Droit et Liberté n°396 - décembre 1980

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°396 de Novembre Décembre 1980
    • Editorial: le défi de Différences par Albert Levy
    • Enquête: L’après Copernic par Marc Mangin
    • Un procès pas comme les autres (F.A.N.E. et Fredricksen) par George Pau-Langevin
    • Immigration et chomage par Mario Granelli
    • Bossuet occupé
    • Le projet "sécurité et libertés": une machine à remonter le temps par Marc Chatel
    • U.S.A.: peur et colère des noirs américains par Robert Pac
    • L'essai transformé d'Albert Ferrasse (Afrique du Sud) par Robert Pac
    • Dans un village de France par Roger Gicquel
    • Descente aux enfers de Wladimir Pozner présenté par Pierre Paraf
    • Livres: apartheid! pouvoir et falsification historique de Marianne Cornevin présenté par Francis Garceau
    • Théâtre: Vivhy fictions de Bernard Chartreux présenté par Yves Breton
    • Strtégie culturelle de l'antisémitisme contemporain par Pierre-André Taguieff
    • Action: réception au Sénat autour de Pierre Paraf et François Grémy: renforcer le poids et l'action du MRAP
    • Etats généraux contre le racisme par Louis Mouscron
    • Harlem sur seine à Vitry

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

l'a copernic immigration et chômage 2 .54, Rue Bonaparte - 75006 PARIS .23, Avenue Victor Hugo - 75016 PARIS .11, Rue de l'Argenterie - MONTPELLIER • 1 5, Cours Vitton - 69006 LYON .20, Place d'Armes - LUXEMBOURG .711, Madison Avenue - NEW-YORK.10021 .2070 Crescent - MONTREAL • courrier. le même venin Félicitations pour l'issue du procès Fredriksen. Il reste bien des articles et publications à poursuivre de la même manière. A commencer par les textes de " Notre Europe », le journal de l'ex -FANE parus depuis l'inculpation sous diverses signatures. Et en continuant par les autres organes de presse qui distillent le même venin. Et aussi - pourquoi pas? - certains articles fort peu équivoques de la " nouvelle » droite. J. Bacalu 92 Anton le sursaut Oui, l'heure est à la vigilance, et on est effaré devant la recrudescence du racisme officiel d'un petit nombre peut-être, mais si agissants et " solidaires » qu'ils en deviennent menaçants. Oui, ce grand sursaut des manifestations parisiennes - celle du 7 octobre en particulier - montre que les conditions d'un " fascisme généralisé » ne sont pas acquises. Mais il est nécessaire d'être sur ses gardes, car même dans la jeunesse, des idées racistes concernant le travail des immigrés, les Nord-Africains ou Portugais principalement, ont cours chez certains, même sans conscience claire. L'antisémitisme des événements récents et le sursaut qu'il a provoqué montre que l'antisémitisme est encore une forme " privilégiée » de racisme, que l'Histoire en est si lourde de malheurs qu 'il provoque la réprobation universelle des " bien-· pensants ». Merci à notre ami Nf" Roland Rappaport pour sa plaidoirie si complète et si lucide, pour son courage à dénoncer les complicités policières et gouvernementales, là où elles existent, pour sa vigilance aussi et sa ténacité à défendre l'innocence face aux fascistes complices. Il est des périodes où il faut savoir s'engager à nouveau. La nôtre est de celles là. Et le Mrap et droit et liberté nous le rappellent en ces jours. Nous ne serons pas absents de ce sursaut de la conscience antiraciste. J.C. Antok 38 La Côte -St-André à marseille Je suis très motivée par le récent attentat de la rue Copernic à Paris et, tout dernièrement, par ce très regrettable incident survenu à Marseille, qui a coûté la vie à un jeune Français de dix -sept ans d'origine magrébine, Ben Mohamed Laouri, au cours d'un contrôle par des C.R.S. D'après le préfet, ce serait un accident. Pour ma part, je crois à un acte de racisme, et ce meurtre doit être poursuivi en tant que tel. Il y a quelques années, à Marseille, j'attendais un taxi devant la gare St-Charles. Il yen avait peu, vu le nombre de voyageurs. Etant la dernière de la file, un Tunisien qui se trouvait avant moi me proposa de partager le sien avec lui. Des policiers m 'ont alors fait remarquer que cela " n'était pas prudent » pour moi d'accepter - ce dont je n 'ai évidemment pas tenu compte. J'arrive ensuite à un hôtel. Le fils du patron, prenant ma valise et m 'accompagnant à ma chambre, me dit : " Ici, on ne prends pas d'Arabes ». Je lui ai répondu que je ne lui demandais pas l'origine de ses clients. Au cours d'un voyage en ha lie, j'étais avec une jeune femme de Marseille, très gentille, qui a cependant baissé dans mon estime lorsqu'elle m 'a dit: " Je rentre chez moi dire que je vais retrouver encore tous ces ' Arabes !. .. ,; On ne peut pas généraliser, bien sûr. Ces faits me semblent tout de même significatifs. Je pense à cette pauvre mère de Ben Mohamed Laouri; je partage son chagnn, sa douleur, cela me fait beaucoup de peine. Andrée Remiot Paris 6" chaud au coeur Je suis un travailleur immigré marocain et depuis quelques années j'observe avec intérêt et reconnaissance les activités et interventions du Mrap en faveur de tous ceux qui sont victimes du racisme et de l'indifférence : Arabes, Juifs, Noirs, Asiatiques, etc. Je tiens à le féliciter pour la manifestation monstre organisée à Paris après l'odieux attentat de la rue Copernic. Je l'ai regardée à la télévision. Ce jour-là, j'ai eu chaud au coeur et j'ai pleuré, car depuis quelques temps, on massacre, on fouille, on contrôle, on humilie des gens parce qu'étrangers dans un pays qui se veut démocratique, un pays dont j'ai adopté la culture et la littérature, dans l'indifférence générale. J 'aimerais que tout le monde, en France, se dresse contre la chasse au faciès dans le métro, les gares, contre le mépris dont souffrent les travailleurs arabes et africains. Et pourtant au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Afrique Noire, les Français continuent à être choyés et accueillis conformément à nos mentalités qui sont loin d'être celles de sauvages comme le clament les hordes immondes du racisme. Un immigré reconnaissant et ému le noël des éboueurs Je lis dans " Le Monde » (8 novembre) un communiqué de la Mairie de Paris invitant la population à refuser toute gratification aux éboueurs qui solliciteraient des étrennes à la fin de l'année. Je ne crois pas être parano en pensant qu 'éboueurs travailleurs immigrés et fortement colorés. Tous les ans, trois catégories de travailleurs viennent vers Noël demander des étrennes: les postiers, les pompiers et les éboueurs. Il va de soi que les deux premiers sont bien blancs, propres et fonctionnaires et que les derniers n 'ont pas du tout « l 'air de chez nous ». Si les gens sont dérangés par ces collectes, pourquoi ne les supprimer qu'aux éboueurs et pas aussi aux facteurs et aux pompiers? Refuser des étrennes à ceux qui travaillent le plus dur à nettoyer notre merde à longueur d'année est d'une injustice intolérable. Guant à la difficulté de les identifier, cela aussi est un faux prétexte. Tout comme les pompiers et les facteurs, ils se présentent eux aussi avec leur petit calendrier de voeux BAN SARD International S.A_ au Capital de 6200 000 francs Agréée en Douane n" 3829 J.O. du 27.11.77 VOS PROBLEMES : Enlèvement à l'étranger - Transports - Assurances - Formalités douanières - Domiciliations ba ncaires - Stockage et gestion. VOS DIFFICULTES: Délais d'acheminement, de dédouanement, de livraison_ CONFIEZ-LES à un « TRANSIT AIRE » spécialiste de votre profession SERVICES: AERIEN - MARITIME - FERROVIAIRE - ROUTIER RUNGIS Senia 501 - 21 , rue des 15 Arpents 94577 Rungis Cedex Tél. : 687.22.23 PARIS 1er 35, avenue de l'Opéra. Tél.: 261.52.26. ORL Y Cidex A 820 94 392 ORL Y Aéroport Tél. : 853. 12.34 poste 38.94 ROISSY B.P. 1044695707 Roissy Aéroport Tél. : 862.27.20 droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 ST-OUEN-L'A UMOj\;E 9531 0 50, rue d'Epluches Tél. 037. 17.80 LYON 69002 - 55, rue Félix-Brun. Tél. : 58.85.3 1. 3 4 appel aux militants en raison de son intense activité, le Mrap appelle ses militants à participer au travai 1 adm inistratif. à vendre photocopieuse Royfax 1500 1000 F S'adresser au journal PIERRE LICHAU S.A. ~ ___ Capital de 2.400 .000 F. ____ ..... , 10, rue de Louvois 75063 Paris cédex 02 '" Tél. : 260 .33.44 + - Télex : Publi 210311 F 41, rue Paul Chenavard 69001 Lyon T él. : 828.96 .32 -1- - Télex: Eurol 330949 F -1- Spécialiste de la communication sous toutes ses formes: • Publicité de Recrutement • Publicité Générale .Agence de Télécommunications fit! Il·] hl hE1 rta • enquête. l'après copernic ....... . ......... p. 7 par marc mangin un procès pas comme les autres p. 11 par george pau-Iangevin • sur le vif. immigration et chômage par maria granelli projet «sécu rité et li bertés » : p. 14 une machine à remonter le temps p. 18 par marc ohatel • point chaud. u.s.a. : peur et colère des noirs américains ....... . . . . ... p. 21 par robert pac afrique du sud·.I 'essai transformé d'albert ferasse • l'événement. . p. 23 le défi de1JiB~.encart p.25 à 28 • pleins feux. descente aux enfers dewladimir pozner ... .. . , ...... . .. . , .... . , p. 35 par pierre paraf stratégie culturelle de l'antisémitisme contemporain . . .... .. ........ . p. 39 par pierre-andré taguieff • action. renforcer le poids et l'action du mrap ... . .. . . . ...... . . , . .. . p, 43 par françois grémy les états généraux contre le racisme ............ .... ... . p, 47 Ce numéro n'est complet qu 'accompagné de son encart numéroté de 25 à 28 droit et liberté mensuel 120 r .. e sa int-denis, 75002 paris · téléphone 23309.57 - c .c .p. 9239·81 paris directeur de la publication rédacteur en chef alben lévy Jean · louls sagot ·duvau roux secrétariat de rédaction marc mangin jean-pierre barrizien, mireille carrère, delphine deporte, jean -pierre giovenco, phil ippe jarreau, patrick kamenka, féllx Jambert, racine maïga, stephane mayreste, robert pac, yves person, théo Salnl-jean, abdelahak senna, pierre -andré taguieff, yves thoraval, jean-yves trelber, pierre vidai , slimane zéghidour . abonnements un an 60 F soutien 120 F étranger 90 F. publiCité au siege du Journal .. signé : « Les éboueurs de Paris vous souhaitent, etc. ». Il reste un mois d'ici Noël. Comment faire pour que les éboueurs continuent à frapper aux portes et que les «braves gens » ne leur refusent pas leurs étrennes? Rosy PINHAS-DELPUECH Paris 15" ce climat malsain Depuis longtemps solidaire de tous les combats antiracistes, je n 'ai que trop tardé à m'y associer. Je suis bien consciente de la montée du racisme et de l'antisémitisme et je tiens le gouvernement pour une grande part responsable de ce climat malsain. Oui, en effet, encourage les racistes de tout poils en faisant preuve de laxisme envers les groupes néo-nazis etlen promulgant des lois xénophobes? En tant qu'étudiante, j'ai pris part au mouvement réclamant l'abrogation de la circulaire Imbert, trouvant inacceptable que, sur simple critère de race, de nationalité et d'opinion politique, on supprime à des milliers d'étudiants étrangers la possibilité de poursuivre ou q'entreprendre des études en France. D.P. 78 Maisons -Laffitte ça suffit! Un seul Hitler pour toute l'histoire de l'humanité ça suffit! alors arrêtons le carnage d'une poignée d'inconscients de sauvages car cette poignée d'inconscients de sauvages pourrait grandir et si nous n 'y faisions barrage et dans ce cloaque maléfique pourrait naÎtre un autre Hitler Non ça suffit mes soeurs mes frères avec notre coeur avec notre courage arrêtons le carnage n 'attendons pas demain car demain commence dès ce matin Andrée CLAIR Paris 15" • éditorial • le défi de Un évènement se prépare, un nouveau mensuel va naître: 1Ji11~ Trois facteurs se sont conjugués pour y aboutir. D'abord une nécessité: celle de mettre à la disposition du grand public un organe d'information et de réflexion pour mieux résister à la pression actuelle du racisme, qui dispose, lui, d'importants points d'appui dans les médias. Ensuite, une possibilité: celle offerte depuis plusieurs mois par des sympathisants du Mrap désireux de contribuer par une aide matérielle et professionnelle au lancement d'une telle publication. Un espoir enfin: celui de prolonger le profond mouvement qui a suivi Copernic, en lui donnant une expression, une voix. « 1Jzl/~ » : ce titre représente à lui seul un programme. Le racisme, aujourd'hui comme dans l'Histoire, nie l'identité, les droits, l'humanité même de l'Autre, celui qui est différent, homme ou peuple. Le combattre, c'est reconnaître que les hommes, les peuples, sont égaux par delà ce qui les distingue, que chacun apporte à tous l'inaliénable richesse de son originalité, c'est vouloir vivre en commun le présent et l'avenir. Mais « 1Jzl/~ » est aussi un défi. Alors que tant de journaux disparaissent, étg~ffés par d'énormes puissances financières et idéologiques. alors que tant de forces concourent dans le monde en crise à diviser les gens, à nourrir l'égoïsme et les préjugés, n'est-il pas aventureux de miser ainsi sur un idéal généreux? Nul doute qu'en créant « 1Ji11~ ", de grands risques sont pris. Tout dépend de ceux à qui il s'adresse: les militants et amis du Mrap, désormais dotés d'un nouveau et efficace moyen d'action; l'opinion antiraciste consciente, soucieuse d'accroître son poids social; des foules de lecteurs ouverts aux réalités contemporaines, qu'éclaireront reportages et photos, débats et analyses, sous une forme dynamique et attrayante. Lisez donc l'encart qui figure au centre du présent journal, et devenez sans tarder un abonné-fondateur de « 1Jihh~ » . Faites en sorte qu'il existe et qu'après le numéro 1. prévu pour mars, Il poursuive une longue et féconde carrière. Ce sera un acte d'optimisme réaliste à la fois guidé par la raison et le coeur. « 1Jilf~ » sera vôtre ou ne sera pas. Albert LEVY N.B. « droit et liberté » continuera de paraître dans une formule modifiée, comme expression militante de l'action du Mrap. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 5 SAMAG Té 1. ( 56) 91 .17. 18 3Ll g,! es glou pees TELEX SAMAG 550568 SOCIETE ANONYME DE MAGASINAGE D ADMINISTRATION ET DE GROS 165 -167 Cours de l 'Yser 33000 Bordeaux S.G.C. Société de Gestion Commerciale 44, rue Tête d'Or 25, Cours Vitton 69006 LYON - Tél. : (7)889.02.25 HAUTE FIDi:UTi: - VIDi:O LES PLUS GRANDES MARQUES INTERNATIONALES 87, boulevard Sébastopol 75002 PARIS Métro : REAUMUR· SEBASTOPOL 6 électronique de 10 h à 13 heures et de 14 h à 19 h 30 oe 236.38.76 236.27.08 WATOS Joaillier 3, rue du Casino DEAUVILLE (CAL V ADOS) V ANDRAN & CAPERAN 19, rue Semanaz 93310 LE PRE-SAINT-GERVAIS Tél. : 845.94.22 Fabrique de confection Ets ELDEKAS S.A. R. L. 35, Rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris - Tél. : PRO.68.43 Pharmacie ANIEL 2, rue de la Collerie 57600 FORBACH Tél. : 85.11.96 -- • enquête. attentats l'après • copernic La France s'est émue après l'odieux attentat de la rue Copernic, le 3 octobre dernier. La population a , par centaines de milliers, foulée les pavés des villes pour protester contre.l'impunité dont bénéficient les groupes fascistes et demander que des mesures efficaces soient prises pour les mettre hors d'état de nuire. Après le choc, arrive le temps des explications. Alors que les parlementaires s'affrontent, l'enquête piétine ... et pendant ce temps là, les menaces, les agressions, les attentats continuent. Les manifestations sont à peine disper sées que déjà, profanateurs et semeurs de terreur reprennent du service. La liste des agressions et des attentats s 'allonge comme si rien de grave ne s'était passé . Elle devient trop longue pour attribuer ces agressions aux délires de quelques individus isolés voulant créer , sans raisons politiques, un climat de violence . L'attentat de la rue Copernic a fait taire (pour combien de temps 7) les Dupont - Lajoie, et c'est bien du côté des organisations fascistes structurée, soutenues pour certaines par des pays étran gers , qu 'il faut rechercher les coupables du climat de terreur qui s 'installe chaque jour un peu plus dans l'Hexagone, atteigant indifférem ent les juifs, les arabes, les travaill eurs immigrés, ... (1) La même volonté anime-t-elle les pou voirs publics et les manifestants antifas cistes de voir disparaître la peste brune qui gangrène petit à petit notre société 7 Interpellé très fréquement par les par lementaires, sur la montée du nazisme et la recrudescance des actes racistes , le gouvernement , lorsqu'il ne fait pas la sourde oreille , a trop longtemps prétendu «ne pas avoir connaissance " des activitées fascistes en France. Parrallèlement, comment interpréter le fait qu 'une enquête disciplinaire ait été ouverte contre M Paul Guégen, secrétaire du syndicat C.G. T. des P.T.T. du Nord-Finistère, pour avoir pris la parole devant le personnel afin de condamner les attentats fascistes et demander une minute de silence à la mémoire des victimes de la rue Copernic 7 Comment interpréter aussi , le fait qu'une journée de salaire ait été retirée aux enseignants du collège Delalande , à Athis Mons (91), ayant cessé le travail une heure, le 7 octobre , pour se rendre à la manifestation 7 La condamnation de Fredricksen à dix huit mois de prison dont douze avec sur sis aurait été de nature à rassurer les antiracistes, si elle avait été accompa gnée d'une véritable action de lutte contre le fascisme et le terrorissme . Mais les quelques fascistes arrêtés au cours des dernières semaines n'ont-ils pas été immédiatement relachés sans être inquiétés 7 Malgré les éléments en leur possession , les pouvoirs publics ont-ils pris les dispositions nécessaires pour surveiller les activités des individus connus pou r leurs activités terroristes 7 Les déclarations et les actes dansent sur des mélodies différentes, à tel point qu'on droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 ne sa it plus très bien sur quel pied retom ber! la france n'accepte pas le racisme Au Parlement, entre deux envolées ly riques, quelques questions graves ont été posées aux ministres, malheureusement restées sa ns réponses. Mise à part la confession de Roger Chinaud

« QUI; il existe un racisme latent

(. .. ) nous n 'avons peut -être pas prêté suffisament attention à certains actes, à cer tains comportements, à certains pro pOS ", les déclarations des parlementa ires de la Majorité ne manquent pas de surprendre, voire , pour certaines, de scandaliser. « C'est Mozart qu'on a assassiné ", s'était exclamé Lionel Stoléru au lendemain de l 'attentat. C'est dans ce style que de nombreux parlementaires ont commentés «l'Affaire Copernic ". Ainsi M. Barre s 'efforçant d 'éffacer un malheureux lapsus « Un attentat qui visait des israelites se rendant à la synagogue et qui a frappé des Français innocents ») insiste, parlant des vict imes de la deuxième guerre mondiale sur les «longs cortèges de ces hommes, ces femmes, ces enfants qui, par milliers, ont disparu dans la nuit et le brouillard ». M Claude Labbé s'étonne (étonnant) que les évènements du 3 octo bre aient pu avoir lieu: «Nous avons la chance extraordinaire de vivre dans un pays, sur un sol, sur une terre où la se mence de l'intolérence ne pousse pas naturellement. Terre de mesure, d'accueil, de tolérance, la France n 'accepte pas naturellement /'idée de ségrégation ». S'i l est vrai que le peuple français s 'oppose au racisme - il l 'a montré dans les mani festations - cette tradition est entachée par l'impunité dont jouissent les groupes fascistes et racistes. c: co Cl co :.:: . ~ W o +' • t nnet : « Il n'y a pas de fascistes dans la police ». Quand aux causes du malheur de tant de familles , celles des victimes de la rue Copernic, tout comme celles des victimes directes du racisme et du fascisme , elles ne sont pas clairement dénoncées. Les causes, on les cherche pour l 'instant du côté de Chypre, des Arabes, de l 'O.L.P., du K.G.B., voire, pour M Poniatowski , d'Israël. S'il est vrai que certains groupes 7 sont aidés de l'etranger, cela ne sauraient suffire à épuiser la question. La piste chypriote, entourée d 'un maximum de publicité, n 'avait-elle pas pour but de rassurer une majorité silencieuse et porter la suspicion sur les populations étrangères (déjà responsables du chômage, du déficit de la Sécurité Sociale ... et mainte nant du racisme)? les calculs de m. bonnet «L'affreux attentat de la rue Copernic a donné à certains l'occasion de tenter d'atteindre la police par des affirmations gratuites et des insinuations perfides ». C'est ainsi que M Bonnet, qualifiait le 8 octobre à l'Assemblée Nationale, l 'aide apportée à l'enquête par des syndicats de policiers, ce à quoi M. Barre ajoutait, le même jour au Sénat : «Ces allégations sont diffamatoires et scandaleuses ». Pourtant, bien que l'appartenance de Durand à la F,A,N,E, soit connu, M Bonnet affirmait, dans une interview accordée à France Soir, (13/ 10/ 80) :« La police dispose d 'un document saisi dans les locaux de la F.A. N. E. , qui compte, sur quatre feuillets, cent cinquante deux noms. Se lon les premieres vérifications éffectuées, aucun policier n'y figure ». Le lendemain au Sénat, le ministre de l 'Intérieu r reconnaît que dix-huit policiers sont membres de groupes fascistes : « Sur 3400 noms trouvés à l'occasion des perquisitions effectuées dans les milieux d'extrême-droite, tant à Paris qu'en province, il apparait, au total, que vingt-et-un sont ceux de fonctionnaires de police. Si je défalque de ce dernier chiffre trois inspecteurs dont je suis d'ores et déjà sûr qu 'ils avaient été officiellement chargés d'une mission par leur hiérarchie, ce sont au total. dix-huit fonctionnaires dont les noms figuraient sur des documents, des listes ou des agendas ». Pourtant, les fonctionnaires de pol ice qui dénoncent l'infiltration d'éléments fascistes dans la police maintiennent leurs accusations. Dans le numéro du 31 octobre de « l'Unité Syndicale », le journal du S.G.P. (Syndicat Général de la Police), les syndicalistes reprennent à leur compte les propos tenus par José Deltorm

