Droit et Liberté n°408 - février 1982

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°408 de Février 1982
    • Le racisme : ça suffit
    • Une carte pour votre défense
    • Editorial: les discriminations sont-elles toutes racistes? par Jean-Bertrand Bary
    • Handicap et racisme
    • D'une région l'autre: du pain sur la planche
    • Le ministre de la solidarité chez les gens du voyage par François Chiron et René Neveu
    • Education: tous égaux?

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1IIII1111illllili MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L'AMITIE ENTRE LES PEUPLES No408 - FÉVRIER 1982 - 3 F Avignon, NÎmes, Nice· Le MRAP demande aux pouvoirs publics de prendre des mesures (1 ) Les menées antidémocratiques ne cessent de s'intensifier: attentats, opérations de commandos, manifestations et publications provocatrices, qui tendent à diviser la population et à créer un climat conflictuel en France. Le racisme joue un rôle important dans cette entreprise de déstabilisation comme on peut le voir par l'agression perpétrée à la cathédrale de Nîmes contre des travailleurs immigrés ayant entrepris une grève de la faim. A Nîmes comme à Avignon, ces travailleurs saisonniers ou sans papiers réclament la régularisation de leur situation administra tive. Cette forme d'action désespérée reflète l'inquiétude que connaissent encore nombre d'immigrés, après des années d'une politique visant à les marginaliser et à favoriser leur exploitation par un patronat sans scrupules. Alors que le nouveau gouvernement a pris des dispositions (lois, circulaires, direètives) en vue d'assurer à la population étrangère travaillant en France plus de sécurité et la jouissance de droits démocratiques, le MRAP espère que les pouvoirs publics feront preuve d'un maximum de compréhension et de célérité pour la solution des difficiles problèmes humains qui restent posés. Le MRAP se préoccupe aussi des relations de plus en plus étroites qui s'établissent entre les groupes de l'extrême-droite, les idéologues de la « nouvelle droite » et certains milieux de l'opposition. Ces menées font courir de graves dangers à la République. Ainsi, à Nice, (qui fait l'objet du nouveau livre de Graham Green), ville déjà réputée pour maintes affaires criminelles à implications politiques, il faut faire attention. En effet, deux collaborateurs de Différences, Jérome Bouvier, journaliste, et Abdelhak Sen na, photographe, qui enquêtaient sur le racisme à Nice ont été arrêtés le 16 février vers midi et retenus au commissariat central de la ville, pendant quatre heures, sur la requête de deux civils. Leur tort: avoir discuté avec des travailleurs immigrés dans la rue. (1) Ces affaires ont fait l'objet de trois communiqués du MRAP, dont ce texte est extrait. LE Mort, le racisme? Certes non. Il ne faut pas s'y tromper, un changement de gouvernement ne peut à lui seul résoudre un problème aussi large et d'autant plus présent que l'opposition de droite l'aiguise pour en faire une arme politique. Et puis, reste ce racisme quotidien et latent qui imperceptiblement creuse des fossés ... Le MRAP dévoile les faits racistes, les déclarations, les violentes, les discriminations dont il est le témoin quotidien. Le tableau est chargé ... (voir p. 4, 5). Une carte pour votre défense Vous êtes témoins ou victimes d'actes et de propos racistes? Cette carte, éditée à l'initiative du MRAP, vous fournira en 7 langues fOutes les indications nécessaires sur la conduite à tenir. Au verso,le texte de la loi du 1 er juillet 72 viendra étayer votre argumentation. Parallèlement au lancement de cette carte, des affiches et des autocollants seront également diffusés. Pour le 21 mars Un timbre poste Le MRAP se félicite qu'à la suite de sa proposition faite à Monsieur Mexandeau, Ministre des PTT, un timbre-poste soit émis à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale . La mise en vente 1er jour aura lieu sous l'égide du MRAP et le haut patronage de l'UNESCO les 20 et 21 mars au Musée de la Poste à Paris, 34, boulevard de Vaugirard. A cette occasion, 4 souvenirs philatéliques seront proposés aux collectionneurs : • une enveloppe 1 er jour illustrée par un dessin de H. Saison. Prix : 8 F • une carte postale 1 er jour rappelant le suj~t du timbre. Prix: 8 F. • une carte postale d'après une fresque de Picasso. Prix: 8 F. • une plaquette souvenir d'après un dessin de Folon. Prix : 15 F. Les commandes peuvent être passées au MRAP, 89 rue Oberkampf 75011 Paris, dès maintenant et avant le 15 mars, accompagnées de leur règlement soit par jeu complet (envoi recommandé 41 F+ 14 Fpourfraisd'expédition

