Droit et Liberté n°128 - novembre 1953

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Contre les accords de Bonn et de Paris qui camouflent la revanche nazie, le NON de la France s'affirme par Charles Palant page1
    • A Bonn: généraux et ministres d'Hitler détiennent les leviers de commande par Me Claude-Frédéric Lévy page1
    • Il y a 4 mois étaient électrocutés les Rosenberg. Continuons la lutte pour leur réhabilitation par Me Paul Villard page1
    • Sport et racisme: les champions et les négriers par Pierre Portier page1
    • Pas d'exposition Maurras à Paris! page1
    • A Bokhara (U.R.S.S.) deux journalistes américains découvrent la fraternité des races page1
    • Le magnifique gala antiraciste du 25 Octobre page1
    • Le vrai visage d'Adenauer par le pasteur J.G. Schyns page1
    • Echec aux revanchards racistes et nazis page2/3
      • Comment ils voient l'Europe
      • Réponse dilatoire des dirigeants de la LICA aux propositions du MRAP d'agir ensemble contre les accords de Bonn et de Paris
      • Que prépare Adenauer
      • Création d'un Comité Juif d'action contre le réarmement allemand
      • Une déclaration du poète Henri Hertz
      • Qu'attend le C.R.I.F. par Henri Bulawko
      • La communauté européenne de Défense est pour Bonn le moyen de conquérir "l'espace vital"
      • Deux prises de position: Edmond Fleg, le rabbin Paul Bauer
      • Le 8Novembre à Paris: conférence nationale pour la solution pacifique du problème allemand
    • Peinture: Mittelberg: un grand dessinateur page2
    • Théâtre: "La reine blanche" n'a pas de préjugés page2
    • Quand Alioum arriva; une nouvelle d'André Clair page2
    • La vie du M.R.A.P.: Léon Lyon-Caen Président du M.R.A.P. page3
    • Pour la réhabilitation des Rosenberg page4
      • L'action des Comités locaux
      • Michaël et Robby (enfants Rosenberg) chassés de l'école; "je refuse votre interprétation de la loi" par Me Emanuel H Bloch
      • Il faut arracher Sobell d'Alcatraz
      • Leur dernier entretien
    • Qui finance la chasse aux sorcières page4
    • Il n'y a pas d'antisémitisme à la française par A. Dymenstain (relaxe par la cour d'appel de Paris d'un article antisémite) déclarations de J. Fontlupt-Esperaber, André Denis, Justin Godart
    • Justice et discrimination raciale au Cameroun: l'Africain a toujours un pied dehors et l'autre en prison par Roger Cevaer page5
    • Zola a-t-il été assassiné par Henriette Winter page5
    • Une indignité des autorités giuvernementales à l'égard de Messali Hadj page6
    • Osera-t-on expulser les Serfaty? (Maroc) page6
    • A Madagascar des milliers d'hommes emprisonnés... page6
    • En Guyane les anglais tirent les premiers page6
    • Ratissages en Afrique du Nord: de Vichy à Tunis
    • Rafle au faciès dans le 3éme: la population proteste vigoureusement page6
    • Le grand rabbin de Roumanie: l'année 5714 commence sous les meilleurs auspices page6

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

f'""IJ~ cc r N° 128 (232) NOVEMBRE 1953 LE MAGNIFIQUE Il g a 4 mD~ étaient électrocutés les Rosenberg M. LYON.CUN GAL A C Il u ns la luite Président ANY IRACISTE . d M t du 25 octobre pour leur réhabililalion 1 co~tre I;R:::~ne Dès avant le lever du rideau, le hall, le vestibule et les couloirs furent transformés en sa- 1011s; ce fut l'occasion de retrouver des amis et de bavarder ensemble et les nouveaux venus furent heureux de se trouver au miliea de cette ambiance chaleureuse qui fait de notre ' gala une véritable tradition parisienne. Le gala a ses. dévoués militants que nous tenons il saluer ici et à remercier pour tout le travail et la peine qu'ils se donnent durant de longues semaines. Cette année tout notre ;;a la fut accompagné par le célèbre orpar Me Paul VILLARD Secrétaire du Comité pour la léhabilifation des Rosenberg I L Y a un peu plus de quatre mois qu'Ethel et Julius Rosenberg ont été suppliciés sur la chaise électrique. Aucun de nous n'oubliera jamais cette journée et cette nuit dramatiques du 19 juin dernier, où nos yeux ne quittaient pas la pendule dont chaque seconde nous rapprochait de la mort des deux innocents'. Ils allaient mourir ... Ii fallait qu'ils meurent ... Il fallait qu'ils meurent, parce que chaque jour apl1ortD.it une preuve nouvelle de la machination monstrueuse par laquelle on avait voulu bâtir leur culpabilité. Il fallait qu'ils meurent vite, parce que l'éd ifice policier s'écroulait aux yeux de tous les hommes honnêtes, sans distinction d'opinion ou de confession. Il n'y avait plus de temps à perdre ... Il n'y avait plus de temps à perdre pour essayer de parfaire le crime par le silence. Le silence, d'abord. Puis la propagande sournoise qui s'élève come un murmure, et par laquelle les bourreaux veulent essayer de se forger des justiflcat: OIlf. Les ROSENBERG auraient été coupables selon les preuves d'un dossier secret. Mais quelle meHleure preuve de l'Inexistence des charges de l'accusation que le besoin d'invoquer un dossier ~ecret ? . Le Capitaine DREYFUS aussi était coupable selon un dossier secret ..• Et puis aussi le refus de la discussion du dossier, parce que c'est la position la plus commode pour l'accusation. " suffit d'affirme .. que les ROSENBERG sont sûrement coupables, parce que les formes de la Justice ont - parait-il - été respectées. Pas besoin d'apporter la preuve que les ROSENBERG étalent coupables, puisqu'ils ont été condt:mnés ! (Suite page 4) l'Antisémitisme et pour la Poix LE Comité d'action du M.R.A.P. lors de sa se.,ion du 13 octabre dernier, a décidé a l'ur.animita de porter à fa présidence dM Mouvement, M. Léon Lyon-Caen, membre du Bureau National, premier président honoraire de la Cour de Cassation. SPORT ET RACISME " ._~ e :,.:, 0 .. a...,; 30 FRANCS A Bonn el a • •• qui camouflent la rev ne he na • le "NON" de la frantes'affirme UNITÉ D'AC '1 DE TOUS LES ANTIRACIS E 1 Généraux el minislres d·Hiller déliennenl les leviers de commande C RAQUE jour voit se lever de nouvel cs couches populaires, tandis que des p e :~~o:"-: -llj'. .' ~ 'f """ ~'l; "e , ~le toutes apparten2nces puLc""üL', . ~. ' , "te;;; ou sociales affirment à leur tour leur opposition :l.::: :: accords de Bonn et de Paris. Ainsi, l'unité nationale se fait à pas de géant autour de cet impératif net et sans appel : « Pas de réarmement allemand ! Inversement, chaque jour ' s'excluent un peu plus de la nation ceux qui, de front ou en maniant les paradoxes, se heurtent à la volonté nationale et soutiennent les monstrueux projets de refaire la Wehrmacht. PAR Charlas PAlAtlT Secrétaire Gén6rol du M.R.A.P. par Me Claude-Frédéric LéVY CE qu'il y a peut être de plus bouleversant dans le grand débat qui agite le pays, c'est que son véritable objet est dissimulé sous une formule dont l'opinion ne saisit peut- être pas exactement la portée. Il semble que l'expression de « Communauté Européenne de défense » sous sa forme assez confuse, ait été choisie à dessein pour eomoufler un pacolt en raison de la disproportion des populations et des moyens de prOduction dominera inéluctablement l'influence allemande - la totalité de l'armée française métropolitaine. mais aussi de reconnaître à cet organisme le droit de décider du service militaire, du stationnement des unités - les contingents aHe- (Suite pag~ 3) Dans la brillante conférence que M. Louis Marin a faite l'autre soir à la Mutualité sur l'initiative du M.R.A.P., l'ancien ministre a révélé comment le racisme demeurait l'aliment théorique n° 1 dans les universités allete qui constitue le plus grave ;----------------------------, engagement de notre histoire et contre lequel les Français . se dresseraient dans leurs presque unanimité s'ils prenaient conscience de ce qu'on prétend leur imposer et si l'on restituait aux mots leur sens exact. Il s'agit en effet non seulem e n t de rendre ses armes à la wehrmacht, non seulement de livrer à un organisme international - où les volx sont censées s'équilibrer mais mandes de la République fédérale de Bonn. Ainsi forme- t-on là-bas cette jeunesse à laquelle le chancelier Adenauer promet ~ de plus grands espaces ... ». La ratification des accords de Bonn et de Paris, loin d'être ce pis-aller qui empêcherait la renaissance de la Wehrmacht autonome, permettrait au contraire de camoufler celle-ci sous le manteau d'une « Communauté européenne de défense », en même temps qu'elle lui assurerait une place prédominente par rapport aux autres participants à la ~ communauté ». Pal' contre, le refus de la France « de souscrire à ses propres funéraiIles » serait un grave échec pour l'armée allemande de la revanche. Sa reconstitution ne pourrait se faire que contre l'Europe naguère ensanglantée par elle. Dès lors qu'est-ce que cette « Europe » dont on nous rabat les oreilles, sinon dans l'immédiat, le camouflage de la Wehrmacht ct pour l'ave- I! ir, J~ )looQ.,a6'C '.'tl./if-:"":'O.----time soumise. Le refus de la France de ur L S tHAMrlONS (1 US "Nf6RltRS" La grande artiste Simone SIGNORET chestre Haymond Berna rd qu i ouvrit le spectacle, précédant iés trois Mi/sun au désopilant numéro de parodie radiophoniq'ue, suivis du chanso nni er Yiddisch Dal'c Cash avec tout son orchestre de l'Escorial. Le présentateur Jean Gran ier, r e III pla ç ait d'ailleurs avec beaucoup de bl io, son père, Saint-Uranier, so uffrant. NOLIS atteign imes le sommet de l'émotion avec le poème de Françoise d'Eaubonne dit par Marie Mergey et Edmond Tamiz. La sobriété de ton, la chaleur contenue nous rappelèrent la vie tragique d'Ethel ct Julius Rosenberg, assassinés il y a à peine quatre mois. Et les Rosenberg qui firent l'unité de la France, l'unité de la volonté de justice, furent à J'honneur ce soir là. Avec Lycette Darsonval, première danseuse étoile et Miskovitch, le « Don Quichotte » de Minkus fut un régal pour les amateurs et un plaisir pour tous. Noelle Norman, grand prix du disque 1953 fut longtemps saluée. On pourrait l'appeler le phénomène vocal tant sa voix se plie à sa volonté, mais Dario Moreno, la grande vedette qui créa Jezabel et les chansons mimées, eut uri délirant succès. Bravo Dario Moreno .! L E gr3.nd étudiant noir Thiam Papa Gallo, recordman de· France de saut en hauteur (2 m. 03) a r emporté une nouvelle victoire internationale au cours de France-Suède. Le jeune Ombon wan, de Brazzaville, s'ost distingué au sprin t et au saut en longueur. Un autre recordman de France, M'Baye Malik, a brillé au triple saut, tandis que Victor Sillon, notre meilleur (Suite pagc 5) Thiam Papa Gallo en pic in offort IDAINIS (lE INllUJ IMIIE I~ 0 • • MM. le rabbin Bauer, Edmond Fleg, Henri Hertz, s'élèvent contre les accords de Bonn et de Paris. Mo Claude-Fl'édéric Levy: A BONN, les généraux nazis sont en place. Il n'y a pas d'antisémitisme à la «française» des déclarations de MM. Fontlupt-Esparabel', André Denis, Justin Godal't. Une lettre inédite de Many Bloch, l'avocat des RO$enberg. Visite de Bokhara par deux journalistes américains. Sport et racisme, un article de Pierre Portier. Etc ... , etc ... sauteur à la perche, retrouve la forme, après un accident grave qui faillit l'éloigner des pistes à jamais. L'équipe de France d'athlétisnl ·. ('st donc largeme:lt renforcée 1':11' les a thl~ :. ~ ., l1Cl i!s, doués dl! t;1 :l!-;cles qU ? rt .~ " de vitesse et de (i ( :f nte. !\\;;U ~ '1:, h '~lllltS l'Jmme Thiam et Ombonwan, q.: i avaient déjà montré da!!s leur pays, d'immenses possibililes, faillirent bien ne pas réussir e;1 France parce que les compétences se désintéressèrent d'eux à leur premier voyage à Paris. Ils auraient dCi, pour retenir l'attention, dominer largement tout le monde avant même d'être accli ... ma tés. Il est possible de faire la même constatation à propos des Arabes, malgré toute la valeur d'un Mimoun ou d'un El Mabrouk qui ne bénéficièrent jamais d'ull climat psychologique favorable et à qui les vexations et les brimades ne furent jamais épargnées. En cross-country notamment les sélectionneurs de la Fédérati on Francaise d'athlétisme sont fort embarassés, chaque saison, pour former l'équipe nationale parce qu'il leur faut tenir compte des résultats qui imposent au· moins six Nord- Africains sur les dix coureurs dont se compose la formatîon représentative Française. Un résel'voir athlétique Il est d'ailleurs à souligner qu'aucun effOi t n'a iamais été fait pour développer le sport en Afrique noire et en Afnque du Nord, ce qui ferait surgir des champions à la pelle. Pierre PORTIER. (Suite Cil pagc 5) ras ~'exposition Maurras à faris ! Maurras est mort voici un an, mais les maurassiens n'entendent pas nous faire oublier sa mémoire. Régulièrement constitués en association des « Amis de Charles Maurras» (Journal Officiel 19/20 octobre), ils n'avaient pas attendu l'autorisation pour agir, notamment en assurant la publication du testament de leur maître à penser. Aujourd'hui. 'dûment offi- Deux journalistcs anglo-saxons, MM. SALISBURY du New York Times, et DOWNTON du Daily Telegraph, ont éffectué réccmment un voyage en Asic Soviétique, dont ils ont fait le comptercndu dans leurs journaux respcctifs. Nous publions ci-dessous quelques extraits dc l'article de M. Harrison E. Salisbury, paru dans lc New 'Y ork Times du 1" octobre dernier. BOKHARA, U, R. S. S., 27 cité, l'une des plus saintes de septembre. - Le fabuleux mi- l'Islam et l'u·n des plus grands naret de Kalyan se dresse tou- centres d'enseignment islamiqre. jours contre le ciel de turquoise de Bokhara, aussi magnifique et impressionnant qu'aux jours où il fut érigé il y a 845 ans. Par dessl:s les murs et les toits d'argile de la vieille cité de Bokhara, retentit toujours la plainte du muezzin appelant les fidèles à venir prier dans les mosquées. Et dans l'ancienne Rue des Juifs, à quelques pas à peine du coeur de Bokhara, la secte historique des juifs pratique ses ri tes, comme autrefois ... Parce qu'elle a été ra rem! d visitée, la cité de Bokhara fllt longtemps considérée comme lin lieu de mystère. L'on s'est sourent iliterrogé au sujet de la communauté jui\'e de Bokhara qui existe deplli~ le Moyen-Age, et sur la façon dont vivait cette Visite d'une synagogue à Bokhara A la suite d'une visite de deux jours et demi, il n'est pas possible de donner une réponse exhaustive à toutes les questions concernant les juifs et les musulmans. J'ai habité dans un petit hôtel au coeur même de la vieille cité, à un jet de pierre de la Rue des Juifs et de l'un des principaux quartiers où ils vivent depuis plusieurs siècles. Je suis entré dans l'une des principales synagogues de Bokhara et j'ai parlé au Rabbin... Les juifs de Bokhara pratiquent encore leur religion à l'ancienne (Suite page 6) cialisés, et un peu plus impudents, les amis de Charles Maurras annoncent une exposition pour célébrer sa triste mémoire. Devant être inaugurée le 16 novembre, cette exposition a été retardée, déclarent ses organisateurs, à cause des difficultés matérielles et ils battent le rappel dans « Aspects de la France » de tous ceux qui peuvent apporter des documents. Et bien non! les difficultés matél'Ïelle·s ne seront pas les seules que rencontreront les « Amis de Charles Maurras » dans leur exposition de boue et de sang . Et en fait de mémoire, c'est la leur que nous l'afraichirons en leur rappelant que par l'action énergique et décidée du M.R.A.P. auprès des pouvoirs publics. la première manifestation du souvenir de Maurras n'eût pas lieu. Xavier Vallat ne pût parler de son maître, le 9 janvier à Pleyel, ainsi qu'il l'avait projeté. C'est la mémoire des millions de victimes de l'hitlérisme et de ses complices que nous avons à défendre contre celle de Maurras. C'est la mémoire des déportés, fusiIiés et notamment des 120.000 juifs de France exte,rminés par les nazis et leurs valets, que nous avons à défendre contre les Xavier Vallat et autres fils spirituels de Maurras. Dans plusieurs sections du M.R. A.P. sc sont tenues cfe très Im' portantes conférences sur le problème all~mand. Au cours d'une de ces conf~rences (cliché du haut), dans le 2' arrondissement, de gauchO à droite, MM. Burstyn et Striegler, secrétaires du Comité du M.R. A.P., Claude-Frédéric Lévy et 1\10ntuclard, conférenciers, ainsi qu'Albert Lévy, membre du Bureau National. Dans le S·, la tribune pendant l'intervention de Roger Maria, MM. Clavel, président du Mouvement de la Paix de l'arrondissement, Elie Bioncourt, Louis r.1arln, Dr Grelf, Robert Plmienta et Charles Pillant, secrétaire gbnéral. du M.R.A.P. Sérieuses discussions dans le 2oe, où l'on prépare l'assemblée contre les accords de Bonn, qui aura lieu le 24 novembre, dans l'arrondissement. riiM. Gotlieb, de l'Union Progressiste, Charles Hutman, du Bureau .National, en mettent au point tous les détails 'avec Ida Flrschman et David Vilner. Le refus de la France de se prêter à cette farce sinistre permettrait à la vraie Europe de se faire entendre. L'Europe des pays hier envahis, asservis, ruinés, endeuillés par le militarisme nazi. Que cette Europe là dise d'une seule voix : .: Non pas de nouvelle Wehrmacht ~ et les peuples, hier victimes de l'Allemagne hitlérienne, verront s' 0 u - vrir pour eux et pour le monde la perspective d'une paix durable. Le NON de la France est en train de s'affirmer avec force comme en témoignent les divers rassemblements populaires, tel celui du 25 octobre à la porte de Ve.rsailles. La Conférence nationale pour la solution pacifique du problème allemand qui se déroulera le 8 novembre, sera un nouveau pas accompli dans ce sens. Lei Antil'acistés ont un grand rÔle à jouer-dans cette action patriQtique, et le Ras~emblement · National Antiraciste contre la renaissance du militarisme allemand sera une nouvelle éta- (Suite page 2) LE RAI VISAGE D'ADE AUER par le Pasteur d. G. SCHYNS Déporté Résistallt dll camp de Mauthausen, Vice-Président de la F.N.D.I.R.P. I L est incontestable que le succès du chancelier APENAUER aux récente~ élections en Allemagne Occidentale, doit retenir l'attention de tOLl·S ceux qui, d'une manière ou d'une autre, souhaitent voir se régler cetie question importante de la' paix à travers le monde, en vue du rétttblissement de l'équilibre international. En France - quoiqu'en puissent prétendre ceux qui se laissent facilement influencer par 'une propagande partisane - ce succès électoral a suscité une émotion justifiée dans les milieux les plus divers. Les réactions populaires, avec lesquelles, malgré tout, il faut compter, montrent assez les craintes qui se eonfirment ou qui surgisent, dans l'attente des solutions qui tardent à venir ... POUf nous, rescapés des camps dé la mort, qui avons personnellement connu les cfuelles épreuves de l'internement ou de la déportation, le succès d'ADENAUEI~ nous avertit, une fois de plus, de ce DANGER de la renaissance du militarisme allemand que nous n'avons cessé de dénonc'er à l'opinion publique avec le souci de « ne plus jamais revoir çà! » ADENAUER, c'est l'homme d'Etat qui a demandé et obtenu la libération des KRUPP. RAMCKE, KESSELRING ct autres criminels de guerre qui, réhabilités, ont repris des postes de commande dans les organisations para-militaires reconstituées; ADENAUER puissamment soutenu par la grosse industrie et la haute finance, a réussi à reconstituer la production inde" trieHe ct le potentiel de guerre.. de son pays; ADENAUER, fort de sa majorité au Parlement, n'hésite pas à exprimer publiquement des ambitions de revanche et de conquête. N'a-t-il pas déclaré, au soir de son succès électoral: « Nous donnerons à notre jeunesse ce dont elle a besoin : UN PLUS VASTE ESPACE POUR SON EXPANSION ... » Et c'est Jacob gA/SEN, ministre d'ADENAUER, qui écrit : « j'affrime le droit de l'Allemagne à b non-reconaisGance de ses frontières à l'EST et à l'OUEST ... ~ (Suite en page 3) if ·.Charles PAL~nT CH HA (Suife de III p.l i:. ! ) pc ùe la grande l)a~ ail ;~ ~ ........ "~ii"aI .. ~~"""iI .............. ~ .................................................... pour la sécurité de i:. l' 1., . - ..-.z;1 ~~. ...............................................I m. .& RmI. .......~ . .............~ ~aI. .~ . ...............& I. r.e iR. .. .. ce et la paix q u 'elSt J'opposition au réarmement des 1'(:nmchal'ds nazis. La tâche essentieJ:e (];!i 111i1itants du M.R.A.P. e :~ :" \.~ tous les antiracistes esc travailler au succès d'ull lt;t rassemblement en déveh J!pant à la base, dans les Jew :!· lités et les sectioJls, J'an j( '!1 unie conférences, meetings, pétitions, déJégatioJ1i' auprès des élus ... Cette tâche eSR€ntielif.' s'inscrit dans le plus conséquent des combats contre le racisme et l'antisémitisme. Nul ne saurait ::;'y ::;oulStl'ail'e, sous quelque prétexte que ce soit, sans se démm;quel' comme se !iel'vant du langage antiraciste, pOUl' soutenir en fait la ca lise des revltnchards, Faire la démonstration de cette duplicité, c'eRt amener les militants et les gens influencés par la· L.I.e.A. ( 1 ) à contraindre ses dirigeants à se rallier au rassemblement des forces antiracistes dont l'unité va grandissant dans le pays et qui contribuera à mettre en échec les revanchards nazis et racistes d'outre-Rhin ... et de chez nous. (1) On liro par ailleurs, dans ce numéro, l'échange de lettres entre le M. R.A.P. et la L.I.C .A. au sujet des propo. il ions d'unité d'action présentées par nous 0 cette organisotion. Mourir pour le roi de Prusse ? « Les Français sont-ils tombés si bas qu'on ne puisse plus leur proposer, comme dootrlne polItique, que celle qui consIste à mourir pour· le roi de Prusse ? ... « D'autre part, ne nous cachons pas les yeux. A quoi est destinee cette armée européenne qui, en vérité, ~st une légion apatride à prédominance germa- , nique et à commandement américam -'r.-A reconquérier l'Allemagne de l'Est, et. même los territoires situés au-delà, comme l'a dit, au soir de sa victoire élec- - ' .' ,' ·torale, le chancelier Adenauer, Voilà désormais l'objectif de notre politique ! » ( 1)1. :\-licllc) ImHH .\Y, ~1; llèllelir cl'lndrl'-el-fJo irr. (1:111- « 1."1:'\ FOHMNI' TO:'\ " du 1 ~ ~ \'I' I(,Il I l rc . 195:1 . . , THEAT RE 1 .... ,., Comment ils uoient l'Euroue Nos Waffen-55 ont retrou- \. :. ImOUr du sacrifice volontaic

' ur une cause qui dépassant

IL: :I ationalismes étroits exploiI ~:' ;Jar le Juif, atteint le « surlU 1 .:n alisme : qui assurera la pil \ du -monde. Il ne s'agit p' '. ~ de dominer la patrie franl:. ,: , ; il faut au contraire la li;,: . 'er au niveau de l'Allemllglu ,' u Fuehrer ; il faut la tirer, l'" l toujours, des abîmes de la dén ,: ratie, du chaos de la républiq:

.
parlementaire. (DEVESIR.

