Droit et Liberté n°00027 - 1er mai 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°27 (95) du 1er mai 1949 [Racisme; déportation; pays de l'Est]
  • A l'exemple de Buffalo par M. Vilner -page Une
  • Lu pour vous par Roger Maria -page 2
  • Comment l'américain William Vogt prêche l'extermination des peuples par A. Fadeev

-page 2

  • Les démocrates hongrois contre la persécution raciale par André Sos -page3
  • La question juive dans les démocraties populaires par Paul Noirot -page 3
  • Derrière le rideau de mensonges par J.A. Bass-page 4
  • Ma fille Zoia par Mme Kosmodemianskaïa -page 6,7
  • Les survivants d'Auschwitz peuvent-ils faire la guerre à leurs libérateurs par Hélène

Baron -page 6,7

  • Ceux qui les ont vu ne les oublierons pas par Roger Payet-Burin
  • Journées inoubliables nous dit le délégué de la jeunesse juive de Bruxelles
  • Produits américains, chaussures allemandes, chômage pour les jeunes
  • Racisme colonial par Gabriel d'Arbousier

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• } ) 1 i .A." FABÊEV, M. PO YR06ENIS, P. o ES N Gabriel D'ARBOUSSllR .Nouvelle série N° 27 .(95) HEBDOMADAIRE FONDE DANS LA CLANDESTINITE 1er MAI 1949 Prix 25 fr. André S 5 '. a l'eoeempfe " de " 9Juftalo. : L E Congrès Mondial des Partisans de la Paix · . a dépassé de très loin par son am·pleur et · son élan les . prévisions les plus optimistes. Il

est entré dans l'Histoire tel un géant, éoran·

lant le jeu politique des signataires du pacte de guer. re. Les forces de la paix, tous les peuples s'en réjouig. ' .. sent. Les coalisés cr atlantiques », qui ont reçu un avertIssement de taille, ne peuvent se méprendr·e sur la portée de l'oeuvre entreprise. Bien sûr, il y a dans le monde des milliers, des millions d'autres amis de la paix, qui n'ont pas donné leur adhésion au Congrès de Pleyel : sceptiques sur l'efficacité d'un mouvement populaire ou trompés pal' la propagande antisoviétique, ils ont marqué jusqu'à présent leur indifférence. Le retentissement incompa· 1 rable du Congrès a donné confiance à tous, tout en éclairant beaucoup d'honnêtes gens. Les 600 millions d'aujourd'hui deviendront le milliard de dem,ain pour dire non à la guerre et agiT en conséquence. Le bon départ est donné : la colombe a pris son vol. Juifs, nous nous sommes réjouis de voir que l'une des premières préoccupations des Congressistes a été de combattre le racisme. La 'foule innombrable de Buffalo a vibré au passage du M. R. A. P. C'est Yves Farge qui dénonça l'artièle où Mo Duncan Sandys, gendre de M. Churchill, féli~itait Hitler d'avoir éli-

miné les Juifs de la vie politique allemande. C'est

· Alexandre F adeev qui fixa comme une tâche importante la lutte contre toute excitation à la haine nationale et raciale. C'est le discours de l"abbé Boulier, le message des Eglises, et le manifeste même du Congrès qui condamnent l'antisémitisme comme un des plus graves procédés de préparation à la-guerre. Nous savons désormais que, liés à l'armée immense des pa.rtisans de la paix, nous somm~s inexterminaMea ! (COMME l'a si bien dit Frédéric Joliot-Curie, le rassemblement de Buffalo et la ' leyée . du · Congrès de Pley 'ont pas été une apothéose, mais un commen ement. Ce sera aussi un bon oommencement pour la préparation de la Journée Nationale contre l'Antisémiti.sme, dont les assises se tiendront le 22 mai au Cirque d'Hiver. Au nom de très nombreux Juifs unis contre le racisme et la guerre, sans distinction d'opinion ou de croyance, ' nous avons déjà exprimé ici le regret que plusieurs organisations juives de France n'aient pas cru devoir donner leur adhésion au Congrès des Partisans de la Paix. Les préparatifs du 22 mai leur offrent une nouvelle occasion de traduire la volonté de · paix qui anime aussi leurs adhérents. Le Congrès de Pleyel, grandiose, a montré qu'il ne faut plus, pour battre le fascisme, attendre que s'accumulent les ruines. . Les Juifs se feront un devoir d'être au premier rang des combattants de la Paix. Ceux qui se laissaient encore prendre à« l'argumentation» de M. Bernard Lecache au nom de la L.I.C.A. seront plus édifiés en apprenant qu'il s'est empressé d'engager son organisatoni dans cette obscure contre-manifestation, qui · s'intitule (( Journée Internationa:le de la résistance à la dictature et à la guerre ». Les militants de la L.I. C.A. savent, désormais, à quoi ~'en te~ir. Encouragés par le succès du mouvement qui se développe partout, les Juifs de France préparent dans l'enthousiasme la Journée du 22 mai. Ensem.ble, nous fe·rons de cette manifestation une grande date de la bataille contre l'antisémitisme, qui s'inscrit tout naturel, lement dans le com.bat commun pour la p.aix, dans le combat pour la vie. M. VILNER Dans ce numéro: La· Il question juive" da-ns les démocraties populaires Il y a 4 ans... Libération des Camps 22 MAI JOURNÉE NATIONA E CONTRE l'ANTISÉMITISME, lE RAtISME, POlIR lA PAIX • DROIT ET LIBERTE Charles 12 janvier 2010 à 09:43 (UTC). ~ _ par ROGER MARIA Dans son éditorial de La Terre retrouvée du 1er avril, M. Joseph Fisher a commis une malhonnêteté que nous ne voulons pas laisser passer sans la relever car eIle consé th rs en eau lro hie titue un air de flûte dans 111 grande exemple. puisque c'est de f'U.R. orchestration 'antisoviétique où la S.S. qu'il s'agit, devrait être tabou. Du côté de Sigtnaringen Après celle-là. il n'y a plus qu'à tirer l'échelle ... grosse caisse est tenue par Wall- Lorsque nous démasquons M. Jo- Nos lecteurs n'ont pas oublié Street et les choeurs par les ex-maÎ- seph Fisher, ce n'est pas au Juif l'officine nazie qu'est le Mouve- Si'gnalons encore, dans le même tres chanteurs de Nuremberg. La que nous en avons, mais au provo- ment socialiste d'unité française numéro, un appel pour une « copartition, c'est la marche à la cateur conscient et organisé qui es- qui a récemment é'lé l'objet de me- 10llfle Wiking » : guerre. saie d'entraîner des gens qui ne le sur~s bénaligne fi s de la part des « au- N ons rappelons à nos cama- Voici d'abord le ti'tre de son ~)e '. arti- c.ol·n na, issde" nt pas SUl une voie. qui con- ht~nnuteénst qlue uri téreasv a)iJ,1. "C elesu rg epnest-lI'tà Jc'oounr-- ra de~ . q~e 1a co1 o n'ne Wiking ... OUlt a étranges compagmes. 1 l'U destlOee a regrouper des jeunes Le fossé politique entre l'Est Les hésitations na . nité ayant dû disparaître, ils ouvriers et inten~tuels 'au cours et l'Ouest se prolooge dans la de M. Jarblum pubhent un burIetin ronéotypé, qui des vacances pour la reconstrucvie juive. reprend les thèmes de propagande tion en Normandie, est en pleine' Et le résultat que cherche à obIe- Nous avons publié, dans notre de la collaboration. Dans le numéro organisation. Ilesponsables jeunir auprès des Juif~ auxquel~ il dernier numéro, la liste des organi- du 19/11, nous trouvons une alta- nes appellent tous ceux qui veua' adresse ce professionnel de la salÏons juives qui n'ont pas donné q\le contre lent y participer à s'inscrire division, c'est de couper le racisme leur adhésion au Congrès mondial L'Israélien qui se fait appeler d'urgence. Les mesures prépadu milieu d'élection dans lequel il des Parlisam de la Paix. Il y a dé- J.-A. Bass, die « Droit et Li- rat()ires à l'organisation de cette plonge ses racines et de le replan- saccord entre les responsables sur berté» (dont le gérant s'appelle ' colonne' doivent être prises imter artificiellement dans le monde cette grave question. C'est ainsi que Ovzarek). médiatement. !oOCiali~te où tout racisme ~ été pro- M. Jarblum a écrit, dans Notre . !"1al~é notre répugnance à par- Point n'est besoin d'être un lin gressivement éliminé. Parole du 20!I~ : hClper a ce genre de polémique, observateur· pour reconnaître là la Pour accomplir sa besogne, l'in.- Malgré tout je considère qu'on nous tenons quand même à marquer - 1er Mai 1919. - N" 27 (951 préParation d'une nouvelle milioe. sous camouflage classique. L'interna tionalisa tion de Jérusalem Le pape vient de lancer une Encyclique (Redemploris nOslri) pour demander l'internationalisation de Jérusalem. Or, nous trouvons. dans Le JOUTrt'll1 d'Egypfe. « le plus fort tirage des journaux de langue française d'Egypte et du Moyen-Orient )J, du 16/IV, une présentation tout à fait favorable de cette opéra'tion nettement antiisrablienne, Un réseau d'intrigues nouées surtout par le Vatican est en train de se tisser autour de cette affaire pourtant simple. Aucune raison religieuse honnêtement valable ne peut être mise en avant pour justifier la politique hostile du SaintSiège sur cette question. Il va de soi que le gouvernement israélien est disposé à tous les arrangements courants en la matière .pour assurer la sauvegarde des Lieux saints. . li faut donc chercher d'autres mobiles à cette campagne qui se~ ble en partie inspirée par M. de (Suite page 10.) - téressé (ô .combien!) a ' feuiBeté une devait aller au Congrès. Par- que notre ami Bass « ne se fait pas revue soviétique bien connue Octo- tout où on lutte pour la paix, les appeler ,Bass )J; le plus simplement bre. où il a remarqué un ar'licle Juifs doivent être présents, du monde. il s' appelle Bass et siayant pour titre Il faut vaincre défi- même si le Congrès a un sens gne Bass. Il aurait pu signer Octave - l~r MAI DE 'PAIX lIitivement les cosmopolites sans pa_ partisan. Martin, comme Maurras ... trie. Il a noté les noms des criti- Merci pour le « sens partisan» On lit plus loin, à propos des ques soviétiques d'origine juive mis qui associe Garlie Chaplin à la poursuites engagées contre le M.S. en cause dans cette élude et en a Reine des Belges et Laurent Casa- U.F. 1 conclu que, somme toute, la presse nova à Einstein. Mais la moindre !'lous verrons si les étran~ers de l'U.R.S.S. s'exprimait dans les 'action, dalbS l'union, aura toujours que sont les Israéliens peuvent mêmes termes que les maurrassiens plus de prix que tou'les les bonnes obtenir des poursuites contre d'Aspects de la France. Et pour intentions et · déclarations de princi- de~ Français de Fran.ce. Mais · 1 renforcer sa « démonstration » il pes dont regorgent ceux_ qui re&tent remarquons que ces gens aux souligne que, dans cet article. l'au- sur le bord de la route, pleins de quels la Fran« accorde trop fa-, leur a fait suivre les pseudonymes à critiques, pour les autres, jamais cikment l'hospitalité ne sont que consonance russe des écrivains juifs pour eux-mêmes. des dénonciateurs de patriotes. 1 , Ce l or mai 1949, quelques jours après le magnifIque Cong,rès Mondial de Pleyel et l'inoublia,ble rasseDlblement de Buffalo, verra tous les travailleurs manifester sous le signe de l'union pour leurs revendications et pour la paix. A cette occasion, l'Intersyndicale Juive organise, le saDledi 39 avril, à 20 h. 30, à la Salle dès Métaux, rue J~-P.-Timbaud, une fête solennelle, à laquelle elle convie tous les travailleurs juifs de Paris. - - - - 1 m, is en cause d.e . leur nom véritab,l e r-------------------------------------------.....:-------------~--- a consonance ]wve. Jo"" r~;~::pa~. :l'?;"ft~;t;don! d5'~~.·nU~n~a LES ÉTO. NNElMIlEN. T S .D ~ iLA Q1UBNZABNIE. • • raisons pour lesquelles leS critiques Bardèche dépassé l!Oviétiques discutent des problèmes de leur spécialité sur un ton poo\émi- L'ignominie de Bardèche vient que généralement violent. d'être égalée, sinon dép:JSsée, par Je ne veux qu'observer, après «Europe-Amérique. m'être reporté à la revue elle même (Octobre de mars dernier, pp. 183- Rel/ue fasciste que M. Sf'aalt 1'87), que le personnage qui nous .laisse éditer à Bruxelles et que oblige à cette mise au point a menti nos gouvernants laissent paraître flar antisoviétÎsme okidional. à Paris, conformément, sans dou- En effet, des critiques juifs sont te, à cette tradition de l'llospitaattaqués dam l'article, mais pas en lité qui veut qu'il n'y ait de ~ tant que Juifs : comme défenseurs étranger qu'appartenant aux seIde certaines thèses qui paraissent '{ices du Département d'Etat, erronées à la revue Octobre. C'est officines de l'Internationale Vertellement vrai que plusieurs autres te, résidus pronazis, etc ... critiques non Juifs sont pris à partie Voici un échantillon de la propour la même raison, tels Trégoub se qui remplit· ce torchon, au nom( nom typiquement ukrainien), Leno- bre des brillants collaborateurs ble (Russe de souche française), duquel nous avons relevé le nom Platonov (nom typiquemént grand d'Oswald Mosley : russe), Daïredjev {nom slavisé d'ori- c A Auxerre, M. Vincent Auriol gine turkmiène ou mongole}, etc... vient d'inaugurer solennellement Les pseudonymes slaves des Juifs un monument aux déportés polisont suivis de leur nom réel? Sim- tiques. plement parce que c'est un usage en Il Des centaines de noms sont U.R.S.S.; pendant longtemps le gravés dans la pierre: Edetsiein, nom de Lénine fut précédé ou suivi Grimann, Lévy, elc ... pour quelde son nom de famille: Oulianov; ques Legrand, Legras et Lefèvre. de même Staline-Djoughachvilli, «Dieu serait-il' Français ! Ou etc.. . J ehovah n'est-il pas juif 1 JI Cest un .signe de crétirrisir.'! où Oui, vous avez bien lu l Ainsi, de fourberie, pour un Juif, que de ce n'était pas assez d'établir des se sentir automatiquement visé lorsqu'un Juif est pris a parti ou en diffiçultés. La question qui se pose dans tous les cas c' est de savoir si l'attaque vise le' Juif en tant q~e JuIf. Sans quoi on iomberait dans l'absurdité d' admettre qu'un critique litté, raire juif, en U.,R .S.S. par Droit et Libertë, lf .... UI.'." .... /l4/., .f ..... 0'1. Rédaction et admirustration 14, RUe de· Paradis, 14 Paris xe Téléphone:PROvence "0-47 90-48 C,C.p. Paris 607~98 Ta.rif d'abonnement : 3 mols ........ 150 frs 6 mois ..••...• 1 an ......... . 300 frs 600 frs Etranger : Tarif double. !,our tout. changement d'adresse, pnère de JOindre la dernière bande et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK distinctions .racistes entre les vivants ou les survivants, qui sont en train de célébrer le quatrième anniversai~e de la libération d'AuschwitL. Il faut maintenant qu'une revue étrangère en vente sur notre sol, pousse l'.odieux jusqu'à faire une discrimination entre des morts et des martyrs français. . Et cela à Iropos d'une cérémonie à· laquelle assista le Président de la République lui-même. A tous les républicains dc s'unir et d'agir pour imposer l'en lèvement des orel lITes de Goebbels! Un Forrestal célinien 1 Encore un dont on vient seulement de se rendre compte qu'il .... ___________ -.1 était ... fou 1 .Q..u.a..n.d.• M.... ..J.o.u..h.a.•u•x• .v.o•y.a..g.e.•. ••• L'Orient d'Europe de l'Eu·ropéen uni INVITE par la Histadruth, ou vlus exactement par,ceux de ses dirigeants qui jouent un rôle semblable dans Je mouvement .. yndical, M. Léon Jouhaux vient de faire un voyage en Israël. Des « Impre~,sions de Palestine » ayant paru dans l'organe dz: Force Ouvnere, il ressort. surtout que le jeadet scissionniste français e6t fort ' content ck la politique de collaboration de classes que mènent le .go.uvernement Ben Gourion et ses alliés 50- cia.ux-;démocrates des, syndicats, unis par une " coopération » qui n est pas sans pr.esenler quelque analogie avec ceUe de M. Jouhaux et de M. Queu.j)Je. , Le tout étant commandé : ici par la soumi"'on au plan Marshall et a,:, !acte Atlantique, là-bas par l'acceptation de ce prêt de 100 mJibons de dollars, dont le peuple mesure déjà les inquiétantes conséquences, la moindre n'étant pas l'éventualité d'un " Pacte du Proche-Orient ». « La pol.itique suivie. par le gouvernement d'Israël, coopérant a~ec l~ Hlstadr~lth pUl.SJue gouvernement et organisation syndJ~ ale, ont la meme ongme et le mêm~ but, a pour objet à la fOlS d assurer la permanence de la paIX dans le mieux-être et la )iherté de tous JI, écrit tranquillenent M. Jouhaux. La réprobation croissante que s'attirent, de la part des militants synd:caux de base, les dirigeants J:éformistes - l·à-bas com_ me ici -, l'aggravation des conditions de vie des travailleurs palestiniens tant 'arabes que juifs, le. intrigues économiques et stratégiques que trame en Israël le Départel1)ent d'Etat et la rési"tance .grandissante que leur opposent les forces progressistes , et .paclfiques, semblen,t ,avoi .. complètement « échappé » à notre voyageur ! II est vrai que M. Jouhaux n'a séjourné qu'une quinzaine de jou ... en Palestine. Juste le temps de revenir sous nos latitudes pour participer aux, côtés de ~. :hurchill à la, conférence économique de « L Europ.e Un.le ». a Londres, et • y faire l'apolDqliste de l'abandon " d'une partie des souverainetés nationales » et des pires thèses des colonÎali .. tes du Commonwealth ... D'où, sans doute, l'explication de celte aimaMe {ormule cueil' ie dans ses impressions de voyage· : « La Palesti,ne ... cet Ol'ient d'Europe qui jusqu'ici n'a été que pittoresque et historique ». ." Pittoresque et hi~torique », en effet, toute la politiq~e de la CIty en Palestine, depuis 19Z0 ju.s.qu'à l'agression contre l'Etat d'Israël, en passant par le Multi, le Livre Blanc de Churchill et d'Exodus de Bevin r « Pittoresques et historiques », les manig:, nces ~es C~mpagnies de pétrole, des mi.maire .. et des pOlitic. ens qUI conbnuent Ce que Rommel et Weygand n'avaient pas réussi à mener à bieD .• ~ ,Le ~alheur pour M. Jouhaux et ses amis, c'est que le peuple d I .... a~ a une toute autre conceptiO'n et du pittoresque et de l'histoire et qu'il ne deviendra jamais cet Orient d'Europe dont peut rêver un « Européen uni» ! , On vient d'enfermer dans UJIl asile, le Céline américain qui, récemment encore, s'était vu attribuer un grand Prix littb-aire par un jury qu'on pourrait confondre avec la Commission Parnell Thomas. Cet estimable écrivain avait oontracté - depuis fort longtemps - la maladie de M. Forrestal. L'Arche de Noë sans colombe ,Les partisans du déluge ato- mique avajent songé à se mettre à la recherche de... l'Arche de Noë, dont ils avaient décrété, il y a quelques semaines, que les restes se trouvent dans la région du Mont Ararat, sur la frontière de l 'Arménie soviétique ... Comme par hasard, les expéditions américaine et anglaise chargées de découvrir la carcasse ' du vénérable vaisseau devaient pilotées par des agents des bureaux d'espionnage de l'O.S.S. et de l'Intelligence Service. Mais cette ficelle était grosse oornrne un câble, et finalement Londres et Washington y ont renoncé. Tout le monde se serait aperçu que sur leu.r « Arche de Noë, il n'y a jamalS eu de colombe. Application Est-ce une application des récents accords des Trois sur l' Al-' lemagne de l'Ouest ? En 1938, un AIJemanJ de Darmstadt, Robert Plaulen avait dû répondre, devant le t:ibunal de sa ville, de sa courageuse diffusion d'une brochure antinazie. Les hitlériens n'ayant pu taire la rreuve de sa culpabilité il fut ~is en .liberté provisoire,' ce dont II profl.ta aussitôt pour Il partir sans l~lsser d'adresse », précise le proces-verbal de la Gestapo. Or, Robert Plaulen vient de comparaître devant le même tri~ un:ù d~ Dar~stadt sous la triple mculpatlon sUIvante : avoir dif .. fusé (en 1938) une brochure défendue, avoir trompé à cette occasion la justice, avoir pris la fuite pour se soustraire à la police (touJours en r938). N.B. - Le procureur est le même qu'en 1938. . \ lIer Mai .1949. _ Ne 27 (95) DROIT ET LIBERTE ~,((lARATlOHS FAlm,,~ Comment l'américain William VOGT DROIT ET LIBERTE _ disciple d'Alfred ROSENBERG _ Pau"! ROBESON : « Nous, Nègres d'Amérique, sommes solidaires de tous les Juifs qui luttent contre l'Antisémitisme, le Racisme et pour la Paix. Nous, qui subissons dans notre chair toutes les co~séquences des théories racistes sur « les races supérieures et inférieures» avons ressenti avec la plus grande douleur l'assassinat de six miHions de Juifs pendant la dernière guerre. Nous nous sommes réjouis de la création d'un Etat d'Israël indépendant. Les' forces qui préparent aujourd'hui une nouvelle guerre sont des forces de racisme et d'antisémitisme. Il est donc tout naturel que les Juifs, comme nous, Nègres, se trouvent aux prc;miers rangs des combattants pour la Paix.» /,~w~ Meir YAARI : Porte-parole de la délégation unifiée des forces progressistes d'Israël au Congrès Mondial des Partisans de la Paix, j'ai la ferme conviction d'exprimer la voloJ1- té de paix des larges couches populaires et intellectuelles de notre pays et du peuple juif tout entier. A nos amis lecteurs de « Droit et Liberté », j'adresse le salut traditionnel du peuple juif : CHALOM - PAIX r)'y'~ prêche l'extermination des peuples EN 1948, à New-York est sorti un livre de William Vogt : (( La voie du salut D. William Vogt est le directeur de la protection des richesses naturelles 'de l'lJnion panaméricaine. L'introduction de son livre a été éërite par le politicien américain bien connu Bernard B:lruch. Dans ses soi-disant recherches su.r les destinées de 1'hu.maruitlé, William Vogt p,rocède de l 'ense~g nement de Malthus. Comme · 0 nie sait, selon Malthus, la principale con- . tradiction dans l'existence cl e s hommes consiste en ce que l'humanité croît plus rapidement que les moyens de subsistance offerts par la nature. En conséquence, Malthus estimait inévitables et même désirables pour l'humanité, des facte.urs tels que la guerre, les épidémies, les maladies, la misère et la famine. Mais William Vogt va. plus loin que son maître Mal~ thus, en tentant d'appliquer cette théorie anti-scientifique à la situ.ation actuelle des pays et des peuples. Dans son char-itre

