Droit et Liberté n°210 - juin 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°210 de juin 1962
    • Algérie: il veulent tuer l'homme par le pasteur Louis Vienney page1
    • Le M.R.A.P. chez Renault page1 et 9
    • Eichmann n'était pas seul par Jean-Maurice Hermann page1
    • Le jaune et le bistre par Oncle Tom
    • Que se passe-t-il? page2
      • O.A.S. Contre les Africains
      • Hier et aujourd'hui: réparations aux spoliateurs (Allemagne)
      • U.S.A. Harry Bellafonte et la ségregation
    • Ne parlez pas de la Seine (17 Octobre 1961) page3
    • Plus de parias du savoir par Hubert Deschamps page4
    • Une lettre d'André Spire par Roger Maria page4
    • A Noé (Hte Garonne) un monument commémore le sacrifice des résistants et des juifs page5
    • M. Maurice Thorez: nous ne voulons plus connaitre de tels massacres page5
    • Notes sur les juifs d'Algérie par Fernand Benhaim page6
    • A Paris et en province, encore des matraquages "au faciès" page8
    • Le chemin de l'amitié (Algérie) page6
    • Sur le livre d'Albert Memmi "portrait d'un juif" page10
      • Ce qu'en dit l'auteur
      • Roger Ikor précise son point de vue
      • Le pdt Grunebaum-Ballin: d'inquiétants aphorismes
      • Marc-André Bloch: un témoignage émouvant, une généralisation abusive
    • L'auteur des "Oliviers de justice", Jean Pelegri nous dit: "nous avons voulu par ce film témoigner pour la fraternité page7
    • Une visite à Jules Isaac par Nicole de Boisanger page11
    • Le cinéma par Guy Lacombe: Des enfants et la guerre; Du Tibesti au pays Boshiman page12
    • Les arts par Chil Aranson: le déjeuner sur l'herbe de Picasso page12
    • Le Prix de la Fraternité à Robert Merle pour "l'ile" page13
    • Une histoire d'idiot par Claude Aveline page14

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15-JUIN-15 JUILLET 1962 14 pages 0,75 Nf N° 210 Ils veulent tuer L'HOMME '-11 1I 11:!I l1l1ll1ll1ll1ll1l1ll1 l1l1 lll1lh 1I1111111111 11 111111111111111 111111 11111~ Le 1« juillet, Je référendum d 'autodét ermina tion a ura lieu en ::

Algérie. L'O.A.S. déchaîne les violences racistes, assassine les
m us ulma ns, détruit les écoles - bénéfi cian t d' une étr a nge man- ::

LA signature des accor ds d 'Evian n'a pas ramené le calme en Algérie. Il fallait s'y attendre. Un peu d'encre manu scr it e au bas d 'un document, aussi définitif soit-il, et quelle que soit la main qui a t enu la plume, ne peut apa iser des passions profondément enracinées, méthodiquement exacerbées e t déchaînées. Même une volonté résolue, mettant en oeuvre tous les moyens disponibles, se serait heurtée à des difficultés r edoutables ; à plus for te raison une volonté débile par ce que unilatéralement complaisante allait-elle au devant de déchaînements plus violents encore. sllétude. .- Cette rage criminelle n 'arrê tel'a cer t es pas le cours de l' his- ;:;:

toire : l' indépenda nce sera pl"oclaméc, les fa natiques de la colo-

_ nisation devront tôt ou t a rd, de g-ré ou de force l' a ccep ter. Ce- ~

penda nt, le pr ocessus du fascisme se trouve désormais déclen ché, ~

_ avec cette per ver sion de l'homme , que le p asteur Vienney a na- ~

lyse ici. Et un im mense danger demeure pour l' Algérie, mais ~  aUBsi pour la F r ance. 

f.'llllllllll l l ll lilll ll lll l lll l llllll l lllllllllllllllll1IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII II IIIIIIIIIIIilili111111 1 i l l l lll~ le M. R,A P. chez Renault Le :lIouvemen t contre le R acisme, 1" Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) a organ isé, le 30 mai, avec le concours des syndl clI,ts, un imp ortant meeting a ux u sines Ren au lt, à Bou logne- Billa n court. On voit ci-dessus une partie de la [oule des travailleurs rassemblés sur la place Nationale, et qui ont applaudi tour à tour les in tc venti9ns de MM. Pierre Cadcl (C.F.T.C. ), Gérard DroitOI1 (C.G.T.) et de Charles Palant, secrétaire général dlf M. R.A.P. On lira en page 9 le compte rcndu " de cet te m~nife~tatioJ1. p ar le pasteur louis VIENNEY Il ne nous appart ien t pas d'analyser ICI toutes les ca uses et toutes les formes d'une vi olence dont chacun peut trouver la description aill eur s. La complex ité de la situati on risquerait même de décourager le lecteur qui s'en t iendra it a lo rs à des réf lexes élémen taires de pitié et d' ind ignatic-n . Nous di sons bi en réfl exes car la répétiti on de ces scènes d'horreur crée une accoutumonce à la limite de laquelle nos réact ions court-c ircuit ent et la rai son, et la conscience, et le coeur, fi nissant par ne plus r ien exprim er d'humain. Suff irait- il d'aill eurs de se dire ému ou indigné, ou les deux à la fois, de condamner d'autant plus vi gou reusement l e~ autres que l'on se veut à bon compte une bc-n ne consc ience ? Que dire cependant quand ces réactions, aussi épidermiques soient - elles, sont effccées par une indifférence apparente ou voulue? (Suite page 6) Robert MERLE Prix de la Fraternité Créé par le M.R.A.P. , en 1955, le Prix de la Fraternité a été attribué, cette année, le 12 juin. Le laur éat désigné est l'écrivain Robert MERLE, pour son rama"/. « L'Ile », dont nous avons publié un extrait dans notre dernier numéro. Le Jury a t enu également à mentionner spécialement, parmi les autres oeuvres qu'il a examinées, le film d'Armand Gatti « L'Enclos », et la collectio." 2 d'albums « Enfants du Monde ». (VOIR PAGE 13.) • • l-iubert DESCHAMPS : Plus de parias du savoir! (page 4) . DIiNf tE ·NUMERD: .. • •• Eichmann E ICHJ\1ANN n'est plus. Ses cendres ont été di spersées dans la mer. Peu importent les discussions philosoph iques et morales qui ont eu lieu sur son sort. Peu importe qu'on lui ait iniIigé la peine capitale ou unc autre. La notion du châtiment perd son sens devant la dél11esUl'e du crime et aucun n'aurait pu expier ce qui a' été commis. Eichmann n'est nlus, mais ce crime lui, rien ne pourra jamais effacer qu'il ait eu lieu. On ne peut se débarrasser de son souveni r comllie d'ulle poignée de cendres. ni le considérer cOlllme dissous clans j' oc~a n de l'histoire. Le procès Eichmann aura été une occasion uti le de rappeler au monde entier ce que fut l'i nilllag-inahk extprJll in;ltioll ' le millions d'innocents en plein XX' siècle, au coeur cie l'Europe, par un grand Etat « ci villsé » d'oécident. Les q~estions posées par cette tragédie re~tellt posées. et il faut y réfl échi r si on ne veut pas qu'un jour l'horreur puisse ,'en renouveler. Comment cela ;t -t-il été possible? Comlllent le rêve démentiel de « Mein Kamnf » a-t-il pu se traduire clans la réalité? COl11ment des milli ons d'exécu- Maurice THOREZ : Di scours pour l'inauguration du monument de Noé (page 5 ). Fernand BENHAIEM : Notes sur les juih d'Algérie (page 6). Une interview de Jean PELEGRI, auteur du film ({ Les Oliviers d ~ la Justice » (page 7) . Roger IKOR, Marc-André BLOCH, P. GRUNEBAUM-BALLIN donnent leurs points de vue sur le livre d'Albert Memmi : ({ Portrait d'un juif» (page 1 0) . Nicole de BOISANGER : Visite à Jules Isaac (page 11 ). Claude AVELINE: Une histoire d'idiot (page 14). n'était pas seul ... tants ont-i ls participé à la construction, puis au fonctionnement de la machine administrative à tuer hommes, femmes et enfants dont Eichmann tenait en main le pl~ i nc lJ)al levier de commande? A USSI angoissant peut-être que la reconstitution des assassinats par les témoins et les documents produits à Jérusalem fut tout au long du par Jean-Maurice HERMANN procès et jusqu'au dernier in stant le comportement d'Eichmann. Jamais il ne parla comme un fanatique, comme un .sadique, ja1llais il ne contesta les atrocités à l'organi sati on desquelles il présida, jamais il ne tenta de les justifier. li reconnut volontiers que les victimes méritai ent rie la compassion. Sa seule défense, ç'a été de dire que ce n'était pas lui qui avait décidé ces massacl'es : simple exécutant d'orclres donhés par d'autres. il n'avait qu'à obéir sans poser de questions et simplement s'effol'cer que le cc travail » soit accompli le mieux possible. Pas plus que IIoess (le commandant d'Auschwitz pendu après la guerre, en Pologne), E ichmann ne semble avoir été touché une seule fo is par l' idée que sa responsabilité personnelle pouvait être engagée dans l'assassinat de mill ions d'êtres qui fut effectué sur ses plans, sous sa directiOn. II _est mort avec résignation, per s uac1 ~ Qu'on ne l'avait pas compris - et sans avoir rien compris. Persuadé qu'i l n'avait fait que son devoir cn obéissant à ses chefs. Et son fils, en Argentine, s'est déclaré f ier que son père soit mort ainsi en bon colonel SS. Cette déshumani sation, cette abdfcJ.ti on totale de l'individu auxquelles le dressage militari ste et nazi aboutit est peut-être un crime aussi dégradant, et aussi bouleversant que tous ceux qui en ont découlé. 'C'est g-rüce à cette mutilation mOl'ale ciue des centaines de milliers cl 'hommes très corrects, très ponctuels, aux bottes l?ien cirées. ont participé « consciencieusement » aux crimes les (Suite page 4.) u-V. - Une voi ture !liégée explose à Alger

3 morts, 15 blessés. Attentats O.A.

S. à Bône et Philippeville. 6 plasticages à Paris. U-V. - A Alger, le matin, l'O.A.S. attaque à la mitrailleuse lourde une cité musulman e. .En fin d'apr ès-midi, des fusillades font 17 morts et 50 blessés, la plupart européens. 15-V. - Un attentat O.A.S. tous les quarts d'heure à Alger . 67 morts et 40 blessés dans l'ensemble de l'Algérie. • Ouverture du procès Salan devant le Haut Tribunal Militaire. 16-V. - Cinquante-trois attentats O.A.S. en Algérie : 41 morts, 42 blessés, Un raid de la Légion contre un qua rtier musulma n de Sidi Bel Abbès a fait 20 victimes. 17-V. - 21 morts à Alger. l8-V. - 16 per sonnes, dont quatre femmes musulman es assassinées dans les rues d 'Alger . 19-V. - Après deux mois de cessez- le-feu, on évalue à 3.000 le nombre d'Algériens tués par l'O. A.S. à Oran et Alger. • 24 tués dont 3 femmes dans la journée en Algérie. 20-V. - 14 tués à Oran, 5 tués à Alger, où un certain nombre de mesures (arrestations, expulsions) sont prises contre des agents de l'O.A.S. 21-V. - Un quartier musulman d 'Oran bombardé au mortier : 12 morts, 110 blessés. Dix tués à Alger. 22-V. - 23 morts musulmans à Alger, 15 cadavres d 'Européens découverts. • Convaincus d 'avoir partiCipé à l'assassinat de 50 juifs en Pologne, deux a nciens adjudants S.S. sont condamnés à 3 et 4 ans de r éclusion, à Heilbronn (Allemagne de l 'Ouest). 23-V. - Le Haut Tribunal Militaire reconnaît des « circonstances atténuantes » à Salan, qui est condamné à la détention perpétuelle. • Quarante morts en Algérie. 24-V. - 6- « homme de l'espace », après Gagarine (12-4-1961), Alan Shepard (5- 5-196'1), Virgil Grissom (21-7-1961), Guerman Titov (6-7 août 1961) et John Glenn (20-2-1962), l'Américain Scott Carpenter effectue un triple tour de la terre. • 16 tués, dont 3 enfants, à Alger. 25-V. - 71 morts en Algérie. 26-V. - Vingt écoles incendiées par l'O. A.S. à Alger. A Prudon (Oranie), la police tire sur des musulmans qui manifestaient à la suite d 'un attentat O. A.S. : 10 morts. 2'-V. - 22 morts en Algérie. 28-V. - Encore 10:'écoles incendiées en Algérie. 20 morts et 9 blessés. 29-V. - La Cour Suprême d 'Israël rejette l'appel d'Eichmann. • 18 tués en Algérie. L'école des Beaux Arts et une école maternelle incendiées à Alger. 3O-V. - 21 morts en Algérie. Arrestation à Paris du tueur O.A.S. Belvisi. 31-V. - Sa grâce ayant été refusée par le Président Ben Zvi, Eichmann est pendu à 23 h . 58 (heure locale), à la prison de Ramleh, près de Tel Aviv. .Auéun a t tel1tat à Alger, mais un lycée, une école et plusieurs autres immeubles sont incendiés. 17 morts dans le reste de l 'Algérie. I-VI. - 2 écoles incendiées à Alger . Attentats à Oran et Sidi-Bel-Abbès. 8.000 Européens quittent quotidiennement l'Algérie. 2-VI. - 23 tués en Algérie. Attentat au plastic contre l'ambassade de Pologne à Paris. • Suites à l'exécution d'Eichmann : un drapeau à croix gammée hissé sur l'Hôtel de Ville de Stockholm ; deux attentats contre des organisations juives à Buenos Aires. 3-VI. - Six tués à Oran où l'O.A.S. bombarde les quartiers musulmans et un cantonnement de gendarmes mobiles. 4-VI. - Neuf tués en Algérie. 5-VI. - Dans une lettre que pUblie la Présidence du Conseil, Jouhaud reconnaît l'échec de l'O.A.S., demande que cessent « les a ttentats aveugles contre les musulmans » et souhaite que le gouvernement « passe l'éponge sur le passé ». • Cinq morts à Oran, où l'O.A.S. fait sauter la préfecture. 6-VI. 6 personnes tuées par l'O.A.S. en Algérie. 7 membres d'un commando O. A.S. tués à Oran au cours d'un « bouclage ». '-VI. - Dovecar et piegts, tueurs de l'O.A.S., exécutés à Paris: ils avaient assassiné, notamment, le commissaire Gavoury. • La Faculté et sa bibliothèque de 600.000 ouvrages, deux écoles et divers autres bâtiments publics incendiés à Alger. 8-VI. - Cinq écoles encore incendiées à Alger ainsi que d 'autres bâtiments publics. 9-VI . . - Dix écoles détruites, entre autres bâtiments, par l'O.A.S. à Alger. A Paris, attentat contre un café musulman: 1 mort. IO-VI. - Ouverture de la campagne du référendum pour l'autodétermination en Algérie. • Dans le 18' arrondissement à Paris, violences policières contre les Algériens qui réclamaient la libération de leurs compatrdotes arbitrairement arr êtés. qUE . SE O. A. S. • Contre les Africains Au coin de la rue des Co rmes et de la rue des Ecoles, un restaurant, à l'enseigne de Samory, accueille les amateurs de c ui s in e d'Afrique noire, et bi en souvent des minist res des jeunes républ iques nouve ll ement indépendantes. Il a été plasti qué pa r l'O.A. S. dons la nuit du 7 au 8 juin . Quinze jours plus tôt, c'était, dons la même rue, que lques maisons plus loin, la librairie de « Présence africaine» qui sautait. Peu avant, une charge de plastic avait explosé à la Maison des Etud iants du Maroc, qui est à deux pas. Cette large artè re située entre la Sorbonne, le Coll ège de France et l'Ecole Polytechnique est bien nommée : tout un peuple d'étudiants y circule sans cesse, allant d'une Faculté à l'autre : Médecine, Droit, Sciences, etc., tout ce quartier est terre de savoir et d'études. Les gens des alentours connaissent bien ,les étudiants et sont habitués à en voir de toutes les nationalités, de toutes les couleurs. Il n'y a pour ainsi dire jamais d'incidents. Aussi les trois agressions que nous rappelons onte lles suscité une réprobation générale, d'autant plus que les locataires des immeubles ont eu à en souffrir : les vitriers n'ont pas chômé. Dans les trois cas, le M.R.A.P. s'est auss itôt rendu sur les lieux pour exprimer, par l'intermédiaire de notre ami Roger Maria, nos sentiments de frate rnelle so lidarité à l'égard des victimes, et plus encore pour leur dire que nos jeunes camarades africains et marocains pourraient compter sur nous pour alerter la populotion du V' afin d'opposer le barrage des antiraci stes aux prétentions des tueurs O.A.S. et de leurs complices. HIER et AUJOURD'HUI • Réparations ... aux spoliateurs Une loi sur la « Wiedergutmachung » (Réparations), d'une nature inattendue, est actuellement en préparation ou Ministère des Finances de Bonn. PASSE.T.IL? le jaune et le bistre IL est des moments où l'on peut avoir pitié des assassins. J 'en ai vu de toutes les couleurs, au cours de ma longue vie, et ce n ' est pas pour rien que mes cheveu x crépus ont lentement blanchi sous l'influence des soucis. Et cette fois j'ai pitié d'un homme qui médite en prison, sans comprendre d'ailleurs ce qui lui est arrivé, les inconvénients du r a cisme forcené. Cet homme est vietnamien. II est donc, comme on dit « de l'ace jaune ». II fut la vedette odieuse d'un r écent procès d'Assises. II ne comprend pas un mot de français. Mais un soir d'août, étant en goguette, il a poignardé un paisible cyclomotoriste, ouvr ier et père de famille qui passait sur sa route. Il a cru bon de s'excuser : ,Je l' avais pris pour un Nord-Africain - La victime avait le teint basané (de " race bistre », comme disait le manuel de géographie de mon fils, qui est allé à l'école Chrétienne), et les cheveux frisés. On a largement tenu compte de cette excuse. Ma foi, c'était presque normal. S'il avait tué un blond Suédois, personne n 'aurait rien compris à ce crime, et il est vraisemblable que l'accusé eût écopé le maximum. Mais unL « NordAfricain » ! L' expert psychologue chargé d'examiner le coupable s'est écrié : - Pour lui, l'ennemi, c'est l 'Arabe, qu'il soit F .L .N. ou pas . Un ennemi conditionné, donc plus qu'un ennemi n aturel. Il faut dire que l'assassin est un mercenaire. Un professionnel du crime. Autrefois, c'était un jeune homme paisible. Bouddhiste et non violent ", il est devcnu un « ratonneur » expert. Comment ? Son capitaine est venu l'expliquer à la barre, avec une mâle fierté l - J e suis fier d'avoir fait de mes h ommes des comba ttants r emarqua bles, alors que les Sud-Vietnamiens ne son t pas portés à la violence. C'est beau la conscience professionnelle d'un militaire de carrière. On prend un homme paisible, de préférence non violent. On lui fait miroiter on ne sait quel mirage. On; le dresse peu à peu comme un chien-loup. Dans une armée qui n'est pas celle de son pays, on lui apprend à tuer, par instinct, mais pas n'importe qui. Seulement l'homme très brun aux cheveux très frisés. Puis on l'envoie sur une terre chaude - selon le mot du capitaine - habitée justement par des millions d'êtres au teint basané, et il tue. Et un jour, pour qu'il se repose un peu, on l'envoie en permission, près de Versailles. Et voilà que passe un brave homme qui, dans la lumière du crépuscule, sous la chaleur moite d'une soirée d'août, ressemble fort à « l'en· nemi conditionné ». Alors le couteau s'ouvre, et frappe. Rentré au cantonnement, l'assassin se vante de son oeuvre. Il s'étonne même qu'on ne le décore pas, et qu'on le traîne devant les messieurs noirs qui l'interrogent gravement, des tas de gens qui s' interrogent sur la signification de son geste. Il est en prison. Et si je dis que j'ai pitié' de lui, cela redouble ma haine pour les autres, les fabricants d'assassin s. Suivez mOn regard .. . ONCLE TOM:. Il ne s'Ggit pas, comme an pourrait le croire, de réparer les innombrables méfaits accomplis par les nazis. Il s' agit, au contra ire, du dédommagement des Allemands qui, au cours de « l'aryanisatian " de l'é conomie allemande sous Hitler, ont acquis des biens juifs et qui, après la défaite, ont été obligés de les restituer à leurs légiti mes propriétaires. demi-douzaine d 'a ssoc iations formées par ces spoliateurs, telles que l' « Association des victimes des lois sur les réparations », ou l' « Union Mutualiste des Industriels victimes des réparations » (s icJ. C'est ce que nous révèle un article du « Spiegel » (nO 1 5 du 11 -4- 1 962). Le promoteur de cette loi est le Ministre des Finances Starke, membre du Parti Libéral, qui donne ainsi satisfaction à la Mois, le parti du Chancelier Adenauer, la C.D.U., soutient cette loi. C'est, en effet, un député de ce parti, M. Weber qui, déjà en J 96 J, avait déposé un projet de 101 analogue signé par 85 députés de la C.D.U. Le nouveau projet de loi prévoit une indemnisation allant de 10 à J 00 % de la valeur du « bien spolié ». Dans sa générosité, le Ministre prévoit même une indemnisation de ceux qui, pour échapper à la restitution, ont transigé a vec leur victime. L'Allemagne Fédérale leur remboursera ce qu'i ls ont versé pour obtenir cette t ransacti on. Quand on soit avec quelles difficultés les vraies victimes obtiennent leurs indemnités, quand on voit combien d 'hommes et de femmes ayant souffert à cause des nazis n'ont encore rien obtenu - e t n'obtiendront, probablement, jamais rien _ on reste confondu devant un tel cyn isme. Les organisations et associations des victimes du racisme se doivent de protester énergiquement contre ce projet de loi qui est une insulte à la mémoire de toutes les victimes de la persécution naz ie. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 , 1 Tarif des abonnements I l FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF. ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse en- ' voyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Lib'erté » 'ou s'abonner au u Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin-Botanique à Bruxelles. Les versements peuvent être effectués . aU C.C.P. 278947, de M. S. Gutman. Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprlm6 par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. qUE SE PASSE-T-IL • Etranges éva ngél istes La police outrichienne vient de mettre fin a ,jx suaves et édifiantes activités de deux frères, Hans et Wilhelm Mauer, 48 'et 44 ans. Hans Mauer était depuis plus de dix ans directeur de l'organisation évangélique de Salzbourg et à ce titre conseiller du haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Autriche. Wilhelm dirigeait le home d'enfants évangélique de Salzbourg et veillait à l'éducation (parfaite) de trente-deux enfants. Mais ce ne sont pas ces activités qui les ·ont envoyés en prison. Ils sont tous les deux anciens officiers S.S., et on les accuse d'avoir octivement participé, en 1942, au massacre des juifs à Stanislau, en Pologne. JEUNESSE • La lettre d'une collégienne Nous avons reçu la lettre suivante : A l'école, récemment, il m'est arrivé une histoire émouvante ; je vous la raconte : Jasmina est une délicieuse fillette algérienne. Elle a six ans, de grands yeux bruns, des cheveux bouclés tirés en arrière. Souvent, à la récréation, elle accourt et joue près de moi. L'autre jour, comme elle arrivait, je l 'embrassai. Tout près, j'e.-ztendis comme un grognement : « Comment peux-tu l'embrasser ? Elle doit être sale Ne parlez pas de la Seine ..• ' I ' I Ne parlez pas de Seine devant un agent. M. René Maltête, photographe, en a fait la cuisante expérience, qui lui coûta un mois de prison avec sursis et 300 NF d'amende, devant le tribunal correctionnel de Paris. Tout ça parce que le 15 décembre dernier, il avait traversé les Champs-Elysée en négligeant d'emprunter le passage clouté. Un agent survint, qui s'empara de lui et le pria, fermement, de le suivre au poste de police. Mais la police, M. Maltête s'en méfie beaucoup. Il dit à l'agent, mi-figue, mi-raisin: « Vous ne me conduisez pas au pont de Neuilly? ... » Et comme l'autre se renfrognait, il insista, imprudent: « Avez-vous l'intention de me jeter dans la Seine ? Auquel cas je prendrai la fuite. Je n'ai plus la même confiance en la police qu'avant les événements du 17 octobre ». tajn qui rappela au tribunal que la phrase prononcée par SOn client rele· vait de l'impertinence, voire de l'incorrection, mais pas de l'outrage. Quant aux faits dont on ne doit pas parler, ils ont été rendus publics par la presse. Au conseil municipal, on a officiellement parlé des gens qui avaient été jetés dans la Seine. Quant au témoin Sinet, il avait obtenu un non-lieu pour une caricature représentant un agent avec cette légende : « Charogne ». C'était tout de même plus grave que de dire, impertinemment: « Vous aller me jeter dans la Seine ? » Mais le tribunal ne l'entend pas de cette 'oreille. On ne parle pas de la Seine dans un commissariat de police. Un mois de prison avec sursis et 300 NF d'amende. La prochaine fois, M. Maltête traversera entre les clous. , { Vos nom , prénoms, quolités ? Maltête, René .. . antiraciste, anticolonialiste, antifasciste ... Cette petite phrase fit déborder, sinon la Seine, du moins la colère du gardien de la paix qui s'estima outragé. Et devant un tribunal, l'outrage à agent ne pardonne jamais. Devant le tribunal, M. Maltête tenta de justifier sa position : - J'avais assisté à la manifestation des policiers tapant sur le crâne des Nord·Africalns. Le Président ne goûte pas la plaisanterie. Comme un certain président qui jugea Zola, au temps de l'affaire Dreyfus, il ne veut pas qu'on « pose la question » - la vraie. Les manifestations du 17 octobre ne sont pas de son ressort. Et là où le président se fâche, c'est quand le principal témoin du prévenu vint dire d'une voix calme : - Si je n'ai pas assisté aux faits reprochés à mon ami, j'ai assisté à des ratonnades. - Ce n'est pas le procès. Je vous de· mande si vous estimez que M. Maltête a eu raison d'insulter l'agent. - Oui, répond M. Maurice Sinet, car c'était lui, plus connu sous le nom de Siné, dessinateur généralement peu aimable pour les militaires, les policiers et les juges. Le préSident le sait, et il n'aime pas du tout ça. Il ne restait plus qu'à écouter la brillante plaidoirie de M' Armand Dymenscombat le racisme et l'antisémitisme milite pour la paix et la démocratie c'est donc votre quotidien Chaque jour, lisez . ... q .... ,,, . ... " ,', 1",1,1 .. ";,, ,l," l' II~ ? • avec sa peau qui n'est pas blanche ... » « Raciste » criais-je en me retournant vers celle qui venait de dire cela. Celle-ci resta interloquée, comme injuriée par le mot « raciste » qu'elle ne com· prenait pas. J'cssayai de lui expliquer. En vain. Le lendemai-z, elle me dit qu'elle avait raconté l'incident à son père. Je me de· mandai comment, car elle ajoutait : « Si tu m'injuries encore, mon père viendra te voir lI. Je proposai d'aller raconter moi· même l'histoire à son père, pariant qu'il me donnerait rais o.'),. Puis nous en sommes restées là. L'après-midi, comme nous demeurions un long moment sans professeurs, dans la cour, deux autres filles vinrent vers moi, l'air farouche. Bientôt nous étions u.-z groupe autour de mon « adversaire » de la veille ; celle-ci est en pleurs. On me de· mande des explications. Je les donne. Une camarade me lance à propos du mot « ra· ciste» : - Ce ne sont pas des choses à dire. - Comment, pas des choses à dire ? Je devrais laisser maltraiter des gens qui ne lui ont rien fait. Le soir, en quittant l'école, je sens u.-ze main qui glisse des bonbons dans ma po· che. Je me retourne. J'aperçois ma « ra· ciste» qui s'en va. Je la rejoins et lui dit: « Il vaudrait mieux donner ces bonbons à Jasmina lI. J'ajoute, émue : « Je ne t'ai pas traitée de raciste pour te faire hO;"lte, mais parce que c'est vrai et qu'il faut t'en guérir ... » - « Oui lI, dit-elle, les larmes dans les yeux. Je le pense aussi, d'ailleu·rs. Voilà mon histoire. Elle est toute sim· pIe. Si j'osais, je dirais que je suis assez fière. Mais je suis surtout bien heureuse car j'ai une nouvelle amie : une antira· ciste. U.S.A. FRANCINE P ALANT. 12 ans 1/ 2. • Harry Bellafonte et la ségrégation La venue à Paris de Frank Sinatra, nous a permis de nous rappeler que cet excellent chanteur et acteur est aussi un courageux militant antiraciste. On sait qu'il aime tout particulièrement s'afficher en compagnie de son meilleur ami, qui n'est autre que Sammy Davis, et tous deux donnent des sueurs froides aux ra· cistes hargneux. Mais ceux-ci ne désarment pas, et Har· ry Belafonte, le chanteur noir célèbre dans le monde entier, qui est aussi un antiraciste notoire vient d'en faire volontairement I.'exj:\érience. Après avoir été applaudi chaleureusement, à Atlanta, en Géorgie, à l'issue d'un concert, il s'est précipité, avec ses amis, dans un restau· rant de la ville, le King's Inn. Mais on a refusé de le servir, l'établissement n'acceptant pas les ({ coloured men ll. Sans se décourager, il est revenu plusieurs fois à la charge, sans succès d'ailleurs. Mais la publicité faite autour de cette affaire fait perdre la face aux ségrégationnistes, étant donnée l'immense popularité dont jouit Belafonte aux Etats-Unis. ! ENSEIGNES NÉON ÉLECTRICITÉ GÉNÉRALE KIVI ER EPierre 14, RUE MOREAU PAR 1 S (12') Un ami du M. R. A. P.

