, c'est l'intérêt évident de la France et des Algériens de toutes ori~ines. Trop de sang a été répandu en vain, à commencer par celui des innocents frappés ou endeuillés. Il est temps que la haine fasse place à la raison: une solwtion est possible si elle n'est pas bloquée par des préalables absurdes. Préalable de la reconnaissance Ide « liens indissolubles ' posé Ipar les gouvernants français et préalable de « l'indépendance pure et simple » formulé en réplique par les émigrés du Caire. L'indissolubilité des liens entre peuples ne peut résulter que d'une communauté de sentiments et d'intérêts qu'il faut organiser, l'indépendance absolue n'est qu'une vue de l'esprit dans le monde d'aujourd'hui où les nations ne peuvent assurer leur existence et leur !'lécurité qu'en s'associant entre elles. La cessation du feu et l'organisation d.'une coexistence dans la justice pou,r tous est possible par des conversations. Encore faut-il en écarter les mauvais bergers, les responsables de Haiphong et de Dien-BienPhu, les inspirateurs de l'internement de Bourguiba et de l'exil de Mohamed V, les protagonistes racistes de ces guerres fratricides qui 'ont suivi la libération et aboutissent à l'isolement de la Fr.ance. Par leur recommandation unanime, les Nations-Unies nous invitent à promouvoir, avec l'accord des intéressés, une Algérie nouvelle sous l'égide d'une France compréhensive et humaine prenant à son compte le provel"be .arabe: « Quand ton fils a grandi, fais de lui ton frère! , « Nous sommes en mesure d'aff irmer que la torture est devenue un phénomène quotidien de la tragique réalité algérienne. » Ainsi s'exprime une déclaration publiée récemment par 49 avocats à la Cour d'appel de Paris qui, depuiS novembre 1954 et à des époques différentes, se sont rendus en Algérie dans l'exercice de leur activité professionnelle. Parmi les signataires, figurent M" Armand Dymenstajn, Marcel Manville, André Saint-Cyr, membres du Bureau National de notre Mouvement. Cette déclaration, après avoir souligné « qu'aucune des libertés essentielles n'existe plus en Algérie », pose en ces termes le problème de la répression: {( A ceux qui affirment qu'un tel état de choses est néces$ité par la guerre, les juristes sont en droit de répondre: « De deux choses l'une: ou bien l'on prétend. Le cardinal Gerlier: « Nous appelons avec ferveur r avènement de la paix. » Dans une allocution prononcée à Lyon,à l'occasion d'un pèlerinage, le cardinal Gerlier a déclaré: « Alors que se prolonge en Algérie, sans qu'on en aperçoive le terme, cette guerre douloureuse qui fait couler de part et d'autre tant de larmes et de sang, où nous savons que se creuse de plus en plus entre les communautés française et musulmane un fossé qui r isque de devenir infranchissable, . alors qu'il serait si urgent de rétablir entre elles un climat fraternel, comment pourrionsnous en effet ne pas dire notre souffrance et ne pas appeler de toute la ferveur de nos prières et de nos voeux l'avènement de la paix? » rédt4're à la raison quelques re---------------belles dans une province française, et alors les citoyens de cette province doivent bénéficier de toutes les garanties que nos lois reconnaissent même aux dé-linquants de droit commun, ou bien l'on prétend conduire une guerre contre une armée adverse, et alors il faut appliquer les lois de la guerre, qui commandent notamment de reS1Jecter les prisonniers et permettent seulement de les interner sains et 'saufs jusqu'à 1 la f in des hostilités. » « Le cancer s' étend ... » M. Robert DELA VIGNETTE, membre démissionnaire de la Commission de Sauvegarde des Droits et Libertés Individuels, a priS la parole à une récente réunion du Syndicat général de l'Education nationale (C.F.T.C'. Après avoir indiqué que la Commission était sans pOUVOirs et que ses rapports ont été sans grand effet, il à déclaré: Le Carnet de D. L. NAISSANCES Nous avons le plaisir d'annoncer I~ naissance de la petite Françoise, fille de notre ami M. Fenigstein, membre du Bureau National du M .R.A.P. Toutes nos félicitations aux heureux porents et nos meilleurs voeux. l . Tous nos voeux et nos félicitations égolement à nos omis Clora et Simon Falinover et à notre dévouée militante Ida Fischman, pour 10 naissance du petit Marc-Clément, leur fils et petitfils. NOS DEUILS Notre collaborateur Roger Maria, membre du Comité d'Action du M. R. A. P., a eu la douleur de perdre son frère, M. René Maria, tué dons le terrible occident du train Rome-Milon. Que notre ami trouve ici les condoléances affectueuses de notre Rédaction et de notre Mouvevment tout entier. DROIT ET LIBERTÈ L·allaire des ··Nouveaux Mailres·· en appel Le M. R.A. P. n'a fait que son devoir en dénoncant un film antisémite et xénophobe de Un tris.te plaidoyer Tixier -Vignancour soulignent les avocats de notre Mouvement AVEC ses ors, ses tapisseries, ses fauteuils bleus, ses plafonds peints, la salle où siège la pe Chambre de la Cour d'appel ressemble il. un salon solennel, immense, fait pour les soirées d'apparat. Mais, aujourd'hui, figé, inutile, ce décor pompeux paraît insolite, dans le silence feutré qui l'enveloppe. De loin et de haut, les juges regardent, à travers un grand espace vide, les plaideurs disputer. C'est seulement à l'opposé, vers l'entrée, que règne une certaine animation. Les bancs du public ont été rapidement .Qccupé,s par les amis du M.R.A.P., au rang desquels figurent plusieurs avocats, venus témoigner de l'intérêt qu'ils portent à sa cause. Ce lundi 9 décembre, l'affaire des « Nouveaux Maîtres» est inscrite en seconde position, après une affaire d'héritage. Et, dès 15 heures, notre ami M' Marcel MAN VILLE commence, devant la Cour attentive, l'exposé minutieux des faits. Un scénario inspiré. Après avoir présenté le M.R. A.P., il évoque l'atmosphère qui régnait en 1950: « Cinq ans après que les fours crématoires se soient éteints, les anciens collaborateurs, les criminels de guerre commençaient fi. relever la tête ... Le film Les Nouveaux Maîtres, qui sortit alors, était visiblement destiné à jouer un rôle dans la campagne d'intoxication de l'opinion qui allait s'amplifiant. » Ce film, M' Manville en démontre le caractère antisémite, xénophobe, antirépublicain. Le scénario, qu'on dirait inspiré par une phrase de Mein KamPf, illustre le vieux thème de l'invasion juive, du dépouillement des Français par les juifs apatrides, les sales métèques. Le personnage central, Padrovitch, est l'exacte réplique des caricatures du Stürmer et de Je Suis Partout. M.R.A.P. que des incidents ont pu être évités. « Le M.R.A.P., conclut M' Manville, n'a fait qu'agir en conformité avec les objectifs affirmés dans ses Btatuts. Il est resté fidèle aux traditions françaises de fraternité ... A l'heure où tout Paris est ému par la représentation au théâtre du « Journal d'Anne Frank », il serait paradoxal que l'on reconnaisse le droit d'exciter au cinéma les humes qui ont causé la mort de milliers et de milliers d'enfants juifs. » La vraie faute. M' Nicole FRIED est maintenant il. la barre. Elle décortique le jugement rendu en première .instance à la lumière de la jurisprudence et aussi de la simple logique. Où est la faute du M.R.A.P.? demande-t-elle. Il a adressé une cir:::t:.laire il. des directeurs de cin~rna? Il ne voulait qu'attirer leur attention sur le film. D'ailleurs, d'autres que le M.R.A.P. sont intervenus contre Les Nouveaux Maîtres. Le M.R.A.P. voulait-il nuire aux prOducteurs? A-t-il diffamé, injurié qui que ce soit?Non, il n'a fait qu'exercer son droit de critique, qui peut être une condamnation très dure sans justifier des poursuites. haïssable le personnage de Padrovitch, s'écrie M' Mercier, on peut se demander ce qu'il jugera haïssable et à quel genre de morale il nous invite... » « Nos adversaires, poursuit-il, trouvent étrange que les Juifs se soient reconnus dans le personnage de Padrovitch. En réalité, ils ne se sont pas reconnus. Mais ils ont reconnu la caricature haïs- PLASTRONNANT, goguenard c'est maintenant Tixier-Vignancour qui plaide. Si l'on peut appeler plaidoirie cette diatribe qui sue la haine, l'antisémitisme, en dépit .d'un ton qui se veut bonhomme. Il ne réfutera aucun des arguments présentés par les trois avocats du M.R.A.P. C'est le politicien plus que l'avocat qui parle. L'affaire des « Nouveaux Maîtres »? Un prétexte. C'est au M.R.A.P. en général qu'il en a, organisation qui, dit-il, « s'est donné pour but de fabriquer les antisémites ». Car, n'est-ce pas, l'antisémitisme n'existe que dans notre imagination, et nous le créons en le dénonçant! Tixier-Vignancour traduit ainsi l'amertume de ses pareils devant Maîtres» par le M.R.A.P., l'archevêque de Besançon, les associations cultuelles israélites, les groupements républicains. « Tout ça, c'est la meme chose ... » Tout simplement, « le M.R.A.P. a voulu faire parler de lui, se rendre intéressant... » Puis il nie le caractère antisémite et xénophobe du film. Alors? On n'a donc pas le droit de mettre en scène un étranger '/ Il a le dos rond, le nez camus? Est-ce la preuve qu'il est juif? On a dit que Padrovitch prononçait un juron en yiddich? « Je ne suis pas qualifié pour en juger, s'esclaffe Tivier - Vignancour, je ne suis pas comme ce monsieur Krikowski, délégué du M.R.A.P., qui a un nom yiddich