Droit et Liberté n°138 - septembre 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Après le rejet de la C.E.D. par l'Assemblée Nationale, poursuivons dans l'union la lutte contre le réarmement allemand page1
    • M Lyon-Caen: notre combat ne doit pas se ralentir page1
    • Contraire aux intérêts de la France, la propagande antisémite doit cesser page1
    • Aux USA, malgré la décision de la Cour Suprême, le racisme a eu sa rentrée page1
    • Orléansville notre douleur par Albert Levy page1
    • Au cours du débat sur la C.E.D. voici ce qui a été dit à l'Assemblée Nationale page2
    • Pour l'union contre le militarisme allemand, le MRAP s'adresse à la L.I.C.A. page2
    • Unis, poursuivons la lutte contre le réarmement allemand page3
      • interventions de : Procureur général Mornet, V. Jankelevitch, J.P. Bloch, Laurent Casanova, J. Debu-Bridel, Edmond Michelet, D. Decourdemanche, Elie Bloncourt, Henri Bulawko, général Le Corguillé, Jacqueline Marchand, Léo Labusquière, Claude Rybois, Dr André Bloch.
      • Cinq années d'action inlassable
    • Visite aux dirigeants de la communauté juive de Berlin-Est: interview recueillie par Albert-Paul Lentin page4
    • Deux bourreaux d'Oradour graciés page4
    • Maroc: A qui profite l'antisémitisme? page4
    • Une provocation raciste déjouée à Belleville page4
    • Ce qu'on dit à Summerston (discrimination raciale aux USA page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.II1III1I1I1III1IIIIIII11III1IIIIII11II11I1I1II1I1I11U~ 7 E: DRA 0 GALA ANTIRACISTE A PLEYELI 252, Rue du Faubourq Saint-Honoré (Métro : TERNES) N° 139 (243) OCTOBRE 1954 30 FRANCS A 20 HEURES 45 PRECISES présenté par le sy",pathlque anl",ateu,.. de la radio And ré Chanu avec le concours de Espanila CORTES , r r n al emand Si as lalal ~ Danseuse étoile de l'Opéra et de l'Opéra-Comique • La grande vedette du disque . LES ACCORDS DE l ON DRES PEUVENT ET DOIVENT ETHE MIS EN ÉCHEC comme l'a été la C.E.D. EN vérité, à en juger par l'attitude du gouvernement de M. Mendès-France, tout se passe comme si celuici voulait se faire pardonner d'avoir lié son nom aux deux grandes victoires remportées par notre peuple ces llerniers mois. Ayant signé, à Genève, les accords mettant fin à la guerre d'Indochine, le gouvernement français s'est empressé de participer au pacte du sud-est asiatique. que c'était fatal. Ce qui serait fatal aux accords de Londres, c'est que l'opinion ait le temps de les étudier (Suîte en page 2) N'ayant pas réussi à rame- ____________ 1 ner de Bruxelles, les quel: ques modifications de style, qui lui eussent permis de défendre, devant le Parlement r-----PAR-------~ Charles PALAnT Secrétaire Général du M.R.AP. et l'opinion, la reconstitution du militarisme' allemand d~n s le cadre rle l~ t::!.E-D., le président du Conseil s'en est aussitôt allé à Londres ~l",crn("ipr des accords qui lui A - - Pr oclamons p ar de multiples PÉTITIONS ET DÉLÉGATIONS a" L'OPPOSITION DES ANTIRACISTES UNIS Ioule renaissance de la Wehrmacht _ - Mick MICHEYL • La grande fantaisiste Espanita Cortès « De l'air pur dans la chanson »~ Lily FAYOL • • La révélation 1954 C'est MAINTfNANT qu'il faut dire NON 1~ LE cho::o:~e;art~~r~LES R. CHABRIER Albert URPER L A diplomatie française vient de remporte!." un succès sans précéder.!. Un pas décisif a été fait :;ur le chemin de I.~ paix : l'Allemagne va être réarmée. Tel est le :thème de la stupéfiante campagne qui se poursuit depu.ïs deux semaines et qui tend à persuader le Parlement et l'opinion qu'après le rejet de la C.E.D., il n'est pas de tâche plus urgente, pas de mesure plus propre à diminuer la tension internationale que de doter l'Allemagne de Bonn d'une armée de 500.000 hommes dont on nous annonce déjà la compositio n : armée de terre de 12 divisions dont 4 blindées (les nouvelles Panzerdivisionen), 2 mécanisées, 6 motorisées, une aviation tactique de 1.500 appareils et une flotte de guerre de 180 navires. raIe s'interdit de fabriquer sur ~ son territoire des armes atomi- ~ ques, chimiques ou biologiques, ~ rien ne lui interdit de repren- ~ dre dans ce domaine les recher- ches interrompues en 1945 et le - chancelier Adenauer a tenu à rappeler explicitement sesdroits à cet égard ; si elle s'in- • Le célèbre imi tateur Jean VALTON terdit de fabriqu.er des engins • • Léo NoEL et son orgue de barbarie à longue portée ou téléguidés, Le composite, ur et pianiste des navires de guerre ou des ~ , A ces grands .noms qui permettent déjà g avions de bombardement .gtra- ~ J WI E ER d augurer du sucees de notre gala, d'autres tégique cette interdiction peut ~ ea n n~ms ùe vedettes aimées du public viendront ~ être « amendée ou supprimée ~ ~j~uter. Vous les trouverez SUI' les affiches ~ 'par décision du Conseil des mi- - edItees prochainement par le M.R.A.P. ~_ nistres de Bruxelles prise à la majorité des deux t iers » et il BOIl d 2' 50 ' 7 0 (Suite en page 3) - 1 ets e a 5 francs, à toutes les sections du M.R.A.Po, à Pleyel § Claude-Frédéric LEVY - et 14, Rue de Paradis (Tél. : TAI. 53-32) g ,.111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IlrllllllllIllllllllllIllllIIllllllIIllllllllllllllllllIlllllIIII~ .J--_________ •. ~ ...... --_ --, !\v-:.'" . ) Q 1 Les classiques français de la fraternité humaine le président du Conseil s'en est aussitôt allé à Londres négocier des accords qui lui valent, au retour, l'approbation de ceux qui naguère lui refusaient tout soutien, quand sa politique était conforme aux intérêts et à la volonté de la nation. Mais rien ne peut renverser l'impératif suivant : en imposant le 30 août 1954, le rejet de la C.E.D. par l'Assemblée Nationale française, le peuple de notre pays s'est clairement prononcé contre la renaissance d'une puissvnce militaire allemande sous quelque forme' et sous quelque prétexte que ce soit. Or les accords de Londres: s'ils étaient ratifiés, Rllraient pour effet de pourvoir immédiatement l'Alle'magne de Bonn d'une armée de 500.000 hommes, dotée d'un état-major de généraux nazis. Y a-t-il donc une fatalité du réarmement allemand ? Certainement pas si la France dit non. Le devoir bien compris, de notre pays, est de 's'opposer au réarmement de l'Allemagne. La France en a le pouvoir, qui en décembre 1944 a ~i: gné avec l'U.R.S.S. un traIte d'alliance et d'assistance mutuelle contre toute menace venant d'Allemagne. La France en a le pouvoir qui, le 17 mars 1948, signait le traité de Bruxelles, engageant notre pays, la Grande- Bretagne et le Bénélux « à prendre les mesures jugées nécessaires en cas de r e p ris e d'une politique d'agression de la part de l'Allemagne ». La France en a le pouvoir, qui peut au sein du Pacte Atlantique opposer son veto à l'entrée de l'Allemagne dans l'O.T.A.N. Le pouvoir et l'autorité d'un gouvernement français sincèrement disposé à s'opposer au réarmement de l'Allemagne serait en outre considérablement accru. Il s~Tait assuré d'un tel soutien populaire, qu'il serait impossible à nos partenaires de n'en point tenir compte. La hâte même, avec laquelle M. Mendès-France. entend faire ratifier les accords de' Londres, dément la fatalité du réarmement alleIlland. Tout se passe comme si l'on voulait mettre l'opi. nion devant le fait accompli et prétendre, après coup, née, que, dès le printemps 1955, nous aurons la satisfaction de voir les premiers soldats d'une armée toujours habillée de vert mais dotée de nouveaux casques et d'un nouveau. nom, venir prendre, au coeur de l'Europe, la place laissée dangereusement vide par l'écroulement d'Adolf Hitler. Les classiques français a fraternité humaine D'aucuns font, il est vrai, observer qu'en septembre 1939, bien qu'il n'existât aucun vide sur notre frontière de l'Est, la France ne se sentait pas absolument à l'abri de toute menace, mais on ne manque pas de rappeler à ces esprits tourmentés que la Wehrmacht d'hier était bien différente de la Streitkraft de demain dont les accords de Londres ont strictement limité les armements M~ FRANCOIS RABELAIS . CDocteur en t,MeJteiru:. La Wehrmacht reprend sa marche. Il est encore temps de l'arrêter ! ... les effectifs. En vérité, rien ne paraît plus précaire que ces limitations, lorsqu'on les étudie à la lumière des textes. En effet, si l'Allemagne Fédé- LE Dr Henri Cyna est allé, au nom du M.R.A.P., à Orléansville, avec une délégation comprenant également l'écrivain Marc Beigbeder et M6 Marie-Louise Jacquier. Du 22 au 26 septembre, i! a parcouru la région. sinistrée, exprimant aux victimes la solidarité de la France antiraciste, et examfnant les conditions d'une aide plus efficace. Après avoir rendu compte de son voyage, le 30 septembre, au Comité d'Action de notre Mouvement, i! a bien voulu faire part de ses observations aux lecteurs de « Droit et Liberté ». Un sinistre campement dans les ruines - Nous avons vu, nous déclare- toi! les agglomérations sinistrées 'd'OrléansviIle, Flatters, Hanoteaux, Tenès, ainsi que la plupart des douars alentour. Notre première vision du séisme, ce fut, en venant d'Alger, une immense faille, longuè dè plusieurs centaines de mètre". Arrivés à Orléansville, 15 jours après le désastre, no~s avons eu l'impression d'une VIlle bombardée. Aucune maison n'était plus habitée sauf quelques rez-dechaussées. L'ensemble avait l'espect d'un vaste et simstre campement. 90 % des Européens sont partis après le tremblement de ter~ re mais les masses arabes, qUI n'~vaient pas les moyens .de s'éloigner, vivent dans les lUnombrables tentes répandues sur les places, dans les rues, dans la campagne environnante. La plupart des familles sont endeuillées. Toutes ont perdu il ' (()c1éaniJIJiLll!- · • • les biens qu'elles possédaient. De plus, un sentiment oppressant d'insécurité plane sur ce champ de rujnes, car l'on peut craindre encore de nouvelles secousses