« Il y a trop d'Américains

", Vogt part de ce que la population optima des U. S.A. est égale à 100 millions d'habitants et de cettt; façon les U. S. A. 90 Il' t menacés inévitablement d'une baisse du niveau de vie, dans la mesure où t~ pays est pour ainsi dire « S'u rpcllplé )\ par un excédent de 45 millions d'hommes. Mais la situation des U.S.A. n'est pas si terrible. De mêm@ que les fascistes allemands .avaient justifié leur agression par « l'étroitesse' de leur espace 1 PAR Alexandre ' FADEEV sible : ·la diminution de la population en Europe. Il éCrit textuellement

« Tout ce que nous

. errfreprenons poru obtenir u. n accroissement démocratique va au détriment du continent et de nous-mêmes. La stabilisation suivie de la diminution du nombre des EuroPéens -constituerait notre ap port le Plus précieux à la Paix et au bien-être général li (page 211). Peut-être existe-t-il un Anglais assez naïf pour s'imaginer que l'arme atomique et le pacte atlantique existent réelle, ment pour la défense de la culture anglaise et de l'ancien humanisme anglais. Mais la lecture de William Vogt nous convainct que les créateurs de l'arme atomique et du pacte atlantique sont pleins de mépris à l'égard de la nation anglaise aussi bien qu'à l'égard des autres nations. Selon Vogt, le (( nouveau monde » a toujours nourri l'Angleterre et la révolution industrielle en Angleterre n'aurait pu se faire sans l'aide de l'Amérique. Et dans les coniiitions actuelles, écrit-il, « si nous ne z'oulons pas asseoir 50 millions de Britanniques () notre table, nous verrons de nou- · veau la marche de la faim dans les rues de Londres. J) (page 72). • Identique est la façon. de Vogt de concevoir les relations avec les autres peuples. rable et à la compréhensKn mutuelle entre. les peuples. Malgré le ton hostile d'une grande partie de la presse, nous avons partout été reçus très amicalement. C'est p lr là que s'explique la tolérance du département d'Etat et du ministère de la Justice qui nous avaient intimé l'ordre de partir. • Et nous nous sommes convaincus qu'aucune divergence d'opinions dans n'importe quel domaine de la vie ou de la cu!tme ne peut empêcher les hommes honnêtes et objectifs des diver"es nations de s'entendre pacifiqoe ment contre les hommes qui répandent l'hystérie guerrière. Aucun homme ayant une âme vi· vante, qu'il soit Amélricain ou Russe, ne peut rester insensible à des paroles telles, rar exemple,' que celles de Eugène O'Neil : « Il est temps pour la race llUmaine de disparaître du vi çllg~ dt la terre et de laisser aux four mis le soin d' ltàbiter l'univers l, ou devant la déclaration de Henri Miller : « J'espère et je crois fermement que tout le monde c.ivilisé sera balayé du visage ::le la terre au cours du sièd~ plOchain. » Qui ne voit que prêrher de telles idées, c'est prolonger les théories racistes de haine ùe l'homme, qui développent les plus bas instincts, idées néoessaires aux hommes cupides pou~ mener l'humanité à la guerre. IL est temps de comprendre qu'un tel nihilisme envers la vit humaine et envers l'existence dEh civilisation elle-même corrompt l'âme des jeunes gens. Il est temps de comprendre gu~ ce nihilisme facilite l'augmentation de la criminalité et ;xcite les instincts bestiaux. ' vital " Vogt explique par le surpeuplement des U.S.A. la tendance de certains cercles à s'empa rer des réserves et des territoires d'autres peuples. l[ écrit par exemple : « nos réserves de minerais, à'étain son t limitées, peut-être nous faudra-t -il faire la guerre pour avoir le droit d'accès aux gisements ' )l, ou bien " « En prévision de l'épuisement de nos réserves de pétrole, nous envoyons notre flotte dans la Méditerranée • . nous mcIlaçons l'Union Soviétique, nous exigeons le libre accès aux riclusses Pétrolières de l'Asie JI (page 68). « La plus terrible tragédie qui puisse actu.ellement arriver à la Chine, c'est la baisse du taux de mortalité D, dit-il. «Du point de vue de toute l'humanité la famine efT C !tine n'est pas seulement désirable, mais elle est même nécessaire D. ' r--------------..J •• Comme vous voyez, cc n'est pas le caractère du développ~ment culturel de l 'U nion Soviétique qui met en mouvement le chantre d'une nouve lle guerre, William Vogt, ap[)uyé par Bernard Baruch. _ S'il existait, en effet, des gens assez naifs pour supposer que la marshallisation de toute une série de pays et le pacte Nord-Atlantique sont réellement inspirés par le désir (l'améliorer la vie des populations de ces pays, je leur recommande vivement de lire et de relire William Vogt. « Malheureusement, écrit-il, (j'insiste spéciaJemeni sur ce « maUlClIreusement »), malgré la guerre ,- les atrocités allemandes et la faminc, la population de l'Europe, sans comPter la Russie, a augmenté entre 1936 et 1946 ~d e Il millions d'hommes. ÇJn prévoit qu'en 1955 sa populatIOn atteindra 404 milbons d'individus, c'est-à - dire q:l'clle se sera accrue de 10 % en vmgt ans . . Al{., lieu des trois cmt sOixante-dzx mil/ions d'esto'nacs vides qu'il faut chaque jour, à trOIS reprises, rem'flir de nourriture produite par l'étranger, il y . G,ura d~nc en Europe 404 milbOlls d estomacs vides. Le nombre des bouch~s affamées s'accroît mais la quantité de la terre n'au/{lIIente. » (pages 199- 200). C'est pourquoi William Vogt préconise la seule issue pos- Pour la situation du Chili, il fait la remarque su ivante :. « Un des grands avantages, et même le plùs grand ava11'tage du Chili, c'est son taux élevé. de mortalité D. (page 186). Selon Vogt, la sagesse des anciens Grecs, «s'exprimait dans des faits que les historiens décrivellI rarelltfnt. Les Grecs .:om·· prenaient le danger contifTuel du surpeuPlement Cl lutfai .J /tt COI;tre lui par l'encouragement à la jfïOStitution, aux infanticides, à l'émigration et à la colOlXisation D (page 8). Mais que dire a:cn des anciens Grecs si Vogt lui-même condamne absolument l'activité des médecins actuels. « les né .. duins, écrit-il, concentrent leur efforts mr un seul problème " sauver les hommes de la mort ; en améliorant l' assista11'c e médicale et les conditions hygiéniques, ils portent la respomabilili du prolongement de la vie de miUions de misérabl(s. • (page 48). • Bien sùr, les amis cie Williarn Vogt peuvent m'accuser cie faire cie la « propagande ». Mais je dois dire que des 'gens prêchant comme rui l'obscurantisme et une nouvelle guerre sont des ennemis de l'humanité, et en premier lieu. du pêuple américain, qui lui non plus, comme nous, ne veut pas de guerre, et comme nous, c1ési ce non pas la destruction cles hommes sur la terre, mais leur Ixnheur et leur prospérité. Avec d'autres personnalités 50· viétiques de la Science, des arl~ et de la littérature, j'ai été l ' h ô t~ des intellectue ls américains en faveur de la P aix. Nous nOll~ sommes conva incus de la sincérité cles aspirations des intellectuels américains à une paix du- 3 LA PAIX Vue par .•• ••• BENN. 4 . :zzgc 7-:;;;-- - - t tES ' DÉMOCRATES HONGROIS contre la persécution raciale M. André Sos, l'un des dirigeants de l'hebdoma· daire du Bureau Central de. Juifs · hongrois, UJEI::ET (Vie Nouvelle), est un historien et publi· ciste de grand talent. On lui doit, notamment, un ouvrage très documenté sur le fascisme et l'anti· sémitisme dans l'Europe nazie et une étude sur la République de Weimar. Emprisonné à p,lusieurs re· prises, M. André Sos a poursuivi une lutte coura· ~euse contre la dictature de Horthy. Au mois de . marS 194-4, la Wehrmacht occupait la Hongrie. L'armée m;;lgyare trahie, n'a opposé aUCIJ.ne résistance .à l'envahisseur. . Depu~s la contre-révolution de Szeg-ed ·en 1919, réussie à l'aide de puissantes interventions étrangèrês, la Hongrie était aux mains des féodaux terriens et des hommes de la haute banque et de la grande industrie, dont les intérêts étaient intimement lies avec ceux de la réaction internationale et de J'empire nazi. Pendant près d'un quart de siècle, la coterie anti-populaire a fait disparaître J'esprit national de l'arnlée. a annih ile toute notion d'indépendance nationale, a poursuivi et persb::uté tous les patriotes, démocrates, socialistes unitaires fidèles à leur idéal, communistes et syndicalistes. Le Régent Horthy, « amiral à cheval », a pris des aSSurÇlnces multiples. mais toujours contre les intérêts essentiels de la nation hongroise, tant auprès des munichois ang-lo-français qu'auprès des hitlériens ~11 emands, mais ces derniers étaient plus vig~.) Ureux et aussi plus proches. Ladislas Baky qui s'est distingué comme offi cier de gendarmerie en massacrant les républicains hongrois en l!ll!l, a été nommé Secrétaire d 'Etat à l' Intérieur ; Ladislas Endre, ancien magistrat db::hu, sadique et alcoolique, fut adjoint à Baky pour l'assassinat des JUIfs. Un officier supérieur de la Gestapo, l'Allemand Eichmann est arrivé à Budapest avec ses principaux adjoints : Hunsch, No 0 va k, Denegger, Gunther, Abromay, \\Trtok, Schmidt, Seicll, \Visliczeni et Krumey, pour diriger les fascistes hongrois, les gendarmes et les policiers de Horthy en vue de l'arrestation, la déportation, la torture et le meurtre des cÎtoyens hongrois d'origine juive. Le nombre de wagons pour entasser les malheureux internés à destination des camps de la mort n'ayant pas été jugé suffisant, \Vincke1mann, général des S.S. promit d 'intervenir à condition que les gendarmes de Horthy assurent l'accompagnement des victimes. On lui donna immédiatement satisfaction. Plusieurs centaines de milliers de Juifs hongrois avec leurs familles, y compris les enfants en bas-âge, furent ainsi màssacrés. Horthy a été porté sur ' plus~ urs listes de criminels de guerre adressées par les gouvernements, les réptiblicains et les résistants ·de l'Europe de l'Est. Il a été interrogé par les autorités américaines qui s'étaient solennellement engagée.s pen' dant la guerre à punir les responsables et les complices des massacr'es, et refusèrent pourtant de le livrer à la justice. Ce sinistre personnage qui a M. Mathias Rako&i, émi n e n t h 0 m n1 e d'Etat hongrois et courageux mili tan t antifasciste qui fût emprisonné 16 ADS par la réactioD. accumulé pendant vingt-cinq ans tant de crimes contre les patriotes de son pays, les hommes de progrès, les diverses minorités et les communautés confessionnelles est, comme par hasard, oublié, quand il n'est pas encensé, par la même presse qui répand tant de mensonges à propos de l'affaire Mindszenty. Comment une apparence même de justification a-t-elle pu être trouvée par ces singuliers enquêteurs américains ? C'est qlle Horthy s'est défendu en affirmant qu'il avait donné des ordres pour épargner les Juifs ! Voil;i un nouveau chevalier du double jeu ! En réalité. Horthy est intervenu exclusivement en faveur lA " QUISTIOI JUIYI " DANS US DiMO(RATIiS POPUlAIRIS' CERTAINS journaux sont en train de méner tapage au10ur de prétendues- « mesures antijuives ») qui viendraient d'être prises par J'U.R.S.S. et les démocraties populaires. Dans ce concert, ce ne sont IJ3S seulement les Joseph Fisher qui donnent de la voix : la grande pTe~e réactionnaire. et notamment l'Aube et le Monde (qui en cette circonstance a recouru aux services d'un trotskyste, M. Serge Karsky) s'est empressée de saisir ce nouveau prétexte à calomnies antisovi~iques. En vérité, seule une confusion volontairement entretenue enlre certains réactionnaites sionistes et l'Etat d'Israël pourrait laisser croire que l'attitude marquée de sympathie de l'U .R.S.S. et des démocraties populaires envers les Juifs de Palestine se serait modifiée. « La question juive, écrivait récemnwnt Ilya Ehrenbourg, nI;: sera jamais résolue d ~une façon totale que par le progrès générai, social et par conséquent moral. Sa so~ution dépend non des succès militair~s en . Palestine, mais de la victoire du socialisme sur le caF':talisme, de J.a victoire r~ mportée sur le natio-. n'alisme, le fascisme et le racisme par les· grands principes de sOlidarité internationale des uavaillturs. » J\tbis l'écrivain soviétique pré cisait