journal du combat de la commu/lauté européenne, paraissant à Paris sous l'occupation.) «( La victoire de la nouvelle EUl ope sera la victoire d'Adolf Hitler. .. C'est lui qui a été appelé et élu par le destin, non seulement pour régénérer sa propre patrie, mais aussi pour préparer à tous les peuples d'Europe une vie meilleure au sein de la communauté européenne. Adolf Hitler restera vainqueur dans cette lutte où sont en· jeu les biens les plus élevés et les plus précieux de l'Europe. » (Fritz SAUCKEL, Commissaire Général à la Main-d'OEuvre, Janvier 1944.) « Le retour des provinces perdues au-delà de la ligne OderNeisse est la principale raison qui pousse le gouvernement allemaTld à favoriser l'intégration du BllIld à l'Europe et à l'organisatioll des puissances af/antiques. L'intégration de l'Allemagne souveraine dalls le sys!(;/1lI' défensif de l'OccidC/lt, avec la participation militaire qu'elle implique, constitue le seul moyen sar cf rapide de recouvrer nos provinces perdues. (ADENAUER, juin 1953.) « Je suis persuadé q/!e dOS efforts aboutiront au retour de nos territoires de l'Est à l'Al/elllagne, ilinsi que le veut l'évolutiol! .(rnéraie de l'Europe ,'. (ADENAUER, août 1953). «L'unité de l'Europe. a:l sein de laquelle l'Allemagne c01lstituera la puissance centrale sera le fruit de la victoire Sllr le bolchevisme

(Général von MANTEUFrEL,

membre de la ma10rité gouvernementale de Bonn, 1950). « Il faut illtégrer l'Europe jusqu'à lOI/rai ... (H.ALLSTEIN, .011- nistre des Affaires Etrangeres de Bonn, 1952). « Nous Il'avons pas ' oublié, j'ose le dire, qu'à l'école on nous a appris que les frontières de l'Europe se trouvaienl sur l'Oural et dans la plaine de Manilsch » (au Caucase) (Dr EHLERS, président du Bundestag.) «G/ âce au traité de Paris, l'Allemagne a cessé d'êlre une puissance de second ordre, Dans la communauté, européenne, c'est elle qui aura le rôle dirigeant. » (ArDENAUER, août 1953). « Acceptez la ralification du traité de défense européenne. Aidez, à la reconstitlltion de l'armée allemande. « C'est l'espril qui compl e. Nous pouvons tOI/S combattre ensemble. Mais les unités allemandes devront être plus importantes que· les divisions de l'Armée européenne. « Deux guerres perdues II' Ollt pas elltamé l'esprit el la force des soldais allemands. » (KE5- SELRI NG, ex-maréchal hitlérien.) «L'Europe est née ail cours des combats menés par les formatiolls des S. S. dans les plaines de Russie au l'ours de la deuxième guerre //londiale ... (BI nchure publiée récemment en Basse- Saxe, sous le titre « NOlis alquiltons Hitler»). Ce n'est pas à l'Allemagne de s'intégrer à l'Europe, c'est à l'Europe de s'inlégrer cl l'Allemagne (Docteur 5EESOHM, ministre des Communications de Bonn, octobre 1951). « Les ex-collaborateurs français constiluent l'une des chances les plus rares pOllr le développement du mouvement pour le renouveau européen. » (TUHMWART, revue néo-naz;e, 1952.) L'Allemagne pourrait étudier l'européisation de !a ~(/rrc si, par exemple, la Fral!- ce était disposée à sacrifier J'Alsace-Lorraine et si le Luxembourg était prêt à entrer dans Ill! territoire fédéral européen, en tanl que sièKc de la Communauté du plan Schumann (Bulletin' Parlementaire du parti libéral, octobre 1953). QU& oréoare IDEnAUEI 1 Le « .\lorgelljJu~1 ». orgallè de Berlin-Ourst. ':cl'it froidement, qu'à. l'occasion des débats SUI' les acc ords de Bonn et le 'l'ra it(, de Paris. le parlement ae Bonn dH"l'ni1 cnvoycr ccrtains de se~ Illembrcs prendre la pal'ole dc\"an1 r.\s~('lllblée Iranç, aisc. ,"c ITons-nous le g,' nliral d'Hi- 11er. yon Manlcuffel. dépul(' au Bundes1ag, ycnir il.l8 lribune du Palai" I)Ol11'bon lHu'an~uPI' IrH d(·'pul':" rrançai~ ~ Cette impudente propu;itinn reflète l'audace croissantc drs milieux ~()u\'e1'11clllcnlaux 1.1(' l'Ouest. .\'11 « .\Iorgenpost » le « DClIl,;rllc Solclatenzel1ung » l't·pond ('oillme en écho : « D u néant va bientôt surg ir u ne armée vlgour e lJse et p uiss a nte. » .\donauor e"t-il il 1,1 \'oille de renouveler le lOUp de force d'IIiUer qui le J 6 1l1ar~ i 935. !-"appuyant déjiJ SlIl' la. pailHÏ\'iU' des gouvernants françai;;. reconstituait la \Vel1rmacllt. L'appui direct de ,,'ashingtun ne lui a-t-il pa~ déjà permis d'envlsago l" la c.réation d'une \Vellrmaclll· de 2" divisions et cie poscr t'omllle condition à. son t'nll'ér dan, l'a1'111(;e européenne. ([u'cllc ~. -oil SUl' lin pied d'cg~litl: en ce qui concerne le materiel - ,. 01llllpriS les armes atolIl ique~: ('lJillliCllH'~ el baclériologiqt1~~. Le llIè111(' ' De u tsche Solda t enzeltung » a n11l1nCC quo la du- 1'('0 du servicc :nililaire serail flx(:c.« de 18 mols • dtlf,X ans )t, f • ULla (/l(!,ine a pas de Réponse dilatoire des dirigeants de la LICA aux propositions ~u MRAP d'agir . ensemble contre les accords de Bonn et de Paris Le secrétariat du M R.A.P. il adressé à la L.I.C.A. la le/tre suivante, à l'occasion dc SOIl 16- CO/lgrès National dont les travaux se sont pourwivis les 10 et Il oelohre Chers Amis, Le Mcuvement contre le Racisme, l'Antisémitisme ct pour la PaÎx vous remercie v iv'ement pour votre invitation à o s si~ter 0 v otre congrès natiqnal des 10 et Il octobre 1953. Notre Mouvement ost heureux de formuler, à cette occasion, des voeux 'sincères pour Q\Je les travaux de vofore congrès contribuent ou renforcement de l'action des antira~istes contre la recrudescence into!érobJe du racisme et d~ l'antisémitisme en France ct hors de France. Les antiracistes sont 'nstru,ts par l'expérience de ces vingt dernleres années. Tragique écho des cauchemars vécus depuis l'avènement d'Hitler, ce qui se passe en Allemagne aujourd'hui ne peut les laisser indifférents. Le chancelier Adenauer, qui vient de remporter un succès électoral grdce au sOl~tien de tous les nazis, revanchards et assassins racistes, parle d~ rendre de c plus grands espaces » ci la je\Jn~sse allemande, comme san pradu M.R.A.P ., et Charles OVEZAREK, a déposé au Congrès une lettre de membre du Bureau Nati ona l, ccllc-ci notre Mouvement à votre organisa tion ct vous foisant les propOSitions su ivantes

1· _ Redaction d 'une dcclaration commune condamnant le réarmement de l 'Allemagne, sous le r:o uvcrt ou non de l'armée européenne ; 2° - La communication de cette declaration à la presse ; 3" - L'intervention en commun d~ nos deux organisations auprès d::?s pouvoirs publics et des d jffêrcn~ s groupes parlementaires, pour leur fo ire connaitre cette déclaration. Après Que lecture fut donnée de notre lettre à la tribune du Congrès, Monsieur le Président de séance annonça Que celle-ci était renvoyée a la Commission des Résolutions Qui réd igerait une réponse. A cc jour, votre réponse ne nous est parvenue soùs aucune forme, Nous ne pouvons penser que sur une Question vitale comme la ratification des accords de Bonn ct de Paris Qui consacrerait la reconstitution de la Wehrmacht, le silence soit de vot re port la seule réponse à notre appel. Dons l 'espoir de vous lire procha inement, veu illez agréer , chers P.,mis, no:; snlu t ot ions antiraci stes. Pour le M.R.A.P. Le Secrétaire Général, Charles Pl\LANT. Le 2~1 octobre, nous r l'Cel'iUIIS du sccrétariat de la L.I.C.A ., la rép onse suivante : Ligue Internationale c~nt rc 'c Raci sme et l'Ant isémit isme. I-.Hio :1:e Anti raci ste. Monsie u r le Secrétaire Général, En réoonse à vo tre lett re du 24 oct obre , j 'c i l 'honneur de vous informer q ljC la rép c ns~ du X V I;' Congrès National de la Ligue Interna tiona le conf re le Rac isme ct l'Ant isémit isme, eux preposi tions formul ée: I!)o r le M ouv emclt contre le Rodsme, l 'Antisémi tisme et pour '0 Poix, est incluse dons la rnotion finale votee à l'unan imité à l' issue de notre Congrè3. Pour le cos ou cette motien vous oura it échappé, je' vous prie C ~ VOLIS rc-porter au nO du 4: Droit de Vivre » du 20 octobre dern ior qui l'a publiée ct au rapport sur la doctr ine voté fui e u~ ~i ù l 'unan imité par notre Congrès. Croyez, Monsieur le Sc c ré ~o;rc générai, à m:!s sentiments antiracistes, Lü Secréta ire Général , SAR-MATHURIN.

  • i(. *

La motioll filiale du Congrès de la L.I.C.A ., li loque/fe se n'fi're cett l' lelfre sera sé l'èremenl jugée par tOI/S les antiracistes sillcères. En effet, loin de s'affirmer contre la ratification des accords de BOfll/ et de Paris qui consaCfe/ lt la rl'naissal/ce de la Werllmachl, celle motion estompe la j;ral'ité du clal/ger présent el? rep/ enanl les thèml's (/'! 'I/l' Fédération Elli opéenlll' qui serait pour la re mi/itarisatioll de l'Allemaglle le camouflage le plus commode. 'Salls renoncer pour aullllll, cl l'ul/ité d'action il/dispensable pour lIIet!re en échec les accords le Bonll el de Paris, /cs antiracistes COllsta tr llt av('(' amertume la carencl' des dirigeanls de la L.I.C.A., dans la lufte patnoti(/ I/l', qui cha(/lle jour davantage (Ii vien ! celle dl' tOllS les Français. déccsse~ parlait d' « es~ce vito ! » .20 mai 2011 à 10:15 (UTC)20 mai 2011 à 10:15 (UTC)20 mai 2011 à 10:15 (UTC)20 mai 2011 à 10:15 (UTC)20 mai 2011 à 10:15 (UTC)Charles 20 mai 2011 à 10:15 (UTC) _ 20 mai 2011 à 10:15 (UTC)20 mai 2011 à 10:15 (UTC)20 mai 2011 à 10:15 (UTC)~~._~ C'est lui ,qui a refait du « Deutschland über alles » l'hymne national aux aaents duquel s'est déroulée sa cam· pagne électorale. C'est encouragés par lui Que se multiplient les rassemblements de S.S. où retentissent les chants hitlériens tels Que c Nous battrons victorieusement la Fronce ,. et le • Horst Wessel Lied » au cruel refrain

• Quand le song des juifs gicle

sous le couteau cola va deux fois mieux ». Dans sa majorité ct son ministère figurent de dongereux hitlériens et il charge spécialement de la reconstitution de la Gestopo, Hons GLOBKE, Qui fut en 1935 rapporteur des lois raciales de Nuremberg. C'est dons ces conditions Qu'Adenauer oxi~e de la Fronce la ratificotion des occords de Bonn et de Paris qu'un iournal onglais a caractér'sée comme la ratification par la Fronce de ses propres funérai Iles. Nous comprenons d'autant mieux le péril Qu'en France, déjà, au fur et à mesure Que se précise la reconstitution de la Wehrmacht, la presse antisémite et raciste, dirigée par les anciens collaborateurs, se fait plus insolente et plus aggressive. C'est pourquoi, .JujolJrd'h n plus Que jamais, notre Mouvement est"im~ q\.JC l'union de toutes les I:rc.?s ontir",c· ~ tes est nécessaire pour er,l!èr,.,er Ql.I~ des armes soient rendLl'~'i Ol;% gtnèroux et QUX soldats 'JuÎ ont mIs '·Europe à feu et cl sang, ct exterminé saus le côuvert des théories racisles, des millions et des millions d'innocents. C'est pourquoi le Bureau t,,,,,enol du M,R.A.P. fait à )0 L.1.C.A ., (lm s'affirme etficacemel"\t notre vo- PEI NTU RIE MITTELBERG un grand dessinateur daltS le combat }Jour la jllstice 1 L n'e~t pas exact de dire comme on le fait souvent, qu'en Francc tout commence ct finit par des chan ... sonl. Les grands événements sociaux qui mcrrquèr"nt notre histoire témoignent de certains t raits de caractère beaucoup plus grave du peuple fran~ai,. Ce q ui n'exclut d'ailleurs pas le role importa nt q'uà pu jouer la chanson po lit ique da ns la crl.taUisalion de la conscience populaire ct dcn~ les évenements politiques. Mois la caricature politiq ue Joue un rôle pL~. important encore dons Jo vic sociale f rançaj~. Et les puissants réactionnaires de toU! temps ont lutté contre la caricature pol1tique car ils se sentaient visé. et SOUVC:1t plu~ menacés par elto quo pGr des art!c!es de prenD ou Ics pamphlets. Au cou!'s de l'histoire cc mode d'ex· prcss:on a eu de grands maitrcs : Doumkr, Steinlen, CaHot" comme d'en d'autres pays Goya, Gr:he. Et cc n'csl qu~ justite d(! citer Mitte!bl2'rg è 10 ruite de ces 9rond~ prédeccssowrs. Il est aujourd'hui l'un des plus vigoureux dess.inateurs cQricaturisi~ dt" Fronce. Et ceci nen seulement pOUT la qtJolité artistique do sc création. ïOltt en appréciant le hout degrô de ~..(\r. LART POUR LART art et de !iO t€chn:que, nO:J s. admirons sa consc:cnce p.olitiqua, 50 clairvoyance e~ son sens profond dos événements. TGut particulièrement important est J/atb"m do caricafu,('s c~ "i si3s qui vient d~ paraÎtre SCLOS !.Q ~ : 9natLlrc . A tro"/crr !cs dessins qu'il contici1t, Mittc. tbcrg inte,.., ien ~ dans le:. c '(cnemcnts Icc ptu, important: et qui p:bccupant chacun de nous. Certains de:;:..ins ce cat olb:J:n ogÎ!S'cnt sur le pub!it: o'w·cc un" for.:c de ctnviction plus gronde parn:,,;s que ccl - le Qt.l i po,d s'exp r im~ r d~H1 S Uf!C c,nférncce ou un orticle !-lJr l.z mcme thcmo. I : ~ !"-ont s;)uv('nt trogiques, d'Q'.Jtl C" fais pic ln!: d J rcns ::rjti.:}u~ et d'j.'onic mordante. ToujQw'::; c 1 m~atifs. C~rtains ouro k nf' p~ut-étre préféré Quclq~e chose de D~U" 1 6 C1 ~ T. ,.lla i :; Mit· 'dite:!) est SéTicu~ :t n~ ..:herC;HJ pas à d:s:traÎrc ni Inêmc P \! \I~ · :: t · ::: Ô Ci1SC!! ln cr. S'il yeu"· ::':1: 'i~""c ~'c-t- "; ~aïr tou ~ CCU,\ ,!ui sont' (f: ·pcn!ot:c'S de ncs seuHrcrn .... et q\ll nQu-~. . "0."" de nouveHc:i. Rion d'étonnant obrr r:uc la rëoction d'aujourd'hui !e pC i ;écll~~ ct cherchE! à entravor cc vaillant combottQ~t dcns licn travail artistique. Ah !,;'iI peignait des "ilc Ll:' s, dei olors comf€ F 7 .- - .... -..,.-,.......-- __ n·a 'EST par le rire que Gredy ct Ba- C rillet ont .,hoisi d'enseigner l' 'lnt irac:isme (et pas un oJttiracÎ'ime pour' ri re) dans. ~ur dernière plcce, .. a Reino Blpnche, qui conllaj~, au Théà 1 .... Michel, "'ft succès mérité . Car tel est bien, semble,t-il, l'objet principal de ce vaudevjlle alerte et biin menât qui tourne autour du mariage de Mlle Boeuf, fille d'une concierge · parisienne et d',," gordien de la poix, avec un étudiant noir, hériti- er de '0 couronne a'un pet it royautUe a fr icain . C' ~t eux calomnic:s racistes les pku ccurantcs que s'en pre·hnent les auk.", s, ccltes que, trc-j, souvent, de simples gens honn.êtes répètent sons s~ en re."dre compte, mots qui, placées devant tes faitS, ne résistent pas ou roi ~ nncme"t Je plus élém2ntoire et aux .antime nts de fraternité humaine. Âvec un e sprit aussi pénétrant qu~ cau ~ique , surtOt.l.t ou cours du premier acte , particulièrement hilarant, ils excellent à , démonte, le mécanisme du préjugé, et, une fois réduit ô 50 CARNET Mariages .1 • :'\OUi' nous rabon" UlIt' joie de félicitrl' hot 1'6 ami H pmi LILENSTE~, llIemhl'(', du Bureau

\'ationul dn iVLR .. '\ .P. el, :\11Ie Régine

SOSZEWICZ ('galemenL mIlilant, e de notre .\lOllvem.en t, dont le ma 'iag~ a 1'1 (, célébré le 2i' oct.obre. Nou" leUl' prés, nIons 1l 0~ meillem'!:! voeux de bon- , lieur. • Xous apprenons D \-ee plaisir le Illariagl' !lu fils de lDtr!' ami ZAIDNEH. du 'I S" 3rl'ondis" cment, avec Mlle I~OJUOT , Nos félic itatio ns et no", meill eurs yoeux aux: jeunes ,ipoux. Accident Lu sedilJlI de .\l r)llLI'ClIil, à lalllieUe ll Olls nuu~ joignons, ôOUhaite un pl'tllllpL pt entier rétahlisst'l'JIenL il :\1 uw ct :\1. i\iax j.'RANZr:L. YiclilllP~ d'Ull gT!l.Ve ,It'. cjdeu~ ù·ûuluJ1!J bilc. Nécrologie • I;"'sl (l\'er' timotion qllt' It'~ flIimalll~ LIli ,\l.l-\.:\.P, tlll te arl'ondis::, nlllun l ont lIppris le déCèf; cte Nalhan Z\\ ïlt,\I .\N qui. l'P,C/l p,'. d('s ('il III lis (t-; la morl .

'0 (Il'l'rail u\'t',· tanl dé (It'"

ouI'menl,. ,depub la ro ndatillil cl t' noll'I' ,\1 flU\'I\lIIt· Il 1 , il la lut tl' ,·"nll·l· le l'1It'Î~1\11'. J'allli"r'lIli Ih. lllt' ('1 POIIi' 1'1 l'ilh,

\01 l't' 11 Il,i ,\ !lIPI'1 L" '\" il 1"',,IIt)

n('I '~, il ~(I:--- lJll:-,PqllC~ . lIllÙ alloc- ul,ion nll ('nu!'s (ip I,j(flll' Ile il il [ln'sent,'· :1 IiI \'l lll'(' 1'1 III t'i l" de :\atl1an Z\\'il'nHIIl le, " o nlloIr! ances aHcetllcusr~ dll Hm't'illl -,ational fI l! "Ln,,\.!' ... 1 d,· Iii 9è.cJlqn dL! ~" pas plus ~i mple expression, à le ricUculiscr do fo§ cn cinglante. Pour .... 'être amourachée d 'un jeune h omme à la peau te vraiment très b ru!)e » , la jeune Josyane est , tout d 'obo, d .;gnominleusement chassée par ses pare nts. _ Ayoir · vécu toute une vie dans l'haneur et dans la dignité paur en artiYer 10 ! pontifie le père, -_: La loi ' que tu fais respect~r, reto rque la tille, dit _ que tau. les l'0mUl '.!'S so ~t égaux. (On n! peut s'empêcher de penser à la f,aço r. dont, dan. la vïe réelle, qu'el, que~-un ,- l es collègues de M. Boeuf font re; p : ~te" ""riais, les. Droits de , I Ho~m-e, par exemple d~s Algériens, _ mo.i ~ nO-U$ sortons là de ta comédie pour entrer dans le drome.) Je !:C.I13, se lamente la mère, qu' il y a quelque chose de mal dans une telle union. Et la fille de ,épandre par quelque. fo,mllies bien frappèes : Sa p(!au n'est pos de la même DE D. L..... • NOII- nvoll!' lil douleur d'annoncer, la mort accidcntolle de notre a IIli VODES. urlif cl déc voué milililnl de la ~CCtiO Il du M.R.'AY, 1'1 [0' ul'I'ûndissement, doM, jJ l'II! le secrétaire, Que sa familTt' h \I\'e ici les condoléan() e~ ('JllIlH du BUl'eau National du ;\LlL\." ct dt' « Droit cl Libel'Ip »,

  • ,;. *

• SIlU,· ' pprenolls Ir décès dt' M. li{ "l'.\fAN, frère de notçe àmi el Illilil mt dévou(' de la secfion du :\I.i \..\ ,P. du 3". La serti nn du 3-. le M,n, .\ .p. pt c Droil d Liberl(· » adressent leurs (" 'Ind,déanees ,'l -'1. Gl"rMâN 1'1 i, 'il famille. ~tJ'!~ HJllb 1 1 1 Pl' 1: ."

\/alll ".

dr 1.. yklll d. ,x' ·x, '" r·t'1101l~ ,1\'('(' I l ' i Hlc~sc '.: ,;]treuil pOUl" pl'é~e n " .'i' l'e, t'undul('ances '1 \ ,I .\DI';. \'i('l'- pl""sidl'Il L HI de -' lnnll'!'llil. 'l\li , dl'c 'il . li·)'I', +:. 7:'

k

~nll:-- ;!' Ji! II I " 1 ~ . \ i:'1 \, ! \ ! HI" :1' .\f nnll'l'ui ,_ (H11)J}:-. 11 \ '(' ,' 11":-.1 rs::-t'

litl' dt' Il ull'!' llilli

TH ,\ I ·CilLITZ. "",- !" Il dll ,\I . IL \ ,], l,,, ~ c cr, : ," iat "U-' 1.11.. \ ,1' .. 1(' Cnlllil(' cil' ,\IOIlLrcuil, f'xpl' illlent i, ," r"mil, ,' l elll' l'ÎI'P S)'I1IJlil- IllÎe, Remurciements T r ès t ouchés par les marques de sympathie qui leur ont été t émoignées à l'occasion de leur deuil, Mme Vve Nusym ZWIRMAN, M. Maurice ZWIRMAN et toute leur fam :l !c adressent à tous nos amis le urs sicères' remerciements, de préjugéS couleur que 10 mienne, voilà tout ... _ Il n ' y a pa. d. blancs, il n' y a pc .. de noirs, il y a des homme . ... Mais, l'orgueil aidant, l'amour l'em .. po,te sur la haine, Puisque %opha, - c'est Je nom de rétudlant - est devenu ,ai; Ja famille 8oet:1f et , toute la maison applaudissent au riche milriage de Jo.yane. Tout le monde s'attendrit (et apparaissent d'aut,es aSp!ch du préjugé) : '

. AJH:ès tout, il est peut-être gentil;

ce' nègre.:. ' _ .Les p"oùvres, ce n 'est pos de '"leur faut . ... (t qua"~ ces simples gens ' s'interrag"" t sui l'originè de' leurs erre,un passées, ~ts c.onsta1ent , '--- Je né safs pas, moi; le répète seulement ce qu'on dit. C'est alors que le rQcisme des blanc. est dé."oncé, pourrait-on dire, négativement. Des intrigants ont dét-rôné Zopho1" et Josyane, 'en excltant à leur lour, les préjugé. de leurs sulets africains. M. ct Mme Boeuf s'étonnent : - Que peut-on reprocher au fait d'ovo;r 10 peGu blanche? Je ne com· prends pas ... ......... C'cst fou, ce qu' ils peuvent avoir comme préjugés, les nègres ... Et les voilà, après avoir affirmé l' infériorité des noirs, qU'. s'évertuent à prouver qu'ou x-mêmes ne sont pas inférieurs r La boucle est bDuclée. On ne peut que félicite, MM. Gredy et Barillet, d'avoir contribue; 5i 0 1- lè9remetlt à la cause antiraciste _ et applaudir les acteurs '-_ Raymond C.rdy, Jacqueline Gauthier, Madeleine Suffet, Claire Gérard, Parisys, etc ... - qui tou$, animent finement ccfte agréable comédie « Ô thèse ' . Louis MOUSCRON.

