Droit et Liberté n°219 - mars 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°219 de Mars 1963
    • Et vous, qu'en pensez-vous? Un débat pathétique et exaltant par Pierre Paraf (12 questions pour préparer la journée nationale) page1
      • Bulletin réponse en encart à renvoyer au MRAP: Actualité du racisme; ses formes et ses manifestations; ses causes; l'action contre le racisme
    • A l'ère de la décolonisation: anciens et nouveaux visages de la haine par Albert-Paul Lentin page1
    • Quand les murs disent la fraternité 'affiches) page1
    • Mésaventures d'un "Christ noir" par Oncle Tom page2
    • U.R.S.S./ M Khrouchtchev dénonce l'antisémitisme page3
    • Algérie; les petits cireurs brûlent leurs boîtes page3
    • U.S.A.: projets gouvernementaux contre la ségregation page3
    • Connaissez-vous les Antilles: jeu test page3
    • Quand le racisme fausse la science: une mise au point de Mme Léone Bourdel page4
    • Affaire Meredith: le coup de pied de l'âne de deux journalistes français par Marie-Magdeleine Carbet page4
    • Un important document du "C.L.E.P.R." présenté à l'Institut National Pédagogique: Enseignants et éducateurs contre les préjugés raciaux page5
    • Le "Pour" et le "Contre" (antisémitisme en Pologne) page5
    • L'ex commissaire Dides, les chiens du 11éme ... et le racisme page6
    • Espoirs et misère des travailleurs africains en France une enquête de Samuel Lachize page6
    • L'internationale néo-nazie: R.F.A.: Rêves malsains, méthodes inquiétantes par Jean Boulier page7
    • Les nostalgiques du passé par Albert Levy page7
    • L'Opéra noir de Gabriel Cousin extrait présenté par Jo Vareille page9
    • Un témoignage et un exemple (publicité dans Doit et Liberté) par Hugues Steiner page10
    • Les lycéens face aux menées fascistes par François L. page10
    • Atlan au Musée d'Art Moderne par Georges Boudaille page12
    • En zigzag par Guy Dornand (actualité artistique) page12
    • L'œuvre humaine de Lorjou par Juliette Darle page12
    • Le cinéma par J. Deltour: "le seigneur d'Hawaï"; "Un goût de miel" page13
    • Voltaire, les juifs et les noirs par Jacqueline Marchand page14