et qui pourtant a été conseiller municipal de Marseille ... » Nous voilà bien dans l'esprit des « Nouveaux Maîtres ». Sur la même lancée, Tixier-Vignancour essaie d'apitoyer la Cour sur le sort des producteurs du film, qui sont d'humbles techniciens, des Français, eux, qui s'appellent Durand ou Dupont, et non pas Krikowski ou Padrovitch ... Les avocats du M.R.A.P. relèvent ces ignobles insinuations. L'avocat des « Nouveaux Maîtres » en vient alors au jugement de première instance. Les Artisans du Film Associés n'ont pas obtenu les 35 millions demandés, mais seulement 500.000 francs. Ce qui importe, affirme Tixier-Vignancour, ce n'est pas la somme. Il ne demande pas plus. Il veut, simplement, que le M.R.A.P. soit condamné pour le principe, pour « lui donner une leçon ». , Le M.R.A.P., alerté, protesta, intervint auprès de la firme distributrice (Sirius) et des directeurs de salles pour les mettre en garde contre ce film scandaleux et nuisible. Des associations cultuelles israélites, des groupements républicains exprimèrent égaIement leur émotion. Dans plusieurs localités, des maires interdirent la projection des Nouveaux Maîtres. L'archevêque de Besançon décida de l'empêcher dans les salles dépendant de l'office diocésain du cinéma. Le film avait obtenu le visa de la censure? Cette mesure administrative n'a pas empêché que d'autres films soient boycottés ou même interdits. Et, par exemple, chaque semaine, dans les églises, est publiée une liste de films que les fidèles sont invités il. ne pas voir. Tlxler-Vignancour, vu - par Mittelberg. C'est clair. Il s'agit de ruiner le M. R. A. P., et surtout le dissuader d'intervenir, _il. d'autres occasions, contre les menées antisémites, de faire condamner son action. L'affaire des « Nouveaux Maîtres », on le voit de mieux en mieux, n'est qu'un prétexte. Si Tixier-Vignancour se réfère au film lui-même, c'est seulement pour affirmer qu'il est inutile de le faire projeter devant la Cour. Les avocats du M. R. A. P. répliquent vivement, insistant pour une projection. Le film ne trouva, pour l'applaudir, que la feuille antisémite Aspects . de la France. Et c'est quatre ans après que les producteurs, les Artisans du Film Associés, engagèrent des poursuites contre le M.R.A.P., lui réclamant 35 millions de dommages et intérêts. Des milliers d'Anne Frank .•. M' Manville examine maintenant le jugement rendu en première instance: la condamnation de notre Mouvement à 500.000 francs de dommages et intérêts. Les prOducteurs déclarent aujourd'hui qu'ils n'avaient pas d'intentions antisémites, et les juges se sont rangés à leur appréciation. Or, indique M' Manville, en 1950, ils n'ont pas protesté, ils n'ont pas usé du droit de réponse ni contre Droit et Liberté ni contre Aspects de la France qui, pour des raisons opposées, soulignaient l'antisémitisme de leur film. De plus, le distributeur lui-même, comme les associations juives et des personnalités de toutes appartenances, se sont élevés contre le contenu de l'oeuvre. Autre motif de la condamnation: des menaces auraient été prOférées à Marseille par les délégués du M.R.A.P. auprès d'un directeur de salle, et des incidents auraient eu lieu... M' Manville réfute aisément ces assertions erronées, et il verse deux nouvelles pièces au dossier : un témoignage écrit des délégués de Marseille, que conduisait M. Serge Krikowski, conseiller municipal, et un article du Provençal indiquant précisément que c'est grâce au En fait, souligne M' Nicole Fried, le M.R.A.P. a non seulement obéi aux objectifs qui lui sont propres, mais au voeu du législateur, qui condamne l'excitation il. la haine entre citoyens. Ce sont les producteurs du film qui ont commis une fa,ute, en se livrant à de telles excitations. M' Nicole Fried termine sa plaidoirie par un témoignage personnel. Sous l'occupation, avec sa famille, elle dut se cacher parmi des paysans. Ceux-ci se faisaient des Juifs la même image que celle représentée dans le personnage de padrovitch, jusqu'au jour où ils ont vu que les Juifs sont des hommes et des femmes comme eux. De tels préjugés ne pouvaient que faciliter les crimes antisémites. « Le M.R.A.P., conclut-elle, a raison de combattre une propagande qui tend à faire renaître ou à renforcer ces préjugés mortels. » Un «sourire » ... incertain. C'est au tour de M' Jacques MERCIER de présenter, en un brillant expOSé, la défense du M.R.A.P., qui est, en fait, une accusation contre les menées antisémites. Il montre le peu de consistance, du pOint de vue juridique, des reproches faits il. notre Mouvement. Aucun incident, aucune menace n'ont pu être prouvéS: c'est seulement par la persuasion, parce que son point de vue est juste, et approuvé par l'opinion la plus large, que le M.R.A.P. a obtenu le retrait du film. Les juges de première instance ont estimé que l'objet du film n'était que de « faire sourire ». « Si le tribunal ne juge pas sable que les antisémites ont toujours fait des Juifs ... Bien sûr, Padrovitch n'affirme nulle part qu'il est israélite: en 1950, c'était tout de même trop tôt (ou trop tard) pour épingler une étoile jaune sur sa poitrine. » Fleurs vénéneuses. Et Me Mercier, par d'autres exemples, notami:nent un écrit de Bardèche, confirme que Padrovit ch est bien le type, le mythe créé par la propagande antisémite classique. « On nous dit, déclare-t-il encore, que nous avons la peau trop sensible, que nous sommes trop chatouilleux. Pourtant, les experts ne s'y sont pas trompés. Aspects de la France a reconnu que Padrovitch était juif, et le film antisémite. Le M.R.A.P. ne pouvait-il pas le dire aussi? » Puis Me Mercier souligne que la seule action du M.R.A.P. n'aurait pas suffi à causer l'échec des Nouveaux Maîtres si ce film n'avait pas été aussi un navet et si les thèses qu'il défend n'avaient été repoussées par l'opinion. « Les cabales, dit-il, n'ont jamais empêché les oeuvres valables de s'imposer. La bataille d'Hernani n'a pas empêché le succès de la pièce de Victor Hugo ... Plus près de nous, Le Blé en herbe a pu faire, malgré les protestations, une carrière normale. » Et il ajoute: « Ce qui ressort de cette affaire, c'est qu'en France l'antisémitisme ne fait pas recette. Les producteurs ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes: si pour eux les fruits n'ont pas tenu la promesse des fleurs, c'est que ces fleurs étaient vénéneuses. » « Le M.R.A.P., conclut-il, n'a pas diffamé, il a dénoncé. Il a dénoncé la haine, cette haine qui déjà a causé des victimes par millions. Le M.R.A.P. a la haine de la haine. Il a eu une action salutaire. » l'action de notre Mouvement. Il ironise sur la défense de la République (( quelle République? ») des Droits de l'Homme et des traditions nationales que les hautes personnalités et les militants du M.R.A.P. ne sont pas habilités, selon lui, à défendre. Ce qui l'amène il. déclarer {( incompréhensible » l' {( agression » perpétrée contre « Les Nouvevaux Témoignages A l'occasion du procès des « Nou,veaux Maîtres », aussi bien en appel qu'en première Instance, de mu Itiples personnalitès et associations ont tenu à apporter au M.R.A.P. les témoignages de leur solidarité, dont nos avocats ont pu faire état. Citons, entre autres: Le R.P. Riquet, les GrandsRabbins de Bordeaux et de St.rasbourg, le Grand-Rabbin Schllll, le pasteur André Dumas; L'audience se termine sur cet incident, qui est d'ailleurs très significatif de la bonne foi des uns et des autres. Le jugement sera rendu le 23 décembre. de solidarité et Petits Commerçants Juifs et l'Union des Syndicats de la Seine, ainsi que plusieurs dizaines de sociétés Juives de secours mutUlels. D'autre part, plusieurs milliers de personn€'s, anciens combattants des deux guerres et de la Résistance, anciens déportés, victimes de l'antisémitisme et du nazisme ont signé dans toute la France une pétition exprimant leur émotion devant les poursuites engaL'historien Jules Isaac, les progées contre le M.R.A.P. fesseurs Jacques Chapelon, Henri Desoille, Vladimir JankélévitCh, ,..