  • Co *

A la Gale r ie Doucet, se t ient en ce 1l10ment une importante , exp.osrtion du jeune sculpte ur Noor~Zad é S'rene r. A la Ga le rie de l' In stitut. Adlen expose des mo notypes -su f le Cirque, . ' A' la Ga le r ie Cla ude expose Stera Barchan, Grande expos ition -~t d es p eintres , sculpteurs et dess inateurs juifs Sa medi 7 novembre, de 20 h. 30 à 23 h" aura lieu a u 14, r ue de Paradis, Par is-10' , le vernissage de l'exposi t ion de plus de 80 envois des pla sticiens ju ifs. P a rmi les exposants on n ote beaucoup de, noms mOl1cHalement connus. des millions et des millions d' innocents, C'est pourquoi le Bureau t'ar,c",,1 du M.R.A.P. fa it à la U,CA" (lm q ue s'a ffi rme efficacement notre volonté commu n e, les propo'iitlons : u ivc. ntes q ui nous semblent ("'Jr:f0\'OI( 5 6 10 vO lont~ p:-ofondc de 10 J.i ie:. (l"tlracistes sons distinction d'opinion : 10 _ réd .. ctlon d'un" déclarai ion commune condamnant le rê,a,m ~ m ent de l'Allemagne, SOU'5 :e coU Vet ' ou non de l'armée suropéenne ; . 20 ,- la cc.mmlolnicntiaJl dlJ c e t:-c dé, daration à la pres~ ; 3 ·l _ l';ntervention e l' c·ommun de nos d eux orga.nisQtions aup:ès des po u~ -vairs public5 ct. des diffé rents g'oyp'S parlom~ntllirD s, pour le}lr·· foirc connaî- tre cette décla rotion., . (lons l'~sroir Que VùÛS répo,"dre~ tavorob lemept" (] ces pr6positions, nous va,us prjons de croire, Cbcr ~ Amis, à nos sentiments ant,rociste· Pour le Bureau National du Mouvement contre le RoCÎ!mc, l'Antis.émÎtisme et pour la Poix Lo Secrétaire G6n rol, Charles PALANT.

  • l i: *

Noire propositiol! étant demeurée sa/ls répo /l se, IIOUS avollS le 24 octobre adrrssé ulle 110/1, l'elle lettre à la L.I.C.A, Chers Amis, Répondant à votre inv itation, un~ délégation de notro Mouvement s'cst rendue à vot re 16r Congres National, le JO octobre dernie, Composée d.o Charles PALANT, secrétoire géncrol -)// ---~I---- 1 ~ _ ......-_-:-::-.;..;- , , , ' ! ;:. Un des ,:" ,.in, de Mittclbo rg QUAND ALIOUM ARRIVA • • • Une nouvelle d'Andrée A LIOUM émerge de l'avion. Son r egard , encore lumineux de la fauve splendéur a fricaine, hésite devant le paysage mort de novembre. Le gris d'une brume sa le se confond avec un ciel rébarba tif d'où se disperse une grisa ille humide. Et en même temps, il grelotte. En un éclajr. il oublie toute sa joie d'avoir obtenu une bourse pour faire sa médecine en France. et regrette -- Ô combien -- la sava ne infinie et torridc piquetée de caSes aux toits de paille dorée, de p:l.lm~e r s- do u ms a ux deux troncs en V ou de mimosas dont il huma it le pénétra nt pa rfum, Ce n 'est qu'un éclair,,, Déjà la h àte de Paris sc jettc sur cette proie neuve; le po,sstl.ger précCdent s 'éloigne dans l'escalier de fer. la va li ~e du suivant heurte son mollet . Il descend, Le cal' d' Air-F'rance l'emporte dans une banlieue grisc. toujours cc gris. Il ne sait pas quand il pénètre dans Paris. partout la ch ausséc est grise: les trottoirs gris, et It's ma isons plus grises encore, pis que grises, nOÎ res, A l'aérogare des Invalides. na nti de sa va lise bien légère. il prend un taxi et se fait conduire au Ministère des Colonies. Penda nt le trajet. Aliourn pense mourir de froid, Au min istère. on lui donne du « vous » et du « Monsieur », Et plus que le gris. plus que If' froid, ceh lui fait comprendre qu'il est sur un autre continent.., L'employé lui dit que non. il ne peut lui verser son pécule, les pa piers ne sont pas là .. , Où sontils ? Peut-être à :Fort-Lamy . .. on le convoquera", il n'a qu'à laisser son adresse .. , -- Mon adresse, .. fait Alioum un peu désempa r é, mais je n 'en ai pas, j'a rrive. je" , -- Bon. répond l'employé, indifférent. vous la donnerez dès que vous en aurez une, Et il sc tourne vers le suiva nt. Machinalement, Alioum prend sa va lise, sc l't't rouve dans le couloir. ne pense plus a ux a utres démarches, dcscend un esca lier , enfile un long vcstibule. Un sOll fle coupant se jette brutalement sur cette chair h,tbituée a ux étreintes ardentes d'un soleil brutal. et Alioum frissonne, De froid . ou parce qu'il ne pOssède que quatre mille francs? Ou pour les deux raisons ? -- Pourquoi, r:lge-t-il. ne pas remet t re l 'argent du pécule avant le départ? J'aurais pu m'acheter des vêtements chauds, Du reste, s'il y avait des Facultés en Afrique noire, je n 'aura is pas eu be· soin de veni r en France. Des Facultés ! Il ri t t ristemen t, Même pas le dixième de ce qu'il faudrait d'écoles primaires, .. Mais qu'a-t-il aux pieds et a ux mains ? Quelle est eette douleur inconnue? Il ne sent plus ses ~J;t r êmités. et. pourtunt ch aque pas le torture .. , Le froid", c'est donc cela le froid? '" Le f roid moral le torture necore plus, Les p:tsants, prcsqup tous vêtus de couleur sombre, se pressent. ~e hâtent. courent : les autos, les autobus s 'entremêlent da ns un tintamarre extravagant. On Ir he\\l' tt', on 1(0 bouscule, il li frOid, il CLAIR a faim, il se sent de plus en plus désemparé, isolé, perdu", Et c'est ainsi que Paris. , la ville in différente, se saisit de cet être confiant ven u y chercher le savoir. Cet accueil si dur fit sentir à Alioum, mieux que mille conseils et mille discours, qu'à Paris il faut être plus fo rt qu 'ailleurs pour se battre avec la vie, Alors, instinctivement, par fierté naturelle. il se redresse, rattr apE' son courage qui partait ~ la dérive, son regard se f~.it décidé, D'un pas fer me, il cntre dans un café. où. drvant un thé brûlant. il sc met à réfléchir d'une façon posit ive à sa nouv('lle situation, PLUS tard. quand le contact se fut établi entre lui ct la ville. quand il eut t raversé l'hiver implacable dans une petite chambre si peu chauffée, quand il eut t rouvé de réconfor tantes amitit's parmi ses camarades français ou africains, Alioum hochait la tête en revivant ce naufrage des premiers instants, Aussi . lorsqu'il apprend la venue de quelqu'un du pays, il 'la l'attendre à l'aérogare, - Tu comprends. dit-il. comme cela tu ne seras pas seul. L'autre lc remercie d'un chaud regard. m_\is ne comprend que bien plus tard tout ce que cette phrase sous-entend: car être seul il Pa ris ou ailleurs. et devoir se battre avec des difficultés impC:

,~'lbles ct toujo'Jl"S renouvelées. n'est-ce pas -

ô comme Aliou m l'avait senti - la plus durE' ('Pl'f'lIVP impo5'(' il l'étn' qlli pOSSède un coeu!' .! Rion rëac t ion d ' a ujourd'hu i le p C i: ëc[f~!! c·i c~H~·rc h e à entraver cc va illa nt comba Ua"'t dans "Ien tra vail artistique. Ah t' il p eigna it des Heurs, des fru its L. on le p résentc:-c it 010r3 comme un h omme oc cmm~ i: ~ cut ,) ct pe ut-être même COn1m~ un ar'icte qui c: pr!l'mct beaucoun 1). Miftclbc;g cOi"prend !'o mi ~:jO :1 to"t autrement que les a deptes de cc l'a rt p ;.rr )) et de ct l'ott pJ,U , 1' ~Jrt li ? Son credo o1·t i:-t:que s'axp-ir. lc d'une ma niere pa rfaite dans l'un dos dessins les plu! réus is d..e ron oloum : un j)c intre a.His le plus: tro nquHtcment du monde, d ~une manière con f orta ble, noncho la n_ tP., fuman.t $0 p ipe dev~nt son cheva_ let , pa lette et p' in c ~ ou en moi", rega.r_ de ·loIn nègre lynche, penà u · sur un Of b rê. Mo;s c;c I1'C!:t pc ; :à Je nèg re qu'il GSt-' en 1 rq:n "de peindre. fi reprê .. ~c n te !"ur sa to ile un vase de fleurs et de~ . fr",Us ... V'oilri u" exenp!c · de I~ mâniôre dont en transforme en u' a l't pur ,; 10 réa lité O',', p our In ie"x. d ire, ccrt aines ré a lités q ue des artistes ne ",.cu!cnt pa s voi r. Mittelberg, lui,. les voit e~ le:; e l'{ p' r::nc a vec: son robuste tnlent, Il têas:t c cn~rn tout ce qui ré .. vo;~t::: ;'honnèt c homme. S~r l'clt:!ud,, de, adepte" dc " l'ar! P:,H Il à j'É-gofd de l'artide, parle en ... core un autte dE:!s-sln plein d'humour, r C;ïrés~ n t Qn { 10 statu\! de la Liberté f , c ndorméc cn .... polie'fe r OVQt;: à ses p ieds 10 gra nd Ci,a rl;e CHAPLIN. tlne

é .. ic d 'outr e s dess ins tr~s réussis

s'élève nt contre ;0 remise- sur pieds d 'un~ fort e armée fasci s~ e allem a nde, C",I)U~ couvert de " l'arr.,~:: cu,~ p éenne Il problème qui rus:itc en nous tC' nt d'inquiétudes., contre Ja li bération d es. crimine ls de g uerre, l' a rbitra ire policier, la guerre d'Ind.,c:hin~, les dé ... c ret5-loi s, et~ ... Il faut soul igner tout spe;c ial" mc nt Ics dessins contre le ra cisme et le fa s.cisme ct parmi ~ ux, ceux sur l'exécu .. tion des ROSENBERG. Le dern ier de ssin de l'album annonce, en même t emps q ue 1'a rmisticc! Con Cc rée, le l'enforcement de l'unioi'l des p~ up les e t , g rôce à c lle, la vÎc"tolre de la vie sur la mort Par ces dessins, Mittdbe'9 lutte ct aide à réal iser cette victoire. Son album est, t out autant qu'une oeuvre d' art, un a cte de lutte politique. L'i nt rcduction de Pierre COURTADE qui rert de p roJogue est à la fois u ne remarq uable apprécia t ion de J'oeuvro de Mitte lbcrg ef' une iIIurtra tion de la pe nsée profonde de son auteur. L'AMATEUR . TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteauf)ull, Paris 9c Té l. : TRU 00·87 FRAî'lCE el UNION FRANÇAIS!" L Il ail : :100 fralle" PAYS ETRANGERS Un an : 430 franc s TARIF SPECIAL l'OUI{ LA llELGIQ UE Comple cu. po,(.: 6070,QH Puri.

'nlll" li':; ,· hall gJ·ln/·!lI!I d :utressû

t'II\ oyer 2U frant's c l Iii d('rnit:-rtbande. I.e ";."",, : Ch. OYI':Z ,\TlEK.

"l.I.I'.N .. 11, rlle de Parad i"

-]' \B i~ (X") DROIT ET LIBERTE a RACISTES ET AIlS • DEUK PRISES DE POSITIOn • Edmond FLEG sera pas possible, à mon vif regret, d'assister à vos travaux. Création d'un ComitéJuifd'action ·confre le réarmement Allemand Une détlaration du poète Hnri Hertz AU RASSEMBLEMENT du 25 OClobre Au Grand Rassemblement contre les Accords de Bonn et le Traité de Paris qui s'est tenu le 25 octobre à la Porte de Versailles, parmi les personnalités présentes à la tribune on remarquait M. Henri Hertz, homme de lettres et journaliste. C'est le plein jeu de la concurrence accordé à ses usines regorgeantes, sous la direction de ses magnats absous, rentrés dans leurs biens; le plein emploi de ses généraux, grâciés par fournées, leur place déjà marquée au premier rang, dans les états-major intereuropéen::.. Je suis contre le réarmement de l'Allemagne, c,ar je considère celui· ci comme un grave danger. Le Rabbin Paul BAUER au Rassemblement du 25 octobre « Retenu par des engagements antérieurE', il ne me « •.. Je ne puis que m'associer à tout mouvement, quelle que soit sa tendance' politi'que, ayant pour objet d'oeuvrer pour la paix, de travailler au rapprochement des hommes ... » , L'EMOTION qui s'est emparée du peuple de France 1 devant l'éventualité imminente du r6armement allemand a été profondément ressentie par les rescapés des camps d'exter-, mination nazis. Déjà, ils avaient assisté avec angoisse et colère à la réapparition des groupements S.S., à la réhabilitation des criminels de gucrre ct à l'accession de nombreux nazis aux postes-clés du gouvernement d'Allemagne Occidentale. Les pressions faites sur le gouvernement et le parlement français pour la ratification des accords de Bonn et du Traité de Paris les ont amenés à réagir avec force. Ils ont entrepris la batailLe contre le réarmement allemand avec toule la force qU"ils ont puisée dans le souvenir de leurs propres souffrances et dans la fidélité à la mémoire de leurs compagnons as sassinés dans les chambres à gaz et Les fours crématoires. Mais la base de ce combat n'est pas restrictive~ Il appartient à chacun d'y prendre part car les dangers qu'implique le réarmcment allemand intéresse l'ensemble de la Communauté juive de France, le' peuple français tout entier. C'EST pourquoi l'Amicale des Andens Déportés Juifs de France a pl'is l'initiative de convoquer le lundi 5 octobre une conférence de loutes les organisations JUIves à laquclle étaient également conviées de nombreuses personnalités. Plusieurs dizaines d'organisalions et de sociéLés y élaient représenLées. Après avoir entendu J'avant-propos du Dr \VEISBERG, qui présidaiL, ct le rapport présenté pal' li!. Henri BULAWKO, secrétaire général dc J'A.A.D.J.F., la discussion s'engagea, à laquelle prirent par les représentants des Anciens Combattants, de l'U.J.R.E" du Hachomer-Hatzaïr cL des sociétés prt'&entcs ainsi quc 1\le .'\ndré BLU1\lEL. La conférencc décida ùe se transformer cn organisme permanent auquel plusieurs tâches ont été fixées : 1) Enyoi à tous les députés d'un mémoire circonstancié sur 1er; accords de Bonn eL le 'rrai-~ iC de Paris. 2) Mise en circulation de listes de pétilion contre la ratificaLion des accords de Bonn cl du Traité de Paris. l'~dh~sion. dé toutes les Çj}ganlsallOns ~'ùives d·e FranCe. unis pour faire face au nazisme. » Dao';; l'appel qu'il leur a nncé~ i', est dit notamment : Kul doute que cet appel s·era entendu, nul doute quc ses listes de pélition scront couvertes de milliers de signàtures, nul doute quc son meeling sera l'occasion d'une belle manifestation d'unai1imité contrc le danger le plus immin ent, menaçant la sécurité de la France et la paix. Nous publions ci-deSSOUS son intervention. LE a NOVEMBRE A PARIS « ... La Conférence réaffirme l'absolue nécessit~, pour les Juifs de Francc de s'unir - par delà leurs divergences d'opinion ~ pour faire face au dan-. gel' néo-nazi, comme ils se sont LONGTEMPS je n'ai pu me décider à m'occ'uper des affaires allemandes, à m'approcher de quoi que ce soit d'allemand. Ni en parler, ni en écrire. Je ne pouvais pas. Lorsqu'on a été de ces Français à qui les Allemands et leurs mercenaires ont imputé à crime ce qui tient à leur naissance. la qualité de Juifs, lorsque toute vic civique leur a été arrachée et qu'ils ont été les premiers et principaux otages de la France frappée dans ses principes humains les plus rayonnants et son plus grand honneur, comment ne pas avoir un haut le corps, à l'idée de reprendre contact avec les hommes, auteurs, complices ou compar~es' d'un tel attentat? J'avais peur de ne pouvoir maitriser mon dégoût. Et, si "je ne le maitrisais pas, j'avais peur de sembler placer un ressentiment juif, quelque légitime qu'il fût, au-dessus des grands débats, qui doivent être égalitaires, de la justice politique internationale. Vous me comprenez, n'est-ce pas? Mais aujourd'hui, une pareille retraite dûe à l'excès des deuils, à la persistance des outrages, n'est plus permise. Vous tous, compagnons, en cet pays en pays, l'esprit de liberté et de répUblique. Et maintenant, en France, à Paris, cet évènement, cette légalisation des Droits de l'Homme serait diminuée, serait neutralisée par l'autre évènement néfaste, qui se prépare, par la ratification d'un incroyable de ni de Justice !

Défi à la justice et, en même

temps, défi à la logique. Car enfin, comment? Comment la France qui se dit si rationnelle, si cartésienne, auraitelle jugé nécessaire - et pour une longue durée - d'infliger à l'Allemagne vaincue un traitement de tutelle comme rarement dans l'histoire moderne, on en 'vit ~.ptliqué à aucun peuple, si tout" à coup, après à peine 8 a n ~, ' elle se laissait imposer d'en . abandonner les effets; d'en arrêter les conséquences ? L'Allemagne est en train de redevenir forte et riche, d'autant plus vite que la surveillance où elle est encore l'affranchit des écrasantes charges d'argent et d'armée qui pèsent sur les autres. Et c'est cet inique privilège qui lui vaudrait flatteries et préséances, qui l'autoriserait à se croire indemne, qui la replacerait de plein' pied dans l'aména- , gement de l'Europe ! Voilà les promesses et les garanties que contiennent les accords de Bonn et le Traité de Paris. Voilà la justice. Je n'irai pas plus loin. Nous serions coupables d'en dire davantage pour le moment. Il faut chercher une' issue à l'effroyable impasse où l'on va nous étrangler, à la chambre forte, enchassée au centre de l'Europe, que serait la riche Allemagne en armes et dans laquelle elle entasserait à nouveau, les dépouilles et les tombeaux des souspeuples et des sous-hommes. C'est un terrible problème. Compagnons des luttes d'il y a dix ans qu'il nous faut reprendre, à cette heure, jurons qu'en l'état actuel, moral et matériel de l'Allemagne, qu'en l'état actuel des alliances ou des complaisances qui l'assistent, chaque citoyen doit réclamer, que les accords de Bonn et le Traité de Paris ne soient pas ratifiés. C'est le premier pas. Tout doit' être remis à pied d'oeuvre. L'Ellrope doit être remise à pied d'oeuvre. L'Allemagne doit être remise à pied d'oeuvre. Henri HERTZ. Conférence Nationale pour la soluiion pacifique du problème allemand L E 8 novembre se tiendra au Pala is d'Orsay, une grande conférence nationale sur le problème allemand. Dès sa publication, l'appel en faveur de cette conférence a recueilli de très nombreuses signatures émanant des personnalités les plus diverses parmi lesquelle. s Mmes Eugénie Cotton, Marguerite Jean - Richard Bloch, Yvonne Halbwachs-Basch ; MM. Marc Beigbeder, le sènateur Georges Bruguier, Maurice Castagne, Pasteur Maurice CavaHadamard de l'Institut, JeanMauri ce Hermann, Joseph Houri. VI. Jankélevitclz, professeur à la Sorbonne, Pierre Kahn, Henry de Korab, Henri Longeot, sec rétaire général du Mouvement de Libération du Peuple, Pierre Henri Lespinas, le Colonel Frédéric fI. Manhèsj J. P. Matlzieu, professeur à la Sorbonne, le pasteur Mathiot. Jean de Menthon, Gustave MOllod, le doyen Etienne Patte, le général Petit, C. Val, Louis de Vil/efosse, Hen- 1 i Walloll, les professeurs agrégés S. Blum, lacqu es-Fernand Cahen, Léon Levy, lier, André Denis, député, Jac-,---------------ques Ellul, professeur à la Faculté de Droit de Bordeaux, Edmond Fleg, Léon Lyon-Caen, président du M.R.A ,P., le Dr A. Gevaudan, premier .adjoint au maire de Sorgues, le Dr Ginsbourg, GeorgeS Gurvitch, professeur à la Sorbonne, Jacques Notre ami Albert LEVY, rédacteur en chef de « Droit et Libelfé », membre dll Bureau National du M.R.A.P., vienl de subir une intervention chirurgicale. Qu'il trouve ici, nos SOI/haits de prompl rétablissement. immense rassemblement, com-~--------------------------------------------------------------- Qu'attend le C. R. 1. F. prendriez-vous qu'une voix juive ne s'unit point aux vôtres et qu'au milieu d'autres raisons et d'autres attaches, communes avec vous, elle ne fit pas valoir ses raisons et ses attaches juives contre des accords et un Traité qui scelleraient le nunlieu, la relaxe de l'Allemagne, pour ses ambitions démentes et L ses meurtres monstrueux ? 'APANAGE des organismes aussi respectables que le Conseil Représentatif des juifs de France (C.R.l.F.) est de mesurer le tOI! et la forme de ses manifestations. C'est paraît-il, signe de sagesse. Nous posons la question: _ Qu'attend le C.R.l.F. ? Quelles 1 aisons ou quellcs pressIOns l'empêchent-elles de prendre position ? Henri BULA WKO. Secrétaire Général du Hachomer Hatzaïr Levons nous pour célébrer cet évènement, la consécration légale de ce haut contrat, développement, élargissement de ceux qui, à partir de la RévoluMais il est des circonstances tion française, prop1.gèrent, de où la sagesse est en opposition avec le silence et l'inaction. En ~-------------- l'occurence, face au projet de réarmement allemand qui est l'objet même de la Communauté Européenne de Défense. Au moment où de partout s'élève la condamnation de l'Armée européenne, le C.R.J.F. se doit d'user de son autorite mo- Une déclaration surprenqr,Je, "T 'ORGANE du Parti des Sio- des S.S. et acceptent de 8'tJuie~ nistes Généraux vient de nir les revanchards de Bonn rendre publique la réponse dans lelll s visées belliqueuses ? de son président à une l~ttre du Qu'ils sachent que c'est cela Président du. C;!? I.F;'. . ,~,_"~_v_lt~a_ll_t __ q,u'inzpligue leur reflls de con- La Communauté Européenne de Défense est pour Bonn le moyen de conquérir " L'Espace Vital" (Sllife de la page 1) mands pourront résider en France - de désigner les officiers 'généraux et même de disposer de certains pouvoirs de police, qui le laisseront pratiquement maître d'imposer aux différents membres de la communauté le régime politique de leur choix. En un mot, tout ce qui permet à un gouvernement d'affirmer sa souveraineté à l'extérieur et son autorité à l'intérieur serait placé sous le contrôle d'un Etat-major internationa où malgré les « pondérations » possibles, l:l. voix de ]' Allemagne sera la plus forte. Certes, les défenseurs du projet s'entêtent è affirmer que cette germanisation de l'Euro e Adenauer garantit le caractère pacifique et libéral. Les faits s'inscrivent en fluX contre de telles assurances que démentent les déclarations, les actes mêmes de ceux qu'on propose pour chefs à l'Europe de demain. Les collaborateurs du chancelier I L n'est plus contesté par personne que parmi les collaborateurs du chancelier se trouvent d'authentiques nazis : l'un d'entre eux, le Dr Hans Globkc, jusqu'à ces derniers temps chef du personnel à la chancellerie, vient d'être promu secrétaire d'Etat à l'Intérieur. Glooke ~vJ1it été cba' "J'irp qui prévoyait l'annexion du Nord et de l'Est de la France et du Luxembourg par le Reich. Le Dr Lehr, ancien ministre de l'Intérieur, avait été sous le régime nazi maire de DusseldO!'f et avait en cette qualité signé en 1933 les décrets d'inspiration raciste. Deux ministres au moins du nouveau gouvernement de Bonn seraient d'anciens nazis. Les propos tenus par les ministres allemands ne cachent rien de leurs desseins. En mars 1952, M. Walter Hallstein, secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères du gouvernement de Bonn, déclarait à Washington que le but final de la politique d'intégration européenne serait la créclaration dans un article intitulé « Jusqu'à l'Oural » et qui trace en des termes absolument clairs le programme de la nouvelle communauté européenne de défense. « Les étapes sur la route qui conduit à ce but sont tout naturellement l'intégratwn de l'Europe occidentale, le rétablissement de l'unité allemande dans la liberté, le regroupement de l'Europe libre et finalement la fusioJt avec -l'Europe de Z' Est libérée de la tyrannie bolcnevique. » Aucun dirigeant allemand actuel ne dissimUle que 1â commu-~ nauté Européenne de défense est le moyen pour l'Allemagne de Bonn de reconquérir les territes de pétition contre la ratification des accords de Bonn et du TraiLé de Paris. seve a con amna IOn e ren e p s SilS . - e, cs u pro- chanc~llc rie, vient d'être promu de son président à une lettre du QU'ils sachent que c'est cela jet s'entêtent è affirmer que secrétaire d'Etat à l'Intérieur. but final de la politique d'intégration européenne serait la création d'une Europe libre et unie jusqu'à « L'Oural» et le service ,de Presse du C.D.U. , parti d 'Adena uer , approuvait cette démée européenne, le CR.l.F. se doit d'user de son autorite morale pour exprimer clairement et sans détours, l'hostilité des juifs de France à la renaissance d'une Wehrmacht dont lcs crimes sont encore présents dans les mémoires. Président du C.R.I.F., invitant qu'implique leur refus de, con- cette germanisation de l'Europe Globke avait été chargé d'écrire chaque organisation affiliée à se damner le réarme,'!lCnt allemllnd. sera une germ..,nisation démo- sous le r égime nazi un commen- 3 ) Organisation d'un grand meeting contre ceU-e ratifi ca tion. La date retenue pour ce meeting est celle du lundi 16 novembre, il se tiend ra au Palais de la Mutualité. plononcer sur l'urgence d'un dé- H B cratique et chrétienne dont l'au- taire sur les IUlS raciales de Nubat po rtant sur le réarmement •• torité patriarcale du Chancelier r emberg ; collaboré à un plan allemand. r------------------------------------ La réponse est surprenante. -----------------------:- L-e bureau res treint, élu par la Conférence, a été cJlargé de la r éalisation dc ces décis ions. Le Comité Juif d'Action contre Je r éarmement allemand s'est mis au travail sans larder. Chaque jour il enregisLre de nouvelles adhésions. D'importantes personnalités juives et non-juives ont donné leur adhésion à son grand meeLing. Son action doit intéresser lous les antiracistes qui sont appelés à soutenir ses efforts. De même est-il en droit de comptet' sur Il y a quelques années, le CR. I.F. a adopté une résolution dans ce sens. Aujourd'hui, alors que le danger est plus imminent que jamais, il do 't réaffirmer sa position première et la fair e connaître à l'opinion parlementaire et à l'opinion publique. Son silence serait condamné par tous ceux qui se soulliennent des 120.000 Juifs de France assassinés 'Par les nazis, par les mêmes nazis qui reprennent la direction des affaires politiques et militaires de l'Allemagne de l'Ouest. NEGOCIONS •• (Suite de l'article du Pasteur Sçhyns) Th. BLANK, autre ministre l'hymne national de l'Allema gne d'ADENAUER, a précisé: « Si d'ADENAUER et de ses fanatiles 520.000 hommes de la future ques partisans ... armée allemande ne s!,ffisent RATIFIER les ACCORDS de pas pour tenir tête au~: Ht:sses, BONN et le TRAITE de PARIS, ils seraient du moills capables serait, pour notre Parlement, imde tous autres effet:; d:; C')TE poser au peuple de France le FRANÇAIS ... » renoncement à son autonomie Sans aucune raison, les Sionistes Généraux estiment qu'il n'y a pas lieu, en l'ocCl/rence, de convoquer le CR./.F. qui, selon eux, est très bien dans son état de somnolence actuelle. Il est difficile de croire que des hommes responsables parlant au nom d'Ill! parti juif, aient pu adopter une telle attitude. Le seul prétexte invoqué est que les communistes combattent les accords de Bonn et de Paris. Dieu merci, on n'ef! est plus là. Des patriotes de toutes tendances se sont prononcés. Des hommes comme le Grand-Rabbin BAUER ont pris position, tout comme defi députés sçcialistes, radicaux, M.R.P., UD.S.R. et gaullistes, et des personalités juives et non-juives de tous bords. En Israël même, l'opinion publique s'est émue et combat une entreprise qui serait un affront aux lIictimes du nazisme, tout autant qu'elle est un danger grave pour les survivants. Serail-ce possible que les militants Sionistes Généraux soient d' accord avec la réhabilitation ,,' 0)(. nationale et à son intégrité ter- Un obstacle

