Droit et Liberté n°234 - juillet 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°234 de Juillet 1964
    • Piscines: Ceci (provocations de "Minute") amènera-t-il cela (Discrimination aux USA) page1
    • Une réponse du MRAP à l'académie des sciences de Kiev (antisémitisme)
    • U.S.A.: l'été s'annonce brûlant par J.P. N'Diaye
    • L'esprit et le coeur par le pasteur Pierre Ducros (antiracisme)
    • Saint-Claude: un test pour les racistes (piscines "envahies par les voyous algériens")
    • 20 ans après
      • Auschwitz interview de Léon Poliakov
      • Ravensbrück par Me Catherine Ammar
    • Saint-Claude: le meeting du MRAP
    • Les artistes contre e racisme; brillant succès de l'exposition vente
    • Will veut voter: extait de "S'il faut mourir" de Junius Edwards

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

JUILLET-AOUT 1964 Matériel de Plage. - les baigneurs peuvent se procurer buveue du matériel de plage en location. TARIFS: Chaises et chaise-longues : 0,50 Fr. Parasols: 1 Fr. Une consigne de 5 Fr. est exigée. Ressortissants Algériens. - Les reSsorti~s~nts algériens ne sont admis au Centre Nautique que sur présentation préalable au Secrétariat de la Mairie d'un certificat médical. garant de leur bonne santé, et de leur carte d'identité. ... nous amènera,t,il -CELA • Piscines N° 234 Un franc CECI ••• 20 ,a ns apres ... Il Y a 20 ans, après les longues années de la guerre, de l'occupation, des crimes hitlériens, la France vivait l'été de la Libération. En cet anniversaire, il n'est pas inutile de rappeler. pour ceux qui l'auraient oublié et pour ceux qui ne l'ont pas connu, ce passé de douleur et d'espoir. Un historien, Léon POLIA. KOV, auteur d'un nouveau livre sur Auschwitz, a répondu à nos questions ; une ancienne déportée, M' Catherine AMMAR, dit ce que furent ses souffrances de Ravensbrück et ce qu'elle ressent aujourd 'hui (page 5). Dans notre prochain numéro, plusieurs articles examineront quelle est, 20 ans après, la portée, la signification de la défaite du nazisme. U.S.A. • • L'été s'annonce « brûlant» Quelles seront les suites, aux Etats-Unis, du vote de la Loi sur les' Droits Civiques? Le vrai problème est celui de l'application, et celle-ci a déjà entraîné, en maints endroits, des incidents sanglants. Deux membres du B.E.R.A. (Bureau d'Etudes des Réalités Africaines) ont effectué récemment un voyage aux U.S.A. L'un d'eux, Jean - Pierre N'DAYE, nous fait part de ses réflexions (page .1) . La reconnaiss'ance effective du droit de vote aux Noirs est l'enjeu essentiel des grandes batailles antiracistes qui s'annoncent à la veille des élections présidentielles'. Le texte de l'écrivain l1mius EDWARDS que nous reproduisons en page 8, permet d'en mieux comprendre les données. Les artistes contre le racisme L'exposition - vente d'oeuvres d'art organisée au profit du Mou. vement contre le Racisme, l'Anti. sémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), les 29 et 30 juin, au Palais Galliera, fut un magnifique succès. Voir en PAGE 7 notre compte rendu. VACANCES En raison des vacances, « Droit et liberté ", comme chaque année, ne paraîtra pas a'u mois d'août. Nos iecteurs retrouveront, dans le numéro de septembre, toutes les rubriques habituelles . La vague de chaleur - qui invite à la baignade - s'accompagne, cette année d'une vague de racisme sans précédent, au sujet des piscines. Les excitations haineuses de « Minute ,. (en haut à gauche) ont trouvé une justification dans les mesures discriminatoires visant les Algériens, qui ligurent au règlement du « Centre Nautique » de Saint-Claude (au-dessous). EUes ont inspiré les tracts affichés près d'une piscine parisienne (en haut à droite), les inscriptions odieuses qui se multiplient dans les couloirs du métro, ainsi que les initiatives de M. Dides au Conseil municipal (au-dessous). Ce sont là des symptômes graves et inquiétants. Verrons-nous en France se produire des incidents comparables à ceux de Sainte·Augustine, aux U.S.A., où les policiers matraquent les Noirs qui voulaient se baiguer sur une plage réservée aux Blancs (ci-dessus) et où le pro· priétaire d'un motel jette de l'acide dans la piscine où quelques manifestants noirs avaient pénétré (ci-contre)? [Lire en pages 4, 5 et 6 le compte rendu de l'action entreprise· par le M.R .A.P ., qui a tenu à Saint-Claude une réunion publique et contradictoire.] 14·\"1. - Le Ku Klux Klan organise sans êtrè inquiété une man;-festation raciste il Sainte·Augustine Floride). où 37

\oirs sont al'lêtés pour avoir tenté de

pénétrer dans un restaurant et dar.s un temple réservés aux Blancs. IIl·VI. - Arrivés à Sainte·Augustine à rappel du pasteur King, Hi rabbins SGnt arrêtés pour avoir participé à une manifestation assise dans un r 2staurant ségrégationniste. • Six Noirs veulent se ha;gner à Sainte-Aug'ustinr, dans la piscine d'un motel réservé aux Blancs ; pour les en chasser, II' propriétait·c du motel VIDE PLUSIEURS LITRES U'ACIDE SULFURIQUE DANS l,A PISCI· NE. Les Noifs sont matraqués par la police, puis arrêtés. Hl-VI. - Le Sénat des Etats·Unis adoptc par 73 voix contre 27, la loi sur les Droits Civiques ; le sénateur Goldwa· ter vote contre. 20·VI. - Les autorités racistes du Mis· sissipi adoptent un ensemble de textes destinés à empêehel' l'application de la loi sur les Droits Ch·iqucs. 22·"1. - Disparition dans le Mississipi de trois jeunes militants intégration. nistes, un Noir ct deux Blancs, venus enquêter sur un incendic allumé dans une église réservée aux Blancs. 24·VI. - Election pour la première fois d'un conseillel' municipal noir, M. Joseph Ownes, à Pétersburg (Virginie. 27·VI. - A Itta-Bena (Mississipi), trois ' Blancs arrêtés par le F.B.1. : ils avaient menacé des militants intégrationnistes qui distnbuaiE!lt des tract~. 28·VI. - Trois étudiants du Kenya bru· talisés à New·York : les poliCiers les avaient pris pour des Noirs américains. • A Washington, les nazis de Lin· coIn RockweH, en chemises brunes, boUés et portant le brassard à croix gammée, manifestent contre les Noirs. 1-VII. - Un jeune Noir, Jerry Maxey, âgé de 14 ans, découvert pendu à LIll arbre, à Atlanta (Georgie). • Simon Khubomi. célèbre c llanteur de jazz sud-africain, emprisonné depuls 6 ans, pour ses activités antiracistes, meurt dans les geôles de Verwoerd. • Karl Silberbauer, l'homme qui afl'êta Anne Frank. est susp2ndu de ses fonctions clans la police autrichien· ne mais continue à toucher son traite· ment. 2·VII. - Après le "ote final de la Chambre des Représentants, le Y'RESmENT JOHNSON SIGNE LA LOI Sl'R LES DROITS CIVIQUES. • Réclusion criminelle à perpétuité pour Jean-Marie Curutchet, chef des bandes de tueurs O.A.S., reconnu cou' pable, mais qui bénéficie des circons· tances atténuantes. 3-VII. ~ A Birmingham (Alabama), a Memphis (Tennessee), à Savannah (Géorgie) et dans d'autres villes du Sud, des Noirs se voient r efuser l'entrée de plusieurs piscines et restaurants. "·VII. - A Georgetown (Guyane britan· . nique), 3 morts, plusieurs disparus, au cours d'incidonts raciaux entre Noirs ct Indiens. 5.VII. - Décidé à boycottel' la Loi sur lcs dwits civiques, George Wallace, le gouverneur raciste de l'Alabama, dé· dare à Atlanta que cett.e loi est « une cscroquerie, une honte et une plaisan· terie ». • 250 membres du (( Ku I\]ux Klan n, "éCus de leurs cagoules et de leurs robes , défilent à Sainte·Augustine (Floride), tandis que des Blancs armés font la chasse aux intégrationnistes sur les routes du Mississipi'. l'·VII. - Opérations de police t'n Afrique du Sud: découverte d'un dépôt d'explosifs , perquisitions, 3I"Ccstations parmi lesquelles ccl· lcs de M' ABRAHAM FISCUrm, DEFF;NSEl.lR nE NELSON MAN· DELA; M. Hugh Lewin. lédac· teur en cher de la revue afl'Ï· caine (( Drum n ct ancien vire· président de l'Union des Et:ldiants Sud·,\i'ricains. '. A TU13caloosa (Alabama) , un cinéma lapidé par 300 racistes, parce qu'une femme noire y éta it entrée, accompa· gnée d'un Blanc. 10.VII. - Nouveaux inciclents r aciaux à Ha ttiesburg (Mississipi) : deux Blancs a ttaquent et battent trois militants in· tégrationnistes dont un rabbin de 50 ans qui doit être hospitalisé • A Genève, les pays africains obtiennent l'exclusion du Portugal de la Ccnférenee internationale de l'éducation. I1.VII. - En Géorgie, un officier noir. directeur de l'enseignement technique à Washington, tué d'une balle dans la tête. • 50.000 p ersonnes, blancs et noirs, manifes tent à San·Francisco contre la candidature ultra de Goldwater. 13-VII. - A Munich, ouverture d'un nouveau procês de criminels de guerre : l'ex·général S.S. Karl Wolff y répond du MAS· SACRE DE 300.000 JUIFS AU CAMP DE TREBLINKA. • Tandis que flambent les croix de feu du Ku Klux Klan, un cada.vre tor· turé est repêché dans le Mississipi : il s'agirait de l'un des antiracistes disparu~. I6-VII. - Le sénateur Barry Goldwater est désigné comme candidat du Parti R"uubli.cain à la présidence des Etats· tj Il i~. qUE CHRETIENS"EI JUIFS • Jules Isaac et le ·C()Hcite M LA PIRA, maire de Florence, a pré· sidé, au début de mai, diverses ma- • nifestations organisées dans cette ville par l'Amitié Judéo·Chrétienne, en hommage à Jules Isaac. Plusieurs personnalités françaises : MM. Jacques Madaule', le pasteur André Troc· mé, le Grand-Rabbin Jacob Kaplan, le pro· fesseur Olivier Clément, membre du Centre Orthodoxe de Paris, ont pris la parOle au cours de cette rencontre internationale. Dans son discours, le Grand·Rabbin Ka· plan a notamment déclaré : Il Jules Isaac m'écrivait à propos du texte prévu dans les travaux du Concile : (1 Il faudrait que ce jut un texte clair, très net, lians ambiguité, sans équivoque ». Ce voeu liupréme d'un homme dont l'oeuvre de vérité et de justice n'a été en définitive comme il l'a dit lui·même qu'une oeuvre de désarmement fraternel et de misécorde, il ne me paraît pas possible de le passer sous silence en un tel lieu et en une telle cérémonie. l( La déclaration tant espérée par lui et que le monde civilisé attend avec un intérêt zndéniable, sera-t·elle de nature à tarir les sources profondes de l'antisémitisme religieux chrétien ? On peut raisonnablement le penser si, comme l'a demandé Jules Isaac, elle est rédigée d'une manière n'of· frant aucune prise à une interprétation res· trictive et si de plus elle est contraignante, c'est à·dire si elle est obligatoirement à traduire dans la réalité. » ( .. .) NEO-NAZISME • Un nervI « s'explique ~ ... DANS notre dernier numéro, nous avons relaté l'agression perpétrée contre le cinéma « Le Savoie » oit se déroulait un gala « Chansons pour la Paix » organisé par le Comité d'Action du Spectacle. Ces Incidents n'étaient pas le fait de simples VOYOU3, comme voulait le démontrer une certaine partie de la pres· se Les agresseurs du « Savoie » ont été identifiés comme étant les militants d'un nouveau mouvement d'extrême-droite, « Occident n, dont le siège social se trou· ve 2, rue Monge, dans le 5e arrondisse· ment. Le président d'honneur de ce groupe est Jacques Sidos, condamné à 10 ans de rêclusion criminelle par la Cour de Sûreté de l'Etat. Ses membres ont été recrutés parmi les nervis de (( Jeune Nation n qui fut di'rigé par le même Jac· ques Siclos et ses frères, fils de l'adjoint de Darnand ; du « Parti Nationaliste » et cle la « Fédération des Etudiants Na· ti.ona listes }). Le chef du « commando », Patrick Lemaire, étudiant, 23 ans, a été arrêté. En perquisitionnant dans la chambre' d'une de ses amies, la police a trouvé des tracts, des affiches , des bro· chures pro·nazies et des croix gammêes . Deux autres jeunes fascistes ont été éga· lement interpellés. Un au tre membre de là bande a r é- - - 1 Faits - PASSE.T.IL 9 • , Une reponse au MRAP de l'Académie des Sciences de Kiev Lors de la parution de la brochure « Le Judaïsme sans fard », le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) avait exprimé l'émotion des antiracistes français dans une déclaration publique que la presse a reproduite. Il s'était )d'autre part, adressé à différentes autorités soviétiques, notamment au président de l'Académie des Sciences de Kiev, soulignant que « l'annonce prochaine de mesures prises contr,e les auteurs et responsables de cette publication comblerait l'attente et l'espérance de tous ce'ux qui, en France, oeuvrent à l'amitié entre les hommes et entre les peuples ». Une réponse signée de M. 1. Khmel, secrétaire scientifique de la section des Sciences Sociales du Presidium de l'Académie des Sciences de la République Socialiste Soviétique d'Ukraine, vient de parvenir au M.R.A.P. « Cette brochure, écrit M. 1. Khmel, présente sous un faux éclairage Hotre position à l'égard des questions de religion. » Et il poursuit : « A la rhmion du Presidium de l'Acamédie des Sciences de l'U.R.S.S., lors de la discussion concernant le travail d'édition de l'Académie, il a été soulig lié que le service d' édition avait publié le livre de Kitch/w dans la série des ouvrages de la littérature de vulgarisation scientifique salls conslllter le COlllité de Rédaction et d'Edition de l'Académie des Sciences et les autres Instituts scientifiques qui collaborent avec l'Académie. C'est à la suite de ce fait que certaines positions erronées ont été prises. Le service de l'éditioll a été sévèrement critiqué et a reç1l des consignes rigoureuses pour éviter à l'm'enir toute fausse interprétation des questions conce1'llant la reliqioll et l'atlzéisme. Les personnes a1txqaelles incombe la faute de l'éditiou de ce livre ont été sévèrement pUllies. « Nous ·1.'OllS signalolls que Kitchko ne travaillait pas et ne travaille pas à l'Académie des Sciences de la RéPttbliq!te Socialiste Soviétique d'Uhaine. Nous S0111mes très sensibles all fait q1te vous VOltS préocCll.pie::: de la bonne l'étlltation de l'Académie des Sciences de la République Socialiste Soviétique d'U /.raine. » Les antiraci stes prendront connaissance de cette lettre al'ec intérêt. Le M.R.A.P. prend acte que les personnes auxquelles incombe la faute de l'édition de « Judaïsme sans farci » ont été sévèrement punies. Il ne manquera pas cie communiquer toutes informations nouvelles qui pourraient lui pa ryenir. pondu sans aucune gêne, à diverses questions

