Droit et Liberté n°163 - avril 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°163 (267) de Avril 1957
    • Dimanche 26 Mai: joournée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix par Charles Palant page1
    • "Tous mes voeux de succès" nous a dir Hazel Scott avant de quitter Paris page1
    • L'affaire des "nouveaux maîtres" en appel le 6 Mai par Georges Sarotte page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas: Boom sur la peur par Oncle Tom
    • Edouard Herriot (message de condoléances et réponse de Mme Herriot) page2'
    • Un cri s'élève dans la France entière: Speidel doit partir page3
    • Fruits amers du drame Algérien: la dignité humaine bafouée, le racisme et l'antisémitisme déchaînés page4,5
      • S'unir pour la fraternité et la paix par Charles Ovezarek
      • Un terrible dossier
      • L'honneur de la France
      • La plaie la plus douloureuse par le Général Tubert
    • A travers le monde page6
      • Un jeune noir assassiné à Chicago
      • Pierre Cot: "pour une solution pacifique des problèmes du Moyen-Orient"
      • Afrique du Sud: boycott des autobus et des brasseries d'Etat
      • Pologne: prise de position et mesures contre l'antisémitisme
    • Cinéma: Géant, le roman du Texas présenté par Renaud de Jouvenel
    • Livres: omment peut-on être persan préentation par Raph Feigelson
    • Enquête de Maurice Decraienne: c'est ainsi que naît le racisme, tristes spectacles page8

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• LES FRUITS AMERS · DU DRAME ALGERIEN (V 0 i r pages 4 et 5) N° 163 (267) AVRIL 1957 30 FRANCS DiDiunche 26 Mai à la Mutualité ~azz, piano et fraternité humaine JOURNÉE NATIONALE JI Tous mes voeux de succès ff nous a dit H-azel seon • contre le APPEL raCisme, l'antisémitisme avant de quitter Paris TOUS les Français se doivent de marquer la profonde réprobation du peuple des Dr-olts de l'Homme à l'·égard des manifestations du racisme et de l'antisémitisme. Les traditions qui font la grandeur de notre -pays sont menacées lorsqu'en plein Paris, les élé.ments factieux se rassemblent Impunément et se livrent à des violences aux cris de « mort aux Juifs! », excités par les déchaînements haineux d'une presse qui s'efforce 'de dresser les citoyens les uns IIOntre les autres, selon leur race ou leur confession. La F,rance est défigurée lorsqu'en Algérie des hommes, désignés par leur origine, subissent en son nom des traitements indignes, confi"més et dénoncés par d'Incontestables témoins. Le sacrifice des martyrS et des héros massacrés par les nazis est bafoué lorsqu'au mépris des leçons cruelles de l'histoire, ceux-là mêmes qui portent la responsabilité des pires méfaits du militarisme allemand, se volent confier des fonctions dirigeantes. EN ces circonstances, Il est du plus haut Intérêt national que la France démocratique et républicaine, la France de l'abbé Grégoire, solidaire de tous les opprimés, la France de Schoelcher qui abolit l'esclavage des noirs, la France de « la vérité en marche » au temps de l'affaire Dreyfus, la France héroïque Ile la Résistance et de la Libération, fasse entendre solennellement sa grande volx généreuse. C'est po-u,rquol nous proposons que se tienne une puissante Journée nationale contre le racisme l'antisémitisme et pour la paix, le dimanche 26 mai, au Palais de la Mutualité à Paris. A l'heure où des Français Innombrables s'élèvent avec force contre la menace conJuguée du racisme et de l'antisémitisme, du fascisme et de la guerre, nous invitons à prendre part dès maintenant à cette initiative tous ceux - citoyens de toute appartenance, collectivités et groupements divers - qu'anime le noble idéal d'égalité et de fraternité entre les hommes. Nous appelons les antiracistes à se réunir dans toute la France et dans les pays d'outre- mer pour désigner leurs porte-paroles et leurs délégations. Ainsi, sans distinction ni préséance, dans le respect des convictions de chacun, tous les courants, toutes les forces antiracistes de ce pays exprimeront, largement unis, leur volonté de sauvegarder la Justh;e, la fraternité humaine et la paix. Le Bureau National du M.R.A.P. et pour la pai• x A coup sûr la Journée na-,-~--------~~--~~----~ tionale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix sera, le 26 mai prochain, un événement important dont l'écho retentira dans le pays tout entier. Cette Journée sera une étape décisive dans le rassemblement des courants d'opinion les plus divers qui, partout dans le pays, se manifestent avec une force grandissante pour imposer la satisfaction d'exigences nationales qui sont autant d'impératifs conditionnant l'avenir de la sécurité et de la grandeur françaises, à savoir: la mise hors d'état de nuire des bandes ' fascistes nourries à la sève de la guerre d'Algérie, qui s'en vont crier « mort aux juifs! :. des Champs-Elysées à la place Léon-Blum; en finir en Algérie même, avec une guerre qui ruine le pays, démoralise la nation, approfondit le fossé entre les communautés en présence et les peuples Charles PALANT, Secrétaire général du M.R.A.P. (Suite en page 5.) ELLE .possède de nombreux ta-lents, mais c'est la musicienne de jazz qui nous était présentée, trop brièvement, d-ans le dernier programme de l'Olympia_ Son interprétation de c Crazy Rythm :., très enlevée, nous permet de constater l'excellence du jeu de sa main gauche. Puis c'est une très jolie chanson de Michel Emer qu'elle chante en français d'une façon charmante et pleine de c feeling :. (1). Et c'est ensuite le cheva'l de bataille d'Hazel Scott. Son fameux c Tea for two :.. véritable morceau de bra" voure. Durant que sa main gauche exécute le thème, sans interruption, de manière solide, parfaitement déliée, la main droite brode, vagabonde, folâltre et improvise avec dynamisme nombre de citations de thèmes connus. Et cela donne une exécution pleine d'humour et truffée de gags. Le célèbre c Sai-nt Louis Blues» lui succède. Thème archi connu. archi joué et qui conserve toute sa saveur 'par le jeu d'Hazel Scott. Et en voi'là donc terminé de son agreable présence, du moil16 en ce qui concerne les spectateurs de l'Olympia. Pour notre part, une entrevue nous est accordée. pour Droit et Liberté. Elle nous reçoit dans sa très petite loge et la glace est vite rompue dès que nous abordons le sujet musique. -Les questions rituelles s'épuisent très rapidement pour faire place au bavardage, à bâtons rompus, sur ses multiples expériences musicales. - Comment ~tes-vous venue l la musique? Quelles ont été vos premières expériences? Le M. R. A. P. devra-t-il payer la réalisation d'un film antisémite 1 - Très jeune fai appris le piano et, à 14 ans, Je faisais partie, comme trompette, de rorchestre de ma mère, elle-m~me saxophone ténor. - Voilà deux instruments assez peu coul"ants pour des femmes 1 - Oui. D'ailleurs la trompett, me faisait mal et m'ablmait les l'AFFAIRE DES Il NOUVEAUX MAITRES" lèvres. J'ai repris le piano ... Nous apprenons encore qu'A 16 ans elle a eu sa première émission à la radio. A travaillé en appel le 6 deux oans plus tard dans une LACour d'Appel de Paris aura bientôt à statuer (le 6 mai) sur l'appel interjeté contre le jugement rendu le 28 juin 1955 par la 3· chambre du Tribunal civil de la Seine, lequel a condamné le M.R.A.P. à 500.000 francs de dommages-intérêts en réparation du préjudice dont s'est plaint la société « Les Artisans du Film Associés :., productrice du film « Les Nouveaux Maîtres ». Cette antithèse sImpliste et brutale exprimait le besoin de glorifier la vieille race française mal• racIsme virulent. De là cette campagne contre le film, énergique certes, mals sans violence; elle a abouti à faire comprendre raison aux directeurs de salles, auprès desquels des démarches avalent été faites et qui ont supprimé volontairement la .projectlon du Georqes SAROTTE. (Suite page 2.) . revue de Broadway, puis au café « Society:.. A tourné plusieurs films à Hollywood et fait du théâtre. EHe évoque sa venue en France en 1952 et son concert à la Salle Gaveau, composé d'une partie classique et de jazz, sans oublier une f·am.euse « jam session :. (2) 'au Vieux-Colombier de Juan-les- D. M. et R. H •. • (Suite en page 3.) Ce jugement Impute à faute dommageable, engageant la responsabilité exclusive du M.R.A.P ., la protestation et la campagne menée par ce dernier contre la -projection du film, notamment à Marseille. issue de la féodalité et en même-----------------------------temps de .leter l'anathème sur la Le film présente un personnage odieux et répugnant, du nom de Padrovitch, une sorte de « métèque », fripouille de grande envergure, qui sert de repoussoir à un autre personnage de race noble, titré, victime des entreprises malhonnêtes, du premier, mals ayant finalement réussi à se tirer de ses griffes. « sale race » de l'étranger cosmopolite, plus ou moins enJuivé. L'AFFAmE Le M.R.A.P., conformément à sa mission qui est de créer et amplifier le sentiment de l'égalité et de la fraternité entre les hommes, quelles que soient leurs races ou leurs confessions, ne pouvait point demeurer Indiftérent à cette manifestation (l'lm . ATTENTION ! Le M.R.A.P. et « Droit et Liberté lt ohangent d·ad ...... A partir du 23 avril, leur siège sera : 15, RUE DU FAUBOURG-MONTMARTRE - PARIS (9") Métro: Montmartre Téléphone: PRO. 82-78 _2 DROI" ET LIBERTE PAS • PUISQU'ON NE VOUS LE DIT PAS • P-UISQU'ON HE BOOM SUR LA. PEUR Pour en avoir le premier subi les effets, le Japon· salt de quoi Il . retourne lorsqu'on parle d'expériences atomiques. Aussf est-II aisé de comprendre l'ap'préhension quI s'empare lu pays alors que la Grande-Bretagne s'apprête à lancer un. bombe dans le Pacifique, à proximité du territoire Japonais, Plus de 36 millions d'adultes, la moitié de la population, ont signé une lettre-pétition; une petite fille écrit à la ",elne Elizabeth, lui rappe·laR't en termes émouvants ses sentiments de mère; une flotille de bateaux-suicide qui croiserait dans les parages du lieu chOisi pou,r l'explosion a même été envisagée. Mais la 'p,ubllcité, qui ne perd Jamais ses droits, a vu dans ces c.ralntes légitimes un ressort commercial. Et les marchands d. poissons Incitent la clientèle à s'assurer dès à présent une ma .... chandlse non contaminée, et les marchands d'habits garantissent des vêtements contre la ,radio-activité... Les affaires prospèrent. Nous n'en sommes pas encore là mais déjà, en France, une usine étudie sérieusement un potage conditionné pour résister aux b.ombardements atomiques. Que la guerre ait tou10urs représenté une bonna affaire pour les margoulins, l'apparition de la bombe atomique n'a rien changé à ce fait, surtout pour ceux quI la fabriquent. Mais nous voici au point où la prétention d'en prémunir les gens dev·lent aussi une IIftalre. Dans un discours mémorable, le président Roosevelt. affirmait la nécessité de chasser la guerre, la faim et la peu'r, ces cavaliers de l'Apocalypse. Ils sont toujours là. Et Il reste encore à les chasser, dussent en pâtir ceu'x qui chevauchent dans leur sillage. Condamné à 500.000 francs d'amende pour avoir diffamé M. Schneiter, ancien président de l'Assemblé!', Pierre Poujade a dû faire son mea culpa. L'ONCLE TOM. Poujade, qui a fait de l'invective une plateforme politique et électorale, a encore beaucoup de chemin à faire sur la voie des rétractions et des excuses. Notamment envers les commerçants dupés par sa démagogie. ••• Il aura fallu trois siècles et demi pour voir réhabiliter les « sorcières » de Salem, exécutées en 1692 à la suite d'un procès de magie que le théâtre a. I"écemment popularisé. La justice marche lentement, surtout lorsqu'elle fait marche arrière. Combien de temps lui faudrat- il pour reconnaitre l'innocence des époux Rosenberg? ••• Lu dans « Le Figaro » cette annonce: « Off. général étr. ch. Fontainebleau ou environs beUe villa ou chdt. bien meublé, av. jard., à louer année, gd standing et conlt, environ 10 pièces. Tél.: 9 F1 31-02, poste 362 ». Devinez quel est le général en question! ••• Une seule publication juive a. osé se prononcer en faveur de Speidel : « L'Arche », revue mensuelle du Fond SOcial Juif Unifié. Ainsi fonds, fonds, ft1nds ! ... Le pensum d'Alfred Grosser, chargé de justifier l'injustifiable nomination, a. été aussitôt reprOduite par « La Croix ». D'autres, plus prudents, ont eu au moins la décence de se taire . • •• Un quotidien (entre autres) nous a appris, en date du 13 mars 1957, qu'un Nord-:Aricain avait grièvement blessé un coreligionnaire. La prochaine information de ce genre nous relatera l'agression d'un musulman par un compatriote! On chercherait vainement dans ce journal, et dans beaucoup d'autres - et on trouverait saugrenue - l'information préCisant qu'une rixe a opposé un protestant à un Auvergnat. • •• Georges Bonnet devait pré, senter un rapport au nom de la France à une conférence internationale d'historiens, au milieu d'avril. Il avait à examiner les origines de la guerre 1939-45, qu'il doit (il faut l'avouer) asse~ bien connaître. Mais on ne peut qu'approuver les historiens 'français qui, en signe de protestation, ont refusé de parti' Ciper à cette rencontre avec un tel porte-parole. Ils ont estimé que, malgré tous les blanchiements, histoire et hitlérophilie ne sont pas bonnet- blanc et blanc bonnet. L'affaire des Nouveaux MalA t res " (Suite de la page 1) film, à mettre fin au contrat de distribution, soit par respect de la .paix sociale compromise par l'apparition des « Nouveaux Maitres » sur l'écran, soit par intérêt commercial bien compris. La société des Artisans du Film Associés a donc cru devoir faire payer au M.R.A.P. le préjudice subi, consistant d'une part, dans un nombre respectable de milllons dépensés pour la réalisation du film et, d'autre part, dans le manque à gagner consistant dans la p.erte des recettes. C'est pourquoi elle demandait au tribunal l'allocation d'une .provision de 5 millions à parfaire après une expertise à ordonner. Le tribunal, s'estimant suffisamment édifié, a refusé l'expertise et $tatué définitivement en condamnant le M.R.A.P. à payer à la société demanderesse une indemnité de 500.000 francs. Ainsi, la montagne accouchait d'une souris! Et cela autorise à penser que le film - mis à part son caractère odieux - ne se rattrapait même point grâ.ce à une valeur esthétique ou commerciale. Une analyse critique Ge cette décision ne peut être correctement effectuée qu'en se référant aux deux considérations suivantes: 1°) Dans quel but le film « Les Nouveaux Maîtres » a-t-il été conçu et réalisé? 2°) Quels sont les facteurs qui ont amené le tribunal à juger comme Il l'a fait? EXCITATION A LA HAINE tent de temps en temps, autour d'eux, des clins d'oeil significatifs. Cette catégorie d'hommes, dépeinte dans un seul d'entre eux, dont il est sous-entendu qu'il est juif, serait d'autant plus haIssable qu'en envahissant notre pays pour s'y enrichir, Ils dépouillent sans pitié les plus nobles familles. Cette imprécision du type de l'aventurier dépeint dans le mm, présentait un double avantage. D'abord, pour exciter les pasSiOIlS, il est pré'férable de demeurer dans le vague; on crée plus aisément ainsi une mystique de suspicion et de haine. En second lieu, c'est une façon de camoufler ses véritables intentions qu'on n'ose pas avouer. On pense pouvoir se soustraire à des poursuites éventuelles sur le terrain pénal, en application de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, article 2 modifié par le décretloi du 21 avril 1939, qui punit la diffamation envers un groupe de personnes appartenant par leur origine à une race ,ou à une religion déterminée. Grâce à cette précaution, le délit visé par ce texte n'est pas suffisamment caractérisé, en sorte qu'on est à peu près assuré de l'impunité. Pourrait-Il être objecté que la faute relevée par nous à l'encontre des ArLisans du Film Associés, n'autorisait point le M.R.A.P. à se faIre justice soimême et qu'ainsi il y aurait là un manquement à la légalité? Nous ne le croyons pas, car le M.R.A.P. ne peut pas être considéré comme s'étant fait justice, dans le sens de l'adage: c Nul ne peut se faire justice Soimême l. Car il ne peut viser que des actes d'exécution accomplis à l'encontre d'autruI. La campagne de presse du M.R.A.P. dans « Droit et Liberté » ne tombe donc point sous le coup de cet adage. UN JUGEMErjT PARADOXAL 2° Comment, dès lors, s'expliquer que le tribunal ait, tant dans ses m')tif., que dans son dispositif, estimé fautive la campagne du M.R.A.P. contre le film et innocenté en même temps la société poursuivante? Cela pr,ovlent du pouvoir souveraIn que possèdent les juges d'apprécier les faits qui leur sont soumis. Sans aller évidemment jusque, à l'Instar de Goren!lot, à baptiser carpe un lapin, ils .peuvent néanmoins, sans manquer à leur conscience voir les faits sous une optique créée par des influences sociales diverses et complexes. L'effort d'ob.iectivité qui leur est demandé existe à la vérité, mais son efficacité est variable pour les uns et pour les autres. C'est ce qui explique pourquQl, entre des tribunaux saisis d'une affaire semblable, on verra certains dire blanc, d'autres noir. En l'occurence, la tendance sans doute subconsciente des juges quI ont rendu le jugement est incontestablement conservatrice, voire franchement réactionnaire. Le tribunal a dCi avoir le coeur agréablement chatouillé par l'exaltation d'un naUonalisme dé- . su et et d'un racisme qu'il n'a pas fols que venir justifier après coup une tendance donnée qu'on désire faire prévaloir. Juridiquement, Il n'y a guère de remède aux conséquences de cette technique, car l'analyse des faits et leur appréciation sont souveraines et échappent au contrôle de la Cour de Cassa:tion à moins qu'Il ne soit possible d'y déceler une contradiction. Le seul remède dépend des juges d'Appel qui ·peuvent avoir et énoncer une appréciation des faits différente ou contraire et qui, évidemment, pour cela, doivent s'inspirer d'une autre conception sociale que celle des JUges du premier degré. Les juges d'Appel trouveront aisément, à notre sens, à infirmer les appréciations du tribunal s'lIs tiennent compte de cette particularité paradoxale, à savoir que l'intention injurieuse et la ·provocaUon à la haine existent bel et bien dans le film aux yeux de la plupart des spectateurs qui l'ont vu, tandis qu'ils ne paraissent pas exister aux yeux du tribunal, celui-ci s'étant abstenu de . tenir compte des sentiments de ces spectateurs, alors que pourtant ils ont la valeur d'un témoignage. Ajoutons à cela que, suivant l'avocat (1) qui a plaidé pour la société demanderesse (bien connu pour sa frénésie raciste), le caractère antisémite du film ne faisait pas de doute puisque sa plaidoirie a été e~ grande partie une diatribe antisémite. Ajoutons également qu'un journal oomme « Aspects de la France » ne s'y est pas trompé non plus et qu'il a bien marqué que le film visait à flétrir les juifs. Donc, personne ne semble s'être mépris, sauf le tribunal, sur le véritable caractère du film. N'est-ce pas singulier et, ajoutons- le, regrettable? (1) Cet avocat n'eet autre que Tixier-Vignancour... comme par hasard. Edouard HERRIOT CERTAINS noms disposent d'un pouvoir étourdissant. Il suffit de les évoquer pour qu'aussitôt surgissent des pages chargées d'hisLoire. Edoua:d Herriot appartient à cette catégorie; ce n ~est pas seulement un nom, c'est IIne époque. Celle de ~. III' République. Le 24 mars l'un de. personnages les plus marquants de 1. politique française de ces trente dernières années a disparn. Notre intention n 'est pas d'analy.er la vie du président d'honneur de · l'Assemblée Nalionale, mais d'en souligner simplement quelques lrails. qui nous sont parlicUJIièrement sensibles. Edouard He:riot nait à la politique avec l'affaire Dreyfus qui dessina pour de longues annéee 1" ligne de aéparalion des forces politiques de droite et de gauche. A l'époque, Edouard Herriot n'hésite pas à rompre avec Barrès, qu'i'l admire cependant, pour se ran ger aux côtés de Jaurès, France, Zola. Il s'iloscrit à b dreyfusarde Ligue des Droits de l'Homme. La suite de son existence ne démentit jamail cette attitude r~i correspond:!it à .. profonde conviction que l'antisémitisme est une horrible lèpre préjudiciable à la démocratie, à la liberté. Il avait tenu, à plusieurs repriaet, ces dernières années, à marquer ,on accord avec l 'action menée par le M..R.A.P., notamment lors de no. Journées Nationales. En 1924, Edo!!ard Herriot forme son premier gouvernement. Il a jU&te 50 ans. Deux am auparavant, il était allé en U.R.S.S. ponr en revenir avee Je sentiment qu'i'l était juste, qu'il était nécessaire de rétablir des relation. diplomatiques entre ce pays et J" nôtre. Sou. son gouvernement, la France renouera avec l'Union soviétique. Se. efforts heurteront l'opposition et Oe hasard n'y est pour rien), les mêmea hommes qu'i'! combattait lors de l'Affaire. Maurras réclame pour lui 1" peloton d'exécution. Dans les der!lières années de sa Yi'" Edouard Herriot fut hanté par le danger de la renaissance du miIitariame allemand. Justement soucieux des intérêts de la France, de son avenir, il sut choisir lors d" débat de ratification de la C.E.D. Le. arguments det Français hostiles à cette machine d" guerre n'en prenaient que plus de valeur. Le 30 août 1954, le président Herriot eut l'occaRion, dans un retentissant discours, de définir sa conception de la paix. « Nous voulons, dit-il, la paix par la paix elle-même, et non par le surarmement de certains pays :., et il su.ggérait que l'on s'orientât ver. une solution qui intéresserait toute l'Europe et non pas une partie leule-' ment. Si ces attitudes courageuses lui yalurent les critiques, voire les injure. des amateurs de .. harniers, ellee lui amenèrent en revanche l'amitié de tous ceux qui ont fait leur la caUM de la paix. Le 13 juin 1955, Edouard Herriot recevait cn sa ville de Lyon, de. mai,.. de Vercors, Anna Seghers, Wanda Wasiliewska, le Prix International de la Paix, décerné pa: le Conseil Mondial de la Paix. Juste couronnement d'une vie qui ne fct pas toujours à cette échelle mais qui demeure dans ces multiples aspects, attachante. • Dans une lettre adressée à Mme Herriot et à M. Le Troquer président de l'Assemblée Natlo~ nale, le présid-ent Léon LyonCaen a exprimé les condoléances de notre Mouvement. Mme Herriot lui a répondu en ces termes: Monsieur le p,.ésldent, J'ai été prOfondément touch'. de l'émouvant message de sympathie que vous m'avez exprimé et de la part que vous voulez: bIen prendre à ma douleur. Voulez-vous être mon Interprète auprès de tous les membre. de votre Mouvement pour 1 .. assurer de ma vive gratitude, e& agréez, Monsieur le Président, l'ex'p,ression de mes sent.lment. les plus reconnaissants. Mme HERRIOT. 1 ° Ce qui importe essentielle_' nient dans « Les Nouveaux Maltres », c'est tout ce que le film suggère, insinue, plutôt que ce qu'il exprime clairement. Le scénariste et les réalisateurs ont cru habile de donner un aspect assez imprécis au « métèque », néanmoins il est clair qu'ils ont voulu le rendre typique. Le seul fait d'employer le pluriel pour 'désigner un seul personnage le prouve. Mais l'impression d'ensemble est qu'on a voulu inculquer aux spectateurs la conviction que, dans notre pays, il existe un fossé Infranchissable entre deux sortes d'hommes : d'une part, les « anciens maltres », c'est-à-dire la vieille noblesse française, avec ses vertus, sa grandeur et, d'autre ' part, les « nouveaux maîtres », des gens venus d'on ne salt où, avec leur physionomie repoussante, leurs vices, leur langage barbare fait d'un « sabir l ahurissant émaillé d'expressions en yiddish. Ainsi tont ceux qui, tout· en feignant de ne ,point penser à « ça », jet..: Mais sI, pénalement, une sanction n'aurait guère de chances d'être appliquée, Il n'en demeure pas moins que sur le terrain social, ce film apportait un trouble grave à l'ordre public, en venant surexciter les tenants du racisme et de l'antisémitisme et en provoquant l'indIgnation des milieux démocratiques et progressistes. La preuve en est dans l' étendue et la vivacité même des réactions du public. Le tribunal n'ignorait pas que de multiples associations cultuelles juives, des organisations sociales des rabbins, un achevêque se sont élevés contre le film, dont la projection a été interdite par plusieurs maIres et un préfet. Ce n'est pas le M. R. A. P. quI a eu le don de créer ces réactions; son rôle s'est borné à alerter le public et lui montrer le caractère néfaste du film, et à le persuader de la nécèssité de ne point tolérer une telle manifestation de division et de haine. cru discerner dans le film, alorsr--------------------__________ _ qu'il était assez facile de le lire en quelque sorte en surimpression. Grâce à des motifs habilement déduits, certains aspects qui étaient défavorables aux demandeurs étaient estompés ou passés sous silence, tandis que d'autres, au contraire, par exemple le vague dans lequel on a placé le personnage odieux, ont Ainsi donc, il anparalt bien que le jugement du tribunal a inversé les responsabilités. Il y a eu de la part de la Socié'té des Artisans du Film Associés une provocation manifeste envers une large masse du public imbu des sentiments de dignité et de respect pour la personne humaine. Le M.R.A.P. ne pouvait point ne pas relever une telle prov.ocation ceci a donc amené, cela. été montés en épingle. Cette technique jurIdique de la jurisprudence est un fait connu et 11 n'y a guère de professeur de droit qui n'avoue que les motifs des jugements ne font parz; Un cri s'élève dans la France entière: Oui le retient? 1iII.. ... AIS oui, qui le retient? Ir'! Nous apprenons avec l'intérêt qu'on imagine, par un journal du matin, que Speidei, déçu sans doute par l'accueil réfrigérant des officiers en particuliers, des Parisiens et des Françaic en général, songerait à démissionner. Nous sommes prêts, ,en cette circonstance, à user de courtoisie et même à pousser la complaisance jusqu'à lui faciliter la tâche, afin que Speidel, ses médailles et ses valises quittent sans retard notre sol! Franz Joseph Strauss, ministre de la Défense d'Adenauer, avait reçu du. gouvernement Guy Moliet l'assurance que ({ rien ne se passerait » en France pour la nom,ination de Speldel. Mals la France, qui déjà a fait écheo à la C.E.D., se dresse avec énergie contre Speldel et menace à nouveau de faire échouer les espoirs d'Adenauer et Strauss pour la politique allemande du « Marché commun » et de l' ({ Euratom ». Les manifestations de Fontainebleau, AUboué, Drancy, celle de l'Etoile, d'autres encore, innombrabl·es, suscitées par le défi lancé à notre pays, ont pris une ampleu,r telle que Speidel et ses supérieurs reculeraient devant leurs conséquences. Néanmoins, n'entonnons pas encore le « Glorificat ». En effet, la démoralisation de Speidel, mêm.e passagère, est mal vue par MM. Bourges- Maunoury et Guy Mollet. Et nous assistons au spectacle touchant d'un ministre de la Défense frappant amicalement du plat de la main le dos d'un Speidel abattu, s'essayant à le regonfler et à le convaincre que Jamais le gouvernement français ne cèdera à la campagne anti-Speldel. Mais ces remous et ces difficultés ne montrent-Ils pas que la campagne porte déjà ses fruits? Les patriotes y verront un encouragement pour amplifier leur aotion Jusqu'à ce que SpeldeI soit contraint de par·tlr 1 A l'issue de la conférence du 25 février 1957, or'ganisée sur l'initiative du président Léon Lyon-Caen à l'hotel Moderne, 'ume manifestation publiquè fut décidée contre ,la nomination de Speidel. C'est cette manifestation qui se déroula le samedi 30 mars, à Il heures,