« « Sur une liste de cent cinquante

noms des membres de l'ex -F.A.N.E., à ma grande honte, 1 sur 5 sont des policiers ». Des faits révélés ces derniers jours, confirment par ailleurs que la lutte contre le racisme ne préocupe guère les respon sables de la police. Ainsi, n'a-t-on pas appris que le commissaire Delfosse qui avait fait boire un Ghanéen dans une écuelle de chien après l 'avoir torturé pendant près d'une heure, vient d'être nommé divisionnaire à Aulnay-sous-Bois? Un brigadier dont le nom n'a pas été rendu public est l'objet d'une enquête, suite aux persécutions dont il est l'auteur envers une commerçante juive à Paris. Le brigadier Metenier, reconnu coupable de violence contre des Français musulman vient d 'être condamné à Lyon ainsi que son compagnon Michel Decarpentries, célèbre lui pour sa phrase « Il n 'y a pas de 14 juillet pour les Arabes ». , Parmi les récentes « bavures » il en est encore une qui retient l'attention dans le domaine du racisme: le meurtre par un C.R.S. d'un jeune Marocain à Marseille, qui a suscité une vive émotion. plainte contre les policiers Aux accusations des syndicalistes est venu se joindre le témoignage de Gérad Monate, ancien président de la Fédération Autonome des Syndicat de police Mobilisation contre le racisme dans toute la France : ici à Montpellier après l'attentat rue Copernic. 8 qu i dénonce « l'esprit fascisant de la police » . Ainsi , en guise d'enquête, les pouvoirs publics poursuivent en Justice ceux qUI apportaient leur contribution à la justice et la liberté . M Bonnet nous ava it laissé croire à une autre orientation de l 'e nquête lorsqu'il disait, le 8 octobre à l'Assemblée National « Les assassins seront poursuivis sans relache, j'en donne l'a~surance à la réprésentation nationale ( .. .) Les services chargés de l'enquête conduisent leurs investigations avec une diligence et un dévouement exemplaire ». Pourtant, à l 'heure ou nous écrivons ces lignes, aucun fasciste n'est sous les verrous et les attentats se multipl ient. police et justice accusent « L'attentat était prévu et prévisible » (les syndicats de police). Le 23 septembre, dans un communiqué, le syndicat Générale de la Police demandait la création d'une commisssion d'enquête parlementaire, afin de faire toute la lumière sur les attentats. Dans son communiqué, le S.G.P. rappelle « Ou 'aucune poursuite administrative, malgré ses nombreuses interventions auprès des hauts responsab es de la police, n'a été engagée à l'encontre de ceux qui diffusent ou laissent diffuser une idéologie raciste et fasciste dans certains services de police ». D'un autre coté, le rappel à l 'ordre et les demandes d'explications adressés par le juge Joly, au commissaire Leclerc accroissent les interogations . Dans sa let tre , le juge Joly s'étonne « d 'apprendre que, le jour même de mon départ en vacances, soit le 1er juillet. une série d'interpellations et de perquisitions avaient été opérées portant sur un nombre très restreint de militants des groupuscules néo-nazis concernés. Conduite dans de telles conditions, cette opération ne pouvait qu'être vouée à l'échec. De plus, je viens d 'apprendre que la mise sous écoute des lignes téléphoniques de Fredricksen et Malliarakis n 'a pas été réalisée, que la saisie des fichiers de ces mouvements n 'a été opérée, qu'il n 'a pas été procédé à perquisition au siège de la li brairie gérée par Malliarakis. En outre, les treize individus interpellés l'ont été le lendemain d'une perquisition, entière ment négative, effectuée le 30 juin au siège de la F.A.N.E. et dont il ne m 'avait pas été rendu compte. Enfin. et plus grave encore, par la presse, il a été révélé qu'un fonctionnaire de police nommé Durand, figurait au nombre des militants, sinon des dirigeants les plus actifs de la F.A. N. E. sans que cette particularité ait jamais été portée à ma connaissance. j'observe que Durand n'a pas été interpellé lors de vos opérations du 1 er juillet.. . ». Heureusement, la radio est venue au secours du commissaire et de ses supérieurs en annonçant que, si une perquisition précipitée avait eu lieu au siège de la F.A.N.E., ce serait ... par crainte que le M.r.a .p. n'intervienne lui-même dans les - locaux du groupe fasciste et ne s'empare des documents qui s'y trouvaient. questions pour une enquête Mais, plus grave sont les accusations portées par certains parlementaires auxquels, hélàs, aucune réponse n'a été apportée. M Maxime Kalinsky, député, demande par exemple: « N'est-il pas exact. Monsieur le Secrétaire d'Etat. qu'un recrutement de policiers est organisé à partir des milieux fascistes et en particulier à la Faculté de Droit de la rue d'Assas? N'est-il pas exact que certains dossiers sont systématiquement expurgés des pièces comprommettantes qui concernent tant des policiers que des activistes fichés aux Renseignements Généraux. Est-il vrai que certaines fiches des Renseignements Généraux portent à côté du nom de la personne la mention «juif » ou « de race noire »? N'est-il pas exact que dans les enquêtes de police sur les activités nazies, des faits connus des services du ministère de l'Intérieur ne sont souvent pas communiqués aux autorités judie:: ciaires, comme la loi en fait pourtant obli~ gation ?» ~ Ces graves questions ne cessent de .21 W ___ o~C .~ ... c. La jeunesse s'est mobilisée contre le racisme: ici, au lycée Charlemagne à Paris. tourmenter les victimes des agressions et attentats, mais aussi tous ceux qui restent attachés aux libertés. Souhaitons que l'enquête en cours y apporte des réponses. Marc MANGIN (1) Voir ci-dessous. 4 octobre : Un incendie d'origine criminelle ravage le restaurant d'un commerçant juif à Nice. la synagogue de Saint- Dié (Vosges) est recouverte de grafitti antisémites et de croix gammées (signé F.A.N.E,), 5 octobre : Agression contre un étudiant marocain de confession juive dans le train entre Paris et Enghien. 6 octobre: A Nice une grenade est lancée sur les manifestants protestant contre l'attentat de la rue Copernic. Dans la nuit du 6 au 7, une dizaine d'attentats ont lieu à Montpellier au domicile ou au lieu de travail de personnesd'origine juive. 7 octobre : A Marseille, une commerçante juive découvre une bombe dans son bar. la mèche s'était éteinte. Incendie criminel dans les locaux du P. C. F. à Ivry et Vitry. les élus communistes reçoivent des menaces. 8 octobre: Un incendie criminel est allumé dans les locaux de Trigano Electronic, revendiqué par un commando « Ordre Noir ». A Romilly-sur-Seine, la vitrine d'un commerçant juif estbrisée, sa façade recouverte d'inscriptions antisémites signées F.A.N.E. les auteurs, dont un mineur, sont arrêtés. A Nice, l'appartement d'un commerçant juif qui avait déjà reçu des menaces, est mis à sac par un groupe se réclamantde la F.A.N.E. 15 octobre: Agression contre un étudiant juif au Centre universitaire Toldroit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 à chaque jour ses violences biac à Paris. 18 octobre : Agression chez le député J. P. Pierre-Bloch; le C. R.S. en faction devant l'appartement est blessé. 20 octobre : Une bombe est découverte à la Bourse de Paris. 28 octobre : Agression antisémite à Marseille contre deux lycéens juifs à la sortie de leur école. 30 octobre : Explosion d'origine criminelle du véhicule d'un docteur de confession juive à Montrouge dans les Hauts-de-Seine. 31 octobre: A l'Institut d'Etudes politiques de paris, un étudiant juif, protestant contre une distribution de tracts du « Fer de lance solidariste », organisation fasciste, est agressé. 4 novembre : Coups de feux, vers seize heures, contre une école israélite, 25, rue Riquet à Paris. 5 novembre : Attentat au cinéma le « Gay vidéo-club »pendant la projection du film « Christopher street Blues ». 11 novembre : Un incendie d'origine criminelle est allumé au siège de la section du XIIe arrondissement de Paris du P. C. F. 15 novembre : Cocktail molotov contre le foyer de travailleurs immigrés, 63, rue du Chevalet à Paris. 14 novembre : Alain Krivine, dirigeant de la l.C. R. reçoit des menaces antisémites. 9 CONFECTION POUR DAMES GRANDE SPÉCIALITÉ DE JUPES ~lltl4~f!ttf! 47, RUE RÉAUMUR, 47 7S003 PARIS C. C. P. PARIS 8836 - 40 Mètro : ReAUMUR·SESASTOPOL TËLËPH.: 272.19.58 prêl-à -porler 17, rue d'Enghien - 75010 PARIS lm 82452.27 ~aUif"ent pascal 97 rue de sèvres paris Ge chemisier habilleur tél. " 222-68-42 r. c. seine 64 b 3993 S . A . R . L A U C APITAL DE IOO . OOOF dmpcimecie TYPO LITHO OFFSET IIZ0UZ l t'f 4jS. rue de l'Ourcq 75019 PARIS Tél : 202-73-11 10 TRAVAUX COMMERCIAUX ADMINISTRAT 1 FS TOUTES FOURNITURES POUR BUREAUX SARL au capital de 40.000 F. 23, rue Etienne Marcel 75001 Paris 'A" 236.37.80 Maaasin de vente : Passage du Caire 75002 Paris .... 508.59.32 Maisons recommandées TELE-SIMART 43, rue Simart - 75018 Paris WlTLO 20, rue d'Athènes 75009 Paris LASSO 68, rue de Turbigo 75003 Paris Ets PEREL 8, rue de la Michodière 75002 Paris SIM 74, Faubourg du Temple 75003 Paris 1 URENNE HABILLEMENT Capital 200.000 Frs 71, Rue de Turenne 75003 Paris Tél. 887.92.84 • enquête. ~ un proces pas comme les autres Le fürher de la FANE, Marc Fredricksen, a fait appel du jugement prononcé contre lui par la 17e Chambre correctionnelle de Paris, le condamnant à dix-huit mois de prison dont douze avec sursis. Le jugement, d'une cinquantaine de pages, établit les délits pour lesquels Fredricksen était poursuivi: «provocation à la haine raciale, diffamation raciale et apologie de crimes de guerre et de collaboration avec l'ennemi ». Poursuivi seul, Fredricksen est le seul condamné du procès visant les écrits de « Notre Europe » de septembre 1919 à juin 1980. Ce procès fera néanmoins jurisprudence puisque c'est la première fois qu'une peine de prison ferme en matière de presse est infligée en vertu de la loi antiraciste de 1972. Cette condamnation, si elle est confirmée par la Cour d'appel, aura pour effet de priver un des chefs de file du nazisme français de ses droits civiques. Cela posera des problèmes à Fredricksen qui a manifesté son intention de se présenter aux prochaines élections présidentielles. En attendant le verdict de la Cour d'Appel. Fredricksen devra,'à nouveau, rendre . des comptes à la justice, puisque à la suite de l'intervention du Mrap,le Parquet du tribunal de Paris a ouvert une nouvelle information judiciaire contre le directeur de «Notre Europe ». Poursuivi une nouvelle fois en vertu de la loi du 1 er juillet 1972, Fredricksen devra répondre d'incitations à la haine raciale, apologie de crimes de guerre et de collaboration avec l'ennemi et d'attentats par explosifs. Le procès prendra en compte les numéros de «Notre Europe » de août, septembre et octobre 1980. Entre temps, le 12 octobre, Marc Fredricksen a été victime de ses propres méthodes. Alors qu'il projetait une « marche de santé »en forêt de Rambouillet, le leader fasciste et ses sbires ont été agressés par un commando se réclamant d'une « Résistance juive ». Le responsbale de la FANEa dû être hospitalisé, ainsi que son ami Frédéric Vicher. Ce dernier a d'ailleurs été placé en garde à vue, ainsi que Philippe Cabassud, tQUS deux membres de la FANE, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de la rue Copernic. Vicher n'est d'ailleurs pas un inconnu, surtout dans le Vaucluse où, dans la nuit du 11 au 12 avril (à Bollène), sa voiture a véhiculé un groupe d'extrême droite venu coller des affiche~ racistes et barbouiller les murs de graffiti. ~'~nalyse de Me George Pau-Langevin, vice-présidente du Mrap, complète la plaidOIrIe de M e Roland Rappaport publiée dans le précédent numéro de «droit et liberté ». L'émotion née devant les attentats que la FANE a marqués de son empreinte et l'inquiétude devant l'instauration d'un ordre noir, ont fait passer au second plan dans l'actualité les délits de presse imputés à cette association, dont il n'est pas inintéressant pourtant d'examiner l'idéologie, tant on a du mal à croire avant de l'avoir lu qu'on puisse aujourd'hui encore professer de telles abominations. Fredricksen était en effet poursuivi devant le Tribunal Correctionnel de Paris pour «apologie de cri",os ou délits, .diffa . mation raciale, ou pi ovocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale », les poursuites visant tous les numéros de Notre Europe qui ont paru de septembre 1979 à juin 1980. Le Tribunal a classé les textes incri minés en fonction des trois grands chefs de prévention, contribuant ainsi à la définition jurisprudentielle de ces délits. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 1 'histoire selon « notre europe » La première série d'affirmations tombait sous le coup de la diffamation raciale. Selon Notre Europe en effet, la Révolu tion et la Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 ont permis aux .1Jifs d'accéder à des profeSSions jusque là in terdites pour eux, et de là sont parties toutes les convulsions politiques qui ont agité l'Europe ultérieurement. De numéro en numéro, le journal s'évertue à démontrer la fausseté du mythe des chambres à gaz. « Les camps de la mort ne sont qu'une invention de la propagande sioniste. un épisode repensé par les scénaristes hollywoodiens » pour le plus grand profit financier évidemment de la communauté juive. C'est également pour avoir été payé par les sionistes que Jess Owens a expliqué par des motifs raciaux le refus d'Hitler de lui serrer la main en 1936, après sa victoire aux Jeux Olympiques. Le Tribunal a bien admis qu'il s'agissait d'imputations de faits précis de nature à porter atteinte à l'honneur et à la considération de la communauté juive et par suite de diffamation raciale. l'holocauste selon «notre eu rope » Il est toute une série d'allégations égaIement empreinte de la même haine obsessionnelle à l'égard des juifs, et qui étaient poursuivies en tant que provocation à la discrimination, à la haine, à la violence raciale. Simone Weil est violemment prise à partie dans divers numéros pour avoir prôné la légalisation de l'avortement. Elle est accusée en cela, non seulement de creuser le déficit de la sécurité sociale, mais surtout d'organiser «l'holocauste des bébés goïm ». Son élection à la Présidence du Parlement Européen «est une insulte à toutes les femmes d'Europe comme s'il ne s'était pas trouvé une femme plus digne pour occuper ce poste et de souche aryenne ». Son action s'inscrit dans le cadre des «menées sionistes pour affaiblir génétiquement l'occident ». Le sionisme est inlassablement dénoncé dans les colonnes de Notre Europe et chargé de tous les péchés du monde . « J'accuse les sionistes de constituer une secte criminelle. « J. accuse le sionisme d'être intrinséquement pervers. «J'accuse le sionisme de porter les germes de la décadence de l'occident, d'être le pire ennemi de nos peuples ... » «Lorsque les groupes de pression israélite s'estiment menacés dans leurs 11 12 AMEUBLEMENT DÉCORATION B, IlUENUE EMILE-ZOU' 7S0'S pnRIf 575-25-06 - 575-23-20 liguaS PRÊT A PORTER 118, rue réaumur. 75002 paris t! 508.10.43 & 508.46.24 Société Parisienne de Boutons S.P.B. 42/ 44 rue de Cléry 75002 Paris - Tél. 233.36.12 PALTEX 30, rue des Infirmières 84000 AVIGNON M.IFKER FOURNITURES DENTAIRES 770-86-112 523-11 - 41 24. RUE DES PETITES-tCURIES 75010 PARIS imprimerie raymond weill spécialiste de la liasse et du carnet (duplication par carbones ou papiers autocopiantsl. imprimés commerciaux, administratifs, comptables, mécano-comptables. impressions publicitaires. 117, RUE DES PYRËNËES 75020 PARIS oe 37128 ·00 MAISON FONOEE EN 1910 privilèges, ils n 'hésitent pas à provoquer une guerre mondiale ». C'est ainsi, selon Notre Europe, que la guerre de 14/ 18 a eu pour résultat la déclaration Balfour et l'installation d'un foyer national juif en Palestine. La guerre de 39/ 45 a permis la créa tion d'un état d'Israël indépendant. La 3e guerre mondiale aura pour but de mettre Israël en possession des puits de pétrole arabes. « Partout dans le monde occidental. c'est la pègre sioniste qui mène le bal de la haine et de la guerre ». . Il est incontestable que dans les textes de Notre Europe le sionisme est utilisé pour camouffler un antisémitisme viru lent, le sionisme étant chargé de tous les maux généralement attribués aux Juifs par les antisémites. nègre ou juif, la même haine Concernant les autres races, Notre Europe évidemment marque le même mépris tant pour les «négros »que pour les autres, et marque son opposition au sport multi -racial : l'équipe de France : «En France Bantous ou Canaques, Juifs ou Berbères sont décrétés athlètes fran çais au seul vu de leur « carte d'identité ». Noah et Marius Trésor qui ne sont ni «Celtes » ni « Francs », se voient dénier le droit de faire partie de l'équipe de France. Tous ces textes constituent bien selon le Tribunal des provocations à la discrimination, à la haineet à la violence raciales. La troisième catégorie de textes est constituée par des apologies de crimeset de meurtres. On voit notamment relater avec sympathie des attentats terroristes comme ceux qui ont visé Cacheux ou à l'extérieur des frontières d'une «sympathique union guerrière blanche » qui se donne pou r rôle l'élimination phYSique des marxistes. Notre Europe évoque avec amusement les manifestations organisées par «les nègres de Toronto » après la mort d'un des leurs, «légitimement descendu par un policier après un crime quelconque ». Relève également de l'apologie du crime la vente d'un opéra rock Derr Fuhrer constitua nt «un grand pas en avant vers la décrispation de certains sujets », ou encore la vente du livre de Ra hn « Croisade contre le Graal » réhabilitant les idées de camarades assassinés. De même, tous les textes évoquant l 'emprisonnement injuste de Rudolph Hess et de nombreux autres criminels de guerre ou collaborateurs. . En justifiant les actes accomplis au nom des idéologies fascistes et nationales socialistes, en glorifiant les chefs de l'Allemagne hitlérienne et en défendant les auteurs d'actes de violence à travers le monde, la FANE, estime le Tribunal. s'est bien livrée dans son journal à l 'apologie d'un crime. une condamnation exemplaire Il est certain que les textes en euxmêmes sont d'une telle exagération et d'une telle violence qu'une condamnation particulièrement lourde pouvait parfaitement s'expliquer en dehors de tout contexte. Celle-ci est effectivement exemplaire dans le cadre de la loi de 72, puisque Fredricksen est condamné à 18 mois d'emprisonnement, dont 12 avec sursis . Les parties civiles, dont le Mrap, se voient allouer chacune 6 000 F. à titre de dommages-intérêts. Le Parquet avait semblé marquer un instant d'hésitation puisque après cette condamnation les numéros ultérieurs de la FANE n'avaient pas été poursuivis, bien que le ton soit demeuré le même, malgré l'interdiction ayant frappé le mouvement. Depuis l'entrevue accordée au Mrap par le Ministère de la Justice, les poursuites ont repris et peut-être l'information actuellement ouverte permettra-telle d'amener d'autres que Fredricksen à s'expliquer sur les articles dont ils sont les auteurs. Souhaitons surtout que, même pour des raisons stratégiques, les néo-nazis français montrent un peu plus de décence dans leurs propos. George PAU-LANGEVIN Fredriksen et ses hommes de main à la sortie du tribunal. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 13 c:: 'C" l ~'" .!!! w .o... o .t: C. • sur le vif. immigration et chômage Six ans après l'arrêt «total» de l'immigration, le nombre de chômeurs s'est multiplié par quatre. Pour la simple année 1979, il a progressé de 6,7% et les perspectives du Ville Plan à l'horizon 19851e fixent entre 2,2 et 2,5 millions. Il est évident que les phénomènes immigration et chômage évoluent séparément sans jamais se recouvrir. On ne peut donc mettre, sous aucun prétexte, un signe d'égalité entre eux. 14 Rien de changé, pourtant, dans la volonté du pouvoir et du patronat de présenter les immigrés comme responsables du chômage. Au contraire. Après l'adoption par le Parlement, en décembre 1979 de la loi Barre-Bonnet, sur l'entrée et le séjour des étrangers en France, c'est la circulaire Stoléru du 10 juin 1980, reprenant le projet de loi du même ministre, soumettant le séjour des étrangers à la situation de l'emploi, qui régit la délivrance des cartes de travail donnant droit au séjour. Cette circulaire alimente à son tour la campagne diffamatolre voulant accréditer l'idée que la présence des travailleurs étrangers est la cause des problèmes de la société en crise . Ne pouvant réfuter sérieusement le rapport interministériel de M. Le Pors, le gouvernement appuie ses récentes déclarations sur une enquête douteuse, réalisée par l'O.N.1. (Office National de l'Immigration), voulant montrer que la libération d'emplois occupés par les immigrés diminuerait le chômage. Ainsi, sur un contingent de 2329 emplois libérés par les immigrés, 31,4 % seraient pourvus par des travailleurs français, 28,7% par de.? immigrés et 32,1 % seraient pure ment et simplement supprimés. Mais on a laissé d'autres départs à l'écart de la statistique, ce qui fausse tout... diminuer le nombre d'immigrés ... et le nombre d'emplois Cette enquête, analysée par Anicet Le Pors dans droit et liberté de septembre 1980, permet de voir que contra irement à ce que prétend M. Stoléru, le départ des immigrés ne permettra pas de diminuer le nombre des chômeurs, mais plutôt de .c,: Cl

!

