Droit et Liberté n°241 - mars 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°241 de mars 1965 [extrême- droite, racisme ]
  • Néo-nazisme, jusqu'où ? , un commando armé a tenté d'attaquer le siège du MRAP

page1

  • Prescription; après le débat du Bundestag par Me Maurice Imerglik
  • Néo-nazisme: derrière Tixier-Vignancour
  • Les français sont-ils racistes par Nicole de Boisanger-Dutreil
  • Le fleuve de la justice par le pasteur Jacques Lochard
  • Pas de prescription des crimes nazis! Puissante manifestation en Belgique
  • Les cahiers de doléances de 1789 et l'émancipation des juifs une étude de D.

Feurwerker, présentée par Albert Soboul

Numéro au format Pdf

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

JUSQU'OU J ... 15 MARS· 15 AVRIL 1935 N' 241 Un franc PRESCRIPTION • • recul ou manoeuvre? Des milliers de personnes ont participé à l'imposante manifestation silencieuse contre la prescription des crimes nazis, qui s'est déroulée le dimanche 28 février, à Paris, du Mémorial du Martyr Juif à la Crypte de la Déportation. Quelques jours plus tard, le 10 mars, le Bundestag à Bonn, débattait de ce problème qui soulève tant d'émotion à travers le monde. Après plusieurs interventions, le principe d'un ajour· nement de la prescription a été admis, malgré la position hostile du ministre de la Justice. Mais rien n'est en· core vraiment décidé. C'est une commission qui doit examiner si les crimes contre l'humanité devront être dé· clarés définitivement imprescriptibles (selon la formule adoptée par le Parlement français unanime) ou si sim· plement le délai de prescription sera prolongé par un artifice de procédure. Il convient donc de rester vigilants, comme le souligne M' Maurice IMERGLIK, dans son article , page 4. '. tes ftQft~ais sont-ils, .:~ ~ * raeisteSr"? Une enquête de licole de- BOf SAN GER-D UTIEll 31 janvier 2012 à 15:09 (UTC)--~_.~_ .• ~........... . .. .......................... ~,.... .~~-~-- ETATS-UNIS •• Que fera Violences 1 Johnson J pOlicières en Alabama, où un pasteur blanc, James Reeb, a payé de sa vie son active solidarité avec les noirs en lutte. Des lois existent, affir· mant les droits des hommes de couleur : encore faut·il que les moyens nécessaires soient mis en oeuvre pour assurer leur application. Le président Johnson, qui vient de lancer un noble appel à l'opinion américaine, envisage les mesures à prendre pour affronter ce problèmes crucial. (Voir en page 9 l'article du pasteur Jacques LOCHARD : ({ LE FLEUVE DE LA JUSTICE »). Un commando , arme a tenté d'attaquer le siège du M.R.A.P. Le 18 février après·midi, une vingtai· ne de jeunes nervis sont arrêtés devant le siège du M.R.A.P. Ils étaient armés de matraques et de chaînes de bicyclettes ... Cette tentative d'agression témoigne de l'audace croissante des groupes néo-nazis et de l'état d'esprit qui les anime ...

Tixier-Vignancour (90.000 VOIX à Paris) sonne le ralliement des groupes d' extrême-droite Aucun doute : ces groupes ont trou.é dans la campagne de Tixier-Vignan· cour, l'occasion de développer leur pro· pagande et de renforcer leur impllUl. tation à travers la France. Il y a là _ grave danger ...

  • Le M.R.A.P.

demande au Ministre de l'Intérieur des mesures efficaces contre les campagnes de haine et les violences Pour qu'il soit mis fin aux menées des néo·nazis le M.R.A.P. a présenté diverses suggestions dans une lettre au Ministre de l'Intérieur. Des mesures urgentes s'imposent. (VOIR NOS INFORMATIONS PAGE 5.) 2 l6·1I. _. Au Sud·Vietnam, quarante pero sonnes tuées par la troupe pour avoir manifesté contre les bombardements américains. 17·11. - La Gambie accède il. la souve· raineté et devient le plus petit Etat indépendant d'Afrique. 20·11. - A Indianola (Mississipi), vingtsix personnes, en majorité des noirs. sont arrêtées pour avoir manifesté devant une bibliothèque « réservée aux blancs. » 2l·II. - ASSASSINAT DE MAL· COM X, chef de l' « Union afro· américaine », dans une salle de bal de New·York où l'ancien leader des « Black Muslims » te· nait un meeting. 23·11. - Trois Africains soni condarnDés à mort par la cour de justice de Graaf Reinet, à 200 km. au nord de Port· Elizabeth, en Afrique du Sud. • Le procureur général Schuele EST ACCUSE DE CRIMES DE GUERRE : il est directeur de l'Office central pour la recherche des crimes nazis de Ludwigsburg. • Plusieurs milliers d'étudiants ma· drilènes qui manifestaient silencieuse· ment sont brutalement dispersés par la police. 25·11; · - A Los Angelès, des voleurs de dynamite menacent de « faire sauter les temples du nègre Luther King. » • Extension de l'agitation universi· taire en Espagne : le ministre ·ordonne la fermeture de la faculté des lettres de Madrid ; les étudiants lancent un ordre de grève. 26-11. - Au Mississipi, un juge « blan· chit » partiellement les 17 racistes ac· cusés du meurtre de trois intégration· nistes. • A Madrid, Justo Lopez ne sera pas jugé : il risquait la peine de mort dans le procès que lui intentait le tribunal militaire pour ses activités pendant la guerre civile. 28·11. - Des milliers de personnes mani· festent à Paris contre la prescription des crimes nazis. • Manifestation également contre la prescription des crimes nazis, à Toron· to, au Canada. 2·111. - Dans Madrid en état de siège, 3.000 étudiants s'opposent aux charges de police extrêmement violentes. • Au Sud·Vietnam, deux bombarde· ments sont effectués au nord du 17' parallèle : plusieurs avions américains abattus. • Erick Rajakovitch, ancien colla· borateur d'Eichmann, jugé à Vienne (Autriche) est condamné à deux ans et demi de prison. Il a été déclaré cou· pable d'avoir provoqué la mort de 82 juifs hollandais. 5·111. - Une école iniégraiionnisie du Mississipi (U.S.A.) détruite par un incendie. • Le président Johnson s'entretient avec le pasteur Martin I.uther King de l'inscription des noirs sur les registres électoraux dans le Sud des U.S.A. 7·111. - MATRAQUES ET GAZ LACRYMOGENES contre les ma· nifestants noirs de Selma qui marchaient sur Montgomery (Alabama) malgré l'interdiction du gouverneur de cct Etat, George Wallace. '-III. - Des centaines de policiers s'opposent en armes avec ~auvagerie à la deuxième marche des Noirs de Selma sur Montgomery (capitale de l'Alabama). 10·111. - Après un long et difficile débat, le BUNDESTAG SE PRO· NONCE CONTRE LA PRES· CRIPTION DES CRIMES NAZIS: deux projets de loi sont renvoyés en commission. Deux arrestations sont opérées après l'envoi dcs iracis nazis aux députés. • Le cadavre d'Albert Cukurs, bour· reau des juifs de Lettonie, est trouvé à l'intérieur d'une malle, dans une villa de la banlieue de Montevideo (Uruguay) ; il figurait sur une liste noire de criminels de guerre. 11·111. - Tandis qu'à Selma, 500 manifestants avaient passé la nuit dans la rue face aux « troopers » du gouverneur Wallace, 12 volontaires des « droits civiques }) manifestent à l'intérieur de la Maison Blanche. 12-111. - Le pasteur James Reeb, 38 ans, qui avait été agressé par des racistes lors des manifestations intégrationnistes de Selma, MEURT DES SUITES DE SES BLESSURES. • Jugées pour participation à l'eu· thanasie des maladeS mentaux, quatorze infirmières sont acquittées à Munich, au bénéfice du doute. 13·111. - Le président Johnson reçoit le gouverneur raciste de l'Alabama, George Wallace, tandis que manifestent plusieurs centaines de Noirs et de Blancs devant la Maison Blanche. 14-111. - Nouveau bombardement améri· cain sur le Nord-Vietnam. • Vingt mille personnes dont plus d'un tiers de Blancs, défilent dans Har· lem pour protester contre la répression . à Selma et réclamer l'intervention du gouvernement, tandis qu'à Washington se déroule une manifestation de quinze mille personnes devant la Maison Blanche. qUE PASSE.T-IL ? MOYEN-ORIENT • Reconnaissances ... A L' :\foyen-Orient, la tension, depuis quelque temps, est à son . . comble, et le5' rebondissements spectaculai l'es se succèdent à un rythme accéléré. Dans ce drame où les passions se mêlent au.'C intérêts les plus contradictoires, il n'est pas toujours facile d'y voir clair, et moins encore de définir ou d'affirmer des positions objectives. Pour nous qui, antiracistes, refusons les jugements fondés sur les oppositions ethniques, et qui, fermes partisans de la paix, n'éprouvons aucun penchant à « compter les points» dans le « match» diplomatique engagé, la situation dans cette région est s'Ource, plus que jamais, de malaise et d'inquiétude. te chantage réciproque exercé par l'Egypte et la République Fédérale Allemande relè"e, en fait, d'une attitude fondalllentalement identique. « Si vous reconnaissez la R.D.A., dit-on à Bonn, nous reconnaîtrons Israël. » « Si vous reconnaissez r sraël, retorque-t-on au Caire, nous reconnaîtrons la R.D.A. » La Haie question posée est, dans l'un et l'autre cas, celle de l'acceptation ou de la négation des réalités politiques, voire géographiques de l'après-guerre. Leur n~gation justifie l'irrédentisme, les excitations bellicistes, conduit, en fin de compte, à la guerre. C'est la même attitude que manifestent les Etats-Unis à l'égard du Nord-Viet-Nam et de la Chine. Par contre, il faut noter qu'en arrivant Cil Eg-ypte, le 23 février, M. Walter Ulbricht, président de la R.D.A., avait tenu à déclarer : « Nous ne demandons pas à votre gouvernement de rompre ses relations diplomatiques avec l'Allemagne fédérale... Bien plus, il est important pour nous de voir s'établir de bons rapports entre le pe·uple égyptien et éélui de la Répltblique Fédérale Allemande ... » En tous lieux. quels que puissent être les désaccords, les conflits, les contentieux à régler, la sagesse voudrait, en effet, que soit reconnu ce qui existe, et que soient strictement respectées les frO! ,tières, toutes les frontières ... , ,.' • Les armes et Eichmann LES rapports germano-israéliens revêtent, dans le contexte où ils se situent, des aspects particulièment pénibles. Alors que chacun s"accorde il souligner les efforts poursuivis en R.D.A. pour extirper les racines du nazisme, pour combattre l'idéologie hitlérienne et l'antisémitisme, et que la dénazification reste à faire en République Fédérale Allemande, c'est avec cette dernière seule qu'Israël est amené à nouer des relations. Avant même la reconnaissance diplomatique, il y a eu le fameux marché d'armements. En 1960, tandis que, d'Allemagne occidentale, partait la « vague de croix &,ammées » sans que les autorités réagIssent efficacement, M. Ben Gourion n'a pas craint d'aller; sur pIace, serrer la main au chancelier Adenauer, et c'est dans ces circonstances qu'ont eu lieu les premières négociations au sujet des livr<\,is_ons d'armes. {:e marché était-il uniquement milit< 1fre et économique? Dans une récente intel;.view au journal « Die Welt am Sonntag » (citée par « Le Monde » du 23 février), M. Strauss, ancien ministre ouest-allemand de la Défense, va jusqu'à affirmer que les livraisons d'armes à Israël par Bonn, « ont permis au procès Eichmann de se dérouler sans contre-coups politiques et psychologiques dangereu:r pour la République fédérale ». Cette assertion stupéfiante n'a donné lieu, jusqu'à présent, à aucun démenti. .. -~-_ .. - _ . Vive le sextile Neptune-Uranus ! MES irères, nous allons souffrir ! Ce qui nous menace, c'est le vieux « péril jaune », ressurgi des ténèbres du ridicule historique, par la faute de l'opposition Soleil·Mars qui excite la conjonction natale Soleil·Pluton d'un président d'une certaine république et la conjonction Mars-Uranus de sa propa· gande. Et la conjonction du Soleil avec Saturne et son opposition avec Uranus puis avec Pluton et enfin avec Mars nous porteront au bord de la catastrophe. Mais rien n'est plus redoutable que la prochaine opposition Mars-Saturne. Mais nous n'aurons rien vu, tant que Mars et Pluton ne seront pas en opposition, car à ce moment-là, Ho Chi Minh saura ce qu'il lui reste à faire. Mais voilà que ce sacré Saturne, qui décidément ne tourne pas rond, va s'opposer à Pluton, pour les raisons que vous savez. Et dans quelques années le Pluton chinois sera en trigone avec Uranus, ce qui pourrait être tragique, si quelques temps après le sextile Neptune·Uranus n'entrait dans la danse. Et grâce à lui, LE DANGER DES GRANDES INVASIONS SERA MOMENTANEMENT ECARTE! Donc la race blanche sera provisoirement sauvée du péril jaune. Ouf! Vive le sextile Neptune· Uranus ... Ne croyez pas que je sois devenu cinglé. Je viens de lire une revue « sérieuse », qui s'intitule « Horoscope » et qui dans sa grande enquête sur « l'Année des Poissons » a bâti cette fable sur le péril jaune. Tout ce qui précède (aux déve· loppements près) y a paru noir sur blanc, si j'ose dire ! ... Il y a évidemment des coups de pieds au culte ' de l'Uranus qui se perdent. Mais pensiez·vous qu'un jour, le racisme irait se nicher là AUSSI? Ajoutons, en tout cas, que le soutien, militaire ou non, d'Israël, est systématiquement utilisé il Bonn comme le plus péremptoire des alibis. On y voit la preuve du « rachat moral » de l'Allema& ne fédérale, qui peut se permettre apres cela, et à cause de cela, de maintenir en place, jusqu'aux postes les plus responsables, des assassins de juifs, des nazis tels que Globke. Et ce n'est sans doute pas un hasard si la reconnaissance diplomatique d'Israël a été décidée au moment même où le problème de la prescription des crimes nazis, quoique soumis au Bundestag, demeure l'objet des plus inquiétantes tergiversations. C'est le moment aussi que choisit M. Ben Gourion pour faire, dans une interview, l'éloge ' de l'Allemagne fédérale, et, saluant son sens des « responsabilités morales », souligner « le rôle important qu'elle iOloe dans le monde libre ». • Diviser / pour regner S'IL en était besoin, les événements de la dernière période confirment que, par delà les violences verbales et les heurts sanglants aux frontières, le problème du Moyen-Orient S'e pose, en réalité, en termes politiques, economiques et stratégiques. Si l'on veut échapper aux mystifications qui accompagnent les explosions de nationalismes, on se doit de constater certaines contradictions flagrantes. Les dirigeants des pays arabes ne manquent aucune occasion de dénoncer les liens du gouvernement israélien avec les forces impérialistes et néo-colonialistes. Ces liens sont réels. Mais peuton nier qu'il en existe. de semblables dans d'autres pays du Moyen-Orient : la Jordanie, par exemple (qui, soit dit en passant, a annexé la plus grande partie de la Palestine arabe), ou encore l'Arabie séoudite, et divers autres Etats fondés sur l'exploitation des richesses pétrolières par les compagnies anglo-américaines? Or, à en croire certains porteparoles arabes, la seule faGon de combattre l'impérialisme serait de détruire Israël. Il y a là, c'est le moins qu'on puisse dire, une confusion regrettable entre le tout et la partie. De même, dans le débat actuel, on semble oublier avec trop de facilité que' les armes livrées à Israël par la R.F.A., étaient des armes AMERICAINES, l'acheminement était approuvé par le gouvernement américain. Or celui-ci se permet, sans soulever la tempête de protestations à laquelle on pourrait s'attendre, de proposer ... sa médiation. Tout se passe, n'est-il pas vrai? comme si certaines puissances, aujourd'hui comme au temps du mandat britannique, s'ingéniaient dans cette région Oncle TOM. à « di viser pour régner ». Alors que le vrai problème, aujourd'hui comme hier, est de savoir si tous les peuples du Moyen-Orient parviendront à agir avec suffisamment d'union et de lucidité pour se libérer des tutelles séculaires ... Mais nier l'existence d'Israël, c'est ignorer toute possibilité d'accord et d'alliance avec les forces - elles existent - qui, dans ce pays, souhaitent une solution conforme à la fois aux droits des Arabes et à la pai;c • L/ accent de la raison DANS les conférences du TiersMonde, l'Egypte et d'autres pays arabes affirment leurs positions neutralistes; et c'est un fait qu'ils contribuent ainsi utilement à réduire la tension internationale. Pourquoi le MoyenOrient est-il le seul lieu où ils ne souhaitent pas une solution pacifique des litiges? Renouvelant ses propos Ruerriers, Nasser vient de déclarer : « Nous n'entrerons pas e_n Palestine sur 'Iln sol recouvert d'un tapis, mais sur un sol couvert de san,O. » Il n'envisage d'autre solution que de « libérer la Palestine », en mobilisant cinq millions de soldats et en unifiant les armées arabes. Ce n'est certainement pas ainsi que les problèmes, très réels, qui déchirent le Moyen-Orient, seront résolus. Certes, le sort des réfug-iés de Palestine demeure depuis longtemps en suspens. Certee, les Arabes d'Israël sont encore loin d'être considérés comme des citoyens à part entière. Et il y a encore d'autres données de la situation qui, de part et d'autre, ne peuvent être indéfinimellt acceptées. Mais plutôt qùe de tout r.jeter en bloc - ce qui signifie une guerre d'extermination - ne serait-il pag plus réaliste, en même temps que plus humain, d'exprimer sur chaque point des revendications, des propositions précises?

  • Suite page 3.