sous l'Arc de Triomphe, à l'al"pel

de 68 personnalités diverses. L'appel fut entendu. La cérémonie n'était pas encore comanencée que, déjà, hommes et femmes, jeunes et vieux, se pres: saient à l'Etoile. La foule silencieuse, 'recuei\tlie, rentoure étroitement la flamme du Soldat inconnu. D'immenses

gerbes sont déposées, mais on

remarque aussi d'humbles petits ,bouquets, innombrables messages de douleur, de regret et de réwolte. Les mains qui les ont {Offerts apparaissent soudain: mains étranglant un mOUIChoir «;tue fon presse subrepticement

sur les yeux, mains de femmes,

!Seules, habillées de noir. Dans c es fleurs printanières se cache tO.ut un univers de souffrance et d'espoir, d'une souffrance subie

semble-t-il en vain puisqu'aussi

hie.n la place de ces femmes, ü c~ tëmoignl! que la France doit

à nOUIVeau combattre contre la
même erreur, contre la même

terreur aussj, de tant d'a'nnées perdues l... Mais unÎve.rs d'e.s'poir aussi, car oes femmes ~t tOU$ ,Çes Parisiens ne seraient pas ·grou~.és ·ici sans ~a tenace certitude de yoir la France, pour le r.espect ~e laquelle tant d'hommes ont §.uccombé, se r1edr-fsser, ind~'" DRANCY D1MANCHE 31 mars, sur aes lieux de l'on den comp de Drancy qui fut appelé « l'antichambre de la mort », plnsieurs milliel1\ de personnes ont manifesté puissamment contre la nomination du général Speidel. Devant une Coule ottentive et émue, Marie-Elisa Nordmon, présidente de l'Amicale d'Auschwitz, et M. Neveu, maire-adjoint de Drancy, évoquèrent les souffrance~ des 100.000 juifs, hommee, femmes et enfants, qui, il y a 15 ans, en ce même Heu, commencèrent leur martyre ovant leur départ pour Auschwitz Pot les fours créma- .Joire •. Au co!!rs de cette manifestation, une résolution fut adoptée par l'aniBtance « ... Les résistants, ancÎm.t combattants, le. rescapés de& camps et ik. prisons, affirment solennellement qu'a. ne peuvent accepter la nomination du général nazi Hans Speidel. " Le respect dû aux morts, la jrutit:e, la dignité, l'intérêt national exigen. que cette outrageante nomination $OÏl annulée. " Ils appellent tous ceux qui se IOUviennent à s'unir et tout mettre en oeuvre pour empêcher que Spewel prenlle ses fonctions au secteur CentreEurope de l'O.T.A.N •• DROIt Et L.,aERTE - ide d il purlir 1 A L'ÉTOILE dan te, libre de toute disposition étrangère. Un ancien déporté, vêtu de' sa, bure de déporté, ramenait les Voici Ja liste des 68 personnalités Qui llv"ient appelé les Parisiens à fJeurir le tombeau du Soldat inconnu; Mme Lucie Aubrac, MM. Claude Aveline, Paul Bastld, Albert Bayet, J.-J. Bemard, Elle Bioncaurt, André Blum, HenrI Bulawka, Jean Cassau, René Cerfferrière, Robert Chambeiron, Mme Chambart de LAuwe, S. ColletteKahn, M. Pierre Cot, Mme Su· zanne Crémieux, MM. le docteur Jean Dalsace, docteur Danowskl, Jacques Debû-Bridel, Mme Denise Decaurdemanche, MM. Henri Desallie, Adolphe Espiard, Mme Yves Farge, M. Edmond Fleg, Mme Mathilde Gabriel-Péri, M. le docteur Ginsbourg, Mme Rose Gué· rln, M. Jacques Hadamard, Mme Halbwachs-Basch, MM. Léa Haman, André Hauriou, Henri Hertz, L. Havnalnlan, Georges Hulsman, V Jankelevltch, général Jalnville, Frédéric Joliot-Curie, Francis Jaurdaln, Emile Kahn, Jacques Kayser, Robert Kiefe, général Le Corquillé, Alain Le Léap, Charles Lederman, M. E. Lévy, Léor. Lyoll-Caen, Jacques Madaule, M. MandelbraJt, Mme Jacqueline Marchand, MM. LAuis Marin, Louis Martin-Chauffler, Armand Meggie, 1. Meyenon, amiral Muselier, Mme Maxa Nordau, MM. Charles Palant, Pierre Paraf, J. Pierre-Bloch, O. Pozzo di Borgo, Marcel Prenant, Schuskin, Sicard de Pfauzoles, André Spire, Henri Torrès, général Tubert, Louis de Ville fosse, Vilner, docteur WelllHalle, docteur Welsberg. On notait également la présence de MM. JeOln Amblard, Pierre Villon, André Tallet, l'abbé Grangier, Auguste Gillot, FournlerBocquet, Mauchaussat, Auguste Touchard, des représentants de multiples associations d'anciens