(( !.3 Palestine a été peuplée de Juifs par les idéologues de la haine de l'humanité. les antisémites qui ont chassé des homme~ des pays où ils vivaient depuis kngtemps et les ont forcés à chercher. z:non le bonheur, du moins le aroit ~ !a dignité humaine dans des terre loiniaines. L 'Etat d'Israël rappelie ce navire', ce radeau auquel ~. dgrippent des gens surpris par le déluf'e de sang du racisme et du fascisme. Aussi notre sympathie va, dans leur lutte, aux travailleurs d'Israël; ils ont la sympathie non seulement des Juifs d'Union Soviétique, mais encore de tous les hommes soviétiques. Nous n'avons pas chez nous de partisans de Glubb Pacha. Néanmoins chaque citoyen soviétique sait que l'important est d'un Elat. mais aussi son ordre social. Or ce ne sont pas les représentants des travailleurs qui dirigent p~r PAUL NOIROT l'Etat d·lsraël. Nous avons vu les bourgeois des pays européens avec leurs grandes traditions el leurs vieilles ~conceptions de \' Etat, trahir les intérêts nationaux au l,oro du dollar. Peut-on espérer que la bourgeoi~ ie d'Israël fasse preuve de plus de conscience, de plus de perspicacité que ne le fait la bourgeoisie de France et d'Italie? » Horizons socialistes Si nous avons cité !lussi longuement cette lettre ouverte qu'Ilya Ehrenbourg écrivit en réponse à un Juif allemand, c'est qu'elle éclaire bien la situation actuelle. Dans le Moyen-Orient la naissance d'un Etat moderne e1 indéoendaDt, auque. se sont accrochés I~ Juif~ Persécutés, marque, en mal 1948, un doublp. progrès, appelé à cIe profondes répercussions. C'est ce double progrès que le monde socialiste a salué. Il n'en a pas moins gardé son opinion sur le fond du problème. Le fascisme et l'oppression ouverte des Juifs ne règnent plus dans les pays qui ont vu le massacre de plus de 3 millions de Juifs polonal~. de 500 000 Juifs hongrois. Une société socialiste s' y construit, où les Juifs ont leur place. L'antisémitisme est proscrit e1 poursuivi comme le fascisme, les lourdes condamnations qui ont frappé les responsables du pogrome de Kielce en Pologne comme ceux du massacre de lassy en Roumanie, l' OTJt montré. lln~ cité ouvrière moderne commence à élever ses murs ~ur les monceaux de gravats qui, à Varsovie. témoignent de la. barbarie hitlérienne. Les 100.000 Juifs polonais ~urvlvanls ont fait un immense effort pour se reclasser dans les secteurs productifs. Plusieurs milliers travaillent dans les mines, les usines métallurgiques, les filatures. Sur les 778 premières coopératives de production polonaises, 220, groupées dans la centra.le cc Solidarité )J , étaient juives. Et C( Solidarité » possède un réseau de magasins dans toutes les grandes villes polonaises. La vie culturelle est active sous les auspices du Comité Central des Juifs polonais : plus de 35 écoles ,communalC5, 60 maternelles et 15 . maisons d'enfan1s se sont créées; 20 journaux en polonais ou en yddish paraissent actuellement sous ies auspices des divers partis, organisations ou club; littéraires juifs. Il m'a été donné de visiter la petite ville de DLierzoniov (Reichenbach) en Basse-Silésie. dont 40 % de la population est juive (10.000 Juifs furent libérés par l'Armée Rouge· d'un camp de concentration r.azi voisin de la ville, et leurs parents réfugiés en U.RS.S en 1939 'vinrent les rejoindre). C'est une pe'lite ville proprette, qui vit des importantes filatures voisines et des industries locales. radio notamment. En Roumanie trois écoles d'Etat en yddish ont été récemment 00- vertes à Bucarest, Timisoara et Jassy. ChaQUe vendredi les postes roumains di/fusent un programme en yddish. Deux millions de manuels dans Ioules les langues de la Répu. blique populaire roumaine ~ont en cours d'impre~sion. La Constitution de la République romacre la pleine égalité des droits pour too-Ie:s les nationalités cohabitantes. Le nombre d'ouvriers de chocs, d'hommes de science . et d'artistes juifs cités ell exemple croît sans cesse. Le mythe de « l'Unité Nationale Juive » Mais dans les pays de l'Est arriérés la population juive comptait ulle bourgeoisie capitaliste et commerçante active. Comme les bourgeoisies polonaise, hongroise, roumaine et bulgare, elle s'est vue dépossédée ou se senf menacée. El elle voit dans l'émigration vers Israël ou l'Occident la po~sibilité de poursuivre son activité. Le problème deviendrait purement politique et social si la bourveoisie vaincue n' entretenait le mythe de cc l'unité nationale juive ;) pour tenter de créer la collaboration ~ntre exploileurs et exploités et, soutenue par les A'lglo. Américains, mener une sourde agitation dans les démocraties populaires. On comprend que des Juifs. comme Max Ausclmit, qui finançait le mouvement légionnaire, ou Isidor Kamitz qui sablait le champagn~ avec la clique d'An'lonesco estiment leur avenir fort menacé en Roumanie. Mais les travailleurs juifs que persécucaient les légionnaires' et qu'exploitaient les mêmes capitalistes ne sont-ils pas liés par les mêmes intérêts que tom les travailleurs roumains, avec lesquels Ils ont écrasé les légionnaires et chassé ies capitalistes ? On comprend que les ManfredWeiss, propriétaires des oran des usines métallurgiques de C~pcl à Budapes7 d maîtres de la métallurgie " ongroise avec le baron Korn - feId, q~e Léon Goldberger, magnat du rextIle honp.rois, amis personneis, conseillers et bailleurs de fond de Horthy, soient peu désireux Je re tourner da))~ la Hongrie ~"r::ulaire Et que certains Jui f,; cui ~"!V;;:ent de régi sst:,!rs aux ~rands propl iét~ ires fonciers dans l'Est de la Hon~rie. exploitant pour eux le prolétariat agricole. s'y sentent maintenant peu à l'aise. Mais la maMe des lravailleurs ? « Il n 'y a qu'une sorte d'unité ruile pour la masse d~s travail. leurs juifs, affirmait récemment l'or~ane ouvrier de Buclrest " SClnt"ia ". c'est l'unité avec tous I~s travailIeurs de ce pavs auquel ils sont liés par des inté. rêts communs : travailler et combattl'e pour Im.e vie meilleure et pour la paix: Et il n'y a QU'Ufl ennemi pour eux : les ca. pitali!'tes. à quelque nationalité qu'ils appartiennent, qui veul4!nt ex~)loite r et opprimer ~t qui esSalent de provoquer une nouvelle guerre. » Une guene contre le pays des vainqueurs de Stillingrad et des libérateurs d'Auschwitz, contre ie pays où le racisme- et \' antisémitisme ne sont plus qu'un mau\'ais souvenir

ontre le pav~ qu
, fidèle à sa poli~

tlquP. de soulI"n a tous les peuoles en lutte pour l'indffienda'1ce. il' reconnu le premier l'Etat d'Israël! Les travailleurs juifs de Roumanie et des démocraties ponulaires ont compris, qui. en fr~ternelle union avec tous les travailleurs et tous les démocrates. ont adhéré all Con~rès Mondial des Partisans de la Paix. 'l er Mai 1949. - Nt 17 f9'I de q uelq ues hommes de sa caste, mag-nats de l'industrie tels F · , qlle: rançOIS Chorin, grand capitaliste juif président de la confédération des fabricants hongrois, Eugène Vida, maitre du charbon. C'étaient eux et eux seuls cc de bons hongrois ,. ou comme disait Charles Maur: ras, parent spirituel de Horthy en France lC des Juifs bien nés ". . Se~ls les démocrates, les .syndlcalIstes, les communistes hongr{.~ is, s'opposaient activement à toute per~b:ution raciale et dénonçaient l'antisémitisme, le racisme et l'oppression des min()o. rités comme des armes contre la liberté et la nation hongroise. • Au moment des déportations ils ont lancé à la population k mot. d 'ordre de la Résistance : " LIbérez nos frères et soeurs hong-rois des mains ùes Allemands, aidez et cachez les Juifs. " . Mathias Rakosi, actuellement Vice-Président du Conseil hong- r?i.s, grand org-anisateur de la Res.l;stance ,national.e magyare, avall lanc~ a la natIon un appel par la radIO clandestine: " Les nazis allemands sont maintenant aux abois, .ïls veulent accaparer notre subSIstance, nos biens et tou~ les trésors de notre pays et lll COrp?rer nos hommes pour le~lr s~rvlr de chair à canon. L armCe roug-c frappe la ~'eJ1rmacht à mort. les Allemands reculent tous les jours, les vol~ ur ;;, les aventuriers, les es' pl~lt~S sont devenus maintenant ml~lstres en Hongrie par la , g-raCe de Hiller ; ils pourchassent les patriotes, maSsacrent les populations, livrent notre pays aux briganJs allemands. " Les patriotes hongrois de toute tendance, qui combattaient l'hitlérisme et le fascisme cie Horthy, fondaient en mai 194A le ," Front Hong-rois " pOur unIr tous les ré'sistants dans leur lutte Le (c· ~I·?nt f.rong-rois » a pris une position nette contre les persl'cutions raciales . Citons l'une de ses prin"ipales décl ara~ions diffusées parmi la popul~tlon :" l'oppression des travallleur~ des villes et (les c1mpag-nes, l'assassinat dcs Juifs et le pil1ag-e de leurs biens n'ont qu 'un but réel, c'est de pro10ng-er notre servitude. Les Indu~tri cls, lcs commerçants, les ouvl'lers, les employés et les p a y san s hongrois chrc'.tiens n :ont .ri~n il. gag-ner au vol des biens Jud~, Ils ne sont pas pOUT l'IiX . ce "Ont Irs chacals comme En.drc, B ;dv ct tant d'autres, qUI en nrflfitent avec les nazis. » Les Juifs vivant en province ou à la. olmpagne furent pres· que entlèrem"n t massacrés ain.;i ou 'une gTande partie de ceux de Buchnesf • Lf's survivants doivent leur ~ait1t à la prorection , il l' ilJ;l1itie et il la lutte des dé- 1110crates. mais surtout aux sacrifices in nombrables et il l' a\':1f1cc rapide ct victorieuse de l'nrml1e soviét ione qui a empêChl\ les n:lzis 11lem1nds et hongrois d'a-::hever entièrement l'extennination de la pOP'llntion juiv!'. Il faut qu'on s'en souvienne. - .1'" Mai 1949 .. _ NG 27 (95) DROIT ET LIBERTE 5 _-e er ea ges UNE ENQUÊTE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL ].-A. BASS Photo peu connue de la Reine de Grèce, princesse nazie, et: de ses . . frère·s. La visIte des douaniers hon ... grois est des plus libérales, à haute voix,on échange des impressions, les revues et journaux anglais et américains passent de main en main, - leur vente et notamment celle du Times, est libre dans tous les kiosques de Budapest, - pendant qu'un avion des u.S.A. vient atterrir pour prendre à son bord les citoyens américains se rendant pour quelques jours en Allemagne. Le rideau de fer serait-il une passoire? Je me pose une fois de plus cette question, pendant qu'à Nuremberg, les juges américains font preuve de mansuétude à l'égard des hauts fonctionnaires hitlériens parmi lesqueis figure l'ancien ministre des Finances de l'empire nazi, SChwerin von Krosigk. Celui-ci est précisément l'auteur de l'expression 4: le rideau de fer» qu'il a lancée à la radio dans les derniers jours du gouvernement de l'amiral Doenitz pour, en fidèle élève de Goebbels, tenter un suprême effort de division ~mtre les alliés et baver sa rage impuissante contre l'Union Soviétique. Ce voleur, qui a présidé à toutes 'les spoliations, n'a été condamné qu'à dix ans de prison, c'est-à-(iire qu'en comptant la prévention et la remise de peine par le général Clay, il sera libre dans quelques jours. Comme en Israël, miJitaires et civils se retrouvent aux champs. Il pourra alors demander à la presse réactionnaire des droits d'auteur pour son expression. L'avion décolle: je me découvre un illustre voisin : M. Miltiadis Porfyrogennis, ministre de la Justice du gouvernement démocratique grec, d'une cinquantaine d'années, cheveux gris, visage très jeune, mince et de haute stature, avec un regard extraordinairemen t malicieux à travers ses lunettes, type méditerranéen qui ne pal'aîtrait pas étranger à Marseille ou à Nîmes. Une conversation s'engage, l'homme d'Etat hellène parle un français très pur et témoigne d'une grande connais.~ance de la France et d'une vaste comnrchension des affaires françaises, il a vécu en France, y a fait ses études. Il me dit son admiration pour les républicains de notre pays. pour la lutte des syndicalistes, de tous !ps comb1.ttants de la liberté et de la paix. Il est heureux qu'une fois de 1. La vérité voyage Sans VI• sa (Déclaration de M. PORPHYROGÉNIS) 9 Avril 1949, matinée brUIneuse, aérodrome ' de Budapest: les passagers attendent le départ de l'avion pour Prague, beaucou.p d'entre eux , comme moi-même, reprendront presque aussitôt un autre avion pour Paris. Des hommes d'affaires français, suédois, britanniques, américains, · italiens, israéliens, une Hongroise qui va rejoindre son mari en Suisse, le Consul d'Egypte qui se fait beaucou.p entendre en expliquant l'art de fumer le hachisch et les méfaits des Juifs en Palestine (il se tàit quand je le questionne sur le Soudan et la politique raciste et. xénophobe de son gouvernement), quelques journalistes ~trangers, des voyageurs privés, de nationalités diverses. plus les Français soient au premier 'rang dans la résistance contre le fascisme', le racisme et la guerre. - PenSIeZ-VOUS venir bientôt à Paris p~ur assister au Congrès Mondial dies Partisa.ns de la Paix? - Je devais représenter mon goùvernement lors d,e la dernière session de l'organisation des Nations Unies à Paris. Il étaJit d'une haute importance que des informations précises y fussent apportées sur l'intervention militaire et économique anglo- américaine dans mon pays et que nous puissions faire entendre la prrotestation de la nation grecque. J'ai remis ma demande de visa en temps oI1POréun à M. l'Ambassadeur d,e France à Prague. CO'Il!trairement à toutes les règles internationales, ce visa me fut refusé sur les inswuctions de M. Robert Schuman. Je me prOposè de demander un autre visa pour me rendre au Congrès des Partisans de la Paix. Je dépJore et m'étonne que des !iiscriminations et des interdictions empêchent Paris de continuer sa tradition de capitale internationale. - Cela peut paraître d'a;utant plus étrange que tous I~s citoyens nord-américains ont été dernièrement autorisés à venir eaJ. Franoe sains visa, alors que l',entrée d'es Français aux Etats-Unis est très limitéle et qUe des hommes de science, des écrivains, des journalistes. des prêtres, des geus d'affaires même, se sont vu refuser l'autorisation d'y fair.e un court voyage. - J'ai aussi demandé, il y a peu de temps, au Consul Général dei; Etats:..Unis à Prague, l'ootorisation de me rendre, en qualité de délégué du gouvernemertt démocratique grec, à NewYork, pour assister à la Conférence Scientifique et CultureUe pour la Paix. Le consul m'a demandé si l'on me conna-Dssait aux Etats-Unis. J'ai pu le rassurer à cet égard. En effet, je me trouve, paraît-il, S'WI' une liste dressée pa;r les services nordaméricaïns comprenant cent cinquante militants particulièrement actifs de mouvements démocratique de · tous les pays. C'est un grand honneur pour moi. Le visa américain me fut refusé sur les instructions du Département d'Etat. En violation fiagrant.e dU traité de commeroe de 1832 quI garantissait aux citoyens américains le libre accès de la Russie, la RUSSie tsariste app:iquait des mesures vexatoires à des juifs amér1cains' d'origine russe et leur refusait le visa' d'entrée en RUSSie qu'ils sollicitaient. Le 13 décembre 1911, la Chambre M. PORPHYROGENIS. AmériCaine des Représenta"nts par trois cents voix cOUltr,e U'ne, décidait la rupture des relations c()tlllmel'ciales avec la Russie, à titre d'avertissement. . Le 15 décembre 1911, I.e Secrétaire d'El;a.t Knox infOrma officj, e:-lement ~ Russie tsariste que les Etats - Unis d'Amérique avaient r~lu de délltoncer le . traité de commerce de 1832, à partir du l or janvier 1913. Le traité prit fin et ne fut jamais renouvelé. A l'époqUe les EtatsUnis o'adm;ettaient pas die paCtiser avec une nation étrangère qui refusait l'entrée de leurs citoyens en raison de leur origin.e, de }eur opinion politique ou de leur race. Il est regrettable qu'ils apPliqUent maintenant et fasSe Il,t appliquer dans les pays du p:an Marshall et du pacte Atlamtique, un véritab!.e numerus cla.llsUS à' tous les hommes de progrès. poussée jusqu'à confier à la femme de l'ambassadeur américain en Grèce, Mme Grady, le soin d'orgarnser les fêtes de l'indépendance grecque. Cette comédie a échoué lamentablement. . Notre peuple a été instruit par une rude expérience. Pendant la période 1941-44, les Anglwis, bien que formellement alliés de la Grèce, ne cessèrent de jouer un double jeu; leurs agents coltaborèrent avec les hitlériens et essayèrent par : tous les moyens d'étouffer et d'eftrfter notre mouvemenI!; de résistance nationale. En décembre 1944, ce sont les Britanniques qui sont intervenus militairement chez nous POUr rétablir le -roi traUre, Glücksbourg et sa femme, une ancienne S.S. Ils n'O'Il!t pu se maintenir chez nous et passè- . rent la main aux impérialistes américains, plus riches et plus puissants, pour continuer la même besogne abjecte. La terreur la plus sanglante, le régime policier le plus ignoble, l'assassinat collectif des citoyens. l'extermination des enfants, le viol des femmes, les cours martiales et les tribunaux, transformés en prétexte à l'extorsion des fonds, le chantage : voilà la façon de gouverner et -d'administrer instaurée par les monarcho-fascistes . grecs et leurs protecteurs ang lo-a méricajns. Les villes occupées par eux ont été transformées en de véritables camps de concentration; tous les jours, on annonce d!e nouve.Ues exécutions" après d'atroces tortures et des « suicides

) dans les cellules de la

sûreté. - Depuis deux ans, le pian Marshall est ap,pliqué au secteur grec occupé par les Américai.ns, pouvez-vous me dOnner des précisions slJ.r les résUltats de oe traitement ? - D'après les chiffres fournis par les monarcho-fascistes euxmêmes, la production agriCOle a baissé en 1948 de 10 à 15 % par rapport à 1947, mais, en réalité, la baisse de cette prOduction est beaucoup pLUs graooe. La production du tabac a baissé de 62.000 tonnes à 36.000, soit 58 % de c&.le d'avant guerre. L'exportation a baissé à 17.300 tonnes, soit 35 %; la production des raisins secs a baissé de 180.000 tonnes à 79.000, soit 44 %; l'exportation, en 1947 n'a été que de 41.400 tonnes, soit 39,5 %; l'exenfant grec l1'1artyrisé par les monarcho-fa3'cistes. portation d'olives a baissè en 1947 à 22,8 %, celle des vins à 28,4 %. Les « protecteurs » américai1l;8 ont interdit l'écoulement des produits grecs en Allemagne et en Autriche pour mieux vendre leUr tabac de Virginie et leurs raisins secs de Coelifornie. Ils interdisent à la Grèce occupée tout échange avec les pays de l'Europe Orientale. Bouffonnerie économiqu.e s'il en fut : ilS empéchent en Grèce la culture des olives, un de nos produits essentiels, pour y importer 'Des olives de Californie. Le chômage augmente tous les jours, le nom'Qre de chômeurs enregistrés au bureau des statistiques du travail en Grèce occupée est passé de 109.000 en mars 1948 à 120.000 en septemb1·e. Il est en réalité beaucoup plus élevé. Les impôts sont accablants . et le coût de la vie ne fait que croître. L'indice des prix, au mois de décembre 1947 était de 30 % supérieur 'à celui de 1946 et en décembre 1948, de 30 % supérieur à celui de 1947. Or, les salaires et les traitements restent bloqués. Conseil populaire dans ~ montagnes. - Voilà une experlence édifiante qui devrait donner à réfléchir aux réCipiendaires présents et à venir de ce qu'OiIl appelle « l'aide américa.ine », et plus particu:ièrement au jeu.n,e Eta t d~IsraëI. (Suite page 10.) - Ainsi, on vous empêChe systématiquement de dire la vérité sur la Grèce. tant à Paris qu'à New-York et à Washington. Je suis sûr que le refus du visa fran'Çais est au moins Ïlnspiré

par 1es a.utorités amériCllines.

