Droit et Liberté n°192 - juin-juillet 1960

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°191 (296) de juin-juillet 1960 erreur de numérotation: en fait n°192
    • Sur l'initiative du M.R.A.P.: deux grandes manifestations antiracistes à Paris page1
      • Eclatant succès de la 12éme journée nationale
      • Puissant meeting pour le châtiment d'Eichmann et de ses complices
    • Le drame algérien trouvera-t-il enfin une solution pacifique: c'est notre espoir et notre volonté par Me Marcel Mainville page1
    • Le cafetier raciste de Lyon refusait de servir les noirs page1
    • Que se passe-t-il? page2
      • Drame algérien: le colloque de Royaumont
      • Antisémitisme: le retour de Coston et de Céline
      • Guerre froide: une étrange initiative
    • Tous les bulletins paroissiaux ne cultive pas le "chiendent" réponse à Jules Isaac par le Père Barbu page2
    • La journée nationale page 3-8
      • Le Président Lyon-Caen: "un péril en chaîne"
      • Le bâtonnier Sala: il faut que soient adoptées les lois antiracistes du M.R.A.P.
      • Albert Levy: s'unir pour agir
      • Le conseiller Robert Attuly: faire mieux encore
      • Mme Gratiot-Alphandery: l'enfant et le racisme
      • Louis Rousselle: le salut fraternel de la Ligue de l'Enseignement
      • Pierre Paraf: pour tous les enfants du monde
      • M Fonlupt-Esperaber: la France n'accepte pas ces mœurs
      • M. Hammadoun Dicko: menons tous ensemble cette grande croisade
      • M Emmanuel Very: une seule race humaine
      • M Waldeck l'Huillier: tous menacés donc tous unis
      • Le professeur L'Heritier: la science témoigne contre le racisme
      • M Georges Wellers: aucune hiérarchie raciale n'est valable
      • Claude Domenach: l'appui des étudiants
      • Me Jean Schapira: pourquoi le nazisme renaît-il?
      • Louise Alcan: le devoir de témoigner
      • M Blatman: au coude à coude
      • M Joseph Frydman: les anciens combattants sont conscients de leurs responsabilités
      • Edouard Glissant: l'Afrique du Sud sous le joug de l'apartheid
      • Emile Tersen: comment peut-on être raciste
      • Jean Rouch: la démystification nécessaire
      • Charles Palant: transposer nos débats sur le plan de l'action
      • Le général Tubert: nous devons afficher notre antiracisme
      • Henri Cohen: les juifs ne sont pas seuls
    • La résolution finale page8
    • Châtiment du bourreau Eichmann et de tous ses complices! page10
    • L'intervention de Francisque Gay: une occasion et un symbole
    • Afrique du Sud: pour la justice et l'égalité page11
    • Etranges fruits par Billie Holiday page12
    • Sapotille et serin d'argile par Marie Magdeleine Carbet

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

18 mai 2010 à 12:26 (UTC),,18 mai 2010 à 12:26 (UTC) Sur Charles 18 mai 2010 à 12:26 (UTC)at~~;N~:~A.P'1 MANIFESTATIONS i ANTIRACISTES A PARIS Le drame algérien trouvera -.f ... il enfin une solution oae.f'que? ['est notre espoir et' notre volonté Tous les antiracistes ont le coeur gonflé d'espérance depuis qu'est apparue de façon plus concrète la· possibilité d'un dialogue qui pourrait aboutir à des négociations pour la paix en Algérie. Tous les antiracistes doivent être vigilants .pour faire échec aux mauvais coups par Me Marcel MANVILLE Membre du Bureau National du M.R.A.P. qui seront portés, dans l'ombre, ou au grand jour, aux chances de voir prévaloir une solution négociée au douloureux conflit algérien. Notre Mouvement, tout en se gardant de proposer des options politiques à ses adhérents, n'a cessé de dénoncer avec force le cycle infernal de la violence, de (Voir suite page 2.) N° 191 (296) - JUIN-JUILLET 1960 0,75 NF 12 PAGES E clatant succès de la 12e JOU R NEE NATIONALE contre le racisme, l'antisémitisme ~ et pour ,la paix - PUISSANT MEETING pour le châtiment d'EICHMANN Quinze cents délég ués et invités ont participé à la 12" Journée Nationa le contre le raci5me, l'antisémitisme et pour la paix, le 29 mai, au Palais de l'U.N.E.S.C.O. On lira dans les pages consacrées à cet important événement de larges extra its des interventions et exposés présentés notamment par le Président Léon LYON-CAEN, le Conseiller Robert A TTUL Y, le Bâtonnier SALA, MM. Jacques FONLUPT -ESPERABER, Waldeck L' HUILLlER, Hammadoun DICKO, Emmanuel VERY, Louis ROUSSELLE, Mme GRATIOT-ALPHANDERY, les professeurs Philippe L' HERITIER, Georges WELLERS ct Emile TERSEN, les écr ivains Edouard GLISSANT et Pierre PARAF, le cinéaste Jean ROUCH, Me Jeon SCHAPIRA, le généra l TUBERT, Mme Louise ALCAN, Charles PALANT, et les représentants de diverses associations et délégations. Le M.R.A. P. a orga nisé d'autre part, le 21 juin, au Cirque d'Hiver, un puissant meeting pour le châtiment du bourreau Adolf Eichmann, récemment capturé, et de taus ses complices nozis. Nous donnons en page 10 le compte rendu de cette man .-· festation placée sous la présidence de M. Francisque GAY, et où ont pris notamment la paro le MM. André BOISSARI E, Jean PIERRE-BLOCH, Charles LEDERMAN, Henry TORRES, Pierre VILLON, Georges WELLERS et Charles PALANT. de raciste refusait cafetier Lyon servir les . nOirs Un grave incident raciste s'est produit à Lyon, le lundi après-midi 27 juin. Un groupe d'étudiants s'étaient attablés à la terrasse du café « Le Dôme », place des Terreaux. Parmi eux, se trouvaient trois Africains et deux Marocains, que le gérant refusa de servir. Comme tous protestaient, une violen· te discussion éclata. De nombreux pas· sants s'attroupèrent prenant fait ~t cause pour les étudiants. Fou de rage, le gérant les menaça d'une chaise, puis les frappa d'un nerf de boeuf, hurlant qu'il ne servait, « ni les Noirs, ni les Algériens, ni les Juifs ». La police, alertée, intervint. Le comité du M.R.A.P. de Lyon a aussitôt adressé à la presse un vigoureux communiqué où il dénonce ces moeurs racistes, incompatibles avec notre temps. Il a désigné un avocat pour apporter son concours aux ét1t· diants qui ont porté plainte et fait constater leurs blessures. 2 qUE SE La parution de « Droit et Liberté » Nos lecteurs auront remarqué que le présent numéro de leur journal est un numéro double de 12 pages, valable pour les mois de juin et de juillet. Nous avons vOl,lu ainsi donner un compte rendu substantiel de la Journée Nationale (qui d'ailleurs aborde de nombreux problèmes d'actualité) sans avoir à sacrifier outre "cesure les rubriques habituelles. Notre équipe rédactionnelle, entièrement bénévole, étant dispersée pendant la période des congés, « Droit ' et Liberté », comme les années précédentes, ne paraîtra pas au mois d'août. A tous nos lecteurs, à tous nos amis, nous souhaitons de bonnes vacances ! Mais il va de soi que le M.R.A.P. ne ferme pas ses portes. Il reste en permanence vigilant et actif. Et il peut à tout moment informer et alerter l'opinion antiraciste par tous les moyens appropriés, y compris par la publication, si nécessaire, d'un numéro spécial de « Droit et Liberté ». DRAME ALGERIEN Notre espoi r et notre volonté (Suite de la première page. la répression, des atteintes à la dignité de l'homme engendré par cet· te guerre. Nous avons été, depuis les premiers jours, partisans de la paix, car nous savions que la guerre d'Algérie, guerre coloniale, dev!-it nécessairement engendrer la hame ra · ciste, le mépris de l'homme .. Le climat d'insécurité devait servir de révélateur aux plus bas sentiments. Ce n'est pas i~punément ~ue pendant des décenmes, le colomsateur a traité le colonisé de cc raton ", de « melon ", de « bicot ". L'Algérien était ravalé au rang de soushomme, souvent « chosifie " même. C'est ainsi que nous avons dù constater que les moyens de lutte employés au cours de ce~te gue!re portaient la marque de 1 excluSlOn dans laquelle on tenait l'adversaire du reste de l'humanité. Je me rappelle avoir lu en 1955, à Constantine, dans un journal local, une phrase singulièrement r,évélatrice du racisme exacerbé des ultras d'Algérie. l' s'agissait du compte rendu d'une opération de police dans la région de Kroubs. Les forces de l'ordre étaient accompagnées de chiens policiers. Le journaliste a pu impunément écrire que le bilan de l'opération comportait « deux chiens policiers décédés et quatre rebelles abattus ". Depuis 1955 les clJ.oses se sont ag· gravées, de la torture généralisée aux camps de concentration, aux exécutions sommaires, aux disparitions de personnes. Mais voici venir l'heure de l'apal' sement. Il nous appartient à nous, antiracistes conséquents, de faire tout ce qui dépend. de nous pour qUA les derniers obstacles soient surmontés très rapidement. Que le peuple donc fasse entendre sa grande voix pour que notre pays retrouve son vrai visage, perde le masque qui défigure la terre des Droits de l'Homme. Que peuJ)le de France et peuple d'Algérie, enfin rèconciliés, mettent un terme au conflit. Que l'Algérien soit désormais regardé à hauteur d'homme, sans mépris et sans condescendance. M. M. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 15, Fg Montmartre - Paris (9') Tél. : PRO. 82-78 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. Aoonnement de soutien : 15 NF. ~1 Journol composé et imprime ~ par des ouvriers syndiqués S_p .E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCHI. - • Le colloque de Royaumont L'Association pour la Sauvegarde des Libertés Individuelles, que préside M. if' bâtonnier René William Thorp, organisait le 30 juin dernier, un colloque, dans l'antique abbaye de Royaumont, avec, pour ordre du jour : les rapports entre pouvoirs civil et militaire, les conditions juridiques de l'autodétermination de l'Algé· rie, et les garanties de libertés individuelles. Parmi les nombreuses personnalités politiques, syndicales, de la Magistrature, du Barreau, des Lettres et des Arts, qui OhC participé à ces assises, l'on remarquait notamment MM. Defferre, Mendès France, Pierre Cot, F. Mitterand, W. L'HuU lier, Daniel Mayer, Fonlupt-Esperaber, Hernu, Paul Teitgen, M'· Maurice Garçon, Matarasso, Borker, le préSident Léon Lyon-Caen, le R.P. Riquet, des dirigeants de la C.G.T. et de la C.F_T.C. A l'issue de trois journées de débats, les participants au colloque ont adoptés à l'unanimité trois résolutions, dont la plus importante est celle qui concerne les garanties de l'autodétermination de l'Algérie. Entre autres, cette résolution demande un statut conventionnel des forces combattantes, le cessez-le-feu n'étant pas une reddition ; la mise en place d'organes mixtes de contrôle ; l'abrogation de la législation d'exception, la libération de tous les prisonniers capturés au cours des combats, ou internés pour faits en relation avec la guerre ; le rétablissement et l'exercice normal des libertés publiques et individuelles (liberté de presse, de réunions, libertés syndicales, d'association, etc ... ). Elle demande également que les dispositions organisant le choix final par le peuple algérien de son destin soient dé battues et fixées en commun, et que le scrutin soit contrôlé par des mandataires des groupements préconisant une répons:déterminée aux questions posées. Dans une seconde motion, le colloque réaffirme son opposition à d'éventuels détournements de la mission de l'armée. Enfin un troisième texte adopté en conclusion du débat sur le rapport de M. Rolland, concerne les libertés individuelles. Dans ses conclusions le bâtonnier Thorp devait souligner que le but de ce collo· que avait été « d'affirmer la suprématie sur le pOUVOir militaire du pouvoir civil, mais aussi les limitations de celui-ci dans le domaine des libertés publiques ». S'ajoutant aux prises de position des divers syndicats, de l'U.N.E.F., de 53 organisations de jeunesse et des multiples manifestations du 28 juin, le colloque de Royaumont témoigne de la volonté de l'immense majorité des Français de voir aboutir une solution négociée du drame algérien. ANTISEM ITISM E • Un ci metière profané en Alsace Des actes de vandalisme ont été commis vers la fin juin dans le cimetière juif de Thann, dans le Bas-Rhin. Selon les méthodes souvent pratiquées par les nazis, de nombreuses pierres tombales ont été renversées ou détériorées. Les dégâts sont estimés à un million. On devine l'émotion provoquée par de telles profanations dans cette région de l'Alsace. Pour y répondre, les autorités ont eu recours à un moyen devenu classique en pareil cas. Selon le journal « L'Alsace », du 30 juin, « les premiers éléments de l'enquête ouverte ... permettent dès maintenant de dire que les destructions commises ne doivent pas être considérées comme des actes d'antisémitisme. Il a en effet été établi que les auteurs de ces dépradations ne sont outres que des enfants âgp.s P ASSE-T -IL ? d'une dizaine d'années, qui jouaient dons le cimetière ». Assez contradictoirement, ce journal ajoute d'ailleurs que « l'enquête continue ». Qui pense-t-on tromper ainsi ? Nos amis de Mulhouse se sont rendus sur les lieux, et ils nous écrivent que pour être les auteurs de tels actes, il faudrait que les q' enfants de dix ons » en question « soient de vrais petits hercules » . Des affirmations aussi invraisemblables que celles de « L'Alsace » ne peuvent qu'acceNtuer les sentiments d'inquiétude causés par ces agisse- · ments odieux, et favoriser l'impunité des vrais coupables. L'enquête ne devrait-elle pas s'orienter plutôt vers les groupes fascistes et racistes qui gardent la nostalgie de l'époque hitlérienne ? • Le retour de Coston ... Le sieur Henry Coston, ex-directeur de la « libre Parole » et qui, sous l'occupation, fut un des grands maîtres de la propagande antijuive, vient de publier un nouveau livre : « Le Retour des 200 familles ». On imagine aisément où il veut en venir, quand on soit que « Jeune Nation ", « Le Charivari » et quelques outres feuilles de haine lui consacrent une abondante publicité. De même que « Fraternité Françoise », de Poujade, qui consacre à ce triste individu une interview illustrée dons le pur style de « Je suis partout » . Pour fêter l'événement, Coston a orga· nisé une réception à laquelle on remarquait Henri Lebré, de « Rivarol », Maurice Bardèche, directeur de « Défense de l'Occident », Jean-André Foucher, rédacteur en chef de « Juvenal », Claude Jacquemart, rédacteur en chef du ft Charivari ID, Hubert Saint-Julien, de « Fraternité Française » et l'épouse de Pierre Sidos, directeur de « Jeune Nation », actuellement en fuite. Une belle brochette de racistes. Et que les pouvoirs publics ne semblent pas vouloi; décourager. •... de Céline ... Louis-Ferdinand Céline, décidément très en forme, vient d'éditer un nouveau livre sur son .expérience de collabo en fuite à Sigmaringen, et publie dons « Paris Presse » du 8 juin, un artIcle intitulé ft L'art de se sauver ». Il explique que s'il s'était « sauvé le moment venu à l'endroit qu'il faut », il serait maintenant « héros de Résistance" Que chez ce triste individu l'ignominie se double de lâcheté, on le savait déjà. Mois qu'il se permette d'assimiler la Résis· tance à une fuite, voilà qui est proprement intolérable. •... et autres Un de nos omis bordelais nous signol~ qu'il a eu la surprise l'outre soir, en 'ouvrant son poste de télévision, de voir apparaître sur l'écran l'homme qui l'avait dé· noncé comme juif, et fait arrêter sous l'occupation. Ce triste personnage, Willy de Spens, présentait une émission sur Balzac. Il s'occupait ou temps de Vichy de 10 recherche des francs-maçons et des juif:; dons le déportement des Hautes-Pyrénées, ce qui lui valu d'être condamné lourdement en 1945. Notre ami, indigné, a écrit à la Direction de la R.T.F., qui lui a promis ... de ne plus recommencer. ••• Un ami nous signale une éinission du 10 juin, à la télévision, où Jacques Meyran a raconté une ... histoire juive " du plus mouvais goût. Ne pourrait-on pas en finir, sur les ondes officielles (et dons certains cabarets) avec ce genre de « plaisanteries » si lourdes... de mouvais sou .. venirs ? GUERRE FROIDE • Une étrange initiative Au début de cette année, M. Nahum Goldmann, président du « Congrès Juil Mondial » et dirigeant de diverses associations juives des Etats-Unis, s'est signalé par son zèle à dédouaner le gouvernement de Bonn, qui cependant porte une responsabilité évidente dans Ja' renaissance de l'antisémitisme et du nazisme. Alors que la vague de croix gammées. partie de Dusseldorf, déferlait sur l'Europe et l'Amérique, alors que d'autres dirigeants du « Congrès Juif Mondial )l, comme le député anglais Easterman, exigeaient d'Adenauer de véritables mesures de dénazification, M. Goldmann, n'hésitant à cautionner la tragi-comédie imagt née par le vieux chancelier pour donner le change, se rendait avec lui au camp de Bergen-Belsen. Et là, il se recueillait devant les cendres des martyrs juifs, aux côtés d'un homme dont le principal ad· joint, comme ministre d'Etat, est Hans Globke, ancien commentateur officiel des lois raciales nazies, et qui comptait encore, dans son gouvernement, Oberléinder, au passé déjà dévoilé. Aujourd'hui, M. Nahum Goldmann annonce qu'il organise une conférence internationale sur « le sort des Juifs en Union Soviétique )l. Il a fait appel, pour patronner son initiative, à diverses personnalités. Mais dans une interview au « Monde », il a (Suite page 11) • • Tous les bulletins paroIssiaux ne cultivent pas le ' chiendent' Dans notre numéro de mai, Jules Isaac protestait à juste titre contre une présentation de la Passion du Christ, tirée d'un « fonds commun » de Bulletin paroissiaux, qlÛ - contrairement aux directives mêmes de l'Eglise catholikue romaine - perPétue auprès de ses lecteurs les « détestables habitudes d'esprit, de COEllr, de langage» dont se nourrit l'antisémitisme. « Ce chiendent repousse t01ljours ». disait en terminant Jules Isaac. M. l'abbé Pihan nous communique un extrait d'lm autre bulletin paroissial. Nos clochers, journal des paroisses du doyenné d'Hautmont (Bassin de la Sambre) numéro demaiI960.Cetarticle.qlûest « l.édito»mensuel ... et truculent d'un certain « Père barbu ~, ne rend pas tout à fait le même ... son de cloche Que cellli Que Jules Isaac dénonçait fort justement_ Le voici, il nous a semblé équitable de le mettre dans l'autre plateau de la balance, en souhaitant qu'il ne soit pas seul de son espèce. afin de compenser le poids des quintmfx de chiendent qn'on récolte encore trop ici et là. NE CONFONDONS PAS LES ENFANTS DU BON DIEU ,.r ~ AVEC LES CANARDS SAUVAGES. L'autre soir, un journal qui était affiché à un kiosque portait en grosse man-' chette : Violentes manifestations contre les Juifs en Allemagne. Je m'étais arrêté pour lire cette nouvelle étonnante, quand une dame odorante et bien habillée s'écria sûrement pour me faire plaisir : - Ça va leur faire les pieds! En deux phrases et demie j'ai fait comprendre à cette aimable personne que même si les manifestations faisaient les pieds aux Juifs, ça ne ferait sûrement pas une belle jé!mbe aux manifestants. Mais la dame s'exclama, au comble de la stupeur : - Allons bon! Voilà les curés qui se mettent à défendre les Juifs. J'ai dû rappeler à la dame que les curés étaient chrétiens et; que le devoir des chrétiens était d'aimer tous les hommes. - Alors, je me ferai bouddhiste! a-telle glapi. Après quoi nous nous sommes salués fort poliment. non sans que j'aie clos le débat par ces mots : Ça ne m'empêchera pas de prier pour vous, Madame, et de prier pour vous un T uif, qui s'appelle Jésus-Christ. Un petit gars qui portait un béret basque m'a rejoint en trois enjambées. - Bien tapé, M'sieur le Curé! Cette espèce de petite bourgeoise qui se croit revenue au temps de Hitler. Moi, je suis un ouvrier : j'aime tous les hommes. Il me sèrra la main avec effusion. Mais soudain pris d'un remords, il ajouta en avalant péniblement sa salive : - J'aime tous les hommes... sauf les bicots. Sauf les bicots! Ça flanquait tout par terre ... A lui aussi j'en ai dit pour deux sous lourds! Quand on pense que le Seigneur nous aime tous! Et à la folie! Après tout, c'est peut-être parce (Ju'il nous connaît bien, jusqu'au fond de l'âme. Si nous essayions de comprendre aussi un peu les autres, nous les aimerions sûrement sans trop de peine. Ce que ça serait épatant! LE PERE BARBU. LA JOURNËE NATIONALE Le Président Léon LYON .. CAEN •• « Un péril en chaîne » Ouvrant la Journée Nationale, M. Léon LYON-CAEN, premier président de la Cour de Cassation, président du M.R. A.P., soulig;ne que ces assises expriment « la volonté commune de tous les citoyens lioucieux d'affirmer leur ferme opposition à la persistance du racisme et leur attachement indéfectible à la défense des Droits de l'Homme, au respect de la dignité de la personne ». Il remercie la direction de rU.N.E.S. C.O. d'avoir ouvert à cette assemblée les portes de SOIl! palais; le peintre Edouard Pignon, « qui a bien voulu mettre son talent au service de notre cause par son affiche-illnstration pleine d'une symbolique et harmonieuse grandeur », et aussi tous ceux qui, par leurs messages ou leur présence « ont répondu, si nombreux, a nos convocations, venus de tous les horizons culturels, sociaux, politiques, phi. losophiques, montrant ainsi quelle sympathie rencontre à travers la France et le monde, l'idéal élevé pour lequel le M.RA.P., en dehors et au-dessus de toute allégeance politique, ne cesse de lutter ». « Dois-je souligner, poursuit-il, que cette réunion, en face des événements présents ou récents, prend Un sens d'ac· tualité ? Elle vient, en vérité, à son heure. « Car le racisme continue, dans de nombreux pays, à, faire des ravages. Favorisées par les carences "de la répression, par les lacunes de la législation, encouragées par l'indifférence; quand ee n'est pas par le concours des gouvernements, les nouvelles manifestations racistes ont réPandu et continuent à répandre unt! légitime inquiétude dans la conscience nationale et internationale... » « Le combat contre le racisme que nons soutenons, dit-il encore, nous le menons et devons le mener, sous peine de lui enlever toute portée, avec une impartiale objectivité, quelles qu'en soient les formes, quels qu'en soient les auteurs et le.~ victimes, quel que soit le pays et quel que soit le régime pQlitique de l'Etat où il sévit. « Certes, ce combat est dur ,souvent ingrat ; mais il n'a jamais été aussi urgent et indispensable et aussi efficace. de l'importance que revêt notre action au regard de l'opinion. « Avec le sentiment que la victoire n'est pas remportée, mais exige de nouveaux efforts, avec l'ardeur qui n'est pas et ne doit pas être celle de partisans obnUbilés par la passiOn politique, mais celle! d'hommes libres attachées avant tout a. la fraternité, poursuivons la lutte. « Car la menaCe subsiste. Le péril est toujours présent. Et il s'agit, vous le savez, d'un péril en chaîne. Clar l'antisemitisme, c'est le r.owisme, le racisme c'est le fascisme, c'est le nazisme, et nous connaissons la pente fatale qui conduit des ségrégations et discriminations à la perte de nos libertés, des persécutions individuelles aux exterminations collectives. Il Et il conclut : (( Demeurons donc vigilants. Dans un monde plein, hélas ! de discordes renaissantes, qui menacent de raviver la guerre froide, un instant assoupie, et de compromettre l'espoir entrevu de la détente, dans Un monde où les liberté qui ennoblissent l'homme sont chaque jour bafouées, restons fidèles aux idéaux pour lesquels, ne l'oublions .jamais, des millions d'hommes ont dû mourir, et qui sont devenus, depuis onze ans, la Charte de notre Mouvement. » 3 S'UNIR POUR AGIR f N quoi cette Journée Nationale - la douzième""':' se différencie-t-elle des précédentes? En ceci, d'abord, qu'ayant eu lieu en 1960, et notre combat n'étant pas mené en vase clos, elle a reflété les grandes transformations que subit aujourd'hui le monde et, avec lui, l'esprit des hommes. Ce qui caractérise notre temps, c'est l'écroulement du régime colonial. Les peuples maintem~s jt~qu'à présent, par ÙL fo.rce, dims une situation d'infériorité physique et morale, accèdent un à un à l'égalité, et l'on découvre tm~t à cm~p qu'ils sont aptes à se diriger eux-mêmes, qu'ils possèdent de riches c'ivilisations et, pour certains, q1~'ils existent. Et puis, d'une façon générale, après l'exPérience horrible de la dernière gtterre, l'idée de la détente a mûri, s'est emparée de tous les peuples, qui aspirent à se connaître, à coopérer, et prennent conscience du rôle qu'ils peuvent jouer pour imposer la paix. Le racisme désarme-toit pour autant? Certes non. Si son champ d'action se rétrécit, il n'en devient que plus agressif. Il conserve quelques foyers purulents tels l'Union Sud-Africaine, le sud des Etats-Unis, l'Allemagne de l'Ouest - où, SottS la forme de l'antisémitisme néo-nazi, il est l'auxiliaire d'une politique revancharde et belliciste -, et aussi cette Algérie douloureuse, où la haine raciale est inséparable des origines de la guerre comme des méthodes employées pottr la poursuivre. La Journée Nationale a pris à bras le corps tous ces problèmes, en fonction desqttels elle a situé les tâches présentes des antiracistes. Ces tâches, on pent les résumer ainsi : potwchasser et combattre farouchement, impitoyablement totltes les sttrvivances du racisme, mettre hors d'état de nuire ceux qt~i s'accrochent encore à .ces moeurs criminelles et périmées; d'autre part, aider l'opinion publique à se mettre au diapason des grandes transformations du monde, en exaltant la tolérance. la fraternité humaine, en détrtûsant par tous les 1I:'tOyens possibles les préjugés, les ignorances souvent séculaires qui divisent les peuples ou les hommes. l A 12' Journée Nationale marque également un progrès sur les précédentes en ce qu'elle a examiné plus concrètement les mesures à prendre pot~r renforcer notre action, étendre notre influence. La résolution finale adoptée (reproduite en page 8), qui reprend. la sttbstance des exposés et des interventions, tous liés à l'actualité, définit clairem?nt les axes princiPaux de notre ëombat futur, fourmille de sug.qestions précises. Tous nos militants et amis devraient éhtdier et méditer ce programme, cette charte d'action. Car elle embrasse tous les aspects de notre travail. Pas de d01tte : sa mise en oeuvre, à laquelle il appartient à notre Mouvement tout entier de veiller, sera qarante de sltccès nouvea1~X, de nouveaux progrès pour la cause profondément humaine q1te n01tS défendons. JOUTONS que la 12' Journée Nationale - et cela contribue aussi à lui conférer sa marque particulière - témoigne avec un éclat sans précédent des immenses possibilités qui s'offrent à nous, dans la mesure, précisément où notre combat se situe au coeur de la réalité, répond aux préoccupations comme aux traditions généreuses de notre peuple. Jamais probablement à nos manifestations, et sur aucttne autre tribune en France, depuis longtemps, on n'avait vu un éventail aussi largement ouvert de personnalttés, chacune apportant sa compétence dans un domaine différent chacune représentant un courant différent de la vie politique, sociale et intellectu;lle. Dans la salle aussi, gra~de était la ~iversité des pa.rticipan;ts, tant par leurs origines que par leurs concept'tOns. Et ce n est pas le motndre reconfort que la présence parmi eux de nombreux jeunes qui, à la s1ûte des événements récents, sont venus rejoindre nos rangs. 4 Une grande journée donc, et qui ouvre à notre Mouvement à l'action antiraciste nouvelles et vastes perspectives. Une iournée de lutte et d'espoir. ' A. L. Le Conseiller Robert A TTU L y « faire mieux « Certes la voie où nous cheminons est parfois obscurcie de nuages, qu'amoncellent l'ignorance, la bêtise, la mauvaise foi, d'anachroniques préjugés, des prétextes d'ordre politique ou économique. Mais ne nous décourageons pas devant les difficultés rencontrées ; car elles témoignent Au cours de la séance du matin, le Président LlIarz,.Caen prononçant son discours et le conseiller Attuly, qui préside. encore» LE BÂTONNiER SALA •• "lIlaul QUe soient anoDtées les loiS antiracistes du RI.R.A.P. " « Malgré tant d'horreur dont ont souffert tant d'hommes en raison de leur race ou de leur confession religieuse, le racisme et l'antisémitisme poursuivent leur oeuvre infâme, génératrice d'iniquités, de souffrances, de larmes, de crimes inexpiables contre l'humanité », conscate tout d'abord le Bâtonnier Roger SALA. Et il lUdique: « Parmi les armes dont peuvent dispo. ser ceux qui entendent se dresser contre ces atteintes à la dignité humaine, la loi qui permettrait sans équivoque de frapper les racistes !.erait d'un précieux concours. » Or, dans ce domaine, le décret-loi Marchandeau, du 20 avril 1939, qui représentait « un timide effort », a donné des r ésultats d écevants . C'est ce qui explique, alors que « la gravité du problème s'est sensiblement aocrue », l'importance qu'aurait l'adoption des nouveaux textes élaborés par le M.R.A.P. et déposés en avril 1959 à l'Assemblée Nationale. « Ces textes, souligne le Bâtonnier Sala, approuvés par de très nombreux membres du monde judiciaire, de l'Assemblée Nationale, du Sénat, ont été soumis à. la Commission qualifiée, qui a nommé un rapporteur. « Le 7 novembre 1959, le gouvernement, à la faveur de l'actuelle Constitution, qui lui permet de limiter à son gré l'action Aidez--nous t D ANS le courant de l'après-midi, à. la J ournée Nationale,. notre ami Charles HUTMAN a lancé ttn Vibrant appel aw\; parhnpants, en faveur du soutien financier indispensable à notre action. Il souligna en particulier l'effort matériel qne représente l'organisation et la temte d'une telle manifestation : location de salles, édition et collage des affiches, déplacements, lettres, etc ... Et il demanda à chacun d'appo'rter sa contribution. Cet appel a été entendu: 82.799 francs ont été recueillis. Mais il va sans dire que cette somme est loin, fort loin de couvrir les frais de la Journée N ationale. . Il y a eu ensuite le magnifique meeting. du Cirque d'Hiv~r. Et 1,l y a l'action quotidienne du M.R.A.P. Il y a notre Journal. Il y a enftn ce nouveau local, qui nous est nécessaire, et qu'il faudra bien, ttn four prochain acquéri'r enfin. . '" C'est pourquoi, avant de parttr e~ vacances, chaque an~tract~te devrat.t se demander : « Ai-je fait tout ce que le peux, tout ce que Je dOlS pOUl" aider le M.R.A.P.? » Et en prenan-t ou diffusant les Bons de soutien, les cartes d'amis verser son obole aussi généreuse que possible. L~ M.R.A.P. ne peut compter pour exister et agir, que sur la générosité des citoyens les plus conscients de son utilité, de son efficacité. C'est-à-dire, amis qui nous lisez, sur V01~! . du Parlement, a rédigé un projet de loi qui peut constituer aux regards de cectains comme une manoeuvre destinée à retarder indéfiniment l'adoption des textes présentés par le M.R.A.P. Tout en reconnaissant, en effet, la nécessité de créer une législation antiraciste efficace. le gouvernement suggère que les Pays membres de la Communauté délèguent leurs pouvoirs en cette matière au Sénat de cette Communauté, aux fins d'adopter un texte valable pour l'ensemble de celle-ci. « Sans doute une telle procédure, si elle s'inspire d'une certaine sincérité de la part de ceux qui la suggèrent, donnerait aux textes une autorité d'autant plus forte que le rayon d'action serait plus vaste et s'accommoderait mal d'applications différentes. « Mais le souffle de liberté qui balaye actuellement le monde fait que les projets des hésitants risque de devenir caducs à peine nés... Aussi bien, le Sénat de la Communauté, auquel On a pensé avoir recours, n'existera pratiquement plus, une fois qu'il aura adopté les accords récemment passés entre la France et les territoires de la Communauté désormais indépendants. « Si la suggestion gouvernementale n'était qu'un vain prétexte pour dresser un obstacle à la rapide discussion des propositions de loi déposées par le M.R. A.P., il est nécessaire que dcs démarches, des interventions incessantes soient poursuivies auprès des pouvoirs publics, du département de la justice, des parlementaires, pour déceler et mettre en lumière une attitude nuisible à l'intérêt des institutions républiéaines, dangereuse pour l'unité et la sécurité de la nation. » (( Le moment est venu pour tous les citoyens, conclut-il, d'aider à l'oeuvre entreprise. » La tenue de la Journée Nationale suggère à M. Robert Attuly, conseiller honoraire â la Cour de Cassation, qui préside la séance du matin, les observations que void: « La Journée Nationale organisée par le M.R.A.P. a pour objet de rappeler solennellement chacun à la vigilance, de rap· peler les dangers et les menaces qui se précisent à l'horizon, et les devoirs qui s'imposent. « IrJaut d'abord dresser sans relâche, contre l'antisémitisme, le racisme, l'action disciplinée et résolue des citoyens épris de liberté et fidèles à l'idéal démocratique. « Le M.R.A.P. en a démontré l'efficacité au 'cours de la présente année. Nous de· vons maintenir et amplifier cette action. « Mais à l'abri du combat, une oeuvre plus haute et plus noble doit solliciter notre attention et nos efforts. Il s'agit de favoriser par le livre, le film, la discus· sion, une meilleure compréhension entre les hommes et les peuples de races différentes, la tolérance, et même l'amitié. Le M.R.A.P. n'a point faiili non plus à cette partie de la tâche qu'il s'impose. Le bril. lant palmarès des ouvrages récompensés depuis quatre ans par le Prix de la Fraternité, créé par nous en porte témoignage

