Droit et Liberté n°00017 - 1er décembre 1948

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Raison de confiance par M. Vilner -page 1
    • Les étonnements de la quinzaine -page 2
    • L'antisémitisme en Autriche par Roger Maria -page 2
    • La menace est dans la Rurh par Jean Baumier -page 3
    • Résolution adoptée par le conseil national de l'U.J.R.E. -page 3
    • A Beyrouth et à Damas -page 4
    • Nahas Pacha demande l'abdication de Farouk (Egypte) -page 4
    • Ils étaient de Marseille par Joseph Millner (histoire) -page 5
    • La décision de l'O.N.U. fondement d'Israël par Jaques Pozer -page6,7
    • Enquête au Kremlin Bicêtre par Michel Maner (antisémitisme)
    • Le rôle du "joint" par B. Adam -page 8
    • La quatrième République n'a-t-elle pas besoin de savants par Roger Payet-Burin -page 9
    • Témoignage de Pearl Buck: racisme aux Etats-unis par Gilbert Mury
    • De Mauriac en Hakim par Lick -page 11
    • Motl en Amérique par Scholem-Aleichem -page 12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

'. , , ·HEBDOMADAIRE.·.·FON,DE DANS LA CLANDESTINITE Prix : 20 fr~nc$.o Provisoirement bi-:'ménsuel ': {i) ;:;'!:.. -, . Jli.uO~ . de oenfiance· /{ n juger par le volum;neux courrier que nous recevons de nos lecteurs, les nouvelles poussées d'antisémitisme - qui se manifestent au moment même où les Anglo-Américains rendent la Ruhr aux industriels nazis - provoquent des sentiments divers chez nos concitoyens. Les uns expriment leur désir de voir se développer une action pour arrêter le mal avant qu'il soit grossi, et ils ont raison. Cependant, d'autres trahissent une cer,taine peur, réagissant à la manière de l'autruche, qui cache sa tête et espère qu'on ne' la verra pas. La peur est mauvaise conseillère. Cette attitude, aussi néfaste que grotesque, mérite quelques réflexions. . " . Un commerçant du Kremlin-Bicêtre croit qu'il ne faut pas faire trop de bruit autour de certaine dis-cussion du Conseil Municipal. « Ne touchez pas 'à la bête qui dort », écrit-il. Malheureusement, la" b~te ne dort pas. Un marchand de St-Ouen craint que la publicité donnée à une manifestation antisémite n'en favorise d'autres. Or, en réalité, c'est le silence qui sert d'encouragement à ceux qui, travail'lant dans l'ombre, tâtent le terrain. Un passé proche ne nous a-t··il pas appris que la passivité coûte toujours plus cher que la résistance ? Il serait donc plus sage de regarder Ms choses en face et d'organiser la défense. Au cours de la dernière gue~e, .. il a été prouvé à l'évidence que l'ag~tation.ant~sémite n'atteint pas seulement les JUifs, pUlsq-qe le peuple tout entier fut, en quelque s,?rte~ ' victiine de l'antisémitisme: Cette nouvelle réalité et l'énormité de la persécution ont scellé une alliance s~ide et immunisé les masses populaires contre les haines qu'on voudrait déchaîner. " ,,~ :.' Les agitateurs antisémites qui se démènent actuellement ont ceci de particulier qu'ils donnent dés signes visibles d'énervement. Se sachant ,faibles, ils spé- . culent sur la faiblesse des autres et sur ·la complicité de 'politiciens sans aveu~ Ces dern!ers 'ne ~peuvent pas ne pas voir combien l'antisémitisme hitlérien a compromis leur cause. Mais n'ayant pas grand choix, ils reprennent dans leur arl?enal ,~ idéologique' » cette arme usée, rouillée, pour faire leur besogne. ~ Une autre particularité de la' situation actuelle est la force tranquille des travailleurs de ce pays qui, face à l'énervement et à la faiblesse des agitateurs, ne !e laissent pas détourner sur de fausses routes. Dès que la riposte .se manifeste, les antisémites reculent. Récemment, Kremlin-Bicêtre en a fourni un exemple. .: :. Nouvelle série . N° 17 (85) -"",:. 29 -NOVEMBRE 1947 29 NOVEMBRE ' 1 948 Voilà pourquoi il serait puéril de se laisser intimider, au lieu de réagir avec force. Voilà aussi po,!!rquoi nous avons ; c~nfiance. . NAISSANCE D'UNE NATION (Dessin de M. Bahel) M. VILNER •... Lire -dans ce. numéro · .' .- LA MENACE EST DA S' LA R ILS ÉTAIENT DE MARSEILLE Scho/em Aleichem •• MOTL A~NNJ:VJE]R.§.A\][]R{]~ J01U 29 NOV]~l\\1[]B]fit]~ par Jean BAU MIER ••• par Joseph MILLNER E.N AMÉ.RIQUE LA DÉCISION DE L'O.N.U .. ·FONDEMENT D'ISRAEL , . '2 --------------..;.;;.:..--------- . DROtT ET lteEAU --------------"'".'.. .- . DiiceMItte , ·I~'.· - ,... 17-85 -f\U fO~'D DU pur-rs Mettez dedans Borislaw RENTRANT chez moi, j'ai trouvé hier soir ma femme dans tous ses états : - « Et bien, il en fait de belles, ton ministre de l'Intérieur! » m'a-t-elle crié, à peine étais.je entré dars le vestibule », comme si entre M. Jules Moch et moimême il y avait autre cho'se de commun que la vague ressemblance qui unit tous les représentants de .l'espèce humaine .. , - « Mais que t'a-t-il lait ? » m'étonnai..je. . .,'" - « A mol, rien. Mals c est a Borisla:w, notre voisin de palier: les flics sont venus l'arrêter ce matin et, ce soir, ~a kmme a ap' pris qu'il allait être expulsé ; il sera embarqué 'demain dans le premier train à destination de' la Pologne, sans avoir eu le d~oit de préparer u ·ne valise ni d'em"" 'asser . sa femme et ses enr nts. » Je ne; pouvais' croire cette nouvelle: • Qu'est-e que tu me racontes- là 1 : Borislaw vit en France depuis plus de tnnte ans. Il avait 18 ans en 1916 quand il s'est engagé dans l'A .... mée Française. En 1918, il a été blessé grièvement. Sa femme est française. Ses quatre enfants . . ,,~nt françaIs. L'aîné de ses fils a fait la guerre de 1939 cmme sous-officier d'infanterie, a .été fait prisonnier, et, après quatre tentative. d'évasion, a été interné dans le camp de représailles de Rawa-Ruska ; lui.même, dès 1940, a lait de. la Résistance. Il a la croix de Guerre et la méGai1le de la Ré"'stance : on n'expulse pas cJe.s gens comme ça, voyons ! » - Puisque je te le dis ! E.t même, le policier qui est venu l'arrêter a dit qu'il était bien content de « mettre dedans les Jné.tèques » : depuis .. trois ans, a-t-il précisé, il en avait aso;ez d'avoir à arrêter de bons Français •... J'étais "ur le palier quand il a dit ça : je n'ai pas 'pu m'empêcher de me fâcher et de lui rappeler qu'en 1939-1940 . ~s a·rrestations d'étrangers ont précédé la tral~json vychiste, ':e lui ai dit (pauvre gourde que j'étais à essayer de le convaincre !) que les .mesures xénophobes précédaient toujours l'assassinat de la Démocratie : il m'a menacée d'une paire de c:laques pour me- faire taire ... » - La bruIe ! Mais écoute : on ne peut pas expulser Borislaw comme ça ; la Joi ordonne qu'il cmparait.se au préalable devant une Commission Préle;ctoTale, assisté d'un avocat ... - Oui, ~ais le Gouvern-;'ment a changé tout ça : il suffit de mettre maintenant · « Urgent ~ sur un dossier pour expulser que.lqu'un sans lui permettre de se jus.ti fier ». . . J'essayai de trouver une explication - Mai. écoute, chérie : nous nous indignons, ftOUS . plaignons Borislaw : sa'VOlU-nous seulement $"îl n'a rien commis qui justifie dans une cmaine mesure de parejls procédés? Savons. nous seulem_t ce qu'on lui reproche? - Oui :. d'avoir déclaré en p ..... blic que les mineurs se battaient pour leur pain quotidien ! L'INGENU. Dro..i -t.. . et Liberté -~_ ... -.... - Rédaction et admirustration 14, Rue de Paradis, 14 Paris X· Telephone:PROvence "0-47 98-411 C.C.p . ParIs 6070-98 Tarif d'abonnement : 3 mols •••••. _ • 100 frs 6 mols .. _ . . . . . 200 irs 1 an ..•. •...• . 400 frs Etranger : Tarif double. Pour tout changement d'adresse. priért: de jeindre la dernière bande It la slmme dt 20 lralKL Le gérant: Ch. OVEZARBK LIES JÉTONNIEMENTS DIE LA QltJINZAINE. • • La leçon d'un faux Au 'cours des récents débats de J' Assemblée Natio~ale, M. Jacques Duclos a rappelé deux faux : le (( document )1 Henry, de J'affaire Dreyfus et le (C Protocole des Sages de Sion ». . Et de fait, l'histoire de r antisémitisme offre de beaux spécimens d'imposture et de fal.sification. , Si un faux f( passe Il. le~ conséquences peuvent en être redoutables. Elles peuvent même conduire à la chambre à ~az - si on est faible. Mais ayant. avec la ju~tice . et la vérité, la, force, on peut envisager d' autres perspechve~" Knock-out, la « théorie raciste » La discussion du rapport de r académiciçn T. D . Lvssenko a déchaîné les passions aux U. S. A. Pourquoi? Parce que le~ .ex~iences de Lyssenko portent un coup mortel à

~

la tMorie de la Il lutte au sein de la même espèce animale ou végétale )l et prouvent qu'il n'y a pas' de sélectiOn naturelle par le racisme ou par la guerre. Que le Ku-Klux-Klan soit indigné, nen d'étonnant, mais que les savants « occide~taux li s "indignent, cela nous donne la mesure du développement de la science tel que le conçoivent ces étranges personnages qui. dans leurs congrès. refusent d'admettre la présence d'un ambassadeur qui n'a pas la peau blanche. Lyssenko étant en U.R.S.So, l 'humanité se trouve privée du bpeCtacle d'un grand savant traîné à l'échafaud et criant, à la manière de Galilée : « Et pourtant, il n'y a pas de tacisme dans la nature )l. Un phare de l'obscurantisme Le « Phare Il, de Bruxelles, rapporte les pctins de Ch!!illot à la manière du « Sturmer ) : (( Sur les 2.000 ioumahstes (à l'O.N.U.) on a recensé 800 juifs et 700 communistes ... Il Quant aux employés de J'O.N. U., an' est plus un mystère pour personne qu ·.on y relè'1e 80 .J. ·de il,lifs. )j Le mystère c'est la source d'où le (( Phare » tire ses « statistiques ». Mais, par contre ,il n'est plus UR mvstère pour perSOnne que I( Le Phare » n'est qu'une lampe ... de boche' des .antisémites professionnels. Céline repenti « Aux Ecoutes li s' appitoie sur le sorf de L.-F. Céline qUI « vit privé de tout. au bord de la Baltique, dan~ une petite maison sans eau, sans' gaz, sans éledricité ». A en croire (( Aux Ecoutes », un rabbin se serait rendu auprès de Céline abandonné et lui c( a tenu WI langage humain ... « Ce langage d' ~mitié a profondément ému r écrivain ». « Je n al lamais fait d' antisémitisme - déclare Céline pour sa défense - après 1940. » Rabbin « compréhensif )l et Cé-line « repentant » ! En attendant. le retour de Céline coïncide étrangement ayec le retour de r antisémitisme. Notre guerre « La guerre de Palestme n'est pas une guerre comme les autres, c'est noire guerre, à' nOUs qui sommes au OErist. )l C'est Daniel-Rops qui tient ces propos dans « Carrefours », ~ la plOpos dans « Carrefours », après avoir lu I"Encyclique « In Multiplicibus )l. (( Le dramè de la Palestine - écrit-il - pose un problème mfiniment plus grave que tous ceux de la politique : un problème Je lidélité. » De fidélité à duoi ? A l'antisémitisme, pour M. Daniel-Rops et ses supéri~rs « biérarchiques Il. « Le sépulcre vide " François Mauriac, du « Figaro ", veut nous faire croire que, pour lui aussi, tout le drame palestinien ee réduit à ce fait que « Jérusaiem demeure la patrie de tous les hom · mes de bonne volonté qui atter,denl la venue du Royaume de D;eu )1. Mais il ne fait pas beaucoup de confiance aux Juifs. Pourquoi? t( Parce qu'ils (les Arabes) adorent le Dieu d'Abraham. d'Isaac et de Jacob, alors que les Israéliens... Est-il uai, comme on me rassure, qU'On ne trouverait pas à Tel-Aviv une seule synago gue? » Jésuite qui parle du t( Sépulcre vide » pour faire le silence su les choses ferrestres. Messe Le Cardinal Suhard a présidé, a Notre-Dame, une ,messe de nte oriental, chantée par J'Archevêque de Galilée. Hakim. Au premier ~angde l'assistance avaient pris place M. Robert Schu~ man, Ministre dès Affaires élran~ gères, et M. Jefferson Callery, Ambassadeur des Etats-Unis. Rien à dire contre la messe, pourvu qu'elle ne tourne pas en croisade. Les camps, chose normale Le Dr William Huber, de l'Universilé de Michigan, est t( conseiller pour les questil)ns Juives » auprès de r armée américaine d'occupation en -Allemagne et. en Autriche. Dans un rapport qu'il a présenté, il dit : I( Il faut considérer la situation des Juifs déplacés comme stable et admettre une longue durée çes camps. » Belle perspective pour r organi. sation de l'Europe selon les prmcipes du Plan Marsh"J] ! ~~ 1d~~VJImt ~-~~ L'antisémitisme en A li tri ch e DERRIÈRE LE RIDEAU DE SOIE (5) Crum expose un cas précis qui atteste l'étendue de l 'anti~émitisme permanent en Autriche et qui explique la volonté de beaucoup de Juifs de ces régions de fuir des territoires- pilcore con- · taminés où l'épidémie exterminatrice risque de provoquer de nouveaux ravages, pour peu que les m::âtres du jeu reconstituent les eonèlitions historiques qui 'donnent naissance il la div ersion raciste. Or, on voudra bien observer que, dans 'l'Autriche occupée; les Autrichiens ne sont que très secondairement les maîtres de leur pays et que, par conséquent, c'est ;lUX puissa nces occupantes de l'Ouest qu'il faut demander des comptes. Car si l'antisémitisme est ruiné dans ses fondements, interdit et puni en U.R.S.S., tout le mond:! sait que, à (les degrés divers, il reste assez répandu en Angleterre, en France et at'lx Etats-Unis. Voici le témoignage de Crum: fi etait atsé de compren4re la terreur mortelle des Juifs devant le, flot montant de l'anti. sémitisme .autrichien. Lutter pour sortir du pays, c'était lut· ter pour 'leur existence même. « Le gouvernement autrichien prêche la démocratie pour la consommation extérieure mais le sort des Juifs est aux mains des fonctionnaires », nous dit un Juif viennois. « Pratiquement aucun bien juif n'a été restitué. Il y a quelques jours à peine, un de mes amis a reconnu à la préfec* ture de police oeuf hommes ~ui ilvaient apl'artcnu à une euouade d'extermination nazie en POe fogne, et qui avaient massacré douze mille Juifs. Ces assassins portent l'uniforme de la police et se mêlent à la population. N'est. ce pas suffisant PQur nous rendre la vie insupportable dans ce pays? » (p. 156). UN MONDE A CHANGER Plus loin·, un garçon juif d'environ seize ans, répond brutalement à Cr'um qui l'interroge : « Pourquoi venez·vous nous questionner sans arrêt? Doit·on me juger? Qu'ai-je fait au monde pour perdre mes parents et toute ma Jamme? Qu'ai.je fait en dehors de naître Juif .? ». II. était sur le point d'éclater en san· ~Iots. « Ce n'est pas moi qu'il faut interroger, c'est Je mon. de ! », dit-il âprement. (p. 160). Non, jeune camarade : il ne faut attendre le ce monde que tu interroges d'autres réponses que celles que tu apprteras toimême, IlQn pas seul, mais à ta place parmi les hommes, tes frères, opprimés par la même tyrannie dont tu subis les coups choisis. Si les non-Juifs sont criminels ou absurdes lorsqu'ils laissent persécuter les Juifs de leur communauté, sans prévoir que l'on commence par les Juifs pour mieux atteindre les non-' Juifs et, en définitive, toute liberté, tu es condamné, toi, au désespoir permanent si tu ne consi(lères pas que les Juifs ne sauraient assurer seuls leur sécurité et leurs droit-s ct que cet orgueilleux isolement, proche, toujours, des défaites,. même glorieuses, te coup~ aujourd'hui des bataillons serrés des combattants de la liberté de partout en 'marche vers leur affranchissement qui sera aussi le tien. Il ne s'agit pas d'accepter ce vieux monde pour ce qu'il est : il s'agit de le changer et .c'est possible. Les fours crématoires, lprè~ tout, ne crachent plus leur infernale fumée à Auschwit7. LE VRAI COMBAT CruD1 nous dOnne, à la page précédente, un exemple de l'étroite interdépendance des problemes. Il découvre le trav~ il ultra - réactionnaire donc . source' d'antisémitisme, auquel se livrent souterrainement les dirigeants travaillistes de 'l'impér ialism ~ anglais : « Nous étions les hôtes du général sir nichard 1\1c Creery, command-ant britânnique en Au. triche, dan!! son Q. G. ao cbâteau de Schônbronn. 11 me parut fort instructif d'entendre de la bouche d'un de mes collègues britanniques de la Commission, un travailliste. qu'il voudrait voir. Otto à 'Schonbrunn, le châ· t~ltU devant redevenir, à son avis, la résidence royale des Habsbour~. Il était persuadé que Je Foreign Office serait heureux Mn seulement de voir Otto SUr le trône d'Autriche, mais enCOre Juan de retour en Espagne et Umberto en Itali~, tOu.o; gouvernant en monarques constitutionnels seloll un plan britaoni~ue et recréant ainsi la .J;oyaot.é en Eprop~_ Et .c,'.~tait un membre du Parti travailliste qui me parlait ainsi! (p. 159). Ces faits bien connus, même des gens de La Terre retrouvée et du Droit de vivre, n'empêchent pas de singulières prises de position pro-israëliennes dans des déclarations qui n'engagent à rien et résolument antijuives lorsqu'on passe aux décisions et surtout à l'application . . C'est à Bevin et ·à ses amis français que je fais allusion, particulièrement à A ndré Philip qui pérore à volü'nté en faveur de la reconnaissance d'Israël et qui reste sur d'autres tréteaux, Je soutie~ réso~~ de la politique du Foreign Olflce et du Quai d'Orsay. Car ce gouvernenlent · français, qui ne reconnait pas l'Etat d'Israël ne lient debout que par les vote~ parlementaires . qui l'appuient et André Philip, Alfred Coste- .. Floret, André Marie et autres font ~a,.tie de la majorité. Ii (audrmt quand même sortir de l 'hy~ocrisie géneralisée du double Jeu et prendre parti non sur d.es apparences, des protestatl~ ns verbales, mais sur ~es faIts, des actes. L'EXEMPLE DE L'EGYPTE Les faits sont suffisamment éloquents. Prenons l'exemple de l'Egypte, dont parle longueJllent Crul1l dans le troisième • chapitre de son livre. On se trouve 1;\ devant un pays exactement représentatif à la Cois de la " civilisation " impér;'aUste dite occidentale et d€ la vieille fé()(\a)i~é arabe rajeunie par la c ., ... Dkemllre 1948. - Ne. l1-SS ----~--,-----~----. DROIT ' ET LIBERTE _2 ., La menace èst dans la R'uh,r C'EST au moment même où nos regards se tournaient vers les épreuves passées, la premlere guerre mondiale et 1918, la marche à l'Etoile et 1940, en ce 11 Novembre, que les magnats nazis vnt gagné leur première grande victoire de l'après-guerre. . Le rétablissement de ces hommes, qui financèrent Hitler, dans l'intégralité de leurs droits de propriété sur l'industrie de la Ruhr a révolté l'opinion mondiale; il s'est même heurté à la vigoureuse réprobation des partis de la gauche allemande, et les syndicats ouvriers d'outre-Rhin ont montré les dents lorsqu'ils ont appris que Krupp, Thyssen et consorts devenaient à nouveau les ' « patrons .». D'evant une telle situation, les meilleurs ' allié;;; des gros industriels de la Ruhr se devaient . de réagir énergiquement: le Général Clay' . lui-même, le r~préséntant en Allemagne des EtatsUnis qui, 'il ' faut le rappeler, signèrent la Charte· de l'Atlantique et les a'ccords de ·Pots- . da~, sign~fia donc à cés ".ou- . ' vèaux opp,osants qu'il:Iie tolé- . rerait aucune insubordination et qùe les décisions concernant les magnats-- thénans seraient maintenueS'. envers et contre tous ... Mais, de quoi s'agit-il en l'occurrence? La production d'acier de la Bizone a quadruplé depuir:: janvier 1947; le niveau de la production industrielle atteint déjà 67 % de celui de 1936, année où Hitler mit en route .. on programme d'armement ; les représentants de l'industrie lour-de allemande sillonnent à nouveau les grands marchés mondiaux. Ainsi, la Ruhr qui, en violation flagrante des accords de 'Potsdam, avait gardé son potentiel d'agression, recouvre peu à pe,u sa puissance active et, à coup sûr, néfaste. Elle est maintenant entre ces mêmes mains qui armèrent la Wehrmacht, la poussèrent à l'action et pillèrent systématiquement les pays occupés; on en peut croire Hitler qui déclarait, par exemple, en 1943 : « Pendant cent trente-deux ans, la firme Frieddch Krupp n'a cessé, en tant qu'entreprise familiale, de rendre d'éclatants services à la force militaire du peuple allemand. » PRIOR'ITE POUR L'ALLEMACNE , ON sait que l'Allemagne occidentale a reç-u une pla c e prépondérante dans la répartition des crédits du Plan Marshall. M. John Foster Dulles, conseiller du Secrétaire a u Département d'Etat américain, déc 1 are d'ailleurs volontiers que la Ruhr est « le coeur de l'Europe ». Il met, au surplus, ses actes au service de ses idées, puisquHl fut à l'origine même du financement de la recons; truction industrielle de la Ruhr, au lendemain de la première guerre mondiale. C'est lui, en effet, qui fit la liaison entre les groupes rhénans, d'une part, et les milieux . ·bancaires d'outre-Atlantique, dont la célèbre Ban que 1 Scqroede11' de Cologne, Lonpar Tean BA.lJMIER dres et New-York était le leader. A l'heure actuelle, on peut dire que la situation se présente à peu près sous les mêmes auspices, puisque les intérêts p r i v é s américains veulent prendre en charge le réarmement économique de cette région. Les participations des capitaux américains sont d'importance, 0 u t r eRhin: les usines Opel apparusine géante à Cologne, et la U.S. Stee,1 a des visées précises sur la sidérurgie de la Ruhr. La meilleure preuve de cet t e volonté d'absorption nous est fournie par M. Wolff, l'un des directeurs de U.S. Steel, qui présidait la dernière commissÎ(ln d'enquête dans ,la Bizone et qui a recommandé 1 e développement de la production au delà de la limite fixée par les ac-