55 F), soit par objet-souvenir séparé

(8 F l'unité + 10 F d'expédition

18 F).

r 1 1 1 1 ,1 ,1 1 1 1 1 1 TRIBUNE « Ne pas se cacher derrière son doi t» L'abbé Jean Pihan nous a fait parvenir une longue réflexion à propos du titre du MRAP Contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. En voici quelques extraits. En ce qui concerne la lutte contre le racisme, Jean Pihan souligne qu'il a lu avec intérêt le texte « Elargir le champ' d'action? » du comité local de Clermont Ferrand (Droit et Liberté, décembre 1981) et qu'il partage son point de vue : «Lorsque j'ai vu émerger, au sein du MRAP, un intérêt nouveau pour« les autres formes de discrimination » j'ai été un peu inquiet. j'ai craint le risque d'une «dilution » . Sans être ... grenouille, ne nous faisons pas aussi gros que le boeuf 1. .. ». Des risques de division et de dispersion seraient également à craindre. «Par contre, nous pouvons, avec plus ou moins d'insistance selon les cas, nous déclarer solidaires des mouvements «qui luttent contre d'autres forment de discrimination ». Et j'ajouterai: qui luttent pour le respect d'autres droits humains que celui d'être protégé contre le racisme. » L'amitié entre les peuples «II Y a de cette formule, poursuit Jean Pi han, une interprétation minimale ... ou minimisante, et une autre plus large. Notons tout d'abord qu'il est dit : entre les peuples. Et non entre les Etats. Un Etat peut « contenir » plusieurs peuples, ou du moins plusieurs « ethnies» : il les rassemble, soit par la volonté commune de chacune de ces «populations » • •• soit par coerc(tion. Dans le premier cas, je situerai la Suisse. Dans le second la République SudAfricaine. Entre ces deux cas extrêmes, on pourrait placer toute une gamme. Assez souvent, il arrive que, dans des Etats apparemment très unifiés, des minorités (ethniques, linguistiques, religieuses, etc.) se considèrent comme plus ou moins brimées. . L'interprétation minimale de notre formule pourrait être ... l'amitié entre les Etats. C'est-àdire: contribuer à ce qu'il n'y ait plus de guerres entre eux (c'est bien, mais c'est négatif) et même à ce qu'il y ait de plus en plus d'échanges amicaux ... (c'est du positif). Comme en pratique on confond bien souvent « Etats» et « Peuples », cette confusion rend paradoxalement les choses plus simples, en apparence tout au moins. D'où des initiatives louables du genre «villes jumelées ». Mais les choses sont plus compliquées. Jean Pihan distingue le cas de l'Afrique du Sud (où un « Etat» brime ses «peuples ») de celui des USA, (où, bien que tous les citoyens soient égaux en . droit, certains souffrent de discrimination), ou de ceux de l'Espagne, de l'Irlande ou de la Belgique qui refusent à un peuple son droit à l'existence donc l'obtention du statut d'Etat. «Mais il suffit de considérer ce que je viens 1 DROIT & UBERTEI __ 1IU~COIImIIU:lW:JeMlniIICUIl:~BffMLUII'IW'I.U - - d'énumérer, en me plaçant sur le plan des faits (donc sans porter de jugement sur la légitimité des aspirations et des revendications) ... pour estimer que notre souci d'amitié entre les peuples doit englober ces problèmes. » L'amitié entre les peuples requiert donc que nous osions dénoncer ces injustices. C'est d'ailleurs ce que fait le MRAP en luttant contre l'apartheid en Afrique du Sud. « Mais il le fait aussi pour défendre simultanément le droit d'Israël à l'existence et le droit des Palestiniens à disposer d'un Etat (et donc d'un territoire) alors qu'il ne s'agit pas d'un problème essentiellement racial. Le MRAP n'a jamais refusé non plus de donner la parole à des représentants des Arméniens. Il a dénoncé l'antisémitisme qui sévit à l'intérieur des pays de l'Est comme ailleurs... . Mais il est inutile et il serait hypocrite de «se cacher derrière son doigt » ••• Nul d'entre nous, ne peut nier le fait que nombre d'Etats, prétendument indépendants, sont rattachés, de gré ou de force, à la zone d'influence de l'un ou l'autre des deux blocs « superpuissants » et que leurs peuples ne sont pas réellement libres de manifester leurs choix politiques. Ceci est vrai pour l'Est comme pour l'Amérique latine, et pour bien d'autres Etats. Nul n'oserait nier non plus que ces peuples sont victimes de difficultés économiques .. . Il est patent que de telles situations qui causent tant de souffrances surtout dans les classes laborieuses, sont dans une grande mesure voulues, comme instruments de pression. .. Nul d'entre nous ne peut nier non plus que, par ..le jeu de l'économie capitaliste mondiale, les peuples du tiers-monde sont maintenus dans une situation de sujétion, de pauvreté et souvent de misère dont profitent· les multinationales et les « nations nanties» (dont la nôtre) ... La spirale de la violence, pour prendre l'image inventée par dom Helder Camara, s'amplifie. L'escalade de la course aux armements accroÎt encore la misère. En tant que ressortissants d'une« nation nantie » (mais bien mal placée géographiquement !) nous avons tout à perdre à une éventuelle conflagration suicidaire. Mais les autres peuples, tant à l'Est qu'à l'Ouest. sont aussi en danger que nous. Membres d'un mouvement pour l'amitié entre les peuples, nous ne pouvons pas dire que nous ne sommes pas concernés par des « problèmes internes» à tel ou tel peuple. Il n'y a plus de problèmes internes, où que ce soit. » ••• Il ne faut pas attendre pour agit qu'un conflit armé entre Etats éclate, car «Les morts pour cause de famine ou d'incarcération prolongée sont aussi morts que ceux qui sont tués par des balles ou des bombes ... Ces morts, ou simplement ces gens qui souffrent sont NOS morts ou NOS membres souffrants. Ce sont nos concitoyens tout autant que les habitants d'Aubervilliers ou de Romorantin. L'amitié entre les peuples ne connaÎt pas de frontières ... Nous sommes tous, aujourd'hui, « citoyens du monde » ••• J'entends bien - et je boucle la boucle en revenant à la déclaration de notre comité du Puy-deDôme - que nous n'avons pas à nous substituer ni à la Ligue des Droits de l'Homme, ni à Amnesty, ni à .. . etc. Mais nous avons à nous solidariser avec elles et à encourager les membres du MRAP à participer activement à leur effort ; ... Enfin, par les moyens d'expression et d'action qui nous sont propres, nous devons prendre largement notre part dans le combat non-violent pour l'amitié non seulement entre les Etats, non seulement « entre les peuples », mais entre tous les hommes. » Abbé Jean PIHAN Vice Président du MRAP Ce n'est qu'un au revoir Le Mrap-17e vous salue et vous dit adieu. Il pourrait vous dire comme les rédacteurs de « Charlie-Hebdo allez vous faire e ... » . Mais ce ne serait pas « correct ». Dans le 17e arrondissement . de Paris, on veut bien s'indigner quand les bombes tuent. on veut bien financer, c'est la B.A. de fin d'année. Mais stop là , ... Il paraÎt que le «MRAP est le thermomètre du racisme ». Il faudrait peut-être penser à le changer de temps en temps ou lui réinjecter du mercure car un thermomètre n'est jamais infaillible. Dans notre cas, il sous-estime la fièvre comme si le changement du 1 0 mai avait bouleversé toutes nos structures mentales et sociales 1 OU/~ le racisme n'est plus d'Etat, il devient par contre un levier ANTI-gouvernemental (cf. Droit et Liberté nO 406). Dans le 17e, c'est on ne peut plus clair. 