Droit et Liberté n°388 - février 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°388 de Février 1980
    • Editorial: Sport racisme et politique par Albert Levy
    • Des assassins bien convenables (procès des nazis à Cologne) par Jean-Pierre Giovenco
    • Apartheid: Alexandre Moumbaris nous déclare: "la résistance se porte bien"
    • L'Afrique du Sud contre le sport par Robert Pac
    • Les fascistes turcs opèrent aussi en France
    • Immigration: le conseil constitutionnel ampute la loi Bonnet
    • Violences racistes: ils ont tué Salif pour s'amuser
    • Le pen poursuivi: tir croisé contre la loi de 1972
    • Dossier: Visages de l’Islam
      • Pour comprrendre l'Islam, lutter contre l'européo-centrisme entretien avec Jacques Berque par Yves Thoraval
      • Mantes-la-jolie en quête de mosquée: la prière ne pollue pas par Stéphane Mayreste
      • Trois religions soeurs: Moussa, Moshe, Moïse
    • Education à la fraternité: des enfants prennent en main leur destin d'adulte par Jean-Pierre Barrizien

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

de reportage sur le procès des nazis cologne 2 TRICOSIM Société anonyme au capital de 250.000 Frs 41, rue du Sentier 75002 PARIS Tél. : 233.82.4.3 FOURRURES AU RENARD BLEU 68, AVENUE DES G08ELlNS 68 75013 PARIS Tél. : 331 .16.85 LA QUALITE ARTISANALE Prix Artisanaux S.A.R.L. PAUL DECOUR PRET A PORTER 162 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 PARIS Tél. : 202.57.12 DEPOT TEXTILE ] almora Tél. 278·50-72 LES TRICOTS 11, rue Grenéta 75003 PARIS IMPORTANT STOCK PERMANENT DE CHFMIS ES, PYJAMAS ROB[S DE CHAMBRE, PULLS, VESTES DE LAINE, BLOUSONS. CRAVATES CAROLL LES TRICOTS CAROLL MARQUE DtPOstE COFINTEX S. A. 14, Rue Chapon 75003 PARIS

1: 278·63·31 (6 LIGNES GROU l'tES)

a:ç . • courrier· vous vous faites des idées Lectrice de droit et liberté depuis des années, essayant d'agir à mon niveau - dans le cadre de l'administration où je travaille - pour lutter contre les préjugés et les attitudes racistes conscientes ou non. je tiens à vous faire part des difficultés que j'ai rencontrées à la mairie du 11 e à Paris. Je vis maritalement.' il est Algérien. Je suis Française. Nous avons eu un petit garçon il y a.un mois. Le lendemain de ma sortie de la maternité, je vais à la mairie reconnaÎtre mon enfant .' formalité nécessaire puisque nous vivons maritalement. Je demande, en tant que mère célibataire, le livret de famille auquel j'ai droit. L'employée de l'état civil me répond que je n'y ai pas droit. Etonnement de ma part. J'insiste. Je connais mes droits. Elle me répond .' «Le père étant Algérien. vous n'avez droit à rien -. Nouvelle tentative de ma part. Elle me répond à nouveau .' « Mais puisque je vous dis que vous n'avez droit à rien. Je sais ce que je dis. Si vous voulez un livret de famille, mariez· vous ! ». Le lendemain. je décide de téléphoner au chef de service. Elle s'excuse de l'attitude de l'employée. Ouand je lui fais remarquer que son attitude était raciste, elle me déclare que «je me fais des idées ». A.M.e. 93130 Noisy·le·Sec travailleurs coopérants Il m'est toujours très pénible d'entendre parler ou de voir écrit .' «travailleurs immigrés ». Ne pourrait· on faire un effort et parler de travailleurs coopérants? Pourquoi le mrap ne lancerait· il pas une telle idée? Personnellement, je pense que l'on n'est nulle part immigré sur la planète Terre, on y est partout chez soi. D'autre part, pourquoi deux poids, deux mesures? La coopération n'a pas lieu que dans le sens France / pays d'Afrique mais aussi dans le sens pays d'Afrique/ France. Un cadre ou un instituteur français a droit au titre de coopérant. Les étrangers qui viennent de Norvège, de Suède ou de R. F.A. ou d'un autre pays d'Europe ne sont pas appelés des immigrés. Mme Christine BERNARDI 30250 Sommières les mé.t is aussI ... Depuis des années, nous lisons très. attentivement et avec le plus vlf.fntéret votre périodique droit et liberté dans lequel il est souvent question de métis. . Problème crucial. toujours d'actualité, que bien de grands écrivains en particulier André Londres, dans son roman «Terre droit et liberté. n0388 • février 1980 d'ébène », avaient soulevé en leur temps et qui pour autant est encore vivant. . Combien il est heureux qu'un périodique tel que le vôtre donne à ses lecteurs une idée concrète des situations de catégOries d'hommes qui souffrent, victimes de leurs origines! Nicolas RIGONAUX Comité International des Métis Dakar comprendre les autres Je voulais vous dire combien la lecture de votre revue m'aide beaucoup dans ma compréhension des autres. C'est important dans mon métier d'éducatrice et de femme. Je suis mariée depuis près de vingt ans à un « étranger ». Nous avons beaucoup de camarades étrangers de nombreuses nationalités et je n'aijamais rencontré de mauvais Juifs, de mauvais Arabes, de vilain Noir ... Mme Nicole N. 91350 Grigny l'énorme campagne d'i ntoxication Dans les «Au f/I des jours » du numéro 386 de droit et liberté, sous le titre «Les Noirs, les femmes et l'Ayatollah », on pouvait lire.' «Libérer les Noirs et les femmes d'abord introduit une discrimination à rebours inacceptable car elle tend à faire passer pour irresponsables des ensembles d'êtres humains qui revendiquent bien haut l'égalité de tous. » Les gens de progrès devraient être extrêmement prudents pour juger de la situation en Iran ainsi que dans le choix des termes qu'ils emploient pour cela. L'auteur de cet «écho » devrait se renseigner sur la nature raciste du concept de «discrimination à rebours » tel qu'il est utilisé aux Etats·Unis d'Amérique. (Voir droit et liberté nO 372 et 383 « Quota ») D'autre part, il ne peut juger pleinement de la situation à cause du manque d'informations et de l'énorme campagne d'intoxication qui a innondé le «monde libre » à ce propos (fort justement dénoncée dans cet article). L'histoire récente offre quelques exemples de la colère de peuples auxquels on avait trop longtemps refusé les droits humains les plus élémentaires. Un peuple qui accumule cette colère, une colère encore augmentée par la répression brutale qu'il subit de la part du «Monde libre », réagit d'une manière que les informateurs «occidentaux » taxent de «fanatique ». Il est hors de doute que c'est la similtitude de leurs situations et non une « discrimination à rebours » qui a conduit le peuple iranien à libérer les Noirs américains. Il n 'est pas éloigné le temps où le ciel des ghettos américains était assombri par les fumées de la colère d'un autre peuple trop longtemps opprimé par l'impérialisme américain. Les Iraniens ont accompli un acte de solidarité. Il est également évident que le peuple iranien a besoin d'alliés politiques dans les Etats-Unis qui ne soient pas inspirés par une hystérie ultra -nationaliste. Aujourd'hui les Noirs américains, en masse, ont pris la tête du soutien au peuple iranien aux Etats· Unis. (Ce fait est soigneusement passé sous silence en France). Je m'associe à l'auteur pour demander l'égalité pour tous. Mais je voudrais ajouter que l'égalité que je recherche est une égalité dans les drOits qUi assurerait une paix stable dans le monde. Maintenir les femmes et les Noirs, qui sont les victimes de l'impérfalisme américain. avec les autres otages n'aurait pas hâté leur libération en aucune manière. C'est la Maison Blanche qui a bloqué toute possibilité d'une solution pacifique à la crise. Un Noir Américain le contrôleur de la ratp est un « sauvage» Le jeudi 13 décembre 1979 vers 8 heures du matin, sur la ligne d'autobus 195·A (sens Porte d'Orléans·Châtenay Malabry), deux contrôleurs sont montés dont l'un. qui répond au matricule nO ... a eu tout au long du contrôle une attitude et un ton particulièrement désobligeants et agressifs envers l'ensemble des voyageurs. Cette agressivité a atteint son paroxysme lorsque l'agent en question a contrôlé le titre de transport d'un passager à la peau noire. Ce dernier était en règle si ce n'est qu'il avait commis la redoutable infraction qui consiste à ne pas avoir recopié le numéro de sa carte orange sur le coupon du mois de décembre. Cela lui a valu de se faire traiter par le dit contrôleur de «sauvage ». Sachant que le Parlement français a voté le 1 er juillet 1972 une loi punissant les . propos et comportements à caré!ctère raciste émis publiquement à l'encontre d'un particulier ou d'une collectivité résidant sur le territoire français, et étant moi·même profondément choqué par cette attitude, j'ai fait poliment remarquer à l'agent nO ... qu'il avait émis Une «réflexion déplacée ». Que n'avais·je pas dit! Je fus immédiatement contrôlé d'une façon qui aurait pu laisser à penser que j'était un dangereux criminel: . Mon titre de transport était en règle SI ce n 'est que, comme le précédent passager, j'avais omis de recopier le numéro sur le coupon de décembre de ma carte orange. _ Le contrôleur ne m'a pas invité à le faire mais a immédiatement rempli une fiche d'infraction à mon nom. J'ajoute que lorsque j'ai demandé à ce contrôleur de bien vouloir me communiquer son numéro d'immatriculation. il s'y est re· fusé et seule une longue insistance de ma part, et la prise à témoin d'autres passagers, ont fait qu'il s'y est finalement résolu. Je précise enfin que je tiens à votre disposition le témoignage de trois voyage!;'rs qui ont assisté à ces incidents et sont prets à en témoigner. - - - 3 mode enfantine a.I.E ...... PAR 1 S piedssensibles les chausseurs du confort et de lëlégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes Il .r) 5, rue du Louvre 1 Métro Louvre) 19·) Gare Saint-Lazare - 81. rue Saint-Luare IMo St-Lazare - Trinité) 16·) Rive gauche - 85, rue de Sévr\ls IMétro Sévres-Babylone) Il O·) Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg IMétro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. ~------------------------- 4 prévenir vaut mieux que guérir avez-vous renouvelé votre abonnement à droit et liberté ? au sommaire • sur le vif. des assassins « bien convenables" ... . ... ... p. 6 par jean-pierre giovenco • point chaud. « la résistance se porte bien » .. p. 8 un entretien avec alexandre moumbaris l'afrique du sud contre le sport .. . . ...... ... . . ....... . . p. 9 par robert pac les fascistes turcs opèrent aussi en france . . . ... . . . ..... p. 10 • événement. le conseil constitutionnel ampute la loi bonnet .. .. .. ... p. 11 ils ont tué salif pour s'amuser p. 12 .dossier. visages de l'islam .... . .. .. .. p. 15 et nos rubriques habituelles la photo de la «une » a été réalisée par marc riboud (magnum) droit et liberté mensuel 120 rue saint·denis. 75002 paris · téléphone 233 09 .57 · c.c .p. 9239·81 paris directeur de la publication rédacteur en chef albert lévy Jean· louls sagot ·du vauroux comité de rédaction Jean ' Plerre glovenco jean-pierre barrizien, mireille carrère, delphine deporte, philippe jarreau. patrick kamenka. félix lambert, rtcine maïga, marc mangin, stephane mayreste, robert pac. yves person, théo saint-jean, abdelahak senna, pierre-andré taguieff, yves thoraval, jean-yves treiber, pierre vidal, slimane zéghidour. abonnements un an 60 F soutien 120 F ettanger 90 F publiCite au siege du Journal Je me permettrai, pour conclure, une seule remarque : les passagers de cl!tte ligne, à 8 heures du matin. sont de! gens qui utilisent l'autobus pour se rendre quotidiennement à leur travail et n'ont pas à être traités a priori comme des délinquants. Je ne conteste en rien la nécessité d'un contrôle des billets, mais il me semble que cette tâche de relation publique, par excellence, ne saurait être confiée à des personnes dépourvues de qualités élémentaires de courtoisie et de maitrise de soi (Cette lettre a été adressée au Direc- l' teur du Service de Réclamations de la R.A.T.P.). Michel BILlS Paris 14" histoire de cacahuètes Un après-midi aux Champ-Elysées la foule nombreuse se promène au soleil. Devant un magasin de luxe, un garçon noir aux vêtements fripés, debout. offre aux passants des petits paquets de cacahuètes. Brusquement, le patron du magasin sort, l'insulte, lui arrache des mains son panier qu'il lui jette sur la tête, la pauvre marchandise s'éparpille sur le trotoir. L'enfant reste abasourdi, effrayé et désespéré. Il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il n'a fait de mal à personnes. Des badauds observent ce triste spectacle mais ne réagissent pas. l.!ne femme sort à ce moment du métro, VOit ce rassemblement et l'indifférence des gens. Cela la révolte et avec une colère mal contenue, elle se précipite vers le patron: «raciste, vous n'avez pas honte de malmener un enfant de cette façon? . Dans le tumulte, un policier arrive mais il renonce à intervenir et repart. La femme se met à genoux, aide l'enfant à ramasser sa marchandise répandue, lui donne quelques francs. Dans cette ville -lumière, il y a certes encore des taches sombres. Mais il se passe aussi des choses qui font chaud au coeur. Erman GRYMBERG Paris sur l'emploi du mot «goy» Votre numéro de septembre 1979, page 26, titre: rires juifs. Je proteste contre /' emploi du mot «goy » (non -juif). Même si vous voulez me prouver qu'en son origine ce mot n'avait rien de péjoratif, actuellement il est employé dans un pareil sens. Le mot non-juif veut dire la même chose et n 'a pas ce goût amer. Merci d'avance de surveiller l'emploi de votre vocabulaire. Alfred NEHER 57 Metz droit et liberté. n0388 • février 1980 • éditorial • sport, racisme et politique Dans le climat de tension internationale qui ne cesse de croître, des événements du Sud-Est asiatique à ceux d'Iran et d'Afghanistan, et dans l'escalade alarmante des moyens mis en oeuvre, le boycottage des Jeux Olympiques est sans doute celui qui soulève le plus de passions. Première observation, indispensable car elle répond à une confusion systématiquement entretenue : l'opposition aux échanges sportifs avec l'Afrique du Sud ne se place pas sur le terrain politique, mais constitue une défense des rè gles sportives fondamentales, violees par l'apartheid. C'est parce qu'en Afrique du Sud, la population noire, en tant que telle, est lésée dans la répartition des crédits et des équ ipements, parce que la ségrégation raciale est pratiquée dans les clubs, les stades, les rencontres, les sélections, que l'O.N.U., le mouvement olympique, de nombreuses fédérations internationales, ont décidé l'isolement de ce pays jusqu'à ce qu'il admette enfin une conception honnête du sport. Il est donc abusif de justifier le boycottage des Jeux Olympiques par l'annulation de la tournée des Springboks : les deux situations sont absolument différentes. Dans les appels contre les Jeux de Moscou, d'où qu'ils émanent, s'affirme une volonté politique : « punir» l'U. R.S.S. pour son intervention en Afghanistan et pour les mesures frappant Sakharov. Ils s'appuient sur les aspirations légi times de l'opinion à la défense de la paix et des Droits de l'Homme. Le problème est de savoir si c'est là une réponse adéqua~e. Préoccupés plus particulièrement de cette violation odieuse des Droits de l'Homme qu'est le racisme, nous en stigmatisons les manifestations en U.R.S.S. : publications antisémites, restrictions à la culture juive, brimades et calomnies contre les juifs désireux de partir, procès truqués comme celui de Chtcharansky. Les Jeux peuvent être une occasion privilégiée de mieux informer ce sujet et de réclamer, au nom des principes d'égalité et de fraternité exal tés dans le sport, la cessation des discriminations et de l'arbitraire dans tous les domaines. Mais, avant les Jeux d'été à Moscou, vont se tenir ceux d'hiver à Lake Placid, aux Etats-Unis. Pourquoi deux poids, deux mesures? Pourquoi passer sous si lence les prisonniers de M. Carter, en majorité noirs, dont beaucoup sont détenus pour des raisons politiques, et qui seront incarcérés ensuite dans les bâtiments aménagés pour les Jeux? Et le racisme social, qui fait trois fois plus de chômeurs noirs que blancs? Et les ghettos, les discriminations quotidiennes, les violences du Ku Klux Klan, qui se sont soldées par plusieurs morts dans la dernière période? La défense réelle des droits de tous les hommes, partout où ils sont violés, suppose une intervention dans les deux cas. On se demande d'ailleurs, sur de tels critères, quel pays mérite vraiment d'abriter les Jeux Olympiques. Est-on sûr que la France, avec les persécutions et les crimes contre les immigrés, les attentats antijuifs, les interventions en Afrique, ne pourrait pas, le cas échéant, être également récusée? Pour sauvegarder la paix, ne vaut-il pas mieux favori~er les échanges de tous ordres plutôt qu'accentuer les conflits et les ruptures? Les Jeux Olympiques, précisément, compétition pacifique dédiée à la jeu nesse, à la liberté, au respect de tous les humains, se déroulant sous le regard de millions de spectateurs, dans les deux pays qui s'affrontent aujourd'hui, ne peuvent qu'affermir dans le monde entier la volonté de détente, de désarmement, de concertation. N'est-ce pas cela la coexistence, l'amitié entre les peupies? Or, les peuples, eux aussi, ont leur mot à dire. Albert LÉVY • sur le vif • un reportage de notre envoyé spécial au procès des nazis à cologne des assassins «bien convenables •• Lischka, Hagen et Heinrichsohn sont jugés à Cologne (R.F.A) pour des crimes commis en France il y a plus de 35 ans. Le procès tire à sa fin. Le verdict sera connu les prochains jours. Un journaliste de droit et liberté a assisté à une des audiences. Voici son témoignage. Cologne-R.F.A., jeudi 17 janvier. De nombreux étrangers (Français, Italiens, Belges, Hollandais) arpentent le' hall de l'immense gare moderne de Cologne, retardant le plus possible l'heure de sortir à l'extérieur où le mercure marque moins douze degrés. Parmi eux, une majorité d'industriels et de commerçants attirés par la perspective de réaliser quelques bonnes affaires à la Foire Internationale du meuble qui se tient quelque part en ville. On compte aussi de rares touristes venus admirer la magnifique cathédrale de style gothique flamboyant dont on fête cette année le centième anniversaire de la pose de la dernière pierre. La première ayant été posée en ... 1228. Un groupe important et compact de Français descend du Paris-Cologne-Varsovie, entré en gare à 6h15. Ces Français ne sont venus ni pour visiter la cathédrale et encore moins le salon international du meuble. Il est facile, pour qui sait lire le français, de deviner l'objet de leur visite : sur un badge épinglé au revers des vestes, on lit cette simple phrase: «Juifs de France ». Me Serge Klarsfeld (1), le chef du groupe, est là. Les employés de la gare commencent à bien connaître ces França is. Ils ont l'habitude de les voir deux fois par semaine. Leur présence à Cologne signifie qu 'une nouvelle séance du procès de Lischka, Hagen et Heinrichsohn, les trois criminels nazis responsables de la déportation vers les camps de la mort des juifs de France, va se tenir au tribunal de la ville (2). A l' initiative de Me Klarsfeld, plus d'un millier de juifs frança is et étran- 6 gers ont assisté à tour de rôle au procès qui entrait le 17 janvier dans sa onzième semaine. Une présence qui a beaucoup impressionné, d'autant que les jeunes sont chaque fois très nombreux. La première question qui vient à l'esprit est de savoir pourquoi la justice de la R. F.A. a attendu si longtemps avant de faire comparaître devant un tribunal ces trois criminels qui ont «refait » leur vie en R.F.A. et dont l'un, Heinrichsohn, est avocat. en Serge Klarsfeld 13 o ~ Il. Bavière et maire de la ville de Burgstadt. «La justice, explique Me Klarsfeld, ne pouvait les condamner pour la raison que le pouvoir exécutif de la R. F.A. a refusé pendant de longues années de voter la Convention Franco-Allemande qui la rendait compétente en matière de justice sur ces questions. Finalement, après une dizaine d'années de lutte, d'actions illégales conduites par moi-même, par Beate rl'épouse de Me Klarsfeld), par de nombreux juifs français, de campagnes de sensibilisations d'organisations d'anciens déportés et de mouvements antiracistes, nous avons obtenu la signature de cette Convention le 2 février 1971. Les choses n 'ont pas été réglées pour autant puisqu'il a fallu attendre quatre ans avant que le Parlement ouest-allemand lui donne une légitimité en la ratifiant. Trois ans et demi ont encore passé avant que Lischka et ses complices soient jugés ». Le tribunal où se déroule le procès est situé à quelques trois ou quatre cents mètres de la gare. On s'y rend à pied. A 9 heures, la porte donnant accès à la tribune du public s'ouvre. La salle est tout juste assez grande pour accueillir les 80 juifs français et la vingtaine· de jeunes élèves allemands qui, à la demande de leur professeur, sont. venus assister aux débats. Pour voir. Pour comprendre. La salle est trop petite pour contenir tout le monde. Il faut se serrer. 1 'avocat des otages interdit de plaidoirie A gauche sont assis côte à côte les juges Holfort (le procureur qui a rédigé l'acte d'accusation) et Cohn, l'avocat originaire de la R. DA Kaul (partie civil), Me Klarsfeld et son correspondant allemand Me Lahme (en R.F.A. pour plaider les avocats étrangers doivent être assistés d'un avocat allemand), et Me Ratz (correspondant allemand de Me Jules Borker qui est aussi partie civil au procès). On apprendra plus tard que Me Borker, qui Suivait les débats depuis le 22 octobre 1979, s'était vu notifié par le président de la Cour l'interdiction de plaider au motif que la Convention européenne autorisant les avocats à exercer leur profession dans l'un des pays de la C.E.E. n'a pas encore été ratifiée. Attitude d'autant plus surprenante que dans le même temps, des avocats allemands peuvent plaider sans restriction en France. En réalité, il semble qu'il faille rechercher l'explication de cette mesure dans l'appartenance de Me Borker au P.C.F. En face de la partie civile s'installent Lischka, Hagen et Heinrichsohn et leurs avocats, deux par inculpé, l'un étantcommis d'office, le second étant choisi par l'inculpé. L'entrée des trois criminels nazis est accueillie par quelques murmures. Un de mes voisins, un juif français âgé d'une cinquantaine d'années, me déclare à l'oreille : Ça faitmalde les voir là. Quatre de mes frères et ma soeur sont morts heinrichsohn : « je ne savais pas, je ne pensais pas» La salle est émue. Le président reprend la lecture de l'acte d'accusation et traite en particulier des convois de juifs vers les camps de la mort. Nerveux, tendu ~ Heinrichsohn demande la parole. Il rejette la responsabilité sur Dannecher, .chef de I~ section juive à la SIPO-SD Pans. «II était animé par une haine obsessionnelle ~ l' égard des juifs, dit-il. En ce qUi me concerne, il y a confusion de personne sur ma présence à Drancy. Je ne comprend pas pourquoi mon no,!, figure SU! les documents. Le camp était sous administration française. Je réaffirme que le sens véritable de la déportation des juifs ne m'est apparu que plus tard. Je croyais qu'on envoyait les juifs travail!er dans !es régions de l'Est. Je ne pensais pas qu on puisse les exterminer ». Ce seront les seules paroles prononcées durant toute la séance par les inculpés. Lischka, la tête entre les mains et muré dans son mutisme, Hagen, le dos ostensiblement présenté à la foule, resteront silencieux, comme accablés par l'horreur de leurs crimes. La tactique adoptée par leurs défenseurs cons~ste à ne pas discuter sur le fond. A quoI cela droit et liberté. n0388 • février 1 980 D'importantes délégations de juifs français et étrangers ont assisté au procès et manifesté devant le tribunal. servirait-il? La véracité des témoignages, des documents du centre de documentation juive contemporaine ne fait aucun doute ; la responsabilité de Lischka, Hagen et Heinrichsohn dans !a déportatio~ des juifs de France est éVidente. AUSSI, plutôt que de répondre aux accusations, dressent-ils des obstacles de pure forme. Leur objectif est d'obtenir l'annulation du procès à la suite d'un vice de procédure. Un exemple nous en a été donné quand l'un d'entre eux a demandé l'arrêtdesdébats, affirmant en particulier que, lors d'une précédente séance, les propos tenus auraient été enregistrés sur magnétophone à l'insu de tous. Requête bien en tendu rejetée par le président Fassben der, qui, aux dires de Me Klarsfeld, «est animé par la volonté de faire en sorte que la vérité soit clairement établie ». A l'origine, te procès devait durer ~ mois. 33 audiences étaient prévues. FI nalement, une «rallonge » est nécessaire. Le verdict ne sera pas connu le 29 janvier mais aux environs du dix ou douze février. Serge Klarsfeld et l'association des «fils et filles des déportés juifs de France » ont l'intention de réunir à Cologne, ce jour-là, environ 1.000 personnes venant de la France entière (4). Jean-Pierre GIOVENCO (1) Me Serge Kiarsfeld est président de l'Association pour le jugement des criminels nazis ayant opéré en France. Il est, en outre, vice-président de l'asso?iation des« Fils et filles des déportés de France » et c est à ce titre qu'au procès de Cologne, il défend les intérêts des victimes. (2) Voir droit et liberté de novembre (nO 385), décembre (nO 386) et janvier (nO 387). Le procureur a requIs douze ans de prison pour Lischka et Hagen et cmq ans pour Heinrichsohn. (3) On peut se procurer ce livre en s'adressant à 8.P. 137.16, 75763 Paris Cedex 16. (4) Les personnes désireuses de participer au voyage (200 F. aller-retour) peuvent s'adresser à F.F.D.J.F., 78 rue de la Fédération, Paris, 75015. le livre des otages Auteur d'un monumental «Mémorial de la déportation des juifs de France », Serge Klarsfeld a récidivé il y a quelques semaines en publiant un livre document tout aussi émouvant et riche pour les historiens : «Le livre des otages » (1 J. Préfacé par Marie-Claude Vaillant- Couturier, cet ouvrage apporte des révélations irréfutables sur l'écrasante responsabilité de Lischka et de ses complices dans le choi. et l'exécution des otages. Otages qui, sous la plume de Serge Klarsfeld et au terme d'un immense travail de recherche, sortent de l'abstraction et de l'ombre et deviennent des êtres de chair et de sang qui sont morts hier pour que nous vivions libres aujourd'hui. Dans sa conclusion, Serge Klarsfeld indique

