Droit et Liberté n°132 - mars 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°132 de mars 1954
    • Grand rassemblement antiraciste du peuple de Paris, contre les accords de Bonn et de Paris, contre la renaissance du nazisme et du militarisme allemand.
    • S'unir pour vaincre par Charles Palant
    • Michaël et Robby Rosenberg doivent grandir dans le bien-être et le respect de leur parents.
    • Les classiques de la fraternité humaine par Albert Bayet.
    • Un nouveau lynchage légal se prépare aux USA (W.R. Wells)
    • Hommage à Me Bloch par Léon Lyon-Caen
    • Voici ce que m'a dit le grand rabbin de Moscou par Ariel Ginsbourg
    • Le mage Balthazar victime du racisme par le pasteur Vienney.
    • Robert Sabatier n'a découvert le racisme qu'après avoir écrit son livre « Alain et le nègre », interview recueilli par Jeanine Parot.
    • Nous ne voulons pas de cette Europe là : la France toute entière dressée contre le réarmement des bourreaux nazis.
    • Ils acquittent Hitler.
    • Voici les organisations antisémites et racistes qui fonctionnent à travers la France.
    • L'européen Oberg attend son heure.
    • Paris, 14ème arrondissement, 20ème siècle : le froid et les nord-africains.
    • De la conférence de Berlin à la conférence de Genève : le chemin ardu de la paix par G. de Chambrun
    • Un message du Pr Joliot-Curie au conseil de la paix d'Israël.

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

GRAND RASSEMBLEMENT ANTIRACISTE DU PEUPLE DE PARIS CONTRE les accords de Bonn et de Paris qui aggravent le danger du racisme et de 1/ antisémitisme CONTRE la renaissance du nazisme et du militarisme allemand N" 132 (236) MARS 1954 30 FRANCS ET L ' ANTISEMfTjSME _, - LE MARDI 9 MARS, ' 20 h. 30 Les sources francaises de la pensée antiraciste a MICHAEL et ROBBY au PALAIS de la MUTUALITÉ 24, R:ue Saln\ .. Victor (M6'ro : Maubert-Mutua.l1t6) sous la présidence de M • Léon LYON•CAEN Premier Prisùlmt Honora:rt dt ta Cour dt Cll$talion, Prisidtnl da AI.R.A.P. Les classiques de la fraternité humaine ROSENBERG le doivent grandir dans le bien -être et respect de leurs parents ! DISCOURS, ADHESIONS ET MESSAGES DE MM. : Jean AUBURTIN Vko."'"'""t dll ConsdS MWtktpol 441 Porb Le Pasteur André BOEGNER Dr André BLOCH M'Charles LEDERMAN Pnl"tJIIInt Ill• rU..Ion dos Juih pou:r lo 1thbtoM• ~ rlntrold• Charles LEVINE diol Colf'liti CcntTol do la L.I.C.A. CE fut la grande infirmité du pa.s!oé que de vivre sous le signe de l'intoléranoe. """ ----~ Albert BAYET PrMI4el'lt N Jo u,._ d• r~"'"""" pnrt, quiconque pensait déle < racisme » composent la légion glorit"'e qui a osé dire c non » à la ha1nt. Quel beau recueil pourrait-on composer le_jour où on réunirait dans une Bible du coeur ces c classiques de 1~ tolerance » 1 (Suilt tn pagt 2) hl1ldont d• l'Ami, al• cies Médoclnt ls.roiNt" d• Ftonc• Mme Irène de LIPOWSKY Cette intoléranee était doubl& : d'une part, tout groupe humain se posait en s'opposant et voyait dans lee bomn1es nés bors de son sein autant d'ennemis ; d'autre tenir Ill c vérité > eonsidé-1-------------l Ils sont sous la protection de tous les gens de coeu1~ Dl pu" René CAPITANT M. MANDELBROJT 06put6, l.nci~n M1n.l.str• Profoucur ou CoUèeo do Fro"ce André DENIS Louis MARIN o.!pvtE Memb-re d• rl~tut, A.nc.ion Mln.istN Jean-Marie DOMENACH Louis MARTIN-CHAUFFIER AN•ch'ut C't chf tY• bprit • .lcrivcill Edmond FLEG M• Etienne NOUVEAU lcrlvoia Pierre GASCAR Vko-Pré:si6e.ttt ~e t"Ualoo Froes:olM Ms A...:~ Gcmltootta .. ts PriX Gcncourt" Charles PALANT Mme HALBWACHS-BASCH Charles·André JULIEN SKNt4W Géfti:rol cha M.R.A P. ConM-IIIor d• nJnlon. ftOI'I$4Îse Le Grand-Rabbin Henri SCHILLI Edmond VERMEIL PtofetSe.wr 0 kl $'0rbo'*'o Le Pasteur VOGE Jacques KAYSER Publiciste S'UNIR POUR VAINCRE i Âütêtnb•';m;n; ân1frâêfiië Ju· p;u·pt• t; '"1' "* L tM aocord• do Bonn es. H Paria Qui aooraven\. le dan· o•t du racisme et do l:ra.ntis6mit1•m•, con\~ la nnal.,.. aanoo du nu.lsme e.t du militarismo anemand, Ml"& uno lmpot1. anu convlbuUon à 1• lutte pa.ulotlque du pouple de Fr&noo pour omp6che,. notre paya do 1"6\0mb.or •out ta cou~ d .. envahltaeuN hitléri&na. ca,. O'Mt biOn dd cola qu'li &1aglt. Lo ttoal\6 do Patlt lnttl· tuant ta Communauté Européênno do Dôfento Hpond oucteftlOnt. l co qu•appelafont de 1eura voeu• loe adept.ot d'Hitlor, l ce qu'eux jourt los plus aombres do tour offro1able op .. prottlon, lia n'osa.lent espérer pouvoir lmpoiOr l fa Franco oooup6<!. Tout y ost. DomlnaUon miUtalro : l.l Fl"ance no dltpotera ptut eur ton tertitolre métropolitain d'autr .. force• ar""" por Charies PALANT Stcrétairt Glairai du M.R.A.P. q11• celles .. uura.nt la garde du Chef de I'E\et (art. 10 du lnt\4). Ocoupa\lon mllita1Nt : c'est •• commftt.l.l"lat de 1& C.E.D. qui d6termlno l'lmplant.atlon teJLrltoriale dot torcot Cui"Cp6- cnneo (l.l't. 77). Ano1nto aux 11bortés des c1to1ens franoals : lt commit• sarlat aolt do son propre chet pout aasuror tur Jo torl"ltolre d'un 6t.at. membr.o ... la défonsa « lnt.6rleuro ,. (art. 18). Un nouveau Junchaue légal se prépare CE NOIR est condanan.é ànrourlr le 9 Avril dans la chambre à gaz oomlnCLtlof\ policière : sans avotr a domandor t•avls, ni du oouvernomen" n1 d'aucune a.ul.ol"tté nationale, lot aoonta dO la c.E.D. peuvent se présenter chez les partloullera, dans los •ntl'oprllet prlvtea et publiques aveo les m6mos pouvolra que 1" aoents do la p-oltç.e nationale ou tout autrea tone• Oonnalres (ert. 114 et 116). Voici !o plus r«~nto photo de Wttlty Robert WELLS, concfo.m.,6 ô mou•lr ft! avril ~cchotn daru: lo chornbro ô eo:r. - cor tel crt le 111Gdo d'~.dc11Uon utllh por k:l ju.rtico en Cotlfomto. WtUt, tmprkonM d•puk 15 on1, o 4t6 lnfushl"'tn COI"'dOmft• 0 mort pot le tn111.1nol do to prl1.0n dt S~ Qt.rftltin on 19·U. S.\11 Ea protfltot5oft mondloC. d .. otnt dt Cotin ,...,, e"'pêchcr c:c novft.ow l'f'KhOt Wtol (nit not fnfona~tf&.lt$ en, !>Of" 6}. UEL Français, quelle Frartç.aJao ptut e.ouacrfre • ces rait les opinions diffé· rentes d& ln si~nne comme des encurs détestables dont il fallait purger l'esprit humain. Considérez les Grecs : même A l'époque où leur civiliution e•t la plus brillante, ils appellent ' barbares > tous ceux qui ne sont pas Grees. Considérez les Romaine

ol u •ul3stantif • bos-

Cet anlclo de M. Alber\ BAYET •" l'lntf"O-ductfon d'uno erande t:nqu6tc hls-to· rJque su,. 111 traditions antt· raclttu do la france, qU6 DROIT ET LIBERTE o~m· monce •uJouitd1hui. A partir ete notte prochain numllro, d'a.utrea pertonr.a· lilu potlloulltroment quall· "'•• ,HIInt«r-ont e-t eommenttHftl det tex.tes d .. plUt .,.nde •eriYaln$ et hom...,.,..;.. r.,.1 t 1ronoals do toua i4'lt ...l .tj • •lltrrc"'*m· q-uo .-o~rpo411t' 1tn de not,.. J)tuple au N.CJ&ft\8 tt l l'antJs.êmldsrtJe plonto •• ractnas au plus profond dt notH hlstoj,... pitem » qui désigne l'étranger, Ils tirent le mot c hostem » qui désigne J'ennemi. Dans le monde de l'intelligence, même intransigeance. La devl. e de tout penseur est : c je pense, donc tu suis •· Quelqu'un rclu6C-t-il de • suivre > ? On l'ab~t. L'Empire pa7en jette les chrêtiens aux bêtes. L'Empire chrétien condamne à mort quiconque pratique le cuire païen. A certaine-s heures; l'intoléran,.. ce \'a sî loin que des lois voue.nt au ~ gtaive vengeur ,. ceux qui OO<ronl • regarder » un temple pa! en. C"EST une des pures gloires de 1•. France d'avoir été au prem1er rang des peuples qur, en même temps qu•iJs con1- battaient l'esclavage, ont combattu !"Intolérance. Çln trou1'e!n dans les pages qu1 vont SUivre les te~tes qui ~voquent et illustrent ce combat de ln fratNnlté. Rabelnls, Montaiç-ne, Jlayle, Montesquieu~ Voltaire, Diderot, Rou•senu, Helvélius, d'Holbach l'abbé Rnynal, l'abbé Grégoire; Hugo, Lamartine, Renan tous ces hommes qui oot combattu l'an .. tisemltisme l'antihérétisme, le monstre aux cent formes qu'est Q tox.t.es qu'un journal anglais a caract4rltH comme • lee f'lftlNillea de ta France ,. et aupr4e dtJqutll, l'•rmit· tt" de Ju1n 1940 ap,panit ç0mmo un tt-al'-' d'amltl6 1 Aua h6altante nos c européent • font miH>Ittr 1& pi"'meas& dt • o ... an\let ',. anglaises ou a.mé-l"lcalnot. Qu'nt-ce • dlr& 1Jnon QUO nos c alliés occidentaux • •• pol"toralont Q&l"anta d'un• application ., toyate • des \I'IJtês do Bonn et do Pa.r1a, qui portent en eux les ger-mc.s do mort pouf' not.-. patrie ? LE MAGE BAL HAZAR VICTIME DU R CISME A ooua qu1 hésitent plus enco~ on oppose tnttn to fam• ux dllemno : c'est c ça ,. ou bion la Wehrmacht. • autonom• •· Lot propo-sitions réalistes: de M. Molotov 1 ta conf6f. enco do sorlin o~ M. Bidault ost allO m6rlt.ol" tot complimenta chotourau; du chancalfer Adenauer, on• montr6 qu'Il 6'-lt poulblo d'empêcher la. ren:1issance du mllltarltmo oHe-.. mand par lA conclusion d1un véritable tro.lt4\ do dcurl\6 ou .. ro~enne attul"ant la pa lx. dans fo •respect dt t•lnd,pondanoo del na'-lona et quel quo &Olt leur Nglme lnt6rltUI". MoJe m6me pa_,. rappoPl au rlsquo do voir 10 r-oconatltue-r une Wehrmacht c autonome » - ce que la franco a le pou• wolr d'ompfcher - ta C.E.D. n'est paa to tHin, modfNnt lee app6tlta de. reYancha.rd• allemands. La C.E.D. c'ett le b1111fon ot le carean livrant la Ftane-e pted-f et polnQI 11 .. l la domination 4t.rangè,.., La C.E.O. c'e5t. juin 1940 plut Stalingrad oaon6 pn HiUer. La c.E.D. c'est Montol,.. p..,..ph6 par un homme qui fut prôsJdent du C.N.R. La C.E.D. c'est Auschwitz: rtoons,rult par aee vlcttmq;. 'IST pout bl"01&r> les 4\a.pes &ur lo chemin dt la revan· C che t1azle qu'Adenauel" exige la r&tlflc.atlon do 1& O.E. o., machin& de. guerre e\ de mon. Lo c;~ounrn&oo mont do Bonn, c'est le ministère d-'Hitler plus lOt lt.g:ona do 1a d6falto hltlèrlenno : GLOBKE, rapporttu,. dea lofe do Nurttnbero protecteur dé la raeo aryenne « conlro la p6nètraUon du ;ang Juif di~n& la nô\tion allomando »1 aujourd'hui ml• nlftH d'Adenauer ; PREUSKER, n811 do fa pr.eml6r.o houro, apoll&ttu,.. on chef sous Hitler, nilnfstre de la toconatructton d'Adenauer · SCHROEDER1 financier d'Hitlot', mlnlatr• da l'lnt,rlour- dAdenauet ; OBERLANDER• colonlaateul" do l'Est (Suite tu page 5) SELON une vieille tradition chrétienne, nrofond6-ment enracinée_ l'un des trois Rois Mages, qui, au matin de Noël, partirent à travers les dé· serts et les villes, saluer l'enfant Jésus, est un Noir ; son nom est Baltllanr. Ainsi se trouve symbolisée la lraternité des peuples. litais 110ici que s·en ~le le racisme, sur les directives, dit- Voir en page 2 le point de vue du Pasteur VIENNEY on, du sénateur Mac Carthy - et tout change. c Un Noir panni les Rois, parmi les Sages ? jamais 1 Plutot refaire la Bible 1 • Et l'on commence par • blanchir • Balthazar dans les livres d'enfants. Et les seuls Noirs acceptables seront les chameliers dts Mages - ce qui correspond aux chauffeurs, porteurs et tiltiers d'aujourd'hui. Et voici qu'une maison d'édi tion française vjcnt de s1as socier à cet odieux maquillage la maison Flammarion, qui a pu bilé récemment dans la collee tion de-s c Petits Livres d'Or » une < Histo.ire de rEniant-lé sus », traduite de t•amérieam dont les auteurs sont Béatric Alexande• pour le texre et Stel lie Lerch pour les illustration Ga~ons que les chritiens d notre pays n'apprécieront pas catéchisme raciste. D'aulan plus que le renom de la franc lui-méme, risque de souffrir d cu ridicules ntteinres à la tradilion, comme l'Indique une lettre publiée dans Le Alonrle il y a ~1etques semaines. Un père de famille proteste Cette letlre tSf écrite par un docteur égyptien, ami de la France, qui taisant apprendre noire lan~:ue à ses enfants; leur avaot offert Je c Petit Livre a·or > en question. Grande fut sa surpri•e tt plus encore son indiet~ation. (Sul/t tn pagt 2) ht pctJt• Mkbofl et Robby OYOfel'lt retfM'if •n -"" 4• t~rcn..tt,. d ~ a.ro ctcns Je ...,...,._, ô •• q.., .. .M• iloch '*' ... rt .. ... AH. Cb Jn .... ki (MO"tltfs 4 •. fil 0 c.roà) lollont OY bo..tton ovtc: cf" petfh tomorodott. A l'heurt où noue mot.tont &oua preiH, nout Ignorons oncore quel tiN lt SOl"\ dot poUts Michail et Robby Rotenbe.rg. Lt 18 """• au peth. Jou,., la polle-• lta tfl1tvall brutalement 6 la tamlllt Allen, l laqu•U• .. .. OIOCII, 'U~Uf': 11.>\]&i, 10. ...... ' c:onflb de ton v,nnt. II.J ont •t• p•ae-U cl•llt un o,... phellnat, puis, dovant l'fndlgnat. loo de l'opinion publlquo, Nmlt peu après l la c;~a.rd• do four gPand- mêr•, Mm• Sophie Ro· aenberg. Par d•uz foll, •• Juoe Pan· .Cc.1, d\1 U '"'"'--., ""'"' anJ.l11U a• l'ftw•York, a Ntport• u d~l& lon : c'en. 1• 5 MAN, annon~ • t•on~ qu'li fixera l'a.ventr dt Ml· ohaël " Robby. La protestatJon mondiale, qui •xlge le maintiett d .. deux enfant. a auprès. de leut grand-,._ re, dott lmpos.e.r, eJ1 conUnuant de t'ampHfieP, un.e solution aua. etpti.bt• d._ 1~1'" âlitU,..... Uf1. lt• cflone e.t heureuse (Totr Dot lrl• rorlM.UoD$ en 1'48$ 51. HOMMAGE a' Me BLOCH Nous donnons ici lt ltx(t dt t'allocution prononcit lt 1!1 fivrltr dtrnltf1 à la Mutualtll, par M. Léon LYON-CAEN, Prtmltr Président nonorairt dt ta Cour de Cassation, Prls:dent du M.H.A.P., au cours dt la solrlt soltnntllt d'hommage à M• Emmanutl Bloch. Mèsdames, Messieurs, Je me présente à eette tribune à un double titre, d'abord en mon nom personnel, comme simpl& citoyen, et, permctt.cz.moi d'ajouter, eomme ancien magistrat, qui a toujours pincé au-dessus de tout l'amour ct ln rccberstupeur. Animé par la seule pusion de la justice et de la vc!ritë. dédaignant les outrages, les -calomnies, Jts menacts déthai .. cllc de ln justice et do ln vé- • ·· t•ité. n~es contre lui par des f~nati- Je parle nus$i nu nom du M. ques, il consacra sn vlc et ses R.A.P., dont j'ai t'honneur d'être forces à la défense d'une cause le Président, ct qui, toujours à qu'il considérait comme sacrée. l'avant-garde de la lutte en la- De pareils hommes sont trop veur des persécutés et opprimés rares à notre époque, où !riomde toutes nationalitb, de toutes phent te matérialisme et la peur, races, religions ou coulet.trs, se pour que nou.s ne tes saluions devait d'être présent lt ,.,.'fe im- pas bien bas. posante et émouvante maniiC$- Nul doute que son souvenir talion. vivra d•ns le coeur du peuple Puis, sans chercher à minimt- français, qui a toujours almé ser en rien le rôle éminent des tes causes justes et 1~ hommtS valeureux et désintéressés qui tombent victimes de leur courage. Son rôle, surtout pour les Français de ma génération, forte le rapprocherilent avec cdui d'un autre grand avocat, comme lui . ardent combattant pour la justice - rai nommé la.bori - qui, lui aussi, dans un autrë dr:tme judiciaüe qui secoua Il France et le monde entier A la fin du siècle dernier et au début de celui ..ci., s'était voué corps ct âme à la défense d'un hom· me injustement condamné, victime des haines antisémln,s, le capitaine Dreyfus. RappeHerai-je - · c·est un souvenir qui hante naturellement mon esprit - que la violence aveugle des attaques al>l<qutlles o\1' Labori était en blllte fut telle qu'en novembre 1899, lors du procès de Rennes, où S<!S efforts ne purent soustraire son dient à une seconde condamnation qui devait être annulée par la personnalités qui, occourues de (Suilt en pagt 5) tous les horizons politiques etr-----------------------eonfessionnels, ont dés te premier jour élevé ln voix contre M. Ariel GINSBOURG Prés:dent du Comité Parisien la condamnation et l'exécution dt l'Union des Etudiants juifs des époux Rosenberg, j'ai bwn le droit de rappeler que c·estno- 0• son reto d'U . s . , ,. tre mouvement qui, dans la ptns Ur mon OVIetiQUe : large mesure, prit l'Initiative et fut le promoteur de ln constitu- 11 VOICI CE QU M ti on du c Comité nnllonal pour E 'A D 1 J la Réhabilitation des époux Rosenberg el la sauvegarde de leurs enfants •• comité au but LE GRAND RABBIN DE MOSCOU si noble et si humain, dont l\1' • Villard et M• Haas sont les courageux animatturs et sous l'~gide duquel tSt pla~ cette reunion. La brève intervention du 11\.R. A.P. répond l une triple prioct'Upation. je désire d'abord donner l'assurance qu'il continuera à unir ses efforts à ceux des gens de coeur qui, dans tous monde ct .. vilisé, poursuivent l'oeuvre de f'è.. vision du procès Rosenberg. Une vie consacrée à la Justice En $CCOnd lieu, le M.R.A.P. tient à s':tssoeier de tout coeur au jtste hommage rendu à la mémoire de t\1• Emmanuel Bloch, oet admirable avoeot, dont la mort tragique nous • frappés de • UNE délégation de jeunes Français vient de passe-r un mois en Union Soviétique. Elle comprenait des étudiants, dca ouvriers, des paysans. mem. bres d'organiaatlonll de wutes tendances. M. Ariel GINSBOUUG, étudiant en Droit, qui participait à ce voyage comme délégué de l'Union des Etudiants Juifs de France, dont il p1·éside Je Comité parisien, a bien voulu, à son retour, nous faire part de ses impressions. Son groupe s'est rendu A M~cou, Kharkov, Rostov, Sotchi, Léningrad. Il a été reçu A l'Académie des Sciences et t l'Académie de Musique.. li a vu Carmen au Grand Théltre de .Moscou, assisté à une soirée arli~ ttque ~ans un villa~ de OéorgJe, ams1 q,..au grand bal organisé au Kremlin à l'occasion du Jour de l'An. Il a visité des usines, des fermes collectives et I'Univc.sité de Moscou, terminée depuis peu. Chaque membre de ln clclégation pouvait, en outre, deman<rer à voir ce qui l'intéressait particulièrement. C'est ainsi que M. Ariel Ginsbourg a visité la grande Synagogue de Moscou0 où il s'est entretenu avec le rand Rabbin de l'U.R.S.S. (Suilt en pagt 6) CINéMA Rob e rt SABATIER n'a découvert le racisme qu'après avoir écrit son Les mécomptes livre (antiraciste) « ALAIN ET LE NÈGRE » de Versailles (Interview recueillie par Jaan/ne PAROT) LORSQUE fai tu (occasion dt parltr avtc Robert Sabatltr dt son roman : ALAIN ET LE NEGRE, nous avons tvoqullts souvtnifS d'tnfdnrt dt (aultur, par/1 du vieux Marrlmllrlrt, d ts probltmts tl' AJain tl puis jt lui lli dt mandl: j. P. - A vtz-vous voulu fairt un livre ant:raci.Sit ? R. S. - Savn-vous, mt ripond- il, qu'on m'a posé cette question mais so~s une forme un peu différente ; on m'a dit c Mais pourquoi aver-vous choi· si un homme de couleur plutOt qu'un autre ? > j'al rOpondu en renversant la question : c Pour .. quoi en auraî-je choisi un autre, plutôt que celui-là ? • J. P. - Ptnsltz-vous il un homme parllculicr que vous nu ... riez tonnu ? R. s. - Non, à piU$ieurs que j'avais rencontrés sans doute, at assez inconsciemment. J. P. - Voulu-vous diu que c'tsl aprls avoir lcril volrt livrt qut vous tlvt.Z songl. au quul/otU ratialts ? R. S. - Oui, si paradoxal que oeta puisse parait~ je n'en ai pris co.,scienoe qu une fois le livre terminé. je <U.vais, v~guement comme beaucoup de gens qi>'il y avait des théories, des Actes racistes et je les dmpprouvais dt tout mon coeur, sans y penser vraiment. Vincent, Je c nègre > d'Alain était simplement pour moi un homme, sus--ceptible de comprendre l'enfant. de l'nider de son amitié. He bien 1 cette simple conception humaine, cette simple confiance en les homme.s m'ont valu des encouragements, l'amitié personnelle de noirs que je n'aurais pns connus sans mon livre ... et des récits, des anecdotes qui m'ont pnrfois bouleversé. }. P. -El c'csl alors que vous a11ez réfléchi au probltme ? BALTHAZAR (Suite dt la pagt 1) c Ct racisme amlrlcain, écritil, 4ui fail icl son appar:llon, voila dt quoi fairt rtf/l~h_ir (OUI uux qui rn Fronu. mtntmistnl lt danger dt /'tspril commerc; oL c N'est-il donc plU$ pou/ble, de nos jour$, dt domur a nos tn· fanls unt aulrt pdlure qut ctS histoires vtnuts tn droift 1/gnt dts c comics > ? La Franu al~ llt abondonni sts pasilions wlluttllu au pa/ni dt livrer sa proprt jtunent à la lrislt tantal$ it dts. dtss.:nalturs tt dts lt-riWlitU omlritains ? ,. Jésus était-fi juil ? franchise - ce qui n'a rien d~ commun avtc lt ntz crochu des modtrnts bout;quiers, lgtnls dt' changes, proprlllairts dt bordtls tl lraflquanls dt whisky ... Lts juifs des lemps modernes sont des impasteun. jésus nt ltur rtsstmblt nulltmtnl >, ete... Quand on vous dit qu'is sont pr~ts A refaire la Bible 1 Notre réponse Pour eonclurt-, qu'il nous soit permis de répondre à la lettr~ du docteur égyplien cité plus haut : Rassu~vous, cfter Monsieur, les français désapprouvent ces méthodes et fustigeront comme il se doit ceux qui en sont les initiateurs f R. S. - C'est alors que je me suis aperçu que le problème était grave. j'ai eu conscience d"avoir fait prem·e d'une certaine naive.té., de n~avoir pas cru j)OSSible tant de bassesse et de lâcheté chez cutains individus. j'ai senti le besoin de m'Informer, et ie me suis document~ s)'$témahquement. j'ai été altéré par tout oe que j'ai appris, navré aussi ; car si oertatns pêchent par i~orance il en est d'autres qui n ont pas cette e.xcl!Eie, et qui par paresse intellectuelle, par manque total de véritable culture pensent par slogans et propagent ces Slogans rac;stes. j'ai lu des livres. des documents, des 'P1aquettes sur les questions raciales dans divers pays et aussi en France. je crois qu'il y a toute une ~ttc!rature qui prépare les esprits au racisme - je pense à < j'irai cracher sur vos tombes >, par exemple - et il me semble qu'il faut lutter contre ces livres de toute notre énergie. }. P. - A••tz-vous voulu faire de Vincent lfn symbole, une sorte dt résumi de la soi-disant c tJme noire ,. ? R. S. - Pas du tout. J'ai parlé de la bonne humeur, de la faclüté de Vinoent dans ses rapports avec les autres hommes. de certaines qll<llités ou de certains défauts, c'est parce que je considère que Vincent est ~ un hommt commt tu autres • et qu'il a ses propres caractéristi· ques, phys:ques - son aspect, une oerfaine coquetterie, des at- Portrait-minute Moune de RIVEL titudes. .. ou morales et intellectuelles - comJ>rèhension, inlelligenoe, sensibllité. .. - je ne sais si \'ous vous souvenez - poursui/ Robtrl Saballtr - d'un passage ou Vincent fait allusion A des livres qu'il a lus, montre 9u'il a pris conscience de certa.IIS pN~Itmes, que ceux-ci le prtoccupent, el parlant A l'enfant trop jeune encore pour comprend~. Il le re-garde avec une grande confiance dan~ l'avenir, dao$ Alain ... - Et puisque vous avu prononcé le mot symbole tout à l'heure, H en est un au4uc1 je tie!UI oeaucoup, et qui prend pour moi une très ~rande v.•· leur parce qu'il s'agit auu• d'"" fait réel dont j'ni Charles tllm~ir, · je veux parler de la renctnlre de Vincen: el du Holl.~nda:. (1) que tout scr.lblc à prion sép~ rer cl qui se o"ven1 wppruch<!i de façon si si:nplc, r,~or.naul des animaux Avec de Ir. m!e de p~ln pour amuder Alo'n. Et le VOU· drais que le ROtiVtnir de èeuc. main blandh! qu1 ser~ 13 :n:sin noire avec toni Je chal<cr "~ pour vous nn souvenir a:utsi foli et ""'· tourd de se"' et d'espoir qu •1 le rw pot~~'" moi, ~niant. C'est un peu grAce ~ cette im:tJZC: quoe J':.i pu fe-rire ALAIN ET I.E l'EllRF.. El Robtrl Saballt• rtpart, ,..,_ parlan/ Dl•tt lui ecl amour du homJ •• tt tl ctllt r'Jn/iantt tfi tll% qui rtndtnl folllt convtr~otion at•tc 'ui $l ftcc:tdt tt s.i tl· con/ort,r.le Ct/a fa:t chaud au ('%Ur ~t stn~oir qut du hommu comm~ Robtrt Saballtr s:rrmMit.111tur fK ne dtvanl ta m'·'~" humnin.t pt·w la dlnonctr 1.1rtc dt.s tnot:: ·l M'US touthtn' au'hi ()rtJ/onr. lmtnl. • (1) Volt cWonovt .. ,. ..... 4'• 4tob~ et le Nitro • ttlohil'lt c.et. te motco~ttre. C'EST son hl.itoire gtoNeu.s& qui •aut • la Fnnçe J'admiration 8\ l'amour de \OU$ les hommes llbr.-es. 1789 fut une leçen pou,. le monde entier, comme le furent. 1830, 1848t 1871 . L'ardet:r et le courage de notre poupJe, ta D6- claration des Drott..s de l'Homme et du Cltoyen insplr6f'orn partou" lntpltent encore, Je combat pour ta llber"- c.a. IIMf " ,.,. ~cs ric:ctionaG~ 1ft f•tchh.s. Hitt.r ,...Jo:lt, BI -p.ha nl ... oins. ._ ro-,..r 1789 d• rH.btoùe- •· f•Wfl•t, robots.Mt c. qvi foit &o glof. ,. t. flot19 po~ '"'.si ovut, JJ fo.ld' crolr•, r.at~lf M M. Sod!o Gulby, a.nqlt'll priknd ftOUJ: • contw • V•rsollles (1}. Co v-leux becn1 c.tou1ont:, c\ to voJx monocord•, ou mêptls cinglant po-ur tovt co qui n'ut pos laJ-n.fmt;, ou cynlJ.me lcr;'l' borne, n~ se c-c-nh! n:tepo• do M pttndn poÇ~t Roci!W ou pout Lowi• XIV : Il refait 11libtoire ' .son goût •t ô "" lmogo. Lo Htotlt élu Bowbon.t, s~lon luf, c.ufftratt a ~xplfquor lé!s cotostroph4s, lt1 Yktolttl, tn &Hl mot to•n le• 4Yt--. ntMtnh hlttorklut,, 'f com.,th to R~ Yolvflon diJ 17$9o lt lo pri .. do To 8ost1Uo r4su:tcroit d'un oc.c-ord cmtre Robtsplouo ot Ldlvh XVI, tant c~lulc. l olmolt son IHI-IIPI•. Mo rio-An toine~ étott un a n$e de ,race ot dt bonti. mols I.e$ Por[Ticns d~ 1•• tliclo dos IYrog:noo hydérlquO"t. Quont ov forncux • Ço lro a, Il lr.d5quo ch~& *"" lol.ft rnonque de con~ clenco profcni.,Mlloe •t de conscle:n.-u t CH.tt uwt. Moh " • Ço lro •· ovni pulnoot qu• lo conYk-Hon profonde qu•u ~•· prtmott, et ..-rtl, don• Jo film de M.. G~oeltry, pot to •obc d'ldïtt. Piat~ toutl~ u-.. tlllotlon véritob" et u-n sinclore 6f.to0t '*'-' tovt co q:ul rocc:Ota· povn•~ "Culture" P'UR txaller r c 'sprit europien >. ant dlltgalion tftnseignanls tf Allemagne dt l'ouest nJ vtmze réttmment cl Paris, tl Hl reçut au Lyclt Rat.nt. Comme fun dts profusturs allemands s'tlonnait dt n'avoir pas éli reçu cl bras ouvms, une H'êpUos-ns pos SliU' c:ette ... ...,.. ~oM. •olt sou1snM...,. J. co. redire d'escroq.uetle 1ft0f0,., ,.ttq111'U J'ogit ~N.n·t cM rocuoinir, ,., so proJecflott~ t.s fonds Mc..uol,.. • l'~ du dtâteou 4• Vcno:n'"" Etrono- foson ~ d4fettd,. .. pottlnl..._ ec aotlclaol ft 4!e poUle-,. a to co,.,..ü des pouvoi.ts pullolfou q\11 •mp&oltnt oiUoun,. por oxempie doM lo tllotre d'lndodtine, l~s crldJh qwl 1ont d'-" follt ici. If est clo.mMo,. quo do stonds ortbtos, en toute benno fol, •