de même les représentations cinématographiques

révélant les crimes de l'antisémitisme et du racisme, qui ont obtenu un succès considérable. « Ceux qui y ont assisté ont été parti culièrement sensibles à la présence dans l'assistance d'une nombreuse jeunesse, {( Cette jeunesse, il faut lui enseigner ou fortifier en elle l'amour des hommes de toutes races, l'aider à interpréter avec une intelligente bienveillance les 'différences de civilisation, de morale, de pensée ; l'aider à découvrir à travers son appa. rente diversité, la profonde unité de l'esp èce humaine. A cet égard, le Colloque des Enseignants et Educateurs sur le racisme, qui s'est tenu au mois de février à la Sorbonne, est une initiative particu: lièrement heureuse. « Telle est, sommairement résumée l'oeuvre que notre M.R.A.P. est fier d'avoi~ accompli, à laquelle il nous demande de rester fidèles, qu'il nous demande de développer, d'enrichir, et, pour mieux dire

de dépasser. »

I , 1 l , I l 1 ' [, l , I , 4 Les personnalités Les personnalités suivantes, par leur présence ou par leurs messages de sympathie se sont associées à la Journée Nationale : MM. Léon LYON-CAEN, Premier Président honoraire de la Cour de Cassatio'l, Président du M.R.A.P. ; Le Général CATROUX, Grand Chancelier de la Légion d'Honneur André MAUROIS, Jean ROSTAND, de l'Acodémie Française; Le Professeur Jacques HADAMARD, Membre de l'Institut ; Le recteur SARRAILH ; L'Amiral MUSELlER, ancien Chef des Forces Françoises Navales Libres; Robert ATTULY, Conseiller honoraire de la Cour de Cassation; Jacques FONLUPT-ESPERABER, Canseiller d'Etat honoraire, ancien député Paul GRUNEBAUM-BALLIN, Conseiller d'Etat honoraire, président de la Sociélé des Amis de l'Abbé Grégoire; Jean CASSOU, Directeur du Musée National d'Art Moderne ; Vittorino VERONESE, Directeur Général de l'U .N.E.S.C.O. ; Henri LAUGIER, ancien Secrétaire général-adjoint aux Nations Unies. PERSONNALITES POLITIQUES M.Vincent AURIOL, ancien président de la République ; MM. ,PAUL-BONCOUR, Pierre MENDES-FRANCE, anciens présidents du ConSEil

MM. Robert BURON, ministre des Travaux Publics; Claudius PETIT, ancien ministre, vice-président de l'Assemblée Nationale ; Mme Gilberte BROSSOLETTE, MM. AUJOULAT, Diomède CATROUX, Hammadoun DICKO, Jules JULIEN, Fernand GRENIER, François de MENTHON, André MONTEIL, Marius MOUTET, André PHILIP, Jean PIERRE-BLOCH, anciens ministléS

MM. Robert Bf.LLANGER, Pierre CARO.US, André CHANDERNAGOR, René

OMASINI, Emmanuel VERY, députés;

Mme Irma RAPPU,ZI, MM. André ARMENGAUD, Emile CLAPAREDE, Waldeck L'HUILLlER, Gabriel MONTPIED, Jean PERI DIER, sénateurs; MC Henry TORRES, M. PATIENT, anciens sénateurs; M. l'Amiral MOULLEC, ancien Conseiller de l'Union Française; M. HOVNANIAN, ancien député; M. le général TUBERT, ancien député-maire d'Alger; Me AUBURTIN, membre et ancien vice-président du Conseil municipal de Paris; M. Auguste GILLOT, maire de Saint-Denis, ancien membre du Conseil Nationcl de la Résistance . PERSONNALITES UNIVERSITAIRES M. Louis ROUSSELLE, membre du Bureau de la Ligue de l'Enseignement ; MM. AUBEL, Roger BASTIDE, CHAUCHARD, Marcel COHEN, Jean DRESCH, Charles EISENMANN, ETIEMBLE, Mme GRATIOT-ALPHANDERY, MM. V. JANKELEVITCH, Alfred IKASTLER, A. LACASSAGNE, Mlle Jeanne LEVY, MM. Henri LEVY-BRUHL, Ph. L'HERITIER, Louis MASSIGNON, A. PIATIER, Roger PINTO, Marcel PRENANT, professeurs à la Sorbonne; MM. Marc-André BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen ; Léo HAMON, professeur à la Faculté de Droit de Dijon ; Charles SADRON, professeur à la Faculté des Sciences de Strasbourg ; WERTHEIMER, professeur à la Faculté de Médecine de Lyon ;. M. Jacques CHAPELON, professeur honoraire à l'Ecole Polytechnique ; Mme Eugénie COTTON, directrice honoraire de l'Ecole Normale Supérieure ; MM. POZZO DI BORGO, inspecteur général de l'enseignement; POINDRON, directeur des Bibliothèques de France ; Albert DOLMAZON, inspecteur primaire; Adalphe ESPIARD, ancien inspecteur primaire; MM. Alfred METRAUX, de l'U.N .E.S.C.O. ; Henri MICHEL, secrétaire général du Comité d'Histoire de la deuxième guerre mondiale; Mlle Jacqueline MARCHAND, M. Emile TERSEN, professeurs agrégés de l'Université; Mlle Odette du PUYGAUDEAU, ethnologue. ECRIVAINS ET ARTISTES Mmes Marcelle AUCLAIR, Andrée CLAIR, Olga WORMSER MM. Edouard GLISSANT, Jean GUEHENNO, Armand LANOUX, Morvan LEBESQUE, Armand LUNEL, Albert MEMMI, Jacques NANTET, Georges NEVEUX, Pierre PARAF, André SPIRE, Gabriel TIMMORY, Maurice VAUSSARD, Jacques RABEMANANJARA, écrivains. Les cinéastes Jean ROUCH et Léonide MOGUY. L'acteur Bernard BLIER. Les peintres Edouard PIGNON et Jean LURÇAT. La pianiste Gisèle 'KUHN. REPRESENTANTS D'ASSOCIATIONS Mme Suzanne COLLETTE.KAHN, secrétaire générale de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme; M. Daniel MAYER, président de la ligue Française des Droits de l'Homme ; M. Georges WELLERS, vice-président de l'Union Nationale des Associations dr Déportés, Internés et Familles de Disparus ; Mmes de LI~KOWSKI, présidente de l'Association Nationale des Familles de Résistants et d'Otages morts pour la France; Mathilde GABRIEL-PERI, .présiden-e de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; AYLE, secrétaire générale du Réseau du Souvenir; Louise ALCAN, secrétaire de l'Amicale d'Auschwitz; le Docteur HAUTVAL, représentant l'Association des Déportées et 1 nternées de la Résistance ; MM. Manuel BRIDIER et Daniel VOGELHUT, représentant le Parti Socialiste Unifié; MmeYves FARGE, de la présidence du Mouvement de la Paix; Mme Germaine GUILLE, secrétaire de la Confédération Générale du Travail ; (Suite page 7) . LA JOURNËE NATIONALE ' Mme GRATIOT,ALPHANDERY L'enfant et Après avoir évoqué le Colloque tenu li la Sorbonne en février, à l'initiative de notre Mouvement, et qui a souligné le rôle de l'éducation et de l'enseignement dans l'action antiraciste, Mme Hélène Gratiot-Alphandery, ciirecteur-adjoint à l'Ecc1re des Hautes Etudes, examine les formes que prend le racisme chez l'enfant . « Les préjugés racistes ont-ils chez l'enfant la même structure que chez l'adulte et la même expression ? demande-t-elle. Il y a de multiples façons d'être raciste. Il y a de multiples étapes sur le chemin qui mène de la discrimination à la hiérarchie, de la hiérarchie au mépris, du mépris à l'hostilité, de l'hostilité à la violence. » Pour en juger, Mme Gratiot-Alphandéry, se réfère à trois enquêtes récentes. La première a été effectuée en 1949-50 en France, en milieu urbain, à Vienne. On a demandé à 546 écoliers de 12 i:. 18 ans de répondre à la question : « Aimeriez- vous avoir pour camarades des Allemands, des Américains, des Anglais, des Arméniens, des Belges, des Caroliens (on avait mis ici une nationalité qui n'existe pas), des Espagnols, des Grecs, des Indochinois, des Italiens, des Juifs, des Nègres, des Nord-Africains, des Polonais, des Russes, des Turcs ? » En totalisant les « oui » et les « non » recueillis pour toutes les nationalités proposées, on arrive à 34 % de « oui » et. 60 % de « non », c'est-àrdire deux fois plus de « non » que de « oui ». En 1953, une autre enquête, sur la base des mêmes questions, a été menée en milieu rural, parmi 500 enfants de 10 à 13 ans. Les résultats sont à peu près semblables. Enfin, en 1959, une enquête de même inspiration a été menée dans des écoles primaires d'Alger, portant sur 103 filles et 156 garçons de 11 à 16 ans, européen" et musulmans. Voici quelques-unes 'des observations faites : - En général, les élèves les plus jeunes se montrent plUS exclusifs que les autres