---------------- Jean Orcel, Marcel Prenant; L'Amiral Museller, René CerfFerrière, André Spire, Pierre Paraf, les députés Pierre Cot et Léon Hovnanlan, Mme Yves Fa,rge, le docteur Dalsace, le cinéaste Pierre Laroche. Et, 'parmi les Associations: le Conseil Représentatif des Israélites de France (C.R.I.F.), le Consistoire Israélite du Bas-Rhin, les Associations Cultuelles Israélites de Nancy, Nîmes, Elbeuf, Clermont- Ferrand, Besançon; L'Association Nationale, des Anciens Combattants de la Résistance, l'Amicale des Anciens Déportés Juifs; le Cercle Bernard Lazare; la Fédération Nationale des Etudiants Radicaux; le Secours Populaire Français; La Fédération Générale des Industriels, Artisans et Façonniers; l'Association PrOfessionnelle des Fabricants de Maroquinerie, l'Association des Marchands Forains DROIT ET LIBERTÉ 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél.: PRO. 82-78 Tarif des Abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 franc8 TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Pari, Pour les changements d'adresse envoyer 20 fraucs et la dernière hande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradia - : - PARIS (X') -:- Trav. eUe. par du, ouv. syndiqua 17 et 18 novembre au Théâtre des Arts Le rendez-vous de la col"ère AuJourd'huI critique dramatIque, .Jean Guignebert fut sous l'occupation un dirIgeant de la RésIstance française, ce quI lui valut d'être nommé, à la LIbératIon, SecrétaIre général à l'Information puis Directeur général de la Radio. C'est à ce double titre que nous lui avons demandé de commenter la sItuation créée par la r8iJ)résentation de « La ReIne de Césarée ». DONC, les représentations de la pièce de Robert Brasillach se poursuivent « sur invitations payantes:. au Théâtre des Arts. On ne saisit pas très bien en quoi consiste cette ingénieuse innovation, mais on imagine que, dans certains milieux, le snobisme doit consister à se procurer une ou deux de ces invitations, quitte à passer une soirée par ailleurs assez ennuyeuse. Vbilà bien pour les collaborateurs une occasion choisie de se retrouver en famille. On s'était un peu perdu de vue depuis le bon vieux temps de l'étoile jaune et dw Mur de l'A tian tique. Laissons ces chômeurs de la collaboration échanger à l' entr ' acte leurs honteux souvenirs, laissons-les applaudir cette oeuvre insignifiante, 1ft tâchons de mettre quelque clarté dans les polémiques suscitées par la légitime protestation des mou,vements de résistance. Nous sommes d'accord qu'un homme qui a été fusillé pour un orime qu'il a commis a droit au silence, puisque, comme on dit, il « a payé sa dette à la société ;p . Or, dans Je cas qui nous occupe, le silence, ce n'est pas nous qui l'avons rompu. C'est une comédienne dont le comportement pendant l'occupati6n a été, pour le moins, contestable et qui, dans cette entreprise, a spéculé bien davantage SUIf un succès de scandale que sur la valeur intrinsèque de l'oeuvre qu'elle entendait rep résenter. QU'liln n'aille pas nous parler d'un acte de courage ou d'amicale piété: on .a soigneusement coupé tout ce qui risqu, ait de condamner la .pièce en soi. On a trahi le traître au profit d'une sordide opération commerciale. On a élagué tout ce qui était de pure inspiration antisémite, et, l'ayant fait, on a pu prendre des faux airs d'indignat ion, invoquel' la primauté de l'art sur les vaInes querelles humaines et en appeier au jUji!ement impartial des gens de goût. contenait cette pièce avant son adaptation, les Résist.ants ont eu la réaction qui convenait : ils n'acceptaient pas que l'on rendît hommage à l'un de ceux qui, le plu-s fidèlement, avai-ent servi les doctrines de l'ennemi et qui, par sur-croît, avaient été ,les complices agissants de leurs dénonciateurs. Ils n'acceptaient pas que fût amorcée une tentative de réhabilitation pour celui qui, quel que fût le texte actuel de sa pièce, avait été un ) mliitant impitoyable du racisme nazi. Ils n'acceptaient pas la révision au nom des beaux-arts, et, ce faisant, ils demeuraient fidèles au message de leurs martyrs. ~~ Hitlériens, assassins l" Et, en effet, les gens de goût, ceux qui le sont de natu,re ou dont c'est la IProtession de l'être, n'ont pas trouvé grand-chose à redire à la prose de Brasillach. Je dirai même qu'il n'ont -rien trouvé à en dire si ce n'est que l'auteur était de bonne formatIOn normalienne, qu'il était très influencé- par Giraudoux et que cette histoire qui reste - après corrections - d'une vieille dame qui n'est plus en mesu-re de défendre l'amour, qu'elle a pour un homme plus jeune nous a déjà été - et beaucoup mieux - racontée par Col,ette. J'ENTENDS bien qu'au nom de la liberté, de cette liberté pour laquelle nous avons lutté côte à côte, certains résistants se sont élevés contl'e nos manifestati,ons. Ils ont frémi au spectacle des forces .policière mobilisées. Ils se sont révoltés quand ils ont entendu parier d'interdiction. Bien sûr 1 Il est fâcheux que l'inconscience des uns imposent l'intervention des autres. Mais tout de même! Il Y a des insultes que nous ne pouvons pas tolérer, et, si attachés que nous soyons à la liberté, nous ne pouvons pas renoncer à clamer notre indignation SlUS prétexte que notre clameur amènera l'intervention de la police. A ce compte-là, il faudrait tout accepter, tout tolérer. C'est justement dans notre lutte pour la liberté que nous avons assumé un certain nombre de. devoirs, et avant tout celui de faire respecter la mémoire de ceux de nos camarades qui sont tombés dans ce combat. L'accomplissement de ce devoir. s'-inscrit dans le cadre de nos légitimes libertés. Quiconque s'y oppose limite notre liberté, et il nous appartient d'élever la plus vigoureuse protestation. Nous n'y avons pas manqué, et nous nous en félicitons. Dès avant la première de « La Reine de Césarée », toutes les orgarusations de la Résistance, sans exceptIOn, s'élevaient contre ce scandale. Le M.R.A.P., interprète de l'opinion antiraciste, rendait publique, de son côté, le 15 novembre, la déclaration suivante: « Le M.R.A.P. apprend avec une vive émotion la prochaine représentation au Théâtre des Arts de la piéce de Robert Brasillach « La Reine de Césarée ». « D'aprés les répliques publiées dans la presse et les témoignages des journalistes qui ont assisté à sa création en Suisse, il apparaît clairement que cette pièce développe avec une rare insolence les thèmes chers à Brasillach. « Cette tentative d'exciter à la haine entre les citoyens et de rendre hommage à un hitlérien condamné à mort pour trahison constitue un défi à la Résistance et à ses martyrs. 1 « Le M .R.A.P., en se joignant à la protestation de tous les républicains, exprime le voeu que les pou- • voirs publies prendront toutes mesures nécessaires pour empêcher ce scandaleux défi. » Les 17 et 18 novembre, c'est par centaines que se sont retrouvés les résistants, les antiracistes, les républicains, devant le Théâtre des Arts. On reconnaissait dans la foule de nombreuses personnalités: Mmes Pierre Brossolette et de Lipkowski, MM. Daniel Mayer et Pierre-Bloch, du Comité d'Action de la Résistance, André TOllet, Fournier - Bocquet, André Carrel, de l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, Sotter, du Comité de Liaison de . la Résistance, Le R. P. Théry . Le professeur Jankelevitch, Des militants et dirigeants de la L.I.C.A., ainsi q' ,e notre secrétaire général, Charles Palant, et de nombreux membres de notre Bureau National et militants de notre Mouvement. Ce coude à coude fraternel dans la lutte, ces mots d'ordre: « Le fascisme ne passera pas! », « Résistance unie! », {( Hitlériens, assassins! », « Interdiction! interdiction! », scandés par la foule unanime, le Chant des Partisans et la Marseillaise entonnés en commun, toute l'atmosphère de la manifestation évoquait l'union réalisée naguère contre l'occupant nazi et ses complices, union qui se démontre aujourd'hui de nouveau si nécessaire. Le second soir, tandis que la manifestation se poursuivait dans la rue, des militants des divers groupements représentés étaient entrés dans la salle, et, devant leurs protestations, appuyées du dehors, la représentation dut être annulée. Dans l'après-midi, le Conseil municipal de paris, par 48 voix contre 12, avait adopté un voeu demandant que la pièce fQt interdite. Mais aucune décision n'avait encore été prise par le préfet. C'est après de longues hésitations que les policiers qui montaient la garde devant le théâtre décidèrent de faire évacuer la salle. Le lendemain, 19 novembre, on annonçait officiellement l'interdiction, sur laquelle la Préfecture revenait peu après, à la suite d'une intervention du ministre de l'Intérieur. Entre temps, il y avait eu la demande d'interpellation de M. Isorni, et l'on dit que le vote sur la question de confiance n'est pas étranger à la décision gouvernementale d'assurer par quelque biais le maintien da la pièce. Le biais trouvé est, on le sait, celui des « représentations sur invita tions payantes » qui permettent, sous l'igide de Rivarol et d'Aspects de la France, un rassemblement quotidien de collabos. On a reconnu que Brasillach écrivait en français, qu'il savait construire une pièce, mais personne n'a pris la 'parole pour dire qu'il s'agissait d'un chef-d'oeuvre immortel. D'ailleurs, s 'il s'était agi d'un chefd'oeuvre, des voix plus autorisées se seraient élevées pour nous en informer. On e'Ût entendu des hommes irréprochables en ,porter témoignage et, au nom de l'art, en admettre la représentation. Si Racine s'était rendu coupable de quelque crime et s'il l'avait payé de sa 'Vie, on eût compris que Boileau, Molière, La Bruyère, La Fontaine aient alerté leurs contemporains pour leur dire que le condamné avait laissé Bérénice » dans ses cartons. En ce qui concerne « La R'eine de Césarée :. il n'y a eu que Mme Alice Cocé~ ,pour nous faire la leçon. On conviendra que, comme caution c'est un peu mince. Et, faute d'un~ meilleu! re caution, instruits de ce que ON nolIS dit aussi: « Pourquoi s'acharner sur Brasillach, alors que tant d'autres '4: collabos », non contents d'avoir sauvé leur peau, reviennent à la surface plus insolents que jamais? » On nous parle de tel hebdomadaire qui reparait avec le même directeur et sous un titre à peine modifié. On nous Morceaux choisis de Robert Brasillach Au moment où l' étranger occupait notre sol, où l' ennemi assassinait les patriotes, Brasillach écrivait: « Il faut régler le problème Juif, parce que le .Juif est l'étranger, qu'II est l'ennemI, qu'II nous a poussés à la guerre et qu'II est juste qu'il pale ... Tant que le problème juif ne sOl'a pas réglé, nous continuerons; nous, fascistes français...» (J e Suis Partout, 2-6-19H.) .". « Il faut traiter le problème Juif sans aucun sentimentalisme. Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder de petIts... » (Cité au pro cès Brasillach par le Commiss aire du gouvernement. ) ••• ({ Pour que la France ne cesse pas d'être la France', Il faut suivre cette route qui est Indiquée par les entrevues de MontoIre et de Berch- Robert Brasillach (à gauche) sous l'occupation, en compagnie de Doriot (en uniforme allemand) et de Claude jeantet. tesgaden. » (Je Suis Partout, 19 mai 1941. ) ••• « Les 5.000 Juifs arrêtés le 24 mai ont été répartis dans un certain nombre de camps de concentration ... Rebut de tous les ghettos d'Europe, cette masse crépue et malodorante geInt et pleurniche à longueur de journée sul' les malheurs d'Israël. » (Je Suis Partout, 26-5-1gU.) « Lei prof.Sleurl de lorbonn., gaullistes, les oommerçantll anglophlles, les JésuItes racoleurs, les francs-maçons sovlétisants sont couverts par de mystbrleuses protectIons •.. » (Je Suis Partout, 30-6-41.) ••• « De Gaulle, Larminat, catroux, Le Gentilhomme sont des traltres condamnés à mort. » (J. Suis Partout, H-7-19U . ) .*. « Oe n'est pas en oaohant aulX 'tudlantl la que6tlon Juive qu'on leur fera comprendre ':1ême le8 lola quI existent déJà. SI l'on ne leur dIt rien, ils seront fondés à les trouver Inutiles ou blâmables (alors qu'elles sont timIdes). » (Je iuls Partout, 30-:1-1942.) ••• « Comme~ les décrivlons-no:Js, ces jeunes fascistes du temps présent? lia savent ce qu'est leur na-, tlon, son passé, Ils orolent à son l'venIr. III volent mlroUer sans arrêt devant eU/x le solntlllement Impérial, Ils veulent une natIon pu,ra, une hlltolre pure, une race pure ... » (Je Suis Partout, sous le titre: «Pour un fascisme français:., 6-11-1942.) donne mille exemples d'hommes qui sont revenus en place et qui tien- ' nent le haut dllJ pavé. Certes, mais l'indulgence complaisante ne condamne pas la justice. Et, comme l'écrivait un de nos confrères, «l'injustice n'a pas été dans la condamnation de Brasillach, mais dans l'impunité souvent scandaleuse de plus coupables que lui ». Répétons d'ailleurs qu!' nous ne nous acharnons pas sur Brasillach. On pou-rrait même dire que, par la faute de gens qui se prétendent ses amis, c'est lui qui s'acharne sur nOlis. C'est en sor. nom qu'une véritable provocation nous e~t infligée, et c'est contre la provocat;on que nous avons vigoureusement élevé la voix. Et qu'on n'aille pao; nl:us dire que notre réaction est inspirée par telle OllJ telle préoccupation politigue. Ceux qui ont manifesté rue Rochechouart venaient de tous les horizons. Si séparés qu'ils soient dans d'autres domaines, ils se sont l'etf'O uvés au rendez-vous de la colère ... et aussi de la- menace. Car ils savent que le racisme n'a pas- désarmé, qu'il continue à exercer ses ravages et que le devoir de vigilance s'impose plus que jamais. Non, la manifestation des résistants n'a pas été « un incident regrettable ». Elle a été le sig-ne réconfortant d'une sensibilité mtacte. Puisse-t-elle sef'Vir d'avertissement à ceux qui comptai-ent sur notre assoupissement ! La . , pleCe Plusieurs journaux ont insisté sur le caractère raciste et antisémite de « La Reine de Césarée». Rivarol (qui s'y connait souligne que, dans cette pièce, nous assistons au « conflit de deux races ». Thierry Maulnier, qui, clans Combat , s'est pourtant prononcé en faveur de la pièce et estime « d'une frivolité affligeante JO les manifestations, reconnaît: « Quelques phrases ont, paraîtil, été r etranchées du texte imprimé, par souci de ne pas offrir matière à des incidents possibles. Ces phrases étaient certes désobligeantes pour des oreilles israél i tes. Certaines ont subsisté, qui dénoncent, en la personne de la reine juive, Bérénice, les magies et les intrigues dangereuses de l 'Orient. Elles étaient ou sont, les unes et les autres, dans la bouche de Paulin, le jeune R0- main fanatique, dur et rusé, à la cervelle un peu étroite, qui est bien une sorte de figure allusive des militants totalitaires de notre siècle. Il va de soi que l'auteur ressent une certaine sympathie pour son Paulin... » A la suite de la première représentation (au texte non expurgé), qui a eu lieu en Suisse en juillet, les commentaires de presse étaient plus explicites encore. Le Monde (3-8-1957) signale « les tirades racistes du premier acte, durant lequel Paulin, le jeune et beau Romain, chante la force d'une race pure et son mépris des étrangers, des juifs, des gens de couleur, des femmes enfin. » De Franc-Tireur (31-7-1957): « Il est question des fourreurs et des banquiers juifs, êtres errants tapis dans l'ombre... La maffia des juifs est là, cachée, toute-puissante ... Leur seule présence dans Rome est une injure ... Qu'ils partent pour que la pureté de la race subsiste. » De Demain (8-8-1957): « Il s'agit d'un développement de cette idéologie de l'époque où elle fut écrite, idéologie dont les conséquences les plus claires ont été les camps de déportés, les chambres à gal. et les fours crématoires. » Le Journal de Genéve, enfin (27-7-1957), constate que « juifs et chréti ens, selon les principes nal. i s, y relèvent de la même pouill erie. On s'y exprime sur le modèle des jeunesses hitlériennes sur la doctrine du parti, la pureté de la race , la notion du chef, etc ... » Parmi les répliques les plus caractéristiques, la presse a cité également celle où Paulin affirme: « Les juifs savent faire faire la guerre aux autres, ils la font rarement pour leur compte personnel. » Il e3t évident que les quelques coupures faites par Alice Cocéa, si elles suppriment quelques phrases p:uticulièrement provocatrices, ne peuvent pas modifier l'esprit même de la pièce, qui est celui de Brasillach, tel qu'on peut - le retrouver dans les « morceaux choisis» que nous publiOns cicontre. Sur l'initiative du M. R. A. P. Meeting d'union républicaine a" la Mutualité CETTE manifestation s'imposait. Face à l'agitation croissante des anciens vichystes, qui s'efforcent, par des livres, des journaux et même par le théâtre, de réhabiliter la collaboration; face aux· provocations des ligues factieuses reconstituées, qui recourent impunément à l'antisémitisme et aù racisme pour dérouter et diviser la nation, il fallait que les républicains affirment hautement leur vigilance, leur union, le~ volonté. C' est l'honneur du M.R.A.P. de l'avoir permis, en prenant l'initiative du meeting qui s'est déroulé le 4 décembre à. la Mutualité et au succès duquel ont oeuvré égaIement diverses asso ciations d'anciens combattants, de résistants, de déportés, de victime du nazisme. De bonne heure, une foule chaleureuse, résolue emplit la salle. ,'l'andis qu' étinc.ellent les flash es des photographes, les nombreuses personnalités présentes p.rennent place à la tribune: Le président Léon LYON-CAEN et notre secrétaire général Charles PALANT, Me Raymond VALABREGUE, ancien dt'puté, Le sénateur DEBU-BRIDEL, Le général JOINVILLE, député, Jacques MADAULE, Me Etienne NOUVEAU, vice-président de l'Union Fédérale des Anciens Combattants, Le professeur V. JANKELEVITCH, And,ré LEROY, secrétaire général de la Fédération Internationale des Résistants, Pierre VILLON, député, FOURNIER-BOCQUET, LASSUS, VIALA, représentant l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, Me Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, et Albert YOUDINE, secrétaire général, J'u~ien JACQUES et Me Renée MIRANDE, représentant la Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance, Le docteur DANOWSKI, président de l'Union des Anciens Combattants Juifs, M. VILNER, président de l'Amlcale des Anoiens Déportés JuIfs, Jean SCHAEFFER, s ecrétaire de la Confédération Générale du Travail, Alfred ORANT, secrétaire général de I~Union des Sociétés JuIves de France, Mme Jean CASSOU, Mme Léa WEINTRAUB, du Cercle Bernard Lazare, ' M. STAMFATER, président de la Fédération des Artisans et Façonniers, René PARANQUE, président de la Fédération Nationale des Etudiants Radicaux, Le docteur Alfred SCHEER, président de l'Union des Etudiants Juifs, M. AUBRY, au nom du Mouvement de Lib ération du P euple, L'écrivain Claude PARIS ... l* Diverses personnalités ont, en outre, envoyé des messages de solidari té, que le président Lyon-Caen lira au cours de la soirée: MM.: Francisque GAY, ambassadeur de France, ancien président du Conseil, Robert ATTULY, conseiller honoraire à la Cour de Cassation, Léon HOVNANIAN, député, Charles-André JULIEN, conseiller de l'Union Française, Albert CHATELET, doyen honoraire de la FacuJ té des Sciences de Paris, Mme De LIPKOWSKI, présidente de l'Association Nationale des Familles de Résistants et d'Otages morts pour la France, Le général LE CORGUILLE, Les professeurs Jean-Jacques MAYOUX et Evry SCHATZMAN, L'écrivain catholique Maurice VAUSSARD, Adolphe ESPIARD, ancien directeur du Ministère des Anciens Combattants, Le docteur Jean DEEN, au nom de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France, M. SAZE RAT, secrétaire général de la Fédération des Officiers de réserve Républicains, M. Jean GUIGNEBERT, secrétaire général de la Fédération de la Seine de' l'Union Progressiste.