et l'hiver qui approche

constitue une grave menace pour ces hommes, ces femmes, ces enfants, sans toit, insuffisamment vêtus et mal nourris. 1 TONNE de vêtements recueiUis et envoyés par le NI.R.A.P. Une interview du Dr CYNA qui, au nom du M.R.A.P., a parcouru les régions sinistrées Un médecin pour 25.000 habitants - Comment les secours ontils été organisés ? - De façon très inégale, mais trop souvent avec une extrême lenteur, surtout dans les villages arabes. Quinze jours après le séisme, un haut fonctionnaire qui nJUS a reçus à la préfecture nOlis a dit désabusé : « On ramène enco; e des blessés ». Quant aux morts, ils n'étaient pas tous retirés des ruines. • &wc A Beni Rached',-l'épice~t~~du séisme, où l'on déplore un mort sur dix habitants, l'évacuation des blessés n'a commencé que quatre jours après la catastrophe. On peut dire que de nombreux blessés, en ce point et ailleurs, sont morts faute de secours assez rapides. - A quoi peut-on attr:buer ces lenteurs? - Il Y a des causes multiples. D'abord, le mauvais état des voies de communication. La plupart des douars sont très mal desservis. Le réseau routier est conçu plus pour faciliter la colonisation que pour les besoins de la population autochtone. Ensuite, il faut souligner le nombre dérisoire de médecin; et d'aides médicaux. Dans l'arrondissement d'Orléansville, pour 290.000 habitants (dont 9.000 Européens), l'on compte seulement 25 médecins, 3 sagesfemmes, 2 dentistes et 9 pharmaciens, établis dans les Ct:ntres principaux. Un élément de comparaison : dans le département de la Corrèze, pour la même population, il y a 161 medecins. A HanotealLX, l'administnteur nous a dit : Ch. Palant, secrétaire général du M.R.A.P. et A. Lévy, du Bureau Natiolnal, chargent une camionnette de vêtements pour l'Algérie (voir page 4). - Dans notre région, il y a un médecin pour 25.000 habi- (Suite en page 4) RABELAIS ON a semble-toi! négligé un peu trop l'influence de Thomas More sur Rabelais. L'impression en la- . tin de l'Utopie, l'oeuvre célèbre de Thomas More, faite à Louvain en 1516 fut pourtant, dit-on, surveillée par Erasme, leur commun maître en humanisme. Aussi, la parenté d'esprit des deux hommes n'est-elle pas faite pour nous étonner. Dans cette oeuvre où More avait imaginé une société communiste où chacun travaillait selon ses possibilités et 'recevait selon ses besoins, ,on peut glaner des pensées, chères aux humanistes d'ailleurs, que ne renierait certes pas Rabelais : « La nature enseigne l'amOur de Dieu en premier, puis excite à vivre gaiement et sans cha· grin et à procurer le même avantage à nos semblables ... L'homme qui suit l'impulsion de la nature est celui qui obéit à la voix de la raison ... Les plaisirs de l'âme sont dans le développement de l'intelligence. » présenté par Pierre BROCHON Montrer ici que le souvenir de l'oeuvre de More éclaire souvent d'une façon plus précise l'oeuvre de Rabelais, particulièrement du Tiers Livre, nous entraînerait trop loin. Remarquons seulement que l'emprunt le plus évident à l'Utopie concerne un problème qu.i est encore singulièrement d'actualité, celui du colonialisme. Pantagruel en effet se voit obligé de libérer le pays des Amaurotes, royaume natal de sa mère, des ,entreprises et ravages des Dipsodes. Ayant vaincu le roi des Dipsodes et trouvant le pays des Amaurotes surpeuplé au point que la ville « est tant pleine des habitants qu'ils ne peuvent se tourner par les rues », il décide de conduire une partie des Amaurotes dans les régions inhabitées du pays des Dipsodes. Rabelais ne fait là que se référer à Thomas More. N'oublions pas d'ailleurs que Amaur9te est capitale d'Utopie aussi bIen pour Rabelais que pour Thomas More. Or, « si dans l'île ,entière, dit ce dernier, la masse de la population devient trop considérable, on désigne des c,toyens pour aller 'onder sur le continent le plus p'roche ~ne colonie à laquelle . les Utopiens donnent leurs lois. Ils choisissent un territoire où les ind'gènes possèdent plus de terre qu'ils n'en ont besoin et les la,ssent incultes. Tout en occupant le sol, ils s'adjoignent les indigènes eu::c-mêmes pour peu que ces dermers acceptent de 'Vivre avec eux. Grâce à cette union volontaire, à la communauté d'institution et de moeurs les deux peuples, pour le plus grand profd, arrivent aisément cI n'en former qu'un seul. Par leur façon ~'administrer le pays, les Utoplens arrivent à rendre féconde pour la nouvelle colonie une terre que ses premiers ha- (Suite en page 2) Un premier pas dans la répression de la prop353nde antisémite Des poursuites engagées contre "Aspects de la France" UN premier pas vient d'être accompli dans la répression contre la propagande antisémite et raciste, que notre Mouvement ne cesse de réclamer. A la suite des articles injurieux et diffamatoires publiés par Aspects de la France ,contre le Président du Conseil, le Garde des Sceaux a saisi d'une plainte le Parquet de la Seine. M. Perez, juge d'in.struction a été commis pour mener l'enquête. La pres&e infâme déchaînée Dès 1952, par la brochulre intitulée

« Imposons silence à

la presse antisémite ! », le M. R.A.P. attirait l'attention de l'opinion publique sur la violation de la loi par les journaux maurrassiens. Au début de cette année, notre brochure « l,es antiracistes accusent » soulignait la recrudescence de cette néfaste propagande en liaison avec la renais:rance du nazisme en Allemagne occidentale, favorisée par la politique dite « européenne ». Dans chacun de ses numéros, notre journal a dénoncé comme contraire à la Constitution et aux intérêts de la France, les articles haineux publiés par Aspects de la France, Rivarol, Défense de l'Occident, Ecras de Paris et le.s quelques vingt autr,es feuilles spéCIalisées dans la diffamation raciste. Depuis la venue au pouvoir de M. Mendès-France, cette presse infâme s'est littéralement déchaînée. Le nom du chef du gouvernement lui sert de prétexte pour illustrer avec son habituelle malhonnêteté ses élucubrations antisémites. Pierre Boutang dans Aspects, entend expliquer la politique du gouvernement actuel par les seules origines de son président. Et cela lui suffit pour condamner, par exemple, la paix en Indochine, dans l'impossibilité où il se trouve de justifier sa position par des motifs avouables. Prétendre que tout le problème se réduit à savoir si tel ou rtel homme politique est juif ou pas, c'est la diversion classique utilisée depuis fort longtemps par ceux qui veulent escamoter les vrais problèmes : paix ou guerre, démocratie ou fascisme bien-être ou misère dont la so~ lution. ~'a aucun ~apport avec la rehglOn ou les oriaines des h?mmes qui s'appliqtfent à le resoudre, daa;; nn sens ou un autre. N'empêche, l'occasion est trop belle, et Aspects n'hésite pas à crier à la « dictature juive . « Il ,me ~em?le, écrit B()uhng, que 1 expl,catlOn des ades de Mendès par cette situation de juif qu'il n'a pas choisie est la plu~ loyale » ... (24-9~1954). Et d'ajouter que les juifs ne peu. v~nt « être bons qu'à leur mamère ... selon l'idolâtne d'euxmêmes et de leur race ». (Suite en page 4) Louis MOUSCRON. DROIT ET LIBERTE ILlUJ • VlUJ • lE iNlIIE INIID lUJ '. IL lU)'. V lU • lE INIIIE INIID lU lfIHIEA\ lflRIE ILIIVIR.ES Les sorcières r de Washington PORGY and BESS L NOMBREUX sont les Parisiens quf voudront voir (ou revoir) le bel opéra de Gershwin Porgy and Bess représenté .de nouveau d~puis quelques Jou,rs au Théâtre de l'Empire. Comme combattants antiraCIStes nous sommes particulièrement touchés par cette oeuvre interprétée presque uniquement par des artistes noirs, dont le talent de chanteurs, d'acteurs et de danseurs suscite l'admiration unanime. S'il y a des réserves à fai·re SUir le livret de Du Bose Heyward, il est certain cependant qu'il est traversé d'un bout à l'autre par un souffle de profonde humanité. Le drame particulier qui sert de ch~rpente à la pièce importe mOIns que la vie quotidi·enne des travailleurs noirs de Catfish Row (faubourg de Charleston, en Caroline du Sud) vie misérable qui nous est mo~trée sous tous ses aspects touchants et tragiques. Les artistes semblent vivr~ P.1!ltôt q,ue jouer ces scènes vane~ s, ~u al~ernent la joie et le deUil, 1 espOIr et la crainte, les ,sentiments et les passions qui sont ceux de tous les hommes, sans distinction de race et de couleur. Irène Williams (Bess) On sort de ce spectacll! plus persuadé encor'e de l'absu rdité et de l'odiewse cruauté du racisme. " la Peur" au Théâfre de Poche CE livre (1), dont l'auteur Jay Deiss, est un inconnu en France, est un roman oassionnant. On s'en arrache avec peine et il est des pages qu'on lit, angoissé, les nerfs tendus comme si nous avions nous aussi, comme Faith Robles Vance, à comparaître devant la Commission des activités antiaméricaines. « Je me demande, dit l'avocat de Faith, je me demande ce que je ferais à votre place ? Je me demande souvent ce que je fera:s si je me trouvais jeté en plein milieu de la ligne de feu ... » Cette question, tous les simples gens pourraient se la poser aussi, car nul n,'est à l'abri des soupçons dans un Etat où certains « veulent prouver une thèse. Laquelle réduite à ses /ermes est parfaitement simple : le pays est miné par les Rouges. Un Rouge, selon eux, peut se trouver dans la peau de n':mporte quelle personne appartenant à n'importe quel groupement, en dehors de la grande indus/ rie et de ses organisations satellites ». C'est son propre mari qui dénoncera Faith Vance comme Rouge et sur cette seule accusation toute la machine de la répression se mettra en branle, écrasant dans ses rouages implacables la vie de cette jeune La pièce en trois actes de ment représentés. La voir c'est femme, s'efforçant surtout d'entratives, brimades de la police, absurdité des interrogatoires

