Droit et Liberté n°008 - 16 décembre 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Nous pouvons arrêter cela (réarmement) -page1
    • Gribouille et l'Allemagne par G de Chambrun (député) -page1
    • J'adhère au MRAP par Léon Lyon-Caen -page1
    • Le CID (gestapo irakienne édite une encyclopédie policière en 678 pages -page1
    • Les déportés français indésirables à Dachau en 1949 -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Que se passe-t-il au Japon: Scandales en cascade, marché noir, corruption et réarmement: voici l'empire de Mac Arthur -page3
    • Ou habite l'oubli? par Edouard Voisin -page3
    • Souvenirs d'Emile Brulé: les tristes sires du Fort Chabrol -page3
    • Henry Ford produisait à la fois pour Hitler (Poissy) et pour les alliés (Détroit) -page4
    • J'avais choisi un autre métier: On demande élève pilote pour travail manœuvre dans bâtiment -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• .. , A uvo 'A T R CE A TOUS LES VENDREDIS 16 - 22 Décembre 1949 "- GRIBOUILLEJ~ ADHERE N' 8 (112) , 25 fr. 5 francs) etl' Allemagne AU M. R. A. P • par G. de CHAMBRUNt député L'HISTORIEN qui sera appelé à étudier la politique menée depuis 1947 par les gouvernements français successifs à l'égard de l'Allemagne, sera profondément surpris de constater une série d'abandons totalement InJustifiés. La zone frança-lse d'occupatIon ? Liquidée en jumet 1948 et avril 1949 . . La créance française de réparations ? 'Rarement le syndIc d'une faillite a obtenu un 'chiffre ; aussi dérIsoire. 5.000 . milliards de trancs de dommages subIs par la Fran- . ce et 50 milliards de francs de dédommagement! Un accord international pré" oyalt-Il le prélèvement de réparations sur la production courante de l'Allemagne? Le . gouvernement f r a n ç ais arguaIt que cet accord avait été annulé .: par prétérition ~ et invoquait les plus fallacieules raisons pour abouÎlr à en priver la France. . AvaIt-on prévu le démantè' lement et le transfert de plus Ile 2.000 usines au . profit des • pays vIctimes de l'invasIon et de l'occupation hitlérIennes ? Le gouvernement français acceptaIt que cette liste salt réduite une fols, deux fols, troi;; fois et consentait en juin 1949 à renoncer au reUqpat. Combien d'usinéf; ont été démantelées? Trois ou quatre cents. Et pourtant l'on n'avait mis sur les listes que celles qui constItuaient un potentiel de guerre. . Les accords de Yalta et Potsdam avalent -l1s prévus des conversations à quatte pour le règlement . des questions allemandes? Ce cadre don n ait au gouvernement français des moyens de faire triompher darui une large mesure les thèses françaises, mais 11 préféra négocier à troIs, c'est-à-dire avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, sans l'U.R.S.S. Tout le monde sait que l'opinion anglaise et américaine est moins sensible au danger allemand que celle des pays qui ont subi l'occupa- (Sulte en pàge 2.), , NO~I. par LÉON LYON-CAEN Président à la Cour .de Cassation, • J 'AI donné de grand coeur mon adhésion au M. R. A. P. Deux sortes de considérations m'y ont déterminé. , Les premières, toutes personnelles, sont trop intimes pour que j'y puisse longuement insister. Je dirai seulement ceci : appartenant à. une famille qui a souffert, plus que la raison ne le peut concevoir, de la grande tourmente de 1940-1945, et qu'ont frappée à coups cruels et redoublés les persécutions dirigées par le pseudo-gouvernement de Vichy, allié aùx-nazis, contre les Français de' confession israéFtEl; je me suis senti - on le comprendra aisément - tout naturellement porté à m'associer à ceux qui luttent courageusement pour que des souffrances semblables à celles que j'ai endurées et que j 'endure encore ne s'abattent 'pas de nouveau sur notre pauvre humanité. Mais il y a plus. Je suis ma~istrat, et donc, par essence et par défl!lition même, soldat du droit. J'ai l'honneur d'appartenir à un grand corp~, qui a pour mission de dire le droit, d'assurer le respect et la défense de la légalité. J'estime qu'à ce titre et de par ma qualiLé même, j 'ai, d 'une part, le devoir d 'unir mes efforts à ceux des citoyens de bonne volonté qui combat- ) tent pour la paix, si gravement menacëé, sèli1e- sus'teptible d""lfSSUrer" le règne du droit. Comment, d'autre part, magistral, ' placé et. me milinLenant au-dessus et en dehors des partis, n 'éléverai-Je pas la voix aux cotés des dirigeants du M.R.A.P., quand nous sont révélés tant de violations des Droits de l'Homme, tant d'atteintes aux libertés, que la Dél!laration des Nations Unies et notre Constitution nous ont garanties, quand nous voyons en France et dans le monde tant de signes avant-coureurs d'un racisme renaissant, contraire à la plus élémentaire justice ? N0US vivôns une heute grave. L'opposition idéologique des deux camps, en s'aggravant, risque d'entraîner un conflit mondial. De nouveaux pogromes s'allument dans le Proche-Orient. Fait que la raison se refuse à comprendre, les Nations Unies n'arrivent pas à. se meUre d 'accord sur la nécessaire interdiction de l'ârme atomique. L'Allemagne, respoIlsable des massacres de tant de millions d'êtres humains, prétend reprendre son rang de grande puissance et nous parler d'égal à égat avant que SOIl peuple ait reconnu ses fautes et d onné des gages concrets d'un . esprit " l'aiment démocratique et d'ùne rupture sincère et définitive avec les tl1éories fascistes et bellicistes. Ses anciens adversa ires, à peine remis des maux indicibles que ses armes leur ont infligés, songent plus ou moins vaguement, SOUl) une forme ou une autre, à la réarmer. Par un tragiqûe paradoxe de la politique, l3. France se trouve exposée à se rajlproch~r de n otre ennemie vaincue d'hier, repaire d u r acisme, et à s 'éloigner d 'une alliée qui a tant fail pour écraser ce dernier et libérer notre patrie. A l'intérieur, les anciens collaborateurs de l'~nnemi, qui ont fait tant de mal à la France, ayant trop souvent bénéficié de l'i mpunité, osent relever la tête et reprennent, çà et là, leur place dans l 'administration du pays: . Les vrais résistanLs, ceux de la première heure, principaux artisans de notre a,.ffranchissement du joug hitlér 1en, SCJl'lt vohmtien oubhës orrmisà l'écart. , A U milieu (le ces événements redoutables, qui déroutent et déconcertent tant de cit o yens libres et conscienLs, ils doivent. quelle que soit leur situation sociale, ~ecouant leur inertie, sortant de leur tour d 'ivoire, s'unir (seule l'union faisant la force) contre les dangers qui menacent et le Droit, et la ·Liberté, et la paix qu monde. • Voilà , pourquoi j'ai adhéré à une association qui,étrangère aux ' divi- , sions partisanes et au'S: querelles politiques, défend des idées qui, parce que Français, parce que magistrat, parce que Juif, me sont et m e resteront toujours chères. t..;;;V-')~ 1 ) e' Vous connaisez la , suite... Ce que Bit- " 1er a fait, ' ses successeurs entendent le recommencer, en Allemagne occiCl.entale. Ils voudraient' brûler les étapes. En s'unissant, en agissant, les centaines de millions d'hommes et de femmes qui forment, dans le monde entier, le camp de la paix, peuvent arrêter cela. (gestapô irakie~ite) édite 'une Encyclopédie polièière en et deux 678 p .. ~ges volumes JI '1 .. 1111 an, en lIécembre 1948, de vastes 'manifestations populalres ' ee déroulaient en Irak. ;Grand était le mécontentemsJ;lt.

Le peuple avait été jeté d~ force dans une intervention eontre

l'Etat d'braël: le sens vérital:lle de cette guerre iujuste et désastreuse lui apparaissait ,chaque jour plus clairement. Ses eonditlons de vie empIraient tragiquement. Les dirigeants de Baj;'dad avaient proclamé la 1~1 martiale. Us gouvernaient 80DB la protection des troupes d'oecupatlon anglaises, violaient les Ubertél!i les plus élémentaires, oonduisaient le pays à la catastrophe finaneière. la seule ville de Bagdad. Elle n'a pas craint d'éditer une véritable encyclopédie policière. en 678 pages et deux volumes, monument unique dans les annales ... '0 Le processus ' est bien connu. On commence par rassemb er des , chômeurs daus des formations . destinées en principe à leur assurer un travail. Première étape: le maniement de la pelle." tl Ils sont hien alig nés. Ds portent toujours la pelle ... c éjà l'uniforme. Ce sont des groupes paramilitaires. 'Deuxième étape ... La Wehrmacht, la Gestapo, les servJces d'espiol}nage se recEin&ti1lu'Cs:t èn Allemagne occidentale. Le fascisme, l'imtisémitisme y deviennent de plus en plus ouverts. Droit et Liberté, avec une grande partie de la presse française, alerte l'opinion, depuis plusieurs semaines, contre ce grave danger. Chaque jour, les promoteurs de ce relèvement criminel 'd'une Allemagne non dénazifiée à nos frontières sont démasqués de façon plus éclatante. Chaque jour, de nouveaux faits viènnent alimenter l'inquiétude - et l'indignation aussi, la volonté d'union et d'action - chez des millions de Français. « Das Deutsche Ec:ho » et l'espace vital On pourrait citer mille exemples des activités des nazis en Allemagne occidentale. En voici un : La t 'ournée des L'Irak vivait dam une atmosphère de grèves et de dj\monstratiom de masses, contre les fondés de pouvoir de Bagdad et le\U'S maltres étrangers : « A bas le régent Abdul IlIahl A bas l'ilp.périal. i.$me ! Libert~ et Paix ! li criait-on dans les rues de Bagdad. Le premier ministre Patchechi, malgré une répression féroce, n'éta.lt plus maltre ' de la situation. Pages 585, 587, 588, 594. 596 et suivantes. l'existence de 10 camps de concentration y est officiellement reconnue. A notre connaissance, M. David Rousset nia jamais fait traduire ce document. Les j ournaux nazis, qui reparaissent librement en zone américaine grâce à la suppression des licences, exaltent le grand Reich allemand, distillant le'venin antisémite. grands t tnagaS71nS - Tu viens avec moi cet après-inidi, je vais faire Un tour dans les magasins pour acheter les cadeaux de Noël? - Oh! tu sais ... tu as vraiment besoin de moi? - Oui, tu porteras les paquets ! ... Je n'étais pas tellement, tellement heureux d'aller me faire bousculer. piétiner, dans les grands magasins; de « lécher ~ les vi trines des boulevards; d'entendre le ( Monsieur - quI - se - croit-chez-lui ,. protester dans le métro parce que les paquets le . gënent, enfin de subir les regards courroucés de la dame quI murmure en haussant les é pau 1 es : 4: Ah! de mon temps! ,. Me voici donc parti en compagnie de ma femme. Durant tout le traj et, c'est l'interrogatoire