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

En répondant aux 12 questions que vous soumet le M.R.A.P. vous aiderez à 'préparer 15 MARS- 15 AVRIL 1963 A l'ère de la décolonisation N° 219 0,15 F. Anciens et nouveaux visages de la haine N'ES T-ON pas en droit de « se demander si le bidon- Par Un débat pathétique et exaltant v ille de Nanterre n'est pas partie intégrante de la république bougnoule el ne fou';t pas dit privilège d' ex,territorialité? » Le journal au vocabuia ire caractéri stique qui commente ainsi la vi- Albert-Poul LENTIN site effectuée à l'occasion de la fête de l'Aïd El Seghir (fin du Ramadan) par l'rllllbassadeur d'Algérie en France, M. Rahal, dans la « cité» de Nanterre 04 vit misérablement une bonne partie de l'émigration algérienne de la région parisienne, et qui sai~it le prétexte, non pas pour dénoncer les conditions de via scandaleuses qui sont faites à ces pauvres gens. mais pour les insulter bassement en les traitant de « bougnoules », c'est, vous l'avez deviné, le triste « Rivarol » (2~-2-63). Cette citation ne vous apprendra rien, sinon que l'abject racisme antigérien, qui s'est répandu dans certains milieux, en France, à la faveur de la guerre coloniale d'Algérie, a survécu à la fin de cette guerre, et s'étale toujours MOINS de deux mois nous séparent de notre Journée Nationale qui donne chaque année au M.R.A.P. l'occasion du bilan et du programme, de la confrontation et de la communion. Elle ne pouvait avoir, cette Journée, de thème plus actuel, concernant plus directement notre action et le destin même de l'Homme de 1963 que celui qui lui est proposé dans le questionnaire que les amis de notre Mouyement recevront encarté dans le présent journal. La survivance du racisme, ses for- (Suite page 14,) mes et ses manifestations, ses causes, les meilleurs moyens de le combattre et de le prévenir, voici les têtes de chapitres d'un document qui nous incite à un examen de conscience lucide, approfondi autour d 'un problème à la fois permanent et mouvant, vieux comme la barbarie humaine, mais devant être constamment reconsidéré à la lumière de l'histoire contemporaine. QUAND LES MURS DISENT LA FRATERNITÉ par Pierre PARAF Président du M.R.A.,P. Celle-ci marche à pas accélérés. Nous avons vu au cours des vingt dernières années l'écroulement des régimes nazis dans lesquels le racisme avait trouvé sa forme la plus criminelle, la disparition progressive, pacifique ou sanglante, du système colonial, l'accession de nombreux peuples africains et asiatiques à l'indépendance. Les perspectives, ce que Georges Duhamel nommait l'odeur du monde, ont bien changé depuis le temps où nous conjuguions nos efforts, quelques années après la grande . guerre, contre les pogromes et les numerus clausus de certains pays de l'Europe centrale et orientale. Alors que nous luttions obstinément, dans l'honneur et l'intérêt de la France, pour qu'en Algérie comme en Afrique Noire et en Indochine, la liberté, l'égalité, la fraternité ne soient pas seulement une devise sur les murs des monuments. De grands progrès ont été accomplis. Mais le mal demeure, qui commande de multiplier et de renouveler les remèdes. Aucun des périls n'est conjuré. De nouvelles formes de nazisme peuvent se manifester dans une Allemagne remilitarisée par la volonté de ses vainqueurs. Si une heureuse évolution de la doctrine chrétienne oriente l'Eglise dans une voie réparatrice à l'égard des juifs, l'antisémitisme reste solidement implanté en beaucoup de peuples. En Union Sud-Africaine la segrégation contraire à la plus élémentai- {Suite page 5' ~.. ~ ~. . ~ ~:t.l· \ " . . . 28 mars, à Procès Limoges: Poujade en appel DIiNf tE i NUMERO: (Voir page centra le.) • Maurice BERLEMONT, Jean l' CAYEUX, Jean LEGARET, Roger P'INOTEAU, Maurice WEILL : pas de rncisme à P,aris! (page centrale). • Léone BOURDEL : Quand le ra cisme fausse la science (page 4). • Marie-Magdeleine 'CARBET: Affaire Meredith : Le coup de pied de l'âne (page 4), • Alfred GRANT: Le « pour » et le « contre » (page 5) . • Jean BOULIER: Rêves malsains, méthodes inq'l.Iiéta ntes en .R.F.A. (page cent ral e). • Gabriel COUSIN: L'Opé ra noir (page 9). • Georges BOUDAILLE, Guv DORNAND, Juliette DARLE : Les arts (page 12). - • Jacqueline MARCHAND : Voltaire, les juifs et les noirs (page 14). Trois affiches (en haut) primées au concotw 1 international de la Tr iennale de Milan. Leurs auteurs sont, de gauche à droite : P. Rtchlik-Jankeswska (Pologne ) ; O. O!sen (Allemagne ) et r~. Konstrzewska (Pologne ). Au-dessous, une afficl~1!\ de l'artiste américain E. Packard. 2 14-11. - C1'aude Peintre, l'avocat libéral d'Alger, M' sa tête devant les Assises Réclusion à perpétuité. assassin de Popie, sauve de la Seine 15-11. - La police annonCe qu'une nouvelle tentative d'assassinat contre le général de Gaulle a été éventée. 4 « activistes » O.A.S., dont une femme et 3 officiers, arrêtés. • Le colonel Gardes, chef de l'O.A.S., arrêté à Madrid, s'apprète à rejoindre l'Argentine. 17-11. - Deux attentats au plastic à Toulon. 19-11. - Sensation à Bonn: Theo S3vecke, le principal fonctionnaire de la palice chargé des opérations contre le journal « Der S'Piegel » est un ancien capitaine S.S. Il avait appartenu au fameux « groupe d'intervention » dirigé par Hermann Rauff, le criminel de guerre arrêté récemment au Chili et accusé de l'extermination de 90.000 personnes. 21-11. - Deux officiers arrêtés dans l'affaire du « complot de l'Ecole militaire » sont remis en liberté. Deux inculpés : Paule Roussoulet et le capitaine Poinard. 23-11. - A la 'Commission écono· mique de l'O.N.U. pour l'Afrique, réunie à Léopoldville, 15 pays africains demandent l'exclusion de l'Afrique du Sud et du Por· tugaJ, EN RAISON DE LEUR POLITIQUE RACISTE. 26-11. - L'ex-colonel Argoud, dirigeant de l'O.A.S., livré à la police il Paris dans des conditions mystérieuses. 27-11. - Philip Randolph, leader syndicaliste noir des Etats-Unis, annonce l'organisation d'une marche des ouvriers noirs vers 'Washington si des mesures ne sont pas prises pOUr réduire le chômage qui les frappe. 28-11. - La Cour Suprême des Etats-Unis confirme la décision d'un tribuna,l de Montgomery interdisant la N.A.A.C.P. (Association pour l'avancement et le progrès des gens de couleur) parce qu'elle refuse de COMMUNIQUER AUX AUTORITES LA LISTE DE SES MEMBRES. • Le Président Kennedy transmet au Congrès un projet de loi tendant a réduire les discriminations raciales aux Etats-Unis. • Attentat contrc 3 étudiants noirs (dont un grièvement blessé par balle) à Greenwood (Mississipi). Ils invitaient la population noire à s'inscrire sur les régistre électoraux. • Otto Huns::he condamné à 5 ans de prison pour avoir participé à l'assassinat de 600 juifs hongrois est remis cn liberté à Francfort deux ans avant la fin de sa peine. 1-111. - M. Paul vergès autorisé à regagner La Réunion où deux élection législatives sur trois ont été invalidées pour fraudes. • Nouvelles arrestations à la Martinique où 40.000 travailleurs Slnt en grève. 2-111. - Plusieurs leaders politiques noirs des Etats-Unis accusent la police de s'être rendue coitpab!e de brut~lité:: et de sévices à l'encontre des Noirs dans diverses villes de l'Etat de New-York. A Buffalo, Rochester et Albany, notamment, la poliça aurait utilisé à l'égard des Noirs des méthodes particulièrement inhumaines. 3-111. - L'ex-colonel Gardes quitte l'Espagne pour l'Argentine. Un de ses complices, Alain Sanien, est expulsé vers le Paraguay. 4-111. - Georges Bidault interviewé par la B.B.C. • Trois peines de mort prononcées au procès du Petit-Clamart : Bastien-Thiry, Bougrenet de ia'Tocnaye et Prévost. Watin, Naudin et Bernier, frappés de la même peine par contumace. 5-111. - 20 noirs arrêtés à Nashville (U. S.A.). Ils voulaient sc faire servir da,ns un restaurant « réservé aux blancs ". 6-111. - M. Henri Lafond, président de la Banque de l'Union Parisienne, assassiné à Neuilly devant son domicil~. L'O.A.S. suspectée du meurtre. !' James Mtutu, travailleur nOir, CONDAMNE A MORT en Afrique du Sud, en vertu de la loi « antisabotage », pour avoir participé à une manifestation contre la ségrégation raciale. 10-111. -- Georges Bidault mis en résidence surveillée, scus la protection de la police, près de Munich, dcma,nde à Adenauer le droit d'asile. • Un jeune néfr-nazi tué par l'explosion de la bombe qu'il fabriquait dans une cave de Berlin-Ouest. 11-111. - Bastien-Thiry, condamné à mort dans l'affaire du Petit-Clamart, est exécuté. Bougrenet de la Tocnaye ct Prévost sont graciés. POSITIONS • A la lumière de la sCience qUE LES ({ Cahiers du Centre d'Etudes et de Recherches Marxistes )J viennent de publier une forte brochure sous le titre ({ Pourquoi la science condamne-t-elle le racisme ? )J Son auteur est un éminent biologiste, M. Pierre Boiteau, ancien directeur du Parc Botanique et ZOOlogique de Tananarive, dont la science s'étend à l'ethnologie et la sociologie. Cette étude concentre en 33 grandes pages, où l'érudition de l'auteur s'exprime dans un langage clair et convaincant, les preuves scientifiques, irréfutables et basées sur toutes les recherches sérieuses de notre temps, comme de l'histoire de l'inanité des théories racistes. Cette contribution rationnelle au combat que nous menons est d'une importance qui ne saurait échapper à nos lecteurs (1). Pour M. Boiteau, la démonstration scientifique ne peut à elle seule détruire les mythes racistes trop profondément ancrés. « Il est illusoire de vowloir le combattre (le caractère mythique du racisme) avec les seuls moyens de la pensée rationnelle. )J Et M. Boiteau fait la démonstration suivante, prouvant combien le développement du racisme est lié au développement, au contenu des sociétés : ({ Tout d'abord notons que le racisme n'est nullement inné chez l 'enfant. Mes propres enfants 6nt fréquenté à Tananarive une école maternelle où se trouvaient mêlés des enfants françaiS et malgaches. Lorsque plusieurs années aprèS, revenu en France, je les interrogeais sur leurs anciens camarades, je constatais qu'ils étaient incapables de se rappeler si ceux-ci étaient français ou malgaches et ne se rappelaient plus que des prénoms que pouvaient porter aussi bien les uns que les autres ( ... ) « C'est dans les périOdes de crise de régime que le mythe raciste trouve son terrain d'élection. Dresser les travailleurs de France contre leurs frères des pays coloniaux, c'était hier le dernier espoir des colonialistes pour le maintien de leurs privilèges. Entretenir le mépris des peuples d'outre-mer en France, encourager en Afrique les chantres de la ({ négritude )J, conception qui, dans l'esprit des masses risque .de dégénérer en un racisme anti-bloenc, c'est aujourd'hui l'objectif des néocolonialistes ... « ... L'enfant à qui l'on interdit de faire ce qu'il veut, n'osant s'en prendre directement à sa mère, renverse sa chaise, ou jette à terre son gObelet. Le petit employé qui a reçu une réprimande de son i:nspecteur, s'en prend à sa femme en rentrant à la maison. Ce réflexe infantile est plus répandu qu'on ne le croit. Il constitue un terrain de choix pour le développement des mythes racistes. On est furieux d'être exploité, mais on ne sait pas trop par qui, et même si on le sa,. vait, ce n'est pas aux trusts impersonnels qu'on pourrait s'en prendre ,- alors on s'en prend aux juifs, aux Algériens, aux Chinois ... )J ({ Ce développement du racisme va de , pair avec un accueil plus facile aux idées de prédestination de certains hommes. Lorsqu'on croit aveuglément à la supériorité des races, on croit aussi à la supériorité du « guide )J, de l 'homme prédestiné ... L'intoxication du culte du cMf, l'exaltation du pouvoir personnel, se relie ainsi directement au mythe racial ... » (1) C.E.R.M., 64, Bd Auguste·Blanqui. L'exemplaire : 3 francs. • Mises en garde du C.J.M. LE président du Congrès Juif Mondial, M. Nahum Goldman, prenant la parele à Londres au cours d'une réunion commémorant le 30' anniversaire de la prise du pOUVOir en Allemagne par Hitler, a déclaré: « A l'occasion de ce sinistre anniversaire, il est de notre devoir d'attirer l'attention du monde entier sur le fait que dans plusieurs pays, les héritiers et les admirateurs d'Hitler poursuivent leur travail de sa~e contre les pays démocratiques, contre les libertés humaines sur le plan international. De même que pour Hitler et ses sbires, les Juifs constituent, pour ces gens, la cible principale à leur SE PASS~-T-IL ? Mésoventures d'un « Christ noir» NOUS avions publié la nouvelle en son temps : un tableau représentant un Christ en croix a été retiré d'une église du Cap (Union Sud·Mricaine), sous le prétexte « d'indécence ». Son auteur, le peintre africain Ronald Harrison, est en butte aux tracasseries policières, surtout depuis que son tableau fut sauvé de la destruction par des antiracistes sud-africains qui l'ont expédié à Londres où il se trouve sous la protection du chanoine de Saint· Paul, le Révérend Collins, lui-même antiraciste éminent. Les journalistes londoniens ont pu récemment admirer l'oeuvre du peintre : au centre de la toile un Mricain est crucifié et sa souffrance, humaine, est visible. Des légionnaires romains, ricanant, entourent la croix. L'un d'eux enfonce sa lance dans le flanc du supplicié. Le bourreau à la lance ressemble étrangement au premier ministre Verwoerd et l'un des légionnaires emprunte ses traits au ministre sud·africain de la Justice, Balthazar Vorster. Quant au crucifié, il n'est autre que le grand écrivain africain Albert Lutuli, prix Nobel, actuellement déporté et isolé du monde extérieur par le président Verwoerd. n est naturel qu'un tel tableau, plus que symbolique, ait été insupportable aux yeux du très chrétien gouvernement de l'Afrique du Sud. On connaissait déjà un « Christ jaune » (Gauguin), un « Christ indien » (Angela Trindade), une « Vierge noire », etc. On en brûlera les copies qui peuvent exister en Mrique du Sud. Un « Christ noir » ? C'est intolérable ! Aux flammes, Jésus, aux flammes Comme les jnifs ! activité subversive contre la liberté. ». Le docteur Goldman a insisté sur la nécessité d 'élaborer un plan d 'action pour lutter contre l'excitation de la haine raciale et religieuse et créer des conditions telles que les fasCIstes e. les nazis ne puissent plus attenter à la vie humain~ et à la liberté. D'autre part, la Conférence Nationale dU Congrès Juif Mondial, qui s'est tenue à Lyon en janvier dernier, a pris diverses résolutions. L'une concerne l'antisémitisme, et déclare: « La Conférence a recommandé à toutes les organisations et à toutes les communautés juives de France une vigilance constante, afin de signaler toutes les manifestations de l'antisémitisme, quelle que soit leur forme, sur le territoire français, pour permettre de prendre toutes mesures appropriées, leur a recommandé également de soutenir énergiquement les organisations et les hommes Qui assurent la défense des Droits de l'Homme et la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, et de refuser tout concours aux organisations et partis politiques refusant de condamner toutes les discriminations raciales ou reli· gieuses. » • De la Bundeswehr a, quoI. ?.. .. LA Terre Retrouvée » (15-2-1963) ({ publie une longue étude sur la situation actuelle du militarisme allemand sous le titre « De la « Reichswehr » aux SS. De la « Bundeswehr » à I}uoi ? » En voici un large extrait : « Ce qui nous intéresse aujourd'hui ce sont les faits auxquels on a abouti. Et ces faits sont alarmants: nous alSSistons à la renaissance du militarisme allemand. « Car il y a une logique intérieure, inéluctable, dans l'évolution du chauvinisme guerrier d'un peuple et l'encharnement d'instincts de nostalgies et d'intérêts revêt une a:utonomie fataJ.e, difficile à endiguer. Et si la petite « Reichswehr noire » de la République de Weimar a pu devenir, en l'espace de quelques ans, l'aTmée d'assassins du Troisième Reich, qui nous gara.ntit que la petite « Bundeswehr » de Bonn ne deviendra pas un jour une puissante machine de mort aux mains de généraux ambitieux grandis dans la même école du militarisme panallemand? « Les raisons d'inquiétude ne manquent pas. Il y a d'abord, le fait que la République Fédérale Allemande elle-même n'est pas encore arrivée à un équilibre territorial (. .. ) « Il s'y ajoute que la mentalité des couches dirigeantes d'Allemagne n'a guère changé. Il existe cta.ns ce pays déconcertant des hommes d'une intégrité morale rare, des savants et des artistes, des journalistes et même des politiciens d'une largesse d'esprit admirable. « Mais le malheur de ce peuple fut que ces hommes n'aient jamais été ses dirigeants. En effet, la défaite du libéralisme politique en Allemag.ne au 1ge siècle et le triomphe de la doctrine de « sang et de fer » de Bismarck amena. en Allemagne le règne de l'alliance impie du grand capital, de la bourgeoisie capora~ lisée et de la caste militaire, alliance qUI précipita l'Europe dans deux guerres mondiales. Les deux premiers groupes se sont déjà reconstitués et la vitesse ù.e la renaissance économique allemande ne peut que les renforcer dans leur convi~tion d'être l'élite de leur peuple. Quant à la caste militaire, elle se reconstruit sous nos yeux et ce ne sont pas ses partenaires dans l'entreprise commune qui lui refuseront quoi que ce soit. En fait, le résulta,t est extraordinaire : le budget militaire officiel de l'Allemagne occidentale se monte pour l'année 1962 seule il. plus de 2.000 milliards d'anciens francs. Oncle TOM. Pour se rendre compte de l'énormité de cette somme il est utile de se rappeler qu'on évalua, il y a quelque temps, les dépenses militaires de la France pour la guerre d'Algérie à environ 3 milliards par jour, c'est-à-dire à quelque 1.000 milüards par an. La RépUblique Fédérale dépense donc pour son armée, en temps de paix, le double de ce que la France dépensait pour la guerre d'Algérie ! « Il y a un autre élément troublant. C'est le nombre d'anciens nazis mal ou trop bien blanchis. Il s'agit ic~ moins des quelques grands dignitaires du Troisi èm~ Reich prétendûment repentis, tels les Globke, Oberlander, Speidel, etc., se trouvant aujourd'hui sous les feux des projecteurs de l'intérêt public et pour cette raison incapables de s'exposer d'une manière provocante par une éventuelle activité néo-nazie. Mais beaucoup plus dangereux sont les milliers de petits nazis, d'anciens membres des S.S. et fonctionnaires du parti ayant pu s'introduire dans tous les rouages de l'administration publique et privée de la République Fédérale, dans les ministères, dans les gro3- ses affaires. dans la justice, dans les écoles, dans la nouvelle armée : fraternité puissante et vraie société de conjurés ( verschworene Gesellschaft Il), ils se soutiennent mutuellement et cultivent l'esprit d'un chauvinisme allemand qui n 'au_ rait pas commis un crime monstreux en déclenchant deux guerres mondLaJes, mais qui aurait seulement fait la bêtise de les perdre. La prOChaine fois. c et~e petite faute sera réparée. (Est-ce dans cet esprit que M. Franz-Joseph strauss, encore dernièrement ministre de la défense allemande, fit le 25 juillet 1961 à Santa-Rosa., Californie, la déclaration ahurissante que pour lui la deuxième guerre mondiale n'était pas encore te-rminée ? ... ) ». DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2·) Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien 15 F. ETRANGER Un an : 12 F. Par avion : tarifs divers selon pays Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 centimes et la dernière bande. EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52. rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947·, de M. B. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FE. Abonnement de soutien : 150 PB. Journal composé et imprime! par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChAteauroux Gérante : S. BIANCm. qUE SE PASSE.T.IL? u. R. S. S. '. M. Khrouchtchev dénonce 1/ antisémitisme 'D ANS une lettre adressée au philosophe anglais, Lord Russell à la fin de février, M_ Krouchtchev a réaffirmé avec force l'opposition des autorités soviétiques à l'antisémitisme. . « J'ai bien reçu, écrit le président du Conseil de l'U_R.S.S., votre lettre dans laquelle vous exprimez votre· inquiétude du fait que, parmi les personnes qui ont été récemment pumies, dans le cadre des lois de l 'Union .soviétique, pour avoir commis des délits qualifiés de « crimes économiques » dans la presse occidentale, i l se t rouve un certa~n nombre de Juifs. « Certains, en Occident, présentent cela comme une manifestation d'antisémitisme_ Je dois vous dire franchement que j'ai été surpris d'une telle conclusion . ELle résulte d'une profonde erreur. « Ces derniers mois, la presse occidentale bourgeoise a repris ses clameU!rs au suj et d'un prétendu antisémitisme en U. R .S.S. Prenant la pleine responsabilité de mes paroles, j'affirme que c'est là une pure invention, une odieuse calomnie contre le peuple soviétique et notre pays. La presse bourgeoise admet d'ailleurs que les personnes condamnées en U.R.S.S. pour de soi-disant « crimes économiques » se trouvent appartenir aux nationalités les plus diverses. « Et il en est réellement ainsi. Ceux qui détournent la richesse publique, qui vivent en oisifs aux dépens du travail d'autrui sont condamnés, dans notre pays, en fonction uniquement de la législation existante. La sanction, pour quiconque a commis l/Jn crime, est de terminée par la nature de ce crime et, bien entendu, 'n'a rien à voir avec la nationalité du délinquant_ « Pourquoi les personnes en question sont-elles condamnées? D'abord pour leurs néfastes spéculations, pour l'accaparement de ce qui appartient aU! peuple. En fait, les lois soviétiques punissent les crimes qui portent atteinte aux fondements de notre système. Ces lois, reflétant la volonté du peuple soviétique, existent depuis fort longtemps depuis les premières ann ées de l 'existence de l 'Etat Soviétique. Elles sont bien connues de la population tout entière, qui les approuve. Elles expriment la morale de la société nouvelle, la société socialiste .. _ « Il est notoire que les propaoandistes bourgeois recourent fréquemment aux calomnies et aux falsifications pour attaquer notre système socialiste et notre morale. Dans leurs efforts pour discr éditer notre système et ses lois, ils font souvent appel à cette méthode qui consiste à lui attribuer des traits qui, selon eux, seraient dirigés contre une nationalité particulière, la nationalité jwive (1 ), mais de telles assertions sont réfutées par les faits. « On peut prouver sans difficulté d'après les comptes r endus mêmes des procès, publiés dans la presse, que parmi les personnes condamnées par les tribunaux pour .ces prét endus « crimes économiques », y compris les personnes condamnées à la peine capitale, il y a des Russes et des Juifs, des Géorgiens et des Ukrainiens, des Bielorusses et des gens d'autres nationalités. « En bref, ces verdicts sont dirigés non contre une nationalité spécifique, mais contre des crimes et ceux qui les ont commis ... ( /Ili)us apprécions, M. Russell, vos sentiments amicaux envers notre pays, et nous comprenons que votre lettre est i:nspirée par des considérations humanitaires. Mais l 'humanité est inconcevable sans la justice. Et c'est précisément déf endre la jU!stice que de punir ceux qui entendent vivre aux dépens d'autrui et piller notre société_ « Les tentatives de propagande réactionnaire pour imputer à notre Etat une politique d'antisémitisme ou d'encouragement à l 'antisémitisme, ne sont pas nouvelles. . (~ Il n' y a pas eu et il n 'v a pas. de polztzque antisémite en Union Soviétique, car la nature même de notre Etat multinational exclut la possibilité d'une telle politique. Notre Constitution proclame l'égalité des citoyens de l'URSS, quelle que soit leur nationalité ou leur race, !:t déclare que « toute manifestation de favoritisme, de haine ou de mépris fondée sur la race ou la nationalité est punie par la loi. » « Le mot d'ordre de .notre société est : l 'homme est à l'homme un ami, un camarade, un frère. Nous avons toujours éduqué et nous éduquons le peuple soviétique dams un esprit d'amitié et de fraternité envers tous les peuples, dans un esprit d'intolérance envers la · haine nationale 0 " raci ale. Vous pouvez être assuré flue nous continuerons sur cette voie de toute no' re volonté, sans jamais en dév 'er. » (1) Dans le système multinational so- ' viétique, les Juifs, depuis la Révolution d'octobre, constituent une « nationalité »_ ALGERIE • Les / petits cireurs' brûlent leurs boites I L n'y a plus de « petits cireurs » dans les rues d'AIger_ Les « yaouleds » que les coloni ali stes h ouvaient si pittoresques, alor s qu' ils représentaient un symbole de leur dominati on, LES ANTILLES Voici un nouveau chapitre de notre jeu antiraciste : « Connaissez-vous ? », .. Il s'agit cette fois des Antilles, que l'on croit généralement bien connaître, et que, peut-être, certains ne situeraient pas aisément, du premier coup d'oeil, sur la carte. Nous vous posons dix questions relativement simples. Si vous obtenez de 17 à 20 points, vous n'avez plus rien à apprendre; de 14 à 16 points, c'est très bien; de 9 à 13 points vous restez dans la moyenne des connaissances ; de 4 à 8 points, un voyage dans vos manuels vous ferait du bien ; de 0 à 3 points, offrez-vous un voyage aux Antilles, car vous êtes nul. (Solutions page 11). Quest ions Oui Non Points 1 L'archipel des Antilles est tra'Ve rsé en SOll 11lilie1t par l'Equatenr? 2 Ses premiers habitants connus sont les Karibs ou Caraïbes, qui ont aujour d'hui complètement d isparu'? 3 Haïti est la prem'ière île dans laquelle ont débarqué Christophe Colomb et les Espagnols? _ . __ 4 La Jraite des noirs a été abandollllé.! en même t,emjls sur tous les poillts de l'archipel?' 5 La Grallde-Bretagne est la prelllière des natio1/s euroPéennes à a'Voir affraHchi ses esclaves des Antilles'? & 7 C'est Toussaint-Lollvertttre qui a proclamé l'independallDe de Haïti? L'ensemble des Antilles françaises a été libéré de l'esclavage par le décret d'abolition dit 2 fé' Vrier 1794.1' La langue créole est parlée pal'tout dans les Anfil,es? Napoléoll 1" a rétabli l'escla'Vage aux Antilles ? Les terr itoires antillais qui étaient sous domination 2 2 2 2 2 2 a 9 10 bl'itannique sont maintenaH.t indépendants? 2 .......,....... ............... .-.... -t:wt--....~~-~--.....~'-"'""*"... __ -t::wo---~ ont brûl é, non moins symboliquement, dans un feu de joie, le 17 févri er, les caisses à cirage qu' ils promenaient naguère aux terrasses des cafés_ La cérémonie, à laquelle pa rticipait le président clu Conseil algérien, 1\L Ben Bella, et ùe nombreux minist res, a groupé un millier de jeunes enfa nts, de huit à quinze ans, sous l'égide du Secours National Algérien. M. Ben Bella a notamment décla r é : « ._. Il n'.'\' a pas eu depuis le 2 iuillet ·ltne fournée IJttssi au.thentiquement algérienne e,t aussi authent iq ueme11 t r é'Volutionnai r e . No ilS 'Voulons effacer ttne fois pottr tout es cette car icature col oniali ste dIt petit cir eur - que l'on présentait comme un f ol/ûore aux touri stes -. Ce n'est pas un problème flue nous r ègler ons dans de courts délais .. . » Un pl an confié au Secours National va permettre aux ex-petits cireurs d'être pri s en charge dans des centres où ils pourront poursuivre leurs études et apprendre un vrai métier, cependant que sera versée à leur famille une indemnité compensant la perte cie leur anci en revenu (de .s à 8 francs par iour, et bien souvent ils éta ient souti ens de leur famille) . Des maisons ont été spécialement aménagées pour les accueillir sur le littoral algél-ien où 200 cI'entre eux ont déj à été install és_ • Que va faire Schôcht? LE Dr Schacht, qui fut financier du Ille Reich hitlérien, ce qui lui valut de s'asseoir sur le banc des accusés cie Nüremberg, a effectué récemment un vovage privé en Algérie. Ce voyage, dont-le but est resté secret, n'est pas sans inquiéter certains milieux algériens à qui la réputation peu flatteuse du grand argentier de Hitler fait dresser les cheveux sur la t ête_ u. S. A. • Projets gouvernementaux contre la ségrégation DANS un message au Congrès, le président Kennedy a dénoncé « les maux, les gaspillages et les er reurs » résultant de la ségrégation ra· ciale aux Etats-Unis, et proposé des mesures législatives tendant à en atténuer les effets. Soulignant que la discrimination pratiquée à l'encontre des noirs « nuit à l 'expansion économique et au « leadershzp » des Etats-U·nis » et que « par-dessus tout elle est injuste », il a précisé : « Le bébé noir qui n aît auj Oll1'd'hui aux Etats-Uni s. quel que soit l'Etat d~ns lequel il voit le j our. a la moitié des chances qu'a un bébé blanc, né au même endroit et le même jour, d'atteindre le 11)' cée un tic. rs de ses chances d'atteilLdre l'U~iversilé et d'embrasser une carrière libérale, deux fois plus de chances de devenir chômeur, sept fois moins de cha." ces de gagner 10.000 dolla rs (50 .000 F) par an. La durée de sa vie risque d'être plus courte de sept ans et il ne doit esperer gagner que la moitié de ce que gagne· ra un Blanc ... » En conséquence, le président des EtatsUnis préconise l'adoption de deux projpts de loi : l'un vise à faire passer sous la juridiction des tribunaux fédé raux les affaires relatives au vote des nou s - ce qui permettrait de réduire les atteintes portées au droit de vote tolérées actuellement par les tribunaux d'Etats ; l'aut re a pour but d'améliorer l'aide finallcière et technique apportée aux écoles qui pratiquent « l'intégration » des élèves noirs et blancs. En ce qui concerne le problème des discriminations dans les emplois, M. Kennedy a exprimé l'espoir qu'il ne serait pas nécessair8 d'établir une nouvelle législation, et demandé simplement que les pouvoirs de la Commission des Droits Civils soient prorogés pour 4 ans. Il a enfin appelé tous les Américains à s'associer aux efforts déployés par le Département d'Etat pour mettre fin au traitement discriminatoire « dont souffrent trop souvent les diplomates étrangers, les étudiants et cer tains touristes de couleur »_ Commentant ce message, le New-YoTTc T imes rappelle que le président Eisenhower avait adressé au Congrès une proposition semblable concernant l'intégration scolaire, 'proposition qui avait été rejetée. « Ces projets, écrit-il, promettent u ne . 3 bataille spectaculaire au Congrès, dans le courant des deux prochaines années_ Le gouvernement ne voudra pas aller aux élections de 1964 sans qu'une noU!Velle loi sur les droits civils ne soit adoptée, mais la résistance du Sud demeurera toujours aussi forte. » GRANDE~BRETAGNE - • « Panorama » raciste LA. parution soudaine d'une nouvelle revue, intitulée « Panorama ", a suscité une vive émotion parmi les antiracistes de Londres. Cette revue, en effet, publie de longs articles antisémites et anticommunistes à la fois, accusant de " complicité » les " sionistes » et les " bolcheviks » . Le scandale est d'autant plus grand que cette revue est vendue à la criée dans les rues de la capitale. De nombreuses protestations se sont élevées_ PAYS-BAS • Contre la libération criminels de guerre des A la suite d'informations officieuses selon lesquelles les quatre criminels de guerre allem ands encore emprisonnés aux Pays-Bas allaient être libérés, une tempête de protestations s'est levée dans le pays d'Anne Frank_ Ces quatre nazis - Willy Lages, F_H . Aus der Funten, Franz Fischer et Joseph Kotalla - avaient été condamnés à mort après la guerre, et leur peine avait été commuée ensuite en détention perpétuel!.e. Les personnalités et les organisations qui se sont dressées contre ce projet ont condamné également la libération d'Oberg- et Knochen par le gouvernement français_ D'autre pa rt, diverses manifestations ont eu lieu contre l'installation de bases militaires ouest-allemandes aux PaysBas_ LES SUR.PRISES DU JUMELAGE. La ville de Mantes-la-Jolie était jumelée depuis 1958 avec la ville Ouest-allemande de Schleswig, Afin de conjuguer leurs " EFFORTS POUR RAPPROCHER NOS JEUNES ET CREER AUTOUR D'EUX UN CLIMAT DE PAIX ! .. Mais l'un des délégués de Schles· wig envoyé à Mantes était un officier supérieur de la Wehrmacht qui se glorifia de ses hauts faits de guerre dans la France occupée. En outre, l'un des conseillers municipaux de cette ville et directeur de la chorale, Martin Fellenz, vient d'être condamné, comme ancien Waffen 5.5_ et responsable de la mort de "'0_000 juifs à Cracovie. Les jeunes de Mantes n'en reviennent pas. Un homme si correct ... DEPLACEMENTS ET VILLEGIATURES. Pour rejoindre l'Amérique du Sud, les dirigeants de l'OAS., Gardes, Laffont. Seriem, etc... ont été nantis d'un passeport régulièrement délivré par les autorités françaises. REFERENCES. Le " Tigre des Ardennes ", ! René Hébrant, dont le procès a défrayé la chronique des faits divers avait appris son métier de « commis-voyageur du crime ", dans la Gestapo. Il était au service de .. l'Oberfeld Kommandantur .. de Liège. DENONCIATION INTERDITES. Deux syndicalistes allemands ont été traduits devant le tribunal politique spécial de Dusseldorf. Motif : ils avaient dénoncé dans une brochure intitulée " La Croix gammée, croix de bois de la démocratie ", l'épidémie d 'emblèmes nazis que l'Allema_ gne Occidentale a connue i Iy a trais ans et dénoncé également les manifesta t ions antisémites. Le procureu r général de Dusseldorf siègeait na guère au tribunal nazi de Breslau (aujourd'hui Wroclaw). PAS DE CINEMA. Trois cents étudiants noirs qui manifestaient contre la ségrégation raciale dans un cinéma de Baltimore (Maryland) ont été arrêtés. .. - l' 4 DANS notre précédent numéro, M. Poul Chauchard dénonçait le racisme « biologique » en prenant à partie un article de Pierre Devaux paru dans « Le Monde et la Vie » de décembre 1962 intitulé « Le Rideau de Fer est aussi une frontière des sangs »: Pierre Devaux s'appuyait sur les travaux de Mme Léone Bourdel et J. Genevay sur les rapports entre ies types humains psychologiques et les quatre grands groupes sanguins. Mais ces hypothèses n'impliquaient nul racisme. Mme Léone Bourdel, directrice du Laboratoire de Psychologie Appliquée, 32, rue de l'Assomption, a bien voulu préciser la vraie nature et l'esprit de ses travaux pour nos lecteurs. On verra qu'il ne s'agit nullement de racisme, bien au contraire. Seule l'interprétation de Pierre Devaux était raciste. ri) 0 UR que mes travaux ne pttissent ~ pas prêter à confusion lorsqll'ils ne sont connus qu'au travers d'interprétations journalistiques plus ou moins subjectives, voici quelques préC'Ïsions que j'apporte en plei11 accord avec M. Paul Chauchard. condensé, chez Fayard, on pellt voir que nos travaux visent à détruire le racisme, puisque nous démontrons qu'il n'y a pas de « races supérieures » ou de « races inférieur,es », pas plus qu'il n'y a de groupe sanguin « meilleur » ou de groupe sanguin « moins bon », mais qu'il sans doute, comme les seconds ltne aciion pléiotropique e,t concernant l' or.qanisme tout entier). Connaître ainsi nos facteurs de conditionnement nous permet de les démystifier et de miel!X nous en servir dans notre promotion humaine. Cette nouvelle connaissance psychobiologique de l'homme prouve que l~s. ê.tres ne se ressemblent pas entre eux tnttwlemettt, tout en restant des hommes, et que c'es,t précisément ces différences complémentaires qui rendent évident le besoin qu'ils ont les uns des autres. Ils en prennent conscience, en perdant leur automorphisme projectif, dès qu'ils ont compris que ces dif1érences, dont ils ne sont pas responsables, expliquent les divergences de leur cornport,ement. Au lieu de se croire des rivaux, ils découvrent alors que cette complémentarité leur ouvre les portes de leur propre libération, car la nature humaine est ainsi fait,e que certains s'épanouissent dans des types d'aoti- ,ter selon sa natltre profonde, nous fera. dlt même coup, accéder plus rapide/llent à un nivean suPérieur d'hllmanisatio1! 110n standardisée ! Je crois que nous avons bien prouvé cet·te thèse lorsque l/011S avons fondé, selon nos méthodes, le premier centre de formation professiomtelle accélé1'ée d,C! tmûe l'Afrique N où'e, le Centre-Pilote de Bangui. Nos élèves, parmi lesquels HOltS at'Olls la joi(! de compter des ressor,tissants des pays d'Orient et d'Afriqlte, à côté d'autres, américains et eltropéens, ne s'y sont pas trompés, pas plus que des journan .• aussi anti-racistes qu' « Afrique-Actian », ou que des journalistes aussi l'en « racistes» que Gilbert Caseneuve c('Eu,' ope na l, J acq1tes Legris de Paris-In.ter, ou Claude Mossé de Radio-Lmtsanne. C'est ceUe fameuse « carte des san.qs » de l'anthropologue balkanique Joan Civij, publiée bien avant la dernièrl!l .querre (et reprise par René Martial), qui est mal interprétée, alors qu'eUe ne met en évidence qu'un phénomène objectif et comparable à celui que recouvre Ut~e ligne d'isothermes en météorolo.qie. Une mise au point de Mme Léone Bourdel Par ailleurs, Sa Sainteté Jean XXIJf. qlû nous a hono'ré de sa bénédiction apostolique pour notre Ol!Vrage « Cronpes sanguins et Tempéraments », et le Professeur Leprince-Rin.qltet de l'Académie des Sciences, qui nous a demandé le petit livre « Sangs et Tempéroemenfs » que vient de lancer Fa,'ard dans la collec. tion « Bilan rie la. Sdence », née d-e l'initiative de l'Union Catholiq1fe des Scientifiques Français, ont dû, ie crois. penser comme nOlis: que nOlis apportiolls là la meilleure réponse mt racisme. Si l'on velû bien se rendre comp.te de ce qu'apportent nos recherches, dont l'essentiel a été déjà publié dans « Groupes sanguins et Tempéraments » et « Les Tempéraments pS'J'chobiolo.qiques », chez Maloine, mt encor,e dans « San.qs et Tempéraments », moins comple,t mais plus existe des tempéraments psychobiologiques différents qui se heurtent tant qlt'ils n'ont pas compris le pourquoi e,t le comment de le1trs différences. Nous ne sommes pas « esclaves de notre type sanguin », mais nous sommes conditionnés par nos .qènes liés aux groupes sanguins, comme nous le sommes par nos gènes sexuels (les premiers ayant, Affaire MEREDITH • • Le coup de pied de I/âne de deux journalistes francais OCCUPE, souvent. à panser mes propres bosses, j'ai peu le loisir d'évaluer, sinon d'enregistrer et d'accuser les coups qui pleuvent autour de moi, partout où l'on souffre en ce monde. De temps en temps, je me retourne sur celui-ci ou celui-là, tombé en route. Une pensée, un juron, une larme écrasée, peutêtre. Il fout ensuite passer outre. Je passe. De James Meredith, étùdiant noir américain, admis par un déploiement de forces armées à fréquenter les cours de l'université d'Oxford en Mississipi, vivant sous la protection permanente de l'armée, je sois, hélas ! peu de choses. A peu près autant que le lecteur de la presse courante. A la différence du lecteur moyen qui replie son journal et continue de siroter son apéritif, je reste, moi, bouleversée, écorchée. Nous, les consciences humaines empaquetées par un caprice du sort, dons une enveloppe à pigments, sommes parfois travaillées de complexes, En dépit de notre chance exceptionnelle. Comprenne qui pourra! . Noirs nous sommes, Et, comme tout animai, pleinement, à l'oise dans notre pea~. Mois noirs, parmi des blancs. Donc, fOl sont 'tache dons le tro1Jpeau. Ce qui nous est rappelé avec indignation ou bonne grâce, humour, sollicitude, même, selon les circonstances: tapes sur les doigts ou dans le dos. Dans le .. Midi Libre" (26-2-63), Pierre et Renée Gosset, journalistes, viennent d'évoquer le cos Meredith. Il est difficile de faire, en l'occurence, preuve d'incompréhension plus sourde, de malveillance, inconsciente peut-être, plus caractérisée. Pierre et Renée Gosset savent-ils ce que c'est que d'endurer la haine? Pas la haine d'un individu isolé, accidentelle (rude épreuve déjà et que je ne leur souhaite pas), mais Ici haine collective. d'un clan ? Imaginent-ils, honnêtement, possible, une vie détendue, un souffle paisible, heureux, inhalé, exhalé au rythme normal, sons pincement ni brûlure intérieurs, sons douleurs, dons la poitrine de l'homme environné de détestation, de l'animal refusé, rejeté par ses semblables ? Constamment, en toutes circonstances. Pierre et Renée Gosset soulignent .. le rôle ingrat de Meredith, précurseur, frayant avec entêtement la voie à ses frères de couleur dans cet entourage haineux qui lui mène la vie dure ". Sons émotion, Ils font froidement allusion à la .. demi-douzaine de journalistes désoeuvrés qui entretiennent sur place depuis l'automne dernier, l'espoir vague, mais tenace DE LE VOIR lyncher ". Ils relatent la vie d'un homme seul, parmi des milliers de blancs du même âge ... Un homme qui doit, quotidiennement boire et manger. et digérer ... travailler, et dormir, et rêver, et sourire, et chanter, sous la garde de six mille soldats en constante alerte, dons l'éventualité non moins constante d'un aimable lynchage. Pierre et Renée Gosset démontrent que cet homme a délibérément choisi ce mode d'existence par simple idéal de justice, pour obtenir pacifiquement des sudistes traitement d'égalité et respect du droit pour ses frères de race. Une expérience personnellement gratuite, nul n'en saurait douter. Quand bien même Meredith serait un aigle d'intelligence et un puits de science, qu'aurait-il à espérer? Il n'est que de lire les Gosset eux-mêmes pour s'en persuader : Rien. .. Avant que l'expérience se renouvelle, bien de l'eau coulera sous les ponts du Mississipi. Déjà, l'Université d'Oxford a repoussé trois nouvelles candidatures d'étudiants noirs, en se gardant bien d'invoquer LA COULEUR DE LEUR PEAU. Non, en fonction de ce précédent déplorable, LEURS QUAlIFICA. TlONS SCOLAIRES n'ont pas été jugées suffisantes ". Voilà qui justifie tous les insuccès scolaires des Meredith présents et à venir à l'Université blanche d'Oxford en Mississipi. On a beau jeu de nous présenter ensuite Meredith comme un râté et un ... malade. N'importe qui, dans n'importe quelles circonstances, se sacrifiant pour une quelconque couse juste, aurait suscité admiration et respect. Pas Meredith. On le donne pour .. si extraordinairement obsédé par les problèmes raciaux (convenez, braves gens, qu'ou Mississipi, c'est inattendu). qu'après avoir provoqué quelques incidents mineurs, il s'était CREE des troubles d'estomac d'ori· gine nerveuse ". (Rapport médical). En somme, un hystérique. Un monsieur qui se permet, oubliant qu'il 1'0 NOIR, d'avoir l'épidNme sensible. En tout cas un vités que d'autres ne peuvent pas suppOl'ter et inversement, - en dehors, justement, d.e toute éducation. On es,t aussi éloigné du racisme que d'·une conception antibiologique d'ml homme-standard qlÛ n'existe pas. Nous sommes 'même Persuadés que cette connaissance de nos ditférences 'innéoes, en permettant à chactm de miettx s'orienl'aimerais qu'a!lcun doute ne puisse subsister dans ['es prit de vos lecteul's qu.ant à la vraie natll,re et à. l'esprit de IIOS .travaUct" qui .. en permettant une meiTJeure compréhension entre les hommes. ne z'isent qu.'à. leur ouvrir les chemins de la paü; 'basée .mr une., plus, (frande i1lStice et su,' une coopération plus efficaoe. « Dans cet entourage hainel!x.. . » criminel, ou presque. Coupable de .. coûter des millions de dollars au contribuable américain ", de troubler l'ordre établi en la cité, la vie quiète de l'Université. Entre une Communauté susceptible de détroquer le système nerveux de ses membres par l'insécurité qui y règne, entre l'opinion publique arriérée, moyenâgeuse, scélépar Marie-Magdeleine CARBET rate, et l'homme, qui, solitairement fait fa ce, l'homme qui démasque l'hypocrisie, la bêtise, l'iniquité, l'homme qui lui offre, à cette communauté, l'occasion de se réhabi_ liter, d'en finir une bonne fois avec le scandale et la honte, pas question de balancer. Des Noirs, inférieurs, reconnus et se reconnaissant pour tels. Des Noirs résignés à .. se tenir à leur place ". Voilà ce qu'il faut ou monde blanc. Mais il perd de vue, ce monde blanc, que pour répondre à ses exigences, il faudrait aux Noirs tant de vertus, qu'ils s'affirmeraient des... demidieux. On les voudrait humbles, patients, endurants, généreux. Capables de supporter les pires traitements d'exception. D'accepter, avec détachement, pour eux, leurs enfants et leurs femmes, demi-portions de tout dons la vie, y compris le pain. Capables de tolérer avec indulgence les excès, les travers, les exactions du prochain. De boiser, à l'occasion, avec effusions de reconnaissance, la main ... ou le pied qui les a frappés. Des Noirs si sages qu'ils demeurent inac· cessibles à la contagion du mal, de l'in· justice, du vice ... Ainsi immunisés contre tous les virus : racisme, prétention, égoïsme, vanité. paresse ... absolument inconnus chez leurs voisins (leurs maîtres et modèles), ils ne troubleraient plus nulle port l'harmonie des rapports sociaux et n'encourraient jamais plus aucun reproche. Meredith ne serait plus le cancre de ,'Université. Telle .. recrue d'ébène» (l'élé gante expression est de MM. Pierre et Renée Gosset) telle recrue d'ébène, dis-je, se jetterait incontinent dans les bras de son frère noir le plus pouilleux, en arrivant à la caserne. Tel autre, insupportable préten- - tieux, cesserait de briguer pour suprème félicité de manger en face de convives blancs. Et si par extraordinaire cet honneur inappréciable lui était accordé, c'en serait assez pour le rassasier, le combler, le garantir de toute velléité de choix, de refus, d'écoeurement, voire de nausée. Par malheur, les nègres s'avèrent des animaux guère plus raisonnables ou plus nobles que les blancs. Même modérés, étouffés, ils existent avec leurs appétits, leurs soifs. De liberté comme du reste. De dignité. Les Nègres entendent tenter toutes les aventures. Se mesurer aux obstacles quotidiens. Mener le combat corps à corps avec la vie. A charges, devoirs, efforts et misères également distribués - je veux dire aveuglément, par le sort - ils veulent, ces nègres des armes égales entre toutes les moins. Il faudra bien qu'ils y parviennent. Dons dix ans, dans dix siècles, Envers et contre tout. Ils y parviendront. LES PHOTOS DE NOTRE DERNIER NUMERO Nous avons omis de préciser, dans notre dernier numéro, que l'excellent reportage photographique sur la réception du M.R.A.P., à l'Hôtel Royal Monceau avait été réalisé par les Studios H. MARDVKS. Signalons d'autre part que la photo de la 1re page sur le meeting de l'Hôtel Moderne nous avait été fournie par l'Agence Fronce-Presse; les ohotos sur .Ies manifestations du Mémorial et du Père-Lachaise par l'Union Françoise Photographique. Le reportage sur la réunion du Conseil National du M.R.A.P. était de G. Pappo. Enfin, le cliché relatif à la réufl ion des républicains de Nîmes contre la lenue de Xavier Vallot nous avait été aimablement confié par notre con frère .. Le Provençal ". Nous nous excusons vivement de ces omissions. Un important document du « [l.E.P.R. » présenté à l'Institut National Pédagogique Enseignants et éducateurs contre les préjugés LE Centre' de Liaison des Enseignants et Educateurs contre les Préjugés Raciaux (CLE.P.R.) organisait, le 13 mars, une réunion a micale, à l'Institut Pédagogique National, à l'occa sion de la publication de la brochure : « Enseignants e l Educateurs contre le Racisme » . De nombreuses personnalités avaient répondu à l'invitation du C.L.E.P .R. et on not ait , à la tribune, sous la présiden ce de M. René Clozier, Inspecteur Général de l'Instruction publique et présiden t du C.L.E.P.R. , la présence de M. Chilotti , inspecteur général de l'Instruction publique, directeur de l'Ins titut Pédagogique National, Marc-André Bloch, vice-président du C.L.E.P.R. et membre du Bureau National du M.R.A.P ., l' abbé Jean P ihan , vice-président du C.L.E.P.R. , Henr i F auré, président de la Ligue Française de 1',Enseignement, et Pierre p ar.af, président du M.R.A.P . Ajoutons que d'autres personnalités avaient accordé leur patronage à cette rencontre : le Bâtonnier Paul Arrighi, MM. Etiemble, Daniel Mayer , Louis Ra illon , Ver cors et René Zazzo, a insi que des 'représentants des différents syndicats d'enseignants et d' organisations de jeunesse. M. René Clozier remercia tout d'abord M. Chilotti de l'accueil de l'Institut P édagogique, cette maison qui est un asile permetta nt aux enseign ants de se r etrouver chez eux. Il rappela le but ::le cette rencontre : présenter un compte rendu des activités du C.L.E.P .R. depu is le Colloque des enseignants sur le r acisme qui, il y llJ trois ans , donna n.aissance à cet organisme. « Notre objectif est, déclara M. Clozier, de rendre les jeu nes conscients qu'ii n'y a aucune échelle de valeurs enh'e le5 hommes de races différentes, ct que tous sont également dignes d' intérêt ct de sym_ pathie. « Avec votre aide, vos encouragements, nos efforts doivent être poursuivis plus profondément: »

  • Mar c-André Bloch, professeur à la F a·

cuité des Lettres de Caen, souligna ensuite le double plan sur lequel doit s'exer· cer l' action éducative contre le racisme : d'une part, étudier les conditions dans lesquelles le racisme peut pénétrer dans l'esprit des jeunes, d'autre part, mettre en oeuvre les moyens propres à développer l'esprit de tolérance. Il insista sur le fait que, dans le C.L.E. P.R., se retrouvent des éducateurs appartenant à différentes familles spirituelles.