Tél. (provisoire) PRO 63-40 EDITIONS SOCIALES j - , D~,S- FAIT'S , qui :,,4()ru~e-nt A . P~E NS'ER ... . ~, ",". • TI-Tl-TI TA-TA. Un beau stand, que celui de l'Algérie, à la dernière Faire de Paris. Mais on voudrait bien savoir qui en a inspiré la décoration, toute imprégnée de l'Algérie de papa. Deux imm(.·nses illustrations montraïent « l' oeuvre civilisatrice de la France » en 1 00 ons. Une photo d'AlgElT en 1862 foisait le pendan't à une vue d'Alger en 1962. Sur la seconde, une belle université qui, depuis... Et, comble de raffinement, les guirlondes d'oranges et de citrons qui ornaient le stand étaient ainsi réparti(.'s : trois oro nges et deux cïtrons, etc. Soit, pour les initiés: TI-TI-TITA- TA, le signe de ralliement des klaxonneurs et des frappeurs de cosseroles de Bab-el-Oued. Le tout avec la bénédiction afficiell(.'. Il QUI EN SERA? Un anthropologi ste américain, le Dr Margaret Mead, qui n'est pas à court d'imagination a fait, à Denver, une pra· position qui fut enregistrée par l'Association pour le progrès de la science (s icl. Il ne s'agit pas moins que de construire, à l'échelle mondiale des abris antinucléaires « afin d'assurer la continuation de l'espèce humaine » en cas de guerre atomique. N'y seraient admis que" les membres les pJus productifs de chaque continent et de chaque pays ». Question angoissante sur quel critère juge-t-on qu'.un membre est plus productif qu'un autre ? • QUELLE FOIRE ! A la récente foire de Nîmes, trois villes jumelles avaient un stand : Vérone, Preston et Brunswick. Cette dernière ville (ouest-allemande) a une façon bien à elle de prouver son souci de « réconciliation » (but de sa présence). La carte de l'Allemagne qui ornait son stand était celle du Grand ReÎch hitlérÎen, èiVëC des parties grïsées : I.a République Démocratique Allemande y était déclarée « sous occupation soviétique ; et la Poméranie cc sous occupation polonaise ». II ne manquait que les affiches appelant les NÎmois à s'engager dans la , L.V.F ... • DANS LE SILLAGE Df LAROUSSE. Christ (le) : Jésus-Christ, le Messie crucifié por les juifs. Définition tirée du Dictionnaire essentiel de la Langue Française, suivi d'un lexique historique et géographique et d'un aperçu de grammaire, etc. (ouf !) par Azed, Editions Hatier.) Pour un dictionnaire essentiel et précis, la maison Hatier devrait choisir des rédacteurs plus calés en Histoire. • RECONFORTANT. L'abbé Thérer, de Birmandreis, dans la banli(.'Ue d'Alger avait signé un appel à la réconciliation et à l'a,.rêt des violences. L'O.A.S. l'a assossiné. Mais depuis, sa Chapelle des Sources est gardée par des soldats de l'A.L.N. qui protègent ainsi les fidèles contre les fJxactions des bandits. • PAS RACISTE ! Petite annonce parue dans « La Feui Ile d'Avis de Lausanne » : « Chambre (confort), à partager avec jeune homme propre (Arabe exclu) ». • SANS RANCUNE. Le président Kennedy a approuvé la ,.emise de la Croix du Mérite américaine à un officier japonais quï fut l'un des auteurs du plan de l'attaque de Pearl-Harbour. Quant aux Japonais, ils viennent de nomm(.., IKrupp (Alfred), docteur « honoris causa » de l'Université de Tokyo « en reconnaissance pour son caractère éminent et sa contribution à l'économie nationale ». Après quoi, on a fait la bombe ••• • PROPRETE. Le gouvernement sud-africain a interdit le Grand Prix Automobile du Cap. Motif: le matin du même jour, une autre course automobile se déroulait, avec des conducteurs noirs. Et on n'avait pas le temps de nettoyer la piste. Le général Heusinger est·il coupable des crimes qui lui sont imputés , Florimond BONTE répond dans Le Dossier Heusinger 4 N.F. Vente librairies et à Odéon· Diffusion, 24, rue Racine, PARIS (6') 4 Plus de parias du savoir! LES hommes sont libres et égaux en droit », « nous 1'(J/ons tous appris à l'école. "y a 173 Jns qu~ notre gronde Révolution lançait cet écla ir. Les lois, et plus encore les moeurs, n'ont SUIVI que lentement la théori e . L'égalité juridique est loin d'avoir amené encore l'égalité sociale. L'égalité de la culture reste un problème. Sur une planète que nous avons maintenant complètement reconnue, nous pouvons mesurer la place des déserts, des terres glacées et des forêts vierges. Et nOLIs commençons à apercevoir aussi les peuples et les hommes en friche . Que de génies potentiels qui ne pourront jamais éclore, que d'intelligences voilées pour toujours, quel gaspillage de forces, quel refus de l'épanouissement spirituel ! Et quelle source d'incompréhensions, de haines absurdes, d'impuls ions aveugles, de désordres, de régre·ssions, de catastro·phes ! On s'étonne que les progrès matériels contemporains, dus à. la plus haute pointe de la science, n'o ient pas été suivis d'un progrès général des sociétés humaines et de l'organisation mondiale. C'est qu'on n'a pas mesu ré la nocivité et l'ampleur de l'ignorance. On a remis la bombe atomique à un monde d'adolescents attardés. la Convention, qui a reçu, depuis, l'approba tion d'Israël, de la République Centrafricaine, du Royaume Uni, de l'Egypte et du Libéria. Diversité significative et qui autorise tous les espoirs. La question a deux aspects : 10 les « discriminatians » proprement dites; 20 « l' inégalité des chances ». Par discrimination on entend « toute distinction, 1 :mitation ou préférence ... fondée sur la race, la couleur, le sexe, la longue, la religion, l'opinion ... , l'o rigine nationale Ou sociale, la condition économique ou la naissance ». Les Etats membres s'engagent à « abroger toutes dispositions ... qui comporteraient une discrimination dons le domaine de l'enseignement ». « Numerus clausus », écoles séparées, enseignement ou roba is pour certaines catégories sont ainsi condamnés. Les Par Hubert DESCHAMPS Professeur à l'Institut d'Ethnologie p!eine éga lité, en fonction des capacités de chacun, l'emeignement supérieur; ... encourager et intensilier par des méthodes appropriées l'éducation des personnes qui n'ont pas reçu d'instruction ... » Il fout donc remercier l'U.N.E .S.C.O. (si critiquée et si critiquable à bien des égards. Mois là aussi ce n'est encore qu'un balbutiement) de ses efforts contre l'inégalité culturelle. Une brochure récente nous expose le travail accompli contre les discriminations dons l'enseignement. Son titre : « Pour l'égolité dans l'éducation » ; son auteur, Pierre Juvigny, maître des requêtes ou Conseil d'Etat. Ce n'est pas une oeuvre passionnée, ni partisane. Le ton en est juridique, objectif, presque froid. Le problème, les réalisations, les perspectives n'en apparaissent qu'avec plus de clarté et de force . préjugés raciaux, contre lesquels luttent les antiracistes, trouvent un appui dons ce texte. Ce n'est pas une victoi re indifférente. Pour nous, ce peut être une arme dons la voie que nous nous sommes tracée: celle de la compréhension entre les hommes, celle de la fraternité. Je ne parle que pour mémoire des outres discriminations, notamment celle du sexe. Les statistiques fournies indiquent d'ailleurs des progrès très notables dons l'enseignement féminin, même dons les pays musulmans où le retard était considérable. L' « inégalité des chances » apparaît comme un problème beaucoup plus vaste et plus loin d'une solution. Elle est liée parfois à une situation géographique (populations rurales, nomades, habitat dispersé), mois surtout aux inégalités sociales. Tous les enfants sont très loin d'avoir les mêmes chances, à aptitudes égales, d'accéder à un enseignement d'ordre élevé. On a même pu écrire, sons exagération notable : « la population universi taire est l'image renversée de la population active ». Ce n'est plus là un problème purement culturel, mois celui du socialisme, qui dépasse considérablement l'objet de l'U.N.E.S.C.O. Au moins la Convention a-t-elle fait une obligation aux Etats de « rendre obligatoire et gratuit l'enseignement primaire, généraliser et rendre accessible à tous l'enseignement secondaire sous ses diverses formes ; rendre accessible à tous, en La conférence des Etats africains sur l'éducation (Addis-Abeba, 1961 ) a justement estimé que la supériorité des pays « développés » provenait, autant que de « l'accumulction du capital physique », de « l'accroissement des aptitudes et des qualifications de l'homme ». Le diagnostic du « sous-développement» est ainsi fait. Ce qui ne veut pas dire que la question soit résolue. C'est l'objection que l'on fera peut-être à tout le système - quelle sera sa portée pratique ? L'auteur de la brochure y répond sans illusions, mois non sons de sé rieux espoirs . Une convention internationale oblige l'Etat qui 1'0 ratifiée à en appliquer les dispositions dons son droit interne. Il doit rendre compte régulièrement de cette application devant les instances internationales, le contrôle suprême étant exercé par la COur Internationale de Justice. Et, même si l'on est sceptique sur l'efficacité de ces organismes dons l'état encore infantile de l'organisation planétaire, il fout bien reconnaître qu'il s'agit d'un mouvement irréversible et qu' une conscience pan-humaine est, sur certains points comme celui-ci, en voie d'élaboration. En 1948, l'O.N.U. adoptait la « Déclaration universelle des Droits de l'Homme », écho lointain et amplifié de la nôtre, qui pose les principes suivants : ". Toute personne a droit à l'éducation ... L'enseignement élémentaire est obligatoire ... L'éducation doit viser ou plein épanouissement de la liberté humaine. » En 1954, une « Commiss ion de la lutte contre les mesures discriminatoires et la protection des minorités » a confié l'étude des discriminations dons l'enseignement à M. Charles Daaud Ammoun dont le rapport monumental a servi de base à l'U.N.E.S.C.O. pour son travail. Le 14 décembre 1960 la Conférence Générale de l'U.N.E.S.C.O. adoptait à l'unanimité (sauf l'abstention de deux membres ... le document évite pudiquement de dire lesquels) une Convention et une Recommandation à. cet effet. La Fronce a eu le mérite d'être la première à ratifier Les « immortels principes », tant raillés par leurs adversaires, ont cependant prouvé leur pérennité. Le progrès des réal ités paraît lent à qui manque de perspective historique. Il n'en . est pas moins vrai que, sur une planète rétrécie, s'effacent invinciblement les disparités des pays et des hommes. L'unité humaine est en marche. EICHMANN n'était pas seul ••• (Su;te de la première page) plus abjects, plaçant leur point d'h~nneur à être « dans le service », de sl1Tlllles robots,- se déchargeant de tout pr?blème de conscience sur le chef qUI pensait pour eux. Le grand mérite humain du procès Eichmann aura été, après celui de Nuremberg, de brise!- ce paravant qUI couvre parfois bien des lâchetés et des hypocrisies, de proclamer que chaque homme est lui-meme responsable de ses actes, et que devant des ordres criminels, le devoir n'est pas la soumission, mais le refus. Le refus qui sauve la dignité et exige un sens de l'honneur autrement élevé et fécond que l'obéissance passive où les Eichmann placaient, paresseusement, le leur. Il nous appartient de former dans cet esprit de fierté les hommes de demain. TOUTEFOIS, Eichmann a eu raison sur un point. Responsable personnellement, il l'était certes, et le dossier est écrasant quant à l'ampleur des responsabilités qu'il prit dans la « solution finale ». l1ais il ne l'a pas été seul. Il a été un rouage important, essentiel, mais il y en avait d'autres. Et ces autres sont, eux aussi, responsables chacun personnellement de ce qu'ils ont fait. Quelques-uns ont payé. D'autres se cachent encore, et Eichmann a fait d'inquiétantes allusions dans ses dernières dédarations à des chefs importants qui vivraient en paU:., et dans l'ombre. D'autl- es enfin 9nt impudemment conti"nué à Une 'ettre d'André SPIRE faire carrière, se pavanent au grand jour, exercent des fonctions oHicielles. Le docteur Globke, commentateur des lois racistes du nr Reich et qui \"eilla à leur application dans les pays occupés, est le bras droit d'Adenauer, à la Chancellerie fédérale. La police ouest-allemande est truffée d'anciens tortionnaires nazis, l'alJnée est dirig-ée par des généraux dont beaucoup, comme Foertsch ou Heusinger, alors qu'ils commandaient les forces hitlériennes, ordonnèrent fusillades, pendaisons- et déportations. Les tribunaux voient encore siéger beaucoup de juges qui envoyaient à l'échafaud les antinazis et les gens qui « souillaient » la race. Combient se sentent, parmi eux, tout aussi « inn9cents » qu'Eichmann? Combien sont prêts à obéir à nouveau demain sans sourciller à n'importe quel ordre officiel les embrigadant dans une nouvelle machine de guerre, dans une nouvelle machine à tuer ? DaNS notre dernier numéro, nous avions cru devoir nous faire l'écha de positions divergentes, parmi de ~ personnalités antiracistes, con c e r n a n t l'éventualité de l'exécution d'Eichmann. Mais nous prenions nos propres responsabilités, et - clairement - nous disions que le bourreau spécialisé des juifs méritait six millions de fois la peine de mort. Toutefois des lecteurs, emportés par leur passion, ont pu se méprendre sur le. fait que nous avons reprodUIt, dans un dlal~gue figuré, les déclarations d'une demldouzaine de personnalités juives expnmant des vues qui ne pouvaient que choquer nombre de nos lecteurs. Nous l'avons fait non par objectivité « classique », mais parce que toutes les personnalités citées étaient des amis du M.R.A.P. et parce que leurs propos nous offraient l'occasion de rappeler - d'approfondir - nos raisons, dans cet esprit de « débat ouvert » que nous entretenons sur tant de questions. Dira-t-on que l'affaire est tranchée depuis que la corde s'est resserrée à fond autour du cou du colonel S.S. ? Certes non. Notre vénéré ami André Spire suffirait à nous le rappeler qui nous adresse une lettre pour souhaiter que nous rétablissions le texte intégral de sa déclaration à « La Vie juive », le passage que nous en avons cité lui paraissant rendre compte 111- suffisamment de sa pensée. C'est bien volontiers que nous déférons à son désir: JE reçois la lettre de « Ln Vie juive » du 11 janvier où vous me dem.ande~ si j'estime que la condamnatwn a mort d'Eichmann me paraît devoir être exécutée. Je réponds NON. Une sentence judiciaïre, dans tout pays civilisé a pour but : 1) la réparation du dommage causé par un c:'"iminel à sa victime

2) Elle doit avoir un caractère exemplaire, c'est-à-dire qu'elle doit inspirer aux natures dépravées une crainte assez forte pour qu'elle les détourne de commettre leurs c." imes. Il y a une telle disproportion entre le dommage causé par les sévices, les tortures, les souffrances et la mort de six millions d'êtres et la réparation (si elle était matériellement possible) par la simple mort du seul individu Eichmann qu'elle est une impossibilité de fait, inexista"'!te, impensable. Quant au caractère exemplaire de la peine de mort exécutée, sa valeur de dissuasion, de crai"'!te, de terreur (à supposer que les hommes nés criminels aient assez de raison, d'imagination, pour qu'elle les détourne d'ordonner ou d'exécuter eux-mêmes le crime) je ne pense pas qu'elle ait une action préventive plus forte que la .représentation de l'emprison"'! ement à vie, du travail sans relâche, du silence absolu, de la solitude totale dans le cachot perpétuel. Inutile, n'est-ce pas, d'ajouter grand chose à ces notions élémentaires de droit pénal, sauf que l'exécution d'Eichmann suppose l 'institution du bourreau, c'est-à-dire la désignation d'un tueur, d'u"'! assassin chargé de faire couler le sang humain par délégation de l'Etat d'Israël. Nous ne pouvons qae laisser à André Spire la responsabilité de ses raisons ; elles ne sont pas les miennes. Disons seulement que la seule vraie raison qui se pose est celle de la responsabilité des autres criminels de guerre jusqu'ici soustraits à la justice. Quant à la question de la peine de mort en général, il nous paraît injuste à l'égard des délinquants de droit commun qui pourraient bénéficier de son abolition de poser le problème par rapport à Eichmann dont l'énormité des crimes est sans commune mesure avec n'importe quelle monstruosité destructrice commise par le plus criminel des voyous. Pour celui-ci - je dis bien : le pire de tous - on peut vraiment renoncer à la mort, en tenant compte de tous les arguments qu'on voudra. Mais pour Eichmann, n'importe quel argument ne peut qu'être retourné en circonstance aggravante. Il n'était pas un criminel au sens courant du terme, mais un criminel de guerre. C'est une notion dont il convient d'accepter toutes les implications. Roger MARIA. Eichmann a eu tort de croi re qu'il n ·était pas coupable pour avoir exécuté les décisions des chefs nazis plus haut placés que lui. Il a été justement condamné. Mais c'est justement parce que sa condamnation est juste qu'il serait injuste de penser que l'affaire Eichmann do ive clore le dossiet- des crimes hitlériens. Le pendu de Jérusalem n'est pas, ne peut pas être le bouc émissaire de tous les péchés nazis. Au contraire, le verdict qui lui a fait sa part confirme que chacun doit payer la sienne. L'exécution d'Eichmann n'est pas une conclu" ion: elle ne peut servir cl'alibi à des absolutions; elle ;Ioit être un commencement. Jean-Maurice HERMANN, Ils continuent ... Bien que le gouvernement de Bonn ait jugé prudent de s'abstenir de tout commentaire, des porte-parole officieux n'ont pas manqué d·exprimer leur « surprise » à l'annonce de l'exécution d'Eichmann à laquelle l'on ne voulait plus croire, tant avait été long le procès et la procédure de révision introduite par M' Servatius. Certains n 'ont pas craint d'évoquer un « malaise », laissant ainsi volontairement entendre qu'une solution autre quel l'exécution avait été « possible » sinon souhaitable. Quant aux groupements néo-nazis qui jouissent d'une large liberté en Allemagne de l'Ouest, leur organe « Deutsche Wochenzeitung » estime qu'Eichmann n'étant pas plus coupable qu'un autre ou alors il faudrait également « condamner à mort ... Churchill et Krouchtchev ». En Argentine, où les anciens nazis connaissent un asile doré, les complices d'Eichmann ont réagi à leur façon en brûlant un drapeau israélien et en attaquant les bâtiments de la communauté juive, tandis que les deux fils du bourreau, dont un cravaté de noir, un revolver à la ceinture, juraient vengeance et· proclamaient leur fidélité à l' « idéal » de leur père. A Stockholm, un drapeau à croix gammée fi été hissé sur l'Hôtel de ville. 5--- Sur remplacement du camD d'où partirent 50.000 déportés il NOE (Hte-Goronne) un monument commémore le slacrifice des résistants et des juifs A une trentaine de kilomètres de Toulouse, il est une pet ite ville, pa isible bourgade qu'i ne se disting'l.Ie en rien des ,autres, dans le riant paysage de cette région du Sud-Ouest. 'C'est Noé, q'ui est e ntrée douloureusement dans l' Histoire, au cours des années tragiques de l'occupation allemande. sence d 'une foule nombreuse, émue et recueillie. Tous les maires et les conseillers municipaux des communes du canton, communistes, socialistes, radicaux, avec à leur tête M. Cot, conseiller général socialiste, le président de la communauté israélite de Toulouse, M. Grinfoegel, les représentants de toutes les organisations syndicales, mutualistes, agricoles, les représentants de la L.I.C.A., du M.R.A.P. et de l'U.J.R.E., les Déportés Juifs de France, représentés par M. Vilner, et MM. Maurice Thorez, Jean LIante et Jacques Denis, au nom du Parti Communiste Français assistaient à cette cérémonie. Mme Baylet, directrice de « La Dépêche de Toulouse» et le grand rabbin de Toulouse, s'étaient fait excuser. Avant que ne soit dévoilée la pierre sculptée et après une minute de silence, MM. Cot, conseiller général, En effet, les nazis avaient choisi cette tranquille commune pour en faire un camp de triage pour les juifs. De cet endroit, 50.000 malheureux partirent pour un long voyage qui pour trente mille d'entre eux devait être le dernier. Il en est même un bon millier qui n'allèrent pas plus loin que Noé et qui furent exterminés sur place, par les mauvais traitements, la faim, l'épuisement, le manque d'hygiène. M. Maurice THOREZ •• « Nous et Grinfoegel, président de la communauté israélite, prirent la parole pour rappeler en quelques mots, mais avec beaucoup de chaleur et d'émotion, les heures tragiques vécues ici-même par de( hommes, des femmes et des enfants persécutés au nom du racisme le plus bestial que l'histoire de l'humanité ait jamais connu. Puis ce fut au tour de M. Maurice Thorez, secrétaire général du Parti Communiste Français, qui prononça l'allocution ci-dessous: ne voulons plus Les habitants de Noé, qui gardent en eux le souvenir de ces scènes tragiques ont voulu le graver dans le granit, à l'usage de la mémoire des hommes. C'est ainsi qu'est née, peu à peu, l'idée d'un monument commémoratif du martyre des milliers de juifs qui passèrent par Noé. connaÎtre de tels massacres » Le maire de la ville, M. Jean Doumeng et ses conseillers municipaux ont pris l'initiative, sans aucune aide extérieure, d'ériger ce monument. Un jeune artiste de talent, le peintre J. Faucher a exécuté la maquette du monument qui fut réalisé par le cimentier Philibert. C'est le 19 mai dernier que le panneau de granit fut dévoilé, en pré- L~ « Je crois que le Président de la Communauté israélite de Toulouse vien,t d'exprilller ce qui est dans le coeur de chacun d'entre vous. « Tous les hommes de coenr qui sont attachés aux vieilles idées répllblicaines de fraternité et de solidarité, tous ceux qui S01'lt attachés à la paL., sauront gré à la Inullicipahté onvrièr,e de Noé, à son maire, notre ami Dou11leug, d'avoir élevé ce monument à la mémoire des résistants, des déportés morts dalls ce camp ou qui l'ont traversé comme 'une dernière étape vers la mort dans d'antres camps, en particuli.er à Auschwitz, à la mémo'ire de ces innombrables victimes, de tout Hn peuple persécnté comn!e l'a été le peuple iuif. « Jamais personne d'entre 1IOUS, ja- LE monument commémoratif aux morts juifs de Noé, dû aux artistes J. Faucher et M. Philibert est un panneau en granit d'envir0f. l vingt .mètres carrés, orné de très beaux bas-reliefs également en ~ramt de .dIverses couleurs. Il représente, à gauche, un déporté, à drOlte un réSIstant en armes, en bas une croix gammée brisée, en haut une étoile jaune arrachée et déchîrée. Au centre, en lettres d'or flamboie l'inscription suivante: (- JE NE CROIS QUE LES HISTOIRES DONT LES TEMOINS SE FERAIENT EGORGER ». PASCAL. mais les plus âgés, ceux qui déià avaient soutenn la bataille contre l'antisém'itisme et lHtté derrière Jaurès prenant la défense d'un Qjficier fmnçais condamné injustement parce qu'il était Juif, et flOUS les plus jeunes, pour qui ces problèmes ne s'étaient jamais posés en France, jamais nMtS n'aurions pu imaqiner les indicibles horreurs que le régime hitlérien et ses associés vichystes ont permis de dév.elopper à travers l'Allemagne et dans 110tre pays. « En France, il y avait en 19:)9 envirMt 280.000 israélites français; 40 % d'entre eux : rao.ooo, ont été déportés et de tous ceu.-r qui ont été amenés dans des call1PS de ëoncentration, moins de I.SOO sont revenus. « Si on médite sur Les chiffres concernant totae l'E1trope, c'est 7.1 % de la population iuive qui f1t1 exterminée : si::!; millions denx cent mille iuifs, hommes, femmes et enfants. Sur un million huit cent mille enfants de moins de 14 ans, il en est resté seulement 2.10.000. Tous les autres ont été exterminés. « Ce crime de génocide a dépassé en horreur tout ce que l'on avait PH connaîtr, e i'Hsqu'alors. Cene fut pas assez des humiliations, des souffrances, des vexations, des étoiles jaunes. Ce fut l'assassinat systématique. Ici même, dans ce camp de Noé, ceux qui étaient emprisonnés touchaient une ration dérisoire. Ils mouraient de faim par centaines. r---------------------------------- « MUSIQUE HONGROISE» « L'esprit reste confoùdu qu'à notre époque de progrès, à notre éPoque de civilisation, en Europe et dans '11 11 pavs comme le nôtre, le pays d'un Pascal, dont on a inscrit les paroles sllr ce 1110- numet/t, le pays d'nn Descartes, il puisse se produire de tels crimes, de tels !llaSsacres abominables. Numéro spécial de la revue « France-Hongrie », publié sous la direction de Maurice Fleuret, vient de sortir. Au sommaire : • La vie musicale en Hongrie (Maurice Fleuret). • Notes sur la musique hongroise (Bence SzabolcsD. • La musique des Tziganes (Bence Szabolcsi ). • Ferenc Liszt, discours prononcé par Bela Bartok lors de sa réception à l'Académie des Sciences (Traduit du hongrois par Joseph Kosma et Marie Merlin). • Aspects inconnus de Ferenc Liszt (Jean Vigue). • Ferenc Erkel (Henri Potiron). • Laszlo Lajtha (Marie-Thérèse Remy). • Zoltan Kodaly (Andras Szollosy). • La musique de chambre de Zoltan Kodaly (Michel Barthes). • Propos sur Bartok (Denis Dille). • Bartok génie discret (Georges Leotsakos ). ~1I11 1 111 1 111 1 1111 11 1 1 1111 1 11 1111 111111 1111 1 11 1 1 1 111111III IIII II II I II I IJ~ ~~ CLEANER ~ SERVICE TOTAL" ~