- Alors, on achète une pipe au cousin Jules? - Si tu veux ! - Et pour ·la tante Marie ? - Vne parure en indémaillable ! ... - Mais elle a soixant e-dix ans! - Eh bien, achète-lu!... je ne sais pas moi... des sels kruchen! - On ne peu t pas discu tel" avec toi. tiens, j'achèterai ce qui me plaira ! ... - Je ne t'ai Jamais demandé de me consulter! ... Heurèusement, nous voici à Havre-Caumartin, la station des grands magasins. Quelle foule ! - On n 'est pas les seuls ! - Oui, a Il e z, viens, entrons! Grands magasins Une débauclfe de lumière, des vendeuses toutes aussi jo · lies les unes que les autr es, c'est tout ce que j 'ai remarqué. Nous traversons relativement- vite le rayon des parfums (1l ne faut pas trop donner d'idées à. ma femme) et nous voici a ùx j ouetll : - Si on achetait la poupée pour Janine ? - Tu as vu le prix ? - Oui, deux m 111 e e1nq cents ... - Tu ' ne penses pas que: .. c'est un peu cher? - On va reg a r der plus loin ... Des poupées aux services de table miniatures, des services de table aux berceaux, nous voicI, finalement aux livres: - Tu as lu « Les petites filles modèles? " - Ce l,'est peut-être pas une mauvaise Idée et puis ça coûte moins cher que « ta ,. poupée ! ... La pauvre . gosse, elle se contentera du bouqUin. Il est vrai que comme elle commence seulement à I1re. cela lUi prendra du temps !... Les petits commerçants Triste consolation, mais ses parents comprendront bien qu'avec 20.000 fr. par mois ... - Je orois que c'est un peu cher par ici, si nous sortions pour voir les vitrines des petits commer.çants? - Comme tu veux. Une petite vitrine modeste, préparée avec goût, quelques promeneuses qui s'attardent, c'est notre première halte. - Tu ne trouves pas que c'est mignon ce père Noël sur un fond hlanc, entouré de toutes ces lumières. - Si, sl. tr~s mignon; mais dépê'che-toi de choisir. On va entrer ... - Nous voudrions un landau de poupée ... , - J'al celui-c.1 qui est très bien, deux mille cinq centa, celui-ci qui est ·aussi Joli, mais deux m1lle seulement ... - Excusez-nous une seconde, nous allons regarder sIon ne peut pas prendre autre chose. . Sur ces entrefaites. en4'e une Vie11le dame, proprement vêtue, très dIscrète: Pierre DELA TU. (Suite page 6). L'U.N,E,S.C.O. reconnaît la discrimination raciale aux Etats-Unis L'U.N.E.S.C.O. avait organisé, les 5, 6 et 7 décembre 1949, une r'éunlon du comité Il'experts relatif aux obstacles s'opposant il l'égaUté d'a.eoès dM femmes è. l'éducation. lllme Marianne, Ca h n - Debre au nom du, Congrès juif mondial, s'est élevée contre les discriminations dont sont l'objet les femmes jul' ves da ns les pay~ où est applfqué' le numérlJ l! clausus. n épondant à Mme CahnDebre. Miss Hilda MaehJJng, de l'Organlsatlori mondiale du personnel enseignant, reconnut que la discrimination raciale aux Etats-Unis ne visait pas uniquemeryt les Juifs, mais aussi les nègres. Finalement. c'est è. l'unanimité que fut adopté une résolution condamnant le numerus clausus et demanliant qu'il soit supprimé. c. .....; .. .. - Rien à craindre, cette BONN Allemarne fait la politique de la main tendue. C'est alors que Abdul mah, congédiant soUdain ' Patcbechi, fit \ appel, sur un ord,re de Londres, à l'homme à. poigne par excellence, NOUTI Sa/d, pour briser l'essor du mouvement national, affermir la domination britannique et faclllter toutes les intrigues tendant à la formation de blocs d'agression dans le Moyen-Ori'ent. C'était le 6 janvier 1949. De ce jour, date la terreur proprement hitlérienne qui s'est abattue sur l'Irak. n faudrait envoyer une commission d'enquête à Noukeyrett Seylmane, le Dachau irakien, q,'ui se . trou~e d~ns un petit désel-t pres de Bassourah. Qu'on imagine des fosses creusées dans le sol et larges d'un mètre ; sous un.ciel brûlant, des hommes enchaînés y meurent à petit feu. Un témoin oculaire déclare : « Sont des s,urhommes ceux qul restent vivants à. Npukeyrett Selmane après trois mois d'internement :. Quiconque refuse d'admettre un Nouri Said est aussitôt éti- Quelques semaines plus tard, le queté communiste. 7,000 patriodirigeant ouvrier Fehede était , tes ont ainsi été appréhendés au pendu sur la place publique. Hi- cours du mois de juin et on tler lui-même n'avalt 'pas osé ce- \ compte maintenant plus de 22.000 la : Thaelmann a été assassiné prisonniers politiques. Les cours dans un cachot de la prison de . martiales fonctionnent ronde- Moabit. ment. L' Encyclopédie et 'le Code n existe aujourd'hui en Irak une Gestapo. désignée p~r les initiales C.ID., qui n'eltlploie pas moins de 10.000 Indicateurs dans Article 89 A du code pénal irakien, promuigué en 1928 et plus que jamais en vigueur : Toute personne qui aurait aidé de quelque façon qe ce soi t l'un des buts quelconques du socialisme ou du communisme sera pun ie de la peine de mort ou d es travaux forcés. Pour la première fois depua la fin de la guerre, l'un d'eux vient de ressortir la vieille théorie hitlérienne de « l'espace vital » (Lebensraum). il s'agit du: Deutsche Echo, qui se présente comme un ~ journal ponr l'Europe » et publie régulièrement des diatribes du Dr. Schacht, expert ' financier de Hitler, et du général Student, ancien commandant des trou- I.es dépol'tés Irançàis 'indésircih es à Dacha u : Dans un commentaire sur l'Irak, le journal Le Monde écrivait récemment : Pétrole et sang : cette association de TOman- feuille ton n'a jamais été st réelle. Spécialisé dans les véritables romans-feuilletons, le Figaro l ittéraire ne parle pas du code pénal irakien ... P RES de Dachau, sur- la colline de Leitenberg, trans( Drmée en énorme charnier par Hitler, les pelleteUSe8 et les excavatrices d'une firme allemande ont, en 1949, déterré. à des tins d'escamotage politique et d'utilisation Industrielle, les squelettes de nombreux déportés, victimes de la barbarie fasciste! Une 'commission de la. Fédération Nationale des Déportés et Internés Résistants et Patl'Ioles s'est rendue sur place. Elle a vu. Elle a interrogé. Elle a enquêté. Elle est revenue en France avec des preuves accablantes. DIe a d'abord établi la prola- (en 1.949) nation. l!lJ.e en a ensuite dénoncé les coopable8 et les MmpUces, De eeta.e Illi.&lon commandée par ,le .. impIe respect dù à la mémoire des mort.5, M. Vilner a donné un compte rendu complet lIans Je dernier numéro de no tre loorna 1. 1 L Y a eu du nouveau depuis ... Une s~m bre colère s '~t emparée dee nazi. et des réactionnaires d' ..... UemaJlle o"idental •• La vérité les gêne. Ces cadavrfl8 tout à ooup révél~ au monde leUr font peur. lli ~e sentent touchés. Les voilA qui hurlent et qui Insultent. On se rappelle les cyniques propos tenus daus uue conté· , rence de pr6Sf;e par le Dr. Ebard, président du gouvernement de Bavière, et par le Dr. Philipp Auerbach, commissaire allemand pour les réparatlous et les crlmas de guerre, 'étrange personnage sur les antécédents duquel Il faudra bien taire la lumière un jour ... Cowme cclu ne suffisait pas" la Diète bavaroise a été convoquée, et aux applaudissements (SUj~ page 3), Le peuple irakien En fait, les maltres de l'Irak deviennent enragés parce que le peuple iraklen devien tune grande personne. n s'est soulevé contre le fameux traité de Portsmouth, il a. mis en échec le plan anglais de la « Grande Syrie ., il ne tient pas a devenir de la chair à canon dans une nouvelle guerre. C'est parce qu 'il chancelait déjà que Nourl Said a déclenché des pogromes, Des scènes dignes du naz;sme viennent de sc prnduire là-bas au moment même où s'ouvrait - plus un sou dans les caLSses ! - une crise g01Jver. nementa.le,,, La marche du peuple irakien a été stoppée. Pour quelques semainea. Symbole : au marnent où /ej « Occuientau:c » se prépare/lt a: réa.rmer l 'Allemagne, le d 08st67' de l'espion Bonnet e81: classé. Quelques mois avant la « drÔle d8 guerre» il r erevait encore le mi,. nistre ' nazi Ribbentrop (photo cidessus). pes aéroportées, très actif dan. les milieux où se reconstitue la Wehrmacht. Das Dentseh. • Ecbo écrit que « les pays européens devraient faire de. concessions à l'Allemagne J, et en particulier « permettre •• création de colonies allemandes en Afrique pour remédier à la surpopulation ». Albert LEVY. (sulU, pGge @; .. • -2 DROIT. ET LIBERTE Gilbert de l:hamhrun . . (SUITE DE LA PAGE i) OCCUPE-TOI D'A'T T 1LA .... VCharles:;-;ous être académi- Un fauteuil à. l'Académie frança. lse, c'est quelque chose qui se dispute . . A boire et à manger tion allemande. Nul n'ignore que lés grandes sociétés capitalistes américaines et anglaises sont irresistiblement séduites par la perspective de la reconstitution de l'industrie de la Ruhr. mand et que le chancelier Adenauer estime ail contraire que la politique française a décléncQ.é la guerre de 39-45. Examinant enfin les indlèes qui permettent de déceler l'évolution de la mentallté des f0l!les. 11 sera stupéfait d 'une renais'sance du racisme et de l'esprit de revanche: profanation des tombes jU!oves dans les cimetières et des· camps o.ù tant de déportés. ont trouvé la mort. La coalition A tlantlque, la prèpà.ratlon d'une guerre tventuelle contre l'U.R.S.S. a là prinrité absolue. Références historiques Un qui nous la Mllle belle, c'e$t le général de Gaulle. QUi rappelait l'autre di~anche à Chalons-sur-Marne: - C'est pr~s d'ici, il 1/ a qutnze sitcles dans les champs catalaunniques que les Gaulots associés aux Romains et m~me AUX GERMAINS ont repoussé les hordes d'A ttila venues de l'Est... Puisque le général de Gaulle aime les références historiques, allons-y de la. nôtre. C'est loin d'ici, il 'S' a moins c1e sept ans, dans les ruines fu. me.ntes de Stalingrad, que les Russes, associés à tous ceux qui, dans le monde, se réclamaient de l 'idéal de démocratie, ont repousSé les hordes d'Adolf Hitler VENUES DE L'OUEST ... JERUSALEM et les droits D'ISRAEL L'assemblée générale de l'O.N.U. vient de .se pronon· cer sur la question de Jérusalem. Par 39 volx contre 14, elle a décidé de placer 'la vllle et ses environs sous le contrôle · du' Consell de Tutelle. Les Etats-Unis, la GrandeBretagne, la Yougoslavie, l'Afrique du Sud, la Turquie ont. voté contre, ainsi que la Transjordanie et Israël. Les délégations a n g 1 0- saxonnes défendaient, en effet, up auh:e projet élaboré par une commission dite de conciliation' et tendant à l'établissement d'un régime spécial sur les Lieux Saints. Ce régime aurait consacré la domination définitive du f;J.1ltoche des Anglais Abdallah sur une partie de Jérusalem, ainsi que sur la partie. arabe de la Palestine. Les Lieux Saints seraient ainsi devenus un centre de ,manoeuvres pour les nombr eux Il observateurs l, li: conclllateurs .l et autres émissaires de la stratégie a.nglo-américaine - une sorte de Fontainebleau du Moyedlorient .... Conforme . à la décision historique du 29 novembre 1947, la résolution que vient d'adopter 1'0. N. U. contrarie ces projets. Son caractère, certes, est provisoire, et l'on reste encore assez Inin de la juste 80lution du problème. Elle réserve ce· \lendant les droits d'Israël I,.e Conseil de Tutelle corn· posé des représentants de toutes les grandes puissances offre plus de garanties qu'un organisme entièrement contrôlé par les impériàlistes du pétrole ... Le gouvernement de Tel .\ viv penchait plutôt, en fait, vers cette dernière solution. Aujourd'hui, il s'oppose vio· lemment à la décision de l'O.N.U., tout en se rappro· chant, comme les observateurs s'accordent à. 'le souligner, des positions d'Abdallah. .11 est évident qu'une teUe politique est pour le moins hasardeuse. Si elle se confir· mait, elle pourrait aboutir 11 de graves abandons. Ce n'est pas dans le camp , de ses pires ennemis qu'Israël assurera sa sécurité et son indépendance. Q",J.!! LIJ..!!i! TOUS LES VENDREDIS DROIT ET LIBERTE contre l!! racisme et l'anU· sémiti~me •. pour la paix COMITE DE DIRECTION Andrè BLUM EL Henri BVLAWKO Maurice GRINSP~ CharI.. LEDERMAN Pierre-Roland LEVY Réda('tlcn et administration; 6. 8tl Poissonnière, PARIS-!}, Tél.: PRO l~-Ol et TAL 11-14 Le gérant : Ch. OVEZAREK S. N. E. P. lmp. Poissonnière 6, bout Pol5sonnlw-e l'AlUS .(8'1 Concurrence Donc, toute lA presse a p4l'l~ de cette inltlativè de 5ix d~)!)lltés quI réclament c une peloU$e et 'des arbres » pour .Pétl.in. Le RASSEMBLEMENT enregistre mals se montre ulcéré. Car certains ont oublié de dire que ces six d~putés appartiennent au R,P.F. Reconnaissez, cher confrère, que Droit et Liberté n'a pas omis de le signaler. . . mtre journal n'est l'as de 'ceux qui disputent à la presse B.P oF. la clientèle des collabos. Caché et ostensible C'est peut-être symbolique. Les clients de M' René Moattl, viceprésident R.P.F. du conseil municIpal de. Paris, se sont. aperçus. récemment que le fillgrane du paplet à lettre qu'utlllse 'leur cher avocat d~sine une tiartcisque.. . Du pétamlSme caché en quelque sorte. . Quant à. M. René-Sacha Gazagne, le maire R. P. F. d'Alger, 11 écrit sur du papier qui porte el1 tête; . '" Vllled'Alger, 'g, bOUlevard du Maréchal-Pétain ,.. Qui s'apl'elle en réalité boulevard de la Républlquè. Ça c'est du pétainlsme insolent. . Suprême injure Dâ,il!i une atmosphère de campa. gne électorale. Pour être candidat, 11 fll.ut ~avoir eng... ses concurrents avec courtoisie. Etre capable de tirer trenteneuf sonnettes. Faire valoir ses mérites. A grands coups de langue. Aucune autre disposition ou qualification spéciale n 'est requise. . . Querelles d'Allemand Cela fait, le oandidat prend nng de favori ou d'outsider. De son côté, Il arrIve à mettre les hommes . de gout. Contre lui il a évidemment une coterie. . . . Ainsi MM. André Chaumeix et Emile Henriot soutiennent la candldll. ture de M. Jean-Louis Vaudoyer au fauteuil laissé vacant par Edmond Jaloux. - .De Vaudoyer, à aucun prix, dit François Mauriac. Et il explique, amer ; - n a administré la Comédle. Française penejant l'occupation. Aux U.S.A. a~ssi Joe Mac Williams èst le chef d'un groupe de fascIStes américains qui tient Hitler pour le plus grand homme qui ait jamais vécu depuis Jésus. On voit le genre. L'activité de ce groupe fasciste - de Chicago ,comme il se trouve, où éclatèrent récemment de violents troubles antisémites - était essentiellement de répandre la haine du Juif, à. l'aide d'arguments raciaux et d'insultes que n'eùt pas désavouées Goebbe!s. Un jour, Joe Mac Williams et sa belle éqUipe furent tracjults devant un tribunal pour sédition. Acquittement. Qui avait tort? L'hebdomadaire juif des Etats- Unis, Chicago-Sentinel, protesta vigoureusement et publia des motions par lesquelles diverses organisations demandaient à l'attorney gén~ral de rouvrir le dossier. DU coup, les fascistes se !àchèrent. Et BSsignèrent le Chicago-Sentinel en jU$tice. Tout simplement. Mais le plus tin, c'est que le juge Mackinlall (Donald) toléra que la salle de Justice fllt transforméé, à cette occasion, en forum pour une propabnde antisémite forcenée 1 ,pour péché les pratiques esclavagistes qui réduisent . à l'état de b~tes des mlll!er~ de nègres de l'Uni6n sud-africaine. NI les Buchenwald, AUSChwitz, Bergen-Belsen et autres puisqu'elle n'a jamais caché s~ sentiments pro-nazis. Vrai 'porc Une autre manltéstation de racisme, partiCUlièrement odie~e. c'est celle à. laquelle s'est livré un commIssaire de police de BolQgne (Italie) • pour extorquer des aveux à deux prévenus musulmans, Il les força à avaler des saucisses de porc. Ce qui est péché selon la 101 de Mahomet. L'affaire fit quelque bruit. - C'étaient pourtant de bonnes saucisses de pur porc, dit le commissaire pbur sa défense. - Ah 1 oui, lui répondit-on. Les ,aviez-voUA donc confectionnées avec votre propre chair ? La présence aux cOtés de la France d'un grand pays, lui aussi envahi, occupé et pillé par l'armée allemande n'était pas de trop autour de la table des conférences pour contré· balancer l'influence de la banque Dmon and Read. Tel ne fut pas l'avis du gouvernement f r a n ç ais qui consldèra comme un grand succès de s'être isolé avec ses partenaires anglo-saxons et se félicita des recommandations de Londres et des accords de Washington sur l'Allémagne. DE plus en plus surpris. l'historien étudiera aiors les résultats de cette politique. Il verra qu'en 1949 le niveau de la production Industrielle de la Ruhr atteignait déjà les chiffres de 1936. Aux leviers de commande 11 verra les magnats, fideles · soutiens du pll-ngermanlsme et de l'hitlérisme. Lisant les déclarations des hommes politiques de l'Allemagne occidentale, 11 s'apercevra que' ceul'-ci rejettent l'i d é e d'une responsablllté quelconque du peuple alle- Quatre ans aprèS ... Les choses vont encore l'lus vite qu'au lendemain de la première guerre mondiale. La stupéfactll?n fera place à l'in'dlgnation quand notre historien apprendra que, malgré les démentis plus ou moins hypocrites, la question à l'ordre du jour en décembre ·1949 est tout simplement le réarmement de l'Allemagne. Il constatera que, sur le princtpe. les goùvernemeBts . amé.rlcain et fran((als. sont d'accord. Celui-cl préférerait toutefois que . l'armée: alle· mande ne soit pas appelée armée allemande. Il suffirait d'une armée européenne qui comprendrait 'des contingents allemands! POLITIQUE de Gribou1l1e, d!- sai t avec taison Pièrre Cot. Est-ce que l'intérêt de la. France n'était pas de trava11ler en premIer lieu pour la paix? Est - ce qu'un gouvernèmènt français digne de ce nom n'aurait pas un rôle à jouer, une tâche hlstori(tue à remplit si sa politique avait pour baSE! l'union avec tous ses all1è. sans exception? Malgré ia carence de nOI gouvf!rnants, 11 y a. tout de mêmé de grandes chanees pour que les efforts des pirtlsàns de la paix du mOnde entler fassent re((uler en définitive la · troisième gue r r , mondiale. . Il est donc possible et m6- me probable qu'à un momèrit donné un accord intérvlèrtne à l'O.N.U. sur le principe de la coexlstenC'e de pays à 'régili\eil é,con6miques différents . dam 1 Intérêt supérieur de la' pall', Ce jour-là la coalition" Atrân. tiq\1e n'a~ra plus de sens. Place Voltaire, l'autre dimanche, un vendéur de R(l.Isemblement Interpelle un diffU$eur de Droit et Liberté ... - Dans le temps où François Mll.uriac insistait pour s'y faire jouer, réplique J.-L, Vaudoyer. A la. suite de quoi, le Chicago-,---------------------------. Sentinel s'entendit condamner à 24.000 dollars d'indemnité. . Se prenant la tête dans les mains, l'historien se demandera pourquoi le gouvernement français a pratiqué une politique · aussi , folle, aussi contraire aux intérèts de la France. Que restera-t-Il alor~ de 'la pollt1que ·de MM: Georges BIdault et Robert .Scnuman ? Il réstera qu'ils auront déllbéré. ment laissé reconstituer à nos frontières le péril aile. mand, exposé l'industrie fran. çalses à une 'désastteuse concurrènce et détruit dé leurs propres mains les garanties de sécurité qui nous sont eS5e1'1· tlelles. . - Vas donc, eh 1 vendu li Moscou ! ... Notre ami rigole. L'autre le regarde, étonné du. médiocre résultat de sa provoca. tlon, 'coglte laborieusement, cherche une injure bien sentie, quelque chose qui marque comme un fer rouge. Enfin il trouve ; - Isrrzélite / Changement d'adresse Un mandat-poste de 3.300 francs a été remis, le 9 novembre 1949, au gll.rdlen de l'Immeuble 10, rue des Pyramides. Afin qu'lI le remette au Parti populaire frança.iJ. L'bpéditeur Itnorait sans doute que le sieur Doriot n'a plus là son bureau Le mandat émanait de la Ca.iJM cZe.s Allocations familiales, 15, rue , d'Arcole à Paris. Vous voyez l'ambiance. Il n'y a pas qu'un âne ... Contre . MM. J .-L. Vaudoyer, Fernand Gregh, de Lévis-Mirepoix, Gabriel Marcel, André FrançOis- poncet, M. Martin SalntRené s'est porté candIdat. Martin Saint-René? Keksekça? C'est l'auteur de nombreux sonnèts que personne n'a lUs. Il patronne en outre diverses institutions lyriques. Et pense qu'un lirai po~te devrait, en sa personne, avoir sa place sous la Coupole. - vivement encOJl.ragé, dit-il, par l'opinion qui dema.nde justiM. PJace, s. v, p. ! ... En attendant, les Quarante sont trente-sept 1 Ils seront un de plu~ le 10 janvier. COIllptèz sur vos doigts, ça ne fera encore pas le cOIllpte. Manque deux ! Ils ont noms Pétain et Maurras et sont retenus éloignés du quai Conti poUr des rll-isotls indépèndantes de leur volonté. D'aucuns pensent qu'Ils manifestent même une fA.oheU$e tendance à prendre au sérieux le tI', tre d'immorUls. Aux fMCistes. Il fallut aller en appel pour que le jugement fût CBSsé. Si tu ne vas pas à Roosevelt, Harry Truman irat- à toi En novembre 1942, à Alger, le journal La Dépéche célébrait, sur l'air de « Maréchal nous voilà " la résistance au débarquement allié et vantaIt le feu d'une mitra. illeuse bien postée et audacieusement servie qui avait blessé à. mort des soldats américains. En novembre 1949, à. Alger, le journal La Dépêche ressuscité parle du Message de liberté et d'espoir qui vient d'Amétique. Rideau. Péché mortel En Afrique du Sud, l'Eglille réformée hollandaise menace d'èxcommunIcation tout fermier qui appliquera l'insémination artificielle pour améliorer son cheptel. Utilisér ce procédé, dit l'Eglise, réformée, c'est commettre un péché mortel. Bon. A ce qui nous semble toutefois, l'Eg~ise réf 0 r m é e holla.ndaisè d'Afrique du Sud ne tlènt, pas le Sthatht de l'Atlantique Enfin, un « plan» . tIn prestidigitateur allenlànc1 en renom a écrit un livre intitUlé; Plus d'argent, plus de ca.. pital, plUS de tra.vall. - J'ai une solution, clame ledit prestidigitateur. a.ux ditficultés fina:~i~res de l'Europe. Car il faut vous dire que ce prestidigitateur se prétend avan1i tout· financier. . Dono, voici le plan; Remplacer le Deut:rehe-ma.rk par une nouvelle monnaie apilelée taler-or et garantie en or par un prêt américain d'un mllliàrd de dollars, en l'èSpèce une partie de l'or· entreposé à Fort-KMx qui resterait d'ailleurs à. FortKnox. Original, hein ? Injection d'or dans l'indUAtrle allemande? Il nous souvient de certains plans Da.wes et Young qui, a.u lendemain de la premi~re l'aube (Paris, M oR.P.-gouvernement) Une plaisanterie dangereuse. Non, l'Allemagne occidentale ne lera pal réarm~e. La pr~uve, la. voici, péremptoire, IOUS la plume de M. Maurice Schumann : Les Américain. sont en train de poursulvTe. en Allemagne, à ~a fois par vole d' ~licftes multicolores . et par une série d'éml •• lons radiophon iques, une campagne btun.nte pour dissuader I~. parents d'acheter â leurs enlants de •• jaùets militaristes . , Quand on a l'Intention de réarmer un peuple, on ne commence pas par lancer la propagande officieUe contre les soldats de plomh. Comment .·explique cette .. atesse ? Tout simplement par 1. fait que le président Truman. M. Achtson . et M. Johnson Ollt pris la peine d 'examiner les données du problème. L'article est intitulé : « une plaisanterie dangereuse •• En effet... . Par malheur pour M. Maurice Schumann. Il n 'est meme pu vrai que le. enfants ne pourront plU' .emander, là-bas, des revolvers et /le petits culra.sh au P~re N .. ~l ! Un porte-parol~ du haut-commillariat américain vJent d'annoncer que le décret interdisant la vente dei • jouets guerriers. a. 6tê u.pport6 ... CE MATIN \. - Le PA.Y8 '( Pa.rts, gauillstt) Chantage au réarmement Passons aux chOse!!; Itri~uses. ft ce Ma.tin " journal R.P.F., croit pouvoir révéler en cel termes lu rai ... sons du remaniement de notre ha.utcommandement

Un grave av~rtissel'nent a H6 donné ! la F;r .. nce : • R60r,al'lisèz vOtre armée d'Ici le 31 mars, sinon l'Ude américaine sera don'née à I! · Âutr~s . ~ Le iénéral Bradley et M. Johnson ont Informé, en effet, le. reeré$éntants de la France. que 01 nous ne 110ua révélons pas capables de guerre mondiale... aboutirent à Hitler. Un sépulcre ... '11 est vrai que le prèstldlgitateur en question doit s'en souvenir comme nous, Car 11 faut vous dire aU$si qu'Il fut président de la Reichsbànk. Au fait, lIOn nom ne vous est peut-être pas Inconnu. Hjalmar Schacht, ça ne vous dit rlèn? ... Une huile Mais le plus. fin de l'histoire, voyez-vous. c'est que du 'e6té de la Maison-Blanche, on preud le nazi Schacht très au sérieux. Son livre va d'allleurs être traduit en anglais. Il parait qu'avant de proposer l'Investissement de cap 1 t • u x étrangers dans la Ruhr, le cl\a.nceller Konrad Adenauer avait consulté Hjaltnar Schacht. Comme on vous le dit. Epilogue Le nommé von Choliitz, général de son état, a mal digéré les innombrables protestations qu'a soulev~ s dans le publlc français la. publication par Le Figaro de son plaidoyer pro domo. mettre .ur pied au moins la .tructure d'une défense nationale digno de ce nom, le nla.ximum de l'effort américain (qui nous est provisoirement consentl) serait reporté sur d'auires pays, notamment l'Allemagne. C'est cl qu'en bon 1rançal. on appeneralt un "hantage. MaiS finalement, le ,ênéral de Gaulle lul-même (en dépit dOl an!mosiU:. qu'il peut Dourrir ellverl telle "u telle personnilllté anglaiso ou amErlcalne) n'tat-II pas tI'a.ceord lur la néce •• lté de réarmer l'Allemagne de l 'Ouest 1 n n'èst que de lire aes discours. - Je n'y répondrai PM, dit-il, dans un journal français. Sans doute veut-Il dlre« de languè française :o. Toujours est-il que voilA. une . abstention compréhensiblè. Et une modestie un peu tardive t' notrj! goût. P.lus royaliste ... Toujours est-il que voil Choltitz déclare n'avoir jamais voulu doitner à son récit un caràctère publicitaire. Le titre qu'avait choisi le générai nazi . était, dit-il, celui-ci ; Comment le gén~ral commandant en chef allemand vit les dernièrs jours de l'occupation de l'aris. Ce qui signifie qu'en titrant : Pourquoi je n'ai pas dtltruit Paris, Le Figaro en aurait l'ajouté 1 Se montrant, en la circonstance, plus royaliste que le roi 1 Et quand nous disons royaliste ... En tout cas, il convient de faire le point: si M. Robert Schuman se refuse à connaître de la stratégie et, comme feu Poincaré. â la veille de lâcher prise, s 'accroche à la lettre des traité., 1es strat~ges françal. ont au moins le mérite de la. fran .. chlse. Et ce général qui, dans sa précipitation, en 8r-rive à taxer d 'hypo" crlsie le Quai d'Orsay et le Parlement, a droit, selon nous à une el .. tatlôn élogIeuse. M. Gimont, pourtant, auralt tort de croire que tout le monde, au Parlement, est « bYDocrite It. QU'il re .. lise, dans le « Journal officiel _, lei débats sur l'Allemagne. tOMSAT ~p~!~~ns~!~t~~!i~) ,(Paris, .socialiste incUp~ndant) Où sont les hypocrites ? Sur la .questlon allenl&nde, M. Robert Schumi.n & renouvellé au Conael! de la IUpubllque lei assurantes qu'li tlO11l1a li. l'Assemblie nationale. Mals quelquea heures plus tôt, observe M. Gimont. le iI~n~ral BllIotte. dont c!lacun u lt le rOlè oWciel aU Comlt~ mllitalie iles Nations uiIlès et les relations personnelles avec les militaires am~rlcains, décwalt au repr~.entant d 'un de nO' confrères du soir : • 11 n~ faut pas être hypocrIte. 0 est évident qu'il Coudra envls"g';r tOt ou tard une Ugne de défense sur l'Elbe, et la constitution d'une ar· mée aUemande se pose d'une façon evidente lo. Des lieux communs nous viennent sous la plume : De deux cho!e. l'une, ou qui trompe·t-on ? Ou en· "o~e. qu! CO!llffianl1a l Pourquoi nous adhérons au M. R. A. P. Sous le titre : « Contre le racisme, l'.ntlaémltisme et pour la. paix _, c Nôtre volonté ~, oreane des anciens comba.ttants jUil., dOllne les raisons pour lesqu.,Ues ce mouvement adhère au ~l , R.A.P. : 011 a vu parallèlement à la préparation d'une nouvelle guerre dont la m.èn,ee plan~ déjà sur le mond~. renaltre le danger aUenland. l'antisémitismé et les doctrines racb;tes. Le non, châtiment des cl'iminels de ,uèrrè, la non·1énazLfication a permis la I1bératlon d'n se Koch. la c chienne de Buchenwald Jo la repa ... rution de 1$ presse naz.ie et antisémltè dans la zone américaine d'occupation . Les anciens combattants juifs ont compris qu'il leur fallait dénOncer et combattre ct dang~rs (renaissAnce du dan,ër allemand. de l'antisémitisme et dès doctrinos raeiste,) l'ils VOUI"ieJ:\t rester fid~le •• l'idéal L'OUTRAGÉ n'est pas celui q'u'on pense ... • Et 11 \t'ouvera la réponse. C'est . qqe le gouvernement français a placé sa. haine du communisme et son host1llté à l'égard de l'U.Rj!.S." pays allié de la France, au premier plan de ses prêoccuIlations. Les intérêts nationaux. la sécurité de la. France sont devenus secondairès à ses yeux. Ce Jour-là, le traité d'anlance franco-soviétique conclu en 1944 POUl;' une durée dé Vingt ans sera notre tseule sauvegarde, si nos gouverna.nts ne l'ont pas déchiré pour fau-e plaisir à. Wall Street. , « Outrage iL agents », tel es~ le délit qui a.mena.it récemment MM. Darmont et Gordon devant le Tribunal correctionnel de Ca.en. débat. La vérité, c'est l'ju'U est inadmissible que la police vien· He prendre parti pour un arficle 1 L'AUTION nu 1l1.II.tt.P./ an lisémile. Selon les dires de l' « a.gent outragé », l 'un des inculPés aurait prononcé l~s parOles suivantes: « Vous êles trop payés et c'est nous qUi payons ». « Or il semble certain qu'un des ag~nls au moins ait pris lors de l'Incident "atlitude méme que l'on reproche à l'auteur de l'article, Une. lettre . de M. D. Olmer Quant à. l'autre : « On vous emm ... J~ vous ferai casser la gueule par mon frère ll. propos pour le moins malveillants, si touttfois ils sont véridi· qU"s. « Le déjit d'outrage en soi n 'est pas établi. professeur à Je Médecine la Faculte de Marseille' Une vingtaine de témoins à décharge a.ltirment que non, et sont venus iL la barre rélab/ir la scèng telle qu'elle s'est vérttablement dé- « De plus, il ne peut y avoir d'outrage à agents, l ' interv~nlion de la police pour appuyer l'auteur d'un délit - la diffusion par III pr'esse des « opiniom » racistes étan t un déllt puni par la loi - constitue une véritable voie de fait sortan~ du cadre normal de leurs fonctions. » M. D. Olmer professeur" la Fa---tulté de Méde~jne de Marl.1I1é, . ' roulée. . * adre .. ô au pré~id.nt du li R.A.P. ME ET 1N G S et RÉUNIONS .** Le ministère *pttblic a bien dù MM. Darmont et Gordon pas· déclarer qU'il bldtno.it un. articte saient agréablemtnt leurs vacan- qUi avait soulevé une désapl'roba, ces li ~rouville, lorsqu'il leur tom- t!Dn générale dans toute la ri!Qa sous la. ma.in, le numéro du gifJn. Ma.is i~ a ;JIrlf!endu que s;ü "!-t?is d'août' du Progrès de Trou· avait tout d'abord songé "'à pour'· Ville, Deauville et tout le Littoral, suivre l'auteur, tl avait finalement un article d'un ofntis.émttf.!Jme vio· estimé qUe cet article n'était pas lent, sous le litre. Lorsqu' ils sont iL prop,'ement parler 1111. article là. » et la signature d'un certain «ayant pour but d'exciler à. la sitUr Lerat. haine entre Français ». . Accompagnés de leurs ami!, les Et, citant la conclusion de t'ardeux jeunes gens se rendirent au tic/e anttsémite : dOlnicile de ce nz.onsieur Lerat « Pardieu, nous ne leur en voupour lui e:cprimer leur indiUM- Ions pas à tous ces gens dont les lion. Mo: L erat juniOr appela ' a.us· malheurs nous ont sotiv~nt émus sitôt la poUce. Pourtant Lerat, im- surtouè pendant l'occupation. Oe ~essionné par, la politesse des qu'on leur demande, c'est un peu ,eunes gens, pr~a tes agents de se de discrétion... et moins de sansretirer. ' gêne. Jusque là. l'hf.!Jtoire e&t Claire. c Leur étoile seraiL-elle maléfi· Mais pourquoi les policiers, après que ? On I~ croiraIt pU~Ue ce a1)Olr réintégré leur volture, sta- sont elU-mêmes .qui fabriquent tionnèrent·ils, guettant la IlOrtie lëurs malheurs et dMnent quel. de:f jeunes gens ? que raison à la ma.lédiction de Pourqu.Oi les ont-ils si brutale' Jehovah ». mene interpellés? Le mintstère public voit là. IIM U ne jeune fille s'étant écriée: précautiOn de style dénotant chez - Hitlèr n'est plus là, on a lé r alLteur le souéi de ne pas don· droit de parler! les agents se per- 170er cours à l'a.ntisémitisme 1 mirent de rétorquer par eelte pro- Se cantonnant IÙlnc au terfession d'antisémitismg : Tain d' Il outrages li a.gents », l! une letlre dans laquelle Il .~ soU· dar15e a\"èe notre action, En-particulier contre ia .-.parutJon de la presse nhie an IIsémlte en Allemagne ~. ~jd~nt.le. . ' , . , . Voici le tede de celle loltre : On. ne peut que partager votre indignation lorsquJon apprenrf. In r; .. apparition pouiblt de Journaux (.Y::1t1.~ '/te le Stürmer. J/j ont un~ lt.. ." ut: part de respollsa,bilité dans lès cri-. me" qui ,ont la honte de lIotre sie .. (at!. ll& le8 ont encouragêJ tl prauû · qUé". il& ont entretenu la haine. PourquoC fauC -il quo mlmo dan. Antre paUl, et dan..! bit.n de& .domalnu, A'a,nn.OJ1Cent ~t se prëci8ent du campagnu d. mlmo inspiratfon ? N. ftra.t-on rlon pour Iviter à no. tnrants les catastrophe8 tt lu ma.ua .. crU dont nou. avons ttt! 10. tA moin& indignl. et impul.sanl., el ,ouueat le" victime, ? Je $rLi! que votre Mouvement d'y ,emplole éntrgfqutmen/ tt Je ,ouhait, que Je,' tJfort! soient couronni6 de Jute!,. Veuillez agrOer. Monsieur le l'Tisi deltt, l 'duurtlnce dt me.! untlm,nt6 - Si vous. n'~tes pas content; Tribunal, tena.nt comp!e d.es nom 1. . mel/Uu". vous n'a vez qu'à. retourner dàns breux démentis et de la confu.· c votre» pays 1 ston des témOins ct charge, relax~ D. OLMER, C'est alors qUe M. Da.r17lont pro· !Ils d.eux 1eunes gens au bénéfice profeutur de la FaeuJt~ Le mercredi 7 décembre il 'S' ;j,' eu dans le 9ème et le 20ème des réunions élargies de , Comité qui ont été ~surées :par nos IiIl.Mlrades Palant et Volson.