'C'est une réalité oppressante. La circonscription de M. Le Pen, c'est chez nous 1 Le quartier abrite toute l'extrême-droite qui ne craint même plus de coller en plein jour ; alors, est-ce le moment d'abandonner le terrain? En face du lycée Mallarmé, les murs ont été sauvagement marqués du Renouveau nationaliste; les croix gammées fleurissent sur les sens interdits, etc. . Par souci de concision, on ne parlera pas des immigrés qui ne trouvent pas où se loger, sinon dans des logements insalubres ... Tout le monde n'a pas la chance sur le 17e d'habiter de l'autre côté de la ligne de chemin de fer ... On ne parlera pas non plus du refus de la municipalité RPR de construire un foyer pour travailleurs migrants; ç'aurait été, bien entendu, une source de nuisance pour le voisinage 1 C'est tristement vrai... La 3e tentative de construction d'un comité MRAP sur le 17e a échou~. Les coeurs charitables ne sont guère militants. Michel SOUDAIS Maryse EMEL N.D.L.R. L'amertume manifestée par nos amis s'explique par les difficultés qu'ils ont rencontrées. Mais leurs efforts ne sauraient être sans lendemains. Nous ne doutons pas que nos lecteurs du 17e arrondissement (et d'ailleurs) y verront un appel à participer activement à l'action du MRAP. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples PRESIDENT D'HONNEUR: Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE: François GREMY VICE· PRESIDENTS : Charies PALANT, Abbé Jean PIHAN, Me Georges PAU-LANGEVIN. Je m'abonne à droit et liberté D 2 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone 806.88.00 C.C.P. 9239-81 Paris. Directeur de la publication Albert Lévy Secrétariat de rédaction Véronique Mortaigne Comité de rédaction: Jean-Pierre Garcia, Frédéric Maurin, René Mazenod, Robert Pac, Abdelahak Sen na, Jean-Yves Treiber, Slimane Zéghidouro N° de Commission paritaire : 61013 Imprimerie SIRG 249.24.00 SECRETAIRE GENERAL: Albert LEVY ~m:'\I.E ~~Il,c::N:~~tA~G~i~LLij~~.?c':."1~~ JART, Jacques BERQUE, Général de BOLLAR· DlERE, BAtonnier Albert BRUNOIS. Aimé CE· SAIRE, Charies de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie-José CHOMBART de LAUWE, Alain DECAUX, Henri DESOILLE. Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS. Jean FERRAT. Pierre GAMARRA. Colette GUlL· LAUMIN. Monseigneur Guy HERBULOT. Jean HERNAUX. Georges HOURDIN. Albert JACQUARD. Professeur François JACOB, Pierre JOX-E. Jean·Pierre KAHANE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, BAtonnier Bernard LASSERRE. Michel LEIRIS. Gérard LYON-CAEN. Jacques MADAULE. Françoise MALLET-JO· RIS. Albert MEMMI, RobertMERLE, Théodore MONOD. Henri NOGUERES. Jean PICART LE DOUX. Gilles PERRAULT, Marcel PRENANT. Alain RESNAIS. Emmanuel ROBLES. Armand SALACROU. Laurent SCHWARTZ. Georges SEGUY. Jean-SURET-CANALE, Haroun TAZIEFF. Alain TERRENOIRE. Jacqueline THOME-PATENOTRE. VERCORS. Jacqueline VICTOR-BRAUNER. Docteur PierreWERTHEIMER. lanni. XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. Abonnement d'un an à droit et liberté (30 F). Etranger (50 F). Abonnement de soutien (100 F). CCP 9239-81 Paris J'adhère au m.r.a.p. o Le montant de la carte d'adhésion là partir.de 80 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du mrap. CCP 14-825-85 Paris. Nom (en capitale) ............................. ~ Prénom .................... âge ............ . Profession .................................. . Adresse .......... ........ ......... .......... • • ..................................... ~ MRAP - 89 rue Oberkampf 75011 Paris - Tél. 806.88.00 Droit et liberté. na 408 • février 82 EDITORIAL LES DISCRIMINATIONS SONT·EUlS TOUTES RACISTES? Le colloque « Expression et répression des différences» se prépare (1), Une tâche délicate l'attend .. , Un peu d'histoire est nécessaire pour saisir son «pourquoi», Au dernier congrès, des voix s'élevèrent pour demander l'extension de la lutte antiraciste à d'autres discriminations, notamment le sexisme, qui précisément venait d'être inclus parmi les atteintes à la loi du 1 er juillet 1972, ou encore les rejets visant les handicapés, les homosexuels", Il était impossible de traiter sérieusement ces sujets qui n'avaient pas été mis à l'ordre du jour, 'D'où promesse d'une étude ultérieure, concrétisée dans un colloque, Deux ans ont passé, Le Mrap a été sollicité, voire débordé, par de multip1es tâches - les militants le savent bien! Enfin, ce colloque vient ! .. , juste avant le congrès, et pour permettre au congrès, cette fois, de prendre une décision préparée et mûrie, Trois pré-colloques se sont tenus: homosexualités et racisme; handicaps et racisme; sexisme et racisme, Il faut convenir qu'ils ont été essentiellement parisiens, et n'ont pas mobilisé les foules, même au sein du Mrap, Les débats n'en ont pas moins été fort intéressants, L'objectif du colloque sera de discerner ce qui rapproche et ce qui différencie certaines formes d'exclusion, entre elles, et par rapport au racisme, Faudra-t-il considérer les attitudes discriminatoires frappant les femmes, les handicapés, les homosexuels, comme des formes à part entière du racisme, justifiant ainsi toute l'attention du Mouvement, au même titre que les formes «classiques ", telles l'apartheid, l'antisémitisme ou le racisme anti-immigrés ? Qu'on ne se méprenne pas d'ailleurs, Si nous avons choisi de porter une attention préférentielle à trois «types » de discriminations, ce n'est pas que