Droit et Liberté n°393 - juillet-août 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°393 de Juillet-Aout 1980
    • Attentat au MRAP: ils ont voulu tuer par Jean-Louis Sagot-Duvauroux
    • Editorial: rumeurs et réalités par Albert Levy
    • Raid raciste à Bondy: ils m'ont tabassé et tailladé le dos par Jean-Pierre Giovenco
    • Crime fasciste: l'assassinat de Mehmet
    • Violences antisémites: Signé F.A.N.E.
    • Indiens Mohawks: Carter déterre la hache de guerre par Robert Pac
    • Afrique du Sud: l'A.N.C. frappe au coeur du régime raciste par Dominique Lagarde
    • Le MRAP s'adresse à Léonid Brejnev (antisémitisme en U.R.S.S.)
    • Le point de vue des maires paletiniens expulsés
    • Le dessin contre le racisme
      • La première bande dessinée (par le chef inca Guaman Poma)
      • Le petit prince en bande dessinée
      • La caricature contre l'apartheid
    • Olympisme: cinq anneaux, cinq continents par Jean-Claude Grivot
    • Olympisme: le pont de vue du MRAP
    • Le dialogue des civilisations propos de Roger Garaudy recueillis par Yves Thoraval
    • Afrique du sud : la résistance

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.


La grande salle après l'explosion. Le hall d'entrée: tout sera à refaire. 2 • dernière minute • attentat au mrap ils ont voulu tuer Une violente explosion criminelle a dévasté le siège du mrap le 26 juin, C'est le dixième attentat contre le Mouvement. Jeudi 26 juin, 16h20. On sonne à la porte du mrap. Bertrand Bary, membre du bureau national du Mouvement, va ouvnr. Sur le palier, un sac de plastique d'où sort une mèche allumée. Immédiatement, il avertit les trois autres personnes qui se trouvent encore au siège du Mouvement. Elles 'se réfugient au fond du local et tentent d'appeler Police-Secours. A l'autre bout du fil, une voix suave répond inlassa' blement : «Restez en ligne, Police-Secours va vous répondre ». Pendant ce t,emps, Bertrand Bary va chercher de l'eau à la cuisine pour éteindre la mèche. Il n'en aura pas letemps. La déflagration secoue tout l'immeuble. Les locaux sont ravagés. Toutes les vitres sont soufflées, un mur est éventré ainsi que le plancher du palier. Le plafond de l'entrée s'écroule. A dix secondes près, Bertrand recevait en plein visage la porte blindée que l'explosion a pliée en deux comme une feuille de papier. «Ils on voulu tuer. C'est la seule expli-

}-ccation

qu'on peut trouver à /-'idée criminelle d'avoir sonné à la porte après avoir déposé la bombe », déclare Bertrand Bary à un journaliste. François Mardon, l'époux de la trésorière du mrap, arrive en courant. Il a entendu l'explosion depuis le local de l'A.E.F.T.I., de l'autre côté du boulevard Sébastopol. On le prévient que c'est au mrap et que Claudine s'y trouve. Heureusement, il n'y a pas eu de blessés graves ... cette fois-ci. Dans l'immeuble, c'est l'émotion. Depuis le 14 mars 1979, jour de la conférence de presse au cours de laquelle les syndicats de police ont dénoncé avec le mrap les contrôles d'identité racistes, la garde qu'assurait la police devant l'immeuble a été supprimée. Malgré les menaces constantes des activistes néo-nazis contre le mrap. Malgré la légitime a ngoisse des familles qui vivent dans le même bâtiment. Le commissaire se fait rassurant : « Vous aurez à nouveau une garde ». Le La porte blindée n 'a pas reSISle. préfet de police, qui s'est dérangé en personne, confie au procureur, dans les bu reaux dévastés : « C'est une affaire bien embêtante ». L'avant-veille, le ministre de l'Intérieur révé!aitqu'illisait «avecindir; nation » les publications des groupes neo-nazis. Il y a de quoi, en effet, puisqu'elles appellent explicitement au meurtre et revendiquent leurs attentats. Pourtant, la commission paritaire et les avantages y afférant continuent à leur être, le plus souvent, accordés, tandis qu 'on la retire, pour des motifs futiles, à des journaux comme « Pilote ». Dans la rue, les badauds s'attroupent. L'un d'entre eux demande à René Mazenod, secrétaire national, s' il est « de la maison ». A sa réponse affi rmative, il lui tend sa carte : il est vitrier! •• 'solidarité avec le mrap' Pour que la lutte contre le racisme continue, je participe à la .remise en état des locaux du mrap Je verse ... . . .. .. . .... . .. . .. . . .... ...... . ......... . ...... . . . . . ...... . ......... . .... . .... . .. . ... . . .. . . . NOM .. , . .. . .. . ....... .. .... . .... . ....... . ...................... . .. . .. . ... ... . . ..... . . . .. . ..... . . . .. . . Prénom Adresse à renvoyer au mrap, 120 rue Saint-Denis, 75002 PARIS - C.C.P. 14825-85 Paris droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 3 maillots de bain Is PA RIS piedssensibles les chausseurs du confort et de lëlégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes (1er) 5, rue du Louvre (Métro Louvre) (ge) Gare Saint-Lazare - 81, rue SainHuare (MO St-Lazare - Trinité) (6e) Rive gauche - 85, rue de SèvIJS (Métro Sèvres-Babylone) (1Oe ) Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. ~--------------------------- HIFI G:.&. tAUDITORIUM UN CARREFOUR PRIVILEGIE DISQUES TV VIDEO 6 . Rue SAINT·PA'·Rlce 'A COTE DE LA POSTEl AMIENS !! 122' 91 .04.23 4 au sommaire • l'événement • raid raciste à bondy : « ils m'ont tabassé et tailladé le dos . . , . . . . . . . ..... . p. 6 par jean-pierre giovenco viplences antisémites : si!}né f .a.n.e. p. 8 1 :":i:Jg;"'iif.':::: 1 ~ .sur le vif. indiens mohawks : carter deterre la hache de guerrè ....... ... ...... . p. 9 par robert pac • point chaud. afrique du sud : l'a.n .c. frappe au coeur du régime raciste .. . . . .... p. 10 par dominique lagarde juifs d'U.r.S.s. : le mrap s'adresse à léonide brejnef . . . . . ... ... ... . .. p. 12 • dossier • le dessi n' contre le raci,§me . p. 16 à 20 • chronique. olympisme : cinq anneaux, cinq continents . ... .... .. .. .. ... .. .. p. 21 par jean-claude grivot Le dessin de la « une » a été réalisé par Joseph Domjan. Ce dessin sera prochainement vendu par le mrap sous forme d'affiche etde poster. La « une » du précédent numéro (juin 80) a été réalisée par Ernest- Pignon-Ernest. droit et liberté mensuel 120 rwe saint·denis, 75002 paris · téléphone 23309.57 · C.C.p. 9239·81 paris directeur de la publication rédacteur en chef alber! lévy Jea n ·Iou IS sago! ·du vauroux comité de rédaction Jean · Plerre glovenco jean-pierre barrizien, mireille carrère, delphine deporte, philippe jarreau, patrick kamenka, félix lambert, racine maïga, marc mangin, stephane mayreste, robert pac, yves person, théo saint-jean, abdelahak senna, pierre-andré taguieff, yves thoraval, jean-yves treiber, pierre vidal, slimane zéghidour. abonnements un an 60 F soutien 120 F Plranqer 90 F publlclle.tu S lf'q(' du lournal Du verre, il y en a partout sur les trottoirs où s'affairent les pompiers. Premier « flash » à la radio. Des militants commencent à arriver : « Il faut faire quelque chose! Ça ne peut pas durer! ». Décision est prise d'organiser une manifestation de solidarité le lundi 30, à 18 heures. Tôt le matin du vendredi , les télégrammes de solidarité affluent. Juste après les raids nazis de Bondy et du quartierdu Marais, à Paris, la violente attaque contre le mrap apparaît comme un symbole. C'est la possibilité d'une vie démocratique en France qui est en cause. Ce thème est d.'ailleurs repris dans une déclaration de François Grémy, président du mrap, aux journalistes qui sont arrivés sur les lieux, le jeudi soir : « /1 s'agit de l'action de groupes qui se réclament ouvertement du nazisme et qui ont bénéficié d'une longue et scandaleuse impunité ». résolution La consternation n'est pas, pourtant, le sentiment dominant. On sent bien la résolution des militants au milieu des décombres. D'abord, remettre en état. Et, pour cela, une solidarité massive des antiracistes va être nécessaire. Les dégâts sont énormes. Ceux qui sont spontanément venus donner un coup de main pour dégager les gravats le savent. Le vendredi encore, il faut appeler les pompiers pour un plafond qui menace de s'effondrer. Toute l'installation électrique est à refaire. La plupart des machines sont hors d'usage. Le téléphone n'a plus qu'une ligne. Livres, affiches, documents divers gisent sur le sol. Dans certaines pièces où les verrières sont défoncées, c'est la pluie qui inonde tout. Et puis, surtout, la lutte contre le racisme, pour la fraternité humaine, doit conti nuer. Une conférence de presse devait avoir lieu quelques jours plus tard, le 1 er juillet. On la tiendra, même sans porte, même parmi les débris. Le 27, l'attentat est à la une de « l'Humanité » et du « Quotidien ». Les deux journaux rappellent le nombre impressionnantd'agressions dont le mrap a déjà été victime. Le quotidien du P.C.F. insiste notamment sur l 'impunité des agresseurs fascistes. C'est aussi le sens de l'article du « Monde » qui indique, sous le titre « Sans protection »: « Le mrap et ses voisins ont entrepris plusieurs démarches à la préfecture de police pour une nouvelle protection. Sans résultat ». « La Croix » reproduit, pour sa part, un communiqué anonyme reçu par l 'A.F.P. : « La Fédération de l'Action Nationaliste Européenne revendique cette action. ré ponse à la tentative de meurtre contre un militant de la F.A.N.E., le mois dernier ». Déjà, les tracts appelant à la manifestation de solidarité arrivent de l'i mprimerie et les militants de comités locaux vien nent les prendre pourfaire de cette action une réponse à la mesure de l 'agression dont le mrap est victime. Jean-Louis SAGOT-DUVAUROUX droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 • éditorial • rumeurs r .~·it est difficile de déterminer avec précision comment s 'est répandue et amplifIée la «rumeur »de la Seine-Saint-Denis, sa source, son utilisation (pour ne pas dire : ses buts) ne font du moins aucun doute. Fin mai et début juin, trois agressions armées de commandos fascistes ont lieu contre un groupe d'H.L.M. de Bondy où vivent de nombreuses familles nord-africaines. Un jeune Algérien a le dos tailladé au rasoir. . Ces actes criminels s'ajoutent aux multiples attentats perpétrés dans la régIon contre le consulat algérien d'Aubervilliers, les dirigeants et les locaux du Parti Communiste, aux lettres de menace, aux inscriptions haineuses sur les murs des villes et sur les synagogues, ainsi qu'à l'opération violente dirigée en mars contre les élèves maghrébins du lycée de Chelles. La police tente d'accréditer, à propos de Bondy, l'idée d'un affrontement entre «bandes de jeunes rivales ». Mais le caractère raciste de toutes ces menées apparaissant clairement, c'est alors que surgit, au contraire, la légende sans c~sse grossie des méfaits attribués à des groupes fascistes omni-présents et tout-puissants. Coups de téléphone menaçants, lettres anonymes, récits effrayants colportés de bouche à oreille suscitent une véritable panique dans la population, française et immigrée, spécialement dans les établissements scolaires. Résultats? La plupart des gens se calfeutrent, sont poussés à la passivité, tandis que certains veulent s'armer, former des milices d'auto-défense. Surtout, en quelques jours, les faits réels sont confondus avec les fausses nouvelles par les principaux médias et par la police :« Pour moi, l'affaire est close », déclare le commissaire. Rien ne s'est passé. Le fascisme, le racisme, ça n'existe pas. Ainsi, la « rumeur » a fait coup double: elle a contribué à renforcer les peurs, les divisions dans des banlieues particulièrement défavorisées ; elle a masqué la· mansuétude des autorités à l 'égard des racistes. Il est fraPl?ant de constater un processus semblable à Paris, dans le Marais où, peu apres, tr~is ~t~aques fascistes se s0l.1~ produites c.ontre des lycéens, contre la p~pula!lon jUive et cpntre !-Ine exp.osltlon de « ;JustIce et Paix ». Là e~ core, la police minimise ou meme nie les faits, la p~ur s empare de certains milieux, tandis que s'amorce un engrenage de réactions primaires qui tiennent pour nulles les responsabilités des Pouvoirs Publics. Celles-ci, pourtant, sont flagrantes. Les auteurs d'attentats et d'agressions, les assassins fascistes bénéficient d'une totale impunité. Huit ans après son vote, la loi du 1 er juillet 1972 n'a jamais été mise en oeuvre pour dissoudre les groupes racistes qu i provoquent à la haine, à la discrimination et à la violence . (article 9). Qu'ils s'intitulent F.A.N.E., Jeune Nation, G.U.D., Action Jeunesse, Front de la Jeunesse, Groupe Peiper, Club Charles Martel, Honneurde la police, Front Français de Libération Nationale, Commando Delta ... ils font preuve d'une insolence sans bornes. Pourquoi se gêneraient-ils quand leurs amis fréquentent les allées du pouvoir, quand un ministre inaugure à Toulon un monument à l'effigie d'un tueur de l'OAS. ? Décidément, la peur, l 'intimidation, la contrainte deviennent de plus en plus des moyens de gouvernement. La réforme du Code Pénal. l'extension des contrôles d'identité qui désorma is ne viseront plus les seuls étrangers, la légal isation de la détention sans jugement, s'inscrivent dans ce contexte inqu iétant. Tout cela évoque de bien sombres souvenirs. Il est une autre « rumeur » dont nous devons nous défier : celle qui tend à faire croire que notre société est libérale et avancée. Albert LEVY 5 • l'événement. raid raciste à bondy cc ils m'ont tabassé et tailladé le dos» Ratonnades à Bondy: un blessé grave, des coups de feu tirés ~ontre de jeunes immigrés. Assassinat à Sochaux d'u~ O.S. tur~ syndiqué à la C. G. T .. les fascistes ont inauguré à leur ma mère la sOI-disant « semaine de dialogue» de M. Stoléru. Bondy (Seine-Saint-Denis) : la campagne de haine anti-immigrés a débuté au mois de mai avec l'apparition sur les murs de la ville d'inscriptions racistes : « Les fafs chez les Arabes ",« Oui à la vivisection prenons les Arabes comme cobayes ", «Un bon Arabe, c'est un Arabe mort ». Des propos au passage à l'acte, il n'y a souvent qu'un pas. Les fascistes l'ont franchi le 30 mai dernier à la cité H.L.M. De-Lattre-de-Tassigny où vit une majorité de familles de travailleurs immigrés. Bilan : un jeune Algérien de 19 ans, Mohamed, blessé au dos à coups de rasoir. «II devait être aux environs de minuit, raconte Mohamed. On était cinq, quatre immigrés et un Français. On discutait devant cette cage d'escalier tranquillement 6 comme on le faisait depuis le retour des beaux jours. Tout à coup, une quinzaine de gars, revêtus de treillis militaires, les cheveux coupés court, des barres de fer et des couteaux à la main ont pénétré dans la cité. Ils ont foncé sur nous en nous insultant

