Droit et Liberté n°027 - 28 avril 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Vague antisémite dans l'Etat de Bonn... aux accents de Deutschland uber alles -page1
    • Après la libération de Béraud par René Mayer une interview exclusive de l'Amiral Muselier: "l'action énergique des honnêtes gens peut seule imposer justice" -page1
    • Appel pour l'interdiction absolue de la bombe atomique: pour la vie de mes 4 enfants, je signe de tout mon coeur nous dit M Swieka ouvrier ébéniste de Belleville -page1
    • Francis Lemarque n'aime pas les chansons d'amour et se souvient du "Vieux Salomon" -page1
    • Quelques "premier mai": voici pourquoi vous ne travaillerez pas Lundi -page1
    • La presse antiraaciste sous l'occupation (parution d'un livre) -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: le temps des croisades -page2
    • L'action du MRAP; A Nancy sur l'initiative de la section juive, une section du MRAP est créée -page2
    • Antitrust par antiphrase (lois antitrust) -page3
    • 2.500 campeurs aux Tuileries: "collectif à 50%" (réduction sur les billets de groupe dans les trains) -page4
    • Encart Belgique:
      • Vive le 1er Mai
      • L'antisémitisme c'est la guerre
      • Jacques le tueur doit expier; Les assassins sont toujours parmi nous
      • Sous l'impulsion de l'UJRAP, l'action continue pour faire disparaître la mention "juif-jood" des registres de la population

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• • • • VAGU IS~MITE DA S L'ÉlI DE BONN Le grandi rabbin MORALI 1., rabbin P. BAU ER SI4 neOl l'appel pour l'InterdlCllon absolue de la bombe atomIque ............ ...- POUR LA VIE DE MES QUATRE ENFANTS pour ne plus revoir les horreurs de la guerre JE SIGNE DE TOUT MON COEUR) nous a dit M. Swie,ka, ouvrier ébéniste à Belleville N, ous donnons ci·dessous le cUr:hé' de la Ihle de petitIon sur laquelle deux Rabbins ont signé l'Anpel de. Partlnns de la Paix. Ce sont M. Je Grand Rabbin Moral!, dt N~nc,.., premier de «He ,'Ille ft !i· &nott "Appel pre~lIte sous en-lkt.c du M R.A J' .. el M. le Ra~in Paul Banr, dot l' "'-'clatllln COTlSl.toriale b1iaél île de Parb •• \lltI:h~ tu TeTn!,le de la t'Ue ~I,;IL-" P~'.t..- M Je Rilbb;n l'!Jul &ut, ""«am",· .mi " "inlllur~ de c~ u, ct&:lu.UOn : • En .... t que Juil et reflrbenlant • uf! ulle Qui Dr~cl.me. da,u la Bibi.: .. SHI poo' la force (lU .a ,'l"ltnu. mali Mf l'e,prlt _. Je lui. con:,e tout cml'loi •• 1. torct. et de la violence. dans Je rble.ent de. dltftre'lIb enlr" lu JI~ vplu _. c.,~ d"ux slgnalur~~, \'f.na.nt aprt~ cell"s d'hommes r.omme Jean-Jacque~ s..tn~rri.. André Blume!. le président L,)ICln..c .. m. Willy Neltt'l" Aadri! Spire, WOIl\ltnt qll" les croyants cOlUm" les IItb~(::II. l,. honnétes ~ o rü 1141 tous les trtU!eux "!:Il Iii volonle d'II1Lr de ,'unlr pD1lt .Vnflf leg horreura l't'U,, nouvelle i U~-:Tro .... PlOPllllON UNANIMES les sociétés juives " Bessarabie ". « Krasnik " el « Idéal Fraternel " ... M, STUCI NqÙI r/!('~ vonl dl! M. Stutli, présl den t de la socÎct-e mutualiste Be4' sarahla, cctte lettre, si t,mou· vante dans sa simpllcJtë : Au nom fie mes enfanta, petits· enfant! el de mes ca· ~arades dépor. , tu et exttrml'I nés dans les camps nazis, Je VOliS envoie l'adhésion de ma socleté (170 familles) il l'Appel du Partisans de la Paix pour l'Inter. dictIon da la bombe atomlQ:ue, Nous sommes aUés voir la (ilmillt Swieck"a.· rue de.~ Amandier~, il Paris ( 21)'1. En slgnA,nt l'appel .de Stoekholm pour l"ln\.erdlcUon Ilb~olue' de l'arme Illomtque, M. $wieeKA !JOUI; a d.it J'ai 4 enfan ts, et serai bientôt grand-père, Engagé votontaire pendant la guerre 39-40, entré dans la résistance active en 11U. interné il. Dranc)', j'al Bssez loutrert de la guerre pour vOuloir qUI mes en· tants .oie.lt heureuJ;. La bombe atomique? Ce .erait attreul; que deviendraient lu tn· tnnt., les tout· petits. La vie est dtJ. bien dure pour un ouvrier Qui donc peut souhaiter tuer du millier. de personnes à la fols? Hélas, il y en a, une petite poignée C'est bien vrai que si des mil· lions et des mÎllIous de bravu ge ns se dreSlient coutre l'em:,,loi de la bombe, les hommes de la guerre Seront vaincus, 28 Avril - 4 Mai 11950 N° 27 (131) ET POUl t.A APRÈS LA LIBÉRATION DE BÉRAUD PAR RENÉ 20 fr. BELGIQUE 5 fr. MAYER IJne interview ex~lus'ive de l'AMIRAL MUSElIER •• " L'action énergique des honnêtes gens peut seule imposer justice " M. l'amiral Museliel', qui fut, ~bus l'occupation, che! des Forcet-; :"-,:avales Franç"is('s Libres, et dont on connaît la .haute action patriotique, a bien voulu accorder à. « D. L. ,. une interview au :sujet de la liheration scandaleuse d'Henri Béraurl On sail. que, lors du procès de Béraud, le têmoignage de ?o.l . l'amil'al MuselÎCl' a joué un rôle décisif. Voici les déclarations qu'il nous il raite~ : On v4lut tUiniformer en delits « ·cfopinic,n » les crimes d'intelligence avec l'ennemi, -- Que "ellseZ'vou.t des tion" rions II!!~quel/e.' le H enri Béraud a éll! remis ber!t ? candi· trattre en 11- -- Vou.~ me posez cet.te questIon à l'ln:!'tant ou la presse gouverne· ILIE~ fIP(O~~ C~A(;IE~ ~\ menta le annonce .QUE' ·C l'ê.erlvaln a repri"s conscience de ce qui se passe a utour de lui. et s'est parfaitement rendu compte qu'II n'était pIus prisonnier , TI pourrait paraltre In!!itégant, de ma part, de char,er à nouveau un malade ... si toutefoIs cette ma. ladie est réelle. Quoi qu'il en soit. la mesure prise en faveur de Béraud est l'aboutissement loglque le la cam[lagne menée en sa faveur pour transformer en déllt C d'oplnlon Je& crimes d'intel1!gence avec l'enneml. les attaques contre le moral de la natlon toute entl~re. Au lendemaln du verdlct, Franc; ois MaurIac. dans Le" Floaro (encore et déjà l, déc:ara!t le verdIct c lnJQue ~ et se pOsait en défenseur dp.~ écrivaln~ collaborateurs, Cette a tt.ltude n'était d'allleurs pas dictée par une conviction intime, mais tout simplement parce que (Suite en d~udrttle pa..ct) L'AMIRAL MUSELIER ... Aux accents du DEUTSCHLAND .. UBER ALLES I L n'e6t 6~1UI doute pas S&rul signification que lesc dl6COll r6 provocateurs que Conrad AdenAu" r \'lent rie prononCer A Berlin- Ou~t et il Rad-Eme en Inclta,., t $011 PllhHc ft chanter le C DellLschlan(j ubcr fllIl"'8 :0, ont coin(' iriô avcc ulle rccrudcscrncc de l'ontiAémîtillime eo Allemagne occidentalE' Politique chau\"lnc et rcvancharde à J'extérieur. visées sur les V'f. ritoires reco\!vré~ par la Pologne populaire, sourdes menaces sur l'Alsace et la Lorraine Qui devraient être enp;lubtes dans un vaste combinat !ndu~lrle! dominé par la Ruhr, pruPOsltJons de 1ushm franco-allemande chaleureu.!rment applaudies par MM, Chtueh1ll ,,1. De Gaulle. très ~érlcusemcn t }:Irlses en considération par le Qual d'Ol',.;ay. Politique antiollvrière (:~ antidémocratique à J'Intérieur. dlr ~get oontre les Allemands qui veulent une Allemagne débarral\sée du 11,,"" cisme et vIvant en paix avec l es voisins. Ne nOU8 la6.",0Ils pM cie le répéter: dans cet Ettlt de Bonn, en v1013- t:on des accord$ de ·PotSdam, lea bases éconorn{Qucs Qui permirent la guerre de Hitler dcmeurent. ~ t:ncc .. r.c~ ~.n. doule loar 1. pu~ -hlinllon de~.. M~Jnolfes. d~ ~ SJr.oruny. le jourllilol néo-nad. Tal_ 2 l'cd., p:ualuant en 1.0n" fran~.II. 2 ·d·oecup:r.tlon. \'lenl, dans un sea n_

/.: d.leux artlelc, de prendrfl la dé.

%: '"nu du 58 usa"irl.~ d'Oradour- 2 sur-Gia"". Tahlflan~ cyniquement 2 le. falh, -1"alpost. ose sc plalndu ~ de. ~ Indlltnatlons cont1nu~lIes. ~ du pajr'nje~ de nol.e: flay~ Au lujd ~ du rna~~acre du 10 Juin 1~44.,

AI.rh \'A,soc! ... Uon dc~ h.mllle. 2 des martyrs d 'O tadour, le conseil 2 munlel" .. , d'Oradour élë .. c une pro~

hot .. !lnn ,'él,émcllte eonin cet af- 2 tiel ~. Jl e.:1 ro l'arre~latlon e~ le châ_ ~ tlrnen! In'mêdlaL dei mauaereurs ~ Ik CERTES, dans cc domaine, comme dans d'autres, les bonnes parolp.s, les propos que l'on veut rassurants pour endormir l'opInion, nr. manquent pas. Le 17 avril. c'est M. Mac Cloy, haut commissaire amérlcaJn, QUi (Silae cn Ilare :t) qUELqUES "' PIlEJII~J'" )1..1.1 ",- VOICI POURQUOI vous ne truvoillerez pus LUNDI PROCHAIN SI vou;:; jetez un coup d'oeil sur \'otrc l'alcndrier, au 1er Mai, il . la plaer. d'un nom de lIa.inf, vous pourrez lire la mention : FETE .DU TRAVAIL. Vous retrouvere:l; ·la même terminologie dans le! communjqué~ officiels, La Radio annoflcera que sera chômé Jr: jour de la FETE DU l'HAVAIL. F.t dHn! tI Lc Figaro :t de la veille, M, Robinet exprimt-rR 118 crainte de voir les « ex:trêmistes ." dénaturer le seM de la FETE nu TRAVAIL, Nt..c ... Certes, le lel" Mal n'appelle dire vraiment qu'Ils fêtent le travail

?

S'~ lf~~ ! ~a;+ .. LA PRESSE ANTIRACISTE SOUS L'OCCUPATION pal' la tris~es.!Ie ~ C'cst une jourllêe qut sent bon le prlnU'mps. Les traival!1eUl"li de chez nous aiment le lIl1Jg\let. MaLo, le 1er Mai, 6'ils en épInglent del brius à leur boutonmère (quand 11 n'est pas Irop cher) peut-Oll C'est Pétain qui .. tétaK le tranU ." à St-Etienne, et le même: M. Robl", t qui l"applaudlSliait dans le .m!mll Fi()aro. Le 1er Mal, vieuX" de pr~s d'un dernl-... I~cle de manIfestations ouvri~l'es, avslt finI par s'Imposer. Comme Hltler, le trl~tc maréchal voulait se l'annexer, l'émll.SCuler, lui enlever son vèrita.ble r.aractèN:". Il n'y réUSIIlt pail, Un "énéflll, (lui veue libérer Pét_t.n., se livre aujourd'hul à. la même '-fin. tatlve ... Ln SociMè Kusnik r~lInle ron a~. .'ie mbl~ gém'ral(' le liamedl 2~ Avrl!. 1 a. lécidé ii. l'unanilll;l#; fie Illcener l )'Apj)eJ de Stockholm. ! ~ membres de la .s..clélé 1; IdéA' ! Vous lirez ce document historique glorieuses .. ~ Me .. , Le 1er Mal l'est vtrltable. Fratnnel ,. mIL également ,l,nt , l'Appel de Stockhnhn. (Voir page 2.) FRANCIS LEMARQUE ces .pages tragiques et (auteur de «A Paris ») n'aime pas les chansons d'amour et se souvient du « Vieux Salomon } A PARIS, Ja Seille ... Les beaux Quaniers ... Les·cnnU!II, .. Le 14 Juillet.,. A PARIS. c·est. une chan'~n de Fralle1s Lemarqllc Que !.out le monde fredonne. Iln succ!:s QU.1. avec Ma. douce vallà . MtJtllilda. et tant d'autres, consa.cre le laient du Jeune composl!.cur, Ce SOllt ses couplets, sa musiQue, Qu'on applaUdit sur les scènes des ,rands Illus!('halls de la eaplt.ale et de la. Francc. à tra\"en la sllhouettc céll'bre d'YI)('!$ Montalld. Nt! II. Paris. ruf! de Lappe. C'cst en parcourant- les qU tut·lcr.s populairril du lie arrnndissempilt Que Fra n el.~ LemarQue a I.rouvé ,;a vocation, - Aprés Ic 'rt/1mil. il! -j(mai.f (lalls une trOllve lhédtra(e populaire ;' le groupe Mars. C'étalt cn IO:!B. AJ'/'c mon. frére, je chan/ai" cie., cl!anI: OIIS de Paul Vaillont-Coutlaler. NOU8 IIOIIS faisions amJt~/er les trè rES Mare. Mon n!vl!!? UN aoeordérm. COllW!ll1!t !alr~ ? Pas d'arqellt ... Un