DROIT ET LIBERTE MENSUEL 31, rue des Jebeurs - Parts (1'9 Tél.: OUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANOE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs lITRANGER Pour "!thA.qfJdH~ntl!. voyer 1 la "ernière bancle. Dans le cadre du 20' anniversaire de la libération des camps, l'AMICALE 1 DE DRANCY organise, le dimanche 28 mars 1965, à 15 heures, _ JIBLOzëiidS : On peul se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel· des-Monnaies, Bruxelles 6. 23 ans presque jour pour jour après la première déportation du 27 mars 1942. sur l'emplacement de ce qui fut le plus grand camp d'internement de France , le camp de Drancy (actuellement Cité de la Muette, avenue JeanJaurès. à Drancy). une grande MANIFESTATION DU SOUVENIR Tous les anciens Internés et Déportés, tous les survivants et les familles des disparus. tous les Résistants. tous les antiracistes, se feront un devoir de se retrouver en ce lieu où. de 1941 à 1944, ont été internés par l'occupant hitlérien 100.000 hommes, femmes et enfants de religion ou d'ascendance juive. dé· portés ensuite dans les camps d'extermination où l'immense majorité d'entre eux a trouvé la mort. Nous demandons donc à tous nos amis de s'associer à cette manifestation, et de la faire connaître pour qu'elle ait l'ampleur qu'elle mérite. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square RobertPequeur, Bruxelles-7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnemeol; annuel. : 100 PB. AboDnement de soutien : 150 PB. ~ Journal composé et Imprhnl ~ par des ouvriers syndiqués 8.P.E.C. - OhAteaurou La Directrice de publication : S. BIANCHI 3----- qUE SE Pi\SSE-T-IL ? (Suite de la page 2) La reche rche d'une solution d'ensemble, prenant en considération les droits et les aspi rations de tous les peuples paraît, en cette période tendue, un rêve très lointain. Nous voulons, cependant, saluer avec d'autant plus d'espoir , les quelques voix qui font retenti r, ici et là, l'accent de la raison. Cell e, par exempl e, d'un influent leader poli tique libana is, M. Gemayel, qui suggère, après le retour des réfug iés, une cohabitation j udéo-arabe, fondée sur un statut constitutionnel évoquant le schéma établi par l'O.N.D. en 1948. Ou celle du président Bourguiba, appelant les uns et les autres à « l'e jeter la ha!ne et à se débarrasser de leurs complexes et de leurs extrémistes ». . Ce qui compte, ce n'est pas le détail des fo rmules proposées, mais qu'une formul e. quelle qu'elle soit, v ienne alimenter la réfl exion, ouvrir le débat, comme l'a fait récemment la revue « Jeune Afrique ». C'est la seul e option possible pour éviter des drames plt1s douloureux encore. POSITIONS • Beaucoup de sang ... EN ouvrant la série de s.es conférences de Carême à Notre-Dame de Paris, le RP. Carré a parl é du « Pater », prière que r écitent tous les chrétiens, catholiques. orthodoxes ou protestants et qui, a-t-i l poursuivi, « nous rend proches les fidèles de la synago.que ». Ce fut là, pour le prédicateur, l'occasion d'évoquer le texte conciliaire sur les j uifs et de dire at1x chrétiens : « A1t moins, en raison de cette prière, bannissez à jamais de votre coeur et de vos moeurs, les affreuses inimitiés, les accusations fausses, les scandale uses perséC1! tions, trop longtemps tolérées da ns certains 111ilie !~x bien pensants. L'antisémitislllea cOIÎ té beaucoup de sang et de larmes. » P our que règne la justi ce, il faut " ivre dans un esprit fraternel, souligne le R.P. Carré, Qui ajoute: « ... Si les nations dépensent des sommes fabuleuses pour préparer une guerre, sans pom, alors que deux milliards d'hommes souffrent de la faim, alors qxte le statut d'existence des quatre-cinquièmes de la population mondiale est en stagnation ou en régression, qui osera nie!' que le ?/lande n'a ja1/1ais été plus absurde r ~. Mais heureusement « devant tant de haines et d'injustices », il y une solution, constate le RP. Carré : « la solidarité planétaire Qui est celle des hommes d'aujourd'hui: devient de plus en pl1ls mze solidarité reconnue et voulue. » HIER ET AUJOURD'HUI • « Le Vicaire» (suite) LA pièce de Rolf Hochhuth « Le Vicaire» continue sa carri ère mouvementée. Après Berlin, Londres et Bâle, après Paris, où elle avait ét é présentée à l'Athénée pendant plus d'un an et avait fait l'obj et de manifestations contradictoires, elle soulève des remous et des prises de position dans diverses autres villes. Ainsi ~ Lyon, lorsqu'il fut annoncé, au début de février, que « Le Vicaire » y serait prochainement monté, le cardinal Villot, archevêq ue de Lyon, a publié un communiqué dans lequel il exprimait sa « tristesse de voir traité de telle façon la suprême responsabilité d'un pape dans le conflit qui a secoué le monde, il y a vingt ans », mais désavouait toute manifestat ion de violence. A Rome, la pièce d'I-Iochhuth fut interdite le T:) février par la police. Il s'agissait d'une représentation privée du « Vicaire » que l'acteur Gian Maria Volonte donnai't pour une vingtaine de ses amis dans la crypte d'une églis'e désaffectée, avec le concours des jeunes comédiens de l'Académie cl' Art Dramatique. Cette interdiction provoqua de n0111- bre.u~es prC!t~stations : celles de personnalttes polttJqucs comme le sénateur à vie Ferrucia Parri, celles de l'Association italienne pour la liberté de la culture, des éditions Feltrinelli de Milan, etc., etc ... L'explosion d'une bombe au plastic contre une porte de la cité du Vatican trois jours après, ne contribua pas à détendre l'atmosphère. Enfin, en Belgique, la pièce de I-Iochhuth provoque une série de querelles qui pourraient avoir des conséq uences jusque sur le plan gouvernemental. Si à Anvers, elle fut représentée dans le calme, il Bruxelles, le directeur de la radio et de la télévision flamandes, M. Van den Bussche, interdit les quelques scènes extraites de cette oeuvre qui devaient p~sse r dans une émission philosophique et morale laïque. Cette décision proYoqua à la Chambre la question du vice-président du pàrti sociahste, M. Van Eynde, qui déclara que « la radio et la télévision n'appartiellileilt pas seulement aux catholiques. Elles SOilt pour tous les Belges ». Le di recteur général de la radio flamande porta alors l'affai r e sur le plan personnel, reprochant à M. Van Eynde son attitude pendant l'occupation. Quelques jours ap rès, il lui faisait parvenir ses excuses, attribuant sa réaction à un accès de mauvaise humeur. M. Van Eynde accepta les excuses du directeUl' de la radio. L'affai re n'est cependant pas close,. puisque la pièce a fait l'objet d'une seconde interdiction. M. Van Eslande, minist re de la Culture. a promis de faire tlne enquête. AFRIOUE • Un « affreux» parle « C EaRveTcA f/rSéEnéSsi e.f ois Dn'aouutsr est ,irfiooinss, froidement... C est ainsi que 1IO,tS prîmes l'habitude - inconsciemment je crois - de tuer n'importe quoi, simple7J/ ent parce que cela aurait PH éventuellement nous procurer des ennuis. Femmes, enfants, vieu:t", pour nous, 101ft était pareil ... » Qui peut pa rler avec un tel détachement de meurtres en série? Un nazi, un fou, un membre du Ku-Klux-Klan ? C'est quelqt;l'Un qui leur est cie toute façon très l'roche. Jl s'agit du mercenaire Georff Munn, engagé au service de Tshombé, pour encadrer et a ider l' « Armée nationale congola ise » d~ns sa lutte contre les forces de libération de Soumialot. Un mercena ire est un tueur de métier qui gagne beaucoup d'argent pour aller assassiner des tribus ent ières sans défense. S'il est Français, il a « fait » l'Indochine, le Maroc, l'Algérie. Actuellement on recrute toujours pour le Congo. J ohannesbourg et Le Cap sont d'impo rtants points de ralliement pour les mercenai res en chômage. Quoi d'étonnant ! Verwoerd ne peut qu'encourager la formation de tels éléments. Mais continuons de lire le r écit de Georff Munn paru dans le journal anglais « News of the World ». Il est hallucinant de fro ide horreur : « .ri Kindu, ce n'était pas des noirs tuant des blancs, mais des blancs ordonlIailt à des noirs de t1ter d'mûres noirs ... En arrivant, nous avons comme d'habit1l re ouvert lout de suite le feu avec tout ce que nous avions. Fusils, l11.itrailleuses rockets, tout quoi ! ' « ... Nolls n'avons fait que tuer jusqu'à ce que l'o bscurité étant tombée nous pensâtn:es qu'il n'y avait plus per~ sonue de vivant. .. La plupart étaient jllste des gosses ... « ... Ce jour-là, cont inue Georff MUl1n, des tas de corps traînèrent dans les eaux entre la rive et quelques vieilles péniches amarrées là ... « En général, en dehors de Kindu l/0 1IS regardions les blessés gémissant et geignant sur le bord de la route. E t nous les laissions aux vautours et a!~ cruel soleil qui les consumaient. » Content de la bonne r éalisation de ses tâches, Munn conclut sur un « sat isfecit » : - « Je me demande, dit-il, si même nos propres officiers ... ont réalisé au début avec .quelle efficacitç et avec quel enthounasme nous aUtans appliquer leltrs ordres de tirer à vue. » Tels sont les homr:.1es qu i viennent aider Moïse Tshombé. TOLER4NCE • Ségrégation en Belgique? Au moment même où l'Eglise catholique s'efforce de réaliser le rapprochement entre les diverses religions, une petite commt1ne de Belgi- Au C.L.E.P.R. Brillante soirée avec le professeur OTTO KLINEBERG Le mardi 23 février, à l'Institut Pédagogique National , sous l'égide du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.) s 'est déroulée une conférence de M. Otto Klineberg, professeur de psychologie sociale , associé à la Sorbonne .. Devant une salle réunissant de nombreux enseignants et étudiants, le conférencier traita des aspects psychologiques du racisme . S'appuyant sur des expériences réalisées aux U.S.A., tant parmi la population que dans le milieu des étudiants, M. Klineberg analysa les multiples facteurs qui peuvent amener les gens au racisme. Aux côtés de l'orateur, à la tribune, étaient présents les animateurs du Centre de Liaison : le professeur Marc-André Bloch et l'abbé Jean Pihan, vice-présidents du C.L.E.P.R. ; Mlle Renée Baboulène, Raoul Dubois, Albert Lévy et Claude Rutili , membres du bureau. que présente I"cseJllple- type d\ 1l1 cas manifes te d' intolérance religieuse. A Sugny - c'est le n0111 du village - dont les habitants sont catholiques pour la plupar t, existe, depuis peu, un home d'enfants protestant « Les joies chrétiennes ». Ces enfants, qui sont d'âge scola ire, ont parfaitement le droit de fréquenter l'école communale. Malheureusement, la r éacti on de cer tains parents, devant cet état de choses, fut pour le moins inattendue. Ils pro~ testè rent contre la présence des jeunes protestants, s'opposèrent à ce que ceuxci fréq uentent le même établissement que feurs 'propres en fants, envoyant péti ti on sur pétiti ons au bourgmestre de Sugny qui finit par donner satisfaction à ces administrés intolérants. Le M.RA.P. de Belg ique est intervenu aussitôt, pour tenter d'apporter une solution à cette situation pénible ct a écrit d'abord à M. Grodos, bourgmestre de Sugny, déclarant notamment qu'il a été « profondément ému de l'odieux ostracisme dont sont victimes des enfants ». Le comité belge écrivit également à M. Guchez, directeur du Hôme « Les joies chrétiennes» pour lui exprimer sa sympathie en même temps que sa solidarité dans « cette lulte pour l'égalité devant l'instruction pour tous les enfants, quelle qlte soit leur appartenance religie~tse . » Et enfin, le M.R A.P, de Belgique. dans un télégramme cie protestation à trois ministres belges, demandait « nne intervention et un l'appel au bon sens et a1t.t: princiPes de l' hltlllanisme ». M. Henri Janne, mi nistre de l'Education Nationale, répondit aussitôt, indiq uant qU'Ull « apaisement ct une heureuse solution » éta ient en cours. La solution proposée serait l'oU\'erture d'une école à peu de distance de Sugny, spécialement const ruite pour les enfants du hôme « Les joies ch rétiennes ». Pourquoi, sous prétexte qu' ils sont protestants, les enfants subi raient-ils un traitement spécial, alors qu' il serait plus simple d'agrandir l'école déjà existante et d'intégrel' les enfants dans la commune. N'est-ce pas le prin ci pe même de la ségrégati on ? • La pièce de Max Frisch « Andorra » sera représentée à partir du 27 mars au Théâtre Antoine, par la troupe de Gabriel Garran, qui l'a créée au Théâtre de la commune d'Aubervilliers. • Joséphine Bake r a .l'intention d'édi- . fier aux Milandes le " Cqllège de la Fraternité universelle ". Cet établissement accueillerait des élèves du monde entier et l'enseignement serait assuré par des professeurs venus eux aussi de toutes les parties du globe. • L'émission hebdomadaire de Jerry Lewis à la télévision américaine a été suspendue par les annonceurs qui la patronaient

on lui reprochait de trop atta·

quer le racisme et d'utiliser des noirs comme Sammy Davis Jr., • Le Comité d'Action du Spectacle organise plu s ieurs manifestations . Le 23 ma rs, à 20 h. 30 , rencontre avec le Centre de Recherches de l'O.R .T.F., au cinéma " Savoie ", 179, bld Voltaire. (MO Charonne ). Le 30 ma rs , " Rencontre avec Nicolas Guill en, la poésie et la révolution cubaine ", à la Mutualité. Le 6 avril , « Armand Gatti, poète et écrivain public ", présenté par le Théâtre de la Commune d'Aubervilli ers, au " Savoie ". • André Schwartz-Bart, auteur du « Dernier des Justes n, vu à la vente des écrivains israélites de langue française le 7 mars, au 44, rue de Rennes, prépare un livre sur le problème noir. • Sur France-Culture , dimanche 28 février, à 20 h. 10, Roger Pillandier nous a présenté une excellente adaptation radiophonique de " Dans la peau d'un noir » de John Howard Griffin . Michel Piccoli prêtait sa voix à l'auteur pour expliquer aux auditeurs - nombreux à cette heure - le problème de " la peau noire " aux. U.S.A. • Le premier long métrage tunisien, réalisé en collaboration avec l'Allemagne de l'Est, s'intitule : « Pas de cheval pour Hamida n, du titre du roman de Gabrielle Gildas-Andriewski, qui reçut, en 1956, le Prix de la Fraternité décerné par le M.R. A.P_ Les principaux acteurs de ce film seront Jean Davy, de la Comédie Française, et Maritza Cabalierro. • Du 14 avril au 15 mai 1965, se t ie ndra, à la Galerie Casa d'Art, 3 bis, rue des Beaux-Arts, Paris-6·, une exposition des peintures et sculptures de Martine Boileau, Eugen Lipkowitch, André Verlon . Elle est intitulée « Outrage à la raison " et constitue un hommage aux victimes de 1933 à 1945. • Le Festival mondial des arts nègres aura lieu à Dakar, du 1" au 24 avril 1966. Organisée sur l'initia'tive de M. Léopold. Sédar Senghor, . cette manifestation est, dès maintenant, préparée par M. Alioune Diop, directeur de « Présence Africaine n . • Le prochain roman d'Anna Langfus, qui n'a rien publié depuis son Prix Goncourt 1962 (Les Bagages de sable), s'intitulera ({ Saute, Barbara! n • L'Association des Arts Plastiques s 'est élevée, à juste titre, contre l'expos, ition récente, dans une galerie parisiegne, des oeuvres d'Arno Brelrer, le sculpteur officiel du III' Reich, qui avait essayé de « trouver un type de perfection qui serait l'idéal de la race actuelle », lisaiton dans le numéro de mars 1941 de la revue nazie « Signal n. L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE vous recommande pour les VACANCES DE PAQUES VOYAGES GROUPES PAR AVI~ POUR ISRAEL Départ : 29 Mars Retour : 10 Mai Départ: 8 Avril Retour: 22 Avril et nombreux autres départs en AVRIL Prix : à partir de F 980 (9 jours) Pour les vacances d·ÉTÉ en ISRAEL PAR BATEAU (avec pension complète) 2 SEMAINES en Kibboutz - et 10 jours d'excursions Départ chaque semaine à partir du 24 Juillet Prix : F 1.030 + Taxes 70 2 SEMAINES au bord de la Mer en village de vacances et 10 jours d'excursions Prix : F 1.350 + Taxes 70 PAR AVION (avec pension complète) - Même voyage Séjours de 2 - 3 et 4 semaines Prix : à partir de F 1.230 de Paris Pour tous renseignements : 18, rue Bleue, Paris·9' - PRO. 91-09 - 4 lignes (Métro Cadet) 78., bd Barbès, Paris· Hl' - ORN. 09-00 (Métro Château-Rouge) 4 Après du Bundestag PRESC'RIPTION • • le débat LE 10 mars dernier, le Bundestag a délibéré sur le problème de 'la prescription et, force nous est de constater que le gouvernement de l'Allemagne Fédérale n'est pas intervenu dans ce débat, en tant que tel. Son Ministre de loti Justice, M. Bucher, a - 'une fois de plus - plaidé en faveur de l,ta prescription, rappelé que l'Allemagne devait apprendre à vivre avec les assassins. Ce n'est donc pos grâce à mais contre la volonté du gouvernement fédéral qu'une majorité du Bundestag s'est prononcée en faveur du renvoi à. la commission de dëux propositions de lois, prorogeant la prescription pour un temps restant à déterminer. 1 Me Maur_iC_;r_I_M_ER_G_Ll_K-I Cette décision a été acqui se à la faveur de deux interventions honnêtes. La première

de M. Bendea de la C.D.U., et surtout,

la deuxième : celle de M. Arndt, qui a eu le courage de déclarer : « Un homme qui fracasse un nourrisson contre un mur, un homme qui fait creuser leurs tombes à d'autres hommes et les y précipite ainsi , rang après rang, un homme qui jette son chien contre des détenus pour les castrer », on n'a pas à se demander si ces actes le concernent encore aujourd'hui. .. « Il y a des gens, a-t-il ajouté qui ont juré qu'ils ne savaient rien mais, il y avait assez de permissionnaires pour raconter ce qu'ils avaient vu... Moi-même, je me considère comme coupable parce que je n'ai PliS été dans la rue, crier mon indignation ni mis, sur mon bras, un brassard de juif. » Criminels en liberté ... Il Y a lieu, enfin, à propos de ces crimes, de faire remorquer aux protagonistes de la prescription: 1) Que ceux qui, en Allemagne ont voté ou militent en faveur de la prescription, sont directement ou indirectement intéressés à ce vote, tel que, par exemple, le député C.D.U., le Dr Conring, responsable de l'administration civile en Hollande de la province de Krc.ningen, ou moment de l'arrestation et de la déportation de Anne Frank. 2) Qu'en dehors des 21 grands crimine ls nazis, jugés à. Nuremberg, la plupart de ces responsables ont trouvé refuge, notamment e n Espagne, en Egypte et en Amérique du .Sud. Je n'en veux pOUr preuve, que l'affa ire Cukurs. Elle démontre, une fois de plus, qu'aucune tentative sérieuse n'a été faite en Allemagne f édérale pour obtenir l'extradition des criminels de guerre. Ces criminels, plus malins que d'outres, ou disposant de moyens financiers plus importants, méritent-ils d'échapper à toute punition, simplement parce qu'ils ont su profiter de l'argent qu'ils ont volé à leurs victimes. Le grand argument, non seulement de Bonn mois, aussi, de certains journalistes françoi s, est que, si justice n'a pas été faite jusqu'à ce jour, la foute en incombe aux Allemands de l' Est, qui n'ouvriraient leurs doss iers qu 'ou compte-gouttes et dons la mesure où ces publications sons suscepti bles d'embarrasser politiquement l'Allemagne fédérale. Il est pe rmis de mettre sérieusement en doute la volonté de Bonn de punir les cri minels nazis. Il suffit de rappeler : léri enne et qui a été frappé d' une inte rdic ti on d'exercer la profession pendant un on et demi , pa r des commissions de dénazifi cotion. Dons ces conditions, qu'on veuille bi en cesser de jouer la comédie de la bonne vo lonté entravée. Tant que l'appareil judiciai re ouest-all emand sera gangrené par des magistrats oyant appartenu aux tribunaux nazis, tant que les poursuites des criminels de guerre seront confiées à d'anciens nazis, il n'y aura pas li eu de faire confiance, en cette matière, aux autorités de Bonn. EN ATTENDANT, TOUS CEUX QUI N'ONT PAS OUBLIE DOIVENT S'UNIR ET CONTINUER D'AGIR, POUR QUE LA PRESCRIPTION NE SOIT PAS ACQUISE LE 8 MAI PROCHAIN. Nous étions des milliers ... DES milliers de personnes se sont rassemblées, le 28 février dernier, au Mémorial du Martyr juif Inconnu, rue Geoffroy-l'Asnier, pour honorer la mémoire des victimes du nazisme, répondant à l'appel lancé par le C.R.I.F., le M.R.A.P. et diverses associations d'anciens combattants, de Résistants et de Déportés. A quelques jours de l 'ouver ture, au Bundestag, du débat parlementaire sur la prescription des crimes de guerre, cette manifestation silencieuse était empreinte Précisions, néanmoins, pour l'histoire, que M. Arndt fait partie de la S.P.D. (Sociale Démocrotie) et qu'il est demi-juif. 1) Que le responsable, mis par Bonn à la tête de la centrale des recherc'hes des criminels nazis de Ludwigsburg est un procureur, Schule, qui a dû admettre qu'il était nazi depuis 1933 et qu'il avait été S.S. Malgré ses aveux, nous n'avons pos été informé ~ qu'il aurait été destitué de son poste. Ci-dessus: au Mémorial. (On reconnaît parmi les personnalités, Pierre Parar, président du M.R.A.P.). Ci-dessous: l'arrivée à la crypte. Manoeuvres? Et surtout, ne nous leurrons pas : La décision n'est pas prise et le renvoi à la Commission n'est qu'une étope d'où peut sortir le meilleur ou le pire. Et cela ne dépend pas seulement des députés de Bundestag. En vérité, nous avons l' impression d'assister à des manoeuvres, tendant à endormir la vigilance de tous ceux que l'application de la prescription aux criminels nazis avait révoltés. Et déjà, nous voyons de bonnes âmes s'écrier: le principe de la prescription est un de ceux sur lesquels repose la poix sociale. Il ne fout pos y toucher, sous peine de justifier, rétroactivement, les procédés employés par les juristes nazi s. Et, parmi ceux qui plaident cette dernière thèse, nous avons eu la pénible surprise de voir se ranger Me Maurice Garçon. Les arguments invoqués par le célèbre avbcat sont essentiellement les suivants (~ Le Mande », du 14 mors 1965) : 1) La prescription est une nécessité de la vie sociale : Elle a été créée, non pas « dans l'intérêt du coupable, mais dans l'intérêt de la société qui veut effacer le souvenir de ce qui ramènerait en mémoire des faits qui entretiendraient et ranimeraient inutilement le trouble. » 2) « Avec le temps, les preuves qui sont .. écessaires pour juger sainement disparaissent. » Or, il nous semble qu'en ce qui concerne les crimes nazis, les arguments invoqués par Me Maurice Garçon se retournent contre sa thèse. Comment, en effet, peut-on sérieusement prétendre qu'il y va de l'intérêt de la poix sociale ou de la paix tout court, d'oublier les crimes nazis. A l'heure où des jeunes, en Amérique au en Angleterre se pavanent publiquement avec des brassards à croix gommée et où, fait plus grave encore, la littérature raciste, antisémite et fasciste s'étole, de jour en jour plus ostensiblement, aux devantures des librairies, croit-on le moment venu d'effacer les crimes commis ou nom de ces t héories objectes ? Et que dire de l'argument tiré du dépérissement des moyens de preuve ? Me Maurice Garçon ignore-t-il, vraiment, qu'au moment de la débâcle, les S.S. ont détruit, ont coché tous les documents relatifs à leurs forfaits et que, petit à petit, on commence seulement à retrouver ces preuves, notamment dans des lacs de la Tchécoslovaquie où elles avaient été englouties. En vérité, on peut prendre le problème des crimes nazis comme on le voudra. A choque pas, se vérifie ce que le M.R.A.P. n'a pas cessé de proclamer : - il s'agit d'événements tellement exorbitants qu'il est imposs ible de les foire entrer dans le cadre d'une législation ou d'une jurisprudence ordinaire. - tout concourt, pour foire de ces événements, un problème international, justiciable de normes et de tribunaux internationaux. 2) Et que dire du scandale de l'acquittement général, prononcé par le Tribunal de Munich, en faveur des 14 infirmières qui ont tué des centaines d'enfants débiles mentoux? Comment avoir confiance? Dons ces conditions, comment ne pas croire ce que le procureur général de la République Démocratique Allemande, Joseph Streit, a déclaré à une conférence de presse internationale, tenue le 25 janvier dernier, à savoir: que, depuis des années, les autorités judiciaires de la D.D.R. ont transmis des montagnes de dossiers à leurs homologues ouest -allemands, mois, que dons aucune de ces affaires des poursuites n'ont été engagées contre les criminels. Et, comment s'en étonner si l'on se rappelle que M. Bucher, l'actuel ministre de la Justice de l'Allemagne fédérale est, luimême, un anci en juge du temps de Hitler, porteur de l'insigne d'or de la jeunesse hit- Des parlementaires répondent au M. R. A. P. Il Y a quelques semaines, Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., écrivait aux députés et sénateurs pour leur exprimer la satisfaction de notre Mouvement après le vote unanime du Parlement sur la prescription des crimes nazis, et leur soumettre la résolution de notre Conseil National relative à la position des autorités de Bonn sur cette même question. Nous avons signalé dans notre avantdernier numéro, les premières réponses reçues. D'autres nous sont parvenues, depuis, appuyant la lutte que nous menons pour que la prescription ne soit pas acquise en R.F.A. au 8 mai 1945. MM. Gabriel MONTPIED, senateur-maire de Clermont-Ferrand ; Michel DASSAUD, sénateur du Puy-de-Dôme ; Arsène BOULAY, Fernand SAUZEDDE, Joseph PLANE IX, députés du Puy-de-Dôme, écrivent