«Sales bougnouls », «Mort aux

Arabes ». Nous, devant l'attaque, on a pris la fuite. On.ne pouvait leur faire face. On n'avait rien pour se défendre. On s'est séparé dans l'affolement. Un de mes copains a glissé. Je n'ai pu l'éviter. Je suis tombé aussi. Mon copain a pu fuir. Moi, non. Les fachos m'ont entouré. Ils m'ont tabassé et tailladé le dos sans doute avec une lame de rasoir. Les médecins qui m'ont soigné m 'ont dit que les blessures étaient trop profondes pour avoir été occasionnées par un couteau. A un mo- D'abord les injures racistes ... ment, un des agresseurs a sorti un pistolet et l'a braqué sur moi. J'ai crié. Une femme de l'immeuble a été réveillée par mes appels au secours. Elle s'est mise à crier aussi. Les fachos ont eu peur et sont partis en vociférant. « Vive la France ». Mohamed a été conduit à l'hôpital. Les médecins ont fait 54 points de suture sur son dos. Je demande à Mohamed s'il veut bien se laisser prendre en photo pour droit et liberté. Il refuse. «J 'ai peur dit-il. Je ne tiens pas à ce qu'ils me retrouvent. L'autre jour, la télé est venue. On a accepté de répondre aux questions de la journaliste à condition qu'on ne voit pas nos visages mais seule ment nos silhouettes ». Un climat d'inquiétude s'est instauré à Bondy. Les familles craignent pour leurs enfants. «Les fafs ont fait plusieurs descentes devant des écoles de la ville, déclare Farid. Les parents ont peur. Ils vont chercher leurs enfants à la sortie des classes. Avant, ils ne le faisaient pas maisaujourd'hui, après l'attaque à Chelles (1) et maintenant celle de Bondy, on peut tout craindre. A la maison, tout le monde parle de ces événements. Nos parents nous obligent même à rentrer plus tôt que de coutume à la maison ». «ils sont habillés en militaires» Une attitude d'autant plus compréhensible que la première agression a été suivie par une seconde. Le 2 juin, le commando fasciste, armé de couteaux et de barres de fer, a investi de nouveau la cité De-Lattre. Un cocktail molotova été lancé contre une cage d'escalier. Encore aujourd'hui, on peut voir sur la vitre brisée et la porte, les trace de cette agression . A Bondy, les jeunes immigrés cherchent à ... puis l'agression. Les médecins ont posé 54 points de suture. o u c ~ e; a.: -; Ce graffitti a été écrit quelques jours avant l'attaque. identifier ces fascistes. Qui sont-ils? D'où viennent-ils? Farid a une petite idée . «Nous savons, dit -il qu'ils opèrent en camionnette ou à borid'une D.S verte. Ils sont habillés en militaires avec des treillis et des rangers. Il y a des jeunes et des moins jeunes. Cer:taines inscriptions racistes ont été SIgnées du sigle F. J. 93 qui signifie Front de la Jeunesse. Ils sillonnent les rues de la ville à certaines heures de la journée et attaquent les immigrés quand les condJtions s'y prêtent. Je ne pense pas qU'Ils soient de Bondy. J 'ai l'impression qu'ils viennent du Raincy où ils ont déjà agressé des immigrés. Ils doivent être sans doute les auteurs de la ratonnade de Chelles. Ce que je sais aussi c'est qu'ils sont très da..n-. gereux et armés, Ils n 'hésitent pas à se servir de leurs armes ». «on a entendu un coup de feu» Le samedi 7 juin, à la cité H.L.M. Blanqui située à plusieurs centa ines de mètr.es de la cité De-Lattre, le drame a été éVité par miracle. «Ce soir là, raconte un des témoins qui tient à garder. l'ar:lOny.mat, nous étions plusieurs copains ImmIgrés réunis ici dans le hall d'entrée. Une voitur~ c'était une D. S. verte, est arrivée à falh/~ allure. Nous, on a /Jas prêté attention. On a continué à discuter. On ne se doutait de rien. La voiture s 'est arrêté, là bas, à une cinquantaine de mètres. TC?ut à coup, on a entendu un coup de feu etJuste à côté de moi, là, une balle a frappé la vitre. 50 centimètres plus à droite et je la prenais dans la poitrine. Avant qu'on a~t eu le temps d'intervenir, la voiture prenaIt le large " . La vitre, épa isse d 'u n de m i -centi mètre, devant laquelle se trouvaient les jeun.es immigrés porte un trou assez régulier d'un centimètre de diamètre. «Fais une photo », me demande un jeune immigré. Il sort de sa poche une enveloppe et en extrait un morceau de plomb écrasé. « C'est une balle qu'ils ont tirée », m'expli - droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 Impact de la balle tirée contre les jeunes Algériens. que t-il. «On l'a retrouvée dans la pièce à côté. C'est une balle 22 long rifle. Prendla en photo aussi. Ou'il, nous ~este au moins des preuves de 1 agrf'!sslo,!! Cet après-midi, on va au commlssaflat tout raconter. On ne sait jamais ... » . une étrange campagne L'attitude de la police de Bondy depuis le début de l'affaire est des plus étranges. Dans une interview accordée au journal Le Monde, le commissaire de police chargé de l'enquête nie que l'on soit en présence de ratonnades et parle de« vengeance entre bandes rivales ». Plusieurs organes d'information et notamment France Inter Gournal de 19 hie 15 juin et journal de 9 h le 16 juin) ont tenté également de minimiser les événements çle Bondy. Selon les reporters, le climat de terreur instauré par des néonazis dans la banlieue parisienne se réduirait en fin de compte à un vague «rumeur » semblable à celle qui empoisonna Orléans il y a quelques années. Ces affir mations, si contraires à la réalité, appellent plusieurs remarques. D'abord, on ne voit pas en quoi les deux affaires sont semblables. A Orléans la «rumeur» reposait sur une ignoble campagne antisémite. On accusait alors les o commerçants juifs, de se livrer à« la traite ~ des blanches ». Propos qui auraient prêté ~ à sourire s'ils n'avaient pris l'ampleur que o l'on sait. e; A Bondy, en revanche, il s'agit de tout a.: autre chose. La matérialité des faits est -; reconnue par tous, sauf semble-t-il, par S les policiers chargés de l'enquête et cero tains journalistes. En effet, à les écouter, if les personnes ayant lues les inscriptions racistes apparues sur les murs de la ville auraient été victimes d'une hallucination collective. Imaginaires sans doute aussi les coups de rasoirs reçus par Mohamed. Imaginaire la balle de 22 long rifledont le point d'impact est encore visible - tirée par les fascistes contre un groupe de jeunes immigrés. Imaginaire le cocktail molotov lancé contre une cage d'escalier de la cité DeLattre. Imaginaires les menaces de mort proférées contre de jeunes immigrés à la sortie des écoles. Les photos que nous publions ci-contre sont aussi imaginaires. Vous croyez lire des menaces de mort et voirun impact de balle et de cocktail molotov. Vous vous trompez. Vous êtes sujet à une hallucination. Vous êtes tombé dans le piège que vous ont tendu des propagateurs de «rumeur » . Ils l'ont dit «da ns le poste ». Jean-Pierre GIOVENCO (1) Voir droit et liberté du mois d'avril 1980 (N°390) crime fasciste l'assassinat de mehmef Dans un précédent numéro de droit et liberté (février 1980 N° 388), sous le titre - les fascistes turcs opèrent aussi en France » nous dénoncions la c~mpagne de. te~re~r déclenché~ co.ntre I~!I travailleurs turcs employés dans des usines françaises. No.us mdlqulons en partlC?u.her q~ Il convenait de mettre hors d'état de nuire les groupes faSCistes - lesqu?ls bénéflcle':1t d étranges complaisances - avant que - 1' i rréparable ne SOit commis ». Hélas! 1 Irréparable vient de se produire. , . Le mercredi 4juin, Mehmet Yavuz, syndiqué à la C.G.T. àl uSI."e Peugeot de Sochaux et responsable d'un amicale progressiste d'immigrés turcs à Montbéliard. a ~té tué dans un attentat politique commis sur le parking de l'usine Peugeot de Sochaux. Le crrme a été p~rpétré veJs 13 heures. au moment du changement d·équipe. Mehmet Yavuz a été fra~pé d un coup !3 couteau au coeur. Il laisse une veuve et deux enfants en bas Age. Son meurtrrer. Yusef Tepeh, arrêté depuis. appartient à un groupu~cule fascisent turf' . .._ Cette agression pose une nouvelle fOIS le problème de 1 eXlste.nc~ dans plus~eurs usmes fran çaises d·organisations. d' - amic~les » '!1aisC?n, .dont la tAche p~mclpale est d encadrer pour le compte de la direction les travailleurs Immlgr,· ' . de les terrorrser.. •. Selon le syndicat C.G. T. de Peugeot desfascis .... sturcs. dont ~Iusleurs de 1 I:'sme Peugeot de Sochaux. se sont réunis à Bêle en Suisse décidés à cette occas~on «de supprrmer.l~s prog~essistes, socialistes et communistes turcs militant en France » , ~ne hste ~e !",oms de mlhtants Visés circulerait. Quelques jours avant I·agression. des tracts avalent été distribués à Sochaux. ~ppelant les travailleurs turcs à se débarrasser de - traitres d~ la C.G.T » . ~ehmet Yavuz. avait été parmi les premiers à être menacés de mort. Menace mise à exécution . 7 Albert Lévy,secrétaire général, a pris la parole au cours du meeting de protestation organisé après l'agression de la F.A.N .E. violences antisémites • • • • Le quartier du Marais, où vit une importante communauté juive et I~ lycée Charlemagne situé à quelques hectomètres de là, ont été la CIble de commandos néo-nazis le mois dernier, Samedi 14 juin, vers midi, une quinzainede militants du Front de la Jeunesse agressent de jeu nes étudia nts à la sortie du lycée Charlemagne : distribution de tracts, jurons, quelques coups échangés. Le commando fortement armé (bâtons, barres de fer) met ensuite le cap sur le Marais et ratisse les rues des, Ecouffes et des Rosiers . Un jeune lycéen juif est poursuivi par la meute hurlante de néo-nazis. Les fascistes hurlent des slogans. Les mêmes qu'il ya quarante ans. Le quartier est en effervescence. Des bruits divers courent. On parle de vitrines brisées. Certains envisagent de s'organiser en milices d'auto-défense. Dimanche 15 juin : rue de Sévigné, dans le Marais (encore !),l'association de solidarité « Justice et Paix » a mis sur pied une journée de solidarité avec les réfugiés du San Salvador et du Nicaragua. Deux pays martyrs qui ont vécu ou qui vivent encore sous le joug de la dictature fasciste. Un commando néo-nazi composé d'une dizaine de personnes (crânes rasés, croix gammées en sautoir, barres de fer à la main) intervient dans l'aprèsmidi (1), saccage l'exposition, hurle des slogans ( Viva Nicaragua fascista ») et, avant de partir, laisse une signature : FA N. E. (Fédération d'action nationale européenne), une organisation que nos lecteurs connaissent bien (2). La manière dont ces deux agressions se sont déroulées appelle plusieurs remarques. Jusqu'à présent, en effet, les 8 groupuscules nazis opéraient dan~ la clandestinité. Par mesure de précaution, les actions illégales étaient rarement revendiquées. Leurs auteurs se contentaient le plus souvent d'inscrire sur un mur un sigle (par exemple la croix celtique ou la croix gammée) présentant l'avantage d'être commun à plusieurs formaUn des derniers numéros de « Notre Europe ». NOTRE EUROPE ORGANE DE LA F.A.N.E. Directeur de la publication M.rc FREDRIKSEN JANVIER 80 EN AVANT! tions, ce qui réduisait d'autant l 'identification formelle des coupables. Depuis quelques mois, il en va différemment. Ont-ils été rendus audacieux par l'impunité dont ils semblent jouir? Surestiment-ils leurs forces? Toujours est-il que les groupuscules néo-nazis n 'hésitent plus à revendiquer des ' actes de violence, à agir en plein jour, à visage découvert. Cette constatation vaut surtout pour la F.A N. E. L'organisation met, en effet, un point d'honneur à établir la liste de certaines de ses actions dans son journal « Notre Europe ». Une rubrique guerrière intitulée «nouvelle du front » recense toutes les activités du mouvement du mois écoulé. Dans le numéro d'avril 1980, on lit ceci : «L'attaque de l'Aéroflot. sur laquelle les lettres COM avaient été inscrites à la peinture, avait été attribuée par la presse à un mystérieux collectif pour l'ordre moral; il n'en est rien, il s'agissait juste d'un sympathisant de la FA. N. E. qui n'avait pas eu le temps de marquer complètement «communistes assassins ». Ce «communiqué de victoire » est paru dans une revue qui possèdeun numéro de commission paritaire (na 46138) comme n'importe quel journal et qui, de ce fait, bénéficie d'un certain nombre d'avantages fiscaux. Pourtant, « Notre Europe " n'est pas un journal comme les autres. L'apologie du national-socialisme conduit la revue aux pires excès de langage. Dans le numéro d'avril 80, Michel Leloup s'adresse au ministre de l'Intérieur -lequel n'a pourtant guère mis d'ardeur à restreindre les activités de la F.AN.E. - en ces termes :« Un dernier conseil pour vous et vos amis démocrates, Monsieur le Ministre: faites bien votre répression et ne ratez pas les fascistes, car d'ici à quelques années, les fascistes, eux, ne vous rateront pas ». Un peu plus loin, entre une publicité en faveur du Ku Klux Klan ( Luttez pour les droits des Blancs »), une appréciation positive de «Panorama », la revue des racistes sud-africains distribuée gratuitement en France, et une invitation à acquérir des insignes de la F.A N. E., des pendentifs «croix celtique »ou des cartes postales «front de l'Est », on apprend que la F.A N.E. est contre le boycottage des Jeux Olympiques car «vis-à-vis du communisme, la lutte idéologique, voire même la destruction du mur de Berlin à coups de canons, auraient été des arguments autrement mieux entendus qu 'une mesure symbolique ». La F.AN.E. fait aussi dans le rétro . Non seulement elle milite en faveur de la libération du criminel nazi Rudolf Hess, mais elle diffuse une bande sonore d'un opérarock ayant pour vedette Adolf Hitler. Selon « Notre Europe ", à la fin du spectacle, le spectre d'Hitler-Superstar apparaît dans un nuage de fumée et murmure : « Mon esprit est toujours vivant... ». • (1) Une ,manifestation à laquelle le mrap a participé a eu lieu au lendemain de I·agression . (2) Voir droit et liberté de mai 1980 (na 391). • sur le vif. indiens mohawks carter déterre la hache de uerre Les Indiens mohawks tentent de se battre contre l'arbitraire et la dégradation de leurs conditions de vie. Tout un village indien cerné par les Blancs depuis près d'un an et menacé d'être assailli par les troupes américaines puissamment armées. Nous ne sommes pas à la veille du massacre de.s Cheyennes du Sud à Sand Creek, au milieu du siècle dernier, mais en juin 1980, à Raquette Point, sur le bord du fleuve Saint-Laurent (Etat de New York) ! A la suite d'une violation du territoire de la réserve par des membres du Y.A.C.C. (Young Adult Conservation Corps) qui abattaient des arbres sans autorisation, le chef Mohawk Loan Thomson décida d'intervenir, ce qui déclencha tout un processus répressif contre les Indiens. Le Conseil Traditionnel Iroquois refusa de livrer Loan Thomson contre lequel un mandat d'arrêt était lancé et le peuple Mohawksoutint massivement son chef menacé. De nouveaux ma ndats d'a rrêt fu rent lancés contre 21 notables mohawks, sans plus de succès. Les Mohawks se retranchèrent d'abord à Akwesasne où ils furent cernés et assiégés par la Police Tribale et les States Troopers (mai 79), puiS au village de Raquette Point en août 1979, où ils durent vivre, hommes, femmes et enfants, dans des conditions matérielles extrêmement précaires, surtout lors de l'hiver particulièrement long et rigoureux, au cours duquel 2 Mohawks furent tués par les «milices blanches » et la police canadienne. Les Mohawks, dans cette affaire, demandent le respect des traités signés par leurs ancêtres avec le gouvernement des Etats-Unis, traités qui reconnaissent la souveraineté de la nation mohawk et qUi droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 garantissent l'intégrité des territoires indiens. Ils protestent contre les nombreuses violations du Droit International dont se rendent coupables les Etats-Unis dans cette affaire et qui furent dénoncées par une résolution du Parlement Européen de Strasbourg le 17 janvier 1980. La situation devait évoluer brusquement le 13 ju in 1980. Dans la matinée, un commando de civils armés coupa les lignes téléphoniques et bloqua les rou~es . Puis, l'après-midi, ce fut la police d'etat qui lança un ultimatum, menaçantd 'attaquer le village si ses occupants ne se rendaient pas. Le samedi 14 juin, le shenfdu Comté de Franklin, Percy Lyons, décréta l'état d'urgence dans le Comté et l00policiers de l'Etat de New York furent en voyés sur le village . Dans l 'après-midi, le Bureau du Gouverneur donnait l'ordre à la police et aux vigil~s de JJartir; le.s vigiles obéissaient mais la police restait sur place. La situation reste très tendue à l'heure où· ces lignes sont écrites (18.06.80) et les occupants du village (200 personnes environ) craignent une attaque à tout moment et demandent un soutien international . Pour sa part, le mrap est intervenu auprès du Gouverneur de l'Etat de New York, en même temps qu'il assurait les Mohawks de sa solidarité. Par ailleurs, la bande de Mohawks de Saint-Régis, sur l 'île de Cornwall, vient d'intenter un procès devant le tribunal du district de New York contre deux fonderies d'aluminium : la Reynolds Metals Co. de Massena (N .Y.) et l'Aluminium Company of America . Les Mohawks réclament 5(') millions de dollars en dommages et intérêts à ces deux compagnies. Les Indiens accusent en effet les deux fonderies d'avoir empoisonné par le fluor leurs bovins, détruit leur végétation et porté atteinte à leur santé. Une étude démontre que plus de 25 millions de livres de fluor ont été déversées sur l'île de Cornwall depuis le début des activités de la Reynolds Co., vers 1960. De son côté , le ministère de la Conservation de l 'Environnement de New York a admis que les deux fonderies pouvaient déverser jusqu'à une tonne de fluor par jour dans le fleuve Saint-laurent. Pour empêCher que la situation actuelle ne s'aggrave durant le procèsqu i pourrait durer des années, les Mohawks ont égaIement demandé qu'on impose une injonction préliminaire pour empêcher les deux usines d'accroître leur production. expériences m· s En outre, M. Johnston, Indien mohawk de St-Régis, a révélé lors d'un débat sur les problèmes de santé, qu'au cours des dernières années, le Département d'Etat américain et l 'Etat de New York, par le biais des Services de Santé pour les Indiens, s'étaient livrés à certaines expériences médicales sur la population de StRégis . M. Johnston a fait également état du témoignage de dix infirmières auto chtones diplômées ; elles s'étaient rendu compte que des médecins blancs expérimentaient des drogues nouvelles sur des Indiens et que d'autres médecins pratiquaient sur des adolescentes de 16 à 18 ans la ligature des trompes après que celles-ci eussent accouché d'un premier enfant. M. Johnston a également indiqué que des enquêtes étaient menées et qu 'éventue ement des poursuites sera ient intentées contre « ces médecins qui pouvaient soigner 150 Indiens en une journée ». Robert PAC 9 • point chaud • afrique du sud l'a.n.c. frappe au coeur du régime raciste La répression a beau s'abattre avec violence sur le peuple sud-africian, la lutte pour la libération ne fait que se renforcer et a pris, ces derniers temps, un caractère de masse qui met le régime raciste, une fois de plus, sur la sellette. Il est un peu plus de 22 h 30, ce dimanche 1 er juin, lorsque les réservoirs géants du complexe pétrochimique de «Sasoll » et ceux de la raffinerie voisine s'enflamment. AI.J même moment, une autre explosion met le feu à une partie des instal lations de «Sasol ll ». L'opération, dira Joe Steegman, directeur de la société d'Etat Sasol, a été «bien planifiée » opération spectaculaire contre les usines sasol ... D'autant mieux que ies deux usines sont très éloignées l 'une de l'autre puisqu 'elles sont respectivement situées à 100 kilomètres au Sud et 200 kilomètres à l' Est de Johannesburg. Une bombe posée dans les bureaux de la Sasol à Johannesburg, toujours dans la soirée du 1er juin, a, en outre, été désamorcée de justesse ! Ces opérations, que revendiquera presque aussitôt l'African National Congress (ANC), sont les plus importantes jamais organisées depuis qu 'existe le mouvement nationaliste sud-africain. Par l'ampleur des dégâts - l'estimation officielle 10 de 7,2 millions de dollars pour la seule usine de Sasoll, déjà considérable, devra vraisemblablement être révisée en hausse -, par le degré d'organisation dont ont fait preuve leurs auteurs et par le choix des objectifs. Le projet Sasol n 'est pas, en effet, un projet industriel tout à fait comme les autres. Il est la clé de l'Indépendance énergétique de l 'Afrique du Sud et le symbole de sa puissance économique. L'Afrique du Sud produit pratiquement toutes les matières premières indispensables à son économie, _sauf Olne: le pétrole. Conscientes de ce ju'un jour les menaces d'embargo pourraient bien se traduire dans les faits, les autorités sud-africaines ont lancé, dès la fin des années soixante, un ambitieux programme industriel de fabrication du pétrole à partir du charbon . Objectif : couvrir, en 1985, la moitié des besoins du pays en produits pétroliers. Et cela grâce à trqis usines : Sasoll, première applicatio~ sur une échelle industrielle d'un procédé de liquéfaction du charbon expérimenté par les Allemands penda nt la seconde güerre mondiale, Sasolll, dont la construction a commencé en 1974, Sasol III enfin, encore à l'état de projet, et qui devait être construite sur le site de Secunda, près de Sasoili. in e~ery .. aspt."Cl ofSollth African indllstriallif~·, youlll flnd Total. \Vhere ir n.Hitler:,. ~_ _cJ « L'Afrique du Sud est un pays industriel riche » affirme cette publicité de Total parue dans le « Financial Mail » en R.S.A. On comprend, da ns ces conditions, que les attentats du mois dernier aient profondément ébranlé le gouvernement de Prétoria et l'opinion publique blanche ... D'autant qu 'ils ne seront sans doute pas les derniers. La stratégie du sabotage industriel, phase ultime de la guerrilla au Zimbabwe, s'impose en effet aux nationalistes sud-africains comme un moyen privilégié de lutte parce que, d'u~e part, le terrain se prête mal, en Afrique du Sud, à une guerrilla classique et, d'autre part, c'est bien là, dans ses usines, ses mines et ses villes que réside la puissance de l'Afrique du Sud blanche. les métis refusent l'apartheid scolaire Le sabotage des installations de la Sasol a, en outre, coincidé' avec une vague d'effervescence sociale et raciale qui n'est pas sa ns rappeler, à certa ins égards, le mouvement de l'été 1976 même si ce sont, cette fois, les jeunes métis qu.i ont donné le «la », alors que Soweto, qui se souvient encore de ses 600 morts, est restée calme. Une série de grèves, organisées à l'ori gine contre la discrimination et la ségrégation raciale da ns les établissements scolaires, ont paralysé les lycées métiset indiens ainsi que quelques universités noires dont celle de Fort Hare. En même temps, les travailleurs des abattoirs du Cap se mettaient en grève pour obtenir la reconnaissance de leur syndicat et la population noire et métis de cette ville décidait, à la suite de leur licenciement collectif, de boycotter la viande de boucherie. A la fin du mois de mai, tandis qu 'à Durban, les ouvriers du textile obtenaient partiel lement satisfaction après une grève de plusieurs jours, les habitants de la région du Cap refusaient, par un nouveau boycott, les augmentations des tarifs des autobus. des évêques je. tés en prison Tous ces mouvements, et notamment celui des lycéens, ont provoqué à plusieurs reprises des affrontements avec la police ainsi qu'une campagne d'intimida tion consistant à multiplier les arrestations de « suspects » ... le plus souvent relâchés une nuit ou quelques jours après. Mille deux cents personnes, des adolescents et des intellectuels surtout, ont ainsi été arrêtées et détenues pour des durées variables, mais toujours sans in culpation , entre le 15 avril et le 31 mai puis à nouveau, près de 1300entre le get le 11 juin. Parmi elles, 53 hommes d'E.glise descendus dans la rue , le 26 mal, pour demander la libération de l'un des leurs, le Révérend John Thorne, arrêté.la veille pour avoir pris position dans un diScours public en faveur des lycéens en grève. A la tête de ces prêtres et de ces pasteu rs représentant les Eglises chrétiennes de presque toutes les confessions, l 'évêque anglican Desmond Tutu, secrétaire général du Conseil Sud Afri cain des Eglises. Une organisation cou pable, selon le Premier Ministre Pieter Botha, «d'attiser le feu des révoltes à tra vers le pays » et de « donner aux Blancs un sentiment de culpabilité » ... «Nous ne recherchons pas, répliquait, après sa nuit au poste de police, l 'évêque anglican, une confrontation avec le gouvernement mais, dans notre recherche d'une société plus juste et non raciale, nous trouvons le fJouvernement sur notre chemin. Nous disons aux gens au pouvoir