41 faubourg Montmartre _

- Installation automatique ULTRA-MODERNE TOUT LE NETTOYAGE A SEC Pressing express (90 minutes ) Perfection absolue


TOUTE LA BLANCHISSEBIE Service accéléré - Hôtels-Restaurants Cafés - Traiteurs P RIX SPECIAUX PRO. : 60-04 ~ ~IIIIIIII IIII I III I I II I II IIII I III I IIIII I II III II II!I II I I lil l ll l l l ll l li l lm • Bartok et « le Mandarin Merveilleux » (Bence Szabolcsi). ~ Bartok et la musique arabe (Janos Karpati). • Bartok en Amérique (Charles Leirens). Passez vos commandes à « France.~ ongrie ", 8, rUe de Mont yon, Pans·9' . Tél. PRO. 20-07. Prix du numéro: 3 NF. « Alors qu'au lendemain de la dure lutte de l'occupation, de la Résistallcc, nous nous étions dit que iamais, pl1ls jamais, nous ne voulions r,evoir ces horreurs. ces massacres, voici qu'à 1lOnveail la haine, la violence, le racisme out soufflé. Ils ont soufflt pendant des aY/llées là-bas en d.l.qérie. Ils soufflent cI/core avec [,es assassins de l'O.A.S., ils ont Des menaces IL, fallait. s'y attepdre. A, peine le r:10nUl11~nt de :r:-r oé etaIt-Ii lI1augure, que 1 O.A.S., qUI se slg-nale amSI comme l'exécuteur testamentaire de Hitler s'est manifestée en annonçant la destruction prochail{e de cette oeuvre du souvenir. . Le maire de Noé, M. Doumeng, a reçu une lettre en" v?yée par l'organisation fasciste et que nous reproduisons Cl-contre. On y reconnaîtra le style fasciste le plus pur (si l'on peut dire) : Depuis quand le communisme s'allie-t-il avec le capitalisme international? Si 7IOS bons amis Thorez el Cie ont fait ériger '/Ut monmnent pour les morts quels quÏls soient, c'est biell. De là à r,econnaÎtre des israélites « Résistants» 1 .. . M01'tS pour la FRANCE? Morts sans doute et en France soU' l~ -régime naziste oui. 1llais simplement parce q~t'ÜS Jtaie /ll Jutfs. ' Tou,t cela p01lr VOltS prévenir qu'une organisation ditt « factlells~ » ne reCOl1naît pas l.e cérémonial « officiel» du Jq mat dans 7'otre commune, et vous préviellt de lI! prochaille démolitiOl1 de l'oeuvre de Fauché. Avec nos regrets. Rece'Ue:::, Monsieur, 1IOS sincères salutations. Inutile de démontrer, maintenant, que l'O .A.S. c'est le fascisme à visage découvert. Toutes les flatte/ies dont cet.te org;anisatiop fait pr~uve, en Algérie, auprès des .T uds, qu elle pretend « defendre » et « protéO'er » ne sont donc qu'une farce g-rossière. ,." .Aussitôt que cette ignoble lettre fut rendue publtque. de nombreuses protestations s'él(;vèrent contre ces procédés, et une garde vigilante est montée par la populatign de Noé autour du monument. s01tfflé Jusque dans notre pays. Vous save::: bien comment on faisait dans nos rues de Paris, dans certains quartiers des grandes 'villes Ott les centres industriels, la clu~sse au faciès. C ehti qui avait les cheveu::!; noirs et le teint plus ou moins basctné était promis à la matraq1le ed parfois, comme ce fut le cas en octobre l'an dernier, à la noyade dans la Seine. « Et voici revenir à travers l'Europe, les mêmes hommes qui n'ont pas t01tS payé pour Leurs crimes. On en a condamné un il y a quelque temps, peutêtre sHbira-t-il le châtiment suprême. Mais combien d'autres sont revenus aux fonctions dirigeantes dans l'Allemagne revancharde. Cominent ne pas considérer, /Jour les Français q~ti res,tent réPublicains, militants de la classe onvrière attachés au Parti Communiste, d'autres à leHr Part'i Socialiste,- comment ne pas songer qu'on renoue un·e alliance monstruèuse avec ces criminels. Certains de ces généraux qui ont commandé ces crimes sont de nouveau en France, sur notre sol, commandant à une par,tie des troupes françaües. Comment ne pas songer à cc renversement monstrueux des alliances qui lie notre pays attjourd'h1ti à tous CC1L-r q'lti furent les complices, les exéc1/tants de la politique d'assassinat systématiqne de l'hitlérisme, de ses crimes accomplis là-bas e,t ici. « C onlme z'ofre conseiller général socialiste et com1l1e votr.e maire comm'ltnisme, i'estime, moi aussi, qlt'il est temps qlte t01tS ensemble, en renouant les liens de l'nnité et de l'union, rlons empêchions que notre pays et que l'Europe n'aillent plus loin sur la pente .qlissante e,t dal1- gereuse où nous sommes actuelleH~ellt entraînés. « Non, nous ne V01ûons p[us CO'l1tIOEÎtre de tels massacres. Non, nous ne vouIZons pas qu'ait coulé en vain le sanq de 110S héros, de nos martyrs. N O~tS voulons t011S 1101lS unir afin que plus jamais notre monde ne connaisse la guerre et le fascisme. Nous voulons en finir avec les morts, les enfants assassinés. Nous voulons vivre dans la paix et dam la joie par le trO'['ail. »