oiont prêtls à ceHo Oflheprlto.

Sac:ho·LCMolls- XIV d6clor., •• dfbut elu fUm, qu'JI •'•n o ~~ mfmo fftf &tA c~ntlme. l n fott, son • omour do l'off • net t'o po• omp.kh6 d'ompo. e:.h•r, dons uHo otfot,., quoJquos bon• et bcoux millions. S'li o cru, olntf, foire oubUor J.t GMIM'Ot q~a'll •~t sous l'oce:upo1Jon et l'orwutotlon qui a•ont, ulv it oprè. lo Lib4rotton, Il •'o't ! out~ dem~nt tromp.f. Il ne Mto pot Nhobf!ltf aux youx dH hond·tn O*f\s on por&.sont~t Aoc:l• ne comm• un pr&u~our de;• • colla· bos • of Socho Guitry (.OI'ftMO un ••· fN R.oclnc. Ho11 vrolment, quel quo Mit rontko oU I~Oft M plocc, lo co-mporotaon fiO tient po.s. C1 ) Dons 1e film : m'&oft eont6 •· , c. M. europeenne Française (donllt mari a ill fusitU par les nazis) rapptla lt1 horrt-ur$ nazi~s. tes cllt7tp dt tontentratioti ... Le professeur allemand tut cette réponse : - Ath t Es war doch judtn ... Bah! tt rtéltritnl qat des juifs t Ctt élat d'esprit n'cs/ cerlts pas celui de lous les tnstignanls alltmands tl nombrtux sont lts Fidèle à ses nobles t raditions LE QUARTIER LATIN contre le Le 31 !6-rrler a ~tt. comme cbllque année. une Jovrn4e 1,.. WN!Iionaù a. IObdariU de Ul leunuoe et du ~udlantl contTe te tx>loniali~JM. t:lle a ttc~ marquée, en parttculler au QUartier Latin, par d'Importantes manl! eotattons d'union. L'UD11'crslté IOUle ent!tre est aiiJourd'hul encacéc clans de crandes luttes pour Ill dc!leru<~ dt aca droit& et de aeslll>ortés. Ausa! let êlud111nts françois comprennent- Us mleux que Jamais let dltttcultts particulières de leurs caamrades d'ouu-e-:ncr; ceux-et ont tt6 Ica premières vic· times de mesures qUI tendent • 10 sénér:li!Jer, el dont Ils re&tent les plua duru~eDt rrapp(la. Par ~emptc. avec une bourse maximum de 21.000 !ranes, les étudlnnts d'outre-mer, tl des mu. liers do kilomètres de leur ram\ Uo, dnns la plupart des cas très pauvro. ont '"VIdemmcnt plus do mal encore que les autres à résoudre les questions de logement. de nourriture. d'achat de livres. etc ... De plus, ua sont constamment menneû de .. voir arbitrairement retirer cette moJgre con. trtbutlon. D leur suCtlt pour e&la de mant!cat.et al peu que ce .,tt dea td6es non-eontormJ.stea : te """"""'rthyamc fera le reate. TrOP aouvent des étudiant. d'our.ro-mer ont dQ, alDol. abandonner leurs études. n leur est. bien aar. Imposa! ble de les pourIUIVf< l aur leur propre ool, o~ n'exlaltnt paa de tacul~ta et o6 les 6colea prlmall"el eiJea-memu aont en nombre tnauU!aant.. T)'plque est, • cet qard, l'at· !aire - ~tudlants l<llnlen qui s'est prodUite l'an dernier. PaulO d'6colea et par suite d'un buclaet trop lalble, les autorités cambodclcnnes avalent Interdit ' un c:utaln nombre de 11coem de pourtuln<~ leurs ~tudts, Jusqu'au baccalaunat. Leo ,yoe<ns firent crève. UM ~presalon terrible s'entulvlt : ua turent bnttua. cnchaln&.t ct promenés dtt;na tea rues.. • • rac1sme Leurs camarades l<hmera étudiant en France proleS!trellt par un lélégramme au rat du cambo<lge : u n'en falul Pli$ plus pour ctue leur11 bourse& soient supprimêe& C'est alors que oe l'éa.l1a en Pranc:e un lllOUVemeDI de _,lldarllé sans précéclent. De l'ar gent. des bons de roUdart!t turent collectés en abondance au Quartier Lalln pour lea etudiants khmers. C<!s memes sentiments de fraternité onl presidê aux man! testatlons du al février. Les orllt\nlsatlons d'éludlanu les plus diverses out hlnoé un appel en taveur des mou d·or <1re suivants : satis{acuon liu T6Vefl(,(icafiol'l$ matlrfel!u ae• étudiant.s colontau; lutte contre Ul raclllll<l sous toute.s se$ tor me$: emeignement national et d~mo:!l'atlqu~ dans les pays coloniaux; re:::pect des libertés <16- mocratfqucs et ile l'c!galiU del droits des peuples ooloniou, apvUoatlon elu COde du Traooil en Afrique noire; OOgoe(atlom f~te• avec le.s r•~~ tants qualifiés cleo peupla colorrlau: r; en V1U! de la .alis{adlon da aspirations de cu peupleo ~ la liberté: en particvlier : J'QI: en Indochine, U!>éTation du pri aonniers d'Etat et del emprlton.. nés poliliq.,., indépendo!IC$ du peuple~ tunùien, (l!gérlen et ma. rooain. OUtre les organi3at!ooe d'ttudlants colonlaux, ce$ appel a ttt silloê par les étudiant 80CI!llllleS S.F.I.O .. les ttudlalll4 elu M. R.P .• loe étudiants membreS du Parti COmmunlSie. les étudl&na de la Jeune JUpul!JJque, 1ea au diana de l'Union ~. l'union locale ttudiank U..J.R. P.. lea seetlons éwC!lanles du Comité d' Ae~on des ID~ tuels, le Conoell de la Paix du Quartier Lalln, ek ..• Les anl!racis<.es so ~jOUiront de eett.e union agissante. d1gne des plus nobles tradlllom de la jeunesse estudian&tne fra~. Pour situ<r les méthodes appliquées dans l'c Histoire de l'Enfant-jésus >, signalons que Gerald 1... K Smith, l'antisémite n• 1 des Etats-Unis, ami de Mac Carthy et chef de ce qu'il appelle le c Parti National-Chrétien >, diffuse un tract Illustré par un c portrait > de JésusChrist, pour prouver que celuicl n'était pas juif. La france que vous voulu faire connaltrt à vos enfants est bien celle que nous aimons, qui reste fidèle à sos nobles traditions de fraternité, et que ne sauraient bâillonner les forces conjuguées, à l'intérieur et à l'extérieur, pour lui imposer des principes contraires aux siens. Au coeur du Quartier (.alin, une petite boUe discrèlt qui parle le meme pom : ~ La Rose Rouge :., que la cé!lbrt cave dt la rue dt Rennes. Lt atcor dts plus simple, vous plonl/t tout dt •uile dans ramb:ance africaine. Les classiques de la fralernilé .humaine palr.ofts qui, dans l'El at de 1-------------- - ----------Bonn, /ullenl conre la remit/ar/· c Il esl évldtnl, déclnre cc tract, dans 1~ style ordurier des hitlériens. que, ph'(sfqutmtnt, jésus a••ail fe fein clair, /ts thn•eu.t blonds el rtspirall la c La sympathie remportée par notre journal et par notre Mouvement dans les secteurs les plus divers de l'opinion publique montre que jamais, en France, le r&cisme ne passera .> Le Pasteur~ Vienney nous écrit: L E. text.6 du E'f&nglftl ne nous apprend rien eur le nombr .. la quaiJtj royale, re nom ni la ,..C6 des Magea .,._. nus d'Ortent pouP adorer l'enfan\ J6sua. ce n'est que von 1• rx• clkJo de nov. 6ro que la tN.diLion a falt de ce• wlslteu,. dea ..ols, a flx6 leur nomb,. • t.tois dont un nt~JIP et leur a don"' des nom.J. o•un point de wue 6trlctemen1 conforme au Ulxto acriptui'~N checun eat donc IJ .. bre de ,..pr4ten\6P autoul" dl la crichè autant do Mag~ qu'li luJ plalt et de leut donl"'or lo dto· ment et la couleur de p .. u de 1on oottt. Dana un film amtrlealn devenu ctaaslque : • Vor\e plt.ur•o•• ,» on a vu d .. anou l peau noire, o\ cela n'a choqu6 per.sonno, chez. noua du molnl. qu'en plaoant un nol,. ptl"ml ln Maoo•, la t.Padi\lon a voulu af• firMII'" 11unh'lta.tl" du I&IUt appor" par le Christ : tou& lee hommte sont uuw-h par J-ésu&Chfitt.. quelle quo sole. la couleur de leur pe.au. Qu'un deuJnat.ur am6rlcain bla.noi'IJaae ce "",.. va contre le """ profond de la tN.dl\Jon chNtlenne qui •• tonde, luit aur dit tntee cortaJna. Ce n'e&l plus alort une forme tradiUonnelle qui ne. atteinte mala une v6riU Ml•ntleUe qul ut Intentionnellement d6form6e. Cala Ml trt.a QNY•, plue enco,. que l'ab&en .. ce des mot.t • Dleu » et • prl._ re » dant c Mon ~romfér dic\ fonnalre • 6dlt6 ohez Larouas• •t•\u d,.o nt lo auccit ott pu &Il· si m6riW. L'orchtsfrt tl les attractions qui réunissent foë Bass tl sa troupe, et les < TROP/ CALS > vous emporlenl d'un coup dt cymbales, à des milliers de kilomèlres du Paris gris et pluvieux dt ce soir d'h;ver. La vedtlfe du programmt ,,, '""'" pa• .IIOUNE DE I?H'EL. Elle est belle tl sa voix au timbre dutlld soif ln'oir dts acrerrls émoUJ>ants. Elit chonle r Afriqut tl r Amtriqut Ctnlrale. Elit chante les amours el les tspoirs dts hommes dt coultur. Voici la joit tl le ryl/utle avtt dfondeur tAbbé ,, voici frspo;r avec un vieux chant tfuclal ·ts. El, paur finir, tllt nous donnt une irrlerprtlalion louft personnellt du grand suctls

~ foi dt la veint ,.,

ltfount dt Rivel a lit il '1 a dtux DJIS la vedtllt du film c TROIS FEMMES > tl'apris Ouy de Maupassant. Elle a fa;l funanimill dts critiquts qui onl salut son prtmitr grand succès âmalograph.que. (Suite dt la pagr 1) murmurent que nous devrions. sation ct la rennzificallon. Mals il tsf significatif qu'une !tilt réponse ail été donnle par l'un dt Cl!llX qat lt$ SéTVtCe$ d'Adenauer a•aient choisis pour rtprlsenter l'c Idée européenne >. EN atlendnnt,'<ln folt demeu- renier ce que notre hi$toire a eu 1 ____________ _ re : un jour, c'était en de plus grand, revenir aux pré- 1789, nos aieux, r~pondant /"g~s lneptés qui ont coOté à ! l'appel dca humanistes du 'humanhé tant de sang. XVI', des P.hiloso~hts • du Les pages qui vont suivre sont XVIII', ont faot une RévOlution. la réplique, lumineuse et déeisills ••raient pu, sur 111,;; ruines vt, l cet ossaut des pires forces d<· la Bastille pari•len~t. rtven- du pas.é. Par les plus grands dmuer IJ hhfni•" !)al , - hi de ses érri•alos, pa. 1~ plus mes et J'A)I't eu.>; uuo.l! •n'er bi Ill oiT ge< tt a• ,;Qn nisto.re, notre c Déclaration des drt~ila du pays s'est prononcé : une cégliFranr3is >. Ils ne J'qnt pu fait. se ~ no~elle est née ; tUe est Fidèles ! cette voe•tion univer- l'Eglise de resprît, elle est l'ég)isaliste qui •vait si souvent, aux ~ de l'homme, et les forces de heures les plus sombres, rayon- la haine ne prévaudront pas né sur notre ~y~ ils ont lancE con!fe elle. Le prix Charles-Veillon Le prta IMePne\lonat du ro ... man de langpe tranQ&Ia._ lo prix Chari .. · V•IIIon (11.000 r •. sulsces) a ét6 al!rlbu6 • M. Camart Lave, JeuM 1"'0- mançie:- de 28 ans "' 111 Aft'lque Nolre, pour son livre • L'Enfant nofr •· la c Dklarahon des Droits de Albert BAYET. l'Homme •· r--....::.=:..:.::..:....=.:=.:::.::..:__Charles 11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)::::::::~~::::::~~ Que l'eire humain soit /·aune, blanc, noir. rouge, qu'i soit juif ou qu'il soit chrétlen, qliil sui\-e Allah ou le Bouddah, qu'il soit né sous ~t ciel ou tel autre ciel, il est c homme ,. tt, à ce titre, tous lea autres hommes doi\·ent le traiter en fr~re. Parce que la Fran«, en 89, a osé tenir oe langage, indi,·isible>ment français et humain, elle a été saluée par tes Nations. Durant un si~cle tt demi, chaque fois qu'il y avait sur la telfe une race, un peuple, un groupe, un individu ~pprimés, ils se sont tourn~s vers la patrie dea Droits de l'Homme comme vers une espérance et presque une certitude de revanche. ~ T voici qu'aujourd'hui quellL'IE~ IP>OS~l~OINl IDAV~ID PERIEll L ES DIS Q UES L ( TT R [ s 0( LA MAISON Of LA MORT • J'espoir ne sonne jamais faux, même au-delà de la mort. On les entend tOlU à tour évoquer • le tourbillon et la lutte. lo joie et la beaaté des premiêres années Jo ; êcbaogtr impres-sions et sus:~estion~ a9.r~ ~~visite des petits MichaEl et Robby