.~ w o 'é f Les trava'ux les plus pénibles, les plus dangereux, les plus mal payés sont pour les immigrés. supprimer un certain nombre de postes, ce qui conduit, à court terme , à la liquidation totale de certains secteurs de l'industrie. Les exemples qui confirment cette analyse ne manquent pas. L'industrie textile qui s'est séparée de ses travailleurs immigrés a procédé au licenciement des autres travailleurs et à la fermeture de fi latures et teintureries, que ce soit dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais ou de la Somme. 225 000 immigrés en moins c'est 385 000 empl.o is en mOins L'industrie métallurgique a suivi le même chemin . Le départ des immigrés des bassins miniers de l 'Est de la France a entraîné la fermeture des usines. Des chiffres plus précis avaient été donnés au Sénat au cours de la séance du 18 octobre 1979, pendant la discussion sur le projet de loi Barre-Bonnet. Ainsi apprenait-on, on compte 75000 immigrés de moins dans le bâtiment, mais également 20 000 Français de moins. Dans l 'industrie, alors que le nombre des immigrés diminuait de 150000, celui des Français baissait de 140000. Bâtiment et industrie ont donc vu leur nombre de travailleurs immigrés baisser de 225000 unités. Cela a-t-il donné du travail à 225000 Français? Non, mais 160000 Français ont perdu leur travail. Soit une perte de 385000 emplois. Aujourd 'hui encore, un exemple nous raméne à cette triste conclusion : les Houillères de Lorraine. Il n'est plus necessa ire de prouver que le ralentissement de la production a été stoppé à la suite de l'augmentation du pétrole en 1974. A cette époque, les licenciements allaient bon train en Lorraine. Malgré l 'arrêt de l'immigration, on fit venir des Marocains pour arracher le charbon de la terre , juste le temps nécessaire pour trouver une solution à la montée du prix du carburant . rotation ou expulsion? Aujourd'hui, les propos de M. Stoléru : «S'ils veulent partir, nous ne les retiendrons pas »" ne veut pas dire : « S'ils partent, les Français de cette région, durement touchée par la crise, prendront leur droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 place ». Non, cela veut dire : « Plus vite ils partiront, plus vite les mines fermeront ». Et plus vite les mines fermeront, plus vite les capitaux pourront être investis à l'étranger, dans des secteurs rentables, employant des travailleurs à un taux plus faible qu 'en France. C'est donc d'autres secteurs qui seront touchés. En fait, ce n'est pas les immigrés qui sont responsables de la crise, mais la crise qui est responsable de la campagne haineuse dirigée contre eux. La présence des immigrés reste nécessaire aux maîtres de l 'économie. L'immigration permet de maintenir des conditions de travail inférieures dans certains secteurs, pour un salaire misérable. L'élargissement du Marché Commun à l'Espagne, la Grèce et le Portugal rejoint la volonté de certains de mettre en place une immigration plus « blanche ». Si les règles communautaires sont mainte nues, la main-d'oeuvre nouvelle venuede ces trois pays bénéficiera de la libre circulation . En prévision, la législation mise en place offre au gouvernement la possibi lité d'expulser d'autres immigrés à son choix, selon les variations de la conjoncture: une immigration « à la carte » en quelque sorte, éliminant de préférence les syndiqués, ceux qui luttent, en un mot les « fortes têtes ». Quoiqu 'il en soit, la politique économi- 15 .; "0 prêt.à.porter féminin SPËCIALISTE JERSEY DESSINS EXCLUSIFS 210, RUE SAINT-DENIS 75002 PARIS TEL.233.30.20 233.47.50 loaillerie 26 rue Nationale - LILLE ~ It Tél.: (20) 54.43.50 - 54.81.50 ~l-lntCtlU FABRIQUE DE MEUBLES COPIE DE STYLES SPÉCIALITÉ : CHAMBRE LOUIS XV BOIS DE ROSE TABLES DEMI·LUNES TAPISSERIE - DÉCORATION SOCIÉTÉ D'EXPLOITATION DES MEUBLES ROSEN Société à Responsabilité Lim itée au Capital de 60.000 F. 16 TÉLÉPHONE : 307.72.B6 56, Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS 5, Passage du Chantier Entrée : 66, Faubourg Saint-Antoine 75012 PARIS patrick jacob PRËT A PORTER 77. RUE RËAUMUR 75002 PARIS TËL, : 236.13.72 - 233.92.08 NELK 1 NE.LKIN s.a. 226, rue Saint-Denis - 75002 PARIS T èl. : 233-74-01 - 236-87-64 ficelle PRËT A PORTER - Femme et Enfant CHANTAL SCAL T PARIS Tél. 278.20.26 Case réservée F.A. P. que, qui englobe la politique d'immigration, confirme le rapport Seguin qui prouve pour sa part qu'il ne peut y avoir interchangeabilité entre travailleurs immigrés et travailleurs français . 60% des chômeurs sont des femmes Peut-on imaginer un instant que les femmes (60% des chômeurs sont des femmes) puissent remplacer les mineurs, les sidérurgistes ... au fond des mines, dans les travaux de force qu 'effectuent généralement les immigrés? 150.000 chômeurs sont des cadres Peut-on imaginer un instant les cadres, ingénieurs, techniciens (150000 sont au chômage) prendre la place de l 'éboueur malien, du manoeuvre portuguais, de l'O.S. sénégalais? Non pas que ces emplois soient méprisables, mais doutons néanmoins qu'après des années d'études, forts de leurs diplômes et dotés de légitimes ambitions, un homme ou une femme décide d'occuper un emploi dans les conditions et avec le salaire que le patronat réserve aux immigrés? Quant à la valorisation de ces travaux, il est bien évident que le patronat préfère payer 2500 F à un immigré que 4000 F à un Français. le racisme bon genre S'appuyant sur l'ignorance qu'ils organisent et entretiennent, gouvernants et patrons, se voya nt démasqués lorsqu 'i Is présentent des textes de lois, agissent à coups de circulaires, d'expulsions etd 'arbitraire. La victoire des ouvriers marocains qui viennent de gagner, par la lutte, le statut de mineurs, la bataille menée depuis en Lorraine par tous les mineurs : Marocains, Portuguais, Italiens, Polonais et Français prouve qu'informés, les travailleurs français ne se laissent pas abuser. Aux campagnes du pouvoir et du patronat, qui reprennent en des termes plus choisis les idées du P.F.N. et du Front National en matière d'immigration, c'est par une grande campagne d'information et d'explication que les antiracistes doivent réagir . A ce prix, et à ce prix seulement il pourra être question de la France antiraciste . Mario GRANELLI bossuet , occupe le centre Bossuet, fermé depuis bientôt un an, illustre, à sa manière, la direction de la politique d'immigration suivie par le gouvernement. Aujourd'hui, la décision d'occuper les locaux par le «Comité de survie » fait rebondir ce qui est déjà devenu l'affaire Bossuet. A la lueur des bougies, Bouba, un des animateurs de la «commission mobilisation » du « Comité de survie » du Centre Bossuet, explique la lutte des Africains, soutenue par un large cartel d'organisations, pour voir réouvrir un jour ce qui était, à l'évidence, non pas un simple centre de soins, mais un lieu de rencontre pour les Africains à Paris (voir d.i., janvier 1980). Avec 6 000 dossiers et 4 000 consultations mensuels, le centre Bossuet était différent des autres centres médico-sociaux du quartiers. Grâce à la compétence et au dévouement de son personnel, il était devenu un centre de rencontre et participait donc à la prise de conscience. Est-ce pour cela qu'aujourd'hui, il ferme? Bien que la raison officiellle reste qu'il ne faut pas voir Bossuet se transformer en un «abcès de fixation » des Africains et .que ces derniers doivent aller se faire soigner dans les centres de leurs quartiers, la question reste posée. Pourtant, les démarches entreprises par le «Comité de survie » ont permis de s'assurer les rentrées d'argent nécessaires à la réouverture du centre: une promesse de l'U. N, E.S. C.Q. pour le financement des actions éducatives, et une autre du F.A.S. (Fondsd'action sociale) pour les activités sociaux-médicales. Mais s'il s'agit de savoir quand le Centre pourra réouvrir, les services publics se renvoient la balle. En attendant, l'électricité, le chauffage ont été coupés, les dossiers et le matériel déménagés. Pour le matériel médical, il serait, selon la direction, en mauvais état, d'où la nécessité de le remplacer. Alors pourquoi l'avoir vendu à la Fondation Raoul-Follereau qui l'installe au Cameroun ... ? les habitués du Centre Bossuet, le MRAP et les associations de soutien aux travailleurs immigrés ne s'y sont pas trompés. C'est bien un centre de rencontre où les immigrés se sentaient chez eux que l'on cherche à tuer en fermant Bossuet. Cette fermeture a malheureusement eu des répercussions très profondes sur la vie des immigrés africains de Paris. Des travailleurs malades ne voulant pas se faire soigner dans un autre centre, ont vu leur état s'aggraver, d'autres, faute de certificats ont perdu leur emploi. l'occupation des locaux, décidée le 30 octobre, jour du déménagement du matériel, n'est pas seulement symbolique. les occupants ne demandent plus uniquement la reprise des activités du Centre. Ils réclament un activité plus globale, non seulement médicale, mais aussi d'accueil et d'animation socio-culturelle. En fait, que l'activité de la maison du 8, rue Bossuet corresponde à une véritable politique d'accueil et de dialogue. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 17 c: ca Cl ca ~ .~ w o 'é ~ c. ..,..----- • sur le vif. le projet « sécurité et libertés» une machine à remonter le temps Le climat répressif que connaît actuellement le mouven:'ent syndical, et particulièrement les syndicats d'avocats et de magistrats, ont conduit notre collaborateur à utiliser un pseudonyme, Magistrat, membre du Syndicat de la magistrature, Marc Chatel dégage les grandes lignes du projet ~ S~curit~ et Libe,rtés » , act~ellement en discussion devant la commission mixte de 1 Assemblee nationale et du Sénat, Vue d'ensemble d'un projet dont toute la p,resse a parlé, la prése':!tation que nous en fait notre collaborateur laisse augurer un m~uva~s avenir pour les libertés en France, particulièrement pour les ImmigréLes , projet Peyrefitte remet en cause d eux sl"e1c e s d" evo 1u t'I on d u droit pénal. Le projet de loi «Sécurité Libertés » dont la discussion vient de s'achever devant le Sénat est destiné à compléter un ensemble de textes d'essence répressive (les lois. circulaires .. .• Bonnet. Stoléru. d'Ornano ... ). Le texte Peyrefitte. élaboré dans le plus grand secret. a été préparé par une commission occulte. hors des services du ministère de la Justice normalement compétents dans ce domaine et sans aucune consultation des organisations professionnelles de juristes. Il a été inscrit en urgence à l'ordre du jour du Parlement. excluant de fait «le grand débat national» auquel no~s conviait le garde des Sceaux. Cette proc~dure imposée à propos d'un texte tres technique qui remet en question l'évolution du droit et de la procédure pénale depuis près de deux siècles. n'était nullement justifiée. Dans l'exposé des motifs. le garde: des Sceaux s'est voulu rassurant et a affiché les intentions suivantes: - réintroduire la certitude de la peine; - accélérer la procédure; - mettre en place un véritable habeas corpus. Mais cette présentation laisse dans l'ombre les aspects les plus dangereux du projet. Alors que le droit pénal est d ' i~t.erP.ré tation stricte. impliquant une deflnltlon 18 précise des actes réprimés pénalement. on assiste. sous couvert de « dépouissièrage » du code pénal. à l'introduction de nouvelles incriminations plus vagues. Le principe de la légalité des délits et des peines, consacré par la Constitution, exige une rédaction claire des textes. sauf à engendrer l 'insécurité! Est-ce bien là l'objectif du projet Peyrefitte? attei ntes à la liberté de penser et de propriété Les dispositions les plus inquiétantes sont celles qui pourraient être utilisées contre les syndicalistes. permettant de mieux contrecarrer les mouvements sociaux. Ai nsi. la réforme des textes concerna nt la Police des Chemins de fer porte un coup sérieux au droit de manifestation. En 'instituant cette nouvelle répression vise-t-on une forme de contestation couramment employée aujourd'hui? Dans le domaine des actes de destruction. tous les cas particuliers ont ~té supprimés. La destruction de tout bien par tous moyens tombe maintenant sous le coup de la loi. Cet élargissement considérable du champ des actes pénalement réprimés peut faire craindre une utilisation de ces nouveaux textes dans le domfline des conflits sociaux . Ces dispositions sont d'autant plus graves que la tentative est punissable. menaçant directement l'exercice de la liberté syndicale. Ces dispositions combinées avec celles concernant les associations de malfaiteurs font que la seule participation à une réunion syndicale au cours de laquelle sont évoqués des moyens d'action «durs » devient pénalement sanctionnée. En effet. l 'article 266 nouveau du code pénal dispose: «Sera puni des peines prévues pour le délit luimême quiconque aura participé à une entente établie dans le but de préparer ou de commettre un ou plusieurs délits suivants: 1°)(. .. ), 2°) menaces, 3°)(. .. ), 4°) faits de destruction. dégradation ou détérioration. » A noter que dans le projet Peyreffite. la défi nition de la forme et des moyens de la menace est supprimée. Seul le contenu de celle-ci est prise en compte. Dans le cadre des circonstances aggravantes du vol. l'élargissement de la notion de lieu d'habitation aux «lieux où sont conservés des fonds, valeurs, marchandises ou matériels » conduit à y inclure le lieu de travail. deux procédures différentes pour le même délit Corrélativement, le principe de l'égalité des citoyens devant la loi est mis à rude épreuve. Par la «saisine directe » qu'il institue, deux personnes ayant commis le même délit dans des conditions identiques pourront être jugées selon deux procédures différentes. Le procureur de la République peut «eu égard aux charges rassemblées », s 'il le souhaite. saisir directement le tribunal correctionnel sans passer par le juge d'instruction. Cette nouvelle procédure. dite de « la saisine directe ». concernant tous les délits «dont la peine prévue par la loi n'excède pas 5 ans. correspond à l'actuelle procédure de «flagrant délit ». Tous les délits « élucidés » par la police pourront se voir appliquer la procédure de « saisine directe ». Loin de supprimer la procédure des « flagrants délits ». tant décriée par tous les milieux judiciaires. le projet « Sécurité- Libertés » la généralise et en fait une procédure de droit commun. La « saisine directe » destinée à accélérer le cours de la Justice. accroît les cas de détention provisoire avant jugement (ce que le ministre veut éviter à tout prix !). . . Par ailleurs. elle crée les conditions d'un double circuit judiciaire : un circuit où les droits de la défense sont gravement absents (celui de la «saisine directe ») et le circuit classique. contrôles d'identité 1°) Situation actuelle A ,. . , • Les policiers ne sont autorisés à procéder à des controles d Identite qu en cas de flagrant délit et de recherche judicia.ire. (enquête préli!!,inai~~). . , , Les opérations «coup de poing » ainSI que les controles d Identite dans le metro sont tout à fait illégaux. Par ailleurs, seuls les officiers de police judiciaire peuvent procéder à des.contrô!es d'identité dans le cadre des enquêtes préliminaires; les gardiens de la paix sont incompétents, . .. . . • Mais ces dispositions légales font l'objet de la part des tribunaux Judiciaires: dune interprétation favorable aux services de Police. Ainsi, même en l'abse~ce d'infraction. la police peut procéder à des contrôles d'identité « lorsque des clfconstances particulières l'exigent ». . 2°) Modifications apportées par l'Assemblée nationale . Les contrôles d'identité quelle que soit leur nature deviennent légaux. Ceux qUI les refuseront seront passibles d'une peine de 10 jours à 3 mois d'emprisonnement et d'une amende. Celui qui se trouvera sans papiers sur lui pourra ~tre retenu . Mais, comme l'a ~éclaré le garde des Sceaux à Ivan Le~aï (Europe 1) : «" ne faut pas dramatls~r ( .. .) Il '! ~ a pas de délit à se promener sans papiers. Et vous vous exposerez tout au p.'us a une. verification un peu plus longue. Et puis, je suis persuadé que vous avez des papiers! Enfm, tout le monde a des papiers. Je suis sûr que vous avez sur vous votre permis de condUire. C'est suffisant (. .. ) Si vous l'oubliez, vous expliquerez que vous l'avez oublié. E~ comme vous avezune bonne figure. une bonne tête, on vous laissera passer. voyons. »(SIC !) (~) Dorénavant, les contrôles d'identité peuvent avoir lieu dans tous les cas: enquete préliminaire, flagrant délit et opération de police « administrative » et qu 'il y ait ou non infraction. Tout . policier, quelle que soit sa qualité d'OPJ ou non pourra effectuer des contrôles. Le texte n'indique pas le lieu où devront s'effectuer les cont~ôles. . , .. Combien de temps peuvent durer les opérations? : le temps necessalre aux verifications (sans commentaire). Sous le contrôle de qui? : du Procureur de la République, c'est-à-dire d'un magistrat dépendant directement du pouvoir exécutif. . , . . Ces dispositions rappellent hélas curieusement celles qUI eté;lIent en vigueur sous le régime de Vichy. 3°) Modifications apportées par le Sénat ,. . , , . Ces contrôles ne pourront se faire que pour «prevemrune attemte a 1 ordre public " . Cette expression est vague! Elle risque de n'être qu'une clause de style., , L'identité des personnes interpellées pourra se prouver par tous m0y'ens: c est-adire le cas échéant en faisant appel aux personnes présentes sans qu Il SOit néce~ saire d'avoir sur soi une pièce d'identité. La réalité risque d'apporter un grave dementi! De plus, le délai nécessaire aux vérifications ne pourra pas dépasser 6 heures. que le Procureur de la République prolongera si besoin est. Cette disposition est dans le droit fil du prolongement de la garde à vue. Ainsi aux 12 heures nécessaires pour vérifier l'identité pourront s'ajouter les 96 heu;es de la garde à vue. Dans ce domaine les dispositions exceptionnelles (stupéfiants, atteintes à la sûreté de l'Etat ... ) deviennent la règle. On assiste à un alignement par le haut des délais de garde à vue. . . Autre « innovation » : l'obligation de courtoisie à laquelle vont être désormais astreints les fonctionnaires de police qui effectuent ces contrôles. On peut s'interroger sur le sens de ct;tte innovation! . On est loin de l'Habeas Corpus promis par M. Peyrefitte; en effet cela suppose que toute personne victime d'une détention puisse saisir un juge indépendant et non un représentant du pouvoir exécutif. garde à vue L'avocat est toujours interdit de séjour dan~ les locaux de garde à yue. Par contre: la présence d'un médecin-expert est obligatOire en cas de prolongation de la garde a vue. . 1 Maintenant, elle peut atteindre 4 jours dans les affaires de séquestration de p us de 5 jours, d'enlèvement et prise d'otages ou vol à main armée. détention des étrangers expulsés La durée de détention ou du maintien administratif des étrangers expulsés ou refoulés à nos frontières est limitée à 7 jours. (1) souligné par M. Chatel. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 A quelle catégorie de délinquants et à quel type d'affaire appliquera -t -on tel ou tel circuit? Parallèlement à la mise en place de la «saisine directe », l 'indépendance des magistrats et notamment celle du juge d'instruction est sérieusement menacée. En effet. il pourra être dessaisi d'un dossier par la chambre d'accusation. Le recours contre la décision de la chambre d'accusation sera portée devant ellemême. Il est légitime de s'interroger sur la nature des dossiers qui seront ainsi soustraits au juge d'instruction. fixer les condamnés dans leur délinquance La réforme de la récidive. des circonstances atténuantes, du sursis et l'introduction d'une notion nouvelle. la réitération, conduira à une aggravation systématique des peines. Est-ce là la «certitude de la peine " ? En effet, la combinaison de ces différentes dispositions réduira considérablement la marge de manoeuvre du juge. Il ne pourra pas, par exemple, descendre en dessous d'un certain plancher. C'est l 'introduction du principe de la peine automatique qui empêchera le juge de tenir compte de certains cas d'espèce, conduisant à nier l 'individualisation des peines. Ces dispositions condamnent toute perspective de réinsertion sociale. Les juges n'ont plus qu'une seule mission: punir des faits. Le condamné est fixé une fois pour toutes dans sa délinquance. Ces nouvelles mesures marquent un coup d'arrêt à deux siècles d'évolution pénale, interrompue seulement par le régime de Vichy. désigner les délinquants à la vindicte populaire Bien entendu ces quelques propos ne font que brosser à grands traits les aspects les plus inquiétants du texte « Sécurité- übertés ». Feignant de répondre à une soudaine aggravation de la délinquance, le projet « Sécurité-Libertés ". doit être replacé dans son véritable contexte. En effet, le dernier rapport annuel de la Police judiciaire indique que la criminalité de 1979 ressemble étrangement à celle de 1977 et finalement à celle de 1975. Face à la crise, le gouvernement tente de retrouver un consensus social en choi sissant comme bouc-émissaire le délinquant et propose une seule solution: la répression . [1 se donne aussi les moyens d'un meil leur contrôle de la population en renforçant les pouvoirs de la police par le biais du Parquet. Un constat: la délinquance astucieuse est ignorée. Marc CHATEL 19 ZILLI VÊTEMENTS TOUTES PEAUSSERiES FINES Pompes Funèbres et Marbrerie Funéraire MARBRERIE DE BAGNEUX Jacques BANATEANU

viie aux familles toutes démarchf's pour Inhumations - Toilettes

mortuaires linceuls - Transports de corps Paris- Province-Israël et tous Pays Achats de terrains, constructions de caveaux Monuments. Gravures. Photos. Portraits Maison convent ionnée 122, avenue Marx Dormoy 92120 MONTROUGE face la Porte principale du cimetière de Bi;lgneux) : 656. 74. 7~ M ANDY MOSCOVICI PRcislCENT DIRECTEUR GÊNÉRAL Er getrobot S.A . 3 3 . RUE LEDRU -RO L LIN - 9.200 IVRY ~ 670. 21. 78 20 1 ~(U;;,USSURES 1 251, Rue des Pyrénées· 75020 Paris 636 74-48 CDFINTEX B. A. 14, RUE CHAPON, 75003 PARIS MITRO : ARTS ET METIERS LES TRICOTS CAROLL !! 278·63·31 16 LION ES OROU PEESI LES TRICOTS CAR 0 LL MARQ U le DEPos e E case réservée aux Établissements L. 65 rue de Béthune 59000 Lille tél. 54.21.77 • point chaud • u.s.a .. , peur et colere . ,..de s nOirs amerlcalns Depuis l'été de 1979, quatorze enfants noirs agés de 7 à 15 ans sont morts ou ont disparu à Atlanta, capitale de la Georgie. On a retrouvé les cadavres de dix d'entre eux: les jeunes victimes avaient été étranglées, étouffées, battues à mort ou abattues. Dans la dernière période, les disparitions et meurtres d'enfants noirs surviennent régulièrement toutes les cinq semaines. Une grande peur s 'est abattue sur la communauté noire d'Atlanta . Elle est d'autant plus importante que la police est impuissante à trouver la trace des meurtriers. La municipalité et son maire noir, Maynard Jackson, se sont enfin décidés à la fin du mois d 'octobre à prendre des mesures