. ...... , •• ~ .'," ,,) f ~

. REPA~;rIT.I~,~ , E9,UIi"A..!L,E , ,. , - Vou" faites des réserves;"Très bien 'alors, vous gardez les réserves et je lui remet les stQck's. '!' . tienftent à la General Mo.tors; le trust charbonniçr Hugo Stinnes est entièrement amécain; Ford doit installer une cords interalliés, le retour des industries , sidéntrgiques et charbo.nnières à leurs anciens propriétaires, la suppression de toutes les mesures de décartellisation prévues à Potsdam et le rétablissement d'une concentration industrielle qui équivaut rigoureusement à la reconstitution des anciens konzerns de la Ruhr. ci administre aussi la « National City Bank» et la: « Bankers Trust »... Les milieux d'affaires ont des créances à préserver dans la Ruhr ils cherchent par tous leS] moyens à y maintenir un po ... tentiel industriel solide. C'est: LE BASTION AVANCE pourquoi ils essayent d'é(:ar .. DE LA COMMUNAUTE ter les mesures adoptées à la: ATLANTIQUE Conférence de Potsdam. Ils font valoir - c'est là leur: LE mépris total avec le- principal argument - le rôle; quel ont été 'accueillies dominant que joue la Ruh~ les protestations toutes dans l'économie européenne. formelles du Quai d'Orsay, à Ils flattent aussi les préjugés: propos de la R,uhr, souligne, antisoviétiques ' des diplomas'il en était encore besoin, les tes occidentaux et s'associen~ intentions précises des mi- à eux pour faire de la Ruhr:" lieux politiques et d'affaires le bastion européen de l'anti .. américains: la Ruhr doit de- soviétisme ... » (1) venir le bastion avancé de la Cette attitude déplorable Communauté' Atlantique. du Big Business ne peut me .. « Après la guerre de 1914- ner qu'aux désastres que nou91 1918, la Ruhr n'a pu recouvrer avons connus au cours des; son rôle d'arsenal industriel années passées. La voie jalondè l'Allemagne . qùe grâce née par l'élimination pro gresaux crédits qui lui furent ac-. sive des forces démocrati .. cordé:;; par les milie.ux finan- ques, la reconstitution . des ciers américains. ' Plusieurs ti:t1sls, le retour de tous les banque.s d'outre-.Atlaptjque se na~is aux leviers . de conichargèrent de l'opé.atio1l. La mande, l'accroissement simul~~ n1:ue, Dpl~t.\4 décembre 2009 à 10:50 (UTC), en par- tané de la puissance . d'agres .. ticuher, , renflq~~ ';'~n 1926 le sion allemande ne peuvéntme.trust de l'acier .' de 'la Ruhr, .. 1lei' qu'aux cam~s. de coneen-, par un prêt :qe J 2q millions ttation et au rnassacre ~des inde dollars. Simple coïnci- no cents . den ce, cette même banqùe a maintenant pour administrateur le Général Draper, Sous. Secrétaire à la Guerre. Cel,ui- (l) Se reporler, il ce, propo's, t\ noire ouvrng'r « l'orees tle guerre dnns ln 'ftulir ". Editi-ons du Pavillon, Contre la menace de guerre et d'antisémitisme Résolution adoptée par' la Conférence nationale de l'U.J.R.E. , tenue à Paris le '14 Novl!Ulbre Le Conseil National de l'Union des fidèle aux pri ncipes fondamentaux de d'une Allemagne forte, et d'une juifs pour la Résistance et l'Entraide, l'Union des juifs pour la Résistance guerre contre l'Union Soviétique, réuni le 14 novembre 1948, cons- et l'Entraide, proclame la nécessité Le Conseil National donne mandat tate avec i,nquiétude le renforcement d'un large front démocra tique de tou- au bureau de l' U. j. R. E. de prende la menace antisémite et réaction- tes les forces sainei de la population dre toutes les mesures nécessaires naire, qui résulte de l'encouragement juive, qui veulent défe.ndre notre pour que toutes les orga.nisations unl donné aux éléme,nts fascistes par la communauté contre les dangers qui taires existantes, telles le C. R. 1. F., restitution par les Anglo-Saxons de la men ~Ce nt . le C. G. D., l'Union Culturell e, prenl'industrie de guerre de la Ruhr aux De cette union doivent être exclus nent une position claire à l'égard de Allemands ex- nazis et fauteurs de tous ceux qui représentent dans la la lutte contre le danger fasciste en guerre. vie juive la réaction intérieure ou in: France, Le Conseili National, considérant ternationale et Surtout ceux qui dé- Le Conseil National appelle tous le danger faSCISte et an'1isémite, et fendent la politique de l'avènement les militants de l'U. ,. R. E. à ren____________________________ ---,. forcer ra lutte contre l'antisémitisme LE . 5 DECEMBRE sera inauguré à Paris UN MONUMENT à l'hon neur des Juifs morts pour la Frante Le 5 décembre prochain, à 9 h. 15 du matin, un,e grande cérémonie se déroulera au cime. tière d,c Bagneux à l'occasion de l'inauguration du Monument aux Morts érigé sur la tombe commune des combattants juifs inorts pour la France pendant la dernière gue~re. La manifestation, patronnée par M. Vincent Auriol, ç'resldent de la Qépublique, se dé· roulera en présence de M .. le Ministre des Anciens Combattants ' ainsi que d'éminentes personnalités civiles et militaires. Le monument, oeuvre du statuaire Qapoport, est une grande réalisation artistique dont le principal motif représente un jeune combattant qui incarne le courage et l'héroïsme symboli. sant l'apport dQS Juifs immi~rés en ' France à la lutte contre l'ennemi hitlérien. et le dangér de guerre, en mobilisant les masses juives pour prendre une part active aux Assises de la Paix qui se tie,ndront les 27 et 28 novembre à Paris. Le Conseil National décide de convoquer pour les 13 et 14 mars 1949 le III" Congrès de l'U. j. R. E. et d'organiser pendant les mois de décembre 1948, janvjer 1949 et février '1949, un grand recrutement ayant pour objectif de gagner 10.000 nouveaux adhérents it l'U. j. R. E. Le Conseil National appelle tous les ouvriers juifs, tous les travai'ieurs à domici le, tous ceux qui sont d'accord avec son progra(l'.me de lutte pour la paix et la démocratie, tous Ceux qui ne veulent plus de guerre, de dé portations, de fours crématoires, et qui veulent voir se développer et prospérer un Etat indépendant en Israël, à donner leur adhésion à l'U . j. R. E., et avec l'U. 1. R .E., à mener le combat pOljr une vie heureuse dans un mOrlde d'égalité, de démocratie et .de paix , Le Conseil National enregistre avec satisfaction le grand rôle joué par les sections de l' U. J. R. E. lors de l'action de solidarité poue Israël . Il , appelle l'attention de toute la population juive Sur le fait que les impérialistes tentent, malgré les décisions du 29 noven".bre 1947, avec l'aide des forces réactionnaires juives, de priver le jèune Etat de son indépendance et de /' entraîner dans leurs intrigues antisovlétiques L'U . J. R. E., la gr2.nde organisation des masses juives ' qui a joué un rôle impo:tant dans la mobilisation pour l'ac tion de solidarité avec Israël, constate devant l'opinion publique que les organisations sionistes de France ont manoeuvré pour retarder la proclêmation d'une nouvelle a~tJon / commune en faveur d'Israël. Sûr d'exprime: l'opinion de la, grande majorité de la population juive, le Conseil National souligne la nécessité d'orgarliser une action commu. ne en faveur d'Israël, avec un but défini d'avance, qui doit être accompa'gn ~e d'une grande campagne nationale et morale, contre les manoeuvres des impérialistes qui menacent l'indépendance et la paix en Israël, une campagne qui exigera que le président Truman tienne ses promesses à l'égard d'Israël. Voyant' que les organisations pro~ gressistes d' Israë l constituent les seules forces sérieuses et la seule garantie pour la création de l'unité dans le combat pour la paix au pays, le Conseil National souligne l'importance que revêt l'aide à ces forces, da,ns leur lutte pour le développement d'Israël. A l'heure où de nouveaux dan. gers de guerre se dessinent à l'horizon, où l'antisémitisme relève l'a tête, cette manifestation revêt une importance toute par ticulière le Samedi Il Décembr~, à. 21 h., au Le ,notif principal du monùmènt, Par milliers, les anciens combaflrlnts, les anciens résis. tants, tous ceux qui ortt com· battu, tous ceux qui ont so uf· fert, viendront rendre un homo mage d ceu.x qui ont donné leur vie pour la France et pour la ." liberté. de l'Union des Engagés Volontaires Anciens Combattants Juifs . (1939-1945) QUI AURA LIEU DANS LES Salons du Palais d' Orsav ., ' (M~tro : Solférino) 4 ,