d'autres ne méritent l'intérêt: ainsi. le rejet de fait de nombreux vieillards, victimes de l'indifférence et considérés comme incapables de créativité - que dénonçait une page récente du « Monde», Nous nous sommes élevés, en son temps, contre le projet de loi d'Ornano, qui visait à «catégoriser» les résidents de foyers, privés de droits et ga ra nties accordés a ux locataires: outre les trava illeurs immigrés, des jeunes, des personnes âgées, des handicapés étaient en cause, . Faudrait-il ajouter les jugements globalisants - et, à ce titre, diffamatoires - portés sur certaines catégories professionnelles? Dans Droit et Liberté de décembre, nous voyons le Syndicat autonome des policiers nous demander de soutenir les membres d'un corps «dont on généralise, à priori, les excès de quelques-uns », On mesure la complexité du sujet abordé par le colloque ! .. , Tout racisme est rejet de ce qui est différent. Mais une société qui rejette; traite aussi, souvent, l'exclu «d'anormal ». Or, «différent » et «anormal » ne sont pas synonymes, C'est évident pour le sexisme, qui ne vise pas une minorité, Le sexiste le plus farouche n'ira pas jusqu'à dire que l'autre moitié de l'humanité est anormale! Par contre, c'est bien ce concept d'anormal qui fonctionne pour les handicapés, ou pour les homosexuels, Toutefois, ces deux cas sont encore bien distincts, Sous forme d'accident possible, de vieillissement inéluctable, le handicap - physique ou mental - nous menace tous, Et quel est l'individu réputé «normal» qui peut se vanter de ne souffrir d'aucun handicap? L'homosexualité présente ce caractère particulier d'être l'objet d'un jugement moral. On ne peut refuser aux Eglises ni aux écoles philosophiques de professer une morale qui réprouve certains comportements, Mais un pas est franchi quand un jugement globalisant enferme une personne dans un comportement: ainsi, de ne voir en quelqu'un que «l'homosexuel », Un autre pas quand on passe du jugement moral à la mise à l'index sociale, selon le fonctionnement de toutes les Inquisitions religieuses ou laïques, Toutefois, on ne peut faire l'économie d'une autre question: une société, en un contexte culturel donné, est-elle habilitée à se fixer un certain code de conduite, donc, nécessairement, à déterminer ce qui est «normal» et ce qui est «déviant » et à envisaqer des protections contre ces « déviances» - ne serait-ce que pour les mineurs? Notre colloque n'aura sans doute pas la prétention de trancher de tout cela, mais ne peut ignorer ces données sous-jacentes au débat, Mouvement humaniste, le Mrap professe bien une morale: celle de l'égalité foncière de tous les êtres humains, Mouvement pluraliste, il inclut au premier chef, parmi les Droits de l'Homme, le droit à la différence, richesse pour tous, et lié au respect de la différence de l'autre, La lutte antiraciste qu'il mène rassemble des hommes et des femmes de courants idéologiques divers, et tout élargissement des objectifs devra respecter en ses membres un droit à la différence des options et des sensibilités, En tant que Mouvement, le Mrap maintient le droit à sa différence spécifique lorsqu'il embrasse un.e cause à côté d'autres organisations, Il n'a pas à s'aligner sur l'intégralité des positions de ses partenaires, Ainsi, dans la défense des droits des immigrés, nous n'avons pas fait nôtres toutes les revendications lorsqu'elles débordaient le cadre strict du combat antiraciste et suscitaient des divergences légitimes parmi les membres du Mouvement, Réciproquement, le Mrap n'entend jamais se substituer à d'autres organisations dans la poursuite de leurs objectifs propres, ni interférer dans leur action, Notre prochain congrès, dégageant les informations et réflexions qu'apportera le colloque, aura à choisir: - OU bien élargir les objectifs permanents du Mrap, mais en respectant les conditions ci-dessus, - Ou bien maintenir le cap sur les priorités habituelles, sans omettre le soutien ponctuel à toute lutte valable contre toute discrimination -comme déjà nous l'avons fait au plan national pour le projet d'Ornano - et au plan local, dans bien des cas, La chance du colloque sera de nous obliger, d'une part, à un dialogue avec des mouvements que nous connaissons souvent mal, d'autre part, à un regard plus lucide sur toutes les discriminations, permettant des prises de position mieux mûries et plus cohérentes, Jean-Bertrand BARY (1) Le colloque « Expression et répression des différences » aura lieu le samedi 13 mars à Paris. Informations et invitations au Mrap, Handicap et racisme « Il est nécessaire de relier les problèmes des exclus, méprisés dans leur identité et leurs droits, à l'ensemble des problèmes des minorités. Ainsi, il existe certaines similitudes entre le racisme et l'exclusion dont sont victimes les handicapés dans le domaine du travail. du logement et des loisirs ». C'est ainsi qu 'a conclu Albert Lévy, lors de la rencontre « Handicap et Racisme » qui s'est tenue le 19 janvier dernier à Paris. De nombreuses associations y avaient exprimé leurs craintes et leurs espoirs. Dans le domaine du travail, les handicapés sont soumis à la loi de 1975 « loi d'exception» a souligné Aisha Bernier, journaliste à Bankalement Vôtre, «car les handicapés sont répartis dans les entreprises du secteur dit protégé, selon leur rendement probable, estimé par la toute puissante COTOREP (Commission Technique d'Orientation et de Recadrement Professionnel). Comment définit-on une capacité de travail en tout temps et en tout lieu? Mystère. Que fait-on dans les ateliers protégés? Essentiellement de la sous-traitance, des travaux déqualifiés. En bref. les immigrés font les «gros sales boulots », les handicapés les «sales petits boulots ». Leurs salaires varient entre 80 et 130 % du SMIG. Le gouvernement verse, dans le meilleur Droit et Liberté. nO 408. février 82 des cas, un complément de 20 %. Quant aux enfants, c'est la CD ES (Commission Départementale d'Education Spécialisée) qui décide de leur sort. Les parents sont pratiquement obligés de suivre ses avis, sous peine de se voir couper l'aide publique de l'Etat. Les rapports entre valides et handicapés, analysés par Christian Chevallier (Fédératioh des Malades Infirmes-Paralytiques) passent par une grande méconnaissance de ces derniers. Incompréhension des parents, des médecins, des enseignants

