Droit et Liberté n°167 - novembre 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°167 (271) de novembre 1957
    • Xavier Vallat continue par Jacques Malaude page1
    • Un paradoxe par Albert Levy (les nouveaux maîtres) page1
    • Le colloque de Dijon: l'homme ne peut être livré sans recours à l'homme par Me Jacques Mercier page1
    • Tous au grand gala antiraciste le 17 novembre page1
    • Le choix par E. Schatzman (satellites artificiels) page2
    • La fuite de Spiedel par Raph Feigelson page2
    • M. Krouchtchev et Mme Roosvelt: "nous sommes opposés à tout antisémitisme" page2
    • Moyen-Orient: important débat en Israël page2
    • M Léon Lyon-Caen a 80 ans: allocution de Charles Palant et réponse page3
    • Relance de l'affaire Rosenberg par M. Imerglik page3
    • Le délit oublié note d'audience de Madeleine Jacob
    • L'affaire des nouveaux maîtres page4
    • Les provocations impunies de "Jeune Nation" page4
    • Bilan de l'intégration scolaire aux Etats-Unis par James Ivypage5
    • Poujadisme sans Poujade? page4
    • Paris solidaire des noirs et des antiracistes américains page6
    • Le journal de Anne Frank présenté par J.J. Bernard page7
    • Zola ou la passion de la vérité par Maurice Druon page7

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

TOU au GBAND GALA ANTIBACISTE .~------------------------------~---------------------------------------------------------------'ORGANISE PAR LE M.R.A.P. W 167 (271) NOVEMBRE 1957 Xavier VALLAT continue ••• ~r ~.cqU.. MADAULE 1 L s'est institué entre M. Xavier Vallat, ancien Commissaire aux questions juives, et Le Pèlerin un bien curieux dialogue à propos des juifs. Le 15 septembre dernier, le grand hebdomadaire catholique publiait un article signé Roger Guichardan, dans lequel l'auteur, rappelant les abominables massacres hitlériens, affirmait que l'antisémitisme est incompatible avec le catholicisme. C'est bien ce que nous pensons depuis longtemps, en particulier à l'Amitié Judéo-Chrétienne. Tout homme de coeur ne pouvait donc que se réjouir de cette prise de position, d'autant qu'elle venait d'un organe qui, au temps de l'affaire Dreyfus, écrivait sur les juifs d'une encre quelque peu différente. UN PARADOXE 50 FRANCS SALLE PLEYEL 2U, FAUBOURG SAIN:r-HONORE DIMANCHE 17 NOVEMBRE .. 20 h. 30 Un programme éblouissant (Voir page 8) Le Président LYON-CAEN a 80ans M. Léon Lyon-Caen, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P., a quatre- vingts ans. Nous sommes heureux de lui pré, senter Ici, au nom de c Droit et LIberté » et de tous ses lecteurs, les voeux les plus sincères de santé, de bonheur et aussi de succès dans le combat antiraciste qu'II dirige avec tant de dévouement et d'autorité. On lira en page 3 le compte rendu de la réunion au cours de laquelle le Bureau National du M.R.A.P. a salué, dans une atmosphère de 1'88- peotueuse affeotlon, les 80 ans de notre Président. DIVANT l'ind'nlable monWe du .. acl.me e' d. l'antlsémlll. me, aou.-produlte d. la ' gu • ..,.. ft de la 0 ..... 6oonomlque, 1.. pouvoirs pUblio. f.,... meftt ... ,eull. Mais voilà justement ce qui choque ,\1. Xavier Vallat. Dans Aspects de la France du 27 septembre, l'ancien Commissaire aux questions jui'ves s'en prend vivement au Pèlerin, qu.'il accuse de lui avoir enseigné autrefois, sinon l'antisémitisme, du moins l'antijudalsme. C'est là une affaire entre ces Messieurs qui, par ellemême, ne nous regarde pas. Il me sera permis toutefois de souligner la différence d'attitude entre Le Pèlerin et M, Xavier Vallat. Les massacres hitlériens ont appris quelque chose alli premier, tandis que le second semble bien décidé à n'apprendre jamais quoi que ce s~t. J~ntends b~n27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)27 avril 2010 à 14:41 (UTC)~~ que M. Xavier Vallat n'approuve Violant In.olemment la loi, un Xayler Vallat, oomme aUIl Jou", de Vlohy, r'pand dan. Aspects de la France .88 p .. of .. alon. de fol an,IJulv .. , landl. que Dimanche- Matin ,'en prend aux méd+o oins I.rdllt .. , que Rivarol mulUpUe 1.. ellcllaUon. cont... le. nol... ou 1.. mu.ulman. et que Poujade, au Vel' d'HI y' , ü,lcIe ... y • .,I181 ... ngain.. empolaonnMl. .. Que oe so't • l'.nseigne d. c "eu ne Nat'on », ete la c Reataurallon Nationale» ou du c Parti Pat/'Iote Révolutionnaire» (le det'nl .. -né de Blalllll), d .. 11- Ou.. faQUeu... s'organlsen\ et complotent, inaultent la République, tante nt d'ameute.. l'opinion au mo,en de ,Iogan. où la démaoogle le dispute au .. lOi. me. OR voloi le oomble du pal'adoxe

le M.R.A.P. ayant dénoncé

un film antl.émlte et xllnophobe, c L .. Nouveaux Maftre. ]t, C'8It lui qui M trouve puni. Non contente d'éohappe.. &\IX"" m.. aux rigueurs d. la loi, enoouragé. pe .. un ollmat qui leur a .,.,.U 'avol'able, 181 .... Useteu ... de oe film et leura Inspil'ateurs) ont .. Umé Je moment venu de M venger de l'opinion fl'ançaise qui, avec le M R.A.P., les avait flét/'I.. E' un t .. lbunal a oru deyolr oondamne .. le M.R.A.P. à leur lIaye.. 1500.000 frano., sous prélexte que leur sinistre opération 1 avait été défloltalre. 1 L.. raclat.. 'mpunls, et un i mouvement antiraciste aommé par 1 la .Ju.lIee de flnanoer leu .. s c oeuy .... lII? Nous •• pérons ,que la '" Chambre de la COu .. d'appel, qui doit en Juger le e décembre, annulel'a oet éwange ve .. dlct. NOUS sommee en RépUblique. Notre .. 6glme M' basé .ur un oeNln nombre ete p"'nolpee, au p ... mlar l'ang desquel. flgu .. ent l'égalité entre toua 1 .. oltoyen., sans dl.orimlnations, et la ""aternit' humaine. La luUe oon're le raolsme et l'antlsém'tlsme deY .. alt dono être le réfNxe élémentaire d'une République déc'dée • se détend .. e et • faire ,,",omphe.. ... nobl •• 'dHU'X. Le M.R.A.P., en aomme, a exp"' mé ce réflexe Indl.pensable devant le défi des c Nouyeaux MaflI' 8s », oomme en bien d'a ut .... oocaslona. Quel .. 6publlcaln, quel homme de ooeur ne l'ap.pf'Ouyet'alt? pas les massacres, ni l'antisémi- LB COLLonVB tisme passionnel. Ce qu~ lui ~ DB BIION échappe, c'est qu'on ne fait pas à l'antisémitisme sa part. La sanglante démonstration hitlérienne ne lui a pas suffi. Cela commence par des insinuations; on veut, diton, défendre une com,munauté nationale contre l'infiltration d'un élément étranger que l'on prétend in.assimilable. Et puis on en vient à reconstituer le ghetto et finalement à en massacrer les habitants. Cette évolution n'est pas fatale, dira' peut-être M. Xavier Vallat. Mais, en supposant même qu'elle ne soit qu'un risque, c'est un risque tel qu'un chrétien n'a pas le droit de le prendre. L'lIo ...... e ne peut être' livré sans recours fi ,'lIo ...... e ON ne met pas davantage en cause l'honneur de l'Armée en dénonçant les excès de la répression qu'on ne sauvait la France, il y a. un demi-siècle. en soutenant la thèse du « faux patriotique ». Les Bollardière. les B1llotte. les Barlereau l'ont compris, mais ce M. Ouichardan rappelait dans qu'ils n'ont pas dénoncé, ce qu'il son article que le peuple juif nous a donné lé Christ, ce qui est incontestable. M. Xavier Vallat ne manque pas de lui répon- De L.-ffle Rock dre que c les juifs : l'ont cru- (Suite page 4.) Le 2 octobre, solle des Sociétés Sovantes, les Parisiens en foule, à l'appel du M.R.A,P., ont e)(primé leur solidarité avec les noirs et les antiracistes améri- , a par .e Jacques MERCIER appartenait au Colloque de Dijon (1) de mettre en lumière, c'est le « système » juridique qui a permis ces excès. L'heure de Ponce-PUate est-elle d'ailleurs si loin? Lorsque la lumière, tôt ou tard. sera faite. nous entendrons dire: «Nous n'avons pas voulu cela» par les hommes politiques qui l'ont précisément provoqué. Les participants du Colloque se sont trouvés unanimes pour rappeler que les textes d'exception devaient assurer aux individus les garanties contenues dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. L'homme ne peut être livré sans recours il l'homme. Or le système instauré par la loi dite des Pouvoirs Spéciaux du 16 mars 1957 donne il l'exécutif des pouvoirs absolus qui ne laI.&sent aucun recours aux individus. Ce qui la distingue tout d'abord de la loi relative il « l'état d'urgence » qui l'avait précédée. c'est qu'elle ne consiste pas en un ensemble de dispositions précises vOtées par le Parlement après débats. mais en un blanc-seing donné il l'exécutif qui peut prendre toutes les mesures qu'il estime nécessaires. Ainsi se sont régulièrement succédé des décrets (2), arrêtés, oirou- (Suite page 3.) (1) Le « Colloque sur les libertés individuelles» a réuni les 18, 19 et 20 octobre, Il la Faculté de Droit de Dijon, plusieurs centaines de congreSsistes, hommes politiques, juristes, journalistes. Les problèmes de la liberté des grands moyens d'information, des garanties de l'individu devant la just! ce pénale, des textes d'except, on et des excès de la répression en Algérie turent notamment étudié&. DANS CE NUM~RO , .Jean - .Jacques BERNARD: Présentation du Journal de Anne Frank (page 7). Maurice DRUON: Zola ou la passion de la vérité (p. 7). .James IVY : BMan de l'Intégration scolaire au- EtatsUnIs (page 5). Madeleine .JACOB: Le coupable oubllé (page -1). Evry SCHATZMAN: Après le lancement des satellites artificiels (page 2). ... Et l'AffaJre des « Nouveaux MaUres III (page "). le compte rendu de la soirée des Socl6tés Savantes (p. 6), la fuite de S,pel dei (page 2) , etc ... Albert LEVY. çoln$ (voir page 6). __ 2 SE ,A.près le lancement des satellites artificiels IL Professeur . d la Faculté des Sciences de Paris, M. Evry Schatzman compte parmi les plus éminents astro-physiciens de notre pays. Son livre récent fait autor i té. Homme de science, il est , aussi un homme de coeur et un défenseur de la paix. Il est mem. bre du Comité ,t'Action du M,R. A. P. L~ lancer d'un satellite artifici el par les savants et techniciens d'U.R.S.S. le 4 octobre 1957 est un événement d'une immense portée scientifique et politique. Seul peut lui être comparé l'effort fa it actuellement pour domestiquer l'oénergie qui fait luire le soleil et qui fait exploser la bombe à hydrogène, Dans cette oeuvre, l'homme montre son aptitude à dominer la nature, à l'asservir à ses besoins. Une puissance terrifiante lui est en même temps donnée: des problèmes politiques nouveaux se trouvent posés en même temps , qu.'apparaît plus nécessaire encore la lutte pour la paix. Le lancer du satellite artificiel implique un immense développement de la technique et de l'industrie dans le domaine de ,la chimie, de la métallurgie et de l'électronique, une connaissance parfaite de l'aérodynamique et de la physique de l'atmosphère. Il est donc clair que, sur le plan · du progrès technique et ~· industriel, l'U.R.S.S. a rattrapé et même 4C IHi D dépassé les Etats-Vnis, même si l'e volume global de sa production ~ est encore inférieur. Il en résulte: de façon claire pou·r tout le monde que le rapport des forces dans le· monde est en train de changer .. PAR SCHATZMAN 1 Les deux nations les plus puissantes du globe doivent se reconnaître égales, et ce fait même doit: encourager les pa,rtisans de la. paix à exiger plus fermement en-· core la réduction des armements, et la négociation. Sur le plan militaire, le satellite artificiel pour l'V.R.S.S., les, expériences de fusées pour les. Etats-V nis démontrent l'existencede la fusée intercontinentale, L'existence de cette arme efficace: ét aveugle est une menace ter-· rible plus terrible que les armes· nucléaires seules, puisqu'elle peut frapper pour ainsi dire à coup' sûr. Ceux qua, possédant la fusée i'ntercontinentale, réclament SOIl! contrôle et sa destruction, veulent: manifestement la .paix. La diplomatie de la fusée, pas 'plus que la diplomatie de la bombe atomique, ne peut résoudre les problèmes politiques du monde actuel; seule la négociation peut le faire. , Dans quelques années, un satellite pourra être lancé à quelques milliers de 'kilomètres d'altitude. Son observation simultanée en Europe et en Amérique ou en Asie et en Amérique est de la plus ,haute importance. Elle permettra .de fixer avec précision la dist,ance 'fntre les continents, et par conséq, uent de raccorder avec exactitude les cartes geographiques des différents continents. La fUisée intercontinentale ne sera plus aveugle, mais frapper'a avec certitude son objectif au centre. Que les observations astronomiques elles-mêmes puissent devenir alors secret militaire est bien peu de chose fa Ge au danger accru au ·quel l'humanité devra faire face. Au contraire, la fusée interpla, nétaire peut être, dans la coopé;,. rat/.on internationale, la source .d'immenses découvertes profitaNes à l'humanité. Vn seul exempie: l'étude approfondie du soleil, comme la vue d'ensemble de l'atmosphère terrestre grâce au

