Droit et Liberté n°176 - novembre 1958

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°176 (280) de novembre 1958
    • Unanimité à Vitry-le-François pour flétrir les menées antisémites par Albert Levy page1
    • Pour un renouveau par Charles Palant page1
    • Le 7 décembre: grand gala antiraciste organisé par le M.R.A.P. page1
    • Non la xénophobie ne résoudra pas les difficultés économiques article de Michel Hincker page1
    • Dupont-Rivarol par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il?
      • Les élections: mise en place; dans quel sens?
      • Drame algérien: le contexte; y voir clair; encore le bazooka
    • Après l'intervention du M.R.A.P., "Dimanche Matin" inculpé à la suite de violentes attaques contre les médecins juifs
    • Vous dites: les névrosés par Roger Maria page3
    • Menées racistes et antisémites: un dossier impressionant
      • mensonges à gogo
      • Suprême argument: l'injure
      • Comme au temps de "je suis partout"
      • Humour (anti) noir
    • Contre toutes les haines par Suzanne Collette-Kahn, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme page5
    • Harry Belafonte contre le racisme page6
    • Little Rock: ou en sommes nous? page7
    • M. Georges Lauré, secrétaire général de la F.E.N. nous exprime l'émotion des enseignants français page7
    • Jimmy Wilson sauvé de la chaise électrique page7
    • Chroniques: Zola, le non-conformiste par Pierre Cogny
    • Récits: La maison neuve par Efroïm Kaganowski page8


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 176 (280) 50 FRANCS 2 NOVEMBRE 1958 C'est le dimanche 7 décembre qu'aura lieu le traditionnel UNANIMITE à Vitry-le-François GRAND GAlA pour flétrir les meliées antisémites A~IoeRLj C SIl Au matin du 23 septembr~, à Vitry:le- ~rançois, les habitants de ~a paisible rue, des Minimes eurent la surpnse de VOIr s etaler sur une façade, en enormes caracteres bleus, cette inscription: cc Gui à De Gaulle. De Gaulle liquidera les juifs ». POUR UN RENOUVEAU LES antiracistes ne se recrutent pas hors du commun. Aussi les démarcations politiques qui séparent les diverses parties de l'opinion publique ne sauraient-elles les empêcher de s'unir et d'agir ensemble chaque fois que cela est nécessaire. La preuve vient d'en être administrée avec éclat dans la petite ville champenoise de Vitry-Ie-François. Le M.R.A.P. doit son influence et son efficacité à la cohabitation en son sein, et le rassemblement autour ile lui, d'hommes d'opinions fort diverses, dont le commun dénominateur est leur aversion pour le racisnle et l'antisémitisme. Comment ne pas voir qu'à la faveur des événements si importants que notre pays a vécus en quelques mois, le racisme et l'antisémitisme connaissent une nouvelle poussée? Par tracts. /!:rafitti, journaux, au cours d'incidents parfois, et jusque par des propos tenus en présence d'officiels de premier plan, on tente de jeter le venin de la haine et de la discrimination .. On lira par ailleurs le détail des faits que nous citons. Aucun n'est contestable. Aucun ne saurait nous laisser indifférents. Il est aujouril'hui des hommes - dont certains au passé bien lourd - pour croire l'heure venue de ramener dans ce pays iles moeurs na/!:uère bannies, non sans qu'il en eût coûté à notre peupl~ du sang et des larmes. L'impu:nité dont jouissent les racistes et les antisémites, voilà bien le contraire du cc renouveau » que d'aucuns ne cessent d'annoncer et que l'opiniou souhaite réellement. Comme en un autre domaine, la promotion d'un second officier nazi aux côtés de SpeideI à l'état-maior de Fontainebleau, est bien peu conforme à la cc grandeur nationale ». La mise hors d'état ile nuire des racistes et des antisémites, la suppression il~ 'leur moyens d'action et de propaganile, voilà qui marquerait un véritable renouveau. La paix dans la dignité ile tous, voilà qui servirait - ô combien - la I2:randeur française. Cela ne peut être l'oeuvre féconde' que de tous ceux, sans exception, nour qui, les fiers principes des Droits ile l'Homme ~t du Citoven ne sont pas seulement un ccoréamblùe» mais une règle sacrée avec laquelle il est iuterdit de tricher. (" '.a,·I,.1II PA 1.JJ-1l\'T Secrétaire Général du M.R.A.P. Dans ce Illunéro • Contre toutes les haines. Un article de Suzanne COLLETTE-KAHN, secrétaire généralt:\ de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (page centrale). • Les enseignants français et Little Rock. Une déclaration exclusive de Georges LAURE, secrétaire général de la Fédération de l'Education Nationale (page 7). • Zola, le non-conformiste, par Pierre COGNY (page 8). • La maison neuve . Une nouvelle d'Efroïm KAGANOWSKI (page 8). • Une lettre aU M.R.A.P. du Département américain de la Justice, à propos de l'affaire Jimmy Wilson (page 7). . Pour des ra;sons techniques indépendantes de notre volonté la oa rution de ce numéro de « Droit et Liberté » a ét~ retardée. Nous nous en excusons auprrç de nos lecteurs . . Les auteurs de cette profession de foi avaient choisi, pour leur exploit nocturne, une maison où vit une famille israélite, dont le fils est actuellement soldat en Algérie. En face, demeure l'unique survivante des juifs déportés de Vitry-le-François sous l'occupation. Le lendemain, on découvrait, non loin de là, visiblement tracée par les mêmes mains, la mention « Juif» sur deux magasins de la place du Marché. Une vive émotion Tels sont les faits. Vitry-le-François est une petite ville d'une dizaine de milliers d'habitants : tout le monde se connaît plus ou moins, et les nouvelles circulent rapidement. Aussi l'émotion fut-elle bientôt très vive, dans la communauté israélite, certes, qui compte une quinzaine de familles, mais également dans tous les milieux. D'où l'accueil vraiment amical qui nous attendait, Simon Arbitourer et moi-même, lorsque, quelques jours plus tard, nous nous sommes rendus sur place, au nom du Bureau National du M.R.A.P. Il fallait que cette émotion s'exprime, et que soient flétries avec éclat ces menées odieuses. C'est le mérite de notre Mouvement de permettre à la France antiraciste de s'exprimer hautement, et de rejeter hors la collectivité nationale ceux qui prétendent susciter l'intolérance religieuse et raciale. Pas de ça chez nous! voilà ce que l'on proclame, avec le M.R.A.P., à Vitry-le-François... et partout ailleurs. En remontant ] 'histoire - Nous savons bien que ces inscriptions ne sont le fait que de quelques individus, nous a dit le président de la Communauté juive, M. Lucien Lévy. Pourtant, on ne peut pas laisser passer de tels actes sans réagir ... Nous nous souvenons qu'en 1939, il Y a eu aussi des graffiti antisémites sur nos murs. Une nuit, on a écrit sur ma (Suite page centrale) Albert LEVY. Il sera présenté cette année par ÇjaequpLine Çjoubec,l ______ de la Télévision Française 192.168.254.42______ (Voir page 8) 9)' élc.angeâ. Pt:()P"'if. au «jc.ibunal dl!. eo.mml!.t:cl!. ... l'f 0 l'f , la 1 IX 1 '( enopllobie ne résoudra pas les di·fficultés ~ . economlques , • Nous pUblions ci-contre le fac-simile d'un article paru dans « l'Agence Economique et Financière » du 2 octobre dernier. ____________ • _____________ .... Il s'agit du compte rendu de l'installation du II - Tribunal de Commerce de la Seine, qui s'est dé- Af~ f NC f [C 0 NOM ,(1 ur r c :)_ t (1 J'" roulée en présence de trois ministres : MM. Mi- ! . -'. ~ ET · 'N t1 N ,1 [ If [ _ t) ch el Debré, Ramonet et Michelet. Les propos de M. Lepeu, président du tribu- UNE ALLOCUTION DE M. LEPEU PRESIDENT nal de Commerce, sont rapportés dans des ter- 1 DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE LA SEINE mes qui ont provoqué une vive émotion chez de nombreux commerçants. A l 'OCC'USIOIl de la séallee solelillellf' d 'Ill'it a lia I Le texte de l'allocution prononcée par lui, qui tion du Tribunal de COmmefl'f' dl a Seille, qUI vient d'être publié par « La Gazette du Palais » ~ s'est déroulée en présence de MM Mieht'I Deblé ' confirme qu'il a cru devoir distinguer avec insis: garde des Seeuux, Rumollct, nlllll"ll'f' df' l'Indu" tance « la proportion assez effrayante» (sic) trie et du Commel'l'e. ct MIChf'lt-l. milllstrt' dl" d'étrangers et de naturalisés mis en faillite ou i Ailciens Combuttullts, 1\'1 Hernlrù l.epf'u, présidelll en règlement judiciaire. Comme il avait auparadu Tribunal, u sou li gllé les lIol)\·ellt-'- rill'f)ll~ d'espt vant souligné que « la fourberie et la malhonrel' qu'ollt les Françai~ à l'heurp 1('1 "l'lIt Il 1 relldu nêteté ne sont pas règles habituelles dans le peuple de France » et que « vu le caractère franhommage à l'udion ps)'chologlllll r .1,' homme~ qlll çais » il n'est pas impossible que « les lois soient sont à la têle du rays / scrupuleusement respectées », on est en droit de II 1sisté tout purtIP' ~'11" " t ~Ul lu IlP • 1 s'interroger sur le sens de ses étranges propos. Il sil" , " " Ilguer à l' . P- . ·ltt ell y ,rU semble qu'une analyse des faillites et règlement .s, de me. ~~ l' .~·ndrf' la ,on ct judiciaires selon les branches touchées eut été uppheutisil p~_ _ _di' plus intéressante et plus conforme aux réalités Enfin, tout e:1'1 constatant qUf la plupart cie, économiques qu'une distinction entre commerindustnels et cOlllmer'nnts uceeptt'n t lve(' abné~a- çant d'origine française ou non. Une telle distion les règles qui leur ~'Ollt impo ~ées. 11 u dél2 loré tinction risque de favoriser, sans aucun doute, 1 dl" . 1 - les tendances xénophobes et antisémites que \k.m ').!m uc 1 c mora Ife commerela e ehez cerlallls, . d'aucuns s'emploient à susciter dans les milieux ~U'.~I~.B,rlcr ch ez les Hl'uIIgers u1!..natura!I~~J' et 1 commerciaux. Le marasme actuel n'en sera pas 1 a soùhu lte qu" les nutiolls d'ordre !:t d'autorité pour autant supprimé, comme le montre dans un 1 soient enfin rest:wl'Pcs et respectées article que nous publions en page 6, Michel ... __________________________ . HINCKER, spécialiste des questions économiques. LES ELECTIONS ~ Mise en place Près de 3.000 candidats vont solliciter d ans quelques semaines, les suffrages des électèurs. Par ce vote, commencera la mise en place des institutions nouvelles, adoptées lors du récent référendum. On s'accorde à reconnaître que la majorité des citoyens ne se sont pas réellement prononcés, le 28 septembre, pour ou contre des textes constitutionnels que beaucoup n'avaient pas étudiés, ni même lus, mais en fonction de considérations diverses, souvent