la raison et les fusils ne sont pas une

solution aux problèmes du pays. /ls se trompent s'ils pensent que les Noirs resteront un groupe opprimé » . Le mouvement de protestation a cul miné autour du quatrième anniversaire du massacre de Soweto. D'importants soulèvements ont eu lieu , notamment au Cap, dans les jours qui ont su ivi le 16 juin. Une fois de plus, la police raciste a montré sa volonté de mater toute velléité de 1 ibération en tirant sur la foule et en faisant des centaines de morts dont de nombreux écoliers. Si la majorité des Blancs souhaitent que les autorités répondent à la montée de l 'opposition nationaliste par un durcissement de la répression, une partie d'en tre -eux commence d'ailleurs à penser comme l'évêque Tutu . La victoire au Zimbabwe de Robert Mugabe a, comme en 1976 celle de Samora Machel au Mozambique, donné aux Noirs d'Afrique du Sud, en même temps qu'un nouveau héros, un regain d'espérance. droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 Mais «l'effet Mugabe » en Afrique du Sud c'est aussi, semble-t-il, le début d'un certain réalisme de la part d'une fraction de l'opinion publique blanche qui commence à comprendre que l'heure n'est plus aux réformettes et qui demande que, sans attendre, comme au Zimbabwe, d'y être contraint par la guerrilla, le pouvoir pâle négocie avec les véritables représentants de la communauté noire . Une campagne pour la libération de Nelson Mandela, le leader de rANC condamné'en 1964 à la prison à vie, a été lancée le 29 mai dernier à Johannesburg au cours d'un meeting auquel participait, pour la première fois depuis bien longtemps, une foule multiraciale. Vingt cinq ans après l'adoption, par une autre assemblée multiraciale (1) de la « Charte de la Liberté » ... Certes, dans les deux cas, les Blancs qui étaient présents à ces manifestations ne représentaient qu 'une tendance minoritaire. Mais le mouvement pour la libération de Nelson Mandela a reçu, entre autres, l'appui -d 'une partie de la presse anglophone ainsi que celui , non négligeable, du Conseil Sud Africa in des Eglises et de son secrétariat- générai . l'a.n.. c. organise la résistance C'est le mouvement nationaliste, qui, après l'exil forcé, en 1960, de l'ANCetdu Panafrican Congress (PAC) s'était quel que peu essoufflé, a aujou rd'hui repris vigueur. Il est multiforme avec d 'une: part des mouvements de masse - greves, boycotts, manifestations - de plus en plus fréquents, organisés le plus souvent Famille métis au Cap à la base et au coup par coup et, d'autre part, des actes de sabotage et de guerrilla qui témoignent de la force retrouvée de la plus ancienne des organisations nationa listes, rANC de Nelson Mandela et d'Olivier Tambo. Celle -ci possède aujourd 'hui à l'intérieur du pays un réseau bien orga nisé de militants clandestins- celui -là même qui a notamment permis l'évasion d'Alex Moumbaris et de ses camarades (2) - ce qui lui permet d'infiltrer de plus en plus de combattants entraînés à la lutte de guerrilla . Acela , semble-t-il, deux facteurs décisifs: la victoire des nationa listes dans les anciennes colonies portugaises, qui a permis d'ouvrir des brèches dans le glacis qui protégeait l'Afrique du Sud et, surtout, les retombées des événements de Soweto de 1 976. Ceux-ci, on s'en souvient, ont fait 600 morts. Mais ils ont aussi incité ou contraint plusieurs milliers de jeunes gens et d'adolescents à l'exil. Tous n'appartenaient pas à rANC qui, s'il n 'était pas absent du mouvement de 1976, n'en était cependant pas le maître d'oeuvre, mais la plupart, une fois à l 'étranger, ont tout naturellement rejoint l'ANC. Une partie de ces jeunes poursuivent aujourd 'hui leurs études dans les écoles du mouvement grâce à des bourses accordées par des gouvernements africains mais un grand nombre d'entre-eux ont préféré s'orienter vers les camps d'entraînement de rANC. Et ce sont eux, aujourd 'hui, qui reviennent et forment la base de la résistance armée. Dominique LAGARDE (1) La « Charte de la Liberté » a été adoptée en 1955 par l'ANC, le Congrès Indien d 'Afrique du Sud, le Congrès Méti s d 'Afrique du Sud, le Congrès des Démocrates (blanc) et le Congrès des syndicats d'Afrique du Sud (Sactu, multira cial) (2) voir droit et liberté nO 338 févr ier 1980, p. 8. 11 juifs d'u.r.s.s. le mrap s'ad esse à lé e bre -nev Dans une lettre envoyée à l'occasion des Jeux Olympiques d'été, à Moscou, le mrap demande à Léonid Brejnev, chef de l'Etat soviétique, de prendre des mesures contre les manifestations d'antisémitisme qui persistent en URSS. Monsieur le Président, Le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples, attaché à l 'indépendance du mouvement sportif et à ce qu 'il représente de possibilités pour la rencontre pacifique entre des hommes et des femmes de tous les pays, a pris position pour le maintien des Jeux Olympiques d'été à Moscou comme il l'avait fa it pour ceux d'hiver, à Lake Placid, aux Etats-Unis d'Amérique. En effet, en dehors de l'Afrique du Sud qui ne respecte pas la règle olympique de non-discrimination raciale, tous les peu ples du monde trouvent dans le sport le moyen d'une compétition amicale qui transcende les différences de régimes politiques, de races, de religions ou d'opi nion . Nous ne pouvons cependant ignorer que, dans un grand nombre de pays participants, le racisme continue à être à la base de graves atteintes aux Droits de l'Homme. C'est notamment le cas aux Etats-Unis qui accueillaient les Jeux d'Hiver et c'est la raison pour laquelle nous avons, à cette occasion, fait parvenir une lettre au président Carter pour lui faire part de nos préoccupations. Des informations concernant la persistance de manifestations d 'antisémitisme en URSS nous contraignent aujourd 'hui, à l 'occasion de l 'ouverture des Jeux de Moscou, à vous indiquer nos inquiétudes ainsi que celles de l 'opinion démocrati que française. S'il est vrai que la population juive d 'Union Soviétique jou it, dans l 'ensemble, d'une situation sociale et économique égale à celle du reste de votre peuple, cer tains faits montrent l 'existence de mani- 12 festations d'antisémitisme s'exprimant par des canaux officiels. Les aspects les plus tangibles et les plus préoccupants tournent autour de trois phénomènes : la publication de brochures ou d'articles racistes ; l 'émigration; les persécutions administratives et policières contre certains des membres les plus en vue du mouvement sioniste. Avant d'aborder cette grave question, nous tenons à vous préciser que nous ne considérons pas que, par nature, l 'antisionisme soit synonyme d'antisémitisme Anatoli Chtcharanski Une image de l'antisémitisme en U.R.S.S. et que nous n'entendons pas juger la poli tique de votre pays à l'égard de l 'Etat d' Is raël. Sur ce point, les membres de notre Mouvement ont d'ailleurs des avis partagés. On voit apparaître, trop souvent en URSS, des articles, des brochures ou même des livres à connotation franchement antisémite (1). Nous savons que votre pays, comme le nôtre, possède des instruments juridiques réprimant l'incita tion à la haine raciale et que la publication est soumise à un contrôle officiel ; c 'est la raison pour laquelle nous considérons que l 'existence d'une telle littérature en gage la responsabilité des autorités de l 'Etat soviétique. Ces textes ont généralement la même trame. Ils s'autorisent des positions anti sionistes de votre Etat et de votre parti pour glisser vers un antisémitisme carac térisé . Soit on confond i nnocemment » juif et sioniste, jetant ainsi la suspicion sur toute une communauté, soit on emploie telle quelle, à l 'égard des sionistes, la vieille imagerie raciste des « Protocoles des Sages de Sion », réveillant ainsi chez le lecteur, les vieux réflexes dont on éprouve chaque jour combien ils sont difficiles à déraciner. Enfin, on présente la «bourgeoisie sio niste » ou «les sionistes » ou même «les juifs » comme les auteurs d'un gigantesque complot contre la paixet le progrès du monde. S'il n'est pas niable que « des » ju ifs font partie des forces rétrogrades qui s'opposent au pr0!Jrès des peuples, le racisme n'en apparalt pas moins lorsque l 'on fait ..; d'eux, en tant que tels, le deus ex ma " tJ china d'une «bourgeoisie impérialiste Vladimir Siepak mondiale » réduite au rôle de pantin dans leurs mains malfaisantes. Il s'agit là d'une ~nve~sion compl~te de la réalité sur un sUjet ou les tragé~les de l'h istoire imposent la plus grande ngueur, la plus grande vigilance. Si le développement de l 'émigration des juifs a permis à 230.000 d 'entre eux de quitter l'URSS, conformément à leurs voeux et aux accords internationaux SIgnés par votre paxs, notamme~t la Convention internationale de 1 ONU contre le racisme et la discrimination raciale force nous est de constater que de grav~s manquements subsistent. Les personnes qui, le plus souvent au nom du regroupement familial , d!3mandent à émigrer vers Israel connaissent, dans de nombreux cas, toute une sériede tracasseries et de persécutions. Cert~lns renoncent à leur projet devant lesdlfflcul tés qu'il représente . D'autres, pour peu qu 'ils soient amenés à des actes de ~ésespoir qui les placent en marge des .Iolset des habitudes courantes, conna issent des châtiments hors de proportion avec les délits qu 'on leur reproche . Ouelquesuns sont même victimes de procès préfabriqués qui rappellent f~cheusement I~s errements pourtant séverement cntlq~es lors du 2Ü" congrès dupartl communiste de l'Union Soviétique. Enfin, pour des raisons qui ne leur ~ont pas signifiées, une frange de ceuxqui ont demandé à émigrer s'en vOient refuser le droit et sont alors l 'objet d'un ostraclsm.e et d'une suspicion qui les vouent à une SItuation sans issue. Nous voulons attirer notamment vo.tre attention et exprimer notre protesta~lon au sujet d'hommes et de femm~s qUI se trouvent injustement cond,amnes à de.s peines de prison ou à la rel .e~atlon en raison de. leurs prises de position en faveur droit et liberté. na 393 • juillet-août 1980 du droit à l 'émigration pourtant reconnu par vos lois. ers eutlons administratives et es Ida Nudel, qui se voit refuser ce droit depuis 1971 , a été condam':lée.à quatre années d'assignation à réSidence .dans une ville de Sibérie parce qu'en 197~, après sept ans d'attente vaine, elle avait déployé depuis sa fenêtre ~~e bande.role attirant l 'attention de l'opinion publique sur son cas. Dans une conversation télé phonique avec sa soeur, qui vit e.n Israël, elle se plaint d'articles calomnieux pu bliés à son égard dans la presse localede son lieu d'assignation .. , Vladimir Siepak a, lUi, été . con.dam~e à cinq ans de relégation en Slbéne Onentale pour des raisons analogues. Il atte.ndait son visa depuis huit ans. On craint pour sa santé dans les conditions éprouvantes de la région où il est en eXIl. On comprend d'autant moins les. mesures dont il est l'objet que ses deux fils ont obtenu le visa d'émigration. Anatoli Chtcharanski a été condamné pour « espionnage » à treize a. ~sde détention. Activiste sioniste et militant en faveur de l 'émigration des juifs, Anatoli Chtcharanski s'est rapidement trouvé dans l 'impossibilité d'exprimer ses convictions dans un cadre normal. Lors d'un procès à huis-clos, on a pris prétexte des relations qu'il entretenait avec des étrangers du fait de la situation de persécution où il se trouva it, pour l 'accuser d'espionnage contre son pays. Les avocats français qu 'il avait choisi, dont deux membres de notre Mouvement, MMe Rappaport et Jacoby, n'ont pu exercer normalement leur fonction . Ces cas sont significatifs de nombreux autres : entre 1.500et 2.000personnes ~ qui le visa d'émigration a été refusé parmi lesquelles 132famillesqui l'ontdemandé depuis plus de cinq ans et onze pers~nnes (dont les trois que nous clton~) qUI sont, soit en prison, soit en relégation . , L'existence de telles pratiques etaye les témoignages de ~oviétiques ou d:observateurs qUI font etat de dlscnmlnations dans l'expression culturelle et dans l 'accès à certaines activités . En ce qui concerne le droit à une yie culturelle propre, on constate ~es limitat ions, même s'il existe un cert~1n nOlTlbre d'institutions officielles, théatres, Jo~rnaux éditions qui utilisent la langue yiddish 'ou qui diffusent dans d'autres langues de l 'Union Soviétiq.ue .des ~vre.s initialement écntes en yiddish . L ~nselgnement de l 'hébreu e~t quaslme~t i nexistant et ce fait contraint un ~ertaln nombre de juifs à enfaire l'apprentlss.age en dehors des cirCUits offiCiels, ce. q~1 les expose à des tracasseries administra tives et policières. Par ailleurs, à l 'Université de Moscou, la proportion des juifs est passée de 3,1 6 % en 1970/71 à 1 ,88 % en 1976/ 77 (soit 12.490 étudiants) . . 11 est vrai que ce pourcentage reste supéne~r à la proportion des juifs par rapport à 1 en.semble de la population soviétique et .