satellite, hâteront le moment où

la connaissance , de l'origine du ,climat permettra la prédiction au temps à longue' échéance. De même, la libération contrôlée de l'énergie de fusion mettra à notre portée les réserves inépuisables d'énergie nucléaire contenues dans les océans. D'un côté, la course aùx armements, de l'autre le developpement .pacifique du monde et la réalfsation d'une fraternelle communauté humaine. Les hommes ont choisi; mais ce choix doit entrer dans les fa:its. A nous tous de l'obtenir par tine inlassable action. . . M. Krouchtchev d Mme Roosevelt: , Il Nous sommes opposes à tout antisémitisme" Mme Eleanor Roosevelt vient de un communiste pourrait-il être sertion selon laquelle il existerait publier, dans le New York Post, anti3émite~ Son propre fils, qui de l'antisémitisme en Union Soune série d'articles sur son récent fut tué pendant la guerre, nous viétique. Ne savais-je donc pas voyage en U.R.S.S., où elle a eu, dit-il encore, avait épOUSé une qu'il y a de nombreux juifs occunotamment, un long entretien juive. En Union Soviétique, pour- pant des grades élevés dans l'aravec M. Krouchtchev. Voici quel- suivit-il, les juifs disposent des mée soviétique, y compris celui ques extraits de l'article paru le mêmes facilités que les autres ci- de général, et qu'un' juif est en- 8 octobre: t01lens dans le domaine de l'ins- terré dans les murs du Kremlin? « Les questions que j'ai posées truction et des fonctions sociales. « Je pensai devoir alors adopd M. Krouchtchev, une fois ter- Il déclara ensuite que l'U.R.S.S. ter sa tactique offensive et lui miné l'enregistrement de l'inter- avait voté pour la création de dis: « En tout cas, Monsieur, il view, concernaient en particulier . l'Etat d'Israël, mais qu'il estimait est très difficile pour un juif de son attitude générale sur les pro- qu'actuellement Israël devrait quitter l'Union Soviétiqua, s'il blêmes du Proche-Orient et la si- changer de politique et se montrer lui arrive de vouloir aller s'insta~- tuation des juifs en Union Sovié- moins agressif .. · » ler en Israël ou même visiter ce tique, ainsi que ses déclarations Revenant un peu plus loin à pays.» sur l'Etat d'Israël. ces problèmes, Mme Roosevelt « M. Krouchtchev semblait ar- écI1t encore: « Je sais, répliqua M. Krouchtdemment désireux de nous faire chev sans hésitation, mais le comprendre qu'un communiste ne « M. Krouchtchev me repéta temps viendra où quiconque voupeut pas être antisémite. Le com- combien il trouvait stupide l'as- dra y aller pourra le taire... » .munisme, déclara-t-il, est OPpOsé r -----------------------------il toute discrimination fondée sur la race ou la religion, et si l'on connaissait un membre du parti communiste qui fût antisémite, personne ne lu!: serrerait la main. Alors que Karl Marx était ;uif, ajouta M. Krouchtchev, comment AIDEZ LE Le M.R.A.P. et notre Journal ont besoin, pour mener leur combat indispensable, de l'aide matérielle de tous les antiracistes. Voici la liste des donateurs qui, ces derniers temps, ont bien voulu souscrire. DONATEURS Adler, 5.000; Igla, 10.000; LIwarek, 1.500; Goldberg, 3.000; Raid, 5.000; Kornblut, 30.000; DROIT ET LIRE TÉ 15, Fg Montmartre - Pari. (t) Tél.: PRO. 82-78 Tarif des Abonnements FRANCE ET COLONIES Un an : 500 francs PAYS ETRANGERS Un an : 700 francs ABONNEMENT DE SOUTIEN J 1.000 franc. TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Paril Pour les changement. d'adre ... envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Cb. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rne ole Pandit - : - PARIS (Xe) -: - : Trav. ettéc. par de. ouv • .,-ndiqu41 MOYEN .. ORIENT: Important débat en Israël A l'heure où la tension du Proehe- Or1ent occupe le premier plan de l'actualité internationale une M. R. A. P.I Goldfeder. 3.000; Dr Rennert, 2.000; S. Levy, 30.000; Isidore, 10.000; Dr Turkel, 5.000; Gorfntin, 5.000; Swargler, 5.000; Sem, 3.000 ; Maurice, 5.000; No!!l, 5.000; Nayman, 2.000; Markbeln, 5000; Gassoche, 5.000; Paster, 5.000; Grfmblat (MontreUil), 5.000; Hallot, 3.000; Fenster 1.000; Tenenhaus, 10.000; Pons' 2.000; Mlockler, 1.000; Lib erman , 1.500; Blrnbaum, 2.000; Steln~ ber, 1.000; StMlm, 1.000; Schlessinger, 500; Nu'tkowlcz, 1.000; Dr Emar, 20.000 ; Prochover 5.000; Bura., 2.000; Paladlno: 1.000; Kerchener, 2.000; Dymenstayn, 1.000; Cetter, 2.000; LévlDson, 30.000; SemmeI. 20.000; Llberman. 20.000; Szekulisz 3.000; SylvaIn Haber, 1.000: StrlIrever. 5.000; Baullp. 15.000: Marmor, 10.000; Golnadel, 1000; Goldner, 5.000; Mlnc, 5.000; Imergllk, 10.000; Come-Corneille, 500; Saman t, 5.000; Jos, 1.000; F. Leroy, 5.000; Borensteln, 5000; Clapy, 8.000. SOCIETES Praga, 5.000; Konsk, 10.000; Fidélité à la France, 7.000. f Tous nos .. emerclements l ces donatell'l's. Nous demandons l tous nos amis de souscrire lieur tour, "éné ... uaement, l'III ne l'ont encore 'ait .et de placieP autoul' d'eux dAI Ca"," d'AmIs, AINSI QUE DES BILLETS ~OUR LE GALA DU M,R.A,P, attention toute particulière semble devoir être accordée à la p0- sition prise récemment par l'une des personnalités les plus influentes de la vie politique israélienne et du mouvement sioniste, le docteur Nahoum Goldman, président du Comité Exécutif de l'Agence Juive. M. Goldman, d'après le Monde du 26 octobre, « déploie depUis un certain temps une vive activité, dont le but est un changement radical de la ligne politi. que étrangère israélienne ». « Selon M . . Goldman, précise le Monde, Israël devrait prendre l'initiative de retirer le ProcheOrient .de la guerre froide et, d cette fm, de proposer une rencontre des Quatre Grands pour conclure un accord imposant un embargo sur les livraisons d'armes aux pays de cette région. En mAme temps, Israël devrait adopter une politique de stricte neutralité d l'égard des deux blocs en refusant de s'identifier d l'un ou l'autre d'entre eux. 1 « En politique intérieure, M. 1 Goldman estime que diverses res- . trictions imposées d la minorité arabe devraient étre abolies. » Le correspondant du Monde indique encore que ces suggestions ont rencontré un certain scepti- . cisme dans les milieux politiques israéliens, mais qu'elles 'font cependant l'objet de nombreuses discussions. M. Goldman a eu, à ce sujet, des entret1ensavec les dirigeants de plUSieurs partis politiques et avec M. Ben Gourion, préSident du Conseil. a uile Il fut un temps, pendant les années d'avant guerre, où Hans Speidel dirigeait la 5' Colonne dans l'Europe de l'Ouest. Organisant les réseaux d'espions nazis qui cherchaient il; s'emparer des secrets de notre Défense Nationale, Speidel fournissait .à Hitler les renseignements qui préparaient les futurs plans d'agression qui mirent l'Europe à feu et à sang. Et ce petit attaché militaire adjoint de l'ambassade hitlérienne fut, en récompense de ses zélés services, nommé chef d'état-major du commandant militaire de la France occupée. AprèS l'espionnage, la terreur. Ayant sous ses ordres la Gestapo, il dirigea les fusillades et les déportations. Aujourd'hui, Hans §lpeidel se trouve être l'un des ch fs de l'O.T.A.N. dont il commande les forces terrestres du secteur Centre-Europe. S'il est des hommes politiques pour oublier les juifs que Speidel mit sur le chemin des chambres à gaz d'Auschwitz, les otages dont il organisa les exécutions, les patriotes qu'il fit massacrer, les peuples de l'Europe, qui se souviennent, refusent sa présence comme un affront aux patriotes survivants et une insulte à ceux' qui sont tombés. A Lonc;lres, un officier à rAcadémie Militaire de Sandhurst déclare « que les cadets et les officiers n'ont 'pas à se mettre en quatre pour honorer un ancien membre important de l'état-major de Hitler ». A Copenhague, le ministre de la Défense nationale rèfuse de l'accueillit, et un drapeau à croix gammée est hissé sur l'hôtel où . il séjourhe, tandis que la population ,manifeste. A Oslo, de puissantes manifestations obligent Speidel à se réfugier à 1'ambassade allemande. Dès son arrivée dans la capitale norvégienne, l'indignation fut telle que le génér'al anglais Cecil Sugden (commandant des forces terrestres du secteur NordEurope de l'O.T.A.N.) fut blessé par les patriotes qui l'avaient priS 'pour le général nazi, et l'A.F.P. préCise que sa vie aurait été en danger si des journalistes se trouvant là n'avaient informé les ma. nifestants de leur méprise. Les étudiants, les anciens prisonniers, les anciens combattants, etc., ont manifesté dans les rues par milliers; les tramways et les autobus s'immobilisaient à midi, alors que, le matin, le travail avait cessé dans les usines en signe de protestation. Et Speidel, qui dut passer la nuit dans une résidence secrète, s'enfuit d'Oslo, chassé par la colère d'un peuple. En France également, où il séjourne à Fontainebleau; Speiael est indésirable. Ainsi, le 22 octobre, après qu'une délégation représentant des organisations et personnalités juives se f11t rendue à l'Assemblée Nationale, un cortège d'anciens résistants, combatta. nts et déportés, de fils et filles de fusillés déflla sur le boulevard Saint;..Ger.main aux cris de « Reraus Speidel! ». Huit jeunes gens sont emprisonnés parce que, fidèles à la mémoire de leur père fusillé ou déporté par les envahisseurs nazis. ils refusent. au moment d'accomplir leur service militaire, «de servir dans une armée qui compte au nombre de ses chefs l'un des assassins de leur père ». Il s'agit de: Claude Marty (père fusillé par les nazis le 27 Juin 1944); Victor Beauvois (!ils et neveu de 'résistants fusillés par les nazis); Claude Dubois (père arrêté en décembre 1943, " mort pour la France» en déportation, ainsi que trois autres membres de sa famille); Michel Reyraud (père arrêté le 25 janvier 1941, fusillé comme otage le 24 octobre 1941; mère arrêtée le 23 ,juillet 1943 et déportée à Ravensbruck); Louis Guillermet (père fusillé par les nazis le 20 juin 1944); Henri Samson (père arrêté le 17 octobre 1942 et torturé BOUS ses yeux, assassiné en déportation); Max Rudent (père assassiné à Mauthausen); Albert Lassalle (père fusillé en 1944 et plusieurs parents déportés à Orianenbourg et Raveno:!bruck). Hier les pères, aujourd'hui les . fils. Et, hier comme aujourd'hui, Speidel! Raph;, FEIOELSON. a"" " • • • Berlin-Ouest. • UN FONCTIONNAIRE NAZI, condamné à un an de prison et privé de pension paur avoir pjJrti- . cipé aux persécutions antijuives, vient d'obtenir l'onnu,lation de so condamnatian. Le tribunal allemand qui le blanchit estime que la loi qui l'avait frappé (loi du Conseil ' de Contrôle allié sur les crimes contre l'humanit-él • viole le. principes de ' là constitution fédérale • et • la justice européenne '. Genève. • RIEN ne peLit guérir les ma- . ladies causées par les radiations résultant des explosions atomiques, a conclu 10 Commission interna-. tionale de Protectian radiologique, constituée par l'Organisation Mondiale de la Santé et qui 'groupe des sàvants: américains, fran'çais, japonais et hollandais. Moscou. • LA PRAVDA, dans un article consacré aux savants qui ont contribué au lancement du satellite artificiel, 0 cité plusieurs savants d'origine juive . », souligne l'hebdomadaire anglais • Jewish Chronicle '. Il relève, en partl- . culier, les noms de L.-D. Landau, V.-1. Veksler, L.-1. Mandestam et A.-1. Voffe. New-York. :-. • POUR AVOIR RElFUSE le communiquer au gouvernement de l'Alabama 10 liste de ses adhérents, la grande organisation antiraciste américaine, la N.A.A,C.P., . a été condamnée à 100.000 dollars d'amende. Quatarze grandes organisatjans ant élevé une protestation, déclarant: "Aujourd'hui c'est la N.A.A.C.P., demain ce pourraient être d'autres groupement. opposés à la palitique officielle ... La liberté d'assoclatlo!n ' est en jeu .• Tokio. • UN RASSEMBLEMENT INTERNATIONAL sur les cantacts culturels Orient-Occident, destiné à favoriser la compréhensian mutuelle, se déroule dans la capitale japonaise, du 28 octobre au 5 novembre. Des savants de 28' pays y participent. La Société « Les Amis de Czenstochow » organise, DIMANCHE 24 NOVEMBRE 1957 de 15 h. à 24 h. dans les Salons de l'HOTEL MODERNE, Place de la République une MII"PlEE 011 PI fil PITE Grand Orchestre Typique, sous la Direction de . Leo ARYA Buffet - Attractions - Tombola. Tous les Amis de Czenstochow et des 'environs sont cordialement invités.

. '.