« Il n'est guère besoin de vous confirmer

que vos préoccupations sont les nôtres et que nous restons vigilants. » M. Etienne FAJON, député de la Seine, compte tenu de la résolution du M.R.A.P., a décidé de poser la question écrite suivante au Ministre des Affaires Etrangères

« Après le vote unanime par le Parlement

de la loi sur l'imprescriptibilité des crimes contre l'humanité, quelles démarches le gouvernement auquel il appartient, entend effectuer auprès du gouvernement de la République Fédérale Allemande afin que la prescription ne soit pas acquise au profit des criminels de guerre nazis sur le territoire de cet Etat au 8 mai prochain. » Au nom du groupe communiste, M. Robert BALLANGER, député de Seine·etOise, « approuve entièrement » la r ésolution du Conseil National du M.R.A.P. M. Louis ESCANDE, député-maire de Mâcon, écrit : « Je pense comme vousmême que les crimes nazis peuvent être difficilement compris dans la prescription. Ce serait encourager dans l'avenir, de nouvelles manifestations de ce genre. « Je suis à votre disposition pour toute action qui vous semblerait utile... » M. Georges MARRANE, senateur-maire d'Ivry-sur-Seine, nous assure de son « accord complet pour toutes les actions entreprises pour empêcher que les criminels hitlériens bénéficient de la prescription que le gouvernement de Bonn a l'intention de leur appliquer. » M. le Dr A. WESTPHAL <Bas-Rhin) indique qu'il a pris connaissance avec intérêt de la résolution du M.R.A.P. : « Je suis tout à fait d'accord avec vous, et le Parlement français, comme vous le savez bien, a voté un texte en ce sens. Il me paraît cependant difficile d'intervenir individuellement pour prendre une initiative dans une affaire concernant un pays étranger. » Il suggère : « Je crois que vous devriez à ce propos demander aux Présidents des groupes de l'Assemblée Nationale ou éventuellement encore aux Présidents de certaines commissions telle la Commission des Affaires Etrangères par exemple, de prendre une pareille initiative à laquelle à ce moment-là, je m'associerai bien volontiers. » M. Raoul BAYOU, député de l'Hérault, nous fait savoir : « C'est bien volontiers que j 'ai vot é la loi dont vous m'entretenez. « Je suis entièrement d'accord avec vous sur le problème de la prescription. « Je demeure à votre entière disposition. » d'une grande émotion. Et bien que l 'oa eût craint, un moment, des heurts avec le service d'ordre mis en place par la Prefecture de Police, à propos des inscriptions et des banderoles, le sang-froid dis manifestants sut conserver, au souvenir des martyrs, le cachet de dignité ~ui s 'imposait naturellement. Une foule recueillie, sans distinctien d'âge, réunie fraternellement dans la même ferveur, se groupa derrière l'unique banderole que portaient d'anciens déportés en tenue rayée et sur laquelle on pouvait lire : « Non à la prescription des crime!! contre l'humanité n, avant d'entreprendre le défilé qui la conduirait du Mémorial du Martyr juif à la Crypte de la Déportatioa, dans l'île de la Cité. Après le dépôt des premières gerbes, dont celles du M.R.A.P., le cortège s'ébranlait, ayant à sa tête les personnalités. Nous avons reconnu: S.E. M. Walter Eytan, ambassadeur d'Israël ; MM. René Cassin, vice-président honoraire du Conseil d'Etat; Louis Kahn, président du Consistoire Central des Israélites de France ; Daniel Mayer, président de la Ligue des Droiis de l'Homme ; Pierre Paraf et Charles Palant, président et secrétaire général du M.R.A.P., accompagnés par les membres du Bureau National ; Frank, vice·président de l'Amicale des Magistrats résistants

le Docteur Modiano, président du

C.R.I.F. ; le professeur Jankelevitch ; Maître André Blumel ; le Docteur Danowski et Isi Blum, président et secrétaire génér al de l'Union des engagés volontairei!le et anciens combattants juifs ; Mme MarieLouise Kahn, de l'Amicale d'Auschwitz ; MM. Schaffier, de la F .N.D.I.R.P . ; Maître Jouffa, président de l'Amicale des ancien!! de Drancy ; le général Zdrojewski, pr ésident des Combattants de la résistance polonaise.

  • Suite page 9.

5 Une tentative Derrière d'agression conlr~ le. MRAP Tixier-Yignancour ... (et autres mefalts) 1 L suffit, pour s'en rendre compte, de porcourir l'éventail des journaux d'extrême-droite : les groupes fascistes et racistes qui pro'liU N commando néo-nazi a tenté, le 18 février, d'attaquer en force le siège du M.R.A.P., à Paris. Fort heureusement, ce projet a pu être déjoué. Une vingtaine de nervis, débarquant de leurs voitures, ont été interceptés au début de l'après-midi, rue des Jeûneurs, où un important service d'ordre avait été disposé. Plusieurs d'entre eux, armés de matraques et de chaînes de bicyclettes ont été ,conduits dans les locaux de la police. férent en Fr,gnce, sans avoir renoncé aux concurrences personnelles et aux nuances « doctrinales » qui les opposent, ont mis au point, depuis quelq'ues temps, un langage et des objectifs communs. Et l'on découvre aisément pourquoi : les rapprochements qui s'opèrent entre eux, les perspectives nouvelles qui s'offrent à leurs activités, - tout cela se trouve lié sans aucun doute à la campagne actuelle de Tixier- Vignancour. . LE CULTE DE LA VIOL.ENCE Ainsi, les groupes racistes, dépassant le stade de la propagande et des excitations à la haine, entendent recourir maintenant d'une façon systématique à leur « argument » le plus naturel : la violence - cette violence qu'exaltent sans aucune gêne, des journaux comme « Europe Action ». Il faut à ces criminels, du sç~ndale et du sang. Qu'ils s'en prennent particulièrement au M.R.A.P., c'est preuve que notre action leur porte ombrage, donc que nous sommes dans la bonne voie. C'est la preuve aussi que le néo-nazisme est une réalité en France même, et que nous avons raison de le dénoncer avec vigueur et précision, comme « Droit et Liberté » l'a fait le mois dernier. S'inspirant des méthodes d'Hitler, ses disciples d'aujourd'hui espèrent, par les menaces, par la terreur, nous faire taire, empêcher l'action des organisations démocratiques, paralyser leurs militanJs et leurs amis. Inutile de souligner que leur calcul est erroné. Les innombrables témoignages de sympathie que le M.R.A.P. a reçus après cette agression avortée, montrent qu'au contraire les antiracistes voient dans de tels agissements une raison de se mobiliser plus nombreux, de se montrer plus que jamais vigilants et actifs. Mais cette affaire, s'ajoutant à nombre d'autres manifestations récentes du néo-nazisme en plein développement, soulève un autre problème : que font donc les pouvoirs publics pour mettre hors d'état de nuire les trublions racistes? JUSQU'OU les laissera-t-on aller sur la voie de la haine et de la violence? Dans le cas précis de l'attaque organisée contre le M.R.A.P., aucune information n'a été donnée sur les individus arrêtés, (et relâchés quelques heures plus tard). ni sur le groupe auquel ils appartiennent. On ignore même s'ils ont été inculpés, ne serait-ce que de port d'armes. Et nulle mesure préventive n'est envisagée, à notre connaissance, pour empêcher que se renouvellent de pareils actes. . Ce n'est pas · Ie jugement rendu le 19 février dans l'affaire de Reims que l'on peut considérer comme l'avertissement s'évère susceptible de réduire l'insolence des néo-nazis. Membres d'un groupe affilié à l'Union Mondiale Nationale- Socialiste, de Colin Jordan et Lincoln Rockwell, Jésus Monségur et Charles Pinto avaient été arrêtés en août dernier, en même temps que l'ancien Waffen S.S. Yves Jeanne. Accusés de divers attentats. notamment contre des cafés fréquentés par les Algériens, on avait découvert à leurs domiciles des armes, des explosifs, des documents ornés de la croix gammée. Or ils ont été condamnés. ni plus ni moins, à des peines de .i et S ans de prison AVEC SURSIS. N'est-ce pas un prix bien modique, pour des activités aussi néfastes ? ... UNE SERIE DE MEFAITS Outr.e l'opération anti-M.R.A.P., nous a vons noté, ces dernières semaines, de la part des g-roupes racistes et fascistes, ~ne nouvelle série de méfaits qui constituent. avec ceux que nous citions dans notre dernier numéro un ensemble assez impres'Sionnant :' • A Paris, dans le 5" arrondissement, commando contre une réunion électorale des partis de gauche, rue Monge. , • . A Lille, dans la nuit du 19 au 20 fevr~er, ~ne trentaine d'invidps, qui circ~ lalent a bord de sept voitures (immatnculées dans la région parisienne et le Pas-de-Calais), brisent les fenêtres du siège de l'U.N.E.F. (Le lendemain soir se tenait dans cette ville un meeting de Tixier-Vignancour.) . . • A T..oulouse, une quarantaine de Jeunes appartenant à « Europe-Action » attaquent des étudiants de l'U.N.E.F. • A Montpellier, c'est à un étudiant libanais qui refusait leurs tracts racis~ es que s'en prennent violemment de Jeu.nes excités, appartenant il la Fédération des Etudiants Réfugiés (F.E.R.) , groupement qui s'efforce d'entretenir l'esprit O.A.S. parmi les Européens venus d'Algérie. • Fin février, des croix gammées ont été peintes sur la devanture du siège des anciens déportés de Mauthausen, boulevard St-Germain, à Paris. • A Paris, place de la République, place de l'Opéra, des « Volontaires » (groupes de choc), ont diffusé à plusieurs reprises « Europe-Action » ou « Rivarol » en criant des slogans racistes et antisémites. Une tentative semblable a échoué le -14 février à Saint-Denis, des antifascistes ayant infligé une correction bien méritée à ces ignobles provocateurs. Une aubaine Parce qu'il a posé sa candidature à la présidence de la République, cet antirépublicain endurci donne a'ujourd'hui de luimême une image assez suprenante ; d'autant plus que la dignité de la fonction à laquelle il prétend rejaillit, en quelque sorte, sur lui. « Sa candidature, écrit « Le Nouveau Candide », se trouve aujourd'hui valorisée par le système même qu'a voulu de Gaulle. « Candidat à la présidence de la République », cela fait sérieux: quand on le voit étalé en grosses lettres sur des affiches » .'. (1) ment » a donné lieu à bien des commentoires

Il sign ifiait que la candidature di!

Georges Bidault, si elle était réalisable, eût été cons idérée comme plus souhaitable encore. Mais Bidault lui-même, par l'intermédiaire du mensuel « L'Esprit Public », dont il rédige fréquemment l'éditorial, a donné • A Grenoble, où des racistes ont attaqué récemment des étudiants africains, nous en sommes aux discriminations, puisgue, annonce « Le Dauphiné Libéré » « un cabaret du centre de la ville a été interdit aux noirs ». Le Rassemblement de l'Esprit Public (organisation qui se réclame de Bidault et de Tixier-Vignancour) s'en réjouit dans un tract, où il écrit : « Le racisme n'est pas mort à Grenoble. Bravo 1 ... Si être raciste : c'est défendre la race blanche. Si être raciste: c'est combattre des sauvages préhistoriques. Si être raciste : c-'est ne pas se laire manger par les noirs 1 Alors oui ! nous sommes racistes et nous le crions bien fort 1 » ... Ajoutons qu'en centrant l'intérêt sur un homme plutôt que sur le débat des idées et la recherche d'une solution aux problèmes réels posés au pays, l'élection présidentielle favorise le culte du « chef » tel qu'on le conçoit Leur programme sur les murs du métro A ces faits, que l'on pourrait sans aucun doute multiplier, s'ajoute, en perman~ nc~, la pr?~ag.a~de diffusée par les pubhcatlOns speClahsees dans le racisme q.'lÎ, de « Rivarol » à « Europe Ac~ . twn », de « Fraternité Française » à «Ocndent Université », de « Défense de l'Occident » à « Aspects de la France », sont répandues au total à des dizaines de milliers d'exemplaires. 73°/ DES NOUVEAUX-NES SONT NORD - AFRICAINS - LUDlN, dans son programme, Q r.Qi~on de vouloir la suppression immedlale des BIDONVILLES Ci· dessus Un exemple typique de d é m a g 0 g i e raciste, utilisée au « profit )) d'un candidat aux élections municipales à Nanterre: Si nous avons des difficultés économiques, si les hôpitaux ne sont pas assez subventionnés, c'est la faute... aux Algériens. Les électeurs, à vrai dire, se sont 'Ilontrés insensibles à cette profession de foi... A droite: C'est le thème cher à « Mi· nute )) reproduit traditionnellement à l'extrême droite. C'est à la faveur de cette aubaine que Tixier-Vignancour espère rassembler sur son nom un pourcentoge de voix dépassant largement celui que recueillent dons les élections habituelles les candidats faslistes ou fascisants. De fait, il réunit dans ses meetings en province des foules relativement nombreuses. Et les 90.000 voix obtenues par ses listes à Paris, aux élections municipales (10 % des suffrages) lui apparaissent comme un signe encourageant. Toutefois, pour le moment, c'est surtout les organisations d'extrême-droite qu'i 1 est parvenu à. regrouper, en leur insufflant une vital ité inespérée. Soutien de Bida·ult, réserves de Poujade Les journaux racistes et fa scistes font désormais régulièrement la propa,gande de Tixier-Vignancour annoncent ces réunions citent sa « tribu~e » (" T.V. Demain ») appellent à le soutenir financièrement. Un problème s'est posé dans les derniers mois de l'année 1964 : quelle serait l'attitude des anciens chefs de l'O.A.S., dont le prestige demeure évidemment grand dans ces milieux, et dont l'avis était décisif ? Or, le bulletin clandestin « Honneur et fidélité », qui « continue le combat de l'O.A.S. et du C.N.R. », a affirmé que Tixier-Vignancour était « actuellement le meilleur candidat ». Le mot « actuelleen tract à Bobigny. La mauvaise foi de ces campagnes, destinées à susciter la peur et la méfiance à l'égard des Algériens, est démontrée par une récente étude de l'Organisation M?~diale de la Santé. Il y a effectivement, dans le monde, une augmentation de la ,~YP!llhs.: l'un ~~s pays les plus atteints est les Etats-Unis (où il n'y a pourtant pas d emIgratlOn algenenne) et la France ne retient pas particulièrement l'attention Pourqu~i . c~t~e recrud~s?e.nce du mal ? L'étude estime : l'efficacité et le prix mOdiqu~ de la p~~IClllm~, la f~cI~Ite avec l~quelle on l'administre, ont éloigné la peur qu'inspirait la SyphIlIS, creant amSI un sentiment trompeur de sécurité. Autres causes : l'industrialisation et l'urbanisation, facteurs importants dans la propagation des maladies vénériennes. Quant au virus raciste ... le feu vert à Tixier-Vignancour. Les seules réticences Qui subsistent viennent de Poujade qui, bien sûr aurait préféré un autre candidat: lui-même. Mais le dynamisme de Tixier-Vignancour et de ses supporters fait que les poujadistes suivent le mouvement général, d'autant plus qu 'un ancien député poujadiste, Le Pen, anime le « Comité Tixier-Vignancour ». Auss i, sa ns revenir sur sa. position, qu'il explique par des considérations de tactique, Poujade a néanmoins rencontré Tixier-Vignancour, ce qu'il onnonçoit le 19 février dans un gros titre de « Fraternité Française ». D'aille'.Jr s, d'autres contacts, plus di sc rets, se sont noués. Un di rigeant poujadiste, René Guyomard, dont les articles racistes paraissent régulièrement dans « Fraternité Française » participe à divers organismes de liaison de « l'opposition nationale lt. Il Ce que demandent les antiracistes Dans une lettre qu'il a adressée le 2 mars au ministre de l'In· . térieur, le président Pierre Paraf souligne, au nom du M.R.A.P. l'inquiétante recrudescence des me· nées néo-nazies dans la dernière période. Se fondant notamment sur les recommandations des Nations Unies, il suggère pour remédier à cette situation les mesures suivantes: ,. interdiction des organisations racistes et antisémites, et châti· ment de leurs responsables ; • poursuites et condamnations exemplaires contre les journaux qui incitent à la haine raciste et antisémite ; • adoption d'urgence des deux propositions de lois déposées par le M.R.A.P. à l'Assemblée Nationale, en vue d'une répression plus efficace de la propagande et des discriminations racistes. .. a pris 10 parole à une réunion tenue le 11 novembre dernier par le « Comité de Soutien d'Europe Action » tout dévoué à Tixier-Vignancour. Plus récemment, les représentonts de toutes les « tendances » de l'extrême-droite, y compris le poujadiste Beau de Loménie, se sont retrouvés à diverses monifestations « culturelles », orgo-

  • Suite page 11.