    • .

D'autres ,personnalités, enfin, avaient tenu à s'excuser, notamment: MM. Daniel MAYER, Edouard DEPREUX et Jean-Pierre BLOCH, anciens mln!stres, Henri LAUGIER, ancien secrétaire général adjoint de l'O .N.U., Jean CHARLOT, Roger CHATELAIN, Guy DES80N, Robert VERDIER, Mme Maria RABATE, députés, Mme Suzanne, CREMIEUX, conseiller d.e l'Union Française, Emile KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme, Jean TEITGEN et Jean AUBURTIN, conseillere municipaux de Paris, conselllers généraux de la Selne, Me André BLUM,EL, Les docteu rs WEILL-HALLE, de l'Académie de Médecine, et Jean DALSACE, Les pasteurs André BOEGNER et Maurice VOGE, L'écrivain Pierre PARAF, René CERF-FERRIERE, ancien président du Groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative, L'Association Nationale des Aliciennes Dép,o rtées et Internées de la Résistanoe. Mettre en garde les pouvoirs publics. Le préSident LYON-CAEN, dans une brève allocution d'ouverture, résume les raisons du meeting en constatant que « le racisme fasciste, en cette fin d'année, subit dans notre pays une nette, indéniable et dangereuse recrudescence ». Et il cite un certain nombre. de faits qui émeuvent l'opinion antiraciste et républicaine: l'agitation c!ts ligues factieuses telles qùe « Jeune Nat ion » ou le nouveau parti de Biaggi; les menées poujadistes; les campagnes des journaux vichystes, auxquels vient de s'ajouter la nouvelle revue d'Horace de Carbuccia; la publication d'un livre tendant à réhabiliter la collaboration, après le livre signé « Gygès» qui constitue un véritable bréviaire de l'antisémitisme; enfin la représentation à Paris d'une pièce de Brasillach ... « Devant l'ensemble impressionnant de ces faits patents, poursuit-il, on est pris d'une si ngulière et légitime inquiétude. Aussi ne serez-vous pas étonnés que notre Mouvement ait jugé opportun et nécessaire, en prenant l'initiative de cette réunion, d'alerter l'opinion et de mettre en garde les pouvoirs publics contre l'oubli où ils laissent les armes que leur donne la « Qu'est-ce que cette agItation, déclaret- il, à côté de la nomination de Speidel? Pourquoi les collaborateurs se gêneraientils puisque, en fait, c'est leur politique qui triomphe en France? Que serait le « biaggisme » livré à ses seules ressources? Ce Qui est grave, c'est la complicité de tait des pouvoirs pUblics avec les groupes factieux. » « Il faut revenir, conclut-il, à l'esprit de la Résistance, à la coopération entre tous les Alliés. Il faut que les hommes de bonne volonté se regroupent, pour la République, pour l'égalité et la liberté. » Une promesse. « Ce n'est pas notre habitude de piétiner les morts, affirme à son tour l'écrivain catholique Jacques MADAULE. Mais la présentation de {( La Reine de Césarée », qu'on ne saurait confondre avec une manifestation littéraire, est la goutte d'eau qui a fait déborder la coupe. » « Il n'est pas français, dit-il encore, il n ' est pas républicain de pratiquer le racisme, l'antisémitisme, la xénophobie. » Et il conclut par ce vibrant appel: « La réunion de ce soir doit être un commencement, une promesse. Je voudrais qu'après cette manifestation toutes les familles républicaines se retrouvent, pour que la France redevienne elle-même et que, de nouveau, sa voix retentisse dans le monde. » La voix des déportés ... Me Renée MIRANDE apporte l'adhésion chaleureuse de la Fédération Nationale des , Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.). Elle cite des arti- Joinville souligne en termes vibrants la nécessité de l'union des gens honnêtes. « On nous a dit, déclare-t-il, que c'était impossible parce qu'il y a des divergences entre nous. Des divergences, c'est sûr, il y en a. Cela n ' est pas nouveau. Mais ne sommes-nous pas d'accord sur l'essentiel? Ne sommes-nous pas d'accord pour établir la paix, sauver la liberté, défendre le progrès social? Faut-il attendre le dernier moment? .. Tomberons-nous encore longtemps dans tous les panneaux qu'on nous ~end et qui sont destinés à maintenir notre séparation? » La réalité dépasse J'imagination ... Le docteur DANOWSKI, préSident de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs, apporte le soutien de son organisation à tous ceux, « quelles que soient leurs tendances politiques ,ou philosophiques, qui, en paroles et en actes, combattent les agissements des Poujade, des Xavier -vallat, des '!'ixierVignancour ». « Qui aurait pu supposer, demande-t-il, que, treize ans après l'extinction du feu des fours crématoires, après l'extermination des millions de victimes innocentes, on entendrait encore le slogan « Mort aux Juifs! »? Malheureusement, c'est vrai; la réalité dépasse l'imagination. » Revenir aux nobles traditions ... M. René PARANQUE, préSident de la Fédération Nationale des Etudiants Radicaux, souligne lui aussi la nécessité pour tous les républicains de s'unir. « N'a-t-on pas le droit de se demander, déclare-t-il, si la perte de prestige que connaît notre pays ne provient pas d'abord et avant tout des contradictions qui opposent notre politique actuelle aux principes traditionnels dont elle devrait toujours s'inspirer? » D'autres orateurs s'étaient inscrits, mais, en raison de l'heure tardive, ils décident de renoncer à la parole. Une vue do la trlbu,ne pendant 'l'Intervention de M. Valabrègue. M. André AUBRY, représentant le Mouvement de Libération du Peuple, remet à ' notre président le message de solidarité qu'il devait lire, appelant à « l'union de toutes les forces démocratiques pour imposer silence à ceux qui n'ont r ien appris . et ont tout oublié ». loi pour défendre la République contre les campagnes du fascisme raciste, qui la menace et ébranle les fondements de notre vie nationale... » " y va du sort de la France. M' Charles LEDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.E.), est le premier des nombreux orateurs qui tiendront, au cours de cette belle soirée, à affirmer la volonté des républicains de s'unir et d'agir. « Si les Juifs 'sont indignés de la recrudescence de l ' antisémitisme, il n'y va pas du sort d'une seule catégorie d'hommes qui ont souttert dans leur âme et dans leur chair des méfaits de la haine raciale; déclare-t-il, il y va du sort de la République et de nos institutions démocratiques. Il y va du sort de la France. » Faire la chaine ... Puis c'est M. Raymond V ALABREGUE, ancien député radical de la Drôme, qui vient dire « sa communauté de pensée et sa volonté d'action commune avec les organisateurs de ce meeting ». « La République a connu beaucoup de factieux, poursuit-il. Mais aujourd'hui ceux qui rêvent de « tordre le cou à la gueuse» ont une audace sans précédent. Jamais, dans l'histoire de notre pays républicain, on n'avait entendu, à l'Assemblée Nationale, des élus crier: à mort! }) Appelant à la vigilance, il conclut : « Il faut défendre les libertés. Il faut faire la chaine avec tous ceux, quels qu'ils soient, qui pensent comme nous et sont prêts à participer à ce combat. » L'heure est venue ... Mme Léa Waintraub apporte l'appui du « Cercle Bernard Lazare». ' « Les résistants, dit-elle, ne se sont pas battus pour que Speidel siège à Paris, ni pour que des oeuvres racistes de Brasillach puissent être librement jouées ... « Les républicains, les patriotes français ont su édifier un front uni dans la lutte contre le nazisme. L'heure est venue de faire entendre à nouveau, puissante et unanime, - la grande voix de la Résistance. » Pourquoi se gêneraient-ils? C'est un témoignage « de résistant, de républicain et de gaulliste» qu'apporte le sénateur Jacques DEBU-BRIDEL. Evoquant les menées de ceux qui « veulent rendre un visage acceptable à la trahison » et l'intolérable insolence des factieux, il souligne que ces scandales s'inscrivent dans un cadre génér!l), dont on doit nécessairement tenir compte. cles