• ' j • 1 . .. \ . : .. 1 (Suite de la page 1) laires dont le Parlement n'a pas débattu et que la grande majo- . ·rité des Français ignore. Ce n'est pas ici le lieu de. les analyser, mais plutôt de montrer comment leur mise en oeuvre a permis, sinon provoqué, la. gél).éralisation "d~e;xcès qui jusque-là revêtaient un caractère exceptionnel. Dans certaines zones, l'Armée se voyait déléguer certains pouvoirs tels que celui .d'arrestation, tandis que l'autorité civile conservait le pouvoir d'assignation à résidence. Le suspect arrêté de ·vait être immédiatement transféré, soit aux autorités judiciaires en vue d'inculpation, soit aux autorités ' civiles en vue de son assignation à résidence. Il n'en fut rien, les suspects furent · détenus obligatoirement durant d~s semaines, voire des mois, des disparitions furent signalées, des excès furent com- ' ~ mis, le Ministre Résident régula.risa alors la pratique de la détention illégale ,en précisant que, 24 ' ,heures après l'arrestation, le suspect devait être assigné à résidence mais, si nécessaire, dans les locaux militaires pour une période ne dépassant pas un mois (7 juillet 1957). Tout récemment enfin, un décret passé à · peu près ~na1Jerçu confiait aux officiers de corps de troupe stationnés en Algérie certains des pouvoirs des officiers de pOlice judiciaire à l'ef. fet de constater certains crimes ou délits. Ainsi l'assignation à résidence qui avait pour but initial de neu- , traliser des éléments adverses " • " Constitue encore un moyen avoué ', '.; -, de pratiquer des interrogatoires . de pOlice sans aucun contrôle. Il ~" . .. s'agit d'une véritable provocation aux abus. Tel est l'un des aspects les plus ,significatifs d'un système qui fait jug(U' les nationalistes par la juridiction militaire, c'est-à-dire par le. corps même chargé de la répression, qui permet la citation sans délai devant cette même ju- ,' . . ri diction des individus pris en flagrant 'délit, même lorsqu'Us risquent la peine de mort, qui permet de les juger en l'absence même du défenseur choisi par eux en leur désignant d'office un conseil, qui n'assure aucun re- Dij cours au suspect aSSigné à résidence, qui a finalement instauré le règne , de l'arbitraire. ON peut juger du danger de . ces textes dans un pays en prise au racisme dans les deux camps. Le racisme de l'Européen, autrefois alibi de sa suprématie, a grandi à la mesure du terrorisr;ne qui menace son existence même, le racisme diffus du colonisé, victime de tant de discriminations, s'est exaspéré sous le poids d~une répression a-veugle. L'armée ne peut échapper à la . contagion, car la nature même d'e la guerre subversive fait de tout musulman l'ennemi ou le . complice possible. Peu de chefs acceptent les risques que prirent les .($ commandos noirs» de Bollardière, qui faisaient serment de considérer à priori tout musulman, en ami. C'est ainsi que les enfants attendent « de la poudre et des balles» au seuil des mechtas brû-· lées. L'histoire de ces écoliers musulmans de 9 à 12 ans auxquels leur instituteur avait proposé un devoir ' d'imagination doit être méditée. Sur le thème « VOus ê~es invisibles », les enfants donnèrent libre cours à leur ressentiment. Etre invisible leur permettrait d'anéantir l'armée, la police, voire la population européenne. C'est la réponse tragique aux préceptes sur le bon usage de la torture chers à un IGAME désormais célèbre. Pourtant, quoi qu'il a,rrive, deux raoes doivent vivre côte à côte. Le Colloque a donc avec raison condamné les crimes du terrorisme, mais affirmé que ces crimes, pas plus que le faux prétexte de l'efficacité ne justifiaient les excès de la répression. Il réclamait en conséquerice que les rapports complets de la Commission de Sauvegarde soient publiés, que les coupables soient poursuivis. Mais le Colloque réclamait encore et surtout la transforma.tion du système juridique qui les permet, car, lorsque la lumière . sera faite, les hommes qui ont organisé ce système diront qu'ils n'ont pas voulu cela. (2) Les dispositions ayant pour objet de changer la législation doivent , seules être prises par dé' cret en Conseil des Ministres. . Relance de l'affaire R·osenberg 7 '. '. . M. Myles Lane, ancien procureur, qui a participé à la rédacti~ h de l'acte d'accusation de; Rosenberg et qui, à ce titre; porte une grande part de responsabilitr dans la mort de ces innocents, vient de faire une dé· claration à la presse. Selon lui, les Rosenberg auraient livré aux Russes des renseignements sur les travaux américains concernant un projet de « plateforme sidérale ». . Les Rosenberg seraient ainsi è. la base de l'àvanee des Russes sur les Américains en matière d'engins interplanétaires. Les journaux français, dans leur grande majorité, ont traité celte déclaration de la seule façon qu' elle mérite, c'est-à-dire par le mépris. t « Droit et Liberté » et le M.R. A.P., qui s'honorent d'avoir été en France les promoteurs du large mouvement d'union en faveur des Ros enberg, se doivent de faire quelques commentaires SUi' .cette ignoble déclaration (sans vouloir lui faire l'honneur de lui attribuer une plus grande Importance qu'elle' n'a) ': ,1) Si les Rosenberg ont communiqué aux Russes de& renseignements sur les engins interplanétaires, inconnus des Soviétiques, comment se fait-il que le ' Amérlçains n'aient pas encore réussi à lancer leur «bébélune » ? Lê Carnet de D. L. Notre amie Mme KAHAN, dévouée militante du 2" arrondIsseme nt , et membre du Comité d'action du M.R.A.P., a eu la douleur de perdre sa mère. Nous lui exprimons les sentiments d'affectueuse ' sympathie de notre Mouvement. 2) Pourquoi l'accusation d'espionnage sur les engins' interpla· nétaires n'a-t-elle pas été faite au moment de leur procès, mais seulement deux ans et demi après leur électrocution? Pour trouver la réponse à cette ques tion, il convient peut-être de rappeler qu'a1,l moment du pro'· cès Rosenllerg l'opinion publique américaine était secouée par l'annonce de l'explosiol\ de la première bOlllbe ~ JI. ~ l'Usse, explo-· sion intervenue malgré les assurances ofifciellês sur la grande avance américaine en la matière. Dans les deux cas, Il fallait remonter le moral américain et prouver que, si les Soviétiques arrivaient à rejoindre ou même à surclasser les Américatns, c'était indirectement grâce aux savantfl américains (qui restaient ainsi les premjers du monde ) .. 3) Pourquoi mêler les Rosenbergberg à une affaire qui manifes tement n'a rien à voir avez eux, et pourquoi rappeler à la mémoire du monde une tragédie que les dirigeants américains auraient le. plus grand intérêt à laisser oublier ? La réponse paraît simple: comme les criminels qui reviennent touj ours au !leu de leurs crimes, les responsables de la mort de Juliu s et Ethel Rosenb erg' rôdent autour des ombres laissées par ces inriocents. C'est leur mauvaise conscience qui, les oblige ' à chercher, , même après le jugement, même après leur exécution, de nouveaux arguments, de nouvelles justifications. Si les preuves invoquées au moment du prooès avaient vrai ment été suffisantes et convaincantes, les juges ne chercherafent plus d'autres arguments. , DAO',!: ~r l.IBERTE le Président du M. . A. P. M. Léon LYON·CAEN a 80 an Dimanche 20 octobre, le Bureau National du M.R.A,P., réuni au complet, rece. vait le Président Lyon-Caen à l'occasion de &on quatre-vingtième aninversaire. Le Président Lyon.Caen avait exprimé le désir que le vin d'honneur offert par le Bureau National conserve un caractère de travail en même temps que d'amiti~. L'assemblée entendit d'abord un compte rendu du Secrétariat sur l'état des préparatifs du prochain gala antiraciste, pui& une trè& intéressante communication de notre ami M' G. Sarotte sur la législation réprimant l'excitation et la provocation au racisme. Puis, au nom du Bureau National, Charle& Palant, secrétaire général du M.R.A,P., adressa · les voeux affectueux du Mouvement tout entier au Président LyonCaen. Nous reproduisons ci-dessous le texte de l'allocution de Ch. Palant et la réponse émue du Président, qui fut longuement ovationné par , le& militants présents, qui tous ensemble portèrent alors des toasts à la santé de M. Léon Lyon.Caen, à sa famille et aux succès du M.R.A.P. rallocution de Charles PALANT Monsieur le Président, C'est une grande joie pour nous tous de vous féliCIter aujourd'hui à l'occasion de votre 80' anniversaire. Cette joie, chacun de nous la ressent personnellement. Elle ajoute encore à ~a tierté que nous éprouvons de vous saVOir le président du ld.R.A.P. sous la haute autorité duquel notre Mouvement n'a cessé d~ grandir en influence. Cette joie et cette tierté justifient pour une large part l 'inlassable dévouement des mili· tants et des amis qui consacrent à notre action l'essentiel de leurs forces. Certes, nous aurions aimé fêter cet ~nniversaire au cours d'une réception plus importante qui eût été l'occasi~:m de .réu. nir" autour de votre personne SI unanImement' respectée, des femmes et des homo mes de tous les horizons républicains et antiracistes. • Nous vous avions 'exprimé le désir d'organiser uné telle manifestation. Votre refus même fut pour nous l'oc· casion d'apprécier une fois de plus votre grande sensibilité, en même temps que la profondeur de votre attachement à notre Mouvement et aux nobles idéaux qui l'inspirent et le guident. Comment les membres de notre Bu· reau National ne se seraient-ils pas ren· dus aux , raisons que vous objectiez. Ces raisons, celles d'un père com~ien meur· tri, pouvaient, .hélas! valoir pour nom, bre d'entre nous, tant il est vrai que le fascisme n'a épargné ni les uns ni les autres. Nous sommes encore émus, et nous vous ,demeurons reconnaissants pour les paroles affectueuses que rous avez dites pour le M.R.A.P. et pour ses militants. Nous sommes fiers et heureux que ce soit à la tête de notre Mouvement que vous ayez choisi de rester fidèle au ser· ment que vous fîtes, après les années noi· res de la guerre et de l'occupation, de consacrer vos forces à la lutte contre les atteintes à la liberté, à la dignité de l'homme. . Ce combat est le nôtre, et l'année qui vient verra se dérouler la 10' Journée Nationale .contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. Au terme de ces dix années de lutte, lé monde est encore en proie à bien des difficultés, et notre pays n'est lui· même pa~ épargné. • Ces difficultés ne sont, toutefois, pas celles d'un monde allant à la nuit. ' Nous les comprenons comme des aspérités se hérissant encore au long d'une route où se poursuit, jour après jour, la marche douloureuse mais exaltante de l'humanité vers un destin plus fraternel et plus juste. Ce destin, notre Mouvement contribue à en éclaircir le chemin en s'attachant avec opiniâtreté et écarter les obstacles de la haine et des préjugés. En ce jour où nous fêtons vos quatrevingts ans, Mousieur le Président, votre présence . à notre tête et la vigueur des sentiments qui vous animent sont comme le double symbole de la patience et du courage dont s'inspire chaque militant antiraciste. 'L'autorité qui s'attache en toutes circonstances à votre jugement, le respect qu'inspire à tous votre personne sont les gages les plus sûrs de la raison et de la confiance qui nous guident. Vous avez, Monsieur le Président, ex· primé le désir de ne fêter cet anniversaire que dans le cadre . stricte:rqent familial. Il nous est aisé de respecter cette vo· lonté" car, avec nos voeux très 'sincères de santé et de bonheur pour vous et pour tous les vôtres, nous avons seulement tenu à vous dire que notre déférent respect, ' c'est aussi, du fond ' du coeur, notre chaleureuse affection. La réponse de notre Président Chers Amis, Je suis profondément touché, plus que je ne gaurais l'exprimer en paroles, par les félicitations et les voeux si affectueux qu'au nom du Secrétariat et du Bureau National du M.R.A.P. notre cher Secrétaire Général vient de m:adresser à l'occasion de mon 80' anniversaire. Il a fait allusion à la démarche qu'il fit avec M. Ovezarek, dans les jours qui le précédèrent, afin de m'exprimer leur désir de le marquer par une large manifestation à laquelle seraient appelés à s'associer les nombreux républicains antiracistes qui partagent nos sentiments . Quelque regret que j'en aie éprouvé, j'ai dû les prier ·de renoncer à leur projet si amical, et je les remercie d'avoir bi(.n voulu se rendre à mes raisons. J'ai toujours eu horreur d'entendre parler de. moi, et je n'aime pas les échanges de congratulations auxquels un public, si restreint soit-il et même trié sur le volet, est appelé à participer ou à assister. Et puis cet anniversaire est associé pour moi li tant de tristesse que les souvenirs douloureux qu'il éveille en mon coeur m'en auraient rendu la célébration, entourée de plus ou moins de festivités, des pius pénibles. Je dirais volontiers avec Victor Hugo: « Ma vie a tant de deuils que je n'ai plus de fête. li) J'ai tenu à ce que l'heure de mes 80 ans sonnât dans le silence et la solitude, tout au plus dans un cercle étroitement familial. En tous cas, aujourd'hui, nous sommes entre amis, en petit comité, à l'occasion de la réunion normale du Bureau Na· tional, et je n'avais pas de raison de ne pas me rendre à votre convocation. Oui, les années s'accumulent sur ma tête! Mais soyez assurés que l'âge, s'il diminue, hélas! mes forces physiques, ne saurait affaiblir mon ardeur à défendre à vos côtés les nobles idéam~ Qui nous animent, comme il laisse intacts l'amitié et le dévouement que je porte au M.R.A.P., dont je suis fier de diriger le .. destinées. Permettez-moi de boire à mon tour aux succès, au développement, à la vigueur toujours accrue de notre Mouvement, au triomphe de la cause juste et humaine pour laquelle nous luttons. LES AMIS DE SIEDLEC ET DE LA REGION vous Invitent à leur fG- IR ID lB :4 L .. ~ ~ lU lE L le Dimanche 8 décembre 1957, de 15 h. à 24 h. dans les grands salons de l'H()tel Continental (Métro: Concorde) Orchestre de 12 exécutants sods la dIrection de Fernand BOUILLON Buffet - Tombola - Tables pour soupers -,--,~---- L. IIAC.SM. · .T LA LOI Le délit oublié L'AFFAIRE des IINOUVEAUX MAIlRES" L'EXEMPLE le plus récent nous vient d'Amérlqu.. Little Rook et son déshonorant acandal. Nol.te • sufflsamm.nt défra,é la chronique pOUl' qu'II ne soit pae b.loln d', revenir 101 en l'appelant tous les détails. SI, chez nous, on n'a .. lste pas .. de tels mouvements dans J.el miJle.ux estudiantins,par contr. le hasard qui nous conduit dans I.s chambres correctionnelles nous a permis réc&mm.nt d'assister .. deux procès de rien du tout, puisque la foule ne s', était pas ruée et que les bancs de la pr .... ételent dé8&l'ta. Deux procès où 110 racisme avait sa place. Ici, une Jeune créole s'était entendu répondre par la patronne d'un café-tabac du quartier d'Auteuil: « Nous ne servons pas 1 .. noirs. » Une bagarre s'en ételt suIvie. Là, sur un terrain de sport" BOblgn" au cours d'un match de ' football entre l'éqUipe d'Aulna, et l'équipe Maccabl (d'appartenance Israélite), l'Injure fusait, comme sous l'occupation. « Sale ,outre 1 », hurlait un spectatleur. Et, 11 auasl, une bagllil're en ételt résultée après que le spectateur eut été expulsé. Dans le cadre d'Incldenta de cette catégorie détestable, s'insorlt l'aventure, si l'on peut A:ptUller cela une aventure, survenue .. un Jeune avocat gulnée.n du barreau de Paris qui s'entendit traiter de Notes d' audience de Madeleine JACOB sale nègre par une servante de café qui l'avait bousculé et .. 1a-l quelle Il avait fort oourtolaement fait observer qu'elle pourrait apporter plus d'attention" ses mouvementa. Et, dans ce·tte petite affa"'e, qui ne connalt pas encore le grand Jour de l'audience publique, le racisme trouve sa plaoe une fols de plua. Ce que nous remarquons, O'&8t que, dans OlS trois affaires, la Justice n'est saisie que d'un délit de ooups ou d'outrage .. magistrat, selon le cas, et que 1 .. Insultés font, avec les Insulteurs, ou seuls, les fl'als dee procès. Or Il semble que nOI maglatrats, qui cependant n'Ignorent pas la 101, font fi de l'article S2 de la 101 de 1881 modifiée par le déoret du 21 avril 1939 (101 Marchandeau) et les ordonnancl1l d'Alger des 24 novembre 1943 et 8 mal 1944. C'est un !peu .. leur Intention, mals c'est surtout .. l'Intention des .racistes renaiasanta, que nous rappelons les textes: « La diffamation commise envers les particuliers par l'un des moyens énoncés à l'article 23 et à l'article 28 de la 101 de 188t (écrits ou menaces proférées dans des lieux de r éunion publique, ou par des écrits et Imprimés vendus ou distribués, mis en vente .ou exposés dans les lieux ou réunions publics, soit par des placards ou atflches exposés aux regards du public qui auront directement provoqué l'auteur ou ' les auteurs à commettre la dite action si la provocation a été suivie d'ertet) sera punie d'un emprisonnement de 5 Jours à 6 mols et d'une amende de 10.000 à 4 millions de francs, .ou de l'une de oes deux peines seulement. c La diffamation commise avec les mêmes moyens envers un groupe de per60nnes non désignées par l'article 31 de la présente 101 et qui appartiennent par leur origine à une race ou à une rel!gion déterminée sera punie d'un emprisonnement d'un mols à un an et d'une amende de 20.000 franos à 20 mlll1ons, lorsqu'elle aura eu pour but d'exciter à la haine entre les citoyens ou habitants. » Voil .. qui est clair •• all voll" .auaal qui n'est, .. notre oonnal8- aance, Jamais appliqué, alol'l que l'époque que noua vivons offre à la Justice l'occasion quasi quotidienne de sévir, conformément. .. la 101, contI le raclame virulent, oontre cette reOl'udeacenoe dei haine stu:pJde qui nous rappelle 1 .. années de honte et de nuit. lmaglnilz que le patlron du café-tabac d'Auteuil, le lpectateu .. du match de football et tel Joulur de l'équipe d'Aulna, qui soutint le point de vu .. du dit apectateur, que la lervante du caf' voisin. de la place Saint-MIchel aient éli pouraulvla pour lea propoa Imbéciles, InJurieux, haineux qu'III avalent tenui. Imaginez quel av .... - tlssement aalutalre cela .. Ot 'li pour ceux qui lea Inaplrent ou 1" Imitent. ' Et nous savons que 1 .. exemples ylvants · sont d'un autre pouvoir que .tous lea ... tlol .. et tOUI 1" dlsoours prononcés sur c4f auJet. Oui, au fait, pourquoi 118 tribunaux Ignorent-lia leI dla.posltlona de l'anicle 32 de la 101 dl 1181 ? 1/ appartient peut-être au Garde des Soeaux de oonselller .. oeux qui rendent la Juatloe de le pencher sur leur Code pénal. I L y a tout Juste huit ans. A la fin de 1949. un film c sortait » simultanément dans plusieurs salles de quartier à. Para. Son titre était: « Les Nouveau:e Maltres ». Sans doute ce navet eo't-il passé tout à. fait inaperçu et n'en parleralt- on plus aujourd'hui s'il n'avait présenté un caractère partlculier: d'un intérêt dramatique ou esthétique absolument nul, sa réalisation ne pouvait a'expliquer que par une volonté délibérée, et marement réfléchie, d'exciter à. la xénophObie et A l'antisémitisme. Un film à thèse. Le scénario. en effet peut se résumer comme suit: un chAteau appartenant à. un héritier de la vieille noblesse est acheté après la guerre de 1914-1918. par un Industriel français; celui-ci, ses af· faires périclitant. Je cède i\ mn tour. après la guerre de 1939-1~ , à un aventurier apatr~ :! .~, nomrr.é Padrovitch. nouveau riche, c nouveau maitre », non s ~ul emetlt de cette propriété, mais d t;' la France. TC'ut le film tourne n- tour de ce Padrovitch. perSOn'lag3 répugnant, cynique, dont la silhouette, le romportement, l'accent, les réflexions évoquent irrésistiblement les carIcatures antljulves qui !laraissalent sous l'occupation dans « Je Suis Partout » et autres sous-produlta du c Starmer ». On pense. bien sQr. A Joanovic1. Et il n'y aurait certes rien à. dire si ce film ne faisait que dénoncer un escroc et ses complic:ea. Mals la ·noclvité de la thèse ici défendue (car il s'agit bien d'un film à. thèse) réside dans l'ino:errrétation tendancieuse de ce cas, dans la généralisation systématique, orientée de façon à susciter la haine contre toute une catégorie de citoyens. Padrovltch n'a pns de comp'ices: il est l'étranger, le tuif, opposé aux Français honnêtes. L'auteur et les réalisateurs .~e gardent bien de suggérer, par exemple, qu'il pu1ase exister des Juifs également honn~tes. Ils avalent besoin de ce contraste grossier. Et leur dessein est d'autant plus clair qu'ils n'ont pas manqué d'ammiler « le Juif » au régime républicain lui-même. tout comme l'antisémite Pierre Boutang, qui écrivait dans le même temps un livre intitulé: « La République de Joanovicl ». Le seul pluriel, « Les Nouveaux Maltres l, exprime d'ailleur. suffisamment cet état d'esprit. les républicains réagissent... Les racistes ne s'y sont pas trompés. « Aspects de la France » applaudit à. cette peinture « authentique » du c Juif ». Quant aux républicains, ils réa- Xavier VALLAT Gonlln •• (Suite de la page 1) cifié, ce qui est beaucoup moins certain, mais constitue depuis des siècles la .pierr~ angulaire de l'antisémitisme en terre de Chrétienté. Je ne reprendrai pas ici la lumineuse démonstration de M. Jules Isaac; il reste, pour tout esprit de ,bonne foi, que le Sanhédrin du temps de Ponce-Pilate ne représentait pas valablement la nation juive dans son ensemble, puisqu'elle était dès lors large-ment dispersée et que l·a: foule hurlante qui s'assembla devant le pretoire la représentait beaucoup moins encore. Comme PégUl aimait à le répéter, ce ne son' pas les juifs qui ont crucifié le Christ, mais bien nos péchés, ceux de toute l'humanité. Je n'ignore pas - et M. Xavier Vallat le rappelle 'IIvec une évidente satisfaction - que les autorités ecclésiastiques ont contribué à diverses reprises, par leurs paroles ou par leurs actes, à entretenir cet antisémitisme confessionnel. Mais, ce que M. Xavier VaIlat ne dit pas, c'est que les juifs ont toujours joud dans l'Etat pontifical d'un statut privilégié et que de nombreux papes, entre autres Pie XI, qui disait que nous sommes spirituellement des sémites, ont condamné l'antisémitisme. La cause devrait donc être entendue, et l'on Il'étonne d'avoir à y revenir en l'an de grâce 1957. L'2ntisémitisme religieux n'a au( un fondement valable. Pour l'auIre, celui qui prétent défendre cne ~ ,)m:nun~l1té n'ltJOnlllc cuntn: des lIpports indésirables, il relève d'une conception étroite et fausse de la natton qui est précisément celle d'Aspects de la FrtNIct. Elle nous a fait trop de mal dans un passé récent, rl elle nous en fait encore trop aujourd'hui, dans la tragique affaire algérienne en particulier pour que nous ne relevions pas comme il convient les propos de M. Xavier Valla.t. Il est humain de se tromper. Mais, quand on l'a fait avec autant d'éc1at que l'ancien Commissaire aux questions juives, il serait plus chrétien de faire oraison que de prendre à parti Le Pèlerin lorsqu'il reconnatt implicitement ses erreurs d'autrefois. Les provocations (impunies) de "Jeune Nation" Nous avons sous les yeux le dernier tract répandu dans Paris par le « Mouvement J(lune Nation » (c Mouvemçnt des Jeunes Nazis » serait plus conforme à la réalité). On y trouve les habituelles diffamations, les appels provocants à. la haine contre les juifs, contre 'les c métèques ». race « maudite », • éliminer. « Méfiez-vous des méUques comme de la peste! », peut- 0 11 lire. « Ne faites pas de distinct ion entre celui-ci et celui-M, cu individus sont tous dangereu:e... » « Sur ce point, notre intransigeance est totale. » Plus loin, se référant à. l'affaire Rosenberg (on volt ainsi une fols de plus la signification de ce déni de justice), les fascistes de « Jeune Nation » écrivent que, dans les « affaires d'espionnage » ... c sur douze ou treize noms cités, plus ae dix sont des coreligionnaires de Mendès, qui ont roulé leur bosse aes Balkans aux U.S.A. »: Le tract se termine par urie pu- Cette année comme chaque ann" UN SPECTACLE EBLOUISSANT au Grand Gala Antlraolste du 17 novembre, .. P",el. AVEZ-VOUS LOUE V08 PLACK8 '1 blicité en faveur du livre de « Oypès »: . Les Israélites dcms la 10- ciéU française, que l'on a justement qualifié de bréviaire de l'antisémitisme. La diffusion de cet ignoble tract 1llustre parfaitement l'Impllnité actuelle des racistes en France. En effet. se livrant ouvertement à une propagande interdite par la loi, non seulement les fascistes Indiquent le nom et l'adresse de leur organisation, maLs encore le nom et l'adresse d'un de leurs dirigeants