. Le vendredi 9 décembre, Mau-' rlce Grinspan, secrétalr~ gél'16rà1' du M,R.A.P., a 'assuré deux rèUnions élargies de Comité da.ns ,le 18ème et le 3ème. .

Le jeudi 15 décembre, la. sec~ tion du 19ème a organjM a.u C .... fé du SOlell Levant. Placé du Colonel FabIen, un meeting où Qnt pris la. parole Saflrstéln, du Comité d'Action du M,RAP. et un représentant des ComMttants de la. Paix et la Liberté. Notre fllm a été projeté. ",ft ... . ... . Dimanche prochain 18 dicembre, dU1J! b. Inatint!e, (rand mèetlnr ~ Mauel",e pbur protester contre lh P",rOmS d'Irak et le r~arl\teme"t /l8 l'Allemarne D1lZJ.e. Serre Krlwk05- kl et Charles Palant prendr,)nt la parole. Projection du film du M.R. A.P. nonça la phrase qui, falsifiée du doute. de )lédecine de Màrsèllle. l'amène auiourd'hui sur le banc ........- ----.........................................' " des a.ccusés : 1--------....,...-----------------,----, - Vous n'êtes pas payés pour dire des choses I1areill~s . M' Moniquê Picard·We1/1 qui assure la défense, a., dans son' éloquente Plaidoirie, insisté sur !a façon dont le veritable proCès a été escamoté. - La question de savoIr si ce. pro,pos on t été tenus ou non, c' n'es. qu'un aspect juridil:,iue du de ceux qui sont tombés à leurs cOté •. C'est pourquoi l'Union a participé au eongr~s mondial des portil;à'n' de la paix. C'dt pourquoi aussi eUe a pris une part active à la création du M.R.A.P., ainsi qu'à ·la réussite de la magnifique Journée nationale du 22 mai dernier au Cirque d'H1- ver. E·rUDES 'soviétiques (Paris) « Orléans n'est pas New- ' Orleans » Dya Ehrenbollrg vient de Ure un numéro du « R.ea.de,. D1sest .. : J 'âl appris. en feuilletant le. pages, que Lamartine a prédit l'appa· r ition des c condensés • ou c digests • cent ans avant qu'Us n'envahis'.' nt les kiosque. français. Les généreux Américains réal1sent des miracles de cour.ge afin d'aider les pauvres Berlinois, et les petites Allemandes o1!rent aux aviateurs américains des vase! de porcelaine ipargnés par les bombardement •. J'avoue que je ne sais pas. apr~s avoir lu c Sélection 'II , s i la c chienne de Buchenwald lise Koch a oUert aux Américains des abat·jour en peau humaine. Je n'ai ptts trouvé non p lus de description des vase. japonais que 1 •• rescapés d'HiroshimA oHrent dijà, à n 'en pas douter. aux Américains. Mais cela n'est lm· putable, je pense, qu'aux nécesSité. de la condensation prOnée par Lamartine. 11 y ., dan. eette revue. un petit artiele super-émouvant qui bat tous leil record. du genre. C'est la blographlé d'un vieux noir, M. Charles spouldinli', qui est aussi un • gralld homme d'aflair~sl _, et qui raconte lui-même au lecteur. français comme 11 fal! bon de vivre pour les noiT~ dans la rlché et généreuse Alnerlque. Ici, Il faudrait tout citer ! lDtpo~olble de dOMer un • dl,e.t • d'Ehrenbol1\',N' • La parole est aux criminels ... 1 du La " problème juif " : "solution définitive!l!l L'.EX·TERMINATION J'Al travaillé pendant un an avec Henri Monneray à Nu~em- . berg. Nous mettiOn3 au point deux ' parties différentes mai.s complémentaires de l'exposé du ministère public. Avec toute l'équipe du parquet françai.s nous avons compulsé ensemble les inépuisables archives de la bibliothèque américaine, nous a.vons recherché et centralisé la documentatIon française. Je me souviens $ncore de la formidable moisson que nous avions recueillie. pes centaine~ et des centaines de documents peuplaient les dOSSIers, s'empila.tent sur les tables et envahissaient les bibliothèques et les casiers ... IIenri Monnerall a estimé que le trava.il jrançais ne devait pas mourir à. Nuremberg. Il a poursuivi ses travaux Bur la question dans laquelle il s'était spécial'ist! : la persécution des Juifs par les na.zis. Il a chotsi, classé, groupé les documents présentés à. Nuremberg, les éclairant les uns par les autres, retrouvant patiemment et minutieusement la filière de la vérité hf.storique. Il faut savotr ce que représente la colossale collection de Nuremberg pour mesurer ce que représente l'ampleur de cet effort. La « solution définitive » Le premier volume de documents de Nuremberg publté par . Henri Monneray aux éditions du Centre de Documentation Juive s'intitulait. : c La persécution des Juifs en France et dans . les . pays de l'Ouest •. L'auteur nous présente a.ujourd'hui le deuxième volume du diptyque: « La persécution des Juifs dans les pl!.ys de l'Est . , Le début de l'ouvrage est consacré aux principes et attX méthodes de la c solution définitive .. - cet euphémisme est celui- Id m~me qu'emlll()yalent · IIlt· 1er, IIlmmlér et leurs complices pou/l désigner l'e.tteT1ninatiol~ des Juifs. Puis nous voyons commènt les principes et les méthodes sont appliqués dans chaque pays de l'Est, e'~ particulier.' POlogné, Tchécoslovaquie, Hongrie, Yougo· Slavie, G~èc!l, BUlgarie, Roumanie. U.R.S.S. Les atroéUés les plus Inoures .àn.t transposées par les jonétiorl.- nalre~ nazts en comptes rendu.s administra. tifs détaillés. Quelquefois, pourtant, un poli~ ier e.tcité ou un SS emphatique etaie cr12ment 30n sadl3me et sa c Schadenfreude. (joie de détruire). C'est ainsi que les étapes IlUccessives de la destruction du ghettr;) de Varsovie sont saluées par de 11J1'iques bulletins de triomphe. La sténographie lie quelques dépositions de Nuremberg fait aussi revivre les visages sans 4me de quelques-uns des monstres Devant de pareils textes, que valent les discours, les témoigna.ge~, ~es diatribes? Le travail sCIentIfIque d'HenrI Monneray uniquement basé ' sur des docu~ ments allemands, apporte à. la lutte cOlltre le racisme et l'antisémitl3m~ • une contribution plus effIcace que des dizaines de réquisitoires. Ici, ce sont les aSS4ssins qUt ~xposent leurs forfaits. S'l1 fallatt un . sous-titre I!. ce livre, je prf,pos€ralS ; « La parole est aux cnnunels •. . II enri M onnemy prend SOin d'ailleurs de reproduire dans son ouvrage les déclaration finales fattes par les accusés Le livre est préfl!.cé par M. René Cassin, vice-présilf.ent -d 110 ConSèil d'Etat, et par le général Taylor, procureur général près les tribunaux américains pour les crimes de querre. ç ette jJu!Jlication arrive d ppmt au moment oti les néo-nazis reeommencent iL donner de la. VOIX en Allemagne et en, France. AlbGrt-Paul LENTIN. ancIen Chargé de mission au Tribunal de Nuremberlr Jeudi 15 decetnbre et vend.edl lS, r~unlons élar;ies de OO!1lité dàns les 3ème" et llème arron-' dJssemenla. . , .'

Le lundi 12 décembre s'eat ténue une réunion des secrétairèS de section où. ont été débattUJ lès . prOblèmes du M.R.A.P. et de D.L. On nous communlque..·~. • L'Aliah dès Û\lPèS or,ahil;è une soirée au Palals de Chaillot le Ill· manehe 18 décembre, à l'oce~!lan de Hanouka. . • Le 6 décembre a eu liéu i. la Mutualité un grand · méeUng de prot~.tatlon contre l'expulslen ~e tra vailleurs polonais d~ Ftlnèè. S~us la présidence de M. Justin Godart, ont pris la 'parole : MMe Irène Joliot-Curie, MM. R . Sarraute, J .• M. Hl!rtnann~ J a Raeamond, l'amiral MouUec, P. Bra\1.tlon, t4rrie Cotton, MM. Ouzoulias, Florimond Bonte, M' Bruguier et le professeur Baby. , • Le vendredi 23 décembre. A 21 heure.. aura lieu au Théâtre Sarah- Bernhardt, le !!Tand lIala "nnuel de l'Association des Trleoteur. Juils de paris. Participation de grandes vedettes. . • Sous la pr~sidence de M. Edmond Fleg, lé Con,6i! pour ""éducat iOr! et la culture. juive en Frb.ce or«knis. le mercredi 21 déCembre, à la s,ne Iéna. 10, avenue d'UM, une grande soirée de propagande. Les Amis des enfanta de fusillés et da déportéS sont oordialement 1 n vit i a à l'inauguration du Foyer de Jeunes filles de la Commis. sion centrale de l'Enfance situé 1, place LaVOisier à Arcueil, le dlmanohe 18 dé. cembre, à 16 heurés. Originaires de Chmielnik • L'active SoclHE de Secours ciutuel des originaire. dë Chmlelnlk et se. environs "rlanise le Salnedl 11 courant, de 21 heurel5 à. J'aube, lIans les oalo ... d. l'H6tel Moderne, place dè la Ripubliqùe, un grand Bal de nuit dé Ranoucka, au ('JfOrtt dt .e1 a\uvrh sOtllllea et d'ent~' .. lh. Vn programme CIIml'o&6 dt. meilleurs numho. français et yid4ilb a,rémontera ee~ beUe lOir6&. 1 ...1. . 1 1 i 1 1 ~ l ' . 1 ,1 1 ~ 1 OROIT ET tIBERT!" .-- Une 'QUE enquête de Jean MONTAGNEY: SE PASSE.T-IL AU JAPON? Scandales en cascade, Où habile l'oubli? ,marché noir, corruption et réarmement: VOICI L'EMPIRE (prov~oiIe) DE MAC ARTHUR Parler du marché noir? A quoi bon, il a existé dans tous les pays occupés. Mais r----- ce qUi. f~appe surtout au Japon, c'est J'eff royable corruption des hommes politiques, eeul parti d'opposition - ré colde, s mllitanstes, des gouvernementaux, . d ans un pays où le mot « honorable ,. re- tait plus de trois millions de t' h voL"\{. VIen a caque instant ·dans la conversation, dans un Etat qui a toujours revendiqué Quant à Mac Arthur. entouré le monopole de la loyauté la plus absolue, d'un luxe inouï, d'un pefsonnel Innombrables fur en t lell .candales à commencer par celui de Showa Danko qui coûta l& vie au "lsoinet Ashida, La eompagnie Iles engrais Setzuo Hinohara avait besoin d'un Ilr~t pour la reconstruction (plusieurs millions de yens),

rlm. corrompit un nombre imJlQrtant

de politiciens. dont le J'lus ,représentatif fut Takéo KurUl!!U, directeur général du Bureau de Stabilisation, memb~ e de la Chambre des Pairs et ancien ministre des Finances daM le cabinet Catayama. L'affaire des Mines de CharlIçn , est savoureuse : il s'agis.~ it d'empêcher les mines en qu,stion de passer sous le contrOle de l'Etat. Pour ce faire, 1~~ fonds turent généreusement prodigués, Ashida lui-même fut ' acçu"é d'avoir touché 111. forte IIQJnme, Le plue . !!lOuvent les· choses .'"rrangeaient au mieùx, Yoshida déclara que le. sommes touchées l'avaient été pour des raisons purement personnelae,

et que ' cela n'avait rien

l ... oir avec la politique (il s'agieeait de la bagatelle de 1.300,000 yens). Dana une autre affaire le même YOI!hida fit connaître que les fonds reçus étaient destiné au Parti ~. Dans ces conditions, bien entendu, on n'insista pM, Dans l'affaire de j·a liquiiiation du Comité des Armemente le prince Higà8huni - ancien premier ministre et, horreur 1 eamouraï - joua un rôle de premier plan et, bien que compromis, ne s'ouvrit nullement le ventre, On découvrit que le Comité en question ne s'était pas ennuyé. les membres avaient di.Japidé, en rep8.l!, danseuses partie~ fines et cadeaux, 4'0 millions de yens. On ' n'en finirait pas fli on voulait citer toutes les mal vereatione, tous les ' scandales : celui des chemins de fer, celui du ravitaHlement, celui des texW~~, etc. On étouffait, on enterrait le plus possible, Le menu fretin 'arrêté était libéré discrètement peu après, Seulement, le peuple se rendait compte et allx élections de janvier, [e parti co~uniste - ' L~TTR~ Dti BERLIN·E~rr Ici,. on • ne 'parle pas malS baisse des revanché pri•x . .• L'empereur Ma.c Arthur pose (lis f_ et de profil) pour la postérité innombrable, véritable , prc:tconsu~ il avaU d 'autres chats . à fou,etter que de s'occuper dei!! scandales, 11 mettait au point son Plan ». En marche arrière à tauté vitesse Et ce plan était simple, n s'agissait d'intégrer le Japon dans le clan des nations occidentales - et d'aller un peu plus vite, si possible, que polU' l'Allemagne de l'Ouest, En face de la Chine li- L,'tn'OE des Cl,uestions les .plus discutées ici, en zone orientale d'Allemagne, est celle de l'organls'atioll du commerce. De ' grandes difficultés à l'origine ont contribué à compitoyable des criminels de bérée, il convenait de fair.e de guerre, ont créé une base dé- l'Empire du Solell levant une j à solide à la naissance d'une base puissante, de reconstituer Jlliquer le problème, notion démocratique de la l'armée, Mais rien de cela ne Les autorités de la Républlque démocratique sont cep~ ndant loin d'être pessimis~ tes à ce sujet. Les progrès con.. idérab1es réalisés au cours de ces derniers mois ont répondu .. 'une gral;lde partie des ' objections fotmu~ées par les représentants du petit et du moyen commerce, . Le 'paiement des réparations La « Handelsorganisation :. (organisation du comfnerce) cl'Etat soulève certes bien des critiques, mais en déUnitive, 11 semble, comme le déclarait le vice-président du Conseil, Walter Ulbricht, que les mécontents se plaignent plus du manque général de marchandises que de l'existence l'nême de cette institution" é l, pouvait être tenté sans le retour Certes, des progrès consl- soci té dans esprit des gens, au régime capitaliste d'avant dérables ont été enregistrés L'amélioration const a n t e guerre, sans cet « harmonieux depuis la fin de la guerre, du niveau de vie, en dépit des équilibre économique dont Mac Mais personne ne nie qu'il difficultés ouvertement expo- Arthur parlait à tout propos, reste beaucoup à faire dans sées au peuple, contribue à Alors, n'est-ce pas, la paix n'était donner confiance dans les pas encore pour demain. le domaine de la production, Le 10 mal 1949, une preml'e're des échanges et de la réparti - institutions nouvelles, C'est bombe éclate: l'Amérique ' liOère tion, Le plan d'Etat prévoit ainsi que deux baisses consé- purement et simplement le Japon que c'est seulement fin 1950 cutlves des prix sont interve- de ce qui lUi reste à livrer des que l'indice de production de nues dans les magasins de «réparations , Le cadeau n 'est 1939 sera atteint, tant dans l'qrganisation du commer- pas mince car, ~n fait, les indusIes branches industrielles que ce ~ : baisse de 35 % le 23 triels japonais s'étaient arrangés mai dernier, de 35 % le 11 pour · ne rien verser ou presque. dans le secteur agricole, juillet. Sur les 2 millions .400.000 tonnes Il règne à ce propos dan. de matériel' prOlnis, à peine 50.000 les couches les plus larges de La qualité des objets mis tonnes avalent été emb,arquées la population une certitude à la disposition du pUblic - on ne sait trop du reste pour absolue. On comprend pariai- s'améliore de iour en jour, quelle destination, Quoi qu'il en t t d d acrlfices D'autre part, des traités soit la Chine, nation la plus emen que e urs s éprouvée par la guerre, ne tousont encore nécessaires. Tou- commerciaux signéS avec chera donc rien du tout et ce te la propagande officielle ex- l'U,R.S,S. et les pays de l'Est sera mieux ainsi car on ne peut plique que la responsabilité et du Centre européens, de songer à l'avitailler en machinesdu peuple allemand dans la même qu'avec certains pays outils le Gouvernement populaiguerre et ses horreurs, mérl- d'Europe occidentale, ont eu re, n 'est-ce pas ? te châtiment et réparation, une réperCUSSion immédiate 'Du coup les valeurs industrielmals qu'au bout d'un chemin sur le marché, La ' balance du les montent en flèche à. la Bourlong et pénible c'est la paix commerce extérieur , s'est as- se de Tokio. Mals on ne s'arrê- 1 i t tera pas en si beau chemin : des et la liberté qui seront g,a- sa n e e des perspectives fa- sociétés américaDo-japonaises _ gnées de haute lutte. Il est vorables apparaissent dans avec participation dominante de clair que, iiu point de vue l'avenir de la nouvelle Répu- capitaux des U,S.A. s'entend - français, une telle' attitude bllque allemande, sont constitJuées. Les lois antlest extrêmement favorable. Kurt NEUMAN. trust mises en sommeil. Les Zal- Elle c'ontraste curieusement batsu ont désormais le droit de reconstuire san s autorisation préalable, Les hommes d'affaires nippons pourront voyager, prospecter le marché mondial. On réhabilite Je capitalisme japonais, Quant aux conquêtes prolétariennes, si chèrement a.cqulses, les voici de nouveau menacées. Un projet réglementant le droit de grève est déposé, on va tenter de réviser la loi sur Jes associations ouvrières. La Military Pol!ce tape à tour de bras sur les crânes de granit des soldats démobilisés lorsque se déploient les bannières: « Ou travail! Du riz! Un toit! » Naïvement, les malheureux qui ont échappé ' à mille dangers écrivent sur leur bulletin de vote leurs désIrs et leur haine: « Donnez des vêtements à nos enfants 1 , « Punissez les traltres, les accapareurs! ,. n y a actuellement au Japon hult millions de chOmeurs. L'indice de la vie a monté de 100 en 1945 à 4.900, celui des salaires est demeuré aux environs de 2.900, Face à cette situation, le gouvernement n'a trouvé comme solution que Je blocage des salaires, l'accroissement· des exportations - mais vers quels , pays ? - et le retour aux Zaibatsu. Quant à la ~ Croisade idéologi- / qae ,. de Mac Arthur, l'importation de Bibles par topnes, elle ne semble pas donner des résultats . bien bri.Jlants. , ' . Tout le problème consISte donc à. savoir dans quelle mesure l'armée Japonaise reconstituée, armée, équipée à. l'américaine, pourra être utilisée éventuellement contre la Chine llb~rée, contre l'U.R,S,S, Car c'est là, Il n'en faut point douter, la .suprême pensée de Mac Arthur, Peut être que, dans cette question, le prolétariat japonais aura son mot à dire, Peut-être que les 'pauvres mamans japonaises sont lassées de faire sans cesse et toujours des enfants pour la guerre? N'y a-t-il pas tout le désespoir d'un monde dans cet air que chantent les fUeuses en berça.nt leur tout petit? Sur la terre il 11 a du bon sol8tl [et des jleur&, Mais dessous. On n'a plus jamais faim, plu, [iamais froid", Jean MONTAGNEY. ETUDIANTS vous pouvez obtenir DES BOURSES M. Haïm Benveniste, qui préside 1", Fondation Jacob Benveniste, nous bit sa,voir qu'à' la suite de l'article paru dans notre dernier numéro sur les activités de cette oeuvre, un certain nombre de donatelirs ont versé des sommes importantes pour l'aide aux étudiants, La Fondation Jacob Ben· veniste a. pour but d'aider à poursuivre leurs études supérieures, les jeunes gens et jeunes filles dont les parents ont été fusillés ou déportés pendant l'occupation nazie, Les étudiants intéressés peu· vent encore se faire inscrire nombreux au $iège de la Fond, ation, 146, Faubourg-Poissonnière, d'autant plus que (nou. n'en doutons pas) d'autres généreux donateurs \Îendront apuorter leur appui à eette utile institution. par Edouard VOJSIN L 'E1.ffiARRAS et l'inquiétude de ceux que le vaste courant d'union au sein du M.R. A,P, empêche de dormir, s'expriment par des arguments peu convaincants au travers d'ull article paru récemment dans 4: L'Echo Sioniste " organe de la Fédération Sioniste de France, et qui s'intitule: « Face à l'antisémitisme renaissant, une seule réponse

le Sionisme ».