d'Aspects de la France, de Rivarol visant à réhabiliter les traîtres. Rapprochant de ces campagnes odieuses l'agitation des collabos et des factieux, elle conclut: « Pour ceux qui ont connu les violences et les horreurs de l'occupation par les troupes nazies et l'horreur des camps de la mort, ces manifestations sont assez symptomatiques pour que la déportation tout entière se dresse et vienne crier: l'heure est grave, amis, alerte! » Ne sommes-nous pas d'accord sur J'essentiel? Le général JOINVILLE, député communiste de la Seine, dénonce le faux patriotisme des agitateurs fascistes, des nostalgiques de la « civilisation )} vichyste qui, pour tout argument, « se contentent de bomber le torse et de proclamer en toute occasion: « Moi, je suis français, je suis plus français que vous. » Or, démontre-t-il, « un vrai patriote n'a pas besoin de mettre en valeur ses origines: ses actes parlent pour lui. Et, précisément, ceux qui tonitruent de cette façon sont généralement les mêmes qui, sous l'occupation, léchaient les bottes des nazis ... » Pour faire échec à leurs menées, dirigées contre la République et la paix, le général De même, le docteur Alfred SCHERR, président de l'Union des Etudiants Juifs de France, qui, au nom de cette association, « s'associe pleinement à la lutte que mène le M.R.A.P. contre la renaissance du fascisme, des menées factieuses, du racisme et de l'antisémitisme » Nous avons prouvé ce soir ... Charles P ALANT, secrétaire général du M.R.A.P., tire alors, brièvement, les conclusions du meeting, insistant sur « la large union qui s'est réalisée ce soir, tant à cette tribune que dans cette salle ». « C'est la preuve, poursuit-il, que le peuple de France est foncièrement antiraciste. De plus, quand la République est menacée, c'est le devoir de tous les républicains de faire taire leurs divergences et d'aller au coude à coude la défendre et la sauver. Or nous sommes dans un tel moment... « Nous nous croyons autorisés, conclutil, à nous tourner vers les hommes auxquels le peuple de France a confié le mandat de sauvegarder la République, de faire lfl paix et de traduire en actes de gouvernement sa volonté de bonheur et de dignité, pour exiger d'eux l'indispensable unwn des forces démocratiques. « Antiracistes, nous avons prouvé ce soir que cette union est possible. Avec le peuple tout entier, nous en ferons la réalité vivante de demain. » La résolution finale L ES Parisiens réunis à la Mutualité le 4 décembre 1957 à l'appel du M.R. A.P., aprèS avoir entendu, sous la présidence de M. Léon .L YON-CAEN, divers orateurs représentant la Résistance, la Déportation, les victimes du nazisme et différentes formations républicaines de toutes tendances, expriment leur émotion devant l'agitation insolente des anciens «collaborateurs » et des ligues antirépublicaines qui recourent une fois de plus au racisme et à l'antisémitisme pour dérouter l'opinion publique, diviser la nation et créer un climat de haine et de violence. Ils constatent qu'à l'heure où, en grand nombre, des journaux, des livres, des manifestations publiques tendent à réhabiliter le régime de Vichy, à faire oublier ses crimes et à justifier la trahison, la présentation d'une pièce de Brasillach sur une scène parisienne constitue un défi de plus aux héros et aux martyrs de la guerre et de la Résistance. • Ils constatent que les mêmes hommes qui font acclamer sur la scène l'auteur d'une pièce à tendances antisémites, condamné à mort par la justice française pour trahison, traînent devant les tribunaux le M.R.A.P. pour avoir, en 1950, par son action action courageuse, otJtenu la ct' spari. tion des écrans du film raciste « Les Nouveaux Maîtres ». Conscients des menaces qui pèsent sur nos institutions du fait de l'impunité dont jouissent les l':1eni~eS factieuses li. c\ractêre fasciste, ils souhaitent que des dispositions énergiques 30ient r.Ti~es po~r faire é:::hec aux groupes et am. hommes q;,.i s'en renùent coupables et s'efforcent de di:;cr-éditer et d'abattre le régime républicain. Ils demandent que les diffamations, les menaces, les appelS à la haine raciale, tant par la parole que par la presse et les livres ou par affiches et graffiti, soient sévèrement réprimés, conformément à la loi et à la Constitution de notre pays. Ils invitent les personnalités, les organisations réunies ce soir à maintenir et à élargir leurs contacts afin de poursuivre plus efficacement encore le combat si nécessaire contre le racisme, sous toutes ses formes, pour la défense de la République et de ses glorieux idéaux. Et ils mandatent les organisateurs du présent meeting pour porter cette résolution à la connaissance des pouvoirs publics. DROI'l: 1'1: LIBERTE CONFORT dans la R~CEPT,6N - -( • --. ---- -- S pour vos achats de fin d'année donnez la préference aux annonceurs de U DROIT ET LIBERTË" LES MAGASINS ROBES-MANTEAUX-TAILLEURS NOUVEAUTÉS vous présentent leurs dernières CREATIONS PARISIENNES dans leurs nombreuses succursales DE PARIS ET DE PROVINCE LA SELECTION DANS L'ABONDANCE DES PRIX SANS CONCURRENCE Direction et Atel iers : 146. rue du Faubourg-Poissonnière - PARIS-lXe Téléphone: TRU. 64-64, 64-65, 64-46 "'R A D ~- T ~ L ~ VIS ION CONSTRUCTEUR DISTRIBUTEUR 83, rue du Faubourg-du-Temple - PARIS-IX' Métro: Goncourt Téléphone: BOT. 18-91 AUTO-RADIO DEPOSITAIRE DE TOUTES LES GRANDES MARQUES TELEVISION -:- RADIO -:- ELECTROPHONES . ' . .... " ~; DISQUES C'est encore Je meirreur f: APPAREILS MENAGERS Service après vente assuré par Techniolens Spécialistes DEPANNAGE RAPIDE TOUTES MARQUES tELINE BERTIN BOUTIQUE Remise de 7 % aux amis du M.R.A.P. PARFUMS DE LUXE ANCIENS ETABLISSEMENTS J.W. CHlJNN Société BENAL, Succ' NORMAN LIBERMAN, DIRECTOR 43. rue Bicher - PARIS-lXe Tél. : TAI. 42-06 et 52-35 KLE 84-21 20, av. Victor-Hugo, Paris 1st Floor NEAR FOLIES-BERGERE Les Etablissements WAIS AUX POSEURS DE LINO Le plus grand choix de : LINOLEUM PAPIERS PEINTS TOILES CIREES 46, rue de Rivoli Tél.: TUR. 58-24 Métro : HOtel-de-Vllle Le plus grand choix à Charles 27 avril 2010 à 14:43 (UTC)JUSTEPRIX . . .... Popelines ~ ,'1 \ doublées popeline HommesetDllmes .-.J....-'~, ~"-. 4.90 ,9F M 1 RE" NE M HOTEl .DE.vI1LE7bruede RIVOLI OUVERT LE LUNDI • SEMEUSE AmplIS RADIO - TELEVISION PHILIPS - SCHNEIDER Appareils électro-ménagers TOUS DEPANNAGES Anciennement SPEISER 34, rue des Rosiers - PARIS-IV" TUR. 63-60 Dans votre bibliothèque LES TRESORS DES MUSEES HISTOIRE de la PEINTURE par RAYMOND COGNIAT 2 tomes in-quarto entièrement en couleurs en vente chez tous les libraires prospectus sur simple demande FERNAND NATHAN. EDITEUR DROIT ET LIBERTE LES VACANCES D'HIVER COMPTENT DOUBLE . • SEJOURS DE NEIGE (hôte ls et chalets) • STAGES DE SKI U.N .C.M. • SEJOURS DE REPOS • CIRCUITS TOURISTIQUES

  • FRANCE * AUTRICHE * SUI S S E * IT ALI E * TCHECOSLOVAQUIE