' . DROIT ET LIBERTE _ . . A..... r B EYf\OU"rHde nolre Parce que les peuples veulent vivre libres ... j~ r: j~~, j~ ~ 'Correspondant ~ C n Dr,. r,~à Beyrouth _ Leu~~:e:~ " Tel Famine, tuberculose CI~~I::, provipère, tel fils ", intradui- et .egnorant.esm· e sions : SOU-TCHEOU .. ~ . DES bruits alarmants sur la situation militaire ont provoqué une grosse tehSion dans la capitale libanaise qui ne se trouve qu'à Une centaine de kilomètres du front. Les riches prennent leurs dispositions pour pouvoir partir à tout moment. Aux consulâts de Francé, de Turquie et d'Egypte, les fonctionnaires travaillent sans répit pour délivrer des visas. sible en Glnéricuin ? Le~ libérée pur les armées Il Filles de la Révolution populaÎt'es, NANKIN et Américaine Il qui possè- sont ies mamelles du Franquisme PEKIN sont maintenant dent 1~ « Constitution.~ ~. On Signale une haùsse imp;r~ binet Riad Al Sohl, la dissolutante, allant jusqu'aux 2Ô %, tion du Parlement et la fixation des prix de l'or et des deVises de nouvelles élections générales. rares. La nervosité générale Il En attendant, l'expédition des commencé à se manifester avec affaireS Murantes devrait être une forc'e accrue lorsque Fawzi confiée à un cabinet de toncAl Kaoukdji a publié un Com- tionnaires. L'opposition defnunlQu- é annonçant une retraite mande encore l'élargissement « stratégique dans le but de immédiat de prisonniers politiracctmrcir les lignes de commu- qUés détenus à Baalbeck SOus niM.tions de l'armée de Libèra- inèulpatlon de « tlé'f9.itlsme, de tion ). Un autre fait a agi com- haute trahison ét (l'activité sUbme un signal d'alarme : l'ordre versiv~;:. Hait ») de Wa hington . ont refusé de lÔllef cette sa lle aU " Comité ' National pes Femmes Noires" qui désirait y organiser Un programme artistique lU profit de diverses oeu VIes de biellfaisance. Le général Franco l'a lui-même déclaré un jour : « Les privations SOnt encore la. meilleure arme dont on puisse disposer contre des rebelles. )) directement menacées. TCHANG KAI CHEK Il jugé plus prudent, dans cM éQ.nditions, d.e s'enfuir vers le Sud. Mais, dans les territoires qu'il contrôle encôrè, regnè la plUli ""atrOCè hu'nine; au~si n'-eM-il pas extlu (j'u'à bout de ptiVil.tiM~ le peuple ne se révôlte' et neprééipitê encùte la chute du tymn. Et il a fait de cette maxime un .( principe de gQuverncment )) ' " En effet, tandis que l'opulet)ce des profiteurs du régime s'étale plus insolemment chaque jour, la misère du peupl'e espagnol atteint des proportions encore jamais connues d'une nation cependant habituée à la souffrance : tr-ois cent mille chômetirs sont actuellement recenses, et l' ensemble de la populàtÎon connalt une veritable famine. des autoritéiS miUtâlres d"élevet A Damas, lei! riéhes ont consdes fortiIications à une \Ting- truit de prof-onds abri5 pourvus talne de kilomètres de la capi- de t-out lèconf-ort moderne. .. tale. C'était pour eux la meil- Beaucoup ont loué plî.r mesure leure ))l'êuve de lâtlébàcle de dé précaUtion ,me l'naisOn à Kaouktiji. Alep, à Deir Es Zot et·dnn6 (i'auCette situation li consid-eràble- tres localités de la région de la - « Incident f:îcheux, fila.is snfl~ const!(IUen. ces ) : tels SÔll.t les cornmentairès du Président TRUMAN sur l 'assassinat de l'électeur noir {jui, malgré les menaces de mort, avait eu le courage de participer au scr·utin présidentiel ; évid~mment, ·cela dépenù du point de vue auquel on se pl\cc ... Les résultats de cette situation sont nets : à. ell croire j'e Docteur Benitez Franco (peu suspect d'e~agération en la matièré 1), un Espagnùlluberculeu)( meurt tOlites les quinze minu- GRECE ~ On pren~ les mêfiles et Qn tecommllnoe : SOPHOULIS et TSALDARIS se 'Sont mi's 'd)accord pour former eI1S':'ffible leur" nouveau ») )touvernement. A u ~ 5 i t Ô t, sans doute pour manifester publiquement la continuité de la politique gouvernementale Rtecque, ils ont mis le Parlement en vacances pour trois mois, ordonné quatre cents nouvelles arrestations, et ordonné dixsept exécutions cnpitales. , l'nent renforcé l'Influence de frontière tutqùe, l'OPPOSition QUi avait, dès le de- La sJ.tuat1Qfi politique subit but, c'est-à-dire depuis le 15 mal, fl~c'eMaitément les effets de la date de l'invasion, mis en garde défaite m11ltâire. Dâns les cetl'oplnltm libanaise con t r e cles politiques on ne pârle plus, l'âventure pnlestlnienné. Les avec enthousiasme comme il y ChefS de l'oppOSition viennent a un an, de ln Ligue Arabe. Le de présenter au Président de la peUple veut en finir, une fois Re-rf'lblique un mémorandum pour toutl.lS, avec uhe guerre ihdemândant la démissIon tiu Ca- juste. CANADA - A l'instar : un certain notl:lbte de parlementaires ont denlandé l'arrestation de tous les eOfilmuI1Ltes et dés syneIiCO. 1Îstes; en l'li. e In e temps, ~ê8 ." défenseurs dé la dél11b:l"ntie " suggér: lÎênt qUé tous les prisonniers politiques soient déportés clans les territoires du Nord et employés à des tr·âVlnJX pénibles. . tes; dll!lS une école madrilène, cent quatre-. vingt-dôuze tuberculeux on't été décelés sur Un total de deux cent cinqUlînte-qutttte élèves; quim~e dès quarante-huit emplOyés de la Banque HispanO-Américnine de Bilbao ont été contraints paf la tuberculose de quittet· leur emploi... . Affamant l'Espagne et rUinant la s·anté de ~es eompatriotes,' Franco Se preoccupe fiU si de tlinlÏtiUet leur niveau intellectuel : la scolarite est devenue un luxe l ........ Quelques chÎffrês NABAS Pll(;.DA demande l'abdication de Farouk ' suffist!nt à le démontrer: en 1936, 3.968.916 éleves avai~nt fréquenté les écoles publiques ~ 1.8015.720 seulement en I!H8; en 1936 les Universités comptfl ient 48.657 élèves ..:... . 28.773 seulement ~n 194·8 ... De notre éorrespotfdant au Caire A u cours d'une réunion du Comité Cen.tral du Wafd Qui s'est tenue au d0.m~cî1e .de Nahas Pacha, le Prés;dent du Wafd a demande l abdIcation de la dynastie de Mohamed Ali et la proclamation de la r épubllque·. Ces paroles ont suscité l'enthousiasme général. Elles montrent que la situation intérieure en lllgypte évolue rap1de mènt. L'antisémitisme en Autriche Nahas pacha a décl.are dans et demande la mise en jugeSon discours : « C'est SUr la dy- ment des chefs responsables n.astle de Mohamed AH que se d'une guerre si contrair()aux ifi~ base la domination britannique tététs ôes peuPles atabês. en Egypte, Déjà sous le roi (Suite de la page 2) néo-bourgeoisie d'affaires du cru (des profiteurs de guerre pour la plupart) : Ici on trouvait Uné poignée Fouaçl, la situation, de ce point de vue, était intenable. Chaque foiS qu'un conflit éclatait entre le gouvernement wafdiste et la pudssance OCcupante, celle-ci faisait intervenir le Palais pour briser l'élan de la NatiOn. En 1928, étant préSident du Conseil, j'avais essayé ,de régler Hi. QUestion du Souqan, conformément âu:X: intérêts de l'Egypte. Immédiatement, les Anglai,s ont tait pression SUr le roi· Fouad, lequel â simplement renvoyé le ministère, comme s'il s'agissait de quelques petits fonctionnaires, et a essayé de monter contre tnQi un procès de corruptiôn. Le cQmplot n'a pM réussi, la Cour m'a acquitté, mais lé nouveau Cabinet de Mohammed Mah. moud pacha a enterré la Question. Depuis lors, Fouad était toujours mis en avant comme un oouclier, par les AnglaiS, lorsque le peuple voulait secouer Ilon joug. ~ Nahas pacha a fait une comparaison . entre la situation en Palestine et celle d'Egypte, Bn Palestine, a-t-il déclaré, les Juifs Qnt réussi à chasser les Anglats, cependant que chez nous, les troupes britanniques s'installent glus solidement Que jama,is. Il flût reconnaître cette verlté. c'est une véritable honte pour nous. Mais la noble Nation égyptienne n'y est pout tien, car elle est trahie par le Palais et son agent, Nokrachi pacha. » Le Président du Wafd a ensuite ainsi préciSé les buts Immédiats de l'opposition : 1) abdkation de Farouk et abolition de la monarchie: 2) proclamation de la république; 3) nomination d'un Cabinet neutre ~.yant pour mission de préparer des élections générales. Ayant pris. connaissance de ces projets, Nokrachl pacha a Clj"nvoqué d'urgence ses collè./ lue . Après dé longues délibéra~ tionS, ils Ont décidé de l"enonéer à l'arrestation de Nahas pacha, 1rOl1e pareille mesure étant susceptible, de l'avis unanime des ~inistres, de provoQl~r d1ls k4'ubles dans le pays. Le Cabinet a l'Intention de faire procéder à de nouvelles et massives arl'flstà~ions d'adversaires de la dictature. La jeunesse intellectuelle arabe com~nee li. se mobiliser - MICHEL ANSKI .1 Nous venons d'être péniblement touchés par le déGès de M. 'Michel Anski. • - Michel Anski re~ut une fo ,mation juridique et se consaacra à la presse periodique. Il avait une intelligence rapide, une grande connaissa,nce des hommes. 'Ce journaliste expérim'enté a été tenté, après \a Lib~ration, par l'Histoire ; et il a réuni une précieuse documentation sur la lIie des juifs en France pendant l'occupation et s'eu rendu en Afrique du Nord pour étudier la situafion de ses coréligiohnalres dans ces pays de l'Union Fran~aise. Sa tâche lui a paru exaltante, cet homme un peu ironique est devenu enthousiaste, il s'y était c()ns4tré tout éntillt, Il en ent~~ tenait constamment ceux qui l'approchaient; Ion premier ouvra8é sur ces questios vient d'êtte terrflillè. Michel Anski vient de mourir après une courte maladie. No .. s prions Mme Michel Anlki de c roire à hofre profQhde peine. NolIS lIenons d'apprendre lé décès bien prématuré d'un ami que 1I0us avOnt con,nu pendant la guerre dans le dépaltement de$ AfI EîS-Mliritimes : Andté :hataigner, secrétaire général de la mairie de Cahnes - M«Iaille de là Résistance, Croix de Guérte - a été pendal1t l'bccupation ennemie, chef du buréau du rlillitaillement à la m-ai,ie de Cannes. Ce pattiote, bon et côurageux. militant de la R~istance dès 1940, n'a cené, malgré le. investigations et les contrôl~ minutieux de la poliCé de Vithy, des Italiens et dn Allemands, ' de délivrer allx réfugiés politiques et confe~5Ionnel. et aux combattarifs du maquis, de taux tirtes d'alimentation et des ·tickets de ravitaillement. Le t,avail était bien fllit : les carte~ Împècublement tédigéès, tamponnées, les tickets bien comptllbilisés, toutes les ;u.'tifications préparées. En 19042. avec Sacha Krinsky (Commandant ESCA') et Rigoire, il organiu UII excellent réseau de renseignements mllltair" et un maquis à quelques kilomètres de Cannes, dans cette région si importante au point de vue des liaisons. Au mois dl! juin 1943, la plupart de ses compag~ons sont atrités et déportés. 1/ N!organise et contillue l'acti\ilté des calflatades qui ont pu échapper â la police italief)n-r. Combien de fois on perquisitionne dans ses burl!lIux et chez lui, on. n' .. jamais rien trouvé, malgré l'activité débordante de • cet homme qui n'avait pas seulement la foi d 'un patriote, mai. lei qualités techniqu~es exceptionnelles d'.un officier Cbmbattant et d'un admlnisttateur. 1aht cie travaux, tant de peines ont ruiné sa santé : après la Libê .. tion, venant d'~tre nomtl'lé secrétaire général de la mllitie de Cannes, il èSt obligé de cesser ses fondio'ns, atteint par la tubercul05ê qUÎ vient -de l'empo,ter. \1 Il ,a""\lé des milliers de gens, " po;té à l'ennemi dei coups trèt nades. Que Mme André Chataigner, qui fot pout lùi pendant la clandestinité .. ne excellente co!lab()r-alrÎcê et P0lt' nous bn agênt de liaison si 9r&leux, et sa fille Frllftçoisè, ,oient sûres .que nous ne l'oublierons pas. j-oseph-André BASS, de riches, une foule de pauvres, et p:!tsonhe pour ainli dire entre les deux catégories. Sur dixsept millions d 'habitants, seize millions étaient paysans ou leI, lahS, sorte de serfs dtt XX~ siè, cie dont la misèrè était connue et acceptée. (p. Hl7). Dans un pa)'s oit quatre·Yingt. tinq pour cent de la population est analphabète, où une pttite fraction (cinq p0l!r cent envi, • ron), possède ql\'atrevingtcinq pour cent des richesses du pa) s et oilxerce sans scrupule sa domi. nation, sans se soucier le m(\Îns du monde deS droits les plus élémentaires du peuple, la dé. mocratiC', avec son princi('e de souveraineté populaire. paraît certainement très redotltablil. (P.o .170) . • Mflme chose pour l ' Ira~ . En Irak, la moyenne de la "ie humaine est de trente ans à peiné; qua!re'vingtqulnze pour cent de la population ne sait ni lire ni écrire, et Un enfant sur deux meurt avant d'atteindre sa cinquième annèe. (P. 174). Le professeur Einstein patle' C:um rupJe1!e un jugement terrIble, mm! Justè, du profcsseu~' Ein~teil1 qui braque lcs prorectl?llrs de 1 'observ~lti\:)n hlstoriqu~ SUr le tôle de l'impérialisme anglais dnns ces pnys; toute la situation en. Pal~stine s'èn trouve éc1tliree : leurs F.rlvilè~es. Ceci explique ~( l'alliance passive » dont parlillt Einstein. (p. 175-76). Cela explique aussi l 'inquiétude tenaillnnte des roitelets fainéants et guerriers dt! Proche- Orient proteges, tous comptcs faits, par les baïonnettes ang- laises et tentes par la mànne dé dolIars du big-business, devatit l'existence même d'ut'! peft pays progressiste éapable de réaliser des expériences ténlOins de caractère socialiste e n ,-upture avec les vieilles' formes d'exploitation ca pitali ste. Israël en marche Concluons sur l'imp,-e5sion pr-e mière de CruÎl1 au lnoltlent où il paSSe d'Egypte e,l Puiestine, au cours de son voyage. C'était uné joi~, après Jes ~randcs étendues arides, après les ~utte~ de boue, de voir apparaltre il nouveau l'ordre et Je travail de l'homm'e : les champs vêrts aux sillons réguliers, le contraste des troncs 'Sombres Sur le fèuillage clair. Voilà queUe fut ma première impression de la Terre Sainte. (p. 180). . Il. s '~gÎt là d~ détails presque tourtstlqnes, mais nous veT'r'ons, dan~ notre prochaine an:llyse ?U !Ivre de Crunl, qlleIle réalité Ils annoncent. Nous essaierons de comprendre aussi 'C01i1l11ent Israël ne saurait ~tre jugé COl11fne un tout, fii séul. «Les grands ptopriitaires fon- r----~------ciets, avait·H dit, se trouvent dans une situation incertaine parcè qu'ils craignènt qu'on ne les je.tte par-dessus bord Les Britanniqu~s sont toujour~ les alliés passifs de téS Ptop~iètai. res. L40Is peuples qui sont domi. nés, remarqull.f.n enC()re actept~ nt la l1omination, ta~t que 1 Ignorance et la misere les écrasent et qu'ils n'entrevoient rien de mieux; mals dès ' qu' ils se rend~nt cOl11ptê 'lUe J'esclavage n'-est pas prédêterruiné ils COlllnlencètJt à SeCOlièr le 'joug (lue leur imposent lt/s pOSSesseurs d'e la terre. » Ni les ()ppr~:seurs ni les propriétaires fonciers n'ont eftvie d'assister il cette libéra. tion qui marquérait - la fin dt! LISEZ chaque semaine IlltifJ/I MUOOIÜOAlRE DE I"lNDEPENDANCE FRANCAISE Ses échos, sa tribune ' politiQue. seS grandes enquêtes ses pages littéraires èt !!;ocià~ les, ses nouvelles ... TOUS LES MERCREDIS 16 pages illustrées En vente partout 15 (runes UNE COLLECTE effectuée par les juifs sépharOOi!-eS de Lille pour l'aide à l'Hat d ' Il;r-aël é! pl'()duil lé! ~om",e cie 1 00.000 fr ., ver.;€e ~ M. P...-do. ... INcl .... '941. - ... 11-15 - -------- - ------- DROIT ET LIBERTE s ILS ETAIENT· DE MARSEILLE par Joseph MILLNER et scola minor), un hôp.itat, un marché et un bain rituel ou U milwa à l'usage des femmes. N pari que vous ne con. nais·,ez pas celle histoire de. Marius qui , sauve Marseille (et les réfractaires, nouveaux venus Privilèges II : c'est assez dire leur importance, en ce . XII~ siècle. Il exislait alors une curieuse institution juive, l'Universitas Judaeo'tum, présidée par trois « syndic~ II ou ~« bayIons Il qui se tenaient en rapport avec l'adminisll'ôtiün municipale eL les comtes de Provence. Bien qu'entourée d'un mUf (l357) , elle n'avait cepentlant rien de commun avec Chypre (t947). Les Juifs pouvaient en sortir Ott y rentrer à leur guise. Ils étaient sculement tenus d'y loger, el encore il s'en fallait de beaucoup que éette prescription fût unanimement respectée. !Les autorités marseillaises fermaient les yeux, c'est-à-dire ouvraient les portes. • Juifs marseillais) en ~crasan\ ou non. les Ambrons... . Ces derniers, cependant, Venus de, bords de la Bal- ~ assuraient par leur commerce tique au nombre de 30.000, une sorte de trait d'union les Ambrons, vari,été particu. entre Marseille et le !Levant. hèrement redoutable d'ema- Le trait-d'union fut-il romhisse urs te~ltons, s'étaient pu? Entre le VII' el le xII" siè- d'abord arrêtés, près d'Aix- cie, il y a un trou dans l'hisen- Provence, sur les bods de Loire qui nous occupe. , l'Arc. C'est en H&'S que le fameux S'ils ~tablissent une nette disLinelion entre Chrétiens et Juifs, ils précisent que la différence de religion ne saurait en aucun cas constituer un obstacle à la liberté de commerce avec l'étranger. Il y est stipulé que Chrétiens, Juifs et Sarrazins ont indistinctement le droit de venir à Marseille avec lem's marchandises, de décharger des navires, de vendre et d'acheter à volonté. Cette Universitas était-elle une simple corporation de m'étiers, ou bien, comme le croit l'historien Adolphe Crémieux, une sorte de municipalité de la communauté juive? L'absellce de doctlments ne permet pas de répondre avec certiiude. , Après un hain collectif dans voyag(lur Benjamin oe Tudela le fleuve provençal, cel:! B~.r- visile Marseille. Il racontera bares avaient repris leur mal' - qu'il y a trouvé pl us de 300 ,che avec la certitude - il ~tait coreligionnaires, réparLis en naturel que si proches du but, deux communautés, Haule et ils aient si bon moral - de Basse' Ville. 80.000 sous royaux: Lelle est la somme qu'à "la fin du XII' siècle les moines du couvent de Saint-Victor doivent à un négociant. qui n'est pas de la religion 'de Saint-Victor. Ce qu'il y a de cerlain, en tout cas, c'est que la constitution antiraciste de Marseille resta inll1cLe lorsqu'en 1257 le comte Charles d'AQjou imposa sa suzeraineté à ~a ville, mais que les chQses commencèrent à se gùtcr au début du siècle suivant. Dans ces conditions, un vaet- vient continuel s'~lablit entre la Carrière et le reste de la ville. Phénomène d'autant plus remarqualJJe que dans le proche Comiat Venaissin les Juifs ont beaU(oup de mal à sortir de la Carrière. pouvoir atteindre en quelques heures leur grand Jbjectif : Marseille 1 C'étàit mal connaître Ma ·rius. Il avait depuis longtemp:; prévu le coup. 11 les attendait au passage. Sur des hauteurs stratégiq ues. Aucun Ambron ne sortit vivant de la bataille et Marius revint à Marseille en iriom, phateur. Ce n' es t pas une gal'éjade. C'est de l'histoire ancienhe, qui remonte au début du mOIs de sertembre de l'an 102 avant Jésus-Christ. Marius consul La vérilé est que sans Marius il n'y aurait plus eu de Mal'sei lle, et que je n'écrirais (peut-être) pas cet article., , Cavcant c()T/s-ules ! MariUS, consul l'ornain, vrillait avec ses sol{)a\.s. ' Les Ambrons formaient l'avant-garde d:une masse déferlante de lJarba l'es don t l'avance constituait un danger de mort non seulement. pour le mi'di dp. la Gaule, mais pour Rome et l'Halie. On peut vOIr là comme une préfiguration, cinq siècles avant qu'elle, ne se produisent, des grandes invasions. Les Marseïllais, à deux doigts d'une tolale deslruction de leu r ville, eu rent tres chaud. Parce que les Nordiqllcs ' eurent encore plu s chaud, les Marsei liais purent respirer. Le soleil, en effet, était accablant en ee début du mois de septembre - 'd'où la baignade sus-dite. ILe jour clu combat, les troupes de Marius, disciplinées c~ bien armées, elll'ent facilement raison d'une horde CJue ,la chaleur accablait.. Civis Massiliae Nous connaissons, , par un acte de citadinage, le cas personnel d'un Juif qui s'avisa de passer de la Basse à la HauLe Vi Ile. En sa nouvelle résiden- Les Juifs marseillais ' rédigent leurs obligations en hé- Avec un retard d'environ deux cents ans, ' l'ut Judll,cï discernanfllr a Cltrist'iallis du Concile cie Lll Ll'an fut alors , appliqué à Marseille. C'était, tf'xl uellement, pour les Juifs l'obligation de portel' un 6igne qui les dislini!uâL des Chrétiens. Deux siècles avant l'ère chréLirnnf', le lyran Ptolémée Ph i lopalor avait collé une feuille de lierre SUI' la pf'au de CCliX qu'il avait assujrllis. Le sig'ne distinct·if décidé par les législateurs canoniques priL d'autres formes .. , manches longues, chapellux de différentes couleurs, pièce d'étoffe cousue sur la poit.rine, etc. ~ Canebière en 1824 Qui niera l'inrtuence de l'Orienl à Marseille 'r Ici, les femmes juives doivent se coubreu, mais le titre de r:ivis vrir le visage d'un voi.Ie. Massiliae (citoyen de Marce il reç.ut o{ficiellemen t le 'CIroiL d'assister à toutes les réunions que tiendraient ses concitoyens : assemblées générales du peuple, assemblées de quartiel', assemblées de corps cie m'étiers. A,ct-Lle époque, MarSeille, eonsidérablement eri avance sur les teiTltoires de l'inlp-rieur, déploie une intcnse aeli· viLé commcrciale et industrielle. Et cel essor économique enl.raine, biE'n entendu, ici comme dlns d'autres grandes villes, un mouvement so· eial eL politique vers plus d~ bien-être et 'de liberté: brisant les cadres anciens, il trouve son expression dans une organisation communale. La grande cité pleine (le vie devient une RépubliqlJe de marchands. Ses sla/uts romm,UT/aux c,omporLenL des c( Chapitres de Paix, Libertés, Franchises et seille) leur est officiellement Ca rriera J udaeor U'lll reconnu, avec toutes les liber- Et l'on ne s'en tient pas à tés, immuniLés, franchises cou- cet anLi~émitisme d·allureexoLumes et usages- « y afférents Il. tique. l1icntôt, il est interdit Murseilla.is comme lei au- aux Juifs cie llémoigner contre tres, ils peuvent exercer les un Ch rél.ien dans un procès, professions les plus diverses d'utiliser la piscine municiel sont admis aux chnrges mu- pale plus cI'un jour p"r semainicipales (not.amment à celle ne, de manger cie la viande le de cour\.ier). vendr0di, cie prendre place s'ur un hal.eau il plus de quatre. Ut Judaei discernantur DMt'nse de s'embarquer à destinai ion d'Alexandrie, la On en voit, au xm· siècle, villf' est tàbou. qui sont médecins, d'autres 'J'out. cela, évidemment, decollecteurs pour les services vait finir par unc Juiverie. Le religieux., d'autres entrepre- 10 mars 1320 l'inquisiteur Mineurs. Les plus riches occu- chel Ir Moine installa donc pent une place importante une Carricra Jttdaeorum à dans le commeree maritime Marseille SUl' l'emptacement comme armaleurs pour la Cif- de l'acluf'lle rue Colbert. cumnavigation en Méditerra- Ce n'était pas à proprement née. Sur le plancher des V8- parler un ghetto, mais une île ches, quelques-uns, gros pro- (insHla iusa/oriel d'un grnI'e prios, se trouvent à la têL~ d~ fort sp:écial, qui possé'dait plusieurs immeulJles. ' cieux synagogues (scola maiof' Lorsqu'ils y réussissent, c'est bien souvent pour veni ... s'installer à Marseille, OÙ ils ne tardent pas à acquérir la citoyenneté. Conditions requi- . scs : avoir dix ans de résidence ou sc marier avec une citoyenne. Sabonerius A quelle carrière ces gens se destinent-ils ? A une ~arrière lorsqu'ils devi{'nnent taiJ.leurs de pierres. Il y a aussi, outre les commerçants classiques, des tailleurs d'habits, des bottiers, ds boulangers, des m~hands de ' vin. Très nomlJreux sont les mt\decins. C'en est une véritable épi'dKSmie - bfenfaisante en période d"épidémie (lf's pestes ne manquent pas dans le pOl't). Toutefois, l'exercice d~ la médecine ne va pas toujouI's sans bizarl'eries dans la région. C'est ainsi qu'au mois de mai une ordonnance interdit au médecin juif de d(Slivrer une ordonnance à un malade ehl'éLirn. et qu'au mois de jui llet, une autre ordonnan(',e autorise l'ordonnancc. Ailleurs, la m6decinc des âmes veut qu'on app lique la reine de la fustigation au mMecin juif s'il a visilé ,un maladc cht'élien qui n'est pas en 'ptat de grâce. Par contre, aucune discrimina\. ion ne préside au choix cles médecins municipaux de Marseille. Chapitre des métirrs, nous nous en voudrions 'de passer sous silence le prcmi('r fabricant cie : lvon : Davin Crescas, alias Sabonerius . Dans le prochain numéro : Resleront .. ils à MarselHe? Dans la ville sauvée de la destruction, il y avait depuis fort longtemps des « Sémites ». Lesquels ? L'existence de Juifs inassaliotes ne semble pas faire de doute. Mais ' hélas nous ne possédons pa:; ,----- --- ----- --- --- - - - --------:------- ------ -------- -----de sources suffisantes pour délerm in:r a VP.C rXfJ('\itlide la dak~ de ' leu'r 'ôtablissE'ment eL Je rôle qu 'i 15 on t pu jouer dans l'enfance phoc'éenne et la jeunesse romaine d'une vi lle à l'histoire si haule en couleurs.. ' Magno Avito 'Pour avoir des d.étails sur les ,JlIifs à Marsrille, il faut aUrnd,'e les Mérovingiens. On sait qu'rn [mi l' évêque de Clermont, Avilus, rompant avec la pOlitique libérale cie ses prédécesseurs, avait pIncé . les .Juifs auvcrgn'ats , devant un dilemme : conversjon ou expulsion. ,Les uns sc co nvr rlirrnt et , donnèrrnt ainsi J'occasion à un poète cie . chanlrr les qualilés apostoliques de J'évêque dans IIne Ode : Magna Avico. Lrs aut.res s'rn "lli'rrnl à MarseillC\ où ]('vNlur 'Fh(,odore semble aussi nvùir voulu son Ode puisq u'rn 501 il CHcourait le IJlâme du Pape GN.~goire le Grand pour avoir scGondé les cxcüs de zèle de son clergé et !Japti~ de force les ,. ç ." ," .. §CHB ({» ILIEM A\ILEICCUBIEM les quelques centaines de d'Ollàn. V'OUS ]Ii' ~ez d'One tous les deux un cent Ilar semaine à la Compagnie. Inutile de VOliS déranger, Piniet vous rendra visite - et il touchera cinquante pour cent de commissiûn . Jusqu'ici, it ne s'agissait que d'encaisser. Mais lorsque l'agent P!niet vous ','scrit pour une nouvelle police, it t'Ouche cinquante f'Ois autant. Autrement dit : lorsqu'ulle personne s'inscrit pour un demi-cent, l'agf'nl reçoit de 1a Compagnie 25 cents. . Imaginez' donc Piniet faisant p-lusîeur~ polices par jour â un demi-cent. C'est une véritable f'Ortune ! . - V'Ous allei n'Oyer la maison dans l'argent, lui dit ' ma tante Broche. Tavel devient toute rouge ' et ,regarde avec admi· rati'On son Piniet qui ,étale ses cents SUI là table. . - M~is que cfO.!e·' vou~ donc ? rér1ique Pinid. Carnégie, Wanderbild et Rock{ eller ne s'Ont pas des milliûnnaires, 1\00 plus.