étrangères à l'objet exact' du

scrutin. Il va fa lloir maintenant juger la Constitution elle-même, dans son application. Xavier Vallat, qui fut « Commissaire aux Quest ions juives » sous Vichy, n'hésite pa s à comparer cette Constitution à celle nue Pétain l'avait personnellement chargé d'élaborer. Avec une sa tisfaction non dissimulée, il établit, dans « Aspects de la Fra.nce », un « parallèle » (c'est son mot) frappant, entre les deux textes : choix du chef de l'Etat « par un Congrès où les parlementaires sont en minorité »; « juste méfiance des assemblées », à qui l'initiative des dépenses est enlevée et « le temps des palabres strictement mesuré », etc ... Les résultats des prochaines élections, ainsi « temperés » par le cadre étroit fixé aux élus du peuple, seront également déformés, il faut le souligner, par le scrutin d'arrondissement, qni avait été abandonné à la Libération en raison !le son caractère injuste. Quoiqu'il en soit, les députés auront pour rôle de faire entendre la voix de leurs mandants et d'influer, en Buenos-Aires • Toutes les élèves de l'école supérieure de Villacrespo, au centre de Buenos Aires, se sont mises en grève pour protester contre la décision prise par la directrice de placer les élèves juives dans des classes séparées des autres. La révocation de la directrice a été demandée par une délégation auprès des autorités scolaires. Des manifestations se sont déroulées, où était scandé le mot d'ordre : « Pas de Little Rock en Argentine ». Johannesbourg • Des milliers de femmes noires ont manifesté en plein centre de la ville contre les brimades administratives dont sont victimes les gens de couleur, Obligés lie solliciter une carte d'identité spéciale pour pouvoir vivr~ dans les villes sud-afri- - caines. La police a procédé à 892 arrestations. Ottawa • Un bulletin mensuel antisémite est envoyé régUlièrement depuis quelque temps à tous les parlementaires canadiens. L'organisme qui l'édite s'intitule : « Canadian Intelligence Service ». Sydney • Un raciste notoire, Eric Butler, vient d'être élu président du comité d'Eltham, près de Melbourne. Il est l'éditeur de plusieurs ouvrages dirigés contre les Juifs. Tel Aviv • Plusieurs militaires ont été condamnés à des peines de 7 à 17 ans de prison, pour leur participation au massacre de KafrKassem, qui coûta la vie à 47 musulmans, hommes, femmes et enfants, le 29 octobre 1956. Le commandant Malinki, à qui incombe la responsabilité principale, avait donné l'ordre, dans le cadre du couvre-feu instauré à la frontière jordanienne, de tirer « sans faire de sentiment» sur des paysans rentrant de leur travail. Le verdict exemplaire sur lequel s'achève cette affaire a été approuvé par l'ensemble de la presse israélienne. Vienne • L'ancien maire nazi de Vienne, le Dr Herman Neubacher, qui fut désigné par Hitler au lendemain de l'Anschluss, et qui occupa ensuite un poste hautement responsable dans les Balkans occupéS par les armées nazies, vient d'être nommé conseiller financier de la compagnie aérienne autrichienne. Cette nomination a provoqué de nombreuses protestation,. -:1-~~-::r-4 mai 2010 à 12:36 (UTC)192.168.254.42 .. OUE SE PASSE-T-IL ? leur nom, dans toute la mesure possible, sur l'orientation de la politique du pays. C'est la définition même de la démocratie. Aussi peut-on s 'interroger avec inquiétude sur le sens de certains propos tenus par le général de Gaulle à sa dernière conférence de presse. Après s'être félicité que « des limites n ettes et des freins puissants » aient été imposés d'avance aux futures assemblées, il a ajouté : « S'il devait arriver, par malheur, que le Parlement de demain ne voulùt pas s'accommoder du rôle qui lui est dévolu, il n'y a pas de doute que la République serait jetée dans une crise nouvelle, dont personne ne peut prévoir ce qui en 30rtirait, excepté ceci, qu'en tout cas l 'institution parlementaire serait balayée pour longtemps » ... ~ Dans quel sens ? Notre journal, fier de compter, parmi ses lecteurs et ses collaborateurs, des républicains de toutes tendances n'est pas habilité à se prononcer pour tel ou tel parti ou groupement politique. . Tout au plus, pouvons-nous expnmer l'espoir que tous ceux qui entendent combattre le racisme sachent distinguer avec clairvoyance les hommes susceptibles d'agir - et pas seulement de parler - dans le sens de notre combat permanent. Aujourd'hui, le « renOU7eau » fait prime. Répondant à un légitime désir des Français, bien des candidats promettront de tout faire pour que « ça change ». Il ne sera pas inutile de se demander dans quel sens ils veulent un changement, ceux en particulier qui se réclament de « l'esprit du 13 mai » ... Car, si un changement est certes souhaitable, c'est, a notre avis, dans le sens de la paix en Algérie, de la paix mondiale, du développement de la démocratie en France, du recul des éléments racistes, antisémites et fascistes qui, impunis depuis des années, ont redoublé d'audace dans la dernière période. Il faudra se demander aussi quelle part ont pris tels candidats d'aujourd'hui dans les errements du passé, que tous dénoncent après coup, et en tenir compte pour l'avenir. Il faudra examiner soigneusement l'attitude présente et les alliances de chacun. C'est seulement par un effort intransigeant vers le maximum de clarté que les antiracistes pourront utiliser à bon escient leur bulletin de vote. Souhaitons en outre qu'ils contribuent, par leur attitude, à l'union sans exclusive des républicains, de tous ceux surtout qui constituent l'aile marchante de l'opinion antiraciste, union dont dépend en grande partie le triomphe de notre idéal. DRAME ALGERIEN ~ Le contexte Voilà quatre ans que dure en Algérie un drame sanglant, lié incontestablement au racisme, qui a contribué à le ialIe naître et qu'à son tour il développe - un drame pesant lourdement sur le présent et l'avenir de la démocratie, de la France. L'espoir de tou~, les Fran,çais est que, r apidement, ce drame prenne fin. Et après les événements de mai, puis les récentes déClarations du général de Gaulle, chacun s 'interroge sur les chances de la paix. Le 13 mai à Alger fut avant tout la journée des (uuras», des jusqu'auboutistes de la guerre, des racistes les plUS acnarnés, ne lançant le mot d'ordre d'«intégration» que pour nier aux Algériens tout espoir d'une reconnaissa nce quelconque de leur «personnalité ». L'ordre donné récemment aux mili' taires de se retirer des « comités de salut public» constitués à l'époque, enlève à ces éléments le soutien ouvert des pouvoirs publics. Cette mesure a été approuvée par l ' opinion française; mais il est certain que sa portée doit être appréciée dans le con- DUPONT - RIVAROL LES noms de Dupont ou Durand sont assez répandus en France pour y être devenus synonymes du Français moyen, des noms passe-partout. Quand ils passent par Rivarol, Dupont et Durand deviennent « des nationaux ,. étiquette non contrôlée et qu'on est bien obligé de définir soi-même en fonction du nationalisme de Rivarol. Pour l'essentiel, ce nationalisme-là se garde d'identifier la Nation avec la démocratie, il se préoccupe plutôt de les dissocier; il ne tient pas non plus pour patriotes ceux qui luttèrent contre l'occupant, marquant sa préférence pour ceux qui lui léchèrent les bottes (voir collection et « collaborations » de Rivarol). Ce qui élimine du nombre des « nationaux» une sérieuse quantité de Dupont ct Durand. Mais passons ... En fait, à Rivarol, le sens des mots est exactement contraire à celui qu 'on leur prête habituellement. Et la marchandiS'C que couvre ' ce «nationalisme» n'est rien moins que nationale. Car malgré quelques «précurseurs», discrimination raciale, antisémitisme, xénophobie sont en France des produits importés. Ils ne s'implantèrent chez nous qu'appuyés par les panzerdivisions, ils refluèrent avec elles, bien qu'ayant laissé des séquelleS', ainsi que Rivarol en témoigne. Et, sans avoir l'exclusivité des attaques contre la démocratie et la Nation, c'est par le biais de l'antisémitisme que cette feuille les combat dans un fatal retour à ses sources étrangères. «Si vous voulez adhérer au Comité de Défense de la République de la FourcheBrochant (Paris-17' ), il faudra vous adresser à M' Dymensztayn », peut-on lire dans le Rivarol du 11/ 9: Vous ne sauriez défendre la République autrement qu'en vous adressant au juif, car si la Nation c'est Dupont, la République c'est Dymenstajn. Nous n'éprouvons pas le besoin de comparer les titres nationaux de notre ami Dymenstajn, Français, résistant, avocat désintéressé des opprimés -- et aussi bien, les démocraties dans lesquelles peuvent s'étaler des Rivarol ne manquent pas d'opprimés -, aux titres de ceux qui s'inspirent de la propagandastaffell. Et qui, partant, ne se bornent pas à attaquer, danS! ce style, les organisations démocratiques, mais les institutions également. Pour eux, si les RépUbliques passent, «le juif» reste, omniprésent, omnipotent. C'est lui encore qui tient leS! leviers de commande de la Cinquième, nous explique le Rivarol du 25/ 9, par les talmudistes Debré, Cassin, la banque Rothschild comme par les « communisants» Soustelle et Malraux « apparentés» par le «cousin Karl Marx ». Le voilà bien ce personnage maléfique, ce Janus, dont la haute finance n'est que le bras droit tandis que la révolution lui sert de bras gauche, et capable de retirer de la main droite à Dupont ce qu'il donnerait de la main gauche à Durand. On a pu qualifier ces vues simplistes de puérilités lorsqu'elles apparurent dans la République de Weimar, mais nous savons trop aujourd'hui que de puériles elles peuvent devenir sanglantes. La misère, le chômage et par dessus le marché la République, c'est le juif, clamait d'abord Goebbels, en foi de quoi un certain nombre de Dupont allemands crurent résoudre leurs propres difficultés en saccageant les boutiques juives, ouvrant la porte à une frénésie raciale que la chasse aux juifs de l'Europe entière ne parvint pas à apais'er. Entre temps elle s'était d'ailleurs étendue à tous ceux que Goebbels considérait comme juifs. Et force Dupont allemands et même Dupont français ont été finalement broyés eux-mêmes dans l'engrenage. Point n'est besoin de recommencer l'expérience pour dénoncer ceux-là qui, à nouveau, poussent à la roue. Même si leurs calculs immédiats consistent à stimuler le zèle chauviniste de certains, comme à cautionner par leurs attaques mêmes le « républicanisme,. de certains autres, leur but médiat c'est de fournir une exutoire à des questions politiques difficiles, et sur le dos de DupontDymentzstajn plutôt que sur celui de Rothschild-Boussac. texte où elle a été prise. On peut craindre qu'elle n'ait de conséquences vraiment décisives que si elle s'accompagne d'autres mesures allant dans le même sens. Or, il faut bien constater que les « comités de salut public» subsistent, et leurs membres joueront un rôle prépondérant pour la désignation et l'élection des candidats au scrutin du 30 septembre. Il faut constater aussi que les chefs militaires continuent de détenir tous les pouvoirs en Algérie, ceux surtout qui avant et depuis le 13 mai ont manifesté leur hostilité farouche au régime républicain. D'une facon générale, à l'exemple de M. de Sérigny, les «ultras» (compte tenu de quelques éclats des plus outranciers et des moins responsables d'entre eux) ne semblent pas s'opposer à l'orientation de la politique actuelle, sur laquelle ils exercent une constante pression, grâce en particulier à l'action de M. Soustelle, leur homme de confiance, qui dispose au gouvernement d'un poste-clé. ~ y voir clair ... De même, les prises de pOSition du gén éral de Gaulle à sa récente conférence de presse, risquent de n'avoir pas l'effet souhaitable, dans la mesure où elles s'insèrent dans un cont exte qui en atténue la portée. C'est un fait nouveau d'inviter à P a ris les dirigeants du F.L.N. et d'appeler à « la paix des braves'». Mais les dirigeants algériens ont pu mettre en avant d'autres passages des déclar ations du chef du gouvernement, fai. sant appa r a ître une volonté de les ONCLE TOM. traiter, dans le cadre de la «pacificatioml, comme des égarés à qui l'on veut bien accorder le pardon, à qui l'on demande de « venir régler avec l 'autorité la fin des hostilités », tandis que, sur le terrain, serait levé «le drapeau blanc des parlementaires». Il y a plus qu'une nuance de forme, semble-t-il, entre la négociation politique sans conditions préalables en vue d'un cessez-le-feu, tel que le F. L.N. l'a suggérée, et un cessez-le-feu sans préalable, même réglé à l'échelon le plus élevé, mais excluant toute négociation politique, et sans garantie que tout ne recommencera pas comme avant. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il subsiste une équivoque, et qu'une fois de plus, les déclarations officielles sur le drame algérien donnent lieu aux exégèses les plus contradictoires. Dans le même temps, la guerre ne cesse de s'intensifier. Il est question de nouveaux renforts, de nouvelles classes mobilisées, de nouveaux crédits. Et le sang coule. Et le fossé se creuse encore entre la France et l'Algérie, de même qu'entre les différentes communautés algériennes. Il ne s'agit pas pour nous de préconiser telle ou telle procédure, ni une solution politique déterminée. Il nous semble seulement que poser les problèmes aussi clairement que possible, préciser encore les points de vue en présence, peut contribuer à une paix véritable. La clarté, c'est la condition d'une continuation du dialogue. Et nous souhaitons que le dialogue continue. ~ Encore le bazooka SEJOURS EN FRANCE ET A L'ETRANGER Le procès du bazooka, qui vient de s'achever, fut, à plus d'un titre, original. Son déroulement à éclipses, et l'éclipse de Kovacs, les contradictions des inculpés, le chantage des avocats - tout cela contribue à entourer d'un halo de mystère cette sombre affaire politico-criminelle. ~ CIRCUITS EN AUTOCAR Office de Voyages La Fayette 18, rue Bleue (Métro : Cadet) - Paris-ge Tél. : PRO. 96-52 et TAI. 68-23 fVI./VVV'IJVV' TOUS BILLETS FER - AIR - MER VV\fVVIAFVI LOCATION THEATRE ~ VOY AGES ORGANISES EN ISRAEL Il y eut aussi - nous l'avons indiqué dans notre dernier numéro - cette sortie antisémite d'un avocat algérois, que le tribunal ne crut pas même devoir relever. Au cours des dernières audiences, il fut démontré avec insistance que les absents ont tous les torts. Kovacs, opportunément disparu; joua le rôle du bouc émissaire. Il faut souligner ici l'une des charges portées contre lui par l'un de ses complices, Philippe Castille : « Kovacs, s'il est né dans le Chélif, est d'ascendance magyare. Il n'agit ni ne pense comme un Oc- (Suite page 3.) QUE SE PASSE-T-IL ? APRES INTERVENTION DU M. R. A. P., JJ Dimanche Matin" INCULPE à la suite de violentes attaques contre les médecins juifs Il Y a un peu plus d'un an, le 15 septembre 1957 , l'hebdomadaire « DimancheMatin li (aujourd'hui disparu) publiait, sous la forme de « lett res de lecteurs li, de vio'entes attaques contre les médecins juifs. Notre journal é leva a lors une vigoureuse protestation, tandis que le M.R.A.P., dans une lettre au Procureur de la République, demandait que soient engagées des poursuites, conformément à la loi. tion était intervenue au moment méme où, grâce à la campagne énergique du M.R.A.P. contre l'agression de la rue François-Miron, toute la presse républicaine avait élevé la voix contre l'a ntisémitisme. « Alors que depuis sept mois, notre plainte était entre les mains du Procureur, cette inculpation peut être considérée comme un résultat complémentaire de l'action de masse contre l'antisémitisme. pandent la haine dans l'opinion publique ... »