s'encourager réciproquement
analyser la procédure judie

airt qw Jeur est ouverte ; 1ancer ensemble à la face du monde, un dernier cri d,inno-cence, et au président Eisenhower un dernier avertissement : c Si nous som~MS exécutés, ce sera un assa.ssinat, et la honte eo retombera sur le go!M!rne>ment des Etats-Unis >. Un sobre accompagnement de Philippe Gérard sou J i g ne J'émouvante beauté de ces lettres, que présente un commentajre de Francis Crémieux. On ne saurait trop recommander l'utilisation de oe document aux accents si sincères dans la tutte pour la réhabilitation d'Ethel et julius Rosenbtrg et pour la défense des enfants . Louis MOUSCRON. Il n'en reste pas moins quo ta ttaditJon reouo O\ bien 6tabtlo veut un roi Maoo noir aupr•• d• la crèeho. Blanchir ce n6gr• 1"0. couno w6a cert.alnoment ~.~ no Intention q uo la prbonco do chamollere nol,., quoique• PtiO" a uparavan\ rond plus 6vld•nto encore. L'on est en droit de penser .J'al montr6 l'hmge en quutlon • plusleure enfanta do 8 l 14 ana; pl ua ou moln.a w-lt.& toua one poa6 la question : • Poul" .. quoi le n•are n'y ost.-11 paa ? » l x.oellon&o Introduction • \IRe l ccoon contlle un racisme Insinuant ot d'aut.ant plu& odieux q u'li veu, aQIP' tut dea onfant.a une dlro aon vtal nom. Il semble qu'elle n'a rltn tourné depuis. Nous ne pouVDIU qut déplorer que lts réalisaltars de films ne volent encore dans lt Noir, comme da::s le jaune ou fe Rougt d'ailleurs, qu'un élément décoratif et n aitnt pas al laqué un grand sujel où l'Afrique cl ses pro~Mmes sera/tnt cour«geusemenl évoquh ~ ques po:teura de haine attardés, ~uxquels le hideux succès du racisme et du fMcisme a tourné ln tC:te, clament ou Au Club de la &ullare et de la Chanson SANS QU'ON AIT BESOIN DE PARLER Nous donnons ici un txlrai! du roman c Alain elle N~gre >, celui-là mime don/ il est question dans flnltrview cf-dessus. UAND 11 ,,n6wa dane la boullque, un grand Jeune hom- o rne blond u tenait. pria du oompt.olr. Alain lui jeta u:n reoal"d et Umldoment fh : - 8 orljour, m'tltur 1 L'homme avJJa un• raaade de b16.N, poaa aon verre e.t ouvrit une main d'une largour tmpreas1onnan~. Il l'approc.l'l& d'Alain et. celut-cl lnatlnotlnmtn\. f'liCUII. La main arriva jus· qu'A con cou, l'enveloppa •t donna deux ou tro11 pe\lte.a ta ... pe5 amlcatos. Alain &ou,l\.L'homm• sec0\1& la tlt• plu&lluN fols, mais ne parla p.u. • 11 dol\ •tre muet • penaa Alain. Il r•jolgnlt t.a m•r• da.n.t l .. anr•re-boutlque. Elle lui chucho&a : - Va t'&&&eotl'" au comptoir. Mol, J'al l faJN. ~·&Jme mieux qu'ïl y ait. quelqu'un quand un 61Nno•r est là. U ne faut pu Se tala.ser seul t EUe aJouta d'une volx chuehotante : - Jo croie que c•eat un Hollandais J ••• Ata.fn fit un c oh 1 :t de aurprfte. U n'avait Jamala wu un Hollandais. 11 alla t.:'au.tolr derrJ6re le comptoir t\1_. le ubouPot. apr4s evolr pria un moJ"C•au de pain •t du chocolat. Le Hollandala eemblah curieux. Il regardait tou\ ce qui t'entourait, depult tea •trquet.tu des bOI.Ittlllea Jusqu'aliX verres allgnOa, &\IX mesuNa d'6\t..ln. Plueleura fols, 11 potsa aes doigta aul" lo rebord du x.tno, aveo un rooard 6mtrvtll14. Il montra uno bOuC.OUio e\ dl& : - Skldam 1 •n cUvant des yeux et on pointant ton Index lUI" aa poitrine. Il rêpéta : - Skldam 1 H6dort1nd, oui ... ou1. •. Alain prit ta bou\ellle, mala Il fit aigne do la main q u'JI n'en voulait pa&. Quand l'enfant voulut ropNndre eon pain, Il a•aperout que le Hollandalt en avait ext.ralt un moroeau de mfo qu'Il prea•• lt ent,o "' doigte.. Il 1ourtt • Alain. Celut .. ol ponsa qu'li avait faim et lUI tendit un tout peUt moPCeau de aon chooolat. L'homme ~tata d'un QNnd riN et ptualeurs tot• dit : Non t non ... par Robert SABATIER ~-----------------------·-- 11 fit une boulet-te avec la mte de pain •l tol"ll.nt une bOtt• d'allumettes de sa pocho. confecUonn.a un pettt animal qu'li posa sur te ztno en faln,nt. • bl, W •~ .. Alain lnollna ta Ûlte pour montf'er qu'il aval\ comptfs •t. ,..oa.rda 11 plU\ mouton qui venait de naJtr&. Le Hollandais fit aigne à A'-.fn de lui redonner du pain. L·~ntanc. se précipita • la cutslneet quand U f"'vlnt •••.PetÇUt que- VIncent entralt. Le nègre regarda le Holl•ndala et dl\. c bonjout ». Le HOI• landats ~pondit dans n lang\le. Us on M""' rHWt tl 11 VIncent n'anit rega.rd6 en tourl&nt te peUt mouton poa6 tur Je zJnc. Le Hollandais fit de fa tè._ un aigne lndkaUtnt. que ce n'6ta.it pas \l'ès $ér1eux de la paJ"t. d1un ho-mme d'avoir dt tel· lea occupations. vtncant prit te pain des mtlns d'Alain et l aon toul" arracha un peu ete mie. Il J.a tendit enautte au Hotlatldalt at Ill deux hommes se mlre.nt l conftctlonn., enttmble de petltl moutons. Le Hollandais créa un beroet dont la houfeUe fu\ un• allumet. te. AJain confectionna un peth aerpent, qv'll plaça lA. e.achant bien q\lo son travail 'tait lndlono du reste. Quand la milre ~-ew-lnt vere le comptoir, ellea let VIl toÙt les trois rian\ comme des enfanta. Klle e..,aya dO rire auttl1 malt ne Ht-rouva pu Jour tpontanttt •• lit riaient oncor• quand lé Hollandais paya. tl tapota '" Joue d'Alain. VIncent lui tondit. 1• main, o\ Il y tapa avec un ga:!te lal"ge, La main blanche Il le main noire se ae~>rèovent. un bon moment., cependant que Jea main• reaWos llbr,es frappaient les épaule&. Ils •• tinrent elnsl lonouoment, puis le Hollandais fit. aigne l Alatn ete garder te potte. ,,.ou .. peau. 11 t raça de la rnatn, de larges ge.tee d'adieu auxquele le nègre N pondlt aussi lai"Qtment. La bonne humeu,. avaJt ainsi Alain observa que po\lr cela on pvler. 1 ,,n61r• ctane la boutique. n'avale. pu eu b .. oln dl 1 CI (1) la suJtore est reine. Royaume souterrain, tait d'un caveau du 1!\' siècle, récemment restaure, doté d'un décor rusttque, voire agreste. 6cUlt.ré d'antiques lumignons donl les rellets ondulent sous Ica doJsls de l'artiste. Chaque soir, dea pawonn~a. et atwl dea novices (ces derniers bleniOt pa$SIOnnéa il leur tourl viennent faire leur cour a cette reine, aroUI>û taoe il un angle de la vonte, oil paaent Le carnet de D. L~ NAISSANCE

... .. Nous avons Je p~r d'an~=

la naissance dt la petite Charles· !ille de notre aml l\!1. ~Ot.IK. membre du Bureau >IIOoal du M.R.A.P. Nos léllettlons aux heureux parent& MARIAGE Nous apprenons le mariage

...."1tre ami Jacctues EISEN·

~...., • .,..rétalre dt la Beetlon

.lii.R.A.P. dt Stras..ourg. avec

'"" Holtra BORO. Nous leur ~.~~na nos télloltatlom et nos laUÇurs voeux. Marcel COHEN a 70 ans ~ l\I.R.A.P. s'est associé à ommoge rendu au professeur ._reet OOHEN. t. J'oeoaston de

_.?Il- anntversa.ire.

~recteur d'etudes Il l'Ecole ~ Hautea Etudes, ltns:uJBte et t>lolorue de renommée mondla- M. Marcel OOIIEN a contrlbué activement depUis des dlulnes d'anrules il la detente de IOuleS les Juotes causes. n a malntea roi.S manlfea«! oon appUI à notre Mouvement, et l'on demll>r en port!ouller, U partielpa en permanence t. la campa. gne pour sauver les Rosenberg. Nous lui souhaitons enc:or~ <le longues annéea de vte au servi· ce de la Justice. du progrês et de la pa.lx. Décès du Dr Arnold TZANCK e Nous apprenom le dèeés, a l'lige de 88 nna, du Dr Arnold TZANCK qui, en m~ temps qu'un grand medecin et un grand blologtste, fut un amJ sincère de l'homme et de la plllx. Il s'éla.lt assoel6 il plusieurs reprises à 1 'action contre le ra,.. clslne et l'antisémitisme, ainsi ctu'à la campagne pour la défense deB Roseol>ors. Que sa famille trouve tet l'CEpressiOn de nos condolêan-. tour t. tour d'oxeellents aulta- . comme un fnotrument mineur. rlatea, cla&Siqucs et tolklortstea. NOIJ$ c>von.o pour !>Ut do rauem- On ne sc I311SC pa. d'tlcont.er le bler taus ceu:t qui l'apprc!cient aenalble Jean Boredon, Chrl~ et veulent la mlew: connaltre. tian AUbin, Chcmla, qUI font, C'est au mU!cu d'un oerc1e en ee jouant. IOlntiller dans la IOujours plus larga d'amis et pénombre, lee c!vocallons •~ d'admirateurs que se poursuit lelllù de Onnadoo ou d'Ail» chaque oo!r, au t1ane de la oolntz. ltne Sainte-Geneviève, cette dé- Plus IOurmenr.è, Cyrille Dlvea, tense et illustracton. ootnblen oollant t. sa cult-are oomtne un oonva!neante, de la suJtare. eavall.r t. aa monture, tait vt. L. M. urer l'air de aea flamencos. Rien cie rlcldt, rien de mon<>- (!} Clu!> Plein Vent de la OUi- IOnc. UM l!mple marche sépare tare et a. la Cllomon, 42. ""' l'auditeur de l'&r111te, dans oon DUcarut. P-. PaciUib halo cie clar14 dansante. De l'un pour les groui'U de jetlna et IN l J'OUI"' I'~U\bUI, le cadre al· diotr,... coll«tô«U.. dant, une remlU'quable oommu-_ _ ___ ______ _ Dion. De meme pour Ica chanleiiH. lu rêeltant& Car le Cllll> Plein Vent daa Amlt a. 14 O...tare est aussi <dut dt 1:> chAnson, dt ta bonne chonaon. Il taut l!cnaler lea toura de chllnt de Oyrll. qUI Joue les car! rnnchleu avec !:>nt de t.endru.., et dt douceur Juvénile ; dt .ean-PI~rro Suc. le compaattcur tun !)l'tt 1rop nolrl de la rue l\loul!etard (toute prochGl ; de Jacques Wlnlal>org, Je « mlmc do lu cnanson •· quJ a·accompagne au tnm-tam. AJoutons la c deml· heU\'o des amateuu • qUI lntr<>dnlt un élément supplémentaire do variété. li !Mt rcmcrelor et téllclter le rondntcur ot nnlmateur du olnb. M. Olll>orl, qui, en vèrlta· ble mimant. ac dévoue nvec ·une fntcmacnte lnlttattvo au senlee de la aultnr<~ . On a trop tenda!IC$, alrne-t-u à dire, cl r6dulre la guitare 4 un ~· a•acoompagnement. Nous taftDroa tout notre posalblo pour qu'elle ,.. lOft PDI coTIIIa.Td<l TARIF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, roe de Cb.ite..1ulnn, P...W 9t Tél. : TRU Oo.87 FRANCE el UNI0:-1 FRANÇAIS!' tla an : 300 franr-.. PA'YS B'I11A.NC!:RS On eo : 430 ftt..tiU \J!Ol'll'IE!.IENT DE SOUTIEN : 1.000 fral:lct TARfF SPECiAL POUll I.A BELGIQOB Comptt eb. potl. : 6070.98 Pad1 Pou.r 14!&- eba o,~mwtt d tdrtMO ~voyer 20 franCIS ~~ ~· dun.itreba.. te. t.. 1&-1., ' Cb. OVEZAREK, SJ.P.N~ 1.4. rvo de PentJ.U. _,_ P_~s cx•1 -•- NON, NOUS N( VOULONS PAS 0( C(JJ( "(UROP( La le France loul enlière dressée conlre réarmement des bourreaux nazis DE jour en jou1., s'affirme avee une toree aeerue l'opposition de notre peuple au réannement des nazie, aux aecords de Bonn et de Paris. Meetlnp, délégations, pétitions, déclarations se multiplient dans les milieux les plus dh•ers. Ce pui~sant sursaut national# sans prkMent depuis la Libération. se nourrit des souvenirs du passé rkent, qui redeviendrait, si les fune.tes accords étaient ratifiés, une douloureuse réalité. Et dans l'esprit de tous les Français, ce passé est un tout. En s'opposant à la renaissance du nazisme et du militarisme aiJemand, ils S10pposent notamment au racisme et A l'antisémiësme, dont l'expérience a prouvé qu'ils sont inséparables des autres crimes commis contre la france. Comment pourrait-on, en effet, dissocier les divuses images du malheur : la honte de l'étoile jaune et les dt!f;Jés de l'ennemi dans nos rues; les rafles de Juifs et les rafles de patriotes ; l'église d'Oradour Où flambent des corps de lemmes et d'enfants, et le Vef' d'Hiv' empli, le 16 juillet 1942, de 30.000 juifs promis à la déportation ; les fusillades de Chateaubriant, et les trains plombés parlant a l'aube, de Drancy ; les pendaisons de Tulle et les crématoires d'Au.cbwitz ... Ne plus revoir cela, tout cela. telle est l'inébranlable volon~ de notre peuple. < Nous avons subi des souffrancu innombrables nées dt la guerre, perdu des lires cheri;, cotwu les torture., cl la déportation ~... rappellent des personnalités féminines de toutes tendances. c A l'heure où l'on juge tncore les bourreaux nazfs, oû d'innombrables fam/1/ts françaises pleurent tncort leurs martyrs, le ltaitl dt Patis, rédigé par qutlquts hommts qui st sont dità d<tibirtment placés tn dehors et < au-dessus > de la na/ion françoise~ nous demande non seulement dt pardonner tl d'oublitr, mais tncou dt utonslftutr nou~mlmc$ la puissanct Les hoblto"ll do cette NO do Potls, sollldt's por los mllllortta do lo pof~r, eni on mono conho lo • Ccmmunout4 flltoplonno do 04fcna • - tt lit nit cccJ••nt pos kur 6enltmont. TOUS A LA MUTUALITf le Mardi 9 Mars à 20 h. 30 du millarisme alftmand > ... soulignent d'éminents représentants de l'Université. La France l'emportera généraux, n>aires, ~éputt!s, sénateurs, écartant tout ce qui peut les diviser, trouvent les mots qui expriment leur commune hostilité aux funestes accords. Sous loufes les formes, par d'innombrables initiatlves, partout retentit le cri du coeur et de la raison : < PLU$ JAMAIS ÇA 1 JAMAIS DANS LE MEME CAMP QUE LES BOURREAUX NAZIS 1 > Déjà, conformément i la volonté des peuples, la rencontre des Quatre Grands a eu lieu à Berlin, et une Conférence à Cinq est prévue pour avril. On ne peut plus, dans ces condi· tions, présenter comme inéluc~ able, la politique faussement < européenne ~, qui porte en elle la perspechve d'une aggravation des relations internationales et d'aventures sanglantes. Que se poursuive encore l'elfor; que se ren(o r~e l'union des onhracistes1 des patriotes - et il faudra aoandonner d~finitivement cette périlleose politique. Et la France l'emportera. SOVS LB SIGNE DE L'VNION Meetinqs dans le 3- arrondissement... ... 2.2 f4Vtter .. ô I'H6._. Mocf-0'~ S"'e:st d'rouf.H lino 10h6o con,tro 1ft occord• de Bq"n • t tfe Potf1, OY~c: lo P<!rtlcljlollon de M• Cloude•Frôdfrk LEVY .. mtmbro du 8ut'O'Ou Hotk>noJ du M.R.A.t. ; MM. U.MI$TII, du COft !âl de JCI Poht de 1o SeMe ; MIALLtT, coliM.llk'f Mvnldpol et onc..ion ma.Jre du l" or ... ndluement; VILHER.. s.cNtoiro ghn4rol de t'Union dot Juifs pour lo Rfdstonco Ctt l'Enhold•· ... dans le 10' U. CoMIN Jltif locoJ l'Action cotJtrt> t• fi,o1mom•nt de rAIIomoano o orgo~ tis4, •oJio Yvü-Toudle, un tfts lorge meeting d'unit~. ovcc lei Gfotcurs svtvonh

MM. Geo1'90t COGHIOT, cfip~

fj d• tor1r, m•m&ro dw Cc-mlté C.""' h'OI d'w PorH Colftft!lunbt• fronsolt; DANOI'(, fllletr~.bre du Co~ltf Centrot ft la LltiiO dor Droits dol l'Homme; Roy• meMel GRUNY, ovocot a lo C.our, pr4- dd~"t d'honnt11r du Comlt6 paris:IH des Radko!ifx ct Rodfc:o~o~x•$Cclolistu; Mourlco lACROIX, onctt11 4f"~ ,.,.._ lident do lo hune Rf,..,~lque ; UUEHSHIH, collcbototfllr cl'v )oumol sionltto • Un:ur Wort "1 Albon SA· TRAGNI, mtm.brc et ond~n préticfcnt d1.1 Con1tfl Munlcfpol cto Porlr, consou .. 1er g4n4r.l de la S.lno: CJrlorles LI· VIN(.. fntmbro du CoMit' CentrGJ ct. lo Lf.C.A.; M• SAROTTl, IMmbro d• Bll.ruu ,..ottonol du M.tt..A.I'., JJI'il."' dent ct. lo ~e<tion du 1 Ot o.rronlfiuo.. Mtl'lt. ... dans le 14' Une •t•flllllbW. d"Hif01NOtlel!l S\J.t Jft: occ:or4t • lee• d de torit,. o n Qev .. " ..... , .. , ......... •l'f'OC:Wti.SM-- ft'lMf, o,-cc la CJoarhco,potlo-n liU!- ptt .. tonnol1hh dtve~ Un ComitO Jwlf hl$toricn ; Gille• MARTJHET, ,,dode~o~r 01t chof d• • I'Obtcrvotovt d' Aulovt• d'hl •; l'o•ftol MOU LUC ; ttlonne HOUVtA.U, Yk ... prislcfnt cJeo ru.F.A. C.; Chorles PALAHT., s.tcrêtolro foênêrol du M.R.A.P.; PICART, pNsldont diol Conse11 cfo lo Po.lx do Montreuil ; Poul IUVlT, dlredt-ur cfu MuNo do rttommo. Les déportés manifestent Lo JOmlll;di 1S t6vrier, do nombreux d6~1'tét ont ·monlf~sfi "" lo• G1onds Boulevards • Vëtvs d• cotfw•e ~yi des comps do ,. •ott~ l!.s 44fUifoltn;t loftsv .. ..-t ••« du PQ'ftMOu• MftOI'IfOnl lo r4ormemtnt do I'AIIem••"•· Les ponont• OJtptiml!rtnt, tout ou long cio I'Jmp,...,lonnant cort•go1 leur cho&eureu1o ooptobotiM. 164 personnalités 164 pct'Mftnollth io to&ttot tendo.n .. cos a.nt pl'ot•••• contre l'olti'tudo ~ M. B~doult qu~ ô lo ConNronco do lottln, o, ov nom cft lo hcrnco, d6· fendu lo C.t.O.., loquetle n'ott pu ro· ttfi.H pot 1o pott.Moat ftoftfOis. Citocu, o!llrt eviTa sftnetoket. de cette promtotl" : Mme do LIPOWS'Kl (R.P.f.), MM. FORCINAI. (rodkol}, Gilbert do CHAMBRUH (protreuisto), Louit VAL· LON (R.P.f.), Pieno VIUOH (commu• ftlsto}, Hen.tf IOURIT (M.R.P.), An4ri OIHIS (Je•l'ltl llpV.!)lique), MputU ; MM. t.ou~ MAIIH ct J.mift GOOART .. ondens mlnùtf9t; Pic,. OltfYfUS.. SCHMIDT, ol'lcltn cféputê do 8olfort; Jult.n GU~DA, itvrivohs 1 ldmeftd fLEG, tcrlvol,. ; Andri SPI RI, poète; e·ntl ._;r:. M . Uoa lYOH..CAIN, Pft-f't'- t p:ris:4c'"'t hoftOfoifo th S. C.. do C.O..t~ ot CllatiH PALAHT, '""" ... t,I01•---: , ......... , -ff' """_... .... _.,.01'<11 do notro Movnrnonf. " -LA POUR LE Et dans toute• les ••illes de f~an~. dans 1C..~5 lts quartiers ete Pans, des ~ ·~Uti arde.ntt~ ovatiOnnent l'union d'hommes d< tou• Je; partis communistes et socialistes, radicaux et R.P.F., de toutes les confessïoDS, de toutts les phil0$oph:es, comb3ttaot d'un même tian la nouvelle m<r.oce hillérienne. Dans la seule région parisienne~ il s·est tenu 60 grands meetings d'unité au cours de ces dernitres semaines. 4'octton conrro le rfarmomtnt de I':AJ·,-----------------------------------·---------- ----------- Icmo;-no, compt'e\'laftt 30 ,.rsonn.es, o ~~ c~stuv,, Il o o•u.hlt od...- v• •euose 4• totldGrit6 •• MHtlna qvl ... knorf lo ,_im• Urif olol Soktn ft 10 Rh"• Gtu.tch•. Cc mt$M .. o ~fi! a. o lo. hibvn• por M. J)ob0·8tl4el, dépvti. sraod rass~mbl~m~flt ANTIRACISTE OU PEUPlE DE PARIS Contre les accords de Bonn et de Paris qui aqqravent le danqer du racisme et de l'antisémitisme. Contre la renaissance du nazisme et du militarisme allemand. -~ Dijon a fait à M. von dar Haydla une conduite SANS doute les « euro~ens » de Dijon "" peuvent-US pas trouver en France des d6- c~en colonel d'élat-major de Ja C.E.D .• pul.squ'lls ont lait appel polU' expliquer les avantages de celle-el t\ M. von der lleydte, ancien eolonel <l'~tat-roajor de la. Wehrmach~ bitlérlenne. de Grenoble manque tot.t\J convenances na· IIOnales •· Ouvriers et paysans, prof..seurs et artisans, mgén1eurs, artistes et mêdecins, anciens com· ballanls et déportés, agissent avec une commune ardeur. Conseillers municipaux, conseillers ... à Montreuil Let 3 mon .. dons lo s.n. du Fitft d• .. Melr\o (a Moetr...lf.. o.Ciro u .. , sous r4.1cJO de;J cfEH{rut• CCNIIitH loCOIVl d'•ctlen contra 1• rformcment de t'AII•n'lotne, un aro.r~d meeting a"co lo portlclpotlot'l cfo MM. Jocq~;~c$ DU• CLOS, 44putf, aocnHolro du Portf Co:.a· ~nvntste ft•-"~ois; Jocqvu MADAULI, Une Con f ér en ce internationale conlre la C.E. D. les 20 - 21 mars Un oortoln notnbro de pcrsonnol\161: ,o,,~olses, pon11f ltJquelfe>.s dG$ pat· lom4!ntoi'" opporttf'IOM oux diVtft poths po itiquM, v.onnent de lor'l«r urw invttC.tir;on en ..,.. d'\ll'tfl: conféronee g.touponl tes repr-...,tonts des I•X ~ nua en COU\CI por kt C.E.D.., oansi qU6 to Grondo•Brorogno. Vofcl lo fiflc ~ promlct$ slgontolrqs do èet oppol : MM. PtllUppe 4"ARGEHL1EU, .Mno'"'*': VIncent 8AOU, dfput&; AoU.!po. po lAI lES, dipvtf; Mou rico IIHI. df,utf: Ctovdo lOUROn, dlred•"r do • I'Obj~rvo1eur d'oujourd'hvf •; Henri BOURET, d4putô; Mkhel BRU· GUIIlt,, a vocot a lo cour d'oppel do Pori•; Ren$ CA.PITAHT, profflMur ë t. focult6 de ctroJt ct. POJ'k. ond .. m"*& nJUre; lo\ue:at CA.SAto(OVA.. ..., . oncJc-n m'nb1ro 1 Gil'bett do CHAM· 8RUN, di!Jput6; A:b•rt CHATiiLtT, cfoyoit honoralrq cfo lo foc\llt6 de• tc:lonc:o• lM Poflt; Ectoc;~ord DA\.A· DUR, dilputf. andon ptjsicfcnt dw ConJOil; Mic.ltcl DIIU, Sot:Mtnr, 46- W'~Uf ou C-o.n.MII do t'htopro 1 Jocq"" DEBU~ BRIOU, tênoh!ur; A.ndN OlNIS, d4put&; JHn·Morlo DOME..o NACH, Ndoctour Cft chof do to NYUO • Esprit • J AJbert JORCINAI.., déput4, ancie-n "'hd$hoe; L4o HAMON .. Mnot• wr : c.._n. KAH~ ,.,.sw.t d.- t. Uguo d" Droits de fHoflu• o; Jac:q'ite. KAIS!R, pubtlclsto; Or AntoiM LACASSAGMf, ptofl!~ur ou CoUit~ do F'ronco; hrnorcf LAVIRGN:E, protesRUt i fo focultf d• droit do Ports; Or lronclt U BASSlR., Meot .. •~ Pl+ sidcnt du comeU 9iMtol cloO 't Moy-CftlM; LM!'!. MARIN, or.den ministre; Robctrt hURLE, p!1Jt Go-ncourt ; Edmond MICHUET, sél'lotelolr, onelen ml~ nfrtfc; ltlon"e HOUVfAU, ovocot a lo cour d'oppol cfq Por11; Mldacl do POMT81t1AHD, sbat•ur; Poul RIVlT1 dîrectour du Musio de fHo.,.-..e-, o,... cice 4fput4; Jo.ce&~ SOUSTlUt, ~ putl, cnciH ndnistro; Htnrl TORRU, sénotcur, ovocot èi lo cour cf'cppcl do Potb; (dMond VlRMtU., prohuour honorolt9 A lo Sorb>onM. Le M R.A P. s" est ouocti SOI'IS tf.. ~ (\ UltO C:Oflfb.nc.o, q.â ~Q 1~ 4 POir$ le$ 20 ot 21 mors prod'loin. LE CONDtlltiN~ A ltiORT COUSTEAU RSCIDCVE ••• DE «-lE A « SUIS PARTOUT RIVAROL» » Ç A n'a pas tralnê 1 ... Trois mois à peine après aa mise en liberté, le condamné à mort Cousteau fait sa rentrée dans la vie publique. Et c'est RIVAROL que ehoisit, pour dévener son fiel, l'ex-directeur de JE StnS PARTOUT. Cette consécrai"on ne nous étonne pas. RIVAROL va comme un gant il la prose de P.-A. Cousteau qui n'a rien oublié, rien reni~ de son passé sinistre de plumitH hitlérien, d'nntisémi~ te sanguinaire et de zélé c cu~ ropt!en ,. . En famille A RIVAROL, Cousteau est en famille. Il rejoint René Mnliavin, ex-sccrét:ûrc général de l'ngence hitlérienne < fnJer-France > ; Maurice Oait et julien Guern«, collaborateuffl de cette méme agence ; Bnrdèche et Fabre-Luce, TMrivt et Paraz ; et cet au- 1re condamné à mort, Robert Poulet, jugé par coutumace en Belgique pour ses crimes de guerre, et dont Bruxell.,. rklame en vain l'extradlt:on. RtV AROL, pour Cousteau, c'est le passé. retrouvé. A sa sortie de prison, c'est là qu'il , .• tout droit U il respire. Là souffle l'esprit nazi. LA, au moins, on l'accueHte à bras ouverts, et, allègrement 011o imprime son nom en caractè<es d'affiches. A RIVAROL, il retrouve enfin te racisme ct l'antisémitisme des beaux jours de l'oceupation, la baine de la d~mocratie, toutes les idées qui lui sont ehère._ Est..ce un hasard si, en même te.mps que son article~ parait ctlui oû Tixier-Vignaacour, ancien ministre de Pétain, proclame : c L'obstacle d abattre, c'est ta /Upubllqut > ? De quoi rire 1 Et lui, que dit-il ? Il joue les victimes, Jes hommes au grand coeur. Pour se qualifier lui-mème, il ne. peut écrire le mot coupable qu'entre guillemets, et le mot culpabililé, lui, ça le c ftrail p/ut6t rire ~. Peut-on imaginer pire impudence ? Cousteau, roppelons-le, ami et obligé d'Abell, fut, bien avant la dHaite, au service d'Hitler et de Franco, dont il chantait les louanges dans JE SUIS PARTOUT. . La Fr3nce abattue~ occ:upoe, martyrisée, c'est pour lui l'occasion rèvt!e d'exhaler sa rage raciste ct an.tirépublicaine, sn haine de notre peuple. Il appelle, et avec lui tout Je gaog qu'il dorige (Brasillacb, Reba~t. Pernjean, ete ... ), â. unt répression toujours nccrue, co~1re .les patriotês~ contre les jlufs, 11 récJa .. me une soumission toujours plus totale à l'ennemi. Il y a bien, en vérité, de quoi c rire :. l " Europe ,. et racisme En 1944 dans Je COMBATTANT ElJROPEEN il se lait, 8\'CC son ami Mare Augier, l'ardent propagandiste de la \V allen S.S., 11 inC>te les Français à endosser l'uniforme nazi, soulignant au passage ht liaison entre l'antisémitisme et la croisade soi-dasant < européenne >. < Là où sinuent à l'Est les lignes avnncles de ta IV ehrmachl, écrit-il, fà s'arrete la c:llilisation, là commencent tes ténèbres. Audelà t'tst Yeffroyablt barbarie marxiste, I'Empir< dts juifs rouges ,.,.. Hitler ne drsa1t pas mieux. minets ne sont ni plus ni moin.s < coupables > que lui. Quel aveu l A contre-sena Il fauf, en lisant un Cousteau~ que ce soit dans RIVAROL ou dans JE SUIS PARTOUT, prendre les mots à contre-sens. Ce quj est criminel aux yeux des honnêtes gens devient IOU!3ble sous sa plume. Patriotisme veut dire trahison. Civilisalion égale barbarie. Où vous lise2 ténèbres, t'est lumjère qu'il faut comprendre. Et réciproquement. hbracle de l~idêe c européene :., qui signifie