6

NOTES SUR ·LES JUIFS D'ALGÉRIE L E repliement des Algériens de Statut Français en. F~ance pos~ des problèmes, évidemment. Ces questions concernent aUSSI bIen les arnvants que la population de France. . , . " . Venir en France, cela signifie pour les replIes, mettre leurs famIlles al abn et s'intégrer dans une économie dont il~. p~nsent comprendre l~s ~eJ?-ants et aboutissants, alors que pour beaucoup, 1 mdependance proche de 1 Algene est synonyme, parfois effrayant, de mystère. A part un noyau de commandos O.A.S., le? !epli~s, bie? que fayo:a?les dans leur grande majorité au stfLtu quo ante en.Algene! dOIver~.t etre c~:mslderes c0IJ?-me des gens trompés : tromp~s par le :pouv OIr gat;llIste qUI a repns et ~onforte au départ, le mythe de l'Algene França~se; tr~mp~s.par l.es ho~mes de 1 O~S, ~ommes de main de colons et gros nches d Alge:le 9-UI exp.lOI.tl?nt ceux-la m~mt;s qui ·sont en France aujourd'hui et leur font crOIre a une sImIlItude totale d mterêts. Il appartient à tout homme conscient d'accueillir avec humanité ce fait nouveau qu'est le repliement et de ~éaliser qu.~ l.a lutte des démocrates françaIs peut comCIder avec les intér-êts les plus profonds de la masse des repliés. Il faut pour cela : - démasquer les organismes offic}els ou officieux qui s'appuient de façon demagogique sur les tendances ,réactionn?-ir~s, engendrées par la peur, dune partle Importante des repliés; PAR Fernand BENHAIEM faire comprendre aux repliés qui veulent rester définitivement en France qu'ils vont s'intégrer dans une économie de plus en plus monopoliste, par laquelle ils seront eux-mêmes exploités durement comme le sont le prolétariat et les classes moyennes de France; - leur démontrer qu'objectivement l'indépendance de l'Algérie ne sera pas pour les non-musulmans une cause d'exploitation, et Qu'oeuvrer pour la construction d'une nation nouvelle ne peut être qu'une source de dignité et de vraie .grandeur, et q~e l'Algérie nouvelle a besom de leur saVOlr comme de leur savoir-faire. Evidemment, cette tâche, pour être efficace, doit s'appuyer sur une analyse des problèmes des repliés et vous me permettrez de vous clonner ici mes impressions sur ce qui était la-communauté juive cI'AIgérie. Comme nous le savons, les juifs d'Algérie y habitent bien avant la colonisation et leurs rapports avec l'Islam y étaient bien moins clramatiques que dans nombre de pays chrétiens. Avec le colonialisme, les juifs accèdent à la citoyenneté française Qui n'est évidemment pas une citoyennetè d'origine mais d'octroi. Malgré tout le halo cie génél"osité et de grandeur dont on a voulu entourer cette mesure sa motivation réside dans un bas calcul politique, colonialiste et raci~te.. . Il fallait séparer par une promotlOn J?ndique, légale, Qui créait des . a:rantages .e;onomiques, matériels, des incllgenes, les JUIfs, des musulmans. (Suite page 9) Le chemin de l'amitié EN dépit des crimes de l'O.A.S. qui vi sent à dresser irrémédiablement les communautés les unes contres les autres, la coopération, l'amitié, entre les Algériens d'origines diverses devient peu à peu une réalité, fra pile encore_ mais riche d'espoirs. Aux déclarotions, aux appels des person nalités dirigeontes, ont succédé les gestes, les prises de position « à la base» d'Européens et de musulmans, transaressant les menaces de l'organisation fasciste. Celle-ci s'est oliénée bien des sympathies par l'horreur même de ses forfaits. La vie s'est avérée plus forte que les s emeurs de haine. C'est pourquoi, perdant du terrain, l'O.A.S. a dû envisager de « négor.ier ». dans le codre des accords d'Ev ion, afin de ne DOS oerdre la face. Les contacts entre Européens et musulma ns ont commencé dans les villages et les petites villes, où les forces de l'Armée de Libération Nationale ont multiplié les efforts pour établir des rapports humains, tenont compte des a spirations et des préoccupations de tous. . « :"'es faits que j'ai constatés dans la rég ion de Souk-Ahras, a déclaré M. Abdelbakl Chibi, .Iéputé de Bône, prouvent incontestable ment la volonté loyale des Algériens, cadres compris, de faire naître la confiance chez les Français d'Algérie. » Il signale des cas où des officiers de l'A L.N. sont « intervenus pour ré gler en toute justice en faveur de François des litiges qui les opposaient à des Algériens » . Dans les villes, des colloques, des « tabl es rondes» ont été organisées entre musulmans et Européens, soit sur le plon des quartiers, soit dans le cadre professionnel : par des questions réciproques et les réponses faites, les uns et les autres apprennent à mieux se connaître, à mieux se comprendre. Des tracts appelant les chrétiens et les ju ifs à la coopération sont diffusés, ainsi qu'une brochure du F.L.N., intitulée: « Tous Algériens ». Une « commission de réconciliotion de' la zone autonome d'Oran » a été mise en place par le F.L.N. Son premier acte a été la publi cation d'un appel où l'on peut lire : « Européens, vos droits seront ce que sont .Ies nôtres d ans l'Etat algérien, à l'édification duquel nous vous convions à p·articiper... » A CC'nstantine, c'est un groupe d'Européens qui a lancé un appel, signé par des enseignants, des médecins, des techniciens. « A la veille du scrutin d'autodéterminat'ion, déclare cet appel, de'; Européens doutent de pouvoir rester d ans l'Algérie indépendante et d'y avoir un rôle actif. Ce rôle, les accords d' Evian perme'ttent de le jouer. La coopération sincère des deux communautés, nécessaire au développement ha Tmonieux de l'Algérie, en est pOur chacun le moyen et la garantie. C'est pourquoi le'; sous s'ignés déclarent publiquement leur volonté de rester dans l'Algérie indépendante coopérant a vec la France, et d'y oeuvrer chacun à sa place, pour rendre' cette coopération effective ct fructueuse. » A Alger, le 31 mai, 200 Européens ont participé, dans un cinéma du quartier musulman de Belcourt, à une réunion à laquelle parti cipait Si Ali, l' un des membres du Conseil de la zone autonome F.L.N . d'Alger. Les participants ont odopté à l'unanimité u ne r~solution affirmant leur confiance do'ns l'Algérie nouvelle et dans la cohabitotion fraternelle et démocratique des communautés. Des réun ions semblables ont eu lieu, par la suite, dans d'autres quartiers. Il est à noter enfin que, parmi les grou pements qui participent à la campagne du référendum figure un Comité pour l'Algérie Nouvelle, animé par des Européens qui appellent o· voter pour l'indépendance. A PARIS ET EN PROVINCE Encore des matraquages ~ L E dimanche de Pentecôte et les jours suivants ont été marqués, à Paris, et dans diverses villes de prOvil.lCe, notamment en Lorrafne, par un renouveau de violences pOlicières contre les travailleurs algériens. A l'origine des incidents, il y a, dans tous les cas, comme pal" hasard, l'irruption de policiers dans des cafés où les Algériens avaient établi des permanences pour permettre à leurs compatriotes illettrés de participer, par correspondance, au référendum d'autodétermination. Dans tous les cas, que ce soit rue de la Charbonneière à Paris, ou à Noisy-leSec, à Nanterre, à Briey, des arrestations ont été opérées parmi les personnes présentes ; dans le 19' arrondissement, un pOlicier a même tiré. Alors, les Algériens se -sont rendus devant les commissariats, en des manifestations silencieuses, déléguant quelques-uns d'entre eux pour demander la libération des hommes arrêtés. Et la police, sans sommation, brutalement chargé ... Le caractère pacifique de ces rassembll ments ressort pourtant de tous les témoignl ges, bien que le Préfet de police affirm après coup, que les Algériens, dans le 18 . « convergeaient vers le poste de police po tenter de libérer ( !) leurs corréligionnaires Le reporter de « France-Soir » note, p exemple: « A hauteur de la rue du Mon Cenis, jace aux policiers, les manijestants livrent à une extraordinaire mimique. Ils r massent des pierres, les brandissent, puis le jettent par terre et ouvrent leurs mains nUej pour montrer leurs intentions pacijiques ». Et il poursuit : « La charge reprend. LeJ manijesta:nts rejluent vers le haut de la Tul Francoeur. Comme toujours, c'est à l'arrièrl que se passent les choses graves. Les isolés les attardés sont matraqués. « Un agent qui a ramassé un grand morcea~ de bois courbé, va cherche," ceux qui ont cT\ trouver rejuge dans les cours privées. lAt coin de la maison, ils onfJ tous un regard dE gibier traqué, qui ne sait vers où courir pOUf se mettre à l 'abri. ' Mais les bâtons levés leI attendent. Les protestations des gens aux jen~ tres ne jont que rendre plus rageurs les coups de matraque ... « Quand j'entends parler de culture, je sors mon revolver », proclamait un nazi tristement célèbre. Comment ne pas évoquer ce précédent tragique, à l'heure où les plastiqueurs de l'O.A.S. incendient la Faculté d'Alger, et sa bibliothèque qui était, avec ses 600.000 volumes, l'une des plus riches du monde. Quelques jours plus tard, c'était la bibliothèque municipale, et aussi des écoles, des lycées, des hôpitaux ... Tels sont aujourd'hui, en Algérie, les « défenseurs de la civilisation» ! Ils veulent tu~ lSuite de la première page) Or c'est bien d'indifférence que l'on est obligé de parler devant certains comportements. DANS LA RUE, A ALGER ... De nombreux observateurs nous ont fait part de ce qu'ils ont vu. Plusieurs l'ont écrit et présentent ce qu'ils décrivent non pas comme des faits exceptionnels mais comme la monnaie courante de la vie dans la rue à Alger ou à Oran. Ecoutons-les. Des jeunes gens, parfois presque des enfonts, sortent dans 10 rue, en groupe ou iso lément. Un Arabe se trouve sur leur chemin, allant à son travail ou rentrant chez lui. Des coups de feu claquent. L'Arabe s'effondre, mortellement atteint. Le meurtrier ne connaissait pas cet homme. Pourquoi l'a-t-il tué ? Parce que c'était un Arabe. Seulement pour cela. Aucune peur pouvant provoquer un geste de légitime défense. Aucune haine. Un « raton » de moins, c'est tout. L'assa ssin poursuit sa route, raconte fièrement aux camarades ce qu'il vient de faire, rej oint son école, son travail ou sa famille . Cela ne se passe pas dans quelque quartier désert ou la nuit, mais en pleine ville et en plein jour. Il y a des passants dons 10 rue, les cloquements du revolver font se tourner les têtes, quelques-uns hâtent le pas, d'autres s'arrêtent un instant, échangent des propos, reprennent leur morche. Il orrive que l'un ou l'autre s'opproche du moribond, constote : « un raton » et poursuive sa route. Aux terrasses des cafés proches les brusques détonations font lever les têtes et les conversations à peine interrompues reprennent leur cours. Voilà. ! Un homme vient de tomber sur le trottoir, peut-être n'est-il que blessé ; les passants font un léger détour, tout juste pour ne pas marcher dans le song, person ne n'essaie de lui porter secours, personne ne songe à poursuivre l'assassin ou à le désigner au policier tout proche qui, quant à lui, préfère n'avoir rien vu. Tout à l'heure un car de police viendro ramasser ce qui fut un homme vivant, le trot toir sera lavé, la circulation, à peine troublée, redeviendra normale. Demain les journaux consacreront une ligne à cette affaire. S'émouvoir, s'indigner devant la mort et devant le crime, réactions trop courtes et insignifiantes disions-nous, mais que dire alors de cette indifférence ? On hésite à mettre un homme au ban de l'humanité, mais que reste- t-il d'humain chez celui qui peut voir assassiner un autre homme sans émotion d'aucune sorte, que dire de celui qui assassine avec moins d'émotion qu'il ne tirerait un pigeon? TOILE DE FOND L'essentiel n'est cependant pas de dire, mois sachont ce qui se passe, d'essayer de le comprendre, c'est-à-dire de discerner ce qui a pu si radicalement tuer l'humoin en ces hommes. Non pas pour 10 seule sotisfaction de comprendre, r.ombien pitoyable en l'occurence, mais pour agir sur les causes d'une telle déshumanisotion. Ne nous y trompons pas : de tels résultats ne peuvent être le fruit de passions passagères ou de forces faciles à exorciser. Quand une société fabrique des assassins et des spectateurs de cette sorte comme une usine fabrique des ormes, il ne sera it pas très raisonnable de croi re qu'il suffira de détruire ces assassins ou ces armes pour en arrêter la fabrication. Sans doute est-ce la méthode employée en temps de guerre ovec les résultats que l'on sait. Mieux vaudrait désarmer, re convertir l' usine, mieux vaudrait reconvertir la société dont tous les organes et tous les membres ne sont pas forcément inutilisables. Parmi toutes les causes du déferlement algérien de violences et plus particuli èrement de l'inhumaine indifférence que nous avons !}oulignée, le fascisme occupe certainement une place non négligeable. 1] constitue une toile de fond sur loquelle le régime colonial a trouvé comme pré-imprimés les motifs d'une broderie tissée de mépris, d'e ~ ploitation, d'indifférence aux souffrances des autres, voire parfois de paternalisme. Il a fourni un terIain propice oux proliférations virulentes plus ou moins lorvées ou explosives. « Ces gens-là ne sont pas comme nous. Ils sont paresseux, menteurs, voleurs. Il fout t oujours s'en méfier, car ils sont sournois et ne comprennent que la force ... » Cela ne résumet- il pas l'opinion de la quasi-totalité des Européens d'Algérie sur ceux qu ' ils « connaissent bien » ? La suite découie log iquement. Pour peu que les conditions de vie, 10 répartition des richesses, de la culture, des fonctions suivent la même ligne de démarcation que celle des origines ethniques, deux communautés vivent câte à côte sans s'interpénétrer, dans "ignorance réciproque. L'autre, c'est-àdire le prochain, n'est plus seulement un étranger, il appartient à une autre espèce qui n'a pas grand chose d'humain, que l'on reET EN PROVINCE des matraquages « au faciès )} et les jours suià Paris, et dans notammen t tDCJU1reaU de violences ...... ., 'w;:, algérien s. il Y a, dans tous l'irruption de poles Algériens avaient pour permettre à de participer, par d'autodéterprésentes; policier a mêse -sont rendus des manifestaquelques- uns d'enlibération des hommes arrêtés. Et la police, sans sommation, a brutalement chargé ... Le caractère pacifique de ces rassemblements ressort pourtant de tous les témoignages, bien que le P réfet de police affirme, après coup, que les Algériens, dans le 18', . cc convergeaient vers le poste de police pour tenter de libérer ( !) leurs corréligionnaires ». Le reporter de « F rance-Soir » note, par exemple: « A hauteur de la rue du MontCenis, face aux policiers, les manifestants se livrent à. une extraordinaire mimique. Ils ra· massent des pierres, les brandissent, puis les jettent par terre et ouvrent leurs mains nues pour montrer leurs intentions pacifiques ». Et il poursuit : « La charge reprend. Les manifesta:nts refluent vers le haut de la rue Francoeur. lComme toujours, c'est à. l'arrière que se passent les choses graves. Les isolés, les attardés sont matraqués. « Un agent qui a ramassé un grand morceau de bois courbé, va cherche,r ceux qui O,"lt cru trouver refuge dans les cours privées. (Au coin de la maison, ils ont) tous un regard de gibier t raqué, qui ne sait vers où courir pour se mettre à l'abri. ' Mais les bâtons levés les attendent. Les protestations des gens aux fenêtres ne font que rendre plus rageurs les coups de matraque ..• ({ Quand j'entends parler de culture, je sors mon revolver », proclamait un nazi tristement célèbre. Comment ne pas évoquer ce précédent tragique, à l'heure où les plastiqueurs de l'O.A.S. incendient la Faculté d'Alger, et sa bibliothèque qui éta1t, avec ses 600.000 volumes, l'une des plus riches du monde. Quelques jours plus tard, c'était la bibliothèque municipale, et aussi des écoles, des lycées, des hôpitaux ... Tels sont aujourd'hui, en Algérie, les cc défenseurs de la civilisation» ! « Maintenant, des cars de police arrivent en renfort. Sur leur lancée, ilS' foncent sur les manifestants. L 'un d'eux passe sous les roues et est laissé pour mort. » A Noisy-le-Sec, des Algériens poursuivis par les policiers s'étant réfugiés dans un jardin, le même journal décrit ainsi la scène : « Rendez-vous, nous ne vous ferons pas de mal ! crièrent les policiers. cc Les musulmans sortirent alors du jardin, et j'entendis des bruits de claque et des cris de douleur ... » Pour justifier les arrestations, le Préfet de police et le ministre de l'Intérieur ont affirmé que les Algériens se livraient à des activités illégales et qu'il s'agissait d'appliquer à leur endroit les lois de la République. Or, dans tous les cas, les hommes arrêtés ont été libérés, sans qu'aucune inculpation ne leur soit notifiée, sans qu'aucun délit précis ne soit retenu contre eux. La loi consiste-t-elle donc il matraquer les gens selon leur « faciès ». Le Bureau National, réuni le 13 juin, a élevé une vigoureuse protestation, déclarant notamment: Une fois de plus, ces matraquages c au faciès », ces violences haineuses - que l'O.A.S. n'a pas manqué d'ap, prouver - expriment un mépris total des hommes qu i en sont l'objet ( ... ). La question peut être posée légitimement, de savoir à quel dessin répond, à peu de jours du scrutin d'auto· détermination, la repr ise de telles méthodes que l'on était en droit de considérer comme appartenant au passé. Le respect réciproque des commu· nautés est aujourd'hui plus que jamais une nécessit é vitale en France comme en Algérie: le Bureau National du M.R.A.P. demande que des mesures énergiques ·soient prises pour réduire à l'impuissance tous ceux qui misent sur le racisme pour saboter la paix et la coopération franco-algérienne. L'auteur des «Oliviers de la Justice» Jean PELEGRI •• « Nous avons voulu, dans ce film, témoigner pour la DEPUIS quelques semaines, un film passe sur les écrans parisiem Oliviers de la Justice ", mis en 'scène par James Blue et Jean d'après le roman de ce dernier, paru en i959 (i ). C'est un film s gerle. Il fut réalisé dans des conditions presque clandestines, à la fin née i96i, à Alger, au coeur du quartier de Rab el Oued et à la campag la plaine de la Mitidja. Le film, comme le roman, conte l'hi stoire c Ion, dont le fils, à l'heure où son père va mourir, se remémore le pn colonialisme, comme le père, est mourant. Une Algérie nouvelle va indépendante, inéluctablement. A travers ce passé et ce présent, le fi prend que l'Algérie c'est son pays, et il décide d'y rester ... car l'aven soin de tous. Si l'Algérie d'hier est décrite, avec une si ncérité absolue, et très souvent sur un plan critique, on perçoit, en filigrane, les prémisses de l'Algél-ie de demain. Celle veulent tuer L'HOMM·E ••• d'aujourd'hui est présente sous 1. d'un absent : Saïd, le camarade d' du héros du film, parti dans les mo rejoindre l'A.L.N ... Il y a aussi Fa! mère de Saïù, qu'on retrouve dans donville. Et Boralfa, le vieil A lgéri exprime douloureusement certaines 1 au cours d'un monologue pathétique l'un des meilleurs moments du film. Film sentimental, mais d'une gran cérité, exposant des faits réels, « L viers de la Justice» se situe égalem un plan qui nous intéresse particulièr l'antirasci sme. Car si les raplJorts er. personnages européens et algéri sont encore, dans la période d'agonie lonialisme, ceux de maîtres ' à servi té dans les termes pl LIS que dans les fil ils sont dégagés, de part et d'autre, racisme. Et c'est un peu pOLIr cette que nous sommes allés voir Jean P dans son modeste appartement du qUil arrondissement. Ecrivain, il fut deu acteur clans sa vie. On 'l'a vu dans de Robert Bresson, « Pickpocket »incarnait un inspecteur de police, el fois, dans les « Oliviers de la Jusl il tient le rôle du père - celui de so' pre père. Mais il a participé égal en la mise en scène du .film mis en imag' .T ames Blue. Il parle avec cette légère te d'accent chantant particulier aux péens d'Algérie, ajoutant parfois à ses ses des images colorées. page) fait groupe ou isosur leur cherentrant chez . L'Arabe s'efcaquelque quartier 'ne ville et en dans la rue, les se tourner les pas, d'autres des propos, que l'un ou constate : Aux terdétonapolice viendra vivant, le trotpeine troublée, les journaux affaire. la mort et ma is que reste- t-il d'humain chez celui qui peut voir assassiner un autre homme sans émotion d'aucune sorte, que dire de celui qui assassine avec moins d'émotion qu'il ne t irerait un pigeon ? TOILE DE fOND L'essentiel n'est cependant pas de dire, mais sachant ce qui se passe, d'essayer de le comprendre, c'est-à-dire de discerner ce qui a pu si radicalement tuer l'humain en ces hommes. Non pas pour la seule satisfaction de comprendre, r.ombien pitoyable en l'accurence, mais pour agir sur les causes d'unp. telle déshumanisation. Ne nous y trompons pas: de tels résultats ne peuvent être le fruit de passions passagères ou de forces faciles à exorciser . Quand une société fabrique des assassins et des spectateurs de cette sorte comme une usine fabrique des armes, il ne serait pas très raisonnable de croire qu'il suffira de détruire ces assassins ou ces armes pour en arrêter la fabrication. Sans doute est-ce la méthode employée en temps de guerre avec les résultats que l'on sa it. Mieux vaudrait désarmer, reconvertir l' usine, mieux vaudrait reconvertir la société clont tous les organes et tous les membres ne sont pas forcément inutilisables. Parmi toutes les causes du déferlement algérien de violences et plus particulièrement de l'inhumaine indifférence que nous avons $)ulignée, le fascisme occupe certainement une place non négligeable. Il constitue une toile de fond sur laquelle le régime colonial a trouvé comme pré-imprimés les motifs d'une broderie tissée de mépris, d'e~ploitation, d'indifférence aux souffrances des autres, voire parfois de paternalisme. Il a fourni un terIain propice aux proliférations virulentes plus ou moins larvées ou explosives. « Ces gens-là ne sont pas comme nous. Ils sont paresseux, menteurs, voleurs. Il faut toujours s'en méfier, car ils sont sournois et ne comprennent que la force ... » Cela ne résumet- il pas l'opinion de la quasi-totalité des Européens d'Algérie sur ceux qu'ils « connaissent bien » ? La suite découie logiquement. Pour peu que les conditions de vie, la répartition des richesses, de la culture, des fonctions suivent la même ligne de démarcation que celle des origines ethniques, deux communautés vivent côte à côte sans s'interpénétrer, dans l'ignorance réciproque. L'autre, c'est-àdire le prochain, n'est plus seulement un étranger, il appartient à une autre espèce qui n'a pas grand chose d'humain, que l'an regarde vivre et mourir sans éprouver les mêmes sentiments que pour des semblabies. Que par son poids politique, économique ou numérique une cles communautés domine l'autre et . ce sera, le racisme aidant, l'oppression coloniale ou le transfert sur la minorité de responsabilités internes et la répression qu'elles appellent. Partout où des communautés d'origine ethnique différente cohabitent le processus est le même et le racisme latent peut exploser. Aucun peuple ne peut se dire naturellement immunisé. La racine du racisme est au coeur de l'homme, il serait vain et mensonger de chercher quel a été le premier peuple raciste ou lequel ne l'a jamais été. Chacun sait qu'une maladie contagieuse déclarée, surtout une maladie sociale, ne peut être efficacement combattue que par un ensemble de mesures dont les plus efficaces relèvent de la prophylaxie : empêcher les bienportants de contracter !e virus. Les malades atteints peuvent et doivent être soignés, même contre leur volonté ; tous ne seront pas guéris mais ceux-là mêmes qui le seront resteront probablement porteurs de germes. Ces gens-là, où qu'ils aillent, devront toujours être surveillés. Plus importantes sont les mesures à prendre pour que, sur cette terre d'Algérie tout ou moins, où sont appelées à vivre trois communautés d'importance inégale : l'algérienne, l'eu ropéenne et l'israélite, la tragédie cesse et ne risque pas de se réveiller fût-ce en se retournant. UNE VERITABLE DEMOCRATIE La communauté juive d'Algérie n'y est pas une nouvelle venue: sa présence remonte ici à plus de deux millénaires. Elle est donc antérieure à la conquête arabe. Il ne semble pas qu 'elle ait fait l'objet de persécutions racistes avant la conquête françai se. Pour des raisons qui relèvent essentiellement de la politique coloniale, le décret Crémieux fit des juifs dI'Algérie des citoyens français à part entière. Dès lors la communauté juive d'Algérie a lié son sort à celui des colonisateurs. Inutile de dire qu'elle y a matériellement beau-. coup gagné. Quelques-uns revendiquent aujourd'hui la nationalité algérienne, mais le plus grand nombre semble bien se ranger dans le catégorie de ceux qu i se sont refoe;és à épouser la cause de la libération nationale. Est-il bien sûr, dans ces conditions, que le racisme anti-juif, fruit du colonialisme français, disparaisse avec lui en Algérie, comme le pensait Jean Amrouche ? Chacun sait ce qu'il en est de la communauté européenne. Ceux de ses membres qui rentreront en France risquent de constituer des foyers de contamination raciste. Il suffit de 3e rappeler 12s récentes ratonnades à Paris et comment, même après les accords d'Evian, certains policiers en usent envers les travailleurs nord-africains, pour constater que tous nos compatriotes ne sont pas inaccessibles au virus. Ceux qui resteront en Algérie ne seront pas guéris pour autant. Tout ce qui tendrait à les enfermer dans une catégorie à port, privilégiée ou non, en les dotant d'un statut spécial qui les isolerait de l'ensemble du peuple algérien indurerait leur mal, faisant d'un racisme agress if un racisme refoulé. Une solution s'impose donc : éliminer des institutions de l'Algérie de demain toute discrimination entre les citoyens, particulièrement celles qui seraient fondées sur les origines ethniques. Cela porte un nom: établir une véritable démocratie. Sans doute devons- nous faire confiance à ceux qui ont si longtemps été les victimes du racisme pour être attentifs à ces problèmes et leur trouver des solutions justes et bénéfiques pour tous. LE REGARD D'U N HOMME Nous voilà bien loin, direz-vous, de notre point de départ. Certainement pas autant qu'il semble. Un homme, sans sourciller, « entre deux anisettes », sans peur, sans haine, en toute conscience en abat un autre qu'il ne connaît même pas. D'autres le voient et ne disent rien parce qu'ils approuvent ou jugent plus prudent cie se taire. Personne ne se penche sur le moribond, personne ne lui porte secours et son regard d'homme s'éteindra sans avoir rencontré un autre regard d'homme pour l'aider à mourir. Sans un autre regard d'homme parce que, en réalité, ces êtres qui l'entourent sont Vidés de toute substance humaine, vidés de leur âme d'homme. Lui seul, victime innocente, qui meurt sous les yeux indifférents de ces spectateurs qui ressemblent pourtant à d'es frères, lui seul est authentiquement un homme. Voilà comment le raci sme dégrade l'homme au rang de bête. Voilà pourquoi il faut que dans l'Algérie de demain, en France et partout ailleurs, tout homme puisse regarder les autres en face et reconnaître en eux des frères. L. VIENNY, Pasteur. - « Les Oliviers de la Justice votre oeuvre, d'un bont à l'autre et 1tne sorte d'mtfobiographie. Comment vous · réussi à en fair,e 1tn film .? - Le cinéma est un moyen d'expr plus fort encore que le roman, limit les difficultés de lecture ou de langm images sont plus éloquentes, et immé ment compréhensibles par tous. Et dal film, les spectateurs participent eux-à l'action. Nous avons tourné ce film une équipe composée cI'Européens et riens. Les acteurs ne sont pas profe! nels. Ils tiennent tous, ou presque, leur pre rôle. C'est a in si que Boralfa est ment mon ami d'enfance. Saïd - que pouvais pas montrer, pour des raisons dentes dans les conditions du tournag est aussi mon ami cI'enfance. Fatim, -Fatima, et sa maison dans le bidor Avez-vous vos, Bons de Soutien? ('loir page 12) au faciès }} « Maintenant, des cars de pOlice arrivent en renfort. Sur leur lancée, ils joncent sur les manijestants. L'un d'eux passe sous les roues et est laissé pour mort. » A Noisy·le-Sec, des Algériens poursuivis par les pOliciers s'étant réfugiés dans un jardin, le même journal décrit ainsi la scène : « Rendez-vous, nous ne vous jerons pas de mal ! crièrent les policiers. « Les musulmans sortirent alors du jardin, et j'entendis des bruits de claque et des cris de douleur ... » Pour justifier les arrestations, le Préfet de pOlice et le ministre de l'Intérieur ont affirmé que les Algériens se livraient à des activités illégales et qu'il s'agissait d'appliquer à leur endroit les lois de la République. Or, dans tous les cas, les hommes arrêtés ont été libérés, sans qu'aucune inculpation ne leur soit notifiée, sans qu'aucun délit préCis ne soit retenu contre eux. La loi consiste·t·elle donc à matraquer les gens selon leur « faciès ». Le Bureau National, réuni le 13 juin, a élevé une vigoureuse protestation, déclarant notamment: Une fois de plus: ces matraquages « au faciès ». ces violences haineuses - que l'O.A.S. n'a pas manqué d'approuver - expriment un mépris total des hommes qui en sont l'objet ( ... ). La question peut être posée légitimement, de savoir à quel dessin ré· pond, à peu de jours du scrutin d'autodétermination, la reprise de telles méthodes que l'on était en droit de con· sidérer comme appartenant au passé. Le respect réciproque des commu· nautés est aujourd'hui plus que jamais une nécessité vitale en France comm!! en Algérie: le Bureau National du M.R.A.P. demande que des mesures énergiques ·soient prises pour rêduire à l'impuissance tous ceux qui misent sur le racisme pour saboter la paix et la coopération franco·algérienne. L' outeur des «Oliviers de 10 Justice» Jean PELEGRI • • « Nous avons voulu. dans ce film. 7----__ témoigner pour la fraternité » DEPUIS quelques ~mai'nes,. un film passe SUl' les écrans pariSiens .. :, « L~s Oliviers de la JustIce )l, mIS en scène par James Blue et Jean Pelegn, d'après le roman de ce dernier, paru en 1959 (1). C'est un film sur l'Algérie. Il fut réalisé dans des conditions presque clandestines, il la fin de l'année 1961, à Alger, au coeur du quartier de Rab el Oued et à la campagne dans la plaine de la Mitidj.a. Le film, comme le roman, conte l'histoire d'un colon, dont le fils, à l'heure où son père va mourir, se remémore le passé. Le colonialisme, comme le père, est mourant. Une Algérie nouvelle va naHre, indépendante, inéluctablement. A travers ce passé et ce présent, le fils comprend que l'Algérie c'est son pays, et il décide d'y rester ... car l'avenir a bAsoin de tous. Si l'Algérie d'hier est décrite, avec une sincérité absolue, et très souvent sur un plan critique, on perçoit, en filigrane, les prémisses de l'Algérie de demain. Celle est sa vraie maison. Ni l'équipe, ni moi, n'avons voulu tricher une seconde. Tout ce que nous montrons est vrai. Tout ce que nous faisons entendre est vrai. Nous a\'ons le sentiment d'a voir travaillé pour l'Algérie de demain. D'ailleurs chacun des protagonistes en était convaincu. A l'intérieur de l'équipe nous étions déjà, dans nos rapports, dans les conditions de l'Algérie future. - Mais ce que vous montrez, dans « vos » souvemrs, c'est tout de même l'Algérie d'hier, et les rapports entre Algériens et EuroPéens sont entachés des défauts du colonialisme. r L'HOMM"E ••• d'aujourd'hui est présente sous la forme d'un absent : Saïd, le camarade d'enfance du héms du film, parti dans les montagnes rejoindre l'A.L.N ... Il y a aussi Fatima, l.a mère de Saïù, qu'on retrouve dans son bidonville. Et Boralfa, le vieil Algérien, qui exprime douloureusement certaines réalités, au cours d'un monologue pathétique qui est l'un des meilleurs moments du film. Film sentimental, mais d'une grande sincérité, exposant des faits réels, « Les Oliviers de la Justice» se situe également sur un plan qui nous intéresse particulièrement: l'antirascisme. Car si les rapJJorts entre les personnages - européens et algériens - sont encore, dans la période d'agonie du colonialisme, ceux de maîtres ' à serviteurs - dans les termes plus que dans les faits -, ils sont dégagés, de part et d'autre, de tout racisme. Et c'est un peu pour cette raison que nous sommes allés voir Jean Pèlegri, dans son modeste appartement du quinzième arrondissement. Ecrivain, il fut deux fois acteur dans sa vie. On ·l'a vu dans le film de Robert Bresson, « Pickpocket », où il incarnait un inspecteur de police, et cette fois, dans les « Oliviers de la Justice », il tient le rôle du père - celui de son propre père. Mais il a participé également à la mise en scène du film mis en images par T ames Blue. Il parle avec cette légère pointe d'accent chantant particulier aux Européens d'Algérie, ajoutant parfois à ses phrases des images colorées. - C'est un problème un peu complexe : ce film est fait pour « tourner la page :.. Il faut en finir avec la période de la colonisation. Mais je veux qu'on me comprenne bien. Les gens que je montre sont encore colonisés et même pendant cette décolonisation, ils gardent une mentalité de colonisés. Le cas de Boralfa est net. Boralfa est mon ami, depuis notre plus tendre enfance. Et pourtant jusQue là il gardait encore dans nos rapports ceux de serviteur à maître. Il en sera bien entendu autrement dans une Algérie indépendante. - Mais vos rapports sont dégagés de tout racisme. Cela me semble très important. Car la gangrène du colonialisme c'est, en même timps que l'exploitation économtque, le racisme, souvent exacerbé. garde vivre et mourir sans éprouver les mêmes sentiments que pour des semblab ies. Que par son poids politique, économique ou numérique une d'es communautés domine l'outre et ce sera le racisme aidant, l'oppression coloni~le ou le transfert sut la minorité de responsabilités internes et la répression qu'elles appellent. Partout où des communautés d'origine ethnique différente cohabitent le processus est le même et le racisme latent peut exploser. Aucun peuple ne peut se dire naturellement immunisé. La racine du racisme est au coeur de l'homme, il serait vain et mensonger de chercher quel a été le premier peuple raciste ou lequel ne 1'0 jamais été. Chacun soit qu'une maladie contagieuse déclarée, surtout une maladie sociale, ne peut être efficacement combattue que par un ensemble de mesures dont les plus efficaces relèvent de la prophylaxie : empêcher les bienportants de contracter le virus. Les malades atteints peuvent et doivent être soignés, même contre leur volonté ; tous ne seront pas guéris mois ceux-là mêmes qui le seront resteront probablement porteurs de germes. Ces gens-là, où qu'ils aillent, devront toujours être surveillés. Plus importantes sont les mesures à prendre pour que, sur cette terre d'Algérie tout au moins, où sont appelées à vivre trois communautés d'importance inégale : l'algérienne, l'européenne et l'israélite, la tragédie cesse et ne risque pas de se réveiller fût-ce en se retournant. UNE VERITABLE DEMOCRATIE La communauté juive d'Algérie n'y est pas une nouvelle venue : sa présence remonte ici à plus de deux millénaires. Elle est donc antérieure à la conquête orobe. Il ne semble pas qu'elle oit fait l'objet de persécutions racistes avant la conquête française. Pour des raisons qui relèvent essentiellement de la politique coloniale, le décret Crémieux fit des juifs d'Algérie des citoyens français à part entière. Dès lors la communauté juive d'Algérie a lié son sort à celui des colonisateurs. Inutile de dire qu'elle y a matériellement beau-. coup gagné. Quelques-uns revendiquent aujourd'hui la nationalité algérienne, mois le plus grand nombre semble bien se ronger dans le catégorie de ceux qu i se sont refèsés à épouser la cause de la libération nationale. Est-il bien sûr, dons ces conditions, que le racisme onti-juif, fruit du colonialisme fronçais, disparaisse avec lui en Algérie, comme le pensait Jean Amrouche ? Chacun sait ce qu'il en est de la communauté européenne. Ceux de ses membres qui rentreront en Fronce risquent de constituer des foyers de contamination raciste. Il suffit de 5e rappeler las récentes ratonnades à Paris et comment, même après les accords d'Evion, certains policiers en usent envers les travailleurs nord-africains, pour constater que tous nos compatriotes ne sont pas inaccessibles au virus. Ceux qui resteront en Algérie ne seront pas guéris pour autant. Tout ce qui tendrait à les enfermer dans une catégorie à port, privilégiée ou non, en les dotant d'un statut spécial qui le5 isolerait de l'ensemble du peuple algérien indurerait leur mol, faisant d'un racisme agressif un racisme refoulé. Une solution s'impo5e donc : éliminer des institutions de l'Algérie de demain toute discrimination entre les citoyens, particulièrement celles qui seraient fondées sur les origines ethniques. Cela porte un nom: établir une véritable démocratie. Sans doute devons-nous foire confiance à ceux qui ont si longtemps été les victimes du racisme pour être attentifs à ces problèmes et leur trouver des solutions justes et bénéfiques pour tous. LE REGARD D'UN HOMME Nous voilà bien loin, direz-vous, de notre point de départ. Certainement pas autant qu'il semble. Un homme, sans sourciller, « entre deux anisettes », sans peur, sans haine, en toute conscience en abot un autre qu'il ne connaît même pas. D'outres le voient et ne disent rien parce qu'ils approuvent ou jugent plus prudent de se taire. Personne né se penche sur le moribond, personne ne lui porte secours et son regard d'homme s'éteindra sans avoir rencontré un autre regard d'homme pour l'aider à mourir. Sans un autre regard d'homme parce que, en réalité, ces êtres qui l'entourent sont Vidés de toute substance humaine, vidés de leur ôme d'homme. Lui seul, victime innocente, qui meurt sous les yeux indifférents de ces spectateurs qui ressemblent pourtant à des frères, lui seul est authentiquement un homme. Voilà comment le racisme dégrade l'homme ou rang de bête. Voilà pourquoi il fout que dons l'Algérie de demain, en Fronce et partout ailleurs, tout homme puisse regarder les autres en face et reconnaître en eux des frères. L. VIENNY, Pasteur. - « Les Oliviers de la Justice » est votre oetwre, d'un bont à l'autre et même ttne sorte d'autobiographie. Comment avezvous' ré1tssi à en fair,e ttn film? - Le cinéma est un moyen d'expression plus fort encore que le roman, limité par les difficultés de lecture ou de langue. Les images sont plus éloquentes, et immédiatement compréhensibles par tous. Et dans un film, les spectateurs particip~nt eu~-mêmes à l'action. Nous avons tourne ce film avec une équipe composée d'Européens et d'A!gériens. Les acteurs ne sont pas profeSSIOnnels. Ils tiennent tous, ou presque, leur propre rôle. C'est ainsi que Boralfa est :vraiment mon ami d'enfance. Saïd - que Je ne pouvais pas montrer. pour des raisons évidentes dans les conditions du tournage - est aussi mon ami d'enfance. Fatima est -Fatima, et sa maison dan le bidonville Avez-vous vos, Bons de Soutien? (\loir page 12) - Oui, ce film . paraît après le racisme effroyable de ces derniers mois. De nouveau Je problème I:isque de se reposer. Il faut couper les pieds au racisme actuel. Mais il faut se méfier aussi du racisme métropolitain, tant à l'égard des Algériens qu'à celui des pieds-noirs. C_elj:ains Français considèrent encore les Algériens comme des ëtre:5 inquiétants et sous-développés. Or je..--crois Que mon film leur fera découvrir des hommes dignes, d'une qualité assez rare. Mais la condamnation des pieds-noirs, en bloc, c'est aussi une forme de racisme. On les condamne avec une bonne conscience, en oubliant qu'ils sont eux aussi victimes d'un système qui devait les rendre fous un jour ou l'autre : le colonialisme. Or, le fait colonial est un fait d'Etat. C'est la France qui a colonisé l'Algérie. Le colonialisme pourrit tout, dénature tout, les consciences et le mérite des individus. Le problème le plus mgent est la décolonisation des consciences. Pour le pied-noir, il lui faut absolument renier le colonialisme. C'est un chemin laborieux, pénible même, mais nécessaire. Il faut qu'il entre dans J'Algérie de demain avec ce qui lui reste de fierté: c'est un bagage clont tout homme a besoin. Pour employer une expression célèbre, le piednoir cloit renoncer à J'Algérie cie papa, sans pour autant renier papa et cracher sur sa tombe. - C O111ment voyez-volts les rapports entre les différentes communautés, dans l'Algérie indéPendante? - L'Algérie ne sera grande que dans la mesure où elle aura réussi à se faire avec toutes ces communautés. Arabes, Juifs, Européens y trouveront une patrie. Car la bataille pour la patrie a commencé avec la lutte pour l'indépendance ce que nous n'avions pas tous compris au clébut. Et cela risque de faire la plus belle histoire du moncle. Mais il faut, si j'ose dire, que chacun sorfe de son ghetto, pour faire cie l'AI~ gérie une nation ouverte. Que chaque communauté participe à la construction commune avec son Dropre patrimoine. L'Algérie nouvelle ne se fera que si nous savons partager avec tous un avenir. (Recueilli par Jacques DELTOURJ 1 Lt\ VIE DU Une délégatlOn du Comité dU 18' arrondissement de Paris s'est rendue le 15 juin dans le café de la rue de la Charbonnière, fréquenté par des Algériens musulmans, où prirent naissance les incidents provoqués par les policiers et qui virent de nombreux travailleurs algériens odieusement brutalisés. Très chaleureusement accueillis par les Algériens, avec qui ils levèrent leur verre à l'amitié entre nos deux peuples, nos amis leur remirent la résolution suivante : « Le Comité de la 18' section du M.R. A.P., réuni le 14 juin 1962, ému les brutalités policières de caractère raciste, dont les Algériens musulmans de notre arrondissement ont été victimes, proteste avec indignation et tient à leur apporter son entière solidarité et son salut fraternel. » ~