Louis MOUSCRON. (1) « Le Nouveau Candide » (3 décembre 1964) ajoute même : « Les calculs établis par les gaullistes dans la perspective d'une élection présidentielle ont d'ailleurs toujours fait place à une certaine renaissance de l'extrême-droite, considérée comme un mal inévitable. » l I:; racisllle, lu .réllop"obie, l'alltisémitisme tialls la l'ie q uOlidic/IIIC. Traitez tI/I sl/jel il. Iral'crs pluswllrs exemples et dOllllez l'OS cOllclusions. » C'est un peu ça que Illl! demande Droil et Liberté. Comme au bachot, "ampleur de la ques tion m'cpoU\ante. Je ne pourrai traiter que d'impressions, de petits fai ls. Les termes me résblcnl. SOlmant abs lrail. ils recouvrent des réal ités concrètes. Au LÎne d'un ca rl! de mon quartier où se cotoient ouvriers, employés Cl commerçants, je m'essaie il poser mes quest ions: " Antisemite? ,. - " Ah non, madame, mab je con nais de .. juifs qui... ,. Il Y a souvent un mais, quand il s'agit cie juifs. " Raciste? ,. db-je d'un Inn engageant." Pas moi. Je ne ferais pas de mal à un Algerien ., Pour le .. Françab. je va is le remarquer tout au long de Illon enquête, un Algérien Il'e~I, - COnl r\! toul bon sen~, - pas un étranger; il est d'une aulre race. Quant il :\cnophobe, C'cSI un lerme à proscrire: il n'accroche quc dans l'c:.prit de ccJ'tJ.in ... inldlectuels. Xénophobe, connais pas. Les réactions \"iennenl quand on parle d..: ... drangers. Qui cOlhullcr d'aburd? C'c~t dan, le lralail que Ic,; h()111111C~ ,~. C01ltI:II"ent. ~'aident, s'affronh:nt. \lIou, l'oir 10.', ,yndic:lt~. Des faits ... l'Iu~ieun faih liCIHll'lmt toujours aux lèHe~ des I{eu~ al'aut q\1ïl~ J!'org,ll1i~'Ctlt leur répQlI~e. Le mili taut de 1;1 Cti,T, .,ue lai lU le premier 111e dit, indigué : < Le, Clll111es de,~ tra\'ailleur~ dranger~ n'Qnt pa~ dccarte lit- priorité, , l'ui~ Il park d'une amie antillalsc, I11firl11ii'f(' a Pan", llUI doit ,er~er 30,000 Îranc,' :l de" partlcuher.~ pour Il.lrlager à, tfUis Il1ll' I·hamhn'. Sc !,Iaindre ce serait 1 expuhlon ("t 011 :IIIL'r? )all~ Je quartier des Hutle~-Ch;\ll1nom, (iuyanai, ct Antillah ne ~)I1t 1"" plu, h~'urt'II" : le, hùtd~ refu'-'Cnt de leur 1{J1I~'r 1111'-: picce iL çau~ de leur coulenr ,II' Il('an. l'.nlln, ,ur ,;.a lann~, mon IlIditallt ~'IIJ(lue le ca, d'lin ~\Il\énen Ilui. iut ble,Charles .Iall~ lin atdier ,le sJderurgle. 1·.II~all,,"lallll', II ,k,nant!" l'infirmerie: i ~n chef. Hépon,"\' . < Ce n'('~t 'lue du ",mg :'t la lkll Bd];l. Ft 1'\Ig-érien. ~pontan~'m{'nt I.t, 111'11, C'{·,t Ihl ,ang 'lui ~nt 1}("J1J b joie dt, \il n'. ~ - IL' pen~(', ,lit encore' le eégctl~te, (11Ù1l1 l"àiLlble raCI.'I11l' :lI1l1alg"nen a rcmplacé ranti~émiti'II1l". Tré~ .'Ollll'llt, 'Iuant! un Algérien ~\' l'H'~e11ll' Ù l'emhauc!!l" il 11\' a pas de tnl\'ail pour lui. L'n quart d'I1(';lre plus tanl. 111\ Fr:uu.;ai, ~~. pré.'l'nte l"! OH lui donne ]'emploi. .\ qualiiieatioll ~'gale, le salaire de 1\1g"~ri~'n c~t moindre. S'il CUIllIllet lin crime. ~a natiouahté e~t mise Cil vedette. 1l1ai~ la pre~~e n'a gu':re l'xalte le courage du jClme IIlIlrieT alJ.:"érien qlli au mQi,' de jamier ri~'lua ~a l'ie pOUl' saul'er le~ l~l',al:"er~ d'ulle autom"hile tomhée dan~ la Lys. - Et k, autre, ":·tran!-:"er~? - Oh, la \)()\)ubüoll a'i~l1nile le, l'ortulm tl:\tl' Ilui ref1~te kur l'olonté C0I1111I1111e pour < la ~trictc égalité en l11atiére dl! ~alaire.", de condition~ de tral'ail, de libert':~ ,',yndicaks ct d'al;L11tag-e~ -oci,,"X ., demandant Ilue c soit rapidement mi, fin au ~candale des bidonl'ille, où ,ont parqués UI1 nombre chaque jour plus g"ralld de tral'ailleur,; alf.!ériem· ct g-énéralcll1cnt de' tral"ailleurs immigrés ..... ({ S'il manquc 1111 chef de challtier dan, mon ,ecteur. on refuse d'cmhauchcI' un .\1- gériell ~, Ille dit avee cct accent du -'Iidi (lui VOth ri'chauffe en hiler, lc re,pon~ahle au Batimcnt de Force OU\"Tière que .ie Les Francais Ire beaucoup d'entre eux ont tral'aille six 11101" san,; ètre p.l)"e~. ~ur rédamatlOn oc leur wndicat, ib ont obtcnu le ~alaire minimum, Dans le bâtiment. c'e,t une prauIlue courante chez les pctlt,; J)atron~ < truand, If. Courant aU~~1 qU'Ils n'aieut pas de feuille de congé payé, « Un juif à la tête. _ » J'en a\lprendrai bien d'autre~ :i Boulogue flan, le ocal de la C.F.D.T, OlJ me reç<lil'cnt plusieurs syndicaliste" de~ U~il>C, Henaul!. Tous me répondront alec une franehi~ e totale, Je me ~o\l\'iens surtout de Bose, jQyeux garçon qui travaille à l'a~elier d('.~ picces diverses. et de Bcnoit, outilleur aux forges-fonderies qui a lm l'i,age ardent ct lIeT\"eux, un con~s mince pcrdu dans une hlou~e ~rise. Ici le patron s'appelle ])rnfu;,; et l',mtlsé111itis'ne n'est pas mort. Qua11l1 on discute de la ))Olilique de Rcnault. des gars - !oC oolltroler pour ne pa:; parler de c r~-' tons ,. Un tout Jeulle avoue : c MOI-mc-' me je dis quelquefois les c crouilles ,. Autour d'cux, au travail, on raconte quel les Algériens sont feigna.nts, râleurs, pas francs. Les ouvrières de l'équipe du soir ont (>Cur de rentrer chez elles parce que < lel> Alg-ériens sont dangereux la nuit ,. Au contrôle, en atelier, on en l'CUI à Benoit parce Qu'il prend le parti des Algeriens. Et les Espagnols? Us sont plus nombreux chez Renault, à presem, et les critiques CQntre la l11amd'oeul're etrangère les visent davantage, On leur reproche d'être une masse inerte 'lui Ile fait pas la grève. C'est faux, semble- t-il. Aux ateliers de mécanique genérale où tral'aillaient des Espagnols, ils ont débrayé conune les autres. Lecteu rs de « Minute » Noirs et Marocaill~ sont mieux vus. Pourtam 011 ne voudrail pas que sa fille épouse un 110ir, moin" encore un Algerien. - l'lus de cinquante pour cent de ceux (lUI ralsonncnt ainSI liselll .11l1mU·, dit ""~. Je le~ inlerrOf{e ~ur les logements des étranger". Chez \{enault. AIgénens, Espaglltl'" ct Italiell~ habitèrent d'abord de gralHb' immcuhle~ à dcux par pièce. Quaud Cl'~ b:'ttiments furellt pleins, il ne leur resta plu, IIUC la chambre d'hôtel ruilleu~e QU les piioce~ en sou~-Iocation abusive. - Le~ Fral\çai~ n'aiment p."l'; cohabiter

I\'ce I\eS Ctral1gcr~. Quano les ouvriers ont

ct': IQgé~ d,lllS des oomtructiolls :'t -'teuoonla- Forét. les Français di~-aiellt : < On n'arri\' era jamais ;'1 l'ivre al'ec lcs Algeriens, ~ Benoit hausse le~ epaules : " Dès qu'il ,'aj.:'it d'lm étrang:er !... C'est Il.lreil pour le, Italiell~·. On dit: < Tu ~ais : ceux qui 1l0th Qnt donné Ic coup de couteau en 40. , - Et les Polonais? On racQntait (lU 'ils sont wujours ';"10uls. ]l,loi j'ai travaillé a\'Cc CU" et Ils n'étaient jamais bourrés. \.., penseur "II ,lt"rQU\>C, conclut < Le plu..- ~otll'en t , on reproche aux drangers d'ctre tlne main-d'oeuvre à bon tnarché qui gais ct le,; Andalou, :L Lll·,\ll{ériell' 1~lTce fait bai~ser les s..llaires. ~ 'l\lï'" ont le tt'int h1"\m. ].1' )Mtrollal ne \l'l1r concé.le lIas le, m':lllh clrui" (lU 'aux Frall_ Ç"ai~. /1' flr";1 dt' Krc\ ... />;,r e.~c"'plc. EI1 octohre, Ics IntrolJ~ ,11"a;el1l dl~idé .Iue le.s oUHier~ IJOOrtug;li~ ne del'aient p.l' ,;'as....,cier à une grél'e Ilu "i!llment et il~ (lm pris ot~ ~auctions contre l'eu" Ilui 1'0l1t bite, Un cafe de mon quarlier ... TQUs J>Cl\seJlI .Iue ce SOIll surtout les non·'yndillués Ilui n'aiment pas les elranIter~. I I>! l'ont jusqu'à Ilréten(lre 'lue les AI,It"ériem ont un 10,lt"Ctllent prioritaire. Bo'<C 11rOteste : - ':t le S.LI< .. le ~yndicat indépetl(lant? Il Ille 1110ntre un tract du svndicat inde- 1K'1l lal1t des tNines RCTlault où je lis ces IIlOh : < 1-1 maill-d'oeuI"Te étrangère est préfér':'C aux Français par la oirection. If Et plu~ loin : < S'i l plait à certains 'lue L./\ FRANCE DE\'!I~~NE UN DEPOTOI\{, 1I0llS ne so111mes pas d'accord Jl<'Ur que la ré)::"ie I<CTlault le devienne aussi. ~ - Les noirs? - \'ous Il',I\'ez pa~ \"lI le,; murs du métro, i\ Strasbour/{s-Sainl-Dcnis, on l' lisait : < Les ~égros à la j)Orle! ~ t\ la- Nation, c'était: < Nél;"ros, go home! ~

\Iais au s}"ndicat, le Secours Populaire

de -'Iontreuil a donné de,; vestiaires :IUX noirs parce qu'jJ~ souffraient du froid. ])au ~ la région II."lri~ieIl11e, un Algérien c,t liCl'ncié de son el11ploi; ~e~ catllarade~ français Ont fait grève ct ohteuu ~a réintéf.!ra tion. Fait plu ~ important encore : .U6 rel)fé~\!ntants de, ouvriCr> al!-:"erielh et françai~ se sont réullis cn juill dcnlier Cil ulle couférence llatiollale: ils out ebhoré ensemble Chauffe ur agressif Le Hi avril 1963, vers 7 heures du matin, M. Bromberg, artisan tailleu r, arrive avec sa voiture iii son atelier, rue du Pont-aux· Choux, dans le troisième arrondissement. Par chance, Il y avait juste une place du bon cOté du lrottoir. M. Bromberg engage sa voiture, termine sa manoeuvre lorsque surgit un grand énergumène nommé Cadiou, qui lui intime l'ordre de « fou· tre le camp • - C'est ma place, dit-II. - Comment votre place ? Interroge M. Bromberg, je ne vois pas votre voiture, - C'est ma place, répète Cadiou, ma vol· ture est du mauvais COté, ct j'al déjà une eontravenllon, foutez le camp, Il n'y a pas de place pour les juifs, IcI.. M. Bromberg, Qui est âgé de 55 ans, et Qui fi été déporté iii .... uschwltz et à Dachau où il a perdu tous les siens, est Invalide à 100 •• et a sur sa voiture le panonceau « G.I. G .• (Grand Invalide de Guerre). 11 dédaigne l'injonction et nnlt de garer sa voiture. .... lors Cadiou, furieux, ouvre la portière, s'empare de la clef de contact, arrache M. Bromberg de son siège et se met iii lui asséner des coups de polO( en préférant de nouvelles injures antisémites, La scène avait eu deux témoins. Mais avant 4ue ceux-cI eussent le temps d'in· tervenir, survint un automobiliste, qui s'ar· rêta et s'adresunt iii Cadiou, s'écria : - Vous n'ave, pas honte de vous atta· quer ainsi Il un ~'Ieux et d'Insuller les ju1f.s, Si \"OUS VOulez l'OUS battre avec un Juif, alors je suis là ! Plus grand que le jeune homme, Cadiou joins en~uite au téléphone. II m'inl'ite :'t une reunion de son comité mtersyndical qUI groupe aussi les lI1dllstrie~ Ju bois, de la ceramique, des meubles ct ou carton, métiers ou excellent ESP.ll{lIols ct Port ugai~·. lei, un militant portu,lt"ais proteste au nom Je ses compatriotes. A l'embauche, ils étaient. récemment encore, enl'oyes en France 11l0yelll1ant deux :i trois cent mille francs lJar des marchands d'hommes. Il a fallu de l'il'es protestations I>our 1111 'i ls soient acheminés P.lr l'Office (l'Immigration CI ! lrotéKes l"lr un oontrat. S'ils u'ont IhlS eur carte de travail, ils la paient Cil1l1llante mille francs. Dans l'Al1ier ct dans la Niès'éiança sur lui, croyant la part:e gagnée. Ce rut rapide ... Cadiou s'écroula au sol. M. Bromberg porta plainte. Cadiou fut inculpé de violences volontaires mals relaxé au bénéfice du doute, malgré les nombreux témoignages. M. Bromberg fit appel. Le 19 février der. nier. son avocat, M' .... rmand. Dymenstajn, secretaire national du M.R ...... P. obtint pour M. Bromberg 500 F de dommages et intérêts. '!t la condamnation de Cadiou ft. 15 jours de prison avec sursis et ft. 1.000 F d'amende, La voix inhulTlo ine Madame X., Française des .... ntilles qui travaille actuellement dans une clinique, après un an d'internat clans un hôpital de Paris, a sollicité un poste au Syndicat de la Chambre Française qui lui donna l'adresse d'une clinique ft. Champigny, 17, avenue de l'Epargne. Voici le dialogue téléphonique raconté par l'intéressée eHe·même : - Avez·vous un poille VIlcanl de sage· lemme? - Oui. Eles·vous Française ~ - Oui. Nouoelle con!:ersatIO'J téléphonique le len demain tNur précUer que fh,,:, Française dell AntIlles. RtpOnse de la directrice à cette :orécision : - Non je n'embauche que des Françaises, - Vous Jaites du racisme. - Oui, je lais du racisme. - Moi qui pensais que cela ex;,,~alt en Amérique .. mais pos en France La conversation s'est tcrm::1ée lâ disent : < II y a un juif à la tète ... Drcyfu~, c'est la juiverie ... Les juiî~ ont toutes les places. Des arrivistes! , Beaucoup de commerçants juifs sont installés al'CTlUe jeanJaurès. Certains l'appellent < boulevard de JérusalCTll ,. Ouelqu'un eWlque les licenciements collecti(s de 1Q60, Parmi tes cadres supérieurs. on murmurait : < Oui, on fIOulaH attendre ça d'un juif. ~ le demande queHe eSI la ~it uation des Alj.:'é riens, Ils sont nombrcux, .!.647: 2.622 ,l'el1lre eux touchent un salai re horaire. Dans le,; a teliers, 011 les a ppt'lIe crouilles, crouillats, bics, bicots, ratons. :'\Ies interlocuteurs recOllnaissent qU'CU,'l{·mt'mes dOl\'cnt Des mic: robes bie n de chez nous .. _ Le « Canard E:Jchalné 11 du J mars 1965, t:lte le cas d'un Algérien atteint de s::lcose Qu'une assistante sociale de Vltry-sur·Selne s'était chargée de faire aclmetlre dilns une maison de santé. Elle s'adresse à trois établissements sp~· eialisés. Deux l'informent qu'Ils sont corn· piets. Quant .. u troisième. qui est situé iii Mont· louis (Pyrénées Orientales), voici ce que son directeur répond .. L'cxpérience déjâ longue que nous avons de ces malades nous démontre réflUllèrement que leur présence dans un établissement est lncom1Jlltlble avec le ~tanding d'/Wspitalisa· lion qlle nous essayons de donner Il: nos clients. fi Nous sommes tllidemment â votre en· tière disposiUon pour recevoir les malades l'uropéens, que vous voudrez bien nous adres· ses et pour lesquels nous nous ellorcerons de procurer une excellente hospitalisaUon Il « Hi tler avait raisan ! )1 M. Samy s, est directeur d'une usine de meubles iii St-Pierre-des·Corps, près de Tours. La maison qu'il dirige exposant au Salon du Meuble, à la POrtil de Versailles, le 24 janvier 1965, il se trouvait avec un groupe de fournisseurs et de t:olJaborateurs près de son stand, lorsqu'il crut recO:Jnaltre dans la foule, une personne, qui se promenait, d'a,u· tant que celle-cI le regardait fixement.. S'a· vançant pour lui tendre la main, iii sa grande stupeur, il s'entendit insulter par l'homme Quand je !es (Iuitte. ils souriCTlt comme pour s'excuser: < Toutes ces choses-là, 1I0llS, 1I0US ne les (>Cnsons pas, mais il faut hien dire ta vérité. , II: Cue illir » et non accueill ir Je trouverai la même franchise chez Ileau. resl>OlIsable il la J.O.c. des c )::"rants ,. Pi- m,- qui, accompagné, d'une femme et cI'un Jeune homme, chen:.ha.lt visiblement à créer un scandale : _ Je ne serre pas la main à 1/n salaud, c ria l'individu ; tu n'es qu'un sale juil, lu camps de concentratiOn 1lO1It bientflt revenir, et nous rno: le manquerons pas ... Hitkr avait raison et n'en a peu bousilU QUel de tOn espece,.. J'aurai ta. peau el cel~ de Barrère » (le directeur du personnel). Il s'avera que le fils de cet individu avalt été congédié A. la suite d'une faute grave. M, S. a porté plainte devant le prot:Ul'Cur de Tours, pour injures publiques, diffamation et menaces de mort, Les ignores ... Un ami nous fait parvenir une coupure du Bulletin du Syndicat National de l'Ensel· gnement Supérieur (n" de mars 1965) qui relève aVe(: indignation dans K Rennes Na· tlonallste Il, organe de la Fédération des Etudiants Nationalistes de Rennes, ['entrefilet suivant: « Les assistants de M.P.C. se plaignent de l'incapociU de Monsieur Be d enseigner l'algtbre moderne. Les élèves se plaignent de ne rien comprendre au cours et le$ assldant3 doil--ent relaire le ccurs. BA. ne pourralt·jl pas avec Iles congénères noirs. aller meubler la splendide université que nous leur avons poJJé à Da1w.r et qu'il dé· serte ~ Il Or, précise le Bulletin du S.N.E.6. le cours cie M.P.C. que fait M. BA. ne comprend pas d'algtbre, moderne ou non. D'autre part, M. BA. est un ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure (1956), agrégé en 1958, ct vient de soutenir une thke bril!ante. sont-ils racistes 1 • - Tout le l>a)":. e~t raciste, dit Pineau. On cherche la main-d'oeuvre, coulent de la < cucillir " et nOIl de !"accueillir, pour faire les travaux dom le~ FrançaÎs ne veuIcnt I)aS d.l1lS la sidérurgie, les mines, le bàtiment. On bouche les trous dans les poste~ difficiles en ca~ant d~ élrallger~ qui ont faim de liberté et faim tout court. Si nous continuons dans cetle voie, bientôt nous rcsM'mblerons aux racistes américaÎns, Dans le, trains .et d,HIS le~ métros, les gen~ refuscnt de s'asseoir près Je,; Portugais, des Espagnols ou oe~ Africain~. Pineau a travaillé dans une petite usine de carrosserie, Sachant que son p.ltron cherchait Ul1 o\lITier, il lui amcna un ami algé- PAR Nicole de BOiSANtER-DUTREIL Nlcote de Boisan,cr·Dutreil, écrivain et journaliste, est née il l'a ris de père français et de mè· re amé ricaine : elle est licenciée en Droit el dill lômée d'.:tudes SUI)é rleures de Droit public. t :Ue a fait dc nombreux 1' 0y""· g/!!l dans la lilus )l"rande parlie de l'EuroIJe, Cil U.n.S.S., anx U.S,A., au Brésil, en As ie lUineu· re, Cil E~ptil, au Maghrcb. l'n Atrlque Noire, où ellc a séjour. né dlUIS une mine de lIiamants, Elle a tradull de nombrew.: ouvrages a~ l ais et est l'auteur Ile !lb: romans lIont un il parallu; prochainement chez Gal. liman!. Membre du 8ureau National du In .RA.I' ., elle collabore rêp. l1~remelll 1\ « Droit et Liberté •. ricn. Refus inuuédiat à cau~e de la nationalilé de l'ami. II accomp.lj.,'1ta aussi des Alg~riens à la recherche oe chambres. Bientôt il se jlréscnta tout seul pour les obtenir. A la J.O.c. même, on dOit faire pression sur les Frall.;ais l>our faire admettre les Algériens comme militalll~ ;i Il.lrt éKale. Les bidonville~' d'Algerie tant décriés sont plus confortables Que les nôtres. Bien des noirs couchent (Jans Iles cave~ ct dc~ ,lt"reniers où il ~ ne lJeU\'ent II.'\S ~\! mettre debolll. Juive ou ... Amiénoise? Prctre diocé,ain de la missioll Pax Christ i, le l'ère Aubert considére lui aussi que l 'ho~tili t é li l'étrangcr e,'1 \1n des probl': llles le~ plus /{Tal'es Lie notre e!>O'lue. On sc méfie oc ce qu'on ne connaÎt pas. 11 faut lutter L1ès sa source contrc un pre jugé instinctif. Dalh unc en(luéte, des écoliers de Vienne, dans l'hère, avaient ,i préciser s'ib ,ullleraient al'oir pour camarades toute une ~é rie d'enfants ctranger~. Sur cette liste. figuraient les Ca rolien ~, I>cuple im'entê J)ar les enquêteurs. Or, ;'1 72 %, les Carollcns furent ceux (lue les enfants souhaitaient le Illoin~ al'oir comme condisciJlles. A Nom'ille, IlCtit l'illage aux oonfin,', de la Normandie CI de la Picardie, deux CTIquêtetlrs arri\'el1l; I"un \'ient VOtlr le compte de ]'U.~.E.S.C.O. -'I.:fiance de la POilUlat ion. RCTllar(]Ue,; de~ ~ou\'il1oh : < Ils vicnnent au nOI1l d'un trllc international. C'e,t les Ru~-.e~ Ilui sont " interllational ~. Ce~ J,r:1.rs-hi, c'e~t l"oeil de -'Io~cou, , Et puis: < L'U.N.E,S,C.O .. c'c~t l'O.N.U .. et tout ca c'e,t de .. ' hi~toircs d'étrangers. Il v en a trol) en Francc, C'c~t ça qui donne tant d'espions, • A Nou\'ille égalcment. on di&lit d'une femme : < ("e,t une juil'e, mais c'est une bonne juiw'. , Or il s'agi~sait 'J'une Amiénoise. Seulement elle avait le teint mat et les che\'eux noirs et elle n'était pas de NOUl'il1e. < L'E!-:"Ii~e combat tous ces pre jugés, me dit le l'è re 1\111>crt. EUe e~t hostile à la sé,lt"réf.!ation, Au Concile, le~ él"è'lues SOllt de totltes les races et le~ él'êques d'Afriquc dénoncent le racisme, NOliS arril'ons à agir sur les fid~les. '" Il 111e <:CtIlbie plus optiJl1i~te (lue ce curé de :-J anterrc Qui refusa de me p.uler de ~"eS ouailles, sc méfiant à juste titre des indiscrétion de, iournalistes, Il me raCOllta ~ulement Ilu'au moment de Noël, beaucoup de 'C~ paroi~'Siens fermèrent Icur fIOste de telél'ision à l"heure d'uue certaine émission. ~Iotif . elle s'allpclait c Verts Paturage~ , et ih eonnais"-aient II' film du même n~)!n où Dieu l't se'l s..lints étaient représentes comme noirs, Elle est noire_ .. L'cx)ll!ricnce Je :'oille Baboulêne, instit}!- .\1.i..~ l' - ' mai~ plus ~ublilemenl. Son ":cole e~t ft la porte de Clignancourt, On ne manque P.1S de lui dCTuallder : < Est-ce bien îr~luenté?