tout est organisé pour que les handicapés

vivent dans un monde à part. «Une école synonyme de compétition. une entreprise synonyme de production et de rendement, sont-elles faites pour nous?» «L'origine du mot handicap évoque, en anglais, l'égalisation des chances en compétition sportive. » C'est un terme ambigu selon Annie Lauran (MRAP) : «Les exclus constituent un groupe spécial aux contours imprévus. Ils comportent une différence visuelle avec ceux que l'on appelle normaux. De là, la société ne voit que le stigmate mais plus la personne humaine. » La peur est la première réaction des «normaux » face aux handicapés, surtou( ceux qui sont victimes de désordres mentaux. (Françoise Grémy-Association au service de personnes ayant des troubles de la personnalité). A ceci deux raisons : l'ignorance et « l'effet de miroir ». «Ils nous renvoient une image de nous-mêmes parfois insupportable». C'est peut-être pour ces raisons que les populations rejettent très violemment la création de foyers (M. Mariaud, directeur d'un foyer dans une cité HLM). Selon M. Saint-Martin (Groupement pour l'insertion des Handicapés Moteurs), l'insertion passe par les handicapés eux-mêmes qui ne doi vent plus reprendre à leur compte la notion de faute souvent attribuée a u handicap. Les médias, qui ont boudé l'Année Internationale en 81, ont eux aussi un rôle importa nt à jouer. Dans ce contexte, déjà peu glorieux, la situation de l 'émigré handicapé se passe de commentaires. Ce dernier est souvent handicapé à la suite d'un accident de travail, et bien qu'il s'agisse d'une dette de la société, on l'incite au retour au pays. Sa prise en charge, étant donné les mauvaises conditions sociales dans les pays du Tiers-Monde, devra être faite par la famille et le village. (Amiel Aouasseur-Association des Travailleurs Algériens en France). «L'handicapé immigré est victime d'un double racisme ». 3 L ... SC .. I:"~4S$( . ~ __ .. ..... __d. ._ ___~ .. ...... .-.... D..o..._. _ .... c.--.. $' __ 0._ . _ ..... _ .-. __.. .- "..-.. "_"...'. ..'. .... _. Loo_"'o_r1o_.--.. ...." .". ._ S_. .. ' .... _ 'O O '-'10 ___ .. ... - ..... _.. . _-----. .... _... ......... _._ ... ____ . __ 4 , 1 ...... u.._ ... __ P.,,, -_.- ,..-,. ..... _. .. .-·.t_h _. '0" .... _ -,-_ .. -0... ___ .... m_._ .... ....... __ .10... ... _ ... _ ..-.. -, -___-__ ..........., _ -'0.. ._0_ .. _ . .. ......... , , ,. ... _.. _ -.-'.-....."... _---'-'-'-...... ,..,..... ---_c_...... ....-• " __ ..'_. . ' . _.-.-...' ._"--..- ..-.-.,_.. , ". ..-"..-... . ._..-.... _ --, _._.... ..... -...._. _._.. _ -._.. _ ...... ,. .... -.." ----"--"'... -.........-. ... _-- ...... _ ....- -..-. " --_... --.. .... . __ ... - : , -, ......... ----...".. -". ._...-. . _-...- _-,. .. -... ."." __.--..- ... -_..- ... .. . ~ -,_., ... • LE RACISME, ÇA 00.".".,'. '_ ..... ... ._.. . .. ...._.... " .' ..... .C. Ol'u.,_,," ._. ... -.. ... ".',.. ...... ... T. ..... ... ~ ...' ... ~- ........... "" _... . -..... ' ... ,.. .. _ --".., " _- ...-... _-_........ __ 1' ___ .A"*" ... _-_ ............... - 1"..,0 ..._ " .'..' , '_- ._". .._. ,- ,.,.-. _,_. .. , r_- .......... ._.. . --.. - -....-... ..... , ---... .,. -.-..- -...._.. - .............,. .-. . .. _ d·.., ...,.. ."-" 0"" _.... __ ... __ .... "EMSI 24 rue Beauregard 75002 Pll riS U,_s.l.-_ 7-" ' A15 .. _ ... -.. _., -._,. 1. . __ -.-. _ --" -_'" ~ .... .. - .... ~ _ -,.f..t.._ - - - ._-. Rien ne va M_ ..., __._----_,. . ..... .. .._ .... _... ... ... . ..- ___ . ...- -.. -' "-'"" ._ .....- .. .- .... _.. ~,_. _. -._, - ..- _... ,-.... ... -...,...-. '-...._.... . ,.._, _.. ... ..,.. .- __. -...-... ..._0._ ... -... ........ A"" • ... ____ • __ -.. --"--'"- -' ... '~._~_ .... ~ ........ '. _. ..... ... ... , ... ...... .". .~...-.. _... -"".."-."... .'.' ~ ._. ........._.-.........- ...-.n ._.. .._.... __ -... 0. . • plus ... ,-, ._~. .... _._.---,.. .. ~ ..... _ "'·'·"~ ___ "h. ,~~ _.. - .._ __. .........._ - -,'--~~.'"'_ -"c_. _ ,_. .. .. _... .. -.. H~ .... ~ ,- ... A_ ... _ ..... _~ _ '.. -""---'- _--~ ..... ~_ ----"--,,,--' .-.....'. ."_..." -...' ." ,..--. ,.--."-... ---~ ......... -, ...... . _.. _~_ .......... ,- ... ._.._ --_ _ ... __--.... - .. _.. _.--,- . • Ets NORY L. MOST OCCAS10SS .. c .... ,· ~o:.~"t111 u:,UTlSt: 249, rue Sa mt-Denis 75002 Paris - Tél. 233.96.84 """ .. .-..._._u • • ACTION D'une région à l'autre ... DU PAIN SUR LA pl A.NCHE ... I L A DU PAIN SUR LA PLANCHE, le comité local qui vient de se créer à Mulhouse: selon un sondage du journal L'Alsace, 83 % des personnes interrogées déclarent qu'il ya trop d'étrangers dans la ville. Etantdonnéque Mulhouse compte 20 % de population immigrée, faut-il en conclure qu'au moins 3 %des habitantsconsidèrent qu 'ils sont eux-mêmes de trop? On préfère croire que l'échantillon interrogé n'est pas représentatif. Et qu'il le sera moins encore grâce à l'action du comité local qui est sous la responsa bilité de Michelle Petitjean et de Francine Sételen. Jean-Pierre Garcia était présent pour la création du comité. Au Puy la création du comité local a été animée par Alain de Goer, le 30 janvier. Président du comité départemental du