battues, couvre -feu, récompense

et même embauche d'une voyante extralucide. Ouoique les autorités accréditent plutôt la version d'un sadique noir, la rumeur publique, elle, accuse le Ku Klux Klan . Ce n'est pas le fruit d'une obsession mais le reflet d'une situation qui se développe actuellement dans le pays. DepuiS octobre 1979, huit hommeS et deux femmes noirs ont été tués à coups de fusils à Oklahoma City, Indianapolis, Cincinnati, Salt Lake City et Johnstown. Quatre femmes noires ont été blessées grièvement à coups de fusil par trois membres du Klan à Chattanooga. Vernon Jordan, le président de la « National Urban League ", l 'une des plus importantes organisations noires, a été blessé lors d'un attentat à Fort Wayne, dans l ' Indiana, en mai dernier. En l 'espace de 36 heures, en septembre dernier à Buf-· falo (Etat de New York), quatre Noirs ont été tués à coups de revolver . En octobre, deux autres Noirs ont été découverts dans leur voiture .. poignardés et le coeur arraché. En tout, 24 Noirs sont morts dans sept Etats. ku klux klan et nazis s'entraînent La tension est grande parmi la communauté noire . Elle s'accroit encore à la lecture d'un rapport de l'organisation juive 1'« Anti-defamation league " qui révèle que le Ku Klux Klan et les groupes nazis s'entraînent à la guerre de guérilla dans droit et liberté. n0396 • novembre·décembre 1980 les camps de type militaire en Alabama, Connecticut, Illinois, Caroline du Sud et au Texas. L'un de ces camps a été baptisé « My Lai " , du nom du village martyr viet namien, dont la population a été massa crée par les troupes américaines. « N'a -t -on pas affaire à un mouvement secret et organisé pour déclencher une guerre raciale? » interroge un dirigeant de l'Association nationale pour le progrès des gens de couleur. la colère Le danger est grand, d'autant que la patience des Noirs est à bout et que la colère est grande parmi eux. Des émeutes comme celle de Miami, en mai dernier, peuvent éclater da ns de nombreux poi nts du pays, provoquées par des injustices criantes . A Decatur par exemple où la Cour d'Appel a cassé la condamnation, à 30ans de détention, d'un attardé mental noir de 27 ans pour viol d'une femme blanche qu'il était bien incapable de commettre. « S'il est à nouveau condamné », déclareun leader local du Klan , « les Noirs feront de Birmingham un nouveau Miami. Mais les forces spéciales du Klan feront couler le sang pour ptotéger les Blancs. » La révolte des Noirs est à crain dre également si le jeune noir GaryTyler, dont les avocats viennent d'obtenir une seconde audience, était à nouveau condamné. Le procès de t rois membres du K.K.K. qui avaient blessé à coups de fusil quatre femmes noires à Chattanooga en avril dernier et qui s'est soldé en juillet par l'acquittement de deux d'entre eux et la condamnation du troisième à 20 ans de prison seulement; l 'acquittement le 17 novembre des 6 membres du Klan et du parti nazi américain qui ont tué 5 personnes lors d'une manifestation anti-ra ciste à Greensboro, en Caroline du Sud, l 'année dernière, ont fait atteindre la li mite du supportable. la peur L'élection triomphale de Ronald Rea gan à la présidence des Etats -Unis n 'est pas faite pour rassénérer les Noirs et les autres minoritaires, car elle est le reflet d'un conservatisme et d'un glissement à droite de la grande masse de la popula tion blanche qui se sont développés avec la crise économique . Des sondages réalisés aux Etats-Unis, il ya quelques années, avaient déjà montré que la majorité écrasante des Améri cains blancs préféra ient la « sécurité » au risque de perdre certaines libertés (et les Noirs savent ce que cela signifie pour eux) et que, si le gouvernement déclenchait une répression massive contre les NOirs et les minoritaires, 18 % des Blancs seulement protesteraient pacifiquement et 9 % de manière plus violente. 21 22 CRÉATIONS EXCLUSIVES Prêt à Porter Féminin 97, rue d'Aboukir, 75002 PARIS ~ 236.36-59 Case réservée aux Ets R. LA GRILLADE RIE - PIZZA OPÉRA 29, bld des Ital iens, 75002 Paris Tél. 742.50.21 82 bis, bld du Montparnasse, 75014 Paris VOUS PROPOSE SES MERVEILLEUSES VIANDES DE 1 er CHOIX GRILLEES A LA BRAISE SES SPECIALITES ITALIENNE S - LES MEILLEURS VINS D' ITALIE SA PATISSERIE MAISON GARANTIE PUR BEURRE, . FABRIQUEE TOUS LES JOURS Ets PAULA BRIHO Prêt-à-Porter féminin 237 rue St Denis 75002 Paris - Tél. : 508 .03.34 5 et 7, avenue Secret an - 75019 PARIS Tél. 208.88.67. - 208.71.82. - . Ce mouvement réactionnaire est illustré par les huit amendements partiels aux lois de finance qui sont actuellement soumis à l'approbation du Congrès et qui, s'ils étaient adoptés, annuleraient virtuellement les principales lois fédérales sur les droits civiques des années 1960et 1970 et paralyseraient la mise en appl i cation de ces droits par le gouvernement fédéral. Cela veut dire que les droits des Noirs et des autres minoritaires reviendraient au niveau d'avant le Mouvement des droits civiques . retour à la ségrégation Il serait mis fin , par exemple, à l'obligation qui est faite aux entreprises travaillant pour le gouvernement d'embaucher un certain quota de Noirs et de minoritaires (affirmative action). On enlèverait au gouvernement les moyens d'agir contre les écoles privées réservées uniquement aux Blancs qui ont été créées pour éviter l 'intégration scolaire dans les écoles publiques. Déjà, le Sénat a mis en cause l'obligation du «busing », ces transports d'enfants qui permettent d'atténuer la ségrégation . Reagan: un lourd passé raciste. Il Y a peu d'espoir que le Sénat rejette ces amendements racistes. Il n'y a pas de sénateurs noirs et il y a des «libéraux » parmi les auteurs de ces amendements. Les Noirs craignent que les crimes de plus en plus fréquents, contre leur communauté, ne soient le début d'une attaque plus généralisée contre les minoritaires américains dans le but de les provoquer afin de justifier une répression meurtrière destinée à les isoler complètement de la société américa ine. Cela constituerait la première étape d'une entreprise génocidaire, solution au problème de la pauvreté. Le lourd passé ra ciste de Reagan n'est pas fait pour infirmer cette opinion. Robert PAC l'essa,i transforme d'albert ferrasse Ainsi, Albert Ferrasse, président de la Fédération française de rugby, a-t-il réussi son mauvais coup. Malgré que M. Jean-François Poncet, ministre des Affaires étrangères, ait déclaré qu'il la jugeait « innoportune », l'équipe de France de rugby a accompli une tournée de trois semaines en Afrique du Sud. Malgré aussi les protestations des partis et des organisations démocratiques et humanitaires: C.G.T., F.S.G.T.., MRAP, Comité anti-apartheid et anti-Outspan, etc. Il est vrai que leur campagne n'a guère remué l'opinion, sans doute parce qu'il a été fait peu écho à leurs efforts. Mais aussi parce que les Français avaient d'autres préoccupations immédiates se situant à l'époque de l'attentat de la rue Copernic. la situation internationale tenait également le devant de la scène. Albert Ferrasse est satisfait. «La situation a considérablement évolué depuis mon premier voyage en 1968» clame-t-il à la presse. Voilà qui aura sûrement surpris les téléspectateurs qui regardaient la retransmission du march Afrique-duSud- France à Prétoria, sur Antenne 2 : sur le terrain, le seul joueur noir était Français ; sur la touche, les ramasseurs de balle et les membres du service d'ordre étaient tous blancs. Tous blancs égaIement les spectateurs dans la tribune. S'il y avait des spectateurs noirs et métis dans le stade, ils devaient être parqués dans une tribune «réservée ». Bien malgré lui, Albert Ferrasse aura ainsi permis aux Français, en scrutant leur petit écran, d'avoir confirmation que l'Afrique du Sud pratique toujours l 'Apartheid, jusque sur les terrains de sport. Rien de changé depuis Bloemfontein, il y a 5 ans, où les Sud-Africains l'avaient déjà mystifié avec une équipe soi-disant «multiraciale ». Mais, n'est mystifié que celui qui veut bien l'être. Le colonel Butch Lochner, un des sélectionneurs sud-africains, a déclaré au journal «Rand Daily Mail » en septembre qu'il n'y aurait pas de Noirs «bidons » (to ken blackS) dans l'équipe des Springboks 1980 : «L'année dernière, lorsque nous projetions de faire une tournée en France, les choses étaient différentes. C'est la Fédération française de rugby qui avait insisté pour que nous incorporions quelques joueurs noirs «bidons » dans l'équipe, afin de lui donner une apparence multiraciale. Le « South African Rugby Board » précisa que ce «racisme à rebours » (sic !) «se justifiait alors, puisqu'il pouvait permettre la venue des Springboks en France. » Le racisme existe toujours bel et bien dans le sport en Afrique du Sud et la tournée de l'équipe de France aura apporté à l'Afrique du Sud une caution sportive et même politique. On se souvient du cri de victoire de Dannie Craven, président du «South African Rugby Board » en au tomne 1979, après la tournée des «Lions » britanniques en Afrique du Sud. Aujourd'hui , il parle déjà de la prochaine tournée des Springboks en France. La contagion a idant, c'est la Fédération sud africaine de football qui annonce qu 'une équipe pourrait effectuer une tournée à l'étranger. Les footballeurs sud-africa ins sont bannis du football international depuis 22 ans. La France s'était pourtant engagée devant l'O.N.U. à prendre des mesures contre l 'Apartheid qui incluaient la rup ture des relations sportives. C'est bien pire vis -à-vis du Comité international olympique. La lutte contre le racisme dans le sport est inscrite dans la Charte olympique. Et il existe en Afrique du Sud le Mouvement sportif non-racial (SACOS) qui a sa fédération de rugby et qu i est reconnu par le C.I.O. Mais ce n'est pas avec cette fédérat ion que la Fédération française entretient des relat ions ! Il appartient également au Comité national olympique du Sport français (C.N.O.S.F.) de s'opposer aux entreprises de M. Albert Ferrasse et de la Fédération française de rugby. Mais l 'exemple doit venir de haut. C'est au gouvernement français de le montrer. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 Robert PAC 23 24 1V1ICHEI RU2 siege social 36 biS , 38, 40, rue de Béthune . Lil le tel (20) 54,65,03 PRÊT A PORTER FÉ1\1ININ B.PAUL SOCIËTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 120,000 F, Tél. :08 · 53· 05 236·90 · 39 226, Rue Saint·Denis 75002 PARIS PRE T A P 0 RTE R HOMME· DAME · ENFANT BONNETE RIE CANAVERAL vous habille de la tête aux pieds 105 à 117 cours V.-Hugo - 33000 Bordeaux MARCY 129, rue d'Aboukir 75002 Paris - Tél. 236.66.89 Pharmacie SAPRIEL Centre Commercial Rond-Point 57800 MERLEBACH Tél. 704.48.81 Ets NORY 249, rue Saint-Denis 75002 Paris - Tél. 233.96.84 Ets ISSERLIS 56, rue Lafayette 75009 Paris - Tél. 770.32.39 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil le bouquet de klaus barbie Klaus Barbie, le bourreau de Lyon et l'assassin de Jean Moulin serait venu en France en 1971 se " recueillir » sur la tombe de sa victime, Dans une interview publiée par l'hebdomadaire Stern, le responsable de la mort de 20000 Français déclare : " Je sais que cela paraÎt bizarre, mais j'y ai déposé un bouquet de fleurs. Cet homme était mon ennemi pendant la guerre, mais j'ai eu de l'estime pour lui », Condamné à mort par contumace par un tribunal français, Klaus Barbie vit en Bolivie sous le nom de Klaus Altmann. Conseiller de la junte fasciste au pouvoir en Bolivie, K, Altmann aurait servi d'intermédiaire, selon M, Wiesenthal (directeur du Centre de documentation juive de Vienne, Autriche) pour u ne vente de cent chars Kuirassier à la Bolivie en 1978-1979, La société Steyr-Dalmier- Puch, entreprise semi-nationalisée, construit ce char léger en collaboration avec la France qui livre la tourelle et les canons, Ces informations n'ont pas été démenties. les chaudes nuits de saintchamas Une série de ratonnades a ponctué la fête votive de SaintChamas (Bouches-du-Rhône) en septembre dernier, conduisant deux notables de la ville : Paul Géronimi, 31 ans, professeur de karaté et Christian Doublet, adjoint au maire, sous les verrous après avoir été inculpés par le Parquet d'Aix pour «tentative d'homicide volontaire ». Les méfaits de l'équipe Géronimi- Doublet avaient été précédés de violents affrontements au cours d'un concours de boules, Quelques jeunes Algériens étaient violemment frappés et insultés avantd'être expulsés du terrain , Trois jours plus tard, Géronimi et Doublet arpentaient les allées de la fête et se heurtaient à un groupe de jeunes Nord-Africains, comme par hasard", La b'ilgarre qui s'ensuivit ne dura pas, les jeunes ayant réussi à leur échap~er. Non contents de leurs exploits, Géronimi et Doublet prenaient leur voiture en chasse, le premier au volant, le second carabine au poing", Le vendredi 12, c'est dans un café du centre·ville qu'un groupe de jeunes Nord-Africains sont pris à parti, avant d'être violemment dans un village de france Tout a commencé le jour où les habitants de Roussines ont vu arriver la roulotte de Noisette ... Encore les Gitans! ontsoupiréquelques uns. Encore des soucis, encore des incidents à venir. A Roussines, village de cinq cents habitants situé dans l'Indre, c'est vrai, on se méfie des Gitans, leur dernier passage sur le terrain municipal a laissé de mauvais souvenirs, et dans la mémoire rancunière de ces Berrichons traînent à n'en pas douter quelques relents racistes, pourquoi le cacher? Le maire lui-même, M. Barbet, le dit: «Ici, on n'est ni plus ni moins raciste qu'ailleurs" . ». Ni plus ni moins oui ... Mais quand Hélène Renard, dite Noisette, a garé sa roulotte à Roussines, le village a commencé à gronder ... Noisette a beaucoup d'enfants. Trois d'entre eux, Raymond, Madeleine, Lancelot sont scolarisables. Noisette les a donc inscrits à l'école. Alors l'offensive contre les Gitans a commencé et s'y sont mêlées aussitôt des querelles municipales. Qui a mené l'attaque le premier? Difficile à dire. En tous cas, les parents d'élèves, dans leur majorité ont protesté contre la présence à l' école de ces enfants de nomades. Ces enfants sont sales, ces enfants ne sont pas comme les notres .. . Bref, ce sont des Gitans et là est leur pêché ... Il faut qu'il partent. Et s'ils ne partent pas, les enfants de Roussines, les autres, n'iront plus à l'école ... L'affaire est lancée. Elle s'est rapidement envenimée. Les parents d'élèves ont décidé, mais oui. une grève scolaire. Et le conseil municipal, saisi à son tour par cette fièvre anti-nomades a menacé de démissionner si Raymond, Madeleine, Lancelot continuaient à fréquenter l'école ... Pendant deux jours, seuls les petits gitans et une poignée d'élèves ont donc reçu l'enseignement de la directrice, Mme Boinot ... La presse locale a relaté les faits ... La presse qui dans ses pages parisiennes parIait aussi de la montée de l'antisémitisme et d'autres formes de racisme ... Les habitants de Roussines ont-ils fait un rapport avec ce qui se passait chez eux, se sont-ils regardés dans un miroir. En tous cas le vendredi 3 octobre, tous les enfants de Roussines ont regagné leur école. Le soir même une bombe explosait devant la synagogue de la rue Copernic à Paris ... Encore une raison supplémentaire et grave de s'interroger sur le racisme. Depuis à Roussines, on ne parle plus de chasser les Gitans de l'école. Et on n'est pas très fier de ce mouvement d'humeur contre les gitans. Mais n'accablons pas trop les habitants de ce village. Roussines existe un peu partout en France. Et puis, il faut le reconnaître, jusqu'à l'année dernière, ce village berrichon pouvait au contraire s'ennorgueillir d'une longue tradition d'accueil des nomades ... Noisette vit maintenant en paix. Ses enfants apprendront peut-être à lire et à écrire. La fièvre est retombée. Roger GICQUEL Roger Gicquel nous a aimablement autorisés à reproduire dans nos colonnes le texte de son émission - Et si on parlait un peu de vous », diffusé par Europe 1 lundi 27 octobre, frappés par une bande armée de «nerfs de boeuf» et de «fléaux japonais », L'un d'eux en ressortgravement blessé à l'oeil. il est la troisième victime des ratonnades. Qui peut mettre ces violences sur le compte de l'excitation de mauvais coucheurs? ou sur l'agressivité de bandes rivales? Personne, sauf le maire de Saint-Chamas, qui n'hésite pas à proclamer bien haut: «II ne faut pas parler de racisme. /ls avaient un peu trop bu". ». Mais alors, Monsieur le maire, pouvez-vous nous donner la définition du racisme? droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 retrouvailles! François Hamon avait déjà dit qu'il n'aimait pas les Juifs. Souvenez- vous, même au seuil de la mort, Hamon neseferajamaissoigner par un médecin juif (voir d.1. nov, 79), Ces propos étaient prononcés devant le tribunal correctionnel de Melun, où Hamon, jugé pour - provocation à la haine raciale », fut condamné à huit mois de prison avec sursis, Brocanteur (spécialisé dans les objets nazis) de son état, Hamon avait autrefois appartenu à la police, d'où il avait été exclu pour le meurtre d'un Algérien. A ses moments perdus, il organise des stages pour fêter le Solstice d'été, comme à Blandy-les-Tour (Seine et Marne) en 1979. Là, runes gammées et marches militairesdu troisième Reich entourent les exercices des nazis européens venus confronter leurs expériences et, qui sait, peut-être même établir quelques projets? Aujourd 'hui, «la feuille de route d'un nazi' français », comme nous disions à l'époque, s'enrichit de nouveaux états de service. Hamon a été arrêté le 14 septembre à la suite d'un cambriolage dans le XIV· arrondissement de Paris, Au cours de la perquisition effectuée à son domicile, un véritable arsenal a été découvert : fusil s, ca rabines, détonateurs, munitions,,, Le tout voisinant avec des objets d'art volés et... un fanion de la FANE, Comme par hasard, «les pédés au four ... » « Pédé», «pédale », «Tantouse »." Ces mots résonnent comme «Raton », « Bougnoule », «youpin »" . Victimes aussi de discriminations, d'agressions, de brimades, les homosexuels s'associent de plus en plus souvent aux initiatives prises par le Mrap de puis que, eux aussi, se sont mis à recevoir des lettres anonymes ouvertement inspirées du nazisme, Ces lettres, envoyées par un «club de chasseurs de pédés ", signées « Hervé, Jean-Jacques, Eric, Bertrand, François, Gilles et les autres ", lancent en guise de formule de politesse un «Heil Hitler " suivi d'une croix gammée, Les nazi lions laissent librecours à leur haine et à leurs fantasmes, S'étalent, sur quelques pages, insultes et menaces. «Homosexuels

désaxés  maladie

grave et honteuse. Danger, réagis· sons! Oue reviennent les camps de concentration pour exterminer les désaxés que sont les homos », «Notre haine des homosexuels est-elle si grande puisqu'ils ne re- 29 FOURRURES AU RENARD BLEU 68,,AVENUE DES GOBELINS 68 75013 PARIS Tél. 331.16 .85 LA QUALITE ARTISANALE Prix Artisanaux damel ~ immobilier 66. RUE DES DAMES. 15017 PARIS on 387.68.~7 g, 292.18.8S TRANSACTIONS IMMOBILIERES CONSEIL IMMOËUllER

 :AGR~t. j

.A.~. -, . ~_ CARANTtE: CREDIT LYONNAIS AF. 32, AVENUE DES TERNES, 75017 PARIS PRET A PORTER 30 rd !-tue Chari o l ~ :-' \ 1 \ 'i 21 7'i on , PARI ' 13, rue Tronchet, Paris 8e . Anj. 31.33 199, rue de la Convention - 75015 Paris BOUTIQUE ((·aeha~D 8, cours de l'Intendance 33000 BORDEAUX Tél. : 81.69.32 Centre Commercial MERIADECK Tél. : 98.54.36 PRÊT A PORTER FÉMININ 130, Rue Réaumur - 75002 PARIS Tél. : 236.91.15 • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil présentent qu'une infime minorité des êtres humains, ces monstres? OUI: ils sont infimes et Dieu merci pour la société. Mais ils sont trop. Notre but: comme Hitler, leur extermination complète ... ». A Marseille, une organisation d'extrême-droite se faisant appeler « Renouveau français» demande dans une pétition une répression accrue contre les homosexuels, la dissolution de leurs organisations, 'e rétablissement d'une censure au cinéma, dans la presse et l'édition ainsi que «l'expulsion de tous les homosexuels étrangers, sans distinction de race ou de couleur ». Peut-on s'étonner que de telles campagnes puissent se développer, alors que le Parlementvientde voter une loi discriminatoire à l'encontre des homosexuels. Cette loi, relative à la «répression du viol et de certains attentats aux moeurs », prévoit des peines accrues dans le cas de relations homosexuelles et porte, en ce qui les concerne, l'âge de la majorité de quinze à dix-huit ans. Ces dispositions, rappelons-le, avaient été instaurées par le régime de Pétain. les aborigènes a, l'o .n.u. Pour la première fois de leur histoire, les aborigènes d'Australie ont été entendus parun organisme international. Reçue par la souscommission de l'O.N.U. pour la prévention de la discrimination et la protection des minorités, la délégation a appelé l'opinion publique à dénoncer les pratiques discriminatoires dont ils sont victimes et à reconnaître leur combat pour l'égalité et la liberté. La délégation, conduite par Jim Hagan, membre du Congrès National Aborigène, a particulièrement insisté sur le cas de deux cents membres de leur communauté Noonkambah, dans l'Etat d'Australie Occidentale. La société pétrolière Amax procède en ce moment à des forages dans cette partie du pays, considérée comme sacrée par les aborigènes. L'esprit du «Grand Goane ", qui occupe une place importante dans la tradition religieuse des aborigènes, y repose. racisme condamné 16 octobre : Le tribunal correctionnel de Saintes (Charente-Maritime) condamne Jacques Codevelle, journaliste, à un mois de prison avec sursis et 1000 F d'amende pour son article intitulé «nous sommes tous racistes » da.ns lequel il établissait une hiérarchie des races, dont celles « à peine sortie des sentiers de la préhistoire ». Richard Pattedoie, directeur de la publication «Le littoral de la Charente-Maritime » est condamné à 1 000 F d'amende, Le Mrap obtient 1 500 F de dommages et intérêts. 23 octobre : Lejuge de Briey (Meurthe-et-Moselle) a inculpé M, Claude Chouquet d'incitation à la haine raciale pour avoir recouvert de grafitti antisémites plusieurs vitrines de Longwy. L'accusé a commenté cette décision en déclarant avoir agi par « colère et haine des juifs ». Le Mrap s'est constitué partie civile. Deux des trois jeunes accusés d'avoir jeté des pierres contre la boutique d'un commerçant juif le 5 octobre à Rommilly-sur-Seine ont été écroués à la prison de Troyes après avoir été inculpés de « voies de fait, violences avec préméditation et bris de vitrines ». 30 octobre : Dominique Debriel est condamné à 10000 F d'amende par le tribunal de Strasbourg pour avoir distribué des tracts «provoquant à la haine raciale ». Le Mrap obtient des dommages et intérêts. Yves Lenée et Alain Guilhermet ont été condamnés à 5000 F d'amende chacun par le tribunal de Strasbourg pour avoir insulté un comrt; Ierçant juif. Le Mrap obtient des dommages et intérêts. 31 octobre : _ La Cour d'assises de Bordeaux condamne Daniel Fort à 8 ans de réclusion criminelle et Lherideau à 3 ans d'emprisonnement, pour avoir torturé M. Mohammed Ouchen qui, depuis, manifeste des signes d'amnésie et de confusion mentale. 12 novembre: La 17" chambre correctionnelle pe Paris condamne Robert Courtine, critique gastronomique et Robert Hersant, directeur du «Fi.Qaro-Magazine », à 1000 F d'amende pour avoir publié le 6 octobre un article sur les restaurants chinois à Pans, dans lequel l'auteur parlait de « l'in vasion des petits hommes jaunes » et de leur «prolifération bacillaire ». 1 0 octobre: Le tribunal correctionnel de Lille condamne M. Decoster, représentant la société Vernier et Cie, à 200 F d'amende pour discrimination à l'embauche. Le Mrap obtient 800 F de dommages et intérêts. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 à nous les petites asiatiques ... Le Haut Commissariat pour les réfugiés (H.C.R.), réuni à Genève du 21 au 23 octobre a lancé un appel au Secrétaire Général de l'O.N.U., afin que des forces de police et desunités militaires placées sous le contrôle de l'organisation internationale soient installées dans les camps de réfugiés. Au cours de cette session, à laquelle participaient de nombreuses personnalités, dont plusieurs Prix Nobel, les débats ont permis d'apporter des précisions sur la situation des cinq millions d'enfants réfugiés dans le monde. Parmi les témoignages, un délégué donna des précisions sur les attaques, les pillages, le.s viols répétés, les enlèvements et les séquestrations dont furent victimes, le 14 octobre, des enfants fuyant le Vietnam. Le professeur Léon Schwarzenberg a, de son côté, précisé que si le nombre d'orphelins ne représentait que 28 % des enfants sans famille, « c'est parce qu'on les vend à des patrons de bordel. Que dire de ce Monsieur qui arrive par charter d'Europe et d'Amérique à Bangkok, qui paie le droit de violer des jeunes filles, quand il ne s'agit pas de petites filles, vendues à l'encan? Que dire, sinon qu'il s'agit là aussi de pirates, mais de pirates bien vêtus, et qui ont quelques fois pignon sur rue? ». pour une poignée de shillings Trois cents francs d'amende. Tel est le verdict rendu par le tribunal kényan chargé de juger Frank Sundstrom, marin américain, assassin d'une jeune prostituée kényane le 3 août dernier. Répondant «d'homicide invo lontaire », F. Sundstrom, qui avait plaidé coupable, risquait la prison à vie. A la grande stupéfaction de la population, le marin a été acquitté, le tribunal lui ayant accordé des circonstances atténuantes : son jeune âge (19 ans), son repentir sincère, ses bons antécédents dans la «Navy ». Et, pour parfaire le tout, la caution de 500 shillings (300 F.) lui sera rendue dans deux ans s'il manifeste entre temps un bon comportement. La presse kényane s'est faite l'écho des protestations. L'éditorialiste du «Weekly Review » écrit : «C'est un cas parmi beaucoup d'autres illustrant la manière inéquitable dont est rendue la justice dans les tribunaux kényans ». Le «Daily Nation » de Nairobi pense qu'une «énorme erreur a été commise: le juge doit être mis à la retraite et le procureur limogé ». Mais il estvrai que le juge Harris, comme le procureur, est d'origine britannique et les deux hommes, comme Sundstorm, sont blancs. Seule la victime était noire. «comme un lapin» Le procès du meurtrier du jeune Algérien Mustapha Boukhezer s'ouvrira «au plus tard en février prochain ». Trois ans et demi après son dernier fait d'arme, plus d'un an après le procès des amis. de la victime, Roger Marchaudon, brigadier de police, comparaîtra devant la Cour d'Assises de Nanterre, pour y répondre de l'inculpation «d'homicide volontaire ». Les faits remontent au mois d'août 1977. Soupçonnés de vouloir commettre un hold-up, quatre jeunes de la banlieue parisienne sont pris en chasse parune voiture de police. La course s'achève par la chute de Mustapha, rejoint par le brigadier Marchaudon qui n'hésite pas à lui tirer dans le dos, et à bout touchant, deux balles de son révolver. En remontant dans le car de police, Marchaudon lançait à l'un de ses camarades