Jean Malardler, 22, rue

Paul-Valllant-Couturier, à. Bobigny, ainsi que les lieux et dates de leurs perJllanences. Les pouvoirs publiCS ont décidé, semble-t-il, de laisser se développer ces menées crlminelles, qui ne s'arrêtent pourtant pas à de tels appels, mais peuvent aller. comme on l'a vu ces derniers mois, jusqu'à. des attaques contre des réunions publiques, des incentlies de voitures et des manifest~tions de rues aux cris de « mort aux Juifs » ... en attendant mieux. Nous répétons une nouvelle fois que cette situation, en se perpétuant. met en danger la sécurité de certaines catégorie. de citoyens. Nous appelons les antiracistes, les républicains à. l'unir et à. agir pour exiger le prompt et Juste chAtiment de ceux qUi s'efforcent ainsi de diviser la natt.on. en même tempi qu'lIs multipllellt les aUaques contre le réiPme .répUblicain. Z. 'rrdlU ... 10aUDIl .. .. .cu. 'oua ,,'_'1'0". J_l• • 1• • "_Dt •• '.111. ..1 " oo"tt .... ,,' rip'to". .ou".", .us Jill".' 4UI "0. t!:""",,o··!'i ~~t::;i~;!9I:f1~~' ~~:~. ~o:'i~:' J;~~' '::1' d1!'~:J:~. III'" lb bilD .. II,," tolo d. plu. """ •• "0'" ... nl .. a. L·.ttllr •• • •• '10_ ••• JU111.' ."x vu .at 'dUll11t. 1' o. ,01D'. ~r do" •• "" \1'11'. "011' ou,., plia. dl Ux .o"t d .. ooril1po_lrel 4. '.adh, qUl GD\ ",,14 1 ... 1' bou •••• .. 1 ....... "x USA. '011~ o_liilli puiDt 1'60IpHal1\' 'III'U, Kt r.oQl .. l 01'011'. '1". J"da. ',.n ,an 4. t .. 111. DOIIbnlll .... Z.. IIOIODIs.rc, lUoluI, PROTO COYO, OOlll •••• te, ...... te ou 'N1pl .... 1ate .. '4111 .... , ,,~1l d. QIIOl 'OPPiDO!" 0"'" aui ri, "pt GY' o •• rn.-ll loat ·ooe 1 ••• \îfti!' .. Ali lou"" ... at n:tJJII IIAtIOII, """. ,,'noal C' 1. _01,.. oOllrte ., 0'." ~:~: ::;r!:'::!:B;:l!:t ·;g~J.t:· la utQrt ... d •• Oh" •• ". nE o. pOl", ............ 'ou_a' JIIJU RATIOI - 18, ru. SerplDto - PAllU (so) CCP 12 3111 8:5 - PAlIIS - .1 ....a l. .... l...r. .- .I..l , ru. P-' CO!lt"rll1' - 1OI1GIIT l.I SOLll!T lAIT LA Gtm!RIi - LIS D!lIOCRA'I'IS LA l'ItllDD'l' •••••••••••• Jo. P'rw.&f'1l0" 1 - leron! , 21 "."1'1' 1 ." 10D' S, 11ebol - ft, Id Ideal' Qlll11t (.'trollo,,'pa ........ ) -_dt III Tub..,r - pla •• do la ...U lla ( ..1 0. . dI& 1er '\aC.) do 14 l l' "ellr •• 1 1' ........ 01 olDtnl. 1 1. Cllltol., (.0 ... -.01) S, n. St Dlnll '.'uoIOIIIU1.t) 'ou. trou .. ".. l la 1.1bralrl. ,nllç.l •• , 51, N. do la lIarpe - PAllU (5.) 1 - la "o" .. lla ooor ..... p',rol., par 1'1.1'" '0111'1'" 0 tr.) - Lo. lora'lU.. 4.... la SooUt' rra"9&!I., p.r G11~' '780 tr.) girent avec une remarquable unanimité. Faisant écho à leur ~ tion, le M.R.A.P. dénonça cette ignoble réédition du c Juif SUU 1. A Paris et dans toute la Prance, de simples Interventions de apectateurs suffirent à. convaincre l~ directeurs de salles de ne pas projeter « Les Nouveaux Maltres» et de retirer ce film de leun programmes quand ils l'avaient annoncé. Des associations cultuelles israélites, des organisations d~ cratiques, des personnalit& de toutes tendances s'associèrent • ce mouvement de salubrité publique. Le souvenir de l'antiaémit1ame nazi, des camps de la mort et des fours crématoires demeurait encore vif au coeur de toua lei Français ... Où Intervient Tixler-Vignancour ... Les années ont passé. Et les rMlisateurs des «Nouveaux Maltres 1 qui ne se tenaient nullement pour battus, ont cru poUVOir m1Ier sur l'oubli, sur les modifications du climat politique : en 19&5, ua ont décidé d'engager des poursuites contre le M:R.A.P .• auquel ua ~ clamaient 3& millions de d0mmages et intérêts. Ils n'avaient pu, disaient-ils, rentrer dans leun frais: au M.R.A.P. de les rembourser! Et, pour confirmer sana doute leurs affinités, iIa prirent pour avocat Tixier-Via'nancour, qui, à l'audience même, fit étala,e de son antisémitisme bien connu. Le procès eut lieu le 28 Juin 1955. Avec des attendus conteetables, dont les contradictions trahissent beaucoup de gêne et d'h60 sitatlon, les Juges (qui BYa1ent refusé un nouveau débat après 1& projection du film) s'efforcèrent de minimiser la nocivit6 dei c Nouveaux MaUres J. lIa crurent devoir condamner l'action ant!'" raciste du M.R.A.P.. appu~ pourtant par l'opinion publique; mais. d'autre part, ne pouvant acoepter pleinement le8 prêtentions exorbitantes de la 80Ciftf productrice. ils lui accordaient 500.000 francs de dommarea et m.: térêts, au lieu des 3& milllona demandés. le M.R.À.P. devra-t-il financer un film raclst.? Ce verdict nous apparalt • la fois ficheux et paradoxal. Il faut d'abord souligner que réclamer au M.R.A.P. cette 1I01DJDe. mtme réduite, équivaut à. entraver dangereusement, sinon A rendre impossible. son activité si n6cetlaire. Et puis 11 serait pour le moins étrange qu'un Mouvement anUraciste fO,t amené t. veraer quelque somme que ce soit pour le financement d'un film raciste d6- ficitaire. N'aurait-il pas été plus normal, en régime républicain, que les réalisateurs du film fuaaent poursuivis et condamnés, cont0rm6- ment t. la loi, pour « excitaUOll à la haine contre certalnès eau. garies de citoyens »? O'est pourquoi le M.R.A.P. • fait appel. Le lundi 9 décembre. la l'· Chambre aura t. examiner cette importante affaire. POUJA] POUJADE, indique un hebdOma.daire, « a caressé Z'upotr cr. devenir ministre» dans le gouvernement (mort-né) de M. Pinay. Peut-être est-ce aller trop loin • Mals il faut bien constater, en tout cas, une Inquiétante pouaMe poujadiste sur le plan parlementaire, favorisée par d'étranaea bienveillances. De nombreux ta1*4 en témoignent, principalement ceux-cI : 1} Pour la première fois, les représentants de Poujade ouverte.. ment opposés au « système » républicain) ont été appelés en conwJ. tatlon par le PréSident de 1& lUpublique, au cours de la cr1le mlniatérlelle. 2) LOri de ses entretiens pour 1& formation d'un ministère, M. PJe.. ven a reçu lei diria'eants du poupe poujadiste, contribuant encore. _ sortir de leur isolement. Selon Proternité Française, M. PleveD a m6- me affirmé c qu'il c01UÜUt'a't la LA LOI 'AFFAIRE des JJNOUVEAUX MAIlRES" L Y a tout juste huit ans, t. la fin de 1949, un film « sor· tait» simultanément dans plu. sous-produits du « St1.lrmer ». On pense, bien sQr, t. Joanovlcl. Et 11 n'y aurait certes rien il. dire si ce film ne faisait que dénoncer un escroc et ses complicea. Mais la ·nocivité de la thèse ici défendue (car il s'agit bien d'un film li. thèse) réside dans l'in~rrrétation tendancieuse de ce cas, dans la généralisation systématique, orientée de façon à susciter la haine contre toute uno catégorie de citoyens. salles de quartier il. Paris. était: « Les Nouveaux ». doute ce navet eQt-il passé inaperçu et n'en parleplus aujourd'hui s'U n'a.un caractère parintérêt dramatique "~ ... "".",.,, absolument nul, sa Je pouvait s'expliquer volonté délibérée, et d'exciter è. et t. l'antisémi- Padrovitch n'a po.s de comp'ices: il est Z'étranger, Ze lUit, op. posé aux Français honnêtes. L'auteur et les réalisateurs ·~e gardent bien de suggérer, par exemple, qu'il puisse exister des juifs éga.lement honnetes. Ds avaient besoin de ce contraste grossier. Et leur dessein est d'autant plus clair qu'ils n'ont pas manqué d'assl· miler « le juif » au régime républicain lui-même, tout comme l'antisémite Pierre Boutang, qui écri· vait dans ]e même temps un livre intitlÙé: « La République de Joa.. novici Il. Le seul pluriel, « Les Nouveaux Maitres Il, exprime d'ail· leurs suftisal1Unent cet état d'esprit. Les républicains réagissent ..• Les racistes ne s'y sont pas trompés. « Aspects de la France Il applaudit il. cette peinture « authentique » du « juif l'. Quant aux républicains, Us réa- Xavier VALLAT Gonlln •• (Suite de la page 1) ce qui est beaucoup moins mais constitue depuis des pierre angulaire de l'ansme en terre de Chrétienté. reprendrai pas ici la lumidémonstration de M. Jules c; il reste, pour tout esprit nne foi, que le Sanhédrin de Ponce-Pilate ne repas valablement la nadans son ensemble, était dès lors largeet que la: foule qui s'assembla devant le la représentait beaucoup encore. Comme Pégul alà le répéter, ce ne son· pas uifs qui ont crucifié le Christ, bien nos péchés, ceux de l'humanité. ignore pas - et M. Xavlt;r le rappelle avec ooe éVIsatisfaction - que les auecclésiastiques ont contridiverses reprises, par leurs ou par leurs actes, à encet antisémitisme confesMais, ce que M. Xavier ne dit pas, c'est que les ont toujours jOud dans l'Etat pontifical d'un statut privilégié et que de nombreux papes, entre autres Pie XI, qui disait que nou.s sommes spirituellement des sémItes, ont condamné l'antisémitisme. La cause devrait donc être entendue, et l'on Il'étonne d'avoir à y revenir en l'an de grâce 1957. L'2ntisémitisme religieux n'a auwn fondement valable. Pour l'auIre, celui qui prétend défendre une ~ .)m:nun~' .• té n'l!lOnlll cO!ltrt: ùes lIpports indésirables, il relève d'une conception étroite et fausse de la nation qui est précisément celle d'Aspects de la FrtNlct. Elle nous a fait trop de mal dans un passé récent, et elle nous en fait encore trop aujourd'hui, dans la tragique affaire algérienne en particulier pour que nous ne relevions pas comme il convient les propos de M. Xavier Vallat. 1J est humain de se tromper. Mais, quand on l'a fait avec autant d'éclat que l'ancien Commissaire aux questions juives, ~I serait plus chrétien de faIre oraIson que de prendre à parti Le Pèlerin lorsqu'il reconnait implicitement ses erreurs d'autrefois. de Il Jeune Nation Il la TroU Uoa •• aU"II •• ,. 1I0u. a'uas'r .... "011&1 •• 1 •• h' ...... ," ".Ul ... rl l'4p,t .... 80U ..... t aus "".0 ..... a •• peNa" ...... ~~l.PiCharles!HPPl~!L, d. la p.ote.lI. taU •• pa. 4. O1.UD.U." et" OOD' 'OUI IWIOIllllll1, pour la .. trt.-. ••••••• + ••• • Jilin RATIOI - as, ru. a.rpute • PAllU (,.) 8:5 • pms - 1 ... Malar41.r - 12, ".. P-Y C""turhr • IOIIIOIIY I.Z SOLDAT rAIT LA GlTlRRI - LIS D!IIOCJV.TIS LA ftllDD'1' ••• +.+.+ ... ++. Charles 27 avril 2010 à 14:41 (UTC) ~.ureo , au 110'" S, Ilebel - 7., Id Id ... r ~11l.' (."1'0'10"'par ...... ) au T .. bour - plao. d. la ... Ull. ( .. 101l du 1er 'tac.) de le l l' b.ur.. , p .... D."oe e ... 'ral. , 1. ChU.lot (oouo-oo1) e, ".. S\ Denll (."1'0,011'.1.') \rou ... ~ .. l la l.lbrolrl. ,roIlÇai •• , 51, ".. de la llarpe - PAII1Il (5·) , _ la "o .... lla .0"1". &Il p',rol., par l'hl'" '0~.1" (180 rr.) _ LoI 111'0411' •• d ..... la SooU" tro.Ç&lI., par 071~. (7eO trI) girent avec une remarquable une,. nimité. Faisant écho il. leur lmotion, le M.R.A.P. dénonça cette ignoble réédition du « Juif sua •. A Paris et dans toute la Prance, de simples interventions de apectateurs suffirent li. convaincre lei directeurs de salles de ne pu projeter « Les Nouveau%: Maltr ... et de retirer ce film de leurs pr0- grammes quand ils l'avaient annoncé. Des associations cultuelles israélites, des organisations dlmocratiques, des personnalit& de toutes tendances s'associèrent' ce mouvement de salubrité pubUqUè. Le souvenir de l'antlaém1tlUDe nazi, des camps de la mon e& des fours crématoires demeurait encore vif au coeur de tous lei Français ... Où Intervient Tlxier-Vignancour ... Les années ont passé. Et les ..... lisateurs des «Nouveau%: Maltr ... qui ne se tenaient nullement pour battus, ont cru pouvoir m1.Ier lUI' l'oubli, sur les modifications du climat politique: en 1955, ua ont décidé d'engager des pouraultee contre le M:R.A.P., auquel ua riclamaient 35 millions de dOI:DJDages et intérêts. Ils n'avaient pu, disaient-lls, rentrer dans Jeun frais: au M.R.A.P. de lea rem. bourser! Et, pour confirmer ana doute leurs affinités, ils prireN pour avocat Tixier-Vignancour, qui, à l'audience même, fit étalale de son antisémitisme bien connu. Le procès eut lieu le 28 Juill 1955. Avec des attendus conteltables, dont les contradictions uahissent beaucoup de gêne et d'h" sitation, les juges (qui avaient refusé un nouveau débat aprta la projection du film) s'efforcèrent de minimiser la nocivU6 dei « Nouveaux Maitres ». Ils crurent devoir condamner l'action ant&.raciste du M.R.A.P., appu)'6e pourtant par l'opinion publique; mais, d'autre part, ne pouvant acoepter pleinement les priten,. tions exorbitantes de la IOCIN productrice, ils lui acoordaieDt 500.000 francs de dornmarea et intérêts, au lieu des 35 milliona cl&mandés. Le M.R.À.P. devra-t-It financer un film raclst.? Ce verdict nous apparal' , la fois fAcheux et paradoxal. n faut d'abord solÙigner que rielamer au M.R.A.P. cette somme. mtme réduite, équivaut li. entraver dan,. gereusement, sinon à rendre impossible, son activité si nkeuaire. Et puis 11 serait pour le moins étrange qu'un Mouvement anUraciste fQt amené t. vener quelque somme que ce soit pour le ft. nancement d'un film raciste d6- ficitaire. N'aurait-il pas été plus normal, en régime républicain, que lei réalisateurs du film fuaaent pour. suivis et condamnés, conf0rm6. ment il. la lOi, pour « excitatiOll à la haine contre certaines eaU. garies de citoyens »? O'est pourquoi le M.R.A.P. • fait appel. Le lundi 9 décembre. la 1 JO Chambre aura li. examiner cette importante affaire. POUJA POUJADE, indique un hebdOma.daire, « a caressé l'eapofr ct. devenir ministre» dans le gouvernement (mort-né) de Y. Pinay. Peut-être est-ce aller trop 1olD. Mais U faut bien constater, en tout cas, une inquiétante ~ poujadiste sur le plan parlementaire, favorisée par d'étrantea bienveillances. De nombreux falq en témoignent, principalement ceux-ci: 1) Pour la première fOla, les représentants de Poujade ouvertement opposés au « système • républicain) ont été appelés en conaultaUon par le Président de 1& R6- publ1que, au cours de la criae ministérielle. 