«- Jeune personne, êtes-vous athée? « - Dites moi, avez-vous du sang juif dans les veines ? « - Peut être serez-vous assez bonne pour nous dire s: vous fréquentez les Nègres? « - Etes-vous partisan de l'amour libre ? « - E/es-vous communiste ? « - Si vous n'êtes pas une Rouge, c0'!lm~nt se fait-il que vous expOSIeZ Imprudemmenl sur le p,ano de votre living-room un buste de Karl Marx ? » Ce buste de Karl Marx qui est en réalité celui de Mozart, devenu la pièce à conviction n° 1 voilà qui rappelle la solidité de~ ·a rgument~ · sur lesquels reposèrent la vIe des deux innocents Ethel et Julius Rosenberg. Comme les Rosenberg, Faith Vance ne veut être ni héros ni martyr. C'est une simple temme,. eUe veut vivre en paix. MaIS elle saura vaincre la peu.r trouver appui dans les force~ 'saines du peuple. Et c'est un des grands mérites du livre : il nous rend le vrai visage de l'Amérique. L'Amérique de lincoln et de Roosevelt où une foule de simples gens, d'inconnus épris de paix, luttent contre leur propre faiblesse pour débarrasser leur pays de l'emprise de., chasseUtrs de sorcières. Georges Sl"o ri,a , « La Peur », quai . 1a fO'IS l eur rendre un n'oguvell uer toute son âme dans le pièa co?nu ete d~~nier un grand hommage et assister à un spec- ge de la peur. (1) « Les sorcières de Wass~ cces ,.au Theatl"e Monceau, tacle de qualité. Pour cela tous les moyen,s hington », par Jay Deiss (GallivIent d etre reprise au Théâtre sont bons : sanctions adminis- mard). de Poche, toujours dans la miser------------------------------...:....---------en scène de Tania Balachova. Il s'agit, on s'en souvient d'une évocation de l'affaire Ro~ senberg. Georg.es Soria montre les répercussions de cette affai~ Ir~ d!lns la vie de plusieurs amérlcams, dont 'Utn médecin qui avait témoigné au procès d'Ethel et de Julius. Toute la noblesse, tout le courage des Rosenberg apparaissent dans ~ette pièce, sans que les deux heros y soient directe- SCUlPIURI .CO N SIANT L ANIMALIER bien connu, _ Josppn CONSTANTINOV'- SKI, expose à la Marcel BERNHEIM ses récentes sculptures. UN TEXTE DE RABELAIS Comment Pantagruel transporta en Dipsodie une colonie d'Utopiens A PRES avolp entièrement conquis le pays de Dlpsodie, Pantagruel y transpopta pOUl' le rafraîchlp, le peupler, l'ornel' - Il était fort mal habité et en grande paptie désertique -, toute une colonie d'Utopil,.ns, au nombre de neuf milliapds huit cent soixante seize mille deux cent dix hommes, sans compter les femmes et les petits enfants : tous aptlsans de tous métiers et professeurs de toutes sciences libérales ... Il ne fut aucunement trompé dans ses prévisions : si les Utoplens, avant ce transport, avalent. été fidèles et." peconnalssants, les Dipsodes, lorsqu'ils eurent convepsé quelques jours avec eux, le furent bien davanl'épargner, lui pedonnep des fopces, de façon qu'il puisse avoir cette opinion qu'II n'est au monde ni roi ni prince qu'il ne veuille plutôt avoir pour ami que pOUl' ennemi. Osiris, le grand roi des Egyptiens, conquit toute la terre non tant pal' ses armes que pal' le soulagement de toutes les vexations, l'enseignement du bien et de la vie saine, ses lois commodes, ses gracieusetés et ses bienfaits. Aussi, sur l'ordre donné par Jupiter à une fête de pamyle, fut-II surnommé pal' le monde, le grand roi Evergète, c'est.. -"'~ W_.!ai\o .... Papce qu'II avait agi ainsi, Alexandre de Macédoine fut empereup de l'univers. Hercule cédep la Justice. Sa Justice apparaîtra en ce que, pal' la volonté et la bonne affection de son peuple, il donnera des lois, publiera des édits, établira des religions et fera dpolt à chacun ... C'est ce que pensait Numa Pompilius, second roi des Romains, juste, politique et philosophe, quand Il ordonna que, pOUl' la fête du Dieu Terme, Il ne serait sacrifié rien qui ne fOt mort. Pal' là Il nous enseignait qu'il convient de garder et gouvepnep en paix, amitié et débonnaipeté, sans se s~ulller de sang et de pillage, les fpontlères et les annexes (lU royaume. qui fait autrement non seuleme~ t perdra ce qu'II a conquis, mais aussi souffrira ce scanda- Le Comité d'Action du M. R.A. P. réuni le 30 Septembre sous le présidence de M. Léon L YON ... CAEN appelle à l'union des antiracistes contre les accords de Londres et le réarmement allemand Le Comité d'Action du M.R. A.P., élu à la 6' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, s'est réuni le 30 septembre sous la préSidence de M. Léon L YONCAEN, Premier Président honoraire de la Cour de Cassation. Ouvrant la séance par une brève allocution, M. Lyon-Caen se félicita tout d'abord du rejet de la C.E.D., soulignant la nécessité de ne pas relâcher nos efforts pour empêcher le réarmement de l'Allemagne, qui menace sous une autre forme. Puis, évoquant la terrible catastrophe d'Orléansville, il exprima les sentiments de fraternelle solidarité qui animent tous les antiracistes à l'égard du peuple algérien si douloureusement frappé. Charles PALANT présenta ensuite le rapport. Après avoir analysé.1es victoires remportées par les forces pacif~ ques, depuis la Journée Nationale (paix en Indochine, rejet de la C.E.D.), il rappela l'action poursuivie par le M.R.A.P. depuis plUSieurs années contre le réarmement de l'Allemagne, action qui s'est intensifiée à la veille du débat sur la C.E.D. Puis, examinant l'attitude prise à Londres par M. MendèsFrance, Charles Palant invita les militants à multiplier les initiatives pour que s'exprime avec éclat, et dans l'union, l'opposition des antiracistes à toute re- . constitution de la Wehrmacht. Il proposa notamment l'envoi de lettres et de télégrammes au Président du Conseil, l'organisation de délégations auprès des élus, la tenue de réunions et de meetings, la pose de plaques à la mémoire des victimes du nazisme, etc ... « Il faut, déclara-t-il, retrouver, rassembler, unir plus encore tous ces hommes, toutes ces femmes qui ont combattu a nos côtés. Il faut, avec eux, tirer la leçon du rejet de la C.E.D., et La poursuivre la bataille sous toutes ses formes ... « Il faut affirmer avec force que, même sur l'invitation de M. Mendès-France, nous n'accepterons jamais d'être dans le même camp que les bourreaux nazis. » Puis Charles Palant dénonça la virulence croissante des journaux antisémites, dont l'un, Aspects de la France, vient d'être poursuivi pour ses campagnes contre le Président du Conseil. Il demanda que ces poursuites soient étendues à l'ensemble des écrits antisémites. Enfin, le secrétaire général du M.R.A.P. insista sur l'importance du gala antiraciste qui aura lieu à Pleyel le 7 novembre et sur la nécessité, pour tous les militants, de diffuser activement U,ne lettre Au cours de sa réunion du 30 septembre, le Comité d'Action du M.R.A.P., réuni sous la présidence de M. Léon LYONCAEN, a adopté la l·ettre SUiVnl!te à l\L Mendès-France, exprimant l'opposition de tous les antiracistes au réarmement al!?mand, décidé à la conféren·Je de Londres. Monsieur le Président du Conseil, A l'heure où vous débattez. à Londres, du problème aU aman d, nous croyons de notre devoir d'attlr«:r une nouvelle fois votre attentIon sur 1'0ppOSlthl' de l'op'nion .. ntlraciste au rea~memt: nt de l'Allemagne, sous quel_ que forme que ce soit. Le rejet de la C.I::..D. a éte salué pal' tous les antiracistes comme un'! v'ctolre c;les force!: patriotiques françaises SUl' les éléments bellicistes et nal: ~ qui occupent de nouveau à B_~n les postes dirigeants et rêv,mt de vie du LE JEUDI 28 OCTOBRE, à 20 h. 45 à l'Hôtel Moderne (Place de la République) .. ,ou' ,. d'·liruLillie· CONFERENCE, sous la présidence de M. Léon LYON-CAEN1 Président les billets d'entrée, accompagnés des billets de tombola. Il termina en exprimant au Président Léon Lyon-Caen, à l'occasion de son soixante-dixseptième anniversaire, les voeux et la respectueuse affection de tout notre Mouvement. Dans le débat qui a suivi, sont intervenus notamment M' Sarott e, le Dr Cyna (qui fit un compte rendu de son voyage en Algérie), le Dr Arager, Albert Lévy, J. Furmanski, Charles Hutman, S. Kornblut. Th. Rahandraha, M. Khaled et le Dr Wroclans. A l'issue de la discussion le Comité d'Action Il élu' le nouveau Bureau National du M. R.A.P. M. Léon LYON-CAEN a été réélu préSident et Charles P ALANT secrétaire général du Mouvement. Le président Lyon-Caen, à qui le Comité d'Action a exprimé sa respectueuse affection à l'occasion de son 77t. al1niversaire à M. Mendès-France prendre leu,- rev:mche sous le couvert de l'idée « europècnne ». Ce fut une victoire aussi sur les collaborateurs d.'hler qui se regroupent en France, éditant plus de vingt publications antisém'tes et racistes, et qui comptent sur la protection d'une nouvelle Wehrmacht pour recommencep leurs forfaits. Le pays ne doit pas être frustpé de cette victoire. Que ce soit dans le cadre de la C.E.D. ou sous une autre forme, le péarmement d'une Allemagne divisée est foncièrement dangereux pour la Fpance et pOUl' la paix. Le passé récent a montré douloureusement l'inefficacité des « garanties » et des « contrôles » que l'on songe à opposep au militarisme allemand, tout ppêt à renaître. Plus que Jamais, le souvenir des milrons de victimes du nazisme, présent à notre esprit nous Interdit de laisser réarme; l'Allemagne. Nous pensons aux rafles atroces du 16 juillet 1942, à Auschwitz et à Oradoup aux déportés et aux fusillés: Nous ~ensons aux pescapés, aux orphelinS, à nouveau menacés. C'est pourquoi nous vous adjurons, Monsieur le Président du Conseil, tenant compte de la vo~onté de tous les antiracistes qUI est celle de tous les patrio_ tes, de vous opposep avant qu'II ne soit trop tard, à tout péarmement de l'Allemagne et de rec~ erche.p, pal' une négoc'atlon necessalre, la solution pacifique du problè~e allemand, gage de la sécurlte' fpançaise, de la coopération européenne et de la paix. LE COMITE D'ACTION DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITIS_ ME ET POUR LA PAIX. M. R. A. P. LE GALA DU 7 NOVEMBRE TEMOIGNAGES de la sym- les antiracistes, tout comme Il pathle et de l'aide que le e t M.R.A.P. a su trouver dans s une aide matérielle pOUl' les t' luttes à mener, luttes et moyens son ac Ion, les précédents galas plus que Jamais nécessaires tande notre Mouvement ont témoi- di gné aussi par leup réussite cons- s qU,e .Ie réapmement allemand tante de l'éclat et de la tenue se precIse avec son cOMèlle de


30 mars 2010 à 10:17 (UTC)~~------------------________________ JJ __ nu.~'~~ti~.~i~;~ci:~:~:lrCharles.~-~m~~en~a~~ces.