Sur demande, envol du dépliant spécial « hiver 58» (contre 2 timbr es à ~ O fr .) POUR NOEL ET LA SAINT-SYLVESTRE R EV E 1 LLO N S - SUR P RIS E Renseignements et Inscriptions: TOURISME et TRAVAIL 1, rue de Chateaudun - PARIS-IX" T~U. 78-70 8, rue François-Miron - PARIS-Ive ARC. 72-36 Nouveauté Préoislon Montres RUDEX OR - PLAQUE OR et en tous genres Demandez la marque RUDEX chez votre fournisseur habituel Restaurant lOIN KASHER 38, boulevard Bonne-Nouvelle PAlUS TAI. 89-34 7_ ANJOU 42-99 T(L(-fRANCK PROVENCE 00-18 Distributeur officiel des grandes marques francaises et internationales de RADIO - TELEVISION - REFRIGERATEUR - MACHINE A LAVER - CUISINIERE - APPAREIL OE CHAUFFAGE Faollités de paiement Remise &urr présentation de oe Journal 72. rue La Fayette - PARIS-IXe Dépannage toutes marques radio - télévision La femme moderne et élégante s'habille chez BRIMAT Quand . ~n pense 85. boulevard Sébastopol Métro: Réaumur-Sébastopol Téléphone: CEN. 17-86 GRAND CHOIX DE ROBES, MANTEAUX, TAillEURS Une réduction de 5 % sera accordée sur présentation de ce journal. Les nouveaux ( ~: ~MPl l .ont en vente chez, 00101101 124, AVENUE DU GENÉRAL-LECLERC - PARIS-14e Tél. : VAU 53-79 et 58-92 TELEVISION -:- RADIO -:- ELECTROPHONES DIS QUE S -:- E QUI P E MEN T MENAGER Très larges facilités de paiement chaussures dit 160 MAGASINS A VOTRE SERVICE _8 IB.D~~ IDIE ~UIUTIIE~ :: Voici les gagnants! Les bons de soutien édités par le M.R.A.P. ont été tirés ou gala du 17 novembre à Pleyel. Voici la liste des gagnants: 18113 - Un appareil de télévision. 45082 - Un circuit touristique de douze jours en Italie. 05325 - Dix jours en Autriche. 02149 - Un tourne-disque. 49004 - Un appareil photographique. 47179 - Une montre-bracelet. 47264 - Une c aspirette '. 27069 - Un mixer. 03567 - Un rasoir électrique. 15251 - Un disque microeillon grand format c David Oïstrakh •. 47872 - Un disque microsillon grand format c Charles Cros •• 18073 - Un disque microsillon grand format c 1 van Petrov'. 28381 - Un disque microsillon grand format c Darius Milhaud •• 03003 - Un disque microsillon petit format c Chants soviétiques •• 23369 - Un disque microsi lion petit format c Chant et guitare flamenco '. 45699 _ Un disque microsillon petit format c Prière pour les morts •• 16304 - Une lampe de chevet. 49505 - Une trousse de toilette. 21776 - Un briquet. 48277 - Un briquet. 29526 - Un coffret à cigarettes. 25564 - Un costume tailleur. 49312 - Une gabardine. 49151 - Un pantalon dame. 02466 - Une veste dama. 17057 - Un gilet dame. 45881 - Un pull-over dame. 02431 - Un pull-over dame. 20261 - Un pull dame. 27210 - Un pull dame. 20391 - Un pull dame. 19501 - Un pull homme. 22276 - Un short dame. 23258 - Une coupe de voile pour rideau. 27980 - 3 coupes doublure. 28763 - 2 coupes doublure. 15547 - 2 coupes doublure. 20625 - 2 coupes doublure. 16392 - Un capuchon enfant. 17751 - Une culotte garçonnet. 02093 - Une culotte garçonnet. 04612 - Une culotte garçonnet. LIVRES 04007 - c Rio de Janeiro. (A. Maurois). 21382 - c La Grande Histoire des Bateaux. (Jean Mer.rien). 25771 - c Nations nègres et Culture. (Cheik Anta Diop) . 01573 - c 1848 et la Il' République. (Jean Dautry). 20453 - c Vos enfants et vous. (Anna W.M. Wolf). 24612 - c Un nid de gentilhommes. (Tourgueniev). 18315 - c Le Tournant décisif. (Tchirskov). 47311 - c La Lumière à Koordi. (H. Leberekht). 25393 - c Le Nuage. (Martine Monod). 20922 - c Un village au bord de l'eau. (Antoon Coolen). 48542 - • L'Homme du Canal. (Tristan Rémy). 23366 - • L'Ouzoekistan ·. (Général Trubert). Les numéros 16805, 02068, 01613, 19995, 21742, 22434, 03087, 04938, 25620, 21587, 01488, 18117, 22951, 49835, 02443 gagnent un livre • Si tous les gars du monde., de Jacques Rémy. Les numéros 47848, 22901, 23217, 17588, 00620, 27584, 30179, 28560, 47175, 24665 gagnent un livre. Schoelcher., de Léonard Sainville. Les numéros 26266, 49935, 01683, 22079, 01507, 27439, 00590, 30140, 19187, 16565 gagnent un livre c L'Abbé Grégoire. (numéro spécial cl' c Europe.). La Fayette (Suite de la page i) défaillance en faveur des hommes de couleur dont la condition contredisait affreusement le sentiment qu'il prOfessait pour eux, celui d'un frère qui les voulait libres. A cet égard, dans une étude que publieront le 15 décembre les Cahiers Français, M. Albert Krebs tient à mettre les choses au point et s'efforce de dissiper la légende qui s'est rapidement développée autour de La Fayette. ({ On ne peut voir en lui dès l'adolescence, expose-t-il, un ardent champion de la liberté et de l'égalité, et encore moins de la libération des Noirs. ({ Son évolution politique se fait aux Etats-Unis; c'est là qu'à l'épreuve des faits il se rallie peu à peu aux droits de l'homme et à une république, non pas démocratique, mais aristocratique, telle que la concevait Washington, qu'il considère bient6t comme son modèle ... ({ Débarquant le 13 juin 1777 non loin de Charleston, en Caroline du Sud, les premiers américains qu'il rencontre sont des esclaves noirs. Comme première impression du pays de la liberté, c'était un peu déconcertant. » Au début de 1783, La Fayette est à Cadix, où, en qualité de chef d'état-major, il prépare une expédition franco-espagnole qui doit se rendre en Amérique sous les ordres de son cousin, l'amiral d'Estaing. Mais il apprend bientôt qu'on vient de signer à Versailles les préliminaires d'une paix générale mettant fin aux hostilités. Et, le 5 février, il écrit une lettre débordante de joie à son cher général Washington, pour se féliciter avec lui de cette paix qui, dit-il, ({ accomplit tous nos voeux ». Mais voici la suite de cette lettre, révélatrice de l'idée qui a cheminé depuis quelques mois, depuiS plus longtemps peut-être, dans l'esprit et dans le coeur de notre héros: ({ A présent, mon cher Général, que vous allee goûter quelque repos, permettez-moi de vous proposer un plan qui pourrait devenir grandement utile à la portion noire du genre humain. Unissons-nous pour acheter une petite propriété où nous puissions essayer d'affranchir les nègres et les employer seulement comme ouvriers de ferme. Un tel exemple, donné par vous, pourrait être généralement suivi, et, si nous réussissions en Amérique, je consacrerais avec joie une partie de mon temps à mettre cette idée à la mode dans les Antilles. » 1783: La Fayette avait donc 25 ans d'âge. Une flamme était allumée, que rien désormais n'éteindra. Quelques mois se passent. Le 11 décembre 1784, La Fayette est reçu solennellement par le Congrès, à Trenton, honneur exceptionnel que seul Washington s'était vu décerner jusqu'alors. Dans son discours, sans la moin- DROI1: E't LIBERTE , Eclatant sucees du gala du M. R. Â. P. D ANSuine Salle Pleyel comble, s'est déroulé, le dimanche 17 novembre, le traditionnel gala antir,aciste org.anisé par le M.R.A.P. Affiche éblouissante de vedettes. Véritable grand programme de variétés. La présentation est faite, SI r un ton familier, amical, par André LECLERC, le sympathique animateur de l'émission «Trentesix Chandelles », qui dit très simplement sa joie et la joie de ses camarades de contribuer, au succès de cette soirée antiraciste. Et le spectacle commence, sur un rythme étourdissant... Ambiance tzigane et folklore slave avec le brillant orchestre de SEGALESCO. Révélation de ces derniers mois, voici René-Louis LAFFORGUE, homme de théâtre, devenu interprète de ses compositions, qu'il chante avec beaucoup d'humour et énormément de talent. Talent également, et à multiplier par quatre, avec ces garçons pleins d'esprit et d'entrain que sont LES QUATRE JEUDIS. Catherine SAUV AGE, interprète, plus Léo Ferré compositeur, cela donne quelques minutes de belles et vraies chansons, et c'est beaucoup ... Petit chanteur peut devenir grand. Erkk MONTRY le deviendra, possédant déjà une voix et un physique ... Et voici un couple célèbre, à divers titres : CHARPINI et BRANCATO terminent une première partie très brillante. La deuxième ne le sera pas moins. OMER, bavard impénitent, poupée extraordinairement vivante et déjà très connue à la Télévision, a un nouveau compagnon canard, lequel provoqüt! la colère du Maître, Jacques COURTOIS, ventriloque accompli. Et void Patrick RAYNAL, berrichon authentique, dont le numéro secoue la salle entière d'un rire irrésistible. D;J Berri zu folklore sud-américa: n, !e pas est vite fI anchi, grâce aux duettistes (dont l'éloge n'est plus à faire) PATRICE et MARIO. Et c'est Irène HILDA, f,antaisiste, charmeuse au miroir, qui « cherohe un ,homme ~ et sait également être une chanteuse émouvante ... Interprète sobre et chaleureux de très belles chansons, JohR WILLIAM termine magnifiquement ce programme. Le gala est fini, vive le gala! Et merci à tous les artistes qui ont permis ce beau spectacle de music-hall et cette heureuse assemblée antiraciste! R. H.


