Droit et Liberté n°331 - juillet 1974

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • 25 ans du MRAP: Une inoubliable journée par Charles Palant
    • 25 années de luttes par Louis Mouscron (2ème partie)
    • Editorial: L’Afrique accuse par Albert Levy
    • Afrique australe: l'alliance de la honte par J.P. Garcia
    • Sport et apartheid, des amitiés suspectes par Emma Nicolas (apartheid)
    • Après les événements du Portugal; quatre pays en train de renaître par dr G. Tchernia
    • L'Afrique meurt de faim
    • Lettre du Guatemala par Jacques Velay; Asturias notre ami par Manfred Imerglik
    • Ordre Nouveau condamné
    • Immigrés : la manière forte
      • Des juristes se prononcent par R. Rappaport
      • "Elles" débattent du racisme (magazine "Elle") par Robert Pac
    • 1942 par Simone Boruchowicz
    • Cinéma: Cannes 1974 par Mireille Amiel
    • Mouloudji: hommage à la résistance par David Douvette
    • Vie du MRAP: le MRAP obtient le statut consultatif auprès de l'O.N.U.
    • Education à la fraternité: le système scolaire en Algérie par M.C. Munoz

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit & lR.-_i"",,b, __ ._.eIt. _ ,.r. .... ..-..t _.. ...é. 'M•• " acc IMMIGRES: la manière forte 1974 • N° 231 • 3 fRANCS 2 "Une famille éditionl d,oit crt libcrlté comme les autres" • C'est bien parce que cette famille est comme les autres que son martyre revêt un caractère exemplaire . • M.C. Presse Nouvelle Hebdo. • Denise Baumann se résoud à présenter et à tirer les conclusions de cette correspondance qu'aucun d'entre eux n'aurait imaginé pouvoir être publiée . • Bulletin Critique du Livre Français. • Un très beau livre qu'il faut lire et faire lire. Vous ne le trouverez pas dans les vitrines, il n'a pas de croix gammée sur la couverture ni le nom d'Hitler ou (l'un quelconque bourreau . • Le Patriote Résistant. • ... Elle ajoute une pierre de plus, une pierre nécessaire au monument de lutte contre l'oubli que constituent les récits, les témoignages, les recherches sur ce que fut le génocide du peuple jUif... • Serge KLARSFELD, Le Droit de Vivre. • Non elle n'est pas comme les autres, cette famille, ( car elle est juive .... Coopération Féminine. • Le racisme reste endémique, chez nous comme ailleurs... Comment un éducateur peut-il vacciner ses enfants à l'égard de ce virus? En leur faisant lire ce livre .... J. ORMEZZANO,/ L'Ecole des Parent$. « ... Dans le prologue et l'épilogue qu'elle donne à cette correspondance, c'est plus qu'un cri de douleur inapaisé, c'est un véritable réquisitoire qu'elfe prononce contre le crime où tous les siens, et tant d'autres millions de juifs, ont été immolés .... La Revue Encyclopédique Juive. • Rien . Même pas un témoignage pour l'histoire, car tout cela, nous le savions. Mais ces voix, demi-éteintes. nous disent obstinément l'angoisse des innocents suppliciés. De tous les innocents marqués du signe d'infamie . • Paul GILET, Le Monde. • Ce que nous ne mesurons pas toujours suffisamment, c'est le mal que les doctrines racistes ont causé, et combien cette peste est encore vivace. C'est pourquoi je pense que Denise Baumann, seule rescapée d'une famille juive, tout entière passée aux crématoires, a fait une oeuvre courageuse et nécessaire ' en rassemblant et en publiant les lettres des siens.» Marianne MILHAUD, Heures Claires. • Les souvenirs, pour la postérité, se vêtent en dimanche. On ne garde que les plus oeaux ou les plus significatifs. On trie même sans le vouloir. C'est ce que na pas fait Denise Baumann. André CAUSSAT, L'Humanité Dimanche. UNE FAMILLE COMME LES AUTRES (19 F) Lettres d'une famille juive sous l'occupation, réuni es et présentées par Denise Baumann. Préface de Pierre Gascar. Aux Editions Droit et Liberté • LA SANTE DES MIGRANTS 7 F) : Onze éminents médecins analysent pour la première fois ce grave problème. Format poche, 4 pages photos hors texte. • LE LOGEMENT DES MIGRANTS (6 F) : Constat et suggestions de sept associations. Format poche (épuisé). • UN DRAME A BORDJ HINDEL (19 F) : Amour et racisme dans l'Algérie coloniale. Récit de Claude Labarraque-Reyssac. • UNE ECOLE CHEZ LES TZIGANES (10 F) : Témoignage d'un instituteur, par Jean-Claude Sangan. Format poche, 4 pages photos hors texte. A commander à te Droit et Liberté -, 120, rue Saint-Denis ,75002 Paris· C.C_P. 6070-98 Paris Pour les frais d'expédition, ajouter 2 F pour un volume et 4 F pour deux volumes et plus. CI) c . CI) N

0

U ca ë ca (.) CI) .~

0 ca

~ le M.R.A.P. a 25 ans Une i.n oubliable , Journee par Charles PALANT vice-président du M.R.A.P. LE 22 mai 1949 se déroulait la première Journée nationale contre le racisme, l 'antisémitisme, pour la paix : ce fut la naissance du M.R.A.P. Cette journée reste, pour tous ceux qui y participèrent, au Cirque d'Hiver de Paris, un souvenir inoubliable. Par milliers, délégués et invités, venus de toute la France, se pressaient sur les gradins, tandis que les représentants de plus de cent organisations se succédaient au présidium de cette assemblée extraordinaire, à la fois grave et enthousiaste. Quatre années après la défaite militaire du nazisme, le souvenir des crimes hitlériens était encore si vif dans la mémoire des survivants et des combattants de la Résistance, comme dans celle de l'opinion la plus large, que la simple évocation des martyrs du fascisme faisait monter les larmes aux yeux des plus endurcis. Et comment rester insensible en entendant les représentants de tant de pays lointains dire la condition misérable de leurs peuples, la réalité parfois atroce du joug colonial et l'abnégation héroïque des combattants pour l'indépendance et la liberté. CAR , ce jour-là, s'exprimait au Cirque d'Hiver la haute conscience des antiracistes de France, fraternellement et solidairement unis : ceux qui , persécutés de l'hitlérisme et de ses complices , comprenaient que la victoire de 1945 ne marquait pas la fin du racisme et ceux qui allaient écrire - hélas! si souvent avec leur sang - les pages historiques de la décolonisation. Par le manifeste final de cette première Journée nationale s'affirmait une nouvelle génération de combattants antiracistes, au seuil d'un engagement qui, vingt-cinq ans après, garde toute sa valeur: .. Nous lutterons parmi les centaines de millions d'hommes de toutes langues et de toutes couleurs qui se sont levés pour défendre la paix et l'amitié entre les peuples ... .. Nous sommes pour l'interdiction de l'arme atomique et de toutes les autres armes d'agression ... .. Nous sommes contre toute oppression nationale et' coloniale, pour l'indépendance des peuples ... Saluant la naissance de l'Etat d'Israël, le manifeste poursuivait: .. Nous ne permettrons pas qu'Israël soit transformé en une base militaire d'agression et en un tombeau pour ses enfants, .. LA grande manifestation du 22 mai 1949, qui donna naissance au M.R.A.P., reflétait, en outre, avec une remarquable fidélité, la France antiraciste dans toute sa diversité. Elle s'y exprima par les voix les plus authentiques: travailleurs de toutes origines; puis Alain Le Leap, secrétaire général de ra C.G.T. ; savants tels les professeurs Jeanne Lévy, Jean Painlevé, Marcel Prenant, Jacques Hadamard; artistes parmi les plus prestigieux tels: Marc Chagall, Armand Salacrou, Françoise Rosay, Aimé Césaire, etc.; avocats éminents : Moro-Gaffieri, Gabriel d'Arboussier et tant d'autres vers qui montaient les ovations de l'assistance au fur et à mesure que le président André Blumel annonçait leur présence. Raconter, résumer une telle journée? Cela est bien difficile en quelques lignes. Cependant que résonnent dans la mémoire les paroles du grand tribun catholique Marc Sangnier: .. Ce qui me frappe, dit-il, c'est votre volonté de faire appel, non seulement aux hommes d'un parti, d'une philosophie ou d'une confession religieuse, mais à tous les hommes." Et cet appel passionné du grand résistant, du grand républicain Yves Farge : .. Union avant le malheur et pour conjurer le malheur.» DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUILLET 1974 3 25 années de luttes (Suite) Dans un premi~r article ( Droit et Liberté », maI-JUin 1974) . nous avons evoque la fondation du M.R.A.P., en mai 1949 alors que les crimes hitlériens avaient donné à J'antisémitis~e une dime~sion ~'horre~r, sans précédent; Le nazisme n'est certes pas efface de 1 actuallte et de nos preoccupations. Le M.R.A.P., en 25 ans, a été cependant confronté à toutes les formes de racisme et les a combattues par tous les moyens possibles. Le vote de la loi du 1er juillet 1972 fut l'un de ses plus brillants succès. Nous traitons aujourd'hui de son action, de plus en plus importante, pour faire face aux problèmes du tiers monde et de J'immigration. Eux aussi ils sont des hommes TIERS MONDE» : le mot est assez « récent, de même que l'intérêt porté par l'opinion publique à ces pays que l'on appelle «sous-développés » - anciennes colonies ou semicolonies, dont la pauvreté résulte de l'exploitation sans frein de leurs richesses naturelles et humaines par des sociétés étrangères assurées du soutien politique et militaire des pays dominants. L'histoire de la décolonisation, jalonnée de guerres et de massacres, a pour moteur la lutte libératrice des peuples opprimés, et aussi l'action des Nations Unies. l'effort solidaire des hommes de progrès dans le monde entier. Tandis qu'avec l'Inde, l'Indonésie, la Chine, cet irrésistible mouvement d'émancipation enflammait l'Asie, à Paris des gouvernants rétrogrades tentaient de l'enrayer, par tous les moyens, dans 1'« empire» colonial français, devenu successivement l'Union française et la Communauté. Le 8 mai 1945, jour de la victoire sur le nazisme en Europe, une répression féroce faisait 40 000 morts en Algérie, dans le Constantinois. On évalue à 90 000 morts le bilan du massacre de Madagascar, en mars 1947. Entre-temps, le bombardement délibéré de Haïphong, le 22 novembre 1946, avait déclenché en Indochine une guerre coloniale sanglante, qui devait durer près de huit ans. Après bien des péripéties, le Maroc en 1953, la Tunisie en 1954 conquièrent de haute lutte leur indépendance; la 4 Guinée l'impose par un «non» retentissant au référendum de 1958; les pays africains francophones se la voient octroyer en 1960, alors que la guerre d'Algérie fait rage depuis six ans et 1 continuera deux ans encore. Au diapason de l'Histoire En feuilletant la collection de Droit et Liberté, on constate la place croissante qu'y prennent ces événements. La tâche essentielle du M.R.A.P. est de faire comprendre aux Français ces transformations qui vont à l'encontre de tant d'idées reçues, sur la prétendue «infériorité » native ' et «l'incapacité» des peuples «de couleur », sur la «mission civilisatrice de la France» et «le fardeau de l'homme blanc »... Il s'agit, quoi qu'il en coûte, de mettre les consciences au diapason de l'Histoire, de montrer que ces peuples méprisés, haïs, «eux aussi, ce sont des hommes », et qu'on ne saurait les tuer, les torturer, les écraser impunément. OEuvre ardue, et qui n'est pas achevée, d'autant que des formes nouvelles de domination (le néo-colonialisme) visent à sauvegarder, sous le couvert d'« indépendances » plus ou moins réelles, et d'une «coopération» trompeuse, la mainmise toute-puissante des sociétés multinationales et que le racisme demeure le support idéologique du pillage économique persistant. Lorsque les populations colonisées tentent d'en finir avec tant d'injustices, et réclament une véritable émancipation, ce n'est jamais sans conflits et sans que les progrès accomplis soient remis en cause à chaque instant. On l'a vu au Chili, l'an dernier; on le voit au Proche-Orient, comme en Afrique et à Madagascar, en Inde et au Vietnam. Depuis une année, la famine au Sahel suscite d'innombrables appels à la solid ·arité. Il est certain que, face à la mort qui frappe des milliers d'êtres humains, l'aide alimentaire doit être développée d'urgence, non seulement par les organisations privées. mais au niveau des gouvernements. Cependant, ce drame pose surtout le problème fondamental de l'économie africaine: ses structures, ses productions restent assujetties aux intérêts, non du peuple, mais des grandes sociétés étrangères. Tout en apportant une aide ponctuelle dans quelques villages, à la mesure de ses faibles moyens, le M.R.A.P., dans sa ligne d'objectivité constante et de solidarité vraie, poursuit une campagne d'information sur cette situàtion particulièrement significative du système inhumain qui domine le «tiers monde»; seule une prise de conscience de cette réalité peut amener l'opinion publique à exiger une action plus efficace des gouvernements responsables, ainsi que les changements profonds dont les peuples de 1'« Occident » et du «tiers monde» ont intérêt à hâter ensemble la venue. Délégation de travailleurs africains du foyer. taudis d'Ivry à un congrès du M.R.A.P. (1969). Exposition du MR.A.P. dans le cadre de la Quinzaine sur l'immigration à Saint-Denis (1972). Le tiers monde parmi nous L 'AFFLUX en Europe des travail. leurs immigrés. qui découle des inégalités de développement et tend à les perpétuer. a transféré parmi nous les problèmes du «tiers monde ». La dure condition de ces hommes et de leurs familles, les discriminations quotidiennes qui empoisonnent leur vie, le climat hostile qui les entoure trop souvent, cette situation aujourd 'hui largement connue. le M.R.A.P. a été parmi les premiers (et parfois seul) à s'en préoccuper. Dès le début de son existence, Droit et Liberté l'évoque et la dénonce dans de nombreux articles; des plaintes sont déposées contre les auteurs d'excitations à la xénophobie; des initiatives visent à favoriser une prise de conscience et l'action. Le 21 mars 1968, à l'occasion de la seconde Journée internationale contre le racisme, en collaboration avec les syndicats, le M.R.A.P. organise, à Paris, une assemblée d'amitié et de solidarité avec les travailleurs immigrés: à la Bourse du travail, au fructueux débat du matin succède, l'après-midi, un meeting avec projection d'un film. C'était, soulignons- Ie, plusieurs semaines avant les grandes grèves de mai, où les immigrés ont pris une part sans précédent, et qui furent le point de départ d'un développement nouveau des luttes pour leurs revendications propres. En 1969, le M.R.A.P. pose avec éclat le problème du logement des immigrés. en faisant connaître le cas de 541 Africains entassés dans une usine désaffec· tée d'Ivry: articles, conférences de presse, tracts. meetings, démarches, en coopération avec la municipalité et diverses organisations. Après des mois de campagne, ils sont en fin relogés dans de bonnes conditions. Dans le même temps, deux Africains sont expulsés, un autre emprisonné, Bathily Boubacar, pour avoir pris la tête d'une grève de loyers (il y en a eu bien d'autres depuis) dans un foyer de SaintDenis, ce foyer de la rue Pinel, dont Droit et Liberté parlait le mois dernier encore. Car, aujourd'hui, loin d'être résolue, la question du logement n'a fait que s'aiguiser et multiplier les tensions, dans la mesure où le patronat fait venir toujours plus d'immigrés sans que soient prises les dispositions adéquates pour leur accueil. Au cours des quinze dernières années, on ne compte pas les in' cendies de bidonvilles (Saint-Denis, Villeneuve- le-Roi, etc.) provoquant la mort de plusieurs personnes, les effondrements - mortels également - de constructions de fortune (Avignon), les expulsions sans DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUILLET 1974 relogement qui, s'ils éliminent les bidonvilles horizontaux les plus visibles et les caves-camps-de-concentration, alimentent les bidonvilles verticaux, foyers-taudis devenus légaux, garnis misérables, ainsi que les agglomérations moins étendues mais plus nombreuses de baraques sordides. L'émotion suscitée par l'asphyxie de cinq travailleurs africains dans un pavillon d'Aubervilliers (1 er janvier 1970) ne se traduira, au plan officiel. que par des promesses, renouvelées chaque fois que s'accentuent la pression de l'opinion publique et les luttes des immigrés. Pour une politique de la migration Le 21 mars 1970, le M.R.A.P. fait du logement des migrants le thème central de la Journée contre le racisme; il publie un manifeste «Pour une politique de migration », dont bien des thèmes ont été repris. depuis, par tous ceux qui luttent pour une juste orientation et une action efficace dans ce domaine. Mais tels ne paraissent pas être les objectifs gouvernementaux. Les tristement célèbres «circulaires Fontanet-Marcellin », que le M.R.A.P. a combattues dès qu'elles furent connues, et dont son congrès de janvier 1973 a demandé l'abrogation, aggravent encore l'oppression, l'arbitraire et les menaces qui pèsent sur les travaiJleur~ étrangers. L'immigration reste conçue. dans notre société, comme une source de main-d'oeuvre à vil prix, taillable et corvéable à merci, pour le plus grand profit des employeurs; les immigrés sont considérés en producteurs dont l'économie engloutit la force de travail, et non en hommes. Là encore, pour justifier cet état de fait, les préjugés, les calomnies et les passions racistes viennent à la rescousse: «ces gens-là », ils «ne sont pas comme nous », et ce qu'on leur accorde, «c'est assez bon pour eux»! Le racisme est un moyen privilégié, parmi d'autres, pour les isoler, les neutraliser, les séparer des autres travailleurs, pour en faire les «boucs émissaires » des difficultés et des crises. Dans la France de 1974, le racisme c'est avant tout la xénophobie, visant tous les travailleurs immigrés, et atteignant un degré particulièrement élevé à l'encontre des Maghrébins. Défendre sans relâche leurs droits, leur dignité, c'est le devoir impératif de tout antiraciste digne de ce nom. Sans oublier les autres formes de racisme (anti-juif, anti-noir, anti-gitan) il est donc normal que dans les combats qu'il mène, vingt-cinq ans après sa fondation, le M.R.A.P. consacre aujourd'hui aux problèmes liés à l'immigration une part essentielle de son effort. (A suivre.) Louis MOUSCRON. 5 Un exotisme frelaté Je suis en spectateur depuis longtemps les efforts de votre Mouvement, étant Intéressé par des pays aux antipodes de la France où vous n'avez guère l'occasion d'intervenir malgré les petits ou grands drames quotidiens qui s'y passent, dans le cadre d'un affrontement entre Blancs et Mélanésiens. Ce qui m'a permis d'observer bien des facteurs du racisme obsédant qui caractérise notre attitude dès que nous sommes en présence d'un monde étranger; l'un d'entre eux est l'ignorance, multipliée par la fausse connaissance que l'on croit avoir de ceux que l 'on méprise. Il y a des textes publiés qui font foi des extraordinaires faussetés que l'on préfère croire plutôt que d'affronter en égal l' 0 autre ' . D'où je tire la conclusion qu'il ne suffit pas de protester contre les événements qui sont en bout de chaîne, mais qu'il convient d'abord de combattre l'ignorance et les facteurs favorisant ou créant cette ignorance. Il m'apparaît que le matraquage continu auquel se livrent les Conférenciers Pleyel et autres explorateurs, augmenté des moyens de l 'audiovisuel ou de la télévision, joue un rôle non négligeable pour aider les Français à se persuader qU'ils sont placés au sommet de la hiérarchie des civilisations et que, dès que l'on passe la mer, on a affaire à des sauvages. Il m'apparaît de plus en plus nécessaire d'agir pour contrecarrer une propagande d'autant plus insidieuse et dangereuse qu'elle n'est fondée que sur le jugement que nos concitoyens n'apprécient qu'un exotisme frelaté, plein d'exploits imaginaires et de moeurs terrifiantes. Le problème me semble grave, et par ailleurs lié à la survie de la discipline que je représente ... Professeur Jean GUIART, Directeur du Laboratoire d'Ethnologie au Musée de l'Homme, Paris. Pour la vérité historique Le numéro 329 de 0 Droit et Liberté, (avril 1974), en citant un beau poème du poète arménien Missak Manouchian, le présente ainsi: «Responsable du groupe qui portait son nom pendant l'occupation et dont les membres furent fusillés le 21 février 1944-. Hélas, seule la date indiquée dans le texte correspond à la réalité historique. En effet, les groupes dd Résistance ne portaient pas de nom de responsable, autant pour des raisons de sécurité qu'en raison des changements 6 intervenus périodiquement. Par ailleurs, Manouchian ne faisait pas partie d'un groupe mais d'un des détachements F.T,P.F., M.O.I. (main-d'oeuvre immigrée) de Paris. Le procès de février 1944 fut intenté à 70 résistants arrêtés , parmi lesquels les nazis en ont extrait 23 (non pas 20 comme vous l'avez écrit), dont 22 furent fusillés et le 23' , plutôt la 23', car il s'agit de la seule femme, Olga Bancic, fut décapitée à la hache en Allemagne le jour de son anniversaire. Les nazis ont uni les 23 dans la mort, mais ceux-ci appartenaient à plusieurs détachements F.T.P.F., M.O.I. et furent arrêtés séparément. Ces quelques lignes sont destinées au rétablissement de la réalité historique et à l'abandon d'une formule, devenue courante, mais historiquement erronée, parlant d'un groupe Manouchian. Ce qui n'enlève nullement à l 'héroïsme et au sacrifice du poète arménien. S. CUKIER-GRANl;, Paris, Psychanalyse et nazisme Grand a été mon étonnement de trouver dans le numéro d'avril de 0 Droit et Liberté., sous la plume de David Douvette, une assimilation du livre de J. Brosse, 0 Hitler avant Hitler' avec divers romans sadi co-pornographiques tels que «Fraulein S.S. ' ou «Gretchen sans uniformes -. Je connais Jacques Brosse, qui est profondément antifasciste. Son livre tente seulement, à la lumière de la psychiatrie, d'expliquer comment l'enfant Hitler a pu devenir un bourreau. Une telle explication n'équivaut nullement à une absolution. C'est refuser seulement de croire que le racisme nazi est une sorte de tare Incompréhensible que Hitler et ses complices auraient, en somme, reçue de naissance. Pour ma part, je crois qu'on devient fasciste (voir notamment 0 L'enfance d'un chef-, de Sartre - ce dernier est-il suspect de réhabiliter les fascistes 1). Si la ' psychanalyse permet d'éclairer certaines racines du phénomène hitlérien, je ne vois pas pourquoi on l'accuserait de compliCité. Ce serait refuser tout progrès de la connaissance scientifique parce que, dans le cas qui nous occupe, cette connaissance risquerait de nous faire toucher du doigt la nature de cette barbarie qui nous fait horreur. L'horreur ne doit pas nous faire nous voiler la face . Même s'il n'est pas ragoûtant de considérer le cas d'Hitler comme Jacques Brosse le dit lui-même, je crois qu'une entreprise comme la sienne sert, en définitive, à éviter des résurgences toujours possibles. Jean-Claude LABRACHERIE, Paris-15°, N.D,L.R. " n'y a pas eu, de la part de notre collaborateur, « assimilation », mais énumération d'un grand nombre d'ouvrages consacrés au nazisme et qui, selon lui, ont pour effet, «peu ou prou », d'une façon « directe ou indirecte », de faire «comprendre et absoudre» Hit- 1er, " reste que les observations de J.-C. Labracherie ouvrent un débat qui mérite d'être poursuivi .. , Portier de nuit Je ne partage pas le point de vue exprimé dans l 'article d'Hélène Tenenbaum (0 Droit et Liberté " , mai-juin) , à propos du film de Liliana Cavani , 0 Portier de nuit". " est dommage à mon avis de le classer parmi les ouvrages : livres, spectacles, films , etc ., qui constituent, eux, un véritable scandale, le premier pas vers une réhabilitation du nazisme. Je ne suis pourtant pas une inconditionnelle de ce film. S'il a un tort, c'est seulement que l'auteur s'en est tenue à l'aspect clinique du nazisme, si tuant son film en dehors de tout contexte historique ... mais ce n'était pas le sujet du film , • Portier de nuit " c'est une vision paranoïaque du nazisme, une succession d'images obsessionnelles des victimes - et je mets dans ce terme la victime et le bourreau - tous deux cloîtrés volontairement en dehors du réel. Ils sont à la fois traumatisés et conscients des horreurs et de l'échec de cette idéologie, mals ne peuvent plus se défaire de leur passé; ils sont détruits à jamais par la machine Immonde. Par là même, ce film dénonce le fascisme et je m'étonne que certains ne le sentent pas. On Quitte ce film réellement mal à l'aise; aucun accord possible avec 'les 0 héros -, aucune sympathie, seulement peut-être une certaine pitié humaine .. , une Immense révolte contre la puissance de destruction du nazisme Qui conduit à la négation complète de l'homme. Douteux ... Katla LAURENT, Montrouge (92) . Encore un spectacle où un antisémitisme qui n'ose s'avouer franchement affuble d'un fauxnez énorme un personnage qui représente Kissinger, lequel se présente comme voulant tout acheter en France. Il s'agit de l 'actuel spectacle de Bobino : • " était une fois l'opérette . • Certes, aucune parole antisémite n'est prononcée. Je regrette d'autant plus ce sketche d'un goût douteux que, dans l'ensemble, ce spectacle est digne d'éloge. E. L., Paris-16'·. J'aimerais aider les gens j'ai 16 ans et demi et je m'intéresse fortement aux problèmes du racisme. J'aimerais Que vous me renseigniez comment je peux faire partie d'un mouvement antiraciste. Je voudrais être militante mais malheureusement je n'habite pas à Paris . Renseignez-moi sur tous ces problèmes. Comment Jane Fonda a pu convaincre et créer un mouvement ahtiraciste et contre la guerre? j'aimerais aider les gens, tous ceux qui sont malheureux. Peut-être ai-je des idées un peu trop excentriques, mais répondez-moi. Merci d'avance. j'ai été renseignée par le journal • Christiane ". Béatrice GAREL, Le Havre (76). N.D.L,R. Pas excentriques du tout, ces idées-là. Des informations précises sont envoyées directement à cette jeune correspondante, notamment une interview de Jane Fonda à « Droit et Liberté", et l'adresse du comité du M.R.A.P. du Havre. 2Se anniversaire Je vous prie de me considérer toujours comme un des vôtres, étant donné votre action, que tout démocrate ne peut qu'encourager. Maurice RIBAC. Schoelcher (Martinique). Bon anniversaire au M.R.A.P., et qu'il co'ntlnue son beau tra· vail. Yvonne SEE. Vlce-pré.ldente de la LIgue Internationale de. Femmes pour la Paix et la L1bert6. dans ce nUIllèro LA FRANCE ET L'APARTHEID La France collabore ouvertement avec l'Afrique de l'apartheid (pages 8 et 9), alors les colonies portugaises amorcent leur libération (page 10). " ORDRE NOUVEAU » CONDAMNÉ Suite à l'action du M.R.A.P., la loi du 1" juillet 1972 a été' appliquée pour la première fois contre les campagnes de leurs immigrés (pages 14 et 15). IMMIGRES : DES SOLUTIONS ? Peut-on espérer qu;un terme sera mis à la politique du bâton envers les travailleurs immigrés? Le M.R.A.P. a rappelé ses propositions au gouvernement (pages 16 et 17). JUILLET 1942 En mémoire de la grande rafle du Vel' d'Hiv' à Paris, le témoignage d'une femme juive dont les parents sont morts dans les camps (pages 20 et 21). MOULOUDJI. Une interview de Mouloudji, qui' vient de sortir un disque de chants et de poèmes sur la Résistance des combattants et du peuple français (page 25). EN COUVERTURE Combattants du M.P.L_A., en Angola (photo Augusta Conchiglia). Un père et son enfant, victimes de la famiDe, au Sahel (photo U.N.E.S,C.OJ. Exercice de tir contre le « péril noir", en Afri(ue du Sud (photo Associated Press). Maquette : Lucky Thiphaine. MENSUEL DI. Re Si ... .,...., ..... (Jo) T6L .... .17 - c.c.p ...... .... ABONNEMENTS eUDaa:JltI' . e AboIUlfllDellt de ...... : • l' ADtQ.1es, lWun1on. Mqb~..1 AfrIque fraDCoDhone, Laos, Camooaae, KouwDe CaWdoDIe : 30 P. Autres pa,. : 40 P. ChaDpziJeDt d'adreue : 1 P. PUBLICITE BeD6 BlUAND ~~:'~ AIbeJt Imprimerie r.. JIaJe - - éditorial L'Afrique accuse CONTINENT de la traite des Noirs et de l'oppression coloniale, du sous-développement et de l'apartheid, l'Afrique est sans doute la région du monde où le racisme aura exercé les méfaits les plus cruels et les plus durables. Aujourd'hui, en dépit de l'indépendance acquise par la plupart des pays africains, les mêmes sociétés multinationales continuent d'exploiter leurs richesses, de peser sur leurs structures et leurs orientations. La famine qui décime le Sahel illustre bien les conséquences néfastes de ce système, qui vise à satisfaire des intérêts étrangers et nullement les besoins des peuples. En Afrique du Sud et en Rhodésie, orgueilleux bastions de la • suprématie blanche., l'écrasement des populations africaines est inscrit dans la loi: exploitation, répression et apartheid y sont les trois aspects inséparables d'une politique fondée, là aussi, sur la réalisation et la défense d'énormes profits. Quant aux territoires occupés par les forces portugaises, depuis longtemps, déjà, des témoins ont dénoncé l'atrocité des méthodes qui y furent employées, Leur autodétermination - condition de la démocratie au Portugal - ne va pas sans difficultés, dans la mesure où de puissants intérêts économiques sont en jeu: ·on parle ouvertement, par exemple, d'amputer l'Angola d'une zone riche en pétrole, à laquelle s'intéresse beaucoup une compagnie américaine ... PAR ses souffrances et par ses luttes, l'Afrique accuse ceux qui la dominent et la pillent, qui l'empêchent, depuis des siècles, de maîtriser son destin. Et si l'on précise les responsabilités, il faut bien admettre que la France en porte une lourde part, dans le présent comme dans le passé. Dans ses anciennes colonies , atteintes 01-1 non par la sécheresse, la « coopération ., • parce qu'elle reste subordonnée aux impératifs économiques et stratégiques traditionnels, i ne constitue pas une aide véritable et ferme la voie aux transformations indispensables. , Notre pays, qui a fourni les armes en abondance au Portugal fasciste pour mener ses guerres africaines, n'a manifesté officiellement aucune satisfaction à la suite des '1 événements de Lisbonne; il ne figure pas parmi les 84 pays qui ont reconnu l'indépenj dance de l'a Guinée-Bissau. . Pour qui se fait. une certaine idée" de la France républicaine" de son rayonnement dans le monde, plus inadmissible encore apparaît la politique menée vis-à-vis de l'Afrique du Sud. Violant constamment les décisions de l'O.N.U ., la France, considérée comme • la meilleure amie» du pouvoir raciste de Prétoria, déploie une intense activité pour le renforcer sur les plans militaire, économique, politique et moral. Dans son message au Parlement, le nouveau président de la République a, certes, j affirmé que notre pays «s'interdira toute vente d'armement qui serait contraire (à la) l mission libérale de sa diplomatie ". On peut d'autant plus s'interroger sur la signification Ide cette phrase que, pour lui, ce serait là une· confirmation. et une «accentuation» de la politique passée, non un changement. Pense-t-il d'ailleurs à l'Afrique du Sud ' lorsqu'il parle ainsi? Dans sa réponse au M.R.A,P., pendant la campagne électorale, il n'a pas abordé ce sujet, Et en Afrique du Sud, selon l'A,F.P., la population blanche voyait en lui «son candidat » . Nous notons d'autre part avec inquiétude que, quelques jours après la déclaration présidentielle, six représentants du gouvernement français se rendaient en Afrique du Sud pour préparer la visite prochaine d'une mission officielle; qu'à propos de plusieurs manifestations sportives, la France vient encore de se poser en défenseur attitré des racistes sud-africains; qu'on annonce le jumelage, au milieu de grandes festivités, de la municipalité de Nice avec celle du Cap ... L' ENSEMBLE des rapports avec l'Afrique explique pourquoi de larges secteurs de l'opinion française continuent de la voir à travers les préjugéS entretenus de ' longue date, On rend les Africains coupables de leurs propres difficultés, comme on le fait ici des travailleurs immigrés. On ne voit en Afrique que les insuffisances, en oubliant que l'Europe ne donne guère l'exemple de la démocratie, de la justice et j de l'humanisme, Et, drapé dans un absurde sentiment de supériorité, on ignore délibérément les efforts et les sacrifices des peuples africains (comme de tous les peuples) pour la conquête de leurs droits et de leur dignité. Connaître, faire connaître la vérité, là plus peut-être que partout ailleurs, c'est la tâche majeure des antiracistes. Albert LEVY. DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUIUET 1974 7 afrique australe L'alliance de la honte l ,ASSEMBLEE 'générale des Nations unies condamne régulièrement depuis de nombreuses années la politique d'apartheid de l'Afrique du Sud. Elle appelle régulièrement tous les Etats à boycotter les ér;hanges économiques et commerciaux avec le gouvernement raciste de Pretoria: Paradoxalement, 'alors que la condam· nation internationale se faisait plus forte, les gouvernements français intensifiaient, dans leur nature et leur quantité, les relations avec l'Afrique du Sud. Le pOint est atteint où parler d'échanges ne suffit plus; c'est de soutien et de collaboration avec le pays du « racisme constitutionnel " dont il est aujourd'hui question. Le rôle Singulièrement important du soutien français au régime sud-africain et la méconnaiss'ance quasi générale de son étendue ont conduit l'A.N.C. (African National Congress) à éditer une brochure de quarante-six pages, au titre significatif