«Notre dette est grande à l'égard de ce

groupe d'hommes qUi: pendant l'été 1941, a pris l'initiative de combattre les armes à la main, allumant un maigre feu de révolte collective au sein de la sombre résignation générale. Les fusillés, trop longtemps anonymes pour la plupart, du Mont-Valérien ou de Sauges, ont nourri ce feu devenu brasier à l'aube de 1944. Oue pouvaient donc attendre ces combélttants sinon d'agir en accord avec leurs conVictIOns, de mourir brutalement comme ce fut leur sort à presque tous face à l'ennemi, de donne~ le véritable exemple du mot réSIster, et peut-etre aussi d'espérer que la mémoire des Français leur resterait fidèle? ». Le grand mérite du «Livre des otages » est d'avoir précisément rendu hommage à ces hommes, de perpétuer leur souvenir et d'éclairer les générations nouvelles sur l' horreur du nazisme et la grandeur des combattants de l'ombre et de la liberté. (1 J Les Editeurs français réunis. 7 Cette affiche réa lisée par Topor est en vente au mrap l OF (conditions spécia les pour collage). tout faire pour sauver james mangé Vous pouvez faire quelque chose pour James Mangé, jeune résistant à l'apartheid de 24 ans, condamné à mort en Afrique du Sud pour ses actIvI tés dans le mouvement de libération, l'Afr ican National Congress (ANC). . Une série de cartes posta les à envoyer au PréSident Giscard d'Estaing, à l'ambassadeur d'Afrique du Sud, au président de rANC, Olivier Tambo, et au mrap est disponible au siège du Mouvement. Elles doivent être envoyées par milliers. Demandez- les, placez-les autour de vous, faites participer le maxi mum de monde à leur diffusion ! Si vous pouvez en prendre une série, c'est bien, si.vous pouvez en pla cer 5, c'est mieux. Etes-vous sur de ne pas pOUVOir en diffuser 10, 20 ou plus. Pour sauver la vie de James Mangé, ne soyez pas modestes, faites le maximum. Chaque jeudi, jour de la semaine où James Mangé a été condamné à la peine capitale, téléphonez votre réprobation à l'ambassade de la République raciste d'Afrique du Sud' (1) 555.92.37. Chaque troisième jeudi du mois, un rassemblement est organisé devant cette ambassade de 18 heures à 19 heures 30. (59, quai d'Orsay, 75007 Paris - Métro Inva l ides). Je désire participer à la Commission du mrap contre l'apartheid oui / non Je commande ................ séries de ca rtes postales de solidarité. 5 F la série Je commande ................... posters (1 OF franco). Je verse ........... francs Nom ... . .... . . . .... . . .. . . .. '" . . . . . . . . . . . . . . . Prénom ... . . . .. , . . . .. . . .. . .. . . . . . . . . .. ... , . . . Adresse .. . . . . . , .. . . .. .. . , . . , . . . . ... . . . . .... . A retourner au mrap, 120, rue Saint-Denis 75002 Paris - CCP Paris 14 .825.85. 8 • point chaud • alexandre moumbaris évadé des prisons de l'apartheid nous déclare: CC la résistance se porte bien» Alexandre Moumbaris, le prisonnier politique sud-africain d0r:'t nou.s avions annoncé l'évasion dans le dernier numéro de drOit et liberté est finalement arrivé en France où se trouvent sa femme et son fils. Il a donné une conférence de presse au mrap dès son arrivée et répond pour vous aux questions de droit et liberté Q.: Dans quelles conditions avez vous été arrêté par la police sud-africaine? Alexandre Moumbaris: Je remplissais une fiche de police à la frontière entre le Botswana et.l' Afrique du Sud, avec Marie-Jo ma femme, lorsqu'une dizaine d'individus ont surgi, la saisissant par les cheveux et m'attrapant à la gorge, Q. : Et que faisiez-vous entre le Botswana et l'Afrique du Sud? Alexandre Moumbaris : J'étais chargé de fa ire passer des militants de l'African National Congress, le mouvement de libération sud-africain, à l'intérieur du pays. Je leur montrais par où ils devaient passer, puis je traversais la frontière le plus légalement du monde, et je les récu pérais à un endroit convenu de l'autre côté. Les camarades que je devais faire passer au moment de mon arrestation purent s'en retourner mais plusieurs autres furent arrêtés. Au jugement, nou~ étions six : quatre Noirs et deux Blancs. J'ai été arrêté le 19 ju illet 1972 et condamné en juin 73 à 12 ans de prison. Je devais répondre de 8 chefs d'inculpation, tous liés à notre activité au sein de l'ANC. Q.: Y-a-t - il beaucoup de prisonniers politiques blancs en Afrique du Sud? Alexandre Moumbaris : En 1972, nous étions 23, mais à la suite des décès, de la libération de ceux qui avaient purgé Alexandre Moumbaris : « Enfin libre! » James Mangé: 24 ans, condamné par les racistes d'Afrique du Sud. leur peine, nous n'étions plus que 9 lorsque nous nous sommes éyadés, Timoty Jenkin, Steven Lee et mol. Q.: Quelle fut votre vie quotidienne durant toutes ces années? Alexandre Moumbaris : La période la plus pénible fut celle de la détention préventive où j'étais directement sous la coupe des services de sécurité. Il ~'a alors fallu subir des jours_ et des nUIts sans sommeil, sans eau et sans nourriture. D'autres prisonniers ont subi des sévices corporels mais il faut dire que la situation des prisonniers blancs est·nettement plus favorable que celles des Noirs. Je suis resté au secret pendant huit mois. La solitude n'était alors rompue que par les interrogatoires. Puis ce furent les longues années où chaque jour est le même. Ma femme ne fut jama is autorisée à venir me voir. Les prisonniers noirs, eux, sont couramment battus et il faut vraiment qu'ils arrivent à l'hopital complètement démolis pour que l'on commence à parler de leur cas. Au reste, un grand nombre d'entre eux n'ont pas survécu à leur interrogatoire. Q,: Comment résister aux conditions d'incarcération, aux journées toujours identiques? Alexandre Moumbaris: Pendant l'incarcération, on continue à lutter. Au lieu de voir la cellule comme un lieu d'emprisonnement, il faut la considérer 'comme une enclave de liberté. Dans cette enclave on est libre de ses mouvements. liberté restreinte certes, mais c'est dans cette limite qu'on peut continuer à lutter. D'une certaine manière, la liberté, c'est aussi un état d'esprit et tant qu'on n'est pas soumis moralement à l'ennemi, tant qu'on est prêt à combattre, on est encore libre. Q. : Et votre évasion? droit et liberté. n0388 • février 1980 Alexandre Moumbaris : Pour des rai sons aisément compréhensibles, je ne puis tout dire. Nous nous sommes évadés le 11 décembre par la grande porte de la prison. Ils n'ont pas découvert tout de su ite notre fuite car nous avions placé des mannequins dans nos lits et c'est parce que nous avons dû forcer une porte qu'ils se sont rendu compte de notre évasion. Ils ont essayé de faire courir les bruits les plus divers sur la façon dont nous avions pu quitter une prison de sécurité maximum. Ils ont même prétendu que tout avait été organisé par le KGB et l'ambassade de l'URSS à Lusaka. Tout celà est absurde. Par contre, je puis vous dire que nous avons immédiatement été pris en charge par l'ANC et le parti communiste sud-africain avec une efficacité considérable. C'est grâce à l'implantation du mouvement de libération dans le pays que nous avons pu le traverser sans encombre malgré les recherches de la police et nous retrouver le 2 janvier à Lusaka. Depuis 1972, le degré de sophistication de l'organisation de l'ANC s'est développé de façon co~sidérabl~ . Le mouvement est bien arme. Il possede des ~adres qui savent parfaitement manier leurs kalachnikov (fusil d'assaut) e.t dont la détermination politique est admirable. La résistance se porte bien! Q, : Et maintenant, qu'allez vous faire? Alexandre Moumbaris: J'attends de savoir ce que l'ANC va me demander mais ce que j'essaie de faire dès maintenant, c'est de travailler à la campagne de solidarité avec James Mangé, le jeune résistant de l'ANC récemment condamné à mort. Il est très importa nt que cette cause connaisse l'ampleur qu'elle mérite. James Mangé est un combattant héroïque dont l'attitude, durant le procès, a été particulièrement courageuse. Enfin, je crois qu'il faut lutter pour que les prisonniers politiques soient considérés, en Afrique du Sud, comme des prisonniers de guerre. Bientôt, nous ferons nous-même des prisonniers parmi les gens du rég ime raciste et il est urgent qu'ils en prennent conscience. • l'afrique du sud contre le sport Avec un bel ensemble, la presse officielle a repris ces. dernie~s te!Y'ps la mystification malhonnête sel~n laque~le l'exclUSion de 1 Afrrque du Sud par le mouvement s~ortlf mondl~1 ~t, n~t~mmen~ la campagne contre la venue des ~prmgboks serait a 1 orrg,me des mterventions croissantes de la politique dans le sport et c est, para~oxalement, au moment où les Etats-Unis demandent la supp~es~lon ~es Jeux Olympiques que se développe une campagne de rémtegratlon du sport raciste. Le 1 0 septembre 1979, répondant à une enquête du quotidien sportif « L' Equipe " sur le thème « LE! politique et le sport ", . Albert Lévy déclarait : « Au nom du mrap, résolument opposé à cette tournée, je peux vous dire: oui. nous désapprouvons les intrusions de la politique dans le sport, nous considérons que les échanges sportifs normaux doivent avoir lieu, se multiplier entre tous les pays, quels que soient leurs gouvernements et leurs régimes politiques, pour le plus grand bien de l'amitié entre les peuples. Dans l'affaire des Springboks, le problème est d'abord sportif : en rugby, comme dans toutes les autres disciplines, l'apartheid vise délibérément les règles sportives les plus élémentaires. A la devise « que le meilleur gagne ", ce système substitue la ségrégation dans les clubs et dans les stades (y compris sur les gradins); il défavorise sciemment la formation et l'entraÎnement des sportifs noirs ; il empêche une sélection honnête qui se baserait sur l'affrontement des joueurs sans distinctions « raciales ". C'est ce qu'affirmait M. Jean Fran~oisPoncet, ministre des Affaires Etrangeres, le 9 octobre dernier, au Sénat, en répondant à une question de M. Henri Caillavet

