Droit et Liberté n°421 - juin-juillet- 1983

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°421 de Juin-juillet 1983
    • Action, organisation, même combat; après l'assemblée générale de Saint-Denis
    • Editorial par Jean-Bertrand Bary
    • Actions décidées en Assemblée générale
    • Françoise Gaspard: "le rôle essentiel du MRAP"
    • Introduction de Albert Levy: les trois axes de notre effort
    • Intervention de François Gremy: l'importance de la formation
    • Action: des idées et des actions en Normandie par Norbert Haddad
    • Le racisme en justice
    • Face à la montée de la violence raciste

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

roit Actionet, liberte organisation, même combat mensuel du mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples Après l'Assemblée Générale de Saint-Denis N° 421 - Juin-juillet 83 - 4 F ISSN 0012-6411 Editorial SI certains pouvaient en douter, les événements se sont chargés, depuis quelques mois, de nous rappeler que le racisme ... ça existe J .. . Chacun a pu le rencontrer, demi-masqué ou à visage découvel t , à maints détours de la campagne électorale, voire au coin des rues, auteur de sanglants cc faits divers ». Le racisme gangrène notre société; il est un péril pour la démocratie: «Le racisme mène au fascisme. » Dans le combat antiraciste, le MRAP n'est qu'un instrument, un outil, mais un outil "indispensable. Certes, beaucoup d'hommes et de femmes mènent ce combat au sein d'associations, de syndicats ou de partis; mais il faut un mouvement spécialisé, braqué cc tous azimuts », contre toutes les formes de racisme. Le MRAP veut être, et il est, ce mouvement. Encore faut-il que l'outil soit bon, l'instrument solide et malléable à la fois: c'est à cela que répond le souci d'organisation, et ce fut un des deux points majeurs de l'Assemblée Générale des 4 et 5 juin , dont ce numéro de Droit et Liberté donne de larges aperçus. A côté des objectifs , redéfinis par notre Président et notre Secrétaire général, et le « pour quoi fa ire? 1 du MRAP, une place importante fut consacrée au « comment 1 ? structures, moyens et ... finances. Que le militant ne considère pas ce dernier aspect d'un regard léger ou un peu hautaiR. Ou dire peut-être: « hélas! 1 - mais c'est un fait: le « nerf de la guerre» antiraciste, il existe, lui aussi, et on ne peut se permettre d'en faire fi ! Action ... Organisation ... : ou i, même combat ! • Jean-Bertrand BARY Trois manifestations Le Bureau national du 2 juillet 1983 a pris la décision d'organiser une marche silencieuse après chaque agression rac iste. Ceci afin de rassembler « tous les gens de coeur et de raison pour arrêter l'escalade sanglante, pour assurer l'entente indispensable entre les diverses communautés vivant et travaillant en France». Ceci afin de dénoncer « le climat d'hostilité, le rejet et les discriminations dont souffre la nouvelle génération issue de l'immigration» et aussi « la responsabilité morale de ceux qui, dans la dernière période, n'ont pas hésité à attiser la haine en désignant mensongèrement les immigrés comme responsables des difficultés et de l'insécurité que connaît notre société ». Actions décidées en Assemblée générale 1° Mobiliser massivement les forces antiracistes et inviter les pouvoirs publics à agir avec détermination (demande d'un débat au Parlement; rencontres avec les Partis, Syndicats et Eglises pour multiplier les initiatives). 2° Accentuer notre effort d'information, d'explication et de réflexion , entre autres, par une grande campagne d'adhésions au MRAP et d'abonnements à Différences; des collages massifs dénonçant le racisme; par la tenue de meetings à la rentrée dans de nombreuses villes de France. 3° Riposter sans faiblesse à tout acte raciste caractérisé, en dénonçant et faisant condamner les provocateurs qui tombent sous le coup de la loi. 4° Contribuer à donner vie à une société véritablement inter-culturelle, par la participation active du Mouvement à tous les nouveaux organismes qui agissent sur le terrain pour favoriser la cohabitation et la compréhension mut uelle. Notre Mouvement interviendra dans des domaines tels que le logement, l'école, la formation des jeunes, la formation professionnelle, les activités municipales, etc. Il s'agit, pour le MRAP, de contribuer à couper les racines mêmes du racisme. Pages 2, 3 et suivantes: les interventions de F. GREMY et Françoise GASPARD 2 Assemblée glt"érale Différences : une certaine idée de la France A vec Différences vous serez à même de répondre à toutes les idées reçues, les évidences, les automatismes, les préjugés qui peuplent les discours des racistes ou servent parfois de cc bon sens » à ceux qui ne le sont pas. Avec Différences vous serez au fait de tout ce qui, en France ou ailleurs, peut rapprocher les cultures, les peuples et les gens. Avec Différences vous serez partie prenante du cc défi français» : vivre ensemble dans une société plurielle. Je m'abonne à un an: 150 F 6 mois: 80 F soutien: 200 F Différences o o o un an, étranger: 180 F 0 chômeurs et étudiants: 130 F 0 nom: prénom adresse: profession Bulletin dûment rempli à retourner accompagné d'un chèque à service abonnements 89, rue Oberkampf 75011 PARIS De nombreuses interventions, des "carrefours" enrichissants et un combat à amplifier Les samedi 4 et dimanche 5 juin, le MRAP a tenu son Assemblée générale à la Bourse du Travail de SaintDenis. Toute la France était représentée par des membres du MRAP venus de tous les horizons géographiques. Les débats ont été animés et constructifs. Cinq commissions se sont réunies tout l'après-midi du samedi pour débJttre des problèmes urgents de s ~ ;·uc ~ ures et de fonctionnement du MRAP. Leurs conclusions seront présentées dans Droit et Liberté de septembre. Avant l'ouverture officielle, M. Maurice Noland, maire-adjoint, nous adresse la bienvenue au nom de la municipalité de Saint-Denis. Il souligne à la fois la part importante qu'elle a prise dans la lutte contre le racisme au cours des années écoulées et l'effort constant fourni par elle pour une meilleure insertion des minorités ethniques, culturelles et religieuses dans la cité. Il termine en formant le voeu que «nos travaux servent à une lutte encore plus efficace contre le racisme ". Gagner l'opinion Dans son allocution d'ouverture, François Grémy, après avoir précisé la nature de cette réunion et rappelé la «quasi disparition du racisme d'Etat ", invitait le MRAP à se donner les moyens d'une lutte renforcée dans la situation actuelle «pour arrêter, puis inverser, la dérive de l'opinion malade, le faisant avec sagesse et discernement, en sachant que certaines actions peuvent avoir l'effet inverse du but poursuivi ". «Pour cela, poursuivait-il, il faut s'en donner les moyens. Ceux-ci tiennent en plusieurs volets que je distingue sans vouloir les séparer, ni les disjoindre: - une idée claire de ce que nous sommes, de nos limites, voire nos faiblesses, mais aussi de notre force: le problème de notre identité; - une idée claire de nos objectifs, et de la hiérarchie que nous mettons entre eux: le problème de notre stratégie; - un effort de réflexion théorique, sur les fondements intellectuels de notre action, de documentation pour nous-mêmes et pour les autres: le problème de la formation. Mais cette réflexion ne doit pàs s'en tenir aux grands principes généreux et généraux (activité gratifiante et