- Les garçons le sont plus que les filles, et les filles européennes le sont plus que leurs camarades musulmanes. Se défendant de vouloir tirer de ce5 enquêtes des conclusions hâtives, Mme Gratiot-Alphandéry termine en ces termes son exposé : « L'acceptation des stéréotypes et des discriminations par l'enfant n'est pas une fatalité, pas plus que je ne sais quelle agressivité innée, souvent invoquée pour justifier la violence. Et l'accession de l'enfant à une vie collective, à une vie de groupe, n'implique pas pour autant l'ac . cevtation d'une idéologie de groupe, d'une le raci•s me idéologie préfabriquée. L'enseignant doit être particulièrement conscient de cette situation. Le groupe est assurément pou" l'enfant le moyen de la découverte des autres, de tous les autres. Ce n'est pas une occasion d'isolement, d'hostilité, mats d'épanouissement. « C'est donc à ce niveau, très tôt, que doit se situer l'action préventive que nous préconisons. » Louis ROUSSELLE: Le salut fraternel de la Ligue de I/Enseignement M. Louis Rousselle, membre du Bureau de la Ligue Française de l'Enseignement. apporte à la Journée Nationale le sRIu' de cette grande organisation « de la Confé· dération Générale des OEuvres Laïque!', de ses 105 fédérations départementales, de ses trois millions d'adhérents », ainsi que de la Fédération Nationale des Francs et Franches Camarades, qu'il préside. « Dussions.-nous mériter, souligne-t-il, . le rire qu'appelle le souvenir de Monsieur Hamais, nous ne renions pas notre fidélité à ce qu'on a appelé les immortels principes de 1789 à la Déclaration des Droits de l'Homme, hors desquels il ne peut y avoir que segrégations de toutes sortes ... Notre attachement à ces pirncipes est la garantie de notre présence viooureuse et active à vos côtés, dans la lutte que vous poursuivez. » « Toutefois, poursuit-il" respectueux, profondément respectue,ux, en vertu justement de nos principes, de toutes les libres adhésions des hommes aux confessions philosophiques ou religieuses de leur choix, nous ne pouvons pas séparer de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme l'action incessante que nous menons pour 'la 'défense de l'indépendance de l 'Etat à l 'égard d'une église, quelle qu'elle soit, qui tenterait de s'immiscer dans les institutions nationales. Nous n'acceptons ni groupe social réprouvé, ni famille spirituelle privilégiée. « Pour nous, les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Nous n'avons pas à connaîtl'e leur couleur, nous n'avons pas à connaître leur nation, nous n'avons pas à connaître leur confession. Ce sont des hommes. Ils ont tous droit au même respect . Nous sommes prêts à nous battre de toutes les manières pour assurer ce respect... » Une vue de la salle Pierre PARAF •• « Pour tous les enfants du monde » Après avoir rendu hommage à l'écrivain René Maran, récemment décédé, qui avait assisté à nos précédentes assises, Pierre Paraf, souligne que « jamais notrp. famille n'a paru plUS large, plUS cohérente dans sa diversité qu'en cette 12' Journée Nationale ». Et il se félicite tout particulièrement de « cet éveil de la jeunesse, dont on pouvait craindre qu'elle ignorât tout de la tragé · die passée ». Examinant les moyens d'action antiraciste, il insiste sur l'effort d'éducation et d'information, que la presse et les publio cations du M.R.A.P. poursuivent avec efficacité. En homme de métier il témoigne de la constante ascension et des progrès de notre journal {( qui a bien mérité du M.R.A.P. ». ({ Et nous devons, ajoute-t-il, par notre concours matériel et moral, bien mériter du M .R.A.P. aussi, par une campagne accélérée d'abonnements et de vente au numéro ! Nous devons accentuer ce courant qui est plus que jamais favorable, permettre à « Droit et Liberté » de remplir de mieux en mieux son programme : ensei· gner la fraternité. )1 Analysant les f..utres formes de l'activité du M.R.A.P. dans le domaine de la culture, Pierre Paraf s'arrête ensuite sur le colloque des Enseignants et Educateurs, qui s'es t tenu en février à la Sorbonne, sur le Prix de la Fraternité, décerné' cette année à Jules Isaac, et sur « ce petit livre dense et pathétique 1) publié en supplément à « Droit et Liberté », sous le titre 1( Quelques aspects de l'action antiraciste )1. « La dernière des publications du M .R.A.P., poursuit-il, c'est un petit cahie" d'écolier. Un petit cahier d'écolier qui est certainement entre vos mains. Un humble cahier sur la couverture duquel un garçon lève les bras tandis qu'un SS braque contre lui sa mitraillette. 1( Les cahiers du petit David », du petit David Rubinowicz. « Le petit David, c'est une sorte de frère d'Anne Frank_ Après Anne Frank, qui est devenue, comme on dit, l'enfant chérie du monde, voici David. David, le fils du boulanger de Pologne. {( Il a 12 ans quand les blindés se ruent sur son pays, avalent son pays en trois semaines. Il a quatorze ans quand le train 'de la mort l'emporte. David est un petit paysan. Il note au jour le jour les offenses, les misères quotidiennes. « David, c'est un petit Juif au milieu de centaines de milliers de petits Juifs martyrs de ' ce drame. Un enfant parmi des millions d'enfants du monde. » Et l'orateur de s'écrier : « Si je termine, mes amis, par le cri de ce coeur d'enfant, è'est pour associer à notre pensée, en ce jour qui est lui de la Fête des Mères, pour associer à notre action tous les petits David de l 'univers : les noirs, les jaunes, ceux de l 'Afrique du Nord, ceux de la Chine, ceux de l 'Amérique et de l'Europe .- c'est pour voüs convier à faire autour d'eux la chaîne, & monter la garde autour de ceux que de pareils destins menaceraient . » 5 M. FONLUPT~ESPERABER . LA JOURNËE NATIONALE .! ({ La France n'accepte pas ces moeurs}) Waldeck L'DUILLIER : « L'action à laquelle nous sommes ici tous associés doit nous amener d'abord à penser aux obligations traditionnelles de notre propre pays », déclgre M. Jacques FO_NLU PT-ESPE RABE R, ancien député, Conseiller d'Etat... Nous avons appris il y a peu d'années, que la liberté devait à chaque jour se méritel/'", se conqt~ érir et se reconquér ir. N ous avons appris hélas! il y a déjà un certain temps, et nous apprenons chaque j attr davantage que le respect et la di. qnité de l'homme est pl1{s difficile encore peut-être à préserver que la liberté. (/( ... Alors que notre pays a retrouvé la liberté, et n'est plus so"s la domination de l'étranger, nous avons .qardé cependant certaines moeurs que l'étranger nous avait ense(qnées. Et si les populations noires, non sans un effort parfois dur, ont pu obtenir la reconnaissance ds leur personnalité, le respect de la part originale de leur c"lture, nous sommes bien forc és de no"s souvenir qu'une .querre cntelle, absurde, continue et qu'elle entraîne avec elle ce q1t' entraîne plus que tout autre guerre une gtterre civile : le méPris de l'homme, les traitements abusifs, les internements scandaleux. :) « Il m'est arrivé récemment, poursuitil, de rappeler l'e ffroyable régime des tortures, qlti 1t'a Pas disparll - qlwi qu'en ait dit M. Malran.r: - et qni n'a pas rencontré les sanctions qui étaient nécessaires pour que, tatÛ au moins, il soit affirmé que la France n'acceptait pas ces moeurs ... « Tous menacés, donc tous unis ~ « Il est · temps que nous disions très fortement au pouvoir, en acceptant les risques de cette affirmation, que, comptables comme lui du passé, de l'avenir et, plus encore, de l'honneur de ce pays, nous rappelqns que la France, en déclarant les Droits de l'Homme, n'a pas proclamé fes Droits des Français ou des Européens, mais le droit de tous les hommes, de toutes origitles, de toutes croyances et de toutes couleurs a être respectés dans leur dignité. » M . Waldeck L'Huillier, sénateur-maire de Gennevilliers, sOlÙignant l'indignation de tous les milieux sociaux contre la recrudescence du racisme et de l'antisémi· tisme, apporte l'adhésion sans réserve du Parti ~mmuniste Français à la lutte pour une meilleure entente entre tous les hommes et entre tous les peuples. « Permettez au maire de Gennevilliers, déclare·t-il, ville qui compte 8.000 Algé · riens sur 40.000 habitants, d'insister sur cet aspect du racisme : le racisme anti- De gauche à droite : MM. Waldeck L'Huillier, Jacques Fonlupt-Esperaber, Mme! Gratio t~Alphanderll , M . Claude Domenach, le bâtonnier Sala. musulman, qu'ag{/Tave et qu'alimente la guerre d'Algérie et qui creuse entre la France et toute l'Afrique du Nord, un fossé redoutable ... cc NoUs avons relogé en 5 ans, 2.500 fa· milles dans des quartiers neufs qui font notre orgueil. En même temps nous avons relogé 250 familles algériennes, et aidé Ga relogement de plusieurs dizaines de céli· bataires musulmans. Nos écoles, nos colonies de vacances, notre assistance sociale abritent ou aident sans discriminations les enfants et les mères à la peau br01lZÛ ou cl la peau blanche ... Et j'ai le devofr de dire ici que si dans notre banlieue pa. risienne le fossé n'est pas creusé plus profond, c'est parce que ces persécuUs ont compris que l'immense majorité des habitants sont aussi des travailleurs, et que ceux·cf ne veulent pas contribuer 1t cet isolement, à cet « apartheid », sauvant ainsi l'honneur du pays, et préservant lei chances de demain. » L'orateur note ensuite que la renaissance de l'antisémitisme est étroitement dépendante de la renaissance du militarisme et du fascisme en Allemagne Occidentale. M. Hammadoun DICKO: « Menons 10US ensemble celle grande crOisade » . « Si des croix gammées sont cl nouveau dessinées, déclare-t-il, si les synagogues sont profanées, si les slogans hitlérien3 sont repris, c'est parce que les restes or· ganisés.s des S.S. n'ont pas trouvé devant eux lés organisations démocratiques, préa· lablement dissoutes... Les véritables responsables, ce sont ceux qui cachent la cartotMque du parti nazi, ceux qui ont introduit dans ~e gouvernement de Bon" « Ma présence ici est symbolique, et les Oberliinder et les Globke .. , Il je ve.,x apporter à ces débats une voix fra~ ernelle », déclore M. Hammadoun DICKO, ancien ministre. Et il apporte ce témoignage

« Chez moi, tout jeunes encore - je suis d'Afrique Occidentale - les enfants apprennent, dons la société secrète de leur âge, qui est la vraie école du village - pas l'école française, que j'ai fréquenté aussi - que lorsque Dieu créa les hommes, et qu'il fit aussi des noirs, la Mère des noirs eut trois enfants. Et elfe prépara au· tour d'elle quatre places. La quatrième "toit prévue pour l'étranger, et l'étranger était un blanc, assis ou même niveau, autour de la mère de famille, et jouissant des mêmes prérogatives que ses véritables en· fonts. Ainsi, vous le voyez, le racisme est inconnu en Afrique noire. « Mais hélas! poursuit-i l, ce venin, sorti de la tête de certains de vos penseurs, s'est infiltré chez nous, et même, sous forme de xénophobie, il pourroit se développer encore ... « Ce venin, il faut l'extirper. Et c'est de l' Europe que doit partir la croisade antiraciste puisque, pendant très longtemps, l'Europe, par sa technique, a dominé le mOI,de. Et ce qui risque de rester de l'an· cienne expansion coloniale, c'est le racisme. M. Emmanuel VERY « Une 'seule race humaine» M. Emmanuel Véry, député de la Mar· tinique, vice-président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, vient « réa,. l1.rmer publiquement sa solidarité avec J'action menée contre la doctrine la plus monstrueuse de l'humanité : le racisme ll. « Je veux vous faire un aveu, déclare-til

quand j'étais beaucoup plus jeune, je

n'ai jamais milité contre le racisme ... .J~ pensais que cette monstruosité allait dis· paraître d'elle·mème, qu'il n'était pas possible que l'on continue à faire du racismp une doctrine - et je n'étais sans doute pas le seul ... « Malheureusement, les f aits quotidiens dans le monde nous incitent à penser qu'il est tout ete m~me nécessaire de se réunir, de s'organiser pour se défendre et pour !atre que la justice et l 'égalité soient effectives pour tous les hommes. « C'est pourquoi je suis ici. Car il n'est 'pas possible d'accepter que s'établisse un partage des hommes fondé sur la race à l 'intérieur m~me des pays, qu'ici il en résulte la segrégation comme en Amériqu~ , ai lleurs l'apartheid, comme en Afrique du Sud, pour en arriver au génocide, à l'ex· .termtnatton ete groupes entiers d'êtres hu· mains. Nous sommes réunis pour nou~ dresser contre tout cela ! II M. Very cite ensuite cette anecdote d 'un Juif célèbre, qui, ayant à répondre à un interrogatoire, lorsqu'on lui demanda à quelle race il appartenait, répondit : « à la race humaine ll. « Il faudrait, conclut-il, que cette notion soi t vulgarisée, que nous soyons une seu· le race humaine. Je crois que le jour où 'il y aura un véritable sentiment de fra. ternité universelle, il aura été fait beau· coup pour la paix ll. .. Cette croisade doit venir du peuple. Faisons-là tous ensemble. Cela est possible, à notre avis, puisque nous voyons dans cette salle des hommes venus de tous les harixons politiques, des hommes de toutes origines, se rencontrer et tenir le même langage ... ft Si de telles manifestations continuent à se tenir en Europe, ma conviction est qU'illles traversero~t la Méditerranée, et elle gagneront peut-être l'Algérie, et en tout ca! l'Afrique noire. « Man voeu est que cela se fasse le plus vite possible. C'est maintenant qu'il faut Iton seulement méditer, mais se lever, pour combattre ce grand mal qu'est le racisme. }) A la tribune, de gauche à droite : MM . Hammadoun Dicko et Emmanuel 'Véry . Mlle Odette du Puygaudeau, M' Georges Sarotte. Le professeur L'HERITIER •• « La science témoigne contre Ne pouvan:t assister à la Journée Nationale, M. Ph ilippe L'HERITIER, prOfesseur de génétique à la l:"aculté des Sciences de Paris avait adressé au M.R.A.P. une importa'n.te d~claration sur le pro~ plème: biologie et racisme. maines un rôle fondamental pour promouvoir le progl'ès technique, comme le progrèsm6ral. Dès lors, des circonstances favorables suffise nt sans doute à expliquer le décalage lans la. ma r che des groupes humains vers le progrès. Des (li.fférences génétiques int r insèques ont elles joué également un r ôle ? Cela n'est pas exclu, ma is n 'est pas non plus a émon tré, ct ne pourr,a sans doute ja. ma is l'être. prétendl'e baser sur des don. nées positives une croyance en la supériorité intrinsèque d'un quelconque des groupes humains va donc sans aucun doute la rgement au delà des faits biolo· giques et historiques. » En termina,nt, le professeur L'Héritle,' ,..mst a te que ~ors que des 'populaiions d'origine différ entes cohabitent sur un « Cette recrudescence de l 'antisémitisme, poursuit l'orateur, est extrêmement dangereuse, non seulement pour les israélites, mais aussi pour tous les démocrates. Le pàssé récent a montré que toute me· sure d'exception, de discrimination qui frappe d'abord les uns, s'étend bien vite à tous les autres ... Tout se passe comme si certains, en ~llemagne, mais aussi en France, voyaient dans l'internationale nazie reconstituée, une armée de réserve, qui pourrait être utilisée le moment venu... II Et il conclut : « Ces constatations simples et évidentes rendent indispensable l'union sans réserve de tous ceux que de pareils dangers menacent ... « Au contact de mes compagnons de la Résistance, qui étaient de toutes origines, de toutes croyances, de toutes opinions, j'ai appris la valeur de l'union et du com· bat en commun. Cette même union, cette lutte des m~mes contre les mêmes r este l'impératif d'aujourd'hui. Il le racI• sme» même terntoire géographique « sans mélange ou presque sans mélange », « elles se comportent non plus comme des sous· espèces, mais véritablement comme des espèces dist inctes ", ce qui est en contradiction avec les données biOlogiques. « Cela montl'e, conclut-il, qu'il est sans dou te tout à f a it utopique d'espérer que sera respect ée la justice sociale da ns tout système où deux ou plusieurs communautés entendent cohabiter a vec l'intention bien délibérée de r ester distinctes, c'est-à-dire de cc comporter comme des esp èces. Ce qui amène à condamner toute forme d' « apartheïsme », et il semble que toute lutte contre le racisme doive en fait envisager comme but ultime, la disparition des races en tant qu'entités biologiques distinctes. » « Ce qu'on a ppelle communement les races humaines, soulig,le-t-il, cor responrl à ce que les systématicicns désignent ac· tuellement par le terme de sous-espèces géographiques. L'existence d'une semblable variation géographique n'est en aucune manière une particularité exception. nelle de l'espèce humaine, elle est la r ègle commune pour toutes les espèces dont l'aire de r épartition est étendue par rapport aux possibilités de déplacement de l'individu. Il n 'est guère douteux que l'origine de tous les hommes actuels re· monte à un petit groupe unique et localisé, qui s'est répandu dans la suite sur toute la sur face 'h abitable de la planète. Durant ·les dizaines, ct problablement même des centaines ' de millénaires de préhistoire qui ont suivi cette extension, les diverses populations ont vécu en isolement plus ou moins complet et ont pu alors subir des évolutions divergentes les différenciant en autant de sous-espèces. De la même manière que dans le cas de n 'importe quel organisme, les sous. espèces de l'Homme diffèrent par UIt grand nombre de facteurs génétiques. » M. Georges WELLERS : PréCisant que ces dIfférences se présent ent soit « comme des adaptations au milieu local », soit comme « la consé· quence de circonstances historiques purement fortuites », le professeur L'Héritier pose ensuite la question: pourquoi l'évolution vers ce que nous appelons « l'état civilisé » s 'est-elle a morcée dans certains groupes il y a déjà très longtemps, alors que d 'autr es rest aient dans l'ét at primitif ? « Il est hors de doute, r épond-il, que l'orga.nisation sociale et les facteurs économiques jouent dans les sociétés hu- «Aucune hiérarchie raciale nf est valable» De la lettre que nous a adressé sur le même thème M . Georges Wellers, mat· tre de Recherches au C.N.R.S. et vice-président de l'U.N.A.D.I.F . (Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et leurs Familles) nous extrayons ces passages