«En réalité, n 'est-ce pas l'Aff/que du

Sud qui a mêlé les notions en maintenant dans les différentes disciplines sportives, y compris le rugby, le principe de la ségrégation, un principe qu'aucun pays n'applique au sport, même lorsque les DrOits de l'Homme y sont, par ailleurs et dans d'autres domaines, violés ". Il ajoutait : « Quant au caractère multiracial des équipes sud-aff/cames qUI se produisent à l'étranger, il est perçu - non sans raison, permettez-moi de le le dire - par la majorité noire de la population sud-africaine - et/en ai des té moignages écrits - ainsi que par l'en semble des pays africains, comme un artifice, comme un arrangement de circonstances qui permet d'organiser de grandes tournées rugbystiques à l'étran ger, lesquelles sont conçues - on doit le 9 ••• savoir - par l'Etat sud-africain comme des tournées de publicité pour l'Afrique du Sud et pour son système. Il conviendrait, malgré tout, que le gou vernement français adopte une ligne de condUite plus cohérente dans le domaine de la condamnation de l'apartheid dans le sport car, au moment où M. Jean Frànçois- Poncet condamnait la tournée des Spmgboks en France, plusieurs de leurs compatriotes (bla ncs) participaient aux Internationaux de tennis de Roland Garros, tandis ~u ' un golfeur bien connu pour son actlvlte de propagandiste de l 'apartheid, disputait egalement un tournoi sur notre sol et que l'hymne sud-africain retentissait dans l'enceinte du Circuit Bugatti au Mans pour saluer la victoire d'un pilote motocycliste sud-africain. Par quel subtil distinguo de telles choses peuventelles s'admettre? parlementa ires français à prétoria Déjà, dans un communiqué du 1 gr septembre 1979, le mrap déclarait constater " qu'une campagne d'inspiration politique se développe à nouveau en faveur des rugbymen sud-africains ". Ses craintes étaient, hélas, justifiées. Une " mission d'information " composée de parlementaires français accompagnés d'Albert Ferrasse dont on connaît bien les senti ments, est partie le 9 janvier dernier pour l'Afrique du Sud, " afin de mesurer les progrès de l'intégration raciale en sport " dans ce pays. Cette mission ne comprenait pas de socialistes, ni de communistes, car ceux-ci ont refusé d'en faire partie, déclarant qu'ils ne voulaient pas cautionner par leur présence une entreprise qui présentait tous les aspects d'une opération de réhabilitation de l'Afrique du Sud dans le domaine sportif. Mais le plus mauvais coup porté à la lutte contre l'apartheid dans le sport a été la décision prise par les quatre fédéra tions de rugby britanniques (celles d'Angleterre, d'Ecosse, d'Irlande et du Pays de ~?lles) d'envoyer de fin-mai à mi -juillet 1 equlpe des " LIOns " (une sélection de joueurs des quatre fédérations) en Afri que du Sud, juste avant l'ouverture des Jeux de Moscou (rappelons que l'équipe sud-africaine des Barbarians avait fait une tournée en Grande-Bretagne l'au tomne dernier). le gouvernement de Madame Thatcher a critiqué la décision des " Rugby Unions ", estimant que c'était u ne violation des accords intervenus en 1977 entre les pays du Commonwealth interdisant tout échange sportif avec l'Afrique du Sud. Le Docteur Danie Craven président . du " South African Rugby Board ". a bien saisi la portée de la tournée des " Lions " dans son pays et il a clamé dans le " Daily Mail ,, : «Je suis maintenant convaincu que l'Afrique du Sud est de , retour dans le monde du rugby et qu elle ne sera plus jamais isolée ". Mais il compte sans les anti -racistes ! Robert PAC 10 les fascistes turcs opèrent aussi en france Selon des statistiques officielles, 2.500 personnes ont été assassinées en Turquie ces trois dernières années. En France aussi les fascistes turcs agissent. Toutes les couches sociales ont été tou chées par la vague de violence politique. Des syndicalistes, des hommes politi ques, des universitaires, des journalistes, des personnalités progressistes et démocratiques, des ouvriers, des étudiants connus pour leurs opinions de gauche, sont tombés sous les balles des tueurs qui, pour la plupart, appartiennent à des mouvements fascistes. Bénéficiant de complicités dans l 'appareil d'Etat (police, armée, justice, pouvoir politique) et liés au Parti du Mouvement Nationaliste - lequel est représenté au Parlement par 17 députés et a siégé au gouvernement de Front nationaliste de 1975 à 1978- ces groupes ont créé un véritable climat de terreur en Turquie. Nul n'est à l 'abri d'un attentat. Cette situation de fascisme rampant a également des répercussions en Europe de l'Ouest où d'importantes communautés turques sont installées (près de un million en R. F.A, 100.000 en France, 80.000 en Hollande, 60.000 en Belgique). «Les fascistes turcs agissent égaIement en France, déclare Okan, syndicaliste à la C.G.T. Ayant été rejetés par les travailleurs, coupés des masses, ils cher chent à s'imposer par la terreur et en développant des campagnes ultra -nationalistes et racistes à propos de Chypre et des Arméniens. Leur but est double : intimider les travailleurs progressistes turcs, briser la solidarité qui lie les travailleurs turcs et les forces progreSsistes françaises ". une longue série d'agressions Ainsi, des associations à vocation cul turelle ou religieuse sont créées ici et là ••• 1· 1 par les fascistes turcs. Il ne s'agit, bien souvent, que de paravents derrière lesquels se dissimulent d'autres activités moins avouables. Depuis 1976, année où pour la première fois un étudiant progressiste était gravement blessé à Tours par un commando fasciste, les agressions se sont multipliées. Entre 1976 et 1980, la liste de leurs méfaits est longue: à Strasbourg, un ouvrier turc a été menacé de mort et passé à tabac ; ,à la gare du Nord, à Paris, des travailleurs turcs progressistes qui distribuaient un tract ont été attaqués par un commando fasciste ; à Sochaux, deux ouvriers turcs qui avaient été agressés et qui avaient porté plainte ont dû quitter la ville et leur emploi ; au Havre, des travailleurs turcs qui désiraient créer une organisation progressiste ont été attaqués

à Puteaux, un syndicaliste

agressé ; à Paris, des cafés fréquentés par des Turcs connus pour leurs opinions progressistes sont régulièrement atta qués par des commandos fascistes possédant des armes à feu . • révénement • Début janvier, 10 personnes ont ainsi été blessées par balle dans le 20e arrondissement. Les attaques de cafés par des commandos fascistes sont monnaie courante. Dans certains foyers (Thiais et Puteaux), les fascistes turcs organise!""!t des «collectes ». Certains d'entre eux participent également aux milices patronales mises en place dans plusieurs usines (en particulier chez Citroën). La vague deviolence n'a pas épargné la R.F.A Un travailleur turc a été tué le 8 janvier dernier à Berlin-Ouest (8 de ses camarades ont été blessés) par des mili" tants d'extrême-droite. Un événement inquiétant dans la mesure où il montre que les activistes turcs sont décidés à durcir leur action en Europe, à faire monter d'un cran la tension, à généraliser la terreur. Une stratégie qu' il convient d'enrayer avant que l'irréparable ne soi~ commis. • immigration le conseil constitutionnel ampute la loi bonnet L'annulation par le Conseil Constitutionnel d'une partie de la loi Bonnet montre que la lutte est payante et qu'il est possible de faire recu~ 1er le gouvernement dans sa politique anti-immigrés. Votée malgré l'opposition des parlementaires socialistes et communistes (le 6 décembre 1979 à la Chambre des députés et le 11 décembre au Sénat), la loi Bonnet qui vise à « règlementer les conditions d'entrée et de séjour des étrangers » a été, en partie, annulée le mercredi 9 janvier par le Conseil Constitutionnel. Saisi par environ 120 députés comm'unistes, radicaux de gauche et socialistes, le Conseil Constitutionnel a jugé que l'article 6 de la loi Bonnet est contraire à l'article 66 de la Constitution qui prévoit que «nul ne peut être arbitrairement détenu. L'autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi ». L'article 6 de la loi présentée par le ministre de l'Intérieur contrevient manifestement à ces dispositions puisqu'il indique que «la personne expulsée peut. s'il y a nécessité, être détenue jusqu'à l' exécution effective de l'expulsion dans les droit et liberté. n0388 • février 1980 conditions prévues à l'article 120 du code pénal ». Le mrap, les syndicats, les partis de gauche, les Eglises, les associations de solidarité avaient montré, au cours des campagnes menées ces derniers mois, combien ces dispositions étaient lourdes de menace pour les libertés individuelles, comment elles généralisaient l'arbitraire. Le Conseil Constitutionnel leur a donné, sur ce point, raison. Le Conseil d'Etat devra en outre prochainement étu dier le recours qu'à déposé le mrap contre la circulaire Bonnet qui impose une triple sélection (pédagogique, politique, sociale) à l'entrée et au séjour des étudiants étrangers en France (voir droit et liberté de novembre 1978). Quelles que soient les décisions du Conseil, on peut douter que le gouvernement entende raison et accepte de modifier dans un sens favorable les lois et circulaires incriminées. A cet égard tout le monde a encore en mémoire les déclarations de M. Stoléru affirmant que les avis du Conseil d'Etat ne «changeront pas la politique du gouvernement ». Le secrétaire d' Etat à l'immigration a fait mieux depuis puisqu'il n'a pas hésité, et ce dès le mois d'août dernier, à envoyer aux préfets une circulaire reprenant les principales dispositions de la loi portant son nom qu'il présentera au Parlement à ... la prochaine session de printemps. et maintenant la loi d'ornano La politique d' immigration du gouvérnement vient de «s'enrichir » d'un troi sième volet : le projet de loi d'Ornano qui règlemente les conditions de logements en foyer des étrangers. Il prévoit plu sieurs dispositions qui contredisent directement les revendications légitimes des résidents : le résident n'est pas considéré comme étant un locataire, il paiera non un loyer mais une « redevance »; le gestionnaire fixera lui-même le prix et la nature des services ; le prix de la redevance ne sera pas négocié ; le contrat instaurera des règles sévères à l'entrée et au maintien des résidents dans les foyers ; le contrat sera conclu pour un mois et reconductible par tacite reconduction, sa surée est donc indéterminée. Ces règles vont multiplier les possibilités d'arbitraire et de sélection des résidents qui verront leur vie collective limitée. Les foyers, après le métro et les hopitaux, vont-ils devenir des pièges à immigrés? • Devant le foyer Sonacotra de Garges-IesGonnesses. lU c: c: CI) CIl ~ lU ~ lU Qi ~ .t:I c:s: .0.. 0 ~ Cl. 11 .... Laïd Sebaï assassiné par un groupe fasciste. Un crime raciste de plus resté impuni. violences racistes lU  : ~ :; lU c: lU U .o.. o ~ Il. ils ont tué sai if pour s'amuser Trois immigrés assassinés, Trois autre grièvement,blessés, L'année 1980 a débuté sous le signe de la violence raciste, La première affaire a eu pour cadre la ville d'Amiens. Bien que le drame se soit produit le 4 novembre dernier, les faits n'ont été connus qu'à la mi-janvier. Le 4 novembre, le cadavre d'un travailleur sénégalais de 24 ans, M. Salif Camara, était retiré de la Somme qui coule à Amiens. Le corps ne présentait aucun signe extérieur de blessure. Comme cela est souvent le cas en pareille circonstance, la police classait l'affaire à la rubrique« suicide ». En réalité, il s'agissait d'un assassinat. Le jeune Sénégalais a été noyé au quartier de SaintLeu par une bande de jeunes garçons, des mineurs pour la plupart qui, au chômage, passent leur journée à boire des canettes 12 de bière. Un drame atroce et stupide. Depuis lors, les faits ont été reconstitués. Salif a été poussé dans le canal par un des jeunes garçons, à peine agé de 15 ans, et qui au moment des faits était sous l'emprise de la boisson. Ses amis présents laissèrent faire. Ils n'intervinrent pas pour porter secours à Salifqui, frappé d'hydrocution, coula à pic. Aujourd'hui une famille pleure au Sénégal un fils venu travailler en France et tué pour rien. A Amiens, huit familles frappées par la misère et le chômage pleurent huit fils devenus un jour de novembre assassins et dont les vies sont déjà brisées avant l"fIême d'avoir commencé vraiment. Dans une déclaration, Jean- Pierre Garcia, au nom du mrap, a bien résumé l'affaire en déclarant : «Des jeux débiles et cruels pour oublier l'ennui et la m~sère dans cette société qu'ils sont trop faibles, trop pauvres pour combattre ». un blessé grave à mulhouse La seconde affaire nous vient de Mulhouse (Haut-Rhin). Un chauffeur de 32 ans, M. Driss Loukili, était découvert le 6 janvier dans un ravin de la forêt de Nonnenbruch, près de Mulhouse. Quelques heures auparavant, le travailleur immigré avait été agressé par un groupe de quatre personnes. Ces derniers le trainèrent de force dans le fourgon de la société où ils travaillaient et s'acharnèrent sur lui. Puis, après lui avoir dérobé 600 F, les agesseurs racistes l'abandonnèrent sur le bord de la route. Pourquoi cette violence? Pour rien, pour le plaisir de se «faire » un travailleur immigré. Atteint d'une facture de l'os frontal, du maxilliaire supérieur et d'une plaie ouverte à la trachée artère, M. Loukili lutte contre la mort à l'heure où ces lignes sont écrites. Les quatre agresseurs (dont deux frères) ont été arrêtés.par la police à leur domicile où ils s'étaient tranquillement rendus après l'accomplissement de leur lâche forfait. deux algériens tués à troyes La troisième affaire s'est déroulée dans un café-hôtel, «Les Messageries» de Troyes (Aube). Dans la nuit du 6 au 7 janvier, deux hommes, le visage recouvert d'une cagoule, armés de 11,43, ont fait irruption dans l'établissement et tiré à plusieurs reprises sur les quatres consommateurs présents. Des Algériens. Deux d'entre eux ont été tués. Il s'agitde M. Rezhi Fehkar, 50 ans et de M. Saci Ketitah. Les deux autres personnes visées par la tuerie, M. Lalni Rahmouni, cogérant du café, et M. Rachid Rahmouni, son cousin, ont été blessés, le premier à la jambe, le second à la main. Les assassins sont parvenus à prendre la fuite à travers les ruelles du vieux quartier de Troyes. Les quatre victimes exerçaient une profession à Troyes et n'étaient pas connus des services de police. Seul M. Lalni Rahmouni était sous le coup d'une mesure d'expulsion pour une raison d'ailleurs inconnue. Ces affaires de racisme ont conduit le Président de la République à faire part de sa «profonde émotion» au cours du conseil des ministres du 9 janvier. Il est à espérer qu'il ne s'agit pas là d'une déclaration de circonstance ou d'un voeu pieux. L'expérience nous montre en effet que la liste des crimes racistes resté impunis s'allonge au moment même ou le gouvernement met en place un dispositif législatif qui fait des immigrés des victimes désignées de la répreSSion anti ouvrière. • • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil crime colonial en nouvelle calédonie Les Blancs sont tous armés. Cette constatation faite par tous ceux qui rentrent de Nouvelle-Calédonie donne une idée inquiétante de la tension qui règne entre Canaques et Européens. Dans la nuit du 6 au 7 janvier, M. Ferriot, un inspecteur de police, rentre chez lui, dans le quartier chic .... et blanc, du Mont d'Or. Sur sa route, il rencontre un groupe de j eunes canaques en train de s'amuser sur la route. Il est23 heures. La scène n'est pas du goût de l' irascible inspecteur et il sort de sa voiture, un révolver à la main, intime l'ordre aux jeunes gens de rentrer chez eux et appuie son intervention de deux coups de feu tirés en l'air. Mais cette démonstration de force ne lu 1 suffit sans doute pas puisqu'il revient sur les lieux avec un ami. Les deux hommes sont armés de fusils. Arrivés devant le pauvre lotissement des Canaques, M. Ferriot sort de sa voiture et tire. Théodore Daye, 22 ans, tombe mortellement blessé à côté de Charles Teanyouen, également blessé. Le Front indépendantiste 'qui réunit un très grand nombre d'organisations canaques devait déclarer que cet acte est « le résultat d'un racisme qui a toujours existé à l'encontre des Canaques et qui. de plus en plus, tend à s'extérioriser par des actes de violence pouvant aller jusqu'à mort d'homme ». Une histoire révoltante venant d'un territoire d'Outre-Mer qu'une bantoustanisation feutrée est en train de transformer peu à peu en une véritable Rhodésie ; ajoutons que si la loi «anticasseur » a immédiatement été appliquée dans ce T.O.M., la loi antiraciste de 1972 n'y est pas en vigueur. angers se lève contre le racisme Angers, ville réputée paisible, a connu durant le mois de janvier une forte agita'tion universitaire. Deux étudiants marocains, régu - 1 ièrement inscrits à l'U niversité, devaient être expulsés sur ordre du préfet au terme de la «circulaire Bonnet » qui introduit des conditions discriminatoires à la poursuite des études pour les étudiants étrangers et notamment les plus pauvres. Occupation pacifique du théâtre municipal. manifestation regroupant trois à quatre mille personnes, solidarité puissante de l'ensemble des étudiants puis des enseignants : la réponse est d'abord la répression. A la demande du maire, les C.R.S. font évacuer le théâtre. Mais la protestation est vraiment trop forte et, finalement, le préfet doit céder. Les deux étudiants pourront terminer leurs études. La mesure vaut aussi pour ceux qui se trouveraient dans le même cas. Les autorités administratives s'engagent à ne plus prendre de telles mesures sans en référer aux responsables universitaires. Au moment où le recours du mrap auprès du Conseil d'Etat concernant la circulaire Bonnet arrive dans sa phase finale, ce splendide exemple de solidarité antiraciste montre qu 'il est possible de faire échec aux discriminations et que, sur ce thème, la mobilisation la plus large est possible. les nazis s'affichent a" pan.s Les groupuscules d'extrêmedroite et nazis n'ont pas chômé au début du mois de janvier. Le 3 janvier, le Groupe Union et Défense (G.U.D.) qui est surtout implanté au centre Assas à Paris, a attaqué, à l'Université de Lille 1, le bureau d'un professeur connu pour militer au comité de défense des étudiants étrangers. comité créé afin de faire échec à la circulaire Bonnet qui règlemente l'entrée et le séjour des étudiants étrangers dans les universités françaises. Le G.U.D., après avoir éparpillé des dossiersetdespapiers, n'a pas hésité à inscrire des menaces sur un tableau et à les signer. Dans la nuit du 11 au 12 janvier, une organisation antisémite commettait un attentat contre le Centre Beaubourg à Paris afin . de protester contre l' enjuivement dè la culture française ». p , n .H zt:-!:: "':'~ '7 : ~ : :-.;