réalisation du Grand

Reich nazi 1 C'est par de telles falsifications que les hommes de Pétain et de Hitler ont tenté de jeter le trouble dans l'esprit des Français. Ainsi pensaient-ils ouvrir quelques breches dans le mur d'hostililc qoO les entourait. Ils ont khoué lamentabltment. Pr6cloona qu'aujounl'hul, 1'11- l~re conl~neler. doyen de la !aeulté de oroil do Mayence (Allemaeno Oeeldcntnle) consacre le plus elalr de .._., acUvllea • re Office pour la aauvq.ude de l:l OOn.stitmion », créé par Adenauer à l'tmage do la cComm. lsslon des activités amtamérleaJ. nés » : autrement d.lt, ce par· ttsan dtlèrmtné do l'« lnté8ratron eutOpéenne :. e.rt un émérl· tt c cha&seur de 10rctè:re& :t, .;,ont 1()1 efforts se soldent délà par l'aJ.:.rcStatlon de nombreux patrlotc.'r nllcmands, h0.$tiles aux accords de Bonn et de PaJ1s. Devant l'~ de I'Uotverattli tran;a!Je, le$ c europ6ens • reculèrent. Us annon~rcnt que von der Heydlè, re~u en Alt<>magne, ne pourrait venir a la date prl!vue. et que ""' eonrerenee élal\ retardée. En tait, wn der ~ydte ee trouwll d6Jt. è Dijon, et 11 pr\\senta seerètement son exposé, IJ, la sauvette, devantl--------------------- ---- ---·------------------------1 un publie sp6elalemenl « <léll>::ttonné •· Mala ees audllèurs eux-méll:ld n'atlendlrent pas la lin de la eonll!renoe pour. danS leur maJorlt6, qUitter obslèns!' fandls q u'à Alger commence l'épuration, Cousteau demande que pour chaque traitre châtié en Afrique du Nord, 100 juifs Mais ils ne désarment pas. Aprh un moment de désarroi, ils reprennent leurs vieilles mat hines de guerre. ruisselant~ encore du sang qu'ils on.t versé.. De nouveau, ils calomnient. insultent, falsifient.. Qui osera prétendre, après cela, que l•amnis1ie n'était qu'une bt!n•gne mesure d'humnmfé ? Un même combat Le cas de Cousteau, condamnl! à mort en. 1946 pour intelligence avec l'ennemi, grâcié, amnistié plusieurs lois, mis en liberté fm t9.53, et renouant trois mois après, dans RIVAROL, le fil de s<>n action malfaisante - le cas de Cousteau, ancien et nquveau protagoniste de l'c armee européenne • est pour tous3 un grav.: symptôme et un aver tissement. blemeot la salle. M. von der Heydlè a peut-être compris que le$ Françal$ ne sont pas preb • acoepte< la reconstitution de la Wehrmacbl et to retour de ses pareilS en France sous rurutorme de la nouvelle c armée européene ». AJon que les pouvOir$ pabl!A:S,..---- --------! nt<>r<llaent l'ullll.sallon deS Joeaux <le la Sorbonne pour des réunion• contre la. O.E.O •• o·e~ da1~ la arand amphiiM!Itre de la Faeult6 des Lettres de Dijon qoe <lovait p&orer von der Heydlè. D ne l'a pas pu. Le-& pro!eseurs el lea Ctucllant.s de l'Université on~ élevé une vive protesta~lon contre la 9&nue de l'ex-colonel hitlérien. Le.a pro=teurs de l'appel de 100 unlvenlt:llres contre la rat111eatlon du traitê de Paris, MM. Jank!lll!vltcb, B. Lavergne. Le Roll•n4. MonOd. ont adresSé • O!jon ce tlilégram""' : « -ne. émua psr annonce conférence von der Heydte, tenons pro~ ter contre eete tnltlatl9e lnd6- eente. Trouvons que lieu, dato et choix conférencier constituent iVanlfestatlon antlsénllte à Hanovre Des incidents antisémites se sont produifs au cours d'une assemblée publique du < Part: Démocratiqut Libre :. d'AIItmagne Occidentale, qui s'est ltnut à HantJVu, s.ou1 la prlsidtnrt du Dr Dehler, ancien ministu dt la Justice d' Adenauu. M. Wundetl/ch, d'origine juivt, étant intervenu paur protesltr CQntr< ta prbtnu d'andtn.s nazis, d la lllt de ct parti, il fut inlurompu aux cri& dt : <Les Juifs hors d'Ici! > ... Aucrint sanction n'a Ué prise Ilia suite dt cetlt maniftslation. Ils ((acquittent» Hitler Nous avons pu nous procurer la brochu~ : < Nous acquillons Hitt<r > (diché ci-dessous) t!di- 1ée par un gro~pement nazi et abondamment diffusée en Allemagne Occidentale. L'auteur imagine qu'Hitler eomparait en justice et répond aux ques-tioos d'un prOtuTeur. Ces réponses évidemment, tendent à justifier le nazisme, les guerres d'a!(!esslon, les massacre. s de pa:tnotts~ l'extermination des juifs. Dans ce dernier domaine, on retrouve les thèses connues de Mein Kampf. L'nnlisémitisme du FOhrer est expliqué par le fait qu'il y a eu d'autres antisémites avant JuL Pour prouver la c nocivité :. des juifs, l'auteur prête à Hitler e<:s paroles :c Ma cllule fut ft rlsuttttt de ma tuttt contre les juifs ~.C'est en effet l'habituelle façon hitlérienne de pr~nter eomme le lait des juifs, ce qui est la lutte de tous les nnlilascistes, de tous les peuples libres. Comme Je procureur évoque les siJc millions de juifs exterminés par le n!gime nari, c Hi· tler ~ répond d1J tac au tac : < 011 parle toujours dt 5 à 6 millions de jw"Js, alors que ce duffre nt correspond pas à ta réaliU tl n'a jamais txistt. L~ nombre dts juifs qut jai pu loucher (/) est dt 1 Il 2 millions. Dans le meilleur dts cas (!) on peut me rendre responsable de la mor/ d'un million tl dtmi de ju•fs, toul au plus ... Lt nombre de 5 Il 6 milllon.s a lU lancé par la propagande. ~ Et après avoir nffimu! que l'e,termination des juifs étai! < une mtsure dicllt par la défttr$ t nationale > il ajoute : < Si ft monde considlrt ct/a comme une injusfict, il doit alors cons:d4rtr comme unt injustice la mor/ dts tiv'l-" alltmands qui ont plri par tait• de guure tl apris les hosfilitis. > C'est aprês ces explications et d'autres du même gen~~ que Je tribunal conclut : < Nous acqaittans Hi/lu ». C'est la revanche (imaginaire) du procés de Nuremberg. Telle es1 ln propagande nazie tolérée, encouragée 1>nr Adenauer et les aulorités occident3les d'occupation 1 Elle vise à la fois lt min:miser et à justifier (p a r q u e Js grossiers mo)'ens 1) les crimes des nazis pour en raciliter IC r.ecomn>encement. Elle lait appel, en les ex•Jtant aux aou\'tiÙis du régime hitlé.ritn, et exc:i1e le chauvinisme, par exemple en plaoant sur le meme pied l~.:s allemands c qu; o11t püi apris lts hostilité$ >, c'est-à-di•e les criminels de guerre exécutés, et leurs innombrables viclimes. Telles sont les consé~ uences lojriques de la politique qu1 .se concré1i$t dans les accords de Bonn et de Paris. Car, comme il se doit, l'auteur de cet· te ignoble broch•ue préconise le rbrmtment dt 4fil' s_P.Jreehea &itl dt« soient exkulés en France. c Jnligri corps tl ame cl ta communnuté mU:citMe ;,, il réclame les -pleins-po>woirs pour l>arnand, 'au cours d'un meeting, Salle Wagram, en Janvier 1944. Il se sent si proche de rennemi qu'il quitte la france dans les fourgons de la Wehmmcht en retraite. Jusqu'au dernier moment, il poursuit sa propagande anUfrançaise à Radii)..BerUn~ Voilà ce qui, aujourd'hui, te < ferait plutôt ritt >. Un aveu Et il réclame, c non pas en sept aM~ ni en stpl mois, ni mlmt tn stpl jours ,., mais en stpt minll!es, la libération des quelques dizaines de trattres encore détenus - ce qui ne saurait d'ailleurs tarder, si les pouvoirs publics ont le loisir de continuer comme ils ont commencé. c Il y a, ëcrit-il, dts miliciens, des qestapistes, dt$ P.P.F., des polic•ers. Il y a des patriotes ombragtu:t: (s1 ombrageux qu'ils se. mirent au service de l'enne-. mi. N.DL.R.) et-des trot/res authtntigues, des h6ros du front dt l'Est (1) el dt• d~nonciateurs de village ~ ... Et pour étayer son argumentation, il ~connalt que ces cri- L'< Europe ~ dont il est actuellement questlon, Cousteau et les siens nous ont montré ce qu'elle signifie. Nous les avons vus à J'oeuvre. Leur mise en liberté souligne; s'il en était besoin que la délmse de la République, la lutte contre l'antisémitisme et le racisme sont parties inttlgrantu de l'action contre les accords de Bonn et de Paris. Unis, les antiraci.sle.s se doi· vent de participer de toutes leur> forces à ce grand combat natio, nal. Avec l'e11$emble des palri<>' tes~ ils contribueront aJnsi J kartei à lamais la menaoe dl na.tisme, cf~ l"antisémitisme. dl racisme 9ui, aujourd'hui comnu hier, chOisissent pour cro!tre e! $e répandr-e, le terrain c euro; péen »· c.. Alh.rt LEVY. rr-----------:4~~;;;;;;1;;;;;;;;;;;;;::::;;;::::;:::;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;Charles 11 octobre 2013 à 16:39 (UTC);;;;:;_;; ;:~ D ~o 1 ~ 5 ~ L 18 E AT E !!11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)~~·11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)11 octobre 2013 à 16:39 (UTC)~~ LES ORGANISATIONS ANTISEMITES ET RACISTES dont le RESEAU FONCTIONNE à IRA VERS la FRANCE Dans la ligne de l'« Action Française » Aut.uu r de la feuille- Acpect.s de la Fra.nee gravitent. plusieurs groupements mo.u,raS.S}Oihi, qul s'attiJ.•Juent ouvel'~Uiea,& c dans la ligne de I'.Attio.D L"ranç:a.Jsc .», Plen quo ceue ligue e-lt 616 dissuute èl Interdite aptès la Ll· bé•·auon. l'our plus de clarté, cl'aill•uc$, le• Inltle,les, .A.F., ont élé coo•ervo)es. Le plus ûnporté. nl de ces g-roupements s'intiIule

LES AMIS D'ASPECTS DE LA FRANCE. LE COMITE I'RANCE·AFRIqUJl' · NOUVELLE, qui dupond à J.a. ro is Ue t:Su,·dl::che et Ue .,\lOntigny (Union !ICS lnlel(eeluels tuuupllllû.:wt:t) a pOu:t mot d'ol'dt'e ta cooslitu.Uoll de )1 ,.: bura .. tl'fque ». :,w• la JJWiè do racisme. ll approuve c~ltt.luUl'eu:.eruent. dans ses publlc:.attun$, ta scg rt.:gn..l10D raélah~ IH"ikU<lUI.iC par MaJan ed Mtiquo ou l:>\.ld.

)u.iv«.Ut teurs ,l ùlldJl.n~~s d.lven;