  • Mme Olga Wormser montra comment,

dans les bulletins, la confrontation d'expériences à tous les degrés a été fruc· tueuse. Les points de vue différents ap" portés dans le bulletin consacré à une table r onde ont démontré que la réaction contre les préjugés Tacistes est déjà un fait essentiel, quand bien même les vues divergeraient sur l'interprétation des causes du racisme et les moyens de le combattre. Mme Wormser souligna, enfin, le car a.c tère empirique de l'élaboration d'une pédagogie antiraciste qui doit s 'enrichir peu à peu des apports de tous les in téressés.

  • Mlle Tramond, professeur d'histoire et

de géographie dans le se~ond a ir e, proposa plusieurs étapes dans l'éducation a ntiraciste. Dès la sixième, l'exposé des faits est essentiel, par exemple des ler:tures sur ce qui se passe en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, etc ... On peut ensuite passer à un stade supérieur . Expliquer ce que signifie la Ségrégation. Mon· trer ce que furent les pogromes au MoyenAge. n faut également surveiller le langage employé et lutter contre les formules stéréotypées (pays en voie de développerac• i aux ment et non cc sous· développés ».) Discuter en permanence des films et des spe ~tacles de télévision qui font souvent naltre beaucoup de préjugés. Surveiller les livres des bibliothèques. Mlle Matignon, p*ro fesseur de Lettres, suggéra, pour les perspectives du Centre, des causeries des débats, le renouvellement des séances cinématographiques pour les jeunes. Elle cita une enquête récente des « Cahiers Pédagogiques » prouvant que dams un lycée de Lille, un tiers des élèves ont montré qu'ils étaient antisémites. « L'antiracisme n'est pas une idée fixe, conclut-elle. Les questions que nous nous posons d' a utre sc les posent. Et nous devous, tous ensemble, y répondre. ,.

  • L'abbé Jean Pihan insista sur le rôle des

mouvements de jeunesse, et de tous les mouvements d'opinion qui atteignent la jeunesse, sur le rôle de la presse et des moyens d'information. La vigilance est une tâche perma nente. n faut savoir sensibiliser l'opinion à tou· tes les formes de racisme. Il faut aider l' enfant à s' intégrer da ns une société qui s'élargit autour de lui, clans la fraternité universelle. Les groupements et leur presse, les échanges, les colonies de vacances peuvent aider beaucoup à cette éducation. (Suite page 11 . M.-A. Bloch souligna l'intérêt des bulletin du Centre, indiquant que l'éducation à la fraternité suppose non seulement la critique des préjugés, mais la formation des jeunes dans le sens de la communauté humaine. Dans lc sens de la comrmJnmMé hmnaine ... 5 Un débat pathétique et exaltant (Suite de la premlere pagel re morale est inscrite .dans la loi. Et les injustes préjugés qui pèsent sur les travailleurs noirs, arabes et kabyles jusqu'en notre France des Droits de l'Homme, n'ont malheureusement pas disparu. Certains des nouveaux Etats euxmêmes qui sont parvenus à l'ère de leur révolution nationale, mais non à celle de leur révolution politique, sociale et humaine, n'ont pas toujours pu encore se libérer de préjugés raciaux qu'ils ont vu pendant des siècles s'exercer contre leurs peuples et aussi à l'intérieur de leurs peuples. J E ne voudrais pas ici anticiper les réponses à un questionnaire dont chaque point d'interrogation vaut d'être médité, mais seulement inciter nos amis, quelques semaines à l'avance, à ces réflexions, à la franche et cordiale discussion qui les suivra, Sur ce pathétique débat pèse la domination de haines millénaires. L'homme des cavernes déteste déjà celui qui n'est pas pareil à lui et qui est plus faible que lui. Des interdits s'imposent de clan à clan, de tribu à tribu, de nation à nation: La religion, trop souvent, jusqu'à ce qu'elle s'élève à l'universalisme, ajoute son fanatisme au déchaînement des violences. Les féodalités politiques et économiques exploitent à leur plus grand p rofit la bestialité instinctive des hommes, doctrinent le mensonge de races prétendument supérieures. C'est donc sur tous lés plans qu'il nous fau t agir, politique, social, éducatif. Chacun des efforts que vous accordez à l'action du M.R.A.P. cont ribue à faire reculer une injustice sur la terre. En face de ceux qui consciemment ou non suivent le vieux tabou de la race et du sang, vous incarnez avec les armes de la pensée la loi supérieure de la paix. Dans cette tâche qui doit éclairer un univers oscillant entre la menace de destruction et l'espérance de salut, de grandes ombres nous encouragent et nous montrent la route. Voltaire près de Calas, Zola près de Dreyfus et l'abbé Grégoire et Schoelcher, et tous nos frères déportés et résistants tombés dans un combat dont la fin du racisme était l'enjèu. Et ceux dont on célébrera le mois prochain le vingtième anniversaire du soulèvement, les insurgés du ghetto de Varsovie. Pierre PARAF. le «Pour» et le « Contre» LOR S d'un séjour, trop rapide, effeetlté cet été en Pologne, j'ai eu le 'privilège d'êtye invité à une réception amicale par une des trois organisations catholiques de ce pays, relativement faible, il faut le dire. C.elle-ci, l'Associa t,ion Sociale Chrétienne, édite un hebdomadaire, diffusé da11s .1.1.000 fo~"ers, « Pour et contre ». Cette réce ption s'est tyans formée en colloque miniature judéo-chrétien « entre la poire et le tromage » bien qu'on n'ait servi ni l'une ni l'autre, mais d,es spécial-ités du pays, non moins appétissantes. Mais, comme « l'homme ne vi t pas que de pa in », la 1I0ltyrilure spirituelle était servie plus abondamment à cette table, alttour de laquelle élaient 'rhtnis les dirigeants de l'Associa.tion : son président, le député Frankowski, l'ancien mil1islre d'avant-guerre K ernik, le député de Po::nan Malwwsh, de lfx ecclésiastyiques e11 soutane, dont 1111 est lin ancien 11laqnisard de France, la rédaction dit journal. ainsi que quelques invités étrange YS, venus pa-r.ticiper à ltn rassemblement d'onginaif'es de Pologne vivant Izors du pays. Le dialogue s'est enga.qé librement. Et pouTtant, ce n'est pas sans appréhension que Je m'étais rendu à cette invitation, moi, fuif d'origine polonaise, dont le souvenir a gardé des i111aqeS d' cnfance ineffaça bles el des récits de paren ts, pleins d'horreur sur le comportem.ent de certai11s catholiques de oe pays envers leurs concitoyens de reli,qion mosaïque. ':h Ji, sans d,Oute, Je savais que les temps ont chan.qé de puis que le « numerus clausus» m'a fait prendre Le chemin de l'exil, afin de continuey mes études en France, pour 'ne plus famais revoir ma famille, restée sur place. Le fait même qu'1t11e invitation (l'it été lancé.e à un représentant d'llne cyganisation fnive de France, l' « Union des Sociétés Juives» par GRANT par une association catholique élait !Ille preuve des chanqements interve nus. Je savais, donc, que cette conversalioll ne se ·terminerait pas comme les « pilpuIs » 1I10yel1ageU.1: entre ecclésiastiqu cs et rabbills pay la cOlldalHllatioll presque obligatoire de ces denlieys à 1Ine fin affr euse, pdv ue par l'I llqllisitio ll . l'ai répondlt amicalel1lent, mais aussi fièrement à l'aimable i11vitation, décidé à « mettre les pieds dans le plat ». malgré les lois dc 1'IIOspitali-té. Car dePllis la guerre, depuis Za sillistre comptabilité qni to talisa 6 milliol/s des nôtres massacrés dans des l'aw de civilisation c/wétienne, aucnne discussion ne pent prendre U11 cours académique, conventionnel. S ans, pour autant, se transformer en disImte, quand on déblaie ce terrain difficile entre .rIens de bonne volonté. Or, fc me s1lis tro uz'é eu face et à côté des gens prêls à examill er les problèmes en tonte fya nchise. Disons d'emblée que 110US avous fe,ln cl snl'Pyimer de l'échange de v ues Judéochrét ien son aspect reliqie llcr, aussi pa~ radoxal que cela puisse paraÎtre , CeCt, afin d,e ne pas tou yner en 'rond, Olt plntôt, afin de ne pas aboutir à '/t lle suyenchère entre « peuple élu » et « mission de r édempti on » on à un choc entre les valeuys spirituelles, éthiques, morales et 11lf1l1OIl istes des deu.1ô religions. l'avais à l'esp rit l'illl/Jasse des « Amiti és JucléQChréti ennes ». lOlft en 101la l/t deva nt mes al/ dileurs ses buis hautemel1t nobles. Cal/sidéra l/ t, que l'al/ tisémilisllle est uue polit ique , par conséquent, Hue affaire d'Etat, de police, de fus.tice, ie ue ro uvais q1le vanter ['at/i tude dn goltveylIemellt rolO/lais act llel et le prendre Presqlfe C01l1/Ile 1II/e pren've irréfutable de 11/0 th èse, qual/d 011 se sOllv iellt de l'aNiIllde des qOl/'llerl/ants de ce pal's entre les dell.l" .1Jlferres mondiales. COllsidémnt, d'autye part. les racl1les l'eilgiclises de la haine alltifni'1Je qui ont 1/ourri pe1ldant des siècles des pell P/es cl/liers infl ucllcés ray le C(I.tholicis1J/ e, i'ai IJosé c01llme obliqatio1/ deva nt mes int,ey/oc ll teuys la conlribution active à un renversement d'attitudes. J'ai prêché la tolérance, l'amitié euh'e les peuples, la compréhension mutu elle, indépe11dmnment des différences existantes, Olt plll tôt parce qlt'elles existent. Le l'esPect de la diverqence est à la base de la tolérance. Le litre du .ioltrllal étant « Pour et Contl'e », ïai lal/cé une bOlltade, demandal/ t de sn ppr imer le « Contre » - « contre l'anti sémitisme, contre la haine, contre la guelTe, etc. » - et de laisser sll bsisler seu!e1l1 eJbl le« Pour » « pour l'amitié entre les peuples, pour la pa ix. etc .. · A insi, les sermons des hommes de l'Eglise catholique à leurs fidèles se con formeraient à la parole même dit Christ : « Aimez-vous les uns les autres », et tout ce qui était en opposition foymelle à ce précepte de base dez'rait disparaÎtre du vocabulaire l'eli-· gieux. L 'éducation catholique marcherail, da ns ces conditions , dans le sens de l'histoire, qui tend à utiliser Le sanq ltltmain ponr y~vigorer l'hIJmanité, au liett de le faiye coaguler inutilement sur les champs de batailles. A près avoir exposé ma pensée, j'é,ta-is tendtt, attendant la 1'éaction à mes « quatre vérités ». Eh bien, je fus aussitôt 1/lis à l'aise, tant par le président lui-même, que par les autres invités. J'm'ais d01lc touché 1tne corde sensible, Qlli a z'ib ré au d7:apason de nos thèses. F:n rap/'orlant s1fccinctem.ent cette renc01/ tre, il me semble qlt'i[ fa ut serrer m'ec recounaissance la main tendlJe et cOII,ti1ll/er le dialogue, en l'élar.qissant. Il J' a ({ du pain sur la planche » dans ce domaine, mais aucun effort ne sera sa1lS lendemain. Pensons que le fond du « P our » signifie - pour la vie." 6 28 mars à Linloges POUJ4DE devan la Cour d'Appel LE 28 mars, Pierre Poujade et le directeur de publication de « Fraternité Française », Tauran, se présenteront devant la Cour d'Appel de Limoges. Ils ont, en effet, contesté le juge· ment prononcé le 7 novembre 1962 par le Tribunal de Grande Instan· ee de Limoges qui les condamnait chacun à 2.000 francs d'amende pour leur antisémitisme, et à versel' au M.RA.P. et à l'Union des En. gagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs le franc symboli. que de dommages. intérêts. Poujade a tort de s'entêter. Son antisémitisme, son racisme est flagrant et les attendus prononcés par le tribunal sont clairs. Les juges limousins, rappelons-le, avaient constaté, après la brillante et solide démonstration faite par le M.R.A.P. et ses avocats K que les termes employés (par « Fraternité Française» et Poujade) sont de toute évidence outrageants et méprisants ; que, de plus, le fait de pUblier des articles de ce genre dans un journal lu par un grand nombre de lecteurs, démontre, en outre, le but de propogande antisémite poursuivi par le rédacteur de l'article et le directeur de la publication et, par là-même, l'intention d'exciter à la haine entre les citoyens et habitants d'une même nation... » L'acti~n entreprise par le M.R.A.P. contre Poujade, vise d'ailleurs moms une personne qu'un symbole, Un mal qu'il faut extir· per de nos moeurs, le racisme. Les .magistrats de Limoges ont voulu, avec sagesse et un sen .. du drolt qui leur fait honneur, légitimer l'action du M.R.A.P., . voire l'existence même de notre Mouvement, comme allié et servi· teur de la loi : « Attendu que le but de cette Association est de combattre en France le racisme et l'antisémitisme ; que, de tout temps, en effet, suivant ses plus anciennes traditions, la FranCe a accueilli en son sein des citoyens de race ou de religion différentes ; que le législateur a donc voulu fournir à la Justice une cause pour combattre ceux qui se dressent contre la légalité, qui veulent semer la discorde et la haine entre les Français de race ou de reli· gion différentes qui se trouvent régulièrement sur le territoire national.. . « Attendu que, toute propagande par la voie de la presse et notamment tout écrit ayant pour but d'exciter à la haine sociale, cause mcontestablement un préjudice à une Association qui s'efforce 3/U contraire, par son action, de freiner l'antisémitisme, qui a fait et qui fait e!1.core dans d'autres pays, des ravages importants allant jusqu'à l'extermination d'une race déterminée ... » Ces termes, s'ils sont confirmés par la Cour d'Appel ont évidemment une importance considérable pour l'avenir de la lutte menée par les antiracistes. Ils sont naturellement insupportables poUr Poujade et les siens et les émules d'Edouard Drumont, Darquier de Pellefoix et autres Xavier-Vallat : les juges de Limoges ont nettement assimilé l'action du M.R.A.P. à la lutte pour la défense de la moralité publique : « Attendu que la lutte contre le racisme et l'antisémitisme apparaît sur le plan national et social tout aussi importante que celle pour la défense de la moralité publique; que l'action par VOle de presse qui vise à exciter à la haine entre citoyens de race différente porte un préjudice direct et personnel à l'Association qui s 'est promis précisément de lutter contre le racisme et l'antisémitisme; que l'on pourrait même dire que le préjudice est plus direct, plus certain que celui résultant, pour l'association de la défense de La moralité pUblique d'un outrage aux bonnes moeurs ... ), Ainsi Poujade, les antisémites et les racistes en tout genre furent jugé plus dangereux que ceux qui outragent les bonnes moeurs. Furieux de .la condamnation qui les frappe, les Poujadistes nc nous accusent·Jls pas d'être « accessoirement antiracistes et prin. cipalement les défenseurs d'une communauté étrangère à la Nation française, ma~s profitant pour mieux la trahir des droits du citoyen français ». Mais nous ne faisons pas du procès Poujade une affaire personnelle. Le but de notre action est que la loi soit appliquée, chaque fois qu'un individu ou un groupe d'individus excitent à la haine racistc et antisémite. La loi, en effet exige des Parquets - et du ministre de la Justice - qu'ils sévissent contre toute provocatinn à la haine raciste. Nous sommes fiers d'avoir pu, une première fois, en nous substituant au Parquet, faire condamner Poujade. Nous voulons espérer que la Cour d'Appel ne remettra pas notre action en cause et qu'elle confirmera le premier jugement. Car nous n'irons pas devant le tribunal les mains vides. Le dossier Poujade s'est singulièrement alourdi ces derniers tcmps, même si le papetier de Saint·Céré fait semblant de mettre de l'eau dans son vin. En effet si le racisme continue de sévir, discrètement dans les pages intérieures dc « Fraternité Française », la première page affichait récemment (le 8 février) une profession de foi... antiraciste (mais oui). Mais wle telle pirouette est trop ridicule pour être prise au sérieux par des juges qui ont entre lcurs mains un dossicr accablant. A travers Poujade, c'est le racisme qu'il faut frapper, sévèrement. Pour des raisons de moralité et de salubrité publiques. 25 AVRIL: Nouveau procès à Paris Le procès en diffamation eng8lgé par notre ami Mo Armand Dymentsztajn, membre du Bureau National du M.R. A.P., contre « Fraternité Française », a été fixé au jeudi 25 avril devant la 17' Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de La Seine. Cette procédure fait suite à la publication par la. feuille poujadiste de l'article violemment antisémite, paru le 16 novembre 1962, sous la signature de Jean Dauvergne. De son côté, le M.R.A.P. a saisi le Procureur de la Ré· publique d'une plainte en diffamation raciale pour ce même article. Notre cliché: Le Palais de Justice de Limoges (Photo J . Rauch.) L'ex-commissaire Dides, les chiens dl .. ~ et le raci•s me L'EX-COMMISSAIRE Jean Dides, présentement conseiller municipal de Paris et qui, entre de nombrl « gloire », fut l'organisateur d'une manifestation de policiers qui, en mars 1958, vinrent crier « mort devant le Palais Bourbon, M. Dides donc, vient d'attirer à nouveau l'attention. Cette fois .il s'agit, puisque le coeur de l'ex-commissaire, qui bat si fort pour l'O.A.S. s'est brusquement ému en apprenant ~ la place Léon-Blum, de la rue Keller et du métro Charonne, dans le 11· arrondissement, des chiens dis) Il en a aussitôt saisi le préfet de police, par une note brève, mais éloquente: « Depuis plusieurs semaines, une quarantaine de chiens ont disparu dans ce secteur, que Leurs propriétaires n'ont jamais retr01wés, cependant que l'on constate régulièrement dans les poubelles à l'heure dit ramassage la présence d'entrailles et de peaux de malheureux chiens, qui ont manifestement été sacrifiés à la consommation... » Or, par ces chiens perdus et « mangés », l'v!. Dides attaque tout simplement les nombreux travailleurs africains qui logent dans le l l e arrondissement, dans les atroces conditions que l'on sait. Et sans autre preuve qtte sa conviction personnelle et purnnent raciste, l'ex-commissaire accuse les Africains de man.qer les chiens du quartier; son but est précis: exci.ter contre les noirs la haine et le. mépris de la population. Glissons sur ce passage ridicule de sa note, où il demande une surveillance policière étroite pour les malheureux chiens qui n'ont certainement pas vocation à servir (sic) de nourriture à la colonie noire. Ce qui est plus grave, c'est qu'il su.qgère aussi une surveillance étroite des Africains. Nous connaissons les traditions d'hospitalité des Parisiens et leur sens profond de la solidarité. Ce que M. Dides voudrait faire, c'est justement les détourner de ces trad'itions en jouant de la corde sensible à l'envers. A de pauvres bêtes, il sacrifie ignoblement des hommes. Dans un pays raciste , l'appel de M. Dides conduirait à des lyncha.qes. Il n'en es.t heureusement pas question en France, mais le grain raciste semé, saiton s'il ne germera pas r La démarche de M. Dides mérite, malgré les plaisanteries qu'elle suscite, qtt'on la prenne a1t sérieux. On ne rit pas avec l'excitation à la haine. Des conseillers municipaux nous déclal Des conseillers municipaux de tendances diverses, auxquels nous nous sommes adressés à propos de la singulière démarche de Dides, ont bien voulu nous faire les décla· rations suivantes : M. Jean CAYEUX Je ne saurais admettre les termes employés par un de mes collègues du conseil municipal. s'agissant en l'occurence, d'hommes et de femmes originaires d'Afrique, et à qui Paris, comme la France elle-même, se doit de réserver toujours une hospitalité fraternelle. Je tiens à profiter de cette circonstance pour vous assurer une nouvelle fois du parfait accord qui m'unit à l'action que vous poursuivez contre toute forme de racisme ou d'antisémitisme pour l'établissement de la paix par la compréhension entre les hommes. M. Maurice BERLEMONT Je ne peux que flétrir les termes employés par un conseiller municipal pour tenter de dresser la population contre les travailleurs africains vivant dans le " . arrondissement, dans des conditions indignes d'un pays qui s'honore de traditions d'hospitalité. Le peuple parisien, ne peut d'ailleurs en aucun cas, tomber dans ce piège grossier. Toute forme de racisme lui est odieuse, et ses traditions mêmes l'incitent davantage à la solidarité envers les tra_ vailleurs africains, qu'à la haine que certains personnages voudraient provoquer. M. Jean LEGA Comme vous je regrette 1 pénibles (celles du logemen leurs africains) qui nécess d'amélioration des pouvoirs pl M. Roger PINC La tradition parisienne a d'accorder à ceux, qui dema~ 5011 sol, une hospitalité loyale Lorsque sur une page de s'inscrivent des manifestati c'est toujours contre la volor parisien, et cela s'assortit d'une ré.gression du prestige 1 Aussi, je tiens à souligner que habitant de notre cité 1 à ceux qui unissent leurs effor tenir cette tradition parisienn désolidariser de tout ce qui des méthodes ségrégatives rÉ M. Maurice W Le problème des travaille et en particulier des travailll qui vivent dans des condition nibles demande un examen Je tiens en tout cas à opposition à toutes les forme nation et de ségrégation, ( principes qui constituent le. mêmes de la démocratie. Ces principes peuvent sel tains dépassés aujourd'hui. Il plus nécessaire de les rappelel Espoirs et misère des travaill ILS sont au moins quarante mille. Certaines statistiques pessimistes (ou optimistes, au choix !) font état de soixante mille travailleurs africains en France, dont vingt·cinq mille environ sont fixés dans la région parisienne. Il n'y a personne pour les compter, personne pour les placer, personne ou presque pour se préoccuper de leur sort. Quand nous disons personne, nous voulons parler des pOUVOirs publics, car le soin- d'héberger, de recevoir, de faire travailler ces jeunes gens qui débarquent chez nous à un rythme rapide, est laissé au bon vouloir et à la bonne volonté d'organismes privés. On ne connaît pas, à Paris ou à Marseille et Bordeaux, un seul bureau ottil:iel chargé de l'angoissante ques· tion de la main·d'oeuvre africaine. Les lois de coopération franco·africaines permettant la libre circulation des personnes et des biens, il est aussi facile aux Français de se rendre en Afrique qu'aux Africains de se rendre en France (sauf dans certains cas précis, évidemment politiques !). Mais s'il existe un Bureau Central de la Main·d'OEuvre d'Outre·Mer, son rôle se borne à recruter du personnel en France pour les pays d'Afrique. Parmi les organismes privés qui s'occupent de la main·d'oeuvre recrutée en Afrique pour la France, il y a des organismes catholiques et une association laïque, approuvée par le Ministère de l'Education nationale, l'Association pour la Formation Technique de base des travailleurs africains et malgaches résidant en France (AFTAM) qui, créée depuis un an à peine, contrôle pratiquement un peu moins de deux mille travailleurs africains, mais avec beaucoup d'efficacité. DU FLEUVE SENEGAL AUX BORDS DE LA SEINE Selon M. Robert Cantan, le dévoué se· crétaire général de l'AFTAM, la quasi· totalité des travailleurs africains appartiennent au même groupe ethnique, les Sarakolés, qui se répartissent sur les deux rives du fleuve Sénégal, aux confins de trois pays : la Mauritanie, le Sénégal et le Mali. Les Maliens sont les plus nombreux (45 %). Viennent ensuite les Sénégalais et les Mauritaniens (10 %). 5 % seulement viennent d'autres pays d 'Afrique ou de Madagascar. La plupart ont embarqué à Abidjan, en Côte d'Ivoire, après avoir, pour certains d'entre eux, parcouru des milliers de kilomètres à pied, depuis leur village natal. Le voyage leur coûte, individuellement moins de 400 francs. Ce qui les pousse à venir en France, c'est évidemment une misère 10· cale assez déprimante. Toujours selon M. Gantan, dans leurs régions le revenu moyen par habitant est de l'ordre de 100 francs, par an ! Or l'espoir de tou· cher un salaire m~nsuel de 400 à 800 fr. en France agit comme un miroir aux alouettes. Vue d'Afrique, la vie en France est paradisiaque : l'argent y coule à pleines sacoches, ïes plaisirs sont multi· pIes, le travail est facile. Une fois en France, la réalité apparaît sous un autre jour, loin du rêve. Mais le drame est complexe, et il faut bien l'envisager dans sa stricte vérité. villages des reglOns citées ment dépeuplés de la pOpl valide qui vit désormais en petites communautés variant personnes, groupant soit le d'un même village, soit les ml même famille. Ces communau chefs, leurS lois, leurs COl organisation de vie. Mais il que leur but n'est pas de France. Ce qu'ils veulent t dre un métier, s'élever SOI « Dakar-sttr-Seine » (P/LO.ta Afrique-Action) Entassés dans des logements infects, iso· lés au milieu d'une population dont ils ne connaissent ni la langue, ni les moeurs, généralement handicapés par leur anal· phabétisme et la maladie (la tuberculose, notamment fait de terribles ravages) ces travailleurs conservent une fierté, une dignité humaine dont il faut souligner la grandeur. Cette fierté ne va pas sans inconvénients, car la plupart d'entre eux cachent à leurs familles et à leurs amis restés au village, leur atroce condition. Grâce à un système d'entr'aide et de solidarité né au milieu de leur vie com· munautaire, ils envoient à leurs parents, femmes et enfants, des sommes qui peuvent paraître considérables, et qui sont le produit de multiples sacrifices. Les lettres qu'ils font écrire par leurs « écrivains publics » ressemblent aux rêves de naguère et contribuent à accélérer le re· crutement. C'est ainsi que de nombreux matériellement afin de retoun que avec ce que l'on pourr une « situation ». y A-T-IL DE MODEI ({ NEGRIERS ~~ ? M. Cantan ne pense pas que ment ait lieu autrement que pa des émigraIlts à leurs familll amis. Toutefois, dans le journ Afrique » qui consacrait ré ce reportage à ces travailleurs d sur·Seine », la rédactrice affin « En Afrique noire sévissent iii des individus qui pratiquent ID re particulièrement odieuse. Ils à ceux qui traînent sans trav\ procurer des contrats en Fran bateaux, d'autres personnages pules, les cachent au besoin, er geant qu'à les aider à sortir du cela ils sont évidemment livrés ides, les chiens du 11e 1er municipal de Paris et qui, entre de nombreux titres de de p.oliciers qui, en mars 1958, vinrent crier « mort aux juifs! » d'attlrer à nouveau l'attention. Cette fois .il s'agit d'un toutou, l'O.A.S. s'est brusquement ému en apprenant qu'autour de e, dans le 11' arrondissement, des chiens disparaissaient. brève, mais éloquente: nseillers municipaux nous déclarent ... municipaux de tendances nous nous sommes adressingulière démarche de nous faire les dèclaadmettre les termes emmes collègues du conseil en l'occurence, d'homoriginaires d'Afrique, et la France elle-même, se toujours une hospitalité de cette circonstance nouvelle fois du part à l'action que vous toute forme de racisme l'établissement de onlpréh4~nsion entre les hom- BERLEMONT que flétrir les termes emconseiller municipal pour la population contre les vivant dans le 11 ' ardes conditions indignes ore de traditions d'hosparisien, ne peut d'ailcas, tomber dans ce piège forme de racisme lui est traditions mêmes l'incitent solidarité envers les tra_ qu'à la haine que ceres voudraient provoquer. M. Jean LEGARET Comme vous je regrette ces conditions pénibles (celles du logement des travailleurs africains) qui nècessite un effort d'amélioration des pouvoirs publics. M. Roger PINOTEA U La tradition parisienne a toujours été d'accorder à ceux, qui demandent 'asile sur SOIl sol, une hospitalité loyale et généreuse. Lorsque sur une page de notre histoire s'inscrivent des manifestations racistes, c'est toujours contre la volontè du peuple parisien, et cela s'assortit régulièrement d'une ré,gression du prestige de notre pays. A.ussi, je tiens à souligner combien chaque habitant de notre cité doit s'associer à ceux qui unissent leurs efforts, pour maintenir cette tradition parisienne, et pour se désolidariser de tout ce qui peut rappeler des méthodes ségrégatives rèvolues. M. Maurice WEILL Le problème des travailleurs étrangers, et en particulier des travailleurs africains, qui vivent dans des conditions souvent pénibles demande un examen approfondi. Je tiens en tout cas à préciser mon opposition à toutes les formes de discrimination et de ségrégation, contraires aux principes qui constituent les fondements mêmes de la démocratie. Ces principes peuvent sembler à certains dépassés aujourd'hui. " est d'autant plus nécessaire de les rappeler, L'INTERNATIONALE NË RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE ALLEMANDE LE problème de la survivance du nazisme en Allemagne, à l'Est comme à l'Ouest, n'est pas simple. Il n'y a pas de thermomètre pour déceler la température d'un Allemand qui a été atteint par l'infection brune et qui en ressent les séquelles, Il est plus facile de distinguer les victimes et les bourreaux, les forçats des camps de concentration promis aux crématoires et leurs tortionnaires, ceux qui maniaient la schlague et ceux qui, dans les bureaux, désignaient et marquaient les malheureux. A ce point de vue, deux faits significatifs et incontestables crèvent les yeux: l'association des victimes du nazisme, la V,V.N., est poursuivie à Bonn comme contraire à la Constitution et l'auteur des lois raciales, dites de N üremberg, leur commentateur officiel, dont les prescriptions, précisions, définitions ont permis d'envoyer en toute légalité, à la mort, des millions de juifs, le Dr HansMaria- Joseph Globke est l'homme politique le plus puissant à Bonn. Secrétaire général de la chancellerie, secrétaire général du gouvernement, directeur des services de renseignements dits « service Gehlen », maître des fonds secrets, il est l'éminence brune du régime. D'autre part, quand on parle du nazisme, il ne faut pas prendre l'effet pour la cause. Le nazisme n'a pas été un phénomène de génération spontanée. A la fin de r932, à la veille de la prise du pouvoir, il était en perte de vitesse et les forces démocratiques pouvaient en avoir raison. Hitler, « le caporal bohémien », Rêues malsainS, méthode~ comme raillait Hindenburg, fut d'abord payé par l'armée comme espion et agent provocateur parmi les mouvements ouvriers et ensuite par les grands indus·triels. L'armée et l'industrie voulaient le réarmement, les commandes militaires, le service militaire obligatoire : le nazisme leur apporta cette force de frappe telle qu'ils la concevaient alors et les milliards de dividendes attendus d'un tel programme. Or à Bonn l'armée et les industriels ,..------- Par -------, Jean BOULIER ancien professeur à la Faculté libre de Droit de Paris sont de nouveau au pouvoir, cette fois sans personne interposée. Dès la fin de la guerre les Etats-Unis embauchaient les généraux hitlériens, un Speidel entre autres, qui fut au service direct de Goering, son agent dans l'assassinat du Prince Alexandre de Serbie et du ministre Barthou. Et dans l'Allemagne de Bonn parmi le personnel politique, on ne compte plus les représentants des grands Konzerns. 38.1 hommes d'affaires qui détiennent 1.206 sièges dans les conseils d'administration des entreprises les plus diverses. occupent comme secrétaires d'Etat, directeurs de ministères, etc .. des postes de direction dans l ~appareil d'Etat. Après avoir été les rois de la Mittel E7{rOpa des nazis, étendue jusqu'au Caucasse, ils sont aujourd'hui les princes de la petite Europe du Marché commun qu'ils rêvent d'étendre jusqu'à l'Oural. On ne peut donc oublier les v par lesquels Berthold Brecht term son Arturo Ui : « Le ventre est enc fécond d'où est sortie la chose imm( de ~. CEPENDANT si l'on ne perd T de vue que le nazisme est av, tout un instrument au service d' térêts plus ou moins avouables liés réarmement, sa virulence dans la Réf blique de Bonn comme dans l'ancien République de Weimar dépend des pe: pectives d'une paix véritable ou au cc traire d'une situation confuse où se ( veloppent les menaces de conflit. Il semble, et les bonnes raisons manquent · pas pour appuyer cette 01 nion, que les menaces de conflit s'él, gnent et que les perspectives devienm plus favorables à une ,élimination pl gressive de la guerre froide. S'il en 4 ainsi le danger d'une renaissance . , nazisme dans l'Allemagne de Bo: s'éloigne dans la même mesure. Dans la perspective d'une guerre n cléaire, les Etats-Unis ont désormais certitude de ne pouvoir échapper à u dévastation effroyable. Du coup, la pa reprend des chances sérieuses. Il re! la dangereuse possibilité de commenc une guerre locale avec des moyens cla siques, guerre qui escaladerait peu à pl des niveaux de plus en plus monstruel par l'emploi progressif, dans une sure chère de suicide, des armes nucléair portées peu à peu jusqu'à des destru tions démentielles, totales. re des travailleurs africains' en France Il ne manque pas à Bonn de reva chards (r) d'une part, et d'autre part 1 conservateurs pour qui la. Gesae Deutschland, l'Allemagne complète, compose de l'Allemagne de l'Ouest, présente République de Bonn, de l'AlI magne du Centre, la D.D.R. ou Rép blique démocratique qu'il est interdit Bonn de désig-ner autrement que « zone» (soviétique) et de l'Allemagne l'Estt qui comprend les territoires SOI administration polonaise ou soviétiqu Une expédition de police un peu rude dt vrait pouvoir se débarrasser de la « z ne » ou Etat allemand socialiste, comrr jadis l'armée de Weimar, avec l'accor des Puissance" de l'Entente et les socia démocrates, s'est débarrassée des ré pl bliques populaires de Saxe, de Thurir ge et de Bavière. comme un miroir aux , la vie en Fran: l'argent y coule à les plaisirs sont multiest facile. Une fois en apparaît sous un autre leurs « eCrIaux rêves de à accélérer le reainsi que de nombreux villages des reglOns citées sont quasiment dépeuplés de la population mâle valide qui vit désormais en France en petites communautés variant de 30 à 200 personnes, groupant soit les originaires d'un même village, soit les membres d'une même famille. Ces communautés ont leurs chefs, leurS lois, leurs coutumes, leur organisation de vie. Mais il semble bien que leur but n'est pas de se fixer en France. Ce qu'ils veulent c'est apprendre un métier, s'élever socialement et ·t 1 J .::~ t .{

