Droit et Liberté n°464-465 - juillet-août 1987

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°464/465 de juillet/août 1987
    • La loi et la lutte
    • Agir ensemble: Oloron, une semaine pour agir
    • En direct avec: le comité local de Rodez, privilégier l'action vers l'enfance
    • Actualité: un colloque, des journées d'étude, un procès. Les trois grands axes de l'action nationale récente: la loi de 72, le proche-Orient, Barbie
    • Dossier: le code de la nationalité: une législation qui ne concerne pas seulement les immigrés, mais qui met en cause la cohérence de la société française
      • Un peu d'histoire
      • les principales dispositions du code de la nationalité
      • les projets de réforme du code
      • l'opposition au projet de réforme
      • La position et les propositions du MRAP
    • Action juridique: toujours des bavures
    • Congrès extraordinaire: tribune de réflexion, la discussion s'amplifie
    • Regard sur notre histoire: le MRAP et le proche-Orient

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CO~TRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES • • • . - No 464/465 JUILlET/AOÛT 1987·8 F LA LOI ET LA LUTTE Voici 15 ans déjà que la loi contre le racisme a été votée à l'unanimité par le Parlement français . Cet anniversaire n'est pas passé inaperçu, puisque pour la première fois, le MRAP et la LICRA, de concert, ont organisé un colloque pour dresser le bilan de son application . Initiative positive puisque les plus hauts magistrats de l'ordre judiciaire français ont tenu à être présents, que ce soit Mme Rozès, Premier Président de la Cour de Cassation, du Procureur Général près la Cour de Cassation, du Président du Conse il d'Etat et de nombreuses autres personnalités du monde judiciaire dont le Bâtonnier de l'Ordre des Avocats du Barreau de Paris . Le Secrétaire d'Etat aux Droits de l' Homme avait tenu également à saluer le colloque et à annoncer de nouvelles modifications apportées aux textes concernant la loi contre le racisme . Il est sans doute incontestablement très positif que soit élargi le nombre de personnes pouvant saisir les tribunaux en matière de racisme, et que disparaisse le fameux motif légitime qui permet de justifier tant et tant de discriminations . Au-delà de la loi elle-même commencent à se dégager de nouvelles perspectives pour les antiracistes avec une réflexion en profondeur sur la notion même de discriminations et donc son application à des terra ins qui sont voisins, que ce soit celles fondées sur le sexisme, l'orientation sexuelle ou toute autre particularité individuelle. Toutefois, le bilan fut contrasté, car si les rapporteurs ont pu souligner le rôle éminent joué par la magistrature dans la définition du délit raciste, pour définir les propos acceptables, et ceux qui ne le sont point, pour délimiter ce qui constitue un mensonge historique, une insulte à la mémoire des victimes de l' holocauste, et ce qui constitue une libre recherche, pour autant ont dû être rappelées les al armes ou les déceptions que nous a réservé fréquemment le choix de la voie judiciaire: procédures longues, complexes, résultats souvent aléatoires, condamnations mineures qui ne recueillent qu'un écho très limité dans l'opinion contrairement aux ravages causés par les propos poursuivis . A cN égard, il est certes un peu regrettable que davantage d'avocats qUI se dévouent régulièrement pour le MRAP n'aient pas pu être présents Droit et liberté, juillet/août 1987 - 1- ISSN 0012·6411 Oloron-Sainte-Marie: UNE SEMAINE POUR AGIR (page 2) EN DIRECT AVEC RODEZ (page J) Dossier: LE CODE DE LA NATIONALITÉ Les dispositions Les projets de réforme Les propositions du MRAP (pages 5 à D) Justice: ET TOUJOURS DES BAVURES (page 9) Congrès extraordinaire: LA TRIBUNE DE RÉFLEXION (page 10) Notre histoire : LE MRAP ET LE PROCHE-ORIENT (page Il) AGIR ENSEMBLE Oloron, une semaine • pour agir Le c.L. de cette ville des Pyrénées-Atlantiques organise chaque printemps une semaine de sensibilisation 21 mars 1987: une journée internationale de lutte contre le racisme de plus, et comme tous les ans, nombre de comités se sont posé la question de savoir quel était le meilleur moyen de populariser l'ac tion que mène le MRAP contre le racisme. Le comité local d'Oloron Sainte Marie, dans les PyrénéesAtlantiques, a opté, depuis quelques années, pour une campagne étalée sur toute la semaine 'entou rant le 21 mars, avec une action spécifique en direction de la jeunesse scolarisée. Préparés par des lettres aux chefs d' établissements, publics et privés, du secondaire, lettres qui prenaient soin de spécifier la qualité de mouvement d'éducation populaire du MRAP, le comi té local a proposé la projection de "Rue Case-Nègres" auprès des élèves, suivie ou précédée d'un débat avec les responsables locaux. 900 élèves au total ont pu assister au film, mais certains chefs d'établ issements ont refusé que le MRAP tienne un débat. L'action en direction des' élèves, plus jeunes, du primaire et de la maternelle, avait pris des formes différentes: le comité local leur avait réservé le mercredi après-midi, demandant aux élèves de préparer poèmes, chansons, dessins, qui ont été présentés lors d'un goûter offert par la commission culturelle du conseil municipal de la ville. Occasion pour les enfants de se goinfrer de gâteaux préparés par la communauté maghrébine. 120 élève s étaie nt présents, dont les enfants qui sui vent les cours d'arabe mis en place par la MJC, le service social et le MRAP. Moins de succès, pourtant, pour les initiatives cen trées sur les adul tes. Si la conférence de presse sur le thème du Code de la national i té a réuni quarante personne's, pour une discussion de qualité, la grande fête du vendredi so ir n'a pas eu le succès escompté, malgré la venue d'un groupe tsigane, les Gypsy, et de Los Puntales, groupe espagnol spécialisé en "rumba s" et "sevi llanas". Ce n'était pourtant pas faute de promotion: le comité local avait fait une émi ssion quelques jours auparavant sur la radio locale. Une évolution notable, cependant: à la projection de "Pr ends dix mille balles et casse -toi", le mardi soir, plusieurs familles maghrébines sont venues. Le comité local se propose de continuer l'action en ce sens, afin que la lutte rassemble tous ceux qui son t concernés par la lutte contre le racisme, quelles que soient leurs origines. Renseigne.ents au co.ité local du MRAP, MJe, avenue du 4 sep tnbre, 64400 OLORON. Si, vous aussi, vous avez lancé une action qui vous semble pouvoir aider d'autres adhérents, comités locaux, fédérations du MRAP à agir dans le même sens, envoyez un courrier détaillé au Comité de Rédaction de Droit et Liberté, 89 rue Oberkampf, 75543 PARIS CEDEX 11. Droit et liberté, juillet/août 1987 -2- En marge du procès 8arbie Citons, en premier lieu, l'exposi tion mise sur pied par la fédé ration des Bouches-du-Rhône sur qési stance et nazisme à la Maison de l'Etranger à Marseille. Après aVO l r été inaugurée solennellement par Char les Palant, de la présidence du MRAP, elle a contribué pendant 15 jour s à sensibiliser