_ Depuis quand, vous occupez·vous de politique ? _ Depuis toujours. A 15 ans, j'étais inscrit à (( .Jeune Nation n, puis au (( Parti Nationaliste n, et aprês sa, dissolution, au mouvement ({ Occident ,' . _ Avez.vous participé à d'autres actions ? _ Oui, souvent. Je SUIS toujours \'0· lontaire quand il s'agit de défendre la patrie française contre la racaillc mar· xiste ct contre les juit's, qu'ils soient chanteurs, saltimbanques ou· ministres. _ VOLIS êtcs-vous fixé un objectif pré· cis ? _ Mettre fin à la démocratie. Le régi. me démocratique, c'cst l'abjection. _ Vous êtes combien à penser cela ? _ Environ 150 militants au (( Mouvement n, plus les militants des autres groupes, plus lcs étudiants de la F.E.N., plus les sympathisants, au total, au moins 20.000 pcrsonnes rien qu'à Paris. _ Cela suffira pour renverser la démocratie ? _ Quand tout a commencé en Alle· magne, les nazis n'étaient pas plus nombreux que nous. Et pourtant UitIcr a réussi. _ Que pensez·vous d'Hitler pour dire qu'il a réussi ? . _ Je sais qu'il avait raison. Si nous l'avions écouté, la France ne serait pas tombée au pouvoir des marxistes juifs et on ne verrait pas les nègres et les Arabes faire la loi dans chaque quartier de Paris. - Et les fours crématoires ? Il vous arrive d'y penser ? - On ne fait pas d'omelette sans cas· sel' d'oeufs! Ces déclarations se passent cle com· mentaires. - J divers HIER ET AUJOURD'HUI • Ils continuent. .. A PRES Globke, Oberlander et Krueger, démasqués comme criminels de guerre, les ex·nazis continuent à noyauter les hauts postes du gouvernement et de l'armée allemande et se font une place dans certains organismes internationaux. Ainsi, sur proposition du général Heusinger, le général Ferber devient le direc· teur d'un état-major permanent d'officiers des diverses nations de l'O.T.A.N . Officier de carrière sous Hitler, Ernst Ferber monta en grade de façon Il brillante » et rapide. A 29 ans, il entrait à l'état·major géhéral' allemand : c'était en 1943. Depuis Vannée dernière', il est chef du ({ Deuxième bureau » de l'état-major général de la Bundeswehr, de cette Bun· deswehr qui, selon les propres paroles de l'amiral Heye ,délégué parlementaire à la Défense, « pourrait devenir, si l'on n'y prenait garde, un corps équipé des armes de demain, mais anÎlIlé de l'esprit d'hier, celui de la période nazie ». (Suite page 3) DROIT ET LIBERTE MENSUEL 36, rue des Jeüneurs - Paris (%1 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 franc!! 1 J'AIME bien les faits divers. Ils apportent dans notre vie tant de petits drames reposants, ou inquiétants, ou terrifiants, quelquefois de grands drames bouleversants, qu'ils nous ÎIIlposent une vision du monde qui devrait nous rendre meilleurs. Qu'un enfant disparaisse, et voilà toute un monde suspendu à son sort. Si on le retrouve, des millions de poitrines soupirent de .ioie en même temps. S'il n'est plus qu'un cadavre, des millions 1 de coeurs souffrent avec celui de sa mère. . C'est ça, l'humanité, Mais hélas, le fait divers n'est souvent que l'exploi. tation éhontée de la bêtise. Je pense à ce journal du soir et à ces journaux du matin qui firent beaucoup de bruit à propos de « l'enlèvement » de Mme Dassault et qui reproduisirent avec une ironie à peine dissimulée ce dialogue entre M. Dassault et l'un des « ravisseurs ». - « Je vous informe que je demande un milliard pour rendre Mme Dassault. - Un milliard d'anciens francs - Naturellement., nous ne sommes pas des juifs! » ETRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Parta Pour les chanilements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au ({ Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel· des·Monnaies, Bruxelles 6. 1 Or tout le monde connaît les origines de M. Dassault, et cette ironie stupid~ (apocryphe ou non) n'est jamais qu'une forme de l'antisémitisme dans ce qu'il a de plus bête. Le journal du soir, qui imprima cette « information » en bonne place, était naguère la co-propriété de M. Dassault ~ui.~ême. . Ceci n'est rien pourtant. C'est beaucoup plus tard que le fait· divers deVient terrifiant. Le même journal devint l'organe presqu'officiel de « L'Etrangleur ». Huit colonnes à la une tous les jours et de!! pages entières consacrées au fou criminel. Je pose une simple question, mais' qui saura y répondre? Quelle aurait été l'attitude de ce journal - et de quelques autres - si l'Etrangleur avait été juif, noir, jaune, ou encore Algérien ou Gitan? Oncle TOM. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robertpequeur, Bruxelles-7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. ~ Journal compos6 et Imprimt ~~ par des ouvriers syndiQ\M B.P .1I:.C. - ChlteauJ'OlD[ 06raDte : 1. BIDlCBL r .qUE SE PASSE-T-IL ? (Suite de l,a page 2) Spécialisé dans le « renseignement », Ferber servit pendant la guerre sous les ordres de Reinhard Gehlen, chef du service de renseignements sous Hitler, le fameux réseau « Gehlen ». Celui-ci ne fut pas démantelé lors de la défaite nazie et demeure l'un des foye'r les plus actifs des revanchards allemands. Un des membres du réseau « Gehlen », Herbert Kuehm, d'Essen, est le propagandiste actif de « l'autodétermination » des Tyroliens du Sud, des AlsaciensLorrains, des Sudètes de Tchécoslovaquie. En 1962, il avait organisé des attentats à la bombe en Italie ; en 1963, il récidive. Entre temps, en mars 1962, il avait travaillé en France, aV€c l'O.A.S ... Ces faits s'inscrivent dans le cadre d'une virulente agitation chauvine et belliçiste qui soulève, dans les milieux les plUs divers, une inquiétude renouvelée. Couvrant son ministre H.C. Seebohm, qui, dans plusieurs discours publics a réclamé, ces temps derniers, le retour des Sudètes à l'Allemagne, le chancelier Ehrard ne fait rien pour s'y opposer, bien au contraire. AFRIQUE DU SUD • Une lettre de l'ANC A la suite des récentes initiatives du M.R.A.P. dans la lutte contre l'apartheid, et particulièrement la distribution de tracts organisée à Roland-Garros. lors du match de Coupe Davis entre la France et l'Afrique du Sud, M. Raymond Kunene, représentant le Congrès National Africain à Londres, écrit à notre Mouvement : MAURICE THOREZ La mort prématurée du président Maurice Thorez a été ressentie avec émotion, non seulement au sein du Parti Communiste Français et du mouvement ouvrier international, mais dons de très larges milieux démocratiques. De nombreuses person nalités d'appartenances diverses, voire opposées, ont rappelé ses talents d'orateur, son autorité cie d irigeant e t de théoricien, sa valeur d'homme d'Etat, sa combattivité, sa chaleur humaine. L'hommage populaire qui l;Ji a été rendu porte, par son exceptionnelle ampleur, témoignage devant . l'histoire. A maintes reprises, Maurice Thorez ava it exprimé l'intérêt qu'il porta;t à la lutte contre l'antisémitisme et le racisme, sous quelque forme qu'ils se manifestent. En mai 1962, inaugurant le monument é levé à la mémoire des victimes du nazisme, sur l'emplacement du camp de Noé (Haute-Garonne), il flétrissait avec force le crime de génocide perpétré par les hitlériens, de même que « la haine, la violence, le racisme » qui sévissent aujourd'hui encore. « Non, nous ne voulons plus connaître de tels massacres, s'écriait-il . Non, nous rie voulons pas qu'ait coulé en vain le sang de nos héros, de nos martyrs. Nous vouIons tous nous unir ofin que plus jamais notre monde ne connaisse la guerre et le fascisme_ Nous voulons en finir avec les morts, les enfants assassinés. Nous vouIons vivre dans la paix et dans la joie par le travail. » Un an plus tôt, dans une déclaration à « La Presse Nouvelle », il soulignait que l'antisémitisme est « comme toutes ies for- Il Nous sommes très heureux d'avoir reçu votre lettre du 20 juin 1964 et le compte rendu que vous faites de vos actions à l'occasion du procès de Rivonia nous satisfait et nous encourage. Seules des manifestations de solidarité inter'nationale comparables à celles que votre Jrganisation entreprend Lors de la remise du Prix de la Fraternité en 1962, Maurice Thorez félicite le lauréat, Robert Merle. De dos, le président Pierre paraf permettront d'épargner la vie de nos leaders condamnés au procès. Car il importe de ne pas perdre de vue la nature pernicieuse du verdict qui a été rendu et la cruauté des conditions d'existence dans les prisons sud-africaines. Nous comptons sur votre durable solidarité et, nous vous félicitons tout particulièrement de votre démonstration lors du match de Coupe Davis entre la France et l'Afrique du Sud. Nous l'avons lu dans les journaux. i) Il faut signaler, d'autre part, que le C.I.O. (Comité International Olympique) a définitivement exclu l'Afrique du Sud des Jeux. Olynlpiques de Tokyo, le 26 juin dernier. Après un premier avertissement du C.I.O., l'Afrique du Sud avait accepté d'intégrer 7 Ch2lIlpions noirs dans son équipe olympique qui comprend, par ailleurs, 70 athlètes blancs. ]\Olais le C.I.O. a estimé à juste titre qu'une telle sélection n'était pas représentative d'un pays où vivent dix millions de noirs et seulement trois millions de blancs. Nos deuils Pierre DREYFUS-SCHMIDT C'est avec une profonde émotion que nous avons appris la mort de M. Pierre DREYFUS-SCHMIDT, maire de Belfort, ancien député. Membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., c'était un homme de coeur qui, depuis la fondation de notre Mouve· ment, n'avait cessé de lutter à nos côtés contre le racisme. Nos exprimons à Mme Pierre UREY· FUS-SCHMIDT et à sa famille nos sincères condoléances.

  • ..