i

" 1, matériellement afin de retourner en Afrique avec ce que l'on pourrait appeler une « situation ». y A-T-IL DE MODERNES « NEGRIERS ~~ ? M. Cantan ne pense pas que le recrutement ait lieu autrement que par les lettres des émigrants à leurs familles et leurs amis. Toutefois, dans le journal « Jeune Afrique » qui consacrait récemment un reportage à ces travailleurs de « Dakarsur- Seine », la rédactrice affirme ceci : « En Afrique noire sévissent actuellement des individus qui pratiquent une imposture particulièrement odieuse. Ils promettent à ceux qui traînent sans travail de leur procurer des contrats en France. Sur les bateaux, d'autres personnages sans scrupules, les cachent au besoin, en ne s'engageant qu'à les aider à sortir du port. Après cela ils sont évidemment livrés à eux-mêmes et si, après ce qui arrive, ils ne tombent pas sur un compatriote, c'est la misère plUS terrible encore que dans leur pays. « J'ai vu sur un navire 180 paysans mossis. Ceux-là n'étaient pas des passagers clandestins. En revanche, ils ne parlaient pas un mot de français et tous avaient en poche un contrat de travail, résiliable dans les huit jours. Il va sans dire que ni ces contrats qui, s'ils ne sont pas fictifs ne valent guère mieux, ni la complicité d'un membre d'équipage pour un passager clandestin ne s'obtiennent gratuitement. Quelques- uns de ces trafiquants d'un nouveau genre gagnent plusieurs milliers de francs C.F.A. à chaque « opération » ... On compte aujourd'hui parmi les Africains de France, 3.0CO chômeurs. Et ceux qui travaillent le font dans des conditions d'exploitation qu'on imagine, d'autant plUS que leur formation ne leur offre que des débouchés limités. Les travaux de terrassement ou les carrières du bâtiment leur sont fermés pendant toute la périOde d'hiver quand le rude climat (cet hiver fut particulièrement douloureux) les paralyse. Dans les usines de mécanique générale, ils sont manoeuvres. Mais il faut constater que de nombreux employeurs refusent d'embaucher des noirs - non pas par ra· cisme, reconnaissons-le - mais parce que, sur les machines ou les chaînes de fabrication, ils ne peuvent s'adapter d'emblée au rythme infernal qu'on impose aux travailleurs français. PAS DE RACISME, MAIS ... Selon des observations qui, il faut l'avouer, restent encore superficielles, il ne semble pas qu'il y ait, vis-à-vis de ces travailleurs des manifestations de racisme ouvert, semblable par exemple à celui qui sévissait et sévit encore à l'égard des travailleurs algériens. M. Cantan, en un an d'expérience ne peut signaler qu'un seul cas, encore qu'il ne s'agisse pas véritablement de racisme. Il n'y a pas non plus d'hostilité marquée, ni dans les usines, ni dans les quartiers où habitent les noirs. Jamais on ne leur marque de mépris dans le métro ou les autres transports en commun. Mais il est vrai aussi qu'ils vivent surtout entre eux et qu'ils ne rencontrent pas, comme ils arrive aux étudiants, de personnes qui leur refusent de louer une chambre disponible, à cause de la couleur de leur peau. Il y a cependant les trop braves gens, dont l'antiracisme de bonne volonté est paradoxalement pernicieux. Il s'agit d'excellentes familles, aisées, qui demandent à adopter un jeune 'africain, pour le combler dans un luxe inhabituel pour lui. Ce qui leur permet de montrer à leurs Une enquête de Samuel LACHIZE amis éblouis ou condescendants, leur « bon nègre ». Or, quels que soient les sentiments qui président à cette sollici· tude, ce n'est pas la solution aux problèmes qui se posent à la main-d'oeuvre africaine en France. PREPARER LE RETOUR La solution ne consiste pas non plus en d'abondantes distributions de vête· ments, de vivres ou de secours en argent ou en nature. Ce qui est indispensable, et c'est en quoi consistent les activités de l'AFTAM, c'est d'apprendre d'abord à ces jeunes travailleurs à se débrouiller par eux-mê· mes, de préparer ensuite moralement, physiquement et matériellement, les conditions de leur retour en Afrique. Il faut donc leur procurer une formation générale et une formation professionnelle indispensable non pas à leur vie en France, mais à leur vie future 1 dans une Afrique appelée à se moderniser. Déjà fonctionnent dans la région parisienne une trentaine de classes d'alphabétisation tenues par des professeurs dévoués et compétents qui apportent à leurs élèves les rudiments nécessaires à une culture générale : lecture, écriture, calcul, langage. Des classes ambulantes vont fonctionner bientôt qui se rendront sur les lieux de travail ou de logement. Quant à leurs conditions matérielles, il convient de régler avant tout le problème le plus urgent qui est sans conteste le logement. Puisqu'on ne construit pas pour eux il faudra s'efforcer de leur faire construire eux-mêmes leurs logements, des sortes de villages communautaires. Enfin, leur apprendre des métiers utiles, artisanaux ou semi-industriels qui leur permettront, plus tard, de constituer la base d'une petite industrie locale, à leur retour en Afrique. Mais tout cela n'est, pour l'instant, qu'embryonnaire. Les efforts individuels de quelques personnalités compétentes, mais disposant de peu de moyens, ne suffiront pas à la tâche, énorme. C'est aux pouvoirs publics, pour l'înstant curieusement incompétents, qu'il appartient de prendre le prOblème à brasle- corps. Ces rêves malsains ne sont pas cor jurés et leur réalisation suppose un mise en condition des cerveaux. une mi, au pas cles mouvements pacifistes. l terreur infligée à l'ennemi intérieur, bre un déploiement de la terreur brune et 1 silence imposé aux démocrates, une r€ surrection du nazisme. SANS doute ce néo-nazisme n'exal te plus la métaphysique troubl de la race et du sang, une saou lerie idéologique pour primitifs, il s réclame de la constitution et de la démo les nostolgi( LA situation actuelle en Allemagne fication au lendemain de la guer, ble les structures de l'Etat et de sanctionné un minimum de criminels ne ment plus conforme à leurs projets d'a tences », c'est-à-dire les anciens cadres, mieux servi le régime précédent. C'est ainsi que nombre d'anciens nazis ont pu réoccuper les postes de com, mande, dans les divers secteurs de vie politique, sociale, économique, se cou lant dans le moule « démocratique» sam renoncer à leurs conceptions. Ils marquent de leur empreinte ce fascisme larvé, ce néo-nazisme sournois, dont M. Jear. BouJier a nalyse ci-dessus les tendance! et les méthodes significatives. D'autres nazis, écartés parce que tro!, « voyants » ou moins souples, sont resté~ attachés aux anciennes formules, aux « gloires » et aux « exploits » du passé. Avec patience. avec acharnement, ils ont entrepris de sauver de la débacle l'idéologie hitlérienne dans son intégralité; ils se sont regroupés, organisés, ont renoué leurs contacts internationaux; ils parviennent à corrompre une fraction de la jeunesse allemamde. Ce n 'est pas de leurs complices d'hier, se trouvant aujourd'hui dans les allées du pouvoir, qu'il faut attendre, contre ces « ultras », une répression inflexible. La République Fédérale est le pays au monde où les groupes de ce genre se muJtiplient et croissent avec le plus d'aisance. Aussi bien, leurs activités et les eux titres de aux juifs! » d'un toutou, lu'autour de varaissaient. rent ... ~RET ces canditions t des travailite un effort ~blics. ~TE A U toujours été Ide nt 'asile sur et généreuse. notre histoire Ions racistes, Ité du peuple régulièrement ~e notre pays. combien chatoit s'associer ts. pour moine, et pour se peut rappeler Ivolues. EILL , urs étrangers. !urs africains, 5 souvent péapprofondi. préciser mon 5 de discrimi: ontraires aux 1 fondements Rbler à cerest d'autant 7 L'I,NTERNATIONAlE NËO .. NAZIE RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE ALLEMANDE LE problème de la survivance du nazisme en Allemagne, à l'Est comme à l'Ouest, n'est pas simple. Il n'y a pas de thermomètre pour déceler la température d'un Allemand qui a été atteint par l'infection brune et qui en ressent les séquelles. Il est plus facile de distinguer les victimes et les bourreaux, les forçats des camps de concentration promis aux crématoires et leurs tortionnaires, ceux qui maniaient la schlague et ceux qui, dans les bureaux, désignaient et marquaient les malheureux. A ce point de vue, deux faits significatifs et incontestables crèvent les yewc: l'association des victimes du nazisme, la V.V.N., est poursuivie à Bonn comme contraire à la Constitution et l'auteur des lois raciales, dites de N üremberg, leur commentateur officiel, dont les prescriptions, précisions, définitions ont permis d'envoyer en toute légalité, à la mort, des millions de juifs, le Dr HansMaria- Joseph Globke est l'homme politique le plus puissant à Bonn. Secrétaire général de la chancellerie, secrétaire général du gouvernement, directeur des services de renseignements dits « service Gehlen », maître des fonds secrets, il est l'éminence brune du régime. D'autre part, quand on parle du nazisme, il ne faut pas prendre l'effet pour la cause. Le nazisme n'a pas été un phénomène de génération spontanée. A la fin de 1932, à la veille de la prise du pouvoir, il était en perte de vitesse et les forces démocratiques pouvaient en avoir raison. Hitler, « le caporal bohémien », Rêues malsainS, méthodes inquiétantes comme raillait Hindenburg, fut d'abord payé par l'armée comme espion et agent provocateur parmi les mouvements ouvriers et ensuite par les grands industriels. L'armée et l'industrie voulaient le réarmement, les commandes militaires, le service militaire obligatoire : le nazisme leur apporta cette force de frappe telle qu'ils la concevaient alors et les milliards de dividendes attendus d'un tel programme. Or à Bonn l'armée et les industriels ,.--- ---- Par - - -----, Jean BOULIER ancien professeur à la Faculté libre de Droit de Paris sont de nouveau au pouvoir, cette fois sans personne interposée. Dès la fin de la guerre les Etats-Unis embauchaient les généraux hitlériens, un Speide1 entre autres, qui fut au service direct de Goering-, son agent dans l'assassinat du Prince Alexandre de Serbie et du ministre Barthou. Et dans l'Allemagne de Bonn parmi le personnel politique, on ne compte plus les représentants des grands Konzerns. 383 hommes d'affaires qui détiennent 1.206 sièges dans les conseils d'administration des entreprises les plus diverses. occupent comme secrétaires d'Etat, directeurs de ministères, etc., des postes de direction dans l~appareil d'Etat. Après avoir été les rois de la Mittel Enropa des nazis, étendue jusqu'au Caucasse, ils sont aujourd'hui les princes de la petite Europe du Marché commun qu'ils rêvent d'étendre jusqu'à l'Oural. On ne peut donc oublier les vers par lesquels Berthold Brecht termine son Arturo Vi : « Le ventre est encore fécond d'où est sortie la chose immonde

1.

