Droit et Liberté n°217 - janvier 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°217 de janvier 1963
    • L'internationale néo-nazie page1
    • Condamnés à mort en 1954, Oberg et Knochen responsables de la déportation ds juifs et de la répression contre les patriotes sont libres! page1
    • Il faut mettre fin aux provocations répétées de Poujade! page1
    • Meredith quittera-t-il l'Université du Mississipi? par W. Gardner Smith page1
    • Au fou! (attitude des allemands pendant la guerre) par Oncle Tom page2
    • Positions: actualité du racisme; le racisme et les chrétiens page2
    • Justice: le procès de Me Mainville page2
    • Jeu test: connaissez-vous l'Asie page2
    • Deux enfants "pas comme les autres" par Nicole de Boisanger-Dutreil
    • Une intéressante enquête de l'U.N.E.S.C.O.: les préjugés racistes par Viviane Isambert-Jamati page4
    • Etes-vous de race aryenne ou sémite?: le MRAP saisit du scandale de l'académie Gaya le ministère de l'éducation nationale page4
    • Bardèche n'est plus professeur page4
    • Oberg et Knochen libérés par le gouvernement français page5
    • La protestation du MRAP page5
    • Le dossier de l'internationale néo-nazie par Albert Levy page6
    • Jean Pierre Bloch: sur un livre scandaleux (complot contre l'Eglise) page6
    • Le racisme et les bien-pensants par Lord Walston page7
    • James Meredith nous écrit page9
    • Aux Antilles: Blancs et Noirs au jour le jour par Marie-Magdeleine Carbet page9
    • Pignon: véhément et lucide page10
    • Zadkine et les poètes page10
    • Dauchot (peintre) page10
    • "La chambre à gaz" de Walter Spitzer page10
    • Romanciers et conteurs négro-africains par Léonard Sainville page11
    • Jean-Jacques Rousseau et la fraternité humaine par pierre Grosclaude page12

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 JANVIER- 15 FEVRIER 1963 N° 217 , 0,75 F. (Voir page centrale.) Condamnés à mort en 1954 Il faut mettre fin o BER G aux provocations répétées .Ie «boucher de Paris». de Poujade , et Hft 0C HE n c O!!Charlesn~:n!fo! ~:v~~i~~e ::,~rn;:n h::~::::;!~iS~:~ P~e;r::n~~!~!~ ~: , son adjoint, pouvait, certes, s'en douter. responsables de la Non seulement il a fait appel - ce qui entre, somme toute, dans le cadre normal d'une telle procédure - mais il récidive avec insolence : son journal cc Fraternité Française », dès le 16 novembre, a repris sous une autre forme les thèses qui déportation des juifs et de la répression contre les patriotes SONT LIBRES 1 • l'ont fait condamner et il n'a pas craint d'aller plus loin encore dans la provacat: on. Ainsi, avant le procès en appel, qui a été fixé, en prinCipe, au 24; janvier, Poujade, dont cc Fraternité Francaise » est « la tribune

officielle, apporte la

confirmation, s'il en était beso:n, que, malgré ses dénégations, sa condamnation était plus que justifiée. Notre ami Me Dymenztajn, qui était allé à LimogE' 5 faire une conférence au lendemain du jugement, a LE SCANDALE de~l' Académie G A Y A ~;. CONTINUE ••• Le M.R.A.P. saisit le Ministre de l'Education Nationale (Voir en page 4' LES S.S. Karl Oberg et Helmut Knochen ont quitté, libres et lavés de toute tache, la prison de Mulhouse le 28 novembre 1962. La nouvelle était tellement incroyable que le gouvernement français, responsable de cette mansuétude, analysé ici même, !e mois dernier, l'article poujadiste du 16 novembre. L'auteur de cet article, Jean Dauvergne, non contE'nt de prendre directement à partie le M.R.A.P. et son conférencier - qu'il accuse d'être « accesoire - l'avait tenue secrète jusqu'au début de janvier . Celui qui avait mérité le sinistre surnom de « boucher de Paris» et son adjoint, qui ont sur la conscience l'assassinat de 80.000 Français et furent directement responsables des rafles de juifs en zone occupée et en zone non occupée, qui représentaient en France leur chef direct Eichmann, ont pu, en toute tranquilité passer les fêtes de Noël en famille, dans l'Allemagne Fédérale, où (pourquoi en douterions-nous ?) ils ont été accueillis à bras ouverts. (Suite page S.) • Lord W ALSTON : Le racisme et les bien-pensants (page centrale). • Jean PIERRE - BLOCH: Sur un livre scandaleux (page centrale). • Pierre GROSCLAUDE: Jean-Jacques Rousseau et la fraternité humaine (page 12). • Nicole de BOISANGERDUTREIL

Deux enfants

« pas comme les autres» (page 3). • Viviane ISAMBERT-JAMATI

Les préj-ugés racistes

(page 4). • Une lettre de James MEREDITH (page 9) . • Marie-Magdeleine CARBET

Blancs et noirs aux

Antilles (paqe 9). • Léonard SAI NVI LLE : Romanciers et conteurs négra- africains (page 11). Notre ami Jean Effel a bien de la chan ... " ce : avec « La Création du Monde », un . dessin animé de long métrage dont il est , l'auteur (en compagnie du Tchécoslovaque . Edouard Hofman), il a permis à Dieu de refaire le monde et l'homme, ce dernier à , son image - celle de Jean Effel bien enftIo_'- I'y; tendu. L'esprit malicieux et fin du dessi; nateur s'exprime en scènes inattendues et j en couplets charmants où vient se glisser

cette note antiraciste 
au moment d'ha

biller le corps de l'homme, Dieu choisit des tissus pour « éollants ». Mais de quelle couleur? « Gamme (avouons-le) restreinte, Pour les tons de ces collants : Ils se tont en quatre teintes Jaune, rouge, noir ou blanc ... » Souhaitons longue vie à « La Création du Monde » dont la carrière va se produire prochainement au Studio 43. ment antiracistes et principalement les défenseurs d'une communauté étrangère à la Nation françai se, mais profitant pour mieux la trahir des droits du citoyen français » - érige en doctrine les odieuses ~olomnies proférées por son moÎtre il y a quelques mo'is. Doctrine qui n'a pas même mérite de l'orig 'nalité, puisqu'on pourrait en trouver la formulation, presque mot pour mot, dans la presse nazie de l'occupotion. (Suite page 4.) MEREDITH quittera-t-il l'Université du Mississippi? L'ANNONCE faite par l'étudiant noir américain, James Meredith qU'il pourrait renoncer, fin janvier, à suivre les cours de l'Université du Mississippi n'est pas surprenante. Elle illustre tragiquement les difficultés du combat mené par les noirs aux Etats-Unis, et la précarité de chaque victoire remportée. par William Gardner : SMITH Chaque progrès enregistré par les noirs depuis l'esclavage a été réalisé au prix d'une bataille poursuivie pied à pied; et les forces de réaction se sont employées inlassablement à un travail de sape visant à compromettre chaque droit qu'ils avaient conquis. Meredith, 29 ans, a été admis à cette Université, dont il était le premier étu- (Suite poge 9.l 2 ll-XII. - La Commission de tu· tuelle de l'O.N.U., par 78 voix contre 7, invite le Portugal à reconnaître le droit à l'indépen. dance de ses territoires d'outre· mer. LA FRANCE VOTE CONTRE avec le Portugal, l'Afrique du Sud, l'Espagne, la B.elgique, la Grande.Bretagne et les U.S.A. 12-XII. - 7 Africains tués par la police à Queenstown (Afrique du Sud). 14-XII. - Le criminel de guerre nazi Robert Vorberg est arrêté à Barcelone. Il avait gazé 100.000 malades mentaux et invalides entre 1939 et 1944. • Mariner II passe à 40.000 kms de Vénus. 15-XII. - 2 attentats au plastic à Toulon contre des cafés fréquentés par des Algériens. • 3 adeptes du baha'isme (considérés comme hérétiques de l'Islam) condam· nés à mort au Maroc. 5 autres à la prison perpétuelle. l7·XII. - Le procès de M' Manville s 'ouvre à Aix-en·Provence. • Des Algériens grièvement blessés à Lyon et Vénissieux par un commando raciste. 18-XII. - Démission du Dr H. Jaguseh chargé des poursuites politiques auprès de la Cour Fé· déraie de Karlsruhe (R.F.A.). SON PASSE NAZI avait été révélé en R.D.A. • O.N.U. La France vote contre la condamnation du Portugal pour la répression en Angola et s'abstient dans le vote de la résolution invitant les puissances coloniales à prendre des mesures pour permettre à tous les territoires et peuples coloniaux d'accéder à l'indépendance. 19·XII. - 5 peines légères au Tribunal militaire pour des officiers des forces stationnées ' en Allemagne ayant collaboré avec l'O.A.S. 20-XII. - 1 à 3 ans de prison pour 5 poujadistes complices de l'O.A.S. 23-XII. - Coup de feu contre la maison des parents de J. Meredith à Kosciucko (Mississipi) . 24·XII. - Mise en liberté provisoire de G . Schiosser, ex fonctionnaire de la Gestapo, emprisonné depuis 1958 pour des crimes commis dans un ghetto de Pologne. 4·1. - Arrestation de 11 membres de l'O.A.S. qui, ayant subi un entraînement en Espagne pendant l'été ont commis plusieurs attentats cn France. Les membres d'un maquis OAS légèrement condamnés par le Tribunal milit aire. 5-1. - La loi créant la « Cour de Sûreté », adoptée par l'Assemblée Nationale par 234 voix contre 205. 7·1. - James Meredith annonce qu'il ne se présentera pas à la deuxième session universitaire, il moins que ses conditions de tra· vail ne s'améliorent. 8·1. - Manifestation raciste contre Me· redith au restaurant universitaire d 'Oxford. 10-1. - La libération d'Ob erg et Knochen est rendue publique. Elle avait été effectuée le ~8 novembre. H-I. - 2 ex-lieutenants SS libérés sous caution. Ils avaient assassiné des déportés à Mauthausen. • Nouvelle manifestation raciste contre Meredith. "New Age" interdit Le journal « New Age» qui paraissait depuis plusieurs années en Afrique du Sud et qui se consacrait à la défense des populations africaines, vient d'être interdit par le gouvernement de Johannesburg. Les membres de sa direction et de sa rédaction ont été a rrêtés à leur domicile. L'Union des journalistes britan· niques a immédiatement protesté contre ce « nouvel exemple de l'étouffement systématique de la Liberté de la presse dans l'Afrique du Sud » et exigé que cc le gouvernement de la République sud·africaine cesse une politique semblable et annule immédiatement l'interdiction du journal « New Age ». qUE SE PASS~-T-IL ? POSITIONS ~~""~~"""Vl"''''''''''''~~''''~'''''''~''''''''~~''''''''' I Au fou •• • Actualité du i UN procureur allemand, qui voulait justifier l'attitude « passive d'un nombre certain de ses compatriotes pendant le règne de Hitler, a eu récem· . ment ce mot m.alheureux : « Il fallait être fou pour tenter quelque chose raCisme u '), faveur des juifs pendant la guerre! }} Voilà qui me laisse perplexe. LE Moude Diplomatiq!oe » de « janvier 1963 consacre une sér ie d'études au « Racisme da1ls le monde de/mis 1945 ». D'éminentes personnalités telles que notre ami Jacques N antet, Christopher Hill, directeur adjoint de l'Institut britannique des relations raciales, Arnold A. Rose, professeur de sociologie à l'Université du Minnesota, Kenneth Little, professeur à l'Université d'Edimbourg, Darcy Ribeiro, etc ... , ont participé à l'élaboration de cet ensemble. Tandis qu'Hitler, Goering, Goebbels, Himmler, ct. tutti quanti, s'installaient au pouvoir dans le fracas aciéré et cuivré des Congrès de Nüremberg, il y eut bien quelques fous pour dire (( Nein Il. On ouvrit pour eux des camps de con· centration. Les autres se turent. Pas fous ! Puis Hitler et ses comparses mirent en pratique, dès 1933, leurs théories sur la « solution finale » du problème juif. On mit encore en prison les rares protestataires, à la lueur joyeuse des autodafés de livres, allumés par les sains d'esprit. Le grand Reich, alors moralement pur et en pleine santé (dame! « la force par la joie » !) se lança à l'assaut de l'Europe pour débarrasser le vieux continent des ses juifs, ses communistes et ses fous. De nombreux Eichmann, pas fous ! se lancèrent dans la fournaise pour l'attiser avec zèle. On tua quelques dizaines de millions de malades mentaux et assimilés. Le fait même qu'un journal qui serre de près l'actualité mondiale, éprouve la nécessité de poser le problème du raI cisme est la preuve éclatante de l'importance et de l'actualité de ce fléau dans le monde. On allait enfin pouvoir vivre entre soi, quand les fous prirent leur revanche. On demanda des comptes à ceux qui permirent tous ces crimes. Ils répondént

« Nous n'étions pas fous ! » Et on les laisse en liberté. C'est pure

folie ! Aïe, ma pauvre tête ... L'article de Jacques N antet, consacré à l'activité des racistes en France, montre que notre pays fut secoué par les séquelles de la décolonisation. Et le tableau chronologique qu'il dresse des incidents racistes qui ont marqué cette période, est des plus éloquents. Christopher Hill, de son côté, démontre avec clarté que le racisme n'est pas un phénomène « naturel » provenant d'un préjugé de race, mais qu'il naît de l'exploitation : ... « Dans un régime colonial d' élévation de barrières entre conquéra1lts et populations conquises contribue à préserver la pU'issance des premiers; sans ces barrières, l'administration coloniale pmwrait sombrer. Il est impossible pour tin homme qui doit en maintenir un grand nombre d'autres sous son atttorité de l ~ faire seulement par la force. Il doit alors por,ter des symboles qui v iennent renforcer l'impression doc sa s1tpériorité dans les esprits de Ce1t:'C qu'il dirige - même si cette supériorité peut ne pas tottjours être réelle ... Quand une race en domine une autre, elle a besoin de se trouver des supports ar.tificiels qui masquent sa faiblesse Physique; d'fine manière ou d'une autre il :li a un abltS de confiance, qui doit s'exercer altprès des assujettis pmtr les convaincre qt/'ils doivent obéissance et respect d leurs conqttérat!ts... :. Cependant tous les articles de ce numéro spécial du « Monde Diplomatique » ne sont pas à ce niveau et plusieurs d'entre eux mériteraient une discussion approfondie sur certains aspects du racisme. Bornons-nous à regretter qu'il ne soit pas fait une plus large place à la lutte antiraciste dans le monde et qu'une étude ne soit pas consacrée aux mouvements et a ssociations qui , parfois par des chemins différents, cherchent à parvenir au même but : l'extirpation totale du racisme, fléau de notre temps. Enfin nous trouvons pour le moins curieuse l'explication que l'introduction à cette série d'articles donne de l'absence de l'Allemagne dans cet ensemble : « Le lectem' s'étonnera peut-être que l'Allemagne ne figure pas dans ce choix, étant donné le passé récent de ce pays, mais nos tentatives en vue de trouver un collaboratettr qualifié disposé à traiter ce sl~jet ont échoué. » • Le racisme et les chrétiens NOUS ne saurions trop nous réjouir de voir la grande famille des antiracistes militants croître et multiplier. Aussi pouvons-nous féliciter le journal chrétien du l l e arrondissement de Paris « Paris Onze » d'avoir consacré entièrement son numéro de décembre aux problèmes du racisme sous le titre « Couleur .• garant,ie sans Danger 1 JO L'éditorial signé P. L., dénonce vigoureusement toutes les manifestations du racisme qui sévissent encore dans notre pays et dans le monde : « NON, le racisme n'est pas mort, écrit P. L., NON ce numéTo de cc Paris XI » n'est pas anachronique, il n'arrive pas après la bataille. Il arrive au contraire au bon moment : au moment où nous serions tentés de nous endorm,ir dans notre bonne consc'ience, enfin débarrassés de nos problèmes coloniaux'. « Car nous oublions que tout n'est pas réglé, que nous avons à aider, à aimer, à Voici la troisième série de notre « jeu .. antiraciste permanent. Il est consacré cette fois à divers aspects plus ou moins connus de l'Asie. Comme d'habitude, inscrivez vos réponses à l'emplacement désigné à cet effet. Vérifiez la justesse de ces réponses en page 12, et comptez vos points. De 1 à 5 points ... hum ! De six à dix points, vous vous êtes déjà intéressés à ce très vieux continent. De 10 à 14 points, votre antiracisme est conséquent. De 14 à 20 points, vous êtes très fort ! . 1 2 3 4 5 & 7 a 9 Les habitants de l'Inde sont aans leur, grande maf01' ité des bOl~ddhistes. La notion de « Péril jaune » a été ·lancée aZlant la guerre de 1914 par Guillaume II. L es Japonais sont à l'origine de cett.e var.iété de bouddhisme qu.'on appelle le Zen. L e nom le plus conforme à l'histoire P01W désigne,' le Cambodge est : pays Khmer. L'Union Soviétique contrôle la bas,e de PMtArthur en Chine. Les femmes n'ont pas le riroit de vole en Inde. La guerre du Viet-Nam s'est terminée en juillet 1954 par les accords de Genève. Al! XV' siècle, lorsque les Portugais ont débarql!é leurs premiers colonisateurs en Inde, ce paJls était relativement le plus indus·trialisé du monde. L' lndonésie es.f une ancienne possession britannique. 10Les Indiens sont de,s Hindous. Réponses Poill lS 3 2 2 3 2 4 Oncle TOM. recevoir même. Nous oublions aussi que nous avons encore quelques colonies Où sévissent toujours racisme et colonialisme : les Antilles pour être précis. » Et l'éditorialiste donne quelques raisons pour lesquelles les chrétiens se doivent d'être antiracistes : cc Le racisme est une négation de Dieu, car il refuse d'admettre que Dieu a créé tout homme, quel qu'il soit à son image et ressemblance et qu'II aime tous les hommes pareillement et qu'JI nous demande, s'i nous voulons être chrétiens d'agir comme Lui. « Le racisme est une négation de l'homme, car fonder la valeur de quelqu'un sur la couleur de sa peau, c'est faire de l'homme une bête qui n'est qu'un corps, c'est nier que l'homme trouve sa grandeur d'abOTd dans l'esprit. » Et le rédacteur conclut : « Quand vous recevrez ce journal, Noël sera proche qui rappelle la naissance d'un petit juif au teint bistré et aux cheveux de ja'is (pas l'éphèbe blond des images pieuses). Il aurait vécu il y a vingt ans, il serait mort, non sur une Cro'ix, mais dans une chambTe à gaz. S'il vivait aujourd'hui, il serait san~ doute dans un bidonville, à Nanterre ou ailleurs ... » Cette prise de position, honnête et courageuse, rejoint le combat Que nous menons ' pour la fratemité humaine. Nous savions que les chrétiens sont, par essence, antiracistes. Mois il est bon de le leur voir préciser vigoureusement et publiquement. JUSTICE • Le proccès de Me Manville LE tribunal de grande instance d'Aixen- Provence a condamné le 3 janvier de·rnier notre ami M' Marcel Manville à 200 francs d'amende pour « outrages à agents de la force publique dans l'exercice de leurs fonctions ». Peine toute de principe et fort légère, eu égard à l'importance du procès qui s'était déroulé le 17 décembre 1962 et au cours duquel M' ManV'ille et ses défenseurs ont porté le débat à un niveau bien supérieur à celui que souhaitait le gouvernement. Rappelons brièvement les faits : le 23 janvier 1962, M' Manville se rendait de Paris à Bangui, dans la République Cen· tre·africaine, où il devait assurer la dé· fense de deux anciens ministres de cette République, MM. Abel Goumba et Ma· leombo. Alors que l'avion faisait escale à Mar· seille-Marignane, un officier de police in· terpella M' Manville et lui demanda de le suivre « pour une formalité » à remplir dans le bureau du commissaire. M' Man· ville refusa de suivre l'officier de police et s'adressant aux autres passagers s'écria : - Je ne suis pas un escroc international, non plus que l'auteur ou le complice des attentats O.A.S. Et à l'officier de police : - Vous ne m'empêcherez pas de partir, à moins que vous ne me reteniez de force. En vérité - et on le sut beaucoup plus tard - ce qu'on reprochait à M' Manville, c'est son état de Martiniquais et de militant pour la cause des Antilles et de la Guyane. L'incident du 23 janvier 1962 avait pour origine une « note }) du directeur des renseignements généraux deman' dant « l'interdiction de départ de certainS agitateurs hors du territoire métropoli- (SUITE PAGE 3.) 3 Deu)( enfants « pas comme les autres » LE 28 novembre 1962, Marianne (7 ans) et Patricia (6 ans) sont enlevées à leur mère CC pour être confiées à l'assistance publique ! ". J'avais distraitement lu cette phrase de journal, avant que l'affaire Choisy ne commença de faire du bruit. Etait-ce encore un de ces trop fréquents drames de la misère dont pâtissent des enfants à l'abandon, mal nourris, mal vêtus et parfois brutalisés ? Puis, d'autres titres dans la presse : .. Rendez deux enfants à leur maman. .. - .. La décision a été prise sans que la maman soit entendue . .. - .. Madame .Berthe Choisy a demandé secours à la presse. En mauvaise santé, elle ne dort plus depuis qu'on l'a séoarée de ses filles, ses seules raisons de vivre ... Enfin: .. Pas de Noël en famille pour Marianne et Patricia ... Cet article que je lus soigneusement posait des questions : cc N'est-il pas assez regrettable qu'un. juge, sons recevoir ni entendre une mère, sur des simples rapports d'assistan- PAR Nicole de BOISANGER-DUTREIL tes, oit fait enlever des petites filles par des policiers , Non sans doute, puisqu'on leur refuse même de se réchauffer dans une ambiance familiale pour quelques jours de fête , Et c'est là une décision brutale, inexplicable ... parce qu'elle est appliquée à une femme sans défense, à deux fillettes qui n'ont sans doute d'autres défauts que la couleur de leur peau ..... Une photographie montre, bras dessus bras dessous, deux petites métisses, vêtues avec soin et goût. Des enfants difficiles, semble-t-il, l'a înée surtout, Marianne qui fut souvent renvoyée de l'école. En classe, Patricia est sage et pourrait faire une scolarité normale. Les voisins se sont plaints du tapage qu'elles menaient chez elles et une décision judiciaire les a placées provisoirement à l'assistance publique. Cette mesure est-elle fondée sur des motifs que j'ignore? Je suis allée voir Madame Choisy qui habite un immeuble bourgeois du quartier de l'Europe, sol ide et vieillot. Elle est logée au cinquième étage d'un escalier aux marches hautes. Son palier est un long couloi r, dallé comme en Provence de tommetes rouges. Les pas vib rent sur ces briques ; à plus forte ra ison, des sauts, des gambades d'enfants. J'ai f rappé à une porte au bout du couloir. Une voix somnolente m'a demandé ce que je voulais. Je l'ai expliqué. cc J'ouvr.e tout de suite ", dit la voix à présent amicale. Madame Choisy est d'aspect fragile avec un vi sage pâle, des cheveux blancs et flous, des yeux clairs et un peu perdus. EII ~ porte une robe de chambre très nette, a fond rouge dont, à plusieurs reprises elle lissera le revers : geste machi nal d'une personne ordonnée, soucieuse d'un faux pli: _ Pardon, je dormais, dit-elle. Je travaille de nuit : je suis aide-soignante à Beaujon. Elle sourit, un peu confuse: _ Je n'aime pas me lever de bonne heure, mais je gagne assez bien notre vie. L'air d'excuse, sa franchise la rendaient bien plus vivante que par des paroles pompeuses ou geignardes. Elle me raconte que le père de ses enfants est Soudanais, qu'il fut infirmier à Beaujon ; elle l'aida à faire ses études, puis il repartit en Afrique. Elle l'avait aimé et aimait leurs deux filles comme lui. Il voulait les emmener dans son pays. Elle refusa. Elle acheta un logement qu'elle dut quitter parce qu'on lui fit des difficultés. Célibataire, amie d'un noir, mère de métisses, voilà un état où l'on doit en France se sentir à part, différente. Elle me désigne un grand lit soigneusement recouvert, au fond de la pièce mansardée dont la vitre est claire et les meubles astiqués. - J'étais là avec Marianne quand ils l'ont enlevée. - Ils? - Oui, la police. C'était l'après-midi. On frappa. Marianne chuchota : « n'ouvre. pas .. : elle croyait que c'était « l'assistante» et voulut se cacher sous le lit. Un peu plus tard, on frap pa de nouveau en disant : « Police ... Madame Choisy ouvrit : elle craignait qu'on Marianne et Patricia ne défonçât la porte. Toujours ce souci d'ordre, de ne pas abîmer les choses. - Ils l'ont prise; elle criait. A Saint-Vincent de Paul, elle a été malade et elle a perdu trois kilos. Le docteur Mayeux qui nous soigne vous le dira. - Et la petite ? - Ils l'ont cherchée à l'école. J'ai couru là-bas. La Directrice ne m'a presque rien répondu. Et j'ai vu Marianne dans la voiture de la police. Elle voulait aller vers moi, mais ils l'ont tenue. Patricia a eu si peur qu'à l'assistance, elle a eu une crise de foie. - Elle était difficile, Marianne, non? - Peut-être, mais elle s'occuoait du ménage