Puy-de-Dôme, ce dernier a mené et mène encore une campagne acharnée '- et efficace - pour la diffusion de Différences. Les militants de Bourges ont tenu à marquer la création de leur comité départemental (Cher) par une soirée débat autour du film La Dernière tombe à Dimbaza. Nicole Kahn et Christian Bourkel, du Bureau National, animaient le débat dans la capitale berrichonne, où J. -C. Fondras, président du comité, et ses amis sont confrontés à une inquiétante montée du racisme. Notons encore la création prochaine (si tout va bien) de deux comités du Mrap à Béziers et à Cannes. Le M RAP riposte A SAINTES des projections de films avec débat (notamment le film Elise ou la vraie vie qui a rassemblé 400 personnes), ainsi que des conférences . ont connu un succès certain. A l'heure actuelle, le comité apporte son soutien actif à un jeune immigré victime d'une agression raciste dans son école. Il a décidé également d'entreprendre une action contre une agence matrimoniale et de s'intéresser au problème des Gitans dans la commune. Contact a été pris avec le Conseil municipal pour discuter des questions concernant ces derniers. Riposte encore de la part du comité d'Amiens qui a déposé une plainte contre un tract révoltant de L'OEuvre française parlant notamment du «pillage et de l'agression de la France " par les travailleurs immigrés (Voir D. et L. nO 405). A la demande de plusieurs personnes le comité d'Asnières-Gennevilliers-Villeneuve-La Garenne a entamé un action contre les déclarations racistes du maire d'Asnières, Michel Maurice Bokanowski, lors d'u:-:" réunion du Conseil municipal. Affaire à suivre. Le M RAP dans la presse F LEMMINGITE AlGUE ». Voilà le pré « texte que deux internes de l'hôpital de Creil avaient pris pour maltraiter sauvagement M. Boubaya, un travailleur algérien, qui est mort deux jours plus tard d'une rupture d'anévrisme. Le MRAP s'est porté partie civile contre les deux médecins racistes, inculpés de «non-assistance à personne en danger ", Le comité de Creil a organisé une projection du film « Le Cercle », lé soir du jugement. Le comité 5e _6e de Paris orga nisera une soirée projection-débat avec le même film et en présence de son réalisateur, le 2 mars, à 20 h 30, à Paris, 66, bd Saint-Michel. Après les incidents qui se sont produits dans le quartier de la Goutte-d'Or, à Paris -18e , entre tra vailleurs immigrés et forces de l'ordre, le MRAP a publié un communiqué rappelant que ces événements « reflètent la précarité que conna issent encore certains immigrés, désespérant de voir stabiliser leur situation administrative et leurs conditions de vie et d'habitat ». 6 Le comité de Saint-Quentin, dans un communiqué, se déclare indigné par l'incendie volontaire de la mosquée située sous l'Eglise Paul-VI, au quartier des HLM Vermand. Le comité d'Angoulême s'inquiète de la «multiplication d'inscriptions à caractère raciste ou néo-nazi qui souillent les murs de la région ». Assemblées régionales LES ASSISES de la région Auvergne se sont tenues à Issoire, le 16 janvier: une quinzaine culturelle de l'Amitié entre les Peuples y a été préparée. Signalons aussi la tenue des assises régionales de Bourgogne Franche-Comté, celles d'Aquitaine où était présent René Mazenod, secrétaire national, celles de Provence Côte- d'Azur, avec Jean-Pierre Garcia, celles de la région 92-Nord, à Gennevilliers, et enfin l'Assemblée générale parisienne qui a eu lieu le 30 janvier. Activités culturelles QUINZE JOURS d'animation, co-organisés par le MRAP, se sont déroulés, du 30 novembre au 15 décembre, à Poitiers, sur le thème de l'immigration, du racisme et des expulsions. La manifestations était intitulée « La Mal Vie", Sur les 15 jours plus de 1 0 000 personnes ont pu être rassemblées autour de films, de débats, d'expositions et d'animations diverses. L'initiative a eu un large écho dans la presse, tant écrite qu'audiovisuelle et elle a donné lieu à la publication d'un document. Voilà une initiative qui peut servir d'exemple à d'autres comités locaux. Il faut également rappeler l'action du MRAPde Clermont-Ferrand, qui avec la collaboration du CRDP, organise une Quinzaine culturelle de l'Amitié entre les Peuples, du 2 au 23 mars (Voir D. et L. nO 407). Les Comités parisiens préparent, eux aussi, la semaine autour du 21 mars. Un programme détaillé des initiatives prévues sera publié dans le prochain numéro de Droit et Liberté. Mais on peut d'ores et déjà signaler l'exposition photo consacrée à l'Amitié entre les Peuples, qui sera présentée a u Métro Châtelet-Les Halles, du 12 au 28 mars. . Radios R ADIO-SOLEIL: Face aux problèmes graves que rencontre cette radio locale qui s'adresse aux minorités ethniques de la capitale et aux émissions de laquelle le MRAP a déjà plusieurs fois participé nous ne pouvons qu'exprimer notre soutien. La fréquence de Radio-Soleil: 98,2 Mhz . . Le comité local du 18e arrondissement de Paris signale qu'il participe à l'action de Fréquence Montmartre, radio locale qui émet sur 95 Mhz. Le comité Asnières-Gennevilliers -Villeneuvela- Garenne, quant à lui participe aux émissions de Radio G, dont .il est le co-fondateur. La fréquence

92,2 Mhz.