  • *

LA. projection du film « ETOILES » dans les 16' arrondissement, le 12 juin, a provoqué une grande émotion parmi les spectateurs. Certains réalisaient difficilement que de telles atrocités aient pu exister réellement. Notre but fut donc doublement atteint " grossir les rangs des memb:"es du MRAP (de nombreux bulletins d'adhésion furent remplis), et faire connaître à ceux qui l'ignoraient le génocide nazi. M. R. ft. P. Monsieur Michel Leiris, écrivain, eth"1ologue, attaché au Musée de l'Homme avait consenti à présider cette soirée " en quelques mots émouvants, il souligna le parallélisme ent.~e le fascisme et le racisme, n'admettant d'attribuer au mot « race » qu'un sens biologique. Maître Schapira demanda à tous les présents d'aider le M.R.A.P. à faire triompher les vraies valeurs humaines sa"1S lesquelles la vie n'a pas de sens réel. Il les exhorta à ne pas se contenter de penser à cette soirée, mais dorénavant de participer à la lutte quotidienne que mène le M.R.A.P. Le Comité se réunira dès la rentrée " notre ambition est grande, et grâce à la foi qui nous a"1ime tous, nous réussirons. Marie-Louise KAHN. Le vendredi 25 mai, le M.R.A.P. de Rouen organisait une conférence-débat avec la participation de M. Marc-André Bloch, professeur de' psychologie à la Faculté de Lettres de ,Caen, membre du Bureau National du M.R.A.P. sur le thème: les enseignants et éducateurs devant le racisme. M. Bloch, dans un exposé direct et fort complet, défendit une théorie qui lui est particulière et qu'il détailla et précisa avec D'un beaucouJ;. de brio tout au long du débat fort animé qui s'ensuivit: le racisme n'existe pas chez les enfants au naturel : il est créé par l'éducation ! Pour le combattre il existe deux méthodes : - la méthode directe - par le raisonnement, l'explication des causes et la mise en évidence des effets. Cette méthode présente le grave inconvénient de risquer de créer une obsession du racisme en insistant trop sur ses méfaits, une intoxication à vouloir désintoxiquer ... - La méthode indirecte préconisée par le conférencier, subjective, faisant appel au coeur, à l'humain, en créant autour de l'enfant une ambiance de fraternité, en lui suggérant le principe de l'égalité des races. Le débat s'est instauré sur ce point. Certains professieurs, notamment M. Mer· cier (professeur au Lycée Fontenelle de Rouen) firent état de leur expérience propre

c'est ainsi qu'une enquête tendant

à faire classer les races par ordre de supériorité avec des explications, a démontré que la plupart des enfants justifient leur racisme par des faits, tous faux. Intervention fort applaudie de M. Quevigny, professeur au Lycée Corneille : Le monde actuel est guidé par une idée-force: l'intérêt. C'est là que réside la cause du racisme (l'Allemagne avait intérêt à faire naître des boucs émissaires, intérêts financiers en Algérie, etc ... ) il faut donc expliquer aux enfants, selon lui : les causes du racisme, sa racine, et leur démontrer que c'est urie erreur. Le débat s'est si fortement passionné à . , comite ... ce sujet qu'il y a fallu y mettre bon ordre ! Autres interventions concernant l'éd;.!cation des parents, des éducateurs. Me Annie APELBAUM, LE 30 mai, à Clermond-Ferrand, au cinéma ({ L'Essai », émouvante réunion publique pour la commémoration annuelle du soulèvement du ghetto de Varsovie. On notait dans la salle la présence de nombreuses personnalités locales, parmi lesquelles, MM. Carganague, du comité antifasciste du Lycée Blaise Pascal, Vigouroux, de la Libre Pnsée, Kresch, de l'ARAC, Lesbre, des étudiants du PSU, Roux, de la FNDIRP, Paul, de France-URSS, Mme Communal, de France-URSS, M. et Mme Colin, du Comité Maurice Audin, MM. Latru, du Comité antifasciste des Salins, Sandouly, de la CGT, Lagarde, de la FEN, Lemarchand, de la Ligue des Droits de l'Homme, Bot, du Parti Communiste, Kergomard, du Mouvement de la Paix, Henrot, curé de Montferrand, le Dr Veisleb, Eisenkeit, de l'UJRE, etc ... La réunion était présidée par Claude Danziger, président de la section du MRAP, entouré de Daniel Vidal, secrétaire, et Marc SChiff, membre du Bureau. Albert Lévy, rédacteur en chef de (i Droit et 'Liberté » et membre du Bureau National_ du MRAP, était venu spécialement de Paris pour prendre la parole au cours de cette réunion. Notes sur les juifs d'Algérie (SuitE' de la page 7) Cette promotion était d'autant moins dang-ereuse pour les colons que les juifs sont tout de même en nombre relativelllent restreint et ne risquaient pas d'influencer de fa;on décisive, par leurs avantages nouveaux, la structure colonialiste de l'AIg-érie. Le colonialisme français appliqua donc la vieille devise : {( Diviser pour rég- ner ». C'est ainsi qu'une larg-e part des responsabilités dans les émeutes du Constantinois de 19.14 incombe à des éléments européens dont certains avaient même, revêtu de costumes indigènes, pris la tête des émeutiers musulmans. Lors de ces mêmes émeutes, les autorités n'avaient évidenm1ent pris aucune mesure sérieuse, ce qui fait s'écrier, à une séance de l'époque du Conseil municipal de Constantine, Henri LeIlouche, notable juif : « La France était absente ces jours-là. » C'est ainsi également que sous Vichy, à Alg-er, une haute autorité militaire fran;aise, convoquant un chef religieux . musulman, le Cheik el Okbi, lui dit sans ambages : « Allez-y! Les juifs sont entre vos mains. Faites-en ce que vous voudrez. » ' Ce qui lui attira cette réponse : « Faites faire cette besog-ne par vos hommes; les musulmans, quant à eux, ont atteint leur maturité politique. » Et le cheik d'aj outer ensuite à un représentant juif : « S'ils touchent à un seul de vos cheveux, ils auront affaire à nous. » , Ces exemples ne sont évidemment pas exhaustifs, ce qui serait impossible, le colonialisme trouvant continuellement dans ces méthodes racistes, un « élan vital ». Mais je les prends au hasard des faits qui ont frappé ma mémoire. Les juifs ont long-temps résisté à cette division et à l'assimilation eumpéenne. Les vieilles générations ont gardé leUl-s coutumes, leur lang-ue, leurs habits indig-ènes, mais les réels avantag-es économiques qu'octroyait le colonialisme - sur le dos des musulmans, bien sûr - aux juifs, les fit peu à peu se détacher NAISSANCE Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de la petite Emmanuelle, fille de nos amis Claude et Hélène BURSTEIN, membres du Conseil National du M.R. A.P., petite-fille de Jeannette et Jacques Burstein. Nos félicitations et nos voeux les meilleurs. NOS DEUILS Nous avàns appris avec douleur le décès de Mme Henri COHEN, épouse .du regretté président de la section du M.R.A.P. du 18' arrondissement. Nous exprimons à sa famille notre amicale sympathie. de leur condition orig-inelle, se franciser de fa;on prog-ressive. LA DIVERSITE DES CONDITIONS Ils devinrent économiquement, cult11- rellement à cheval sur les deux civilisations, européenne et islamique. Cette situation bâtarde se retrouvera toujours par la suite tant sur le plan économique et matériel que sur celui de la superstructure. C'est ainsi que s'il y a quelques juifs fort riches en Algérie : propriétaires fonciers, propriétaires de salles de spectacles, de commerces cie g-ros, d'entreprises à caractère artisanal ou semi-artisanal, bien plus nombreux sont ceux qui ont une situation moyenne au reg-ard de la structure économique de l'Algérie : petits épiciers, bouchers, tailleurs, coiffeurs, marchands de tissus, petits détaillants, membres des professions libérales, ag-ents administratifs. Pour les repliés Le M.R.A.P. a ouvert un service d'informations pratiques et JuridiqUE; à l'intention des repliés d'AI-. gérie. Ce service fonctionne en permanence. Un avocat peut, en outre, être consulté ltous les samedis, de 15 heuTes à 18 heures. S'adresser au siège du Mouvement, 30, rue des Jeûneurs, Paris-2". Téléphone : GUT 09-57. On retrouve également beaucoup de juifs dans le prolétariat comme ouvriers ou employés de petites entreprises ou petits employés administratifs. Il existe également un sous-prolétariat juif impol:!ant dans certaines localités et sa différenciation d'avec le prolétariat n'est pas tranchée de fa;on linéaire. Un des aspects spécifiques de ce prolétariat comme de ce sous-prolétariat juifs, c'est qu'ils ont au-dessous d'eux, une catégorie encore plus miséreuse : l'immense masse des affamés musulmans; au sein de la misère même la plus noire, se crée ainsi une couche de faux privi1égiés à qui il arrive de donner les restes même déÇ9mposés d'un modeste repas aux mendiants musulmans ou d'utiliser, pour un pourboire dérisoire mais vital pour leur survie, les services des musulmans : jeunes cireurs, gar;ons de course à la tâche, portefaix, etc ... A cette spécificité, s'en ajoute une autre qui est celle, également, me semblet- il, de l'immense majorité du prolétariat d'Alg-érie : 'ce sont les attaches sentimentales de type familial et fortement paternaliste qui lient les patrons à leurs salariés, ce qui est dÎt au caractère de production des biens de consommation ou de matières premières et non des moyens de production des entreprises en AIg-érie. Le prolétariat juif a ég-alement ceci de spécifique qu'il fait partie d'une communauté juive, privilég-iée par rapport à la musulmane, mais nettement défavoris'ée par rapport à la chrétienne. oui forme l'ossature colonialiste de base de l'Alg-érie. Si l'on ne rencontre pas d'ouvriers ag-ricoles, de fellahs juifs, à cause des salaires pratiquement impossibles à donner à des Fran;ais en vertu de la loi, les plus g-rosses fortunes, les postes responsables dans les banques, administrations et au pouvoir, sont, par contre, l'apanag-e des chrétiens. LE CLOISONNEMENT COLONIAL De cette situation compartimentée, cie cette structure coloniale, le racisme et la relig-ion vont sorti r confortés. Ainsi le juif appellera le Fran;ais ou l'Européen d'origine, « un catholique » et algérien d'orig-ine lui-même, appellera les Algériens, « musulmans », mais plus souvent, marqué sans le savoir par sa situation privilégiée relative, « arabes » selon un - critère raciste, alors que, Ô puissance cie la fiction lég-ale, s'estimant Fran;ais, il ne traitera pas les Européens, d'Européens. Pour toutes ces raisons, la pratique de la relig-ion est forte . Et comme la formation de la nation alg-érienne est Jiçente, l'esprit séparatiste, régionalis~e, se manifestera dans les différenciations rituelles d'une ville à l'autre, d'un.. département à l'autre. , Les chefs religieux sont les rabbins sans aucun pouvoir réel, mais une influence morale. surtout sur les vieilles g-énérations. - Ils sont rétribués par les ressources communautai res locales. Au-dessus des rabbins, un Grand Rabbin. nommé par Paris, pour chaque département et à la rétribution duquel l'Etat français participe. L'organisme réellement clirig-eant de la Communauté iuive est le Consistoire israëlite, assemblée de notables reliés organiquement à Paris. Ils nomment les rabbins, prélèvent des taxes sur les produits rituels (vin, viande, cachère, pains azymes, etc ... ). Ils sont la courroie de transmission entre la Communauté juive et les autorités. II existe encore des rabbins appelés jug-es, qui forment des tribunaux rabbiniques dans les localités mais n'ont plus qu'un souvenir de pouvoir de juridiction par rapport à la période islamique. Ils prononcent ainsi par exemple le divorce religieux qui ne peut cependant avoir de valeur sans le divorce du Code Civil et n'est demandé que par ceux des juifs qui y sont attachés. . Les vieilles générations parlent bien souvent l'arabe, qu'ils écrivent quand c'est le cas, en caractère hébraïques, alors que les nouvelles sont bien plus francisées. De toutes ces caractéristiques, résulte une mentalité qui s'explique : La Communauté juive est d'origine alg-érienne; elle avait son mode de vie, ses coutumes, ses juridictions propres. Le colonialisme les a corrodés. Par ailleurs, il fait de l'appal-tenance à la Communauté juive, une cause d'accession à la nationalité fran;aise. II renforce l'esprit de relig-ion, et, si j'ose ain~; m'pvnr;mpr ~ nrnnn~ np h rplip'inn juive, l'esprit cie clocher, l'esprit de g-hetto culturel. Mais, comme, cI'autre part, les colons et leurs descendants exploitent une large partie de cette c9mmunauté, ils parquent dans des ghettos g-éor.:raphiques son prolétariat et son sous-prolétariat. C'est dans ce climat rétrog-rade, moyenâg-eux que fleurit .le colonialisme. S'ils n'ont pas clairement conscience dans leur ensemble de leur position objective dans la structure coloniale cie i' Algérie, les juifs, de par leur position intermédiaire, de par léur origine alg-érienne, de par leur long- passé de souffrances sont ct doivent être- plus accessibles à l'idée de l'inclépendance de l'AIg- érie. L'ANTI RACISME QUESTIO'N VITALE La lutte que mène l'O.A.S. meurtrière pour la survivance de ce Moyen Age n'e§..t pas leur lutte, qu'elle soit menée en Alg-érie ou en France. Le colonialisme trouve ses forces vives dans le racisme et l'O.A.S. n'est pas autre chose, évidemment qu'un racisme assassm. En Alg-érie, il est actuellement tourné essentiellement contre les Alg-ériens d'origine musulmane, mais pour les raisons esquissées plus haut, il n'est pas exclusivement tournée contre ceuX'-ci. Raciste par essence, par nécessité, il peut, en Algérie, comme par le passé, tenter de s'abreuver clu sang des juifs, comme il 'a fait lors de différentes émeutes, comme il a tenté de le faire sous Vichy. Mais les Algériens d'origine musulmane, en se battant pour leur indépendance, comprennent de plus en plus que les problèmes ne se posent pas, ne doivent pas se poser en termes de religion, en termes d'appartenance ethnique, mais en termes de classes. La lutte des exploités alg-ériens leur fait prendre conscience que d'autres exploités existent, aussi bien d'ailleurs dans le monde qu'en Alg-érie. L'indépendance de l'AIg-érie permet aux juifs qui la comprennent non seulement de conquérir en Algérie la belle dig-nité d'hommes, mais une réelle promotion au prolétariat comme au sousprolétariat de caractère artisanal. Ceux-ci étaient maintenus comme tels par la structure rétrog-rade coloniale de l'Algérie. L'industrialisation prochaine de l'Algérie permettra, après certes quelques déboires qui seront diminués s'ils sont abordés dans un espnt de compréhension une large promotion humaine aux hom~es de toutes les communautés. En France, les ag-ents du colonialisme, de l'O.A.S., ont évidemment les coudées plus franches pour se laisser tenter par leur racisme et leur antisémitisme traditionnels et organiques. Les juifs cl' Akérie repliés en France en ont conscience. Ils savent, ils doivent savoir, qu'ils sont dans ce cas-là, les alliés naturels des 'démoc:i-ates français qui en luttant pour 1e,s idéaux républicains, dressent uné barrière efficace contre le racisme et l'antisémistisme. Fernand BENHAIEM.


9 --------

à l'autre Après Claude Danziger, qui condamna le racisme « pOint encore extirpé, et qui nous menace à nouveau sous le masque hideux du nazisme, ressuscité par d'interminables et stupides guerres coloniales, avec son cortège d'abominations, de dégradations humaines », Albert Lévy expliqua en détails l'histoire du ghetto de Varsovie et ses incidences sur le racisme à notre époque. Le film « La dernière étape » fut projeté en conclusion de cette soirée. Sous la présidence du Doyen Faucher, une soirée cOmmémorative du soulèvement du ghetto de Varsovie s'est déroulée le 19 mai à Toulouse, salle du Sénéchal, sous l'égide du MRAP. Aux côtés du Doyen Faucher. on notait la présence de M. Banbula, consul de Pologne à Toulouse, M. Antilogus, de l'Association Générale des Etudiants représentant la front syndical commun (AGE, CGT, FFN, CGA, SGEN), Guy Laval, du MRAP, et Habid N'Dao, de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire. On notait la présence, dans la salle, du délégué à la propagande du Comité de la l'ésistance, repréflentant le pr~sident du CDR, le commandant Faurand ; M. Favarel, de l'UFAC, le repréSèntant de l'Association des Déportés du Travail; M. Vilner, viCetPIJ)sident d j1'UJRE; M. SeIlr soul, présIdent de l'Union des Etudiants Juifs; M. Tauber, représentant le Parti Communiste; les représentants des Etudiants- communistes et des étudiants du PSU ; M. Cavalerie, du SNI, le Père Raymond, de l'Aumônerie des Etudiants catholiques. Des messages de solidarité avaient été envoyés par le Pasteur Séguier; M. Hyon, adjoint au maire SFIO ; M. le Lieutenan~ colonel Gaudron, président de l'Amicale du Corps Francs Pommiès ; les Jeunesses et Etudiants socialistes, les associations des Etudiants de Tunisie, du Maroc et des Etudiant~ lViusulrr/lns d'Afrique du Nord. Après que le Doyen Faucher ait rappelé les horribles faits de l'extermination systématique des juifs pOlonais et le combat que soutinrent les combattants du ghetto, une minute de silence fut respectée par la salle, émue. M. Banctula évoqua. à son tour les souffrances du peuple polonais provoquées par le fascisme. M. Antilogus apporta le témoignage de solidarité des organisations du Front Syndical commun. M. Habib N'Dao lut un message saluant, au nom des étudiants africains, la mémoire des héros du ghetto et Guy Laval ajGuta que « l'exemple des héros de Varsovie exige que notre lutte ne soit pas fondée sur la haine, mais sur l'arr.our des hommes. ». Une importante manifestation contre l'O.A.S. a eu lieu à Lyon, à l'appel de 38 organisations républicaines, parmi lesquelles figure notre Mouvement. Après une prise de parole devant la Bourse du Travail, un défilé a eu lieu sur la rive gauche du Rhône. Les manifestants ont demandé des mesures énergiques pour mettre hors d',état de nuire les tueurs, dirigeants et inspirateurs de l'O.A.S., quels qu'ils soient. Le Comité mantais du M.R.A.P. a organisé, le 12 juin, à l'Hôtel du Rocher de Cancale, une conférence de M' Marcel Manville, membre du Bureau National, sur le thème: « Le racisme et l'Algérie ». M' Manville présenta avec talent un exposé extrêmement clair et direct sur les origines de la guerre ct' Algérie, le racisme et les violences qui en sont inséparables. L'assistance était nombreuse et l'ambiance excellente. Sur l'invitation de l'orateur, quelques questions lui ont été posées, auxquelles M' Manville a répondu à la satisfadion de tous. Le Comité local ne doute pas qu'il obtiendra à la suite de cette réunion très réussie de nouvelles et nombreuss adhésions. Marcelle NYS_ Un meeting antiraciste chez Renault LE 30 mai dernier, à l'appel des Syndicats CG.T. et CF.T.C. de chez Renault, un grand meeting antiraciste s'est déroulé sur la Place Nationale, à Billancourt, avec la participation du Mouvement contre le Racism~, l'~nt.isémiti~~e et 'pour la ~aix. C'est la première fois qu'un tel meetl?-g etaIt con:vre parm.l les travaIlleurs de la Régie Renault_ On notait, p~rmi les deux mIlle traVaIlleurs qui avaient répondu à l'appel de leurs syndICats et de notre Mouvement, de nombreux travailleurs africains ou antillais et des ouvriers algériens. ~ Un tract avait été distribué à dix mille exemplaires, qui exigeait notamment: L'application des accords d'Evian. Des sanctions implacables est des dispositions réellement rigoureuses qui mettent hors d'état de nuire les massacreurs et leurs complices. Que la direction de la Régie reprenne à leur poste les Algé,rie:'!s libérés des prisons, en leur reconnaissant les avantages acquis. Le retour de ceux qui, ayant été déportés dans les camps d'Algérie, désirent revenir en France. Le retour aux deux mois de congés pour alle,r voir leur famille en Algérie. Les orateurs : Pierre Cadel (.C.F.T.CJ, Gérard Droiton (C.G.TJ et Charles Palant . (secrétaire général du M.R.A.P.) insistèrent sur l'aspect raciste des attentats commis en Algérie par l'O.A.S. . P IERRE CADEL insista sur le fait que « la haine des Algériens est basée sur la couleur de leur peau ». Pendant un certain temps l'O.A.s. tuait des commerçants ou des libéraux, coupables à ses yeux de mansuétude à l'égard des Algériens. Mais aujourd'hui on tue des femmes de ménage, voire des enfants, avec la complicité du pouvoir. Il faut savoir comment ça se passe en Algérie aujourd'hui : massacres systématiques, attentats lâches et odieux qui se succèdent en toute impunité. C'est le visage ouvert du fascisme avec son cortège raciste. Cela ne doit pas continuer sans que nous réagissions. Pierre Cadel affirma que « notre voix doit pOUVOir se faire entendre Il, et lança un appel à poursuivre l'action. GERARD DROITON montra que « le racisme, contraire au bon sens comme à la science est un instrument parmi beaucoup d'autres dont se serve:,!t les capitalistes pour instaurer ou maintenir leu.r domination. C'est sous le prétexte de « pacifier », de « civiliser » des peuples soi-disant arriérés qu'ont eu lieu, sans exception, les conquêtes coloniales, que depuis 100 à 150 ans des peuples entiers o,"/.t .été maintenus dans l'exclavage, l'ignorance et la misère la plus noire. « Et ceux qui les contraignent à vivre ainsi développent la théorie selon laquelle, ils se plaisent à vivre dans de telles conditions. C'est ça le racisme, dans toute son hypocrisie et son imbécillité ! « Ce poison, distillé goutte à goutte, a engendré le fascisme hitlérien. Ce qui se passe actuellement en Algérie recèle les mêmes odeurs ... » CHARLES PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., parlant des massacres d'Algérie déclara: « Les fascistes re."/.ouent ainsi avec les atrocités hitlé.riennes dont ils reprennent à la fois l'idéologie et les méthodes. Sous le masque hypocrite du faux patriotisme se développe une monstrueuse entreprise de terreur que les travailleurs se doivent de dénoncer et de combattre avec une vigueur sans faiblesse. « Le sang des A.lgériens massacres ,rejaillit sur l'hon"/.eur de notre peuple. Dans le monde entier, l'opinion est horrifiée par l'accumulation des crimes commis. Le peuple français a le devoir de terrasser l'entrep. rise de génocide des tueurs de l 'O.A.S. afin de ne pas avoir, un jour, à porter une responsabilité semblable à celle du peuple allemand après les chambres à gaz et les crématoires. « Quelle cruelle dérision : les fascistes se réclament du drapeau de la Fra"/.ce. Leurs c.'-imes sont ceux du nazisme ! « Ils se réclament de l 'oeuvre civilisatrice de la colonisation. Mais ils détruisent les hôpitaux et les cliniques ! « Ils se réclame."/.t de la culture. Mais ils incendient les écoles et tuent les écrivains, comme Ferraoun, honneur des lett::- es franco-algériennes ! « Ils invoquent la fraternité. Mais ils affament les quartiers algériens et tuent même sans pitié les Européens soupçonnés cJ.e vendre de la nour,"-iture aux musulmans. « Ils parlent d'i"7.tégrité française mais ils ruinent l'avenir des Français en Algérie et les chance~ de la coopération francoalgérienne. « Ils prétendent s'identifier à la France, mais ils font couler le sang des garço."/.s au contingent dont ils retardent, en outre, le retour dans les foyers ... « Il serait vain de dénoncer les crimes de l'O .A.S. sans prote3ter de toutes nos forces contre l'impunité dont jouisse,"/.t les tueurs ... ... « Travailleu,"-s ! le fascisme qui montre son vrai visage en Algérie à l'heure du cessez-le-feu et de l'autodétermination, est aussi la plus grande menace qui pèse sur la France elle-même. « Dire et prouver dans les ' faits notre solidarité agissante avec les travailleurs algé. riens est aujourd'hui notre double devoir

devoir d'humanité et de paix ; devoir

républicai"/., pour sauvegarder notre p"-opre liberté! » ... Avez-vous vos Bons de Soutien? En achetant des Bans de Soutien 1962 - que le M.R.A.P. vient d'éditer - vous joindrez l'utile à l'agréable j ca7 en apportant votre contribution à l'action anl'iraciste, vous aurez la possibilité de gagne'r l'un des nombreux lots offerts aux souscripteurs (voir la liste en page 2). Passez d'urgence votre commande au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs. Le carnet de lOBons de Soutie'n : 10 NF. POUR VOS VOYAGES EN U.R.S.S_ PAR AVION (en groupe ou OU PAR BATEAU individuel) \ BILLETS POUR TOUTES DESTINATIONS VACAN'CES EN BUNGALOW SUR LA COTE 15 jours de Paris à Paris : NF 405 ADRESSEZ-VOUS A D'AZUR L'Office de Voyages Lafayette 18, rue Bleue - PARIS (9') - PRO. 91-09 - Métro Cadet LOCATION POUR TOUS THEATRES Agence recommandée aux Amis du M.R.A.P. - LICENCE 423 De haut en bas : Une vue de la foule pe'ndant le meeting - Les différents orateurs