facile) mais s'attaquer aux problèmes concrets et pratiques (logement, sécurité, emploi, enseignement ... ) ; - une meilleure utilisation de nos forces; notre efficacité est-elle à la mesure de nos efforts militants? C'est le problème de l'organisation de nos structures et plus encore de notre travail ; - enfin. l iI ~r but not least, un effort de régime II/7:'incier. Notre budget est en effet constamment menacé comme Venise, par J'effondrement de nos recettes et la montée de nos dépenses ". Nous avons eu la joie d'accueillir M. Pierre Paraf, notre Président d'Honneur. Il nous a adressé quelques mots chaleureux avant la fin de nos travaux et nous a encouragés à rester vigilants contre tous les racismes. URGENT! Pour faire face au danger raciste ... Pour faire du MRAP l'outil efficace un même impératif Chaque adhérent trouve un nouvel adhérent, Chaque abonné à Droit et liberté trouve un nouvel abonné. Droit et Liberté • N° 421 • juin·juillet 1983 Assemblée générale Françoise GASPARD "Le rôle essentiel du MRAP" Françoise Gaspard, membre du MRAP, s'est adressée aux participants de l'Assemblée générale en fin de réunion. Il serait superflu de présenter Françoise Gaspard. Albert Lévy, cependant, a mis en relief "la capacité d'écoute et le dynamisme dont elle a fait preuve dans la Mission qui porte son nom.: "le combat courageux qu'elle a mené pour que la question de !'immigration ne soit pas escamotée dans sa ville pend_nt le débat électoral: "le courage qu'il lui a fallu pour faire face à la coalition de la Droite et à la haine qui s'est déchaÎnée contre elle aux dernières élections municipales.; "le courage pour s'engager dans une nouvelle campagne électorale dans laquelle le MRAP est à ses côtés· (applaudissements) .• Françoise Gaspard, après avoir remercié Albert Lévy pour ses paroles et le MRAP pour son invitation, indique que « sa présence parmi nous est un honneur et un plaisir ». Elle, qui est adhérente du MRAP, mais pas militante à cause de ses fonctions politiques, " appelle les responsables municipaux et les militants associatifs à travailler étroitement ensemble, les uns et les autres se complétant dans leur façon de poser les problèmes ". Evoquant le «rôle essentiel que le MRAP a à jouer sur le terrain en cette période de recrudescence du racisme », elle fait part à l'Assemblée de «deux ou trois choses qu'elle pense et sent dans la situation présente ». La première, c'est une constatation: « C'est la montée d'un racisme d'opposition depuis deux ans et l'utilisation du racisme et de la xénophobie c 0 m m e engagement électoral» Les immigrés: un enjeu politique « Dans ·bien des cas, les élections ne se sont pas jouées sur un programme et un bilan municipal, mais uniquement sur la présence des immigrés dans la population française » ... «Souvent, les immigrés absents du débat politique, ont été un enjeu électoral dont on s'est, hélas, abondamment servi avec une simplification des slogans qui peut faire frémir " ... «Slogans à caractère raciste que l'on a retrouvés dans les manifestations du mois de mai organisées par les commerçants, les artisans, les étudiants, avec son point culminant dans la manifestation du vendredi 3 jUin sous les fenêtres de M. Badinter " ... « La deuxième chose porte sur ce problème de la présence des immigrés en France et des tensions que cela suscite ». F. Gaspard nous invite à « parler vrai ", c'est-à-dire, selon elle, « affirmer clairement, là où nous sommes, les militants du MRAP, dans les sections locales, dans les communes, dans le département: les responsables politiques, là où ils sont élus, dans leur Parti et le gouvernement, devront dire un certain nombre de vérités "... La première d'entre elles c'est que" la très grande majorité des immigrés qui sont en France aujourd'hui restrront en France: c'est la premièr9 c:1Ose à dire aux Francais " ... « 1/ faut faire comprendre que "malgré le sentiment profond qu'il y a dans les quartiers populaires, les immigrés ne constituent pas un corps étranger que l'on peut rejeter et que rejeter les étrangers ne supprimerait pas tous les maux que connaÎt notre société: problèmes scolaires, d'emploi, etc. ». Un tel sentiment est «le résultat d'une absence de politique d'a c c u e i 1 des immigrés depuis 30 ans » ... "II faut savoir que la plupart des étrangers, malgré leur désir et leur espoir de retourner dans leur pays d'origine, resteront en France et que cela donne à ce pays des responsabilités énormes en terme d'insertion de ces populations si nous vouIons éviter les difficultés, les tensions que nous connaissons à l'heure actuelle en raison de 20, 3D, 35 ans d'une politique aveugle en matière d'immigration. Considérant les immigrés uniquement comme une force de travail, oubliant qu'ils étaient des hommes, des femmes, des enfants, qu'ils avaient une vie en dehors de l'usine qu'ils avaient une famille, qu'il; avaient une culture. Cela pose un double problème: un problème politique et un problème diplomatique ». Poser les problèmes quotidiens La troisième chose est de «sortir des discours abstraits sur l'immigration même s'ils sont généreux et sans faille, sans n'avoir pas toujours su convaincre de vrais problèmes qui se posent et de la nécessité d'accepter l'autre, la différence » •.• "Je voudrais que les militants du MRAP sachent que l'on s'affronte quotidiennement aux problèmes de la cohabitation et du respect de la différence •. Oroit et Liberté. N° 421 • juin·juillet 1983 Françoise Gaspard invite les membres de son auditoire à être "présents dans les structures qui se mettent en place progressivement: travailler avec la Commission Dubedout partout où elle est en place car résoudre le vrai problème de la difficile cohabitation sur un même palier, dans un même immeuble, c'est lutter contre la poussée de racisme qui se cristallise autour de ce problème dans les mêmes milieux sociaux, chez les travailleurs dans les mêmes entreprises qui subissent les mêmes formes d'exploitation .... "Tout militant, dans le cadre de cette Commission, peut travailler aux questions logement, environnement, vie culturelle du quartier ou toute autre question intéressant la vie de la population, notamment le problème du chômage » ••• " Partout où il y a des risques de tension raciste, partout où il y a possibilité de transformation de la société, les militants du MRAP doivent être présents ". La citoyenneté politique des immigrés Abordant le problème des enfants d'immigrés, Françoise Gaspard invite les membres du MRAP à s'abstenir d'employer l'expression courante" seconde génération» car c'est en quelque sorte" assigner aux enfants d'immigrés le même rôle social et économique que leurs parents •. Elle invite les militants du MRAP à être présents dans les Missions locales pour l'insertion professionnelle des jeunes, Missions qui se préoccupent de l'emploi, de la formation professionnelle, de la santé, du logement ,de l'insertion dans la vie sociale des immigrés, tous problèmes auxquels sont confrontés les jeunes issus de !'immigration ., Puis, elle termine son allocution en souhaitant que "le MRAP, comme toute association, garde sa force critique et sa capacité d'initiatives et de suggestion au (niveau) politique. /1 faut débattre, et vite, du problème de la citoyenneté politique des immigrés, notamment du droit de vote. dans les élections locales. 