«Le bicot, je l'ai tiré

comme un lapin. .. ». un h.ô tel .po,u r Immigres Une enquête vient d'être ouverte à Toulouse, suite à la plainte déposée par les locataires d'un immeu ble. Au 20 de la rue Compans, dans le centre de la ville, quarante immigrés se partageaient huit «chambres » de quelques mètres carrés. En fait de chambres, les logements tenaient plus du placard et du couloi r. L'ensemble du bâtiment était à l 'avenant : pas de chauffage, des fenêtres dépouillées de vitres, des canalisations d'eau endommagées, une installation électrique .. Dans ce bâtiment où l'humidité a depuis longtemps supprimé les pa piers peints et où les matelas ne se reconna issent que par leur nom, une latrine sans chasse d'eau doit satisfaire aux besoins de tous les locata ires. L'enquête en cours a déjà permis d'établir que le propriétaire de ce taudis possédait d'autres logements similaires, loués, comme il se doit, à des travailleurs immigrés. 31 g~fha 82 Bd. Diderot - PARIS 12' {I... Tel. :344.61.37 Ouvert .anl interruption de 9 h è 20 h Hut dimanche et fêt ••. M· Reullly-Oiderot.OE)gratult Garage 15 rue Crozatler. 2 3 Horlogerie - Bijfnderie - OrfèfJf'erie - Joaillerie - Cadeau D~positaire des./lrandes Marques Montre Homme à Quartz 674 F - 20 % : 539,20 F Solitaire or gris et brillant 3305 F - 20% : 2644 F Bagua saphir et brillants 3425 F - 20 % : 2740 F 4 5 Chewaliiro 0.- 2,086 F, - 20 % 1.652,80 F, Montre Dame argent 526 F - 20 % : 420,80 F 20 % DE REMISE AUX LECTEURS DU JOURNAL 46, rue de Paris, 59800 LILLE - Tél. : 54,47,19 ", rue dela Vieille-Comédie - 59800 Ulle - Tél.: 54,05,75 OFFICE DE VOYAGES LAFAYETIE CHEMIN DE FER-AVION Pc..SSc..GES MARITIMES Hf::SEfWATION D'HOTEL THEATRES VOYAGES INDIVIDUELS ET EN GROUPES FORFAITS-EXCURSIONS 18 rUA Bleue - 75099 Paris - Tél. : 770,91 ,09 1 ;0, 'ruc Legendre - 75017 Paris - Tél. : 627,70,95 32 POINT 86 SPORTSWEAR DIFFUSION FELAMY Société à Responsabilité Limitée au Capital de 150,000 f 86, RUE DE TURENNE 75003 PARIS - Tél. : 278.47.71 EAUX MINÉRALES - BIÈRES SOCIÉTÉ BIEREO Place de la Gare 91570 BIEVRES Tél. 941.02.86 - 941.02,88 GUILDE INTERNATIONALE DU DISQUE Cercle du Bibliophile Proloisirs 22, route de Cocherel 27029 - EVREUX Cedex • au fil des jours • au fil des jours • au fil des jours • au fil stages sur le maghreb La section «Coopération Internationale » des CEMEA organise une série de stages :« Le Maghreb, région d'origine d'une immigrjtion », dans cinq villes de France, durant l'année 1981, Ces stage~ auront lieu à Lille, du 5 au 10 janvier ; à Nice, du 26 au 31 janvier; à Chatenay-Malabry, du 18 au 23 mai; à Lille, du 21 au 26 septembre; et à Voiron du 30 octobre au 5 novembre, Ouverts à tous, ils seront animés par une équipe franco-maghrébine et sont reconnus pour la Formation Professionnelle Continue, Ils sont destinés à sensibiliser les stagiaires aux problèmes de l'immigration et aux problèmes économiques et politiques des pays du Maghreb, Pour tous renseignements et inscription: CEMEA, 2 bis rue de la Bourrie Blanche, 45000 Orléans, welcome M, Dihmani voulait rendre visite à son neveu, travailleur immigré en France. Dès son arrivée, le 28 septembre, il se présente au poste de douane de l'aéroport, muni de son passeport dûment visé et d'un certificat de travail de son employeur, en Algérie. Mais il faillit être refoulé , Après maintes explications, M, Dihmani est autorisé à séjourner en France jusqu 'au 8 octobre, A l'issue de son séjour, le 7 octobre, il se présente à l'aéroport d'Orly-Sud, accompagné de son neveu et du secréta ire de la j:,A.S,T,1. pour obtenir le report dont il pouvait bénéficier, Après une altercation due, selon M, Dihmani, à la grossièreté du préposé de la douane, la bagarre éclate, entre ce dernier et Omar Dihmani, le neveu, Alors que Omar est interpellé, le secrétaire de la F.A.S,T,1. obtient sans difficultés le report en question. Le tribunal des flagrants délits de Créteil a condamné Omar Dihmani à deux mois de prison dont un avec sursis pour « outrage et rébellion contre un agent de la force publique », une rafale dans la nuit Marseille 18 octobre. Sur le vieux port tout est ca Ime, La pré sence d'un barrage de police est si fréquente ici que plus personne ne s'interroge sur ce genre d'opérations , Vers 23h, une R 12 s'arrête, Les occupants sont controlés. Rien à signaler, rien à reprocher .. , tout est en rêgle, vous pouvez repartir . Mais non, La mitraillette du C,RS, Taillefer est là et va rompre le silence de cette nuit d 'automne, La rafale part, Lahouri Ben Mohammed, un des occupants de la R12 est abattu, il n 'a vait que dix sept ans, Une bavure de plus dont on ne parlera déjà plus quand les pleurs de la famille n'auront pas encore cessé, Le 20 octobre pourtant, à l'appel du Mrap, plusieurs milliers de manifestants foulaient la Cannebière en signe de protestation, Ouelques jours plus tôt, une autre manifesta tion avait eu lieu au même endroit, suite à l 'attentat de la rue Copernic cette fois , en bref • En Grande-Bretagne, où nul n 'est censé porter sur soi ses pa piers d'identité, des Noirs à la recherche d'un emploi ont été priés de présenter leurs passeports, • En R.F,A, le S.P.D, et ses parte naires démocrates et libéraux, se sont mis d'accord pour présenter au Bundestag un projet de loi visant à interdire l'entrée de matériel et de propagande néo-nazis dans le pays, • De 1945 à 1978, la Justice EstAllemande a condamné 12861 criminels de guerre nazis, 118 de ces nazis ont été condamnés à mort et 231 à la réclusion criminelle à perpétuité. • Trois nazis : Féodor Fedorenko, Wolodymir Osidach et Valerian Trifa, comparaissent en ce moment devant la Cour suprême des Etats-Unis. Ils risquent de perdre la nationalité américaine pour avoir dissimulé leurs activités nazies pendant la Deuxième Guerre mondiale, • Les députés démocrates chrétiens ouest-allemand's et les conservateurs britanniques ont déposé le 19 novembre à l'Assemblée Européenne, une proposition demandant la libération de Rudolph Hess, le bras droit d'Hitler, détenu à la prison de Spandau depuis la fin de la guerre, • Deux anciens SS du camp de Auschwitz-Jaworzno : Hans Holejak et Ewald Pansegrau, accusés de la mort de 21 détenus ont été acquittés par la Cour d' assises d'Aschaffenburg en Bavière, RF.A • Sept activistes néo-nazis ouestallemands et un ancien officier de, la Bundeswehr, Michaël Kufhnen, sont actuellement jugés à Hambourg pour avoir «troublé l'ordre public et sérieusement blessé des manifestants anti-nazis », • Plusieurs centaines de pierres tombales du cimetière juif de Buenos- Aires ont été détruites dans la nuit du 23 au 24 octobre, • Youssef Sassi, le travailleur tunisien arrêté à la gare St-Charles de Marseille, en décembre 1978, et expulsé, pourra revenir en France, Ainsi en a décidé le Conseil d'Etat. le mrap à madrid René Mazenod, secrétaire national du Mrap, représentait le Mouvement à la Conférence parallèle à la Conférence de Madrid sur la sécurité et la coopération en Europe, Nous reproduisons ci-dessous des extraits de la déclaration qui accompagnait un document distribué sur place intitulé « La nouvelle pol itique de l 'immigration en France et l'Acte final d'Helsinki », document dont nous reparlerons dans droit et liberté , C'est sur le thème des travailleurs migrants étrangers que je voudrais intervenir au nom du Mrap. Nous nous sommes réjouis de voir que l'Acte final d'Helsinki ne les a pas oubliés puisqu'il leur a fait une place dans la deuxième corbeille, mais nous nous sommes étonnés que l'on ne parle d'eux que sur le plan économique. Peut-être est-ce pour cela que je tiens à attirer votre attention sur le fait suivant: à cause de la crise économique, de nombreux Etats européens de l'ouest, ayant signé cet Acte final se sont permis par la suite d'édicter des lois pour chasser ces travailleurs migrants du pays dit « d'accueil » - je pense à l'Allemagne, l'Angleterre, la Suisse et aussi et surtout à mon pays, la France. Il nous semble que le texte de l'Acte final devrait être plus précis et plus strict sur ce sujet des travailleurs migrants et ne pas s'en tenir à des recommandations générales, mais se baser sur les droits inhérents à la personne humaine en les rappelant avec force, La migration du travail est devenue un phénomène de société, Alors qu'il y a en France, avec leurs familles, quatre millions de migrants étrangers et plus de dix millions en Europe occidentale, le travailleur migrant n'est pas, pour nous, un objet ou une marchandise qui serait le jouet de l'économie mondiale, mais une personne à part entière quelle que soit la couleur de sa peau, son pays, sa langue, sa religion ou son sexe. Au cours de cette conférence, nous avons tous dit que nous avions peur d'une guerre nucléaire, Pour notre part, en travaillant à cette oeuvre de justice en direction des travailleurs migrants, nous sommes convaincus de travailler à l'établissement de la paix. D' ailleurs, comme l'a dit une très haute autorité morale « La paix est fille de la justice », Devant tant d'injustices criantes et tant de lois scélérates, les travailleurs migrants s'organisent pour prendre eux-mêmes en main leur défense. Au cours des interventions de chacun d'entre nous, il est ressorti que nous voulions tous la continuité de l'Acte final d'Helsinki et nous nous sommes demandés comment l'amplifier, Alors que les travailleurs migrants se regroupent de plus en plus dans leurs propres associations, ne serait-il pas de notre devoir de les aider à créer une ou plusieurs fédérations de leurs diverses associations, fédérations qui pourraient obtenir le titre d'O.N.G. dotéesde statut consultatif auprès de l'O.N ,U, et qui seraient représentées à notre prochaine réunion? Les travailleurs migrants n'auraient alors plus besoin d'intermédiaires. Il est anormal en effet qu'ils ne soient pas là en tant que tels et sans vouloir pour autant les enfermer dans cette seule dimension - ils pourraient interpeller directement la communauté humaine sur leurs problèmes, ceux de leurs familles et parler mieux que nous du racisme quotidien dont ils souffrent et de leurs droits bafoués. QUARTIER OPERA A.C Cu RESTAURANT EILAUX MENU 35f service compri s hors d 'oeuvre a vol o ntê plat au choix pièce de boeuf s t eac k au poivre brochette paysane " youve tsi ·· ··moussak a·· MENU 35f tip included hors d 'oeuvre as much as you like ma in course ··pièce de boeuf ·· peppersteac k country skewer ·· youvetsi ·· ·· moussa k ir 4 \.. \ -r "'MAR CHE 5 GU,6.E:ETIATDPIDN MENU 35f servi cio completo e ntremes il di scret ion guiso il e legir "piece de bIEUf " stea k con pimiento pin c ho griego " youve tsi " " mou ssa k a" MENU 35f be die nung inbegriffell v ors peisen mit selbstbedienung v erschiedene ··piece de boeuf ·· pfeffersteak bauern s piess ·· youve tsi ·· ··moussaka·· rEYMA 35f unT)pCOloç au ~.In . npoéopmov KaTa 8EÀTlOlV ÇEOTO nlOTO pIÀETO 0 KOPOÇ pIÀETO mnEpoTO OOUpÀàKl yOUPCTOI IJ OUOOKO RUE CHAUSSEE D 'ANTIN (PARIS 9 " )T.2BD 69 40 droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 33 34 BUREAUX ET SALLE D'EXPOSITION; 10, rue de la Pierre Levée, PARIS XIe Tél. '; 357.40.35 49, rue de Saintonge 6, rue de Normandie 75003 PARIS Tél. : 278.57.42+ MARTRES ROYALES Fourrures 125, rue de Sèvres 75006 Paris - Tél. : 734.77.54 IMPRIMERIE PERFECT TYPO-OFFSET 31, Rue Buffon - 75005 PARIS Tél. : 535.37.37 STORES FERMETURES ISOLATIONS THERMIQUES STORDECOR 31 , RUE FROIDEVAUX. 75014 PARIS Tél. 322 71·45 (lignes groupées) LACQ B.P. n04 67340 INGWILLER Tél. : 887.40.00 AIRSTORE Maillot Palais des Congrès Porte Maillot - Paris Tél. 758.21.28 • pleins feux • pleins feux. pleins feux • pleins feux • descente aux enfers Encore un témoignage pathétique sur ce temps de 1 'horreur et de la honte. Il est fait des récits de déportés et de S. S. d'Auschwitz. L'écrivain qui a réalisé cette fresque, familier de l'expresion cinématographique, depuis toujours engagé dans notre combat, est Wladimir Pozero En arrière-plan, en contrepoint de ce film ténébreux, des strophes de l'Enfer de Dante ... Mais le chef-d'oeuvre du grand Italien n'apparaît plus que comme une lointaine allégorie auprès de cet enfer tout proche, sans commune mesure avec celui que mes vingt ans ont connu à Verdun ... Là-bas, là-haut comme nous disions, c'était le massacre anonyme, le face à face collectif sans hai ne, l'offrande aux dieux de la Patrie pour que l'envahisseur ne passe pas, en attendant que rayonne, pour nous, la pensée d'Henri Barbusse: «Deux armées qui se battent c'est une grande armée qui se suicide ». A Auschwitz, nous sommes confrontés à l 'ignominie de la bête humaine, scientifiquement, mécaniquement armée pour l 'avilissement, la torture, l'assassinat. Voilà trente-cinq ans bientôt que les documents des camps ont surgi. Je me souviens du premier d'entre eux qui m'est parvenu, c'était une plaquette sur Auschwitz faite par un rescapé, Guy Cohen. Pu is ce fut « Les yeux de la mort et de /' espoir », de notre ami Henry Bulawko, qu ' il vient de rééditer. Et le cri vengeur ou mystique des témoins, David Rousset, Edmond Michelet, Louis Martin Chauffier. Ma is à la fin de 1980, nous apercevons que nous avons encore tant de choses à apprendre. Moins que jamais nous n'avons le droit d'oublier. Je sais gré à Vladimir Pozner d'avoir laissé parler la vérité, toute la vérité qui, même au fond du gouffre, offre parfois quelques clartés. Aussi, au seuil même de l'enfer, à l'heure où l'on vient rafler une famille juive à Rodez, à la jolie petite Suzanne de seize ans, enfermée dans une chambrée à la caserne avant le départ pour la déportation, un jeune soldat allemand qui la garde vient en cachette apporter un immense bouquet de lilas. On retrouve une déportée que nous connaissons bien, Marie-Claude Vaillant- Couturier, arrêtée le 9 février 1942 par la police de Pétain qui la remet aux autorités allemandes au bout de six semaines. Macha Ravine décrit la nuit dans le train de la mort, les hurlements rauques des S.S., les coups de crosse, la sélection, l'arrivée: la file de gauche pour le travail forcé, la file de droite pour la mort, la répartition dans les blocs sordides, la fièvre, la soif, la faim, la brutalité des kapos ... Louise Alcan, matricule 75125, raconte

«J'ai vu une mouche. C'est ici.