  • Rien d'éternel en ce m'Onde, l'homm~

il' ést jamlli., satis f ai t de son sort. A f'Orce d'encaisser les dollars dCl\ autres, la lassitude vûus envahit. Mieux vaut, cûmme dit ma tante Broche, un petit pûisson bien à nous qu'un gros qui n~ notls appartient pas. . Le premier lassé fut mon frère, Ou, plus exactement, ce sont les clients qui se lassèrent en ressant de payer. Certains disaient

« Reprenez vus « furnitures •

et a,\lez au diable 1 • D 'a utres lui {[tisaient de~ remontrances : « Votre sommier grince . , « Votre glace reflète de travers lO, , La porte de l'a rrçoire ne veut ni s'O\wrir ni ~ fermgr », « V'Otre chaise pèse trûis pounds et lorsqu'on s'y assied, elle :[(\que ... » D'autres, enfin, quittent purement et simplement l'appartement et vont loger ailleurs. Alors, essayez un pet! de courir arrès. L'affaire, devient tragique lo rsque des clients qui se sont engagés à payer cessent un jour de tenir leur engagement, faute d'argent. La cau~e ? Le boulanger est tûmbé mal::lde, 'Ou il n'a plus de tra· vail, 'Ou encore une grève s'est dédal1Chée Alors, Elie en est de sa poche. Misère, misère. Si VOliS pensez que notre ami Piniet est (Suite de la page 12) content de son « job Il, vous vous trompez. Avant qu'on ,décide un cl ient, i 'océan peut devenir sec. On parle au client, on le persu:ldc pend:.nt trois jours ct trois nuits, puis lorsqu'on revient le voir, il vous dit qu'il a réfléchi. 'Ou bien, entre temps, il est allé voir !on docteur qui lui", prédit UJle nouvelle plaie cl ' l':gy pte. Malheur, malheur. Le plus grand ennemi de l'enc:.iss~ ur d'assurances est encore le « leps » ~ lorsfJu'un c.lient cesse de payer, on retire 11. l'encais· seur quinze fois plus d'argent que le client ,,'en a donné lors du premier versement. Piniet déclare que san~ 1(· « lers » il serait déjà millionnaire. Hélas, véritable ralamité, plusieurs clierts 11. la f(}is ont cessé de le payer. - Au diable, les assurés,. les encaisseurs, le t: leps » et la Compagnie 1 a dit Piniet. Maintenant; s'installant à leur p-ro[}fe .eompte, ils vont se mp.tlre à faire du uusiness. Elie a déjà fait, quelques écollomies, Piniet é-galement, roai ~ mon}s que mon frère. Cela suffit cependant, pow: démarrer. Alors, en ava'nt 1... 'DROlT If ' 1;:IBERTE La d • • 1 Ion e "l'O. U.J JI' • fon:d ment d'Israël MM. Bevin et MarShall ne fêteront pas cette semaine le premier anniversaire du vote de la décision d l'O. N. U. sur le partage de la Pa- · lestine en deux Etats indépendants, juif et ar'llbe. Ils ne le célébreront point, en tout cas, de · · la même manière que les démocrates qui pen· · ient qu'une décision internationale n'est pas une simple feuille de papier. C'est contre les violences et les intrigues · impérialistes que les armes d'un peuple ont fait 'entrer dans la vie, le 15 mai, une partie du texte voté l'année dernière. Jadis rêve plus ou moios . mystique, l'idée · d'un Etat Juif est devenue réalitè dans un corn· , bat du XX· siècle pour l'indépendance nationale. ' Songera-t·on en ce premier anniversaire du 29 novembre 1947 à ce que fut - à te qu'a pu être - le « pre'mier annive·rsaire » d'un document diplomatique tel que la Déclaration Balfour le 9 novembre 1918 ? Les deux dates 'sont sy'mboliques de la différence fondamen. tale qui existe entre I~s deux après·guerre con· temporaines. Du parallèle, on ne peut tirer qu'une leçon de confiance: la créati.on ~'Israël

est une des conséquences de la victoire des

· peuples sur le fascisme et une des manifesta- · tions des grands changements qui se sont opérés à travers le monde en faveur des forces de progrès. Réception à Moscou de M",e Colda Meye:son ambassadrice d'Israël . La tragédie des Juifs victimes de la barbar~e hitlérienne aura apporté un élément · assez spe· cial au problème des pays coloniaux et dépen. dants. En effet, au mouvement national qui s 'est développé en Palestine, comme aux Indes, ~omme en Indochine comme en Indonésie, 'pendant }a guerre -' les penples asservi·s ont pris au sérieux les objectifs pour lesquels on les appelait à se battre, ils ont salué avec joie la Charte de l'Atlantique et la Charte des Nations Unies - s'ajoutent les nouvelles aspira. tions de he au coup de persécutés d'Europe. Sans foyer sans patrie, maintenus dans des camps sur le' sol même de leurs bourreaux, sans que les gouvernements militaires anglosaxons fassent le nécessaire ni pour éliminer J'antisémitisme local ni pour les réintégrer dans la vie. des milliers de D.P. ont tourné le·urs regards vers la Terre Promise. Leurs souffrances et leurs sacrifices, l'hé. . roïsme de leurs frères du ' ghetto de Varsovie, ta vaillance des partisans juifs dans tous les pays d'Europe, l'admirable conduite des solfiats p,alesüniens dont le drapeau flotta sur Bir Hallim à côté du drapeau des F.F.L., impres· sionnèrent jusqu'aux colonia~stes les plus endurcis. Dans sa politique palestinienne - comme dans toute sa politique impériale - la City fut obligée de tenir compte des nouvelles situations résultant de la guerre. Et au printemps 1915. à la veilLe d'élections .' générales, se faisant l'écho des sentiments dé. mocratiques du peuple anglais, le Parti Travai; liste demanda ' l'abrogation du fameux Li· vre Blanc de 1939 qui mettait de si gros obsta. c1es à l'immigration juive. De son côté, M. Truman devait se décl'arer favorable à l'admission de 100.000 Juifs cn Pa. lestine. En fait, il inaugurait ainsi J'entrée en scène, dans un rôle de premier p~an , de l'impé. rialisme américain dans la zone moyen·orientale et trahissait déjà quelques soucis électoraux,

  • Le « çessez le feu» qui, marquant la capitu·

lation de l'Allemagne hitlérienne, retentit le 8 mai 1945 en Europe, ne fut pas le sig'nal -de la paix pour tous les sunivants juifs. [e gou. vernement de- M. Bevin envoya bientôt de nou. velles troupes en Palestine et y installa un appareil de répression-modèle - 1 policier pour 13 habitants - é'videmment indispensable au salut de l'Empire en une heure où l'inflation et la hausse des prix - 300 % par rapport à 1938 - commençaient, à frapper assez dure. ment les « indigènes » pour que se dessinent des mOuvements de grève. La tension s'étant accrue, le gouvernement anglais, fidèle à une vieille tactique, proposa, dans l 'eSp'oir de donner le change, la nomination d'une commission d'enquête anglo·américaine. Les commissaires recueillirent d'excellents témoignages, notamment, pOUr la France, d'e la délégation de l'U.J.R.E . qui déclara en janvier 1916 : « Nous voulons préserver la Palestine d'une lutte entre deux populations et empêcher que ~e )l'ays Ile devienne le théâtre d'une nouvelle guerre internationale. La paix entre la population juive et la population arabe, la paix en général dans ce coin du monde est la première condition pour réaliser un foyer juif sur la base d'une entente avec les Arabes. La seconde condition, c'est le développement du pays vers l'indépendance. » Et les délégués s'étonnaient que des problè. mes d'une si haute importance, pour les Juifs comme pour tous les hommes avide,s-.Ae paix, ne soient pas soumis à l'O.N.U. C'est que pendant *ce te~ps l' IntelIigenc:e Service machinait le retour du Mufti, que des soldats d'Anvers patrouillaient il Jérusalem, que les provocations reprenaient de plus belle. On f'ut voir, dès lors, tout le parti que l'An· gleterre tirait d,e la « Ligue arabe » (gratifiée d'une Eminence Grise eu la personne du général Clay ton), non seulement pour entraver le mouvement d 'indépendance nationale des peu. )l'les arabes, mais pour ruiner l'immigration juive et boycotter les màrchandises juives. Dès le début de 1946, on assista à une ag_ gravation des conditions de vi~ des travailleurs. Juifs et Arabes organisèrent alors en commun quelques batailles revendicatives (on se souvi.:nt surtout de la grève des cheminots et d,es postiers), d'autant plus remarquables qu'elles interven'aient en des périodes d'extrêmes frictions nationalistes. Les kilomètres de barbelés ne suffisaient plus aux occupants, Tandis que, chroniquement, la presse mondiale racontait l'arraisonnement, au large des côtes, d'un cargo clandestin, baston. nades et pendaisons se succédaient sur un ter· ritoire soumis à un état de siège larvé. Si bien qu'en novembre, M. ZilIiacus, un des 60 « rebelles » du Labour Party, pouvait s'écrier en pleine Chambre des Communes : « Messieurs, nous avons établi en Palestine un régime qui tient le milieu entre la guerre et le pogrom. ». Mais en agissant ainsi, l'occupant se condamnait à mort. Tant il est vrai que « les persécutés sont plus forts que les persécuteurs »1 Paree que les persécutés ne sont pas seuls. La voix de l'opinion mondiale, indignée par la loi martiale, bouleversée par le drame de « L'Exod us », est suffisamment puiss'ante pour influer lOur la session extraordin.aire de l'O. N.U. (été 19·17). Une commission d'enquête, indépendante et objective celle-là, est nommée, dont le rapport sera examiné par la prochaine Assemblée générale.

  • La décision du 29 novembre 1947 apportait

enfin une solution convenable au problème palestinien. nans les conditions historiques où elle in_ tervenait, eHe sauvegardait à la fois les intérêts des peuples juif et arabe et leur offrait la perspective d'un libre développement économique, social et politique. On était en droit d'espérer qu'enfin serait aboli le numerus clausus ~mposé à la Palestine. Hélas, tou's ceux qui ont voté Cette décision - acquise par 34 ,"oix contre 13 et 10 ahsten. Une ambulance de la Croix-Rouge is.,aélienne tions - n'étaient pas animés des mêmes inten· tions ... L'Angleterre s'était ... abstenue après avoir tout fait pour retarder ce « coup dur ». Quant aux Etats-Unis, il demeurèrent longtemps indécis avant d'adopter nne position qu'ils n'aUaient pas tarder à renier. La controverse qui s'établit alors entre M. Marshall et M. Truman refli!te bien les contradictions dont leur politique est minée; l'un met J'accent Sur les considérations stratégiques, l'autre songe d'abord aux élections présidentielles, mais tous deux se trouvent d'accord sur le fond. En fait, comme l'a dit M. Sneh, ancien chef d'étatmajor de la Haganah, « le « oui» des Etats~ Unis fut comme l'écho du « oui » de l 'U. ~. S.S. ». Si nous ne tenons pas les promesses que nous avons laites aux Juifs, se disent.i1s, nous démontrons que les Soviets sont la seule puissance à défendre les droits d,e ce peuple. D'autre part, Sur le plan de la. rivalité qui oppose l'Angleterre et les Etats·UOIs au MoyenOrient. le vote faVOrable du ~ouvernement limé ricain apparaît comme « un coup de pied en vache» à M. Bevin. lei comme ailleurs, l'oncle Sam entend bien prendre bientôt la relève de « l'homme malade ». A cette « aide mi-figue mi-raisiu » s'oppose « une aide qui vient du coeur» : l'Etat qui a su résoudre le problème des nationalités au sein d'une union groupant plus de 100 peupl.es Divers, autrefois opprimés par le tzarisme, émet son vote en connaissance de cause, II ·reste fidèle à sa ligne constante de soutien à tous l~s peuples en lutte pOUr leur indépend'ance nationale et F·ar là même défend la p'aix.

  • La suite des événements va le prouver.

Pendant plus de trois mois, la puissance mandataire organis'e le sabotage .de Joa décision par une « guerre des incidents )} qui tend à empêc"er les ,Juifs d'occuper les territoires qui lui reviennent de droit et à leur interdire la formation de leur Etat et surtout de sa force militaire légâlement instituée. Ils utilisent à cet effet leurs groupes mercenaires arabes. Et les Eiats'~is }ai~e.nt. faire, retranchés d.errière une « i'ion-interlc:ntion » qui ne les empêche pas de faire pression sur l'Agence juive pour freiner t'immigration « illégale ». et assurer en sous-main les chefs arabes que le partag'e ne se fera pas (voir le livre de Crum). Mieux : le journal américain « P.M. » a révélé que les entre):'fises américaines ont livré ~ au cours de 1947 des armes à l'Egypte, à la - Syrie et à l'Arabie séoudite pour une valeur d'un million 250.000 doUars. Aucune licence pour l'envoi d'armes aux Juifs de Palestine ne fut accordée pendant cette période. Pour qui connaissait le dessous des cartes, la volte·face de mars 1948 ne fut là que le pro .. longement au grand jour d'une politique qui violait déjà la décision internationale. Proposant de substituer un régime de tutelle au plan de partage et demandant la convocation immédiate de l'Assemblée générale de l'O.N.U., le Gouvernement américain remettait brutalement tout en questiCln. • Rèsultat : 10 uu. renouveau de violence en Palestine j 2° une atteinte grave au prestige de fO.N.U. • Les pétroliers et les · fauteurs de guerre se démasquaient. M. James Forresta; ·secrétaire d'Etat à la Defense, est l'ancien directeur de la banque Dillon Read :md Co, qui finança le trust hitlérien d'e l'acier Vereiniste Stahlwerke. Ce pero sonnage se soucie peu de l'extermination pré. parée par Krupp et Thyssen. Il ne veut ):'as du plan de partage parce que ses amis ont pOlir devise: PETROLE ET GUE~RE Le destin de la Palestine, dont la te;'e ne contient pas un seul litre de pétrole, se trouve dominé par {( l'o.r noir» : au carrefour des in. térêts de trusts anglais et américains, Haiffa, aboutissement du pipe-Une de Kirkouk, est l'un des grands centres mondiaux de raffinage. A la l'aveur de III guerre, les formidables capitaux américains. envahissant peu à peu les p'ossessions anglaises, ont accaparé le pétrole de l'Arabie séoudite et pénétré dans le bloc pé. trolier anglais Irak-Transjorda'nie-Palestine. Kuweit. Cette lutte 'sourde s'efface pourtant devant l'impérieuse nécessité de maintenir les atouts communs pour empêcher que Juifs et Arabes de Pale,stille ne deviennent maîtres de leurs des. tinées et possesseurs d.es richesses du sol et du sous·soI. Tant que durera le conflit jlldéoarabe, une main-d'oeuvre peu cofrteuse et d"énormes dividendes seront assurés. Dans une COnférence commune, les partis co ...... unistes juif et arabe de Palestine ont décidé le~r unification. Le carrefOUr stratégique où se croi.sent les l'outes reliant l'Europe, l'Afrique et J'Asie ne doit pas seulement protéger les gisements de pétrole, mais servir éventuellement de plate. forme d'agression contre l'U.R.S.S. L'exemple de We.ygand et de Rommel, qui lorgnaient vers les puits de Bakou, ne' semble pas perdu pour tout le monde. ENQUETE AU KREMLIN-BICETRE par -'---- MI(B~L MANER En appliquànt, les armes à la main, la déci. sion de l'O.N.U., les Juifs de Palestine ont servi la cause de la paix, et co-mmencé la con. quête de· leur dépendance réelle. Ils ont repoussé victorieusement l'attaque convergente de ciu4) armées équipées, payées et dirigées p'ar des agents britannillues - les forces mercenaires égyptiennes, syriennes, transjordan,iennes, irakiennes et libanaises qui prouvent, une fois de plus, que les armements modernes ne valent .que si la volonté de c~mbattre existe. Et ceite vOlonté. d,e combattre et de vaincre, est du côté du peup:e d'Israël, qui force l'admiration du' monde et détruit à jamais la thèse impérialiste selon laquc.iJe ta lâcheté doit triompher . . LE marché de Kremlin.Bicêcêtre se tient trois fois par semaine tout au long de l'avenue Paul-Vaillant. Couturier, l'a priucipale artère de la commune. Trois fois par semaine, une animation intense y rMne et envahit les ruelles avoisinantes: éventaires multicolores, débordant parfois sur la chaussée, articles de toutes sortes qui tas. doent 'les enfants et donnent bien souvent du regret aux mé· nagères à l 'escarcelle légère 1 Voici des peignes, des chau~sures, des écharpes, des vêtements de toutes natures, des articles de ménage, que sais-je encore, tout un monde d 'objets sinon toujours essentiels, tout au moins nécessaires. Vous vous arrêtez, indécis, et un commerçant, immédiatement, se précipite sur vous et vante la qualité de sa ma,.chandise ; parfois son débit est tellement rapide que vous êtes étourdi par l'nvalanche de paroles, prononcées SOllvent dans un français encore hésitant. L'on reconnaît aisément, à leurs accents, le Polonais, l'Italien au zézaiemen t sympathique, l'Arménien .. . MalS, bien entendu, dominant le vacarme, résonne l'accent gouailleur du « Pari-' got », si 'caractéristique de notre capitnle. Les temps sont durs et bien souvent le client, faute de « munitions », s'en va, la Tage au CoeUr de ne pouvoir acheter ce . qui le 1entnit. Le forain, dépité, interrompt son verbiage, désolé, lui aussi ... Un peu plus tilrd il expliquera ses difficûltés lors' de l.l réunion du c Syndicat des commerçants non-sédentaires » et, avec tous ses co1Jèg-ues, il envisagera le moyen dc parer à la crise qlli, là comme ailleurs, se f~lit sentir avec acuité. Les Hommes ... A bandonnez pour un instant le marché et son animation, et plongez-vous dans la quiétude, relative, de la rue de la Convention... Suivez-la un moment, pour vous reposer du . tintamarre de l'avenue VaillantCouturier, puis, tournez Sur votre droite : un imposant Mtiment se dresse qui domine, conscient de sa hauteur et de son importance, les quartiers avoisinants : c'est la Mairie. Quelques marches, et vous pénétrez dans un hall immense, l'esplendissant de propreté de lumière. Deux escaliers. ' Au premier étage, les services administratifs, le bureau du maire et de ses adjoints, N 'hésitez pas il monter au deuxième étage. Une saIJe immense : c'est le lieu des délibérations du Conseil municipal. Ils sont vingt-sept, femmes et hommes, qui assument cette lonrde responsabilité d'administrer, au mieux des intérêts du contribuable, la commune de Kremlin-Bicêtre ... Elus au suffrnge ·universel, lors des éle.;t ion s municipales d'octobre U)47, ils se répartissent politiquement de la façon suivante ; Quntorze membres se présentnnt sur une liste « d'Union )J, Parmi' ces quatre derniers se devait de figurer un représen. t" nt · de la bmnche textile, une des plus importantes existant sur le marché. Chose évidente, direz-vous: pas tant que ça, car le maire décida que le délégué des Textiles serait... un marchand de chaussures ! Pour quelles raisons ? Il est permis de supposer que l'on voulait tout simplement écarter un commerçant qui avait le t(Crt d'l;tre israélite... Affirmation gratuite ? non point j car le bu- Un c:oin du marché du Kremlin-Bicêtre composent ce qu'on appeIJe la « fraction majoritaire » : trois socialistes ~.F.I.O., trois radicaux- soci:1listes , ' huit R.P.F. ; l'unanimité a été totale au sein de cette fraction pour dés:gner l'actLfel maire de Kremlin-Bicêtre, le docteur L~lcroix, socialiste S.F.I.O. La fraction minoritaire, treize memhres, s'etait présentée sur une Jiste d' « Union Républicaine et Résistante lr ; parmi eux se trouve M. Brion, maire sortant, communiste. ... Les Faits SI.les bruits du marché ne parvIennent que très étouffés à la Salk des Délibérations, l'écho des difficultés de toutes sortes. rencontrées par le" Syndicat des com merçants non-sédentaires » y trouve, par contre, un très large écho. La municipalité, soucieuse du bon fonctionnement du syndicat et, partant, du marché, avait décidé de réorganiser la Commission paritaire chargée d'arbitrer les conflits pouvant surgir, de ré. partir la place attribuée aux forains etc ., etc. Cette Commission se compose de seize membres ; huit re. présentants de la municipalité quatre représentants des cam:' merçants sédentaires, quatre représentants des commerçants non-sédentaires... l'eau du Conseil municipal, dans sa ·réunion du 21 octobre 1948, adopta, entre autres, la résolution .suivante : Pour être membre de la Commiss. ion paritaire des Marchés, outre les garan.ties morales et professionnelles légitimement exigées, IL FALLAIT ET~E FRANÇAIS DE P U 1 S AU MOINS TROIS GENE~A. TIONS ! Vous souvenez-vous en,~ \1)"C: d'une certaine « loi », portnnt « Statut des J uiI s », exigea nt, elle aussi, une « ascenùance frança ise d'au moins trois g-énérations » pour pouvoi r être « toléré » dans certains emplois ? En ce temps-la, X:1vierVallat allait Jusqu'à cinq générlltions