';'y a-t-il Jla~ trop d'Algériens? ~ Elle

nOie Qu'a ce:. 11I .. lIIe~ AIKerien~, ccrtam~ de ses coltègue,', rç\lrochl!llt leur religIOn et d'avoir beaucoup d'enfants, Ue~ collcs:ue~ disent aussi : c BC:!I1COUIl d'enÎanls Juib chez \"ous '. ou < Celui-là, c'est UI1 petit juif ,. l'OUI est t'JI IIUaI1CC~, mais Ila~ touJour~. Elle me ci te le~ Jlarole~ 0'1111 profcsseur oc philosophie a ses élc\'e~ : < L'affaire Dreyfus, c'est COLUme l'aff:ure .\Iarle Be,;nard, , Et cc del'oir d'une élèl"e intelligente de 14 ans oll élie déclarait qu'i l l' a effectivement des sou~-honI111es Cl qu'li c~t normal (Iu'ils soicnt sou~ la domination d'hommes supérieurs, Enfin le 1110t d'une petite fille; cn début d'année scoliLire, elle demande à son professeur d'un ton offu~( Iué : < N'est-cc l)'lS, Madame, que VOliS' n'ête~ pa~ AI,It"éricnue? ~ Chez les {>l'tits dont -'"le ijal>Oldclle ~'OCCt1 llC, nul racisme. Elle a dans 'a c!as<,C une enfant 110ire, brillante et drule, (lui e,t l'idole de ~es camarade~. ])an~ la (Jrc~~t' (JIIotidicnne, Wllt 6t n\1ance~ al1~SI. ~lJIe (;uillaumin, ~iologtle, y iL ~tudié lc~ Jlréjugé~ raciaux Cl le chau\ ini,me. Ue terroriste.', le,', .:l.lgcriells SOIll dans le~ Journallx de\enm de~ fellagas. rlli~ le F,X,L. 1-'\ guerre f,"st finic, mai~ récemment 1111 film d'illfonnatiOIl leur oOlme eucure ce IWIll. Ce n'est 'lue \Iepuis J?Cu (lUe le gQUl'ernement l't le~ IlCr,-onnalites algerienne~ l'oient IC11r n011l préct.~lé ou terme monsieur, L'aT1tisél11iti~me c~t timide. deRuisé

le5 Fran.;ais n'om P.1S JJeT\lu la

mémoire des camps nazis. ~OI1S !>'lrlolh de~ noir~, Au pas:.age, -'Ille (juil amnin Ille décrit des hôtels qu'elle a Vtl~. llih 1< hot('\,; pour Africains ~, Anl! esSth ,les waters :l la turque, des couchette, étaiellh aménagées Cl chacull payait sa place ').000 frat1c~ p,lr mois'. Puis clic me rappdle \111 interl'iew de la presse film":{· au moment de la Call1\lil/{ne GohlwaterJoh~ oJ1. On (llIe~tiol\lle p u~iellrs blane~, ellsuite lUI lIoir est imroouit ~lr ce~ 111()b : <Et nou, avons' tenu mISsi a interro,lt"er \111 noir. ~ Elle nOle que la Jlrc . .,~e titre SOI1\'ent sur le < Ilroblème 110ir , aux Etats-Cnis. Pour'luoi llOlS le problème blanc-noir? L'hostilité aux noir'l, :\Ime C"andiani. hien connue I>our ~e~ émissions ,j la têléù~iol1 , l'a l'ue se m'LI1ifelser. < A l'O.\{.T.F., dan~ Ic Iravail. la (Itlestion ne se pose janlai" '", dit-elle. Elle sc reprend : < Si. ulle foi~ j'en ai éle fr:l.l)IX.~, C'était au tcmps où il v avait cncore des Illantons dans lïmmeuble. mais nul contrôle des ,'isiteurs. Le planton mc télellhone : < Cne noire l'OUS demande. Petit-elle monter? , - < Oui. bien ~'\!r, l)Ourquoi 1),1 ~? ~ _ < Elle est noire. , C'est il son domicile "U'II11 technicien guadeloul,cell oC l'O,R.T.F. a eu des ennuis. Il habitc un appartelllelll dans les grands ensembles de Sa rcelles. Quand la télévision a montré des massacres oc blancs au Congo, il a troul'e en rentrant chez lui les pneus de ,~a voiture neuve percés. Des vois111s le nar!-:"uaient a ux fenêtres avec ce commentaire : < Ces S<lUl'a,lt"es, ça les apllremlra à \'cni r chez nous. ~ « Question de peau ... '/) JUS<lu':'t pre ~ellt. I),u la moindre trace de racisme chez CCliX IllIe j'ai interrogés. -'le voici aupres d'un employé superieur, d'un < cad re d'industrie ~ dans une entreprise de travaux Imblies. C'e~t le p.lTfait aryen des rêves nazis : !-:"rand, blono, l'oeil bleu, le teint clair. 1_1 discussion s'engage p.'\r hasard sur la )lièce fi Andorra , qui flétrit l'antisél1litl~l1Ie. c \1 y a là dcdan~ une Ilhrasc très l'raie ~ur les juifs " Ille dit-il. < Un dcs personnages lcur rellrochc de donner 111:1111':115(' conscience allx autrc.s, • On est mal Ilayé lil\llS un métier dur .... Je lK'n~(' cumme lui. , Le per~1mlzaf.!e en (Iue~tion était lin tartuffe. Interrogé Mir les Algêriens et ~lIr les noirs, Illon c cadre, rél)Ond Il'Lm ton froid : < Pour moi, ~ellls le, faib comptent, ct le fait i..'SloCntiel c'est la réec~~iol1 ecollomique. :-Jou, couron~ an chômage: il faudra re'itrcindre, ~inOI1 supprimer l'llllmigratiOlL PonrqnQi le, Français souffriraient-ils pour les I>caux )"el1x de Ben-Bella ? D'a11lre~ re~trjctions ,,'imI> o~ent :" nOire ':conumie Illcnacêe .Ie crise : nous del'ons ri-duire sinon ~\Ipprimer l'aide aux Jlal'!' africain~. Ils ont \"oulu ctre libres

IIU II ~ se débrouillent ! Il A brillepouT(

JOOint. je lui demande : c Que feriez\ ·ous si \'otre illlc ('flOusait un noir 011 un AIgériCTI ? ~ - < )'iutcrdirais le mariage, ~ - c 1'01lTlj1101 ? ~ - < Qlle~ti()n de peau. ~ dit-il ~echement. Il n'e~t pas le seul ;\ ~\!l1tir ain~i. Je l'ai~ m'en apcrCCI'oir encore dal'alltage à present Oll ie P.1S~C Cil Iludllue sorte (le l'autre côte de la b:l:-rière. Ilu cùté IleS I"ICtimes et non plus dc, témoi ns. Un étuoiant de la FédératiQn des l ~t lllliants d'Afrique ~oire Ille dit : u Dam les Offices de loge- 111Cllts ul1i\"(r.,it.lire~, les fidlcs remplie, par le~ propriétaires privés offrant (les chambrcs aux étudiants portent IIIle mention leur demandant ~'ils acceptent de loger Lies gens dc CQuleuT. l'[ns de :;0 '" d'en trc eux répondent Il<Ir la llé!-:"a t il'c, , Je le (IUeStionne sur le,; 10l:"emO::.l1 ts des Otlvr;ers noirs ct il me parlc de cct hôtel. :I\'elltle Sté{ lhane Pichon oÎl le~ lits ne rcfroidis~ent pmais. L'&luipe de jour remplace celle de nuit et unc rotation IlCTJJoCtuelie s'il1.tlt\le. Les habitants de la rue se plaignent du bruit ct "culent faire expulser ces travailleurs. Oll sc relogeraient-ils ? En prol·inee. les noirs sont-ils mieux reçus ? Pas cet étudiant call1erOUllai~ (lui tral'aille ;i la Facultë de Bordcaux et qui risque de se troul'cr S.lll~ UII ~oit. Cn de "es camarades françai~ Illi a relenu une chambre. Lors'lue Je jeune Camerounais (Photos Elie KAGAN) s'y pré'énte al'ec lui, la IQl:"eu~e dit : < \'ou~ al'ez retenu Ulle chambre pour un étudialll, Il.1~ l)Our un noir, , Cn autrc noir, Illcin d'hullIour a fait un délicieux pied oc nez ail raci~1Ile. On lui de1l1,II1de en (>Ctit nC.(~Te : c \. ous y en a longtemps ctre en France ? Il Il répond trc~ (Iouccmellt : < ;\Ioi Y en a p.ls~e bac<\ Iauréat l't présente licence Je Lettres. ~ Dès qu'on s'éloigne du Quartier Latin ... Les étudiants algérien~ ont-ib phl~ oe chance ? -'le l'oici oans 1\11 café animi: du Quarlier Latin parmi un ,lt"roupe de gar_ çons au teint frais, aux l'isages éclatants de jeunc~se, Sauf un élève marocain du Conserl'atoire de musique, ils sont tous .r\lgerien~'. Rien ne les distiug"ue de leurs call1arade~ aS3i~ aux autres tables. Ecoutons IC3 : - Je prepare 1111 diplôme de sociologie. J'habite le 16", place de -'texico. La conciergt: refu:>c de rece\'oi,' mon courrier. -'lais ce Ilui me choque le plus, cc sont les inscript ioll~ iujtlrieuses dans le métro et d,\I1S les \\'.c. unil'e rsitaires : on nOliS traite de I>ougniollles, de ratons. - -'loi j'ai récemmcnt été bousculé dans le métro Lu.<czubourg. Je me retourne. L'homme qui m'a\'ait houspillé dit: < Tu n'cs P.1S content ? ~ Je rél>onos que si j'en f<lisais autant, cela ne Illi plairait pas, < Eh bien, oit-il, si tll ne l'eux Ilas etre bousculé rentre dans ton pays, )0 - Je cherchais un logement. Lc C.O.P. A,H .. organi,',-ation étudiante, me Jonne une adre~-,e. J'y I·ais. 1~1 logeuse me dCTl1ande comment je Ill'appelle. < Ilamara " dis-0.e. Et elle reprCTld d'un ton hostile : < Un Arabe? , J'épèle mon nom. Elle dit précipitamment < Quel(IU'UII est ocjà passé pour la chambre. , - ,\tes camarades étudiants ne font pas (le différence~. -'lais dès qu'on s'éloigne du QU:lrtier 1:..'\tin, on se sent I>crdu, Dans le métro. il )' a des yeux haineux, dès qu'on parle arabe 01\ 'lu'OIl lit un journal alge_ rien. On e,t regardé comllle un animal du zoo, Dans un restaurant, rue Descarte~', on a refusé de nous serl'ir. Dès l'a r rivée en France A la Bourse du Tral'ail où ie rencontre .Ies tral'aillel1l'~ algériens l'en us exposer l e\lr~ difficultés à leur délé,lt"ue M. Voukaua, je slIis encore plus émue parce qu'ils sont plus demunis. Un ouvrier d'une usine (le caoutchouc Ille dit : - Nous sommes mal pavés. Beaucoup d'cntre nous ne trOUI'ent P.1S de 10,lt"elllents et couchent dehors. Les hôtels refusent de louer de~ chambres aux AI,It"ériens. - Les chefs sont as,',ez durS', enchaîne t111 jeune chaudronnier. Ils nous prennent pour (les bêtes ;\ l'usine ct aux prud'hommes, j'ai un ami :'orarocain qui dOIt changer tous lei soirs oe chambrc, :'oroi je 10g"e .Ians le bidoTl\·ilJe parce qu'uTle chambre de It.L.:\1. introtll'ahle coùte 1';.000 francs l),lr 11l0i~. Dans les hôtl'Is, on couche dallS les eoulQirs ct les camarades attC'lldent votre départ oour preudre l'otre lit, - :\Ioi j'étais chez Kléber-Colombe!;. Un Oln'rier m'a traité dc s..lle fellaga. je l'ai ......... '. 1, w ~' i , 1 B VOUS! AVEZ-VOUS votre carte du M.R.A.P. - 1965 ? Si oui, avez-vous tenté d'en placer quelques autres autour de vous, parmi vos parents, vos amis, vos relations ? Ces questions, il est vital pour nous de vous les poser, amis lecteurs. Et si vous n'avez pas fait encore le nécessaire pour y répondre positivement, c'est que vous n'avez pas pleinement conscience du rôle que vous pouvez et devez jouer, oui vous, dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Cette lutte" puisque vous lisez ({ Droit et Liberté )}, vous la savez nécessaire. Peult-être n'avez-vous pas assez. réfléchi à ce que peut coûter l'impression de ce journal, que vous avez entre les mains. Ou l'organisation d'une conférence ,publique. Ou bien l'édition d'un tract répondant à ceux de nos adversaires. Ou encore la préparation de la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme' et pour la paix, qui mobilisera, en mai prochain, l'opinion dans notre pays. Oui, vous. Les antiracistes ont besoin du M.R.A.P., en ce moment plus que jamais. En retour, le M.R.A.P, a besoin des antiracistes, de tous les antiracistes. Envoyez, dès aujourd'hui au M.R.A.P" votre subvention annuelle. M.R.A.P., 30, rut) des Jeûneurs, lParis-2". C.C.P. 14- 825-85 Paris.

PAS QUESTION LE SAMEDI J'ai vu le film « Pas question le samedi », Il est amusant et anodin. Il ne pose pas de questions et ne peut servir à personne comme base d'une propagande raciste. En effet, le ridicule ne tue plus, mais il est encore dangereux, et ce serait se couvrir de ridicule que de vouloir le prendre pour argument de valeur démonstrative. Par contre, votre article pose le problème d'une susceptibilité un peu exagérée. Il eut été possible de dire bien d'autres choses dans ce film. Il est vrai que l'intolérance religieuse règne en Israël. Il est vrai qu'il n'est pas possible d'être Israélien sans être Israélite. Il est vrai qu'un livre raciste est paru en Israël « La révolte ashkénazite » et que nous attendons avec impatience qu'il nous en soit parlé dans ce journal et c'est urgent car il s'agit ni plus ni moins que d'un affrontement raciste entre Ashkénazim et Sépharades. L'antiracisme ne peut être que total et doit combattre toutes les formes de racisme. Mme H. BOURGEOIS Cachan AU COURS DES SIECLES Rendant compte d'un débat organisé par l'Union des Etudiants Juifs de France sur le conflit israélo-arabe, votre rédacteur signalait : « l'effort louable du professeur Rodinson pour situer la question dans son contexte historique... » Il me paraissait justement que cet effort n'allait point au delà d'une certaine époque historique, et que présenter le sionisme comme la manifestation d'une « nationalité dialectique » résultant de persécutions antisémitiques, et le retour à Sion comme un simple exode de réfugiés analogue à celui des AlsaciensLorrains allant, après 1870, chercher asile en Algérie et s'y installer comme colonisateurs, c'était' ignorer l'aspiration nationale juive qui va de 135 après J.C. - date de la dernière révolte juive contre les Romains - à l'époque moderne. Cette aspiration nationale est indépendante de tout mouvement antisémitique, et a fort bien été exprimée au cours des siècles, en particulier par la liturgie hébraïque. Elle est aussi valable que l'aspiration du peuple algérien, après 1830, à ne pas perdre son identité malgré la colonisation, les tentatives d'assimilation ou d'intégration, et la dispersion dans le monde d'une partie de ses fils à la suite de la guerre qui endeuilla ce pays. Certes, il y a dixhuit siècles de bannissement d'un côté, un siècle et demi de colonisation de l'autre, mais ceci ne change rien à l'aspect qualitatif des événements. Il est certain que si la répression anti-algérienne avait été conduite de la même manière que les Romains en usèrent à l'égard de la nation juive, si le peuple algérien avait été dispersé et déporté, arraché de son sol, le retour en Algérie aurait été un des thèmes essentiels de l'existence algérienne dans le monde. C'est cette légitimité remontant à l'antiquité que M. Rodinson n'a pas cru ou voulu voir dans la revendication nationale du sionisme, et c'est pourquoi je dis qu'il n'a pas situé la question dans son contexte historique, contrairement à ce qu'écrivait l'auteur du compte-rendu paru dan s « Droit et Liberté ». J'ajoute que les conditions de vie précaires qu'ont connues les juifs pendant dix-huit siècles dans les pays de Diaspora ne permettent pas de considérer l'aspiration au retour à Sion comme la rr.anifestation d'un nationalisme chauvin et exacerbé, mais comme le désir de retrouver les conditions d'existence normales de tout peuple attaché à son identité et à sa culture. G. SLAMA, Bourg-la-Reine LE SCHEMA SUR LES JUIFS Je suis assez étonné de la satisfaction unanime exprimée à propos du « Schéma sur les juifs », dans un de vos récents numéros, par les représentants des différentes confessions chrétiennes, étant donné la minceur et la qualité douteuse des résultats que l'Eglise Romaine n'aura acceptés qu'à la suite de nombreuses tergiversations

au contraire, les réserves

exprimées par M. Ernest Kahane me paraissent parfaitement fondées. S'il est vrai que nous pouvons nous réjouir de l'ouverture d'esprit que dénote l'adoption d'un tel texte par la très grande majorité des Pères Conciliaires, et si nous pouvons être reconnaissants à tous ceux qui ont travaillé dans ce sens, comment, en tant qu'homme et en tant que chrétien, ne serions-nous pas honteux et déçus de cette maigre victoire, qui n'est peut-être qu'un refus de reconnaître notre défaite! Quoi, après tous ces siècles de « vexatio » et de (( persécutio », l'Eglise Catholique, pourrait se contenter de réaffirmer, non sans hésitations d'ailleurs, un certain nombre de vérités banales qui ont, en principe, été toujours siennes au cours des âges et voudrait se dispenser d'examiner en quoi elle est responsable de çes persécUltians, tant par ses silences que par ses attitudes intolérantes! C'est pourquoi nous avons le devoir de nous interroger: est-ce un premier pas? ou est-ce une occasion manquée et une échappatoire? un refus de reconnaître ses responsabilités et, par là, de chercher les raisons de cette intolérance criminelle et les moyens d'éviter un retour de ce climat de mépris et de haine? Il serait illusoire, en tous cas, de croire que parce que le peuple juif a été officiellement déchargé de l'accusation de déicide, un. grand pas en avant ait été fait : ce genre d'argumentation aussi méchant que stupide fleurit avec une extraordinaire facilité dans les espri ts sectaires et racistes : ils ne sont jamais !embarrassés pour justifier leur attitude inhumaine et abuser de la crédulité des masses. Le passage le plus intéres- Les Fran~ais sont-ils racistes?