 :';::,,:::,, : .!,.. :,~ :.. - r, _ :-

Quelques jours avant son récital à Strasbourg , le chanteur Serge Gainsbourg a été insulté et menacé par l'union locale des parachutistes et le «groupe delta OranMers- EI-Kébir ». Enfin, des militants de la F.A.N.E. (fédération d'action nationale européenne) ont collé sur les murs de Paris deux affiches. La première montre une tâche noire dégoulinant sur un drapeau français. La tâche noire n'est autre que le visage d'un Africain. La seconde affiche appelle les « ouvriers fascistes » à réjoindre la FAN.E. l'alliance des polices Daniel Gauthier, 37 ans, sa femme Adèle, une Camerounaise et ses deux enfants, Brice et Estèle vivent une étrange et désagréable aventure depuis un mois. Daniel Gauthier est analyste financier. En octobre 1979 à la demande d'un ami, il part travailler dans un cabinet d'expert compta- ~ ble à Yaoundé. &; On lui donne à traiter un dossier (IJ concernant la réorganisation de la .. Cameroon Bank. M. Gaumier met 2 en évidence quelques irrégularités ,g dans la gestion de l'organisme. Il. Une découverte qui ne plaît pas à ••• le pen poursuivi tir croisé contre la loi de 72 et le mrap Après une plainte déposée par le comité local de Nantes du mrap, Jean-Marie Le Pen, le président du Front National, a été inculpé le vendredi 4 janvier de provocation à la discrimination raciale par M. Ernest Fontaine, juge d'instruction de Paris. La plainte du mrap visait une affiche publiée par le mouvement d'extrême-droite qui affirmait: « 1.500.000 chômeurs, c'est 1.500.000 immigrés de trop. La FranctJ et les Français d'abord ». Dès l'annonce de l'inculpation, de nombreux journaux, des stations radiophoniques dont France-Inter (émission du matin «parlons clair ») se sont empressés de donner la parole au leader du Front National (à signaler que le mrap dont l'opinion sur cette affaire est déterminante n'a pas, pour sa part, bénéficié de la même attention). Jean-Marie Le Pen s'est présenté en victime. «Mon inculpation vise, a-t-il déclaré, a discréditer un parti politique d'opposition ». Et de renchérir en parlant de «délit d'opinion ». M. Jean-Marie Le Pen est vraiment mal venu de donner des leçons. La propagande raciste ne relève pas du domaine de la défense d'une opinion mais bien de la diffamation ainsi que l'a fort opportunément rappelé le juge d'instruction de Paris en invoquant la loi du 1 er juillet 1972 contre le racisme. Loi que l'hebdomadaire d'extrême-droite «Minute» veut faire abroger. Dans un article paru dans le numéro du 16 janvier, Roland Gaucher écrit en effet à ce sujet qu'il « s'agissait simplement de forger une arme contre les adversaires du parti communiste » (sic !). Le reste de l'article, sur deux pages, est de la même veine. Le titre résumeà lui seul l'optique dans lequel il a été rédigé: « Compagnon de route des communistes, le mrap cultive l'antiracisme à éclipses ». Suit une liste de noms de militants du mrap. En face de chacun figure une appréciation du «journaliste » et quelques informations sur sa vie privée et ses activités supposées au sein du mrap. Roland Gaucher reste fidèle à son image de maniaque du fichage. En tout cas qu'il sache que son « papier » a beaucoup fait rire au mrap. Cette attaque contre le mrap et ses activités antiracistes intervient deux mois après la publication dans « Eléments ", la revue du GR ECE, d'un article violemment hostile au mrap dans lequel il est affirmé que le « mrap est une filiale du P. C. » et que« Albert Levy est le dernier stalinien de Paris ».Si Roland Gaucher ne donne pas l'origine de ses sources, « Eléments », en revanche, se fait un plaisir de citer les siennes: la première affirmation émane de Paul Giniewski, rédacteur au« Droit de Vivre ",le bulletin mensuel de la LlCRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), la seconde du ... «Droit de vivre ». Jean-Pierre Pierre-Bloch, député U.D.F. du 18e arrondissement, vient également de joindre sa voix à ce concert. Dans le numéro 2 de « Paris-Hebdo » daté du 16 janvier, il affirme que « le mrap tient directement ses ordres du parti communiste » . Ce tir croisé contre le mrap témoigne à contrario de la justesse de son action. Il faudra s'inquiéter le jour où les uns et les autres nous couvriront d'éloges. droit et liberté. n0388 • février 1980 13 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil tout le monde puisqu'il est contraint d'abandonner son emploi et de regagner le 2 janvier la France où se trouvent encore sa femme et ses enfants. Là, surprise, il trouve sa femme amaigrie ; une menace d'expulsion pèse sur elle. Le 3 janvier, une convocation de la préfecture de police est glissée dans la boîte aux lettres. Elle prie « Mme Adèle Gauthier et ses enfants " de bien vouloir se présenter le lendemain 4 janvier à la «caserne cité, 5e étage, escalier E à 15 heures (heure impérative) avec son passeport et ses bagages pour notification de refus de séjour ». La nouvelle est proprement ahurissante. Adèle n'est pas française mais mariée à un français ; les enfants sont français puisque le père l'est. Tous trois sont cependant menacés d'expulsion. Le 4 janvier, il se rend à la Préfecture de police, aux renseignements généraux, en lieu et place de sa femme. Il apprend alors que personne ne possède le dossier de son épouse et de ses enfants. Finalement «on » lui fait savoir que les choses en resteront là et que sa femme ne sera plus inquiétée. M. Daniel Gauthierquant à lui, et on le comprend, n'est pas sûrque la procédure d'expulsion ait bien été annulée. la paix maintenant à paris «Shalom ahchav ", la paix maintenant. Depuis quelques années, régulièrement, des dizaines de milliers d'Israéliens descendent dans la rue pour faire entendre ce cri à la suite de 350 officiers ou sous-officiers de réserve de l'armée israélienne. 80.000 encore, dans la rue, sous la même bannière, en novembre dernier, c'est, pour un petit pays comme Israël, tout à fait considérable. Des représentants de ce vaste mouvement d'opinion ont entrepris une tournée en Europe et aux Etats-Unis pour informer les communautés juives de leur action. Se situant dans une perspective sioniste, ils ont affirmé que, selon eux, « l' annex ion des territoires occupés mettrait en cause le caractère juif de l'Etat d'Israël ". Ils se sont prononcés pour «des négociations dont le seul préalable soit l'acceptation d'une solution négociée ". Sans l'évoquer explicitement dans leurs textes, ils affirment ne pas voir d'inconvénient de principe à la participation de l'O .L. P. à une telle négociation ni à l'établissement d'un Etat palestinien aux frontières d'Israël. Mais, comme ils le reconnaissent, ils n'ont pas en charge la négociation elle-même. Mouvement de masse aux motivations diverses, Shalom ahchav ne propose pas de solution précise 14 à la crise et en laisse le soin aux gouvernements et partis concernés. Le seul fait qu 'il puisse mobiliser autant de monde autour du thème d'une paix immédiate et négociée est un signe encourageant dans un Proche-Orient par ailleurs soumis à d'intenses bouleversements. l'évasion manquée d'un leader indien Léonard Peltier, un Indien Lakota, leader de l'American Indian Movement (A.I.M.) était à Wounded Knee en 1973. Le F.B.1. n'avait pas pu l'emprisonner alors, mais, à la suite d'une fusillade entre Indiens et agents du F.B.I. en juin 1975, sur la réserve de' Pine Ridge, dans laquelle deux agents du F. B.1. trouvèrent la mort, Leonard- Peltier fut arrêté et condamné sans preuves à deux fois la prison à vie pour complicité de meurtre. Craignant pour sa vie, car il lui était devenu évident que les autorités gouvernementales étaient en train d'échafauder un plan pour l'assassiner, Leonard Peltier réussit à s'évader de la 'prison fédérale de Lompoc, en août 1979, avec deux autres détenus, Bobby Gene Garcia et Thunder Shield. Thunder Shield fut tué par lesga.rdes. Quant à Peltièr, il fut repris par la police après une fuite à pied de 5 jours. Avec ses deux compagnons, il comparaissait devant le tribunal de Los Angeles au début du mois de décembre pour cette évasion manquée. Le jury reconnut que des tentatives avaient été faites pour tuer les trois hommes en prison et leurs avocats purent plaider la légitime défense. En foi de quoi, les trois hommes furent acquittés du délit de voie de fait, ainsi que de l'accusation de complot. Mais Peltier fut reconnu porteur d'une arme à feu . Les charges retenues peuvent valoir sept années de prison supplémentaires pour Peltier et cinq années pour Garcia Mais les avocats des deux ' hommes possèdent maintenant suffisamment d'éléments pour obtenir la révision de leurs procès. Quant à Duenas, s'il est lavé de tout soupçon lors de son jugement qui était prévu pour janvier, il sera libre lorsque paraîtront ces lignes. Les condamnations de Peltier et Garcia peuvent entraîner des me~ ures discipl.inaires graves. Déjà, 1 administration a recommandé l'internement des deux hommes pour de longues périodes au tristement célèbre « Centre de Modification du Comportement " de la pri son de Marion, dans l'Illinois, où les privations physiques et l'absorption forcée de drogues sont utilisées pour «mater » les «activistes ». Robert PAC pas de bâillon pour la presse antiraciste et antinazie Les «Affiches de la Haute -Saône ». quotidien départemental. ont très nat~rellement succédé, en 1945, au « Courrier de la Haute-Saône ", interdit après la Libération pour son soutien à l'occupation allemande, à la. politique de collaboration et à l'antisémitisme hitléro-vichyssois. Le directeur des « AffIches de Haute-Saône », M. Jean Royer. était à l'époque rédacteur en chef du « Courrier ». Un bimestriel local. résolument non confotmiste, 1'« Estocade », décide dernièrement de publier une enquête sur la presse collaborationniste de la région, Il relève dans «Le Courrier » des phrases telles que : «," faut extirper le virusjU/f et maçonnique de chez nous » etc, Et le journaliste de conclure: « VOIlà comment Gaspard (père adoptif de HIJyer) et Royer approvisionnaient à leur propre initiative les chambres à gaz ». M. Royer, outré et visiblement décidé à avoir la peau de 1'« Estocade ", poursuit le journal pour diffamation en demandant 250.000 frs de dommages et intérêts. Au procès, qui se déroulait à Vesoul le 17 janvier dernier, 1'« Estocade » apporte un dossier accablant pou~ le directeur des «AffIches ». Non seulement le« Courrier » a collaboré en publiant les communiqués allemands, mais il en rajoute dans de nombreux éditoriaux, allant jusqu'à condamner le régime de Vichy pour manque de conviction dans sa politique antisémite. Albert Lévy. secrétaire géné'ral du mrap. témoignait pour 1'« Esto cade ». « Ils ont faIt oeuvre utile » devait-il dire, argument repris, d'ailI,: urs: I;lar.le procur~ur ~e la République. M. Marc Dreyfus qui, dans son requlsltolre. prenait fait et cause pour 1'« Estocade ». M. Goguey, directeur de 1'« Estocade » sollicitait la relaxe et demandait à son tour 1 0 .000 frs de dommages et intérêts aux «Affiches ». On le voit, la liberté de la presse n'est pas toujours d'un exercice facile. Ou'un hebdomadaire à grand tirage révèle tel ou tel scandale et l'on trouve un biais pour le poursuivre sans avoir à se prononcer sur le fond. Ou'un petit journal exprime une opinion déplaisante pour les gens en place et c'est la tentative d'asphyxie financière par dommages et intérêts interposés. Dans son numéro 0, «Sans Frontière », un périodique consacré à l'immigration, publiait un article sur la situation préoccupante du quartier de la Goutte d'Or, à Paris, où M. Jean-Pierre Pierre-Bloch, député U.D .F., tentait defaire régner l'Ordre selon Bonnet et Stoléru de la manière expéditive qui lui a valu le surnom de «Zorro ". « Sans frontière " , qui avait titré son article« 42 - Darquier de Pellepoix assainIt le maraIs; 80 - PIerre Bloch assainira-t-il la Goutte d'Or ?». se voyait demander par le député la somme de 50.000 frs. Selon un témoin, le député aurait déclaré à une délégation d'habitants du.quartier qu'il recevait pour une autre affaire: «C'est comme le journal « Sans Frontière ", voyez avec qui il me compare! Je leur ai fait un procès et j'espère gagner et qu'il en sera fini de ce journal ». Claude Julien, journaliste au « Nouvel Observateur ", témoignait du rôle positif de «Sans Frontière " dans l'ensemble de la presse paraissant en France et demandait qu'on ne le tuât pas pour un titre « maladroitement provoca teur, une erreur de jeunesse " . Jean-Louis Sagot-Duvauroux, rédacteur en chef de « droit et liberté » également témoin de la défense, rappelait qu'à plusieurs reprises et notamment dans la campagne des étoiles vertes contre les contrôles sI'identité ra.cistes, le mrap avait explicitement évoqué que l'engrenage du racisme. et surtout l'enclenchement de discriminations officielles avaient pour aboutissement ultime. le nazisme dont on sait maintenant qu'il n'est pas hors de portée de l'être humain. Là encore. le Procureur demandait la relaxe, approuvant l'existence de « Sans Frontiè~e » et estimant que c'est dans son activité politique et n~n dans sa qualité de personne que Jean-Pierre Pierre-Bloch avait été mis en cause. Jugement le 13 février. Fanatiques lorsqu'ils se soulèvent contre une tyrannie et fatalistes lorsqu'ils se taisent, obscurantistes lorsqu'ils légitiment par leur religion des pesanteurs du passé et agitateurs irresponsables lorsqu'ils décident de prendre leurs affaires en main, les musulma,ns et l'Islam n'ont pas bonne presse, même s'ils font la « une » des journaux. Si l'Islam a pu être le catalyseur de grands mouvements populaires contre l'oppression, comme au Mali ou au Sénégal durant la période coloniale ou comme récemment en Iran, il peut aussi servir de moyen d'oppression à des féodaux rétrogrades comme en Afghanistan ou en Arabie Saoudite. Il ressemble en cela à toutes les religions du monde. En France, il est un moyen de reconnaissance pour les immigrés qui s'en réclament et il doit pouvoir jouir des mêmes facilités de culte que les autres religions. Il sait aussi prendre le visage des nations et des peuples qui le pratiquent et, si les femmes yéménites portent un voile qui les dérobe au regard du passant, les femmes maliennes vont'au champ torse nu. Mais chaque jour, cinq fois, elles se tournent vers le même lieu pour dire les mêmes prières. Non, l'Islam n'est pas cette force mystérieuse et incontrôlable dont on veut faire croire, en reprenant les ritournelles d'antan, qu'il menacerait «la civilisation». al droit et liberté. n0388 • février 1980 • Visages de l'islam 15 pour comprendre l'islam, lutter contre l'européo-centrisme un entretien avec jacques berque par yves thoraval Une vague de propagande haineuse se déchaîne actuellement d'une manière très offensive, plus encore peut-être que lors de la crise de Suez en 1956, de la guerre d'Algérie, ou de la guerre de juin 1967 contre un « ennemi » global. monolithique, inquiétant, irrationnel: l'Islam. Les musulmans, qu"ils soient Arabes, Iraniens ou autres, sont englobés dans une même vindicte ignorante, un peu comme le " Turc » a cristallisé les phantasmes de rejet du monde chrétien, des croisades , au XVIIIE siècl e. Les medias, souvent tres peu au courant des nuances historiques, culturelles, religieuses, poli tl. gues d'un monde immense des plus varies dans ses composantes, enveniment souvent plus le débat qu 'elles ne l'éclai rent. M. Jacques Berque, professeur, titulaire de la chaire d'histoire sociale de l'Is lam contemporain au Collège de France (1), a accepté de répondre à quelques questions pour éclairer les lecteurs de droit et liberté. Q. Plutôt que d'envisager un Islam global, ne va"udrait-il pas mieux · considérer qu'il existe plusieurs Islam divers? Jacques Berque. Naturellement, il y a plusieurs expressions socio- historiques de l'Islam, voire des diversités d'écoles, de sectes, de niveau, de personnes. Mais ce serait une erreur que de minimiser l'unité culturelle profonde qui sous-tend cette pluralité et qui prend appui sur le Coran et sur une histoire millénaire. Q. Pour beaucoup de gens, Islam