CEPENDANT si l'on ne perd pas de vue que le nazisme est avant tout un instrument au service d'intérêts plus ou moins avouables liés au réarmement, sa virulence dans la République de Bonn comme dans l'ancienne République de Weimar dépend des perspectives d'une paix véritable ou au contraire d'une situation confuse où se développent les menaces de conflit. Il semble, et les bonnes raisons ne manquent - pas pour appuyer cette opinion, que les menaces de conflit s'éloignent et que les perspectives deviennent plus favorables à une ,élimination progressive de la guerre froide. S'il en est ainsi le dang-er d'une renaissance . du nazisme dans l'Allemagne de Bonn s'éloigne dans la même mesure. Dans la perspective d'une guerre nucléaire, les Etats-Unis ont désormais la certitude de ne pouvoir échapper à une dévastation effroyable. Du coup, la paix reprend des chances sérieuses. Il reste la dangereuse possibilité de commencer une g-uerre locale avec des moyens classiques, guerre qui escaladerait peu à peu des niveaux de plus en plus monstrueux par l'emploi progressif, dans une surenchère de suicide, des armes nucléaires portées peu à peu jusqu'à des destructions démentielles, totales. cratie. Mais il les proclame « en danger », ce qui justifie des mesures prises pour la sûreté de l'Etat et confiées à la police et aux tribunaux d'exception. C'est l'apparition d'un fascisme qui n'ose pas dire son nom. Il s'installe quand les démocrates abdiquent entre les mains de la police. L'affaire du «Spiege1» illustre bien ces procédés et montre en même temps les réactions très saines de toute une partie de l'opinion en Allemagne. Pour avoir publié une série d'article mettant en cause M. Strauss, ministre de la Défense, et fort désagréables pour ce dernier, le iournal fut cerné en pleine nuit par un détachement de la police; le déploiement des cars, la lueur des projecteurs mit tout le quartier en rumeur; le directeur et plusieurs rédacteurs furent arrêtés dans les bureaux et jetés dans les cars sans ménagements, tandis que se poursuivait une perquisition qui mettait les archives au pillage. Les protestations fusèrent dans toute la presse. Les journalistes subirent dans les locaux de la police une g-arde à vue prolong- ée, puis une détention préventive en prison. Ils ne furent relâchés qu'au bout de plusieurs semaines sans avoir jamais été présentés à un mag-istrat. La réaction de l'opinion publique coûta son portefeuille à M. Strauss et ouvrit une crise ministérielle à laquelle il fut long de mettre un terme. leurs africains' en France Il ne manque pas à Bonn de revanchards (1) d'une part, et d'autre part de conservateurs pour qui la. Gesaent Deutschland, l'Allemagne complète, se compose de l'Allemag-ne de l'Ouest. la présente République de Bonn, de l'Allemagne du Centre, la D.D.R ou République démocratique qu'il est interdit à Bonn de dési!;ner autrement que « la zone » (soviétique) et de l'Allemagne de l'Estt qui comprend les territoires sous administration polonaise ou soviétique. Une expédition de police un peu rude devrait pouvoir se débarrasser de la « zone » ou Etat allemand socialiste, comme jadis l'armée de Weimar, avec l'accord des Puissances de l'Entente et les socia1- démocrates, s'est débarrassée des républiques populaires de Saxe, de Thuringe et de Bavière. Il est aisé de reconnaître dans ces procédés les méthodes de la Gestapo. Elles organisent le terrorisme, non plus comme autrefois en déchaînant les voyous des S.S., mais en envoyant les policiers en commandos. Le résultat sur la population est le même. L'intimidation la réduit au silence. Les milieux financiers intéressés dans le réarmement font ainsi l'économie de subventions importantes

leurs hommes de main. organisés

dans la police, sont désormais payés par les contribuables. ont quasi· ation mâle France en de 30 à 200 , originaires mbres d'une ~és ont leurs turnes, leur semble bien fixer en apprenet eux-mêmes et si, après ce qui arrive, ils ne tombent pas sur un compatriote, c'est la misère plus terrible encore que dans leur pays. « J'ai vu sur un navire 180 paysans mossis. Ceux-là n'étaient pas des passagers clandestins. En revanche, ils ne parlaient pas un mot de français et tous avaient en poche un contrat de travail, résiliable dans les huit jours. II va sans dire que ni ces contrats qui, s'ils ne sont pas fictifs ne valent guère mieux, ni la complicité d'un membre d'équipage pour un passager clandestin ne s'obtiennent gratuitement. Quelques- uns de ces trafiquants d'un nouveau genre gagnent plusieurs milliers de francs C.F.A. à chaque « opération » ... On compte aujourd'hui parmi les Africains de France, 3.0CO chômeurs. Et ceux qui travaillent le font dans des conditions d'exploitation qu'on imagine, d'autant plus que leur formation ne leur offre que des débouchés limités. Les travaux de terrassement ou les carrières du bâtiment leur sont fermés pendant toute la période d'hiver quand le rude climat (cet hiver fut particulièrement douloureux) les paralyse. Dans les usines de mécanique générale, ils sont manoeuvres. Mais il faut constater que de nombreux employeurs refusent d'embaucher des noirs - non pas par ra· cisme, reconnaissons-le - mais parce que, sur les machines ou les chaînes de fabrication, ils ne peuvent s'adapter d'emblée au rythme infernal qu'on impose aux travailleurs français. PAS DE RACISME, MAIS ... Selon des observations qui, il faut l'avouer, restent encore superficielles, il ne semble pas qu'il y ait, vis-à-vis de ces travailleurs des manifestations de racisme ouvert, semblable par exemple à celui qui sévissait et sévit encore à l'égard des travailleurs algériens. M. Cantan, en un an d'expérience ne peut signaler qu'un seul cas, encore qu'il ne s'agisse pas véritablement de racisme. Il n'y a pas non plus d'hostilité marquée, ni dans les usines, ni dans les quartiers où habitent les noirs. Jamais on ne leur marque de mépris dans le métro ou les autres transports en commun. Mais il est vrai aussi qu'ils vivE'nt surtout entre eux et qu'ils ne rencontrent pas, comme ils arrive aux étudiants, de personnes qui leur refusent de louer une chambre disponible, à causE' de la couleur de leur peau. II y a cependant les trop braves gens, dont l'antiracisme de bonne volonté est paradoxalement pernicieux. Il s'agit d'excellentes familles, aisées, qui demandent à adopter un jeune 'africain, pour le combler dans un luxe ffihabituel pour lui. Ce qui leur permet de montrer à leurs !~e enquête d-::L~ amue' LACHIZE amis éblouis ou condescendants, leur « bon nègre ». Or, quels que soient les sentiments qui président à cette sollicitude, ce n'est pas la solution aux problèmes qui se posent à la main-d'oeuvre africaine en France. PREPARER LE RETOUR La solution ne consiste pas en d'abondantes distributions ments, de vivres ou de secours ou en nature. non plus de vêteen argent Ce qui est indispensable, et c'est en quoi consistent les activités de l'AFTAM, c'est d'apprendre d'abord à ces jeunes travailleurs à se débrouiller par eux-mêmes, de préparer ensuite moralement, physiquement et matériellement, les conditions de leur retour en Afrique. Il faut donc leur procurer une formation générale et une formation professionnelle indispensable non pas à leur vie en France, mais à leur vie future 1 dans une Afrique appelée à se moderniser. Déjà fonctionnent dans la région parisienne une trentaine de classes d'alphabétisation tenues par des professeurs dévoués et compétents qui apportent à leurs élèves les rudiments nécessaires à une culture générale : lecture, écriture, calcul, langage. Des classes ambulantes vont fonctionner bientôt qui se rendront sur les lieux de travail ou de logement. Quant à leurs conditions matérielles, il convient de régler avant tout le problème le plus urgent qui est sans conteste le logement. Puisqu'on ne construit pas pour eux il faudra s'efforcer de leur faire construire eux-mêmes leurs logements, des sortes de villages communautaires. Enfin, leur apprendre des métiers utiles, artisanaux ou semi-industriels qui leur permettront, plus tard, de constituer la base d'une petite industrie locale, à leur retour en Afrique. Mais tout cela n'est, pour l'instant, qu'embryonnaire. Les efforts individuels de quelques personnalités compétentes, mais disposant de peu de moyens, ne suffiront pas à la tâche, énorme. C'est aux pouvoirs publics, pour l'instant curieusement incompétents, qu'il appartient de prendre le problème à brasle- corps. Ces rêves malsains ne sont pas conjurés et leur réalisation suppose une mise en condition des cerveaux. une mise au pas des mouvements pacifistes, la terreur infligée à l'ennemi intérieur, bref, un déploiement de la terreur brune et le silence imposé aux démocrates, une résurrection du nazisme. SANS doute ce néo-nazisme n'exalte plus la métaphysique trouble de la race et du sang, une saoulerie idéolog-ique pour primitifs, il se réclame de la constitution et de la démo- Tel est le tableau d'ensemble du néonazisme dans l'Allemag-ne de Bonn. Il reste à étudier dans le détail les hommes et les org-anisations qui le composent. (1) On appelait revanchards les Français qui avant 1914 refusaient de reconnaître les frontières fixées en 1871 au traîté de Francfort. Il est donc parfaitement légitime d'appeler revanchards les Allemands - et le gouvernement de Bonn multiplie sur ce point les réclamations officielles - qui refusent de reconnaître les frontières de l'Allemagne telles qu'elles ont été fixées en 1945, à Potsdam, et réclament les frontières de 1937. les nostalgiques du passé LA situation actuelle en Allemagne occidentale résulte des lacunes de la dénazification au lendemain de la guerre. Plutôt que de bouleverser de fond en comble les structures de l'Etat et de lasociété, les Alliés préférèrent - après avoir sanctionné un minimum de crimînels notoires - la solution plus facile et politiquement plus conforme à leurs projets d'avenir qui consistait à utiliser les « compétences », c'est-à-dire les anciens cadres, d'autant plus ({ compétents » qu'ils avaient mieux servi le régime précédent. C'est ainsi que nombre d'anciens nazis ont pu réoccuper les postes de commande, dans les divers secteurs de la vie politique, sociale, économique, se coulant dans le moule « démocratique » sans renoncer à leurs conceptions. Ils marquent de leur empreinte ce fa-scisme larvé, ce néo-nazisme sournois, dont M. Jean Boulier analyse ci-dessus les tendances et les méthodes significatives. D'autres nazis, écartés parce que trop « voyants» ou moins souples, sont restés attachés aux anciennes formules, aux « gloires» et aux « exploits» du passé. Avec patience. avec acharnement, ils ont entrepris de sauver de la débacle l'idéologie hitlérienne dans son intégralité; ils se sont regroupés, organisés, ont renoué leurs contacts internationaux; ils parviennent à corrompre une fraction de la jeunesse allemamde. Ce n'est pas de leurs complices d'hier, se trouvant aujourd'hui dans les allées du pouvoir, qu'il faut attendre, contre ces « ultra-s », une répression inflexible. La République Fédérale est le pays au monde où les groupes de ce genre se multiplient et croissent avec le plus d'aisance. Aussi bien, leurs activités et les prinCipaux thèmes de leur propagan ie n'apparaissent-ils pas comme fondamentalement opposés à la politique officielle. Ils en sont plutôt le complément ou l'accentuation

sur bien des problèmes les

néo-nazis vont plus loin, ou veulent aller plus vite que le gouvernement, mais dans la même direction. Et dans bien des cas, la ligne de démarcation est plu· tôt floue entre les groupes ouvertement néo-nazis et les milieux gouvernementaux. C'est un fait, par exemple, que les associations de « réfugiés » des régions détachés de l'Allemagne après sa défaite constituent un véritable bouillon de culture

lu néo-nazisme (1). Mais il est non

moins vrai que des ministres de Bonn n'hésitent pas à participer à leurs rassem.. blements. L'agitation de ces groupements appuie la politique officielle de révision des frontières. Seulement, tenus à moins de prudence, les groupes ultras, nég.l1- gent les nuances tactiques : il leur arrive de réclamer, parmi les autres territoires, le « retour » de l'Alsace-Lorraine. A. L. IC. •• :& _ ____ ft \


8

LIRE ET CITER SANS VERIFICATION « La libération d'Oberg et Knochen m'inspire la même indignation qu'à vous memes. Mais pourquoi affirmer qu'ils ont été accueillis en Allemagne à bras ouverts - pour reconnaître aussitôt qu'on n'en sait Tien à vrai dire, mais qu'on trouve seulement commode de le supposer. « J'observe moi aussi avec vigilance l'évolution outreRhin ... J'affirme qu'il 'n'est pas sérieux de reprocher à la jus. tice allemande d'avoir été exhumer, contre Oberg et Knochen, une vieille histoire qui remonte à 1934. Le principe de la chOse jugée lui interdisait de rejuger Oberg et Knochen, vour les crimes pour lesquels ils avaient déjà été condamnés. « Et comment prendre au sérieux votre journal lorsqu'il tait de l'ép'uration de 1934, qui tut la liquidation des éléments « révolutionnaires » du parti nazi, une opération dirigée contre les libéraux et les juifs et au COurs de laquelle aurait péri par hasard un nazi ? ... Je le déplore d'autant plus que j'aimerais voir en « Droit et Liberté » un journal sérieux qu'on peut lire et citer sans vérification. » P. DEHEM, Le Kremlin - Bicêtre. .'. ',' Nous reconnaissons pleineTIlent l'errpur d'interprétation commise pal' notre rédacteur à propos de la (( Nuit des Longs Couteaux », Mais en ce qui concerne l'accueil fait par certains Allemands aux deux bourreaux de la France, comment douter de sa chaleur quand on lit dans la (( Deutsche SOldate'J1 Zeitung und National·Zeitung » du 21 décembre 1962 l'article suivant, bien présenté sur deux ,colonnes: (( ENFIN LIBRES ! Le grand geste de de Gaulle. ... Le Président de l'Etat fran· çais fit, 'en effet, transporter les trois détenus, Oberg, Knochen et Ermaintraut, de Caen à Mulhouse dans l'intention de les libérer dans un geste magnanime, pendant sa récente visite officielle en Allemagne, au cas où le chancelier Adenauer le lui aurait demandé. Mais le Dr Adenauer ne de· manda rien. Il faut dOnc apprécier d'autant plUS le fait que le Président de l'Etat français a rendu la liberté à ces trois Allemands avant Noël. » Par ailleurs, nous ne reprochons pas au gouvernement de Bonn d'avoir exhumé une vieille affaire, Nous constatons seulement, avec amertume et indignation, que la (( chose jugée » a vraiment bon dos, que la (( magnanimité » du gouvernement français est quelque peu déplacée. Oberg et Knochen LIBRES dans l'Allemagne de Bonn - c'est là qu'ils sont allés et nulle part ailleurs . - quelle insulte à la mémoire de leurs milliels de victimes! Enfin, ce n'est qu'une coïncidencp.. mai~ c'est le jour de leur libération que s'ouvrait, à Berlin-Ouest, le procès intenté à l'Association des Victimes du Nazisme par le gouvernement de M. Adenauer.

UNE ACCUSATION PENIBLE Cette affaire de deux petites filles (( café-au-lait », sur la· quelle Nicole de Boisanger-Dutreuil a effectué un reportage dans notre dernier numéro, nous vaut une lettre du syndic de l'immeuble de la rue de Turin où les faits se sont passés, M. L. Vaillant, architecte. En voici des extraits : .. , Il ne nous appartient pas de rechercher les imperfections de la législation actuelle, ni les causes générales qui font que nombre d'enfants se trouvent abandonnés à eux·mêmes et encore moins de nous substituer à la justice dont les moyens d'action dans ce domaine, sont notoirement insuffisants. Les accidents dramatiques fréquemment relatés dans la presse, prouvent, hélas, que les enfants sont trop souvent les premières victimes de l'indifférence de l'Etat et de la Société. En l'occurence, nous estimons qu'il était de notre devoir absolu de signaler le danger mortel que COuraient les enfants, abandonnés de jour et de nuit, ainsi que celui qu'ils faisaient involontairement courir aux autres habitants de l'immeuble ... ... La justice disposait-elle, dans l'état actuel des choses, d'autres moyens que celui de con fier les deux fillettes au service d'aide sociale à l'enfance, pour protéger les enfants d'une mère particulièrement inconsciente? Rien n'est moins sûr. Mais quoi qu'il en soit, il est absurde de voir, tant dans le comportement des co-propriétaires, dont l'avocat est Maître David Bloch, et dont t'un a accueilli un étudiant noir, que dans celui de M. Lévy, juge d'instruction, une ombre de racisme. La décision prise ne l'a été qu'en tenant compte des circonstances de fait, et non de la couleur de la peau des fillettes. D'autant plus que la mesure a été diligentée en fonction du comportement de la mère, quî, elle, est blanche, et n'est nullement dirigée contre les enfants. Nous pensons, tout au contraire, que l'insistance avec laquelle la couleur de la peau des enfants a été évoquée, est de nature à réveiller, dans l 'opinion, les séquelles d'un racisme encore latent. Vous comprendrez donc que cette accusation de racisme nous ait été particulièrement pénible, et nous vous serions très obligés de vouloir bien rectifier la version donnée, jusqu'à présent, au public.

  • Nous donnons acte bien volontiers

à M. Vaillant que ni lui, ni les co-propriétaires de l'immeuble en question, ni le juge n'ont, dans cette pénible affaire, fait preuve de racisme. Nous n'avons d'ailleurs, accusé personne en particulier. L'article de Nicole de Boisanger- Dutreil évoquait un (( climat », dont le moins qu'on puisse dire est qu'il est teinté de racisme, le racisme ajoutant encore à la misère morale des deux petites v,ictimes « pas comme les autres », justement parce qu'on leur faisait sentir AUSSI j la couleur de leur peau ...

AGATHA CHRISTIE ET LE .. PETIT JUIF " '" Ma femme, fervente lectrice d'Agatha Christie a relevé quelques perles. Je vous les cite parce qu'elles font suite à ces monuments de bêtises et d'(l'ltisémitisme dont « Droit et Liberté » s'était fait l'écho, récemment. Dans la nouvelle collection des OEuvres Choisies de cet auteur (Collection « Le Masque») on peut lire dans (( Dix Petits Nègres », page 236 .- ... (( Ce petit juif s'ét~it vraiment montré trop mystérieux. - C'est à prendre ou à laisser, ~apitaine Lombard. Cent guinées, hein ? lui avait-il dit d'un ton indifférent, comme si une centaine de guinées ne comptaient pas à ses yeux. Cent guinées, alors qu'il était à bout de ressources ! Il avait deviné, toutefois, que le petit Juif n'avait pas été dupe : l'ennui avec les juifs, c'est précisément notre impuissance à les tromper sur les questions d'argent... ils semblent lire en notre pensée. » Et tout le reste, jusqu'à la page 237 inclus est de la même veine ... H. A. rue de Lyon, Paris-XII'. lE CLUB AMITIE invite tous les amis de « Droit et Liberté » à son BAL DU PRINTEMPS LE DIMANCHE 31 MARS 1963 à partir de 16 heures 28, Boulevard de Strasbourg PARIS (lOe) Une ambiance AMICALE 17 A vri 1 Commémoration à Paris de l'insurrection du ghetto de Varsovie Un Comité d'organisation a été constitué à Paris pour préparer la célébration du 20' anniversaire du soulèvement du Ghetto de Varsovie. De nombreux groupements de tendances diverses : organisations juives, mouvements de déportés, associations de Résistance, ainsi que le M.R. A.P. ont donné leur adhésion à ce Comité. La commémoration aura lieu sous la forme d'un grand meeting, le 11 avril, au Théâtre de l'Alhambra. Une cérémonie au Mémorial du martyr Juif est également organisée. Le 22 mars, au Cinéma « Le Splendid ~, à Saint-Quentin, aura lieu une conférence de M' Marcel Manville, membre du Bureau National du M.R.A.P., sur les aspects actuels du racisme. Projection du film de Jean Rouch .. La Pyramide Humaine ". • 1 Les nostalgiques du passe (Suite de la page 7) Si l'attitude des groupes néo-nazis à l'égard du passé est claire, et vise à la réhabilitation de l'hitlérisme, on ne peu.: pas dire que celle des pouvoirs publics lui soit radicalement contraire. Les organisations d'anciens combattants qui fourmillent en Allemagne de l'Ouest sont l'instrument idéal pOUr rappeler le {( bon temps » et exalter les mythes hitlériens. Or, le gouvernement ne fait pas que les tolérer. Il encourage leurs activités, allant jusqu'à les reconnaître d'utilité publique, y compris l'association des anciens Waffen S.S. Et tandis que dans leurs discours, leurs journaux, leurs livres, les criminels d'hier se présentent avec insolence comme des serviteurs valeUiI'eux de la Grande Allemagne, le comportement des milieux officiels, en particulier dans le domaine de l'enseignement, tend, parallèlement, à jeter le voile de l'oubli sur les méfaits d'Hitler et de ses complices. La politique générale Cie Bonn, fondée sur la remilitarisation à outrance, l'antisoviétisme, la tension internationale, a, bien entendu, le somien des néo-nazis: mais leur impatience pousse ceux-ci à prendre parfois les devants, à plastiquer le « mur de Berlin », les bureaux de l'Intourist, ou attaquer les cars des troupes soviétiques (2). Sur beaucoup d'autres points, on POUl:rait souligner de semblables concordances. Entre autres celle-ci : on sait que l'O.A.S. a reçu et reçoit le soutien actif de tous les éléments de l'internationale néo-nazie - particulièrement en Allemagne

or, le gouvernement de Bonn,

quant à lui, bien avant « l'affaire Bidauit » (et sans que cela assombrisse ses relations avec Paris) n'a guère montré de zèle à empêcher sur le territoire allemand les menées de cette même O.A.S .... Ainsi, l'Allemagne OCCIClentale représente aujourd 'hui le foyer le plUS dangereux de la conjuration néo-nazie dans le monde, non pas seulement à cause du terrain propice laissé par les 12 années de régime hitlérien, mais en raison surtout des facilités de tous ardres dont bénéficient, sur ce terra.in, ceux qui travaillent à la revanche. UN INCIDENT PAR JOUR Le regroupement des anciens nazis a commencé, en Allemagne, peu de temps après la fin de la guerre. Et l'on trouve l'ancien officier S.S. Karl-Heinz Priester aux côté de Baxdèche (France) et de Per iEngdahl (Suède), à l'origine du premier réseau de l'internationale brune recon;,tituée en 1950. Les réseaux plus ou moins concurrents qui se sont formés depuis, dont le rayonnement est inégal, ont toujours une ou plusieurs sections en Allemagne de l'Ouest. Le ministère de l'Intérieur de Bonn évaluait à 86 au début de 1962 les organisations antisémites et fascistes (85 en 1959), disposant de 46 publications d'un tirage de 160.000 exemplaires. Cette méme statistique préCise qu'au cours de l'année 1961, 389 incidents causés par les nazis (profanations de cimetières juifs, menaces, distributions de tracts, agressions, inscriptions de cToix gammées, etc ... ) ont été signalés à la police, soit plus d'un par jour. Tout porte à croire, cependant, que ces chiffres sont nettement inférieurs à la réaJité. Il suffit de parcouriT les publications spécialisées pour se rendre compte de l'incroyable prolifération des groupes relevant de l'idéologie nazie. LES « ANCIENS COMBATTANTS» En premier lieu, il faut citer les innombrables associations d'anciens combattants, réunis par régiments et dont un dirigeant, l'ex-commandant S.S. Georg Bochmann, déclarait récemment: « Chacun de nous peut être sûr que TOUT CE QU'IL A FAIT DANS LE PASSE correspond aujourd'hui encore aux exigences morales de tout homme qui sc prévaut de la qualité d'Allemand. » Ces associations organisent toute l'année des rassemblements locaux, régionaux et nationaux (16 de cps derniers ont eu lieu en 1962). Leur organe est l'hebdomadaire « Die Deustche Soldaten Zeitung », qui a lancé de nombreux appels en faveur de l'O.A.S. L.' « AssociatiOn d'Entraide des anciens Waffen S.S. » (H_I.A.G.) compte plusieurs dizaines de milliers d'adhérents et possède des ramifications en Suède, en Suisse, aux Pays-Bas, au Danemark, en Espagne, en Belgique, ainsi qu'en France' (2.480 adhérents). Selon son journal, « DerFreiwillige » (Le Volontaire), les "':.S., qUi ont si bien rempli « leur tâche de chefs », « devront sans doute bientôt le faire à nouveau dans d'autres circonstances... car la liberté est aujourd'hui menacée par le même ennemi qu'ils ont eu à combattre il y a 20 ans. » Citons aussi l' « Union des Soldats du Front », dont l'organe s'intitule « Der Stalhelm » (Le Casque d'Acier), reprenant le nom d'une organisation paramilitaire Qui fusionna avec les S.S. en 1933. Et encore, parmi les groupements où s'exprime la nostalgie du passé, l'Association Fédérale des Anciens Internés et Victimes de la Dénazification (cela existe en R.F.A. !) dont le dirigeant, :Karl Hoesterey collabore au bi-hebdomadaire " Deutscher Bcobachter ». LA CROIX CELTIQUE ET {( LA RUNE D'ODAL » Il serait fastidieux d'énumérer tous les groupes néo-nazis dont nous avons pu relever l'existence, tous plus « nationaux », « allemands » et « européens ) les uns que les autres. Indiquons seulement qu'on peut les classer en plusieurs courants, selon le réseau international auquel ils se rattachent. Parmi les plus actifs figurent ceux qui portent pour insigne la « rune d'Odai » (ancienne lett:re germanique ressemblant à un gamma renversé) et qui se réclament du « Nouvel Ordre Européen ». dirigé en Suisse par G. A. Amandruz. En voici quelques-uns : • Bund Heimattreuer Jugend (Fédération de la Jeunesse Fidèle à la Patrie), dont le siège est à Berlin~Ouest et qui édite un journal : Der Leitbrief. • Junge Europaische Legion (Jeune Légion Européenne). • Bund Nationaler Studenten (Fédération des Etudiants Nationaux), dont l'organe, « Student im Volk » tire à 20.000 exemplaires environ. • Kameradschafstring Nationaler Jugendverbande (K.N.J.), organisme de liaison, coordonnant l'activité des précédents . et de plusieurs autres et qui publie le journal « Der Trommler » (le Joueur de tambour). • Bund ruer Deutschlands Erneuerung, fondé par Otto Strasser, concurrent d'Hitler à ses débuts, et dont le frère Gregor fut tué pendant la « nuit des longs couteaux ». Sous le signe de la croix celtique (arborée également par l'O.A.SJ, se signalent notamment les groupes suivants : • Junges Europa - Deutschland (section allemande de « Jeune Europe ») fondée en novembre 1961 par Adolf von Thadden, ancien officier nazi, qui fut administrateur de biens juifs en pologne. • Deutsehe Reichspartei, où le même von Thadden joue un rôle important, aux côtés du nazi Weilhelm Meinberg et de l'ex-colonel S.S. Rudel ; ses publications sont « Reichstuf » et « Deutschwoehen Zeitung ». • Deutsche Nationale Volkspartei, fondé en juillet 1962, par Kurt Hess. UNE ABONDANTE LITTERATURE D'autres groupes se rattachent au « Mouvement SOCial Européen » (NationEuropa, dont nous reparlerons à propos du journal du même nom ; Deutsche Gemeinsehaft