Une vraie femme ! Très sensible aussi
à l'école on lui disait 
cc Tu es sale, tu

es noire ". Alors elle se battait. Quand ils l'ont enlevée, j'étais décidée à la mettre en pension. Regardez sa photo. La petite rebelle a un visage sombre et fin, de grands yeux presque trop vifs. - N'est-ce pas , Oh, j'étais désolée : à l'assistance, ils lui ont coupé les cheveux comme si elle avait des poux, comme aux juifs pendant la guerre. Quand le docteur Mayeux a fait la comparaison, je me suis souvenue de la guerre. Elle soupire : - Les petites étaient peut-être bruyantes, mais très affectueuses et elles ont besoin de moi. Le docteur Mayeux vous expliquera ... Près de l'hôpital Beaujon où il travaille lui aussi, le docteur Mayeux occupe deux petites pièces dans un H.L.'M. C'est un Antillais grand et mince, d'aspect plus jeune encore que ses trente et quelques années. Pendant ma visite, deux enfants blancs viendront lui réclamer un certificat d'arrêt du travail pour leur père. Il leur parle affectueusement. Il a épousé une blanche. Lui n'est pas raciste. Cardiologue, il a soigné Marianne d'un rhumatisme au coeur. Il aime ces enfants ; avec lui, dit-il, elles ne bronchent pas : elles ont besoin et d'amour et d'autorité. Leur mère est tendre, travailleuse, dévouée. Trop douce sans doute, mais combien de mères le sont? Nourriture, soins, vêtements, elle leur a tout donné. Ce sont les préjugés qui ont amplifié l'affaire : voisins, assistantes, institutrices, personne n'a oublié leur couleur. - Les voisins avaient besoin de repès. - Quel enfant ne fait pas de tapage : On supporte bien le vacarme des bals du 14 juillet, la cacophonie des postes de T.S.F. « On viendra vous embarquer ", disaient les voisins aux petites. Ensuite, ils ont regretté les conséquences de leur alainte. . J'ai lu que Marianne, grimpée sur le vasistas, :;e penchait dangereusement dans le vide. Mais puisque la mère est résolue à une séparation provisoire, l'Etat n'auraitil pas pu montrer un peu de patience, s'occuper vraiment de cette famille, plutât que de provoquer une rupture violente qui risque de transformer Marianne et Patricia en inadaptées, peut-être en révoltées contre les blancs, en racistes par contre coup. Appuyées par ses avocates, Maîtres Dominique et Maître Attuly, Madame Choisy deqUE SE PASSE.T.IL? (Suite de la page 2.) 1aio ,. datée du 7 septembre 1961. Sous l'éclairage de la r épression gouvernementale à l'égard de ces « agitateurs » (sic ) le procès de Me Manville fut placé sur un autre terrain que celui des « injures » et l'on y parla davantage de l'avenir des Antilles, que de l'honneur des policiers dont l'attitude provoqua DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien 15 F. ETRANGER Un an : 12 F. Par avion : tarifs divers selon pays Compte Ch. Post.: 6070-!J8 Paris Pour les changements d 'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté Il ou s'abonner au II[ Cercle CUlturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprlm6 par des ouvriers syndiqués S .P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. l'indignation de l'accusé. L'illégalité de la « note » ministérielle étant flagrante, Mo Manville exposa le vrai problème : cc Je n'ai pas voulu, étant donné que je suis un avocat digue de la robe que je porte, m'incliner. Pendant douze ans, j'ai plaidé la fraternité entre les hommes. Pourquoi je n'ai pas obtempéré à l'injonction qui m'était faite de me rendre dans le bureau du cODlDÙSsaire de police de l'aéroport? Tout simplement parce que je crois qu'il est de l'intérêt des Français et des Antillais qu'il n 'y ait pas cette ignorance qui a fait que, pendant sept ans, on a développé le drame de la guerre d'Algérie. Depuis quelques années, nous sommes très nombreux à penser que ce n'est pas avec des mesures de coercition, de violence, par la police, par les magistrats, qu'on enrayera un certain courant qui existe. Dans mon pays natal, il y a une aspiration à un mieux·être et à une dignité d'homme. C'est pour cela que je ne voulaio; pas que, dans la clandestinité, on prit pour moi un mesure extrêmement gTave. C'est pour qu'on sache qu'il existe une situation explosive. « J'ai plaidé dans des conditions quel· quefois effroyables en Algérie et je n'aurais pu supporter que l'on pensât que - sur ordre - j'étais descendu de l'avion comme un poltron, comme un homme qui n'a pas le sens de ses responsabilités. Je préférais être condamné s'il le faut, mais que ceux que je devais défendre à Ban· gni sachent que j'étais digne de mon devoir et que je ne m'étais pas incliné de· vant une mesure arbitraire. ,. AFRIC~INS A PARIS ENGAGES à venir en France par de nouveaux négriers dont il faudra bien un jour situer les r esponsabilités, des milliers d'Africains vivent dans notre pays dans des condtions tragiques qu'ont révélé, cet hiver, quelques incendies ou « faits divers » dont nous parlions déjà dans notre précédent numéro. Dans la nuit de Noël, boulevard Anatole- France à Saint-Denis, une centaine de travailleurs africains ont dû fuir en hâte les baraquements où ils logeaient et qui venaient de prendre feu. La r apidité du sinistre fut telle que les malheureux ont perdu les rares objets personnels qu'ils possédaient, vêtements et argent. Le 2 janvier à Paris, à l'Hôtel Foyer, rue Esquirol (13' ), un groupe de travailleurs maliens logeant dans une seule pièce ont failli mourir asphyxiés par les émanations d'un poêle défectueux. Trois d'entre eux ont été conduits à l'hôpital dans un état grave. Mais il est d'autres misères que les faits divers ne dévoilent pas et sur lesquelles nous devons attirer l'attention des pouvoirs publics. Les travailleurs africains vivent, isolés, et dans un dénuement douloureux et inhumain. Très souvent ils ne trouvent pas de traVlail. On nous signale que de nombreux employeurs refusent d'embaucher la main-d'oeuvre africaine, même à des salaires défiant toute justice sociale. Les syndicats de Saint-Denis (C.G.T., C.F.T.C., C.G.T.-F.O.) ont protesté en commun auprès du Préfet de la Seine contre cette situation scandaleuse. Dans le texte qu'ils ont remis au représentant de l'autorité, les syndicats déclarent : « Le pouvoir, qui parle volontiers de la France généreuse et hospitalière apparait faire preuve ici d'une carence singulière. Il a su trouver le moyen de faire venir ces travailleurs jusque dans nos localités ; il doit leur assurer le logement et l'emploi leur permettant de vivre au moins humainement. ,. manda, au moment de Noël, une autorisa .. tion de sortie pour les petites filles. Elle vit le jugement et signa sans difficulté l'engagement de les ramener à l'assistance publique le 3 janvier. Elle préparait l'arbre de Noël, les cadeaux. J'imagine qu'elle reprenait goût à la vie. Et puis ce fut « l'avis défavorable " de la justice, anonyme et sans appel. - Il faudrait rendre le droit de garde cl la mère, dis-je au docteur Mayeux. Son visage si jeune s'anime: Oui. Ses défenseurs le désirent. Moi aussi. J'avais demandé au juge le droit de surveillance. Il faut s'occuper sérieusement des petites, mais elles ont vraiment besoin de leur mère. En quittant le docteur Mayeux, j'ai re. gardé des enfants qui passaient, après l'école, accrochés au bras maternel et j'al songé à d'autres paroles qu'il m'avait dites

- Négro, négresse, c'est tout le venant pour mes enfants aussi. J'étais un gamin dix fois plus turbulent que Marianne et Patricia. Mais j'étais dans mon pays et mon maître noir me punissait et m'aimait comme un autre. Ici, on m'a, comme jeune médecin, empêché de faire des remplacements à cause de ma couleur. Il est encore difficile en France d'être noir et davantage peut-être d'être à la fois noir et blanc. Je sais bien que les magistrats, les maitres et les fonctionnaires sont parfois surmenés. Mais il faut lutter pour qu'en classe et à la maison, aucun enfant ne se sente différent des autres si son père' est noir et sa mère célibataire. Il faut former nos descendants à devenir des ham- • mes pour qui le mot racisme n'aura plus de sens. DES FAITS · qui ' donnent A ' PE ·NS·E'R ~ .. : .: '; . ,,: . ~ -" - . SANS PUDEUR. « Alerte », orgone du « Comité d'Action de Défense Démocrotique » qui fut fondé par Soustelle et qui se taisait depuis que son fondateur est entré dans l'ombre pour présidf.'r aux destinées de l'OAS, vient de paraître avec un numéro consacré au ... racisme. Parfait ? Non. Sous prétexte d'antirocisme « Alerte» déverse la haîne à longueur de pages. Il s'en prend même au M.R.A.P., ce qui nous flatte. Nous, c'est pour la fraternité que nous luttons. LES AFFAIRES SONT LES AFFAIRES. Le Docteur John Sioson, secrétaire de « L'American Jewish Comittee » vient d'affirmer que l'anti sémitisme est plus répandu aux Etats-Unis dans le mande des affaires que dans les autres couches de la population. D'autre part, il J/eSte une recrudescence 'd'activité des anti sémites professionnels. COMPETENCE. Le nouvel oide de camp du général de Gaulle seroit un brillant officie!' qui était récemment directeur de. promotions à l'école de l'Air. Si l'on en croit « France-Observateur », cet officier recevant un jeune avîateur tunisien, lui tint ce langage : cc Vous êtres Tunisien ? Je vous avertis que c'est mai qui oit bombardé Sakiet. Vous pouvez disposer ! » Ce que l'autre fit en regagnant son pays. ETOILES JAUNES EN SOLDE. Un magasin d'antiquités de la rue d'Eisenach, à Berlin-Ouest, propose à ses cl ients des Etoiles Jaunes, ou prix (dérisoire) de 2 marks 50 la pièce. Les plus recherchées sont celles qui portent encore la marque de l'épingle qui fixait l'insigne sur la poitrine des juifs avant leur passage dans la chambre à gaz. L'antiquaire refuse de dire dans quel comp de concentration ils' est fourni. SOUVENIRS INTERDITS. Le film oméricain « Les crimes de Hitler» vient cÏ'êh'e 'interdit en Irak sous le prétexte qu'il cc est destiné à servir la propagande israélienne " (!J . ENSEIGNEMENT POUR TOUS. L'URSS vient de ratifier la Convention de l'O.N.U. contre la discrimi nation en matière d'éducation. Cette convention a été ratifiée por la France. Israël, le Congo, le Royaume- Uni, la R.A.U. et le Libéria. ElIe définit la discrimination comme citant toute distinction f( basée sur la race, la couleur, le sexe, le langage, la religion, l'opinion politique, l'origine nationale ou sociale, la condîtion économique ou la naissance ». 4 Une int~ressante enquête ,. , de l'U. N. E. S. C. o. Les prejuges ON sait que depuis 1960, une vague d'antisémitisme est apparue en Eulope occidentale : inscriptions et publications, mais aussi déprédatiom et attentats. Inquiet de cette recrudescence, l'U.N.E.S.C.O., sur la proposition notamment du professeur Alfred Métraux, décidait en 1961 de consacrer une assez grosse somme d'argent à une enquête sur les sentiments antis.!mites en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne. Cette enquétf', la première de ce type, employant la même technique pour plusieurs pays, a été menée sous la direction du psycho-sociologue Melvin Tumin, proff'sseUI à l'Université de Princeton (U.SA.) et exécutée par des buoeaux spécialisés dans chacun des trois pays. Si l'exploitation des documents recueillis n'est pas achevée - et nous reparlerons plus longuement de ce travail lorsqu'un compte rendu en paraîtra en librairie - nous pouVOllS toutefois signaler, grâce à l'aimable communication du rapport provisoioe, quelques tendances de nature à intéresser des militants antiracistes. TOUT d'abord, comment l'antisémitisme est-il mesuré dans cette enquête ? Bien entendu, et les so- Au premfier abord, peut-être le faitmême que l'on puisse poser de telles questions, que la réponse n'y soit pas dre qu'ils n'aimeraient pas voir leur fille épouser un juif; même si l'on tient compte de l'élément proprement religieux qui peut jouer chez certains pour faire préférer un mariage homogène du point de vue confessionnel, on ne peut s'empêcher de penser que dans un pays de tradition catholique, certes, mais au total assez peu pratiquant comme la France, quelque chose comme la crainte d'un « mélange de races » intervient pour beaucoup dans cette réticence. Les autres liens sont beaucoup moins souvent écartés, mais ils le sont cependant plus qu'on ne pourrait le supposer, et surtout plus qu'on ne le voudrait : 17 % des Français et des Anglais, 28 % des Allemands refusent d'avoir des juifs pour amis, et 12 % des personnes inter- PAR ciologues ne l'ignorent pas, il est difficile de cerner un sentiment parfois confus, pas toujours avoué, et dont le « potentiel d'action », presque impossible à connaître, serait un des éléments les plus intéressants. Si l'on pouvait repérer les comportements quotidiens, jusque dans les très petites choses de la vie, d'une population à l'égard des juifs qui lui sont mêlés, on aurait sans doute une information plus exacte que celle d'un questionnaire d'opinion. Mais un tel procédé est difficilement applicable à l'ensemble d'un pays et à une comparaison internationale. Il n'offrirait en outre qu'une inforn1ation partielle l'histoire récente nous a appris, avec le nazisme, que l'antisémitisme le plus dangereux peut se développer sans aucun contact réel entre des non-juifs et des juifs. Des méthodes d'enquête indirectes et standardisées ont l'avantage de pouvoir s'appliquer à toutes les situations. Viviane ISAMBERT-JAMATI Un des tests importants, déjà employé dans d'autres enquêtes, consiste à se référer à une situation supposée : « Si un juif désirait épouser votre fille, que feriez-vous? )), « Si des enfants j uifs se trouvent en classe avec vos enfants, qu'en pensez-vous? », « Vous liezvous volontiers d'amitié avec un juif? » évidente, nous choque-t-il, nous qui sommes des militants antiracistes? Mais pour mieux cerner un phénomème, nous sommes bien obligés de nous dépouiller provisoirement du scandale qu'il provoque chez nous. C'est là, il est vrai, une des grandes difficultés des sciences humaines lorsqu'elles font porter des recherches sur des problèmes graves et douloureux; mais ce qui paraît justifier, même aux yeux du militant, cette « neutralité provisoire :., c'est l'usage éducatif que l'on peut faire des résultats honnêtement eÀposés. LA proportion d'Anglais et de Français qui man;festent ici des sentiments anti,émistes est à peu près la même, les Allemands se situant aujourd'hui encore légèrement plus haut. A la première question citée, on trouve 49 % des Anglais, 'il % des Français, .58 % des Allemands pour réponrogées dans chacun des trois pays sont (ou seraient) gênées par la présence d'enfants juifs dans la classe de leurs propres enfants. Cependant ces sentiments antisémites ne sont pas uniformément répartis dans toute la population. Certaines circonstances, certaines appartenances, entraînent, on s'en doute, une tendance plus marquée à des telles positions. En ce qui concerne la classe sociale, la pensée de Sartre à cet égard nous est à tous trop familière pour que nous nous étonnions de la tendance constatée : on trouve plus d'antisémitisme chez les personnes de revenu moyen que chez les autres· La scolarité joue un rôle très appréciable : les personnes les plus instruites tendent à être les moins antisémites. Enfin les ruraux sont plus souvent antisémites Que les urbains, ce qui confirme le caractère a priori de ce sentiment, puisque dans ces trois pays l'imracistes plan!ûion juive à la campagne est mexlstante. Mais la différence qui nous intéresse le plus, parce' qu'elle donne une indication pour l'avenir, c'est celle qui correspond à l'age : aussi bien en Allemagne qu'en France, les jeunes (14 à 18 ans) manifestent nettement moins de préjugés racistes que les personnes plus âgées. Sans doute, on comprend facilement les traces de racisme dans les générations adultes si l'on songe que beaucoup ont reçu, surtout en Allemagne entre 19.B et 194", une propagande systématique de mépris et de haine. Mais en même temps la très nette diminution de ces sentiments hostiles lorsqu'on s'adresse à liIe population jeune est de nature à nous rassurer dans une certaine mesure

les actes scandaleux que nous

rappelions dans les premières lignes, et qui ont alerté les responsables de l'Unesco, ne sont pas le fait d'une génération, mais de groupes isolés, qui ne contaminent guère les autres jeunes. N ON moins instructives pour des militants antiracistes sont certaines relations établies par l'enquête entre plusieurs types de sentiments. L'antisémitisme, dit-on parfois, est le fait d'individus frustrés, mal établis, qui ont besoin d'un bouc émissaire pour se prouver leur propre force. Mais J'enquête ne constate aucun rapport, chez les personnes interrogées, entre ces traits de personnalité et l'antisémitisme; en revanche elle confirme une relation parfois contestée : ce sont les mêmes mdividus, très souvent, qui sont antisémites et qui sont xénophobes; en France, ce sont les mêmes, surtout, qui considèrent les Algériens comme d'une race inférieure. Les membres du M.R.A.P. et ses amis, qui militent à la fois pour la paix, pour la liberté et contre tous les racismes ne s'en étonneront pas, mais ils trouveront là une nouvelle raison pour poursuivre leur combat. « Etes-vous de race aryenne ou sémite ?» -,- Bardèche 0' est plus professeur Le MRAP saisit du scandale de l'Académie Goya le Ministre de l'Education Nationale AINSI que nos lecteurs le savent, l'Académie Gaya-, insti,tution d:en~ seignement pnvee, fOit remplir a ses candidats professeurs un questionnaire leur demandant leur religion et leur race (c aryenne ,. ou « sémite,. ! J. Devant ce scandale, nous avons alerté diverses organisations d'enseignonts qui ont approuvé notre action, comme le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur, le Syndicat National de l'Enseignement Secondaire de Paris qui a saisi de cette affaire li! Conseil Académique de la Seine, et le Syndicat National des Instituteurs. Mais le scondale ne cessant pas et l'Académie Goya paraissant vouloir persister dans ses méthodes, le M.R.A.P., por la voix de son président, Pierre Poraf, a décidé d'attirer l'attention du ministre de l'Education Notionale sur cette situation controire aux lois et aux traditions de notre pays. Voici la lettre qui a été envoyé.;! au ministre : Mansieur le Ministre, Nous nous permettons d'attirer votre haute et bienveillante attention sur le document ci-joint, photocopie du formulaire proposé aux candidats professeurs, par l'Académie Gaya, Institution d'Enseignement des Langues étrangères, dont le siège se trouve 2, rue des Italiens, à Paris. Nous avons été particulièrement émus par le fa.;t que ce farmulaire camparte des questions relatives à la religion ainsi qu'à la race «( Aryenne » ou Sémite ,.) des postulants. Il nous paraît absolument conh'aire à la fois aux lois et aux traditions de notre pays que de telles questions puissent être posées en vue d'un emploi et les échos que nous avons recueill:s auprès des enseignants montrent quils y vaient une grave atteinte à leurs droits et à leur dignité. Aussi, nous nous permettons d'espérer que vous voudrez bien prendre toutes dispositions utiles pour que cessent de semblables disC'7iminat:ons en plein Paris, dans un établissement qu'i prétend jouer un rôle culturel et dont les pracédés ne peuvent que ternir le renom de notre pays. Nous vous prians d'agréer, Mansieur le Ministre, l'assurance de notre haute cansidération. Le Président : Piene PARAF. LE fasciste et raciste notoire Maurice Bardèche, auteur de l'ouvrage tristement célèbre, « NUremberg ou la Terre Promise », où il glorifiait les crimes hitlériens - ce qui lui valut d'être lourdement condamné, après la Libération, pour apologie du crime de meurtre et falsification de l'histoire - Maurice Bardèche, qui est l'un des dirigeants les plus en vue de l'internationale néo-nazie, avait été nommé, nous l'avons dit dans notre dernier numéro, professeur dans un important collège privé (le Collège Sévigné). DEMARCHES ET PROTESTATIONS Mais cette singulière nomination, contraire aux traditions de l'établissement, provoqua aussitôt de vives réactions, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Le M.R.A.P., alerté par plusieurs étu' diants, leur fournit une documentation qui leur permit d'informer leurs camarades sur la personnalité et les activités du professeur (radié à vie de l'Université) qui devait faire le cours d'agrégation sur Stendhal. Plusieurs démarches des étudiants eu' rent lieu auprès de la directrice, à laquelle notre Mouvement, pour sa part, avait Il faut mettre fin aux provocations de Poujade! (Suite de la première page) Distinguant les .. ' isdraélites », « citoyens à part entière », et les « juifs », à q .. i « l'on ne peut reconnoÎtre le droit de citoyen » , il se réserve de séparer lui-même les uns des autres, selon son bon vouloir. En fait, il s'agit d'un grossier tour de passe-passe pour faire croire que les d'iscriminatians qu'il préconise ne v:sent pas l'ensemble des juifs, ou des israélites, comme an vaudra... Déjà Goebbels ne disaitil pos : « Est juifs celui que je désigne comme tel,. ! , Pour Dauvergne, les associations « juives, donc étrangères » sont intolérables, et doivent donc être dissoutes. Et, proposant pour l'ensemble des juifs (considérés comme étrangers) un véritable «statut", -comparable à celui qu'établit Vichy, il écrit : " De même que des Italiens et des Allemonds formant la cinquième colonne ont été emprisonnés ou possés par les armes pour trohison en 1939, de même les étrongers ne jouant pas le jeu françois devra ient, dans les formes requises en temps de po ix, être écartés de notre société et de toute façon ne devraient pas jouir de droits qui demeurent, de ce fait, des privi lèges » . Ainsi les « juifs » serClient de par leur seule origine, des traîtres, tous solidaires dans cette malédiction. Pour que nul ne s'y trompe, Dauvergne, reprenant les « arguments » de Poujade, met en garde .. ' le