Arabe. Les Arabes représentent

environ un dixième du nombre total des Musulmans seulement et sont eux-mêmes passablement différenciés entre eux . Comment exposer clairement aux lecteurs ces nuances de taille? Jacques Berque. La formule de Louis Massignon aide à comprendre ce problème et à opérer cette mise en situation : " L'Islam est axial à l 'arabisme et l'ara bisme est axial à l'Islam ". Cela n'empêche pas, naturellement, les autres as pects, les autres faces de cette pluralité. Q . Le « réveil de l'Islam» est une expression à connotation menaçante, souvent entendue. La résistance actuelle de certains secteurs de l'Islam à l'acculturation forcenée venue du monde industrialisé et développé, n'est-elle pas plutôt à rapprocher d'autres sursauts historiques comparables? Jacques Berque. Je parlerai plutôt de ré veil des peuples musulmans. Ce réveil n 'a pas seulement. loin de là, pris la forme du traditionnalisme ni de l"intégrisme : voir la révolution nassérienne, l'Algérie, le Baath. Mais il est exact que les défail lances présentes de divers modèles tant libéraux que socialistes ont rejeté cer tains groupes vers un recours à une spécificité culturelle se vou la nt opposée en bloc à l'histoire contemporai ne, telle que l'a faite et la domine encore la révolution scientifique et technique. Q. L'Iran, les shiites: comment dire leur spécificité? Jacques Berque. La cu Iture persane est l'une des trois grandes cultures classiques de l'Islam. Le shiisme présente, par rapport au sunnisme, certaines caractéristiques différentielles : rôle dévolu au magistère des clercs (mollahs). conception résolument pessimiste de l'histoire, ..: ~--------------------------------------------------------------------------------Charles 16 ] corrigée par une utopie qui prend parfois la forme millenariste, etc .. . Q. Comment expliquer, dans la patrie de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, l'étroite imbrication des champs religieux et politique en Islam? Jacques Berque. L'Islam est résolument unitaire sur le plan de la théorie morale et des comportements, si dans la pratique sociale il pratique de plus en plus la différenciation des rôles et la division du travail. Cependant, le dilemme brandi par beaucoup de religieux musulmans entre la sécularité et une indivision à signe relig ieux me paraît forcé et ressortir plutôt de la polémique que du véritable débat. Tel quel, il est insoluble, bien sûr, et doit être repris en SOUS-OEuvre pour avoir une chance de solution. Q. Dans la crise afgane, quel que soit le jugement politique porté par les uns 'ou par les autres, il est indubitable que l'attachement à l'Islam joue un rôle non négligeable. Comment l'évaluez-vous? Jacques Berque. Moscou a, sur la foi de ce qui se passe en Iran, sous-estimé les possibilités de modernisation, donc de résistance vraie, de l'Islam et particulièrement des Afghans. Le calcul est spécieux. Car s'il est bien vrai que la résistance afghane va être acculée à un anticommunisme primaire, tandis que l'Iran pratique un antioccidentalisme du même ordre, l'Islam perd ainsi une grosse part de ses capacités d'action. Mais c 'est, je crois, sous-estimer les virtualités du renouvellement dont tôt ou tard les peuples islamiques feront preuve ici comme ailleurs. Q. L'Islam est la deuxième " religion-culture » de France. Comment voyez-vous les rapports futurs entre la majorité et une communauté qui sera toujours légitimement sensibilisée à ce qui se passe sur l'autre 'rive de la Méditerranée? Jacques Berque. Un gros effort d'éducation; lutter contre l 'européo-centrisme ; montrer l'évidente solidarité de portions importantes de nos intérêts avec les Arabes. Qui ne voit par exemple qu'un simple accord-cadre, à base de troc, avec l'Algérie résoudrait à long terme nos problèmes énergétiques en résolvant en échange beaucoup de problèmes algériens? Il est vrai que cette part de notre politique étrangère (et j'y inclus l'affaire saharienne) est particulièrement négligée et ratée! propos recueillis par Yves THORAVAL (1) Jacques Berque est membre du comité d'honneur du mrap. droit et liberté. n0388 • février 1980 Jérusalem: ville sainte pour les juifs, les chrétiens et les musulmans. mantes-la-jolie en quête de mosquée la prière ne pollue pas Les polémiques nées autour de la construction d'une mosquée à Mantes-la-Jolie témoignent des difficultés auxquelles se heurte chaque jour l'Islam, la seconde religion de la France parle nombre desfidèles. « Mantes-la-jolie ne sera pas La Mecque ». Badigeonnée à la hâte, à la faveur de la nuit, l'inscription s'étale sur un mur de la ville du côté de la Z. U. P. du quartier du Val Fourré. Ce raccourci donne le ton de la campagne qui est menée depuis plusieurs mois par certains habitants contre le projet d'achat d'un terrain en prévision de la construction d'une mosquée. Située dans les Yvelines (78), au bord de la Seine, à environ 60 kilomètres à l'ouest de Paris, Mantes-la-Jolie vit au rythme des industries qui se sont installées dans la vallée. Renault a choisi Flins, Talbot Poissy. Cimenteries, industries du papier, industries mécaniques courrent le long de la Seine qui joue pleinement son rôle d'artère par laquelle transitent les marchandises et les matières premières. La plupart des habitants de Mantes-IaJolie et de Mantes-la-Ville -laquelle est artificiellement séparée de la précédente par une ligne de chemin de fer - travaillent dans ces fabriques. D'autres, très nombreux, font chaque jour l'aller-retour vers Paris où ils occupent des emplois dans le secteur tertiaire (banques, emplQis de bureau). Mantes-la-Jolie avec sa collégiale du XW siècle et sa tour du XVIe siècle n 'est plus tout-à-fait la ville commerçante et bourgeoise qu'elle était autrefois. Au fil des ans, elle est devenue • 17 • une sorte de cité dortoir de la zone industrielle environnante. Le district de Mantes-la-Jolie regroupe neuf communes étroitement liées entre elles au point de vue géographique mais aussi économique. 75.000 personnes environ y demeurent, dont 14.000 travailleurs immigrés (18 % de la population totale). 70 % de ces immigrés, soit 9.000 personnes, logent à Mantes-la-Jolie, ce qui représente 23 % de la population de la ville (40.000). 67 % des 9.000 immigrés de Mantes-la-Jolie vivent à la Z.U.P. du Val Fourré. 1.400 familles étrangères y sont installées ainsi que 4 foyers de travailleurs immigrés célibataires. En outre, la ville accueille 800 Français musulmans (Harkis). Si l'on prend en compte l'ensemble de l'arrondissement de Mantes-la-Jolie, le nombre des immigrés recencés monte à 36.000 (157.000 pour l'ensemble du département). préserver l'identité culturelle --~--~--------~----~--------- - Parmi eux, on relève un fort pourcentage de travailleurs originaires des pays du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc) ou des bords du fleuve Sénégal. L'Islam y compte de nombreux fidèles. Chez les uns comme chez les autres, la pratique religieuse constitue souvent le moyen de maintenir les liens avec le pays d'origine, de préserver l'identité culturelle, de faire vivre la communauté. C'est ce qu'a très bien compris l'Union Islamique créée il y a environ deux ans. Un de ses objectifs est de trouver un lieu de culte pour les fidèles. Une première tentative de mener à bien cette opération aboutissait à un échec à la fin du printemps dernier. A cette époque, l'Union avait sérieusement envisagé d'acquérir un pavillon de 5 à 6 pièces, mis en vente par un particulier, et qui pouvait, après quelques transformations mineures, devenir un lieu de culte. La popu lation du quartier protesta avec une telle véhémence « Il y a déjà beaucoup d'Arabes, avec la mosquée, d'autres vont venir ,,) que l'Unjon Islamique préféra abandonner son projet. Se tournant vers la commune, elle demandait alors au conseil municipal l'autorisation d'acheter un terrain. Le conseil municipal (union de la gauche), désireux de permettre à toutes les communautés religieuses d'exercer librement leurs activités, donnait son accord. Le terrain en question se trouve rue Denis Papin, dans la Z.U.P. du Val Fourré. L'affaire semblait bien engagée. A l'origine, il était question d'y implanter, outre une mosquée de 700 places, un centre culturel comprenant des salles de cours et de conférences (le projet était révisé à la baisse par la suite. L'idée de construire un centre culturel était abandonné et la contenance de la mo~quée ramenée de 700 à 200 places). Le financement, en l'occurence l 'acquisi- 18 tion du terrain et la construction des locaux, devait être entièrement assuré par l 'Union Islamique qui peut compter sur les dons des fidèles et une aide substantielle de l'Arabie Saoudite. Or, avant que le projet n'entre dans sa phase de concrétisation, plusieurs habi tants du quartier, hostiles à une telle implantation, sont passés à l'action en puisant leurs arguments dans l 'arsenal des vieux préjugés racistes. Leur campagne s'est déroulée en trois phases. des « écolog istes » contre la mosquée Première phase: apparition d'inscriptions racistes sur les murs de la ville, col lage d'affiches anonymes et injurieuses à l'égard du maire de Mantes-la -Jolie, M. Picard, distribution de tracts non signés et ronéotypés. Sous le titre :« La première mosquée de -M. le maire ", ceux-ci affirmaient entre autres : «Si vous ne voulez pas que demain les fidèles musulmans envahissent par centaines nos rues, nos pelouses, que notre quartier soit le plus sale et le plus bruyant du Val Fourré ; si vous voulez continuer à vivre dans un quartier calme et agréable, faites savoir au maire qui vous condamne à une vie impossible que vous n'acceptez pas d'être mis devant le fait accompli. que vous ne voulez pas de la mosquée de M. Picard et de ses amis ". L'appel se terminait par cette exhortation : « Mobilisez-vous! Demain il sera trop tard, vous ne pourrez que subir ou partir devant ce coup bas du conseil municipal ". En présentant les musulmans comme des envahisseurs sales et bruyants qu'il conviendra de «subir ", les auteurs du tract ne réalisa ient, on le voit, aucun effort d'imagination pour renouveler le catalogue des idées racistes! Deuxième phase : la période de protestation «clandestine " laisse la place à des modes d'action plus « traditionnels ". Une structure légale, avec dépôt des statuts à la Préfecture, se met en place : l'Association Ecologique de Défense du Val Fourré. Créée pour la circonstance, l'association atténuait certaines formulations racistes contenues dans le premier tract (évolu tion consécutive sans doute à la campagne que le mrap et les syndicats et mouvements démocratiques avaient menée). Le mouvement « écologique " distri buait un second tract. Celui -ci persistait à affirmer que «dans un Val Fourré déjà surpeuplé comprenant une forte proportIOn d'étrangers, des milliers de fidèles vont affluer de toute la région parisienne avec tous les problèmes que cela va entraÎner