1/ importe, dans le même temps, pour donner un vrai sens au dialogue nord-sud entre les gouvernements, d'engager entre le MRAP et les communautés immigrées un débat sur le dialogue à mener en France entre les associations et ceux qui sont venus du sud. » Les applaudissements chaleureux et nourris ont été le signe que les propos de Françoise Gaspard ont rencontré un terrain favorable chez les militants du MRAP . • 3 L'introduction d'Albert LEVY, Secrétaire général Les trois axes de notre effort REPRENANT les thèmes essentiels de l'avant-rapport qu'il avait proposé au nom du Secrétariat national (voir Droit et Liberté de mai 1983), Albert Lévy souligne que, depuis sa rédaction, de nouveaux faits sont venus confirmer que la campagne raciste contre les immigrés cont'nue dans l'opposition. Il cite les déclarations d'un dirigeant du R.P.R. à Marseille, de M. Chirac à Paris, de M. Dubanchet à SaintEtienne, un tract c'e Front Nafonal à Annecy, un éditorial de Nice-Matin, Dans tous les cas, il s'agit d'" affoler les gens, en leur faisant croire que leurs droits, leur sécurité, leur identité sont menacés par leurs v:Jisi'ls immigrés ». Concernant l'attitude de la Majorité, le Secrétaire général du MRAP souligne qu'elle a pris maintes mesures positives pour « remédier aux injustices pesant sur la population immigrée » et combattre le racisme, mais qu'elle n'a pas mené «la bataille qui s'imposait pour faire échouer l'opération délibérée et systématique déclenchée par l'opposition contre la population immigrée, et visant le gouvernement lui-même ». Il définit la stratégie du MRAP, fondée sur le constat que la population immigrée est et demeurera partie intégrante de notre société, tout en conservant des attaches avec les pays et cultures d'origine: «C'est ainsi, déclare-t-i 1. Alors, que faire? Allonsnous vivre cloisonnés, hiérarchisés, selon les voeux de la Nouvelle Droite, dans un apartheid à la française? Allons-nous perpétuer tensions et affrontements? Ou bien admettre cette réalité pluri-ethnique et plu riculturelle de notre société et en tirer toutes les promesses qu'elle recèle? » Et encore: « Oue ces vérités soient dites, comprises, reconnues, prises en compte: voilà la base de l'action contre le racisme dans la France de 4 1D83. Bien sûr, cela ne signifie pas qu'on doive les asséner à tout un chacun de façon catégorique en se désintéressant des réalités concrètes. Non seulement les racistes jettent plus que jamais de l'huile sur le feu, mais il existe des situations qui rendent extrêmement difficile la cohabitation entre groupes différents. Tant que subsistent les angoisses, les frustrations, les tensions engendrées par la crise économique, celles de l'habitat, de l'école, des relations sociales en général, tant que ne seront pas surmontés les étroitesses, les mensonges, le chauvinisme qui sont notre pain quotidien, l'entente et l'harmonie resteront compromises. Si le MRAP n'existait pas, il faudrait l'inventer Mais, inversement, tout effort pour aider les gens à se respecter mutuellement, à vivre mieux leurs différences, ne peut que favoriser leur coopération pour changer ensemble ces situations, préjudiciables aux uns et aux autres. » Albert Lévy énumère alors « les tâches immédiates du MRAP », dont il montre les trois axes: • « D'abord, alerter, mobiliser l'opinion pour couper court à la poussée du racisme, qui menace de s'aggraver encore, » Ceia implique d'en appeler aux autorités les plus responsables, au gouvernement, aux élus pour mettre solennellement en garde les citoyens et leur proposer les éléments d'une réflexion sérieuse; de sensibiliser toutes lC's forces politiques, sociales, spirituelles, en vue d'initiatives convergentes et, dans certains cas, coordonné3s. Et aussi, bien entendu, de multiplier les adhésions au MRAP dans tous les milieux conscients de la gravité de la situation. ~ « Second objectif fondamental: faire mieux entendre nC'tre voix, » Pour cela, le MRAP dispose déjà de hrochures, tracts, autocollants, qu'il imr"rte de répandre massivement. Et puis, nous avons Différences, qui peut élargir toujours plus le cercle de gens informés et prêts à soutenir notre lutte. Nous avons à multiplier les débats, meetings, colloques, manifestations, poursuites judiciaires à travers la France pour riposter aux actes racistes, mais aussi pour répondre aux préjugés et aux interrogations qui se manifestent dans l'opinion. Surtout, se pose la question d'accéder aux grands moyens d'information, particulière· ment aux services publics de la radio et de la télévision, dont le MRAP reste trop souvent écarté. • « Parallèlement, nous devons continuer d'agir résolument pour les droits et l'insertion de la population immigrée_» Il convient d'approfondir la réflexion du MRAP lui-même sur des problèmes cruciaux et complexes tels que l'habitat, l'école, la nouvelle génération issue de l'immigration, l'exercice des droits civiques et politiques des immigrés. Par ailleurs, les militants du MRAP ont leur place dans les divers organismes créés ou en voie de création pour traiter de ces problèmes, et d'autres qui s'y rattachent, aux plans local, départemental ou régional. Albert Lévy cite, par exemple: les missions d'insertion socio-professionnelle, les commissions se consacrant à la réhabilitation des îlots sensibles, les consei Is de prévention, les Projets d'Action Educative ... « Dans les circonstances présentes, conclut-il, lourdes sont nos responsabilités. Beaucoup de l'avenir dépend de nous. Si le MRAP n'existait pas, il faudrait d'urgence le créer. " existe. Faisons en sorte qu'il soit à la hauteur de sa mission.» • Droit et Liberté. N° 421 • juin-juillet 1983 L'intervention de François GREMY, Président du MRAP L'importance de la formation OUI sommes-nous? et que vouIons- nous être? Il Y a dans notre Mouvement une tentation grave, presque morbide: c'est ce que j'appellerai la tentation du groupuscule. Réunir quelques militants purs et durs, sûrs de la rectitude de leur position, homogènes sur le plan idéologique, toujours sur la brèche, dans une solitude hautaine et satisfaite ... Ouel plaisir, mais quel pharisaïsme! Et quel danger pour notre Mouvement. Notre moyen d'action, au con ·:raire, c'est, ou ce devrait être, le [~:Jmbre. Dans l'état actu::1 de nos e:3ctifs, nous ne pouvons dire que nous sommes un mouvement de masse. Mais nous devrions avoir c0session de le devenir. Il y a tellement de façon de militer: à côté de la mi!1orité qui donne de son temps, qui sacrifie beaucoup de sa vie personnelle et de sa vie de famille, il faut respecter ceux qui ne contribuent que par une adhésion, par leur cotisation, et par un soutien financier occasionnel. Nous avons besoin d'eux, et pas seulement sur le plan financier. Leur premier geste d'apprGche les compromet et certains d'entre eux, un jour acc~pteront peut-être d'aller plus loin et de s'engager davantage: participer à une manifestation, faire un collage, recruter de nouveaux adhérents, puis peut-être devenir animateur d'un comité local. Plus d'un parmi nous a suivi cette voie. Le pluralisme Il en est de la participation au MRAP comme du sport en montagne. Lors du premier séjour, on est peu sûr de soi , on se risque tout juste à quelques randonnées en moyenne montagne: guère plus que la marche. Et puis, pourquoi pas ce petit sommet, puis cet autre plus haut. Et pour certains, on se retrouve au bout dJ quelques séjours, crampons au pied. piolet en main sur un glacier de 