G9(11battants, de résistants, de dé.1)

9r.tés, de victimes du nazisme ~il1si 'que des syndicats de diver~ §i!.s ,entrowri.s.es. t!-i! .président René Cassin s'était ~G...s~. - _ .. ,,~~i :le.5 ;I;lombreuses gerbes, .aJ"t~ de rupans tricolores, on ~q",-~~ celle du M.R.A.P. déJ) cisé:e 1'~ ÇhÇlrles Palant et M' Sor.o,tte. manifestants treize ans en arrière. L'émotion fut à son comble lorsque, fendant la foule, arriva un groupe décidé ci\! jeunes fils de fusillés qui déposa une énorme gerbe rouge portant la mention

4: Non à Speidel ».

Les drapeau'x s'inclinent sur ia tombe du Soldat inconnu. La flamme en frémit. Au premier rang de la foule compacte, les personn,alités, les parlementaires ceints le leur écharpe tricolore, 'les anciens combattants, les résistants aux médailles scintillantes. Lo mère d'un fusillé nous dit ... « Les 6, 10 et 11 6eptembre 1941, des agressions ont été commises, à Paris, contre des membres de l'armée allemande. Par mesure de répression contre ces /Aches attentats, les otages suivants ont été fusillés, conformément à mon ordonnance du 22 aoOt 1941 ... » L'avis, qui fut placardé en septembre 1941 sur les murs de ParIs, était signé: Von St-ulpnagel. Le chef d'état-major du Militarbefehlshaber était alors Hans Speidel qui, justement, s'oCcupait des « questions militaires ou susceptibles de l'épercusslons sur la sécurité propre des troulpes d'occupation ». Dans la liste des dix otages désignés ce jour-là, on ·peut lire le nom d'Henri Beckerman, un jeune de 21 ans, père d'une fillette de quelques mois. La mère d'Henri Beckerman est venue nous dire son indignation de voir Speidel de nouveau en France et à la tête de l'armée fraqçais e. Les larmes aux yeux, elle évoque l'affiche de von Stulpnagei, par laquelle elle a appris le drame un soir. - SI J'avais un autre fils qui doive servir sous les ordres de Speldel, MUS dit-elle, Je J'en empêCherais. Pour la F'rance, oui, pas pour les assassins ! ..• Et elle ajoute: - Je souhaite que toutes les mères de France agissent de cette façon, pour que nous ne voyions plus de tels crimes. « Nous ne pouvons pas oublier oela, personne ne doit l'oublier ••. » L'émotion étreint son visage que l'on sent prtri par une longue douleur. Soyez-en assurée, madame : Innombrables sont les mères, innombrables les Français qui, comme vous, n'oublieront jamais. Et qui agiront en conséquence. AUBOUÉ A AUBOUE; le dimanche 24 mars, la manifestation nationale du souvenir, contre la nomination de Speidel, a priS une ampleur particulière. AUboué, petite ville martyre où la Rési& tance marqua un effort désespéré pour se libérer de l'emprise hitlérienne. Nous avons, sur ces faits, un cruel témoignage dans le rapport du 28 février 1942 que Hans SpeideI écrivait: « En représailles du sabotage d'un transformateur à Auboué, arrestation de 70 communistes et juifs, en vue de leur déportaticm.. dans l'Est. 10.000 personnes présentes, dont le cortège étendu sur plusieurs centaines de mètres scandait une accusation: « Speidel, assassin! » Les bannières flamboyantes qui s'élevaient, les gerbes offertes à la mémoire des martyrs d'Auboué, le groupe des fils de fusillés, dont le visage marquait une résolution douloureuse; le groupe des aveugles de guerre qui, hésitants, martelaient les rues d'Auboué de leur canne blanche, tout exprimait l'horreur de voir ainsi oublier leurs souffrances, Telle une immense forêt, la foule se concentra sur le terreplein du monument aux morts, en haut de la ville. Elle écouta le maire d'Auboué qui retraça les heures tragiques de l'occupation. M. Debû-Bridel, qui lui succéda, insista sur le caractère impartial de la manifestation :: aucune divergence d'opinion ne doit permettre un retour odieux du nazisme en France. Bravant la pluie persistante, les patriotes réunis · entendaient ces messages, messages de lutte contre une nouvelle répreSSion avec son cortège de déportatiOns arbitraires, de victimes condamnées pour leur patriotisme. SpeideI, à la porte! Le M.R.A.P. était représenté à Auboué par une délégation du Bureau national et du Comité d'Action, comprenant: Charles, HUTMAN, MG Goorges SAROTTE et M. CUKIERMAN. Notre Mouvement avait à coeur de souligner ainsi sa volonté opiniâtre de s'opposer au retour du ra'clsme et de l'antisémitisme, dont Speldei fut un des 'promoteurs en France sous l'occupation. fRUITS AMERS DU DRAME AL ERIEN • • S'UNIR ·Y.iole pour la fraternité ~ l nces fascistes , a • et la paix :'aux cris de Il mort aux DANS quelques semaines 1a go Journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix tiendra ses assises en un moment où la situation intéri,eure et internationale est d'une particulière complexité, mais en un moment aussi oÙ la plus grande partie de l'humanité affirme avec une puissance sans précédent ses aspirations à la hberté, à l'égalité, à la paix. Les vieux empir,es sont violemment secoués, les peuples de couleur émergent à l'indépen~ dance, les crises de nationalisme inévitables quoi qu!en pensent certains, atteignent les jeunes nations et les dressent parfois jusqu'à des conflits entre elles; les minorités brim~ s'organisent pour résister à l'oppression. ••• Aujourd'hui, beaucoup plus qu'il y a un an, la gravité du drame algérien et la nécessité d'une solution pacifique apparaissent clairement à 'la conscience des Français, au nom de qui ont commet d'intolérables exactions racistes. Les protestations s'élèvent de toutes parts contre les méthodes illégales et 'Odieuses qui sévissent en Algérie; des officiers. des universitaires et divers autres témoins ürécuSiables se désolidarisent hautement avec de telles méthodes; les protestations s'élèvent de partout et le gouvernement, divisé, est obligé de s'émouvoir, à retardement et ·avec beaucoup de réticences il est vrai, mais de s'émouvoir tout de même. Mais ce serait une illusion grave et dangereuse de croire que les attardés, les ennemis de la démocratie vont assister muets à l'effondrement de leurs desseins. Le M.R.A.P. a souligné à maintes reprises l'activité ouverte et secrète des racistes et des antisémites, favorisée par une politique sur plus d'un point préjudiciable aux intérêts nationaux. Cette activité se trouve encouragée aussi par la nomination d'un Speidel et, plus généralement, par la guerre, l'usage de la violence. la tension internationale. C'est pourquoi nous ·ne sau,.. rions nous associer à une dénonciation ' systématique des institutions i'nternationales créées au lendemain de [la tourmente pour tenter de rassembler les hommes en vue de consolider la pah. Certes, l'O.N.U. a des faiblesses, des imperfections. EUe représente pourtant la volonté des peuples de se débarrasser du plus grand fléau qui les ait jamais atteints: la guerre. Elle est le refuge et le symbole de la coexistence pacifique. ••• Dans chaque pays une politique constructive de paix, abreuvée nécessairement aux sources de l'indépendance nationale, hâtera le rassemblement des hommes de bonne volonté. LES cris de « Mort aux Juifs! » ont retenti, ré-pétés plusieurs heures durant dans les quartiers de l'Etoile et de la Madeleine, samedi après-midi .30 mars, tandis que se déroulaient les violentes manifestations organisées par les groupes factieux. Une voiture incendiée, avenue d'Iéna, d'autres endommagées place Saint-Augustin, les vitrines de « L'Express» et de nombreux magasins brisées par des pavés et des barres de fer, Préméditation Le prétexte était de protester contre la disparition du capitaine Moureau au Maroc. Mais l'appel lancé par le colonel Bourgoin ne pouvait laisser aucun doute sur le sens des manifestations, bien avant qu'elles ne se déroulent. Depuis plusieurs semaines, les journaux fascistes et racistes battaient le rappel: Rivarol, Aspects de la France, Fraternité Française invitaient leurs troupes à se rendre à lia ont 10 nortolill. du 6 février 1934. des journaux brillés, des passants molestés: tel est le bilan de cette nouvelle « sortie » des groupes de choc de Biaggi, Dides, Poujade et consort. La mauvaise voie La L.I.C.A. a élevé une protestation contre les manlfestatlona antisémites du samedi après-midi 30 mars dans le quartier de l'Etoile. pans le même communiqué, elle rappell e qu'elle s'était fIC solidarisée lt auparavant avec l'Initiative du colonel BourgoIn. Pourtant, les termes mêmes de l'appel lancé, 168 affiches apposées dans Paris, les articles de Rivarol, Aspects de la France, Fraternité Française annonçaient l'appui actif d68 ligues factieuses au cortège organisé par le colonel Bourgoin, et de nombreux répUblicains, IIvertis par divers précédents, s'en étaient émus. Tous les antiracistes regretteront avec nous que le. dirigeants de la L.I.C.A., .1 prompts à répondl'e à une Initiative à ce point équivoque, n'aient pas cru devoir s'associer à l'appel de 88 personnalités républicaines de toutes tendances et à la cérémonie qui s'est déroulée le matin du même samedi à l'Etoile, dans le calme et la dignité, contre la nomination de Speldel. l'Etoile. Les nervis de « Jeune Nation » barbouillaient sur les murs de Paris des appelS semblables. «. Colonel Bourgoin, à vos ordres! » proclamait Poujade dans ses réunions. Dès le 16 mars, Fraternité Française avait publié une interview du colonel Bourgoin et, le 23 mars, une page-affiche qui concluait: « Avec le colonel Bourgoin, avec le groupe U.F.F., peuple de France, debout! » On pourra s'étonner, dans ces conditions, que l'auteur de l'appel s'étonne des résultats. Dès le départ du cortège, le samedi à 16 heures, les groupes de « Jeune Nation » et des jeunes poujadistes brandissaient leurs banderoles portant les mots d'ordre: « L'armée au pouvoir! » « Les députés sont-ils encore français? ». Et ce n'est sans doute pas un hasard si, en tête du défilé, se trouvaient le général Faure, comploteur antirépublicain, le commissaire Dides, Damasio et d'autres dé-putés poujadistes. Une troublante faiblesse Ce qu'on peut trouver étonnant aussi, c'est, une fois de plus, la passivité des pouvoirs publics.. Connaissant ce qui allait se passer, la défense républicaine n'exigeait-elle pas l'interdiction d'une telle manifestation? Et en tout cas, fallait- il laisser les fascistes poursuivre leurs exactions de 16 heures jusqu'à 19 h. 30? Comme le souligne Le Monde: « Le Le gouvernement interpellé Mme Madeleine MARZIN a annoncé son intention d'interpeller le gouvernement « sur les conditions dans lesquelles peuvent se développer impunément en France, et notamment à Paris, des campagnes de presse .et des manifestations de rues de caractère rac:ste, inspirées directement des méthodes hitlériennes ». service d'ordre s'est montré moins énergique qu'en d'autres occasions ». On ne signale d'ailleurs aucune arrestation ferme, aucune poursuite. De même qu'aucune sanction n'a été prise à la suite des manifestations de novembre et de janvier dernier, au cours desquelles, soit dans la rue, soit au Vél' d'Hiv' ou aux Sociétés Savantes, les factieux se sont déjà livrés à des violences aux cris de « Mort aux juifs! » Analysant cette situation, Le Monde écrit encore: « Il est certain qu'à la faveur, si l'on peut dire, du drame algérien et de ses répercussions intérieures, une certaine extrême-droite a repris confiance en elle ». Les inspirateurs (et parfois les participants) des manifestations du 30 mars étaient, en fait, les inspirateurs aussi des attaques et des insultes lancées le 6 février 1956 à Alger contre le pré-si dent du Conseil, visant, au delà, la République elle-même. Place Léon-Blum Avant les troubles de l'Etoile, les mêmes factieux avaient attaqué des permanences du Parti Communiste à Saint-Ouen et à Neuilly. Le soir, s'étant vu interdire une réunion par les antifascistes unis, ils commettaient une agression contre la demeure du maire socialiste de Puteaux. Le lendemain ils se livraient à d'odieuses provocations antisémites, en présence des plus hautes autorités de la République, lors de l'inaugura- L. coup tion de la place Léon-Blum. Il est clair que l'impunité dont ils bénéficient accroît sans cesse leur audace. Ils ne pourront être mis en échec que par l'union et l'action de tous les républicains, de tous les antiracistes, qui imposeront contre eux des sanctions exemplaires. Il ne faut pas les laisser faire. Comme ces derniers jours à la dignité hUI l'Etoile juifs !" Puteaux, à Pantin et ailleurs, unissons-nous et le fascisme ne passera pas. La protestation du M.R.A.P. Paris a été de nouveau le Lhéâtre de manifestations an .. tisémites et racistes, de violences perpétrées par des ligues factieuses reconstituées. Les agressions et Incendies, les vitrines brisées, les cris de « Mort aux Juifs! » lancés samedi dans le quartier de l'Etoile et, le lendemain, place Léon-Blum, en présence des plus hautes autorités de l'Etat, confirment la gravité du danger fasciste, fruit amer du drame algérien. Devant ce danger, le Bureau national du Mouvement contre le Racisme, l'Antisé_ mitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) s'adresse une nouvelle fois aux pouvoirs publics pOur demander des mesu.res énergiques afin que soient mis hors d'état de nuire les ennemis de la Répu ·blique et que soit effectivemen't interdite l'excitation à la haine antisémite et ra~ ciste. Il appelle les antiracistes à faire front pour sauvegarder, avec la République, les traditions françaises de fraternité entre les hommes, sans distinction de race, d'origine ou de confession. L 'OPINION de recevo~ tal, par 11 abus commis 1 nom de notre p~ le lourd secre consciences est ( l'angoisse et l': larges masses. Ces injusticeE mesures arbitra res, ces inconce, de la légalité, éclate le mépris de sa vie, consti un dossier terril teur. DES TEMI BOUL:EVI Il n'est plus s d'hui de saisir : de poursuivre 1 disent la vérité coue les milie' vers: du pal aux catholiqueE à un nombre ( cialistes, des UE tés. De toutes les voix de ceu: et ne pouvant tcmoignent, quo et en appellent du pays. C'est le géné dière, grand of: gion l'honneur, la Libération, être relevé de ment pour prot méthodes empl ligne « l'effroya y aurait pour n vue, sous le prl de l'efficacité valeurs morales fait jusqu'à grandeur de not de notre armée était prémédité... (Extraits d. la press. fasciste.) Une étrange. tribune C'EST avec un certain étonnement - pour le moins - que nous avons lu dans le jo urnaI sioniste « La Terre Retrouvée », une diatribe antisémite de Tixier-Vignancour, pu- Bandoung a été 'une é~ape où se sont retrouvés, par delà des millénaires glorieux de civilisation, les représentants d'un milliard d'hommes, Africains et Asiatiques, avides d'étancher leur soif d'égalité et de fraternité. Aux peuples d'Occident d'as~ urer, pour leur part, le respect du droit des gens et de transformer la volonté de paix aujour: l'hui universelle en loi pour le règlement des relations entre toutes les nations. Cette interpellation fiait suite aux démarches effectuées par 1e M.R.A.P. auprès de tous les groupes parlementaires, pour leur demander d'intervenir afin qu'il soit mis un terme à la propagande raciste et antisémite et aux activités des ligues factieuses. UNE COMPARAISON bliée sans aucu La « courtoisie l té » ont des lim une enquête inti1 être à la fois Of israélien? » il n pensable, nous sel une tribune à l'u chefs de file de en France. Les antiracistes de France, en dépit des courants divers qui les animent, sauront trouver le chemin de l'union pour contribuer à cette grande oeuvre humaine. Charles OVEZAREIC. Des réponses favorables ont été également données, notamment par Mme Rachel LEMPEREUR (socialiste), qui écrit au M.R.A.P. : « Je comprends l'émotion soulevée dans l'opinion pmr les faits que vous exposez et suis entièrement" d'accord avec vous pour l'action à mener , et par M. Vincent RADIE qui déclare: « Nous croyons, comme vOU'S, qu)il est indispensable de faire connaÎrre les menées racistes et antisémites, et de lutter énergiquement contre cette forme particulièrement dangereuse de retour offensif du. fascisme ). . Nous souhaitons que ces interventions, appuyées par tous les républicains, amèneront le ~ouvernement à prendre des mesures effkacei. « Combat » du le. avrIl, évoquant dans son éditorial les deux manifestations qui se sont déroulées le 30 mars à l'Arc de Triomphe, écrit: « Il est 'l'6grettable que la comparaison entre deux manifestatlon. s qui se sont déroulées le même Jour soit au désavantage de ceux qui prétendent seuls Inearner le patriotisme, la grandeur fr.ançalse et le respect de la liberté. Le matin, en effet, le défilé contre la nomination du général Speldel s'était déroulé dans le calme. Il avait épargné à la tombe du Soldat inconnu les slogans Indignes et le bruIt des grenades. « Le précédent ne doit pas être oublié ... » Avec son cYl l'ancien ministrl paie le luxe d'a! suis pas antisém prendre aussitôt sassés pendant ! cupation, en vue mesures antijUivE Les « réactio7, contre les juifs lui, un légitime fense » en raiso d' « abus » dont seraient rendus , • • a ux montré d'autres la dignité humaine bafouée, le· Fi\tÎsme et l'antisémitil l'Etoile juifs !" Puteaux, à Pantin et ailleurs, unissons-nous et le fascisme ne passera pas. La protestation du M.R.A.P. Paris a été de nouveau le Lhéâtre de manifestations an ... tlsémites et racistes, de violences perpétrées par des ligues factieuses reconstituées. Les agressions et Incendies, les vitrines brisées, les cris de « Mort aux Juifs! » lancés samedi dans le quartier de l'Etoile et, le lendemain, place Léon-Blum, en présence des plus hautes autorités de l'Etat, confirment la gravité du danger fasciste, fruit amer du drame algérien. Devant ce danger, le Bureau national du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) s'adresse une nouvelle fols aux pouvoirs publics pour demander des mesu.res énergiques afin que soient mis hors d'état de nuire les ennemis de la Répu ·blique et que soit effectivement Interdite l'excitation à la haine antisémite et raciste. Il appelle les antiracistes à faire front pour sauvegarder, avec la République, les traditions françaises de fraternité entre les hommes, sans distinction de race, d'origine ou de confession. Vn terrible dossier IIIIIIL Il L'OPINION française vient de recevoir un choc brutal, par la révélation des abus commis en Algérie, au nom de notre pays. Ce qui était le lourd secret de quelques consciences est devenu, soudain, l'angoisse et l'indignation des larges masses. Ces injustices criantes, ces mesures arbitraires, ces tortures, ces inconcevables violations de la légalité, ces actes où éclate le mépriS de l'homme et de sa vie, constituent désormais un dossier terriblement accusateur. DES TEMOIGNAGES BOUL,EVERSANTS Il n'est plus suffisant aujourd'hui de saisir les journaux ou de poursuivre les hommes qui disent la vérité. L'émotion secoue les milieux les plus divers: du parti communiste aux catholiques, des radicaux à un nombre croissant de socialistes, des usines aux facultés. De toutes parts s'élèvent les voix de ceux qui, ayant vu et ne pouvant plus se taire, tcmoignent, quoi qu'il en coûte, et en appellent à la conscience du pays. C'est le général de Bollardière, grand officier de la Lé-, gion l'honneur, compagnon de la Libération, qui demande à être relevé de son commandement pour protester contre les méthodes employées, et souligne « l'effroyable danger qu'il y aurait pour nous à perdre de vue, sous le prétexte fallacieux de l'efficacité immédiate, les valeurs morales qui, seules, ont fait jusqu'à maintenant la grandeur de notre civilisation et de notre armée ». C'est le doyen de la Faculté de Droit d'Alger, M. Peyrega, qui, ne voulant pas être complice, relate dans une lettre au ministre de la Défense nationale, une exécution sommaire, dont il a été témoin à Alger, et le massacre de huit notables musulmans à Berrouaghia. C'est M. J.-J. 8ervan-Schreiber qui, après d'autres journalistes, trace le tableau bouleversant de cette guerre menée contre tout un peuple et dont le racisme accentue la cruauté. C'est M. Hovnanian, membre de la commission d'enquête parlementaire sur les tortures, qui se désolidarise de ses collègues, trop lents à se déplacer, trop prompts à rejeter les témoignages des victimes, et qui tentent, avec une gêne évidente, de justifier les m~thodes illégales. C'est enfln le témoignage que, par sa mort même, M' Ali Boumendjel apporte, dramatiquement, sur les « prisons privées » des « paras » et sur le caractère des interrogatoires. SOMMES-NOUS LES VAINCUS D'HITLER? Y aurait-il seulement ces quelques faits que leur gravité justifierait les plus vives inquiétudes. Mais de tels faits, étant donnée leur nature, peuvent-lls être vraiment des exceptions? Ne sont-ce pas plutôt les symptômes d'un mal dangereusement é~endu, d'un chancre contagieux que sécrète cette guerre? D'autres détails sont révélés quotidiennElment par la presse, par les rappelés, par des hommes d'une · Objectivité irrécusable qui s'attachent à rassembler des éléments d'appréciation. Comme le constate M. Claudius Petit: « En quinze jours, le climat politique français a brusquement changé. Un interdit a été levé et l'on parle ouvertement, tout le monde parle de ce qui, depuis deux ans, était considéré comme un sujet tabou: le véritable climat de l'affaire algérienne ». Dans son livre « Contre la torture », M. P.-H. Simon rapporte une sombre gerbe d'informations sur les procédés policiers, qui l'amènent à poser la question : « Sommes-nous les vaincus d'Hitler? ». Un journal a pu écrire que « les hommes de la Gestapo, en partant, n'ont pas emporté toutes les baignoires »... Deux chiffres suffisent à résumer la situation dans le domaine judiciaire: selon la presse d'Alger ellemême, 900 personnes ont été arrêtées du le. février au 15 mars; or, sur ce nombre, 40 seulement auraient été présentées au parquet dans la n;lême période ... Le comité « Résistance spirituelle », qui réunit diverses personnalités, parmi lesquelles MM. Louis Aujoulat, Henri Marrou, J .-M. Domenach, André Philip, vient de publier une brochure intitulée ({ Des rappelés témoignent »... où, page aprèS page, sont évoquées les tortures, les représailles collectives, les exécutions sommaires. « Certains de ces témOignages, lit-on dans l'introduction, nous ont été adressés directement par des officiers ou soldats que nous connaissons et qui sont dignes de confiance. D'autres nous ont été transmis par des parents, des amis qui se portent garants de l~ur authenticité ... La plupart (de leurs auteurs) se sont déclarés prêts à témoigner devant la justice de l'authenticité des faits qu'ils relatent ». Sur la base de semblables témoignages, l'Union Nationale des Etudiants de France s'élève contre ({ l'emploi en Algérie de méthodes contraires aux lois de l'humanité et à l'honneur français ». L'honneur. de la C'est l'honneur de la France qu'aussitôt connue cette triste réalité, se soient élevées tant. de protestations. Le geste de M. René Capitant, suspendant son cours de la Faculté de Droit quand fut révélée la mort de M" Boumendjel, a été largement approuvé, tant à l'Université qu'au Palais. Quelques semaines plus tôt, le bâtonnier Thorp avait dénoncé « le dessaisissement de la justice régulière », si fréquent en Algérie. De même, le geste de l'écrivain Vercors, renvoyant sa Légion d'honneur, a eu dans toute la France un grand retentissement. On ne peut énumérer toutes les personnalités, représentant toutes les opmlOns, tous les courants de la penSée françàise, qui, par des déclarations, des lettres individuelles ou collectives adressées au PréSident de la République, ont estimé nécessaire de dénoncer les méthodes employées en Algérie. Citons, entre autres, François Mauriac, Jean Cocteau, Jacques Hadamard, André Spire, Léon Feix, Henri Bouret, l'abbé Pierre, Maurice Vaussard, le président Léon Lyon-Caen ... Vers la · Journée Nationale •• De grandes organisations, exprimant le point de vue des secteurs les plus divers de l'opinion, ont fait entendre également des protestations indignées