L.i SIG, expose à la Marcel BERNHEIM ses récentes sculptures. Certai nes sont monumentales, d'autres plus r édui t es. Constant sai t r endre aussi bien la douceur des animaux inoffensifs que la puissance des rapaces. T el cet épervier dont chaque partie et la pose d'ensemble expriment la v igueur, la force et l 'inst inct de domi nat ion. Toutes sont expressives bien que trai tées avec sobriété. Constant possède ce sens ai gu d'observation qui lui permet, sans se perdre dans les détails, de donner dans des formes Ilpurées une synt hèse pathét ique du sujet. sants, les Dipsodes, lorsqu'ils Parce qu'II avaIt agi Illnsi, qui fait autrement non seuleeurent conversé quelques jours Alexandre de Macédoine fut em- ment perdra ce qu'II a conquis, avec eux, le furent bien davan- pereur de l'univers. Hercule mais aussi souffrira ce scandatage, par je ne sais quelle fer- posséda tout le continent parce le et cet opprobre, qu'on l'estiveur naturelle qu'ont tous les qu'il délivra les humains des mera l'avoir et à tort mal achumains aux débuts de tous monstres, des oppressions, des quis et, qu'en conséquence, l'actravaux qui se présentent à leur exactions et des tyrannies, parce qulsitlon est expirée entre ses gré. Ils se plaignaient seule- qu'il les gouverna par de bons mains, car les choses mal acment, et en attestaient tous les traitements, les maintint, en quises dépérissent. Quand le cieux et Intelligences mO~flces, toute équité et bonne Justice, conquérant en a Jouissance toude ce que la renommée du bon sous un doux gouvernement et te sa vie, si toutefois les héri- Pantagruel ne fût pas venue des lois convenant à l'ordre des tiers les voient dépérir, sur le plus tôt à leur connaissance. contrées auxquelles elles étaient défunt le scandale sera le mê- Vous noterez donc ici, bu- appliquées, parce qu' il suppléa me et on maudira sa mémoire veurs, que la manière d'entre- à ce qui manquait, et pardonna comme celle d'un conquérant tenir et de 'retenir un pays nou- tout le passé avec l'oubli sem- inique. Vous dites, en effet, vellement conquis n'est pas, plternel de toutes les offenses comme · proverbe commun comme ç'a été, à leur dam et précédentes... « Des choses mal acquises, le déshonneur, l'opinion erronnée Le conquérant, qu'il soit l'DI, troisième héritier ne Jouira pas.» dence de M. Léon L YON-CAEN1 Président du M.R.A.P. LES ANTIRACISTES DEVANT LES :ACCORDS DE LONDRES ET LA MENACE ' DU RÉARMEMENT ALLEMAND Rapporteur Me Claude-Frédéric LEVY1 membre du Bureau National du M.R.A.P. Les militants et amis du M.R.A.P. sont invités à y participer Il ne cherche pas seur:ement à reproduire des contours ou à créer des volumes. Ses oeuvres respi r ent une vie i ntérieu1"CJ. Ri on peut le di re à propos d'animaux. de certains esprits tyranniques, prince, philosophe, ne peut ré- (Pantagruel, Livre I/J, chapitre dtrea ipnidlrleer, ldeeu rl ep evuepxleer,, ddee llee crouni-- \",~qg~un~ee ~rs~'aI~Iv ~feac~i~tl,e ~àp~ ls~ue~ss~ dv~ee~br~tou~sn~ hs~eu~uc:-r_ _~ d1e~rn.e: Ap:adr~ aJe~apn~ tG~aar~rtols.~)o ~n~e~n:f~r~a~n~ç~a~ls~mo-l30 mars 2010 à 10:17 (UTC)30 mars 2010 à 10:17 (UTC)30 mars 2010 à 10:17 (UTC)30 mars 2010 à 10:17 (UTC)30 mars 2010 à 10:17 (UTC)Charles: ner, ou de le gouverner avec Ce qui est cer t ai n , c'est qu'il • s'en dégage le sérieux et l'amour que l'animalier met à cr éer une verge de fer, bref, de le manger et de le dévorer, d'être pour lui, ainsi que l'appelle Homère, le 1'01 Inique démovore, c'est-à-dire mangeur de peuple ... Comme un enfant nouveau- né, il faut l'all ait er, le bercer, J'am user, lui donner de l'assurance et le défendre, contre tout évènement imprévu, contre toutes les Injures et toutes les Le souci quotidien de nos finances Constant est -il actuellement le plus grand animalier de France ? Il importe peu de trancher cet te question. Il est importa"l,t de r econnaître en lui un grand et authentique artiste. A la même Gal er i e se t ient une exposit ion de peintures et aquar elles de Samson SHAMES. calamités. Comme J'on p~ocède avec une personne qui a fait une grande maladie et qui· entre en convalescence, il faut le choyer, NOUS donnons ci-dessous les résultats des collectes effectu ées en faveur du M.R.A.P. et de Droit et Liberté depuis le 15 septembre. La somme recueillie, qui représen te un certain effort de la part de nos amis, est, il faut le dire une nouvelle fois , nettement insuf~ fisante par rapport aux besoins du Mouvement. S uite de l'article de Pierre Brochon bitants trouvaient âpre et in- Rabelais cet épisode de la colograte. » nisation du pays des D:ps{)des La publication de notre jour nal, ~a lutte menée par le M.R. A.P., qui s'amplifie sans cesse, nécessitent, si grand soit le dévouement de nos militants, un minimum de dépenses indispensables. L'argent, qui est le nerf de la guerre, est aussi le nerf de l'action pour la paix, pour l'égalité et la fraternité des hommes. Et nous ne ferons ) &.mais trop, face aux 20 feuilles antisémites e~ racistes qui paraissent actuellement en France. L'issue de la bataille dépend, en partie, des IIH'yens matériels dont nou::; disposerons. notre grand gala du 7 novembre, pour diffuser les billets d'entrée ·et les billets de tombo- . la à cent francs. C'est aussi lutter contre le racisme et l'antisémi tisme. Et aucun antir&.. ;i~ te ne refusera d'apporter, en les prenant, une aide matérielle au M.R.A.P .. Au t ravail, donc ! Ayons t:ms le souci quotidien des finanJeE de notre Ml'uvement ! LA COLLECTE Dons: Dr Rennert : 2.000; M. Bala ban : 1.000 j Dr Schwa.tlLenoir

1.000 j M. Dlama" t :

3.000 ; M. Ellony : 300 ; Dr DIdei

3.000; M. Max Ja cobs

3.000; M. Jean Bloch : 3.00'; ; M. Centenaire: 5.000 j M. Ben. veniste : 20.000. TOTAL : 71.300 frs. BILLETS DE TOMBOLA 3° Arrt : 3.000; Palant 1.000 j Section 12" : 2.500; Section 5° : 1.300 j Mledjlnskl : 2.000; Dutkiewicz : 2.000 j A. Lévy : 1.000 ; Edouard : 1.00G. TOTAL: 13.800 frs. LISTES DE SOUSCRIPTION Korn : 1.300 f rs. CARTES D'AMIS Sect ion 19· : 1.200 frs. TOTAL GENERAL : 87.600 frs. de notre Mouvement ont témoigné aussi par leur réussite constante de l'éclat et de la tenue qu'en attendent à l'avenir tous ses amis. dis que le réarmement allemand se précise avec son cortèlle de menaces. NOliS y trouverons des raisons supplémentaires d'assurer son plein succès ou 5e Gala du M.R.A.P. Notre 5" Gala qui aura lieu le Dimanche 7 novembre en soirée à la salle Pleyel, ne saurait faillir à la tradition. Cela Impli- I -------------que J'élaboration d'un programme équilibré dans sa diversité, par la participation de vedettes célèbres et d'artistes confirmés du chant, de la danse, des variétés comme auss,i bien la diffusion et la vente des billets ou l'action nécessaire de la propagande écrite ou parlée. Effort collectif dans lequel : dirigeants, militants et amis ont chacun leur part à assumer comme Ils participent tous au mérite du succès. Mais par delà le plaisir de cette soirée de fête, l'action du ga la du M.R.A.P. se prolonge dans la vie et l'action du Mouvement. JI contribue en effet à resserrer les liens qui unissent Un nouveau livre du poète Pierre MORHANGE L'auteur de « La Vie est unique », du « Blessé », d'« Autocritique suivie de pièces à conviction », notre ami le poète Pierre Morhange, va publier ces jours-ci, chez Pierre Seghers, un nouveau recueil de poèmes, intitulé : « LA ROBE ». On trouvera cet ouvrage le 30 octobre, au Vél' d'Hiv, à la vente annuelle du Comité Nat ional des Ecr ivai ns. Suite de l'article de Charles Palant et les ayant démasqués, de les combattre et d'en imposer le rejet, comme ce fut le cas de la C.E.D. On cherche donc à arracher la décision du Parlement pour ne pas avoir à subir celle du peuple. Voilà la vérit é. LE gouvernement de M. Mendès-France, qui voilà trois, mois se félicitait du soutien de l'opinion publique, fuit maintenant l'opinion populaire et tente de la gagner de vitesse. Telle est la r éalité. Tous les ant iracistes qui participèrent à la grande victoire nationale du rejet dE' la C.E.D. savent quelle force recèle l'union patriotique. ' Si nous nous reportons au est. avant tout une occasion de texte de Rabelais, nous voyons condamner les guerres dè conque Pantagruel se comporte en quêtes avt!c leur cortège de mifidèle disciple de Thomas More. sère et de ruines des pays conSans doute escamote-t-il com- quis. par cette conséquence que l'acquêt lui est entre les mains expiré. Car les choses mal acquises mal dépér,ssent. » Dans les prochains jours, amis lecteurs, pens·ez donc à apporter votre contribution, à d' fen dre le journal qui vous défenù. volri n : 2.000 ; M. Strum : • _ ___ _ _ ________ ____ ____ _ _ ____ _ 1.000 ; M. Blrnbaum : 1.000 j M. Doboin : 4.000 ; M. Zuckel'- C'est de' cette union de tous les patriotes que dépend maintenant l'issue de la lutte pour un nouvel échec du réarmement allemand. Les militants du M.R.A.P. seront partout à la tête des, mitiatives de toutes sortes visant à unir plus encore que lors du combat contre la C.E.D., tous les antiracistes, afin que s'affirme victorieusement la volonté nationale de faire échec au militarisme nazi. me son maître un problème ca- Et, cette leçon faite aux ro:s pital : celui des particularités et « nous ense,gnant que les terdes cultures nat ionales. Mais mes, frontières et annexes des nous sommes au XVIe siècle et royaumes, convient en paix, amiles nationalités sont choses en- fié, débonnaireté, garder et récore confuses pour les contem- gir .. sans ses mains soui1:er de porains parce que, dans la réa- sang et piller :,), pourrait bien lité, les nationalités sont encore être encore valable. « Qui au- Il est vrai que les peuples coloniaux ont depuis quelque temps pris goût à l'indépendance et à la liberté, et ne semblent pas décidés à se laisser expirer entre les mains de leurs maîtres. Mais il nous faut dite bien haut que c'est la véritable tradition et l'honneur de not l e peuple, comme l'atteste Rabelais, d'avoir depuis longtemps condamné les entreprises de pillage colonial et les atteintes a ux droits de l'homme q uri en résultent. Et que nos militants redoublent d'efforts, à la veille de ma n : 5.000 j M. Birenveg 1.000 ; A.T. Sports : 1.0CJ: M. Goldberg ; 15.000 ; M. Zaj- Dans un ouvrage à paraître prochainement L'Union des Engagés Volontaires réunira les noms des juifs d'origine étrangère morts en gestation. Il ne peut être trement fa it, non seulement perquestion de transposer à notre dra l'acquis, mais aussi pâtira époque les visions idéalistes ce scandale et opprobre qu'on d'une bourgeoisie qui pouvait l'estimera mal et à tort acquis e ncor,e se permettre de rêver à .-----------------------------..1 pour la France bon compte et dont la liberté d'esprit était, t out au moi ns en F rance, en partie la conséquence d'u,ne impuissa nce croisslnte devant la montée de la mon:.l rchie absolue dans le cadre de 1.. formation de la nation. NOUS savons bien que tous les colonialis mes p rétendent se justifier par une prétendue mission civilisatrice, mais ils a uraient tort de se réclamer de Thomas More et surtout de Rabelais. Nous savons qu'en tous lieux le colonialisme s 'est accompagné de l'expropriation des meilleures terres des indigènes et de 'spoli ations diverses, que jamais il n'a admis réellement les indigènes à égalité de droit et pour caU5~, et que la mise en valeur d~s pays coloniaux n'a jamais profi té q u'à q uelques-uns. Or, pour L'1Jnion des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs édite un ouvrage Illustré à l'occasion du 10" anniversaire de sa fondation. Dans cet ou- NOM et PRENOM DU DISPARU vrage figureron t des centaines de noms des combattants Ju ifs d'origine étrangère, morts au champ d'honneur ou dans les camps nazis. Tous ceux qui désirent que les noms de leurs chers dlspa' rus (appartenant aux deux catégories mentionnées), soient cités dans cet ouvrage, sont U.E.V.C.J., 18, rue des Messageries, PARIS-100. priés de bien vouloir remplir le questionnaire cl-dessous et de l'adresser aU siège de J'organisation