Que ce journal professe que le sionism e soit la seule solution au problème de l'antisémitisme, c'est son affaire et son droit, au même titre que le croyant qui met se~ espoirs dans la. venue dLl messie, que le commUniste conva.incu que la suppression du réginle capitalisLe supprimera lés causes des haines et des persécutions raciales. Mais là où ce journal dépasse la mesure du bon sens, c'est lorsqu'il écrit : « Certaines organisations juives qui it 1/ a un an, au moment où La naissance de l'Etat d'Israël provoquait L'enthousiasme des ·Juifs du monde entier n'osaient attaquer le Sionisme, essayent de détourne'" aujourd'hui les Juifs de 'leur lutte nationale... C'est la lutte contre le racisme et l'antisémitisme parallèlement d celle menée par les grandes organisations dèmocratiques qui serait le seul remède possible dans la situation -actuelle, Ceux qui devant les crimes commit dans le monde entier contre les Juifs répètent inlassablement cette. formule empruntée à certain catéchisme, oublient une chose: 'les fours crématoires et les six millions de Juifs exterminés par les Nazis )l, Les sionistes adhérents au M,R.A.P, et qui représentent sans' aucun .doute l'immense majorité des sionistes, malgré les ordres de certains de leurs dirigeants, apprécieront à sa juste valeur cet article contraire à la vérité la plus élémentaire, Ainsi dans un but bien déterminé, on persiste à soutenir que le M,R.A.P, est un mouvement « antisioniste ». De telles affirmations ne peuvent résister devant les faits. Notre président M'André Blumel dont le dévouement à la cause d'Israël est incontestable, est-il donc « antisioniste » ? MM. Bulawko et Lerman, membres de notre Comité directeur et respectivement dirigeants du Haschomer-Hauair et du Poale Sion de gauche ontils donc des "leçons de sionisme à recevoir du signataire de l'article en question ? A LORS quoi, de qui se moque- t-on ? Nous retrouvons ' là les arguments déjà utilisés par le journal en y iddisch Notre Parole de M. Jarblum donnant l'ordre à tous les sionistes de rompre avec ceux qui ne le sont pas. Ce qui n 'a pas empêChé de nombreux dirigeants sionistes de participer à la conférence de la salle Lancry, aux côtés des · mille délégués représentant 102 sociétés et organisations adhérentes et 30 organisations non adhérentes au M.R.A.P: Cette conférence n'a été qu'un point de départ vers l'union toujours plus étroite des masses juives de toutes opinions, croyances et conditions. Inlassablement nous continuerons dans cette voie jusqu'à l 'interdiction de La Sentinelle et Aspects de France dignes successeurs dù Pilori et de l'A ction Fra.nçaise ainsi que de toutes publications antisémites dans le genre de celles d'un Bardèche, Sans relâche nous mènerons' la lutte contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme en France et sous toutes les latitudes, et aussi et surtout contre la renaissance du . nazisme en Allemagne. Car, contrairfment à l'opinion émise par «Notre Parole », nous considérons que ce qui se passe en Allemagne n'est pas seulement -l'affaire de ce pays, ,mais aussi la nôtre, Non, nous n'attendrons pas l'arrivée de nouveaux gestapistes et miliciens, nous ne sommes pas prêts pour les barbelés et les wagons plOlubés, les supplices et les tortures. Nous ne nous sentons aucune vocation de martyrs, Et c'est la raison pour laquelle nous sommes très préoccupés de ce qui se passe au-delà du Rhin, et cela avant qu'il ne soit trop tard. OUI, nous serons fiqèles au serment solennel que nous avons fait le 22 mai lors du Congrès constitutif du M,R.A, P., avec 2.000 délégués venus de toute la France ... ",de rester fidèle à /,a mémoire de 6 miLlions de nos frères fusillés, tués au champ de ba,taille, exterminés dans les chambres à 'gaz et les fours crématoires ... .:.de ne jamais oublier les C1'imes commis par les a.ssassins fascistes et leurs complices, coHaborateun et agents vychis tes de La Gestapo. Nous avons le devoir de rappeler qu'Hitler n'a jamais demandé aux Juifs leurs opinions politiques avant de les exterminer, qu'il en est de même des pogroms actuels d'Irak, et qu'il en serait · de même demain, si par, malheur". mais ce malheur ne sera pas, et ce précisément parce que nous ne sommes pas les seuls dans cette lutte, parce que nous avons conscience que le racisme et l'antisémitisme ne sont pas des espèces de calamités qui périodiquement nous tombent du ciel, mais des armes idéologiques de préparation à la guerre, Il est donc logique et indispensable que les Juifs s'unissent aux forces de démocratie et de paix pour . empêcher que les fauteurs de guerre mettent leurs criminels projets à exécution et plongent à nouveau le monde dans un bain de sang dont ils seraient res premières victimes, ainsi que l'Etat d'Israël lui-même. Est-ce donc ainsi que nous oublions les fours crématoires et les six millions de Juifs exterminés par les nazis ? C'est au contraire dans la mesure où, par notre union et notre action, nous empêcherons le retour à la guerre et à' la barbarie hillérienne pour .assurer à nos enfants et à nos foyers la sécurité, que nous donnerons le meilleur gage de fidélité à nos chers disparus. La cause est donc jugée, Nous sommes dans la juste voie. A nous de tirer les conclusions pratiques, de renforcer encore le M.R.A.P. qui déjà est devenu l'élément moteur de la lutte des masses juives contre le racisme, contre l'antisémitisme et pour la paix, et de faire de notre hebdomadaire DROIT ET LIBERTE une arme puissante. Quiconque cannait l'enthousiasme, le dévouement de nos militants pour notre juste cause, qui est celle de tous les Juifs, peut être assuré que le M.R.A.P. ira toujours de l'avant vers le plus grand succès, Johannesbourg • Un grand événement artistique. - Le maréchal Smuts vient d'offrir aux • .Amis sudafricains de l'Université hébraïque de Jérusalem. (pour qu'Ils l'expédient .ur place, au mont Scopus) son propre buste (IICUlpté par le maltre Kottler). New Delhi • Le eorutrueteur d'avion. de la Luftwaffe Willy Meslerschmidt vole vera d'autre. cieux, n est attendu aux Inde. par le pandit NehrU q,ui s'est a .. ur~ se. services pour la construction d'un nouveau prototype, Washjn~ton , • Pour réussir en politique, il suffit de faire du charme, estime M, Dawley, leader répllblicain de l'Etat de Washington, n propose. en conséquence, la création d'une école spéciale qui trasformerait les membres de son parti elil pin·up boys. Rome • Le parti des chemises bleues est l'é'tt connu parce qu'il tu .. sion na, dès 1923, avec le Parti fasciste. n va rena ne !!SOUIS 50n nom. d'origine, avec l'~utorisa. tion de MM. de Gasvel'I et Scelba, Jaffa • 500 vaches, achetées par le gouvernement d·Isr~ël. viennent de débarquer d'un bateau américain A J~fa, suivies de 180 veaux qu'elles ont mis 1:)as au cours de la traversée. Or le contrat prévoyait qu'elles devaient vêler dans la qUinzaine qui Bulvrait leur arrivée. Lee delStina'" ta ires menacent de renvoyer le tout, Braunau Or, si certaines marchandiles manquent encore dans les magasins, c'est parce que la r;uerre hitlérienne a laissé des traces. La prodûction n'atteint que 75 % du niveau d'avant guerre, Les réparations - qui sont effectivement payées - ralentissent d'autant la rapidité d'un retour souhaité à une prospérité plus grande, avec les propos revanchardsl------------------~--------------~----------------~.~--------~------------__________________ Charles _________________________________ ~ _____ __ qui retentissent jusqu'à la. tribune du Parlement de • A BraUllau, ville natal. de Hitler, un orateur démocrate évoquait les atrocités naZie., L 'interrompant, un néo-nazi d~ • l'Union des Ind.pendants • lui cria : • Avec ta sale pelu, nous ferons un abat .. jour :.. C'est ce que 1 .. eorrespondant du • Manchester Guardian ~ en Autriche appelle un « jncident fâcheux •. Des problèmes posés franchement Ce qui, frappe l'étranger ou ]'~llemand venant des zones occidentales, c'est la franchlle avec laquelle ces prob1è- , mes sont posés par les rtrembres du gouvernement démoeratique et 'tes dirigeants des partis représentés au Parlement. Bonn, Perspectives favorables Le peuple en Allemagne orientale n'est sans doute pas entièrement débarassé des influences du nazisme, Mals leS conditions économiques qui lui sont faites contribuent chaque Jour à l'assainir davantage, La confiscation des usines et des terres appart. enant. aux Junker, la réforme agraire, le chàtiment lm- DACHAU (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) enthousiastes de tous ses dépuUs ~zls et pro-nazl~, les deux llommes ont redoublé d'Injures eOntre « cette organisation de résistance française privée venue sans aucun mandat offlelel » pour « empoisonner l'atmosphère de 8 reJatJoJUI franco-allemandes », tellet'l que MS messieurs, en bolL~ « Européens », les conçoivent, On règlera ensuite leur compt. aux antlfasciste.s allemands qui se sont solidarisés avee loenrs camara'des français. Déjà, une enquête est ouverl.. pour .avoir qui, du côté de Dachau, .. « vendu la mèche li, EN attendant. les Journaux de M1Vlleh surenchérissent les UlIS Su.r les autres, traitant, à l'Instar dU Dr. Auerbach, de 1( machination communiste l) J'enquête d'une oommlssiOn qui eomprenalt l'abbé de Firminy l'ioton, le député modéré Cb, Serre, Jft:. Mouttet et M, PruIIlères, "JE REVIENS DE DACHAU» par M. Vilner Vendredi 16 décembre, aura lieu à Metz une conférence assurée par M, VilDer. secrétaire géneral de rU,J,RE. et président de l'Association (les déoorté$ juifs, qui dODnera. un cOmote rendu de la mission it Ilachau, snr Ill. profa.nation des tombes de dénortes Tonte la population est Invitée, Pire : une Importante rèullle néo-nazie, le Münchner Merkur a osé imprimer que ces déportés français, tous anciens de Dachau, étaient des « hôtes lndésirabllll! li :

Ils n'ont pas agi comme on

fait d'habitude publiquement, non ! mais comme des cambrioleurs qui craignent )a lu- . mière du jour •. éorlt l'éditorialiste du «Münchner !\{erkul», Jamais l'expression « Le voleur qui crie au voleur)} n'a été aussi vraie.