Ligue des Droits de

l'Homme, Confédération Générale du Travail, Fédération de l'Education Nationale (autonome), Syndicat Général de l'Education Nationale (C.F.T.C.), Fédération Protestante de France, Union des Etudiants Juifs de France, étudiants communistes, socialistes, radicaux, « Nouvelle Gauche », etc... En de nombreux points des débrayages ont eu lieu, dans le bâtiment et la métallurgie. (Suite de la page 1) en lutte, tandis que la répression féroce pèse désormais sur toutes les' consciences françaises; aboutir enfin à effacer cette honte contre laquelle se révolte la mémoire et le coeur de la France martyre et résistante, le fait que Speidel est à Fontainebleau, d'où il commande à toute une partie de la jeunesse française. Aucun antiraciste ne ménagera ses forces ni son temps pour assurer le succès de la prochaine Journée nationale. Fort du bilan positif que le M.R.A.P. peut en toutes _ circonstances exhiber à l'appui de ses démarches, nos militants sauront, dans chaque quartier de Paris, dans chaque ville de province, dans tous les milieux et avec le coneours genereux et actif de tous les républicains et patriotes, préparer le rassemblement du 26 mai, de même que tous nos amis qui militent dans les sociétés, organisations de combattants et d'e dépottés, associations culturelles et locales, s'efforceront d'emporter l'adhésion enthousiaste de leur entourage. la pl De toutes les souffre l'Algérie analphabétisme, tion, etc... - la reuse est sansc cisme. Véritable f éprouvé par tant cours des siècle! est à la base de et des malheurs Injuste et abs lieux et ·en tous cisme est partici faste 'là où la l'histoire ont fixi de races différel même destin, sur qui est l,eur pair Les Algériens, riens, sans distm ou de confession paisonnablement - tre perspective pl réalisation d'une Franc« Avec moins d'eur garde des Sceaux rand, reconnaissait quelques jours apn musulmans ont SI ces », que « génér nement administrD priver de nombreu: la protection de l ajouté: « Je suis tion de dire qu'il y descence de déte traires à Alger, et pu rien faire daT tuel ». Le gouvernemen~ créer une « comm! vegarde 'des droits tés ». On peut quelle sera son effi bien même elle ser lorsqu'on examine pouvoirs publics: sent on s'est be préoccupé de sane qui dénoncent les 1 ceux qui les comm pression frappe les journaux et les préconisent la pail tandis que les pal violence poursuive ment leurs mant leurs chantages. Une étrange tribune pour Tixier -Vignancour Et le 26 mai, à la Journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, la France entière dira avec une force invincible issue du plus profond de ses traditions et de son histoire