bruit, circulation. stationnement,

cohabitation avec les habitants du Val Fourré ". Les rédacteurs du tract ajoutaient néanmoins qu'il ne fallait voir là aucun racisme (sic !), que l'association «écologique " était animée par la volonté de préserver l'environnement, le cadre de vie, qu'elle ne visait pas particulièrement les musulmans mais tout édifice «qu'il s'agisse d'une' mosquée, d'un cinéma, d'une église, d'un centre commercial ". Les responsables de l'association ajoutaient qu'ils désiraient « conserver un des rares espaces verts du Val Fourré pour nos enfants, pour les personnes âgées et préserver la tranquillité des tra vailleurs handicapés qui fréquentent l'A.N.R. T.P. ". Une campagne de pétition contre la construction de la mosquée était alors lancée. Elle aurait recueilli, dit-on, deux mille signatures. Le racisme c'est aussi ça! Tr?isième phase: après avoir jeté la susplcl:n sur les immigrés (1 r€ phase), explique que la mosquée portait atteinte au cadre de vie (2€ phase), l'association «écologique » tentait enfin de convaincre qu ~« elle n 'était pas raciste )~ qu 'elle agissait, au contraire, pour le bien des fidèles. Il est vrai qu'entre temps, la riposte s'était organisée. Le mrap, les syndicats, les partiS, les mouvements humanitaires les Eglises s'étaient lancées dans la bata'ille. M. Bernard Coquelin, président de l'association «écologique " publiait une mise au POint dans laquelle il niait avoir tenu des propos racistes ou favorisé le développement du racisme à Mantes-la-Jolie. «Je ne suis pas raciste, affirmait-il au journal « Le Monde ". D'ailleurs, ma femme est Antillaise ". Dans une lettre ouverte, habilement rédigée, adre~sée à.I 'Union Islamique, l'association ecologlque souhaitait même que «la mosquée soit située dans un endroit fac!Jement accessible aux fidèles qui vl.endral'!nt prier, qu'elle ait une superfiCie suffIsante pour accueillir les nombreuses personnes qui viendront non seulement de Mantes et de ses environs mais aussi des villes situées à l'Ouest de Paris (ce qui ne serait pas le cas si elle était construite rue Denis Papin, le terrain étant trop étroit) ; qu'elle soit aussi l'un des plus beaux monuments de la ville comme c'est le cas en Afrique du Nord ". Le tour est joué. L'association écologique montre sa grandeur d'âme. Elle n'est pas racjste. Elle donne des conseils. Des conseils que l'on peut résumer ainsi : oui à ,la mosquée,. mais pas chez nous. Il y a d autres terrains à Mantes-la-Jolie. une religion frappée d' ostràcisme Pour l'instant, la situation est bloquée. Les fidèles dOivent se contenter d'un minuscule lieu de prière aménagé dans une chambre en ville. La lutte continue donc. M€ Serge Julienne-Caffié, président local du mrap, explique qu'il n'est pasquestion de céder sur cette affaire. .« Trop de principes sont enjeu, déclaret -II. Premièrement. la campagne a pris un tour raciste. Deuxièmement. nous ne tomberons pas dans le piège de r écologie dont on brandit le drapeau à tort et à travers, sous n'importe quel prétexte. TroiSIèmement. la liberté religieuse doit être garantIe pour tous ". , Ce de~nier aspect du problème n'a pas echappe aux communautés chrétiennes de Mantes-la-Jolie. Des prêtres et des pasteurs sont vigoureusement intervenus en faveur de la construction de la mosquée. Une attitude conforme aux orientations actuelles des Eglises dans ce domaine et qui rejoignent les prises de position d'autres ecclésiastiques à Annecy, à Paris ou ailleurs. Les événements d'Iran, les campagnes droit et liberté. n0388 • février 1980 ........ Faute de mosquées, les fidèles aménagent eux-mêmes des lieux de prière. de presse alarmist"es qu'elles ont suscité les digressions sur une prétendue « me~ nace de l'Islam", sur le «fanatisme des Arabes, de.s musulmans " ont-ils influencé les membres de l'association écologique? « C'est difficile fi dire, répond M€ Julienne- Caffié. Mais je pense que ces campagnes ont eu une répercussion sur ce qui s'est passé à Mantes-la-Jolie. Ce n'est pas quantifiable, certes. Imaginez qu'on organise un référendum pour ou contre la peine de mort et qu'on apprenne la veille du vote qu'un crime atroce a été commis. Duel serait. selon vous, le résultat 1 ". . L'affaire de la mosquée de Mantes-IaJoi ie est riche en enseignements. Elle est symptomatique aussi d'un certain état d'esprit et de la méfiance persistante di certains Français à l'égard de l'Islam. Avec plus de deux millions de fidèles sur 4,2 millions d'étrangers, l'Islam est la seconde religion pratiquée en France après I~ catholicisme mais devant le protestantisme et le judaïsme. L'Islam recrute surtout ses fidèles parmi les travail leurs immigrés (Tunisiens, Algériens, Marocains, Turcs, Africains des bords du fleuve Sénégal, Yougoslaves) et les res- IV sortissal")ts d'anciennes colonies ayant c: conservé la nationalité française (Como~ riens et Harkis principalement). Si l'on CI) s'en tient aux chiffres, la France est le ~ premier pays musulman d'Europe occi" i dentale. Cela pourrait être une richesse ~ pour tous. .,Q Hélas, il n'en est rien. On ne compte ~ dans notre pays qu'une dizaine de mosë quées. Pour pratiquer leur religion, les if musulmans sont contraints de se regrouper. dans des Il,,:ux de culte simples, sommairement .amenagés dans les foyers ou dans de minuscules chambres. Les infrastructures font cruellement défaut Les fêtes musulmanes sont rarement c~nsidérées comme jours fériés par les employeurs. L'Islam est également frappé ~'ostracisme ~ la télévision et en particulier à T.F.1 qUI n'a pas daigné offrir à ses représentants une tranche horaire, le dimanche matin, dans le cadre des émissions religieuses. L'affaire de la mosquée de Ma ntes-ia-Joi ie a eu le mérite de montrer que la lutte en faveur des libertés religieuses est inséparable de la lutte antiraciste. Stéphane MAYRESTE trois religions soeurs moussa, moshe, moïse l?iakaridia, N~uhoum, .Issoufa, noms étranges, pénétrés de l'exotisme et ~.es reves troP.lcaux, qui saurait y reconnaître les prénoms plus familiers de Zakane, Noé ou Joseph? les mêmes , prenoms ,Les prénoms musulmans reprennent tres souvent le nom des grands saints bibliques, ég~lement vénérés par les juifs et les chretiens. SUivant les pays, ils prennent telle ou telle déformation. En voici quelques exemples : Eve : Hawa; Adam: Adam, Adama ' Abraham: Ibrahim, Brahim, Brahimi, Bi~ rama, etc ... ; Ismaël : Ismaïl, Soumaïla' Isaac : Issaka, Siaka; Jacob: Yakob: Yakouba, Yakoubou ; Joseph : Youssef, Youssouf, Issoufa, etc ... ; Moïse : Moussa ; Aaron : Haroun, Harouna; Da- __ - 19 vid : Daoud, Daouda; Salomon : Souleymane, Slimane (Soliman); Marie: Mariam, Mariama, Myriem, Myriam; Jésus: Issa; Jean: Yahia, etc ... ·fils d'abraham Abraham est considéré comme le père des croyants, qu'ils soient juifs, chrétiens ou musulmans. Les chrétiens se recommandent de sa paternité spirituelle comme les musulmans. Selon la Bible, Abraham a eu deux fils, Ismaël de sa servante Agar et Isaac de son épouse légitime Sarah. Ismaël serait le père des «Ismaëlites . ou Arabes et Isaac, ancêtre des « Israélites » par l'intermédiaire de son fils Jacob à qui Dieu donne le nom d'Israël. Le Coran reprend cette tradition en enjolivant le rôle d'Ismaël et d'Agar. à jérusalem pour l'éternité Jérusalem est à de nombreux titres un lieu saint pour les trois religions monothéistes mais le point de départ de la vénération dont cette ville fait l'objet remonte 'une fois de plus à Abraham. C'est en effet sur le mont Moriah, à des livres sur l'islam • Le Coran : traduction Masson (La Pléiade, Gallimard). • J~cques Berque: Les Arabes (Ed. Sindbad) : le portrait d'une culture, d'un peuple, universellement traduit - Les Arabes d'hier à demam (Ed. du Seuil): l'auteur se plonge dans un Orient global pour analyser les Arabes, les vivre - Le Maghreb entre deux guerres (Ed. du Seuil) . • Marcel Boisard: L'humanisme de l'Islam (Ed. A. Michel) . • C.I.E.M.M. (46 ruede Montreuil, Pa ris 11 ' ) : Enquête sur l'Islam en France. • Michel Lelong : J'ai rencontré l'Is lam (Ed. du Cerf) . • Vincent Monteil: Maroc, Iran, Indo nésie (Petite Planète / Le Seuil) - Les fV}u sulmans soviétiques (Ed. du SeUil) - L Is lam Noir (Ed. du Seuil) - Clefs pour la pensée arabe (Seghers). • Maxime Rodinson : Mahomet (poche / Seuil) : une biographie critique, claire et documentée - Islam et capita lisme (Le Seuil) - Marxisme et monde musulman (Le Seuil) - Les Arabes (PUF) . • Dominique Sourdel : L'Islam (Que sais-je? PUF) : une bonne introduction universitaire. Yves THORAVAL 20 Jérusalem, que, selon les textes sacrés du christianisme, du judaïsme et de l'Islam, Dieu ordonna à Abraham de sacrifier son fils Isaac pour éprouver sa foi . On sait que, selon la Bible, un ange retint le bras d'Abraham et qu'un bélier fut finalement offert en holocauste. Cet exemple de la soumission à Dieu (c 'est le sens du mot « Islam . ) est célébré par les musulmans le jour de l'Aïd el Adha, considéré par eux comme la plus grande fête religieuse. A cela s'ajoute le fait que le Prophète Mohammed aurait eu, selon le Coran, une conversation mystique sur le mont Moriah avec Jésus-Christ et le prophète Elie. Aujourd'hui , deux mosquées ornent cet emplacement, la mosquée El Aqsa au dôme d'argent et la mosquée d'Omar ou « Dôme du Rocher .• à la coupole d'or et à la splendide ornementation de faïence émaillée. Pour les juifs, Jérusalem est aussi la capitale du roi David ou fut, pour la première fois, construit un temple somptueux en l'honneur du Dieu Unique par Salomon, fils de David. Plusieurs fois détruit et reconstruit, il ne reste plus du Temple que le fameux «mur des lamentations », le lieu saint le plus vénéré par les juifs. Enfin, pour les chrétiens, Jérusalem est le lieu où Jésus-Christ fut condamné à mort et crucifié, où, selon leur foi, il ressuscita et où se situent les débuts de l'Eglise chrétienne. Le Coran recommande la lecture de la Bible et des Evangiles. Il reconnaît l'élec tion du peuple hébreu comme le moyen choisi par Dieu pour faire parvenir sa ré vélation . Il reconnaît un rôle particulière ment éminent à Jésus-Christ et à sa mère Marie, partageant avec les chrétiens la foi en la conception virginale de Jésus. Pour les musulmans, Jésus a été élevé à Dieu sans co"nnaÎtre la mort infâmante à laquelle il avait été condamné et ce n'est qu'une image qui aurait été crucifiée. Il reviendra , au dernier temps, pour juger les vivants et les morts. Par contre, Jésus n'est pas Dieu et le dogme chrétien de la Trinité (un seul Dieu en trois personnes) .est condamné comme une atteinte à la foi fondamentale en l'unicité de Dieu. Le ju gement porté par le Coran sur les fidèles des deux autres religions monothéistes est contradictoire. Il oscille entre la condamnation pure et simple et la recon - naissance d'une communauté de croyance. • Dans une rue de Jérusalem. .. • pleins feux • pleins feux. . , cinema L'excellent film «Rockers » n'a pas encore quitté les frontières de la capitale que le film réalisé par Stefan Paul, «Reggae Sunsplash » est proj eté dans les salles obscures des cinémas parisiens. Si «Rockers » était un film de fiction au cours duquel on avait la joie de se familiariser avec le reggae jamaïcain, «Reggae Sunsplash » est un compte-rendu du deuxième f estival du même nom, organisé l'été dernier à Montego Bay par ... des Américains. 107 minutes de pellicule cou leur, pourquoi? Probablement pour rapporter un maximum d'argent au réalisateur allemand qui flaire, avec 10 ans de retard, les gros sous que peut rapporter la musique jamaïcaine. On pourrait rédiger des pages de reggae sunsplash critiques sur ce film. Cependant, nous nous en tiendrons aux princi pales. D'abord, un manque de sous-ti tre. Pourtant, dans une des interviewes que nous présente le film, l'accent est bien mis sur l'importance des paroles dans le reggae. Les sous-titres interviennent dans les passages où les chanteurs répètent inlassablement leurs refrains (que tout le monde comprend) ou bien pour traduire les commentaires du réalisateur. Si vous ne comprenez pas l'anglais. inutile de vous déplacer. Les commentaires ne sont d'ail leurs pas tristes. «Les organisateurs, nous dit-on, se sont surtout occupés des vedettes et n'ont pas accueilli les groupes moins connus avec autant d'enthousiasme ». droit et liberté. n0388 • février 1980 pleins feux • «Bien que, nous précise-t-on, les groupes moins connus aient assurés une partie de qualité ». Le film aurait pu redistribuer les cartes de façon plus équitable. Nenni! A l'affiche : Bob Marley, Peter Tosh, Burning Spear et The Third World Band. Le commentateur (toujours le même) nous parle aussi de la haine des rastas pour les Blancs. Deux minutes plus tard, sur l'écran : Peter Tosh accompagné par un guitariste ... blanc. Au trois-quarts du film, une interview nous apprend que les rastas sont solidaires de tous les opprimés, victimes du capitalisme et de l'exploitation, soit 95 %des habitants de la planète ... Il paraît aussi qu 'après avoir vu ce film, on devrait en savoir beaucoup plus sur les conditions sociales du Tiers-Monde et de la Jamaïque (!!!). Si l'on s'en tient aux images du film et aux commentaires, le Tiers-Monde se réduit à un groupuscule de camés se réfugiant dans le fanatisme d'une religion qui ne regroupe que 10% à peine de la population. Est-ce en quatre semaines (durée du tournage) que l'on peut saisir des images représentatives de ce qu 'est le Tiers-Monde? Si Stephan Paul voulait donner une cerpleins feux • taine image du Tiers-Monde (la sienne), il oublie ·que la crise économique qui traverse les pays capitalistes permet à des gens, beaucoup plus compétents que lui, de nous donner cette image. Côté musique, aucune surprise. The Third World Band apparaît trop peu pour permettre une appréciation. Peter Tosh persiste dans la médiocrité qui le caractérise depuis son flirt avec les RollingStones. Reste Burning Spear et Bob Marley. Alors là, super! Les deux maîtres du reggae nous offrent douze morceaux à eu~ deux. Pendant les cinquante minUtés que durent leurs apparitions, c'est un déferlement de qualité musicale. Burning Spear, à qui certain reproche la politisation de sa musique, nous renverse avec «Do you remember the day of slavery » (Souviens-toi du temps de l'esclavage), alors que Bob Marley faisait un triomphe pour clore le film avec une version fantastique de.« Exodus ». Ce sont malheureusement les seuls moments marquants, bien trop courts, pour faire de l'ensemble une production intéressante. Marc MANGIN la légion saute sur kolwezi On croyait ce genre de films à ja mais disparus de nos écrans, ran gés dans les magasins aux accessoires du colonialisme. Eh bien non, à gra nd renfort de publicité, le f ilm de Raoul Coutard glorifie la légion, et autres troupes de choc. Défenseurs de l'ordre et de la morale, des hommes purs et durs vont venir à Kolwezi - aux mains de vilains révolutionnaires noirs comoattre pour sauver la civilisa tion occidentale. Une th éorie . pour ces beaux léthéâtre gionnaires: un bon Noir, c'est un Noir qui est mort. Scandaleux, ce film tiré du livre de l'ex-OAS Pierre Sergent, ancien officier du 1"' REP dont les belles thèses «humanitaires » illustrent les coups de main du ré gime actuel contre les populations africaines. On a finalement les héros que l'on mérite : d'Erulin à Hersant en passant par Bokassa, sans oublier Stoleru et sa loi. Film français de Raoul Coutard. P.K. le si lence de la mer «Comme sur la calme surface des eaux, la mêlée des bêtes de la mer ... » dit le texte publié par Vercors en 1941 à la mémoire du poète assassiné Saint-Paul Roux. C est précisément cette densité, riche de tous les possibles, où l'impulsion de la dignité peut faire reculer l'indignité, où la Résistance peut enrayer l' inéluctabilité de l'asservissement qu 'arrive à évoquer la pièce tirée de l'oeuvre de Vercors. Si le décor et la sonorisation restituent très bien la période de l'occupation en France et ses enjeux, ce sont des vérités permanentes qui nous sont rappelées: comment des mécanismes idéologiques négatifs comme le nazisme ou le racisme peuvent s'infiltrer et dominer les hommes et les nations. Mais c'est finalement d'un très beau texte d'espoir qu' il s'agit puisque la trame de l'histoire et des destins humains est aussi faite de non-résignation. Mireille CARRERE Le silence de la mer de Vercors, avec Jean Périmony, Florence Haziot, JeanPaul Denizon, au Coupe-Chou Beaubourg, 94 rue Saint Martin, Paris, à 22 heures. 21 -17 mai 2011 à 14:46 (UTC)~~------------------------------------rr~---------------~-------------------- 'ar con re • e racis .journées cinématographiques d'amiens contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples: . . , . " . du 29 février au 9 mars. Des dizaines de films antira~istes du monde entier. De nombreux inedits. Un numero special de droit et liberté consacré au thème: «cinéma et racisme ». • deux cents peintres contre le racisme: en avril Une grande exposition de lithographies et de té!bleaux. Symbole de la s;lidarité d~ diza~nes ~rrtistes ~vec le combat ·antiraciste. Une manifestation artistique à ne pas manquer. ~a ven~e d~s IIthowaphle~ et es.t~ ea~x se era au profit du mrap. Le maximum de bonnes volontés sont requises pour 1 organisation pratique de 1 exposition. S adresser au mrap. --z ).-:~- "- 22 Les artistes-peintres ont souyen~ été à la pointe du combat antiraciste. Ainsi Picasso, à qui l'on doit ces dessins des époux Rosenberg. /~ • • pleins feux • pleins feux. livres voix des camps Quand on ouvre un témoignage sur l'horreur des camps nazis, on se dit qu'on est blindé, que l'on sait déjà, que les cris de ceux qui en ont échappé ne devraient plus s'élever, qu'on devrait oublier. Et pourtant, il ya toujours des aspects pro pres au cas du narrateur, un éclairage nouveau sur l'enfer et aussi des occasions nouvelles pour la grandeur humaine d'inventer d'au tres formes de résistance. «Je n 'oublie pas, Natanchik », par Abracha, traduit du yiddish (éd. Le Sycomore), fait partie de ce genre de livres. Un destin exem plaire encore, mais le génocide planifié ne fait- il pas de chaque destin un exemple puisqu'il anéantit chacun en particul ier, et à travers lui, celui du judaïsme polonais tout entier. Quelques échos du «shtete », la « montée » à Varsovie, la vie très dure du nombreux prolétariat juif - les juifs étaient loin d'être tous des capitalistes - la découverte du socialisme pour beaucoup, puis l'antisémitisme, la guerre, la mort, ou la résistance pour ceux qui en réchappent. Puis le souvenir du dernier survivant d'une famille disparue, avec les spectres et les brasiers de l'horreur à peine évanouis, le vide atroce laissé par l'assassinai du fils et des autres êtres chers. Dans «Natanchik », il y a tout cela, presque insoutenable. «Niouka, d'un camp à l'autre » (éd. La pensée universelle) sont les propos recueillis par Gabrielle Visocekas. C'est un beau livre basé sur la vie d'une femme juive, ballotée de camp en camp, cependant • que ses compagnes, de toutes ori gines, sont décimées par les mauvais traitements des SS, la faim, la maladie, le travail forcé inhumain . Délivrée par les Russes, elle se retrouve dans un sovkhose agricole, en Union Soviétique. La vie revient, puis un jour, des nouvelles: son mari Jacob, dont elle avait perdu la trace, l'attend à Londres. Ecrit avec simplicité, « Niouka, d'un camp à l'autre »se lit comme un roman, mais un roman grave car ce qu'il dit est vrai. De Bruno Durocher, «Le livre de l'Homme " (éd. Caractères, 75 rue de l'Arbalète, Paris 5€), n'est pas uniquement un témoignage sur le fascisme nazi, mais plus globalement, un chant de douleur humaine. C'est l'apprentissage de la vie par un adolescent, puis un jeune homme et un homme qui rencontre l 'antisémitisme, le nazisme, la guerre, la résistance, terribles classes qui ont été l'ordinaire de millions de gens. Des pages admirables de lyrisme émaillant ce récit généreux. Enfin, à signaler, dans l'excel lente revue de$ professeurs d'histoire et de géographie « Historiens et Géographes » (B.P. 31,91001 Evry Cedex) nO 273, un article important sur la persécussion nazie et l'attitude de Vichy ainsi que sur les camps en France et en Europe, le tout donné en réflexion aux professeurs d'histoire pour des travaux éventuels avec leurs élèves. Une belle contribution à l'éducation à la fraternité. Yves THORAVAL musique les rastas chantent l'afrique noire Les rastas reprennent du poil de la bête. Trois groupes jamalcains méritent les honneurs et particu li èrement Bob Marley pour son dernier disque : «Survival » (1). Le number one du reggae nous avait plus habitués à le considérer comme l'agent publicitaire d'lslamd Record que comme un musicien « Roots » (2). Son double album, " Babylonby Bus » annonçaitil un tournant dans la carrière du chef de file jamaïcain? « Survival », le premier disque produit dans ses propres studios, renoue avec les origines du reggae . pochette et musique sont entièrement consacrées à l'Afrique. Côté face de la pochette, les drapeaux africains entourent le plan d'une cale d'un négrier. Côté pile (de la même pochette). le dessin représentant les droit et liberté. n0388 • février 1980 pleins feux • ruines de l 'empire du Zimbabwé entouré de deux photos saisissantes du peuple noir et de son histoire. Pour la musique, Marley a laissé tomber la " Ganga » et, apparemment, décide de s'attaquer aux choses sérieuses. En conformité avec les couleurs de la pochette, le disque est placé sous le signe de l 'Afrique et des conflits qui y sévissent. " Zimbabwé »est sans aucun doute le morceau le plus réussi de l'album. Chacun des titres est original et aborde les problèmes de la paix dans le monde : " So much trouble » (trop (je conflits), les rapports entre les Etats africains: " African Unite » (Afrique unie) pour s'achever dans un retentissant " Survival » (Survie). La qualité des textes et de la musique font de ce disque une des meilleures (si ce n'est la meilleure) production de Bob Marley. « Tf/bute to the Martyrs »des Anglo- Jamaïcains «Steel-Pulse » présente, quant à lui, beaucoup plus d 'intérêt sur le plan des textes que sur celui de la musique. Le titre «Hommage aux Martyrs» ne laisse aucune équivoque sur le contenu de la rondelle. Le dernier disque de «Steel Pufse », sur une musique très travaillée, abandonnant le rythme sourd qui caractérise le reggae, constitue une véritable comédie musicale autour des héros de l'antiracisme. C'est tour à tour un hommage à Martin Luther King. Malcom X., Steve Biko ... Saluant au passage les groupes de " Rock against racism »et " AntiNazism League », «Steel Pulse » consacre une large place à Steve pleins feux • Biko et aux martyrs de l'apartheid en Afrique australe. Un disque qui, par sa diffusion, permettra à un plus grand nombre de connaître la réalité sud-africaine. A part quelques textes : " Ghetto Child » (l'enfant du ghetto), et «Exils in ababylon »(exil dans l'enfer terrestre) où, là aussi, les revendications du peuple noir sont à l'affiche, les paroles du disque de Merger : " Rasta Reggae » n'apportent pas beaucoup de satisfaction. Cependant, il passe immédiatement dans la " catégorie » des " bons disques » grâce à la qualité de la musique. En effet, le trio Michaël Dam, Barry Ford et Winston Bennett, nous offre ce qu'il est convenu d'appeler un chef-d'oeuvre. Marc MANGIN (1) Bob Marley. Survival, Phonogram 9123.053. (2) Voir droit et liberté, avril 1979. talila au café d'edgar La chanteuse en langue yiddish, Talila, à laquelle nous avons consacré un article dans notre numéro du mois de novembre, va se produire au café d'Edgar durant tout le mois de février, Une nouvelle qui réjouira les fidèles de Talila et de la chanson yiddish. Café d'Edgar (58 bd Edgar Quinet, Paris 14). Prix des places 25 F et 30 F . Spectacle tous les jours sauf les 6 et 7, à partir de 22h 15. le silence de la mer de vercors une matinée et une soirée au profit du mrap le samedi 16 février à 17 h. le lundi 25 février à 22h. prix des places: 25 F (au lieu de 30 F). au théâtre du Coupe-Chou'Beaubourg 94 rue St-Martin 75003 Paris JE COMMANDE .............. place(s) x 25 F Pour le .. . ...... . .. . .............. (préciser la date) Ci-joint mon règlement ainsi qu'une enveloppe timbrée pour l'envoi des billets à adresser au : mrap 120, rue Saint-Denis 75002 PARIS 23 • éducation à la fratemité c.l.e.p.r. • Choisis parmi 3500 candidats, les douze enfants que l'on voit sur notre photo ont été reçus à l'ONU. des enfants prennent en main leur destin d'adulte Deux initiatives intéressantes, la première organisée par RadioFrance Internationale, la seconde par le magazine Pif-Gadget, ont constitué le point culminant de l'année internationale de l'enfance en France. L'année internationale de l'enfance est terminée. Le sort des enfants n'a pas changé. Ils restent les premières victimes lorsque la misère, la faim, la violence, la guerre frappent. Colloques, discours, ont permis de mieux mesurer l'ampleur du drame. Mais 24 des solutions n'ont pas été apportées. 1980 débute, peut-être même, avec une situation plus grave encore. Mais on ne pourra plus dire : «Je ne savais pas ». Dans la campagne d'information et de sensibilisation, nous avons retenu deux opérations s'adressant aux enfants. la main : le journal des enfants du monde Sous le signe de la main, une. main ouverte, qui en badge proclame «Je SUIS un enfant du monde », «Pif-gadget» a organisé une campagne au cours de laquelle 60.000 enfants ont signé une déclaration dans laquelle ils s'affirment solidaires de tous les enfants du monde. En supplément à Pif-gadget, les .enfants .ont trouvé dans « leur » Journal, cinq dossiers traita~t des drames que vivent d'autres enfants. D'abord la faim avec Fatimatou, fillette du Sahel, qui toutes les nuits rêve de pluie car «pas d'eau, pas d'herbe et pas d'herbe pas de lait ». . «Combien de tonnes de surplus alimentaires ont été gaspillées, jetées, brûlées? » demande une envoyée de 14 ans à l'O.N.U., lorsque Fatimatou raconte que pour manger il y avait un moment où il y avait tant de monde que les villageois ne pouvaient même plus donner à manger. Deuxième drame, la guerre avec Sabrine, Libanaise de 10 ans qui vit, pour combien de temps encore, dans un par- • king souterrain, seul abri possible. «II ne faut pas oublier de jouer, Sabrine, sinon tu ne saurais plus quand la paix sera revenue ». Le troisième dossier fait connaître le drame de Miguel, un parmi les 59 millions d'enfants qui travaillent dans le monde. Miguel qui cire les chaussures 15 heures par jour dans des conditions qui évoquent plus Dickens que la fin du 20€ siècle. «Le racisme, ras-le-bol », disent dans le 4€ dossier Daniel Azzedine, Pierre Lofti, Laurent Menane et les autres. Albert Levy, secrétaire général du mrap s'adresse aux enfants dans ces quatre pages bordées d'une farandole de mains différentes et unies. «Je suis différent » est le titre du dernier dossier qui présente Frédéric, infirme moteur cérébral dont un ami dit :« il n'est pas inférieur, il est différent, c'est tout, on est tous différents d'une façon ou d'une autre ». douze enfants à l'o.n.u. Autre opération, organisée par FranceInter et Radio-France Internationale: «Douze enfants à 1'0. N. U. ». Douze enfants choisis parmi les 3.500 ayant exprimé ce qu'ils auraient dit à la tribune des Nations-Unies aux principaux dirigeants du monde pour venir en aide aux enfants en détresse. La prise de conscience de la misère des enfants dans le monde s'exprime suivant les sensibilités: «Les enfants qu'on voit à la télé n'ont que la peau et des os» ou « ce n'est jamais Noël pour les enfants en détresse ». L'égoïsme des dirigeants est souligné: «S'ils étaient .vos enfants, que feriez-vous ? ». L'envie, le besoin d'aider même va jusqu'à cette phrase superbe