50" ! C'est parmi les randonneurs que se recrutent les futurs varappeurs! Plus que le nombre, c'est le piuralisme d'opinion qui est la force du MRAP. Etre pluraliste, c'est plus qu'être ,Jluriel : un Comité local à dominante socialiste, p:us un autre catholique, plus un au~re communiste, plus un autre d'extrême-gauche, plus un Comité local "bourgeois ", plus un Comité local populaire, cela ne fait pas un MRAP pluraliste, tout au plus un MRAP bigarré. C'est au sein de chaque Comité local, c'est-à-dire au sein de la plus petite unité fonctionnelle du Mouvement que le pluralisme doit être recherché de façon systématique. Il est vrai que lors de la naissance d'un Comité local, l"initiative vient souvent de quelques personnes proches l 'une de l'autre sur le plan idéologique, ici deux ou trois militants CGT, là quelques adeptes de la libre pensée, ici un petit groupe de chrétiens. Mais le souci Immédiat doit être de s'élargir à d'autres secteurs idéologiques. Ajoutons que cette protection vigi lante de notre pluralisme peut avoir des effets bénéfiques qui dépassent notre Mouvement: c'est-à-dire une décrispation des relations entre groupements opposés sur le plan philosophique, religieux ou politique. Je pense à tel militant laïque et tel prêtre, l'un et l'autre du MRAP. Croyez-vous qu'après avoir lutté ensemble pendant des mois pour le droit des Tsiganes, leur regard réciproque ne soit pas modifié? Nous devons aussi être vig ilants à ce que, vis-à-vis de l'opinion publique, il ne puisse y avoir confusion entre l'action du MRAP et celle de telle ou telle formation politique, philosophique ou religieuse. Un responsable du MRAP, au niveau local, départemental ou national, doit veiller, s'il prend un engagement politique - ou idéologique, ou religieux - public, à ne pas faire apparaître notre Mouvement comme solidaire, lié de quelque façon à un parti, une église, une assnciation de nature idéologique ou ph:losophique quelconque. Ceci ne veut pas dire que nous renonçons à nos opinions, ni à l'intérieur ni à l'extérieur du Mouvement: nous devons être nous-mêmes; mais Droit et Liberté. N° 421 • juin-juillet 1983 nous renonçons, en tant que membres responsables du MRAP à leur expression publ ique pendant la durée de notre mandat. Ne nous servons pas du MRAP pour des fins qui lui sont étrangères. Nous qui prônons la différence, sachons accepter la différence entre nous. Fuyons l'intolérance entre nous qui nous menace. Ce qui nous unit est plus important que ce qui nous sépare. Etre fier sans être chauvin Savoir être un peu moins nousmêmes pour être plus avec les autres, voi là un renoncement nécessaire et qui suppose un authentique patriotisme de mouvement. Vis-à-vis de celui-ci, nous devons en effet naviguer avec intelligence: être fier sans être chauvin. Notre Mouvement, en raison même de son pluralisme, est un outil unique et irremplaçable de lutte contre le racisme. Mais il ne faut pas privilégier l'outil par rapport à la finalité et risquer de nous refermer sur nousmêmes. Toute personne qui veut lutter contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples a sa place parmi nous, pourvu qu'elle accepte notre pluralisme . Seul compte notre objectif: combattre cette gangrène de l'esprit et du coeur qu'est le racisme. Et ceci non seulement pour la protection des victimes du racisme, mais pour l'épanouissement des racistes eux-mêmes, qui ne sont que des handicapés de l'esprit et du coeur et finalement des victimes de leur propre médiocrité. Stratégie Notre stratégie pour les mois à venir doit reposer sur quelques idées simples. • Certes, le racisme est un, et tous ses aspects sont solidaires. Néanmoins, comme il y a plus d'incendies que nous ne disposons de pompes à incendie, nous devons donc hiérarchiser nos actions. 5 IIssemblée générale L'intervention du président François Grémy (suite) • Parmi tous les problèmes du racisme que nous avons à traiter, le plus important en ce moment est ceh.f de l'immigration. et tout particulièrement de l'immigration maghrébine q'Ji est le point de focalisation du dangeï raciste. C'est donc celui auquel nous devons consacrer l'essentiel d8 nog efforts et qui doit avoir la priorité. • La finalité essentielle de notre action est avant tout d'informer, d'édu · quer, de mettre en alerte la socié:é française, avec le but de marginaliser les racistes violents et irrécupérables, et de libérer les petits racistes de leur aliénation. Ceci non seulement par solidarité avec les victimes du racisme, mais aussi pour protéger les libertés républicaines. Plus que jamais, nous savons que le racisme mène au fascisme. Certes, il fait partie de nos buts d'aider les victimes du racisme, et nous le faisons - mais nous ne pou· vons en faire une tâche prioritaire ... Nous y épuiserions nos forces . Nous ne pouvons être d'abord un organisme d'assistance. le MRAP n'est pas l'Armée du Salut. Et d'autres organ isations existent dont c'est le but principal, et qui le feront mieux que nous . « Nous ne sommes pas un syndicat de victimes n, disait Charles Palant. Nous devons aussi nous convaincre que la victime du racisme n'a pas systématiquement raison, parce que victime du racisme . De la même façon que nous affirmons notre liberté visà- vis des Juifs en condamnant les excès du sionisme, nous devons aussi exprimer un jugement qui nous soit personnel sur les revendications des immigrés et qui peut ne pas coïncider avec les leurs. Nous ne sommes pas et ne devons pas être un organe de soutien inconditionnel aux immigrés. Bien entendu, nous devons multiplier les contacts avec eux, mais dans notre dialogue commun, ils doivent comprendre que nos finalités ne sont pas le décalque des leurs . Adapter nos moyens La troisième idée tient au contraste entre notre prestige et notre force morale d'une part, et la faiblesse de nos moyens matériels et humains de l'autre . Notre prestige est considérable (ex. : l'appel que la CGT fait au MRAP pour un fait raciste dans une entreprise) . Ceci est dû à la fermeté. à la constance et à la justesse de nos positions ; à notre pluralisme; à nos succès passés. Nos moyens sont petits. « la moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux. n La conséquence que j'en tire est la suivante. A côté de notre action propre, indispensable, mais qui reste de portée limitée, nous devons essayer d'utiliser au maximum notre prestige en jouant le rôle d'un catalyseur, selon l'excellente expression d'Albert Lévy. Un catalyseur, un enzyme peuvent, bien qu 'en quantité faible , permettre ou contrôler des réactions chimiques de grande ampleur. Cette réaction chimique , je la vois. à la suite des nombreuses suggestions reçues, comme une grande campagne de décontamination de notre société, et qui doit commencer dès maintenant. Une conférence de presse aura lieu très rapidement. des campagnes d'autocollants sont prévues et demandées. made enfantine RAINETT PA RIS Dans notre esprit. je retiens l 'idée que cette campagne se fixe comme objectif des grandes manifestations nationales et locales pour le prochain 21 mars. Et c'est maintenant qu'il faut les préparer par une orchestration progressive de huit mois. L'idéal serait que cette journée puisse être officiellement reconnue comme Journée nationale de l'amitié entre les peuples. Dès maintenant. il faut faire cesser le silence des anti-racistes (dont le nôtre), ce silence intolérable qui règne