trl). ces iP'QUpOulenLs ~ europuanD • ~('Ul. gr\IU)J~SS; en Lrohs, têd4l1'1Uons . dtf.fl.:rénte,s., qu1 d'ailteU!';i -s'hlt.-4Srpùtl~tt·.:.mt- et :,tl roUacluwt eg{llèm\•nt à l'ioLerrultlolllllo u~uu. Ce s.on ~ - NOUS signalions dans notre numéro de f évrier, (me dizaine dé publications racistes et antisémites Cl'éées ceg dernier$ temps. Elles s'ajoutent à une série de ~uelqu~ yingt autres, plus ancie!lnes, que nous ayons eu J occaston de dénoncer à plusieurs reprises. Cette presse reflète et fa.rorise le regt·oupement actif plus ou moins clandestin, des collabornf<>urs impénitents' 'qu'encourage la politique dite c européenne >. ' Nous donnons ici une image dl\ réseau d'o>'ganisations qui, travaillant à la revanche du vichysme, en l'eprennent ouvedement l' • idéologie •· en, particulier t'antisémit isme et le racisme. Souvent, ces organisations s'interpénètre~1t, on trou· ve les mêmes dirigeants à ta tête de plusieurs d'entre elles. En dépit de quelques variantes, elles ont une origine et de> objectifs ji:lentjques. Auiour de " Rivarol " R1varof csl, comme Aipccts cLe la FNmco un cen~re de ra.WemenL de collabos. L'~qulpe qUI le rédige est à l'orig'ine de la oons,llution de plusieurs organtsaUons. LES AMIS DE RIVAROL se céunl.ssent ré~ulièt·ement au slùge même de la reuille ta; el•to. Cette association organise des conrérences ott parlent l e~ L'e' fll'ésenianls les plus compromis du r 4glme vlohyslc. 11 c ... mpt..e~ en li'.raoce eL jusque l.f1lu~S Je$ lel·rrtoit·es d'outre .. n~er un eet lain nvmbre de. cterclos •· A t'arts, oJtcsns : le cercle llio/lolieu, le o0role Frédéd6 Lt .Play, le ecrete Jo:sepll de M4Mt•e, lo cercle de Buôald, le oerete Alldr6 C:h.éco.ier, et celui qul, pa1· antiphrase se nomme « Puut lâ V6rit.6 •· LE COMITi. DE COORDINA· T.IDN DES I"ORC~S NATIONA· LES (éuf.enûez : antiüallunkles) clupendaut. dh'ecLement de B&.J·dè<! he. H ommage du vice à la vertu, ces groupements tentent ' d~ se c.amoufler. sous des titres en apparence respectables, ou rev1ennent les mots : Fra)lce, nation, progrès, peuple, etc ... lts sUivent en cela l'exemple d'Hitler qui, pour mieux tromper le~ foule-s lança la formule de c national-socialisn\ e >. Ces fausses appellations ne sauraient évidemment justifier la passivité, pour ne pas dire la complici~. des pouvoirs publics devant la reconstitution illégale des ligues dissoutes aptès la Libération. L'ASSOCIATION D'ETUDES ET D'INFORMATIONS POLIT!· QUES lrtTERNATIONI\LES a l'our but ott1c!el la ~ tutte co,n .. tro le communisme • ; mais elle ne numque pas d'avoir tt\oours & l'antisémitisme notAmment dans le bulle tin qu'eUe 4d.ile p~rlodtquemeot. Ob-ena, ou banc: dos ~c:cusét. soud t c;yn iqucmc:nt. LE COMITE NATIONAL FRANÇAIS (anllnullol\01, <lllll• !rauçùb) (lfrige par ftenU Btnul et de J onqUI~res . LES AMIS D'ECRITS DE PA. Hier bourreau de Paris, aujourd'hui protégé d'Adenauer Pa.L·Cots, ces < cor~les • sont groupt\5 sur le plan région~! ( e'-e:sl ainsi qu'il exJ.ste une Union Toyallsle de Normandlel une aut.J:e du Lan.guedoo, une auli'O d'Aigêrle, elc ... ). 1Js- orga01senL des eonf.frences, des L'cunions, où parlent les rudaoleurs Cl'ASpeçh d& la Fr-ance, des banqUets, oc:.mmc celUi qul •'••1 dl\roul6 le 2 2 novemb~ e det·Q-ier, au Po.lais (les Çongrb, à !a ""POM.e .de Versallles, eL où notaDlmcnt, tut accla-mé xavier Vallat, ex.-eommlssalrc aux quesllons juives de Vichy. L'ASSOCIATION DES PRO• FESSIONS FRJ)NÇAISE,S (il qut rass-ew..bJe des "tgaululloas c proresslonoeUes • telles queJeun& l\li&tlon, fôetpmes ~utopce. nn&S, le Groupemen\ Na\lortal des PUtes, et~. .. e t. que ûlt'JS'e 1:'{$ t:tlnnd. .t'lgwtLèl. l.lllli~nt actif du coml~ Fr3ncc.-AIIema.gne sous l'ocl)upaLion Une telle clémen'ce, anim.ée par l'esprit < ew·opéen >, prend tout son sens au moment oil c'est ia lutte pour la pabr, pour le pwgrès, contre les accords de Bonn et de Pat• is, q ue les mesures. gouvernementales ten tent d'ent raver. Malgré les appuis dont elle bénéficie, ta clique vi chyste est· trop cwnpromise pour rencont1·er chez nous d'àutres s entiments ·que la méfiance et le mépris . C'est l'honl)eur de notre peuple qu'elle n'ait pu pa rvenir à sort ir de son i solement. RIS se groupent sous l$ pau-o .. oge de la revue mensuelle torlts <le Par-is, rédîgéo par ta méme équipe que RIY~ol. Celte assooiaUon .vlehysle est la première q ui se ... soU .. rooonsUt.uôe ofttcl~llement apres la Libération. LE CERCLE INTERNATIONAL DES RELATIONS CULTUREL· LES, pa.tronné au.ss1 par Riva-:ot dlUuse la. c culLure » nt~.,zie par des <mntérenees, des séanees ct:. nérnatograpbiq~es et l'organisalion d'un r4seau de eorr~spon clance avec dtlt61'ents pays, notamroenl l' <~.llemagne. L.<< EUROPÉEN>> OBERG ATTEND SON HEURE Anciens et nouveaux parlementaires Mais, aujourd'.bui comme hier, elle compte, pour J'arvenir à ses fins, sur la désunion et Je manque de vigilance aes républicains, des patriotes. I L- avait fallu prèS de dix ans pour voir dans le box des accuses celui qui fut appelé c le bourreau de Paris _. et qui se nomme encore lui .. même 06ERGRUP-FUERHER et général de Walfen S.S. Carl 06ER.G flauquè de son adjoint Helmut KNOCHEN. l'acte d'accusation ait par trop laissé <(ans l'ombre la part qui revenai.f ~ux vichystes. Déportations, attaques contre les synagogues L'ASSOCIATION DES ~EUNES FILLES ROYALLSTES s'etforce de propager les doolrloes de rAciJoo ~~·ançalse parmi la jeuneStie, en -particulier dans les lycées el les tacultés. LE CERCLE FUSTEL DE COULANGES joue le lMme rOte üan• tes milleux intellectuels. L'ASSOCIATION MAR 1 US PLATEAU, prilsldée par Georgos Gaudy, groupe des anciens combattaOts, chez qUi elle entrellea l'esprlL anUrépubllcaln., a.re.xem(>le des Croix-de-Feu, et exalte les souvonl)"s du 6 lévrier 193>. L'ASSOCIATION D'ENTR'AI• DE LA NOBLESSE FRANÇAISE, d'inspiration ma.W'assr~nn e a pour obje~ de dépister les personne• d'orl:gine ttrangère O.)'lllll ohaog6 de nom. &Ile r epl'élld aloSi, la besogne xljllophobe et anll1;.6mite qu'aoeompUssalt Grlagoir' avanl et pen4Alit. la guer-re, ptn.lr t$lre oublier sa iOUmls: Ston aux nuls. Celle association tlllluse un !IUU~IID, lnUiult Debout J~$ Gueul ( 1). LA SOCIETE DU GRAND AR· MORIAL DE FRANCE r épOJld A de$ préoccupations semblables. Elle vient d'éditer un document lnLttuté : « Etat des pal'sonnês.. qui ont fa.IL modiflpr leur nom patronymique pal' addlt.lons, substitutions ou autrement (<të.cret~ do 1943 â 1962) •· L'INSTITUT DE POLITI(lUE NATIONALE qui loOiltlonne 4U siège d'Aspect$ de la Francè S-i) o.onsacre t la 1onnntion des cadres A.f•. de ees différentes- oYg~ nisallons. Al'école de Bardèche ~aurlCte- Bal'dèche, apologiste des camps de la morl et g>i nd ..manitou en France de l"lnlernat. tonale na;ie, esL t'lu~plrateur de plusieurs o·rgani$atJons d'un « europélsme :t virulent. LE MOUVEMENT POPULAI· RE EUROPEEN est di(eetement anlln6 par lJa rdilohe. Fo•·mé surtout d'aoclOh$ dorlôUSle$, ce groupe a, pour dhi geants, en. tre autres. Bartltélemy, e.~·seoréta h·e g~nérill du P.P. f-'. et Jean .LesJeur, e~ohet des < g roupes d'actloh ~ du P.P.F. 11 a pour organe « OH cnse de "OccHlent ~ eJ malnUent un cont(let direct âvec le~$ organlsa.tlons nazies de <lif(éreDts pays, ·surtout d·Auemagne Occi<lenta· le. NATION ET PROGRES, organts. aUon Q.lnsl nouunée, sans doute. parce qu' antinationale e t rélrog•-ade. est égaiement à l•orlglne des rencoùt res nazies: tnlcrnaU.Ooales, comme c.etle de tanvJer 1953 à Paris. Cette organisation e~t dh·l!,'<le par René Bine~. aoclen warren S.S., auteur d'une brochUt'tl 1nUtu1ée c Tbéorlb du r~cisme >. Bile édile diverses pubUoaUons pét iodtquas .. t.els que La Sentinelle et Lé Nouveau Prom,thée. LE PART 1 SOCIALISTE 'FRA~.ÇAIS, q'Ol n'a 6videmment rlen à v·otr avec le soclalism& nl la Frane-e, conserve voloot-ah;e mcnt les Initiales du P.S.))'. du sinistre de ta Rocque, dont JI ' reprend tes thèmes d,émagoglqnes et antlsémll~s. Oans son ·organe. Fld,Jité, Il exalte ~·c td~a l Jl<'Ur toque) ~nt mort~ les 116- ros (~le) de la Tévolullon na- 1jona t-soolnllsto de 1933 • · LE MOUVEMENT CITADELLE est dlrig_é par le • olle! • Charles Luens, de môme qUe te P.S.P .. d.<lnt Il est un appendice \le$lln~ à rassembler les jeunes nervis. Ses aclh,é rents portent la eliel')llse btùne ornée de l'lnsigne de la • oroix fl~ cbée ». ~EUNE NATION, toujQUfS par antiphrase, resSé!!\hle comme. un trère au Mouvement CitAdelle. Lié.a u.ssl au groupç <e u rop ~en• de BllrdèehO. Il P.Ublle e"aque mois le journat anfls6rn1te e.:t. an .. Urëpu.bUea1n ~eupl& do France, où l'on trouve les slgn$- tures de Ti·xier~Vignancour, Pie ltl. H'eu~ lln $ i+1oc:. ~to Un Mrl.'J.ln munl.!t'•' tl4l grou ... pemonis vJollysre; .,, ••<'\ oon- La tiche qlfi s'impose à ceux-ci est donc claire. Avertis a. s parUcull&rouWII, pour tAolle du danger, ils ont le devoir de s'unir pour dénoncer l e comla lu,Lt" sur le ))lllll Pl' rl9ll•• u- plot antir~publicain,~ pour contrecarrer la prQpM,:ande vil• h•é. Ils ra,;sellll!lém surll>ul chsste, pour imposer l'interdiction des g1-oupements fac-' <l'anorons dlgDit.U'es do l'Adlnl· t ieux, p~ur que soient définitivement l"endas impossibles nl$tral.lon •\ 4•\ gou,·orm>ment chez nous la racisme et t'antisémit i sme, contJ:aires aux t rap,; talnl.sles. ditions et aU» intérêts de notre pays. L'UNION J)ES INTELLE<l-ti,=======================:::::::d! TUELS INDEPENDANTS (l'OS lodllpen<lai!!S, cel·U!s, de l'esptl\ voiUeUI'S au vloll)'Sme et qui, d~ V!oll)') com1>l6 p(ll' Uli ses àl- oond.amoès apr ès la Libération. rigeant.s : Jean .\lontlg.oy. nn- $-e sont ensuite consacrés à J'ob .. l'lon d~puW. lr•ôligM• : Jsorni, tenlloll de. i'amnl$tle. A leur tel'o.- o-oeat de Pclam ; Tixlot-Vl- t.e se trouve B.eUo, ex-mJo.istre gna.ncourt, o±-ullnisLre de Pé· de P~tain et au leur de 10. ~'Ch·.u !Uin ; Sl~pbane Lauzanne, ll.<·té- le du 1'ravall • · Reprenant S<l daoteur en ohol du Matin; Andr~ bC•ogn• pas~ée, 11 éorll malnte- Tt:~Miv~ b-t JO$t: û;crmaln, éot1- oaJJt dan::; Rlval"ol. VQI!l!l cullO.bOS ; l'a:nclec \Vaf.feo t.E GROUPEMENT DE LA 5$. f\enu. BlnetJ etc.... P LE SYNDICAT DE LA PRESSE ACQU !TTEE reproSilllh!, lu1 lo:o;, joum flll.t non pttS acq~t~IU.è; mais <Jc,na.. le;; doss ittl'$ out Jlé opportunûmont elasst-s. 11 e$t Pl'<iSJd4 par Ren6 COUArd. ancien agent t.le. la publioo.tion atl•na n de de- langue fr.M~.4fSe lnt~rFrance, et, après la Libération, directeur-g.ér•ol de la n.yue \1- eh-ys te fMatisme. •** Sans doute odstc-t-il d'au .. tres organlsa\Jons faot1euses:. Il s'e.n constitu(l rrllquemment, au fur et, à mesure quo sont llb~~a··é:~ 1&$ collabos. C'est ainsi que l'antisémite Clément!, condamné à tn~rt pour intelllgonoo a.vco J'e-nnemi, a pu créet, Il y a quelques moit-, une <t Au.ociadon des an· çiens co·mba.U.ants an~bolchévlque: s », faisant appel dans RIvarol aux anoJens do la L.v.F. Lo nombro de. CC$ organln.. tfons montre quo les vichystes ne renoncent pas. Il appartient J:UX anllraclstes, aux l'lêpubllcatns de s'unir-, d'agir, pour le:s empêcher de rêpêter leurs for .. tatts. Son ~rgéne, putl)eUUèremcnt RESSE -IOPOLIEE INJUSTE· antl$6mlle, esl Pprou ~eaiiO$. MENT CONDAMNEE dét •nd le$>1""-----------------------------------..j truel\!IIS proprl,talres de j our- LA LIGUE' DE LA R_EPUBLI- nAUX qui~ de Pa.l"is-Soir- à Je suis (lUE groupe"l'gai~Q•cnl un o<r· P>J'\Out on1 êl4 Interdits et ool tale nomllre d'anllr~ptibUo•i.Os, >U lturs l>lo!ns stl•is à la l.J])élanthtl~$ ù'U. no\.1\'t..:-âUX l'u.rh:tlltt.:û- Uon. eJ~ .rar.OU d~ •'at.de appûr .. tatr••, te)s MonU!>'"Y· P(llll Fau- coe par eu~ ~ l'eruremt. Le>or~, . ., ( IIO!l!>olller no>.Uonal o1e Pè- sWebl de "' groupement esl taià), G<Wr&"eS Donner.-, eto... Alex"ndre GaU\rtne. alo.sl qu$· le C'hAnujnr. o~sgtllD-~------------' ges. LJ;S AMIS DE LA REPUBLl· <lUE LIBRE, assv~ll>.llon sp.!el•· leruenl dirlgôé par Paul !o'a,ure, n pour orgalle 1<• J~urOAJ La RèpubUquc Llbl'8 (idltè Hat ee d.er-- nler., 1 LA FEDERATION DES INDE• PENDANTS DE PAR.IS é\loiUe k peu !Jl'ê5 Jdan~ le~ mtlmeS ea.ux. t!!Uo es ~ ditig~ uota.mmen~ pat lsorui eL '1'tt.1tt htg~r, l'à.nc!en che! des • J cwtes.ses JJatrlol&J » qui ]üuû.rent un r-I)Je de ,lJCèJUie t· piao dans l'émeuté du 6 fliv•·J~ 1984. PARIS, 14-e Arr' 20e SIÈCLE/ Dès les i!remières audienees les deux accusés avaient affiché la morgue de. ceux qui se savent protégés. Et dans l'Allemagne. d' Ad~nauer d'autres OBERO aujourd'hui remis en sé:Ue s'agit'lient et faisaient donner leur presse. 1-<! Général Anzeiger, orçane des industriels de Ja Ruhr ecrivait : c ~es bommes politiques des deux pays (france et Allemagne ~e l'Ou,est) devraienÎ <~'elforeer de limiter t~ répercussions désastreuses du prOcès OBERO da.ns l'opinion >. En effet, l'étalage des crimes des initia1eur.s de c l'Europe :) aurait eu des résultats fâcheux a ta veille des débots sur la C. E.O. L-es évènements ont donné satisfaction au journal allemand. Grâc~ au_x arguties de leurs avocats et à une èpi!Mte du Praslc! ent du Tlibtr11al les qualifiant s ans abus de criminels ·de guerre OBE.RG et KNOCHEN ont vu leur procès renvoyé en juillet. Leurs méthodes ·à eux étaient plus expéditives. Pourtal\t de longues années d'instruction avaient con~lifué un do~sîer de 90 kilos, un acte d'accusation de 250 pa~es dont la lecture ne pouvait être cependant qu'un rappel som.maire de plusieurs années de ter.reur, de meurtres, de rafles, de déportal ions, de deStructions. Toute l'oecupatîon n{tz!e a défilé devant le tribunal militaire du ChercheMidi avec son c-ortège de bourrèau: oc, de coroplices, de (ra:itres : gestapos, milices, hçrnmes de maio, indicateurs, tous étaient sous la coupe des deUlj!QlOristres et ~eaucoup s'abritèrent d~rrière eux pour leur propre défense. Mais on doit regretter q ue Dés 1942 OSERO devient le général de la police all.emande en france. Dans un rég1me policier cela hJi donnait le pas, en l'ait, sur les politiques et les milita, res. Aussi, outre l'organisation des divers systèmes policiers n~,zis et vichystes, il eut aussi la haute main sur <les opé-. ratiOilS d'orttre plus général : expéditions contre les maquis notamment aux 01ières, rafles massives ,de main-d'oeuvre, des-tructi" on du vieux port de Mar~ eille. !J'présida surtout a~x do\.. portations : SO.OOO dèportés poliliques et 120.000 déportés 18· ciaux identifiés dont 10.000 à peine sont revenus. KNOCHEN son adjoint était de surcroit l'homme de confiance d'HIMMLER. En 1941 il participa aux odieux maquignonnages de LA V AL- qui anêtait et Jivrajt 1.300 juifs élr~ngers de zone sud co.nlre t'assouplissement de la ligne de démarcation, alqrs que pour KNOCHEN la ligne de démarcatton n'existait pas. Il couvrit aussi dés 194-1 les bommes de main de Deloncle qui attaq..,ient les synagogu~ s. . Et' ce n'était" ,qu'un début. Ra• Iles d'otages dans les prisons, arrestations massi\res de Marseille,_ Grenoble, Fijeac, Cler· mont-Ferrand, etc ... , fusillades de B'rantôme.,. Caen, Carcassonne ... Ces deux hommes étaient à la tête dè la machine à broyèr hitlérienne qui allait fonctionner à un rytbme accéléré jusqu'à la Libération. Ce procès ·aurait èté la synthèse de tous ceux qui ont étalé l'horreur nazie devant les tribunaux militaires. Le cours pourtant solennel de la justice a été arrêté. Nut doute que le sourire q'u'affichait 06ERO à la dernjè re audience de ce procè$ L'UNION POUR LE SALUT DE LA NATION, de créaUon r écente, tente- d'unJtter les g roupcouenls préeôd&tll~. On ~ , . .,_ lJ·ou.v.f) ! os .norns de T lxlor-Vlg- nancour, ls~rni , SlC:pbcme t,.nuzanno., Audrd 'l'lhH iv<:, a.Wsi que de> dépulôs vlltalnlSles llos-er de Saiv1·c ûf.. l >'t..ui Esti!l>e < cé deruièr, âdj QJn( de UGat $0us l'oceu patron, aflpatlinl au cablool de l'élu ln). MAVIAN et KOSTANliN!AN héros de la Résistance doivent vivre LIBRtS [..'organe l.ie <Ses gt'oupes · est Françe Réelle, qui rusuJte. de- lo. / USioo de Paroles Français-cs eL de R,éallsme. L'UNION POUR LA DEFEN· SE DES PEUPLES OPPRIMES ($i6) maintient tes retttltons en..,,. c. les iclly~-Les Jr$nçals eL oerlàinS gi'OUpeOlents. to.scistes dos pays eul'opéens q ui tur~n~ occupés pn_r l'Allemagne. Pré::;.I .. dée p~ o· Rogor _de sa;vre, celle org3.rli!;&Uon cotnt)te parmi SM dlrlg:ea.nts le. g~nV rtll \Vcygand, h~mlral LO.c:l~1 1-lenty Surdeaux, etCt ... t::Uo éd.ito un journal Jnli1ulû : Exil e; Liberté. Pour nous faire oublier Au leudemain de lo Llli<!r-atlon, Les heures sombres de l'occupation ont donné la mesure du patriotisme de obacun. Et à J'encontre de certains • fraqçais de vicine souche :j> qui se· valbo traient dans la trahison, de nombreux étrange rs luttaient pour la libération de leur pa.tr;e d'adoption . Pa-rmi eux, les < Vingt-Trois:. du ~roupe Manoucilian-Boczov, q ui, 11 y a dix ans, le 21 fèv rier 1943, tombaient sous· les balles hitlériennes . .. On se souvient des fffiehes, que les naz:is 'avaient fai placarder dans toute la france, pour insulter et calomnier ces f\éros en déformant leurs glorieux actes de Résistance. Notre peuple ne s'y trompai! pu. Dans le combat pour la liberté se forgeait l'unoon indissoluble des Français et . des immigrés de toutes origines. C'est cette profonde solidarité qui lui célébrée le 21 fèvrier dernier à ra Mutualité1 où, au se s-onl eonstitt,Jés ptusièUt'S or- ...._ ganisme.s Yisant à ol>ttlllh" l'amnl) llie dos crimes d.e collaboration. L'omnlsUe éf~ nt aujourd'hui à peù pe.l:l lo.tale (et eomplèt êe J)at· d'ln uomb~-ables Tllt .. sures de, gràoes ptôsldenHelles), Oul, . ~~tt• photo a e:tô pri!e &n p~eln Porls, en fÇvrfer 195 4, pe-ndent 1« gtonds frollfs, Avcnn du Moine, ô doux pos d C: ,ro · go~ Montp.ornosst, douxc: trovoille-urs olg;Or1cnJ, rloy ont p:a tr'ouvor 6'~-.tre logem~nt, yfyent dons des trous. aovs lo tc=rre. Co n'i!:rt là qu'une ~ ll~o~strotion p!lrml d'outr• "· to.ut ou.ui do&.~lo1ueuses, de lo cüto 4v logement. dont souffrent portkullirom~:nt lu trovoUiouts no~ofricolnt~ 1-----------------------j ces orga ntsme ~ n·eu. eon tinuenl pas moln$ ~·existqt. lllf servent eux a_u.si de poi.nltt (la ~l~Jlien'l tmt aux <;4ll.lho~ :o:w·i' •)~.;:.h·E<O • &nt u .. l>ôrés. LE COMITE D'ACTION POUR LA GR,ANDE AMNISTIE, eoJ1l .. prend le ch(Ul_oine l)o$gt'tlD.ges, l 'amj ra.J f,..s.eaz.e ..\tme de. Sutan~ nol_} l'in41ig1blt) Motttigl\y, l'a.-vo~ cat de PVt~ln, l~ornl. L'ASSOCIATION POUR LA DEFENSE DE LA MEMOIRE DU MARECHAL PETAIN se dono"e pour Ul.o)he p:tr!ieull~re de !>"blier de-s erll•}les. des bulletin$, des .bt'(H~lun-es eu tavèur do la . "islon du pt·oe•\~ Pétâù1. Pnr~ mi ses 1llC.J)1hr~~ : Isorni, les o.mh'3UX Decou-< 1'1 F'ert!et. L .- 0. Gil'ard. ete ... Le froid et les travailleurs nord - africains Le 2 fé-vrier dernfer-, p•r- moins de. dix d~grès, la police jetait A la ruo uno cinquantaine do traVai lleurs nord .. ;.frlc::.ains .qui occupaient une çaserne d6saffêctée à Grenoble. A Pàrls, e'êta.Jt un locataire du Foyél' de Vauglrard (16~) qut Malt menacé d'expulsion par le gèran~, M. LECLE~C. Cl) dOl'• nier ayant appelé la police, le locataire M. TOUAIBIA fut emmené f-U poste, passA à t.abac, puis r&llché, malade, blessé. M. TOUAIBIA 60 pO'êsonl411 d" nouveau au Foyer pour y r-eprendre ses effets, ot no tenant. pas debout, il s'atlongMit sur son lit ($an& matelas). Nôuvelle Intervention du Q.èran\ et de ta. police_, mitraUiclle au poing. Mais les locataires du Foyèr qui rentraient du travail s'opposèr.ent à Pexpulsion de leur C(\mpatr-lote, et .tous unis, Il& allêr-ent en délégation au Comm!ssar-lat d~ Police. Le commfnaire dut céder. laménla,ble, et les fAlls montrent que 10 gérant n'a pas le moindre l'êSpect pour a.cs looatatrcs. ceux-cl sont,: cependant eonsldê· th c.omn:te des pNvllé-glês, par· mi la masse des Nor<l-Afrleatns-. Le mouvemant do solidarité qui s'est déve,loppê durant les . grands froids eni/ers les mal .. logés ct les sans ... Jogis a oubliê, eommc l'a souligné Le Mon_de du 4 février, les NoPd .. Afrlcaln-s : 13ellevllle, Grenelle, Aubervilliers n'ont guè:oo Oté fouillés et les Nond ... Afrieains êtaiCn\ I"'iativemont peu nombroe.ux dans lcso. ent.res d'accueil do l'Abbé Pierr&. celul si particulier': et si dramatique du logement des Nord .. Africains ne. saurait être résolu par une campaghe de- charité. Les froids de février n'ont pu que .souligner l'impé.rJeuse nèeoss1t' qu'JI y a de résoudra ce probl~me. C'est ~vant tout en fournissant des trëdJb pou,. la construcr.ion do f'oyeN: et d'ha .. bi·tatlons pour le$ Nord-Afttcatna comme. pour l'ensemble de la population que los. pouvoirs pu .. bUes pourront. apporter un remèdo à cotte mi&èl"e du logement. Cela supp0$0 bien enten .. du, une politique ô.:ient-éo vers la p.a1x, vers la viQ. Henri ULENSTEN. LE CERCLE &YNDICALISTE DE FRANCE ra~·:wnll)1e le::. pr~tandL& « svndlMI1!i1P~i ~ <tut onl ,..,~e;.v(. Ml '\·l"ifl ~t·· rnlhM' l~ l rj, . ~--------------------------------------------------------------------------------------------------~ Il fut aiOPs admis à l'hôpital ete fa Pitié, av&c deux côtes cas .. sees, mai& on lui r-efusa un cortificat médical -a Pannonce quo c•é,ah.. ra poltce qui l'avait bletd. Lo. 2 févr-ier, et par - 16°, Notona que le foyer loge envir- on 300 Nord .. Afrlcalns par dortoi"r (eaVè eomp,.fse-) de 45 li\4, pour 70 fr-ancs p;~.r jour. sc1t un toyl)r mens·uel de 2-.100 franes. Oela n'empêche pas le Fo_yer de se tr-ouver dans un état Quoi qu'li en .soit, le problème du logement. en généra l, et cours d'une soirée solennelle, p.résidéè par M. Jusiin GOÔART, ancien mimstre, président du C<>mité Français pour la Défense des·fmmigrès, on entendit les interve ntions de Mme /a. générale DE.LESTRAINT, veuve d1» général Detestr~int, ancien commall~ant en chef de J'armée secrète, assassiné' par tes nazis à Dachau, et Pierre VILLON, membre du C.N.R., secrétaire général de l'Association Nationale des Anciens Combattants de ta' Résistance française .. Une tendance à la « concentration ,, Or, deu.x survivants du groupe Manouchia'I-Boczov : Mavian et Kostantmian, sont aujoù.rd'hui, d~ nouveau~ persécutés en q ualité d' c étrangers >. C'est comme tels que le ministre del'Intérieur les a déportés il y a quelqwes mois d.ans le Cantal : c La présence de l'étranger 3us désigné étant .de nature à comprom~ llre t'ordre public ... > Etrangers à quo1 ? Hier comme aujoutd'hui à ce < senti .. ment • prétendu • eur9péen > qui après la défaite d'Hitler revient à la suif ace. Et les injures n'ont pas changé. A ,la D.S.T. MA VIAN fui tra.ité de c sale métèque • · Cepend"a.nt la résidence forcée fixée dans le Cantal à MA VIAN et KOSTANTINIAN comme à la famille marocaine SERFATY, entre autres, ttabit un souti de « concentration :t qtai rappelle fâcheusement les procédés c européens • · Il importe donc non -seulement de peoue11re à MAVIAN et KOSTANTINIAN de rentrer librement à Paris, mals d'éteuffer dans J'oeuf celte tendance concentrationriaire~ L~opinion pub1ique qui s~exprime chague jour plus nettement contre cet.:.. te oouve.Ue mouture de I'Eu:rope n'est pas prête à en subir les •t~bo. a vottè traduise aussi IR saris· fact:on de ceux qui travaillent à la renaissance de Ja Wehrmacht. Mais la mise en ~ommcil du procès OSERO ne.peut s~ffi•• pour endormir J'opiru.on publique. Le peuple !tançais a gardê- trop vif le souven:r du nazisme "pqur en permettre lé retour 'ons q uelque forme que te spi!. Pierre GERBAL. Bêtes et méchants En 7 ·colonnes-_. RlV.t\ROL o entrepris une subtile réhabr .. llta\ion ete Von Ribbe-ntrop, ct il titre : c Rtl)l~('u~tHJ I était plus bét') qut., 1w'• .. olHmt >. Sur 1:»: bl\Jse d'Un nui ~ o.n pourrait con&Jdérer Poplnloo f;io lUVAR(It. oomme. tine • •eoUentè autoc rl ti~ue. Mats lajssonf .. té par1er puisqu'li et~ '"ait fu1-mêma l'8'11'tJ : < Co qui !rompe l:lvrrvent les élrll.ng-tt'" q• tund liA •.h·nnli! acnt lé ea:raf•lhtt rtlh\r'llflntl .)' •·t-L qu-'Ils lgum'ènt :l ti iU?l pQlnl oe.u :<:·~·l J .,.~n• .. i•1 ~ ·- 11•t• nans. , tUVABOL eat â l'abr-J de telles erreurs su~ le na;tveté de Rlbben\rop ct consorta, rlan du çara.et-êrc na.zl nJ lu1 litant étranger. Queut a ta mèch::ncotè- du nazisme ' ' de sos: tenants_. l'opinion d'un nlVARl'r. su:o ce point manque Ur\ pou d'objectlvitë-. • Autres riva roleries Do la bêtise-- r ivaroJosque, aon an.thémi ~ismo port-e témoignage qui n'épro-uve J)as le be.so in de f'enouvelet Je vieux. tr,uo ~ (lu j'rit rn:.llrr tl$ lo. France » • Et d'une ~tu<!e c;te Cl\.t\ P()UILLO'l' tu• tes mllllo• dafr-es il extrait s oigneusement lea noms do Blcoh-DU ·· sault., Luai-d, cr. quelques autres. \ En aura1t .. IJ oublié, $Or, ênumët'Atlon .squelettlquo lais.se malgre s;~, dëmol)ttra, .. tion que les puissancos d'ar .. gent s~nt juives. RIV:\Rût.. n'Ignore nvl'c-· ment q:J9 le mur d'ar~ent •~t ctmentè rai" bien autre ~J;o se qll'e des Aftinlt.ês. de ~aco ou f,ié tthr. on. Mals t'est sa r(l::mlàro à h.ti d'Aider tes fèodalitô' ! c onomiqut- s en lei fqasquJ,nt de,.riéro •e:s juifs. t! u it là pour ça. Le chimpanzé, les savants Deux s-a.va.nt$ amé-rlcainsoyant pusé slx annêes à 6tudiell le- comportement d!un chimpanzé: en ont conctu quo les singés ne sont pas mentalement lnférle~rs aux hom ... tnea. Merci bien ! En fait, le 8Uper-man qui r-emplit la Jit .. têrature ~u'nêriçai no. o~ iOn frbre Ta.rzan qui $évit dans les st-udios d'Hol lywood ont du iofluenc.er lo Jugement dé leurs savants compMr!otes. Auquel cas lo ch1mp3(11• pourrait à son tour t rouver ta comparaison dè-sobligean .. te. •.• et les hystériques Le eonseil municipal de New-York n'a r·len contre les singes. ,IJ entre en t r!;l.nSet , lui, lor.squ'U s' agit de- l'admission de la ChJne- popula!re l I'Q.N.U. Dans un~ r~solutlon où fa sottls& Je disp_u tê à l'hystérie racla-te, U dé· ola:e que... (le.s représ entants- de la Chine} -. monstr- eS hideux et brutes A fetee humaine ne sont pas ctlones de fouJ.e" le soi amérioein &t do marcher d:tns la rue ê. c6 ... té de remm8s ~convenables ... » Avec de tels forcené-e-, on ne doute pas qu& te chfrn .. pan.zè, bomr. ~ll l•l..,.n· réfuset~ ft aussi do sl6gcr au oon ... séll municiPal de New- York. ~ -- -~-------- ,_.._ La vigilance et l'affection du peuple français entourent MICHAEL et ROBBY LE RASSERIBLErREnT AnTIRACISTE DU 9 mARS au centre des débats du Comité d'Action du M.R.A.P L \ mort tr~gique de M• Em· manuel Blo.:.h, puis l'enlèvement Far la police des petits Michaii et ~obby a replacé l'affaire Rosenber~ au )>TC· mier plan de l'actu11ilé. T•JUS ceux qui, ·avaient défllndu lf.S deux héros sel sont sen.tiJ1 avec une acuité nouvelle, tes héritiers et les dépositaires de ce qJi tut leur bien le plus prêeteux : leur innocence. et le'"s deux ~nfants. La campagne pour Il réhabi· litation des Rosenberg, pour la sauvegarde de Michdl o.t Robùy, s'est trouvée, de ce fait, rapid.,. ment renforcée. Aux met:tiht:s des Sociétés Sa~antes, de la Mutualité, du 9- arrondissement, on a retrouvé l'ardente union <le juin dernier, quand le coeur de la France battait pour les deule martyrs. A la mémoire de M• Bloch Quelques jo•ors après la mort de M• Bloch, ce furent tout d'abord les juristes français q~i. ~le des Sl>Ciêtés Sava,ntes, rendirent homma~ au courageux avocat américaon. JI\• P. Villard ; l'act nee Simone Signoret ; M. Montaron, réd~cteut en chef de c Témoignage Chrétien ~ ; l'ecrivain 11\aurlce Druon ; M. Oilles Martinet, rédactéur en c~ef de c I'Ôbservateur d'aujourd'hui ~ ; Francis jourdain ; le professeur Oeorges Fournier : M. Paul Fraissé, de la revue c Esprit :>, appelèrent à l'action pour la s.1uv.garde des dtux enfaniS. A la :ribune, on notait ta présence de Mme Maria Rltbat<l, déouté ; de notre secrét3ire gènéral Charles Palan!: de Charles Ovezartk et du Dr Oinsbo•~g. membres du Bureau National de notre MGuvement. Une imJX>rtant·, session du Coxnlté d'Aett.on du M.R.A.P. a eu lieu le 2; f(<Vr!er, au sièie du MOuvement. Apr-è$ un rapport de notre se-crétaire général, Charles PA· L<UIT. une dtseuss!on antmée èt !écorill,e s'est dtroulee sous ta !>résidence d'Albert LI!:VY. rédacteur en chef c;e na.orr ET LIBERTE. Le Rassemblement antiraciste Ils sont nos enfants Tour à tour, M" André Haa.s. Paul Villard, Nordmann, Henri Torrês, Paul Boncottr et M. Roger Pi:nto, profesSéur à la fac<rl· té de Droit de Lille, analysèrent l'affaire R.osenberg, refraci/reJtt hi vie admirable de Manny Bloch, et souligllèrent la nécessité de protéger Micha~l ct Robby. Dans le 9'. le même soir, au tol.lrs du ml!'eti.n~ ptés:idè p·ar Mme Andrée ,\lnrty-capwa.. iournaliste, prirent ra parole : M• Villard, l'écrivain catholique Mnrc Beigbeder et Colette Mo~ el, membre du But enu National C'est sur la préparM!OD du Rassemble.ment àDtlraeiste du 9 mars qu'ont porté' surtout le rapport de Charles P11Jant et la plupart des Interventions. De ml\ltlptes suggestions ont été trutes, des engagements ont été pr!B pottr lui assurer un grand rotentlssement. n .. étt! décidé que les CoxnliA!s de Sections sc zéunlrahmt d'uraence pou~ preJ)dre les mesures nécessatres ! diUu.sion ma~ves ' des In•tta.tlons é! des tracts; visites, ass<>mblécs loeales pour !aire eonnaUre· l'Initiative pl'lse par notre Mouvement. r-------PAR------, Charles OVEZAREK. Mtmbrt du Bureau National du M.R.A.P. C'EST tt combat pour la vie qui fait échec cl la mort. Pour djre la dtvi$e ttt termes classiques, U n'y a rien à craindre sman la crainte elle-mEme. Dit~ -au<e B ... (l), qu'eux auss, doivent croire en c~ttè grande w!ritt 'afin d'inoculer à nos enfanls leur courage tl le n6tre. Si nous~ leurs parents, n'osons pll$ nous offrir le luxe de noas /aisssr aller à l'émoilon, eu.Y ne le doivent pas. Voici qui est olus difficile ma:s indispensable