2) Lors de ses entretiens pour la formation d'un ministère, Y. Reven a reçu lei dirigeants du rroupe poujadiste, contribuant encore' _ sortir de leur isolement. Belon J'ra.. ternité Française, M. Pleven a __ me affirmé « qu'il conlidkait ,.. flan de l'intégration M. "ame. W. IVY est le rédacteur en chef de la revue mensuelle « n. CrI.I. lt, organe officiel de la grande organisation antlraclst. aNrIoaln.., l'AslOclatlon Nationale pour l'Emancipation des Gena " Goul"!' (N.A.A.C.P.). " était donc particulièrement qualifié pour dr .. - NP ca bilan de l'Intégration scolaire aux Etats-Unie, qui, sane aucun douta, InUNllera vivement les antiracIstes '1'ançais. LES récents désordres de Little Rock, Arkansas, et de Nashville, Tennessee, n'ont rien de surprenant et doivent être évalués à leur juste importance. ' Cinquante cas de violence ou de menaces de violence ont été enregistrés en 1955 dans les douze Etats du SUId, où le problème de la désé~ré~ation dans les écoles est partIculIèrement aigu. En 1956, les vÎ'Olences ont été moins nombreuses, et il ne fait pas de doute que nous en rencontrerons encore dans l'avenir. Les défenseurs du vien «ordre »_ la résistance à la décision de la Cour Suprème du 17 mai 1954 et au décret d'application du 31 mai 19111l a été tout d'abord assez faible; mais maintenant, trois ans après, l'attitude des racistes s'est durcie dans le Sud. Au début, cette résistance provenait de l'Association Nationale pour l'Emancipation des Blancs (1) organisée dans le Delaware, à la limite entre les Etats du Nord et du Sud, par Bryant Bowles. Ce groupement parvint à rétablir la ségrégation à Milford, Delaware, mais échoua lamentablement à Baltimore et Washington. le Ku Klux Klan fut aussi reconstitué après la décision de la Cour Suprême, mais cette tentative ne rencontra pas le succès attendu en raison de la mauvaise réputation de cette ancienne organisation. Les groupes de résistance qui de, aient rencontrer le .plus de suc• furent les c Conseils tle CiIoyens Blancs , organisés tout l'abord dans le Mlississipi par Ra~ rt Patterson. Ces Conseils furent f: aJement organisés dans les Etats Louisiane, Alabama, Arkansa3, ens, Floride, Géorgie, Tennessee, Irginie et Caroline du Sud. On ~alue à 290.000 le nombre de urs adhérents. Si l'on en croit ur' statuts, ces Conseils ont offilIement pour objet « le maintien la paix, de l'ordre et de la traniIIité familiale dans nos commu- r.utés et dans notre Etat, ainsi la défense des droits des tats . Sous l'influence plus OUi moins Irecte de ces Conseils, les presIons économiques et sociales se ~t multipliées contre les adverIres de la ségrégation. Les ferrs et les hommes d'affaires noirs sont vu refuser tout crédit. Les pmmerçants noirs ont été boycot" par les maisons de gros. Des IJIelgnants ou employés noirs ont lé licenciés. Même des adversaires tancs de la ségrégation, ont da lire face à des menaces sur le lan économique. Pourtant, ni la lOIence, ni le boycott ne sont Il armes principales du Sud dans défense de la ségrégation. comportant 141 lois destinées à empêcher l'application de l'Edit de la Cour Suprême. 35 de ces 141 disipositions ont été adoptées en 1957. L'Assemblée de l'Alabama, qui siège actuellement, prépare plus de 40 lois destinées à maintenir la ségrégation. Dans le Texas, où 122 districts scolaires ont adopté une politique d'intégration, deux nouvelles lois, destinées à enrayer et même à supprimer totalement cette évolution, viennent d'être votées. Et le Tennessee, où l'intégration s'est réalisée dans un petit district rural et 'Vient d'être inaugurée à Nashville, a adopté 8 nouvea\lJX textes pour le maintien de la ségrégation. Ces diverses mesures peuvent être réduites aux types suivants: . 1) Abolition des écoles publiques. Cette mesure législative s'accom- -.. • o . co o o Rentrée l Little Rock. pagne de dispositions tendant à la création d'« écoles privées . 2) Boycott des écoles ayant admis des enfants noirs et des enfants blancs. Les subventions d'Etat sont automatiquement supprimées à ces écoles. 3) Affectation autoritaire des élèves. Cette législation permet aux auroriés locales de déterminer l'école que doit fréquenter chaque élève. 4) Mesures de coercition. En Géorgie, le fait de dépenser des fonds pour une école c: intégrée constitue une trahison. Dans le Mississipi et en Caroline du Sud, il est interdit aux enseignants et aux employés d'Etat d'appartenir à la N.A.A.C.P. (Association Nationale l'our l'Emancipation des Gens de Couleur). 5) Rtjet des dé, Suprême. Les Ass ves de huit Eta résolutions qU1 d non avenues les Cour Suprême. Onze Etats ont 1952 des mesures pêoher J'intégratio bama, Arkansas, ) Louisi·ane. Missis Nord, Caroline du Texas et Virginie considérées comme gale pouvant retat II faudra beaucol les faire condamn et de nombreux E PAl James Rédacteur en c déjà mis sur pied voyant que toute 11' gation qui serait les Cours Fédérale cée aussitôt par d' ce qui prolongera procédure. 10 mlllions encore à la ségr. Dans ces condi,tî l'intégration scolair Les 17 Etats du 1 tre peuvent se divis 1) Etats pratiqua'l Oklahoma, Missoû Virginie Occi1dentalj District de Columbl 2) Etats n'ayant !'J uniforme: Delawa Tennessee et Texas 3) Etals résistant Virginie, Caroline d, ride . 4) Etats totaleme l'intégration: Louisi Alabama, Géorgie Sud. La Virginie et la 1 réalisé l'intégration ~ trict scolaire sont classées dans cette go rie. Le processus d'in laire est déjà un. fait les « Etats frontièr Nord et le Sud. n'y occupe plus que d'arrière-garde. Les tr·ansition prises pa~ vililes comme WashJ more, Louisville et sont déjà des faits Cependant, la résis vive pour ces Etats dans les régions où n.oire excède la popul et où existe le vieulli plantations. En géné~ des raciales ·varient e et les campagnes. L'i bute presque toujours! les, où les gens sont et où de grandes ma et d'antiracistes peuv semblées. Souvent il entre la politique SME SANS POUJADE ~,te& comme d'excellents pa• et de bons Français D. 1 A IOn tour, M. Pinay reçut ~es du groupe poujadiste, et direction du mouvement se iF pour la participation li. niatère. . JIn fait, le ministère propoPinay ne comptait pas de "'diAIltea, mais les poujadistes c pour ». Dans Fraternité N, Poujade s'était adressé , en ces termes: « Vous ce qui se rapproche le plus raison d'étre. » 'il Nt vrai que Poujade perd uence dans le pays et que t « tour de Paris » se par un fiasco complet, il esde l'entendre avec d'autres IUlCeptibles de consolider ses 0'06 son alliance (ara.&.. le fasciste Dorgères et lMIl6p4melant Antier, ancien mi· • pour la constitution d'un payan ». D'oft ses avances à M. Gingembre, délégué général des Petites et Moyennes Entreprises. 6) Soulignons en outre que le langage tenu par Poujade contre la République rencontre des échos de plus en plus insistants, non seulement dans les colonnes de Rivarol ou d'Ecrits de Paris, organes du vichysme impénitent, mais dans les déclarations de diverses personnalités politiques de droite, notamment les « répUblicains sociaux » (Soustelle, Chaban-Delmas, Triboulet), qui reprennent à sa suite le mot d'ordre fallacieux de la « V· République ». Tous ces faits montrent les am· bitions et les espoirs de Poujade. Mais ils font apparaltre aussi la menace Immédiate d'un « pouja.disme sans Poujade» qui n'en serait pas moins une~ forme de fascisme. Les répUblicains se doivent d'y prendre garde, et léUr union est plus que Jamais nécesSl faire obstacle. Si certains pouvaien1 doutes sur le caractère ces menées antirépubli9 jade vient d'en donne! preuve par son récent Vél' d'Hiv', où il s'est habituelles insinuations D'autre part, sous le cisme et casse-piedS », Fraternité Française, aux antiracistes, en felgJ placer sur le même pli racistes. Pour lui, ce SOl « casse-pieds ». Ce rap~ (Inattendu) a pour bu~ on s'en aperçoit dès les lignes, de justifier une de fol raciste. Tant il est vrai que de front contre la Répu~ compagnent d'un traval tendant il détruire les d'égalité et de fraterni constituent le fondemen' ilan de l'intégration c 1 M. "ame. w. IVY e.t le rédacteur en chef de la ruue mensuelle « The CrI.I. », organe officiel de la grande organisation antlraclst. a"""o&ln., l'AslOciatlon Nationale pour l'Emancipation des Gen. ct. Gouleur (N.A.A.C.P.). Il é\alt donc particulièrement qualifié pour dr ... .... ce bilan de l'Intégration scolaire aux E\ats-Unle, qui, sans auoun doute, InUreslera vivement les antlraclstll8 f·"ançals. LES récents désordres de Little Rock, Arkansas, et de Nashville, Tennessee, n'ont rien de surprenant et doivent être évalués à leur juste importance. Cinquante cas de violence ou de menaces de violence ont été enregistrés en 1955 dans les douze Etats du SIIId, où le problème de la désé~ré~ation dans les écoles est partlcuhèrement aigu. En 1956, les vtolences ont été moins nombreuses, et il ne fait pas de doute que nous en rencontrerons encore dans l'a'Venir. Les défenseurs du vien « ordre ". La résistance à la décision de la Cour Suprème du 17 mai 1954 et au décret d'application du 31 mai 19~~ a été tout d'abord assez faible; mais maintenant, trois ans après, l'attitude des racistes s'est durcie dans le Sud. Au début, cette résistance provenait de l'Association Nationale pour l'Emancipation des Blancs (1) organisée dans le Delaware, à la limite entre les E_ta du Nord et du Sud, par Bryant Bowles. Ce groupement parvint à rétablir la ségrégation à .Milford, Delaware, mais échoua lamentablement à Baltimore et Washington. Le Ku Klux Klan fut aussi reconstitué après la décision de la Cour Suprême, mais cette tentative ne rencontra pas le succès attendu en raison de la mauvaise réputation de cette ancienne organisation. Les groupes de résistance qui devaient rencontrer le plus de succès furent les c Conseils tie Citoyens Blancs , organisés tout d'abord dans le M1ississipi par Robert Patterson. Ces Conseils furent également organisés dans les Etats de Louisiane, Alabama, Arkansa.i, Tuas. Floride, Géorgie, Tennessee, Virginie et Caroline du Sud. On évalue à 290.000 le nombre de leurs adhérents. Si l'on en croit leur' statuts, ces Conseils ont officiellement pour objet « le maintien de la paix, de l'ordre et de la tranquillité familiale dans nos communautés et dans notre Etat, ainsi que la défense des droits des Etats . Sous l'influence plus ou moins directe de ces C{)nseils, les pres'; 005 économiques et sociales se sont multipliées contre les adverlaires de la ségrégation. Les fermiers et les hommes d'affaires noirs se sont vu refuser tout crédit. Les commerçants noirs ont été boycottés par les maisons de gros. Des enseIgnants ou employés noirs ont .té licenciés. Même des adversaires blancs de la ségrégation. ont da faire face à des menaces sur le plan économique. Pourtant, ni la violence. ni le boycott ne sont les armes principales du Sud dans la défense de la ségrégation. Une forteresse léqtslative. Les Etats du Sud ont édifié une véritable forteresse législative, comportant 141 lois destinées à empêcher l'application de l'Edit de la Cour Suprême. 35 de ces 141 disrpositions ont été adoptées en 1957. L'Assemblée de l'Alabama, qui siège actuellement, prépare plus de 40 lois destinées à maintenir la ségrégation. Dans le Texas, où 122 districts scolaires ont adopté une politique d'intégration, deux nouvelles lois. destinées à enrayer et même à supprimer totalement cette évoluti{)n. viennent d'être votées. Et le Tennessee, où l'intégration s'est réalisée dans un petit district rural et vient d'être inaugurée à Nashville. a adopté 8 nouveauilC textes pour le maintien de la ségrégation. Ces diverses mesures peuvent être réduites aux types suivants: . 1) Abolition des écoles publiques. Cette mesure législative s'accom- Rentrée • LIUle Rook. pagne de dispositions tendant à la création d' c écoles privées:.. 2) Boycott des écoles ayant admis des enfants noirs et des enfants blancs. Les subventi{)ns d'Etat sont automatiquement supprimées à ces écoles. 3) Affectation autoritaire des élèves. Cette législation pennet aux autoriés locales de déterminer l'école que doit fréquenter chaque élève. 4) Mesures de coercition. En Géorgie, le fait de dépenser des fonds pour une école c intégrée constitue une trahison. Dans le Mississipi et en Caroline du Sud, il est interdit aux enseignants et aux employés d'Etat d'appa·rteni·r à la N.A.A.C.P. (Association Nationale pour l'Emancipation des Gens de Couleur). 5) Rejet des décisions de la Cour Suprême. Les Assemblées législatives de huit Etats ont adopté des résolutions qui déclarent nulles et non avenues les décisions de la Cour Suprême. Onze Etats ont adopté depuis 1952 des mesures destinées à empêcher l'intégration scolaire: Alabama. Arkansas, Floride, Géorgie, Louisi.ane, Mississip~, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Tennessee, Texas et Virginie. Ces lois sont considérées comme une tactique légale pouvant retarder l'intégration. 11 faudra beaucoup de temps poUtr les faire condamner par la justice, et de nombreux Etats du Sud ont r----- PAR James IVY Rédacteur en chef de Crisis. . déjà mis sur pied un plan prévoyant que toute mesure de ségrég. ation qui serait condamnée par les Cours Fédérales sera remplacée aussitôt par d'autres mesllJl'e6. ce qui prolongera indéfiniment la procédure. la mlllions d'enfants encore soumis à la ségrégation. Dans ces condi,tions, où en est l'intégration scolaire? Les 17 Etats du Sud et du Centre peuvent se diviser comme suit: 1) Etats pratiquant l'intégration: Oklahoma, Missouri, Kentucky, Virginie Occidentale, Maryland et District de Columbia. 2) Etats n'ayant pas une attitude uniforme: Delaware, Arkansas, Tennessee et Texas. 