Une telle attitude, oontlnue

l'éditoriailste du " MiinchneJ' Merkur » ne peut, pour reprenqre )es paroles du Dr. Ehard, qu'être qualifiée de l'Icandaleuse. On en trouve l'explication lor3qu'on sait que les réeistan'ts français appartiennent au parti communiste français et qu'ils poursuivent le but de torpiller l'entente franco-allemande pour éviter une nouvelle défaite du communisme mondial... Pour noue se pose. la question de savoir combien de temps encore on permettra à des personnes ou à des groupes privés de pour~uivre leur propre politique étrangère , C'fl/St un lait que cette rommission d'enquête n'a. pas été envoyée à Dachau par M, Robel! Scbuman. Mais justement, 'es repr~sentants officiels de la France toléreront-Ils longtemps que tous ces continuateurs de Goebbels, reprenant le langage d'Abetz et de Ribbent~ opp, craehent ainsi sur de.~ Français qu'i1~ n'ont pa3 réU!!sl à tuer dans le camp de Da.chau r ! LES SOUVE'NIRS· INÉDITS D'ÉMILE BU RÉ ~. " • l , ' ",~,~! ~ '... ' '~. {' • : . . ~' (VI) Les tristes sires du Fort-[habrol C'EST dans l'immeuble du 45, rue de Chabrol, gardé par des tueurs de la Villette, que Jules Guérin s'enferma avec ses amis lorsqu'un mandat d'arrêt fut lancé contre. lui à la suite des manifestations qui suivi· rent la mort de Félix Faure, à l.a suite du complot qui visait à ramener. en France le jeune duc d'Orléans. C'est l'épisode du «Fort Chabrol ». Un manifeste proclamait les Intentions de ceux qui, volontairement, s'y étaient donné rendez-vous : (Citoyens, l~ poignee d'hommes déterminée à faire r~pecte!' la liberté Individuelle par un gouvenlement ca-pable de toutes les Infamies, vont sacrUier leurs existences pour la cause de la liberté des opprimés, Le peuple de Paris co~p rendra-t-IJ la h aule portée de l'acte que vont accomplir ces hommes eL fera-t·i1 cause commune avec eux ou bien les lalssera·t·i! lutler oeuls contre lin gouvernement exécuteur des ordl'es de la juiverie cosmopolite? « Citoyens, quoi qu'il IIJ"rive, les Anlijuifs enfermés au Grand Occident de France Muront taire leur d€l'oir. Ceux qUi sont prêt!; à mou!'lr pour la caus~ de 1& liberté vOllS ealuent » L'histoire du «Fort Chabrol» La police menaça d'assiéger le « fort Chabrol », Le commissaire s'étant présenté pour parler à Jules Guérin, celui-ci lui déclara : ({ Si vous voulez nous prendre par la force, nous résisterons, Nous ne sortirons d 'ici que morts ou libres », Les ligues nationales avaient l'rorpis du secours aux assiégés; elles ne tinrent pas leur promesse, mais la rue fut ensanglantée, Le préfet de :g.olice Lépine note dans ses mémoires: « Le bLocU8 fut-iL sérieux, je (TRAGI COMEDIE) Lcs amis dl' Drumont sont montés sur les arbres pour voir la. dégradation du capitaine Dreyfus (grà.vure d'époque) n'en ?'épondrai pas, car je voyais chaque jour l'officier de pa.ix assis sur une chaise, devant les fe nêtres du fort, déployer avec ostentati.on la Libre Parole l. n ajoute plus loin: ({ Dès qu'appa1'aissait un inspecteur ou quelqu'un de citez nous, une décharge criblait le pavé de baHes tout autour de lui », Le soir du 20 aoùt, un nlillier de « chevillards », de « servants d'échaudoir ll, ce qui restait des « Amis de Morès », attendit en vain, boulevard Magenta, les renforts promis par la Ligue, Ceux-ci ne paraissant pas, ils foncèrent tout à coup sur les brigades centrales que Lépine avait groupées dans les environr et en face de la rue de Chabrol, « L'élite de mon personne!, dit le préfet, dut mettre des hommes de six pieds que j'a.vais adossés bien en rang au' marché couvert qui fait le coin de !a rue, En dix minutes, cent cinQuante d'entre eux jonchaient le trottoir, le sang ruisselait ... Si les émeutiers réussissaient à s'engouffrer en masse dans la 1'ue Chabrol, ils délivreraient Guérin et ne se semient arrêtés qu'à l'Elysée, Je vis tout cela, dans un éclair. Mes hommes étaient ébranlés, ,~inon démoralisés. J'appeLais toutes mes réserves et à la têtè de ce qui se trouva sous ma main, je fonçai sur ces sauvages, Je crevai leurs rangs, je !e.s poussai !abre au clair, jusqu'à La grille de la gare de l'Est », Le préfet de police dramatise. Comme nombre de Parisiens je me suis promené aux alentours du « Fort Chabrol » et ,je n'ai jamais cru qu'à son sujet le gouvernement ait eu le moindre tourment. On prétend même qu'il facilita' sa tâche, II avait des complaisants dans la place et aussi parmi les hommes des Ligues dont il Jollicita les bons offices de negociateurs. La garnison se rendit sur la promesse qu'elle . pouvait se retirer sans être inquiétée. L'année suivante la Haute Cour envoyait Jules Guérin désabusé à Clairvaux. Il fut accusé « d'être de la police » et voici une anecdote qui n'est pas pour démentir cette accusation: « Lors des inondations de. la Seine, à la suite d'opérations de sauvetage où sa bravoure s'était attestée, j'étais chef de cabinet d'Aristide Briand. ministre de l'Intérieur. Le directeur de la Sùreté Générale vint me trouver pour me prier de demander à mon « patron» la permission de payer les obsè' ques de c/;'lui qui avait été son 'adversaire déterminé. Je me souviens même de la réponse 'qui me fut faite par Briand, quand je le joignis: « Mon petit, nous serions des ingrats si nous ne récompensions pas aujourd'hui Guérin des coups de matraque qu'il nous distribua libéralement. L'occasion est unique. Allons-y ~. Panama Le scandale de Panama éclata à point nommé pour asseoir les affaires de la « Libre Parole lI. Joseph Caîllaux a-t-il été sage de réduire l'étendue ,de ce scandale? Il a écrit dans ses mé{lloires, publiées en France apres l'armistice: « C'est une triste histoire que celle de la guerre des jeunes et des vieux 1893-1894. Des jeunes aux dents longues bondirent sur un scandale qui s'offrait à leur avidité. Négligeant d'exiger que rendissent gorge les grands fOTbans qui avaient arraché des millions à la Com· pagnie de Panama, ils s'achar· nèrent sur des parlementaires accusés, à tort ou à raison, d'avoir K pignoché l dans !es fonds secrets de l'entreprise. Jaur ès a dit à la tribune de La Chambre comment de ieunes professeurs de ve.'tu se rêpandi1' ent dan,~ les couloirs du Pa· lais Bourbon, excitan.t les gens d'extrême-gauche, les pressant de réclamer la lumière, toute la lumière, les poursuites, les exé· cutions. Admirable occasion pour paver la voie aux impatients, le Panama permit de liquider sans frais un personnel de gouvernement, personnel gambettiste. Sans doute, je le reconnais, y avait-il pa1'7ni ces hommes qu.i avaie1tt fondé la République quelques brebis ga· leuses. n eût suf.fi de les pous· ser dehors par les épaules, doucement », (A suivre) Nouméa • Le comité de lutte pour la pajx formé ~ Nouméa exprime, da". sa déclaration eon.titutive, sa volonté inébranlable de travailler à unir les efiort. de. travailleurs et démocrates de Nouvelle- Calédonie à ceux de tous les partisans de la paix. Novy Sad • 7,000 prisonniers politiques sont détenus dans la pri~on de Novy Sad (Serbie) pour opposi" Uan au gouvernement Tito. Un évadé, l'ancien officier T .A. Iva:a, révèle que le régime est digne des camps de concentration et Que les détenus militaires sont fusillés sans jugement. Aleltandrie • L. tribunal militaIre a condamné trois adultes à 3 ans de prison pour c détention de littérature communiste " et si.."" jeunes gens à 7 ans' de prison pour c appartenance à une organisation ayant pour but de raiTe régner une classe sociale sur l'autre . New-York • Comment vivait, cinq, siècles avant J.-C., la communauté juive de l' le Eléphantlne, en Egypte, sur le Haut-Nil? On vient de tradujre au Musée Broocklyn une sërje de manuscrits qui apportent de précieux renseignements SUl' ce point. Munich • Rayon des abat-jour, _ 11 parait que nse Koch a reçu, dans sa prison douze demandes en mariage. dont une d'un Américain Qui lu i écrit : c VOU8 se ... riez pour moi la femme idéale •. Nous ne dirons pas que tous les goûts sont dans la nature, • Moscou • Un ouvralle d'ethnologie marxiste • Les peuples du monde Jo est en prépara tian à Moscou. Il cOlüiendra. en neuf VOhl'" mes. des études très complètes sur les origines, les moeurs, les relations, etc., des différents peuples, Tel Aviv • Deux grève. totale. de 24 heures se sont déroult!cs le 7 décembre en Isra.ël, Les cheminots ont revendiqué un Incilleur salaire. Le personnel des cafés ~t restaurants a protesté contre l'inau'Ruration d'un nouveau licket d'alimentation pour le! repa3 servis. 1 l 1 ~ 4 ~.'~~. ~1~-29 janvier 2010 à 09:33 (UTC) __ ~~-'--__ ~~ _____ ~ ___________________ ~ _________ ~ _____ _ OI(OIT ET lIBERT! HENRY FO D, TECHNICIEN DE L' ANTISÉM IllSME A RÊTER CELA ... PRODUISAIT A LA FOIS POUR HITLER (POISSY) C'ést le laniage mème dé Hitler. C'èst (( l'èspacé vîtàl » qui « justifiait» les alressioIis et lés annexions du Führer. Sàns aucun doute, (jui, dit « Afrique » penSé aussi « Pologne » ét ( Alsace ». Et cela' n'!!. provoqué aucune réaction chez les Alliés ocCidentaux. ET LES ALLIÉS (DÉTROIT) coup plus arands si là. C,G,T. clandèstiné n'aviit freiné la production. Au déb'ut dé .1941, âvâit lieu le premier arr~t dé travail, il y èn eut, par la suite, 42 autres. NOUS avons. examiné la se!flaine derpièr e comment Henry ~ord était Ve?1U. de l'antisoviéti$ me à l'ântisemlllsn\e. D'abord contacté pa.r BorIS Brascl, emlgré russé bllj.nc, il finit par être décoré du Gran d Aigle germanique sous la haute protection de Hitler. En 1937 donc, Ford installe à Poissy sa première usine de constructiOn c: française ), Là supérflcie totale des terrains occupés est de 236.74.8 m2; et lès bâtiments couvrent 57.000 m2 environ. Tout le gros oeuvre est en béton a.rmé dont le st.ble et les gr a vll10ns provien- .. • • L'Immense vèrrlère vitrEe ' de l'nllne de PoillY' (\ouvre une ,urfMle de 30.000 m2. SeuleméJI.~ 10.000 furént détruits InrJ des \)nmbe,rdements .. Illés. nent des carrières de la. propriété. Cert:Unes mauvaisés langues ajoutent même què M. Legrand, secrétaire général de la société, et M. Tainon, maibles de les souténir vont être remIs aux mains de la GestapO. Juifs et communistés de chez Ford sont dirigéS ~nsel'nble sur Fresnes, Daellau ou auchenwII.ld. En 1942, l'avIation all1ée vient bombarder l'usine, c'est surtout la ville qui est touchée. Cependant, les Allemands décentralisent la prOduction et à la libération quatre entreprises Ford travaillaient pour l'armée ennemie : à Bourges, La Courneuve, Ivry et Poissy. Il est d'ailleurs .intéressant cle noter qu'en même temps Ford produisait . du matériel pour l'iirmée américaine et réaijsait des millions de dollars de bénéfices avec ses usinéS de Détroit. ... ET SES BENEFICES Le rendemènt fut des plus importants. La commande allemande dépasse trois milliards qui comprennent des camions, moteurs de chenilléttes (75 par jour), réchauffeurs à gaz pour le front rUS$e, etc ... A~rès avoir lutté au sein des sociétés pronazies, Henry Ford armait mainténant les troupes allemandes qui devaient être écrasées à Stalingrad. LA LIBERATION Les bénéfices (àvoués) s'élevaient à 3lS.l22,517 Ïrancs, ils furent bloqués et peu de temps aprês: Léon Blum donnait l'ordré de les libérér. cés conforta blés bénéfices auraient d'ailleurs pu être beau- LE ({ BLANCHISSACE » A la libération, nol!uss, Jjrésident dé la société, fut art~té ét éIlférmé à nrancy màil!, rapidemént, Lacéstè, mlIlistré du ItouverIlem~ nt de Gaulle et ministre • dès Téll~bres à l'heure actuelle, le fit libérer, Pèndant cette période, ce fut Legràl'l.d, bras droit dé Do1tuss, qui prit en main les intérêts de For4· COmme par hasard, dès sa SOrtié de Drancy, Dol!uss partit en mission aux Etats_Unis, cOmme châr~é par. le gouvernement français du plan Monnet. Les résultats ne se firent pas atténdre ; 9.000 càmions étalént expédiés du Can'lda aux uainès de POissy pour être montés et vendus, Dolfuss ne caché d'ailleurs pas soli. illtluence auprès d~s milieux dirigeants français puisqu'il déclaré 1ul.même que • .dans le passé, il eut l'occulon dé rendr" quèlques menus servlcès à Léon Blum '. Profitant de sa fausse situation, la Ford S,A.F. (société anonyme • fnnçaise .) Jouit dés m~mt!s droits que les véritables sociétés françaises Auxquels s'ajoute le privilè{/e conféré par la majorité d'action aux mains de Ford (73 p. 100). Ceci permet certainéS opérations financières et matériellM comme l'importation de pneus, de moteurs, de machines-outils, étc. .. Toutes ces importations ont permis à Ford d'inténsitier SIl, production ... et d'accroltre ses b~nMices. N6us en parlerons la semaine prochaine, (A suivre). Jacques LERDAT •. Le « défaitisme» des Français Si patent ést le dantèr, si élairé, la n!alité pourtant que, brusq uémertf, voilà lés responsables qui avOuent, lès mentèuts obligé' à rec6I'maitre qu'ils mentaient. Ce sont les frères Alsop qui ont donné le signal de ce revirement dans un article rétel1- tissànt du New-York Herald Tribune, la semàine dernière ; «La déclaration du 8écrétaire à la Défense, Louis Johnson, écrivent ces journalistes américains, selon laquelle les États-Unis n'ont pas l'intention de réarmer l'Allemagne, peut étre vraie - PIlur le présent ... En r~alité, la déclarll.t1on de Johnson était de tOute évidence destinée en premier lieu, à la consommation (sic) françaisè ,.. Iteconnaissant que les Français sont hostiles au réarmement de l'Allemagne (ils appéllent cela ; défaitisme) les Ïrères Alsop déclarent Qu'il serait « dani'ereu,x » de « laire des concessions li aux Français et qu'il faut poursuivre le réarmêment de l'Allemagne, qui n'ést « qu'une parUe d.'un plus vaste prOblème : la défênse du monde occidental dans son ensemble - y compris les Etats. Unis •• ... La combattivité des généraux ... Et de donner eette sion; « J,e fait est que le général Georges Revers. et le général re de Poissy à l'époque, ~r"""""""~"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""" .... ~, gagné pas mal d'argent danS eetté affaire ..• LA COLLABORATION ... 4l'rès la débâcle de 1940 toùt lematérièl qui avait vi l'exode jusqu'à est dé retour à Poissy. Il cHte fols de t,ravai1ler r~âChe pour le compte nâMa. J'avais choisi un autré métier On demande· élèv~-pilote , E1n un mois de temps, l'appareil industriel est à fonctionner. L'appareil licier est mis en place, Juif ne rèntrera dans tôus ceux qui sont pour travail manoeuvre dans bâtiment CROISES !:,ROBLEMI N° 1 ~11'tl'II'IIIII.IIIIII I! 'II'III II ' II III"IIII'IIIIIIIIIII"I' II ' H I II 111111111 1111"1111 11111' Il ' 11 111 ~ 1 LA JOIE DES PARENTS 1 ~ "1111111111'111111111111111111111111111 J 111111111111 ~1I 111111' 11111111111 l '11111111111 Il Inlili rrll~ Daniel JI retardait" en tout ANDFtE avait trois ans de plus que son peti~ frère. H se crOllait bédUCOUp pLus fort a tous égards, et l~ faisait sentir a son cadet a chaque OC" etLsion, bonne DU mautatse. On l'ènt~n4ait souvent dire d Daniel, lorsqùé . celui-ci s'emjJàrait d'un jou~t un péU compliqué a remontér, ou de la patiltette, Ott de tout objet que son Qr4-iul. frèrè audit eu en maiits: - Ne touché pas d ça, tu es trop petit. Tu ne Bais pas lé faire marcher. Tu vas le casse;'. D6nne~Le moi. Et André arTachait des mains de Dani~l le jouet, malgré les cris d'indignation de ce de,nier .. La. maman, penchée sur un traudH de couturt, au titu de redrtssu là situtLtion, abondait dilltS lé même sens. - Viens près de moi, mon poulet, laisse-lui ça, tu es eneore tout petit, Et étle cajolt1it l'enfant, le se1'rait dans $es bras, en calmcmt us pléuÎ'S par la tendrt8! e . . CES .. petttèB 8~èltes se ré".?talent s/)uvent, sous diffé:réntes formes. Le développement de Daniel M se fa.isait pas au rythme normal. l! retarddit en tout, Sa compréhension, son langage éta.ient inférieurs à ceux de~ enfants de son âge, Les amis des parents s'en o.percevaient, et une amie, s'occupant de péda, gogie, dit d Mme P. : - Vous savez qu'i! est mauvo. is de répéter à Utl ènfant qu'i! est trop petit. Il vaut mieux lui dire que bientôt il sera grcmd dusti, comme 80n frère, et pourra se servir de teL ou tél objet, - L'encourager toUjOU18, au lieu dt Lp. diminuer, n'est-ce pa! ? - Mais oui. Un frère plu! 4gé retarde très souvent Le déveLoppème7lt de son cadet, surtout quand ils nt sont que deux enfants: à tout moment il lui fait sentir son infériorité, làndis qu'tl pourrait queLqu.efois lu.i mOlltter comment remonter un jouet, lui expLiquer d~s chOses qù'i! sait.. Cela augmenterait le prestige du. grand fr~re, sans enLever la confiante en soi au petit. - vous comprenez, MILdtime P.? - Oui, oui, je vois. IL pourrtttt s'ensuivre des retard,'! seollaites, s1 cela continuait? - Bién sût. La sou.5-estima· tion et la surestimation de ses propres capacités sont mauvaises l'une et l'autre pOur un enfant, Mais c'est souvent le papa qui dit à soh fils aîné qu'il est trOp petit .pour comprendre, et André réagit à !on dépit en diminuant Daniel, - i.nc6nsciémment, il v.a de soi. Observez, Madame p" les atti. tud~s et les réponses de votre mati, et faites-Les lui remarquer. - Entendu, je vaiA faire attention et nous di3cute1'Ons énsemble en l'dbunce dts enfants. Merci. chè'é amie, de VO$ con.Jti/,. » Jane VINCENT. JE VOUDRAIS BIEN 1iAVOIR! Nous avons dé~à reçu de nombreuses lettrés de jeu. nes, posant à l\1ika. n\)tre chroniqueur scientifique, diverses questions. Les réponse$ paraîtront à partir de la semaine prochaine. Si vous voule!; avoir des explications sur n'impo~te Quel sujet d'ordre scientifique, n'hésitez pa~ à nous écrire ; une réponse vous sera donnée peu après, . . . POK ET BIMBOLET L~ concours de .cénarlos 'tant clos cette 'émalne, "OUI avo,,~ reçn de ftlltllbreulel rél' 0nus et nous .. vison. t'lo' le.teut. qué le Jury u réunIra 6an! le Murant de la semaine prochaine. Le; mel/leI/ri seénarlos lItustrant une bande de « l'ok et Blmbolet • paraitroftt dans le couranl du mols de jan'Vlèr. La premIère bande lIlustrarlt un scénario de concutrent paraîtra dans le premier numéro de l'année 1950. CELA commença, un b~1 après-midi de juin, au jardin du L.uxeIrt; bourg où il était allé, accompagné de SOD père, Il avait dix ans , ..... ++-+_~ et parlait comme un petIt h()mmè, , r - Papa, je veux étre avltiteur et conduire un gro~ avion, et 2 t--t--'l-.... aussi voir beaucoup d~ pays. 1 3 Le père ne répandit pas mais réfléchit, Comment allait-Il, lui, ·.~10- t--t-+-i dfste ouvrier d'une !a,brique de machines à couru'e, pouvoir guider son !ilS sur la voie qu'il avai t choisie ? • 1 Puis le temps passa et pèrsonne Voilà que d'un séu1 coup,. tout ne parla plus à. la maison de rave- son idéal s'effondre, Comm~ pné nir du petit Gérard, Pérsonne catastrophe n'alTivé junalS . Seule, sauf lui, qui . occupait ses loisirs une semaine plus tard, i'usine fé tà. dévorer tous les récits des pic'lIl' me ses portes, Chôm8,ke ( oom· i niers de l'aviation, des décou- préssion du pers6nnel ». è6mmè vrelirs de terre et d'autres héros de on dit). voyages et d'aventures. L'attrait de l'air se développai t ~ \ ec l'âge toujours plus fortement dans l'~sprit du jeU1l.è néophybe qu'il étàit. N·!l.vait·1l pas, i'armée précédEnte échangé ious ses jouets avec un camaradé pou,' posséder un petit modèle réduit. Et à. No~l, lorsque lé locataire du deuxième qui est ingénieur aéronautique est venu lui do~er une maquette vo· lante, quelle fête il lui a fait. Vous rendez-vous compte ( un $vion comme il y en a dans le, ciElI, et qui vole ». • Mais le voici maiq.tenanl à. la sortie de l'éco;e communale. Apprenti ajusteur ... - Il faut le guider selon ses ' go~ls, dit son père, j'ai un CoptLin qui m'a parLé de scm usin~, la S.N. e.A.C. (SOciété Nationale de Cons' Il cherche du . travail, maiS tou· tes StS tentatives sorit vamC's, il n'a que 19 ans et démi Il va bientôt partir au, régiment et persan- j Elra~?o~IZdo.NT..AI;.~~I~I~:T _ 2. Pré ne ne veut l ~mbaucher pour six IIOtIi fétlilllhl. F~tm.. &OUdém.n~ 1. p6rto mols, , 1 - 3. Sans agrémént,. PHilO lnUri.ur. . • à . du 1'1.111. - , . ConlectutOr - ~ . Fré~", Il arrive quand meme traval1- .IMon. ltuMn qui I.IL Iarloia du l.cetA. 1er en qual1té de manOEUvre dans _ s. Créateur. Not • . _ T. Ville dé Nor. une entreprise de bâtiment,.poUl· mj,J1dl •. s. "TVlr d. !lc~Il ... - 8. OrO!. un sa;a ire de famine, Pourquoi lé • . M6yen do direction ~ O. lUVd!~ a·t.il ap pris un métier ? Il sé le Pas multIple - 10 ChArr". U!\j oral .. " démande souvént le soir 10rscqu'Jl & •• oD.enabl. ren1re che.z lui, rompu et &.ffamé. I . Act'" ;n~~gTn'.C~;El\M~r~~te lIomm, Mais Gerard ne désespèle . pas, _ [1 . Théâtre d. Pâtis, ·D' UlI. IlCutliD il sali que dans un prOChe avenu', 'lui IlinUi •• ove. ~mul.llon l, - I[I tous IfS jeunes gui vivent dan., la Agréé. Sa"" vandeur. - IV Prollom misère S~ retrouveront ensèmble Tempi an eour$. - Y. Irutruménl d. et lutt~ron t pour changer Cét ho- muolq u.. Voyelle triplée - VI, Prome~ rizon obscur en une aurore reê- tre d'une m.&nl~re 1rdv:,cab~e . - VII , , Qund homme. Grand. pU l6SanM _ VIn plendlssante. Plein. d. di!!lcuitéo. - IX. Un ~Io" polit H. NECAS. moreet u cie terre En ordre. - X. TrG.hJt , 'U nt tAUX Voiture. lructions Aéronl!lutiques du Cen-,----------------------------tre) , Voilà donc Gérard apprenti ajusteur. L'école professionnelle a fondé pour ses élèves un aéro-club dont il èst le plus ardent propagandiste, Avec quel enthousiasme il travaille à la cOnSll'uction de maquèttes, avec quelle alçention il suit les cours d'aéronautique ! Q1.joi d'étonnant après cela qu'au moment d~s vacancés iorsqu'un a~r9' club du Midi invita trois mempres de con aéro·ch,lb pour un stage dé vol à. voil~, il .tût choisi parmi lts meillturs avec deux de ses camarades, ... Elève pilote ... I l. a quitté l'école où il est resté troIS ans. Maintènant c'est à l'usine (où Il est considéré plus comme un manoeuvre què comme compagnon) qu'l i travaille. On lui prOpose a.10rs d'obttnir une boursé d'Etat pour payer ses études aéro· nautiques. Et c'est apT'ès la journée épulsante, la course au terrain, L'a pprentissage d'ë:ève pilote se pourSuit et Gértl-n:j. palient et obs· tiné, sent le but de sa vie se rapprocher, il a confiance, Un jour une circuJalre lui appr( lld que s'il Vf'ut con tinuel' son apprenti.ssage aéronauli:j,u e, Il lui fàut contracler un engagement de Irois ans dans l'armée ùe l'Air, ... Les ailes brisées Que faire ? D'un côté, 11 ne sait p3.$ où lé mènera sQn .el'lgall:em~ill, de 1'8 utre; II n 'a pas d'arli:ent pour continuer ses éludes. Il l'éflechit deux jours entiers puiS fe décide : IL NE VOLERA PLUS. Je suis assidûment votre rubriqUe et 1e dois dire que l es jeune's qui VOUS ont fait part de leur passe-tempe favori, me font l'impression d'être un peu trop sectaires. Evidemment, la danse prOcure bien des iotes, ma!.s le camping n'a-t-il pas les siennes ? Et 1e crois Que si l'on se référatt à différents jeunes chacun ;pourrait parler d'un plaisir Qui ·lut est pLus particulier. Mais ne pen.séz-vous pas qu'il y ait possibilité de faire la part des choses : C'est-à-diré d'éntelÛl.re dire certains que pour eux, la danSe, le camping, le sport, le cinéma. le thédtre, font partie d'un tout et qu'ilS savent appréCiér chacune de ces distractions, ~ , Pour ma part, faitne beaucoup le thédtre et 113 ne manQué d'y allér lorsqu'une bonne pièce est jouée. J'e·stime (fUe c'est là aussi un moyen d'éducation, N' est-ce pas formidable d~ vivre avec des personnages, partage'r leur3 joies, leurs dés/TI, leurs déceptions : de les comprendre. Evidemment toute pièce ne peut avoir assez de portée pour « prendre :. le spectateur. Ce qt~e je demarnde surtout au thédtre, c'est d'être un porte- parOle qui donne la possibilité d'en trevoir des milieux très différen ls ; parfois Q'U'i! solt un moyen d'étudés. Il ta,ut regretter Qu'il Tle soit encore devenu un art populaire, car on trouve pèu d'oeuvres pouvant élevér lé publiC, J 'ai discuté avec de nombreux jeunes Qui né tX1nt jamais au thtdtre .. il représente pOur eux, quelqlJ.e chose de trop élevé, C~ qui PrOuv·e que rien n'est lait pour les attirer. Et pourtant c'est une telle distraction, on rit, on se dét~nd, et on apprend. Je souhaite Que les 1eunes puissent prendre le t~mps dans leurs lOisirs POur aller voir une bonne piécé ... Ils ne le regrettéront pas 1 Un soir, le cinéma, un soir le tnédtre, une autre fois la danSe, le sport, le càmptng.,. vollà une série dé loiSirs qui doivent tous faire partië de la vie d'un jeune. . Jacques MARTIN. (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) IIPpelés dans un contlll,ellt 1\0. allemand ». de Lattre de Tassigny, commandallt en chef des forces terrestres de l'Union occidentale, qui sont en désaccord sur autre chose, s'accordent sur le terrain purement militaire sur la nécèsslté d'un certain réarmement allemand. Tous déux, rèeemment, l'on dit à un sénateur américain de premier plan... Le point de vue de de Lattrè de Tassigny semble, dé plul\ reflétér celui de l'état-ma; lor de l'Union occidentale, dirigé par le maréchal Montgomery. Quant aux Français, ils doivent, seion Joseph et Stewart Alsop C( de toute évidence apporter le i'ros des troupes terrestres - ptobablement 30 divisions minimum » dans Iii coalition occidentale. L$ " dMaitisme " - c'est-à.dire la volonté de paix et de sécurité '- d~$ Français est dur à avaler pour les stratèiéa occidentaux. Que faire ? Déma!qués, vont.ils faire marche arrière ? Que non. Le9 Echo!, Journal financier, déflniSSént ainsi la situation