plus « royaliste que le

roi ", il dépassait dans son zèle de néophyte son grand Führer, qui lui, se contentait de troi s générations. Cette loi, en date du 3 octobre 194-0, était si/inee Pétain. Mais nous ne sommes plus en 1940 T_f synd' 'des non-sedentai~ res, a té, f'nvoya une longue lettre au maire et à tous les conseillers municipaux, protestant contre le « fait anorrr.al que des commerçants soient choisis pOur représenter et d~f(' ndre l'ensemble de leurs cùl. lègues ", et que « ... dans tou'.es L:~ localités àe France où se trouve un marché, ce sont les c0mmerçants qui, consultés, ':list: nt leurs délégués. Ainsi les formes démocratiques cheres à notre pays sont respectées, et les délégués ainsi élus représentent- ils quelque chose ,,_ Dénonçant l'illégalité flagrante que constitue la déch,ion (' ... pri~e par le bureau municipal, réuni le jeudi 21-10-48, à sr,voir que les délégués des cernmerçants non serlentaires devraient ohligatolrement · remplir (ertaines conditions telles que : 1 ETHE DE PURE RACÉ FRANÇAISE j 2° Etre domicilié à Bicêtre ; me, pour stigmatiser l'attitude leurs ; il ne faudrait pas que ce . du maire et de la majorité. petit incident serve· de prétexte Entre autres, la remarquable à certains pour nous \C jeter des intervention de M. Baudot, pelures d'orange sous les pieds communiste, obligea le Dr La- . afin de nous faire tré.bucher. " croix il reculer, puis à nier les En terminant, M. Lacrod propos tenus lors de la séance nous indique qu 'étant membre du 21 octobre. du parti socialiste S.F.I.O., il Finalement, le Conseil muni- est « absurde de porter une cipal décida que les membres de accusation quelconque de racisla Commission paritaire des me il son égard ". . mareJJes devaient être citoyens • Qu'il nOlis ' soit permis, cefrançais, ayant leur carte d'élec- pendant, d 'ajouter, quelques reteurs, ou bien fils de combat- marques aux déclarations de tants ou combattants eux-mê- M. le ·maire de Kremlin-Bicêtre: mes, ayant servi en 1914-18 ou La gal;loiserie est une marque 39-4u, dans les armées françai- traditionnelle de l'esprit franses ou alliées. çais. Mais elle a des limites que Ainsi, clairement éta lée, ap- certains seniblent avoir dépasparait la preuve que l'antisémi- sées. Un membre responsable tisme renah et se répnnd dans du Conseil municipal. rcprésence rtaines sphères Ildministra- tllnt une fra ction cl'électeurs, tives. lorsqu'il se permet de lancer, M. le Mair.e nous déclare D ANS un souci d ' objestivit~ nous sommes allés interviewer M. le maire dc Kremlin-Bicêtre. Très affable, M. Lacroix semble cependllnt un peu gêné lorsque nous lui annonçons le but de notre visite ... « Je tiens tout d'abord à vous dire que cette histoire a été considérablement grossie (sic !) et déformée sur le marché et ail- « en guise de plaisanterie ", en ('ours de séance, les paroles qu.e nous avons rapportées, dOlt porter la responsabilité de leur sj~nifiClltion. "II nous souvient que des membres de groupements « nationalistes », se disa nt, eux "aussi, « :lu-dessus des partis ", employaient souvent de telles « grivoi~ e ries l. On commence par des plaisanteries de mauvais goût, et on termine par les camps de concentration et les fours crématoires. 30 Avoir un cerrain 1l0m'1re d'années sur le marché» les representa nts du Syndicat pr~ci s e' n t qu' « il existe déjà des représentans qualifiés du commerce forain local. mais les ciécisions du bureau municipal les evincent de toùte commission paritaire car, da~s la p:- esoue totalité des cas, li sera Impossible à un' représentant EL II de sntisfaire à TO UTES les conditions exigées », et s indignent d'une telle « " . viol ."tiùn du droit svndical et du refus de t()o nir conîpte du vote et des va:ux exprimés au cours de la l'éumon des 'commerçants du 14-6-48 ». ,... _________________ -:-________ _ Simple plaisanterie MAIS ce que eette lettre ne dit pas, c'est que la discussion eng-agée au cou rs d.e ~e débat :l provoqué des... « plaIsanteries " (M. Lacroix dixit 1) de ce genre: « Pas de youpins ici )l, « Nous ne voulons pas de bouts cou· pés )l, etc ... Admirez la fin esse de langage de certains élu~. Plaisanteries ? Peut-être, maIs qui dénotent un état d'esprit peu fait pour nous étonner à l'heure où l'on absout les traltrcs et où la Ruhr est remise aux capitalistes nazis. Minorité municipale Majorité populaire MAIS il faut bien .soulign.er que si la (( fraction ?1ajOritaire » a écouté complaIsamment et, par là même, entériné les propositions faites, il s'est trouvé dans la population de Kremlin-Bicêtre une immense majorité de citoyens indignés par de telles méthodes. Leur indignation s'est traduite à la réunion plénière du Conseil municipal du mercredi 10 novembre, où la « fraction mi. noritair. i! s'est dressée. unani- D4main, dans un rayon de gloïr. Lé Fran~ais gor;è do'dégoût, la •• .à Ja fin, d'être une poitfl 8aiajerale Juif à l'éeout J Alcir, ne seront plus perdus Dfneellents I:ClUpS de pied au eut! Ce « dessin]) et ces vers de mirliton antisémite sont-ils tirés du Il Pilori .1 Non, ils figurent au recto d'une « carte poUa!e Il éditée à de nombreux exem"plaires lIar quelques dilCiples attardés de Goebbel~. C'est un hommage involontaire à la décision de l'O.N,U.·. que. la reconnaissance par ' les Etats·Unis, le jour même de sa · proclamation, de l'Etat d'Israël. Mais c'est aussi l'indice _ pour qui connaît le Moyen-Orient - de l'in. quiétude provoquée dans les milieux pétroliers américains, par l'inten·ention des armées ara. bes qui risquent de compromettre l'achèvement du pipe-Iin.e transarabien, pro.ieté pour concurrencer le pipe-line anglais de Kirkouk à Haïfa, Au moment où l'armée israélienne tenait bon et où le jeune Etat bénéficiait de la sympathie agissante de tous les peuples, la « médiation» servait bien mal la cause de la paix. La première trêve était à sens unique : le temps de permettre aux féodaux arabes de consolider leur pouvoir et de resserrer leur étan. En cas' de refus juif, il eût été si facile de présenter Israël comme l'agresseur... Mais cet etat d,e « faux armistice» ne pouvait éternellement se prvlonger. C'est paradoxalement la rivalité anglo-égyptienne li propos du Soudan qui a provoql!é la rupture de la trêve par l' E~ypte au bénéfice, en définitive, de la Grande.Bretagne. , Cependant, les propositions du médiateur devaient venir en discussion à l'Assembloo Générale des Nations Unies -et" son plan mettait en question le principe. même du partage adopté le 29 n lvembre. A qui donc profitait J"assassinat brûtal du Comte Bernadotte, trois jours avant l'ouve~ture de la Session de l'O.N. U. ? La réponse nous est donnée par M. Bevin: « Le meilleur moyen de rendre homo ma~e à· la mémoire du com.e Bernadotte . est d'adopter le projet qu'il a élaboré avant sa mort. » ,\.insi la diplolliatie *ao glo·américoaine croi. . die pouvoir arracher le Néguev à Israël et mettre ce dernr~r dans l'obligation d "accepter les projets américains de concessions et de bases militaires sans lesquels il ne serait plus viable. Ainsi le projet d,e partage serait défini. tivement abandonné, et un foye~ de guerre ranimé. Non seule:nent l'e prestige de l'O.N.U. est en jeu, non seuJ.ement l'Amérique consoli. derait ses positions stratégiques en Moren~ Orient, mais tout le mouvement d'émancipa. tion nationale des masses arabes serait freiné. Aussi peut-on à juste titre se montrer inquiet devant l'attitude équivoque du gouvernement Ben Gourion, en fa' , ) de l'offre Morgenthau d'une aide financière qui mettrait Israël sous l'étroite dépendance des U.S.A. Et l'on attend encore que Tel·Aviv rende l'hommage de gratitude dû aux délégués qui seuls ont dénoncé la provocation qu'était l'assassinat de Bernadotte et s'en sont strictement tenus aux termes de l'accord du 29 novembre - garant de l'indépendance réelle d'Israël. C'est dans le même esprit de fidélité à la décision internation'ale, qu' ils demandent le retrait de toutes les troupes étrangères du territoire palestinien. En ce jour anniversaire du plan de partage, la juste politiqne adopt~e par l'U.R.S.S. et les démocratioes populaires, par tous les démocrates sincères et par le magnifique peuple d'Israël qui lutte si magnifiquement et sait reconnaître ses amis, est la seule qui conduise à une paix, fondée non sur des concessions à un im. périalisme étranger, mais sur la sauvegarde des intéréts natiouaux qui ne se défendent que par unc lutte, consciente, de tous les instants. JacquesPOZER r ~ .. DROiT El" L18ERTE ----------------- JO(' Ne ..... 1.M. - Nt 1'-" A toutes les Organisations Juives DE FRANCE En marge d'une Conférence L'UNION DES JUIFS POUR LA RESISTANCE ET L'ENTRAIDE A ADRESSE LA LETTRE SUIVANTE A TOUTES LES ORGANISATIONS JUIVES EN FRANCE : f\OlE OU JO,,,r-r Mes.ieur., Ls grande inquiétude qui a gagné la popu1&tion juiye à la suite de la remi.e du ba .. in de la Ruhr aux industriel. allemand. ,.e YOUS a certainement pa. échappé. Cette décision des Anclo-Américai.. en layeur des anciens nazi., responsables de l'exlel'mination de .ix mil, lions de noo frères, con.titue une menace graye à la fois pou~ la paix et le déyeloppement de l'Etat d'Israël, et un renouyeau dangereux de J'anti.émitiame. Troi. ans et demi 8e sont écoulés depuis la fin de la gu .... re. dans laquelle l'humanité a perdu des dizaines de mitlions de yies. Nousmêmes n·ayon. nous pas yécu les scènes déchirantes des déportatiems el des camps de coneentration ! Trots ans après l'écrasement de la bête f.sciste, grâee à l'effort gigantesque de tous ceux qui ne voulaient pas vivre sous l'oppre .. ion, nous voyons qUe les anciens S.S. et nazis sont libérés. lise Koch et Schacht acquittés. Les Juif. de France, qui trois fois ont connu, comme toua les Français, l'inyaaion du pays par les armées allemandes, les destructions, les ruines, les mi.èr.... sans compter les déportations et les persécution. raciales, comprennent la menace d'une Allemagne en possession d'un arsenal d;' guerre qui deviendrait rapidement un danlfer mortel pour la paix. ' Marqués des blessures de la dernière guerre, nos foyers ne sont pa. encore reconHruits, des centaines de milliers de nOll frère. se trouvent encore dans les camps d'AUe magne. Il est impossible que nou., Juifs de France, n'exprimions pas notre protestation et notre indignation contre cette politique. . Nou. sommes pers·uadé. d'être le. interprètes de la communauté toute entière en déclarant que' le devoir sacré de toutes les o~anisa· tions juives est d'éieyer leur voix contre la menaee d'une nouvelle guerre, de nouyelle. hécatombes pour notre peuple, la menace d'une tot.le disparition. Etant certains que votre ore-anisation est animée de la même volonté de défendre notre communauté et d'éviter le retour des déportation., des massacres et des haines antisé~ites, nous espérons que voas voudrez bien approuver la nécessité le convOquer très rapide· ment une conférence ,de toutes les organisations juives pour que nous examinions ensemble le moyen d'apporter notre contribution à la lutte pour la paix, qui ne fait qu'un avec la lutte pour notre existence. pour la .. écurité de nos foyers et le déveLoppement d'Israël. Dans l'attente doe votre réponse qui sera, nous en SOll\mes persuadés, un llccord, noui vous prions de cr~ire, Messieurs, à nos salutations· très ! distinguées. L · ES questions d'émigration et d'immigration, la situation des Juifs dans les pays arabes, l'aide miédicale, l~ reconstruction, l'éducation, la culture, eLc ... figuràient à l'ordre du jour de la Conférence internationale, convoquée par le « JoinL )l, qui s'esL tenue la semaine dernière à Paris. Selon ses initiateurs, elle ne devait procéder qu'à un échange d'informaLions et d'opinions sur les problèmes posés. Etait·ce bien le seul lrut poursuivi 7 Il n'est pas elCclu que d'/Jutres mo1ifs aient in3piré la convoca-tion, Entre autres, le dessein de montrer aux représen· tants des Communautés l( don· natrices li (Afrique du Sud, Argentine, Angleterre, Canada) qu'on est content du travail du Il Joint )1 et que de nouvelles ,tâches doivent être entreprises .. La Conférence devait·e'lê être auS'si une manifes tation de la position :;.ioniste du Il Joint )1 ? En effet, le Il Joint fi déclare vou· loir centret' ses préoccupations sur le financement et l'organisa· tion de l'émigration vers I:;.raël et t'in s tallatjon des émigrants dans le pays. On OEit que les sionistes 'de l'United Palestine Appeal aux Etats-Unis ne veulent plus recou· rir à l'interméd iaire du ~{ J oint Il dans le financement des oeuvres cn fa veur d'Israël, li S' considèrenl que scule l'organisation s ioniste doit collecter los fonds et décider de leur emploi. Si ce point de vue devait prévaloi r, il ne re;lerait au ({ J o int » qu'à s'occ- uper 'do l'aide sociale frUX- communautés juives, en dehors d'l!':- rMI. ' . La co nfér'cnce a foumi li une partie de",' délégués J'occasion de ' tresser des guirlançles de .fleul' t,' . au (( Joint Il , A d'autres, en petit nombl'e, à formuler des critiques, 11 s'agissait de souligner que les fonds du {{ Joint Il n'ont , paS" toujours' été employés dans des buts constructifs, que la g .. stion et l'administration du ({Jointu n'est pas démocratique, que les 0l'gani5ations centrales juives de- . v['aient répartir elles·mêlY!es les fonds des tinés à leurs commu· nautés respeCtiv es. Un repré"entant de l'Afl'ique du Sud e:;.Litliait mêù1e qu'il serait désil'able que k ({ Joint » remplace un cerlain nombre de seS' employé; américains par des employés des pays intét'essés, Le délégué de l'U·J:RE. a sou· ligné qu' il :;.erait faux de dis· cuter toutes ces que5 tions inllépendamment de la s itu a tion politique e t économique de fl le ure, en dolions des événements, du monde, en faisant aU"' 1 uclion du dangel' . de guelTe et du néo·fascis lne qui menacetlt ce qui t'este du pr. uple juif. Ce5t pourquoi il esL indi~.pe!ls.alJle, quaud on ch.er· che les meilleurs moyens dé re· constmire la vie .juive 'et de lui assurér '1 sé.cuj'ité, de soulignet' laf néeossltéaL:;.olue pour le5' Juifs les 27 et 28 Novembre •• Assl·ses de la paa·x -F'O-N-D-A-TI"·"O'- -N.-· '---'--~, dtea.s lsuitntcelè' reasv ecco ntoMues llae sg udeérmreQ cQrau-i m.en:\ce. A 1 d l'ALL BI ' _. On ne peut pas fuir le oan- ppe e el' ou ,-er JACOB BE·N.VENIS·TE· ·ger. Oll]e fuirait-on '! Il fau t lu i ' r ésis ter sur· place, partout. Ai- , La Fondation Ja,cob Benve. der les Juifs . a-5:;.urer leur séctl- • Les hommes entrent en guerre n,ous b~ttrons pas contre- la Russie niste est lUte association ayant rité, c'est comLatlre la réaction. parce que leuxs ,g?uverna,nts veutent de. SovIets.. . pour but de venir en aide mo- C'est pourquoi, a u cours de la la guerre ou se reslgnent a la guerre. « PourquoI} Parce que la RUSSIe , . conférence, le problème de j'ém i· et ces gouvernants eux·mêmes dési- est notre alliée, Aux jours sombres ralement et materleUement gl';üion.et de 1 immigration a ~té rent la' guerre parce qu·ils comptellt de l'occupation, quand la vague na· aux enfants de Déportés du mal posé, par ceux qui demau. s~r la passivité. disons la lâcheté, et zie r.ecouvrait tO,ute !·Europe. n?lre dé"partement de la Seine qui daient a u ({ Joint» de concentrer 1 a.b.a.n ,d oUnn dgeo utveorneumesnt. d.I gne de la pternedmrIee r poruayr olna . dp reeSmp? e,'rr e cfeO.lS f utl e dn eonm· veillent .p o. ursuivre leurs étu. ses elfort!-'· e n vue de fal'I'e ém'l- France 'devrait dire hautement en ce prestigieux de Stalingrad. et depuis. des superieures. .grer les Juifs de tous les pays où moment : ( N~us ne . nou& battro~s touteJ .les ~pes de notre libération Elle s.e propose de contri. ils sont J'obje t de discriminations. pas '! ' 1\ de~ra!.t expnmèr notre re· ont ete achetees, ~ar .. le sa.ng ~u pe?~ buer par tous les moyens il D'autres allèrent jusqu'à récla· solutton Ullamme. Nous ne nous bat· pie russe, par 1 herOlsme de 1 Armee f ' . • Il l 'd mer l'exode de .tous les Juif~' trons pas contre la Russ:e. nous ne rouge, cela nOU9 ne l'oublions pas, la or?IatJon 1!1te ect.uel e 1) d'Europ..c, surtout des pays de dénous ne l'oub!ierons jamais. cette Jeunesse eprouvee. mocra t)e populaire, où a ucun A \a suite de l'article de R. Payet-Burin, paru dans 'notre numéro sur «Une discussion scientifique en Union Soviétique", de nombreux lecteurs nous ont écnt pour nous ~ander où ils pourraient se procurer la revue « Europé )t. Ils peuvent s'adresser à ta Bi~ bliothèque Française, 33, rue Saint-And;é-des-Arts. en ·envoyant la somme de 175 fr., prix du numéro; plus 20 Fr. pour .les frais d·expédition. « ." .La guer~e a ~téA gagnée av!,c Pour obtenir une bourse, danget' ne les menace plus parce ~~e~uI':lnu,~~ir~~ Charlesa~!r~o~;:!rd!~ I~s intéressés dev~ont j.llsti. que l'antisémitisme y e:;l puni en intérêts de la Russie qui ne (t'oppo- fIer de ressources msufflsan. lant que crime Contre d'Elat, et s_ent en rien !,UX intérêts de la tes pour l'acquit de leurs où Us jouissent de l' éga.~il é éco- France .et d!, 1. Europe. frai" d'études. nomique et politique ot peuvent dre•s AoUnJt osuirgdn héU Il,a lefi.n acdceos rdrsé pdaera tLioonns. Le ·sl·~ ge socl. a1 de cette dé ve 1o ppe r 1t'\u, \'rmrl1 t 1r ul',; .IOS.tlet du démantèlement. D'après le associatIon est : tution~' culturelles propres. plan Marshall, la.prospérité . d~}"AI. FONDATION JACOB Cedes, le ({ Joint l) clUJt tout lemagne reconstruIte pa~ pnOIl\e est BENVENISTE 146 d faire pour venir cn a ide aux la condition de la proeper:té de l'Eu- .i:. "rue u Juifs - des camps d'Allemagne rope. FallbOllrg.Poissonnière, Pa. surtout - qui veulent s'él.ablir « Mais de queUe Allemagne s"agit. . (1"") 1 a"l li D A il} La dénazif;cation en zone amé. rIS v. en SI' e ou a l eurs. e m"me, ricaine a été une comédie ... C"est le le {( Joint )1 doit donner son aide programme même de Hitler qUoi COMMUNIQUE aux Juifs qui, flOUt' des raisons par B. ADAM doute encore, mais HOU,,; ne pensons pas que le rote du ({ Joint If e:;.t d'être l'artisall princÏlPal d'une telle émigration. De toute façon, lorsqu'on pose la question : qui faut·iI aide.r en premier lieu? nous répondons : on ne doit pas ~bandonner le'J communautés ' juives d'Europe. 11 ne faut pa~ aider les uns au dét.riment des autres, L'Etat d'Israël que nous voudrions voir stabiliSé au plu& tot, en Etat vrai.ment démocratique, vraiment in· dépendant, est également inté ressé il. ce que les communautés juives soient reconslruite!': el saines. Le salut. des Juifs de l'Afrique du Nord n'est pas dans l'émigration des 400.000 Juifs de ce pays. Chaque Juif du Maroc, d'Algérie. de Tunisie, de Tripolitaine do~t pouvoir liirem.ent émigr'er, s'il le désire. Ma is, ici com'me ailleurs, la loi générale est vala ble : c'est d.ans J'émancipation du peuple du ' pays, dans l'affranc hissement des pc - pIcs araLes, dans la fin dl! joug colonial que les Juifs trouveront, eux auss i, la liber. té, l' 6ga li té, la sécurité. C' es ~ pourquoi, il eo.t de l'Intérêt des Juifs de souLenir tout mouvement de lilél'alion des peuples. Nous 50mmes to us .J'accord pOUl' dire qu'il faut apporter une aide très large aux Juifs dea pays urates qui v ivent dan'i dt;!s condiliom: de m isère et d'in. sécurité. Mais une oeuvre sociaje · pl'Ïvée ne saurait accomplir celte tüclle immense. C'e5t le gouvernement intéresst5 qui doit . intervenir aussi b ien pour le':l masses ambes: quc juives. Aux Juifs de soutcn ie l'elIort d'émanc i·ration dc leurs frères arabr.s. 11 est vien que les pl'ublèmes de l'éducation t't .de.la culture aient été largement di;cutés au Cours de la con férence, parce que la reconstruction cullurclte de:;.' communautés juives est aussi importantc que leur reconstruction maté ri ell e. .On a souligné avec ra iwn que le " Joint, )t doit souLenir l'ef: fort cultlll'ei juif danS' toutes ses lY!anifcsta t'ions. 11 ne peut ignol'cr qu'en ce qui conccrne l'Europc, ~ 'est ({ la l"édémtion des OrgonlsatlOns "ClIllurel1es jui voo d'k.urupe » qui représente l'effort a~ccndant de toutes les comm.unautés juives d'l~lIropc dans le d?malOc dé la cult ure laïque en ylddl5Ch et en hébreu. Peut-on espérer Que [.a conférence du Il Joinl )t sera le p remier pas vcrs la démocl'u tisation d'un organisme qui jOllc un grafld rl\It' clans la vit' juive ? . La majorité dcs com.munau~-és JlII\ · (' .o.; (1 l': ul'ope vivent r t agissent dans un esprit démocratJ/ u~ et progl'es~ if. L'activilé du " J,omt )t ne doit pas btre en op poLe numéro e x cep t i 0 fi n e 1 d'« Europe » comporte le sommaire suivant : s'exécute sous nos yeux; grâce à familiales, dé~ irent quitter tel ' SitIOn avec cet esprit. l'ant'communisme se prépare à nou· UNE GRANDE MANIFESTATION ou tcl pays. Mais i~ no doit pus 1-----------..,-__ _ veau une croisade de l'Occident ~ui, DU CONGRES JUtF MONDIAL son aide il. ceux qui veulent quit- De la libre dissussion des idées, par Aragon. . T.-D. Lyssenko: Rapport de l'Académie d'Agronomie de '·U .R.s.S. sur l'état- de la science biologique. Guenady Fisch : « Le rêve réatisé )t (fragment). Discussion du rapport de T.-D. Lyssenko par plus de 50 savants. Résolution de J'Académie d'Agronomie Pièces jointes : si elle éclatait, serait le signal d un Le Congrès Juif Mondial organise' leI' un p,ays non pa '('e qu'il,; su,icide cosmique. 1.., mardi 7 décembre à' 20 h. 30, une t é t « '" Mal's cette guerre dont on gran de "ma~! festatIC' :'" po \I. t.l que, sa11. e JY s'onf m'e nae s en " 1t an qu e . noliS parle si légèrement, cette de la ChimIe, 28 bIS, rue SalOt.Doml. UI s, maOE' parce qu 1 s ne veuguerre au nom de la civilisation oc· nique. sous la présidence de MM. NaL lent pas accepter les cltanWi· cidentale et qui l'anéantirait défini. ditch et Jarblum. ment:;.· politiques et économi. ti.,ement, est· ce autre chose que la Le Dr N. Goldmann, président çlu ques qul leur sont imposés, non ll'uerre de Hitler, la guerre des Com'té Exécutif du C.J.M .. conseiller pas pa,.rce que Juifs, mais dans t'.u ropéens contre les Slaves pour le politique du Gouvernement d'Israël. la môme mC5Ul'e qu 'aux aulres maintien de la pui&sance des sei. fera une conférence SUr la situation 't gneurs d-e la Ruhr liée a·ux intérêts politique jui.,e dans le monde. CI oyens. américains } D·autres éminents orateurs de "plu. Cc n'e.;( pag l'émigrât.ion qui « Eh bien r si la guerre de Hitler sieurs pay., parmi lesquels Lad~ Kea- . doit devenir la pivot des acl i·· continue, il faut que la , Résistance ding, présidente de la Secfon Br itan. vit 6s dl! ({ Joint », 111[ti~· le. tra· continue. Le même éombat,. avec ies nique du Congrès Juif Mondial, M. l'ail de l't'coilsi ruclion des COII1· mêmes. contre les mêmes. Et ici. Salomon Grumhach, délégué de la munautés juives dans différents qu'on me permettre de mettre l,ors France à l'Assemblée Générale de de cause le peuple américain dont 1·0 N U d' 1 t pays . • Studio de l'Etoile'_ 14, rue Troyon ETO. 19.93 Métro : Etoile Présente uri grand film autrichien de W. Pabst (DER PROZESS) Interview de T.D. Lyssenko sur la concurrence à l' i n téri eur des espèces. nous connaissons 1a générosité de la 'p.a•rote•,. etc ..... pren ront 'e ga emen ,'.'.'.'. l'teJOs , 1'1 y a L10e é ITII'gl'atl'OCI coeur et l'esprit démocratique. Mai. . t:,tant donné l'importance de l'oeu. idéo logique vers braël. Elle du· Le film qui doit être YU A. Mit ine : l'épanouissement de nous savons par qui ce peuple est vre actuelle du Congrès Ju;f Mondial l'cru el se déve'oppel'a sans la ~ cience agrobiologique soviétique. mené, par qui J'opinion américaine pour la défense des droits d'es (uifs ----------------1 _ en version originale _ est· fabriquée, comment technique· sur le plan international eCdans des menti scientifiquement, des campa- cas particuliers, comme ceux des pays gnes passionnell es abusent le sa cré. du Proche-Orient, cette manifestafon dulité et de son esprit suiveur Four revêt un intérêt des plus grands. Y.-A. Jdanov : Lettre au Comité central du Parti Communiste (bo!chevick) de l'U .R.S.S. au camarade Staline. Un dernier mot, par Aragon. Articles et documents su, !e Cong "ès de Wroclaw Manifeste Pierre Daix : La portée du Congrès de Wroclaw. Ilya Ehrembourg: Au congrè~ des 1 nteltectuels pour .la paix. lui désigner comme ennemi public numéro un de l'humanité le com· muniste, Le Mongol, le Tartare, l'homme au couteau entre les dents. « Mais qui donc orchestre ~!tte campagne? Qui reprend ces thèmes hitlériens, sinon un petit nombre d'hommes d'affaires dont les int"r"ts très part" culiers n'ont rien à voir avec l'intérêt du peuple américa ln . Ce sont ceux-là qui ressuscitt'"t le nazisme, et c'est contre ceux-là qUl1 nous faut reprendre le combat de la Résistance. « Et nous le reprendrons avec le. mêmes, coude à coude et fraternellement, c ceux qUl croyaient au ciel et immeuble avec boutique au marcl,é ceux qui n'y croya 'ent pas », ceux à St-Ouen. des réseaux et ceux des maquis, Ceux qui étaient promis ensemble au même camp de concentration et ceux qui en sont revenus par miracle. Oui, le même combat. ·aYec les même •. contre les mêmes 1 lt • A VENDRE Ecrire au journal, nO 1501. Impri Centr. du CrobSa.Ilt 19; r du Crotssant. Par!s-2' •• ROCR'ON, imP~l Théâtre Verlainé 66, Rue RocheC'houart, 66 La pièce que tout Israélite doit voir Maitre 3 actes de Jan de Hartog Adap lalion el mise en scène de Jean Mercure Une comédIe pittoresque, objective, attachante looJtlon : TRUdaloe 14-38 Une scène pathétique de « Pree_ If J'" lJEcemllre 1948. oltOl'r ET LIBERTE ~ ~ .~. .M- . LA QUATRIÈME. RÉPUBLIQUE pl.a_R~..g.~.;..' PÀ.Y. .È.T..~..i.î..ù.R..i.i i~l" N'A -T~ELLE · PAS BESOIN DE SAVANTS·? L A Quatriême République, gouvernée d'Une _ mainS1l terme, n'a sans do'Ute pas besoin - de savants. Mals dira-t-on, c'est tout le contrairé, à preuve les honneurs qu'elle vient d'àècorder fi. Jean Perrin et à PaUl Lang-evin. C~st alors Q.u'il faut !bvoQuer le proverbe : « La façon de donner vaut mieux que ce Qu'on donne ~. Or iol la façon fut proprement scandaleuse. , Le joùr où ces deux grandS hommes, à ilUI la France témoignait sa reconnaissance ofticl~lle, furent transportés au Panthoéon, te jour~ là fut lugubre. Le ciel bas et nOir, la pluIe battait les pavés gras, et tout le long du parcours. les arbres dressalént leurS squelettes désolés. Il y avait derrière le convoi des professeurs, des étUdi, ants, des écoliers, des amis et des admira" • teurs connus ou inconnus, des ouvriers aUBSl. Tous ceux Que leur travail n 'appelait pas ce matin-là à l'usine ou. à l'atelier. Car la CérémOnie avait été organisée de telle sorte que le peUPle de Paris, sauf exception, n 'y pouvait prendre part. Ce fut une cérémonie à la sauvette, pour ainsi dire, comme Si nos dirIgeants avaient eu peur de quelque chose, peur qu'autrement elle n 'eÜt attiré tout un concOUrs de gens qui peut-être auraient rappelé ce qu'avaient été, pour eux et pour tous, les deux tlisparus. AVec les cordons de police étiréS d'Un bout à l'autre du parcours, avec les C.R.S. postés dans des carS à proximité - sait-on jamais? - avec tous ces agents semblant conduire Perrin et Lan~evin en prison plutôt qu'au Temple des Honneurs, on êtait sûr que le cortège se déroulerait dans le calme, l'ordre et la digmté. LE scandale a été de défigurer en défilé militaireet poliCier ce qUi aurait dû revêtir l'aspect d'un -immense hommage populaire. Cet hommage aurait été rendu de grand coeur pour peu qu'on lui e'Üt donné l'occaSion de se manifester. Le peuple français voit en Langevlll et en Perrin deux hommes sortis de ses rangs et par- TÉMOIGNAGE DE PEARL BUCK . Venus, grâce à des cUms exceptionnels, mais aussi par un' travail opiniâtre, aU sommet de la science actuelle. Il voit encore en eux deux savants restês fidèles à leur origine, attachés à la jUstice soc1ale autant qu~à la vérité SCientIfique, les reliant l'une à l'autre, et pren-ant tou ~ jours soin que découvrant celle-ci, ils la f.assent servir à établir celle-là. « Il est nécessaire, disait Paul LangevIn, Què la B'Clence tende la main à la justice, par l';al' Pllcatiôn des méthOdès scientifiques à l'étude des problèmes humains et par un dévelopl)èment de la conselence CiviqUe cheZ ceux qui contribuent au développement de la science. C'est aUjourd'hui un devOlr pour ceux qui créent la science de veiller à l'ulYag13 qu'en font les hommes. :. LA vraie sciencê est inSéparable de la jU5~ tice. LangevIn et Perrin en étaient la vivante preuve. ns furent ainsi conduits li lutter contre ceux qui propageaient une fausse Science pour couvrir leurs sorOlC1es calculs de rèactlon Sociale. Et l'on sait dê combien ils payèrent leur lutte contre le fascisme, comment Jean Perrin, meurtri, bris€, alla mourir de d€sespoir aux \ Etats-Unis, et comment Paul Langev1n perdit son gendre on devrait dire son fils, Jacques SOlomon, phYSiolen de .g-énie, assassiné par les nazis parce qu'il était Juif. Le peuple se souvient et sait que les deux grands savants étaient avec lui. Mais le gouvernement qUe nous avons, qui fait tirer sur les mineurs en gî'ève, est contre lUI. C'est pour.:. quoi l'on conclut qu'en dépit des apparences, en dépit des solennités officielles, ce gouvernement est au fond con.tre Perrin et Langevin, contre les savants, contre la science qui chaque jour étaie davantage le bien fondé des revendications populairês. Mais heureusement, rien n'arrête la science et certains petits bonshommes auront depuis longtemps passé que Jean. Perrin et Paul Langevin seront toujours présents dans un avenl:de paix et -de justice dDnt ils ont de toutes leurs forces préparé la venue. PEA~L nUCK, dont les attaches avec le parti démocrate du présid.ent Truman sont bien connues, s'est consacré il l' étu. de tles civilisations qui meurent. Son expérience personnèlle en Chine lui a démontré, par exemple, que \la société dont le maréchal Tchang Kaï Chek se fait Je défenseur, n'a aUCune chance d~ survivre à la lutte actuelle. Aujourd'hui, avec " Un Monde mal en point ", elle transcrit fidèlement son dialogue lv'ec une amie allemande qui a aSSisté il la disparition de la République de ~'eimar et à la n'aissance du Reich national-sociahste et racÏi;te. Les deu~ interlocutrices , disons-le pour situer le débat, sont antinazies. certes. mais auSsi anticommunistes. Mais l'inflation et la catastrophe économique vont donner des armes :l la propagande hitlérienne