depuis 6 mois et qui est la honte de ce pays. Il nous faut dès maintenant crier qu'un autre type de société est possible . Dans cette campagne, il faut nous convaincre que nous ne sommes pas seuls. Beaucoup peuvent comme nous et ont envie de parler. Un mouvement d'opinion C'est notre responsabilité, c'est notre tâche de mobiliser et d'animer ces alliés potentiels. Ma conviction profonde est qu'il faut utiliser le maximum de nos forces pour agir sur 1 es structures et institutions intermédiaires et les structures relais: les partis (tous), les syndicats (tous) , les églises, les media (journaux, radios , TV), les pouvoirs publics. S'il nous appartient d'agir par nousmêmes, il nous appartient encore plus de faire faire. A toutes les structures relais, nous devons demander de se lancer dans cette campagne : à nous de l'orchestrer pour en faire dès maintenant et d'ici au 21 mars, une vraie campagne nationale regroupant des forces importantes. D'autre part, dans cette démarche de mobilisation, il ne faut pas hésiter à s'aventurer dans la moitié droite de l'échiquier politique. Le mouve- 6 Droit et liberté. N° 421 • juin-juillet 1983 IIssemblée générale ment d'opinion que nous essayons de susciter n'aura un plein succès que s'il marginalise le racisme à l'extrê· me-droite. Nous ne devons pas hésiter à fai re appel au spectre politique le plus large possible. C'est ce que nous avons fait en juillet 72 et octobre 80. Peut-être que tous les députés qui ont voté unanimement cette loi de 72 n'étaient pas parfaitement sincères . Néanmoins, ils l'ont voté, et un tel vote les compromettait de notre côté. Amener des hommes de droite, dont beaucoup sont des démocrates sincères, à tenir un discours antiraciste est objectivement un succès pour notre cause. Ceci est possible car il existe à l'intérieur de la droite des contradictions qu'il faut savoir exploiter. Ceci nous amène à conduire notre campagne de la façon suivante : • Au niveau national. Tout faire pour qu'ait lieu un débat parlementaire sur l'immigration (par exemple à l'occasion d'une modification de la loi du 1er juillet 1972, ou encore lors de la discussion de la loi du Plan). Il nous appartient de prendre contact avec tous les groupes parlementaires , et l 'intergroupe contre le racisme. Prendre des contacts avec tous les partis pol itiques (sauf l'extrême-droite) pour qu'ils prEnnent position sur le racisme. Même chose avec les syndicats ouvriers ou professionnels (magistrature, police, et sur tout enseignants). Les églises, les media nationaux (presse, radio, TV) doivent également être visités et convaincus d'agir. Et bien entendu, il faut demander au gouvernement d'intervenir dans la campagne. L'objectif est d'obtenir une contreattaque généralisée et durable sur tous les fronts , aboutissant à une prise de conscience progressive de la nation. • Au niveau local. Les mêmes actions doivent être entreprises, l'exemple nous ' a été donné par le Comité local de Versailles : les municipalités, les députés et sénateurs, les partis et les syndicats, la presse locale, la radio et TV locales, l'Evêque, le pasteur, le Préfet doivent recevoir notre visite. Ceci n'excluant nullement, bien au contraire, toutes les actions sur le terrain dans les nouvelles structures régionales telles qu'Albert Lévy et Françoise Gaspard vous les ont indiquées. Je crois profondément qu'une telle action de catalyse, loin d'affaiblir notre Mouvement, ne peut qu'augmenter son influence et aussi sa force maté· rielle. Ce ne serait pas rien en effet si le MRAP pouvait apparaître comme l'élément moteur d'une grande campagne antiraciste. Nous atteignons là une limite de comparaison: en chimie, le cataly· seur se conserve dans la réaction , mais ne s'accroit pas: dans notre cas, nous pouvons être sûrs que notre masse augmenterait. Une campagne d'adhésion dcit accompagner il !) ' tre campagne nationale et cloutJio: notre nombre d'adhérents. Un nouveau militantisme Je conçois que ce type de proposition peut choquer certains d'entre nous. Car ceci suppose une autre façon de militer. Pour beaucoup d'entre nous, militer consiste essentiellement à dénoncer et à revendiquer. C'est une position confortable : ou bien on échoue, et on peut dénoncer davantage, ou bien on obtient ce qu'on demande ... et C:1 trouve le moyen de dénoncer encore. C'est le militantisme «pisse-vinaigre ». Dans la situation actuelle, nctre action sera essentiellement de ccnvaincre nos amis naturels, et aussi ceux qui le sont moins des dangers et des méfaits du racisme . C'est plus difficile et moins valorisant. Permettez-moi de citer un propos de celui qui jusqu'à mars dernier, fut mon ministre, et pour qui j'avais de la considération : Jack Rai ite. Il expliquait à quel point c'est difficile quand on a revendiqué pendant des décennies, de se trouver aux affaires. «Ne croyez pas que j'ai retourné ma veste, disait-il , non, mais j'ai changé de veste. » Je crois que c'est à ce type de mutation intellectuelle et spirituelle que nous appelle la situation nouvelle que nous devons affronter. C'est moins facile et moins gratifiant, mais sachons renoncer à nous faire plaisir et ne nous trompons ni d'objectif, ni d'adversaire. Le problème de la formation A la lumière de ce que je viens de dire, il est peut-être le plus fondamental de ceux qui se posent au MRAP, c'est encore plus vrai depuis que notre Mouvement s'est vu attribué le statut d'Association d'Education populaire. Cet aspect unit la formation interne des militants, et la contribution que ceux-ci peuvent apporter à la formation des autres: ce sont deux aspects indispensables. Certes, notre action est la lutte contre le racisme au quotidien, mais cela ne peut se faire sans des fondements théoriques suffisants. Moins que jamais, les bons sentiments et la bonne volonté ne suffisent. " faut convenir qu'en ce domaine, le MRAP - je veux dire nous tous - sommes très défaillants, quelles qu'en soient les raisons. Depuis des décennies qu'existe notre Mouvement, nous ne sommes pas capables de présenter une documentation à jour Droit et Liberté. N° 421 • juin-juillet 1983 Et éducative sur l'er.semble des problèmes du racisme. Et en ce domaine, nous sommes plutôt en régression, notamment depuis que nous avons dQ renoncer, bute de moyens à publier les Ca':lers de Droit et Liberté. Certes, nous avons fa it Différences: disons que c'est un outil merveilleux compte tenu des moyens, c'est un outil de formation remarquable. Certes, nous avons aussi quelques expositions: citons, par exemple, celle de Clermont-Ferrand . Une vision à long terme La raison de cette carence dans la formfltion (faute stratégique majeure) P.!;t dans l'action que nous mancn3: devant - ou croyant devoir - réponrire à toutes les sollicitations de l'actualité, nous répondons à l'urgent en oubliant ce qui est important. Notre Mouvement vit à la surface des choses, et oublie de se donner les fondations intellectuelles nécessaires à l'action. Ce qui est particulièrement grave, si vraiment, comme je le disais à l 'instant, le but du Mouvement est l'information des Français. Et nous sommes seuls à pouvoir la mener ou du moins - ici encore - la susciter, la coordonner, la synthétiser. Ne comptons pas sur les partis , encore moins sur les syndicats: ce n'est pas leur affaire. Si nous ne le faisons pas personne ne le fera, personne ne jouera ce rôle de rassembleur et de synthétiseur des idées qui fondent l 'action antiraciste. Prenons l'exemple sur nos adversaires! Hier, l'un de nous évoquait l'action patiente, obstinée, du GRECE (revues, colloques , brochures). qui imprègne progressivement la société et il créditait cette action de la poussée du racisme à laquelle nous assistons. Comment faire face au GRECE, et à ses pareils, sinon en travaillant de la même façon qu'eux, c'est-à-dire dans la durée. La formation de nousmêmes et des autres est l'objectif prioritaire, mais c'est un objectif à grande constance de temps. En serons- nous capables? Cette formation - avec la documentation écrite et visuelle correspondante - doit toucher trois domaines: - les fondements intellectuels de notre action tels que nous pouvons les extraire de la biologie, de l'anthropologie, de l'ethnologie, de la psychologie, la sociologie et l 'histoire