DATE et LIEU DE NAISSANCE SERVICES ARMES ACCOMPLIS DATE et LIEU du DECES ou de la DEPORTATION ADRESSE DE LA FAMILLE vous trou verez dans ses~~ fJous le plus grand choix de manleaux, vestes, capes, collets, boléros, écharpes, etc ... Rayon spécial de manteaux pour enfants. JH'.nA~ 11l1».sieulL,~ TARfF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteaudun, Paria ge Tél. : TRU 00·81 FRANCE et UNION FRANÇAIS" Un an : 300 francs. PAYS ETRANGERS Un an : 430 fran ci lBONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post.: 6010·98 Pari Pour les changements d adre186 envoyer 20 francs et la dernière bande. Le gtant : Ch. OVEZAREK, S.I.P.N.; 14, rue de Paradis, - :- PARIS (X') -:- L Témoignages et documents O DI, dans cette Allemagne, que l'on veut réarmer, l'idéologie nazie, l'antisémitisme, l'esprit guerrier se développent, chaque jour plus virulents. Les informations, documents et témoignages que nous publions dans cette page en apportent la preuve éclatante. Comment p'(}Urrait-il en être autrement, alors que les actuels dirigeants de Bonn, ministres, hauts fonc'tionnaires, généraux, sont les mêmes qui, hier, part icipaient au premier rang à la monstrueuse entreprise d'extermination des hommes et des peuples mise en place par le régime nazi. Et on leur rendrait les armes de la revanche, . que, depuis des années, ils · réclament à cor et à cri ? Aucun camouflage, cédiste, londonien ou bruxellois, aucune garantie sur le papier, aucun serment de M. Adenauer ne changera rien à ce fait : donner une nouvelle Wehrmacht à cette Allemagne en état de renazification avancée, c'est faire peser de terribles menaces sur la sécurité française et la paix; c'est aggraver considérablement le danger du racisme et de l'antisémitisme. Les faits ci-dessous, certains tragiques, d'autres d'un noir humour, doivent être portés à la connaissance de tous les antiracistes. Ils confirment la nécessité d'une action vigoureuse et rapide, sous. le signe de la plus large union, pour empêcher la ratification des accords de Londres, comme a été empêchée la ratification des accords de Bonn et de Paris. Un rapport américain souligne le danger de l'antisémitisme Une commission de l'Anti-Defamation League, organisation juive américaine, a publié récemment un rapport, à la su i ,~ d'un voyage d'étude en Allemagne occidentale. Les crématoires : UN MYTHE « Hitler a perdu la guerre parce que le secr,et atomique lui a été ravi par des traîtres, dont le juif Einstein et la clique juive qui s'efforce d'assurer sa dominati. on dans le monde entier.» Ainsi s'exprime la revue « Die Anklage » (L'Acte d'Accusation), éditée à Hanovre par « l'Association fédérale des victimes de la dénazification ». On imagine aisément les buts d'une tèlle association : réhabiliter les nazis, faciliter leur retour aux postes dirigeants. • C'est ainsi qu'attribuant à outruj eur propre état d'esprit, ces « victimes » voient dans la dénazification une lexpression de « la soif de vengeance », de « la joie sadique de voir souffrir ;1) Dans un autre journal, « Der Staastsbuerger » (Le Citoyen),