l'opinion publique marseillaise sur la monstruosité du national - socia lisme. Les jeunes générations y ont pté particulièrement sensibles. Un succès qui récompense les efforts souten'us de cette fédération et du comité local de Marseille, très présents sur la ville. Co urant mai, le cimetière juif de Gray a été profané. Parmi les tombes ouvertes et complètement brisées, celles de nombreux membres de la famille de Jacqueli ne Grunfeld, dont celle de son marl. Le MRAP, sous l'impulsion de Ja cqueline, à la fois membre de notre Mouvement et présidente de MRAP-Solidarité, portait plainte et organisait la riposte. Plusieurs pe rsonnalités et organisations étaient contactées et le 5 juin à 8h.45 se retrouvaient au cimetière de cette ville pour une cérémonie "si lencieuse et poignante". Présents: M. Ch ristian Bergelin, mlnistre de la j eunesse et des sports, le Préfet de la Haut e- Saône, le maire de Gray et les maires de 3 cantons voisins, le grand rabbin de Besançon avec 3 membres du Co nsistoire, le MRAP de Be san ço n, la LICRA de Dijon, le proviseur du lycée de Gray, 2 professeurs d' Histoire avec une classe entière, et de nombreux Gra ylois. Au total, environ 200 personnes. Après une courte allocution du mai re de Gray et une minute de silence, Gérard Thévenin au nom du MRAP insista sur le fait qu e "les personnes inhu.ées dans ce ci.etière ont cru de toutes leurs forces que le té.oignage de ce qu 1 elles ont souffert nous servirai t de leçon pour qu 1 on ne revoie plus ja.ais ça". Nous redisons à cette occasion notre grande amitié à Jacqueli ne Gru nfeld. ENDmoeTA~C------------------------ LE COMITÉ LOCAL DE RODEZ PRIVILÉGIER L'ACTION VERS L'ENFANCE Le racisme chez nous n'est pas meurtrier, mais il s'incruste sans que l'on y prenne garde. Combien de villages aveyronnais ont leur dizaine ou leur vingtaine de votants F.N., alors qu'il n'y a jamais eu un seul immigré dans leur environnement? C'est ce raClsme bête, .lié à une peur irraisonnée pour tout ce qui est différent, fabriqué et entretenu par des phrases ·parisiennes"( appelant à la mobilisation contre les envahisseurs venus d'Islam, au réveil de l'Occident civilisé face au soi-disant raz. de. marée arabe) que nous devons combattre dès maintenant. Le comité ruthénois s'est créé en j an vi er 1984. Il compte ac tue 1- lement une quarantaine de membres. Depuis sa création, il a essayé d'être présent sur le terrain partout où le racisme sévit. Il a tenté dans la mesure de ses moyens de sensibiliser l'opinion publique à l'acceptation de l'Autre, de faire se rapprocher les différentes communautés notamment à l'occasion de fêtes, d'alerter les pouvoirs publics pour qu'ils jouent leur rôle, d'interpeller les enseignants pour qu'ils favorisent une éducation à la découverte et au respect des autres cultures dès le plus jeune âge. Les formes que peut prendre notre action sont variées, en voici quelques exemples réalisés l'an dernier. FETES INTERCULTURELLES - Mars 1 985: dans le cadre de la Droit et liberté, juillet/aoüt 1987 semaine antiraciste à la MJC Rodez, soirée reggae avec Nati~ell. SOIREES-DEBATS - Mars 1986: conférence-débat autour du thème: racisme/élections, avec comme support le fi lm: "Un mouton dans la baignoire". - Mars 1 986: conférence-débat sur la montée des idées racistes autour du fi lm "Nui t et broui llard". ACTIONS AU PRES DES POUVOIRS PUBLICS Novembre 1984: participation à une réunion présidée par le Préfet et regroupant les élus, les respon-. sables des différents services et organismes publics des différentes associations s'occupant du problème de l'immigration, sur le thème "Vivre ensemble". Janvier 1985: intervention par lettre auprès du maire de Rodez pour faire effacer une inscription à caractère raciste au Trauc. - Novembre 1985: dépôt d'une demande de constitution de partie civile auprès du Tribunal de Rodez dans une affaire d'injures racistes. Juin 1986: entrevue avec le directeur de cabinet du Préfet de l'Aveyron, dépôt d'une motion de protestation contre les projets de loi sécuritaires du gouvernement. Lettre ouverte aux députés et sénateurs du département. ACTlpNS PLUS SPECIFIQUES Collecte de médicaments avec l'aide du Seco~rs Populaire pour les enfants victimes de l'apartheid. Boycott des produi ts en provenance d'Afrique du Sud. Participation sous forme de stands à la Foire Exposi tion de Rodez, à différentes fêtes d' organisations. - Participation à des réunions pour soutenir l'action des Gens du -3- Voyage qui demandent la réouverture d'aires de stationnement. EN MILIEU SCOLAIRE Concours de dessins pour les écoles maternelles et primaires du département. - Soutien actif à une initiative de lycéens de Foch (Rodez) sur l'apartheid. - Participation à un P.A.E. intercul turel en maternelle et en primaire. - Création d'un club "Différences" dans un lycée. Les enfants ne naissent pas racistes, ils le deviennent. Il est donc important que l'école soit un lieu privilégié, de la maternelle au lycée, pour combattre les idées racistes et les manifestations de rejet que les enfants vivent tous les jours, dans leur milieu familial ou dans leur quartier. Bien sûr, il ne peut y avoir de réponses toutes faites; les exemples donnés procèdent de tâtonnements, d'expériences plus ou mOlns réussies, d'échecs et de succès. L'éducation antiraciste n'est pas une matière avec un programme, mais doit se vivre tous les jours dans toutes les activités scolaires. C'est une manière d'être, de faire, à inculquer par le biais de l'école, des associations de parents d'élèves ... aux enfants, aux parents, mais aussi aux enseignants eux-mêmes. Il est donc primordial d'agir sur la formation initiale et continue pour que les enseignants soient sensibilisés au problème et qu'ils puissent ensuite faire leur cette démarche antiraciste. Nous proposons aux enseignants de Rodez des structures de P.A.E. (Projet d'Action Educative) allant en ce sens. Le C.L. de Rodez ACTUALITÉ-------------- Un colloque, des journées d'étude, un procès Les trois grands axes de l'action nationale récente la loi de 72, le Proche-Orient, 8arbie Bien que la presse, les premiers jours passés, se soi t un peu détournée du procès Barbie, ce dernier est pourtant entré dans une phase capitale, celle des témoins d'intérêt général et des plaidoiries. Le MRAP, qui s'était l'un des premiers porté partie civile dans le procès, a produi t deux témoins, Charles Palant, qui est venu raconter à la barre l'horreur de la déportation qu'il a connue de près, et Albert Jacquard, venu porter la contradiction sur les thèses raciales développées par le système nazi. Charles Palant, co-président du MRAP, a su utiliser les souvenirs gravés dans sa chair et sa mémoire pour montrer à la Cour le résul tat logique de l'idéologie nazie, fait de barbarie et de mépris de la personne humaine. Albert Jacquard s'est placé sur un terrain scientifique: saisissant le concept de race développé pour les besoins de la cause par le Ille Reich, il a démontré que, puisque ce qui détermine cette notion, c'est que l'accouplement de deux êtres de race différente ne peut fonder une