3) Etats résistant à l'intégration: Virginie, Caroline dlJj Nord et Floride. 4) Etats totalement opposés ct l'intégration: Louisiane, Mississipi, Alabama, Géorgie et Caroline du Sud. La Virginie et la Floride n'ayant réalisé l'intégration dans aucun district scolaire sont généralement classées dans cette dernière catégorie. Le processus d'illtégration scolaire est déjà un fait accompli dans les « Etats frontières entre le Nord et le Sud. La ségrégation n'y occupe plus que des positions d'arrière-garde. Les mesures de transition prises par des grandes viNes comme WashilnRton, Baltimore, LOlJisville et Saint - Louis sont déjà des faits historiques. Cependant, la résistance est plus vive pour ces Etats eux - mêmes. dans les régions où la population noire excède la population blanche et où existe le vieux système des plantations. En général, les attitudes raciales -varient entre les villes et les campagnes. L'intégration débute presque toujours dans les villes, où les gens sont plus éduqués et où de grandes masses de noirs · et d'antiracistes peuvent être rassemblées. Souvent il y a conflit entre la politique officielle de ISME SANS POUJADE ? • potaladistes comme d'excellents patriote. et de bons Français J. 1) A IOn tour, M. Pinay reçut les ~ires du groupe poujadiste, et la direction du mouvement se prononça pour la particIpation à IOn mln1atère. ., En fait, le ministère propo~ par Pinay ne comptait pas de i pouJacUates, mais les poujadistes ont .oti c pour ». Dans Fraternité Il'ronçaiae, Poujade s'était adressé ~ Pinay en ces termes: « Vous avonca ce qui se rapproche le plus de ftOtr. raison d'étre. li) 1) S'U est vrai que Poujade perd IOn 1nfluence dans le pays et que 10ft ricent c tour de Paris » se lOide par un fiasco complet, 11 esale de s'entendre avec d'autres tCJrCel luaceptiblell de consolider ses PGIltkma. D'of! IOn alHance (0ral pua) a.ec le fasciste Dorgères et )'elWDdipendant Antier, ancien mil D1âre. pour la constitution d'un 1 tront paysan ». D'of! ses avances à M. Gingembre, délégué général des Petites et Moyennes Entreprises. 6 Soulignons en outre que le langage tenu par Poujade contre la République rencontre des échos de plus en plus insistants, non seulement dans les colonnes de Rivarol ou d'Ecrits de Paris, organes du vichysme impénitent, mais dans les déclarations de diverses personnalités pOlitiques de droite, notamment les « républicains sociaux » Soustelle, Chaban-Delmas, Triboulet), qui reprennent à sa suite le mot d'ordre fallacieux de la « V· République ». Tous ces faits montrent les ambitions et les espoirs de PouJade. Mais 11s font apparaltre aussi la menace immédiate d'un « pouJadisme sans Poujade» qui n'en serait pas moins une forme de fascisme. Les républicains se doivent d'y prendre garde. et lèur union est plus que jamais nécessaipe pour y faire obstacle. Si certains pouvaient avoir des doutes sur le caractère raciste de ces menées antirépubl1caines, POujade vient d'en donner encore la: preuve par son récent discours du Vél' d'Hiv', où il s'est livré à ses habituelles insinuations antijuives D'autre part, sous le titre « Racisme et casse-pieds », son journal, Fraternité Française, s'en prend aux antiracistes, en feignant de les placer sur le même plan que les racistes. Pour lui, ce sont tous des « casse-pieds ». Ce rapproChement (inattendu a pour but essentiel. on s'en aperçOit dès les premières lignes, de justifier une profession de foi raciste. Tant 11 est vrai que les attaques de front contre la République s'accompagnent d'un travail de lape tendant à détruire les prinoipes d'égalité et de fraternité qui en constituent le fondement. •• CLUSlfi re au E l'Etat, opposé à l'intégration, et la tolérance raciale existant dans certains sectelH'l Ulrbains. La population du Coaté d'Arlington, Virginie, en face de Washington, sur le Potomac, est favorable à l'intég.rati{) n; mais l'Etat s'y oppose. Cbarlotte. Winllton-Salem, Greensboro, en Caroline du Nord. réalisent l'intégration en dépit de l'opposition de l'Etat. L'intégration Icolaire se développe largement dans l'Ouest et le Sud du Texas; mais, dans l'Est de ce même Etat, où les Noirs sont le plus nombreux, rien n·,. été fait. Selon un bilan établi par la publication Southern School News de septembre 19!)7, 740 districts 8Colaires ont commencé ou accomp\i l'inté~ration en ce début d'année scolaire 1957-M. Mais 2.300 districts restent totalemen.t soumis à la ségrégation. A la fin de l'année 1956-57. l'intégration avait eu lieu dans 648 districts. Autrement dit. l'année scolaire 1957-M débute avec un nombre supplémentaire de 75.000 élèves blancs, et 2~.000 élèves noirs fréquentant des écoles communes, ce qui porte le total à en\'Îron deux millions d'élèves blancs et 350.000 élèves no~rs. Mais on ignore combien d'enfants blancs et noirs sont effectivement ensemble dans les mêmes classes. D'autre part, environ 7 millions d'élèves bJ.ancs et 2.450.000 élèves noirs restent soumis au système de la ségrégation. Quelle conclusion peut-on tirer de ce tableau de l'intégration dans le Sud? Si l'on considère le Sud comme un tout, les progrès ont été Jougs et difficiles. Ils va·rient considérablement d'un Etat à I·autre. Au total, cette évolution constante mais lente laisse beaucoup à d'srrer. D'un Etat à l'autre ... Le nurMto de septembre de c Southern School New. • publie le bilan suivant de l'Int6gration Kolaire dons let différents Etats (ces chiffres correspondent aux plus rkents rec:~ts de la p0- pulation scolaire,: . .ALAIAMA 1 ...... 741.1" ,,"es; .. 01,., 2" ..... 9 fomilles nalres ont demand4 au Consell des Ecoles de 81mtlnohom le transfert de leurs enfants dons les koles réSeNNs aUK blancs. C'est la premltre tentatl.... en deuK ons de porter atteinte ou 1Y't«ne de 10 s6or'gotlon dons l'Alabama. "KANSAS: ...... 411 .... ; ...m, 112.000. S locolltN, dont Little Rock, ont proddé cet automne cl l'Int6orotlon à dlffirents degrés. La Cour l'~ Q annu" une clKillon d'un trlbunol Iocol s'opposant à l'Inscription des enfants noirs à l'Ecole Sup«leure · de Little Rocit, décision soutenlje pM le oouvemeur Orval Foubu$, qui clKlara craindre des violences. DELAWA.': ...... 61,111; 1tOIrs, 11.411. Aucun changement notable cette année. Les koles sont c Int'orHs • dans le Nord de l'Etat, mol. la "or6gatlon, quoique ContestM, subsiste dons le Sud' DISTIICT DI COLUAltIlA: .... '.101.411; nol,., n.7U. Les koles de Wothinoton doivent r .. cevoir cette onNe 110.000 fI~es; c'est le chiffre le plut 6levé qui olt jamais été atteint; Il indique CI\I8 le nombre d~es . nol.. s'Mt occru de 70 CJ6 en quatre ons. En ralcon du manque de IOCIIUK, 6.000 ,,~.. Iront à l'kole à ml-temps. FLOIINe ...... 7 ... 177; .... 16'.8". Les écoles publiquel à tous 1.. degr6S t -Unis resteront soumises à la ségrégation pour les 900.000 élèves de l'Etat. On n8 signala aucune Intervention en faveur de l'Int6gration. GEORGIE: toto l, 942.000; noln. 297.692. La ségrégation continue à être de règle. Une étude sur le système scolaire d'Atlanta, récemment publiée, fait apparaitre un décalage considérable entre les conditions scolaires des élèves blancs et les élèves noirs. KENTUCKY: total, 590.129; noln. 38.358. 6 nouveaux districts scolaires ont décidé de commencer l'intégration cette année, ce qui porte leur nombre à cent. 80 % des enfants noirs fréquentent maintenant les mèmes écoles Que les blancs. LOUISIANE: total, 600.000; noln, 225.000. La ségrégation subsiste pour les 625.000 'lèves fréquentant les 67 districts scolaires. L'inté;Jration n'a été réalisée que dons 4 collèges à la suite de décisions des tribunaux locaux. MARYLAND: total, 707.137; noln, 109.720. Dans le comté de Sainte-Marle, des enfants noirs ont été inscrits pour la première fois dans des écoles précédemment réservées aux blancs, ce qui porte à 14 le nombre des comtés où l'intégration se réalise. MISSISSIPI: total, 541.938; noln. 26S.216. Les écoles se sont ouvertes sur la base de la ségré;Jation sons qu'aucune intervention n'olt été faite en faveur de l'intégration. MISSOURI: total, 744.500; noln, 67.000. L'intégration a commencé dans les grandes villes et dons la plupart des localités rurales; 209 districts sur 244 pratiquent l'intégration. CAROLINE DU NORD: total, 1.021.463; ftOlr., 301.161. Pour la première fois, 3 districts scolaires ont décidé l'intégration, mais, à la dernière minute, les tribunaux locaux s'y sont opposés, et une douzaine d'élèves noirs qui devaient entrer dons des écoles réservées aux blancs ont da y renoncer. OKLAHOMA: total, 527.195; nain, 37.367. 8 nouveaux districts ont ouvert des classes où se retrouvent enfants blancs et enfants noirs, ce Qui porte à 210 le nombre de districts oyant commencé OU réalisé l'intégration. La moitié environ de la population scolaire de l'Etat se trouvera • intégrée •. CAROLlN~ DU SUD: total, 563.244. Min, 243.574. Les collèges publics et les écoles primaires se sont ouverts de nouveau sur la base de la sbgrégatlon. Lo • Commi90 sion Spéciale pour la Ségrégation. a déclaré que l'Etat était suffisamment prépar~ pour foire face ou problème de l'Intégration et Qu'aucune loi nouvelle ne serait nécessaire. TENNESSEE: total, 754.945; ftolrs, 128.164. 13 noirs se sont inscrits dans les écoles de Nashville précédemment réservée aux blancs. L'Ecole Supérieure de Clinton a inscrit plusieurs nouveaux élèves noirs. TEXAS: total, 1.814.100; noirs. 248.532. En dépit des lois nouvelles votées pour em~cher l'Intégration, 122 districts, soit 19 de plus que l'on dernier, ont commencé l'intégration. VIRGINIE: total, 751.013; ftoln, 184.417. Les tribunaux locaux ont ordonné l'intégration des 4 districts scolaires, mois celle-ci ne sera nullement appliquée. Le Comité pour la Répartitiin de. Elèves s'est opposé à la demande de 6 noirs du comté cr Arlington d'entrer dons les écoles réservées aux blancs. VIRGINIE OCCIDENTALr. total, 457.807; Mirs, 23.806. 24 comtés pratiquent complètement l'intégration scololre; 17 la réalisent partiellement; 2 maintiennent la sé;Jré;Jation, et 12 n'ont pas d'élèves noirs. ' (1) Le titre de cette Ass:oclatlon prend le contre-pied de l'organisation antlra: Iste des Noirs américains: l'Association Nationale pour l'Emancipation des Gens de Couleur. ILS N-ONT PAS COMPRIS C'eat un journal parai.sant à Dunkerque, « Le Nouveau Nord », daté du 12 octobre 1957. Pa, BÎ « nouveau» que ça, on va le voir! Dan& ut&e page intérieure, une longue chronique, signée: Emmanuel Looten., traitant de tout et de rien, dans un style bancal et prétentieux, qw se veut Bpirituel. Et vets la fin (le sotU-tttre est: « Navigation et rachat d'Israël »). voici le morceaK de choix, Z'imbécile et odieuse attaque antisémite. Lisez: « ... Je sala le don qU'ont les juifs de mettre en valeur leur éternelle captivité de Babylone. Un quelque (sic) capitaine Dreyfus, naguère. voici l'Europe à feu et t. sang (BÎc). Les enfants Rosenberg? Quelle levée de boucliers. Et l'histoire d' Anne Frank, reprise par Neveux au théâtre Montparnaue. eat de même source ... c Mala DOUS qui, à Dunkerque, avons tant souffert plus outre et plus profond (sic) n·étalona pas nos moignons, ne crions pas nos hargnes, IW;lmmes décontenano6a... » Ce Looten., encore Kn qui, à la manière de Poujade, considère les juifs et les antiracistes comme des « casse-pieds » avec leurs histoires de per- 8~cutio1U, le ncuiam., d'inrwcentes victimes. Encore un qui, comme Rivarol, insinue que c·est la laute aux juif8 (au capitaine Dreyfus!) si l'Europe a ~t~ mise à leu et " aang. Bncore KA aati.emttisme qui n'est m4me pas subtil, qui s'avance lourdement, avec ... rIf'OI aabot,. . Bncore ft CIU MI lu 1tIQa pourraient, en appliquant strictement la ' loi, laire comprendre" Kn nostalgique de Vichll et au journal qui puplie ICI J1f'ON ClIIIt .w.r a lU oaiftCtl ... _e LA aGIRD ,D" ,. sOCIIIT~S -SAVANTES DROIT E'I' LIBERTE ~ _,,_ . .. des nOirs antiracistes ". . amerlCalnS Les orateurs. Ont pris successivement la parole: MM. Léon LYON-CAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la PlIX (M.R.A.P.); "ean COTEREAU, président de la Fédération Humaniste et délégué de la Libre Pensée; Le docteur "ean DE EN, au nom de la Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France; . Francis "OURDAIN, écrivain : Emile KAHN, président de I!l. Ligue dES Droits de l'Homme; ,"ean AMROUCHE, écrivain; Le pasteur Louis VI~NNEY, membre du Bureau National du M.R.A.P.; M· Marcel MANVILLE, avocat à la Cour, membre du Bureau NaLional du M.R.A.P. A la tribune. A la tribune, entourant le président LYON - CAEN, notre secrétaire général Charles PALANT et les divers orateurs, se trouvaient les personnalités suivantes: M. le Professeur "acques HADAMARD, membre de l'Institut; Mme Suzanne COLLETTE-KAHN, vlceprésidente de la Ligue des Droits de l'Homme, secrétaire générale de la FédératI. on Internationale des Droits de l'Homme; M. Roger CHATELAIN, Mme Maria RABATE, députés; MM. René CERF-FERRIERE, ancien président du Groupe de la Résistance à J'Assemblée Consultative; Victor SABLE, ancien sénateur de la Martinique; Elle BLONCOURT, ancien député; , Mme Rose QUERIN, député, membre du Bureau National de la Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.); ·MM. Lucien MON .. AUVIS, membre du Bureau Confédéral de la Confédération Générale du Travail (C.G.T.): Félix BRUN, président de l'Association Ré.publlcalne des Anciens Combattants; Emmanuel DURO, président de l'Association des Etudiants Guadeloupéens; COME-CORNE ILLE, secrétaire général de l'Association des Amis de Schoelcher; Paul ESTRADE, du Bureau. National de l'Union des Etudiants Communlstes; MM. Marc-André BLOCH, professeur à la Faculté des Lettres de Caen; le Docteur .... n DALSACEj L'actrice Claire MAFFEI; Mme "acquellne MARCHAND, professeur agrégé; Mo RAHAMEFY, avocat à la Cour. " . 