une présence. Cela m'a stupidement émue. C'est peut-être parce qu'elle est libre ». Dans cet enfer, il y a place pour des orchestres, pour des spectacles déments, comme celui de ces nains de Hongrie qui dansent et poussent des cris aigus devant la troupe des fantômes aux costumes rayés. Et voici le martyre des Tziganes, les expériences du docteur Mengelé, les femmes du kommando polonais perldues ... et la dernière lettre de Chaïm Hedman n, datée de Birkenau le 6 décembre 1944 «à mes chères femme et filles ». Il leur raconte tout, avec une simplicité sereine, depuis le départ de Drancy, et leur droit et liberté . n0396 • novembre-décembre 1980 dit: «Ne pense jamais à revenir en Pologne. C'est la terre de France qu'il faut chérir ». Ah! si la France pouvait toujours se montrer digne de cet amour! L'Armée rouge s'approche. Le 18 janvier 1945, les SS évacuent le camp. Bientôt Suzanne, la jeune fille dont nous avons fait connaissance à Rodez, couchée dans la grande salle commune d'un hôpital à Lyon, reçoit la visite de sa mère. L'écrivain Benjamin Fondane, dont le nom est inscrit dans la pierre d'une muraille du Panthéon, gazé et brûlé le 30 mai 1944, nous laisse ces vers qui résonnent comme un testament : «Quand vous foulerez ce bouquet d'orties Oui avait été moi dans un autre siècle En une histoire qui vous semble périmée Souvenez-vous seulement que j'étais innocent » Ainsi que l'écrit Vladimir Pozner, aux dernières lignes de son beau 1 ivre qui est aussi un acte de fidélité, faisons en sorte que cette histoire ne semble pas périmée. Souvenons-nous et restons unis. Pierre PARAF Wladimir Pozner :« Descente aux enfers », Ed. Julliard. Manuel d'O Cent années de sueur et de sang Dans le style d'une saga, l'histoire du mouvement ouvrier brésilien par la vie d'un militant centenaire. Collection cc Rencontre des peuples Il 35 MANUFACTURE DE VETEMENTS (,HI·: .\TIO:\S :\mU:\ L' n SI'OH,], L' l ( '():\FITTI():\ SI'I-T I.\I .ITI : dL' n :TI': 1\II-::\I'S dT:\I· .\ \T~ 1 (l .rut' du Roi dl' Sicile PARIS - -k T é l:277.J(1.22 Ets René APPEL REJA PRET A PORTER FEMININ 15, rue Lafayette 38000 GRENOBLE TEL.: 44.10.&0 URBACH 278 51-01 VETEMENTS DE PEAUX 28, RUE REAUMUR. 75003 PARIS 1/ a brica 1l1_~ li e 11011, Il el eri e 36 • POUR VOS FILS ET FANT AISIE CLASSIQUES • POUR VOS BOBINAGES A F ACON Société MARJOLAINE 93, quai de Valmy Tél. . 206 -94-73 PARIS-10" 607-3280 Dépo5itaire des Eh DElHASyRE (laine peignée Nm 2/28, 1/28, 1/401 Case réservée S.E. P.A. P. BOBIGNY Il PRESSING S.A. R. L. Centre Commercial Bobigny 47, Rue de la Préfecture 93000 BOBIGNY Il Ets Thérèse BAUMAIRE 7, rue des Filles du Calvaire 75003 PARIS Tél. : 272.32.09 et 278.37.12 • pleins feux • pleins feux. pleins feux • pleins feux • livres apartheid: pouvoir et falsification historique Marianne Cornevin nous avait déjà donné en 1977 « L'Afrique du Sud en sursis » (Hachette), analyse glaciale, implacable, clinique - Marianne Cornevlnest de formation médicale - de la SOCiété sud-africaine contemporaine . Aujourd 'hui, elle nous livre aux éditi?ns de l'UNESCO : « L'apartheid : pOUVOir et falsification historique ». L'ouvrage débute par un rappel très clair de ce qu 'est l'apartheid. territ~rial - apartheid signifie « séparation. mise à part », dont la traduction officielle fut « dé ve oppement séparé de chaque race dans la zone géographique qui lui est affectée » , et qui est maintenant remplac.ée par l'expression « développement multmatlo' nal ». En fait, la signification pratique ~e ce mot est « séparation dans /'inégalité basée sur la seule couleur de la peau ». M. Cornevin, brosse ensuite un rapide tableau de ce que devraient être .Ies o~ze Etats - dix noirset un blanc - slla politique d'apartheid était menée à son t~rme . Elle montre les inégalités de densité de population entre ces Etats : 247 kilomètres carrés pour 1 000 Blancs dans l'Etat blanc, 0,3 kilomètre carré pour 1 OOOCItoyens du Owaswa, le plus dense de~ « homelands » noirs. Elle montre aussI l'absurdité du système qui fera des Noirs théâtre vichy fictions Des silhouettes sur une scène déserte, des hommes en costumes sombres, cravates , bien mis. Les héros quotidiens du vichysme, ce fascisme bien à nous, les technocrates de la restauration nationale, mais aussi la France des couches moyennes qui danse une sorte de ballet guidé par les discours du Maréchal. La ra dio on le sait, joue un rôle fondamental ent're les années 40 et 44. L'Etat s'y exprime directement et insiste: hymnes, fanfares militaires, appels, discours, « Tout va bien Madame la Marquise ... »et le soir on se regroupe dans l'ombre pour écouter l'autre France qui étrangement nous parle d'Angleterre. Elles sont là, les figures de la collaboration, les Bichelonne, Déat, Laval, Drieu la Rochelle, jusqu'à ce porte-parole de la France profonde, interprété magistrale ment par Bernard Freyd, chef des huissiers de Pétain qui nous propose un fan - des travailleurs immigrés dans l 'Etat blanc, le seul où il y a du travail : ils y seront considérés comme des étrangers. Mais l'essentiel du livre est consacré aux bases idéologiques de l '~parthei~: « supériorité du Blanc sur le No.lr ~ , par!ols habilement camouflée en « mission d assistance confiée à la race blanche » : « nécessité de sauvegarder la race blanche ». A l'origine de cette conviction se trouve une falsification théologique savamment entretenue par les 3 églises réformées hollandaises dont la plus importante est le NGK. Celle-ci regroupe la forte majorité des Afrikaners (Blancs d'origine hollandaise, allemande et française), et a des relations privilégiées avec l'Etat, selon la meilleure tradition calviniste. Les théologiens afrikaners exploitent en ef~et le thème de la malédiction de Cham, fils cadet du patriarche Noé, et soi-disant ancêtre de la race noire. Ce dernier aspect représente une falsification majeure: rien dans la Bible ne permet de la soutenir. Autre falsification : présenter, à grand renfort de citations bibliques, la race blanche d'Afrique, comme un «peuple élu » à la manière d'lsra~1. C':ls falsifications permettent à un « hlsto~/e,! ~ sudafricain d'écrire: « C'est de droit dlvm que nous sommes Afrikaners » et à un autre: « Nous sommes les instruments de la Providence » et plus loin « La clé des Afrikaners, c'est le calvinisme ». Cette affabulation rend compte de la conception afrikaner de l'histoire : amalgame historico-religieux et historico-li.nguistique permanent, tel est la caractéristique de cette conception , qui est l'objet d'un chapitre passionnant. tastique voyage à travers cette France nouvelle qui vénère son chef et lui adresse d'innombrables cadeaux, de l'alsacienne tricolore au saucisson d'Auvergne en forme de francisque. Et puis, il ya cette voix martyrisée, la victime des tortures, la fiancée de Jeanne d'Arc, la combattante suppliciée, émouvante Bérangère Bonvoisin apparaissant à la fin du spectacle isolée par le faisceau de lumière. C'était «violences à Vichy », texte de Bernard Chartreux dans la mise en scène de Jean-Pierre Vincent. Des gens nés pendant la guerre ou juste après revisitent ce que la mémoire d'un peuple a tendance à refouler. Actualité terrible de ce passé : l 'amnésie peut conduite au retour du fascisme . Les textes de Chartreux viennent combler ce trou de mémoire tout comme le textes de Chartreux viennent combler ce trou de mémoire tout comme le texte de Michel Deutsch, auteur de la seconde soirée ( convois ») tente de mettre à jour le fonctionnement quotidien de la peur et de la lâcheté, mais aussi de la résistance à la peur et de la volonté de rester digne. Deux volets d'un même spectacle : droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 La suite du livre est consacrée à la dénonciation de tous les mythes - M. Cornevin en identifie dix - que les Afrikaners entretiennent sur l'histoire des Noirs, et qui sont capables à leurs yeux, de justifier la politique actuel,le .. Citons quelques-uns de ces mythes : 1 eXistence de 10 ethnies noires, les homelands correspondraient aux territoires occupés historiquement par elles, l'arrivée simultanée des Blancs et des Noirs en Afrique du Sud les Voortrekkers - migrants hollandai~ qui se sont enfoncés dans l'Afrique du Sud au début du 1 ge siècle après l'occupation du Cap par les Anglal.sauraient progressé dans des terres Vides et sans maître, les Afrikaners , victimes de l'impérialisme britannique, ne seraient pas des colonialistes. A chacun de ces mythes, M. Cornevin oppose une réfutation documentée, fon dée sur les travaux des meilleurs historiens, anglais notamment. Le dernier chapitre est consacré au «refus global » de la vérité historique pour les Blancs d'Afrique du Sud. Refus de l'histoire faite par les Noirs, refus de l 'histoire des Noirs vue par les Noirs. Ce livre très documenté, très argumenté, est donc à recommander à tous ceux que passionne cette grossière caricature du racisme que représente la société sud-africaine, à ceux aussi qu 'i ntéressent la psychanalyse sociale, la ge nèse et l'entretien des inconscients collectifs. Une petite réserve : cet ouvrage est peut-être un peu trop « savant ». Ouestion à mille francs : qu'est-ce qu'une isohyète? Francis GARCEAU « Vichy Fictions », dont on a compris qu 'il ne s'agit pas de reconstitutions histori ques, mais de rappels, de résurgences dans la mémoire d'un vécu oublié, dont il est singulièrement difficile de parler parce que tout conspire aujourd'hui à l 'effacement d'une période vécue après coup dans la mauvaise conscience . Et ce cauchemar d'hier, comment le vivons-nous aujourd'hui? Et qu 'y peut le théâtre, la fic tion, le travail du Théâtre National de Strasbourg? Non pas nous montrer des personnages (héros ou a nti-héros de l'Histoire) mais nous faire entendre des textes chargés d'Histoire, et nous montrer ceux qui les énoncent se mouvant dans un espace jalonné de signes de la période : postes de radio costumes 1940, trophées du Marécha'l, drapeau tricolore. Thé~tre à plusieurs voix qui met en questi?n le théâtre lui-même, dans la mesure ou Il ne met pas en jeu des «personnages » se confrontant dans une action dramatique, mais laisse entendre le texte, le comédien lui donnant chair, comme s'il libérait la parole refoulée de notre inconscient collectif. Yves BLETON 37 ~~\\III!/I.~ ,;---- - ~ -' - - agnès b. 3, rue du jour Tél. : 233.04.13 13, rue Michelet, Paris 6e GOUGENHEIM 1 MPRI ME RIE - PUBLICITE: S A ~ L C A PITAL 525000 F 239 RUE DUGUESCLIN _ LYON 3" j 60 03 3~ 1 60 27 78 DEBORAH STAR Anciens Ers GLETZÈRE 71 , rue. de la Fontaine au Roi 75011 PARIS TEL. 357.3828 38 3, rue de Stockolm 73 RUE PRESIDENT EDOUARD HERRIOT, 69002 LYON 1 TELEPHONE (78) 37.13_25, SPAD 75008 Paris· Tél. : 522.45.41 HAUTE FOURRURE 56342-37 RENÉ SAI MAN 157, FAUBOURG ST- H ONORË PARIS VIII" ROBES DE MARIÉES CÉRÉMONIES - COCKTAILS 31, RUE D'AMSTERDAM 75008 PARIS 874,92,54 • pleins feux • pleins feux. pleins feux • pleins feux • stratégie culturelle de l'antisémitisme contemporain Nous reproduisons ci-après quelques extraits significatifs des Conclusions d'une étude d'ensemble rédigée par notre collaborateur Pierre André Taguieff, qui paraîtra prochainement dans un cahier droit et liberté intitulé « Origines intellectuelles des antisémitismes contemporains » . 1. L'antisémitisme, comme tout dispositif idéologique d'attaque, comporte dans sa stra tégie l 'accusation d'agression exclusive et non réciproque projetée sur sa victi me. C'est là une condition nécessaire de son efficacité: l 'anti sémitisme se présente comme simple et légi time «réaction » à des comportements «sémitiques » prétendument agressifs. 2. L'antisémitisme contemporain en France, depuis la fin des années soixante, suit de nouvelles voies argumentatives, non directement reliées. Les unes sont centrées surune remise en cause de l 'histoire de la Seconde Guerre Mondiale: justifications du régime de Vichy et réhabilitation de Pétain, égalisation des crimes nazis et des bombardements alliés, dénonciation systématique des «excès » commis par la Résistance à la Libération, récusation «révisionniste » du génocide hitlérien des juifs, assimilation pure et simple du marxisme au stalinisme et de ce dernier au nazisme, quand il ne s'agit pas d 'opposer la positivité relative de celui-ci au mal absolu constitué par celui-là ; les autres se fondent sur un rejet violent du fonds culturel judaïque - l'anti-ju déochristianisme de la Nouvelle Droite, rapporté à l 'anticommunisme et à l'anti-Iibéra lisme censés en dériver, prenant clandestine ment le relais de la double récusation hitlé rienne du «judéo-capitalisme » et du «judéobolchévisme ", d'autres enfin visent la réévaluation positive des régimes, des idéolo gies et des productions culturelles caractéristi ques des fascismes historiques, du goût pour les sociétés prétendue ment secrètes aux clichés de la mode « rétro », en passant par l'exaltation des vertus propres, paraît-il, aux « corps d'élite », sans oublier les esthétisme «héroïques » du côté de chez Riefenstahl. Ces méthodes de guerre culturelle, par-delà les mani festes différences de leurs thématiques respectives, ont une cible commune: les principes fondateurs des démocraties modernes. Autrement dit, nous avons affaire à une version nouvelle, encore innommée en propre, de la contre -révolution . 3. Cette résurgence aux multiples points d'impact est le symptôme d'une brèche creu - sée dans la censure qui fut imposée à la mémoire collective par le génocide nazi. La censure désormais affaiblie oblige néanmoins à des manoeuvres rhétoriques tenant compte des seuils d'acceptabilité du discours xénophobique et antijuif dans l'opinion . D'où la tactique de l 'insinuation et de l 'euphémisme à laquelle recourent de concert les «révisionnistes » faurissonniens et les tenants du très respectable « gramscisme de droite ». L'évitement de toute attaque frontale est par ailleurs utilisé à titre de preuve d'inexistence du phénomène néo-antisémite par ceux-là même qui travaillent à en établir les conditions d'appari tion . 4. Israël, pour l 'anti -sionisme absolu - et j'entend par le refus de discuter tout droit à l'existence de la nation israélienne -, constitue une nation en trop. Les Juifs, pour tout antisémite conséquent, forment un peuple de trop. La question fondamentale est de se demander si l'anti-sionisme absolu est substituable, dans tous les cas, à l'antisémitisme . Or, la question demeure indécidable, à moins que l 'on ajoute une clause : lorsque Israël est traité comme victime émissaire à tout faire, dénoncé hors de toute analyse historique précise, posé comme responsable passe-partout des maux de chacun, lorsque Israël devient insensiblement l'accusable par excellence de toutes crises planétaires, alors au Juif déicide se substitue Is raël , coupable rad'icalement sécularisé, nation éminemment pécheresse. L'antisémitisme israëlo- phobique perçoit une communauté entière comme intrinsèquement perverse. 5. L'antisionisme absolu est le mode d'expression ordinaire de l'antisémitisme contemporain . Il tend à sériger en mythe cristallisant une grande diversité d'éléments antijuifs, mythe doté d'une effica cité redoutable : il produit de l'enthousiasme, on se sacrifie en son nom. En bref il engendre du militantisme fanatique. Sa puissance de diffusion vient de ce que le peuple d' Israël (lsraëliens et Juifs de la Diaspora) est confondu avec la politique d'un Etat. L'antisionisme «métapolitique » est apte à traverser la frontière séparant la droite et la gauche : aussi peut-il fonder, en s'installant droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 dans la conscience collective, une nouvelle vague générale d'antisémitisme . 6. Le GRECE- Nouvelle Ecole semble apte à fournir le cadre théorique d 'une idéologie antijuive jouant le rôle d'une conception du monde: la presque totalité de ses thèmes dé rive en effet d'un anti-judéochristianisme de principe, substitut tolérable aujourd'hui de l 'antisémitisme. Les motifs majeurs de la «nouvelle culture de droite » dispensée par les publications du GRECE et des réseaux qui lui sont affiliés sont d'ailleurs reconnus en mi roir et repris tels quels par la plupart des grou puscules néo-nazis français et francophones (Belgique, Suisse). Un corps de doctrine s'est ainsi constitué pendant la dernière décennie, dans le fil de la tradition française de la « Droite révolutionnaire ». Sa diffusion massive est en cours, à travers tout un montage d'appareils diversifiés : du Figaro-Magazine (idéal-type du détournement des media) au noyautage des groupes régionalistes, de l'infiltration des grands corps de l'Etat (Club de l 'Horloge, C.LO.S.O.R., etc ... ) à l'institution d'un réseau néo-droitier européen . 7. La dénégation du phénomène antisémite en cache, couvre et catalyse tout à la fois l 'émergence. On se souvient d'une affirmation «optimiste » du Chef de l ' Etat, il y a environ un an : «Les sources de l'antisémitisme sont ta ries ». 8. En temps de crise, les distinctions et nuances s'abolissent nécessairement et les thèmes disparates font système en des idées forces

la révision positive des fascismes (théories

et pratiques), la récusation du génocide des Juifs par les nazis, l 'accusation portée contre le «judéo-christianisme » d'être res ponsable du déclin «égalitariste » de l'Europe, le traitement d' Israël comme peuple globale ment coupable par l'antisionisme antisémite, rien n'empêche que tous ces thèmes, après radicalisation (par exemple: de l'anti-judéochristianisme ou de l 'antisionisme à l 'antisémitisme), puissE'lnt fusionner ensemble pour donner lieu à un nouveau dispositif idéologique visant la même victime émissaire. Il est simplement probable que, comme par le passé, les Juifs ne seraient pas seuls à faure l'objet d'accusations convergentes . De nouveaux Tzi ganes leur tiendraient vraisemblement compagnie. 9. Il faut tenir compte de ceque l'un des intérêts de l 'antisémitisme contemporain est de faire passer toute [losition antisioniste pour antijuive. Ceci pour nuancer et préciser les re marques précédentes. 10. La vague d'antisémitisme une fois lancée dans la conscience collective à pa rtir d'an g es de tir diversifiés, les attentats terroristes doivent venir à leur heure pour diviser et désta biliser l'opinion, du moins dans ses couches profondes, masquées par le spectacle d'un consensus antiraciste / antifasciste circonstanciel . L'objectif est de provoquer une réac tion d'auto-défense juive, donc de déclencher un processus de contre-violence destiné à de venir impopulaire par son exploitation antisémite (directe ou suggérée), afin d'isoler la communauté juive dans la nation française en la désignant comme cause, par sa seule pré sence, du climat général d'insécurité. Pierre-André TAGUIEFF 39 Maisons recommandées Ets Albert Iglicki 5, boulevard Montmartre 75002 Paris MAG2 93, rue d'Aboukir 75002 Paris Ets. Henri Nitlich 125, Faubourg Saint- Honoré 75008 Paris 40 M. and Co Marie France M. 261, rue Saint-Denis 75002 Paris Ets Vuillet 27, rue Lafitte 75009 Paris Ets Ganco Paris OCEAN lA - AGENCE PILOTE POUR LES VOYAGES EN ISRAEL ET AUX ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE RENSEIGNEMENTS OCEANIA 4, rue de Castellane 75008 PARIS - Tél. : 742.27.55 OCEANIA 54, rue de Rome 13001 MARSEILLE Tél. : (91) 54.18.18 JUPES GOR-RAY la plus grande exposition du faubourg 76-78 Faubourg Saint-Antoine - 75012 PARIS Métro Ledru-Rollin (côté Charonne) Parking assuré Société du nleuble 3~3-39-15 & 35-24 moderne style décoration BOUTIOUE JEAN PREVOST TOUTES GRANDES MAROUES FOURNITURES DIFFUSION 27, rue de Saintonge 75003 Paris Téléphone 272.15.31 CANDY 5, rue de Stalingrad 95 ERMONT - Tél. 359.87.12 ..... MITSUBISHI MACHINES A COUDRE MOT.EURS A EMBRAVAC. UNITAS A POINTS INVISIBLES i)rincl'ss INDUST RIEL L ES ET FAM ILI A LE S S.A. AU CAPITAL DE 600000 F . . 552019622 B R.C. PARIS 37, Bld Voltai re , 75011 PARIS - Tél. • 700.00.17 Pièces détachées et renseignements : 700.60.39 • pleins feux • pleins feux • théâtre porca miseria La pièce, créée en 1975, est mise en scène par Lorenzo Quinteros, un des animateurs d'une troupe argentine: « Teatrocirco ». Cette pièce a, avant tout, l'intérêt de présenter un aspect de la vie culturelle traditionnelle argentine tout à fait méconnu. Ceux qui cherchent à connaître un peuple par sa culture ne seront pas déçus. «Porca Miseria » s'inspire d.e l' organi,sa tion des specta- cinema vivre libre ou mourir Le dernier film de Christian Lara, cinéaste guadeloupéen, surprendra ceux qui connaissent l 'auteur pour «Coco La-Fleur, candidat ". Si ce dernier était une fiction poli tico- policière dans une des dernières colonies françaisess , " Vivre libre ou mourir », plonge, lui, aux racines de l'histoire . Ce film fait le procès de la colonisation . Un tribunal de notre époque. juge un des chefs rebelles du XVIIIe ou Xlxe siècle . L'époque exacte n'a d'ailleurs pas beaucoup d'i mportance puisqu'en fait de témoin • cies de cirque en Argentine : une partie purement cirque, une autre associant le personnel aux artistes, plus théâtrale. " Porca Miseria »est la deuxième partie du spectacle. Les décors restituent l'image du cirque, les acteurs le jeu des artistes. Le thème n'étant, évidemment pas celui du cirque n'est pas sans accentuer la difficulté. C'est un spectacle inattendu parce que méconnu. Le 1 0 décembre au Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis. dans cette affaire, tous les gouverneurs de l'île, voire tous les oppresseurs, en commençant par Christophe Colomb, défilent à la barre. Ainsi, à la manière d'un livre,les images font apparaître l'histoire de la Guadeloupe, celle du peuple caraïbe et celle du peuple guadeloupéen . Massacres, génocides, es clavage