  • **

L'une des lettres publiées par « Dimanche Matin », sous le titre « Douce France» se plaignait, rappelons-le, du trop grand nombre de juifs parmi les médecins de garde. Une autre, sur la même question, demandait « qu'on autorise les juifs à travailler dans des entreprises payant la taxe à la production mais qu'on ne les laisse plus vivre en parasites ». Et elle concluait : « C'est à cause de tels abus que l'Allemagne s'est révoltée contre eux derrière Hitler ». Cette démarche a porté ses fruits. Le 13 octobre de rnier, ~e secrétaire géné rai du M.R.A.P., Charles Palant, était convoque au Palais de justice par M. Monzein , juge d'instruction, dans le cadre de l'enquê te ouverte. « J'ai demandé à M. le juge d'in.truction de bien vouloir rédiger un procès-verbal de constitution de partie civile, engageant ainsi le M.R.A.P. à être partie au procès que nos avocats vont maintenant s'employer à rendre aussi prochain que possible. Cette teatative de justifier les persécutions nazies contre les juifs, cet appel ouvert à des mesures discriminatoires et même à de nouvelles violences, ne pouvaient que provoquer l'indignation de tous les républicains. Un tel texte tombait de toute évidence sous le coup de la loi. Il est clair que la direction de « Dimanche Matin » a eu recours au procédé « classique » des « lettres de lecteurs » (signées seulement d'initiales) dans l'espoir d'échapper à la condamnation qu'impliquait cette opération nauséabonde. UNE DECLARATION DE CHARLES PALANT Charles Palant a auss itôt rendu publ ique la déclaration °uivante : « Sans doute, ce que nous dénoncions il y a un an est demeuré très actuel, le danger que nourrit la presse raciste et antisémite n'ayant fait que s'aggraver, lié aux événements que la France a connu depuis. « J'ai été entendu, cet après-midi par M . le juge Monzein, lequel m'a informé qu'à la suite de la plainte du M.R.A,P., il avait, au mois d'avril dernier, notifié au sieur Cap gras, directeur de « Dimanche-Matin », une inculpation pour provocation à la haine entre les citoyens, pour raison de race ou de religion. « On remarquera que cette inculpa- « Le M.R.A.P. entend poursuivre son action sans relâche. Nous espérons que, soutenus par l'ensemble des antiracistes, si nombreux dans ce pays, et dont la seule union peut déjouer tous les périls, c'est vers une nouvelle victoire que nous allons en faisant condamner l'un des journaux qui ré- Mais les rédacteurs de la feuille antisémite ont laissé voir le bout de (Suite de la page 2.) 'i.e 3' étage, rue de la Folie-Méricourt. cidental. Il a une hypersensibilité qui dépasse nos nerfs de Français. » Il s'agit de Mme Nina Rosenberg, 37 ans. Elle était sujette à des crises de neurasthénie. Elle verrouilla la porte et, sous les yeux de ses trois enfants, de 3, 6 et 9 ans, elle se pencha sur le vide. Elle hésita un instant. Un coupeur en maroquinerie, au 2' étage, eut le temps de la voir et tenta d'intervenir. En vain. On entendit des cris : « Maman ! Maman !.._ » Et le corps s'écrasa au sol. zot, 10 ans, a été félicité publiquement par le maire de Neuilly-sur-Marne : il avait sauvé des flammes un bébé algérien de 7 mois, le petit Rachid Bouanoun. Voilà qui expliaue tout! C'est lui, le métèque - et parce que métèque - qui a tout machiné ... Sans cela, c'est certain, Philiupe Castille, avec sa sensibilité d'Occidental, n'aurait pas actionné l'arme qui a tué le commandant Rodier à la place du général Salan ... Les accusés présents ont écopé des peines de prison. Kovacs a été condamné à mort. Par contumace, il est vrai. FAllS DIVERS Mme Rosenberg avait été déportee ' parce que juive. Les horreurs de la guerre et des camus l'avaient marquée. Elle ne s'était pas remise des persécutions subies par elle et par les siens. Alors qu'un incendie faisait rage dans la maisonnette où habitait la famille Bouanoun, il « fonça » (comme il dit), emporta le berceau où dormait le bébé, non sans lui avoir protégé le visage avec un torchon, et même il réussit à entraîner l'aïeule qui, paralysée par la frayeur, avait perdu tout contrôle d'elle-même. Dans le même temps, Mme Bizot, la mère d'Alain, emmenait les quatre autres enfants qui se trouvaiÉmt dans Le racisme nazi tue encore, aujourla fournaise. d'hui. Bel exemple de courage, bel élan de solidarité, qui nous change des mesquineries racistes trop souvent distillées par certaine presse « d'information }l, et qui - soit dit sans jeu de mots - nous réchauffe le coeur. Un fait divers, parmi d'autres : une jeune femme, l'autre semaine, s'est tuée en se jetant pa:Q une fenêtre • * * Fort heureusement, il est des faits divers moins tragiques. Ainsi, le dimanche 19 octobre, le jeune Alain Bi- VOUS DITES? «Droit et liberté répond ICI aux mensonges racistes ., ., LES NEIlROSES Les émeutes racistes de LII-ndres, début septembre dernier, n'ont pas fini de troubler bien des consciences en Grande-Bretagne, -- et ailleurs. Elles nous donnent l'occasion d'aborder un aspect particulier .. - à vrai dire assez délicat --- du racisme anti-noir, sous quelque latitude qu'il se manifeste: les complexes sexuels. Voici d'abord quelques éléments du dossier. De l'envoyé spécial permanent de « Paris-Presse" à Londres (5 septembre): « Le succès étonnant remporté par les séducteurs noirs à Londres atteste sans doute le manque de tempérament de l'Anglais moyen. La jalousie tient une large place dans les troubles de ces derniers jours .. » Du correspondant particulier du «Monde" (4 septembre): « Le racisme latent de la petite bourgeoisie reproche aux Noirs les emplois qu'ils trouvent, les maisons et les autos qu'ils achètent et surtout les succès féminins qu'on leur prête.» Du «Daily Telegraph,,: {( On devrait veiller à un meilleur équilibre entre les sexes des immigrants. La fréquentation de filles blanches avec des hommes de couleur 'est l'une des causes principales du problème. Elle ne peut ni ne devrait être interdite par la loi, mais il est difficile de nier que son atténuation contribuerait puissamment, en pratique, à éviter un conflit racial menaçant. » D'«Aux Ecoutes du Monde» du 5 septembre: « Le fait est que les Noirs ont des succès extraordinaires auprès d'es Anglaises. Les premières coupables sont donc les Anglaises elles-mêmes, souvent « over-sexed », hantées par des préoccupations sexuelles que leurs partenaires anglais paraissent incapables de satisfaire. » On pourrait citer bien d'autres témoignages de ce genre, Jlui donnent à réfléchir car ils sont concordants. Oui, lt!s honnêtes gens doivent le savoir, l'entrevoir: il y a presque toujours, dans les basfonds psychologiques du racisme, un réflexe de frustration sexuelle assez méprisable. Ces jeunes voyous pourchassant l'homme de couleur dans les rues de Notting Hill sont assurément de misérables individus sans humanité, mais aussi des malades relevant des soins du psychanalyste. Nous disons: il faut déshonorer le racisme, lui arracher son masque de prétention à la supériorité; le racisme, c'est aussi cette peur de la concurrence loyale, fraternelle même, entre garçons devant les filles. Que cette «supériorité» n'apparaisse pas toujours incontestable (y compris dans ce domaine), qu'un Noir puisse être préféré à un Blanc par une jeune fille, certains ne peuvent ni le comprendre ni le tolérer, et leur rage se transforme en véritables complexes. Alors, on cherche tous les moyens d'empêcher un libre choix, on assure défendre la « pureté" raciale ", et l'on s'efforce d'imposer toutes sortes de craintes et de tabous visant les Noirs. ( Il faudrait veiller à un meilleur équilibre entre les sexes des immigrants », dit le « Daily Telegraph». Qu'estce que cela veut dire? Et cet autre qui pense que ce sont les Anglaises qui sont «les premières coupables»! Coupables de quoi?) ... Enfin, à bout d'arguments, on recourt à la violence. Cette forme du racisme est d'autant plus inquiétante qu'elle relance la haine là où elle n'existe pas, même quand ses prétextes sociaux, économiques font défaut. Voici ce qu'indiquait le correspondant du « Monde » du 4 septembre: « Un début de chômage, pourtant pratiquement négligeable, a pu attirer l'attention sur l'immigration antillaise. Mais, outre que celle-ci n'est pas si nombreuse après tout (une centaine de milliers de personnes), elle est aussi spécifiquement orientée vers des emplois auxquels la maind'oeuvre anglaise répugne. Enfin, jusqu'à présent, elle ne posait aucun problème dans la collaboration pratique sur les lieux de travail. Les employés du métro et des autobus londoniens, Blancs et Noirs, s'entendent fort bien.» '" ** Cette obsession sexuelle du Blanc «insuffisant» devant le Noir, traverse comme électriquement tout le racisme américain. L'accusation de «viol d'une Blanche », si bien illustrée dans la pièce de Jean-Paul Sartre, «La P ... respectueuse», a servi de point de départ à d'innombrables lynchages. On se souvient du jeune Emmet Till, sauvagement assassiné pour a voir sifflé d'admiration au passage d'une femme blanche. Tout récemment, Jimmy Wilson, qui vient d'être grâcié, était accusé non seulement d'avoir volé 1 dollar 95, mais «tenté d'abuser »... d'une femme de 80 ans. Voici encore, par exemple, une dépêche «Associated Press» du 24 septembre: « Deux jeunes filles blanches de Hot-Springs, dans l'Arkansas, ont été incarcérées et seront traduites en justice après avoir avoué qu'elles avaient eu des relations avec deux Noirs. Les deux jeunes Noirs - 22 et 26 ans - ont également été jetés en prison.» De même, tous les témoignages concordent pour mettre en 1 umière les aspects sexuels de l'affaire de Little Rock. Voici ce qu'en disait, entre autres, «Paris-Journal » du 29 septembre, au lendemain du référendum sur la ségrégation: « Dans la campagne pour le maintien des traditions raciales du Sud, tous les arguments ont été employés; ceux qui touchent aux problèmes sexuels ont joué un rôle d'une importance incroyable. « C'est ainsi qu'un industriel, ami du gouverneur Faubus, avait acheté une page entière du quotidien « Arkansas Democrate» pour faire à ses concitoyens le récit de son récent voyage en Europe: « A Paris, dit-il, j'ai vu une jeune Blanche embrasser un Noir. A Londres, j'ai vu pire. Aussi vous ne devez pas voter pour l'intégration; si vous le faites, vos enfants iront à l'école, puis au bal ensemble. Ainsi naîtront des problèmes sexuels.» Les racistes sont donc aussi de pauvres types, des minables névrosés. A la douche! Roger MARIA. _15-9-57 - DIMANCHE MATIN _ Il 1 Douce France " '~;:' i \1 r. n .... ~ G~(,I2.0ble .. nouS 91 ~ 1 : .. ~ f r .. rf'~ ,~~res." llori'irf'" Il .1T ",un rl t'('ret .... ' 4 jl~~1 - , ' noie;; l' \a!' fOn('n..·.. .. • f"\' •. '\... .. _ , ~ (P ' .~;.l~an~ ' ,II~i.tur.c;; . ",,' IIlIt J. ~ ('t~ , a ,"t ,; a 1 erhra n('t dD 1er C;;tJ.o ",lire. ~~fle~ dt"vraitnt l'êtrr il " a. troi~ mGb ~hqa... .. J.' \1 J P ...• rue Of" Bourgogne P5"ris~ prpte . 1 -\ lciclcJolivet unerubrique-' 'ILiïlUJ est 1 ' r~ln ge r(' celle des médeCinS 0 garde Voici q,uelles o::ont se.s observatlon ~ il P ,;:;uJet , Br ~H o encore pour votre .I,'urn::". mais r as~u rez-DfOi vile rn me disant 'ille c'('st votre cher Alcidt .Joli.ve t qui ,./ bl it depuis Quelque tempfll la h ~ te ries l' cle rins de )ga rde, Comment pn serait~1 autremenl ( ~aasl..~.JtL. !,oms ,,_s!,uL~ .... 3 .l'entr eux , ?nnen 7anç~.!~ "! rlns .lé~ autr '" sont ufrJ~ "ffrnrn-T mm, che. 1.ël.", 1.. ompê • l'oreille dans leurs commentaires, en affichant leur approbation. Il reste à· souhaiter qu'enfin justice soit faite. HIER El AUJOURD'HUI ~ Avec Speidel Tandis que sont lancés des bruits ~ aussitôt démentis - selon lesquels le gén éral nazi SpeideI quiterait prochainement Fontainebleau, où il commande, dans le cadre de l'O.T.A.N., une partie de l'al'mée française, on annonce la nomination à l'état-major «atlantique)) d'un autre officier allemand, tout aussi corn.. promis. Il S'agit du général Friedrich Albert FOERTSCH, qui occupera le poste de chef d'état-major adjoint, « chargé de la doctrine et des plans)), en remplacement du maréchal dl! l'air britannique Sir Hugh· Constantine. De même que Speidel, Foertsch connaît la France pour y être venu en 1939-400. Il était alors lieutenant_colonel au 3- bureau de la 60- divn;ion d·infanterie. qui participa à l'invasion de notre pays. LeS service~ rendus lui valurent de passer lieu après à l'état-major du chef! du bureau de l'armement de l'armée de terre. Puis_ en 1942. il est envoyé sur le front russe. où il devient chef d'état maior de la 18' arm.ée_ avec le grade de général de division, puis général de corps d'armée_ Ses exploits de l'élloque : destruc~ de villes, exécutions massives, expéditions punitives, déportation de populations entières, etc... entraînèrent sa condamnation à 25 ans de prison cl)mme criminel de guerre_ a .... rps qu'il eÎlt été fait prisonnier par l'armée soviétique. Il fut renvoyé en Allemagne en 19~'i à ll.'~ de-mande du gouvernement de Bonn. qui, loin de le faire .luger et condamner li son tour. lui confia un Doste assHôt dans la nouvelle Wehrmacht. ..... es natriot!'s. l'ui n'r,nt lias oublié, considhent comme contraires à la « l!Tandeur française" de semblables 'Iléf'is a'ix martyrs de la !!!,uene et de la résistance: ils protesteront vigoureusement contre le retour chez nous d'un Foertsclt. à un poste où il "ura sous ses ordres de nOTflbreux offic;e .. s français et contrôlera les nT~"s "1.i1itaires des Days membres de l'O.T.A_N_. y compris la, France. ~ frich Koch Dlaide linon' coupable" Une foule nombreuse, émue aux larmes. a écouté pendant unI' ioumée et demie la ler-ture de l'acte d'accusation au pror-~s d'Erich Koch. oui s'est ouvert i't Varsovie le 20 octohre. « Tout ce oui a été créé p,n Prus ,~e orienta ' e. T/.07lS Ce de1l/")ns a Koch. », dit un iou1' Bitl" ... Et Koch en effet fit preuve d'un zèle inlassable au service du Fiihrer. Nazi de la uremière heurp. (sa carte porte le n° 90)_ c'f'~ dès 19~~ au'il fut nommé gauleiter de la Prusse orientale. La Polmme envl'l.hie par les armées allP.mannes. son nouvoir s'Ptenn à une partie (hl territQire uolOTIl'ds. Tl v 01'!! anise ~4 Cl'lmnS mmitifs et 71 Cl'lmps d'extermination pour lp.; ponlll~tions juives, où sont I1si'assinpes 72.000 per- (Suite page 6.) Menées racistes et antisémites •• UN DOSSIER IMP MENSONGES A GOGO (S) D'ignobles tr a cts diffusés dans les 4' et 10' arrondts Le matin même du référendum, dans les 4' et 10' arrondissements de Paris, des tracts antisémites (fac-simile ci contre) , ont été massivement diffusés par des individus circulant en voitures. « M usulmans et Français, proclament ces tracts, pour redevenir amis, sach ez que le «Juif» est votre ennemi, qu' il soit anglais, français, américai n, cet apatride «communiste» travaille contre votre destin, vous divise aujourd'hui avec v ot re argent, pour régner demain. Alor s, votez OUI la m ain dans la m ain . » Les éléments qui provoquent ainsi à la h aine an t isémite wnt également des racistes, qui ne man quent aucune occasion de calomnier et d'attaquer les musulmans. Qu'ils s'efforcen t , dans ce cas précis, de mett re ces dern iers de leur côté n'est pas pour n ous étonner. Dans leur rage à diviser et à dresser les hommes les uns contre les aut res, ils sont coutumiers tout aussi bien du procédé cont raire. . Mais on ne peut que dén oncer avec dégoût ces appels grossier s aux passions les plus basses et cette tentative d'expliquer l'opposition entre « Fran çais et musulmans » (c'est-à-dire, en cla ir, la guerre d'Algérie), par une prétendue volonté des juifs. Tous les moyens sont bons, évidemment, pour escamoter les données véritables du problème. Cert es, les « arguments » ainsi avan cés n'auront peut-être pas convaincu beaucoup d'électeurs en ce qui concerne le referendum . Ce qui demeure, c'est l'excitation à la haine, c'est le poison antisémite abondamment répandu. Et le fait - tout de même assez scandaleux - que cette opération mot orisée ait pu se réaliser au grand jour, pendant des heures, sans que les pouvoirs publics interviennent le moins du monde. Pas même rue François-Miron, à deux pas de ce commissariat où, en avril dernier, 14 juifs algériens furent injuriés et brutalisés de la façon que l'on sait. ••• el dan;l le 15- Plusieurs correspondants nous ont fait parvenir un tract ronéotypé, distribué abondamment dans le 15' à la veille du référendum, tract qui semble émaner du « Mouvement Jeune Nation». On y trouve développé avec la mauvaise foi habituelle, mais avec une accumulation de perfidies rarement atteinte, le thème de la « domination juive». Les juifs seraient, partout, cause de tout ce qui va mal, et cela grâce à la démocratie, leur régime par excellence. Il suffit, pour le « démontrer», de quelques affirmations dont le caractère mensonger n 'a d'égal que l'aplomb avec lequel elles sont avancées. A quoi l'on ajoute quelques noms de juifs, plus ou moins fantaisistes, pris dans tous les milieux, en faisant croire qu'il y a entre eux un lien secret et que leur existence même constitue la preuve d'une scandaleuse conspiration. Par ce même procédé on pourrait facilement démontrer que la finance, le gouvernement, la presse, la radio, etc... sont aux mains des protestants, des Auvergnats, des avocats, ou même - photos à l'appui - des myopes ou des chauves. Pour jeter par terre ces absurdités criminelles , il suffirait évidemment de demander en quoi les choses se sont améliorées lorsque, sous l'occupation, les Pétain, les Xavier Vallat et consorts ont prétendu résoudre tous les problèmes par ... l'élimination des juifs. Mais s'il est du devoir des antiracistes d'argumenter avec ceux qui se laissent bêtement tromper par une telle propagande, il existe, pour répondre aux provocateurs, des lois réprimant l'excitation à la haine entre les citoyens en raison de leur race ou de leur religion. Il est aussi de notre devoir de demander avec force aux pouvoirs publics l'application sévère de ces lois, au lieu de l'inquiétante mansuétude dont ils font preuve en ce moment. Suprême argument • • M. Alexandre P ., boulevard Magenta à Pa ris, h a bite depuis 25 ans dans le même immeuble. Il n'a jamais eu le moindre désaccord a vec ses voisins. Tailleur, il accomplit consciencieusement sa tâche quotidienne. Citoyen comprenant ses responLes manifeita tiuns (1 'antisémit i6me et (le r acisme se multipliant, le M.R.A. P. a décid i· .l'inter venir auprès des pouvoirs publics pour demander im,tammen t que cesse la mansuétude dont b énéficient ceux qui se livrent il cette agitation scandal eu se. A cet effet, le M.R.A .P. entend constitu er r apidement un dossier, a ussi complet que possib le. Il s'est adressé à de nombr eu ses associations pour les inviter à fa ire connaître toutes informations qui se trouveraient en leur possession . au sujet des menées antisémites et ra cistes. Cette enquête !'onfirme les fa its signal é3 dans la dernière p ér iode par « Druit et Liberté». et nous a fourni cn part ie la matière du présent numéro . Nous deman dons il nos lecteurs (l' appuyer , eux aussi, l'initiative du lVI.R.A.P. en lIOUS faisant parvenir d 'urgence tous les éléments lu sceptibles de compléter ce rlossier . ~----~~.:.---192.168.254.42 Comme au temps de Il Je suis partout" Au début d'octobre , « Riva rol » a pu - une multitude de factions , sous-groupes, bl ,é sur une page entière - pas moins - sous-tendances et sous-nuances, dès qu' il une profession de foi raci s te de son pr in- s'agit de racisme, ils redeviennent instanci pa l coll aborate ur, P.-A. Coustea u. tanément monolithiques et adhèrent à la Condamné à mort au lend emain de la condamnation péremptoi re, sans appel, de' M. Etiemble : « Le racisme est le seul pégue rre pour ses ac t iv ités au service de l' en- ché inexpiable » . nemi, Cousteau a été li béré il y a quelqu es années. Ses tous premiers a rt ic les Ainsi, Cousteau reconnaît que chez nous, dilns « Rivarol » éta ient, il faut le d~re , les porte-pa role 1 les plus qua lifiés des empre ints d 'une certaine prudence. Ma is grands courants politiques et philosophiques bien vi te, il a compris qu' il ne risqua it pas sont opposés a u racisme. grand -chose ; et , surtout de puis que l'a C'est ce qui'e met e n rage. C'est pourre joint son comp.: ice Rebatet - condamné quoi il estime de « son devoir » de rasà mort comme lu i et qui, comme lui , of- semt. ler dans sa longue diatribe toutes les f icia sOus l'occupation à « Je Suis Partout» « idées », tous les « arguments» que Ro- _ il estime n'avoir absolument ri en à senberg et les a utres « théoriciens» nazis cra indre. Il ne prend même plus la pré- ont pu inventer pour justifier leurs crimi J ca ution de masquer ses pos it ions sous une ne ll es e ntreprises. tournure de fausse iron ie. Il affirme. l' se C' asse r les hommes non pas selon leurs montre tel qu' i.! est : fascis te, raci ste. qualités, leurs actes, leur valeur, mais selon la couleur de leur peau, voi'à selon lui Et son article du 2 octobre est , sans (Suite page 6.) doute, ce qui a é té écrit de plus scanda - , ______ _ _ __________ _ leux en France depuis la Libération, en vue de justifier le ra cisme. Cela commence par un amer développement sur l'unanimité antiraciste qui s'est réalisée en France à de nombreuses occasions

« Il ne s'élève jamais, tant à droite

qu'à gauche la moindre voix pour défendre, justifier, rationaliser, les réflexes de défense raciste », se plaint Cous teau. « Bien au contraire, il s'est fait sur ce point une sorte d' unanimité des clercs, que l'on ne retl'ouve nulle part ailleurs et qui ne laisse pas d'être quelque peu déconcertante. Car, en somme, alors que nos intellectuels d'Occident s'éparpillent sur les autres grands problèmes - et aussi sur les petits - en l'injure journaux, sans que les pouvoirs publics réa gissent. Indiquons que le M.R.A.P. dispose d 'un collectif d'avoca ts, auxquels il est toujours possible de f aire appel chaque fois que les circonst a nces l'exigent. ... et J J div ertisser Une revue médicale « Divertissements », a publié récemment une caricature antisémite, qui a provoqué la protestation de plusieurs médecins. Le Dr G. Rosanoff, de Nice, président pour le Sud-Est de l'Association des Médecins Israélites de France (A.M.LF.) écrit, par exemple, au directeur de cette revue : « Je trouve dans votre numéro 6 de juin 1958, à la page 4 (en bas et à gauche) un dessin Gui rappelle étrangement ceux du « Gringoire » de l'occupation . « J'ajoute que ce dessin, peu digne d 'un journal français s'adressant en principe à une élite, est d'une pauvreté intellectuelle qui ne fait honn eur ni à son auteur, ni à celui qui en a toléré l 'insertion. « Je vous prie donc, à l'avenir de bien vouloir cesser de m'adresser une M. Auguste Schwenk, P a ris-11', dans une lettre que nous tran smet « La Presse Nouvelle», signale plusieurs incidents de caractère antisémite qui se sont produits dans sa maison. Ayant mis au-dessus de sa porte un carton avec l'inscription « Att ention à la peinture », les mots « sale juif» (sic ) a insi que deux croix gammés y ont ét é a joutés pendant la nuit. A la veille du référendum, une croix de Lorr a ine et le mot « oui» ont été b a rbouillés sur cette même porte par la même main. sabilités, il s'est engagé dès le début de ,---- ------------------ --------------- --Dans cet immeuble également, la porte de l'atelie r d 'un a rtisan juif ma roquinier a été grossièr ement souillée à la peinture à l'h u ile. La lettre de M. Schwenk faisait suite à l'annonce de l'initia tive prise pa r le M.R.A.P. de constituer un dossier sur les menées a n tisémites et r acist es. Nous en citons la conclusion: « Vous pouvez être assurés que votre courageuse initiative est approuvée et s outenu~ par tous les honnêtes gens ». ..* ' " la guerre. Juif, il a perdu d ans la tourmente 50 membres de sa famille, déportés, et son frère, sergent, mort sur le champ de bataille, en Allemagn e, en 1945. C'est à la fin de septembre que l'incident est survenu. Un voisin grincheux, connul' da ns l'immeuble pour son cara ct ère peu fa cile, s 'en est pris à M. P . pour une question de poubelles. Et l 'injure a j a illi : « Sa le juif! » .... Deux a utres locataires, présents à cette h eure, sont intervenus, ont dit leur indign ation, se sont solidarisés avec M. P. Ils se sont inscrits comme t émoins ...