« Dans notre monde « scientifiste ll, les élucubrations des anthropologistes d.u XVIIie et XIX' siècle sont prises par des toules comme des conquêtes définitives de II!! science. Or, la génétique moderne montre toute l'absurdité de la classification des êtres humains selon la couleur de leur peau, de leurs cheveux et de leurli yeux, la forme de leur crâne ou de leur nez. Elle montre que tes êtres humains sont héréditairement très peu dittérents les uns des autres et que les dittérences existantes sont des différences entre indi· vidus et nullement entre des groupes hu· mains. Du point de vue génétique, il y a autant de « races }) qu'il y a d'individus, parce qu'il n'existe pas deux individus héréditairement i dentiques, à la seule exception des jumeaux univitellins ... « S'il existe néanmoins des différences entre divers groupes humains, elles sont dues uniquement aux facteurs sociaux, aux différences d'éducation, de coutumes, de moeurs, de façons de vivre, c'est-à-dire aux facteurs faciles à modifier et à améliorer dans des délais relati.vement brefs et ne permettant aucune hiérarchie défini tive et f i gée ... « Si à l 'idée raciste des siècles passés ne s'était pas accolée la passion politique, la haine de son prochain, le besoin de f latter son amour-propre, bref, tout un ensemble de sentiments bas et honteux, i l y a longtemps que cette fausse i dée aurait été r ejetée sans ditticultés. » 6 Cloude DOMENACH Vice-Président de l'U.N.E.F. •• l. SCHAPIRA • • • « L'appui des étudiants » « Pourquoi le nazisme renaÎt-il ? » « L'U.N.E.F. vient ici apporter l'appui des étudiants à la recherche de la vérité contre le racisme et contre l'antisémi. tisme Il, déclare M. Claude DOMENACH, vice-président de cette grande organisation. « L'Union Nationale des Etudiants de France voudrait aussi apporter quel· ques éléments pour une étude de la posi. tion de la jeunesse face au racisme, pour la recherche d'une 'action commune con· tre le racisme. » Et il précise : « En tant qu'intellectuels, d'abord, nous Qonsidérons que le racisme est l'erreur nO l, l'erreur principale, l'erreur contre laquelle nous devons lutter. C'est en effet, pour nous, la négation de toutes les va. leurs sur lesquelles nous basons notre action. « Pour nous, ce problème est lié égale. ment à celui de la paix : le racisme est aussi une cause de la guerre. Le racisme, nous le voyons surtout actuellement, à eause de, l'Algérie. « Enfin, se pose à nous le problème de l'amitié, l'amitié basée sur un respect mutuel, l'amitié que nous voudriOlls voir régner entre tous les étudiants » . « Selon ces trois axes de recherche, ajoute-t-ll, nous voulons travailler à in· former : informer les étudiants sur les méfaits du racisme, sur tout ce qu'il engendre, c'est aussi les former. » Il évoque particulièrement la question des chambres que souvent les logeurs refusent aux étudiants de couleur. « Nous luttons là çontre, déclare-t-il, nous essayons, mais nous n'avons que des moyens dérisoires, nous n'avons aucun moyen de coercition... » SUr un autre plan, « l'U.N.E.F. lance en Ce moment une enquête, avec l'aide de l'Institut Français_ de l'Opinion Publio que, sur les motivations qui peuvent amener une position raciste chez un étudiant, afin de mieux être à même de s'y opposer. » Et il souligne ce qu'il y a de négatif dans le racisme, « attitude qui est faite d'ignorance, du refus d'entrer en con. tact Il, qui est « une espèce de ségrégation inconsciente ». « Nous avons Un travail très sérieux, très important à faire, poursuit-il. Il faut arriver à ce que nous ayons une véritable amitié, une véritable coopération avec les étudiants de tous les pays ... .J'espère que nous aurons l'occasion de collaborer, sous l'égide du M.R.A.P. ou sous une quelconque égide, pour faire une étude très sérieuse, très poussée de ces problèmes. L'U.N.E.F. est prête à apporter touto son aide. Il M' Jean SChapita, ancien secrétaire général des Mouvements Unifiés de la Ré· sistance, et qui fut l'un des observateurs du C.N.R. au procès international de Nuremberg, examine les causes et les conséquences de lfl renaissance du nazisme, ?'~ les tâches qui en résultent pour nous. Rappelant que la vague de croix gam mées est partie de Cologne dans la nuit Un lycéen parle ... Porte-parOle du « Comité antiraciste et antifasciste » du Lycée Buffon, l'étudiant Philippe Laubreaux annonce que ce comité a cherché à savoir par une enquête, encore sommaire, mais pourtant instructive, dans quelle mesure et sous quelles formes le racisme pouvait, influencer la jeunesse. Il signale trois aspects de ce mal : la forme spectaCUlaire, {( les excités qw crient très forts mais ne sont pas très nombreux » ; la forme insidieuse, entretenue par certains journaux, par des li- Des de • Jeunes toutes tendances Il Des jeunes , de toutes tendances ont toujours partiéipé aux Journées Nationales organisées par le M.R.A.P. Leur désir était de s'unir, de s'organiser pour défendre la cause antiraciste. Aujourd'hui c'est chose faite. Les fondations sont p0.sées, et il faut affermir l'édifice ... » C'est en ces termes que Mlle' Hélène Apeloig présente le Club Amitié, dont elle rappelle les nombreuses et riches acti vités. Parlant des différentes influences néfastes que subit la jeunesse, elle évoque notamment le drame algérien. lIOn cher· che, dit-elle, la justification de la guerre, des atteintes à la dignité humaine par la haine raciste de l'adversaire. Ce sont des jeunes que l'on envoie se battre ' et qui .sont ainsi exposés aux dangers du racis· me ». « Nous devons, nous voulons, conclutelle, apporter Il la jeunesse la connaissance des méfaits du racisme dans le passé, la connaissance des diverses civilisations ..et de l'évolution histOrique du monde où -nous vivons ... » vres, des conversations, ce racisme insconscient mais tenace qui commence lorsqu'on dit : Il Ces gens-là ne sont pas comme nous... » ; et puis le chauvinisme, conception agressive du patriotisme, qui tend au mépris des autres peuples. (1 Il est toujours tentant, déclare-t-il, surtout pour un jeune qui ne réfléchit pas beaucoup, de se croire de la race ou du peuple qui doit dominer le monde ... Mais quand on sait ce qu'il est advenu de ces mythes, quand o~ a vu « Nuit et Brouillard », on comprend mieux, et l'on se pose la question : les responsables, ne se raient-ce pas ceux qui n'ont jamais tué personne ? Ceux qui par leur pensée, leurs écrits ont trahi l'humanité ? Il « Nous somines décidés à lutter affirme- t-il encore. Mais pour nous, l~s jeunes, les prOblèmes ne se posent pas de façon assez concrète. Vous ' avez connu les horreurs de la dernière guerre beaucoup d'entre vous ont connu les 'camps, les massacres, les tortures. Mais nous nous n'étions pas là. Et nous ne savon~ pas, car on nous a caché tout cela. Qui donc nous fera cette éducation ? Qui nous dira ce que 'VOUs avez souffert ? Qui nous en dira les causes ? Qui nous prémunira contre ces dangers qui nous guettent... » Et il conclut en disant sa confiance au M.R.A.P. : « Nous sommes vigilants, mais nous avons besoin de 'VOus, nous attendons beaucoup de vous. Aidez·nous / ... Il Louise ALCAN •• MM. '~latman, Jean Schapira, Emile Tersen., . Le général Tubert, MM. Frydmann et Cohen. Secrétaire Générale de l'Amicale d'Auschwitz « Le de\loir de témoigner » liS'...- Apportant à la Journée Nationale .. le salut fraternel de l'Amicale d'Auschwih: ., dont elle est secrétaire générale, Mme Louise ALCAN souligne que les rescapés des prisans et des camps nazis ant le devoir, comme les jeunes le demandent, de témoi· gner. « Nous seuls pouvons le faire, déclare· t-elle, car nous seuls savons ce que nous avons vécu... Il y a bien aussi Eichmann, mais c'est sous un autre angle que nous qu'il a vu l'entreprise hitlérienne... ». _M_. B_L_AT_M_A_N_: «Au coude à coude» Et elle évoque diverses initiatives des organisatians de déportés en vue de faire mieux connaître les crimes nazis, ce qui est particulièrement nécessaire, à l'heure où se déchaîne une nauvelle vague de croix gammées, et « alors qu'on installl! des bases allemandes dans divers pays d'Europe, dont une à Cognac,' à 70 kilomètres d'Oradour •• (Union des Sociétés Mutualistes Juives) M. Blatman. parlant au nom de l'Union des Sociétés Mutualistes juives de France, dit combien il est heureux que, gràce à l'initiative du M.R.A.P., les antiracistes cie conceptions et d'origines diverses, v&nus des horizons les plUS lointains, se retrouvent en de telles assises. Rappelant l'extermination de 6 millions de Juifs, dont 120.000 de France, par la -.llarbarie nazie, fi dénonce avec indigna- Remerciements D'innombrables amis et militants du M.R.A.P. ont été les artisans du succès de la Journée Nationale, grâ· ce aux activités les plus diverses : organisation et tenue des réunions et meetings préparatoires ; propagande sous toutes les formes (diffusion de nos publications, affichage, recrute ment individuel) ; collecte des fonds nécessaires ; service d'ordre, récep· tion, secrétariat, etc. A tous et à toutes, le Bureau National adresse ses vives félicitations et ses remerciements les plus cha· leureux •• tion ceux qui s'efforcent de minimiser ces chiffres et s'écrie : « Nous Juifs, qui avons le triste privilège d'être le peuple qui a le plus souf' fert sur terre, nous proclamons notre so lidarité pleine et entière avec le peup!e noir d'Afrique du Sud, qui, lui aussi, a tant souffert, et qui continue de gémir sous la botte du racisme. • « A chaque occasion, dit-il encore, nous évoquons cette nuit de cinq années que nous avons vécue. Mais nous évoquons également avec fierté ceux qui, avec ou sans uniforme, sont morts pour que vive la France, et aussi les combattants glorieux du ghetto de Varsovie ... « Nous disons à nos sociétaires qu'au coude à coude avec toutes les organisations juives et non-juives, il faut assurer notre défense en ripostant auz menéeJ racistes. » Soulignant l'appui de son organisation aux initiatives du M.R.A.P., il conclut : « Camarades du M .R.A.P., nous vous félicitons de votre action, nous nous félicitons de vous avoir soutenus et d'avoir appelé nos membres à vous soutenir. Nous sommes ffers de savoir que vous avez augmenté vos forces, que la jeunesse vous suit. Nous vous souhaitons de nouveaux succès dans cette lutte sacrée. • « Ce que nous avons cannu est inimaginable, poursuit-elle, c'est tellement mons· trueux que quelquefois, certains ont peine à nous croire. Quand on dit qu'on a pris aux quatre coins de l'Europe des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards, qu'on les emmenés dans des wagons à bes· tiaux à Auschwitz, pour les mettre dans des chambres à gaz et des fours crématoires, on comprend que cela soit difficile à croire. Nous, les rescapés, nous devons expliquer comment et pourquoi cela s'est pas· sé ... « Mais si, dans les camps, nous avons connu le pire, nous avons connu aussi, par. fois, le meilleur, èt cela aussi, il est de notre devoir de le dire. « Qui ne se souvient de cette tranche de pain, de cette cuiller de soupe, de ce chandail « organisé ", comme nous disions, que nous donnions à un camarade, sans lui demander ce qu'il pensait, quelquefois sans comprendre la langue qu'il parlait, mais parce que nous savions que ce camarade avait faim, qu'il avait froid, qu'il était découragé et qu'un sourire frnternel l'aiclait à tenir ••. c Nous devons aussi faire part de cette grande leçon de fraternité humaine, que nous n'oublierons pas, pour ne plus jamaio revoir ça .... de Noël 1959, il montre que « c'est parce q1te en République Fédérale Allemande, le nazisme reste puissant, parce que ta dénazification 11 est des plus incomplètes lI. Dans ce pays, explique-t·il, le nazisme ne tire pas seulement son influence, de façon directe, des postes-clés occupés par les ex-hitlériens, de la multiplication des groupements nazis, de leurs publications nombreuses, mais aussi, indirectement, du fait que Il pour mener à bien sa politi que de remilitarisation et de révision des frontières, le gouvernement alllfmand doit parmi ses éléments de manoeuvre, user de la tendance ultra-nationaliste, c'est-àdire, précisément, de celle que personni· fi~nt les ex-nazis...» . Comment la vague a·t-elle pu s'étendre internationalement ? « En raison {t'abord de la dispersion des cadres nazis en 1945. Des réseaux d'évacuation ont fonctionné et fonctionnent encore, permettant à ces cadres de se réfugier en lieu s11.r » : en Espagne, avec Skorzeny, en Argentine, en Egypte. D'autre part, des liens ont été établis entre les fasqistes de tous les pays, daIU? le cadre de plusieurs organisations internationalei. M' Schapira énumère alors les organi , sations et les publications des nazis de France: Il Truffés de cOllabos, déclare-t-il, ces mouvements et ces périodiques continuent dignement le travail de 1940-1945, adapté à la conjoncture actuelle. Vous ne serez pas surpris si je vous rappelle leur rôle lors des événements du 24 janvier, en Algérie. » Concernant la riposte à ces menées, l'orateur souligne le la réaction populaire saine » qui s'est manifestée à l'étrangercomme en France, mais s'étonne qu' ({ en France, par exemple, la police, si efficace en certains domaines, n'ait pu, pour' des raisons que je livre à 'VOs méditations" arrêter aucun barbouilleur de croix gammées ». Il En République Fédérale Allemande,. la nécessité de jeter du lest s'est fait plus nettement ressentir. De là, quelques condamnations de comparses, un pèlerinage· du Chancelier à Bergen-Belsen, le départ d'OberUinder. Mais l'essentiel reste à faire, puisque la dénazification en est au même point. » M' Sëhapira évoque brièvement la con .. férence internationale contre l'antisémitis· me, qui s'est tenue à Rome les 5 et 6· mars, sur l'initiative de la Fédération In· ternationale des Résistants, Cette conférence a décidé que la lutte contre le nazisme serait désormais menée sur le plan international, ce qui entraîne les conséquences suivantes : Il Documentation réCiproque sur les activités nazies ,. communication réciproque des expériences de la lutte antinazie ,. organisation dans tous les pays concernés, de mouve· ments concertés et synChronisés contre le nazisme et le racisme ; appels communs aux gouvernements, aux conférences internationales, au Pape, à l'O.N.U ... » Ainsi, conclut M' Schapira, Il dans au moins 15 pays du monde, d'autres démo· crates organisent leur action contre le même ennemi, dans le même moment que nous. Nous ne sommes 'f1u'un maillon d'une chaine. NOtI8 ne sommes pas seuls. » M. Joseph FRYDMAN: {( Les Anciens Combattants sont conscients de leurs responsabilités )} M. Joseph Frydman, vice-président de l'Union des Engagés Volontaires et An- 1 ciens Combattants Juifs apporte l'adhésion des milliers de membres de cette association