j Notre ami. Jean Schapim, secrétaire national du M.R_A_P_, a eu la douleur de perdre sa belle-mère, Mme Henry de Jouvenel. Nous voulons lui affirmer, ainsi qu'à Mme Schapira et à sa famille, notre affectueuse sympathie. mes de racisme, une arme de la réaction extrême », qu'il « tend à diviser les forces ouvrières et démocratiques et à détourner les exploités de la lutte contre leur ennemi véritoble ; l'oligarchie financière ». Maurice Thorez s'était associé, par ses messages, à de nombreuses campagnes et manifestations du M.R.A.P. Dans le numéro 1 de « Droit et Liberté » (29 octobre 1949), il prenait position parmi les représentants des grands courants politiques français contre l'agitation néo-nazie qui , quelques années après la victoire, ~e faisait jour déjà en Allemagne. En juin 1962, lors de la remise du Prix de la Fraternité à Robert Merle, il vint, souriant et cordial, féliciter le lauréat, et apporter au M.R.A.P. son précieux encouragement. Dès que fut connue la mort de Maurice Thorez, notre secrétaire général, Charles Polant, a adressé ses condoléances à sa famille et au Comité Central du Parti Communiste Français. Une délégation du Bureau National du M.R.A.P. a participé à ses obsèques. Nos joies MARIAGES Nous avons appris avec joie le mariage de Mlle Catherine LYON-CAEN, petitefille de M. Léon Lyon-Caen, président d'honneur du M_R_A,P., premier président honoraire de la Cour de Cassation. avec M_ Lionel WALTER_ Que M. et Mme Léon Lyon-Caen trouvent ici l'expression de nos plus affectueuses félicitations, et les jeunes mariés nos voeux les meilleurs. ,. • * Nous sommes heureux de féliciter nos amis Maurice EISENBERG, président du Comité du M.R.A.P_ de Montreuil, et Madame, à l'occasion du mariage de leur fils Serge avec Mlle Monique BAYOU. Tous nos voeux aux jeunes mariés_ NAISSANCE Nos amis Fernand et Marie-Eve BEN· HAIEM, membres du Conseil National du M.R.A.P., mit la joie de nous annoncer la naissance de leur fille Anne. Nous leur exprimons nos cordiales félicitations et tous nos voeux amicaux. 3------ u. S. A.: l'été , s annonce « brûlant » LES vacances d'été 1964 aux Etats-Unis ne manqueront pas de servir de cadre à l'actualité américaine comme internationale. En efIet, comme tout un chacun s'y attend, le problème racial va accaparer la scène internationale avec toutes ses conséquences d'ordre économique, politique et psychologique. Et pourtant, des résultats ont été obtenus en faveur des Noirs : la Loi sur les Droits civiques a été votée par le Sénat, le 19 juin dernier, par une majorité autorisée de 73 voix contre 27. Quelle signification faut-il \'oi r dans cet événement Et quelles sont les conséquences qu'il va entraîner? Tout d'abord - dans la mesure où l'on s'intéresse au problème des Noirs américains - pour saisir les causes à leur racine même, il importe de savoir que « si le. XVIIIe siècle a marqué pour l'Europe l'accession au pouvoir de la bourgeoisie capitaliste, c'est que depuis plus de deux siècles la traite des esclaves a enrichi ses classes moyennes ». Comme le précise l'historien Endrè Sik (1) : « Les capitalistes européens et américains, les marchands d'esclaves anglais, français, portugais, hollandais et autres, ainsi que les propriétaires terriens d'Amérique possesseurs d'esclaves, accumulent des richesses innombrables par le pillage des peuples africains, ainsi que par le rapt et l'exploitation de millions d'Africains. Les richesses pillées en Afrique. la sueur et le sang des fils et des filles d'Afrique étaient l'une des plus importantes sources de l'accumulation capitaliste. » On le voit. dès lors que le problème noir américain est situé à son origine même. il est clair que s'il met en jeu actuellem ent les Etats-Unis, de par son origine historique c'est l'Europe tout entière qui y est impliquée. L'Amérique n'a fait qu'hériter du problème racial que l'Europe avait conçu. qui avait germé en elle, pour des raisons exclusivement économiques, et qu'elle a transmis aux Etats-Unis. . Ainsi, les 20 millions de Noirs américains sont les survivants des 400 millions d'Africains arrachés d'Afrique pendant trois siècles pour aller cultiver les terres américaines, non à titre de salariés mais en tant qu'esclaves. Et c'est cette différenciation entre maîtres et esclaves, créée pour des besoins économioues précis. qui se perpétue aujourd'hui aux Etats-Unis. Si le problème noir américain se vrésente S0US une forme raciale, la vérité est que les motifs en sont purement économiques. Ici, le racisme n'est ou'un moyen pour atteindre des objectifs de profit. Selon l'humeur du lecteur de journaux, selon aussi son deg-ré (le con-naissance du problème noir aux Etats-TTnis, il retiendra (le la lecture de son quotidien, de l'écoute de la rarlio et des émissions de télévision qui l'informent, soit que la condition des Noirs aux Etats-Unis est en passe de se (( normaliser », que le problème « va se régler » et que l'on n'en parlera plus: soit que la situation s'annonce explosive; ou encore il retiendra les (leux impressions contradictoires et pel1t-Ptre s'interrog-era-t-il sur cette contrarliction. sur la relation entre les deux séries de faits. Montrons donc ce qu'est cette loi sur les Droits civiques: puis. montrons pourquoi l'été s'annonce « bl-îllant ». Le proiet de loi sur les' Droits civiQues. que certains îournali stes n'ont vas hésité à qualifier de l' « acte v()lit;oue du siècle », c'est. nans sa dpfinition même. une mesure juridique. riont le propos est de résoUf1re un prohlème oui met en jeu dpsor1l1ais tout l'pnsemble des facteurs oni font de la société américaine ce qu'elle est : nuissance .~conomique. mentalité rles c;tovens a1l1 pricains. volonté (les' Etats-Unis de ré!!ir une nart de plus en plus grande de la planète, etc ... Or. n011S l'avons souli !!né, dès l'ori! Yine. la ,-1pstinée pt la mante (le liherté ne ces N o;rs africains oui seront rles Noirs a1l1 éric"ins est ,-1pià tracpe. C'.~stà- nire olle nP~ l'ori!!in e. ih ne se'-ont iamais cOl1"irlérps comme (les citovens à nart pntière. 1l1ai~ comme des sl,ipts oU:1nrl hien mp.me ils auront. V"T leur lahe11T fnrcp ne LlOO ,ms. r()11tribué à as~pni; la nl1lC C!lnrp am~r;("~ine. Tl est ~l1"PTfln dp nTPspllter lI' ~,isspmpl1t prnYTPssif rl" Nnir :1",p"irain n"11 l,.s C:1 tPYn '-;p~ clp st"tnts infp,-;p11rs. TOllt le 111('11ne S'lit ou'il 111' se ",!"sp fHS clp io"r S"l1~ 0111' (11' T\Tnir~ so;pnt 1"11- ("hp~ . n p"r111S. ipt ~: pn ",-i enl1 ... T,P 1\,f';,,_ sissin; pt II' « ::110 nTofo11 cl » sn11t f)Ol1r II' l\T"ir II' 1':11'11'''''- "p,-.,.,,,n,,,"t rI,. hl c1P('h6~"ra. r1p ~()n 'h11n1!ln';t~ . r'pct n;:trrp n l1 P lp l\T f"'\lT :ln'~""';"'~;n c~;t "1~;nt.o."1f1t Oll'il n'pst rien (l'antre m,'nne rml.ch;ne à productio11. one S'l cOl1.-1it;on est rav'llpe - pt rlpnnis clp~ sipl'le - ;', l'elle ne SOll~-homm". ou'il S"est (lpcirlé à rejeter b . condition 011'nn Ini impose depuis l'époque de l'esclavage. Ainsi, le vote de la loi sur les Droits civiques par le Sénat, après plusieurs tentatives qui n'ont pas vu le jour, n'est que le résultat d'une longue lutte mêlée de sang, de haine. Le pouvoir américain sait qu'ayec la montée sur l'arène internationale des pays africains, il lui sera impossible pour s'allier « leur amitié » - étant donné le marché potentiel non négligeable qu'ils représentent - de briser dans l'oeuf les aspirations de liberté des masses noires américaines; comme ce fut très souvent le cas. Donc, c'est Bandoeng, le réveil des peuples hier colonisés qui, en redonnant le sens de la combativité aux Noirs américains, a fait comprendre au pouvoir américain qu'il était trop risqué de s'opposer à l'élan de liberté qui traverse le monde des opprimés. Il nous faut alors saluer en principe le vote de la loi sur les Droits civiques qui, s-elon son esprit, a pour but de faire disparaître la ségrégation en matière par Jean-Pierre N'DIAYE d'établissements privés, de lieux publics, de transports, d'écoles et surtout de listes' électorales. L'originalité et l'aspect sérieux de cette loi consistent particulièrement dans les dispositions écrites prévues par le Gouvernement fédéral pour l'application de la loi. Il est certain qu'une loi n'a de sens que dans la mesure où les moyens sont prévus et appliqués pour lui donner sa réalité sociale. Le Gouvernement fédéral se déclare décidé à supprimer l'aide financière à tout programme ou activité qui maintiendraient une attitude de discrimination raciale. Quand on a suivi de près' l'hi s toir~ du problème noir aux Etats-Unis, il ressort manifestement que les textes juridiques et constitutionnels, les amendements protégeant le droit des Noirs abondent dans la législation américaine. De la Proclamation d'Emanci pation (1862) qui affranchit les esclaves, au premier Acte de la Reconstruction (1867) où le droit de vote lui fut octroyé, le sort du Noir « bénéficiera » en outre des 1.10 et 14" Amendements de la Constitution, puis de l'Acte des Droits' civiques. Ce dernier, voté en 187.5, stipulait que « Toutes les personnes sous la juridiction des Etats-Unis' auront droit â la pleine jouissance des di spositions ou facilités et privilège~ des hôtell eries, des transports publics, maritimes et terrestres. dans les théâtres et autres établissements d'amusement pùblics ; à l'exception des conditions et limitations établies par la loi et applicables à tous les citoyens de toutes races' et de toute couleur, sans considération de servitude ancienne. }) Le rapprochement entre ce texte de 187.5 et la loi votée en juin 1964, autrement dit la réédition d'une loi vieille de près d'un siècle - mais jamais appliquée -, amène à s' interroger sur les chances d'application de la loi de 1964_ Le pouvoir américains emploiera-t-il maintenant les moyens nécessaires pour aller à l'encontre des g roupes politiques et financiers qui tirent un intérêt certain de l'oppression raciale infligée aux Noirs? Autrement dit, la question de la solution du problème ne se pose pas en termes de compréhension. mais en termes de pouvoir. en termes de force. Et c'est cela que les Black Muslims ont compris, ainsi que le Comité de Coordination des Etudiants « non violents » qui commencent à s:entraÎner aux manifestations publiques violentes. Et même le Révérend Luther King, l'aoôtre de la non-violence ghandienne, après de multiples désillusions, préconise en iuillet 1064 (( des actions de masse directes afin de provoouer l'intervention du Gouvernement fédéral, si le refus d'accepter l'intég-ration est g-énéralisé. » La conscience des peuples de couleur va de l'avant. et l'Amérique pour résOl1r1re le problème noir est obligée d'aller jus'qu'au bout. c'est-à-dire de bouleversel- ses structures économiques et sociales : car, encore une foi~. si le prohlème a un aspect racial , il est olus qu'évident Clue son existence procède aVilnt tout des intérêts économiques et politiques qu'il représente. (1) Histoire de l'A Frique Noire. L'ESPRIT ET LE COEUR LES enfants d'un même père et d'une même mère ne se ressemblent pas. Pourquoi voudriez- vous qu'il n'y ait pas de différences entre hommes venus de tous les continents? Serait- il souhaitable qu'il n'yen eût pas? Les hommes, de plus en plus, voyagent, se mêlent, adoptent des techniques devenues universelles. Et les différences n'ont pas diminué pour autant. La multiplicité des langues, la diversité des moeurs, les dissemblances de mentalité subsistent, profondément enracinées dans les esprits et. semble-t-il , irréductibles - et cela en un siècle où pourtant toutes choses bougent. Ces différences, il était possible de les ignorer, ou du moins de n'en pas tenir compte aussi longtemps que, pratiquement, à l'exception de quelques individus appelés à voyager ou à séjourner à l'étranger, chaque groupe humain vivait dans son aire particulière. Le problème des différences entre hommes ne se posait qu'à une minorité. A ceux qui s'éloignaient de France. Aujourd'hui, il n'en est plus de même. Le problème est posé aux Français de France. A nous qui voyons arriver sur notre sol des hommes venus des pays méditerranéens proches du nôtre et aussi ceux d'outre-Méditerranée, de l'Afrique du Nord et de l'Afïique noire. On a pu parler - mais nous laissons la responsabilité de ce terme aux journalistes - d' f( invasion u . Invasion souvent bien pitoyable. Invasion de ceux qui, à l'exception d'une minorité encore infime, se chargent des travaux les plus ingrats, quand ce ne sont pas les plus pénibles et cependant nécessaires à notre civilisation de bien-être. Le prolétariat souffrant et - ce qui est peutêtre pire encore - méprisé, qui dans le passé était français, tend à devenir étranger. A constituer une masse en face de laquelle l'opinion française qui se croyait à l'abri de tout racisme Par le pasteur Pierre DUCROS et qui fa cilement condamnait une telle attitude chez les autres, va à son tour devoir affronter ce problème. Quelques signes avant-coureurs se sont déjà manifestés. Ce journal en signale un certain nombre. La liste n'en est que déjà trop longue. Il est temps de l'arrêter. Certains penseront qu'il n'y a pas à grossir de tels fâits, à ne pas en exagérer la portée, à ne pas leur donner une importance qU'ils n'ont pas ! Certes, mais nous ne pouvons pas oublier les leçons d'une histoire encore bien proche et même contemporaine. Quelques gouttes d'eau peuvent annoncer l'orage. Quelques signes avant-coureurs peuvent précéder une tornade. Une opinion publique qui n'est pas sur ses gardes, peut être entraînée dans un flot de préjugés, puis de haines. Et sans aller jusqu'à envisager le pire, un état d'esprit peut s'installer dont les manifestations seraient un démenti douloureux infligé aux conquêtes les plus pures de la civilisation. C Ol-JQUETES, venons-nous de dire. C'est qu'en effet le problème du racisme n'est pas un problème imaginaire ou inventé, mais un problème bien réel, c'est-à-dire un problème dont les racines plongent dans notre _ esprit, dans notre coeur, dans notre peau. Non pas un problème académique, mais un problème concret. Et désormais un problème immédiat. Et c'est pourquoi l'antiracisme est essentiellement une victoire de l'esprit et du coeur - les deux som nécessaires - sur ce mouvement qui, si h.cilement, porte l'homme à s'écarter de qui ne lui ressemble pas et à le mépriser. Victoire de l'esprit. Ne jamais toucher à l'affirmation de l'unité fondamentale des hommes, au delà de toutes les différences. Ne jamais décrocher de cette réalité. Pour nous justifier, ne jamais piétiner ,c~tt~ vér~té. C'est ,le: c!,i!l1e du ra· cisme, pousse a 1 extreme par 1 hltlensme, que d'avoir affirmé que, en principe, irrévocablement, dans l'absolu, les races sont différentes les unes des autres ; entendez par là que certaines sont irrémédiablement inférieures aux autres ! Le crime d'avoir transformé un état de fait appelé à se modifier, en un jugement ~e ,valeur brutal et définitif : d'avoir vu en des dlfferences ~urement accidentelles et probablement passageres, des différences d'origine et de nature. Plus que jamais, retenons l'avertissem~nt de Pascal : " Travaillons à bien p,ense.r ; VOl,l~ les principes de la morale. " Que 1 espnt ne s egare pas! . Victoire du coeur. Nous nous sentirons alors plus proches de ces frères ... lointains, venus sur notre sol Pour que justice leur soit faite, nous accepter~ns et même nous exigerons que soit pris sur le revenu nation.al et do.nc s~r notr? revenu personnel, de quOi loger, IIlstrUl~e, SOIgner ces étrangers à l'égal des Français, ces étrangers dont nous trouvons pratique d'utiliser les services. Nous pouvons en être persuadés: sur ce plan de la justice et de l'amour du prochain, personne n'est perdant, personne! Ce qui est fait pour ies uns est bénéfique pour les autres, pour tous! Et dans cette atmosphère pourront s'établir, entre hommes appartenant à des nations et à des races fort différentes, des relations de compréhension et de cordialité qui seront pour tous un magnifique enrichissement et feront de notre France un pays où il fera bon vivre pour tous. SAINT-CLAUDE • • Un test pou LA PISCINE DE SAINT-CLAU- « DE : UN TEST POUR LES RACISTES. » C'est sous ce titre, résumant bien la situation, qu'une affiche opposée dons toute la ville et aux environs, conviait les Sanclaudiens, le lundi 6 juillet, à la Maison du Peuple, pour la réunion publique et contradictoire organisée par le M.R.A.P. BATAILLE DE TRACTS Plus d'un mois s'est écoulé depuis qu'a commencé « l'affaire ». La piscine, avec l'ensemble des aménagements qui l'entourent, sous l'appellation (impropre) de Centre Nautique du Martinet, était inauguré le dimanche 17 mai. Réussite remarquable, tout à l'honneur de la municipalité, cette réalisation ultra-moderne, qui aurait dû n'apporter que joies et détente à la population, suscitait aussitôt des débats passionnés, en raison non pos de son aspect ou de sa conception, mais d'un surprenant paragraphe, à la fin de son « règlement ». Celui-ci était ainsi conçu : « Ressortissants Algériens. - Les ressortissants algériens ne sont admis au Centre Nautique que sur prétuteurs, les Déportés F.N.D.I.R.P., le Parti Communiste Français, le Parti Socialiste SI, F .1.0., le Parti Socialiste Unifié, l'Union des Femmes Françaises. Devant cette rare unanimité, le députémaire de Saint-Claude, M. Louis Jaillon, ressentant la nécessité de s'expliquer, rendait public un communiqué, également édité en tracts, où l'on pouvait lire: « Tous les Fran!;ais sont suivis sur le plan médical de l'école à l'atelier et les étrangers, pour obtenir leur carte de séjour sont soumis à un examen sévère comportant notamment la radiographie et l'analyse du sang. Seuls parmi eux, les Algériens séjournent en France sans contrôle médical, hormis les salariés qui demeurent assez longtemps chez un employeur pour se présenter à la médecine du travail. Voilà donc le pourquoi clair, simple et motivé de la mesure instituée, laquelle avait été préalablement approuvée sans réserve par l'Amicale Sanclaudienne des Algériens. Les enfants algériens, fréquentant les 'établissements scolaires et soumis par conséquent au contrôle médical scolaire, n'ont fait l'objet d'aucune formalité particulière. » Cette tentative de justifier une mesure discrim inatoire par un louable souci d'hygiène allait-il couper court aLIX palémiques ? Certes pas. soit pour autant supprimé le para criminé, le problème soulevé por palité continuait de préoccuper le diens. Il suffit paur s'en convaincr sulter la presse locale et régionale. Le 23 mai, l'hebdomadaire de Sa « Le Courrier », présente sous une moristique une justification des dis~ sont les Algériens, où il ne voit « miliant ». Le 30 mai, il décrit de la pisicine - qui sont réels - 1er du règlement discriminatoire. il y revient pourtant. Reprochant nal parisien d'avoir écrit que la p interdite aux Algériens, « Le COll time nécessaire d'affirmer que « pratiques ne sant pas en usage Sanclaudiens, quelles ' que soient le ces qui les séparent ». « Puisse c constatation, ajoute-t-il, être le frÊ pable d'unir les uns et les autrl recherche d'une solution accep tous. » Il publie une déclaration contrôleur du « Centre Nautique jure devant Dieu que je n'ai refus personne l'entrée de la piscine. » (1 cun Algérien ne s'est présentél. Le 20 juin, ,dans sa tribune libre, daire sanclaudien reproduit un art à un journal parisien par un memt seil municipal, ami du maire. CE force de distinguer deux cotégor riens: « Les IKabyles qui sont installés sieurs années ici, travaillent régulil vent sons histoires, en bon voisina Européens, passant camme tout le visite de la S.S. D, et, d'autre ~ un régiment qui va et vient, qui sait quoi et qui, jusqu'à ce jour incontrôlable, que ce soit au point nitaire ou au point de vue « pa iii Le meèting du M.R.A.P. à Saint-( Les premiers, précise l'auteur Une petite ville accueillante dans sa belle vallée L'affaire, dépassant le cadre de la petite cité jurassienne, avait pris, entre temps, une ampleur nationale. Les informations parues dans toute la presse, l'interview de M. Jaillon à la télévision, avaient alerté l'ensemble de l'opinion, des protestations nouvelles s'élevaient, tandis que les racistes applaudissant bruyamment, réclamaient l'interdiction aux Algériens de toutes les piscines de France, voire même d'autres lieux publics. Une mesure discriminatoire prise pour la première fois par des autorités officielles, c'était pour les fauteurs de haine, une aubaine inespérée. Saint-Claude devenait à leurs yeux un exemple et un test... « n'auront aucune difficulté à 1 piscine ». Quant aux autres, « d'eux, non sans raison ». Il ne dit fois, comment on peut les différer trée de la piscine, mois reconnaÎl sentation préalable ou Secrétariat de la Mairie d'un certificat médical, garant de leur bonne santé, et de leur carte d'identité. J Affiché à trois exemplaires sur le ponneau de l'Hôtel de Ville, le tract reproduisant ce texte avait été distribué abondamment, la veille et l'avant-veille de l'inauguration (Il. Deux ou trois jours plus tard, un autre tract sortait des presses, riposte rapide et vigoureuse aux mesures discriminatoires édictées par la municipalité. « Ainsi, proclamait-il, il suffira d'être Algérien OU PRESUME TEL, pour être rejeté de l'enceinte de la piscine, si l'on n'a pas satisfait à l'humiliante formalité exigée par le règlement municipal. « Ainsi, tout homme ou toute femme dont le type sera plus ou moins proche du « type Nord-Africain », pourra être contrôlé, qu'il (ou elle) soit ouvrier, étudiant, ou touriste au camping voisin. « Pourquoi, si l'on in,voque des nécessaires mesures de sauvegarde de la santé publique, ne règlemente-t-on pas, de la même manière le libre accès des autres établissements publics : bains-douches, cafés, salles de spectac es' terrains de sports ? « Pourquoi, dès lors, ne prend-on pas la même réglementation à l'encontre des Marocains, puis des Noirs, puis des Portugais, puis des Espagnols, puis des Italiens ... et enfin des Français eux~mêmes ? « ,Pourquoi pas un certificat médical pour l'ouvrier d'origine algérienne qui désire être admis sur les lieux du travail, pour les enfants de même origine qui désirent être admis il l'école ? » Après avoir exprimé en quelques phrases l'opposition des travailleurs et des enseignants, des croyants et des athées, de la jeunesse, à toute forme de raci sme, ce tract concluait : « Il n'est pas possible qu'une telle mesure annoncée au public, si brutalement et avec si peu de tact, ne soit pas rapportée. « Sinon malheur à nous ! « C'est que nous serions revenus au « temps du mépris », où l'injustice faite à quelques-uns peut laisser indifférents tous les outres. « C'est que d'autres temps bien sombres nous seraient promis. » Suivait la liste des signataires : la Ligue des Droits de l'Homme, les Clergés Paroi ssiaux, la Libre Pensée, les Syndicats c.G.T., C.F.T.C., C.G.T.-F.O., le Syndicat National des Insti- EN LISANT « LE COURRIER» Dans la ville même, accouraient des journalistes, et l'on vit, parmi eux, des reporters américains fort intéressés. Les porte-parole de l'Amicale des Algériens démentaient catég;:,riquement avoir approuvé les dispoeitions pr;ses par la municipalité. Alors que certains souhaitaient le silence, propice à l'apaisement des consciences troublées, et comptaient sur l'indifférence générale, sur le poids du fait accompli pOur écarter pratiquement les Algériens de la piscine que d'autres suggéraient discrètement une certaine souplesse dans l'application sans que « Le fait que le paragraphe les ressortissants algériens soit 1 façon trop sèche et trop peu nua sons d'une façon trop administre aussi un peu la cause de ce soidale. » Fort de cette prise de pasiti( « Le Courrier » revient, le 4 jui maladresse d'un texte trop adn Et il ajoute : « La mesure prise, était présentée, avait, en effet, discriminatoire puisqu'elle visait 1 Chronique de MARS·AVRIL. Campagne raciste de l'hcbdomadai're « Minute }) contre les Algériens. Sous le titre: «L'invasion algérienne en France", il écrit (27-3): « Paris a peur la nuit ... Dès la nuit tombée, la pègre nord-africaine attaque. » Titre du 10 avril : « La gangrène algérienne : comment ils envahissent nos hôpitaux, dévaliscnt la Sécurité Sociale... Voici comment Mohammed vit à nos crochets... » Du 17 avril : « L'invasion algérienne. La suite du dossier qui fait peur. » 9 ET 12 MAI. Expulsant des Algériens de leurs bidonvilles, à Argenteuil, les poliCiers se conduisent avec une particulière brutalité