Telles sont les coiiséquences da ns la vie de tous les jours, des excita tions a ntisémites multipliées p ar tracts, a ffiches et UNE TENTATIVE D'INCENDIE Du faubourg Saint-Antoine à la rue de Charenton, le passage du Chantier se glisse entre les vieilles maisons du quartier de la Bastille, toutes bourel. onnantes du t ravail des artisans. Epargné par la circulation automobile, en raison de sa faible la rgeur, il bénéficie, quoique laborieux, d'une tranquillité assez rare dans Paris. Cette t ranquillité fut troublée, brusquement, au milieu de la nuit du 25 au 26 septembre. Vers une heure du ma tin, des flammes jaillirent au rezde- chaussée du n° 10. Fort heureusement, il se trouva des passants pour donner l'alerte. Le début d'incendie put être rapidement maîtrisé. De l'enquête, ouverte le lendemain matin, il résulte clairement que nous avons affaire à un attentat : le feu a été mis dans un atelier du meuble par des torches enflammées, introduites à travers le grillage de protection, à la faveur d'un carreau cassé. Cet atelier est le seul du passage qui appartienne à un juif, M. Tuchmüntz, dont le nom est indiqué en • lettres t rès visibles sur une plaque, tout à côté d'un bec de gaz. - L es dégâts sont insignifi ants, n ou.s a dit M. 'Tuchmüntz, encore bouleversé, parce que le hasard à voulu qu'on puisse intervenir aussitôt. Mais, voyez, nous avons ici du bois, de la laine, du tissu : on imagine avec horreur ce qui aurait pu se passer ... - Pensez-vous que vous étiez personnellement visé ? - Je ne peux pas le croire. J'habite ici depuis 22 ans, et je vis en partait (Suite page 6,) UNANIMITE j (Suite de la page 1.) propre maison: « Juif, contagieux ... ». Quelques mois après, ma maison était détruite par les bombardements, et avec elle la plupart des maisons de Vitry-le-François. Et puis, il y a eu la défaite, l'occupation, l'étoile jaune, l ' antisémitisme d'Etat... Ceux qui attaquaient les juifs sont devenus des collabos, des traitres à notre pays ... Aujourd'hui, Vitry-le-François est une a gglomération charmante et tranquille, mirant dans la Marne ses maisons toutes neuves, croisant avec rigueur ses rues rectilignes, qu'animent les jours de marché. Mais comment oublierait-on les tragiques leçons du passé, dans cette ville martyre, détruite à 93 % ? Près de la synaJogue reconstruite, s'élève un monument où t'on peut lire les 38 noms des juifs qui ne sont pas revenus des camps n azis. Chaque année, la population du quartier vient solennellement y déposer une gerbe, condamnant en une même pensée l'ant isémit isme et la guerre. « La vie des Isr aélites s'est trouvée liée à celle de la v ille depuis t oujours: plusieurs d'entre eux ont fait partie du Conseil municipal», écrivait il y a quelques mois le quotidien local « L 'Union» dans un long article consacré à l'histoire de la communauté juive. Et il poursuivait : « La communauté compte très peu de familles nouvelles; les vieilles familles juives de Vitry, depuis un ou plusieurs siècles, sont très connues et estimées dans la cité». Les mêmes r éflexions Tout cela - ces souvenirs proches et lointains, cette cohabitation harmonieuse - explique la riposte exemplaire de Vitry-le-François aux trublions antisémites. Dès le 25 septembre, le Conseil municipal, saisi de l'affaire, élevait une protest ation unanime. Le Maire, M. Juif (qui, malgré son nom ... ne l'est pas) nous a dit combien ses concitoyens étaient étrangers à l'antisémitisme. « On ne peut tout de même pas classer les gens selon leur r eligion, nous a-t-il déclaré. Il y a les honnêtes gens et les malhonnêtes, voilà tout 1 Et ce qui est certain, c'est que l 'on n'a r ien à reprocher à aucune famille i sraélite de Vitry-le-François ». « C'est insensé 1 ... » « C'est indigne 1 » « C'est inadmissible 1 ... », nous avons entendu partout les mêmes réflexions UN APPEL A L De nombreuses personna l ités de Vit ry- ' e- Fra nçois, conseille rs muni cipa ux de toutes t endances, d:ri geants des d ivers syndicats, représenta nts des d iffé rentes con fess ions et coura n ts philosophiqu es, professeurs et inst ituteu:s, ont signé la décl a rat ion su iva nte : Des inscriptions menaçantes ayant été faites récemment sur les demeu,' es ou les magasins de plusieurs is,' aélites de Vitry-le-François, lei soussignés, certains d'exprimer les .NV\IVVVVVVVVVV I---D- _O_S_S_ I E_ R_ _I_ M_P_R_E__S_ S _IO_ N_ _N A_ _T Contr (S) ndts dans les es tracts été mas' irculant lent ces le «Juif» français, travaille ourd'hui n. Alors, alement attaquer derniers dresser bien du passions nçais et étendue camoter nvaincu tisémite n motoles pou- Miron, furent pé, dissemble e accujuive ». e à la er», de 'aplomb 1s, plus u'il y a e d'une inance, stants, pes ou mment pation, es proqui se pondre itoyens publics ont ils • • jure a à cette r indiM. P. s ... la vie antiséhes et roduiction, ssage Tuchvousitôt. bois, agine pasperabite rfait Les manifp-;,ta tio ns (l 'antisémiti,,me et de r aci sme se multiphant, le M.R.A.P. a t1 écidf 41'intervenir auprès ries pouvoirs publics pour demander in"tamme llt que cesse la lnansuétude donl bénéficient ceux qui se livrent il cette a~itation scandaleuse. HUMOUR (anti-) NOIR ... Un Secré A cet effet, le M.R.A .P. entend constituer rapidement un dossier, aussi complet que p ossib le. Il s'est adressé à tle nombr euses association s pour les inviter à faire connaître toutes inIormations qui se trouveraient en leur pO::lsession. au sujet de;, menées antisémites f't racistes. Cp-tte enquête ('onfinnp- les faits signalés dans la dernière p~riode par 4( Droit et Liberté». et nous a fourni en partie la matière du présent nunléro. ous denlantlons il nos lecteurs d 'appuyer, eux aussi, l'initiative du lVl.R.A,P. en nous faisant parve nir d'urgence tous les éléments su scep tibles (le compléter ce dossier. ~--192.168.254.42..;-.:::--:::-~~ Comme au temps de JJJe suis partout" M. Alioune Diop, directeur de la revue Présence Africaine, nous communique la lettre suivante, qu'il vient d'adresser au directeur de la Mutuelle Générale de l'Education Nationale « Monsieur le Directeur, « En ouvrant le dernier numéro de « Mutuelle Générale de l'Education Nationale » (octobTe 1958), j'ai eu la surprise de tombeT SUT un dessin humoristique de Siné qui, en d'autTes circonstances m'aurait moins frappé, mais qui paTaissant dans un journal d'Universitaires n'a pas été sans m'inquiéter. « Il s'agit d'un Nègre, un os au travers du nez, qui surveille la cuisson d'un Blanc dans une grosse marmite, « Ce n'est pas tant la nature ou le Au début d' octobre, « Rivarol » a pu- une multitude de factions, sous-groupes, thème précis du dessin qui m'ont chobLé sur une page entière - pas mQins - sous-tendances et sous-nuances, dès qu'il qué. C'est le fait qu'au moment où une profession de foi raciste de son prin- s'agit de racisme, ils redeviennent instan- l'U.N.E.S.C.O. et diverses organisations cipal collaborateur, P,-A. Cousteau. tanément monolithiques et adhèrent à la mondiales s'efforcent de réhabiliter les condamnation péremptoire, sans appel, de' races dites injérieures, l'Université (ou Condamné à mort au lendemain de la M. Etiemble : « Le racisme est le seul pé- des Universitaires) tolèrent encore que guerre pour ses activités au service de l'en- ché inexpiable ». soit entretenue, dans l'imagination du nemi, Cousteau a été libéré il y a quel- peuple français, l'idée du nègre anthroques années. Ses tous premiers articles Ainsi, Cousteau reconnaît que chez nous, pophage, du nègre être inférieur et dans « Rivarol » étaient, il faut le d~re, les porte-parole 1 les plus qualifiés des immoral. empreints d'une certaine prudence. Mais 192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:36 (UTC)d~p~o~~asnt:up192.168.254.42i::~ et philosophiques « Il me semble que des images de bien vite, il a compris qu'il ne ri squait pas ce genre sont à faire disparaître de grand -chose ,' et , surtout depu,'s que l'a C'est ce qu,' .I, e met en rage. C'est pour- la presse et de3 livr-es. Ce serait la rejoint son comP.: ice Rebatet - condamné quoi il estime de « son devoir » de ras- meilleure preuve qu'on souhaite désorà mort comme lui et qui, comme lui, of- sembler dans sa longue diatribe toutes les mais l'égalité et la fraternité entre les ficia sOus l'occupation à « Je Suis Partout» « idées », tous les « arguments» que Ro- peuples de toute couleur. _ il estime n'avoir absolument rien à senberg et les autres « théoriciens» nazis craindre. 1\ ne prend même plus la pré- ont pu inventer pour justifier leurs crimi .l « S'ongez que l'initiative appartient caution de masquer ses positions sous une nelles entreprises. encore aux Occidentaux parce qu'Us ' tournure de fausse ironie. Il affirme. I! se C'asser les hommes non pas selon leurs détiennent la puissance, encore seuls. montre tel qu'i.! est: fasciste, raciste. qualités, leurs actes, leur valeur, mais se- « Cette puissance ne trahit pas seuEt son article du 2 octobre est, sans Ion la couleur de leur peau, voi'à selon lu,' lement" en les amplt'ft'ant les mot'ndoute, ce qui a été écrit de plus scanda- , ______ _S_u_it_e_p_a_g_e_6_._) _____ -' dres défaillances de leur inconscient; leux en France depuis la libération, en vue de justifier le racisme. Cela commence par un amer développement sur l'unanimité antiraciste qui s'est réalisée en France à de nombreuses occasions