« L'apartheid et la France ,

1958-1973. » Nous avons largement puisé dans les données chiffrées de cet ouvrage, la matière de cet article. La France a longtemps limité ses relations économiques avec l'Afrique du Sud à l'achat de laine brute ; les importations françaises étant très il'argement supérieures aux exportations. Aujourd'hui le rapport est totalement inversé : de 1961 à 1971 ; les exportations françaises ont été multipliées par sept, alors que celles de l'Afrique du Sud n'ont même pas doublé. II faut noter pour éclairer ces chiffres que dans ces statistiques officielles, les ventes d'armes ne sont pas comptabilisées. C'est dire, l'importance du marché sud-africain dans le commerce extérieur français. Les exportations françaises se r;aractérisent de deux façons. D'une part, elles consistent essentiellement en la livraison de matériel lourd (véhicules de transports, chaudières, engins de terrassement), d'autre part, elles constituent pour les entreprises françaises une incitation à la création de filiales sur place, Les industriels français deviennent in· vestisseurs et pérennisent l'exploitation des Noirs d'Afrique du Sud et le système de l'apartheid. Les capitaux françaiS ne représentent pas plus de 6 % des investissements étrangers en Afrique du Sud (442 millions de Rands S.A.) , mais leur importance est considérable, du fait des secteurs où ils sont concentrés. Ils font profiter l'Afrique du Sud de la technologie frl'h"lçaise la plus avancée dans les secteurs stratégiques : armement (2), électronique , automobile et pétrole. Les avions Marcel Dassault et les automitrailleuses Panhard sont construits en Afrique du Sud avec des capitaux, des plans, des techniciens et ouvriers français. En ce qui concerne l'automobile, presque toutes les firmes françaises y possèdent des chaînes de montage : Peugeot (8 % du marché sud-africain), Renault, Citroën, Unic, Berliet. Michelin. Tous les grands noms de l 'électronique et du matériel électrique françaiS sont représentés en Afrique du Sud. Simple échange commercial? niomson-C,S,F. a construit en Afrique du Sud un vaste réseau de radiodiffusion n'émettant qu'en Evolution du commerce extérieur entre la France et l'Afrique du Sud (1) (en 1 000 F) Importations Exportations Année françaises françaises Balance 1960 249.823 163.755 - 86.068 .. _.~~-------- 1961 271 .819 144.547 -127.272 ~~--~-~- --~------_._-~.-- 1965 331.542 434.468 + 102.926 --Charles---- 1967 342.261 472.085 + 129.824 1969 446.908 719.876 + 272.968 1971 440.023 1.002.356 + 562.333 8 modulation de fréquence. Les récepteurs radio vendus aux Africains ne peuvent recevoir . que cette gamme d'onde. ,. Pa~ ailleurs, Thomson-C.S,F. construit sur place tout le matériel de transmission de l'armée sud-africaine. Les échanges commerciaux, sportifs et culturels • se sont multipliés ; le .fait est grave. Mais il faut aussi dire l'importance stratégique du rôle de la France pour Pretoria à l'échelle du continent africain. La France, « amie du tiers monde " champion de l'indépendance nationale sert de faire-valoir pour le gouvernement raciste de M, Vorster. A Paris se négocient les importants accords financiers entre ::ertains Etats africains et les banques d'Afrique du Sud; à Paris sont tirées les ficelles du « dialogue • entre Pretoria et certaines capitales africaines. L'Afrique du Sud a compris que, de son isolement, voulu et réclamé, par l'ONU., pouvait venir sa perte. Elle a donc cherché à ouvrir ses frontières vers le continent africain et a fait appel aux bons offices de la France. ,En contrepartie, l'Afrique du Sud se présente comme le dernier rempart de la civilisation occidentale en Afrique, En fait, elle est le chien de garde du conservatisme le plus aigu, elle est le fascisme institutionalisé. Notre pays en est l'ins· trument depuis une dizaine d'années. C'est avec raison que certains auteurs ont pu qualifier cet axe Paris-Pretoria d'alliance de la honte. Jean-Pierre GARCIA_ (1) D'après le Centre françaiS dL: commerce extérieur, fiche express • Afrique du Sud " Paris, juillet 1972. (2) Le soutien militaire de la France mérite un développement particulier; il fera l'objet d'un prochain article. sport et apartheid Des amitiés L A Fédération franç~ise d'At~I~tis~e (F .F,A.) a sollicite la participation d'athlètes sud-africains à la rencontre qu 'elle organise chaque année en juin, le Mémorial Méricamp, En quoi cette décision nous concerne-t-elle? Tout simplement parce que l'Afrique du Sud est le pays de ~' apartheid, et qu 'en raison de cel a, elle a été suspendue par la Fédération internationale d'Athlétisme en 1970. Cela veut dire que l'Afrique du Sud ne peut participer ni aux Jeux ol ympiques, ni à des championnats , ni même à des rencontres avec un autre pays. Pourquoi, dans ce cas, la F.F.A. continue-t-elle d'inviter les athlètes de l'apartheid et d'envoyer des athlètes français au Cap ou à Johannesburg? La seule réponse des dirigeants est qu'ils ne voient pas pourquoi ils devraient agir autrement. Pour donner un tour « légal" à leur collusion avec les dirigeants de l 'unique pays au monde où le raci sme est inscrit dans la Constitution , ils arguent du fait que la résolution de 1970 n'interdit pas les ren::ontres entre athlètes sud-africains et athlètes de pays tiers tant que les uns et les autres ne sont pas des représentants officiels de leurs pays respec· tifs . Il est vrai qu 'une résolution inter· disant ces rencontres a été présentée par l'Afrique, en 1972, mais elle a été repoussée par 228 voix contre 155. Astuces de procédure Cela s'explique par le fait que l'Europe de l'Ouest et l'Amérique du Nord ont droit à plus de voix que les représentants de l 'Afrique, de l'Asie et des pays socia· listes, bien que ces derniers soient plus nombreux. Il faut savoir aussi que la Fédération (blanche) sud-africaine - qui ne peut en tout état de cause prétendre re· présenter que 4 millions de Blancs - dispose de 8 voix, plus que le Maroc et l'Algérie, qui, chacun, représent 15 millions d'habitants. Ne nous étonnons donc suspectes pas si les représentants «majoritaires" et le président de la Fédération inter· nationale, l'Anglais Exeter, utilisent toutes les astuces de procédure pour empêcher l'exclusion pure et simple de l'Afrique du Sud , et y réussissent - du moins jusqu 'à présent. Pour donner la mesure de la mansuétude de ces mes· sieurs à l'égard des racistes, il suffit de rappeler qu 'ils ont accepté en leur sein un représentant de la Rhodésie d'lan Smith , que personne au monde ne reconnaît. Mais il ne leur viendrait pas à l'idée d'accepter l'adhésion d'une fédération de Guinée-Bissau, reconnue , elle, par 84 Etats! Car, comme chacun sait, dans ce dernier cas , ce serait "faire de la politique ". Péché suprême 1 Bien entendu, le gouvernement sud·africain , qui interdit tout club, ou champion· nat interraciau x, ne commet pas ce pé· ché , lui. Pas plus d'ailleurs que l'orga .. nisme de tutelle des fédérations françaises , le secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports , qui , jusqu 'à très récemment, demandait aux fédérations de ne pas permettre aux équipes de la R.D .A. de jouer leur hymne national et de porter leur drapeau, Les services de M. Mazeaud ne voient aucun inconvénient aux bonnes relations avec l 'Afrique du Sud de M. Bal· thazar Vorster et ne pensent pas une seconde que l'Afrique pourrait prendre à l 'encontre de la France les mêmes me· sures de boycott qui ont été décidées contre l 'Angleterre , La F,F.A. a conscience pourtant du fait que son amitié pour l 'Afrique du . Sud raciste peut paraître suspecte. La preuve en a été fournie une fois pour toutes lors de la tenue du Memorial Mericamp. Aucun pays - pas même la Tunisie, unique pays africain représenté - n'avait été prévenu de la présence des Sud' AfricaÎns . Ce n'est qu 'à leur arrivée à l'hôtel que les délégations l'ont apprise, grâce à la campagne menée par le SANROC (Comité non-racial sud-africain pour les sports olympiques) et à celle du M.RAP" qui avait également protesté et alerté toutes les délégations. DROIT ET LlBERTÉ- N° 331 - JUILLET 1974 Le mensonge était gros ... Le responsable de la délégation soviétique nous a même déclaré que lorsqu'il a interrogé les dirigeants de la F.F.A. sur cette présence inattendue, il lui fut répondu qu'il • ne s'agissait pas vra.iment. de Sud-Africains puisque ces athietes résidaient en Europe ou en Amérique. Or, à l'exception du discobole Van Reenen, tous les athlètes présents à Paris étaient venus (aux frais de leur fédération nationale) de l'Afrique du Sud, accompagnés de l'entraîneur officiel. Certains, comme Malan, sont même des champions très connus. Le mensonge était gros, mais révélateur des craintes et des intentions de la F.F.A. Celle-ci a ainsi montré qu'elle 'était prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour « couvrir. la tentative de l'Afrique du Sud de réintégrer l'olympisme mondial. Les dirigeants racistes veulent faire croire au monde qu'ils ont renoncé au racisme dans le sport en incluant un ou deux Noirs , de temps en temps, dans des rencontres internationales (1). Mais ce que le peuple sud·africain exige, c'est la fin totale de la discrimination raciale , et ce à tous les niveaux. Les maître de Pretoria n'en sont pas encore là, ni dans le sport - où l'on voit mal en quoi leur suprématie politique est en danger - ni dans aucun autre domaine. Ne viennent·ils pas d'empêcher le repré· sentant du football non·racial , M, Norman Middleton , de quitter l'Afrique du Sud pour participer au congrès de la Fédéra· tion internationale de Football (F .I.F .A.) à Francfort. par crainte qu 'il ne rappelle au monde que rien n'a changé dans le bastion du 'racisme? La manoeuvre de la F,F.A. a bien failli réussir. Mais l'attitude digne des représentants des pays socialistes doit lui servir de lecon, au cas où elle serait tentée de recommenèer. Un énergique communiqué de protestation signé par l'U.R.S.S ., la Pologne et la Tchécoslova· quie a été remis à la F,F.A" à l 'ouverture de la rencontre . L'athlète noir américain Willie Davenport a exprimé individuellement son indignation et se montrait prêt à boycotter la rencontre si les pays socialistes en décidaient ainsi. Si cette mesure n'a pas été choisie - seule la Tunisie s'était retirée - ce fut par un souci de courtoisie envers la France. Voilà donc un avertissement clair que devraient mé· diter les dirigeants de la fédération de Rugby, qui s'apprêtent à recevoir l'équipe blanche sud·africaine des Springboks en novembre prochain , Emma NICOLAS, (1) Dans l'équipe présente à Paris il y avait, en effet, un Noir dont les piètres performances sur le terrain ont montré qu'II n'était là que pour servir d'alibi. 9 après les évènements au Portugal OUATRE PAYS EN TRAIN DE RENAITRE LES événements du Portugal ont, depuis le 25 avril, placé au premier rang de l'actualité un problème qui préoccupait peu les Français : celui des guerres de ce pays en Afrique. La lutte de libération dure depuis plus de douze ans en Angol'a, au Mozambique et en Guinée·Bissau, sous la direction de trois mouvements reconnus depuis longtemps comme représentatifs par l'O.U.A. et les Nations Unies : le M.P.L.A., le FRELlMO, le P.A.I.G.C. Il est clair que ce sont les progrès même de cette lutte, sur le plan militaire comme sur celui de son impact populaire, qui ont permis d'amener au bout de ses contradictions et à sa chute le gouvernement Caetano, rejoigllant ainsi dans leurs efforts les démocrates portugais. Sur le plan militaire, le stade de la guerilla est depuis longtemps dépassé dans les trois pays - grâce à l'aide en armement de pays amis, grâce. surtout, à une mobilisation et à une technicité 'accrues des soldats des armées de libération. L'aide militaire en hommes ve· nus d'autres pays est, en effet, inexis· tante. Cette pression militaire de l'armée de libération, des milices populaires , l'adhésion complète de la population aux objectifs de la lutte ont rendu extrêmement diffi cile, pour l'armée portugaise, l'a conti· nuation de la guerre et ont accéléré la prise de conscience des cadres de l 'armée. Plus de vingt avions portugais abattus l'an dernier en Guinée-Bissau, l'insécurité permanente de l'axe ravitaillant en matériel le barrage de Cabora·Bassa, au Mozambique, les progrès incessants sur le front de l'Angola en sont des exemples récents . Le soldat portugais est contraint de passer quatre années de service militaire dans des conditions pénibles et angoissantes. (J'ai eu l'occasion de visiter une caserne portugaise fortifiée, peu après sa prise par le P.A.I.G .C. : il était clair que les quelques Portugais qui avaient réussi à s'enfuir garderaient, de ces semaines de harcèlement par le P.A.I.G .C., l'impression d'avoir été pris absurdement dans une tragique souricière .) De nombreux adolescents étaient tombés dans des embuscades, et, passées les premières années de la colère contre les « terroristes _ le temps était venu de se demande~ • pourquoi • et • pour qui - . Le nombre des insoumis et des déserteurs portugais réfugiés en France, qui étaient coupés il y. a . deux mois encore de leur pays, temOigne de ce cheminement de pensée. 10 Ce mûrissement a été accentué par les moyens de répression que les progrès mêmes de la lutte armée 'amenaient les militaires portugais à employer. Malgré l'habileté et le monopole de l'information dirigée, malgré le bas niveau culturel et politique de la plupart des soldats d'un pays où l'analphabétisme est estimé à 40 "la , où, depuis plus de quarante ans, il n'y avait pas de presse d'opposition, il devenait difficile de défendre la civilisation • occidentale et chrétienne » contre le • communisme international » et le • terrorisme sauvage • en déversant des défoliants sur des milliers d'hectares de culture, en massacrant des enfants, en incendiant des villages et en faisant des écoles et des hôpitaux des régions libérées des cibles des bombardements. L'implantation populaire des mouve· ments de libération n'est plus à démontrer. Le seul fait qu 'une guerre de libération s'amplifie pendant des années , lorsque l'adversaire dispose d'une supériorité logistique écrasante 'au départ, en est la meilleure preuve historique. Les femmes aussi La structuration sociale et l'organisation des régions libérées pour tous ceux qui les ont vues ne laissent aucun doute sur l'authenticité de la représentativité des mouvements de libération. Dans ces pays où la colon isation avait laissé régner l 'obscurantisme et la misère, sont nés des écoles, des hôpitaux, la notion de justice, de devoir et de dignité. Les femmes, débarrassées d'un asservissement traditionnel participent à la lutte et aux décisions. Les écoles , avec des moyens matériels très réduits , témoignent d'une reclierche et d'une origina· lité dans la pédagogie du tiers monde, qui pourraient servir de modèle à bien d'autres pays indépendants. La notion même du pays au-delà de celle d'ethnie (là, comme ailleurs, le tribalisme était favorisé par les colons) est le fruit de la lutte de libération qui a mêlé ses combattants venus de divers horizons, qui a fait se rejoindre dans les Villages les paysans fuyant les zones occupées ou leur région détruite. L'autodétermination n'est pas à organiser, elle est faite depUis longtemps déjà. La Guinée-Bissau qui a, en septembre, décl'aré unilatéralement son indépendance, qui est passée de la situation de mouvement de libération à celle d'Etat (reconnu par quatre-vingt-quatre pays) n"a fait que précéder les deux autres pays et concrétiser une situation de fait. Trois peuples ont construit trois pays sous les bombes et pendant la guerre; la forme de gouvernement à créer dépend d'eux. Ils ont disposé d'eux-mêmes en choisissant la voie de la liberté, les risques des combats contre le colonialisme cl'assique et les tentatives plus récentes d'autonomie néo-coloniale. Quel va être l'avenir maintenant des négociations avec les mouvements de libération, alors qu'un gouvernement portugais démocratique, encore mal cimenté, aborde celles-ci, affrontant · d'immenses difficultés économiques? Les mouvements de libération qui se sont battus pendant des années pour l'indépendance totale sont en position de discuter fermement. Ils n'entendent pas accepter de compromis malgré l'évidente bonne volont du ministre des Affaires étrangères, Mario Soarès, et le souhait du Portugal de régler au plus vite le problème. Le Portugal, de son côté, doit faire face aux compromis (~olons blancs, deux tendances fédéralistes) , et surtout aux pressions de ceux qui souhaitent, par son intermédiaire, garder l'emprise sur ces territoires dont la valeur stratégique et économique les a amenés à aider largement le gouvernement Caetano dans ses efforts de guerre : les U.S.A., les pays de l'O.T.A.N., l'Afrique du Sud et la Rhodésie. Pour ces deux pays, l'accession à l'indépendance de l'Angola et du Mozambique sera l'éclatement de l'Afrique australe et le ferment de leur propre bouleversement. La France, enfin, ne doit pas être oubliée : ses investissements économiques dans les colonies portugaises sont très importants, comme l'étaient les . ventes d'armes et d'hélicoptères à l'armée portugaise. Et les interdits concernant le droit de passage et d'expression des cadres des mouvements de libération n'ont pas été officiellement levés. La partie que jouent le nouveau gouvernement du Portugal et les trois mouvements de libération, est d'une signification majeure pour l'Europe et -l'Afrique. C'est celle de quatre pays démocratiques en train de naître et qui peuvent à l'avenir, dans le respect mutuel, construire ensemble et coll-aborer. Les mois qui viennent sont, plus que jamais, ceux de l'espoir. Dr G, TCHERNIA, Secrétaire général du Comité National de Soutien aux Luttes des Colonies Portugaises. L'Afrique meurt de faim AUX six pays du Sahel (Mauritanie, Sénégal, Mali, Tchad, Haute-Volta, Niger), ravagés par la sécheresse et la famine sont venus s'ajouter, cette année, l'Ethiopie, le Kenya et le Burundi. Un précédent numéro de • Droit et Liberté - rappelait que la situation est plus dramatique encore en 1974 qu:en 1973, malgré l'accroissement de 1 aide internationale. Des millions de personnes sont toujours menacées de mort ou d'at· teintes physiques et mentales irréversibles. Des pays entiers risquent de retourner au désert et la vieille civilisation saharienne est menacée de disparition. Les Etats concernés coordonnent leurs efforts pour lutter contre la sécheresse. De tous les pays du monde, des aides sont venues : produits alimentaires, médicaments, moyens matériels, humains et financiers pour la mise en oeuvre de plans hydrauliques et agricoles, pour la fo.rmation des cadres et des paysans. MaiS ce n'est pas suffisant. Les solutions à court et à long terme doivent être examinées au plan mondial et c'est pourquoi les pays non alignés ont réclamé, à Alger, en septembre dernier, l'organisation d'une conférence mondiale de l'alimentation. Celle-ci doit avoir lieu à Rome en novembre prochain , sous le patronage de l'O.N.U. Deux mesures principales y seront discutées