- une connaissance éclairée des problèmes concrets que pose la coexistence des ethnies sur notre sol: logement, sécurité, enseignement, emploi, lois et règlements: - un domaine plus militant et plus technique: l'histoire de notre Mouvement, ses positions, comment ani- 7 L'intervention du président François Grémy (suite) mer un Comité local, une réunion, etc. Le carrefour a fait des propositions concrètes sur le problème de la formation. Comprenons que· faute d'une formation sérieuse, notre argumentation se limite souvent à des propos généraux, humanistes, humanitaires. Je désire prendre deux exemples de domaines où notre réflexion est en défaut: • d'abord celui des droits civiques des étrangers en France. Il n'est pas évident que le MRAP doive prendre parti sur cette question; mais il me semble évident que nous ne pouvons faire l'économie d'une réflexion approfondie sur ce problème. Le Congrès l 'a réclamé : cette décision doit être exécutée. Je m'engage personnellement à ce que d'ici à la fin de l 'année , cette réflexion soit entamée et menée avec sérieux, pour qu'à la prochaine Assemblée générale, les faisceaux d'arguments pour et contre cette extension , ses éventuelles I:mites soient rassemblées et présentées . • un autre exemple est cel ui de la société pluriculturelle. C'est là que se trouve le fondement même de notre action . Nous avons aimé parIer d'un idéal de « société plur:elle, solidaire et fraternelle ". L'expression étant je crois de moi, permettez-moi de la trouver à la réflexion un peu pauvre et marquée par un irénisme un peu court. On parle d'assimilation - qu 'on rejette - et d'insertion , qu 'on accepte. On dénonce l 'ethno· centrisme de la culture française . Une réflexion historique Tout ceci est vrai, mais tel quel n'est pas très convaincant. Une réfle xion importante, aidée d'historiens et d'ethnologues s'impose pour approfondir cette question. Mon propos n'est pas de le traiter ici , je n'en ai pas la compétence. Permettez-moi tou· tefois de suggérer quelques pistes de réflexion : .. l'exclusive fatalité, l'unique tare qui puissent affliger un groupe hu· main et l'empêcher de réaliser sa nature, c'est d'être seul", disait LéviStrauss . C'est ainsi qu'on peut expliquer l'extraordinaire décollage de l'Europe et de la Renaissance par la coexistence , et la cohabitation de traditions multiples : chrétienne et païenne, grecque, romaine, germanique, anglosaxonne, auxquelles se joignait l'influence arabe, voire chinoise . A l 'opposé, l 'Amérique précolombienne, beaucoup moins diversifiée, était fragile . 8 Et nous devons comprendre aussi comment l'expansion coloniale du 19' siècle, et ses conséquences actuelles, est un facteur de renouvellement pour nos sociétés industrielles. Bref, la condition du progrès est la coalition des cultures. Ce qui fait dire à Levi-Strauss que la «diversité des cultures humaines est derrière nous autour de nous et devant nous »: C'est une richesse qui doit être sauvegardée. Et comrpenons bien la menace que fait peser sur nous une certaine culture américaine, non parce qu'elle est américaine, mais parce qu'elle nous menace d'uniformité . Une deuxième idée est que les cultures sont des êtres vivants: elles changent, ce qui relativise les discussions sur assimilation et insertion . Deux cultures en coexistence se modifient mutuellement et donnent naissance à de nouvelles cultures. Les jeunes de la " deuxième génération ,. élaborent une culture qui n'est ni cel ie de leurs parents, ni celle de notre pays. Celle-ci elle-même n'est pas stable, et change constamment, en partie sous l'influence des étrangers qui vivent sur notre sol. Autrement dit s 'i 1 est souhaitable de conserver la d'iversité culturelle dans son existence 11 ne faut pas rêver la conserver d~ns son état. Le fixisme culturel est un my,he et un mythe dangereux. Une t rois ième piste est que cette coalition des cultures dont nous avons vu la fécondité objective , ne se vit pas fo rcément dans le calme : miqration , échanges commerciaux, conflits divers ... Nous devons en tenir compte. L'accouchement de cette France plu~ ielle , solidaire et fraternelle peut etre une parturition douloureuse . A une échelie petite, mais indiscutable, ceux qui connaissent les difficultés concrètes de cohabitation ne me démentiront pas. Soyons conva incus que si ce que nous cherchons est de faire oeuvre d'amour, ceci est une entreprise difficile, et pour paraphraser une pensée d'un grand parti qui n'est pas le mien « t'amour est un combat ". Enfin , je voudrais terminer de f açon à peine paradoxale en disant que cette société que nous désirons sera d'autant plus forte que nous saurons faire revivre la culture francaise . Dans un autre domaine, Don H'elder Camara, parlant du dialogue des religions disait: « La condition préalable de tout oecuménisme, c'est de rester fidèle à sa propre foi. » Transposons, la condition fondamentale de tout dialogue culturel , c'est d'en avoir un à proposer soi-même. Or il faut bien constater qu 'un des héritnges de l'école de la v" Ré'Jubli que giscardienne en particulier est un décervelage inquiétant de nos enfants qui ignorent leur langue, leur histoire, leurs racines culturelles judéo-chrétiennes et gréco-latines. Et une condamnation trop rapide de l 'ethnocentrisme français, cher aux milieux de gauche, risque d'aggraver le mal. Je crois profondément qu'individu ou groupe, on ne peut accepter les autres qu'en étant soi-même, avec fierté, mais avec modestie. Je m'arrête ici sur ce thème mais je voulais vous faire part sur un 'exemple du tracas que me cause une certai~ e légèreté et une certaine précarite de nos analyses intellectuelles_ Conclusion Permettez-moi, à titre de conclusion finale, de vous dire que nous devons être prophétiques et réalistes à la fois . Prophétiques, car ce que nous avons à dire, personne ne le dira à notre place. Dans cette lutte, plus dure que jamais, nos responsabilités n'auront jamais été aussi grandes. Devant l'énormité de la tâche , devant ses risques peut-être - la montée du fascisme que nous constatons ne laisse pas de susciter des craintes mais qui ne doivent pas être des peurs - nous pouvons tel Isaïe le jour de sa vocation être tentés de renacler : « Je suis un homme impur aux lèvres impures. » Mais encore une fois nul n'est mieux placé que nous pour affronter cette tâche. Celle-ci consistera à mobiliser les amis potentiels que nous avons à gauche bien sûr, mais à droite aussi. Tout doit être fait pour que le facteur qui sépare les racistes des antiracistes soit repoussé le plus loin possible et n'isole qu'un petit fragment de notre société. Le MRAP n'a pas le monopole de la lutte antiraciste, mais éI le monopole d'une certaine façon de lutter contre le racisme . ~.~ais. I~s grands prophètes n'ont jamais ete des songe-creux; ils ont toujours su être réalistes et se donner les moyens de leur ambition . Ces moyens nous les avons vus et discutés