«S'il faut de l'aide, je vous prête

maman». Ces douze enfants sont allés à l'O.N.U., ils ont remis leur message au secrétaire général. Simultanément à la publication de ces dossiers, Pif, avec le Secours Popula/ re, organisait une collecte de vivres, de matériel médical, de médicaments, de matériel scolaire et de fonds pour les enfants du Nicaragua et des associations d'enfants handicapés. Ces actions ont sensibilisés les enfants qui n'en sont pas encore à la pratique des gestes qui donnent bonne conscience. Les tèxtes qu'ils ont lus ou écrits, les images vues dans la presse ou à la télévision ont sans doute suscité un sentiment de solidarité. Cela a été possible parce que le monde des adultes avait décidé que 1979 serait l'Année de l'enfant. François, un petit cambodgien de 10 ans, envoyé de France-Inter à l'O.N.U., disait : «1/ faut (les) soigner avec gentillesse et amour, et pas seulement pour que ça guérisse vite ... après il faut continuer à les soigner ». Il en est ainsi de ces années à thème. Elles semblent faites pour que «ça guérisse vite», pas pour continuer à soigner après. le concours de la résistance et de la déportation l'an dernier un concours scolaire ayant pour thème « la résistance et la déportation » était organisé dans les écoles françaises. l'expérience tentée en 1979 est reconduite en 1980. les élèves des classes de troisième pourront, dès le premier trimestre, s'organiser en groupes de travail pour remettre au jury départemental, le 13 mars 1980, un mémoire collectif de quelques pages, qui pourra être enrichi de dessins, de poèmes, de photographies, de photocopies, de bandes magnétiques. le thème commun aux classes de 3" et terminales est ainsi rédigé: « Il y a quarante ans, le 18 juin 1940, le général de Gaulle lançait son appel à la Résistance. Résistance en France vaincue, occupée, opprimée (Résistance intérieure) et dans l'empire colonial français (Résistance extérieure). Il y a trente cinq ans, en mai 1945, la France pouvait. à part entière, participer à la victoire des armées alliées et contribuer à la libération des derniers survivants des camps de concentration et d'extermination. Pourquoi ces événements historiques méritent-ils de demeurer vivants dans la mémoire des Français? Les Français de 1980 : Que savent-ils, que pensent-ils de ces événements?» (1) (1) Le nO 351 du Déporté, organe de rU.N.A.D.I.F .. comporte un supplément de 16 pages qui apporte toute une documentation utile aux enseignants qui souhaiteraient faire participer leurs élèves à ce concours, ainsi que l"indi cation de numéros spéciaux sur ces sujets, diffusés par le Centre national de documentation pédagogique (27 rue d·Ulm). Ce supplément, 2 F. Le Déporté, 8 rue des Bauches, 75016 Paris, C.C.P. 7792-68 Paris. droit et liberté. n0388 • février 1980 Que peut-on espérer? Que ces enfants et les autres continuent de penser et de dire ces phrases simples et belles: «Pitié ! Ne vous battez plus, ne vous disputez plus. Blancs, Noirs, Rouges et Jaunes, serrez-vous la main. Rendez vos innocents heureux ... S'il vous plaÎt, laisseznous notre droit aujourd'hui pour que nous puissions remplir notre devoir demain » (François, 10 ans). Jean-Pierre BARRIZIEN déclaration des enfants du monde 1. Tous les enfants du monde, noirs, jaunes et blancs sont mes frères et mes soeurs: ils ont, comme moi, le droitde manger à leur faim, de vivre en bonne santé et d'être heureux. 2. Tous les enfants du monde, jaunes, blancs et noirs, ont, comme moi, le droit d'aller à l'école et d'acquérir ensemble le savoir commun à tous les hommes. 3. Tous, les enfants du n'londe. blancs. noirs et jaunes, ont, comme moi, le droit de vivre en paix : ils doivent apprendre à leurs parents à aimer tous les enfants et tous les parents du monde. 4. Quand nous serons grands, noirs, jaunes et blancs, nous nous sentirons chez nous partout sur la Terre et nos coeurs oublieront les frontières. Texte proclamé à l'occasion de la Journée de l'enfant contre le racisme, au cours de la cérémonie qui a eu lieu le 17 décembre 1979 à la Maison de l'Unesco. c.i.e.p.r. fi: Education à la Fra.ern"." est la 'ubrrque men suelle du C.ntre d. liai.on d •• 'ducateur. contre le. pr'jug'. raci.ua IC LEP R 1 Le CL E P R développe ses ac tI VItés en olga nrsant des rencontres et des debats entrp pcJuca leurs en favûrlsant 1 echanqe d PJtpener:ces entre enseignants pn leur fournissant de la documenta tron PréSldenl d honneur Marc-Andr' Bloch. PreSl dence Yves Boulongne, Jean Pihan, Olga Worrr •• r-Migot. Monlant de la cotisation : Membre aGtif : lOF Membre donateur: 20 F Membre bienfaiteur : a pan" ne 30 F L adhéSIon au C L.E P R. donne drOit a 2 numeras gratuits de drOIt e l liberté par an Adresser les adhé';Ions au Ct E P R 120 rue Saint ·DenlS 75002 Parts avec un cheque postal (3 volet s) a !"ordre de Mlle Baboulene Instltutroce . CL E P R (C C P 18 177 35 Pari si 25 26 Case réservée K.A. PARFUMERIE MOZART Institut de beauté 26, avenue Mozart - 75016 Paris Tél. : 647.63.60 prêt-a-porter 17, rue d'Enghien - 75010 PARIS III 82452.27 FOURNITURES DIFFUSION 27, rue de Saintonge 75003 Paris Téléphone 272.15.31 M ANDY MOSCOVICI PRt S IOENT DIRECTEUR GÉNt RAL 31, 3 3 . RUE LEDRU -ROL LIN p 84200 IVRY '2 670. 21.78 PRET A PORTER FEMMES ET ENFANTS RUE 75002 DU MAIL PARIS Téléphone 236.38.97 et 260.57.03 GILLES NAJMAN Créations - Manteaux - Tailleurs 80, Rue du Faubourg Saint-Denis 75010 PARIS - Tél : 770-65-53 \~ r.&%P PRÊT A PORTER F EM ININ ~ ~8,RUE D'ABOUKIR \"§)

\Y 75002 PARIS

'.:~:.: ' TELEPHONE : 233.90-16 ' . . • • action • gros plan mrap-solidarité En 1977, lors du congrès national du mrap. Pierre Paraf suggéraitde« constituer parallèlement à notre mouvement, une association qui se consacrerait à la solidarité et qui, ne suivant pas forcé ment le mrap dans toutes ses actions militantes mais adhérant profondément à son idéologie, re cruterait dans des milieux plus larges encore et serait apte, en raison de ses activités, à recevoir des dons et des legs. » . . Cette idée a cheminé et mrap-solidarité a été créé récemment. L'association a pour but de« vemr en aide moralement et matériellement aux victimes du racisme et du sous-développement économique, en France et dans le monde, et de compléter, en tant que de besoin. r action déjà menée par le mrap». . . Ses moyens d'action résident. entre autres, dans J'organisation de secours. aides et assistance. Mrap-solidari1é se propose. comme première action concrète. d'agir dans le cadre de J'assistance juridique. En effet. devant la recrudescence des violences racistes. des activités des groupements néo-nazis, et face aux problèmes multiples que rencontrent les travailleurs.immigrés, la permanence juridique du mrap connaît un développement tel que J'ampleur de sa tache dépasse ses moyens. . Le bilan du service juridique pour J'année 1979, fait état de 1580affaires. cequi faiten moyenne 30 affaires par semaine. soit 30 % d'augmentation par rapport à J'année précédente. Le problème crucial de cette permanence est d'ordre financier. Si J'on cumule les frais de consignation (qui dépassent le plus souvent 2.000 F par affaire judiciaire). de correspondance. téléphone, entretien. délégation etc ...• on atteint rapidement des sommes élevées. ce qui contraint le mrap et certaines victimes du racisme à renoncer à des actions en justice. En ce qui concerne les crimes et violences racistes commis par des bandes fascistes ou par des policiers sur des étrangers. ou sur leurs biens. il est à signaler que ces actes ne sont.pas couverts par la loi du premier juillet 1972. Or. ils deviennent plus fréquents. La seule possibilité de venir en aide aux victimes est de leur proposer un avocat et d'apporter à leurs familles un soutien moral et financier. Mrap-solidarité va donc avoir comme premier objectif d'organiser des collectes de fonds PC?ur fa.ire face aux frais élevés entraînés par ces procédures et par ces situations douloureuses. Nous invitons. dès à présent, les lecteurs de droit et liberté. ainsi que tous les amis du mrap. à donner leur adhésion et à prêter leur concours à mrap-solidarité (siège social: 120. rue Saint-DeniS. 75002 Paris). Cotisation annuelle : 50 F. pour les membres adhérents. 100 F. pour les membres donateurs, 200 F. ou plus pour les membres bienfaiteurs. Ghislaine MARINI secrétaire générale de mrap-solidarité d'une région à l'autre bourgogne - franche-comté: contre l'apartheid et le nazisme Une circulaire (na 2) du comité de BelfortMontbéliard fait le point des activités depuis J'été : stands aux fêtes locales, réunions. tracts. appels contre les lois Bonnet-Stoléru. plusieurs actions en justice. Une conférencedébat sur J'apartheid. animée par Anne-Marie Goguel. membre du Bureau National. a eu lieu ala Maison du Peuple de Belfort. le 17 janvier. Le comité de la Côte d'Or développe une information sur J'Afrique du Sud à J'occasion d'un voyage d'étude que doivent faire dans ce pays des élèves d'un établissement scolaire de Beaune. droit et liberté. n0388 • février 1980 Le comité de Besançon annonce une conférence du professeur Albert Jacquard sur «le droit à la différence ». Le procès intenté au journal de Vesoul «L'Estocade ». à la suite de sa dénonciation d'un journal publié sous J'occupation. a donné lieu à un débat dans cette ville. le 11 janvier, avec la participation de Jean-Louis Sagot-Duvauroux. rédacteur en chef de droit et liberté. Albert Lévy. secrétaire général du mrap. a témoigné au procès. est: contre les violences Assemblée constitutive du nouveau comité de Longwy. le 17 décembre. et élection du bureau avec Edith Martin. présidente. Gilbert Boni. vice-président. Alain Persigang. secrétaire. Jacqueline Falscetta. trésorière, ainsi qu'un responsable à J'information et un resnantes: un important colloque sur « les droits de l'homme et le racisme» le comité du mrap de loire-Atlantique organise les 22, 23 et 24 février à Nantes. un colloque universitaire avec le concours de l'UNESCO, sur le thème :« La France et l'Europe d'aujourd'hui face aux différences ethniques et culturelles ». Outre des enseignants des Universités de Nantes (Daniel Briolet, Augustin Barbara. Claude Vermeil, Claude Payen, Régis Antoine) et de Rennes (M. Simon), de nombreux spécialistes présenteront des exposés et prendront part aux débats. De Paris, viendront notamment : Mme Manuela d' Arcy (Bureau d'Information de J"O.N.U.). Pierre Paraf, président du mrap, Colette Guillaumin, Albert Jacquard, Léon Poliakov, Jean Rabu, vice-présidimt de la Fédération Française des clubs UNESCO, Bertrand Bary, membre du Bureau National du mrap. Autour de ce colloque, de portée nationale et même internationale, auront lieu égaiement une exposition sur le thème « Respect des Droits de l'Homme et lutte contre le ra cisme », élaborée par le mrap et plusieurs groupes nantais, qui sera inaugurée, le samedi 23 février, par M. Alain Chenard, député ·maire de Nantes ; un récital Una Ramos (samedi soir) ; enfin, une assemblée générale du mrap (dimanche matin 24 février). Information : Comité local de Loire-Atlantique, 8 allée Cassard, 44000 NANTES. ponsable à J'éducation. Nouvelle réunion. le 9 janvier. Poursuivant son action aux côtés de Denia Mabrouk. un ouvrier algérien brutalisé par la police. en novembre. le comité est sa isi d'un nouveau cas de violences policières visant un autre Algérien. Osmani Elhadj : délégation au commissariat. communiqué de presse. soutien juridique. ouest· pour les immigrés, pour la vérité Une initiative du comité du mrap de loireAtlantique a bénéficié d'un retentissement national : la plainte déposée. il y a quelques mois. contre une affiche anti-immigrés du Front-National. a abouti à J'inculpation du président de ce groupement. M. Jean-Marie Le Pen. L'avocat du mrap est Me Michel Le Mappian. A lorient. le mrap a participé. avec J'Association pour J'Accueil des Travailleurs Etrangers (ADATE) et le Collectif des immigrés de toutes nationalités. à une soirée-débat (12 décembre) autour du film «Ceddo » de Sembène Ousmane. • •• 27 1:, RUI:: T R O N CIIET 265 03 40 41 HL:E DU F OU R 5 48 tl5 88 74 HUE DE PASSY 527 14 49 TOLR !VIONTPARNASSE 538 ti:) ~3 PA RI S I.y()~. LA PART ·DI ~T I\:I::W YOR K · 7::7 :vTAD l SOI\: AVI::NliE TO K YO. 5·5 G l l\jZA L'ORT PREPARE AUJOURD'HUI LES CARRIERES DE DEMAIN 8 Centres en France . .. Plus de 8.000 élèves par an . .. Aidez l'ORT dans sa lutte contre le chômage en lui versant