« t'opinion française n'est pas . prête à accépter la renaluance d'une armét allemande. Mals Il est temp8 de l'y préparer, " Après celui de l'hypocrisie, le temps du cynisme est venu, ... et des gouvernements Sur la. voie tra~e par les frères Alsop. Le Monde s'avance : « Le petit jeu auquel coutl- L. général hil/éricn Halder (c1-ü •• - sus) qui vient rl';'cr;rl. un livre d t_ mandant la participatinn de la W.ltrmacltl à la « défense dt l'Eu.rûpe ". nuent à se livrer les hommes d Etat porte la marque d'un l'harisaïsme qui n'a même plus le Inénte de tremper ' Pé·rsonne. On pèut nous répéter que ce ne sont pas les militaires mais les gnu· vérnementS qui décident. Dans un monde qui a le culte 'dés ex, perts, n'est-il pas curieux que du bommes politiques, après POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard' SCHNEEBERG 43, rne d. la Victoire, PAIUS-9' Tél.: TRI 88-56, Nuit : TitI 83-61 1.1 11 1 11 1 11 1111 11 1 11 111 111111 111 1 11 1 11 1 11 . 111 111 111 111 111 11 11 l !l ICI'NÉ-NOxi avOir signé un pacte qui implique la défense de l'Eufope, se refusent à. en tlrèr le. conséq1lence., à tenir clmpte des nécès~ iI,ét inéluctables et de l'avis des hommes compétents ? Nous Il'avons, bêlas, que trop faIt l'ex' pérlence de gra'Ves décisions pl)litiquel prises en nëgligeant les , p~$Sib[litê5 militarts n, Autrément di t. les gouvernemènU sont d'accord, en fait, avec lès points dt! vue exprimés pt!.r lés généraux lievers. Deblttre de Tassigny, Montgomel'j'. Bradley. Le coeur et la raison Et ensuite : , . (( Est-ce iL dire... qu'on .eralt prêt à courir à de! nôuvtaux désastres (le non·réarmement de l'Allemagne, un dé$Bstrè 1 N,D, L,R,) pour ne pas déplaire à ceux qu'Offuique Iii vue d'un soldat allemand, eût·lI changé d'uniforme ? L'nplnlon publique a sel 5u5ceptibUité$, qui peu 'Vent être respectables : elle e..t facilement JUidée pa.r le sentiment, M.ais elle n'est pas inàcCèsiible à 1 .. raison, pOUf pèu que ceux qui dirlrcnt le pays sachent lui en tenir le langa.g-e ». Dé qui se moque-t-on ? Est-ce Ep.ul~ment nar « sentiment » Que léS Français s ' op~ent au réarInement dé l'Aliémagné ? N'est-il pas rai~onnable de vouloir empéchér uné nouvelle agression ? Mais, continuant son raisonnement spéCieux, Le MOIlde demande d'« en~e.ger l'Allemagne à. fond, de l 'arrég.er à. la défense comme à l'économie européenne J, et conclut : " S'il est vrai qUe la charle de la défense du continent retombe surtout sur le. Frl\tl.ce, tl.e devrait-elle pas être 1.. '(Iremière à. demander une cOlltributlon à l' Allemag-n~ ? 1, La suite logique . Le l\londe cache mal sa gène SOU3 la forme mterrogativé. Les l"rançals refusent de se laisser él1fermèr dons le faux dDemJ"'l~ qu'i! ~e . En tout cas, une démonstration est faite: Quand certains hommes d'Etat parlent de paix, dé sécurité, c'est le contraire qu'il 'faut entendre, Le He.i!v lUail le reconna:t c::irrément, qui souligne « la difféEt encore cecl ; «Les AIleD1a.nds pourraiétit a'Voir Ul rôle dans une armée européenne au méme titre qu~ les Britanniqués, les Français GU d'autres nations européennes ». Et l'on chuchoté qu'une armée dé 110.000 hommes (10 oiv~sio*) avèc ma.t~liel américain, ,~ta sur pied d'iCi un an.' , C'est déjà commencé L~s « nhart-i"n_ l, C-rIl1"e Il't Le l\loude n'ont pas rOmpu , totalement (Le lI1ort4e y compi'iJ; a vec lé « pharls&l.5Irte ». Dans l~ur désir d'« d'habituer » l'opiIlion fra.nçaise àu réarmemelü allemand, ils ne vont pal; j~qu't. a vouer que le relèvement mUi. taire de l'Allemagne a è!!ectivement comm~ncé.· '. Dans toute l'Allemagne Océie dentale les réunions d'!l.ncléns ct. flclérs et SOldats de 111. Wèhrmacht et de la Luftwaffe se mu!. tiplient. Les usines d'armement.s tournent à plein. 20 d'èntré eUH viennent encore d'échapper ,au démantèlement, à la suite 4@s s.ccords dits de petersbel'lt ent~ les Alliés Occidenta.ux et lé IOU- . vc!l'Ilémént dé :Bonn. A Hambourg on fabrique des bomlltS, On prépare ' la cOnstruction d'avions de chasse avec moteurl à réaction. L'AUl!lhand nat~1i • sé américain, puLs devenu malr8 de Hambourg, M. Bauer, vitnt de partir Pour les EtatS-UniS, cil il discutèra du déveloPli~m.&nt dè 'la marine allemand!!, Le Dr. H\h RO Eckenér, Jé fe,meux so '~,8 · ~ des Zeppélins vient dé reprendre du sérvice daris une usine. dt Bèdensèe. financée par dét AIt1~ricains. Tous ces faits, dont nous ne. signalons ici que quèlquèt·uils, ne sont-ils pas lwnlnéux ? L'Allemagne de 1914, l'Allemagne de 1939, revancharde et aîrê$siye, est là., de nouveau, à. nos portes. . L'action des antüascistes, déS ' patriotes français Il abouti à Uft premier l'ésui .al en o01Ïlle311t céux qui la relèvent à abattl'l leur jéu. Le témps presse. li faut. au~éssU$ dés opinions p0- litiques et religieuses, s'unir. agir. cla.mer notre indignation, :faire échouer le noir complot contre la. paix et la liberté. Il y va de natre vie. et de celle de nos enfants, rence qui existé fréquemment eri-r-------------_ tre les déclarations publiques et les opinions pri'Vées », et qui constàté amèrement : . « Il est à craindre que la confl. ance dans les -intentions amél~ c:l.ines, qui avait été laborieusement élaborée en Europe au cours des cinq dernières année8, ne soit ânéantié par de teUcs mèsures » (le réarmement de l'Allemagne et l'entrée de Franco dans le pacte de l'Atlantique). Cépendant, le \-Ve.1I Sreet Jour- Dai affirmé; • «( La suiie logique du pacte de l 'Atlantique est le réarmement de l'Europe cccl dentale, et ce réarIhement cc\mporte celui de l'Allelhagne de l'Ouest à plus ou moins brève échéance ». Vers une armée allemande de 110.000 hommes Sur ce, arrivént les déclarations explosives du chancelier Adenauer, qu'une certaine presse. pâur en camOufier le danger, s'est eHnrcée de [a!.ifier, En fait, Adenauer . a déclaré ceci; « L'Allemagne devrait contribuer à sa propre défense. Lorsque ce moment sera venu, Il ne sefa pas seulement normal, mais aussi nécèssafre . que ln programme d'I\ide militaIre des U,S,A. soit étendu à l'Allemagne », Et ceci: « Il faudrait penser à un contingent. allemand an sèin d'une .rmée européenne. · Je refusérais cependant que des Allem.nds ' prennent du servlcé ou soient 1 • A l'OccàSlon d.a fo!t~s de No~I, TOurisme et Travail ortanlie . ,4. nOlllbteux voyage. t dlls prix f~rt Intéressartts dont nous vous dOltno". cl-des.ous un aperçu. Voyal'es de sports d'hiver 'Vers le' stations les plus renllmm~~s du Alpês : Chamonix, Mégève, Lés Houches, Villar-d'Arène, etc,. PrIx du séjour éeul à partir de 12,160 tr. pour. 8 jours, - Voy .. ~os A. ca.uttt. folklorique : vers l'Alsace. Ii jouIS pleins pour 11.100 fr .; vera l~ Pr,,' Vt!nce, 4 jours pleins pour 9.235 Ir. -;- Voyages vers . I~ ,o[,ell : lA C~t .. d Azur, 8 jour. pl~ïn s pour 7.700 ft .; le M:lt6~ , 9 jours plèinS, voyâ • ., "" avi6n pour 56,400 fr ,; I~ Tunisie, 9 jpurs pléins, voyage en avion pour 45.630 fr, - VOyllg.! 'Vtrl l'~traJi'tr: Noël & Rmo, 6 jours pleins. l'rIx, départ rI.e Paris : 27.260 ~l' - 1I18rt. d'hiver en Suisse : 7 jours eotnplets. Prix, départ de Paris : 18.270 fr. Les j~unes trouvèront égal~nt~rtt de. voyages plus spéCialement réalisés POUF eUx, que ce soit en France, en Afrique du Nord ou Il l'étraniler, L'hébergement est $impie (Auborge de jeunésse, chal.,!. de montagnè), le programme revU un cuactère sportif. Pour les p .. sonnes préférant le .I!i~jour individue:l au voyase ers groupe, Tourisme èt Tr.avul met • leur di ~llPsltion UM liste ' d'hOtllA dans laquelle 115 pourront éflectu~r un choix et s'inscrite pour urt lejOllr aux d.téS chOlsies par eux, Pour ceux qui, hèlAS ! nt! peuvellt quitter la maison tamil;,tle, 11. trouv~ ront au bureau de Tourisme êt Travail de. excursi6n~, dèt visite'c6nfêrënc.~ le dimanche, et )leur la Noël dès réveillons-surprise. Renseignements à Tourisme et Travail, 1. rue de ChAteaudun, Paris-S'. _ Tél. : Tru 78-70, i 63, Boulevard de Belle\'Ule ~'----------------------------- ~ Mét. Couronn.' - Tél. OBE, 51-:;5 ~ ~ DEPUIS LE 14 DECEMBRE: ~ IGRINE. FELDERi ~ ~ ~ (VERTS PATURAGES); ~ pa.rlant yiddish, s.-titres frança is i ~ ~ ; EN SUPPLEMENT: e l'HITLER VITi ffIHIHIUI 'I I " I "'I 'I I " I ' II ' 111 111 111 111 111 1 111 11 1 111 11 1 11 ;;' A l'occasion du 1" Annlnrsaire de son ouverture LE .RESTAURANT fliccadifl'l organise dans !es magnifiques salons Un grand Gala artistique le Vendredi 16 décembre 1~49 premiel j our de Hanoukah RETENEZ VOTRE TABLE Restourant PICCADn.LY 16, avenue dé Wagram - Paris-B' ..... ..T él. : CARnot 19-7..0 Achètez votre maison, appartement, commerce PRE-TS 1,30 "II 'engu •• ,h.è"ce CRÉDIT COOPÉRATIF FONCIER Service li[ 49. rue Gêorge . V. Paris·~· ~.Rilieiïln"iè. .rie lmllbiloiiiu.rsilelr.eï".CiiOii$. .. décè s ou d'in co pacité LA SOCIETE DE SECOURS MUTUELS Les Originaires de Chmielnik -et ses environs à Paris a l'homle.ur d'inviter tous le; ressortissànts dé Chmièlnik. de SztOPIC, Staszow, Szyd10w, Bonsk, Pritschow, l'!tc ... , au . GRAND BAL DE NUIT DE " HANOUKAH " • .. qui àura liéu ie SAM EDI 17 DECEMBRE 1949, de 21 heures à l'aube dans les Grands Salons de l'HOTEL MODERNE Plate de la R~publlque (Métro R~publiqu.) i. PARIS au profit de ses oeuvres social~:s . ét d'entr'aide l'ROGRAMME ARTISTIQUE SELECTIONNE 'Françàts et 'Ylddbh GRAND ORCHESTRE - BUFFET _ DINER - On peut retenir sa t .. ble à J'avance _ T. s. L 0 F. N C R É DIT ÉLECTRICITÉ G ELsa PATHE-MARCONI DUCRETET - RADIALVA. etc •.• ASPIRATEURS CIREUSES MACHINES A LAVER ·MORS·HOOVER C A D 1 L l. A C, etc .. , Supél' 5 laro)!'s t. C., 1.~.O fr ., ou à crédit 1.000 fr, pu mois VENTE - ECHANGE - REPARATIONS RADIO - MAINE 154, Avenue du ~fain. - PAins (14') SEG. 85-99 - Métro Mouton-Duvernet ,'rÂsRiou'E'DETiiëoTs! ~ * * * ~ lEts GANA! ! ;5pcl~té Il respons.bUltè !!Imtee ~

lJU capit-.l de 500.000 francs Ï

É 64, rué de Turbigo, 64 ~ 1 PARIS (1,11) ~ ~ TEL.: ARChlvel 37-48 • ~ 1 111 1\ 111 111 111 ' Il ' 11 11 \" 14 ~ 111' 11 111 111 1'1 1') 111 11.111 III i 'v Leçons de perfection1lemel'lt en français (Le prOfesseur parle allemand et russe) Ecrire au journal J. V. • Les meilleurs TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs ZAJDEL 89, r. d'Aboukir Paris-2' Mét.: St-D~n.~, l't~.umur, Sentier Tel. : G UT 78·87 '1 r t " , r t , 1 l, ( l " 1 ~ , • - • DROit 'El: LIBERTE 5- • Mireille G. Miailhe LES JOÙRS, LES NUITS J'AI ADMIRÉ CETTE PI ÈCE SANS EN COMPRENDRE UN MOT ET PUIS L'AURORE Poèmes d'André VERDET 1 LES sous-titres du nouveau rècueil d'André Verdet : Fresnes, Compièrlne, A t,ischwitil, • Buchenwald, Paris jalonnent son périple de déporté p\lis marque~t son retour parmi les siens. Ce sont, en effét, après son roman sur les camps de l~ mort lente : La Nuit n'~st pas la Nuit - qui lui-même n'était qu'un long poème - des. poèmes écrits en prison et ceux écrits dans ,Paris à peine retrouvé, que nous donne dans la collectionc Se Souvenir » de la F.N.D.I.R.P., le jeune poète ,avec Les Jours, ANDRE VERDET les )Vuits. et puis L'Aurore. Est-ce mai. Toi debout devant [moi et par~me A ceLle que tu fus et promise [à. demain Je regarde ton corps et je songe [aILX tortli-res De celte! qui là.-btlS ont pourri , ,[et brûlé s'écrie-t-il tOllt à la je,ie de revoir la femme âii/lée mais sans pouvoir cepe!ldtnt oublier cellX qui sont morts là-bas et qu'il a chantés : Tu es m01't camarade 'Atrôèemtint dans les suj:pHces Ta bouche souriant au fabuteILX [àmour. Poèmes à la fois savants et populaires tout frémissants de fraternité. poèmes d'où l'èspeir, même aux heures les plus noires, n'èst jamais absent et où l'on voit comment l'homme bon et sènsil!lle qu'est Verdet s'efforcait de s'évadér de l'horreur par la poésie et le souvenir. vers sa Méditerranée natale: ... F'àysage très secret QUè les nazis n'ont pu trouver Pètlte ferme de m,6n être. Où. ch.aque soir je pénètre Et d'où. je sors chaque matin ... Poèmes où aoonde le trait à . la Garcia Lorca et qui nous apparaissent d'autant plus précieux qu'ils ' sont parmi It\s rarés témoignages poétiques qui nous soient parvenus de l'enfer nazi. Résistant de la première Mure, artêté d'abord à Niee, puis à Paris en ,février 1944 dans dés circonstances que n'ont pas oubliées lès lecteurs de La Nuit n'est pas la Nuit (1), André Verdet est revenu s'installer après sa lioération dans son cher Saint-Paul-deVence « le vill-age, bateau de pierre, provençal voilier, qui s'en va de vague de colline en vague de colline, jusqu'à la mer » • . C'est là qu'en 1941 eut lieu la rencon tre capitale de la vie d'André Verdet et de celle de Jacques Prévért, celle que les deux amis ont l'un et l'autre célébrée dans la petite plaquette

C'est à Saint-PauL (2).

C'est à. Saint-Paul-de-Vtnce. écrit Jacques Prevert, que j'ai connu André Verdet-: C'était un jour de fête Et Dieu sait si l,es fêtes sont [belles dans le MIdi Un jour de fête ou! J 'A~. assls,té, l'autre soir, à 1!1 plus ~urieuse des représel1tations. Curieuse pour moi, veux-je dire, , C etait a la ~a.lJe Lancry ou une jeune cOmpa&'llle, l'Ykut, jouait Vertes prAiries, de fentz Kirschbein. J,a pièce étaite.n- -y71_d_di_s_h.:....,. Je dois avouer que je ne saisis pas un mot de yiddl~h. J'ajoute que la pièce m'a vlve- ,- ment intéressé. BeaucOup plus pièce de moeurs. Peretz Kirsch- Si j'ai pu sulvre cette bistolre que tant d'autres dont j'ai pu beln est un auteur dramatique sans en comprendre .le textè. ~'e$t comprendre les paroles, trop bien qui viv:!,lt en ~ithuanie . à. la fin évidemment parce que Ve , même, probablement. Je veux di- du siècl~ derruer. Son é:im:rre est prairies eSt une pièce jouée. ,un' re par là. que notre théà.tre actutl ,;n mirOIr de la s6ciété jUive qui plècè où la mjmique et 1e gé5te a une tendance .fâcheuse à. se 1 entourait. ,tiennent la prèmlère place, où la. laisser envahir par la parole 1 Cette société, on la voil IcI en parole vient en quelque sorte de qu'on y parle trop pour ne rleIi a personne de ses paysans, d'une surcroit. On m'à assuré que le dire, pour le plaisir de parler, part, e~ de. Lévy Itzlak de l'autre. texte était d'une grande s~veur comme si le théâtre ne devait pas Ceux-la Simples et directs. non et. si je ne puis que regretter constamment justifier le mot de s~ns rudesse m~me, et celui-ci qu'il m'ait éChappé. céux , qui Goethe: Au commencement était del!cat et manlèré. Les premiers comprennent le yiddish auront là. l'action. ayant les pléds bien poses sur la une raison de plus d'aller voir et L'argument de Vertes prairies est d'une extrême simplicité. Lorsqu'il m'a été donné, j'ai pu suivre la "pièce sans jamais m'y perdre. Le voici. Un jeuM étudiant juif, versé dans le Taltnud, s'égare dans un village de LithUanie où vivent des paysans juifs. L'un d'eux, David Noë, l'invite dans sa maison pour l'héherger. Lévy Itziak, le jeune homme, tait une profonde impression sur les villageois par sa suave éloterre, et l'autre avec la tête per- entendre Vertes prairies. due dans les nuages. Deux , ma- La troupe de l'Ykut est à féni ères de vivre trè,; d1ffél""..J'ltés, sl- liciter dans sem ensemble pour non opposées, et dont la rencon- avoir entrepris, avec des moyens tre iCI est une source de c~mi- qU'on devine très limités, dé faire que ininterrompue. Le manage vivre un théâtré yiddish à. Paris. de la, fille du paysan , et de l'ap- Des pièces comme Vertes pT/lirje, prenll ràbbm est \lne manière montrent que l 'entreprise en vacharmante de rapprocher ces lait ,la pélne. Halelé Rozental et deux manières de vivre. Mais on Faiwl Goldblat se détachent devjne qU'elles p6urraient être d'une dlsttibution par a!lléurs ex~ eaucoup plus dlffièiles à conqi. cellente. ~üTâbr~.méme tout à. tait Incon- Roger PA Y,ET -B U RI N. quénce. La fille de son hOte, Tzi-\'--------------------------neh, ne tarde guère à. s'amouracher de lu!. DULLIN L E terme « tempérament lIi.r-------------------------------------------..., tant galvaudé, n'a pas sou· vent l'occasion d·être aussi FJ D W 1 G FJ Et je crois même que c'était [la canonisatiOn de St[ Laurent - du - Maroni Enfin quelque chose dans ce [genre LÜ Avec de grands tournois de bou [les, de championnats de [luttes religieuses et des rPetits cha.nteurs de la Mals un ~oisln de David Nol!, le, paysan Heikoné. s'est mis e" tête de taire épouser sa propre fille par Lévy. Pourtant la fille d'Heikcmé altne lé tils de David Noë. Les deux familles se disputent. Jusqu'à. ce que Lévy Itziak demande lui-même aux p'arents de Tz!.neh ,s'Us le veulent pour gendre. Ceux-ci acceptent avec des transports de, joie, le mariage des deux autres jeunes gens est conclu par la meme occasion ét la pièce se termine dans l'alléjust~ m:ènt utUisé qU'à. propos de MireHle' Glodek Miallhe. celle-èi ~t incontestablement un tempé· ~:~ntde ètpeCharlesre~rae~d s:e~rv:l~: e t 1 e s· VI-e 1-Il a rd, s dans les oeuvrés qu'elle' expose en ce moment à la Galerie du Bac, comme un coloriste possédant une palett~ riche et de belle matière et (ce qui est pl us rare) IAchant en Jouer.Même. elle n'hésite pas. dans ce domaine, devant C'èl'talnes hardiesses qui s'avèrent en généra 1 heuremes. par exemple les oppositions de son « Bal pOpulaire » ou celles de l'oeuvre que nous rèprodUisons, ou encore le magnifique nu de l'Espa[ M anécanterie Et des tambourinaires et des [Arlésiens et des Arlésiennes Des montreurs de ruines, des [fermeurs de persiennes. gresse générale. Raconté sous cette forme. Vertes prqiries pèut atJparaltre comme une aimable pochade. n faut la voir pour en saisir la vraie siAFFICHE à sensation :·une f~lIlme nué qU'un voile transparent gnification. C'est exactement unè d~shl!.bille encore. Ainsi se présente Lucrèce Borgia, le « L » de Lucrèce arrivant à point sur l'affiche pour dissimuler cet endroit que la Vénus de Médicill cache de la main, . " J Film interdit aux moina i de seize ans ~ . PrécIsion allé, chante s'il en fût. et Qui ex, plique la composition de l'asla salle et autour cette atmos p h ère pornographique. Ce vieux film portait en lui le germe d'une recette que les producteurs , de Ho Il Y w 0 0 d n'utilisent Qu'avec belloucoup plus d'hypocriàle. On l'exhuma pour ça. Sans affiches prométtéu!; és, on l'aurait laissé passer en riant. en y prenant même un certain plaisir: quelques passage.s sont du très bon cinéma. Mais dans les conditions Imposées pas les affiches, rien ne va plus. Le cinéma françaiS a autre chose à fàire Que de misér sur la sénilité. le refoulement et la curiosité des a.doléscents. Que l'on mette Savonarole ou Machiavel sur les affiches: ça permettra à un pUblic ndrmal d'entrt\r et aux fémmes seules de ne pas se réfugier sur des On sait que, depuis. Jacques Prévert ne quitte guère plus Saint-Paul-de-Vence où il habite avec sa femme et sa petite

l'ille une maison parmi les olivLers.

L'un de ces arbres est le vieil ami, le véri table copain de Prévert qui le compare à un éléphant et André Verdet affirme qu'un matin il a vu jaillir une trompe de l'olivier et que cette trompe est allée serrer la main de Jacques Prévert, là-haut sur son balcon. ll1ERIEN1 snole « Clo », ' slstance: une moitié de la salle a moins de vingt ans, l'autre plus de cinquante. L'ensemble apparalt masculin. Le tllm' se déroule dans SOVIÊTIOUa .' Ces deux dernières toUes sont, .. mon avis, les pl\J.l remarqua. bles d'un ensemble par alUe~ d'une qualité soutenue. Dans le second. le ëorps jaillit comme d~coupé sur un fond bleu de nUIt : très intense par un éclairage violent dirigé \ln plein et qui donne aux chairs un blanc électrique. Comme on peut le voir. l'autre est plus composé, sinon

Plus riche de, pMe et de modelé.