une hiérarchie claire de nos

obj ectifs, un mouvement plus nombreux et plus organisé, et surtout un raffermissement de notre formation intell ectuell e. Ajoutons à cela , un certain esprit de finesse qui nous fasse, à chaque occasion, répondre intelligemment à la question que nous devons nous poser avant toute initiative : cette action fe ra-t-elle reculer le racisme, ou au contraire, par un effet pervers, n'aurat- elle pas le résultat inverse : tout c~c.i exigera de nous tous depuis le militant de base jusqu'au responsable du comité, du département, ou du national une reconversion sérieuse, un changement d'habitude, une nouvelle citoyenneté dans notre mouvement Cela peut être dur, mais croyez-moi : cela en vaut la peine .• François GREMY Président du MRAP - Juin 1983 Droit et Liberté. N° 421 • juin-juillet 1983 ACTION Alençon, Argentan, Caen, Le Havre DES IDIES ET DES ACTIONS EN NORMANDIE LES comités locaux du MRAP ont marqué d'une façon particulière la célébration de la Journée internationale contre le racisme: ce fut l'occasion d'une mobilisation contre les campagnes anti-immigrés, de la solidarité dans la lutte contre l'apartheid et tout particulièrement du développement de l'amitié entre les peuples. • Le racisme? Parlons·en l, Norbert Haddad, membre du Bureau national, a introduit par cette phrase un débat sur le racisme et l'immigration au Havre. Racisme au quotidien: réflexes incontrôlés ou volonté délibé· rée? La presse du Havre ost pleine de " faits divers» racistes . • ConnaÎtre les cultures (,' LI Tiers monde: obstaclcc et moyens, débat, table ronde, en collaboration avec le Ciné-club d'Alençon avec la p:J rticipation de Jean-Pierre Garcia, S::c rétaire national, M. Galano et K. Khayati. Les films français sont visibles (p r es r:~:e : partout dans le monde. Il est bien que la cuiture française puisse être connue par le public le plus vaste, mais il n'est pas normal que l'échange soit déséquilibré, ce qui p r ive les pays occidentaux de l 'apport artistique des autres peuples. Un mois du film du Tiers monde fut donc programmé par le Ciné-club. Contre le racisme sous toutes ses formes • Pour la première fois depuis que le Comité d'Alençon est né, la télévision régionale lui a ouvert ses studios. Une enquête magazine de vingt minutes a été réalisée sur le thème « Contre le racisme sous toutes ses formes ». L'émission a été diffusée dans la région à une heure de forte écoute et durant trois jours consécutifs. • A l 'occasion du 21 mars , le MRAP d'Alencon s'est associé à l'inauguration de ' l'exposition d'affiches contre l'apartheid. Le représentant du Comité a tenu, lors du vernissage, une conférence de presse sur l'apartheid et le sens de la Journée internationale; un quotidien et deux hebdomadaires en ont rendu compte sans en trahir l'esprit. • Au mois de mai, s'est déroulée une sOiree anti-apartheid au Cinéma Lux (film, poésie, expositions). à Caen. • Du bon usage des media: quelques exemples d'émissions: - Sur les ondes de Radio-Pays d'Argentan

Les immigrés dans notre ville,

Nomade's land, les Tziganes dans notre histoire . - Sur Alençon-Modulation de Fréquence: Approche de la musique tunisienne. Quels remèdes contre le racisme? - Et le pari tenu des militants alençonnais: réaliser quatre heures nonstop contre le racisme, le samedi 19 mars de 20 heures à 24 heures . Nous tenons à la disposition des autres comités le fil conducteur de l'émission et la discographie. Et pour les jeunes • L'exposition : Etre juif dans la société française, du Moyen-Age à nos jours a été présentée dans un lycée pendant une semaine, un débat avec les élèves a suivi sur le thème : Antisémitisme et racisme : hier et aujourd'hui

plusieurs rendez-vous du même

type sont organisés pour le troi sième trimestre scolaire. Au Centre d'Animation Le Donjon, la même exposition a été présentée au public d'Argentan par les militants de cette ville qui expliquent ainsi les motivations de leur action: «Sensibiliser et informer les jeunes, mais aussi toutes les tranches d'âge, contre cette montée inquiétante du racisme en France ... » Des élus locaux ont assisté à l 'inauguration et un débat fut animé par un membre du Bureau national . • Nos amis d'Argentan ont aussi organisé une sympathique soirée maghrébine avec la projection du film Quitter Thionville. Toujours à l 'invitation du Ciné-club d'Alençon, qui présentait le film d'Helma Sanders Les Noces de Shirin, il y eut un débat passionnant sur Les immigrés face au racisme quotidien. • Les militants isolés de Caen, regroupés au sein du CITIM, ont fait paraître dans le mensuel de cette organisation, le tract national Les immigrés en France: la vérité, la voici. Ils ont aussi diffusé, comme dans les Droit et Liberté • N° 421 • juin-juillet 1983 autres villes, le matériel édité au moment de la campagne des municipales. L'expression poétique d'autres cultures • Alençon en poésie: de multiples manifestations ont eu lieu en avril et mai; le MRAP d'Alençon s'y est associé. En collaboration avec Le Neptune (café-théâtre local). l'accent fut mis sur l'expression poétique d'autres cultures et sur le développement de l'amitié entre les peuples. Quatorze soirées, qui ont eu un vif succès, avec : Jarko Jovanovic, poésie et âme tziganes ; Angelica lonatos, Grèce et poésie; Ben Zimet, poésie, contes et chants yiddish; Lamine Konté, négritude et poésie; Ali Kirane, Maghreb et poésie. Les beaux jours revenant, nous avons reçu des invitations pour participer aux fêtes politiques et de l'amitié , une occasion de diffuser le matériel du MRAP et notre mensuel Différences .• Norbert HADDAD COMITIS Ce numéro «spécial» de Droit et Liberté consacrant la majeure partie de ses douze pages à l'Assemblée Générale, nous devons nous contenter de flashes assez brefs - trop brefs - sur l'action des Comités. Nous nous en excusons auprès de ceux-ci. .. Qu'ils ne se sentent pas frustrés! En revanche, nous publions un compte rendu détaillé que le Comité d'Alençon nous a adressé - et qui était accompagné de nombreux documents. N 0 u s encourageons vivement chaque Comité à faire de même, et nous sommes disposés à consacrer ainsi chaque mois une bonne place à la vie d'un Comité. Merci d'avance à ceux qui auront ce courage ... Ce sera intéressant pour tous, et cela soulagera d'autant la tâche du « comité de rédaction » ... qui est ouvert à toutes les bonnes volontés et propositions. Le comité de rédaction 9 1 ACTION LE RACISME EN JUSTICE • Minute: le 28 avril dernier, J.