Paris répUblicain et patriote serait heureux de vous recevoir. - Il fg.ut croire que la grande maj()t/"ité du, . peuple américain n'est pas renseignée ou n'a 'fias suffisamment conscience d 11, fait que le plan Marshall et le pacte de l'Atlantique n'ont reT1Jfloué que la pUissance industrielle allemande. Pour tous les ootres pays e1Nopéens, ce sont des instrumenDs d,e guerre. Notre collaborateur Joseph-André BASS donnera ses impressions de voyage Pendant que cet ostraCisme à l'égard d,cs démocrates est pratiqué et qu'on tente d'établir en plus du rideau de mensonges une muraiI'e d'interdietions, les agents na'Ûs circulent en liberté, les traîtres sont munis de faux papiers grâce aUx illlstances Les plius officielles. Cela doit nous rappeler un.e vieille affaire de p:l$eports américains datant de la gUerre de 1914,-1918. L'économie grecque est en pleine ruine. Le pseudo - gouvernement d'Athènes a depuis longtemps vendu notre pays à des usuriers américains, à la fois spéculateurs et 'c stratèges :). Dans les territoires occupés par les troupes américaines, ce sont les anciens collaborateurs de la Wehrmacht, de la Gestapo, des S.S. et de l'Abwher qui assument le commarndement civil: voyez Tsaldaris. L'impudence a été à la Tribune Parlée de DROIT et LIBERTÉ lè Jeudi 12 Mai 1949, à 20 h. 30 très précises Sall·e Lancry (B), 10, f'Ue de Lancry, à Pads sous le ti tre : Prague et Budapest 1949 Présidée par l'écrivain Renaud de JOUVENEL ------ L'orateur répondra aux questions qui lui .~o"t pOlées par l'alSuta~ce. .... l , l ) • Z'tna, telle que ses oomarades l'Imt retrouvée, Mns le8 glace&, deux mois atPT"ès sa. mo!1'/; NOUS nous souvenons des villes détruites, des villages incendiés, des gémissements des vieillards, des larmes des orphelins. Beaucoup d'entre nous sont restées veuves; beaucoup ont perdu le}lrs fils , leurs frères, leur mari. Comme tant d'autres, j'ai perdu ce qui m'était le plus cher ma fille et mon fils qui, après leur mort, (mt été honorés du titre de Héros de l'Union Soviétique. Mes enfants ont perdu très t6t leur père: mon mari est mort quand ils étaient encore tout petits. J'enseignais à l'école et j'élevais , mes enfants. Nous élevions nos enfants pour le travail pacifique. Dès leur plus tendre enfance, ils ont vu mes compatriotes t ravailler avec conscienoe pour le bien de leur Patrie ; ils ont vu qu'au pays du Socialisme, où il n'y a pas d'oppresseurs ni d'opprimés, le travail est ,affaire de gloire ; il a pour but de créer dans un climat de Paix une vie heureuse pour le peuple ~out entier. Dans la famine,-à l'école, dans les organisations pour l'enfance et la jeunesse: nous apprenions à nos fils et à nos filles à aimer profondément leur Patrie, nous leur, ID~U~quions des sentiments de respect et d amItié envers tous les peuples ' épris de paix, de mépris et de haine pour les oppresseurs. Dans notre pay's, toutes les voies sont largement ouvertes aux enfants: celle du savoir de la science, du développement complet ' de leurs capacités. Ma fille, :Z;oïa, aimait beaucoup l'histoire et la littérature russ~s. Elle était attirée surtout par l'héroïque passé dé notre pays, par la force et . la gloire du peuple russe, par les exemples de haute probité et de morale humaines. Ses écrivains pré férés étaient Pouchkine, Bélinski, N~ luassov, Léon Tolstoï, GorkI , Malakovskl. ,Ma fille avait l'esprit lucide et le' coeur passionné et vaillant du lutteur. . Q UAND notre pays fut perfidement attaqué par l'envahisseur fasciste, notre jeunesse se dressa au premier rang des combattan ts pour le salut de la Patrie et, en même temps, pour le salut de l'humanité ~ntière, En 1941, ma Zoïa n'avait que 18 ans. Au seuil de la vie, à cet âge le plus beau de l-a . j,eunesse, elle rêvait au bonheur. à, l'amour, au grand travail qu'elle accomphralt p~ur le bien de sa Patrie. Mais ce rêve ne devaIt pal! se réa~;ser. Les hordes fascistes firent irruption dans notre paisible pays. Quand en octobre les -combats: s'engagèrent devant Moscou, Zoïa me dIt: - Maman, j'irai au front, chez les partisans. Comprends--moi, marna·n, je n'ai pas la fO'r'ee de rester hors du combat quand les fascistes menacent Moscou. Je suis fière parce que je vais combattre contre le fascisme et toi, tu dpjs

tre fière parce que je pars au front. Seulement,

il ne faut pas pleurer en me disant adieu. Au moment de me quitter, ma Zoïa me dit encore: - Je reviendrai en héroïne, ou bien je mourrai en héroïne. N'aies pas de chagrin, maman. Et elle me sjlurit. C'est avec une profonde foi en la victoire que des millions de nos cnfants sont partis défendre leur Patrie. Zoïa, avec un groupe de partisans, passa la ligne du front, gagna une position occupée par l'ennemi et aux côtés des partisans, au prÏ'x de grandes privations et d'énormes difficultés, CGmbattit contre l'ennemi. Zoïa accomplit son dernier exploit fin novembre 1941. Elle pénétra dans le village de Pétristchévo qui était occupé par les fascistes. En exécutant ceUe mission, elle fut prise par des soldats allemands. Les bourreaux martyrisèrent ma fille. Ils lui firent subir toutes les tortures, ils la rouèrent oe coups de lanières, de crosses, la contraignant à rester des heures entières dehors, déshabillée malgré le froid rigoureux, Assassins cyniques, ils s'amusaient à la photographier sous la potence, la corde au cou. Ma Zoïa ai.mait son peuple. C'était une enfant fidèle à sa Patrie, ferme et ,courageuse. Elle n'eût pour les tortures que dédain. Et, avant son dernier souffle, s'adressant aux pa.ysans qui entouraient la potence elle dit : - Je n'ai pas peur de mourir, camarades 1 C'est un bonheur de mourir pour son pays. Se tournant ver~ les soldats fascistes, Zoïa leur cria : - Vous allez me pendre, mais je ne suis pas seule. Nous sommes 200 millions, vous ne les pendre,z pas tous, je serai vengée ! La victoire nous appartiendra ! Q UAND le bourreau serra la corde au cou de Zoïa, de ses deux mains elle desserra le noeud et tendant toutes ses forces, cria: - Adieu, camarades ! Luttez, ne craignez rien! Staline est avec nous ! Staline viendra! . C'est avec la foi en notre victoire que ma ftlle est morte. Les fas cistes ont tué ma Zoïa. Son nom glorieux est maintenant connu de toute l'Union Soviétique, du monde entier. Il est devenu pour toute l'huma-· nité d'avant-garde le symbole de l'héroïsme, .du courage. Des mill ions de jeunes gen~ et de jeunes filles répondant à son dernier appel entrèrent dans la lutte. Mon fils de seize ans, Alexandre, alla lui aussi défendre la Patrie, exterminer les fascistes, venger la mort de sa _

soeur Zoïa,

- J'aime la Patrie autant que Zoïa l'aimait, disait-il. En lui donnant ma bénédiction je lui recommandai: Sois comme ZoÎa. Mon fils eut à combattre l'unité fasciste qui avait exécuté Zoïa. En tant que lieutenant chef, commandant un c an 0 n automoteur, il p ar cou rut avec les troupes soviétiques le . chemin de la Prusse Orientale. Pendant les durs combats de Koenigsberg il est tombé au champ d'honneur. J'ai transporté son corps à Moscou, çù je l'ai enterré à côté de Zoïa, sur la tombe de laquelle sont gravés les mots : « La vie est le bien le plus précieux 'de l'homme. )) Il ne vit qu'une seule fois et il ·doit vivre de manière à pouvoir dire en mourant: « J'ai consacré toute ma vie et toumes forces à ce qu'il y a de plus précieux au monde - à la lutte pour 'la libération de l'humanité. )) L ES fascistes m'ont enlevé mes enfants. Dure est ma perte. Moais je ne suis pas seule. Nous sommes beaucoup de . mères oont les enfants se sont sacrifiés pour la liberté de leut patrie bien aimée pour la liberté de l'humanité. M'aintenant notre pays se consacre au travail cOJ) structif, guérit les graves blessures DROIT Er lIIlE.RTE ••• Mme Kosmodemianskaia raconte le f martyre de ses enfantsloia etAlexandre ~----~~--~--Charles sont fabriqués pour, de nouveau, tuer, brûler, mutiler. Elevez vos enfants dans l'esprit de la vrnie démocratie, dans l'esprit de la lutte active pour la Paix ! Je m'adresse aux pères et mères de tous les pays, Faites de vos enfants des hommes épris de liberté, des combattants pour la Paix! Alors, ils sauront défendre leur droit à la vie, à la liberté et au travail ! ...JI E crois, je sais que nous vaincrons dans la lutte pour la Paix ! ' J Je vous demande, à vous, mes compagnes de lutte pour la Paix : « Est-il possible que nos enfants aient versé leur sang inutilement? Est-il possible qUe la paix, obtenue au prix de la vie de nos enfants, au prix des larmes des mères, des veuves et des orphelins soit troublée par la volonté d'une poignée d'impérialistes ? Non, nous ne permettrons pas cela ! De tous les coins du g lob e terrestre nO\IS nous sommes réunis à 'Paris pour démasquer les fauteurs de guerre, pour leur jeter à la face un terrible avertissement. Nous sommes des millions et si nous sommes unis et fermes dans notre lutte aucune force ne pouna résister à celle de notre solidarité. Il n'existe pàs de force capable de briser la volonté des peuples dans leur lutte pour la vie et le bonheur de leurs enfants, pour notre avenir ! Mme Kosmodernianskaïa au Congrès de la Paix faites par la guerre. Notre pays vent qu'une paix solide et juste Irègne dans le monde entier, Se souv,enant de Zoïa, des jeunes gens et jeune!; filles viennent souvent me voir. Ils me parlent de leurs succès, 1De font part de leu rs rêves et de leurs projets. J'admire leurs jeunes visages, j'écoute leurs rires joyeux, mais je suis inquiète pour leur avenir. Les ennemis de la paix fomentent une nouvelle guerre. De nouvelles allianoes militaires se11t signées par les impérialistes, des canons sont fondus, des obus et des bombes atomiqHes Dites à tous toute la vérité sur les desseins criminels des ennemis de l'humanité. Alors , de nouvelles armées de simples gens désirant ardemment le trav'ail et Ja paix rejoindr~nt notre front de lutte en faveur de la paix. Et nous serons deux fois, trois fois plus forts. L ES meilleurs représentants des sciences, des arts, de la culture se sont rassemblés au Congrès! Grande est l'influence des paroles de l'écrivain, du pinceau de l'artiste, de la pensée du savant. Ublisez cette arme, cette force, dans la lutte pour la Paix 1 4e Anniversaire de la IUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIOIIIIIIIIIIIIOIIIIUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII Libération des Camps IIDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIOIIIIIIURIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE LES SURVIVANTS D'AUSCHWITZ" PEUVENT -ILS FAIRE LA GUERRÈ A LEURS LIBÉRA'TEURS ' ? par Hélène BARON I L a fait beau , ce 2() avril. . Paris et l'Il e...cte-Fran?e ,ont souri de tout le sounre du Printemps. Ne vous en souvient-il pas 7 dans un coin de votre mémoire le couplet naguère chanllé se reconstitue mot à moL. Tout à coup il IéclaLe Ma-is un iour de notre. vie Le pT'intemps refleurtra LibeTté, Liberté chérie Je dirai: tu es à moi! Ce naguère nous paralt..il si loinLain, en ce quatnème anniversaire de la libération des camps ? Proche plutôt, bien que tant d'événements faussent la perspective et décuplenL les quatre années qui nous séparenL du jour Où le Pri n tem ps deI a LillertJé s',~ tait laissé saisir par nos mains av ides. pissenlits que nous avons d'un Bardèche ou d'un TaiLô. r:rach:és dans le fossé 'd'une Linger, aujourd'hui d'un Puforê~ du Mecl-Iemburg, lors- cheu - Synarque pourvoyeur que nous creusions des cana- de caT)1ps, assi\ssiJ;l. 'CIe Péri eL lisations sous l'oei! vide d'une de Burstyn, comphce des rafemme S.S. EL ces roses fies du 16 juilIet - on sc ùe même, que la marchande du mande si tout a ébé dit de ce oo'ulevll.rd llaussmann' tend qu'il fallait dire, si les témOJaux! touristes des vncanc,es . gnages des dléportés ont été pa.scales, sont-elles Si dJfl é- . su ffisamment diJfusés et C.om· rentes de celle's qui pous- pris. saient près de Birl,eneu, dans Est-ce le fI recIII » €lui manun sol gras de cen{].rcs flU- que pour que soit tiré 'de maines ? l'expérience des camps autre S.ouveni;rs qui 'n'attendent chose qu ' une philosophie du qu'une renconlre pour se (Ié- pessimisme et de la ÙJésespé' eider, images qui n'attendent rance ./ Heureusement" si Daqu'un prétexLe pour ressur- vid RousseL se croit autorisé gir au milieu de la vie quoti- à induire de sa d:éporlation dienne retrouvée: quatre ans, des conclusions qui présenoui c'est peu. Il esL impossi- lenL les atrocités du nazisme ble d'oublier. .comme une caracVéris tique ,Et il n 'est. pas permis d'ou- permanente et inéluctable du blier en avril W'JO, Ne serait- monde modern!" la masse, _ ce que pour celle raison élé- une fois porté le témoignage, Q \.IATlU; ans 1 C'est ~eau- mentaire : pas une ~emaine a choisi avec conséquence coup et c'est 'peu. ~s ne se _,passe sans qu un ?es 13. lutte et non la ratiocinasouvenirs refoulés revlen- rescap/l.s ne meure, que 1 un .Lion et le pel,it jeu confusionnent en masse et en détail. d~ nous ne tombe maladeniste, si profitable à l'enneLes 010cl8 de Buchenwald, dune dp ces s~ljll:-llps, SI mi. Rlésislants de Buchenle tunnel de Dora, Neuen- mal connues eL SI dJffJ cJles à wold cl de MaLhausen, ils ont gamme, les Marches de la guénr, (les souffrances cn(lu- é:I;é accusaLeurs, avec Marie. mort de l'évacuation '(}'Ausch- · r,ées. Délendons les revendJCa- Claude Vaillant-Couturier, nu witz : aulant d'images qui lJOns des anClOns déporLés 1 procès de Nuremberg. Ils ont cléfilent en nous en éveillant confon'du les hourreaux, ils parfois (lps hallucinations. De A lire certains journaux, à les ont, regardés les yeux dans ce Ll il rl ' orclu l'es qui brÛle entendre les 'discussions res yeux, LeI Fourmanski face S1lI' ce l,eJ'rain vague de ban- de leurs lecteurs, à voir ces aux S.S. d'Ausclnvitz jugés lieue monte une - eur de.. devantures de librairie où, pal' Je tl'ibunnl de Cracnvi('. crémnloire, parce qu'un vieil paI'fois à cr)lé de David Rous- 11s ont su, avec Louis-Martin os lcnlrmrnl se calcin!', Crs srt mais non de Jean Laffitte, Chnufricr. cJlécrirc le combat pisspnlils que vend, au coin s'ét.a!cnl les ({ 60 jours de prl- cl;' l'homme conlrp f:a dégrade la rue. le mnrchand de llé- Son !) d'un Guitry, quand ce ùation eL sa trnnsformation gumes cuiLs ressemblenL aux ne sont pas les ignominies en bête, Ils ont su montrer, comme Robert Antelme, la g r'andeur de l'Espèce Humaine, tirer la leçOn du martyre de Mala et de ses camarades , camp encore, mais en pleine d'ébacle allemande déjà, les ·n azis escompLerdes division~ enLre leurs vainqueurs et espérer la renaissance de la L 'EJ1"FORT des hommes pour sainte-alliance antisov iéLiq ue, rester 'des hommes au les 'déporLés ne se seraient fond de la nuit ne seraitr-il 'pas fé li ci Lés de la s ignature plus un sujet digne de la con: des accords de PoLsdam ? ve l'salion Idu pe\;it clan de AujnuI'd'lllli, une nouvelle ceux qui ne connaissen~ que vériUé es~ proclamée : la Liles médilations sans J'in sur berVé combat :lUX côtés des la 1( conscience malheureu- fascistes grecs, des franquis, se li el négligent les données ' tes, de 'lchang-Kai-Chek et ylér.ita.blcs de « l'univers con- des hommes du Ku-KlukcentraLion naire »... Klan ; « leur » paix se main- , .. tlel1L, si besoin est, à coups Je me souviens de la )Ole - de bombe atomique eL le nazi sadIque avec laquelle un Jour d'hier devient l'allié d'aud'avril I9~5, au camp de Mal- jourd'hui. chow, les S,S. vinrent nous apprendre la mort de Roose- Les réparations? escamûvelL. Ils s 'en réjouissaient tées. Le démantèlement des entre deux coups de sehlilgue usines de guerre ? Dérision, assenés à une Ul,rainienne tandis que les magnats de la qui avait essayé de voler une Ruhr ont éOO remis en selle. beLLerave. La « RapporLfueh- La dénazification? Ils se }Xlrrerin )) disait textuellement lent bien les 'dir1geants de au « lLagerl\Omma.n'dant l' « I.G. Farben » fournisseurs " Les « alliés)) ont rompu les du gaz Çylclon qui tua lant r-elations diplomaLi'ques avec des nôtres. l'U.R,S.S. ». - (1 Et mainte- Ils sont même prêts il metnant les Anglo-Américains Lre leurs usines au service de vonL nous aider il. cbasser les cetLe . Allemagne de l'Ouest Russes ». qui doit se constituer en pla11 fallait du sang-fro id pour ne pas se laisser affoler par ceUe guerre des nerfs qui s'acharnait sur des femmes rendues souvenL bysLériljues par ln fnim. Mais le bon sens de quelques-unes ' nous rrn, dait l'espoir, Et après avoir entendu, au ce d 'armes {( atlanLique ». On sourirait de la nnvette enLre 'Vashinglon et Bonn, si l'on ne mesmail le danger qui renaiL tout-à-coup aux frontières. Les événemenLs vonL vite, si vite. Certains journaux sont tl'Ol) remplis de considéraLions' sur la nécessfté - d'en finir avec ceLLe n otion périmée d'indépendance natIOnale, trop remplis de déclàraLions, officiellement rassuran tes sur les maüvais coups qui se trament oULreHhin et outre-ALlan tiq ues, trop :pleins de ricanemenl,s sur les « offensives de paix ') pour Ll'ouver le Lemps de sa. luer la mémoire ùes victimes des camps n azis morts pour la libert:é de leur pays. Il arr ive q1le l'an niversaire même de la IIbéraLion les cam PI' devienne p!'étexte li calomnies contI'; les vainquems de Stalingrad, l ibéraleu rs 'ct 'A uschwilz. Et ]' on peut s'étonner qu'un résistan t de la valellr de R.émy Houre se laisse en ll'olner au point de faire a ll usion dans ses ~ditoriaux aux fables q ue propagent des individus aussi douLeux que les « D.P. )) de M. Kravchenko. M AIS il a fait bien ])cau, ce 24 avril. Les Caravanes de la Paix montaient de tou le la France vers le Slade ùLminié par la Colombe blanche, « Plus jamais ça ! 1) clamaienL 1 es survivanLs d'Auschwi Lz unis il tous les partisa ns de la paix, Et dans la foule immen se, au milieu des rires, des cris, des chants, la certiLude naissait que l'union ct la lutte peuvent empêcher la guerre, une réponse éclalait : la ~ponse de Buffalo à Auschwitz. .; 8 DI l'AIR Il DU SOUIl pour 2.500 ENFANTS Un cas parmi tant d'autres ..• o ANS une ruelle «pittoresque» du quartier latin, au 6' étage d'un immeuble construit au 16' siècle, sans eau et sans gaz, dalns des oonditions absolument insal'\.lbres, habite une famille juive de 6 personnes : la mère, veuve de déporté, avec ses 5 enfants, finisseuse à domicile, So. débat toute seule avec la misère et avec les maladies dont sont NC1tre cOZOnie des Landes atteints ses enfants, l'autre. l'un après Et comment arriver à gagni"r suffisamment d'argent quand on a le ménage à faire et la nourriture à préparer pour 5 enfants ! Comment envoyer à la campagne, cet été, comment faire sortir de cette mansarde étouffante, ces 5 petits dont la santé est mauvaise par manque d'hygiène et en raison de la sous-alimentation ! Mais que cette mère soit tranquille. Elle n'est pas seule au