Le corps est mat. l'étoffe blancbè, l'homme en brun et vert !!Ombre, tandis que le trépied sur l~quel il s'appuie .est d'un oran· ré vif qui contraste avec l'~s fonds où jouent. là. aussi, le. bleus. Il y a bien quelques f&lb l~sses de dessin dont nous ft vans relevé d'a utres \lxemplés. en général. dans les tollés de arand format. Mais elles n'enlèvènt que peu de choses à. la va) teur Intrinsèque de l'oeuvre, cette atmosphère fort désa-~--.. Pierre BARLATI ER. D'autres ont déjà. relevé la riU5slte particulière de Mireille Mlallhe dans une série de pet!tès toiles, tels ces « amateurs d'&rt li et surtout les deux « MareMndes de fle urs Il (l'une en partlèulier est une heureuse symphonie où se marient les jaunes d'or, les tons briques et verts .. ) ou le « Bouch'èr à. son étal l), ~u~tre &' cause du côté un peu Mrlea.tural des premiers ou pour toute autre raison on a prononce le nom de Daumier. On eut pu aussi dire Goya ... ou d 'autr~s. Je pense que les asslIllilat!on.~ lent ,souvent dangéremes et qu'il vaut mieux conseiller à. Mirem~ O. Mia!lhe d'être « elle-même l). eUe a w!fisamment de don. et de ~mpérament, pour cela. Et je pènae qu'on peut lui faire confiance pour tenir les promesses que repl~ente IiIltte exposition. jréable. Et c'est dommage. Si les b e soi n s commerciaux n'avaient pas attiré l'attentien sur le côté viol-déshabillage- orgie, on s'amuseraIt bien ,.Vec le$.j Borgia. , César Borgia, en effet, genr~ Barbe-Bleue, croque les poulets 'et les filles avec la même férocité, ricane devant les cadavres et tourmente férocement son pauvre Saint Père de père. Dans l'ensemblè. on a l'impression d'assister à utu! Lucrèce Borgia vue par la troupe Grenler-Hussenot. Lés 8cènes d'amour - ma Lucrèce chérie - sont désopilantes. Les scènes d'assassinat, innombrables et granguignolesQues, ne le cèdent en rien 'aux scènes d'orgie (Ah 1 ah! ah! ricane César Borgia). Mais à Ma.chlavel, le clou du spectacle. Les auteurs. sans aucun douté, s'étatent dit: « TI faut qUè Machiavel soit ' machiavéI1Que ... :) M. Aimé Clariond, ayant ainsi comptis son rôle, compose un superbe Machia- !vel qui ourdit ses pétit complots et regarde ensuite agir ! les personnages, avec des yeux en coulisse et des sourires chargés d'expression, et des mimiques complices ... , l'air de dire à la s a Il e: 4( Hein? Qu'est-ce que vous dites dé ça ? ... ,. Ce que c'èst de passer dans le vocabulaIre! ... On s'amuserait beaucoup en somme si ne régnait pas dans , FOCUS Qualt/ue chose dallS son règatd, dans la f:i.~on dont élle ét~1t àssise, !uri'lUU màls remplie d'a.ssurance, attelldwt sa réplique. EI.:e restait immobile, le foudroyà.nt du règard. ... Avee familiarité ... voUé. ce qui l·effrayalt .... oui, cette fàm!ll~rité était nouvell" pour iui. Il y avait I!l~ la lamUlarlté jusque d&l'l.S son air mauvais. Eile se tenait là. comme si elle n'ignorait rien de lui, comme 51... E11e le prenait pour un Juif. Il ouvrit la bouche. Il eut enVie de s'enfuir de la pièce, puis de la battre. Elle n'avait Ps.s le drolt de le regal'der comme ça. Il sentit qu'il la hai$sait à un tel point qu'il ne 'pouvait plus lui dire un mot. Cependant, la paume de us mains ét,lt moite, ce qui chez lui était un signe d'embarras; car il ét,it toujours pol! à l'éxtréme, et il ne pouvait !Jas dire qu'11 n'était pas Juif sans trahir sa répugnance p'our ,ce mot et. par là. même, pOlir elle aus.s!. Elle parut prendre ce silence contraint, cet embarras pour un avéu ct. chose étrange, presquè insensée" il dut reconnaitre, dans son désarroi que c'était presque vrai, car à. ses yeux, Juif avait toujours été synonyme d'imposteur. DepUis tou tours. Cela n 'avait jamais voulu diré autre chose. Les Juifs pauvres Ile flj.isalent pa5S€r pour plus pauvres qu'ils ne l'étaient et les ' riches pour plus riches. Cha4ue fois Qu'il passait devant un intérieur juif. il lui semblait entrevoir dernèré les rideaux crasseux des pi1~s de billets dissimulés. Chaque 101s qU'il croisait unè luxueuse voiture avec un Juif au volant, 11 évoquait la' même voJtw'e conduite par un nègre. Ils affichaient de.'! allures de tradition aristocra.tique au~ $. leS yeux, léur faisaient totalement défaut, Si lui-même s'était avisé de se mettre au volant d'un ~mptueuse VOiture, il a!ll'alt aussitôt eu ]'àir d'y avoir droit de naissance, I1 en ~era1t de même pour n'lmporie quel aryen (1) . J'as pour un Juif, Leurs maisons ~ntalent mauvais. ou bièn alors. c'est qu'ils voulaient se faire passér pour des aryens. Ils ne pouvaient Jamais, à. ses yeux, se montrer sous un jour favorable, sinon dans l 'arrlère-~nsée de s'inSinuer dans vos bonnes grâcès. Cès notions, il les avait (lues toute sa vie, qui av/dt débuté dans une rue de Brooklyn, .dàns un bloe limitrOPhe du Q:uartier jul1. Alors comme aujourd'hui, li ne POuvait penser à. eux sans s'estimer d'une essence supérieure et plus pure. Lorsqu'il les lntendait taxer d'avarie!. 11 en ven~it tOltt naturellement à. sè féliciter de sa générosité natureU, amplement prouvée par le seul fait qu'!! n'était , (1) ' i.a tr~t1itiOn n'ayant )las conservé au nlot français .. genhl • sor .ens bibllque, noUS avons estitn.t que lé meilleur équiv~l.nt èlu tt!rmè anilals • gentilè • strait l~ mot: aryen. qu'un u •• ,~ ~l'OJ'lé mai' universellemént répan!tu à cOll.acr~ dans ce ser\.s; • -29- Entrez voir ' AU-DELA DES GRILLES. - L'auteur de ce film est ce même André . Clément .,qui a donné- au cinéma français • La bataille du 1 rail - et c Les Maudits • deux , grl;lndes oeuvres d'un type nou\ veaU. Avec c Au-delà:' des grilles _, il démontre une -fois de plus \ quel grand metteur en scène il est. I1 a su mettre SOUS"l'lOS yeux le port de Gênes avec ses petites irues, son atmosph~re, sa beauté. 1 sa grandeur populaire. I1 a su 1 donner Il l'attitude de ses personnages un ry.thme qui intensifie l'angoisse ou le drame. Il a su tirer part! au maximum des qualités de Jean Gabin, de Vqa Talehi. Tou t cela autour de l'histolré éternelle du criminel pourchassé: police, amour, haine ... Aux producteurs maintenant de comprendre qu·à. un tel metteur en scène, on doit donner toutes les possibilités. Çelles, entre autres, de choisir des suj ets Il la mesure de sOn talent, et t1e nous donner, au lIéu d'un film magnifique et décevant, un chef-d'oeuvre. Ne laissez pas passer Le VOLEUR DE BICYCLETTE Pépinière (Satnt-La~ar~), Holiy· wood (Mluteleine) , La. Fllyètte (MQntmartre), Folles - Dra.matiquM (lMpu1tique), Pacifie (stDenis), B~rthier (Champerret) " Detnours (Terne$) , Lutétia (Ternes), Clga!e (Anvers), Select (Cliehll). strapontins IsOlés. (1) 'Editions du Pré-aux-Clercs. (2) La Nouvelle Edition. 1 Nous vivons dans une soc1é-I--~':;':;~':":;';;';;';;~;';';';:';';";'---J !té telle qu'une femme ne "...' éut teu• rsO nP Ocuhrè ~fcohrme édr" " umn uosircciheensst raem daoy appra1tre npe, même si eUe chamln. ,est oelle, sur un écran, en tou- S'adrèsser l la section musicale l,te 1nnocence\ des ,-spectateurs. du Centre culturel, les mardis el (C' t d d vendrèdl~, de 16 h. 31) l 18 11., 30. es gran ommage : le ci- au 14. rue de Paradis, bâtiment C. ,nêma américain ha bille ses salle E. Ou ~crlre à la même adre.girls de confettis: on n'y fait se én indiquant l'instrwnent dont 0'1 'même plus attention. Edwige ~o ••. ponr la première fols, depuis ,F'euillère dans son bain est In- la Libération, le film yiddish « Verts ~inlment plus jolie). N'empê- pâturage.' (Grlne Felder) , .st préche Que pour aller voire Lu- .ent6 en exdu!lvlté dans un cinéè B i ma parisien. r ce org a, 11 faut du coura· Les rares prlvDéglé. qui ont pu le e. On respire à la sortie, en voir au cours de quelques séances abandonnant cette cohorte de prlvéu sont d'accord pour en vanmessieurs seuls. Et sans for- ter 1& fraJcheur et la valèùr d. sou; gèr un ascétisme à la Savo- dé!~~ùe~'UDe ,époque heureusement Inatole, on aimerait beaucoup Toutes ces qualités en font un ,voir le cinéma français «faire film qui mérité d'être vu surtout de. l'àrgent :) autrement. par 1& leunes5e. " En exclusivité au Clné-Nox, 63, CatherIne MAI, J91d. de Belleville. AU STUDIO PARMENTIE 158 AVENUE PARMENTIE~ (Traduit de l'américain par Yvonne Desvignes) RESUME DES CHAPITRES PR '~CEDE~TS Ptu à Pey: ,se dessine la. curieuse, personnalité de M. Newman. cltel du personnel t$ans une grq.MI!I entrtjprlse ... Il vle'!-t de recevol~ Mme Gertru~ Hart, ca.néLic!a:te Il. un emploi. Cette lemme le .. trI OU,blt. QU4nd elle lUI apprend qu elle c lait partie tte l'Eglise épiscopale" une peul' inru:pUca" e 8 empare de M. Newman. ' tOPl'rl,ht by Droit et Libuf4 .. Edition. d. Minuil. Tous droits r~s.n~ •. POCUS FOCUS pas Juif. Et s'Il ~nljoit à rènc6ilttèr un Juif prOdIt;ue son natunl pareimonieux en étàlt choqué et, juge.nt dis a~tr!\s par lui,même, la prodigalité du Juif tJ,e POllva!t être que trompe-nell, duperie ou vain désir d'élalér, Tous des imposteurs, des faisêurs, à. tout jà.ml\l.S. Et 11 lui s~mblait que maintenant. elle ne voyait dlj.ns 50n . embarras que le désir de teindre. Le défi mépril;ant dont eile chargeaIt son rEgard .était à. peine toléraple et ce,endant, 11 ne pouvait 5e déCider à. parler, Il chercha une remarqUe satirique sà.ns parvenir à. la trouver. Il ~e détlurna d'elle avec impatience. Il ne lui 1allut qu'un Instant avant de réaliser, pour la première fois de sa vie que ce n'élait point- ~ar politesse qu'il rete~it le.~ mots q'Ul l'étouffaient Avec un sentiment de culpablllté, II dut s'avouer que la' na: ture màuvaise d~s Juifs. leurs innombrab lt s imposLur~& et P:\lS spécialèm&nt leur désir sensuel de la femme - n'en avait-il pas chAqu 8 jour la. preuve dans les reeoms sombres de leurs yeux, dans les lons basanés de leurs épld~ rmes - que tout cela n'était que lé reflet de ses propr€s ~.,chants dont il le.!! a vait revêtus. Il le comprit , e~ C9r instant, un ique peùt-être. où celte femme. do 5è$ yeux, avait tait de lui , un Juif; et SOIl aéslr monstru"'ux relenlLit la. dénégation au Oollt de ses lèvres, Il ae surprit & souhaiter qu'elle le crùt en ce moment Eans rttour, seuls tous deux dam cetté plect, è. souhaller qU'ell'" le l~issàt p: ong~r !tns ces ténèlirès dont il li vaU souvent 'l\ploré les profondeurs, pour 5~n détOurner aUEsitôt. Pour un instant seulement, d~cen(fre dans ca gouffr~, se rendre compte... • Il se leva, écoeuré de lui-même. Il serra. les d~nts, 001'lSciént de sa déchéance, elle s'en aperçut el parut l'il)terpréLer comme une marque de cou,rrou". Elle se leva bruYl!.lnmtnt, ~n va.ste sac lui battant les jamb~s. , - Des types comme vous, vqus savez ce qu'6n devrait lé ur taire? dlt-d:e d'un àlr menaçant. On devrait les pell' dre, - 30- \ Elle se taidii;salt dalls une attitude agressive. Les yeux fixés sur elle, il se dit qu'elle àva1t presqué le type irlal'Ldiils. a.v~c 30n visage projeté en avant ... - PattOut où js vais, c'est la m~me bêtise. J'al eu des places de secrétaire OÙ on ne me demandait même pas de taper. J 'ai eu des situations qui... Il ne l'écoutait plus car, en tournant la tête pour voir si . qUElqu'un n'allait pas venir les interrompre, elle avait une fo;,s de plus révélé la courbe sémi te de son nez ~t l'exptell- 6;on tragique des yeux et du haut du visage. De nouveau tournée vers lui, elle se pencha en avant et planta. sur son bureau des doigts crispés qui frémissaient devant lui comme dix fléch és aux pointes rouges. - Un de ces jours, ils vous pendront 1 cria·t-elle d'une volx appuyée, qui appelait une répliqué sur le mème ton. Des frissons remontèrent le long de sa. colonne vèrtébtale. Jà.mais depuis le temps où ,sa mère s'empartè.it contre lui qUand 11 était enfant, il ne s'étalt trouvé seul avec une fémme dans un tel état de rage. Il ne pouvait effacer dé 5& vue le reflet de sa robe, ni la broche criardé qu'elle port: llt entra les .seins, et l'émoi qui s'échappait avec une violence non contenue de ces yeux l'lUi le lacéraient attlsait son désir tout' en provoquant SOl1 effroI. Comme pour lui-même, en réponse à. son désarroi et à. lion désir inavouable, il murmura: « :Te suis désolé ». ponctu1mt son refus d'un geste de dén.égl'-tion. Pivotant sur l-es talons, elle ouvlit avec fraca.s le. porte vitrée el traversa tOut l'étalJe entré les travées de but e,.ux. « Elle distille du vit riol comme tous l~s Hébreux. he dit-il, et eJ1e a. Jlmr manque de goîlt ll. Il regardait sès mollets qui s·élolgnaient. Elle était ~ndimanchée et trop Lardée, Il remarqua, ce qui ne l'avait pas encoJ;e frappé. la fourmre qui se balançait sur son bras. Par cette cbaleur, c~tait caractéristique. Avant Qu'eUe disparîll à. l'angle de l'autlchambre, II vit la queue de son renard qui lui balayait la jambe... . Il se lai558 r etomber sur 1580 chaise, épuJ.sé, 11 se sentait mou et moite. Un malaise planait sur lu!. Sous la manche pesante de son v~ston, il atteignIt et tira. les élastiques qui retenalenL Ba cnejnis~ et il sentiL le sanll envahir s~s mll-Ùl$ frOIdes. Il Ota furtivement ses lunettes et les glissa dans ' 5a. poche auprès de son mouchoir, puis se mit à. regarder dans lé vlde. La méloqie de la voix rauque retentissait cneora à. ~es oreill es, eo le parfum !loti ait toujours dans 1 air Quand lé temps et l'eSpace se fUl'€nt réajustés en son esprit, il eut un ges le de surprise; il fixa it le mur opaque de son bureau. Il'I'ité, il fit demi-tour eL se rassit face aux parois vitréps, sous les relilards des employées. Au bout d'un instant, il décrocha le téléphone et dit: « Faites entrer -31- ., Charles Dullln et Henri Pons dans « Le Faiseur ,. Nous M pourrons plus jamais voir L'Avare, ni Volpone, nt La Tetre est ronde, sans penser à lu!, Quels semt aujourd'hui les actèurs dont on peut en dire autant? Il né faut nom met personne. Mals enfin, on les comptera,it sur les d6igts d'une main.. • Sans dou~e est-it possible, est-a prObable qu:'on trouv,roe dans dix ans, dans vingt ans, peut-étre p~us tot, peut-étre plu, tard, un a.utre acteur llour incarner Harpagon, CorbG.ccio, SaVonarole. Mais si {Jrand qU'il soit; il n'effacera pas lé souvenir de qharles Dulltn. Oti l'on voit qu'un acteur n'a pas seulement du talent. mais du génie, c'est lorsqu'il laisse cette marque lnef· taçable aux rôles qu'il a créés. Elève de copeau, COmpagnon de Jouve.t, maUre de Jean.-Louia Barrault, _Char'les DulUn était la figure centrale et rayonnants du thédtre français contempOrain. C'était le comédien de la légende. Il avait débuté Sans ressources et sanS apPUi, tenant emplois obScUrs pour des cachets de misère au tltéi1tre des Gobelins, courant, la nuit venue. 1usqu'aU «Lapin Agile:) pour Y déclamer dIt VUlon, Il li mettait tant de passion que qUelqu'un, enfin, le remarqua et le fit entrer au Théatre des Arts. Jacque8 Rouché montait alors Les Frères Karamazov. On lui confia. le r6 le de Smerdtakov. Ce tut un triomphe. Charlès Dullin devait rester toute sa vie un dévoré 'J)ar la flamme du thétUre, sa1tSl cesse à jouer, à créer, à entrePréndre, avec un dédain pro/'ond et tragique de l'argent, vivant chez Zut entre un pe,rroquet et un chien. Sa vraie vie ne comnunçait que le soir, à la lumière des rampes. Cette flamme le consu.ma, m~me elle l'aveugla parfois. On ne s'expliquerait pas autrement qUe Dullin ait accepU, sous l'Oècuptition. de diriger le Théatre Sara.h- Bernhardt débaptiSé par Les Allemands. ' Charles Dullin a joué pour la dernière fois à Grenoble, Avant loe représelltation, on le trouva. divaguant dâns sa loge, Il avait 40 de fièvre. Il parut tout de m~me sur la scène et fit un Harpaflon éblouissant, comme d'habitude. On l'emmena exténué, On PéU~ dire qU'I{ est mort à {oe tctche. Comme Molière. FOCUS miss ... » TI s'interrompit et, d'un g.este nervtux, sa~tt la.' feuille qut ~ulv!l-It celle de miss Hart. Lés mot:& né formaièIlt qu'un amas confus. Son pelit menton frémit sous les lèvréS tandis Q.\\'il attirait le \'lap ier jusqu·à. son nez. On enté1'ldait dans le réeepteur vibrer la voix de la standardiste. Il étala la feuille sur S01'1 bUl'esu, mit la main à. sa poche et attrapa, ses lunetles qu'U ouvrit. _ Miss Blanch~ Bolland, dit·il avec: caltne avant dt ràccrocher. Jusqu'à. l'arrivée de ml..;s Bolland, il mainti:Ot lês yeux fixés sur sa feuillé, comme s'il ellt voulu l'appren· dre par coeur. En v~rité, li ne vit aucune de celles qui se préseplèrènt ce jour·là devant lui et dévidèrent leur \1istoire; il engagea une fille maigre. Sa journée s'écoula sous le signé du par· fum de Gertrude Hart et de la vision de ses cltisses, Et son Visage s'estompa lentement du souvenir qu'il av~lt d'tUê tandis que '&e5 formes charnelles venaient s'aJuster à. la silhouette sans face de son rêve. Plusieurs fois au cours de cette jourrL~, il se surprit è. regarder du côté de la pOI'te a 'entrée. comme pour évoquer et capter tous l~s mouvemepts qu'elle avait faits. ParfoiS, 11 rêvait de la tranchée là·bas, en France, et, pour un bref instant, retrouva it daru; sa plénitUde le déchirant désir de cette aubè un:que .. , Et, comme dans un rêve. il remarqua la présence de M. Lorsch, debout devant' sa porte eL qui serrait la main de M. Gargan. M, Lorsch dit quelques mots avant de s'élolgner et disparaltre du cOté des ascen.seurs. ·M. Gargan attendit que le Vi ce-Président f11t hors de yue, Puis 11 se diri~ea vérs le bureau de M. Newman et y pénétra. Le menton dressé, il se gràttait pensivement lé cou. CHAPITRE VI - L~urept, commença-t-il ... ,M. Néwman crlDisa les mains sur sOn bUl·éau. Jamais enc6re M. Gargan ne l'avalt appélé par 501\ prénom. M. Gargan avait fini dé se gratter le cou. Jetant \llIl. leul coup d'oeU sur M. Nèwman et tapotant brièvement le bur~ au a.vec ses cj.oigt;s, 11 renver~a la tête et se mit è. réilardér p~r-dessus son épaule, selon son habitudè chaque fo~ que i!luelque ch6Se Ge prêcis le Préoccupait. Il parla sans bouger la. tête. - M. Lorsch nous a exposé un projet de réorganisation. n respira non sans éffort à tràvers s6n nez trop étroit. « Je ne v&is pas maintenant entrer da"s tous les d~lai l s, maL5 Il ~em1:ùé bien q\\e vous allez avoir ~ déménager dans le bureau d'an,le », - Celui de Hogan? - 32- • -! DROIT ET lIBERTI: FI·LMS de TOUS LES VENDREDIS 16·22 Décembre 1949 . N° 8 (112) 25 fr. LA SIE D NIE ... fin d'a J par le Maître SHERNETSKY PROBLEME PRATIQUE N° 6 C. BOGDASSARIANETZ (Schachmoet.z 1937) A B 0 D E F G H Les Blancs Jouent et annulent Une intéressante étude avec une amusante conclusion. Nous publierons les 1'loms des lecteurs qui nous ferons parvenir la solution exacte avant le samedi 24 décembre. PARTIE N° 6 - DEBUT REn B1al1cs : T. Yan Driel Nojrs : Zalsman Jouée dans un tournoj à Baarn (Hollande) en 19.8. 1. cn, Cf6 ; Z. ;3, d5 ; 3. ç4, dxc4 ; 4. Ca3, Cbd7 ; S. Cxc4, b5; 6. Cel, é5 ? (melleur était 6 - t61; 7. Db3 ! Tbl ; 8. CgS, Dé7 ; 9. CIS. Tableau ! Les -Noirs ne voyant pas comment sauver )eur Dame lIans être mat ont abandonné, pourtant 9, Cç5 (contre-attaque) sauvait tout. Morale : Il ne faut jamais trop !ie presser. Avant d'abandonner il faut perdre le point. SOLUTION DU PROBLEIIIE N° 3 W. A, Sblnkman (Détroit Free Pr('~se - 1~7t'). Blancs : Rc4, Dh7, Fa2, FIS, plon b5. Noirs : Re6, Cl2, pions a5, b6, d4, e~ et f6. Mat en 2 coups. CLE : 1. Fç~ 1 b X ç5 ; 2. R X ç5 mat. Remarquons que sur 1. FM ? • X hi : 2, R X b4 + il n'y a pas de Dlat car tes noirs disposent de la case de luite d6, SoJutions correctes reçues de MM. : Abend. Arollson, Chornih:, Feigelsol1, Feldl11an. Rafai. Solny, 20lma, Vauthior et Zerc\;. SOLUTION DU PROBLEME ~ PRATIQUE N' l, Dh6 II IXh6 ; a, Tga +, etc. 1 nnee Un .homm~ au grand coeur, en treprenant de surcroît, et doue c e r ta tnem.en ~ du sens des affaires, vient de créer le « Club des. Tlmldes ». IL a convoqué les échotiers pOUT leur conf ter ,ses prOJe ts et la presse qui ne crache pas sur la « copte » quand elle lui tombe tou,te cuite a fait ci ce « timide de choc » une large et profitable publicité. c. de -Neubourg vous révèle les trucs de la voyante Qui chere/ter.ait ci s'en plaindre ? A notre époque oû le découragement es t général - et le Général découTagé - les hommes qui osent s'affirmer mé1'itent notre sympathie et notre effectif soutien, Car beaucoup d'entre nous sont des timides qui s'ignorent, Le timide bien souvent, cac/te sa timidité sous l'apparence d'une ~.,.mu- 1'e impénétrable à l'abri de laquelle il se joue la comédie de la puissance. Le timide, volontiers, joue au « dur» par le haut dans l'autobus ou le métro, rouspète au ci~ néma, donne des taloeltes à ses enfants., Mais il en reste là. Et il n'agit jamais. Il se trouve que la timidité, ainsi expliquée et dévoilée, est la maladie de notre époque. Nos homme's d'Etat sont des timides et des velléitaires. Ils clament bien haut que l'Atlemagne ne sera jamais réarmée. Mais ils ne jont effectivement rien pou,. empêcher ce réarmement. Timidité ou hypocrisie ? Question de nuances. Tout le monde est obsédé ~a.r l'incertitude de L'avenir. Aussi les gens . les plus sce4)tiques et les plus incrédules résistent rarement à l'attrait d~une « mancie » quelconque qui leur est ,offerte pour dévoiler les choses futures. Cette faiblesse, fort compréhensibLe d'ailleurs, fait vivre depuis les temps les P.lU3 reoolés une armée de gens qui extrcent les sciences diV. inatoire., Les observations qui ont été faites dans des conditions bù toute possibilité de fraude était exclue semblent prouver que certains « suje ts » particulièrement doués peuvent prédire des événements futurs. . 01' ces cas sont rares et ' les « extra-lucides» sont très nombreuses. Aucun organisme offipeine' d'am~ur, élégante etle a de L'argent. La consultation commencera donc de la manière suivante, indépendamment des moyens utilisés. « Je vois à côté de vous un homme mal disposé à votre égard ». Neuf fois sur dix elle dura deviné juste. Même s'il ne s'agit pas d'une histoire sentimentale l'existence « d'un homme mal disposé» (remarquons que cette expression ·peut être prise dans le sens .de malad~e) est probabLe ·dans la vie de n'im- . - . ciel en France ne sait le nombre 'f.~ _____ "iii"ii~. exact de personnes exerçant « le métier de deviner, de prognostiquer et d'expliquer Les songes» qui, selon l'article 47t du Code Pé:naL comprend «les diseurs et les diseuses de bonne aventure, les prétendUS sorciers, les ·tireurs et ' les tireuses de cartes ». Les estimati'ons vafient entre 2.000 et 20.000. Or it est difficiLe d'admettre ques toute. les personnes lui opèrent dans les différents « I:a-' binets de sciences occultes » peuvent prédire l'avenir ou voir dans le passé. Et pOUl'tant elles ne nîanquent pas de clients et clientes. Comment font-elles? La , réréponse est très simple : 99 % utiLisent des trucs professionnels. Ces trucs sont extrêmem~ nt simples mais ils rendent et rendent bien. En voici quelques-uns: Le truc de la salle d'attente Tout d'abord le t1'UC de La salle d'attente. Cinq fois sur dix la voyante est occupée et fait attendre son client. Durant cette attente le client est étroitement surveillé et toutes ses particularités SOtgneusement notées. Tout entre en ligne de compte, le sexe, l'âge approximatif, la tenue, le comportement. La voyante n'a rien d'un super-détective de roman, loin de là, mais elle 1'0$- 3ède du jugement, autrement elle aurait c1tangé de métiet. Supposons qu'elle ait fait les observations suivantes sur unè cliente: âge entre 20 et 25, pas q.'alliance (ou de trace d'caHance sur le doigt), elle est élégante, ses yeux sont rouges. La voyante en déduira: elle a pleuré, jeune et sans al!ia~ce è Ka ..... porte quelle femme. La voyante note la réaction de la cHente ·. e.t la consultatiq.n se poursUtt. Et ça c'est le truc de l'entrée en matière. Entre 1940 et 1945 la phrase « amorce» c!assi. Que de toutes les voyantes était : . - Vous êtes séparée de quelqu'un,., c'est un homme ... il est loin ... il pense à vous, etc ... etc ... Actuellement, la constJ.!tation commence le plus souvent par « Vous avez des ennuis d'argent... ». Les conseils d'Etteilla Le « poisson mord » ou ne « mord pas » c'est-à-dire que la 'cliente dit « oui» ou «, non J ajoute des précisions ou se tciit. Selon les confidences des diseuses de bonne aventur,e très souvent le~ clients raconte,nt tout simp(ement ce qui les tlacasse. Dans ' ce cas il n'y a qu'a répéter ses confidences en leur donnant un aspect un peu bolique et mystérieux et cliente part très · satisfaite. Si le client s'obstine àse taire, on se servira des conseils d':Ettei!la alia's .4lliette, pèTe de la cartomancie moderne, ou de sem disciple ' d'Odoucet. L votre volonté ne m~t pas· un frein à vos passions ». Et ainsi de suite ... Comme il est impossible à la cliente de garder ' obstinément le stlence tout le temps, elle dit quelque chose, la cartomancien- - 11;e en tient naturellement compte et oTtente ses paroles en conséquence. Le truc de l'ob;'et rond Voici maintenant le truc de « l'objet rond »: La voyante se concentre et dit: « Je vois quelque chose... c'est un objet qui vous est précieux... il est rond ». 01', quelle est la personne qui ne possède pas une médaille, une pièce de monnaie une montre qui est un souven~; ou un fétiche, Si par un miraculeux ha.sard il 'n'y a pas d'objet' rond la difficulté est vite résolue car la voyante vous verra « tourner en rond » ou bien elle vous vena devant une soucoupe, une assiette, etc ... Il y . a aussi II? truc de l'initiale ou du prénom. La cliente à .peine installée, la voyante demande- : « Qui. est Jean? » (Georges, Henri, MicheL Marie ou Madeleine). Si la cliente répond, et neuf fois sur dix elle le fait , III voyante ppursuit : « Vous vous do~tez de quelque chose » - et seoln la réaction calcul. Supposons qU'à' Paris il li ait 1.000 cartoma.nciennes (et il y en a certainement plus que ça), il y en a donc une par 4,000 habitants. Mettons qu'i! n'yen ait Que 5% qui les con. suifent une fois par mois, cela fait 200 clients. Soit une moyenne de 6 clients par jour. Le prix mouen d'une consultation est de 20d' francs. Ce qui constitue un revenu de 1.200 fYS par jour. Et n'importe qui possédant un jeu de cartes et du bagoût peut ga.gner sa vie, toléré par la PoLice qui n'applique .que rarement les peines prévues pour les devins par la loi du 28 ami! 1832, C. de NEUBOURC (•C opyright by C. de Neubourg et D.L.l. Timides sont ces journaux qui, en bas de page, et en 'caractères lilliputiens, annoncent une nouvelle d'importance primordiale. Je l'ai par hasard découverte dans un organe qui, d'ordinaire pourtant, aime à se souvenir 'des souffrances fra nçaises. Mais même ce journal, sans doute, à force d'avoir crié au loup, ne croit plus que le loup peut revenir. Il a peur d'ennuyer ses lecteurs. Ces histoires de renazification? Une mystification de la « gauche révolutionnaire » pour dévier les vrais problèmes ... Avoir peur de dire la vé.,.ité, même' si elle déplaît à certain public, c'est de la timidité. De la timidité criminelle qui mène à l'abandon et à tout le reste. Cette nouvelle, donc, nous venait de Hambourg. On vient de découvrir près de Lubeck 'Plusieurs charniers contenant les restes de plus de 300 internés des camps nazis, Il semble qu'il s'agisse des déportés de Neuengamme, embarqués en rade de Lubeck sur deux navirès coulés par bombardement aé.,.ien. Les internés se jetèrent à l'eau mais les SS les mitraillèrent . On retrouve aujourd'hui leurs ossements. Personne n'a froid dans' le dos. Le,s morts vont vite. Pourtant ils mettaient longtemps à mourir dans ~es camps. N'ayons pas peur de radoter. Ne soyons pas timides. Nous ne sommes ·pas des fossüef· Je m'aperçois, au moment Cie conclure, que je suis atrocement naïf. Ceux ql,li veuleJ1t nous obliger à oublier n'ont rien de commun avec Ia timidité. Ne leu.r pardonnons pas, Ils saventtrè~ bien ce qu'ils font. . Paul J. RENNE. ... ~f MIES AMOlUJRS de la cliente - « il s'éloigne ... ,' ________________________ -~::_::_:.,.;,....,..:..----------."..--- il se rapproche... il est '$ouffrant », etc. Si la voyante opÙe- dans une LE SÉRUM DE BOGOMOLETZ petite ville son travail est considérablement facilité paT les commémges. Les paroles qu'elle entend ne tombent pas dan~ les oreilles d'une sourde, croyez; moi. Mais même dans une gralt~ de ville elle travaille dans un cercle relativement restreint de sa ' clientèle. Or un client lui envoie un autre client et fOTt v ons pouve~ r souvent la renseigne. Ainsi pour les « nouveaux )) il Y a des trucs et les « anciens » on les connaît ou Faisons un pe Le sérum de Bogomeletz et celui préparé depuis peu par le Docteur Bardach à l'Institut Pasteur ont suscité beaucoup de discussions Je te trens, t· me tiens pau . ' ' / dans le monde médical et de curiosité dans le pnblie, alerté par des journaux, qui, dans de gros titres, parIaient de « curtl cW rajeulÙl5- sement », de· traitement mervellleu:lc, omnipotent. ètc, II nous semble utile de l'établir les faits et de donner ici quelques notions simples sur ce qu'est le sérum du gt'and savant soviétique et ce qu'on peut en attendre '., l'heure actuelle. exelllJlle). C'est le sérum (c'est-à-dire une partie du sang) de ce dernier que 1'011 appelle le sérum de Bogomoletz. Bogomoletz avait remarqué que lorsqu'on injecte de petites quantités de ee liquide à un homme souffrant par exemple d'mie mauvaise fracture osseuse, la consolidation et la guéri~ son progressent très rapide.ment. Il en a conclu, que !oll. sérum avait une· influence favorable et vivifiante sur les tissus conjonctifs. Qu'est-ce que le tissu conjonctif ,? ~GASINS DE NOËL ge de ce dernier donne 78 phrases stéréotypées dont la signification peut être interp1'étée de plusieurs manières. En voici queques-unes ~ Au Bal des Barb'lS, que les ' chansonniers · de Montmartre et les dçssinatcurshumoristes viennent d'organiser au Moulin de la Galette, Jean MaII'Poe (à gauche) et Jean Eff;el (à, droite) comparent la résistance de tçurs barbes respect\. vos (et posti- Cette médication n'est 1MK une panacée, susçeptlble d'être appliquée à n'importe quel malade et dans n'importe quelle maladie. n 'Y • des malades qui ne suppc;rteraient pas le sérum question "et il y a des ll9ala di~s où il n'a aucun ê'1fê",t.; Ce traitemént a. comme oîi dit, ses indications et sl!lll contre-indications. Ainsi, un homme, qui pourrait bénéficier du sérum de Bogomeletz mais qui est tuberculeux ou a une mala .. die du coeur, ou encore. présente de l'albumine dans lesl urines ou trop d'urée !lans le sang, ne saurait être soumis , à ce traitement trop danl:'ereux ,pour lui. . Un exemple pourra peutêtre vous en donner nne idée, Comme le béton armé consiste en poutrelles de fer, plongées dans du ciment, de même nos organes et nos cellules baiguent dans un milieu semi-liquide qu'on appelle tissu conjonctif. (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) « Vous avez eu trop bon coeur et vous étiez trop confiante, méfiez-vous maintenant, on - J'ai quatrepetits-enfants, vous veut du mal ». qu'est-ce que je pourrais bien leur acheter ? - Tout cela dépend de combien. vous disposez. - Huit cents francs, répond un peu gênée la pauvre grand mère, je ne pourraiS peut-être pas avoir grand'chose? - On va s'arranger, allez ... Et, avec le sourire le vendeur prépare un petit paquet pour la brave vieille dame qui s'en va, heureuse d'avoir quelque chose à offrir , et triste de ne pouvoir faire plus! - Nous en avons combien comme cela! constate le patron en hochant la tête. Cette année la vente est difficile, depuis l'an dernier tout a tellement augmenté... sauf les salaires, évidemment. Il y a bien quelques clients qui achètent de beaux jouets, mais après quels sacrifices! On se rend bien compte que lorsque les ménages ouvriers s'en vont avec un c y cIorameur, cela en représente des jours sans viande et des semaines sans cinéma... . - C'est précisément ·notre cas... E n tin, donnez - nous quand même le landau! Le retour - Jusqu'ici, ce n'était pas brillant, Les gars de chez Renault étai9nt « fauchés " et on ~ demandait si on allait vendre la moitié de ce qui était pl'évu ! - Et maintenant? - I !s vieltncnt de toucher la pl'ime de cinq mUe, c'est la ruée. D~puis le lemps qu'ils attendaient! Pour eux e t pour nous, ça va mettre du • beurre dans les épinards ». Oh, cc n'est pas le Pérou, mais ça dépanne, Pensez qu'il y ~n a encore qui ne gagnent que 15,000 francs par mols, On a beau faire des élalages, de la publicité, s'ingéDier, à trouver du nouveau, quand il n'y a pas de sous ... « Prenez garde à vos résolutions. Les obstacles barrent devant vous la route que vous poursuivez ». « La r~alisation de vos espérances dépend d'un être plus puissant· que vous; cherchez à le connaître et à conquérir son appui », , « Ne renouez pas avec une ancienne amie qui vous trahira encore ». « L'imprévu mettra en défaut votre prudence et la fatalité ruinera vos plans d'avenir si ches).