le visage mal connu de la

France pacificatrice et civilisatrice apparaît devant la caméra indépendantiste du réalisateur. Si le film peut sembler assez di dactique, il ne faut pas sous-estimer sa valeur. «Vivre libre ou mourir » n'est pé!~ qu 'un cri perdu dans' l'océan, c 'èSt un moyen, le seul pour certains, de connaître l 'histoire du colonialisme français aux Antilles. musique harlem swing Fats Waller, le gros Waller, revit en ce moment au coeur de Paris. Au théâtre de la Porte St-Marti n, plus précisément. " Harlem Swing " puisque c'est le titre de cette comédie musicale, rend donc hommage à ce grand comédien- musicien noir-américain qui a connu son heure de gloire dans les années trente. Fats Waller, Thomas Wright Waller de son vrai nom, est originaire de New York, et c'est dans cette ville, à Harlem principalement, qu'il se taille cette réputa tion de fer qui le ne quitte plus depuis près de cinquante ans maintenant. comme danseur, comédien, humoriste. La crise économique de 1929 obligeait les gens à avoir plusieurs cordes à leur arc et pour les noirs il valait mieux en avoir quatre que deux. Le spectacle, mis en scène par Richard Maltby Jr et dont la direction musicale est assurée par luther Henderson (et oui 1) retrace l'épopée de ce personnage. Et quelle meilleure façon de rendre hommage à un tel homme si ce n'est en utilisant ce qui a concouru à fa i re de lu i une vedette 1 Les danseurs-chanteurs ont tous participé à des comédies aussi cé lèbres que «Hair " ou «JésusChrist Superstar ". Quant aux musiciens, le simple fait de dire qu'ils font (ou ont fait partie) des orchestres de Lionel Hampton, Dizzy Gillespie ou Count Basie, dispense de tout autre commentaire. Marc MANGIN ----- Vedette du film «Stormy Weather ", tourné en 1943, après avoir monté la revue " Hot Chocolate ", en 1 931, Thomas Waller a marqué son époque, non seulement en tant que musicien, mais aussi au théâtre de la Porte St-Martin. droit et liberté. no396 • novembre-décembre 1980 pleins feux • pleins feux • exposition MENACES J"""".r~. _ Le peintre LDrjou présente ses toiles récentes à partir du 27 novembre et jusqu'à la fin de l'année à la galerie « Beauvau- Miromesnil ", 15 rue Miromesnil à Paris. La toile que nous reproduisons ci-dessus vous donne un aperçu du talent de cet artiste. Dommage que le noiret blanc ne rende pas toute la vie et la chaleur de cette merveille. dérive en picardie Pour ce premier disque du duo Patrick Sechet et Pierre Henocque, il n'est pas excessif de parler d'un chef-d 'oeuvre. Chef-d 'oeuvre au niveau des textes et de la musique, mais aussi au niveau de l'enregistrement. Si l'on peut faire le reproche à Patrick Sechet (auteur compositeur) d'avoir fait de ce disque une chronique assez personnelle, force est de constater que ses textes sont communs à bon nombre de mortels. Travail, exploitation, humiliation, tels sont les thèmes principaux de cet album . Mais loin de parler de la vie avec des mots chocs, Patrick Sechet chante avec tendresse et amour. Il parle de son pays: la Picardie, des gens qui y vivent et des endroits que tout le monde connaît. Sechet (Lead vocal. guitare, accordéon) et Henocque (vocal, violon , guitare, mandoline, harmonica), affirment leur différence en s'exprimant en picard. Non pas qu'ils soient des régionalistes intransigeants, mais c'est la langue du peuple au milieu duquel ils vivent. Un peuple déchiré par un empire et qui accueille aujourd 'hui les " immigrés ". Marc MANGIN N'étant pas distribué commercialement, ce disque est disponible au siège du journal au prix de 40 francs + 12 francs de port. 41 42 SECOUMATIC I;CLAIRAGE DE SECURITE LAMPES PORTATIVES ACCUS RECHARGEABLES SIGNALISATIONS DE DEFAUTS PERMANENTS OU FUGITIFS ALARME - VOL ALARME - INCENDIE DETECTION FUMEE - CHALEUR - THERMOVELOCIMETRIQUE • 1 M PEX 83, rue Vauvenargues, 75018 PARIS - ~ 627.86.14 19-21. Rue de la Glacière Case réservée SALTI EL- 0 RAPI E RS S . A . 11 , RUE D'UZES - 75002 PARIS TEL. : 508.55.16 Tél. • 67.37.11 pf optiCien diplômé P. FLAGEOLLET 21, rue de Chartres 92200 NEUILLY-SUA-SEINE ~ 747.61.66 OPTIQUE OCULAIRE ET DE CONTACT • action. réception au sénat autour de pierre paraf et françois grémy renforcer le poids et l'action du m.r.a.p. Autour du professeur François Grémy, nouveau président délégué du M.r.a.p., et de Pierre Paraf devenu président d'honneur à la suite du dernier congrès, une amicale réception a réuni le 16 octobre au Sénat, les militants du M.r.a.p., les représentants des partis politiques, des syndicats et de la presse. Pierre Paraf, après avoir dressé un bref historique de la lutte contre le racisme depuis l'occupation nazie, a rappelé qu'en cette fin 1980 « l'action du M.r.a.p. est plus que jamais indispensable » et souhaité que, plus que jamais, « l'action du M.r.a.p. s'ouvre largement à toutes les Donnes volontés, à tous ceux et à toutes celles qui communient avec notre grand idéal. » Il a ensuite assuré le mouvement antiraciste de sa participation à la lutte pour l'idéal de justice et de paix qui l'a guidé toute sa vie, pour conclure en saluant le M.r.a.p. comme « le visage de la fraternité, le visage de l'avenir ». Charles Palant, parlant au nom du bureau national, a rappelé que le dernier congrès de notre Mouvement avait été un carrefour de gens « appartenant à tous les courants de pensée, croyants de toutes les églises, militants de toutes les nuances de l'humanisme, responsables politiques et syndicaux, toutes générations confondues ... ». S'attachant à démontrer la progression du racisme dans une société en crise, le vice-président du M,r.a.p. déclara: « Voilà pourquoi notre congrès a pu parler de l'évolution du racisme de crise vers un racisme d'Etat, confirmé mois après mois par l'absence d'une volonté véritable de sévir contre les criminels, tandis que les bavures ou lapsus sont révélateurs de la profondeur du mal. » Se tournant vers Pierre Paraf, pour lui rendre hommage, c'est avec émotion que Charles Palant a rappelé: « C'est Jean Jaurès qui, posant un jour sa main sur votre épaule, a encouragé le lycéen que vous étiez alors, dans les engagements auxquels vous êtes depuis demeuré inébranlablement fidèle. » Quant au choix du Mouvement sur la personne de son nouveau président, Charles Palant a illustré la difficulté de ce choix en évoquant ainsi les vice-présidents: « Ma chère collègue George Pau-Langevin, qU/~ derrière le charme et le sourire jamais en défaut, dissimule /'inflexible rigueur de la militante et /'infatigable dévouement de l'avocate au service de tant de victimes de tous les racismes » ••• « Jean Pihan, homme d'une inépuisable culture, vivante incarnation de la tradition antiraciste du christianisme français ( . .) que l'incroyant que je suis n'a jamais pu appeler « mon père» et dont c'est une fièreté de ma vie de pouvoir l'appeler « mon frère». » Puis, ce fut le discours de François Gremy, dont nous publions ciaprès de larges extraits. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 L'évènement qui nous réunit ici n 'a pas d'importance propre. Un serviteur remplace un serviteur, un militant remplace un militant. Ce qui compte aujourd'hui, c'est le contexte dans lequel se produit cet évènement, contexte marqué - depuis 1974 - par la montée du racisme antiimmigrés, la résurgence de l'idéologie nazie, la multiplication des attentats et, jusqu'à ce jour, leur complète impunité. Racisme d'opinion, racisme d'action et d'expression, racisme de crise, racisme d'Etat. Devant cette montée des périls, les démocrates prennent conscience de la nécessité de s'unir et de combattre (. .. ). Et il me semble qu'en mati èr:e de racisme, le Mrap a su acquérir par sa détermination, la clarté de ses positions, un prestige et un poids qui font de lui le meilleur acteur théorique et pratique de la lutte contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples. Et c'est de lui, de son avenir et du développement de son action que je voudrais vous entretenir, à l'aube de mon mandat. dont tout laisse augurer qu'il sera agité. nouveau titre, nouvelle lutte La suppression de la référence explicative à l'antisémitisme pourrait choquer, notamment dans le contexte actuel. Et pourtant, nous avons voulu marquer par là que le racisme ne se divise pas. qu'aucune discrimination ne doit être faite entre ses différents avatars et que nous sommes uniformément concernés par toutes ses manifestations. (. . .) /1 est fondamental que nous maintenions cette idée de façon vigilante, à l'heure où les manifestations spectaculaires et meurtrières de l'antisémitisme pourraient nous faire oublier l'oppression sournoise, mais aussi parfois meurtrière, dont souffrent les immigrés. Interrogeons -nous : aurions-nous mobilisé 200 000 personnes pour un attentat contre un foyer Sonacotra, et la mort de quatre Maghrébins ou Africains? La seconde facette de notre nouvelle appellation est que l'amitié entre les peuples, entre les ethnies, entre les groupes culturels remplace la paix. Dans la mesure où celle-ci n 'est trop souvent envisagée et comprise que comme une absence de conflit, une simple tolérance, nous avons préféré lui substituer une valeur résolument positive. Pour nous, le racisme n'est en effet, pas seulement une idéologie injuste et meurtrière, mais c'est fondamentalement un appauvrissement : chaque culture apporte en effet à la symphonie humaine des sonorités et des harmonies qui lui sont propres. Et dans l'éloge de la différence, nous devons voir, non pas un appel à la séparation et à l'ignorance mais un appel à l'échange, au dialogue, à la fraternité (...). Tel est en effet la constante, le liant de tous les militants du Mrap. 43 jSt 44 Marks & Spencer 8, rue Oberkampf, 75011 PARIS Téléphone 805.05.27 ~OL10N MANTEAUX - TAILLEURS - ENSEMBLES Case réservée Sté M. afritex MANUFACTURE DE DOUBLURES Tél. : 236.31.24 + 4, rue de Cléry - 75002 PARIS VOTRE CHEMISIER 300, RUE DE VAUGIRARD PARIS 15- Téléphone 532.95.04 rap-haêl Lazar tapissier-décorateur Installation (bureaux, magasins, appartements, h6tels, collectivités) 50, rue Volta - 75003 Paris' - tél. 278.69.44 Viquel S.A. 24-32, rue des Amandiers 75020 Paris Tél. : 366.39.27+ l'action dans la pluralité Autour de notre idéal commun qui inspire le thème général de notre action, les variations sont nombreuses. Les raisons qui nous amènent à lutter pour la dignité, la fraternité, à combattre les fascismes sont nombreuses, car très diverses sont nos sensibilités et diverses les options philosophiques, religieuses ou politiques qui nous invitent à militer ensemble pour cette conception commune de l'homme. Je peux en témoigner, nous réussissons assez bien dans notre microcosme à réaliser ce que nous désirons pour la vie sociale et politique : nous ne nions pas nos différences, chacun s'affiche avec ses convictions, et non seulement nous ne regrettons pas notre diversité, mais nous avons conscience qu'elle nous enrichit pour notre action commune. On pourrait imaginer que cette démarche réductrice aboutit à des positions émasculées et insignifiantes. Mais l'ex périence de notre action, le poids moral du Mouvement, l'agressivité de nos adversaires, nous confirment qu'il n'en est rien et que notre idéal commun est une plate forme de réflexion et d'action suffisamment vaste pour ne pas contrecarrer notre efficacité. Il est bien connu qu'on nous a accusés d'être à la remorque du Parti communiste, parce que ses militants sont, chez nous, nombreux et actifs. Depuis quelques mois, j'ai entendu dire, à deux reprises que c'était le Parti socialiste qui avait pris le contrôle du Mrap. Ce n'est - et ce ne sera - ni l'un ni l'autre, ni un troisième d'ailleurs. C'est en effet une fonction essentielle de la présidence - président et vice-présidents - d'être les gardiens vigilants de notre pluralité. Du jour où je croirais que celle -ci est menacée d'une façon ou d'une autre, je cesserai d'être président. une politique inacceptable Pluraliste et largement ouvert, notre Mouvement se doit toutefois de condamner fermement,dans le domaine qui est le notre, la politique du gouvernement actuel de la nation. Nous la condamnons pour deux raisons majeures : D'abord, la politique de l'immigration. Sans vouloir contester à un gouvernement national le droit d'administrer la population étrangère qui réside sur sOn sol, nous ne pouvons tolérer le système légal qui se bâtit sous nos yeux et qui voue la masse des immigrés à un arbitraire généralisé de l'administration, de la police et du patronat. Le Mrap a eu l'occasion de proclamer plus d'une fois que ce système injuste est déshonorant pour la France et qu'il est dangereux pour nos libertés publiques. Mépriser les Droits de l'Homme pour quatre millions de personnes, c'est mettre en danger les Droits de l'Homme pour les cinquante autres millions. Oui, le racisme mène au fascisme. C'est pourquoi la politique actuelle est inacceptable ,' nous n'avons pas d'autre solution que de refuser, éventuellement à la façon d'Antigone ou de Thomas More. La deuxième raison pour laquelle nous condamnons la politique actuelle, est la mollesse - voire l'inaction - avec laquelle sont poursuivis les attentats de type fasciste qui se multiplient depuis quelques années. Que les ministres de l'Intérieur successifs aient laissé passivement s'infiltrer dans la police des éléments d'extrême-droite, à un niveau suffisamment élevé pour paralyser son action, ou bien qu'activement ils donnent en sous-main des instructions pour arrê ter les recherches, peu nous importe. L'alternative est entre /'incompétence et la connivence, à moins qu'une troisième voie ne s'ouvre, celle d'une subtile combinaison des deux. /1 faudrait de la part du gouvernement une action d'une exceptionnelle vigueur' pour que nous revienne la confiance. L'émotion du « jeune israélite " de la place Beauvau ne nous suffit pas. Notre hostilité à la politique raCiale du Pouvoir actuel ne devrait pas toutefois lides témoignages d'amitié De nombreuses personnalités ont honoré de leur présence la réception organisée autour de Pierre Paraf et du professeur François Gremy. Personnalités politiques; MM. Günther Schülze et Mustapha T1ili, directeur et directeur adjoint du centre des Nations-unies à Paris. Les députés L. Odru, Mme Thome-Patenôtre. M. Rocard, L. Villa, P. Joxe, E. Veillon, P. Laurent, R. Ballanger. Les sénateurs M. Chauvin, R. Poudouson, C. Lederman, S. Boucheny, F. Serusclat, M. Parmantier, J . Garcia, H. Luc, A. Le Pors. Les représentants de municipalités, M. Guimet, ma.ire de Montfermeil, M. Maillet maire adjoint de Bezons, M. Ravera, maire de Bagneux, M. Lecoadic, maire de Taverny, Mme Bezard maire adjoint de Houilles et le maire d'Archieil, ainsi que MM. Quin, Benassaya, Delanoë, conseillers de Paris et M. Krieg, député, maire adjoint de Paris. Etaient présents aussi, G. Gaumé (secrétaire national de la C.G. T.), Mme Léon Jouhaux. L. Jospin (secrétaire national du Parti socialiste), J.-P. Chevénement, E. Fajon, J . Andros (vice-présidente du conseil générai de Seine-St-Denis), S. Mangin (conseiller d'Etat), S. Steinnpan (U.J .R.E.), M. Gargar (L.D. H.), M. Charlot, P. Rochard, B. Le Franc (service des immigrés de l'archevêché de Paris), O. Michelat, M. Goetze, R. Le Hénnaf, M. Lamarque, Mme Osnin Lamarque, K. Demeter, K. Demeter, M. Lauzanne (Le Monde), M. et Mme Shapira. E. Amiable, MM. Imerglik et Philipp (avocats), Mme L. Dachevsky-Perrin (avocat), D. Coujard (syndicat de la magistrature), A. Dimet et M. et Mme Kiecé (avocats), A. Cortés. Le monde universitaire était représenté par MM. G. Lyon-Caen, H. Tazieff, A. Memmi, Fauré. Tavlizki, Dreyfus et Mesdames Dreyfus-Brisa et Fauré. Du monde culturel, étaient venus; D. Baumann, R. Maria, G. Hourdin, C. Etcherelli, Cornevin (écrivains), M. Zehrfus (architecte), J. Pichette et J . Picard le Doux (peintres), C. Candriani (animatrice radio), M. Dugowson (cinéaste) ainsi que Mme A. Philipe, W. Rabi et Mme Chombart de Lauwe. Des hommes d'églises s'étaient aussi déplacés ; le pasteur A. Dumas et le pasteur Voge, l'abbé Gilson et Mgr Herbulot. De nombreuses associations s'étaient fait représenter; Le Comité international Rom, l'A.E.F.T.I., l'Amicale des anciens déportés d'Auschwitz, l'Union rationaliste, la Ugue des droits de l'homme, la J.O.C., J.O.C.-immigré,I'U.J .R.E.,la C.G.T.,le Grand Orient de France. la F.N·.D.I.R.P., la F.O.R.R. et la F.S.O.R.R.,I'A.S.E.C.,la Fédération autonome des syndicats de police, le comité national des A. P. F. syndicales, France-Terre d'asile, le C.1. E. M. M., Pax Christi, l'amicale France-Turquie, l' A.A.D .J. F.,le C.L.A. P. , les Eclaireurs et éclaireuses israélites de France, l'Union régionale C. G. T. lIe-de- France, le Syndicat de la magistrature, les C.E .M.E.A., la fédération française des clubs U.N.E.S.C.O .• le S.G.E.N.-C.F.D.T. , la C.F.T.C. corps en civil, l'U.N.E.F., le R.E.T.S.E.F., l'amicale de Neuengamme, la Ubre pensée, l'Union départemenntale C.G.T. de Paris, la comission épiscopale des migrants, le S.N.E.T. A.S.-F.E.N., la fédération C.G.T. des affaires sociales, l'A.E.M.N.A.F., la Confédération syndicale des familles, la Fédération des oeuvres laïques de Paris, l'U.T.M.F., le S.I.T.I., Arcadie, le C.M.S.S.M., l'A.J.A.R. Parmi les personnalités politiques, se sont excusés ; MM. J . Chaban-Delmas (président de l'Assemblée nationale), J. Chirac (maire de Paris), A. Matar M'Bow (directeur général de l'U.N. E.S.C.O., le vice président du Sénat, M. Schumann s'est excusé, ainsi que les sénateurs P. Gamboa, B. Hugo et R. Ceccaldi. Des députés se sont eux-aussi excusés ; P. Zarka, J. Frayse-Cazalis, G. Deferre, B. Derosier, M. Lejeune, L. Baillot, N. About, G. Bordu, A. Vivien, H. Constans, R. Chinaud et N. de Hautecloque et P. Fost. D'autres personnalités politiques nous ont fait connaître leur regret de ne pouvoir être présent ; P. Matteï, C. Estier, conseillers de Paris et M. Garnier-Lançon, adjoint au maire de Paris, M. Tenaillon, président du conseil général des Yvelines, R. Clément, maire de Romainwille, G. Valbon, président du conseil générai de Seine-St-Denis, J. Roynette, président du conseil général de Seine-et-Marne, Y. Saudmony, maire de Nanterre, P.-Y. Cosnier,\maire de Villejuif, J . Driollet. maire de Domont, L. Cathala. maire de Créteil, J. Durantdn, maire de Valenton et M. Prudhomme, conseiller général maire. D'autres personnalités du monde scientifique, culturel et religieux ont fait parvenir au M.r.a.p. des messages de sympathie. Ce fut le cas de Mme C. Labarraque-Reyssac, Perrault, A. Lauran et H. Bulawko (écrivains), P. Préboist, S. Fion, M. Picolli (acteurs), J. Suret-Canale. A . Jacquard, J .-P. Kahane, M. Dresch, H. Desoille, P. Wertheimer (universitaires), ainsi que Mgr Hiret, chancelier de l'evêché de Paris; le grand Rabbin de France; l'abbé Toulat, M. Tollet, président du musée de la Résistance, le général P. de la Bollardière et M. Elkann, président du consistoire de Paris. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 45 - SQ SEIKO QUARTZ MONTRE CALCULATRICE A SONNERIE seul, votre Horloger-Bijoutier Conseil SEIKO peut vous offrir la garantie mondiale SEIKO. Mouvement à quartz Autonomie environ 2 ans 4 fonctions : 1) affichage combiné du temps: heure, minute, seconde, jour 2) affichage du calendrier mGis, date, jour 3) affichage de la fonction calculatrice PANTALONS P U L L S CHEMISES 4) alarme Boîtier et bracelet acier elbi! décoration 41, boul. barbès paris 18 - tél. 606.74.52 85, Rue de Turenne, 75003 PARIS ~ (t) 887_99_9~ INTERCONTINENTAL - FURS DIRECTION ALAN CATAP Be LIONEL SPRUNG 40 BIS, FAUBOURG POISSONNIÈRE ., sieges ameublement GEORGES BEHR MAISON FONDÉE EN 1920 BERNARD TIM8RES CLASSIQUES ET RARETÉS T OUS PAYS 25, avenue de l'Opéra - Paris 1er 297.42.62 - Timbrophil Paris BEHR ~ 770-61-80 - 824-73-30 75010 PARIS 46 A la réception du Sénat, degaucheà droite: Pierre Paraf, Charles Palant. George Pau-Langevin. François Grémy et Albert Lévy. miter le recrutement de nos militants à la moitié gauche de l'éventail électoral. Je sais que parmi les partisans de l'actuelle Majorité, nombreux sont ceux qui réprouvent cet aspect de l'action gouvernementale. C'est pourquoi je fais un large appel pour que ces hommes et ces femmes viennent nous rejoindre dans notre action concrète pour l'honneur et la justice. Il faut bien comprendre que le Mrap se donne pour tâche d'agir en catalyseur et de favoriser la convergence, sur un thème précis, des citoyens qui par ailleurs peuvent avoir des opinions diverses. l'action de demain Disons d'abord que le Mrap n'est pas un syndicat des victimes du racisme. La présence à sa présidence d'un petit fils de paysan bourguignon - véritable « Français innocent » - en est un signe. Notre but est de conduire une action obstinée, cohérente et intransigeante d'information, d'éducation, de prise de conscience sur tous les racismes, sur tous les fascismes, dans leurs aspects théoriques et pratiques. En particulier, de souligner les dangers des groupes spontanés d'autodéfense qui ne peuvent que nous entraÎner dans une spirale sans fin de violences, alors que les moyens légaux et démocratiques de combat existent : il suffit de les appliquer. En particulier la loi de 1972, à l'origine de laquelle notre Mouvement s'honore d'être, Notre but est ainsi, et sera de plus en plus, de mieux faire connaÎtre sur le plan de leurs cultures les différents groupes humains, afin d'amorcer un dialogue des cultures, facteur essentiel pour l'amitié entre les peuples et les groupes. /1 est finalement d'enseigner la fraternité. Comme vous le voyez, la tâche est immense. Notre Mouvement peut-il y faire face? Certes, les événements récents ont montré son prestige et lui ont permis d'augmenter encore son audience. Mais états généraux contre le racisme Deux réunions de comités locaux du Mrap ont abordé l'organisation des Etats Généraux contre le racisme de manière originale. Nous en rendons compte dans les colonnes qui suivent en espérant les alimenter jusqu'au rassemblement de Paris, par les informations que vous nous ferez parvenir. Prenons pour exemple une ville de l'ile-deFrance: Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. Cinquante mille habitants, mais l'agglomération en compte le double avec Mantes-la-Ville, Limay, Les Mureaux, Gargenville, Aubergenville .. Le racisme, ici, on connaît. Les immigrés, qui représentent 30 % de la population, ont été regroupés dans des quartiers où ils atteignent parfois 75 %, comme réservoir de main-d'oeuvre pour les industries implantées dans la région