  • Suite de la page centrale.

frappé et ?n m'a mis à. la ,Porte. Je n',aurais pas du le faire, mais J etais en colere. Harcelé sollicité de tous côtés, M. y oukana s'oc~upe de chacun, plaisantant l'un, grondant l'autre. Il veut bien me recevOIr. Je n'oublierai pas cet homme depuis' longtemps grand-père, mais bouillant d'activité et de sympathie. . . Depuis l'indépendance, dIt-d, le sta~ut des travailleurs s'est agravé. Chez certams patrons l'attitude est réflétée par ces mots : « A vous de vous débrouiller maintenant que vous êtes des étrangers. '> Les difficultés commencent dès l'arrivée en France. On est refusé à l'embauche avec cette phrase : (( Retourne~ voir vo~re Ben Bella. » Si on est accepte, le S'alaire est maigre. Guère d'espoir d'accéder aux emplois bien rémunérés. On est manutentionnaire ou manoeuvre. Le plus grand nomb!, e d'employeuys re~use d'utilis~r à, ,son niveau CelUI qUI possede le certIfIcat d etudes ou de formation accélérée. « J'ai besoin de manoeuvres, » disent-ils. L'Algérien cotise comme le Français à la Sécurité Sociale, mais n'a pas les mêmes Allocations Familiales. Pour une fat111 lle de quatre enfants, un Français touche 293.4~ francs par mois et l'Algérien reçoit 1.16,09 francs. Ce n'est pas loin d'une moitié en moins. Les allocataires algériens dont l~s familles sont restées dans leur pays ne benéficient ni du salaire unique ni des Allocations prénatales et de maternité. Quand bien même l'enfant naîtrait en France, la naturalisation parentale est exigée pour toucher la prime à la ~ atalité. . . Et la retraite. ce salaIre normal du VieIllard ? M. Youkana me raconte entI-e autres les tribulations de Mohamed Kelfhoun, employé depuis dix-huit ans à la préfecture de Dolice qui atteint 65 ans. DepUIS 19:3.1, datê de son immatriculation à la Sécunté Sociale, il n'a jamais cessé cie. trava:Îller, mais les services publics de la Seme eXll:;:ent f::o rtnt'1r!l1;,=~t;()n nnllr 1111 "P1",pr C;:~ OPl1'lon . On est mal payé dans un métier dur, souvent salissant et d'ingereux. Ici M. Youkana me rappelle l'accident du boulevard Lefèvre. Sur un chantier du bâtiment où les règles élémentaires de la sécurité n'avaient pas été ob$ervées un. immeu)lle s'écroule, enseveli ssant une c1l1quanta1l1e d'ouvriers, en majorité Algériens. Comme des bêtes dans leurs caves Ils sont nombreux dans les entreprises rie produits chimiques, notamment chez Francolor, à Saint-Denis. Ils manipulent des acides et des produits toxiques qui en font des candidats à la tuberculose, d'autant plus prédis'posés aux maladies que les conditions de logement sont déplorables. Un grand nombre d'Algériens vivent à 6 ou 7 par chambre. Pour en trouver une il faut la louer non au mois, mais à la nuit en payant 12 à 14 F, car la location mensuelle comporte au préalable le versement cl'un « dessous_ de table » trop lourd pour la bourse d'un ouvrier. Certains d'entre eux vivent dans des foyers. Les gardiens sont des militaires retraités et la discipline est militaire aussi, sauf si J'on donne un pourboire. On ne pénètre dans le foyer qu'avec un laisser-passer délivré par l'employeur. Seule la police peut y entrer jour et nuit. Reste le bidonville où l'on s'entasse. L'Algérien fraîchement débarqué à Paris et sans toit ne jouit même pas de la tolérance faite aux clochards. S'il veut, la nuit, se reposer dans le métro, on le ·chasse : « Tu es un basané », lui elit-on souvent. Les Espagnols eux non plus' n'ont pas les avantag'es des clochards. Arrivé à Paris, José avait fini par trouver une chambre d'hôtel. Le patron l'a mis à la porte, prétextant qu'il avait promis la chambre à un autre J osé a dormi dehors plusieurs nuits. Je lui demande si on ne lui a pas fait de remarques désobligeantes. - Oh dl" h i'>ti sf's Tl v ~ nllp.lnl1f's ;nl1rS". je me promenais avec ma femme, ru~ de la Boétie_ Nous étions bien tranqUIlles, nous parlions entre nous. Une personne a dit : « Oh, ces Espagnol~, ils m'é~ervent! » Mais au .travail, des Français m ont reproché de venir manger leur pain. On a fait le même reproche à Antonio, ouvrier de 24 ans. Il dit : « Avant de venir en France, on nous offrait de bons salaires, chambres; repas, mais dès qu'on passe la frontière, tout cela est fini et nous sommes obligés de vivre comme des bêtes dans leurs caves. » Pas mort L. Rosa, employée de m~ison qui travaille quelques heures chez mOl, a conn'~ la brutalité. Récemment arrivée à Paris, il y a un an elle sortait du métro Muette pour se ren'dre chez une employeuse éventuelle. Elle demande son chemin à un homme qui lui donne un coup de poing. Remarque de trois passants qui n'interviennent pas et se bornent à rire : « C'est une Espagnole. On s'en fiche_ » Un juif n'a-t -il pas le droit :::e manger comme les autres? Au Mont-Dore, un étudiant dont les parents sont connus comme commerçants et juifs déjeune au snack. Arrive un autre étudiant qu'il connait à peine et qui déclare : « Tiens, la juiverie française se restaure. » A l'école où la petite Messhodi, 14 ans, fait ses études depuis qu'elle a quitté le Maroc, des élèves lui ont annoncé que les juifs s'Ont les assassins de Jésus. Parce qu'elle n'a pas d'argent, on lui a dit : (( Tu es radine comme une juive. » Aval-e comme ' un juif, hypocrite comme un Algérien, violent et brutal comme un Espagnol. ces slogans et bien d'autres du même genre ont la vie dure. J'ai fait du chemin depuis le moment où je voyais en cet article un sujet cie baccalauréat. « Le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme ... Donnez vos conclusions. » Je n'en ai qu'une, brève et triste : pas mort. tout cela, hélas! N. de B.-O.

  • sant et le plus constructif,

encore qu'il ne fait que reprendre des convictions humanistes courantes depuis plusieurs siècles, pourrait se trouver dans la conclusion qui s'élève, en termes catégoriques, contre toute discrimination et contre toute atteinte à la dignité humaine. Encore faudrait- il que ces belles déclarations se traduisent sur le plan pratique par des attitudes nouvelles. Jean-Paul REUSS Professeur, Vice - Président du Conseil Presbytérien de l'Eglise Réformée de Portes, Président de la Section de Valence de la Ligue des Droits de l'Homme. COMMENT COMPRENDRE ? ... Ci-joint une coupure d'un hebdomadaire. Pareille chose paraît absolument invraisemblable. Et pourtant ce n'est. qu'un fait divers parmi la multitude de relations du même genre. Si bien que le lecteur. tout d'abord étonné, indigné, finit par en être blasé, hélas ! Ce qui se passe dans ce pays très civilisé et très évolué des Etats-Unis, comme ce qui se passe en Afrique du Sud et ailleurs, concernant le racisme, devrait faire honte à tout homme. Qu'il existe des ethnies différentes avec leurs particularités, leurs coutumes, leur histoire, leur façon de penser, de réagir ... n'amoindrit en rien. l'humanité, bien au contraire. Que la race blanche dans sa majorité soit actuellement à la pointe du progrès et du. modernisme est chose indéniable

mais l'humanité des autres

hommes en est-elle pour autant dépréciée ! Hommes. au même titre, tous ont les. mêmes droits absolus. Evidemment le problème est très complexe. Cependant peuton rester indifférent devant ce qui se passe aux U.S.A. ? Et en Afrique du Sud attendra-ton qu'éclate la révolte légitime qui gronde au coeur de chaque opprimé, s'exprimant brutalement, irrévocablement contre l'oppresseur ! Et nous assisterons impuissants au massacre. Comment comprendre que tant de leçons passées n'aient porté plus de fruits et;; que les hommes qui travaillent à l'établissement de la Justicene soient mieux écoutés ! Le but de cette lettre est avant tout une demande d'information. Pouvez-vous, je vous prie, m'indiquer les solutions. que l'on est en train d'appor. ter à ces graves problèmes ou que l'on espère y apporter ; le rôle et le but de votre Mouvement et de vos moyens d'action ? M. M_ MERTZWEILLlER: Dannemarie Ht-Rhin 9 ------ LE FLEUUE DE LA JUSTICE De Selma à Washington l 'ACCELERATION généralement constatée dans les sociétés modernes n'est pas seulement un phénomène , technique : elle précipite aussi le rythme des peuples en marche vers la liberté. Depuis 'le jour où une humble femme noir,e, alors inconnue, Rosa Parks, refusa de céder sa place dans un bus, quelle cascade ·d'événements dans le Sud des Etats-Unis! Le monde noir s'est levé tout à coup et s'est ébranlé, fr,gnchissant .d'un élan ce seuil que décidément les peuples traverse nt de plus en plus tôt, de plus en plus vite : ce'lui où « l'intolérable cesse d'être toléré ». Une fois déclenché, ce mouvement accéléré vers la Justice devient insatiable et ne souffre aucun arrêt. Il y a quelques semaines à peine, on pouvait penser que la lutte pour l'intégration raciale connaîtrait quelque répit, assimilant les victoires acquises et cherchant de nouveaux objectifs. Les autorités fédérales - le Président Johnson en particulier - semblaient s'installer d'autant plus confortablement dans cette « pause " espérée que d'autres soucrs accaparaient leur attention : « les « jaunes " présentaient un danger plus J'ressant que les noirs. De son côté, la foule immense des « braves gens ", race tr~s répandue dans le monde - particuliè· rement aux Etats-Unis? se persuadait le pasteur Ja~~ues LOCHARD 1 f.\u'elle avait fait son devoir en saluant J'une silence approbateur les victoires arrachées par les hommes de couleur. Les meilleurs allaient jusqu'aux protestations morales. Tous pensaient qu'une idée juste finit par s'imposer d'elle-même, parce que juste: il suffisait d'attendre. I L leur a fallu déchanter. Les drames récents - notamment les morts tragiques du leader musulman Malcom X et d'un pasteur blanc - viennent de rappeler au peuple et aux dirigeants américains que les forces racisles n'ont pas désarmé. Au contraire, elles ~e manifestent avec une violence d'autant plus grande qu'elle se sait impuis~ ante et qu'elle découvre son caractère insensé: une cause se détruit elle-même dans l'excès de violence qu'elle déchaîne l'lour survivre. Dans le même temps, les combattants de la liberté ne relâchent pas un seul instant leur effort. Ceux qui ont « faim et soif de justice " pourraient-ils se contenter de quelques miettes, de quelques gouttes? Ce pain-là, ils le veulent pour tous en abondance, et c'est à un fleuve que le prophète d'Israël comparait la justice. la non-violence semble avoir, elle aussi, franchi un seuil: elle ne se contente. plus de supporter l'injustice, quand celle-ci l'atteint, en l'affrontant face à face: elle la provoque, elle la poursuit et l'accule dans ~es retranchements, là où elle est la mieux défendue. AINSI la conscience des« braves gens " est à nouveau alertée et le pouvoir politique contraint à la décision; il reste à voir si cette décision n'ar- Deux cents religieuses ont participé, le 14 mars à Harlem, à la manifestation en faveur des droits civiques. « L. B. J. (Lyndon Baines Johnson), pourquoi ne faites-vous rien ? », lisait-on sur la pancarte de droite. rive pas trop tard, pour avoir été trop longtemps retardée par la sacro-sainte prudente. " semble, à cet égard, qu'une triple question doive se poser demain aux responsables américains. La première concerne le comportement futur des racistes blancs_ Pour avoir voulu composer avec eux, le pouvoir fédéral ne leur a-t-il pas laissé espérer que la violence et le chantage « paieraient " ? Des exe.mples dans l'histoire récente montrent jusqu'où peut aller la folie du ' désespoir chez ceux qu'on n'a pas désarmé à temps. D'autre part, la grande masse des noirs pourra-t-elle continuer à lutter par la méthode non-violente? Les hésitations d'un Malcom X, la crise de conscience d'un Da Silva en Angola, la décision d'un Mandela contraint d'en arriver au sabotage en Afrique du Sud, donnent à réfléchir. Pour avoir refusé d'employer les forces de l'ordre contre les racistes, le président Johnson devra-t-il les utiliser contre leurs victimes? De quel nom faudrait-il appeler « l'ordre » dans ce cas? Enfin, dans le regard qu'avec Malcom X les noirs des Etats-Unis commencent à tourner vers leurs frères d'Afrique, ne peut-on pas découvrir la solidarité qui lie les hommes de couleur, d'un continent à l'autre? Hier, les noirs américains faisaient preuve d'un nationalisme d'autant plus étroit qu'ils se sentaient des citoyens mineurs_ « Ma patrie, c'est ma mère, je lui obéirai même si elle se trompe » ; que de fois n'ai-je pas entendu ce cri dans la bouche des noirs du Sud. Respectueux d'une mère, ne se révolteront-ils pas demain contre une marâtre? Et n'est-il pas dans la logique de la lutte pour l'intégration aux Etats-Unis de contester, dans le même mouvement, la politique américaine en Afrique ou en Asie? EN vérité, le pouvoir politique de Washington a pris, par sa prudence, de très gros risques. La seule chance qui lui reste, s'il en est encore temps, consiste à accélérer la mise en application énergique des mesures décisives auxquelles il ne peut plus échapper. Mais le retard de la justice, comment peut-i 1 se rattraper? IL ne se passe aucune joùrnée sans que des informations, venues des U.S.A., ne nous apprennent que des manifestants noirs se sont heurtés aux forces de police. Emprisonnés, blessés ou tués, tel est le destin des noirs qui, béndiciant depuis dix ans de plusieurs lois qui garantis'Sent leurs droits civiques, sont contraints de descendre dans la rue pour en obten~r l'application. l)ar milliers, de tous âges, hommes et femmes multiplient les « marches » sur les capitales d'Etats, les meetings ou le « blocage» des couloirs ou antichambres. Les violences des policiers de l'Alabama nc les font pas reculer. Et de plus Cil plus nombreux les blancs se joignent à eux. « Contre vents et marées », déclarait l'adjoint du pasteur Martin Luther King_ Et c'est bien ce à quoi nous assistons. Alors les regards se tournent vers la Maison-Blanche et guettent les premiers signes cl'une décision qui apaiserait les esprits en imposant le respect de la loi et des droits de la population noire. Il n'y avait rien à attendre de l'entrevue du Président J onhson et du Gouverneur Wallace_ Réduire les revendications à la simplification d'un formulaire n'apportait aucune solution, et cela n'empêchait guère le shérif Clark, à Selma, de faire brutaliser !;t emprisonner des manifestants dès le lendemaiR cIe cette entrevue. Mais ne sent-il pas l'affaiblissement de ses positions ce même shérif Clark qui assimile le pasteur Martin Luther King et les dirigeants des mouvements antiracistes à des « agitateurs communistes venus de l'extérieur », visant par là à relancer contre les noirs une nouvelle forme de « chasse aux sorcières »? Le Président des Etats-Unis, pressé de toutes parts, a promis de présenter au Congrès, avec l'appui des deux partis, un nouveau projet de loi Qui devrait 'avoriser, espérons-le, l'intervention des autorités fédérales pour faire céder les gouverneurs d'Etats partisans de la ségrégation. Prenant la parole le 16 mars, Lyndon Johnson a déclaré : « Je viens vous parler de la dignité humaine __ Nous attendons depuis plus de cent ans que soient réalisées les promesses contenues dans la proclamation de l'émancipation de 1864 .. _ L'heure est venue d'accorder le même droit de vote à tous les Américains, sans distinction de race et d~ couleur ... » Lyndon Johnson sait combien ce sera difficile, lui qui concluait son discours en ces termes : « Cette bataille qu.~ nous engageons, c'est avant tout dans 1IOS coeurs qu'elle doit être gagnée. » Malheureusement si à Selma le calme est revenu, la police de Montgomery agissait, ce même jour, avec une brutal i té accrue. Pas de prescription des crimes nazis! Nous étions des milliers ... (Suite de 'la p,gge 4) Citons encore : M. Brousset, député de la Seine, représentant M. Jean Sainteny, ministre des Anciens Combattants ; M. Pierre Ruais et Mme Marie-Claude Vaillant- Couturier, députés de la Seine; MM. 'Coutrot et Jean-Claude Vigier, sénateurs; Mme Mathilde Péri, ancien député, et Une réunion d'infor~ahon La loge Saint-Just du Grand Orient de Fronce organise le mercredi 31 mors, à 20 h. 45, 7, rue Saulnier, une réunion d'information sur les problèmes de la prescription et du châtiment des crimes contre l'humanité. Cette soirée, placée sous la présidence de M. Paul Anxionnaz, ancien ministre, Grand . Maître du Grand Orient de Fronce, est assurée du concours de MM. Maurice Rolland, consei 11er à la Cour de Cassation, président de l'Association des Magistrats Résistants; Jean Schapira, avocat, à la Cour d'Appel de Paris, professeur à l'Institut de Droit Appliqué de l'Université de P~ris, membre du Bureau National du M.R.A.P., et Charles Parant, secrétaire général du M.R.A.P. les conseillers mumCIpaux Jean Roger, Paul Garson et Maurice Berlemont. Enfin divers délégués participaient au cortège, derrière les bannières des sociétés mutualistes juives_ L'on notait des représentants du Comité d'Action de la Résistance, de l'U_N.A.D_I.F_, de l'A.N.A. C_R., de l'A.F_R.O_M_, de l'A_D.I.R., de ['Amicale des déportés d'Auschwitz et des camps de Haute-Silésie, de la LI.C.A ... De nombreux messages de sympathie furent reçus en cette occasion ; en particulier ceux de MM. Couve de Murville, ministre des Affaires étrangères ; Legaret, président du Conseil municipal de Paris ; Maurice Niles, député-maire de Drancy ; Achille Peretti, député-maire de Neuilly, vice-président de l'Assemblée Nationale