les baraquements sont détruits ou

i'ncendiés, et les expulSés restent sans abri. Les mêmes faits se reproduisent les 16, 26 et 28 mai, dans la même ville et le 26 mai a Bezons. 15 MAI. Distribution et affichage, à SaintClaude, du règlement de la nouvelle piscine, exigeant des Algériens un certificat de « bonne santé ». FIN MAI. Cédant aux pressions de certains groupes de « pieds noirs », le maire d'Aix-en-Provence s'oppose à la venue dans sa ville d'étudiants algériens, qui devaient faire un stage de 15 jours à l'Université. 5 JUIN. Nouvel article de « Minute » « La pègrc algérienne menace nos villes ... La voilà, l'armée algérienne d 17.000 armes braquées la nu rues ». Et, sous le titre : « guette dans vos piscines », un prouvant les mesures prises l de Saint-Claude. 5 JUL". Arrêté deux jours l qu'il se reposait sur un ba square du 11' arrondissement, Ahmed Kaddoura, violemment les policiers, meurt à la prisor d'une « hémorragie digesti traumatique. » 5 JUIN. Cent policiers el 6 heures du matin un foye, Nantes : coups, insultes, bris de meubles, préCèdent l'arrest! Algériens. 7 JUIN. M. Abdelkader Men rant à Gentilly, réprimande qui avaient joué dans sa cave duit à leurs parents. Le père enfants, agent de police, se violente agression contre M. le f ai t arrêter par police-secoU] de la victime est refusée au Il faudra 48 heures et l'insis' sieurs témoins pour qu'une ouverte. 18 JUIN. Brutalement expul, ment où ils habitaient, à AUDE • • Un test pour les racistes le qu'a tuteurs, les Déportés F.N.D.I.R.P., le Pa rti Communiste Français, le Parti Socialiste S.F.I.O., le Parti Socialiste Unifié, l'Union des Femmes Françaises. Devant cette rare unanimité, le députémaire de Saint-Claude, M. Louis Jaillon, ressentant la nécessité de s'expliquer, renda it publie un communiqué, également édité en tracts, où l'an pouvait lire: « Tous les Francais sont suivis sur le plan médical de l'école "à l'atelier et les étrangers, pour obtenir leur carte de séjour sont soumis à un examen sévère comportant notamment la radiographie et l'analyse du sang. Seuls parmi eux, les Algériens séjournent en France sans contrôle médical, hormis les salariés qui demeurent assez longtemps chez un employeur pour se présenter à la médecine du travail. Voilà donc le pourquoi clair, simple et motivé de la mesure instituée, laquelle avait été préalablement approuvée sans réserve par l'Amicale Sonclaudienne des Algériens. Les enfants algériens, fréquentant lesétablissements scolaires et soumis par conséquent au contrôle médical scolaire, n'ont fait l'objet d'aucune formalité particulière. » Cette tentative de justifier une mesure discrim inatoire par un louab le souci d'hygiène alla it-il couper court aux polémiques ? Certes L'affaire, dépassant le cadre de la petite cité ju rassienne, avait pris, entre temps, une ampleur nationale. Les infbrmations parues dans toute la presse, l'interview de M. JoilIon à la télévision, avaient alerté l'ensemble de l'opinion, des protestot ions nouve lles s'élevaient, tandis que les racistes applaudissant bruyamment, réclamaient l'inte rdiction aux Algériens de toutes les piscines de Fra nce, voire même d'autres lieux publics. Une mesure discrimi natoire prise pour la première fois par des autorités officielles, c'éta it pour les fauteurs de haine, une aubaine inespérée. Saint-Claude devenait à leurs yeux un exemple et un test ... EN LISANT « LE COURRIER » Dans la ville même, accouraient des journalistes, et l'on vit, parmi eux, des reporters américains fort intéressés. Les porte-parole de l'Amicale des Algériens démentaient catégoriquement avoir approuvé les dispositions prises par la municipalité. Alors que certains souhaitaient le silence, propice à l'apaisement des consciences t roublées, et comptaient sur l'indifférence générale, sur le poids du fa it accompli pOur écarter pratiquement les Algériens de la piscine ; que d'autres suggéraient discrètement une certaine souplesse dans l'application sans que MARS·AVRIL. Campagne raciste de l'hebdoll1adai:re « Minute » contre les Algériens. Sous le titre: «L'invasion algérienne en France », il écrit (27-3): « Paris a peur la nuit ... Dès la nuit tombée, la pègre nord·africaine attaque. » Titre du 10 avril : « La gangrène algérienne : com· ment ils envahissent nos hôpitaux, dévalisent la Sécurité Sociale... Voici comment Mohammed vit à nos crochets... n Du 17 avril : « L'invasion algérienne. La suite du dossier qui fait peur. n 9 ET 12 MAI. Expulsant des Algériens de leurs bidonvilles, à Argenteuil, les policiers se conduisent avec une particulière bruta· lité : les baraquements sont détruits ou incendiés, et les expulsés restent sans abri. Les mêmes faits se reproduisent les 16, 26 et 28 mai, dans la même ville et le 26 mai a Bezons. 15 MAI. Distribution et affichage, à SaintClaude, du règlement de la nouvelle piscine, exigeant des Algériens un certificat d~ « bonne santé ». FIN MAI. Cédant aux pressions de certains groupes de « pieds noirs », le maire ct' Aix-en-Provence s'oppose à la venue dans sa ville d'étudiants algériens, qui devaient faire un stage de 15 jours à l'Universitê. 5 JUIN. Nouvel article de « Minute » « La pègre algérienne menace nos villes ... soit pour autant supprimé le paragraphe incriminé, le problème soulevé por la municipalité continuait de préoccuper les Sanclaudiens . Il suffit pour s'en convaincre, de consulter la presse locale et régionale. Le 23 mai, l' hebdomada ire de Saint-Claude, « Le Courrier », présente sous une forme humoristique une just ification des dispositions visa. nt les Algé ri ens, où il ne voit « rien d'humi liant ». Le 30 mai, il décrit les mérites de la pisicine - qui sont réels - sons por- 1er du règlement discriminatoire. Le 6 juin, il y revient pourtant. Reprochant à un journal pa risien d'avoir écrit que la pisc ine était interdite aux Algériens, « Le Courrier ,. estime nécessa ire d'affirmer que « de telles pratiques ne sant pas en usage parmi les Sanclaudiens, quelles ' que soient les divergences qui les séparent ». « Puisse ceHe simple constatation, ajoute-t-il, être le frêle lien, capable d'unir les uns et les autres dans la recherche d'une solution acceptable pour tous. » 11 publie une déclaration du ca issie rcontrôleur du « Centre Nautique » : « Je jure devant Dieu que je n'ai refusé à aucune personne l'entrée de la piscine. » (En fa it, aucu n Algérien ne s'est présenté). Le 20 juin, ,dans sa tribune lib re, l'hebdoma_ dai re sa nc laudien reproduit un article adressé à un journal parisien por un membre du Conseil municipo l, ami du maire. Celui-ci s'efforce de distinguer deux catégories d'Algériens: « Les IKabyles qui sont installés depuis plusieurs années ici, travaillent régulièrement, vivent sans histoires, en bon voisinage avec les Européens, passant comme tout le monde des visite de la S.S. », et, d'autre part « tout un régiment qui va et vient, qui vit d'on ne sait quoi et qui, jusqu'à ce jour est presque incontrôlable, que ce soit au point de vue sa nitaire ou au point de vue « police ». (2) Le M.R.A.P. demande des poursuites contre « Minute» Après la publication dans l'hebdomadaire « Minute Il, de plusieurs articles tendant à créer un climat d'hostilité contre les Algériens, le M.R.A.P. a adressé une plainte au Procureur de la République. Le M.R.A.P. demande que des pour· suites soient engagées en vertu de la. loi du 29 juillet 1881, dont plusieurs articles, modifiés par le « décr et-loi Marchandeau Il, visent les diffamations, les injures et les excitatiOns à la haine con tre un groupe de citoyens ou d'habitants en raison de leur origine. « De tels écrits, souLigne la. plainte, qui sont de nature à troubler gravement la tranquillité sociale, doivent être très sévèrement punis. Il gériens. » Est-ce à dire que présentée d'une autre façon la même mesure sera it pius acceptable ? On ne saurait établi r clairement ce qu'en pense ({ Le Courrier », qui, reprenant la distinction entre les deux catégories d'Algériens, « ceux qui travaillent et ceux qu i ne font rien » , conc lut son article en ces termes : « Notre souhait : une simple modification au texte du règlement, en s'inspirant de la façon large et humaine (?l dont il a été a ppliqué dès l'ouvertu re de la piscine. Il ne s' agit, en effet, que d' une question de mots, et il est hors de doute qu'on pu isse trouver une formule intelligente qui donnera satisfa ct ion à la fois aux Algériens et à leurs amis, en même temps qu' à l'ensemble de la population sanclaudienne. » Notons cependant, que le même numéro .:lu « Courrier » reproduit la lettre adressée par Le meeting du M.R.A.P. à Saint-Claude: Vue de la tribune pendant l'intervention de R. Maria Les premiers, précise l'auteur de l'article, « n'auront aucune difficulté à rentrer à la piscine D . Quant aux autres, « on a peur d'eux', non sans raison ». II ne dit pa s, toutefois, comment on peut les différencier à l'entrée de la piscine, mais reconnaît: « Le fait que le paragraphe concernant les ressortissants algériens soit rédigé d'une fo çon trop sèche et trop peu nuancée - disons d'une façon trop administrative - est aussi un peu la cause de ce soi-disant scandale. » Fort de cette prise de position officielle, « Le Courrier » reViient, le 4 juillet sur « la maladresse d'un texte trop administratif ». Et il ajoute : « La mesure prise, telle qu' elle était présentée, avait , en effet, un caractère discriminatoire puisqu'elle visait les seuls AILa voilà, l'armée algérienne des bas-fonds. 17.000 armes braquées la nuit dans vos rues n. Et, sous le titre : « Ce qui vous guette dans vos piscines », un encadré approuvant les mesures prises par le maire de Saint-Claude. 5 JUIN. Arrêté deux jours plUS tôt alors qu'il se reposait sur un banc dans un square du H e arrondissement, un Algêrien, Ahmed Kaddoura, violemment frappé par les policiers, meurt à la prison de Fresnes, ' d'une « hémorragie digestive d'origine traumatique. » 5 JUIN. Cent policiers envahissent à 6 heures du matin un foyer algérien à Nantes : coups, insultes, bris de valises l'::t de meubles, précèdent l'arrestation de deux Algériens. 7 JUIN. M. Abdelkader Menchou, demeurant à Gentilly, réprimande deux enfants qui avaient joué dans sa cave et les reconduit à leurs parents. Le père de l'un des enfants, agent de police, se livre à une violente agression contre M. Menchou et le f ai t arrêter par police-secours. La plain te de la victime est refusée au commissariat. Il faudra 48 heures et l'insistance de plusieurs témoins pour qu'une enquête soit ouverte. 18 JUIN. Brutalement expulsés d'un bâtiment où Hs habitaient, à Meudon, 150 le M.R.A.P. au député-maire de Saint-Claude (3), d'où il ressort clairement qu'il ne s'agit pas seulement ... d'une question de mots et de formules. (Suite page 6 ) 20 JUIN. Des poliCiers font irruption dans des locaux habités par des Algériens, à Denain et Ecochin (Nord). Plusieurs Algériens sont malmenés. L'un d'eux, qui avait pris peur et s'était enfui, est pourchassé : on est sans nouvelle de lui. 24 JUIN. « Carrefour », prenant la relève de « Minute », se déchaîne contre les travailleurs immigrés. « L'immigration, sans contrôle, écrit-il, renforce l'armée du vice et de la subversion. » 2 JUILLET. Se rêférant à la campagne de « Minute », l'ex-commi'ssaire Dides, dans une question écrite au préfet de la Seine, demande la création d 'une compagnie de « gardiens de la paix - maîtres nageurs » pour « protéger les piscines » contre les « voyous algériens. » 2 JUILLET. Reconnus coupables d'avoir frappé des Algériens et cassé le bras à l'un d'eux, trois policiers sont condamnés à de légères peines de prison avec sursis. .- - -