Deutsche Soziale Bewegung,

qu'anime Ka,rl Heinz Priester). D'autres encore appartiennent au « Cercle oEur'Jpéen du Nord » (Wiking Jugend ; Arbeitsgemeinschaft Nationaler Kreise, etc.). On peut distinguer également d'autres « tendances » selon les insignes et les uniformes ; mais aussi étrange que cela paraisse, il semble qu'aucun des groupes néo-nazis d'Allemagne, contrairement ft ceux de Grande-Bretagne et des EtatsUnis, n'ait choisi pour sigle la croix gammée. Le tableau serait incomplet si l'on omettait de signaler les multiples groupes et clubs de jeunes apparemment anodins où l'on s'emploie encore à exalter un nationaJisme virulent qui s'apparente au nazisme ancien ou nouveau Le journal fasciste « Charivari » écrivait en mai dernier : « Il est intéressant de noter à quel point les organisations politiques des jeunes nationaux revêtent en Allcmagne Un caractère physique (exercices, campements, etc.), ce qui explique pour une grande part la politisation de certains groupes, tels les Clubs alpins. )) Mais ce qui caractérise le néo-nazisme en Allemagne occidentale, outre la multiplicité des groupes, c'est que les oppositions entre ceux-ci n'empêchent pas les rencontres, les débats, les activités communes à maintes occasions. Certains d'ailleurs appartiennent à la fois à plusieurs réseaux internationaux. Et pUis, ils disposent tous d'une abondante littératUTe, fournie par près de cent maisons d'éditions spécialisées, aux· quelles nous consacrerons un prochain article. A. C. (1) Nous publierons prochainement une étude détaillée sur ces associations. (2) Le 18 décembre dernier, la police de Berlin-Ouest ayant révélé que les auteurs d'un plastiquage contre le (( mur» appartenaient « aux milieux d'extrêmte. droite », un ministre de Bonn, Rainer Barzel, tout en affirmant que de tels attentats « ne sont pas un moyen pr.opre à régler nos problèmes politiques », a préciSé qu'il avait « une certaine compréhension pour les hommes qui sc laissent aller par désespoir à de telles méthodes ». 9 L'OPERA . NOl R de Gabriel Cousin CONSECRATION ordinairement accordée aux dramaturges célèbres: le " THE· ATRE de Gabriel COUSIN " va être rassemblé en une série spéciale de vo lumes par les éditions de la N.R.F. Simultanément, on apprend qu'une fresque lyrique du même auteur, lE DRAME DU FUKURYU MARU " sera créée l'été prochain par la Comédie de Saint-Etienne dans une mise en scène de Jean Dasté et lue publiquement au théâtre des Nations (1). Quant à " l 'ABOYEUSE ET l'AUTOMATE ", tragédie-farce sur l'aliénation de l'homme moderne, proie de monstrueux métiers. sa création au Théâtre Quotidien de Marseille a retenti jusqu'à New-York où Maria PISCATOR l'a mise au programme de son cours célèbre (2). Ainsi se trouve catapulté au premier plan de l'actualité dramatique un auteur dont le grand public ne sait à peu près rien, alors que des spécialistes comme Georges MOU NIN le tiennent pour l'un des plus grands poètes vivants de langue française. Qui est donc Gabriel COUSIN ~ Voici : Dans une société où les poètes sont secrétaires d'ambassqdes ou banquiers, Gabriel COUSIN, lui, est professeur de culture physique. A 44 ans, il vit dans une agréable maison - durement conquise - de la banlieue grenobloise, avec _Hélène sa femme et leurs quatre filles. Tous les amis de Cousin savent quel atout fut, pour l'accomplissement de son oeuvre, la compréhension d'Hélène. les lecteurs du merveilleux poème qu'est " l'ORDINAIRE AMOUR " (3) le comprendront très bien. Car, pour devenir poète, dramaturge, COUSIN dut se battre, opiniâtrement. A preuve, un bref résumé biographique : Fils d'ouvriers, apprenti ajusteur à treize ans à Jo C.E.M., usine du Bourget ; guerre 39-40 ; retour à l'usine ; prépare, le soir, la maîtrise d'Education Physique et Sportive ; suit, à la Libération, les cours de .. Travail et Culture .. ; publie en 1949, chez Pierre SEGHERS, sa première plaquette de poèmes, .. lA VIE OUVRIERE ... Nommé professeur à Grenoble, écrit chaque jour, obstinément, malgré la longueur des trajets quotidiens. la parution, en 1958, de " l'ORDINAIRE AMOUR " est le plus riche fruit de ce labeur parfois dramatique. Une nouvelle période, particulièrement féconde, s'est alors ouverte. Aujourd'hui, COUSIN se trouve peut-être au seuil de la notoriété. Nous le savons capable de l'affronter sans esprit de concession. le tome 1 de son .. THEATRE .. s'ouvrira sur .. l'OPERA NOIR ", drame épique en douze tableaux. avec blues, musique et danse, écrit durant l'année 1960, dans l'obsession des nouvelles de little-Rock. C'est, librement inspirée de faits authentiques, l'histoire des amours tragiques d'un trompettiste blanc, PREZ et d'une chanteuse noire, MllLlE. Amours impossibles dans la société américaine : la prison, puis la mort, sépareront les amants. Pour des raisons matérielles, aucun théâtre français ne peut, actuellement, monter .. L'OPERA NOIR ", qui exige au minimum vingt deux comédiens blancs et noirs et un orchestre. Pour .. DROIT ET LIBERTE ", COUSIN a choisi la scène de l'interrogatoire de PREZ, dont il donne ainsi la primeur au M.R.A.P. Il nous a confié, à propos de cette oeuvre : " Dans des conditions historiques données, une série de thèmes président au travail du créateur dramatique. Comme celui de la mort atomique, celu i du ra cisme me hantait. Il est monstrueux que dans une partie du monde un homme et une femme de couleurs différentes ne puissent vivre ensemble. J'ai essayé, avec " L'OPERA NOIR ", de communiquer mon indignation au spectateur en contant une histoire dont le déroulement présente certa ins attra its et basée sur des fa its hi storiquement établis ". Jo VAREILLE. (1) Cette pièce a été récemment lue publiquement à Paris. (2) Il L 'Aboyeuse et l'Automate Il est actuellement j oué au Théâtre de l 'Athénée à Paris par le T .Q.M. (3) Editions N.R.F. Prez veut repasser la « ligne }} DEUXIEME PARTIE - Tableau 1 (L'action se passe en 192.1 et 1930. L'israélite Prez, 1.S ans environ, est passionné de musique noire. Dans un cabaret de noirs, O'Ù il allait entendre l'orchestre, il a cogné sur un policeman. Il est en prison.) ... Quand la lumière se rallume, Prez, avec des pansements sur la tête et le bras en écharpe, attend devant la table du directeur de la prison. Celui-ci écrit. Dans la cour, au fond, un g-roupe de prisonniers noirs répètent un morceau de iazz. surveillés par un e-ardien. Le directeur lève la tête, allume un cigare, s'installe confortablement et COIllpulse des dossiers. (Il procède à l'interrogatoire d'idcnti-té, puis :) LE DIRECTEUR. - Qu'est-ce que vous avez envie de faire dans l'existence ?.. Hein ?... Vous envisag-ez quelque chose? PREZ. - Te voudrais être musicien, Monsieur le Directeur. LE DIRECTEUR. Musicien? Mais il faut aller à l'école. mon ami! Il faut être culth'é pour être musicien! 11 faut étudier pendant de nombreuses années. PREZ. - Mais c'est ça que je YOUcIrais être, Monsieur! LE DIRECTEUR. - Bon! Bon! Je n'ai aucun conseil à vous clonner. Continuons. Voyons". Ah! V.ous êtes israélite! PREZ. - Mais, Monsieur le Directeur, il... LE DIRECTEUR. - Cela vous a déjà coüté cher! Hein, vous l'avez vérifié? C'est bien une idée d'arriéré, ça! A 11er chez les nègres, écouter leur , musique Ce n'était pas plutôt pour les négresses? PREZ. Monsieur le Directeur, j'ai quelque chose à vous dire". LE DIRECTEUR. - Mon ami, ici, c'est la maison du Bon Dieu. Nous sommes des gens cultivés, ouverts au progrès, à tout le modernisme. Vous pouvez causer mon g-ars, allez-y! PREZ. - C'est que, Monsieur le Directeur, je ... je ne ... je ne suis pas juif. LE DIRECTEUR. - Vous n'êtes pas iuif? PREZ. - Non, Monsieur le Dil-ecteur! LE DIRECTEUR. Et si vous n'ètes pas... un... israélite... qu'est-ce que vous êtes donc, alors? PREZ. - Je su is noir, Monsieur le Directeur. LE DIRECTEUR. - Hein? Quoi? Vous ... vous êtes ... noir? PREZ. - Oui. Monsieur le Directeur. je suis un nèe-re. LE DIRECTEUR. - Vous êtes un nègre?". Vous n'êtes par juif? Nègre? ... (Temps de réflexion.) Ah! Faut pas vous foutre de moi, mon garçon! Vous êtes 11lanc! Et vos papiers précisent : israélite d'origine polonaise, immigré. voici ouatorze ans! PREZ, - ' T'ai passé la ligne ( T), Monsieur le Directeur. LE DIRECTEUR. - Ne me racontez pas d'histoire, mon garçon! Au cours du jugement - là, c'est marqué là - vous avez déjà mis en doute la déclaration des policemen qui ont fait la relation de l'affaire. C'est leur cléposition, bien entendu, qui a été retenue, car ici, en démocratie, trois témoignages valent mieux qu'un. Ah, nous avons de la chance de vivre dans ce pays où, la liberté et la justice sont si bien g-aranties! Donc, au jugement. vous avez déclaré que vous vous êtes battu parce qu'un policeman vous avait traité de « youpin »! Or, si vous ne l'êtes pas, pourquoi vous être battu? (Prez reste silencieu.t:.) ... Et puis, quand on passe la ligne, on ne revient jamais en arrière! Vous entendez? Une fois passée, on n'en revient jamais! PREZ. - C'est la vérité, Monsieur le Directeur. J'ai voulu passer la ligne. Je suis passé du côté des blancs. J'ai réussi. J'ai hérité de vraiment peu de choses des noirs. En me faisant passer pour juif, cela m'aidait... les cheveux, par exemple, vous voyez comme ils sont frisés. LE DIRECTEUR se levant à contrecoeur, regarde entre les pansements. - Evidemment, ils sont très frisés. Mais de là à être crêpus!... Et vos ong-Ies ? ... Faites-voir vos ong-Ies! Mais ils ne sont pas jaunes! PREZ. - J'avais une ancêtre Irlandaise. Les Irlandais ont particulièrement les ong-Ies roses. LE DIRECTEUR. - Hum! Hum! Cela me semble bizarre. Mais voyons! Pourquoi me dites-vous cela? Supposons que ce soit vrai, hein? Vous avez passé la 1 igne? Bon ! Vos ascendants blancs vous ont légué toutes ou presque les caractéristiques cI'un blanc. Vous avez vécu chez les blancs. Alors? Pourquoi ne voulez-vous pas en profiter? Il y a chaque année plus de quinze mille noirs atténués, presque effacés, comme vous, et même beaucoup moins blancs que vous qui passent chez les blancs. Quinze mille hommes et femmes qui bravent la loi, se font refaire une autre identité, cleviennent d'autres hommes et d'autres femmes, avec des droits, avec une vie différente. Et vous, vous avez passé la lig-ne, il n'y a plus de danger, et, là, ici, justement en pri son, vous me l'avouez! PREZ. - J e suis un nègre, Monsieur! T'ai vu comment on méprise les juifs! Alors, j'aime autant êtl'e avec les miens, avec ceux de ma race! LE DIRECTEUR. - Vous m'étonnez. Il y a une chose bizarre que je n'arrive pas à comprendre : on est quand même mieux juif que nègre, ici, non? PREZ. - Montré du cloigt ou battu, j'aime autant mieux ètre nèg-re et battu. LE DIRECTEUR. - Comment un noir qui a été blanc peut-il vouloir redevenir noir ? ... Vous savez que cela peut vous valoir une nouvelle peine, pour fraude d'identité et confusion raciale ... Mais... Mais, faites-voir... Les juifs, on dit ou'on les reconnaît à ... Mon vieux, ne faites OrIS cie manière. montrez ... PREZ. - :\fonsieur le Directeur. je Ple CHis f;l;t ci rconcire" , pour mieux franchi r la ligne! LE DIRECTEUR. Enfin, mon gars, qu'est-ce que vous voulez, avec tout ça? Remarquez, comme vous êtes honnête, que vous retournez à votre race, je feLai un très bon rapport sur vous_ Peut-être ne serez-vous pas puni? Ici, c'est une maison moderne, éducative. J'essaierai de convaincre l'administration. Alors. où faut-il que je vous mette? PREZ. - Mettez-moi avec les noirs . Monsieur le Directeur. Puisque vous dites que j'ai bien ag-i. mettez-moi avec l'orchestre nègre de la pl-isoll. Je commence à jouer de la trompette ... Comme je suis noir, je préfère aller avec mes camarades. Monsieur, et j'aime la musique nègre! _\Ilonsieur, je vous en prie, laissez-moi aller avec les noirs! D'ailleurs, si vous me laissez chez les blancs, ils risquent de s'en apercevoi r et je subirai des brimades et vous aurez des ennuis. Tandis que, chez les noirs, vous ne l-isquez rien, Alors, mettez-moi à l'orchestre nègre. Je préfère accompl ir une peine plus grande pour fausse identité, mais je suis noir, je dois aller avec les noirs. Je commence à jouer cie la trompette ... Avec les noirs, vous n'aurez pas d'ennuis et je me perfectionnerai en musique! Donnez-moi ma chance, Monsieur! (Le directeur tape Sttr la table et fait signe au gardien qui emmène Prez vers le grou,pe de musiciens noirs, au fond de la cour. Quand il arrive, la 111llsique se met à flamber.,,) (1) Se dit d'un noir Qui p2r croisement avec un ou plUSieurs bl2ncs, présente des caractères négroïdes suffisamme'[lt atténués pour lui permettre de se faire Passer pour un blanc. Il change alors de région et d'identité. NOS DEUILS Nous avons appris avec émotion le décès du commandant H.-Maurice CHAPLOT, président de la section du 18' de 'Association Républicaine des Anciens Combattants. Il avait à maintes reprises apporté son concours à l'action de notre Mouvement. Nous exprimons à sa famille nos sincères condoléances. NOS VOEUX Notre ami AdOlphe BERNO, membre du Bureau National du M.R.A.P., a subi récemment une douloureuse opération. Qu'il trouve ici l'expression de nos voeux les plus affectueux de prompt et complet rétablissement. '. * • Nous exprimo.ns aussi le voeu que notre ami MENDJINSKI, dévoué militant dù 20e arrondissement, qui est souffrant, revienne rapidement parmi nous, complètement rétabli. Gabr ie l Cousin à sa t able de t ravai l ANNIVERSAIRE L'Union des Sociétés Juives de France célébrera le 20 mars, le 50' anniversaire de son président, M. Albert SADENFIS. Nous nous joignons à tous ses amis pour lui exprimer à cette occasion nos très chaleureuses félicitations et nos voeux les meilleurs. « JORGEN DE DANEMARK » A METZ Le théâtre municipal de Metz reprendra les 16 et 17 mars « Jorgen de Danemark .. qui y avait été créé dans le ca dre de l'Union des théâtres lyriques de France. Cet opéra, inspiré par une comédie du grand auteur danois Ludwig Holberg, est un opéra-bouffe dont la musique est de René Challan, premier grand prix de Rome,

et le livret de Pierre Parat.

~. ------ 10------------------------------------------------------------------------------------------------ le8 meiUeure8 banquettes.lits exi8tant, 8ur le marché. 1E.;.tI·I~ temps nouveaux... sièges nouveaux ... 1 1 Un témoignage et un exemple J 1 1 UN certain nombre de fabricants et négociants, parmi les plus représentatifs de la profession du Meuble, ont bien voulu confier à « DROIT et LIBERTE » leurs annonces, groupées dans cette double page. Leur geste, par delà le cadre habituel de la publicité commerciale, constitue un remarquable témoignage de sympathie à la cause antiraciste qu'il convenait de souligner. Dûment informés de l'action du M.R.A.P., dont ils appré- 1 cient le dynamisme et l'efficacité, ces chefs d'entreprise ont voulu lui apporter, sous cette forme, leur soutien. Nos lecteurs y seront sans nul doute profondément sensibles, et les dirigeants, comme les militants de notre Mouvement 1 puiseront dans cette prise de position commune un nouvel encouragement à multiplier leurs efforts dans le noble combat qu'ils poursuivent. Les tâches ne manquent pas aux antiracistes, il est vrai, dans la période présente. Après avoir fait condamner une 1 première fois Poujade par le Tribunal Correctionnel de Limoges, le M.R.A.P. et ses avocats vont livrer une nouvelle et importante bataille judiciaire contre l'antisémitisme devant la Cour d'Appel, le 28 mars. Et la feuille poujadiste ayant récidivé, un autre procès lui sera intenté à Paris, en avril. Le 12 mai, au Palais de l'U.N.E.S.C.O. se déroulera la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, initiative de premier plan qui permettra aux antiracistes de ce pays, de confronter leurs points de vue 1 1 et leurs expériences pour une coordination et un renforcement de leur action. 1 J J D'autres projets, d'autres campagnes importantes sont 1 en voie de réalisation, dans le domaine de la culture, de l'enseignement, de la législation, de la diffusion des idées ... car la vigilance permanente, l'aptitude à la riposte, doivent aller de pair, estimons-nous, avec le souci de tout faire pour atténuer et prévenir les manifestations du racisme par un travail en profondeur, au niveau même où naissent les préjugés dans la conscience des hommes. C'est pourquoi le M.R.A.P. a besoin du soutien moral et matériel de tous ceux qui, souhaitant défendre, avec les traditions et les intérêts de notre pays, l'égalité et la sécurité de tous ses habitants, veulent affirmer leur attachement aux idéaux de tolérance, de compréhension mutuelle, de fraternité humaine. 1 Que nos annonceurs d'aujourd'hui soient donc chaleureusement salués et remerciés. Nous avons le ferme espoir que leur exemple sera suivi, dans cette même profession et dans d'autres, afin que notre action et notre influence puissent gagner rapidement toute l'ampleur qu'exigent les données de notre temps. Hugues STEINER, Membre du Bureau National 1 du M.R.A.P. - Bd BARBIs et à 50 m nouveaux magasins 62, R. MARCADET PARKING GRATUIT ASSURÉ MAGASINS OUVERTS TOUS LES JO.URS DE 8 H A 19 H 30 - METRO MARCADET-POISSONNIERS - 1 c'est 1 CJÜJne , LIVRAISONS ET INSTAllATIONS GRATUITES · LES PLUS LONGUES FACILITES DE PAIEMENT· DOCUMENTATION GRATUITE D AMEUBLEMENTS SUR DEMANDE Les lycéens face aux menées fascistes LA principale organisation fasciste lycéenne est la « Fédération des Etudiants Nationalistes » qui a récemment fait parler d'elle lors des vio· lences commises à l'occasion de sa « huitaine de manifestations et de démonstration de puissance ». On peut y ajouter les Etudiants de la Restauration Nationale (sans grande importance) et même un groupe du C.N.R. (à Carnot). Ces or· ganisations disposent de publications comme les « Cahiers Universitaires ») (11.000 exemplaires) ou « Militant », diffusé gratuitement. Leurs distributions de tracts (abondantes) s'accompagnent de véritables raids de commandos qui ont à leur actif deux blessés à Voltaire, 1 à Carnot 1 à Henri IV, plus des bagarres à Buffon, aux facs de Droit et de Méde· cine, à Sciences·Po enfin où les étudian ts réagirent vigoureusement. L'extrême droite dans les lycées est assez divisée, mais seulement sur son « idéologie », si l'on peut appeler ainsi le nazisme dont toutes se~ organisations font CO n _ 1 .... Y"lo .... no 10 nr~tinllP p t. des systèmes de propagande, elle s'unifie dans la violence. La ligne politique et les revendications des organisations sont très confuses. Elles ne son t que 1"L « forme pudique et évoluée » de l'0.A.3. de l'an dernier. Leur idéologie puise surtout dans les écrits de Maurras, Drieu La Rochelle, etc ... Pour recruter dans les lycées, les jeunes fascistes mettent en valeur et se servent d'un certain « romantisme » d 'adolescents très facilement perméables et influençables, prêts à jouer aux cowboys et aux Indiens, à la « petite guerre politique ». Ils exploitent des arguement et des thèmes chers au capitaine Sergeant, chef de l'O.A.S. Métropole: la jeunesse est toute puissante, elle a un idéal, le nationalisme, c'est elle, c'est vous qui formerez le monde de demain. Enfin tO'.lt slogan propre à toucher la jeunesse ly· céenne en son point faible. Elle a urait une grande tâche à accomplir, participer au redressement du pays en combattant nar la force de Gaulle et SOn régime. Li démocratie, le communisme, etc., etc ... S'ils ne soulèvent pas, et c'est heureux, les masses lycéennes, ils exploitent néanmoins leur mécontentement envers le ré· gime gaulliste en tentant de les orienter vers l'extrême-droite, le nationalisme, le nazisme avec leurs compagnons naturels, le racisme et l'antisémitisme. Devant ce danger réel, les étudiants et lycéens antifascistes ressentent la nécessité d'agir pour neutraliser et contre~' cette propagande et ces activités qui s'élargissent sans cesse. Il faut, pour cela, entraîner la grande majorité des lycéens qui restent passifs et dont la neutralité est agissante pour.le compte des fascistes . Les lycéens conscients du danger fasciste se doivent donc de rétablir, dans les établissements, une atmogphère antifa3- ciste et antiraciste pour éclairer ceux des lycéens qui se laissent involontairement traîner dans une aventure qui serait n éfaste pour eux comme pour le pays. FRANCOIS L. EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les ",rands Magasins. NE PERDEZ PAS VOTRE TEMPS NE GASPILLEZ PAS VOTRE ARGENT ACHETEZ VOS MEUBLES CHEZ Lêvitan . 63, Bd Magenta - Paris 10· ~ndréSoskin Un style Un nom Le mobilier Le style contemporain scandinave Vous t rouve rez chez André SOSKIN, tous les é léments qui vous permettront de créer, chez vous, l'ambia nce que vous recherchez. Cata logue nO 11 sur demande 99, Avenue du Maine - PARIS (XiVe) FON. 28-50 doubinski frères Société anonyme au capital de 3.720 .000 F 140-144, rue de Paris - Montreuil tél. : avr. 59-90 + c. c. P. PARIS 2006-33 R. C. Seine 57 B 19.582 No d'Entr. 533.75.048.0351 FABRIQUE DE MEUBLES ANGEJoICA A cajou 'et (~ f~ê ne OUFOR »vernis POLYESTER VENTE EXCLUSIVE EN GROS le nouveau GRAND du li UN VRAI CANAPÉ ... UN VRAI LIT ... CAnapé RElax LIt C:~R.ELIE posilions: ·lélé, re l.lx Cl grand relax Siège~teiner BOBOIS ensembliers et décorateurs 92 et 98 boulevard de sébastopol paris 3~ meubles et sièges contemporains Catalogue en coul eurs g ratui t sur simple demande ENSEMBLIER· CONSEIL Meubles français et étrangers Médaille d'Or au Concours 1962 de la Marque de Qualité NF Meuble Enseignants et éducateurs contre le racisme SIBERT (Suite de la page S) M. Henri Fauré, président de la Ligue de' l'Enseignement, déclara, à son tour, que l'éducation permanente est de plus en plUS nécessaire. Le préjugé raciste est d'autant plus vif qu'il se mèle au préjugé social : on attaque plus facilement un travailleur algérien qu'un intellectuel ou un diplomate. Il faut beaucoup de lucidité et de courage pour agir à chaque instant contre ces préjugés. « Apprendre à lire ce n'est pas seule· ment une technique, conclut-il, mais un moyen de libération de l'homme. Il faut savoir le libérer de tous les préjugés dc toutes les peurs, et en particulier, du racisme. li Pierre Paraf, disa*nt qu'un militant du M.R.A.P. se sent en famille dans cette maison, affirma qu'il faut combattre le racisme par tous les moyens. Le combattre par la loi, être mobilisé constamment contre lui. Mais il ne suffit pas de combattre les erreurs du présent. Il fant préparer un avenir plus clair, plus digne de l'homme, purger la vie de cette impureté qu'est le racisme. Il affirma son optimisme : le racisme qui était autrefois un fait courant devient de plus en plus un mal honteux. Mais le vice existe encore, quand bien même il rendrait hommage à la vertu.