Selon une diversion déjà mise en pratique au temps de l'affaire Dreyfus, certains se posent en ({ défenseurs de l'armée » pour tenter d'étouffer ce grand sursaut national. Or, il est évident que l'honneur de l'armée et de la nation supposent, précisément, que soient dénoncées les exactions et restauré le respect de la dignité humaine. D'ailleurs la prise de position du général de BoHardière n'est pas un cas isolé. La publication « Message des Forces Armées», par exemple, soulignait récemment que des « officiers d'origines diverses, au passé militaire éclatant, ont confié leur désl;spoir moral devant certaines opérations de recherche du terrorisme », et que « l'élite morale des officiers répugne à cette tâche qu'elle sait aussi dégradante que vaine ». «( Le Monde », 20 et 29 mars.) En fait, rien r tant que l'on ne pas un dénoueme au drame algérien ne s'agit certes pa de nier que, des d guerre entraîne des la mort d'innocen Ce qui doit cesse] c'est ce catastrop nage des représa: contre-représailles, me et du contre-te la haine qui attiSE la haine. Il faut machine infernale tit rapidement, ine tous les espoirs d'E la France et l'Algél possibilités de rela nelles entre les d munautés algérienr. C'EST avec un certain étonnement - pour le moins - que nous avons lu dans le jo urnal sioniste « La Terre Retrouvée », une diatribe antisémite de Tixier-Vignancour, puparticulier, certains de ces citoyens mineurs auraient commis le crime de « militer dans les partis de gauche ou d'extrêmegaUChe ». NON au racisme, NON à l'antisémitisme, NON au fascisme et à la guerre. UNE SEULE SOLUTION: LA PAIX L'Union Natiom diants de France la déclaration ci té OMPARAISON bliée sans aucun commentaire. La « courtoisie », l' « objectivité » ont des limites. Même pour une enquête intitulée: ({ Peut-on être à la fois antisémite et proisraélien? » il n'était pas indispensable, nous semble-t-il, d'offrir une tribune à l'un des plus actifs chefs de file de l'antisémitisme en France. On se demande dans quelle intention « La Terre Retrouvée» a cru devoir publier la prose d'un tel « ami d'Israël », qui définit en ces termes sa position: « L'antisémitisme ne peut être que favorable à la nation isra~ lienne, puisque celle-ci a pour but d'accueillir dans son sein les Israélites de tous les pays ». L'émotion publique a eu pour premier résultat un débat à l'Assemblée Nationale, au cours duquel des députéS de diverses tendances ont sommé le gouvernement de s'expliquer. M. Lacoste a laissé ' échapper qu'en Algérie « l'appareil de justice est insuffisant en moyens » et qu'en conséquence « nous sommes Obligés de recourir à ~ne procédure qui nous permet de garder pendant la durée dont nous sommes juges un certain nombre de personnes ». « S'il était vrai d'Algérie ne pût ~ par d'autres moy cette guerre elle-mé drait mettre fin, cacité, ni une Sitl tionnelle ne saura l'emploi de telles 1, patriotisme, la grandeur fr.ançaise et le respect de la liberté. Le matin, en effet, le défilé contre la nomination du général Speldel s'était déroulé dans le' calme. Il avait épargné à la tombe du Soldat Inconnu les slogans Indignes et le bruit des grenades. « Le précédent ne doit pas être oublié ... » Avec son cynisme habituel, l'ancien ministre de Pétain se paie le luxe d'affirmer: « Je ne suis pas antisémite »... pour reprendre aussitôt les slogans ressassés pendant les années d'occupation, en vue de justifier des mesures antijuives. Les « réactions très vives » contre les juifs seraient, selon lui, un légitime « réflexe de défense » en raison d' « exCês », d' « abus » dont ces derniers se seraient rendus coupables. En C'est le même point de vue que défendait récemment Xavier Vallat, ex-commissaire aux Questions juives de Vichy et que l'on peut résumer ainsi: « S'il n'y avait plus de juifs en France, il n'y aurait plus d'antisémitisme ». (Voir en page 6 la réPoRse ~ M. Pier:re Cot.) AUTOUR DE VOUS FAITES CONNAITRE DROIT ET LIBERTE ABONNEZ FAITES ABONNER vos AMIS C'est vrai. La dig bafouée, la légalité violée, le racisme fascisme menaçant les fruits amers de elle-même. Seules 1: et la paix permett vegarder réellemer de l'homme et la bien à Alger qu'à 1 ai•n e bafouée, le ·r acisme et l'antisémitisme déchaînés terrible dos sie r IIIIIIL Il IIIIIIP IIIIIIL Il 1111111 III~IE vient un choc brurévélation des Algérie, au Ce qui était quelques soudain, des C'est le doyen de la Faculté de Droit d'Alger, M. Peyrega, qui, ne voulant pas être complice, relate dans une lettre au ministre de la Défense nationale, une exécution sommaire, dont il a été tém:oin à Alger, et le massacre de huit notables musulmans à Berrouaghia. C'est M. J.-J. Servan-Schrelber qui, après d'autres journalistes, trace le tableau bouleversant de cette guerre menée contre tout un peuple et· dont le racisme accentue la cruauté. C'est M. Hovnanian, membre de la commission d'enquête parlementaire sur les tortures, qui se désolidarise de ses collègues, trop lents à se déplacer, trop prompts à rejeter les témoignages des victimes, et qui tentent, avec une gêne évidente, de justifier les méthodes 1llégales. C'est enfin le témoignage que, par sa mort même, M'Ali Boumendjel apporte, dramatiquement, sur les « prisons privées » des « paras » et sur le caractère des interrogatoires. SOMMES-NOUS LES VAINCUS D'HITLER? Y aurait-il seulement ces quelques faits que leur gravité justifierait les plus vives inquiétudes. Mais de tels faits, étant donnée leur nature, peuvent-ils être vraiment des exceptions? Ne sont-ce pas plutôt les symptômes d'un mal dangereusement étendu, d'un chancre contagieux que sécrète cette guerre? D'autres détails sont révélés quotidiennllment par la presse, par les rappeléS, par des hommes d'une . objectiVité irrécusable qui s'attachent à rassembler des éléments d'appréciation. Comme le constate M. Claudius Petit: « En quinze jours, le climat politique français a brusquement changé. Un - interdit a été levé et l'on parle ouvertement, tout le monde parle de ce qui, depuis deux ans, était considéré comme un sujet tabou: le véritable climat de l'affaire algérienne ». Dans son livre « Contre la torture », M. P.-H. Simon rapporte une sombre gerbe d'informations sur les procédés policiers, qui l'amènent à poser la question : « Sommes-nous les vaincus d'Hitler? ». Un journal a pu écrire que « les hommes de la Gestapo, en partant, n'ont pas emporté toutes les baignoires »... Deux chiffres suffisent à résumer la situation dans le domaine judiciaire: selon la presse d'Alger ellemême, 900 personnes ont été arrêtées du le. février au 15 mars; or, sur ce nombre, 40 seulement auraient été présentées au parquet dans la D;lême période ... Le comité « Résistance spirituelle », qui réunit diverses personnalités, parmi lesquelles MM. Louis Aujoulat, Henri Marrou, J .-M. Domenach, André Philip, vient de publier une brochure intitulée « Des rappelés témoignent » ... où, page après page, sont évoquées les tortures, les représailles collectives, les exécutions sommaires. « Certains de ces témOignages, lit-on dans l'introduction, nous ont été adressés directement par des officiers ou soldats que nous connaissons et qui sont dignes de confiance. D'autres nous ont été transmis par des parents, des amis qui se portent garants de l~ur authenticité... La plupart (de leurs auteurs) se sont déclarés prêts à témoigner devant la justice de l'authenticité des fa its qu'ils relatent ». Sur la base de semblables témoignages, l'Union Nationale des Etudiants de France s'élève contre « l'emploi en Algérie de méthodes contraires aux lois de l'humanité et à l'honneur fran.çais ». L'honneur de la C'est l'honneur de la France qu'aussitôt connue cette triste réalité, se soient élevées tant, de protestations. Le geste de M. René Capitant, suspendant son cours de la Faculté de Droit quand fut révélée la mort de Mo Boumendjel, a été largement approuvé, tant à l'Université qu'au Palais. Quelques semaines plus tôt, le bâtonnier Thorp avait dénoncé « le dessaisissement de la justice régulière », si fréquent en Algérie. De même, le geste de l'écrivain Vercors, renvoyant sa Légion d'honneur, a eu dans toute la France un grand retentissement. On ne peut énumérer toutes les personnalités, représentant toutes les opmlOns, tous les courants de la penSée française, qui, par des déclarations, des lettres individuelles ou collectives adressées au Président de la République, ont estimé nécessaire de dénoncer les méthodes employées en Algérie. Citons, entre autres, François Mauriac, Jean Cocteau, Jacques Hadamard, André Spire, Léon Feix, Henri Bouret, l'abbé Pierre, Maurice Vaussard, le président Léon Lyon-Caen ... Vers . la Journée Nationale .& De grandes organisations, exprimant le point de vue des secteurs les plus divers de l'opinion, ont fait entendre également des protestations indignées: Ligue des Droits de l'Homme, Confédération Générale du Travail, Fédération de l'Education Nationale (autonome), Syndicat Général de l'Education Nationale (C.F.T.C'), Fédération Protestante de France, Union des Etudiants Juifs de France, étudiants communistes, socialistes, radicaux, «Nouvelle Gauche », etc... En de nombreux points des débrayages ont eu lieu, dans le bâtiment et la métallurgie. (Suite de la page 1) en lutte, tandis que la répression féroce pèse désormais sur toutes les' consciences françaises; aboutir enfin à effacer cette honte contre laquelle se révolte la mémoire et le coeur de la France martyre et résistante, le fait que Speidel est à Fontainebleau, d'où il commande à toute une partie de la jeunesse française. Aucun antiraciste ne ménagera ses forces ni son temps pour assurer .le succès de la prochaine Journée nationale. Fort du bilan positif que le M.R.A.P. peut en toutes Tixier -Vignancour commentaire. l' « objectiviMême pour

« Peut-on

Itisém,ite et proindismOle- l;-ll. d'offrir des plus actifs l'antisémitisme

« Je ne

très vives » selon réflexe de déd' « exCès », ces derniers se coupables. En particulier, certains de ces citoyens mineurs auraient commis le crime de ({ militer dans les partis de gauche ou d'extrémegauche ». On se demande dans quelle intention ({ La Terre Retrouvée» a cru devoir publier la prose d'un tel « ami d'Israël », qul définit en ces termes sa position: « L'antisémitisme ne peut étre que favorable à la nation isra~ lienne, puisque celle-ci a pour but d'accueillir dans son sein les Israélites de tous les 'pays ». C'est le même point de vue que défendait récemment Xavier Va1- lat, ex-commissaire aux Questions juives de Vichy et que l'on peut résumer ainsi: « S'il n'y avait plus de Juifs en France, 11 n'y aurait plus d'antisémitisme ». (Voir en page 6 la réPonse de M. Pier:re Cot.) circonstances exhiber à l'appui de ses démarches, nos militants sauront, dans chaque quartier de Paris, dans chaque ville de province, dans tous les milieux et avec le concours genereux et actif de tous les républicains et patriotes, préparer le rassemblement du 26 mai, de même que tous nos amis qui militent dans les sociétés, organisations de combattants et d'e déportés, associations culturelles et locales, s'efforceront d'emporter l'adhésion enthousiaste de leur entourage. Et le 26 mai, à la Journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, la France entière dira avec une force invincible issue du plus profond de ses traditions et de son histoire

NON NON NON guerre. au racisme, à l'antisémitisme, au fascisme et à la AUTOUR DE VOUS FAITES CONNAI"rRE DROIT ET LIBERTE ABONNEZ FAITES ABONNER vos AMIS Selon une diversion déjà mise en pratique au temps de l'affaire Dreyfus, certains se posent en « défenseurs de l'armée » pour tenter d'étouffer ce grand sursaut national. Or, il est évident que l'honneur de l'armée et de la nation supposent, précisément, que soient dénoncées les exactions et restauré le respect de la dignité humaine. D'ailleurs la prise de position du général de Bollardière n'est pas un cas isolé. La publication « Message des Forces Armées », par exemple, soulignait récemment que des « officiers d'origines diverses, au passé militaire éclatant, ont confié leur désespoir moral devant certaines opérations de recherche du terrorisme », et que « l'élite morale des officiers répugne à cette tâche qu'elle sait aussi dégradante que vaine ». «( Le Monde », 20 et 29 mars.) UNE SEULE SOLUTION: LA PAIX L'émotion publique a eu pour premier résultat un débat à l'Assemblée Nationale, au cours duquel des députés de diverses tendances ont sommé le gouvernement de s'expliquer. M. Lacoste a laissé ' échapper qu'en Algérie « l'appareil de justice est insuffisant en moyens » et qu'en conséquence « nous sommes obligés de recourir à une procédure qui nous permet' de garder pendant la durée dont nous sommes juges un certain nombre de personnes ». la plus douloureuse De toutes les plaies dont souffre l'Algérie - misère, analphabétisme, sous-alimentation, etc... - la plus dou'loureuse est sans conteste le f'acisme. Véritable fléau d'un pays éprouvé par t,ant d'invasions au cours des siècles, le racisme est à la base des mawx d'hier et des ~alheurs d'aujourd'hui. Injuste et absurde en tous lieux et en tous temps, le racisme est particulièrement néfaste 'là où la géogr'aphie et l'histoire ont fixé des hommes . de races différentes, pour un même destin, sur un même sol qui est I,eur patrie commune. Les Algériens, tOUIS les Algériens, sans distmction d'origine ou de confession, devraient - r-aisonnablement - n'avoir d'autre perspective politique que la réalisation d'une communauté ·France Avec moins d'euphémismes, le garde des Sceaux, M. Mitterand, reconnaissait à son tour, quelques jours après, que « des musulmans ont subi des sévices », que « généralisé, l 'internement administratif arrive à priver de nombreux citoyens de la protection de la loi ». Il a ajouté: ({ Je suis dans l'obligation de dire qu'il y a une recrudescence de détentions arbitraires à Alger, et que je n'ai pu rien faire dans l'état actuel ». Le gouvernement a décidé de créer une « commission de sauvegarde des droits et des libertés ». On peut se demander quelle sera son efficacité, quand bien même elle serait Objective, lorsqu'on examine l'attitude des pouvoirs publics: jusqu'à présent on s'est beaucoup plus préoccupé de sanctionner ceux qui dénoncent les exactions que ceux qui les commettent; la répression frappe fréquemment les journaux et les hommes qui préconisent la paix en Algérie, tandis que les partisans de la violence pourSUivent impunément leurs manifestations et leurs chantages. En fait, rien ne sera réglé tant que l'on ne recherchera pas un dénouement paCifique au drame algérien lui-même. Il ne s'agit certes pas pour nous de nier que, des deux côtés, la guerre entraîne des injustices et la mort d'innocentes victimes. Ce qui doit cesser, justement, c'est ce catastrophique engrenage des représailles et des contre-représailles, du terrorisme et du contre-terrorisme, de la haine qui attise à son tour la haine. Il faut briser cette machine infernale qui engloutit rapidement, inexorablement, tous les espOirs d'entente entre la France et l'Algérie, toutes les possibilités de relations fraternelles entre les diverses communautés algérienne. L'Union Nationale des Etudiants de France affirme, dans la déclaration citée plus haut: « S'il était vrai que la guerre d'Algérie ne pût se pourSUivre par d'autres moyens, c'est à cette guerre elle-même qu'il fav,.. drait tnettre tin, car ni l'efficacité, ni une situation except ionnelle ne sauraient justifier l'emploi de t elles méthodes. » C'est vrai. La dignité humaine bafouée, la légalité républicaine violée, le racisme déchaîné, le fascisme menaçant: ce sont là les fruits amers de cette guerre elle-même. Seules la négociation et la paix permettront de sauvegarder réellement les droits de l'homme et la liberté, aussi bien à Alger qu'à Paris. humaine indifférente à la na,ture du sang et à la couleur de la peau. Mais le bon sens n'est pas aussi répandu que le prétend le philosophe et, en tout cas, n'a guère tr,aversé la Méditerranée. La responsabilité en incombe, pour une la rge part, aux politiciens et aux agitateurs qui ont PAR le Général TU BERT Ancien député-maire d'Alger misé sur les rivalités et les préjugés raciaux pour faire carrière ou satisf.aire 'leurs appétits. Responsables aussi les pouvoirs publics qui '!l'ont jamais ré a~i sérieusement devant l,es ma'l1lfestations aigües ou larvées d"un racisme endémique, notamment chez les jeunes Européens. Des enseignants ayant vraiment le sens de l'humain et le respect de leur haute mission d'éducateurs a'uraient dû, aussi bie n à l'école qu'au lycée ou à la fa,culté, redresser' une. mentalité qui prévaut dans bIen des familles et obnubile un si grand nombre de leurs élèves. La division des étudiants algériens, que sépare une ligne de partage des races, est déplorable à tous éga1rds, en dépit des efforts courageux mais impuissants des éléments libéraux. Tantôt axé contre les juifs, comme au temps d'Edouard Drumont et de Max Régis, tantôt dirigé contre les musulmans, le r,acisme a, en Algérie, un caractère virulent dont les effets sont graves pour ceux qui ,en sont victimes et pouro le bon renom de la' France. Il y a, en effet, q.uelque impudeur pour les gouvernements à se réclamer des Droits de l'Homme et à prôner oJa frater~ nité alors qu'ils assistent impassibles au développement d'un mal pourtant guérissable. L'expérience montre, s'il en était besoin, que sans des provocations intéressées, les communautés musulmanes, chrétiennes et israélites peuvent se comprendre, s'estimer et colla ... borer. L'antisémitisme du régime de Vichy n'a pas réussi à déclencher des pogromes et .J'insurrection des fellagas -n'a pas rompu tous les liens de solidarité entre Européens et Arabo-Berbères indistinctement a tteints par l,a rép ression. Oertes le problème algérien est complexe; s'il est douteux que des vues de l'esprit simplistes ou fumeuses puisse sortir une solution valahle, il est non moins évident que celle-ci . ne saurait résulter du sacrifice continuel des soldats français et du massacre. réitéré de rebelles algériens. C'est illusion dangereuse et coûteuse de croire que la force et la violence suffisent à tout, ,alors que seule la justice pour tous peut donner des rèsultats durables. S'agissant des musulmans d'Algérie, dont nous avons quelque expérience, le propos de Pascal s'impose à l'esprit. Oro, la justice doit commencer par l'abolition de 'la discrimination raciale qui subsiste encore - en dépit d'hypocrites' démentis - dans les textes, dans les discours et surtout dans les COEurs dont il convient de l'extirper. . Ce faisant, le problème a'lgénen, sous tous ses aspects, ne sera pas entièrement résolu mais le terrain sera dégagé et la voie sera libre pour construire, dans la paix retrouvée, une Algérie rénovée et fraternelle. _8 bAOI~ E~ LIBERTE XE sr 777 rTS Pour avoir voulu prendre l'autobus Pierre COT : "Pour une solution pacifique des problèmes du Moyen-Orient" "- UN JEUNE NOIR (17 ans) ASSASSINÉ A CHICAGO Dans le cadre d'une enquête dont nous parlons en page 4, M. Pierre COT, député du RhOne, a adressé à « La Terre Retrouvée » les observations suivantes: indépendance - et leur existence nationale. ft • •• Bonn • LE CAPITAINE ALLEMAND Xenker commandera les foreH navale. de l'O.TA.N. dans la mer du Nord. .Un nouveau crime raciste a été commis aux Etats-Unis. A Chicago, un étudiant noir de 17 ans, Alvin Palmer, a été tué à cou-ps de marteau par huit adolescents blancs, .à un arrêt d'autobus. Les racistes ne peuvent pas admettre que les noirs aient accès aux mêmes autobus que les blancs. Ils s'efforcent par tous lell moyens, y compris l'assassinat, de les intimider, d'arrêter l'Irrésistible mouvement pour l'égalité qui secoue actuellement l'ensemble des Etats-Unis. De même, à Clinton, u,ne femme et un bébé de 11 mols ont été grlèvemen't blessés par une bombe de dynamite déposée dans un restaurant du quartier no,ir. (Clinton est l'une des villes où les noirs ont Imposé la suppression de la ségrégation dans les écoles secondaires.) Pour protester contre les violences racistes, les leaders noirs du sud des E'tats-Unis envisagent d'organiser une marche sur Washington si le Président Eisenhower ne fait pas une déclaratlon solennelle condamnant les discriminations raciales_ « De nombreux antisémites français se proclament actuellement pro-israéliens. Pourquoi? Simplement parce qu'ils en veulent au colonel Nasser d'avoir nationalisé le canal de Suez - ce qui, au regard du Droit international, était parfaitement légitime - et surtout de soutenir les revendications du peuple algérien. Ces prétendus amis d'Israël sont en réalité des partisans farouches du colonialisme français. Ils désirent utiliser les sentiments du peuple israélien pour leur politique. • DIX-HUIT SAVANTS ATOMISTES d'Allemagne /lccidentale, dCl'llt quatre Prix Nobel, refusent de participer à la fabrication ou à l'expérimentation d'arme. atomiques. Il. .'é1èvent contre l'équipement de la Wehrmacht avec des arme. atomiques. Il. estiment nécas. aire d'alerter l'opinion publique .ur le grave danger des arme. nucléaires, qu'elles soient tactique. au stratégiques. Cologne 4rIRII_RUIE IDU ~'UID:: « Je conseille aux Israéliens de se méfier de ces soi-disant amis, qui leur font le plus grand tort. Je sais combien la situation de l'Etat d'Israël est difficile et dangereuse. Mais la plus grande faute que les Israéliens pourraient commettre serait d'apparaître comme l'avant-garde d'une politique occidentale et antiarabe. C'est en affirmant nettement leur volonté de s'intégrer toujours davantage à ce MoyenOrient où le destin les conduit à vivre que les Israéliens défendront le mieux leurs libertés, leur « Il y a un problème israélien à résoudre. Ce problème est posé par l'implantation de l'Etat d'Israël au coeur du monde arabe. Ce problème peut et doit être résolu de manière satisfaisante pour tous - pour les Israéliens et pour les Arabes. Il faut trouver à ce problème une solution paCifique. Tout recours à la force, même s'il apparaissait aux Isr,aéliens comme l'exercice d'un droit de légitime défense, irait à l'encontre des intérêts bien compris de l'Etat d'Israël et compromettrait ses meilleures chances de développement et de survie. C'est dans la voie d'une entente entre les grandes puissances qu'il faut s'engager. Cette entente doit avoir pour premier Objectif d'interdire toute course aux armements dans cette 'région du mond{l et d'y faire régner, par approximations successives, la paix pour tous et la liberté pour • UN CIMETIERE JUIF A ETE PROFANE. - Selon une méthode déjà utilisée au début de l'hitlérisme, plusieurs pierres tombale. ont été renversées ou endommalM .. Boycott des autobus et des brasseries d'Etat Francfort Nous ne roulerons plus. nous ne boirons .plus. C'est pl'r ces mots que l,es noirs de Johannesbourg ont décidé de s'oppose!' à la politique de ségrégation du gouvernement de M. Strijdom. Entre l'autorité blanche et la population ' de couleur, une épreuve de force est commencée. Que M. Strijdom prenne garde: ses 'agissements sont connus. Voici en peu de mots la situation: la population de couleur est frustrée de ses droits poli ti- Le plus jeune Etat du monde Désormais le 6 mars sera, pour le jeune Etat de la Hana, (ancienne Côte de l'Or), I·a, date anniversaire de son indépendance. « Freedom and justice » (liberté et justice) est sa devise. Son dmpeau, qui a trois bandes horizontales, symbolise ,un passé de luttes et les aspirations futures: le rouge pour l'indépendance acquise, le jaune d'or pour la richesse d:u pays, le vert foncé pour les forêts et les champs. A quoi s'ajoute une étoile noire, « -étoile pilote » de la liberté du pays. Sous les auspices de l'Assodation des Etudia,nts d'Afrique Noire, une exposition vient d'être consacrée au jeune Etat. LE BA-DAHG DU & AU 30 AVRIL 19157 PEINTURES RECENTES « au Seuil étroit » GALERIE R.M. 37, rue de la BOcherle Paris (15") Tous les jours de 15 à 20 h . Jeudi et samedi jusqu'à 24 h .