Pierre Cadel, Gérard Droiton et

Charles Palant. (Photos Elie Kagan) POUR VOS GALAS ET SPECTACLES LE TRIO FLAMENCO Les Gitanillos de Granada Danses, guitare, chant gitan (Artistes du Théâtre d'Art Gitan) José RENATO, B 13 Parc des Courtillières PANTIN (Seine) 10 Ce qu/ en dit 1/ auteur DANS une intelview accordée au journal « Le Monde» (du 9 juin 1962), Albert Memmi défend son « Portrait d'un Juif » contre les attaques dont il est l'objet_ Voici quelques importants extraits de cette interview, recueillie par Jacqueline Piatier: « C'est la première fois qu'un de mes livres suscite de telles réactions_ Portrait d'un Juif a été publié aux Etats-Unis en même temps qu'en France. Or je reçois depuis, dix à quinze lettres par jour, dont la plupart répètent comme u't leitmotiv : « Pourquoi avez-vous écrit de telles choses ? Mieux vaut n'en pas parler ». Et derrière ces reproches plane la crainte, exprimée ou non, d'un réveil de l'antisémitisme. - Il est certain que tout au . long de votre livre vous mettez l'accent sur la différence irréductible qui sépare le juif et le non-juif. Est-ce cela que vos lecteurs vous reprochent? . - Parmi les juifs qui appartienne.'tt aux classes aisées ou les immigrants de vieille souche, oui, quelques-uns ont l'impression que j'ai durci leur condition d'hommes séparés. Mais à tous les autres, les économiquement faibles, les transplantés d'hier, cette séparation saute aux yeux. Le malaise vient donc d'ailleurs. Il tient à mon sens, au ge.'tre que j'ai choisi, à ce que j'appelle le Portrait : une sorte de confession où mon expérience personnelle est constamment interprétée et généralisée. Si je m'étais caché sous le masque d'une fiction romanesque. les choses que j'ai dites auraient moins choqué. Mais moi-même, juif de Tunisie, j'ai voulu appréhender directeme.' tt ce drame. J'ai analysé sur moi ses effets et $es causes. Je pensais garder ainsi toute là palpitation de la vie et atteindre à la rigueur de l'essai. J'ai fait sur moi un travail de psychanalyse collective, et c'est ce que les gens ne supportent pas_ Je les force à une prise de conscience à laquelle ils répugnent. A la question si le juif est un homme qui se sent à part quoi qu'il advienne, l'auteur répond : (Suite page 11) Marc-André BLOCH •• 1 Professeur à la Faculté des Lettres de Caen lE DÉBAT « Un témoignage émouvant ... (ONTINIJE ••• une généralisation abusive » ( LE livre d'Albert Memmi, « Portrait d'un Juif » est un ouvrage qui suscite bien des passions. Le débat que nous avons ouvert le mois dernier à son sujet, par un article de Roger Ikor, se C'EST, à mon sens, un beau livre, c'est aussi un livre singulièrement discutable et irritant que ce Portrait d'un Juif d'Alberl Memmi. On en a déjà beaucoup parlé, dans Droit et Liberté et ailleurs ,- je le ferai à mon tour, sans rien abdiquer de la liberté d'appréciation qui appartient au lecteur, mais aussi avec l'estime que commandent, de toute manière, l'évidente sincérité et le courage intellectuel de l'auteur_ Celui-ci se défend, dès ses premières pages, d'avoir voulu faire oeuvre d'historien. Il n'en est pas moins vrai que tout le livre a pour fond de tableau une évocation puissonte du drame de l'histoire juive, définie comme ". une olerte continuelle, ponctuée d'effroyables cotastrophes », comme « une longue suite de persécutions, suivies de révoltes de plus en plus rares, elles-mêmes suivies d'écrasements » l'histoire en somme d'un long malheur, et d'un molheur tellement essentiel, tellement consubstontiel ou destin juif qu'au regord de cette permanente infortune toutes les différences, entre ses modolités et ses degrés, que pourrait être tenté d'étoblir un esprit plus nuancé apporaissent à Albert Memmi comme purement secondaires et pratiquement négligeables. Et c'est ici déjà que se manifeste ce pessimisme qui donne à l'ensemble du livre sc couleur, son accent de désespoir presque sans faille; c'est ici que le lecteur sera déjà tenté d'élever des objections, dont je m'abstiendrai pour ma part, parce qu'il me semble que le véritable intérêt de l'ouvrage est ailleurs : il est, comme son titre suffirait à l'indiquer, dans le « portrait» d'une âme juive, il est vrai particulièrement sensible et vulnérable, telle que l'ant façonnée ce passé et ce présent de malheur, la rumination douloureuse de ce malheur. C'est une sorte d'examen de' conscience, c'est une dénudation cruelle, sans complaisance, sans ménagement de sa prapre conscience de juif que nous offre, essentiellement, Albert Memmi ; et ici la critique perd - au moins momentanément - ses droits. De quel drait contesteraisje en effet qu'il a bien vécu ce qu'il se plait à appeler sa « judéité » telle qu'il nous la décrit? Je préfère, fût-ce dans les limites de ce court article, mettre au remettre sous les yeux du lecteur quelques éléments, qui m'ont particulièrement frappé, de cette description . C'est, par exemple, cette page où Memmi nous avoue avoir « toujours ressenti une enfantine et douloureuse stupé~action devant l'incompréhensible méchanceté des hommes )} (p. 282) ; cette autre page où s'exprime la douleur de l'exclu, du rejeté : « Avec quelle culture ? quelle aventure callective ? Qu'il aurait fait bon chaud de faire partie intégrante, définitive des institutians d'un pays, de ne pas se sentir, se découvrir constamment mis en question ! " (pp. 185 et 187). Et je voudrais citer encore, ne pouvant malheureusement allonger ce florilège : « Je ne crois pas m'être jamais vraiment réjoui d'être juif ; lorsque je pense à moi comme juif, ce que j'éveille aussitôt, c'est ce léger malaise qui m'envahit, toujours chaud, toujours vivace ... » (p. 25), ENCORE une fois, si le livre n'était que cette déchirante confession, si le livre n'était que ce cri, je ne vois pas ce qu'on pourrait lui objecter ; et je dirais même : qui, de ce cri, pourrait ne pas être ému ? Là où la critique reprend ses droits, c'est d'abord lorsque Albert Memmi cherche à se persuader, à nous persuader, comme il le fait incontestablement, que tout juif réagit à sa condition de juif, ne peut réagir à sa condition de juif que comme il y réagit luimême

lorsqu'il lance, contre celui qui pré-

(Suite page 11.) 1 poursuit dans ce numéro avec de nouveaux avis. Roger Ikor lui-mê· me précise sa position; M. Marc· André Bloch et le président Grunebaum ·Balin donnent la leur. Nous avons cru devoir apporter aussi la position du principal intéressé, l'auteur du livre, en publiant des extraits d'une interview accordée au journal « Le Monde ". Dans notre prochain numéro, MM. Henri Lévy-Bruhl, professeur honôraire à la Faculté de Droit, et $ Jacques Nantet ,écrivain catholique, participeront à ce débat. i~~ _ 192.168.254.42 _ ~w Roger IKOR point de , . precise son vue D ECIDEMMENT, je ne saurai jamais me faire comprendre, c'est-à-dire écrire! Barbusse note quelque part, à propos des livres sacrés, qui libèrent d'abord les hommes pour les écraser ensuite : « On écrit ce qu'on croit; puis on croit ce qui est écrit. » Est-ce parce que la formule m'a frappé très fort que je réagis trop fort contre le danger qu'elle dénonçe ? Est-ce par tempérament scrupuleux à l'excès, jusqu'à la maniaquerie? Peu importe. J'ai toujours un peu peur de ce que j'ai écrit moi-même, et qui me paraît toujours, après-coup, t@hir plus ou moins ma pensée. Dans le cas présent, peut-être parce que l'imprimé durcit mes phrases, peutêtre parce qu'un homme qüe j'èstime se trouve en cause, j'éprouve le besoin impérieux de nuancer l'article que j'ai consacré au courageux livre de Memmi, Portrait d'un Juif, dans le dernier numéro de Droit et Liberté. Dans cet article même, d'ailleurs, je confessais mon « embarras» : le problème soulevé par Memmi est en soi, et pour l'ensemble des hommes, de première importance; il intéresse les juifs au premier chef, et pour moi en particulier, il est essentiel. J'ai cru m'en tirer en ne livrant au public que les têtes de chapitre de ma réflexion. Je m'aperçois que, l'obscurité s'ajoutant à l'abrègement, une espèce de condamnation violente et sans nuances semble se dégager, qui est fort loin de ma pensée; du moins, mon article risque d'être compris de la sorte_ Tant pis si l'on m'accuse de me déjuger, ou de me contredire, ou si l'on raille . ma maladresse. J'obéis à l'honnêteté. Je veux d'abord souligner, ce que je n'avais pas fait suffisammnt, que Memmi évolue dans la même sphè~ spirituelle que moi : tout procès que je pèux lui faire se situe donc à l'intérieur d'une vision analogue du monde, qui d'ail!eurs est celle de tous. les antiracistes et de tous les libéraux par toute la terre, quelle que soit leur obédience secondaire. Il est vrai qu'une amère formule pourrait ruiner cet accord : « Seigneur, préservez-mJi de mes amis! »._. En particulier, j'approuve sans réserve le principe même qui a lancé Memmi dans son travail : le besoin absolu d'une vérité avec la~uelle on ne transige pas. Peu importe si l'on se trompe en chemin : la quête de la verité ne va pas sans la reconnaissance du droit à l'erreur_ Ce qui importe en revanche, c'est Qu'on n'essaie pas de ruser avec ce que l'on croit vrai; et surtout, qu'on ne subordonne jamais la recherche de la vérité à quelque utilité ou efficacité (ou prudence) que ce soit. Ce qui demeure caché dans l'ombre tend à pourrir et empoisonner tout l'être. Tout autant que Memmi, je crois à la médication par la lumière; ou en tout cas dans la lumière. Ceux qui me font l'honneur de connaître ma pensée savent que je ne cesse de le répéter : l'antisémitisme en particulier et le racisme en général sont des produits de l'ombre. La lumière seule, entendez la raison claire par opposition aux puissances troubles, obscures, viscérales de l'être, et notamment de l'être physique (yas par hasard que le racisme parle de « sang » et verse le sang), la. raison seule donc. courageusement appliquée, est capable de guérir; de guérir n0l1 par le raisonnement (un raciste qui consent à raisonner est un raciste qui commence à s'éclairer, - c'est bien le mot !), mais par l'évaporation des fantômes. Je disais dans mon premier article que la question juive n'existe pas: j'entendais qu'elle est un fantôme de l'ombre, et qu'on n'a jamais vu un faptôme au soleil. La première tâche de l'antiraciste, chaque fois qu'il aperçoit un noeud d'ombre, est donc d'y aller voir. Memmi a voulu aller voir : mon principal tort a été de ne .l'en point féliciter tout de suite. Sans doute cela allait~il de soi dans mon esprit. P OURT ANT, en dépit de mon accord intellectuel avec les intentions de Memmi et ses principes, je suis obligé de maintenir le mot de « révolte » que j'écrivais la dernière fois. Pourquoi? C'est ici que les choses deviennent difficiles à expliquer. Je suis pourtant contraint à l'ellipse, faute de place. Il me faudrait un livre entier. Le Président GRUNE8AUM-8ALLIN : Je disais en substance que présenter le juif « dans l'absolu» engage dans la voie du l"acisme; et je semblais laisser entendre que tel était le mouvement de Mcmll1i. Div_isons les choses pour _iarifier. « D'inquiétants aphorismes » CE que je Pense du livre de M. Memmi? Je pariage en,fièreillent l'avis de ceux de ses a~llis qu'il mentionne à la page .SI et qm protestaient véhémentement contre la publication d'un pareil livre. J'aurais beaucoup de choses à dire à l'appui de cette opi!~ion. Je me borne à regretter que Memmi, Ttmisien par sa nationalité , juif par son ascendance M sa religion, ait cru devoir enrichir la littérature antijuive par les arguments sortis de sa plume. Ce n'est pas, en effet, dans les écrits de Drumont, de Maurras et de leurs disciples, ce n'est pas dans Rivarol mais bien dans l'ouvrage d,e M. M emmi qu'on lit des aphorismes tels que ceux-ci : .- P. 75 : « Sur de très nombreux points le fuif est différent du non-jltif. » P. s6 : ... « L'ivrogne des jours de fête qui crie en pleine rue « Mort au:t" juifs » exprime souvent la pensée profonde des passants qui rient. » P. 166 : « Il me paraît difficile que le non-juif n'accuse pas le juif» (autrement dit, tous les non-juifs sont obligatoirement et mûversellement anti-juifs)_ P. 184 : « Le juif se trouve, dans une certaine mesure, hors de la communauté nationale. » Je poulTais notablement prolonger cette liste de citations ... que fe m'abstiens de qualifier. M. Memmi a bhléficié de la lar.qe publicité que procurent le fait d'ê,tre édité che::: Gallimard et la Télévision. Il a connu des critiqnes littéraires élogieuses. L'un des auteurs de ces cl'itiques écrit à propos de lui : « Il tient à préciser dès son titre les limites de son propos »; el cet auteur ajoute qu'il s'a.qit d'tin autoportrait. Or ceci n'est pas e;mct, car M. Memmi, tout en se gardant d'intituler son livre

« Portrait d'un jttif tuni.hen »,

ott encore « Portrait d'un certain juif fUft'isien », a choisi comme titre « Portrait d'ttn !ttif ». Et il affirme « qu'il exis,te ttne condition fondamentalement commune aux juifs, qu'on peut parler d'ttne condition juive ». (c'est lui qui souligne ces deux mots). Meml11i ne considère certes pas le juif comme un absolu, puisqu'au contraire il désigne, comme produit par l'environnement historique et géographique, le portrait qu'il trace de lui. Mais il reste attaché par sentiment à la communauté juive en tant que communauté. En d'autres termes, non seulement il décrit les « différences » existantes entre juifs et non-juifs, mais il est enclin à maintenir la différence - par sentiment, je le répète. Que ce sentiment soit respectable est un autre affaire. Je me sers en ée moment de ma seule raison pour affirmer avec la plus extrême énergie, avec la quasi-certitude d'être dans le vrai, qu'une communauté qui ne se foncle ni sur la frontière religiet1se, ni sur la frontière nationale est nécessairement portée à se retrancher derrière la frontière de la race, c'est-à-dire à condamner par principe le mariage mixte. Je rappelle à ce propos que l'évolution biologique est « buissonnante » et « diyergente », c'est-à-dire que les races sont constamment à l'état de sollicitation devant nous (et non dans notre passé), que toute ségrégation s'inscrit donc dans la ligne de l'évolution biologique naturelle, et que le prpgrès humain consiste justement à faire appel à la morale pour contrecarrer ce penchant naturel. Nous sommes là au noeud le plus central de notre condition, appelés comme membres d'une communauté à la maintenir et par conséquent à la séparer des autres. mais comme individus à revendiquer notre liberté au nom de cette morale même qui fonde véritablement, comme je le disais à l'instant, le progrès humain. Et bi("n sû r, étant à la fois l'un et l'autre, chacun d'entre nous tend à trouver son équilibre propre. L'ess..entiel à mes veux est que l'emporte néanmoins le désir individuel d'union, que marque si bien la raison universelle, sur la rétraction naturelle que nous impose notre appartenance à notre communauté à travers nos entrailles, c'est-à-dire notre affectivité. C'est ce type-là d'équilibre qui, d'ailleurs me paraît définir l'esprit de gauche. ' Mon exact reproche à Memmi, c'est de trop céder à son affectivité. Ecorché com111(" nous le sommes tous, il dépend davantage de sa douleur et de la nostalgie communautaire que de ce que lui dicte sa raison. Allons, pourquoi ne l'avouerais-je pas? Agar et les Eaux Mêlées traitent le même sujet; leurs auteurs ont même opinion sur le fond du problème. Mais Agar finit mal, et les Eaux Mêlées bien. . Tout, je crois, s'explique ainsi. --- -- -- -- --


- ------------------------------------------------------------------~---- -- ---- 11 ------

Le Concile oecuménique et l'antisémitisme d'origine religieuse Une visite a" EN automne 1962, le pape Jean XXIII" r éunira un concil'e pour l'unité des églises chrétiennes. A l'occasion d'une assemblée au ca· ractère purement religieux, fallaitil soul,ever le problème de l'antisé· mitisme ? Je suis allée poser la question à l'historien, M. Jules Isaac qui par la plume, et par la parole, lutte depuis vingt ans pour extirper de l'enseignement chrétien ses racines antisémites. Aixois d'adoption com· me moi, M. Isaac habite sur une hauteur dominant la ville au fond d'un jardin vert et Heuri. Alité, il a consenti à recevoir une envoyée du M.R.A.P. Il a 85 ans et plus de vitalité que 'Men des jeunes gens. De ses oreillers, il braque un regard vif et dominateur sur une mer de papiers. Son visage est frais et ses joues sont roses. Tout à la fois l'air d'un inre,llectuel et d'un paysan normand. Son regard aigu fouille le mien : - Que ~'oulf'.~-vo1fS sm'oir? - Ce que \'OUS pensez le l'intervention dcs organisations j ui ves au concile. qn m'a plusieurs fois cfemandé : « Qu'y vIennent faire les juifs puisqu'ils nient la divinité du Christ? » Les grands problèmes ag-ités seront, me semble-t-il, religieux et non raciaux? TI se redresse fougueuscment - E1I matière d'lIl1tiséll/i,tisme, tout sc tient, race et reli.qion. Les juifs Ollt été fl.erséclllés an nO/11 d'nn chrislianisll/e postérieur à la vie ct à l'enseigllemeut de Jésus. Le fossé s'est crel/sé à partir du tiers du pre1llier siècle. Allparava~~t, le christianisme apparaissait comme ~me r,eligion judéo-chrétienne. - Pourtant l'antisémitisme n'a pas que des racines chrétiennes. l'enscignement chrétien, connu sous le nom des Dix Points de Seelisberg-. - Ces Dix Points, je suis allé les porter ail Pape Pic XfI, salis résultais, dit J saac. Mais cet esprit ccimbattif ne s'est pas découragé pour autant. C'est l'homme de sa cause; Il la vit COlllllle un myst iquc sa foi. Sa femme et sa fi lle sont mortes en déportation. - Il s'a.qit d'un Iraz'ail de longl/e haleine au seill des ('srri.fs. Rieu des .prêtres et des rcli.qiell_t: sc sOlll ralliés à mali point de 7'l/e_ .'-1 Seelisbcrq, i'lIi com'erli le l'ère Déll/aml. Le 1110t converti claque sec. Oui, i\I. J saac est bien un apôtre. Sa rencontre avec le Père Démann, religieux de la congrégation de NotreDame clc Sion qui groupe beaucoup de juifs devenus catholiques, fut pour lui par Nicole de BOISANGER une ioie et l'origine d'une grande ~mitié. Dans une brochure récentc, le pèrc appelle les juifs ses : « Frères Séparés ». Depuis 1948, il dirige les Calliers Siolliells. destinés ;l rapprocher judaïsl1le et christianisme. - C'est Mgr de Proz'cl1c/z(:res qui {/ préfacé l'ouvrage du. père Dhnal/I/, « LA CATECHESE ET LE PEUPLFi DE LA BIBLE ». En 1960, on. '/Joit pour la pr.emière fois dans l'histoire de l'Eqlise (dtt moins dans cet esprit) - ie cite mon mni Démann - Ul/. évêque le cardinal Liénart, consacrer son ma~dement de Carême à « La cOllscience chrétienne et la question juive ». Iules ISAAC j'en rcviens au concile quc son {eu, sa foi m'al'aicnt fait oublier. - .le sllis rclol/rll(~ il Rome eu T960 11Ie dit-i l. l'\' ai 7'11 J(,lIl1 XX[J[ et le car~ dillal Heu lflli diri.r!c le sccrétariat du cOllcilc. l'm'ais ajforlt- 1111 II/huoirl' cl d!'s dOCIli/H'nls. - N'y a-t- il pas eu un ou plusieurs mellloranda adressés par Ics représentants d'organi sa tions juivcs? - Ol/i. biell slÎr. 1:11 07'(':::-7'011.\' 111 cl qll'rll /'CIISC::: -ZJOIIS! - l'a i vu un texte récent qui émanait dn Congrès Juif i\ londial et (l'autres organis11lcs représentatifs. Tl est réCel1llllent parvenu ail Vatican. Les Dix l'(}ints cie Seelisberg- posa lt::nt c];urel1lellt Ics hases d'ul1c réf 01-- 1110 qui s'impuse rappel cr que Jésus était de mère juive. quc ses apôtres et scs pren.liers I~lartyrs lc furcnt aussi, (Ille le premier precepte de la doctrine chrét ienne. c 'est l'alllour de Dieu et du Prochain, .~a!lS qu'il y. ait tin Prochain spéCial, dll ferent, quoI de plus évident! f-J él:t~, après des considérations sur les Droi ts de l'Homllle et du j ui f, hOlllllle comme les autres, lc mémorandum en question escamote ell trois lignes asscz obscures la réforme du catéchisme et des textes liturgiques pour faire Jong-uc ment l'éloge du Souvcrain Ponti fc. - CI/ lexie 'III édiocrc. dit Tsaac. Pel/ ill//'orle. };ÙI/I'orlal/t, c'est d'el/Ir.etenir des rarpo'r,is conslal/ls el l'ersol/l1els II1'CC le Vatican. - Espérez-vous que le concilc apportera cles résultats importants à votre action? JI rit -. V01lS n'ove::: aucune patienoe. An concile, tme sous-commission officiel/se étudie les problèmes juifs. Elle existe. (Oill/llf' IIIC l'a dil rh,ell/l/1elll '//11 évêquc H·.\' al/rail-il qn'uu seul résullal, la créa~ 110// de la sOIlS-colIl/l/issiol/. cc serail d,;ià cO I/.I'id,;roblc. FI rllis, des observaIl'lIrs illifs assislerollt al/x débals. - l'aurais préféré une discus5ion sur les points de Seelisherg-. L'apr,tre est aussi un hOlllme de bon scns. - f I Seel isb erg , il 3' a1'ilil al/ssi des proles/allis. N'oublie::: ras que le coI/ci/A? est cot/.Voquê par le clief de l'éqlise catllOlùf// e. . Re~ste un pOint toujour ~ g('nant : l'inéyitable confusion entre problèmes raciaux et religieux. Je songe au grand rahblll cl'Anglcterre, Hrodie. li demanda qllel rôle pou\'aient bien jouer les juifs dans ulle ~sselllhléc qlli tenait pour dogme la divinité du Christ. - Seuls les 1·é.l'IIllals complenl, me répond le jeunc, toujours plus jeune Isaac. - Et J sraël? Qu'en pense Tsraël? , Tsraël pense aussi qu'il faut participer il toute manifestation contrc l'anti sémitisme. - ',ise:::, Madame; lisez bcal/collp. Je l'l'OIS qu'cI/suite VOliS rCl/sere::: COll/WC 1IIoi. Frêlc et vivant COlllllle un esprit sans corps, l'apôtre me contemple du haut de sa foi qui l'a fortifié. fi bai sse le !lez sur la mer de papiers qUI sllbmerge ~o n lit. i\1. Isaac commande sa science cOlllme un capitaine son navlrc. Il tmverse ma vie avec son étiquettc

un dcs rares hommes que j'ai

entendu parler en connaissance 'de cause. Mais il relève la tête. Il a encore changé

son expression est rêveuse.