troisième race de nature différente des deux autres, les seules races humaines existantes, ce sont celles ... des hommes et des femmes. Puisque leur accouplement produira forcément, soit un homme, soi t une femme. Deux avocats plaidaient pour le MRAP. Eux aussi se sont attachés à montrer l'absurdité du système naz i, reprodui t même dans les tactiques choisies pour ce procès. Me El frun Jungblut-Andreani s'est livrée à une véritable analyse sémantique du discours nazi. Reprenant le fameux télégramme annonçant la déportation et l'envoi à la mort des 41 enfants juifs d'Izieu, elle a mis en cause la traduction qui en est ordinairement donnée pour montrer l'existence d'un véritable code à l'usage des nazis pour commenter leurs exactions. On s'est ainsi aperçu que dans le télégramme signé Klaus Barbie, on ne dit pas que 41 enfants ont été "arrêtés", "débusqués", un mais "dénichés" ou juif ne pouvant pas, dans la pensée nazie, prétendre au statut d' homme, mais tout juste à celui de bête traquée. De la même f aç on, en allemand, les dix autres personnes ci tées sont appelées "têtes", comme des têtes de bétail. Mme J ungblut-Andreani a ainsi montré à la Cour, extrêmement attentive, que Barbie ne pouvait pas se permettre de paraître à l'audience; parlant encore, quarante ans après, la même langue nazie, il aurait fortement compromis le système de défense mis au point par Me Vergès. La plaidoirie de Me Gourion allait dans le même sens. Pour lui, Me Vergès ayant choisi un système de défense insistant sur l'anticolonialisme et l'anti-impérialisme, il ne pouvait se permettre de tenir ce type de discours avec Klaus Barbie dans son dos, dont la simple présence physique aurait démenti l, teneur de son propos. Les deux avocats du MRAP ont ainsi apporté une analyse neuve et originale de l'absence de Klaus Barbie dans le box des accusés, qUl avait tant déçu les journaux en mal de sensationnel. Proche-Orient Fidèle à sa tradition d'analyse et de dialogue, le MRAP a commémoré à sa manière le 27 juin la cascade d'anniversaires concernant le Proche-Orient cette année: 70ème anniversaire de la Déclaration Balfour, premier engagement d'un Etat européen pour demander la création d'un foyer national juif .en Palestine, 40ème anniversaire de la déclaration de l'ONU insti tuant un partage équi table de la Palestine entre juifs et arabes, et 20ème anniversaire de la Guerre des Six Jours. Au-delà des préjugés et des passions, la matinée réunissait, après une introduction d'Albert Lévy sur le MRAP et la question israélo-palestinienne, Maxime Rodinson, qui intervenait sur le thème: Sionisme et Etat d'Israël et Alain Gresh, pour l'analyse des forces politiques et courants d'opinions che z les l s r aé lie n set les Pal es tiniens. L'après,-midi, c'était au tour de Jean-Paul Chagnollaud d'analyser la si tuation dans les terri toires occupés. Gérard de La Pradelle s'interrogeait sur l'occupation et le droit, tandis que Claude Bourdet concluait cette journée d'études par un exposé sur les perspectives d'évolution, et une analyse des acteurs internationaux. Une série d'interventions et de questions posées dans la salle qui a su remplacer l' invective et les préjugés par l' analyse et le débat. Grand succès du colloque sur la loi de 1972, organisé les 19 et 20 juin à la Cour de Cassation de Paris par le MRAP, la LICRA, 110rdre des Avocats à la Cour de Paris et l'Institut des Droits de l'Ho •• e du Barreau de Paris. Ce sont Me George Pau-Langevin, présidente, et Roland Rappaport, avocat, qui sont intervenus pour le MRAP. DOSSOER---------------------------- LE CODE DE LA NATIONALITÉ Une législation qui ne concerne pas seulement les immigrés, mais qui met en cause la cohérence de la société française La réforme du Code de la Nationalité est depuis quelques mois à la une de l' actuali té pour des rai sons bassement électoralistes. Le Front Natio nal en a fai t, avec le SIDA, le fer de lance de sa propagande. Et tout vrais débats la "crise": Nationalité. le monde fera ainsi l'économie des sur les vraies causes du chômage et de pendant qu'on discute du Code de la on évi te d'avoir à affronter les vrais problèmes qu'on ne sait ou ne veut pas résoudre! La réforme du Code de la Nationalité, proposée il y a quelques mois par le Go uvernement, s 'i nscrit directement dans cette logique: les uns che r chent à flatter un électorat malheureux et mécontent. les autres y voient l'occasion de reconquérir des voix tentées par le Front National; d'autres, ils sont plus nombreux qu'on ne le di t et ils ont raison, s'insurgent contre ce qui leur apparaît comme une trahison des valeurs fondamentales de la civilisation française et de la démocratie. Mais ce petit jeu n'est pas sans danger. Le sort de centaines de milliers de jeunes nés en France et n'a yant pas d'autre patrie que la France est en cause. En rejetant les immigrés et leurs enfants, en les condamnant à rester des "étrangers" marginalisés, on crée les conditions d'une fracture profonde au sein de la société. Et une société inégalitaire, avec des citoyens de seconde zone, risque fort de déraper et d'aller à sa perte. Nous ne pouvons pas laisser faire cela. Le Code de la nationalité est un ensemble ordonné de textes législatifs concernant la nationalité française d'origine, son acquisition par des étrangers et accessoirement la perte, la déchéance ou la réintégration de la nationalité. Mais ce caractère juridique des textes ne doit pas cacher qu'il s'agit d'une question de société. Comme toujours, le droit reflète un système social (en même temps qu'il influe sur l'évolution de la socié té) . L'histoire du nationalité reflète dro i t celle de de la la consti tution de la nation française. LA CONSTITUTION DE LA NATION La nation française n'est pas consti tuée des descendants d'un peuple uni que. Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire, le peuplement de la France s'est fait par le brassage de populations venues de tous les horizons: Ibères. Celtes, Ga ulois, Romai ns, Wi si goth s, Arabes, Normands ... puis plus récemment Belges, Italiens, Polo nais, Droit et liberté, 'uillet/ août 1987 Un peu d'histoire Espagnols, Algériens, et, aujourd ,hui, Africains et Asiatiques des anciennes colonies françaises. Ces apports successifs ont constamment renouvelé, ra j euni la population française, tant sur le plan biologique - les biologistes nous ont appris que les "mé tissages" sont un facteur d'adaptabilité et de créativité - que sur le plan cul turel: la cul ture française est fai te de l' assimi lation de valeurs d'origines très diverses et c'est cette capacité d' assimi lation qui fait sa richesse. L'EVOLUTION DU DROIT DE LA NATIONALITE J usqu'à la France n ' était Révolution, pas composée la de ci toyens, mais de "sujets" du Roi liés au souverain par un lien d'allégeance. C'est en 1789-93 que les mots "nation" et "ci toyen" prennent leur sens actuel. La nation est soudée par la volonté commune des ci toyens de construire et de défendre la Rép ublique: les etrangers de naissance peuvent être citoyens français s'ils veulent participer à cette oeuvre