'CETTE foule qui, bien avant l'heure, envahit la salle des SociétéS Savantes, elle ne plairait certes pas au gouvernear Faubus, aux trublions racistes de Little' Rock et d'ameurs ... Mains noires et mains blanches se serrent · fraternellement. Visages clairs et vi' sages ' bruns se sourient. Et surtout les coeurs, ' qu'aucune ségrégation ne saurait distinguer ' les uns des autr~s, vibrent à l'uniSSOn, dans une même condamnation du x:a(lisme, ,dans un même élan de solidarité lj.vec ceux qui souffrent et luttent, .llQir,s !;lU blancs, en Amérique, pour l'égalité., lit fraternité, le droit d'être homme ... Paris, toujQurs prêt à défendre les cauSf:/ f .hUmaines, a répondU, ce 2 octobre, ,à l'appel du M.~.A.P. ~tudi~hts et ouvriers, professeurs et commerçants, citoyens' de tous milieux sociaux -et, ,de toutes appartenances polüiques, spnt venus 'en nombre dire NON au racisIll&. Ils ont tenu à le dire dans l'ùnion et. 'à :pet égÇ1rd, la tribune est bien à l'hnage d~ la salle. Interventions et ' m~ssages, tput à l'heure, confirmeront cette exaltant@ unanimité de l'opinion française dans /Ill. diversité . . , ~ M. ~on LYON-CAEN, président de D')tr~ Mouvement, qui préside la soirée, ouvre les débats en termes précis, émouvants, d'une~arite tenue. Après avoir brièvement I.:ésu~é les dramatiques événements qui ont marqué là rentrée scolaire aux Etats-Unis, 11 déclare: ' « ,1911: 'à, peine, en vérité,. à comprendre que ~1 pareils faits se prodl.!!sent en plem virlgtfème siècle, dans un pays qui se targlfè . de sa civilisation, qui fait étalage de sf1'i1, 'prétenliu libéralisme et se vante d'être le rempar~ des libertés démocratiques ... » , ,« Ad demeurant, poursuit-il, ' le M.R.A.P. en prenant l'initiative de cette réunion, ne fait que s'inspirer des principes qui dirigent son action. Dois-je rappeler que le but easetl3iel dé son activité, c'est la lutte contre toutes les formes du racisme, Où qu'il sévi~se. d~ns 9.uelque pays et sous quelque , réqime ',polItique qu'il se mani- , feste, ,la lutte pour ,le , reiPect, en tous pays, de l~ dignité humaine, pour le respect de l'homme, quelles que soient son · origine, sa" couleur, son ,appartenance ethnique ou religieuse. » Et" 11 conclut: « En déf~ndan.t l'enfant noir d'Amérique 'c6ntre 1a Ségrégation, scolaire, le musulman d'Algérie ' contre ,leB rafles, les tortures et les , (lamps de concentration, le juif contre les excès impunis de l'antisémitisme toujOflr8 reneislant, le M.R.A.P. reste logique avec ,~ui,-même et . dllmeure fid~le , à son' idéaL.» ' Les messages. Une forme de fanatisme. Un certain nombre de personnalités , La' parole .' e.:;t . 'màintiman.t à M. Jean s'étaient excusées de ne pouvoir partlci.. ,COTEREAU, président de la Fédération per à la soirée et Il.vaient envoyé des mes- Humaniste, délég.ué de .la Libre Pensée. sages de solidarité: « Ma place m'il paru devoir être ici, MM. Diomède CATROUX, Grand-Chance- déclare-t-il. 1Je racisme est une forme de 11er de la Légion d'honneur; René CAPI- fanatisme et, comme tel, ~n facteur de à 1 F!té 1 désunion entre les hommes... » TmAinNisTt,r esp;r ofesseur a acu , anc ens ,Et, ra,ppelant ' la pa' role le Mahomet: Robert ATTUL Y, conseiller honoraire de « Lorsqu'on tue un homme, c'est comme la , Cour de Cassation; si l'on tuait tous ll13 hommes », il s'écrie, Georges HUISMAN, membre du Conseil en conclusion: « Lorsqu'on persécute un d'Etat; , noir, c'est l'humanité ' tout entière qui se Albert BAYET, président de la Ligue de 1 trouve ', a,ttaqu,ée. » l'~nselgnement; , L' , d ' Ir L" " ' ,Frédéric JOLIOT-CURIE, professeur à la , emoÜOD es 1Ul'1CalIlS. Sorbonne, prix N,obel; .l\u nOIn de la. Fédération qes Etudiants "acques DUCLOS, Charles HERNU, dé- d'Atrique noire en France. le docteur Jean pUtés: .DEEN Intervieat ensuite, exprimant: l'émo- Léo HAMON, sénateur; tion, la . colère , des Africains devant les Mmes EBOUE-TELL et Suzanne CRE- menées racistes. MIIUX, M. Jacques RAPHAEL-LEYQUIS, « Au moment où les nations du monde oonseillers de l'Union Française; entier cherchent des solutions pacifiques M. André HAURIOU, ancien sénateur, a br ta y,rc;*lèmes de l'heure, déclareprofesseur à la Faculté de Droit; 1.' ,au ment' même où l'O.N.U. discute Mme "oséphlne BAKER; de la ségrégation raciale en Atrique du MM. ETIEMBLE, Armand LANOUX, "0- Sud;, au moment où les Etats-Unis se aeph ZOBEL, écrivains; dressent en défenseurs des pays coloniaux, dépendants et sous-développés et prétendent combattre le colonialisme sous tous ses aspects, nous espérons que des mesures énergiques mettront définitivement fin au racisme. » Le beau mot de fraternité. L'écrivai'l Francis jOl1RDAIN lui , :mccède à la tribune. « Certes, dit-il, l'entraide et le devoir de ,solidarité ne sont pas pratiqués en France avec assez de vigueur, de zèle, surtout d'efficacité pour que nous ne soyon~ jamais exposés à nous entendre dire que 'nous ne ferions pas m(ll de balayer devant notre lJorte; ma i ~ nous tenons de notre conscie-nce le droit de flétrir et dénoncer ,les outrages infligés à cette conscience ... « Le calvaire est pitoyable, que gtavissent les noirs d'Amérique. Il faut qu'ils sachent la réprobation qu'inspire à tous ,les ,hommes sensés et sensibles le sort qui leur est fait par la haine' et l'ignorance. Et nous, il faut que nous sachions donner son plein sens au beau mot de fraternité. » Combattre tous les racismes. « Le racisme, c'est la négation des droits de la personne humaine, commence M. Emile KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme. S'il est toujours haïssable, il l'est particulièrement quand, entre tous les droits, il dénie le droit dês enfants à l'instruction. } Il fustige en particulier ceux qui disent aux Améric~ins : « Vous n'avez pas le droit de blâmer notre racisme en Algérie parce que le v6tre est pire », ou encore: « Si vous avez -la gentillesse de ne pas parler de notre racisme, nous nous tairons sur le v6tre. » « En protestant contre les incidents odieux de Little Rock., conclut-Il" nous ne permettrons pas qu'on s'en serve comme alibi pour le racisme des autres pays, la France comprise. » La qualité d'homme. L'écrivain et journaliste Jean AMROUCHE analyse l!lainte~ant le contenu profond dU racism~ « qui, dit-il, ne tient pas seulement dans lO? mépris et l'Jwmilia+ion d'une race; qui ne destitue pas seulement des individus de leurs droits politiques et sociaux, mais les prive, purement et simplement, ,le leur qualité d.'hommes. » Il s'élève contre divers aspects du racisme: le t:olonialisme, qui tend à le codifier, à ,le constitutionnalÎl;~r; et am,sl le paternalisme. « Il faut, s'écrie-t-il, que la passion a~ tiraciste, qui est la proclamation et l'amour de la justice, de la foi dans la nature humaine, s'oppose partout et en toutes dT' constances au racism9 igno'l),:e, inepte et inhumain! » Une conversion nécessaire. Puis le past':) 'l~ Louis V~I::::lN'E: 'l souligne combien le racisme, contraire li. ]'esprit chrétien, peut : 'lUsser l,t pens(·!.' rnèl'je de personnes bi',m intentiorm!·es. « Little Rock, dit-il, est une séquelle de l'esclavagisme, que L incoln avait rayé d'un trait de plume ... « Nous, Français, nous n'avons pas importé chez nous des esclaves, mais nous sommes allés chez eux, dans le cadre de l'expansion coloniale. C'est l'inverse, mais c'est pareil. » 1 Et il insiste sur la responsabilité de chacun de nous dans la nécessaire « conversion des esprits » à une fraternité véritable. De Little Rock à Paris. Dernier orateur, Me Marcel MANVILLE, membre du Bureau National du M.R.A.P., salue chaleureusement les parents noirs de M' Charles LEDERMAN, avocat à la Cour, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (U.J.R.E.); MM. COSSE, président de l'Union NaUo'nale des Etudiants de France; La" résolution finale R. LOUET, secrétaire général de l'Union des Syndicats Confédérés « Force Ouvrière l de la Région parisienne; Mme Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire générale de l'Association Nationale des, Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; M. "ulien LAMPRETRE, secrétaire généraI du Secours Populaire de France; M' Yves JOUFFA, avocat à la Cour. ~es ' Parûtens 'réunis à l'appel du M.R.A.P., le 2 octobre 1957, $/lUe des Sociétés Savantes, sous ' la ' présidence de M. Léon LYON-CAEN, aprè. avoir' entendu des orateur" représentant les tendance.', le. plu. diverse. d.. l'opinion pub liqu. eJ tienne rit, ,0 exprimer avec force l'émotion du peuple Iran",û devlJlÙ les 1fIanifestat~ni racutes q!!i ont , l7UJrqlUi la , rentrée scowire aux Etats-Unu,' princiPalement à Little Rock. Ils Î1Ûurent de', leur ' fraternelle solidarité les noirs américains ' et le. antiracistes, de plm en Dimanche 17 Novembre 'l9S,l; 'à 20 h. 30 TOUS au GRAND GALA ;'-I,NIIRA·CISTE ! plus nombreux, qui luttent à leurs cô.tés. ,-",ur le respect de leurs droits el de leur d'glUt,e. Sahtant les progrès réalisés dans lei dernière période üs souhaitent que les mesures indispensabl~ s soient prues poIlr qlte cessent rapidement toutes discrimillations dans les écoles et dans '1'"elque dOl7UJine qlte ce soit. A l'heure où s'affirme dalls le monde entier l'aspiration de tous les peltples et de 's les hommes à la libe:ré et à l'égalité, il apparaît il1concevabre qu'en raison de la couleur de leur peau une partie des citoyens d'un pays soient brimés et rejeté. en dehors de la communauté nationale. Le peuple français fait confiance au peuple américain, oont il connaît les généreuses traditions, pour que, dans un très proche avenir et dans le respect de la loi fédérale, rien ne puiue séparer les enfant. noirs et les enfallts blancs, dans les mêmes écoles, et paur que triomphent III justice et la fraternité humaine. , (Adoptée à l'unanimité.) DES MAINS Des mains des mains noires, des mains blanches des maN,. se sont levées des centaines de mains des mains de femmes et des mains d'hommes Et les mains de tous ceux qui n'étaient pas là les mains de ceux qui avaient souffert de ceux qui souffraient encore dans leur coeur ou dans leur corps Et, même les main.. de ceux qui étaient morts et qui accusaient. C'étai~'nf des mains d'hommes des mains ouvertes des mains calmes et cons:ierÎtes des mains dignes qui désignaient le crime Ce n'étaient pas les mains de la vengeance ce nléta;ent pas les mains de la haine mois les mains de 1. Justice les mains blanches les mains noires q'ui m~ntraient ,!u'un homme est un homme et le frère de chacun des autres hommes. Car là les mains noires étaient parmi les blanches les cheveux blonds mêlés aux bruns et les coeurs battaient au même rythme , de la liante de la honte qui rejaillissait sur l'humanité tout [entière par le crime de quelques-uns. Car c'était le crime de bêtise qui était mis en accusation c'était contre la sotti.e que les mains s'étaient [levées; Elles fréml .... ient et ne comprenaient pa. elles ne comprenaient pas le mal fait aux [enfants non plus que les croix de flammes et les cagoules q .• 1.0 Elles ne comprenaient !)as les corps suppliciés , châtrés les membres arrachés les seins coupés elles ne comprenaIent pas toutes ces mains d'hommes ces mains Indignées elles ne comprenaient pas ! • la torture des corps ' et des esprits les lynchages et la diQlnité bafouée le mépris de l'homme vis-à-vIS de l'homme. C'étaient des mains libres sans entrave qui ne comprenaient pas les flagellations et les [chaines et qui tremblaient de honte devant le meurtre des corps et des esprits. Maurice DECRAIENE. Salle des Sociétés Savantes, 2 octobre 1957. Little Rock, dont il évoque l'angoisse, et leurs enfants si courageux ({ qui assument déjà, pour eux et pour nous, une grande dignité d'hommes ». Il fait l'historique de la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis en faveur de l'intégration scolaire et montre que les progrès réalisés sont le résultat de la lutte vigoureuse des noirs doublée d'un long martyrologe. Puis, aprèS avoir souligné l'ampleur du racisme dans le Sud des Etats-Unis, fi affirme: « Nous avons été souvent impatients de voir avec quelle timidité, quelles réticences, quelle répugnance les pou, voirs pUblics S~ sont décidés à intervenir. » Enfin, il constate que le, racisnle est ln divisible: {( Au M.R.A.P., 1WUS savons d'expérience vécue que le racisme de Faubus et de ses sbires n.'est pas différent de celui d'un Poujade ou d'un Le Pen: il trouve sa source aux mêmes théories pseudo- scientifiques, qui permettent plus allègrement de torturer celui qui a la peav basanée - qu'il soit algérien, malgache ou africain - avant de torturer son semblable. » Quelques messages. Au cours de la soirée, le Président LyonCaen avait lu à plUSieurs reprises ' des messages de solidarité. Voici celui de M. René CAPITANT, ancien ministre, prOfesseur à la Faculté de Droit : «, A Little Rock, les civilisés sont les noirs qui demandent à se mêler fraternellement aux blancs; les barbares sont les blancs qui veulent rejeter les noirs en dehors de la fraternité humaine. « Mais ce serait être injuste à l'égard des Etats-Unis d'Amérique que d'ignorer que la loi fédérale y proclame et. pratique l'égalité des individus. « N'oublions pas que ~e peuple américain, sous la conduitfl du grand et admirable Abraham Lincoln, a préféré la guerre civile à la capitulation devant les esclava- , gistes. « Aujourd'hui, le Président EisenhOwer reste fidèle à cette tradition en mettant la (Suite page 7.) " ", , 1