~I est normal qu'une certaine homogénéisation des différentes nationalités ou couches soc ia les s'effectue du fa it de l 'u rbanisation et de la socialisation croissante que connaît votre pays. Cependan~, s'ajoutant à ces statistiques, des témOIgnages semblent indiquer que desqu~tas inavoués et injustifiables pourraient etre appliqués lors des examens et des promotions pour l 'entrée des juifs dans certaines carrières. , . Les Jeux Olympiques vont s OUVrir dans votre pays, Monsieur le Président, et nous nous en réjouissons. Ils ne peuvent cependant cacher la réal.ité d'un antisémitisme qui persiste, bien q.ue votre Etat ait tous les moyens de le ~alre disparaître, au moins dans ses manifestations officielles. Cette situation, les antiracistes français la connaissent et ils vous demand,::nt de prendre à l'occasion de la grande fete que seront'Ies Jeux, ~es mesur~s significatives qui ne pourraient que s accorder aux idéaux dont se recommandent votre Etat. En tant que Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuple~, nous pensons de notre devoir d'intervenir auprès de vous sur ces problèmes qui nous concernent directement sans toutefois porter de jugement d'ensemble, dans un sens ou dans un autre, sur les orientations et les options de la politique soviéti - que. . Veuillez agréer, Monsieur le PréSident, l 'assurance de notre haute considération . • (1) Cf. droit et liberté na 364-365, na 372, na 373, na 378, na 392. Ida Nudel 13 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil stoléru dialogue par circulaires M. Stoléru récidive . Son projet de loi ayant peu de chance d'être approuvé par le Parlement, il s'était déjà couvert en publiant une «note »qui en reprenait les principales dispositions. Voilà que la note cherche à se métamorphoser en «circulaire ». Le nouvel 'avatar des mesures racistes, dont la C.G.T. a.donné le texte lors d'une conférence de presse, établit trois catégories particulières : les immigrés d'origine européenne, les immigrés algériens et les immigrés célibataires ou chômeurs. D'une catégorie à l'autre, on renforce l 'arbitraire qui devient total pour ceux qui ne sont ni Européens, ni Algériens, et qui n 'ont en France ni femme ni travail. Ceux-là verront leur sort décidé au plus haut niveau, sans aucune possibilité d'intervention, Outre la C.G.T., le mrap et de multiples organisations syndicales ou de solidarité, la commission épiscopale des migrants s'est vivement inquiétée de la mise en place de telles dispositions. Elles sont, en outre, renforcées par la législation des contrôles d 'identité prévue par le texte « Peyrefitte » adopté par l 'Assemblée Nationale. Pour les immigrés, ces dispositions apparaissent, par antinomie, comme une double atteinte à leur liberté et à leur sécurité. . un commis de l'apartheid à paris Le gouvernement a accordé son visa à M. Dirk Mudge qui est citoyen sud-africain , si l'on en croit son passeport, mais qui s'est présenté comme « Premier Ministre » du Sud -Ouest-Africain-Namibie lors de la conférence de presse qu'il a tenue à Paris le 16 juin dernier, jour anniversaire du massacre de Soweto. Chef de la communauté blanche de Namibie (70.000 personnes): il partage avec l 'armée d'04cupation sud-africaine la responsabilité des récents massacres qui ont fait plusieurs centaines de morts dans les villages angolais frontaliers. On apprend d'ailleurs que 118 personnes ont été enlevées ~ors du massacre de Cassinga (Angola) l 'an dernier, où 600 réfugiés nami biens avaient trouvé la mort lors d'un raid de l'armée sud-africaine. Cela n'a pas empêché, pourtant, que M. Mudge soit reçu au Minis- 14 M . Jean-Pierre Pierre-Bloch, tère des Affaires Etrangères et au C. N. P. F. Le mrap a protesté par des pancartes et une distribution de tracts contre la conférence de presse donnée à la Maison de l'Amérique Latine, Bd Saint-Germain. M. Jean-Pierre PierreBloch, député de la Goutte d 'Or, qui se trouvait à une autr!! réunion au même endroit et deux personnes qui l'accompagnaient ont pris à parti les militants du mrap en les accusant d'être venus là, télégui- . dés par le parti communiste. L'un d'entre eux a d'ailleurs affirmé sous l 'oeil bienveillant des deu~ autres, qu 'il était «pour l'Afrique du Sud ». La franchise du député U.D.F. et de ses acolytes a au moins l 'avantage de confirmer la position du mrap qui affirmait, dans un communiqué, que la venue de M. Mudge à Paris constituait une «caution » à la politique sud-africaine en Namibie. émeutes raciales aux indes 1.000 morts, des milliers de blessés, des dizaines de milliersde sans-abri, des villages dévastés. Tel est l'effarant bilan des violences raciales qui ont dévasté l'Etat du Tripura (nord-est de l 'Inde) au début du mois de juin . Les émeutes ont atteint, selon les témoignages recueillis à New-Delhi , une ampleur sans précédent dans l'histoire de l'Inde. Les affrontements, limités dans le temps, ont opposé les natifs de l'Etat de Tripura à la population immigrée originaire du Bengladesh voisin . Les natifs de Tripura, deux fois moins nombreux que les immigrés, se le point de vue des maires palestiniens expulsés «Nous n 'avons pas peur. Nous ne nous laissons pas intimider. Nous voulons retourner dans notre patrie quel qU,e SOit le sort qui nous y attend ». C'est ce qu'ont déclaré, en substance, MM, Fahd Kawashed et Mohamed Mllhem, les deux maires palestiniens de Hébron et de Khalkhoul expulsés de Cisjordanie en mai dernier par l'administration d'occupation israélienne, A I:inyitation de l'association France-Palestine (1 ),Ies deux maires, qui étaient accompagnés du che'lck El Tamlml, ég~lem~nt expulsé, ont effectué une tournée en Autriche et en France à la fin du mois de juin, A cette occaSion" Ils 0r't ,rencontré diverses personnalitéspolitiques (MM, Marchais, Mitterrand, Gorse, Couve de MurVille) ainSI que des représentants du Quai d'Orsay, «Les entretiens gue nous avons eus avec le haut fonctionnaire du Ministère des Affaires Etrangères ont été constructifs »: ont-Ils déclaré à la presse, Après avoir affirmé qu'ils se considéraient comme des «déportés », les deux m.alres ?nt évoqué la politique de colonisation israélienne en Cisjordanie occupée, «La politique d Implan~atlonse poursuIt. Elle.est soutenue et org.anisée par le gouvernement Begin. Elle s'accpmpagne, sur: place, dune mtense répreSSion, par des violations flagrantes et constantes des droits de 1 Homme, ont-Ils notamment déclaré, Nous avons été déportés parce que nous nous sommes toujours opposés à ces mesures, Quand la preuve a été faite que la déportation des maires ne désarmait pas la combativité du peuple, ils se sont lancés dans une politique de liquidation physique des maires, C'est ainsi que nos collègues de Ramallah et de Naplouse ont été gravement blessés », «II ne s'agit pas des premières victimes palestiniennes, ajoute M, Kawasmeh, Plusieurs milliers de nos fils et de nos filles sont morts ces dernières années. 120, 000 Pelestiniens ont été victimes de répression et de bannissement dans les territoires occupés », ~s attenta~s , de R~ma!lah o!"t été ~evendiqués par un ~ouvement extrémiste du type O,A,S, Pour les maires palestiniens, Il eXisterait des hens entre ces group s armés et l' «establishment » israélien, «Le rabbm Meir Kahane (l..Jgue de Défense Juive), ont-ils d claré, nous a adressé ces derniers mois plusieurs lettres contenant des menaces demort, Nous a vons commun~qué ces lett~es aux autorités militaires afin qu'elles prennent les mesure;; rje protectlo'} mdlspensables. E."es n ont Tien fait pour protéger les maires visés », Le mouvement religieux extrémiste Goush Emoumn a éJJalement été mis en cause par le cheik El Tamimi. « Le Goush Emounm est protégé par l'armée israélienne. Ils ont profané les livres saints et le Coran à la Mosquée Ibrahlml à Hébron. Quand les habitants de Hébron ont protesté, le couvre-feu a été imposé. Les militants du Goush Emoumn en ont profité la nuit pour attaquer des habitations, pour faire régner un climat de terreur, Des centames de véhicules ont été détruits au cours de ces attaques ». ,Se,lon ce~aines ~l!meurs, la d,ate des élections législatives pourrait être avancée, Les travaillistes, aujourd hUi dans 1 OPPO.sl,tlon, pourraient, à cette occasion, reprendre le pouvoir, M, Milhem doute que, dans cette hypothèse, la politique du nouveau gouvernement à l'égard du problème palestinien évolue dans un sens favor~ ble : « Les moyens peuvent différer mais les buts finaux sont identiques, Ils visent à imposer la consécration de l occupatl0r/lsraéllenne et la non reconnaissance du droit des Palestiniens à avoir une patrie. /1 est vrai qu'il eXiste en Israel des forces de paix et des gens favorables à l'instauration d'un Etat palestinien. Nous avons rencontré de telles personnes, Elles militent au Shelli, au Rakah et au mouvement «La Paix maintenant », Mais ces tendances, SI elles eXistent, demeurent pour l'instant très faibles et, à court terme, ne peuvent espérer accéder au pOUVOir ». E,n réponse à M, Kissinger qui la veille~ à.la télévision, s'était opposé à la création d'un Etat palestinien,les maires ont déclaré: « Le problème palestlmen est un problème humanitaire et national. /1 s'agit d'un peuple qui lutte pour retrouver sa terre, Tous les pays, et en premier lieu les Us.A., qui s'opposent à la création d'un Etat palestlmen, s'opposent à l'histoire. C'est pourquoi nous nous adressons à tous les hommes de bonne volonté pour qu'ils nous aident ». 1) France- Palestine, B.P. 18404-75160 Paris Cedex 04. • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil sentent menacés par la venue massive d'étrangers. Les incidents ont éclaté précisément après que le leader d'un mouvemer1t de jeunesse qui demandait leur expulsion ait été arrêté pour «tentative de sécession ». Ils se sont rapidement étendus à l'ensemble de l'Etat et ont pris l'aspect d'un minigénocide. De plus, aux rivalités économiques sont venus s'ajouter des antagonismes religieux. La plupart des habitants du Tripura sont convertis au christianisme alors que les immigrés sont soit hindous soit musulmans. Ces graves émeutes - les plus importantes que l'Inde ait eu à subir ces dernières années - font suite à celles qui s'étaient déjà produites un mois plus tôt dans l 'Etat de Assam. Une centaine de personnes y avaient alors trouvé la mort. Les affrontements avaient été également provoqués par des partis extrémistes opposés à la venue d'immigrés. les noirs, le bleu, le vert La propagande sud-africaine est largement diffusée en France et notamment dans les établissement scolaires. Une brochure en français, imprimée en Suisse et diffusée par l 'ambassade raciste à Paris sous le titre «Les peuples d'Afrique du Sud », reprend un chapitre de 1'« Annuaire officiel de la République d'Afrique du Sud ». On peut y lire notamment : « /1 en est de même pour tout autre objet culturel produit par les Noirs. /ls in ventent rarement mais ils adaptent toutes les réalisations culturelies à leurs propres besoins et caractéristiques », Parmi ces caractéristiques, la brochure note que «les Noirs ne font pas la distinction entre le bleu et le vert » (sic). Cette particularité doit d'ailleurs poser un sacré problème à la S. W.A. P. O., le mouvement de libération de la Namibie, dont l'emblème est bleu, vert et rouge! Impossible de relever ici toutes les âneries que distille cette propagande le ministre censure les droits de l'homme M. Stoléru et le gouvernement ont consacré la semaine du 8 au 1 5 juin dernier à établir le «.dialoguf! » entre les Français et les Immigres. Ce qui pouvait apparaître comme une initiative heureuse a pourtant été dénoncé par toutes les associations concernées, qu'elles soient laïques ou religieuses, comme une mystification. En effet, cette semaine folklorique, financée par le F.A.S., c'est-à-dire par les allocations familiales non-payées aux travailleurs immigrés, vient au moment où sont proposé au Parle-. ment des textes violemment attentatoires aux Droits de l'Homme et où les immigrés éprouvent chaque jour davantage les aléas d'une situation marquée par IEl racisme d'Etat. Il faut penser, pourtant, que le F.A.S. ne manque pas d'argent puisque certains journaux ont bénéficié d'une publicité aussi luxueuse que mensongère. C'est le cas, par exemple, du Nouvel Observateur qui publie deux doubles pages en quadrichromie à la gloire de l'action gouvernementale en la matière. Ces placards reprennent certains articles de la Déclaration Universelle des Droits de 1 Homme habilement tronqués. Par exemple, l'Article 2 est ainsi libellé dans la mouture Stoléru : « Chacun peut se prévaloir des présents droits, sans distinction aucune notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion ». La citation s'arrête au moment où le texte de la Déclaration évoque «l'origine nationale ». C'est précisément le point en cause lorsque l'on parie des travailleurs immigrés. A trop vouloir se dédouaner, on laisse les Droits de l'Homme aux frontières! non-lieu pour le meu rtrier de m. diab Le sous-brigadier Marquet, 52 ans, ne sera pas jugé bien qu 'il ait abattu, il ya plus de 7 ans, un travailleur algérien de 32 ans, Mohamed Diab. Il a bénéficié d'un nonlieu . Ainsi en a décidé, le 29 mai dernier, la chambre d'accusation de la cour d'Appel de Paris. Il est interdit' paraît-il, de commenter les décisions de justice. Nous ne le ferons donc pas. Nous nous contenterons de rappeler les fa its. Le 29 novembre 1979, Mohamed Diab, marié et père de quatre enfants, est victime d'une crise de délire alors qu'il rend visite à sa mère hospitalisée à Versailles. Il est conduit dans les locaux du commissariat de police de Versailles lequel est hébergé ... dans une caserne. Il en ressortira un peu plus tard sur une civière, mort. Le sous-brigadier Marquet l 'a abattu d'une rafale de pistolet-mitrailleur. Mohamed aurait, dit-on, tenté de fuir. Il aurait, ajoute-t-on plus tard, menacé le sous-brigadier Marquet. Celui-ci, se sentant menacé, aurait tiré pour se défendre. Or, et ce point a été confirmé, Mohamed, au moment des faits, était à moitié droit et liberté. na 393 • juillet-août 1980 dévêtu et avait les jambes entravées par son pantalon . Le déroulement des événéments tel qu 'il est décrit par le sous-brigadier paraît si suspect qu'en 1975, le tribunal correctionnel de Versailles, qui de-' vait juger Marquet pour homicide involontaire, estima que les faits reprochés au policier étaient de nature criminelle et par conséquent justiciables de la Cour d'Assises et non pas de la Correctionnelle . La décision de la chambre d'accu sation qui vient de prononcer un non ·lleu constitue donc un désaveu des juges de Versailles. Sans commentaire . un nouveau grand-rabbin de france La communauté juive vient ej.'élire un nouveau Grand-Rabbin de France qui succèdera au GrandRabbin Kaplan, le premier janvier prochain. Le Grand-Rabbin Kaplan était en fonction depuis 1955 et a demandé à être remplacé en fonction de son âge. Il portera le titre honorifique de Grand-Rabbin du Consistoire Central. Son successeur, René Sirat, 50 ans, né à Bône, en Algérie, est élu pour sept ans. Il sera le deuxième Grand-Rabbin de France d'origine sépharade (méditerranéenne). attentat contre un leader noir ,. . amerlcaln Vernon Jordan, Directeur exécutif de la « National Urban League », qui est avec la N.A.A.C.P. la plus importante organisation noire des Etats-Unis, a été atteint d'une balle dans le dos tirée par un inconnu, alors que, le jeudi 29 mai au matin, il descendait de voiture et regagnait son motel. Vernon Jordan était venu présider le dîner annuel de la section de Fort Wayne (Indiana) de 1'« Urban League ». Transporté d'urgence dans l'un des grands hôpitaux de la ville: le leader noir a subi une premlere opération de 4 heures et demie, suivie d'une seconde le 8 juin, à la suite de laquelle son état était jugé «grave mais stationnaire ». . Bien qu'un Noir de 25 ans ait affirmé le 9 juin qu'il était l'auteur de l 'attentat, les circonstances de cette agression demeurent mystérieuses. La police écarte l 'hypothèse d'un crime racial quoique Vernon soit devenu ces dernières années l'un des principaux leaders noirs aux Etats-Unis, dont les attaques contre la politique du président Carter étaient particulièrement virulentes. Il s'était égaiement vigoureusement battu, l'année dernière , pour la reconnaissance de l'Organisation de Libération de la Palestine. Agé de 44 ans, Vernon Jordan dirigeait 1'« Urban League » depuis huit ans. Après des études universitaires, il s'engagea dans la lutte pour les Droits Civiques en Georgie où il connut Jimmy Carter. Fondée en 1910 pour assister les Noirsqui commençaient à émigrer des cam pagnes vers les villes, 1'« Urban League », est devenue un très puissant rassemblement des Noirs modérés. Robert PAC en bref • Le groupe oecuménique dans lequel figurent des représentants des Eglises chrétiennes de France, a fait paraître une intéressante brochure intitulée: «La population algérienne en France ». Prix au numéro