les massacreurs de millions

« Neuf ans après la guerre, souligne ce rapport, le développement démocratique de l'Allemagne reste une formidable tâche à accomplir. » Indiquant que ce serait une illusion de croire que l'antisémitisme a disparu dans l'Etat de Bonn, la commissi.on poursuit : « L'antisémitisme se camoufle. L'Allemagne peut éviter pour le moment de manifester de l'antfsémitisme au grand jour, mais il éclatera dès qu'un groupement quelconque essaiera de l'exploiter. » Tels sont les résultats de la politique du gouvernement Adenauer, dont le ministre de l'Intérieur, Schroeder, chargé en principe de s'opposer à la renaissance du nazisme, est luimême un ancien nazi et un fanatique antisémite. ~IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIrlllllllllllllllllllg IE1\ BREFI • c LA C.E.D. n'est pas morte et le but à aHeindre reste le. même ., a 1 d.édar • , - • nérA.... . blU DROIT ET LIBERTE , Un défilé de la police scène fréquente en Allemagne occide'ntale " DAILY UrRtSS ": Les antinazis sont SUSpttts Encore des ,cimetières juifs profanes Le journal britannique Jewtsh Chronicle révèle qu'à la suite d'une enquête effectuée dans certaines régions d'Allemagne Occidentale, .on a découvert la profana tion de nombreux CImetières juifs. A Ebersheim, 16 tombeaux ont été endommagés; 13 à Gensingen; Il à Bodenheim ; 7 à Dromersheim. Des dégâts considérables sont également signalés dans les cimetières de Heidesheim, Appenhien, Soergeloch, Gau-Odernhein, Asslar (Hesse) et Ulmenstrasse, près de Du::seldorf. Six pierres tombales ont été détruites et souillées dans le cimetière juif de Schwarz-Rheindorf, près de Beue!. Le Manchester Guardian cite é galement plusieurs actes de vandalisme commis dans des cimetières juifs, notamment aux Le Daily Express de Londres, évidemment la politique «eu- prendre la direction de l'Euro- environs de Bonn. a publié récemment un repor- ropéenne ». Citons par exem- pe, et pour cela il lui faut réar- Ces profanations, dans le st ytage de Sefton Delmer, sur l'Al- pie ces ext raits reproduits par mer ..• » le hitléri en, témoignent de l'ac- Jemagne occidentale, où l'on le Daily Express : « Le réarmement de l'Allema- tivité croissante des ban.des napeut li re notamment : « A Stalingrad, nos troupes gne est une justification pos- zies, dont le gouvernement ont défendu non seulement l'AI- thurne de Hitler, défenseur de d'Adenauer favorise la recons- « De plus en plus, les trai- lemagne mais aussi l'Europe ... » l'Occident ..• » titution sous le couvert de la po tres et les collaborateurs, ce ne « L'Allemagne est appelée à C.Q.F.D. litique dite « européenne ». - sont pas ceux qui misèrent sur l ___________________________________________ _ Hitler, mals ce sont les antinazis. Tel est du moins le son de cloche que l'on entend au sein des puissantes organisations d'anciens combattants, de S.S. et de S.A., qui ont tant contribué à l'avènement de Hitler au pouvoir et. qui se sont reconstitués. .. » Le journaliste 1Jritannique souligne que ces organisations ne se gênent pas pour reprendre les mêmes noms que sous 1-e régime nazi : Corps des parachutistes Hermann Goering, Compagnie Horst Wessel, Division des Grenadiprs du Führer, Garde Personnelle du Führer, etc ... Et ces organisations publient aujourd'hui plus de journaux et de périodiques que sous le régime nazi. Des voix s'élèvent con Ire la Les syndicats contre le réarmement allemand Le congrès des syndicats d'Allemagne occidentale, représentant 6 milHon3 d'adhére't .';, ., adopté le 9 oct\lDre, à IR quasi unanimité, lm~ résol'üim repoussant « toute contribution de l'Allemagn3 de Bonn a un système d'alliance 'nilltaire aussi longtemp.; que n'auro,':" pas été épuisé :l~ toute.; les I,Os'3:bllités de nego.:iatlol1s e'l vue de parvenir $ une 'mten:e entre les peuple; et i. ;a reull,f1catlon (Je l'Allemagne ». « les accords de Londres, s'ils étaient confirmés et ratifiés, compromettraient la détente Internationale et la réunification de l'Allemagne ». « Pour la République Fédérale, ajoute-t-elle, la remilitarisation présenterait le danger de favoriser la constitution d'un Etat militariste autoritaire qui mettrait fin aux efforts du mouvement ouvrier pour l'édification d'une démocratie politique, sociale et économique. » Un dangereux accroissement du nationalisme renazificalion Les nazis aux postes dirigeants Au cours du débat sur le départ en Allemagne orientale du Dr Otto John, ancien chef de5 services secrets d'Adenauer, plusieurs députés ont critiqué avec force le soutien donné par le gouvernement de Bonn /lU nazisme renaIssant. L'un d'eux a notamment déclaré que le Dr John avait eu raison d'affirmer que les nazis occupaient de nouveau les postes dirigeants en Allemagne occidentale. 3 fidèle Léni » du Führer figurants dans concentration ••• La « avait pris des les camps de Elle attaque le journal des déportés! « Mon Führer. profondément bouleversée par les heures vécues tout récemment au Reichstag, et encore sous l'impression de votre grand discours, je m'empresse de vous dire, comme Je l'ai fait maintes fois déjà. que vous .savez profondément bouleverser et impressionner les hommes. Mon admiration pour vous, mon Führer, est sans borne, et dépasse tout ce que je peux ressentir. Votre fidèle Leni Riefenstahl. » Ainsi s'exprimait, il y a quelque vingt ans, ~elle qui allait devenir, par la grâce du Führer, l'une des personnalités dirigeantes du cinéma hitlérien. Dès lors, d'année en année, sa gloire ne cessa de croître. En 1935, elle tourne un long documentaire sur le fameux congrès de Nuremberg où furent édictées les lois raciales. En 1936 , par son film sur les J eux Olympiques, elle s'applique à exalter la « force allemande ». En 1943, elle r éalise « Tiefland », un film pour lequel des figurants tziganes sont nécessaires. Himmler, qui n'a rien à lui refuser, met à sa disposition un groupe de dép ortés, qu'elle oblige à rire, chanter, danser devant la caméra. Après quoi, les malheureux sont envoyés à la chambre à gaz. C'est cette dernière «oeuvre», odieuse insulte aux martyrs des camps d-e la mort, qui vient d'être projetée en Allemagne Occidentale et en Autriche, marquant la « rentrée » officielle de Leni Riefenstahl. On comprend que l'Association de contre la POlogne, elle (Lenl Riefenstahl) fut le 5 septembre 1939, témoin d'un des massacres les plus sauvages perpétrés par des soldats allemands contre la population juive de la pe_ tite localité polonaise de Konsky qui, Ce jour-là, avait été forcée de creuser les mains nues, des tombes pour quatre soldats allemands tombés. Durant ce travail, ils furent cruellement maltraités, puis après l'enterrement, les soldats allemands, sous les ordres d'un sous-lieutenant d'aviation, les pourchassèrent sur ia place du marché de Konsky en tirant sur eux. Les balles étalent dirigées sur le pavé et lorsque les victimes étalent atteintes par ricochet, cela occasionnait des blessures effroyables. Trente et une personnes furent ainsi assassinées. Lenl Riefenstahl fut témoin oculaire de ce crime et poussa le cynisme jusqu'à se faire photographier pendant le massacre par des soldats allemands, révol ver à la ceinture. » La sanguinaire admiratrice d'Hitler n'a pas t rouvé, on s' en doute, ces r évélations de son goût. Et d'exiger que DIE TAT publie une « rectification » r édigée par elle. La prose de Leni Riefenstahl dans le journal des victimes du nazisme 1 Pour n'avoir as cédé à cette impudente prétention, DIE TAT est menacée de poursuites. Et la «fidèle Leni l). compte sur les tribunaux d'Adenauer pour la réhabiliter et venger ainsi l'honneur «européen». Oseront-ils ? allemande des Victimes du Na-r--------------zisme (V.V.N.) ait élevé de vives protestations. Son journal DIE TAT a relaté, à cette occasion, un autre épisode significatif de la vie de Leui Riefenstahl. Voici ce qu'il écrit : « Lors de l'agreSSion aile man- • PLUS DE 50.000 anciens nazis bénéficieront de la loi d'amnistie qui vient d'être votée par le Parlement de Bonn. Cette loi prévoit l'abailldon des poursuites pour tous les nazis qui avaient changé de nom après la guerre et qui reprendraient leur véritable identité avant la fin de l'année. Ces publications soutiennent CeU" résolution souligne que Dédommagements Commentant les r écentes manifesta tions néo-nazies qui se sont déroulées outre-Rhin, M. t'est maintenant ~ur~1 faut dire NO. N J Un anci-:n h.l'lt ff ,:,·twnndre de la pol!-, r.'I!l,j n.:r'lnt·~ F~ ch· tenhofen, qu': S'C8~ p..zrli',ulierement dist; nrr~é pc;; S'lS aues tu'rorisus contre la population hollandaise, vient de porter plainte, à Berlin-Ouest, contre Adolf Kummernuss, dirigeant de la Fédération des Transports de l'Allemagne occidentale a souligné que la reconstitution d'une En voici la liste complète : armée allemande entraînerait (Suite de la page 1) trôle des armements et des ef- tre all iée au sein d'u,ne coalition Dix complets d'homme, six «un dangereux accroissement fectifs est exe-rcé par un «offi- à la fois européenne et atlantimanteaux, cinq uniformes (na- des tendances nationalistes ». ni par les Etats-Unis qui tien- cier de haut grade »délégué que où elle pèsera bientôt de zis) faits sur mesure, un ceintu- Il a vivement r,eproché au nent impatiemment en réserve par le commandement suprême tout le poids de ces cadres inron de gala, "ne épée,.,., ~oi- gouvernement Adenauer de ne un stock de 500.000.000 de dol- allié. tacts, de ses réserves massives, _. gnard avec chaîne d'argent pas prendre les mesures indis- lars. Quant à l'effectif de 500.000 Quant au « pas formidable» de ses armemenrs reconstitués. (pOignard d'honneur nazi), des pensables pour empêcher la re- hommes, il peut être élevé éga- accompli par l' gleterre et qui Les signataires des àccOlds de la milJ. d.!.un ésistan s.w.s a _hPÏ.UO'O ....._ --u.d.J·'" ct azlsm t 'U.L.L-...I;;.e:;.m:;.;.e:;;n.;"t"--A:;.a:;;.;r:.....;.u:;.n:,:.e:;.....;d"'e:·:. ;c~i"s,i"o"~n,-,d:;:;:u,:_ _. .A.";se~..Y.·. L-!d\.!Ç....J·li!'ls!tlJIl!.l!Jc.'· i:!a~tiu.f~aJ!uJrlé:a.H.r!:-- __ --L:; ondres ont certes pris soin Staastsbuerger » (Le citoyen), les massacreurs de millions d'hommes, de femmes et d'enfants innocents, osent se plaindre des conditions faites aujourd'hui aux quelqu,es nazis encore emprisonnés et évoquer, par contraste, les camps hitlériens en termes élogieux. « L'existence des détenus dans les camps de concentration était des plus supportables, écrit « Der Staatsbuerger » ; le logement excellent, la nourriture suffisante, parfois même .substantielle et variée ... » Et cela s'écrit noir sur blanc, avec la bénédiction du gvU\'er - neroent Adenauer. • « LA C.E.D. n'est pas morte et le but à atteindre reste le même », a déclaré l'ex-général Cruewell, qui fut chef d'état-maior de Rommel, lors d'un rassemblement des anciens de l'Afrikakorps. « Nous espérons a-t-il aiouté, que les futurs soldats allemands pourront inscrire sur leurs drapeaux le mot EUROPE à côté du mot ALLEMAGNE ». • « IL NOUS FAUT un esprit militaire. D'autres devraient nous remercier d'y penser " a déclaré à ce même rassemblement l'ex-maréchal Kesselring qui fut, u" jour condamné à mort pour ses crimes de guerre. • LE BUSTE DE HITLER avait été placé en différents endroits de l'usine DKW-Auto-U'nion à Dusseldorf. Le syndicat a exigé et obtenu le renvoi du nazi qui s'était livré à cette provocation. hollandaise, vient de porter plainte, à Berlin-Ouest, contre la famille d'un résistant assassiné dans les camps de concentration. Ayant repris du service pour le compte d'Adenauer, Fichtenhofen, qui est aujourd'hui « inspecteur d'administration de la police de réserve », réclame de cette famille des dommages et intérêts parce qu'elle a occupé son logement en 1945 alors que, lui, prenazt la fuite. Se basant sur la « loi d'assistance aux pauvres »,.il demande en outre un dédommagement pour les objets qu'il a perdus pendant la bfltaille de Berlin. gnard avec chaîne d'argent (poignard d'honneur nazi), des gants de gala avec manchettes, deux fouets, 18 paires de souliers, huit montres, deux machines à écrire, trois appareils radios, deux appareils photographiques, 200 cigares hollandais, 500 cigarettes hollandaises, un portrait d'« Adolf Hitler », un buste, une « tête de mort » en véritable porcelaine, un livre « Mythe du 2()e siècle» de Rosenberg, le livre «Mein Kampf» d'Adolf Hitler relié en cuir sur or, un vase de nuit, et deux grandes peaux Tout commentaire affaiblirait cette éloquente énumération. Des personnalités diverses prennent position contre les accords de Londres Le Président Edouard HERRIOT J E dirais certes que j'ai vu venir à nos côtés la GrandeBretagne. Mais quand je relis les Accords, je remarque que l'Angleterre ne restera à nos côtés qu'autant qu'une majorité l'y oblige. Le jour où cette majorité n'existerait plus, le j our où l'Angleterre aurait décidé de se rapprocher de l'Allemagne, êtesvous sûr ' de la garder à vos côtés ? .. La politique extérieure, retenez bien ce principe, se fait sur la carte : ni pour ni contre certaines idéologies. L'union de sept ou huit puissances d'Europe n'est pas suffisante. Il faut qu'on arrive à l'union de l'Europe entière et franchement... J'ignore ce que vaut la proposition rUlSse, mais je dis qu'il aurait été meilleur de commencer par la rech~rche des accords sur ce thème ... Je ne pense pas que ce soit Ipar le réarmement qu'on parvienne au désarmement (DIScours au Congrès Radical, 16 octobre 1954). M. Bernard LAVERGNE Professeur de Droit de la Faculté de Parts RAREMENT un homme politique a réservé à ses r.ompatriotes une surprise acssi grande que M. MendèsFrance ... Tous nous avions pensé que M. Robert Schuman ou N. {ie0Tges Bidault aurait la disgrâce d'être Ull jouir le parrain de la nouvelle Wehrmacht. VoiCI que M. Menc1ès-France am1Jitio me pour lui-'TIème ce titre je pé'rrain de rarmée alleman-.