  • Après ces exposés, une discussion s'eogagea,

à laquelle participèrent notam· gagea, à laqueire participèrent plusieurs des assistants, notamment Mlle Jacqueline Marchand et Mme Natha Caputo. Cette passionnante réunion, marquée tout au long d'un esprit constructif confirme la nécessité et l'intérêt de l'action du C.L.E.P.R. Elle contribuera, sans nul doute, au développement dé son influence et au renforcement de son action. 11 S, boulevard Magenta PARIS (Xe) Tru. 40-04 Connaissez-vous les ANTILLES? 1. NON. L'Archipel des Antilles est situé dans l'hémisphère nord, entre le 5- et le 22- degré de latitude. Il connaît donc surtcut un climat tropical maritime. 2. NON. Ses premiers habitants connus sont les Taïnes, dont des fouilles ont révélé un art particulièrement évolué, comparable à celui des Bretons (fouilles du père Pinchon). Quant aux Caraïbes, ils ont enCOiI'e des descendants à l'lIe Dominique et à Saint-Vincent. 3. NON. Colomb a d'abord relâché aux Bahamas ou vivaient des Guanehani, des Indiens qui pratiquaient le tissage du coton. 4. NON. Bien que le traité de Vienne (1815) ait rendu la traite des noirs illé- (Solutions du Jeu de la paqe 3) gale, celle-ci se poursuivit, et les différentes puissances ne l'abandonnèrent qu'au moment où elles se résignaient il. supprimer l'esclavage. 5. NON. C'est la France la première qui, sous la Convention (2 février 1794). a décrété l'abolition de l'esclavage. L'An_ gleterre devait adopter cette mesure seulement en 1833. 6. NON. Toussaint-Louverture se rendit volontairement à l'a,rmée française en 1802. C'est son épigone, Dessalines qui, après une lutte héroïque, devait proclamer l'indépendance en décembre 1803. 7. NON. Au moment où fut publié le décret de la Convention, la Martinique avait déjà été livrée aux Anglais paT les colons et cette île ne devait pas bénéficier du décret de 1794 comme ses autres soeurs des Antilles qui étaient sous la domination française. S. NON. La langue créole n'est parlée que dans les îles qui ont appartenu longtemps à la France (Haïti, Saint-Martin, Guadeloupe, Martinique, Dominique, Sa-inte-Lucie). 9. OUI , en 1814. C'est en avril 1848 que l'esclavage a été définitivement supprimé par la France. 10. OUI . Les derniers ter.ritoires britanniques des Antilles ont accédé à l'indé. pendance nationale en 1962. -- 12 r T ATLAN au Musée d'Art Moderne L'oeuvre humaine Composition 1956 (Photo Agraci) LE 12 févr ier 1960, Jean Atlan mourait à l'âge ~~ q1:larante-scpt ans dans son atelier de la rue de la Grande-Chaumlere a Montparnasse. Les premières manifest~tions ~u ~al qui ~evait l'empor~er, le cancer, da ta ient d 'envi ron un an. TrOls ans a pell1e apres, le Musee d Art Moderne .de Paris lui r end un solennel hommage avec une rétrospective de son oeuvre. C'est un honneur que bien des peintres célèbres ou ~isparu~ attendent encore. Mais une rétrospective ne se transforme pas oDhgatOlre~ent en consécration. Pour une oeuvre médiocre ou monotone, sans évolutlOn sensible, c'est un risque de décevoir le public que d'aligner tant d 'oeuvres souvent proches sur tant de mètres de cimaises. Aussi tous les amis, les a nciens familiers d'Atlan, ceux qui l'ont connu, ceux qui à une occasion ou à une autre avaient eu l'occasion de le défendre ou d'appré' cier la ra pidité et l'acuité de son intel. ligence attendaient-ils avec impatience et un peu déangoisse de voir et de jugel' l'impression qu'allait donner l'accumulation de tant de toiles que personne . n'avait jamais vues r éunies. 1pa r Georges BOUDAILLE 1 Ce fut donc la grande foule le soir du -vernissage et une agréable surpri se pour tous. La presse spécialisée fut unanime, .à l'exception de Frank E lgar dans l'exécution, il simule la folie, aidé par les études cie psychologie qu' il a faites, et pas une fois, malgré les inclicateurs placés clans sa cellule, il ne se trahira. 11 cléjouera toutes les expertises et contre- expertises, et survivra à Sainte-Anne jusqu'à la Libération de Pa ri s, à laquelle, aussitôt libéré, il participera avec la fougue qu'on lui connaît. . Tout de suite, il se remet au travail, publie « Sang profond » et fait sa première exposition de peinture à la Galerie de l'Arc-en-Ciel, rue de Sèvres. Dès lors il ne cessera de peinclre de plus en plus, ne s'interrompant que pour se pencher sur la pierre lithographique et produire cie belles illustrations de « La description d'un combat » de Kafka et plus tarcl « Les miroirs du roi Salomon » qui ne seront publiés qu'après sa mort aux Eclitions Tisné. P ourtant Atlan ne prétendra jamais être un vrai peintrc ; il n'essaiera même pas d'acquérir Ull méti er c1as:;iqne. II sera toujours, et volontai rement un poète qui concréti se ses vi sions en couleurs et en lignes jetées sur la toile; il ne (Suite page 13) de LORJOU POLEMISTE inspiré par l'événement, parté au-delà de ses propres limites par la dimension du drame collectif dont il témoigne, Lorjou est sans doute l'artiste contemporain qui s'inscrit le plus naturellement dans la lignée d'un Daumier, d'un Géricault, de ce Francisco Goya qu'il admire entre tous. Ce n'est pas sur ce rôle historique, son exigence d'homme- témoin devant les contradictions du monde actuel, qu'il insiste lorsqu'il répond à l'enquête menée l'autre année par la " Nouvelle Critique • sur le but de la création. " Nous servons, disait-il, à donner à l'homme le sens de sa grandeur, l'amour de la vie, la joie de se reconnaitre et de s'identifier dans nos oeuvres avec ce qu'il y a de plus sain et de plus humain. ,. Cette conception humaniste de l'art, ce goût du bonheur. ne vont pas chez Lorjou sans la nécessité de combattre tout ce qui menace l'homme dans son intégrité, ce qui l'avilit ou le met en péril. Dénonciateur, peintre épique plus que peintre de charme, il intègre à son oeuvre les grandes tragédies qui marquent notre temps, et participe ainsi à sa transformation. Bernard Lorjou est né le 9 septembre 1908, à Blais. Il travaille aujourd'hui encore tout près de là, dans la lumière du Val de Loire, devant l'un des paysages les plus harmonieux qui soient. Doué pour le dessin. il vint à quatorze ans à Paris, où il connut l'âpre existence des enfants du peuple obligés de travailler tôt.. Il apprit à dessiner' et « Carrefour », à saluer l'étonnante personnalité et la pui ssance du style d'Atlan. Certes, il y a des salles dans lesquelles les -vingt toiles accrochées Ile constituent qu'une variation sur l11l même thème, mais il faut considérer qu'elles ont été exécutées dans un laps de t emps réduit, (juelques mois à peilie. On pourrait constater le même phénomène chez les plus grands maîtres et chez Picasso lui-même par exemple. En r evanche, a près la t ro p petite salle dédiée a ux premiers essais pi cturaux d'Atlan, on était obl igé de reconnaître dans la peinture d'Atlan une af firm ati on pui ssante, une a f(i rmati on d'un homme, d'une personnalité et d'un style orig inal, style abstra it, résolument moderne, mais attaché à une tradition et à un passé j udéo-arabe qui lui confèrent une saveur unique. L'hypothèse que Atlan fera peut-être un jour figure de précurseur d'une nouvelle école de peinture maghrébine n'est pas à rejeter. EN ZIGZAG Bernard LorJOU devant la Force de Frappe (Photo Daniel Frasnay) à peindre à ses heures de liberté. Comme Goya, il a toujours aimé la rue, il s'y mêle à la vie, il y prend mesure de l'événement. Atlan a été fo rtement marqué par son en fance constantino ise. Il est touj ours r esté fidèle à l'esprit de fam ille et ses pa rents éta ient des négociants israélites. Il vécut parmi eux jusqu'à l'âge de dixsept ans. Il ne les quitta que pour s'en aller à P a ris poursuivre ses études de philosophI e, et c'est avec une thèse sur « La dialectique ma rx iste » qu'il passa son diplôme d'Etudes Supérieures. Quelques années plus ta rd, ses parents vinrent le rejoindre à P a ri s, ma is ce ne fut que pour une brève période, car un an après. la guerr e éclata it et Atlan était mobilisé. A LORS commença une étape héroïque cie son existence. JI fut l'apiclement clémobilisé et affecté comme professeur de philosophie a u lycée de Laval, puis à P a ri s, au lycée Condorcet. En 194J , il est f rappé clans son, métier par les lois anti sémitiques promulguées par Pétain et r évoq ué. Il se consacre à la poésie et publ ie cieux recueils

« Initiation des Mortes », puis :

« Autres soleils et autres signes ». Ces soleils et ces signes ont les retrouvera plus tard dans son oeuvre peinte. Entre temps, Atl an mène une action positive dans la Résistance et il est pris dans l' « Affaire cie la rue cie Buci » et accusé d'acte de terrori sme. Il va faire preuve d'une force de caractère extraordina ire. Pour échapper à la déportation ou à TANDIS qu'il. leurs oeuvres pero « verses, les hommes courent, haletants, Mars qui rit malgré les averses, prépare en secret le prin· temps ... » Ils restent vrais et gentils, ces vers du bon Théophile Gautier. Il aurait pu, les modifiant à peine, en user pour décrire l'activité artistique de Paris que n'a pas même jugulée la rigueur d'un monstrueux hiver. Point de chômage pour les yeux avi· des ! Sitôt après que le Salon des Peintres Témoins de leur Temps, eût vraiment marqué l'ouverture efficace ~uy DORNAND 1 de l'année en oeuvrant utilement pour la réhabilitation du sujet (l'Evéne· ment) et en suscitant ainsi sous le pinceau de Commère, de Fontanarosa, de Hilaire, de Ghapelain·Midy, de Brayer, de M. de Gallard, de Pressmane, etc ... , des oeuvres de haute tenue, des expositions d'un pUissant intérêt ont occupé les cimaises les plus glorieu· ses. Rodin inconnu au Louvre avant la sompteuse donation de Mme Raoul Dufy, les Trésors de la peinture espagnole extraits des musées, des églises, des monastères de France (des primi· tifs à Gréco, Velasquez et Goya, que de richesses plastiques assemblées au Musée des Arts Décoratifs !), les Trésors des Musées bulgares à la Galerie Charpentier. Mais les expositions particulières ne manquent pas, qui ont appelé ou ap· pellent encore la prédilection des « afi· cionados » de la peinturé. Regrettons que soit déjà close la rétrospective dé· diée par la galerie Armand Drouant à la mémoire d'Auguste Chabaud, pein· tre de la Provence mistralienne, de celle qui fleure bon le thym des Alpilles sous le ciel bleu sombre de l'été. Il y a encore, prolongée, l'exposi· tion de la Venise vue, sentie, recréée par la vision de Bernard Buffet, dont le graphisme manifeste avec autorité le sens architectural qu'il possède. Pour deux semaines encore, Comparaisons (mieux conçu que précé· demment) s'offre, en Digest-Salon, pour résumer la contradiction des tendances actuelles ... Ne nous flattons pas de pouvoir (faute de place d'ailleurs) commen· ter comme il siérait ces manifestations individuelles. Mais n'hésitons pas à promettre des joies vives et profondes, aux visiteurs des galeries où sont visibles les Camargue de Sarthou (Marcel Guiot), les puissantes litho· graphies en noir ou en couleurs de Minaux succédant aux admirables aquatintes d'Avati (galerie Sagot-Le Garrec), les savoureuses, les trucu· lentes figures et scènes flamandes d'Eckrnan (galerie Vendôme), la poi· gnante suite des grandes compositions où Jansem s'affirme en pleine · maî· trise (galerie Hervé), les paysages séduisants de parturier (galerie André Weil), la rétrospective qui confirme ~ nettement la personnalité hors série de La Patellière (galerie K. Gra· noff) , enfin, outre la subtile lumière des paysages de Lauzero (galerie Durand ·Ruel), la construction très charpentée, le colorisme mystérieux et chaleureux, le clima~ très personnel des tableaux de H. Madelin (galerie Drouet). Dès le 6 février 1934, Lorjou peint les grandes manifestations parisiennes, le manifestant mort et celui qui va continuer à combattre. A mesure qu'II réagit aux grandes questions contemporaines, à la guerre d'Ethiopie, à la nationalisation des puits de pétrole en Iran, le peintre développe la puissance incisive de son art, la hardiesse du mouvement, l'intensité de la vision, l'exaltation des couleurs portées au paroxysme de leurs vibrations, la violence inouïe des contrastes. Il ne cessera plus de mettre, comme le voulait Courbet. « l'art au service de l'homme ~, d'accorder l'impétuosité de son lyrisme aux drames qui nous concernent tous, de prendre dans sa peinture parti pour l'avenir, contre les forces de destruction et de mort. En 1945, à la Galerie du Bac, il dresse un réquisitoire terrible contre les camps de déportation, .. Les déportés ", aujourd'hui au Musée d'Israël. Avec .. l'âge atomique ", en 1950, Il exprime les contradictions violentes de l'univers contemporain, ses absurdités, la crainte qu'y fait peser le péril atomique. .. La Peste en Beauce ", exposée en mars 1963 à la Galerie Charpentier, restera la grande protestation de notre siècle contre la guerre bactériologique. Cette toile monumentale fut peinte au moment de la guerre de Corée. Lorjou eut une inspiration, une vision d'un réalisme audacieux et saisissant. C'est en Beauce, dans ce pays qu'il aime et qui est le sien qu'il voit s'abattre la nuée des insectes porteurs de mort. L'intensité dramatique de l'oeuvre est inoubliable, le choc de cette agonie soudaine au milieu des moissons, la chute de l'homme ( Suite page 13) 13 Les « grondes 1 lE ~ i CIMIMA ::!::;:;:;:;:::::;:::::::;!::;!:::!::;:::::::;:::;:::::;:::;:;:;:;:;:;:::;:::;:::::::::::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::;::::;:::;:;:;:::;:;:::;:::;:::;:;:;:;:::;:;:;:;:::;:;:;:::;:;:;:;:::::;:;:;:::;:::::::;:::::::::;:::::;::;:::::: familles » racistes ~.~ par J. DELTOUR 1.-1_ ______. ___ Le Seigneur d'Hawaï ») SI l'on voit de moins en moins de f ilms typiquement racistes sur les écrans -- et nous devons nous en réjouir -- il subsiste néanmoins da'ns certaines oeuvres un racisme larvé et perfide. Par contre, les problèmes posés par le racisme sont souvent au centre d'autres jilms qui, sans être des manifestes ou des oeuvres militantes de l'antiracisme n'en fustigent pas moins les préjugés raciaux. Ce film de Guy Green est l'une de ce.s études de moeurs dont raffolent les spectateurs américains : un riche propriétaire foncier, possédant la majeure partie des terres de l'île d'Hawaï, s'apprête à devenir sénateur. Mais il a quelques ennuis de famille .' sa soeur est tombé.e amoureuse d'un jeune homme de bonne famille, mais Hawaïen pure race. Le frère de ce dernier, est Hawaïen par sa mè' e, mais américain par son père et il est déchiré par sa propre dualité. EnfiIL, le DTopriétaire lui-même passe ses nuits en Autour d'un compagnie d'une gentille Hawaïenne qui attend un enfant de lm. Mais si le racis· me ici ne s'exprime pas du côté de l'épiderme, le préjugé réapparaît lorsqu'il s'agit de la propriété. Pour éviter que celle- ci puisse tomber un jour entre les mains d'wn « sang mêlé », il mettra tout en oeuvre, y compris la mort violente, pour a) débarrasser sa soeur de son trop visible amant " b) séparer sa maîtresse de couleur de l'enfant qu'elle porte, en gvitantsurtout de l'épouser. En dépit de l'histoire mélodramatique, d'un intérêt relatif et dont îa fin heureuse est d'wl'! plat conformisme, ce film a le mérite de montrer les relations qui existent entre le racisme et les rapports de classes. On peut aimer les Hawaïens et les Hawaïennes quand on est une blanche ou un blanc américain, mais on ne peut pas les épowser, C(.lr la richesse e.t la puissance qu'elle entraîne doivent rester entre des mains « pures et blamches ». • • marin nOir Un goût de miel ») C'est un film anglais de Tony Richardson, dont l'antiracisme n'est pas l'essentiel. Mais le prOblème y est posé par le fait que l'héroïne, un personnage extrêmement attachant, voit son comportement et celui de son entourage entièrement conditionné par l'amour qu'elle porte à un marin noir, dont elle attend un enjant. D'où certaines réactions familia' es faites d'incompréhension et de supplication. Cependant, ce film est curieusement baroque, awssi bien pour le monde imaginaire qu'il décrit que par ses héros à la jois déchus et dignes, dans leur humanité certaine.

LE LION Adaptation du roman de J. Kessel, ce film garde la nostalgie de l'Afrique « mystérieuse » de récits d'aventure. Là encore, trop de méchantes tribus sauvages et de bons serviteurs nègres dévoués aux maîtres blancs, jusqu'à la mort. Le racisme involontaire (qui ."7.'était pas dans le 'oman) prouve que les réalisateurs retar' ient d'une ou deux générations. C'est du ~inéma de grand-papa, quand celui-ci aimait à se faire peur avec ces terribles nègres vraiment difficiles à civiliser, malgré tout ce qu'on faisait pour eux! ...

  • FORT DU FOU

face .' d'un côté tes « bons» Vietnamiens, catholiques et mercenaires de l 'autre les « mauvais Il, communistes 'et cruels, mais tous aussi méprisables par les honnêtes blancs désintéressés, les paras seqsibles et couragewx. A fuir !

  • JAZZ EN TEMPETE, par Garson KA·

NIN (Editions Julliard). Garson Kanin, l'auteur de cet intéres, ant roman est un homme dont on n'attendait guère qu'il abordat un sujet aussi grave que le racisme. En France il ap· partiendrait à la catégorie des auteurs de boulevaTds. Garson Kanin en effet est au.teur de comédies légères en série, metteur en scène de ces comédies américaines qui firent la réputation, un peu surfaite, de HollywOQd avant la dernière guerre. Toujours est-il que son roman, « Jazz en tempête)} dont il est impossible de résumer l'intrigue sans la déflorer étant donné son caractère d'énigme quasi-policière est d'abord une évocation brillante et précise de la vie d'une petite formation de jazz comprenant des musiciens blancs et noirs aux environs des années 1930. Le racisme, sur le plan psychologique, est au coeur même de ce livre qui par ailleurs est remarquablement composé et dont il serait étonnant qu'il ne fût pas adapté à l'écran. Guy BAUDIN.

  • LA MAIN et LE CHEVAL D' ARGENT,

de Maurice RHEIMS. (Editions Julliard.) Pour beaucoup de ses semblables, l'homme se confond avec son métier quand il y a excellé. Maurice Rheims écrit un roman, des nouvelles et la critique est tentée de ne voir en lui que le commissaire-priseur. Roger Rabiniaux pense que dans son oeuvre « les objets ont plUS d'âme que les hommes ». Ce n 'est pas mon opinion. Et pourtant La Main, roman, c'est l'histoire vraie de deux clés, deux mains en bronze ciselées par les soins de Verrès, proconsul de Sicile, pour enfermer ses trésors dans une grotte murée. Il y grav:l. des signes permettant de reconnadtre le lieu où il enterra ses merveilles. Mais pour l'écrivain, les aventures d'un penny Le dernier film' colonialiste, signé par Léo JoannOn, avec un racisme à double- Une scè1le rie « Un goût de miel ~/ ATLAN au (Suite de la page 12) tentera pas non plus de renoncer à une facture fruste qui apparente son style à l'artisanat nord-africain, car celui-ci constitue partiellement le fond de son inspiration. Il affectionne le grosses toiles de jute peu ou pas préparées dont la trame apparaît sous la peinture et accroche la lumière. SON style se caractérise très simplement par l'utilisation de la couleur en larges zones très vives, peu ou pas modulées dont la structure est soulignée, renforcée avec une sorte d'obstination forcenée par un cerne noir, pris et repris sans cesse jusqu'à l'empâtement. Ce trait dessine des symboles, d'étranges figures, cactus, fantômes, hieroglyphes, oiseaux, ou se multiplie parfois jusqu'à former un filet qui enferme toute la toile et ses couleurs dans une prison de lignes. Mais ces figures, bi en qu'abstraites, parlent, au point que je me suis laissé aller à leur attribuer une valeur représentative. Le fait est qu'on ne peut échapper au pouvoir poétique et évocateur qu'elles possèdent. Là réside la réussite d'Atlan, qui, dans un style d'une grande simplicité est parvenu à nous faire partager sa vision, à nous introduire dans son univers secret. · L'oeu\Te d'Atlan n'est pas pour autant une oeuvre mineure, comme celle de quelques poètes qui se mettent à crayonner lorsque les mots ne correspondent plus à une émotion par trop in-ationne1le. Voilà la leçon de la rétrospecti \'e du Musée d'Art Moderne Musée d'Art Moderne la peinture d'Atlan, en raison de sa nature même, tient parfaitement le mur. On pourra dire que c'est une réussite faci le, lorsqu'on cerne toutes les formes et même le tableau lui-même de noir. Le fait n'en est pas moins à porter au crédit du peintre. Ce crédit ne s'amoindrit pas et deux ouvrages viennent successivement de venir le renforcer et l'expliquer. Michel Ragon a publié aux Editions Fall une monographie qui est plutôt un hommage où les souveni rs, les documents, les té- Bernard (Suite de la page 12) après celle des bêtes, la force expressive des couleurs, du mouvement. LA FORCE DE FRAPPE En décembre dernier, « La force de frappe » de Lorjou fut exposée au Moulin-Rouge, avec « les Opprimés» d'Yvonne Mottet. Le peintre donne une vision impressionnante de ce que serait la force de frappe en action. Cette oeuvre de grandes dimensions s'impose par son unité, la logique de sa construction, un souffle d'une rare puissance tragique. L'espace inventé là pour le cataclysme garde en son milieu la profondeur du songe. Un village brûle au loin, et la douceur moignages de nombreuses personnalités font revivre la figure du peintre disparu. P lus récemment encore, les Editions Tisné v iennent de faire paraître un album illustré en noir et en couleU!- avec une longue et sérieuse étude de Bernard Dorival qui constitue un bilan. Atlan encore présent dans la mémoire de tous ses amis survivra longtemps dans la mémoire des amateurs d'art par ses oeuvres et ces livres qui retracent l'aventure humaine et esthétique de l'artiste. Georges BOUDAILLE. LOR.JOU étrange des tons, la nostalgie sont celles d'une chose qu'on verrait en souvenir. Alentour, c'est le désastre, la mort «coeur renversé », comme disait Paul Eluard. Même pour les responsables. La mère sombre avec ses enfants sans pouvoir les sauver. Et la sentinelle dans sa guérite, les parachutistes porteurs de mort, squelettes déjà, évoquent les danses maca_ bres que l'on sculptait au Moyen-Age, et l'obsédante ballade de Brecht, celle du soldat mort. On ne saurait oublier cette espèce de rupture verticale, cette sensation de vertige, ce landau versant dans on ne sait quel abîme ... Ni cet éclat d'incendie, la mystérieuse, la déchirante beauté des couleurs qui s'affrontent. Juliette DARLE. ou d'une statue sont aussi prétexte a etudler les hommes qui les firent, les détmrent ou rêvèrent ue les posséaer . Collectionneur pourquoi? Pour bien des raisons et avec un physique, un caractère à soi. Le beau Verrès pilla, tua, se fit orfèvre et risqua sa vie « pour l'étral[lg .~ amour des Objets inanimés ». Il n'admettait pas qu'ils appartinssent à des parvenus affairistes. Au nom de la vertu, Cicéron flétrit ses rapines et ses meurtres. C'était lui aussi un collectionneur, malS bilieux, cireux, tombé avec l'àge dans la manie; il s'entourait d'oeuvres d'art parce qu'elles lui donnaient « une sorte d'exaltation de sa personnalité ». La poète, le brigand dont on rêve, c'est Verrès. La main passe. Plutôt les deux mains; il faut détenir l'une et l'autre pour ouvrir la grotte.. Au XVI' siècle, le chaste et sage Nicolas de Peiresc, savant curieux de toutes les énigmes s'3iCharne à déc9uvrir le sens des caractères gravés dans l'une. Elle inquiètera Rodolphe II de Habsbourg, empereur occultiste et dément, passionné de gemmes au point de les tailler lui-même. Seule, la compagnie d'artistes et de leurs oeuvres, détend son angoisse. Collectionneur pour fuir la folie. Enfin, l'Américain John Brown, collectionneur de l'ère atomique périt en avion à l'instant où il est tout près d'avoir les deux clés magiques. Brown est un personnage assez effrayant; il achète et entasse les antiquités comme par jeu, pour les obtenir au plus bas prix, pour se montrer à soi-même que sa volonté de puissance est opérante. L'objet et l'homme. Sujet ambitieux. L'a.uteur va plus loin encore. Il fait revivre l'époque tout entière: la Rome de l'an 70 avant Jésus-Christ, son raffinement et sa sauvagerie, ses luttes politiques menées avec ruse et cruauté, sa passion latine de la chicane; la peste en Provence au XVII' siècle, tableau réaliste et fantastique à la fois; l'Amérique mcderne de Citizen Brown -- grille-pains électriques, interphones, télévision dans la cuisine pour surveiller l'es salons, castel du Moyen-Age flamand, reconstitué en Ariwna, dont la coque gothique coffre une bâtisse en béton. Le style même épouse les époques dé::rites: au balancement de la période romaine s'opposent les dialogues brefs, les phrases précises, presque sèches d'une actualité où l'avenir dévore le présent, où il faut écrire concis pour cerner l'instant. Le Cheval d'Argent, recueil de nouvelles, est d'un tout autre ton. Galerie de portlr.a!its, série de phénomènes, peints avec de la rosserie, de l'humour, mais aussi de la tendresse. Tantôt c'est le rire de Queneau, ironique et amical, tantôt le frisson des contes d'Edgar Poe. Le Professeur Lacarialle, chirurgien célèbre, n 'est végétall'ien que parce que seule la viande humaine lui pl.a.ît. Il pense qu'en rôti, les pièces taillées sur des jeune" garçons de 15 à 18 ans, sont les plu, fondantes. Les lecteurs de « Droit et Liberté » seront sensibles à l'esprit dans lequel l'auteur aborde, au passage, la question de l'antisémitisme. Au temps de la peste en Provence l'écuyer La Ramure, dit à son maître : « A Aix, on met des croix jaunes sur les maisons des pestiférés. Peso tiférés ou juifs, c'est tout comme. » Et l'érudit du ghetto d'Avignon, Israël BC'daride, a ce mot qui rappelle d'autres tutoiements vexatoires encore infligés aux colonisés : « Je raconterai aux miens que M. de Peiresc a été l'hôte d'un juif et qu'il ne l'a pas tutoyé. » Nicole de BOISANGER-DUTREIL.