la constitution de stocks alimen·

taires de sécurité (qui pourraient être envoyés rapidement dans les zones de famine) et la relance de la production agricoles dans les pays « pauvres ". La France semble s'être inscrite dans cette optique en annonçant son aide au développement agricole et pastoral du Sahel pour les années à venir. Mais le problème dépasse de loin celui de l'aide, il s'agit surtout de définir une politique internationale de développement plus jus· te. La famine aurait-elle été aussi dévastatrice au Sahel si les cultures vivrières n'avaient été dangereusement réduites au prof it .de cultures destinées à alimenter le marché mondial? Les prix de ces produits !commërciaux ne faisant que stagner ou baisser, l 'injustice apparaît plus grande encore. Les pays en voie de développement ont d'ores et déjà demandé de réexaminer les accords commerciaux par produits à la prochaine conférence mondiale de l'alimentation. Les pays déve· loppés, les Etats-Unis en premier, n'y semblent pas disposés. Quelle sera l'attitude de la France? La question est à poser au nouveau mi· nistre de la Coopération , M. Pierre Abelin, personnellement informé du problème puisqu 'il a été, pendant la dernière guerre, directeur de l 'Union française des in· dustries exportatrices, directeur du Comité d'exportation de l 'industrie cotonnière, directeur du Groupement national d'importation des cacaos ... Dans l'immédiat, il est nécessaire d'alerter sans relâche les Pouvoirs pu· blics pour qu 'ils mettent en oeuvre tous les moyens permettant de sauver les millions de vies menacées par la famine en Afrique. C'est en ce sens que se poursuit la campagne du M.R.A.P. à la· quelle chacun est invité à participer. M'associant à l'appel du M.R.A.P., je demande que les pouvoirs publics mettent en oeuvre immédiatement et sans désemparer, au niveau national et international, tous les moyens permettant de sauver les six millions de vies menacées par la famine en Afrique. Signature Nom." , .. . .. , ... .. . ... .... .. . . .. ... .. . Prénom . .... .. . .... ... . Adresse . . . . .. ...... . .... ..... ... . . . . . . ·· · · · · · ···· ········· ·· ·· . Don pour la campagne du M.R.A.P ...... .. .. . ....... . . . .. . . . . . . . Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), 120, rue Saint-Denis - 72002 Paris. (C.C.P. 14.825.85 Paris) DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUILLET 1974 MONDE~ ____ ..... • Pour avoir participé à une tentative d'enlèvement contre le cri· minel nazi Kurt Lischka, qui sévissait en France sous l'occupation, la jeune Allemande Beate Klarsfeld passe en jugement devant le tribunal de Cologne. En fait, elle vodait attirer l'attention sur l'im· punité des bourreaux hitlériens: il est scandaleux que ce s9it contre elle et non contre ceux-cI que la justice ouest-allemande "e déchaîne. Le M.R.A.P. a protesté àuprès de l'ambassade de la R.F.A. à Paris: • Lors d'un séjour à Paris, Mme Duong Ouynh Hoa, ministre de la Santé du G.R.P. du Sud-Vietnam, a révélé que 200.000 prisonniers cl· vils restent dans les geôles de Thieu, et que des piqûres de drogue leur sont faites pour l'es intoxiquer d'une façon irrémédiable. Elle a aussi évoqué les profonds traumatismes que la guerre a infligés aux enfants vietnamiens. • Le premier ministre de Suède a ar.noncé que les immigrés auront, à partir de 1976, le droit de vote aux conseils généraux et communaux, après deux ans de séjour dans le pays. Cette mesure concew e 270.000 étrangers âgés . de plus de 18 ans. • L'action de la Ligue des Droits de l'Homme, du M.R.A.X. et d'au· tres organisations a empêché in extremis l'expulsion, par les autorités belges, de 200 enfants étran· gers, orphelins pour la plupart, élevés par des familles de travail· leus immigrés en Belgique. • On évalue entre 5.000 et 10.000 le nombre des prisonniers poli. tiqlles et on compte par dizaines les exécutions en Iran, où le thah (qui vient d'être reçu en grande pompe à Paris) s'est instauré "le gardien et le protecteur.. des intérêts pétroliers du golfe Persique. Il a, en deux ans, . dépensé 13 milliards de francs pour acheter les armes les plus modernes aux Etats-Unis, à la Fra",ce, à la Grande-Bretagne et à la R.F.A. • Après l'attentat de Brescia, qui a fait, le 28 mal, six morts parmi les participants à une manifestation de gauche, les antifascistes italiens réclament avec force la mise hors d'état de nuire des groupes de l'extrême-droite. Ceuxci sont liés à certains de ceux qui sévissent en France. Del JOUtl 11 Lettre du guatemala Alors que survenait la mort du grand écrivain guatémaltèque Miguel- Angel Asturias, un correspondant de « Droit et Liberté » nous adressait ces quelques impressions sur le Guatemala, qu'il a eu l'occasion de traverser tout récemment lors d'un séjour en Amérique centrale. QUELQUES ' énormes fortunes do· minent le Guatemala, mais peu de fortunés - 15 0 0 peut·être - sont d'origine guatémaltèque. De nombreux possédants sont originaires d'Allemagne, tous prétendent être au Guatemala depuis au moins trois générations. Une véritable psychose de peur règne parmi les nantis qui ne sortent pratiquement jamais seuls la nuit. Beaucoup se font accompagner de gardes du corps qui ne les quittent pas d'une semelle; armés de revol· vers, parfois même de pistolets· mitrailleurs, ce sont des spécialistes entraînés à Panama par les U.S.A. Leur paie représente l'équivalent de 100 à 150 dollars par mois. Cela peu paraître faible, mais c'est tout de même 5 à 6 fois le revenu moyen d'un paysan. Dans tout le pays, les banques sont gardées par la police et les militaires ... A Guatemala-City, la capitale, autour de deux quartiers super-luxueux et du centre commercial, assez ordinaire, c'est la misère. Certains endroits sont de vraies cours des miracles; la pauvreté est plus sensible encore ici que dans la campagne 12 ASTURIAS NOTRE AMI où les campesinos arrivent à cultiver quelques légumes. Dans les fincas (fermes - exploitations agricoles), les campesinos tra· vaillent à la production du café, du coton, des bananes ... Pour des semaines de travail de six jours ou plus et des journées de huit ou (le plus souvent) dix heures, ils sont payés un quetzal par jour, soit 5 F environ. Les enfants de 12, 14 et 16 ans reçoivent respectivement 20, 35 et 60 centavos (1 F, 1,75 F et 3 F) . Quand on sait que la viande coûte 7 F le kilo, le lait 1,20 F le litre et les oeufs 30 centimes pièce, on voit ce que représentent 5 F par jour pour faire vivre une famille comprenant en moyenne cinq enfants! La situation matérielle des paysans est d'autant plus grave que beaucoup L"ont pas de travail régulier: employés au moment des récoltes, ces saisonniers ne travaillent P?-s plus de 5 à 6 mois par an; ils ne sont pas logés, contrairement aux travailleurs permanents qui reçoivent un toit (un toit imperméable, des murs en planches et un sol en dur pour les plus favorisés; quelques planches et un toit de branchages pour les autres .. .) . Il n'existe évidemment aucun syndicat libre, le change étant donné par un office de l'emploi appelé « syndico ». Sur le plan politique, l'opposition d€ l'Université au gouvernement semble assez marquée, mais elle est tolé: ée pour sauver un libéralisme de façade . Dans le contexte d'un cath!)licisme teinté d'idolâtrie, les jeunes prêtres (une cinquantaine, étrangers peur la plupart) qui cherchent à ,oveiller les consciences se heurtent à Une fillette guate17lulteque: l'age de la misère. une majorité conservatrice auprès de laquelle ils passent pour de dangereux « éléments subversifs». A propos des dernières élections, on parle de trucages. Riosmont, un militaires aux idées socialisantes (l'augmentation des campesinos figurait à son programme : on le traita de gauchiste) aurait eu, d'après des rumeurs, la majorité. Mais le dépouillement fut long et il en sortit un autre élu: Kell Laugerud. Riosmont a été muté comme attaché militaire en Espagne. Il fut en cela plus heureux que certains intellectuels, leaders des partis d.'opposition, qui ont été purement et simplement assassinés. J 'ai entendu dire que l'on évalue à 2 000 le nombre des assassinats durant la campagne électorale. Il s'agit de sauvegarder par tous les moyens la domination des EtatsUnis, qui contrôlent l'économie, l'armée, la vie politique ... Jacques VELAY. Le M.R.A.P. vient de perdre un grand ami : Miguel-Angel Asturias, cfuc.:edé à Madrid à l'âge de soixante-quinze ans. Oue nos lecteurs sachent que M.-A. Asturias, non seulement a suivi l'activité de notre Mouvement avec une immense sympathie, mais que chaque fois que l'occasion s'y est prêtée, il a participé personnellement à nos maniff; stations même au détriment de ses nombreuses obligations officielles en tant qu'ambassadeur du Guatemala (notre photo) . La simplicité était, chez lui, innée, et, ni la gloire, ni l'aisance matérielle ne lui ont fait oublier la misère de /'immense majorité de son peuple. C'est ainsi qu'il a accepté de lui servir comme ambassadeur en France dès qu 'un gouvernement plus démocratique eut réussi à s'installer dans son pays. Mais, après le renversement de ce gouvernement, il a démissionné afin de ne pas couvrir de son autorité les agissements d'une dictature militaire. Ses convictions politiques et la droiture de son caractère l'ont obligé à vivre la plupart du temps en exil. Les obsèques de Miguel-Angel Asturias ont été célébrées le 18 juin, et tous ceux qui y assistaient étaient intrigués par un bâton surmonté d'une colombe, posé à côté du catafalque. 1/ s 'agissait d'un cadeau reçu des bergers guatémaltèques, travailleurs parmi les plus exploités de son pays. Pour la première fois dans l'Histoire, sans doute, on a pu voir ~ous les voûtes de Saint-Philippe-du-Roule, figurer côte à côte un humble baton, Ie,s insignes de la Grand-Croix de la Légion d'honneur, les médailles du priX Lénine de la Paix et du prix Nobel de littérature. Manfred IMERGLIK. Diffusion de couture eaL Créations Arlette Nastat vaael\;nastat 43, rue d'Aboukir, Paris-2e . Tél. . 508-88-60 - DROIT ET LIBERTÉ - N° 331 - JUILLET 1974 13 ··Opdpe Nouveau" meeting, M. Marcellin, ministre de l'Intérieur, affirmant qu'il n'y avait là aucun racisme. Et, lors de la dissolution d' « Ordre Nouveau», la loi du l '" juillet 1972 ne fut pas invoquée. Ainsi, l'arrêt de la Cour d'appel établit que le racisme n'était pas étranger aux activités d' « Ordre Nouveau Il et au meeting lui-même, dont M. Monate, au nom de la Fédération autonome des Syndicats de la Police a déclaré catégoriquement qu'il aurait dû être interdit. condamné L E M.R.A.P. a eu raison d'engager des poursuites contre l'organe d'« Ordre Nouveau»: les articles de ce journal contre l'immigration (qualifiée de « sauvage ») sont déclarés racistes par la 11" chambre de la Cour d 'appel de Paris. Son arrêt du 17 juin infirme le jugement rendu auparavant par la 17" chambre correctionnelle, lequel ne voyait dans la prose de « Pour un Ordre Nouveau» que « des critiques de l'immigration clandestine et incontrôlée, ne dépassant pas le niveau admissible en matière de polémique. » Par une analyse détaillée, la Cour d'appel réfute cette appréciation pour le moins étrange et prend en considération les arguments des avocats du M.R.A.P.: M'" Léo Matarasso, Fred Hermantin, Daniel Jacoby et Louis Labadie. Plus que le franc de dommages et intérêts accordé au M.R.A.P., ce qui compte c 'est le principe de cette condamnation, première application de la loi du l" juillet 1972 contre les campagnes de calomnies et de haine visant les travailleurs immigrés. Les dirigeants d' « Ordre Nouveau » avaient eu l'insolence de porter plainte contre des journaux qui les disaient racistes : un tel défi ne leur est plus possible, désormais. L'arrêt de la Cour d'appel ne mettra sans doute pas fin à leurs provocations (sous l'égide, maintenant, de « Faire Front»), mais c'est un avertissement pour eux et leurs semblables. C'est une étape importante dans la défense de la dignité des travailleurs immigrés. Une lacune, cependant, est à souligner , Le M.R.A.P . avait été seul à Des écrits .. , aux actes, 14 déclencher les poursuites. Lors du procès en première instance, le procureur devait déclarer que la promptitude du M.R.A.P. .avait rendu inutile l'action du Parquet ; et il avait demandé « l'application de la loi ». En réalité, on peut supposer que l'abstention du Parquet n'était pas sans rapports avec certains aspects de l'affaire : le numéro incriminé de « Pour un Ordre Nouveau», daté de juin 1973, est celui qui fut distribué au meeting organisé à la Mutualité, le 21 juin, et qui donna lieu aux violences que l'on sait. Le gouvernement avait refusé d 'interdire ce Lorsque « Pour un Ordre Nouveau » et son directeur, M. Jack Marchal, ont été relaxés, le 23 février dernier, le Parquet pouvait faire appel, comme le M.R.A.P. Cette initiative aurait permis la révision du jugement non seulement en ce qui concerne les intérêts civils (ce qui est fait à la satisfaction du M.R.A.P.), mais aussi en matière pénale: en raison de cette carence, la Cour d'appel, tout en estimant que le délit est constitué, n'a pu appliquer à son auteur les peines prévues par la loi. A l'audience EN appel comme en première instance , les avocats d'" Ordre Nouveau" recourent tout d'abord à la procédure pour tenter d'empêcher le débat sur le fond, L'audience du 28 mai , devant la 11" chambre, commence donc par une opérationbrouillard visant à fai re annuler les débats : les formes n'auraient pas été respectées dans la plainte du M,R,A,P" et M' Fred Hermantin ne pourrait à la fois être le viceprésident du Mouvement et son défenseur à la barre, La Cour, joignant l'incident au fond , passe outre: dans son arrêt du 17 juin , elle répondra avec précision aux arguties d'" Ordre Nouveau ", Maître Louis Labadie, premier avocat du M,R,A,P, à intervenir, dénonce ces cc petits moyens d'une organisation qui affiche des prétentions politiques et même doctrinales ". cc Les dirigeants d'cc Ordre Nouveau" se défilent, ils ne veulent pas que leurs écrits soient examinés dans la clarté, constate-t-il. Le moins qu'on puisse dire, c'est que leurs procédés ne sont pas glorieux,,, Maître Léo Matarasso en vient à l'analyse du numéro de " Pour un Ordre Nouveau ", où la 17' chambre correcti onn e lle n'a décelé aucune trace de racisme. «Vous aurez à surmonter une irrésistible nausée, Messieurs de la Cour, s 'écrie-t-il, mais il est indispensable que vous lisiez en entier ce journal. Il n'était pas possible, dans la citation, de reproduire chacun des passages provoquant à la haine, à la discrimination et à la violence, car c'est l'ensemble des articles, à longueur de pages, qui constitue un libelle bassement et odieusement raciste. On ne peut pas dire que ces lignes ont été écrites pour discuter de l'immigration clandestine, pour proposer d'y substituer une autre forme d'immigration : le texte est raciste, l'intention est raciste ... " Rappelant que la loi du l "" juillet 1972 a été élaborée par le M,RAP, sous la haute autorité du premier président Léon Lyon-Caen, M' Matarasso étudie minutieusement la notion de provocation, dont les législateurs ont ind iqué qu 'elle devait être entendue . comme un synonyme d'incitation, Provoquer au racisme, c'est donc cc provoquer l'état d'esprit propre à susciter l'intention", Pour définir, par ailleurs, la notion de discrimination, il se réfère à la Convention internationale contre toutes les formes de discrimination raciale, ratifiée par la France en 1971. Dès lors , le délit est cl airement établi : citant phrase après phrase, l'avocat du M,R ,A,P. en fait la démonstration , C'est si vrai que les rédacteurs de " Pour un Ordre Nouve/lu ", conscients que la loi contre le racisme leur est contraire, en demandent l'abrogation, et se livrent contre elle à une violente diatribe, Ils déclarent même cc antifrançaise " cette loi qui a été votée par l'unanimité du Parlement français! Maître Matarasso s'étonne de l'interprétation donnée par la 17' chambre , qui , sollicitant les textes d'" Ordre Nouveau ", en atténue la portée : cc Faut-il, pour critiquer l'inorganisation de l'immigration, traiter les immigrés de « mercenaires pouilleux" et prétendre qu'cc ils s'en mettent plein les poches ? .. " Maître Hermantin , en conclusion rappelle que ce qui est en cause, c'est la dignité de millions de travailleurs immigrés : cc Ces exilés qui vivent dans des conditions difficiles, déclare-t-il , souffriraient sans doute moins s'ils se voyaient considérer comme des êtres humains et non comme du bétail". Il évoque les crimes racistes qui se sont multipliés dans la dernière période, et ajoute : cc Il faut mettre le holà. Il faut décourager les personnages qui poussent à la haine et peut-être au crime. L'arrêt qui sera rendu ne concerne pas seulement le M.R.A.P., il est attendu de tous ceux qui subissent les méfaits du racisme." DERNIÈRE MINUTE Succès dans l'affaire de Dunkerque A la suite du refus de louer une chambre à un originaire de Djibouti et à sa femme (française). deux hôteliers de Dunkerque avaient fait l'objet d'une plainte du M.R.A.P. Le 22 mars, l'un d'eux était condamné à 300 F d'amende et 200 F de dommages et intérêts, au bénéfice du M,R,A,P., alors que l'autre était relaxé, Appel fut fait pour ce second cas. Le 26 juin, la cour d'appel de Douai a rendu un arrêt condamnant l'autre hôtelier à la même peine que le précédent. Le M.R.A .P. était représenté à la barre par Maître René Blum, Le procès des agresseurs de Roubaix Les trois jeunes gens, qui, le soir du 28 décembre, à Roubaix, avec cinq de leurs camarades s'étaient livrés à des agressions contre des travailleurs immigrés isolés, frap· pant sauvageusement à la tête l'un d'entre eux, M. Benaoudia, alors qu'il rentrait chez lui, après une séance de cinéma, ont comparu, le 24 avril devant le Tribunal correc· tionnel de Lille. N'ayant jamais nié les faits, ils ont renouvelé devant les juges, l'explication de leur comportement; à savoir qu'ayant été attaqués quel· ques jours auparavant par cinq Algériens, ils avaient décidé « de se venger » ... Si, au cours de l'audience, de nombreuses interventions tentèrent de justifier ces actes comme un simple fait divers, le Procureur de la République n'en estime pas moins dans son réquisitoire « que cette expédition était teintée de ra· cisme ». Ils ont été condamnés à un an de prison avec sursis. M. Benaoudia, obtint une provision de 3 000 F et la désignation d'un expert. Le cafetier, M. Amar Boukhenchoufa, dont l'établissement avait par ailleurs été saccagé dans la soirée par cette même bande, obtient 3 000 F de dommages et intérêts. 27 IIollemlJre ~ retenez • cette date DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUILLET 1974 __ --~E6ANC~. E~------------------~--~--------~ . ' Le Comité de Défense des D~oits de l'Homme en Haïti a fait état d'événements graves survenus le 21 juin. alors qu'une délégation s'était rendue à "ambassade de Hatti à Paris, porter une lettre ouverte de protestation contre l'oppression du peuple tlaïtien. L'ambassadeur l'aurait accueillie révolver au poing... la délégation a ensuite été retenue au commissariat du 17" arrondissement. • Pourquoi le ministère de l'Inté' rieur a-t-il jugé bOil de faire apparaître séparément le nombre de jeunes et ' d'étrangers contrôlés au cours des K nuits de police" de juin? La .conftislon est toujours trop vite faite de lier crlminallfé, jeunes, étrangers ... • Un colloque international SUt les travaîlleurs étrangers en Europe occideutale a eu lieu à Paris, à la Sorbonne, · organisé par !a Commission nationale pour les Etudes et les Recherches interethniques, avec le concours et sous le patronage conjoint d'un certain nomhre. d'autres institutions françaises et it:ternationales, • Une plaque commémorative a été apposée", le , 20 jnin, au 96, rue de la Folie-Méricourt, Paris·11 '" sur la maison où vécut le jèune .résis· tant Charles Wolmark, fusillé pat l'occupant èn 1944. De nom· breuses organisations, dont Je M.A-.A.P., avaient appelé la population à cette cérémonie. • Triste humour qùe celui de « Hara-Kiri» qui prétendait faire rire du nazisme. e.n présentant des photos d'actualité falsifiées avec des légendes fantaisistes. Six employés des pompes funèbres portant le cercué!1 de Georges Pompidou, qui avaoent été assimilés à 1 une section d'assaut S.S,,,, ont porté plainte et obtenu la saisie du numéro; , • Encore un Incendie , dans un baraquement babité pat des lmmf.' grés; la petite. Malika. Ben Mohamed. 5 ans. a été brûlée vive, l'autre nuit à Blaîl9uefort (Glrondé) • • Quatte 'ltafiquants qui avaient vendu entre 2;000 et 4,000 francs des fausses cartes dé fravail à déS Oulfriers marocains dans le d~t8r. tement des Yvelines, ont été condamnés à delt peines de prison et à des amêndes de 2.000 à 3.500 francs. Deux d'entre eux, un PQUcier en retraite et un em· ployeur. sônt en fuite. • Seize organisations . frânçalsés (dont le M.R.A,P.) se sont élevées conne la reprise des essais. nuch~ aires, condamnant une politique «ClQÎ va à l'encontre des eft~rts de paix da'ts . le monde et greVé lourdement l'écfonomie française." • A la suite de la plainte dépo!iée contre le chef milicien Paul Tou· VÎe'f, par des. patents de ses vÎc· times . la chambre,.. d'accusation de la Co~r d'appel de lyop a confirmé que les faits Incriminés ne re!e-vdent pas d'un tribunal de droit ccmmul'l. mals de la COUt de sû· reté de l'Etat. • 'Po"r la,.' seconde fois en querques mOIS, les vitril1i'!s de "8Ssa- ' oiation ({ Accueil et Rencontres". quise consacre à la , . solidarité envers les t.ravailleurs immigrés, ont été brisées par ~es inconnus. àlyon,'" , , .. 'Y·.'j .. • Apres celui d'Aix-en-Provence, un monument aux morts de la Résistance a êté souillé pal' des croix gammées, dans l',",étault, entre Montpellier et Sète. PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare '(MO Saint-Lazare - Trinité) (6) RIVE GAUCHE,"85, rue de Sèvres (Mo Sèvres - Babylone) (10') GARE DE L'EST, 53, boulevard de StrasbouJ;g (MO Château-d'Eau) .


~- Magasins ouverts tous les lundis ---------

1S _____________________________________________________ Innrnigrés __ •• La lTIanlere forte P EUT-ON e~pérer'r Espérer qu'au lendemain de rélection présidentielle. un écho sera rendu aux actiom' de ceux qui luttent pour. promouvoir une politiq1le cohérente et humaine en matière d'immigration'! Espérer que le~ problème~ aigu~ po~é~ aux 4 million, dïmmigré~ en France seront abordés avec la volonté de garantir leurs droits et leur dignité'? Le changement voulu par lïmmen~e majorité aes Français, c'e~ t cela au~~i. Le Président (;i~card d'Estaing a cru devoir redéfinir la France comme « le pays du droit -d'a,ile intellectuei et politique ». Ce~ « a,,'urance~ » étant donnée' aux exilé, politique,. peut-on pen, el' qu -à plu~ forte raison. un accu eil décent sera a~suré aux exilé, économique, que ,ont le, travailleurs étrangers venus contrihuer à la marche et à l'expan,ion de J"économie fran.,;ai,e? La création d'un ,ecrétariat d'Etat aux travailleur, immigré, témoigne en tuut ca, que l'importanc!:' de ce prohlème est rp('onnue. 16 Les ~oluti()n~ néce~'aires attendue, supposent d-au tre, me, lITe, que celles qu i ont été pri~e~ ce~ dernières semaines pour «traiter» de l'immigration : brutales in;erventiom; polic ière'. expul,iom' et di'criminations (;e toutes "orte" en ver, les immigré, n'ont ce""é de ,e multiplier. équipement~ "anitaires sont réduit" au minimum). Déhoutée en justice. l'A.D.E.F. n'hésite pa~ : elle fait encercler le foyer par la police. On peut se demander si cette intervent ion inadmi"ible restera la seule "olution tolérée par le~ pouvoir, puhlic, au conflit général qui oppose à l'A. D. E.F. les travailleur, immigré, logé, dans "l'!' foyer, de la région pari,ienne. ail Bourget. à Aulnay. à Vaujour' ... La police dans les foyers A la fin du mois de mai. la police intervient. ' à Etampes (E",onnel. contre les travailleur, africain" logés dan~ un fOH'r de J"A""ociation pour le dévelopIlement de" foyers du hâtiment et de, métaux (A.D.E.F.I. Le" 266 locataire" étranger" du foyer Sonacotra de ravenue de, Cré,illon,. à Cennevilliers. ont. ju~qu 'ici. eu droit au même tvpe de répon"e. En lutte contre l'augmentation de' loyer" (qui ont plu,, ' que doublé en quatre an"l et contre un Celle-ci prétendait ohtenir une ret enue règlement int é rie1lr de type pénitenciaire. "ur les feuille" de paie de" travailleurqui re fll"ai e nt de paver une augmentation de loyer totalement inju,tifiée (le fover e,t i~ol é dan" la forêt. 'an, communications: le, travaill eur" IOl!t'nt a 3 dan, de~ chamhre, de l S m2: It', · Ie, locataire, ont fait la gréve de, lovers: la policl:' e,t intenenue à deux repri~e, pOlIT ,,:ri fieat ion, dïdt'ntité et deux per,,) nnl:" (Jnt été t'xpul,ée, arhitrairement. - Mort comment ? Sa mère, ses amis, ceux que sa mort a scandalisés, ont accompagné Patrick, Mirval à sa dernière demeure le 15 juin (notre photo). Venu de la Martinique, c'est dans une prison française, à Fleury-Mérogis, que ce jeune ouvrier de 20 ans est mort, le 22 février dernier. Incarcéré le 20 janvier pour une peccadille , il est transféré le 22 février au "mitard ", pieds et mains entravés, entre trois surveillants. L'ascenseur tombe en panne. Ouand il est remis en marche, on en sort le jeune détenu inanimé. Le médecin appelé ne pourra pas le ranimer. A sa mère, qui a élevé seule ses quatre enfants, on a donné plusieurs versions des faits . On s'est, de . plus , employé à lui cacher le corps de son fils le plus longtemps possible. Une information a été ouverte par le procureur de Corbeil pour déterminer les causes de la mort, pour le moins mystérieuse, de Patrick Mirval. L'issue de l'enquête permettra- t-elle que de tels drames (dont les victimes sont souvent des jeunes et des immigrés) ne se reproduisent plus dans les prisons françaises? , l J S'ils protestent, la pOlIce vient « nettoyer J. Pour prote~ter et informer la population. le \1.R.A.P. organi,e un meeting commun avec la C.C.T. et la C.F.D.T .. à Genn ev illier~. Avec le~ travailleurs immigré". il réclame notamment le blocage des' loyer,. un règlement respectant les lihert é~ individuelles. la participation dt'" locataires à la gestion et à l'animat ion du foyer. ainsi que la réintégration de, deux expulsés. Une fois de plus Fin mai. à Marseill e. les C.R.S. ont violemment chargé une centaine de travailleurs immigrés qui occupaient l'Agence nationale pour l'emploi, faute d 'obtenir la régularisation de leun-; situation~ admini~tratives et professionnelles. A Pari,. 35 travailleur~ immigré". qui espéraient faire valoir leurs droit~ en occupant un logement vide, ont porté plainte pour avoir suhi des sévices au coml11is~ariat de l'Opéra : ils auraient été victimes de gaz émanant d'engins projetés dans la salle où ils se trouvaient. enfermés derrière des grilles! Sept Français (qui manifestaient pour la lihération de Hacène Najar, ouvrier tuni,ien alors détenu arbitrairement) ont d'autre part déposé plainte à la mi-juin pour des fait~ similaires au commissariat de la place du Marché-Saint-Honoré. Dans le quartier de la Goutte-d'Or enfin, I.e 15 juin, un incident a déclenché une fois de plus la violence policière contre des travailleurs immigrés. Deux d'entre eux, qui ont été interpellés, se sont vu menacer d'expulsion. DROIT ET LIBERTÉ - No 331 - JUILLET 1974 Un an après ... Un an, presque jour pour jour, après le meurtre du travailleur portugais Fernando Ramos, noyé dans la Seine, à Ivry, par un commando raciste. une conférence de presse, présidée par M. Gilbert Ridouh, ma'ire adjOint, a eu lieu dans cette même ville, le 22 juin. Les exposés présentés par Me Fred Hermantin, avocat de la famille Ramos (qui était présente dans la salle), Albert Lévy, secrétaire générai du M.RAP., Gérard Desbois, préSident de la F.A.S.T.I., le consul du Portugal et le représentant du consul d'Algérie, ont fait ressortir l'absence totale de progrès dans l'enquête, le manque d'information sur les intentions des Pouvoirs publics, alors que d'autres agressions ont eu lieu depuis à Ivry contre des travailleurs algériens et que, dans toute la France, les çrime~ racistes se sont multipliés. Les organisations participantes ont adopté une motion par laquelle elles demandent aux autorités judiciaires et préfectorales d'agir avec vigueur pour la recherche et le châtiment des assassins. Au chapitre des expulsions Au chapitre de, expulsions. le ministre de l'Intérieur a fait arrêter de juste"'e l'odif'usl:' procédure engagée dernièrement contre un jeune Algérien de 14 ans par le préfet de police du Nord. \fohamed BenaÏs"a :\fimoun. Marocain refoulé pour inaptitude au travail. a hien failli lui au"si retourner dans son pay~ où il ri"quait d'être arrêté pour ses activité" militante~ ... Quant à Abdelkader Bechiri. Algérien. il était installé depuis quarante an~ à Rouhaix lon;qu'il fut expulsé en mars 1971. après une dispute entre voisins. Revenu clandestinement. avec sa femme qui est française_ M. Bechiri se fit purement et simplement jeter en prison quand il voulut régulariser sa situation en mai dernier. Lihéré 15 jours plus tard, il était toujours sous le coup d'un arrêt d'expulsion. Pour lui. pas plu ' que pour tous les travailleurs immigrés menacés d'expulsion. aucune amnistie n'est prévue, les criminels de l'O.A.S. étant prioritaires en ce domaine ... A moins que les pouvoirs publics ne soient obligés, là aussi, de tenir compte de l'émotion dans l'opinion, émotion qu'a reflétée la section de Lille du Syndicat de la magistrature en dénonçant fortement dans une lettre adressée au ministre de la Justice «l'attitude très sévère de la préfecture du Nord qui fait expulser des étrangers dans des conditions humaines très délicates ». Le M.R.A.P. s'adresse au Secrétariat d'Etat aux travailleurs immigrés Le gouvernement ayant annoncé que les problèmes relatifs à l'immigration seraient étudiés en Conseil des ministres, le 3 juillet, le M.R.A.P. a fait parvenir au nouveau secrétaire d 'Etat aux travailleurs immigrés, M. Postel-Vinay, du mémorandum où il rappelle ses observations et ses suggestions dans ce domaine. Celles-ci sont extraites du document (portant également sur d'autres problèmes) qui avait été adressé aux candidats à l'élection pré~identielle, et auquel M. Giscard d'Estaing avait répondu, ainsi ' que M. François Mitterrand (1) . Le M.R .A.P. demande, en particulier, des mesures efficaces pour l'accueil et le logement des travailleurs étrangers et de leurs familles; l'abrogation des "circulaires Fontanet- Marcellin»; la suppression des discriminations et disparités de toutes sortes frappant les immigrés; l'arrêt des expulsions arbitraires; la recherche active et le châtiment exemplaire des auteurs d'agressions racistes; l'application rigoureuse de la loi du l'" juillet 1972; le développement de l'information sur les immigrés et leurs cultures par l'O.R.T.F. Le mémorandum du M.R.A.P. a été également communiqué au ministre du Travail, M. Durafour, et à M. Chirac, Premier ministre. (1) Voir « Droit et Liberté. d'avril et mai-juin 1974. 17 . ., ImmIgres Des juristes se prononcent A la fin du mois de Janvier, s'est tenue, à Paris, une conférence internationale de juristes sur la situation juridique et socia le des travailleurs migrants en Europe (1), à laquelle ont participé un grand nombre de représentants des pays concernés par ces problèmes. Nous voudrions donner à nos lecteurs connaissance de _quelques-uns des thèmes abordés et des idées retenues. Accueil et logement S'agissant des conditions d'introduction et d'accueil, les participants furent d'accord pour considérer que la migration doit être organisée de telle façon que soit assurée une protection efficace des travailleurs migrants, d'empêcher qu'ils soient utilisés comme masse de manoeuvre. Il faut songer également à leur participation a.u développement économique de leur pays d'origine, lors de leur retour, et mettre en oeuvre, donc, une formation professionnelle tenant compte de la situation, des besoins de ces pays_ C'est pour répondre à ces préoccupations qu'a été proposée la création d'un Office public qui aurait seul compétence pour tous les problèmes concernant les migrants (recrutement, permis, contrats, etc.) . Bien entendu, il conviendrait d'assurer la participation à tous les niveaux des organisations syndicales représentatives. A propos des conditions d'emploi, de travail et de vie, la conférence a notamment émis le voeu que soient abrogés les textes interdisant aux migrants certains secteurs, et ce ta.nt du point de vue géographique que professionnel. Il a été considéré que seules les fonctions d'autorité publique ou liées à l'activité gouvernementale peuvent être réservées à des nationaux. Les questions du logement ont été particulièrement examinées. Il n'est pas admissible de faire venir des millions de travailleurs étrangers sans pourvoir à leur logement dans des conditions décentes_ C'est pourquoi il convient que l'Etat et les employeurs occupant de la main-d'oeuvre étrangère financent la construction de logements qui seront mis à la disposition des travailleurs dans des conditions devant rendre possible le regroupement familia,1. 18 Les travailleurs seront représentés au sein des organismes de financement et de construction. S'agissant des foyers, la conférence a estimé que les travailleurs migrants doivent participer à leur gestion. Elle a également remarqué que la situation juridique des occupants des foyers est des plus précaires. En effet, dans ces foyers, au motif qu'ils ne verseraient pas de loyer, mais « une participation aux charges d'entretien et de fonctionnement ", les travailleurs migrants sont censés être « hébergés ". En conséquence ils ne bénéficient d'aucun droit au maintien dans les lieux et peuvent donc être expulsés sans motif, sans délai, de manière donc tout à fait discrétionnaire. Il doit être mis fin à cette situation . Sur les expulsions La conférence s'est également attachée au problème de l'expulsion du territoire . On sait qu'à l'heure actuelle, l'administration peut agir pratiquement à sa guise. Elle doit seulement prendre l'avis d'une commission, avis qu'elle n'est pas tenue de suivre. En outre, elle peut même se dispenser de cette formalité, si elle estime qu'il y a urgence. C'est ce qu'on appelle « le fait du prince ". Il faut en finir avec cette situation. Il a été proposé qu 'en aucun cas l'autorité compétente ne puisse prendre une mesure d'éloignement du territoire, sans avis conforme de l'autorité judiciaire devant laquelle le dossier serait contradictoirementexaminé et discuté. La mesure en outre ne pourrait être exécutée avant épuisement des voies de recours. Enfin, en tout état de cause, aucune expulsion ne pourrait frapper un travailleur dont le conjoint ou un descendant aurait la nationalité du pays d'immigration_ De même, au-delà d'une certaine durée de séjour, le migrant ne pourrait faire l'objet d'une expulsion. Soulignons au passage que le M.R.A.P. va prochainement déposer un projet de loi dans ce domaine. Les libertés individuelles La conférence s'est encore penchée sur les problèmes posés par les cOnditions de séjour et les libertés individuelles. Les travailleurs migra.nts doivent jouir des libertés publiques et notamment des libertés d'expression, d'association, de réunion et de presse, y compris en matière politique. Aucune raison légitime ne justifie en effet les restrictions dont sont frappés les migrants. Il n'est pas non plus normal que des millions de travailleurs soient totalement exclus de la vie politique du pays dans lequel ils séjournent, alors que, bien entendu, ils sont concernés directement par les options et décisions du pouvoir politique. L'idée a été retenue de la. création par exemple d'organes consultatifs. Citons encore diverses propositions