ils dOÎl•enl 11\t' noire

voix~ notre fortt, notre amour. Contre le roc d'un devoir si fierement assumé, la haine qui v.oadroil tant perdre deux . en( aroJs innocents viendra s'écraser sa/IS effet. , Ethel dans une de sos dernières !tttr.es nous traçait noir~ devoir à nqus, gens de Françe, el à tous teu.'( qu.i "euJent cQn~erver intact l'héritage aes Rosenberg et sauveg~rder leurs enfants. - 11 nous fau.t dresser ttès haut la muraiUe qui protègera ces deux petits qui sont devenus nos enlanfs. tion unanime de l'opiuion, mais bien fragile et précaire car cette désignàtion a étê assorfie d'un certain nombre de consid~rations dont l'ut)e d'enlie elles - présenter les enfants chaque fois que le tribunal le demandera - ressemble fort à celles que la police exige des malfaiteurs. La dernière ~;uerTe a montré que les nazis etaiént capables de liquider des mil~ons d'enfants avec leurs parents. Il est aujourd'hui un pays où les mots de démocratie, de liberté et de justice colWre.nt des a etes gou\•ernementaux; v~nt à soumettre deux orphclins à la pire des tortures : les empêcher de trouver un foyer stable et affectueux où ils puissent gr~ndir ~n paix. doit désigner le tmeur, le pri-sittent du Sunogaèè"<i C:Jt.at lOU11- ty of New-York (New-York City), pour ex!·!<r que la gr~nJmtre. Sophie svît dêsigp;ét> C'I.JJnme tutric~. La camp~gne ;>~ut ;~ Tfh•bilitation des Rosenberg est appelée à un rm:me~se retentis'$~ ment ; .-quaue- grandeq. ré:.~l'ions, do-nt deux à ur.~ !=~.. -n.tir.e d inttr~ alle, prouven~ l'Omb!eo la p?pulation parisienne porte daJ1S son coeur généreux le nom des Rosenberg. Il est donc possible de regrouper tous les comités locaux qui existaient avant le !9 juin, de les élargir et d'rn créer d'autres. La révision du pro.:ès des P"" renls, la protection des enfants, doivent devenir l'affaire de chaque Français. fi nous apparlfent que cela soit réalisé rapidement si •ooe~ vo~lons qu'il n'y ait pas d~autres orphelins à protêger. Si le présl<!ent lie l'~istance aux enfants israélites de N~wYork 9ui réclame la tu(elle o~t~ ent satisfaction on peut s'attendre à ce que Mich~l!l èl Robby ·soient l'pbjet de graves ,~>ressions po11r tenter de leur faire haïr leurs parents. r------------- Or qua)ld on sa.it que l'ain<, ' Mich'aël, est en proie à des troJbles psythique~. - il cMit qu'il sera électrocute et se rév<llle en -hurlant - on est en drprt de craindre pour l'avenir ph}'-sique de ce. petits. L'illdi~nation nous sa~~it et tes jours qui nous séparent .ncore ete la décision du tr!'•"nal doi· vent ~tre erü:;:l~yh à inonder d:~ rélégrammes1 :!eo lis•:.~ de ~étition ,les pre.;•de~!$ (les tribunaux et notamment de C<!hai (L<Ji L'adresse du Comité Rosenherq Le •lèg& du COml~i National poor,. la R~hAbllltaUon des Rosenberg e.st transf6rê : ES, RUE LAJYIARTtME, BUREAU 429, PARIS-9'. Une pa11manenc-e en asau~ h, chlquo jour de 18 à 19 h.eUI'è$. Aussi lon~emi'S qu'un jugenrent <l~finitll n'aura pàs rendit Mi<haél et Robby à ltur grandmère paternelle, Mme Sophie Rosenberg, ou à leurs amis Al· Jen à qui les avait conf~ leur tuteur ~ ·anpy BloCh. i1 f;ttldnr------------------------faire eruendre. tris ho~.tot nOtre V()ÎX A l'heure où nous écrivons ces lignes trois tribunaux doivept <lécider du sort de tes peiits. En attendant que l'uh d'entre eux, le tr;bunal pour enfants, fasse connaître. sa décision, c'est ta ~and-mère Sophie qui a été désrg-née pot~"' recutillir très e~ov..soiremerrt les orphelins. C'est un sucGès de la protesta- (l) Les B ... , hébergeaient Micha~! et Robby. 5·-0U·SCRIVEZ 1 Le Révérend Père D.ABOSVXLLE, le Past~ur WESTPHAL, 1~ Grand l{abbin SCHI(;I;.l, ARAGON, Jean COCTEAU, Jacques MADAULE, François MAURIAC, Jean-Paul SARTRE: et Mme Elsa TRIOLET vienlient de lancer l'appel suivant

c L'affaire Rosen.l 1èrg a soulevé l'émotion unanime de l'opinion française. « Chacun de nous est ~>.nimé pour les deux petits garçons de Julius et d'Ethel d'une sollicitude pleine de tendresse. Antisémitisme et mac-carthysme • Ces sentiment. doivent aujouuPhui se matériali· ·ser : ces enfants ne possè~ dent aueune autre _ressour, ee que Je, concours des gens de coeur. c n faut assurer dignement la subsistance, l'éducation et ·l'avenir des deux petits. (Su/le dl! la fage 6) ne hot P.~s appliqu comme chacun sa.Jf, mais~ son seul souvenir gêne les artisans du réarmemen.! de I'.Ailema~nc. Pas d'autre issue qu'en temter le souvenir de c bolchévisme ::>. DE ):.'ECONOMIE RUSSE > (sic), selon RlV AROL du 27 novembre. Et tout cela pour obéir à utte conjuration mo.Jldiale c juive ~ et < bolchevique > à la fois. Nous n"inventons rien. Toujours dans le même article, on peut lire q~e c sur les SO espions soviéttques déjà identifiés, ô7 sont des ISraélites. Il ne jaut donc pas s'étonner de la méfiance qul règne actuellemc~t parmi les fonctionnaires de Washinl!'lon: CEUX-Cl SONT ARRIVES A TROUVER SUSPECTS TOUS LEURS COI..LEQUES NONARYENS >. On voit clairement ici où aboutit le mae-carthysme. c Tous ceux qui dans notre pays, ont protesté contre la condamnation et l'exécu· !lon de leurs parents tiendront à répondre à notre pressa.nt appel et à souscridl au « Fonds français pour les enfants Rosenberg »- • Les fonds sont reçus par le trésorier de l' Associatio11 • Fonds français pour les enfànts Rosenber.g •, Comp· te chèque postal : Patis 10.686-27. ~ 1 du M.R.A.P. Délégations, lettres, Large union teJel'q rammes. .. à la Mutualité Pour que Micha~l er Robby Le 16 septembre, à la Jl\uh~a- ne soient pas arrachés à leur lité, un grand meeting se dé- grand-mère et A ceux qui ~·roulait, organisé par le Comité vent, seuls, les éduquer ~an!, le National pour la Réhabilitation respect de leurs parents, er dans des Rosenberg. Sous la prés1- une atmospMre familiale, les denee de l'tcrîvain catholique délégations, les l<ttres, les pétijacques Madaule, prirent s~coes- rions ne cessent d'affluer à l'amsivement la parole : Mme Sutan- bassnde et aux consulats des ne Collette-Kahn quf lut un mes- Etats-Unis, à Paris et en provinsage de ~f. Emile Kahn, prési- ce. ~ tclégrammes sonl êg~denl de la Ligue des DrOJts de lement envoyé; au ju~e Panken l'Homme; W Andrê Haas; JI\. à New-York. bes milhers- d'Qu· Mn Stern, qul eppona lt$ ex: vrlers et de professeurs, d'é<-ricuses <t l'appui de M, l'ebbé Vaii)S et d'artistes, d'hommes de Pefit<:ol;t~~; le pasteur VIenney ; scienee et de ména;:i:res font il\. Louis Vallon, do!puté (RP. chaque j9ur entendre leur volx. F.) : notn! président, M. Léon Non ! l'affaire Rostnberg Lyon-Caen, prem,er président n'esi pas tt:nnlnée. Toc$ le> honomlrc de la Cour de ~- gens de cce•r d.or.s le monde tlon ; /11. Fernand Grenier, dt- contin...,nt leur lutte ordente Dans toua les arrondissements. au cours des ré:unio~ ~t ~ tlngs organtses par Je M:.R.A.P. ou avec SB.· participation, des appels seront lan~t!S" t. ta populntlon pour l'lri•ifer à participer largement !> la manl!estatlon du 9 mars. C'est ce qu•onlf .souligné nota.mment. nos amis NAJMAN !2' arrondlSSCmentl, Roger MARrA 15'), EDOVtoe.D 114:0), OOTLIEB et !dn FRlSCHM: AN 1.20') alnsl quo les representants elu s• et. de MontreUil. ~· organlsatl4ns el société• atnllées au M.R.t..P .. alnsJ 9ue l'ensamble des groupement.s tntél'<> tsés à Ja lutw contre le rael! nlt et l'antlst111ttlsme. coniTe la n:ona\ssanee du naztsme et du mllJtarlslrle a!,lemnnèl, l!BODL puté (communl$te) ; le ~rund- e_our la justice, 6gn.lernent nlertc$ et tnvltl!o à rabbin Schilli; M. Henr; Bou- 1 ...=:.._ _:_ ____________________ -, Green glass 0 menti ret, député (Al. R.P.) et M' Henri Torrès. Un sursaut de l'opinion française SI granl!e est la volon!< du peuple rarlsoen de défendre ·~tlchaël e Robby, qu'une semame ~grès, un autre meeting, prus vibrant encore, suivi par une foute plus nombreuse, se tenait à la Mutualité é$alemenl1 tandis que, le méme sotr, les haoitants du 9' arTondissement manifeotaient dans une salle de la rue Rocherctonnau Ir. llinlstrc amérl&ala 4c la JtsUcc c!louart. En!"' temps, Micha~l et Robbv avaient èté e:nlev& et f't\• Alexnndre Bloch, le pére de A"h,nn)"" s'était en dêpit de. ses 80 ans, cfres.'lé rour assurer l"eur défense dev.an le tribunal de New- York. A la Mufualité, sous la présidence ete M. Gustave Monod, ~es personnalités dierses ! JVLme Eugénie Cotton ; M. Tourte! ; La Cour Suprlm! dts EtatsUni: a rejet~ lC pDUfl'Ot en ré· t•lsion pres6nll PIJ! Morton Sobt/ 1, condamnt!, tn mémc lemps que les Rostnbtrt. à 30 .ons dt bagne. Elle a sa:,•i /t!s conèlusions du ministre dt 111 justice, M. Brownell, celui-là mlme qui précipita l'tlcüutlnn .-Ethel et de julîus no$rJwYT~o_-ïlillul tC~ulejols souJizntr q~t; :\J. Brow.>nc-11, da1ts son raPP"· '"<•~nall qu• Oreengt~ t;'fti!fl~!}lll ~m tt 'l!ltlrtge, a menti. C't$/ la première fois qu'un tel aveu est fait piJ! la justice américaine. c La preuve <le la table (l), écrit M. Bro,vne/1, le mémorandum (Z), Je témoignage concer- HOMMAGE A Me BLOCH (Suite de la page 1) suHe, Labori faillit succomber aux balles d'un ass.assin. Emmanuel Bloch - fernand t.abori - permettez au vieux mag.istrat que je suis, q,~i a donné c1nquante ~ns de sa v-1e au se-rvice dl> droit et de l.a Justice - d'unir l'avo-cat français et l'avocat américain dans la même admiration. Emmanuel Bloch était, vous le savez, sous le coup d'u!l pro~ès, unique, je le cro1s b1en, .JUt" qu'alors dans l<~s -annales Judo· ciaires des pays tivitis'és- et qui dénote uné sin~iêre conception des droits de la défense -, <J.U'un groupe de ses confrères, ftdèles disciples de Mac Car: .tby, avaient engagé contre lut pour le faire rayer du lla~reau. Nul doute que ses ennem.1s es-péraient ainsi l'emoêcher d•exercN sur les deUX orphelins la tutelle que, par testament, la vei lle de leur e~écution, l<!ars parents lui avaient confiée, 111ettanf ainsi sous Ja garde de ce.. lui qu'ils nommaient leur c fr~ re , ceux qu'ils qualifiaient c la prunelle de nos \l'eux, n~tre fortune, notre trésor le plus sacré>. Il ne Jaut pas que sa disparition, qui met fin à cette tutelle testamentaire, permetre 9ue puissent se réaliser les mesures dont sont menacés ces malheureux enfants, déjà expulses de l'école où ils avaient été placés. Nombreux sont déjà en Ameri~ ue cellx qui insistent pour· qu ils sçient enlevés â une famille amie de W Bloch, qui les avaH prjs en rhante, et soient confiés 4 l'Assistance J>ubliq~e ou il je ne sais quel établissement de redressement plus o~ rnofns officiel, où ils seraient élevés comme de < bons Amèric.- 1.ins > 1 Nous devinons à quoi tendrait pareille éducation. L'avenir de ces. enfants est en n..an1 ~ vol d'uranium par Oatotid Greengla» (3), roat cela conshtue un max:mum de prewts tendant à montrer que lt~ Grotnglass a•·a.ent des raiSonS dt mentir et de$ faits dont on peul déduire qu'ils ont cffectlvtment menti. > Aloi$ li mlnfslrt dt ta justiçt s'est efforcé de minimiser l'im·