ampiste juif » contre les effets de la révollE'

que provoqueront « les banquiers juifs». Nous sommes en pleine phraséologie nazie, et par delà les exc:tations à la haïne, nous voyons se préciser le programme pratique de Poujade et des siens qui, cette fois, jettent totalement le masque. Doit-on s'en étonner ? Comme le soulignait le Bôtonnier Arrigh'i au procès de Limoges, Poujade veut marcher sur les traces d'Hitler. Il entend se poser en champion du fasç;sme, car sa démagogie ayant échoué, l'appui de l'opinion lui faisant défaut, il lui faut battre le rappel des seuls éléments susceptibles de le soutenir : les anciens collabos, les nervis de « Jeune Nation », tous les résidus de l'O.A.S. Et il leur donne en pâture ses professions de foi racistes. Ce qui est plus étrange - et plus inquiétant, c'est que de telles provocations puissent se poursuivre impunément. La loi fait un devoir aux Parquets, c'est-à-dire, en dernïer ressort, au Ministre de la Justice, de sévir contre ceux qui excitent à la haine raciste et antisémite. Une première fois, le M.R.A.P. a dû se substituer au Parqueit pour faire condamner Poujade. Et VOIci que, maintenant encore, les pouvoirs publics n'ont pas cru devoir réagir. Laissera-t-on longtemps, en haut lieu, lancer des appels calomniant toute une catégorie de citoyens, et visant à les placer au ban de la sOGiété ? Les intéressés sont en droit d'exiger que leur sécur'ité soit pratégée contre ces attaques. Et tous les démocrates demandent avec eux que des mesures efficaces soient prises pour mettre hors d'état de nuire les fascistes qui bafouent ainsi les idéaux démacratiques et les trodit'ions de notre pays. adressé une ferme protestation. De son côté, la famille des fondateurs du Collège Sévigné, également alertée, faisait savoir son indignation, ainsi que plusieurs personnalités et organisations. Le Syndicat National de l'Enseignement Supériew. en particulier, rendait publique la déclaration suivante: (( Le Syndicat National de l'Enseignement Supérieur rappelle que l'insuffisance de3 moyens d'enseignement permet le développement d'un secteur concurrentiel privé, comme c'est le cas à Paris pour la préparaticm à l 'agrégation des Lettres. Faute d'encadrement suffisant à la Faculté des Lettres, notamment pour les corrections d'exercices et de devoirs absolument nécessaires à la préparation, les agrégatifs sont souvent amenés à suivre les cours du Collège Sévigné. « Or, nous apprenons que la directw:"/' de ce COllège vient de faire appel, pour faire un cours sur Stendhal, à une personne aussi indésirable que M. Bardèche. tristement célèbre par ses théories fascistes et par son action antisémite et raciste pendant la guerre aux c6tés de Brasillach. U:"/' tel homme, de par son passé, ne devrait avoir ni le droit ni la possibilité de s'ac%re,ser à de futurs ensefgnants. » LE COURS BOYCOTTE Et lorsque Bardèche se présenta pour faire son cours, la quasi-totalité des étudiants décidèrent de le boycotter et une seule auditrice était présente dans la saHe. L'exigence du départ de Bardèche était d'autant plus méritoire, soulignons-le, que les étudiants savaient qu'ils seraient, par voie de conséquence, privés provisoirement d'un cours qui figure à leur programme. Mais cette attitude de fidélité aux idéaux de la Résistance, cette prise de position résolument antiraciste et républicaine a triomphé : le premier cours de Bardèche fut aussi le dernier. L'apologiste des camps de la mort a été renvoyé à... ses chères études. Ainsi, grâce à la vigilance des antiracÛl' tes et à l'appui de notre Mouvement, grâce à la combattivité de la jeunesse étudiante, le scandale a cessé, et il faut s'en réjouir. Mais nous devons tirer de cette aventure une leçon : les tenants de la haine, les nostalgiques des temps hitlériens, loin de renoncer, poursuivent leurs efforts pour ~eprendre leurs places, pour étendre leur mfluence et leur pouvoir dans tous les domaines. Partout, nous devons leur faire échec. 1 1 ASSASSINS AUX DIZAINES DE MILLIERS DE VICTIMES OBERG el KNOCHEN par le gouvernement français (Suite de la page 1) Ils étaient les deux derniers criminels le guerre détenus en France. Leur proprocès avait été singulièrement et scandaleusement retardé puisqu'il n'eut lieu qu'en octobre 1954 devant le tribunal de Paris. Devant leur dossier d'accusation .qui p.esait près de cent kilos et prouvait amplement 1 e u r culpabilité, le tribunal les condamna à mort. Puis le .. temps passa. En 1958, au mois d'avril, à la veille de la « Jonrnû Nationale des M artyrs de la D?poriation », le président Coty cleur ac. corda sa grâce. -Le -général de Gaulle prit le pouvoir quelques semaines plus tard et transforma leur peine ,de ' travau_\: forcés · à perpétuité ,en _ condamnation à temps, par le jeu de grâces succesSIves. Et le 28 novembre. le jour même où le gén.é: l'al O·A.S. J oubaud apprena,it . lui .aussi ·sa grâce, les deux chefs S.S. quittaient leur prison et .regagnaient joyeusement leur patrie. Il est .vrai que là-bas une mauvaise surprise attendait Ob erg : la justice du chancel ier Adenauer va l'inculper d'un crime commis en 19.14 lors de la terrible « nuits des l.ol1;gs cou~eau.'t: » dont d~s 'centames de JUifs et d opposants au re- -gime hiltérien furent les victimes. Cettc l1uitclà périt aussi un nazi, Roehm, probablement à la suite d'un règlement dc comptes entre · as~assins. Oberg amait plus ou moins trempé dans cette affaire. C'est tout ce que le gouvernement fédéral lui reproche. Il bénéficiera très certainement cre la prescription et, de tOt1tc façon. il n'a pas été appréhendé. NOUS N'AVONS PAS LA MEMOIRE COURTE

\lais qui sont :Oberg et Knochen? 11

-est bon de rafraichir la mémoire de ceux qui l'ont oublié. ou de porter à la connaissance des jeunes générations (les faits remontent à plus de vingt ans) les exactions de ces sinistres personnages à l'époque où l'Europe gémissait sous la hotte nazie. En 1942 l'autorité c1'occupation se composait ainsi : le commandement mi- 1itaire en France (Militaerbefehlshaber) et l'Ambassade (dirigée pal' Abetz) plus spécialement chargée des rapports avec les autorités françaises et porte-parole dc Hitler. Sous les orclres du commandement militaire était placé un comlllancio de la Ge~tapo (Service cie la Süreté - Sicherheitsdienst, ou S.D.), clirig-é par Knochen, et particulièrel~ent ~hargé \c 'Ia lutte contre « les 1I1tentlOns antlallemandes ». autrement dit cie la répression contre l e~ résistants, les hanc;maçons et les juifs. La section anti.juive était dirigée par un farouche naz I. Dannecker. personnage redoutable qui fut néanllloins éliminé en juillet 1942 pour des raisons cie cui sine politique. Les di r igeants du S.D. pouvaient, pal' leurs fonctions. traiter c1'égal à égal avec toutes les autres autorités d'occupation. Ils avaient la possibili té de les inciter. selon les nécessités, à prendre lcs mesul'e, de persécution décidées par H itler. Ce Service de Sùreté était directe- 1lIent cOlllmandé. de Berlin. par Himlll- 1er. La section antiju ive était sous le contrôle. non moins direct, d'Eichmann avec qui ses dirigcants étaient en rel a~ tions téléphoniques constantes. En mal 1942. Karl Oberg vi nt prendre en mai ns ce service. avec le titre de chef supérieur de la S.S. et de la Police (Hoeherel' S.S. und Polizeiführer). tandis que Knocher, à se~ côtés, devenait le COIll' mandant du S.D. Ce n'est que pour des l'aisons de pure forme que ces services dépendaient encore du Commandement Militaire. EH vérité leur autonomie était acquise. Dannecker, spécialiste des questions j uives, avait l'appui total de Knochen depuis son entrée en fonction et celui, non moins appréciable d'Abetz, c'est-à-dire d'Hitler. Oberg, aux ordres d' H immler, coiffait le tout. Au même moment historique, Laval reprenait à Vichy SOIl poste au gouver- Cette plaque de la rue des Deux-Ponts, à Paris (4' arrondissement), évoque les « exploits» d'Oberg et Kll'Iochen . llement et Dm'quier de Pellepoix remplaçait Xavier Vallat au Commissariat Général aux Questions J uives. Xavier Vallat avait préparé des mesures contre les juifs que Darquier de Pellepoix se devait d'appliquer (1). Oberg-, Knochen et Danllecker avaient les mains libres pour impulser en France « la sol'utioll finale de la question j-uive ». Dès lors - mai 1c)42 - la terreur qui régnait déjà en France va s'accentuel: avec la complicité du gouvernement de Vichy. Avant tout : mettre les juifs en état d'arrestation et les déporter en Allemagne. Vichy, autrement dit Laval et Péta 111, veulent agir prudemment et ne pas f roisser l'opinion publique. D'ignobles t ractations s'engagent en j uillet .p avec la participation de Bousquet, chef de la police de Vichy à Paris repré~ entant Pétain et Laval et les chefs nazis. Laval accepte de donner en pâture, pour commencer, 20;000 j ~ifs « apatrides» delfl zone sud a condition qu'on laisse en paix les j uifs français . Ob erg et Knochen ricanent. C'e~t tous les juifs qu'il leur faut, « apatndes » . ou hançais, et sans aucun ménagement de l'opinion ~ublique. Vich:y. ~ccep~a tout a~'ec une ecoeurante servlh te, mais non sans nuances, afin de préserver l'avenir. Et le 16 juillet 1942, Oberg et Knochen inaugurent leur règne « parisien » en commandant personnellement la rafle des familles juives avec la partici- . pation, hélas, d'une bonne partie de la policc parisienne commandée par Bousquet. Et pendant toute l'occupation, les deux S.S. n'auront de cesse de faire traquer les juifs, au Suc! comme au Nord. Du 26 au 27 août 1942, les juifs sont raflés en zone sud - alors sous le cont rôle de Vichv _. afin cie remplir la promesse fai te" par Laval de livrer les « apatrides » à Oberg. En 1943, Ob erg et Knochen entreprennent une vigoureuse campagne de « dénaturalisation » des juifs français. En tout 120.000 juifs sont' a r rêtés et déportés. Il n'en reviendra que quelques milliers. 1\1 ais l'oeuvre des assassins ne s'arrête pas là. Nul n'a oublié la Gestapo et ses tortures, ni le massacre des résistants du plateau des Glières en Savoie, ni l'ordonnance d'Oberg relative à l'in terncment des « communistes » et des « terl'O ri stes » dans les camps nazis. Cette opération, baptisée « Ecume d,e mer )) fait 35·000 victimes, résistants, patriotes. arrêtés au cours de rafles opérées en pleine lluit dans toute la France : 15.000 habitants du Vieux-Port de Marseille internés au camp de Fréjus après la démolition de leur quartier. 600 personnes arrêtées à Villeurbanne le TI novembrc J94:), arrestations à Grenoble, à Clermont- en-Argonne, assassinats de Jean Moulin, de Mandel (par lcs soins de Knochen en personne) et de bien d'autres. Toutes lcs cxactions commises par les nazis entre mai J9 . .(2 et aoÎlt 19-14 le- . furent slIr ordre de ces dellx h01l11l1 c'S Les premiers commentaires L'émotion de l'opinion française à la suite de la libération d'Oberg et Knochen, s'est exprimée aussitôt par diverses protestations. Citons, en dehors de celles du M.R.A.P., celles de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P., du Conseil Représentatif des Israélites de France (C.R.I. F.), de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide (U.J.R.EJ, de la L.I. C.A. et de plusieurs Amicales de rescapés des camps nazis. La plupart des journaux parisiens ont reproduit la protestation du M.R.A.P. · et ces diverses autres prises de position. Ils les ont assortis parfois de commentaires indignés. Dans ({ Libération », Madeleine Jacob, qui assista au procès des bourreaux s'écr ie: « Combie."/- de fois avons·nous entendu, nous qui avons suivi tous ces procès des traîtres allemands et français, les criminels se retrancher derrière l'or dre r eçu d'Ober g, Oberg avait commandé, Oberg exi· geait. Oberg-Knochen c'étaient la Gestapo. Au lendemain de la Libération, que cette libération était donc pr ometteuse du châtiment des assassi "/-s et des traîtres. Il y en eut quelques·uns des châtiés. Mais d'autres ont été épargnés. Et nous écr ivions en septembre 1954 à la veille des débats du' pr ocès Oberg-Knochen : « Paris attend le châtiment de son bourreau. » Quelle ironie se dégage aujourd'hui, huit ans après, de ces sept mots·là ». Dans l' ({ Humanité », Fernand Châtel donne ces précisions Dans les bureaux de la Gestapo à Paris, rue Lauriston, r ue de la Pompe, boulevard Flandri"/-, Oberg et Knochen font torturer les -résistants. L 'acte d'accusation, entre des centaines d'autres, a cité le cas de Jean Moulin, préSident du Conseil national de la Résistance, torturé à mort. Mais dans les prisons de Franc~ aussi, Oberg et K."1.ochen font également massa· crer: à Eysses, Caen, Cahors, Lyon, Chambér y, Besançon, Carcassonne, etc ... Leurs noms restent de plus attachés aux grandes persécutions raciales contre les Juifs de France, aux convois de la mort partis de Drancy, Romainville, Compiègne ... Les_ exécutio."1.S et les dépor tations de Nantua et d'Qvonnax, les arrestations d'E douard H erriot, Léon Blum, Edouard Dalad,jÙ, de M gr p iguet, évêque de Clermont, "ce sont encore des crimes pour lesquels- Oberg et K nochen fu rent condamnés à mort... Non, tout cela ne peut pas être oublié! » ({ Le Monde », qui cite les protestations du M.R.A.P. et de la Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patriotes, ajoute ce commentaire : « La faculté d'oubli et de pardon est sans doute nécessaire à la vie de la SOCle· té - nationale ou i nternationale. Mais 0,"1. demeure frappé de l 'indulgence finalement manifestée aux responsables de crimes de guerre - étrangère ou civile - pourvu qu'ils aient échappé à l 'immédiate répr ession et qu'ils soient assez haut placés. Depuis 1945, la t or ture et les exécutions sommai res SO .... l t, hélas ! entrées dans les moeurs de pays qui avaient vaincu l'All emagne hi tlérienne .. . Si mal venu que l'on puisse être, dans ces condit iOns, de pr otester il sera permis de penser que, graciés, Oberg et Knochen auraie."/-t pu fini r leurs j ours en prison sans 'nuire aux lois de l 'humanité et à la réconciliation f ranco-allemande. )1 5 libérés Profonde émotion dons tout le pays I. .................... ~ qui, au fur et à mesure que le temps passait, devenaient plus exigeants, plus assoiffés de cr imes. Ils avaient certes des complices, des all iés, même parmi certains Français, des bourreaux à leurs ordres, des exécutants à leur dévotion, des admirateurs. Mais certains d'entre eux - rares - orit payé leur participation au génocide. Alors pourquoi leurs chefs peu ven~-il s, aujourd'hui, se reposer tranquillement de douces années passées en prison? C'est çe que demandent les familles des victimes d'Oberg et Knochen, les survivants de leurs méfaits . . Est-le là une fa~on de scellèr la « réconciliation » franco-aJ1emande? Franchement, nous ne le pensons pas. On dit que le chancelier Adenauer ,est souvent intervenu personnellement (sur conseil de Globke) pour éviter aux bourreaux de la France le châtiment suprême. Il était intervenu auprès du président Coty. A-t-il demandé au général de Gaulle la libération des condamnés au nom d'une amitié qui paraît de plus en plus ét roite? Nous le redoutons, et nous ne pouvons admettrc qu'une suite favorable ait été '(lonnée à cette requête incongrue. Il y il trop de sang frais sur les mains des « bouchers » de la France. Notre indignation est partagée par des millions d'hommes et de femmes qui n'pnt pas la mémoire courte et ne réclament que la just ice. Et la libération d'Oberg et Knochen est un défi à la justice. (1) En 1943, 'l'antisémite Dr Blanke devait rendre un vibrant hommage à Xavier Vallat pour son oeuvre au Commissariat Général aux Questions J uives, créé en 1941 par Pétain et Laval. La protestation du M.R.A.P. L'IMPENSABLE mise en liberté cie Oberg et Knochen a provoqué et provoquera l'indignation douloureuse de tous les antira cistes, de tous les Français qui se ref u s ~ nt à éteindre en eux le souveni r des innombrables victimes sacri fiées par ces deux criminels, alors qll'ils dirigeaient dans notre pays occupé et humilié le monstrueux appareil de répression nazie. Kerl Oberg, chef suprême de la gestClpo et des S.S. en France, et son adjoint Helmut Knochen, inaugurèrent leur règne en organisant les rafles de juillet 1942, qui aboutire'nt à l'internement de 30.000 juifs au Vélodrome d'Hiver, antichambre de la déportation et de la mort. Ce sont eux qui ordonnèrent et firent exécllter les actes sanglants perpétrés sur notre sol contre les résistants torturés et assassinés, contre des dizaines de milliers d'innocents livrés par leurs soins aux chambres à gaz et aux fours crématoires. Animé non par un sentiment de vengeance, mais par le sentiment de la justice, par la fidélité à la mémoire de tous les Résistants et Combattants de la dernière guerre, par le respect des valeurs les plus sacrées du patrimoine national, le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) élève sa protestation la plus vigoureuse et la plus solennelle contre la mesure qui vient d'être prise en faveur de deux complices directs d'Eich· mann, condamnés à mort en 1954, et dont la peine avait été commuée en 1958 en travaux forcés à perpétuité. La réconciliation nécessaire entre la France et l'Allemagne, gage d'un avenir de paix, ne saurait se réaliser ni par le renouveau et l'exaltation du militarisme ni par la mansuétude envers ceux qui martyrisèrent notre peuple, après avoir imposé au peuple allemand l'opprobre et la barbarie du nazisme. Paris, le 11 janvier 1963. 6 Jeon PIERRE-BLOCH « D. L.» ouvre le dossier de ·l'inl Ancien Ministre : 1111111111111111111 Il 1 1IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIWililIIIIIIIIIIIIII111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111I1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111/IIIIn Sur un livre scandaleux l A lutte contre le racisme et l'antisémitisme représente une tâche particulièrement difficile. Elle restera éternellement une toile de Pénélope, sans cesse refaite, si elle ne s'accompagne pas d'une action qui prenne le mal à sa racine. Les racines de ce mal viennent de loin, comme l'a écrit si justement le professeur Jules Isaac. Cette grave maladie s'est implantée partout dans le monde, et nous sommes bien obligés de constater avec regret que les réseaux de l'Internationale nazie sont plus étendus que l'ensemble des organisations qui la combattent, peut-être avec courage, mais en ordre dispersé. Le Congrès Juif Mondial r. branche européenne )l, avait organisé en décembre à Londres une conférence sur la lutte contre l'antisémitisme (1) . Les orateurs qüi se sont succédé ont montré avec juste raison qu'il serait néfaste de minimiser les récentes manifestations antisémites et de renouveler la tragique erreur des années 1920 à 1930 où l'on ne prenait pas Hitler et les nazis au sérieux. Les activités r écentes des llazis en Gra n de- Bretap-ne et en Amérique du Sud ont démontre l'exi stence d'une conspiration internationale qui, sous le couvert de l'antisémitisme tend, en réalité, à la destructi on des libertés d émocratiques. Devant cette s ituation n on seulement les juifs doivent agir, mais tous les hommes (le bonne volonté, sans distinction de confession, doivent s'unir pour lutter contre la résurrection d'une épreuve r écente qui n o u ~ a fait tant de mal. n faut également dénoncer l 'anti sémiti s- 11Ie qui règne dans certains pays a rabes où des nazis a ctifs forment la « colonne ver tébrale » de la propagande a ntidémocrati que. . On trouve dans les d éclarations de Nasser, et dans les discours de dirigeants arabes un style « na zi » que nous a vons hien connu a vec des fo rmules telles (ILW « liquider les juifs et les s ioni stes ». Plu~ ieur s criminels de guerre ont pris des noms arabes et dirigent la propagande :\ trave rs le monde. MAIS le derni er effort de la propagande nazie (cela peut pa ra ître in croyable. ma is c·est ,-ra i) vi ent de ~c manifester à l"occasion lu Concil e. Un lÏ\' re qui , 'intitule « COlllplot cO ll in· Dix , reseaux. l ORSQU'EN 1960, le dirigeant nazi Karl Heinz Priester, ex-officier S.S. allemand, voulut l'éunir à W:esbaden, en Républi, ue Fédéralc Allemande, un rassemblement international (qui finalement n'eut pas lieu), il adressa des invitations à près de 800 groupements plus ou moins importants à travers le monde. Nous ne }lossédons pas la liste de ces invitations. Mais, d'après les recoupements effectués, et selon les appréciations des spécialistes les plus sérieux, on pcut évaluer aujourd'hui entre 150 et 200 le nombre des orga · l'Eglise » et qui v ient d'être publié tians une édition de lux e, uniquement imprimée pour les pè res conciliaires (ce qui dénote la connaissance des a dresses fourni es de toute évidence pa r des milieux ecclésia stiques) comportant 600 pages, a pour auteur un illustre inconnu en France et sans doute dans les autres pays. Ce livre est introuvable dans le commerce, il a coûté ' aux dires des techniciens plusieurs millions de francs. D'autre part, tout l'ouvrage tend à combattre l'évolution du Concile vers l'ajustement a ux exigence! du monde moderne, ce qui rend très pro hable la participation à l'initiative de quelques dirigeants du courant le plus réactionnaire du clergé. Tout au long de ce livre, c'est la dénonciation aussi virulente qu'enfantine de la « conspiration » que - évidemment! - les juifs, la franc-maçonnerie et le communisme ont organisé pour « détruire les traditions les plltS sacrées du catholicisme romain et faire du Pape un hérétique de la taille de Luther, Calvin, Zwingle ». Ce qu'il y a de relativement nouveau dans ce pamphlet, c·est que non seulement Staline et les juifs, ma is même les prélats - les très hauts intil1les de Jean XXIII - font partie de la « cillljuième colonne judéo-maçonnique ». Elle se compose de cardinaux, archevêques, é vêquef?, formant au sein du Conc ile « l'a,île progressiste qui ve1,t le triomphe de ré formes perverses ». U n des oBjectifs des ( cardinaux hérétiQues » est la condamnation de l'anti sémiti sme par le Concile. Textuellement (dans notre traduction de l'italien) « on voudrait que les fils maudits de ] éliouda r. réprou- 71és » pendant dix-neuf siècles par l'Eglise, soient admis comme bons et préférés aux al/lis de Dieu. contrairement à r. l'ltnanimis COllse/lS1fS patr1t1/1 )l, qui établit le contraire, et aux proclamations des bulles papales, des C01I 01IS et des dérisions des Conciles oecltIIIhliqucs 011 provinciattx ». Depuis le faux des « Protocoles de Sion ». 0 11 n'avait r ien vu de plus ignoble.