« Il ne s'élève jamais, tant à droite

qu'à gauche la moindre voix pour défendre, justifier, rationaliser, les réflexes de défense raciste », se plaint CQusteau. « Bien au contraire, il s'est fait sur ce Doint une sorte d'unanimité des clercs, qu~ l'on ne retl'ouve nulle part ailleurs et qui ne laisse pas d'être quelque peu déconcertante. Car, en somme, alors que nos intellectuels d'Occident s'éparpillent sur les autres grands problèmes - et aussi sur les petits - en l'injure journaux, sans que les pouvoirs publies réagissent. Indiquons que le M.R.A.P. dispose d'un collectif d'avocats, auxquels il est toujours pOSSible de faire appel chaque fois que les circonstances l'exigent. ... et JJdivertissements" antijuifs Une revue médicale « Divertissements », a publié récemment une caricature antisémite, qui a provoqué la protestation de plusieurs médecins. Le Dr G. Rosanoff, de Nice, président pour le Sud-Est de l'Association des Médecins Israélites de France (A.M.l.F.) écrit, par exemple, au directeur de cette revue : « Je trouve dans votre numéro 6 de juin 1958, à la page 4 (en bas et à gauche) un dessin aui rappelle étrangement ceux du « Gringoire » de L'occupation. « J'ajoute que ce dessin, peu digne d'un journal français s'adressant en principe à une élite, est d'une pauvreté intellectuelle qui ne fait honneur ni à son auteur, ni à celui qui en a toléré l'insertion. « Je vous prie donc, à l'avenir de bien vouloir cesser de m'adresser une brochure qui, loin de me procurer un divertissement, m'attriste... » D'autre part, cinq médecins de Chateauroux expriment au directeur de « Divertissements » leur indignation de voir publiel' ainsi « une caricature qui se prétend originale et spirituelle, mai3 qui, en réalite, provoque le dégoût, et n'est qu'une copie de ce qui paraissait dans les torchons nazis aux temps de l'occupation ». On comprend sans difficulté l'ëmotion des lecteurs de « Divertissements ». Leur vigilance et leur prompte réaction devraient bien inspirer le Parquet, seul habilité à sévir contre toutes les excitations de ce genre à la haine entre les citoyens. Nul doute qu'une stricte application de la loi découragerait ceux qui estiment aujourd'hui pouvoir ressuciter dans la presse le style de Vichy. ses effets demeurent r edoutables sur l'opinion publique. « C'est pourquoi les professeurs, du moins, devraient s'acharner à combattre une tradition raciste, indigne de l ' Université française et incompatible avec ses plus hautes valeurs. « Veuillez agréer ... » Des excitations intolérables En communiquant cette lettre au M.R.A.P., M. Alioune Diop écrit: « Ne conviendrait-il pas a/entreprendre une campagne contre une certaine tradition de dessin humoristique, qui tend à dévaloriser l'humanité noire ? « Le dessin qui a occasionné cette lettre n'e3t pas le seul. Une certaine presse continue de nourrir le peuple d'images fausses et de sentiments malsains. « Votre organisation ne pourrait-elle envisager une forme d'action contre ce mépris facile du nègre ? » Nous nous associons d'autant plus volontiers à la protestation de M. Alioune Diop, que nous avons maintes fois dénoncé dans nos colonnes cette forme d'excitation à la haine, d'une indéniable gravité en dépit de son apparence anodine. Cet aspect de la propagande raciste sera souligné dans le document que le M.R.A.P. doit soumettre d'ici peu aux pouvoirs publics, seuls habilités dans le cadre de la loi actuelle, à intervenir contre de tels abus Il est certain d'autre part qu'une campagne particulière est nécessaire, surtout dans la période présente, et le M.R.A.P. est décidé à l'engager en accord avec nos amis africains. Une première réponse D'ores et déjà, la lettre de M. Alioune Diop au directeur de la Mutuelle Générale de l'Education Nationale, lui a valu cette réponse : « Votre lettre du 15 octobre 1958, relative à un dessin « humoristique» paru dans le dernier numéro de la M.G.E.N. ne rh/a vas surpris. « J'ai moi-même été choqué par cet « humour » sans humour et ne manquerai pas de faire part aux respon3ables de votre étonnement et du mien. « L'idéal que vous évoquez est celui de l'Université tout entière et je ne ferai pas compliment à Siné de cette intempestive caricature de propagande ... » Nous ne doutons évidemment pas que les sentiments antiracistes soient profondément enracinés dans l'Université. Et nous sommes certains que toutes mesures seront prill.es pour que de tels faits ne se reproduisent plus dans une publication ayant quelque rapport avec le milieu enseignant. Mais l'intervention de M. Diop était utile, et elle aura attiré opportunément l'attention sur un problème qui requiert la vigilance constante et l'action des antiracistes. L 'EXP.C~IT qUI vien s'est ter: festation symbc Invitée par Fédération in tel de l'Homme y annuel, sous la Paul-Boncour . L'objet princ était d'établir U I tion des Droits, monde, dix ans tion de la Il selle J) . Avec il la Fédération Droits de l'Hor que ce bilan i points, un bilan Faite dans le tion qui vena quarante millior réalisations les r l'intelligence hu 'constatation aVél chose d'e tragiq par sa science, , que la plupart c ture, et sait, auj de la pesanteur terre, n'a pas en pecter lui-même Trop souvent er meure, hélas ! u me. Les haines r politiques ou soc sé de les dressl uns contre les a certaines manil portent à croire ( vent plus que ja rançon du progr être un retour à Sur ce point r ration internatio l'Homme a lanc, que d 'e tous les 1 voici le texte : « Emue de la différents points nifestations viole la haine raciale 0 gieux, et atteigna de brutalité dignf reculés, Il Estimant qt sions de haine dé S'y abandonnent, plices ceux qui l, J) La Fédéral IV\/V\IV\JV\.JV UNANIMITE A VITRY-LE-FRANÇOIS (Suite de la page 1.) propre maison: « Juif, contagieux ... ». Quelques mois après, ma maison était détruite par les bombardements, et avec elle la plupart des maisons de Vitry-le-François. Et puis, il y a eu la défaite, l'occupation, l'étoile jaune, l'antisémitisme d'Etat ... Ceux qui attaquaient les juifs sont devenus des collabos, des traitres à notre pays ... Aujourd'hui, Vitry-le-François est une agglomération charmante et tranquille, mirant dans la Marne ses maisons toutes neuves, croisant avec rigueur ses rues rectilignes, qu'animent les jours de marché. Mais comment oublierait-on les tragiques leçons du passé, dans cette ville martyre, détruite à 93 % ? Près de la syna60gue reconstruite, s'élève un monument où l'on peut lire les 38 noms des juifs qui ne sont pas revenus des camps nazis. Chaque année, la population du quartier vient solennellement y dépo- • ser une gerbe, condamnant en une même pensée l'antisémitisme et la guerre. « La vie des Israélites s'est trouvée liée à celle de la ville depuis toujours: plusieurs d'entre eux ont fait partie du Conseil municipal», écrivait il y a quelques mois le quotidien local « L 'Union» dans un long article consacré à l'histoire de la communauté juive. Et il poursuivait: « La communauté compte très peu de familles nouvelles; les vieilles familles juives de Vitry, depuis un ou plusieurs siècles, sont très connues et estimées dans la cité». Les mêmes réflexions Tout cela - ces souvenirs proches et lointains, cette cohabitation harmonieuse - explique la riposte exemplaire de Vitry-le-François aux trublions antisémites. Dès le 25 septembre, le Conseil municipal, saisi de l'affaire, élevait une protestation unanime. Le Maire, M. Juif (qui, malgré son nom ... ne l'est pas) nous a dit combien ses concitoyens étaient étrangers à l'antisémitisme. « On ne peut tout de même pas classer les gens selon leur religion, nous a-t-il déclaré. Il y a les honnêtes gens et les malhonnêtes, voilà tout 1 Et ce qui est certain, c'est que l 'on n'a rien à reprocher à aucune famille israélite de Vitry-le-François», « C'est insensé 1 ... » « C'est indigne 1 » « C'est inadmissible 1 ... », nous avons entendu partout les mêmes réflexions indignées: que ce soit du maire-adjoint, M. Amblard (M.R.P.) ou de M. Benad, conseiller radical, de M. Armand, conseiller communiste, professeur au collège, ou de l'archiprêtre, M. Hardy, qui décida d'alerter ses fidèles, en chaire, le dimanche suivant. Partout, le même désir de « faire quelque chose», de « ne pas laisser passer ça » ... Il n'est pas sans intérêt de rappeler que, lors du referendum, que)ques jours plus tôt, les uns avaient voté « oui», les autres « non » ... Un article de « L'Union )) Sous le titre: « Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix s'est ému des graffiti tendancieux relevés sur des maisons d'israélites », le journal « L'Union» s'est fait l'écho de nos démarches dans l 'article suivant: UN APPEL A LA P ')PULATION De nombreuses personnal ités de Vitry- 'e-François, conseillers municipaux de toutes tendances, d:rigeants des divers syndicats, représentants des différentes confessions et courants philosophiques, professeurs et instituteu ~ s, ont signé la déclaration suivante : Des inscriptions menaçantes ayant été faites récemment sur les demeu,' es ou les magasins de plusieurs isl'aélites de Vitry-le-François, les soussignés, certains d'exprimer les sentiments de toute la population s'élèvent avec indignation contre ces méthodes déshonorantes. L'antisémitisme, qui a fait naguère tant de victimes innocentes, reste lié aux plus pénibles épreuves subies par notre pays. Les républicains se doivent de condamner énergiquement et d'empêcher que rena issent aujourd 'hui de telles moeUI'S, contra ires à l'idéal démocratique et aux plus nobles hadit ions françaises. « Nos lecteurs. ,se s01fviennent que, exacts - en notre vi lors ~e. la deuxteme seance du Conseil seigner directeme1 Mumctpal : celle qui eut lieu le jeudi « D'après ce que 25. se1!te:n~re, un merr;bre de l'assem- nier a pris conta b~ee etatt tn~ervenu d une façon éner- notabilités locales, gtque pour stgnaler les « faits d'arme» venu d'un comm' ~e certain.s inconnu~ qui, voulant peut- une protestation letre proftter des ctrc0n.staTl;ce~, alors méthodes qui ne q!-le, l ensemble de la natwn etatt appe- cu ne occasion, aVG le a se prononc~r p'our ou contre un~ « Cette protestat nouve.lle Consttt1!t.wn, se plurent a on dit, adressée a' couvnr d.e « grafftt.t ? les murs de quel- sentants des mili, q.ues mat~0Tl;S . habttees par des Israé- courants de pensé! ltte,s, . ce~t, evtde.mment, alors que la de façon à ce que, nutt etatt compltce. prononcée la cond « Le fait, qu'on voudrait pouvoir mettre au compte de certains cerveaux un peu excités, comme il en existe dans tous les milieux les plus divers fut jugé comme il se devait par l'en~ semble de nos édiles. {( Certains de nos concitoyens d'origine israélite, dont beaucoup périrent dans des conditions atroces dans les c~mps ou les fours crématoires, ne goûterent que fort peu, cela se conçoit, une telle manifestation « sentimentale » qui, il faut bien le dire, dépassait de loin les limites permises. « Aussi, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix p!ésidé par M . !:éon Lyon-Caen, pré~ stdent honoraire de la Cour de Cassation, comprenant parmi les membres du Comité d'honneur de très hautes personnalités, fut-il alerté. « L'un des dirigeants du Mouvement est venu, il y a quelques jours - le 2 octobre, si nos renseignements sont sémitisme. « Déjà, nombre été, parait-il, recul La protestation article est celle qUI ci-contre et qui, al été signée, sans ex que la ville comptl sentatifs. ' Un ex Riposte exempla A. plus d'un titre: VIgoureuse, unanin tant véritablement la population. En ces heures une nette recrudes( antisémite et racist a mis résolument que ces moeurs néj avoir cours dans l'on doit, que l'on opposer. I---E_S, S I_ O_ N _N A T Contre toutes les haines HUMOUR (anti-) NOIR ... Un article de Suzanne Secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme. M. Alioune Diop, directeur de la revue Présence Africaine, nous communique la lettre suivan te, qu'il vien t d'adresser au directeur de la Mutuelle Généra le de l'Educa tion Nationale « Monsieur le Directeur, « En ouvrant le dernier numéro de « Mutuelle Générale de l 'Education Nationale» ( octobre 1958), j'ai eu la surprise de tomber sur un dessin humoristique de Siné qui, en d'autres ci rconstances m'aurait moins frappé, mais qui paraissant dans un journal d' Universitaires n'a pas été sans m'inquiéter. « Il s'agit d'un Nègre, un os au travers du nez qui surveille la cuisson d'un Blanc dans une grosse marmite, « Ce n'est pas tant la nature ou le thème préCiS du dessin qui m'ont choqué. C'est le fait qu'au moment où l'U.N.E.S.C.O. et diverses organisations mondiales s'efforcent de réhabiliter les races dites injérieures, l'Université (ou des Universitaires) tolèrent encore que soit entr.etenue, dans l'imagination du peuple français, l'idée du nègre anthropophage, du nègre être inférieur et immoral. « Il me semble que des images de ce genre sont à faire disparaître de la presse et de:; livr,es. Ce serait la meilleure preuve qu'on souhaite désormais l'égalité et la fraternité entre les peuples de toute couleur. « Songez que l'initiative appartient , encore aux Occidentaux parce qu'ils détiennent la puissance, encore seuls. « Cette puissance ne trahit pas seulement, en les amplifiant, les moindres défaillances de leur inconscient .. ents" antijuifs brochure qui, loin de me procurer un divertissement, m'attriste ... » D'autre part, cinq médecins de Chateauroux expriment au directeur de « Divertissements » leur indignation de voir publiell ainsi « une caricature qui se prétend originale et spirituelle, mai:; qui, en réalite, provoque le dégoût, et n'est qu'une copie de ce qui paraissait dans les torchons nazis aux temps de l'occupation ». On comprend sans difficulté l'émotion des lecteurs de « Divertissements ». Leur vigilance et leur prompte réaction devraient bien inspirer le Parquet, seul habilité à sévir contre toutes les excitations de ce genre à la haine entre les citoyens. Nul doute qu'une stricte application de la loi découragerait ceux qui estiment aujourd'hui pouvoir ressuciter dans la presse le style de Vichy. ses effets demeurent redoutables sur l 'opinion publique. « C'est pourquoi les professeurs, du moin s, devraient s'acharner à combattre une tradition raciste, indigne de l' Univer:;ité française et incompatible avec ses plus hautes valeurs. « Veuillez agréer ... » Des excitations intolérables En communiquant cette lettre au M.R.A.P., M. AUoune Diop écrit: « Ne conviendrait-il pas d'entreprendre une campagne contre une certaine tradition de dessin humoristique, qui tend à dévaloriser l'humanité noire ? « Le dessin qui a occasionné cette lettre n 'e:;t pas le seul. Une certaine presse continue de nourrir le peuple d'images fausses et de sentiments malsains. « Votre organisation ne pourrait-elle envisager une forme d'action contre ce mépris facile du nègre ? » Nous nous associons d'autant plus volontiers à la protestation de M. Alioune Diop, que nous avons maintes fois dénoncé dans nos colonnes cette forme d'excitation à la haine, d'une indéniable gravité en dépit de son apparence anodine. Cet aspect de la propagande raciste sera souligné dans le document que le M.R.A.P. doit soumettre d'ici peu aux pouvoirs publics, seuls habilités dans le cadre de la loi actuelle, à intervenir contre de tels abus Il est certain d'autre part qu'une campagne particulière est nécessaire, surtout dans la période présente, et le M.R.A.P. est décidé à l'engager en accord avec nos amis africains. Une première réponse D'ores et déjà, la lettre de M. Alioune Diop au directeur de la Mutuelle Générale de l'Education Nationale, lui a valu cette réponse : « Votre lettre du 15 octobre 1958, relative à un dessin « humoristique» paru dans le dernier numéro de la M.G.E.N. ne m'a vas surpris. « J'ai moi-même été choqué par cet « humour » sans humour et ne manquerai pas de faire part aux respon3ables de votre étonnement et du mien. « L'idéal que vous évoquez est celui de l'Université tout entière et je ne ferai pas compliment à Siné de cette intempestive caricature de propagande ... » Nous ne doutons évidemment pas que les sentiments antiracistes soient profondément enracinés dans l'Université. Et nous sommes certains que toutes mesures seront pri~es pour que de tels faits ne se reproduisent plus dans une publication ayant quelque rapport avec le milieu enseignant. Mais l'intervention (le M. Diop était utile, et elle aura attiré opportunément l'attention sur un problème qui requiert la vigilance constante et l'action des antiracistes. L 'EXPCSlT lON de Bruxelles, q,ui vient ?e, clore ses porte~ , s est terminee sur une manifestation symbolique. In vitée par la Ligue belge, la Fédération internationale des Droits de l'Homme y a tenu son Congrès annuel , sous la présidence de ]. Paul-Boncour . L'objet principal de ce Congrès é tait d'établir un bilan de l'application des Droits de l'H omme dans le monde, dix ans après la promul ~ation de la « Déclaration universelle » , A v'ec inquiétude et regret la Fédération internationale des Droits de l'Homme a dû constater que ce bilan était, sur bien des points, un bilan d e faillite. Faite dans le cadre d'une exposition qui venait de montrer à quarante millions de ViSiteurs les réalisations les plus prestigieuses de l'intelligence humaine - une telle ç constatation avait en soi quelque chose de tragique. L'homme qui, par sa science, dompte et domestique la plupart des forces de la nature, et sait, aujourd'hui, se libérer de la pesanteur qui le rivait à la terre, n'a pas encore appris à se respecter lui-même en ses congénères, Trop souvent encore, l'homme demeure, hélas ! un loup pour l'homme. Les haines raciales, religi'euses, politiques ou sociales n'ont pas cessé de les dresser aveuglément les uns contre les autres : bien plus, certaines manifestations récentes portent à croire que ces haines s'avivent plus que jamais: comme si la rançon du progrès technique devait être un retour à la barbarie. Sur ce point particulier, la F édération internationale des Droits de l'Homme a lancé à l'opinion publique d'e tous les pays un appel dont voici le texte : « Emue de la recrudescence. en différents points du globe, de manifestations violentes, inspirées par la haine raciale ou le fanatisme relides Droits de l'Homme, réunie en Congrès à Bruxe lles le 1 6 octobre 1958. » Rappelle que tous les êtres humains sont égaux en droits, et lance un pressa nt ap pel à r opin ion publique de tous les pays, pour qu'en toutes circonstances, 'elle marque effic'a t ement sa réprobation d evant toutes les violences d'origin'e ra ciale, religieuse, politique, wciale cu p olicière, 'et pour qu'elle exige, contre ceux qui s 'en re ndent coupables, des sanctions exemplaires, propres à 'en empêcher le retour. » II est facile à chacun de situer géographiquement les violences auxquelles ce texte fait allusion. Violences qui ne sont malhet-ireusement plus l'apanage de peuples encore barbares, puisqu'elles se sont produites aussi dans des pays de vieille civilisation . l' ERT AINS 'esprits, trop facileIl ment résignés aux souffrances qui ne les atteignent pas, inclinent peut-être à considérer de teUes violences comme des accidents sans lendemain : bon prétexte à retomber dans une égoïste quiétude. .' Ils oublient 'que toute violence provoque une 'autre violence, que la haine appelle en contre-parti'e une autre haine, et que ceux qui suscitent ou tolèrent l'un'e ou l'autre risquent d'en voir retomber sur euxmêmes - ou sur la communauté dont ils sont membres - les effets néfastes. Haines et viol'ences ne résultent d'ailleurs pas d'une génération spontanée. Elles marquent l'aboutissement fatal de propos inconsidérés et d'accusations collectiv'es, forcément injustes puisqu'elles englobent sans nul doute des innocents. Elles sont Je fruit amer d'humiliations répétées et d'une méconnaissance systématique de la dignité humaine, que tous, aujourd'hui, individus et peuples, aspirent à voir reconnaître et garantie. gieux, et atteignant parfois un d'egré LE Franç'ais moyen - qui n'est de brutalité digne des temps les plus pas haineux par nature, mais reculés, qui oublie vite et n'aime pas » Estimant que de telles explo- prévoir de loin - considère volonsions de haine déshonorent ceux qui tiers que les explosions de haine ras'y abandonnent, et en rendent com- ciale, religieuse ou politique ne sont' plices ceux qui les tolèrent, pas à craindre dans notre doux pays . . de France. Faut-il donc lui rappe~er » La Fédération mternatlOnale - par exemple - l'antisémitisme IV\lV1fVVVVV\IV'VVNI..tV\/\/\/\I'VVVV'VUrv\.fV\J .t\J\, virulent du temps de l'Affaire DreyVITRY -LE-FRANÇOIS fus, le zèle excessif des miliciens français à exécuter, sous Vichy, les persécutions antijuives des nazis ~ Et, p lus près de nous, les sévices exercés, hélas ! par certains Français contre les indigènes d'Indochine ou d'Afrique du Nord? Se rendit compte que les guerres menées dans ces deux régions du globe - et dont il se plaint à juste titre - sont le résultat fatal de discriminations et d'oppressions raciales dont il ne s'est que trop désintéressé ? indignées : que ce soit du maire-adjoint, M. Amblard (M.R.P') ou de M. Benad, conseiller radical, de M. Armand, conseiller communiste, professeur au collège, ou de l'archiprêtre, M. Hardy, qui décida d'alerter ses fidèles, en chaire, le dimanche suivant. Partout, le même désir de « faire quelque chose», de « ne pas laisser passer ça » ... Il n'est pas sans intérêt de rappeler que, lors du referendum, quelques jours plus tôt, les uns avaient voté « oui», les autres « non » ... Un article de « L'Union » Sous le titre: « Le Mouvement conre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix s'est ému des graffiti tendancieux relevés sur des maisons d'israélites », le journal « L'Union» s'est fait 'écho de nos démarches dans l'article uivant: P ')PULATION entiments de toute la population 'élèvent avec indignation contre ces éthodes déshonorantes. L'antisémitisme, qui a fait naguère ant de victimes innocentes, reste lié ux plus pénibles épreuves subies ar notre pays. Les républicains se doivent de ondamner énergiquement et d'emêcher que rena issent aujourd'hui de elles moeUI'S, contraires à l' idéal déocratique et aux plus nobles haitions françaises . « Nos lecteurs se souviennent que, exacts - en notre ville pour se renlors de la deuxième séance du Conseil seigner directement. Municipal: celle qui eut lieu le jeudi « D'après ce que nous savons ce der- 25 septembre, un membre de l'assem- nier a pris contact avec no~bre de blée était intervenu d'une façon éner- notabilités locales et il aurait été congique pour signaler les «faits d'arme» venu d'un com"';'un accord d'élever ~e certain,s inconnu~ qui, voulant peut- une protestation pour condamner des etre 'proflter des clrc0n.sta1l;ce~, alors méthodes qui ne doivent plus, en fLUq! 1-e. 1 ensemble de la natwn etalt appe- cune occasion, avoir cours. le a se prononcer pour ou contre une « Cette protestation a été nous a-tnouve, lle Constit"ftion, se plurent à on dit, adressée aux ditfér~nts repré- COUVTlr ci.e « grafflt,l ? les murs de que!- sentants des milieux sociaux, et des q.ues mal~01l;s. habltees par des Israe- courants de pensée les plus différents, ltte,s, ,Ce?l, emde,mment, alors que la de façon à ce que, à l'unanimité, soit nUlt etalt complwe. prononcée la condamnation de l'anti « Le fait, qu'on voudrait pouvoir mettre au compte de certains cerveaux un peu excités, comme il en existe dans tous les milieux les plus divers, fut jugé comme il se devait par l'ensemble de nos édiles. « Certains de nos concitoyens d'origine israélite, dont beaucoup périrent dans des conditions atroces dans les camps ou les fours crématoires, ne goûtèrent que fort peu, cela se conçoit, une telle manifestation « sentimentale » qui, il faut bien le dire, dépassait de loin les limites permises. « Aussi, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, présidé par M. Léon Lyon'Caen, président honoraire de la Cour de Cassation, comprenant parmi les membres du Comité d'honneur de très hautes personnalités, fut-il alerté. « L'un des dirigeants du Mouvement est venu, il y a quelques jours - le 2 octobre, si nos renseignements sont sémitisme. « Déjà, nombre de signatures ont été, parait-il, recueillies». La protestation évoquée dans cet article est celle que nous reproduisons ci-contre et qui, après notre départ a été signée, sans exception, par tout' ce que la ville compte de citoyens représentatifs. Un exemple Riposte exemplaire, avons-nous dit. A plus d'un titre: parce qu'immédiate, vigoureuse, unanime, parce que reflétant véritablement l'état d'esprit de la population. En ces heures où nous constatons une nette recrudescence de l'agitation antisémite et raciste, Vitry-le-François a mis résolument le holà ! montrant que ces moeurs néfastes ne sauraient avoir cours dans notre pays et que l'on doit, que l'on peut partout s'y opposer. Que chacun de nous se garde donc de propos méprisants et de calomnies injustifiées env'ers des catégories entières d'individus en raison de leur seule origine 'ethnique ou de leurs traditions religieuses. Et qu'il se fasse un devoir de protester, s'il entend formuler autour de lui de tels propos inconsidérés qui, en s'additionnant créent, par définition , uJ'e atmosphère de violence.