monde, 'S e,s enfants partiront

dans nos oolonies. La communauté juive de France n'oublie pas ses devoirs à l'égard de ceux qui ne sont pas revenus ... NOTRE CAMPAGNE DE SOUSCRIPTION DE HUIT MIUIONS LISTE N° i Comité Directeur de la Commission Centrale de l'Enfance (for versement) ........... Fr. ,Je Arrondissement .. ... . !)O Arrondissement, Président ' Gothard .........• i()o Arrondissem., GrandlJ Boulevards ... . . .. .... . ife Arrondissement .. ..• 146 Arrondissement . . ..• 19 Arrondissement, Colonel Fabien . .... . , .. . 20' Arrondissement Belleville .... .. ..... : .... . LISTE No 2 L'UniQll des Sociétés luives de France, 161' v.erseme nt ............ , .. . Z. Arrondissement ..... . 25.000 10.000 10.000 50.000 28,000 50.000 12.000 20 .000 205.000 50.000 100.000 150.000 Total ........ Fr. 355 .000 DROIT ET LIBERTE Comprendre l'enfant Le monde psychique de l'enfant, où ils sont guidés avec précautioll, surtout avant son développement seo- pris à part lorsque leur caractère es,; laire (-développement cérébral) est ' plus compliqué, tout en conservant très di fJ'érent de celui de l'adulte. "un contact a"oo leurs familles . Sa petite personnalité est en pleine formation et le mi.lieu ambiant est d'une importance capitale pour son avenir. Jusqu'à l'âge de six à sept ans c'est le côté aff~tif qui domine, la raison se frayant graduellement nn chemin, grâce aux efforts patients des éducate.urs. Le côté intellectuel se développera au déf')ns de l'affectivité et de la sensitivité! Ce passage, cette transition au rationnel, sans heurter, sans étouffer la divine intuition de nos petits, devra d'lUC s'effectuer avec précaution vigilante, sans brusqueries, sans impatiences. Etre très attentifs aux besoins si divers de nos enfants, tout en les guidant imperceptibolement vers la clarté avec eux-mêmes! . Tâche difficile, surtout à cette époque de transition sociale de deux après-guerre, où la névrose sous tontes ses formes est le trait dominant: tâche difficile parce que les difficultés mat.é rielles, le souci, remplissent nos têtes, crispent nos nerfs et dispers,ellt nos pensées. Sans parler des malheurs personnels, des pertes irremplaçables subies tout dernière .. Le compositeur Henach KOHN donne un récital Samedi 7 mai, à 21 heures, à la salle de la Chimie, 28 bis, rue Saint-Dominique, aUM lieu un récital consacré aux oeuvres du célèbre compositeur Henach Kohn, auteur de la musique de 40 pièces de théâtre, entre autres du premier opéra juif « David et Bethsabé )1. A ce concert, participeront la grande artiste de la Habima Schoschana Avivit, la chanteuse Sonia Botcbkowska et la pianiste Maria Mariewska. Pour la première fois, le célèbre couple de danseurs Berg et Fibich exécutera des danses juives sur une musique de, Henach Kahn. Etant donilé le grand intérêt soulevé par ce récital, nous conseillons aux amateurs de belle musique de se procurer des invitations à l'avance au Centre Culturel, 14, rue de Paradis, Paris- Ill. 1 ment qui nous laissent un fond de tristesse ou de tension intérieure. Non seulement nos enfants ont été s&parés pour toujours d'un ou de plusieurs de leurs plus proche.s aimés, et leurs petites têtes ont ti'Op travaillé sur les façons atroces de faire périr des êtres humains par leurs semblables, mais notre 1l1'op~e nervosité déteint continuellement Bur eux. Ces petits qui, plus q1l0 jamais, ont besoin de calme, de douceur et de compréhension, d'une ambianee de joyeuse confiance, de détente, - ne 'trouvent bien souvent dans les familles qu'irritation et impatience. C'est une raison qui pousse bien, des parents, nerveux mais compréhensifs, de placer leurs gosses dans ces maisons, de plus en plus nombreuses, et s'inspirant des principes les plus modernes de la psychologie infantile, M. Jacques Anghert, président de l'H.E.F.U.D., est heureux de féliciter, au nom du Bureau et de 'la Direction, M. J. Minc, vice-président de l'H.E.F.U.D., et sa femme, à l'occasion de la naissance de leur fils Alain-Jacques-Richard. LES CARAC'l'ERIELS La plupart de ces enfants ne font que reproduire ou refléter les névroses de leurs parents, en particulier celle de la ,mère, cette dernière étant davantage en contact avec eux. Le « terrain » de 1'enfant pris à un âge donné, a une importance énorme quant à l'influence exercée sur lui, aussi bien par des parents nerveux que par un rééducateur habile. Je m'explique: l'enfant natt avoo cel" taines tendances morales et intellectuelles différemment développées (phénomène de l 'hérédité) . Ce ter· tain est sous l'influenee constante du milieu ambiant, sous ses formes physiques et affectives, ce qui le modifie en rapport avec les impressions ou secousses reçues. Ce que je veux surtout faire comprendre, c'est quo l'éducateur est le grand artisan de la pai...: intérieure et de l'équilibre da l'enfant, que sUr Un terrain presque vierge on peut construire une lnlllo et forte per&onnalité. Tout dépend des dons et de la personnalité morale de l'éducateur, de ses :façons professionnelles de s 'y prendre. Le rééduca teur reçoit l'enfant avec Un certain c terrain» - résultat de son hérédité et des infLuences familiales. Son intuition seientifiquG et expérimentale lui dicte l'attitudo à avoir envers ce nouveau venu, ainsi que le& moyens susceptibles de le transformer dans le sens désiré (la fameuse c normale ;) vers laquelle nous tendons). L'attitude sera tou. jours amicale, comme fond général, ee qui n'exclut pas la sévérité et la fermeté, lorsque l'enfant est trop déformé. Mais il y a une façon calme et digne de s'impo&er, sans se fâcher, en prenant l 'enfant à part, en discutant amicalement et fermement avec lui, tout en pénétrant ses goûts et ses aspirations. Dans les familles, trop souvent la petite personnalité, déjà en formation, est négligée, par prÙle en considération suffisante. De là une ~ertaine bouderie, mauvais c'aractère et esprit de contrariété chez les garçons, par exemple, qui se sentent mé .. sestimés, non compris. La préc())itê de nQS enfants, à cette époque « psychologique

demande de la précaution,

et beaucoup d'attention et de camaraderie induJ.gente, mais non ironique et condescendante! Ne jamais blesser l'amlur·prppre, ce que trop de parents font constamment, sans s'en apercevoir, par le ton, le regard, etc ... Ne pas non plus exiger des jugements d'adultes, en s'indignant tout haut, en diminuant nos jeunes ! LES INSCRIPTIONS pour les colonies de vacances Loe in9Ot'iptionos des en11ants de slx à quatorreal1l dans les colonies de vacances de la Commission cenllt'aJe de l'Enfa. noe, se feront aux adresses suivantes : - 2' arr.: 14, rue de Panadris, sal' le 58, le mardi, de 21 à 23 heures. - 3- arT. : 8, rue Salnton~, hindi et mercredi. de 2\ à 23 heures. - 4' arr.: 9, rue Aubriot, mardf et jeudi, de 2\ à 23 heures. - 5' ar ... : 11, sqlJare Albin-Oaeban (Mme Sara\t Levlne) , lundl, de 18 à 20 heures. - 1()e arr. (boillevardls): \4, rue de Peradis (sa.lPe 58). jeudi, de 2\ à 23 h, - \o. afT. (St-LOUis) : 59, fg du Temple, m~di de 2\ à 23 heures. - 1 \e a ..... : 5, passage Cba11Ie6-I)QJlecy, mardi, de 21 à 23 heures. - 130 3N', : 21, avoenue Steph~-PI_ chon, mardi et jelKli, die 21 à 23 hellll'i's. - 18' ar ... : 2, passage Pesnet, jeudi, de 2\ à 23 heures, - 19 arr. (Pable.n): ' 5, rue Chaumont, jeudi, de 21 à 23 heures. - 2()e a11r. (BeUevi1le)': 120, bd de BeIlev~'Ie. _rot et jeud4. de 21 à 23 h. L'ES INSCRIPTIONS DES JEUNES de quatorze à d1x-seq,t ans, membres de l'Orgn.nlsatlon des Cadoe18. sont acceptées exclü.sivement 14, rue de Paradffl bâtiment B, 3" étage, bureau de M. La: zare, tous les mardis, de 16 à 18 leures et tous 1es mercrells de 21 à 23 h. .ter Mal 1949, - ~ 27 (95) J ...•..•.........•..•.•.•••.•..••••••..••••••••.. S "lt-IOU E~r~rES - / par Michel DEBONNE "OI\.NS l'immense salle Pleyel, m'a dit Anna Seghers, les ruisseaux de millions de (:oeurs pacifiques, simples et honnêtes de tous les pays du monde se sont unis pour faire un grand fleuve paisible qui coulera à travers la terre. )1 . ' K RASCHNI est une jeune Hindoue. Elle vient pour la première fois à Paris. Elle ne parle qu'anglais. Kraschni est malheureuse : elle a perdu sa délégation et ne sait où aller déjeuner. Un marchand ambulant " se promène dans la rue. EUe ne peut que murmurer : « chocolate Il. C'est presque du frança is. EUe n'a ni argent, ni amis. Elle est là toute seule dans sa robe de crêpe noir et son voile blanc. De jeunes Français s'approchent: « Un autographe, mademoiselle, s'il vous plaît! )1 Et la conversation s'engage, amicale. Dix minutes plus tard, Français et Hindoue s'en repartaient bras dessus, bras dessous, déjeuner chez Dupont. Kraschni, un petit filet d'eau argentée ... • B ILL est un grand garçon bien découplé, ,rouge de peau, blond de barbe. C'est un marin canad1en qui est venu de Rouen. Son navire est en grève comme tous les autres navires de son pays dans l'Atllj.ntique et le Pacüique. On veut leur « rabioter li vingt dollars. empêcher les syndiqués d'embarquer. Tous unis, ils ont, malgré les menaces de sanctions les ' plus terribles, arrêté leurs bateaux dans les ports. ' Quand ils ont entendu parlér d'un grand congrès mondial de la Paix, ils ont élu Bill pour ailer à Paris porter la voix des marins canadiens qui ne veulent plus transporter à travers les flots du matériel de guerre. , Et Bill est venu. Un peu à pied. Beaucoup en. Il stop li. Et il est là, immense, geant pacifique et timide. Quand on l'invite à trinquer, il reste près du bar, un peu gauche. Quand on lui parle, il rougit un peu. Mais quand on lui serre la main, il écrase la vôtre et sa foi se communique comme une douce chaleur. Bill, un flot de mer, gigantesque et tendre... • . , D ANS un couloir, le grand écrivain soviétique Dya Ehrenbourg discute avec un de ses amis français : - Les Russes, vois-tu, sont . tous poètes. Un jour, l'un d'eux pénétrait danS un café et s'adressant au serveur, d'un grand geste théâtral, il commanda: Garçon! DU VIN ET DES FRUITS ... Le garçon imperturbable questionna

« Et plus concrètement?

» - Plus concrètement, reprit le client, 200 grammes de vodka et un concombre salé_. Dya Ehrenbourg, un torrent malicieux._ • A l'intérieur de la sallè, uri écran lumineux Pl!-~ des communiqués : « On demande dans le hall, le député S ... , de la délégation italienne. )1 Le député descend. Dans 'lé hall, une dizaine d'Italiens l'attendent avec impatience. D~s qu'ils l'aperçoivent, ils se' précipitent et l'agrippent avec ch~ leur par les boutons de' !il'- veste: - Tu es notre député._ NoUS; on vient de Novarra.. Fais-noùs . entrer. ~ ". - Mais pourquoi? que ven~, vous faire? - Nous, on a été élus dans telle usine et tel quartier. On n'a pas pu venir plus tôt par manque d'argent. Alors, on est parti d'abord à . pied. Le long du chemin, des collectes ont été faites. Et nous voilà ... Le député, content mais impressionné, effectue les diversc;s démarches. Lorsqu'il en '" terminé, les nouveaux venus lui lalicent: - Et c'est pas fini. Il y en a d'autres, délégués aussi, qui continuent à collecter. Quand ils pourront venir, ils te demanderont ... Les Italiens, un sympathique ruisseau impétueux... Comme le Chianti. DANS LA PEINTURE MURALE GLEB TROUVE UN LIEN ENTRE LES HOMMES Pour un peintre qui conçoit son art comme une grande communion avec les hommes, il y a un attrait particulier dans la peinture murale. Peinture sociale par essence. elle ne peut re5'ter enfermée dans la collection de quelque amateur raffiné mais doit être en contact d irect av:ec une communauté. Chez Gleb. comme chez fa plupart des artistes, c' est dans l'enfance que nous trouvons l'explication de ses ressources d·expression. La vie de ces « gosses », de ces hommes du « marché » de son village natal ne se déroulait pas dans le cadre heureux d'une nature généreuse, d'un vaste paysage ouvert. L'ART AU SERVICE, DE L'ENFANCE C'était une vie ramassée, presque sans contact avec l'extérieur.


..,. Une vie fermée qui" s'amassait en

profondeur, qui se concentrait à l'intérieur. C est pour cela peutetre qu' il n'y a pas de « paysage » dans les premiers tableaux de Gleb et qu'il nous donne l'impression d'une peinture d'intér:eur, même quand il peint l'extérieur. Ce&t un monde éclairé du dedans. Des couleurs qui portent la lumière en elles. MARDI 12 avril a eu !ieu,la vente des tableaux collectés par la Commission Centrale de l'Enfance au profit de ses Foyers d'Enfants de FusiUés et de Déportés. La radiodiffu sion fralJçaise était présente, faisant connaître ainsi à des milliers de personnes une manife station représentant une somme incalculable d'efforts, de dévouement. de désintéressement. Notre ami Chit A ronson nous a Enfin, la vente aux enchères a été assurée par Maître Reims et f. Mettey, dont la répu'tation n'est pl'us à faire. Les oel.lvres furent très disputées et nous eûmes {a joie profonde de voir combien l'enfance juive. victime de la guerre, comptait d'amis et combien notre oeuvre comptait de soutiens compréhensifs. A tous un grand merci· MIREILLE. permis ae rassembler des oeuvres r----------------signées de la main des M~itres de la peinture contemporaine. Il me suffira de citer Picasso, Utrillo, Chagall, Kisling et je n'aurai donné qu'un faible aperçu de ce qu'était cette exposition. M, René Drouin a mis à notre disposition sa GaJerie dont le cadre convenait particulièrement li. la mise en '!'aleur des tableaux. UNION tULTERELIE JUIVE 1 14, rue de Paradis, Paris. Mercredi 4 niai, à 21 heures, au siège de l'organisation, Claude Morgan, rédacteur en chef des « Lettres Françaises Il, fera une conférence sur LA BATAILLE LITl'ERAIRE EN FRANCE Entrée llbre. Au critique d'art CHIL ARONSON Les directions de la Com.mission Centrale de l'Enfance et de l'Union des Juifs pour la Résistance et l 'Entr 'aide expriment leurs remerciements chaleureux et leur rrofonde reeonnaissan~e au critique d art bien connu Chi! Aronson qui, consacrant des mois d'efforts avec un désinté- '-------------___ --. ressement absolu, a mené à bien la grande entreprise que fut notre vehte de tableaux modernes, faite al! profit de nos foyers d'enfants ire fusi1lés et déportés. En mettant à notre disposition ses connaissances et son expérience artistique, Chi! Aronson nous a non seulement donné la P9ssibilité de réunir des oeuvres signées de la main des maîtres de la peinture contemporaine mais encore a prouvé par son activité l'intérêt et la sollicitude qu'il porte 31UX enfants victimes de la guerre ainsi que sa eomprthensinn des 10uNles tâches qui incombent il. la Commission Oentrale de l'Eufance. Des tons qui semblent l'écho d'une très profonde vibration. Dans ce mur peint comme dans ~ toiles, il y a touj~urs cette po& Sie, cette musique intérieure mais ici la musique devient joyeu~. T. SEVERIN. Si ftOUj éco.utu la ftadio. •••