(e Comment pourrait-il en être autre· ment ? puisque, déclare-toi!, l'essentiel de nos préoccupations coïncidl3 avec les problèmes débattus au cours de cette' journée. La lutte contre l'antisémitismeest inscrite en première place dans la charte de notre Union. Et tous nos membres sont conscients des charges qui leur incombent dans la protection de la Com· munauté juive contre les attaques anti· sémites ... Quant au racisme, il va de pair avec l'antisémitisme et nous y sommes particulièrement sensibles... Enfin, je crots exprimer la pensée de tous nos camarades en disant que nous souhaitons que la paix triomphe, qu'il n'y ait plus jamais de guerre. Il souligne ensuite le la communauté de vues qui lie, depuis que le M.R.A.P. existe, l'ensemble des Anciens Combattants juifs à cette belle organisation et à la plupart de ses initiatives. » Il exprime, en conclusion, la certitude que nos luttes antiracistes, menées dans l'union, seront couronnées de succès. 7 Edouard GLISSANT LA JOURNÊE NATIONALE Emile TERSEN , - L'Afrique du Sud sous le joug de 'l'apartheid' « Comment on oeut être raciste » « Malgré les derniers et sanglants événements survenus en Union Sud-Africaine ou peut-être à cause de leur ampleur tragique, j'ai voulu axer mon exposé sur cette constatation que de tels événements n'avaient marqué qu'une sorte de paroxysme à l'intérieur d'une situation pero manente qui, hélas, ne s'est pas modifiée. Je voulais montrer que le racisme était inhérent au système sud-africain et, pire, qu'il en était une donnée essentielle. Je voulais, par le moyen de cetts analyse, démontrer que notre attention ne devait pas se relâcher sous le fallacieux et paresseux prétexte que des répressions sanglantes ne venaient plus exciter notre indignation. C'est pourquoi j'ai essayé de m'attacher à l'examen des textes fondamentaux, intéressant la structure profonde des sociétés sud-africaines. J'ai essayé de scruter, à travers les déclarations mêmes des responsables de ce pays, l'étrange volonté qui avait pu présider à tant d'oppression et d'horreut. » Aya.nt ainsi situé ses intentions, l'écr!vain Edouard GLISSANT, 'Prix Théophraste Renaudot, examine, en opposant « l'objectivité et la décence à la barbarie et à la violence » tout ce que s'gnifie « ce mot à la fo.is sauvage et savant : apartheid ». Basée sur la croyance que « du contact des races ne peuvent sortir que la guerre et le désordre », l'apartheid cherche ses justifications jusque dans la religion et tend non seulement à définir et à séparer les populations selon la race, mais ,t " les orienter II : « La race est définie co.mme donnée par la création selon un ordre naturel et la race, dit un dirigeant sud.africain, ne peut s'épanouir pleinement que si elle demeure fidèle à sa loi interne » et pour ce même dirii:eant sud-africain, la loi interne bantoue et le cadre bautou, ce sont les réserves et la main-d'oeuvre. » Et Edouard Glissant donne cette définition: « L'apartheid est donc une véritable théorie des rapports racIaux fondés sur la violence et la peur. » En conséquence, « les dix millions de bantous et de métis sont parqués soit dans des réserves, soit dans des villes indigènes, d'où ils ne peuvent sortir que munis de ce qu'on appelle '( un laissez-passer ». " Ils . n'ont aucun droit civique ni politique. Ils sont maintenus dans des condi. tions d'existence effroyables. Ils sont soumis à l'arbitraire et à la fantaisie, et enfin, ils sont soumis à une exploitation économique totale. Car voici le véritable fondement de l'apartheid : c'est qu'elle est le seul garant de cette exploitation économique et qu'elle pallie à la peur de perdre la main-d'oeuvre taillable et COI. \'éable que constitue la masse de popu lation autochtone. » tate que " ce pays est à sa manière, Un vaste camp de concentration », ou encore « un vaste camp de travail, et l'on sait ce qUe cela peut vouloir dire» ; et aussi « un camp d'éducation, avec ce que cela comporte de terriblement ironique, le retour aux lois de la tribu proposé aux noirs étant une forme d'éducation qui vise à les adapter à leur fonction dans le régime sud-africain, fonction qUi, ne doit jamais outrepasser le stade de la main-d'oeuvre » ; enfin « un camp d'extermination quand il y a, comme ces temps derniers, une répression violente, , ct parce que la Commission des Nations Unies a constaté que le régime auquel sont soumises les populations indigènes entrave leur développement et les empêche de parvenir à leur plein épanouissesement ». Et il appelle tous les antiracistes à participer ,activement à la lutte pour la justice, l'égalité et la paix en Afrique d.u Suc!. M. Emile Tersen, professeur agrégé d'Histoire, part de « cette affirmation sou· vent répétée, et qui a pris force d'axiome: le Français n'est pas raciste ». Et il com.ta te cependant que « s'il est vrai que nous soyons fort loin de « l'apertheid ) sudafricain ou de la segrégation américaine, s'il est vrai que le racisme soit entre tard dans notre histoire, Û n'a pas moins sa place, en France, dans les esprits et dans les faits ». Etudiant les formes que prend ce radsme, l'orateur souligne que le « racisme de doctrine )l, illustré par Gobineau ou Edouard Drumont ne représente pas dans la littérature française une part considérable. Depuis l'Affaire Dreyfus, il parait d'ailleurs à peu près tari :. « Les officines de Vichy n'ont fait que rééditer les écrits anciens. Les journaux comme « Rivarol », « Aspects de la France )), reprennent l'argumentation de ces mêmes ouvrages sans y rien ajouter. Est-ce là le. témoignage d'une indigence d'esprit ? Ce qui explique cette situation c'est également sans Et après une évocation saisissante de la condition des « gens de couleur » en Afrique du Sud, et des théories criminelles des gouvernants, Edouard Glissant cons- La troupe guyanaise Il Lés Oùyanos » of frit à la Journée Nationale un gracieux intermède. Le& personnalités (suite de la page 4) . MM. SINGE0t:', secrétaire de l'Union Départementale des Syndicats de J.) Seme (C.F.T.C.) ; Pierre DELON, secrétaire général de la Fédération des EmplOyé.; (C.G.T.J ; - Jean ROUCH doute l'horreur inspirée à l'opinion par les crimes de la dernière guerre, et l'hypocrisie des racistes, qui se défendent de l'être ... » Dans ses formes concrètes, le racisme existe 1( et même ré-existe : il tend à se manifester davantage qu'au cours des années passées ». L'orateur en souligne deux causes : la concurrence économique, qui est très souvent à l'origine de l'antisémitisme, et l'évolution des problèmes coloniaux. « Ceux de nos compatriotes qui s'étaient établis dans des territoires colonisés, explique-t-il, ont pratiqué très longtemps une sorte de racisme féodal, qui attestait un sentiment de supériorité paternaliste, méprisante. Or, il y a change· ment. Beaucoup d'anciens peuples colonisés sont libérés ou en passe de l'être. Pour ceux qui se trouvent ainsi dépossédés d'une supériorité, et en même temps d'un certain nombre de privilèges, de monopOles et de prébendes, il y a là un facteur d'irritation très compréhensible et très visible. » C'est ce qui explique par exemple les agressions commises à l'aris contre des noirs, ou même les récents événements de la Martinique. Il s'agit d'un « racisme colonial transféré ». Ce racisme ({ a gagné en agressivité et a réussi à créer chez certains de la méfiance, de l'inquiétude. S'il est encore limité, sporadique, il pourrait, par contagion, se répandre assez rapidement. Il convient donc d'être vigilants ». En fin, M. Tersen analyse ce ({ racisme diffus », qui s'exprime dès qu'on dit : « Moi, je ne suis pas raciste, mais ... )) Il traduit « un orgueil ingénu et aussi une ignorance assez poussée ». Ce racisme-là, ancien comme les hommes, on pourrait en retrouver des traces en remontant jusqu'à l'époque de la pierre taillée. Puis il y a eu les hostilités, les préjugés, entre villages, entre provinces, entre pays. Et le relais est assuré par le racisme de peau. « Ces préjugés, déclare l'orateur, ont imprégné des générations, d'autant plus facilement qu'une certaine littérature ap. porte sa contribution à cet état d'esprit. En temps normal, c'est peu de choses, des banalités,. des lieux communs. Mais s'il y a une situation extraordinaire, il suffit, pour des gens adroits et qui ont la force en main, de surcroît, d'exploiter ces préjugés, ces proverbes, ces souvenirs, ces habitudes de langage... Tout cela ne lait pas une doctrine, mais prédispose au racisme. » Aussi, outre l'action indispensable dans les domaines les plus divers, nous ne de- ' vons pas oublier également que « c'est en nous au'il faut tuer le racisme ». MM. Jacques de GRANDRE et J. BRINIKMANN, représentant la Fédération M('ndiale des Anciens Combattants . Mme Camille DREVET, secrétaire générale des Amis de Gandhi . MM. BELSIE, président de la Famille Antillaise ; GOLDREICH' et Alfred GRANT, président et secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutualistes Juive! ~e F.rance ; Joseph ,FRYDMAN et Isi BLU~, vice-président et secrétaire général de . Union des Engages Volontaires et AnCiens Combattants Juifs ; RALAIMANAM~ SATA, président de l'Association des Anciens Combattants et Engagés Volontaire: .Malgaches i Alb~rt YOU~INE, secrétaire général de l'Union des Juifs pour la ReSistance et 1 Entraide ; Theadore HADDAD, secrétaire du Rassemblement du Judaïsme du Nord contre l'Antisémitisme; LEGITIMUS, président de la Solidarité « La démystification nécessaire ... » Antillaise ; . MM. Claude DOMENACH, vice-président de l'Union Nationale des Etudiants dE' France ; Jean TORSTEIN, vice-président de l'Union des Etudiants Juifs de Fronce; Robert PINEL, de la Direction Nationale de l'Union des Jeunesses Communistes de France ; MM. Henri MITTERAND, de l'Association des Amis d'Emile Zola; Mme Rosa GAMBA, présidente-fondatrice des Amitiés Intellectuelles; le Docteur BILLOT et M. BLAIN, de l'Alliance de la France et de l'Outre-Mer; M. GARREAU, secrétcire général de la Fédération des Parents d'Elèves. AUTRES PERSONNALITES M. Yehuda HORAM, représentant l'Ambassadeur d'Israël Le Cardinal Achille LlENART, évêque de Lille ; L'Abbé PIERRE, l'Abbé Gaston LEFEBVRE, aumônier national pour le seauti~ me d'Outre-Mer ; Les Pasteurs André DUMAS (Strasbourg) et Louis VlENNEY i M.Pierre d'ANDRE, secrétaire général de l'Office Catholique du Cinéma. M. BEVILLE, administrateur en chef des Affaires d'Outre-Mer; M. Hamadou KANE, magistrat de la République Soudanaise; M. l'Ingénieur Général Louis IKAHN ; Les Docteurs ,P.-H. KLOTZ et BACOUCHE, médecins des Hôpitaux le Dr DALSACE; Me André BOISSARIE, ancien Procureur de la République ; M. le Bâtonnier André SALA; Mme Marcelle GEORGES-HUISMAN ; Me. Armand DYMENSTAJN, EDELMAN, Claude FAUX, GARIDOU, Marcelle KRAEMER-BACH, Pierre tRAEMER-RAINE, M. IMERGUK, David LAMBERT, Charles LEDERMAN, Marcel MANVILLE, Gaston MAURICE, Jacqueline MONNET, . ..:.-...,;:1J'"e...a,;:n1'" ..S.,;C:1'"H AP_IRA_, G_eor_ges_ SA_RO_TTE_. __. ..,;:1'" __. ..,;:1'"...,;:1'" ____. ..,;:1'"...,;:1'"...,;:1'"_ Le cinéaste Jean ROUCH, le réalisateur de « Moi, un noir », parle du racisme en face des hommes et des civilisations de l'Afrique, plus précisément de l'Afrique occidentale, qu'il connaît bien. Le colonialisme, note-t-il, est à l'origine des préjugés, des ignorances, « dont des générations entières de Français se rendant en Afrique ont été bercées ». Pourquoi? Parce qu' « il est plus facile de faire du nouveau sur un terrain que l'on croit vierge »_ « On a introduit en Afrique un nouveau système d'administration, de nouvelles manières de penser, de nouvelles formes d'éducation : et l'on a prétendu qtt'il n'existait rien auparavant. On a même assisté à un impérialisme religieux, les missionnaires considérant tout simplement que les religions africaines n'existaient pas, OH qu'en ·tout cas, elles n'avaient aucune valeur. » « C eUe ignorance était stérile, souligne T ean Rouch. Elle développait chez les blancs un effroyable complexe de supériorité, et chez les noirs, tm effroyable complex~ d'infériorité... » « Pourtant, depuis quelques années, poursuit-il, c..e voile mystérieux est en train de se déchirer. Voici que, .qrâce aux travaux de quelques-uns, on découvre que les civilisations africaines sont g.ussi complexes, aussi riches que les autres. On découvre que les philosophies noires sont aussi valables que celle de Platon. « N'est-il, pas trop tard? Car les élites noires se trouvent maintenant dans une situation de bascule, - entre une culture dans laquelle on les a intégrés, et où elles réussissent admirablement, et leur propre culture, qu'elles ont oubliée ... :. « Certes, dit-il encore, le colonialisme, en Afrique occidentale, n'existe plus. Mais ces pays, devenus indéPendants, restent sotts-développés, ils ont besoin d'une aide extérieure, de techniciens européens. Or, même actuellement, parmi les EuroNens qui viennent dans ces pays,. ils se com~tent sur les doigts de la matn, ceux qUt sont prêts à faire un effort : c'est.Jà-rJ,ire qui sont prêts non seulement à enseigner, mais à comprendre et à apprendre. » « Pour en finir avec ces ignorances néfastes, conclut-il, 1me action' profonde de démy.stification s'impose. Avec quelques amts, nous essayons de donner. par le cinéma,. les livres! les disques, l'-image la plus ftdèle POSSible de l'Afrique. IL faut que les jeunes sachent. La bonne volonté, le savoir ne suffisent pas. Il faut aussi avoir dtt coeur. » 8 LA JOURNËE NATIONALE . Le général TUBERT CI-lARlES PALANT: {( Nous devons afficher notre antiracisme » l'initiative. « Transposer nos débats sur le plan de l'action ~ « Avant de critiquer ce qui se passe a l'étranger, déclare le général Paul Tubert, ancien député-maire d'Alger, la plus stricte honnêtèté oblige à constater que la croix celtifJue et les slogans antisémites réapparaissent, aussi bien à Paris qU'à Alger, sans guére émouvoir les pouvoirs publics, et sans que les antiracistes eux mêmes prennent entièrement conscience de la gravité de l'heure et des lendemains inquiétants qui se profilent. « Face aux pre1ugés, conclut-il, les antiracistes doivent avoir le courage de leu.opinion. Un tel insigne serait le moven de l'atticher ... » « Avec les travaux de cette Journée Na·· HENRi COHEN: tianale, ne prend pas fin le débat luimême ouvert depuis de longues semaines dans presque toutes les régions de France, au cours des préparatifs de nos assises _, déclare Charles PALANT, secrétaire générai du M.R.A.P., dans son discours dp. eu'ture. « Ce débat va se poursuivre, et à la lumière des éclaircissements apportés aujourd'hui, se transposer sur le plan de l'action, gagnant à cette action nombre de nos concitoyens animés du désir de combattre comme nous les haines, les animosités, les préjugés, les habitudes aussi nées et entretenues par les oppositions raciales et religieuses entre les hommes, dont la diversité doit être le gage même du dévp.loppement harmonieux de la grande famille humainll. entre les peuples, de s'emparer des avantages réf' - ~roques qui en sont la promesse. Se dégager du racisme, de toutes les séquelles du racisme, c'est construi re en termes d'amitié, de paix, de bonheur, le monde fraternel de demain. » Après avoir évoqué la lutte antiraciste ,-je la pé riode récente « qui a connu d'impétueux développements » et « l'enthou .. siaste, l'encourageante participation de la jeunesse », le secrétaire général du M.R . A.P. conclut: « Du nombre et de la diversité de ceux qui ont participé, d'un côté ou de l'autr~ de la tribune à cette Journée Nationale, nous pouvons tirer des arguments qui 01'", entent notre confiance dans les combat:; à venir. Ces combats, restons unis pour les mener, et nous compterons ensemble les succès que nous remporterons. " « Dans cette perspective, il convient d'observer que le racisme est indivisible et requiert l'union et la solidarité active de tous ses adversaires, trop souvent diVlses, car beaucoup ne portent attention qu'à ce qui les préoccupe personnellement .' racisme contre les hommes de couleur ou antisémitisme, alors que seule l'union qui jait la force permettrait d'en finir avec toutes les formes de racisme sans exception. » (Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide) « Les juifs ne sont pas seuls» C'est au nom de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.E.) que parle Henri Cohen, délégué de Marseille. Tout en soulignant que le voeu de tous est « que la paix règne de nouveau entre les nations hier ennemies », il affirm~ qu' « il ne saurait être question de com· poser avec les anciens nazis et de conclure des alliances avec eux contre ceux qui luttèrent hier, ri nos côtés, pour les abat« L'un des plus grands titres de notre tre ». Mouvement à la reconnaissance des antiracistes, dit-il encore, est, croyons-nous, de rendre possibles des manifestotions comme celle-ci, de rendre possible la rencontre Ilt Ic dialogue entre des hommes et des femmes qui accusent toute la gamme des variétés philosophiques, sociales, confessionnelles, politiques, et qui est le reflet même de la société au sein de laquelle nous vivons. ,. Soulignant que, sur la Journée Nat iOnale, a pesé « la préoccupation des gran · des transformations qui, à notre époque, embrassent l'univers tout entier », il mon· tre que triompher du racisme est aujauï' d'hui un impératif : Pour que les r ntiracistes puissent se reconnaître entre eux, pour que les victimes du racisme puissent savoir, à toute occasion, qu'elles ont des amis, il propo· se la création d 'un petit insigne symboli· que, dont le M.R.A.P. pourrait prendre « Pour aboutir à de telles alliances monstrueuses, dëqIare+il, qui ne pouvaient voir le jour qu'en dédouanant les anciens nazis, on a même fait appel à des politiciens Juifs, qui se prêtèrent de bonne arâce à certaines rencontres, à cer· taines ettusions spectaculaires ». Toutefois, répondant à ceux que les événements récents plongent dans l'angoisse, l'orateur rappelle que « les Juifs ne sont pas seuls », que, même sous l'occupation, le peuple français a montré que la fraternité n 'est pas pour lui un vain mot. « Le nazisme renaissant, constate-bil, ne menace pas que les Juifs : la France aussi est menacée, la dignité de l'homme est en cause... li Et il dénonce les agissements de ceux qui brandirent la croix gallique, « cetle soeur de la croix gammée » sur « des barricades de carnaval », le 24 janvier à Al· ger, notant que « les nervis groupés au· tour de Lagaillarde, Sérigny et Ortiz sont les dignes héritiers des trublions du temps de l'Affaire Drey/us ». « D'abord, secouer le poids des lourdes chaînes du racisme, c'est aider les peuples longtemps assujettis, à aborder un essor nouveau, dans un monde où nul ne saurait accepter plus longtemps 'de vivre en ~ tat dc ({ minorité ». Mais se défaire de l'idéologie raciste, c'est aussi se dégager d'une opin ion périmée, c'est se mettre en condition de vivre les rapports nouveaux Un banquet amical réunit les délégués et invités au restaurant de l'U.N:E.S.C.O. On reconnllit ici, è! la table d'honneur (en, partant de la gauche) .' Mme eQ M. Krziwkoski, M' Sarotte. Charles Palant, le professeur Lévy-Bruhl, M' Manville, MM. FonluptEsperaber, l'amiral Kahn, le président Lyon-Caen, Mme et M. Pierre Paraf, M. Louis Rousselle. « Juifs de vieille souche française ou Juifs récemment immigrés, conclut-il, nous pensons tous que notre sort est inséparable de celui de l 'ensemble des Français, de celui de la France ». 1 1 l ES participants à la 12' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, réunis le dimanche 29 mai 1960 au Palais de l'U.N. E.S.C.O., se félicitent de l'accord profond manifesté à cette occasion, par delà les différences sociales, politiques et philosophiques, pour affirmer l'attachement du peuple français à l'idéal de tolérance, de fraternite entre les hommes et d'amitié entre les peuples, sans distinction de races, d'origines et dc confessions. Alors que l'évolution historique, les progr ès techniques et scientifiques, la multiplication des échanges de toutes naturcs créent les conditions d'unc meilleure compréhension et d'une cooperation efficace entroe tOIlWS les familles humaines, dcs forces r étrogrades s)emploicnt à perpétuer les divisions sans fondement, les haines aveugles qu'engendre le racisme. l'enseignement eÏ' la cultu re ,nu service de la frater'nité LES participants à la Journée Nationale saluent les clfor ts poursuivis par de nombreux éducateurs ct enseignants pour s'opposer activement aux influe nces 'racistes qui peuvcnt agir sur l'enfance ct la jeunessc. De ces cfforts témoignent, en particulier, lc Collo· quc organisé le 14 février dcrnier à la Sorbonne ct la création du Centre de LiaiSOn des Educateurs contre lcs préjugés raciaux. Les participants à la Journée Nationale, appellent lcs gens de coeUI' à protester auprès de l'Ambassade sud·africaine, par des résolutions, pétitions et délégations, ainsi que pal' l'envoi massif des cartes pos- , tales éditées par le M.R.A.P. à cet effet. Ils appellent au soutien actif des initiatives du Comité pour la Justice et l'Egalité en Afrique du Sud. Organiser l'action contre le racisme et l'antisémitisme LE racisme ne menace pas seulemcnt les groupes qu'il vise directcment. Il bit partie de l'arsenal des adversaires de la démocratie et de la paix, dont il facilite les entreprises néfastes. A ce titre, il cst un danger pour tous les citoyens. 1 Pour s'opposer à ces menées, hommes et femmes de bonne volonté ont le devoir, non seulemcnt dc protester, mais d'organiser, tous ensemble, une action vigoureuse. Dans le mêmc csprit, tous les antiracistes, à quelque milieu qu'ils· appartiennent, se doivent d'extir· pel' les calomnies et les préjugés stéréotypés concer· nant les juifs, les noirs, les musulmans et tous autres groupes ethniques ou confessionnels : ces attitudes même inconscientes, sont à la base de haines dangereuses, qui peuvent entrainer, dans des circonstances données, des actes criminels contre des hommes ou des gl'OUpCS humains à raison de leurs seules origines. Les vives réactions provoquées depuis le début de l'année pal' les manifestations d'antisémitisme et de racisme confirment la volonté fondamentale du peuple français d'empêcher le développement de pareilles moeurs. t 1 1 Pour une répression efficace· du racisme L'ARRESTATION spectaculaire du criminel hitlérien Eichmann vient confirmer opportunément l'impunité d'Un grand nombre d'assassins racistcs notoires, qui organisent une internationale neonazie, dont les principaux points d'appui se localisent en Allemagne occidentale, dans certains pays d'Amérique Latine et du Moyen-Orient, en Afrique du Sud, en Australie, en Suède, et qui trouvent des soutiens en France même. Les participants à la Journée Nationale demandent aux gouvernements intéressés de prendre toutes mesures n écessaires pour assurer le châtiment exemplaire de ces criminels, qui sont une menace pour l'humanité, et d'écarter sans défaillance des postes dirigeants tous les complices de l'entreprise hitlérien~ e d'extermination. Ils demandent qu'en France soient dissoutes les organisations racistes et antirépublicaines, où les anciens collaborateurs de l'occupant complotent avec ceux qui spéculent sur la guerre d'Algérie pour imposer le fascisme à notre pays. Ils demandent que soient discutés et votés rapidement les textes de projets de lois élaborés par le M,R.A.P. en vue d'une répression plus efficace du racisme et de l'antisémitisme. Ils en appellent à l'opinion antiraciste pour exiger l'adoption de ces projets, déposés à l' Asse~blée Nationale il y a plus d'un an et écartés jusqu'alors de l'ordre du jour. - Les participants à la Journée Nationale appellent tous les démocrates à ne tolérer aucune manifestation de racisme ou d'antisémitisme, à dénoncer énergiqucment les journaux, lcs livres, les déclarations qUI tendent à entretenir les préjugés raciaux. Il demandent à tous les organismes intéressés, qu'ils soient officiels ou privés, de multiplier les initiativcs pour proiéger les enfants et les adolescents du racisme et leur inculquer, par les moyens appropriés, une attitude de compréhension fraternelle en· vers tous les peuples. Ils suggèrent l'organisation de voyages, d'échanges, d'expositions, la multiplication de films, oeuvres d'art. -émissions qui puissent aider à se connaître les homo mes de tous les continents. Afrique du Sud LES participants à la Journée Nationale expriment leur fraternelle solidarité avec tous les hommcs qui souffrent dans le monde des discriminations et des haines raciales, et qui luttent pour le respec. de leur dignité. Ils pl'éconisent l'échange d'expériences et la coordination de l'actiOn dans tous les domaines où cela s'avère utile, entre les groupements antiracistes des différents pays. Ils saluent avec une particulière émotion les populations noires de l'UniOn Sud-Africaine, qui s' efforcent de briser l'odieux carcan de « l'apartheid » et qui, après les r écents massacres, sont l'objet main . tenant d'une r épression féroce. Il faut que les autorités sud·africaines sachent l'horreur et la réprobation qu'inspirent au peuple fran. çais de telles méthodes, où qu'elles soient pratiquées. - - - - - Avec l'appui des courants les plus divers de l'opinion publique, il est donc n écessaire et possible de multiplier dans la France entière les comités antiracistes dc diffuser largement la presse et les publications' antiracistes, de susciter partout un soutien actif à l'action antiraciste. Développer cette action avec le maximum de har · diesse et d'initiative, comme l'exige la situation, c'est poursuivre les traditions les plus lointaines et les plus généreuses de notre pays. Pour la Paix LES participants à la Journée Nationale soulignent que tout ce qui va à l'encontre de la démocratie et de la paix alimente inévitablement les haines et les menées racistes. Ils souhaitent que soit activement recherchée à tous les conflits, et particulièrement au drame algérien, une solution pacifique, qui ne peut se fonder que sur le respect de la. dignité de tous les hommes dans leur diversité, et sur.la reconnaissance loyale de leur droit à déterminer leur propre destin. Après l'échec de la Conférence au Sommet, dans laquelle les peuples avaient mis leurs espoirs, ils souhaHent que des efforts soient entrepris pour écarter de la vie internationale tout ce qui peut porter atteinte à la coexistence pacifique et à l'établissement de relations confiantes entre pays de régimes et de civilisations différents. Ils insistent, en ces circonstances, Sur le tôle important du combat antiraciste qui, en favorisant la compréhension et le rapprochement entre les hommes, en affirmant l'unité de l'humanité par delà les fron. tièrcs de toutes sortes, apporte une contribution précieuse à la paix du monde. - - t 9 Des messoges .' LA JOURNËE NATIONALE LE SAM EDI 28 MAI AU CERCLE REPUBLICAIN du monde enlier Les militants de Paris et de province COMME chaque année, plus peut-êtri) ./ que les autres années, la Journée Nationale aura été également un GRANDE-BRETAGNE : L'historien Léo~ Roth, membre de l'Académie Britannique; MM. Fenner Brockway et John Stonehouse, députés aux Communes. ont débattu de l'action du M.R.A.P. événement... international. La vague de croix gammées, qui a déferlé sur de nombreux pays au début de l'année, a renforc8 la solidarité des antiracistes à travers les frontieres ; et les messoges reçus par le M.R.A. P. pour les assises du 29 mai témoignent, en particu lier, des liens qui S2 sont noués à la conférence internationale c0ntre l'antisémiti sme et le nazisme, qui s'est tenue à Rome, les 5 et 6 mars derniers. LE PERE D'ANNE FRANK ... Le plus émouvant de tous ces messages est peut-être ce lui de M. Otto Frank, le père de la petite Anne Frank, président de 1.:1 Fondation portant le nom de la jeune fille qui est devenue le symbole même des persécutions nazies. " Je vous souhaite, écr it -il, une réussite complète de votre manifestation contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. Nous espérons que nous pouvons travail!er travailler ensemble pour ces nobles buts ». DE TOUS LES HORIZONS ... La place nous manque, hélas ! pour citer tous ces télégrammes, toutes ces lettres qui viennent de tous les horizons à la fois géographiques, politiques et philosophiques, et qui tracent à travers le monde, une carte que les atlas ignorent, et qui d'ailleurs n'a pas de limites, ce lle de l'am:tié et de la fraternité . Voici la liste de ces messages : AUSTRALIE : M. Ernest Platz, secni!· taire général du Comité Juif de Lutte contr~ le Fascisme et l'Antisémitisme . AUTRICHE : Le pasteur Erwin 'Kock ; le Mouvement contre l'Antisémitisme. ALLEMAGNE : Le grand savant Max Born ; M. Jacob Altmaier, membre du Parlement ; MC Rudolf Zimmerle, de 10 Ligue Allemande des Droits de l'Homme (T ubingen) ; le Front National de la RépIJ' blique Démocratique Allemande ; le Conseil Central des Juifs d'Allemagne (Du;seldorf)