k ritoriale !

N OUS TOUS, qui avons iut.. Il faut réaliser l'union de tou- à la paix té et souffert pour assurer tes les bonnes volontés, dans le ... M. von Papen aura beau la Libération de notre Pa- respect absolu des opinions de faire il ne réussira pas à renvertrie, n'avons-nous pas le DROIT chacun, pour empêcher une tel'- ser les rôles : l'obstacle à la et le DEVOIR, ne serait-ce le déchéance de notre patrie ! paix du. monde, c'es, l'Allemaqu'au nom des milliers des nô- Nous pouvons, avec l'ensemble gne hitlérienne (LE TEMPS, tres qui sont tombés sous les des forces de paix qui g ra ndis- mai 1933). coups de la barbarie nazie, de sent dans le monde, exiger des L'Europe des Six - M. Ademettre tout en oeuvre pour faire solutions pacifiqu,es à tous les nauer a eu la fran chise de échec au,x prétentions revan- conflits en cours, par la voie de l'avouer au soir de sa victoirechardes de nos anciens bour- la négociation entre toutes les sera fondée sur la doctrine de la reaux ?.... puissances directement intéres- lib ération des peuples opprimés Réarmer l'Allemagne, c'est sées aux graves problèmes de par la dictature bolcheviste (sic), courir le risque de revoir, chez l'heure! et d'abord de l'Allemagne oriennous, ces divisions S. S. si tris- La volonté des peuples peut, tale. tement célèbres depuis ORA- par son · action pe rsévéra nte, Qui ne voit le formidable ris- DOUR-SUR-GLANE et autres barrer définitivement la route que de guerre impliqué par L1ne lieux sinistres où des popula- aux forces diaboliques de g uer- diplomatie de cette nature? tions entières ont été extermi- re! (LE MONDE, septembre 1953). nées avec la dernière cruauté ... -----------------------~-...:......------ Réarmer l' Allemagne, c'est s'exposer à reprendre le chemin des prisons et des camps d'extermination comme AUSCHWITZ, BUCHENWALD, MAUTHAUSEN, où trop de t'lOS enfants, de nos soeurs ou de nos frères sont restés dans les chambres à gaz ou les fours créma, Résolution du Congrès Juif MondiKia sur la libération des criminels de guerre toires ... Réarmer l'Allemagne, même dans le cadre d'une « Communauté Européenne de Défense » - qu'on veut actuellement proposer comme une garantie de « sécurité collective » - c'est placer la France sous la dépendance directe d'anciens généraux hitlériens qui attendent, non sans une certaine impatience, le moment où ils pourront, à nouveau, défiler dans nos villes ct nos villages en chant:lI1t le 4: Deutschland .Ubec AlIes ~ LE Cong rès juif Mondi a l, après avoir pr:s connai ssance des mesures en vue afin de libérer les criminels de guerre nazis, a publié un a ppel dont voici quelques extrai ts : Les membres français du Comité Exécutif Mondial et la Section Française du Congrès Juif Mondial, ont pris connaissance, avec une pro .. fonde inquiétude, de l'information émanant du Haut Commissariat de France en Allemagne relative à la création d'une Commission ces grâces franco-allemande, chargée d'examiner les dossiers des 80 criminels de guerre, actuellement détenus à la prison de Wittlich. U ne telle politique de clémence olors que les force. néo-no%ies repl'ennent lour activité avec une vigueur accrue, et que l'échec de la dénazification apparait définitif, ne peut qu'encourager ceux pour qui la défait'e d'Hitler n'a pas signifié la capitulation du nazisme. Les membres français du Comité Exécutif Mondial et la Section Fran· çaise du C.J.F. constatent avec une profonde Clmertume que certaines nations ayaht combattu le nazisme ont non seulement refusé, jusqu'à présent, de ratifier la Convention sur le Génoc~de, mois en ... core, par leur politique · de clémence envers les criminels de guerre, ont fa .. vorisé la consolidation des forces hostiles à la paix dans le monde; lancent un appel solennel aux puissances occupantes pour qu'elles renon ... cent à toutes ,ne,ure' de c1éh,enca à l'égard des criminels de guerre. LA VIE DU M. R. A. P. Léon LYON-CAEN Adversaire de toujours de messages de personnalités nouvelle réunion le mardi 17 novem- P '"d t d M R A P l'impérialisme allemand, MLouis avaient été lus. bre. reSl en u ...• Marin, avec une logique impla- Soulignons que loin de sc re- Il 0 été prévu également une soirée M Léon Lyon-Caen né le 9 cab hIe, mt if à nu Ites menac l es qfue poser sur ses lauriers la section ~~nc~:~tr:~r::I~~q~~e~-~:u~~c,m::;~rCharless~ octobre 1877, est l'un des cac en pour 1/0 re pays es u- du M.R.A.P. du 5" prévoit pour Toudic. Une personnalité du M.R.A.P. • plus éminents magistrats nes /es accords. la fin nOl'embre une noullelle prendra la parole avant la proiection français. Ses débuts dans la ma- li répondit aux diverses ques- conférence du général TUBENT du film : Les assassi ns sont parmi gistrature datent de 1904. Révo- tians posées par un auditoire « De l'an tisémitisme à Alger cn nous et de deux dessins animés. qué par le gouvernement de Vi- passionné. 1943 à l'antisémitisme à Paris ell 20" arrondissement chy en 1940, il fut réintégré à N t t d ' 1953 ». Le mardi 20 octobre, sur l'initiative la libe' ratl'on et devl'Jlt pre' sl'dent 10 a' mmfet n , un ra u lieurc a yant de la section locale, s'est tenue une de la chambre civile à la Cour sou el'e ce e ques IOn : « ontre 2° arrondissement réunion avec la participation de Chorde Cassation. Fait Commandeur qui sont diri gés les accords de les Hutman, membre du Bureau Na· de la Légion d'Honneur en 1946, Bonn et de Paris ? » M. Marin Le mardi 20 octobre, la section du tional. A la suite d'une discussion très M. Léon Lyon-Caen, atteint IJar ' précisa allec énergie : « Ce qui M.R.A.P. du 2' arrondi .. ement organi. suivie, il fut décidé d'organiser un t t· l ' t 1 C ~a i t une réunion contre les accords de d ' 1 'f" la Iiml'te d'a' ge, vl'ellt de prendre' es esste'n Ele, c e' s que a D om- Bonn ct le Traité de Paris, avec la dg ran mede tindg 8c ontre t ad raTt, I°cta t,on 1 d sa retraite. munau e uropeenne de éfen- pa rticipation de M' Claude.Fre' de' r,'c cs ace or s e onn euro, e e e t d, b 1 d' " t 1 Paris. Le Comité d'organisation s'as- Patrl'ote c'prouve' , le· prem','er s es a orc IfI gee con re a Lévy, de M. Maurice Montuclard et F surera la participation d'orateurs émiprésident honoraire de la Cour rance. » Albert Lévy, membre du Comité Na- nents de diverses formations politide Cassation, a perdu trois fils Il conclut en appelant le public tional du M.R.A.P. ques. pendant la guerre de 1939-45. à exercer une vigilan ce constan- Le succès de cette soirée se tradui· Cette réunion aura lieu le mardi 24 L'aîné, déporté par les AlIe- te sur ·ses élus. C'est dans ce sit non seulement par le nombre d'au- novembre, en so i r é~ , au cinéma mands, a été assassiné à Ausch- sens qu'une résolution fut adop- diteurs mois a"ssi par leur participa· Alhambra, bd de la Villette, elle sera . t . . . tion vivante à la discussion qui sui.. suivie de la projection du film c La Witz, le second, capitaine FF.!. . ee et constLiuees des déléga- vit l'exposé des orateurs. Marseilla ise '. trouva la mort au cours des com- tions à la Chambrc des Dépu- Il y fut déc idé la constitution de dé- D'outre part, dans chaque section du bats de la Libération dans le dé- tés et au Conseil de la Répu- légations auprès des parlementaires. M.R.A.P. de semblables conférences partement de l'Hérault, le plus blique. Auparavant, de nombreux L'active section du 2' envisage une se préparent. jeune, sous~ieutenant F.F . L~ pa-~-...:......--...:......--~----------~-----------~--------- rachuté en Saône-et-Loire, fut tué au combat. En acceptant la présidence du M.R.A.P. malgré son grand âge et les dures épreuves qu'il eut à subir du, fait de la guerre et des persécutions nazies, l'éminent magistrat français entend continutr à se consacrer à la défense de la justice qu'il a servi avec un dévouement exemplaire pendant un demi-siècle. Les amis et militants du M.R. A.P., tous les antiracistes, se fé-, liciteront de cet évènement. La haute autorité de M. Léon LyonCaen donnera à leur action lin nouvel élan dans le combat contre le racisme, l'antisémitisme et pour la pa ix. Se arrondissement La section du M.R.A.P. organisait le 20 octobre à la MutllOlité (Salle M) une conférence de M. Louis MARIN sur les accords de BONN et le tlaité de PAI?lS. Devant une salle archicomble, riche de persollilalités, le Dr GREIF, vice-pl ésidcnt de l'Amicale d'Auschwitz présidait, entouré de MM. Ra BER TPIMIENTA, journaliste parlementaire à la radio, EUe BLONCOURT, ancien député, ' CLA VEL, président du Conseil de la Paix du 5" arrondissement et Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. ,Votre ami, le joumaliste Roger MARIA, retollr d'un pélerinage dans les allciens camps de concentration de l'Allemagne de l'Ouest, présenta M. Louis MARIN, a/1l'il'/I mi/lis/n', d(;f1l1t(: dl' li/ellrllli"-ci-/\/o sellc dl/ran! 4G ans, Des milliers~~et des~ milliers OUS les vitraux du grand S hall du parc des exposi- '. tians de la porte de Versailles, ils étaient venus par dizaines de milliers au grand rassemblement contre les accords de Bonn et de Paris, les parisiens et parisiennes de toutes tendances, de toutes confessions ... Ce dima nche 25 octob re, illuminé du dernier soleil d'Automne, ch acull s 'é ta it d it qu' il falla it par sa présence, a ffirmer sa volonté de ne pas l' o: r ra tifier les accords monstrueux qui feraient de l'All ema gne réa rmée lin danger pou r la Fra nce, lin danger pour la pa ix du monde. Il y avait là, des gens de toutes conditions soci ales, des jeune. , des vieux, des familles entières a vec tes gosses bien sa gement assis, jetant des regards de tous côté,s tandis q ue les parents éco uta ient les orateurs qui se s uccéda ien t à la tribune. Mme Yves Farge, présida à ce m a g nif i que rassemblement. Après avoir évoqué la mémoire du g rand animateur du Mouvement de la Pa ix, qu'éta it Yves Fa r;;e, maîtri sa nt son émoti on, elle passa la parole à ceux qui \'i nrent en leurs noms, ou au nOI11 de leur parti (lU g roupeme nt, dire pou rqu oi il s étaie nt opposés a ux Acco rds d e Bonn, donc à l'Armée Europée nn e. Citons notamment parmi e ux : i\\M. Eal11manuel d' Ast ier, Geo rges Cogniot, le pasteu r Bosc, Mm.es Simone Si gnoret, Marie-Claude Colin (P.T.T.), etc. P:11ï11i Ics pe rsnn nl lités ily ilnt téIll oig né leur a cco rd pa r un mcss age, nous trouvons d 'autre part MM. Paul Boncour, Edouard Daladier, Michel Bokonowski (U.R.A.S .), joseph Dena is, Léo Hamon, Louis Marin, Edmond Michelet, jean Effel et le Docteur Bourguignon, Yves Montand, Pi erre Brasseur, jean Gabin, etc ... Mais Pa ris n'éta it pas la seule vilJe en France où se ten ai t un tel rassemblement. Il y en eut à Ma rse ille, à Grenoble, à Vers ailles, à Sa int-Eti enne a insi qu'à Lyon où M. Herri ot se fit représ en ter. Des délégatio ns devant se rendie au Parlement furent élues à J' i~s ue de tous ces rasse mblements, t ant à Pa ris qu 'en province. Elles iront dire à nos gouvern ants, le NON très puissant, qu i l'~ t 1:1 r(' ponse dll pCllpl(' de Fra nce a llx accords de I:\ olln et de P a ris, le moyen pour l'Allemagne de Bonn de reconquérir les territoires de l'Est , Pour la mémoire des S. S .... L'expansionnisme ne s'oriente pas seulement vers l'Est. C'est le Dr Seebohm, ancien et nouveau ministre des Transports, qui déclarait que « son coeur saignait quand il pensait à la cathédrale dé Strasbourg». Les sentiments de M. Adenauer ne sont pas très différents mais ils s'expriment en d'autres termes et un correspondant d'un journal du soir écrivait le . 26 juillet « qu' il -avait toujours été clair dans l 'esprit du chancelier qu'en contre partie de l'européisation de la Sarre, d'ailleurs aUJourd'hui tort ·compromise. la France devait, elle aussi, se livrer ci un geste au moins symboliqtw er. sacritaiant à l'européan,isction une partie du territoire de la Lorraine. » Les generaux qui :1,)lvent constituer les cadres de la nouvelle armée européenne dls:iimu· lent encor~ mo\n& leurs IJenS(E's et leur but. La, libératio'l des criminels d.e guerre et, la reco'1- quête des territoires de l'Est sont l'objet avoué de leurs ac· tivités. Dès février 1950, dans une lettre ouverte à Adenauer, Hasso von Manteuffel, ancien commandant de la division d.'élite « Gross Deutschland» et fondateur de l'Association d'anciens officiers « Bruderschaft », demandait la libération des « prétendus criminels de guerre » et la reconquête des territoires de ['Est: et le général Ramcke, condamné en France comme criminel de guerre, affirmait devant 5.000 parachutist es que les listes de criminels de guerre étaient des listes d'honneur. Dans un livre préfacé par le général Guderian, le général nazi H3.ul Hausser exalte la « mémoire sacrée des S.S. ». Un calendrier du soldait allemand 1954 préfacé par le maréchal von Manstein, jugé comme criminel de guerre, publie le portrait de l'amiral Raeder condamné à Nuremberg et recommande aux soldats la lecture d'ouvrages tels que « Les Wat ten S.S. ci l'assaut» et plusieurs biographies de Hitler. Ni les milieux politiques ni les milieux militaires ne dissimulent à leurs associés européens leur programme de reconquête. La Communauté europé- ' enne de défense, c'est-à-dire la constitution d'une armée occidentale pratiquement contrôlée par l'Allemagne, est pour eux le moyen le plus sûr de réaliser leur r êve qui n 'est autre que celui de Hitler. En présence de leurs déclarations aucun doute ne peut subsister. Sous les brumes confuses de 1'« europèisme» c'est l'enjeu de la guerre 1939-45. c'est la liberté de la France et le sort de la paix qui sont remis ('n r~ll s(, . Claude-Frédéric LEVY, 4 DROI. T ET LIBERTE 1 POO LAREBABItlTATIO DES MICHAfL cl RORRY CHASSfS de L1COU 4Ur EnlanuelBloch au directeur: « Je refuse votre interprétation d'e la loil)) L'opinion publique Q appris avec indignation la meture chassant les enfants Rosenberg de leur école. Nous inurons cf-dessous une lettre de protestation adressée au Directeur de l'établissement par Me Bloch, tuteur légal des deux orphelins. On sait aussi que, depuis lors, Michaël et Robby n'ont été acceptés dans aucune école de l'Etat de New-York. No! lecteurs fustigeront comme "ou 5 l'acharnement des bourreaux sur les enfants de leurs victimes. 12 octobre 1953. A Monsieur Clyde SLOCUM Inspecteur Principal des Ecoles de. TOM RIVER, NEW JERSEY. Cher Monsieur Slocum, Je vous écris au sujet de Michaël et Robert Rosenberg, suite à l'entretien que nous avons eu dans votre bureau, mardi dernier, 8 octobre 1953, concernant le statut scolaire de ces deux enfants, dont l'ainé a fréquenté votre école pendant plus d'un an et le plus jeune pendant une période plus courte. Seule une indisposition qui m'a obligé à garder le lit ces jours derniers, m'a empêché de vous adresser plus tôt cette lettre, où je vous avais promis de consigner par écrit nos points de vue respectifs peu de jours après notre rencontre. Mon entrevue avec vous a été occasionnée par l'intention que vous avez exprimée d'exclure imméjiatement les enfants Rosenberg de l'ecole publique de Toms River, intention que vous aviez fait connaître la veille à Mme Bernard Bach. Au cours de cette entrevue, en présence de M. Bach, vous avez déclari? que vous aviez décidé d'interdire l'école aux enfants Rosenberg parce que vous. estimiez qu'ils ne satisfaisaient pas aux conditions de résidence réquises dans le New Jersey. Vous avez déclaré agir en application d'une résolution du Bureau Scolaire de Toms River. Malgré ma demande, il ne vous a pas été poSSible de me fournir une copie de cette prétendue résolution ni même de m'en permettre la lecture. J'ai souligné que les enfants Rosenberg ne se trouvaient pas dans l'Etat de New Jersey ou dans la localité de Toms River à titre simplement provisoire, mais 'comme résidents permanents sous la responsabilité personnelle de M. et Mme Bernard Bach, demeurant dans votre ville, et ce depuis 14 mois. Ils y sont primitivement venus à la demande et avec le consentement de Julius et Ethel Rosenberg, leurs parents décédés, et j'ai moi-même dontérêt des enfants, d'autant plus que selon vos dires, vous n 'avez reçu aucune directive concernant leur exclusion, ni aucune plainte au sujet de leur présence à l'école. Je vous ai ensuite déclaré que. tuteur des enfants, j'agirai au mieux de leurs intérêts dont je suis responsable, et que je n'accepterai pas, sous quelque pression que ce soit, d'étre contraint à un acte aussi irrévocable que de les faire adopter par des tiers sans un examen sérieux de la nécessité d'un tel acte. Je vous ai dit ensuite que votre projet présentait, à mon avis, un caractère discriminatoire, que les enfants Rosenberg étaient ainsi visés parce qu'ils sont les fils de Julius et Ethel Rosenberg et que l'on voulait faire de ces innocents· orphelins les victimes des machinations politiques. J'ajoutai que je considérais comme une lâche besogne cette tentative de briser, à des fins politiques, les destinées de ces deux enfants qui s'efforcent de se remettre. sans se faire remarquer, des douloureuses épreuves qu'ils ont traversées pendant les trois dernières années. Puis, comme pour me réfuter, vous avez tiré de votre classeur, l'une des nombreuses photographies de presse, me représentant avec les 'deux enfants, à la sortie de la maison de la mort de Sing-Sing, après une visite rendue à leurs parents au début de 1953. Je vous ai déClaré que je vous croyais de mauvaise foi. Tout d'abord, il ne s'agissait pas. comme vous sembliez l'insinuer, de « publicité tapageuse ». Les enfants avaient fait une visite normale et souhaitable à leurs parents. La photo qui s'ensuivit était inévitable étant donné qu'un groupe de photographes barrait le vous avez rompu notre accord à l'amiable et fait des déclarations à la presse, sans considération aucune de l'effet qui pourrait s'en suivre pour deux enfants sensibles. et sans apporter la moindre indication sur ma propre position, ni attendre la présente lettre qu'il était convenu que je vous écrirai. Ma réaction initiale à votre projet se trouve renforcée après réflexion. Il s'agit d'une affaire trop sene use pour qu'elle soit réglée de la façon cavalière que vous envisagez. Il est nécessaire que vous réexaminiez et reconsidériez votre décision à la lumière des éléments d'information que je vous enverrai en temps voulu, après mûre réflexion au sujet de la controverse qui nous oppose. D'après les compte-rendus de presse, il ne m'est pas pOSSible de comprendre clairement qu~lles sont vos intentions préCises concernant les enfants eux-mêmes. Je vous suggère de ne rien faire contre eux pendant tout le temps raisonnablement nécessaire pour juger de la situation et agir ' en conséquence. Si votre projet est injuste, comme je le crois, l'effet d'une exclusion serait de porter inutilement atteinte au besoin de sécurité et de bien-être des deux enfants. Même si vous étiez dans votre droit, leur exclusion immédiate, avant que puissent être priS les arrange· ments qui s'imposent, constituerait un acte de pure cruauté que les hommes civilisés ne sauraient admettre. Il est impossible qu'un éducateur de·s petits enfants puisse délibérément provoquer les souffrances inutiles de deux enfants, quels qu'ils soient. J'attends votre réponse. Veuillez agréer ... Emanuel H. BLOCH. chemin entre les grilles de la r--------------prison et l'automobile qui attendait les enfants pour les ramener à la maison. Mais surtout, comme je l'ai souligné, les photographies n'ont évidemm~ nt aucun rapport avec la question de résidence que vous a e soulevée our mettre UNE PROTESTATION DU COMITE FRANÇAIS POUR LA REHABILITATION DES ROSENBERG 1 C'est avec stupeur et indignation que les français appre! ldront les brima~es d~- C!.1d~o n..n .. 100. u+...A-___ ......... __ 1 L'action des Comités locaux Une magnifique réunion à AVION A PRES le 20 jUirt, la municipalité d'AVION, unanime, avait décidé de donner le nom glorieux et à jamais vivant d'Ethel et Julius Rosenberg à un groupe de maisons de mineurs, l'ancienne cité Martin. Mais cela ne suffisait pas, la population voulait encore rendre un hommage solennel aux deux martyrs américains et comme le Préfet refusa de donner son accord pour le changement de nom voté pourtant à l'unanimité, les honnêtes gens de la ville se groupèrent en un Comité d'Organisation en vue de préparer une soirée commémorative en hommage aux ROSENBERG. Les adhésions les plUS diverses affluèrent à ce comité qui groupait toutes les tendances et toutes les opinions de la ville. C'est ainsi qu'auprès du Maire communiste, M. CAPRON, figurent M. DABROWSKI, du M.L. P., Mlle FAURE, protestante, Mme DESPRET, catholique. Outre des mineurs, des commerçants, des pharmaciens, des Directeurs d'école, des instituteurs, toutes les sages-femmes, les représentants des Syndicats et des organisations de la ville, participaient à ce Comité d'Organisation qui décida d'organiser la soirée commémorative le jeudi 8 octobre, dans la plus grande salle d'AVION, la salle du Foyer Laïque mise gracieusement à la disposition des organisateurs. Des affiches furent apposées sur les murs, des tracts contenant un appel à la populatio!'. aVionnaise, signé par tous ceux du Comité, furent largement distribués parmi la population essentiellement laborieuse. ~I OTRE ami. M' DYMENTI ~ STAIN, avocat à la Cour, du Comité Français pour la Réhabilitation des Rosenberg, Membre du Bureau National du M.R.A.P., fut invité à cette soirée émouvante. Tout d'abord, la Municipalité d'AVION tint à accueillir le représentant du Comité Français qui fut reçu à la Mairie. Le soir, des centaines de personnes avaient pris place dans la salle et un magnifique programme bouleversa jusqu'aux Lisez, larmes les femmes et les hommes du pays des mines. Les trois harmonies d'AVION prêtèrent leur concours. En tout, plus de 120 musiciens participèrent à cet hommage. Les instituteurs et les institutrices lurent les pages émouvantes et fières des lettres de la maison de la mort. Monsieur BI ARET et Monsieur DE CONINK lurent des textes de Zola et quelques lettres des époux Rosenberg. AprèS l'allocution de M' DYMENTSTAIN, l'infatigable animateur du Comité d'Organisation, M. DUFFROY, en quelques phroses simples et directes invita la nombreuse assistance à continuer la campagne d'éclair· cissement en vue d'entraîner la population entière à adhérer au comité d'Avion pour la réhabilitation des époux ROSENBERG, et pour ce faire il les invita à faire connaitre et à faire lire la magnifique brochure « Les Amants de la Liberté ». Dans le 1ge l E mardi 6 octobre, au Chalet Edouard, le Comité du 19' pour la Réhabilitation des époux Rosenberg, animé par notre section locale du M.R.A. P., a rendu un vibrant hommage aux parents des deux orphelins MICHAEL et ROBBY. Une très nombreuse assistance, parmi laquelle on remarqua la présence de Monsieur André TOURNE, député des Pyrénées débordait jusque dans les couloirs. Après la courte et brillante intervention du Président de la soirée, M' LENOBLE, avocat à la Cour, et la lecture de quelques unes des « lettres de la maison de la mort », Mesdames Marie - Louise JACQUIER - CACHIN et Renée MIRANDE, avocats à la Cour, firent avec une émotion communicative le procès du procès des Rosenberg. Puis le magnifique poème d'ETHEL: «Si nous mourrons» fut récité par Mlle STAMROD( écoutée dans le plus grand silence. Notre Secrétaire Général Char-· les P ALANT tira les conclusions de cette magnifique soi-, rée en conviant toute l'assistance à redoubler d'effort pour que la population du 19' toute entière participe à l'oeuvre généreuse de son Comité pour la Réhabilitation des deux démocrates américains. Malgré l'heure assez avancée, après la levée de la séance, de nombreuses personnes se pressèrent au pied de la tribune pour se voir dédic~cer par les orateurs la brochure éditée par le Comité Français : « Les Amants de la Liberté ». Dans.le se Le Comité du 5" impulsé notamment par Mme Langevin et Madame Koechlin a déployé une acitivité extraordinaire. Lettres adressées aux personalités, affiches failes à la main, penna! unces chez les commerçants pour recueillir les signatures, tout cela a préparé une première réunion qui le 29 juillet, en pleine période de vacances, réunissait plus de 100 personnes. Il y fut créé un Comité, très représentatif, de 30 membres. Le Comité du 5' a continué son actioll par /Ille l'ente des « Lettres de la maison de la mort », et une collecte pour: les enfants. Il envisage en outre, pour fin novembre, une grande manifestation à la Mutualité. Bagnolet Le Comité pOllr la Réhabilitation des Rosenberf{ et la section locale du M-R.AP. ont tenu une réllni~n. Après IlIl échange de vues el l/ne discussion les décisions suivantes ont été prises : a) Intervention auprès du Conseil municipal pour l'inauguration prochaine de la rue Ethel et JUlius Rosenberg; b) Organisation d'une sOiree commémorative av ec une diffusiol! massive de la brorhure « Les Amants de la Liberté ». 1 1/ faut arracher S obell d'Alcatraz 1 La Cour Suprême des US~. se prononce contre la révision de son procès LA Cour Suprême des U. S.A., 'a rejeté dernièrement la demande de. ré- VISIOn du procès de Morton Sobell. Ainsi, ce jeune père de famille, condamné avec les Rosenberg et innocent comme e.ux, se voit confirmer la peine de trente ans de travaux forcés qu'il purge actuellement à Alcatraz, « l'Ile du Diable » américaine. Bien qu'aucune preuve· n'ait jamais pu être portée contre lui, Sobell, séparé de sa femme et de ses enfants, vit, un cauchemar épouvantable. . Ne pouvant aller souvent lui rendre visite, car Alcatraz se trouve de l'autre côté des Etats-Unis, Helen Sobell, sa courageuse épouse, ne le vit que de rares fois depuis son arre·station. Les condamnés se trouvent à plusieurs mètres des visiteurs, et placés 'derrière un mur de vitre épais. S'ils aperçoivent leurs interlocutem's ils ne peuvent leur parler que par téléphone. Les sons ne traversant pas les vitres. Les Rosenberg sont morts, nous nous devons à leur réhabilitation et au soutien de leUl:s enfants. Cette même campagne exige de Suite de l'article nous, la révision de leur procès, par conséquent, du procès de Morton SobeU, l'enterré vif de 36 ans, condamné à la mort lente. dans Morton Sobell un bagne infâme, pour n'avoir pas accepté de mentir et de « coopérer » avec le gouvernement des U.S.A. En faisant des Comités de Réhabilitation des Comités toujours plus actifs, en perpétuant partout la mémoire des époux héroïques, en parlant à tous les honnêtes gens du courage de Morton SobelI" nul doute qu'une puiss aJlte campagne, n~ rende. à sa famille, ce ventable fIls du peuple américain. de Paul Villard Mais trois des juges de la Cour Suprême, quelques heures avant le moment fixé pour la mort, proclamaient que la sentence était illégale. L'un d'entre eux affirmait qu'on ne lui avait pas laissé le temps d'étudier les comptes-rendus officiels des débats ... Qu'elles sont magnifiques, les formes de la Justice! Qu'elles sont rassurantes pour .Ie Commis- voyageur américain, qui a besoin du crime d'Etat pour s'endormir tranquille après sa journée de travail, comme l'écrivait Monsieur Pitts. orphelins, auxquels ils doivent une immense tendresse. Le Comité Français pour la Réhabilitation des ROSENBERG s'efforce de coordonner les innombrables initiatives qui se sont développées spontanément dans tout le pays pour continuer la diffusion de la vérité et l'aS-· sistance aux enfants. Il faut aussi que de, hommes comme M" Emmanuel B _ les Américains qui se sont dressés avec un courage magnifique pour esayer d'empêcher le crime provoqué par la haine et par la (!eur ne se sentent pas seuls, venus à la demande et avec le consentement de Julius et Ethel Rosenberg, leurs parents décédés, et j'ai moi-même donné mon cpnsentement à ce qu'ils y demeurent aujourd'hui, étant leur tuteur légal, désigné par leurs parents décédés dans. leurs testaments respectifs. C'est alors que vous m'avez mis dans l'obligation de faire adopter, dans les 24 heures, les enfants Rosenberg par M. et Mme Bach, faute de quoi je porterais la responsabilité de leur exclusion immédiate de l'école, étant donné qu'aux yeux de la loi, seuls pouvaient fréquenter l'école les enfants dont les parents naturels ou adoptifs, demeurent dans la localité. J'ai réfuté votre interprétation de la loi. Je vo"us ai dit ensuite que Je considérais votre ultimatum comme déshonorant et prouvant votre total mépris de l'inles photographies n'ont évidemmont aucun rapport avec la question de résidence que vous avez soulevée pour mettre en cause la présence des enl'ai indiqué ensuite, l'introduction par vous de cette photographie dans le débat, r eflétait à l'évidence votre intention d'exclure les enfants à tout prix. Ce n'est qu'après avoir constaté mon inébranlable oppositIOn à votre projet d'expulser immédiatement les enfants, que vous avez, de mauvaise grâce, mais tout aussi arbitrairement, étendu à une semaine votre ultimatum de 24 heures, afin de permettre que soient examinées la légitimité et l'opportunité de votre décision. Puis. devant mon insistance, vous avez accepté pour le hien des enfants, de ne pas rendre publique notre controverse. Je constate, à la lecture des Journaux d'aujourr:l 'hui, que DES ROSENBERG C'est avec stupeur et indignation que les français apprendront les brimades décidées par les autorités américaines contre les orphelins des Rosenberg. Ces mesures arbitraires qui tendent à exclure les petits Michaël et Robby de l'école qu'ils fréquentent, 0Ù ils sont entourés de l'affection générale, témoignent d'une volonté acharnée de frapper les deux martyrs jusque dans la personne de leurs enfants. Il appartient à tous les défenseurs des Rosenberg de protéger leurs orphelins, hériHers de leur honneur. Le Comité français pour la Réhabilitation des Rosenberg appelle tous les gens de coeur à protester auprès des autorités américaines contre ces procédés et à redoubler d'efforts pour que soi t rendue justice à Ethel et à Julius Rosenberg. Les syntpathies antisentltes de Mac Carthy (2) Lisez, diffusez Les AMANTS de la LIBERTE La ùrocl1ul'c de 70 [lag,)5, illuslroe : 70 frs En vente au siège du Comité Français pour la Rèhabllitation des Rosenberg, 10, rue de Chateaudun, PARIS-ge - Tél. : TRU. 00-87 Oui finance la « Chasse aux sorcl.e" res » DANS le numéro d'octobre de f( Droit et Liberté :n, commens- oit la passionnante enquête de Charles A. ALLEN et Arthur J. DLUGOFF : Un auxiliaire de Mac Carthy l'Antisémitisme n. NOL:s ooursuivons la publication de I~urs éc~its, qui demontrent avec qui, comment et quand, le sénateur (( de 10 chasse aux sorcières n utilisa lion· tisémitismc et en fit un de ses chevaux de bataille. Une diatribe « inspirée n ••• Mac Carthy devait se compromettre peu après avec un autre spécimen répugnant de la faune antisémite : Joe KAMP, président de la Ligue d'Education Constitutionnelle, qui lui apporta ses conseils sur la question des « communistes du gouvernement ». A la fin de février 1950, U!'C ignoble brochu·re fut publiée par Kamp sous le ti tre « L'Aménque trahie ». Etrange coïnci :lence, Mac Carthy prononçait au Sénat, le 20 février 1950, une écoeurante diatribe visiblemc·lt insplree par l'antisémite .Ioe J\amp. En y regardant de plus près, il apparut que M3c Carthy avait utilisé, mot pour mot, ph-; des 4/ 5' de la brochure de Kamp (In Fact, 17 avril 1950). Peu après que la liaison de Mac Carthy avec Kamp eût été découverte, un des auteurs d,~ cet article interviewait Joe Kamp, le 5 avril 1950, dans son bureau; Madison Avenue, NewYork. Publiquement, reconnut Kamp, je ne dis rien sur la silT'ili/ude 9,11; existe l'r tr(' 1110/1 !il'/(' ('t I~ discours de Mac Carthy. El! fait, J. B. (J. B. Matthews, agent de Maliin Dies et de la presse Hearst, connu notoirement comme l'un des inspirateurs des racistes) nous a mis en relations et je permis à Mac Carthy de jeter lin coup d' oeil sur les éprellves avant l'impresslO/l. Mac Carthy fit plus que jeter un coup d'oeil. II répéta, en plein Sénat, les phrases mêmes de l'antisémite. Les rapports de Mac Carthy avec la totalité des milieux profascistes américains apparut avec évidence lorsqu'il participa comme « principal orateur» à un dîner d'hommage à j. B. Mat~ thews à l'Hôtel Waldorf-Astoria, le 13 février 1953 (New York Post, éditorial du 4 mars 1953). Selon un article paru dans le numéro de mars 1953 du mensuel Exposé, Mac Carthy fit l'éloge de Matthews, rénégat du· socialisme, qui fut jadis premier enquêteur de l'infâme Comité Dies « au même rang que Martin Dies dans la lutte contre le communisme ». Parmi les autres éminents « combattants de l'auticommunisme » qui applaudirent. Mac Carthy se trouvaient tout lin assortiment d'antisémites notoires