5 F. On peut se procurer ce

document en écrivant au Service National de la Pastorale des Migrants, 269 bis, rue du Fg SaintAntoine (Tél. : 372.47.21) ou au C.I.E.M.M., 46 rue de Montreuil , 75011 Paris (Tél. : 372.49.34). LA POPUl.ATION AU;ERIEN"E EN FRAI'\CE ETUDE DU GROUPE OECUMENIQUE • La revue « Historia », qUI s'était tristement illustrée en reproduisant dans de précédents numéros les propos antisémites de l'épouse de Heydrich a publié, comme l'avait exigé le mrap, un article de Pierre Paraf aya nt pour thème : «L'Humanisme français contre le racisme ». Les responsables de la publication ont cru bon d'indiquer, en guise d'introduction : « M. Paraf s'exprime ici en toute liberté, il va de soi que toutes les opinions qu'il émet ou tous les jugements qu'il porte ne sauraient engager notre revue », Une mise en garde d'autant plus étonnante qu'elle ne s'était pas manifestée lors de la publication des articles antisémites contre lesquels le mrap avait protesté. 15 Une image en dit souvent plus qu'un long texte. Celui-ci sera donc bref. Les dessins qui suivent sont l'awvre d'un Inca méditant sur la conquête espagnole. C'est un des premiers exemples de bande dessinée. Mais dans tous les pays du monde, le genre fleurit, donnant à l'antiracisme lui-même une nouvelle jeunesse. Qu'il s'agisse de l'immigration en France ou dans d'autres pays d'Europe, ou qu'on veuille brocarder l'apartheid, le dessin participe à la vigoureuse lutte de rhomme pour sa dignité. Ces pages vous invitent donc à vous réjouir. Elles se terminent sur une version new look du « Petit prince » de Saint-Exupéry où les pieuses évidences sont soumises à un crible blasphématoire mais pour une fois salutaire .. . Amusez-vous bien! le dess·n contre le racisme UNE 6 0 NNE tJOUVELLEI V0iJ5 ALLEZ. 6/f rYToT RfN'&K Ji TRNJsrÉR.E 110N uS/;v::,