VIais cela 11l0ntre bi en à quel point les part

icipants cie la conférence de L ondres a va ient rai son de demander à t ous les Etats nui ne l'ont pas encore fait de promulg-uer des mesures légi slatives permettant de poursuivre les incita tions au meurtre, à la violence ou les diffamation s contre des grOl1p e~ ethniques et reli g ieux. (1) Nous avons rendu compte dans notre dernier numéro de cette initiative, à laquelle notre président, M. Pierre Paraf, a perticipé 11 titre d'observateur. 150 groupes. nisations néo-nazies qui se manifestent de l'Europe occidentale à l'Amérique, du Moyen. Orient à l'Australie. Selon un récent rapport du Congrès Juif Mondial , la toile d'araignée de ces organisations enserre au minimum 22 pays, et leurs réseaux internationaux sont au nombre d'une dizaine. EUes ont pu tenir, en Europe seulement, 23 conférences et rassemblements internationaux au cours des deux dernières an. nées. Combat ", organe du Pa rti National Britannique (BNP) qui fait entendre d la voix de la race et de la na tion" sous le signe de la « roue sola ire ». DANS un a rt ic le consacré au néo-na zi sme, le « New-York Times » du 24 novembre dernier écrivait : cc Tout semble rassurant, et pourtont, pouvons-nous nous sentir entièrement rassurés ? En 1924, Hitler était en prison. Beoucoup pensaient alors qu'il était finÎ. Un professeur célèbrE! déclara catégoriquement que ",' désormais. Hitler allait sombrer dons l'oubU n. C'était en 1929. « Quotre ans plus tard, Hitler devenait lot maître de l'Allemagne. Ce qui montre de quelle prudence doivent faire preuve les chroniqueurs et spécialement . les professeurs. » Prudemment, le chroniqueur du " NewYork Times ", qui est aussi un profe sseur (Il. tout en notant que la tactique de Hitler n'est plus directement applicable aujourd' hui, avance cette conclusion : .. Si une grande crise survenait, les fascistes en puissance devront avoir recours à quelque choso de plus « à la page » que les vieux disques fendus du « Stürmer .. (2) ••• Ne pouvant prévoir les circonstances, je suis certain au moins de ceci : le fascisme de l'avenir, s'il devient uno force, sera différent (du fascisme d'Hitler et Mussollnil. ... Il peut avoir queiques ressemblances avec ses archétypes, mais il n'en sera pas une ' réplique exacte ». Cette analyse, les intéressés n'ont pas manqué de la faire eux-mêmes. Si, sur le fond. les groupements néo-nazis d'aujourd' hui sont les héritiers fidèles de l'hitlérisme, ils s'efforcent de renouveler leur tactique et l~ur propagande ; c'est même un des points essentiels sur lesquels portent leurs discussions, qui les divisent en plusieurs courants. Les uns, comptant - non sons raIson - sur un certain oubli ou sur l'igorance des jeunes générations, s'en tiennent aux doctrines de Hitler et adoptent pour insigne la croix gommée. D'outres pll,/s .. ' à la page », cherchent à '" coller ,. davantage avec l'actualité, et à user de formules plus souples. Leurs emblêmes sont (plus ou moins) nouveaux

la flèche runique (ou croix fléchée),

la « rune d'Odal » (sorte de " gamma » renversé) et surtout la croix celtique, adoptée par « Jeune Nation », puis l'O .A.S. et divers autres groupements d'Europe. Ainsi s'est créé ce que « Le Charivari» (mai 1962), appelle « le néo-national:sme européen », qu' il oppose au cc repli sur le passé n, cher à ce rtains hitlériens nostalgi ques. CETTE « adaptation » peut parfois masquer la nature exacte des organisations néo- nazies. Leur démagogie sociale et nationale, leur phraséologie « révolutionnaire 7J, l'utilisation qu'elles font de tous les mécontentements pour les détourner dans un sens antidémocrati que, certains thèmes de leur « idéologie » 50 ·1 journaux Ces organisations disposent d'une cinquantaine de publications en plusieurs langues, et leurs maisons d'édition diffusent de nombreux ouvrages à la gloire du nazisme, en premier lieu Il Mein Kampf » qui a été traduit ces dernières années en arabe, en espagnOl, en portugais (au Brésil) et en anglais. Leurs principaux organes de liaison sont les suivants: NATION EUROPA, édité en Allemagne, et qui traduit essentiellement la tendance du Mouvement Social Européen (ou du Mouvement Social Uni d'Europe) ; DEFENSE DE L'OCCIDENT, édité~ par Maurice Bardèche en France, dans le même esprit

Ces deux journaux sont les plus anciens parmi ceux qui maintiennent le contact entre les groupes néo-nazis. EUROPE REELLE, organe du Nouvel Ordre Européen, est dirigée par G.A. Amaudruz, et se distingue par sa particulière virulence raciste. THE NORT HERN EUROPEAN et THE VOICE OF THE NORDIC RACIAL NATIONALISM, organes du Cercle de l'Europe du Nord, diffusé surtout en Grande-Bretagne et dans les pays scandinaves. NATION _ EUROPE et JEUNE EUROPE, constitués par des pages intercalaires que publie en Belgique le Mouvement d'Action Civique (M.A.C.) dans son organe « Nation - Belgique ». A ces publications qui assurent la liaison entre les groupes néo-nazis des différents pays, s'ajoutent ceux qui sont édités par ces groupes eux-mèmes et que nous examinerons sépa rément. Ils reproduisent d' ailleurs fréquem. ment les informations et les a rticles parus dans les organes de liaison. qui les a ppa re ntent à des pol iticiens considé rés comme ~ . respectables », - tout cela peut entretenir la confusion. En fa it, il n'est pas difficile de déceler dans leur propogande ce qui caracté rise le fa scisme : l'excitation à la haine raciste, le goût de la violence, l' hostilité à la démocratie, le mépris de l'homme. De plus, l'observation des liens unissant, sur le plan national ou international, ces g roupes qui paraissent parfois_. COACurrents, ne laisse pas d'être instructive. Dès lors, on constatera : a) que le néo-nazisme n'est pas uniquement le fait de groupuscules plus ou moins clandestins se réclamant ouvertement de l'héritage hitléden ; b) que la frontière ;,'est pas toujours net tement tracée entre les groupes néo-nazis caractérisés et certains courants pol itiques de droite; cl qu'en général, le néo-nazisme n'est combattu que faiblement - quand il n'est pas encouragé - par les gouvernements des pays où il se manifeste (Europe occidentale, Amérique du Nord et du Sud, Moyen-Orient, Afrique du Sud), Cette dernière donnée se vérHie de façon flagrante en Argentine, où la police agit souvent en complicité directe avec les groupes fasci stes, et où le gouvernement a publié une déclaration déplorant la condamnation d'Eichmann ; de même, dans certains poys du Moyen-Orient, où d'anciens hitlériens occupent des postes dirigeants En d'autres cas, sous des formes et à des degrés divers, l'attitude du pouvoir varie du soutien ouvert ou occulte à une mansuétude qui peut sembler étrange à première vue. C'est que, trop souvent, les principoux thèmes idéologiques développés par les groupes néo'-nazis : anticommunisme, culte du chef, défense du colonialisme, cralsade antisaviétique, exaltation de la « civi lisation occidentale et chétienne lt, unité de l'Europe, etc ... , n'apparaissent que comme le grossi ssement, le prolongement outrancier d'une politique officielle qu'ils visent à ac centuer mais non pas à renverser tout en y puisant le principal de leur force . Un mol les définit : ce sont des « ultras ... Ainsi, l' irrédentisme du gouvernement de Bonn s'appuie sur l'agitation des a ssociations fascistes d ~émigrés (d'Allemagne dE l'Est, des Sudètes, de Pologne, d'U.R.S.S., etc ... ) qui pullulent en République Fédérale Allemande - et r,éciproquement, ces osso· ciations tirent bénéfice de la concordanet! de leurs thèses avec celles des autorités. Pareillement, alors que la politique du chan· celier Adenauer se fonde sur le renforcement constant de « la chose milita/ire lo, il ne saurait sévir contre les organisations d'an· ciens Waffen S.S. et autres, qui exaltent ICI « exploits » de la Wehrmacht nazie. SI l'Allemagne occidentale demeure aujourd' hui l'un des foyers du néo-nazisme, cela tienl moins à la persistance du « mouvemenl acquis ,. qu'aux tendances de la politiqUE actuelle qui remettent à l'ordre du Jour cer· tains aspects de la politique passée. On pourrait multiplier les exemples man· trant que les éléments néo-nazis se renfor· cent chaque fois que, dans un domaine quel. conque, les événements s'orientent dan.. Il sens de leur icféologie. Ains i, il est évident qu'aux Etats-Unis, la réalité des discrimina· t ions raciales, d'une part, et d'autre port, Îes conséquences de la guerre froide expli· quent la prolifération '-et le développemenl des organisations racistes et fasci stes, dont On sous-estime généralement l'importance. Quant à nous, Français, nous avons p~ voir comment la guerff d'Algérie, parce que sa poursuite just.ifiait leurs thèses et leur ~omportement, a permis à de petits groupes fasci stes de s'accroître démesurément, jusqu'à menacer les liberté s et la sécurité des citoyens. C'est dans ce contex,te généra l que l'on peut comprendre l'appréciation du " NewYork Times » sur les formes « nouvelles ,. d'agitation et de propagande auxquelles les fa scistes d'auj ourd'hui recourent, ce qui n'exclut pas, dans le cadre de la " division du travail », les références au passé hitlé rien . La pression exercée en permanence sur des gouvernements qu'ils accusent de poursuivre trop mollement certains des objectifs qu'il s se sont eux-mêmes fixés - tel est sans doute le plus efficace des moyens d'action dont di sposent les néo-nazis dans les circonstances actuelles. Le terra in étant a insi préporé, ils brûlent de prouver leur aptitude à atteindre ces objectifs par !ps moyens qui leur sant propres. Mais cela, ou fond, est-il tellement « nouveau ,. ? Et Arturo Ui n'o - t - il pas commencé sa q ' rés istible ascension » sous de semblables auspices ? L 'ETUDE de " l'internationale brune ,. présente aujourd'hui des diff icultés certaines. D'a bord pa rce que, depu is la fin de la guerre e lle n'a jamais été réa lisée d'une façon systéma tique et complète. re le dossier e l'internationale l' • neo-nazle KIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIItiiiIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUIIIII11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 DANS un article consacré au néo-nazisme, le « New-York Times » du 24 novembre dernier écrivait : "Tout semble rassurant, et pourtant, pouvons-nous nous sentir entièrement rassurés ? En 1924, Hitler était en prison. Beaucoup pensaient alors qu'il était finÎ. Un professeur célèbrE! déclara catégoriquement que ,,' désormais. Hitler allait sombrer dans l'oubl, i ". C'était en 1929. ct Quatre ans plus tard, Hitler devenait 1", maître de l'Allemagne. Ce qui montre de quelle prudence doivent faire preuve les chronÎqueurs et spécialement . les professeurs. » Prudemment, le chroniqueur du " NewYork Times », qui est aussi un professeur (1), tout en notant que la tactique de Hitler n'est plus directement applicable aujourd'hui, avance cette conclusion : .. Si une grande crise survenait, les fascistes en puissance devront avoir recours à quelque chose de plus « à la page » que les vieux disques fendus du « Stürmer " (2) ... Ne pouvant prévoir les circonstances, je suis certain au moins de ceci : le fascisme de l'avenir, s'il devient une force, sera différent (du fascisme d'Hitler et Mussollnil. ... Il peut avoir quelques ressemblances avec ses a rchétypes, mais il n'en sera pas une réplique exacte ». Cette analyse, les intéressés n'ont pas manqué de la foire eux-mêmes. Si, sur le fond. les groupements néo-nazis d'aujourd'hui sont les héritiers fidèles de l'hitlérisme, ils s'efforcent de renouveler leur tactique et I~ur propagande ; c'est même un des points essentiels sur lesquels portent leurs discussions, qui les divisent en plusieurs courants. Les uns, comptant - non sans rarson - sur un certain oubli ou sur l'igorance des jeunes générations, s'en tiennent aux doctrines de Hitler et adoptent pour insigne la croix gommée. D'autres pll,ls ... à la page l, cherchent à ". coller l davantage avec l'actualité, et à user de formules plus souples. Leurs emblêmes sont (plus ou moins) nouveaux

la flèche runique (ou croix fléchée),

la « rune d'Odal » (sorte de « gomma » renversé) et surtout la croix celtique, adoptée par « Jeune Notion », puis l'O.A.S. et divers outres groupements d'Europe. Ainsi s'est créé ce que « Le Charivari» (mai 1962), appelle « le néa-natianal:sme européen », qu'il oppose ou « repli sur le passé ", cher à certains hitlériens nostalgi ques. CETTE « adaptation » peut parfois masquer la nature exacte des organisations néo-nazies. Leur démagogie sociale et nationale, leur phraséologie « révolutionnaire », l'utilisation qu'elles font de tous les mécontentements pour les détourner dons un sens antidémocratique, certains thèmes de leur « idéologie » 50 · 1 journaux Ces organisations disposent d'une cinquanaine de publications en plusieurs langues, et eurs maisons d'édition diffusent de nombreux uv rages à la gloire du nazisme, en premier 'eu « Mein Kampf )) qui a été traduit ces derières années en arabe, en espagnol, en porugais (au Brésil) et en anglais. Leurs principaux organes de liaison sont les uivants : NATION EUROPA, édité en Allemagne, et ui traduit essentiellement la tendance du ouvement Social Européen (ou du Mouveent Social Uni d'Europe) ; DEFENSE DE L'OCCIDENT, édité' par MauIce Bardèche en France, dans le même esrit; Ces deux journaux sont les plus anciens armi ceux qui maintiennent le contact entre s groupes néo-nazis, EUROPE REELLE, organe du Nouvel Ordre uropéen, est dirigée par G.A. Amaudruz, et distingue par sa particulière virulence raste. THE NORTHERN EUROPEAN et THE VOIE OF THE NORDIC RACIAL NATIONAISM, organes du Cercle de l'Europe du Nord, . fusé surtout en Grande-Bretagne et dans pays scandinaves. NATION - EUROPE et JEUNE EUROPE, nstitués par des pages intercalaires que blie en Belgique le Mouvement d'Action Cique (M.A.C.) dans son organe « Nation - Igique )). A ces publications qui assurent la liaison tre les groupes néo-nazis des différents pays, joutent ceux qui sont édités par ces groueux- mêmes et que nous examinerons sépaent. Ils reproduisent d'ailleurs fréquemnt les informations et les articles parus ns les organes de liaison. qLli les apparentent à des politiciens considérés comme ~ respectables », - tout cela peut entretenir la confusion. En fait, il n'est pas difficile de déceler dans leur propagande ce qui caractérise le fascisme : l'excitation à la haine raciste, le goût de la violence, l'hostilité à la démocratie, le mépris de l'homme. De plus, l'observation des liens unissant, sur le plon national ou international, ces groupes qui paraissent porfois_.concurrents, ne laisse pas d'être instructive. Dès lors, on constatera : 0) que le néo-nazisme n'est pas uniquement le fait de groupuscules plus ou moins clandestins se réclamant ouvertement de l'héritage hitlér.ien ; b) que la frontière n'est pas toujours nettement tracée' entre les groupes néo-nazis caractérisés et certains courants politiques de droite; c) qu'en général, le néo-nazisme n'est combattu que faiblement - quand il n'est pas encouragé - par les gouvernements des pays où il se manifeste (Europe occidentale, Amérique du Nord et du Sud, Moyen-Orient, Afrique du Sud) . . Cette dernière donnée se vér.ifie de façon flagrante en Argentine, où la palice agit souvent en complicité directe avec les groupes fascistes, et où le gouvernement a publié une déclaration déplorant la condamnation d'Eichmann ; de même, dans certains pays du Moyen-Orient, où d'anciens hitlériens occupent des postes dirigeants En d'outres cas, sous des formes et à des degrés divers, l'attitude du pouvoir varie du soutien ouvert au occulte à une mansuétude qui peut sembler étrange à première vue. C'est que, trop souvent, les principoux thèmes idéologiques développés par les groupes néo-nazis : anticommunisme, culte du chef, défense du colonialisme, croisade antisoviétique, exaltation de la « civilisation occidentale et chétienne ., unité de l'Europe, etc ... , n'apparaissent que comme le grossissement, le prolongement outrancier d'une politique officielle qu'ils visent à oc · centuer mois non pas à renverser tout en y puisant le principal de leur force. Un mot les définit : ce sant des " ultras D. Ainsi, l'irrédentisme du gouvernement de Bonn s'appuie sur l'agitation des associations fascistes d~émigrés (d'Allemagne de l'Est, des Sudètes, de Pologne, d'U.R.S.S., etc .. .) qui pullulent en République Fédérale Allemande - et réciproquement, ces associations tirent bénéfice de la concordance. de leurs thèses avec celles des autorités. Pareillement, alors que la politique du chancelier A'denauer se fonde sur le renforcement constant de « la chose militalire ., il ne saurait sévir contre les organisations d'anciens Waffen S.S. et outres, qui exaltent les « exploits » de la Wehrmacht nazie. Si l'Allemagne occidentale demeure aujourd'hui l'un des foyers du néo-nazisme, cela tient mains à la persistance du « mouvement acquis » qu'aux tendances de la politique actuelle qui remettent à l'ordre du jour certains aspects de la politique passée. On pourrait multiplier les exemples montrant que les éléments néo-nazis se renforcent choque fais qu(;:, dons un domaine quelconque, les événements s'orientent don,. le sens de leur idéologie. Ainsi, il est évident qu'aux Etats-Unis, la réalité des discriminations raciales, d'une part, et d'outre port, ies conséquences de la guerre froide expliquent la prolifération ·'et le développement des organisations racistes et fascistes, dont on sous-estime généralement l'importance. Quant à nous, Fronçais, nous avons pu voir comment la guerrf d'Algérie, parce que sa poursuite justifiait leurs thèses et leur

omportement, a permis à de petits groupes

fascistes de s'accroître démesurément, jusqu'à menacer les libertés et la sécurité des citoyens. C'est dons ce contexte général que l'on peut comprendre l'appréciation du " NewYork Times » sur les formes « nouvelles • d'agitation et de propagande ouxqu(;:lIes les fascistes d'aujourd'hui recourent, ce qui n'exclut pas, dons le cadre de la « division du travail », les références ou passé hitlérien. La pression exercée en permanence sur des gouvernements qu'ils accusent de poursuivre trop mollement certains des objectifs qu'ils se sont eux-mêmes fixés - tel est sons doute le plus efficace des moyens d'action dont disposent les néo-nazis dons les circonstances actuelles. Le terrain étant ainsi préporé, ils brûlent de prouver leur aptitude à atteindre ces objectifs par Ips moyens qui leur sont propres. Mois cela, ou fond, est-il tellement « nouveau ,. ? Et Arturo Ui n'o-t-il pas commencé sa q résistible ascension » sous de semblables auspices ? L 'ETUDE de « l'internationale brune • présente aujourd'hui des difficultés certaines. D'abord parce que, depuis la fin de la guerre elle n'a jamais été réalisée d' une façon systématique et complète. Ensuite parce qu'on doit considérer à la fois trois sortes de groupes, selon l'origine sociale de leurs éléments constituant~ : anciens nazis regroupés après la défaite de Hitler et conspirant dons un esprit de revanche (surtout en Allemagne) ; racistes luttant pour défendre la société qui assure leur .. supériorité » (Sud des Etats-Unis, Afrique du Sud) ; anciens coloniaux oyant perdu leurs p~ivH-èges. Mo-is, depuis un certain 'emps, ces trois sortes de groupes tendent à s'amalgamer, à unir leurs forces : les organisations racistes des Etats-Unis et d~'Afrique du Sud exercent une influence croissante dans les instances internationales; l'O.A.S., dont les succès font l'Cldmirot, ion de tous les outres groupes, a reçu un ~outien des plus précieux de la port des associatior. ls belges rassemblant les « anciens » du' Congo, mois aussi de la part des organisations plus anciennes d'Allemagne, d'Italie et de l'Espogne ; le Mouvement d'Action Civique (M.A.C'), organisation belge récente, Q donné naissance à des filiales dons plucieurs pays, qUi collaborent étroitement avec les formations ouvertement hitlériennes. Enfin, il convient de soul ignr que les efforts d'unification sur le plon international, qui correspondent à une nécessité reconnue par tous, donnent lieu à des initiat ives multiples et porfois contradictoires. II existe plusieurs réseaux néo- nazis, à !o fois concurrents et enchevêtrés les uns dans les outres, les tendances diverses se disputant les groupes locaux, et essayant de s'assurer la prépondérance. Pour toutes ces raisons, l'enquête que nous commençons ici présentera des lacunes et peut-être des erreurs. Nous n'avons d'outre ambition que d'apporter un peu de clarté dans ce domaine, de façon que les antiracistes, les antifascistes soient à même d'en juger. Cor s'il est vrai que le danger néo-nazi existe, et qu'il fout en tenir compte, nous ne ' sourions oublier que les peuples, à travers une dure expérience ont acquis la volonté de s'y apposer fermement. Encore doivent- ils être informés ' pour être vigilants et briser inlassablement chacune des ten. tatives visant à les diviser, à les asservi r, et à les jeter les uns contre les outres. C'est à ce prix que 10 démocrat.ie l'emportera. Albert LEVY. Cl ) H. R. Trevor-Roper, professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Oxford. (2) Journal antisémite. publié en Allemagne

1azie.