- Musôque sUr la ville, P,1r Wa lncrg

et son gralld jazz symJ)h01liuue (tous les dlJnanehcs. 22 h .. CI10lnt' pa.risienne) . - D6 tout un peu, émission de 7 Vorl.enclle (tous les uimilnche,; J1 h ta ..... Pa.ris-Interl, . " - Negro spirituals. pa.r Simon COprCharles l. (tous les mardis. 20 b.. Paris- - Cuitare, par le virtuose J~an fo'l1l \ lr (tous les Iffiardis. 20 h. 1: Pa-TÙf- Int.6r). . / Il.- MaÎ ,t949, .N" 21 (95) La boîte a" cancans • Après ses concerts en Hollande et en Irlande, Eliane Richepin part pour la Palestine, Engagée pour une série de dOUZe grands concerts pal' le « Israël Philharmonic Orchestra II dirigé par Paul Paray, elle interprétera Ravel, Tchaïkowsky, Scnumann, et les variations de Franck, à Tel-AvIV, Jérusalem et Haïffa. • Le onzième Festival de Strasbourg, donf le thème sera : « Musique Romantique », se déroulera du 9 au 21

uin, avec le concours de ' Charles

Munch, Ginette Neveru., l'Otchestre National de la Radioditlusion Francaise. et une pléiade de grands 80- listes. . • Le vendredi 6 mai. sera donné à Pleyel un festival Beethoven, avec le concours du violoniste be;ge Arthur Grumiaux. La baguette sere. ooqflée au chef d'orchestre suiSS~ Henry Baud. • Le quatuor de Paris donnera un concert à la saLle du Conservatotre, le 31 mai à 21 heures. • Les « Heures Musicales » présenteront prQchainement à Marsellle une conférence de Marcel LandOWSki : « Quant l'enfant au piano inspire les comPOSiteurs ». La petjte pianiste Nicole Eysserlc Illustrera cette conférence. • Ellen Dosia· retour du Metropolitan Opéra de New-York va faire sa rentrée sur la scène de l'Opéra de ParU; . . • Le prochain Festival International du jazz aura lieu à Paris du 8 au 15 mai. • Au théât1'e Charles-le-ROChefCYrt, « Le chant du rOssignOL ". conte e,l t1'Ois actes de Gilles Tad nor, oera 'dom,é au bénéfice de i'CEtl.Jre àf~ Petits Poulbots" le 5 mai en ,'viree. • La vedette 'du cinéma américain Wallace Beery, vient de mourir il. Hollywood des suites d'une crise car. ctiaque. Wallace Beery était âgé de soixante-trois ans. • ' Le Comité du FestivaL International du Film. se tiendra à Ca,nnt!3 du 2 au 17 .wtembre. • Le 29 mars a eu lieu à New-York le vernissage d'une expositlon de peinLres parisiens : Picasso, Matisse, Bonnard, Rouault. DUfy. VillOn et Groma.O.re. • Le « Prix des An tilles l) a été décerné à la romancière Mayot.te capecia pOur son ouvrage : {( Je suis Antillais'e ll. • Un prix littéraire de 30.000 ftancs belges, fondé par l'AssOCiatilJn J,;·'ttr le proqrès intellectuel et ur tistit/1le de la wallonie. sera décerné ln iH4!'. Adresser les romans (imprio1tés 01. nw;nuscrits) à Pierre Martin, 2, place Saint-Aubin à Namur, • lA Maison des Intel:ectue1s fonde un pr~x de poéSie d'une va! 3!..lr a€ 10 (YJO [rands. AdreBser ies man L.bCl'its à Irénée Mauget, 14. rue Uf' Trévise. Le Coucou DROtl: ET LtBERTE , ~ ~• ••M• 9 CEUX QUI LES ONT VUS lesoubl ieront pas 1 R~gèr P~YET-BURIN 1 ne D F...5 moments que nous avons vécus Salle' Pleyel, si 1'011 me demandait lequel m'a cau~é la plus intense émotion, j'hésiterais beaucoup pour ré[ondre. Ce furent des journées exceptionnelles, mais, si l 'on peut ainsi dire, également ,exceptionnelles atteignant toutes au sommet de la grandeur et de l'enthousiasme. Dans notre souvenir, · elles se confondent déjà en une plage lumineuse . au milieu des noirs soucis qui nous accablent. guerre. Et il regagna sa place en s'aidant de ses jambes artificielles, . tous les délégués debout lui rendirent un vibrant hommage. Les exploits de Meresslcv ont, comme la vie de Zoïa, insl:iré un film soviétique qui a pour titre : «Un homme véritable~. Et c'est un homme « véritable D, en effet, celui qui cOnsacre ses forces à défendre la vie, lutta :l! hier contre le fascisme, aujourd 'hui pour la paix, parce que c'est 'uQ seul et même combat qui se poursuit. Il y a trop de gens, à l 'beure qu'il est, parmI ceux qui ont le plus souffert de la dernière guerre, parmi les Juifs, par exempLe, qui se disent :.* A '1uoi bon ? ,. J ls pensent que si tant de sacrifiées n'ont pas empêché la menace d'un nouveau massacre, c'est à désespérer des hommes. A tous ces découragés, à tous ces déçus, les admirables paroles que prononcèrent au Congrès mondial de la Paix tous les orateurs venus cie tous les points du monde" doivent rendre le goùt de vivre et de combattre. Pourtant, de ce cortège d'impressions qui vont désormais nous suivre et, quoi qu'il advienne, nous donner du courage [our les tâches qui nous attendent, je crois qu'il en est deux auxquelles on ne peut pas ne pas accorder une force extraordinaire. Je veux parler des moments où nou, aVO:1S vu paraître à la tribun~ Mme K.osmodemianskaia, la mère de cette jeune partisane soviétique ZO:ia et l 'aviateur Meresavait terminé, il se produisit quelque chose d'imprévu. Elle enfla soudain la voix pour lancer un vibrant, un irrésistible apçel à l'union pour la paix. « Je m'adresse aux mères et aux pères de tous les pays, disaitelle. Faites de vos enfants des combattants pour la paix ! » Il n'y aYait pas de désespoir dans sa voix. Parce que la mère de Zoïa, si elle se laissait abattre et se replier sur sa douleur, penserait trahir Zoïa. "r· I~ j~ "r~l .. . r _r\ ',C: siev. La vie et la mort de Zoïa sont P-ar Roger MARIA devenues maintenant pour tous les LE lendemain, nous avons La Soif. - La dernière oeuhommes de la terre le symbole de • vu paraître à la trioune qe vrc de Bernstein) fidèle il sa l 'héroïsme. ce Congrès Mondial, le jeune pi- manlcre éprouvee. Le theme Et nous avions devant nous lote Al exis Meressiev, en tenue central est la possession physisa mère dont les projecteurs éclai- d 'aviateur de l 'Armée rouge. que, ses mysteres, S2S exig-ences raient la frêle silhouette et les Meressiev est de la lignée de et ses répercussions Sur l' inspicheveux d'argent qui nimbaient Zoïa. Pilote de chasse déjà cou- ration de l'artiste. Henri B ~mson visage. Nous l 'ènten.J ions vert de gloire, il fut abattu en stein ne s'est guère renoudire le martyre de sa fille, avec I942 dans la région de Veliki- velé, il n'a pas elevé ses des mots d 'une simplicité bou- Louki. Blessé grièvement, il dut préoccupations, mais il a g-arleversante et sa voix se hri~ 3 it ramper dix-huit jours dans la dé un sens aigu de l'art théâparfois sous l'émotion. Elle di· forêt pour rejoindre les lignes tral et du dialog-ue bien « croisait

u Ma Zo;a rêvait de bon- soviétiCJues. On l 'amputa des '~l l). On peut 'prédire à la pièce

heur et d'amour. » deux jambes. Il remontait en \ln long' maintien h l' affiche. Le récit contI.l 1Ua.l t, e, tre.l gnant avi.on l'a nnée d'al)re'S et re'll ssl'S- Jcal1 r\TaC- bl'n , Cla llde D d, U plli' n C, t le coeur de ceux qui l'entenda ient. sait à abattre encore quatre surtout Madeleine Robinson Il y eut des pauses path2tiques, avions nazis. .~ouent avec beaucoup de peroi:! l'on crut que cette mère all::Iit Quand l 'immense ovation qui sonnalité les rôles tranchés que s'arrêter, vaincue par sa douleur. l' accueillit se fut calmée, IVleres- l'auteur de « Mélo» a conçus en Mais elle dévorait ses larmes. siev, en termes d'u:1e ' exempl aire pensant préc isément il eux. Alors, a,lI ffio')ment même oi:! sf)hriété, dit qu'il mettrait autant Le Pain dur. - 7If. P a ul les tribus d'Israël et leur" fatale » destinee. - l'oa pensait que cette femme. d'énergie à Itlt~er pOUI' la paix Claudd, pressé par L'Ige; ac,:aaprès ~on torturant récit, en (}u 'i l en avait mis à faire la pare trois ou quatre? ~,cèr;es pa12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)--12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)~~--12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)12 janvier 2010 à 09:43 (UTC)~~ risiennes avec ses oeuvres tlléa LE CliNEMlA\. par 1 Josette WOl ~ trales, tellement inég-ales. Aut. lnt « P arta!:!'e de midi " 111 'a enn uyp, aut81~t « Le P ain dur )l attei 'l1t une force dramaLique impres~ ionnallte . .le ne vous raconterai pas « l'histoi'-e » de ce drame, car je ne crois pas que ce soit le ri}le cI'un cri tique de '~édi l{er d2s prospectus cl8scriptifs. Jc préfère vous dire que, dans une lang-ue dure et. lyrique, J\I. Paul Cla udd ra it s'en- 1 rechoqucr en un duel impitOY'Ible les forces ascendantes cie la g-rande bourg-eoisie fra'1çaise

lprès les ~e('ouss ~ s de la Révolution

de R9 et des D'uerres de Fif~ d ~ p~rsonne. - Il est sans doute inhabituel de parler d'une pièce qui a dépass~ la trois cent cinquantième, mais, après tout, le ~pectélteur moyen ne va pas nécessairement au théâtre dès les premières représentations. Henry cie Montherlant irrite souvent (c'est le cas avec cette piècf'), mais il ne laisse jamais indifférent. Il , s'ag-it, cette fois, du drame de l'amour Paternel, un amour exigeant, org-ueilleux. Comme Je roi Ferrante (( La Rei ne mort~ »), Geofj:;es Carl'ion condamne son fils pour mécl io"r ité sans s'arrêter aux possibilitc's qui lui apparticnnent pourtant de cha ng-er la nature cI'ull ' g-arçon de treize ans et, surtout, sans im3g-iner un instant que son sens cie la qualité des caractères peut être faux et lu i-m.'!me un fantoche pretentieu~; (Oui : ma:g-ré toutes les apparences entreten ues 1'11' le vocnbula ire ct la morale fasci~ an1e dt M. de Montherlant) . Mai" le sujet n'est pas banll et 1, c1ialo~ne etincellê d'une douzaine de maximes dignes dc La Rochef oucau Id. PATTES BLANCHES (Français) Une servante laide et bossue · (Arlette ThCYmas) : « Quand on est laide ct bossue contme mOi, alors on n'a pas d'honneur ) (je 'Vous laisse juge ; un dégénéré, bâtard du comte de Kériadec et que la haine et l'envie aswiilent Michel B:Juquet) , le fiis légitime de ce CO?nte défunt (Paul Be. nard), prop'l'iétr. ire ruiné du château; ~qj,e espêce de grue venue de Samt, Brieuc (S1!Zy Delair) et un brave b-.:ugre' d'uubergiste, amoureux et bête oeer1'l:Clnd Ledoux). Un soir d'orage, comme on en 'VO'it dans les films d 01'son Welles, la serva'nte court, Suzy Delair court, Paul Bernard court, Fernand . Ledoux court..., to'Ut ce beau lIwnde s'entre tue ou se suicide, Les rescapés

ia jeune servante et le c0111.ie

de Kerir:'j,ec P. Bernard), s'attend. ont toute la vie, lui en pri.on , pOUIT' avoir tué, elle gardienne du château. c'est tout! C'est signé Anou:Zh (ce Gui n'étonnera perSonne) et Jean Grémillon (ce qUi surprendra tout le monde !) . Un S:J1nbre drame sans intérêt. LE POINT DU JOUR (français) Un film admirable, signé Louis Daquin, dont je reparlerai prochainement plus longuement ct qu'il m 'a été donné de voir en compagnie de son auteur, en seance privée. II retrace la vie laborieuse et ruile des mineurs de chez nous. Ne manquez pas sa sortie en circuit commercial 1 LES . YEUX DE LA NUIT IAméricain) Un mauvais et un bon film. Bon, parce' qu'il est, techniquement, très au point; parce qu'il est bien interprété et que la présence du grand acteur qu'est Edward G. Robinson est une garantie. Ma;s mauvais, parce qu'il fait partie d'une campa(JTIe d'abrutissement des masses, en jouant sur le " mystique )J. N'oublio 1S pas qu'il existe outre-AtIantiaue des milliers de sectes pratiquant la magie sous toutes ses formes, et qu'o:~ donne ainsi l'opium qui perm!'t l'oubli, toutes choses qu'un peu pl" S€nsé ne peut que réprouver. Mauvais, parce qu'il tend à faire prendre au sérieux ces histoires périmées de voyantes extra-lucides et autres fakirs qui ont assuré, avec tous les médiums du monde, leur fortune sur la naïveté et l'ignorance des lois physiques (,rJi régissent l'univers (voyez fakir Birman !). Bon techniquement, mauvais dans l'esprit... plu. mauvais que bon, en fin de compte! En bref, vo:ci l'histoire : un illusionniste se met à avoir' des viSIOns qui toutes se réa lisent. Toutes, d'ailleurs, sont tragiques . La dernièro visi.an se rappo",le à la fille de sou meilleur ami. Il veilt la sauver. Il la sauve effectivement. Il meurt à sa place... Cela 'aussi, il le savait! Le médium avait raison, tout son entoura ge en demeure confondu. Ce film crée une psychose. Lorsqu'on sort de la salle obscure, on est presqu,.e content de retrouver le jour et le soleil qui diss ipent un certain malaise, un certain trouble. Et cela ne vient pas de l'épouvante, car il n'y a rien d'épou\'antable dans cette bande qui n'est ni tout à fait un film policier, ni tout à fait un roman d' aJllour. Cela prouve tout de même que ~i l'on n'y prend garde, des films bien p ~ése!1tés, inscrivant au générique d es noms célèbres, pourraient bien g lisser in si.di eu seme.a t en l'esprit, qu'en dehors du destin, rien ne s,aurait être réalisé. Et puis:_ue le destin d'un bon nombre d'hommes et de fe.irunes est de s'épt.;ser au travail ou de faire la gt..erre pour le compte d'une minOl té formée par les autres, de vivre ~ans joie aucûne, alors ... ENTRE ONZE HEURES ET MINUIT (français) Que s'est-il passé entre onze heures et minuit ?... Un crime. Une énigme que Jouvet S'efforce de résoudre : Qui a t ué? Et le dén.Juement éclater'a, brutal, à la fin du f ilm. L 'as_assin est une femme (Madeleine RObin son), pGUr laquelle l'inspeCteUT, amour eux, cherche. a des circonstances atténuantes, qu'il trouvera sans peine, la jeune femm.e ayant tué un individu du milieu. Photo : honnête. Film moyen. ni extraordinaire, ni TlUi.1I1'(7's . très bien joué. On peut le voir pour passer le temps et surtout POUr J ouvet et Maieleine Robinson. , .. ~t si vous aimez le cinéma Ta rass t ' jndom;lte. Sirêna. La vêri1é R'a pas de frontière. L' ECOle bui ro"m ière. Quelque p a rt en Europe. Déttée d'Anvers. Les casse·pieds. Festival Cha rlot , En tr e onze heUrES et m inuit. Les 3 cab1U"'ros (pour vos enfants). Je.an de ta 'urie. C ~ .,q tulipes rouges. N'aile: pa-$ voir : ~ilHJ l Ch l{3. Parnlhî. n.1rhal'e, La )Ji:;te le Sa nta-Fé. l'Empir'c_ . NuJl ~ oeuvre ne f.':, mieux appélraÎl,' c la fausse profondeur de M. Pau.l Claudel. Il ressortirait de cette pièce que c'est l'oubli de Dieu et de son pur -comlllandei11-? nt qui rend un fils ca pable cI'ass:1ssiner Son père pour lui arracher son a rg-ent: De 'cctte irruption ol'nniprc\sente de l'arg- ent-roi dans toule un ~ société, M. Paul Claudel ne cherche pas l' ori~ine; il en éprouverait sans doute trop d'inquiétude pour les inlér~ts très matériels dont il a p"rso';nellement la chal'!~·e. Il \-errait alors qu'il était tout if J'ait inutile d'habiller avec les oripraux d'lin verbalisme brillant les poncifs de l'antisémitisme courant à propos de la Juive ~ich~1 et de son père. M. P aul Clauclel n'aurait eu qu 'il considé rer son propre cas pour (;trI' fixé sur les ob~essions dc tout homme d'argent et les réfl exes de défense Qui font partie lu pef'Sonnagf; indépendamment des rag-ots f.!bliques sur , .le vous recommande de lire, avant de voir « Fils d~ personne l), l ~ s sept pag-es du prog- rillllllle qui reproduisent lcs réflexions de M. de Montherlant sur sa pi.x:e. JI soulig-ne notamment que son pt'rsonnaRe principal. le père, est « un libertin janséniste, type d'homme autour Ollquel il a toujours tourné (Cost81s, Port-Royal) ». Si vous allez au théâtre (S ë-Iection notée de 0 à 10) Ne manque: pas : Haml.t (dernière le 9 ma!) : 9. Phèdre : 9, Ardè-Ie ou la Marguerite : 9. Les tem-ps ùiflici1es : 8. Les four beries de Scapin : 8. L'arcllipel Lenoir: 8. La soi! : 7. Com~di,-Français.,. - Richelieu (lie 7 ~ 10). Alle: voir: L'inconnue oeArras : 7. Occupe- toi d'Amélie: 7. La reine morte : 7. Sébastien : 7, Tout La seconde surprise de l'amour 1:' , Le lever du solei) : 7. Le pain dur : 7. A la rigueur. HIs de personne : 6. L'IOlnl aculë.e : 6. fJ)'hig énie : 6. Les mal-ailllt's : 6. La peine capilale : 5. Interdit 2U public : 5. Le maître de San,tiago : 5. le sourire de la Joconde : 5. .to ------------------------- DROIT ET LI BERTE Jor Mai 1949. _ N° 27 (95); NOUS VOUS RECOMMAND'ONS • • • M SUISSE L 44 OU GARÇONNET F 44 GARÇONNET, FilLETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLETTE.DAME, VERRE OPTIQUE 1450 1950, 3285 3485 044 HOMME.TROTTEUSE CENTRALE 4885 POUR,ALLER EN ISRAEL POUR ENVOYER VOS BAGAGES ET MARCHANDISES ADRESSEZ-VOUS A L'AGENCE • 10, rue de fa' Chau·ssée-d'Antin PAR 1 S (9·) Tél. : PRO 12-56 et PRO 53-78 seule agence possédant ses propres bureaux à HAIFFA, JERUSALEM, TEL-AVIV qui vous donneront toute leur assistance CORRESPOND'ANT A MA R SEI L L E Les meilleurs TISSUS Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS chez: ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2e Mo : St-Denls. Réaumur, Sentier Tél. : eUT 78·87 . POMPES FUNEBRES El' MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43, rue de la Victoire, PARIS-9" Tél,: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 Nous sommes hi!uri!ux di! porter à lia con·naissaRoe de tous nos redeurs que désormais « La VIi! Julvi! IHustrée », se .. te reV'Ui! di! reportages photogra'phlques et d'actwalité, paraiit'a régulièremwt t~us tes mols et qu'IJs pourront ta trouver dans tOUlS les Ioiosquefi. (Communiqué.) BOULANCERIE-PATISSERIE ISRAELITE Spécialités étrangères Pains de seigle 18. rue N .. D.-de·Nazareth, PARIS (3e) Tél. : TURbigo 94-52 Même mafson : 1, rue Ferdinand.Duval Métro : Saint-Paul ÀU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémo~um, · Balatum Toiles cirées, Papiers peints, etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant, PARIS.XXM.: Pére-Lachalse. Tél. OHE 12-55 S'UlCC'ltr.'lle : 40, rue de Rivoli, PARIS·IVMOTEURS ÉLECTRIQUES TOUS COURANTS TOUTES PUISSANCES VENTE - ACHAT - ECHANGE 71, rue de la Fontaine-au-Roi OSE 18-92 OBE 18·92 REPARATIONS - BOBINACES Travaux exéC'lttés dans les plus brefs délais AMÉRIQU~ DU SUD AMÉRIQ..U E DU NORD ISRAEL , «OCEANIA» VOYAGES-TOURISME 4, RUE DE CASTELLANE Téléph.: ANjou 16-33 A MARSEILLE Confiserie du Muguet . ...................................... _, ... Société anonyme au cavital de 10 miUions de francs 5, rue Maurice-Korsec - MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAIS, BONBONS ACIDULES,. CARAMELS AU LAIT, DRAGEES SURFINES, GRAINS D'ANIS, CAILLOUX DE - MER, PRALINES, BONBONS FOURRES, - , HALVA, etc .. , :: " ARTICLES POUR FORAINS 1 1 " UNE MAISON 1 '), , 1 ~. l' 97, rue de Rome - ' MARSEILLE AGENT OFFICIEL: PHI LI PS Conditions particulières aux lecteurs de 1) « DROIT ET LIBERTE» 1 .. t j . Le Comité de l'U. J,R.E., Section de Strasbourg, adresse ses plus chaleureuses félicitations à Mme Vve Jeanne Bloch, directrice de la Colonie de Vacances « La Saliée » ainsi qu'à Mme et M. Jules Bloch, ses enfants, à l'occasion de la naissance de leur fils et petit-fils .. Maison R. CHALHON,' .14, rue de l'Académiè ' - '1 _ 1 t , MARSEILLE • ............................. COMMERÇANTS - ARTISANS - INDUSTRIELS LA MAISON 1. , SarJez-.rJOUS que 35.000 lecteurs de tous milieux s'intéressent à ce journal? ••• Confier c'est votre Publicité à augmenter , • " DROIT ET LIBERTÉ" vos recettes 14, Rue de Paradis, PARis-xe - Téléph .. PRO, 90-47 Derrière le ' rideau de' (Suite de la page 5) - La dOctrine Truman. a cO'l2- té 175 mimons de dollars pour les .six premiers mois de l'année ,1948, pour la deuxième année . qu.i se terminfl. en jUin 1949, une somme de 225 mtllions de doUars a été prévue pour zn. Grèce et .la Turquie, destinée uniquement à « l'aide militaire :.. On a pourvu nos fascistes et TIJOs nazis et on doit les gratifiJer encore d'aviOns, de bombes, de mortiers, 'de canons, de cartouches, etc ... ces charmants objets sont