Joe Kamp, Merwin K. Hart,

Allen A. Zoll ct Frédérick Cartwright, connu pour son aide financière au fasciste britannique Sir Oswald Moseley. Il n'est pas sans intérêt de noter que parmi cette foule hétéroclite figuraient d~s informateurs de police, tels que Elizabeth Bentle)' (1), Harvey Matusow, Matt Cvetic ainsi que Roy COhn, lollabori- ltcur de Mi1~ Cilrthy dan la « chasse aux sorcières », et qu.'un éditorialiste britannique a qualifié de « chacal déchaîné » ... Sheaffer, financier des racistes Mac Carthy a reçu des antisémites plus qu'une assistance idéologique. Il lui ont aussi donné de l'argent. Le récent rapport de la sous-commission sénatoriale des élections, éclaire la fantastique histoire financière de Mac Carthy; entre autres réalisations du maître de la « chasse aux sorcières », signalons son inexplicable compte en banque de 172.000 dollars, après une période de 4 années où il a gagné 60.000 dollars comme sénateur. Parmi les dons qu'il a reçus pour son « fonds anticommuniste » figure un chèque de 1.000 dollars, envoyé par Craig R. Sheaffer, président de la Compagnie IY. A. Sheaffer Pen, nommé récemment Sous-Secrétaire d'Etat au Commerce dans le gouvernement Eisenhower. Mac Carthy a accepté l'offre d'une aide financière que lui faisait Sheaffer dans une lettre du 4 mai 1950. Sheaffer expliquait qu'il avait appris par la presse que Mac Carthy avait besoin d'argent. Craig Sheaffer a fait des versements substantiels à d'autres « combattants anticommunistes », en particulier Merwin K. Hart, dirigeant du « Conseil National Economique ». L'antisémitisme virulent de Hart était ~lppaTIJ c1airemen1 tians s(m BulIdin n° 183 du 15 janvier 1948 où il conseille à chaque Américain « d'avoir en sa possession un ou plusieurs révolvers, de veiller à ce qu'ils fonctionnent bie/l et de s'assurer que luimême et d'autres membres de sa famille savent s'en servir et '1u'ils possèdent une réserve suffisante de munitions» - ce qui était présenté par lui comme une « suggestion concrète » pour l'action contre « les hommes de gauche et les juifs ». La commission parlementaire spéciale d'enquête sur les influences qui s'exercent sur le Congrès, concluait dans son rapport final de 1950, que le « Conseil National Economique» de Hart « faisait appel à l'intolérance religieuse, le plus souvent sous la forme d'un antisémitisme mal camouflé ». Est-il surprenant de constater que l'un des soutiens financiers de Mac Carthy ait aussi versé de fortes sommes à l'antisémite Hart? Evidemment non ... Il est important de rappeler ·que non seulement Sheaffer a apporté son appui à Mac Carthy, à Close et à un excitateur au pogrome tel que Merwin K. Hart, mais aussi (et cela est sans doute plus étonnant encore) que Sheaffer occupe aujourd'hui un poste dirig-eant dal1s notre gouvernement. Mac Carthy est-il pour quelque chose dans la nomination de Sheaffer? Deux autres bâilleurs de fonds Le 17 avril 1950, l'hebdomadaire ln Fact révélait que les fonds pour la campagne de Mac Carthy contre la politique chiIloj::; e du département d'Etat, provenaient au· moins de deux sources : Alfred Kohlberg et William Goodwin, ancien membre du « front Chrétien » de New-Yrk, et fondateur du très fasciste « Parti Américain » en 1941, a toujours nié être antisémite. - Je pellse seulement qu'il y a trop de juifs à New-York, ditil un jour. En 1949, Goodwin manoeuvrait dans les couloirs du Congrès en faveur de Tchang Kai Chek. Selon III Fact, Mac Carthy était aidé également par « lIll certain nombre d'amis du Père Coughlin (2), d'isolationnistes et de groupes ayant des intérêts partiClliiers en Chine. Le principal d'entre eux est Robert Harriss, courtier en coton., qui s'occupa de spéculations ' du Père Coughlin. » Alfred Kolhberg, lui-même juif, est un importateu.r bien connu, qui s'est consacré avec une implacable obstination à la lutte en faveur de Tchang Kai Chek, dont Mac Carthy est l'élément le plus actif au Sénat américain. A la page 40 d'une enquête sénatoriale sur Joseph R. Mac Carthy citée plus haut. il est établi que I\:ohlberg envoya au sénateur du Wisconsin un chèque de 500 dollars et que ce dernier le lui retourna le 11 avril 1950 avec ce commcntairè : « cela pourrait être mal interprêté par les gens de gauche ». Cet aimable refus n'a, en aucune façon, affaibli l'a lliance Mac Carthy-Kohlberg. Le même rapport sénatorial établit « qu'il JI a eu lies con/aets entre le séna(eur Mac Cartlzy et Kohlberg, neuf fois au moins, d'avril à septembre 1952. » Ce n'est pas par hasard que dans cette même période, le journal ultra-réactionnaire The Freeman consacra tant de place à la défense de Mac Carthy. Ce journal doit le tiers de son existence financière à Alfred Kohlberg. Les fonds « anticommunistes » de Kohlberg sont allés, entre autres, à Joseph R. Mac Carthy et à Merwin K. Hart. Dès le 24 juin 1947, Kohlberg se découvrait de la sympathie pour Hart et passait commande de 1 100 exemplaires du Bulletin du « Conseil National Economique » de juill 1947. Quoique juif, cet homme d'affaires pensa que les vues de cet antisémite professionnel sur l'Extrême-Orient étaient « excellentes » et il n'hésita pas à collaborer étroitement avec lui. (1) Elisabeth Belldey lllt «témoiJl» ù charge au procès Ro s enher~. (2) Antisémite nlililunl (lui a lncllé au"- U.S.A. une (';!mpa~ne retenlis& a ntè. On a les amis que l'on mérite ... « Ri varol », consacrait dernièrement une page entière à Mac Carthy, le considérant évidemment comme l'un des sauveurs de l'Amérique, Cette page, monument de racisme et d'antisèmitisme fera l'objet d'un article dans le prochain numéro du «Droit /1t Libert. ». mis-voyageur amerlcain, qui a besoin du crime d'Etat pour s'endormir tranquille aprés sa journée de travail, comme l'écrivait Monsieur Pitts, MAIS le mauvais coup échouera, comme il a toujours échoué lorsqu'on a voulu supprimer la vérité en supprimant des hommes. Et dans tous les pays, les hommes et les femmes qui avaient uni leurs efforts pour arracher Ethel et Julius à la mort, continueront leur lutte pour faire triompher les principes pour lesquels ils sont morts. Et aussi pour donner la preuve matérielle de leur aide aux enfants les Americains sés avec un courage magnifique pour esayer d'empêcher le crime provoqué par la haine et par la peur, ne se sentent pas seuls, ne se sentent pas isolés dans la masse aveuglée par l'imbécillisme dont MAC CARTHY est let symbole le plus déshonorant. Ethel ROS.ENBERG a écrit dans sa dernière lettre : {( Je ne suis pas très douée pour écrire des adieux... Nous allons faire face aux bourreaux avec calme, et la pensée de l'avenir » ... La lutte d'Ethel ROSENBERG continue, la lutte de Julius ROSENBERG continue .. , Notre lutte continue. Leur dernier entretien - T~s yeux le résumé des fleuves Ta bouche le germe des fruits . Comment pouvoir Ethel les livrer à la nUit~ ? _ Je n'aurai pas beaucoup de temps. pour etre veuve _ Notre coeur fit fleurir une prison de givre C'est un Noël Ethel que l'amour me saisit _ De printemps nous mourrons ivres Quatorze ans d'amour quel défi.. . _ Nous n'aurons pas connu le fructueux automne Sur notre amour E'the.J il ne neigera pas _ Nous avons engrangé la moisson et les pommes Et l'an de notre amour à juin s'arrêtera. - Je songe à célui-là qui s'appelait Julius Comme moi son Ethel avait poUl' nom Gusta _ Le bourreau double-face est unique Janus Le fascisme nous tue comme il l'assassina. _ Souviens-toi nous lisions Ecrit sous la P?te~lce Son dernier chant d'amour jusqu'à nous arnValt _ Notre cri est debout si Fucik nous devance Nous confions' notre nom aux lèvres des pavés _ Serre-moi dans tes bras hélas. imaginaü',es . puisque deux murs de fer sU~p'rm~ent ton etrelJ1t~ _ Mon Julius nous pesons de)a bien peu sur terre Comment puis-je embrasser une ombre et une plainte? Ah de quel crime 'Ethel ce·s mur~ s~ront témoins} Sing-Sing dont le nom sonne a~nsi gla~ en Coree Va me faire périr et non pas t'aimer mOlJ1S Précieuse et noble femme à jamais adorée,.. . _ .. _ Mon1coeur' po"ur "toi éclate ~;; je ne ;'UiS t'atteindre! Michaël eut tes: yeux quand il était bébé ... Mais il nous faut marcher au bûcher sans nous [plaindre Innocents et glorieux comme les Macchabées. • 'l,; ~ 4'. q :,..;... l . 1 ! 1 ~. ~ Quel l est ce bruit Déjà Voici que vient cet homme Entends-tu rire les pendus de Nuremberg ? _ Mon époux mon amant que l'Histoire s'étonne Et redise à jamais le nom des Rosenberg - Ne tremblons pas Julius demain il fera jour Nous ne le verrons plus on le verra pour nous - L'espace se resserre autour de nos genoux Nous ne nous verrons plus Adieu mOlli cher amour.