de Jacques Duclos et du général

Ganeval, sénateurs de la Seine, ainsi que de la pianiste Gisèle Kuhn_ Les manifestants devaient se séparer devant la Crypte de la Déportation où ne furent admis - en raison de l'affluence considérable - que les porteurs de gerbe, les présidents des diverses associations et les drapeaux_ Ce matin-là, des milliers de personnes, de toutes origines et de toutes confessions, aux opinions politiques ou religieuses les plus diverses ont su manifester ensemble leur volonté de voir triompher la Justice. Il ne fait pas de doute que cette manifestation imposante aura pesé, avec d'autres, sur le débat du Bundestag, et sur les décisions qui seront prises ultérieurement à Bonn. Puissante manifestation en 8elgique LE Comité Belge contre la Prescription des crimes nazis qui groupe, avec le M.R.A.P_ de B~lg.iql!e, plus de trente or~anisations de la rés~sta~c~ et de l~ dépoitation, a orgamse, a Bruxelles, le samedI 6 mars, dans l'apres-Illidi, une pUIssante mani168- tation d'hommage à la mémoire des victimes des nazis. De la place de la Liberté où avait lieu le rassemblement, le cortège, composé de plusieurs centaines de personnes, se rendit dans le silence le plus complet au monument du Soldat Inconnu, où M. Brack, président du Comité, ranima la flamme. Puis le cortège gagna le Palais des Congrès où avait lieu un meeting à 18 h. 30. Après M. Brack et M_ Camille Huysmans, ministre d'Etat, d'autres orateurs prirent la parole, M_ NAEGELS, professeur de criminologie à l'Université de Leiden (Hollande); M. OOBRETZ-BERGER, ancien ministre, professeur d'économie politique à l'Université de Gratz (Autriche) ; M. KAHN, délégué de la V.V.N. (Allemagne Fédérale) ; M_ FARLEY, Earl of Bertrand Russel Foundation (Angleterre) ; enfin notre ami M' Yves JOUFFA, avocat à la .cour, président de l'Amicale des ancien de Drancy, membre du Conseil National du M.R.A.P. Une réunion d'information sur la prescription des crimes de guerre, avait été déjà organisée, à Liège, le vendredi 19 février, à « la Légia ». Convoquée par un très large comité de parrainage, cette assemblée, placée sous la présidence du Dr Marcel Delvigne, s'est déroulée avec la participation de M. Florimond Bonté, auteur du livre « Six millions de crimes 1) Le président Paul BONCOUR écrit au Chancelier EHRARD Le président Paul Boncour s'est adressé au chancelier Erhard dans une lettre qui accompagnait la résolution votée par la Fédération Internationale des Droits de l'Homme contre la prescription des crimes nazis. Il y affirme notamment que « la sanction par la justice des crimes. internationau% est l'assise de la pai% », précisant au' « à l'hetlre où la construction d'une EuroPe Unie commence à s'édifier ... il ne faudrait pas au'une fissure majeure et fatale la fasse, dès le départ, s'écrouler ». Un article du président Cassin Le président René Cassin, membre de l'In stitut, a publié dans un hebdomarlaire parisien un important article consacré aux problèmes juridiques et moraux que pose la prescriDtion des crimes contre l'humanité. « Si triomphait dans les jours prochains, écrit-il, la méthode d'inaction tendant à éteindre avant de les avoir pttnis, le souvenir des crimes .... une telle attitude ne manquerait pas d'entretenir ... 11,ne .néfiance profonde à l'éaard de l'Allemagne actttelle_ » 10--------------------------------~--------------------------------,------------___________________ __ «Sur 10 terre LE Théâtre Sarah-Bernhàrclt a eu l'heureuse idée de reprendre « Sur la Terre comme ou Ciel » que Jean Mercure avait créé voici déjà plusieurs années. Malgré son allure de fresque historique, l'oeuvre de l'Autrichien Fritz Hochwalder n'est pas un document. Cest bel et bien une pièce de théâtre dont les surprises et les beautés dépendent beaucoup d'une certaine liberté prise avec les faits. Je ne le fui reprocherai pas, bien au contraire, dans la mesure où le poète, l'écrivain, l'artiste, nous éclaire parfois mieux que le spécialiste. « Sur la Terre comme au Ciel » ressussite l'étrange destin d'une poignée de Jésuites qui, en 1586, fondèrent ou Paraguay un Etat théocratique où l'on ignorait la propriété privée, l'argent, l'esclavage et la peine de mort. Les communautés - appelées « réductions " - groupèrent jusqu'à. 150.000 Indiens Guaranis qui vivaient dans la paix et en apparent bonheur au milieu d'un monde de cruauté et de guerres. En 1768, Charles III d'Espagne prit la décision d'expulser les Jesuites de son royaume. L'ordre valait pour la République Guaranie. Les Jésuites s'inclinèrent. Leurs sujets, livrés au pillage colonial, furent promptement exterminés. Hochwalder nous donne excellemment les causes de ce naufrage. Les « réductions » étaient de trop bons exemples pour les esclaves des colonies espagnoles qui y cherchèrent refuge en nombre croissant. Colons et gouverneurs intriguaient pour mettre la main sur ce réservoir intact de comme ou ciel » main-d'oeuvre et de richesses. Le Clergé même ne laissait pas de faire grise mine devant une expérience qui mélangeait les deux pouvoirs. Pourquoi alors, face à tant d'injustes convoitises, les Jésuites abandonnèrent-ils sans combat leur oeuvre pie? L'auteur préfère à l'explication par l'obéissance passive une outre plus subtile. Le père provincial s'incline à partir du moment où il a compris, dans un éclair, qu'aux yeux des indigènes christianisme est synonyme de bien-être et que sa réussite temporelle a pour rançon un échec spi rituel. flour plaUSible qu'elle soit, cette raison ne nous aide pas à tout comprendre et, notamment, pourquoi l'Etat Guarani, malgré sa forte structu{e économique et sociale, malgré sa puissante armée, se soit écroulé d'un bloc après le déport des Jésuites. C est que ceux-ci, en 150 ons de gouvernement, ne s'étaient pas soucié d'élever le niveau de leurs sujets. Pas un médecin, pas un savant, pas un militaire pormi ces « bons sauvages » traités en « grands enfants », Les phalanstères, loin d'être en avance sur leur époque, n'étaient que la copie onachronique d'un impossible Age d'Or. L'échec spirituel se doublait d'un échec temporel. Pour n'avoir pas su choisir, pour n'avoir pas su proportionner les moyens à leur but, les Jésuites ne firent oeuvre dura ble ni dans un domaine, ni dons l'a utre. La leçon d'hier est encore valable a ujourd'hui. Violette HERDET. , , anema GOLDFINGER LA France est Cil proie au « bondisme ». Les lines dl' ~l. Jan Fleming s'arrachent par centaines de mill iers. Deux l11ille cinq cents boutiques débitent les chemi ses ct le ~ cra- S'emparer des réserves d'or,. Derrière Tixier-Vignancour. • • (Suite de la page S ) nisées par « Europe Action », l' « Association des Intellectuels Indépendants », ou encore par le « Club National des Lecteurs », que dirigent Henry Coston et Maurice Bardèche, ous le patronage (entre outres) de Tixier-Vignancour. Concernant les groupes et les hommes qui soutiennent Tixier-Vignancour, il convient d'attacher aussi une particu lière attention ou râle joué par un certain Raymond Bourgine, directeur de deux revues: « Le Spectacle du Monde >, et « Finance ». Entouré d'une équipe où figurent plusieurs anciens rédacteurs de « Je suis partout », l'une des plus ignobles feuilles de la « kàllaboration ".. lié d'outre part à certains milieux économiques puissants, il est probable que Bourgine ne se désintéresse pas des problèmes financiers que pose la compagne « présidentielle ". Les moyens et 1a fin Mois parmi les phénomènes qu'engendre la candidature de Tixier-Vignancour, le plus important, le plus grave est certainement la croissance de deux groupes qui constituent l'armature de ses comités et de sa compagne : « Europe Action » et le « Mouvement Occident » .. tous deux étroitement 1mbriqués avec la Fédération des Etudionts Nationalistes (F.E.N'). « Europe-Action », comme cela s'est produit dons d'outres cos, par exemple pour « Jeune Notion », c'était, au départ un journal. Un journal violemment raciste et antisémite, fondé par Mme Gingembre, l'épouse de l'ancien trésorier de l'O.A.S. Puis, se sont créés des « Comités de soutien d'Europe-Action », et dernièrement les « Volontaires d'Europe-Action », véritables commandos de choc, prêts pour tous les « coups durs ". Les manifestations de Tixier-Vignancour, à. Paris et en Province, sont orchestrées aux différents stades - préparation, déroulement, puis organisation de comités - essentiellement par « Europe-Action ». Ainsi, nous lisons dons un journal régional de l'Ouest (2). un communiaué où le « Comité de Soutie~ d'Europe-Act'ian » « remercie t ous ses militants et amis qu i ont participé à la campagne préparatoire et à la bonne tenue du meeting de Me J.-L. Tixie r-Vigna ncour », à Angers. « Nos militants, poursuit-il, constit uent le fer de la nce de l'opposition nationa le, dont ils appuient toutes les manifesta tion~. » Et définissant le « jeune nationa lisme révolutionnaire, populaire et ouvert à l'Europe », le Comité cite, entre outres buts : « l'unité de l'opposition nationale contre le régime gaulliste et ~es complices communistes n (sic) ; « la suppression de l'aide aux sous-développés n ... ; « l'arrêt de l'invasion des allogènes (Algériens et Noirs) ,!ui ne nous apportent ,!ue crimes .. insécurité et maladies ». Ce sont, assaisonnés d'une abondante démagogie, quelques-uns des t hèmes les plus chers à Tixier-Vignancour lui-même, qui, da'1s ses réunions ne manque pas de présenter les difficultés économiques des Français comme une conséquence de « l'aide aux sous-développés ». Ces t hèmes, qui rejoignent, en le teintant de racisme, ce qu'on appelle le « cartiérisme », trouvent place maintenant .. on le voit, dons certains journaux. Mieux. Les dirigeants d' « Europe-Action », qui sont en même temps les animateurs des « Comités T.V. » tiennent de plus en plus souvent des réunions pour leur propre compte .. en faveur de Tixier-Vignancour. La compagne pour les élections présidentielles « n'est pas une f in mais un moyen » sou ligne dons son journal le « Mouvement Occident », et il ne fait pas de doute que c'est aussi le point de vue d' « Europe-Action ». L'objectif véritable, c'est de développer sur des tribunes publiques, dons la presse régionale .. dons la rue, une grossière propagande raciste ; c'est de constituer à travers la Fronce un réseau de groupes spéciali sés dons les excitations à la haine et l'action violente. Une myst ification Les derniers numéros d' « Europe-Action » font état de réunions publiques tenues par Dominique Venner (ex-dirigeant de « Jeune Notion ». condamné notamment pour ses agressions contre des étud iants antillais), à la mairie d'Avignon, à Marseille, à Nice, à Tours .. à Nantes. Le sens généra l de ses interventions, Venner les résume clairement dons ce paragraphe d' « Europe-Action » : « La décolonisation a inversé les rapports blanc-homme de couleur. Désormais, partout dans le monde,. l'homme blanc est la victime. La chasse aux blancs est ouverte. Les blancs ont toujours tort. La conscience universelle ne s'émeut qu'à sens unique, et reste insensible au déferlement de haine et de violence antiblanches. Ainsi les peuples blancs deviennent pe u à peu des parias. L'a ide aux sous-développés en fait des exploités. Leur position minoritaire dans le monde rend leur exist ence précaire. Leurs prêtres et leurs paste urs prennent le porti de leurs assassins. Le urs di rigeants officiels se font les a gents di rects de cette giga ntesque tra nsformation qui porte en e lle, auss i, les conditions d'un 'éveil et d'une révolution. » Cest à partir de cette mystification que Tixier-Vignancour (en y mettant certaines formes dons l'expression) et san entourage (avec une brutalité sans frein) entendent susciter le « révei 1 » et la « défense » de la race blonche, qui devrait aboutir à des mesures discriminotoires contre les minorités : Algéri ens, noirs ou juifs, avant que soit tentée .. por la terreur, une « reconquête » des te rritoires coloniaux, à l' instar de ce qui se passe ou Viet-Nam. Ce n'est pos un hasard si, les mêmes hommes, avant les élections américaines ont constitué en Fronce une Association des Amis de Goldwater. Un petit Goldwater Un Goldwater au petit pied, voilà, en définitive, ce que représente Tixier-Vignancour, avec cela va de soi, certaines particularités résultant de la situation en France et de son propre passé. Le « camelot du roy », disciple de Maurras, l'agitateur des ligues factieuses d'avantguerre, le six-févrieriste de 1934 allié de Xavier Vallot et de Chiappe, s'est mis au goût du jour, mois il demeure en tous points fidèle à lui-même. En 1940, il était bien entendu, à Vichy, secrétaire d'Etat nommé par Laval, saluant « les initiatives specta culaires qu'a su prendre la puissa nce occupante ", et M. Martin du Gard le décrit alors occupé « à ma nger du juif et guetter pour l'injurier encore Léon Blum d istant et malheureux ». C'est la no.stalgie de ce temps-là, sons doute, qui l'incite à inscrire ou fronton de son programme, la réhabilitation du vieux maréchal condamné pour trahison. Après les anciens collaborateurs, il défendra devant les tribunaux les accusés de tous les complots d'extrême-droite, jusqu'à ce que les procès de Salan, de Bastien-Thiry, entre autres. en fassent le parte-porale, à la barre .. de ·l'O.A.S. Ses activités d'avocat l'amènent aussi, en 1954, à plaider contre le M.R.A.P., poursuivi pour s'être opposé à la projection du film antisémite et xénophobe « Les Nouveaux Maîtres l) : Tixier-Vignancaur, dans ce cos précis, connaîtra un échec total, puisque ses clients .. les producteurs du fi lm, seront déboutés et condamnés aux dépens, alors que l'action du M.R.A.P. sera reconnue légitime. Xénophobie et ultra-nationalisme, antisémitisme et racisme, haine de tout ce qui évoque la démocratie, le progrès : telles sont bien les constantes d'une carrière qui prouve son couronnement dons cette compagne « présidentielle » où il se pose en chef de file reconnu de tous les éléments racistes et factieux. Jusqu'où laissera-t-on se poursuivre cette agitation dangereuse ? Ce serait vraiment trop facile s'il suffisait de poser sa candidature à la présidence de la République pour pouvoir couvrir n'importe quelle propagande et les menées des groupes subversifs ! Il est temps, nous semble-t-il .. que l'on s'en avise en haut lieu .. et que, avant tout, les groupes comme « Europe-Action », I~ « Mouvement Occident », la F.E.N., qUI violent ouotidiennement la loi et mettent en dange'r la sécurité de nombreux citoyens, soient mis dons l'impossibilité de poursuivre leurs fins. (2) « Le Courrier de l'Ouest » , 8 mors 1965. par René vates cie J al1les Bond, ses chaussettes, ses costumes, ses chapeaux. Les cinémas où « 007 » extermine bolcheviks et truands - c'est tout comme - sont assiégés. Sourions : le « bondisme », même s'il ranime quelques mythes éventés de la guerre froide, ne changera pas la face du monde. Sourions, mais pas trop. Je ne suis pas choqué parce que le « vilain » s'appelle Goldfinger. Rcluser qu'un juif puisse être un criminel, c'est revenir à la théorie erronée et dangereu se du peuple élu. Mais Goldfinger, contrairement au Docteur No ou à Blofeld - autres héros « bondiens » - ne s'intéresse pas aux fusées ou ù la bombe H. Ce cupide ne médite rien moins que de s'emparer des résen-es d'or américaines rie Fort Knox. Et yoilà tendu à nouveau le lien obligatoire qui attache le juif à l'argent. Pour 1l1ellCr i bonne fin sa ténébreuse machir,ation. Goldfinger s'entoure d'Asiates. D'affreux Asiates, de ceux. YOUS les connaissez bien, qui sont siler.cieux et perfides, glissent à pas feutrés et YOUS tuent père et mère sans que f rémisse un pli de leur visage impassible. Le plus beau fleuron de ce ramas est un Coréen qui bouffe du chat et exécute les victimes de Goldfinger avec un chapeau à bords d'acier tranchant qui fait office d'arme cie jet. Et ql1'on ne croit surtout pas qu'il s'agit d'une accumulation accidentelle. Toute l'oeuvre de Tan Fleming exhale I1n parfum que l'on décèle yite, même si l'on n'a pas la narine délicate. Le Docteur No est Japonais, M. Big est un nègre haïtien, Goldfinger, on l'a vu. est iuif, Blifeld est le « métis » d'un Polonais et d'une Grecque. Et James Bond? Eh bien, c'est le surhomme anglo-sa'xon qui se charge de disperser cette horde de métèques subversifs. Peu importe s'il a le sexe plus rigide que la morale. c'est pour la bonne cause. Et maintenant vous voilà préyenus. Si le coeur vous en dit encore, allez quand même voir « Goldfinger ». Mais à yotre place, je ne donnerais pas un penny pour cette honteuse entrepl'ise de décervelage. POINT ZERO IL est des sujets à répétition qui traduisent la h~ntise d'une époque. Ains'i de la bombe atomique. Qu'adviendrait- il si par erreur, par malice, par inadvertance, pour quelque cause que ce so-it, elle éclatait q/wnd même? Après « Le Dernier Rivage » ou la fin du monde, après « Docteur Folamour », inquiétante ct burlesque épopée d'un général américain qui rlécide ge son propre chef cl 'atomiser les Russes, voici « Point Zéro », dont le thème est proche. Cette fois, pourtant, ce n'est pas un fou qui appuie sur le bouton. Quelque chose se dérègle - hypothèse plausible - dans le beau mécanisme contrôlé et surcontrôlé dont dépend la paix ou la guerre. Par suite d'une panne dans un appareil récepteur, une escadrille de bombardiers américains en état d'alerte ne peut ètre rappelée. Stupéfaits, effarés, effondrés, une poignée d'hommes, investis des plus hautes nlsponsabilités civiles et militaires, assiste sur les p.crans de contrôle à l'implacable progression. Tous leurs immenses moyens matériels ne serviront à rien et leurs efforts pour éviter l'inévitable seront aussi vains que la dérisoire gesticulation du dc>rmeur aux prises avec son cauchemar : Moscou sera détruit. Il ne reste plus au Président des Etats-Unis qu'une ressource pour prouver sa bonne foi et conjurer une "uerre totale : faire l'aser New-York, habitants compris, avec une autre bombe atomique. Méditons un instant ~'ur cet effroyable' talion. Où sont les bons vieux incidents de frontière d'antan ? On pensionnait quelques veuves. l'ambassadeur présen tait ses excuses, ct tout était dit. Quand le mot « fin )) eut apparu sur l'écran, les spectateurs se sont levés en silence. Le souffle de la peur venait de balayer la salle. Il arri"e que la peur soit le début de la réflexion qui est elle-même le commencement cie la sagesse. Expositions • Notre ami Maurice Blond expose, du 10 mars au 9 avril, des peintures récen· tes à la Galerie Bruno Bassano, 9, rue Grégoire de Tours, Paris·S'. • La Galerie Bernier, 4, rue Jacques· Callot, Paris,6' , organise du 16 mars au 10 avril 1965, une exposition des oeuvres de Chabrier.


11

« Andorra » à Clermont-Ferrand LE comité du M.R.A.P. de ClermontFerrand développe en ce moment une activité particulièrement riche. Voici les prochaines manifestations prévues: • Le mercredi 24 mars, à 21 heures, au théâtre municipal, la pièce de Max Frisch, « Andorra » jouée par la Comédie de StEtienne de Jean Dasté, sera présentée par Pierre Paraf, président de notre Mouvement. • Le jeudi 25 mars, de 16 heures à 18 heures, Pierre Paraf, président du M.R.A.P., signera son livre « Le racisme dans le monde », à la Librairie Combes, 9, rue Saint-Hérem. • Le jeudi 25 mars, également, à 21 heures, aura lieu à la salle Gaillard, un débat ,avec Pierre Paraf et Jean Dasté sur « Andorra » et le problème du racisme. et l'on remarquait dans l'assistance de nombreuses personnalités parmi lesquelles

MM. Dantziger, Tchimbakala et

Mme Lavin, du M.R.A.P. ; Mme Chirin, de l'Association des Veuves de Guerre ; MM. le docteur Gindin, vice-président de la Ligue des Droits de l'Homme ; Kresch, de l'A.R.A.C. ; Fillâtre, Mallet et Mme Besset de l'A.N.A.C.R. ; MM. Aizenkait, de l'U.J.R.E.; Wclochonok, du groupe cultuel israélite; Mlle Robert, du S.N.I. ; M. Vigier, de l'U.D.C.G.T. ; Mme Lhoste, de l'U.F .F.; le docteur Wurm, etc... _ D'autre part, une résolution signée du M.R.A.P., de nombreuses organisations de résistants et déportés, de partis et syndicats avait été envoyée à l'ambassade d'Allemagne Fédérale à Paris, ainsi qu'au président du Bundestag, à Bonn. [\'v1. IR. A\. IP. PARIS-ge •• Succès de la semoine antiraciste UNE Semaine Antiraciste a été organisée avec succès, du 8 au 12 mars, par l'Union Chrétienne des Jeunes Gens, 14, rue de Trévise, et le Comité du IX· arrondissement du M.R.A.P., à l'occasion du XXe anniversaire de la libération des camps et dans le cadre de la lutte contre la prescription. Une collaboration étroite s'est immédiatement établie entre les dirigeants de cette maison et les membres du comité. Bien que les thèmes antiracistes aient été très souvent abordés dans le cadre de projections de films , par l'Union Chrétienne, la Semaine Antiraciste a été suivie avec une très vive attention par un pUblic nombreux et surtout très jeune. Durant les cinq jours que dura l'exposition, un très grand nombre de jeunes et aussi d'adultes ont été très intéressés par les photographies et documents placé,; sur cinq panneaux dans le hall d'entrée. De nombreuses questions ont été posées aux membres du M.R.A.P. présents, une permanence ayant été assurée durant cette période. Un premier panneau présentait des documents photographiques sur les camps de concentration, les autres traitant du problème noir en Afrique du Sud et aux Etats-Unis, de la lutte contre le racisme, de la presse (presse raciste et antiraciste) avec entre autres des extraits de la presse protestante_ Chaque jour, entre 12 h. 45 et 13 h. 30 étaient organisées des- « conférences expresses » qui ont abordé les thèmes suivants