j~a vtW . -Lft jJ

, ri \ \ J7 4 1 1 « Sale étranger » (dessin paru dans un journal ,suédois): 16 l \\ « Pour l'amour de Dieu, ne soyez pas tous à me dépouiller ». Ces quelques dessins ont été réalisés, il ya plusieurs siècles, par un chef Inca, Guaman Poma, qui a assisté à la conquête du Pérou, son pays, par les conquistadors espagnols. Ces événements dramatiques l'ont conduit à rédiger, à l'intention du roi Philippe III, un ouvrage de 1.200 pages, « Première Nouvelle Chronique et Bon Gouverne ment », composé de 400 dessins. L'auteur, doué d'un incontestable don de caricaturiste, dresse un tableau impitoyable de la répression coloniale espagnole, de l'injustice, de l'arbitraire. Tour à tour émouvant ou réaliste, il brosse le portrait de tous ceux qui profitent de leurs charges (magistrats, militaires, prêtres, marchands). Il brocarde avec truculence ses compatriotes qui ont choisi le chemin de la collaboration avec l 'ennemi. A un moment où l 'on fait de plus en plus appel à la bande dessinée pour évoquer certains épisodes historiques, il faut lire celle de Guaman Poma. La sienne respire l 'authenticité. (Edition fac-simile du professeur Rivet: Guaman Poma de Ayala, Felipe. Nueva Coronica y Ben Gobierno. Paris, Institut d'Ethnologie, 1936. Réédité en 1968). droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 a pr de Fête du soleil. célébrée par les Incas. - Manges-tu cet or 1 - Nous mangeons cet or. . , mlere Guaman Poma s'instruit auprès des anciens. Sous les yeux du peuple attristé, les envahisseurs exécutent Tupac Amaru, un chef Inca. 17 18 CI) u ..c-. .Q. . . - .. CI) Q. -CI) lORSQUE J'VAIS SI)( ANS J ' I.I vu FOtS UNE MAC.NIFlQUE IMAC.E &UR UN UVRE &UR LA FORÉT VIERGE QUI S' APPElAIT, HISTOIRES VÉCUES. CA 'REPR~SENThIT UN SERPENT BOA QUI AVALAIT UN Fl'-UVE'. VOILA LA COPIE DU DEe.&IN. lfl; GRANDES ~&ONNE6 M'ONT CONSEILlÉ DE LAISSER DE dn't I.EG DESSINS DE SERPEN1l) \3c)H; CllM'R'lS CU FERMé ET DE M'INrr!fRE6OER PI.UTOT A LA C.roc..RAPHIE,A L'HI&iOIRE, AUCAl.C.UL. ET A LA GRAMMAIRE .cesr ,t.JNSI QUE J 'AI A8AN- toNN~ A L' AGE DE SIX ANS, UNE MAC.NIRQUE CARRltRE DE PEINTRE'. J 'ÀVAIS ÉTt DIfr.ouRAGt PI.R L!INsucOEs DE MON DEQ;IN NUMé:Io UN ET DE MON DESSIN NUMÉRO DEUX ... J.II(j..-_ .~. ~ f//~'-r"'~ ~l ·f.LCharles\\:Charles 1 14-~ JP--\\-~\~ QUI\.NDJ EN R NCONTRAIS UNE QUI ME PARAIS"& I\.IT UN PEU L.UClDI;.JE FAlbAlS l!EXPÉRIENOE f,UR ELLE DE MON DESSIN NUMÉRO UN QUEJ' AI 1nUJOUQS WNSERVIf. JE VOULAIS SAVOIR &1 EI.\..E ÉThrr VRAIHENT COMPRtHENSIVE, MAis 1OUJClURt.. ELLE ME RÉPOND-"'T: ~C:EST UN CH,/'.PE-"U." ON DISAIT DANS I.E. UVRE :" l.OE SERPENTS BOAS AVI'I1..ENT lEUR PRDIE 1l)U1't: ENn~E S1\Ns LA MACHER , ENSUITE ILE NE PEUVENT PU.JS BOUGER ET ILS DORMENT PENDANT l..E5 SI') MOIS DE \..EUR DlGESl1ON.» J 'AI AWRS BEAUCOUP R~F1ÉCH I SUR LES AV ~Tl.JRES DE LA JUNC.\..E, ET A MON 1bUR,J 'AI REU&&i A ~ MON PREMIER DE&IIN, IL f;TArT COMME ÇA. o o J' "'1 MON'T'Rt MON OtEl"-D'CEU\IRE. N.J GRANDES PEISONNES Er JE LEUR AI DEMI\IIIt'É: 61 MON DE6&IN LEUR Fl'J6I..rrpaiR. EUES M'ONT' RÉPONDU:fèUllUll UN CHAPEAU FERAIT IL. PEUR?110N D~IN NE REPRÉsENTJIJT PAS UN CHAPEAU, IL ~6Em\sT U"I SERPENT BOA QUI DiC~AAIT UN ÉLÉPHANT. .. . J'AI ALORS oa;&INIt L'IN'TtRIEUR DU. &ERPENT l!OtI AFlN QUE LE.& OAANDES PERSONNEl PUI66ENT COMPRENDRE, EUES ONT TOUJOURS BESOiN D'E)(PUCA'l10NS. MON DE66IN NUMIfRO PEUX ~TCDMME ÇA . ... ~ GRANDES PERSONNES NE COMPRENNENT JI\H"'I& RIEN 1OU-m; 6EUUES,ETC!OEr F"l10ANT POUR OEb ENF»I'1ll DE TOUJOURS ET lOUJOURS LEUR DONNER DES EXPUCAll0NS. ,JAl DONC. DU c.HOIIIR UN A~ MÉllER ET J'AI APPRIS '" PILOTER DES AVION&, J ' AI voLÉ UN PEU PP.RTOl./T' DANS LE MONDE, ET LA C.(OGRAPHIE, C'EbT EX-"CT, M 'A BEAUCOuP SERVi, .. JE SAVAlS RECONNAÎTRE DU PREMIER COUP D'CElL LA CHiNE DE L'ARiZDNA,C'EST'ffiE:€. uTiLE s i ON EST mAR~ l'ENDÂNT LA NUIT. J 'ÀI ÀINSI ~U, AU COURS DE MAVIE.'pESTIIG~NTAcrG A~ DES 'Tl'IS DE GENS StRlruX, J'AI BEAUCoUP Vlfcu cHu LEI ûRANDES PER6ONNE6,JE LES ~I VUES DE. ïR$ PR(s. CA N',.. PIO.S -mop AM~LIORÉ HON OPINIONALORS JE NE LUI PP.RLAIS NI DE SERPENTS BD~ NI DE FORÊTs VIERCoEt.,NI D'ETOIl.ES.JE MEMEJTAJ6 A SA PoRTÉE, JE UJI Pl\RLI.I& DE BRIDQE,.DE c.ou; DE l'OL1TTQUE ET DE CRAVAln,ETLA C.RANCE. PERSONNE ÉThIT BIEN ~ DE CONN...,-rm. UN HOMME ÀUS6I RAI6ONNABLE. .Jr J' AI AINSI V~ SEUL, SANS PERSONNE ÀVEC'aUl FAALER ~l.EMENJ;JlJ6QtiÂUNE PP.NNE DANS l.E DESERT, QUELQUE CH06.E S'miT CMibÉ DANS MON 'MOTEUR ET COMME JE N" 'lVAIS I\.VECNOI NI MÉCANICIEN, NI P"'&SAOER6,JE ME PRÉPARAI A iS6t\YE:R DE ~I.J&,IR 1t:UTSEUL REPf-RAllON DIFFICILE. C'miT VAIS MOI LU ClJESTlON oc VIE ou S·J' AVAIS A PEINE DE J:EAU À BOIRE POUR HUIT JOuRS .LE PREMIER SOR :JE~",SUIS DONC ENI:lOEHI UR LE s.o.BLE A MiLlE MiLlE. DE mun: lERRE ~BnOE J' ETAIS BIEN ~ I~' .. SUR UN RADE'J..u AU MILIEU DE l. 'O~N. ' UNNAURRAC. .. VOICI LE MEILLEUR roRTRAIT QUE PW& ThRDJ'AI REUsSI A FAIRE DE LUI ... PA& MAI..., HEIN?! ... IL ÉTAIT nMPb QUE 0. S' ~RRtn:. J' ~I DÉJA UN{: C.AbE DE. RETARD SUR LE TEXTEBoN, ON VA SAl.Jn:R UN PEU, AIIROEQI1ILYEN A VRAIMENT HARRE DE TOUT CE TEXTE ... QIJ A SEAU E:TlE. ~ 6OL.D,.T, ON N'EN a;r PAb MONSUN HOMME, DONNE MOI'Tl'I FruILLE 1 J 'AI 6NJTÉ SUR MES PIED6 COMME &1 J'AVALS EfTÉ FRAPPÉ PAR LA rot..IPRE, J 'AI BIEN FROTTÉ ME!; YEUX, J ' AI BIEN REGARDÉ ET J 'I\.I VU UN PETIT BoNHOMMElOUT A F1'.1T EXTRAOROINAIRE QUI HE CONSIDÉRAIT GRAVEMENT. .. 19 Ne bougez-pas ou nous perdrons notre stabilité. la caricature contre l'a a • el L'apartheid évolue. 20 ~ ~tJTI:f 1IJ1n1 ~IT"L., T~H~Ql..O&Y, !w()IJ-HQW YCN ~IIE V, TA'/- El'.EMi'TON, FIt~EDOM TO El'-~T ()U~ P!COfIT~L~W AND Qr~1 ~E/IP LAI'OVr: rao:cE "'ND T~~ V,..C\JVM 1"~ TIIE EL..t:L TF-I C. "-'U!. ~T""Z Nous venons avec le capital, la technologie, le savoir-faire. Vous, vous mettez à notre disposition des exemptions de taxes, la liberté d'exporter nos profits, la loi et l'ordre, la force de travail et les douilles pour les ampoules électriques, d'accord? • chronique • * olympisme • cinq anneaux, cinq continents Les Jeux Olympiques sont le miroir d'un monde en mouvement. Ils reflètent les changements heureux qui se produisent au XXe siècle sur notre planète, non sans conflit ni contradiction, bien entendu. Les Jeux Olympiques eux-mêmes ont changé. En bien . Ils étaient interdits aux femmes durant l'Antiquité. Aujourd'hui, elles y tiennent une juste place. Au début de ce siècle, ils étaient réservés à un petit nombre de nations et d'hommes: 496 concurrents seulement représentant 11 pays, en 1904, à Saint-Louis (USA). En ce temps-là, Noirs, Indiens et Métis participaient à des compétitions en marge lors des «Anthropological Days » (Journées Anthropologiques) ! Plus tard, la légende olympique dit qu 'un grand favori noir ne put participer à la finale de sa spécialité car il se trouva enfermé - par ses coéquipiers blancs? - dans les vestiaires, à l'heure de la compétition . Mais tout a une fin, même les combats d'arrière-garde. En 1936, à Berlin, en pleine montée du nazisme, Hitler dut assister au triomphe du Noir américain Jesse Owens, quadruple champion olympique (100 m, 200 m, relais 4 fois 100 m, saut en longueur). Puis ce fut l'apparition des pays socialistes (première participation de l'URSS en 1952) et des pays nouvellement décolonisés. En 1972, à Munich, des records étaient établis avec 7.147 athlètes dont 1.070 femmes, provenant de 1 22 pays. Les cinq anneaux olympiques, chacun figurant un continent, cessaient d'être symboliques car ils représentaient enfin la réalité d'un mouvement devenu universel. Au 1 er janvier 1976, le Comité International Olympique (C.I.O.) reconnaissait 132 comités nationaux olympiques dont 40 d'Afrique, 32des Cara'ibesetd'Amérique, 28d'Asieetd'Océanie, 33d'Europe. Depuis, l'immense Chine, le Vietnam, le Mozambique, les Emirats Arabes Unis, le Zimbabwé ont rejoint la grande famille olympique. Si le président Carter n'avait pas décrété le boycottage des Jeux de Moscou (du 19 juillet au 3 août), ces derniers auraient été universels. Malheureusement, la R.F.A., le Japon, la Chine et le Canada ont été entraînés dans le sillage des Etats-Unis et de grandes nations sportives seront donc absentes des Jeux droit et liberté. na 393 • juillet-août 1980 de 1980, l'intervention soviétique en Afghanistan motivant le forfait de plusieurs dizaines de pays. Cependant, la flamme olympique, si elle vacille, ne s'éteint pas. A la fin du mois de juin, 83 pays avaient répondu à l 'invitation du Comité d'Organisation (COJO) des Jeux de Moscou dont la France, patrie de Pierre de Coubertin, rénovateur des Jeux Olympiques. Quand les Jeux n'ont pas lieu , comme en 1916, 1940 et 1944, c'est que le canon tonne dans le monde entier et que les hommes se déchirent. Pourtant, les Jeux Olympiques, c'est aussi l 'utopie réalisée . Lors de la cérémonie de clôture, soudain, les champions se mêlent dans un désordre joyeux, bras dessus-bras dessous, de toutes races, de toutes couleurs, de toutes confessions, de toutes croyances politiques et religieuses. «Je ne connais pas de spectacle plus beau » nous a dit un jour le populaire Michel Hidalgo, directeur des équipes de France de football. Olympisme bêlant? Non! Expression d'une émotion vraie Quelle que soit l'opinion que l'on peut avoir sur les polémiques à propos de la participation aux J .O. de Moscou, il ne faut pas oublier que l'olympisme est un moyen pour rapprocher les hommes. et féconde dàns un monde trop souvent au bord du gouffre. Ils sont atteints de gigantisme, entachés de chauvinisme, pourris par les marchands qui ont envahi le temple du sport diront certains! Et c'est vrai que de sérieux périls menacent l'Olympisme. Mais, le pire, c'est bien le danger de mort que des irresponsables leur font courir . Un comité d'athlètes et de techniciens s'est créé en France pour défendre l'Olympisme. Un des appels de ce comité, renforcé par des champions allemands et nord-américains, souligne que les J.O. apparaissent comme le dernier maillon de la coexistence pacifique. Cette phrér.'le mérite réflexion . Pour que ce maillon soit solide, encore faut-il que les cinq anneaux qui le constituent restent entrelacés. Jean-Claude GRIVOT le devu ra Lors de son dernier congrès, le mrap a pris la position suivante à propos du mouvement olympique : La question des Jeux Olympiques se situe dans le contexte inquiétant d'un retour à la guerre froide. L'Olympisme, quelles que soient les réserves que certains puissent faire sur l'. idéologie sportive . , a le mérite de permettre la rencontre des athlètes des cinq continents: nous le défendons et nous le défendrons, par-delà les enjeux politiques actuels, car il sert l'amitié entre les peuples. On constate malheureusement qu'à l'occasion des Jeux Olympiques et d'autres manifestations sportives, le nationalisme, le chauvinisme viennent trop souvent contrarier ces aspirations. Quoi qu'il en soit, les Jeux sont pour nous une occasion d'agir pour les Droits de l'Homme partout dans le monde, en montrant combien leurs violations contrastent avec les idéaux d'égalité et de fraternité qui devraient être exaltés sur les stades. Le mrap entend bien en profiter pour attirer l'attention sur cette atteinte particulièrement odieuse aux Droits de l'Homme qu'est le racisme, notamment dans les deux pays où doivent se dérouler les Jeux Olympiques d'hiver et d'été, qui se trouvent être, précisément, les deux puissances dont l'opposition tend à s'aggraver: les Etats-Unis et l'U. R.S.S. 21 Diffusion de couture eaL Créations Arlette Nastat vaoel\ nastat 43, rue d'Aboukir, Paris-2-. Tél .. 508-88-60 22 • pleins feux • pleins feux • pleins feux • pleins feux • le dialogue des civilisations On sait l'intérêt que le philosophe Roger Garaudy porte au dialogue entre les civilisations. « L'Appel aux Vivants », qu'il a publié récemment aux Editions du Seuil, la très belle collection « L'Epopée humaine » qu'il anime aux éditions Jeune Afrique et en particulier le splendide ouvrage « « Comment l'Homme devint Humain », dont il est l'auteur permettent de cerner l'idée que Garaudy se fait de l'interaction entre les cultures et les peuples. Yves Thoravall'a interrogé à ce sujet. L'européo-centrisme, voilà l'ennemi : c'est un peu la trame de l'Appel aux Vivants. «On peut vivre autrement que selon les lois de développement de la culture occidentale fondée sur des rapports avec la nature réduisant celle-ci au rôle de réservoir pour nos matières premières et de dépotoir pour nos pollutions ; réduisant nos rapports avec les autres hommes à la jungle des concurrences individualistes ou à un totalitarisme de termitière et ne cessant d'atrophier la dimension transcendante de l'homme, c'est à dire sa possibilité permanente de rupture avec ses déterminismes historiques et ses aliénations ». Garaudy est un optimiste. Pour lui, en partant de «communautés de base» enracinées dans des cultures différentes et réellement maîtresses de leur propre développement, il est possible de construire pour l'homme un autre avenir. «Mon Appel aux Vivants présente un éventail de possibles et l'enracinement du socialisme dans les cultures, les sagesses et les prophétismes de trois mondes ». L'Occident doit reconnaître, enfin, qu'il n'est pas «Iepeuple élu ». (}J'il ya de multiples centres d'initiative historique. C'est justement ainsi que «l'homme devint humain », pour reprendre le titre du volume paru aux éditions Jeune -Afrique droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980' (collection «l'épopée humaine »). Le texte de Garaudy soutient la lecture des illustrations - splendides - où se succèdent, sans hiérarchisations, pour une fois, toutes les images où l'être humain, de par le monde, a voulu représenter son esprit. Surprenante et merveilleuse diversité qu'on appelle humanité. Culture, mais aussi luttes. Le deuxième livre paru dans la même collection , sous le titre «L'Odyssée noire », montre bien la naissance de ce peuple noir des EtatsUnis, tout entier venu de l'immense combat contre l'oppression. Là encore, l'intéressa nt texte de Nathan Irvin I-lJggins est abondamment illustré avec une iconographie passionnante qu i reprend notamment des documents inédits de la bibliothèque du Congrès américain . Dans la préface qu'il a donnée à ce livre, Roger Garaudy note justement : «De ces souffrances, de ces appels ... surgirent les forces créatrices nouvelles du Noir américain. Elles renouvelèrent tous les arts, de la musique à la peinture, de la danse à la poésie. Il n'est aucun domaine, non seulement de la culture mais de la vie elle-même, qui ne reçut des Afro-Américains une impulsion vivifiante. Après des siècles d'hégémonie exclusive de l'Occident, le monde est en train de changer de couleur ». Interrogé sur la lutte contre le racisme, Garaudy répond: porter attention à la culture de l'autre « La façon la plus efficace de lutter contre le racisme c'est le dialogue des civilisations, et il n'y a dialogue que lorsque chaque interlocuteur est convaincu, au départ, qu'il y a quelque chose à apprendre de l'autre. Cette attitude exclut donc ridée qu'il existe une civilisation unique et exemplaire par rapport à la trajectoire de laquelle toutes les autres seraient étalonnées. En fait, une culture et une civilisation, c'est l'ensemble des rapports qu'un peuple entretient avec la nature, avec les autres hommes et avec Dieu. Or, de ce point de vue, la conception exclusivement occidentale a conduit le monde à l'impasse et à des dérives suicidaires. C'est pourquoi le projet concret de mon «Appel aux Vivants» implique un dialogue avec les sa.'lesses et les prophétismes des trois mondes ". Dans «l'Appel aux Vivants », le phi 10- sophe décrit la manière dont il envisage la société à venir, plongeant ses racines multiples dans la diversité d'un monde qui aurait renoncé à l'homogénéïsation occidentale parce qu 'il serait fondé sur une démocratie «de base » et la possibilité pour chaque groupe de construire comme il l'entend la société qui lui convient. Mais on retiendra surtout de toute cette quête de l'Homme, l'attention à la culture de l 'Autre qui contient en elle la possibilité de vivifier la sienne propre, de la rendre plus humaine. propos recueillis par Yves THORAVAL 23 • pleins feux • pleins feux. . , cinema ,- J.A. Chérasse a réalisé ici une oeuvre intéressante qu'il sera it bon de faire connaître, notamment aux plus jeu nes. Il retrace 1'« affaire Dreyfus" à l'aide de documents d'archives et d'interviews de spécialistes. Au-delà des faits, le film expose quelques hypothèses d'historiens sur la genèse de l'affaire. Néanmoins, on aurait pu faire l'économie de certaines interviews comme celles des gens de l'Acreyfus ou tolérable vér- , 2 tion Française" pour qui Dreyfus est toujours coupable. A l'époque où, en France, renaissent les démons de la bête immonde, le devoir de ceux qui militent contre le racisme et l'antisémitisme est de veiller à ce qu'il n'y ait plus d'affaires Dreyfus. P.K. «Dreyfus ou l'intolérable vérité '. Film français de J.A Chérasse (1975). festival de cann consécratio pour kurosaw • Palme d'or ex-oequo : «Kagemusha », signé par le Japonais Akika Kurosawa; «Ali that jazz", du réalisateur américain Bob Fosse. • Prix spécial du jury: «Mon oncle d'Amérique", d'Alain Resnais (France). • Prix d'interprétation masculine