Q1lr. da.lls lm "rplIler. j'Cl/. déniche

lm Il/Cl/.r. C·e.d ln joie, Elrtr)1ln~ rte qUElqlJeI eo"a.lIl.~, je donNc d!1s ef)llcerts CI! pleine rue. J'avnis o. peille 14 tln~. Le tpmps [la55l. FrQ)lci! I.e marque grandit. drv!el"lL un homme. Pendam ses loisirs. Il travaille le chant : 1\ n'a pa~ beaucoup de I.emps. puiSQu'il e~t ouvrier d'usine. La guerr!'! arrive. Le m~qult! . Dans lu rangs du I:rQupe .. Bavard ", il m\5t.f" Il. l'occupanl,. Dtm;)blJlse en lit&. Francis chf'rche sa vole. Fon 1947, jll Ifli~ cotwafufl.llcl!! d"1I! ' lIJW lornafdablll : Yvn Mont.and. Na t'Ilc /!.!ons lui pla tlent, JI It!~ t"-Ontt. CE n 'est pas un livre comme les autres. Ni un récit, nÎ une chronique, ni un ro· man, Pas d'illustrations, et pour· tant, ,;ans même le lire, en le feuilletant, vous êtes plongé au ('oeur des années tcrribles, VOliS revoyez, hallucinants, le~ 1 ______ ----, crimes na7.is, vous revivez l'espoir, la Jutte ardente des pntrirJtcs. Sachons ;ort il. l'UnIon des Juifs pc,llr la Résistance et l'Entr'alde d'H'olr rassemblé en 320 paies ~nflamm ér..~, ce quI a pu étre tetrfluve cie 1( la pruse a.ntlraciste, lau. l'occupation hitlérienne" (l,l Une oeuvre utile à l' histoire Ce Ilre t':talt nê('.eSS8!r('. non t..ealemcllt pour les témoignages. le~ pr~clstom Qu'Il apporte, au mn- !cO!' HO're ,.ll IIne WnlrlhuUon ~e-i pr .. mlOi!F ordre" III. '"Ue pOur III. : p"I,. . ' '1 .Ualheur ~ MIr.1 qui "met tin jU- , J:enJtnt d .. "~ 1,." ,.lrconSIAnel'f' ae- I ..... 11011 • •• ",.« IU'olr dlt";'\ la 41: m~_ moi' . . .. 1 ,lJJ~ '~""lI II0UffFanl'eli l 1,. _m .. nb de no, mllrt~·,..., 1.;\ 1 ! "'1 0 11 .n _1 .1. lit sounl!"ilon, on ! ... r"!rlllt'" ni d'","lInl lel Ilenptc"' CIl fi. 1 .. ,u~r r,. In\erl'lll.t1on"lc IIIU; brfllerall III "rrollee, l'II (h!,,,,,n! .... prnP"!(lh"" fi. III. :ruerrf! cI- [ ,ue '1111 d4't'lIlt('ral, lA Frnnce. Y"t\.'i FARGE, 1 l'r~i,I~!I~ dt:'s Combetillotsi rt~ lA Psix f't. cl('~hcrté' l m~l\t. nu nous VOYOOl\ tant de fal· -Io111c:atJons de la Réslstancf! Il HaIt nèc~ .. lre aU5s1 pour rarralchrr ~trta !"ne., 1 lêmolres, mp'l.tre l'ac· ("~m, oIiur certaines resPOnubllltks, r L ~urL'lUt pour fn(re la preuvé' h u.tClJ""tque Que "ullloll et l'action I;fV~e. sont Ils gaSelS de la victoire du' forces de liberté et d, . pail. • NoIrI VOil ., La \ ' h de la Femme Juive ~. c Notr, Parole ~. Il "lune Combat., Il Droit et Liblr· té • #'1. a.u . .. 1 des dizaine$ de tracts. llpp .. b .. !,;m olflna~f!~, étudcs Ics -- rh .. u Jlr~ •• ·~ .. nll'.d~lt ~ou~ l 'o~,,up,-, Ilhl~ .. nn •. • (I,~o-I'IIJ , .du. ~r I~ ~,,,lrt d" Dtlcv,ntnt"lI,n d" rU.J. Ri., 1 ~ . roo (l, Jtrl.di~. ParIS 00.). Prur . ;;oe ir.U\ca. dl!f~rente~ pha3es de la lutte r.ontre les déportations, contre l'oc· cupant. 1"'\zl se suceèdent à. '~avers ces documents, tous reproduits sous forme de clichés. Le papier sur lequf!l furent édités les jour aux clandestins ét:a.lr. de trop mauvaise QuaHté pour Qu'lI soit [lossible. st-lon les experts. de les conserver phs de 20 a 2~ ans. Outre Qu'elle permet de faire connait!"e ces textes aux large,.; masses. lïnlt1atlve de ru. J.R.E, revêt donc un Jntérêt prlmord. ial du point df! vue de ,'hls' torlen. Des poges écrites avec du lang Dès lc début de l'occupation, :a Résistance s'ét.alt organIsée ~ ur notre territoire; c'est un point qu'il taut souligner. Le prf'mler journal clandestin parut le 15 juUlet 1940. Aron Be.kerman, l'écrIvain traglQuemcnt disparu . qui tf'nalt dans cette pêrJode son jO.llrna!. .!ilgnak le 22 octobre 1940, qu 'Il vient d'avoir t'.ntre les mains un ex.em. plaire c1andf!stln de .. Notre Parole ~ portant le numéro 23. Les dHficultt'-s Qui ont présidé :\ la confection. à la diffusIon des 90 numéros de Notre Volx ~ DU c Not. re Parole ~ (l'n français) et de~ iSl,IT~; rAGJ-; 3) Une belle pa;rure d., mugulilt porte·bonheur .. , ment devcnu daml les IJRYS où mot·~ (te J~urh ont Cl'SIlé d'~tre CO, ·VPo- LE JOUJOU il i\TOMIC " lables : l, ~ Irntail, dlMil le gl'and tribun $0- claUsta. del'Tait (!Ir/! IOle frwr.tiOIl et lm~ jolI!!, il 1,'CSt bi~m ~ouvent qu.'u.~1!! Un joujou IllIK"on 5uviludc ct UlM sou!lrQllCe. lont phlin : une- bomhe at.oll1t'lUO avec "" forter"""e "olanle et Ul\~ maqu('tte de "lIle " plIl\·l'rlset. qlll pos..'ède t1 e" J»\rctl OIllbragé«. Ion!, mAIrlf". u_ k'ol ..... "oi1A ~ q .. e « l'in"", nt","r 1 amo'rleAln H"n'in \\'1 Il Jnv",,,. If. })OUr la joie des • ~nfant", E't 11\ tranqullJlt' dU parentll. . . Lu. . revue am"rlceIIl ne' Toys (Juue') rer.ommnn"'", eN " ensemble,. l\lIl mareh",. d.~ fte ,lnll",t •. LIt publl cU~ t'~! l\t'ct)mpa&" oM 01'\10 ", .. ;: .. In 'lui r.pr~".('n lr lin .. nlanl. t .. .,Ant dAns .~;. 'uAln la forlef. .: o... . e w.lan.,., Il Ur~ lHIf une CùrdE'le\tr, ... t hop ... quatre bOlnbe.~ atnml'lllM 11i!~ringol('nt .!\Ir la "III~, Toyl trou"" re joujoli l' artl('lIl;~r .. ment « r~I\JI!"e :t et « .. x(';lant ,.. Prix: "'~ux o1o!laM cin'"Jantro, Que l.-ela Ile VOltS om'I'r-l'hl' 1';\0;, "II con· t,alrl' . ..... Itlcner l'appt'I fi", St(lckholm : Tant. qu~ le!; tl'avam~urll ne sont pas libéres de la ~cI'vitude, de 11\ soUf ~ !ranc" (le 11\ menn.ce dfi guerre, le 1er Mai l'este \lne JOllmêe cle lutte pour unfi vic mellleure, l,our !a paiX. Ce n'cst pas nll milieu des !leurs, mll.Î1; dan1'l le 6ang. aux. Et1'l.Ls·Unls. qu'il /!!iL n~. PllS q\lt!JLion .• IOf$. 4e cêlébre~ lc ~(ll\'all. maill de r!!idutn- , huit par Jour le 110mbl'" tic: 5c) lteuJT3. Ccttc: revendIcation a"alt M)A hM. l'objet à'une réaolutlon du COnirM lSuile pa,e SI • • • • DROIT ET LIBERTE - ,:~PIJISQIJ'ONNE VOIJSIE DIT PAS ... ~L' ACTION DU M. R. A. p.1 ~ ~ . .. L . , . Le temps des croisades ... La couronne mortuaire Ail dernier conllrés de l'Union na~ tiona]e dr·s I!tudlallts. Il Arcachon, un c('r~aln Vassa!l. dü!gue R. P. P .... commJ.s un geo;te particulièrement Trop aimables! odieux. Deux croii"ld~ \'Ielment d'tltre Jane. éM par de petlt.5 !nlll!n.~, j'une pr,ur l'nmGMlitt, l'autre pour la vérlte. Le~ cmJIIé.o! de l'a.mabiJlt~ dIHusl')"om 60.000 a!!lches. 5canc\erollt de multiples 310,.n5. !~ront. dr..s l':m:s,;ions il 19. r"'dia. fournirom il ciel !irme.~ !nd,ustrle:les de nouveaux thèmeli de publlcltt. ... E~ diffllseront dt".4 clrcu'a~I",';"; j;péc: !IlJe~ \"t.nue.s des mmul~e rl:s de 1'I!:d.u~t\tion nauona:e et de l'Inténpur. L'instltulpur rétrogrtdé ~I\I llcenc:e pour avoir lu A lIèl élève. un texte en laveur de la. paix, découvriro. en J'al mable M. DelbM un plnce-stlm-rtre Inattendu. Pour ce qui nt de " l'Intérieur ~. gageons Que la famll1e d'Edouard MaR, le fusillé de Brest., goûtera as.~ez peu la plaisanterie. - 11 'aut. ttre aimable, dlro~~ les ~ti~ malins, - Commencez par l'êirl'l \·ou.~-mêmes, répondra le bon peuple de chez nous, quI n'a de leçon" rrcevolr de pen;onne. DIALOGUE AVEC UN HOMME de bonne volonté Les Croisés de M. Skorzeny C'e~t le président Truman qui l'lr~che ia crOll;llde pour la vl!rité. La ( grande preo,se ) de Par\& ~'~mpresse de réllondre il. son appel, lm continuant il. mentir ... En tête oc di~til'..gue L,. Fiçtlrrl quI. en puhliant le~ ~ Mémoires • com\'l!~, em~nt lruqué~ pt tal$lliéJI de $kor: een.II, IL montré jusqu'a quel point U poussai~ I~ soucl 111'. la vérité. CroiSade gammee ... M. Roller Massip krlt Que l~ proposil ion de M Truman qui unit aw;~1 celle de M. Bidault, n'e peut 'Que st.r~lr la cause de la paix. Pour sa part, le même M. Ma.Mlp .. déjà amplement dtmontr~ qU'il ~. _ vait ~ervil" la cause de la paIx. C'e~t lui, par exemple, qui s'est charlé de ( présenter : le tueur as n " l aux lecteurs du Figaro. Pour ces gens, la. défeNle de la vé. rité nc consisterait-elle pas, par hasard, à bapt1~~r noir Ct qui est blanr.? Blanc ce qui est brun - ou vert de gris .. Tous les culots En 11148, divers Journaux vlchyAtes Comme un originaire de la Guadeloup", M. Ballgoll. n'a l'ait, PM été réélu, ce VlUl.Ilalo. pour l"humi1!er, lui apporta unI! couronne mortuaire ... Le provr.catl!"Ur a-t-il saL~i lul-m~me tout le lIymbo:e de ~on affreux canular ? Ce"tte CQ:.Jronne mortuaire. c'est otUe de tout,u les victimes de la. haine raclaIt dans les pay.s coloniaux. c'est ctUe l1es Malgache.s assassinés. des VletMmleM t()rturh du fait t1~11 Inspl~ \.eu rs de Va3Salo. Leur 1 humour» L1nc:den~ d·A.rcachon nous rap· pelle ces naziS GUl, en Allemagne oceldentale, ont eru t rés spirittttl d'envoyer 1\ des survivants des camps de la mort une convocation à sc presenter au c cr~ma tolre municipal :. Ou encore ct: gou\'erntur tranQul5t.e t1e 1& vlUe de Barcelone quI. promul, uant un statut des Juib à la. Xavier Valh\!., se préOccupe, a .... ant toute aulre chose, de r~glementer les funérallles dans 'a communauté i,sraflte puis I.clre.s.se à ses c protégés: ses meilleurs voeux de c longue l'le J . - En matière de racisme. il ne ptut y avoIr de .... tirilable humolll" que m(l,cabre. et Pro-Vi~hystes men~n:nt cam.pagne sur le theme d'un ... « HItler Juil If. Le rac:iste mouche - Hitler n'itait f1U Aryen... dlSl. lent ainsi de vêrltable3 h itlériens dans un ratrinel1lent d'antMmitlsme' Trb diglle, le Guade;oupéen Ban- LE COMBATTA:"IT DE. LA PAIX. pour disculper :es pirE'S antl!.l:mitts. ' !rou prit. la couronne et déclara qU'il V 1 1 l 'd " 1 d C Voici que Fr.,.".S~" "no".'I.n' l'acreptalt. au nom de ses frêr~s tom- .-... It. 0 me nn'd" latlu "lin eP .rJtllpapaen a 'd. e 0la- ces canailleries, insinu,e,. qlie Hi'"m mler, hb dans la défpns, de la libert.é. PUIS Faix. Il d.ma"de • lou, 1" hom- le grand che! de la Gutapn était. II Qultt. le congres avec les represenno ea de bonnt .. olonté d'ulRer l'I n- c J uif. lui aUMi ! ' tants de la Martinique et de la. Gua.- u.rdldlon .b.!olue de I"a.me flt ... - C r01. 6a de -..r...-....._ "a n pour 11 . .v. ~o :rlté ? deLloeu pfte.. P. F. Vasoa,lo lut mouché cornlI'Iique at de déclaru criminel le Pétain _ Kravchenko me 11 le méritait. ':OUVlrnflment qui, te Jlum\II'r... A une ênorme majorité, les etudianh L'HO:'L\IE DE DONSE YOLOiSTE. Autrr5 croisés de la védté : les ma- !ranjll.iI! condamn~rent son ge~te et - Je tnnnais eN Ipl1fl. JI! l'al lu gazines à senSlotion amér](;a.nisés Sa_ rend rent hommtlge il. M. Bangou. aur dt.~ afrlche., Sur QUflQul'5 Jour- medi-Soir et France-Dim4nche. PIWdeurs motions, pré~entt!('s en ce nalll!:. Oh.: PM tou~,,, Tous deux sarlen! ceth !cmaine senll. turent yotét:s par acclamatlon.~. C. _ "ou~ ail.. donc le al- avec des CltaCLèrfS d'affiche daru C'ellt. là al1.Ssi, une victoire sur lrs .. n~r !... rcn·tt~t.e de leur « une . marchanà.S de mort. H . - T out , oux '...J. e 8U1' , ha' n LPeE TprAemIiNer ' (gaulliste) étale un Le « tramp.tt. » inimitable A Nancy, grand meeting le 24 avril ••• et des doubles cordes SUR ('INITIATIVE DE LA SECTION JUIV~ Double Jeu Après la libératIon de :S~raud par Rm~ Mayer, aprb la demande l1e r!l'lAioa du proch P~taJn d!pOl;ée par les a .... oellts du \'ieux traitre, Qui pourrait encore SI! m!prelldre sur le ~ens de III maltoetwre Rémi/ode Goullo dent lIOU_ Ilyon.s eu le spectacle ces jounci ? Dans le coup? Par cons~Cjuent. c'est commettrt une tromperie, et ent.rer euctem,nt. d.tlR le i~u Rémy·de Gaulle que dt publier une ( protestation. qui l1énonee l'artIcle du colonel Rémy comme c unt Jnsulte au,l; mort! ~ et, en méme tem~. c enregutre la miu au po/III. du gt· /léra! de 'Ga:uUe et dll R, P.. F. _. UNE SECTION DU M.R.A.P. E$1' CRÉÉE La prltendue e mi.~e I\U point. du genét.1 de GluUe pubiiée ... 11\. l;ulU de l'anlcle de Rémy lIns un hebdomadaire iJaull"te ne laIt que souIJgner le double jtU du R. p , 'P. qui, encourllaé par la politique actuelle, veut rwerrer ,on .\\lance avec Vichy, t.n vue d'~nt continuation de la polltlque de pétain !\ l1ntérleur comme è. l'extérieur, Tout ell feiinant de ne PM être entièrement d'accord pOUt ne pas trop Est-ce par hasard qU'oll peut lire un, telle c ])rotestatlon ) t1.M le Popu· lalre, SOUI la signature d'un! organl· saLion qui. de temPli a aUlre, tflnte t1e 511 rappeller au souvenir de cela qui ont il. coeur de mener le combat, l'action pratique COnLte le rlt.elsme ? Un Hedler tun: Un Hèdler turc vient de se mllnifd. ter au Parlement d'IsLambui t1ennt 1. commÎS5ioll des loi$. . - Le gouvcnemen', S'Vit krl~ ee pro\,(lCateur, devrait ,.rte~jn,r le communisme cmme les A.lI!1~,ut~ ont exterminé les Juif!. En somme. il s'aait j'leut-~tre d'une du implicatioru de n.lde américaine à la 'l'urQuie. ~t le Hedler .en question aurait bien tort de ~e gêner. Un députe. M. Salomon Adatto, protesta. Il se fit au.sslt6t traIter de sali: Juif. Le Hedll!r turc serti, ~ul l'HWI, l'objet d'une mesure d'cxpulsion ... D llPUIS plullieurs 5.maine~, la jeuneue jul:vt de Nllncy étilt s~r la, brèchë. Su.r l'initi~tive a~ qutlquu etudl~nt~ julh, unt .~cti~n du MJ\.A.P. H,it en voie de fonmltlon. . Catte section a élu son comite pr~vi~ ire au couts d'un méeting qui ,·est 2 MILLIONS POUR LA LUTTE LISTE Na JO 8leléti Konû., 10..000; ~1. Zonenbt.rr J.OOO; .AJl.Ollf'lt'l' ... l:I"l!. ~f M, çru'!. f.ld, 5 eoo; M. S&ucll, \·t.~mlllt cl avnl