Enfin le comité de Castres a également participé à la création d'une radio-locale. A Paris, Albert Lévy, secrétaire général du MRAP a participé à une émission sur le racisme et les droits de l'Homme à Radio-Communauté. Christian BOURKEl GROS PLAN Allez Castres! ACASTRES, le 25 janvier dernier, se déroulait la fête de clôture de la Quinzaine de la culture magrhébine, dont le comité local du MRAP avait pris l'initiative, en collaboration avec la municiaplité et quinze autres associations. A travers des concerts, des expositions, des conférences, un week-end de cinéma, ces deux semaines d'animation ont permis de faire connaître la culture de plus d'un millier d'habitants de cette ville, originaires du Maghreb. « Thé menthe» Ainsi, une conférence sur la calligraphie arabe, par le peintre Massoudy (qui a réalisé l'affiche du MRAP « Tous les hommes naissent égaux ») et une exposition de ses oeuvres ont mis en valeur un art encore trop méconnu. Des élèves et enseignants du lycée de Castres ont monté dans le foyer culturel une exposition sur le Magrheb, avec des panneaux sur l'histoire de cette région, des objets d'artisanat, des photos, etc. Une école maternelle organisait aussi une présentation de la culture maghrébine et un «thé à la menthe » avec les mères des écoliers. Cette initiative a permis aux enfants issus de l'immigration d'expliquer leur mode de vie à leurs camarades, et à ceux-ci d'appren - dre à apprécier les traditions d'autres pays. Les réactions positives relevées par les institutrices prouvent combien la découverte des autres civilisations dès J'enfance est essentielle à l'éducation antiraciste. Ainsi, pendant 15 jours, d'une librairie, dont le propriétaire est membres du MRAP, aux lycées, des écoles maternelles aux salles de concert, de la bibliothèque au cinéma, Castres a été plongé dans l'univers magrhébin. C'est là peut:être la plus grande réussite du comité, qui a pu ainsi inciter plusieurs structures, privées ou publiques, à participer, chacune dans son domaine, à la lutte pour l'amitié entre les peuples. Pour terminer, mille personnes se sont réunies à la salle Gérard-Philipe, le 25 janvier, pour Un couscous préparé par les femmes maghrébines de la ville, et un concert du groupe Idir, dontïa très belle musique a enthousiasmé le public. Cette journée de fête et de danse a permis un rapprochement des communautés de la ville et constituait une excellente clôture de la Quinzaine. Monique Fauré et S.ylvette Cnudde, animatrices du MRAP à Castres, se déclaraient elles-mêmes surprises de ce succès et pensaient déjà à la Fête de l'amitié du 21 mars. Souhaitons que ce comité actif et plein d' imagination renouvelle à cette occasion unè telle avancée pour la lutte anti -raciste. Pierre-Henri JARREAU Droit et Liberté. nO 408. février 82 ACTION Ce mois-ci 15 janvier. Me Wagner, avocat, responsable du comité local de Strasbourg nous informe des diffi cultés rencontrées par.la communauté tsigane dans une mairie proche de Strasbourg et de l'intervention du comité du Mrap auprès des différentes autorités à ce propos

élus, préfecture, etc.

18 janvier. Mme Grunfeld, responsable du comité du Mrap de Gray confirme l'organisation dans le cadre du 21 mars d'une journée intitulée " Immigration et Tiers Monde » à Vesoul, le 11 mars prochain . Projection d'un film, exposition, débat avec la population de Vesoul en liaison avec une association de soutien aux travailleurs immigrés: I"A.S.A.T.E. Le samedi 20 mars et le dimanche 21 mars, le comité de Gray proposera deux journées d'animation et une fête de l'amitié entre les peuples, film, musique, etc. 20 janvier. Soirée à la Maison de la Culture de Bobigny consacrée au film nazi " Le juif Süss ». Etant donné l'affluence, deux projections sont nécessaires, suivies chacune d'un débat. 23 janvier. R. Mazenod participe à Mont de Marsan à.1'assemblée régionale de l'Aquitaine où se retrouvent les comités de Bordeaux, Bayonne, St Jean de Luz, Oléron St Marie et Pau. Réunion très fructueuse où il a été décidé de mettre sur pied une structure régionale permanente. J .P. Garcia représente le Secrétariat National du Mrap à l'assemblée régionale Provence-Côte d'Azur. De très nombreuses questions furent abordées dans le cadre de la préparation du c'ongrès par les comités locaux présents, à savoir Montpellier, Marseille, Nice, Aubagne et Avignon . L'ensemble des comités locaux sont partisans d'une intervention ponctuelle du Mrap aux autres différences mais sont partisans d'une intervention ponctuelle du Mrap à chaque fois qu'une discrimination visant les homosexuels, les handicapés ou les femmes, par exemple, intervient. 28 janvier. René Mazenod s'entretient avec 3 militants italiens de la C.I.S.L. pour parler de la nouvelle situation des immigrés en France. 29 jam(ier. Rencontre pendant 2h avec une vingtaine d'éducateurs de « l'éducation surveillée » pour leur parler de la législation sur c Le ministre de la Solidarité chez les Gens du voyage 22 décembre 1981, Mme Nicole Ouestiaux, ministre de la Solidarité Nationale, s'est rendue sur les terrains de Plaisir et de Trappes pour rencontrer les Gens du Voyage. A Plaisir, sur le terrain provisoire (où il n'existe qu'un point d'eau), le ministre a abordé de front quelques-uns des problèmes les plus cruciaux des itinérants. Elle a discuté avec les femmes de voyageurs à l'intérieur des caravanes; puis elle a visité l'école maternelle implantée sur le. terrain. Pour clôturer ' cette journée, une table ronde était organisée, au Grenier à sel de Trappes. Là se sont retrouvés autour de Mme Nicole Ouestiaux, des élus locaux et des représentants des Gensdu voyage. nous attaquer au problème du stationnement, éliminer les interdictions discriminatoires dont vous faites l'objet auprès d'un certain nombre de communes: revoir le problème de la commune de rattachement ... C'est au plein sens du terme, une tâche de solidarité nationale: les Gens du voyage doivent pouvoir vivre dans notre communauté nationale, non comme des marginaux, pas même comme des assistés, mais comme des citoyens, c'est-à-dire des hommes et des femmes libres et responsables. Nous avons la volonté politique d'aller dans ce sens, et vous nous y aiderez ». Du discours prononcé par le ministre, nous avons extrait les points suivants : ... «Les Gens du voyage sont parmi les catégories que notre société met en marge, une des plus défavorisées, une des plus méconnues. Ce n'est pas seulement la pauvreté qui vous marque, c'est l'exclusion. .. Votre manière d'être et de vivre est perçue comme une menace, comme un trouble à l'ordre établi ... Qui se souvient que les Tsiganes ont été, autant, sinon plus que d'autres groupes, les victimes du nazisme 1 ... Je vous le dis, les pouvoirs publics entendent réagir. La solidarité nationale doit passer à travers vous ... Vous avez trop souvent senti r humiliation. .. d'être le citoyen qui connaÎt des Pouvoirs Publics surtout la police ... Un certain effort a été fait dans le domaine scolaire, sanitaire et social. 1/ sera poursuivi. .. J'entends permettre la réalisation d'aires plus légères, à taille humaine ... Mon voeu c'est d'aboutir à une très large libéralisation à r égard des titulaires des livrets et à un desserrement important des règles en ce qui concerne les carnets ... François Chiron René Neveu l'immigration, des problèmes des immigrés et de l'action du Mrap. 2 février. Débat sur l'immigration et la situation des travailleurs immigrés après le 10 mai à l'Ecole de Formation des Educateurs Spécialisés (Institut Parmentier), animé par René Mazenod. FICHE DOCUMENTAIRE Conférence de presse au siège du Mrap pour la présentation du 2e Festival de cinéma d'Amiens. 6 février. Une délégation du Mrap participe à la manifestation organisée par le PC pour commémorer le massacre de Charonne et à celles organisée par la CGT, la CFDT et le PS le 8 février. Dans le cadre de la préparation du colloque « Expression et répression des différences », débat sur le thème « racisme et sexisme » avec la participation d'A. Lévy et R. Mazenod. '15 février. Débat sur le racisme et l'immigration devant des élèvesde 2e année de l'Ecole Normale d'Instituteurs d'Antony, animé par Al bert Lévy. , • Films Cinéma et Tiers-Monde . Le Laager ' 16 mm. 55 minutes, couleurs, de Peter Davis. Des générations de réSistants 55 minutes, même auteur. Ces deux films produits par l'O.N.U. analysent, d'une part, l 'idéologie des Blancs, racistes au pouvoir en Afrique du Sud et, d'autre part, la longue résistance du peuple africain face au colonialisme néerlandais et anglais pour sa 1i berté. (1). La dernière tombe à OÎmbaza De Nana Maomo et collectif de réalisateurs anonymes, 16 mm, 1 heure, couleurs. Un grand classique sur l 'apartheid au quotidien. Réalisé avant les événements de Soweto, il n'intègre pas la lutte de libéra tion nationale. Toutefois, l'acuité du regard porté sur la société sud-africaine est telle qu'il reste toujours d'actualité. (1). Un film remarquable soulignant les causes de l 'immigration africaine et tous les dangers qu'affrontent les « sans papiers » et les clandestins. LS.M. Tyabu Biru ou « la circoncision» De Moussa Bathily, 1 h 30, couleur, 16 mm (Sénégal). Le passage de la SOCiété traditionnelle africaine à la société moderne et les problèmes économiques rencontrés par des villageois de Tyabu notamment à l'occasion de la cérémonie traditionnelle de la circonscision d'adolescents