Un peu d·histoire Au lendemain de la défaite d'Hitler, ce fut, pour les nazis d'Allemagne et d'al11eurs, la' grande débandade. Grâce au trésor de guerre accumulé par eux' (notamment en Suisse) et à diverses complicités, leur première tache fut de mettre sur pied leurs réseaux d'évasion. Skorzeny, spécialiste en la matière, joua un grand rôle dans ces activités, centralisées par l'organisation O.D.E.S.S.A. (Organisation des ressortissants de la S.S.). Beaucoup d'anciens nazis ont suivi la filière utilisée par Eichmann, passant par l'Autriche, l'Italie et aboutissant en Amérique du Sud, où se trouvaient déjà de nombreux Allemands. D'autres ont trouvé refuge en Espagne franquiste, dernier bastion du fascisme en Europe, qui devint une véritable plaque tournante du sauvetage des nazis. Certains s'y trouvent encore, qu'ils soient allemands ou d'autres origines, tels Darquier de Pellepoix, ex-commissaire aux questions juives de Vichy, ou Léon Degrelle, qui dirigea le mouvement « l'existe » et la « légion antibolchevique » en Belgique. D'autres hitlériens enfin, se sont répandUS dans les pays d;u Moyen-Orient, voire en Afrique, où ils ont offert leurs services de « techniciens », et certains anciens S.S. ne trouvèrent rien de mieux que de s'engager, en France, dans la Légion Etrangère. Mais beaucoup de complices d'Hitler restèrent sur place, en Allemagne et dans les pays précédemment occupés, soit qu'ils aient pu se cacher, soit qu'ils bénéficient de hautes protections. Les moins compromis ou les moins connus prirent la relève, organisèrent les contacts ; c'est ainsi que se constituèrent les premiers groupes néo-nazis. Nous étudierons ultérieurement, pays par pays, leur évolution et les formations existantes aujourd'hui. En ce qui concerne les liaisons internationales, on peut distinguer les phases suivantes : Dès mars 1950, une réunion se tient à Rome, entre représentants des groupes d'Allemagne, de France, d'Italie (Mouvement Social Ita1ien), de Grande-Bretagne (Mosley), de Suède (Per Engdahl). Ils préparent la première conférence "internationale néo-nazie, qUi a lieu dans cette même ville le 22 octobre 1950 et aboutit à la création du premier Comité Européen de Liajson. Parmi ses membres: K.H. Priester (Allemagne) qui en est le dirigeant reconnu, Per Engdahl (Suède) et Maurice Bardèche (France). Bientôt, l'organisation étend son influence et ses contacts. Le 12 mai 1951, c'est à Malmoe (Suède) qu'est créé le Mouvement Social Européen, sous l 'égide du Comité de Liaison, avec la participation de représentants des pays suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, ---- --Degrelle photographié récemment en Espagne (Jars du mariage de sa fille). Sur 50 poitrine, la croix de fer et la croÎx gammée. France, Grande-Bretagne, Italie, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse, ainsi que des groupes d'émigrés hongrois. Amaudruz (Suisse) et J.a. Debbaudt (Belgique). Mais une scission a lieu ; certains groupes appartenant au Mouvement Social Européen se réunissent à Zurich (septembre 1951) puis à Paris (janvier 1952) et forment le Bureau Européen de Liaison, dirigé notamment par René Binet (France) et G.A. Amaudruz (Suisse). Des groupements d'Espagne et du Portugal sont représentés dans cet organisme. Toutefois une tentative de réunification a lieu à Paris (janvier 1953) par la création du Mouvement des Peuples Européens, auquel se joignent, pour la première fois des groupes d'Argentine et des Etats-Unis. Parmi les dirigeants, signalons, avec Bardèche, l'Allemand Otto Strasser. Ces contacts n'empêchant pas le Bureau Européen de Liaison de créer, à Hanovre, en Janvier 1954 le Nouvel Ordre Européen, comprenant des délégUés d'Allemagne, de Belgique, de France, des Pays-Bas, de Suisse, de Suède, ainsi que d'Argentine et des Etats-Unis. Par la suite, des éléments espagnols, turcs, irlandais, arabes, canadiens et des émigrés hongrois, apporteront leur concours. Très active, cette organisation qui a tenu de nombreuses conférences internationales, est dirigée notamment par G.A. En décembre 1957, après une conférence tenue à Salzbourg, le Mouvement des Peuples Européens fusionne dans le Mouvement Social Uni d'Europe. En 1959, à Vienne, création de la Légion Européenne des Jeunes. Le 20 mai 1961, se constitue à Norfolk (Grande-Bretagne) le Cercle de l'Europe du Nord, dans lequel, assez étrangement, se manifestent pour la première fois des représentants de... l'Afrique du Sud, aux côtés de délégués belges, allemands, danois, britanniques, islandais, italiens, norvégiens, suédois et américains. En 1962, enfin, il convient de signaler trois courants nouveaux : - La création à Venise, par Mosley (Grande-Bretagne), von Thadden (Allemagne), J. Thiriart (Belgique) et A. Loredan Italie) du Parti National Européen. - Les activités de la Jeune Légion Européenne dont le siège est à Bruxelles, et qui a des liaisons en Autriche, en Allemagne, en France, en Italie, en HoHande et en Espagne. - La création à costwolds (Grande-Bretagne) en août, de l'Union Mondiale des Nationaux-Socialistes, par les deux führers anglais et américain, Jordan Colin et Rockwell. (A SUIVRE.) el LA la tiOI de : entre fer . on, que contre 1 sentés à soutint ( à la natl entre del cerner I, donc pas tre quelq L'attitt au sujet 1 et demeu Reine Vi de. toute~ à ne pas discrimir En vérit dition de racial, de 1 nes, ùe m, valeur de 1 sommes fi, si longtem] minations ques Roma quand leur et celles q début du ] fonction o. un Catholil nistre de la jours été ( pendemmen tique ou ra nous avon: aux émig-r~ lutions_ fra réfugiés lib pays oppril nous avom milliers de Avec ùn nous repr de craindre haines raci: tel degré q. particulière Ce qui peut nier elle s'est f( sécurité et Mais la n dant cette la réprobatil les doctrine: tra que la ment étrang femmes app: Il en est de s'est ajouté contre les suite de guerre d'ori, tan, des At recherche au cours del la première ment identif du plus grar ils détiendra Que) représ! des femmes perturbation tence. Dans concurrence ploi (bi en pandu, il est de ceux qui puissent le a le problèm Bretagne pénurie de trouble Qui de "je de cel du fait de C 'EST tion migrat bo rée il y ernalionale 1 • neo-nazle 1II111111111111111111111UIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11111111111111111111·1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 Ensuite parce qu'on doit considérer à la fois trois sortes de groupes, selon l'origine sociale de leurs éléments constituants : anciens nazis regroupés après la défaite de Hitler et conspirant dans un esprit de revanche (surtout en Allemagne) ; racistes luttant pour défendre la société qui assure leur « supériorité » (Sud des Etats-Unis, Afrique existe plusieurs réseaux néo-nazis, à la fois concurrents et enchevêtrés les uns dans les autres, les tendances diverses se disputant les groupes locaux, et essayant de s'assurer la prépondérance. du Sud) ; anciens coloniaux ayant perdu ltours privHèges. Ma;s, depuis un certain temps, ces trois sartes de groupes tendent à s'amalgamer, à unir leurs forces : les organisations racistes des Etats-Unis et d'Afrique du Sud exercent une influence croissante dans les instances internatiano. les; l'O.A.S., dont les succès font l'Cldmirat;' ion de tous les autres groupes, a reçu un ~outien des plus précieux de la part des as~ aciatior.ls belges rassemblant les « anciens » du' Congo, mais aussi de la part des organisations plus anciennes d'Allemagne, d'Italie et de l'Espogne ; le Mouvement d'Action Civique (M.A.C'), organisation belge récente, Q donné naissance à des filiales dans plucieurs pays, qUi collaborent étroitement avec les formations ouvertement hitlériennes. Pour toutes ces raisons, l'enquête que nous commençons ici présentera des lacunes et peut-être des er.reurs. Nous n'avons d'outre ambition que d'apporter un peu de clarté dons ce domaine, de façon que les antiracistes, les antifascistes soient à même d'en juger. Enfin, il convient de saulignr que les efforts d'unification sur le plan international, qui correspondent à une nécessité reconnue par tous, donnent lieu à des initiatives multiples et porfois contradictoires. Il Cor s'il est vrai que le danger néo-nazi existe, et qu'il faut en tenir compte, nous ne -sourions oublier que les peuples, à travers une dure expérience ont acquis la volonté de s'y opposer fermement. Encore doivent- ils être informés ' pour être vigilants et briser inlassablement chacune des ten. tatives visant à les diviser, à les asservir, et à les. jeter les uns contre les autres. C'est à ce prix que la démocrat.ie l'emportero. Albert LEVY. (J) H. R. T revor-Raper, professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Oxford. (2) Journol antisémite . publié en Allemagne "azie. Un peu d·histoire Au lendemain de la défaite d'Hitler, ce fut, pour les nazIs d'Allemagne et d'ailleurs, la' grande débandade. Grâce au trésor de guerre accumulé par eux (notamment en Suisse) et à diverses complicités, leur première tâche fut de mettre sur pied leurs réseaux d'évasion. Skorzeny, spécialiste en la matière, joua un grand rôle dans ces activités, centralisées par l'organisation O.D.E.S.S.A. (Organisation des ressortis: sants de la S.S.). Beaucoup d'anciens nazis ont suivi la filière utilisée par Eichmann, passant par l'Autriche, l'Italie et aboutissant en Amérique du Sud, où se trouvaient déjà de nombreux Allemands. D'autres ont trouvé refuge en Espagne franquiste, dernier bastion du fascisme en Europe, qui devint une véritable plaque tournante du sauvetage des nazis. Certains s'y trouvent encore, qu'ils soient allemands ou d'autres origines, tels Darquier de Pellepoix, ex-commissaire aux questions juives de Vichy, ou Léon Degrelle, qui dirigea le mouvement « rexiste » et la « légion antibolchevique » en Belgique. D'autrés hitlériens enfin, se sont répandus dans les pays d;u Moyen-Orient, voire en Afrique, où ils ont offert leurs services de « techniciens », et certains anciens S.S. ne trouvèrent rien de mieux que de s'engager, en France, dans la Légion Etrangère. . Mais beaucoup de complices d'Hitler restèrent sur place, en Allemagne et dans les pays précédemment occupés, soit qu'ils aient pu se cacher, soit qu'ils bénéficient de hautes protections. Les moins compromis ou les moins connus prirent la relève, organisèrent les contacts ; c'est ainsi que se constituèrent les premiers groupes néo-nazis. Nous étudierons ultérieurement, pays par pays, leur évolution et les formations existantes aujourd'hui. En ce qui concerne les liaisons internationales, on peut distinguer les phases suivantes : Dès mars 1950, une réunion se tient à Rome, entre représentants des groupes d'Allemagne, de France, d'Italie (Mouvement Social Italien), de Grande-Bretagne (Mosley), de Suède (Per Engdahl). Ils préparent la première conférence ' internationale néo-nazie, qUi a lieu dans cette même ville le 22 octobre 1950 et aboutit à la création du premier Comité Européen de Liaj·son. Parmi ses membres: K.H. Priester (Allemagne) qui en est le dirigeant reconnu, Per Engdahl Suède) et Maurice Bardèche (France). Bientôt, l'organisation étend son influence et ses contacts. Le 12 mai 1951, c'est à Malmoe (Suède) qu' est créé le Mouvement Social Européen, sous l'égide du Comité de Liaison, avec la participation de représentants des pays suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, --_. --- Degrelle photographié récemment en Espagne (lors du mariage de sa fille). Sur sa poitrine, la croix de fer et la croÎx gammée. France, Grande-Bretagne, Italie, Norvège, Amaudruz (Suisse) et J.R. Debbaudt (Bel- Pays-Bas, Suède, Suisse, ainsi que des gique). (A SUIVRE.) groupes d'émigrés hongrois. En décembre 1957, après une conférence Mais une scission a lieu; certains grou- tenue à Salzbourg, le Mouvement des Peupes appartenant au Mouvement Social Eu- pIes Européens fusionne dans le Mouvement ropéen se réunissent à Zurich (septembre Social Uni d'Europe. En 1959, à Vienne, 1951) puis à Paris (janvier 1952) et forment création de la Légion Européenne des Jeule Bureau Européen de Liaison, dirigé no- nes. Le 20 mai 1961 , se constitue à Nortamment par René Binet (France) et G.A. folk (Grande-Bretagne) le Cercle de l'Eu- Amaudruz (Suisse). Des groupements d'Es- l'ope du Nord, dans lequel, assez étrangepagne et du Portugal sont représentés dans ment, se manifestent pour la première fois tet organisme. des représentants de... l'Afrique du Sud, Toutefois une tentative de réunification aux côtés de délégués belges, allemands, a lieu à Paris (janvier 1953) par la création danois, britanniques, islandais, ita!iens, du Mouvement des Peuples Européens, au- norvégiens, suédois et américains. quel se Joignent, pour la première fois des En 1962, enfin, il convient de signaler groupes d'Argentine et des Etats-Unis. Par- trois courants nouveaux : mi les dirigeants, signalons, avec Bardèche, _ La création à Venise, par Mosley l'Allemand Otto Strasser. (Grande-Bretagne), von Thadden (Allema- Ces contacts n 'empêchant pas le Bureau gne), J . Thiriart (Belgique) et A. Loredan Européen de Liaison de créer, à Hanovre, (Italie) du Parti National Européen. en janvier 1954 le Nouvel Ordre Européen, _ Les activités de la Jeune Légion Eucomprenant des délégUés d'Allemagne, de rOl)éenne dont le siège est à Bruxelles, et Belgique, de France, des Pays-B~s, de qui a des liaisons en Autriche, en Allema- Suisse, de Suède, ainsi que d'Argentine et gne, en France, en Italie, en Hollande et des Etats-Unis. Par la suite, des éléments en Espagne. espagnOls, turcs, irlandais, arabes, cana- _ La création à costwolds (Grande-Brediens et des émigrés hongrois, apporteront tagne) en août, de l'Union Mondiale des leur concours. Nationaux-Socialistes, par les deux führers Très active, cette organisation qui a anglais et américain, Jordan Colin et tenu de nombreuses conférences interna- Rockwell. tionales, est dirigée notamment par G.A. 7 Le raci•s me et les bien· pensants LA loi anglaise interdit les relations sexuelles entre personnes de sexe masculin, mais non pas entre femmes. La raison en est, dit- . on, que lorsque des projets de loi contre l'homosexualité furent présentés à la Reine Victoria, celle-ci soutint que de tels actes contraires à la nature, s'ils peuvent avoir lieu entre des hommes ne sauraient concerner le sexe féminin. Il n'était donc pas nécessaire de légiférer contre quelque chose qui n'existait pas. L'attitude de beaucoup d'Anglais au sujet du racisme a longtemps été, et demeure, comparable à celle de la Reine Victoria. Ils ferment les yeux de toutes leurs forces, et s'obstinent à ne pas les ouvrir sur la réalité des discriminations raciales. En vérité, nous avons une longue tradition de tolérance dans le domaine racial, de tolérance dans tous les domaines, de même qu'une foi innée dans la valeur de la liberté d'expression, et nous sommes fiers qu'il en soit ainsi depuis si longtemps dans notre pays. Les discr!minations politiques envers les Catholiques Romains ont été abolies en 1829, quand leur fut accordé le droit de vote, et celles qui visaient les Juifs dès le début du 19" siècle. Aujourd'hui la seule fonction officielle que ne peut exercer un Catholique Romain est celle de Mini stre de la Justice. Nos rivages ont toujours été ouverts aux étrangers, indépendemment de leur ' appartenance politique ou raciale, et, à travers les siècles, nous avons accordé refuge aussi bien aux émigrés aristocrates après les révolutions, française et soviétique, qu'aux réfugiés libéraux et révolutionnaires des pays opprimés: et au temps d'Hitler, nous avons accueilli des centaines de milliers de juifs. Avec ùn tel passé, que pourrions-nous nous reprocher? Est-il raisonnable de craindre .que les discriminations et les haines raciales atteignent chez nous un tel degré qu'elles exigent une législation particulière pour les juguler? Ce qui est vrai, c'est que, si on ne peut nier cette ferme tradition libérale, elle s'est fondée dans une période de sécurité et de prospérité. Mais la montée de l'antisémitisme pendant cette période, bien que freinée par la réprobation générale que provoquaient les doctrines et les actes de Hitler, montra que la haine raciale n'était pas tellement étrangère à des hommes et à des femmes apparemment « comme il faut :1. Il en est de même aujourd'hui, et à cela s'est ajouté un nouveau racisme dirigé contre les gcns de couleur. Ce fait résulte de l'afflux important depuis la guerre d'originaires de 1'.Inde, du P~kis tan des Antilles, d'Afnque, tous a la recherche de travail - un demi-million au cours des dix dernières années. Pour la première fois, ces étrangers faci lement identifiables (étrangers aux yeu:'C du plus grand nombre quand bien. mê~e ils détiendraient un passeport bntanmque) représentent pour cles hommes et des femmes modestes de ce pays une perturbation de leurs conditions d'existence. Dans quelques secteurs, il y a concurrence dans le domaine de l'emploi (bien que le chômage soit peu répandu, il est suffisant pour que beaucoup de ceux qui ne le subissent pas encore puissent le craindre) : mais surtout, il y a le problème de l'habitation, la GrandeBretagne souffrant encore d'une ~aye pénurie de logements ; il Y a enfin le trouble qui peut intervenir dans le mode de vie de certaines communautés locale ~ du fait de la présence d'immigrés. C'EST dans le cad re de cette situation que s'in scrit la Loi sur l'Immigration (Immigration Act) élaborée il y a six mois par le Gouverne- Lord Walston, qui siège à la Chambre des Lords sur les bancs travaillistes, fait autorité, sur le plan international dans le domaine de l'agriculture, qui est sa spécialité. Mais il est aussi connu pour son action antiraciste. En mai 1962, il a présenté un projet de loi tendant à réprimer les discriminations raciales et religieuses, texte qui a été repoussé par la Chambre des Lords ; au cours de l'été dernier, il se trouvait avec d'autres personnalités, à la tête du mouvement de protestation eontre les menées néo-nazies en Grande-Bre· tagne, Membre de la Société Royale du Commonwealth, Lord Walston joue également un rôle actif au sein de l'Association Anglo-Antillaise, et du Conseil National pour les Libertés Civiles. Les anth'acistes fra.nçais liront avec un vif intérêt l'article dont Lord Walston a bien voulu honorer notre journal, témoignage de la solidarité unissant tous ceux qui luttent, où que ce soit, pour la tolérance et la fraternité humaine. ne ment, et qui, pour la première fois dans l'histoire, limite le droit d'entrée des citoyens du Commonwealth sur le territoire du Royaume-Uni. Les chiffres publiés récemment montrent qu'en fait ces mesures restrictives n'ont été appliquées qu'à un petit nombre de postulants: 1680 perso~nes se sont vues r~fuser .le visa d'entree, au cours du premier mOIs· Mais cela représente 21 % du total. Et en dehors de l'effet psychologique résultant de cette mesure dans les pays du Commonwealth eux-mêmes, cette loi a établi en tout état de cause une différenciation entre les blancs et hommes de couleur. Dans le méme temps, s'est produite une soudaine résurgence du néofascisme accompagnée d'une. pr?p~gande publique en faveur des dlscnmlnations raciales. « IVlaintenez la GrandeBretagne blanche » et « Débarrassez la Grande-Bretagne des juifs » : ces slogans apparaisse~1t d,e plus en plus s~)Uvent. Ceux qUI reclament une actton gouvernemef!tale pou.r prohi!er de telles excitations a la ha1l1e raCiale se sont heurtés bien sûr, à l'opposition de ceux qui. sa~s être eux-mêmes racistes, entendent pour des raisons politiques, ménager 'ceux qui le sont: à quoi s'ajoute encore, l'opposition de ceux q.ui, attachés sincèrement à une conception erronée du libéralisme, soutiennent que la liberté d'expression est un droit trop sacré pour qu'on y porte la m01l1dre atteinte. C'est en vain qu'on leur rappelle que les lois ex!stantes ~ontre l~s injures et les calomnies constituent dejà des atteintes à la liberté d'expression: et que les lois coptre les délit~ sexuels ou même le controle sur les bOIssons ou la vente de certains produits portent atteinte à la liherté individuelle. Pourvu semblent estimer ces gens-là, qu'un An~lais s'abst!enne de pr?faner le nom de Dieu et SOIt pOurSUiVI par les tribunaux s'il calomnie son prochain : pourvu qu'il ne pratique aucun acte sexuel ('ontraire à la nature et ne vende pa~ de boissom alcoolisées avant 6 heures du matin et anrès TO heures et demie du soi r, et qu'il n'ouvre pas sa bOl1- tique le dimanche, alors il peut. au nom sacré de la Liberté d'E;xpression et de la Liberté Individuelle, exciter ses con- (Suite page 8' 8 LA VIE DU M. R. A. P. LA CARTE 1963 Heureux Si vous n'avez pas versé encore votre cotisation ••• Nos amis reçoivent ces jours-ci la corte du M.R.A.P. 1963. Déjà, nous parviennent les premières adhésions pour l'année nouvelle, et nous devons remercier tout particulièrement ceux qui, répondant aussitôt à notre appel, montrent ainsi l'intérêt qu'ils portent à notre action. Le cteurs de .. Droit et Liberté .. qui n'avez pas encore accompli ce geste tradi tionnel (par manque de temps ou par négligence), nous ne doutons pas que vous voudrez vous joindre rapidement aux nombreux antiracistes unis autour de notre Mouvement. La compagne des adhésions, qui se déroule ou début de chaque année, est l'une de celles qui permet le mieux de .. tâter le pouls .. d'une organisation. Or, les premiers résultats, les lettres de voeux et d'amitié qui accompagnent les mandats témoIgnent de la santé du M.R.A.P., de la popularité dont il jouit dons les milieux les plus divers. Inutile de dire combien cela nous fait chaud ou coeur ! Mois disons aussi l'importance que cette compagne revêt sur le plon financier. Après une année 1962 qui fut particulièrement riche en activités, et que nous avons pu fimr dons de meilleures conditions que la précédente, voilà de nouveau que surgissent les échéances pressantes imposées par la vie quotidienne de notre Mouvement, par la sortie du journal, par toute notre action, qui ne saurait faiblir à l'heure où l'internationale brune redouble d'agressivité, où Poujade reprend ses excita tions à la haine, où tant d'événements appellent notre vigilance et notre riposte. Fout-il répéter que le M.R.A.P., votre Mouvement, sera, chers omis, ce que vous en ferez. Ses initiatives, ses réalisations dépendent uniquement du soutien qu'il reçoit, et leur ampleur n'a d'outres limites que celles des moyens qui lui seront fournis. C'est la conscience, la générosité de choque adhérent qui, une fois de plus, contribuera aux succès de notre couse commune. Aussi est-ce trop peu que de dire que nous comptons sur vous : en fa it, chacun doit compter sur lu i-même pour rendre le M.R.A.P. plus fort et plus efficace encore, capable de faire face aux grondes tâches de 1963. L'école du militant antiraciste ••• et si vous l'avez versée L'lEcole du militant antiraciste, organisée par le M.R.A.P. à l'intention de la jeunesse, poursuit ses activités avec succès . Les sujets traités et débattus au cours des premières séances ont été, rappelonsle