-

Signalons enfin que, du 19 au 25 mars, une exposition de photos sur le racisme sera présentée, avec le concours du M.R.A.P., à la Librairie Combes. PARIS-20e • • De multiples initiatives - Jésus était un juif, par M' Jean-Jacq ues de Félice . - Etes-vous raciste ? par Roger Maria_ Nos félicitations aux animateurs du Comité clermontois, pour leurs excellen. tes initiatives. • •* Le 9 mars, sur l'initiative du comité du M.R.A.P., une manifestation contre la prescription des crimes nazis, a eu lieu devant le monument aux morts de ,Clermont-Ferrand. Diverses organisations y ont participé UN comité du M.R.A.P . vient de se constituer dans le 20 arrondissement qui est l'un des plus importants de Paris, tant par le nombre . d'habitants que par la diversité de sa population. Ce comité est né d'un large et fructueux échange de vues entre gens d'opinions les plus diverses. La première réunion a surtout été malrquée par le STRASBOURG: Une conférence de P. PARAF « Existe-t-il un danger nazi ? », tel était le thème d'une assemblée d 'information qui s'est tenue le samedi 6 mars à la salle René-Hirschler, au Centre Communautaire Israélite de Strasbourg. Cette réunion présidée par Me Wolff était organisée par le M.R.A.P. et diverses autres associations : la Communauté israélite de Strasbourg, l'U.E.J.F., l'U.J.R.E., le Groupement Sioniste, des mouvements de jéunesse juive et la section de Strasbourg du Congrès Juif Mondial. Un public très nombreux suivit avec attention la réunion. On remarquait de nombreuses personnalités dans l'assistance MM. le .grand rabbin de Strasbourg Warschawski

l'aumônier militaire Hazan ;

le rabbin Grünewald ; Me René Weil, président de la Communauté ; Bocz, du Parti Communiste ; Robert Weil, avocat, de la S.F.I.O. ; Amoudruz, de la F.N.D.I.R.P. ; Mme Paulette Fischer, du Secours Populaire. etc. Les exposés du professeur Robert Waitz, président du Comité International d'Auschwitz, et de Pierre Paraf, président du M.R.A.P., furent suivis d'une discussion animée au cours de laquelle l'assemblée s'est montrée unanime quant à la nécessité d'alerter l'opinion publique sur les dangers d'une renaissance du nazisme. désir de ses participants d'analyser avec franchise les causes profondes du racisme et de procéder sans tarder à une action efficace . Les décisions arrêtées en portent témoignage

c'est ainsi qu'une vente-signature

du livre de notre Président, Pierre Paraf, « Le racisme dans le monde » aura lieu le samedi 3 avril à la librairie de M. Jaoui, 2, rue des Maraîchers, à quelques mètres du lycée Hélène Boucher. Elle sera précédée d'une soirée antiraciste organisée à la Maison des Jeunes, le vendredi 2 âv.ril, avec projection du film américain « La Chaîne» suivi d'un débat. Dans le cadre de la préparation de ce que l'on pourrait légitimement appeler « une semaine antiraciste » des contacts ont été pris avec diverses organisatioss et personnalités. Une rencontre particUlièrement amicale et d'une grande portée pratique a eu lieu à l'hôpital Tenon entre des membres du comité du M.R.A.P. et les représentants de toutes les organisations syndicales. Une nouvelle réunion élargie est prévue le 15 mars au temple protestant de la rue des Pyrénées. Les antiracistes du 2Ü", comme on le voit, font preuve d'une remarquable dynamisme .... Henri CITRINOT_ - Le prOblème de la prescription, par Mc Dymentajn. - Un extrait du « Ille Reich » de Brecht, par Mlle Guirrasmenko. - La race blanche est-elle menacée ? par M' Manville. A l'occasion de la projection, le mardi 9 mars, au Ciné-Club de l'Union des Jeunes Chrétiens, du film « La vérité n'a pas de frontière » et du dessin animé « Où sont les nègres d'antan ? », Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., a évoqUé ses souvenirs d'ancien déporté. Enfin, le mercredi soir, un carrefour chrétien a réuni un grand nombre de personnes. Nous ne pouvons que remercier M. Hoibian, directeur et animateur de ce foyer de jeunes, d'avoir permis au M.R.A.P. d'exposer les thèmes essentiels de ' son action. Le très grand intérêt qu'a suscité cette manifestation montre bien que les questions du racisme sont à l'ordre du jour, et que de telles expériences peuvent être multipliées. Claude SAMUEL ~~tCharles 31 janvier 2012 à 15:09 (UTC)"" ~II~P ~~C W _ IIIIIP ft IIIIIIR llllir Dl IJ l\l~r 1111 1111 1111 Une jeune fille qui a participé à la Semaine Antiraciste du IX' nous a adressé la lettre suivante : (( J'ai assisté aux conférences sur le racisme qui se sont déroulées 14, rue de Trévise, à l'U.C.J.F. durant la semaine du 8 au 12 mars. toit ! Finies les réunions dons un café, une salle louée, chez l'un ou chez l'autre. Le 3 mars dernier, il a inauguré officiellement son bar et son local, sis au 82, du boulevord de Belleville, por une réception offerte à tous les membres et qui était honorée de la présence de MC Marcel Manville, ~ président d'honneur du club. ~ Ce soir là, l'affluence nombreuse $ contribua à, faire régner une joyeuse 'j( ombiance, jusque tard dans la nuit. Les réunions du Club se dérouleront désormais régulièrement chaque mercredi, à 21 heures, dans un cadre agréable et sympathique. En voici le programme : - 17 mars : La Faim dans le Monde, avec M. Cremieu-Alcan. Projection d'un film. - 24 mars: Soirée-cinéma. Film inédit projeté en exclusivité. - 31 mars: Bureau élargi. Tous les membres du club sont invités à cette réunion. Le lundi 29 mors, ouro lieu une sortie : « Zoo Story » au Théâtre de Lutèce. MARIAGES Nous adressons nos félicitations à M. Léon KERSZNER, vice-président de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France, à l'occasion du mariage de son fils Marcel avec Mlle Lola Grinsztajn. Nos meilleurs voeux aux jeunes époux.

  • Nous sommes heureux de féliciter également

M. Alter MATUSZEVICZ, président de la société « Garwolin-Siedlec » à l'occasion du mariage de sa fille Estelle avec M. Alexandre KANEL. Nous leur exprimons nos voeux les meilleurs.

  • Nous avons appris avec plaisir le mariage

du Dr Roger SYLBERZAN, fils de M. Jacques SYLBERZAN, membre du Con- • Le 19 février eut lieu à la Cité Universitaire une soirée organisée par le M.R.A.P. avec le concours du Comité des Résidents du Pavillon de la F.O.M., au cours de laquelle le film américain « La Chaîne » fut présenté par Roger Maria. • Le dimanche 28 février, Mc Armand Dymenstajn a participé aux débats de la société Radom. • Le club des Jeunes de la paroisse Saint-Sulpice avait demandé à Roger Maria de participer le mercredi 3 mars, à une conférence-dîner sur le thème : Racisme et antiracisme en 1965. La soirée qui se déroula en présence du vicaire de la paroisse, fut très animée. Plus de 200 jeunes, parmi lesquels de nombreux Africains assistèrent à cette réunion. • ( Etes-vous raciste ? » tel était le thème de la conférence que Roger Maria fit, le jeudi 4 mars, à la demande du Club des Jeunes du Comité d'Entreprise d'Hispano-Suiza, dans les locaux de l'usine, à Bois-Colombes. Parmi les jeunes auditeurs qui pour la plupart avaient vu ( Andorra » de Max Frisch, à Aubervilliers, une très bonne discussion s'engagea. • Le 13 mars, Louise Kanar, membre seil National du M.R.A.P., président de la société ( Fraternelle Israélite de Paris », avec Mlle Gabrielle STERN, docteur en pharmacie. Nos félicitations et nos meilleurs voeux. DISTINCTION Nous avons appris avec beaucoup de plaisir que notre amie Mme Marie-Louise KAHN, membre du Bureau National du M.R.A.P., avait été promue Commandeur de l'ordre du Dévouement en raison de ses activités inlassables au service des victimes de la déportation. Nous lui exprimons nos chaleureuses félicitations. ANNIVERSAIRE Il Y' a 10 ans, mourait Maylech SPEKTOR, qui, vice-président de l'Union des Sociétés Juives de France, fut l'un des fondateurs de notre Mouvement. HomII).age a été rendu à sa mémoire au cours d'une émouvante cérémonie, au cimetière de Bagneux, le dimanche 28 février. du Bureau National du M.R.A.P., assistait à une téunion de la société Nowy-Duor. • Le comité des lycéens du M.R.A.P. a organisé le dimanche 14 mars, à 10 heures, au Studio 43, une séance cinématographique au cours de laquelle fut projeté le film de Biberman « Le sel de la terre Il. Mme Hergot, professeur au lycée JulesFerry, présenta le film qui donna lieu ensuite à un débat animé. (( Je tiens à vous remercier personnellement car ces conférences ont contribué, en grande partie, à m' (( ouvrir les yeux Il sur un problème dont j'étais loin de soupçonner et l'ampleur et la portée. (( J'aimerais pOUVOir adhérer à votre Mouvement .. pouvez-vous me fournir quelques ren.seignements ? )} CONTRE LA PRESCRIPTION Puissant meeting à NANCY LE comité du M.R.A.P. de Nancy s'était joint aux associations de la résistance et de la déportation pour organiser un meeting de protestation contre la prescription des crime15 de guerre qui s'est tenu le 5 mars 1965, à la Chambre de Commerce de la ville. La réunion présidée par M. Pierret Gérard fut presque exclusivement consacrée aux interventions de MM. Elie BIoncourt, aveugle de guerre et ancien com]:Jattant de 14-18, et Roger Maria, président des anciens de Montluc et membre du Bureau National du M.R.A.P. Près de 500 personnes assistèrent à cette manifestation à l'issue de laquelle une résolution fut adoptée et envoyée à la préfecture de Meurthe-et-Moselle et au consulat allemand. On y lisait notamment : « Le devoir de tous ceux qui demeurent fidèles à la mémoire de toutes les victimes du nazisme est de s'unir pour demander aux autorités compétentes de la R_F Â_ non d'ajourner la date de la prescriptioa mais de déclarer définitivement impretlcriptibles les crimes contre l'humanité_ » 16- : « Mein Kampf » pour les jeunes SUR l'initiative du Comité du ~.R .A.P. du 16' arrondissement, le dImanche 14 février, au Studio Ranelagh, de nombreux étudiants, quelques-uns de leurs professeurs, et de nombreux am~s du M.R.A.P. ont entendu une causene de Me Yves Jouffa : il évoqua les heures pénibles de Drancy, la rafle du 16 juillet 1942 par laquelle hommes, femmes et. enfants furent entassés au Vélodrome d'HIver, les déportations massives. Il e.xp?sa le pr~bleme si grave de la prescnptlOn des cnmes nazis, analysant cette question sous ses aspects juridiques et humains. Puis ce fut la projection de « Mein Kampf Il : la « redoutable ascension » d'Hitler, les atrocités nazies, la vie dans le ghetto, enfin quelques scènes du procès de Nuremberg. Si certains ignoraient ce drame, ils seront à présent parmi nous pour lutter contre le racisme, l'antisémitisme qui sont à la base de toutes ces horreurs. Marie-Louise KAHN_ 5- : Assemblée d'information Le comité du M.R.A.P. du 5e arrondissement en collaboration avec l'U.J.R.E., a orga~isé le mercredi 24 février, à la MaIson du Prisonnier, 39, rue Lhomond, une soirée dont le thème était : « Pas de prescription pour les crimes contre l'humanité ». . 1 MM. Jean Boulier, ancien professeur a a Faculté Libre de Droit de Paris, et Roger Maria, membre du Bureau National du M.R.A.P., ont pris la parole devant un public nombreux et ont animé les débats. A l'issue de la soirée, une résolution condamnant la prescription fut adoptée et envoyée à l'Ambassade d'Allemagne et à la presse. , .


12----------------------------------------------------------------·---------------------------------------

U~IE IPA\6IE Les Cahiers de Doléances de 1789 1D"lIH II~lr4D Il IR lE o N sait l'importance de la Révolution fran<e.Ï.se dans l'histoi re de l'émancipation des juifs. Le 28 janvier 1790, l'Assemblée Nationale constituante décréta que « tous les juifs connus en France sous le nom de juifs portugais, espagnols et avignonnais » jouiraient des droits .... de citoyens. Mais pourquoi distinguer les juifs du Midi des juifs d',Alsace et de Lon'aine ?.. Le 27 septembre 1791, l'Assemblée « révoque tous ajournements, réserves et exceptions insérés dans les précédents décrets relativement aux individus juifs qui prêteront le serment civique ». signe de leur renonciation à leur condition antérieure. Ils ne forment plus dès lors une nation à part, ils sont « confondus dans le droit commun de tous les Français ». Comment expliquer cette lenteur et ces réticences? Toutes les différences que créait la condition légale, avaient disparu dans la nuit du 4 août 1789· Mais les inégalités civiles qu'engendrait toute religion autre que la catholique ne furent pas abolies sans difficulté. Bien des résistances et des préjugés durent d'abord être vaincus'. Contre les juifs -- non pas ceux de Bayonne et de Bordeaux, que l'on yoit d'ailleurs figurer - dans les assemblées électorales de 1789, mais ceux d'Alsace et de Lorraine -- l'intolérance était générale. Elle prenait racine non pas tellement dans la religion, que dans les préjugés anciens contre une « nation » étrangère, et surtout dans l'usure dont P '. !l 1 $, '" ' . 1\ 1 r. It 0)' AL L. Dl l'lM l' 1\.1 Ml'.. __ ' ~.l)cU .. 'i.,).I).. \ ) et l'émancipation des · juifs le décret {üt général et comprît les juih. « La loi de l'Etat ne peut atteindre la religion de l'indi\'.idu; la religion ne peut influer sur la loi purement sociale. » L'Assemblée nationale SUIVit cependant les orateurs du clergé comme l'abbé Maury, 011 le député alsacien Rewbell, qui se refusaient à donner le titre de citoyens f rall<;ais à des hommes qui, selon eux, constituaient une sorte de nation à part. Si bien que le 24 décembre 1789, l'Assemblée décréta l'admi ssibilité des non-catholiques aux fonctions publiques, « sans entendre rien préjuger re- Une étude de D. FEURWERKER présentée par Albert SOBOUL lativemerit aux. juifs sur l'état desquels elle réserve de prononcer ». On sait la suite. ••• C ES faits sont connus. Sur un point • particulier, ils sont repris aujourd'hui par David Feuerwerker dans lln solide article Allatomie de 307 ca- ~"""~""""""'' . """"",~ A ce jour, le problème de l'émancipation des juifs n'avait été ~ étudié que dans un petit nombre de cahiers de doléances de 1189. ~ Dans ces études, par trop fragmentaires, des idées générales ~ fausses avaient été émises puis accréditées. Le rabbin David ~ Feuerwerker, chargé de Cours à l'Ecole des Hautes Etudes (Sorbonne) a le mérite d'être retourné systématiquement aux sources et d'avoir, par son él'ude exhaustive, brossé un tableau nuancé de la situation aux mois de février et mars 1189 qui fait déjà pressentir le triomphe des principes fondoment·aux des droits de l'ho'mme et du citoyen. I Le professeur Albert Soboul, professeur à la Faculté des Lettres de Clermond-Ferrand, spécialiste de 'la Révolution, a analysé pour nous cette étude si importante. "*""""'''\.t'\,;~~'''''''''''''Y\.;~~~'''''''~''''''''''''''''''''''~ des mesures pour résoudre le problème juif. Les uns s'en tiennent aux règlements traditiQnnels de coercition. qu'il s'agirait de renforcer. Après l'abolition du péage corporel de Strasbourg, en 178-t, dcs lettres patentes publiées la même année avaient élaboré une législation restrictive pour les juifs d'Alsace : limitation du nombre de juifs, contrôle des mariages, frein économique. Quatorze pour cent des cahiers examinés demandent le renforcement et l'extension des leth'es patente~' de 1784. Certains vont jusqu'à préconiser la généralisation du ghetto : soulignons cependant qu'il n'en est nul· lement question dans les cahiers alsaciens. Plus nombreux sont ceux qui demandent la limitation du nombre des juifs. Certains suggèrent la dispcrsion pression revient souvent, Ilullement péjorative. N'étant considérés ni comme r~gnicoles, ni comme étrangers, les juifs VIVent en marge de l'acti \'ité ~'ociale et économiq~e :. il s'agit de les y intégrer. En premier heu, permettre aux juifs le commerce : malgré la concurrence COlllmerciale dont se plaignent quatre-vinot et un cahiers, \'ingt-huit le. souhaitet~t. Et plus encore leur ouvrir les arts et les métiers : ce que demandent trente· deux cahiers. Moins nomhreux les cahiers qui préconisent l'utilisation de la main-d'oeuvrè juive pour les travaux cles champs. Et moins nombreux encore ceux qui demandent pour eux l'exercice cles professions libérales. Ces mesures parais~'ent insuffisante, à une minorité de cahiers. Huit réclament l'émancipation totale. Il Ile s'agit plus d'une solution partielle de la concession de quelques droits' : aux juifs aussi les dr~its de l'homme et ceux du citoyen. PUisque les juifs vivent en France, ils don'ent rentrer dans le droit COlllmun des Français. . •• DE l'ensemble des cahiers de doléances pour les Etats généraux de 1789, étudiés par David Feuerwerker, se dégage une grande volonté de changement dans la situation faite aux juifs clans l'Est de la France. (Le silence de la majorité des cahiers des régions méridiopales du pays prouve à lui seul qu'il n'y existait pas cie problème juif particulier.) Les questions économiques figurent au premier rang des préoccupations . précieuses indications sur les origines. de la condition faite aux communautés juives et sur les racines de l'antisémitisme. A la veille de la Révolution, selon le cahier de doléances d'Erstroff. dans l'actuel département de la Moselle, ce qui manquait en fait aux juifs, c'était l'établissement d'une loi nafurelle, fondéesur la justice. La lettre de convocation des Etats Généraux (21 janvier 1789) a été rédigée par le ministre Laurent de Villedeuil dans cette maison de la place des Vosges où le rabbin D. Feuerwerker a élaboré son étude sur les Cahiers de Doléances. Ils devaient la trouver enfin dans l'application des principes fondamentaux de la Déclaration des d1'Oits de l'h011lme et du citoyen. ils étaient rendus responsables, 1). L'usure des juifs, selon le cahier de doléances de la noblesse de Nancy, est « un des fléaux les plus redoutables des campagnes ». « Les juifs, dit le cahier du clergé de Colmar, sont la principale et la première cause de la misère du peuple, de la perte de tout sentiment d'énergie. »Un premier remède, selon le cahier de doléances de la ville de Strasbourg, consisterait à ordonner que les créances des juifs soient constituées au denier vingt : entendons qu'ils ne puissent prêter à plus de S %. D'autres, ainsi le Tiers-Etat de Haguenau, pour briser le monopole juif du prêt d'argent, proposent qu'il soit mis fin à la vieille conception canoniste et que les communautés ecclésiastiques soient autorisées à prêter au taux dè :\ %. A insi l'opinion publique, dans un très large secteur, était loin d'être favorable à l'entrée des juifs dans la s'Ociété CIVIle et politique. Mais les esprits les plus éclai rés n.e pensaient pas de même. Dans l'Assemblée constituante, les juifs comptèrent des défenseurs illustres. Mirabeau avait écrit en 1787 un éloge de Moses Mendelssohn, et en I788 une brochure s~{r la réforme politique des juifs. L'abbé Grégoire, curé d'Emberménil, en Lorraine, publiait un Essai sur la régénération physique, morale et politique des jnifs. Lorsqu'en décembre 1789, il fut proposé de décréter l'admission des non-catholiques à toutes les fonctions publiques, Clermont-Tonnerre. Duport et Robespierre demandèrent que hiers de doléances de 1789, publié dans la revue Annales (I96:i, n° 1). L'auteur a procédé à une analyse critique approfondie des cahiers qui abordent le problème juif. En fait, il s'agit surtout de cahiers de l'Est de la France et donc des juifs cl' Alsace et de Lorraine (19 cahiers d'Alsace, 138 de Lorraine et du Barrois, 146 des Trois Evêchés; 4 cahiers seulement pOUl' le reste cie la France) . Parmi les doléances, l'usure vient au premier rang (011 doit cependant noter qu'une centaine de cahiers, soit le tiers de l'ensemble ici considéré, n'aborde pas cette question). La répartition géographique de ces doléances semble aller à l'encontre des idées jusqu'ici admises : les Trois Evêchés viennent en tête, suivis par la Lorraine, l'Alsace occupant la dernière place. Quinze cahiers alsaciens ne touchent pas à cette question. D'autre part, plus de cinquante pour cent des cahiers in sistent sur la nécessité, pour lutter efficacement contre l'usure, d'une organisation générale du crédit. Enfin, certains cahiers ont le courage cie dénoncer l'us'UI'e chrétienne, six vont même jusqu'à reconnaître que tous les moyens d'une existence normale sont refusés aux juifs. Quant à la haine religieuse, elle est absente cie la' plupart des cahiers : sept cahiers lorrains en portent des traces manifestes, s'ix dans les Trois Evêchés, mais aucun en Alsace. Les cahiers ne se contentent pas de prés'enter cles doléances : ils proposent des communautés juive ' de l'Est dans l'ensemble du royaume; d'autres (ils sont plus nombreux) leur expulsion hors de France. Les cahiers de doléances analysés par notre auteur ne se bornent pas cependant à ces mesures restrictives traditionnelles; ils suggèrent aussi, par leurs thèmes constructifs, cles solutions positives au problème juif. « Rendre utiles » les juifs -- l'ex- (1) Ecartés, sous l'Ancien Régime, de la plupart des professions, les juifs se trou· vaient souvent confinés dans des activités de caractère financier, que l'Eglise inter· disait, en principe, à ses ressortissants. Les prêts d'argent, qui n'étaient pas le fait des seuls juifs, et les difficultés que rencontraient parfois les paysans débi· teurs apparaissent, historiquement, non pas comme la cause, mais comme la con· séquence de la misère qui régnait dans les campagnes, au sein de la société féo· dale.

Notes

<references />


Catégories