wriJU!<< dt cts pr~u~e• pourtant

dü.;sh•e$. Ct/ m'eu tncOJ.lrngun lôuteft>ls lts cUJ.tns~urs lt~ IW~~lll>~m ~ ll• S'lll>ml Il accentuer feurs t}torls pOljr que triomphe la vérité. Wercct\s!o" offhmêtit qvo '" Rosenberg possédaient une fa.blo sp&io'-'• leur p«w~qnont do f<J1i-t d" ml• <roflfms. Or,. la ,tobf• du Ro~n.b~rt o Ot!S retrouvée : eiX.. éito;t tout a fait ordlnolrqc, (2) ltt mEmorandum dè l'ovoe:ot d• Grqdn.glpu, ouqu"'l 11 fout ajouter unQ ~the oi& Il re<onnolt ovolr foit dot: d~lorotions qûc ter pol1co lui ovoient • .vggO,.. ..... (l) Le fr~ 6CI Dovld Orcon.a,(!ss o dimo~ttO q\fO co d~rnicr ovolt voU do l'~oaro11ham Pf!ll ovont son orrostotton : il n'a fomots été po~o~nulvf pour c~ 'loi • ,_1 iosé-antonio jeu. art-coiffure-beauté Il apparHent au Comité National, maintenant vive la mémoire 126, rue la boétie participer !> ce grand Rassemblement qul dépasse le cadre même d>i M.R.A.P., et au cours duquel ~·est la France antiraciste toute entièl'1) qui fera entendre sa volx. c·est ainsi que MM. POZ· NANSKI, president de TUnlon des Soclétl!s Jul""s de France. et Charles STEINMAN, représentant l'Union des Juifs pou~ la Res!si<Ulce e~ .l'Entraide apport!! rent t•àpput cl:lJileureu-~ i1e leurs organisations respectives. Notte ami M• MANVILLE. tnembre du Bureau National. souligna l'lnt~rét porté à iICtlpn du M.R.A.P. parmi' les avocats et magtst.rà!s, !!ul seront largement repreoentés J,e 9 mars à 1~ Mutualité. Albert YOUDI~ InSista sur l'!mt>Or~ai\Cè du ~a$$1!mblem~nt qul clo!t constituer un apport COn$!<16rable à 'l'actlpn de tout le peuple françats contre res a:ecords de Bonn et de Paris. Les Cartes d'Amis La préparotlon. du Rassemblement Antiraciste entraîne des déperues Importantes. .Au.ssl, Charles Palan~ a-t-il apJlelé le Comité d'J\ot!on et les comités de sections il redoubler d'effOrts dàns ln eollecle des !ondn nécessaires à la lutte menée !)ar le M.R.A.P. DéJà, !1 a été placé POUT 10.000 fl:ancs de carte.s d'Apl!S à Lyon, à la su(te d'un voyaiJl de Colette Mo»ll· Des premiers résultats ont été acquis dans les 6•, 14• 19-. » arrpndJssements, ainsi qu'à Mo'lltteW! qui, à la suite du b'll1 organisé par la section du M.R.A.P., a Vf.lr&é 60.000 .trâncs. De nombfeu~ eoolét~s. a.vee le<QueDe8 notre axnl OH!L, du 'Bure:\u N~tlonAl . .,vatt, pr18 con. teet. OnL 4ip1ement ra~t dü ver .. seme.nu. Mal~ Il est. r'l-ke$$atre. q1,1e, p:J.rlOU\. la dtt:u.sfon des cartes d'Amis wt~ acuvoe. Un vin d'honneur le 6 mars dans le 3' EOur l:l.nctr la. enmpofit~ dP$ Cartes d' AD:ùl. di!'S lntU.a\Jves dlveraes sont t:rrtseo dtUlJill:s o.rrond. WÇ~ncnts. Par ~pie, dB:ns Je 3-, un VIn d'Hrmnéur, mm!S$ant le$ nomln'owr •ml$ du M.RA P., BUJ'1l lieu le &!lied! 5 mus À 20 h. 30. 120, rue Yle!llMIU·'l'M>ple. spus la prëslclenoe de !\1' CRAISSAC. avec b pattlc:ipstjon de Charles Palant. 7 mars : Vente de rnasse de « Droit et Liberté-» Sur proposition de M• Armand DYMENSTAJN, du Bureau ~a.CJ: onal, et après lés intervenu~ns dG, Colette MOREL. KORNBl> UTH, HUTMAN, du Bureau National, et de M. JUDIN, le Comité d'Action a dooldé d'organiser une ven~ de masse -de « Droit et Li~rté ». le 7 mars • Pal').S. Les ·sections spnl lnvi~t!eS à Pl'<lndre tou~s dispositions pOUl" en assurer le su~s. avec Ja vartlctpotlon de tous tes ;ne<!lfm• du Bureau National, Signalons :l'autre pnt que la diffuSion de notre journal a progressé, ces derniers temps, dans le 5• arrondissement et a. Montreuil. Les conclusions de Charles Palant 'I:irant les ~oncluslo)ls dea d(,. !Nits, Cl:lJirlcs Palant-. souligna par divers exemples, ta sympathie et le sou~ten MU! donl béné! ieie le M.R.A.P. dans tous loe secteurs de l'opinion publique. c;~ pourquoi les mllJtants de notoe ·Mouvement se consa.ere. ront avee cpn!lancc ct enthou. $i<l$rDe 1\ la préparation elu ~ semblement Antiraciste, qUI osera, un nouveau su-ccès. salué pa: tous les répubUcerins-, par tous les pat~iotes, par tous eeux qui luttent contre les tunes~ ae-cords de l30nn et de Parts. pour que vive la France. Soirée cinématographique le 12 mars dans le s· Uu .Oin!e clnen>MoSl'l'Pltlque oraantséo p>r la ...,tton du M.a. A.J" du Il' aura !leu ie 12 mar•. Joséphine Baker à Lyon Josél>bine B&1J:er n PGrtlotl>é, le 3-l Uvrtcr, à un &:\l!l OfR'S~ A L)'OD pnt le ~nCilcat (C,G. T.) du per.sonnl'l ~$ Hpsp1cr.". Cl•iLI d~ r;yon. A l'Cntr':tote. elle iut oa!Doe P3r ~ PlCART, pr>!Jildent de lA seetton lyonnaJ>e du 1o!I.R.A.P. JUponjl:utl li Ci'lk Dllo<:ullan. J~pblne Ba1J:er 110~ la ~ oesolté de oomb:atre ·acu.l•cmem le racisme sous t.ou\c.a .$et torrn~ S'unir pour vaincre (Suite de la page 1) européen, exterminateur des Juifs soÙs Hfttor, mlnîattoe d'Adenauer" ; KRAFT, bouneau de la Pologne, criminel de guerre reconnu, ministre d'Adenauer •.• on n'en finirait pu d& citer les nazJS> bien en selle. à Bonn. • Comme on n'OIJ finlrajt pa.s de citer les c ousteau, Augse,., Bénoist ... Méchln, Cl6menti, Rebatet, tilor encore c;.ondamnés t; mof'1, aujourd'hui llbèrôs, qui onf ..apri.s leurs activités au grand Jour, ex-eltàtttu~ impénitent$ ~à la haine ~elst& .et anU~ ém lte, hier oomm& .aujourd'hui nuls ot c européOJ'e ». La C.E.D. s1 èll& étâil ratifiée serai\ letourtltr on France._ d'un' nouveau fd01s'me, comme le fuNtnt en 1940, le& baïonnettés nazies. Aujourd'hui comme avant 1840, so reconslltuent de5 flguee -raetleuiêS fondhes sut le racrsme et. l'antisémitisme. 'En 1940 c'os~ à i).artir de Mont.olre quo purent· Se décl\a1ner leurs bf'U• talitês btlrb:ate$. Pouco eux 1~ C.E.D. ee~alt. le nouveau Mon .. tolre qul let rémettralt en sollo. FACE l ce péril, 10 pouplc de Franço- s, dres.s&, plut-un• chaq,tlo Jour.. Les antlracls\es se dolvont d"• lee ehamplons de l'unité~ Rien n.e doit être mënag·6 pour empêcher de nouveaux Drancy, do nouveaux Auachwllx. Noté-e rauemblemont du 9 mars s'annonce dèJl comme une gtanctioso rn,enifG$~Jon du peup1e ant4rac1sto c:'O P4'IS auquét participeront d'éminont.Ot pcl'$onoalltés de toutes appar\t;n•nees politiques ou religieuse•. Chaquo jour, ohaque mln,_,te qul nous séparen~ encore du 9 mars &eront mises à prof,it pour gagner à t'unlt4 de lutto antiraciste Cl'autrOs hommes, d'autres fem-mes naguhro ho1iitJICS a~ f\'I.R.A.P •• hier encoro f'é... fractalr&$ à toutt a~tlon unie, quJ auJourd'hui h6sl&.enJ an ... coro, mals qu'il taut convaincre, •voo tous leiJ: arg,umonts de ta raiSon et du eoeur, do la nécessité v1tale de s'unir et. d'agir. C'est. pourquoi nous ê-Opétons Inlassablement not.te appel fraternel â tou\es les organil!iatlon& antiracistes-en patttcu .. llel' ta L.I.C.A. - pour qu'elles solen\ pPésentes le 9 ma-"'L Vive l'unltlt de combat de tous les antlrac~stes pOI,J .. emp4çhèr ta rena.lssa.nco de la Wehrmacht 1 Vive la lutte patriotique du peuple 'de, Franoe. pour 1'4n ... d6pondance et lA PaiX 1 VIve lo rae.semblement antiraciste du -peuple do Pattls J Charles PALANT. Lej_ourn,a.liste américain Wa~ .. ren HOdges n'y va pas de maon morte ; il écrit froidement, dans le même article de RIVAROL : c Les I::tats-l:inis n'étaient donc, en 1945, que les exécutants du projet SOVJétique de désarmement d,e l'Europe>. Mieux, Eisenhower lui-même n'est pa~ ép.ar~é .puisqu'il. fut l'un des prrncrpaux mtlltaores dt> temps du < rouge > Roosevelt. ]u(!ei plutôt : c En réalité, lf<e a eté, comme Commandant Suprême des Forces Alliées en .Europe, l'executant des ordres de Ja,Clique. communistè du · Uépartement du Trésor >. Avis aux amateurs, au. pays de l'Abbé Orêgoice ct de jaurès, mais aussi de Maurras, de Pétain ·et dé son ministre Xavier Valla!. f"7vous aimez les· livres ls;-' O~ T UV~ENT vous vous posez cette quesde julius et Ethel Rosenberg et de leur avocat, de monter au-1_p ~a~r~i~s.:-S!•~é~IY~~·-6~3:-~4~0~~==================== .fOut de 1turs enfants,. innocents 1: Tous les juifs « suspects " DEPENSE DE L'OCC.[])ENT, après avoir allirmé que < la guerre contre l'Allemagne était une guene juive-:.. veut surtout ~ démontrer ~ que \Vbitc était c l'inspirateur 'du Fonds Monétaire international et ~e la Ban· que mondiale créés à Bretton Woods en juillet 1944 >, organismes ayant pour but de c RENDRE L'ECONOMlE AMERICAINE TRIBUTAIRE COMMUNIQUE c Unze;o Wort ,. a. publr6 dana son n° du 18 oçtobre t863, un a.rttole mettant en causa, M. POZH~NSKt. • Unzer Wort ~, déctare Pê&raotel'" les propos conçer .. nAnt M. POZNANSKI, il l'~onoNbllitê duquel Il n'a nullement ent-endu po roter atteJn .. \.0, et qu'if n'a Jama.la çon&i .. d~l'4 comme un ennemi du peuple juif. Le scénario est le méme dans DEFENSE DE L'OCCIDENT de Bardèche : c Tous les personDa$.' Cà inis en cause par Jes e.nquétes du F.B.I., de la vP.dette, SI t'on peut dire, aux colllp:Hsés, sont jt>ifs, et ils sont dévoués aux int~êts du communisme mond;al >. S'unir et agir AVANT ... li est bon de se rappeler que ÇA (Auschwitz, Drancy, etc. .. ) a commencé comme ça. Maccarthysme à Washington ou mac-carthystne à ses débuts en france conduisent également à !a discrimination en ordre di$persé d'abord, c!est-à-dire aux cas c strictement individuels ;., aux règlements intérieùrs et c usages > cnsuites, pOur fin~r par la guerre et les chambres à gaz. C'est AVANT qu'il faut y pense. r et s'unirj surtot>t lorsque les forces popu aires dans leur immense ll)ajorité dèsirent la pal;:. et ne veulent plus entendre parler d'antisémitisme. Qui refus~ rait son effort au grand combat contre le racisme, pour l'amitié en!re les peuples ? Roqer MARIA. ! tion : q. uel ouvrage acheter? _Attir~s 1 ~ par un_ titre p_ro~e!ta~r, comb1en de ~ fois vos espoU's ont·1ls ete deçus. i Un conseil: faites confiance aux Amis du ·$ ~ Livre Progressiste, 142, boulevard Diderot. ~ $ Paris (XU'). $ i Sur demande, vous recevrez leur bulletin ~ i mensuel comportant la presentation des ou. · ~ vrage!!l reliés cuir qu'ils offrent à des prix f sans concurrence et une liste com~entée $ $ des meilleurs livres parus dans le molS._ J i L'adhésion n'entraîne à aucune obhqaS tion et ne vous procure que des avantages. f Entre autres, l'obtention d'un ouvrage " gratuit de 1.000 francs à votre choix après ceci sans limite de temps. Da~ votre intérêt, écrivez dès aujour· $ d'hui aux Amis du Livre Progressiste en vous recomm,andant de « Droit et IJberté "• surviv~nts de ce.douloureux dra· me, "'"e garde vigilante, pour que leut soient rendues. la vie ca,lmc, fa douceur famiJière d'un foyer auxquels ils ont été si tragiquement arraehé.s. Cherehons. en commun la solution pratique la meilleure pour que leur sol! assurée, en .même temps que la s6curité et le bienêtre, l'édùcation qui fera d'eux des nommes libre;, élevé• dans le respect de leurs parents, dans l'amour de la justice et, malgré tout, de leur pays ! Grande soiree antiraciste le 16 mars, rue de Belleville. Le Mouvement oon\ro te Ra ... clsm~ i•AnLlsémi'Usme et pour la Paix., $8C.llons etes 19' et 20. arrondfasements, organfso une GRANDE SOIREe. ANTII!ACtSTE cootre- te rëa.rmement des revanchards nazi&, pour la uuve .. garde des enfants Mfchaêl et Robby Rosenberg, contre lès campagnes racisté$ et antlséml• tea, fe Mardi 19 Mat"S 1964, à 20 1h. 30, au elnéma « Paradfa », 42, · rue de Belleville (Métto : Pyr~n 6 .. et Belleville). " Aspects de la LA Cour de Ca.ssatton vient do p,onOncer dou'x arr,.ê. &a eon'domnant l'tm des jou,.... nau.lt et l'Lin de$ 1hommes qui font aotuetlemcnt le· plu& d'ct .. forts dan-s notr• p11.ys pour oxcltcl" à J'antiièlnitismo >ét q;u r-a .. clsmc : ASPECT$ D& t.A J'll\ANCE et Maurice Bardbche. 1' ASPECTS OS LA Fl\Ai'!CE avait 6tb poursuivi en 19:60 J)Al" la Fédération des Associations d'Anciens CombaÎtant'l et vo .. lonttilraa Juifs pour l'un do- ses arUcle.s violemment anti&tmite.s. Condamnée le- 10 févrlor 1961 A ·36.000 franc& Q.'amencte, fa feuille maurfassienne fit appel. Mal lui en prll, puisque la, Courd'App01 êlova t'amende A so.ooo fttancs. C'est ce Jugement que la courde Ca.ssa.tlon vtent d"G confirmer. ~ Maurlê.e. Bar-dkh& avait 6.t.6 poursuivi a ta suite d'une plainte de 1a Flld•ration des Associations d'Anciens Combattants et Volontèire.s Juif$, alnsl que du comit6 d'Action do la Asls~nc. e, q_ul d•nonoalent l'apologie dts campa do coneontra\fon, des France" et Bardèche condamnés massacres de juifs et. les diffamations c-on\rt ·Ja Résistance contenues- dans- son Uvre « Nurembel" g eou la. Tc~re Promls~ ». En fOvr!er 19511 la 17• Cham .. bre oorrectiol)nellc, malgré des a.tt.éndus qualifiant aèvê:-.ement le livre de Bai'dèohc, relaxait ce-... lui-ci. Mals on t!,ppol1 Il fut condamne 1 &o.ooo francs d'am-ende, un an de prison ferme,,' à ta aalslo. et la deatructlon de son livre. La côur de cass~tlon ·O é~alement. corltlrmë ce Jugement. Intensifier la ·lutte Alnsi os\ rec.onnu aveo C-clat te ç.~Ntctbre illét;ial -de la propagande antlsêmlté e1 raciste dévclopp, ée quotldiennoment. pa.r AS· l't::CTS DE LA JliiANCE, Bar• dècho' ct leurs seÎ'nb1i.btes.. s oulignons toutefois que ta couP de cas.sât.lon ~ décla~h ltts parties civiles irreccvable.-F: el .. le dënte aux organfsa-tlo"s C?U gi'Oupement.s lo dPolt de .aua~ttor deS" poursuites o<1ntre tes ra .. cletos et leurs Journaux, lorsque ceux...ç:l se livrent à doa dlff&.rna• tlons de ca,rae~•l"ê \JOnér;t vlsanluno cat,gorlo ·de ta fWPUia.Uon. Dans ces casJ selon ta Jul'lsprudenoo étabtleJ seul lo Parquèl a Jo pouvoir d'~nagager de.& poursuites. 1\h'is le Parquet n'en fait Jtton. S'JI appUqualt la loi, CO'.sont des centaines de Rrocès qu'Il devrai\ ent.~eprendr-e contre- fe.a jOtJrnaux viohystes et Jours Pédactèurs. Et una telle flê-prestion, 16gatc el lêgitlmo, s) elle avait •to appliquée-, q_uralt depuis long.t.emp• ml$ à l.a r.a.ison ceux qui i'e-ffoPoent aveo uno audace croissante_ de divlsero re pays et de saper 1& r6glme républicain. L 'inltla.nv·c. des Ancje,~s co m ... battants .Juifs a donc cntftatnl des condamnatloos contre la vo ... lonté du Pa.rquot, o'est.-&-dlto du gouvernement. Tous tea antlraciSlêS s'en f-i .. llcitcl"ont et verront dans ce sue• ,cès un encouragement A lntens•fier la lutte, en a lertant r•opJ ... nlon, en Intervenant auprès du 'êhJs, dea pouvofl'& publics, I)OU,. lm~ser définitivement silence A ta presse antlsém1t.e. a Gonrcretrce rrc li61f6V6 LE CHEMIN ARDU DE LA PAIX LA Conférence de Berlin est venue interrompre une longue période de tension pendant laquelle aucune négociation n'avait été séxieusement amorcée. Tel est le premier résultat et non le moindre de cette re·ncontre internationale. Pour Copilllon publique, la dénîonstl'ation est J:aite que les hommes d'Etat de l'Est comme de J'Ouest peuvent se rencontrer autour du ta· pis vert pour une ·discussion courtoise des problèmes qui divisent le monde. la conférence a également montr~ dans quelle direction doivent être recherchées les solutions négoc-iées sans lesquelles li ne pourrait y avoir de détente internationale réelle et complète. C'est ainsi qu~ l'on aperçoit très bien les conoess• oos qui, si elles étaient faites de part et d'autre, pourraient amener un compromis sur te problème allemand. U sembl• que le plan EDEN pour la téllillification de l'Allemagne aurait de ~rieuses chances d'être acc:epté, du côté soviétique, comme base de discussion siJ du côté bceiderital, o,n renonçait à faire du réam1ement de l'Allemagne unè condition préalable à toute négQciation. Enfin les Quatre se sont mis d .. accord pour ~ntamer une négociation sur I'Extrê.me-Orient. Ca présl:noo de la Chine a la futu, re conférence de Genève contribuera à le>•er l'l!ypothèque absurde- qui prétendait C.i<clure du roncert des puissance!$ ce pays de près de 500 millions d'habitants. La C<lnfcrence de Le maître-chanteur Gemhre examinera les pr.oblèmes de Corée et d'Indochine. Si nos gouvernants sa.•si_ssaient la peréhe . que leur •end le pandit NBHRÛ dans sa d&:laration sur Je cesset-le-feu en Indoch ine, la négociation de Genève s'engagerait é"videmment pour nous dans des condiiions plus favo- ,.----PAR----I Gilbert de CHAMBRUN Député rables que si les hostilitès cQntinuaienf. Quoi qu'il en soit, cette Conférence doit favoriser l'ouverture de pourparlers de paix entre tes belhgérants. NOus avons là une nouvelle occasion de mettre fin a cette guerre désastreuse. L E cOté négatif de la conférence de Berlin est le fait qu'aucun accord n'est intervenu sur le problème allemand et que par conséquent un foyer de guerre subsiste dans l'Europe coupée en deux. la conférence de Berlin. La C.E. O. est évidemme1\t le principal obstacle à ""e solutfon pacifique qui intéresse notre pays au premier cher. La chose est d'.,utanf _plus grave que Je g~uvcrnement de BONN, se servant de~ appuis qu'Il po!iSède sur le plan international cherche fir.vreusement à placer Je ntOnde jeVant le fait accofllpli d,u réarrneiJI<tlt de l'Allemagne Occideufale. S 1 le Parlement et t'opinion publique ne réagissent pas en temps utile, nous allons bientôt nous troever en Europe devant une tens:on accrue, au moment même où les p~iers s} mptômes de détente apaaraisseM en Extrême•Orient. Comme la paix, la détente internationaie, qui en est la condition, est in~i"isib!e. Pas de marchandages planéta>res 1 ~ dit M. Georges BJOAUI. T. Mais la France qll'é:puise la g~erre d'Indochine, et que menace la r~naÏ$Sance du militarisme allemand, a mtérêt â laire prévaloir partout l'esprit de négociation sur les Soluf.ons d.e iorce. 11 est donc hautement regrettaole qu'à la conférence de Berlin, à propos du problème allemand qui met en cause. l 'existence même de notre pays, le minishe des Affaires Etrangères de France n'ait pas eu une attl .. ~ude indépendnrt~e insptrée exdusivement par nos intérêts nationaux. Notre pay$a la pos.sih.lré dans les rno1s qui vienn'ent de raire rouvrir dans des conditions nouvelles la négociatjon sur le problème allemand. Il suffjt que le Parlement refuse la ratification des accords de BONN <!t de PARIS. La voie "ra alors .ouverte à une solution acceplàbfe pour fou~ qui garantirait la sécurité de la France et contribuerait à la paix du monde. ~~ Nous 1 ut t o os à 1 a fois contre le racisme et pour la liberté " Chassé de son poste par les autorités briltmn.(jues pour avoir réclamé l'indépendance de son pays, le Dr jagan, premier ministre de Guyane anglaise~ s't$1 rendu dans dilférenles capitales du monde notamment à- Londrés, à La Nouvelle-Dehli, à Rome, etc ... , pour plairfe.r la cause de cette mdépendance. lf vient de rentrer en Guyane pour reprendre te combat. On sail que sa /tmme, d'iJr.gine amédctlifle, a déjà lié arrétée, condamnée à une lorte peine d'amende el envoyée tiL résidence surveillée. Lors de son passage ci Paris, te Dr jagau a bien voulu accor-der ti • Droit et Liberté > l'interview suivante : - Dans quelles conditions s'es/ produit le coup de force hriJannaque ? - !.f~ au(urités anglaises avai~nt très m~l accueilli la g ra nd e vict9ire électorale qu'avait remporté le parti que je diri~e, le parti progressiste guyanais, une espèce de fr()nt National qui groupe des militants de .différentes tendances oolitiques, ma:s tous décidés à obtenir l'indépendance de leur pays. nous déclare le Dr lA GAN Premier Mini.stre de Guyane, déposé par les Britanniques (Interview recueillie por Albert-Poui-LENTJN) Quand nous a v o n s de· mandé l1indépenda11Ce, le gouve: rnemeut angMis a. réagi en suspendant la Constitution, pourtant très restrictive, qu'il nous avait atcordée, en envoyant en prison les pa rlementaires et les ministres choisis par la populotion, et en les remplaçant par des candidats de l'adnunistration1 ceux-là même qui vcoaient de se (aire écraser aux éJections ... - C'est là l'aspecl politique du COll/Iii. Mais le conflit n'estil que politique ? - Non, il est aussi soCial. La 1er dans des conditions effroyables, des conditions qu'on a peine à imaginer en Europe-. Mafs ce prolétariat exploité commence: .tt s'é,,eiller â la vie politîquc, a prendre conscience de son sort ct à formuler des tC\1endications. Et comme ce prolétariat est un prolétariat _de couleur essentiellement composé de iravaHleurs d'or:.gine afnca.ine et d'origine indienn~. le conflit enfi, n prend li~ troisième aspect- : c'est llln conflit entre les racjs~ tes et les antiracistes. C'est le conflit entie une aristocratie blanche fa rouchement racisfe et la population de couleur qu• supporte de plus en plus mal la discrimination et les vexations don.t elle est l'objet. Iéalitê du pouvoir est exercée n Ouyane par les plan!ewrs de canne à sucre, qui utiHsent et qui e.:xpJoitent une main-d'oeuvre misérable qu'ils font travail- Cesf sur cc point d~importan· ce ·prim<>rdiale pour notre pays que l'action de notre reprcsen .. tant à Berlin parait particulièrement crltiquoable. Tout le monde s'attendai t à oe que M. Foster Dulles appuie fortement la C.E. D., que le gouvernen,ent de Washington continue de considérer comme une carte maître$s. e au service de sa stratégie. De même, il n'est pas étonnant que M. EDEN ait appuyé égatemenl la C.E.D. faisant ainsi au go~vernement amé.ric(1în une cr.n · cession peu coùte&.."Se- pour la Grande-Bretagne puisque celle. ci n'entrera pas dans l'c Armé-e Européenne :.. Par contre, M. Georjl'eS 'BIDAULT n'était pas fonde à adopter une attitude an,Hogue puisque les traités de BONN et de PARIS ne sont p~;,------ ------·--------------- ----------, encore r~tffiés et que les débats qui ont eu lieu iuscu'à présent ont montré qu'aussi bien chez les ~arlementaires que eù\ns l'opimon publique, il existe une très poissante opposition a~ réarmement de l'Allemagne. - Dans quelles condit.ons Sl déroute ·la lulle ? - Dans des conditions très difficiles pour nous. Un secl exemple : notre Mouvement National ne dispose d'aucun journal, tou,tes les imprimeries se trouvant entre les mains des autorites britann1ques ou de leurs prolé!;<ls. Notre propaganlfe ne peul s·excrcer que par des tracls ronéotypés que nOus fàisons cir~ tu1er clandestinement. Ainsi, du fait do lni'listrc q·;i parJait au nom de la France, ta vr.~e qui {>Ou·;aJt mener à la solufi<> n 1\égociée du proolème ~1- l(•mand s'est trouvée bloquée à E N EGYPTE Grand-Rabbin VISITE AU de Moscou (Suile de la page 1) Toutes facilités lellrs sont d'ailleurs données. Un QUvritr a1 sur les lieux m~mes de son travail, la possibifitf de se perfectionner pour de•Mir ingénieur. On 11e vqit pas dans tes rues de pubtic:tés lopageusts. On ne trouve pas Iii-bas l'almosphere fébrile1 trépidante, mais souvenJ arti{icrclle de nos grandes villes. Mais no116 avons confiance. Notrè cause est juste, et elle triomphera. UN MESSAGE du prof. Frédéric Jollot-curie Président du Conseil Mondial de ,la Paix au Conseil de la Paix • d'ISRAEL L~ professeur Frid~ric '-'OLIOT-CURIE, président. du Conseil Mol)rlial do ra Paix. o. adre~6 récemment. au ConseU Na~ ti~Jn.al do la Paix d'rsraël un message qui 1ent. d'être rendu publie. En vof(-i le Lextc : Chers Amis, Le Mouvement de la Paix en Jstaël a pa1"ticfpé offioacPmen, t à l:t g_rende campagne mondiale pour la pa1x. Plus- de 40 % d~s citoyens de votre pays ont '$ouscrJt à l'appt:! pour Pinterdictiort cres armes- atomiques et pour la négociation entro les Cinq Grandes Puissances. Le soutien des citoyens de votft& pays à cu c.ampagnes a sa soure~ dans Ja êonscience. des danger-s réel$ quo les fomentateurs de guerre font peser sur le Moyen Orient, eom. me ils le font dans d'aut-reS:- rêglons du monde. C& soutien rôslde aussi dans le fait què le- peuple Juif a connu les souf .. francos dCies aux persécutions racia les, durant la dernière guerre qui s'~t abattue le plus férocement sur lui, en fal .. san\ la première vlot-ime. C'e$t pourquoi, a ux actions pou,. la défense de la pafx danl votre région du monde, par ta lutte contr.o los fomentateurs: de guerte et par l'esprit de n6gociatjo·n en vue d'un Ngle.men~ -pacifique entre vqs pays, sans ln«~rvcMion étra..ng6re., vous associez la préservat ion do la paix dans le monde en-tier. En partic uHer le problème do l'Allemagne, où vous no voulez pas roevotr un militarisme dirigé par les chets poUtiques nazis, re.spon~ables de tant de crimes horrlblo:s, dont beaucoup d'ent.Joe vous ont étè les vfc\'imes, mlll"ltè- t'açtion vJgcor:euso que vo._.s lui eonsacrez. La lutte pour ra paix unit pour le biert commun, sans aucuno dlatrnctlon, tous les c itoyens d'un même pays i elle éta-blit entre tous Ica paupfes de aoUdes liens d'amitié et d'est ime. Aux respottsabitl\és particulières: qui s'impcsont. aux différents peuples pour ta sauvegarde de ta, paix, s'usoolent des res pontabllltés communes pour faire prévaloir l'esprit de n4gociation pour aboutir à dos aolutlons pacifiques des différends entre nations, pour l~él~mlnâtlon des armes de destruction musivo ct le désarmément. Une rencontre en,re fe't Cinq Grandes Puls.sances serait une contribution tondament{ lJC à la détente fntérna;tlonale. Jo -fUÎ$ peNSuadë que les c itoyens de votre pays, Juifs et Arabes, continuoront à a.gfr pour le mo:tlntien de ra palx, contribuant