."0; Aw..k.l. RU'H I%' ..... er.CharlesI!t),

lI.OOO; CoUr~tP- AlOl'Iica.l. du · 1!'I'1I!~1!111$ auprh du ·M.IL.A.F. (Ùr ytrBem~nt), 14,000. Totl! de Il 10 liste .. .. . . Omi~ : SociUié Prata-FidélitA à la. '·ra.net.. .. .. .. .. Total pr~cedént ., ., .. .. H.OO!) 50.pOO 7U.410 Total;' (le Jour .. W .. .. 803.'lll heurter lell honn~tes gens encore dupél! r------------------------------~-- par la démagogie gaulliste, le sén~r1l1 • i\ laissé entendn aux collabos que Ré- U - - .1':. d my, oon ,,.. ,,,lt, "'" mL n naZI, IDcenUloue e synagogues Doublet corde Remy rev~je que de Gaulle lui &. d~- -t DI·s·blemenl 22 rue de la Pm·x ",,' , • En 40. " "1/,,, • ·1, F"n" VI PI, , la carac Petaill. aussi bic" que la corde de Gaulle •. Comme D, L, It! constatait la semaine derni~re. ces propos, reoouvelès de Charlemagne, n'ont pas ète démentis. C'Cljt donc que rautre Charlemagne le.s a ~enU3. D'aillelU'l, le ~ériéral de Gaulle ne s'en cache J)3.~ : maintes fola. Il li.- déclaré Qu'il voulait libérer P~t aJn qu'II a lui ·rn~me grAcié, en 4~. Cela n'a rien d'étonnant de la part d'un homme qui a ~té le premier à $&boter l'épuration, et. qui maintenant. veut réhablliter définitivement. sou,; Je mot d'ordre ~andalcux de rutlllté nationale. en vue d'une nouvelle utilisation, les grands traltres de Vichy. Il y ~ de$ f: Cl'lmpé~ences * dont le conr. our~ e.t IndispetLStlble, qUllnd on m~ne une politique eom.me celle du Le tribunal mUltalre Il juge l'Al lemand Hans Sommer, Ilgent des services secrets allemand/;, POursulYI pour complicité de destruction d'édtflees publics. Pendant l'oceupa.tlon, Hans Sommer fut un adjoint du 'it.m~ux capitaIne Knoehen de la. police allemande. L'evém!mtnt eut lieu daM la nuit du 2 au '3 oct.obre 1941 et sept synagogues turent endommaeées à. ParIs. Au cours du procès. Hans Som· mer a a!llrmé ne s'Ure bOrnè èJu'~ Introàulre Deloncle &uprès de Knochen 'pour la destruction df:s synaloiues.. Le. députt R.PF. qes Bouches-du-Rh6n~ Bèr,as~e est "enu témoIgner devant le tribunal m1l1talre de Paris en { .. yeur dé te s.s. qui s'en tire . avèc un an d~ prison avec sursis et 6.000 1ranC$ d·amende. Xavier Vallat lI!:;1éré, BériLl.\d 11- bértt le S.S. Sommer réside paisiblement chez une amie, 22, rue d~ déroulé. lundi 24 'l'ril dtVlnt pl"US d, 200 peUonne$ , DI"$ la. "randt 5.lIe de 1. mij!OO~ COlllmUfl~ d~ . l'V.J . l't.~ . ~'t de l'Allod. t}on cult~relle Juive tif. Nancy, dt· c~ree. :lrhstlqu,ln~t)t, troi~ jnS(;rJptiO~ t U! det4chefll 'ur le. murs: • xavier Vallat e" prl~ .. 0, _ Tou. unis. nOUI rÎl.rner6n • . la. ba~llJt ' è 1& rt' lx • el • Sir"' .• en JD.I~.10 lppel ~ 5*. IIbolm "'Ut l'lnlerdleUllfI 4è la bomb' at6l11.lque •. ' Bil!nMt l'estrade sera !.rOI' peUta pour Accueillir les reprisentantll d. loute$ les orcànl"tion~ qui ont r~Pondu il l'àj)pel ilu M.R.A.P .• eneore que plulieuu MfJOnnalil~~. e",p~ehh .. aiènt t.nvo,.~ de, mèlal,is d, 41mpa' fbie, 'Ille le Iluolic àllpla\)d,it el:lal~ureusr. m,nl, Nolôns, entrè a.utr,s, le, leltres de Mt . Schwach. avoc.ltt pour li! C.F.D.1. ; M. Maurlc. Kri.,el-VJlIrimont. dépUI~ ; l'AqoçII!.Iion · 1ii~1 anci~ n$ F.T.P.P .. flt.c:. . . .. .M:. ~ièrre Futk~lstt !n, .tud!ant ,n g~olo,ie, pour$uivi POUt SOfl iilctlon t.n 11veur ~t. la Paix, pr!tldt, Tour 'li toûr il donne 1. plÙ"ole à !If, Julllol, ptt!;dent du Comité d'lIar~mentl\J (iè~ Combattants d~ la Paix et QI! là LIbert~, ~I!e Ra'n,onde 8LAsman,. prés!dentc des EtlJdlall.ts juil, .de Naney, M. Fran~ola Morller, des Jeuni!,s Etudiants chf.!ienl, 1I"t. Albert D'vlrI, di: !'U . .)'.R.F., .".. Kobrlnet, (jour l'U.J.R.E., Mlle Françoise Galllott. dt l'Unicm cles JeVnès !o'i!lh de Frlmce. M. Glile Ellel~ o.", ~I: iii. ·Je'lnes.sé Julv_ de N'nI:Y. M. Jae~uu Arnault, consH'!ler 111 l'Union. Frlflc.be, et Mme Ad:tm. au nom die l'Union dld nmniei nança~ e~, . P IUS notre camarade C.ltarl~i Falanl, ~r~tlJre du M.R.A:?, . app9rle aux J~une~ ~e Nancy, lu téllcltaU0'15 du secrélarlat nllJoll,1 pour I~ur elfort p~f5évirant et I.eur bellt. r~uliite\ riehe. de promessts pour l'avenir de 1. sectlOfl dè Nancy, El chacun, aV'lH de p'rtir, veut AtPOUf sa slV'alure sur lu IIl.tn reproduisant lappel dt. Stockholm, W'l.nll'nemênt .approuv~. . En 1941, par l'intermédla.lre d'un agent. le Dr Keller, ancien prieur d'un monastère des Bcnêdlctlns en Allemaine, 11 fit la connaissance de Deloncle. che! du M.S.R. Celulcl. en proposant ses services !\ SOmmcr lui suggéra de donner un avertissement ~ a la juiverie 10 en ao.r, contre )a bombe atGmiqu~.« ) norme. Le ~econd so- général d~ Gaulle ... taisant sauter des synagOl:"ues. la Paix. .. Cettl! ume d'e)o'terrnlMtlon ut un cialiste) montre un « KR.AVCHEN- Les IImts de Duke ElU11."ion n·ont l _________ _________________________________________ .1 . KO ~ grand Comme ça. ~ .. perttetlDnMrnent • ttOP meur- Le premier, entrant dan.~ la. manoe- pa.s manQué d·~tre agréllhlement lmtriu des eamp~ de camp. de enn- G 11 é pt'CSI!lonnt" par la nouvelle vcctrlle que cutn.tJon !t de toutu ]e~ arm... rl~r::lon ~~ ~Jiai'~~:. plaide pour la le grand che! d'orchestre ct compasiconnuu, pour Que,.. _ C~ Qui, somme toute, est une 't! ur noir Ylent de c lancer ~ : ils'lIglt C. - Alo", !... façon de cont.lnuer la iuerre de Hlt~ d'ua artiste de mU. 5. ic-hall, Ray N(1.n~. H. _ ~hil Je '1111 contre toute lcr ? qUi mime, danse, sc contorsiJnne, fait arme. contre toul.e utJl!lItlDn de la - "o,"." ru d ou 1e . Ma s le 'ecolnd ltait.-eR paiytr e Naavnecce Wilm airtte co1\n solam. m])é~, rfection violente, cootre 1" lutrr~, en un H autre chose ? Lotlla Arnutron9, le fameux Joueur de mDt. Un mot de la fin ~rompttte. Tou~ y est : la Ve3t(! ('nt.ri:!u- C. - La bombe atomiQue Hpré- verle, :ea gestes, I"a l;ure, les expreslente IbJourd·hul. prkhémfnt, l'ar- Ces croi.9és, décidément. ont les h~- sJons du \'/.1;llge. l'Ile UDI laqueUt. DI\ ne peut plus , ros qu'ils mtrtttnt. Tou~ saut le son de la. trompe~te. 1Ii:e!entber unt. nou"elle !\"uern:.· On sait le prix de l'honneur de Pé- Comme on lui en demande la rill - r~nW.-~OUI qu'.n C'I de J:U"" ", tain: 30 denler~. Ion. Ray Nanti! répond : ",eu~ Qui la pouMent • .,nonceraienl Et eelui de j'honneur de KrJ.\'chen- _ Im~Jble d'1miter Armstrong. • "tR .U· .. ,,·! Lt. hommCll, 1'.,- ka : 60 sous. C'est ,acrÎI~ r. Ii. J?&l1.lr de m.musique. tilll'/', lu lndllRlfjq Jouent .lft.. Un lecteur qui "Veut r tslu propre: Il ne now; appartient plu&. Un rolt. ;mpot1.nt,1tlal. pour anbn- - CI! n'.st pas mot oui ~lIrl1is 25 Lea N~:r5. même dans le rble de tir tout eeb, nUI! arme de tfrreur francs là dedan&. clownt. 31lyent avoir du tact et rester .,.t di(bh'~. Interdire la bOm bl"1 Peut-on lui donner tort 7 dignes ... ",'ut Inurdhe 1. J:UfUf. [II __________ ~--------_____________ H. _ Admettonl. /lI/IiR Quelle aort(l de pal;.; me propolu-"OU!]" 7 C. - La l'ab. I.a pa!" tout court. .Noua verloo, blefl .prh i. dl. euhr du mOYfn, d .. nOUI or((.nlur dafl' eeUe pal;.;. L'eueMlel, c'eat d'Iyoir la paix, t!t Je croi. qu'U fI'Y 1 Il aUcune dl.cunion poulble entre hommU de bonne volontf.. , H. - VOYU-'·Olli. Je pfnlle quel la plix ut m'naeéo de bi .. n du ' C&téR. de tou, lu C6 lé~ !. \"fal dire. C. - YOU& la crnyes, en tout cu, m"flacél_ Par quI 1 Li. n'ut 1"11 la QUUtlDn. ~'GIl' nt. .ommu p.ut-~tre pu d" ccord l ur )e. el lia .. , d'une luerre hentufll., ,ur ln .e.pon .. - blfl de la t.nslon Inhrnat.lonale. Mai, nI! 1I0mmea'nou. pu d'aceord pOlir dhirner, ~ommt re!ponsablt, CMn"'e nlmintl, II! I1nmler K"U"HRtntent (quel qu'li 10lU q,,1 lanet, alt b. bombe Ittomlqllt ~ SI la bombe atomiq ue tombait ~ Ilr notrt pl)'l. elle ft lermlntu lt lout; ene ne dl sli ngueu1t pu, 01'0" Qu'eile 1 vlennt, enhe 1 .. hommf. I,.ant dl!lirenles oplnio .. , ail IUlet du ca u.. Ii dt! la luerre. Elle lueralt CIIul ceux 4ui lIt.n.eraltnl qu'l'ne est land, Dour te plu • .:rand bltn de la d .. Jlflllion, H. _ Culu. M.i. crO)'U-YOlil Qu'Unt ~Ilrnaturt. ~ ... C. _ Vne ,Ienaturf. non. Dra untalne. de ml!!Ions d, .Irnaturu, ouI. ,

o.'DUI, I .. ~ IItUlllu, lu hommu de

honne .. nlontf, qui "enton, nOS 'oyer ... ol.UU.b .n Cil. de rUH ... .tomlque, l'lOU, a~'on~ notrf mot il dire. La ruern, mlmu atDmiqut, .. e Pl!ut Il u falrl! 101'11 ,,"UI. Qud rnU\'Hnemt:nt ORe".lt fnhe a~te de crIminel. Cllre fft~E' à la r~prnbatlon uftanltne ft pul~~ ... nte cie. 1 homme. de lionne "oIDnté? IntHdlaD", nnu~-meme. la bomll •... H. - Et o.UD blr" pGl,r cela! LE CO;\lDATTA:-iT DE LA PAIX. Francis Lemarque (Suite de la. première pare) Un Jour, au cabaret, Il rencontr\! un j eune comédien, Jea.n-Claude Deret : - A Paris est une belle chansnn : si nous montions dne revue sur ce thème? E~ c'est le SUCl:~S. ~ J'ai horreur de$ chml.$ons d'amour. Faire rimer t Ma chérie aime moi, car san.r tot mon émtlt ..... c'est mettre des mots sur de la musique, .. et quelle musIque ! ... Pour écrire une chan$on, Je va!s dan.t la. rue. J'ob$erve, J'engage la conversation avec des ouvrIers. Tenez. j 'ai envie de faire une chaMon sur la vie d.es télégraphistes .. pour ça, je parle avec des Jeunes télCs d.ans di!/ére1lls quartiers 1usQu'au jour oll j'en tro1werai un Qut me dira quelque chose d.e vraiment !nUresllant.. je meUrai al~Tl ses paroles en musique, L'antisémitisme? Bien süt qu'lI connalt ca. - Pendant que j'étais dans le maquis, des millier.~ rie Jui!$ de mon quartier ont été cnvoyé$ dans les crématoires. A la Libération, fat VIt des vnlsines pleurer Zl!ur mllrj, des erl!ants leur papa. C'était a/!rcwr.! Quel crèl)e~coellr l Et vous me demllndl!2 sI je Slll.~ contre le racisme et /'t'mtiJémitlsme.' Je n'arrive pas tJ. comprendre snr quoi peut s'apVltyer 1111 racüte pour Ure Tacute. J'ai plus d'admiration pour lm homme noir Otl 1aune intelltflent que pour un blanc qui seratt un crétin, Il nous disait tout à l'heure qu'il écrivait ses chansons après les avOir vécues. Il vient d'en faire une sur Le vieux Salomon. C'est l'histoire d'un vieil émliré venu, Il y a longtemps, habiter la. même maison que luI. Il ne parlait pas Ic francal~. Tout le monde le connaissait parce qu'li Jouait du violon. Vient la. gup.rre. Francis Lema.rque part un jour. LR.a année~ ,s'écoulent. C'est la. LIbératIon. Francis Lemarqlle revIent dans le quartier; il n 'y a plus de vIeux Salomon. C'est tout. - J'espére que celte ch.ansoll VOIlS pla.ira par sa discrétion. Je fieux seldement évoquer la disparitkm du. vieux Salomon, et tout ce qlt'elle ImpUql«. Francis Lemarque enchaine tout naturellement: - La renaissance d'une Allema one agressive me Jait l)cur. Aussi, sllis·je de tout coeur avec ceux qui. luttent contre la renaissance du pérf/, et qlll défendent ainsi la Paix. La Paix aussI, pour Jaire et chanter des chansons de joie, d'espoIr, de lutte. FranCis Lemarque vient d'écrire tout un stock de chansons. Yves Montal1a en répète troIs actuellemp. nt. Nous les attendons avec Impatlp. nce. L'amiral MUSELIER 'déclare ... a J.f. Mauriac avait ft. ftl'trtl par des amis de Maur:" Qu'il rêpondralt de sa personne, de la vie de l'écrh'aln !'oyallste . Depuis lors. saM arrèt, de plus en plus active, une campagne a été menée en faveur de Bêraud. orche!'.lrée par l'extréme-drolte, par les collaborateurs mal blanchI!, et par le Rassemblement des pétalnlstes Foireux (R,P.F.I. Toute la. réaction s'en mêle et soutient la cause de Béraud, qui, aprh avoIr débuté dans le journallsme comme homme de gauche, Il renié ses amis • .son pa.ssé. son sang rouge et Res origines rnOClestes pour les 1.200.000 francs que lui a Yersé;, Gringoire. 14 abonnes â ct Crin,oire )} il Saint-Pierre •• , ; 14 parti~ sans de I·Ax.e, - POUt;eë:-VOu., rappeLer 4: nos leetenrs t'eS$entltl de votrè !m.portante déposition au. proeé& Béraud ? - Cité comme témoin ê,. l'audlenee de la Cour de Just.Jcc. le 29 décembre 1944. à. la demande du CommissaIre du GOuvernement. j'al, dans ma déposition, souligné l'action de Bêral/d sur l'opinion. J'al raconté comment en n ovembre Hl4L alors Que la France vivait le:; heures Jes plus douloureuses. alors que la plus grande partie des bâtIments de guerre. des ForCM Nayales Françaises Libres, dont J'étals !p. ch!'!, combattaient dans l'Atlantique, prenaient part à la gigantesque batatlle, j'al reçu j'ordre du général de Gaulle de libérer l~ UtS de Salnt-Plerre-etMiquelon. CanadIens ct Américains voulaient occuper notre plus ancienne colonIe pour l'èmpècher " Droit et Liberté" •• (SUITE DE LA PREMIERE PAGE) de servir de base aux sous-marins allemands, et polir y détruire le poste de télégraphie • ..ans-fi!. J'al occupé ces Iles sans verser une seule goutte de sang françaiS et n'a! permis à personne d'y venir. sauvegardant aJnsl la sou\'e· raIneté nationale. C'est alors que, sous la plume empoisonnée de Bêraud. allait paraltre dans Gr~ngOire, le 9 janvier 1942. l'article el-a prés : ( Est-ce qUe vralmeut 1108 mort8 de Syri.~ , soldats de Fra/lee. aMUsant à Utlrs ch~Js, ne p~~nt pas plu.' da'ls l'ttme tranquille de certains rtve urs, que les Homais sacrilèDes et les couplets el~ sabir de qUe1qlUs radio . teurs à vendre. ou les burlssqUe8 buUetins d'un amiral de batC'lZ.Uiavoir et d'un gènèral de grand[ Juignol ? 10' Et le m~me Journal. dan~ le numéro suivant. rmbl!alt une et.r1cature représentant un ménage de Salnt-Plerre-et-MlqueIon en t rain de compter ses économies avec la légende msul!ante