- Lors de l'entrée du travailleur dans le pays où il est autorisé à travailler, délivrance d'un titre de séjour d'une durée suffisante. - A l'expiration de cette première période, délivrance d'un titre unique de séjour à durée permanente. C'est la fin bien sûr du système Fontanet, c'est la stabilité, la sécurité assurée. Le travailleur migrant peut prendre ses décisions en toute liberté. - Interdiction aux employeurs d'affecter pendant une certaine période succédant à l'embauche le nouvel immigrant à un poste dangereux, et ce, bien sûr, pour assurer une certaine formation, mise au courant (on sait que les accidents de travail sont très fréquents pendant cette période). Signalons enfin une proposition dictée par une douloureuse actualité : versement aux travailleurs étrangers et à leurs familles victimes d'atten. tats racistes d'une juste indemnité par l'Etat d'immigration. Plus de cinquante travailleurs immigrés sont morts assassinés dans la dernière période, victimes du racisme. En l'état actuel de la législation, leurs familles ne peuvent prétendre à rien. Roland RAPPAPORT. (1) Organisée par l'Association Internationale des Juristes Démocrates, cette conférence s'est tenue au Palais de l'U .N.E.S.C.O. UN débat sur le racisme s'est ins· titué au début de cette année dans le Courrier des lectrices (et le~ · teurs) du grand hebdomadaire féminin " Elle ". Ce périodique a l'avantage sur " Droit et liberté " de pouvoir recueillir les arguments pour et contre le racisme alors que l'étiquette antiraciste de .. Droit et liberté " décourage les racistes de lui écrire. C'est ce qui fait l'intérêt de cet échange de correspondance , car il est un reflet de l'opinion de nos compatriotes sur cette grave question. Après un article (excellent) sur la poussée de haine et de violence à Marseille, en septembre dernier, ce sont les recistes qui ont ouvert le feu. Bien entendu , les travailleurs immigrés sont leur cible privilégiée. A les en croire, ceux-ci disposeraient de priVilèges sociaux exorbitants. Ils toucheraient plus d'allocations et de prestations sodales que les Français. Ils bénéficieraient de l'assistance m~dicale gratuite (ce qui expliquerait qu ds .. encombrent» nos hôpitaux). On ne c~nstruit de logements que pour eux, au detrlment des Français. Ils ont tellement de. revenus ~u'une .Iectrice de Perpignan affl.rme .. qu ds achetent les maisons, les 10pll1s de terre que les Français doivent v~ndre ". « Mais d 'où sort cet argent? » S Interroge-t-elle: et elle trouve immédiatement la réponse : .. Du dos des Français » (sic). Cette même lectrice va m~me jusqu'à affirmer péremptoirement qu on attribue les bourses d'études aux ~nfants d'immigrés alors qu'on les refuse a ceux des Français, ce qui est significatif, car sa lettre a été écrite deux mois avant que le gouvernement françaiS se d~_cide (enfin) à attribuer des bourses d etudes aux enfants d'étrangers! D'ail leurs cette lectrice pose la question : Est-ce normal d'éduquer les enfants de ces gens-là? » Et elle prédit un avenir extrêmement sombre à nos enfants et petits-enfants « qui devront partir ail· I~l!rs, car la place sera prise par un fils d etr~nger ». EII~ ~ermine sa lettre par : «. Meme naturaltse, un étranger reste un etranger. " On comprend que la courriériste de .. Elle » écrive, à propos de cette lettre, que la plume lui en est tombée des mains! DROIT ET LlBERTË - No 331 - JUILLET 1974 On retrouve dans ces lettres racistes tous les lieux communs que les militants du M.R.A.P. ont tant de peine à effacer de l'esprit de leurs ·compatriotes : les travailleurs immigrés seraient de perpétuels chômeurs, ils ne paieraient pas d'impôts, ils constitueraient les. troupes de choc » de l'a gauche (?) ... . Ces affirmations qui ne résistent pas a un examen sérieux (un lecteur le démontre quelques semaines plus tard) sont cependant les plus difficiles à extirper. Une lectrice constate avec inquiétude que les racistes n'ont pas besoin de prouver leurs dires, pour être crus, alors que les antiracistes, eux, sont contraints de le faire, sans convaincre le plus souvent. ' L'ignorance, bien sûr, est dénoncée par plusieurs lectrices comme terrain favoreble au ra~isme . « C'est en agissant sur le8 enfants que l'on pourra combattre de nombreux pré;ugés qui viennent de l'égoïsme de beaucoup de Français », raciste. • Et sous prétexte de dénoncer l'~ntégration, qui à bien des ' égards procede au fond du racisme, elle en vient à justifier le refus d'admettre les étrangers en France et la séparation des races. Elle termine : « Rien au monde n'est plus beau que des bebés noirs ou blancs. Ouelle femme aura ;amais envie de bercer un bébé gris » (sic). Ce à quoi la courriériste, de « Elle », . répond : « Les bébés gris n'existant pas, admettre ~es jaunes, les blancs, les noirs sans préJuges, avec leurs différences bien sûr mais aussi avec leurs similitudes serait dé;à un grand pas en avant. Et teilement plus constructif que cette haine que vous considérez comme normale. • La_ c~habitation avec des étrangers apparait, a travers ce courrier, comme difficil. ement ressentie par beaucoup de Français. On parle du « seuil de saturation ._ « Je vous avoue que la cuisine à l'huile et la friture à haute dose peuvent provoquer un racisme de cuisine non néglidébattent • "Elles" du racIsme écrit l'une d'elles. C'est très certainement l'ignorance qui fait demander à une autre lectrice, au cours d'un rare déballage de haine raciale anti-arabe : « Ditesmoi ce qU'ils ont découvert (les Arabes) et inventé, eux, et nQI1 pas ce qu'ils ont pillé aux peuples cOI'quis. » Sans doute ne connaît-elle pas l'algèbre et la trigonométrie, ni la géométrie analytique moderne, sans doute ne s'intéresse-t-elle p~s ~ l'astronomie, la chimie, la physique, ou 1 apport des Arabes fut considérable jusqu'au onzième siècle, époque, précisément où les Croisades d"abord, puis l'invasion turque mirent fin à la culture arabe jusque-là florissante dans tous les domaines avant que la colonisation o~cidentale ne maintienne les Arabes dans l'obscurantisme. Les divers 'autres aspects du racismE: se font jour dans ce courrier des lectrices de « Elle n. La haine de l'étranger, le mépris de celui qui est socialement inférieur, la peur des différences la rancoeur des médiocres, le prétext~ politique, etc. Une lectrice, sans doute représentative de beaucoup d'autres, par un raisonnement. fort répandu, attribue aux peuples d~ tiers monde l'a responsabilité des sequelles du colonialisme auxquelles ils se trouvent aujourd'hui confrontés sans avoir les moyens d'y faire face. ~ne autre, ~ l'instar du chasseur qui affirme : « C est parce que ;'aime les anir;raux que ;e suis chasseur ., déclare: « C est parce que je les aime que je suis geable ", écrit une lectrice qui n'affiche par ailleurs aucune idée raciste. « De toute façon, on ne peut ;uger quelqu'un d'après son comportement dans des circonstances données, comme celles dans lesquelles vivent ces· ouvriers immigrés, hors de leur pays, de leur cadre familial, ce sont des~ transplantés et il ne faut pas les ;uger définitivement » écrit cependant une autre. ' L'apport indispensable des travailleurs immigrés à l'économie française et le sort misérable qui leur est fait sont évoqués par plusieurs lectrices. L'une d'elles s.'inquiète de ce. racisme qui survit après 1 exemple de Hitler : « Au;ourd'hui ce sont les Arabes, qui demain? » Plusieurs lectrices se placent sur le plan de l'amour entre les êtres humains « qu'ils soient noirs, blancs, ;aunes, rouges, « café au lait » ou « verts de peur », un vieux principe que nous devons concourir à faire régner partout dans ce monde ». Ce courrier est assez équilibré entre racistes et antiracistes. Ne serait-ce que par la volonté de la courriériste qui a vraisemblablement établi un droit entre toutes les lettres qll'elle a reçues. ~n t,~1 débat est somme toute positif, pUisqu" permet de connaître toutes les opinions sur le racisme et qu'il a révélé à beaucoup de lectrices de « Elle » la nocivité des préjugéS. Robert PAC. 19 20 Un témoignage En 1938, Simone Boruchowicz vit au sein d'une famille heureusel son père est tailleur dans le onzième arrondissement à Paris. En 1942, son père, puis sa mère sont arrêtés et envoyés, pour n'en pas revenir, dans les camps de la mort: ils sont juifs. Ces événements, Simone Boruchowicz les a retranscrits comme elle les a ressentis encore enfant. Son texte a pris le nom de « 1942 », année tragique marquée à Paris par la grande rafle du Vel' d'Hiv' que nous commémorons en ce mois de juillet. Une émission de radio scolaire a été réalisée autour de «1942» par l'Office Français des Techniques Modernes d'Education (OFRATEM). Elle doit être diffusée en octobre prochain dans l'intention de communiquer aux enfants qui l'écouteront la volonté d'éviter les violences de la guerre et du racisme. Souhaitons que le témoignage de Simone Boruchowicz soit ainsi entendu. L ANNEE 1938, à Paris, 11' arrondissement. Papa avait arrêté sa machine à coudre pour dire à maman : «A Vienne, les Allemands ont astreint des juifs à nettoyer le. trottoir avec des brosses à dents. » Et Maman répondit «Chut, attention aux enfants. » Ramassée sur moi-même, j'avais tout compris.

  • 1" septembre 1939!

Une femme avait surgi d'une fenêtre, avenue Parmentier

«Les Allemands

ont envahi la Pologne! » Le groupe de ma famille s'était immobilisé. Et je crois que mes parents ont baissé la tête. Les Allemands ont envahi la Pologne! Si Papa parlait de son enfance malheureuse, il parlait de la Pologne. Si Maman nous racontait sa jeunesse, nous l'évoquions en Pologne. Et grand-mère, de Piotrkow en .Pologne, nous envoyait de la graisse d'oie. Nous en faisions des goûters, légèrement salés. Nous devenions des enfants privilégiés. Les Allemands avaient envahi la Pologne. Des soldats. Ils tuaient!

  • Nous étions au jour de la

mobilisation générale de septembre 1939. Et, les hommes chantèrent la Marseillaise. Ce sair-Ià, par les fenêtres ouvertes, nous avions laissé l'ombre envahir notre appartement. Les , appartements des voisins résonnaient d'une inhabituelle façon. Les mots «ligne Maginot » et «casser la gueule aux boches» éclataient par moments. Bouleversée, je regardais et j'écoutais. Mes parents, frère et soeurs se tenaient près de moi, silencieux.

1942 EnchaÎnant sur les appels courts et essoufflés des avertisseurs de police, les slrenes hurlèrent l'alerte. Implacables, elles s'élargissaient jusqu 'à posséder notre corps et pressurer notre tête. Mon Dieu! Et juste ma maman qui s'apprêtait à sortir. Mes dents marchaient toutes seules. Et quand, un moment plus tard, d'entre la foule du « métro-abri", nous nous regardions, je voyais tous les miens et pouvais les compter.

Octobre 1939. La ville de Paris, pour parer aux éventuels bombardements, évacuait chaque arrondissement vers un département de la France. La gare et notre train fi/. traient la lumière bleue des éclairages de défense pas· sive. Aux fenêtres des wagons, les familles se bousculaient sur le quai. Nous quittions Papa, nous nous séparions. Dans le couloir sinistre, des groupes parlant bas, parIaient comme Papa. Tous les hommes avaient la voix de mon père. Et, dans ma mémoire, Papa était devenu infiniment petit, resté tout seul, sur le quai. Elle avait passé la nuit au vieux poste de police, passage Beslay, Paris (11).

  • A La Guerche (Cher).

Hébergés dans une usine désaffectée. Sur la paillasse qui nous était attribuée, je m'inven· tais et chantais des chansons pour Papa. Alors, par une merveilleuse nuit, Papa, mon vraI papa, parla. Doucement, il disait bonjour à ma mère. Comme il me sembla grand, debout dans l'affreux dortoir! Si j'allais ouvrir les deux yeux, j'effacerais la présence de la chère image. Mais ensemble nous, nous les enfants, nous nous sommes éveillés. Les autres réfugiés dormaient. Nous, nous nous parlions et nous embrassions. • Le mois de Oh! les morts et la mois de juin quarante. juin. innombrables mémoire, le mil neuf cent Les 'Allemands marchaient sur Paris. Ou 'arriverait-il alors aux hommes juifs? A aucun prix nous n'acceptions d'abandonner Papa. Nous allions fuir mais ensemble. Ensemble, nous entreprÎmes nos douze journées d 'exode. La route entière hurla d'épou. vante. Les avions, soudain partout présents, obscurcissaient le ciel. Dans le fracas des moteurs, la foule roula dans le fossé. Mes parents nous enveloppaient. De làhaut, les balles amorçaient leur trajectoire. Je savais que rien ne pouvait en arrêter la chute rapide et mortelle. Je gardais les yeux obstinément clos. J'avais brisé les mains de Maman et le silence avait suivi la bataille. Dans la plaine de Nemours, la foule on· doya. Ouand un soldat cria : « Couchez-vous! Couchezvous, ce sont des Italiens. Ils nous tendent un piège. » Tandis qu'il parlait, en forma· tion complète, les avions en retour reprirent leur oeuvre de mort. Je me transformais en une seule phrase : « Nous sommes ensemble, nous sommes ensemble.» D'entre les herbes du talus, progressivement nous apparut, rablé, casqué, le premier soldat allemand. Nous, juifs, étions perdus. Sur leurs genoux, ils ont, d'un geste, brisé les fusils des soldats français . Comme ils emportaient cette très vieille femme qui se débattit jusqu'à ce que mes yeux et mes oreilles ne la perçoivent plus: «Pas avec les boches, pas avec les boches, pas avec les boches. » Nous étions, nous, perdus. Lé groupe chéri de ma famille, dans le contre-jour du bel après-midi de juin, passait devant les soldats allemands au repos. Ifs riaient et nous appelaient youden, youden, youden ...

  • Paris, ma ville. Paris, chez

nous. Paris, notre maison. Paris, blanc de l'été. Paris, enCOre vidé, volets clos, ri· deaux de fer tirés, les trottoirs largement libres. Mais les jambes bottées des Allemands y claquaient. Paris, notre maison! La terreur va venir.

  • Papa cousait à la machine.

Les « petites» dormaient. Maman s'était absentée aux commissions. Dans la cour, la griffeuse de la cartonnerie Patou, rythmait la journée de travail. J'ai ouvert la par· te au soldat allemand et aux inspecteurs français. Ifs emmenaient Papa. Mon papa si beau. Papa et Maman ne se sont que croisés au bas de l'escalier. Maman a retourné les deux litres de lait sur le costume d'un inspecteur. Mon père est parti le mercredi 20 août 1941.

  • Ce jour-là, en revenant de

l'école, dans l'entrée étroite, nous avions trouvé Maman toute courbée. les deux petites contre elle. Sur ces genoux, des menus objets étaient disposés. Papa quittait le camp de Drancy pour le camp de Compiègne. Il nous rendait ses affaires très personnelles.

DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUILLET 1974 Aujourd'hUi encore, quand je passe à /'intersection du boulevard Richard-Lenoir, rue d'Angoulême, j'entends les bancs parler. Sur les bancs, puisque les jardins nous étaient interdits à nous, juifs, les mères s'asseyaient. Elles surveillaient les petits qui jouaient avec le gravier du boulevard. Elles disaient: «Les hommes sont morts comme des mouches à Compiègne. » Elles disaient: «Des sacs entiers de correspondance provenant de destination inconnue seront très prochainement distribués. » Et l'espoir restait le plus fort.