- V OtlS écrive::: des romans. Je vous comprends. J'ai le p1'oiet d'1H1e histoire tout à fait imaginaire. ri mc sourit d'un sourire un peu moqueur, et me signale que je n'ai pas attentivement lu son oeuvre. Depuis bientôt deux mille ans, on enseig-ne aux petits chrétiens que les juifs sont un peuple déicide. réprouvé et mal\.dit par le Seigneur lui -·:'C1lle. Or qui condamna Jésus à mon sinon le procureur rOll/ain Pilate? Qui le livra? Peut-êtrc certains membl-es du Sanhédrin, oligarchie sacerdotale et laïque asservie à ROllle est cléI, es,tée du peuple jlûf. Un témoignage , emouvant - Del/X ?/Iilléllaires d'tin enseigl!ement clu mépris Ollt profondément marqué les a.quostiqnes eux-mêmes, élevés daus la civilisalion clirélie1'11le. Des idéologies aussi autichrétieulles que le racisme nazi exploitenl la 1,ieille hostilité chrélieu'lle cOlllre les jllifs_ TOll,fes les intervelllious - écrils, colloql/es judéo-chrétieus. démarches al/près des autorilés reliqieuses SOllt dOliC IIliles. Je l'ai 'ré pété da/ls !/lOn oenvre: tOI//e ll/tte efficace contre l'a/l.lisémitisIlIC rassc par ulle -réforme de l' cllseiq llemelll chrélien. De cette lutte, 11. l saac a été l'un des propagandi stes les plus acti fs. Je l'interroge sur un épisode qui eut un grand retentissement le congrès international de Seelisberg réuni en 1947 quî s'entendît sur un programme de réforme de (Suite de la page 10) tend y réagir autrement, l'accusatian de mauvo,ise foi , lorsqu'il /extrapole, 110n sens que lque naïveté, de lui-même aux aut res, et que son « portrait d' un juif » - tout à. fait valable à ce titre - devient le portrai t du juif. Mais il y a plus grave: il y a que, s'interrogeant sur les causes de ce rejet, de cet ostracisme, de cette sol itude dont il souffre, dont il semble bien avoir souffert plus que juif au monde, il en vient à. examiner les raisons par lesquel les l'antisémite prétend justifier son « refus du juif », l'accusation multiforme dont sont l'objet sa « figure biologique », sa « figure économique » C'est, vrai ou supposé, « l'amour juif du gain JO), sa figure culturelle, sa figure politique (c'est le thème du V' juif apatride », et quelques autres .. . l. Je ne puis entrer dans les détails de cet examen, mais ce qu'il me fout bien constater, c'est que, si ces critiques sont le plus souvent rejetées et réfutées, si Memmi n'a guère de peine à montrer, après bien d'autres, leur outrance, leur défaut de validité générale, ou encore leur carac- CEXPRESS ses pages pol i tiques sa partie magazine v.ous offre les meil leures c ritiq ues litté raires, cinématographiques ses reportagEllS et ses enquêtes les pages féminines de « Mme EXPRESS » BULLETIN D'ABONNEMENT et théâ t ra les Cà renvoyer à « L'EXPRESS», 29, rue de Marignan, Paris-8e M. Profession adresse désire souscrire un a bonnement à « L'EXPRESS » au prix de Fronce et Communa uté 60 NF Etudia nts, mili ta ires 40 NF Etranger 70 NF (Et udiants 50 NF) tère souvent contradictoire (le juif homme d'argent, par exemple, et le jui f ferment d'anarchie, de désordre et de révolution), il ne laisse pas cependant de s'en montrer aussî et p: ofondément troublé. Il est significatif que l'expression « tout n'est pas faux dans cette accusation » revienne à maintes reprises sous sa plume. De là l'impression trouble, ambigüe, équivoque que laisse dans l'esprit du lecteur toute cette partie du livre, où l'antiraciste, mais aussi l'antisémite peuvent également trouver - ou ne pas trouver - leur compte. Q UE l'on nous entende bien : nous admirons cet effort de lucidité à tout prix. NOlJs ne reprocherons même pas à Albert Memmi d'avoir, certainement contre son gré, mais cependant el'! pleine conscience, couru, assumé le ri sque d'apporter souvent de l'eau au moulin de l'anti sémite. Si le respect de la vérité l'eût exigé, il faudrait au contraire l'en féliciter' et l'en remercier: d'autres juifs éminents - je pense, parmi d'autres, à Freud, que notre auteur cite souvent - nous ont appris à la regarder en face, jusque dans ses aspects les plus déplaisants. Seulement, s'agissant d'un problème aussi complexe, et dans la solution duquel la subjectivité a nécessa irement une si grande part, que celui de la valeur de l'homme juif, de ses qualités humaines et de ses défauts, qui peut se vanter de posséder la vérité, toute la vérité? Celle que Memmi croit avoir appréhendée me paraît souvent poussée au noir, qui est la couleur de son tempérament et -de son humeur. Mais écoutons-le plu1'Ôt nous confesser lui même, dans un passage bien émouvant de son livre (pp. 60 e t 62) que « la manière dont il a vécu l'accusat ion » lui a littéra lement « empoisonné l'ôme », en l'amenant à douter, « en face de lui -même, de sa parfaite innocence » ! L'homme juif serait-il donc plus coupable, plus « mauvais » qu'un autre ? Ceci, Memmi ne nol,;S le dit pas, et sans doute ne le pense - t -il pas. Mais il reste qu'une volonté éperdue d'objectivité l'a amené, par crointe des illusions trop flatteuses et trop complaisantes que chacun se fait si aisément SUr lui-même, à mettre l'accent sur les ombres plutôt que sur les lumières et qu'il faut attendre la toute dernière partie du livre - et la plus brève - pour qu'apP:Jraissent enfin auss i, mais si mal préparée, la grandeur du peup!e juif, de son héritage culturel et de son destin, et quant à son avenir, une lueur d'espérance au bC'ut du tunnel. En bref, il y a chez Albert Memmi beaucoup de masochisme mais pourquoi insister, pui squ'il est le premier, avec la franchise et l'intrépidité intellectuelle qui lui son t habituelles, à le reconnaître? Que l'on ne cherche donc pas dans son livre tout ce qu'il a cru, il est vrai, y mettre : un « portrait » complet, juste et équilibré du juif! Mais qu'on y trouve un témoignage, sing~lièrement beau et profond, de ce que peut être chez un juif le drame éternel de la conscience. malheureuse ! Ce témoignage, nous savons bien que la passion s'en emparera, le déformera et l'exploitera

mais peu importe! Accueillonsle

plutôt avec le respect et la gratitude que mérite son exceptionnelle authenticité ! M.-A. BLOCH. Ce qu/ en dit 1/ auteur (SUITE DE LA PAGE 10.) - Oui, pour des :raisons qui viennent de l 'extérieur, c'est-à-dire des idées que les autres se font de lui, et pour des raisons qui tiennent à lui, à son héritage culturel, entre autres, que sa ségrégation a justement contribué à mainte.-.zir. - Et que vous ne voulez pas lui voir abandonner? - Ah ! non. pourquoi serail-il le seul à devoir renoncer à lui-même ? Tenez, par exemple, il est certain que le juif n'est pas différent biologiqueme:'!t ; il n'y a pas de type juif, ni physique ni intellectuel. Mais, comme il est le plus souvent (( une personne déplacée » au sein des autres peuples, il apparaît phYSiquement différent. D'où le mythe. Il n'y a pas à nier cette différence ni toutes les autres. Il faut en p."endre conscie."lce, l 'accepter. C'est le premier pas à accomplir si l'on veut échapper au malheur d'être juif. - Vous ne concevez pas ce malheur comme éternel ? - Bien au contraire, puisque je montre que ce sont des conditions socio-historiques - donc modifiiables - qui le créent et non pOint des impératifs théologiques. Mon liv.re est une protestatio."l contre la métaphysique de la question juive. En l 'écrivant j'ai aspiré à me guérir et à guérir en même temps mes congénères. Les autres aussi. 12 LU - V'U • ENTENDU lE ~ CIMlEMA ~ par GUU LACOMBE Du Tibesti au Le Cercle France-Afrique pr-!oelltaH, l' autre soir, au Musée de l'Homme, trois films consacrés à différ ents aspe::ts de la vie et, de la cult,ure africaines. Des entants el la Buerre LE Comité Maurice Audin, qui continue de mener une courageuse campagne contre la torture et pour le respect de la dignité humaine~ présentaIt le mols dernier quatre fi lms qUi avalent en commun le dessein de dénoncer les guerres d'oppression raciales et coloniales dans ce qu'elles ont de plus odieux: la persécution des enfan ts. Les deux premiers fi lms s'intit ulent: « J 'ai huit ans Il et « Les papillons ne volent pas ici », et leurs auteurs sont très différents par leurs origines nationales, puisque les uns sont Français et les autres Tchécoslovaques. Mals ils procèdent ~u même esprit pour exprimer la pensee d'une enfance martyre: ils utilisent les dessins d'enfants, témoignages douloureux et naïfs d'une certaine actualité. Les premiers sont des enfants algériens, orphelins, fuyant leurs mechtas dévastées ; les seconds des enfants juifs tchécoslovaques, Avez .. vous vos Bons de Soutien? Voici ce que vous pouvez gagner avec 1 NF ••• Les Bons de Soutien 1962, édi tés récemmen t pa r le M.R,A.P. donnent le droit oux sousc ripteurs de partici per à un t irage qui permet la distributi on de nambreux lats. immolés dans la nuit concentrationnaire de Terézin, sur l'autel du racisme le plus bestial que notre époque ait connu. Les dessins des petits Algériens, âgés de hUIt à douze ans, reflètent durement l'horreur qu'ils ont vécue. Attaques de villages au rockett et au napalm, mort des parents, enlèvement des frères ; des taches de sang ponctuent les dessins, sous un feu d'ar titïce de balles traçantes. Ils mon t rent aussi leur fuite vers une terre de paix, à t ravers les barbelés de la ligne Morice, derrière lesquels ils trouvent une terre que laboure un fellah et qu'illumine un joyeux soleil, immense et démesuré comme leur soif de vivr e. Le même soleil inonde les dessins des enfants de Terézin. Malheureusement, ils ne furent que cinq cen ts, sur quinze mille à le retrouver . Ces enfants ne connaissent rien de la guerre, aussi n'expriment-ils que le regret du temps passé: la belle vie libre, qu'ils entrevoyaient à travers les grillages du camp, et d'interminables chemins conduisant à la maison où, naguère, ils vivaient heureux. Parfois des monstres hideux, s 'attaquant à des princesses parées de mille feux, apparaissent, traduisant l'angOisse et la terreur qui les enveloppaient et les meurtrissaient. Les deux autres films, réalisés par des Algériens, sous la forme de films d'amateurs, sont l'amorce d'un futur cinéma algérien, marqué par la longue lutte pour l'indépendance. « Yasmina » est un récit vécu par une jeune fille algérienne, accompagnée de sa mère et de ses frères, pendant leur existence dans un cent re d'hébergement tunisien, en attendant la possibilité de regagner et de reconstruire leur douar . « La Voix du Peuple » a pour héros les combattants de l'A.L.N. La présentation des soldats, de leurs rapports entre eux et avec leurs chefs insiste sur le côté pop Ulaire et fraternel de cette armée souterraine, qui pendant la dure vie du maquisard, pense déjà à. l'avenir. Le récit se déroule avec une croissante intensité, jusqu'au combat final dans le bled, ponctué par les manifestations de la Casbah montrant qu'il s'agit là de la lutte de tôut un peuple. pays Boshiman « Tibesti secret )) a été r -:alisé par MaxYves Brandily. C'est un film e_nnographique retraçant la vie d 'uni! peuplade nomade de cette contrée déserti lue : _es 'l'edas. Dans un paysage lunaire de ~able et de pierres noires parseme ra re.llent d' épines et de quelques palmier ,; tJlotti3 au cr eux d 'un r a vin, à proxÎlTIl Lé d 'une mare, vivent trustement, le,; re .. r ~sentants de ces peuplades sa'hal'lennes qUI frappent par la majesté et la fierté LI e) leurs attitudes. Drapées de noir, parfoi,; d'or et d'incarnat, les femme,; vaquem lentement aux soins ménagers. La vanner ie, la fabrication de bâts pour les chameaux, l'attente infinie de l'eau, source de vie a u plein sells du terme, constituenl les occupations essentielles des Tédas. La cueillette des da ttes apporte le remueménage a nnuel qui seul perturbe l 'uniformité de leur existence. Le soir, une mUSique insinua nte enr oule ses ara:besques autour des cases, faites de feuilles et de tiges de palmiers ... J ean Rouch a r éalisé ·un court-métrage pOUl' la T .V . sur la r eprésentation de3 Ballets du Niger , au Théâtre des Na:t:ons. Il nous fut présenté. Les danses sont belles et montrent la diversité des traditions nigériennes. Les gros-plans qu ' aff e ~ tionnent les réalisateurs de télévision, favorisent la compréhension de pas parfois trè3 complexes, rythmés par des ( tambours » d 'une vélocité extra'Ordinaire. Enfin, Yona Friedman nous offrit « Celui qui ne regarde pas en a r rière )), légende africaine, animée par le talentueux crayon de Denise Chauvein. Une série de contes à épisodes multiples, tels que seuls les Africains savent nous les narrer et que Blaise Cendrars sut si parfaitement nous transmettre, relate l'histoire de la naissance et de la disparition des Gabouloukous. Les péripéties innombrables de cette fresque brassent avec humour un monde à la: fois merveilleux et très réaliste, en un mot, délicieusement poétique. Les personnages sont stylisés en un graphisme qui r etrouve les contours des gravures et sculptures africaines. Tous masqués comme les danseurs boshimans, chez lesquels sont nées ces légendes, les êtres évoluent sur un rythme sa'Ccadé, imprimé C'est une tapisserie de Bayeux animée racontant une chanson de geste afri caine. On ne peut que souhaiter vivement la programmation de ce film dans le circuit commercial. MONTE-CARLO v.o. 52, Cham ps-Elysées PARIS LE FILM LE PLUS APPLAUDI AU FESTIVAL DE CANNES Le monde comique de HAROLD LLOYD Prod , Harold Lloyd Prod. Ass , Jack Murphy Mus. de Wolter Scharf Columbia "' -- #"_-~- Lisez la nouvelle revue du cinéma : L'ECRAN

  • AU SOMMAIRE

du numéro 1 : Ce que vous devez savoir sur les deux films a nt iraciste,s : « COME BACK AFRI'CA » « WEST SI DE STORY .» • LE NUMERO : 2,50 NF 5 NUMEROS : 11 NF NOM Ad resse Ci-joint .. .. ........ .. .. .. ...... NF Bon à d écoupe r Correspondance et règlement à : Sté Cinéma Studio 43, 43, rue du Fg Montmartre, Paris-g.. Tél. PRO. 63-40 . C.C.P_ 367~. Cette année les tets sont pa rtic ul iè~ement impo rta nts. En voici un ape rçu : • UNE CAMERA Bell Howell et UN PROJECTEUR Zeiss- Ikon (va leur 2.400 NF). LES 41XT~ LE DÉJEUNER SUR L'HERBE • PLUSIEURS GRANDS En Afrique Noire; En Israël ; En Tchécos!ovaquie. VOYAGES • UN TELEVISEUR SCHNEIDER. • UN COLLIER DE PERLES (a vec fermoir ar et brillants), • UN COMBINE radio-électrophone . • DES BONS D'ACHAT · au Marc hjé Saint - Pierre et aux Gal e ries Lafa yet te. • UN COSTUME sur mesures. • UN TRAIN DE PNEUS pour « Dauphine » . • UN CANOT .PNEUMATIQUE. Etc., etc. Au total, plus de cinq cents cad8aux qui sont à votre portée ... que va us pouvez gagner - tout en a pportant votre contribu t ion si nécessaire à la lutte anti raciste poursuivie par le M.R.A.P. Dema ndez - nous d ' urgence des Bons de Sauti , n pour vous .. et pour vos omis. Le cornet de 10 Bons: 10 NF. (Adresser les commandes ou M.R.A.P., 30, rue des J eûneurs, Poris- 2". C.c.P. « Droi! et Li berté » , 607 0 -98 Paris. HAUSSMANN .. RAINCOAT Direc tion Marc SCHAFIER 14, bd Haussmann - PARTS-9' (Métro Richelieu-Dl'ouot) GRAND CHOIX MANTEAUX - PARDESSUS IMPERS Popeline - Tergal Hommes e t Dames COSTUMES D' ETE IMPORTANTE VARIETE DE TISSUS POUR COMPLETS A VOS MESURES PRIX TRES ETUDI ES 10 'J'o de r emise sur prix marqués sur présentation de la carte du M.R.A.P. par Chll AROnsOn A la Galerie Louise Le iri s, nous avons vu 27 peintures et 60 des s ins de Pablo Pica sso. J oi nts aux 78 autres dessins réunis en méme temps à la Galer ie du Passe ur, ils seront re produits dans une monographie des « Editions du Cerc le d'Art ), sous le titre « Les déjeu ne rs de Picasso ». Il est évident que paur cette nouve lle oeuvre admirable, Picasso a pris pour thème le chef-d'oeuvre de Manet « Le déjeu ner sur l'herbe », actuellement ou Musée de l'impressionisme. On se rappe lle la précédente exposition à. la Galerie Louise Leiris, consa c rée à la sé rie de tableaux et dess ins de Pica sso, sous le titre t" Les Menines » , suggé ré par le chef- d'oeuvre de Yelasquez au Musée de Prado. L'on t rouve souvent dans l'oe uvre de Pica sso, et surtout da ns ses dess ins, des rémini scences de l'art des temps passés : l'a rt préhis torique d'Altamira , les a rts pri mitifs, l'art c lassique grec, l'a rt ibé rique, le dessin baroque de Rubens et le class icisme de Pouss in, Cranach et Yelasquez . Et voilà que Picasso entame un d ialogue a vec les maîtres du XIX' s iècl e : De lacroix, Ingres, Courbet, Mane t. Mois ces réminiscences se rvent à Picasso seulement comme tremplin, pour crée r une oeuvre entiè re ment de son invention personnelle, orig ina le. Pour son chef- d'oe uvre « Le dé jeuner sur l'he rbe » , Manet a vait Rris le t hème du fameux tableau de Giorgione « Le concert champêtre » , du Musée du Louvre. Mais ou romantisme de Giorgione, Manet substitua "on réalisme lumineux, un paysa ge ensolei llé qui annonce le plein air. Et ce la révo lta la bourgeo isie pud ibonde et conventionnelle de 1 862 contre cette oeuvre capita le de Manet . Mois Picassa a pris du chef-d'oeuvre de Manet le thème seul de la composit ion ; de tous les a utres é léments du tableau il ne reste nui te trace chez Picasso. Ses personnages n'ont rien de commun avec ceux de Manet : par leur déformation essentie lle, les personnages de Manet deviennent abso lument picassiens. Pica sso transfigure la réalité de Manet en vision surréaliste. de PICASSO Le véhicule de cette vIs ion est toujours le prod igieux dess in inventif et austère, ce dess in où se confondent le tragique, le ca uchemar, la métaphore, le sarcasme, l'obsession é rotique, le concret du songe. Le trait, la ligne est touj ours l'idée initiale de sa peinture. Il y a dans la peinture de Picasso une charpe nte, une structure cachée. Ainsi l' imagination créatrice de l'artis te puise aux deux sources : la vie mouvementée ambiante et les oeuvres d'art du passé . La dexté rité manuelle de Picasso n'entrave pas son é lan vers les nouve lles conquêtes créatri ces. Dons la pe inture exposée, prédomine le ve rt lumineux, le blanc de zinc avec les compléme ntaires de bleu, de noir, d'ocre brun des arbres d'une forme schématique. La limpidité e t l'éclot de la matiè re sont d'un ,éduction fascinante. C'est peut-être pou r la premiè re rois que le paysage de Picasso chante a vec une telle c larté et une telle allégresse. On pense devant ces tableaux aux « Baigneuses » de Cezanne et sans doute Picasso a - t - il interrogé les grandes compos itions du maître d'Ai x- enProvence. Pourtant, dans son tableau « Le déjeuner sur l' herbe· », Picasso affirme pui ssamment sa personnalité, comme dans les meilleures de ses oeuvres. Il paraît que, à part ces 27 tab!eaux et 138 dessins exposés, Picasso a créé entre 1960 et 1961, Sur le même thème, vingt autres toiles et de nombreux dess in s. En dépit de son âge, Picasso fait la preu ve d'un labeur juvénile, d' une spontanéité, d'une verve créatrice qui forcent l'admi rotion du monde des arts. Mais cette oeuvre est empreinte d 'un plOfond humanisme et, à la fois, d'un appe l à la vie, au seuil de la nature resplendissan te . Fidè le à lui-même, Picasso exprime ainsi les a spirations les plus humaines de notre temps. Les aquarelles de TERESCHKOVIJCH LES 21 aquarelles de Tereschkovitch, exposées actuellement à la Galerie p etridès, doivent servir aux lithographies colorées qui illustreront le livre de François Petri « Les princes du sang ». Tereschkovitch atteste ici dès rares qualités coloristes que nous avons appréciées dans sa peinture à l'huile. La peinture à l'huile permet des empâtements successifs, des retouches multipliées, des teintes superposées. L'aquarelle demande une exécution rapide, une touche légère, preste, comme d'un seul jet. Dans cet esprit, Tereschkovitch pratique son aquarelle et nous séduit par un subtil jeu de blanc et de teintes, par sa touche fine et preste. Je suppose qu'il n'est pas étranger aux aquarelles de Paul Signac et de Jongkind. Cependant, Tereschkovitch affirme dans ses aquarelles une écriture très personnelle, une distinction et une élégance supérieures. Depuis des années, Tereschkovitch manüeste un penchant pour les courses de chevaux. La foule, les jockeys, les turfistes, les propriétaires d'écuries lui sont familiers et il les observe d'un oeil aigu et amusé. Mais ces scènes bien connues, il les transpose dans un climat enchanté de fête, de joie, d 'allégresse, au moyen de jeux de touches scintillantes et fines d 'une rare saveur. Pour cet artiste, la peinture doit être une fête de la couleur, comme le voulait Eugène Delacroix. Telle nous apparaît l'aquarelle de Tereschkovitch. Pour lui, le dessin est le véhicule de son aquarelle. Le dessin cursif, aigu de ses chevaux en plein élan, d 'une nervosité solide, avec quel éclat la couleur rend-elle la peau luisante des bêtes! Là, il convient de louer surtout la luminosité vibrante, fulgurante de la couleur qui crée l'espace de rêve, dans un halo poétique. Les galop des chevaux dans l'air tranSparent devient une féérie, proche des miniatures persanes. Cette exposition place Tereschkovitch parmi les maitres de l'aquarelle contemporaine. Les amateurs de la belle aquarelle trouveront ici la raison d'un haute délectatiOlT: (Galerie Petridès, 53, rue La Boétie, Paris- S'). 13 --;---- Le Prix de la Fraternité ROBERT MERLE est le .sixième lauréat du Prix de la Fraternité, fondé en 1955 à la suite d'une décision adoptée à la Journée Nationa le contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. La décision du Jury, rendue publique le 12 juin, est ainsi rédigée : Le Prix de la Fraternité est décerné à M. Robert Merle pour son roman « L'ILE » . Avec un grand talent et sous une forme particulièrement heureuse, cet écrivain a su, à travers un récit des plus attachant, faire apparaître les fondements sordides du racisme et la nocivité des haines qu'il engendre