~ Vollà l'amiral Muselier,

planque la monnaie . Je ne veux répondre que par deux faits : En j~ -.vler 1942, les caisses de !'Etat étaient vides à Saint-Pierre, J'avais décidé de faire honneur aux dettes du t~sor, méme â. celles contraetees par l'administration de Vichy. Pour pouvoir payer les Importations de vlyres, de charbon commandé en AmérJque, nous avons t.ous, depuis l'amiral Jusqu'au dernier matelot. verse notre solde au Trésor. Et la France a pu faire honneur à ses engagement.!. Les pauvres pêcheurs de Saint-Pierre n'ont pas eu à. • planquer leur monnaie :. Quant aux ( bateaux-lavoir quI. d'après Béra1/.d, formaient ma division, je vais vous dire leurs nOMs: le erolseur sous-marIn Surcouf, les corvettes Mimosa. Alvue et Ac.onit. L 'Aconit 6. eoulê deux sous-marins enn@ml~ en dix heures. k Mimosa a t~ torpillé en proMleant un eonyo{, Il n'y a eu que quatre survlyants. L'ÀIl/sst, torpillé au combat. en février 1942, J'avant du batlment disparu a coulé pavillOn haut: plus de la maltlé de l'équipage est mort glorieusement, Je n'ai pu ramener sur le Mimosa qUè trente-deux survlvlI. nts. Quant au SurcouJ, Il est au fond de la mer de.; Caraïbes. Pu un seul des 150 bravès qui le montaient n'a ét~ sauvé. Nous tltions 390 à l'àrriyée de SaintPierre, no u s ne sommes que quatre-vlng,,~ survivants. Voilà Jes 1 ~~:~es qU'a insultés Henri Bé- ; S'li s'aitt d.f!; « bateau-la.valr *. : admettez qu 'Ils ont lavé dans le sani de leurs états-majors et de leun équlpales la honte de S1I. trahison. Dans la suite de ma. déposition, rai Inslstt sor le fait qu'au moment du plébiscite dt Saint-Pierre. quatone Jèraonnes seulement ont votk pour la. eollaboraUon avee l'Axe. Or, le journal Gringoire comptait A SaInt-Pierre, exactement quatorze abonnés. J 'al ajouté que Je pardonnais personnellement à Séraud ses Insulles per! onnélle.!J ét toutes les souffrances de ma famille, mals que l'estimais qu'II était un des arands rèsponsablt! s de la collaboràtlon et de J'état d'esprit dans la marine. Le 3' CONGRÈS DE L'U. J. R. E. Le lU' Con(r~j de l'U.J.JtB. n,t leIIU à Parli. d.u .U au 23 tvrll, en pt~! ence di 1.711 dél'iuéa vt:nu. de tous ~u. c~!n.i de France, H de nombreux InVItes. • Charles Lederman, pr~sldcnt de ru. J.RE., en ouvrant le Conirh a ~voqu. le souyenlr dfls MrOI du 'ghetto dè VI.rso"Vle et a dklaré : Notre Cone,; t.! se dérouler~ lOU, le $ianè de J'umon pour la pilx '. De. nonlbrtux représentants d'org!!, rnnllon5 d~mocratlques SOnt vC'nu, uluer le Congrh - Si,ut, L'HO~DfE DE BONNE VOI.Oi'\T:f:. _ VDUa Il'U nn~ doute .ai~on. Je allne. ·DANS L'ÉTAT DE BONN La condamnation à. mort a suivi, après un remarquable réqutsitolre de j'avocat général Lindon. Mals, en sortant de l'enceinte de la Cour de justice, alors qu'un am! me disait que mon témoIgnage avait emporté la décIsion. je répondis: • J~ crois J1lutOt que, SQ1l.'I' le VOuIOCr, l'al sauvll!! la J1e:all de Béraud, car si c'est mon témoignage aul le Jalt condamner, de GauUe Vil le (freteler •. Et cela n ' a. pas manqué. L'union des honnêtes Cens Au nom de 1. Cont~irltlon G~ni. raie du Travs!l. M. 1I.ac'fl10nl1. eprh lvoir rc"du hommart ~ux combattant~ du rht.tto de Vanovle aux ua. vlUle.urs juil. en Franct, quI ont lan\ rontrlbué à la lutte pour la liblrdloll çiu pays, a1flrmt. que 1. C.G.T. est unt frande fa mille OÙ tOus le. trav.mt.uT.'l sans distinction aucune, le trouveni r~uni.s dans le con\bat pour Itur tmanC1J) 1l1on. TARIF DES ABONNEMENTS à Q,."L_"" a, 80ul. l'o,u.onnIUI . PARIS (,.) _ T6L : rao U-II Il TAI II-U _ FRANCE &T UNION FRANCAISIi: 1 • mol. ............ U. If. 3 mol. ............ leO 1 •. 1 an , ... ...... " .. 1.100 t •• PAYS !:TRANGErtS 1 3 moIS ... ......... HU Ir. • mol •.... _ ..• ".. g50 Ir. 1 ID " ... ""." .. l.iOI Jr. TARI. SPECIAL pour I~ BEl.GIQUE C .. mpl. cheQlla 001111 1 601Q.!! P,\RIS l'Dur le. chanlemtnll d'6dru"~ eftyoyu ?CI Ir. el la .ternit •• bIPi!C. COMITE o~ OrRE~'TION , Andr' Bl.UM!!:'Mlurh:. GRINSPAN ChHIU l.r.:OIIRMA",· Plerre_RolaDd l. t v y r... e~unt : ':1\ Oyr;ZI\REK "' .)I .r.t" ~----- S N r.: P. lm" POIssonnIer. " baul f'oJS6nnltre PAlUS (9') déclarait dans un messa.ge aux communautés juives de la. zone américaine, à l'occasion du Cinquième annIYenalre de leur llbêrat·lon: olt La renaillsance de la vie juive normale en Allemagne est le mei/leur .~igne dit retour de l'AlIemal1lJe parmi les dl!mocraties DCcidentales

1.

Or, le méme Jour, sous la prt'sslon des tléments ant!fasclstc~ allemands, Adenauer lul-m(:me était ohllgtl dc recollnaltre ~ Il Y a encore en AllelllG.!}nr! de~ {Jens Qui M cOllduis~nt (l'Imll Jaçon absolument h,onte!l~e cnv('!r:; leurs c(lncitoy~n.~ iulfs ~, ,.Retenons l'aYCIl, Veit Harlan et Max. Brauer I L a été fait cn un moment où toute une Eérie d.'Incldents antlsémiles venait d.'ilIustrer la • renaissance de la vie Juive normale 10 en Allemagne occidentale. C'est a insi l'lu'à l'occa.~lon du " procès, monté à Hambourz en faveur de Veil H.arlalL le metteur en scène du « Juif Suss :.. un de,; propagandistes de Ooebbelt:. un véritable commando hitlérien Pl'P'nait à partie Mlle HClClla NiehoJ!, une deml-Julvp., venue témolcner deyant le trIbunal; (SUITE DE LA • Qu'est-ce que '.u. viens J .. _ ici, espèce de truIe youpine . lui crièrent les foreents .• Nous ne VOIlIons pas de toi tel. Va-t-el' ! :t. D'autres provocations suivIrent. tout aussi odieuses. Mals la pollce de M. Adenauer nc broncha pas. E~ comme une canalllerie en suit inév!tablenll!nt une autre, le maire de Hambourg, Max Braua. le soclal- dtmocrate bien connu. l'Allenund naturalisé Américain c~ renaturallSé Allcmand, qui est, pour le molnii, compliCe de ces menées nazlcs. a déclaré qu'elles étalent le tait de ... communistes clandestins! Ausslt6t, poursuivant la manoeuVI'C, des néo-nazis avérés de Bonn. l·el Je Dr. Hcrma.n SchaMer. ont r~elamé de nouvelles me~url'S de répression contre les mUitants ant1lascistes allemands. Les Incendiaires .du Reichstag ont laisSé des disciples. Les affiches et les bombes I LS n'incendient pa,s, pour le moment. les synagogues. Mais Ils les profanent. ainsi que les cimetIères. A Francfort, la semaine dernIère encore, douze tombes ont Hé renversée,s. c C'est là, a pu dire un Journallste britanru- PREMIÈRE PAGE) que. un des « sports fa vorts • des • nazis Impunis. 10 AJoutez-y toutes les autres manifestations d'un f3elsme ilandl. szr;ant bombes lancées contre des hOu tiques, agressions comme à Munich. Dusseldorf, Kassel. Fuerth, Hlldenshelm. démonstrat.! ons comme au jour de l"annivers: a.lre de Hlt.ler, attaques plus ou moills voilées contre les Juifs dans la prp.ssc. dlstrlbutlott de tracts, campagnes d 'affIches, etc. A Bonn même. Il y a tl'OIS jours. le part! du générai Remer, le nazi qul ecrasa. POUt le compta de Hitler, le put~ch du 20 juillet. avait, au cours d'un meeting. placardé des affiches portant ceLte phrase : • Nous ne voulons ;oas de Jul!s •. Les meSures à prendre O N conçoit. dès lors. que les démocrates allemandS se SOlet'lt émus et que, poue leur part. les organisations Juives d'Allema.cne occldelHalc alcnt décidé de convoquer Ulle conférence e~traordlnAlre. ~ aJÎ1l de discuter des mesu.res ii prendre COlltre la vagll~ dïncide1lts alltlslmltes dont lu zones Qm.~rlcaltle et brllannlque Vlennen.t d'être 1. thé4:lre J. . , Ces mesures ne peuvent ètre efficaces que si elles .\'orlenttnt vers une d4!nonclatlon de la politIque d 'Adenauer et de !u protee. teurs. dont les menê~s antisémites. pour ira\'e5 qu 'elles !oient, ne sont qu'une de:; conséquences, Aussi bien, il ne suUlt Ilas de lalre écho à la J~:rltlme Inquiétude des masses Juives en constatant, comme ylennt"nt de le faire, une fols de plus, les dirigeants du Congrès Juif Mondial. que le nazisme renalt en Allemagne . De cette situation, Il convient aUMi de dénoncer les causas véritables, d'établir les responsabi_ lités, sans craindre. par allleurs, de reconnaltre qu'en Allemagne occidentale m~me des forces saines et pilclfiques mènent un combat d!U1clle contre le ' retour du tléau. et qu 'Il e~{ste une ~pubUque allemande ou toute action ant. I~mltc est vigoureusement répri_ mée, oit Il n 'y a ni synagogue, ni cimetière profanés. Les Ir mesures à prtcndre " consistent d 'abord t. s'unle avec tou-I tes les forces de paix quI. dans le monde, se dressent conln la. renaissance du péril allemand. - Pertse:z-vous qll'II soU poulblC de revenir .sur les mesures de graces dOnt ont ~~flcU. a,," Blralld. nombre de trallres d la France? - Ii serait. possIhle de repren~ dtp. etrta.lnu. aHalres relaUves à ceux en Caveur de qui de.s mtsure~ de fl;rtce et de lIWratlon ont été prlse,s ces d~rnlers temps. Il ft.udn.lt, pour cela, qu'un tait nouveau permit une nouvelle inculpation. Mals n est bien certa.ln que le gouvernement actuel ne s'y prêtera pas. Il est à craindre que, profitant de leur llbéràtion Conditionnelle, certains écrivaIns reprennent leur oeul'r~ nHllst.e. Au lJeu de travailler pour l'Allema_ gne et la CinqUième colonne, li ~~t probable qu'Ils se mettront aux ordres de la tlnance amérIcaine, sc groupant sous le sicne de l'anticommunIsme. Les rner;ures de grâce et de HW,ntlon scandaleuses ne pourront être annJol}êes que par une actIon énergique des masses, des honnètés gens écoeurés. action qui pouruU amener au POuYolr un couvernement populaire décIdé à maintenir en priSOn les collaborateurs responsables, lb t·raltres, eL tous ceux qui ont torturé des Français ou les ont Uyr.s à. l'ennemi. M' Andd Blumel, prnident du 101. R.A.P. a conslaté que le M.R.A.P, e\ l'U.J.R,E. rtpr~untent les forces dynamiques de 1. commun.uté julv • Aprk ayolr analylé la !lluaUon t.n AI. lem.,ne occidentalt., la recruducellc( de l'~ntis~miti&me en Fraflcè, Il s'esl ~levé conlre l'oppreuion dcs peuplt.1 en Atrique et a -protntê contre 1. guerre inju~tt. du Yit.t Nam. Le M.R A.P. et l'U.J.n.E. onl 1. devoir impérieux t!.'allpelcl" le~ JuUs il \o:t. vl4Utln~ .. Notre lutte J'our 1 .. pals. POlif l'In. Urdil:tlon abSDlue de 1. bombe atD ml~ue est la préoecupatlon U~t.RUtl1' de 1.(lUI .• M' Brandon (C.F.D.T 1. M, Charliel Ir . .\".D.I.lI.I'.), ,\nkel. ~ Ir, , ..... , J.Lederm,n (TraY$lÎllell,'1 Juifs). I·tcri. vain E. Klicanowsld, ont affirmé leUl ~olid&rilé agisunte 11. rU.J.R.E. danl ~o" combat contre l'oppreu!on et poul la paix. Un rapport trb doculllenté a été pra ~enté par M. Vilntr. secrétaire rénér:a~ de l·U.J.R.E. dan. lequel il a anlly~' 11\ jJituation daM le monde . .. La lut'pour 1 .. pals, ails dth de tOlitu leI toreu démocratiquel, ut e_ ce ","0- ment l"llll'le1Ylelll lib au c(lmba' u"· Ire te raehllle et l'anllaéJIIltllme _, a· t·i! lOuliVl~. l:'nte larle discussion a suivI ce ra] port. . U. C'est dal'tS une .mbiance Inde$CrlP hie que le Conv-ès a dONré US; tra· vaux, 670 homme!, ftmMe$. Jeu;e$, Ile sont eniac~s , olenoellefl'lent employer tOUIU leuts forcu pour mi",r 11. bien la ,unde batallte contre JlI\tisémiti tme, It racisme, el pOUl' la HU_ ve,arde de la paix . • • • t t J , 1 l' !\ t t t J 1 • • DROIT ET llBER'T! .- LI VOUS LIREZ CES PAGES EN SIGNANT l . · L'APPEL DE STOCKv .. , !t ragIques et glorIeuses ... ils nous ont dit •• SOUS l'OCC U PA nON H ITlË RI ENN E (SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) Ip . UIS-JE \'OUS faire une confidence? Calholique., mbi aussi c'ed la perséCution raéi.le entrepri~e par Vichy qui m'. ouvert les yeux et permis de rejoindre les rangs de la résis· tanée et des F,T,P. 1 J'Al lu votre magnifique liv~e et 'parcouru Il par la pensée le chemin qu'ensemble, du· rement, SlIns défaillance, douloureusement, nous avons èffedue depuis les bas·fonds de la défaite jusqu'aux sommets de l'insurrltc· Hon, l 'J 4 Il Jillnail je n'oublierai ce spectacle dans les rues de P.ris de ces petits enCants marqués de l'étoile jaune comme du bélail pour l'abattoir. Demain Farme alomique peut anéantir ce pays, pt.u( ' aneantir nos enfants. Dites bien o.utour de vous qu'il n 'y aurait ce jour-là aucune distinction pàrmÎ lês victimes. aucufte diUinction de r~ce, ni de reli,tOn, ni d ' opinion, ni dit claue, F,~nçoise LECLERC. S~retairê de l'U. F.~·.: membre de III CommÎ,;sion Exécut ive de la ndér.· tion DémocnliquÎ! Internationllè d~ Fémmd, Nous n'avons rien oublié de nos expenencd payées du sang des justes, rien renié de ! nos dlisons de lufter e( de vivre, La victoire nous sourira. M' Michel 8RUCUIER. Ancien orficiet F .F.I. ; .IIvocat ! la COur; membrt de III, CommÎulon per· manenlfl detl Combatlant8 de la Paix .~ ---'..- .~ 90 numéros de « Unser Wort ,. (en