  • Lundi 30 septembre 1942,

bien élevé, un policier a emmené Maman. Mes jeunes soeurs hurlaient. La folie était près de nos têtes. Le lendemain, nous visitions Maman. Dans une promiscuité innommable, elle avait passé la nuit au vieux poste de police, passage Beslay, Paris-11'. De Drancy, Maman écrivit quatre fois la Sur les bancs, puisque les jardins nous étaient interdits, à nous juifs, les mères s'asseyaient. Photos S. Boruchowicz carte hebdomadaire tolérée. Chaque fois : «Attention mes enfants.» «Attention, partez en vacances. » «Attention mes enfants, mes enfants. » Et maman écrivit la formule consacrée: «Je pars destination inconnue. » Tout était fini. Sauf l'espair!

  • Chez nous, j'avais toujours

vu espérer quelque chose. Et violemment aimer la beauté.

  • Pour cimetière de Papa et

Maman, j'ai les archives de la mairie du onzième arrondissement. Puisque, de par devant le greffier, y sont enregistrés officiellement leurs décès dans les camps de la nuit et du brouillard. Simone BORUCHOWICZ. Je pars destination inconnue. 21 Ils réclament d'être E N leu r /le de la Pentecôte, ils n'ont, le chef Bong Watase et sa tribu, ni d'état civil ni de nationalité. Po~r~a~t, au. t~ib~nal ~e Grand~ Instance de Paris, il demande par refere la Salsoe d un fdm tourne chez eux et qui accompagne ici une série de conférences. Il l'accuse d'êtrt' le produit d'indiscrétions et de déformer les coutumes de l'Ile. Ainsi se croit encore un droit seigneurial de regard sur l'existenu' des autres ' - malgré ses échecs sanglants et ses effondrements - une citJilisatioll qui a illustré sa prétention à être la civilisation, c'est-à-dire la progression de l'humanité entière vers la vérité-science et le bonhe.ur, que par sa cruallté et son mépris universels, destructeurs, ava~t .meme qu'elle n'apparaisse, de l'Unité humaine. Pourt.a.nt cette sup~r?~, s~ sure dC' SOli droit et de sa force , n'est qu'une abstractwn, car les cWLhsatwns sont quotidiennes. . . , . , . Il faut remercier l'ethnologue Rohert Touhn par qln 1 humamte plaul,. au' plllrit'i. Cesl Il/I sip'" du temps. (" r;'rnnfnrtant . Proche-Orient l'horreur Escalade de l'horreur au Proche-Orient: après Kyriath Chmo-, neh et Maalot, deux nouveaux commandos-suicide palestiniens ont tué des femmes et des enfants à Chamir et à Nahariya, dans le nord d'Israël; et les raids de l'armée israélienne, au sud du Liban , ont fait plus de cent victimes , non parmi les auteurs des agressions, mais dans la population des camps de réfugiés. A ce cycle infernal de représailles et de ::ontre-représailles, on ne voit pas d'issue pOSSible si les responsables , de part et d'autre, ne se résolvent pas à rechercher résolument une solution po'litique, la seule concevable, fondée sur le respect des légitimes aspirations des peuples concernés, assurant à la fois l'existence incontestée d'Israël et la reconnaissance ::oncrète des droits nationaux palestiniens. Ce n'est pas facile, certes: cela implique une discussion d'ensemble des problèmes du Proche-Orient. C'est pourquoi tout doit être fait pour que la néqociation de Genève, sur la base des résolutions de l 'O.N.U., s'engage au plus vite. Ce qui est certain, c'est que les méthodes sanglantes auxquelles recourent actuellement les adversaires ne font qu 'aggraver encore ce drame, en rendant plus violentes les haines et plus profondes les incompréhensions. Les accords entre Israël d'une part, et d'autre part. l'Egypte et la Syrie, devraient ouvrir la voie à une paix réelle Sorcellerie et vandalisme En Grande-Bretagne, le Board of Deputies , organisme représentant la communauté juive, a élevé une protestation à la suite de la parution aux Editions Routledge and Kegan Paul Ltd, d'une .. Histoire de la Sorcellerie et de la Démonologie ", de Montagne Summers. ~et ouvrage présente, notamment, comme véridiques les légendes médiévales de meurtres rituels d'enfants chrétiens par des juifs. Dans une lettre détaillée, le Board of Deputies réfute un à un les cas cités, soulignant que « cette calomnie cruelle et pernicieuse a coûté la vie dans le passé à de nombreux juifs ... On signale d'autre part que 60 tombes ont été dégradées dans le cimetière juif d'Edmonton, à Londres, au début de mai. Les vandales ont également mis le feu à une salle d'attente, à l'entrée du cimetière, en enflammant des pages arrachées à des livres de prières . .It ·I 1I (., ...;...; \"1" 1\1 . \\T. Quand l'Assistance publique choisit « ses» assistés Dam; une note adre,;,;~e il y a qut'Ique" mOis aux a",i,tante,

,ociale,;. I"!\""istance Publique. 3. avenut' Victoria à Pari~ (4'1.

,ij!nale «que dt'pui, le l "" juillet 1973 le centre BenoÎt·~alon. 107. qllai dt' Valm). peut accueillir au titre de rAide Sociale pt'IH:ant une I";riode de quinze jour~ (crfdit rembour,;able) de, IlOnll11t et de, femme,; de 21 à 6S ans ,ortant de rlHÎpital. mllni" de billet de "ortie ». Et la note de préciser «qlle ce~ personne,; doivent être valide, et ,e suffire à elles·mêmt's. être démunie,; de ressource,; t't ,an, domicile fi:\e ». Qlloi d'extraordinaire dan,; cette note direz-\ou,; '( Et bien tOllt ,;implelllent qu'elle préci,;e que « le,; re""orti",ant, du \Iaj!hreb nt' ,;ont pa,; aceepté, ». lIne certaine loi. \·ot"t' le l "" juillet 1972. intt'rdit toute di,· nimination. nOIl' ,;t'mblt'-t·il. La Direction dt' L\.P. lïj!non" rait·t'ile .~ « Lui» et le nazisme «Hl'lIrplls"II/('1I1 qllp lps ClllllpS (II' /a III url onl exislé ... "SM/YI': dl' ca!clli", l'ellvahissemelll. dl' IlUS jours. dl' lias pays pur~péells par /a rac,' inférir'II'" jllin' ... » «Avoir été na:i. l'sl·cp un crime i' Avoir pris conscience du danger juif. l'sl-('e UII crime i' Avoir VOU/Il présaver le sang. II/ racp aryenne, psl·ce un crime i' EIre juif ... certainement!» CeUe «prose» est extraite d'une lettre de lecteur publiée par le mensuel « Lui » dans son numéro àe juillet 1972. Elle fut à ce moment l'objet d'une vive protestation du M.R.A.P. Une procédure engagée contre ce périodique vient d'aboutir à la condamnation de son directeur. à 1500 francs d'amende'. Celui-ci ayant invoqué en vain «sa bonne foi ». le Tribunal lui a reproché d'avoir inséré ce texte « ... sans l'assortir du moindre commentaire désapprobateur ». Il y a en effet des cas où une «objectivité» excessive se transforme en son contraire. Campagne calomnieuse en Autriche -Le plus important quotidien autrichien c: Neue Kronen Zeitung » a publié pendant quatre semaines une série d'articles sous le titre général : « Les juifs en Autriche. » Signée du rédacteur en chef. Viktor Reimann. cette « enquête » fut présentée à grand renfort d'affiches et de tracts. indiquant qu'elle portait sur un « sujet interdit ». En fait, il y a là une entreprise dont le caractère antisémite ne fait pas de doute. Le procédé utilisé consiste à publier chaque jour àes déclarations faites contre les juifs au cours des âges. sans les réfuter. voire même en les confirmant par un commentaire approprié. Par exemple, le journal cite ce texte tiré d'un journal réactionnaire de 1871 : « Les armes que la juiverie emploie pour poursuivre son unique objectif. la domination du monde chrétien, sont son argent, son commerce et ses journaux. » Le commentateur ajoute : « A travers le Moyen Age, la juiverie n'était qu'une minorité tolérée... Elle semble maintenant avoir atteint une position qui sape le monde chrétien dans ses fondations. Le persécuté apparaît maintenant comme le persécuteur, » Ces art.icles ont suscité de nombreuses lettres de lecteurs antisémites. qui sont publiées régulièrement par le journal. Ils ont eu aussi pour effet une recrudescence des menées antijuives : inscriptions menaçantes et croix gammées sur les murs des villes. profanations de tombes àans les cime· tières juifs. étalage d'insignes nazis et - de portraits d'Hitler dans des magasins de Vienne. Les responsables de la Communauté juive d'Autriche (qui compte environ 11.000 personnes. ·dont plus de la moitié dépasse l'âge de 60 ansl ont élevé une vive protestation auprès du Conseil autrichien de la presse et du gouvernement. DROIT ET LlBERTË - N° 331 - JUILLET 1974 AU PODIUM L'inconnu du bus Pierre Viansson-Ponté rapporte dans .. Le Monde ", une mésaventure arrivée dans un autobus parisÏlm à un touriste japonais ... «Un petit Nippon, bien net avec sa chemise blanche fraîchement repassée, son COStum3 bleu marine, son imperméable beige, et, pendu autour du cou , dans sa sacoche de cuir, l'inévitable appareil photo. Monté à l'Opéra, il a conscien· cieusement poinçonné son ticket dans l'appareil plaCé auprès du conducteur et maintenant, bien calé au fond de la ban: quette, les mains sur les genoux, il observe les allées et venues, il regarde Paris défiler derrière la vitre ... A l'Etoile, un contrôleur monte, Il se trouve que notre touriste a payé un ticket pour trois sections. Le contrôleur se fâche et exige une amende. Le touriste ne comprend rien. Les choses s'env. eniment... «Un océan d'incompréhenSion, une montagne de sottise: cela devient franchement ridicule, presque pé· nible ... Un voyageur comprenant la bêtise de la scène paie pour le Japonais. Le contrôleur est obligé d'acquiescer non sans ":1auvais.e grâce, et .. une houle d'i ndignatIOn , une vague de colère secoue J'auto· bus. Contre le contrôleur? Certainement pas. Contre le Japonais ( .. .) ? Pas davan. tage. La cible des ricanements c 'est le voyageur obligeant et généreux •. « Pour ~ui se prend-il celui-là? Ces étrangers, Ils ne comprennent rien. N'ont qu'à rester chez eux ou qu'à causer français! (. .. ) Le Jaune, il a trouvé une vraie poire! » « Pauvre pays!., conclut P. VianssonPonté. Heureusement, il y a aussi, en Fr~nce, et plus .nombreux qu'il n'y parait dans ce bus, des antiracistes tels que cet inconnu, à qui nous voulons rendre hommage. AU PILORI le dancing "la colline" Samedi 11 mai, un groupe d'amis se présente aux portes de .. La CoUine H, à Saint-Symphorien-d'Ozon, aux environs de Lyon. Ils ne pourront pénétrer à l'intérieur: Les « gorilles " de service les en empêcheront. Motif : parmi ce groupe de 17 personnes, un Tunisien ... Est-ce légal? demandent plusieurs d'entre-eux dans la lettre qu'ils. 'nous ont adressée. Et les statuts de ce genre d'établissement prévoient-ils que l'entrée est autorisée aux seules personnes ayant le teint parfaitement blanc (ou rose)? Le prix demandé est-il proportionnel à la pigmentation de la peau? 23 -- cinéma Cannes .. CI