Sinon, il aura sa part de responsa~

bilité ~ans les désordres qui peuvent survenir. N'oublions jamais que les haines collectives sont un reliquat de la S. barbarie primitive, et qu'elles ia-~ mènent l'homme au rang de l'animal. . Interdisons-les dès qu'eUes apparaissent

par respect de nous-mê-"

mes et de nos semblables, et pourgarder à la France son renom de ~ pays de la Liberté, de l'Egalité et ~ de la Fraternité : lequel reste, aux ~ yeux du monde entier, son plus) beau titre de gloire. S

'

Non, la xénophobie, ne résoudra pas les problèmes économiques! ... .....,...4 mai 2010 à 12:36 (UTC)192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:36 (UTC)-:;!1"'-.....::-4 mai 2010 à 12:36 (UTC)192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:36 (UTC)---~~----~ ....... --4 mai 2010 à 12:36 (UTC)~-::.---~----192.168.254.42 4 mai 2010 à 12:36 (UTC)--4 mai 2010 à 12:36 (UTC)~~..,..~--... L A céremonie annuelle d'installation du Tribunal de Commerce de la Seine donne chaque année à son Président l'occasion de décrire la situation économique du pays, du moins sous l'angle particulier ' qui est celui de ses fonctions. Cette fois, il fut évidemment question de la mévente, de la « recession », telles qu'elles peuvent apparaître dans le mouveme~ des faillites, lies règlements judiciaires ou des recouvrements de créances. Cependant, ainsi que le rapporte l'Agence Economique et Financière, le Président, M Lepeu, engagea l'analyse économique sur une voie inattendue. Tandis que trois ministres, MM. Debré, Michelet et Ramonet, l'écoutaient avec une surprise qu'on supposera gênée, il associa aux données de la crise économique l'hypothèse du « manque de moralité commerciale » et crut devoir spécialement désigner les étrangers et les naturalisés. Déjà, la notion de « moralité » n'est pas de celles qui contribuent à la connaissance économique; d'autre part, différencier la moralité, en termes qualificatifs, du commerçant de souche périgourdine ou basse-bretonne de celle du commerçant d'origine étrangère équivaut à admettre la démarche inverse : le commerçant français établi à Londres, par exemple, pourrait être entaché d'immoralité aux yeux de nos voisins parce que Français. N'est-il pas désagréable, à l'ère des spoutniks et des fusées humaines, d'avoir à rappeler au bon sens scientifique un magistrat du Tribunal de Commerce ? Sans doute ignore-t-il également qUè, 17,1 % de la population parisienne étant occupée dans les activités commerciales, la proportion de de naturalisations de commerçants étrangers n'est que de 7,5 % de l'ensemble des naturalisations acquises ces dernières années. C'est dire que la porportion des « naturalisés » est plus faible parmi les commerçants que dans les catégories ouvrières de l'industrie et . de l'agriculture. Un certain nombre d'entre eux sont des juifS immigrés, ayant fui les persécutions racistes, et qui ont été naturalisés par suite des services rendus pendant la guerre à la France, leur pays d'adoption. Les vrais problèmes Le problème qui demeure, et qui n'a rien à voir avec l'origine familiale du commerçant, est celui de la mévente. Le Président de la Chambre de Commerce de Paris, l'évoquait récemment à Limoges et constatait que les petites et moyennes entreprises étaient plus QUE SE PASSE-T-IL ? : (Suite de la page 3.) sonnes (dont 13.000 femmes et 10.000 enfants). Koch porte également une écrasante responsabilité dans le massacre des 150.000 juifs de Bialystok et des environs, ainsi que des 80.000 juifs de Kiev, en Ukraine, où il devint commissaire du Reich. Sous son « règne », 4 millions de :citoyens soviétiques furent assassinés, ,et. 2 millions déportés en Allemagne: . . Jusqu'en 1950, Koch vécut caché en zone britannique, sous un faux nom. Découvert, ' il fut livré immédiatement à la Pologne. « J'ai été arrêté trop tôt, déclaret- il maintenant. La véritable responsabilité de ce qu'on me reproche pèse sur ceux qui sont librBs aujourd'hui, en Allemagne occidentale, les dirigeants du « système » (nazi), qui sont bien considérésettétribués en tant que collaborateurs des autorités d'occupation ». Il se présente comme un « opposant » au régim,El hitlérien, comme un simple « exécutant », et il a décidé de plaider « non coupable ». Mais il est incapable de réfuter les pièces de l'accusation, de faire disparaître ses ordres, ses rapports, ses actes, les récompenses et les promotions qu'il reçut. Et il Y a les témoïns de ses crimes, et ceux, innombrables qui ne peuvent plus témoigner ... Le procès doit, selon les prévisions, durer une qUinzaine de jours. Le ~ carnet deD.l. André \SPIRE a 90 ans Le grand poète André Spire, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., vient d'avoir 90 ans. Nous tenons ici à féliciter de tout coeur cet écrivain de talent. cet homme fier et généreux, pour qui l'activité littéraire est inséDarable du combat inlassable qu'il a touj~urs mené en faveur de la dignité humaine et d'une meilleure compréhension entre les hommes. C'est au temps de l'affaire Dreyfus qu'il s'est lancé dans la bataille contre l'imbécile antisémitisme, non seulement par la plume, mais par tous les moyens possibles, puisqu'il ne recula pas devant un duel avec un rédacteur du torchon antisémite « La Libre Paro~e ». Il a retracé naguère quelques épisodes de ces temps héroïques dans notre journal, on s'en souvient. Ce passé devait l'amen.er logiquement à soutenir l'action du M .R.A. P., auquel il apporte, depuis sa fondation, l'inestimable appui de son autorité, à chacune des campagnes que nous menons. Puissions-nous le voir longtemps encore, fougueux et lucide, se dévouer à la cause qu'il défend avec, nous. •* * Notre ami D. WROCLAWSKI, membre du Conseil National du l\ILR.A.P., président de la Société Censtoch v, a 60 ans. Son anniversaire sera célébré au cours d'un lunch et d'un banQupt le dimancl-J.e 2 novembre à l'Hôtel Moderne. Qu'il trouve ici les félicitations et les meillpurs voeux de notre Mouvement et de .( Droit et Liberté». T01:tps nos fé1ic;tations ég"llpment ct nos voeux les n1us ch'lleureux à M. KAUF'C'lYT. orésident dp la SocÎptj Piotrkov à Qui nous p v nri'11ons notre reconnaissance pour l"moul constant qu'il apporte à notre action. Harry BELAFONTE contre le • racisme A l'appel de nombreuses personnalités. parmi lesquelles l'ancien juge fédéral J . Waties Waring, des dirigeants des syndicats, le champion de base-baIl Jackie Robinson, le pasteur Luther King, et Mme Ralph Bunche, dont le mari est le principal collaborateur du secrétaire général de l'O.N.U., une imposante manifestation antiraciste a eu lieu le 25 octobre à Washington devant la stat'le d.'Abraham Lincoln. Des milliers d'étudiants blancs et noirs étaient venus en autocar, en train et en avion de divers point du pays pour « prouver au monde que Little-Rock n'est pas l'Amérique ». Devant les 10.000 personnes rassemblées qui huaient Faubus et réclamaient l'intégration dans toutes les écoles des Etats-Unis, le c'élèbre chanteur noir Harry Belafonte a pris la parole. Il a regretté Que le président Eisenhower, invité à la manifestation, n'ait pas cru devoir y venir, ni même se faire représenter ou recevoir une délégation, ce qui eut été, dit-il, « un gcste plein de signification pour des milliers d'homme .. dans le monde».