Renault (Flins), Chrysler (Poissy), La Cellulose,

les cimenteries Lafarge, la centrale E. D. F ... Cela ne va pas sans heurts ni attitudes hostiles en ces temps de difficultés. L'an dernier, un café, près de la gare a été fermé quinze jours pour son refus de servir les Maghrébins. Au Val Fourré, une association droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 nous aurions tort de trop nous gargariser. Et si vous me permettez de citer et de moderniser une phrase de l'Evangile: « La moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux .. . et l'outillage insuffisant. » Nous devons donc nous donner les moyens de relever le défi que les événements nous lancent. Et à l'aube de cette nouvelle présidence, je vois trois directions concrètes : - Une campagne de recrutement intense devrait aboutir à une multiplication de nos comités locaux qui doivent quadriller le pays. - Nous avons l'intention, dans les semaines et les mois à venir, de tenir dans toute la France des Etats généraux de l'antiracisme qui permettront à toutes les personnes et associations concernées de se retrouver et de montrer la force et la permanence du mouvement antiraciste et antifasciste. - Le troisième axe de notre politique est une grande ambition. Nul doute que, devant le danger qui monte, il faille doter la pensée antiraciste de moyens d'information et de communication qui correspondent à l'enjeu. Nous avons besoin d'un organe de large audience, d'un magazine de fraternité, de dialogue des cultures, de défense des droits de l'homme, de lutte contre le racisme et le fascisme. A ces trois directions politiques et pour rester dans le domaine des moyens, je voudrais aussi vous faire part d'une préoccupation grave : la nécessité de trouver un nouveau local pour le Mrap national. Voici, mes amis et camarades, l'état de notre Mouvement, voici la place qu'il veut occuper dans notre société, voici surtout ses objectifs, ses ambitions, ses projets et ses préoccupations. Ensemble, nous lutterons avec obstination, convaincus qu'il est long le combat de l'Amour, et qu'elle est difficile la victoire de la Fraternité. mène campagne contre la construction d'une mosquée au nom de la ... défense écologique de ce quartier «jusqu'alors calme, agréable et où il fait encore bon vivre " ... A la réunion du Mrap présidée par Marc Sabbah, directeur du collège Saint-Exupéry, un avocat, Me Julienne-Caffié, devant u ne cinquantaine de participants, dresse brièvement le bilan de la riposte. Un comité dynamique est né dans l'action. Récemment, il ya eu l'exceptionnelle mobilisation après Copernic : une manifestation locale de 500 personnes, deux cars frêtés pour aller le 7 octobre à celle de Paris. Et depuis, la collecte pour El Asnam .. Christian Hamet, un éducateur, évoque les problèmes de la «deuxième génération ", les enfants des immigrés, en proie à la crise, au chômage, au cloisonnement raciste de notre société. Il parle des expulsions, des refoule ments qui se multiplient. A Dreux, un com ité du Mrap vient de voir le jour, engagé dans la défense de travailleurs maliens victimes des trafiquants de faux -papiers. Un autre encore tiendra le 6 décembre sa première réunion aux Mureaux: là aussi, les défenseurs du cadre de vie se dressent contre le projet de mosquée. A Aubergenville, c'est une école orthodoxe juive C(ui «crée des remous » ... 47 le racisme aux états-unis 150 pages de documents accablants sur les discriminations et les violences dont sont victimes les minorités raciales aux USA. Au sommaire • Préface par le pasteur Ben Chavis, condamné à 34 ans de prison pour son action antiraciste. • Un mythe: le progrès des Noirs. Contrairement à ce que l'on pense généralement, l'écart moyen des revenus entre Noirs et Blancs s'est accentué durant les 10 dernières années. Qu'est-ce que les Noirs peuvent espérer de l'Amérique de Carter? • La stérilisation de masse: une arme de génocide. 24 % des femmes indiennes, 35,8 % des Porto-Ricaines ont été stérilisées. Les méthodes utilisées pourforcer les femmes à la stérilisation .. . • Le racisme dans la loi et la jurisprudence américaines. La « démocratie esclavagiste» américaine appliquait les « Droits de l'Homme » au maître blanc et les lois sur la propriété privée à l'esclave noir. Quelles sont les conséquences actuelles de-la législation raciste? • Affirmative action. Les acquis des minorités pour imposer des mesures positives permettant de pallier le handicap de plusieurs siècles de discrimination sont mis en cause ... • Le système de la justice criminelle: le crime, la police, les tribunaux, la peine de mort, les prisons. La Suède refuse d'extrader les personnes poursuivies en Amérique en raison du caractère inhumain du système pénitentiaire des Etats-Unis. " ya 11 % des Noirs aux USA mais 50 %dans les prisons; les peines appliquées aux membres des minorités sont systématiquement plus longues, à délit égal, que celles appliquées aux Blancs; sur 607 personnes actuellement condamnées à mort, il y a 267 Noirs et membres des minorités (45 %) ... Une description de l'enfer des prisons américaines ... • La guerre secrète du Gouvernement des Etats-Unis contre la dissidence intérieure. 19 « Panthères noires» assassinées, des responsables de mouvements noirs ou antiracistes déshonorés, jetés en prison à la suite de coups montés, contraints de se vendre au Gouvernement en application du Cointelpro, un programme secret de lutte contre la dissidence intérieure ... • Les prisonniers politiques. « Des centaines, des milliers» de prisonniers politiques, selon Andrew Young, ancien ambassadeur des USAà l'ONU. Qui sont-ils? A quel régime sont-ils astreints? • Les programmes de modification du comportement et d'expérimentation humaine. Les prisonniers récalcitrants, notamment les prisonniers politiques, sont envoyés dans des « centres de modification du comportement » où ils doivent subir un régime terrifiant de lavages de cerveau, de drogues, d'électrochocs et même de chirurgie du cerveau . Les firmes pharmaceutiques utilisent prisonniers et membres des minorités pour tester leurs nouveaux produits ... Les victimes racontent ... Prix : 35 F. (+ 7 F. frais de port). (format 21 / 29, 7, ~mpression offset, texte et illustrations). Souscription de lancement, 25 F (+ 7 F frais de port). ,-----------------------------------~--- ,Je désire recevoir le cahier droit et liberté « Ghettos et prisons d'Amérique ». 1 • Au prix « souscription» de 25 F. , '. Au prix normal de 35 F. (rayez la mention inutile). 1 'Nom ............. .. . ........ ............. ..... ......... .. ......... . .... ........................ .. 1 , 1 1 Prénom .. .............................................................................. .......... , ,1A. .d.re..s.s.e. ................................................................................................. .................................................................................. ,' 'Je verse ............................................................ (Prix du cahier + frais de port),

~r.1n~~r~ dro~ ~ ~b~t~-220 ~e~~n::'D.:.n~ 75~~P!.."i~-5~~39-11!~S~ _______ !

48 L'idée des Etats-généraux contre le racisme proposée par le bureau national du Mrap répo~ d bien aux données de la situation et aux preoccupations de tous. Etablir un inventaire du raCisme, mettre en relief ses causes définir et développer l'action nécessaire avec l'e maximum de gens : le triple objectif qu 'implique cette entreprise prolonge logiquement les manifestations d'octobre et la prise de conscience dont elles ont témoigné . • L:un des ~Ièves ,du collège, groupés sur un cote d,u carre forme par les tables, dit avoir été frappe, malgré l ' ~mpleur des initiatives prises par rindif,térence du plus grand nombre ; se~ copains 1 approuvent. Que faire? Des films, des affiches, des tracts permettront de mieux informer, d'alerter. Un enseignant suggère par ailleurs un colloque pour approfondir les notions d'antisémitisme, d'antisionisme et d'antiracisme ... Voilà les Etats Généraux sur les rails. Dans toute la France, on se réunira pour le même tripie objectif de. témoignage, d'analyse et de IU,tte. Désormais, chaque projection, chaque debat sur le racisme - et il yen a des dizaines en ce moment - devrait s'inscrire dans ce contexte, se terminer par un compte -rendu écrit, . contribution au vaste mouvement qui aboutira au rassemblement national du 21 mars à Paris. harlem sur seine Ivry : 14000 immigrés, soit 22 % à 24 % de la populati~ln, installés dans des quartiersghettos. D ailleurs, Ivry n'est-elle pas un ghetto? Comme dans de nombreuses villes de la banlieue parisienne, les immigrés viennent là parce que les loyers sont moins chers, la population OUVrière, mais surtout parce que d'autr, es villes " plus chics » ont instauré un «seuil d mtolérance » et refusent de les accepter. La banlieue pariSienne va-t-elle devenir le Harlem-sur-Seine où, comme à New-York, on rejettera tous ceux qui sont différents: Arabes, AfrlcaJns: Portugais ... pauvres? etsurlesquels on fera Circuler les brUits les plus délirants? En tout cas, ceux qui espèrent voi r cette situation se concrétiser trouveront en face d'eux les comités locaux du Mrap. A Ivry,. le 14 novembre, le comité ru Mrap or~anlsalt une assemblée générale sur ce probleme ~ I~quelle participait Albert Lévy, secrétaire general du Mouvement. Les très nomb,reuses personnes présentes, reflétant les dlfferentes sensibilités politiques de la Ville, ont débattu du problème, cirtiquant, suggérant, sans procès d'intention, mais avec le SOUCI de vOir se mettre en place, au niveau de la Ville, du département, de la nation, une politique humaine de l'immigration, favorisant, contrairement à la réalité actuelle, l'amitié entre les peuples. Faisant suite aux déclarations du Parti communiste sur le logement des immigrés, une analyse profonde des textes diffusés dans la région a permis de dégager certaines conclusions. D'abord l'ambiguïté de certaines formules ~pl,oyées et le manque de concerta- ~ a .I vry? tion q~i .ont précédé la rédaction. Pourtant, maigre 1 émotion et la crainte soulevées par les expressions contenues dans ces textes et qUi peuvent aboutir à créer un clivage entre Français et immigrés, chacun a reconnu la justesse du prOblème posé. . Ainsi, cette réunion a eu un double effet: définir les responsabilités dans la constitution des ghettos et rassembler des gens, parfois diamétralement opposés, pour mener le combat à l'issue duquel Français et immigrés pourront cohabiter dans de meilleures conditions. Cette ,manifestation, premier pas vers les Etats Genéraux contre le racisme du comité d'Ivry, a été suivi d 'un communiqué national du Mrap- que nous reproduisons ci-dessous. Les conditions de vie et d'habitat des travailleurs Immigrés et de leurs famil/es préoccupent de longue date le Mrap. Leur regroupement délibéré dans certains quar~/ers des g~andes vil/es et localités des banlieues témOignent des inégalités et des dISCnmll!a~/Ons entretenues par le gouvernement amsl qu~ par les municipalités qui refusent systématiquement de les accueil/ir. Ainsi se développent,. dans le tissu urbain ou dans de.s zon,es margmalisées, de véritables ghettos ou les Immigrés et d'autres couches défavorisées . sont vouées à l'isolement, à la misère phYSique et mÇJrale, à la dégradation continue du cadre de Vie. Ces situ,ations engendrent des difficultés de cqhabltation ~ans l'immeuble, le quartier ou la ville,. et favorIsent le raCisme, d'autant plus que la cnse multiplie les frustrations, les violences et les peurs. droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 Des assemblées se tiendront sur les lieux de travail et d'étude, dans les quartiers, les pa rOisses, les foyers d'immigrés, les associa tions, avec le concours des comités locaux du Mrap. Ensuite: on se rencontrera au plan de la Ville ou de la reglon . A Mantes, ce sera, fin janvl~ r, une Journée contre le racisme, avec débats et spectacles : des musiciens chiliens et une pièce de théâtre maghrébine ... Pendant la réunion, la maquette de « Différences » Circule parmi les cinquante participants. Chacun l'apprécie. On recueillera des abonnements,c'estd'accord. Le droit à la différence, ici, on le comprend, on le défend. Louis MOUSCRON 1/ en résulte pour les municipalités concernées des problèmes complexes que le Pouvoir aqqrave, san~ cesse, tout en limitant les possib"' t~s d y faire face par les équipements et les soutiens appropriés. Cependant, le Mrap observe que certaines pnses de position récentes sur ces problèmes sont susceptibles de donner lieu à des interprétations ambiguës, dont il faut particulièrement se garder dans le climat actuel où l'idé ologie raciste investit notre société. . Le Mrap souligne la nécessité d'une inser tIOn cohérente et globale des imm/grés, mettant fm aux attitudes d'ostracisme, amenant les employeurs et les autorités gouvernementales à prendre leurs responsabilités au plan social. politique et financier. " met en garde l'opinion et ses p'orte-parole contre toutes tentatives ou tentations d'imputer aux Immigrés eux-mêmes les conséque, nces d'L!ne politique dont ils sont les premieres Victimes, et de les Opposer au reste de la population. , Qu'i! s'agisse des salaires, du logement, de 1 école" de~ services sociaux ou de tout autre domé!me ou se manifestent les effets de cette politique, c'est ensemble que Français et immigrés dO/~ent formuler et faire aboutir leurs revendications et imposer plus de justice. En aucun cas, une action qui ne pourrait être prise en charge par les uns et les autres ne serait acceptable . . Le Mrap est prêt à apporter son concours actif à la !utte co.ntre la ségrégation dans l'habitat a~ec 1 objectif de permettre aux populations d ongmes dIVerses de vivre ensemble dans de bonnes conditions, dans le respect des droits de. chacun e~ des différences, unies par les memes mtérets et les mêmes espoirs. 49 - NINALACKA INTERNATIONAL FABRICATION - CREATION IMPORT - EXPORT VETEMENT EXOTIQUE ROBES DE MARIEES Téléphone: ligne directe: 320.38.75 C.I.T. GUIDES CULTURELS NATHAN Une formule nouvelle de guides touristiques qui sont aussi de véritables petits livres d'art. Essentiellement pratiques les GUIDES CULTURELS NATHAN présentent, par ordre alphabétique, les villes et villages qui .ren!ermen.t ~es milliers d'oeuvres d'art constituant le patrlmome artistique de chaque pays. Très abondamment illustrés de photos couleur, ils sont aussi très agréables à lire. • GUIDE CULTUREL NATHAN FRANCE - Grand Prix Français 1980 des Guides Touristiques • GUIDE CULTUREL NATHAN ITALIE Chaque volume format 12,5 x "19,5 plus de 800 pages, , couverture toilée plastifiée. FERIIAIID IIAIHAII z, (0 115 l!l ...J Cl co FREUNDLICH fourrures - créat ons 5, RUE DE PROVENCE, 75009 PARIS ---------------- 770 - 95 - 97 Tour Maine-Montparnasse 11 e étage - Bureau 1132 3, rue de l'Arrivée - 75749 Paris Cedex 15 TÉLÉPHONE ROMEO EXCLUSIVITES MASCULINES 50 S.A.R.L. - Capital: 30.000 Frs 255, rue des Pyrénées 75020 PARIS - Tél. : 636.28.02. Pat et julie prêt à porter féminin style jeune 279. RUE SAINT DENIS_75002 PARIS TEL 236 86 64 _ 236 87 27 dernière attentat à paris rue ta itbout Un homme armé a fait irruption, mardi 25 novembre vers 15h30, dans les locaux de International Travels Tours à Paris, agence spécialisée dans les voyages au Proche Orient, Le bilan de cette attaque alourdit le nombre des victimes des attentats terroristes de deux noms: M, Edwin 00- wek et sa femme Michèle, tous deux décédés, D'origine juive, M. Oowek possédait la d~uble nationalité, française et britannique. Il était connu pour ses idées en faveur de la paix au Proche Orient. D'après les premières informations, les témoins auraient reconnu que l'assassin de M. et Mme Oowek correspondrait au portrait-robot établi après l'attentat rue Copernic. Dès que cet événement fut connu, le Mrap publiait un communiqué dans lequel il exprimait « sa vive indignation »et constatait que « les premiers éléments recueillis laissent supposer que le crime a des motivations antljuives et des rapports avec le conflit du Proche-Orient ». Avant de conclure par un appel à la vigilance et à la mobilisation, le Mrap soulignait « /1 est inquiétant que deux mois après le drame de la rue Copernic, et alors que les agressions racistes ne cessent de se. multiplier, aucune piste n'ait PRESIDENTD'HONN~UR :" Pierre PARAF PRESIDENT DELEGUE: François GREMY VICE-PRESIDENTS: Charles PALANT, AbbéJean PI HAN, Me George PAU-LANGEVIN, Docteur François GREMY. SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY COMITE D'HONNEUR : Henri ALLEG, Georges AURIC, Robert BALLANGER, Maurice BEJART, Jacques BERQUE, Général de BOLLARDIERE, Bâtonnier Albert BRUNOIS, Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN, André CHAMSON, Marie José CHOMBART de LAUWE, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Henri DESOILLE, Maurice DRUON. Pasteur André DUMAS, Henri FAURE, Jean FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Pierre GAMARRA, Colette GUILLAUMIN, Monseigneur Guy HERBULOT, Jean HIERNAUX, Georges HOURDIN, Albert JACQUARD, Professeur François JACOB, Pierre JOXE, Jean-Pierre KAHANE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, Bâtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN, Jacques MADAULE, Françoise MALLET-JORIS, Albert MEMMI, Robert MERLE, Théodore MONOD,Henri NOGUERES,..Jean PICART LE DOUX, Gilles PERRAULT, Marcel PRENANT, Wladimir RABI, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Vieira da SILVA, Jean SURET-CANALe', Haroun TAZIEFF, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNER, Docteur Pierre WERTHEIMER, lannis XENAKIS, Bernard ZEHRFUSS. abouti à la découverte des coupables ». Le Mrap appelait, par ailleurs, à un « rassemblement de protestation et de lutte contre le fascisme et le racisme, le vendredi 28 novembre sur les lieux de l'attentat. réunions de la commission afrique australe La Commission Afrique Australe tient des permanences toutes les semaines au siège du Mrap, le lundi de 15h à 18h, le mercredi de 17h à 20h, le jeudi de 18h à 20h et le sa medi de 10h à 13h. Cette commission se réunit un mardi sur deux de 18h30 à 20h. les prochaines réunions auront lieu les 9 et 23 décembre. conférence de charles palant Devant une centaine de garçons et filles de l'école Ste- Marthe de Pantin (Seine St -Denis), Charles Palant, vice-président du Mrap a fait un exposé sur le racisme d'hier et d'aujourd'hui. la conférence s'est déroulée en présence de la directrice de l'établissement, de plusieurs enseignants et de l 'aumônier de l'école. Plusieurs dizaines de questions ont été posées à l'orateur qui répondit de bonne grâce et salua la présence à ses côtés de MM. A. Abramovicz, vice-président et Grinbau m, porte-drapeau, de l'amicale des anciens déportés de Buna-Monovitz-Auschwitz III. ainsi que M. Torrent représentant le ministère des Anciens Combattants. lapsus Invité par France -Culture, le 27 novembre afin de parler des deux livres de Spengler, ré: cemment publiés par les éditions Copernic (fondées et dirigées par des membres du G.R.E.C.E.) Alain de Benoist, préfacier des deux ouvrages, substituant malencontreuse ment « Hitler » à « Spengler », a déclaré « J'au raIs aujourd-hui une attitude assez semblable à celle qu 'a eue Hitler sous le national-socia lisme ». On ne saurait être plus franc, bien qu 'involontairement ! . naissances Nous avons la joie d'annoncer la naissance de Karim, fils de Francine Palant et petit -fils de nos amis Daisy et Charles Palant: vi ce-prési dent du Mrap. Que tous trouvent ici nos félici tations et nos voeux les plus cordiaux. Nos félicitations et nos voeux également à Madeleine et Armand Dimet, dont le fils Yves Claude nous annonce la naissance de Robin. in mémoriam Albert Hipszman rappelle le souvenir de sa femme Sandra née Wodnicki, décédée subitement le 15 novembre 1979. Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme. pour l'amitié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté. Nom len c apltalel Prénom âge . Profe ssion . Adr esse Code p estai . Ville Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 60 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu (je la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du mrap. Abonnement d 'un an à droit et liberté (60 F). Abonnement de soutien (120 F) . Etranger (90 FI . C.C.P. 9239-81 Paris • Rayer la mention inutile mouvement contre le rllciame et pour l'lImiti. IIntrllllla PIIupl .. lmrIlP) 120. rue saint·denis - paris 121 - tél. : 233.09.57 . C . C . p . : 14-825-85 paris droit et liberté. n0396 • novembre-décembre 1980 • ~. 249-24-00 N° de Commission paritaire: 61013 51 •

------------.
;;;;;;;~'::~';.--·'~UÉCt1lfBRE 10 ' .... "U.lO( __ "_' 11 __ ..

• Faire vivre "Différences" f'tuU li'" ks bombn dl's rocistn on//ul, dn CfflUlIt16 Ile millirrs de f'I"'SlJIIfla SfHIf dl'SUfldua dam hl rue pour criN kur jndillll/imr. pour exprimer leur ,-oIonfl d'oeu,ur li luni/il VIf" la peupln. 1.11 ,-oU tU en femml'S. tU US hommn nt mulflple mais WIII'r· ,Vlfe. I-JlI nt roml1llti,y mai.J rif/idl~. Elk s'itut:rlI dam la fradi. tions dll pg,3 nmIs ft( OII'YrtI' li /'inilltub'l', Elle lire jIIfOt'U tU l'upi""'" qllQtidinlM : ,'i,"", VIM1fttM. t'ft( pomtM t1 t'_INN!! lA '"(IÛ tU lYS femmn, tU lYS homntn. t'nt lIIlSJi III ~ tU fOUf un pt'II,wflJ« 4UX idiots tU hIIinI' t1 tU mlpris qlll disposetll, maJMu~I, d'im~ls moyens dl' di/fll!ion· Cdlt ,'/H.J: doil pOU,-oir pori" plus /Qin. plllS /l'WlII, plus profond, SI ,'mU II' ._Ir.. Ji flOUS II' ,_Ions. ~"II', rotIMruistHff-H. m folsonl • .,.'" .'iON journal: "'JU' f"E.NI-;;"CI-:S" ! ,~___ ._..r-_ L_ ._....' __._ - .L. ,._ ,. . ._.-." .. ,-_, .._ r_._r,_-._ __ .... _ .. r ~ _,_. _ -- .. ,-,_._ .. ........ .... .... _ _ .. c __ ._ .. _ .. 0." -._. "'--_,. .-.. -' _'. -"_C_ --_.-'-.• r_ ... __ _. - ____ . u _. _ ... _.- . ~--"' ..... '-_.. _ ,-_._,- __ .... r_ ... _ ... . ~ _ . ... _ .. .. ___ . _ ... _._ .. MItA. ,_ -'--_ .......... , :.. - .-- -_ ... -...... ,----.._ --.. --_--. '- _-._.. . ....._.. '-- -- --".,,-_._. __.'- . ,__... _ _ ,1_.'-- ,_-_.--..... . -._,,..- - IJiII _ _ • /J • ___ .... ~ """"".~ 21" 19.1. _,1"" _ ,--. I~I_ 1.'n.1; n_."..., ..;.._' ""__"""'t _lW_-_ """0 '.8«-f/~;"" _,. . It_. t. __ * .... , ... '/«1_. . .. "...,..,_. ____ ._1.,,_ ... ,n-.-_. ___ ! ' or" _ .. """ .. _ "n~tI· __ .. _ ............ U "'/lA" ..... ,_ .... _ '"' __ ...,..... -. It _.,~_ .. ,. " _.- A_·W~vu;r.;.f"OMM nuits 1_ -/«11.'_ ' "". _ .... , _,._,.... .. 10. • .. 11_ IOIIOF . (CI_" -d ' ,•• , .. /1VF.t_ , lJl'. __. ' _."""""'. ._ ..... """. _,..~I$ARL_ .. _. 1111. __ '·0... ... 7J(J(}],..." · C'CP9lJ9-#' k'" ___ • DIIJHOE'CE:S.

-----------------------_ .. _-----~ • J p.",;';;"" ~ Il ",6,"," do IJiffm..u. JI ~.nl un .""" .......... ' . fondOlru.. •

,1 NOM l'Ttnom ,• 1 Adrao 1 ,1 l'T~~ ,1 ....... _., , 1"",'_ · Somm~ , , _________________________________ d

... ~""pt i la fiai;"" Ir 11if~ m _ VII .too ... " ..... ·fOlldac.... . :

• NOM Prftoono 1 ,1 Adroot ,1 1 l'fof,,,,,,,, • ,l "bon. ." ",,' : 1 111/ 6 """' . Som ... _ .1 1~ -J. -JW-1-";p-' -la -.n-,,,-,,, -1 -0-if!-""-'""- n- "-,mo-n,- U-n .b-:-nn-m-'n,-.f"-"".-,,,,-,r ----·I• :

NOM PI"""" : ~

, ~- 1 Prof"';';'" : ~ l "' _ :I .. '6 ...... . $omm',... l , .1 .... _-_._-_ .. __ ._-_ .. _. ... _._ .. I N _-. ~ 1 .le 1*1""'" 10 at8Ilooo 1It ,~ II p ............ bonoIcooootIoo -fOBda.... 1 ~ 1 NOIoI l'féoIom 1 ~ , ' e ', ~- ', - •..........................................................: . ~of~ • ~ "'_ ....... "' :lonl6 ...... · Som .... ,~ .... ,-.._-, -,,..,. __. ... 1tA~ __ • ........ c_ , , • •

Notes

<references />