.LA TAXEO'APPRENTISSAGE (Y COMPRIS LE QUOTA 0' APPRENTISSAGE) ; • 1/ 100 OE LA TAXE OE FORMP .lON PHOFESSIONNELLE CONTINUE. ' Industriels, Artisans et Co merçants! SANS DEPENSES SUPPLEMENTAIRES, VOuS POUVEZ AIDER L'ORT A DONNER UN METIER AUX MILLIERS D'EOEVES ET APPRENTIS QUI FREQUENTENT SES ECOLES A PARIS ET EN PROVINCE. les entreprises sont dégrevées pour la totalité de leu~s versements. l 'ORT se tient à votre disposition pour calculer la Taxe d ApprentIssage que vous pouvez lui verser. . .PARIS : 10, Villa d'Eylau (16) - Tél. 500.74.22 .l YON : 133, rue Marius Berliet - Tél. : 74.25.05 • MARSEillE : 3, rues Forges (10· ) - Tél. : 79.61 .65 • STRASBOURG : 14, rue Sellénick - Tél. : 35.13.24 • TOUlOUSE : B, rue Etienne-Collongues ' 31770 Colomiers - Tél. : 78.01 .62 . • ECOLE DE TRAVAll-ORT : 4 bis, rue des Rosiers - 75004 ParIs - Tél. : 272.03.45 Case réservée S.E.P.A.P. MODE TERRIBLE POUR ENFANTS SAGES LA PETITE GAMINERIE 28-32, rue du Four, 75006 PARIS Téléphone 222.05.58 et 548.39.31 Pompes Funèbres et, Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU Ev ite aux familles toutes démarches pour Inhumations - Toilettes mortuaIres Linceuls _ Transports de corps Paris- Province-Israël et tous Pays Achats de terrains, constructIons de caveaux Monuments. Gravures. Photos. PortraIts Maison conventionnée 122, avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE (face la Porte principale du cimetière de Bagneux): 656.74.74 ARTICLES - CADEAUX MAROOUINERIE SERVIETTES - PORTE-DOCUMENTS G ROS t'ilCI-IElEf\ Société Anonyme au Capital de 1.00.0.000 Francs 70, RUE DU TEMPLE, 75003 PARIS T6I. 887.72-11 Le comité du mrap de l'Orne a élaboré avec Accueil et Promotion des Travailleurs Etrangers, une analyse critique du projet de loi Stoléru, qui a été adressée aux parlementaires du département et publiée dans la presse (OuestFrance, 21 décembre). Les deux associations appellent « à l'esprit critique, à la réflexion et à l'action de chacun -. centre: comment naÎt un comité La menace d'expulsion d'un jeune Marocain, Rachid Anmari, a suscité en raison de son injustice flagrante, émotion et action à Mainvilliers, près de Chartres. Une adhérente a pris l'initiative de créer un comité du mrap. Le collectif créé a organisé un meeting, le 18 janvier, où a pris la parole, entre autres, Mme Laure Dachevsky-Perrin, membre du Bureau National de notre Mouvement. A Orléans, publication da'ns la presse d'un communiqué contre la loi Bonnet, signé par Accueil et Promotion, la CIMADE, la Ligue des Droits de l'Homme et le mrap. auvergne - limousin rencontres et projets Une assemblée régionale a eu lieu le 27 janvier à Vichy pour mettre en place les nouvelles PRESIDENT : Pierre PARAF ; VICE · PR~SIDENTS : Charles PALANT. Abbé Jean PIHAN, M' George PAU· LANGEVIN . Dr Francois GREMY ; . SECRÉl AIRE GENÉRAL : A Ibert LEVY . COMITÉ D'HONNEUR : Henri ALLEG. Georges AURIC. Robert BALLANGER. BAtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Louis DAOUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS. Henri DESOILLE, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT. Max·Pol FOUCHET, Jean HlERNAUX Pierre JOXE. Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, BAtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON·CAEN. Jacques MADAULE, Albert MEMMI. Robert MERLE . Théodore MONOD. Henri NOGUERES. Étienne NOUVEAU. Jean PICART LE DOUX, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Guy RIDBE. Emmanuel ROB LES, Armand SALACROU, Jean· Paul SARTRE. Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY. Jaan SURET·CANALE. Alain TERRE· NOIRE, Jacqueline THOME·PATENOTRE, VERCORS. Jacqueline VICTOR-BRAUNIER, Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les peuples est le nouveau titre Que s'est donné le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la PaiX, par le vote de son congrès des 26-27 novembre 19n. Poursuivant son action de toujours, le mrap ôéaffirme sa volonté de combattre avec une égale vigueur tous les aspects du racisme, Quels Qu'en soient les auteurs ou les victimes, en Quelque lieu Que ce soit . Défendant les droits et la dignité de tous les hommes dans le respect de leur identité, il oeuvre pour l'amitié entre les peuples, condition majeure de la paix. droit et liberté. n0388. février 1980 structures décentralisées, proposées par la rencontre nationale de Dijon. Le débat a porté également sur la préparation du Congrès. Dans différentes villes du Puy-de-Dôme, le mrap a organisé plusieurs assemblées-débats, ces dernières semaines, sur la situation des travailleurs immigrés. A l'occasion de la présentation à Angoulême de la pièce sud-africaine «Boesman et Lena » d'Athol Fugard, par le Théâtre Noir, le comité de Limoges a tenu un stand ; des contacts ont été pris en vue de la création d'un comité du mrap en Charente. nord: un crime abominable Mobilisation du comité d'Amiens après la révélation du meurtre d'un jeune Sénégalais, Camara Salit, noyé dans la Somme, deux mois plus tôt, par une bande de jeunes. Presse, radio font état de la prise de position et de l'analyse du mrap. • • • quelle politique de l'immigration? Sous ce titre, une brochure de 68 pages, format 21 x29.5 vient de paraître comme supplément à droit et liberté. Elle reproduit les exposés qui ont eu lieu au colloque sur les lois BonnetStoléru qui s'est déroulé le 29 septembre dernier au Sénat sur l'initiative du mrap avec le concours d'une cinquantaine d'associations. Ces exposés (du professeur Jacques Robert, de Jacqueline Costa-Lascoux, le rapport de la FAS TI et du mrap sur les pratiques administratives visant les immigrés, les conclusions d'Albert Lévy) s'accompagnent d'une introduction faisant le point sur l'évolution de la situation depuis le colloque. En annexe, figurent les textes de la loi Bonnet qui a été adoptée en décembre (et dont plusieurs dispositions ont été déclarées anti-constitutionnelles par le Conseil Constitutionnel) et le projet de loi Stoléru qui doit être de nouveau inscrit à l'ordre du jour du Parlement aù printemps prochain. C'est dire que ce document revêt une grande actualité et qu'il Clst indispensable à tous ceux qui entendent poursuivre la lutte en faveur des droits et de la dignité des travailleurs immigrés et de leurs familles. l'exemplaire:. lOF. plus frais d'envoi : 5,50 F. Commandes à droit et liberté, 120 rue Saint-Denis, 75002 PARIS CCP PARIS 92 39 81. Tarif réduit pour les comités locaux, les associations et les commandes en nombre (à partir de 10 exemplaires). Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom len capitale) Prénom . . ......... , âge . Profession . Adresse . Code postal . .... Vi lle Le montant de la carte d 'adhésion (A partir de 60 francs) est laissé A "appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de 'a nécessité d'apporter 'e lOutien le plus efficace A l'action du mrap. Abonnement d'un an A droit et liberté (60 F). Abonnement de soutien (120 F). Etranger (90 F). C.C.P. 9239-81 Paris • Rayer la mention inutile mouvament contra 'e raciama at pour "amitié antra ... paupl_ (""apI 120. rue saint-dani •. paris (21 - tél. : 233.09.57 - C.C.p. : 14-825-85 paris 29 M.IFKER FOURNITURES DENTAIRES TEl. 247.13.84 16 Ugnes Groupées dl.rrlbutlon 2 •• RUE DES PETITES-ItÇURIES 75010 P"RIS 144-146, bd de la Villette - Paris-l9" Tél. : 206-11-57 ,fflarcbal VÊTEMENTS DE LOISIRS 43, r. du Sentier, 75002 PARIS § 23349-35 Eu. MARCHAL Sotielè â Kesponsab,lilé Limilee au tapilal d~ 115.000 haAts CRÉA TlONS EXCLUSIVES GOTTEX HENRI DANIEL VILLE PLAGE COCKTAIL SOIR 23, BD POISSONNIÈRE· PARIS ·2· 236·52-53 236-61-46 236· 78-86 30 @ les editions ouvrieres • L'auteur, . en magistrat, anci ent démontre comm. \a justice peut être respectueuse du « justiciable )) maISOnS recommandées • Comptoir Général des Métaux 11, rue Jean-Pierre Timbaud 95102 ARGENTEUIL • ETS NAKACHE Frères 123, rue du Faubourg du Temple - 75010 Paris • PIA BOUTIQUE 54, rue du Four 75006 Paris • MANDRALVNE 35, rue de Plaisance 94 Nogent-sur-Marne Le comité est par ailleurs engagé dans la préparation maintenant -prochaine des Journées cinématographiques contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (29 février-9 mars). Soirée-débat à Canteleu (Seine-Maritime) sous l'égide du mrap, avec le film de Mohamed Alkama : «Ouitter Thionville ». région parisienne: permanencessolidarité Le comité du mrap d'Argenteuil a participé, avec d'autres associations, à un débat sur« Les Droits de r Homme et la liberté dans le monde » à la M.J.C. de Bezons. Bertrand Bary, membre du Bureau National du mrap, a animé un débat sur l'immigration devant une centaine d'élèves de terminale (1 '0 et seconde) au lycée d'Argenteuil, le 17 janvier. Le comité de Sarcelles et ses environs, qui a organisé une après-midi culturelle le B décembre, tiendra des permanences régulières chaque samedi de 10 à 12 heures en deux lieux différents selon les semaines (Maison de quartier des Vignes-Blanches et Centre Social des Rosiers) pour renseigner et aider toutes les victimes du racisme, et les immigrés en butte à des tracasseries administratives. Permanence également du comité de Massy le 10 ' et le 30 samedi de chaque mois, de 9h30 à 11 h30, à la salle du Premier Mai (Angle rue Appert et de Rome). A Combs-la-Ville, Bertrand Bary représentait le mrap dans un débat organisé par la municipalité sur l'implantation d'un terrain pour les Gens du Voyage (17 janvier). languedoc - , , pyrenees : pOU r informer Première réunion publique du nouveau comité local de Perpignan, le 17 décembre. Celui de Carcassonne a organisé le 4 janvier un «apéritif-débat» au siège du Conseil Culturel, avec la Ligue des Droits de l'Homme et la Libre Pensée. Poursuivant son effort d' information, il note avec satisfaction les deux pages consacrées à présenter le mrap dans le bulletin régional de la C.F.D.T., «Action ouvrière -. C'est à Carcassonne qu'aura lieu, le 17 février, l'assemblée régionale Languedoc-Pyrénées pour la préparation du congrès du mrap. rhône-alpes: de la discrimination au drame Dans une lettre au préfet, le comité du mrap de Haute-Savoie expose le cas dramatique d'un travailleur tunisien de 45 ans qui, après avoir perdu son travail à Annecy, où il réside avec sa famille, a trouvé un nouvel emploi à Cluses. Mais il n'a pu obtenirde logement dans droit et liberté. n0388 • février 1980 cette dernière ville, où l'Office d'H.L.M. lui a opposé un refus (non motivé). N'ayant pas la force d'effectuer le long déplacement quotidien, il mange et dort à Cluses ... dans sa voiture, malgré le froid. Le comité de Grenoble a pris part, le 16 décembre, à un débat sur la situation des juifs d'U.R.S.S., au Centre Culturel juif. sud-est: un raciste condamné Succès judiciaire à Marseille : sur plainte du mrap et de la L1CRA, un jeune voyou raciste, préparation du congrès du mrap des 22 et 23 mars Ouelles sont actuellement les données exactes du racisme en France et dans le monde? Dans quelles conditions et par quels moyens les combattre? Ouelles sont les perspectives prochaines de ce combat? C'est à de telles questions que le congrès du mrap doit répohdre les 22 et 23 mars prochain à Paris. En effet, notre action doit, pour être efficace, se fonder sur une analyse approfondie de la situation et mettre au point soigneusement les moyens appropriés. Depuis le précédent congrès (les 26-27 novembre 19771, bien des choses ont' changé autour de nous et même à l'intérieur de notre mouvement qui s'est considérablement développé en même temps que s'accentuait la montée du racisme. Sur les bases fixées par l'Assemblée Générale de Dijon, le 8 décembre dernier, le congrès se préparera à travers 14 assemblées régionales qui débattront des orientations en même temps que des modalités d'action et examineront les moyens de renforcer l'implantation du mrap et ses initiatives à travers la France. Plusieurs déjà sont fixées et toutes se dérouleront entre la fin janvier et le début mars. Par ailleurs, le même débat se déroulera dans les 12 commissions spécialisées qui fonctionnent au sein du mouvement. Le congrès sera une étape importante dans la mobilisation de tous les courants opposés au racisme. Nous comptons, en particulier, sur les nouvelles générations. C'est pourquoi le mrap propose qu'avant le congrès se déroule une semaine de la jeunesse contre le racisme qui permettra à toutes les associations intéressées de marquer leur intérêt pour ce combat. Le bilan impressionnant des réalisations du mrap pendant les deux dernières années est une base de départ qui nous laisse espérer pour la prochaine période de nouveaux progrès pour faire face aux besoins actuels. A condition, bien sûr, que se poursuive et s'amplifie le remarquable effort de nos militants et la mobilisation toujours plus large de l'opinion publique. • ~. 249-24-00 qui avait barbouillé des slogans antisémites autour de la synagogue, a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Le mrap, représenté par Me Jacqueline Moutte, a obtenu 1.000 F. de dommages et intérêts. Une délégation du mrap et de plusieurs autres associations (Ligue des Droits de l'Homme, CIMADE, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Association des Juristes Démocrates) a été reçue le 13 décembre par M. Gaston Defferre, députémaire de Marseille, à qui elle a exposé les préoccupations de ces associations concernant la situation des travailleurs immigrés. . . pariS: pou,r James mange La plupart des comités parisiens se sont mobilisés dans la dernière période en faveur du militant sud-africain James Mangé condamné à mort: collages d'affiches, diffusion de cartes postales de protestation et des tracts, participation aux manifestations qui ont lieu chaque troisième jeudi du mois devant l'ambassade d'Afrique du Sud. carnet nos deuils • Deux peintres, Sonia DELAU NA y et Marc SAINT-SAENS sont décédés récemment. Par delà tout ce qui pouvait les séparer au plan artistique, l'un et l'autre étaient des amis du mrap et avaient offert des oeuvres aux différentes ventes organisées pour le soutien de notre action. Nous cons!,lrverons avec émotion le souvenir de leur solidarité et exprimons à leurs familles respectives notre profonde sympathie. • Nous avons appris avec beaucoup de peine la disparition de Ady BRILLE, ancien commandant des Forces Françaises Combattantes, déporté- résistant à Buchenwald-Dora, commandeur de la légion d'Honneur et Rosette de la Résistance, membre de la direction de l'A.NAC. R. et de la F.N.D.I.R.P. Après la libération, Ady BRILLE avait dirigé pendant plusieurs années les émissions de la Radiodiffusion française à destination de' l'outre-mer ; il était l'auteur d'un ouvrage sur les camps nazis, intitulé «Les Techniciens de la mort » qui vient d'être édité au Livre de Poche. A sa famille et à tous ses proches, nous présentons nos très sincères condoléances. naissances • Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance d'Eléonore, fille de nos amis Christine et Dani.el BANDERLY, animateurs du comité du mrap de Loire-Atlantique. Nous leur exprimons nos félicitations et nos voeux les plus cordiaux. • Nos félicitations et nos voeux amicaux, égaIement, à l'occasion de la naissance de David et Benjamin, fils jumeaux de Hugues STEINER et Paule GERMAIN-STEINER. promotion • Elimane KANE, responsable de la permanence juridique du mrap, ayant terminé avec succès ses études de droit, a prêté serment d'avocat le 16 janvier. Plusieurs membres du Mouvement étaient présents. A l'amicale réception qui a suivi, Albert LEVY, au nom de tous, lui a exprimé les félicitations les plus chaI~ ureuses et souhaité beaucoup de succès dans sa carrière, au service de la Justice. N° de Commission paritaire: 61013 31


Notes

<references />