PEINTURES - VERNIS

PAPIERS PEINTS Linoléum - Balatum Fournitures pour peintres -0- FERME LES DIMANCHES • DAJEZ & Cie 5, passage des Muriers MENil. 65-66 Métro : Père-Lachaise • Réduction pour tout lecteur de.« Droit et Liberté li ques; l'inégalité devant la loi, la ségrégation sont de rigueur. L'aspi ration aux principes élémentaires d'humanité est un délit sévèrement réprimé. Que M. Strij.dom prenne garde: une telle situation ne peut durer. La population de coul'eur et les Mancs éclairés n'en continuent pas moins leur lutte pour la' Justice et la liberté. Le boycott des autobus se poursuit malgré les difficultés et les peines qutune telle action représente. Il en est de même pour les brasseries de l'Etat. Des étudiants antiracistes protestent de toutes leurs forces contre la ségrégation dans les universités, des évêques s'élèvent contre la ségrégation dans les églises. Que M. Strijdom prenne garde: il ,précipite l'Union Sud-Afrioeine vers des temps a'gités. Lui et sa police si remarquablement brutale ne règn eront pas éternellement. Leurs méfaits se retourneront contre eux à brève échéance. En voici quelques échantillons: le rabbin André Ungar vient d'être expulsé pour avoir osé se dresser, contre la politique raciste du gouvernement. Alan Paton, 'auteur de « Pleure, ô mon pays bien -aimé », est inculpé d'avoir assisté à un meeting de gens de couleu.r sans l'autorisation de son maire; pour le prétexte le 'plus futile, les noirs sont empnsonnés, et c'·est enfin fOdieu,x procès d'opinion contre 153 membres du « Congrès du Peuple » : dans leur « Charte de la liberté », ils réclamaient la j'ustice et la paix. Ils sont inculpés de haute trahison pour leurs activités antiraciste et progressiste, crime passible de la peine de mort. A la première audience Hs étaient enfel1més dans une cage de fer, maintenant ils sont en liberté sous caution, grâce à l'attitude énergique de leurs avocats. Que M. Strijdom prenne garde: il a contre lui tous les hommes libres. Qu'il sache qu'une telle situation ne dureJ'1a pas. P. S. tous. , « Ces propos pourront choquer, je le sais, certains Israéliens. Je leur demande de préférer la rude franchise d'un vieil ami de leur peuple et de leur pays à l'hypocrisie de ceux qui veulent simplement les utiltser comme des pions sur un échiquier. » • EX-COLONEL DU « COMMANDO SS D'EiXTERMINATION DES JUIFS -, Herman Krumey a été arrêté. Il avait délà comparu en 1948 devant une chambre de dénaziflcaticin, mais avait alon été acquitté. Le Caire IP()LU(;'~~: • LE QUOTIDIEN «AL AHRAMj annonce que 72 Juifs da nati~ nallté égyptienne, qui avaient été Interné., viennent d'être libéré •• Leun biens et leurs compte. .... banque. ont été libérés de. mesure. de séquestre. Indiquant que le .ort des autres juifs égyptien. détenu. pourrait être reconsidéré prochainement, le journal lOuligne que « dans la mesure où Il. auront un comportement national, Il. Jouiront de la libe.... et d.. même. droits que tau. 1 .. citoyen. égyptien. _. Prises de position et m~sures contre l'antisémitisme Selon les informations parvenues récemment de pologne, il apparaît que les manifestations d'antisémitisme, qui avaient pris, dans la dernière période, un tour inquiétant, sont en régressi m, par suite des mesures prises par les pouvoirs publics. L'activité des éléments s'appuyant sur les vieux préjugéS . chauvins et racistes pour pousser aux discriminations, est signalée en divers points du pays. D'autre part, des élèves Juifs ont été maltraités dans les écoles, où les cours religieux viennent d'être rétablis. Mais des provocateurs antisémites ont été condamnés en Basse-Silésie, et la presse d~ nonce fréquemment l'antisémitisme. Dans son discours d'investiture, le préSident du Conseil, M. Oyrankiewicz, a souligné que toutes les mesures seraient prises pour assurer l'application des principes constitutionnels d'égalité entre tous les citoyens. Il a précisé, dans une interview, que le gouvernement est décidé à « combattre toute manifestation de discrimination », notamment dans le domaine économique. A Kattovice, M. Ochab, membre du bureau politique du Parti ouvrier unifié- polonais, a indiqué: « Nous avons à faire face à des attaques moyendgeuses, de la part d'éléments ennemis, qui ne peuvent et ne doivent pas être tolérées ». A l'issue de la récente rencontre entre les dirigeants du Parti ouvrier polonais unifié et du Parti communiste français, le communiqué publié affirme la volonté des deux partis de « mener une lutte achp,rnée contre l'influence réactionnaire dans la conscience d'une partie des masses travailleuses et en particulier contre le chauvinisme, le nationalisme, l'antisémitisme et l'antisoviétisme ». Souhaitons que ces prises de pOSition et ces mesures entralnent rapidement un recul définitif de l'antisémitisme en Pologne. Londres • DES SLOGANS ANTISEMITY ont été peints sur las mur. de la ."nagovue .ituée au 16 de l'aven... de la Reine-Elizabeth. La ta~ acte a été grovement endam ... elée. New-York • NOUVEL APPEL DE MORTON JOBELL, condamné avec les Ro_ ber" et emprioolllté pour 30 an. au bagne d'Alcatraz. Il riclame la révision de IOlt proé" en raison de. faux témoignage. utili.é. par les sarvlce. de l'attor_ ney génércil. Tel-Aviv • CONTRE LA NOMINATION DI SPEI DU, une résolution de vive protestation a été votée à une assemblée par des mlilien de c_battants an ti-nazi. at ancien. déporté •• Ensemble dame 2 pièces [1mJ \ 3/4 Popeline ...... OEJZI Jupe Tergal ...... woeJ chel Pantalon homme avec ceinture combinéeEJal:Jl 76, Rue de RIvoli, 76 - Ouvott ,. ",,..,,; M",. , Hor.n .••• vll" ... __ ace. .' ~ 1111111111 1111111111111111111111111111111111111111111111111 1111 1111 1111 III Il IIi 111111111111111111 Il III 1111111111111111 11111111111111111111111111111111111111111111 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 11111111111 IIlUIIIIILlltrfllllll!: 1 1 S. B. 1. R. Il 0, RUE DE L' 0 U ES T, PA RIS (14 e) Téléphone: SEG. 19-79 PAIN AZYME - FARINE DE PAIN AZYME Fabriqués selon la technique la plus moderne La Société des Boulangers Israélites Réunis vous offre, pour les Fêtes d. c Pessach », du ~_ PAIN AZYME et de la FARINE de PAIN AZYME strictement c kacher », prodUits sous la -Charles 27 avril 2010 à 14:31 (UTC) ~~I S. B.I. R. 110, Rue de l'Ouest PARIS (14e) . Télépllone: SEGe 19-79§ : ~lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllli111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111"11111111111IIIIIjlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllhlliliIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ :


'----.--------------------------- DROIT 11: LIBERTI!

. Bientôt le Prix de la Fraternité 1 t.rlEM. 1 GEANT. le Le p.rlx de la Fraternité, créé par lé M.R.A.P., était décerné, il y a un an. pour la première f61s au film de Christian-Jaque: te 81 tous le8 gars du monde ..... Evoquant cet heureux choix dans le dernier numéro de la revue te Le Monde et. la France », Pierre Paraf, membre du jury, écrit: te Nous avons distingué ce 1'Ilm de bonne volonté, où ChristlanJaque imagine, autour d'un navire dont l'équipage, empoisonné, se trouve en péril de mort, la ronde des sans-fnistes, des pilotes, qui se donnent la main et arrivent, à la dernière seconde à distribuer, à administrer le remède sauveur. Et ce n'est point par l'effet du hasard que l'auteur fait de l'humble matelot nord-africain, du te sldi », l'un des maillons de cette chaine fraternelle. » C' est très prochainement que le Prix de la Fraternité va être attribué pour la seconde fols. Le j ury comprend, rappelonsle, les personnalités suivantes : MM. Léon Lyon-Caen, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R. A.P.; François Mau,riac, de l'Académie Française, Prix Nobel; Andrt\ Maurois, de l'Académie Française; Mme Marcelle Auclalr, écrivain; MM. Attuly, conseiller honoraire à la Cour de Cassation; Albert Bayet, président de la Ligue de l'Enseignement; Georges Besson, critique d'art; AUoune Diop, directeur de te Présence Africaine »; Georges Huisman, conseiller d'Etat, ancien directeur des Beaux-Arts; Francis Jourdain, écrivain; Jean-Paul Le Chanois, cinéaste; Jacques Madaule, écrivain; Pierre Para', écrivain; Paul Rivet., directeur honoraire du Musée de l'Homme; Claude Roy, écrivain; Goorges Sadoul, critique clnématographlque; dooteur Jacques-Emile Zola. EN llHl, à la suite d'un coup de force, les Etats-Un1S arrachaient au Mexique un territoire où la France logerait à l'aise, le Texas, et cette opéra: tion militaire fut suivie d'une guerre d'agression contre le Mexique et de l'annexion d'autres territoires qui formèrent la bagatelle de' huit Etats américains. Aujourd'hui, le Texas est l'Etat américain le plus riche en pé ·trole et en bétail. Selon John Ounther, journaliste américain, oQn y comptait en 1950 plus de .cent hommes possédant 35 milliards de francs, et les puits de

pétrole de l'un d'eux, H. L. Hunt,

.lui rapportaient plus de 350 millions par semaine. Depuis, le .nombre de ces fortunes colossales