1' l·'r~

(Cc poème est extrait d'un recueil de François~ d'Eaubonne vient de paraître aux Editions Pierre Seghers, sous le titré : « Les Amants dt Sing-Sing »). Edmond TAMIZ ei Marie MERGEY l'c!Ilt dit al'ec beaucoup (j'émotion au GaIa dll M. R. A. P. , a , Le 26 mars 1952, la 11" Chambre de la Ceur d'Appel de Paris rendait un arrêt relaxant "des p m'suites l'auteur d'un arl icle anl isémite, ROOS ... en con:,;' dérant eomme valables le::; précautions de st~'le par lesquellt's ROOS. ~'effCl'çait de justifier un antisémitisme {,à la française,) prétendûment opposé à « l'ignoble persécution allemande et raciste ». Cet arrêt a provoqué l'indignaiion et la protestation de ious les Français honnêtes qui l'ont. eu entre leS! mains. Droit et Liberté publiait dan~ son dernier numéro les déclarations de diverses personnalités : De nouvelles déclarations nous' sont parvenues que nous publions ci-dessous : Jacques FONlUPT .. ESPERABER, député: «J'ai lu avec indignation l'arrêl . de la Cour d'Appel» Et c'est parce que tout ce passé n'est pas pour mOI aboli, que j'ai lu avec douleur et même avec indignation le texte de l'arrêt du 26 mars 1962 que vous m'avez communiqué. " ne me paraît pas défendable, ni du point de vue moral ni du point de vue juridique, et ce n'est certes pas POlI' des décisions judiciaires de cette nature que l'on mettra f in aux propagandes do haine qui ont si cruellement déchiré le Pays. n i L ORS('~UE le~ troupes hitlériennts occupaient notl e sol, que les traîtres et les collabos se vendaient corps et âl~lCs aux S.S. et à la Gestapo, des journaux qui osaient se prétendre français appelaient aux exactions contre les juifs et les vouaient à une mort effroyab le. Tout le monde se som·ient en· core du rôle infàme tenu par «le Pilori » de trop sinistre mémoire. Pourtant, depuis quelques 3nnées. des publications dont le nombre \·a croiss3l1t, semblent hriguer la place ct les lauriers boueux de ce journaL C'e,st un fait que la campagne antisémite orchestrée par « Aspect;; de la France », «Rivarol », « Prométhée », « France Réelle »1 z Défense cie l'Occident »,

Fidélité », « La Sentinelle »,

etc ... gagne en \'irulcnce au fur ct il mesure que sont grâciés ou amnistiés le~ vichystcs. POl:r Ile point encourir les pei nes édictées par la loi de 1881, le:, réd:cteurs racistes prennent soin, cc n'est qu'un suhterfuge, Ide marquer l'opposi tion de leurs conceptions avec ce qu'ils appellent eUJ.-mêmcs '"' l'ignoble plrsécutiol1 allemande eT raciste ». L'antisémitisme cl 'Etat M"'IS depuis que le monde attére o découvert les terribles charniers, les comps ct les fours, les ~tock.) d~ dentiers, de tresses, les Vous connaissez depuis longtemps mon sentiment : le racisme, sous toutes ses formes, et notamment ~ous la forme de l'antisém itisme m'apparaît comme une des manifestations les plu~ basses et les plus hllmiliantes de 1", bêtise humaine. Tout homme de bon sens doit s'en défendre comme d'une tare, tout rtpubllcain le repousser comme une atte;nte aux principes les plus élémentaires do la démocratie, tout chrétien véritable s'en indigner comme de la négation même de la fraternité de tous les hommes qui est la ba ~ e même de sa foi. André DENIS, député " ••• Avanl que la honle ne nous a Ilei gne " . TOUT recommence comme avant la Libération et avant guerre. Je suis scandalisé de voir que la grande leçon donnée par les barba res hitolérable aux yeux de ceux qui croient en la fraternité des hommes. Chrétien. jl' ne puis oublier l'origine de celui dans lequel s'incarne ma foi. On ne fait oas au racisme et à l'antisémitisme leur part. C'est elnsi que dès les premières mesures contre les juifs, promul~ guées par le Gouvernement de Vichy, sous la pression d'HIUer, mesures qui pouvaient paraître relath·ement. modérées, tout était perdu : de lâcheté en lâcheté, Vichy devait descendre Jusqu'au degré d'abjection qlle nous avons connu. On me répondra, Je le sais bien, que l'on n'a pas été Jusqu'aux fours crématoires. Mais Il me suffit d'avoi!' visité, pour les aider et tenter de les sauver, les malheureux Juifs internés dans les camps de concentration établis sur le territoire français pendant l'occupation pour que je garde aujourd'hui encore un Eentiment de tristesse - et aus~ i de honte pour mon pays gouverné par des hommes qui avaient perdu le sons de l'honneur. tlériens n'ait pas fait disparaî- , ______________ _ tre toute trace d'antisémitlsme. 1 Justin " «Notre » comportement au M~roe prouve que cert!lins se ' sont au contraire mis à l'école des barbares. Il est grand temps de dénoncer ce retour avant que la honte ne nous atteigne. La modération. l'hypocrisie des termes ne suffisent pas à masquer l'appel à la violence que suscite à nouveau la presse antisémite. Aucune discrimination raciale, même purement vprbale, - n'cst GODART, anCIen ministre: Une lormule criminelle " INSI une haute jur·dlction, s'I nliur 0 D-oint comme e.IIA laJ « Défense de la Paix ) La revue qui fait le tour du mOI/de Sommaire du N° 30 - Novembre 1953 Edlt(}rial ; Emmanuel d' AST 1 ER, Président dl' Mouvement de la Po ix. Eh,do fur la C.E.D. ct la C;'mmunau:è Politiq .. e ; M" Morc JACQUIER, Avocal 0 la Cour du Barreau de Paris. Le peuple américain eratre 10 guerre ct la paix (suite). Les homme. devant la bombe A et le bombe H ; Prof. Léopo!d INFELD, de l'Université de Varsovie. Monlito Yunai ou l'United Fruit C l : G. D. NIBAUT. C!lC :"C: vuc ~ en Iran. de notre corres-I p'cr.d'Ont particulier à T éhéran : Ahmed RASSOULI. La Dolitique d'armement et le niveau dû ,ie fral,cai •. HINCKER. la nés~tiaticm internationale : REVI-I SOR. l'autc.mcbile à .ravers le monde : M. DFlOIT ET LIBERTE 6 " IJustiGC ct dl~triminatl68 raciale au tamtroun abats-jeuis à p~ou hUMaine, les SO~ vonneacs « pU" juif » y-c-t-i l un seul homme, aussi furieusement antisémite soit-il, qui oserait en excuser vU justifier les o::tes de cannibalisme commis par les nazis? Lo désapprobation universelle cst telle, l'horreur éprouvée rétrospectivem~ nt au simple énoncé de ces crimes effroyables est telle qu'clics obligent les antisémites à faire chorus avec le monde afin de mieux gruger les ncïfs, Ce n'est pas d'aujourd'hui que les antisémites prétendent opposer leur antisémitisme avec celui des nazis. Cette tentative de justification constitue presque l'essentiel de la défense de Cheries Maurros et Xavier Vallot lors de leurs prccès. En décembre 1947 Xavier Vallot disait en effet, s'adressant à ses juges : «( J'ai voulu sim,; mpl"ment prouver _ JE VOUS SUP· libertés de l'homme et c! '.J citoyên con ocrés par la Décloratia ~ des droits de 1789 et le. principes ( ,ndamentaux reconnus par les lois cl ' 10 République. )) Fout-il rappeler que ces principes fondamentaux s'énoncer ~ par ces trois mots: Liberté, Egolité, Fraternité. L'ontisémitisme, le r ('cisme s'oppose" t totalement à ces principes qui ont fait, qui font et 't:.lÏ feront la grandeur de la Fronce. Il ne peut donc y ove ., nous le disons et nous le répétero 1$ sans cesse, d'anti sémi tisme 0 la française. Ce qui existe c'est la haine fielleuse, antisémite, d'une classe sociale en pleine décadence, bannie et rejetée par le peuple fronçais, d'une poignée de gens férocement réactionnaires, nostalgiques d'un passé lo intain où n'existait ni la liberté, ni l'éga lité, ni la f raternité. D'un possé où tous ceux qUI n'étaient DO') chrétiens, voire même catholiques, n'avaient nul d~oit SI cc n'est cclui d'être à la merci du seigneur ou du roi -- où le commun des gens étaient des serfs ou des roturiers. _ d'un passé où l'obscurantisme faisait enfermer la raison, troquait Copernic, bastonait Voltaire, emprisonnait Diderot. Nos antisémites se réfèrent à cet obscurantisme pour prétendre qu' i 1 existe un c:. antisémitisme à la française », ils oublient que pari out l'obscurantisme fut le même et qu'ainsi s'évanouit la particularité c: française. comme de même l'amère expérience récente des années noires nous prouve que toujours l'antisém itisme aboutit aux crimes les plus odieux et à Jo haine raciale la plus objec1e, A. DYMENSTAJN. PLIE .n REVnUR A CE QUI ETAIl·l----------------------'-----------DANS MA PENSEE _ (souligné par nour), que, dans cet antijudoïsmo d'Etat Gue j'oppose à l'antisémitisme de peau, pas:;ionncl et facial, dons les textes lég'slatih dont je suis devant voy! p~ur prendre ot payer la rospon: .. ~ a~ili té, je ne mo ~uis pas inspiré dn~ dcctrines des pays totalitaires, ni dt·,) doc!r:ne!.: iocialE's. ,. IL vou lait ainsi foire croire Que ce qUI était dans sa pensée était t(~· talcm8nt différent de ce qui est r6· sul té. Mourras, dons « Aspects de la Fronce ., revient à de nombreuses reprises sur cette pseudo différence, c'est ainSI qu'il écrivait le 18-4-52 : « mieux vOllt doner un ben (sic) statut national aux juifs que de les exposer à des pcgrome~ sauvages, et c'est ce que le Maréchal c!isayo de faire l), Le 30·5-52 il disait: « Laissant au Boche primitif l'antisémitisme de peau, Il sen:! promulgué un antisémitiSime d'Etat Qui rendra aux étrangers.,. leur état tlvil n:3turcl )J. Et c'est à C0t homme, dont toute la vic ne fLlt que vociférations haineuses contre les juifs, que le général Weygand rendit hommage 0 l'Acodémie Fra"çaise le 29 octobre ! QllC nous sommee; :oin du texte et de l'esprit du premier alinéa d~ la Constitution française. c( Au lendemoin do la victoiro rempertée par IC5 peu .. pies: libres !:ur le3 r~gimc!i- qui ont tent'é d'o!:servir et de dég!"ader 10 per~ C'nno hurnall1e, le peuple fran~a!!i proclatne à nouveau qlle tout être humai", sans distinction de racc, do re .. ligio" l1i de croyance, possède des droits inaliénables et sacré,. Il réaf· (;rmc !iolcnnollement le~ droits ct les Un de ta Le:; lJcr: .. '.)llnc~ intéressée .. I)al' la l'on .. ti· lutioll d'nne ASSOCIATION des COM· BATT-\.'iTS. ANCIE ·S COMllATT. el FAj\lILLES de COMBATTANTS AN. TIBOLCHEVI(ll"E5 '011' priée. ,le sa· cln'ss~r ,r,,,~,·!,,·,· ù PIERRE CLE. ME\Tl. [Joile ",,"al.· ;~5 ·02 , PARI" (R.~;·,·;t(' }1';lIt'ip'dr). JI . N:lil difficile de Iroul'er encu c·/'·,IIII lIn adversaire aussi "lUi/if ,; q/le moi dll jllltaïsmL intL'rna {(l;Z. 1 d Le n;J .. · q::; ~c glorifie :ii mo- , ' ~- Ulilisation des compétences BUUGENOT André tllt directeur du journal L'Epoque, avant I/U'UI/ déficit de plus dl' 70 millions de francs ne [' o/JIiguÎt à termer boutique. L'Epoque se distinguait par scs campagnes antisémites virulentes e! par le racisme de taules ses colonnes. Bougcnot André, publia notamment duns son journal, les 22, 23, 24, 25 ef 26 oelobre 1947, une sér il' d'articles sous le titre « La médecine est envahie par les métèques ». Dans ('es art/c1I's, les I/lédecins d'o rigi/11' élrangère exuçant en France étaient représentés comnU! « colonisant la France » el ln transformant en « Morticolie ». comme se lh'rant d'une mGllièl e systématiqut' à la pratique de l'avorlement, à l'escro( tuerie dans les accidents du Iravail et dans la Sécurité Sociale, au trafic des faux certificats, comme ayanl en outre le goat dll né/{oce, du gain et de la publicité et comme n'hésitant pas le cas échéant à usurper les titres 171('dicaux ou à se les faire atlribUl'r par la complaisance 011 la COi ruptioll. « Légion» C'est de cc dernier exploit, précisément, que Pierre Clementi fi la nostalgie. 1 Condamné à mort en 1949, 1 rentré en France il y a quelque:; mois, p3r 1a gràce du gouvernemcnt Mayer-Bolltemy, il utilise

JI! mieux la liberté qui lui t'st

accordée cn reconstituant lIne organiséltion de tucurs. Comll1~ l'incl ique la petite anl10noe ci-des:us, parue récemIllent dans Ril'arol ... sans gue le Bien enlendll, ccs arlicles visaient tout parfiClllièrement les médecins juifs. L'émotion soulel'ée par cette infâme campagne de diffamation et de dénigrement fut COllsidérable. Condamné en première instan~ ce, André Bougenot fit appel. La 11 ' Chambre de la Cour d'Appel de Paris, par llll arrêt en date du 9 avril 1951, crut bon de faire /lIl distinguo qui n'exl.~te pas dalls les tI'Tmes de la loi et relaxa le directeur de L'Epoque. Sur le pourvoi formé par le Plocmeur Génél al près la Cour d'Appel de Paris, la Chambre Crimin elle de la Cour de Cassation par un arrêt très motivé ell date du 26 juin 1952 cassat l'arrêt de relaxe de la Il ' Chambre de la Cour, estimant que les imputations diffamatoi:·es du jou rliai de Bougel/ot André contre les medecins juifs exci!(lienf à la haine et tombaient par conséquent sous le coup de l'art. 32, alinéa 2, de la loi du 29 jui'llet 1881 modifiée. BOll~!:not André lut donc renvoyé devallt lu Cour d'Appel ct' Amiens. Nous iglloroll,l' si la COllr d'Appel d'Amiens a été amenée à se prol/ol/I'cr. Nul doule que BOllgenot AI/ciré bénéficiera rie l'amnistie de dl oit comr/lUn fi! évue à l'arti'CIc 28 de la trop tamel.se loi d'amnistie dl's collaboraleurs. Si nous if!.norolls Ijuelle peillP 1 a pli frappa l'ar/cicll directeur raciste et anlisemill' de {('Il L'Epoque IlViiS sm'ons par (,OilIr(' cC' ({/l'il est dCl'ellll. MM. LAN/El, et l?AYNAUU ('il oill fall lell' sOl!s-secrét[lir(' L'Africain à toujours un pied dehors et l'autre en prison quinze heures de vol de Paris, Douala vous accueille avec ses cocotiers, sa chaleur d'étuve et ses haillons. Parti au Cameroun en ma qualité d'avocat, je ne devais pas tarder à vérifier dans les faits la boutade selo~ laquelle l'africain à un pied dehors et l'a~tre dans la prIA son. Ancienne colonie allemande, séparée artificiellement en deux zones à l'issue de la première guerre mondiale, le Cameroun jouit aujourd'hui du statut des « territoires sous tutelle ». Sous le contrôle de l'Organisation des Nations unies, les puissances administrantes, France et Grande- Bretagne, ont priS l'engagement d'administrer le territoire de manière à réaliser les fins essentielles de la Charte des Nations Unies, notamment assurer le développement d'institutions politiques libres, l'égalité de traitement, le respect des libertés publiques, protéger les droits des indigènes à la propriét(: foncière. Exercices d'assouplissement .•. Autant ces perspectives sont séduisantes, autant la réalité en prend à peu près exactement le contre-pied. Il ne saurait être question dans le cadre de cet article que d'une esquisse de la situation créée sur le plan judiciaire dans le Cameroun sous administration française par la répression qui s'abat sur chaque Camerounais à des degréS divers, soit parce qu'il lutte courageusement pour le respect des principes proclamés et la dignité de son peuple. soit tout simplement parce qU'il se trouve de mille et une façons en contradiction d'intérêts avec le colon qui exploite son travail et vole ses richesses, ou une administration plus soucieuse de perpétuer cette domination que de faire face aux engagements pris. La répression s'abat en premier lieu sur les militants du mouvement national et anticolonialiste, l'Union des populations du Cameroun. Dès mon arrivée à Doua la, j'eus l'occasion de m'entretenir avec un magistrat du Parquet qui. sans la moindre gêne, me fit comprendre que les règles de droit recevaient ici des assouplissements adaptés, selon son expression. aux nécessités d'une « politique de présence ». En clair cela veut dire que les libertés publiques n 'existent pas pour ies adversaires du colonialisme. Si le mouvement a une existe.lloe gal COll. t mis e cation. A Foumban, Ruben Um Nyobe fut victime d'une tentative d'assassinat au cours d'incidents mettant gravement en cause la responsabilitlé de certains administrateurs. Chaque fois, ceux qui ont commis les illégalités restent impunis tandis que leurs victimes sont poursuivies et lourdement condamnées. La priSon raciste La discrimination raciale est flagrante; si un africain porte plainte contre un colon ou un notable administratif, il a bien peu de chances de provoquer l'ouverture d'une information; s'il se constitue partie-civile, on lui impose une consignation la plupart du temps hors de proportion avec ses moyens et l'af~ faire n'a pas de suite. Si par extraordinaire, l'affaire vient jusqu'à l'audience, elle aboutit presque sûrement à un acquittement et le plaignant est poursuivi pour dénonciation calomnieuse. Dénoncer une exaction est considéré comme un outrage et vaut au protestataire une condamnation. Le déroulement d'un procès ne manque pas de surprendre : le tutoiement de l'inculpé est de rigueur. le sursis rarement accordé et la détention préventive. souvent fort longue, la règle. La discrimination raciale se retrouve dans le régime pénitenciaire. A cet égard l'exemple de la prison de Yaoundé, siège de la Cour d'Appel est typique. Envi- 1 l'on 700 détenus noirs y vivent, entassés. couchant sur une planche, d~.ns une odeur permanente d'excréments. Ils sont nourris avec un budget de trente fr.ancs par Jour et par tête. Quatre détenus européens vivent dans des ccllules indivIduelles et consomment la nourriture qu'on fait spécialement venir d'un restaurant voisin pour 1.200 francs par jour. Non seulement les dé· tenus européens utilisent les prisonniers noirs comme «boys». mais il leur arrive de donner des ordres aux gardiens, noirs eux aussi. En vérité, fOl'Cp est de consj,qter que si le régime de l'indtgénat travail orcé st br.: AINSI, une haute juridiction, III Cour d'Ailpel de ::aris, dans un arrêt qu'on e.st obligé de lire et de relire dans le Dalloz pour le croire authentique, proclame que convier, dans un journal, les Français « à une saine méfiance envers les juifs n, et préconiser « un antisé~it ;sm e il la française, un antisémitisme mesuré et raisonnable avec des lo is justes et nécessaires n n'est pas une excitation à la haine! La Cour n'y reconnaît pas l'appel « à un sentiment passionné-- tel que la haine n, Elle admèt qu'on puisse préconiser l'antisémitisme s'It est bénin; elle ne s'Insuroo Doint comme elle le 1 devrait, à la française, contre « un éntisémit:sme à la frança,se n, contre l'insulte à la nation, à la justice, qu'est cette criminelle formule « antisémitisme à la française n , Il est 'irai qu'elle accepte qu'il résu'lte de « lois pénales justes et nécessaires » ! Que voilà un beau . programme mettant les spoliateurs de bIens juifs de demain, les spé- ' «u lateurs qui s'enrichissent du racisme, les profiteurs de toute atteinte aux droits de l'homme, à l'abr.i d'une jurisprudence qui ' mérite, elle au moins, « une saine miiflance n, SPO T (Suite de la pa,[!,1! 1.) Bien sûr, en France, le sentiment qui' pousse les « techniciens ), il se désintéresser des athlètes d'outrc-mer n'est-il pas très clair dans lu:r esprit. Mais par contre, les colons estiment que la mise en valeur de ce \'é- , ritable réserl'oir athlétique constitué P,lI' « les pays qu'ils exploitt'nt » n'est pas sOilhaitable, parce que le mythe de la supéri ol ité de « I~ur race », en prend un gr:tnd coup vis il vis des indigènes 1 Et l'un de l1le~ ami~, journaliste et ancien grand champion, qui avait osé déclarer que le salll'ctage de l'ath létisme Français ne pourrait venir que d'Afi ique du Nord, a reçu de nombreuses lettres d'insultes envoyée::; par des Français de là-has ' La nostalgie des « temps heureux » Bicn entendu, c'est encore en All1érique qne se manifestent le plus clairement ces sentiments de hail:(; tt de mépris pour les homme:i de couleur, dont l'intelligenc2 et le~ très grands dons athlétiqul!s mettent en fureur les racistes plus ou moin:i convaincus (p;Jr ~itupiditl' Ol! par intérêt) de la supériorité de toute la race blanche, en général, et du « granct ary::n blond» en particùl ier. Les An'éricains du Sudl gardent la nostalgie des « temps"~ heureux » de l'esclavage et sen-. tent j;Jil!ir en eux des instincts crimiuels lorsqu'un homme de! couleur ma ni feste une ql:elcon- f que nlpéri o rité. Or. dans le do-~ mai ne sportif l'orgueil des fas- I cistes est mis il rude épre:l\e puisque l'équipe Américaine ellcmême, dans tOIiS les domaines, est contrainte de faire une place de plus en plus large à l'élément noi r, qui s'impose par u,ne valeu r indiseutahle. Vd Et ,epclIllnllt, le;; 1\1lI0ri,i\ill n'y .'iont arrivés que contraints ~t forcés pour deux raisons majeures semble-t-il : - Parce que, dans les sports « pros )', les vedettes fussentelles noires, rapportent de l'argent; - Tandis que dans les sports amateurs, il s'agis slit pour l'Amérique de conserver une SU"" périorité mondiale que ne pouvaient plus assurer, par lellr~ seules forces, les chill111)ions Américains il peau blapcl1e'! Coup de feu sur un noir Lorsque le fameux colosse Jim .Ieffries, se retira du 1 ing, invaincu, en 1905 il légua son titre de champion du mond';: de boxe toutes catégories au modeste Tommy Burns. Ce n'est pas ql!.'il manqua d'adl'ersailes mai,; il ne vou lait pas s'abaisser :1 rcncontrer l'un des nombrcux noirs qui, l'enus il la boxe pour " manger un morceau de pain : n'avaie nt pas. tardé~ à faire le vicie autour d'eux. Jack Johnson, Joé Jeannette, Sam Mac Vea, Sam Langford constituaient un qUltor redoutable dont on Il'a sallS doute jamais rctrocvé l'équi'.'all'nt. Jack Johnson ' courut longtemps derriè re TOlllmy B~II'I :, 1,0 suivit en France nuis -en 'A II,!r;Jlie où fi nalement un matc;1 fut Lrganisé pour le titre 111 ndl:d. Le noir en sortit l'ainqll~lIr ~t dtlmina em;:p 1e largell1el't ,~:IX qui se haslrdèrent il le i'L'I!C()I1- trer. U ne violente Call1p3gN' de presse se déchalll:l lI');'" l'Il Amérique. Un noir c1l'1l'lp:on du monde! C'éta't l'n s~al1d3l:,. ft "OI1S I;J pres~;i(ln d,' 1'(lJ'illic'l j1UhliLJuc, le " gr;Jnct ., .1im ,1effri es, après cinLJ ans de relr:!;k, lll:i taire :a rentrée ~1~lIr Zlrr,H;h '1' de ,je fronça is .H1NCKER. La négodatio:1 internationale : REVISOR. L'autcmobile à .rovers Je monde : M. CAZAUX. ' Extrait du fomo;, cc Hommes du 1 Moïs » : Miguel Angel ASTURIAS, l'auteur de « M. le Pres,dent ». Nouvelle ioviétique : cc Dix Jours en wagon" : Louri RYTKHEON. PRATOLINI fait tourner la chronique des Pauvres Amants. Exposition d'crt occidentnl (; Moscou (réflexions d',," ortl,tc). I.es écÎ1ecs. Dans tous les kiosques ct bibliothcques de P.aris, Mor~eillc I.e numéro ; 100 froncs ADcnnements à « Défense de ~a Poix » 33, Rue Vivienne· - PARIS (2;) l an : 950 frs - 6 moi, : 550 trs C. "("P. 8176,91 Paris Specimen gratuit sur !'imple' demande interna in;] ~l » Comme l'indique la petite annUI~ çc ci-dessus, parue réccm- MM. LA,YIF.L el NAYNAUU Le n:L' 'l'l' sc glorifie "i mu- ment dans Rh'aro/ ... sans que le ('II 0111 flli l tell'" SOI!S-s('('(é([1irl' deslemcl't d'ètrc un farullchc ministèle de l'Intérieur se soit d'Etat û' l'll/fr)' moiioll. antisémite s'appelle Pierre Clc- ému le moins du monde des ac- Messieurs LANIEL et RA Ymenti . Il a écrit ces lignes non tivités de cet expert en pogro- 1 .VAUD "opent llti/i.';er les compas seus !'l)~'('upation, mais après mes. pricl/ccs. la f:ïl de la guerre, ln 1948. 1----------------~--- Dans l'auto-panégyrique d'où elles SOI~t exlraites, Clémenti expose beaucoup d'autres raisons qu'il a de s'aùmirer lui-même : sa lutte pour ll ~ S:lprématie :i de la « race hlanche » : sa collaboration étro'te avec Pétain, Darnand et Philippe Henriot; les sell'ires rendus par luÎ à l'occpant, à la tête du « parti . fïançais national collectiviste ) (sic); sa participat:on enfin, sous l'uniforme hitlérien, à la « légion ~ritibolchcvique ». Le grand Gala du M. R~ A. P. (Suite de la page 1) « L'esclave fugitif s'o'Ppro('ha de chez nous cf. s'arrêtâ ·devon! la maisoll Pour combien d 'hommes t raqués ce poème' de Wa,1t Whitman n'était-il pas IHer encore J'expression d'une visioll qu~on croya~t à jamais 'bannie. Mais évoquéè avec . combien de coeur et de tak"llt par Roger , Pigault, le grand ;Jcteur du cinéma. Emile Zola d;JllS ,ia l'Îbrallle (, frt/re à la jeunesse », trouva une interprète idéale dans Simone Signoret qu:i l est inutiie de présenter à nos lecteurs. Merci il v)us Pi gauil, merci à. \'OZlS Simone Signoret ·- vous avez donné au gala son véritable sens et de la man ière la plus artistique. ET RACISM Le" Danf!ls 2t P al mers présentt'rent Lille suite de gags al.'ec et S;JrlS piano. Grande vedette dc la chanson, Aïl1land Mestral accompagné par le compositeur André Grassi, fit admirer sa belle voix de baryton. le sceptre mona';:1 ~ ,1L'~ pattes du sale nègre! ". Mais à Reno, dans le Nevad,l, devant un public-record, I~ J-7- 1 DIO Jack Johnson infli;!t,l S.I première défaite au puissant chaudronnier qu'il mit I\. O. élU 18' round. A la 6' repl ise, alors que le noir dominait, l:n 011\:rgUlllène ava it tiré sur lui, :.iu fond du stade, un coup cl" p:sfilages cl les bûclzel s de Hoir: auront plus que jamais dl! ÏleO!i.,· jours car ni plus ni TT/OilI S, hi:: , Jack JohnsoTl a rossé l'.\mhlque » (!) Johnson fut, par ll suite, traqué par les Américains, accusé de divers méfaits et a lla plusieu rs fois en prison. finakment pour avoir la paix, le « sa le nègre » se fit battre par Jess Wil- Des instruments da propagande Hal' f?obinson, la « nl':?rl'eille dü i iilg » a lui aussi, dominé sa catégorie et fo'cé la renommée. M.ais il a eu bien du mal il s'imposer et il se ba ttre pour le titre, maigre son extraordinaire palmarès. Enfin, la soirée se termina S li r u II numéro extraord;naire de danses ct de chant3 africains diligé par Jo Tchad. Et déjà les organisateurs songent au gala 1954. puisse-t-il se dérouler dans la paix assurée et la justice retrouvée. pour ies adversaires u co on1alisme. Si le mouvement a une existence légale, ~out est mis en oeuvre pour réduire au maximum ses possibilités d'expression. C'est ainsi qu'il ne lUl est pas possible de faire imprim2r ses écrits dans le pays, d'organiser une réunion publique fatite de l'autorisation administrative. Les victimes c~mdamnées Lôrsque Ruben Um Nyobe, secrétaire général de TU,P.C., a voulu rendre compte de sa m:s. sion à la popuiati0l1 qui l'avait m3.ndaté pour défendre la CRUse nationale devant le conse-il de tutelle à New-York, il a été l'objet de toute une série de br:mades. Non seulement il lui fut 'interdit d'effectuer dés comptes- rendus sous forme de réunion publique, mais à plUSieurs reprises ses conférences, données en privé, fur~nt troublé)s par la police ou l 'admini:;tration. C'est ainsi qu'à Songmbengue, 1e chef de subdivision n'hésita pas à pénétr er au volant de sa tcr que si le reglme de l'indtgénat et du travail forcé est abolis dans les textes, il n'cp subsiste pas moins sous des formes voilées. Cette situation constitue une atteinte permanente aux règles garantissant la sûreté de la personne et sa dignité: elle ne contribue certes pas au prestige de notre pays. Il n'est pas de plus émouvant témoignage de la maturité de ce