-

- 20 ANS APRES A la vi t rine du libraire, on peut voir depuis 1 « poche" au titre évoquateur : « AUSCHWITZ tion « Archives ". Cet ouvrage est présenté par Léon POLlAKO\ contemporains de l'histoi re de l'antisémitisme. Après la dernière guerre, Léon POLIAKOV se ( archives du III' Reich, dont il ti re le « Bréviaire de 1 des juifs à travers les différents pays d'Europe). Actuell eme nt, il termine le t roi s ième et dernier' SEMITISME ", dont les deux premiers ont pour titre et « [Je Mahomet aux Marra nes ". A propos d' « AUSCHWITZ ", Droit et Liberté POLIAKOV, ce à quoi il s'est aimablement prêté. Léon Poliakov, vous écrivez dans la conclusion de votre livre sur Auschwitz que le nazisme évoque encore aujoura'hui chez la plupart des Allemands des souvenirs heureux. Croyez-vous qu'un nouvel Auschwitz est possible en Allemagne? - En parlant des souvenirs heureux, je n'avais en vue que les premières années du régime hitlérien, avant la guerre lorsque le chômage fut supprimé et que les Allemands s'estimaient libérés des chaînes du traité de Versailles et ainsi de suite. Les années 4I-4.1 n'évoquent certainement pas chez les Allemands des souvenirs heureux et Auschwitz date de I94I. Pour répondre plus directement à votre question je ne crois pas du tout possible un nouvel Auschwitz en Allemagne. Ne fût-ce que parce que l'extermination des races dites inférieures faisait partie de projets hitlériens de domination mondiale et que dans notre monde tel qu'il est. les Allemands ne peuvent plus rêver à une telle domination. - Selon vous, le nazisme et Auschwitz sont-ils des phénomènes sPécifiquement germaniques? - Ni le racisme. ni la cruauté envel- s les vaincus ou les faibles ne sont bien entendu des phénomènes spécifiquement g-ermaniques. Mais à partir du moment où les ig-nominies. qui théoriquement auraient été possibles partout, se sont produites précisément en Allemagne, on est en droit de poser la question

pourquoi en fut-il ainsi ?

- Vous parlez dans votre livre des vie1tx_ rêves de domination germanique. Ne pensez-vous pas que le racisme blanc est un Phénomène plutôt européen que germanique? . - Il est certainement vrai qu'il s'agit d'un phénomène européen g-énéral, et son développement date de l'expansion U, L coloni laquel pris ( mani{ ploita Mais compl maine à se ( me l'. salist l'Esp ment des 1\ Au: trouv' blesse ment menaI te de du ) laquel n'étai neur pandi sions neau mand sourc Ma et re res, 1 RAVE M' Cather ine Ammar, ancien ne déportée de honoraire à la Cour de Paris, a bien voulu nous faites à Llne enquête entreprise récemment parmi témoignage - dont nOLIs reproduisons ici de la doutons pas. avec un grélnd mtérêt. Vos impressions à l'a rrivée a u camp Pour moi, ce fut N eubrenn, et lorsque j'ai vu des hommes marchant à quatre pattes autour d'une .cour, :0n:me des chiens que des gardiens faisaient avancer à coups de fouet, j'ai eu d'un seul coup la vision d'un univers dantesque, auquel rien ne m'avait prépa.ré:. Rien ne pouvait donner une telle Idee de l'avilissement de la qualité d'homme. Nouvelles arrivées, nous' possédions des colis de Croix Roug-e, et ces prisonniers mendiaient un sucre à travers les grillages comme des fauves faméliques, pendant qu'ils effectuaient leur ronde infernale. Les coups pleuvaient lorsque l'un d'eux parvenait à atteindre la bouchée de nourriture ou le morceau de sucre que nous avions pu leur lancer. Ils suppliaient malgré le risque. , Dans quel état de dénuement étaientils pour en être arrivés là? Je crois que ces premières images m'ont marquées pour toujours. Ce fut mon premier choc. De quoi avez-vous le plus souffert? Sans hésitation je réponds : le froid plus Que la faim, le froid plus que tout. Puis le travail forcé (non que mon travail fut l'un des plus durs), mais par le fait qu'il fut « forcé » et que mon esprit juridique et mon éducation ba~ée sur le res-pect de la personne huma me ne pouvaient concevoir qu'.un combattant pÎlt être astreint au travail. Dans le même ordre de souffrances et al ment tre c: C'( nl'onl triSSe telle j'ai m'a qu'il Qu la vi, des la p secor CI, inélu une sant Et ma un Pl nelle: mun. Pu taien leur chacl D, mes rents aussI --. les racistes Le M.R.A.P. demande des poursuiles conlre « Minute» Après la publication dans l'hebdomadaire (( Minute », de plusieurs articles tendant il créer un climat d'hostilité contre les Algériens, le M.R.A.P. a adressé une plainte au Procureur de la République. Le M.R.A.P. demande que des pour· suites soient engagées en vertu de la loi du 29 juillet 1881, dont plusieurs articles, modifiés par le « décret-loi Marchandeau », visent les diffamations, les injures et les excitations à la haine con tre un groupe de citoyens ou d'habitants en raison de leur origine. « De tels écrits, souligne la plainte, qui sont de nature à troubler gravement la tranquillité sociale, doivent être très sévèrement punis. » gériens. » Est-ce à dire que présentée d'une autre façon la même mesure serait plus acceptable ? On ne saurait établir clairement ce qu'en pense « Le Courrier », qui, reprenont la distinction entre les deux catégories d'Algériens « ceux qui travaillent et ceux qui ne fon; rien ", conclut son article en ces termes : « Notre souhait : une simple modification au texte du règlement, en s'inspirant de la fa~on, lar!le ~t humaine (?) dont il a été applique des 1 ouverture de la piscine. Il ne s'agit, en effet, que d'une question de mots et il est hors de doute qu'on puisse trouvo; une formule intelligente qui donnera satisfaction à la fois aux Algériens et à leurs amis, en même temps qu'à l'ensemble de la population sanclaudienne_ » Notons cependant, que le même numéro du « Courrier » reproduit la lettre adressée par

- - -

Vue de la Iril1une pendant l'intervention de R. Maria

a le M.R.A.P. au député-maire de Saint-Claud, e (3), d'où il ressort clairement qu'il ne s agit pas seulement ... d'une question de mots et de formules. (1) Voir dans notre dernier numéro le facsimilé de ce tract et le commentaire de Nicole de Boisanger-Dutreil. (2) En fait, rien ne justifie parmi les Algériens de Saint-Claude une telle distinction. Tous travaillent. Un certain nombre d'anciens « harkis », il est vrai, ont parfois une conduite peu exemplaire, mais ils bénéficient d'une mansuétude systématique de la part des autorités. (3) Lettre publiée dans le dernier numéro de ({ Droit et Liberté » . (Suite page 6) haine ••• Algériens et Marocains, sont transportés par les cars de pOlice et abandonnés par petits groupes à différents points de Paris. - 19 JUIN. ({ Minute » poursuit sa cam- pagne : « Les voyous algériens nous chas- ;:; seront-Us de nos piscines ? .. Les femmes et les enfants ont peur. » 20 JUIN. Des pOliciers font irruption dans des locaux habités par des Algériens,

à Denain et Ecochin (Nord). Plusieurs Algé- 

riens sont malmenés. L'un d'eux, qui avait - pris peur et s'était enfui, est pourchaSSé : on est sans nouvelle de lui. 24 JUIN. « Carrefour », prenant la relève de « Minute », se déchaîne contre les travailleurs immigrés. « L'immigration, sans contrôle, écrit-il, renforce l'armée du vice et de la subversion. » 2 JUILLET. Se référant à la campagne de « Minute », l'ex-commi-ssaire Dides, dans une question écrite au préfet de la Seine, demande la création d'une compagnie de « gardiens de la paix - maîtres nageurs » pour « protéger les piscines » contre les « voyous algériens. » 2 JUILLET. Reconnus coupables d'avoir frappé des Algériens et cassé le bras à l'un d'eux, trois policiers sont condamnés à de légères pein es de prison avec sursis. - - - - 20 ANS APRES AUSCHWITZ A la vitrine du libraire, on peut voir depuis queique temps un livre de format « poche" au titre évoquateur : « AUSCHWITZ ", paru chez Julliard dans la collection « Archives ". Cet ouvrage est présenté par Léon POLIAKOV, un des plus grands spécialistes contemporains de l'histoire de I·antisémitisme. Après la dernière guerre, Léon POLIAKOV se consacre entièrement à l'étude des archives du III' Reich, dont il tire le « Bréviaire de la Haine» (réCit de l'extermination des juifs à travers les différents pays d·Europe). Actuellement, il termine le troisième et dernier volume de l' « HISTOIRE DE L'ANTISEMITISME n , dont les deux premiers ont pour titre: « Du Christ aux Juifs de Cour» et « [Je Mahomet aux Marranes ». A propos d' « AUSCHWITZ " Droit et Liberté a posé quelques questions à Léon POLIAKOV, ce à quoi il s'est aimablement prêté. Léon Poliakov, vous écrivez dans la conclusion de votre livre sur Auschwitz que le nazisme évoque encore aujourd'hui chez la plupart des Allemands des souvenirs heureux. Croyez-vous qu'un n01wel Auschwitz est possible en Allemagne? - En parIant des souvenirs heureux, je n'avais en vue que les premières années du régime hitlérien, avant la guerre lorsque le chômage fut supprimé et que les Allemands s'estimaient libérés des chaînes du traité de Versailles et ainsi de suite. Les années 41-45 n'€voquent certainement pas chez les Allemands des souvenirs heureux et Auschwitz date de 1941. Pour répondre plus directement à votre question je ne crois pas du tout possible _un nouvel Auschwitz en Allemagne. Ne fût-ce Que parce Que l'extermination des races dites inférieures faisait partie de projets hitlériens de domination mondiale et Que dans notre monde tel Qu'il est. les Allemands ne peuvent plus rêver à une telle domination. - Selon vous, le nazisme et Auschwitz sont-ils des phénomènes spécifiquement germaniques? - Ni le racisme. ni la cruauté envers les vaincus ou les faibles ne sont bien entendu des phénomènes spécifiQuement germaniques. Mais à partir du moment où les ignominies. qui théoriquement auraient été possibles partout, se sont produites précisément en Allemagne, on est en droit de poser la question

pourquoi en fut-il ainsi ?