y'ddlsch) on peut se lès représent~

r en lI$ant l'excelll!hte prHace de ~, A. Ralskl, dirlgea.nt du MI'lUvement antiraciste sous l'occupation hitlérienne, étude d'une grande valeur historique hoquant l'atmosp~ ère des luttes aussi bien contre l'ennemi hitlérien que contr~ ses ailles Juifs, conscients 0\1 Inconscients. C' Des pa,,, ecrltes avea du sani, souligne M, Raiskl, non .euI. ment parte qUI plulleurs redac' teurs sont tombe. devant la po· teau d'edcutlon. mail parei qtlC des clntalnes dé dlffu!l~ure et de II: taehnlcient Il sont mttrt. en deportatlon, parcé que la lang eou- A "lKCilUÎOn J~ f itlitÎon Ja livre ,ar la preSle clanJ~stitle A PLEYEL, des milliers de personnes clament leur volonté de paix Dh:rllmcha 23 avr!! a eu lieu, Salle Pleyel, uné solrêe liolennelle con.~acrée é. la pll.!'lltlon du recueil de documents elltndestlns: c La "prtlS~ anttraciste '01/.$ l'OCCIt~l1tion hltUrfen-ne ". Devant une salle comble, attentive et recueJl1l e, M, H, Vilner (Secrétaire géll6ral da l'Union des Juif:! pour la Rêslstànce et l'Entr'alde), ouvre la ~.nce, A la tribune ont pris place les rtprtuntants: dt la Rfslstance, ~yrnboUsant la rrallde union doen! le combat col'j~re le nallsm~. lait a flot. i:I,niJ lé pày •• paice que le coel:lr du . r'd~C!hur. ialgnalt IOrlqu'II evoqualt le. ohambru •• ll, les four, ÎlrèmatOlrtiJ, la mort de mllnon!l d" ses tr~res Il, Le chemin de la vie Comme un cauchemar les hor· reurs du nàzl.sm~ reni~sshlt p.~ ce~ page8, La prds~ de la RèSlstance ne craint pas de dire ce qui ,;e passe dans les camps de concentration. A maintes rèprlses rèvlent cet avertissement : .. La d,porta," tlon, c'est la mort ,. Mals jamais. en relisant ccs documimts. on ne peut étre pris par le désespOir. Contre la I .. neur d es nazis. contr~ la lorce t : utale, (,n volt s'élever, de plus en plus puls sAJ: lte. la volx, la voix Qui est auisitôt actJon couraleusè, des com· battants de la lIbtrtè Le plus taclle n'était pas d'anéantlr lés illus ions de beaucoup de Juifs quI. trom~i; p,r les trattres de l'U,G.I.F. s'ottralènt eux-mêmes en proie aux bourreaux, sc lai8salent prendre a.u piège du • ltiaUsme », t Noua, "'ulh, Ohqlflll8onl Il ohemin le plus dur, le chemin de la De ces feuilles, lur lnqllellu 1'1 me penche i.ve~ tant dè pUU, 11'1'1"1- lent les crIS d... deulaur d'" ma'. acrh ... 1 Mal, eu !eumu tvO«Utnt ... n , même temps le ebur1re, l'hhohl'lle 1 de ceux 'lui n'ont pa. aeu!!l4; II. s~nlence du rliiellMe. brtblt.s Jj.cUons df! partisans, de plus en plus audaclèus~R, d~ plu,'i en plus tUicaces. l'Insurrection nationale, la. Llbèr~tlon. Un seul combat Une des leçons de CI La presse antiraciste sous l'occupatjon hit· !~rl'n~. 11, Qui est àu~sl unè leÇon de l'occupation. c'est Que la lutte des Juifs contre l'anttséml- ... 11 ut bon. au mOMf!nt où Jlo. &,OllverDtllts luent ou l"luent Ulà lIomplalàamn;ent dei armi.S c1ia'ui,. ès de lia rbeU,ID qué Jont l'u'Itlr HIlI!IU.une et la xili.phoblt. de .... ppelu lis eoadquencu atr~ti. Jr)JI.(s 10I.I'ah df! ui mOYf!IU. ft de loall. PlH q,!~Il" .PI!ort jo.vellt bireïque Jalfs Iran(all e~ Urallcera ont 'Ilu 1 .laD. lU bataille. "'tm!~. llonlre 1 l'hlU4;rlime e~ If.. far.dlllllt. aux heu_ , tU tra"lia"es d~ l"hIStolre de IUltre .. ,. 1 Charlel! TlLLON, ,Cb,H du Comité NlltioniJ db~ Francs-Tireun et PartiuDA françlis !OUS l'occupation Ancien ministre D~putè de Iii Seine tl$me e$t Indissolublement liée il, la lutte des patriotes pour l'Ind~Pl"! ndànce nationale, pour la 11- b~rté, pour un monde meilleur. La création du Front National, est, par exemple, un événèment important pour l'ensemble du peuple français, m!ils en particulier pour les JuHs et on en trouve l'écho dans la presse cla.ndestlne Juive. Les actions dè tous les patriotes servent d'exemple a . tous. L'ln~Iratlon des troupes de comb~t de l'U,J,R,t. danl; lés F. l'J, èt de l'Union de ta J~unè~sé Juive (U.J.J,) dans les F.U.J .P, (Forces Unlts de la Jeunesse Patriotique) Illustrent aussi l'unit.'! de ct combd, RéciprOQuement, la lutte contr,;; l'antisémitisme est pour ceS or· gitniSitions clandestines un àspect n~ces!ialre de la lutte cont.re l'oc· cupant, Le M.N.C.R. (Mouvement Na tlona~ cpntrê l~ racl~m e) exprime 1 indlrnatlon des Intellectuels. de~ chrhlèns, de l'Îlnsemble des Fran· çals contre les b orreurs mUsem ltt~s. La presse cland estine Juive ne pouvait être dlstrlb u~e uniquement aux Juifs qU'elle devait mobiliser: elle avait aussi pour but dll dét.rulrè les calomnies antisémiles et dt mobill.s:er lès non-Juifs. r: -- M'. Renê l'ta;nr a 4ielaré en dfd ~ .. e. l'anlllêmllllDJe u~ un phéi'lemen~ Inh!idl.! qui Gllrèra auul 10nlle"'!!1 «u'U y aura du .Julfa. Alnll, ut hri,êUt.. 'llli Ubha Xir~ vier V .. lla~ •• rhll'ne al$6Dient .i. l'antisémitisme, L'antl~~mIU~Dle, pa~ piu 'lUe la l'uetre. Ile . ont une inalit!lcUol), UtifllUve et le. peu)) Ie., «uel. qu'ns loJent. ne demandellt ,qu'i. Tlvre en paix, Il faut renouveler, rellfordr notr~ union, au AO.GI. · du n.leurt hull'llinu "our luquelltl nou~ "vona une fols d6.J1 lutté en conunun. MIlrcel P.RENAl\"T, PrOluseur â la Sorbon"",. Ancltn ehe! d'Etal-malOT F.T.P.F. Tenir compte des leçons ... Une autre leçon de ces pages héroïques, c'est Que lès patriotes, des le début, avalent une vue claire de la situation et de la penpectlvê. Ils ont suivi, pas à pas, avec C H~QUÈ pa;"e, cha'll~e phrase porte en elle 1", cri des suppllelfOs. Chaqu,", ligne et chnQ~ IJlot ~t Uil appel A I~ lutte, A ln ré! istance pOlir ceux q ..... n'ont V(I (II accepté la :sentence maudite d'UU,1er: 1( Il n'y aura. plus de Juifs l. A l'e,umple dM oomhat~ P"tIsés, levons le drapeau de III 1~~I ... - hn~ et unlS6l)n~-nou~. Aveo l'en ~ embl6 du peuple de FrAn ce. aveo lei; relltalnes de mIlUon.~ de Com- blO.UlO.nls de Ill. Paix dAns 1& mon· I dl'. clamons ha.utement noire "0-1 lonlé In~branlllbie de lu 11er pour , la paix, IlL IllJertf el- pour IJI. \OIe. Alber' YOUDlNE, Dirige_nt de la R~Îstance. rèsolutlon, avec fermet.C, le chemIn qu 'Ils .s'Halent trace, de la. servi· tude à la libération. Aujourd'hUI, ,la guerre menace, Les « collabOs » titnnent de nouveau le haut du pave, reconstl· tuent les l1gue.s antisémItes et !a~CIstes, La bombe atomiQue est: uspendue sur nos têtes. Ce ~eralt une grave erreur, aujourd'hui, plus encore qu'hier, de mtconnaltre le danger, de se laisser prlmdre aux pleglls des nouvelles U,O.' I.F. de toutes sortes, organl$ees par les Ialslllcateurs des mots, JI serait fatal pour la communauté Julvè qu'elle ne vole pas la néces· slté de s'unir ·avec l'Ilnsemble des forces de paix et de democut!'1 comme I!talent unit: les Fus!llés des année.s traglQ.ues. M. A. AZIM artisan tailleur rUe d'Hauteville, Paris P(ou de Irl)l:!' enrll.nt:, je dols venir 1 en illd~ A. mes "Ieux I}Uents, ,J'al !Jeux apprentls (Iont 1" p~re est mort en df.portatlon dal1..~ les hagn!'s na-

.:It;, Noire eQrporlltion est très touehlle

pttr la. ('rlM, Si le peuple ne protestait pas ènergiquemellt, une nou,·elle !:,uerr"" à. 11\ bombe atomique, A. la bombe H serait la lin de Wl1t. .Je m'élè"e de Ioules mes fore~ coolre II' tnmbe alomique et répond! OU 1 .. l'appel de Stockbolm. Je n'A pptlrllell,'i p"'" r\ la commu_ n a u((~ Isratlile, mals Je suis un .nU_ racl"le de loujourlil t't toule ma. lI;ym· pll.lhle "a À. VOIre journ31 qui. ,,"m· battant l ' Ilntisfmltl~me, "'ert la ell.U5e de la paix qui nolUl ellt chère A tous. G. BENOIT.LEVY homme de lettre. (Nice) I L Il'y II p:'l.S \ln Ure buma!n qui ne !H11~$& benlr l'action dM .p,r. tIJ~n~ de III. Paix pour fair. en. trev,,'r lu lueurs If'un monde ItOU_ W!It.U oil les iIoOmmt'5 cln5ldllrable, empl"yee: actueU&ment A. d~rQlre lieront consacrffo..s ilu bonheur de la bmme hurnlline Scus !orme d'Jla~ I:III-Ations Sfllnes, entourfl"5 de Jer. dl"fj, de terraln.~ de Jeu~. d'orlanlsatin"" Ile loisirs, . C'est. donc un devoir abflolu d'.,.. porter son adh~lnn lIIoraJe èt son MnOOUtll maHrlel .. ceux qnl out .\ A$liumer JA lourde tlcbe 4. faire irlompher le droit et ire J"Rrantir 1 .. IIbt'rté, Nou.~ $Ommes avec eux pout mi. ententa lIlonttlll.le, ',fln d'exelure .\ JRrnills la fabrlc-e.tlon et J'uUlIi. tlnn d&!l nrllles atomlquM et 4 ... b.Jlns l:I!lcttrlolC'lllqucl qui, un6 iofj, prnjf'tf~, seraient deJl!trueteur~ de milllonio; de vies bumalens. Nous ~orume.s d'allleW"s poUl' la. 5uppn,ssJon de tous les "rmepunt,. NoUt'! MnUlles pneore, à.vee iROrr et LIBERTE pour 1& cItAUm .... du orlmes hOrtlollles r.onunls QOl'ltrt l'hunianlil'. cllor on ne ))tut r flOl'lnltruire un !!Conde sur I·ordure. Non 5eulemént Il faut "'Ire r61.tégrf'r leur prison aUI: ml3l-r_ bl~ qui ont trdlqué "de leur InflU IlJlt'fl !'t de leur pM IUon Jll)ur trablr, ptn-,. "oler, tnrtuN!r, mlllJl! Il y Il Ile. !11ft reehe-rcht:r fot de poursulH6 tnerrl ~ uernent tous le1I bOlltrear.u; nu.1e: et leur alll&: Jtl5qu'" présent HJrappH A I.(ruté" ,anct.lon!. Ce ~nt les "ol:t des mJlllona .. If'urs mAlh1lureus" "\'Ictlw~ et dq h~ro.!l quI ent uerUI. leur via lfM;t .le. .d ..r oit e.,t 1'" liberlt qui MW! 1'1,.LES AMIS DE NOWY,DWOR. KASIELSK ET ENVIRONS .... TTENTION ! DIMANCHE 30 AVRIL 1950 A 9 H. 30 aura lieu l'Inauglltll.!\on du MONUMENT A NOS MARTYRS /Io'ou~ prton~ tO~f; n~ orlidnalre5 N am.i$ dl'! b!tl1 \'oulolr asslshr a cette c~rérnonle RE:\DEZ·VOVS A 9 II. 30 TRES PRECISES l)EVANT L'E1\-TREE PRI1\'CIPALE DU CIl'tttTlERE DE BAO;rtlÉVX LE CO~lln;. Autour de M. Yvu Forfle (Prl!~ldent des CombMtAnt.s de la Paix et de la Llbtrtll), se trouvent le Professeur Mareel Prencnl (che! de I"Etat -MaJor de P,T,P,TJ, Mme Fra"ÇOI~ Ucltrc OEecrttalra de l'Union' d6 ftmmH l"rançaJsetl , M. Mleh.tl Bruguler lorlicier F,P,l,), Korman, YOllctill~, Soph.Î~ Schwarc, TUCh1«l Tell~nN.um et nOll'lbre d'autru rhl:stant.s AuthentiQUes. pubÎle ce livre servir " tous Irl "!mmes de bonne ,'.Ienlt 4e notre pa)', romme un rappel 4n luttu pa5lées et COlllIDe IoIne certitude Que b. lutte que Jl.01I.' menoJl.. actuelle_ menl contre une neuvelle l'uerft, peur la 1I1urli ell'lndillendanet de la J'tanee, a louhsltl ch.nees d'Ure victorieuse, comlOle le hlt ~elle de la KhlSl.anee, LctuI8: SAILLANT, ProeÎdent du Confloi! National de la Rbliatance j Secréb irc rén'ràl de la FM'ration syndicale mondiale. LE PREMIER MAI Très ,und choix de TisAIS GABARDINES _ PEIGNE TISSUS ANGLAIS Li pUblio a senti que devant la nouvtlle luerre menaçante, la récrudescence du natisme et de l'II.ntidmltt.sme ell Alltmagne OCcIdentale Il faut continurr sans faib lir la lutte. Citant du extraIts. La. prtS.'Sc antl· raciste IIOllS l'occupation ., lei! orateurt; ont insisté !ur la nécessité de 1I1"e et ~'~tudler ces lllllle, pour en tIrer le5 leçon~, En éditant ce livre, qui est un uocument historique, )'U,J.R.E. a strvl la cause de la paix, L~s Jeunes, comme les anciens de Ill. RéSistance, trouveront Il. 11.11. aUmulant, Un encourtilln1ent

  • pourSUivre III. lutte contre

lM torces de mort, pour la vie, • vie 11 : ce mot d'ordre lancé par les Juifs lIovlétlques, lors d'une émIssion de ri.dlo-Moscou, les corn· batt~nts luits d~ Fu,nce l'ont fait leur, Quelques ~plsode& sont comme les noeuds de cette épopee : les exécutions du 15 décembre 1941 au Mont Valérien; le Vel' d'Hlv'; t'Insurrection du ih~tto d~ Varsovie: La.ngtr j:ulllotint a Toulouse; le procés dès 24: et, aprh les Innom-


~----

1 ·. ....... ". ..... ·.. .. ·.. ·.. .. ·.. .... ,. .... ·.. · .. ·H ... III .. U ........... II ....... IO .. ~ DIS millier, J'articlts i (CONFECI'JON POUR HOM~as Et" DAMES, LINGERIE, · 1 BONNETERIE:, CKAUSSUJI.&S, etc.) ! 1s eront vendus i A MOITIE PRIX 1 At! COUliS DI'; LA KI':RIIIES5l'! ORGANISU PÀR LES ANCIENS ! COl\JilA1T"NT~ Juns .... u FRonT DU OI!.PHt.LlNS tir: GUI!:l\IU~ DANS LES SALLES LANCRY, Il, RUE n .. LANCRY . ; LES 29 ET 30 AVRIL 1 DE lO HEURES .... 22 HEURES SANS UiTERRUPTION i I!NTRU; uiuu.:

.................................................................................... ..