commune. -5- Pendant la première moitié du XIXe siècle, la France est un pays d'émigration: la nationali té est fondée sur le "jus sanguinis" (d roit du sang) qui donne aux Français qui s'e xpatrient la quali té de Français. Depuis 1850, sous les effets con j ugués de la dénatalité, des guerres et du développement des industries de main. d'oeuvre, la France est devenue un pays d' immigration: on accorde une place de plus en plus grande au "jus soli" (droit du sol) qui permet de donner la qualité de Français aux enfants des étrangers qui sont venus travailler en France. Ainsi, depuis plus d'un siècle, le droit de la nationalité est fondé, en France, sur une double bas~: le jus sanguinis (sont français les enfants dont l'un des parents au moins est français) et le j us soli (sont français les enfants nés en France de parents eux-mêmes nés en France - "double' naissance" - et peuvent être françai s les enfants nés en France). DO~OER __________________________ __ LES PRINCIPALES DISPOSITIONS DU CODE DE LA NATIONALITÉ Le "Code de la Nationalité" fait partie du Code Civil. Il a été "auto nomisé" par l'ordonnance du 19 octobre 1945, plusieurs fois remanié, et refondu une dernière fois par la Loi du 9 janvier 1913. Ses principales dispositions sont les suivan - tes: 1°._ Sont Français par filiation, les enfants légitimes ou naturels dont l'un des parents au moins est français (art. 17). 2°.- Sont français par naissance en France, les enfants légitimes ou naturels nés en France dont l'un au moins des parents y est lui-même né (a rt. 23) . Toutefois, si un seul de ses parents est né en France, l'enfant aura la faculté de répudier la qualité de Français dans les si x mois qui précèdent sa majorité (art. 24). 3° .- Le mariage n'entraîne aucun effet automatique sur la national i té (art. 37); mais le conjoint étranger d'un Français peut acquérir la nationalité française par déclaration (art. 37 .1 ); le Go uverne ment peut s'opposer pendant un délai d'un an à cette acquisition pour indignité, défaut d'assimilation ou lorsque la communauté de vie a cessé entre les époux (art. 39) . 4°._ les enfants nés en France de parents étrangers et qui y ont résidé pendant les cinq années qui précèdent leur .ajorité acquièrent la nationalité française à leur ujorité ( art. 44). Toutefois, ils peuvent dans l'année qui précède leur majorité décliner la qualité de Français (art. 45) . De son côté, le Go uvernement peut, pendant l'année qui précède leur majorité, s'opposer de la nationalité pour indignité d'assimilation (art. 46). à l'acquisition ou pour défaut 5°._ les étrangers résidant en France depuis au • oins 5 ans (d eux ans seulement pour ceux qui font des études supérieures ou ont rendu par leur talent des services importants à la France; sans condi tion de délai dans quelques autres cas ) peuvent être naturalisés par décision de l'autorité publique (a rt. 59 et sui vants). la naturalisation sera refusée si l'intéressé n'est pas de bonnes vie et moeurs ( art. 68) , s' i ln' est pas su f fis am me n tas sim i lé à la communauté française (art. 69) ou s'il a fait l'objet d'une condamnation de plus de si x mois ou d'une peine quelconque d'emprisonnement pour cer tai ns délits, dont vol, recel, abus de confiance ... (art. 79) . 6°.- Les ressortissants d'un Etat indépendant qui avait eu antérieurement le statut de T. O.M. et qui ont leur domicile en France peuvent être réintégrés dans la nationalité française par déclaration; celle- ci peut être refusée pour indignité ou défaut d'assimilation (art . 153). nrnit pt lih"'rtR illil/",'Ianûf 1987 -6- LES PROJETS DE RÉFORME DU CODE LA PROPOSITION OU FRONT NATIONAL La réforme du Code de la Nationa li té faisait partie des programmes électoraux des partis de l'actuelle Majorité. Dès le moi s d'avril 86 , une pro posi tion de loi éta it déposée par le Front National. Elle proposait la suppression de l'acquisition dite automatique de la nationalité (a rt. 23 et 44) et la suppression de l'ac quisit ion de la na tio nalité par déclaration (art. 37.1 et 153 notamment ) et une "sévérité accrue" quant aux conditions requises pour la naturalisation. LE PROJET OU GOUVERNEMENT C'e st au premier projet des motifs a mois de j uin 86 qu'a été diffusé un de loi du Gouvernement dont l'e xpo sé essentielles loi nO 444 Sceau x. été remanié, conservées pour présenté par M. Ce projet: malS les dispositions aboutir au Projet de Chalandon, Ga rde des Renonce à toucher à l'art. 23 du C.N. (v oir exposé des motifs) car cela remettrait en cause la nationalité de nombreux Français. Re.place les dispositions de l'art. 44 (acq uisition de la nationalité française à la majorité sauf renonciation dans les si x mois qui précèdent) par la "pos sibilité" de réclamer la nationalité française entre 16 et 23 ans par déclaration. Cette disposition peut faire croire à une liberté de choix, mais une modi fication de l 'a rt. 102 prévoit que l'art. 79 ( lui-même modifié en le rendant plus sévère) sera appliqué aux acquisitions de nationalité par déclaration; ceCl vide de sens l'idée de libre choix . Suppri.e l'acquisition de la nationalité par déclaration à la suite d'un uriage (a rt. 37.1 et sui v. ) qui est remplacé par une procédure de naturalisation sans condition de durée de résidence en France, mais un délai de 18 mois étant laissé au Go uvernement pour accorder (ou refuser) la natu ralisation. . Prévoit que seuls les enfants ayant la .ê.e reSldence habituelle que celle de leur parent qui ac quiert la nationalité française deviendront français (ainsi, ses frères et soeurs restés provisoirement au pays seront privés de ce droit) . .. . Abroge l'art. 153 donnant aux ressortissants des anciens TOM devenus ind épe ndants la possibilité d'être réintégrés dans la nationalité française; prive de la nationalité française dans la même logique, les enfants nés en France de parents nés dans les anciens TOt~ devenus indépendants (ab roga tion de l'art. 23 de la loi du 9 janv . 1973). 'DOSSIER ______________ _ L'OPPOSITION AU PROJET DE RÉFORME Elle a amené le Gouvernement à un premier recul, mais cela n'écarte pas tout danger. La pétition de .ai 1986 Les mi li tants d'un certain nombre d'associations de défense des Droi ts de l' Homme et de sol idari té avec les immigrés, réunies autour du CAlF (Co nseil des Associations Immigrées en France) inquiétés par les déclarations entendues au cours de la campagne électorale et l'écho donné aux propositions du Front National n'ont pas attendu le dépôt du pro jet de loi gouvernemental pour alerter l'opinion et mettre en garde les responsables politiques. Une pétition "Pour la sécurité du séjour, le droit de vivre en fa.ille, l'égalité de traite.ent devant la loi et le respect de la dignité des i .. igrés", adoptée le 13 mai, donnait toute sa place à la question du Code de la Nationalité en déclarant (les termes avaient été soigneusement pesés) "Nous affir.ons enfin notre opposition à toute révision du Code de la Nationalité qui conduirait à précariser et à .arginaliser les populations issues de l'i •• igration". (Vo ir Droit et Liberté juin 86). La déclaration des 250 associations Dès le mOlS de septembre, avant même que le gouvernement ait officiellement déposé son projet de réforme, près de 100 associations, syndicats et mouvements, dont le ~1RAP (ils allaient devenir 250 par la suite ) ont réuni leurs représentan t s à l' in i t i a t ive deI a Li gue des Droits de l'Homme, pour envisager les moyens de faire opposi tion au projet. La déclaration suivante a été rendue publique au mois de novembre. "Le projet d.e loi portant réfor.e du Code de la Nationalité, adopté en conseil des .inistres .algré l'avis du Conseil d'Etat, consti tue une grave régression. En re.ettant en cause le droit du sol, il revient sur un principe très Droit et liberté, juillet/août 1987 ancien dans notre droit, consta.