J

'c.C.;..;T ü .. .§

1974 « Tous les autres s'appellent Ali li: l'histoire d'un mariage difficile. C ANNES 1974, ni mieux ni pire que les précédents. Pour les professionnels la grande foire annuelle, presque la corvée. Le folklore s'exclut presque entièrement, seuls quelques « Rassam» s'entêtent à se servir de leurs Rolls pour aller du C~rlton au Palais du Festival (distant de cent cinquante mètres). Pour les affamés de cinrma. l'e~sentiel ne se passe pas dans la grande salle. Et surtout pas cette année où le~ morceaux de choix étaient rares. A marco rd de Fellini, hors competitIOn, était à peu prè~ le seul authf'ntique chefd'oeuvre. Le re~te de la sélection, quand il ne sombrait pas dans le vrai ridicule des baudruche8 dégonflée~ (Milarepa de Liliana Cavani. Malhpr de Ken Ru~~el. Di/l'lIo d'amorl' de Comencini). stagnait dans le~ méandres quelquefoi~ bien agréable~ du cinéma de papa. Ainsi le~ films américain~: techniquement remarquable. The sugprland exprl'SS, de Ste ven Spielber~. nous lais~ ait "ur notre faim après les promesses .le DUI'I; Nous sommes tous des l'oleurs. de Rohert Altman. ne dépa"sait pa" l'intérêt d'une histoire bien ficelée et bien jouée: plus élaboré. plu" courageux. COllrersatioll secrète, de Francis Ford Coppola_ constituait cependant un pas important en direction d'une visiqn politique des rvénements contem porains. L'Allemand Rainer Werner Fas"binder nous donnait. en compétition officielle. un exemple d'approche intéres~ante des problèmes du raci~me, avec Tous les antres s'appellent Ali. Certes. le film n'est pas exempt de reproches, mais servie par une excellente interprétation. cette histoire d'un mariage difficile entre une veuve allemande déjà âgée et un très jeune ouvrier marocain est aussi forte que courageuse. Avec La Cousine Angélique, Carlos Saur·a, lui, parfaitement maître de son art, . semblait se réfugier dans le passé faute de pouvoir èncore en Espagne aborder franchement le présent. 24 En compétition aussi (compétition fort mal com prise et fort inconsidérément décriée) entre Stavisky, de Resnais. plus politique qu'il n'y paraît et Les Autres, de Santiago, sans -doute un peu trop littéraire. Les violons du Bal, de Michel Drach. à travers ' une autohiographie. abordait la tragédie des massacre~ de juif, par les nazis. Il est bon que le prix d'interprétation qu'a reçu Marie-José Nat ait procuré au film des milliers de spectateur~. L'essentiel était ailleurs: à la Quinzaine des Réali~ateur~, à la Semaine de la Crit ique. 11 serait vain de vouloir donner en "i peu de lignes une vue exhaustive de manifestations qui emhrassent le cinéma mondial. y compris cette annre un film ~u(l-africain anolIyme: La dl'TIl ièTl' tombe à Dimba:a. implacahle et percutant. Souli~non~ toutefois que la France a prouvé qu'elle po~sruait toufe une « jeune ~aruf" » de cineastes politisé~. con;,;cient~. dont on pouvait e"pérer un renouvellement po~itif. Faute de place pour les citer tuu~. rappelons: Il pleut toujours où r'l' sl II/uui/l;' de Jean-Daniel Simon: Corn III l'II t un devient lin ennemi dl' l'inléril'ur de H.ené Vautier ; La coupe à dix franrs de Philippe Coudroyer. Bien d'autres encore. tandi, que Barhet Schroeder donnait par ailleurs au marché du film. Général [di Amin Dada, sorte d'rnorme farce anticoloniali,te. Pré,enter avec autant d'intelligence un film direct sur le chef d'Etat ougandais. montrer en même temps sa haine pour le colonialisme et toutes les séquelles dont il e~t resté marqué. a 111 SI que le danger du personnage admirateur de Hitler. ennemi des juifs. à la rigueur prêt au génocide, n'est pas une petite affaire (1). Enfin, la Semaine de la Critique, excellente cette année dans son ensemble, allait de la décadence somptueuse de La Ptiloma de Daniel Schmidt au film chilien de Miguel Littin, Chili, Terre Promise. Terminée en juin 1973, quelques mois seulement avant la chute d'Allende, cette his\.Oire du président Marmaduke durant les années 30 a une triste valeur prémonitoire. Miguel Littin ne sait. pas toujours se contraindre à la sobriété ou oublier les modèles brésiliens. mais l'importance du sujet traité pouvait raisonnablement nous contraindre à J'indulgence. Une fois de plus. Cannes nous a donc admini,tré avec ses inégalités et ses carences. la force de constat et de dénonciation du cinéma. Mireille AMIEL. (1) Souhaitons toutefois que ce film ne soit pas exploité à des fins de racisme anti-africain. Simple réplique? Plusieur, corre"ponuants nOlis ont fait part de leur émotion à propos d'une séquence du film de Yannik Bellon. « La Femme de Jean », par ailleurs excellent. Il s'agit d'un passage où l'héroïne. effectuant une enquête dans un immeuble. s'entend répondre par une locataire. parIant du pro· priétaire : « C'est un salopard. un exploiteur. .. d'ailleurs. c-est un j ui f » ! Ce qui est à craindre, c'est que certains spectateurs prennent à la lettre cette affirmation, qui va dans le sens des thèmes hahituels de l'antisémitisme. et soient. par là même. confortés dans leurs préjugés. Ce n'est qu'une réplique, il est vrai, présentée d'une f.açon neutre. Rien ne la confirme ni ne l'infirme dans le reste du film. Dans la salle où nous avons vu relui-ci, la stupidité de cette ph raSI' a suscité quelques rires. Mais su ffit-il de montrer la bêtise et le men~on!!e pour les dénoncer ? I.u que,tion est posée. disques MOULOUDJI • • Birgit MOI ' LOIDJI appartient à cette catégorie de chanteurs qui échappt au laminoir du show-business. Il a -es «idées» et n'hésite pas à s'engager chaque fois qu'il en ressent la nécessité. .\1ais il refuse d'être intégré à un quelconque courant de pensée politique. C'est un franc-tireur. Mouloudji a été très fortement impressionné par ~on expérience de l'occupation. C'est pourquoi. en cette annre du ~O ,· anniversaire de la Libération de la France. il a tenu à rendre hommage à la Rési~tance. aux combattants de la nuit comme au peuple fran;ais qui a su. avec coural!e. endurer le" affres de l'occupation hit lérienne. Son ~tyle. sa ~en~ibilité. ses souvenirs. l'ont conduit à se placer dans la tradition d.e la chanson popu laire française. Il vient de ,;ortir un douhle 33 tours en coproduction chez A Z. avec la collaboration de comédiens et de chanteurs de valeur. \1ichel Bouquet. Sylvia Montfort. Catherine Sauvage et les Octaves (U. Nous avon" rencontré ~10uloudji pour qu'il nou" parle de ces disques et d'autre~ cho~e~ ... - D.D. : « 1/ existe déjà dl' nombreux rlisqul's Sllr III Résislal/re; pOllrquoi ces disques el l'II quoi sOIlI-ils différenls ? » - M.: « La Rési~tance est toujours vue du point de vue historique. soit idéalisée. soit traumati~ée. J'ai cherché à la déshisloriser, pour retrouver les sensations et les émotions qlle j'ai' ressenties à l'époque. Mon hommage se veut simple et direct. Comme j'ai cherché à recréer l'esprit des Français durant l'occupation. Qu'ils aient été des combattants de l'ombre ou simplement ceux qui. sans trahir. ont lutté pour subvenir à leurs . besoins. Hommage , a Pour faire ce~ disque~. nous sommes descendus dans les rues .des années 40. Le point de départ a été cette «Mar, eillaise» profolHiément ancrée dans ma mémoire. chantée par lll1 aveugle dans le~ couloirs du métro. au début de l'occupation. Ce"t cette « Marseillaise» populaire et résistante que j'ai voulu recréer. et dont on peut. aujomd'hui. mesllrer le risque et le courage. Comme Je me souviens de cette petite troupe de comédien" à laqllelle j 'appartenais et qui chantait à tue-tête. quand l'occasion ~e présentait. des chants révolutionnaires. Deux d'entre eux sont d'ailleurs morts en déportation . Ce sont toutes les formes de reslstance jw;qu'aux adieux du condamné à mort que nous avon,; cherché à exprimer. à la fois émoll\ ante". dramatique;;. parfoi, humori;.;tiques et gouailleuses. Toute une France dont l'e"prit ~ ' est perdu de no" jours. rai d'ailleur;; voulu que cela fini""e tristement. Ce qui nous a guidés. c'e~t la recherche de l'authenticité. La plupart des iilm,; qui sortent actuellement sur cette période ,;ont peut-être heallx mais ils ,onnent faux et trompent les spectateurs. » - - U.U.: «Collllllellt s'esl opéré le choix dps texll's el d('s mélodies?» - M.: « :'\otre ohjectif était de faire un disque populaire: nous avons fureté . partout. es".iyant de retroll\er les chan" ons de maquis. des lettres de fusillés. le" texte!' et les émissions di ffusés depuis Londres. Par un heureux hasard, nous sommes !omhés sur lin pet it livre dan;; lequel nou" avons trouvé la plupart des pasti" he" de Pierre Dac. Nom; n'avons pa,; voulu estomper la réalité. Aussi avons- 1I0U~ cherché à faire coller le,; chants et texte" de la clandestinité avec ce qui l·tait aussi, la rue du moment. avec ses airs martiaux nazis dont il faut dire au passage qu'ils étaient très impressionnants. C'est pourquoi nOlis recltons « Liberté» sur un fond de Halli. Hallo. Quant aux admirables et émouvantes lettres de fusillés. elles sont là pour rappeler que des millier de personnes ne sont pas mortes pour rIen.» DROIT ET LIBERTÉ - N° 331 - JUILLET 1974 la Résistance - D.D.: «Pensez-vous qu'uil chanteur puisse agir ell chantant?» - M.: « Le mot «engagé» et tellement galvaudé dans les milieux de la chanson que je ne m'estime pas un .chanteur engagé. J'aime chanter et je suis heureux de pouvoir choisir ce que je chante. comme je le sllis quand les gens prennent plaisir à m'entendre. Là s'arrêtent mes ambitions.» • - D.D. : « Vos origines n'ont-elles pas nuit à votre carrière, et n'avez-vous pas efe rOllfronté ail racisme?» - '-\rf.: «Je doi" avouer qu'autrefoi, le racisme anti-algérien n'était pas aussi virulent et agressif que de nos jours. Etant à la fois Breton et Algérien. eh oui. je m'appelle Le Garrec et Mouloudji . . ïai quelquefois entendu des «sale bicol » mais c'était rare avant la guerre; .ïai. par contre. à cause de mon physique. a,sez ~emlte. eu de nombreux ennui, pendant l'occupation. il m'a même fallu une fois prouver dans une porte cochère. à des miliciens. que je n'étais pas jllif.» - - D.D.: « Vous sellle;-wus 1II0bilisé Ifldllld se IIII/nifesie le racisllle ;; » - 1lr1.: «Oui. naturellement. contre le racisme sous toutes se~ forme" : la hêtise. l'ignorance. la jalousie de certaine" gem' me dépassent parfois. , A propos de raci"llle. au lendemain de l'occupation en ]Y.J.5. 1 al vécu lin incident qui m'a rp\olté. a\;rè" cette terrible guerre. Alors que ïa""i~tai" à une manifestation sporti\e. quelqu'un à mon intention s'est écrié «déridémellt j'ai liorreur dps juifs ». bien que je ne soi; pas juif. je me sui~ senti tout de suite juif: juif de honte. juif de colère~ C'est avec le déhut du conflit alo-érien lue j'ai eu de véritahle" ennuis ;' ~ela a été très dur pour moi: en chantant «Le déserteur» je me sui~ mis à ' dos près de 80 (' ~ ues Françai" qui à cette époque voyaient le~ choses tout autrement que maintenant: alors. quand certains .Ieunes me reprochent de ne pas me « mouiller ». je souris ... » David DOUVETTE. (1) « Liberté», chants et poèmes de la Résistance française. 25 DUKE «Le plus grand compositeur amencain vient de mourir », a déclaré Richard Nixon, recueillant pour une fois l'accord de tous. Le grand musicien noir Duke Ellington s'est éteint en effet le 24 mai, à la fin d'une carrière musicale de cinquante-quatre années. Edward Kennedy Ellington, surnommé Duke à cause de sa distinction naturelle, était né en 1899 à Washington. Il abandonna les arts décoratifs pour le piano en 1920 et commença une carrière de musicien. En 1924, il prit la direction de l'orchestre des Washingtonians qui s'étoffa au fil des ans et devint rapidement le premier orchestre de jazz des Etats-Unis. Duke Ellington fut, avec Louis Armstrong, le plus grand créateur du jazz, mais, à l'inverse de celui-ci dont le génie se manifesta dans ses improvisations, Ellington exprima sa pensée à travers son orchestre. Souvent en collaboration avec des musiciens de son orchestre, à partir de matériaux très simples: le blues, des airs populaires, mais aussi de nombreuses compositions personnelles, il créa des thèmes séduisants qu'il parait d'orchestrations somptueuses, dans un climat harmonique subtil. Bien qu'il ait pris parfois des positions contestables sur le problème racial, ce qui lui fut reproché, toute son oeuvre n'en est pas moins consa· crée à l'histoire et à la gloire du peuple noir, assumant ainsi son appartenance à la race noire. Il sut trouver une forme musicale mixte, à dominante africaine, capable à la fois de préserver le passé et d'ouvrir des voies nouvelles. C'est toute l'histoire des Noirs américains depuis l'Afrique, qui est racontée dans son oeuvre. Il a co~té ses- joies, ses peines, il a magnifié la femme noire, chanté la mère Afrique. prédit l'avènement a'un monde nouveau pour tous les hommes. Et, depuis trente-cinq ans, ne commençait-il pas tous ses concerts par le célèbre «Take the «A» train », nous invitant à prendre avec lui ce fameux train qui vous débarque en plein Harlem? Robert PAC, Deux disques ... Il est, à travers tous les langages, des mots qui sonnent identiques et profonds: • Pour le Groupe APARCOA, les douze chants du peuple latino·américain (LDX 74521) bénéficient d'une préface du grand poète Pablo Neruda, écrite' quelques jours avant sa mort: « ... Miraculeusement mé· lancoliques, sévèrement joyeux comme s'ils célébraient les rites les plus profonds du Chili; je les présente' comme si je présentais un phénomène natureL un oiseau mùlt\ple de nos cordillières ou une cascade de l'Amérique du Sud.» Dignité, Liberté, Amour. Le «Chant du Monde », témoin fidèle et compétent d'une génération incompa· rable de chantres universels, propose deux microsillons d'une qualité rare et d'une actual~é indiscutable. • EL PAYADOR PERSEGUIDO par Atahualpa Yupanqui (collection Chansonnier International LDX 74506) présente en • première intégrale» un'e, large fresque lyrique, où sous la forme qu 'il préfère d'une «Milonga de Pampa », le troubadour argentin conte ses origines et son inspiration. « ... Dût-on m'ôter la vie ou enchaîner ma liberté et peut-être même brûler ma guitare dans l'es bûchers mes chansons vivront toujours dans le coeur de mes Amis,,, 26 Bernard SANNIER-SALABERT. ... un livre Notre amie Catherine Ammar vient de publier un nouveau roman, cc Des nuages blancs n, qui est la suite de « Ces roses d'un jour n. (épuisé). C'est l'histoire, contée avec vivacité et émotion, d'une couple d'avocats face aux événements de mai 1968. Ce livre (format 14 x 19, exemplaires numérotés), peut être commandé à l'au· teur, Mme Catherine Ammar, 1, place du Palais-Bourbon, 75007 Paris, en joignant un chèque bancaire ou postal de 27 F. CUL~[URf __________ , j\U t* I.L.#I# • Partagé entre sa culture franÇaise et son appartenance juive, Alain Spi~aux. {Pdx • la Frater~ nité 1913, p()ur son roman autobiographique .. Jeanne d'Aro et l'en. fant juif ») s'est imaginé dialoguant, du passé et du présent avec .... François lOf au châtea,:!. de Chambord. Il en résulte ' un"pètit' IIlfte plein d'idées, exprimées brillam· ment, qu'on savoure d'une traite: « Une fleur juive dans un jardin i la française ». (Ed. Julliard, 112 ~ g8$, t9,25 E). , • Là Commission de «:onfrale cl· nématographiquea (nterdlt le film «Mohammed Diab », qui relate le drame du 29 novembre 1972 au • comm1ssariat de Versailles, il la suite duquel le sous-brigadier René Marquet a été Inculpé d'homicide involontaire. • te Prix du Théâtre, 4e .Ia Socl. té des auteurs et compositeurs dramatiques, a été décerné è Jean·Claude Grumberg, auteur de t Dreyfus» et,' de «Rixe ». • Vient de paraître aux Editions Privat, à Toulouse, la «Bibliogr. phie des Juifs en France », rédigée par Bernard Blumenkranz, direc. teur de recherches au C.N.R.S" avec la collaboration de Monique Lévy, agrégée de l'Université., Cet Guvrage de 360 pages. qui contient 4.700 notices bibliographiques, est en souscription , au prix d. ' DetF" Commandes à la Commission française des archives juiv8$, 87, rue VielUe.du·Temple, Archives Nationales, 75003 Paris. • 54 oeuvres d'Olivier Debré. dessins et sculptures de 1941 à 1974, sont exposées du 22 mal au 25 juil. let au musée de l'abbaye SainteCroix des Sable~'Olonne. «L'art d'Olivier Debré, écrit dans lEt catalogue M. Claude Fournot, conser~ vateur de ce musée, recoupe "une des préoccupations des plus urgentes de ce temps, une signalisation d'une humanité symptomatique dans un univers qui l'absorbe à mesure qu'il s'y comprend. » • Cueco expose une nouvelle série de dessins, d'un graphisme vigoureux, à la Galerie Mathias Fels, à Paris (138, bd Haussmann). • Vu avec un vit intérêt, le 6 juin, sur la 1'" chaîne, l'émission de Guy Olivier et Maurice Vidal, dans la série « La vie est là ... », cons. crée aux problèmes. des adoles· cents algériens en France. • Précision: Ja photo illustrant l'article « Hommes de toutes les couleurs" parue dans la rubrique théâtre du dernier numéro de « Droit et Liberté.. est signée Thierry Ciora. De)' JOU~j' livres L E 6 juin 1944 - il Y a trente ans déjà! - les forces armées américaines et britanniques prenaient pied sur le sol normand. En même temps, la Résistance française prenait l'offensive, dans toute la France. Des combats sanglants commençaient, partout, Quelque trois mois plus tard, la majeure partie du territoire national était libérée, Dans un très beau livre, destiné plus particulièrement aux jeunes générations, Pierre Durand montre ce qu'il avait signi· fié de cc Vivre debout, la Résistance" (1). Contrairement à bon nombre d'ouvra· ges consacrés à ce thème, Pierre Durand ouvre le livre non pas sur le passé plus éloigné, mais bien sur la libération de Paris. Après cette introduction en apo· théose, Pierre Durand explique «com. ment avait-on pu en arriver là .. , en décrivant la montée du nazisme, les complicités et les complaisances que celui-ci avait trouvées en Allemagne et hors d'Allemagne, y compris dans notre pays, puis la «drôle de guerre» de 1939-1940, enfin la défaite de juin 1940 et l'occupation, avec la vie quotidienne sous l'occupation. Le chapitre consacré aux premières actions de la Résistance ouvre sur une définition: .. Au début, c'est surtout un état ·d'esprit ... " faut comprendre qu'un peuple dans son ensemble ne se remet pas en quelques jours d'une défaite aussi catastrophique que celle qu'il vient de subir sans comprendre grand-chose à ce qui lui est arrivé" (p, 111). Mais cette phase est rapidement dépassée, surtout à mesure que la guerre dans le monde s'étend et s'intensifie. Elle prend une toute autre ampleur et une toute autre importance avec l'entrée dans le conflit de l'U.R.S.S., puis celle des Etats-Unis. Les pages consacrées au cc grand combat contre la barbarie" nous mon· trent d'abord ce que fut cette barbarie, que certains bons esprits, partisans comme on le dit en 1974 de la mode retro cherchent à estomper sinon à gommer tout à fait. II montre aussi et surtout comment elle fut combattue, par les résistants en France et à l'étranger et jusque dans les camps de concentra· tion - et là Pierre Durand, l'ancien résistant déporté, sait de quoi il parle: . , Cette grande fraternité dépasse les limites des nationalités et unit les détenus de tous les pays occupés que l'on retrouve mélangés dans les camps. Elle englobe naturellement les détenus aile· mands eux·mêmes, dont certains, à la fin de la guerre, sont en prison ou dans les camps depuiS plus de dix ans" (p. 177). La Libération est évoquée de · nouveau dans le dernier chapitre, sous ses aspects les plus divers, Durand a raison de rappeler les bombardements alliés du printemps et de l'été 1944 et de souligner qu'ils eurent pour conséquence l'intensification de l'action de la Résistance, Cela devient encore plus vrai DROIT ET LlBERTË - No 331 - JUILLET 1974 après le débarquement et avec l'avance alliée en France, En effet, les armées alliées, l'armée américaine surtout, n'hésitaient jamais à bombarder les villes où l'ennemi tentait de se retrancher - et ceci n'allait pas sans pertes pour la population civile. Aussi, lorsque les F,F.L parvenaient à s'en rendre maîtres avant l'arrivée des armées alliées, ils remplis· saient non seulement un devoir national dans le sens large du terme, mais contribuaient aussi, de façon efficace, à sauver les vies et les biens de nombreux Français. tians des juifs immigrés, notamment en zone sud, Leurs ouvrages ont permis, une fois de plus, de dissiper ' l'image fausse et fallacieuse du juif éternelle victime résignée. Tous deux aussi mettent en relief le rôle joué par l'organisation dans la lutte. On ne saurait en dire autant de l'ou· vrage de Georges Wellers (6), II s'agit de la réédition, élargie et complétée, de son livre cc De Drancy à Auschwitz'" paru au lendemain de la Libération et depuis longtemps épuisé, Weil ers insiste, lui, sur le martyre des juifs de ce pays, dès Pour le trentième • • anniversaire de la Liberation Deux ouvrages récents sont consacrés à des épisodes particuliers de la Résis· tance par le colonel Henri RomansPetit. ancien commandant des Maquis de l'Ain (2). D'autres bons esprits trouvaient plaisir, et y trouvent encore à opposer les civils entrés dans la Résistance, par conviction patriotique et politique, aux militaires de carrière qui combattaient, eux aussi, l'ennemi. Romans·Petit, officier de carrière s'il en est, fait justice de ces prises de positions partisanes, II ne fait aucune distinction malveillante, lui, entre les résistants, à tous les échelons, et les pages consacrées, par exemple, aux F.T.P. ou au général Malleret- Joinville en sont la preuve. « L'insurrection d'Eysses 19/23 février 1944" est l'historique d'une cc prison dans la Résistance n (3). Car, hélas, des résistants furent emprisonnés, dans toute la France, S'ils ont partout poursuivi leur résistance, à Eysses ils ont eu la possibilité de porter leur lutte à un échelon pius élevé, pour aboutir à un soulève· ment, qui n'a pas réussi, malheureusement, Rappelons ici le souvenir de Victor Michaut. récemment disparu, un des ani· mateurs de l'insurrection et principal auteur du livre, qui, par modestie, n'a pas voulu y faire figurer son nom, Le rôle joué dans la Résistance par un groupe humain particulier a fait l'objet des ouvrages de David Diamant (4) et de Jacques Ravine (5), qui traitent, l'un et l'autre, de la participation des juifs à la Résistance française. Tous les deux savent de quoi ils parIent, puisqu'ils ont participé, l'un et l'autre, à la Résistance, Ravine jouant un rôle dirigeant au niveau des organisale commencement de l'occupation et à travers les étapes successives qui les ont menés d'abord à l'étoile jaune, puis à Drancy, enfin à Auschwitz. Devant l'ampleur de la catastrophe, la place de la Résistance devient minime - du moins dans ce livre, Témoignage précieux sur la déportation et sur la vie dans les camps de la mort, mais aussi de grandeur et de solidarité humaine, ce livre est important. Pourquoi faut-il que certaines prises de position partisanes de l'auteur viennent l'affaihlir? Sans doute faut-il espérer que ce ne sont pas ces pages partisanes qui resteront, mais le témoignage irremplaçable d'un scientifique de valeur. Trente ans après ... Trente ans déjà? Mais oui, et on le constate rien qu'en voyant la cohorte toujours plus clairsemée des survivants. Tous ces livres, à des titres divers, ne font pas que rappeler les années terribles, ils oeuvrent aussi pour que cela ne se reprodUise plus. Lucien STEINBERG . (1) Editions de la Farandole, Paris, 1974, 221 pages et nombreuses illustrations. (2) «Les Maquis de l'Ain ", collection " La Libération de la France ", dirigée par Henri Michel. Editions Hachette-Littérature, Paris, 1964, 167 pages, illustrations. (3) Editions Sociales, Paris 1974. Avec le concours de Jean-Guy Modin. 