  • *

Interrogé quelques jours plus tôt par des journalistes sur le problème de l'intégration scolaire, Harry Belafonte avait déclaré: « Je crois que l'écrasante majorité des Américains détestent Faubus. C'est une calamité, mais de même que l'Europe Il s rvécu à Hitler, de même les Etats-Unis survivront à Faubus ... « Tous les progrès provoquent toujours une agitation de la part des gens qui combattent tout ce qui est nouveau. « C'est ce qui se passe aux Etats-Unis. Si la Cour Suprême n'avait pas pris la décision d'intégrer les établissements scolaires, il n'y aurait pas eu d'agitation. Mais l'histoire montre que la justice et le droit finissent toujours par triompher ». grèvées que les grandes, notamment parce qu'elles subissaient avec plus de rigueur que ces dernières les contraintes de la restriction du crédit bancaire. Et il revendiquait « la renonciation à toute sélectivité par l'Etat », excluant par la même une sélectivité hostile aux entreprises visées par le Président du Tribunal. D'abord, comment se répartit la mévente en France ? Elle est plus sensible à Paris et dans les grandes villes que dans les petites localités, plus sensible en général dans les agglomérations urbaines que dans les zones rurales. Cette appréciation du Centre de Recherche et de Documentation sur la Consommation, faite au ~ours du premier semestre 1958 par rapport au premier semestre 1957, semble être plus valable encore en cet automne. La hausse des prix agriCOles depuis trois ans ne profite certes pas à tous les producteurs dont certains ont été particulièrement ruinés par les intempéries, mais l'ensemble des revenus agricoles a toutefois progressé. Par contre le ralentissement de l'activité industrielle affecte les salariés, et par conséquent les consommateurs urbains. D'une année à l'autre, la chute des ventes est de plus de 60 % pour les vélomoteurs, de 40 à 50 '1 0 pour les vêtements féminins, les articles électro- ménagers, les fourrures, d'un tiers pour les vêtements de travail, de 10 à 20 % pour les vêtements masculins, les chaussures, la maroquinerie, les tapis, le vin, la viande de veau, etc. Par contre, augmentent les ventes de bas morceaux de' boucherie, d~ bière, de poissons et des articles d'épicerie les moins coûteux. Chacun sait aussi que les stocks se sont accumulés chez les grossistes et les détaillants, lesquels auront réduit leurs investissements cette année de 1 % en moyenne alors qu'ils les avaient accrus de 12 % en 1947 et de 24 % en Hl!)/). Il est malheureusement probable que cette situation s'aggravera au cours de l'hiver. En effet, la cause essentielle en est la réduction du pouvoir d'achat des salariés, amputé à la fois par la hausse des prix de plus de 17 % intervenue depuis un an et par la diminution des horaires de travail qtti s'accentue rapidement depull:, le 1er octobre. Les effets sur la consommation seront d'autant plus sensibles que les heures supnrimées sont des heures « supplémentaires » majorées de 25 ou 50 % et que de nombreux salariés sont encore engages par les traites souscrites à l'achat de logements et de biens durables. De sévères compressions de dépenses familiales risquent donc de peser sur l'activité commerciale. Cette évolution économique de la France n'est pas exceptionnelle : elle s'intègre dans la « recession » mondiale qui, née d'abord aux Etats-Unis l'an passé, se répand à présent en Europe occidentale, selon un processus cyclique qui se répête avec une grande régularité depuis plus d'un siècle. Et que le commerçant parisien soit Français depuis vingt générations ou une n'y change évidemment rien. De plus, notre économie nationale connaît une crise financière due aux événements d'Algérie qui accentue le ralentissement général de l'activité, dans la mesure ou de grands travaux n'ont pu être financés ces derniers temps (barrages, routes, etc.; il en résulte un manque de commandes. industrielles qui se répercute sur les sous-traitants, et donc sur le niveau de l'emploi de dizaines de milliers de salariés, dont les difficultés se traduisent alors en baisse de la consommation. Xénophobie et discriminations Nous voilà bien loin des questions de « moralité commerciale », et l'on est en droit de s'étonner qu'au lieu d'expliquer la situation par une analyse de ces faits incontestables, M. Lepeu ait préféré jeter la suspiscion sur toute une catégorie de commerçants, éprouvés comme les autres, dans des termes qui ne peuvent que favoriser la xénophobie et l'antisémitisme sans résoudre, bien sûr, les problèmes posés. Il est d'ailleurs à noter, bien que cet aspect n'ait pas été abordé par le Président du Tribunal de Commerce, que le renversement du rythme économique risque d'avoir des conséquences pénibles sur les travailleurs récemment immigrés. L'expansion industrielle des années 1955-56-57 avait rendu nécessaire une politique d'immigration à partir de l'été 1956, époque où la décision de prolonger jusqu'à 30 mois environ la durée du service militaire démunissait de façon inquiétante le marché du travail. On a compté ainsi 16.000 travailleurs immigrés en 1954, 24.000 en 1955, 71.000 en 1956 et 119.500 en 1957. Or, cette main-d'oeuvre, généralement italienne ou espagnole, malgré les contrats signés et portant sur deux ans ou plus, va se trouveT licenciée /en priorité sans au'un tel cas (chômage dû à la recession) soit prévu au contrat. Les entreprises avaient pressé le gouver· nement d'appeler ces travailleurs étrangers lesquelS risquent à présent, si les « idées » du Président du Tribunal ne sont pas freinées à temps, de souffrir non seulement du chômage mais aussi d'une sorte de « racisme économique » qui ne meurt pas spontanément de son propre ridicule. Michel HINCKER. Un dossier impressionnant Tentative d'incendie (Suite de la page centrale.) accord avec tous les voisins. Je ne me connais pas d'ennemi, on ne peut rien me reprocher. Pendant la guerre, j'ai été mobilisé dès le deuxième jour ... Et puis, si les incendiaires avaient réussi leur coup, je n 'aurais pas été la seule victime... Les maisons sont anciennes et se touchent : tout le quartier r isquait de flamber. - Alors ? Alors, on ne peut apporter d'autre explication à un tel acte que la haine aveugle, la volontè de nuire, de semer la terreur et le trouble. Pour trouver les coupables, ne faudrait- il pas s'orienter vers ceux qui dans leurs journaux, leurs tracts font tout pour exciter au meurtre contre « les juifs », « les métèques », et qui organisent des groupes de chocs en quête d'exploits ? ... L. M. Comme au temps de ii Je suis Partout" (Suite de la page centrale.) le sommet de la civilisation. C'est, dit-il , « défendre » 'a race blanche que d' 3SSUrer aux blancs (à certains, du mOins) des privi lèges aux dépens des gens de couleur, voués pour toujours à la condition d'êtres inférieurs. Tout y est : la d isti nction entre raCf:S dominantes et races peu douées, les dangers du « métissage », l'exemple exa'tant de Little Rock et de l'Afr ique du Sud ... Il paraît étrange à Cousteau que tout cela ne soit pas unanimement cunsidéré comme « normal ». Pour les b'ancs, le choix se ramène, affirme-t-il, à ceci : « La vie avec tout ce qu'elle comporte , inévitablement de brutalité et d'injustice. Ou la mort par abdication, l'ar renoncement Il. (Ren.Qncement au racisme, bien entenduJ. Et après avoir justifié en gros et en détail toutes les mesures, toutes les brutalités, toutes les excitations racistes qui peuvent avoir cours dans le monde, Cousteau souhaite en conclusion que la France, particuliè rement « menacée» par le mélanze des races, s'adonne, el'e aussi, au racisme. Ce même thème est apparu, ces derniers temps, dans d'autres articles de « Rivarol Il, dans « La Nation Francaise ", « Fraternité Française ", « Jeune N-ation ", etc ... De tels articles tombent de toute évi· dence sous le coup des lois condamnant la diffamation et l'excitation à la haine entre les citoyens à raison de leur race. Les puuvoirs publics s~ doivent de relever ce défi aux traditions, comme à la d ignité et aux intérêts de notre pays. Sarah-8ernhardt et Ji Jeune Nation" D'une lettre que nous adresse Mme. Ascoli, membre du Conseil National du M.R.A.P., nous extrayons ces passages: « Au début de septembre, sor tant du théatre Sarah-Bernhardt, avenue Victoria, je vis un jeune garçon, de 18 ans environ, qui traçait une croix gammée sur la porte. Lui ayant demande: « Pourquoi cette idiotie», il me répondit, en montrant le fronton du théâtre: « Celle_ là aussi était une youpine » ... (sic). « Samedi dernier, vers 17 heures, à la sortie du métro, place de l'Etoile, six garçons de 16 à 20 ans barraient l'escalier, en criant: « Jeune Nation, organe anticommuniste». L'un d'eux ajoutait: « '" et antisémite ». \ LE RACIS~lE Litlle Rock •• DEPUIS deux mois oue dure la bataille de Little Rock, où en sommes-nous ? La situation reste mouvante et complexe, rien n'est réglé. Tout au plus peut-on dresser un bilan provisoire, susceptible de se modifier d'un jour à l'autre. En voici les principaux éléments : • LES QUATRE LYCEES SONT FERMES. C'est la conséquence la , M. Georges LAURE Secrétaire général de la F.E.N. nous exprime l'émotion des enseignants frantais Le problème de l'i ntégration sco'aire aux Etats- Unis, qui fait apparaître toute la gravité du racisme da ns ce pays, a provoqué chez nous une émotion certaine, dont l'ensemble de la presse s'est fait l'écho. Nous avons demandé à M. Georges lauré, secrétaire général de la Fédé ration de l'Education NatjQnale .(autgnome) de nous faire connaÎ:re sgn point de vue, en tant que porte-parole des enseignants français, particulièrement inté ressés à ce problème. Voic i ce qu' il nous a déc laré : les récents événements de Rock et, en général, l'agitation raciste qui a marqué, cette année encore, la l'entrée scolaire aux Etats-Unis ont suscité, bien sûr, une certaine émotion en France; mais je crains que cette émol'ion ne soit pas à la mesure des événements eux-mêmes. Cela s'explique par l'acuité des problèmes qui se posent à nous aujourd'hui, sur le plan intérieur et qui tendent à nous déto.urner de toute autre préoccupation. " n'en reste pas moins que les sentiments antiracistes sont profondément enracinés che% nous, et quels que soient nos torts, les Américains devraient avoir quelque gêne à nous donner des leçons en la matière. Nous pouvons avoir, certes, des scrupules à dénoncer de tels excès, alors qu'en France ou au nom de la France, il s'en produit parfois d'également condamnables, quoique dans des conditions différentes. Mais si le racisme chu nous peut être le fait de quelques uns, il n'est pas admis par la loi, et surtout pas par les moeurs. les soldats noirs américains v·enus dans notre pays, à la libération, ont été f rappés de découvrir qu'on ne pratiquait pas de discriminations entre blancs et gens de couleur. Aux Etats-Unis, si la loi se veut libérale (pas toUjOUl'S, d'ailleurs), les moeurs ne le sont pas. C'est pour beaucoup de Français un sujet d'étonnement qu'il puisse exister là-bas "n ~tat d'esprit raciste, aussi généralisé. Je viens de lire que dans une ville du Sud des Etats-Unis, des noirs ont été arrêtés oour avoir contrevenu à une loi selon laquelle le chauffeur d'un autobus peut d~terminer lui-même les places des passagers qu'il transporte. Cette loi, sous une forme hypocrite, autorise la ségrégation dans les autobus. De tels procédés dépassent l'imagination . On pouvait les espérer totalement disparus après deux gue'rres, au cours desquelles les noirs ont versé généreusement leur sang comme les autres citoyens américains. " faut le dire : il n'y a pas de démocratie véritable là où triomphe un racisme quelconque, là où il est simplement toléré . Aux Etats-Unis, les autorités sont encore contraintes de composer afec le racisme, avec des façons de penser liées à l'esclavage, aboli pourtant depuis près d'un siècle. Nous ne pouvons que souhaiter que la démocratie américaine se réalise pleinement, en abolissant totalement cette ségrégation aux formes multiples, que nous ne comprenons pas. les enseignants français sont eVIdemment sensibles tout pa rticulièrement à ce racisme scolaire, frappant des enfants . Nous sommes, par tradition, opposés ao.x discriminations raciales, parce qu'attachés à l'idéal des Droits de l'Homme. Aussi bien dans les rapports individuels que pour le règlement de conflits comme celui d'Algérie, nous avons toujours souligné la nécessité de la tolérance, d'un effort de compréhension, pour le rapprochement et la coopération des hOll1mes de races ou d'origines difféplus spectaculaire du refus, par le gouverneùr Faubus, d'y admettre les élèves noirs aux côtés des blancs. Pour y remédier, des cours, sont donnés à la télévision aux 4.000 lycéens. Mais il apparaît évident pour . les adversaires comme pour les partisans de l'intégration qu'une telle situation ) IIC peut durer indéfiniment. • UN MOUVEMENT SE DEVE· LOPPE en faveur de la réouverture des établissements secondaires, qui sont renommés dans tout le sud des Etats-Unis pour la valeur de leur enseignement. Un « Comité d'urgence des mères de famille pour l 'ouverture de nos écoles » s'est constitué. Il a lancé à la population un appel soulignant notamment : « Nous ne vous demandons pas de changer vos convictions personnelles à cet égard, mais l'intégration seule peut nous permettre de retrouver nos écoles ». D'autre part, 61 avocats de Little Rock ont publié une déclaration où, après avoir affirmé qu'« une intégration raciale, même limitée, est désagréable à beaucoup d'entre nous », ils ajoutent que « l'alternative de n'avoir aucune école publiaue est encore plus désagreable ». • LES PRISES DE POSITIONS ANTIRACISTES, condamnant la ségrégation elle-même, comme contraire à la Constitution américaine et à l'idéal démocratique, se multiplient également. Quatre églises protestantes de Little Rock se sont ainsi prononcées pour la réouverture des lycées. Dans l'ensemble des Etats-Unis, des protestations s'élèvent contre la scandaleuse attitude du gouverneur Faubus. La manifestation sans précédent qui s'est déroulée à Washington, le 25 octobre, en présence de 10.000 antiracistes blancs et noirs témoigne de ce sursaut d'indignation. • SUR LE PLAN JURIDIQUE, peu de faits nouveaux. Après le référendum du 27 septembre, qui a donné 19.470 voix pour la ségrégation et 7.565 contre, sur 4U.000 électeurs, Faubus avait prevu d'ouvrir les lycées en interdisant définitivement l'entrée des noirs. Mais les tribunaux locaux s'y sont opposés. Il est en effet inconcevable que la population soit appelée à voter pour ou contre une décision de la Cour Suprême. De même, les différentes juridictions se sont prononcées contre la location des établissements scolaires à des groupes privés, qui pourraient les exploiter sans appliquer la loi sur l'intégration. On annonce toutefois que « trois cents élèves ont commencé à suivre des cours dans une école privée im- ' provisée », et que « d'autres écoles privées vont bientôt fonctionner ( Little Rock ». • LE CLIMAT RESTE TENDU, et Faubus fait tout son possible pour politiser le débat et susciter des violences. Dans une de ses diatribes radiophoniques, il a déclaré par exemple que les prêtres presbytériens favorables à l'intégration scolaire avaient été « soumis par les communistes à un lavage de cerveau» ! . La police à ses ordres intervient contre toute manifestation publique en faveur de l'intégration. Des bagarres ont eu lieu entre blancs et noirs, et l'on a assisté à diverses tentatives de provocations (ainsi, une femme blanche est allée se plaindre à la police d'avoir été « attaquée par un jeune noir qui s'était introduit chez elle »). Faubus a encore déclaré que « des désordres sont à prévoir si une tentative est faite pour introduire des étudiants noirs dans les écoles de Little Rock ». • LE GOUVERNEMENT DES ETATS- UNIS n'a toujours pas cru devoir passer à l'offensive contre Faubus et ses complices, qui défient ouvertement la Cour Suprême et violent la loi impunément depuis plusieurs années. Le Président Eisenhower a, certes, condamné l'attitude. du gouverneur de l'Arkansas, mais il ne semble pas avoir l'intention, comme l'an dernier, d'intervenir directement par l'envoi de t roupes pouvant assurer le respect de la légalité... ou d'une autre façon. • Qui l'emportera* à* Little Rock, des racistes et des partisans de l'intégration scolaire ? On ne peut répondre pour le moment à cette question. Mais il est certain que la réponse qui sera donnée dépasse de beaucoup la capitale de l'Etat d'Arkansas. Elle aura un profond retentissement à travers les Etats-Unis, surtout dans les zones, encore fort vastes, où l'intégra· tion reste à faire. Et les antiracistes du monde entier l'attendent avec anxiété. AUX U.S.A. JJIMNY WIlSON sa~vé de la chaise électrique Sauvé ! ... Le noir amencain Jimmy Wilson, condamné à mort pour le vol présumé de 1 dollar 95, ne montera pas sur la chaise électrique. L es autorités de l'Etat d'Alabama en annonçant la mesure de grâce prononcée en sa faveur, ont précisé que « après considération attentive des faits et circonstances le gouverneur émet l'opinion que le nommé Jimmy Wilson est digne de clémence ». Sa peine a été commuée en détention a vie. Mais on précise qu'au bout d'un an, il pourra demander à être libéré sur parole. Cet éolatant triomphe de la justice sur le racisme fait suite à une campagne menée pendant plusieurs mois aux Etats-Unis et dans de nombreux pays, pour empêcher qu'un nouveau « lynchage légal» soit commis. En sep· temb.re, l'e gouverneur de l'Alabama, James E. Folsom, reçut jusqu'à 1.000 messages par jour. Hisc.-58-Wllson Unib!b !ttllttll iflrpllrtmrnt of iJu.tlu ~. Charles Palant 4!lfH« .f tll p.,bon Atlorn!l ... I)ington October 6, 1958 Le Secretaire General Mouvement contre le Raciseme, L'Antisemitisme et pour la Paix 15, rue du Faubourg Montaartre Paris IXe, France Dear Hr. Palant : This is to acknowledge receipt of your eo.muntcatton addressed to the President seeking clemency on behalf of Jimmy Wilson , a prisoner in the State of Alabama. In view of the fact that a violation of etate Law was involved, the President had no jurisdicti~ in the matter, but 1 am glad to inform you that the Covernor of Alabama has granted a commutation of the sentence in his case. Sincerely youre, Pardon Attorne" Et M . Dulles lui adressa un rapport votre message au Président demanfaisant état d'un afflux extraordinaire, dant une mesure de clémence en faà Washington, de lettres et de péti- veur de Jimmy Wilson, emprisonné tions venues des quatre coins du dans l'Etat d'Alabama. monde. « Etant donné que son cas était re- Le M .R.A.P., porte-parole de l'opi- latif à une violation de la loi de cet nion publique française, est intervenu Etat, le Président n'était pas habilité quant à lui par un télégramme au à intervenir, mais j'ai le plaisir de gouverneur Folsom, et par un vibrant vous faire connaître que le Gouverappel de son Conseil National au Pré- neur de l'Alabama a accordé, dans cetsident Eisenhower, que « Droit et Li- te affaire, une commutation de berté » a publiés dans son dernier nu- peine.» méro. En réponse, notre secrétaire général Ainsi, il apparaît que les gens de vient de recevoir une lettre du Dé- coeur, en faisant entendr:e inlassablepartement de la Justice des Etats- ment leur voix, peuvent louer un rôle Unis, signée par le Conseiller chargé de plus en plus décisif pour le respect, d'examiner les demandes de grâce, et où que ce soit, des droits et de la didans laquelle on peut lire : gnité des hommes, sans distinction de « Nous vous accusons réception de race, d'origine ou de confession. ----------------- Série d'attentats contre des synagogues Plusieurs attentats ont été perpétres aux Etats-Unis contre des synagogues, ces dernières semaines. Le plus grave est celui d'Atlanta (Géorgie). Une explosion s'est produite dans la nuit du 11 au 12 octobre, dét · uisant complètement la synagogue, et causant des dégâts estimés â 200.000 dollars. Quelques jours plus tôt, une école juive, non loin de là, avait également été dynamitée. Des bombes ont, en outre, ét'é lancées dans les synagogues de Peoria (IllinoiS), Newark (New-Jersey), ainsi que dans un temple protestant d'Alexandria (Virginie) où un rabbin faisait une conférence. Déjà en mars et avril dernier, des attaques du même genre avaient eu lieu dans diverses localités du Sud des Etat sUnis. La police a procédé à des arrestations parmi les dirigeants locaux d'organisations racistes et antisémites bien connues aux Etats-Unis, telles que les « Conseils des Citoyens Blancs », le « Conseil des Droits Nationaux», et le Klu-Klux Klan . Des perquisitions ont 'ft 4U l1li'- __ ...... - CJ)imaneIJe permis de découvrir d'énormes quantités de tracts, brochures et affiches excitant à la haine contre les juifs et les noirs. Ce matériel est utilisé dans tout le Sud, notamment à Little Rock, dans la cam ... pagne men ée contre l'intégration scolaire. Ces maniiestations violentes d'antisémitisme, qui vont de pair avec le ra.. cisme anti-noir, ont suscité, dans l'ensemble des Etats-Unis, une profonde émotion, dont le président Eisenhower s'est fait l'écho, au cours d'une conférence de presse. De nomb'"euses personnalités, parmi lesquelles des prêtres, ont condamné avec vigueur ces menées. Le sénateur Jacob K. Javits a proposé la convocation d'une conférence nationale pour « examiner les meSUl es à prendre contre ces campagnes de terreur organisée)). Le président du Congrès Juif Américain, le Dr. J. Prlnz, a rendu publique une déclaration soulignant que « ces attentats constituent une menace pour la liberté religieuse de tous les Américains, qU'ils soient juifs, protestants oU catholiques)). DROIT ET LIBERTE 1 7 CJ)i!eembce 15, Fe M.ntmartre - Parts C9" Tél. : PRO. 81-78 Tarif des abonD(~ments Tous à LEVEL au G:{At1D GAlA i\NII Rt!\C~SII ft '"cw ft ft ft ft '" U FRANCE ET COLONIES Un an : 500 franci PA YS ETRANCERS Un an : 700 franci ABONNEMENT DE SOUTIBN : 1.000 francs TARIP SPBOAL POUR LA BBLGIQUB Cpte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les chan~ements d'adresse envoyer 40 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK Imp. Abitli. 176, quai de IMn.".,. CHRONIQUES ZOlA,le non-[onformisle 'VVVVIfVVVVVVVV par Pie r re CO G N Y 'VVVVV\IV\IV\IV, Le 5 octobre, à Médan, s'est déroulé le pélerinage traditionnel pour l'anniversaire de la mort d'Emile Zola. En dépit du mauvais temps, de nombreux admirateurs du grand écrivain étaient présents. On remarquait entre autres, le président Léon LYON-CAEN et Madame, entourés d'une délégation du Bureau National du M.R.A.P., qui avait tenu à rendre hommage à l'auteur de J'accuse. On entendit tour à tour un message de Jean COCTEAU, de l'Académie Française, sur Emile Zola poète ; un exposé de M. Henri MITTERAND sur la jeunesse de l'écrivain; et les conclusions de M. Pierre COGNY, secrétaire de la Société Littéraire des Amis d'Emile Zola. M. Piérre Cogny a bien voulu rédiger pour notre journal l'article que nous publions ci-dessous. I L n'est ni dans le cadre d'un bref article comme celui-ci, ni dans mes intentions de retracer l'histoire de l'Affaire Dreyfus, ne fût-ce qu'à partir du moment où Zola, apportant tout le poids de son immense crédit et de sa courageuse loyauté d'honnête homme, permit que la révision ne soit plus chevaleresque et chimérique velléité, mai~ bien réalité. . C'est là oeuvre d'érudition qui -reste à faire et que l'on attend : il faudra bien qu'un jour quelque vaillant chercheur, reprenant les méthodes radicales et efficaces ,d'Etiemble pour Rimbaud, nettoie à grande eau les écuries d'Augias pour jeter une pleine lumière et dépouiller la légende, pour belle qu'elle soit, et écrire l'Histoire, plus belle encore mille fois, parce qu'elle est vraie. La gloire de Zola, pour nous, est, avant toute autre chose, d'avoir su, en toute circonstance, lui, le peintre des foules, se refuser à joindre sa voix à leurs clameurs quand leurs clameurs n'étaient que hurlements de haine, d'avoir su distinguer, lui, le, sentimental, entre le sentiment qui n'exclut pas le ralsonnemÈmt et la sentimentalité, plus viscérale que raisonnée. Il est difficile , déjà, pour un très jeune homme, 'de se garder de ces élans spont~nés qu'aucun contrôle ne freine et que justifie la dangereuse adhésion, magnifique ou tragiquement périlieuse de la masse dont la densité renforce la certitude : de tels élans collectifs ont fait les révolutions libératrices et engendré les pires massacres. La sagesse du NON est plus difficile encore pour un presque quinquagénaire qui, pour avoir maintenu intacte, par sa foi, sa . jeunesse, est souvent plus jeune .que les jeunes. LE NON, Zola a su le prononcer devant le monde, alors que rien ne l'y préparait et que l'élémentaire prudence de l'abstention lui permettait de poursuiv~e en paix une carrière qui semblaIt ne devoir plus rencontrer d'obstacles. Le cycle des Rougon-Macquart était clos sur' les visions sereines du Docteur Pascal, terminé également le cycle des Trois Villes et il s'en était fallu de peu que le pélerinage à Lourdes lui entrebaillât les portes de l'Académie Française. La Légion d'honneur était venue en ~?~ temps et la Présidence de la SOClete des Gens de Lettres. Un peu de pa- 7 Décembre GRAND GALA ANTIRACISTE! Chaque année une foule nombreuse assiste, salle Pleyel, au GRAND GALA ANTIRACISTE organisé par le M.R.A.P. Chacun sait qu'il s'agit là d'un magnifique spectacle, auquel les pllis grandes vedettes de la scèM et de l'écran apportent leur concours. De plus, le Gala est l'occasion pOlir les innombrables amis de notre Mouvement de se voir ou de se revoir, d'exprimer, dans une atmosphère agréable leur sym,athie pour la cause que nous défendons. Le 7 dkembre pro~hain, le Gala 1958, présenté par Jacqueline Joubert, dont chacun admire les émissions à la Télévision, sera, nous n'en doutons pas, dans la traditio', des précédents, Donc, retenex votre soirée du dimanche 7 décembre ... et, mieux encore, retenex vite vos billets pour vous, votre famille, vos amis ! Vous pouvex vous les procurer au siège du M.R.A.P., 15, Faubourg Montmartre, Paris-9c il él. PRO. 82- 78) ou auprès de nos mHitanh. Prix des !llaces : de 300 à 800 frs. ft '" tience, un soupçon de ce machiavélisme italien que ne cessa de lui reprocher le pauvre Gonc,ourt, et c'était l'apothéose du quai Conti, l'entrée dans l'immortalité. Et Zola a dit NON, parce qu'en disant OUI, il eût cédé au conformisme, au bon ton, à tout ce qui, physiologiquement, lui était le plus étranger. Mais son mérite - au sens cornélien du terme - est que, en la circonstance, il fut non-conformiste par devoir plus que par inclinaison. Quand beaucoup, dès le début de l'Affaire, avaient pris position aux côtés de Dreyfus, il restait, lui, persuadé de la culpabilité et assez peu intéressé du reste par la condamnation de ce petit juif inconnu. « Au moment où l'affaire Dreyfus s'engagea, j'étais à Rome, rapporte-t-il, et ie n'en revins que vers le 15 décembre. J'y lisais naturellement peu les journaux français. C'est ce qui explique l'état d'ignorance où je suis longtemps resté, au sujet de cette affaire. Ce fut seulement en novembre 1897, lorsque je rentrai de la campagne, que je commençai à me passionner, des circonstances m'ayant permis de connaître les faits et certains documents publiéS plus tard, qui suffirent à rendre ma convicti~~ absolument inébranlable. » (CIte par A. Lanoux, Bonjour, Monsieur Zola Club des Libraires de France, p. 387.) C'est alors que se déclenche ie mécanisme du héros cornélien, dont nous parlions plus haut : il a fallu, en effet, pour que l'indifférent d'hier l'homme-comme-les-autres, passe' à l'action, que sa lucidité. après un raisonnement, lui marqu~, avec la vérité, le devoir. Or, contraIrement à ce que l'on a affirmé, il ne s'est pas trouvé brusquement embarqué, mais il a vu, clairement, où il allait et mesuré l'étendue de son sacrifice, soutenu seulement par la certitude que l'injustice ne peut pas jusqu'au bout, triompher. Zola voulait mener le combat, parce qu'il avait admirablement compris que la victime était victime beaucoup moins d'une poignée de militaires que de l'éternel conformisme. Chacun connaît les faux syllogismes avec lesquels, prétenduement, on apprend à penser juste. Zola avait saisi le syllogismeconformiste