a beaucoup augmenté. li est

.juste de préciser que, au XIX' .siècle, les Américains pouvaient acheter des terres à 5 cents l'hec ·,tare et que, au XX,, ceux qui ont été enrichis par le pétrOle béné: ficient légalement d'une exemp ·tion de taxe de .27,5 %, sorte de prime d'encouragement à l'end. chissement. George stevens, metteur en .scène et prOducteur de « Géant » (1), a voulu peindre ce monde particulier, cet espèce de rac. courci et de symbOle des EtatsUnis au comble de lèurs . excès, et, quelles que soient les critiques qui peuvent toujours être faites à une oeuvre, nous pensons qu'ici les qualités l'emportent de trop loin sur les défauts pour que nous parlions beaucoup de ceuxcl. Derricks et bidonvilles Blck Benedict, propriétaire dei 250.000 hectares et de quelque 50.000 bêtes à cornes au Texas, est venu acheter un étalon dans le Maryland, terre grasse et verte, vallonnée et boisée, où la vie elt aimable. Il y rencontre LesUe, la jo11e 11lle de l'éleveur, l'épouse et l'emmène. Un matin, la jeune femme découvre, en descendant du train, le désert de poussière qu'est le Texas et, à 80 kilomètres de là, la maison familiale de Benedict, une sorte de palais haussmannien grotesque au milieu de l'immensité absolument plate et dénuée d'arbres du domaine de Reata. Elle y trouve Luz, la soeur de Bick, qui régente la maison, les hommes les vaqueros, le bétail et qui mourra tuée par un cheval qu'elle a voulu mâter. La nature est rude, le soleil torride, les pluies sont des ouragans et les PAR Renaud de JOUVENEL hommes des ruffians sans manières. Les femmes sont vouées à l'obéissance, elles ne doivent s'o«cuper ni d'affaires ni de politique. Elevée dans une société plus libérale, plus cultivée, Leslie se rebelle souvent contre ,ce monde qui choque ses sentiments. Un jour, grâce à Jett Rink, un des employés de son mari, elle découvrira que les familles des Mexicains qui travaillent sur le domaine de Reata vivent dans des bidonvilles et meurent de faim sans que cela étonne Rick ni lui inspire beaucoup de pitié tant il est accoutumé à considérer ces êtres comme inférieurs. Les années passent. Jett Rink. à qui Luz a légué une petite terre, y trouve du pétrOle et devient immensément riche. Les enfants des Benedict ne sont pas tels que l'autocratique père les aurait voulus. Sa fille Judy épouse Bob Dace, un éleveur sans ambitions, et le nouveau couple n'a pour tout désir qu'un petit ranch. Son fils Jordan, celui qui devait devenir le nouveau roi de Reata, Benedict m, opte pour la médecine et, poussant au comble la ItlrillU 1 Comment on peut être Persan S 'IL est un livre. parmi ceux que j'ai lu récemment, que je pui_ signaler comme profondément hnmain, c'est bien « Le rende,,-~ du étrangers " (1), d·El.. Triolet. « Tous ces gens qui ne .e trouv..,.' PlU li leur place d'origine soral eoujour. Impuu li quelqu'un ou li eoUl le monde •• La méfianr.e. le chauviniune de qua"ier, l'esprit de clocher cherchent à .it"er celui qui n'est pa. né id ou qui ;"'mble sans attache avec le milieu ambiant; et l'exploitation cie la moindre différence dans l'accent ou les coutumes sert de prétexte à la xénophohie. Dans r.g fond de décor. Eha Triolet met en .cène se. personna «es. La famille Grammond. dont Jean Nohain dirait qu'elle est bien de chez nons. Et p:lis 1.,. « étrangers "; cenx qui souffraient c de ne PlU être de. citoyens comme les autru, de ne PlU avoir voix a" chapitre, de lUI pouflo; r ni râler. ni exiger (ceux qui lIOuflraient) de ne PlU appartenir a la communawé q"j lu entouraû •• La grande seruibiIité humaine de l'écrivain progre.siste fait vi"'e le lecteur avec les étrangers du livre. Ce qui aurait pu être Un roman à thèse sur le patrioti.me et l'internationalisme prolétarien est une grande leçon de fraternité humaine. Le rendez- vous des étrangers, quand l'histoire - cette politique du paeeé - a stabilisé l'immigration des hommes dans une identité d·intérêt. et le même sentiment de fierté nationale. cela devient le lien grandiose de la patrie ... La Patrie, la Nation. Une communauté de travail. d·.,.poirs et de luttes. Un mélange d'hommes et de peuples bra .. és par des invasions et des migrations: Celtes, Gaulois, Romains. Francs. Huns, Bur«ondes, Wisigoths. Arabes.... étrangers venus en France et Français partis de France. C'est tont un passé collectif, un long passé au bout duquel « même le. ignoble. qui trahiuent leur paya et son peuple om le droit de dwe: mon pays, mon Paru ". C'est la nationalité acqlJise par le droit du premier ocr.upant - celui qui est là quand arrive un autre - dans l'oubli de la venue de l'ancêtre. dans l'oubli des origines diverses qui .e sont fondues au creuset de l'bistoire. Les sacrifices. les droits légaux, le patrioti.me de coeur ne semblent valables que pour autant qu'ils sont le fait d'ancêtres qui ont vécu en.emble. Pourtant, est-ce le cas des juifl? « l'aurais aimé exprimer ce malheur des hommes qui ne vivent pas où ils sont nés. » - ElSa TRIOLET. ELSA TRIOLET Le tenJe~-o"us éttan,ets Un volume de 450 p. (20,5 X 14,5). Typographie en deux couleurs : Relié demi-cuir •••••••••••••••••••••••••• 1.500 Relié pleine toile Ventt. dos et plats ornés.... 1.800 PRESENTATION SPECIALE: Un coffret formant embottage en toile verte, décortlt de fers originaux, comprenant: le volume relié pleIne tolle et le dIsque te Grenade. (extraIt du roman). Nombre d'exem,p,lalres IImlt.é •.•••••••••••••• 1.850 CLUB DES AMIS DU LIVRE PROGRESSISTE Toute la documentation sur simple demande: 142, boulevard Dldel'O\, paria (12") Chassé.. d'Espagne après des siècles de vie commune, implantés en Pologne depuis un demi-millénaire. du temps du dernier roi Piast. Casimir-le-Grand, l'antisémitisme chrétien. le chauvinisme petit-bourgeois à la fin du XIX' siècle et enfin le racisme que l'exemple hitlérien apporta dans l'immédiate avant-guerre ont créé la « résignation » du ghetto. conservé intacts une langue. une religion et de. coutumes particulières. et fait naître le complexe de la « tolérance » étrangère. Problème historique particnlier où la question antisémite, issue d'intérêts matériels. chercha sa solution dans la « q:lestion juive ». Agnès, sioniste - par amour pour Fred? - ignore tout de ces problèmes et du 'Sionisme, mais « veut avoir une patrie quelle qu'elle .oit » - et « .' expatrie pour trouver une patrie ». Fred, dont h connaissance de l'histoire des juifs. une longue ronte bordée de gibets et jonchées d.. cadavres suppliciés, un long'..!6 route arrosée de sang et de larmes qui font fleurir l'espoir éternel d'Il printemps, Fred veut aussi ' '!De patrie bien à lui. C'est Ja terre jaillie du Talmud. cette « cathédrale du Liv:e » dont. pendant des siècles, les j'lifs persécutés et chassés de partout ont fait leur refuge, leur patrie. La patrie de Fred. c'est la p~trie dont rêvaient ses aïeux: « L'an prochain à Jérusalem »... A cet espoir. né dans les ténèbres du passé, l'auteur oppose sa foi humaine : « On n'e.t plU un étranger dam un pays q,,' vo"s e.t familier comm! la paume de votre main ». Les étrangers de ce roman sont nombreux qui pnrticipent à ce rendezvous. Ces hommes et ces femmes qu'on voit chaqne jour, à qui on parle, avec qui on travaille. avec qni on lutte, ont des problèmes douloureux. Parfois des drames. L'échec de l'Américain Franck on de la mystérieuse Olga sont le fait de leur isoelement; mais Serge a la perspective de l'avenir; l'Espagnol Alfonso 'a l'espérance du combat pour le retour dans son pays libre ; l'Arménien Tavian a deux patries: la France et sa terre natale. II y a awsi l'évocation des A'lgériens, ces îlotes du colonialisme. Mais l'amitié du Françau Patrice, de Serge et d·Alfonso. née dans le. souffrances d'un camp d'extermination. n 'est-elle pas le rêve fraternel qui doit unir les hommes d'origine et de formation différentes? Raph FEIGELSON. (Suite page 8.) 7_ roman du ' Texas rupture avec la tradition familiale, épouse une Mexicaine, Juana Villalobos, et entreprend de soigner les habitants des bidonvilles. Le monde marche à grande allure et la guerre apporte à chacun son lot: aux Mexicains surtout des deuils, aux blancs de nouvelles richesses. Benedic" se lance, lui aussi, dans le pétrole et, plus riche encore qu'auparavant, amène au milieu du désert, devant son palais haussmannien, assez d'eau pour une immense piscine. Jett Rink est devenu le roi du Texas: il a ses camions de transport, sa ville, son hôtel, ses bars, son aérodrome, et il convie, un jour, tous les millionnaires du Texas à inaugurer cette éclatante illustration de sa réussite. Il y a, en ville, un défilé comme pour un Président nouvellement élu, puis un diner de mille couverts où Jett Rink doit parler. Au bout de cette journée fabuleuse, le roi du Texas, ivre-mort, s'effondre à la table d'honneur au moment de prononcer son discours et s'endort sous les yeux consternés de ses amis et du sénateur Whiteside (côté blanc) qui vient de chanter ses louanges avec la grandiloquence d'usage. Telles sont les grandes lignes d'une action infiniment plus nuancée que nous n'avons la place de l'indiquer. Le drame du racisme Si Stevens a voulu peindre la pauvreté d'esprit et de manières ainsi que l'affairisme des nouveaux riches du pétrole et du bétail, il a également, parallèlement, montré leur inhumanité naturelle, presque congénitale, envers ceux que les Texiens blancs appellent les « Tex-Mex ». La Ségrégation existe au Texas comme en beaucoup d'autres Etats, elle est · même traditionnelle; c'est un état de fait, les Texiens ne considérant pas ces gens comme de la même race qu'eux, c'est tout. Une grande oeuvre L'oeuvre de Stevens est indubitablement un des films les plUS importants qui aient été produits depuis longtemps. Il a de grandes chancel! de devenir un classique et il est à souhaiter qu'il ait dès maintenant un grand succès. Il est admirablement interprété par Elisabeth Taylor (Leslie), Rock Hudson Bick Benedict et James Dean (Jett Rink, entre autres acteurs qui tiennent tous leur rôle avec naturel. La mise en scène est très dépouillée. Stevens a la science des développements dramatiques, il sait charger une scène de sens, donner tout son poids à une situation sans jamais d'outrances, au contraire, avec une réserve qui accentue la valeur des effets. Il sait très intelligemment jouer des oppositions.: opposition entre la verdoyante e' paisible Maryland et le Texas désertique, brutal et brûlant; entre l'opulence des Benedict d la misère affreuse du prOChe bidonville des {( Tex-Mex »; entre l'extravagante richesse dea propriétaires texiens et leurs coutumes rétrogrades, leur absence de culture, de manières, d'élégance; entre la génération de Bick, l'autocrate qui ne sait qu'être Benedict II et rêver de transmettre Reata à un héritier fidèle à la tradition, et ses enfants qui s'empressent de voler de leurs propres ailes. Et quelle richesse dans les détails! Quelle vérité! Stevens a profité de l'occasion pour faire' une véritable satire de nombre d'aspects de la. société américaine. Enfin, certaines images sont inoubliables, atteignant à une grandeur rarement rencontrée. Négligeant ses faiblesses, on peut dire de ce film que c'est une oeuvre noble, profondément humaine dans ses intentions. La dénonciation qui y est faite du racisme est impitoyable, ma18 parfaitement intégrée à un rée1' cinématographique qui le classe parmi les grandes oeuvres nationales américaines et,· de ce fait, parmi les grandes oeuvres tout court. Quand Leslie, au début de son mariage, découvre le bidonville où logent les « Tex-Mex » qui travaillent pour son mari, elle constate que le médecin blanc (1) Basé "" nn roman d'Edna Forn'est même pas autorisé à les SOi_,.-_be_r_. ____________ _ gner et son mari, qui n'est pourtant pas un méchant homme, trouve Simplement scandaleux qu'elle aille se mêler à cette racaille. La présence silencieuse de ces gens dénués de tout est comme un contre-point à toute cette partie du film, comme l'image sinistrement dénonciatrice de la misère accompagnant partout l'éclat de la fortune insolente. Cette opposition entre le sort des deux races va atteindre son paroxysme et dég"'nérer en drame, auquel même Bick Be.nedict va participer, le soir de la grande fête organisée en l'honneur de Jett Rink dans son propre hOtel empli par ses invités. Tout d'abord, le service d'ordre a failli ne pas laisser entrer Juana, la femme de Jordan Benedict. Une seconde insulte l'at;,. tend au salon de coiffure où on refuse de s'occuper d'elle. Tels sont les ordres de Jett Rink luimême, lui annonce-t-on! Ni Jor, dan, retenu par des hommes dE\ main, ni Bick, écoeuré par un Rink incapable de se tenir debout tant il est imbibé d'alcool, ne pourront venger l'honneur des Benedict. Au retour vers le ranch, dans un restaurant au bord de la route, la famille rencontrera encore le racisme: on refuse d'y servir des « TexMex » et Bick se bagarrera avec le propriétaire qui le mettra hors de combat. Le film se termine sur une: image qui en souligne les intentions: deux visages d'enfants, lei visage blanc de la 1'ille de Judy et de Dace, et celui, cuivré, du. fils de Juana et de Jordan. Ils jouent ensemble, cependant que Bick et Leslie les regardent comme la promesse de l'avenir. Fin sentimentale, certes, et que certains peuvent considérer comme peu vraisemblable, mais il importe peu car, en un temps où le racisme américain atteint un rare niveau de violence, elle nous semble être une réconfortante leçon de courage et d'optimisme. TJlEIITIlE Les Griots C'est sous ce titre qu'une nouveije jeune compagnie d'art dramatique est née. Cela n'a rien de bien original en soi, si ce n'~st le fait que tous les membres de la troupe sont de j eunes étudiants noirs. Son animatrice, Mlle Ducados, qui a entrepris une tâche lourde et périlleuse autant que belle et courageuse, a l'ambition de créer une troupe professionnelle et homogène de comédiens noirs de t outes provenances. Actuellement n'existe qu'un pet! t nOJ'au de huit comédiens. Ils ne reçoivent aucune aide matérielle. C' est pour ces raisons péremptoires qu'ils ont choisi, comme premier spec tacle, « Huis-clos », de J .-Paul Sartre. P eu d'ac teurs , pratiquement au cun décor, mais un texte combien difficile. La jeune troupe se produit actuellement dans les salles de lecture, sur les scènes, quand elles existent, de diverses associations. C'est dans l'une d' elles que j'ai assisté à leur représentation, dont on peut affirmer qu'elle est plus qu·honorable. J e suis ,persuadé qu'avec l'ardeur qui les anime et le talent qu'ils possèdent, leurs progrès seront constants. Je citerais Sarah Maldoror et Toto Bissainthe, r espectivement Enés et Estelle, ainsi que Samba et Tehibamba, Garcin et le garçon. Souhaitons que cette h eureuse Initiative nous fasse connaltre bIentôt un véritable théâtre afrIcain. autre que les traditionnels spectacles de danse. R. H. _8 DROIT ET LIBERTE PARASITE DE LA VIE QUOTIDIENNE ••• C'EST AINSI QUE NAIT LE RACISME lflR l~lfIE~ ~IPIE4[lf A\~[ILIE~ NOUS avons vu dans un précédent article (1) le rôle néfaste joqé par certains prinCipes d'éducation dans l'évolution spirituelle et humaine de l'enfant. Nous avons vu comm" nt on pouvait lui inculquer, sciemment ou inconsciemment, certains préjugés qu'il conservera peut-être toute la vie avec, en découlant, l'obligatoire mépris, les injustices et peut-être les crimes contre les corps et les esprits de ceux qu'il juge inférieurs pour le simple motif d'une origine ethnique différente de la sienne. Mais le racisme ne se contente pas d'apporter ses frllits empoisonnés dans l'esprit des enfants en âge de scolarité et il est fort probable que, si :Son influence s'arrêtait à ce stade, il ne possèderait pas l'ampleur et la virulence que nous pouvons lui observer. Car il faut renforcer, consolider, paraChever les sentiments discriminatoires des hommes qui auraient tendance à oublier l'éducation de leurs première années. C'est ici qU'apparait le rôle de certains spectacles que l'être non évolué a vite fait de considérer comme le reflet de la réalité. FICELLES •.