il souligne de façon convaincante

le devoir de s'opposer à ce fléau, pour assurer à toute société une existence véritablement humaine. Cette oeuvre qualifiait d'autant plus son auteur pour l'attribution du Prix, qu'elle est publiée après d'autres ouvrages tels que : « W eekEnd à Zuydecoote » et « La mort est mon métier », exprimant dans un contexte différent, les mêmes sentiments généreux. Bien d'autres ouvrages qui mentaient éf!.alement d'être récompensés, ont été examinés. A tout le moins, dans d'autres domaines culturels, le jury tient à mentionner : - Un film: « L'ENCLOS », d'Armand Gatti, qui évoque avec une profonde vérité, l'enfer des camps nazis, et exalte en des images bouleversantes, la solidarité de tous les hommes face à la barbarie déchaînée. - Des albums : la très belle collection « Enfants du Monde » (Edi- Une histoire d'idiot (SUITE DE LA PAGE 14.) ressort de l'enquête que tout le village a étê trompé, mystifié par un Juif idiot - mais tout le monde sait qu'un Juif, même idiot, est plus rusé, plus malin, plus satanique que les plus rusés des Aryens français. Légèreté française! Pourriture française! Maintenant, l'Oberscharführer W ... est seul dans son bureau, avec Fritz. Il pense. Fritz, qui est l'homme à tout faire, secr étaire, mouchard, confident, je ne sais pas trop quoi encore, demande : - Allons-nous fusiller le Juif, mon Oberscharführer ? Le chef gronde - Tu es fou? L'honneur à un Juif d'être fusillé? Un peloton de SS pour fusiller un Juif (il crache par terre). Non. Nous allons le donner aux gendarmes français et l'envoyer à la ville pour le prochain train des Juifs ... Va voir dans quel état il est ! Fritz revient cinq minutes après. - Le Juif est réveillé, mon Oberscharführer. Il répète : « Je suis Cohen. » Je l'ai examiné. Fritz se tait. - Eh bien? Fritz claque des talons. - Il n'est pas circoncis, mon Oberscharführer . - Aïe aïe aïe aïe aïe, fait le chef désolé. Pas de papiers, et pas circoncis? l'administration est quelquefois si bête, tu sais! - Mais le Juif répète : {( Je suis Cohen )l, mon Oberscharführer! Nous pourrions faire les papiers? - Avec quels renseignements Fritz? Quels détails? - Approximatifs, mon Oberscharführer. Il est idiot. Le chef secoue la tête. - Je ne peux pas faire ça, Fritz. Je ne peux pas le laisser partir ainsi.. (Il pense de nouveau, et puiS son regard s'allume. Il se lève, donne une petite tape sur l'étui de son revolver). Je crois que je ne vais pas le laisser partir du tout, Fritz. - Certainement, mon Oberscharführer. - Son absence là-bas ne se fera pas remarquer, tu sais! Il Y a maintenant déjà assez d'idiots en Allemagne! Ils s 'esclaffent ensemble, s'arrêtent soudain, échangent un coup d'oeil terrifié, disent rapidement « Heil Hitler ! ». Fritz plonge dans sa machine à écrire. Et l'Oberscharführer W ... annonce: - Je descends. tions Fernand Nathan), qui constitue à l'intention des jeunes enfants, un remarquable instrument d'éducation à la fraternité humaine. L'objet du Prix de la Fraternité est, rappelons-le, de « couronner chaque année l'oeuvre ou la réalisation française, dans les domaines littéraire, artistique (théâtre, cinéma, peinture, etc ... ), scientifique ou philosophique, qui aura le mieux contribué à servir ou exalter l'idéal d'égalité et de frat ernité entre les hommes sans aucune distinction d'origine, de race ou de religion » . Les décisions du Jury sont prises à la majorité absolue. Comme les années précédentes, le Prix de la Fraternité sera remis solennellement au lauréat au cours d'une réception en présence du Jury et de nombreuses personnalités représentant tous les courants de la vie artistique et sociale. Nous rendrons compte de cette r éception (qui est fixée au 28 juin) dans notre prochain numéro. LE JURY Mme Morcelle AUCLAIR ; MM. Robert A TTUL Y·, conse iller honora ire à la Ccur de Casa t ion ; Georges BESSON, René CLOZIER, inspecteur général de l' En se ignement : Louis DAQUIN, Alioune DIOP, Jacques FONLUPT -ESPERA BER, con~ ei ller d' Etat honora ire; Max-Pol FOUCHET, Jean-Poul LE CHANOIS, Léon LYONCAEN, premier prés ident honoraire de la Cour de Cassation, président d'honneur du M.R.A. P. ; Jacques MADAULE, Louis MARTIN-CHAUFFIER, François MAURIAC, de l'Académie Françoise, Prix Nobel ; André MAUROIS, de l'Académie Françoise; Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P. ; Pierre PARAF, président du M.R.A.P. ; ClaudE:' ROY, Georges SADOUL, Dr Jacques-Emile ZOLA. LES PRECEDENTS LAUREATS • Le metteur en scène Christian JAQUE, pour la réali sGti on du film « Si tous les gars du monde » . • Elsa TRIOLET, pour son roman « Le rendez-vous des étrangers » et Gabrielle GILDAS-AN,DREI EWSIKI, pour son roman « Pas de cheval pour Hamida ». Mention spéciale à Cla ude VERMOREL, pour son film « La plus belle des vies ». • Marguerite JAMOIS, Pasca le Al!DRET et Georges NEVEUX pour la réa lisation théâtrale du « Journal d'Anne Frank ». Menti on spéc iale à Roger PIGAUT, pGur son film ~ ' Le Cerf- vo lant du bout du monde ». Hommage à Edmond FLEG, pour l'ensemble de son oeuvre. • J ules ISSAC, pour l'ensemble de ~on oe uvre, et plus spécial ement ~' Genèse de l'anti sémitisme » et « Jésus et Israël ». Mentions spéciales: « Roméo et Juliette et les ténèbres », de Jean OTCHENACHE, K, traduit du tchèque par François KEREL ; « Les passagers du Sidi-Brahim », de Jacques LANZMANN ; « Ballade de Little Rock », de Dora TEITELBAUM, traduit du yiddish par Charles DOB'zYNSKI . • Jules RO'Y, pour son livre « La guerre d'Algérie ». Mentions spéciales: « Le raci sme devant la Science» édité sous le patronage de l'U.N.E.S.C.O. et le film « Mein Kampf »,

.
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;;
;
;
;
;
;
;
;
;
;;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;
;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::::::;:;:;:;:::;:;:;:::;:;::::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::::;:;:::;:;:;:::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;:::::;:::;:;:;:;:::::;:;:::;::.
  • LES INCAS, par Alfred METRAUX

(Editions du Seuil). Une civilisa tion fascinante s'effondra en quelques heures, le 16 novembre 1532 quand le conquérant Francisco Pizzaro s'empara de l'Empire des Incas, brisant S8I pUissance fantastique. On a beaucoup écrit sur les Incas et la littérature abondante d 'auteurs à l'imagination fertile installa plusieurs légendes et pas mal de mythes autour du « mystère inca ». Il fallut que l 'archéologie vînt mettre les choses au point, prouvant toutefois que les songes des écrivains ne voguaient pas loin de la réalité, lorsqu'ils évoquaient la somptueuse richesse d 'une civilisation raffinée. M. Alfred Métraux, dans son livre, fait le point sur ce que l'on connait aujourd'hui de cet empire, après que des fouilles eurent mis à jour de nombreux secrets concernant les aspects ethniques, sociaux et artistiques fort complexes de cette civilisation. Les Incas étaient d'habiles cultivateurs: ils tirèrent du Pérou plUS d'espèces végétales que l'homme n'en cultiva dans n'importe quelle partie du monde. On leur doit même la pomme de terre. L'élevage y était également pratiqué de façon intensive. Une autre preuve de haute civilisation réside dans la qualité des routes qui traversaient leur empire et qui étonnèrent les EspagnolS. La religion mêlée de fétichisme et d'animisme était basée sur le culte du soleil. L'organisation sociale était liée en partie à cette religion : les terres étaient partagées en trois secteurs. L'un, consacré au Dieu Soleil, servait à l'entretien du clergé, le second était réservé au roi et le troisième aux paysans. Les Incas avaient souvent recours aux travaux collectifs et même, pour consolider leur empire, à des transferts de population. M. Métraux évoque la vie des Tnc'as après la conquête, les brutalités de la soldatesque de Pizzaro et les révoltes indiennes, ainsi que les conséquences de la noble insurrection de Bolivar, qui dérangèrent fâcheusement l'économie, en faisant perdre aux communautés indigènes leur personnalité juridique. Leurs terres, morcelées, furent accaparées par les blancs. Mais dans ce pays, où les Indiens représentent la rrioitié de la population, il n"est pas impossible qu'ait lieu une renaissance des Incas. grâce à la place prépondérante que leurs fils peuvent prendre, notamment grâce au développement de l'instruction. s. L.

  • TON NOM EN LETTRES BLANCHES,

par Franz DE GEETERE (Del Duca). « Ton nom en lettres blanches » de Franz De Geetere relève d 'un certain romantisme libertaire dont la sincérité est très attachante. C' est ce qu'il est convenu d 'appeler un roman d 'amour, d'amour fou même, celui qui unit le jeune étudiant des BeauxArts Frans Koeremans à une petite vendeuse juive, Rachel, rencontrée par h asard devant un cinéma bruxellois en 1913. Pour rejoindre Rachel, Frans fuit sa famille dont le pesant puritanisme et la, bigoterie l'étouffent. Recherchés par les gendarmes belges, Frans et Rachel trouvent un r efuge précaire au sein de cette bohême anarchiste qùi cultive face à toutes les polices et à toutes les églises, un idéal de liberté et de fraternité, un peu simpliste peut-être, mais dont la générosité et la sincérité commandent lIE! respect. Après un séjour miséralble en France, considéré alors comme « le pays de la liberté », les deux amants seront séparés par la guerre et, malgré ses efforts, Frans ne r everra plus Rachel qui se suicidera, minée par la maladie et le désespoir. Dès cet instant, Frans connaît une existence étrange partagée entre sa carrière artistique où il obtient un certain succès, et son amour obsessionnel pour une morte traversé de crises hallucinatoires qui l 'amènent au bord de la folie. Durant la deuxième guerre mondiale, Frans qui passait pour juif et arborait l'étoile jaune « comme une décora tion » est arrêté par la Gestapo et disparaît .. . Ecrit à la première personne, dans un style parfois maladroit mais toujours dru et direct , le livre honnête et pa thétique de Franz de Geetere doit beaucoup, me semble- t-il, à lai t echnique du peintre, par son 1 TELEVISEU R + 1 Antenne TV gratuite + 11able roulante gratuite LE TOUTI.OOO NF Payable 50 NF à la comma nde l e solde 52 NF·pa r mois Garantie ., .. 5 ANS Distributeur officiel t outes marques mêmes condit ions évocation méla ncolique des paysages des Flandres dont la poésie r êveuse nous pénêtre peu à peu . Guy BAUDIN. tJÜJne , EN VENTE dans toutes les bonnes Moisons de Literie et d'Ameuble--------- 14-------------------------------------------________________________________________________________ ------ UNE HIS TOI RED' 1 DIO T LE s, .s. Oberscharführer w ... s'ennuyait à mourir dans ce \ illage. Il n'y était que depuis quinze jours et, vraiment, il s'y ennuyait à mourir. Une grande et bonlle chambre, mais pas d'électricité. Un Hôtel où l'on pouvait manger et surtout boire, mais vide, ou bien, le jour du marché, rempli de paysans qui faisaient du bruit, qui riaient entre eux, et qui n'avaient jamais un regard pOllr un sous-officier SS vainqueur, et pas n 'importe quel sousofficier SS ! beau, distingué, cultivé, courageux, héroïque même: un peu plus, et il aurait pu décrocher la croix de fer en Ukraine. Quelle aventure! C'était la guerre ... Et maintenant, il fallait s'ennuyer àr mourir dans ce petit cantonnement français, ce « bourg », comme disaient les indigènes. En allemand, un burg, ça re· présente quelque chose de noble, de fier, de teutonique. Nouvelle preuve de la mes· quinerie française. Grâce à sa haute culculture, l'Oberscharführer W... pouvait mesurer philologiquement, scientifique- ClaUde192.168.254.42 ment, l'abîme qui séparaît les deux peuples. Pas de café convenable - il ne pouvait quand même pas se commettre dans les débits de boissons, lui qui était en somme le chef ici. Pas de filles 'assez - vous voyez ce que je veux dire. D'ailleurs les paysannes ' sentent la vache. Pas de livres, seulement des livres français chez le marchand de journaux '; et l'Oberscharführer W ... savait le français, naturellement, mais pas très, très bien, le manque de pratique, n'est-ce pas? Alors, il s'ennuyait à mourir. Il y avait dans ce village un idiot, qui était l'idiot du village. Un garçon qui s'appelait Couenne. Qui s'appelait ou qu'on appelait. On lui disait: « Bonjour, face de couenne! » ou « T'en as une couenne ! » Est-ce que c'était le nom qui provoquait les plaisanteries, ou les plaisanteries qui avaient créé le surnom, il aurait fallu des papiers pour éclaircir le mystère, et Couenne n'avait jamais eu de papiers. On vivait quand même facileme.nt, en France, avant là guerre. Couenne était dans le pays depuis quinze, vingt ans. Il devait avoir dans les trente-cinq ans d'âge. Pour la mentalité, huit ou dix, et encore, en choisissant un gosse pas dégourdi, pas nerveux! Au début, les gendarmes l'avaient un peu houspillé, il paraît. Il avait même été question de l'envoyer à la ville, pour qu'il s'explique devant un commissaire de police. Couenne s'expliquer ! Et puis, comment et pourquoi peu importe, il était resté. Engagé dans une ferme, pour soigner les bêtes - pas les soigner quand elles étaient malades, ni quand elles étaient difficiles, non: les soigner. Son maître était brave. Parce que, pour le travail, Couenne n'était pas non plus un type très extraordinaire. C'était un lent. Mais les enfants et les bêtes l'aimaient bien. Vous avez remarqué qu'on dit ça de tous les idiots de village? Il faut croire que les enfants et les bêtes sont comme tout le monde: on aime toujours bien qui est plus bête ou plus enfant que soi. Quand les cent Fridolins étaient arrivés dans le village avec l'Oberscharführer W ... (on avait eu de la chance pendant trois ans on n'en avait pas vu la queue d'un) et qu'ils avaient placardé leurs Avis (vous ferez ça et ça, et puis ça, mais vous' ne ferez pas ça ni ça, ni surtout ça), le maire s'était demandé s'il ne devait pas établir des papiers pour Couenne. Dès la deuxième ligne, il était resté la plume en l'air. Quels prénoms écrire? Et il fallait même souligner le prénom usuel ! Couenne n'avait pas de prénoms, usuels ou inusuels, pas de lieu ni de date de naissance, à peine un signalement et, comme signe distinctif, le néant ! Quant à la photographie, vous" imaginez Couenne chez un photographe ? Le maire, avait ri un bon quart d'heure à cette idée, et il avait dit au maître de Couenne: ({ Ils ne vont quand même pas embêter les idiots? }) Le fait est que, lorsque les Boches étaient passés à la ferme pour voir un peu le monde qui s'y trouvait, et qu'ils avaient vu Couenne, et que le maître, en se vissant l'index dans la tempe, leur avait expliqué la chose, ils avaient répondu: « la, ia, idiôtt. » Et le maître, rudement soulagé d'être QQ.mpris, ou d'avoir compris, avait répondu à son tour: ({ Voilà! Idiôtt! }) Quant à Couenne, chaque fois qu'il entendait dire ({ idiot », il riait. Alors, il avait ri. L'atmosphère y était, comme vous voyez. . Q UINZE jours après l'arrivée de ces messieurs, l'Oberscharführer W ... remontait la grande-rUe - il n'y a d'ailleurs pas d'autre rue dans le village - pour aller de l'hôtel, où il venait de déjeuner, à la mairie, où il avait installé sa Kommandantur. Il remontait la grandrue en s'ennuya!'tt à mourir, quand il en· tend tout à coup crier derrière lui: - Couenne! Il se retourne brusquement. Il voit un paysan, à dix pas, qui marchait dans le même sens que lui, au milieu de la chaussée, comme lui, sans avoir l'air de rien, Et sur le trottoir, un gamin qui continuait à crier: - Couenne ! Eh, Couenne ! En une seconde, voilà tout l'ennui qui pesait depUis quinze jours sur l'estomac de l'Oberscharführer W ... volatilisé, disparu. Voilà notre sous· officier SS qui se remplit du bouillonnement des meilleurs jours, quand il allait y avoir une de ces bonnes bagarres dont la fin ne fait de doute pour personne. Un mélange de plaisir, de haine, de: ({ Toi, tu vas voir ce qui t'attend mon gaillard! » et couronnant le tout: « Heil Hitler ! }) Le gamin s'est tu, en voyant que l'officier s'était retourné. Le paysan avance toujours, d'une marche régulière, il avance, il s'approche, eIlcore trois pas, deux pas, un pas. Et l'Oberscharführer W ... lui dit en français - je vous passe l'accent - d'une voix qui n'est pas tendre: - Vous, suivez·moi! Couenne le dévisage, et le suit. « Formidable », se dit le SS. Ce qu'il vient de découvrir, ce qui se prépare lui fait si chaud dans les boyaux qu'il a l'impression d'avoir avalé un litre de cognac. Mais le premier passant qu'ils croisent flanque tout par terre: le passant regarde l'homme qui suit l'officier, et il rit. Naturellement, il ne savait pas que Couenne suivait l'officier parce que l'officier lui avait dit de le suivre; il croyait à une idiotie de plus. L'officier ,lui, qui ne savait pas que Couenne était l'idiot du village, s'est imaginé qu'il lui faisait des grimaces dans le dos, ou quelque chose du même ordre. Ça alors, ça dépasse son imagination. Il se retourne, il l'attrape par le bras, il l'entraîne, et je vous assure que les autres passants qu'ils croisent n'ont plus envie de rire. Couenne était moyen, et l'Oberscharführer W ... le dépassait de toute la tête, il développait un mètre à chaque pas, un mètre vingt-cinq quand il était en rage. Plus la carrure, l'uniforme, la supériorité, dame! ce n'était pas Couenne qui avait lin revolver à la ceinture. Et il en aurait eu un? Pauvre Couenne ! Encore un trait des idiots: ils ne feraient pas de mal à une mouche. Pour monter les trois marches de la malne, l'Oberscharführer W.. . prend Couenne au collet. Il le hisse, le pousse, le jette dans la salle du Conseil, ou la salle des mariages, la moins petite salle de la mairie, dont il a fait « son bureau ». Il y a dans un coin Fritz, qui tape à la machine, et qui s'arrête autant par respect que par curiosité. L'Oberscharführer W ... se plante devant un Couenne un peu étourdi, mais pas trop, se colle les poings « L'e Temps mort» de Claude' Aveline, que vient de rééditer le ~ercure ~e Fra,nce ra,s~emble des nouvelles et chroniques relatives à 1 occupa.tlOn ,et a la ReSistance. La plus connue d'entre elles, qui donl' 1le son titre a l'ouvrage fut publiée cland'Gstinement en 1943 aux Editions de Minuit sous le pseudonyme de « Minervois ». (c Une histoire d'idiot » que nous proposons aux lecteurs de « Droit et Libe,r,té » est extrait de ce livre. aux hanches, et lui lance un épouvantable: - Alors? Couenne soulève les avant-bras, les écarte, tend le cou, ce qui signifie, dans toutes les langues du monde, y compris celle des idiots: , ({ Comprends pas ». Une sombre rage vient noircir l'oeil de l'officier. - Comprenez pas? Non? Il plisse les paupières, ouvre les narines, commence à se frotter les mains, et dit d'une voix bien lente: - Voulez-vous me dire votre nom, s'il vous plaît? VOTRE NOM? - Couenne, répond Couenne. - Oui? continue l'officier avec la même lenteur. Par conséquent, YOUS êtes Juif? - Non, dit Couenne, je suis Couenne! Une réponse pareille après le rire de la grand-rue, vous comprenez ce qu'a pu ressentir l'Oberscharführer W ... Se faire fou· tre de soi quand on est un sous-officier SS, et pas n'importe lequel, le SS. Obersharführer W ... , se faire foutre de 'soi par un vaincu, et par un Juif! Les bras lui en seraient tombés, s'il n'en avait pas eu tellement besoin pour rouer de coups cette bête immonde. Un Juif, un Juif vaincu qui avait la lâcheté de se foutre de lui. De lui, SS Oberscharführer W ... ! Se foutre de lui. Les coups de poing n'y suffiraient pas, il fallait piétiner ce cochon, ce chien, ce Judas! Oui, à coup de talon, à coups de cravache - où était la cravache? « _Fritz, la cravache ! » « Voilà, mon Oberscharführer. » - à coups de cravache. Dans cette gueule de Juif, sur cette bouche de Juif, sur ces cris, ces ignobles cris de Juif! Schweinhund, wirst du dein Maul schliessen? Nein?' Nein? Un coup de botte à toute volée dans la tempe. Le Juif se tait. - Ouf, fait l'Oberscharführer W ... Il bout. Et dit à Fritz: - Fouille ce cochon. Fais le descendre après dans la cave. Moi, je vais à côté. LA cravache toujours à la main, encore tout rouge, l'Oberscharführer W... entre sans frapper dans le bureau du maire. Le maire est assis devant sa table, un peu pâle: les murs ne sont pas épais à la mairie. - - Monsieur le maire, dit le SS qui n'est guère calmé, il y a un Juif dans votre « bourg », et vous ne l'avez jamais si· gnalé? Le maire lève les sourcils. - Un Juif! - Parfaitement, un Juif! Nommé Cohen. Le maire est de plus en plus surpris. - Un Juif nommé Cohen? Je vous assure qu'à ma connaissance ... - Ne prenez pas ce ton avec moi, Monsieur le maire ! dit l'Oberscharführer sarcastique. « A votre connaissance ! » Il y a cinquante ans que vous êtes ici, et votre connaissance ne connaît pas quelque chose d'aussi commode à découvrir qu'un Juif nommé Cohen? Et moi qui suis ici depuis quinze jours seulement, je le trouve dans la rue? Le maire se lève. Sa voix tremble un peu. Ça n'est pas de la peur, il est seulement furieux d'être accusé à tort. Et puis, il y a ce qu'il pense des Allemands, et des SS, et de celui-là en particulier. - Monsieur, dit-il, je vous ,donne ma parOle que nous n'avons jamais eu de Cohen dans ce village. - C'est trop fort, hurle le SS en agitant sa cravache. Venez avec moi, monsieur le Maire! Venez avec moi! Nous nous expliquerons après tous les deux ! Il ouvre Ili porte de communication. Deux SS sont en train de mettre Couenne debout, comme ça hop! on croirait un mort sur ses pieds. Fritz claque les talons et dit en allemand: - Le Juif n'a pas de papiers, mon Oberscharführer. Le maire s'écrie: - Couenne! Grand comme le monde, l'Oberscharführer W ... gonfle la poitrine, le dolman, la place où pourrait se trouver la croix de fer et dit: - Parfaitement. Il ajoute, pour ses hommes: - A la cave! Avec les fers, n'est-ce pas? - Je vous en prie, Monsieur l'officier, dit le maire, je vous en prie, laissez-moi vous expliquer! Couenne n'est pas Juif, il ne s'appelle pas Co-hen, c'est un pauvre idiot ! Il travaille ... L'Oberscharführer W... a froncé le front, pris une drôle de mine et, de la voix lente qui n'a pas trop bien réussi pour Couenne tOUt à l'heure, il interrompt le maire: - Comment? Comment? Le Juif n'est pas Juif? Cohen n'est pas Cohen? Avezvous envie de vous faire fusiller, monsieur le Maire, pour offenses à l'armée allemande_ Les SS ont emporté Couenne. Il reste du sang sur le plancher. Le maire rougit jusqu'aux oreilles et se redresse. - Puisque vous savez le français, monsieur! Couenne, ça s'écrit C, 0, u, e, deux n, e. C'est un 'surnom probablement! Vous avez un dictionnaire sur votre table, cherchez, monsieur, cherchez couenne ! La couenne, c'est la peau du cochon, sauf votre respect, une fois qu'on l'a raclée. Alors, chez nous quand quelqu'un n'a pas la peau bien fine ni bien blanche, on dit que c'est de la couenne. Comprenez-vous? - Vraiment! fait l'Oberscharführer W ... se laissant tomber dans son fauteuil. Peau de cochon ... Et quel est le vrai nom, monsieur le maire, de cet homme qui a la peau du cochon? Quel nom, s'il vous plaît? Une angoisse traverse le regard du maire. - Mais... peut-être celui-là, monsieur, peut-être celui-là ! C'est un surnom, mais c'est peut-être aussi son nom ! Un idiot, comprenez-vous? On ne peut pas savoir ! Il est arrivé ici sans papiers - oh, pas depuis que vous êtes là bien, bien avant la guerre ! - et incapable de... de rien dire, comprenez-vous Quand on lui demande: « Comment t'appelles-tu? » à ce malheureux, il répond: « Couenne », rien d'autre! L'Oberscharführer W ... tape sur la table. - Monsieur le maire, si vous, vous essayez de me tromper, moi, j'ai le regret de vous dire que vous serez mort ce soir. Si c'est le Juif qui vous a trompé, vous, vous serez seulement puni pour la négligence intolérable à cause des papiers, cassé, plus maire! On ne peut pas être maire quand on se laisse prendre par la fourberie des Juifs! Couenne! C'est un peu fort, vous savez! Je vais faire l'enquête moi-même. Vous, rentrez chez vous et attendez mes ordres. Mais d'abord, faites tambouriner par votre garde que le couvre-feu sera maintenant à sept heures ! Adieu, monsieur le maire. L'APRES-MIDI, le maître de Couenne, et les fils et les valets du maître, et le curé, et l'instituteur, et le facteur , et encore trois ou quatre personnes défilent devant le SS Oberscharführer W ... Il (Suite page 13,)

Notes

<references />