- Vous parlez dans votre livre des vieux, rêves de domination germanique. Ne pensez-vous pas que le racisme blanc est un Phénomène plutôt européen que germanique? - Il est certainement vrai qu'il s'agit d'un phénomène européen général, et son développement date de l'expansion Une interview de Léon POLIAKOV coloniale dans les temps modernes (à laquelle précisément les Allemands n'ont pris qu'une assez faible part). De cette manière, il permettait de justifier l'exploitation des peuples dits de couleur. Mais c'est aussi un phénomène très complexe Q~i a bien d'autres f!cines. - Par exemple! - Chaque groupe ou collectivité humaine a une sorte de tendance naturelle à se croire supérieure aux autres et même l'Eglise Qui en principe est universaliste et antiraciste a élaboré dans l'Espagne du passé une théorie parfaitement raciste à l'égard des descendants des Maures et des juifs convertis (1). Aux sources du racisme européen on trouve également le souci de la noblesse de défendre ses privilèges au moment où ceux-ci commençaient à être menacés. C'est ainsi qu'un certain comte de Boulainvilliers élabora au début du XVIII" siècle une théorie suivant laquelle le sang bleu de la noblesse n'était autre chose que le sang supérieur des tribus g-ermaniques qui se répandirent en Europe au temps des invasions barbares. La doctrine de Gobineau et le racisme proprement allemand s'alimentaient également à cette source-là. Mais même des personnages illustres et représentatifs clu Siècle des Lumières, tels que Linné ou Buffon, :tyaient tendance, en dressant leurs premières classifications des ethnies ou « races ~ humaines à attribuer aux Européens en général une supériorité intellectuelle et même morale sur les autres hommes. - y a-t-il selon vous un remède contre l'antisémitisme et le racisme! - Les préjugés humains sont tenaces et votre journal par exemple est là pour nous informer sur les excès déplorables qui ne cessent de se manifester dans tous les pays et sous toutes les formes. Mais je crois qu'historiquement racisme et antisémitisme sont en perte de vitesse; c'est qu'il n'existe plus actuellement de grands dogmes, de théories universellement reconnues susceptibles de les justifier. La science a définitivement rejeté les théories raciales et l'Eglise de nos jours s'élève vigoureusement contre le racisme et l'antisémitisme. Bien entendu il subsiste encore de nombreux facteurs d'inquiétudes. - Vous pensez à la propagande de « Rivarol » et autres organes de ce genre f - Evidemment il existe encore en France toute une presse qui entretient l'agitation raciste d'une manière à peine camouflée et qui pa~xemple, afin de réhabiliter le nazisme nie même jusqu'à l'existence des chambres à gaz. Mais les grands foyers de danger me paraissent s~ trouver ailleurs. Je pense en particulier à la pénible lutte des noirs des Etats-Unis pour leur « déségrégation » ou au statut révoltant des noirs en Afrique du Sud. Entre autres conséquences, ces inj\lstices, Qui blessent de la manière que l'on sait les peuples excolonisés, pourraient conduire un jour à des explosions de racisme anti-blanc tout aussi désastreux que l'autre., - Pensez-vous que la .i,eunesse actuelle est mieux armée pour résoudre les problèmes raciaux qloe la génération précédente? - J'en reviens à ce que j'en disais plus haut. Ni le racisme, ni l'antisémitisme n'ont disparu, mais depuis la dernière guerre, depuis Auschwitz, ils sont déconsidérés; les racistes n'ont plus la même bonne conscience, d'où une sorte de ligne directrice générale qui peutêtre en effet permet aux nouvelles générations de mieux s'orienter à travers ces problèmes. P. F. (1) cc De Mahomet aux Marranes ». •• RAVENSBRUCK M' Catherine Ammar, ancienne déportée de la Résistance à Ravensbrück, avocat honoraire à la Cour de Paris, a bien voulu nous comnluniquer les réponses qu'elle a laites à une enquête entreprise récemment parmi les suryivantes des camps nazis. Son témoignage - dont nOLIs reproduisons ici de larges extraits - sera lu, nous n'en doutons pas, avec un grélnd Intérêt. Vos impressions à l'arrivée au camp Pour moi, ce fut N eubrenn, et lors~ que j'ai vu des hommes marchant à Quatre pattes autour d'une cour, comme des chiens que des gardiens faisaient avancer à coups de fouet, j'ai eu d'un seul coup la vision d'un univers dantesQue, auquel rien ne m'avait préparée. Rien ne pouvait donner une telle idée de l'avilissement de la Qualité d'homme. Nouvelles arrivées. nous· possédions des colis de Croix Rouge, et ces prisonniers mendiaient un sucre à travers les g-rillag-es comme des fauves faméliQues, pendant qu'ils effectuaient leur ronde infernale. Les coups pleuvaient lorsque l'un d'eux parvenait à atteindre la bouchée de nourriture ou le morceau de sucre que nous avions pu leur lancer. Ils suppliaient mah;ré le risque. . Dans quel état de dénuement étaientils pour en être arrivés là? Je crois Que ces premières images m'ont marquées pour toujours. Ce fut mon premier choc. De quoi avez-vo'us le plus souffert? Sans hésitatiot1 je réponds : le froid plus que la faim, le froicl plus que tout. Puis le travail forcé (non que mon travail fut l'un des plus durs), mais par le fait Qu'il fut « forcé » et Que mon esprit juridique et mon éducation basée sur le respect de la personne humaine ne pouvaient concevoir Qu'un combattant püt être astreint au travail. Dans le même ordre de souffrances Me [atherine AMMAR ancienne déportée raconte ... et au même degré je place l'avilissement systématique et la négation de notre caractère d'êtres humains. C'est pour cette raison que les coups m'ont marquée, plus en temps que meurtrissures de l'âme Que coups en soi. A telle enseigne que la première gifle que j'ai reçue à Ravensbrück, notamment, m'a paru le plus rude outrage... parce qu'il était le premier. Quant à la promiscuité, la lutte pour la vie dans les baraques, l'isolement loin des miens, la maladie, le revier (r) ou la peur, cela m'a toujours paru très secondaire. C'était l'ensemble des conséquences inéluctables des risques Que j'avais pris une fois pour toutes au départ en faisant de la Résistance. Et c'est pourquoi j'ai réservé parfois ma pitié à . toutes celles Qui étaient là un peu par hasard : déportées occasionnelles, ou même déportées de droit commun. Puis, ces soi-disant promiscuités portaient en elles-mêmes leur réconfort ou leur stimulant suivant le caractère de chacune. Dans cette vie en commun, les femmes appartenant à des milieux différents, ont montré peut-être le pire mais aussi le meilleur d'elles-mêmes. Le camp, amplificateur des caractères, a favorisé un « brassage » qui pour certaines a été bénéfique. Il y a eu des dévouements insoupçonnés et une solidarité extraordinaire parmi toutes les Françaises, qui ont permis à certaines âmes d'élite de s'épanouir, de rayonner, de clonner. .. L'esprit souffle où il veut, et dans mon groupe de Françaises résistantes il semble que plus la chair était meurt;·ie, plus le corps était avili, et plus une certaine poésie faite de dévouement et d'élévation d'âme, a pu fleurir. T'oserais même parler cI'évasion par ·l'Esprit. à cause de l'Esprit, grâce à l'Esprit. Comment avez-vous lutté pour survivre et tenir et pour continuer votre. action de résistante? t Par la camaraderie systématique avec toutes et l'amitié organisée avec quelQues- unes. J'ai souvent laissé ma soupe, mais certaines compagnes m'on~ réchauffée, avec des papiers· et des ttssus volés Qui n'avaient. comme vous le savez, qu'une vie éphémère, car les blokovas nous mettaient à nu plusieurs fois pour enlever ces Quelques adoucissements. J'ai essuyé des larmes, mais certaines camarades m'aidaient à retrouver des . vers et des souvenirs et des histoires à raconter. Evasion par l'Esprit. comme je le disais plus haut. création d'un SurMoi, comme disent les philosophes. Vos réactions à la Libérofltion? ~ Dégoût, lassitude. incompréhension. Oh! la curiosité faussemenj: apitoyée (1) Revier : infirmerie. (Suite page 6.) .. 6 SAINT -CLAUDE • • Le meeting du M.R.A.P. (Suite de la page S) I L est heureux, il est réconfortant qu'à Saint-Claude même, l'affaire de la piscine ait donné 1 ieu à de telles controverses. L'émotion des uns, la mauvaise conscience des autres expriment l'atta che·· ment de tous aux grands principes mis en cause. En intervenant dans le débat, le M.R.A. P. a entendu souligner que des m ~sures discriminatoires introduites officiellement en un point que lconque d..J pays risquent d'avoi r sur le plan général les plus graves conséquences et que cette affaire, en définitive, concerne tous les Français. Après une enquête menée 5ur place, au nom du Bureau National, par Louis Lefèvre, nos amis sanclaudiens prépa rèrent activement la réunion publ ique et contradictoire du 6 juillet. . Près de deux cents personnes étaient présentes, ce so ir là, dans la salle de la Maison du Peuple, tandis que, sous la présidence de M. Maurice Rollandez, délégué du Syndicat National des Instituteu rs, les représentants de divers groupements prenaient place à la tribune : MM. Léon 80- cheley (Ligue des Droits de l'Homme), Jean Bourgeat (Libre Pensée), André Selva (C.G.T.), Jean Meynier (C.F.T.C.), Aimé Prost-Tournier (F .N.D.I.R.PJ, Jean Perni ~ r (P.C.FJ, Serge Canier (S .F.1.0J, Henri Rémy (P.S.UJ, Mme Cava lié (U.F.F.) Dans l'assistance se trouvaient également trois prêtres, trois conseillers municipaux (dont deux appartenant à la majorité), ainsi qu'un groupe de travaill eurs algériens. Après une brève introduction, rappe lant les données de l'affaire, M. Rollandez donne la parole aux deux membres du Bureau National venus de Paris, Roger Maria et Albert Lévy. les microbes ({ bien de c hez nous }) sont-ils moins dangereux? C'est sur le caractère à la foi s arbitrai re et inefficace de l' inte rdiction visant les Algériens qu'ins iste tout d'abord Rogè r Maria. La municipalité, explique-t-il, prétend avoir été inspirée uniquement par des considérations d'hygiène Alors qu'il existe des piscines dans 'un nombre important de communes françaises, faut- il croire qu'un seul ma ire, cel ui de Saint-Claude, désire sauvegarder la santé de la popula t ion ? Et si tel est bien son souci, pourquoi imposer un contrôle aux seuls Algériens ? Tous les Français ne sont pas « sui vis » par la Sécurité Soc iale. Et quand bien même ils passeraient une vis ite une fois par an, ce ne se rait pas la garant ie qu'ils n'ont aucune maladie contagieuse le jour où ils se rendent à la pisc ine. Même un « certificat de bonne santé », donné la vei Ile peut perd re toute va leur, pui sque certaines maladies sont incubées plusieurs semaines, et que d'autres peuvent être contractées en quelques heu res. « Est-ce à dire, s'écrie Roger Maria, que les microbes « bien de chez nous » seraient moins dangereux que les autres? » D'ailleurs, poursuit-il, une protection de ce genre, en bonne log ique, devrait s'appliquer aus5i dans les cafés ,les restaurants, les bains-douches, les salles de spectac les, les te rrains de sports, les wagons du métro, à l'école, en un mot dans tous les lieux publics. En fait, c'est à chaquè instant de la vie que chacun de nous est menacé. Mais le co rps se défend centré ces a ttaques permanentes. Et c'est pe utêtre dans une piscine que le risque est le plus réduit, d'autant plus qu'un système de purification de l'eau est toujours prévu et qu'à Sa int-Claude il est particuliè remen t perfectionné. Ce qui compte a vant tout, c'est de veiller à ce que chaque usager pa ;se à la douche avant de se baigner. . Quant à la polyomiélite, son déve loppement est lié, précisément à ce lui de l'hygiène, et c'est aux Etats-Unis qu'e lle fait le plus de ravages. la véritable contamin,ntion En réalité, montre Roger Maria, l'hygiè·· ne n'est qu'un prétexte : on a voulu écarter de la piscine les travailleurs algérien,, on a cédé aux préjugés racistes .L'applicatian de la mesure prévue par le règl ement ne peut se réaliser que sur la base d'une appréc iation « au faciès » : non seul ement des sportifs d'origine nord-africaine, te ls que Mimoun ou El' Mabrouk, ou le nageur Nakache seraient soumis à cette formalité offen sante, s' ils se présentaient au Ce ntre Nautique, mais quiconque a le te int basané, ou une certaine coupe de visage. Cam · ment prétendre alors que les Algé ri ens qui travaillent échapperaient au contrôle, p 1i,qu'il faudrait, de toute façon, leur deman der la preuve qu'ils ont un emploi ? « On ne doit pas minimiser la gra vi té d~ ces discriminations, conclut l'orateur. Le racisme, s'il finit p'ar les chambres à gaz, commence parfois par des actes en apparence anodins. Nous devons y prendre garde dès le début, avant qu'il ne soit t rop T el père, tellils ... Croix gammée, drapeau nazi, chemise brune : c'est Horst Adolf Eichmann, 24 am:, le digne fils de son père, lequel fut pendu en Israël pour avoir dirigé le massacre massif de millions de personnes dans le cadre de la (( solution finale de le: question juive ». Pas du tout gêné, ce nazi impénitent joue les disciples fidèles en annonçant dans une conférence de presse à Buenos-Aires, la formation d'un parti natio· nal·socialiste argentin. Horst Adolf Eichmann vit en Argentine où déjà sor: père, avant d'être capturé par des Israéliens, ~vait trouvé refuge, comme beaucoup de responsables nazis. Gnice au trésor de guerre amassé par les SS, à de multiples complicités, aux réseaux d'évasion mis en place, les plus dangereux de ces criminels, qu'ils soient en Espagne, comme Degrelle et Skorzeny, en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud (comme Eichmann, Martin Borman, Mengele,) ... ou qu'ils loient demeurés en Allemagne, ont constitué une véritable internationale néonazie. Ils ne renoncent pas à prendre leur revanche ; ils s'appuient sur tous les groupes racistes existant dans le monde, sur tout ce qui peut effacer, dans la vic internationale, les conséquences de leur défaite. Ils ont pu organiser ré~ emment l 'évasion. de ZechNenntwich, l'officier SS qui s'est échappé de la prison de Brunswick en Réoublique Fédérale illlemande, c; gagné l'Egypte, et dont le présence vient è,'être signalée en Afrique d~: Sud, endroit rêvé pour ur: raciste tel que lui. tard. La véritable contamination dont nous devons protéger notre pays, c'est celle du racisme. Soyons toujours vigilants : pas de ça chez nous ! » le racisme cherche toujours des prétextes 1 Notre rédacteur en chef, Albert Lévy, commence son intervention en assurant que les orateurs paris iens ne son t pas venus pour donner des leçons aux Sanclaud iens, puisqu'aussi bien, ceux-ci dans le présent comme dans un passé récent, au temps de la Résistance, ont manifesté leur opposition au racisme, leur traditionne l attachement aux pri ncipes républicains. Il souligne éga lement que le M.R.A.P. n'est nu