le Dr Friedrich, président du Consei

l Allemand de la Paix: l'Union des Victimes du régime nazi (Berlin-Ouest) ; le Comité des Combattants Antifascistes de la R.D.A. BELGIQUE: M. De Lathollwer, secrétaire général du Comité de Vigilance des jeunes contre le danger nazi. BULGARIE : Le Consistoire Central des Juifs de Bulgarie ; le Comité Bulgare de la Paix. ETATS-UNIS: Mme Eléanor Roosevelt; le grand ethnologue noir W.E.B. Du Bois; Mmes Hélène et Rose Sobell, l'épouse et la mère de Morton Sobell, condamné, ave~ les Rosenberg, à 30 ans de bagne. HONGRIE : L'écrivain Endre Saos, président du Consistoire Central des Israéli· tes de Hongrie. ISRAEL : M. Jacob Majus, président du Mouvement de la Paix; le général Mashé Carmel, député, ancien ministre ; l' Organisation des Anciens Prisonniers des NGzis, l'Union des Combattants Antinazis. ITALIE: Le Dr Sergio Piperno, président de l'Union des Communautés juives ; M. Ettare Tibaldi, vice-président du Sénat ; M. Umberto Terracini, sénateur ; le Mou · vement Italien de la Paix. POLOGNE : Le Comité .Polonais de la Paix ; l'Association Culturelle et Sociale des Juifs de I~ologne. ROUMANIE : M. Léon Stern, président de la Communauté Juive de Bucarest; le Comité Roumain de la Paix. U.R.S.S. : M. Maresseiev, secrétaire gé · néral du Comité Soviétique des Anciens Combattants ; la Direction de l'Union des Ecrivains de l'U.R.S.S. YOUGOSLAVIE : Le professeur Albert Vajs, président de la Fédération des Com· munautés Juives.

    • *

Signalons encore, les messages des pe, .. sanna lités africaines suivantes: M. Dacko, président du gouvernement de la République Centre-Africaine ; M. Mamadou Dia, premier ministre du Sénégal, vice-président du gouvernement fédéral du Mali ; M. Tombaloye, président du Conseil du Tchad ; M. Ravaohan.g.y, , ancien député de Mado · gascar.

    • *

Enfin, de Dakar, nous est parvenu un c haleureux message de M. N. Rigonaux, président de l'Union Internationale des Métis. T A venue il Paris de nombreux ~ délégués de province pour la .J ournée Nationale, fut mise à, profit, cette année, pour l'organisation, le samedi 28 mai, au Cercle Républicain, d'une conférence des amis et militants du M.R.A.P. Sous la présidence de notre secrétaire général, Charles Palant, Albert Lévy, ré· dacteur en chef de « Droit et Liberté », présenta un rapport des plus fouillés, illustré de faits, d'exemples vivants, d'où ressortait le magnifique bilan d'activité du M.R.A.P., et les immenses possibilités qui s'offrent à lui pour étendre encore son influence. Définissant le M.R.A.P. comme « ta conscience antiraciste de ce pays » il souligna que « nous devons mobiliser toutes les forces antiracistes, tous les mi· lieux sociaux, tous les courants de pensée, dans un esprit loyal d'union » pour mener à bien le combat que nous poursuivons, fidèles aux traditions généreuses du peuple français. TOULOUSE C'est alors que s'ouvre le débat. Le premier, notre ami M. Guedj, de Toulouse, rend compte des récentes ini· tiatives du M.R.A.P. dans cette ville une large soirée d'union pour la commé· moration de !'insurrection du Ghetto de Varsovie ; une soirée cinématographique avec le film « Come Back Africa », au cinéma « Le Paris ». Sur cette dernière manifestation, il donne d'intéressants détails : 800 personnes étaient présentes dans la salle et 250 autres ne purent entrer ; dans l'assistan ce, on notait de nombreux universitàires, juristes, et étudiants, et des persOlmaIités très diverses, telles que le pasteur Gaillard, le Père Bertrand, M. Georges Hyon, adjoint au maire, Mme Gaudemar, maître conférences, M. Jammiak, secrétaire de la L.I.C.A., M . Vauthier, de la Li· gue des Droits de l'Homme. La séance ouverte par notre dynamique amie Rolande Trempé, un exposé sur le racisme GRECE : Mme Marie Svolou, MM. Tsigarar, Konstantaras, Katsimbas, et le générai Avgeropoulos, députés ; M. Zakkas, président du Comité hellénique pour la detente in ternat iona le et la paix ; M. Christof Economides, président de l'Union Panhellénique des Victimes de l'occupation allemande. Une vue de la salle du Cercle Républicain pendant la conférence du 28 mai. A la table, Charies Palant (debout) et Albert Lévy. Le (jlob. Amitié 1I00S dit « Bonnes • TMOSPHERE de fête, éclats de rire 11l joyeux : le Club Amitié offre à ses membres et à ses invités le vin d'honneur des départs en vacances. Le pick-up s'évertue à se faire entendre. Tout est à la joie, au pl!üsir de la rencontre. Les invités : Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P., Albert Lévy. secrévacances et , a taire national et rédacteur en chef de « D. L. », auxquels se joindront plus tard M" Manville, président d'honneur du Club et Dymenstain, membres du Bureau national, partagent notre allégresse ... Mais voilà qu'on réclame le silence : c'est le bilan de 6 mois d'activité. Quel bilan! Il faudrait avoir la place de tout A la sortie de la Journée Nationale, les membres du. Club Amitié ont posé joyeusement pour le photographe •• bientôt ... » dire : le théâtre (qui ne se souvient des « Sequestrés d'Altona » ou du « Cercle de Craie caucasien », ou ... ), les conférences (la Chine, le Congo ... ), les débats (avec Claude-Bernard Aubert, réalisateur du film antiraciste « Les tripes au soleil », ou Roger Blin, le metteur en scène des « Nègres », de Genet ou ... ) Et aussi les sorties : ah! Fontainebleau... et Ergal (sa mêlée ouverte comme dans un beau match de rugby pour un camenbert) Et, bien sûr ce pourquoi nous existons

la lutte antiraciste .

Pas un combat, pas une campagne où nous n'ayons répondu : présents! Meetings (Hôtel Moderne, Cirque d'Hiver), protestations à l'Ambassade de l'Union Sud-Africaine, envoi de la carte contre l'apartheid, manifestations au Mémorial du Juif Inconnu, contre les croix gammées, ou contre Xavier Vallat à la Mutualité, participation au Colloque des Enseignants et à la Journée Nationale à l'U.N.E.S.C.O. Si Charles Palant et Albert Lévy nous dirent leur sympathie et leur admiration pour nos efforts, nous prenons, nous, en les applaudissant, l'engagement d'être toujours là où la jeunesse doit dire : Halte ! le racisme ne passera pas. S'il fêtait six mois de travail, le vin d'honneur fêtait aussi les vacances. L'activité du club va être réduite, mais à la rentrée ... Alors, à tous bonnes vacances et à bientôt, au rendez-vous de « l'Amitié » ... Albert GRADZTEIN. et l'action du M.R.A.P. fut présentê par Mo Manville, membre du Bureau National. Celui-ci fut d'ailleurs interviewé ~ Radio-Toulouse. La « Dépêche du Midi » annonça largement la soirée et en publia un compte rendu. Max Guedj enumère ensuite des projeta du comité toulousain pour la rentrée. ROUEN Mme Hélène Bougoin, de Rouen, souligne le succès du M.R.A.P. dans cette ville, et en particulier dans les milieux enseignants. Montrant l'influence des idées antiracistes par diverses initiatives prises récemment, elle affirme, qu'après Rouen et Elboeuf, il est possible de créer des comités du M.R.A.P. dans plusieurs autres localités de la Seine-Maritime. Le secrétaire du comité de Rouen, M. Mercier, absent le samedi, devait faire une intervention le lendemain matin à la trl~ bune de l'U.N.E.S.C.O. Il rappela que depuis janvier, le M.R.A.P. a tenu deux meetings dans cette ville, avec une affluence record, et la participation de personnalités représentant tous les courants politiques, sociaux et religieux. Un actif bureau de neUf membres, présidé par M . Leblond, ancien déporté- résistant, a été constitué. LYON Notre ami Picard, président du comité de Lyon, rend compte, lui aussi, des récentes activités du M.R.A.P., dont la presse locale s'est fait largement écho, et particulièrement de la manifestation organisée en janvier devant le monument du Veilleur de Pierre, pour protester contre les croix gammées. Il suggère que « Droit et Liberté II reflète davantage les activités locales. STRASBOURG Le Dr Hassoun, de Strasbourg, insiste lui aussi sur le rôle de « Droit et Liberté » Il indique que, dans sa ville, diverses Initiatives ont été prises pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme, et sousouhaite que les efforts soient coordonnés. LES LYCEES PARISIENS Philippe Laubreaur et Max Sémoy interviennent ensuite sucessivement au nom des comités antiracistes et antifasciste, des lycées parisiens. Le premier souligne la nécessité de laisser la plus large autonomie aux différents comités et suggère qu'on leur confie la rédaction d'une ou deux pages dans « Droit et Liberté ». Il insiste sur l'organisation des conférences, qui doivent informer l'opinion, particu· lièrement la jeunesse. Le second évoque le travail remarquable accompli par lés jeunes, qui ont fait preuve de beaucoup d'initiative depuis janvier ; il propose qu'ils se joignent également à l'activité des comités locaux du M.R.A.P. !! SOYONS VIGILANTS .. , » Intervenant ensuite, au nom de la C.G.T., M. Lucien Monjauvis souligne l'intérêt que cette organisation apporte à. l'action antiraciste. « En France, dit-il, le racisme a des difficultés à s'implanter, mais certains Jaits sont néanmoins préoccupants. La guerre d'Algérie a, dans ce domaine, des échos néfastes, y compris chez certains travailleurs que la « grande presse » influence. Il est vrai que les contacts vivants entre travailleurs d'origines différentes peuvent avoir rapidement raison des préjugés. Mais nous devons être très vigilants et réagir avec vigueur a toute manifestation du racisme. » MONTREUIL Notre ami Maurice Eisenberg, de Mon· treuil, propose que la date de la Journée Nationale soit changée à partir de l'année prochaine, la fin mai présentant un cer · tain nombre d'inconvénients. Il demande qu'une vasie campagne soit. engagée pour protester contre les mauvais traitements dont sont victimes en France les travailleurs algériens. LES LIENS AVEC LES COMITES LOCAUX Albert Borowski, au nom du Club Ami· tié, souligne que tous les comités doivent faire un effort sur le plan culturel pour répandre par tous les moyens possibles les idées antiracistes. Enfin, M Armand Dymenstajn, membre du Bureau National insiste sur le renforcement des liens entre celui-ci et les comités locaux. Il suggère la création de fédérations régionales. • '. * D'autres délégués de province étaient présents à la Journée Nationale Citons, entre autres villes également représentées

Marseille, Clermont-Ferrrand,

Nancy, Lille, Saint-Quentin, Valenciennes, Bayonne, Bordeaux, Evreux, etc ... 10 Le meeting du Cirque d'Hiver [hâtiment du bourreau (I[HMANN S'IL est des lieux qui évoquent et qui symbolisent les traditions de lutte du peuple parisien, le Cirque id;'Hive,r est ~ien l'un d'eux. CombIen de meetmgs importants se sont tenus, avant la 'guerre, et depuis, dans cette enceinte placée en plein coeur des quartiers populaires ... C'est ~à aussi que s'est déroulée en mal 1949, la première Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, où fut créé notre Mouvement. . Une fois de plus donc, le mardi 21 juin, .elle s'est emplie, cette salle, de la foule des grandes occasions. Répondant à l'appel du M.R.A.P., 2.000 Parisiens et Parisiennes étaient venus, vibrants d'émotion, dire leur volonté de voir châtiés sans défaillance le bourreau Adolf Eichmann, récemment capturé, et ses complices, tous 'ses complices, quels qu'ils soient et ou qu'ils soient. Car il n'y a pas qu'Eichmann. Et le problème posé, le vrai problème, c'est celui de l'impunité dont bénéficient encore, 15 ans après la fin de la guerre, tant ,a'assassins nazis, qu'ils se cachent ou qu'ils occupent des postes de ministres, Comme Oberliinder. Aussi, n'est-il pas étonnant qu'à l'occasiog de ce meeting, la Résistance se soit retrouvée, toutes tendances unies : le combat commeflcé sous l'occupation peut-il être terminé tant que subsiste un tel scandale, et que, non contents d'avoir éChappé au juste châtiment, les criminels d'hier, préparent leur revanche ? .. C'est ce que souligne M. Francisque Gay, ancien vice-président du gouverne· ment de la Libération qui avait bien voulu présider le meeting, et qui montre dans Eichmann, à la fois un symbole - celui de l'hitlérisme - et une occasion : l'occasion de dénoncer, devant l'opinion pu· blique alertée, la menace renaissante. UN DROIT ET UN DEVOIR Premier orateur aprèS le Président, M' Henry Torrès, ancien sénateur, constate que l'Argentine, « rejuge des pires assas- Une occasion et un symbole N GUS reproduisons ci-dessous le texte intégral de l'interven!.ion du président Francisque Gay au meeting du Cirque d'Hiver : , JE voudrais de tout coeur remercier les organisateurs de cette belle ~anifestation qui permet atix représentants des diverses familles spirituelles du pays de renouveler un des plus solennels engagements pris par la Résistance. L'affaire Eichmann nous en offre l'occasion. Elle rappelle à nos mémoires la plus affreuse entreprise de la barbarie nazie. Certes, l'histoire avait déjà enregistré de multiples pogroms contre les Juifs, mais toujours ils avaient été limités dans l'espace et dans le temps. La dernière guerre mondiale aura vu le drame atroce prendre des proportions véritablement monstrueuses et étendre sa contagion, de proche en proche, à par Francisque GAY Ancien Vice-Président du Conseil, Ambassadeur de France toutes les nations de l'Europe : Allemagne et Autriche, Hongrie et Roumanie, Lithuanie et Esthonie, Finlande et Pologne, Belgique et France. Un homme a accepté, a peut-être même sollicité, la terrible responsabilité d'organiser méthodiquement l'extermination d'un peuple immense dispersé à travers le monde et demeuré de siècle en siècle fidèle à ses traditions. Un vaste plan a été dressé : on procède d'abord à un recensement d'apparence inoffensive. Ceux ou celles qui comptent parmi leurs ascendants plus de deux grands-parents juifs sont obligés à porter ostensiblement une étoile jaune. Puis on rassemble brutalement, au hasard sans aucun souci d'hygiène ou de pudeur, dans les plus grandes salles de nos villes, des familles disloquées. Après quelques jours passés dans la pire des promiscuités, c'est l'acheminement, dans des conditions d'horreur indescriptibles, de ttagiques convois vers les camps de la mort lente. Partout, les consignes sont les mêmes et partout rigoureusement appliquées. Tout doit être mis en oeuvre pour précipiter la déchéance morale et physique

coups et humiliations, privation

de nourriture et de vêtements, corvées harrassantes . et dégradantes, tortures quotidiennes et prolongées, épidémies provoquées, et- pour ceux qui malgré tout ont résisté - la chambre à gaz implacable. Plus de 6 millions d'êtres humains sont ainsi en quelques années voués au charnier ou au four crématoire