tenu ~ Genève en 1866 par la prtmii,re Internatlonalt, La repren"nt à 50n compte, le Conarês cl~ l:r. Filttratfon du Trnval! d~~ tta!!-Uni.t et du Canada d..cldl., tn 1884, de faire du 1er Mal 1&&6 une Journée symbolique de lIIanifutatlon . Chu MacCormick. à Chicago, .. Le" iros patrons vont rél.ilr violemment, Le 3 mal 13~ ... Chicago, dt.!; dHecLives prlv.s (prHia:urant les .5pécil~ Ilste.t • qu'on peut voir aujourd'hui .. J'oeuvre daru la m~me c:1t~ lnd.~trl~lle de l'minaI/; ,;,t a!lleurs) tirent .. bout portant sur l'usine de maehlnts agricoles MacCormick. Le lendemain, au cours d'un dHllè populaire, Wl. provocateur l.nce une bombe; la poliee, au.ssI t6t, charge ll.V~ MUV'ltrle et opi,n de Ilombreu.ses à-rrutatlorul, Pour Ceeourqer lit Isoler lès ouvritrS, une parodie de proch est montte con· tre quatre mllIUnU syndiuU:t. Peu importé' qUII! l'enquête l'l'ait pu établit leur partlclpaUon A. l'auentat, COIldamnk à mort, ils seront ptllduS. Le premier 1er M.j En l"rancc, ce t;ont les milltants de hl, t.cndsnce JUlh GUhde qui ont con_ trlbu~ Je plus " Introduire le Ur Mal (SU ITE DE LA PREM IERE PAGE) daru les ;'nn.,tu. La loi sur les syndicats avait été votée en 13&4. Le 10 Uvrler 1889, la :rêdératlon nationale du .!Jyndleau, tond.e par les guesdistes, ortanlsalt, devant les préfec. tures et lM maIries des grandes villes, un~ Journée revendlcUlve pour les huIt heures. Le 14 Jum~t de la méme année, à Paris, c'ut 'ur la. proposl. Iton de OUfSde Que le Conlrrù !oclllliste Interna.tlonal votait la ruolutlon suivante : 11 ~tTa: organis~ un~ gramie manifestation fn il!!rn Gt kmal~, li aGte lut., dt! mani~re Que dan, 1011-3 lu "paJl! et aGm toutu le, filt~s, le mim~ jour CJnl't'nu, I~.t t ra lHlflleu. .. mttt~nt lfU pouoolr, publics en d.t!1'7te1lre ae rlduire 41 huit hturu la journt~ cU (ralHlit. Ahul donc, te premlf'r c Premicr Mal ~ date de 1890. En l"rance, Ùl manlle.rt.atlon se d~rol.lla d.IIns no ar~lldb "mes et. eut un retentbsement consld~rsble. ses orlan1aateucJ aval en ~ d'a \lleurs 4Oull!né que les huit heures IntéreloSlllent toUt /l,UUI bien It.!! clu! t$ rnoy~nnt~ pul:squ'ellt..'l pro!lteraient au petit cammerce en augmentant la pUl&'lance de Consommation et d'achat de 1", clMoSe oUvrlere, A Paris, prê,o; de 100.000 manitut8nt.!; occu~rent, d~ uèe " sb: heure! de l'iprê,o;-mldl, 1. place de II. Concorde, en d~plt des agent.!; de police et des iardes munIcipaux qui avalent reçu l'ordre de falrt!! d'gaier les lieux, cependant que 1", troupe prenait pm;_ session dM Tuilerle.s. Les ouvriers français, qui avaient réussi à poser leurs revendications devlilnt la Chambre. apprlrl!!nt aussi avtc joie que 111 1er Mai Rvalt pris un excellent dépan dans les autroe pRya. On commença à s'tnqulét{'.r dans les milleux et les Journaux blen-pensanlJ;, Ces: ca$Quettie~s juifs portent l'honneur d'avo.l1 montr' à leurs frhe.~ malheureux la \'ole de J'Ullion &\'ec tOU5 ctux en qui la !tllction dtnoncera plus tard dllS • ~alopards en Cl'l.:lquette •. Quand lIurglra l'affaire Dreyfus et que l'on tentera de diviser l~s travailleurs lU moyen de l'antL~émjtisme, en détournant leur coltre ~Ul' les seuLs capltal1stu Julf5. I!'s 1;yndlqué,~ Juifs, avec leurs c ll mal'l\de,~, mèneront une ardente campagne antirIt.CL~te. Mals, surtout, ils participeront, en nombre nos cesse crot.ssant, aux batallles dont d~pr.nd l'am(ilioratlon du 50l't de tous Ih tf1walileurs. ANTITRIJST PAR ANTIPHRASE DEPUIS: plusieure Jours, la prssse blen·perleante s'lIale à longueur de colonl1ee lur l'lm" ortance da la législation antitrust qui fait l'objet d& d~liberii' tlons approfondies à 1'~ohelol1 louvernemental, A en orol,e 188 milieux offlcleuil, les lois en prêparatlon ont un \I~' rltabla caract~,. de K salut publie ., tUn sonnent le Il.. des l',ands coneo,Uums fran;als qui exploitent à la foi. le coommateur at le talarl é, et mènent aussi une luite Implacable Clontre lu petite. entreprltee IndustrIelles ou eommerCllalu, Avec un peu oe crédulltt, on fi· llirait par (' rolre qUI! Péchiney. le Comptoir des Textiles artHiclels. Marcel S ouuac, ou Ips cle Wendel n'on t. plus QU" mettre la clé ~ous la porte. Bien entendu, il n'cil est rlcn. I~t toute Inqulétudc ,sur III sort futur deI: grands trust.s qui régissent ImpItoyablement l'économIe trançalse el:it superflu /::. D'ailleurs. 1\ c~t bon de sc rappeler à ce sujet que lcs Etats· Unis sont soumIs a une lt,lslaUon anUtrust Intransigeante, cI) !'espéee le b!ll Sher· man, ce (lui n'a Jama is empêche la Standard on. la Cenera l Elec· tric. Du POOL de Nemours, la U. S_ Steel. la General Motors, la fa.mllle Morgan ou la fam lJle Rockefeller d 'I"!ntasser de copieux bénérlces. Sail!; vouloir préjuger des alUmes dcllberatlon,s lou~r llcmenla ies ~t des debaL" parlementalrE's 4tll s 'f!n.sulv ront. ln législation antitrust dont Il est quelltlon comporte la eréaUon d'une cour économique d' Etll.t dlsposall t d'un pouvoir Juridictionnel pour interpar Jean dire toutes pratiques tendan~ A restreindre ou ft supprimer la concurrèncè. Jurldlquen\ent parlant: toutt's personnes phYSique IlU moralo dont l'activité ressortit à une proff! sslon oa a une branche d 'actl· vtt./! donnée peut demander â. la Cour l'interdiction dl:! toutes pratiques ayant pour objet ou effet de limiter ou de supprlmp:r la con· currence. La Cour peut étalement Hre saIsie par If!S Pouvoirs publics ou se saisir de sa propre Initiative. En vertu de lion pouvoir Juridictionnel. la Cour peut : - Interdire toutes conventions, mesures et a.glssementg tendant do restreindre ou ft sllpprlmer la concurrence, toutes InjonctIons a l'tldress(! des professionnels: - Pal' décision PI'cparatolrt:. suspendre toute convention ot! toute mesure tendant a limiter ou supprimer la concurrence: - Adresser aux professionnels toutes recommandations qu'elle es' tlme opportunes: - Prl"!scrire toutes enqu/!tts utiles et en publlcr les résultats, Les décisions d'Interdiction et de suspension prononcées par la Cour 60nt motivées. Elles ont force txe· cutolre, ainsi que ses inJonctions. Elles sont publiées au .. Journal Offlclel ,". Enfin . pour une profession ou unI' branche d'activité do nné~ne ('nt.ente peut étre congtltuée et rendue obligatoire par d.!:crét én Con' BAUMIER sell de.s ministres sur demande de lil majorité des entreprises Inttressées, e~ apr~s avis de la Cour économique d'Etat, En (ait, l'appareil iuridlque envlsa, é est tellement lourd à taire ronctlonner, l'argutle est tellemen t alste i trouver pour Ics ~ventuel s défendeurl!l. que ceux-cI n'ont r~cl Icplent rien à craindre. Au surplus, Il l'st clair que les tlrmc.s !luscept! bles d' ê t r e Incriminées en vertu d'une telle ICgîslation peu· vent prendre leurs précautions pour la tourner dès sa promulgation

on peut procéder, a cet cffet,

à la multiplication de filiales sol disant Indépendantes, calquécs Sllr le modêle des dltCérentes Standard 011 e.m1rlcatne!l Standard Oll of New-Jersey, Standard Oil of Ca.ilIornla, etc ... ) Le trust devient ainsi Insalsbsable ct échappe à toute action Intentée contre luI. La l ët: I~latiol1 antitrust actuellement envisagée est dons une mtse en scènc destinée à donner le chance aux petits et moyèns industriels ou commerçants par trop crédules, La défense de ce secteur économique n'est donc prise en Aucune façon par les dirigeants. gouvernementaux qui poursuivent sans conteste leur politique de coopération harmonieuse a vec le grand patronat du C.N.P,F., politique qui .. eu les r~perculslo n s Q.ue l'on connalt au moment des derniers connits sociaux. Les 10111 antltrust..s, tleut-on dire en conclusion. ne manquent pas de similitude avec la pol1t1que de c décarte11!saUon 10 adoptée par 1.~~ occup ant,; occlden~aux outreRhin, et qui n'a abouti qu':), rendre aux maflnats de la. Ruhr ou à leurs hommes de pallJe les ,Igantesqucs Konzerns dont ils avalent èt.e dépossédés à Juste LItre au lendemain de J'effondrement du HI' ReIch natl. On ne manquera pas non plus de s'Inquiéter des COnséquences pOssibles des articles de la nouvelle législation qui prévoient que, pour une profession ou une branche d'activité donnée, une entf'nt.c peut être constituée et rendue obligatoire par décret en conseil de$ ministres sur demande de la majorité des Intêr e,;sés et apr~s avis de la Cour économique d'Et-a t. 11 y aurait là une PQsslbllJU! tout à. lait concrète pour les gra.nds consortiums d'Impos~r aux petites ~ntr"prl~es leur Intéflration pure ct simple. En l'occurrence, n ne s'ailralt donc plus d'UM législation antlt. rust, mal,; bel et blen d'une légl.!!III. Uon favorable aux trusts. Les meilleun TISSUS Joules Fournitures pour Tailleurs !hn ZAJDEL 89. , . d'Aboukir ,.,is~:ZlAet.: St-oe ..... Ile~uml.l •. .\:IenllH Tel 1 GUT n-n . , , , En HU. dans c. nunléro Speclll du Journal t. La Pelile R' publlque ~. dlrlg. par Millerand. (qui, plus tard .. ,) JULES GUESDE axpllQtlalt les orlSlnn du ttr mll C.uquettiers ri « salopards en casquette » Cepe"d:ml~ le mouvemen~ ouvrlcr se développe, In~luct .blement. L'année 1895 marquera ceL (l;5Wl : la COll/édtratioll Générale d" TraL'ali U con~ utue. La cla."oSf. ouvrihe sorllani~c, ror;-e du principes, de.!; moyen.~ d'ac~loll. C'e5t uns dil;t lnctlon de race nu d·orl· glne que la C.G.T., des le d!ilut. JI~ semble lrs travallleur~. Ainsi. f'[) 1896, elle accueillera en son sein les tnwa!llours julb. 11 y en a qui viennent de RU.'lsie ou d'Europe centrale. chas.~ts W lel pogromes; d'autres d'Allemagn"l!'; çh1\.o;!;e~ par les lois allti~oci9.1e~ dc Blsmnrck, Nombreux seront, par1111 eux, I~s oU\'I'lus du meuble, les fabricants d'imperm':ll.bles, Jes boulangers, le~ lourreurs. Mals les ouvri~rl oasqllcttlcrl pr~dumillellt II.lors - main - d'oeuvre par~lcullcrement exploitée - que guetten~ la phllanLhrople et le paternalisrnc, travaillant dolll'.ê ou quat(:ln:e hem'e.!; par jour. pour un SAlall'e de lamme, dans le! mirer.blcs al.eliers du ghetto du IV' arrondissement. Aprtli ,'êt re réunis dans des ~iétb de secours. i~ ont pant IJ. un nouveail ~ta de d·organlsaUon en créant, a\'ec HeTJTI4" Kerpel, leur dirigeant, le premier syndicat ouvrIer .luit affll!~ à la C,G.T, Quand 8r prtpare le" lei' Mal 1906, îl ~ déploicllt un très bel eftort de propaJ!:; IInde - \l:ditcn! notammr-Ilt une brochure de 16 pal/r-s en yiddisch - pour entrainer la lar,e:e ma,;se des Ira_ \'aiilcurs juih il la ln,milesbtion. Ainsi se creent les conditio1l3 noeesllairu pour élarjlir le~ .:l"0upes de I.m· ~ue d"nl les di"erse5 corporations el mieux mener l"~cti{ln ~yndic;tl... LI: 1er M,d 1~1l6 commenelëra, cian~ J'lImeublf'. menl, un~ grève qui va d~ll'er dcux mob. Les ollvrien y jJ~rtk ipe r ollt letl\"~ nlent '" orgOl,ni~eront une cantine 'Jn:uite POUf lou. les grévi.tes n ns di~tinctJon. La sol i ri il rit Po ouvriht'; Jouant i. plcin, l"unlon "randi~slln t ~haqlle jour, la x(!Ilophobie et 1., raci ~me recllleront tout naturellement. Le coup du ({ grand soir» C~pr.lldQnt, une e~mpagne de pl"CS5e fOrillldabll!mcnt orchestrée avait ré· pandu ~u r ce 1er )ob i 1906 les n.:mcua et les calomnies les plu~ "cn~~tiorl_ nclles, \(~, plus absurdes. Dans le Nonl ct le: Pas·dc:-Calais. " la suite de ! .. CI\!astrophe rIIini~re d.., Courri~rc&, une grtve ~e d.roulait. Depuis plusieurs ~e mailles. la façade de b, Bourse du Tnvall il PllriS por~ait unI! lar:;e bsn_ derolle sppelant it l'union poar le!; huit heures. La poliu Ulventa lm • plan d'ln!Ufreclio!l • (lour l!Tl altribuer la plI.ternile aux dingl'anl..s ouvrÎers. Les atlenls du jtouvcrnement prophêli. ~lIlent ;ir qui mlcux mieux Id "("nue prochaine du • ehdmbarnl'menl ~k1éni " du • i'rand ~ir '. L" manoe!i\'re visait évidemment Il dfrayer la petit. Chez SIMON tD, rue L~on • MON, 81-41 M'ho , ç"" ... _Ro"l. RMEUBlEMENI lIIERIE • TAPISSERIE Ip, c '} POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE •• Edouard S[HNEE8ER~ u . • u. 01. la VI .. IO .... ""Kil." T.n.1 TRI U-!6 Nuit : TRI N-el

\loU)'ClI'Ient contre le R:r.eI~n:1f.