Il y a un traître Or, parmi les traîtres possibles, il y a un juif Donc, le traître est le juif. I L est des fausses fenêtres pour la symétrie, il est de faux syl· logismes pour tranquilliser les consciences. Avec des or péremptoires et des donc définitifs, on mène le monde. Flaubert avait, par haine du bourgeois, dressé la liste des lieux-communs. Zola, par amour des hommes, a dénoncé les sophismes et les mensongères évidences

c'est parce qu'il fallait que

Dreyfus fût coupable qu'il a accueilli les preuves de son innocence. C'est parce qu'il fallait laisser les officiers et les ministres traiter entre eux leurs affaires d'Etat, qu'il a, seul, voulu et osé accuser. C'est parce qu'il fallait voir du cynisme dans le hautain silence de Dreyfus qu'il s'est demande s'il n'y avait pas plutôt de la dignité. Il est mille formes de conformisme, de droite et de gauche, confessionnelles et athées. Elles sont également dangereuses, en ce qu'elles tuent l'intelligence' et émoussent l'acuité du regard : entre les per- , sécuteurs des premiers chrétiens et les promoteurs des progroms hitlériens, il n'y a qu'une différence de conformismes et l'Inquisition tranquillisait les chrétiens totalitaires ... Etre non-conformiste, ne serait-ce pas, en définitive, accepter d'être seul quand il le faut, de rejeter la commur:auté quand la communauté pense mal et de sacrifier sa paix à la Paix. Zola ne fit rien d'autre. R]~(;ITS La maison neuve pa.' E ... ·OI ...

F ACE à ma fenêtre, sur le vaste $. panorama du grand Paris, qui ! monte à l'horizon tel un infini océan de pierre ; sur le fond des bâtiments gris, rougeâtres ou teintés de noir de fumée, des cheminées rouges d'usines, des clochers tranquilles d'églises, des tours sévères qui reflètent toute lumière ; sur le fond des vents, des pluies et des nuages aux mille couleurs, qui tantôt menacent ou tournent en tempêtes, et tantôt demeurent sereins; sur le feu alterné d'un ciel capricieux de Paris - scintille de sa chaude blancheur de béton et d'acier, une haute maison neuve. Le célèbre écrivain de langue yiddish Efroïm Kaganowski est décédé le 17 octobre à Paris. Ses obsèques se sont déroulées au cimetière de Bagneux en présence d'une foule considérable, venue à l'appel d'organisations juives de toutes tendances. Il y a peu de temps encore, entre ce labyrinthe de murs, se trouvait un terrain vague, un enclos abandonné, ancien, avec, dedans, une vieille maison en ruines. Les trous noirs des fenêtres effrayaient. Les murs épais et vétustes étaient tachetés de mousse et de balafres. Sa cheminée penchée et ses ténèbres faisaient penser à un lieu diabolique. Tout autour de la maison poussaient des buissons sombres et de hautes végétations couleur de rouille. Un arbre noir et mort montait la garde auprès de la maison en ruines, irritant le ciel des doigts noirs de ses branches. Les herbes folles jaillissaient avec vigueur de tous les trous et de toutes les brèches. Ce terrain vague dormait, abandonné et silencieux, entouré d'une vieille clôture rouillée, hanté par des hommes d'un autre âge - des clochards - qui pénétraient ici de leurs pas vagabonds, préparaient leurs repas et, pareils aux débris de la maison en ruines, s'enfonçaient, ivres, dans les buissons sauvages et s'endormaient de leur long sommeil indifférent ... Puis, un jour, des hommes arrivèrent armés de pelles, de pioches et de haches et, avec une tristesse lente de fossoyeurs, démolirent la maison en ruines, arrachèrent avec ses racines la verdure sauvage et les herbes drues. Ils détruisirent tous les signes du passé, nivelèrent la terre, et le terrain vague apparut tout nu. De ma fenêtre, j'ai vécu les derniers jours de cette maison. J'ai regardé, durant des heures, la disparition des vieux murs lourds, chargés d'histoire et des secrets de vies inconnues. Les murs tombaient maintenant sous les coups graves et mesurés, et il me semblait alors que j'étais témoin d'une lente exécution. Je voyais par la fenêtre les clochards ivres venir de leurs pas vagabonds à la tombée du jour, - dès que les ouvriers quittaient leur travail, - et rôder parmi les tas poussiéreux de vieux plâtras. Ils n'avaient plus d'abri. J'ai même vu l'un d'eux parler, dans un délire pathétique, aux murs qui s'étaient écroulés et à l'arbre mort qui gisait à terre, déraciné, dans sa dernière métamorphose. Peut-être ce clochard disait-il que rien n'est éternel de ce que l'homme crée, ou bien faisait- il des adieux à son vieux refuge ruiné, cette maison ... Et moi aussi, debout devant cette fenêtre, je me sentais mélancolique, quoique ne connaissant rien, ni de ce terrain vague, ni de ces ruines. Puis d'autres ouvriers arrivèrent. Ceux-là vinrent d'une allure rapide et alerte, dominés par l'idée de bâtir et s'accompagnant d'un gai chant de bâtisseurs. Ils ouvrirent le ventre de la terre malade. Les outils scintillaient entre leurs mains, et bientôt, ils atteignirent les hauteurs. Tout cela bouleversa la quiétude des lieux et retentit comme un air de marche, au rythme joyeux. Peu à peu je suis devenu le compagnon de travail de ces silhouettes inconnues, habillées de combinaisons bleues, complice de leurs mouvements précis et prompts, de la cohésion et du rythme de leur travail de construction. Je me suis lié à eux de loin et je commençais à ressentir leur devoir, à saisir la source et les raisons de leur joie. Je les connaissais déjà tous, et de jour en jour, et de plus en plus, je vivais dans leur intimité. Je connaissais le plus âgé, aux bras puissants, et le « grand» aux mains longues. Je connaissais les jeunes et les autres, les hommes rapides et les hommes lents, et leurs spécialités. Je savais que le plus vieux, au visage cuit par le soleil et les vents, était charpentier. Il assemblait des formes en bois, sciait, coupait, arrangeait, puis atteignait, agile et sûr de lui, les hauteurs. Il demeurait parfois seul sur une planche étroite et, tel un sorcier, tissait autour de lui un réseau solide, puis en confectionnait d'autres de plus en plus haut. De Simples gars sont arrivés ensuite. Ils se sont mis à préparer le béton, dans la poussière. C'était le chaos. Je Nous publions ci-dessous l'une de ses nouvelles, où il exalte l'amitié d'un immigré juif pour les travailleuls français. ~JV\/VVVVVVVVV\lVVVVVVVVVV, pensais alors que quelque chose n'allait pas et l'angoisse me saisit l'âme. Les hommes, dans cette boue me parurent avoir perdu l'ordre des choses. Il me semblait que tout cela portait à faux. Une peine subtile se glissa dans mon émotion et je me sentis moi-même coupable envers ces hommes. Mais les jeunes en combinaisons bleues n'étaient point angoissés; ils s'amusaient dans un relâchement tout juvénile. Il y avait parmi eux un brun aux beaux cheveux noirs, aux membres souples et déliés. Il aimait à exécuter une danse au milieu de ce béton humide, dans cette boue; il courait souvent après un adolescent svelte et fin, .qui faisait semblant de s'enfuir de peur, mais qui entrait en lutte avec lui, dès qu'il se laissait attraper: tous les deux, soi-disant, bataillaient, et tous deux tombaient dans le bain gluant où ils remuaient et se débattaient comme deux petits chiens qui jouent. L'un cherchait à saisir la tête de l'autre, ou à faire un croche-pied, mais dans toute cette lutte exubérante, on sentait combien ils étaient proches l'un de l'autre, combien ils avaient de l'affection mutuelle. Ils riaient, en bons camarades, essoufflés après ce jeu. ... Et j'ai commencé à les envier. Soudain j'aperçus un étage neuf, bien symétrique, tout comme s'il eût poussé d'un seul coup. De ce milieu chaotique avait jailli une construction parfaite de forme, fière et solide. Et mon' coeur s'affaira de nouveau, joyeux. Les étages s'élevaient. Je ne savais pas quelle hauteur atteindrait la maison; mon ambition exigeait qu'elle fùt de plus en plus haute. Puis, un jour, je vis un drapeau hissé au faîte du bâtiment, avec une gerbe de fleurs. C'était fête, là-haut, et moi aussi j'étais en fête. J'ai commencé à me soucier de l'as_ pect extérieur de la maison. Je m'inquiétais de savoir quelle serait la teinte du crépi et la couleur des fenêtres; alors, de jour en jour, j'allais de surprise en surprise. Les croisées des fenêtres étaient posées. J'avais voulu que les fenêtres fussent larges et claires, et il en fut ainsi. Puis on commença le ravalement; les murs se couvrirent d'une peau neuve. J'ai eu bien des j ours d'inquiétude et de souci, lorsque les ouvriers travaillaient à une hauteur vertigineuse, au bord même du vide; mon coeur battait. tout à ce danger. Mais c'étaient des Français et ils travaillaient gaîment; j'admirais la souplesse de ces bâtisseurs millénaires. Parmi les échelles, les scies et les truelles étaient posées des bouteilles de vin rouge: ce jus de leur pays ensoleillé, qui coule allègrement dans leur sang. Maintenant, la maison neuve se dresse devant ma fenêtre et reflète de riches couleurs. Je vois à travers les grandes baies d'autres hommes remuer. Auprès de leurs bureaux sont assis des messieurs à tête chauve. Des hommes et des femmes bien mis tournent entre les murs neufs, comme s'ils dansaient. Des demoiselles aux savantes coiffures passent et repassent, d'autres, les ongles faits au carmin, tapent sur des machines à écrire. Et quand, le soir, tout devient désert, le vernis mort de l'intérieur brille comme une dalle funéraire. La maison neuve m'est devenue étrangère, comme si on me l'avait reprise. Mon esprit est encore là-bas, avec ces combinaisons bleues, avec ces hommes inconnus qui m'étaient si proches, jeunes et vieux, simples, utiles, liés entre eux par une grande, joyeuse et incessante création. Je sais qu'ils sont là, érigent leur oeuvre, qui s'élance dans les hauteurs, et qui durera éternellement, tant que dureront les hommes. Salut à vous, ouvriers français, qui avez bâti Paris et qui consolez bien des émigrés errant loin de leur maison. Acceptez le salut de l'un d'eux, l'un de ceux qui, de loin, de sa fenêtre, a bâti avec vous cette maison neuve de Paris. (Traduit du yiddish par Claude PARIS)

Notes

<references />