le racisme et la jeunesse (exposé

d'Albert Lévy) ; le racisme devant les sciences humaines (exposé de l'historien Jean Bruhat) ; le racisme devant les sciences naturelles (exposé du professeur Paul Chauchard, qui a eu lieu le vendredi 11 janvier). ST si vous avez déjà versé votre cotisation, si vous avez accompli votre devoir, permettez-nous de vous dire également ceci : Vous avez compris la nécessité, la grandeur de notre action, qui est l'honneur du peuple fran çais, et nous sommes heureux de votre concours. Vous savez qu'une telle action doit englober toujours plus d'hommes et de femmes de bonne volonté, si nous voulons vaincre les préjugés et les haines qui font tant de mal aujourd'hui encore. Si chaque adhérent du M.R.A.P., qu'il soit ancien ou nouveau, faisait l'effort de pla cer autour de lui deux ou trois cortes, notre " force de frappe .. serait multipliée d'autant. N'est-ce pas réalisable , Ne trouverez-vous pas autour de vous deux ou trois omis q ui vous remercieraient de leur avoir fa it connaitre l'action du M.R.A.P. et donné l'occasion d'y contribuer ' Les prochaines séances auront lieu a 21 heures les vendredis 25 janvier, 8 février et 22 février, au siège du M.R.A.P., 30, rue des J eûneurs, avec, successivement, les thèmes suivants : D'aucuns nous reprocheront peut-être de n'être jamais satisfaits, de vouloir toujours davantage. C'est que, sons doute, nous nous serons mol expliqués. Répétons pour eux que notre insistance n'est dictée par rien d'outre que l'intérêt de tous. Et si nous demandons à certa ins de foire mieux, c'est le dévouement amical, l'arde ur désintéressée de tant de militants et d'omis qui nous y encourage. • Le racisme antijuif, par Mme Madeleine Reberioux, professeur agrégé. • Le racisme antinoir, par l'écrivain William Gardner Smith. • Comment combatt re le racisme '? par M' J ean Schapira, membre du Bureau National du M.R.A.P. LE RACISME ET LES BIEN-PENSANTS (Suite de la page 7) temporains à haïr certains membres de la communauté humaine, à refuser de servir à manger ou à boire et de louer un logement à des gens dont la race ou la couleur lui déplaisent. Ces gens-là prétendent que la Loi sur l'Ordre P ublic (Public Order Act) de 1936 donne aux autorités suffisamment de pouvoirs pour empêcher les abus vraiment graves - et c'est d'ailleurs en vertu de cette loi que les dirigeants du Mouvement National Socialiste viennent d'être poursuivis et condamnés, et que certaines réunions néo-fascistes, en méme. temps que celles de leurs opposants et de certaines organisations pacifistes, ont été interdites. Cette loi, adoptée à l'origine pour fai r e échec à l'Union Britannique des Fascistes et à d'autres organisations antisémites, interdit l'usage d'unifo rmes dans le cadre d'une action politique, inter di t les organisations para-militair.es, in terdit les actes agressifs susceptihles de porter atteinte à la paix publi_que, et donne à la police le dr oit d'interdire les défilés ou manifestations publifJues lorsque l'ordre peut en être troublé. MAIS en dépit des dispositions de cette loi, un courant g randissant de l'opinion affirme auj ourd'hui fl ue les discriminations raciales et les excitations publiques à la haine raciste portent atteinte à la dignité du pays et doivent être, en conséquence, interdites par la loi. Ces derniers temps, dans les cieux Chambres, des membres du Labour Party ont tenté de faire adopter une législation dans ce sens, mais ils ont échoué. D'autres tentatives seront faites au cours de la présente session. Il se peut que le gouvernement soit amené il proposer lui-même cie telles mesures. Qu'il le fasse ou nOI1, il reste que désormais, la voix de la fraternité humaine a retenti, et qu'elle se fera toujours plus forte jusqu'à ce que l'opinion tout entière ait compris que, sous le manteau d'une apparente tolérance peut croître. en fait, une intolérance pa rticuli èrement nocive. Lord WALSTON. Julien AUBART, Trésorier dw M .R.A.P. (Il est encore possible de s'inscrire pour les trois dernières soirées). Après le gala antiraciste Un peu tardivement je viens vous dire le plaisir que nOus .avons pri:; à cet· te belle soi rée du 18 novembre ... L 'amie qui était venue à la place de mon mari - retenu par les élections - est tellement enthowsiaste qu'elle nous prie de vous remettre un chèque de 15 francs pour un abonnement à « Droit et Liberté ». Un camarade de travail de mon mar i, à qui celui·ci avait offert deux places, n 'est pas moins enthousiaste et veut revenir l'année pro chaine ... Mme VANLERBERGHE Saint-Gratien Un soldat de Blois ... Je vous souhaite une bonne continuation dans votre combat juste et génereux... . A. S., Voeux de 'Conakry ... J'ai l 'honneur et le plaisir de vous remercier pour l'envoi de votre journal « Droit et Liber té Il qui m'a vivement intéressé, ainsi que mon entourage... Je vous adresse mes voeux de réussite pour l'oeuvre humaine que vous entreprenez pour l'égalité entre toutes les races du monde. Qwe Dieu vous donne longue vie, bonheur et prospérité. J'espère que vos efforts ne seront pas vains et que DISTINCTION Notre éminent ami le professeur Jacques HADAMARD, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., a reçu, le 21 décembre, la Médail le d'Or de l'Académie. Elle lui a été remise par le Prince Lou is de Broglie et M. Robert Courrier, secrétaires perpétuels de l'Académie des Sciences, où ,il fut élu il y a 50 a ns. Nous exprimons à l'illustre mathématicien nos respectueuses fél icitatians. ANNIVERSAIRE Le critique d'art George BESSON, ami de notre Mouvement et de notre journal, vient d'avoir 80 ans. Nous le prions de trouver ici nos félicitat.ions et nos voeux I·es plus chaleureux. NOS DEUILS Nous avons appris avec émotion la mort de M. Jacques IKAYSER, directeur ad joint de l' Institut frança is de presse, ami lucide et dévoué de la couse que nous défendons. Ecrivain, journaliste et militant, Jacques Kayser nous avait maintes fois témoigné sa sympathi e et nous avoit honoré de pl usieurs de ses orticles. Nous exprimons à Mme Kayser et à sa famille nos sincères consoléances. les bons hommes de l'humanité seront toujours à vos côtés pour soutenir cette grande cause qu'est l 'égalité dans tous les domaines entre toutes les races du monde ... Votre fidèle ami gui· néen, Djibril BOCOUM, Conakry. et de Fort-de-France ... Ci-joint le montant de mon réabonnement pour 1963 et croyez bien que je regrette de ne pou· voir faire plus pous votre j ournal qui est d'un si vif i ntérêt. En souhaQtant santé et prospér ité à votre courageuse équipe pour 1963, et une plus gr(Lnde audience à « Droit et Liberté », veuillez. etc. Paul ALTORY, Fort·de·France. Que peut-on faire en Belgique? ... La Belgique est un pays fort accueillant pour les fascistes et racistes de tout poil. Nous avons notre M.A .C. (Mouvement d'Action Civique) qui est le pendant de votre OAS avec laquelle il travaille en étroite collaboration et sur le sol même de votre pays. Mais il ne me semble pas que les antiracistes belges ( i l y en a pourtant) soient fortement organi§és pour lutter contre ces dangereux groupements en attirant sur eU/x l 'attention du public. Ne pourrait-on pas faire chez nous ce que le MRA P fait en France? Existe-t· il à Bruxelles ou ailleurs un grand mouvement an· tiraciste qui comprendr ait que l'essentiel, pour l 'instant, ser(Li t de lutter contre le fascisme grandissant qui base sa propagande sur un racisme éhonté ? Jacques de REES, Louvain. gagnant , • Voici l 'heureux gagnant du tirage des Bons de Soutien du M.R.A.P. : M . Mau· rice Zytnicki~ modéliste dans une entreprise de cuirs et peaux, demeurant à Par is, dans le troisième arrondissement. C'est le secrétariat du M .R.A.P. qui lui a remis le premier lot : u."Ze magnifique caméra Bell et Howell et un projecteur Z eiss-Ikon (d'une valeur de 2.500 francs) en échange du Bon numéro 169.001. On le voit ici « es· sayant » la caméra, tandis qUie notre secrétaire général, Charles Palant, lui tend le projecteur, entouré ·de Julien Aub.art, Trésorier du M .R.A .P. " Armand Dymenstajn, A. Lévy, A . Chil, et Sonia Bianchi. M ais si cette scène a été photographiée, elle ne fut pas filmée : il n'y avait pas encore de pel licule dans la caméra de M . Zytnicki Dimanche 20 janvier à Paris Réunion du Conseil National Le Conseil National du M.R.A.P. se réuni ra le d ima nche 20 ja nvier à partir de 9 h. 30, à Pa ris, do ns les salo ns de l'Hôtel Moderne. A l'o rd re du jour figurent les points suiva nts • Le procès contre Poujade, et ses suites. • La Journée Nationale contre le racisme, l'antisèmitisme et pour la poix. • L'action des comités locaux. • Bilan financier 1962 et perspectives. Nous rendrons com pte -des décisions du Conseil National, dans notre prochain numéro. CAUSERIE-DEBAT dans le XVI· Arrondissement Une causerie-débat, organisée par le comité du M.R.A.P. des 16' et 17' arrondissements aura lieu le mercredi 23 janvier, à 20 h. 45, à la Maison des Centraux, 8, rue Jean-Goujon. Sous la présidence de Charles PALANT, secrétaire général de notre Mouvement, Mo Armand OYMENSZTAJN, membre du Bureau National, fera un exposé sur les aspect actuels de la lutte antiraciste, et plus par ticulièrement sur le procès Poujade et ses suites. Nos lecteurs de ces arrondissements sont invités à participer à cette soirée et à y amener de nombreux amis. • SaIJOl/t tJÜIIu , EN VENTE dans toutes les bannes Maisons de Literie et d'AmeubleJames M~R~DllH BLANCS nous :~r/~~.. ~ et NOIRS t .""/ """":}} '"

':?'

·li!

':':'

i

':':t:"~*~,,

illlllll!II;1 } En réponse aux lettres, télégrammes et résolutions que le M.R.A.P. a fait parvenir à James Meredith, celui-ci a adressé à notre secrétaire général, la lettre ci-dessus, dont voici la traduction : .. Cher Monsieur Palant, .. Je vous prie de transmettre mes remerciements aux membres du Mouvement co ntre [e Racisme, pour leurs bons voeux. " Les chaleureuses pensées exprimées par eux et par beaucoup d'autres pendant cette période ne seront jamais oubliées. « Sincèrement vôtre. » Ja mes H. MEREOITH. au jour le jour ALERTEE par la gronde presse, par la revue « Esprit », par la parution en librairie du ({' Siècle des Lumières » d'Aljo Carpentier, l'opinion « métropolitaine » semble vouloir s'intéresser ou problème antillais. Il existe, ce problème et il a de multiples visages. Nous sommes loin du fameux " jamais malade, jamais mourir ,. de la chanson. Mois il est presque totalement ignoré des François, même des spécia listes des « D.O.M. » Cl), même sympa thisants ou familiers des Antillais de Pa ris. Des récents coups de feu qui ont ensanglanté les rues d'Oxford (Mississipi) les échos résonnent encore. Un étudiant noir veut user de son droit d'accès à l'Université. Scandale ! Racisme pas mort, aux Etats-Unis. par Marie-Magdeleine CARBET - Au moins, chez vous aux Antilles, ces horreurs n'existent pas ! Nous sourions jaune, et nous avalons silencieusement une coulée de fiel. .. De telles horreurs? Non. Quelques menues outres, plus nuancées ... - Mais enfi n, questionne un ami, dans votre société antilla ise, who is who ?

LA société aux Antilles? L'hobit d'Arlequin. Comme chacun soit, aventuriers, nobles ou roturiers, les premiers arrivants des Antilles, détruisirent les autochtones, la race fière et guerrière, mois incontestablement confiante et hospitalière, des Caraïbes. Donc ou 17" siècle, après la venue de d'Esnambuc, les blancs comptent en majorité des Fronçais, originaires des provinces de l'Ouest, de la Manche aux Pyrénées. Leurs femmes sont, les unes - les plus nombreuses - des « dames de petite vertu », les outres de dames « de haute lignée ». Les nègres sont importés d'Afrique, en qualité de bétail, bien entendu, de bétail La bataille continue dans le Mississippi (Suite de la premiè re page! diant noir, le Ieroctobre. Son admission entraîna des émeutes qui causèrent la mort de deux personnes, dont un correspondant de l'Agence France-Presse, et les troupes fédérales ont dû être envoyées sur les Iieu.{: pour rétablir l'ordre. Trois mois plus tard, le 7 janvier, Meredith annonçait qu'il ne renouvellerait pas, « dans les conditions présentes l, son inscription pour le prochain semestre, qui commence à la fin de ce mois. Il a ajouté que les noirs du Mississippi sont engagés dans « un âpre combat pour l'égalité », et que « l'ennemi est résulu, puissant et sans scrupules ». Une lettre de l'ambassade ,. . amencalne Lors des incidents qui marquèrent l'entrée de James Meredith à l'Université d'Oxford, le M.R.A.P. intervint à plusieurs reprises auprès des autorités américaines. La résolution adoptée à l'issue de la soirée de solidarité avec les noirs et les antiracistes américains (5 octobre, au Théâtre Récamier) fut adressée notamment au Président Kennedy. En réponse, le M.R.A.P. a reçu de l'Ambassade des Etats-Unis à Paris, la lettre suivante: il Le Président Kenozedy a été très touché des marques de sympathie et d'encouragement qu'il a reçues à la suite de la décision prise par le gouvernement fédéral, vis-à-vis de l'Université d'Oxford au sujet de l'étudiant James Meredith. fi Il a été particulièrement sensible à vo· tre lettre et nous a priés de vous en remercier. li Signé: Edward Stansbury, Attaché d'Ambassade. Quelles sont les « conditions présentes » dont parle Meredith? Il a vécu, depuis octobre, dans un monde évoquant Kafka, complètement isolé, dans une atmosphère incroyable de haine. Aucune sympathie des étudiants blancs, qui ne lui adressaient même pas la parole. Au début de décembre un étudiant blanc, un « être humain », a eu un mouvement amical : il a dit quelques mots à Meredith. -La nuit suivante, d'autres étudiants ont saccagé la chambre de ce traître, brisant les fenêtres, détruisant tout ce qui lui appartenait, inscrivant des insultes et des menaces sur les murs. Cet étudiant blanc devint à son tour l'objet de l'ostracisme général, et il décida finalement de quitter l'université. Lorsque j'ai dit que les autres étudiants ne parlaient pas à Meredith, j'ai quelque peu trahi la vérité; certains s'adressaient à lui pour lui souffler : « Sale nègre! » ou l'avertissaient : « Tu ne sortiras pas vivant de cette université ». A plusieurs reprises, l'effigie de Meredith a été brûlée sur le terrain de l'université. Les autorités officielles de l'Etat et de l'Université ont apporté leur concours au sabotage de la décision de la Cour Fédérale. ordonnant l'admission de Meredith à l'Université. Les étudiants racistes ont eu la possibilité de manifester librement dans l'enceinte universitaire; la direction de l'Université et les professeurs se montrèrent froids et exigeants envers l'étudiant noir; les pouvoirs publics locallx ne lui accordèrent aucune protection, et c'est la police fédérale qui dut assurer en permanence la garde de Meredith. Celui-ci ne pouvait faire un pas sans une escorte armée. Le Ku Klux Klan, cette organi sation raci ste ù laquelle appartiennent de nombreux dirigeants de l'Etat. adressa il Meredith et aux membres de sa famille des lettres les menaçant tous de mort. La prpsse américaine souligne que cette atmosphère a pesé sur les études 1 de Meredith. Il lui était difficile de se • consacrer sur son travail universitaire. ( "" ETTE affaire met en relief un fait ." que la plupart des Européens et, , en général, les étrangers, ignorent

l'incroyable lénteur des progrès

réalisés aux Etats-Unis dans le domaine antiraciste. D'apparents succès interviennent, de3 victoires semblent avoir été remportées - et bientôt les voilà sabotées, rendues vaines par une implacable guerre d'usure. Par exemple, les noirs du Sud ont théoriquement le droit de vote; mais l'immense majorité d'entre eux se voient privés, en fait, de ce droit, grâce à un système ingénieux d'astuces et de subterfuges légaux. Il y a, dans certains Etats, comme celui de New-York et de la Pennsylvanie, des lois interdisant les discriminations raciales dans les emplois; mais elles sont pratiquement sans effet. Il en est de même dans le domaine du logement, des droits civils, etc ... Il y aura d'autres Meredith, il y en aura des douzaines - de nombreux noirs ont déjà fait savoir qu'ils tenteront d'entrer à l'Université du Mississippi, ou dans d'autres écol~s réservées aux blancs. Le combat contmue. Heureusement, la marche de l'histoire ne se poursuit pas toujours du même mouvement régulier; il y a des à-coups et des bons soudains quelquefois, quand la situation le permet. Je pense que la progression des noirs américains sera lente tant que la masse cie la population blanche demeurera « passive », sinon hostile: Mais yn réel élan lui sera donné le JOur ou, pour l'ensemble du peuple américain, se produira un sursaut démocratique, comparable à celui qui amena le président Roosevelt au pouvoir. Cette perspective est peut-être moins lointaine que ne le craignent beaucoup d'entre nous. Will iam-Ga rdner SMITH. 9 Aux Antilles à deux pieds appelé à proliférer, et qui ne s'en fait pas foute. Plus tord, les années passant et l'économie commandant, arrivent d'autres émigrants, asiatiques, jaunes ou rouges, et des blancs de diverses origines. Ouvrez un registre scolaire d'aujourd'hui et vous y lirez des noms tels que : Angassamy, Baringhton, Dowling-Carter, Labinski, N'Dambo, O'Reil, Yung-Hing, Ziémé, pris ou hasard pàrmi les Dupont, Dubois, Durand et outres Martin. L'Inde, l'Angleterre, l'Ecosse, la Chine, tout y est représenté, et jusqu'aux pays scandinaves ou slaves. N'estce pas significatif ? Tout ce monde, pensez-vous, s'est lentement fondu en une pâte, dosée certes, ou hasard d'amours, d'accouplements, pâte à la tin malaxée par le temps, les conditions d'existence, modelée par 10 rude poigne de la vie quotidienne, des nécessités, des dangers, des fléaux affrontés au coude-à-coude. C'est devenu le monde des ,« song-mêlés » aux cent mille nuances d'yeux, de poil et d'épiderme, le monde antillais unique et uni ? Pas si vite! Ce monde à, double stratification, raciale et sociale est donc un peu plus divisé que les outres. Sur le plon social : comme partout, la « crème du gratin » possède des fortunes qui se chiffrent par des millions de nouveaux francs, sinon des milliards d'onciens. Ces riches sont tous les Blancs. C'est facile à comprendre. Tout en bas : la masse popul aire, ou cuir plus ou moins tonné suit son chemin, qui est obligatoirement celui du bonheur, puisqu'elle est sans chemise, avec des pantalons à courants d'air et les pieds nljs. Les pieds nus ne sont jamais planes. Entre ces deux; çoy~hes extrêmes, fi y Q toutes sortes de gens de éoùlêur'. Quelques riches (passagèrement) et, comme tous les riches sourds aux plaintes de la misère enviro'nnontei ~t des petits ~rr.p;ay~~, fonctionnaires mcdêstes, pôuvrêS honteux chargés de fcmilles nombreuses et capobles. d'inimaginables sacrifices. Leurs enfants· dissimulent l'amertume des mortifications sous un air de fierté. Ils parviennent de tèmpi à outre, à force de privations, d'obstination, jusqu'aux concours des grandes é coles métropolitaines, à moins que la faim, la tuberculose, la folie ou la mort ne viennent mettre fjn à leurs efforts ... Sur le plon racial : dons une rue de Fort-de-France l'enseigne d'un pharmacien