llement guidé par des considérations politiques, locales ou nationales, mais que son intervention s' inscri t dans le cad re de son action contre toutes les formes et toutes les manifestations d'e racisme, quel:; qu'en soien t les auteurs ou les victimes. Se référant à une lettre de M. JeanPierre Prévost, rédacteur en chef de ,l'heb domadaire M.R. P. « Forces Nouvelles» ( 1) Albert Lévy montre que, dans son parti même, l'attitude du maire de Saint-Claude suscite des critiques. Etudiant ensuite les préjugés, plus ou moins conscients, qui subsistent en Fran ce, Albert Lévy souligne que des mesures cam· me celle qui a été édictée par la munic ipalité, en susc itant la suspiscion et la méfiance à l'égard de tout un groupe, ne pe'Jt qu'entretenir et accroître ces préjugés. Le fait que l'on prétende justifier cette mesure par un souci d'hygiène (sans fon dement réel), ne doit pas en minimiser la portée, car les préjugés, le racisme cherchent toujours des prétextes et des jus tifications. Si l'état de santé des travailleurs algéri ens présente des déficiences, poursuit l'orateur, c'est un problème social qu'il aurait fallu résoudre avec des mesures appropriées, plutôt que d'en prendre acte à l'occas ion de l'ouverture de la piscine. Ces travailleurs que l'on admet bien sur les chantiers et dans les usines, où ils contribuent à la richesse économique de la réqion, sont, eux aussi, des administrés de ~,oint-Claude. S'ils sont défavorisés, il faut les a !der davantage, il faut contribuer à ce qu'ils vivent dans de bonnes condition ~ matérielles et morales, à ce qu'ils sortent de l' isolement. Préférez l'approbation des gens de coeur!... Citant un certain nombre de prises dè position et d'actes hostiles aux Algériens qui ont eu lieu dans la dernière période, Albert Lévy montre que les racistes se sont saisis du règlement de la piscine de Sai ntClaude pO'ur s'en faire un drapeau. Le ca ractère officiel de ce texte leur est un encou ragement, et ils souhaitent l'in stauration d'une ség régation générallsee qui serait une honte pour notre pays, un danger pour nos libe rtés. « Car, déclaret- il , admettre sans réagir qu'un groupe soit' maltraité, c'est donner des armes à l'injustice, à l'arbitraire, c'est leur donner le moyen de se retourner cantre taus. Admettre que des hommes soient surexploités, traités en parias, c'est laisser le champ libre à des atteintes qui - de proche en proche - compromettent notre propre ni veau de vie ». Aussi, regrettant que le maire, invité à la réunion n'ait pas cru devoir venir presente r son point de vue, notre ami lui lance un vibrant appe l : « Nous ne mécon· naissons pas les difficultés que vous pouvez rencontrer. Mais mettre fin à une injustice, dans quelques conditions que ce soit ne saurait causer de tort, bien au contraire, à qui sait faire preuve de résolution et agir à temps ... Vous avez recu les éloges bruyants des racistes, qui va~s encouragent à la fermeté : permettrez-vous que votre ville soit donnée en exemple par une feuille à scandale, par les torchons fascistes? Préférez à cela l'approbation des a ntiracistes de toutes tendances, des gens de coeur, qui attendent de vous un geste , de réparation, un geste d'humanité ! ... » Les interventions sont suivies d'un bref débat, au cours duquel Roger Maria ct Albert Lévy apportent diverses précisions. Les conseillers municipaux présents reconnaissant la sagesse de la pOSition du M.R.A.P., l'ass istance unanime leur demande d' inte rvenir auprès de leurs col l ~ gues pour qu'il so it mis fin à une Si tuation injustifiable. l'éq uivoque d emeure Les a ntiracistes de Sa int-Claude entendent ve ill e r à ce que cette réunion ne so it pas sa ns lendemain . Dé jà, un premier résultat est acquIs : le règlement de la pi scine a été retiré du panneau d'affichage de l'Hôte l de Vill e, où il était apposé. Il ne figure pas non plus à l'entrée du Centre Nautique. Mais ce r è gl ~ ment di stribué à la population, demeure, jusqu'à nouvel ordre, applicable. Les Algériens ne paraissent guère disposés à se rendre à la piscine tant que la mesure qui les vise n'aura pas été offici e llement annulée. Une prise de pOSition du moire ou du Conseil Municipa l - qui doit se réunir prochainement - pourra it seule, mettre fin aux équivoques. A Saint-Claude, mais aussi dans l'ensemble du pays, nombreux sont les démo· crates qui demandent une f in rapide d,! cette malencon treuse affaire, pour que triomphent la rai son, le droit et la dig nit ~ humaine. (l) Lettre publiée dans « libération » du 23 juin 1964. Ravensbrück (Suite de la page centrale) de certains. J'ai été un an au moins une inadaptée au monde, avec une susceptibilité à fleur de peau. J'ai joué le jeu en gardant le silence. Puis je me suis rendue compte que les grandes vertus nécessaires dans un camp, doivent céder, dans' la vie ordinaire, aux petits qualités de tous les jours, bonne humeur, sourires ... II fallait réapprendre tout cela et le réapprendre aux camarades ( ... ). Les civils ont eu de grands torts à notre retour, mais il y avait un fossé entre eux et nous dont ils n'étaient peut-être pas plus que nous res-ponsables. II m'a fallu plus d'un an, presque deux ans, pour le comprendre et l'admettre. Vos sentiments actuels Nous' ayons fait partie de l'Histoit'e, nous avons même fait l'Histoire, mais il ne faut pas s'arrêter à une période de sa vic. La vie continue. Elle prés'ente d'autres problèmes à résoudre, elle réclame d'autres devoirs, d'autres horizons... Je reproche à bien des déportées une certaines sclérose de pensée, une hypertrophie du Moi de j adi s, et de nostalgiques et stérile regrets. Je n'ai rien oublié et quand j'ai l'occasion de revoir mes soeurs de misère, j'ai chaud au coeur ... même si elles sont vieilli es, amoindries parfois. Mais ne pas oubli er que. même si nous n'avions pas subi la déportation, 20 ans après. la presque vieillesse est là ... Donner son rôle au facteur Temps. Le nier est une absurdité. Il y a, bien sûr, les maladies des ,léportés-: vieillesse prématurée, troubles de toutes sortes, dégénérescence :lccentuée, etc. Mais ne pas oublier entre nous le miracle de jadis: notre survie. Le corps a su résister, a découvert en lui des forces insoupçonnées ... Ces forces peuvent encore jouer maintenant; même si nous sommes plus malades que nos contemporains dans notre chair, nous' avons par ailleurs aussi des forces morales que 110US 'pouvons ranimer, cultiver encore... et je ·crois en ces forces. Plusieurs fois j'ai « survécu », même depuis le retour ... et encore cet hiver. Le fait de notre déportation le plus spectaculaire actuellement, consiste j ustement dans ces forces-là, issues de nos faiblesses et de nos invalidités-mê, mes. Un médecin m'a confirmé .:ette vérité scientifique que j 'ai sentie en moi. C'est pourquoi, si je n'accepte jamais qu'on puisse oublier que j'ai été une Résistante, je m'efforce, à l'encontre de certaines ex-déportées, de faire oublier que j'ai été une déportée. Je m'explique: avoir été déportée, ce n'est pas un titre de gloire, c'est un titre de malheur. Je déteste la commisération. Avoir été déportée, c'est avoir été prise par des bourreaux qui ont joué avec nous et surtout avec nos morts, victoire momentanée mais qui hélas a caus- é tant de pertes ... Bien sûr, comme but : défendre notre patrimoine mOl'al... car nos misères passées, et surtout le souvenir de nos disparus. commandent et doivent commander le res-pect. Mais depuis notre déportation d'autres misères sont nées, d'autres guerres, d'autres victimes. Penser maintenant à panser celles-là ... Les' ex-déportées résistantes doivent faire face avec le même enthousiasme aux problèmes non pas d'hier ni d'aujourd'hui, mais de demain et transmettre à leurs enfants, non pas leur idéal de iarlis, mais une soif inextinguible d'idéal. Brillant des 29 succès de et 30 juio l'exposition-vente au Palais Galliera OUVERT par Maîtres Maurice Rheims et Philippe Rheims, le livre d 'or de l'exposition- vente d'oeuvres d'art, organisée par le M .R.A.P. au Musée Galliera , les 29 et 30 juin, porte des signatures nombreuses. Nous pouvons y reconnaître, entre autres, celles de MM. François Wehrlin, représentant la Direction Générale des Arts et des Lettres ; Pierre Lebar, représentant le Dilecteur général de l'U.N.E.S .C.O. ; Mme la Duchesse de La Rochefoucauld ; le professeur Gilbert-Dreyfus, de la Faculté de Médecine; le Dr Dalsace ; M. Léo Figuères, membre du Comité Central du Parti Communiste Français ; l'artiste Renée Lebas ; Mme Marcelle Georges-Huistnc. Jl ; ce lles aussi de nombreux peintres, critiques et collectionneurs. TouS les visiteurs s'accordaient il sou· lign er-ICI haute tenue de cette manifestation art!stique et humaine , l'intérêt des oeuvr"s - toiles, sculptures, gouaches, dessins, estampes - offertes au M .R.A.P., et portr,nt les signatures de 96 artistes parmi les plus représentatifs de notre temps. '( Cette Exposition-Vente à laquelle notre poète, notre ami Jean Cocteau avait, quelques mois avant de nOlis quitter, donné le départ, sera digne de lui, de vous, de notre Mouvement contre tous les racismes et pour la paix » : ces mots écrits par le président Pierre Paraf dans la préface du très beau catologue, trouvèrent ainsi If)ur pleine justification. Le 30 au soir, la vente effectuée avec brio pal" M" Maurice Rheims et Philippe Rheims. réunit une foule nombreuse. Les fonds recueillis donneront au MRAP des moyens plus étendus pour secourir les victimes, encore trop nombreuses, du racIsme . pour accroître la portée de son combélt si nécessaire aujourd'hui. Oue soient chaleureusement remerciés les artistes ou leur familles dont la générosite êI permis cette grande et belle entreprise, et tous ceux de nos amis qui, par leUts efforts de plUSieurs mois, ont contribué il la mener il bien. M. Pierre Lebar. reprp.sentant l'U.N.E.S.C.O., reçu p'lr Pierre ParaI et Charles Palant, président et .~ecré!aire général du M.R.A.P. A gauche : M. Léo Figuères De nombreux vi:siteurs ... De lace, au centre : Renée Lebas , WILL VEUT VOTER (Suite de la page 8) une autre la suivit. De nouveau, il colla le bras à son côté. Mais sans plus de succès. Il renonc;a C .. ) Le personnage osseux fit claquer ses lèvres, puis, d'un geste violent, jeta son crayon sur le bureau. Il r egarda Will, puis Sam. - Sam, dit-il. T'as des ennuis avec ce petit gars, Sam ? Tu vas pas te laisser embêter par ce petit gars, dis. Sam ? Tu vas pas te lais~er faire ? c'est . sa(J,{)lJl, ~, EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les !,Irands Magasins. - Charlie, dit Sam. Voyons, Charlie, tu vas pas croire ça, quand même ! Tu vas pas croire ça ! Et ce p'tit gars, il croit pas ça non plus. - T'cn es bien sûr, Sam ? T' en es sûr ? - Vaut mieux que je le sois, si' le p'tit gars, il sait où est son intérêt. - Tu crois qu'il le sait, Sam ? - Tu le sais ? demanda Sam à Will. - Oui , Monsieur. Charlie reprit son travail. - P·tit gars, dit Sam, c'est bien sûr ? T 'es membre d 'aucune organisation ? ... - Non, Monsieur. J'en suis sûr. Sam ramassa tOLiS les papiers de Will, il en fit en tas bien n et, qu'il posa au milieu du bureau Il ôta la cigarette cie sa bouche lt l'éClUsa dans le cendrier débordant. Puis, de nou.veau, il ramassa les papiers de Will et les lui tendit. - T 'as fait ton service. Exact - Oui, Monsieur. - T'as été deux ans sous les drapeaux. Exaet ? - Oui, Monsieur. - T'as encore six ans à faire dans la réserve. Exact ? - Oui, Monsieur. - Et t 'en fais partie, de la Réserve, tel que t'es là... Exact ? - Oui, Monsieur. - Tu m'as menti ici, tout à l'heure. Exact ? - Non, Monsieur. - Oh que si, p 'tit gars. Oh que si ! Tu m'as bien dit que tu faisais parti-e d'aucune organisation ? Hein ? - Oui, Monsieur. Je suis réserviste, mais je n'ai pas pensé que c'est de ça que vous p'arliez ... J 'en fais partie, c'est tout. Ça ne m'oblige pas à assister à des réunions, ou des trucs comme ça ... J'ai cru, moi, que vous parliez d'une organisation civile. - De toute façon, quand t'as affirmé ne faire partie d'aucune organisation, c'était un mensonge. Tu ne vas pas me dire le contraire, p'tit gars ? Sam avait réussi à coincer Will. Quand il avait posé cette question sur les organisations, Will avait tout naturellement pensé à une association communiste, ou à un groupement dans ce genre·là. - Alors ? C'était bien un mensonge? - Non, Monsieur. Les yeux de Sam se rétrécirent. Will reprit : - Non, MOIlsieur, ce n'était pas ùn mensonge. Il n'y a pas de mal à être dans la Réserve. Tout le monde est obligé d'y passer. Et si je suis réserviste, c'est indépendamment de ma volonté. - Je sais qu'il n'y a pas de mal à être dans la Réserve, dit Sam. N'empêche que tu m'as menti, ici', tout à l'heurc. - Je n'ai pas menti. C'est juste que je n'ai pas compris votre question. - Tu l'as comprise, ma question, p'Lit gars. Tu l'as parfaitement comprise, et tu m'as menti ! Allons, c'était bien un mensonge ? - Non, Monsieur. - Dis donc p'tit gars, tu ne vas pas me regarder en face, en me soutenant que tu n'as pas menti ? (Sam criait presque.) Enfin, c'était un mensonge, oui ou non? - Oui, Monsieur, dit Will, qui remit ses papiers dans la poche de sa veste. - Hé oui, c'était un mensonge ! Sam repoussa sa chaise. - C'est comme ça, p'tit gars ! Pas question de t'inscrire sur la liste électorale. T'as pas qualité. Les menteurs, ils ont pas qualité. - Maie ... - C'est comme ça. Sam cracha presque ces derniers mots, et pendant une seconde, il braqua son regard sur Will, puis il fit pivoter sa chaise pour faire face à Charlie. - Charlic ... - Oui, Sam. - Charlie... Tu veux descendre le premier, tout à l'heure, pour bouffer '! (Copyright Editions Robert Laffont.) 7 ~111111111111111111111(1111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIII! 1 LA VIE DU ~ La première réunion du nouveau Conseil National Elu le 24 mai, à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, le nouveau Conseil National du M.R.A.P., qui compte ISO membres, a tenu sa première réunion le 10 juin à l'Hôtel Moderne, sous la présidence de Pierre Paraf. Le rapport présenté par Albert Lévy, au nom du secrétariat, soulignait l'ampleur et le retentissement de la Journée Nationale, l'union réalisée à cette occasion, et la grande portée des travaux accomplis. D'autre part, il soumettait au Conseil les différentes tâches que le M.R.A.P. doit poursuivre, en fonction des données actuelles du racisme. De nombreuses interventions eurent lieu : celles de Madeleine Reberioux et Joseph Creitz, sur l'agitation des groupes fascistes, qui ont attaqué une' réunion du M.R.A.P. à Mâcon, et sur la nécessité de les mettre hors d'état de nuire ; de Louisette Hirsch, Elisabeth Labrousse, Alain Gaussel, sur la condition des travailleurs immigrés et le racisme antialgérien