~e re~suscitée, abhorrée par la q:lasitotalité des Français ... Déjà, quand Hitler ét~:t le maître d" l'Allemagne, on nous a dit: « L'armée allemanj~ va nous protr:ger du commtuismc. Allions-r,( us donc à l'arm'; ~ allemande ~. Et ce fut !',1unirh. On a vu en 1940 quel genre rIe protection nous a val:! l'armée allemande ... Pour des raisons tout à fait décisives IfS accords de Lundres nous paraissent inadmiss:!1les (La Tribune des Nations). M. L. CASANOVA Député (Communiste) L'INTERET national commande... que la . France fasse, de son propre mouvement, les pas qui sont à faire pour la reprise de la négociation internationale. Il n'est pas vrai que le réarmement de l'Allemagne soit fatal. La France a les moyens de s'y opposer : moyens de droit et moyens de fait. Elle peut employer ces moyens dans le cadre même de tous ses engagemenh internationaux. Elle a le pou1voir effectif de s'opposer à la renaissance de la Wehrmacht. Qu'elle se prononce par exemple ouvertement pour la reprise de la négociation à q:latre. Et cette négociation se tièr., dra, comme se tint celle de Oeruève ... Rien ni personne, en tout cas, ne pourra jamais contraindre le peuple français à ratifier une politique de démission nationale, de guerre .et de misère (Débat à l'Assemblée Nationale, 7 oelobre 1954). M. Albert BAYET Président de la Ligue L de l'eTtse,gnement 'ASSEMBLEE Nationale, interprète des voeux plOfonds du pays, a rejeté le plan Schuman qui octroyait au leich douze divisions. Alli lendemain de ce vote, le président du Conseil part pour Londres. Qu'y obtient-il ? Que l'Allemagne ne puisse pas rra~mer? Il obtient exacte'aent qu'elle ait (pour commencer) douze divisions ... Bonn obtient tout ce qu'il souhaitait, la France subit tout ce qu'elle redoutait... Avec toute la déférence que j(' dois au gouvernement et à son chef, je demande : de qui se moque-t-on ? .. J'espère que l' .'\ssemblée N ationale refusera de se laisser bafouer et fera savoir au monde que la France existe toujours (Le Journal du Parlement). M. G. de CHAMBRUN Député (Progressiste) L 'HOMME de Londres n'a pas été l'homme de Genève Ou de Bruxelles. Il n'est pas resté fidèle à son message d'indépendance et de paix. Les ac\.:ords de Londres auraient pu être signés par n'importe lequel de ses prédécesseUl ·S ... Ce n'est pas cela que la France attendait... (Débat à l'Assemblée National.~, 8 octobre 1954). M. Léo HAMON Sénateur (ex-MR.P.) ON proclame l'urgence du réarmement allemand; on voudrait en quelques semaines mettre au point accords et formules de réalisation. Le souci de réconcilier l'Allemagne et la France, si soulvent exprimé, est certes louable, mais s'il ne s'agit vraiment que de cela, quelle curieuse pau'vreté de pensée de ne pas l'imaginer autrement que par l'autorisation du réarmement allemand! Franchement, en quoi la mise sur pied d'unités allemandes peut-elle contribuer à cette réconciliation, et la plus récente histoire ne prollive-t-elle pas que les pensées militaires peuvent uniquement gêner la réconciliation ? (L'Information, 15 septembre 1954). M. Robert LACOSTE Ancien Ministre - Député (S.F.I.O.) NOUS refusons tout abandon de souveraineté au profit de l'Allemagne dans une Europe quelle qu'elle soit, si cette Europe doit être do;n'née par la force allemande ... (Discours prononcé à Pùigueux, le 27 septembre 1954). Le Général AUMERAN Député (Rép Ind.) LA série des abandons continue à un rythme qu'on nous demande d'accélérer encore. On nous demande de signer lI'n chèque en blanc. Or cc que nous savons des accords nous inquiète déjà beaucoup. Le pays qui croyait être délivré ùu cauchemar du réarmement allemand par le rejet de la C.E.D. - auquel il avait donné ce sens - ne peut croire qu'il s'est réjoui en vain ... La guerre, et la guerre SUir notre sol, dans notre ciel, voilà ce que nous acceptons si nous acceptons de réarmer l'A llemagne. Car l'Allemagne a intérêt à la guerre (Débat à l'Assemblée Nationale, 7 octobre 1954). M. J. SOUSTELLE Député (UR.A.S.) NOUS sortons à peine d'un conflit dans lequel nOt;s avons failli disparaître du fait de l'armée allemande. Or, n'en déplaise à ceux qui voudrakn! rtcrire l'histoire, le peuple russe a joué dan3 cette ImmeJ; S( affaire que fut la destruction de la Wehrmacht un rôle principal. Nous Ile pouvons donc pas réarmer l'Allemagne sans tenter de parvenir avec lui à un modus vivendi acceptable (Déb, at à l'Assemblée Nationale, 8 octobre 1954). pas prendre les mesures indispensables pour empêcher la renaissance du nazIsme et pour s'op,poser à la mainmise des anciens chefs. nazis sur les postes importants de l'administration et de l'industrie. Renaissance des « forces du mal » Le Dr Otto Kuester ;qui a démissionné récemment de la Commission chargée des réparations aux victimes du nazisme, dans l'Etat de Bade-Wurtemberg, a vigoureusement dénoncé, fin septembre, au cours d'une conférence de presse, la renaissance des « forces du mal » en Allemagne occidentale. lars. ua nt à l'effect! de 500.000 hommes, il peut être élevé également par une décision du Conseil de Bruxelles, statuant il est vrai à l'unanimité, mais les campagnes et les déclarations qui ont accompagné les débats de la C.E.D. et la signature des accords de Londres nous ont révélé tout ce qu'il fallait de volonté et de lucidité à un peuple pour exercer son veto, en présenoe de nécessités présentées comme inéluctables et il sera plus facile au Parlement de s'opposer à la création d'une armée allemande qu~ d'empêcher cette armée de passer de 500.000 hommes à 1.000.000 d'hommes. Enfin, il faut rappeler que tout le con- Quant au « pas formidable :. accompli par l'ADgleterre et qui a servi de justiiicatif au réarmement de l'Allemagne, il consiste dans l'engagement, pris par le gouvernement britannique, de laisser sur le continent qu.atre divisions (évaluées approximativement à 80.000 hommes), avec leur aviation; encore ces formations pourront-elles être ra- . patriées si la majorité simple du Conseil de Bruxelles y consent ou si une crise grave survenue outre-mer en impose la nécessité. M '\IS ce qui est plus redoutable encore, c'est que cette Allemagne, ainsi réarmée devient pour 50 ans no- A l'appui de ses dires, il a évoqué en particulier la résurrection des organismes de la police secrète et montré que l'armée en voie de reconstitution aura ({ exactement la même conception de ({ l'honneur» que sous Hitler ». Le Comité juif d'Action contre le réarmemen[ allemand poursUit la luUe Il a démissionné de son poste, a-t-il affirmé, parce qu'il se tr,Quvait dans l'impossibilité d'accomplir sa mis'sion (l'indemnisation des victimes du nazisme, notamment les juifs). JI a précisé que, dnns cette q.ffnire, le ministre des Finances de Bonn s'était livré à ({ des pressions anticonstitutionnelles ». Dans tout le pays la lutte s'organise et s'amplifie de jour en jour contre les accords d'J Londres. Tous ceux qui avalent combattu les accords de Bonn et de Paris, et d'autres encore. se dressent dans l'union contre A BAGNEUX 15.000 personnes, membres de pl ... de 70 sociétés juives, ont participé à la cérémonie traditionnelle du souvenir à la mémoire des victimes de la barbarie nazie, au cimetière de Bagneux, le 3 octobre def1nier. Se sont associés à cette cérémonie de nombreuses personnalités ainsi que le Conseil Municipal, le Conseil Général et Monsieur le préfet de la Seine. Ci-dessus une vue de la foule. cette nouvelle forme du réarmement allemand, conscients du danger, mais aussi confiant, dans l'efficacité de l'action. Partout, on signale les prises de position d'hommes et de femmes de. toutes opinions, désireux d'empêcher le retour des horreurs de la dernière guerre, et notamment des crimes racistes. Citons en particulier l'activité du Comité juif d'artion contre le réarmement allemand, qui réunit d'éminentes perS01!naJi· tés. Il a organisé le ·4 octobre, sous la présidence de M'André BLUMEL, une assemblée d'information, au cours de laquelle ont pris notamment la parole : le professeur JANKELEVITCH, Mme Maxa NORDAU, Je Dr SCHEER, MM. B. ADAM, BULAWKO, DYMENSTAJN (M.R. A.P.) et HEILBRONNER (L.I. C.A.). Une lettre a été adressée par l'assem1Jlée à H. "V'lendès-France, exprimant l'hostilité des juifS de France « à la reconstitution de forces a;rmées allemandes, quelles que soient les garanties illusoires dont elle serait entourée ». . Une délégation du Comité s'est .rendue, peu aprèS, à la Présidence du Conseil, pour demander que soit recherchée une solution pacifique du problème allemand, n'entraînant pas le réarmement des bourreaux nazis. Cette délégation, conduite par M'André Blumel était compOSée de MM. Adam, Bulawko, le Dr Ginsbourg, le professeur Jankélévitch, poznanski, le Dr Scheer et Albert Youdine. Par la suite, le Comité a adressé à tous les députéS un appel soulignant que {{ le militarisme allemand évoque de cruels souvenirs et suscite une émotion légitime chez ceux qui ont eu 6 millions des leurs exterminés par les mêmes forces que l'on veut réarmer ». Le Comité demande aux parlementaires « de ne pas souscrire au réarmement allemand, quelle que soit la forme sous laquelle on le présente aujourd'hui ». e ses armements. ..1 U s. Les signataires des accOl ds de Londres ont certes pris soin d'insister sur le -:aractère défensif de leur alliance, mais un tel caractère parait difficilement compatible avec l'entrée, dan5 la coalition, d'un pays dont les frontières ne sont pas off:ciellement fixées, qui exprime, par la voix de ses représentant; les plus autorisés, son :ntention de reconquérir les territoires perdus, en les arrondissant d'ur. lopin qui- va jusqu'aux Sudètes ou jusqu'à. l'Oural, selon qu'] est arpenté par M. Oberleander Ou par M. Jacob Kayser. Bien mieux, en reconnais;ant le cham'elier Adenauer conmle le maître légitime et incontesté de toute l'Allemagne, les allirs lui donnent implicitement le droit de s'emparer de « ce qui est à lui ». La République Hdéraie s'engage il est vrai à ne pas avoir recours à la force pour réunifier l'Allemagne ou en modifier les frontière.. Mai~ Hitler avait, à plusieurs reprises, prodigué des aSSUïances semblables et lorsqu':! 13 guerre naîtra d'un échang.~ de coups de feu entre garde-frontières ou d'un incident provoqu:! par les avions de la nouvelle Luftwaffe, nul n'aura le loisir de se demander qui a le pn:mier recouru à la force et la coalition européenne devra suivre les soldats du Dr Blank, conformément à l'article 4 du traité de Bruxelles modifié qui dispose que « toute agression contre l'un des membres sera considérée comme dirigée contre tous les membres ». Les accords de Londres comme la C.E.D. portent en eux un germe de guerre. Comme elle, ils ont pour effet de soutenir en Allemagne cetllX qui souhaitent la revanche contre ceux qui, avec les syndicats allemands exigent le désarmement et la paix. La France tient des traités le droit de s'opposer à la reconstitution de la Wehrmacht. Rien ne l'empêche d'user de ce droit. Le mal n'est inéluctable que pour ceux qui n'ont pas la volonté de le combattre. Une initiative de l'Union des Sociétés Juives de France Confirmant ses résolutions antérieures de s'opposer au réarmement allemand sous quelque forme que ce soit et de contrecarrer le plan des militaristes allemands revanchards, l'Union des Sociétés Juives de France a pris une initiative qui donnera sans doute des résultats importants dans la campagne contre les accords de Londres. Elle propose ~ux Sociétés de préparer des cahiers dans lesquels seront portés les noms des martyrs gravés actuellement sur les monuments respectifs des Sociétés. Ces cahiers, accom:,'1.gnés d'un texte approprié, seront transmis à M. MendèsFrance, Président du Conseil. 7 E: ,IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIU~ 0 G'ALA ANTIRACISTE A PLEYELI 252, Rue du Faubourg Saint-Honoré (Métro: TERNES) N° 139 (243) OCTOBRE 1954 30 FRANCS A 20 HEURES 45 PRECISES LES ACCORDS DE LONDRES PEUVENT ET DOIVENT ETRE MIS EN ÉCHEC comme l'a été la C.E.D. EN vérité, à en juger par l'attitude du gouvernement de M. Mendès-France, tout se passe comme si celuici voulait Ee faire pardonner d'avoir lié son nom aux deux grandes victoires remportées par notre peuple ces derniers mois. Ayant signé, à Genève, les accords mettant fin à la guerre d'Indochine, le gouvernement français s'est empressé de participer au pacte du sud-est asiatique. que c'était fatal. Ce qui serait fatal aux accords de Londres, c'est que l'opinion ait le temps de les étudier (Suîte en page 2) N'ayant pas réussi à rame- ____________ 1 ner de Bruxelles, les quel. ques modifications de style, qui lui eussent permis de dé· fendre, devant le' Parlement ~------PAR--------~ Charles P A LAn T Secrétaire Général du M.R.A.P. et l'opinion, la reconstitution du militarisme allemand d:m~ le cadre cle 1" fj.RD., le président du Conseil s'en est aussitôt allé à Londres des accords qui lui présenté par le syDlpathlque anlDlateur de la radio And ré Chanu avec le concours de 1 e and SI as 181al- Danseuse étoile de l'Opéra et de l'Opéra-Comique • La grande vedette du disque - î* - - Proclamons par de multiples PÉTITIONS. ET DÉLÉGATIONS Mick MICHEYL • La grande fantaisiste