• SANGLANTES lui montrer éternellement des personnages originaires de races déjà méprisées dans des emplois dégradants et avilissants qui sont, qu'on ne s'y trompe pas, au tant d'atteintes à la dignité de la totalité de la race que ces acteurs représentent. Que l'on se rappelle simplement l'éternelle grosse nounou noire à qui on ne fait dire que des « oui missié... non missié... oui médème... bon médème... », le cireur de souliers ou le steward roulant des yeux blancs, le domestique chinois servile et sournois, l'usurier juif, sale et rusé, etc., etc ... ! Guidés par une sorte de routine faite, sans doute, pour encourager la paresse intellectuelle du spectateur" certains réalisa.. teurs font continuellement appel à ces types conventionnels pour incarner les personnages louches ou méprisables de l'oeuvre qu'ils produisent. Je préfère penser qu'ils ne ' se rendent pas compte du préjudice qu'ils portent à l'ensemble de la race dont ces acteurs sont originaires, dans l'esprit d'un public qui ne sait pas toujours faire la distinction entre la fiction et la réalité. Ainsi, par exemple, il n'est pas pOSSible de voir un acteur au type sud-américain quelque p'eu prononcé tenir un emploi autre que ceux de ganster, de maquereau ou de mauvais garçon; le spectateur, influencé par ces images répétées, ne pourra rencontrer dans la vie un homme au type similaire sans être animé d'une certaine méfiance qui n'a pas d'autre cause que l'habituel comportement des personnages de ce type dans les films auxquels il a assisté. DES DECORS MOBILES Il n'.est jusqu'à la radio où l'on demande parfois aux comédiens de couleur de forcer leur accent et d'user d'une mauvaise prononciation alors que le timbre de leur voix suffit à lui seul à faire comprendre à l'auditeur qu'il se trouve en présence de personnages exotiques... Quand ces rôles possèdent un esprit et qu'ils se font une opinion sur ce qui les environne. Or, dans « La chatte... », ces trois personnages sont muets ou à peu près et, je le répète, ne participent aucunement à l'acti"n. Domestiques stylés, porteurs de plateaux d'orangea des, on ne les utilise que cqmme, en quelque sorte, des décors mobiles. Cela ne sert à rien si ce n'est à renforcer le sentiment du spectateur déjà raciste dans sa conviction que les nègres font d'excellents serviteurs et sont nés pour cela. LE « ROLE » DE LA COULEUR Il arrive, par extraordinaire, qu'un auteur écrive un « rôle » « intelligent » en fonction d'un personnage exotique. Bravo! voilà l'occasion de réhabiliter une race injustement discréditée ou méprisée; voilà l'occasion pour un acteur de cette race d'expri- Morena CASAMANCE, dalns • HulsClos •..• On aimerait la voir plu. souvent. mer son talent. Et c'est ainsi que l'on découvre de grands comé-diens, c'est ainsi que l'on voit qu'il existe des artistes de couleur capables de faire autre chose que de jouer les singes savants ou de servir d'éléments attrayants du décor. On remarque alors qu'on peut trouver une négresse qui ne soit . ni grosse, ni béatement méprisable, une indienne ou une métis digne d'être qualifiée de pin-up, un noir ou un Oriental capable de tenir un rôle de jeune premier; car il y a des prOducteurs et des réalisateurs conscients du respect qu'ils doivent à l'oeuvre qu'ils ont à traduire qui osent se servir de comédiens allogènes dans les rôles qui les réclament. Que l'on se souvienne de « Negro- spiritual », de Yves Jamiaque; de « La plus belle des vies », de « Typhon sur Nagasaki », etc ... , et de quelques rôles accordés de temps à autre à des interprètes exotiques (Georges Aminel, Morena Casamance, Bachir Touré, etc ... ). Tout cela est très bien, oui, si l'on confie vraiment le rôle à un acteur que son origine désigne pour le tenir. Seulement, on a souvent l'air d'ignorer qu'il existe des comédiens de couleur ou on ne les trouve pas assez talentueux (sans en avoir fait l'expérience) pour tenir les rôles qui leur sont dévolus. Et ce sont les pin-up tahitiennes, les « ardentes gitanes », les chefs indiens ou les Orientaux, tous blancs plus ou moins bien grimés, si le rôle possède quelque importance. Autant de tromperies et d'indélicatesses envers notre bonne foi de spectateur et autant de preuves de mépriS et d'injustices vis-à-vis du comédien de couleur que le rôle sollicitait et, de là, vis-à-vis de toute sa race originelle. Ainsi, dans « Requiem pour une nonne », de William FaulknerAlbert Camus, par exemple, on emploie une actrice blanche alors que le rôle nécessiterait une interprète noire. Malgré tout son talent, ses efforts. Mlle Tatiana Moukhine n'a pas la voix, l'atti- Nous avons déjà signalé l'excitation prOduite chez des enfants assistant à certains films produits outre-Atlantique, communément appelés « Westerns ». Mais le public de ce genre de spectaCle ne se compose pas uniquement d'enfants et un grand nombre d'adultes y assiste avec le même engouement rêvant à tous les « Davy Crockett » et « Buffalo Bm » de savanes imaginaires, éombattant et vainquant les méchantes tribus rebelles à la civilisation qu'ils sont venus leur apporter. Car la part du gentil et celle du méchant sont vit a esquiSSées dans ces films pour grand public et, bien que l'on s'arrange pour respecter le sentiment de la moralité, on s'efforce toujours de placer le bon droit du côté du personnage représentant la majorité ethnique des spectateurs ou (et ceci n'est pas moins grave), on affiche un sentiment de condescendance, de paternalisme envers les êtres d'autres races. ne sont pas tenus par des comé-,-------------------------------, Et ce sont les actes de cruauté des tribus fanatiques des « Quatre plumes blanches » ou de « Gungua Din », la sauvagerie primitive des pirates malais ou des mau-mau, qui fortifient le spectateur dans sa convictTon absurde de prééminence raciale. De plus, il restera dans l'esprit de l'homme gavé de ce genre de films cette colère et cette haine plus ou moins conscientes con're les ennemis démontrés héréditaires de sa civilisation. diens blancs qui, croyant peutêtre bien faire, les interprètent d'une manière ridicule avec l'obligatoire parler « petit nègre»! Le théâtre non plus n'est pas étranger à cette situation, et il est peu d'auteurs dramatiques qui osent accorder à des personnages de couleur un rôle autre que médiocre ou déchéant. Prenons, par exemple, « La chatte sur un toit brûlant », de Tennessee Williams: c'est une pièce d'intimité, un drame familial ... Eh bien, il a quand même fallu qu'on ajoute aux personnages prinCipaux trois acteurs noirs pour tenir des rôles de domestiques absolument inutiles à la bonne compréhension de l'oeuvre! L'action se passe dans le sud des Etats-Unis et nous savons que la condition des nègres dans cette région est souvent celle dont l'auteur a affublé Jes interprètes noirs de sa pièce; mais il n'en reste pas moins que les noirs HAZEL (Suite de la page 1) Pins, avec Sidney Bechet et Claude Luter. - Voulez-vous nous parler de que.Iques-unes de vos préférenoes parmi les musiciens? Art Tatum, bien sGr. Un très grand pianiste de jazz. Le plus grand sans doute. Je lui dois beaucoup. Il est pour moi comme un frère. D'ailleurs l'idée de la main gauche dans « Tea for two :. est de lui. J'aime aussi John Lewis et Enol Camer; lui, je le considère comme un primitif de la musique. Un peu un Douanier Rousseau du piano. « Et puis encore d'autres, que j'aime beaucoup ... » Et là toute une pléiade de musiciens plus ou moins célèbres, dont elle possède pour chacun d'eux une petite histoire, toujours très savamment contée. Le genre de production dont nous venons de parler ne peut absolument pas atteindre Un homme réfléchissant quelque peu aux invraisemblances des situations qui lui sont proposées; il en découvrira immédiatement les grosses ficelles et ne fera que rire de ces tueries et de ces chevauchées insensées... Il ne considèrera pas pour cela le noir ou le jaune qu'il croisera dans la l -------------------------------, rue coinme un cannibale ou C t t At P comme un agrégé es-supplices. ommen on peu e re ersan Non ... QUAND LA FICTION MASQUE LA REALITE Pour lui, il existe un autre moyen, beaucoup plus dissimulé, de lui suggérer sa supériorité raciale. C'est celui qui consiste à (Suite de la page 7) Tous les personnages sont vrais. II est dommage que les exigences du roman - j'nUais écrire de la mise en scène - le. fa.se évoluer dans un même cercle fermé où ils se rencoutrent tous. S'ils semblent extraits Le plus grand choix à ri'tm~~WI~~JUSTEPRIX ~ Popelines , '1 \ doublées popeline ,- ~ Hommes et Damts " ~.. 4.90.9~ M 1 R E' NE M HOTH .DE .VlllE7 b rue de RIVOLI OUVERT LE LUNDI • . SEMEUSE A(CEPTES de leur milieu réd, c'est pour jouer leur propre rôle et raconter un cas qui laisse entrevoir leur vie. Sans fauOBe note, ave" une grande délicatesse de sentiment, Elsa Triolet présente une oeuvre !ucide de recherche objective et d'observation à la fois de la confiance et des soupçons humains. Le ton uni, le style propre et précis dans la description des acteurs et du décor, dans l'analyse psychologique qui déchire un voile d'ignorance, malgré certains passages hâtifs, nous fait participer à l'expérience des étrangers. Et le lecteur non averti .il est honnête et de bonne foi, com~ prendra le drame des gens déracinés et transplantés d'un pays dans un antre. L'nn des .ept ou h"it livre. sur la condition des étrangers parus depuis 18 mois, celui d'Elsa Triolet vise à les mieux faire connaître; jetan; u~ pon! sur l'avenir il veut aussi Jes fSIre SImer, car « ceux qui ont de l'amour ne sont pas seuls au monde ». Et l'amour réciproque des hommes ~'est-ce point là le lens réel du patrio: tume et de l'internationalisme? SCOTT D'ailleurs, nous 110US devons de d~r-e qu'Hazel/Scott s'exprime dans un français tout à fait correct, quoi qu'elle en dise, et que c'est un réel plaisir de l'entendre bavar.der sur un thème qu'elle affectionne tout particulièrement. Des éclats de rire spontanés émaillent sa: conversation et elle a autant de joie à 110US conter ses anecdotes que nous en avons à les entendre. Cette vivoacité extrême et le dynamisme que l'on '1 etrouve dans sa musique font partie intégrante d'elle-même. - Vos projets? - Le « Calypso . Musique qui vient directement de Trinldad, où je suis née (île de Cuba). « Il s'agit d'un rythme assez proche, quoique différent de la vraie samba (non édulcoré). Mac Beth, qui VH'nt de mourir, possédal{t un authentique orchestre de cette musique, étant luimême de Trinidad. « Ce -rythme sera peut-~tre de mode cet hiver. Avant de nous séparer, nous avons tenu à poser quelques questions précises sur le pl ,blème du -r-acisme. Hazel Scott nous a répondu très simplement. - Je crois que personne ne peut ignorer le racisme. Beaucoup en ont souffert et en souffrent ... Je souhaite plein succès à la lutte que VOUs menez. Merd Hazel Scott de cette amicale entrevue et de vos voeux. Nous vous s-ouhaitons à notre tour beaucoup de succès poUl' le « Calypso , musique de chez vou-s. (1) F4lcling: Dtlt employé par, le musicien de jazz pour exprimer une certaine douceur, un eertaÎn moelleux daus l'interprétation d'un thème. (2) Jorn. ses5ion: réunion de musiciens d'orchestre. différents, après leur travail, et jouant pour leur propre plabir. tude, le geste et l'esprit vpuIus! Pourquoi faut-il que l'on se soit soucié de créer un perSonnage noir lorsqu'il lIOUS faut voir paraitre une blanche grimée? Pourquoi certains critiques ont-ils remarqué que quelques mois de prison infligés à la « négresse » n'avaient même pas fripé son manteau ni déformé son chapeau, alors qu'ils n'ont pas dit qU'on nous avait trompés sur la couleur de sa peau? Pourquoi? Je maintiens qu'il n'y a pas de petits détails négligeables et cette erreur dans le choix de l'actrice devient encore une cause de la persévérance du racisme par le fait que le spectateur juge qu'il n'y a pas une comédienne noire capable dè tenir le rôle. Faut-il incriminer l'incompétence des responsables de la distribution ou ne faut-il voir là qU'une preuve de dédain et de préjugéS envers une race toujours considérée comme inférieure? Faudra-t-il, pour que s'étonnent les yeux qui ne savent pas voir, monter une pièce ne comprenant que des rôles pour des blancs et la faire jouer par des artistes noirs qu'on aura saupoudrés de farine? POUR L'EGALITE DES ARTISTES Suivant le cinéma et le théâtre, la radio n'hésite pas à employer tel ou telle sociétaire de la C0- médie-Française pour tenir le rôle d'un roi africain ou d'une native des Iles-sous-le-vent, bien qu'il ou qu'elle n'ait aucunement le timbre du personnage ou, comme je le signalais plus haut, qu'ils accentuent outrageusement "\es vices prétendus de prononciation. Pourtant, il y a des comédiens de couleur possédant leur carte profeSSionnelle et nous, auditeurs comme nous étions tout à l'heure spectateurs, nous pâtissons de l'incompétence ou du favoritisme des services responsables. Habib Benglia n'est-il pas le personnage-type d'Othello de Shakespeare? Barrière ! ... A l'acteur de couleur on réserve les emplois que l'on désire voir tenir par ses congénères dans la vie réelle; c'est-à-dire que, refusant de leur accorder la moindre spiritualité, on continue de les considérer comme des inférieurs faisant les délices de tous les cow-boys amateurs et de tous les lecteurs de romans de colonisation. Pour conclure, peut-être trouvera- t-on que nous avons une conception très révolutionnaire de l'art dramatique lorsque nous aurons dit que l'on peut et que l'on doit employer des comédiens, de n'importe quelle race dans n'importe quel rôle, du moment que l'origine du personnage n'est pas spéCifiée, de même qu'on emploie indistinctement blonds et bruns et que l'homme d'une quelconque • minorité ethnique a également sa place dans la vie réelle de notre société puisqu'il vit, trava1lle et pense tout comme un autre. Maurice DECRAIENE. (1) Voir le dernier numéro de c Droit et Liberté •. DROIT ET LIBERTÉ 15, Ft Montmartre - Pari. (9') Tél.: PRO. 82-78 Tarif des Abonnements Un an : 300 frauc. PAYS ETRANr,J:RS Un an : 430 frana ABONNEMENT DE SOUTIEN: 1.000 franc. TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. Post. : 6070-98 Pari. Pour le. changement. d'adrelle enveyer 20 franci et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK ' S.I.P.N., 14, Ru Ile Paradi. - : - PARIS (Xe) -: - Trtw. __ • par du ."". qruliquéa

Notes

<references />