1Er PERrONNII1,rEr ----

De nombreuses personnalités avaient tenu, pal' leur présence ou des messages, à se solidariser avec le M.R.A.P. à l'occasIon d·e son gala. Citons notamment: MM. René CASSIN, Louis MARIN, Les députés 'Jean CHARLOT, Roger CH~TELAIN, Jacques DUCLOS, Léon HOVNANIAN, Les sénateurs DE BU - BRIDEL, Léo HAMON, Henry TORRES, Mme ' Suzanne CREMIEUX, MM. FRANCESCHI, Cha,r-IesAndré JULIEN et Jacques RAPHAEL- LEYGUES, conseillers de l'Union Française, M. Emile KAHN et Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, Les professeurs André HAURIOU, Marc-André BLOCH et Marcel PRENANT, Les écrivains Pierre PARAF et Ruben MELIK, Le peintre ADLEN, Me. Marc' JACQUIER et NIcole FRIED, Louis BAILLOT, conseiller municipal de Paris ... . .. Et les représentants de nombreu'ses organisations: F.N.D.I.R.P., Union des Sociétés Juives de France, U.J. R.E., Association des Anciens Combattants de la Résistance, Union des Syndicats de la Seine, A.R.A.C., Union des Anciens Combattants Juifs, Fédération de la Seine du Parti . Communiste Français, Fédération des Etudiants Radicaux, Fédération des Etudiants Afri ·cairus, Secours Populaire Français, Association des PrisonnIers de Guerre de la Seine, eoo ... Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., salua les personnalités, groupées autour du président LYON-CAEN, et fit applaudir chaleureusement, au cours de sa brève allocution, J'action si nécessaire poursuivie par notre Mauve- . ment. et l'abbé Grégoire dre hésitation, le jeune homme saisit l'occasion d'exprimer aux législateurs américains son espoir de les voir se préoccuper bientôt de l'abolition de l'esclavage ... Le 8 février 1786, La Fayette écrit à Washington: ({ Un autre secret que je vous confie, c'est que j'ai acheté dans la colonie de Cayenne une plantation de cent vingt-cinq mille livres et que je vais travailler à affranchir mes nègres, expérience qui est, vous le savee, mon rêve favori. » ... OUI, La Fayette ami de Grégoire... Car Grégoire et La Fayette se sont certainement connus; ils ont lutté ensemble pour les mêmes causes durant leurs deux existences contemporaines, presque aussi longue l'une que l'autre, agitées l'une comme l'autre et inspirées l'une et l'autre par un même idéal de liberté et de respect de la personne humaine. Les dates en diront plus long que les plus longues démonstrations. Grégoire est né le 4 décembre 1750, et La Fayette le 6 septembre 1757; Grégoire est mort le 28 mai 1831 et La Fayette le 20 mai 1834. De leur amitié, nous ne possédons jusqu'à présent qu'un unique témoignage épistolaire - et combien émouvant -, une lettre de Grégoire à La Fayette, en date du 6 décembre 1830. La Fayette a été anti-esclavagiste plUSieurs années aVf\nt Grégoire, dès 1783, cette date étant celle de sa lettre écrite de Cadix au général Washington. Il a été certainement l'un des premiers membres de la Société des Amis des Noirs, fondée à Paris le 19 février 1788. Sous l'inspiration des Méthodistes et sous l'impulsion de Granville Sharp, de Thomas Clarkson et de Wilberforce, une Société pour l'abolition de la traite avait été créée à Londres le 22 mai 1787. Celle-ci a donc suscité celle-là. Un exemplaire des statuts de la Société des Amis des Noirs ayant appartenu à Gré-. voire est actuellement conservé à la Bibliothèque de l'Arsenal; il porte 36 signatures autographes parmi lesquelles figure celle de La Fayette, à côté de celles de Condorcet, de Brissot, de Clavière. Si l'on sait ce que l'Abbé Grégoire a consacré de lui-même à la plus noble et à la plus généreuse ' des causes, celle de l'émancipation des esclaves, on saisira mieux encore le · vrai caractère et la force de cette parenté même lorsque nous aurons achevé l'examen sommaire, déjà commencé, du rôle de La Fayette dans la lutte an tiescla vagiste. En août 1789, la Société antiesclavagiste de Londres avait envoyé à Paris Clark son pour tenter d'obtenir d'un certain nombre de membres de l'Assemblée Nationale une initiative en vue de l'abolition de la traite. Ces négociations aboutirent à un échec. Mais elles marquèrent le début. d'une amitié vive et confiante entre Clarkson et La Fayette. « Comment et quand penseevous que la seule anomalie qui se trouve dans l'admirable système constitutionnel des EtatsUnis pourra être enlevée? ... Je veux parler de l'esclavage. » Le 10 février 1830, il s'adresse au général Boyer, Président de la République d'Haïti (l'ancienne Saint-Domingue), pour lui recommander un de ses amis, originaire de la Jamaïque. « L'objet de son voyage, écrit-il, est de reconnaître les bons effets du travail libre sous le climat du tropique, d'en tirer de nouvelles in' ductions en faveur de la sainte cause de l'affranchissement. » La monarchie de Juillet n'ayant pas aboli graduellement l'esclavage dans les colonies françaises ni supprimé entièrement ·la t'raite, il demande, le 25 septembre 1830, à la Chambre des Députés d'adopter une loi assimilant la traite à la piraterie. La Chambre ne le suivit pas ... SI, de leur vivant, GrégOire et La Fayette échouèrent, comme nous l'avons dit, dans leurs tentatives si humaines et si dévouées, c'est qu'ils ne pouvaient vaincre d'un seul coup les forces du passé - par quoi j'entends: les forces d'égoïsme et de peur qui s'opposent à toutes les transformations. Ils étaient dans la situation de ces pèlerins dont parlé la Bible, qui sont morts sans avoir reçu les choses qui leur avaient été promiSes mais les ont seulement vues et saluées de loin. Une n"uoe~ie teoue: "Domaine yidieh" En mai 1791, un grand débat s'engage à la Constituante à propos des décrets stabilisant l'esclavage et faisant des gens de couleur, libres à la deuxième génération, des citoyens actifs. La Fayette intervient dans le débat ... Quelques années se sont écoulées, d'autres lutteurs se sont dressés, et l'abolition de l'esclavage a été décrétée successivement par l'Angleterre, par la / Très prochainement, doit. paFrance et les Etats-Unis. .. raître le premier numéro d'une nouvelle revue littéraire: « DOMAINE YIDICH». Cette revue se propose de faire connaître au public français, par des traductions, les textes les plus re'marquables de la lIt.térature yidlch classiqule et mode-rne. Elle publiera également des articles et des études sur les écrivains de langue yldich et leurs oeuvres. Il faut se féliciter de cette Initiative qui ouv·re à un large p.ubile un nOUiveau domaine des Lettres, généralement. Inconnu, et pourtant d'une grande richesse. D'une grande diversité aussi: la langue yldich, parlée dans les communautés Juives de l'Europe cent.rale et. ol'Ientale, est Illustrée par des écrivains ni:lmbreux, que les hasards de l'émig,ratlon ont t.ransplaneés, ainsi qU·e leurs lecteurs, en France ou aUlx EtatsUnis, en Israël, en Argentine et dans d'autres pays. «DOMAINE YIDICH» est. patroné par un Comité comprenant Mmes Schochana Avlvith et Elsa Triolet., MM. Pierre Abraham, Edmond Fleg, Valdemar George, Henri Hertz, Roger Ikor, Vladimir Jankelevivtch, Alber-t. Memml, Pierre Paraf, Rabi et. André Spire. Le directeur- en est. l'écrivain de langue yldlch H. Slovès; le rédacteur en chef, le poète Charles DObzynski. Le secrétariat de rédaction est assuré par notre collaborateur R. Feigel80n. Nous souhaitons plein succès à ({ DOMAINE YIDICH» qui fera mieux connaître une littérature digne du 'p.lu'S grand Intérêt, partie Intégrante de la cultu'1'8 universelle. Le numéro: 300 fr. Abonnement (4 numéros): 1.000 fr. Direction, rédaction et administration: 14, rue de Paradis, Parls- iO". Téléphone: TAI. 53-32. C.C.P.: U. S. M. J. F., 7742 - 44 Paris. L'esclavage aboli par la Convention Nationale le 5 février 1794 est rétabli huit ans plus tard par la loi du 30 floréal, an X (20 mai 1802), conforméments aux lois et règlements antérieurs à 1789. Au cours de son voyage triomphal de 1824-1825 aux Etats-Unis, ses inquiétudes s'expriment sans détour: '« Il y a un point sur lequel je ne me résignerai jamais, écrit-il de la Nouvelle-Orléans le 15 avril 1825, c'est l'esclavage et les préjugés anti-noirs. » Le 26 février 1828, il écrit au Gouverneur de la Virginie: Ces deux hommes, également charitables, tolérants, courageux, clairvoyants, ont, durant un demi- siècle - et à la même époque - admirablement mené le même combat. Leurs deux existences ont été consacrées à rendre aux hommes la dignité dans la liberté, la foi dans le travail et la justice, la paix sociale dans une meilleure compréhenSion entre les races et les peuples. Programme infiniment vaste, vieux comme l'humanité, qui jadis a porté l'espérance des vieux prophètes et qui reste assigné aux hommes de notre temps.

Notes

<references />