  • LE PAIN DES JEUNES ANNEES, de

Heinrich BOLL. (Ed. du Seuil). « Rares sont les gens qui m'ont donné quelque chose : mon père, ma mère et, parfois, les ouvrières de llll fabrique... » A ceux-là, Fenclrich, le héros du roman, a joutera Hedwig, pour l'illumination de l'amour qu'elle révèlera au plus profond de lui-même. Ce jeune homme qui, enfant, ne mangea jamais à sa faim, bien que fils de professeur, parce que Hitler préférait les canons a.u pain, fut par la suite obsédé pM la peur de manquer de ce pain, essentiel à la vie; il en fit provision, religieusement en bourra ses poches, même lorsque sa situation natérielle s'améliorera, n 'apprécia les autres qu'en fonction du pain qu'ils lui donnèrent. Mais, cet affamé qui ne fut longtemps jamais rassasié, ne pouvait vivre comme tout homme que de pain. Hedwig, sur le quai d'une gare, sensibilisera sa plus réelle et plus intime fringale d'homme: l'amour. Oelui-ci l'envahit, le submerge au point de lui faire tout réévaJuer à sa lumière et en particulier son moyen de se procurer simplement du pain: un travail qu'il découvre insipide, et son goût de l'argent. Ce tlrès beau roman d'amour, qui met en scène deux êtres dont on sait peu de choses, mais dont la rencontre émerveillée précisera leur vérité profonde, Heinrich BoU le conduit avec une déli· catesse, un dépouillement, une justesse psychologique admirables. Le déCa,i1 de l'cbjet extérieur, du geste, est choisi à seule fin de révéler la pensée des personnages. Ce monde extérieur si dur du nazisme et de la guerre qui marqua tellement Fendrich, il le recomposera, le rajustera à travers son amour authentique. Par opposition au style trop souvent inutilement complexe et élaboré du « Nouveau Roman », il est agréable de pouvoir apprécier une phrase concise et malicieuse, simple et alerte, toute chaude de l'amour des hommes. Un livre qu'on lit d'une seule traite. Guy LACOMBE. 14 LE racisme est, nous le savons, passionnel, émotionnel, sans aucune base idéologique sérieuse ; c'est pourquoi il cherche à se donner les lettres de noblesse qui lui manquent en s'accrochant aux plus intelligents parmi les morts. Le scandale est particulièrement sensible quand il s'agit de Voltaire. Vivant au XVIII- siècle, dans une monarchie où le catholicisme est religion d'Etat, où juifs et protestants n'ont pas d 'état civil, les registres des paroisses étant seuls à en tenir lieu, Voltaire au nom de la liberté, au nom de l'humanité, au nom de la tolérance, s'en prend d'abord à ce catholicisme tout pUIssant. Certes les fables grecques ou égyptiennes lui apparaissent aussi absurdes que les autres; mais son esprit pratique est toujours tourné vers l'action; il ne perd donc pas son temps à pourfendre Jupiter ou Osiris, qui ne peuvent être tenus pour responsables de l'obscurantisme contemporain. Au contraire, les chrétiens ont emprunté aux juifs l'Ancien Testament, ils le révèrent à l'égal des Evangiles ; le judaïsme devra donc être combattu, puisqu' il est à la source du christianisme. On voit que l'hostilité de Voltaire à l'égard des juifs - il n'est pas difficile d'isoler telle ou telle formule - est d'ordre religieux ou plutôt anti-religieux, absolument pas d'ordre racial. Mais ceux qui se réjouissent d'enrôler Voltaire, qui n'en peut mais, dans leur croisade antisémite, {)ublient qu'à ce compte Voltaire est d'abord antichrétien, ce qui probablement .ne leur ferait pas le même plaisir. Ce n 'est pas que Voltaire soit toujours juste à l'égard du judaïsme - ni du christianisme, d'ailleurs. Il ne voit que friponnerie organisée là où le rationaliste moderne verrait une erreur sincère. LBs juifS lui apparaissent trop souvent comme une espèce de sous-prolétariat, voué à l'ignorance et à l'usure. Les juifS cultivés - Spinoza, mais aussi Maïmonide. Abrabanel, Aben-Esra - il les a lus, Jl ne les a pas rencontrés ; tandis qu'il se rappelle avec amertume - car il aime l'argent - les avatars financiers subis du fait de tel usurier londonien. Surtout il reproche aux juifs une religion originale, qui n'accepte pas de se fondre dans la « religion naturelle » où Voltaire voit le meilleur gage de la fraternité entre les les juifs et les noirs NOMBRE de ceux qui détest ent Volta ire sont t rop heure ux, pa rfo is, de Jeter à la f igure d e ses am is, quelques ph ra ses t ronquées du « g rand bonhomme » afin de semer le doute. Sous l'occupation naz ie, les antisémi tes, qu i n' en éta ient pas à un sacri lège près, osè rent même c ite r Volta ire à l'appui de leu rs t héories. Mais où est la vérité? Notre amie J acquel ine Marchand, orofesseur ag régé de l' Un iversité et spéc ial iste de Voltai re, qu i vient de présenter les oeuvres histo riques du grand e ncycl opéd iste da ns la col lection « Cl ass iques du Peuple» (Ed itions Socia les), nous dit aujourd'h u i ce que fut la position de Vol t ai re face au racisme et à l'a ntis~ mitisme. hommes. De la même façon, et bien que le rigorisme luthérien ou calviniste ne soit guère de nature à lui plaire, il est plus loin des catholiques que des protestants, parce que ceux-ci admettent plus volontiers qu'il est diverses manières d'adorer Dieu, et qu'elles peuvent se valoir. Mais ce qui est sans exception et sans réserve d'aucune sorte, c'est que Voltaire est toujours du côté des persécutés contre les persécuteurs. Ces mêmes juifs, dont il raille le particularisme et les croyances irrationnelles, il suffit qu'on les attaque pour qu'il les défende. Car la persécution elle aussi, est irrationnelle: « Vers le XII' et le XIIIe siècle, les seigneurs confisquaient en France et en Allemagne les biens des juifs qui se faisaient chrétiens. Bientôt on les brûla en Espagne pour n'être pas chrétiens » (1). Et Voltaire prête au rabbin Akib ces propos irréfutables : « Que pourriez-vous ré· pondre si je vous disais: Votre Dieu était de notre religion, il naquit juif, il fut circoncis comme tous les autres juifs, ... il vécut juif, il mourut juif, et vous nous brûlez parce que nous sommes juifs ! )) Ni dans le Seranon du rabbin Akib, ni dans Un chrétien contre six juifs n'apparait le moindre trait de haine raciale. Bien au contraire, l'humanité s'émeut autant que la raison, quand Voltaire évoque avec horreur les massacres perpétré3 par les Croisés aux frontières de France : « Les chrétiens, croyant venger Dieu, firent main basse sur tous ces malheureux ... » (2) et dénonce l'avidité des persécuteurs, qui tuent les juifs pour les dépouiller

« C'est contr e eux principalement

que fut établi le tribunal de l'Inquisition, afin qu'au moindre acte de leur PAR Jacqueline MARCHAND Agrégé de l'Université religion, on pût juridiquement leur arracher les biens et la vie» (3). Bien plus, Voltaire, génial précurseur des Couchoud et des Alfaric, est prêt à disculper les juifs du vieux reproche chrétien, et à reconnaître qu'ils n'ont pas crucifié Jésus! (4) . La Bible, Voltaire la connait bien. M. René Pomeau, dans un livre qui fait autorité (5), a montré qu'il l'a lue et relue, et qu'il lit aussi avec passion ses commentateurs, comme le savant Dom Calmet. Son principal souci est de montrer que les récits de l'Ancien Testament sont aussi invraisemblables que ceux de la mytho· logie païenne, et que s'il y a un rapport Anciens et nouveaux visages de la haine (Suite de la première page) complaisamment dans les torchons habituels qui l'avaient véhiculé. UN BOUT DE CROISSANT DANS LA CROIX C'est ainsi que l'organe de l'ineffable Poujade, « Fraternité Française » (15 février), s'efforce de relancer à propos d'un fait divers, la prérendue menace que les Arabes constituent pour les jeunes filles françaises, et qu'une bonne partie de la presse parisienne de droite a rendu complaisamment compte des propos tenus à la barre du procès BastienThiry par le témoin Alain de SaintGall, qui, racontant la fusillade du 26 mar.s 1962 à Alger, a cru bon d'ajouter : « Il fant dire que chez les musulmans l'odettr de la poudre entraîne à tirer. » Rappelons, pour ceux qui l'auraient oublié, que cette thèse de la « nature spéciale particulièrement barbare » des Arabes est celle-là même que les « ultras » ont toujours utilisée pour justifier leurs répressions les plus sauvages. Elle fut mise en avant, notamment, dans un rapport presque incroyable sous la plume d'hommes de sciences, par des médecins « Pieds Noirs » d'Alger qui- affirmèrent que les « Arabes étaient portés à tuer » et « ils avaient, dans leur primitivisme, une manière spéciale de tuer, avec prédilection pour l'égorgement au couteau ». Ce couteau, le journal « Telstar » (:F-I-63), n'a pas voulu le laisser au vestiaire et, dans cette feuille, un certain Marc Guillaume l'a ressorti, de la manière la plus inattendue et la plus extravagante qui soit, à propos de... A propos de quoi, à propos de qui? Je vous le donne en mille : de l'abbé Desnoyers, ex-curé d'Uruffe, coupable, rappelle le journal, « d'un double assassinat

celui de Régine Fays, une de ses

jeunes paroissiennes et de l'enfant qu'elle allait mettre au monde, enfant dont il était le père ~. Après nous avoir révélé que l'étrange curé, condamné à la réclusion perpétuelle, bénéficiait aujourd'hui d'un régime de faveur tout à fait spécial, Marc Guillaume-Sherlock Holmes. détective plus étrange encore, se penche sur ce cas sanglant et croustillant et prétend nous expliquer l'indulgence dont a bénéficié le meurtrier par les considérations suivantes : « L'instinct a joué chez Guy Desnoyers. En se servant d'un couteau, il signait son crime. On ne l'a jamais dit, mais l'abbé a du san.q arabe. La raDe, au moment crucial, a parlé ... » La race a bon dos, si l'on peut dire. Mais qui aurait cru qu'on expliquerait un jour par l'influence du croissant un crime commis par un adepte de la croix? Je pense que nos amis chrétiens s'indigneront doublement de voir que la divagation raciste peut s'accompagner, à l'occasion, de la divagation sacrilège. LA BONNE COLLABORATION ET LA MAUVAISE L'aberration est trop stupide pour valoir d'être commentée, diront certains, mais, en vérité, j'estime, quant à moi, que de telles aberrations méritent d'être relevées car, si elles sont outrancières, ell~s participent néanmoins . d'un état d'esprit assez répandu dans les milieux de droite français. Cet état d'esprit, qui tend à identifier Arabo-islamisme et Barbarie, n'a pas cessé et encore s'exprime dans de véritables campagnes d'opinion. Lison par exemple ce qu'écrit l'hebdomadaire « Nouveaux Jours » (15-2-63) : « Il n'est plus au monde un homme sensé e·t tant soit pett éclairé sur l'histoire et la politique, pour ignorer que l'Islam oppose tute barrière infranchissable à la civilisation et à l'évolution des masses qu'il maintient sous sa loi. Les apparences peuvent parfois égarer et faire croire à 1~ne fusion, une intégration possible d'une collectivité islamisée avec l.es prétendus civilisés que sont les Européens ou les Américains. En réalité, seuls sont assimilables ceux qui ont rom-pu leurs liens avec l'Islam ou n'en ont jamais eu qu't~ne vague teinture. » Le billet où s'étalait cette prose malodorante portait ce titre significatif : « On ne collabore pas avec l'Islam ». Ainsi, pour ces messieurs les anciens pétanistes et pronazis autant la Kollaboration avec l'Allemagne hitlérienne était, pour la France. louable et admirable, autant la collaboration avec un pays arabo-islamique doit être considérée comme condamnable et, au surplus, stérile. C'est, par exemple, ce que la dernière livraison du mensuel « Le Cha-yivari » nous explique laborieusement dans un article interminable, plein d'un pathos filandreux. L'idée générale en est que si l'Algérie se trouve dans la situation difficile qu'elle connaît aujourd'hui, ce n'est pas du tout parce que les coloniali stes français l'ont ravagée et minée, mais parce que les Algériens indépendants, donc privés de la tutelle française, ne sont bons à rien: « Au mois de jttin ... on se demandait si l'A l.q érie n'allait pas devenir pour de bon algérienne, c'est-àdire parfaitement désertique ... M. Ben Bella et sa brillante équipe d'assassins illettrés sont tout à fait incapables de reremettre l'Algérie en marche et de lui faire produire au moins un peu. » etc., .. Conclusion : la France, quelles que soient les contreparties qu'elle pourrait obtenir, devrait cesser d'apporter la moindre assistance à la République algérienne, à cette « république » néomarxiste qui constituera automatiqtte1nent la base d'attaque contre l'Europe » (sic). Laissons dans leur « charivari » halluciné ces imbéciles qui en sont à trembler ridiculement en évoquant la perspective épouvantable d'une nouvelle bataille de Poitiers, où, au coeur de la France, la main de Fatma s'unirait à la main de Moscou pour brandir l'étendard de la subversion, et constatons, à travers de tels articles, une des réalités sociololiques de notre temps : le racisme qui, pendant toute la période de la colonisation et des guerres coloniales, cherchait à justifier, sinon à provoquer, le massacre des colonisés, a dü aujourd'hui battre rageusement en retraite. Il ne prêche, plus, au moins en France, l'extermination, mais il rejoint le « cartierisme » pour prêcher un désintérêt méprisant envers les pays du Tiers Monde, qui, exploités pendant des décades, souffrent aujourd'hui du sous-développement et de la faim. Ce racisme là est celui de la décolonisation. Il est moins direct, plus insidieux que le précédent. Il n'est pas moins ignoble, ni moins néfaste. Il faut le combattre avec la même vigueur. A'ibert-Paui LENTIN. entre la légende de Bacchus et celle de MOlse, C'(;st apparemment au Grec qu'il faut accorder l'antériorité. Mais quand il rencontre sous la plume de quelque rabbin un appel à la fraternité humaine, il s'empresse de le citer, voire de le pasticher et de le reprendre à son compte. Quand il parle lui-même sous le nom du rabbin Akib, il lui fait certes reconnaître que le passé de son peuple est chargé de superstition, mais c'est pour conclure par une prière : « Dieu, père commun, Dieu de miséricorde, fais qu'il n'y ait plus sur ce petit globe, sur le moindre de tes mondes, ni fanatiques, ni persécuteurs. " Vis-à-vis des musulmans, l'attitude de Voltaire est complexe. Il a pris Mahomet pour le symbole du fanatisme, il a fait de Séide le type définitif du complice aveugle et criminel. Les musulmans aussi sont superstitieux : « Religion mahométane infér ieure à la chinoise, en ce qu'elle croit un prophète ct qu'on révère sa robe à La Mecque! » (6). Mais la superstition est partout: (( L'arche des juifs, le pain des chrétiens, la pierre noire de La Mecque, le palladium de Troie, les boucliers sacrés ... )} (7). Et la civilisation musulmane a été, au temps des croisades, très supérieure à la barbarie franque. Voltaire donne le beau rôle aussi bien à Saladin dans l'Essai sur les moeurs qu'à Arosmane dans Zaïre. S'agissant des peuples qui ne sont pas de race blanche, Voltaire n'a jamais eu le réflexe élémentaire sur lequel se fonde si souvent le racisme, l'hostilité envers ce qui est différent de soi. Il respecte, il admire les jaunes, en particulier les Chinois, parce qu'il les sait pacifiques, et les croit très proches du déisme, de cette religion sans révélation, sans dogmes et peut·être sans immortalité qu'il voudrait voir s'étendre partout et qu'il juge capable de réconcilier les hommes. Quant amI: noirs, il est vrai qu'il les traite comme de grands enfants, et il n'est pas loin de juger cette infériorité irrémédiable. Ce n'est pas à lui qu'il faut demander les conceptions hardies de l'abbé Raynal, surtout quand il a été revu par Diderot (8). Mais la condition des esclaves le remplit d'horreur, et il ne perd jamais l'occasion de stigmatiser les bourreaux, de crier pitié pour les victimes. On connaît le passage célèbre de Candide où le héros rencontre un pauvre nègre privé d'un bras et d'une jambe par son maitre hollandais, M. Vanderdendur. Mais le même ton se retrouve dans l'Essai sur les moeurs, en des pages rédigées au moment même où Voltaire introduisait dans Candide l'épisode du nègre de Surinam. Voltaire s'est fait l'écho des cris d'indignation lancés au XVI siècle contre les Espagnols par l'évêque Las Casas, qui avait vu décimer par le fer, le feu et les bêtes les indigènes des Antilles. Il a dénoncé l'esprit de lucre qui anime les conquérants, et remarqué, après Montaigne, la valeur humaine de ces hommes qu'on ne dépréCie que pour les voler. Aussi, quand il écrit dans son Traité sur la Tolérance : « Je vous dis qu'il faut regarder tous les hommcs comme nos frères. Quoi ! mon frère le Turc ? Mon frère le Chinois ? le juif ? le Siamois ? - Oui sans doute ; ne sommes-nous pas tous enfants du même père .et créatures du même Dieu ? Il nous pouvons l'en croire. Peut-être ne pense-t-il pas spontanément ainsi ; Il lui faut quelque effort pour se sentir lui, le roi Voltaire! - le frère d'un esclave sans culture, abruti de travail et de superstitions. Mais cet effort, il le fait, ët il le prêche. Et il se fait lire. Notre antiracisme est plus cohérent, plus réfléchi, plus scientifique, mieux fondé sur l'étude des sociétés et sur l'expérience de l'histoire

il nous faut cependant conclure

que faire de Voltaire le patron d'un quelconque racisme, c'est une escroquerie. (1) Caussy, oeuvres inédites de Voltaire. (2) Essai sur l'es moeurs, ch. LIV. Voir mes Extraits de l'Essai sur les moeurs, p. 45 sqq (Editions Sociales). (3) Id. ch. III. (4) Essai sur les moeurs. Ed. Sociales, p. 47. (5) René Pomeau, La religion de Voltaire (Nizet). (6) Carnets pUbliés par Caussy, oeuvres inédites de Voltaire. (7) Voltaire's notebooks, pub!. par Th. Besterman, t. II. (8) Voir l'article d'Yves Benot dans le numéro d'Europe consacré à Diderot (janv.-fév. 1963). u ~ W -l -l o U Où en est le racl•s n1e Quelles forn1es prend-il Comn1ent le cOn1battre ? • ? • ? • Dimanche 12 ma,i 1963, aura lieu, au Palais de l'U.N.E.S.C.O. la JOURNEE NATIONALE CONTRE LE RAC ISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX, organisée, par le M.R.A.P. Pour que les débats' qui auront lieu s'appuient SUr une information aussi large et aussi objec,tive que possible, le présent questionnaire est s~umis à la fois aux associations et aux personnes que préoccupe le racisme et qui entendent le combattre efficacement. Les réponses serviront à établir les rapports qui seront présentés à la Journée Nationale. Il est donc souhaitable que ces réponses soient nombreuses et détaillées et qu'elles parviennent AUSSI RAPIDEMENT QUE POSSIBLE au : Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.l 30, rue des Jeûneurs - PARIS-2e D'avance merci. Supplément à « Droi t et liberté », N° 21 9 QUESTIONNAIRE ACTUALIT~ DU RACISME -------, Le racisme, naguère doctrine officielle du reglme hitlérien, a servi de iustificat10n à l'assassinat de millions d'êtres humains. Ces crimes abominables ont soulevé la réprobation universelle. Pourtant, 18 ans après la fin du cauchemar nazi, le racisme reste un fait d'actualité. Des orgonisations, en France et dans d'autres paY's, s'en réclament plus ou moins ouvertement. En dépit des progrès de la décolonisation, la couleur de la peau, la forme du' visage, demeurent prétextes à violences, brimades, humiliat'ions, contre des hommes ou des peu'ples déclarés inférieurs. Il ne se posse guère de jour où le racisme ne fosse l'objet d'informations, d'articles, d'études, de livres ou de films. Dans 10 vie quot.idienne, ce fléau continue de troubler les rapports entre les hommes ... 1 - Pensez-vous que le racisme a progressé ou reculé ces dernières années? Y attache t-an une certaine importance dans votre entourage? 2 - En dehors des informations données par la presse. avez-vous été témoin de manifestations quelconques de racisme? Lesquelles? 3 - Estimez-vous que le racisme constitue aujourd'hui un danger pour la société? Pourquoi? SES FORMES ET SES MANIFESTATIONS Parfois les preJugés raoistes s'expriment de façon insidieuse, presque inconsciente, et il faut, pour les déceler, une extrême vigilance : rares sont, dans la vie courante, les racistes qui s'affirment tels. Il orrive en outre qu'un traitement discriminotoire infligé pendant longtemps à telle catégorie d'hommes semble « naturel » et l'on peut alors avoir tendance à accepter un état de choses qui est né du racisme et le perpétue. Même quand le racisme prend des formes violentes, il peut ne pas apparaître d'emblée; li n'est souvent qu'un des aspects d'une situation politique ou économique complexe, et il s'accompagne d'autres phénomènes qui risquent de le masquer. D'où la nécessité d'une analyse précise. 4 - Quelles formes le racisme prend-il actuellement en France' ? a-t-il évolué pendant et après la guerre d'Algérie? pensez-vous que certains groupes (Noirs, Juifs, Algériens, Gitans) sont victimes de discriminations raciales? de préjugés raciaux: pouvez-vous en préciser la nature et la portée? 5 - y a-t-il des degrés dans l'intensité des attitudes racistes ? quels sont-ils et considérez-vous que certaines formes de racisme soient négligeables? où le racisme commence-t-il ? 6 - Estimez-vous qu'il y a des forme,s de racisme particulières selon le milieu, la profession, l'âge? lesquelles?

J

a. .... QJ • Prière de ne pas répondre par « oui :1 ou « non :1, mais de donner le plus possible d'indications précises. Joindre une feuille supplémentaire s'il 'Y a lieu. • Indiquer au début de chaque réponse le numéro de la question correspondante. • Il est recommandé de répondre à toutes les quest.ions ; mais toute réponse, même partielle, sera accueillie avec intérêt. • L'envoi des rép:mses peut être fait sous enveloppe ou, plus simplement, en collant et timbrant le présent dépliant. REPONSES QUESTIONNAIRE SES CAUSES Le problème des causes du racisme fait l'objet depuis fort longtemps de débats entre tous ceux qui ont la volonté de guérir la société de ce mal. Selon leur ph,il'osophie ou leur discipline intellectuelle, les experts euxmêmes insistent sur les causes éc'onomiques, politiques, religieuses ou psycho'logiques. D'aucuns cr,oient à une fatalité des heurts entre groupes humains différents, inhérente à la nature même de l'homme ; d'autres, plus optimistes, estiment que le racisme peut disparaître si l'on met fin au'x conditions qui favorisent son développement. 7 - Quelles sont, selon vous, les causes profondes et immédiates du racisme ? sont-elles diffé rentes lorsqu ' il prend la forme de l'antisémitisme ? considérez-vous le rac isme comme une fatalité ? 8 - Certa ines conditions économiques, politiques ou sociales, certaines formes d'éducation favorisent·elles le développement ou la régression du racisme ? pensez-vous que le problème du racisme soit lié à celui de la guerre et de la paix? du nationalisme? de la démocratie ? comment ? 9 - Estimez-vous en particulier : que la persistance des menées néo-nOlzies dans diffé rents pays puisse alboutir à de no uvelles persécutions contre les Juifs? que l'accession à l'indépendance de peuples récemment encore colonisés, peut entraîner un recul des préjugés raciaux dans l'immédiat? à longue échéance; en est-il de même de la création de l' Etat d' Israël? L'ACTION CONTRE LE RACISME Les divergences dans l'analyse des causes du racisme et l'interprétation philosophique ou sociologique de ce phénomène, n'empêchent pas que les gens de coeur puissent le combattre ensemble. Par son actian quotid,ienne qui réunit des hommes de tendances diverses, le M.R.A.P. en fait la d'émonstration éclatante. Cette action peut être menée dans différents domaines, sous des formes multiples. Elle doit s'enrichir constamment de toutes les expériences, de toutes les initiat,ives qui traduisent la même volonté de faire triompher partout la compréhension et la fraternité entre les hommes de races, d' origines, et de confessions différentes. 10 - Rencont rez-vous, dans votre milieu de l' inté rêt paur l'action antiraciste ? comment se manifeste cet intérêt? 11 - Quelles formes d'action vous paraissent les plus efficaces pour combattre le raci sme et le prévenir : réactions individuelles, manifestations publiques, poursuites judiciaires, mesures législatives, mesures pol it iques, débats et confé rences, enseignement, efforts éducati fs des grandes formations ph ilosophiques, religieuses, pol itiques et sociales, livres et autres moyens de diffusion de la culture (rad io, télévision, cinéma), échanges internationaux, etc .. ? est imez- vous que les pouvoi rs publ ics ont un rôle à jouer dans cette action? 12 - Avez-vous connaissance d'expé riences effectuées sur le plan personnel ou co llectif pour combattre le racisme ? pourriez-vous en préciser les données et les résultats? ...J a. QJ E .QJ M REPONSES M . ... . .... .. .... .. ... . .. . ............ . ... . (Nom et prénom) Adresse .... . .. . .. . ...... ... ...... . .... . ........................ . Profession ou qualité . . . . ... . ...... . .. . .... .. . . .. .. Age ..... . • Vous prie de t rouver ci-joint ses réponses au questionnaire du MRAP en vue de la J ournée Nationale contre le r acisme, l'antisémitisme et pour la paix. • Désire r ecevoir ...... autres exemplaires de ce questionnaire pour les répar tir autour de lui. • Souhaite recevoir .. .. . . invitations pour la Journée Nationale Dimanche 12 mai au Palais de l'UNESCO, à Paris). (Rayer les mentions inutiles.) - ,~ ' t ,. ~ Timbre à 0,25 F. Monsieur le Président du M. R.A. P. 30, Rue des Jeûneurs PARIS-2e

Notes

<references />