Jcu;.le que la distinction qu'il

fait entre le peuple français et ceux qui se parent abusivement du nom de la France à des fins mercantiles. Poursuivant courageusement la lutte, les Camerounais mettent en nous beaucoup de confiance. Nous n'avons pas le droit de décevoir leur attente. Et ce serait folie de laisser se poursuivre l'expérimentation du fascisme par le colonialisme, son aile marchante. car nous pourrions rapidement en subir l'étreinte, Roger CEV AER. jeep dans la concession d'un ,vil-:---------------- lageois et à tirer des coups de feu pour disperser les assistants; qu'à Yaoundé, deux commissaires de pOlice voulurent pénétrer dans la demeure d'tm médecin africain sans se soumettre à la fouille pratiquée par les organisateurs pour éviter toute provo- Echangerai nl' '2 pÎl'ce" l'nisicontre Vlu~ grDlld ou "emlllal.Jle Pari,; . Ecrire journal. D'ailleurs, les Américai ns essayent de faire, de CM noirs qui forcent la vedette, des instruments de leu r propagande. Et ces mêmf.'s noirs, obligés de résider à Harlem dans une sorte de « ghetto », un quartier réservé, même lorsqu'ils so nt archi- millionnaires, s'en vont répétant partout que l'Amérique est le pays rêvé pour « les bon3 noirs ». Mais ceux qui ont une fois mis les pieds en France, répu. gnent à retourner là-bas. Zola a-Iii élé a sassi , 1 Un des cc Horlem's Globe TroUers » tolet qui, heureusement, ll1anqué! son but. Le seul journaliste Fr:lll\a;~ présent au mltch, Georges Dupu)', écrivait le lend ell1:lin « CrUe haine forollef'? tlu 11(',!~"", ('Il A"lL~ri(llI(', ne i'hallf.!.clfl jamais, et, j'imagille qUf ,ie:; lynlard, un toq'Jard » ql'i fut pa- . ré du titre mondial ; Depuis, éVidemment, plll:;ieurs noirs onT été champions du moné! C et le merveilleux J oé Louis. l'otnmmellt, a longtemps gardé il' lit!·L·. Il Cil a [;I:j !~agficl dt' l'argent aux businessmen ! Le désir de « faire du fric » incite les organisateurs il diriger vers le professionnalisme les pauvres petits cireurs noirs qui montrent des qualités athlétiques, et ils sont légion. Ainsi a été « montée » l'équipe de basket des « Harlem Globe Trotters », véritable troupe de cirque marchant au doigt et à l'oeil, et qui déconsidère le sport par ses pitreries. Mais ces « Globe Trolters » sont des noirs à qui on a rapidement fait oublier la misère de leurs frères de race et qui, eux aussi, ser\' ent la propagande de la libre Amérique. Ils redescendent d'ailleurs aussi vite qu'ils sont monté~ et c'est al'ec ça qu'on les tient. Malgré toutes les difficultés qu'ils rencontrent, les sportifs noirs arri l'ent cependant, grâce à leurs extraordinaires moyens phy~'iques, à s'imposer partout comme y arri\'ent d'ailleurs aussi le~ petits nageurs Nippons et It:; secs et légers coureurs Nord-Africains. Et celil, tout sim plement p:trce qu'il n'y a ras de r:IL'l' il lf"'rit'dlc d,IllS 1(' IllUIlde, LI'; SaUl'Ollti-llIJU" jamais" L'elll./uèlc, luenée si cour(lgeusClllcnl. pal' notre COl1- frer" ,Iean Bedel df' « LilJ l'l'illion » poul'ra-l-elle, 50 an,; aprè,.; la !llOI'I de l'auteur dt' « ,) 'acc,u"l' ». ,"clairci!' les l' il'constances troublantes de cr dt"ci's ? L'avenir nous le dira. ),tais. quelle élUI' soit l'i~sLl c Il' 1'l:IH[lIèlC, nOll:i noyons de notre devoil' de l'appeler il. nos lecleul's le.s circonstances dramatique" d (' lu 11101'1 de l'al'dent dt"fensülll' dl' Dreyfus. .,. il y a 51 ans (;·l',.;l ;', ~on d,)lllicile. 2J llb. l'til' dl' H/'uxelles, le 1.9 septelll- 111'(' 1 \IO~. qu'e~ll!l{lrt Emile Zola. a~p lrixÎl ', [HU' l'oxyde tle earlJlJlll'. ,"Illanani dl' la cltenlÏn('c dl' '" l'11llllhl'!' il 1',lIll'lIrl'. Il g-isail "III' lI' ,.;,,1, au pil'd du li t. ~lllI e Zol a. inanilll('1' ~tll' ,on Iii l'l transpol'l, ·· .. dallS une "Iiniqul', plit ,'11'1' ~HIII·(·t'. 1,'l'l lIllI/' t!' a l'I; Yélt~ (JIll' ),1. pl .\1111(' %01,1 sonl l'entrés la Yl'iltp dl' la l'ilmpag-ne et que la cllpl11in,·'f'. allulllp" pal' les dllIl1rsliqur" II' jlllll' dl' Jeui' ill'ii\ ,"'. (~I 1'('~I,'r all\1I1 ' ,;e l:J nlIil. L'enquête 1':1'" 1\IlI~ 11Ii,~{' pl'l'plpxe~. L I' l"'lI 'llllll11", pal' Irs experts, qurl ! fll1- j"lll'~ "l'l"'., la 1"'11'1 ,h' Z" la , le octobrc, !',hw; 1t1,; nll'llic . 'OIIIJiliolb et aH~e un COllll)ll~tible parei! (un fagot el des houlets ) St~ COllsume pendant ptusieurs !Jeures avec un faible lil'age. L'exall1en de, ~UyilUx. (1,;lllonli'p. qu'il y il dc lrl suie lllilÎ~ qll'Iln l'space de i l'entimètl'e:, . h [raye r,; le ll11llcllon de la suie, IH'l'me l d'entretenir 1111 feu de hOlllet,;. I.,l; PIH!lH'telll'ti eOIlclllent que trt diffll~ion de,; gaz Inxique,; "st due il l'I)bstruction du ClI lIdui t de la ehelllinée. Une lettre ... C'e,1 "1 la suilp d'tln :util'le jJclru il y CI. un on rtan, « Lill';ration » . "1 l'o('ca"ion du cin' r uonlenail'!' de la 111111'1 dp Zn]'a, '[Ill' ~r. 1i.\CQlT\', delllelll'ant "1 'l'essy-slirT \ 'ire. dan~ la :'Illlll'Ile, Irl'lE't11' dl' « Lilleralion ». "'1'1 il ... ~1l11 jOUl'llnl une lettre ,'l'lIlnanl,' lIonl « Lillt'ralifll1 » Il!)il~ donl1(, 1" ,'Ilnl('nu après lin ,u, dl' l'(!JI'I'('I[(,,, dan~ le,; tl'l'I'- i\'c,,; pI Il's ,'ol!lpl,'" l'l'nùlIS de r"'p"'llll'. Confession ~r. II.\Cf)IT\'. pl'l'pal'ltteu l' cn plllll'ilHICip ... S~II'l'('lle-. fait cunnili

sance il )1ft'" la 1{1Iel're de

191'J. d'ul! ('('l'lail1 ,1. X f'ntl'Cp:' pnl't1l' Ill-' l'unlislcl'i ... Ll' pre· lll;l'r r"1 I,,'t·sidt'nt. l" rleuxiiotllP. dl'li"l1l l·jl"'-J'r,~~id('llt. d'un ,',)wllé ù'uniulJ IHl,liul1ule , 'lui ~1' I! U - JH'. quelque" ('ul!1lnel'çant» de droite. Ce "0111 tll'S parlotte" dans un l'a fI' dl' [·endroit. Mai~ ),1. II.\C(.)[T\ ,'volue vers la ganl'lle pt, en 1 \li3, refuse b l\l. .\ tir. "'iu,,Cl'il'r i, If! Ligue des Pall'ioIR,. ["ul l'Il Plllrelenanl

1\',',' llii ,Ips l'daliuns amicale!!.
l ,1Il~ l'III" Illl'd . . \1. .\ confie il

,,'11 ami qu'il t'~l lin des auteur~ dl.' III lllort tIr Zilia. C'est en 1'é" aronl la l'lIelllilu'e de la maison "oisinl'. qll'iI" l'P[JI'l'rnl la c11eluiné(' dl' Zolo L'I la bouchèrent ,"Iofllaill'nll'Ill. Il,, la d,;lJoucllèl'l'nl Il.pri'~ la IIlml de Zola, profilant du \'a r[ vient dun~ la mai," II voi"inL'. ,\1. X Illel!. t Ull moi" plu,.; lard . . \1. Il .\C I]l'L\' ,,;, tail. Mais maintenant ),Inintenanl. il l'f)ccn"illll du ,'inquHlllpnnil'l' dl' la mort df' Zola. il cf/n"idi'l!' (JIll' ';IIn dC\'oil' 1',;1 dl' pill'II'!'. \'"il :, IJll lll'quoi il ,('ri 1 -a "(lIlI"'~:,ilJn 1 al'diYl'. Zilia ,-1 IIW!'t :, ;)4. an~. dam; 1,1 force dl' l"àgp. :-oa 11IIIrt a soulug-'" pa, III a 1 ùe gf'n,;, ('C'ux- l:1 Jlu"nlr,; qni Il Il 1 youlll voir DroJ'l'II, ('.lIndamn,·'. -es ddenseu r~ Pll1[JII"lInlll~. l'antbémilisnH' Irinmplwn!. L" ni-il,; lué? Il C:it. peul-Ill l'l' Il'111' tard 'pOUl' ,' ()[1clll1'l' .. \I ais l" drllll,' pPl'sistel'tI,,, Hem'iette WINTER. qJUléJqu l IJn-ueIJuéll .--:;::---.::: :::: ::::::::: -;: -; -~ L'a scension d'un guide En avril 1948, des étudiants vichystes distribuaient des tracts au Quartier Latin. Comme il se doit, ils appelaient à faire barrage à « l'inl'asioll de tous les métèques ». Et à se ran ger « derrière un guide: André Muller ». Ce « guide » dirigeait alors un hebdomadai re : « Paroles Francaises », ainsi qu'une organisation

le Comité National

pour la Défense des Droits de l'Homll1 ~, la 'Héparation et l'A mni8- tie. Deux moyens, lin seul but : aider les collabos à se regrouper, à revenir à la surface. Aujourd'hui, M. Mutter a atteint en grande partie ses objec tifs. Il est devenu un personnage important : MM. Laniel et Reynaud ont fait de lui un ministre. Comme de M. André BougeHot, ex-directeur de l'Epoque. .... ",' Les écrits restent Xavier Vallat poursuit sa rentrée... littérai re. En attendant mieux. Son panégyrique de Maurras, publié récemment chez Plon, fait l'objet de commentaires élo gieux dans toute la presse ri va rolesq ue. L'ex-commissai re a ux questions juives collabore également (c'est une manie) a un luxueux volullle intitulé : « La 1I10rt et les funérailles de Chari cs Maurras ». Là sont rep ro dui ts les discOurs prononcés à l'enterrement du vieux traître par un certain nombre de ses disciples, au premier rang desquels, Xavier Vallat. Parler ne suffit pas. " falla it lOI'sser la provocat:on jusqu'à lublier les discours. Les écrits lestent, se sont dit les maurassiens. Peut-être ne sont-ils pas .sûrs de pou\'oir parler aussi longtemps qu'ils l'on fa it. .'. '.' Encore Maurras Une véritable litté rature ha~ io ;.: raph · que est en tr ain de ,'édifier autour de Maurras. Les vichystes d'Aspects de la France s'y emploient acti \·ement. Après « Cha: les Mali/Ta s, /lllnéro d'éclou 8321 », de Vall a!, lo ici « Mes CIltretiells de ,prêtre Ivee Charles Maurras, lIIarS-IIOvemhre 1952 », et une oeuvre Illache\'ée du « Mait, e » : «Pascal puni, conte infernal », présenté par Henri Mass:s. Le plus triste, c' est cet article du Monde , où M. Hobert Coiplet loin de ..,'indigner de ces tentatives de réhabilitati on posthume, y \'oit des témoignages « émounlllts ) et qualifie même ______. ..;d,..:::!;......«-"c-'-l-ze -d'oeuvre ); le dern ier ll!- dit paél. · · ~~::::: ::::::;:;:;:-7'Charles Au nom de la loi « Pour la première fois depuis 70 ans, personne n'a été lynché aux Etats-Unis au cours de l'année 1952 » annoncent triomphalement certains jOIlfnaux. Peut-être ont-ils oublié que plusieurs noirs ont été électrocutés pour « viol », ou: passés à la chambre à gaz, comme ce fut le cas de Raleigh Speller ct Clyde Brown en mai dernier. Et les bombes lancées contre des demeures de noirs au début de l'année 1952 en Floride. Et les noirs tués par la police sans autre forme de procès. Pl us de lynchages? Les méthod es se sont simplement perfectionnées. Les lynchages sont devenus légaux.

Pauvre juge! Le « pauvre juge », c'est l(aufman. L'homme qui prononça la sentence de mort contre les Rosenberg. Pour faire oublier l'i nnocence et la fin dramatique de ces dernie rs, le Saturday Evening Post s'a pitoie sur le martyre de celui qui en porte une grande responsabilité. Pensez! Avant de prononcer la sentence, il est allé se recueilli r dans une synagogue. Et pour que les Hosenberg ne meurent pas le jour du Sabbat, ce qui aurait été un pêché (pour eux), il a fait précipiter leur exécution. Gott mit uns! N'avez-vous pas déjà entendu ça quelque part ? .,' Le lapin et l'éléphant A propos des innombrables enquêtes sur la « loyauté » et « l'américanisme» des citoyens, dont le réseau s'étend aux EtatsUnis par les bons soins de Mac Carthy dans tous les domaines de la vie, on raconte à Washin gton cette peti te histoire : Un petit lapin, au bord de la route, voit passer à tou te allure un autre lapin qui s'en bit de la v:lle fédérale: - Qu'est-ce qui te prend de t'er.fuir à ce train? - Tu ne sais donc pas qu'ils ont ouvert une enquête sur les éléphants' ? - Et alors? Qu'est-ce qt:e ça peut te faire, tu n'es pas Ull éléphant. - Ouais ... va le prouver ! ...'.. Retours de flamme A Laumes-Alésia, près de Di- ~ A-'" un tt::H1 t:\b n ô tr---!l fin iuj L1pt Sur la pente de la discrimination raciale les gotivernants de l'Afrique du Sud franchissent chaque jour un nouveau pas. Ainsi dernièrement à johannesburg, ce sont les sp.ectat~urs blancs qui n'ont pu assIster a la rencontre opposant le champion de l'Empire Britannique jack TULI au MeJOicain VILLA, le premier étant noir, le second métis. .... ",' A beau mentir ... Proverbe que nous ferons mentir à notre tour avec la petite histoire de M. S. d'un-e maison de tissus rue de Turenne, à Paris, qui" décrivait les horreurs de l'antisémitisme dans la République Populaire Houmaine, « d'où j'ai été obligé de m'enfuir, Monsieur, à cause des persécutions, y laissant ma femme, etc ... ». Ces témoignages « vécus » trouvent des oreilles complaisantes, jusqu'au jour où ... Vérification faite Des amis allèrent cet été passer leurs vacances au Festival de la jeunesse à Bucarest et 'Vérifièrent les affirmations du personnage. Il en résulte qu'il ne connait nallement la démocratie populaire, s'étant enfui ayec sa femme sous la monarchie, en 1946, et ce, pour pouvoi r frafiqu er (librement) selon ses anciens amis de Bucarest. Comment M. S. pouvait-il savoir que la Constitution et les lois de la Démocratie Populaire R,)umaine condamnent et pU:1issent sévèrement l'antisemitisme? Nos amis, de retour de Bucarest se chargent aussi de lui apprendre qu'il y ex iste de~ écoles d'Etat et Ull théâtre d' Eta t cn langue Yiddisch. Ils IlOUS prient d'ajouter que M. S. pour n'être plus un persécuté reste un calomniateu r. Le Mac Carthysme entra en religion L'Archevêque de Boston part lui aussi à la chasse aux sorcières. Il en a vues, de ses yeux vues, jusqu'au sein 'de la hié rarchie épiscopale. « Il serait ridicule de nier que certains chefs reliftie/lx ont été l,ictimes de 'linfiltration communis/ e » vient-il de déclarer à Buffalo. Dieu avec nous Lors d'un récent passage à _ ,,1; ___ .... 1 C-o.o. I",,1lI" Une indignité des] autorités gouvernementales à l'égard de Messali HADJ Président du M. T. L. D. DEPUIS le 15 mai, Messali Hadj président du M.T.L. D. est dépo rté à Niort. Sa courageuse compagne qui l'avait suivi dans scs différentes dépo rtations, n'a pu cette fois le ré- Domicile fixe ! Haleya Ben Houcine avait faim. Il ava it reçu un mandat de 4.500 frs, mais or. lui en avait refusé le versement car il n'avait pas de domicile fixe. . Haleya alla' au caié. Il ~vai! ·consommé un casse-crotîte et trois 'Verrcs de vin, puis il avait refusé de payer. Comme il l'avait prévu, il fut arrêté, puis jugé et condamné à deux mois de prison par la 5' chambre correctionnelle de Lyon pour délit de grivelerie. Dès lors, il eut un dom;cile. Il put donc toucher son mandat par l'intermédiaire du vaguemestre de la priso,n. Cette exemple jette, s'il en était encore besoin, un jour crû sur la mi sère des Nord-Africains, 1 éduits à de telles extrêmités. Mais il faudra bien donner d'aut res solution .., que la prison 'à ce problème. joindre, elle fut frappée le même jour d'une attaque ct hémiplégie. Sa santé alla en empirant, et le 29 septembre son état était désespéré. La demande pressante des 'deux enfants de Messali Hadj, la protestation de nomb r euse~ organisations et personnali tés et la démarche de~ avocat", du président du M.T.L.D. n'vnt ou fl échir le ministre de l'Intérieur. Madame Messali Hadi est morte sans revoir son mari. Sa dépouille mortelle fut ramenée, selon son voeu, cians SO'1 village natal près de Nancy. fi restait une goujaterie à taire. On n'y a pas manqué: c'est encadré de poL ciers, comme lin malfaiteur, que le orésident rlll l\'\.T.L.D. s'est rendu aux obsèques de sa femme. Ces mesures là ne ressemblent pas au peuple français, ne sont pas inspirées par le respect de la dignité humaine. Aussi, ce nous est un devoir plus impérieux encore ql'e d'exiger la libé ration de Messa li Hadj. Et nous sommes certains d'exprimer les sentiments de tous les antiraci stes en jo:gnant J'expression de notre sympathie aux nombreux messages que le président du M.T.L.D. a recu en ce moment d'épreuves et d'humiliations. A MADAGASCAR des milliers d'hommes emprisonnés ••• Les sanglants évènemrmts qui coutèrent, il y a six 'Otns, 9ù. 000 morts au peuple malgacne gar dent encore leur triste .tc~uô.J.llte. On sc souvient p:uticulierem3nt du procès fait aux députés malgaches, procès dont le princi.pal témoin, Rakotoudrabé, accusé lui-mémé!, fut fusillé 3 gascar, où un enfant sur trois n'atteint pas l'âge de 2 ans, le droit à la justice sociale, à la justice tout court, impose l'amnistie générale et la libération immédiate des victimes de la répression. Elle im'lo3e aussi le procès des méthojes et des hommes qui d é~honor ent notre pays. Osera-t-on .; ... ;::;;;.~.J-~~ expulser les S(RfATY 1 Sujets marocain s, amenés de force en France cn Décembre 1952, Abraham et Evelyne Serfaty se trouvent aujourd'hui S0 1lS la menace d'un arrêté d'expulsion de France. Lcs smiëes de l'Inlérie1lr justifient cd te mes1lre en leur attribuant, après coup, la nationalité brésilienne, leur père étant né au Brésil. Or, non seutemenl les Serfat)' n'ont jamais opté pour le Brésil cl leur majorité, mais la nationalité marocaine qu'en ce qui les COll cerne ils ont prouvée par de //Ombreux documents, ne peut se perdre Iarl. 15 de la COlll'enliol1 de Madrid, 1880). Lellr opposition cl la politique de la Résidence ne saurait juslifier une mesure 'comme " l'expulsion de leur propre pays, de de EX citoyens. Les Sertaty appartenant à la Communauté Israélite de Tan ger, on s'est manilestemCIII se/Ti d'un antisémitisme inavoué pour meUre en cause leur qualité de citoJlens. Le M.R.A .P. s'est associé au Comité de Défense des Serlaly ifui vient de se CI éer. Une déléRaliol! s'est présentée le samedi