enfants, adultes, hommes ou femmes,

riches ou misérables, tous connaissent en définitive le même sort. S UR le moment, à peine avons-nous connu, c()mpris, mesuré l'étendue du crime abominable. Après la Libération, dans chacune de nos patries, nous nous sommes résignés à voir tardivement juger quelques-uns des principaux responsables de ces forfaits. Le plus souvent, ils ne sont frappés que de sanctions légères et, ils bénéficient vite, au milieu d'une indifférence générale, de quelque amnistie inexplicable. Chez nous, le Haut-Commissaire aux Questions Juives s'est vu accorder les plus extraordinaires circonstances atténuantes et a pu normalement se mêler dès 1951 aux agitations factieuses. L'Allemagne ne paraît pas atQir beaucoup mieux réussi l'oeuvre de dénazification qu'elle s'était engag-ée à poursuivre. Dans tous les compartiments de la vie publique, nous voyons des hauts fonctionnaires - universitaires, mag-istrats et militaires - des parlementaires et ministres, de grands banquiers, des industriels fameux reprendre dans l'Allemag- ne Fédérale les fonctions ou les hautes tâches professionnelles qu'ils exerçaient dans l'Allemagne de Hitler. Bien sûr, on a mis fin tardivement à la scandaleuse ascension politique d'Oberlaender. Mais trop d'incidents récents nous invitent à demeurer prudents. Nous avons vu réapparaître à l'horizon la sinistre fig-ure de von Papen, tandis que, sur les murs des synagog-ues outreRhin, les croix gammées prolifèrent. D'autre part, les S.S. se reforment et défilent en vastes cortèg-es marchant au pa,s ,cadencé. En un mot, l'Allemagne Federale retrouve quelques-uns des rites mal sains de la liturgie raciste et antisémite des nazis. Nous sommes réunis ici ce soir, parce que ceux de la g-énération qui a traversé l'épreuve et les jeunes qui ont l'avenir à préparer, veulent d'une ég-ale volonté que tout cela cesse et qu'un solide rempart soit enfin dressé contre la renaissance de l'hitlérisme. Eichmann est plus qu'un symbole. Il est la personnification même du nazisme,. dans ce qu'il a de plus virulent, de vraIment démoniaque. II doit être jugé avec toute la publicité. toute la solennité toute l'équité requis es. Il est bon qU'Ù ait à rendre des comptes devant les magistrats de la jeune et vaillante nation qui s'est justement constituée pour offrir un refug-e à ceux que les hordes hitlériennes avaient chassés de leur foyer et de leur patrie. Israël s'est eng-agé devant le monde à assurer à Eichmann le concours d'avocats qu'il aura librement choisis et à ouvrir le tribunal aux représentants de la presse mondiale. En France même, il importe que nous nous montrions vigilants en face des plus léget.'s symptômes de reprise de la peste nazIe. Comme aux heures les plus ferventes de la Libération, nous devons affirmer notre résolution commune de demeurer fidèles au programme et à l'esprit de la Résistance. Le tit~e .même çIu Mouvem.ent qui nous a_ reunls ce sOIr peut servIr à définir notre notre eng-ag-ement : CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME, POUR LA PAIX« sins nazis » est mal placée pour réclamer la restitution d'Eichmann. Evoquant la situation en Allemagne Occidentale, il affirme : « Nous somme:; profondément paclJiques, nous 'sommes pour l'amitié avec l'Allemagne. Mais tant que celle-ci n'aura pas prouvé qu'elle est déSintoxiquée, nous ne sommes pas partisans des bases que, pour notre désespoir, on installe à Cognac ou à Istres. » « Le peuple jrançais, çonclut-il, a un droit de regard sur tout cela. Nous avons aussi un devoir : d'abord envers nos alliés, et, de plus, envers nos enjants, qu'il nous jaut protéger... » D'UTILrES LEÇONS C'est un témoignage qu'apporte M. Georges Wellers, vice-président de l'Union Nationale des Associations -de Déportés, Internés et Familles de Disparus (U.N.A. D.I.F.). Avec des millions d'autres, dans les camps, il a connu directement les crimes d'Eichmann, qui avait étè chargé par Hitler de « la solution finale du problème juij )). « Permettez-mois de vous -dire, s'écrieil, que les anciens déportés ont éprouvé une très grande satisjaction en apprenant sa capture. )) « Maintenant, poursuit-il, Eichmann sera jugé en Israël. L'Histoire, sans doute apprendra beaucoup au cours de ce procès ... Je souhaite qu'il se fasse dans les meilleures formes, avec la plus grande publicité... Peut-être l'humanité saura-t-elle en tirer pour l'avenir d'utiles leçons » LE NAZISME N'EST PAS MORT Témoignage également que la déclara· tion de M. Charles Bossi, secrétaire de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D. I.R.P. ), témoignage et aussi accusation. Car, dit-il, « l'éclosion de croix gammées au cours de l'hiver passé nous a rappelé que le nazisme n'est pas encore mort, malgré les affirmations, que nous espérons naïves ou inconscientes, de certains )). Et il évoque, par exemple le général Lammerding, responsable des pendaisons de Tulle et du massacre d'Oradour, qui vit actuellement en Allemagne Occidenta· le. A tribune du Ciro que d'Hiver, de ~au· che à droite: MM. Pierre Villon, Henry Torrès et le prési. dent Lyon·Caen; M' Lederman ; M. Wei· lers; le président Francisque Gay, Charles Palant et M' Boissarie. LE SERMENT DES SURVIVANTS Me Charles Lederman, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.E.) indique qu'il s'esi. rendu dernièrement à Buchenwald. « Je me suis sOUllenu, déclare-t-il, comme vous vous en souvenez, de l'engagement que nous avions pris, du serment que nous avions prêté : plus jamais ça ! » Et après avoir dénoncé ceux qui protègent ou remettent en selle les bourreaux d'hier, il s'écrie : « Pour ce qui nous concerne nous ne serons pas parjures, et nous ne tolérerons pas que qUiconque le soit. Tous les criminels doivent pa1ler leur jorjait : le chej des tueurs avant les autres tueurs. Et demain Eichmann en attendant les autres. » LES MEMES FORCES ... M. Pierre Villon, député, ancien viceprésident du Conseil National de la Résistance et président de l'Association Natio nale des Anciens Combattants de la Résistance, souligne la culpabilité évidente d'Eichmann. L'attitude de l'Argentine s'explique essentiellement, montre-t-il, par les liens de ce pays avec l'Allemagne Oc· cidentale. A Bonn même une campagne se dessine pour l'extradition d'Eichmann. Pourquoi ces efforts ? Sans doute parce que « Eichmann a établi une liste de ses anciens collaborateurs encore en vie )), et que nombre d'entre eux occuPent encore des postes importants en Allemagne Occidentale. . En fait, les vrais responsables, « les mêmes forces économiques et sociales qui dominaient l'Allemagne hitlérienne ont retrouvé leuT. puissance et leur rôle politique dans l'Allemagne Fédérale )), alors qu'elles ont été éliminées dans la République Démocratique Allemande. C'est ce qui explique que l'Etat de Bonn soit truffé d'anciens hitlériens, que la clique militaire se fasse si insolente, que la revanche soit ouvertement préparée. AVEC TOUS LES PEUPLES Puis, dans un bref message, M. Rappoport, fait part du soutien actif au MRAP (Suite page 11) um MOmSTRE Eichmann est né le 19 mors 1906 à Solingen, en Allemagne. Très jeune, il vient avec ses parents s' in staller à Linz, en Autriche. La ruine de ses parents interrompt ses études, et Eichmann trnvaille comme commis-voyageur pour la société Shell. Dès 1931, il adhère ou parti nazi autrichien. Poursuivi pour son activité fasciste por le gouvernement autrichien, il s'enfuit en Allemagne, où il entre dons la Légion SS autrichienne, organisée à Dachau par Nadenbucher. En 1934, Eichmann entre ou SD (service de sécurité du Reich, Gestapo) où il travaille dons la section de « lutte contre les francs-maçons ». Son zèle le désigne rapidement pour organiser la répressioh contre les juifs allemands. Après l'Anschluss, c'est lui qui dirige les pogromes en Autriche, et, dès l'occupation de la Tchécoslovaquie, il se signale par sa férocité e!l faisant déporter des dizaines de milliers de juifs tchèques et slovaques. C'est lui qui crée le ghetto de Terezin, qu'il nommait avec une ironie macabre, « la stotion thermale des juifs ». Son activité intense attire sur lui l'attention de Heydrich, et rapidement, il 0 de l'avancement. En 1937, il est SS Uutersturmführer, en automne 1938, il est Hauptersturmführer Capitaine). Il noue des relations avec Kaltenbrunner, qui est devenu entre temps « Führer suprême de la SS et de la police du Danube ». ••• En 1940, dons un mémorandum, Eichmann propose à Himmler, l'évacuation de tous les juifs d'Europe à Madagascar. Ce projet bien qu'oyant été aprauvé par Hitler lui-même, reste sons suite. Et, en 1942, commence l'extermination systématique des juifs dons les comps de Lublin et d'Auschwitz et les déportations sont étendues à toute l'Europe. A cette époque, Eichmann se fait une gloire de révéler que ce projet venait de lui. et de tousses complices! de l'Union des Sociétés Juives de France. « Fidèles à notre passé, déclare-toi!, n'oubliant rien de la récente et immense tragédie. du peuple Juif. responsables de l'avenir et de la vie de nos enfants, nous comoattrons aux côtés de tous les peuples ·qui ont combattu l'hitlerisme, pour le châtiment exemplaire des bourreaux nazis et particulièrement d'Adolf Eichmann. » QUE JUSTICE SOIT FAIT'E ! ... La parole est maintenant à M'André Boissarie ancien procureur général près la Cour d'Âppel de Paris, président du Comité d'Action de la Résistance Judiciaire, vice-président de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme. Il expose quelle fut, après la guerre, la jurisprudence en matière de jugement des criminels de guerre. Après la condamnation à Nuremberg, par le tribunal interallié de 21 des plus responsables, leurs complices furent jugés par les tribunaux de chacun des Alliés, puis une certaine latitude fut donnée à la justice allemande. Résultat : « les plus notoires, les plus dangereux de ces complice~ des grands criminels nazis sont restés ~mpunts ». I! souhaite que soit créée « une Cour pénale internationale, fondée sur les mêmes bases que le tribunal de Nuremberq, et qui, siégeant en p~r~anence, rendra,.t possible le jugement equ,table de ces CTlminels ». Mais dans l'état actuel des choses il montre en s'appuyant sur la Con· vention inter~ationale de répression du génocide, qu' « Eichrr:ann peut. ~tr~ jugé en Israël, pays dont ~l a entrame 1 extermination des ressortissants ». CE N'EST PAS PA~ HASARD ... A son tour, M. Pierre-Bloch, ancien ministre, après s'être félicité d~ l'union .réalisée au cours de ce meetmg, soullgne qu'II un certain nombre de gens qui sont aujourd'hui dans les hautes sphères gouvernementales de l'Allemagne de l'Ouest ne doivent pas être rassurés » par les révélations que pourrait faire Eichmann sur leurs activités passées. « Ceux qui ne veulent pas votr la r~· naissance du nazisme et de l'antisémitisme en Allemagne de l'Ouest, dit-il encore, sont aveuglés par la passion partisane, par un anticommunisme idiot, car il est incontestable que ce n'est pas par hasard que les croix gammées sont ressorties en Allemagne de l'Ouest, et qu'a éclaté le scandale Oberliinder. » « Je suis persuadé, conclut-i!, qu'Israël jugera Eichmann sainement et justement. Ce qui était contraire aux lois internationales, c'est d'avoir permis à ce criminel de guerre d'échapper au châtiment. » UNE VIGILANCE ACTIVE Enfin, Charles Palant, secrétaire généra! du M.R.A.P., soulignant que Il notre Mouvement s'est acquis un titre nouveau à la reconnaissance des antiracistes en organisant ce magnifique meeting » remercie avec émotion M. Francisque Gay d'avoir bien voulu accepter de le présider. I( Il ne faut pas ramen~r .l'attair:e .E~chmann déclare-toi! à un dzfferend Jurzdzcodiplomatique ent~e Israël et l'Argenti~e ... Ce qui importe, c'est que se fasse rapzdement, devant l'opinion mondiale, le p~ocès d'Eichmann, non seulement pour JUger un être immonde, que tout condamne, mais pour que soit rappelé et démonté le mécanisme de {a barbarie nazie. Pour qu'à cette occasion se fasse entendre plus forte l'exigence de justice contre tous les criminels hitlériens en liberté. » A LA TRIBUNE A la tribune, se trouvaient, autour du président Francisque Gay, outre les orateurs de nombreuses personnalités et les repré~entants d'Associations diverses. Ci· tons notamment : le 1er Président Léon Lyon-Caen ; MM. Henri Miche~, secrétaire général du Comité d'HistOlre de. la 2' guerre mondiale ; Carcassonne, senateur des Bouches-du-Rhône ; Adolphe Espiard, représentant l'Union Prog!'essiste; Mme Marcelle Huisman, MM. Leopold Schlosberg cinéaste ; Alexandre KamenIca, produéteur de films .; Alfred G~ant, secrétaire général de l'Uruon des SOCIétés Juives de France ; M. Vilner, préSident de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs ; Laigneau, secrétaire général de l' Associ~tion des Déportés du Travail et RéfractaIres de la Seine ; M. Stamfater, présjdent de la Fédération des Artisans et Façonniers

Mme Soesnowski et M. Wallach,

représentant l' Amicale ~es Familles ~e Fusillés Juifs ; M. Ralazmanam~sata, president de l'Association des Anciens Combattants MalgaChes ; Mme Marie-Louise Kahn, de l'Amicale d'Auschwitz. LES MESSAGES De nombreux messages de solidarité étaient parvenus, émanant de MM. Walter Eytan, ambassadeur d'Israël en France ; Paul-Boncour, ancien préSident du Consei!

Paul Anxionnaz, Emmanuel d'Astier,

Paul Bastid, Diomède Catroux, ancien" ministres; Mme Suzanne Crémieux, MM. Waldeck L'H:'lillier et Jean Péridier, sénateurs

Mme Nicole de Hautecloque,

conseillère municipale de Paris ; M. Mérigonde, conselUer général de la Seine ; de Mme Eugénie Cotton, directrice honoraire de l'E.N.S ; du Doyen Albert Chatelet et des profe ;seurs Jankélevitch, MarcAndré Bloch, André Hauriou, Marcel Prenant et Evru Schatzman ; du rabbin Sirat et de l'abÎ-)é Jean Pihan ; des écrivains Armand Lanoux, Claude Aveline, Georges Neveux, Jacques Nantet, Pierre paraf et André Spire, du cinéaste Alain Resnais, du général Tubert, ancien député- maire d'Alger, de Mme Denise Decourdemanche secrétaire générale de l'Association Nâtionale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance ; de MM. Cerf-Ferrière, ancien président du Groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative, et Auguste Gillot, maire de SaintDenis, membre du Conseil National de la Résistance. En 1942, Eichmann est promu Obersturmführer lieutenant-colaneil. Comme l'explique son brevet de nomination: « Il s'est acquis des mérites particuliers en débarrassant les territoires de l'Est de leurs habitant~ juifs ),. Mois l'extermination des juifs ne lui semblait pas assez rapide. Il crée de nouveoux comps de la mort, et vei Ije personnellement à ce que ces comps soient équipés pour liquider les victimes à une cadenc8 accélérée. Régulièrement il les inspecte, et journellement il exige un rapport sur le nombre des victimes. Auschwitz battit le triSte record, ovec 34.000 juifs gazés en une seule journée. En 1943, Etchmann est nommé par Müller dirigeant de Section de la Gestapo, et les affaires concernant les églises passent également sous son contrôle. La section qu'il dirige est connue sous le nom de IVB 4. Il est dès lors le 4e homme du régime policier nazi. Sa fiche personnelle trouvée dons les archives de la Gestapo, 0'1 point V relatif à la « fidélité à l'égard de la conception nationale socialiste » portait ce seul mot : « inconditionnelle ». Et dons cette biographie, l'impression générale de son supérieur, le SS Kaltenbrunner, est ainsi résumée : « Très bon élément, énergique et impulsif, possédant des capacités pour administrer lui-même son domaine d'activité et qui a accompli en particulier des tâches d'organisation et de négociation de façon permanente et remarquable. Spécialiste reconnu dans son domaine ». Toujours en 1943, Eichmann préside à Berlin, une conférence ~ur la « solution du problème juif ». « Il déclare que la question juive devrait être réglée vite et résolument » précise le procès-verbal. En 1944, Eichmann transfère ses services à Budapest. Il est chargé Je « régler définitivement» la question juive en Hongrie. Ses instructions: en 90 jours, la Hongrie doit être « judenrein », les 900.000 juifs hongrois doivent disparaître. C'est à cette époque, sur un ordre de Himmler, qu'Eichmann, à contre coeur, entama d'étranges négociations avec des représentants sionistes: un infâme marché où la vie de un million de juifs était subordonnée à la livrOison de 10.000 camions, destinés à continuer la guerre. Ces tractations n'aboutirent pas. Un des émissaires sionistes Kasztener, devait quelques années plus tord, être tué par un israél ien qui lui reprochait ses tractations avec les nazis. « Je peux mourir maintenant, je danserai de joie dans ma tombe au souvenir des six millions de juifs que j'ai exterminés» a osé déclarer Eichmann. De telles paroles suffisent à illustrer l'homme qui les proféra. 11 QUE SE PASSE-Y-IL ? (SUITE DE LA PAGE 2) cru devoir citer, par un procédé assez cavalier, celles-là mêmes qui n'avaient pas jugé bon de lui répondre, créant ainsi, volontairement, la confusion. Car c'est bien sous le signe de la confusion que se place cette entreprise. Concernant les Juifs de l'U.R.S.S. - qui ne lui ont jamais demandé son soutien - M. Goldmann, déclare 'qu'ils « ne sont pas persécutés », mais qu'ils « subissent certaines discriminations qui le! empêchent de choisir de vivre en tant que Juifs ». En fait, de nombreux témoignages di· rects montrent qu'en U.R.S.S., les Juifs, comme tous les citoyens, participent à tous les domaines de la vie sociale, économique et politique - et ils figurent en bonne place, par exemple, parmi les savants qui ont assuré le lancement des spoutniks. La religion juive est pratiquee dans les mêmes conditions que les autres. Et la pratique du yiddisch subit la même évolution que dans tous les pays où les Juifs s'intègrent à la vie nationale. Elle se signale par la publication récente de livres, par des manifestations comme la célébration du centenaire de Chalom Aleichem, qui n'a été en aucun pays plus éclatante qu'en U.R.S.S., par l'existence de troupes théâtrales et folkloriques, dont des représ.entants, venus récemment en France, ont soulevé l'enthousiasme de.~ connaisseurs. De plus, les oeuvres princ~pales de la littérature yiddisch, traduites dans les diverses langues de l'U.R.S.S., sont mises à la portée de millions de citoyens. Si, dans ce pays, qui fut naguère la terre des pogromes, il subsiste ça et là, dans certains secteurs de l'opinion, des marques d'antisémitisme (réprimées par la loi) nul ne saurait s'en étonner. De même on ne saurait nier que l'évolution de la population juive, sortie depuis quelques générations à peine des ghettos, puisse poser, dans les conditions particu· lières de l'U.R.S.S., des prOblèmes qui ne sont pas tous résolus pleinement, et susciter des discussions parmi les intéressés eux-mêmes. Des problèmes comparables se sont posés en France, par exemple, après la Révolution de 1789. Et les polémiques opposant M. Goldmann lui-même à M. Ben Gourion prouvent qu'en Occident aussi, il existe des désaccords sur ce que c'est que « vivre en tant que Juif '1. Mais de là à justifier une conférence internationale, il y a loin. M. Goldmann ne serait-il pas animé par d'autres mobiles que « le sort des Juifs » ? AFRIOUE DU SUD • Pour la justice et 1/ égalité Le Comité pour la JustIce et l'Egalité en Afrique du Sud vient de rendre publique la déclaration suivante: Les sangLants événements de Sharpeville et de Langa ont soulevé l'indigna. tion du monde entier. La situation continue de demeurer tendue en Afrique du Sud. Aucune des mesures de ségrégation ar, bitmirement appliquée aux peuples de couleur de ce.pays n'a été rapportée. Trois millions de privilégiés européens, au mépris des droits de l'homme, continuent à dicter leur loi à dix millions d'Africains et d'Asiatiques ; ceux-ci sont systématiquement privés des libertês les plus élémentaires : libertés d'expression, de réunion d'association et des droits à l'émancipaÙon politique tels que le droit de vote. La contrainte policière s'exerce avec de plus en plus de rigueur. Des centaines de femmes et d'hommes de couleur et d'Européens libéraux sont jetés et maintenus en prison ; leur nombre croît de JOUi' en jour. Dans ces conditions, le « Comité pour la Justice et l'Egalité en Afrique du Sud ,. souhaite que toutes les forces de la nation répondent et adhèrent à ses objectifs