• ent réaffir.é par la tradition républicaine. Son adoption ra.ènerait de cent ans en arrière une législation qui a contribué à façQnner le visage actuel de la France. Les .esures proposées excluent de l' acquisi tion de plein droit de la nationalité française des enfants d'étrangers, nés en France, et qui y résident. Désoruis ces jeunes devront récla.er la nationali té française qu'ils ne pourront obtenir qu'à des conditions très sélectives et après une longue procédure. Les conjoints de Français seront sou.is aux incertitudes et à l'arbitraire de la procédure de naturalisation. Ce projet frappe ainsi de suspicion tout .ariage .ixte. ( ... ) Ces dispositions sont indissociables de la loi du 9 septnbre 1986 sur les conditions d'entrée et de séjour des étrangers dont l'application .assive et sans retenue .ontre que nous ne nous étions pas tro.pés en dénonçant les dangers qu'elle faisait courir aux droi ts des i •• igrés et aux libertés publiques. La réfor.e du code de la nationalité que rien ne justifie n'est qu'une nouvelle concession aux discours racistes et xénophobes. Les .esures proposées exclueront de la nationalité, donc livreront à l'arbitraire ad.inistratif et politique, des jeunes nés en France, y ayant toujours vécu, éduqués dans ce pays, essentielle. ent au .otif que leur "sang" n'est pas français, co •• e si le fait d'être né et d'avoir été élevé dans un pays ne créait pas de liens aussi fort~ que la circonstance d'être né d'un père ou d'une .ère qui en a la nationalité. De telles disposi tions, si elles étaient votées, viendraient renforcer encore la situation et le senti.ent d'inégalité et de précari té des populations i .. igrées. Elles visent particulière.ent des -7- jeunes insérés par l'école ou des liens fa.iliaux avec des Français • Leur retirer la certitude d'acquisition de la nationalité française, c'est accroître les difficultés d'insertion, c'est donc prendre le risque de déstabiliser la société toute entière. ( ... ) L'écho de cette prise de position a été tel que, lors des manifestations étudiantes du mois de décembre, il était fréquent d'entendre, à côté des slogans hostiles à la Loi Devaquet, "Non à la réfor.e du Code de la Nationalité". Au même moment, les auditions engagées par la Commission des Lois de l'Assemblée Nationale faisaient apparaître une opposition profonde au projet gouvernemental. Le gouvernement a alors jugé opportun de retirer le projet de l'ordre du jour de la session parlementaire. La .anifestation du 15 .ars Les 250 associations signataires de l'appel ci -d essus ont pris l'initiative d'organiser la mani festation du 15 mars contre le projet de réforme du Code de la Nationalité. Son succès engagea le gouvernement à un nouveau recul: une Commission de "sages" sera chargée d' élaborer les bases d'un nouveau projet. Le 16 mars, délégation du MRAP, recevant une M. Chalandon n'hésitait pas à dire publiquement ses hé si tations à propos du proj et qui portait son nom et dont il ne semblait pas approuver vraiment l'orientation (voir Droit et Liberté, a v r i l 87). La Co •• ission Consultative des Droits de l'Ho •• e Dans suivi, la des Droits a accepté cautionner les semaines qUl ont Commission consultative de l' Homme - où le MRAP de siéger non pour la politique gouverneDO~ OER __________________________ __ mentale, mais pour donner toute l'audience possible à ses avisétait saisie du projet et invitée à donner un avis. entièrement les positions défendues par nos représentants. positives qu'il fallait soutenir, le représentant du MRAP a exprimé son désaccord avec certaines formu lations, certains silences et certaines ambiguîtés. Il a été convenu que le MRAP exprimerait ses "Réserves et ses Observations" dans une déclaration qui serait j ointe à l'avis de la Commission. Grâce à l'initiative du MRAP, les interventions de son représentant, Charles Palant, ont contri bué, avec d'autres, à ce que la Commission exprime un avis qui est loin d'être' favorable au projet, même s'il ne va pas jusqu'à adopter On peut notamment lire dans cet avis que "la Co •• ission, d'une .anlere générale, n'a pas été favorable à des dispositions qui .odifieraient dans un sens plus restrictif les textes actuels". Tout en considérant que l'avis de la commission consul tative com portait des prises de positions Nous publions ci-après le texte de la position du MRAP. LA POSITION ET LES PROPOSITIONS DU MRAP Après l'adoption, par la Co •• ission Nationale Consultative des Droits de l'Ho •• e, d'un Avis sur le projet de Loi nO 444, portant réfor.e du Code de la Nationalité, Charles Palant, qui représente le MRAP dans cette Co •• ission, entend faire connaître les réserves et observations suivantes: Le MRAP, d'une manière générale, considère que, dans le climat actuel, un débat parlementaire sur le Code de la Nationalité française ne s'impose pas et qu'il risque de favoriser les campagnes xénophobes. Par ailleurs, les communautés étrangères, en particulier la jeune génération, ressentent une légi time inquiétude quant aux effets de la réforme projetée, d'autant plus qu'elle s'articulerait avec des dispositions répressives contenues dans la Loi du 9 septembre 1986 . C'est pourquoi le MRAP se prononce pour le retrait clair et net du projet gouvernemental. Si néanmoins un projet étai t déposé par le gouvernement, le MRAP estime qu'il devrait se conformer aux principes suivants: 10 • - En ce qui concerne l'accès à la nationalité française des enfants de parents étrangers: nés en France et y résidant la même expérience de vie que les leur génération, avec qui ils ont il n'y a donc pas lieu de "assimi lation à la communauté Les intéressés, habituellement, ont jeunes Français de été scolarisés, et s' inquiéter de leur française". Les conditions de vie de leurs familles et le racisme dont ils sont l'objet les ont placés dans une situation souvent difficile, et il convient donc d'éviter tout ce qui aggraverait leur insécurité. Ils doivent exercer librement le choix de leur national i té. L'expression de la volonté d'adhérer à la communauté nationale française sous la forme d'une simple affirmation écrite - par exemple à l'occasion de la démarche accomplie pour l'obtention de leur carte nationale d'identité matérialise le droit immédiat au certificat de nationalité auquel ils peuvent prétendre. - Le délai