l I oclobre IIU min.;stère de 1'111-

tér:eur pOlir demander que, dans /'immédiat , soit sursis à ta mesure d'expulsion qui frÇ1ppe les Serlaty. Elle n'a pas été reçue. Etant donné l'imminence de la mesure, ulle demande d'audience a été formulée sur le champ. En dernière m:nu /e, le gouvcrnel17fnt faisait savoir aux Sertaty qu't! leur aslreignait de résider dans le Cantal. Mcsure ql/l l'Il prépare d'aut res en lés isolant du cou"ant de solidarité qui les elltoure. Mais la vigilance (t l'a ction dcs honnêtes gens doil'cn! cf peuvent imposer la seule mesure juste: les Safaly citoyells marocains doil' cnt re/roul'cr leur patr:e. En Guyane, les Anglais tirent les SITUEE au nord du Bré sil, la Guya. ne Britanniqu e vient d'être pla cée au premier plan de l'actua lité. D'une population de plus de 400.000 habitants dont 44 % d'immigrants Ind iens e+ près de 40 % de noirs, elle fû t t oujo urs une terre d' a sile pour les pWeurs de ric hesse qui ont besoin de main·d'oeuvre à bon marché. La culture pri ncipale est la canne à sucre dont les petits payscns possèdent seuleme nt 2 % de la product ion. Le reste appartie nt aux sociétés brita nniques et Évidemment toutes les richesses du sous-sol : or, diamants, bauxite, minera i de fe r, etc ..• On y ret,ouve pour les ind igènes à peu p rès les mêmes f onditions qui sont • premiers (ait moins au gouvernement britannique pour le baptiser « communiste » et mettre SQ, force au service des sociétés exploite u5es inqui ètes pour leurs divi" ende5. Le gouvernement, préside po r le Dr Ja gan, vie"t d'etre dépose. Deux na vires de guerre cinglent oc .. t ue llement vers la Guyane, précédes déjà par des troupes a é roportees. Pour ré po ndre aux aspirations des « roces inférie ures )) le gouve rnement de sa Gracieuse Majesté n'a trouvé ici comme au Kenya qu' un langage : celui de la poudre ... Ce n'est pa. a insi qu' il manifestera une supériorité marQI ~, ni arrêtera l'émancipation de ceux qui veulent vivre comme des hommes. fa ites à tous les peuples vivant sous r--------------la u suprématie du blanc u. Travail des C( étoiles aux étoiles», analphabétisme, mort a lité infan tile co n~i d é rable . Mais la lutte pour l'indépendance et l'émancipation a secoué le joug là comme a ille urs, e lle a im p Ds~ notamment une constitution et des é lections q L.,i malgré tes pressions brita nniques ont amené au pouvoir, en avril 1953, le parti populaire progressiste. Ce parti constitu e surtout une alliance des diverses fract ions de l'opin ion, cimentée par te désir commun d'autonomie et d'émancipation des moue.. Il en fol - Pour la première fois à New-York ... Pour la première fois, un noir a été élu président de la Société Médicale de New-York, affiliée à. l'Association Médicale Américaine. Il s'agit du Dr Peter Marshall Murray, chef des services d'obstétrique et dc gynécologie à l'Hôpital de Harlem, Ratissages en Afrique du Nord DE VICHY A TUNIS ••• Pour remplacer de Hautecloque sous le proconsulat duquel furent instituées en Tunisie les méthodes de rat issage, le gouvernement français n'a trouvé personne d'outre Que Georgcs VOIZARD. Ancien préfet vichyste, co!labarateur forcen é, VOIZARD s'acharna particulièrement à traquer les juifs sous l'occupation. SOl1 antisémi t isme agissant est inscrit encore dons les circu- Aménagement du camp de Mauthausen L 'ASSOCI.\T I 0:\ Aul rielJicnIlC d e~ H r~is lants ct Vj ctiIllCS du fns cislI1c a uLLcnu . ap r('s de 1()llgu c~ a n nées d'('\'f() rl~ , que l'ancicn Cilmp dc ("O!lccntraliun de .\Iaullwuscn ~uiL a III ('I)ag(' afin (fuc les nomlJ l'eu~ es !H'rSonnes " qui Ic , 'j"iLcllL aicnt ulle \'i~ j "n exacte ùe l'cl LIllMplli're te rrihle qui y r(gna·i. L 'an('ien camp de .\Iautllau ,. el) n. [ ' l(, cOllsoerü par le gouYClîlcll1ellt Du trj cllicn COll!me un lieu du so uYenil' dont les fl'a's d'enlr!'liCIl inc olllucnL il l'ElaL. laires par lesquelles il stimulait le zèle de ses sbires, des dénonciateurs à gages et des pilleurs de biens juifs. L'arrivée à la Résidence Généra 'c de Tunis de cc spécialiste » a été marquée por une recrudescence de répression et de terreur: perquisitions, interrogatoires, exécutions sémma ircs, innement arbitra ire. Et des commandos mènent parallèlement à la police des expéditions comme le meurtre de Ferhat HACHED et celui de HEDI CHAKER dont les assassins courent toujours. La répression a atteint ces temps derniers une violence inouïe : A THALA, à MONASTIR, à GABES des dirigeants du néo-destour, de simples paysans, des otages pris au hasard dans la population sont tortu rés, fusillés devant leur famille ou la pap~latiQn. A Gabès, le 1" octobre, deux Tunisiens sont abattus et leurs têtes coupées exposées devant l'intendance militaire!; le 29 octobre deux hommes sont fu s illés devant leur famille pour avoir ravitaillé le maquis . MAROC. - Les méthodes de protectorat ou Moroc, n'ont rien à envier a celles employées en Tunisie. On se rappe'le les évènements de Casablanca où en décembre 1952, 1.500 Marocains furent encerclés et décimés dons leurs bidonvilles, depuis, la justice militoire frappe è tour de bras. Récemment encore trois inculpés de ces évènements viennent de voir leur pourvoi en cassation rejeté. Des cobayes humains en AnSleterre Les services de /' armée brilannique olll « essayé ~) des gaz découl'eris par des chimistes /wjou. r. :s-a~v:a:n~t~l'~o~u~v~e:r:tu:r~e~de:s~d:é~-i:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::~~::-_ b.!lb: zis ell expérimelltant sur des « l'olon/aires :o . Les hommes cobayes Ollt absorbé des émanations de gaz extrêmeme/lt /lociVl'S soil /lar vo'e res ira oire, Re tours de flamme Dieu avec nous tés m3.lgachcs, proc S 0 e principal témoin, Rakotoudrabé, accusé lui-mém~, fut fusillé 3 jours avant l'ouverture des deprocès des méthodes et des homm8S qui deshononmt notre pays. tOyCl1s marocains doil'el1/ re/roul'cr leur patr;e. . . /a.l1llique Ollt « essayé » des gaz dccoul'er/s par des chimistes natives de réhabilitation posthume, y yoit des témoignages « émou\"éll1ts » et qualifie même de « chef-d' OEuvre }) le clernier line de Maurras. A Laumes-Alésia, près de Dijon, un fou pénétra, fin juillet, dans sept maisonnettes cie la cité P.L.M. Après avo:r tout brisé, il mit le feu. Lors d'un récent passage à Paris, le cardinal Spelman a, au cours d'une allocution, remercié Dieu que le enquêtes du F.B.!. aient comencé pendant qu'il cstencore temps d'agi r. Il a ajouté que J'électrocution des Rosenberg était « juste» sans doute aussi a\'ec l'approhation divine dont le cardinal disposc si facilement. bats. ,---------------------------------------------------------------------------- « l'olo/l/aires :». Les hall/mes cobayes ont absorbé des émanations de gaz extrêmement nocives, soit par voie respiratoire, soit par la peau, soit par voie buccale. L'un est mort, d'autres salit gravement atteints. Le journal "ritannique Daily Express qui révèle ces méfaits ajoute que la Grande-Bretagne et les EtatsUllis onl stocké de grandes quantités d'obus ct de bombes de cc gaz aile II/and et que les expériences continueront. .,.' . ' Un courageux antisémite M. Henri Barré, Sénateur Socialiste cie la Seine, n'a sans doute pas demandé la grâce des I~osenberg. Il écri t clans /' li 0111- me Libre : « Gageons que la presse française intéressée se fût moins tourmentée s'il s'était agi de deux ouvriers quelconques, protestants ou ('alllOlil/ues ». Et autres canailleries du même genre. Et M. Barré appelle cela : « avoir le colll,(lge d'être lâchc » . Mais il n'a pas le courage cil'

~ reconnaître antisémite. Il se

c'éfend de l'être, même. Aspects de la France, lui ne s'y trompc pas : la feuille miUrassienne reproduit, ,wec force éloges, l'article de M. Barré, qui paraît-il cst... un ancien déporté. Rattrapé, il dit qu'il avait voulu montrer « comment on incendie Elle paRade avec SO/1 contenu ». li revenait tout droit d' [nclochine. La 'Veille à Par's, boulevard Bessières. un autre fou tira plusieurs balles de rérolver contre une auto qui passait. Puis il s'est tiré clans la tête. Il revenait tout droit d'Indochine. Aidant les policiers [ors de [a fus'lIade du 14 juillet, place de la Nation, il y avait aL'ssi de nombreux « bérets rouges », qui rcvenaient tout droit d'lndochinc. ,'. '" En toute sportivité Récemment, le champion de tennis Equatorien Pancho Segura, sc voyait interclire le territoire de l'Afrique du Sud où le racisme vigilant s'étend aux blancs dont le soleil il bronzé Ic teint. Ce qui n'est pas juste par contre, poursuit le cardinal, c'est l'amertume, les soupçons, la méfiance qui se sont développés en Europe à J'égard de l'Amérique. Car « l'Amérique a ulle soif ardellte de Dieu ». Les contes du lundi Depuis cette époque, 7'1 COlldanmations à mort ont ete orononcées officiellement :'1. lV' ~'.l!;1.gascar. Dans les camp:; de 1;. mort lente, dans les 9') prisons de l'ilc, des milliers d'~\Ornrlea et de femmcs, dont certvins aHendcnt depuiS r. ~ns d'être jC\gés, rroupisse:1t 'jans des cundit:uns de vic et oe travail atroces. C'est au nom du peuple fl'd.uçais que la sanglante répressir,n de 1947-1948 a été menée: :;'cst ~ous le drapeau de la R~publique q Lle règnent t,o'_1I01ll's l'arbitraire, le mépriS de l'hamm-). Dans un pays commc Mada- Tous les lundis à la rad:o, Sa- Il cha Guitry parle de lui-même, à propos de son film « Si Versailles m'était conté ». Nous on veut bien, surtout lorsqu'il déclare être accablé « d'occupa- 1ions ». Il parle tout de même un n/y a pas de Pyrénées pou r la menace atomique Le Gouvernement de Washington a signé avec Franco un accord militaire «(ui s'inscrit cn fait dans le Pacte Atlantique. Le ratisme a· pris la mer ... peu des autres. Les autres, c'est-à-dire les envieux, les naufrageurs qui tuent le cinéma français. Ainsi, tenez, avantguerre j'eus un jour besoin de 200.000 frs pour termll1cr un film, je m'adressais à un producteur, un nommé disons ... Gengévitch, qui me les prêta avec 15'10 d'intérêts ... Cct accord prévoit l'installation de hases atomiq~cs sur le terdtoire Espagnol. ]a format ion d'aviateurs, et la liberté lota1e de manoeuvre de. Américains rhez Franco. D'une lellre que nous adresse 1//1 étudiant africain, 1I01lS extrayons ce passage : A Abidjan, clan.; les services maritimes de transit, il a été donné ordre formel aux porteurs (en principe mis il la disposition des \'oyageurs et rémunérés par la compagnie à cet effet) de ne point porter les bagages des noi rs. II y a là, on le voit, discriminoirs! Un jeune officier du bord (fort insolent) m'a fait entendre qu' « on » ne pouvait ricn contre pareille situation. Et llolre correspondant COlle/ ut Ul ces termes que /lOUS ne saurions qu'approuver: Ces discriminations nc sont possibles qu 'avec la complicité tacite du· gouvernement. Mais nous savons que le peuple de France ne les approuve pas. Et voilà! avec les sous-entendus que tout le monde entend bien, l'explication du marasme du cinéma français. Le génie du maître est tributaire des usuriers qui sont aussi. étrangers, métèques juifs et assimilés, vous voyeZ ce que je veux dire. Nous vo)"Ons surtout qt:e J'antisémitisme de Sacha Guitry lui suffit pour expliquer la crise du cinéma, et bien d'autrcs choses. Dans une conférence de presse, faite il Madrid le 2 novembre, Harold E. Talbot, ministre de l'Air des D.S. A., a précisé cependant : « Quoique les vases amérj{'aines eh Espagne sinscrivent dans les plans du Pacte Atlantique, notre première Iig'le de « défeme » se trouve en Allemagne et cela d 'une fa~on bien définie ». Aimi le peuple fran~ais est prévenu

à ]a lllcnuce du réarmement al lemand

vient sajouter celle d'une plalcforme atomique de raulre côté les Pyrénées. . nation et vol. En effet dans les ;---------------- •• -------------..... prix des billets que payent les \'oyageurs (blancs et noirs) est compris le salaire des porteurs. lI,I\ais ce n'cst pas tout... Ironie du sort, tous les blancs 'le se paient pas dcs places cie première classe dans les ba! ea 'IX, et il en est même qui \'oyagent en trois ième classe, tomme les noils. Or, il est « illC'Oncevable » pour cles hommes ,;' \'ilisés (?) que blancs et noirs

~ retrouvent clans un même ré;.'

ct oire, dans les mêmcs cabillC~ ... A hord du MaIlR;I1, de la (":ompagnie Fabre et Freyssinet r .1 rti d'Abidjan le 8 octobre 11153 pour Marseille, on a trot:vé Ie ~olution très élégante, à l' l llléricaine, pour empêcher que ~ c mêlent blancs et noirs : on a '·n:én·agé à l'arrière du navirc J ,; cab'nes, un réfectoire, etc ... hie ll propres pour europét ns: l : ., l'al'ant, il a été « réscrvé »

i["( noirs lin rdectoire dégofl"

"t (c'est bien le mot), cles' ca- 11" ; 05 qui sont nettoyées je ne "J' ; combien de fois par an ... Il ";: i, là, tout sent le négligé, le . ' TÎ ssé, ,[ ou'v :l-t-il d'étonIl .. It jluisll\\C 'c'cst destiné au,x Le Grand Rabbin de Roumanie: l'année 5714 commence sous les meilleurs auspices Le Jewish Chronicle publie les extraits suivants du message adressé à ses fidèles par le Grand-Rabbin de Rouma/lie, M. Moïse Rosel1 : Les Jours Saints vous trouveront reunis dans la "'aison du Seigneur, méditant et priant profondément, afin d'aborder l'Année qui vient arec la pensée que \'ous atteignez une nouvelle borne sm le 'chemin de votre exis ... tcnce, et que vous tournez une nouvelle page du Livre cie la Vie. Il est admis que l'Année N ou\' clle redressc toute inif1u.ité, cie sortc que les hommes puis , c~·t rlcevoir ce qu'ils ont rn~ : ilé. C'est dans cet esprit que nO'JS comprenons l'importal:ce dl: la « T('rhuva », qui no,,~ ~I:~eigile que l'homme a le ;10l'V,)'r ,!'cx' ilpcr tout cc qui (" il n:,l IV1i, e: Il ,,,ste, et cie semer :l 1.:.1 plan: ,~. ~ fleurs bénies du bic,l et cl" la t"rne volonté parmi Iè'l i)e::DIt~ t· l': ~ !1éitiO:"lc,. ~·"II!.i pr jélamo\" :1O:r~ fI': 10 ·

 :1;" ddTiS l'il\'enir :tl:~\I1jl l n de

!(!ll~ les hommes. Le S)11 du e Cil. lar » e'lt dest:n.2 fl lhattn'. comme à J-,richo, les Illuralil' s élevées entre les peuples et :e.; nations. Des centaines de millions d'Nles humains de tous pays, de toutes croyances, en déj)it des barrières artificielles dressées entre eux, s' unissent pour empêcher que l'humanité soit poussée à un nO:J\'cl holocaustc. La paix est plus proche que .i~mais; la raison triomphe tIe la force: l'amour de la vie l'emporte sur les forces de destruction

les flammes qui, trois

années clurant, ont calciné les villes et les villages de Corée, ont L'té éteintes par le souille dl' la con!jciellcc u,ni\'el selle. Dans notre bien-Tm 2~ patl ie, les barrières des nafjonal t0s ont étr brisées. Un nl1uveall monde s'épano~i: dTl mJ!l'.ll' :'lI t:';5 lt:s citoyens ;JJ:"mt :Ie cl-,:;:;; l (l'aux. L~ K wJhr » de la liberté a détruit le ghetto économique et ~pi ritutl où nous avons \-écu pendant de si nombreuses années. Des conditions favorables au cléveloppement de notre vie religieuse ont été créées. Plus de 6.000 institutions religieuses jui\' es fonctionnent avec l'app'ui du gouvernement. L'année 5714 commence sous les meilleurs auspices. Nous pouvons r~garder l'avenir avec optimisme. Conservons notre foi dans nos enseigllemuHs séculaires. qui ont préservé notre existencc pendant des millier.s d'anlires. Nous \'ous souh:lÏtnns IIn(' heureuse anl1ée. VISITE A BOKHARA (Suite de la page 1) manière. Ils continuent d'étudier Icur .Talmud. Ils vivent dans les mêmes rues e' dans le même quartier qu'autrefo:s. S'il y a des changements majeurs dans la vie cles juifs de Bokhara, ils concernent leurs professions et la j~unCll~e. Sous le régimc sovietique le commerce privé s'est COlls{ctérablelllCllt Quelques mosquées fameuses ct lieux saints de l'Islam ont échappé au contrôle des religieux pour devenir cles monuments historiques administrés par l'Etat. Tel est le cas de ce minaret de Kalyan d'ulle incroyable beauté, et de la mosq uée, à moitié en ruine, qui lui est contiguëe. Niais le troisième élément architectural cie ce grandiose ensemblc cie Une Université e n Asie Soviétique réduit bien que les artisans individuels, spécialement dans les villes comme Bokhara, continuent d'exercer leur métier. Et les jeunes juifs de Bokhara, co III Ille les jeunes soviétiques d'autres religions, s'écartent de l'orthocloxie stricte et spéciale de Bokhara. La question musulmane est plus importante encore à Bokhara car ce fut, cie tous tcmps, l'un des bastions cie l'Islalll. Bokhara, est encore utilisé aux fins pour lesquelles il a été conçu. Il s'agit de la madrasah (école) de "'\iri Arab bâtie en 1535. A ujourcl'hui, comme aux 16' et 17' siècles, la madrasah de Miri Arab est 1111 centre d~enseignement islamique. Sur le portique du bâtiment se trouve une grande inscription en arabe ct en russe « Académie religieuse ». Là, reçoivent leur enseignement les jeunes musulmans destinés à devenir prêtres ou religieux. . D'autre part, l'u·n cles plus anciens et des plus célèbres Illonuments de l'a roh itecture cie Bokhara, le tombeau d'lsmail le Samanide, fondateur de la fameuse dynastie de Bokhara, n'est plus contrôlé par les religieux mais est devenu un musée d'Etat situé au cent re du Parc de Repos et de Cultt:·re. Dans les temps anciens, le tombeau était unc source considérablc de revel.lu pour les religieux qui recevaient des sommes importantes cie la part des femmes sans cnfants à qui l'on affirmait que le reliquaire conservé là, avait pour elles des vertus particulières. Il fut un temps où plus de 150 mosquées rassemblaient chaque jour les fidèles. Il en subsiste encore beaucoup. La plupart petites et sans minaret, dans le style de Bokhara. j'ai assisté au service de l'une d'elles. Je n'ai pas vu de .jeunes fidèles mais seulement des vieillards et des hommes d'âge mûr. li y avait une foule assez nombreu,se à cette mosquée, l'une des plus vieilles de la cité, mais pas aussi nombreuse quc celles que l'on peut \'oir au Caire ou à Bagdad, ou dans toute autre grande cité musu·lmane. Bokhara reste un ccnt\'l~ de l'enseignement et du spiritualisme musulman mais il semble que la foi ne gagne plus de nouveaux adeptes et ne paryient pas à influencer les jeunes gens. Tourisme et discrimination 011 I,ient d'apprendre à NewYork que le Bureau d'Informations Touristiques des Bermudes demande à ses agents à l'étranger d'indiquer sur les fiches des touristes éventuels, s'ils sonl juifs ou chrétiens. C'est au moycn d'un code secret que cette indication est dOllnée ct les touristes sont dirigés ell conséquence vers les différents lzôtels des Bermudes, selon leur rèligion où leurs origl/les. Ces discriminations, dès qu'elles ont été cOll/mes ont suscité une vive émotion. Le COll gré:: Juif Américain a adressé une lettre de protestation ou gouvenzement des Bermudes. UII porte-parole de cette organisation a d'autre part souligné que de telles pratiques sont illterdites sur le territoire des Etats-Unis. Rappelons toutefois que de nombreuses agences touristiques américaines, notamment dalls leurs annonces de presse, ell fonl /1/1 usage courant. Rafles au faciés dans le 3e La population proteste vigoureusement Des informations nous sont parvel1l;,es selon lesquelles de. puis près d'un mois, la police « opérerait dans les cafés et les hôtels fréquentés par les NordA fricains, bien souvent en violation de la légalité. A Paris et en banlieue, les cars cie police s'arrêtent tard dans la nuit devant les hôtels, et les policiers font descendre les travailleurs algériens arrachés au .sommeil, ,)our « vérification d'identité ». Dans le :l'arrondissement, les policiers descendant de trois cars, ont fait, l'autre jour, irruption dans la salle d'un ca fé où des algériens consommaient paisiblement ct bien que parfaitement en règle, les policiers arrogants les emmenèrent au poste, sans même leur laisser le temps cie payer leu·rs consommations. Des consommateurs français présents, indignés, protestèrent con t r e ces méthodes qui rappellent les rafles des juifs dans les cafés, sous l'occupation nazie. Les algériens habitant des logements privés, seraient eux aussi convoqués dans les commissariats. On cst donc en droit de se demander s'il ne s'agirait pas, pour la police, de reconstituer les fichiers de Nord-Africains (comme il y avait les fichiers des juifs sous l'occupation). Ccci rejoignant le fait que la brigade clu racisme, la brigade nord-africaine, a été ressuscitée tout dernièrement. D'ores et déjà, la section du M.R.A.P. du 3· arronclissement a élevé sa protestation contre de telles brimades racistes et s'est adressée aux conseillers municipaux de son secteur pour leur demancler d'intervenir. Nul cloute que la protestation unanime des i1ntiracistes Ile parvienne ;'\ faire cesser ces exactions.

Notes

<references />