« Hitler sut exploiter

la situation. Il tenait des réponses prêtes à toutes les questions: Qui veut S'approprier votre bétail et vos fermes? Les biuiques. QUi POSsède les banques? Les JuifS. .Qui soutient les Juifs? La République Cette propagande rudimentaire se poursuivait sans répit dans les campagnes l. Pour les habitants des villes on utilise un autre argument

Qui p'tofite de la ruine

de..s consommateurs? Les commerçants? Or, les commerçants sont des Juifs, ou bien les agents de Juifs. L'évolution se fait peü à peu; le même homme qui disait à sa femme : l Tu reçOiS des Juifs maintenant :t, avait emprunté de l'argent à un Juif o.u à ses amis pour monter une affaire. Cel1e~cl ~riclitant. par SUite de la crise, 11 proclame : « J'en ai assez de travailler pour un JuU . •. Celui-ci lui remet-1l généreusement sa dette? Notre Allemand moyeu réussit à l'oU' blier avec la me1l1eure foi du monde. Un peu de temps encore, et il se déclare victime des Juifs, ennemi personnel des JulIs. n n'Ira pas lui-même plller leurs maisons, mals H lalssera ses en~' tants inscrits aux Jeunes..~1i hl~ tlëriennes partiCiper à la èur~. Or, dès sa préface, Pearl Buck nous lance un avertissement so- 10nnel ~ « Je ne m'adresse pas seulement à quelques Américains, mals à tous les Américains, car, à meSure qU'avançaient nos conversations. je me réPétaIs de l)lus en plus sou· vent, mais il -en est tout à fait ainsi aux Etats~Unis... C'est pourqUOi j'ai intitulé ce livre : Un monde mal en point '. prenaient pas ClaIrement l'utilité. Raciste? Sans doute, dans la mesure où une mère de famille qui voulait recevoir une amie de collège retrouv-ée s'entendait dire : \0: Tu vas te mettre è. r€cev ir des juifs, maintenAnt? :. et passait outre- à cette observation relativement bénigne. La sauvagerie antisémite ne se trouvait pas dans les famillês bourgeoises, mais dans ces Le àéchaîl:lement de la vio- «corps francs :. à la solde des lence du racisme en Allemagne hobereaux de Pruss Orientale et a laissé de s.i atroces souvenirs des magnats de la Ruhr. Ce sont Que nous wmmes tentés de les- eux qui tUaient pêle-mêle socÎe.situer dans un autre monde, en listes, communistell, jUiIs, et Qui dehors de tout ce qui peut ar- jOuaient en Allemagne le rôle river auX Etats-Unis ou en dévolu aujoul'd'hul au KIn Klux France. Ce livre nous ra.ppelle Klan aux Etats-Unis. C'e.st par opportunément Que le peuple et passlvlt, par inertie, plutOt la bourgeOisie étaient composéS que par lâcheté, Que les bons en UI1-8 d'hommes de foyer res- bourgeois de Hl\Uloourg lalsJ) ectueux des lois, ne demandant · saient m~lJ.crer, Ou tout au qu'à -se tenir à l'écart de l'ac- moi~ rouer de ooups lélll'S amis tivlté pOlitique dont ils ne com- israélites.. AU}Ourd'hui, aux U.S.A., là 111- • 9

~f-----"-'_-·'_ .r-. -"""-""-'·'.' ..' ·-'·' ...' ·'·'·'· .'. ·'. ..'..-...-..'...'..'.. .'. '-_-_'_ ' __ ' __' _11 ,P 1 __ • __ • • ..... -. iii

h · LE THÉATRE 1 ;: - ; ne! par Roger MARIA i5 Il Le voleur d'enfants 1 H Jul-es . SUPERV ELLE - ii i~ .r li Il La reI•n e morte Henry de MONTHERLANT ËË Lt: voleur- d'tnjants (au Théâtre de l'OEuvre). ~ Un conte Il de fées de Jules Supervi~lle, qui se déroule en scintillant de le pésie. Des personnages irréels, d'âujour'hui pourtànt, j nmsardant leur vie il. Paris, isolés, protégés par l'argent, le ii coeur et la fantaisie. Des grâces de sentiment, c!es mots colofi rés, reliis en phrases rrécieuses, comme des colliers ·d'enfants. llei bUrnil ladnétl.i cat exercice de style ; mais rien à'autre qu'un jeu 1 ÉE Un colonel sud-américain, sa femme et sa mère se désolent li sur les bords de la Seine, da!ls leur luxueux et exotique 1 il appartement, ca.r Madame est stérile. Or, le colonel adore les i! enfants. Alors, il en adopte, y compris une fille d'une quin- ~ !ë zaine d 'aMées. D'où pn pas de danse du démon de midi; ; H d'où une situation théâtrale vieille comme les sociétés de la

classes; les personnages de deux mondes entrent en contact: Il H les Rosses de Paris et la riche fam.ille de farteluts attendris. El III' C est tout, c'est peu, et c'est éhafm~mt. TOlls ces gens

vivent assez; Joliment leur petite aventure. Seul, le vieux père U !!l, rdees tela dj'euunn eco nfivlleen,t ionmnêeml e dfoe rtp ahtireonn agjoeu_é Epxacr eLlloenutiss -Binltaenrcphrèe-, Ei:a~ li tes: Rayr\1Qnd Rouleau (pourquoi diable a-t-il pris l'accent J U d'un gendarme couttelioesque pour faire couleur locale?) ~j !i Lise TopaIt, Catherim: Fontenay et Marcelle Tassencourt. :1 I.i! La Reille morte (à. la Comédie Fran(aisc-LII.\:clJ/bourg, re- !! prise). - Cette rièce de Montherlant, inspirée d 'une trngé- EE ii die espagnole du début du XVII" siècle: Régller après lli mort, :5 H du poète Gue,-ara, hésite entre la tragédie daRsique et le dra- le~:.: ii me hugolien. Les lectrices de Confidences ~ront émues par • Il l'amour de miel et de feu de la belle Inès de Castro (Mony r: el~ Dnlmès). Personne ne s' intéressera à son royal amaM-époux Ei. • don Pedro de Portugal (André 1- alcon), coeur sans tête, prin- ie li ce de peu de c1uactère, que son père n bi~l\ raison cl 'envoyer g il «el) prison pour médioct'Îté ». Régner n'est pas un jeu ùe I~::. i' société. Les amateurs d'.1mes fortes suivront les assauts que .il"i e Ii-vre à lui-même le roi Ferrante (Vonnel, da_ns t111 de ses e:: ! meillettrs rôles) pour se libér~r des contradictions qui se' •• i.:!. nouent au profond de sa volonté. On pourra regarder la dure i~ !I spieotni teo rTignifnaanltee ddee lN'oarvgaureriel (rRaceén éeet Fciea ulr'ea)r tc odm'êmtree urneien ee xdpere ~la- eie:.e façon la. plus insurportable qui soit, c'est-à-dire à la mode r: li Montherlant. r- ~~ !~ Quelques-uns se somiendront aussI que- l'auteur .fut lm des 3 !-.;. m:tÎtres à penser de la collaboration mu~rlé(' et 'lu ' il daigna 53 lE donner quelques papiers prétenti ux dans l'hebclunadaire E!