'

.. , DROIT ET LIBERTE Jou QU'ENTRE treize et quinze ans une enfant ait écrit ce Journal, voilà le premier miraçle. Je ne pense, p.as qu'on trouverait un précédent dans 1 HIstoire ... Quel est l'écrivain qui ne s'est pas dit, avec quelque regret, en arrivant à la maturité: « Ah! si j'avais su écrire mes souvenirs dans la fraîcheur de mes quinze ansl » Mais a.ucun ne l'a fait... Mais Anne Frank l'a fa it... et pu,is elle a péri... , Qu'aurait-elle écrit d'-autre? Rien peutêtre. Qui sait? Peut-être les conditions exceptionnelles dans lesquelles elle a écrit ce journal - deux ans cachée avec sept personnes dan& un greni er - ont-elles favorisé cette éclosion explosive? .. Peut-être? .. Ne cherchons pas ... Nous sommes là devant un fait bouleversant.. Ne. le raisonnons pas ... Acceptons- le. , Et maintenant, que ceux qui ont lu le Journ al aient été inquiets de le voir porter à la scène, qui s'en étonnerait? Com, ment la transpos ition théâtrale allait-elle rendre ce qu.'i1 y a d'incomparablement émouvant et frais dans le journal d'Anne? Eh bien1 l'épreuve est faite. Nous sommes ' au Théatre Montparnasse devant une des !plus parfaites réussites théâltrales qu'il nous ait été donné de voir depuis long, temps. Réussite, parce qu'il n'y a ici rien de conventionnel, rien de fabriqué, rien de « théâtre », au mauvais sens du mot. 1 Je ne connais pas la pièce que deux auteu. rs américains ont tirée du Journal; . je n'en puis juger que d'après l'excellente adaptation qu'en a faite Georges Neveux. MAIS il ne suffisait pas que la pièce fOt écrite et adaptée. Il fa1lait qu'elle , fQt présentée avec la rigoureuse vérité qui s'impos:ut. Ce to!:' de force, Marguerite Jarnois l'a réali&É-. Danb ce théâtre La soirée , ' de.s Sociétés' Savantes (Suite de la page 6) force publique au service de la loi. Tous ,les antiracistes doi,,?ent lui en rendre hommage. » ~. Jacques DUCLOS, député, président du groupe communiste à l'Assemblée Nationale, écrit: « Je vous exprime tous mes regrets de ne pouvoir être parmi vous... En vous priant de vouloir bien présenter mes excuses je vous assure de mon entière approbation et de mon soutien à la lutte courageuse que vous menez contre la ségrégation raciale, ' cette honte de notre époque. » De M. Albert BAYET, préSident de la Ligue de l'Enseignement: « Je n'ai pas besoin de vous dire que, de tout mon coeur, je suis à vos c6tés. La ségrégation dans les écoles est deux fois odieuse, puisquelle s'attaque à des jeunes sans défense. Plus que jamais: vivent 'les Droits de l'Homme! » De M. Charles HERNU; député: , « ... N'oublions pas que nos ,révolutionnaires jacobins, avant la Révolution même, se groupaient dans des , mouvements antieSClavagistes pour défendre les Noirs. Nous avons une vi eill,e tradition à défendre. Sans oublier, bien sûr, que nous la défendrons mieux encore en prêChant d'exemple, chez nous et dans l'Union Françai se... » De Joséphine BAKER : « Je suis heureuse qu'aujourd'hui beaucoup constatent que toutes les injustices que j'ai dénoncées depuis des anllél?s, concernant le racisme aux Etats-Unis, sont une réalité. » Voici.le message de M. R. LOUET, secrétaire général de l'Union des Syndicats confédérés « Force Ouvrière » de la Région parisienne : « Nous sommes, quant au fond, en accord parfait avec l'opposition que vous manifestez à l'encontre des racistes. Notre Organisation syndicale est, en effet, soucieuse de défendre les libertés individuelles et collectives dans le cadre du respect de la personne humaine, quelle que soit la cou~ eur de la peau ou la doctrine philosophique ou politique de chacun. «. Çeci est valable pour tous les pays du monde, y compris ceux où se pratiquent encore, non seulement la discrimination raciale mais aussi l'esclavage et la 'Contrainte morale ou physique, à l'encontre de ceux qui ne se soumettent pas à la volonté d'un homme ou d'un Etat. » ~tons, enfin, cet el'trait du message de M. P.-Y. COSSE, président de l'Upion Nationale des Etudiants de France: « L'U.N.E.F. t ient à affirmer sa solidarité et à apporter dans 'la mesure du possible tout son appui à ceux qui, aux EtatsUnis, en France et dans tous les pays du monde, luttent contre la ségrégation raciale sur le plan universitaire... » LU 7_ nal nn PRÉSENTt PAR Jean-Jacques BERNARD Président de la Société des AuteUrs. d'une petite juive de génie qui croyait en Dieu, le Dieu d'Israël qui est le Dieu des Chrétiens, par son âme et par son martyre, bouleverse, les coeurs, bouleverse la jeunesse de France, comme elle a boule-versé la jeunesse du monde, y compris celle d'Allemagne. ous touchons là à un plan qui n' t dont elle fut longtemps, SGUS l'égide de déjà plus celui des hommes. GastC'n Baty, l'émuuvar.te in l ' t)rète, elle vient de se rév'Her metteur cr. scène de premier ordre. , Toute la presse a dit la miraculeuse petite interprète qu'elle a trouvée, Pascale Audret, l'image même d'Anne Frank, semble- t-il. Mais il ne sliffisait oP'as de la trouver, il fallait savoir la guider, tirer de cet instrument toute l'harmonie visuelle en puissance. C'est ce que Marguerite Jarnois a réussi avec la science la plus rare. Pascale Audret a dix-huit ans, mais Anne en scène a réellement treize ans au premier acte, quinze au deuxième, et cela seul serait un éloge de l'animatrice. MOi qui fus l'auteur du premier grand surecès de Marguerite Jarno is - elle avait 18 ans aussi quand elle m'a créé Martine - comment ne s·erais-je pas heureux de lui rendre ici cet hommage? le nom iquépal' rtient il au même titre que 181 pr hrétiens. Du COlisée • A h tz, il y • une ligne sanglante, et si 'amitié judéo-chrétienne peut se fonder sur quelque chose, c'est bien sur cette identié. La pièce tirée dUI Journal se termine par une parole da confiance, en dépit de tout, dans le coeu'r humain: ce rayon de lutnière, nous le ferons nôtre, en hommage à la limpide enfant d'Amsterdam qui nous enseigne à aimer les hommes, malgré les hommes. C'est le Père Michel Riquet qui. fut, on~ ______________ _ le sait, un grand résistant, déport à Dachau et à Mauthausen, qui, évoquant I~ désarroi produit dans la jeunesse allemande par la tragédie de la petite juive d'Amsterdam et les pèlerinages qu,i se succèdent aujourd'hui à Bergen~Belsen, écrit: le 1Je BAL ANNUEL « ,Leurs yeux contemplent effarés les tombes éparpillées dans la lande. Ils dé- ,;;: chiffrent les épitaphes tragiquement laconiques: « Ici gisent mille mor »et, plus , loin, .c deux mi1le », ici « t ig mille ». , En silence, ils se rassemblent autour de l'obélisque: pas de discours, quelques mots clairs et sincères, puis le chant funèbre israélite et le Pater. » de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs aura lieu le Mais ce n'est pas seulement pour cette réussite dramatique qu'elle doit être louée. SAMEDI .21 LE Journal d'Anne Frank au théâtre, en 1957, c'est mieux qutun chef-d'oeuvre artistique ... C'est un acte. A l'heure où certains tendent à oublier ou minimiser la dégradation qu'imposent à la personne humaine les régimes totalitaires, il est bon de rappeler le sort qui fut fait par le régime nazi à une petite juive hollandai se de quinze ans. A Paris, en 1957, on sait combien la collaboration cherche à relever la tête. A Paris, en lW)7, certains s'a.p.pliquent à justifier la trahison. Mais l'impudence n'est., que , I~· "signe et le défoulement de la mauvaise conscience!... Laissons passer... A Paris, en 1957, le souvenir DaC.MaRE '8117 dans les salons du PAlAIS D'ORSAY Réservez dès à présent vos places au Siège de l'Organisation, t8, rue des Messageries, Pari sotO-. Téléphone: PRO. 44-69 . ZOLA ou la passion d la vérité ZOLA! Emile Zola! Ce nom est pour jamais gravé, d'un burin solide, au par Maurice DRUON pied de l'alphabet de la gloi- La pérennité do Zola, dont chacun de nous a plus ou. moins re, Avant lui, l'énumératioj1 conscience, a été admirablement mise en évidence dans le merveilleuse qu'on trouve Im- . dlsoours, !Pu ne , ferveur si brQlante et si communlcatlv., que primée au dos des éditions MaurIce Druon a prononcé le dlmancho 8 octobre, à Médan, classiques et sur laquelle nous devant une nombreuse assistance, parmi laquelle le M.R.A.P. avons tous rêvé à l'âge du s'était fait représenter. collège, ce grand palmarès des Plusieurs membres ,de notre Bureau national: Charlos Palant, siècles qui commence par notre secrétaire général, Albert Lévy, Charles Ovezarek, CharAmyot et d'Aubigné, Balzac, les Hutman, ." SaroUe, le docteur Valentin, ont eu en effet Beaumarchais et CornelIle... à coeur de p.rt.lol à oeUe manifestation du souvenir en cette liste où chaque signe gra.- l'honneur de l'illustre et Indomptable romancier, quo le l'Ole phique est devenu l'initiale du décisif qu'II a Joué dans l'affaire Dreyfus a porté au plus haut génie s'arrêtait à Voltaire. Il somme.t ' de la conscience civique et du patriotisme éclairé et fallait, pour illustrer la lettre placé au, rang que l'histoire a assigné aux Immortels combatterminale, ce romancier mus- tanta antlracisto&, tels que l'abbé Ol'égolre et Vlc~1' Schoelchel'. clé comme une cariatide et son · Ce merveilleux apl'ès-mld~ d'un dimanche d'automne tout oeuvre massive, pareille à son éclatant d'un soleil blond qui al'essait chaudement le' paysocle. .. a rès sage hal'monleux dM be .... ' la Seine à Médan et à Vil- Les écnvams célèbres, Piennes a illuminé le souvenir ' du grand disparu en l'entouleur mort, pa~sent p~r une rant J'un somptueux halo de beauté et de glol~e. sorte de purgatOlre de l'lmmortalité. Ils y demeurent entre Le discours de Maurice Dl'uon a le gl'and mél'Ite d'avoll' vingt et cinquante ans tandis été, non seulement un Juste hommage, mals aussi un enselque s'instruit leur prO~èS par- gnement exaltan'. C'est pQUl'Wluol Droit et Liberté est heureux mi les vivants. Ils avaient avec 10ft aimable autorl • .e'on d'en cltel' cl-dessous quelqu .. trop occupé l'attention, suscité passages, l'egrettant de ne pouvoll', faute de place, le l'epropar leur importance même duire en ontlel' • . l'irritation, les jalousies, les Pour cette même raison, nous l'egl'ettons de ne poU"oIp haines; et une avidité de nou- citer, même en, partie, ce qu'a dit de Zola, on termes exoe1- veauté jette pour un temps lents, Mme 'rendon, professeur à la Faculté des leU .... de un voile sur leur présence. On Poitiers, crItique consclenoleux et profond de l'immortel éol"- les lit moins, et l'on se con- vain. G. S. tente de les juger sur des opinions reçues. La troupe de leurs fidèles se dissémine, s'amenuise. Pour toute une génération, il fut considéré comme ridicule, aprèS 1848, d'admirer Chateaubriand et simplement de le lire. Hugo luimême eut à subir une éclipse partielle. Pour Zola, le purgatoire de la gloire est largement achevé. Il est mort dep1Jis cinnérations de lecteurs l'ignorent généralement - bien que né à Paris, n'eut à opter pour la nationalité française qu'à vingt-deux ans. Si toute la partie maternelle de son aseelldance était française, l'autre moitié de son sang venait du côté du soleil levant et charriait, depuiS la Dalmatie, le goüt des projets gigantesques. quante-cinq années, et nous Z1LA est de son siècle, de sommes ici réunis pour lui, son demi-siècle et d'auréunis par lui. Ses oeuvres cun autre. n en accueille continuent d'être régulière- ' les doctrines nouvelles et y ment publiées; on le lit da- conforme son action créatrice; va~tage aujo1lTd'hui qu'il y a il s'enorgueillit des succès de qumze ans; on lui consacre son siècle et partage la resdes ouvrages critiques; chaque ponsabilité de ses échecs. Il se mois, des jeunes gens, en le dé- tient pour parfaitement solicouvrant, découvrent un mor- daire de son époque. ceau de la vie. Il est immor- Il apparaît dans l'histoire tel. C'est cela qu'on appelait des lettres précédê non aeul&o dans l'univers antique « s'as- ment de Balzac et de Sfe5. seoir parmi les dieux ». dhal, mais pr~dê aussi d':Au- Emile Zola est un de ces al- guste Oomte, de Claude Berports, de ces cadeaux que re- nard et des thêoriclens du 110- çoit de temps à autre la lit- cialisme. Il eat rationallstt!. :n térature française et qui, par est déterm1n1ste, ,,~ __ matéles chemins toujours divers du rialiste. n elt le têmOla oma;. destin ou du choix, lui am- jeur, capital. de ce vent d'au delà des frontières. de la pe1l86e «t l'hem-.. .;aiCar Zola - ses nouvelles gê- vré de ses propres dêeouvertes, fit une confiance totale, éperdue, à la science, à ce mervellleux filet qu'il venait de construire et qui, plongé chaque jour dans l'inconnu, lui ramenait de pleins bateaux de merveilles ... Cette confiance absolue faite à la science raisonnante et qui nous parait aujourd'hui un peu hâtive n'est au fond qu'uhe grande confiance faite à l'homme, une sublimation des pouvoirs de l'homme sur l'univers ... BALZAC, notre aïeul à tous, l' Abrah~ ~ la fois et le Moise romanciers, voulait rivaliaer avec l'Etat Civil; Zola, lui, .. don~ nait pour tâche d'être « le j1,1lè d'instruction des hommes et de leurs paSSions ». Il n·avait qu'un pas à accomplir pour passer du roman dans II!- vie et se pencher, à la première occasion, sur le travail mal fait des tribunaux. Cette QCcasion, ce fut l'affaire Dreyfus. Il y entra d'un pas vigoureux, naturel: 11 sortait de ses romans. Il y intervint en homme libre, qui pouvait affirmer avec fierté: « Je ne tiens par aucune attache au monde politique et n'attends du gouvernement ni place, ni emploi, ni récompense d'aucune sorte. Je suis seul et libre. J'ai travaillé, et je tr~vaille. Mon pain vient de là. » Il y intervint en homme passionnément épris de vérité, « de la virilité du vrai », comme il disait; en homme d'honneur qui aime l'homme et ne tolère pas de le voir s'avilir en avilissant son semblable. Homme de gauche, Zola? Homme de coeur d'abord; et si le coeur est à gauche, eh bien! c'est la faute de Dieu. , Il avait été pauvre. On n'a pas écrit une nouvelle comme « Nantas » si l'on n'a pas usê jusqu'à la limite les semelles de la misère. Il fut riche, et par les seuls fruits de son labeur, L'étonnant n'est pas tellement qu'il ait dü quitter IOn poste de manutentionnaire chez Hachette, à vingt-quatre ans, après un article trop violent, ou qu'il se soit, la même année, brouillé avec le journal L'Evénement pour avoir prédit que « l'Olympia » de Manet entrerait un jour au musée du Louvre; non, l'admirable, c'est d'avoir, à prèS de soixante ans, illustre, gardé assez de jeunesse au coeur pour aventurer une gloire déjà universelle dans la bataille de l'innocence contre la haine, une bataille qui commença aux portes claquées du Figaro pour s'achever dans l'exil. Et d'avoir eu raison, contre les juges d'instruction, par passion de la vérité! Si le personnage de Zola est si vivant encore aujourd'hui, c'est aussi à cause de cela. Si ses oeuvres restent actuelles, c'est parce qu'il y passe quelque chose de cette nature-li't. et que le talent y est pétri de courage. Son image est fixée, définitivement, dans la mémoire humaine, et tel il nous apparait, debout, portant dans la main droite les cinquante v0- lumes de son oeuvre et dans la main gauche ce seul mot: « J'ACCUSE», que lui forgea Clemenceau, en hautes lettres de plomb, tel il apparaîtra à cèux qui nous suivront, auSSi longtemps que vivra le langa,e de France. I ~ DIMANCHE 1:0-· 17 Novembre I ~ à 20 b. 30 RAND Irène Hilda René-Louit Lafforgua .John WIlliam ous SALLE PLEYEL AU 252, rue du Faubourg St-Honore Métro : Ternes AlA NTIRA 1 TE organisé par le M.R.A.P. CETTE AHH~E comme chaque année UN 'I06RAMM[ fBLOUISUNT suee (par ordre alphbaétique) 'CHARPINI et BRANCATO dans leur désopilant tour de chant. , '* Jacques . CHAZOT Premier danseur de l'Opéra.

  • La trépidante fantaisiste

t Irène HILDA '* Les danseurs israéliens JONATHAN et LILY '* Le compositeur . et chanteur René-Louis LAFFORGUE '* LES QUATRE JEU.D IS La révélation comique 1957 Patrick RAYNAL '* La célèbre vedette de la chanson Catherine SAUVAGE '* Le grand interprète de la chanson française John WILLIAM André LECLERC vous Jit: André Leclerc, le sympathique an,mateur de l'émisslon «Trente - slZ ChandeUes » à la Télévision Française, qui présentera le GALA, 00U8 dit: « Nous vous attendons à Pleyel le 17 novembre. Vous passerez une soirée... merveilleuse! li) • PRIX DES PJ.AlCES : De 300 à 800 francs. • LOCATION au siège du M.R.A.P., 115, ,.ue du Faubourg- Mon\m.I'U'e, Pal'ls-9· (m4\\/'O: Mon~martre); \éléphone : PRO. 82-78: ou aupNs des mlll\anto du Mouvement. En raison de l'affluenco prévue, cette année comme chaque année, 11 est recommandé de louer d'urgence. • VEDETTES - SURPRISES Le programme Indiqué ol-oon\I'e .a"a oompléU par une ou plusieurs vedett'e surprises. (Voir la presse quotidienne.) • ATTENTION 1 Le spectaole oommenoera à l'heul Ouverture des portes à 20 heu,. ... vous PASSEREZ UNE SOIREE INOUBUABLE . tout en contribuant au soutien de l'action antiraciste .

Notes

<references />