« Lourent de Belleville » et puis

celle d'un grossiste en matériaux de construction

« Jean Hasselon ». Si vous êtes

un passant naïf et non initié aux bizarreries des moeurs antillaises, vous en concluez que ces deux propriétaires sont étrangers l'un à l'outre. En vérité, il s'agit d'une seule et même famille, les Hasselon de Belleville. Mois cette famille comporte deux bronches: l'une noire et l'autre ({' immaculée ». A l'une des bronches - la valetaille ! - la particule qui sonne creux. A l'outre le song-bleu, la fortune et le nom tout' court. Par un accord tacite, jamais formulé, jamais transgressé, les" serviettes » sont séparées des « torchons ». Par quel hasard ces gens portent-ils, sur le papier, le même nom ? Des nègres ou nom « à rallonge ", il Y en a beaucoup. Parfois parce qu'un pauvre bougre de " béké » (2), définitivement isolé du clan a, sur la fin de sa vie et peut-être par rancune envers les siens, reconnu ses bâtards. LES cos d'a scendance maternelle sont plus rares. Mois il existe de petites vieilles toutes blanches dont la chevelure soyeuse est enserrée dons un foulard à la mode populaire. En leur lointaine jeunesse elles se sont oubliées, un jour" néfaste' » avec un nègre. Elles ont préféré l'enfant - et le scandale - à la famille et la sécurité. Le bâtard a pris nom, légalement de Montoigle, de Séguirot .ou de Belleville et puis il a fait souche. Voici ~u « Plateau Didier " (Je Neuilly de Fort-de-France) deux vi lias face à face_ Les deux familles qui les occupent se nomment Grossin. Homonymie ? Non. " y 0 (Suite pnge , 11 . (1) Départements d'Outre-Mer. (2) Blanc des Anti Iles, par opposition à ceux de la métropole. 10---------------------------------------------------------------------------------------------------- LE CIRQUE par 40 peintres d'au jourd'hui SECULAIRE par l'origine lointaine de ses personnages, par ses traditions, le Cirque, promu thème affectionné des peintres du XIX' siècle, n'a pas cessé d'être actuel et d'offrir aux vieux enfants comme aux petits les joies simples de ses évasions. Rien d'étonnant donc qu'il constitue même en 1962 le sujet d'une très vivante exposition. On ne pouvait mieux la concevoir que ne l'on fait MM. Jean et Henry Dauberville: « comme un hommage de grands artistes contemporains au Cirque ». Et c'est pourquoi ils ont demandé à des artistes vivants - à l'exclusion de plus prestigieux devanciers la défense et illustration de la piste enchantée. C'est oui, bien sûr, qu'ont répondu Aizpiri, Bernard Buffet, Cocteau, Dauchot, Delplanque, Kiffer, Lorjou, Mazot, Mottet, Nakache, Waroquier, Picasso, etc .. , . tandis que Brayer, Commère, Gen Poul, Despierre, Heuzé, Von Dogen, MorgonSnell, G. Mossié, Terechkovitch, etc ... , célébraient tel faste des chapiteaux, tels personnog·es indispensables dans le petit peuple émouvant et dévoué des « Gens du Voyage ». L'ensemble des tableaux compose un panoroma coloré d'une singulière éloquence (Galerie Be rnheim jeunes). véhément et lucide ... NE parlons pas de rétrospective: à 57 ans, Pignon est en pleine forme et s'affirme comme l'un des plus vigoureux tempéraments de peintre d'aujourd'hui. L'exposition « Battages et Pousseurs de Blé » qui vient de se tenir à la galerie du PasseUr en apporte un nouveau témoignage, de même que l'ouvrage paru aux Editions du Cercle d'Art sous le même titre, avec un dialogue entre l'artiste et Georges Boudaille. Si évident, ce tempérament, qu'il constitue le plus sûr de l'unité de l'oeuvre accompli depuis 1935 - depuis cet Ouvrier mort où l'ancien « chtimi » du pays minier exprimait, dans un graphisme volontaire et dans un climat chromatique grave, une part de son sens social. Conquis par sa vocation, il est allé demander au Midi provençal, à Cézanne, les joies de la lumière et les secrets de son interprétation. Depuis ces apnées lointaines, il a orchestré avec une force décontractée, avec une liberté croissante, les couleurs de sa palette et il est passé d'un réalisme presque sec à une transposition lyrique de la réalité: paysages provençaux, combats de coqs, battage des blés, tous ces thèmes, il les a traités avec une fougue créatrice de rythme linéaires et d'accords de tons. Sur cette oeuvre, l'éminent critique Claude Roger-Marx écrivait récemment dans Le Figaro Littéraire, le pertinent commentaire que voici: « De Rubens à Delacroix, l'ambition des peintres dynamiques fut de suggérer la succession sur une surface immobile. Pignon, tempérament de feu, dans ses Combats de coqs, ses Battages, ses Marines d'Ostende et du Midi, et même dans des thèmes statiques par définition, comme ses Oliviers, mêle son propre rythme aux rythmes naturels et fond en une seule image celles qui, tour à tour, ont frappé sa rétine. « Les plus grandes réussites de cet ancien minëur ressemblent à des coups de grisou, à des incendies. Il fait éclater la forme, disloque la terre et tout ce qu'elle porte, projette tragiquement des noirs de lave, des rouges r.~ag"1 6 ~ . des éclaboussures d'azur ou de soleU. « L'exposition de la Galerie de France, qui part de compositions anciennes encore théoriques et morcelées, montre le sang-froid que ce véhément conserve même au sein des pires tumultes. Un album, où il vient de résumer avec une lucidité rare ses raisons de peindre. contient cette profession de foi: « Quel intérêt y a-t-il à organiser une forme qui l'est déjà? Mais, organiser une multiplicité de formes, de couleurs, d'idées, voilà ce qui me passionne. » ZADKINE ET LES POElES A L'OCCASION de la parution d'mL nouvel ouvrage de Jeall fi Cassott, aussi célèbre comme romancier que comme écrivait! , . d'a~t~ le .Cercle litt~raire artis.tiqt~ « Rencontres » a organisé (L la libratrte Ftschbacher \33, rue de Seme), tme eoxposition de dessins, gouaches et sculptures (ouverte jusqu'mt JI janvier). EU.e il/ustre à l'aide d'oeuvres dont la personnalité, la technique, disons même « l'â11l~ » représentent bien le génie or·iginal dtt gratld statlwire, oet hommage rendu à Apollinaire, à Jarry, à Latttréamont, à Rimbaud à J.-S· Bach -;- et enfin a~t P?us patl~étique des peintres dont pUisse' s'énorgueillir l art contemporant : 1(mcent Van Gogh, dont Zadkine a pé.tri, avec tant de force suggestwe la ftgure dans le monument qui longtemps som"is aus plu.s dérisoires vicissitudes, achèvera de con~acrer à la mémoire du peintre la ville qui le vit peindre ses ttltimes chefs-d'oeuvre et mettre fin au génial tourment de son e.1;ü.fence : Auvers-sur-Oise. D'un entretien d'Ossip Zadkine avec G.-L. Marchal publié mu' Editions « Caractères » : Avec Zadkine, "/t01/S tenons à' honne~w di?' détacher ces lignes : « Que je définisse l'art! Oh, amis! L'art? Ne vous hâtez donc pas de définir. Essayez même d'éviter ce besoin tyrannique de définir ... ..". . Toujours définir, toujours intellectualiser n'est pas sans péril. Contentezvous de désensabler votre être pur, d'émotivité essentielle ... l'être de feu qui sommeille plus ou moins en vous. Et quand vous l'aurez dégagé que vos efforts soient coordonnés pour le garder, pour l'entretenir ... » « On se demande aussi beaucoup trop, à l'heure actuelle, si l'art est le privilège d'une certaine phalange humaine ou si, comme la géographie, il peut s'apprendre à l'école; si la création artistique exige l'innéité du don de création ou si elle peut résulter d'un apprentissage mis au point. Ne ternissons pas nos joies par du verbiage. Emerveillons-nous de ce que l'art existe, de ce qu'il fleurisse et fructifie si magnifiquement et si diversement. Et moquons- nous un peu de sa génèse, des mille inconnues auxquelles il doit peutêtre son éclosion. Et méfions-nous aussi de ces diplômes qui ont la prétention de le consacrer· » « Je ne regrette pas la vie qui passe car j'aime toujours la vie, du même amour. Je n'ai jamais créé pour m'affranchir du réel; au contraire, j'ai toujours créé par amour de la vie et du réel. Et je continue à vouloir tOlt! subir du monde; je me laisse toujours mitrailler et bombarder, à travers l'oeil. à travers l'oreille, à travers le coeur et à travers les pores de la peau. Et je tra- VAN GOGH, par Zadldne. vaille. » DA U C H OT Peu prodigue d'expositions, chacune des siennes est mieux qu'un succès d'audience ou de vente. ElIe est, on dirait volontiers: en dépit de sa léussite, l'affirmation d'une personnalité, la confirmation d'un climat bien à lui, exprimés par un « métier» dont la sûreté n'altère pas l'aisance spontanée mals reflète bien une sensibilité. Celle d'un rêveur qui, dan s des parcs indéfinis ou sur des terrasses mélancoliques d'abords de casinos, métamorphose en masques et berg amasques, en couples cousins de ceux de Peynet, amoureux mais anachroniques, les passants réels. Les héros de ses songes, c'est Arlequin et Pierrot, c'est le trio musical en répétition, c'est le clown rose effondré de chag rin. \1 rêve - peut-être à l'ombre de Verlaine ou de Laforgue _ mais le trait, la modulation que son pince au couche sur la toile ou l'Arches blanc des aquarelles fluides n'errent po.int et bien au contraire suggèrent a utant qu'ils décrivent. Ainsi cette simple nature marte: un fauteuil sur le velours duquel un gant. une rose. une ombrelle. un chapeau de femme évoauent l'amour. l'amour qui se joue non loin d'eux ... Une bien séduisante exposition. (Galerie André Weill. Ci-contre leminl. L' Arlequin (Photo Wil· Modèle:La chambre à gaz de Walter SPITZER WALTER SPITZER, qui préluda à sa brillante carrière en obtenant, voici quelques années le Grand Prix des Jeunes à la Société Nationale des Beaux-Arts, et qui a illustré avec un remarquable talent les oeuvres complètes d'André Malraux, ainsi que « La Tour du Malheur », de Joseph Kessel, se signale au Salon des Peintres Témoins de leur Temps (inaugurée cette semaine au Musée Galliéra) par une toile institulée : « La chambre à gaz ». (Reproduction ci-contre). Déporté à l'âge de I6 ans près d'Auschwitz, \Valter Spitzer a consigné dans de sobres et poignantes gravures, bien au delà de la simple anecdote, des scènes de vie et de mort dans le camp; et c'est encore dans cette expérience personnelle qu'il a puisé l'inspiration de son dernier tableau, qui tranche par son caractère tragique et violent avec le reste de son oeuvre. tl Romantiers el tonteurs négro-afritains LES peuples de l'Afrique, comme d'autres peuples dits de couleur, orit-ils attendu d'être touchés par les diverses civilisations blanches pour asseoir les fondements d'une culture propre, et différente évidemment de celle .qu'ont créée les Occidentaux? Certes, non ! De cela commencent à se persua 1er les Européens honnêtes et courageux, ceux qui cherchent à savoir, et nombre de Noirs, cruellement pervertis -par la civilisation blanche. On ne peut nier que les principes sur lesquels s'est construit et développé l'Oc- cident ù partir d'une certaine époque, étaient nettement basés sur un certain rationalisme, alors que sur d'autres continents, clans le même temps on conti- . nuait à régler les problèmes de l'existence en s'inspirant d'un empirisme d'où n'était pas exclue -l'intervention de puissances occultes et mystérieuses. Cependant, a-t on, comme il le fallait, remarqué que le reste du monde a com- 111encé à stagner et même à régresser au 1110ment où justement les mercantis européens y entreprenaient leurs rapines, détruisant ct démolissant avec leurs armes à feu, ce qu'ils trouvaient devant -eux ? La moitié de l'Europe, alors prenait définitivement son essor. Nous nc pouvons pas ne pas rappeler qu 'aux quatorzième et cluinzième siecles, les civilisations du Mali, du Bénin et d'Hé, par exemple, ne le cédaient pas en développement matériel et intellectuel, il ce qu'on trouvait, à cette époque dans les pays é"olués de l'Europe (Angleterre, Franc-e, Espagne, Italie), Et que dire les nations d'Asie? Un récent livre de Suret-Canale « L'AFRIQUE» a à ce sujet, fait justice de quelques mensonges d'esprit colonialiste. Nous pourrions remonter plus loin et reprendre à notre compte les thèses de Cheikh Anta Diop sur les sources afri' caines de la civilisation égyptienne. Mais 110US n'avons nul besoin de nous reporter à cles millénaires dans le temps, et il reste en fin cie compte que l'Afrique est restée debout et se prépare à étonner le 111oncle. A partir du seizième siècle donc, le -continent noi r presque tout entier se trouva livré à la traite, et des rois et des roitelets avides poussés par le seul -profit égoïste, livrés à des guerres intestines, encouragèrent de leur mieux le honteux trafic de leurs compatriotes. Quant aux Noirs déracinés, ils découvraient un autre continent, s'ils réussissaient à surmonter l'enfer de l'esclavage, ils entraient en contact avec la civilisation des Blancs. Par leur terrible labeur, ils fertilisaient les terres de l'Amérique, ils faisaient la fortune des ports européens cie l'Atlantique. Les crimes contre les Nègres se perpétrèrent pendant deux siècles mais les révoltes d'csclaves qui jamais ne cessèl'ent de secouer l'édifice colonial. hâtèrent le processus de décomposition du 1'égime fondé sur l'esclavage. Au moment où se produisit la libération des peuples noirs d'Amérique, on s'aperçut qu'ils avaient pu, au sein même de leur géhenne, créer des formes originales de civilisation, mais que leur mentalité, comme leurs formes d'expression, restaient, malgré tout, marqueés d'un « africanisme» évident. Dans ce malgré tout, il faut compter, non seulement. l'effort répété de christianisation, et la volonté patente des maîtres, de faire oublier, renier et mépriser l'Afrique, mais les conditions de milieu, de travail, de niveau de vie, bref tout le Par Léonard SAINVILLE 1 déterminisme historique et sQciologique. Les moyehs d'expression des Noirs de l'Amérique, à part la danse et le chant, étaient, au lendemain de l'esclavage, le conte dans toute sa diversité, le proverbe, le poème satirique ou mystique, poésie de travail et de souffrance, et aussi Je pamphlet politique. Ceux dont les conditions d'existence se rapprochaient de celles des Blancs, étaient francisés, anglicisés, ibérisés, mais parmi eux, les meilleurs savaient déjà trouver le chemin de la revendication et de la révolte. Etait florissant surtout, ce qu'on appelle le folklore (Vaudou haïtien ou bresilien, negro spiritual, airs antillais. etc ... ) Dans le mème temps, l'Occident. ayant rejeté l'esclavage. passait à des formes plus modernes de colonisation. Le continent noir, pendant - cinquante ans, allait subir de rudes assauts et il suffit d'évoquer un Béhanzin ou Samory, ou les Zoulous en Ahique du Sud, pour se faire une idée clu courage et cie la farouche résistance que les Ahicains, désarmés, divisés. opposèrent à l'invasion européenne. Malgré l'énorme llIystification qu'a été et qu'est la colonisation, on sait aujourd'hui que les Nègres africains, ces « sauvages », sont des porteurs de civilisation. Demain, on le saura bien mieux. Déjà un Schoelcher en répandait la nouvelle il y a plus d'un siècle dans ses écrits anti -abolitionnistes. Cette civilisation se caractérisait non seulement par le génie de ses arts plastiques, mais par sa philosophie, par sa littérature orale, aussi riche que l'ensemble cles cycles bretons ou saxons que les universitai l'es d'Occident apprennent à admil'er aux étudiants noirs de licence et d'agrégation. Ici donc nous retrouvons comme en Amérique un impressionnant folklore qu'on est loin d'avoir encore prospecté. Et le roman ? Eh bien, si 011 remonte aux ong111es, on parlera des romans de cycles cie Bre- Blancs el noirs aUI Antilles (Suite de la page 9) .quelque cent ans, deux frères Grossin sont ·arrivés d'Europe. L'un a épousé une fille « béké », l'outre une fille de couleur. Leurs petits-enfants, que la largeur d'une route sépare, s'ignorent totalement. Il ne fout pourtant pas en conclure que ,noirs et blancs ne se fréquentent pas en Martinique. Au bistrot, comme sur le terroin de sports, ou travail ou dons la vie couronte, devant une tombe ouverte, noirs et blancs échangent les marques de la plus sincère sympathie, de la plus vive amitié. Il est des nuances de voix, des regards et des sanglots qui ne peuvent mentir. Mois les sentiments sont une chose et les rap. ports sociaux une outre. Les premiers n'ont pas de frontière. Les seconds se heurtent ·aux huis clos de nos demeures. AUX Antilles, en dépit des amitiés en ·tre les hommes, les relations entre familles blanches et noires sont stric- . tement impossibles, les femmes étant tou- . jours tenues hors du jeu. Pourtant il existe des rapports personnels entre femmes blanches et femmes « pigmentées » - à part ceux qui relient la fille « béké » à sa ({. do », la nourrice implantée à vie dons la maison, qui en assume l'entière charge et commande indifféremment à tous. De temps en temps, deux femmes, mises face à face, insouciantes de la couleur de leur peau échangent des confidences en toute confiance. Mais cette amitié, monstre aux pieds d'argile est vouée à l'échec. Le « respect humain » la tue. Le ' 9rand jour lui est funeste. Dons la rue les regards se fuient, les têtes se détournent. On ne se connaît pas, on ne se connaît plus - parce que « cela ne se fait pas ». Il n'est pas d'usage non plus qu'un homme blanc salue une femme noire s'il en accompagne une blanche. Il existe pourtant des mariages mixtes. Mais il faut en souligner le caractère incongru. L'homme peut tout sacrifier à la femme noire : sa semence pour commencer, la poix cie son ménage, les plus belles années de ';0 vie, son amour, sa fortune. Tout, hormis son nom. S'il commet cette imprudence, il est rayé de la communauté et, à moins d'exercer une profession qui le rende invulnérable, il est ruiné. Le clan s'évertue, auparavant, à éviter la catastrophe. On le défend « charitablement» contre lui-même, on le chapitre, on le soumet ou Conseil de famille, on le .séquestre. Au besoin on l'exile. Des gens mol intentionnés ajouteraient qu'on peut aller jusqu'à le faire disparaître. Mois que n'entend-on pas des méchantes longues? La malignité - ou la bienveillance - des voisins veut que parfois une femme blanche, gagnée par la charité, s'efforce de vaincre son aversion de la peau noire. Quand elle y parvient, par esprit d'humilité, elle admet dons son intimité le chauffeur, le jardinier ou le coiffeur ... Ntest-ce pas beau? Et ceci ne compense- t-il pas cela? ... Mais en ce' qui concerne les préjugés raciaux, qui a la conscience nette ? Nousmêmes, noirs, est-ce qu'entre nous, du plus clair ou plus teinté) ... Honteux, mea-culpo ... A une autre fois, la triste confession ! ... tagne ou du Graal, ou d'inspiration gréco-alexandrine, puis des romans des dix-septièmes siècles anglais et français. Nous ne connaissons pour l'instant rien de semblable en Afrique aux époques correspondantes. Nous pensons que le conte dans sa richesse et sa diversité, est la formc populaire où se donne libre cours l'imagination romanesque là où il n'existe pas encore l'imprimerie. Quoi qu'il en soit, au moment où le développcment matériel permettait en Europe J'essor du mouvement intellectuel et artistique, l'Afrique succombait sous l'oppression et subissait les affres de la guelC, d'une guerre qui a duré deux siècles. A-t-on jamais vu les civilisations s'épanouir au moment même où les peu~ pIes qui les engendrent, sont engagés dans une lutte à mort? ( ... ) La colonisation a d',!bord signifié pour l'Afrique, avec la servitude, sinon l'oubli rapide des traditions, du moins le mépris de tout ce qui faisait SOI1 originalité propre, le renoncement à tout ce qui, surgi des profondeurs, pouvait au contact avec le reste du moncie, briller et resplendir. Elle a appris à respecter et vénérer tout ce qui lui était étranger. Mais dans le même temps, on lui a servi avec une bien curieuse parcimonie les éléments de la culture blanche. Le colonisateur avec angoisse lui a laissé entrevoit, quelques-uns de ses « miracles » craignant que contre lui ne se levât bientôt un miracle bien plus grand. I! ne pêchait pas par excès cie prudence. Toute l'Afrique est aujourd'hui une immense chaudière et les soupapes cie sûreté, que précipitamment, ça et là Une Anthologie des romanciers et conteurs négro-africains, réa.. lisée et préfacée par notre ami Léonard Sainville, doit paraître ces jours prochains aux éditions « Présence Africaine ». Nous reproduisons ici un extrait de la préface, qui, nous en sommes certains, donnera à nos lecteurs le désir de connaître cet important ouvrage. on dispose, n'empêcheront pas l'explosion définitive et salvatrice. Le politique et le culturel sont intimement assocÎés dans cette affaire. En même temps que l'Afrique, invaincue, se lève et court à son indépendance, ses romanciers, ses poètes, ses conteurs, font la chaîne, et entonnent les hymnes appropriés. Au contact de la civilisation occidentale est née une littérature négro-africaine, rigoureuse, batailleuse, pleine d'entrain et de puissance. Cette littérature, plus ou moins consciemment, se veut authentiquement africaine, noire-américaine, antillaise, malgache. Elle tourne de plus en plus le dos à la pâle imitation; elle ne veut plus être le devoir bien fait de l'élève bien sage· Nous tenons donc pour négligeables et sans réel intérêt, ce que les noirs cles deux continents ont créé dans le ,roman et la poésie avant ce siècle. Les exceptions confirment la règle. Il n'y a eu qu'un Machado de Assis. Depuis quarante ans, depuis trente ans, depuis vingt ans surtout est apparu l'authentique roman négro-africain.