Po·ur 5.000 Qu'est-ce que · le sérum de Bogomolets? C'est un liquide, qu'on prépare avec de la rate et de la moelle d'un homme, mort depuis très peu de temps ou prélevées au cours d'une opération. Ces organes sont macérés, puis injectés il: un animal (la pin par nOIlveRIIX abonnés - Pour notre part, r-roël c'est une fêt~, mais c'e$t aussi une catastrophe pdur le porte-monnaie. En parlant de porte-monnaie, nous en youdr·ions un pas mal et PdS --------------------------------------------------- trop cher. . - Pas mal et pas trop cher, vous n'êtes pas les seuls à. demander cela, - Tenez, en voici un en box, quatre cen~ fran cs. - Oui, il est bien, Tant pis, on va le prendre, il n'l nous restera plus que six cents francs! Plus que six cents francs! et nous n'avons m~tne pas II-cheté la moitié de ce qui était prévu. Heiireusément que J'ai préven:u ma femme; - Tu sais, je t'achèterai Juste un bouquet de viol'l ltes et nous ferons un petit l'éveiI:on à la maison ... Et il Y en a combien dans notre cas ! Pierre DELATRE. LE· GRANDCONCO RS DE D.L.· BAT SON PLEIN • M.R,A,P .-IX· .: 12 abonnements, 24 , % de l'objectif. nouvelles • M.R.A.P.-XX· (A vron) : 6 abonnements (en un jour), EN HUIT JOU'RS M. Simon a recueilli 10 abonnements Nous VOICI a nouveau dans le, _____________________________ _ mélro. Que de paquets! • M.R.A.P.-Montreuil: 41 abonnements, 96 % de l'objectif. N OTRE campagne et notre grand concours d 'abonnements à c Droit et Liberté ~ se d éveloppent à un rythme plus que sati sfaisant. De toutes parts nous arr ivent des souscriptions. des versements, des mandats, qui témoignen t de l'influence de l 'hebdomadaire du M ,R. A ,P. et de l'émulation qui se fait jour entre ses amis pour trouver de nouveaux amis, de nouveaux abon nés 1 Dresser un palmarès est bien embarrassant. Voici, parmi tant d'autres, un diffuseur ém ~ rite : notre ami Simon, secr étau-e du Comité du M.R.A.P du XVIII' En huit jour s. il a colle~tê 10 abonnements à « Droit et Liberté •. - ,Si on descendait à la porte de Saint-Cloud, on r~gard e rait les vitl'ines de B.oulogne? - L'idée est bonne, mals. pour aujourd'hui, je crois qu'il faudra se contenter de oe que j'on a acheté. Je n'ai plus qU'l mille francs ! .. , Je crois qu'il va falloir demander un acompte sur la paye, sans cela 'lOUS n'Irons jam. ais jusqu'à la fin du mols 1 A Boulogne-~illancourt Là, il Y a foule aussi, mais dans les peti~ magasins. On ne va pas à Paris, on achèle sur place. ' - ~ choix est aussi grand que dans les magasins de la Chau' sée-d'Antin, aD aurait dû co ,nmencer par ici. - Si on entrait pour se l'en· s~ ignel' au sujet du cadeau a ta mère ? V)iiiblemenl, le gérant est con' te~l1. , .'- Ça marche les affaires? ' TOUS LES JEUNES SERONT AU CRAND de la Jeunesse Juive organisé par Je Mou'cmcDl des Cadets auprès de PU.J.R.H. .30U, le patronage de DRO/]' eT LIBERTE le DIMANCHE 18 DECEMBRE, d~ 14 heures à minuit dans la SALLE DES FETES DE LA MAIRIE DU XIe Piace Voltaire Métro : Voltaire) 'avec j'ORCHES'l'RE GILLES ROGER DU Rll\E DE LA JOIE DE LA DA..'SE et ... LOLEH BÈLLON, la vedette du « Point du Jour») 1 • LA PROVINCE ne reste pas en àrrière. Classement ( provisoire) , dans l'ordre: Lens, Toulouse, Marseille, Gre n 0 b 1 e, Metz, Strasbourg, Montpellier, etp. Vous n'êtes pas inscrit? Alors, dépêchez-vous ! 'l'ous les détails dans le précédent numéro, l'administration du nal. Comn:e nous l'cn f élicitons, il nous repond avec modestie : - Cc n'est pas difficile. Il suffit d 'expliquer Un peu aux gens que l'on contacte la nécessité de notre combat, Il est rare qu'ils nc soient pas impressionnés à. la vue' de ce journal, vivant. bien lait ... Il v en a qui me reçOlvent très bien. n;autres sont plus r éservés Ils appartJennent p arfois à la catélorie des gens qui on t tendance à oublier tout ce qui s'est passé... Ma is une discussion franche et cordiale peut faiTe beaucoup. Notre ami Simon travaille dans la confection pour dan'les. Il est père de t1'ois enfants. c Des Qlle j'ai une rnmute, le soir, je laisse }'ateHer pour diffuser c Droit et Ltberté Jo , - Alors, c: Droit et Liberté .. vous pla!t? - Je pense bien! Sans quoi je l'le lui ferais pas des abonnés ... Il dit la vérité, et il la dlt courageusement. Longtemps on avait pensé que ce tissu n'ava.it pas de rôie important dans 1I0tre économie et , dans la sauvegarde de notre santé. On attribuait une plus grande importance aux artères en disant que l'homme avait l'âge de ces dernières. Lorsque les artères se' sclérosaient c'était un signe de vleiHissement. Bogomeletz a démontré que c'est' surtout la fraicheur, le bon état de notre tissu conjonctif, qui iJUporte et que l'homme à l'âge de son tissu conjonctif. D'où l'idée de provoquer le rajeunissement du corps humain grâce aux injections du_ sérum de Bogomoletz, qUI, comme nous avons dit. vivifie le tissn conjonctif. Des résultats parfois excellents sont obtenus dans différentes maladies. . D'après les recherches soviétiques, le sérum de Bogomoletz aurait donné des résultats encourageants même dans des cas de cancers incurables. Des guérisons et des améliorations sont obtenues dans certains , cas d'ulcères de J'estomac, d'impuissance, d'hypertension, . de rhumatisme chronique, d'asthme, de varices, etc. , Le professeur Bogomoletz, mort il y a trois ans, a ainsi ouvert des perspectives nouvelles à la lutte contre la maladie et le vieillissement prématuré. Dr MUHLRAD. MON DOUX PÉCHÉ Latkess au fromage Failcs fondl'e dans deu.'( ou trois cuil lerées d'eau bouil:anl. un deIm- q,ua 1 t ri " b_eune Ajoutez un demI -double creme. deux oerrf, l'Dtl l'r-s, un gra!!! de sel, quatre cuillerées de f!;lrme d e façon à former une . I)a.e DI trop épai;;6e ni t rop liqUide. M~ t li' z du beurn' àu [onll du plat et faites-le chauffer fortemenl. Posez-y la pâte par cuillerées et laLSsez cuire à four chaud., environ une deml-heure, OD P' ut égalell1en~ faire ces bel. gnes à la poêle. Garnissez de ~rèmc fralche E't, selon les goùts de sucre oJ de miel, '

Notes

<references />

Format JPEG