l'endettement des

familles qui veulent conserver la tradition ... Coopé. (2) Insiang De Lino Brocka (Philippines), 16 mm, couleurs, 1 h 35. SARL au capital de 40,000 F. Ceddo Insiang est une jeune fille de 17 ans qui vit avec sa mère dans les faubourgs de Tondo (Philippines) .. La misère, la violence, l'u nivers quotidien des bas quartiers d'une ville des Philippines. C'est un film tout en nuances qui présente des personnages solidement campés. Un très grand film . M3M (2) 23, rue Etienne Marcel 75001 ~ 236.37.80 Paris Maoasin de vente: Passage du Caire 75002 Paris 'ii: 508.59.32 Droit et liberté. na 408. février 82 De Sembene Ousmane (Sénégal) 16 mm, couleurs, 1 h 30. La résistance de la société africaine traditionnelle et animiste face à la pénétration de l'Islam et du catholicisme au 17e siècle. LS.M. (2). Bako l'autre rive De Jacques Champreux (1978), 16 mm, noir et blanc, J 10 minutes (Franco -sénégalais). Blacks Britannica De David Coft, 16 mm, couleurs, 57 minutes. Ce film pose le problème de l 'exploitation des Noirs en Grande- Bretagne, des ghettos de Lon dres et Birmingham ... 7 AU FIL DES JOURS EDUCATION •• MALGRE quelques améliorations récemment apportées au système éducatif français, tout n'est pas rose au pays de Charlemagne. Ulile dé"iégation duMRAP a récemment rencontré le ministre de l'Education nationale, M. Savary, et exposé ses opinions sur les points les plus sensibles, faisant ainsi écho aux déclarations du ministre qui fixait pour mission à l'Education nationale« l'égalité d'accès au savoir et à la culture dans le respect des différences ». « En premier lieu, la transformation de notre société en une société pluri-ethnique et pluri-culturelle nécessite la mise en place d'une pédagogie adaptée », a souligné l'abbé Jean Pihan, vice-président du MRAP, au cours de cette rencontre . Les moyens à employer existent, ils sont même définis dans un certain nombre de textes, mais leur mise en oeuvre suit trop lentement. L'école maternelle paraît être le meilleur endroit dans l'échelle scolaire pour, d 'une part former les futurs écoliers, et d 'autre part, combattre les préjugés raciaux., car l'enfan~ ne naît pas raciste, il le devient. Or, il ressort que bien souvent, les moyens quantitatifs et qualitatifs manquent (effectifs, nombre de classes, crédits). La situation des écoles matern.elles. dans certains quartiers et villes (voir encadré) est purement catastrophique . Elle va de pair avec une discrimination sociale, voire raciale, et la èréation des Zones d'Education Prioritaire (ZEP) pour les plus défavorisés reste trop partielle pour que des solutions vraiment appropriées soient apportées. Cette mise à l 'écart des enfants issus de milieux défavorisés ne saurait s'arranger au cours de la scolarité, mais a plutôt tendance à s'aggraver avec, par exemple, « les filières » instituées par la loi Royer de 197,., qui orientent les « laissés pour compte » vers des voies de garage comme les classes de Pré-Apprentissage (CPA), sa ns diplôme final. En effet, les CPA mettent en stage des enfants de 14/ 15 ans. Moins de 30 % d'entre eux obtiennent un contrat d'apprentissage à 16 ans. Par ce biais, 180 000 jeunes de moins de 16 ans occupaient en 1980 un emploi non rénuméré. De nombreux fils et filles d 'immigrés sont touchés par ces mesures. En Seine-Saint-Denis, sur 2500 élèves du SES (prévu à l'origine pour les enfants handicapés), 2 000 sont des enfants de travailleurs immigrés, défavorisés car souvent non-francophones (y compris un certains nombre de Français des DOM-TOM). 8 FICHE DOCUMENTAIRE • Films Cinéma algérien Le vent des Aurès 1966. noir et blanc, 95 mn. L'histoire d'une famille algérienne détruite par la guerre: Le père est tué au cours d'un raid. Le fils travaille le jour dans les champs et le soir il parcourt le « Djebel » pour alimenter les Fellaghas en vivres. Un jour il est arrêté. Sa mère va commencer alors une longue recherche, de camp d 'internement en camp d'internement, pour le retrouver. ISM. (2). Omar Gatlato 1977, couleurs, 70 mn. Omar, jeune Algérois, nous fait découvrir sa vie. Célibataire, il partage avec une nombreuse famille un logement exigu. Son travail à l 'office de répression des fraudes ne semble pas le passionner. Il comble le vide de son existence par une passion pour la musique « chaabi »(musi que populaire algérienne). Un jour par hasard, il découvre sur l 'une des cassettes qu 'il a échan gées la voix d'une femme incon nue dont il tombe amoureux. Il part à sa recherche et à sa ren contre ... ISM/ Oroleis / Flec (2). Le Charbonnier 1972, noir et blanc, 100 mn, de Ahmed Bouamari. Belkacem vit de la vente du charbon de bois. Son existence devient de plus en plus précaire à la suite de l'utilisation massive du gaz dans les campagnes. Ses problèmes d'argent vont exacer ber les contradictions dans son couple. Belkacem, prisonnier d'une certaine morale traditionnelle, refuse que sa femme travaille malgré l'aide que ce salaire pourrait apporter à leur foyer. Elle ne cèdera pas ... ISM/ Oroleis (2). Hassan Terro 1968, noir et blanc, 90 f1Jn. De Lakhdar Hamina Ce film se situe au plus fort de la guerre d'Algérie . Hassan, petit employé au caractère peureux, a un problème: il ne sait pas dire non . Il se trouve ainsi entraîné dans une série d'aventures tragi comiques. Il sera pris par tout le monde comme un dangereux terroriste . Excellent film comique avec l'irrésistible Rouiched dans le rôle principal. ISM (2). Ali au pays des mirages 1979, couleurs, 110 mn. De Hamed Rachdi. Ali , jeune immigré algérien, observe les Français à la jumelle du haut de sa grue, tout en parta geant la vie de ses compatriotes à Paris. Mais deux événements vont modifier sa condition : il gagnera à la Loterie et il sera accusé in justement de la mort d'un vieil homme. Il se rendra alors compte qu 'il n'échappera pas à sa condition. ISM (2). (1) Films disponibles au MRAP. (2) Prodl#Cteurs. Adresses disponibles au MRAP. TOUS EGAUX? Les problèmes d'ordre culturel (langue, mode de Ilie) sont totalement négligés. Beaucoup d'autres anomalies resteraient à citer, comme l 'in troduction de l 'anglais en 4e qui leur barre l'entrée au LEP, l'absence de structure d 'accueil au niveau des collèges, la carence en personnel de surveillance, ce qui livre les enfants à la rue ... Abrogation de la loi Royer, de la loi Haby, amélioration des conditions d 'entrée des étudiants étrangers dans les universités (voir encadré), les réformes de fond sont urgentes et les besoins énormes pour que « étranger » ou « fils d'étranger » ne sont plus synonyme d'échec. Le Mans: court-circuit à la FAC Le sous-équipement et l'insuffisance des budgets d'entretien - dus à un désengagement financier de l'Etat ces dernières années - ont amené une profonde crise du logement à la Cité Universitaire du Mans. En outre, la population locale, peu sensibilisée, accueille difficilement des étudiants. . Ces problèmes se sont cristallisés au début de l'année sur le cas de deux étudiants congolais récemment arrivés au Mans et qUI; faute de logement, rencontraient des difficultés à obtenir des documents bancaires ou des titres administratifs. Le directeur du CLOUS. déjà connu pour ses propos plus qu'ambigus en matière d'accueil des étudiants étrangers, a, cette fois encore, refusé le dialogue et mis le feu aux poudres en déclarant par téléphone au journal Ouest France qu'il avait un problème « d'invasion par le Maroc et de/drogue ». On peut d'ailiers noter que la proportion d'étudiants étnangers au Mans (8,5 %) est inférieure à la moyenne nationale (12 %). Les étudiants étrangers du Mans ont géré eux-mêmes le conflit, et le MRAP leur a apporté son appui en intervenant à plusieurs reprises auprès des médias, du Préfet, de son avocat et à la Fac (débats, projection, etc.) : 8 logements ont été finalement attribués, les HLM ont débloqué des appartements. Les propos du directeur du CLOUS ont été retirés avec des excuses publiques. A la Goutte d'Or (Paris 18e): maternelle en péril" L'école maternelle de la rue Saint-Luc est tout à fait représenta tive d'une école de quartier à forte proportion d'enfants d'immigrés appartenant aux classes socio-professionne/les les plus défa vorisées. Les chiffres parlent d'eux-mêmes: sur 300 enfants scolarisés, 206 appartiennent à des cultures étrangères et, parmi eux, 150 sont non-francophones. Six mois après la rentrée, 79 enfa·nts sont encore sur une liste d'attente. Dans le quartier de la Chapelle-Goutte - d'Or, ils sont en tout 485, dont certains ont entre trois et quatre ans, . à attendre qu'on veuille bien leur ouvrir les portes. On peut aisément imaginer les conséquences préjudiciables qu'une telle réalité peut avoir sur l'avenir de ces enfants qui arrivent en classe déphasés par rapport aux autres et ayant déjà accumulé des retards. Peut-on parler d'égalité des chances quand on sait que 77 % de ces enfants sont des enfants d'immigrés? Côté effectifs, la situation se dégrade: avec 30 élèves par classe, les maÎtres se heurtent à des difficultés croissantes, surtout en ce qui concerne le langage. Les contacts avec les parents ne sont guère facilités par leurs conditions de vie, souvent très ingrates. Il n'est pas rare de voir vivre 7 ou 8 personnes dans 15 m2. Ces mêmes familles ont été souvent victimes de la spéculation immobilière et menacées d'expulsion. Dans de telles conditions, l'espace scolaire est une nécessité afin de donner à ces enfants au moins un lieu où ils puissent se mouvoir et s'exprimer. La réalité dans ce quartier parisien est si grave que les services . pédagogiques l'ont inclut dans une zone d'Education Prioritaire. Mais avant la mise en place des nouvelles mesures, l'urgence demeure. L'enfant est ici, encore une fois, la principale victime d'une réalité socio -économique délabrée. Un pas sensible vers la fin de ces discriminations peut être effèctué si l'on permet aux jeunes eux-mêmes de prendre leur sort en main, par le biais des foyers socio-éducatifs, des associations et de tout a utre apport « extra-scolaires », où ils seront assoçiés. Une véritable éducation civique, à la démocratie, à la citoyenneté à l'altruisme et à la fraternité pourra être ainsi dispensée avec l'aide de tous: club, UNESCO, associations de scoutisme, groupements pédagogi ques, comme le G.F. E. N. (Groupement Français d'Education Nouvelle) ou l 'I.C.E.M. (Institut Coopératif de l 'Ecole Moderne, ou Ecole Freinet) les associations pour l 'alphabétisation des adultes (migrants et quart monde) etc. ' La délégation a assuré le ministre de l'appui du MRAP dans toutes les initiatives visant à supprimer la discrimination et à faciliter l'insertion sociale et scolaire des jeunes venus d'horizons divers: «pour réaliser, grâce à l'éducation et grâce aux enseignants, cette égalité de tous les jeunes devant l'accès au savoir et à la culture qu'annonce votre programme d'action ». A suivre .. . Droit et Liberté. nO 408. février 82

Notes

<references />