.lnsl ë\ Pavontr heureux de v~tr-o pays ~t du mondo

entier. M. Paul Reynaud chez Malan Après que ~e repr~ntont de lo Fronco a I'O.N_.U, se SOit abstenu $w une mot!on condom®"t Je roct.smc pr'ofiquâ e:'\ AfriquO' du Sud, M. Po~l Rpynoud, vlc'II·Pfé:Si~nt du Conseil \rieM d6tro reçu olficioUement por [0 D: Mof9n, promiru minlstro sulf..ofrf.. coîn. Qool ôtoit lè but do ca ~oc ? Pr6poror, .semblo-t-il, une conférence ~r lo , d6fense- • do I'AfrfQue. fixOO ou ll mot!. Mol.an seroit oppeJer à y fott!:t vn rôle do prcmiet plon, Les bitl êt~s en Europe, Molon en AftiQue : voUO la$ hommes qui PNmnent Jo tête do lo crolsod~ pour 10 pçôteJ'\d~ • défe-nse .. do lo civ,Jisotion. t.cs ontfrOcistes, l'onsembl!) d!!s F(onç; ol$ condamt~ont celto coiJobOtotf.orl dont If ne pout rlM :sortir de bon, ove<. l'homme QUI, en Afrique du Su4, inco:- no 10 politiqua « s-égrégation ot deho[ nb rOc:io!.-. Avan~ qUo s•ouvro fa conférence d-e Berlin, le Journal d'Adenauer KOLNISOBE RliNDSCHAU manllemlt sos çralntcs: de la; volr réussir, sous la form~ d'un chantage à la Franc., : c La co.of~kenee de\•ra mouLrer si I'Amédquo et la G•·ande-6retagne peuvent eontrnuer à eoop61·er aveo la France ... • et tJarticle s'achev•it par de$- Insultes envers le peuple françaia

c i!t re débile qut n~ !,C

soumttt. qu'à Celut devant tequel Il a le plus peur •· . Poursuivis pour délit d'opinion ... - L'Impression IJenérale que je rapporte de J'Umon Soviétique, nous dit-il tout d'abord, C'est celle d'un efforl soutenu de reconttruction ou, mieux, de cOnslruclion. El te/a, pas seulement sur fe p/afl matériel, En dehors de., chantiers, des usines, des kholkozes dont l'a.c· li••ilé et les réa/isolions sont partoul à t'ordre du jour, j'at été frappé por la ferveur avec laquelle les Soviêliquts s'aRpliquent tl améliorer leur ~ualiflt<>tion professionnelle, as éduquer, se cultiver. Il exisle dans le pays d'lnnombrables Palais de la Culture, avec bibliot/tlques, saUes de lecture, salles de spedacrcs, ozi ont lieu des conférences., des discussions, des séances artistiques organisées par les elubs d'amateurs. Cela, 6ien entendu, n' empeche pas/a gallé. En U.R.S.S. on danse beaucoup. A la grande Syr,~agogue de Moscou SAUVONS ROBERT WELLS! Fleurs et couronnes cnanoemen\. d• t.on devant f& eomportement de M. sJ. ctaul~ à fa conférence. La Dll'/..OMA TISCttE KORRESPONDENZ. orQane du minis .. lèi"' de$ Affaires Etrangê.re$ <fe BONN couvre d.e fleurs c le cher peU\. homme ~ qut s'est acquis la rceonnalssanee profonde du peuple aUemapd •· Et le grand patr-on ADENAUER t:•est. écrié de .son c6t6 : • ùo mlnlsttea.nemand o'a.uraJt pas m.loux fait •· Voit& des cout"'nnett d& raurlérs. qui valent. pour la. Ftan-ce des courônnes mortuaires. Rappel historique La n~sftô do f"êunlfier I'Ailemagné a. vu s'affronter deux concep\lons do la liber· t.ô électorale : celle des occ1dent.. aux no manquait pa$ de panache. Me.is les grande.s e rwoiOes sur la Jlbertê ea chent Jo gra1n des chosc.s sou$ la pallie d6S mo\s. L'histolré la plus récente rappelle quo -50U$ le régime de:& même3 banquiers qui sé .. vissent a.,ujourd'hul encore, l'or, la corruption o\ la terreur amenèrent librement Hitler au pouvoir en 1&32. Les KRUPP, SCHACHT et consorts ont. surdou A la dé .. rait-& de leur ma,nnequln sanglanL Et. Ils restent les maf .. tres. La " liberté " de manoeuvre ... Et l'un d'entre e ux, lo plus riche, le banquier PFERDMENGES sc charge dans son journal do préciser cette conc-eptlon de la libc~ t6 quo M. llldaul\ entre au-tl~ a cnvetoppëe do grandes phrases. Voici co qu'êcrlt ce Journal, le IIA~IDUl\VEII JIBt::l"DBLA'M'

« Les puissotnces

occidentales demandent des éleetlops libres et avant tout la liberté pour l'Allemagne réunifiée de contPacter dos alliances. EUe.s euiont s~assuror l-e rontorcemcnt do leur front mllltatro en ineorpot ·ant tout~ l'Allemagne tt la C.E.D. >. Ef le reste est Utté,rature. Entrez, entrez, dans la boutique Mals la tranchlse d'un ban .. quier ou d'un ministi'Q de BONN n& sont pas dans les moyens de nos c europeens, l noufi. L'opposition natlona-lé Ql'andlssante obtigtt leurpropagande â des OJI&rclcca ete ha.utô voltige et de bas.SB" cUisine polftlque. Bat~eur.s d'estrade et mal"chands à la sauvet.te. Devan\ des audltoil"es s.quèteftlque3 M. P.-H. TEITGEN, vlce~prési<ten\ du conseil, promène c J'E~rope ~ A tra-vers la Fran:co- si t'on peut dire. ~~....,.ooCP"..o"ooO'"ooO'"-~~ ... Le grand poète égypti~n de langue arabe KAMAL ABDEL HALIM, le juriste YOUSSEF HELo\W, :;ecrêfnire- du Mouve· ment de la Paix Egypfien, les éerivains et publicistes IBRAHIM ABDEL HALIM, ABDEL RAffMAN KffAM/SSI et ZOHDI ainsi que de nombreux autres représentanrs de la pcn:We et des· arts de l'Egypte, vont être prochainement jut:és pour délit d'opiFtion au_ Ca1Je. Devant comparattre devant oo t ribunal d'exCeption, iJs sont menacés des plus lourdes peine('. Un certain nombre de personnalités françaises ont adressé à l'ambassadeur d'Egypte à Paris une lettre deroandanfiël1r libération. Parmi les siçnatai!!s de cette lettre, citons : MM. Henri AISI'lER, Mme 1.. BEL.L01'!1 jean B-ERTHO, BLOCH-DELAHAYE, t'rancis COHEN1 Louis OAQUIN, Jean DESAILL Y, Pierre GUILBERT, Irene jOACHIM, Willy MISCHA, Léon MOUSSI· NAC, Pierre PREVERT, Georges SADOUL, Suzanne de TROYES, Roger VAII.LfiNO, Simone VALERE, jean WIENER. ZJ:.M. LI GNE MARITIME D'ISRAEL CROJSIERES fH 1 $ RA EL C l R CU 1 T S TOURISTIQUES -:-:- INDIVIDUELS --:-:- UN DEPART PAR SEMAINE SHOBAM a:, Av. do l'Opéra - PARIS OPE. ! 31..66 fi à /QIIfes agences de 110yag{!s Les journaux, lts revues sont plus 1/ducatifs q~e- chez nous. - - -"---"-" ·=.__...., MESSAGE DE PAIX .. Le Grand Rabbin SthiiCer, ·a dédleaeé à M. Ariel GhiSbourg un JiVJ.'ti t'U.utla.ut cornpUl do la Conférence do toutes les Eglise-s; et As .. soclatlont:~ religieuses de l'U.R.s.s. pour la. D.èifenee de ra Pcûx, qui $'cs~ toé:nué en 19:52, ot oU lul-méme a p1is Ja po.role~ Xous reproOuisons ol-des:;us- sa d~dte,cc, écrite en b6breu, auprès du tampon de la .commu.uaulé roUglouse julve (le Moscou. En voici la t-ti.ûuotton : « Avec mon meilleur aouvanir, pour la paJx dl!ns: Jo monde entier-. Moscou 2.9-1-1954 .. 2& ,schevat • 0). \rGJci, d'autre part, que1que.s exu·aits de l'jn..tocventlon !aUe pn,r le G~and R.abbln Scltlirer à octle itll!'IOI'lAnLe o.ontûJ·enee, où tQus les cultes de l'linloo Sô,•iélique étaJont- repr~sentls . ' Nous-, Juifs croyanr.s, nous sommes formés. dans J'esprit de l'enseignement cfo nos proph~tes ct de nos sages qui ont dit : « Almez donc la paix ct la vèritê )) (Zach., vu, 19). « L'Univers doit reposer aur t.rois bascfi' : la Raison, l'ltqulté et. 1a Paix ~ntre les hemmes » (Enselgnement des PèPes, 1, 18). c L.a Pa.ix es-t toi.it, .sans PaJx le chaos )) (T Nlit6 de Siffr). • Il ost tou_t naturel que le peupto juif êprouvo un p.rofond .senti mont de gratitude et do reconna.issaneo à l'égard du gou ver .. nemcnt do l'Union Soviétique qui lutté eottstamment et avec espr-1\ de 10uite pour la paix dans le monde entfer. «. En ma qualité de rabbin et de. repré$entant d'une grande Association rellgieuto lsraélito, J'est.tme que mon devoir est de portor à rot connah;s-.nce des Juifs croyants du monde cntlel' que tous tes Juifs de notre p.ays participent i la lutte pour la paix. Nous fiom .. mes profondément eonvt.lnous que non seulement les Juif$< de I'Unfon Soviétique, mais aussi les Juifs honnêtes du monde e ntier veulent· ar-demment ta paix. « On ne s.aurait admettre que nous oubliions les blessuNs non encore olcatrls*es causées à notr.e- peuple Juif par ie.s infâ.mes ta.s. ci&t.es, leuM forfaits perpétrés à Oswiecim1 Majdanck, Babl Var et dans de nombreuses autres usines de m'Qrt. Toutes ces horreurs pAlissent devant celle$ que pourPa1t cau~or la ~ouvelle guerto mon~ la l &, d elle éofatalt. La Corél) en fourmt un echanttlfon. On y em .. ploie l'arme chimique et bactériologique pour Pextermin~;tlon d'un pouple, et seulement pat'Cle qu'if défend htroique.ment. don jndè .. pendance nationale et. ta liberté. « Moi, qui ai eté personnellement 'prouvé penda,nt les doux premJares guerres mondial&$ et qu'afflige le. speetaclc des grandes calamité$ et des $OUffrances dé l'humanité, 1& vous demande dans un amour fNternel de fain l'unJt6 autour du Ql"llnd Idéal sa.cté de la lutte pour fa paix dans fe monde entiep ... « Nous, Juif$ pi'atiquant.s, nous. sommes profondément. con .. vo.tnous que la paix vflincra la. guerré non seulement par-ce que le& ç0mbattants de la pai'x s-e chiffrent PlV' centaines de miiUons, mals aussi parce que la guerre c'est la mor&, la Querre, c'est la dést"uc-tlon le malheur et les- larmes, tandis que ta paix c'est la vie, Jo bonfteur le blen- &t"* et la lumière, car Il est dit que le plus faible rf.yon d~ lumière disperse les épa•sses tén~bre.s. « Nous croyons ctu, les paroles du Prophète se rêa,liseront « Ils foroeront leurs. êp6és en hoyaux, et leUf& hallebardes en serpes. Une nation ne tàvera p1us l'ép&o c-ontre l'autre » (EsàTe, If, 4) .... ( J) Scllevat : mols de l'année isl'Mllt.e. C'est un vendredi matin que M. Ariel OEnsbourg, avec un auIre membre <le la délégation, M. Gartenbaum (qui lait également ~anie cie I'Umon des Etudiants ujfs de franoe), e.;t allé à la rande Synagogue de Moscou (IJ r ~n a dctut l\t4ttco. dan:, la. capttale). - If y avaU, nous dit-:1, une cinquantaine de fiJWes. Aprés lJtfice, nous nous sommes t(ltretenus avec le Grand Rabbin, M. Salomon Sch/ifer, sur la situation des juifs. En U.R.S.S., le calle est enti~ remenl libre. A Karkhov, par exemple, où ;a: passé, les églises et les synagogues, qui avaienJ été dé/mlles par la guerre, ont été reçonsfrultes. Mais 1'/:ilal n'infervie111 pas dans tes affaires religieuses : ce sont les /td~le~ qui tnlreliennent leur temple et en onl /a garde. A ta grande SynagogJte de Moscou, il y a tous tes ma/.ns un set11ice,_ comme celui. auquel nous a•ons assisté, et tm office plus important te samedi. /:in d~hQrs de ta vie religieuse,_ les juifs ne se disllnguettt aucunement des autres citoyens. f'e" ai rencontré. un ccrtpùz nombre,_ par exemple le directeur de l'usine de pianos de K-arkhov, qui nous a fait visiter l'en/reprise qu'il d:rige. Il faut souligner que t'nnt;sémitisme, comme toute forme de racisme, est uu trime sévèrement puni par (a loi. Une préoccupation réelle Le Grand Rabbin Schiller a chargé ses visiteurs de transmettre un message de sympathie aux Juifs religieux de france, leur demandant de consacrer tous leurs efforts à la défense de la paix. - Toutatzlong de notre voyage, I)Ous dit encore M. Ariel Ginsbourg, nous avons pp cons .. Inter que ln poix en U.R.S.S. n'est pa$ un simple mol, mais une préocctzpalion rle' lle. Les So•iéliques YJnt beaucoup souffert de la guerre qui leur a coûté 11 millions de morts. Karklwv, p,ar exemple, a été détruile à 80 %, Minsk d 100 %. Ils ne demandent aujourd'hui ql/à COilstruire, Q miellx vivre. Ils souhaitent /a eqopéra(ion en/re les peuples. El en porticulier, lat constaté l'existence de profonds sentiments d'amitié envers la France. Nos romtmciers sont très lus, lrts appréciés. En ce moment, on prépare à Moscou une exposition Georges Sand et une exposiJion Jean· R.chard Bloch. Au musée de Leningrad~ on vienl d"·ouvrir de now,etfes salles consacrées à la peinture française. Nous avons invité une délégation russe, semblable à la mitre, à venir prochainement en France. f'e.lpère que ce sera un ttouve.au pqs l'ers la nmlfiplicalion des échanges outlurels antre les deq:i pays, d'où ne peut résulter qu'une me.lleure compréhension, pour le plus grand biNt de ta paix. C 'EST au 9 avril qu'a été fixée l'exécution du noir Welsley Ro~ert Wells. Condamné a une peine de pris<>n indéterminée à l'tlj:e ile 19 an$ pour un délit m•nime de droit commun (qui n'est d'aillturs p~s pleinement prouvé), il a passé un q~art de SJêcle aans les gêoles de Californie. Tout au long de ces années, a11imé par un sens aigu de sa dighité, il a résisfé avec courage au racisme des gardiens. C)est ce qut lui a. valu d'être· constamment l'objet de brimades et de tortures. Un jour que; malade, des jli!oliers Je maltraitaient~ 11 sahut, à bout de nerf~, u,n crachoir qui se trou,vait à portée de sa mam, et le lança au visage de l'un d'eux. Le gardien fut à peine blessé. Mais il n'en fallut pas plus pour que le tribunal de la prison le condamne a mort. Le médecin de la prison. des magistrats, des prêtres, des rabbins, des médecins, dts dirit! eants d.e syndîca~ ~ont intP!W'nus, mterv;ennent c haque JOUr plus nombreux} afin de deman\( er la vie sauv.e pour Wells, soulignant qu'il n'aurait pas été condamné ainsi S'//, N'AVAIT PAS ETE NOIR. C'est la première !pis aux Etats-Unis que la peine <le mort est prononcée dans de telles conditions. Ce nouveau lynchage légal, voulu par 10116 ceux qui haïssent Wells a cause de so.n combat pour J'égalité des hommes et pour la d.ignifê humaine, doit être empêché. Si, dans le mopde enlier, les gens de coeur font enténd~ leur voix, ils peuvent amener le ~ouverneur de Cali!omie, de QUI dé~ nd une mesure de clémence.. â arrêter le bras du bourreau. Il neJaut oas oue WP.stPv Rnbert \V"ells soit conduil le 9 avril dans la chambre à gaz <te la prison de San Quentin ! Fai~ coJinaître son cas. ln ·tervcnez en sa faveur. Envoyez des miUiers de lettres et de télégrammes au Gouverneur Goodwin j. Knigbt, Sacramento, Californie (U.S.A.) pour demander la grAce de WeUs. La France antiraciste n_e peut se taire quand un homme est menacé de mourir pour la seule raison qu'il a Ja peau n.oire ! et ANTISEMITISME MAC-CARTHYSME L 'EXPERIENCE montre que, sut la pente du mac·earthysme, on ne saurait se limiter à quel·ques pas : la dégr ingolade jus. qu'au rasr.isme et à l'antisé· mitisme e$t certaine, it moins que le peuple ne s'en mêle pour dire à temps, se· lon l'exeeJJent titre d'une solide pièce démocratique amérlcaiue <l'avant-guerre : « Pal.! de ça chez nous ». Nous avons montré, dans un préeédent article, que le maccarthysme n'était pàs un accident c ridicule >, mais un phénomène politique d'une grande ampleur. produit « naturel:> du climat de guerre et de crise d'un Etat donné. Le silence ne paie pas le 30 avril 1946, il fut nommé dlrecte.ur du Fonds .Nh:>nétaire internation~l par Tnnnan ; iJ démissionna le 8 avril 1947, prenant !Xl retraite; le 6 aoQt de la mèmc- annee il dut comparaître PAR Roger MARIA devant la Commission Mac Carihy s'y botiit avec un véritable sucCès et mourut dcu:< jours aprês dans des conditions suspectes. Or, c'est plus de six ans après sa mort que lllac Carthy fit porter contre luJ, par SèS mouchards habi-tuel~~ --- les mêmes servant dans tous ~es cas, - l '~ccusation extmva!{ante d'avoir été uo espion soviétique ! On obsen•era que le Goebbels du Wisconsin n'a pas été capable de faire éclater un cas pré· eis, de quelque importan_CC1 normalement jugé, d'espionnage so .. viétique aux U.S.A. Ayant échoué sur toute la ligne, à moins que ses accusations sans fondement soient prises au sérieux, il lui restait le seul r.ecours d'accabler la mémoire d'un mort. Notis allons voir de quelle façon stupide, mais quand meme renta~le sur le plan publicitaire. Roosevelt, le « rouge » Il faut diré que White est juif, ce que nous soulignons pour montrer dans quel sens.t systé-matiquement, les nouveaux inquisiteu. rs essai~nt d'onenter le mécontement populaire. L~ campagne a ëte sp&:talement fllence en France, par RIVAROL d.e novembre et déeembre et OEFENSE DE L'OCCIDENT, ~e Maurice Bardéehe, de décembre . L'idéal des chasseurs de sorcières va plus loin que la propagande grossiêre puisque la premi~re « accusat(on, ,. lancée conf(e White est ainsi fonnulée par RIVAROL du 2.7 novembre: ·c Morgcnthau a écrit son fa .. meux !)lan (1944) sous l'inspiration du juit White >· Ce plan, sévère pour l'Allemagne nazie, vr il sc trouve des juifs pour sc fâire les- complices du mac· cart~ysme, ne serait~e que par leu!J" silence ; par éxemple, Je Çongtès juif Amérlcain prit parti contre les Rosenberg. Les c habiles > de ce puissant groupement, qui ne v.ouv~i~nt pas 1g"f.vrer le caract~re IRJUSte et,...-- ------------------------provocateur dU procès ct de l'exécution de Julius et d'Ethel, croyaient ainSi faire pteuve de loyalisme à l'égard des tout-puissants furieux du néo~fascisrne antlsémite, de Mac Carthy et de ses suppOrters. et ains-i obtenir de \rivre en paix. Mais voilà que la Commission des Activités Ant iaméreaines s'en ))tend au C,ongrès j u1f Améneam, dont les drrigeants sont enfin obligés de ($nife poge 5) protester. Mieu• : le gang Mac Carthy attaQue Tturnan lui-même et jusqUsa Eisenhower à propos de l'affaire White. MacCarthy s'en prend aux morts Harry De•ter White, anc'en fonctionnaire du ministère des Finances des Et.ats-Unis (appelé le Département d'Etat du Trésor) en devint le sous-secrétaire d'Etat le 15 dé<lembre 1941 ; a' • . ·• ALGER e SEPT FEMMES do- fe région de Hç· mours ont été çondomn.i91 ô dos pei-nos a llant dç, 2 a 6 mols de pri$0n po\lr avoir ·portid p6 0 uno compogn~ contre lo r•prouion, pour lo ~p'e<t cl4n droits-dn AJiillrlens. BIELOVA (Pologn&) • UNE RUE Eth~f ot Julius - ftoscnWrs o été inaugurée Hn d6eqmbre. CHICAGO • UNE FAMILLE do noirs, q ul emm64 n ogcoit- dans un q'IOttl~r bobltO pot dos blancs o été v.loiO!llment ottoqu6e ~or dos groupes l'Ocistor. Elle continuo néonmotl'lt ô occupa.. son nouvoow logement. COPENHAGUE e UNE LOI votée rôcommont pa r lo parlement danois Pntcrdit l'obottbgo ritu~J. toi qu~ ~ protfq"'""t h~s- ftl lf• otthodox~s- C~tte: mesu11! d'intoriron~o o soul~v6 l'îttdlgnotlon do•t '" t~tllk11x l~-s plus divcn. LA HAYE e Dl$ MANIFESTATIONS ~~:~ult\plts ont comm~m orô c:dt• o.nn~ fo gtlv• du 25 f6vriw 1941, por loqudlo ru ttovoilleurs hollondo;, cçrJm«t>nt lt.ur rèprobaHon devant les- crimes: do Jlocc: upottt "'01i,. notamment lo déportation d~$ j uif;. NEW-YORK e ACCUSE por Mac Corttty d"ftre • communiste· •• ~. Irving P~s .. on· den dctttlstC! d~ l'orm.éc Ol11J}ticartn• o cftdoré que dft Individus- ovo1t nt brl: é ô coups d~ p1crret 1~ carreaux de s-on domicU!!. Il o oj.owté qu'li tceevoit de nombrcuHS lettre, ononymet co-ntonol'lt d_os menac~ d dC$ dfdorotlont o ntl!:.émi~s. e Mmo ROOS!Va.T, ~u coul'$ d'1o1M C:l).l'lf~rt'l'!c~ do p~ 4 dédar4i qu. Jt $énokur Moc Corthy • conffiflle oc: .. tuc11emont le phn grqve don~r pout l~s Etots•Unl$' •· Ello o ~r&iû q&l• lo courrior qu. e. lf~ ~oit • r~flii;o a"• rec.nufHcebc9 dos orgcnfsotJo"• deho11' u; .. ot contient un g:rond niHI\bA do pomph~ts- o'l'l tiMmltfl",

Notes

<references />