- informer de manière objective l'opinion publique sur la situation créée en Afrique du Sud par l'application des mesures racistes et inhumaines ; - dénoncer les abus et crimes commis en Afrique du Sud. Le Comité recommande, dès aujourd'hui, d'intensifier la campagne ouverte contre de telles méthodes et d'adresser, éventuellement à l'Ambassade de l'Union Sud-Africaine, 51, avenue Hoche, Paris-S', cartes et lettres de protestation (cartes éditées pa·r le M.R.A.P., notamment). Il envisage d'organiser une collecte de fonds destinés à aider concrètement les victimes de l'apartheid, et au besoin. d'unir à "et effet, ses efforts à ceux d'autres o;ganisations étrangères poursuivant le même objectif. , Les organisations et les personnalités soussignées, en cooséqueno,e, ~ppellent instamment toutes les formations démo· cratiques et tous les hommes libres de France à les rejoindre au sein du Comité qu'elles ont fondé et d'y venir oeuvrer pour la Justice et l'Egalité en Afrique du Sud. Le « Comité pour la Justice et l'Egali1!d en Afrique du Sud » groupe les organisations suivantes: M.R.A.P., L.II.C.A., F~E.A,N.F .• U.F. E.R., Association des Etudi.an~s d'Origine Malgache, Association des Etudiants An. tillais, Témoignage Chrétien, C'hristianisme Social, Cercle Bernard Lat:lare, « Amis de Gandhi )l, Société Africaine de Culture (Présence Africaine). Et les personnalités suivantes: François MAURIAC, Louis MASSIGNON, Docteur AUJOULAT, Albert BEVILLE, Robert de MONTVALON, Robert BARRAT, Gérard SEKOTO, Guy TIRo.. LIEN, Aimé CESAffiE, Edouard GLISSANT, Paulin JOACHIM, Thomas DIOP, le Pasteur VOGE, Jacques RABEMANAN. JARA, Alioune DIOP, Holman .JAMESON, Guy de BOSSCHERE, Colette AUDRY, Jean ARON, Joséphine BAKER, Pierre BLOCH, Claude BOURDET, Louis. MARTIN CHAUFFIER, Louis DAQIDN, Jean DRESCH, Edouard DEPREUX, Jean-Marie DOMENACH, Georges FISOlIER, Jacques HOWLETT, Henri LAUGIER, Francis LEMARQUE, Michel LEIRIS AdOlphe MATHURIN, .Jean-Jacques MAYOUX Maître MANVILLE, .Jean ROUS, LÀNZA DEL VASTO, Albert ME· MI, .Jean-Paul SARTRE, Pierre NAVILLE, Edgar MORIN, Daniel GUERIN, Marcel PEJU, André PHILIP, François PERROUX, Monsieur l'Abbé PIERRE, PIGNON, Laurent SCHWARTZ, Pasteur TROCME, Tristan TZARA, Claude TRESMONTANT, Philippe SOUPAULT, Maurice VAUSSARD, .Jean AMROUCHE, Joseph KESSEL. NEO~NAZISME • L/ affaire de Villeneuve St,Georges Comme nous l'aNons indiqué da.ns notre numéro de mai, la population de Villeneuve-Saint-Georges (Seine-et-Oise) a été profondément émue par la décision du maire, M. Faïsse, de faire enlever le monument à la mémoire des fusillés et déportés, qui se trouvait dans les jar. dins de la mairie. Nous précisions que ce geste semblait s'expliquer par le jumelage de VilleneuveSaint- Georges avec la ville allemande de Kornwestheim, près de Stuttgart. Les renseignements recueillis en Allemagne confirment que le maire de Kom· westheim, Alfred Kercher, qui occupait déjà ses fonctions sous le régime hitlé. den, est un nazi ~otoire, et de la pre. mière heure. Chassé par les Américains en 1945 il n'a pu· être réélu, il y a quelque; années, qu'à la faveur de hautes protections. Est-ce en tendant la main aux criminels et en escamotant leurs crimes que M. Faïsse prétend oeuvrer à l'amitié franco-allemande'? Le carnet de D. L. NOS DEUILS LE DOYEN CHATELET Un grand patriote, Un homme épris de justice vient de disparaître. Le doyen Albert CHATELET, bien ,connu de nos lecteurs et de tous DOS amis est mort des suites d'une opération. Homme de science, il était aussi homme de coeur. La paix et la fraternité avaient en lui un défenseur passionné. Le Doyen Châtelet était un grand ami du M.R.A.P. Notre journal a publie, récemment un grand article de lui. Il s',associait à toutes nos IÎnitiatives et lors de notre meeting du Cirque d'Hiver. le 21 juin, il nous faisait encore parvenir un message s'associant de tout coeur avec notre action et s'excusant de ne pouvoir être présent. A sa famille, le M.R.A.P. adresse ses sincères condoléances. LOUIS MARIN Louis MARIN est mort. Député durant de longues années, plusieurs fois ministre, Louis Marin, était membre du Comité d'Honneur d/C notre Mouvement. Dès 1940, il s'éleva contre l'envahisseur nazi, il ne cessa ensuite de dénoncer les dangers d'une renaissance du militarisme allemand, et s'associa maintes fois à notre action. Le M.R.A.P. adresse à sa veuve, à sa famille, ses condoléances émues. ANNIVERSAIRE Le 10 juin, dans les salons de l'Hôtel Moderne, était célébré le cinquantième anniversaire de Alfred GRANT, secrétaire général de l'Union des Sociétés Mutua.- listes Juives de France. . Le M.R.A.P. était représenté par une délégation conduite par son secrétaire général Charles Palant, et comprenant Armand Dymenstajn, A. Chi! et Albert Lévy. 12 IE11~AINIGIES IFI~lUI11S Malgré les efforts déployés, tant par certains critiques que par certaines maisons de disques, pour l'édulcorer, quiconque connaît un peu le jazz sait que cette musique du peuple noir des U.S.A. a d'abord et toujours été Un cri de révolte. Révolte contre la condition faite aux « coloured men» par les EtatsUnis d'Amérique. Révolte contre le racisme qui humilie l'âme, autant que contre la misère qui humilie le corps. Que dans un « negro spiritual Il ils identifient leur lutte à celle des hébreux contre le Pha· raon, que dans un « blues ", ils prennent les médecins à témoins qu'une fois écorchés tous les hommes sont de la même couleur, que dans un air à succès ils revendiquent le droit de marcher « sur le côté ensoleillé de la rue », les jazzmen se battent contre la ségrégation avec toute la force de leull art. Le livre de Billie Holiday, qui vient de paraître en traduction française (Plon, éditeur), n'est donc . pas une exception. Mais le talent de la grande chanteuse de « blues n, La dureté de sa vie où, avant d'être vedette, et parfois tout en l'étant, elle connut les misères, les humiliations et les chutes. ont donné à son autobiographie, dont nous publions ci·contre un extrait une force très exactement inouïe, terrible, intolérable... et exemplaire. par Billie HOLIDAY NE me parlez pas de ces filles de pionniers qui partaient sur les pistes, dans des chariots bâcHés, à travers des collines bondées de PeauxRouges. Moi, je suis la fille qui partit pour l'Ouest en 1937, avec seize gars blancs, Artie Shaw et sa Rolls Royce. Cette fois, les collines étaient bourrées de blancs, vous savez, de ceux qui bouffent du nègre. Tout ceci commença une nuit chez Clarke Monroe, de l'Uptown Houst. Artie entra dans le cabaret et se mit à parler et à fa ire des plans pour son nouvel orchestt-e. Il pensait qu'il lui fallait quelque chose de sensationnel pour démarrer. « Quelque chose de sensationnel? C'est facile, lui dis-je. Payez-vous une bonne chanteuse de couleur. » Ça l'a convaincu. Artie m'attendit toute la nuit à l'Uptown House et m'installa dans son auto et m'amena à Boston pour le soir d'ouverture. Georgie Auld, Tony Pastor et Max Kaminsky l'accompagnaient ... Dans cette ville un seul homme faisait la loi, le shériff. Il faisait tout marcher. Il se trouva sur les lieux, cette nuit-là, quand nous commençâmes. Le cabaret était une caverne naturelle dans le rocher. On le voyait partout, ce shériff, et cependant, il laissait entrer à demi-tarif même les mômes. D'aill eurs, sous son nez, on vendait du whisky aux ' gosses. Mais il se fichait pas mal de ça, il était trop occupé à m'emmerder ... Quand vint mon tour de paraître avec l'orchestre, le shériff mal'cha jusqu'à l'estrade surélevée; Artie tournait le dos à la salle, alors il tira Artie par la jambe du pantalon et dit : « Eh vous! » Artie se retourna. « Ne me touchez pas », hùrla-t-il par-dessus la musique. Mais le shériff n'allait pas se rendre si facilement. Gagner ou perdre mon pari dépendait de ce qu'il allait faire, aussi l'observai-je avec la plus grande attention. Les g-ars de l'orchestre. avec qui j'avais parlé faisaient. de même. Il ti ra de nouveau le pantalon d'Artie : « Eh vous! » dit-il. Artie se retourna. « Vous voulez un coup de pied? » lui demanda-toit froidement. Néanmoins, ce sale raciste ne se tint pas pour battu. Il revint à la charge : « Eh vous! » dit-il. Puis il se tourna vers moi, et très fort. pour que tout le monde l'entende. il dit : « Qu'est-ce que la Moricaude va chanter? » Artie avait l'air ... comme si c'était la fin du monde, et du tour. Je suppose qu'il croyait que j'allais m'écrouler et m'effondrer. Mais je riais comme une folle. Je me tournai vers Georgie, Tony et Max, tendis la main et leur dis : « Allez, aboulez le pèze... » Bientôt, les jours les plus pénibles que j'avais passés avec l'orchestre de Basie me semblèrent des jours de délices en comparaison de ce que j'allais endurer. Cela alla au point que je ne mangeais, ne dormais, n'allais aux toilettes sans que nous ayons à faire un dlscours du genre N.A.A.C.P. La plupart des gars de l'orchestre étaient merveilleux avec moi, mais je me fatiguais des scènes, obligatoires pour me faire servir dans ces restaurants de second ordre, sur la route. Je suppliai Georgie Auld, Tonty Pastor et Chuck Peter son de me laisser simplement dans l'autocar que nous avions loué pour nous transporter. Là, je pouvais me reposer et ils n'avaient qu'à m'amener quelque chose à manger dans un sac en papier. Dans certains endroits, on ne voulait même pas me laisser manger à la cuisine. Dans d'autres, on voulait bien. Parfois. il fallait choisir entre me faire servir ou laisser mourir de faim tout l'orchestre. Je n'en pouvais plus de faire une histoire d'Etat à propos du petit déjeuner, du déjeuner et du dîner ... C'EST à l'époque où j 'étais au café Soci~ty que je créai une chanson que l'on identifia plus tard comme ma protest;gion personnelle, Strange Fnûts. Des compositeurs venaient au club presque chaque nuit avec de nouvelles chansons qu'ils désiraient m'entendre créer. L'un d'eux était Lewis Allan. Quand il me montra les paroles de Strange Fntits, une nuit, elles m'emballèrent aussitôt. Elles me semhlèrent exprimer, en un tout, ce qui avait tué mon père. Sonny White, auparavant mon accompagnateur, m'aida pendant des jours et des jours à parachever l'interprétation de cette chanson jusqu'au moment où nous fûment pleinement satisfaits. Quelqu'un qui m'aida aussi, merveilleusement, ce fut Danny Mendelsohn, un autre compositeur, qui avait écrit des arrangements pour moi. Il m'aida patiemment à la répéter. Je la travaillai sans relâche parce lue je n'étais pas sûre de pouvoir la sortir comme je voulais, ni de pouvoir faire comprendre à un public snob ce (fu'elle reorésentait Dour moi. T'avais neur Clue des gens la détestent. La première fois Sapotille et le Serin d/ argile IL y a pire, que d'attaquer un adver· saire, fût-il désarmé. C'est de le retourner contre luimême de le ronger, de le désagréger en le détruisant du dedans. D'obtenir qu'il se nie et se renie, et d'arriver à ce qu'il travaille à sa propre destruction. Le nègre d'Afrique du Sud se rebelle contre la domestication gratuite de son corps et de ses muscles. Il a atteint l~s limites extrêmes du dénuement. Il cne sa faim désormais incompatible avec l'accomplissement des fonctions physiologi· ques vitales.. . Mais les autres, direz..vous, de quOl se plaignent-ils ? Que veulent tous les nègres du monde ? Que peut désirer par exemple le noir antillais apparemment libre de sa 'personne et de son bien, instruit, éduqué, équarri, rangé parmI l~s 'pions d.e l'échiquier de la société, sacre citoyen republicain, lui dont les poussières d'îles s'intitulent fièrement départements français. .' Un poème, une page, en disent parfOls plus long qu'un rapport économique. Tout décriés et affamés qu'ils soient, écrivains et poètes en font peut-être autant pour leur terre que « porte-paroles II officiels ou hommes d'Etat de carrière. Le dernier en date des plaidoyers élevés par une voix nègre vient du plus discret du plus timide et du plus éloquent des' organes. Il emprunte la voix d'une enfant une petite fille née en Guadeloupe, sur les rives de la mer caraibe. Michèle Lacrosil publie chez Gallimard « Sapotllle et le Serin d'Argile II où la question de la mutation de l'être par la ségrégation est exposé dans toute sa cruauté. « Tuer le rire chez l'homme est un crime ll, dit Cocteau. Comment, alors, qualifier le fait de lui enseigner avec l'alphabet et le catéchisme, sa laideur, son irrémédiable infériorité, sa vocation au mal, à la dissimulation et la honte, l'impossibilité de s'améliorer et. de s'élever, la vanité de l'effort pour S'Instruire ? Comment juger l'éducateur achar- ~ . .. • - - _-!- ......... ~.4- ...... ,...,11,;;f·0. de confiance en soi, à l'amputer de la joie de vivre, à lui imposer le deuil de la fierté de vouloir, de lutter et d'être ? Sapotille, descendante d'esclaves qui rachetèrent leur liberté - un arrière grandpère y mit 33 ans à raison de cinquante centimes par jour - Sapotille donc a teinL de tabac brun et guère plUS de cinq ans. Elle vit à Basse-Terre, centre administratif, mais ville vieillote, endormie, moins brillante que « Pointe à Pitre ll, où déjà s'élève un Lycée. La famille de Sapotille la confie aux Bonnes Soeurs qui tiennent le Pensionnat Saint-Denis. Pour d'impérieuses raisons diplomatiques (subventions sollicitées du Conseil général) les Bonnes Soeurs faisant la part du feu admettent un certain nombre d'élè· ves de couleur. Mais venues en ces Indes occidentales « pour offrir les exemples de l'obéissance chrétienne, ramener au juste sentiment de leur condition et rappeler la soumission qu'ils doivent, qu'ils devront toujours, à ces peuplades, ces... II les Soeurs n'oublient pas une seconde cette mission sacrée. Laide, mal tenue, mal nourrie, ridiculisée, accusée de tous les péchés - le premier étant une invisible lèpre s'opposant au toucher des Bonnes Soeurs - Sapotille grandit parmi ses compagnes blan· ches, ou simplement « moins noires ll. Pieusement, quotidiennement, d'incessantes humiliations lui rappelleront son servage et la maintiendront à sa place. Devenue femme, Sapotille, qui renonce avec joie à la maternité parce qu'elle ne veut pas la méme enfance à ceux qui naîtraient d'elle, affirmera, en discutant : « Mais je ne .m'appartiens pas ! Jusqu'ici je n'ai été que ce que chacun veut que je sois - ! II « Crois-tu qu'un autre prénom me définirait mieux, moi qui ne suis personne? II PERSONNE... elle n'est, en effet. Car la voici, par la formation, asservie à tout, à tous. Dos courbé et bras abattus à l'annonce de la moindre catastrrmhp r", .. vnir.i. subissant interrogatoires et malversations sur un bateau (aux moeurs qu'on se refuse à admettre en plein XXe siècle) un bateau-pirate, alors que rôles renversés, elle devrait se plaindre, réclamer, exiger son dû ! « Nous n'étions pas, Benoit et moi des êtres libres, 'dira Sapotille. Lui, était ce que peuvent faire d'un homme de couleur les conditions de vie aux Antilles et les brimades dans tin camp allemand. Quant à moi ce n'est pas pour m'excuser que je dénonce dans la petite fille à la dragée, la petite fille au serin d'argile un être mal préparé à tirer de la vie la meilleure part. lt Et le bonheur lui passera en effet sous le nez, parce que noire. Car, une conséquence du complexe d'infériorité soigneusement inculqué au nègre et entretenu sans arrêt est la conduite du noir envers le noir. Si prOfonde est l'aversion qui lui est inspirée de lui·même, qu'il répugne à se reconnaître dans autrui. C'est un crime irrémiscible que d'être noir. On limite au possible responsabilité et catastrophe. Le malheur s'iIÏtensifie ou s'allège avec l'importance de la pigmentation. On rapproche, on compare degrés et tons de peau. Pour un peu le fils renierait sa mère et le frère sa soeur. En tout cas un mariage est impensable entre deux êtres qui n'en sont pas au même point. Personne ne consent à faire recul vers la nuit, vers l'enfer où vous plonge la carapace sombre. L'amour luimême n'y peut rien. L'homme sacrifie sa lpassion et fait taire le cri de son sang vers la lemme de son désir. C'est d'ailleurs là le vrai sujet du roman de Michèle Lacrosil : un passionnant roman d'amour, une histoire dépOuillée de tout exotisme de pacotille, traitée avec une délicatesse, une pudeur exceptionnelles. Une histoire d'autant plUS émouvante que le ton en est mesuré et la violence contenue ; une histoire que le lecteur suit d'un seul trait, sans que faiblisse un instant son intérêt sans cesse renouvelé. Marie-Magdeleine CARBET. que je la chantai, je crus que je m'étais fourvoyée et il me sembla que mes craintes étaient justifiées. Quand je l'eus terminée, je n'entendis tien, pas le moindre applaudissement. Ensuite, une seule personne se mit à applaudir nerveusement. Puis tout à coup tout le monde applaudit. Après un certain temps, la chanson prit, et on commença à me demander de l'interpréter. La version que j'ai enregistrée pOur Commodore fut de tous mes disques celui qui se vendit le mieux. Pourtant chaque fois que je b chante, ça me fiche le cafard. Cela me rappelle comment papa est mort. Mais je dois continuer à la chanter, non seulement parce que les gens me la demandent, mais parce que vingt ans après la mort de mon père. ce aui l'a tué existe toujours ùans le Sud. Pendant toutes ces années j'ai eu un tas d'expériences bizarres provoquées par cette coonson. Quand je la chante, je vois immédiatement qui est « à la coule » et qui ne l'est pas. Une nuit, à Los Angelès, une poufiasse se leva soudain dans un club où je chantais et dit ; « Billie, pourquoi ne chantez-vous pas cette chanson sexy que vous chantez si bien? Vous savez, celle qui parle de ces corps nus qui se balancent au bout des branches. » Inutile de dire que je ne l'ai pas fait. l'lIais une autre fois, dans un club de la ,S2e rue, je venais de terminer mon tour avec Strange Fruits et me précioitais comme d'habitude aux toilette . Ça se passe toujours comme ça. Quand je chante Sh'ange Fruits. cela me remue tellement que ça me rend malade. Ça me vide littéralement. Une femme 'en tra dans les toilettes au « Down Beat Club » et me trouva toute brisée d'avoir pleuré. J'étais partie de la salle en courant, à la fois brûlante d'émotion et !!la" p.e. me sentant en mëme temps misérable et heureuse. Elle me regarda et les larmes lui montèrent aux yeux. « Mon Dieu, dit-elle, je n'ai jamais entendu rien d'aussi beau dans ma vie. Vous savez:, ----_ .... Le poème de Lewis ALLAN lu arbres du Sud Portent des fruits étranges Du sang sur leurs feuilles Diol sang à la racine Iles corps 'nus y balancent Dans la brise du Sud D'étranges fruits aux branches Des peupliers sont suspendus Tcbleau champêtre Du Sud chevaleresque ! Ces yeux exorbités Crs bouches tordues les magnolias embaument de lev, [parfum exquis Et soudain : l'odeur de chair qui [brûle ... Voici les fruits offerts Aux corbeaux, pour qll'ifs les dévo- [rent, A la pluie pour qu'elle les mouille Au soleil, pour qu'il les pau risse Av vent pour qu'if les dessèche Aux arbres, pour qu'ils s'en déta- Etranges fruits Amère récolte [chent (Traduit par Agnès NAVARRE.) là-bas, dans la salle, on entendrait encore tomber une épingle. » Il y a seulement quelques mois daRs un club à Miami j'avais fait deux semaines sans avoir chanté une seule fuis Strange Fruits. Je n'avais aucune envie d'être empoisonnée avec les scènes Qui toujours se produisent quand je chante cette chanson dans le Sud. Je ne voulais pa5 commencer une chanson que je ne pourrais peut-être pas terminer. Mais une nuit, après que tout le monde m'eut demandé au moins vingt fois de la chanter, je finis par y consentir. Il y avait un drôle de type qui traînait au club depuis des jours et qui demandait inlassablement Strange Fruits et Sombre Dimanche. Je ne sais pas pourquoi il voulait tant les entendre. Pour moi, c'était un vrai « sombre dimanche ~ ce type-là. Alors, finalement, je leur dounai ce qu'ils demandaient en dernier rappel. Quand j'arrivai aux paroles de .1Lfin, ma voix était forte et furieuse, une voix que jé n'avais pas eue depuis des mois. Mon accompagnateur se trouvait dans la même disposition d'esprit. Quand je dis les paroles « ... pour que le soieil les pourrisse », le pianiste plaqua un accord, puis « ... pour que le vent les dessèche », je me jetai sur ces 1110tS comme si personne ne les avait employés auparavant. Chacune de mes paroles frappait les auditeurs comme autant de coups; de ma vie. je n'avais entendu une ovation pareille. Je me retirai, montai me changer, et quand je redescendis, ils applaudissaient toujours.

Notes

<references />