l'Antl~ ltIltllme, -polir la Patx Scctlon du XIX' _ Colonel 1"ableTl LI! ~tAJ'U')t 2 MAI 19~, a 20 h, 30 pr'el' e. Grande Soirée Cinématographique au CINEIIU .. Rf:NAISSANCE a , aVInUI Jean-Jlurh (prh ll'I6tro Jaurh) PROJECTION nu GRAND FILM sovn:TIQtJJ!: L'ENFANCE DE GORKI ParUClpallon lot)), Irafl: 100 fr. et moyenne bourjteois!e. en vue d·l,.,. 1er la ela~~t ouvr iè re. Quoi qu'i( ell soit, el\ 1906. dan, un monde oU 1." bruit, tourds de 1. g.uerre se tllislOlent entendre, les Ira. vailleurs cOll rondaient dêjà. eta ..... seule el meme cause. la défenJe de leurs condition. et l'expression de lélof volnnté da pal);. 1 919 De méme. I~ 1er Mat 1919, au ICI rlb d'une p rtml ~r. Ucalombe mgn4iale.. quand lu lOldal6 démobilisé. 'Cla. t:nent leurs royen appauvr is, rtpl'1llUni contact AVec l'ateher, la bureau. la boutique, la tetme, durcn! taire facm il de nouvelles dlt!1cultés ... La lUeTr. n'était )11l5 linle pllisque dei , ouYU- 111\l1t •. li la t6te desQucts ~e dhtinl!U.all M. Ch\lfchill. entendaient III continulr p~r l'!lltc!vcmtion al'mé~ contre la jeu!"lC république ~ov l(!tlque. SUt le~ huit II'l urr.~ , le iouvernem.e:rrt dut céder par la loi du 23 avril 1011. Mali!"é M. Léon Jouhaux et ;,·es .mi. 'lui propnSlllcnt dew plan~ de: ,0$1101i du r~r:i",e cllplt,lisle, le mouvemant pOjJnJaire ISe développa ~I le 1er ;\hl J919 ICi travAJllellr~ maoi!cslèrent )lOtIr le respect de )/1. )(li des huit heure:. et con 1 r fi 1111trrvenlion ,nthovl~!l4\le, Une fols de plus, l'état oe $il ge a"alt élé proctamé • Par is, La gaNle républicatne char,ca, du tramways fllrent rMwersés. mata Ja troupe refuS3 de nrer et II' manitelltlllÎon Je termin. devant le P.I.i ~ -&l,Irbon. Tth $Ont quelqllts""\lns des • lu Mlli • qui jalonnent r hiSloiré il la fol. ltat ique et "loriellf,C. Que ce 4O\1'.'Il'n.lr du pa&ll~ klalre les lunes tu ",t'tient pour la paix et le bonh e .. .I.r 4&1 hommu . • • --- ~--------------------------------------------------- DROIT ET llBERTE . • Une peinture de Gleb, la vie de Marcel Langer à l'exposition des cadeaux offerts à M. Maurice Thorez C:"1 t~blt!'u tlu peintre Juif .Gleb, que l'on peut voir à l'e:Xp:l$Jtion des cadeaux oftub à M. Maurice '!horea. il l'occasion de son 50' anniversaire. retnce la vi~ l'lI le m8.l"tyr d'un des 75.000 tus!lHis du parti commUrl!~' te : M;trcel Langer. Organ!! l'deur de 111 rpsl~tan e e dana la ré~lo ll de Tnul ou.~. colonel F.T.P. de grande va leur. Lan,er fut guillotln6 en juillet 194.3, ~ur l'ordre de Vichy, .prè$ avoir subi d',,· tI"QCU torture.s. Sôn eourage, b. foi qui l'animait. împr., sionnèrt::1'l1 jusqu'au ma, ullit Qui le jugeait. A l"'beure de '1 mor t. ~"'rcp.1 L:1016r écrivit : • Si ;e devais re":'ommencer j" recommeneerals, je meun Jl(lur la France et une; humanittl: m~a!leu~ . " La Pfl.nture de Gleb e~t un hommage au guide du parU qui •• ""fie de tels homme!, a Um CO'Iltribué il la libéraHon cl ... 101 nat.onal. LIVRES 'i~ La bataille fait rage , a Paris s'est faite SDUS la prc~idence de M. Raymond Guyot. secrétaire de 11\ fédérati~ de la Seine du parU cemmunlste français. La veillee d'armes. tenue dans la selle des fêws d'Ivry, a êté consacrér. il Fils du Peuple, de M. Mlurlce ThoN!~ ... le livre le plus lu de l'rance • . C'est du reste le seen! la!re ,énêr./ll du parti communIste q,ul a inauguré L'expositioll du livre Qui ~ lient à la saUe des métallurgistes, rue Picrre-Timbaud. Ces exemples montrent asst'z J'importance de la Balaille du Livre. Elle est vraiment l'affaire de tout un peuple. CINÉMA LE GANG DES PETITS JUSTICIERS DES HOMMES DANS LE BROUILLARD _. LES ASSASSINS SONT A LONDRES PLUS DE VACANCES POUR LE BON DIEU branché sur les nouv clle~ dC$ dl! · !érent~ fronts. Arriveren t -Hs i temps pour Qu'un dlzléme d'entra nous f'n sorte avec un coeur Qui batte encore ? C'est dans ces conditions psychologiques, à la fin du mols. Que les nouvelles noires du recul aille dans les Ardennes ORrv!nt Jtl5Qu'à nous. Je n'exagere pas en disant. Que des camarades wnt morts de désespoir, car la [Iamme flanu.ntp. de la victoire promise s'étei gnai t en eux sous le souffle d'acier sifflant de l'ollensive rl'us,o;le du \'icux feldmarshall von Rundstedt. Lcs Anglo-saxons. plLr suite de lourdes fautes et des Insuffisances de leur commandement, reculaient sur un large front. enloncé par un suprême assaut de la Wehrmacht. Des villes étalent reprises dan!i des conditions de 5alnt-Barthélt'-my Bastoli(ne fut le symbole tunèbre de ce gros morceau dc dMalte Jeté par l'état-major allemand dans les balances de la guerre. Je suis donc allé voir ce IBm avec un Intérét oas~lonné, Et J'al LA BATAillE DES SABLES Encore un film de guerre, mals ce n'est pas la mémc chose: 11 s'a~lt du sol brülant de la Palesr. lne. Une hl~to!re banale. mal~ bien racontée. met aux prliies les Juifs en lutte pour leur patrie et les foref)~ d'occupation de sa \l:racleusc Ma.Jest.é le travaillisme britanniQue. La encore les réallsateur~ n'ont pas voulu aller RU rond de~ eho.~es. On ne d!ralt pas. Il voir cc tUm. QU'!! y a du pl'trOl~ dans cette région du monde et des rotlte~ maritime" n~essalres aux chacals de la Ilnanct'" peur la guerre de mutuel anéantlssl"mrnt qu'Us préparai, mt en Ml ralsant la main du cote de Tel .... vlv. La lutte des Juifs ressemble Ici aux epérations aventurcuses d 'tm groupe Isolé du mende cont.re de bra.ves "cns tetus et pliés a la dl~lpline militaire. C'est un peu coun e t c'est aussi faux Qu'une déclaration de paix de M. Bevin (L'Exodu!, la Malaliile, la Or~ce , .-te .. .. Malgré cell rtst'rves. nous dirons. eomme pour • Bastogne., que e'est un mm de guerre et qu'à ce titre Il ellt prcsque nécessairement po8lt1! en 1950, Roger MARIA. L'Idée Qui sert de point de déoart au film de Robert · Vernay (dont., Le Capitan ,.. nous aV;l.lt deJà tellement diverti) est assurément lngenleu~e : huit gosses de la Butte. Qui ne peuvent partir en vacances et Que la vie n'a guère lavori.sé~. lont une rosserie a une vieille chipie en lui barbolant son petit chien -chien . Comme elle oHre, par annonee. une bonne prime a Qui le lui ramènera, CNte première expérience ., rentable • Inspirtl aux Poulbot... .. le projet de censtltuer un gang pas bien méchant Qui ~ conten tera de voler astucieusement les l.Outous des genl ., blCln • pour les leur rl'stltuer soit contre primll soit contre nnçon, Au début, le's cnrants profitent avec Insouciance de leurs sympathiques eseroQuerle~, puis l1s dêcouvrent Que le bon Dieu doll, tme bien souvent en vaeanr.es puisqu'il y a tant de misère Injuste pour tant de pauvres et braves gens. Alors, Ils sc substituent au bell Dieu défaillant et Interviennent avec dl.~erétlon ct humour peur aider CI!UX qui en ont besoin. Tout cela pourrait Se terminer assez mal peur eux. mals rassurezvveus. la end est tout à fait ha1'PlI. ét.~ dé~. Quoi ! C'est tout; seu · ,..-_____________ _ lement les répercussions Inclden· tes de ce .::rand événement sur la vie Quotidienne d'une trentaine df' soldats américains! Rien sur l'Inv cu~ie des généraux anglais et amé· ricains, et tout partlcullèrement de Montgomery, Rien non plus - ce Qui apparalt comme une fal slftcatlon outrageante de l'Histoire - sur le sacrifice prodla:leux eonsentI par l'armée rouge Qui d(!clencha, à. l' .. opel angelssé de ChurchUl, une des plus puissantes orrenslves de taute la guerre dans des conditions tns risquées, mats avec le souci de soulager It front ouest, ave« un succès complet. BASTOGNE En déeembre 1944. J'étals, comme Lant d'autres, rl.errlt-:re les barbelés éleetrlflés d'un eamp de concentration. celui - là du genre clelque- mort-A-ooup-sür, dans les faubourgs dl!! Hanovre. . La vie des survivants (travail d'épouvant.e, rations dérisoires . schlague â. rtpét-itlon, appels dans le vent. ,Iae~ de 4 heures du matin, ete ... ) ne Lenalt. Qu'à un fil : le moral. Et le moral était. sur tout Ces réserves étant. taltes. 11 est Juste de reconnaltre Que l'on a ~u rendre admirablement le cl1mat de combat . ;:r"ndes ~ Journees d Il Uiiolq IIt~ J.a FondaUon Jacob Benveniste Inrorme 'Ju'dle orranfle 1~5 6 !'! 7 1Ih.1 prorh~!~. le. Grnm1es Joum~s du Disque, U. NE ,r~nde b~taiUe est en train . de de!erler sur Paris. EUe 8 dêjâ gacné la banlieue : on si,nale un vif engagement du côtê de Gennevilliers. 'On ne sait encore jusqu'où le front s'ëtendra. Mals d'importantes opérations sont prévun jusque da')s la réflon du Pasd e-Oalais, à Lens f!t aux envirDns, paur le }our du ler mait Romain Rolland. Cependant, dans les conditions actuelles, les livrc5 de progrès &dnt les plus difficiles il' lie procurer. Ils ont, avec beau' coup d'amis, quelques ennemis, pftu nombreu.'I, maÎs puissants, Ceux·cj ',,'e1forcent d'orllanj~r autour d'eux la eonsplratlon du silence et de l"uubli. La Bataillc du Livre a pré, r-------------~----------------------------------cisément été lande pour briller ce Au cours de ~. journees. IOUll les disque.' qui -",ron! \"end l.L' .eront ,ignés par lu arl\~tes qui le ... onl .. nreri~ttil. Celtfl ft\8nUestation, qui !J.'ra la prl'miêre de ·e. ,tnre il PMis. est Ortani~ e a~'ee le conceurs du Syndical de III Machine Parlam .. e ~ de la Revue du Disque. Elle aura pour r.adre lu Salons de ta i\h.i~oll de la Pen:;êe Yranral.,.., 16, Jhenue Gahri!'l. 1: .. 11- trir- el! aerll libre, d~ n ia 19 heure!, un Conenl st'fa donné au profil d .. la Fondation. A.u COll"" de ee Connut, vau5 pourrn entendre un~ heure dt'. Mt;.SI'1u,' CIJJ.S5IQue t't unt ~ure de Chant t't MUSiQue de VarJ~tés. exrcutk I.'t ILlt('rprété~ par Ir~ plu~ !rallde! ",dette, du dbque de notre ipoqur, n y aura de~ victimes, c'est sûr, fi 1 en a déjà. Mais nul ne les l1I alc.dra. Car 11 ! '8.glt de la Bataille du Li .... re, et les seules victimes qu'elle peut faire, ce sont les il" res mlidiocres et malsa!ns qui empoisonnent - à toua les sens du mot - cl:Ux qui ont la malchance de les acheter, C!'!s I1vres ent peu a. peu envahi les librairies. Ce n'est pourtant pas qu'ils aient la faveur du public. CeluE- ci lepr oréfère cent fois les li" YTeS QuI centfnuem la Iradltlon des IT" nds krivains français. dDnt le talent lut t.oujours au service de la justice et de 1/1. vérité : de Voltaire i Anatole France, de Zola à complot. Elle sera menée il la fols par les écrivains et leurs lecteurs, C'est ~a irande originalite. Jusqu'ie! les uns et les autres ne se connalSllent pas. Ils ne s'étalent jamaIs rencontrés, Pé).rtageant le même idéal. luttant pour la même cause, ils n'a .... aienl encore rien entrepris ensemble peur sauver les livres Qui portent leurs espoirs communs. 1,.500 campeurs aux Tuileries: " CO .... EC·TII' A 50 0/0 " Samedi dernier. dan~ le jardin des Tuileries, plus de deux mille cinq centa campeul"S pari~iens ont manifesté en faveur du collectif à 50 %. l.eur démon$tration terminée dan. les Tuilt-riel, les jeunes. en scand~nt , Collectif i. [)O % ! • se port~rent ven lei gares ~t notamment ven la ,\:8fe Saint-Laure. a,lin d~ partir vers les champI et les forêts de 1.1 rée;jDn parisienne. IOnt suivis par des cars A la hauteur de la rue d'Anjou, brusquement. le~ poHclers de~cendent dcs cus et frappent les jeune~. D~n, la Ii(Ilre Saint-Laure. de trh oombreux. poliden chaucnt et Iniul~ nt les jeunes. y compri. les simple ~ p~sslln\$. Un groupe de ca.mpeurs se rend dev~nt le serétarlat ~ l'Educalkm et lUX Sporla ou un. dél~gation ·demande à ~tra reçue, Cé qui ut refusé. rédiger un~ lettre de prot1!station contre les brutalités polieJèru. lettrt si! l'né!' par les rf'présenlanb de lB C.r. T. C., J.O.C., Mouvement Laïque des Auberges de la Jeun~.; .... , U.J.R.F. Ail cour. de cette maniff'$tation. de nombreux jeunes ont été bleués el arr~tés. Avant !uerre, les jeunes Iftns et jeunes filles, par gl'oupe de 10, béné ficiaient ~ur le~ tarifs ferrovill Îres. d'lme réduction de 50 .,.,. Par~lelperollt il. ~es journee.; : i\l~s, I .. m·~, f,ll)' LMklnc, GeorÎ Bouc, Irène Joa~hlm . .T!'luIRe i\lichaud, Lucitnllt ,Iourfi!'r, rt l\lc§sieur~ ,1"an I)oycn, 80urdln, i\lt'rl\cl. S3.I'arra, 'trouard, R.ampal. It 'trio Pa'qu;"r, nour \.li Mu· . Ique Classique, et M!'sda.mes Laun I.i .. n:., 1.11." Fayot. Joséphine nak!'r, Pata.chou, et l\lt'SlII'\'-s Tla~5ary. Hour· \'11. Armand i\J e~tral, !,,~ Fr"re§ Jacque. ttr ... l,e~ b!llel~ l'OlIt · .. n "ente dè~ il pro\_ !en! ail prb de 1.000 fl'li la. pIlLee. C;ttl~ m."ntrestll.tlon $tu. Ull d~ ~ é,·~· nen,'nh le, plu~ marquant de la $il,\lOti. THÉATRE LE BAGAGE de M. Anouilh I L y a des réputation:; lourdes à soutenir, C'e::;t il qtwi je pcnr-;ais )'aull'C jour HI voyant Le \'oyageur sans bagage au Thêâl.re i\loJ1tpaJ"nn::;sc. Jean Anouilh passe aux . yeux de tout un monde pour l'autcll!' le plus profond de Jii scène française, à l'heure qu'il est. Les critiques ont célébré à. l'envi son ingéniosité, sa subtilité, son génie pour démontrer les rouages des milieux bourgeois et son audace pour les montrer tels qu'ils sont. J..e ",OY3I:eUr gUS ba,ale est tepu par ~, mêmes admirateurs comme ulle cI~ pi«C$ leI! plus rëus~les de ."ion aut('u r. L" fr.;prj$e qu'on en fait