Michel Piccoli pour son rôle

dans « Salto nel vuoto "de Bellocchio (Italie). • Prix d'interprétation féminine: Anouk Aimée pour son rôle dans «Salto nel vuoto ». Ce palmarès, sans surprise aux yeux des spécialistes, voit Jurosawa (70 ans) récompensé pour sa dernière oeuvre, «Kagemusha". Auteur de plus de trente films, ce • Johnny got his gun (Johnny s'en va-t-en guerre). Ce film américain de Dalton Trumbo qui date des années 70, constitue l'un des plus violents pamphlets cinématographiques contre la guerre et ses dramatiques conséquences. A ne pas manquer. • Rome ville ouverte (Roma città aperta). Là encore, un film à ne pas manquer pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu, et à revoir pour les autres. 24 grand maître japonaiS du 7" art fut longtemps le symbole de son pays. Après « La légende du grand judo ", son premier long métrage, il a illustré la vie du Japon moderne avec «Vivre ", « Dodeskaden ", etc ... On lui doit aussi «Les 7 samourais", «Rashomon" et «Derzou Ouzala". Bob Fosse est l'auteur de« Cabaret" et «Lenny ".« Ali that Jazz », qui a reçu la palme d'or ex-oequo, est dans une large mesure autobiographique. Le cinéma français, une fois n'est pas coutume, se voit récompensé à Cannes avec « Mon oncle d'Amérique », l'oeuvre d'Alain Resnais, à qui l'on doit l'émouvant court métrage «Nuit et brouillard », le très beau «Hiroshima, mon amour », «Muriel ", «La guerre est finie ". films a voir' ou a" revoi-r A propos de ce film de Roberto Rossellini (1944-45), l'historien du cinéma Georges Sadoul écrivait à juste titre: «L'importance du film fUi, immense. Son succès ouvrit la voie par laquelle le néo-réalisme put s'épanouir ... ". Ouant au réalisateur et à la portée du film, G. Sadoul soulignait: «Le cinéaste avait prouvé par son film que son peuple avait lutté autant que beaucoup d'autres contre le fascisme et pour la- liberté du monde ». pleins feux • pleins feux • le christ s'est Dans un vaste salon bourgeois, noyé dans un mélancolique clair obscur, un homme, la cinquantaine grisonnante, regarde, l 'oeil triste et voilé de larmes, des ta bleaux. Tous représentent des scènes de la vie paysanne. Paysanne, mais pas moderne, ancienne, antique, presque païenne. Soudain, ses yeux qui errent d 'un tableau à l'autre se fixent sur l 'un d'eux qui représente un enfant, pauvre, assis avec, au fond, une superbe campagne: la Lucanie. En se fixant sur cet enfant, le peintre se rappelle son passé, ce qu 'il fut dans cette pauvre Lucanie, ou si vous préférez le Mezzogiorno ... Vers les années 30, le fascisme bat son plein en Italie, mais sa logomachie démagogue et délirante, souvent loufoque, a fini par susciter une résistance de plus en plus tenace. Même parmi la classe intellectuelle, humaniste et bourgeoise. Carlo Levi, médecin turinois, bourgeois et peintre, fonde, avec quelques amis, une association antifasciste qui s'oppose au torrent du Duce. Quelques temps après il est arrêté, lui, le «nordiste " et assigné à résidence dans le sud de l'Italie, dans un minuscule village, perdu , et «où même le Christ n 'a pas pu arriver ». Carlo Levi, en arrivant au village, " ne débarque pas seulement dans une province de sa patrie, mais il a tout autant, sinon plus, voyagé dans l 'histoire. En effet, lui , du Nord industrialisé, découvre un univers préhistorique, païen , où même la présence de gouvernants fascistes locaux n'arrive pas à faire illusion . Petit à petit, il va se rapprocher de ces « gens », de ce petit peuple, travailleur, direct, humain et roublard , il va s'attacher si profondément aux personnages et aux lieux qu'il peindra qu 'il finira par ressentir qu'ils symbolisent aussi une dimension de son propre être. , Pu is vient l 'amnistie, Levi rentre chez lu i et promet à tout le monde de revenir. Mais il ne revint jamais. C'est pour cela qu 'en cette après-midi, mélancolique, il s'est dirigé vers son salon et a commencé à méditer sur ses tableaux, les larmes aux yeux. Il est inutile de s'étendre sur la dimension du sujet, ni de présenter Francesco Rosi , disons seulement que la mise en scène et le jeu des acteurs sont si sobres, si poétiques qu 'on se sent dès les premières images plongé dans un univers magnétique, où tout nous reflète ... Encore une fois,le cinéma de l 'autre côté des Alpes vient remuer en nous et raviver le feu de notre nature méditerranéenne. SALADIN • pleins feux • pleins feux. livres Voici un ouvrage à trois voix (deux philosophes: C. Birman, J. Zacklad, un philosophe historien: Ch. Mopsik), méditant le meurtre origine tel que le présente le récit biblique. Caïn, l'homme qui fait de la terre un champ, tue son frère Abel, pasteur de troupeaux. Chacun croit bien connaître ce quatrième chapitre de la Genèse, ne serait-ce qu'à travers le poème d'Hugo. Mais peu savent se départir des grilles interprétatives que les traditions juives et chrétiennes ont mises au point à des fins pédagogiques. Or, ces rsp~ ésentations ordinaires, projetees sur le texte, nous empêchent de l'aborder véritablement. L'intérêt de ce livre vient d'abord de ce qu 'il prend distance à l 'égard des facilités propres aux lectures banalisantes tout en permettant de pénétrer dans le réseau des commentaires déposés par les diverses traditions (de Philon d'Alexandrie à Pierre Bayle, en passant par Flavius Josèphe, Rachi, le baron de Vilna etc .. . en s'arrêtant aussi bien sur le Coran que sur luther), ensuite de ce qu'il tente de reprendre le texte biblique «selon les exigences rationnelles de la philosophie ". C'est ici que l'originalité de cette réflexion se mesure le mieux, dans la tentative de penser à la fots selon les cadres de la philosophie occidentale (grecque) et dans le prolongement de la tradition hébraïque, prise à ses sources et dans son inspiration la plus pure (la Kabbale). Plus précisément, le projet essentiel d'un tel travail réside dans la volonté de faire se féconder l'une par l'autre la «rationalité" grecque et la «religion» ju ive, méditée hors des institutions traditionnelles. Il s'emploie à surmonter l 'état de cassure, voire de conflit, entre les deux racines toujours vives de notre culture. Voilà pour les postulats de la méthode. Ou'en est-il maintenant du thème lui-même: « Caïn et Abel »? Il s'agit d'abord de ne pas parler de la Thora en général mais d'en pénétrer l'esprit, en entreprenant la traversée d'un texte défini, bref (une quinzaine de lignes), en vue de dérouler les multiples fils de son tissu de sens. Ensuite, de s'interroger sur la fraternité possible à partir du fratricide originaire: comment sortir de l'infinie série de crimes qu'entasse l'histoire humaine? . Pour répondre à une telle question, on ne peut économiser cette autre: pou rquoi le meu rtre du frère par le frère a-t-il eu lieu? Comment comprendre cette funeste inauguration de l'histoire de l'homme? Les trois auteu rs du 1 ivre sont ici particulièrement fermes: l'enseignement biblique ne relève pas de la morale, a fortiori de ce pâle moralisme de convention consistant à condamner rituellement le méchant Caïn et à plaindre le pauvre Abel; l'événement du fratricide a un sens et une valeur philosophiques

si l 'on arrive à penser le mécanisme

même du meurtre des origines, on sera peut-être à même de poser sérieusement la question de la «violence dans l'histoire ". Peut-on passer au~delà de la violence, de toute violence, y compriS celle qu 'exhibe une communauté d'hommes en lutte selon des valeurs communes, qualité du groupe en fusion que Sartre nommait la «fraternité-terreur »? La fraternité universelle est-elle pos- Le numéro 084714 gagne le voyage de deux semaines en Andalousie. Le vainqueur est M. Jean-Paul Meulien, 53-57 rue de l'Eglise à Andrésy (78). 2 ti age le décem 198 droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 pleins feux • sible? Oufliles sont ses conditions de réalisation? On perçoit les multiples échos de telles interrogations, et leur caractère d'urgence : il ne s'agit de rien de moins que de fonder l'attitude de refus devant la violence nue du meurtre, tout en légitimant celle de révolte devant la violence institutionalisée de l'injustice . Penser à la fois les fondements d:une non-violence active, etd"une revolte contre l'injustice sociale, ce n'est pas rien. C'est ce à quoi ce Ilv~e.lmportant invite, d'autant plus precieux pour nous qu'il offre un exemple de dialogue fécond entre les «cultures » et dans ce qu'elles ont de plus «propre »: religion et philosophie. Car l 'amitié entre les peuples n'a de sens que sur le fond d'une confrontation mutuellement éclairante des traditions mentales. Ce qu'il n'est pas inutile de rappeler en des temps où le spectacle culturel dominant est pavé et battu de repliement, frileux ou sectaire sur soi - des diverses «renais- Cet ouvrage est intéressant à plus d'un titre. D'une part parce qu 'il est écrit par A. Ghalem, cinéaste algérien, qui a réalisé deux longs métrages : «Mektoub " et «L'autre France », illustrant la condition de vie des travailleurs algériens en France. D'autre part, parce qu'A. Gha lem traite dans son livre d'un sujet rarement abordé: la femme dans l'Algérie d'aujourd'hui, l 'Algérie Indépendante. Autour de ce thème, l'auteur passe en revue de nombreux et importants prOblèmes qui se posent à la société algérienne: le mariage «Les 50 Afriques », par Claude Wauthier, sont le guide indispensable de qui veut suivre l 'actualité du continent noir avec les données de base nécessaires. L'abondance des informations, leur sérieux, le caractère pratique de ces deux volumes en font un ouvrage de référence particulièrement utile. Les renseignements géographi ques et historiques indispensables permettent de mieux comprendre l'évolution politiqu'e de pays qui pleins feux • sances païennes » au prétendu « Renouveau juif ». Ajoutons que ce texte à multiples épaisseurs me semble devoir se lire selon l'ordre suivant, pour l'honnête homme n'étant pas philosophe «de profession " : d'abord le texte de la Genèse tradu it Jt commenté par Jean Zacklad, en suite les commentaires tradition nels présentés par Ch . Mopsik, en fin l 'étude éclairante de CI. Bir man, avant de passer au difficile commenta ire de J. Zacklad, l 'inspi rateur du groupe d'études . L'introduction de CI. Birman :lermet de situer la méthode suivié par rapport aux classiques exégèse, en inSistant sur un double évitement : d'une part de l'interprétation symbolique ou mythologique, d 'autre part de toute lecture 1 ittérale ou «historique ». Pierre-André TAGUIEFF Claude Birman, Charles Mopsik, Jean Zacklùd '« cain et Abel » (Grasset, 1980). une femme pour son fils traditionnel, la place de la femme face aux coutumes, le rôle de la famille, le problème de l 'émigration des hommes, les interrogations et les exigences des noul/elles générations etc ... Grâce notamment à la sincérité de son ouvrage, Ali Ghalem - qui cherche à réaliser son 3e long métrage avec ce sujet - nous aidA à mieux saisir la complexité ct ln pays en pleine mutation où «modernisme » et traditions s 'entremêlent avec des aspects positifs mais aussi des côtés négatifs. Un livre à lire, à n'en pas douter. Patrick KAMENKA les clnqu - connaiss ~ nt souvent une instabi lité significative des t rilnsforma tions qu i restent à opérer. Par la connaissance plus objective de ces réalités, on peut enfin tenter d'échapper aux clichés qui obscurcissent et dont se servent bien sou vent, sur fond d'ignorance, ceux que la stabilité de la misère et de la faim scandalise d'autant moins qu 'ils en tirent d'abondants profits. «Les 50 Afriques ', aux éditions deu Seuil. 25 OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE CHEMIN DE FER-AVION P,A.sSAGES MARITIMES fOESEnVATION O'HOTEL VOYAGES INDIVIDUELS ET EN GROUPES FOR FAITS-EXCURSIONS THEATRES 18, rUR Bleue - .75099 Paris - Tél. : 770.91.09 120. rue Legendre - 75017 Paris - Tél. : 627.70.95 ~abrican.t COn.~ ection. ST. ELISA s.a .r .1. au capital de 20.000 f 1 r .c. Iyon 73 b 329 vente en gros: 9, rue des capucins 1 69001 lyon 1 tél. (78) 28.34.63 26 Jeans et sportswear 23 Avenue Parmentier PARIS - XIe Société Savoisienne de Métaux S.A. au capital de 420000 frs 17, avenue du Rhône 74U09 ANNECY Tél. 51.53.87 B.P. n'20 74009 ANNECY-CEDEX TISSERA Y & Cie Fabricants de soieries 4. place Louis-Chazette 69001 LYON RepresentJnt a PJrlS (3 ,) Tel. (78) 28·12-17 I!qn\' grouper Telex 310907 Bernard CABEOOCE. 70, rue de Saintonqe, tel. 272-28-44 46. rue de Paris, 59800 LillE - Tél. : 54.47.19 11, rue dela Vieille -Comédie - 59800 Ulle - Tél. : 54.05.75 Ff-~T~~ • • ;;"///1 \ LAYETTE FAIT MAIN "---- ET ROBES SMOKEES MAIN DU 6 MOIS AU 4 ANS 73, RUE ORFILA - 75020 PARIS TËL. 366 35 57 366 35 58 0&.ico.tJ el: :;Je'1.Je!lJ de cl!.uxe Siège Social : '..0 Société Bénérale de Matières et Articles Textiles Société Anonyme ou Copital de JOO.CXXJ F MAGASIN de VENTE 30, Rue du Caire 75002 Paris Til. : 236-04-1 9 18, Rue du Caire , 75002 Paris Til. : 231·31-83 • action • 'u ouest: la jeunesse contre le racisme Une grande place était réservée à la lutte contre le racisme, au cours de la . Ouinzaine de la Jeunesse - (8-25 mai) à Grand Couronne, près de Rouen : exposition sur l'affaire Dreyfus, projection des films . Ne laissons pas les morts enterrer les morts _, et « Elise ou layraie vie " débat sur le racisme avec des membres du mrap (Jacqueline Marchand, Paul Didier et A Guérard). Les élèves de plusieurs établisse ments scolaires ont pris part à l'ensemble de ces initiatives, ainsi qu'au concours de dessin : • Les jeunes contre le racisme _, qui a duré deux mois. A Mondeville (14), le Centre Culturel et Sportif, en collaboration avec le Comité de jumelage, présentait du 23 au 30 mai l'exposition du mrap • Racisme et Droits de l'Homme _. semaine clôturée par un débat sur le racisme après la projection du film . Tous les autres s'appellent Ali _. Le comité d'Evreux a tenu des stands d'information à la fête départementale du P.C.F. 24-25 mai), à la fête de la semaine internationale (1 er juin) et à la fête du P.S. (15 juin). Le 14 juin, il a organisé le Bal de l'Amitié entre les Peuples, avec son orchestre antillais. Le comité d'Alençon a également tenu des stands dans les différentes fêtes du département en mai -juin. Il a édité un tract intitulé • Sport. racisme. politique _. A Lorient, le 6 juin, projection du film «Alyam Alyam - et débat sur l'immigration, au Foyer des Jeunes Travailleurs, à l'initiative de diverses associations dont le mrap. languedoc - pyrénées : fêtes et débats Le comité de Castres organisait, le 18 mai, une fête de l 'Amitié entre les Peuples, avec la participation d'artistes locaux, occitans, catalans, marocains, algériens, espagnols ... Passe d'armes dans les colonnes du quotidien • L'lndépendam - entre Guy Frances, président du comité local de Narbonne et un journaliste qui avait publié un article contestable sur les clochards. Le comité de Toulouse a tenu une conférence de presse (14 mai) pour dénoncer la recrudescence des menées racistes dans la région, et les conditions de logement des immigrés. Il a organisé avec d'autres associations une délégation à la Préfecture (11 juin) pour protester contre les mesures visant l'immigration. Le comité de Carcassonne a participé, le 14 droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 n l'autre JUin, à un débat sur les Droits de l'Homme, dans le cadre de la fête départementale du P.S. limousin - poitou - charentes: information Le comité du mrap de la Haute-Vienne a présenté un stand d'information à la fête de • l'Unité -. les 31 mai et 1 er juin, à Isle. Aux Sables d'Olonne (85)et dans la région, plusieurs débats sur la civilisation arabe ont été animés par Malika Pondevie, dont un article sur les lois Bonnet-Stoléru a paru dans la presse locale. En avril, la semained'animatiori sur le Tiers-Monde, organisée par cinq associations, dont le mrap, avait connu un grand succès. bourgogne - franche comté : après le crime fasciste de sochaux Après l'assassinat d'un travailleur turc, Mehmed Yawz, par un fasciste à Sochaux (5 juin), le comité du mrap de Belfort-Montbéliard a publié un communiqué et appelé, avec plusieurs autres org'anisations, à une marche silencieuse, le 14 juin ; il a également ouvert une souscription en faveur de l'épouse et des deux enfants de la victime. Le comité de Besançon a participé, par un stand, à la fête du P.C.F. (1 er juin). Celui de Di. jon a tenu son assemblée générale le 11 juin . centre: une semaine à saran A Chartres, le mrap descend dans la rue (piétonne) pour se faire connaître : une banderole, un . homme vert », des panneaux, des militants - et de nombreux passants s'informent. Le comité d'Orléans a organisé avec le Cen tre Culturel Jacques Brel , dans la localité voisine de Saran, une semaine d'animation permanente contre le racisme et p~r l'amitié entre les peuples (13-22 juin) com rtant notamment une exposition d'affiches ontre l 'apartheid, un débat sur l'immigration avec Albert Lévy, plusieurs films, dont un à l'intention du Club des personnes âgées (. Le vieil Homme et l'Enfant -), de Claude Berri), une fête desenfants avec le conteur Mohamed Belhalfaoui ,et une fête de l'Amitié. Un bulletin de la Bibliothèque Municipale présentait le programme, accompagné d'une bibliographie sur le racisme . Le comité d'Orléans a, par ailleurs,présenté un stand à la fête départementale du P.C.F. (30 mais - 1er juin). • •• soweto, quatre ans après