252 pages, illustrations, (4) «Les Juifs dans la Résistance fran· çaise ... Paris, Le Pavillon, 1971, 365 pages. (5) «La Résistance organisée des Juifs en France (1940·1944) ... Paris, Julliard, 1973, 317 pages, (6) .. L'Etoile Jaune à l'heure de Vichy. De Drancy à Auschwitz... Paris, Fayard, 1973, 453 pages, 27 - ----- --------------------- ------- ---------- .,.....------------------------------- vie du M.R.A.P. Le M.R.A.P. obtient le statut consultatif auprès de l'O.N.U. Le M.R.A.P. vient d'être officiellement informé qu'il a été inscrit sur la Liste des Organisations Non-Gouvernementales dont l'O.N.U. « estime qu'elles peuvent apporter en certaines occasions une contribution utile aux travaux du Conseil Economique et Social ou de ses organes subsidiaires, ou à ceux d'autres organes de l'Organisation des Nations Unies, sur des questions relevant de leur domaine d'activité ». Cette décision des Nations Unies, qui honore le M.R.A.P. en son 25" anniversaire, est l'aboutissement d'un processus engagé depuis un peu plus d'un an. Approuvant un bref rapport de Charles Palant, le congrès du M.R.A.P., en janvier 1973, avait donné mandat à la direction du Mouvement de poursuivre les démarches dans ce sens. En lui conférant ce statut, les Nations Unies reconnaissent la représentativité, l 'efficacité et la compétence du M.R.A.P. L'action de celui-ci s'en trouvera considérablement enrichie et renforcée. « L'Organisation des Nations Unies, avait déclaré Charles Palant, est née de l'engagement solennel des peuples alliés dans la guerre contre le fascisme, d'oeu· vrer - la paix revenue - à la poursuite de la coopé· ration internationale autour des objectifs sacrés pour lesquels les peuples avaient consenti les plus grands sacrifices C .. ) Parlement des Etats, il s'en faut de beaucoup que l'O.N.U. soit le syndicat des peuples. Mais la lutte des peuples pour leur indépendance, leur dignité, la paix, a de profonds échos dans toutes les instances de l'O.N.U. C .. ) L'action du M.R.A.P. coïncide avec de nombreuses dispositions arrêtées par l'O.N.U.» Dans le cadre des relations qui vont ainsi s'établir, le M.R.A.P. recevra la totalité des informations de l'O.N.U. sur les problèmes se rattachant au racisme. Lorsque l'ordre du jour le concerne, il peut envoyer des observateurs aux sessions du Conseil E conomique et Social, de la Commission des Droits de l'Homme, du Comité sur l'apartheid, du Comité sur la décolonisation, etc. Dans certains cas, il peut présenter des exposés écrits à ces divers organismes et être entendu au cours de leurs réunions. Il sera invité aux conférences internationales portant sur des problèmes qui relèvent de ses activités. Le 14 juin, à Paris, une délégation du M.R.A.P composée d'Albert Lévy, secrétaire général, du Dr François Grémy et Alexandre Castanheira, membres du bureau national, s'est entretenue avec M. Curtis Roosevelt, directeur du Comité des Organisations Non-Gouvernementales auprès du secrétaire général de l'O.N.U. Une • semaine Une semaine d'information contre le racisme a été organisée, fin mai , à Au· benas (Ardèche), par le comité local du M.R.A.P_ et l'Association Culturelle pour les Travailleurs Etrangers, avec le çoncours du centre socio-culturel, de la bibliothèque municipale et des bibliothèques pour tous. Un document commun de six pages a été diffusé, qui analyse les données actuelles du racisme et appelle à la réflexion sur les préjugés les plus courants visant les travailleurs immigrés ; il se termine par des indications concrètes pour l'action antiraciste, une bibliographie, des adresses utiles. Par ailleurs, la semaine a été marquée par une exposition, des ventes de livres, et plusieurs projections du film « Mektoub? .. d'Ali Galhem, dont l'une fut suivie d'un débat animé par mlberte Conte, responsable du comité du M.R.A.P. Commentant cette initiative, « Le Dauphiné Libéré .. écrit, dans sa rubrique d'Aubenas : • Aujourd'hui, les Français, à moins qu'ils ne se bouchent les oreilfes, sont Informés du drame quotidien 28 à Aubenas ... des immigrés. Ifs le connaissent, même s'ils refusent d'agir pour améliorer tant soit peu la situation dont ils sont involontairement, peut-être, responsables. Par contre, peu connaissent les raisons qui poussent les étrangers à immigrer en France, la façon fiant ils sont considérés et finalement exploités par l'ensemble d'un système économique. » Des « semaines » comme celle d'Aubenas sont donc fort utiles. « Le Dauphiné Li béré » souhaite , à juste titre, une plus grande participation des immigrés eux-mêmes aux débats que le comité local du M.R.A .P. prévoit d'organiser ultérieurement. ... et à Limay Dans la même période (25-31 mai) , une « semaine » antiraciste se déroulait également à Limay (Yvelines), tant il est vrai que _cette formule apparaît aujourd'hui comme un moyen de plus en plus répandu d'information et de mobilisation contre le racisme. C'est l'a Mai· son des jeunes de cette ville qui, avec le concours du M.R.A.P., a entrepris '~ette réalisation qui comportait une exposition , la diffusion gratuite de textes traduits d'écrivains algériens, turcs, africains, sudaméricains, un spectacle ( Ça tourne rond ", par la troupe de René Bourdet) , une conférence-débat animée par Michel Garcia , membre du Bureau national du M.R.A.P. « Paris-Normandie .. du 23 mai écrit : « D'où est venue cette idée d'une semaine consacrée au problème du racisme? .. Gérard Noiret, directeur de la Maison des jeunes et des Serviçes culturels de Limay, s'en explique : « C'est au cours d'une conversation avec des jeunes des Bas-Caillois, de jeunes Algériens qui racontaient leurs souvenirs de la guerre et les ennuis qu'ils avaient dans leur vie actuelle. En juin 73, on en a rediscuté à la M.J. Et puis, après les événements de Marseille, surtout, on a pensé que c'était un pôle d'intérêt urgent ... " Dès lors, contact a été pris avec le M.R.A.P., le directeur de la Maison des jeunes, et quelques jeunes se sont mis à la tâche ... Encore un exemple à suivre. NOTRE CARNET Darius MILHAUD Le grand compositeur Darius Milhaud est mort à 81 ans, après une longue vie marquée par la maladie mais toujours riche de création, de passion, de générosité. Son oeuvre musicale est immense. Pionnier de la polytonalité, il a composé toute sa musique dans le souvenir d'une nuit d'adolescence à la campagne, cherchant, a-t-il écrit, à exprimer « ces mille musiques simultanées qui se précipitaient de toutes parts vers moi". Né à Aix-en-Provence, d'une famille juive, Darius Milhaud commençait tous ses écrits autobiographiques par ces mots simples : « Je suis un Français d'Aix·enProvence et de religion israélite." Fidèle à cette définition de lui-même, il luttait contre l'antisémitisme et toutes les formes du racisme, avec le M.R.A.P. dont il était membre d'honneur. DISTINCTION Le grand musicien Georges Auric, membre de l'Institut, vient d'être élu président du Syndicat national des auteurs et compositeurs. Membre du Comité d'honneur du M.R.A.P., nous lui exprimons nos cordiales félicitations . Hommage à Me Blumel A l'occasion du premier anniversaire de sa mort, un double hommage a été rendu à M'André Blumel, qui fut le président- fondateur du M.R.A.P . . A la soirée organisée par le Cercle Bernard-Lazare, notre Mouvement était représenté par Alexandre Chil·Kozlowski, secrétaire national. A celle qui s'est déroulée le 7 juin, à l'Hôtel Moderne, à l'initiative de l'U.J. R.E. et de « Presse Nouvelle Hebdo », Charles Palant, vice·président du M.R. A.P., a pris la parole, ainsi que M' Charles Lederman, qui présidait, MM. Maurice Berlemont, conseiller de Paris, Roger Portal, de la présidence de « FranceU. R.S.S. ", et M' Claude Willard, ancien collaborateur d'André Blumel. • Quelques francs contre le racisme Une semaine au Mexique, trois semaines en Bulgarie, un voyage en avion à Dakar, deux séjours aux sports d'hiver: tels sont les cadeaux offerts, cette année, aux souscripteurs des traditionnels Bons de soutien émis par le M.R. A.P., et dont la diffusion vient de commencer. 3 F le bon, 30 F le carnet : joignant l'utile à (la perspective de) l'agréable, vous êtes invités à participer financièrement à l'action du Mouvement qui, pour se dépenser comme il le fait, a besoin de moyens importants. • 2 Jème annzversazre ,,,,,. .., ,,,, .. ",, ~,!.~ Po_ .. ....,;, ,..... -- . Charles PALANT, abbé Jean PIHAN. Fred HERMANTIN . l'IICIS' me, 1':'-0:...1. •• la ftJIÏv SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY. . a"UHmitisme et pour ...-. COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI. Georges AURIC.' Claude AVELINE. Robert BAlLANGER. Roger BASTIDE. J~an CASSOU. Aimé CESAIRE. Charles de CHAM BRUN. André CHAMSON. Pierre COT. Louis DAQUIN. Hubert DESCH. AMPS. Henri DESOILLE. Maurice DRUON. Pasteur André DUMAS. Adolphe ESPIARD. Henri FAURÉ. MaxP? I FOUCHET. Marcel GROMAIRE. André HAURIOU. P,erre JOXE. Charles-André JULIEN. Alfred KASTLER. Henri LAUGIER. Alain LE LEAP. Michel LEIRIS. Jeanne LEVY. Darius MILHAUD. Théodore MONOD. Etienne NOUVEAU. Jean PAINLEVE. Marcel PRENANT. Alain RESNAIS. Emmanuel ROBlES. Françoise ROSAY. Armand SALACROU. Jean-Paul SARTRE. laurent SCHWARTZ. Jean SURET-CANALE. Jacqueline THOMEPATENOTRE. VERCORS. Dr Pierre WERTHEIMER. Robert ATIUlY. Vincent AURIOL. Jean OAlSACE. Georges DUHAMEL. Yves FARGE. Francisque GAY Jacqués HADAMARD. Georges HUISMAN. Jules ISAAC: Frédéric JOLIOT-CURIE. Jean LURÇAT. Léon lYONCAEN. André MAUROIS. Amiral MUSELIER. Marc SANGNIER. André SPIRE. Général Paul TUBERT. Chanoine Jean VIOllET. J'adhère au M.R.A.P. Nom .... .. . .. ._ .. . .. . _.. ...... _.. ._ .. ._ .. ......- ... _.. . _.. . -..._ .. ...... . Prénom .... _. __ ... _.. ._ .. ._ .. . _.. ._ .. ._ .. ._ .. ._ .. . _.. ._ .. . _.. . .. .. Profession ...._ .. ._ .. ._ .. ...... _.. ._ .. ._ .. . _.. . _.. . _.. . __ ._ ... _.. .. Adresse ...._ .. . _.. ._ .. . _.. . _.. . .. . _.. . _.. . _.. . _.. . -..._ .. ._ .. . _.. . . Le montant de la cartII d'adhésion (II partir de 10 francs) est laissé Il l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace Il raction du M.R.A.P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) 120, rue Saint-Denis - Paris (2°) - Téléphone : 231-t1~-57 - C.C.P. : 14~25~5 Paris OROIT ET LIBERTÉ - N° 331 - JUILLET 1974 M.RA.P. _____ _ • Succès du stage de formation organisé par le M.RA.P., les 22 et 23 juin à Marly-le-Roi: une trentaine de militants y ont participé. Des exposés ont été présentés par M' Fred Hermantinii (Les. données actuelles ,du racisme), Albert Memmi '(Le racisme: pourquoi? comment 1), Er.nest Kahane (Le racisme devant la science), Albert Lévy: (Bases et modalités de l'action "'du M.R.A,P.). Le dernier aprèsmidi a été consacré à un passion" ant échange de questiôns et de réponsEls sur tous les aspects de -la llte antiraciste .. • L~s films sur l'Afrique du Sud réalisés par «Dossiers 74» et .. Témoignages », que diffuse le M.R.A.P., ont été présentés en . awrU, mai et juin à Vincennes (Faculté et Théâtre Daniel Sorano), Dijon (deux M.J.C.), Chavilie, Saint-Ouen·I'Aumône, Boulogne, Alfortville, Ermont (M.J.C.), Soisy- sous-Montmorency (Loisirs et Culture). Dans chaque cas, les ' projections ont été suivies de débats. • Deux conf~rences de presse ont été organisées à Paris, par le M.R.A.P.: l'.cine, le 5 juin, avec le . concours de rU.G.T.S.F., de Mu Daniel Jacoby et Michel Blum, sur , lEts luttes des travailleurs Immi· grés da~s lès foyers de "A.D.E.F.; l'autre, le 26 juin, sur les relations de la France avec l'Afrique du Sud (avec présentation de films). • Le comité du M.RA.P. du Pa. de·Calais a tenu une réunion 'd'information, animée par le pasteur Doucé, le 10 mai, à Oignies. • Un débat sur le racisme, anim6 par George-Laure Pau, a eu lieu le 28 mai à la M.J.C. de Savigny·sur. Orge. • Albert Lévy, secrétaire géneral, a représenté le M.R.A.P. à la soi· rée organisée salle Pleyel par le Mouvement dé la Paix, à l'occasion de: ' son 25" anniversaire. • Les films K Fln de Fiesta l, u Haines Il et ft Come back Atrice" ont été présentés par la M.J.C. de Ramorantin (41) qui a consacré un mois aux problèmes de l'Amérique latine et à divins aspects dù racisme. Jean·Pierre Garcia. au nom au M.R.A.P .• a animé un débat sur l'apartheid. - • Semaine sur l'immigration à Cholet (49), organisée du 4 au 7 juin par le comité local du M.R.A.P., l'Amicale Laïque, la C.G.T., la C.F.D.T. et la F.E.N. ~CI JOU~I 29 éducation à la fraternité LE SYSTEME SCOLAIRE EN ALGERIE Les enseignements élémentaires et moyens Une des revendications issue des travaux du colloque de Marly· le·Roi (1) était l'information des maîtres sur le système scolaire des pays d'origine des enfants qu'ils accueillent dans leurs classes. Un récent et bref séjour en Algérie nous a permis de prendre des contacts avec des enseignants des enseignements élémentaire et moyen, et de recueillir un certain nombre d'informations qu'il nous a paru intéressant de transmettre, si incomplètes soient·elles. ON est frappé quand on arrive dans les villages, que ce soient les gros bourgs ou les villages pero chés de Kabylie, par l'importance des constructions d'établissements scolaires : les villages les plus perdus ont une école. L'effort consacré à l'éducation est immense et le budget vient en seconde position après celui de la Défense natio· nale. Au lendemain de l'indépendance, l'en· seignement obligatoire et gratuit était instauré. Les lignes de force de cet enseignement étaient définies en 1964 par: - l'arabisation progressive de l'ensei· gnement: - l'orientation scientifique et tech· nique: - l'unification de l'enseignement. cc Les objectifs essentiels poursuivis par le Pouvoir sont de trois ordres: 'répondre à la demande sociale d'éduca· tion par la démocratisation; adapter l'enseignement aux besoins de dévelop· pement de l'économie en donnant la prio· rité aux matières scientifiques; le rendre national grâce à l'arabisation, à l'algéria. nisation des maîtres et des programmes et à la transformation des contenus sui· vant les options du régime.» (Martens , 1973) (2) . L'âge d'entrée à l'école est de 6 ans et la scolarité est obligatoire jusqu'à 14 ans. L'arabisation est une des données fondamentales en matière non seulement scolaire, mais de politique intérieure. Elle vise à donner une langue et une culture communes aux différents grou· pes ethniques qui constituent la popula· 30 tion algérienne. Ces groupes utilisent des langues différentes : les Arabes et les Berbères arabisés parlent l'arabe dialectal non écrit qui, suivant les ré· gions, est plus ou moins proche de l'arabe classique, les Berbères (autour de 3 millions) - Chaouïas, Mozabites, Kabyles et Touareg - parlent des lan· gues non écrites. La langue nationale est donc l'arabe classique littéraire: tous les examens comportent une épreuve de langue arabe et un niveau de connais· sance de la langue arabe au moins égal au C.E.P. est obligatoire pour tous les fonctionnaires. L'arabisation a pour but la lutte contre la déculturation massive dont a été victime le peuple algérien pendant la colonisation, et la restaura· tion de l'indépendance culturelle. Nous nous limiterons à la présentation des enseignements élémentaire et moyen qui couvrent la scolarité obligatoire. L'enseignement élémentaire En 1964 était instaurée l'arabisation totale de l'enseignement de la première année de l'enseignement élémentaire, équivalent du primaire français , avec comme objectif : cc la réduction dans les années suivantes de l'horaire de français au profit de celui de l'arabe. La langue française devenant en Algérie une langue privilégiée, conservant pour quelque temps un rôle de langue véhiculaire." Actuellement, l:enseignement des deux premières années de l 'enseignement élémentaire est fait exclusivement en arabe. En troi sième année, le français est introduit. Avant d'entrer dans le détail, il convient de préciser que l'en· seignement élémentaire est à mi·temps : les enfants reçoivent 24 heures de cours par semaine à raison de 4 heures d'en· seignement de base pendant 5 jours; ces 4 heures sont soit groupées, soit divi· sées en 2 heures le matin et 2 heures l'après·midi , en fonction des disponibili· tés en locaux et en enseignants. Une moyenne de 4 heures par semaine d'ani· mation culturelle (éducation musicale. dessin, travaux' manuels) s'ajoute à l'en· seignement de base. A partir de la troisième année, les enfants reçoivent un enseignement en arabe et en français . Sont enseignées en arabe: la langue, l'histoire, la géographie, les sciences naturelles, la morale et la religion. Les mathématiques sont enseignées en arabe jusqu'à la cinquième année, à partir de la sixième année elles sont enseignées en français . Au terme de la sixième année d'école élémentaire, l'enfant passe un examen d'entrée à l'enseignement moyen, examen qui, cette année, est transformé en concours. En cas d'échec, l'enfant passe en septième année d'en· seignement élémentaire, classe de fin d'études, où il présente le certificat de fin d'études, dont la réussite lui permet de passer le concours d'entrée en deuxième année d'enseignement moyen (cf. l'organigramme). Pour ceux qui arrêtent leurs études à la fin du premier cycle, une année de préformation professionnelle a été créée. L'enseignement est assuré par des instructeurs qui ont pour formation le brevet d'enseignement moyen plus une [Innée d'institut technologique (formation pédagogique accélérée) et par des instituteurs qui ont le bac ou qui ont passé Lin concours avec le niveau de la pre· mière. Compte tenu du manque de cadres, il est fait appel à des coopé· rants, essentiellement pour l'enseigne- " Educttion â la Fraternité .. est la rubrique' mensuelle: du Centre de liaiSOli des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.L.E .P.R.) . l e C.L.E.P.R. développe ses activités