Louise Alcan, sur le problème

de la prescription des crimes de guerre ; Charles Ove:r.arek et Jean Schapira, Rur la propagande du M.R.A.P. et le fonctionnement des organismes de direction

Andrée Wins, sur les réalisations

du Comité du Nord; M. Zuckerman, sur la législation antiraciste et l'éducation de la jeunesse. Charles Palant, après avoir tiré les conclusions des débats et proposé la création de plusieurs groupes de travail pour étudier toutes les suggestions formulée's, fit voter une résolution s'f\levant contre la répression raciste en Alfrique du Sud et contre le procès de Prétoria. Présenté par Mc Armand Dymenstajn, le nouveau Bureau National fut élu à l'unanimité. Nous en donnons-ci-dessous la composition. LE BUREAU NATIONAL Pierre Paraf, président du M.R.A.P. Charles Palant, secrétaire général. Julien Aubart, Renée Baboulène, Marie- Eve Benhaïem, Adolphe Berno, Harry Blaig, Bronia Blond, Nicole de Boisange,r, Marie-Magdeleine Carbet, Alexandre ChilKozlowski, Henri Citrinot. Joseph Creitz, M' Odet Denys, M'Armand Dymenstajn, Paulette Go\dberg, Albert Grad~t!lin, M~u, ri,,~ !tnél'gIik, Marie-Louise Kahn, !.::~!~~ Kanal', B. Kleinman, Henri Krziwkoski, Ren';~ Lacombe, Françoise Lemort, Albert Lévy, Armand Loca, Mai'~el ManvilIe, Roger Maria. Mal'ceIle Nys, Charles Ovezarek, M' Jacqueline Placidi-Monnet, Madeleine Rebérioux, Nicole Rosenbaum, r.1'ud" Rutili I ·o('nflrd Sainvill .. , Me Jean Schapira, Nico Sciaki. Jean Schmidt. Huiues Steiner, Edouard Tchol'ewski, Roger Valid, Mm!' Valid, Gilbert Weissberg. REPRESENTANTS DES COMITES LOCAUX: Bal'biel' (Valenciennes), Nicole Carn('z (E.N.S. de Fontenay·aux-Roses), Claude Dantzig!'l' (Clermont-Ferrand), Fridman (Lyon), Georgette Gebelin (Nîmes), M. et Mme Gitedj (Toulouse), Léon Hertzberg (Nancy), Geneviève Roudil (E.N.S. de Fontenay-aux-Roses), Samary (Cannes), Schein (Strasbourg), Albert Slanoski (Rouen), Trauman (St-Quentin), Andrée Wins (Nord). COLLABORATEURS DU BUREAU NATIONAL Marguerite Kagan, Louis Lefèvre, Sarah Mal'illier. • Le 19 juin, à Champigny (Seine), le M.R.A.P. a organisé une soirée cinématographique annoncée très largement par tracts eL par affiches. Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P .. fit un exposé sur le racisme et ses différentes formes. Il insista particulièrement sur la nécessité d'une légiSlation antiraciste en France. Puis la soirée, placée sous la présidence de M. Mélé, adjOint au maire (M. Talamoni, sénateur-maire, s'étant fait . excuser), se poursuivit avec la projection du film de Stanley Kramer, « La chaine ». A l'issue de la réunion, le responsable local du M.R.A.P., notre ami N. Sosna, a enregistré plusieurs adhésions. • . A l'Ecole Natiônalc de Radio-Technique d'F: leetrieité Appliquée, le 19 mai, a eu lieu une conférence-débat sur « Le Vicaire », avec la participation de Mo Armand Dymenstajn, secrétaire national du M.R.A.P. .~ 8 l' Z ' - " Il :; g co- ~ 0 B a. c Q) • 0 CI) - ~~ ~ ~ '0 . C "(0 t- G) oc C) .- !5:!C' .-Il;;u: Z tU odl .O) (/):l'Oc C ct! -Cl) III Gcm.c a.ot- ~ ëü CD (/) • .. U-;Cl)( 'c;Q)Q)"O~ - ) E Q) c ~Cii~15-g CQ.cno ~ Le présent Bon de Soutien peut permettre au souscripteur de bénéficier d'un des cadeaux suivants : Un Bon d'achat de 5.000 NF (500.000 anciem.) au Bazar de J'Hôtel de Ville • Une caméra Paillard Duomatie 8 mm el un projec· leur Zeiss (valeur 2,000 NF) • Deux lélévlseurs Schneider • Plusieurs posles à Iranslslors • Plusieurs sieges Steiner • Un magnétophone • Un appareil pholo • Deux paires de jumelles • Une semaine aux sports d'hiver BON DE SOUTIEN 1964 ml un CADEAU EKTRAORDInAIRE Parcourir les jnnombrables rayons d'un grand magasin de Paris, choisir des marchandises de toutes sortes jus· qu'à un montant de 5.000 francs (500.000 anciens francs), emporter (ou \ se faire livrer) ces marchandises sans débourser un centime : voilà ce qui sera possible pour un ami du M.R.A.P. en novembre prochain. Cet ami, ce peut être vous, ·si vous êtes l'heureux souscripteur du BON DE SOUTIEN du M.R.A.P, dont le talon sera tiré au gala antiraciste du 22 novembre à la salle Pleyel. Si vous avez déjà reçu des Bons de Soutien, hâtez-vous, en les réglant, de retourner les talons pour le tirage. Si vous n'en avez pas encore, demandez ·les d'urgence au M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris·W, pour vous-même et pour vos amis. le carnet de 5 bons: 10 F DO. WILL VEUT VOTER • • • WILL entra, se planta devant le bureau et Sam lui dit qu'il voulait voir ses papiers : lettre de démobilisation, diplôme d'enseignement secondaire, acte de naissance, carte de Sécurité sociale, d'autres pièces encore. Will avait tout. Il se sentit rassuré en tendant les documents à Sam. - T'es membre d'une organisation quelconque ? - Non, Monsieur, - T'en es bien sûr ? - Oui, Monsieur, - T'as entendu parler du quinzième amendement ? - Oui, Monsieur. - Qu'est-ce qu'il dit ? - C'est là qu'il est dit que tous les citoyens ont le droit de vote. - Il te plaît, ç'ui·là, hein, p'tit gars ? Hein? - Oui, Monsieur. Ils me plaisent tous. Les yeux de Sam se dilatèrent. De son poing droi,t, il frappa la surfac;e du bureau. - C'est pas ce que je te demande. Je t'ai demandé si tu aimais le quinzième amendement... Maintenant, si t'es pas capable de répondre à mes questions ... - Je l'aime, interrompit Will, qUl vit Sam chercher son souffle. Sam regardait Will. Son poing, qui frappait le bureau, s'ouvrait et se refer· mait. Sa mâchoire pendait. - Charlie ... - Oui, Sam, (Sans lever les yeux,) - T'as entendu ça ? (Il regarlait toujours Will, les yeux ronds,) T'as entendu ça ? - Je l'ai entendu, Sam.

Will devait faire effort pour se composer

un visage calme. _ Dis·moi, p'tit gars, reprit Sam. T'es né dans cette ville ? T'as mon acte de naissance sous ton nez - Oui, Monsieur. _ T'es heureux ici ? - Oui, Monsieur, _ T'as pas à te plaindre de la façon dont les choses se passent dans notre coin? - Non, Monsieur, - Tu sais lire ? - Oui, Monsieur. - T'es un petit malin - Non, Monsieur. _ D'où il vient, ce costume ? - De New York. _ De New York? demanda Sam, en se tournant vers Charlie. Charlie avait toujours la tête baissée. Sam reporta les yeux sur Will. - Oui, Monsieur. _ Qu'est·ce que tu faisais là·bas, p'tit gars? - C'est là-bas que j'ai été démobilisé. _ T'es d'accord avec leur façon de faire, à New York ? - Je ne comprends pas ce que vous voillez dire. _ Tu me comprends fort bien, p'tit gars, tu sais parfaitement ce que je veux dire. Tu connais leurs idées, làbas, à New York. Tu trouves ça bien ? Will savait quelle réponse Sam attendait de lui. _ Non, Monsieur, dit·il. - T'en es bien sûr ? - Oui, Monsieur. - Il est de quelle année, le quinzième amendement ? Même si tu connais bien la réponse, prends ton temps, ne parle pas trop vite. Le conseil de Mom résonnait à son oreille. _ ... Dix·huit cent... soixante·dix. Dix· huit cent sotxante·dix, dit Will. la condition des Noirs dans le Sud des Etats·Unis, le racisme primaire et sauvage des Blancs, tels sont les thèmes du livre de Junius Edwards : « S'il faut mouri~ ». Né le 20 avril 1929 à Alexandria, en Louisiane, Junius Edwards grandit à Chicago. Il commence à écrire très tôt, alors qu'il est encore au lycée, puis continue pendant les dix années passées sous les drapeaux aux Etats-Unis, au Japon et en Corée, où il fait la guerre d'octobre 1950 à septembre 1951. libéré en 1956, il reprend ses études. Il obtient une bourse qui lui permet de suivre les cours à l'Université d'Oslo. Il écrit des nouvelles et, en 1958, il commence « S'IL FAUT MOURIR» qui sera achevé et édité en '1963. le héros de ce roman, Will, à sop retour de la guerre de Corée, où il a été blessé, se présente à la mairie pour demander sa carte d'électeur et gagner ainsi ses galons de citoyen américain à part entière. En Corée, on lui avait dit : « Quand vous rentrerez au pays, il faudra vous intéresser à la vie politique ... D Seulement, dans le Sud, les Noirs qui veulent voter, on n'aime pas ça ... Et c'est le récit bouleversant par son style nu, dépouillé, ses dialogues directs et familiers, de la quête désespérée de Will qui sera assassiné pour avoir souhaité simplement vivre heureux dans un monde plus juste. Le matin qui se lève, où prend place le passage que nous reproduisons, avec l'aimable autorisation des Editions Robert laffont, est celui que Will et sa mère attendajent depuis longtemps. Will va subir l'examen civique indispensable pour être inscrit sur les listes électorales. Habillé de frais, il arrive à la mairie et, suivant les indications d'un écriteau, attend, assis sur un ' banc, qu'on l'appelle. Des heures se passent ... Plusieurs personnes sont arrivées - des Blancs - et sans souci du fameux écriteau, sont entrées directement dans le bureau des inscriptions ... Enfin, on permet à Will d'entrer dans le bureau où travaillent deux hommes, un gras, Sam, et un maigre, Charlie ; ils vont procéder à l'interrogatoire auquel Will s'est préparé depuis son retour de Corée, avec l'aide de sa mère qui en connaissait les difficultés pour avoir tenté, elle aussi, d'obtenir sa carte d'électrice ... - Dis·moi, p'tit gars, on est en quelle année maintenant ? - On est en dix·neuf ... Sam l'interrompit : - Donne·moi le nom d'un signataire de la Déclaration de l'Indépendance qui est devenu Président. - John Adams. - Qu'est·ce que j'ai cru entendre, p'tit gars ? De nouveau les yeux de Sam s'arrondirent. Will réfléchit, puis répéta « John Adams. » Les yeux de Sam s'agrandirent encore. Il se tourna vers Charli-e et parla à sa tête penchée : Puis il se retourna vers Will. - Moi, je dis que trop, c'est trop D'abord, il ne dit rien à Will. Il plissa les yeux. Enfin, il articula. - P'tit gars, t'as bien dit « John Adams » tout court ? « Suis·je bête ! » pensa Will. - M. John Adams, dit-il. - J'aime mieux ça, fit Sam, en souri- ant, et maintenant, pourquoi veux·tu voter ? - Je veux voter parce que c'est mon devoir de citoyen américain. - Ah ! fit Sam d'une voix forte. Il repoussa sa chaise et fit face à son collègue osseux. - Charlie ... - Oui, Sam. - T'entends ça ? - Je l'ai entendu, Sam... ( .. .) SAM retourna sa chaise face au bureau. Il ouvrit un tiroir et y prit un paquet de cigarettes. Il déchira l'enveloppe et piqua une cigarette entre ses lèvres. Il eut un coup d'oeil pour Will, puis alluma la ci'garette, aspira une longue bouffée de fumée et la sauf· fla, très lentement, à la figure de Will. La fumée s'éleva vers la figure de Will. Elle atteignit les yeux et le nez de Will, et resta un moment en suspens, puis elle se mit à tournoyer et à folâtrer autour de son visage, pour disparaître enfin. 'Will ne broncha pas, mais il était content qu'on ne l'eût pas invité à s'asseoir. N'importe quoi. N'importe quoi... - T'as une voiture ? - Non, Monsieur. - T'as un boulot ? ~ Oui, Monsieur. - Tu l'aimes, ton boulot ? - Oui, Monsieur. - Tu l'aimes, mais t'en veux ' pas. Will porta la main à sa bouche et toussota, à cause de la fumée. - Que voulez·vous dire ? demanda· t·il. - Commence pas à la ramener, p'tit gars, fit Sam, les yeux ronds. C'est moi qui pose les questions ict. Tu m'as compris? - Oui, Monsieur. - Bon, bon. Il serait temps que tu comprennes. - J'ai compris. - T'es communiste - Non, Monsieur. - Pour quel parti t'as l'intention de voter ? - Je ne pense pas vraiment à un parti. Je lirai ce qu'on dit des candidats et je voterai pour une personnaHté et non pour un parti. - Ah ! fit Sam, en posant son regard sur la tête penchée de Charlie. - Ah ! répéta·t·il, en se retournant vers Will. - T'es bien sûr que tu sais lire, p'tit gars? - Oui, Monsieur. - Bon, bon. On va voir ça. Sam sortit un livre de son bureau et en tourna quelques pages. Il tendit le livre à Will. - Lis·moi ça à haute voix. - Oui, Monsieur, dit Will. Il commença : - Quand, dans le cours des événe· ments humains, un peuple se trouve dans l'ebli-gation de défaire les liens qui l'ont associé à un autre peuple, pour prendre, parmi les puissances de la terre, la position d'indépendance et d'égalité à laquelle les lois de la Nature et le Dieu de la Nature lui ont donné droit, le respect dû à l'opinion de l'homme exige qu'il prOClame les rai· sons qui le contraignent à cette sépara· tion ... Will s'éclai-rcit la gorge et pourSUivit sa lecture. Il s'efforçait d'articuler dis· tinctement chaque syllabe. En fait, il aurait pu se passer du livre. Il aurait pu réciter tout cela sans un coup d'oeil au livre. - Nous tenons pour évidentes les vérités, selon lesquelles tous les hommes ont été créés égaux, qu'ils ... - Minute, p'tit gars, dit Sam. Attends une minute. Est·ce que t'y crois, à ça ? T'y crois, à cette histoire d'hommes créés égaux ? - OUi, Monsieur, répondit Will, bien qu'il sût que sa réponse lui ferait du tort. - T'y crois vraiment ? - Oui, Monsieur. C'était plus fort que Will - il ne pouvait pas donner la réponse que Sam attendai-t de lui. Sam tendit sa mam droite ouverte, et Will y posa le livre. Sam se tourna alors vers son COllègue. - Charlie ... - Oui, Sam. - Charlie, t'as entendu ça ? - Qu'est·ce que c'était, Sam ? - . C'est ce petit gars, Charlie. Il prétend qu'il y croit vraiment. - Que'st·ce qu'il croit, Sam ? De quoi tu parles ? - Ce p·tit gars... Il croit que tous les hommes sont égaux, comme c'est dit dans la Déclaration. - Allons, Sam, allons, tu sais bien que ça n'existe pas ! Tu le sais fichtre bien, que c'est pas vrai ; t'as mal entendu. Demande-lui --encore, pour voir, Sam... Tu veux lui demander encore ? - J'ai pas entendu de travers, Char· lie, affirma Sam, qui, de nouveau, s'était tourné vers Will. Qu'est-ce que t'en dis, p'tit gars C'est·y moi qui ai mal entendu ? - Nen, Monsieur. Sam se retourna vers Charlie. - Charlie ... - Oui, Sam. - C'est comme je te l'ai dit, j'ai bien entendu. Le regard du nommé Charlie se détacha du bureau pour se poser sur le· nommé Sam. Puis tous deux dévisa· gèrent Will. Pendant une longue minute' les yeux de Will allèrent de l'un à l'autre, de l'un à l'autre. - Charlie ... - Oui, Sam. - Charlie ... Tu crois que ce p'tit gars. il veut faire le maHn ? - Je serai tenté de le croire, Sam. C'est bien possible. Il me fait penser à ces gens qui connaissent pas leur vraie place. Sam plissa les paupières. - P'tit gars, reprit-il, tu la connais t2. place ? - Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. - P'tit gars, tu comprends parfaitement bien ce que je veux diTe. - Que voulez·vous dire ? - P'tit gars, qui c'est... (Il se penCha au·dessus du bureau,) P'tit gars, qui c'est qui pose des questions ici, à ton avis ? - C'est vous, Mon~ieur. - Charlie... Tu crois vraiment qu'il veut faire le malin ? - Tu devrais lui demander, Sam. - P'tit gras ... Oui, Monsieur ? - P'tit gars, tu cherches à jouer les malins avec moi ? - Non, Monsieur. - Sam ... - Oui, Charlie ? - Demande·lui, Sam, si, à son avis, il vaut pareil que toi et moi. .. - Voyons, Charlie ! Voyons, t'as bien entendu ce qu'il a dit au sujet de la Déclaration. - Demande toujours, Sam. - C'est bon, fit Sam. Dis-nous, p'tit gars, tu crois que tu nous vaux, moi et puis M. Charlie ? « Qu'est·ce que j'en ai à fich', songea Will. Y a qu'à répondre comme il le veut. )} - Nen, Monsieur, dit Will. Ils sourirent et Charlie se détourna. WILL avait envie de tomber la veste. Il faisait chaud et il sentait une goutte de sueur qui lui couraH le long des côtes. Il serra le bras droit contre son flanc pour écraser la goutte de sueur. Il crut y avoir réussi, mais la goutte continua de rouler et bientôt (Suite page 7.)

Notes

<references />