.. ...... _ ..... ___ ~ -0

Pierre Krausz et le maire de Massy, M. Germon, pendant l'inauguration. Tandis qu 'en Afrique du Sud, les autorités racistes se livrent à de nouveaux massacres contre les manifestants qui réclament l'égalité et la justice, plusieurs initiatives ont marqué en France, la commémoration des événements de Soweto (16 juin 1976). Le samedi 14 juin à Massy(91), répondant à la suggestion du mrap, la municipalité inaugurait une avenue des Martyrs de Soweto. Le maire, M. Germond, Pierre Krausz, président du comité local du mrap, et Alexandre Moumbaris au nom de l'African National Congress, ont pris la parole au cours de la cérémonie suivie par un nombreux public. A Paris. l'après-midi, les comités parisiens du mrap organisaient une animation-débat au Forum des Halles (salle interforum) avecexposition su r le racisme et projection de deux fi 1 ms sur l'apartheid. Enfin, le jeudi 19 juin, la manifestation mensuelle devant l'ambassade d'Afrique du Sud, pour la libération de James Mangé, militant de l'AN.C., condamné à mort par lestribunauxde l'apartheid, a pris une ampleur particulière en raison de la situation. A l'appel du mrap, du Mouvement Anti-apartheid-CAO, et de l'AFASPA, une foule nombreuse a crié son indignation contre les crimes racistes et sa solida rité avec le peuple sud-africain opprimé. 27 S. A. R. L. au capital de 250.000 F FOURRURES CONFECTION EN GROS PELLETERIES Téléphone : 246-57-23 40 bis, rue du Eg. Poissonnière 75010 PARIS J. F. HARVARD Palais des Congrès PLACE DE LA PORTE MAILLOT, 75017 PARIS 'Ii' 758.24.1& mi5TER WEST 58, rue de brest 69002 Iyon - téléphone (78) 37.65.50 17 rue des archers 69001 Iyon - téléphone (78) 37.31.53 12: rue paul-bert 69003 Iyon - téléphone (78) 60.83.97 28 9, place victor-hugo 38000 grenoble - téléphone (76) 44.01.86 james west 2 boulevard agutte sembat 38000 grenoble téléphone (76) 44.01.86 'service commercial 2, rue david girin 69002 Iyon téléphone (78) 37.88.36 LOKETZ 86, Avenue Victor Hugo 94100 Saint-Maur Tél. : 886.84.81 ZILLI VÊTEMENTS TOUTES PEAUSSERIES FINES Case réservée K.C. Maisons recommandées KOPEL 21, Fg Poissonnière - 75010 Paris S.E.C.G. 99, rue de Fontenay - 94300 Vincennes I.B.M.C. 56, Avenue Mathurin Moreau - 75010 Paris Ets R. W ALLET 40, rue d'Enghien - 75010 Paris Société GILARI 33, rue Romarin - 69001 Lyon L'exposition du mrap « Le racisme est parmi nous » a été présentée par le comité local à Audincourt du 30 mai au 6 juin. . A Strasbourg, 1.. ,mité local a partici~é aux Journées d'information sur «Les mécantsmes du fascisme », organisées par le Comité d'Information Holocauste, du 30 avril au 8 mai. Le comité de Creil a organisé, le 30 mai, avec 17 autres associations, un débat à la Bourse du Travail sur la situation actuelle des immigrés, face à la législation et aux pratiques qui les visent . ovence - côte d'azur: salut, m 1 Le 6 juin 1980, à Marseille, est né Ismaël, le fils de Nicole Vial et de Miloud Wadih, étudiant marocain frappé d 'expulsion, dont le Ministre de l'Ihtérieur interdit le mariage. Le mrap etdiverses autres associations continuent la lutte autour des deux jeunes gens pour obtenir que cessent les persécutions dont ils sont l 'objet. Le 20 mai, 2.000 personnes ont pris part à une manifestation dans les rues de la ville. Le 31 mai, la Fête de l 'Unité Français-Immigrés, qui a eu lieu au Parc des Loisirs de Valabre a rassemblé plus de 1.000 personnes. A Nîmes, un étudiant ivoirien frappé lui PRESIDENTD'HONNEUR : Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE: François GREMY VICE-PRESIDENTS : Charles PALANT, Abbé Jean PIHAN, Me George PAU-LANGEVIN, Docteur François GREMY. SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BERQUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie José CHOMBART de LAUWE, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Pierre GAMARRA, Colette GUILLAUMIN, Monseigneur Guy HERBU LOT, Jean HIERNAUX, Georges HOURDIN, Albert JACQUARD, Professeur François JACOB, Pierre JOXE, Jean-Pierre KAHANE, Alfred KASTlER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET-JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD,Henri NOGUERES,.Jean PICART lE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRENANT, Wladimir RABI, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBlES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, LaUrent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Vieira da SILVA, Jean SURET-CANALE, Haroun TAZIEFF, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 aussi d'expulsion, soutenu par le mrap, a ob tenu gain de cause devant le tribunal admin istratif de Montpellier, qui a annulé cette mesure pour « erreur de droit et erreur de fait ». Cependant, on apprend qu 'à Alès, une jeune Algérienne a été renvoyée d'un salon de coiffure, après huit jours d'apprentissage, sous prétexte que sa présence «gêne la clientèle ». n.c e sie A la faculté de Censier, où vient de se créer un comité du mrap, a eu lieu , le 13 mai, un débat sur le racisme avec la participation de l 'écrivain Albert Memmi. Une pétition demandant l 'abrogation du «décret Imbert » et la dissolution des groupes néo-nazis a recueilli de nombreuses signatures d'étudiantsetd'ensei gnants. L'ensemble des comités parisiens développe avec succès la vente de droit et liberté sur les marchés de la capitale. Celui de Paris-Centre diffuse un tract et demande des mesures efficaces aux Pouvoirs Pu blics, à la suite des opérations de commandos racistes dans le Marais. Le 17 juin, Albert Lévy a pris la parole, au nom du mrap, à la manifestation organisée par «Justice et Pa ix », .pour protester contre ces menées. . . gl sienne (nord) . contre les crimes racistes et le « rumeurs» Les comités du mrap de la Seine-Saint-Denis diffusent un tract dénonça nt les responsabilités des Pouvoirs Publics qui ne font r ien pour mettre hors d 'état de nu ire les groupes ra cistes auteurs des agress ions de Bondy et des inscriptions racistes antiarabes et antijuives. Une manifestation à l 'appel du mrap et d'Accuei l et Promotion a rassemblé 1.500 personnes, Français et immigrés, le 19 juin à Bondy. Un avocat du mrap, Me Francis Pud lowski, assiste le jeune Mohamed M., que les' fascistes ont gravement blessé. région parisienne (sud) : connaÎtre l'afrique « Plaisir, capitale de l'Afrique Noire »: sur ce thème, exposition, projections, spectacles, dé bat, ont eu lieu dans cette localité des Yvelines, du 18 au 25 juin, à l 'i nitiative de la municipalité, avec la participation de diverses associations, dont le mrap. Les 14-15juin, à la Fête de l 'Enfance d'Ivry, le comité local du mrap a présenté une exposition sur l'apartheid, annoncée par u n tract explicatif diffusé auparavant dans la ville. . naissance Nous avons le plais ir d'annoncer la naissance de Maud, fille de nos amis Gisèle et Yves JEAN, de Poitiers. Nos fél icitations et nos voeux les plus cord iaux. . manage Michel GREMY, fils du président du mrap, s'est marié le 14 ju in avec Anne CHATAING. Nous présentons aux jeunes époux nos meilleurs voeux de bonheur. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom len capita le) Prénom . ............. âge Profe ssion . Adresse . Code postal . .. .. . Vill e . le montant de la carte d 'adhésion (à partir de 60 francs) est lais.é à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu Ile la nécessité d 'apporter le soutien le plus efficace à l 'action du mrap. Abonnement d'un an il droit et liberté (60 F). Abonnement de soutien (120 F) . Etranger (90 F). C.C.P. 9239-81 Paris Rayer la mention inutile mouv.ment contre le raci.me.t pour l'amiti6 entre le. peuples (m.ap) 120. rue saint·denis . paris (2) . tél. : 233.09.57 . c.c.p. : 14-825-85 paris 29 A LOUER bureaux de grand standing .--- ~ _ 75008 Paris Il pr2,oe~EI~~reau IP~ KLE.90.54 ~ ......... . KLE.35.32 ~ / / immobilière balzac 6é.Chornf', Elvsées 7500Blb"jG BAL.12J4 BIJOUTERIE FANTAISIE.BOUTONS PERLES ET PIERRES IMITATION POUR BRODERIE CERAMIQUES - CRISTAUX DE BOHEME ARTICLES DE CADEAUX FRIED FRERES Société Anonyme au Capital de 1.440.000 Francs Maison fondée en 188ti SIRET 552 046 112 00017 13, rue du Caire - 75081 PARIS CEDEX 02 Tél. : 233.51 .55 Télex FRIED 220 060 F aumÎrrt 14fo;,.méd.;n,d" . l\u~tiq~ concours NF meubles de 1965 à 1978 Exposition Permanente de Meubles Rustiques 110 TAPISSERIE DECORATION RUE DE RENNES Tél. : 648,02..00 et 648.98.96 Angle du 81 boulevard Raspail 75006 PARIS Seule succurljale : . Métro 77, BOULEVARD RASPAIL Rennes - St Placide - Sèvres Babylone 30 Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU Eviie aux familles toutes démarchE's pour Inhumations - Toilettes mortuaires Linceuls - Transports de corps Paris-Province-Israël et tous Pays Achats de terrains. constructions de caveaux Monuments. Gravures. Photos. Portraits Maison conventionnée 122, avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE (face la Porte principale du cimetière de Bqgneul) : 656.74.74 macgordon 2 rue Jean Julien 69004 LYON - Tél. 28.73.92 R. DESCHAMPS FABRIQUE DE CRAVATES ET ËCHARPES DE HAUT LUXE fhis{üt,{(/(!u.~ excl'usif des 'e w(la/es PIERRE TI!:L . (78) 28'66'86 28-40'77 BALMAIN 7. RUE PUITS'GAILLOT 69 - LYON (PR) TOUTE L'IMPORTATION INDIENNE EN PRET A PORTER BIJOL'. ENCENS, PANNEAUX DECORATIFS GADGETS EXOTIQUES VENTE EN GROS ~ ~ 1~~I !!!!I( • t; 29, RUE DES CAPUCINS ! 69001 LYON Tél . 78 f 28.73 .89 Des milliers de personnes ont manifesté le samedi 7 juin, à Paris, de la Bastille à Notre-Dame, répondant à l'appel du mrap et de 70 autres associations, auxquelles s'étaient joints les syndicats C.G.T., C.F.D.T. et F.E.N. Venus des entreprises, des quartiers, des foyers, les immigrés de toutes nationalités ont défilé coude à coude avec les anti -racistes français représentant les courants les plus divers de l 'opinion . Ensemble, ils ont dénoncé les lois, les décrets et circulaires, les pratiques quotidiennes de l'administration et de la police, les menées racistes impunies, qui rendent la vie de plus en plus difficile et dangereuse aux travailleurs et étudiants étrangers. A la veille de la pseudo « semaine du dialogue. organisée par le gouvernement, ils ont affirmé une véritable solidarité fondée sur la communauté des intérêts, des luttes et des espoirs, sur le respect de l'identité, des droits et de la dignité de tous. Lors du rassemblement, près de la Bastille, devant la plaque évoquant le sacrifice des Nord-Africains rués au cours des combats pour la libération de Paris, de brèves allocutions ont été prononcées par François Grémy, président du mrap et par un travailleur immigré. A la fin de la manifestation, un appel à poursuivre la lutte a été lu en cinq langues. Des délégations du mrap étaient venues de Chartres, Evreux, Orléans, Nantes ... Le même jour, à l'initiative du mrap, avec le concours de nombreuses associations et des syndicats, des manifestations semblables ont eu lieu à Marseille, Bordeaux, Amiens, P8rpignan, Annecy, Ivry-Vitry, Dijon, Laon, Besançon, Aix-en-Provence. Dans d'autres villes, la journée a été marquée par des conférences de presse, la diffusion de tracts et d'affiches, des fêtes de l'amitié, des démarches auprès des préfectures, notamment à Vichy, Montargis, Evreux, Alençon, Annemasse, Toulouse, Alès. Une manifestation a eu lieu à Clermont-Ferrand le samedi 14 juin . droit et liberté. nO 393 • juillet-août 1980 • ~. 249-24-00 s ... i N° de Commission paritaire: 61013 31 •

6' , •

Notes

<references />