nécessaire à la vérification de l'authen ticité des documents justificatifs présentés ne devrait pas dépasser 15 jours. - Etant donné la qualité de leur intégration, aucune restriction ne pourra leur être opposée (cf interview de M. Messmer au "Monde" 27.6.8 7) 20 • - En ce qui concerne les autres aspects du projet: - La volonté exprimée par la commission d'éviter des dispositions qui modifieraient dans un sens plus restrictif les textes actuels, devrait valoir en particulier pour l'acquisition de la nationalité française à la suite d'un mariage. En effet, le très petit nombre de mariages frauduleux ne saurait justifier des mesures qui porteraient atteinte à tous les couples mixtes. L'Etat dispose d' ailleurs des moyens de retirer la nationalité française aux étrangers qui se seraient rendus coupables de déclarations frauduleuses. - Plus généralement, beaucoup des mesures projetées auraient pour effet de rendre plus difficile, voire i m po s s i b 1 e , l' i n té g rat ion des é t r an g ers qui, a y an t 1 e droit de vivre en France, expriment la volonté d'acquérir la nationalité française ou la réclament pour leurs enfants; elles iraient donc à l'encontre du but recherché qui doit être d"'intégrer les étrangers qui désirent vivre dans notre communauté" (cf interv en tion de M. P. Séguin devant le Conseil National des Populations Immigrées, 15 décembre 86) et de mieux assurer la cohérence du corps social. En conséquence, il convient de maintenir notamment: - le droit pour les mineurs d'acquérir la nationalité française avec l'autorisation ou par déclaration de leur gardien ou de leur tuteur, même étranger (vivant depuis 5 ans en France); - l'effet collectif pour l'ensemble des enfants mineurs, lorsque l'un des parents étrangers devient lui-même français; - la réintégration par déclaration pour les orIgInaires des anciennes colonies françaises remplissant les conditions actuellement requises. Le MRAP esti.e qu'il n'y a pas lieu d'apporter au Code de la Nationalité d'autres .odifications que celles qui auraient pour objet de transférer à l'autorité judiciaire les fonctions actuelle.ent confiées à l'autorité ad.inistrative. Droit et liberté, juillet/août 1987 -8- ACTION JURIDIQUE------------ TOUJOURS DES BAVURES Dans la nui t du 8 juin 1987, Muhammer Inik, jeune Turc de 14 ans , est au volant d'une camionnette volée. Arrêté par un contrôle de police, il trouvera la mort après qu'un policier lui ait tiré dessus. Légitime défense diront les représentants de la force publique, tir à bout portant dans le coeur dira l'avocat de la fami Ile, tuerie sur le parki ng après que le jeune ait été sorti de la camionette par les policiers. soutiendra son amI présent sur les lieux et qui s'était caché. L'acharnement policier semble avoir été ici particulièrement présent et ceci plutôt que la bavure policière. Le comité local du MRAP à Montargis a offert immédiatement son aide et son soutien à la famil- 1 e. Ce drame est dénoncé par les habitants unanimes de Chalette, ville où vivaient la victime et sa famille. Cett e ville où la proportion d'immigrés, notamment turcs, est très forte et où aucun incident raciste n'avait jamais eu lieu. Un SOIr de février 1987, M. Fabrègues, d'origine réunionnaise, prend de l'essence à Orange. Il paie et s'en va. Ou el ques mètres plus loin, sa voiture tombe en panne; il revient alors à pied vers la station d'essence; le pompiste, qui a été agressé quelques j ours auparavant, prend peur, ils' enferme et appelle la police municipale. Celle-ci arrive rapidement sur les lieux. A M. Fabrègues qui s'étonne, on ne répond que par des coups; il est emmené au commissariat, subit des injures racistes et est grav ement malmené. Bilan: nom- Droit et liberté, juillet/août 1987 breuses contusions, côtes cassées, part~es génitales écrasées. Libéré le len demain sans explications et s ans qu'aucune charge soit retenue contre lui, il est soigné à l'h ôpita l. Il porte plain te et demande l'aide du MRAP. Par l a suite, municipal dépôt de (l'affaire son emplo yeur, conseiller d'Oranqe, apprend ce pl ainte et le licencie est aux prud'homme s ) . Le comi té de Va lréas a rendu visite à M. Fab rè gues et a pu se rendre compte de sa parfa ite bo nne foi . Le comité d'Avignon a dé cidé de porter plainte et de se constituer partie civile. ______________ __ La municipalité de Menton avait suivi l'exemple pa risien en décidant de n'attribuer l'allocation de congé parental pour le 3è me enfant qu'aux seules familles dont les parents sont de nationalité française. Le Tribunal administratif de Ni ce suivit la j urisprudence de celui de Paris en annulant le 18 mars 1987 cette décision. La di ffér ence fut dans l'or i gine des poursuites: d'une part, le comité local du MRAP de Menton et, d'autre part, le Préf et des AlpesMari times qui fi t écho à l'inter - vention du comité local. __________ Dé cisi on judici aire éga lement remarquable à St rasbourg qui con dam na le directeur de publ ication de l a revue alsacienne "Neue Stimme" pour avoir récidivé dans sa négation du génocide et des chambres à gaz durant la seconde guerre mondiale, à 2 mois de prison ferme et 30 . 000 Frs d'am ende et son complice à 20 . 000 Frs d'amende. Noton s aussi que le Parquet avait également requis une peine de prison ferme, condamnation excep tionnelle en matière de délit de presse . -9- UN TRACT MJNICIPAL RACISI'E L~ -~ d'une réunion du Conseil Municipal de la Ville de Noisy-leGrand, le 26 septembre 1985, Mme Françoise Richard, maire et conseiller général de ce tte ville, proposai t l 'adoption d'une résolu tion tendant à demander au Préfet de refuser l'attribution de logements sociaux aux familles immigrées "en raison du risque de perturbation grave de l'équilibre sociologique de la ville". Mme Richard fi t édi ter en trac t sIe tex te de ce tt e rés 01 uti on. Le MRAP a engagé des poursui tes en se constituant partie CIvil e. Sui te aux décisions de la Ch ambre criminelle de la Cour de Cassation près la Chambre d'accusation de la Cour d'Appel de Paris, le tribunal correctionnel fut saisi. Celui -ci condamna l' élue par j ugemen t du 7 ju i lle t 198 7, à 5. 000 Frs d'amende, 5.000 Frs de dommages et intérêts au MRAP, 3. 000 Frs au titre de l'article 475-1 du Code de Pro cédure Pénale, ainsi qu' à l'insertion de la décision da ns trois j ournau x . Droit et liberté 89 rue Oberka.pf, 75543 PARIS CEDEX Il Téléphone: 48.06.88.00 CCP 9 239- 81 PARIS Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de Rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon, Clau de Gavoille. Dominique Lahalle, René Mazenod, Cl aire Rodier, Anne Lacomblez. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montligeon (61) Abonnement d'un an: 80 F CONGRES EXTRAORDINAIRE ---------- TRIBUNE DE RÉFLEXION La discussion s'amplifie. Tant mieux: envoyez vite votre contribution NOUS N'AVONS PAS PEUR DES COLLECTIFS! Décidément, il est temps de faire entendre une autre VOlX sur la question des collectifs. En effet, aucune occasion n'est man quée pour créer chez les mi l i tan t s le rejet de cette forme d'action. Cela n'e.pêche pas de no.breux co.ités locaux du MRAP de participer à des collectifs antiracistes: certains y jouent un rôle moteur, d'autres se contentent de sui vre ... Situation gênante. Cette si tuation, il faudra quand même bien l'examiner dans son ensemble. En attendant, des r é pon ses partielles, basées sur notre expérience locale, peuvent toujours être versées au dossier. POURQUOI DES COLLECTIFS? Ils se constituent quand les organisations politiques et/ou syndicales décident, en fonction de la si tuation, de for.er un front co •• un contre la politique d'e xclusion de la droite et de l'extrême droi te. De plus, certains parmi nous .ili tent à la fois au MRAP et dans d'autres organisations. Pour cer taines actions, ils préfèrent res ter sous une banderole unitaire sur laquelle est inscrit le nom de leur association, syndicat ou parti. Des militants du MRAP n'appartenant à aucun parti pol i tique voient dans les collectifs le .oyen d'agir contre le racisme sur un plan politique qui co.plète efficace. ent le travail en profondeur dans les quartiers (ex: manifestations massives pour le droit de vote pour les immigrés). Voilà quelques élhents de fait qui expliquent, à un niveau intermédiaire, l'existence de col lecti fs. Ces élpmen t s permettent Droit et liberté, juillet/août 1987 aussi de comprendre à quoi serven t les collectifs. LA FONCTION DES COLLECTIFS Un collec t if est une structure souple qui a pour fonction princi pale de concentrer des forces qui, autre.ent, continueraient d'agir en ordre dispersé alors que la si tuation i.pose l'unité d'action. Agir ensemble, manifester en semble par la médiation d'un col lectif ne signifie pas la fin des actions propres de chacune des organisations qui le composent: le MRAP continue son travai l en profondeur, SOS-R acisme continue ses actions en direction de la j eunesse et bien évidemment les associations pour qui la lutte antiraciste est à la frontière de leur ob j et ne peuvent que continuer leurs activi tés habituelles. Le collectif n'est donc pas un outi l pour faire disparaître les dif f érentes organi sations existantes; au contraire, son but est de les faire apparaître ense.ble derrière une exigence co •• une qui les soude. Pour accomplir cette fonction démultiplicatrice, les collectifs ne fonctionnent pas sans un minimum de pratiques et de r ègles communes. LE FONCTIONNEMENT DES COLLECTIFS Les collect i fs fonctionnent grâce à : - un travail de secrétariat et de gestion, - un minimum de tâc hes prises en charge par chacune des organisations membres: distributions de tracts, collages d'affiches, tables de presse ... - l'ouver t ure à toute organisation intéressée, - la cotisation pa yée par chacune des organisations, - la sou plesse pou r ce qUl est des -10- entr ées et des sorties des or ganl sations, la transparence: chacune des organisations donne son avis sur une question et connaît par l ~ même la position des autres. Mettre en avant la lutte antiraciste dans toute son ampleur et toute son efficaci té exige que l ' on cesse d ' imposer la crainte des collectifs aux comi tés. La si tua tion devrait plutôt porter notre vigilance sur ce mal qui empoisonne la société au fur et à mesure que la crise s'approfondit et que l'audience de Le Pen s'étend. C. Delarue Rennes LE MRAP, ORGANISATION ESSENTIELLE Les bases constitutives du MRAP sont telles que nous devons, dans la situation actuelle de montée des racismes, nous permettre de lui donner toute sa place. Les travailleurs, les immi grés, les jeunes ont plus que besoin, de nos jours, d'un MRAP fort et puissant pouvant répondre posi tivement à tous leurs problè me s. Le MRAP se doit donc d'être présent partout et sur tous les terrains comme par exem ple à Mar seille: contre les expulsions, contre le racisme, pour la dé fense de toutes les libert és démocra t i ques et de tous les acquis sociau x , contre les camps de rétention, etc. Je pense que nous sommes aujourd' hui à un tournant dans la vie et l'existence du MRAP. Je considère que nous sommes à même de transformer le MRAP en une organisation démocratique de masse dans la mesure où nous nous orientons sur les moyens organisationnels à réaliser, pour passer du REGARD SUR NOTRE HISTOIRE -------- LE MRAP ET LE PROCHE-ORIENT Des journées d'étude ont été organisées fin juin pour faire le point sur cette région explosive du globe "En pleine Crlse du MoyenOrient, un Algérien vivant à Paris rencontre un juif de sa connaissance. Ils hésitent à se tendre la main: Ne so •• es-nous pas enne.is? s'inquiètent- ils? Ils s'expliquent, constatent qu'entre eux rien ne doit changer; et la conversation se termine, amicale, au café voisin. Cette anecdote (authentique ) est révélatrice du climat qui a régné en France, ces dernières semaines. Si, dans ce cas précis, les malentendus ont pu être surmontés par un simple contact humain, il n'en a pas toujours été de même. Une vague de préjugés, de peurs irraisonnées, de passions et de haines, a submergé l'opinion publi que, et particulièrement, bien sûr, les principaux intéressés, dans la mesure où un conflit entre Etats - Israël et les pays vOlslns - se trouvai t ainsi transposé en un conflit ethnique, opposant juifs et Arabes" . Cet éditorial de Droit et Liberté date de juillet 1967 . Il tradui t bien le désarroi qui s'est emparé de la société fran çaise après la guerre di te de "Six Jours", et pas seulement che z les racistes. Le 10 j uin 19 67 , au terme d'une campagne- éclair contre l'E gypte de Nasser, la Jordanie et la Syrie, les forces israéliennes occupent le Sinaî, la Cisjordanie et les hauteurs du Golan. Vingt ans après ce sinistre mois de juin 67, qui venait conclure une escalade à la violence et à la provocation de part et d'autre, l'Etat braélien occupe toujours la Cisjordanie. En France, à cette époque, les passions se déchaînent. Poussés par la crainte d'une éventuelle disparition d'Israël, éventualité souvent évoquée par des prODOS belli - Droit et liberté, juillet/août 1987 queux du côté arabe, hantés par le souvenir du génocide, émus par ce peti t pays entouré de mi llions de personnes qui lui sont hostiles, la plupart des juifs de France, mais aussi une majorité de non -j uifs, prennent fait et cause pour la politique israélienne d'occupation des territoires. Même si la situation du j eune Etat est précaire et tendue depuis sa création, personne ne sait encore, en ce mois de juin 1967 , que cette occupation de la Cisjordanie va pourrir la vie poli tique et sociale d'Israël pour les vingt ans à venir. On voit alors des choses bizarres, un avocat juif embrasser au Palais Me Tixier -V ignancourt, pourtant marqué comme appartenant à l'e xtrême - droite antisémite, parce que ce dernier a pris position pour Israël. On lit le pétainiste Xavier Vallat expliquer "Pourquoi je. suis sioniste". Par haine des Arabes, alors que le souvenir de la 9uerre d'Algérie reste vivace, l'e xtrêmedroite fran çaise pousse Israël à la guerre, comme elle l'avait fait pendant la crise de Sue z en 1956 , où l'on vo yait M. Le Pen se porter volontaire pour sauter en parachute sur