.
~
::;::::::: :::;:::::::::::::::::::::; :::::::::::::; :::::::::::::;:::::::::::::;:;:::::;:::::::::;:::::;:::::::::::::::;:;:::::::;::: ::::;:::::::::;:::::::::::;:::;:::::;:::;:;:::::::::::::::::;:::: :::: :::
  • LE MONDE DU BLUES, par Paul

OLIVER. (Arthaud, collection « Signes des Temps »). Voici un livre 'vraiment exceptionnel, de ceux qu'on a plaisir à conseiller à ses amis et que je me fais une joie de signaler tout 'spécialement aux lecteurs de « Droit et Liberté ». D'une certaine manière, ce livre peut être considéré comme une anthologie de poésie populaire, ou bien comme un historique très préCis d'une forme primitive (encore que bien V'ivante) du jazz, et mê, me comme une étude sociologique des plus sérieuses, de la communauté noire d'Amérique du Nord. Le « blues », il est bon de le préciser, est au sens le plUS strict, une forme de' chant populaire profane à ne pas confondre avec, par exemple, le « spiritual » d'essence religieuse, ni avec d'autres formes poétiques, telles que celles qu'étudie Margaret. Just Butcher dans son livre « Les Noirs dans 'la Civilisation américaine » (Corréa). Précédé d'une intelligente préface de Sim Copans, Paul Olivier examine classiquement les t-rois genres de « blues » le « blues » rural, c'est-à-dire les chansons des travailleurs des plantations, le « blues » urbain ancien, expression des émigrants vers les grandes villes du Nord et particulièrement Chicago, enfin le « blues » urbain moderne après 1945, moins spontané, de forme moins rigoureuse, mais toujours dans l'esprit 'du « blues » authentique. QuelS sont les thèmes de ces chansons, improvisées à l'origine? P. Oliver en dresse l'inventaire. Tout d'abord il y a le travail des champs de coton, la misère du métayer ou de l'ouvrier agricole, la grande migration vers la ville ou peutêtre il vivra mieux, à pied par la route « that long old lonesome road », clandestinement par le train de marchandises au surnom pittoresque (The yellow dog, The Cannonball ... ) 'Tous les évé.nements et circonstances de la v,ie quotidienne ont fourni des thèmes aux artistes du « blues ll" anonymes très souvent : l'~omme ou la femme en proie à la solItude parce que l'être aimé les a abandonnés, le désespoir du prisonnier de ces affreuses fermes pénitentiaires des Etats du Sud, la crise du logement, l'amour physique exalté sans puritanisme, l'alcool, le jeu, la drogue piètres paradis, ,.et, toujours et partout, en filigrane, ll111plac~ble racisme du blanc contre lequel le nOIr n'a pour armes que l'humour, les mots ~ double sens l'argot pour initié (le « JIve » ) dans' lequel on peut tout dire et tout chanter sans crainte des conséquences. Riche de plusieurs centaines de textes de « blues II remarquablement illustré, complété d'une discographie du. spéci~I~Ste Jacques Demêtre, discographIe specIalement destinée au public français, l'amvre 'de P. Oliver est un « référencebook », une mine de précieux renseignements qui s'adresse aussi bien à l'amateur de jazz, qu'à l'honnête homme simplement curieux ou au militant antira· ciste, trois personnes qui coexistent bien souvent en un seul et même indivit\u. Guy BAUDIN.

  • CRIMES SANS CHATIMENT, par

Henry BULA WKO. Bien que ce titre soit celui d'un livre paru en novembre dernier, il ne s'agit pas là d'un ouvrage consacré au chef de la gestapo en France, Karl Oberg! Mais il ne s'agit pas non plus d'une coïncidence, car Henry BulawKo nous présente un dossier de la résurgence des criminels de guerre (1). Le SecretaIre genéral de l'Amicale des Anciens Déportes JUIfs de France accuse ceux qui, hier, ont participé au massacre de SIX millions de jUifs et qui, aujourd'hui, n'ayant rien renié de leur passé sanglant, sont en liberté. Mieux encore, ils sont au pOUVOir et prêts à recommencer ! Si des scandales épisodiques mettent parfois en vedette un juge ou un ministre que la pression de l'opinion publique oblige, sinon à démissionner, du moins à prendre un congé de maladie (sic), il faut savoir que tout l'appareil d'Etat du gouvernement de Bonn est infesté d'anciens nazis. Les S.S. se sont regroupés au grand jour et dans certains « Lander » leurs amicales sont reconnues d'utilité publique, il existe même une organisation des anciens de la garde pe-rsonnelle de Hitler: au lieu d'appliquer la dénazification en Allemagne de l'Ouest, on a encouragé les associations militaristes et revanchardes, parce qu'on a vu, dans les anciens nazis, des spéCialistes irremplaçables de la guerre à l'Est. L'auteur dresse le bilan de la remontée des forces nazies en Allemagne Fédérale. Il rappelle les événements, cite des faits, accumule les déclarations et son réquisitoire implacable, sans haine et sans passion, situe les responsabilités. Celle, accablante, d'Adenauer qui cautionne et protège les complices de Hitler. Celle de,s Occidentaux dont la politique vise à utiliser les compétences des anciens nazis. Ne laissant rien dans l'ombre, Henry Bulawko rappelle que l'Allemagne de l'Ouest n'a pas extirpé de son sein les racines hitlériennes. Devant le silence complice de la grande presse, il était, non seulement utile, mais urgent que les criminels sans chàtime! 1.t soient dénoncés avec vigueur. En éditant ce livre d'Henry Bulawko, l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France affirme sa fidélité au testament de sang et d'horreur dont elle est dépositaire. Raph FEIGELSON. (1) En vente à l'A.A.D.I.F., 120, rue Vieille du Temple ou au M.R.A.P. _______ 12 Jean.Jacques Rousseau et la fraternité humaine A u livre IV des Confessions, Jean-Jacques Rousseau nous raconte un épisode du long voyage à pied qu'il fit de Paris (où il venait de quitter la maison du colonel Godard) à Lyon pendant l'été de 1731 : il n'avait pas alors vingt ans. Un jour, recru de fatigue, s'étant égaré et mourant de faim et de soif, il entra dans la maison d'un paysan auquel il demanda de lui donner à dîner en payant. Le paysan, d'abord méfiant, ne lui offrit que du lait écrémé et du gros pain d'orge, déclarant que c'était tout ce qu'il avait. Puis, voyant qu'il avait affaire à un jeune homme honnête et non à un espion, il s'en, hardit, «ouvrit une petite trappe à côté de la cuisine, descendit, et revint un moment après avec un bon pain bis de pur froment, un jambon très appétissant et une bouteille de vin ... » Il joignit à cela une omelette épaisse et Jean-Jacques c fit un dîner tel qu'autre qu'un piéton n'en connut jamais ». Mais quand il voulut le payer, le brave paysan se mit à trembler, « pronon~'a en frémissant les mots de « cammis » (commis des aides) et de « rats de cave J, et fit comprendre à son hôte « qu'il cachait son ::Jil! à callse des aides, son pain à cause de la taille, et qu'il serait un homme perdu si l'on pouvait se douter qu'il ne mourût pas de faim ». Jean-Jacques ne devait jamais oublier cette rencontre. « Tout ce qu'il me dit à ce sl~jet, et dont je n'a'i-'ais pas la moindre idée, me fit une impression qui ne s'effacera jamais. Ce fut là le germe de ceUe haine inel:tinguible qui se développa depu'is dans mon coeur contre les vexations qu'éProuve le malheureux peuple et contre ses oppresseurs. » En voyant un paysan qui n'osait manger le pain qu'il avait gagné à la sueur de son front, il eut la brusque révélation de l'injustice sociale. Ce sentiment de l'injustice sociale, on le verra se manifester avec force dans le second de ses ouvrages, ce Discours s'ur l'inégalité composé en 17.'iJ en réponse à un deuxième concours ouvert par l'Académie de Dijon. On sait avec quelle vigueur Rousseau, après avoir fait un tableau - plus imaginaire d'ailleurs que réel - ùe l'humanité primitive, de l'homme dans « l'état de nature », dénonce les désordres produits par l'apparition de la propriété et prétend montrer que la société civile a reposé dès ses origines sur l'inégalité et sur l'injustice. Peu à peu se consacra la domination d'une classe par une autre, l'asservissement des pauvres par les riches· « La société et les lois donnèrent de nouvelles entraves au faible, de nouvelles forces au riche, détruistrent sans retour la liberté naturelle, fixèrent pOlir jamais la loi de la propriété et de l'inégalité, d'une adrQite ltsu-rpation firent ttn droit irrhlocable, et, pour le profit de quelques ambitieux, ass1f.jettirent désormais tout le yenre humain a~1 travail, à la servitude et à la misère. » Cette inégal ité sociale qui, par son développement, engendra à la fois les révolutions et le despostisme, est, affirme Rousseau en terminant, foncièrement antinaturelle

« Il est - conclut-il avec force - mani-

Connaissez ... vous l'Asie? (SOLUTION DU JEU DE LA PAGE 2) 1. Non, la religion qUI compte le plus grand nombre de fidèles en Inde est l'hindouisme branmanique. Le Bouddha qui prêcha son enseignement au 5' siècle aVl'mt !'ère chrétienne était bien un prince de l'Inde du Nord (son nom était Siddharta Gantama), mais la religion qui se fonda ensuite en se réclamant de lui, si elle connut un grand rayonnement en Inde, y déclina de siècle en siècle, jusqu'à disparaître presque complètement. Dans l'Inde d'aujourd'hui on ne compte plus que quelques centaines de milliers de bouddhistes sur une population de 450 millions d'habitants. Toutefois, il est important de savoir que le Bouddha, comme le Christ d'ailleurs et en général comme tout homme réputé saint quelle que soit sa religion, est honoré et comme intégré à la religion très ouverte des Hindous, 2. Oui, mais à vrai dire d'autres avaient participé à ce genre de r.ampagnes racistes avant lui, mais c'est l'Empereur d'Allemagne qui lui donna tout son relief. 3, Non : ce mot qui signifie méditation, vient du chinois

chan, et ce mot lui·même vient du sanscrit :

dyana, C'est un moine bouddhiste, mais originaire de l'Inde, qui se rendit en Chine au VIII- siècle pour prêcher un enseignement très particulier qui devait passer de Chine au Japon, où il connaît une grande for· tune, aujourd'hui encore. 4 . Oui. 5. Non : elle a été rétrocédée à la République Populaire de Chine peu après sa révolution de 1949. Son nom actuel est Rioyun. 8. SI. 7. Oui. 8, Oui : les productions textiles étaient en volume certainement les plus importantes du monde pou; l'époque. 9, Non : hollandaise, 10, Non: c'est le contraire qui est vrai. Les Hindous sont bien des Indiens, mais tous les Indiens ne sont p,as Hindous, Ce c;Iernier terme désigne la grande majorIté de la populatIon de l'Inde qui a pour religion l'hin· douisme. ~qui comporte de nombreuses ramifications), une rellglOn extrêmement puissante, déterminant un mode de vie tout à fait original, des coutumes une morale, une conception de l'existence et de la ' mort Ql:Ii influent, pr,ofondément sur le comportement des Hmdous, MalS 1 Inde est un Etat. JT\u1tjconfo~;onnel aui compte, en particulier, des dizaines de millions de mu. sulmans qui observent donc des coutumes très différentes, et aussi des chrétiens, des parsis, etc... Toutes ces alftres, couches de .la population ne peuvent être a'ppel~e~ .hH~doues, malS sont bien indiennes. de natlOnal1te mdlenne, festement contre la loi de la nature qu'un enfant commande à un vieillard, qu'un imbécile conduise un homme sage, et qu'une poignée de gens regorge de superfluités, tandis que la multitude affamée manque du nécessaire. ~ CE qui importe dans ce Discours sur l'Inégalité, ce n'est pas la construction théorique qui laisse une large prise à la discussion, c'est l'accent revendicatif et indigné. L'inégalité, ses abus, ses conséquences, anéantissent, atfirme Rousseau, cette fraternité humaine souhaitable et même nécessaire. « Les hommes, enfants du même Dieu, se reconnaissent tous pour frères», dira-t-il dans le Contrat Social. Et c'est au nom de la fraternité humaine qu'il condamne J'esclavage, aussi bien dans le Discours sur l'inégalité que dans Le Contrat Social et dans l'article Economie politique qu'il écrivit pour l'EncyclOPédie : ~ Pour établir l'esclavage il a fallu faire violence à la nature; il a fallu la changer pour perpétuer ce droit, et les jurisconsultes qui ont gravement prononcé que l'enfant d'1m esclave naîtrait esclave ont décidé en d'autres termes qu'un homme ne naîtrait pas un homme. » S'élevant contre la théorie de Grotius, Rousseau réfute le sophisme du « droit d'esclavage » : « Le droit d'esclavage est n'uZ, non seulement parce qu'il est illégitime, mais parce qu'il est absurde et ne signifie rien. Ces mots, esclavage et droit, sont contradictoires et s'excluent mutuellement. » Une convention doit bénéficier aux deux parties contractantes : or, l'esclavage est « une convention toute à TA charge et toute à MON profit. » (Contrat Social, chap. IV). Dans le même esprit, Rousseau condamne le droit de conquête, qui n'a d'autre fondement que la loi du plus fort: or, la force ne saurait créer le droit. Et l'on trouve également chez lui une condamnation non vas, à proprement parier. du principe de la colonisation, mais des excès odieux commis, en Afrique et par ____________ ~ Pierre GROSCLAUDE Agrégé de l'Université - Setrétaire général du Comité Nalional Jean-Jacques Rousseau en Amérique du Sud, par certaines nations colonisatrices (Angleterre, Espagne, Portugal). Il, n'est que de se reporter à la lettre 3 de la 4' partie de la Nouvelle-Héloïse, où Saint-Preux raconte le voyage autour du monde qu'il vient de faire dans l'escél;dre infortunée de l'amiral Anson. Il n'y a rien de pittoresque dans cette relation au demeurant très , brève. Cc qui a surtout frappé' Saint-Preux c'est l'exploitation dont les indigènes étaient victi~les à cette époque : « l'ai vu les côtes du Brésil où Lisbonne et Londres puisent leurs trésors et' dont les p,euples misérables foulent aU.l: pieds l'or et les diamants sans oser y porter la main ... l'ai vu sur les rives dl! M e,x~que e,~ du ~érou, le même spectacle que dall~' le Bre,sll " J en at 7)U les rares et infortunés habttants, tnstes restes de deux pltissants peuples accablés de fers .. d'opprobres et de misères au mili/u de {cnrs riches métaux. » ' Et il caractérise ainsi l'Amérique du Sud: « Ce vasle continent que le manque de fer a soumis aux Européens, et dont ils ont fait tm désert pour s'en assurer l'empire. » O UANT à la guerre, Jean-Jacques Rousseau, comme d'autres philosophes de son siècle, en a dénoncé les horreurs et l'absurdité. On sait qu~" peu apr,ès son a;rivée à l'Ermitage, en 1757, il medlta de faire connattre au public le Projet de Paix perpétuelle de l'utopique abbé de Saint-Pierre dont il a,;ait ,beauco~p e~tendu p~rler, chez Madame Dupin (1 abbe de Samt-Plerre avait ete « l'enfant gâté » de cette grande dame) ; il possédait les manuscrits de l'abbé, qui lui avaient été donnés par le neveu de celui-ci, le comte de Saint-Pierre, à charge d'en tirer parti : aussi écrivit-il un Extrait du Projet de Paix per~étuelle, suivi d'un jtlgement sur cet ouvrage· Il tira donc la substance de 21 volumes diffus et confu~ et en fit une sorte de « digest », clair et précis, qUI porte sa marque personnelle. On jugera de l'intérêt sentimental que Rousseau attachait à ce travail en lisant ce passage de l'introduction où, après avoir évoqué l'incrédulité à laquelle se heurtent, chez beaucoup de lecteurs les idées de l'abbé de Saint-Pierre, il s'exprime en ces termes : « l'espère que quelque âme honnête partagera l'émo# on délicieuse avec laquelle je prends la plume sur un S1tjet si intéressant pour l'humanité. Je vais voir, du moins en idée, les h01'/1.tnes s'unir et s'aimer; je 'l/ais penser à une douce et paisible société de frères, vivant dans 1me concorde éternelle, tous conduits pa.,. les mêmes maximes, t01~ heureux du bonheur com- 1II1tn ... L'image d'une félicité qui n'est point m'en fera [IO ltter quelques instants une véritable .. , » Aucune fraternité humaine ne sera réalisable tant que séviront les guerres de conquêtes et les régimes despotiques, deux choses que Rousseau englobe dans la même réprobation. « Il est facile de comprendre, dit-il. Que d'un côté la guerre et les conauêtes et de l'autre les progrès du despotisme s'entr'aident 1mttuellement et qu'on prend à discrétion, dans mt peuple d'esc!07.Jes, de l'argent e,t des homm.es pour en slIbj11- guer d'autres ... que les pr-inces cOllq1lérallts font pour le moins autant la guerre à leurs sujets qu'à leurs ennemis et que la condition des vainqueurs n'est pas. meilleure que celle des vaincus. » Ce grand idéal de fraternité universelle n'altère nul-· l~ment chez Rousseau le sentiment de la patrie. Le' c~t~yen de Ge!lève, si ,profondément pénétré d'esprit cIvique, connalt les raisons et la force de l'attachement que l'hom~e doit avoir P?ur s~ patrie, quelles que SOlent sa pUIssance et les duuenslOns de son territoire. Mais encore faut-il que cette patrie soit bonne pour tous et ne traite pas les uns en privilégiés, les autres en parias. « Voulez-vous que les peuples soient 'vertueux: commençons par leur faire aimer la pafr, ie. Mais comment l'aimeront-ils, si la patrie n'est rten d,e plus pour eux que pour des étrangers et qu'elle ne leur accorde que ce qu'elle ne peut refuser à personne ? Ce serait bien pis s'ils n'y jouissaient pas même de la sûr.eté civile, et que leurs biens, leur vie ml leur liberté fussen.t à la discrétion des hommes puissants, sans qu'il leur fût possible ou permis d'oser réclamer des lois ... Que la patrie se mQ!l-tre donc la mère commune de tous les citoyens. » (Encyclopédie, Article Economie politique). A la différence de Montesquieu et de Voltaire, Rousseau a peu parlé de la question des races et l'on chercherait en vain, chez lui, des considérations sur la traite des noirs ou encore sur le problème juif; mais tout. dans sa vie et dans son oeuvre, proteste contre les discriminations raciales et contre la restriction du concept d·homme. L'égalité, dont il s'cst fait l'arùent doctrinaire, ne se limite pas aux citoyens d'un pays européen, mais elle s'applique à tous les hommes, quelles que soient leur race et leur couleur, et il appartient à la société civile de réparer ce que les inégalités naturelles, que l'on ne peut nier, comportent d'injuste et de douloureux. Cette fraternité humaine, Rousseau, qui fait bon marché des dogmes religieux, la considère comme le plus précieux apport du christianisme, le christianisme de Jésus et non celui des Eglises. A la fin de la Profession de foi, le vicaire savoyard dit que s'il avait des non-catholiques dans sa paroisse, il ne les distinguerait point de ses vrais paroissiens en tout ce qui tient à la charité chrétienne: « Je les porJerais tous également à s'entr'aimer, se regarder comme frères, à respecter t01~tes les religions et à vivre en paix chacun dans la sienne. » Car l'intolérance est, sans aucun doute, le plus grand crime qui puisse être commis contre la fraternité des hommes ; aussi Rousseau admet-il toutes les confessions dans sa cité idéale. Quant à Emile, l'élève idéal, après sa quinzième année, son précepteur développera en lui le sens de l'humain: Emile « aimera les hommes parce qu'ils sont ses semblables ». Ce concept de fraternité humaine n'était pas chez J.-J.Rousseau une simple idée abstraite, une froide notion intellectuelle. Il correspondait à un sentiment profond, à une réalité qu'il avait fréquemment vécue. Reportons-nous, pour nous en persuader, aux écrits autobiographiques, notamment aux anecdotes que renferme la neuvième Rêverie (les petites filles aux oublies, la distribution des pommes aux petits Savovards à la fête de la Chevrette, la rencontre des Invalides) et à l'évocation des soirées champêtres de l'île SaintPierre; rapprochons de ces récits ce que Rousseau nous dit, dans la Lettre à d'Alembert, des fêtes populaires à Genève ; reportons-nous encore aux pages de la N O1welle Héloïse qui décrivent la vie patriarcale et collective et les gais travaux rustiques chez NL de Wolmar, à Clarens, et nous sentirons tout 1e prix flue, Jean-Jacques .attache à cette cha~e,!r hymaine qui resulte du travaIl en commun, des J?!es epro~vées en commun et du rapprochement d etres solIdaires quoioue appartenant à des classes ou à des milieux différents. Nul n'a eu, plus que ce prétendu misanthrope, pIns que cet « ennen;i de la société ~, le sens aigu d'un uniVf~rsel humam et la nostalgIe d'une humanité fraternelle.

Notes

<references />