Espanita Cortès l'OPPOSITION DES ANTIRACISTES UNIS Ioule renaissance de la Wehrmacht Lily FAYOL • • « De l'air pur dans la chanson }) :: La révélation 1954 C'est MAINTfNANT qu'il faut dire NON r Le ch~:o:~e;artCharlesLES R. CHABRIER - Albert URPER L A diplomatie française vient de rempolter un succès sans précéder!!'. Un pas décisif a été fait Eur le chemin de Id paix : l'Allemagne va être réarmée. Tel est le thème de la stupéfiante campagne qui se poursuit depu,is deux semaines et qui tend à persuader le Parlement et l'opinion qu'après le rejet de la C.E,D., il n'est pas de tâche plus urgente, pas de mesure plus propre à diminuer la tension internationale que de doter l'Allemagne de Bonn d'une armée de 500.000 hommes dont on nous annonce déjà la composition

armée de terre de 12 divisions

dont 4 blindées (les nouvelles Panzerdivisionen), 2 mécanisées, 6 motorisées, une aviation tactique de 1.500 appareils et une flotte de guerre de 180 navires. raie s'interdit de fabriquer sur son territoire des armes atomi- ~ ques, chimiques ou biologiques, ~ rien ne lui interdit de repren- ~ dre dans ce domaine les recher- ch es interrompues en 1945 et le ~ chancelier Adenauer a tenu à ~ rappeler explicitement ses ~ droits à cet égard ; si elle s'in- - • Le célèbre imitateur Jean VALlON terdit de fabriqu,er des engins :: • • Léo NOËL et son orgue de barbarie à longue portée ou téléguidés, :: L des navires de guerre ou des ~ e compositE?ur et pianiste A ces grands noms qui permettent déjà ~ avions de bombardement stra- J WI E ER d'augurer du succès de notre gala d'autres ~ tégique cette interdiction peut ~ e 1 n n~ms !le vedettes aimées du PUblic' viendront ~ être « amendée ou supprimée ~ ~ ~j~uter. Vou.s les trouverez sur les affiches ~ par décision du Con.seil des mi- editees, prochainement par le M.R.A.P. ~ nistres de Bruxelles prise à la ::: majorité des deux tiers » et il § B Il d 2' 50 ' - (Suite en page 3) , ~ i ets e a 750 fi'ancs, à toutes les sections du M.R.A.P., à Pleyel ~ On ajoute même, pour que Claude-Frédéric LEVY et 14, Rue de Paradis (Tél. : TAI. 53-32) ~ nous soyions pleinement rassu- ,.1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIfiiiiiiiiiiiiiiiiIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII111111I1I1ij rés, qUE" , 'Ol'te cette affairp O~!~f-:---:-::~~-:-::::--::::-:;-:::::--:---------~-----::-----;--:-~ t!LJt! bàd(.!-"1i JoCt""I.r1'i'fi 1'- ,:":"! 10- ' '~~. , •• ~ •• '__ ,_' _ _~ , .,.. ~ ,?\~ . ' (. ~ CharlessqCharlesodnè: l~ PSr~fiCharlesftfo~95j~ Les classiques franrais de la fraternité rhum" a,-ne voir les soldats d'une ""$ le président du Conseil s'en est aussitôt allé à Londres négocier des accords qui lui valent, au retour, l'approbation de ceux qui naguère lui refusaient tout soutien, quand sa politique était conforme aux intérêts et à la volonté de la nation. Mais rien ne peut renverser l'impératif suivant : en imposant le 30 août 1954, le rejet de la C.E.D. par l'Assemblée Nationale française, le peuple de notre pays s'est clairement prononcé contre la renaissance d'une puissvnce militaire allemande sous quelque forme et sous quelque prétexte que ce soit. Or les accords de Londres: s'ils étaient ratifiés, fl.IJraient pour effet de pourvoir immédiatement l'Alle'magne de Bonn d'une armée de 500.000 hommes, dotée d'un état·major de généraux nazis. Y a-t-il donc une fatalité du réarmement allemand ? Certainement pas si la France dit non. Le devoir bien compris, de notre pays, est de 's'opposer au réarmement de l'Allemagne. La France en a le pouvoir, qui en décembre 1944 a ~i: gné avec l'U.R.S.S. un traite d'alliance et d'assistance mutuelle contre toute menace venant d'Allemagne. La France en a le pouvoir qui, le 17 mars 1948, signait lE traité de Bruxelles, engageant notre pays, la Grande- Bretagne et le Bénélux « à prendre les mesures jugées nécessaires en cas de r e p ris e d'une politique d'agression de la part de l'Allemagne ». La France en a le pouvoir, qui peut au sein du Pacte Atlantique opposer son veto à l'entrée de l'Allemagne dans l'O.T.A.N. Le pouvoir et l'autorité d'un gouvernement français sincèrement disposé à s'opposer au réarmement de l'Allemagne serait en outre considérablement accru. Il S(Tait assuré d'un tel soutien populaire, qu'il serait impossible à nos partenaires de n'en point tenir compte. La hâte même, avec laquelle M. Mendès-France. entend faire ratifier les accords de Londres, dément la fatalité du réarmement alleInand. Tout se passe comme si l'on voulait mettre l'opinion devant le fait accompli et prétendre, après coup, née, que, dès le printemps 1955, Les c ass'·ques ratern,·te' huma,·ne nous aurons la satisfaction de voir les premiers soldats d'une armée toujours habillée de vert mais dotée de nouveaux cas- RAB ELA nir prendre, au coeur de l'Euques et d'un nouveau nom, ve- 1 S rope, la place laissée dangereusement vide par l'écroulement d'Adolf Hitler. D'aucuns font, il est vrai, observer qu'en septembre 1939, bien qu'il n'existât aucun vide sur notre frontière de l'Est, la France ne se sentait pas absolument à l'abri de toute menace, mais on ne manque pas de rappeler à ces esprits tourmentés que la Wehrmacht d'hier était bien différente de la Streitkraft de demain dont les accords de Londres ont strictement limité les armements et les effectifs. En vérité, rien ne paraît plus précaire que ces limitations, lorsqu'on les étudie ON a semble-t-il négligé un peu trop l'influence de Thomas More sur Rabelais. L'impression en la- " tin de l'Utopie, l'oeuvre célèbre de Thomas More, faite à Louvain en 1516 fut pourtant, dit-on, surveillée par Erasme, leur commun maître en humanisme. présenté par Pierre BROCHON Montrer ici que le souvenir de l'oeuvre de More éclaire souvent d'une façon plus précise l'oeuvre de Rabelais, particulièrement du Tiers Livre, nous tntraînerait trop loin. Remarquons seulement que l'emprunt le plus évident à l'Utopie concerne un problème qu.i est encore singulièrement d'actualité, celui du colonialisme. La Wehrmacht reprend sa marche. Il est encore temps de l'arrêter 1 ... à la lumière des textes. En effet, si l'Allemagne Fédé- Aussi, la parenté d'esprit des deux hommes n'est-elle pas faite pour nous étonner. Dans cette oeuvre où More avait imaginé une société communiste où ,chacun travaillait selon ses possibilités et "recevait selon ses besoins, .on peut glaner des pensées, chères aux humanistes d'ailleurs, que ne renierait certes pas Rabelais : Pantagruel en effet se voit obligé de libérer le pays des Amaurotes, royaume natal de sa mère, des ,entreprises et ravages des Dipsodes. Ayant vaincu le roi des Dipsodes et trouvant le pays des Amaurotes surpeuplé au point que la ville « est tant pleine des habitants qu'ils ne peuvent se tourner par les rues », il décide de conduire une partie des Amaurotes dans les régions inhabitées du pays des Dipsodes. r~te est capitale d'Utopie aussi bIen pour Rabelais que pour Thomas More. Or, « si dans l'île ,entière, dit ce dernier, la masse de la population devient trop considérable, on désigne des c,toyens pour aller 'onder sur le continent le plus p'roche ~ne colonie à laquelle. les Utopiens donnent leurs lOIS. Ils choisissent un territoire où les ind'gènes possèdent plus de terre qu'ils n'en ont besoin et les latssent inc.ulte~. ~0!lt en occupant le sol, Ils s adJOIgnent les indigènes eu~-mêmes pour peu qu'e ces dernters acceptent de vivre avec eux. Grâce à cette union volontaire, à la communauté d'institution et de moeurs, les deux peupl~s, pour le plus grand profd, arrivent aisément" n'en former qu'un seul. Par leur façon ~'administrer le pays, les Utoplens arrivent à rendre féconde pour la nouvelle colonie une terre que ses premiers ha- LE Dr Henri Cyna est allé, au nom du M.R.AP., à Orléansville, avec une délégation comprenant également l'écrivain Marc Beigbeder et M6 Marie-Louise Jacquier. Du 22 au 26 septembre, il a parcouru la région sinistrée, exprimant aux victimes la solidarité de la France antiraciste, et examinant les conditions d'une aide plus efficace. Après avoir rendu compte de son voyage, le 30 septembre, au Comité d'Ac.tion de notre Mouvement, il a bien voulu faire part de ses observations aux lecteurs de « Droit et Liberté ». Un sinistre campement dans les ruines - Nous avons vu, noUs déclare- t-il, les agglomérations sinistrées d'Orléansville, Flatters, Hanoteaux, Tenès, ainsi que la plupart des douars alentour. Notre première vision du séisme, ce fut, en venant d'Alger, une immense faille, longuè dè plusieurs centaines de mètre". Arrivés à Orléansville, 15 jours après le désastre, no~s avons eu l'impression d'une Ville bombardée. Aucune maison n'était plus habitée sauf quelques rez-dechaussées. L'ensemble avait l'espect d'un vaste et sinistre campement. 90 % des Européens sont partis après le tremblement de ter: re mais les masses arabes, qUI n'~vaient pas les moyens .de s'éloigner, vivent dans les Innombrables tentes répandues sur les places, dans les rues, dans la campagne environnante. La plupart des familles sont endeuillées. Toutes ont perdu ,1 ' (!),-L~anJ"iLl~ · • • les biens qu'elles possédaient. De plus, un sentiment oppressant d'insécurité plane sur ce champ de rujnes, car l'on peut craindre encore de nouvelles secousses

et l'hiver qui approche

constitue une grave menace pour ces hommes, ces femmes, ces enfants, sans toit, insuffisamment vêtus et mal nourris. 1 TONNE de vêtements recueiUis et envoyés par le M.R.A.P. ,.....---- Une interview du Dr CYNA qui, au nom du M.R.A.P., a parcouru les régions sinistrées Un médecin pour 25.000 habitants - Comment les secours ontils été organisés ? - De façon très inégale, mais trop souvent avec une extrême lenteur, surtout dans les villages arabes. Quinze jours a'près le séisme, 'u,n haut fonctionnaire qui nJUS a reçus à la préfecture nOllS a dit, désabusé : « On ramène encore des blessés ». Quant aux morts, ils n'étaient pas tous retirés des ruines. j ..... A Beni Rached~-l'épice~t~;-du séisme, où l'on déplore un mort sur dix habitants, l'évacuation des blessés n'a commencé que quatre jours après la catastro' phe. On peut dire que de nombreux blessés, en ce point et ailleurs, sont morts faute de secours assez rapides. - A quoi peut-on attr:buer ces lenteurs? - Il y a des causes multiples. D'abord, le mauvais état des voies de communication. La plupart des douars sont très mal desservis. Le réseau routier est conçu plus pour faciliter la ~oIonisation que pour les besOInS de la population autochtone. Ensuite, il faut souligner le nombre dérisoire de médecin; et d'aides médicaux. Dans l'arrondissement d'Orléansville, pour 290.000 habitants (dont 9.000 Européens), l'on compte seulement 25 médecins, 3 sagesfemmes 2 dentistes et 9 pharmacien~, établis dans les centres principaux. Un élément de comparaison : dans le département de la Corrèze, pour la même population, il y a 161 m~Jecins. A Hanoteau.x, l'administnteur nous a dit: Ch. Palant, secrétaire général du M.R.A.P. et A. Lévy, du Bureau Natiolnal, chargent une camionnette de vêtements pour l'Algérie (voir page 4). _ Dans notre région, il y a un médecin pour 25.000 habi- (Suite en page 4) « La nature enseigne l'amour de Dieu en premier, puis excite à vivre gaiement et sans chagrin et à procurer le même avantage à nos semblables ... L'homme qui suit l'impulsion de la nature est celui qui obéit à la voix de la raison ... Les plaisirs de l'âme sont dans le développement de l'intelligence. » Rabelais ne fait là que se référer à Thomas More. N'oublions pas d'ailleurs que Amau- (Suae en page 2) Un premier pas dans la répression de la prop3sande antisémite Des poursuites engagées contre "Aspects de la France" U N premier pas vient d'être accompli dans la répression contre la propagande antisémite et raciste, que notre Mouvement ne cesse de réclamer. A la suite des articles injurieux et diffamatoires publiés par Aspects de la France ,contre le Président du Conseil, le Garde des Sceaux a saisi d'une plainte le Parquet de la Seine. M. Perez, juge d'instruction a été commis pour mener l'enquête. La preS!!ie infâme déchaînée Dès 1952, par la brochure intitulée

« Imposons silence à

la presse antisémite ! », le M. R.A.P. attirait l'attention de l'opinion publique sur la violation de la loi par les journaux maurrassiens. Au début de cette année, notre brochure « l,es antiracistes accusent » soulignait la recrudescence de cette néfaste propagande en liaison avec la renaisnnce du nazisme en Allemagne occidentale, favorisée par la politique dite « européenne ». Dans chacun de ses numéros, notre journal a dénoncé comme contraire à la Constitution et aux intérêts de la France, les articles haineux publiés par Aspects de la France, Rivarol, Défense de l'Occident, Ecras de Paris et les quelques vingt autres feuilles spéCialisées dans la ùiffamation raciste. Depuis la venue au pouvoir de M. Mendès-France, cette presse infâme s'est littéraiement déchaînée. Le nom du chef du gouvernement lui sert de prétexte pour illustrer avec son habituelle malhonnêteté ses élucubrations antisémites. Pierre Boutang dans Aspects, entend expliquer la politique du gouvernement actuel par les seules origines de son président. Et cela lui suffit pour condamner, par exemple, la paix en Indochine, dans l'impossibilité où il se trouve de justifier sa position par des motifs avouables. Prétendre que tout le problème se réduit à savoir si tel ou rtel homme politique est juif ou pas, c'est la diversion classique utilisée depuis fort longtemps par ceux qui veulent escamoter les vrais problèmes : paix ou guerre, démocratie ou fascisme bien-être ou misère, dont la so~ lution n'a aucwn rapport avec la religion ou les origines des h?mmes qui s'appliquent à le resoudre, dan;;; un sens ou un autre. N'empêche, l'occasion est trop belle, et Aspects n'hésite pas à crier à la « dictature juive . « Il me semble, écrit Blluhng, que l'expl;cation des a':ies de Mendès par cette situation de juif qu'il n'a pas choisie est la plus loyale » ... (24-9~1954). Et d'ajouter que les juifs ne peuvent « être bons qu'à leur manière ... selon l'idolâtrie d'euxmêmes et de leur race ». (Suite en page 4) Louis MOUSCRON.

Notes

<references />