le (;ai r e . Une situation difficile 1967, en fait, c'est un tour nant dans l'histoire du MRAP. Extrêmement sensible, dans sa genè se même, à l'antisémitisme, le mouvement évolue avec l'histoire. A travers le conflit algérien, à travers la dénonciation des violences commises, à travers le quasi consensus qui se développe en France pour la négation de tout droit aux Palestiniens, il s'est progressivement intéressé à la défense des populations arabes, sans abandonner d'un pouce la lutte - 17 contre l'antisémitisme. Et c'est précisément ce consensus qui l'inquiète. Dans un sondage de "France Soir" du 1er juillet, 56 % des Fran çais se déclarent en sympathie avec Israël dans le conflit, pour 2 % seulement avec les pays arabes. Sur une bretelle de l'autoroute du Nord, on lit ce graffi tti: Nasser Hitler. Allant complètement à contre - courant, le MRAP décide de publier un appel qui rappelle le droit imprescriptible à l'existence des Israéliens, mais aussi des Palestiniens, à vivre sur leur terre et dans leurs droits. C'est la première fois que l'on donne, en France, une position prenant en compte les deux peuples. Le texte rencontre un immense succès auprès de nombreuses personnalités, effrayées par le manichéisme de l'analyse majoritaire. Ils signent des deux mains ce texte qui rappelle simplement ces principes, dénonce les va-t - en-guerre, rappelle la lourde responsabilité des puissances étrangères dans l'exacerbation des conflits, et dénonce le caractère explosif des inégali tés sociales en Israël. Beaucoup de gens y trouvent un lieu où exprimer leur désarroi et leur désir d'une solution négociée. Le MRAP, en fait, arrive à déclencher un courant d'objectivité, qui se traduira quelques semaines plus tard, par l'organisation d'une table ronde contradictoire à ce sujet et la publication dans Droit et Liberté de nombreuses réactions, dont le moins qu'on puisse dire, à les relire vingt ans après, c'est qu'elles naviguent allègrement d'un ex t r ê me à l' au t r e . Dans ce t t e cri se de 196 7, le MRAP venait de trouver son identité, celle d'un lieu de dialogue et d'analyse au-delà de la haine et des préjugés. Ce qui lui valut nombre d'adhésions nouvelles .... et autant de départs. , ACTUALITE TRIBUNE DE REFLEXION (suite de la page 10) MRAP actuel, influent, à un MRAP de masse, rassemblant travailleurs, immigrés et jeunes. Je pense que, si, par exemple, en ce qui concerne la jeunesse, nous prenions les mesures sui vantes: 1) organisation d'une campagne de masse contre le racisme et l' apartheid en Afrique du Sud, à l'aide de l'organisation d'une pétition nationale de la jeunesse f~ançaise contre l'apartheid, avec l'appui logistique des comi tés existants, évaluant chacun des plans d' inter vention sur les lycées et facultés (conférences, projections-débats, diffusions, etc.), nous pourrions, j e pense, alors nous donner largement les mo yens de constituer des co mi tés du MRAP par lycée et faculté; 2) il nous faudrait également décider du montant le plus adéquat possible de la cotisation pour les jeunes (qui ne sont pas salariés). Je pense que nous pourrions l'évaluer à 20 Frs. En ce qui concerne les travailleurs et les démocrates, nous devrions, je pense, engager une campagne nationale pour l'égalité juridique des travailleurs immigrés avec les travailleurs français, parallél isée à la célébration et la commémoration du Bicentenaire de la Révolution Fran çaise. Les travailleurs, les jeunes, tous les démocrates ont, selon moi, besoin que de telles campagnes soient engagées dans notre pays. Elles constitueront un formidable point d'appui pour transformer le MRAP d'aujourd'hui en un MRAP rassemblant plusieurs dizaines de milliers d'adhérents, actifs sur cette base-là. Nous en avons largement les moyens! A nous de décider ensemble, à l'occasion de notre prochain con grès extraordinaire, de tous les moyens organisationnels nous per mettant de passer à cette nouvelle phase de notre construction et de notre développement: MRAP, organi sation essentielle de la lutte contre le rac isme et pour l'amitié entre les peuples en France. Droit et liberté, juillet/aoüt 1987 J.L. A.ar Marseille DES PALESTINIENNES AU MRAP Le vendredi 15 mai, 3 femmes, représentant des organisations palestiniennes, invitées pour 15 jours en France par les ONG ayant un statut à l'ONU, ont été reçues officiellement au MRAP. Au cours de cette réception chaleureuse et empreinte d'une ami tié réciproque, nous leur avons exprimé notre sol idari té en soul ignant que "la paix au Proche-Orient ne pourra être atteinte que le jour où tous les partenaires concernés seront traités avec égalité". Au cours de leur périple en France, elles ont été accueillies par les comi tés locaux ou des membres du MRAP d'Aubervilliers, Lille, Clermont- Ferrand, Montpellier, Grenoble, Lyon, Nantes et Annecy. EDITO, suite de la page 1 CARNET Le 5 juillet, Lionel PARIENTE, fils de Michèle, co.ptable du MRAP, a épousé Martine MEYER. Nous renouvelons à ces jeunes époux nos voeux de bonheur déjà offerts le jour du .ariage par René MAZENOO qui représentait le MRAP.

  • * *

Le 25 juin, nous apprenions avec une grande é.otion la disparition d'Alfred GRANT, .ilitant généreux, co.pétent et opiniâtre, fondateur du MNCR et du MRAP. A l'occasion du 30è.e anniversaire du MRAP, il avait donné une interview (voir DL nO 383 de .ai 1979) qui restera un té.oi9nage pour tous de son oeuvre et de son exe.ple. A son épouse et à sa fa.ille, nos senti.ents fraternels et affectueux. pour dialoguer avec la magistrature sur ce qu'ils vivent au Jour le jour dans ces dossiers. Enfin, SI sans doute bien des décisions ont été rendues dont les motivations constituent des pétitions de principe antiracistes fort belles, force est de constater que trop souvent les racistes tels les microbes se sont adaptés et utilisent aujourd'hui fréquemment pour exposer les mêmes idées une expression plus subtile et plus difficile à Incriminer. Qui pourrait prétendre aujourd'hui, après 15 ans d'application de la loi, qu'en profondeur les idées que nous combattons ne continuent pas à faire des ravages dans la société fran çaise? Certes, une VISIon plus optimiste des choses peut permettre de penser que ]' affrontement idéologique entre racistes et antiracistes s'est quelque peu déplacé, puisque aussi bien aujourd'hui il porte non plus seulement sur la présence temporaire d'immigrés en France pour y apporter leur contribution à l'économie fran çaise, mais sur leur présence structurelle dans la société où ils se sont enrac inés et sur l'identité même de la société française dans laquelle tant de leurs enfants se sont fondus. Cette constatation démontre bien pourquoi l'action juridique aujourd'hui doit déborder le strict cadre de la loi contre le raCIsme de 1972, malS doit aussi trouver les instances où faire progresser cette égalité de droit dans la VIe quotidienne, que nous réclamons et cette action doit également faire prévaloir notre conception d'une société française plurielle et fraternelle dans la réforme en cours du Code de la Nationalité. - 12-

Notes

<references />