! mlZ! La Gerbe. On retrouve, drins ses pjèce~, certains de ses ~
.~

thèmes favoris de l'époque. - 5: i ;,.::-----::-.:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::-.:::::::::::...-::::..-:::::::::::::::::::::::::::::::~~ Souhaitons que l'avertissement de Pearl Buck soit entendu des Américains. tuatlon est peut-être plus grave û-ncore que dans l'Allemagne de 1918. Déjà de nombreux hôtels portent la mention : « Interdit aux israélites et aux nègreS:t. 1 Personne ne songe à s'en ~ton ner alors que l'apparition des premières pancartes de ce genre a vait soulevé des protestations dans tous les partis germaniques. aux environs de 1930. D'antre part, l'inflation bat son plein aux Etats-Unis. Bien sûr, la dépréciat, ion du doUar suit une courbe infiniment plus lente que celle du mark avant guerre et du franc aujourd'hui. Mais, enfin, le prix des denrées augmente continuellement et les fermiers, par exemple, trouven.t beaucoup plu.s de difficultés à écouler leurs marchandises. Le risque de voir la propagande raciste extrêmement forte aux U.S.A. emporter toutes - les digues dans des conditions analogues à celles qu'a connues l'Allemagne ne saurait donc être é:arté. Et l'interlocutrice de Pearl Buck (une « aryenne:., d'ailleurs) termine sur une note désencha. ntée : sa soeur, Qui affirmait ne pas poUVOir comprendre comment on s'intéressait à la vie politique, a. vu ses deux fils s'inscrire aux Jeun~ses hitlériennes et renoncer à toute civi- 11Sat.!on. 1 - - - ' La Radio TOUS les jour" de la semaine, la Radiodiffusion Française offre à ceux qui se lèvent tôt, à 7 h . 22, une émission de Claude Dufresne intitulée : t Jardins à la Française. ) C'est une émission qui vi- 5iblement, témoigne de la re~ herche. Elle nous apporte 1 chaque matin un choix des meilleures oeuvres de nos poètes et musiciens : Verlaine, Baudelaire, Rimbaud 3'y rencontrent accompagnés pnr les accords de Ravel, Berlioz, Debussy, etc... C'est

Jresque trOll beau pour le

mati.n, avec le bruit de l'eau tIUi coule, le gaz qUi ronfle, â .::ette heure préCédant le départ pour le travail, ce sont lutant d'e facteurs qui nous empêchent de goûter pleinement cette émissIon qui se~

ait beaucoup plus à sa placel

à une heure assez tardive tians la soirée, alors que tout est calme, apaIsé et que des- Il cend sur nous une paix pro- 1 j pi ce aux climats poétiques. ~ LA DAME A L'ECOUTE 1 ' 'D- '- \ '10 DROIT ET . LIBERTE ----------.--..'.. :.';;;;..--.-------."... . ,- D~fIe - 1941. - N·.'.,-., REMISE SOLENNELLE D'UN ' DRAPEAU aux grou~es de combat auprès de 1 U.J.R.E. 'LA COMMISSION CENTRALE DE L'ENFANCE VOUS PARLE Dimanche 1l: novembre, salle Chm'les Ledc1'man remet alors du YASC s'est lenue une réu- solennellement un dra.peau aux nlllii cles Groupe!;. de Combat GrOUjl,;s de ComiJnt. L'éiY,olion aupl'ès de ru. J. n. K, avec lu est inlense, CUl' ce drapl'au tUppal: li eipaLion de dé~('gué!;.· du COII- pelle cellx que noue; cllérissom: sn il Nalional de ru. J. H. E. et eL qu i n'ont pas vu la vicloire et d'invilés. la lilJéralion de noLre pays. Apl'ès C!rarlcs Lederrrwn qui La parole esL ensuilc donnée à ([(,ga.gl'u en quelqu('s mots le :-;ells M. Alplrandé1'1/ qlll apporle :e de la réunion. el le l'Ne I\islori- salu t cles " ComiJallanls de la Lic[ ue j roué,; par' nos groupes de berlé» et nous appelll:' il oeuvrer cumbal, JI. Hais/ru, secrélaire gé- pour la Paix ct il I)arlicipcl' aeti- ~ n ér'al de ru. J. n. K ct respon- vement aux Assise., dl' la P éllX saiJlc des mouvemelrls de résis- ct il la lutte que mènent les ré;istall ce jui ve, déc\ll'e ; tanLs. « Dans la sombre nuit de l'oc- Au nom de l'U.G.E.V.n..E., M. cupalion, nous nous ballions Laroche. secré laire général, 1 û.psans uniforme, Sir liS i l isigill', pelle l'apport dc l' imnîigl'ation sun!;.' draprau. Nolrc drapcau, il la lut.(e pour la ~ilJél'él.lion du flolre eml.J lè'me. e'é lai t l'es pri( d~ pays contre le nazi;;rne, PUif: la Ités istance. C'e::;t Cl:'l es prit qui c~est le tour de Marna des (~I oun ElUS guiclait. c'est cet esprit qui [les de Combat (]ui ne prononce nous anima dans les momcnls que quelques phrases qui vlnl le'. plus durs, quand, de (oules dloit au coeur; pari s, On 'donllait à la popul a·tioll jllive dcs consei ls de ca pitulati on, « Nous.·savions pourqu.oi nou" c!r 1lt1.ss iviledevanl l e5' m('slI,'es nOIIE' ballions et nous se l'ons Irers d·cxtel'lninalion . de portl'r cc drapeau plus Join. Comme liicr. nous tendons au· Nos hérus nous ont ense ignô et joul'd'lLlli la. maill il Lous ceux nous onl montré le chemin à qlli veulcnt lultel' avec nou~' pOUl' suivre: Nous continuons lellr que nos enfunls, arrachés (lUX oeuvre. Il griffes qU'lo irs, ne pl'ènncnt p.lus Le derni81' oratcur est M. le chemin des fours crérn aio i- P ensez '(( Anciens Curnüal.tahts res. ·Juif::; )1) qLÎi cons.lalc qllc '" ' ~es n é- ., Mais nOll" excluons de notre · sista nts el !-rs GruUil.es dc Combat front uniqu·e !-ous ce'ux 'qui!'oe 50- . allprès dc · rU.J.r\.K sont les lidal·isrn.[ avec ·Ies fat/teurs d'une . cligncs successeurs d'une . Lradinouvelle guerre contre la .démo- lion rnillénuii'e dans·la luLlc "pour cra.lie. )1 lu liberté. li I~ l lYl OG ES La Section de Limoges de l'Union a donné le dimanche 31 octobre une représenta t,on du fi lm : « Yidd iche M2.'l".me », au C 2 Rex, place de la ~( ,u;Jllque. malgr,? un froid intense 'lU; n ',nc ta,t p3S les gens à sortir un (Jlrnarîc he matin. Le SEC étaire, pendant l' entracte, il fa'f appel à tous lèS Jui fs de Li,...,oges pour ~e réunir en un fa isceau compac t , agissant, dyn:mique, pour ln d éfe n ~e des inté·êts· ma tériels et moraux des Jui fs de Lin·.')ges. Etant donn ~ ies év~ n emen t 5 qui s'an...,onc ent et qu, p:Jurrai ent causer de lé- La séônce avait commencé par les ActLoè l,té., mond;al es. puis, après l'intervention du secréTaire, fut proleté le film « Yiddiche Mamme ». Il a E I É: annoncé p'Lof une date très rapprochée 13, projection d'autres films en yiddich . Des insignes vendues au profit des colonies de v"cances des entants pauvres de Limoges ont produit une certaine som,T.'!; elle sera à la base des efforts que fera la- Section de Limoges pour assurer de bc."'Ines vocances à ces enfants. Les assistants ont é té particulièrement généreux. Nous les en remercion5 ici très sincèrement. D. PAPPO. gilimes inqui etudes à toute la popu- .....-___ -'-_________ _ lation jLoive de France, il est nécessnire que chaque membre' de la population juive se fasse un devoir d· . dhé rer à cette U."'Iion des Juifs pour la Rés·stance et l'Entra,de et apporte un concours actif, efficace, pour le déveioppement de cette section . Le secrét3ir2 a profité aussi de l'occasion pour annoncer la réun ion d'une assemblée géné,ale pour le di manche 14 novembre, à 15 heures, à l'Hôtel de Vi;le de limages, au cours de laquelle ce Comité qui n 'ava it que des fonctions provi soires serait nom,T.i! déf,nitivement par les membres qui se déclareraient vouloir adhérer a l'U n ion, de façon à commencer u~ t rès grande ac t ivité qui commencerait à porter ses fruits à partir de janvier 1949 • VOILA L'HiVER STRASBOURG La rr~atinée dansante orRanisée par le Cercle des Lecteurs de Dro t eL Liberté de Strasbourg, connut un grand succès. Le Radio-Crochet p e rmit de nous Paire connaître les qua lités ,.1'1 cadp't de l'U.j.R .E., Fernand Makowski qui remporta le J;'remier pClK. l..luant aUX co ncours de oanses, ils furent gagnés par les couples Orenste int-" sch, K a hn.Jakobowi ~z. Dans son intervention, le présid.;nt du Cercle, M . Smolars ki. m o ntra la re naissance d e r a n t is ~ mitisme clans notre région'. Il con clut par un v 'brant appel à la lecture e t la d' ff usion du journal. Cet après-midi noos permit de faire 17 abonnements à Droi1 et Liberté et de vendre ISO cartes d'es Combattants de la Liberté. C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT VISITER LES NOUVELLES COLLECTIONS DU GRAND MAGASINDE LA FOURRURE --"l , Le Comité de soutien de Montreuil monte une garde vigilante . autour de nos deux foyers de grands Un,e fois de plus, l'expérience démontre qu'on ne fait jamais appel eri vain à la généro~ité des amis de l'eniance. La preuve . la plus éclatante nQUS en est fournie par la beHe action de soli~ darité qui se déroule à l'heure actuelle à Montreuil. La vie toujours plus chère, l'augmentation constante des charges de toutes sortes nous rt'ndent difficile la g.estion de nos Foyers. A la fin d,e la période des vacances, au moment de la réouverture de nos maisons, la situation était si critique que leur existence même était en jeu. Mais, partout, les amis de l'enfance veillai:ent. C'est ainsi qu'à Montreuil s 'est constitué un Comité de Soua tien de nos deux foyers: Foyer des Jeunes Filles, 21, rue Frana çois-Debergue : Foyer des Jeunes G.ens, 9 bis, rue Dombasle. Présidé par M. Frendzd, le grand ami .des enfants de fusillés et de déportés, qui de(lnis des années mène une action inlassable en leur faveur, avec l'aide active de M. Scheiner, secrétaire de .la Section de l'U.J.RE. de Montreuil, ce Comité a Su mobiliser un très grand nombre de personnes de la localité pour . .assurer à nos deux maisons une existence plus solid,e. M. Frend:r.el qui 'jouit à Montreuil d'une autorité incont.estable, a personnelle'ment visité de nombreux amis qui, soit par des dons, soit en s'engageant à verser une somme mensuelle, se sont empressés d·e répondre à l'appel du Comité de Soutien. Voici, à titre d'exemple, quelques lignes de la lettre adressée au Comité de Soutien par M. Bajtet habitant Montreuil .: « Il (le Jaut. pas me remercier p~ur mon geste ' envers nos enfants qui me sont si chers, c'est mon devoir. ' . « Je m 'engage }t verser 1.000· francs tous les m.ois et je .fais appel à tous les habitanfs juifs de Montreuil et des environs afin . 'qu'il!; prennent part à cette ac tior;l si. ul,ile et urgente. II ,,' . 'Qùoi 4'~t~nnant, dans . c~s cQri~iti?r:!s, que')u tz, I!ct~breau' 16 nOl:'em~r~, . d'lns cette courte p~~iode ' d;e tr~issemaines, 'Ia èoquette somm.e de 132.000 franc~ a~t été recueillie ? . . En toute occasion, les dévoués amis de nos Foyers pensent à nos enfants. C'est ainsi que des sommes importantes ont· été collectées au c!)urs de bridges, de thés, etc. . ' . La CommiSSion Centrale de .l'Enfance remercie. très vivement le Comité de Soutièn de Montreuil et en particulier MM. Frendzel et Scheiner, Mmes ~ogof, Milstein et Mandel. G,âce à eux ct à ' la population juive de Montreuil, nos grands enfants auront la possibilité de terminer I·eur apprentissage et d"affronter la vk _avec un bon métier. LA COMMISSION CENT~ALE DE L'ENFANCE. Gardez libre votre soirée du MARDI 7 DÉCEMBRE pour assist e r à la GRANDE tONFÉREN(E DIl Dr N. GOlDMANN Président du Comité exécutif du Congrè9 juif mondial Conse iller politique au Gouvernement (f I sraël Sur la situa tion politique juive dans le monJe Prendront ég31ement part à cette manifestation présidée par MM. Naid.itch et Jarblum : LADY READING Pré9idente de la Section Britannique du Congrès Juif Mondial SALOMON GRUMBACH Détégué de la France à l'As';semolée Gé néra le de l'O .N.U. , etc ... Ce,tte manifestation aura lieu à 20 h. 30, Salle de la Chimie, 28 bis. rue Saint-Dominique. ENTREE GRATUITE ---____ 1 Les meilleurs TISSUS Toutes FOUR~U!URES pour TAILLEURS chez ZAJDEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2e Mo : St-Den .s. Réaumur. Sentler Tél : eUT 78·87 L'ECOLE ORT DE STRASBOURG (avec internat) dispose encore de quelques places vacantes dans les sections de Radio-Eleetricité et d'Electro-Mécanlque. S'adresser personnellement ou par écrit à : ECOE}e ORT, 14. rue Sellénick, à Strasbourg (B.-R,) ; ou ORT, 70, rue Cortambert, à Paris-16e. AMERIQUE DU SUD AMERIQUE DU NORD PALESTINE , (( 0 CE ANI A )) VOYAGES - TOURISME 4. rue de Ca:;tellane Tél. : Anjou 16-33 NE FAITES AUCUN ACHAT avant d'avoir vu les enSembles présentés par L'HARMONIE CHEZ SOI 221, faubourg St-Antoine . Paris ET DE LA NOUVEAUTE ADY o 44 MONTRE SUISSE A RUBIS. L 4+ OU GARÇONNET 42, rue de la Chaussée-d'Antin F' 44 GARÇONNET. flLLETft ANCRl 15 RUBIS A 4-lt- FILLE TU. DAME . VERRE OPTIOUE g ~4 HOMME.TROTTEUSE CENTRALE IJne visife à ·Mart (haëall ~ U NE voilure m'a condUIt de l' « Aulmette l), à , )aintGermain- CIl-Laye. L'auto a franchi un grand portail et traversé un petit bois,' le coin est vrai ment rustique et cltarman~, 1 mitée à m'asseoir sur une terrasse cn5(Jleillée, i ' attends, u" peu impressionnée, la ~Iertu e du maUre de ces lieux " Marc C hagall ... Le grand artiste a bien voulu accepter de peindre la ,ouverture du calendrier 1949 que la Commission Centrale de l'Enfance édile au profit de ses fovgrs .. Chay,all me parle taut d'abord dfs enfants qu'il a vus t'année dernière dans notre maison d'An d résy, et il n'y a qu'à l'entendre pour sentir toute l'affection qu'il porte à ces petits qui ont tan' sozelfert de la guerre et du fMcisme. Il me prie de transmettre ft messaf!.e à ' tous nos amis,' « l'rI cr./' ci à vous tous, amis de la Commission . Centrale de l'Enfance pO,ur tout, cc que VOliS fait~s en faveur dr;s fils de fusillés et de -portés, et merci de m'avoir . don • . né l'occasi(Jn , de vous . prouv,;r m(ln attachement. " . SU~ sa de",a~de, ie lui expose . dans le dèt'ail' notre idéè 'd~'·.c(ll(ndiier. N Olj~ ' lé voulons parti cu' lièrement réussi, pour 'q'ue ~ ïous ilOs amis, connus ' et ù/co·mtUf, amen!. les 111urs' de latr' clt;mbrr. d'une oeuvre .d e c ltoix. A toiourd',ltUi, C lzagaU Cf tent.(. sa promesu ; il a composé une magnifique couverture, un tableau tout vibrant de tragédie mais aussi d'espoir. !If erci à !If arc Chagall pour ce geste qui ira droit au coeur de tous les amis de l 'e'flfana juive. lliane. POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard SCHNEEBERG 43. rue de la Victoire. PARIS-9· Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI 88-61 BOTTIER JOSEPH Chaussures souples et élégantes CLINIQUE DES PIEDS SENSIBLES PARIS: 12, rue de la Boétie Anjou 15-30 NICE et VICHY BOULANGERIE·PATISSERIE dU IVE BERNARD 12, rue N .• D:-de-Nazareth. Paris~3· Tél.: TURbigo 94·52 Paln . de seigiemellleure 'quallté Patiss~rte 'de la melIleure sorte CondItions spéciales pour mariages et banquets. On ltvre à dOIlHCill'. Prix mOtérés Métro : Temple et Répubtiqul' -1- Charles 4 décembre 2009 à 10:50 (UTC);k~~ VIsites - Plqüres - Ventouses 18, rue Ramponneau - PARIS Métro: Belleville. Tél. MEN. 56-17 AU POSEUR DE LINOS grand stock de linoléum. Rémol~um. Balatum Toiles cirées. Papiers peints. etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard Ménilmontant. PARIS-XX' M.: Pére-Lachalse. Tél. ORE 12-55 Succurslt e : 117 . faub. du Temple, PARIS-X· . Métro : Bellevil le et Goncourt Restaurant CHEZ ALBERT 57. rue Notre-Dam-e.de.Nazareth Métro : Strt\3bourg-Samt-Denis où vous trouverez toutes les spécia 1 i tés roU'maines, polonaises et russes MADAME - BA RSC HE] CO'(.'L ':' ::.UR MI:.!:Ut{ES 45 . rus de Trév:se annonce SOIl telènhnne : L-____TA_I_T_B_O_U_T_ 4_5_-_ 3 6 ,- Décembre"1948:" L.; . NG 17-.5----------------- DROIT ET ~IBERTE ---------------~-------'lH -- - - Avec les jeu;nes - - ---1 DE MAURIAC .du groupe, Vogel UN jeudi comme les autres. 19 heures, 8, rue de Saintonge. On , pousse la porte, et tout de suite, on est , pris par une ambiance , jeune: une vingtaine de gars et filles sont réunis là, 'lUt constituent en quelque sorte l'armature de la Brigade T l/Omas Vogel. Une soixantaine d'imcrits et de présents ... Périodiques. Une vingtaine d'étudialtts, d'apprentis, de couturières, de dactylos, tous Plus turbulents et sympathiques' les uns que les autres. Petite, mince, frétillante, une ch ève/ure en crinière, un sourire franc, des yeux pétillants de malice, voici la responsable de la Brigade, jJ! adeleitle, dite « Tampon », probablement à c'ause des coups ile boutoir qu~elle donne à tout venant, sam ménagements, mais sans méchanceté 1 «. Nous avons décidé de donner le nom de Thomas Vogel à notrC , hr:igade, afin de perpétuer le souvenir de ce jeune héros juif, com, hattant SatiS tmifonne, de la lutte antinazIe. C'est un eXl!mple pour 'Itlus nos jeunes, Plus que jamais nécessaire à l' heure où le fa~cisme " 1tlève la tête. , - Vos activités ? - El1 dehors de celles qui sont propres à notre groupe, clzants, dames, causeries, nous participons à toutes les manifestations de .-J ~_ ulidarité, en union étroite avec tOIiS les jeunes de France; nouS ~, nous efforçons é,f!,alement · d'aider, dans la mesure de nos moyem ~ r l·J Commission Çentrale de l'Eltfame, en ce qui concerne les patro- 7la,f!,es et les Al alsOtlS d'Enfants: « goguettes », défrichage des jar- djns, ·apport de matériel divers, etc.. » . De petits gr-oupes se SOllt formés dans la salle; les garfo1ZS dis, tt/tent avec de gra1Ms gestes, les filles chuchotent avec de petits airs de conspiratrices; Tampon se préciPite, dissocie les groupes et entraîne lu jeunes dàm um hora endiablée, 'lui fait trembler le " .planc hu.. . . Bruits de chaises: tout le monde s'asseoit. Tampon dirige « le Cd,porteur » dont elle souligne les llUances· d'tl1l mouvement ondulé de la main. Avec patie/ke et bonne humeur, Plus d'une fois gars et ,filles reprennent au refrain. Quelques Ijuestiom stt'T la marelle du groupe. Bref exposé sur ' .. « Droit et Liberté _, que la Brigad.e ira vmdre jur le marché Je Kremlin-Bic être le dimanche suivant; responsable à la diffusion: Poison (UtIC fille charmante ... qui pOTte .bien son pseudonyme) et pour finir, une revue de presse, fort détaillée, attmtivemettt écou- ~ tét, 'Pàssionflément comment(e. ' , Déjà 8 ,heures; il est temps dt prendie congé, ce que nous faiS0115 en nous promettant de revenir bientôt participer activement il la vie exubérante de la Brigade Thomas Vogel. 'lE N 46, lors de la campa. gne électorale pour la deuxième Constituante, avec quelques camara· des, dont Bernard Langevin, J.-p. Chabrol, René Roy, n~us noùs étions filit « cm· barqner » par la police au Quartier Latio, parce que dans un monôme nous dé· - noncions les dangers Sénato. riaux de la seconde Assemblée ... Un professeur de nos amis ne comprenant pas notre ac. tion - il la comprendrait aujourd'bui - riait de notre aventure en nous contant qu'cn ' J'an mil trois cent et quefque ... ... il y eut une mêlée au Quartier Latin entre soldats du Prévost et escholiers, parce que l'on avait injustemoot condamné à la fustiga. tion Philippine Hauxois. la mère des étudiants, très populaire à la Montagne.Sain. te-Geneviève. Et le professeur concluait: Vous VOliS plaignez DANIEL. d'étre allés au poste, mais r « incident » que je vous rapporte s 'est soldé par la mort de 158 étudiants et de 60 soldats. C'est une vieille tradition estudiantine que de soutenir toutes les causes justes - le II Novembre 1940 comme le Il Novembre 1948. Malgré les mitraillades et les matraquages. Parce que la vie d'un étu· diant digne de ce nom, ce n'est pas seulement le chahut joyeux, mais la pensée lé. con-de, donc l'action. C'est Paul Langevin 'qui di. sait que « la pensée née de l'action doit retourner à l'action ». Pour les étudiants, fidèles à la mémoire de Guy Moquet et de leurs aînés de la « Mar· che à l'Etoile », ce grand sa· vant et son collègue Jean Perrin sont de prestigieux exemples d'une vie toute en· EN HAKIM La vérité est en marche La scene se passe dans un lycée en 1998 ; le ' professeur dOlIlt une larme ·furtive a révélé l'émotion, s'essuie PlI'estement la. moustache et dit : - M1esSieurs, le long martyrologe dont les chrétiens furent victimes de la . part des Juifs, dès le milieu de ce siècle, le pénible calvaire des persécutions antichrétiennes qui font la hpnte de l'humanité, ont été prévus et oénoncés il y a 00 ans par un génie dont la justesse de vue égàle l'esprit de charité. Oui ! Messieurs

c'est par une phrase

de Fr. Mauriac dans le Figaro du 16 Nôvemb,re 1948, que la vérité s'est mise en marche et rien désormais ne saurait. l'arrêter. Elève Dutrou; veuillez lire ces admirables lignes. - « C'est une loi de -ce temps ' qu'un groupe humain persécuté, à peine est-il délivré de ses oppresseurs, opprime à son tour. L'espTit totalitaire enfante les mêmes monstres chez les victimes d'hier que çhez leurs bourreaux. Les Juifs par la terreur qu'ils ont répandue ... ;) - Bien! Vous savez ce qui s'ensuivit. Les chrétiens n'eurent plus accès aux fonctions pUbliques ; on les flétrit d'une ignoble étoile Violette qu'ils devaient porter entre les omoplates et sur laquelle on lisait CHRETIEN, symbole de honte et d'humiliation. L'état 'd'esprit dé ce malheu- ' rem~ peuple ajnsi marqué, et tière consacrée à la Science et à l'action. ® • Â ces deux grands Fran çais, la Patrie est reconnais. sante. C'est la ferveur des hommes libres qui les accom· pagnait le 17 novembre au P'anthéon. . Malgré les tentatives d'escamotage de la cérémonie. Pourquoi donc a-taon mo· bilisé des forces de police à quelques mètres du dernier refuge de deux savants, con· tre des jeunes 'lui sont leurs disciples? ® " y aurait-il une menace? Oui. Elle vient des ennemis de la liberté et des fauteurs de guerre. Et les étudiants u"t eu raison, l'après-midi du même jour, à l'occasion de J'anniversaire de la fermeturt: par les Allemands de l'Université de Prague. Je manifester pour la Paix. maintenu dans une Situation iillférieure, donna naissance à ce qu'on a appelé le complexe chrétien, mélange de peur, de timidité et de révolte, augmenté d'une susceptibilité à vif qui rend très délicate aujourd'hui la tâche de tous ses sympathisants. Volonté de sacrifice - D'ailleurs, continue le bon professeur, François Mauriac, qui est la spontanéité même, hésite à voir dans l'affaire de Palestine, des mobiles sordides. Remarquez la pxudence avec laquelle il écrit : « Nous craignons que des intérêts pétroliers ne dominp.nt ce débat où l'honneur chrétien 'est engagé ). Plutôt que de cesser la lutte contre' les , oppresseurs juifs, il ajoute Clue, bisant preuve de sacrifice, « les chrétiens se rési- . Le plus grand scandale du siècle - Le soir de ce 16 Novembre 1948 fut marqué par une interviêw diffusée par le Poste National, de Mgr. Hakim, évêque de Galilée. Ren}ons hommage, mes chers enfants, à la mémoire de Mgr. HakIm qUi eut le courage de dénoncer la barbarie israélienne dont la volonté de destruction, causa tant· de dégi\ts à Nazareth, à Béthléem, etc ... n dénonça la mode,rnisaUon des Lieux Saints comme « le plus grand scandale du siècle