Hévus pour essayer de réduire

notre résistance nationale, la ïU ' te de nos syndicaliStes contre Z'ps.cZavage que veulent nous im; Joser les hommes des trusts etrangerrs, et su.rtout ané'antr;r notre année démocratique et 7wtre gouvernement national qui siège dans le territcnre grec libre, et ceux qui, depuis dies décades" ont connu l'oppression colonialiste, p,e deviendront jamais les alliés des nazis. - Les patrtotes grecs on·t su fonder sur u~e portiOn de leur territOire national une répubHque aémocratique et popUlaire et ils sauront définitivement dégaycr l~r pays de ~a pres.swn i1/!lJér iallste. Le monarcho-fascisme ne tient qW'avec l'aide de plus en plus frénétique de l'étranger. Déjà, en 1945, Wînston Churchill avait donné l'ordre de « shoot on the left », (tirez sur la l,auche), le général américain Van Fleet a lancé à ses troupes l'ordre « capture and kill » (capturez et massacrez), et pourtant, leur' etfondu" e;ne'I'Lt est inévitable. Ainsi s'écrOUlera la tête de pont anglo-( lT/'éricain;e dans les Balkans. - La presse réactiO\l1naire a mené grand bruit au !\ujet d~ la démission du général Markos. mensonges m'exprimer ainsi, de M, Forres~{ Ll, ancien Secrétaire américain a la Guerre. Nous sommes républicains. NOs chefs militaires obéissent aux instructiOns politiques de notre gouvernement démocratiq1. be, la direction . milttaire des opérations de notre armée est assumée par le Conseil Suprême de Guerre sous la présidence de M. Nicos ZachariadJs. le plus éminent de nos dirigeants·. Notre arrmée démocratique ou hommes et femmes combattent côte à côte avec les mêmes obligations, aura la victotre finale. C'est le régime de la Grèce libre, dont la baSe est le Conseil Populaire et où sont représentés le Parti Commun:-ste, le Parti Paysan, les syndicats., l'Union des Femmes et autres organisations démocratiques, qui saura faire renaître notre indépendanc.e nationale. Les soutfrances de notre peuple peuvent prendre ftn en 1949 si tous les patriotes s'unissent et accomplissent jusqu'au bout leur devcnr. LU


~p;(J..Wt lW-U6~ (Suite de la page 2) Neuville, agent consulaire français à Jérusalem. Le Vatican fait actuellement p-ression sur divers gouvernements (Sud-Américain, notamment), pour qu'ils marchandent leur vote lors de l'admission d'Israël à l'O.N.U. ou Israël' ·accepte l'internationalisation de Jérusalem, V comprIs la vieille ville . (juive) et le vote favorable pourra être acquis; ou Israël refuse et tout est' remis en question . On comprend que les hommes du clan de la guerre, en prévision des opération.;; militaires qu'ils méditent dans celte région du monde pour attaquer I·U .R.S.S., sont obligés de se préoccuper des suites. Au cas où les agresseurs impérialistes se verraient refouler, il~ aimeraient disposer d'un point d' appui inattaquable en cas de débâcle, d'un refuge garanti pour les précieuses personnes et [es lion mOInS précieux capitaux. Voyez ce qui se passe en Chine et à quel point une zone in- DE L'IMPERMÉABLE Canadiennes - Blousons Parapluies - Tissus Confecti,on - Borineterie • jJ Prix spéciaux pour revendeurs • E...N..T..R. EM'ETS _._._~ ..... . . . SUCRES VAN 1 LLES VANILLES VANILLINES AROMES • Etablissements (0 DEN Il, boulevard Garibaldi MARSEILLE Snr un plan plus vaste, il s'agit pour l'impérialisme américain d'atteler à son char de guerre, tous les pays de la Méditerranée atnsi que ceux du Proche et du Moyem Or~ent, et, entr'autres, l'Etat d'Israël. Nous espérons que les peuples de ces payS ne le permettront pas. - LI? général Markos a donné sa démission le 4 février 1949, en déclarant lUi-même que nos victoires fera~ent taire les calomniateurs. Ces derniers feraient beaucoup mheux de s'occuper du surmenage, si j'ose Qu.e M. Porfyrogennis soit assuré que nous donnerons à ses déclarations la plus sympathique et la plus large diffusion. ternationale peut permettre la sau- ... ____________ _ - Les peuples qui ont Je p'US souffert de l'occupation nlU"ie J.-A. B. (A sUivre). vegarde non des Lieux Sain'ls, honteux prétexte, mais des rapines des marchands du temple. R. M. Le gérant: Ch. OWEZAREIC Imp. Cootrale du Croissant" le, rue dU Crol .. ant, Parla. il-" Mai 1949. - N" 27 (95) DROIT ET LIBERTE "Journées inou,bliables" nous dit , leur voix, aussi, a été entendue 'U NE lettre est parve·nue à la ré- ' guerre, nous voulons que nos filles, 1 e claction de la Page dzs Jeunes de que nos fits soient élevés enfin sans délégué de la Jeunesse Juive de Bruxelles « Droit et Liberté ». une petite !et- crainte. nous voutons que notre viei,ltre toute simple. !esse s'achève en paix a~rès de noS Elle éma ..... ait de la section de! C&- petits enfants. et non auprès de tomdets de Toulouse. et nous apprenait bes envahies par les herbes », .la mort au champ d'honneur, à Dir- Nous les jeunes nous Ile voulons -Aben (Israël), le 3 décembre .1948, pIuS q~e nos m'amans tremblent ,de Louis Wald, âgé de 18 ans. pour nous, . nous ne voulons plus les Je ne l'ai pas connu. Louis Wa.ld. voir vl.eillies avant l'âge. tremblantes mais je 'ne mé l'imagine pas diffé- d'angoisse. leurs yeux rougis par les rent des autres gars de son gi'OUpe: larm·es. siornple. ga·i. entraÎna ..... t. dynamique, Avec toutes les femmes du monde. ptein de qualités et de défauts. en -un mot, un bon copain. Enthousiaste comme toute jeune, il ' s'engagea dans la Haganah et partit en Israël défendre le droit de ceux qui n'avaient plus de .foyer à vivre · en paix dans un pays construit par eux. Elevé dans la tradition de nos héros, Louis 'Wald suivit l'exemple des Marcel Langer, Vollmark, Rayman

comme eux, il ne pouvait

rester in~nsible à rappel .de ceux qui 50uffrent et luttent contre l'oppressio. ..... Comme ceux de nos glorieux Groupes de Combat. comme nos F.T.P .• Louis Wald sut combattre, il 5ut aussi. hélas, mourir. Et sa c'l1Ort. aujourd'hui, pre.ne! une valeur de symbol~. A'u moment où les délégués de 600 millions d'êtres humaitîS viennent de ,proclamer clairement leur voiklnté de ne plus voir les peuples payer de leur sanog la folie homicide - et intéressée - de certains de leurs dirigeants, il ~st bon Qüe l'on entende la voix de ceux qui ne sont plus. Car au Congrès des Partisans de la P~ix. ik;. étaient là' aussi. les morts de tOl.l;'i I~s champs de bataille, eç,ux du Vercors. de Bir-Hakeim, d'~1 Alamein, de Stalingrad, de Guadalcanal, du Negev. de tar;! d'autres lieux encore. Ils ont revécu ces millions de morts. par la voix d'une femme. d'une mère: la maman de Zoia l'héro'ique jeune partisane soviétique qui mourut en exhortant ses cama'rades. à continuer la lutte. En I·écoutant. cette femme a.dmira. ble. j'ai peosé à toutes les mères Qui o. .... t ,per.-ju leurs enfants dans une guerre atroce. Et je pense à vous aussi, Madame Wald, qui souffrez en silence, qui vivez dans le sou .... enir de · votre. de notre Louis. Votre voix, aujourd'hui, s'élève aveC celles' de 'toutes les mères du monde entier. elle se joint à la voi,x de ces femmes qui ont nom MeJ.po Axioti. Cotton. Marie-Claude Vaillant - Couturier. Kosmodeman- · skaïa : « Nous ne voulol15 plv~ de les jeu. .... es du monde entier ont dit non à la guerre. Demain dans un univers radieux et pacitié, nous irons nous recueillir auprès de Louis Wald. de Vogel, de tous nos frères. dernie;s héros morts pour la Liberté des Peuples. D. B. le plus jeune participant du (oÎRis DI lA PAIX Un jeune d'e la maison d'Aixles- Bains. de la Commissio·n Cen. traie die I·Enfance. Gilben Blei· veis. âgé de 11 ans 1/2, S'Kt dépensé sans oompter ,pour le Co,n. grès et s'est mis à la disposition du service d'ordre de la salle Pleyel. auquel il a apPort~ une aide préci e-u se. Le jeune Gilbert éta·it venu 'en vacances c'h-az ses PaJrents. Son père est av&u.gle de guerre, aussi, . oourageuooment, ce jeune « com'I battant de la Libef"té » a_',11 compris la tâche qui lui incombe pour la paix. pOur l'avenir de la França et de la je-u·nesse• L A gare du Nord, tOute frémissante du sifflement des locomotives, du fracas des trains de bagages, du bruit qui s'élève de la marée humaine déferlant sur les quais. Le trail: pour Bruxelles:· sur le marchepied d'un wagon, un grand garçon aux yeux bleus, à Z:accent chamtant, col ouvert et sour:re aux lèvres: Dolphe, un des responsables de l'Union Sportive de la Jeunesse Juive, nous contie Ses impressions sur le Congrès Mondial des Partismzs de la Paix, auquel il était délégué par son organisation. " Je tiens tout d'abord à remercier les camarades de l'U,f.R.E. pour l'accueil qu'ils m'ont réser- 7Jé et pour la peine qu'ils se sont donnée afin de fo,·ciliter mon séjour à Paris. « Une l1iention toute spéciale tiMme l' o,ctivité des jeunes juifs de Bruxelles en fa71eur de leur jour· nal, ;Z symbolise l'amitié qui unit les jeunes juifs de France et de Belgique. » Parlant du Congrès Mondial des Partisans de la Paix, Dolphe : " l'cV'lporte un sou71enir inoubliable de ces jOurnées qui marqueni un tournant dans l' histoire ••• Montés sur , un char ... ces jeunes Juifs ont eu succès à Buffaro. ••• de la lutte des peUPles pour leur droit à la 'Vie. Comment pourraije exprimer la fierté et 1'émotion que j'ai ressenties en voyant, en entendant les délégués de 72 nations venir affirmer leur 'Volonté d'empêchtr une rlOuvelle guerre, leur certitude en la victoire fùwle de ces masses de millions d' hommes et de femmes qui, en luttant pour la paix. préParent leur, émancipation du jOug capitaliste. "Quarzt à Bùffalo, je n'ai encore rien 'VU de pareil : ces cenpour les garçons de la Maison de 1---------------Montreuil qui m'ont prouvé que PI+'U 10"111 I/IeTNItI'f ai ft Si l'éducation que l'on reçoit dans les , Maisons d'Enfants de Fusillés et rH,Hl HO"~lNIt "ftt~c:,.r&i Déportés n'est pas une· illusion. Ils ont un réel esprit de camaraderie qui m'est allé droit au coeur. (( l'ai été également très touché par la réception offerte par les Cadets, samedi dernier, et au COurs de laquelle m'a été remis le fanion des meilleurs diffuseurs de (( Droit et Liberté )). « En même temps qu'il sanc- 1) O· ï H I.:r 9p Le salut de la délègation vietnamienne à la jetmes6e juive de France. tain es de milliers de braves gens'il venus acclamer les délégués étrangers du monde entier, et gui. criaient, eux aussi, leur certitude de '~'oir enfin triomPher la paix. Après ces grandioses manifestations, MI se sent encore plulr tort pour pa,rti-ciper au combat de tous les jours qu.e nOus menOliS, nous, jezmes juifs, aux côtés de ceux qui veulent écraser une fois pour toutes le fascisme et SfS -conséqUJe'llces terribles que nOus n'avons que trop connues durant la 'guerre )). . Le train s'ébranle. pOlplte, encore une fois, nous redit sa joie d'avoir pu constater l' esprit de lutte qui all';me les jeunes juifs de France, cet esprit que possèdent également les jeunes ju,ys de Helgique, décidés à vqincre et à vi'vTe, Et le long hurlement de la loco-. motive semble approuver les derniers mots qlu Dolphe nOus ~ criés: « Vi7 e La Paix )). EN CONNAISS.EZ-VOUS UNE A:UTRE ? les méfaits de 10 possion Un amoureux passionné a assassiné sa belle. et le void e(l cour d'assises. LE JUGE. - PourqUOi avez-vous tué votre fiancée L'AMOUREUX. - Je l'aimais, M'sieur le Juge. LE JUGE. - .C'est p~rce que vous l'aÎlT'.iez que vous l'avez coupée en sept morceaux ? L'AMOUREUX. - Je r'aimais, M'sieur le Juge. LE JUGE. - è "est parce que vouS l'aimiez aussi que. non conte,nt de l'avoir réduite en rondelles, vous l'avez mise da ..... s un sac et jetée à la Seine ? . L·AMOUREUX. un sourire béat aux lèvres. - Je l'aima.is, M'sieur le Juge. (Le jury, après délibération, va rendre son verdict.) LE JUGE. - Accusé. VOU6 êtes co.'1,oomné à' 20 ans de travaux forcés. Qu'avez-vous à dire poùr votre défense ? L·AMOUREUX. u.n souri1"e radieux aux ,lèvres, - Quand on aime~ on a toujours 20 ans ! · froduits 'américains,.chaussures allemandes: PRINTEMPS Chômage pour les jeunes ... DE PAIX Ami lecteur. ~mie lectrice. ce coin de notre page est désormais le vôtre. Ecrivez-'Ilous simplement. dites- · nous ce que vous pensez de votre métier. de votre avenir. faites- nous · part de vos difficultés. de vos soucis. de vos espoirs aussi. · Nous sommes persuadés que de ce ' rapprochement de tous les , jeunes luifs . au travers de cette page. naitront des idées nouvelles et que tous ensemble. nous saurons trouver le chemin de l'avenir. Souvent nous parlons des préoccupations des jeunes Juifs: que pensent- ils de la polilique. que pensent- ils du théâtre, du camoing, que sais-je encore ... Si nous parlions un peu de la vie qu' ils mènen~, tous ces gars, toutes ces fllles qui ont eu leurs parents, leurs p,roches. dépor' tés par les nazis. tous ces jeuneti . Juifs qui peinent pour avoir une vie décente? Je suis allée chez mon ami Daniel Z ... , 19 ans, maroquinier. Je l'ai trouvé devant son réchaud, en train de préparer un je ne sais quoi qu'il avait baptiSé du nom pompeux de • dîner» ___ - Ça y est, me ~it-il. plus de « boulot ". Le patron vlenl de cong~dier les trois quarts des ouvriers, et comme je n'ai qu'une année d'apprentissage, je fais parUe du lot 1 Vraiment, je n'ai pas de chance 1 J'ai dû interrompre mes éludes. car les nuzis on~ tué nies parenls ; je commeJlçais à aimer mon métier, mll is comment ferai-je mainlenunt pour bien l'a\'oir en main? - COll1meJl t le débrouilles-tu 7 - Je sùis obligé de vivre sur tn p'üye Je mon frère : il est coupeur, Il gagne tout juste de quoi jOllldre les deux bouts en vivant seul! Bien sûr, je cherche du travail: partout. c'est ln même réponse : pas d'embauche. ,Mon patron m'a expliqué : t( Comment vewdu .que je vous donne du travail , quand les produits fa briqués en série outre-Atlantique inondent le marché français? Je no peux pas supporter la concurrence; aussi, je rédui5 mon personnel. » Daniel poursuit : - Chez André, chez Pillot, ils ont déjà licencié la moitié de leurs 011' vriers, et ceux qui restent ne travaillent plus que 17 heures par semaine. Il arrive chaque jour des trains eI)tiers qui amènent des chaussures fabriquées en Allemagne. Voudrait- Dn ,reconstituer les mdusLries allemandes en xue d'une nouvelle guerre? On le dirait Lien. en tous cas ... » Madeleine IL. travaille également dans la maroquinerie : depuis un mois elle est sans travail. Pour manger, elle se d6brouille : elle bricole - elle fait même de la coulure - trois jours par ci , une ~emaine par là, et le plus souvent elle ne fait , qu'un se.ul repas par jour .. - Je voudrais lellement fonder un foyer un . jour, et je ne veux pas qu'il soit détruit comme celui de mes parents. . Je \'oudrais pouvoir travailler, aVJir des enfants, enfin vivre en paix. Sa voix est devenue plus coupanLe . - Mais je ne me laisse pas abat" tre, tu sais. Avec d'autres copains, qui sont dans le même cas que moi, nous luttons pour notre droit à la vie. Nous savons très bien que Je chômage n'es t pas provoqué par 1l"'S circonstances atmosphériques ou les dépressions n erveuses des .patrons ! Nous savons bien que, dans d'autres pays, les jeunes ont enfin la posiiihilité de vivre. d'éludie~, de travailler selon leurs capacités i ils ont su expliquer - et supprimer - les causes de la misère. Eh bien, nous, nous réaliserons, avec tous ceux qui sourfren t, ce que d'autres ont déjà fait ailleurs. Soudain, adoucie, elle ajoute: - Mais cela ne nous empêche pas de trouver que la vie est belle. et qu'on a, malgré tout, de la chance d'être jeune 1 Renée. (A suivre.) ~ E printemps s'est retrouvé 1 à Paris. Il pleut des pétales ...... que le vent promène dans l'air tiède· avec les duvets des marrQnni.:'rs. Il a fait chaud, un jour, deux. ' Aussitôt ce fut une floraison d'imprimés et , de tissus lé&"ers. Jlllpes au vent, jambes nues, jeunes filles et femmes, toutes les Parisiennes, plus fraîches et plus pImpantes, ont accueilli le soleil dont les rayons, comme en se promenant, caressent la colombe chande et vivante de Picasso. Lui, vient d'avoir une petite fille qu'il a appelée Paloma, en souvenir de ce printemps de lutte pour la Paix et de sa colombe blanche et douce que le monde entier connaît et aime. D!!s bandes bruyantes et rieuses de jeunes se retrouvent, le soir, auprès des stadès ou des piscines. Jamais l'ans n'a vu, en ce début di! saison, tant de monde affluer, déambuler en ses bonnes rues familières. Des étrangers, des provinciaux se mêlent à ses enfants. Dans les artères de la capitale, on parle toutes les langues, on rencontre tous les costumes et toutes les traditions. De cet harmonieux mélange de races naît une atmo! lphère inusitée de force, une ambiance de compréhension, d'am~ur .. " Amour de la Paix, aJmour des hommes qui luttent de toutes leqrs forces uni~ contre la . guerre infâme qu'on vOUe drait nous imposer. contre le massacre de milliers d'innocents, contre le spectre de la m~rt qui rôde. Printemps de joie, printemps de force, printemps devant lequel s'effacent les traditionnelles bataUles de fleurs et tous les charmants carnavals du monde, pour ne laisser de place qu'au Congrès Mondial des Partisans de la Paix. Et ils sont légion. ellvQyés par plus de six cents millions d'hommes et de femmes à crier la volonté des peuples de vivre, libres, dignes, dan.. la douceur des foyers recOnstitués... toute la force -du monde groupée sur quelques kilounètres carrés, c'est le Paris de cette quinzaine, le Paris de ce printemps 1949. Et c'est simplement ~ cela qu'aujourd'hui je voulais v'!,us parler. N'est-ce pas la plus merveilleuse des choses du monde que ce « Printemps de Paix )) ? DOUCE. - a ----------------------------------------- DROIT ET LIBERTE CO ONIAl , Les débuts du racisme colonial sont, hélas, très faciles à résumer. par Gabriel d' ARBOUSSI ER , de Médecine. Je. me tr~)Uvais Là par bonheur, occupant certames foncti0ns qui me permettaient d'agir et rl'ac- Puisqu'il y a des races inférieures et indignes de vivre, exterminons-les! Les premiers colonisateurs espagnols et anglo-saxons se sont-ils embarrassés de scrupules devant les Indiens ? Lutte du pot de terre contre le pot de fer: les Indiens n'opposèrent qu'une faible résistance parce que l'invasion se situait alors à un niveau de développe- ) Vice-Président du Rassemblement Démocratique Africain cuellir ces jeunes gens de la meilleure façon possible, Mais ils devaient re-. Vice-Président de l'Assemblée ' de l'Union Française joindre leur affectation dans la brousse .. _________ ~I e~ .l'un d'eux m'avait remis sa. réqui~ - SttlOn de transport. Sa fOflètlOn lui · ment économique et social très bas. En Amérique, aujourd'hui, se pose plus ' que jamais le problème de la minorité , importée d'Afrique qui a ~agnifique · ment. ré~isté malgré les brimades, les