en organisant des rencontres et

des débats entre éducateurs, en favorisant l'échange d'expériences entre enseignants, en leur fournissant de la documentation. Président d'honneur : Marc-Andrt BIGch. Présidence : Yves Boulongne, Jeen Pihan, Olga Wc.rmser-Migot. Montant de la cotisation : Membré actif : 10 F (donnllnt droit aux deux numéros annuels de Droit et Liberté où paraît un doss ier de 8 pages réalisé par le C.L.E .P.R.l, 'cette cotisation minimale étant porté â '0 F pour les abonnés â Drcit 6t liberté. Membre d~né\teur : 20 F. Membre bienfaiteur : à partir de 30 F. Adresser les adhésions à Mlle Renée Baboulène, 50, rue des Poissonniers, Paris-18' avec un chèque postal (3 volets) à l 'ordre de Mlle R. Baboulène, institutrice - C.l.E.P.R. (C.C.P, 18 177 35, Paris) . ment de l'arabe : ce sont des Palesti· niens, Syriens, Egyptiens, Tunisiens et Irakiens. Les coopérants françaiS sont de moins en moins nombreux au niveau de l 'enseignement moyen et n'in· terviennent plus au niveau de l'enseigne· ment élémentaire. Des efforts considé· rables ont été faits pour la formation des enseignants; à la veille de l'indépendance, les Algériens ne constituaient que 15 % des instituteurs de l 'enseignement élémentaire. La durée de l'enseignement hebdoma· daire est de 24 heures de cours et de 6 heures d'animation culturelle et spor· tive . Le nombre d'élèves par classe est très élevé (46,S en moyenne pour le pays) . En résumé, ce qui caractérise l'enseignement élémentaire c'est le mi-temps et l'enseignement en arabe et en français à partir de la troisième année. Nous attirons l'attention sur le fait que l'enfant passe quotidiennement d'une structure linguistique à une autre, d'un système d'écriture qui va de gauche à droite à un système qui va de droite à gauche ; chaque langue a des caractères et une syntaxe propres. D'autre part, on doit ajouter la pratique de l'arabe dialectal ?u d'une langue berbère dans les jeux, a la maison et dans la communauté de vie . L'enseignement moyen L'enseignement moyen comprend quatre années d'études , il est donné dans les collèges d'enseignement moyen générai, polytechnique, industriel , commercial ou agricole, et sanctionné par un brevet d'enseignement moyen (B .E.M.), bilingue ou arabisé, à option , qui ne donne pas automatiquement accès à l'enseignement secondaire. Le passage au secondaire est fonction des résultats des quatre années d'études. Les élèves sont alors orientés vers le lycée d'enseignement général, le lYCée technique ou le technicum. Le but du technicum est « de pourvoir aux besoins du développement en cadres moyens, intermédiaires indispensables entre les techniciens supérieurs et la machine automatisée d'une DROIT ET LIBERTÉ - No 331 - JUILLET 1974 part et la masse des ouvriers spécialisés. » L'orientation essentielle consiste à renforcer les collèges t echniques. Dans l'enseignement moyen, l 'horaire hebdomadaire est de 30 heures . Les professeurs de l 'enseignerr.ent moyen sont recrutés avec le bac complet plus une année de formation péda· gogique à l 'institut technol ogique, ou sur concours avec le niveau de terminale et une année de formati on pédagogique. A la veille de l 'indépendance, les Algé. riens ne constituaient que 20 % des pro· fesseurs dans le secondaire. La durée hebdomadaire de l 'enseigne· ment est de 22 heures. Les programmes visent à préparer les élèves à la vie active, à leur donner les pOSS ibilités de devenir rapidement productifs et à répondre aux besoins du développement de l'économie nationale. Enseignement général Horaires de l'enseignement moyen 3' --- ------ --- Maths 5h 5h 5h Sh Sciences 2 h 30 2h 2h 2h Arabe 5 h 30 6h 7 h 30 7 h 30 E .C.M.R. lh lh 1 h 30 1 h 30 Français 4h 4h 6h 6h Histoire lh lh lh lh Géogr aphie 1 lh lh lh lh Langues 'l h 4h Activi tés éducatives 6h 6h 6h 6h Avec la scolarité obligatoire, « le nombre des filles dans les écoles s'est accru plus rapidement que celui des garçons mais ne représentait que 30 % de l'effectif global en 1969 ; dans les zones rurales les traditions s'y opposent)J. (Martens) (2) . En effet, il n'est pas rare de voir les parents retirer leurs f illes de l'école quand elles atteignent l 'âge de 14-15 ans . C'est une des rai sons pour lesquelles la mixité existe à un échelon très limité et se heurte au modèle traditionnel du statut de la femme dans la société et dans son r~pport à l'homme. Autre composante importante de l'enseignement

l 'introduction de l'enseignement

coranique, religieux et moral (E .C.R.M.l, source fondamentale de l'édu· cation et de l'algérianité. « Résultat d'un dialogue inextricable entre les structures profondes de la société et les normes proposées par le message religieux, la religion historique est une des formes de la conscience que la communauté prend d'elle-même." (Bourdieu, 1970) (3) . L'enfant qui arrive en France L'enfant déjà scolari sé qui arrive en France, se t rouve confronté à un système scolaire beaucoup plus contraignant quant aux horaires et dans lequel l'arabe et l 'enseignement coranique porteurs d'autres va leurs sont exclus ; les fêtes sont celles du calend rier chrétien. A classe égale, le niveau de l 'enfant sera plus faible compte t enu du mi-temps prat iqué, sur lequel une moitié de l'enseignement est en français , l 'autre en arabe, seu lement à partir de la troisième cl asse [équiva lent du C.E. 2), du faible niveau de formation des maîtres et de la densité de fréquentation âes cioasses . On doit ajouter que les zones de migrati on sont essentiellement rurales et que l 'analphabétisme des parents est fréquent. Et enfin et surtout, qu'ils appar· t iennent aux classes les plus défavori· sées. En conséquence, les enseignants devront prendre en compte ces réalités afin de faciliter l 'intégration de l'enfant dans la classe et de lui donner les moyens de compenser son retard sans créer un sentiment d'infériorité ni déprécier l 'école et le pays de l'enfant. D'autre part , le faire s'exprimer sur sa vie en Algérie sera source d'enrichissement et de connaissances pour les autres enfants de la classe, de valorisation Dour lui·même, et lui permettra d'être reconnu dans son identité culturelle. Le passage d'un système scolaire à un autre et l'adaptation de l'enfant à ce nouveau milieu nous renvoie au problème 910bal, sous·jacent, de l 'adaptation et de la transplantation . Mais, sachant la place que tient l'école dans la vie de l'enfant, nous insistons sur le rôle déterminant et sur la responsabilité des enseignants et de l'Education nationale dans l'échec ou la réussite non seulement scolaire , mais sociale de ces jeunes Algériens. Marie-Claude MUNOZ. (1) Le colloque de Marly-le-Roi sur l'éducat ion et la scolarisation des enfants de migrants s'est tenu les 16 et 17 mars dernier. Un important dossier en fera le compte rendu dans «Droit et Liberté,. de septembre. (2) Martens J.-C ., Le modèle algérien de dévelllppement. Bilan d'une décennie 1962- 1972. Alger, S.N.E.D" 1973. (3) Bourdieu P., SOCiologie de l'Algérie, Paris, P.U .F., 1970, Que sais-je?, n° 802, 3' édition. Le Monde, Dossiers et Documents. Juin 1974 : « Le développement de l'Algérie douze ans après l 'indépendance .• 31 -

Notes

<references />