). Ses paroles résonnent

aujourd'hui avec une étrange vérité : dans le tissu d'horreurs que fut la guerre de 1939-1~45, on cherc,herait eIll vain un ~candale p~us révélateur de la dégradation humaine ! ÜCK. gneraient à voir les Arabes. r-------------autour du Saint Tombeau, re": prendre la garde qu'ils ont assumée coepuis tant de ;Siè-' cles ~. . Tout génie a ses jaloux : quelques roquets, à l'époque, tentèrent de faire croire que des intérêts économiques; plus que religieux, é.taient attachés à la victoil'e arabe, beaucoup plus pour la garantie des pé" troIes que pour la grandeur de ce J)èuple, et crièrent à la di": vision voulue par les impéria. listes pour ' maintenir entre Juifs et Arabes leur domination. Laissons de côté ces propos oiseux! , Le gouvernement avait in· terdit la manifestation « en plein air » de cette Journée Internationale des Etudiants, célébrée dans tous les f·ays du monde, hormis l'Espagne de Franco, la Grèce de Tsaldaris 'et la Cbine de Tchang. Kaï-Chek. . Mais, dans la cour "de la vieille Sorbonne, ils étaient plus de 2.000, qui ont af. firmé leur volonté de défendre la Paix et l'indépendance Nationale, en même iemp~ 'lue la démocratisation de l'enseignement. Nombreux et forts, les étu· diants qui entendent sauve. garder la liberté non p'as en resta~t dans. les nua~es, mais les pieds SUr la terre. Nombreux et forts, les jeu. nes intellectuels qui, contre tous ks numerus clausus, combattent pOUr plus de bonheur et de lumière aux côtés de tous les hommes de progrès. Raph FEICELSON. Pour ceux qui aimentl~ sport lA VAN'! la guerre. ~93~-I9·1S li le Y.A.S.c. JOUIssaIt au- ,près de la population- juive de Paris ,d'un prestige ~tain. Il était alors un des meilleurs clubs sportifs de là. F .S . C.T, Ressuscité à la libération, grâce à la volonté obstinée, tenace de quelC]ues anciens, la première manifestation officielle du club fut de commémorer la mémoire de ses nombreux aùhérent:; morts pour la France et la Liberté dans le combat contre le nazisme. Longue li~te de héros où l'on retrouve avec émotion oes noms au . si ' glorieux que celui de Charles \Volmarck. Privé de ses éléments les plus dynami(]ues, en butte aux difficultés ~e la vie présente que le gouvernement accroît encore par Ulle politique contraire aux intérêts de la jeunesse et du ~port, le Y.A,S.C. n'est plus que le pâle reflet, du grand club d'autrefois. Mais depuis trois ans une petit"! équi f .e d'anciens «Yaskistes ~ s'est , juré de redonner.au club son ancien éclat et avec un er,têtement au-dessus de tout éloge ils 0/1t lutté pour son exist(" nce: AujourJ ' hlli il semble 1111~ la bataille ' soit gagnée, non ;:.as que le Y.A.S.C. soit redevenu ce qu'il étàit auparavant, mais on constate avec plais-ir le renouveau de s e Il acti,·ités. U n sang jeune et nouveau est venu lui donner une certaine vitalité. Grâce il l'adhésion milssive et collective 'du Mouvement ·les Cadets, grâce à leurs moniteurs, la vie ~JXl'rtive reprend i'le plus helle. Déjà les séances de rulture physiC]ue rassemblent plus de sOixante jeunes (TI1ardi et jeudi soir pOlir les jeunes fi Iles, mercredi pOUT les enfants vendredi soir po~r les hommes), depuis un n;OIS ; o~tre les séa!Jces de pis~ lIle au !\ eptune le mercre(li soir, 11 Y a des séances le jeudi de I? h. 30 à 2 [ h. à la piscine Château-Landon. Tous ies dimanches matin il y a entraînement au volley-bail et il est fort fluestion .j'ouvrir des séances de boxe et de judo. ADEM., • ,,' i .... . '- !Jl ----.,..---------------- !)ROIT ET - LIBERTE ....:.....--------------1. . Déc ...... 1.. .. _A,.. 17-11 . - . '. ., . MOTL"E.N AM'E.RI _ ,E OE Prince Albert .. est un grand bateau, presque luxueux. Des escaliers en pierre, des rampes métal~ liques et, partout, une propreté et netteté qui vous donnent un sentiment de bien-être. Qn reuty voir d~s individus revêtus d'u'n ,uniforme bizarre. Dans le civil ce ~t des OE. homm~ ~ - c'est ainsi qu'on Pauvre maman ! Sans doute n'avait · elle pas versé assez de larmes depuis la .mort de mon père et ' depuis qùe nou; errons à travers le monde à la recherche d'un refuge. Elle pleure aujourd'hui SUl les malheurs que nou.s voyons ici, à ElIisIsland. Son coeur, ce pauvre coeur tout meurtri, qui tant de fois a saigné, flanche de nouveau. Dans sa douleur, elle se tord les mains, les ,doigts, . elle ~he sa figure . l ' • . .. , '. .: .\ .... , l, ~ .' " . • . les appelle. -;::- on les n9mme maintenant « stewàrds .. èt aussi"matelots. Oui, ' ma'të~ lots. Ils oourent oomme des diables, en tous sens, toujours pressés. Mendel et moi nous l~s; ~n.\'ions. , .tI'ôu~ : riou_s Bromet~ons . ,. d:c cjevenir, plus t;:lrd., ,' JrSque nous serooi vive, ils parlent tous ensemble et on ne s'entend plus. Les « r » roulent. Sacrrramel1to ! . Rien n'y fait. Des larmes, encore des larmes. Pelotonnés les uns contre les autres, nous regardons . vers le pays effervescent. enoore si loin. de nous. Ellis-Island ..• nous ne sommes qu'à Ellis-Isiand. Nous devons avoir l'air de ces va~hes qui, saigrands, matelots, nous , aussi . ' Un seul incodvénient, sur ce « Prince AI\.;ert ' .. : on ne , nous laisse pas fourrer le nez où nous voulons. Dès que nous nous avisons de pousser un peu loin nos inve,tigations, les matelots, précisément, nou, chassent. Pas commodes, ces 'gai llards. (Traduit d~ yiddilJCh /IJ~ ALADER) Pas commodes, non plu,s, lès passagers de (( première D. Parbleu, si ces messieurs leur donnaient satisfaction, les diables en unifOTme nous laisseraient en paix. Oui, c'est certain, matelots et gentlemen sont également redoutables. Mon copain Mendel es t tout simplement déçu. Il ne comprend pas pourquoi il y a des classes .• C'est stupide et injuste. Mais, heureusement, ajoute-t-il, en Amérique il n'y a ras de classes. Pou,r me le faire oonfirmer, je n'ii qu'à demander 1. mon frère E lie. Mais voilà; mon frère Elie n'aime pas qu'on l'ennuie avec de sottes questions. Il va, alors, f a lloir s'adresser à notre ami Piniet. Ce cher Piniet adore bavarder de tout et de tous. Dans une discussion, il vous déverse dessus un océan de paroles et vous . êtes submergé. C'est comme un automate bien remonté. Il ne s'arrête que lorsque le mécanisme a fini de se dérouler. J'ai dénic:hé. Piniet, presque enfoui dans un livre, près du pont. Myope, il ne lit pas avec ses yeux, mais avec le bout d'.: son ne;". - Reb Piniet, j'ai quelque chose à

vous demander.

Le nez de Piniet se lève. ~ Qu'est-ce qu'il y a, Petiot ? Petiot, c'est le nom qu'il me donne lorsqu 'il est de bonne humeur. Et il l'est sol.1vent, même lorsqu'il se querelle avec mon frère Elie et que Tevel se met en colère. Je lui raconte alors mon hi stoire en long et en large et lui' demande s'il est vrm qu'en Amérique il n'y a pas de classes. Ah ! vous auriez du être là pour voir la figure de notre l'iniel' s'enfla,mmer, les veines de ses tempes ~ t (le son cou se gonfler, ses mains Ùembler d'émotion et de ~age, presque menaçantes, terrib les ... . Et ces mots, ces paroles de feu, d'un feu dévorant qui vous brûle ' la race. ' Quoi, r~inérique ! Mais c'est le seul pays où eXiste une véritable 1 iberté, une véritable égalité. En Amérique, tu t'asseqis dans Ull coin : à côlé de toi, qui vois-tu ? Le Il Prés ident.. lui-même, plus loin, un mendiant, plus loin encore un crétin descendant de crét ll1.S et, près de lui, un baron, un comte, un millionnaire ! Oui, petiot, civili5ation, progrès, paradis voilà l'Amérique ! ' Et not re ' Piniet de continuer sur sa lancée, décrivant les mille 'et une merveille~ de la civilisation américaine. Mais voilà-t-il pas qu'un eS'fèce de sauet pleure. Lentement, ses larmes coulent. - Tu ne devrais ras, maman... lui reproche mon frère Elie. Nous ne traînons plus à travers l'Europe. La traversée, Dieu merci, est terminée et nous voilà aujourd 'hui à deux pas, que dis-je, à la porte même de l'Amérique. Une heure et nous serons li· bres... Mais aussi comment ne ['as pieu· rer quand on voit devant soi tant de mal heurs, de misères, tant de larmes, un océan de larmes. Si je voula·is raconter tout ce que nous avons vu à Ellis Island, il me faudrait des jours et des nuits, écrire, sans cesse, toujours, sans m'arrêter.

  • Un peu dé risoire

cette histoire. Tout de même, elle vaut son pesant de dollars. Le père, la mère et les quatre enfants ont été retenus ici sans espoir de continuer le voyage. Pourquoi? Parce que il a été établi, au cours de l'interrogatoire, qu'un des enfants, une petite fille de douze ans, ne savait pas . compter à l'envers. Question.naire : ~ Quel âge as-tu ? - Douze ans. - Quel âge avaistu l'année dernière à la même époque ? E lie ne sait pa.,. -:- Compte de 1 à 12 . Elle oompte. - Compte de 12 à 1: Elle ne sait pas. Si on m'avait posé, à moi, la même quer;tion, j'aurais coml}té et à quelle Vi· tesse : douze, onze, dix, neuf, huit, sept. six, cinq, quatre, trois, deux, un. Facile èomme bonjour ! Toujours est-il que la petite fille n'a pas pu entrer en Amérique. Il n'y a pas de pitié à Ellis-Island. On y est de pierre. Et ma mère pleure, ma tante Broche pleure, F eycl, la femme de Piniet, essuie ses yeux rouges.

  • Vous pensez peut-être que seuls les Juifs

furent maltraités. Erreur. Les non-Ju.if~ aussi. Je me rappelle ce groupe d'Italiens qUl voyageaient avec nous et qui étaient tOll en panta.lon de velours avec des chaussu· res à semelle" de bois. De braves types Ils m'appelaient bizarrement« Piccolo -.. .- - Cambrino », et m'offraient souvent des ~.::.-:;.. .. ~ noix et des raisins secs qu'ils tiraient des .. ) poches de leu,r pantalon de velour~. Fameux, les raisins secs. Le malheur, c'éta it que nous ne nous comprenions pas vagc étranger se mêle à notre conversa- Ils ne parlaient ras ma langue, je ne partion

- Puisque c'est un si merveilleux pays, où tous les gens sont égaux, comment se f ail-il qu'il y ait des gueux et des barons, des mendiants et des comtes ? Un océan de larmes 1" l, par un miracle quelconque, nous ~ sommes exempts de toutes sortes de calamités, Dieu, dans sa miséricorde, nous dépose à Ellis-Island pour nous infliger les malheurs d'autrui. lais pas la leur. Mais c'était un plaisir pour moi de les entendre discuter en roulant les « rD ' « Bona serra D, « Mio carrro D, « Prrego Signorrre D. Ellis - I sland, interrogatoire. .. L'un cI'eux, mangeant le morceau, raconle qu'en réalité un entrepreneur de LOl,dres les a engagés par contrat pour venir tr avail- 1er chez lui. Eux, ont mis les voiles vers l'Amérique. ICI, leur répond-on, vous ne jouerez pas aux petits malins. Malheur 1 On veut les r~nvoyer. La discussion est si es à la fois d 'ét0nnement et de peur, près d 'une voie ferrée, par une èhaude après-midi d'été, regardent passer le train. Dommage que je n'ai ras de crayon sur moi, , ni de morceau de papier. Quel tableau, quel désespoir dans nos yeux, dans les yeux des Italiens et des autr'es t Assis sur un paquet ficelé, les uns parlent - leur coeur parle, amer et douloureux - les autres se taisent et pleurent. Les larmes cou lent de plus belle. Encore un océan de larmes. Nous encaissons ~N Amérique, l'agréable, c'est que l'on ~ vous apporte tout à la maison. Et à - crédit. Personne lCl n'achète au comptant. A (noins que l'on ne se nomme Jacob Schif. ,C'est, dit-on, l'homme le plus riche . d'Amér,iq.u,e. Mon frère. en tout cas affir- - ' me qu 11 n y a pas plus riche. Mais notre ami Piniet );l'est pas du même avis. 'Selon lui, Carnegie est plus riche. et Wanderbilçl l'est enoore davantage et Rockfeller donc.:. Jo: lie maintient que ce's derniers ont ' sans doute des terres, des biens fonciers, mais de l'argent liquiâe, zéro ! . Piniet perd son calme et, rouge de colère, ri'POste : « Ce que Rockfeller distribue en dons en. une année, Schif, a.vec toute sa fortune, ne le rossède pas ! » Cette foi s, c'est la bagarre. E lie lui réplique qu'il est un antisémite. Oui, un an tisém ite, car même s'il éta it vrai que Roekfeller fut plus riche que . Schif, Piniet devrait soutenir le contmire puisque le second est juif, alors que l'autre ne l'est pas. Piniet ne résiste plus: CI Schif serait· il trois fois jui f que ce ne serait pas une raison valable pour que je mente ! Tu oubl ies trop souvent, Illon cher E lie, que nous sommes en Amérique et que l' Amérique déteste le bluff ». - Autant de plaies à nos ennemis et à l'endroit où je pense, et autant d'heureuses années pour nous tous ! Comllien de menson ·ge.~ sont proférés en un jour à New-York seulement, sans parler de .. UE. Brooklyn, fil de Broonzevil, ni de r:) Broonks ! . , La discussion prend fin sur cette conclusion de ma tante Brohe.

  • J"e raisonnement est bien simple. .Puis-qu'il

existe des « foùrnisséurs .. qui. fournissent à crédit, il faut des encaisseurs ~!!~ .. encaiss~r, maison ' par maison, lés: dollars. Et, Dieu merci, les encaisseurs ne manquent pas. C.hacun a son quartier, sei immeubles. ' Le travail se résume ainsi : . j~ harpe' à:'\a porte, 'j'entre: " ' Good mor~ mng ~ . Puis, m'approchant de la fenêtre et regardant le ciel, je dis :« Very nioe day ~. C'est alors, que je vous sors ma quittance et que j'empoche vos dollars. ' Souriant, j'ouvre la porte et m'incline : « Good by Il. C'est tout, puis je frappa à la porte d'en face.

  • Mon frère Elie n'est pas du' tout ~é.

content de son « job ». I ci, rien de commu'fi. avec son ancien travail dans une charcuterie où il vendait des saucisses et des andouillettes. Il gagne davantage. Huit, dix et parfois même douze dollars par semaine. En principe, cela dérend du « weather ». Par une belle journée, il fait sa tournée à pied mais lorsqu'il pleut, il doit prendre le car. Ce / qui fait un demi-cent. Mais les petits (

QUS lui sortent rarement de la poche. Il (~

est parcimonieux de nature, tout le oon). traire de notre Piniet. ' . Celui-ci est bien plus large et se.clérange ra rement à pied ... « C'at forcé dit- i' 1 oomme pou r s ' excuser, car j'ai une' très mauva ise vue et, à traverser la rue je risque ne me faire écraser. J) , Mais il y a autre chose, qu'il ne dit P·M. Notre ami, en effet, est un penseur et lorsqu'il ne pense pas ' en marchant il lit un livre ou un journal ou bien en~re il oontinue à écrire une lettre commencée ch~~ l!li .. Et il écrit 5, 6, 10 pages. Ce qu Il ecnt, personne ne le sait, pas même sa femme Tevel. Si mon frère le lui demande, il répond : « Lorsque vous serez plus âgés, vous saurez... » Nous avons grandi et même vieilli et nous ne savons toujours pas .

  • Cela n'emrêcne pas notre ami de faire

de bonnes affaires, et quelles affaires 1 Piniet est, lui aussi, encaisseur. Non dans les « furnitures» mais dans les « Insurances •. Ici, chacun s'assure: jeune, s et vi e l~x, femm~ et enfant, pères' e~ meres, freres et soeurs, grand-rères et grand-roè.res. Et tous 'à créëIit. Il y a des familles 9ù tout le monde est . as§~lré,. de. l ' arrière:grflnd-'père à l' arrièrépetlt- ftls. Ass urance' sur la . mort. Si quelqu'un, d'a~enture, n' est pas assuré, c'est à l'encaisseur de réparer ~'oubl i . et d'assurer le non-assuré. Quant a savoir comment on assure une personne cO~ltre la mo~t, j 'avoue ne pas avoir compns. Je sais seulement que mon frère E.I ie a quitté son « job )) pour les « fur- ~Iture~ )). I ~'l raison en. est bien simple : 1 en~a l sseur des « furnltures )) n'a guère besolO de parlementer longuement :« Good morning )) et « Good by ». Aux « Insurances », par ool1tre, les discours sont de rigueur. Pin i e t est à son affaire. Il sait convaincre - et faire parler un mort. Peu importe à P iniet de savoi r qui VOLIS êtes. Ce q li i 'l'intéresse, c'est de savoir si vous êtes assuré. Vous l'êtes déjà ? A lors, pa rlons-en. Vous ne ' l'êtes pas encore Raison de plus rour en parler, et dans ce cas Piniet ne vous Iflche plus. VOLIS ne voulez pas VOll.S il..')s u~ rer ? Bon, a lors il assurera votre femme, votre enfant, votre grand-père, votre cousin, n'imporle qui, et votre voisin. Votre voisin, c'est-à-d ire... voilà: vous vous a~surez et si votre voisin meurt avant vous, vous recevez de la Compagnie une belle somme d'argent. D'autre part, votre voisin s'as. ure également et si - Dieu VOLIS en garde - vous mourez avant lui, il rccevra (Suite page 5)'

Notes

<references />

Format JPEG