lujourd'nul. 14 ans apres 5a créa·

tion. doit permettrl! de vérifier ~t la réputation faite à Jean Anouilh est fondee ou non . . Franchemenl. je Dt~nlle qu'elle ne L'e$t pas. Le s~c· tade du 'Uh@âtre Monlp",rnasl:e se voit certes slins déplaisir. Dans le rôle capital rl" l" n,.~siQi.Je qui ~e clwrche une flmlll., Michl!'J Vitold déploie t\JUl le t alent dont il a maintes fois fait preuve. On peut etre pris par Je drame de ce malheureux que la .(iuerre il reduit fi. la Altuation d'.p~' ,. Mal~ la solution Que luI donne A:\ ..... lIh, inspiré oar le vieux thème Iltlt r' chiste de la familLe Qui brolt: et étouffe l'individu, apparaît blt:u hdie .. t bien superficielle. On dira que 1. famille bourgcoise lU$ufie largement l'an"thème d'Anouilh. Malheureusement celui -ci ne' dit rien, la issant enlendre qu'il vise spécialement les falllilles bourlcoi"· ,~. Je ne m'étendrai pal sur hl pli'ce que Je Théâtre rle la Renalasantt .. eu la malencontreuse idée de cré~r: Les hommes prODosenl.., Elle est de Cronin, le romancier anglais bl!n connu. Les "vres de Cronin jou ssent d'une grande vogue dans certains milieux genre 1 lemmes du monde _, bien qu'ils soient fort env nuyeux avec !eur mêlanse d'Henry Bordeaux et de Pau! Bour,::ct. Les horumell Dropc)sent.., est bâtie sur le sujet mille fois ressassé du l"on!llt entre le médecin matéri.av liste et la !c-!l"lme, lei sa consoeur, qui croit en Dieu Si encore il' Y avait le moindre eHort de renouvellement. Mais. aur.une convention, aucune ficelle ne manquent à ce plat mélodrame l'jul .iouent avec des mines de victime Bhmchelle Bruv noy, Germaine Montero. Renée'Cor. dade, Jean Servais. ROfer PAYET-BURIN, N- U _ ETUDE W. AINOk • 1912 Les chose~ ont pris un autre ('ours à dater de la fameuse ~oin!:e de la Grangc-aux-Belle~, où AraO!on. I~ grand romancier de~ CO\lInlltnisIcs est venu parler de son Livre de, vant la foule de ses lecteurs. li y n eu rlepllis la Bata Ule du Livre qui s'est rléroulée il Marseille le mois dernier, avec le concours de nli lhers et de milliers de lecteurs et s'est soldée pa'r une eclatanle victoire. La Balaille de Paris bénê!icie de l'expérience acquise au cours de ces combats préliminaires. Elle est con. duite ~ar les écrivains qui conti· nuent aujourd'hui les grandes traditions de notre littéra.ture, audacieu~ e, fraternelle, humaine : Ara, gDn, GastDn Baissette, Jll,nine BOIJI~ smmouse, Pierre Daix, Pierre Courtade, Jean Laffitte, Jean Freville, Claude Morgan, André SUI, ElsèI Les grouJ)C' d.é police. Squa.r, MOrlholon, au $ih:e de la C.F.T.C., la déléa:ation U ftUnlt pOur L'an dernier, a la &llite d'impotl~ln tC't: manile.~tations Ot"e;Ullsées d ... ns tout le pays à l'appel du ComÎlê national poUf le collectif ;li 50 % (comoosê de .57 orgilnbalÎonS de jeunesse t':t mou," ement~ de plein air). les députb de t'Asscmhlêe nationale étalent amenés .il re prononcer à l'unanimité, Je )1 juin 1949, ~ur unI! résolution indtllnt le gouvernement 10. ré tablir 1. ~onl!Ctif à 50 % par irDupe de 10. Si lous le~ rois parisiens pouvoienl se Irouver dons celle sÏluolÎon ... Lu blanc! joueH.t et lont nul Comment faire pour ne PM Euocomber .. la 5upeflori~ Materielle des holi't ? Il semble que lU blanC!! doiftnt. rester près du plon (4 pour évlur MIn passage ... dame_ Pendan~ ce t.e~ le roi noir aura tou~ IOi.Alrd'allu .. lA c:hasse d.u plon ~2 et de conduit « tranquillement le plon d6 à sa CUI! de promotIon. Plan tatal s'l1 tt'y • , '&JI. pu .. , la soluLion 1 SOLUTION du numtro 21 GAIltIL SENGEA 1 La alrat~lla 1933 l , Dd8 1 SI 1... Rç~ 2, DaS mat et nl l_ ~S 2. Dg5 mat. , Elee.nlrlelt .. d. l'fct1lqular t"q: échee~ .!;Ont censéft étre un Jeu looCj,Uf', voire m'me le 'Jeu logique par e:(d.Utnce. Dts règles pr'clses concernant les phases début, mllteu et fin dli parti!'!. Une bue sclentl!lque existe permettant l'énonciation pr'clse de fU' LnCllpes régl,..'Sant II!. mantére la plus câ.rTfcle de traiter telle ou telle cDnnl ~ raUon ou constellation de pléces. Pourtant des exceptions semblent oorldlrmer II!. règle, Nou~ publlonll aujourd'hui une telle excentricité DU la ~I e suit un cours semblant dHier U!w; iA'I prlnelpes étabUs. Dés le début ce sont. lu dames bien caprIcIeu_ ses Qui jCluellL le r61e vedett~ de part et d'autre. Contrevenant de ce fait IIU sain prlneipe qUi veu~ 'lU!'! les plècel lkérts soient lu oremlùts a entrer en scène. n en rbulte Un. d4Ik!eu1t Imbroglio QV1 fait t.omber le rld!au final avant que le sJ?«tateur a.lt eu le temps de le tamillarlaer avte Je M:tnarlo. Eh bien 1 cher lecteur, malgré wn caracUre epP8fcmmen~ baroque la J)&ttle est bien logique. Qui peut noU1\ dire pourquoi 1 Ho !9 - Gambit 18LACKMOOR Bohnlt.nlel Weblr 1. d4 d.5 2. e40. Un Ramblt eollSld~ré t. raison piU J" th~o~le f.omme extrlo.munent douteux, 2. dxe4 3. Cç3 Cf6 4. 1:3 r:s:fl li. Dxt3 Dxd4 6, P'é3 Dé.5 7. ~O-O Fg4 8. Dxb'? Dxel+ 9. Rb! ., Une Jlute Qui aUl'~lt du perdre. Correcte e~t. 9, Td2 11 Del+ 10. Cdl Dxtl 11. Cfl 1 Dxhl 12, CéS f'fS 13, Cç6 1"d7 H. Iç8+ 1 Fxç8 15. Tdl'l mat. 9 .... P'xdl 1? Gaffe monumr.ntalc. 9. ,.D'oS 1 la. Dxa8 1"xdl Il. Cd 1 çG est " l"avantage deI! nolr~. 10. Dç8 mat. i:"""''''''''' '"',,' ". '" ..•. " ..•.. ,.. •..• • .. '." ,.,,, .... . ' 1 FABRIOU.E ~E.TRI(oTS ! Ets GAN A i 5 t i Soc:1tl.. ~.punHIUllt IImne. i i "U UIII .. I CIe ~ooo IUtl.::. ! i 64, 'ue d. T ,lIblgO, 64 ; ~. PARIS l'II') :.:.' ., TEl.... , AKClllt .. Jl-U ... "'IU"""I"'.' ~' " "" ". '. I I ',I"t " .,'. n. " .. ",,,,,_ Hé\a~ ! ce n'est qu'un voeu, Triolcl, etc. De grands dirigeants ouvrieTII et syndicaux participent élalcment fi. cett!'! bataille. Car celle-ci est· in~é, parable du· grand combat pour lequel le oeuple franç;Jis e~t actuelv lement mobilisé: le combat pour la Paix. C'est ainsi Q.ue l'inauguralÎon solennelle de la Batll.ilIe du l,Ivre Il Y Il rarlment dei elmpeurs danl CI udre Les Jeunes de la T.S.G.T .. du Cam· pin~-Club International de f'ra.nce. de la C.F.T.C., de rU.J.R.F., de la ,J.O.C .. du Mouvement laïque oes Aubo:rll1!5 de Jeunesse, du Centre ~ïQue de~ Auberges de jeunesst', etc .. ont d~jà arr~ ché, ces derniers t~mpg, pu leur a.ctiDn. le .a % par groupe de 30. Ils lont décidés à continuer. lb ne réels, ment que le droit de relpirer chgq\J1! !emaine un pt'U d'air pur, RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS D«n., un parc, ail clair de lune. M, Newman et Gertrud. fI! promtncn" lorsqu'ICa rencontrtnt une jeune Ime «!!01l; • ~tc"ercl"'tnt .a peUl amie _tie Pour 1« premit" loq, fcule, avec un mmll. (Traduit de l'américain par Yvonne Desvlgn~s ) M. Newm.an, Gertrude et 1« jeune JiUe entrepTt1Iltent du r«h .. rche" COprr!lhI b, OrO!1 fI I.!/,.,I~ ~I t:.,tlll"nt 1. Ifl"na. I"vuo droUt ~~$u"fs, FOCCS - Non, je veux dire Que Je na pen5! 1'1$ que c~ ,olt mon g~nre. Dans les lI.!fll.ires. 1: faut .savoir rouler les g ~n.s Je ... - Mais il y a d~s affaires où l'on peut être par!:litement correct. - C'est vrai, milts.. - C'est à cell~!_ a que le penl5~, dlt-elle. Elle etait aoouyée sur le coude. :eUTS v!Aagt'oS Inut pl'~.s l'un de l'autre. Il !le c"s.~alt de regarder au lOin li. ll'il.vers IH IJrancht.·s, tf·nlant de comprendre et de IIlI dOl1J1Ctr raIson. \[ Galway V,J. mDntlr Ulle u.s!n~ de mat1~res p astIques. On VII. lotn st l'on débute avec le palron . VOU.\ pourr.ez même dewnir un &SSo~!ê, au bout de qUelque temps .• g:le se lalMa. retomber sur l'herbe e~ Il con~mpl .. liOn visage. - Vous devriez a:l!"r .sur la Côte du Pacifique, un Jour, dit-elle, Quelll'"s d~meur~ 1 Mon Oit'u: .. soup!ra.-\ro:!lIe encore avee ex:taI! ... C'est mon rive, d~1M:J1e doucemen t. J ", ne l'é\'e rIen de mieux qUê ce.a. - Enfin, LOU~ :e mondO! ne POlIt pas ~ ~r" riche. - Mais VOliS pourriez, VOU$. dit-el;e en lUI ear('sF.I!.nt la Joue. cela t.e "Ol t, rI!"n qU'à vous rettarder, J 'al le r i ntult~, pour les liens, pn'oSQue un dvn de double "ue. - Je ml demande. Je ne penae pas que Je seraI Jamlü$ vniml'm rIche. - Vous n'en 3.urltll méme PU envie? demandll-t~lJe moqu~ u~e . - Oh. si. Je ~e crachtr.ts c ~ rta.lnemen~ pas liur :a fol'- tune. . - Mal); cela nt vous pl·toc~upe gtlcre, flt 'ell!!. - Mon Di~u. ~1. 8eu em',ul. .. Je nt' !.al.s pu COO1m~m on s'y prend DVtir devenIr rtch~. Il rit à l"ldé~ silnpllsh Qu'II se fat~Bit de "e procéde. De sa m~m gauche, il carr.lXI(i le gA.zon. IIUIS song"a ~o.I.' "h,ens QUi I"avaient prêcédé "l p\'rta ~a main à srJn .·at(llllllf, - Je vous :'ai dit. Etablir d e ~ cont:l,c~s, se flu!"/! o~ reia.tions. C'est POUI'qUDI Je vous cO.l~~ \I . e df' VOll.! ~Ier avec c~rllin('s Ikrs(lnnes. au buro.u. n la regarda t Dnl;uem~nt. PCl"liUnl1e n'avalt r.nCOle dér~lé en lui Ill. pel".Soonll.lité d'un che!. Il s!lvall Qu"l. ne scrait j~mais li. la tê~e rJ'UIl~ tnll"(!prl$~ , !l\ai~ i: éUl.lt s4!rtUI! par cette simple éventualité. Elle voyaIt en lui ce que jlcr$Olme rncore n'y avait vu ~t i: vouiltlt ;a connaltrc !lOur ('u:sulto:' se découvrir à travers elle. I..con; t('mpJ;, t: demeura 4!~er..du à J;U rotés, erelu;allt cdh idée $tîmulantl!. Et I "U~ à Cl'UP, il réalisa pour la pt"1'mlêre tOlli r.t qUi lui an1vaÎt. II ~ : ait cow:hé sur le do~ ault cOu.~ d'une Il.'mme. la nuit., "l mU('u du parc. Et ee:a n'AVlI lt Tlel'l d·effrayant. C·étalt. raJllunL .... sant.. li IiOngea que déjâ, elle rentnlna l ~ l'erA des "Olo:'li nou· -85- FOCOS \·elles. Qui sait ver.s Quelle existence pa$llionnanie ~:le ~talt C3.pable de :e guider? Il étudia. son profil. Il dégageal~ une expreulon .:oncentrée. - A quoi pensez-vou.s 1 demanda·t·l!. El:e ni doucenu~m. Au-de.sells de leurs tetes, l'a":"bre était faiblement agité par Ime pl!\lt~ bri5~ court.!. - Il m·étai!. vrnll une !déo bête. pour Changer. E.Je !ro~ta doucement ses lèvres contl'e cdiu de N~wman el pendant un Instant. Il cn eut l~ lIOurne COUDé. - Qu,~]e idee bèie? En~ ·hl"slta. un moment. - Ce que Je répondrais al vou. me clemmdiel de vous épouser. - Ce Que je ... ? - Non, c~ Que 11101, Je répondra.i& !il vous ma demandiez, . dit_eUe en rianL, d'ua. nre ai&u et joyeUJt. Il rit avec e" . Et elle étal~ là, souOllnte. Ce rUt seulemell! au bout d'une mmULe qu';: réalisa qu'elle at.l.enl1alt. - QU'esL-ct" qu~ 'iOtts rtpondrid? demolnda-t-lJ, s'efforçant de garder le Ion de la plIItsanterie. . - Je rl'pondrals nOIl, probablement, da.-e:Je. Il demeura. immobile, Ill. la.ngUI: co:lte IIU pallll~. Ccla ne p;tr:Ii.:;sait piI.!! possible. De nouvel'lu. C'I!U lt une Inconnue pour lm. S1. tlevalt la pn dre .. - PourquoI... oourquoi rl'fu!-erIU'\'o\ts? demanda-I-Il av~c lIl:de l(!. - Parc~ quP. Je 11sql1f.rl\).s de , 'àc:her votre vie. El!e prit l'air sombre. -- Oh non .. n tfrommencrralt il. la , .... tt en rê-Ve ... - Si. Il faudrait que VOI1" ru'emmenJe~ damer. J'a! be-- 1I0m d'allrT di\ll~er de t\~mpS en temps - /I.I'1Îs j'lId(,rerais ça. Je n'al Jatnaia dIt Que le nft ~DUlaIs pas v"ws t'rnmener dan~Cl" Et une fol.~ :e réve !l.chcvé, ~lIe n ~ ~erll)t p:us ::\. - C"'st \Tai. vous è\.c.ll sùr 1 . - Tout il. fail ~llr. n Il l'j!., comme d'une boutade d'enfant. Je ferais tout Cl.! que 'lOUIS VOILIer. SI J~ .!luis peu sorti, c'cs qu'aucune J~mnw ne me tentait. Slnrén'ment, Gertrude, Je n'arrHe pu de pensc-r fi. vous Parrols même. il me .IIembJe que r ai )Jel1§e à vou .. dea anll~s ",vant de VOWi Qvoir r~ncontrée. Mahl~en... . n:, Il lui comm\uùqltaJt uoe J)l.rt dO! lIOn enthou~! a.sme - unI(' pctil~ p:tr1.. Il s'éUllt "mparé de u main sur son tor~ ou elie repO!lB.l\ .. - J 'a ; toujoli~.!.: rké d'un certain t.rPe le femmr. Je ne me rappe:le plUli quand Ct·1!. • commenet. mail \1 "1' & longte m~ que j'y soDse. El ~i1 e IVllt ex.ct.emf'u\ vO're pon e~ - 815- • roços \lotre allure. O'st pour coela que \lOUS m'av~l; fait une telle Impression dés la pr~ml~rlo tols qu~ je "ous ai vue. n distmgua1t ; 'éclat dt. ~on reiard d.ans la penombre. Ei:e attendait de Jill qudque manlr~slatiDn e"ce~'!Dnnelle, 11 le sentait et Cft uvait que faire. Il pencha don~ wu etlc ron visage ,.t e:le l'effleura d'ue batser e~ de nouveau le con~mpla. Et lous d~ux se mlrmt à respirer p:\~~ prDfDndement. _ EpIJusez-mol, Oe!"tl'ude, Implora't-il. Tout ce):,. lui pa-rais. salt théorique et lointain. - Je veltz bien. dlt-elle. Il ne put munlentr t..)Ogt ~ mp5 la position inconfortab:e dans :aquellt Il .se trouvait et au bout d'un instant. Il lâcha sa main et se umlt sur le dos. AprU un .!Iilcnu, el:e dit: - Qua I1d celA ? _ Quand voulez..votlJ; 1 d~manda-t-1; en se tournant ven; elle. Il D'arrivalt pas .. 3\lrmOllto'r I1mpreuÎon queQ.OUt cela o·etait que Lhéoriqlle. 1: lui parut lIOudaln que rien D'était encor~ lné"lIllb:e, _ Le premIer bI mot'! prochl'lin? _ Três bill1\.. Je voudrais Que VOU1\ \'('nin à 1.. . mai. .. on poUf ra ire la connaluan,'\, de ma m~r~. dlt-it en se demandant K'il Ill. connaîtrait ,'neore à cetle datc. _ Parfait. Vow croY~lIJ Que Je lui plaIrai? Oh, J'en sui~ 5(1r. II y Il du ann4!ea qu'elle ~ouhaite me voir marié. E.~t-C" Qu'eJ:e ellt tr~s pltu.'1e 1 _ Mon Dl.)u, .,:Ie n'r~1 PliS b\f;"tr. Depuis (tU 'elle ne pput p 1111 mu·chP.r, Je III condul.s Il. l'~ilisc en taxi de t!'mp;, à a\\t\"~. En moyenne, \lne fols p!l.r mot~. Noull nous m~rleron.s à r~l'lise, dit-il sur lUI ton à deml,lnlcrn,gatit _ Bi"n entendu. B$Hu·,Io\'e:le. _ Vou~ êtes pi"II~e 1 - Je vai ... è. l"égllsc t.rous le.s dlmllnches, dit-elle. _ C'rst vrai 1 A qu~lle (:gH 5~? - Ce n'eH 011.$ 10uJour.s ):1 m~me. VDUS voulez dire quel culte? - OuI. - Vous nf vous rllppe:e?, pu ce Que l'avais lnscrlt Gur ma demande? - Culte épiscopal. _ Eh l:I\on, voUa. EII!" paralli..'!alt un Pl'U froissée. pour ne pas. dire 8gr~sslve. - Tant mi,'ux, dit·11. comm~ $11 y a ltachalt; une gra..nle tmport.aDc.e, cela me f1 lt p:ai$ir. II luI ~mbla qu'eJ:e se d~tendait. J.n:!" Que c'est comme mol. et c@la (acilltera les chMes IIrec. m .. In~re, -.81 - U N bon conseil. SI VOUS n'alme"l: pas les spectacles d~plalsants, n'allez pas veus promener dans les rues. de ",rand matin, surtout aux environs des abattoirs ct des terrains vagues. 51, d'aventure, VOU! veus y hasar· dez, VOUIi ~erez centraints d'assister aux débats d'innembrables rats. Tout à lcur aise, ces rongeur!! sautent dans !cs poubelles et, lorsqu'Il! sont rassMlés. pnlslblement, s'en retournent. Ils ne craignent rien, pas méme leur plus farouche · enneml le r.liat. A croLre qu'lls ' par~ !ent le m~me langage 1 Ce n'est d'allleurs un secret pour personne, puisque l'Invasion des rat.s remonte A la plus J)aute ln~ tlQuIté, Ava.nt ,uerre, les QuartlerJ chics étale.nt prlvllélllél. Lu Irn.meuble. s étant partlcullt run.ent entretenus et !!oll;:nêS, les ron,eurs n'avaient pas la "osslb ~U~ 4e .'7 Introduire, Mals, duran' l'occUJla. tien, comme Us ne trouvaient· plus leur nourriture dan" le!! Quartiers populaires. Ils ent Ill. lt leur apparlUon à Passy, à l"Etolle, etc .. , La vérlte. est QU~ les rats pullu~ lf'nt dans. la capitale. En icneral, lis arrivent par lp.s egouts, Pour lc.~ détruire, les proprlétalre.s doivent lalre effectuer une série de travaux. Ensuite, Il a,ppartlE'nt ~ux locataires de poser du poison p:?ur dt':truJre les rats Qui sont eernés dans la cave. Chaque. anner. le se~v\ce d 'hy~ glène de la préfecture d~ Pollee orl:,nlse un!! ., grande C1rnDltgne de dératisatIon , . A la. demande des proprlétaL\'('~. UnA éQUipe des services de dératisation vLslte les cave~, indique ce Qu'Il faut !lLln, donne des produIts raticides. Malheureusrment, nombreux sont !e.' propriétaires Qui 110. dêslntéressent totalement des degât,s causés par les rongeurs. ct des maladies qu'Ils propng:ent, Il sen.lt, l')uhaltable Que lei 10- eata.JJ'M s'tmlssen t pour (Onus1n~ d.~ lel' propr!êt.alrc$ à 1.lre Cles travaux. afin Que Paris ne 501\ plus le royaume des ra 1.$. J •

Notes

<references />

Format JPEG