répressions, les ignominies.

Avec les Anglais, l'affaire a reçu une solution plus chrétienne, si l'on ose dire. On n'a pas exterminé les ,gens, mais ils ont été parqués et j'ai pu · voir en Australie, ce qu'on appelle les réserves. Il existe aujourd'hui dans la banlieue de Sydney ou de Melbourne des cités qui n'ont rien à envier à aucune ville d'Europe. Mais à côté de ces hommes blonds aux yeux bleus que sont les Irlandais ou les Norvégiens, venus avec un pagne, qui se sont transformés en races de seigneurs peu de temps plus tard., vivent, dans de misén ,bles cahutes, complètement en marge de la vie sociale, dans l'état où les pre· miers envahisseurs les ont trouvés, les Australiens autochtones. On vous convie, à regarder dans un ~n~um phot;ographlque ces sortes de speCImen des races primitives que sans doute les ethno- · logues et les sociologues doivent nourrir tout juste assez pour qu'ils puissent , , se conserver, et leur servir de matériel à des études sur la civilisation. On • voit là, "en vérité, des hommes qui sont réduits à l'état de bêtes. A Cf .co,:deur" donnée, systltme adéquat selon quoi le systè- « Entrons boire , un me colonial français coup ici». Les deux ne peut subsister autres ont marqué que sur la base de la un temps d'arrêt. discrimination des Ils se sont réfugiés races. Joseph Bar- dans un remerciethélemy devint tout ment poli, prétexnaturellement mi- tant qu'ils avaient nistre de Pétain et une commission à créa, sur l'ordre de faire. Pierre Hervé, ses ma î t r es du de bonne foi, les a « Herrenvolk» ces laissé partir,. et il affreux "tribunaùx est entré dans le d'exception qui de- café. Un moment vaient frapper les a p r è s, Lisette et patriotes français. son ami revinrent le Oui, nous som- cherchèr. Dès qu'ils mes obligés\,de dire ')ont entrés, Pierre que' le racisme, pour Hervé, qui m'a raêtre moins spectacu- ' conté la scène, a yu laire dans les pays coloniaux français, ' tous les consommateurs se tourner ne s'y exerce pas moins et que nous en vers la porte et se demander vraiment connaissons maints exemples que l'.on si le ciel ne leur tombait pas sur la croirait directement empruntés à l'his- tête: deux nègres dans ce café de toire des Etats du Sud des Etats-Unis. blancs, quel scandale! Il.. fallut que Les racistes n'aiment pas les histoires, mais ils en font! Avec les coldnialistes, français, cette ségrégation pratique, contraire à tous nos principes" d'égalité, a été appliquée du haut en bas de l'échelle. C'est ait1',; .que jusqu'en I945, àu lendemain .je la LibératioR, tous les peuples vivant avec le ' peuple frap.çais étaient considérés en fait sinon en droit comme inférieurs. Le nombre de gens de couleur qui avaient pu accéder à des fonctions de Pierre Hervé discutât pendant vingt minutes pour faire servir une consommation à nos camarades: « Je vous en prie, faites vite, souffla l'hôtelier, je ne veux pas d'histoire ». Voilà ce qui se passe à Douala en I949,' Je dois dire qu'aujourd'hui encore peu de noirs osent aborder un café ou un hôtel. (Certains d'entre nous, d'ailleurs, pour de très sérieuses raisons de sécurité). Dans les pays où il aurait f~llu en direction dans leur propre pays en parquer des millions, les reserves Afrique, .pouauraient été trop grandes ; le système . vait se companglais, très pratique, s'est alors fondé ter sur 1 es su.r la ségrégat,ion, offi~ielleme?t ad- dôigts" de la' mIse sous le pretexte qu'Il conVient de main ! Pou r conserver leur originalité aux inté- ['Indochine il Il'essés .. Evidemment, l'originalité con- en était 'de siste ici à ne pas manger ni s'habiller même Des incomme ks autres, à ne pas prendre les génie~rs annamêmes trains que les autres, à ne pas mites a yan t habiter dans les mêmes maisons que les fait leurs étuautres. Cette « originalité » se trouve des en Franofficiellement consacrée par l.a consti- ce touc h en t tution de l'Afrique du Sud qui admet une sol de comme un principe normal la Colour de u x foi s Des pratiques semblables s'étaient instaurées à Dakar - « la 'porte de la France n, dit-on - où la présence d'un noir dans un hôtel ou un café fut jusqu'en I945 une exception absolument remarquable. Et à la table, donc, d'un fonctionRaire de la République! Quand Bar, cette barnère que les hommes de couleur, qu'ils soient Hindous ou Cafres, ne peuvent jamais franchir. La règle ' colonialiste, ,c'est qu'il faut les laisser se développer selon leur propre ligne de civilisation, mais qu'il serait véritablement inadmissible que de hautes fonctions dans. l'ordre économique, politique ou culturel, soient occupées par ces « hommes » appelés négus-! Avec les Hollandais, le système a été plus brutal. Ils ont imité les premiers Espagnols, mais se sont heurtés à ùn obstacle: la densité de la population. Ayant affaire à de faibles groupes ethniques, on peut aller jusqu'au bout de sa pensée, c'est-à-dire supprimer les « inutiles )) de la surface de la terre ; mais lorsqu'on se trouve en présence de millions d'hommes, il devient beaucoup plus difficile d'appliquer la même théorie. Alors, ce sera, là aussi, l'a ség.régation. C'èst dans l'ouvrage d'un professeur qui a d'ailleurs mal tourné ou plutôt, qui a suivi sa pente, ex-doyen de la Faculté de Droit de Paris, que s'étale eette thèse de droit constitutionnel inférieure à ~elle de l'ing é nie ur de g~ade ' i n f ~- rteur, 'malS Français. Des professe urs agrégés sortis Une réunion du Rassemblement Démocratique Africain à Abidian de l'Ecole Normale Supérieure. et revenus en Indochme, se sont trouvés sous les ordres de simples professeurs licenciés parce que blancs .. Il y a quelques mois, dans un territoire de l' A.E.F., l'Oubanghi, un député de l'Assemblée Nationale, abbé, mais de race noire, a t;té mis proprement à la porte d'un hôtel de~anghi, la capitale, parce qu'il'àvait osé venir y demander une consommation. Il y a deux mois, le député noir Lisette, Guadeloupéen, se trouvait à Douala avec Pierre Hervé, de passage pour une enquête, s:t un autre ami. Comme ils passaient devant un café et qu'il faisait terriblement chaud, Pierre Hervé, se croyant sans doute sur le bouleV'ard Bonne-Nouvelle ou à SaintGermain- des-Prés, proposa gentiment: il fut ques'tion d'invittfr cet agrégé de grammaire, député du' Sénégal, quelle révolution ! Où le placer, à côté de qui? grave problème pour ne . froisser personne. On s'en, est tiré élégamment en invitant d'autres hommes de couleur de façon à les réunir ensemble. Une ambiance qui corrompt même les braves gens Mais il est des formes plus graves encore de racisme. Voici une scène symbolique qui s'est passée à Pointe-Noire autre ville}le l'A.E.F.: '. ' Pour .ia pre~ièr~ fois, en Afrique Equatonale, arnvalent - contribution considérahle - des camarades de' l'Afrique Occidentale sortis de l'Ecole donnait droit à une couchette. Lors-·. qu'il présenté!: son ordre de réquisition, le guichetier européen lui lança: « Es; pèce de sale macaque depuis quand as-tu vu des nègres voyager en couchette! » Le « macaque », assez viJ, - un Sénégalais - voulait sauter à la gorge du guichetier: .. na' fatlu patle: ' menter. M'ais ce que je veux surtout s()uli~ , gner, c'est que nous avons· été na\rrés 1 de voir que l'insulteur était un 'honnête , Français de sentiments républioains,. qui en France vote' à gauche, mai~. plongé dans l'ambiance coloniale, prend vite le pli raciste, pour la ~lus 1 g;rande joie de ses supérieurs. . .. Un grand cri qui ' a fait trembler " . nègre . 1 la terre Mais la révolte de l'homme de couleur est inévitablement venue. Elle s'ex-I pri.m e av,ec. n.a ïveté dan~ ce poème d'un notr amencam. , U ne femme du Sud chante Miss est dans so'n jardin Mr. est da'ns sa cour, Mrs. est à iii messe, Et je suis fatiguée, Dieu que je suis fatiguée ... . Les nations, elles, combattent, Les nations, elles, se mettent d'actord. Parfois je pense que les blancs ne't'tla- . [lent pas pipette, Non, Madame, üs ne valent pas pipette. La semaine passée ils . ont lynché un' , '. [gar{on de coutettf, Ils 1 ont pendu à un arbre! Ce garçon de ' couleur n'avait rien dit . [du toul, Saut que nous devrions être. libres. .• -, ••••••••••••••••••••••••••••••• _1 Parfois je pense que les blancs n'ont tout simplement pas de coeur ... · A quoi fait écho ce poème de l'Afrique Noire: . Tu m'appelles bounioul, blanc-bec au Tu surpris mon rictus, [visage rude, Tu giflas mon visage de teTre cuite, Prends garde, fils de blanc, Un jour viendra peut-être où les bou[ nioul Secoueront ton joug d'ivoire. Et l'on a entendu Césaire: J'ai po'ussé mon grand cri nègre Qui a fait trembler la terre.

Par delà cette révolte instinctive les hommes de couleur ont cherché à comprendre et sont parvenus à un noUveau stade. Ce n'est pas la révolte dé sordonnée, le repliement sur soi, la rancoeur et l'amertume, mais bien la claÎl~ conscience que quelque chose a chanb~ sur la face de la terre, et que de not. velles perspectives s'ouvrent deval' tous les peuples, quels qu'ils soient, et quelle que soit la couleur de leur peau. C'est la claire vision que tous ces systèmes qui se sont résumés dans le rac! sme pour nous et qui cherchaient tout Simplement à perpétuer la domination. capitaliste, avaient commencé à flanc?~ r, que l'ordre établi n'était pas di#VIn et qu'il appartenait aux hommes de bâtir une société nouvelle dans la paix. C'1

l

n o @ ~ !il Q Vl l: , TRIBUNE PARLEE ' '. de , •• Droit et Liber-té·· ~ ! _ Le Ieudi 2~ Avril, à 20-h •. 30 ~ SALLE LANCRY (B) , - 10, Rue 'de Lanery , 1 Métro : Jacques;Bonsergent et République POGRO E - l ' • ' ~~' ET -LyNCH .... Sous la présidence -de . . M. - André- WURMSER Conférencier : M. Gabriel D· ARBOUSSIER " Vice-Président du Rassemblement .Démocratique Africain , Vice-Président de l'Assemblée de l'Union Française , . DEBAT -PUBLIC - - ~ 1 M P R 1 MER 1 E S. 1. P. N. t ~ r 14, me de Paradis - PARIS (Xe) r


IlARW tE ----

. ". ·TRIBUNE . 'PARLEE "de .•• Droil el Liberlé·· Le Ieudi· 26 Avril, à 20 h. 30 1 SALLE LANCRY (B) · - 10, Rue de Lanery Métro : Jacques~Bonsergent et République POGRO 'E . ....- ~. - - .. -----------....... ~.r- ~~ET ' LYNCH ........... Sous la présidence de ... M. André , WURMSER . Conférencier : M. Gabriel . D· ARBOUSSIER • Vice-Président du Rassemblement Démocratique , Africain Vi~e-Président de l'Assemblée de l'Union Française \----------------------------------t \ DEB/AT PUBLIC ,\~\ ----------------~---------------- \ . - 1 M P RI MER 1 E S. 1. P. N. ~ 14, rue de Paradis - PABlS (Xe) \ \ \ , r -- E CI w de Dr 0 i t et Lib e r té" vous invitent à leur ll~ Il lB lUJ INIIE IJ) A I~ IL lÉ lE qui aura lieu le Jeudi 21 Avril 1949, à 20 h. 30 SALLE LANCRY (B) - 10, rue de Lancry METRO : JACQUES-BONSERGENT, REPUBLIQ\..'E Sous 1.') présidence de M. André W URMSER SUJET TRAITË : POGROME ET LYNCH Confèrencier : Gabriel D'ARBOUSSIER Vice-Président du R.D.A. Vice-Président de l'Assemblée de l'Union Françoise W DEBAT PUILle TRIBUNE PARLÉE de Droit et Liberté S'ALLE LANCRY (6) 10, rue de Lancry 1J)I~AGlUJIE lEI IBlUJIDAIJ)IESI1194~9 (IMPRESSIONS DE VOYAGE) par Joseph-André BASS Croix de Guerre avec palme, Médaille de la Résistance Conseil Juridique, Membre de la Commission d'Amnistie et du Conseil d'Administration de l'Office de~ Combattants SOUS LA PRESIDENCE DE L'ECRIVAIN Renaud de JOUVENEL Jeudi 12 Mai 1949 à 20 h, 30 très précises DÉBAT PUBLIC L'oroteurrépondro aux questions

Notes

<references />

Format JPEG