-C. Goudeau, directeur de publication de Minute, a été condamné pour diffamation envers le MRAP à une amende de 1.200 F à 3.000 F de dommages et intérêts pour notre Association, et à la publication du jugement dans deux journaux au choix de la partie civile. Cette décision a été frappée d'appel. L'audience aura lieu le 13 juillet devant la 11" Chambre de la Cour d'Appel. • Mar sei Il e: condamnation, le l or juin, du directeur de publication du Méridional et de Jérôme Ferraci, qui avait publié, dans le numéro du 11 décembre 1982, un article intitulé « Commando maghrébin contre le Le Mistral ». Les deux protagonistes ont été condamnés à une amende de 2.00J F, à verser à chacune des parties civiles, le MRAP et la LlCRA, 1 F symbolique de dommages et intérêts et à la publication du jugement dans deux quotidiens, dont Le Méridional. • L'OEuvre Française: Pie rre Cordelette, responsable de la Fédération de l 'Aisne-Picardie de L'OEuvre Française a, à nouveau, été condamné par le Tribunal Correctionnel d'Amiens. Le 14 juin dernier, les magistrats lui ont infligé une peine de six mois de prison avec sursis, à verser 1.000 F de dommages et intérêts au MRAP ainsi que la somme de 300 F au titre de l'article 471-1 du Code de Procédure Pénale. • Place Dauphine: le MRAP avait fait Assemblée générale : N certain nombre d'élus avaient U été invités à notre Assemblée générale, soit au titre de leur mandat en Seine·Saint-Denis, soit à cause de leurs responsabilités natio· nales dans la lutte contre le racisme . Etaient présents : MM. Fernand Lefort, sénateur-maire de Saint-Quen ; Oscar Osterwind, Conseiller Générai de Saint-Denis, représentait Jeanlouis Mons, Président du Conseil Générai, excusé par ailleurs ; Jean-Pierre Picard, collaborateur de Louis Odru, le représentait . Se sont excusés : MM. Claude Bartolomé, député-mai· re du Pré-Saint-Gervais; G. Bonnemaison, député-maire d'Epinay- sur-Seine; Jacques Maheas, député-maire de Neuilly-sur-Marne; M"'· Véronique Neiertz, députée de Seine-Saint-Denis (Bondy) ; appel du jugement rendu le 16 dé· cembre 1982 relaxant M. Le Sant, responsable de l'association Cami· té de Sauvegarde de la Place Dau· phine, au motif que les écrits du tract, bien que provoquant à la haine à l'encontre de la population yougoslave, ne pouvaient donner lieu à une condamnation, l'élémen t de publicité faisant défaut. Le 2 mars 1983, la 11 Chambre de la Cour d'Appel de Paris nous a déboutés déclarant notre appel irre· cevable « pour tardivité ». • Graffiti: le Comité local d'Alençon a deux plaintes en cours : la première, à Saint-Lô concerne des graffiti racistes qui réapparaissent sitôt effacés par les services municipaux. Le comité s'est, d'autre part, constitué partie civile aux Cô' tés d'un étudiant marocain victime, à Caen, d'injures racistes et de violences. Le tract intitulé « Trop, c'est trop · circuie également dans la région. • Mustapha: le tract « Mon très cher Mustapha », paru dans le bi -mensuel Aube Contact du 19 mai 1982, avait motivé le dépôt de trois plaintes, dont le MRAP, contre M. Phi· lippe Rochette, directeur de cette publication . Appel a été interjeté de cette décision. • Faurisson: les différentes associations, dont le MRAP, qui s'étaient constituées parties civiles contre M. Faurisson, ont été déboutées par la Cour de Cassation, le 28 juin dernier. La Cour les a déclarées irrecevables comme ayant introduit trop tardivement leurs pourvois . • solidaires du MRAP MM. Maurice Niles, député-maire de Drancy ; Louis Odru, député-maire de Montreuil

Pierre Zarka, député de Seine-SaintDenis (2' circonscription) ; M ... • Danièle Bidard, sénateur (Aubervilliers)

MM. Claude Fuzier, sénateur-maire de Bondy; Jean Garcia, sénateur (Aubervi 1- liers) ; Jean-Louis Mens, Pré s ide n t du Conseil Général du Val-de-Marne; Mm" Gisèle Halimi, députée, présidente du Groupe Parlementaire contre le racisme; M. Berthelot, maire de Saint-Denis. Des membres du Comité d'Honneur du MRAP et des responsables de comités locaux nous ont fait parvenir leurs excuses. Nous les avons cités au cours de notre Assemblée générale . • Riposter • Paris: Meeting le 29 avril organisé à la Bourse du Travail par l'ASFA (Association de Solidarité FrancoArabe) avec la participation du MRAP. • Apartheid: (15-6) Pétition contre la pendaison des trois militants de l'ANC : MRAP Avignon, article dans la presse locale; MRAP Cha· rente, article dans Sud·Ouest. ~ Clermont·Ferrand: (16-6) Commémoration de Soweto, place de Jaude. Manifestation contre le racisme organisée par le MRAP local, avec prise de parole d'Alain de Goër : «II n'y a pas des racismes mais un racisme. Les immigrés ne doivent pas être les boucs émissaires et une échappatoire aux problèmes économiques comme l'ont été les Juifs et tous les opposants de l'Allemagne nazie. » • Tours: (15-6) Protestation du Comité local contre des injures racistes bombées sur un mur de ville. Informer • limoges: (20-6) Comme chaque année au Mazeau, le Comité présente des livres de lutte contre le racisme, ainsi que des cultures • autres» : poésies, artisanat, produits gastronomiques. Avec aussi les 15 affiches contre l'Apartheid. • Belfort: (21-6) Campagne de sensibilisation et d'information sur la place et l'action des immigrés en France en liaison avec la semaine nationale d'affichage d'autocollants et la distribution de tracts. Articles dans la presse locale concernant la brochure sur les immigrés. • Besançon: (19-6) Exposition contre l'Apartheid dans la fête des ClairsSoleils, après une présentation auparavant dans le district urbain de Montbéliard. Participation de nombreux Comités au Concours de dessins MRAPDifférences dans les écoles, les quartiers et les fêtes . Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone 806.88.00 C.C.P. 9239-81 Paris Directeur de la publication: René Mazenod Secrétariat de rédaction: Véronique Mortaigne Comité de rédaction: Bertrand Bary, Gérard Coulon, Domi· nique Dujardin, Jean-Pierre Garcia, Frédéric Maurin, René Mazenod, Ro· bert Pac, Abdelhak Senna. N' de Commission paritaire : 61013 Imprimerie: IM.PO., Paris la Droit et liberté. N° 421 • juin·juillet 1983 rAftlON • Saint-Denis: (11-6) « Quatre heures contre le racisme » pour l'inauguration de 1.1 Maison de la Jeunesse avec plus de 300 personnes. Une exposition slir le racisme, une table de littérature très fournie (bi bliographies sur le rac isme et l 'amitié entre los peuples, livres pour enfants et adultes, publications du MRAP). A 18 h 30, trois débats sur l 'école, la jeunesse , l 'éducation interculturelle, la situation des immigrés, l'historique du racisme. 20 h 30 : projection du film d'Yves Jeanneau « Entre deux rives ». 21 h 30 : débat général et actions à entreprendre. Cette soirée avait reçu le soutien de 15 organisations. • Débat en juin à Chalons-sur-Marne à l'Ecole des Arts et Métiers avec le MRAP, la Ligue des Droits de l'Homme et Amnesty International. • Coutances: (16-6) « Les lycéens contre le racisme» ont organisé à la mairie de Coutances une soirée contre le racisme en réaction aux agissements de l'extrême-droite (France-Apartheid) et de la montée du racisme en France. Au programme : l'exposition de peintures contre l 'apartheid, le film « Black Britann:ca » traitant de la ségrégation rlc Î::J le en Grande-Bretagne en 1981 . Le tout suivi d'un débat et de la création d'une antenne du MRAP à St-Lô (Manche). Rassembler • Fêtes (19-6) : avec les comités locaux de Perpignan, Rennes, Mantes- la-Jolie, Trappes , Versailles , Plaisir, Aubervilliers, Montpellier, Nîmes, Martigues, Vitrolles. • Bordeaux: (16-6) Débat-information animé par le MRAP et Amnesty International à la fête des Eyquens. • Saint-Etienne: (15-6) Réunion d'une Commission extra-municipale immigration où le MRAP est représenté pour débattre des objectifs et du mode de fonctionnement de cette commission . Une cinquantaine de personnes confrontent leurs expériences. • Beauvais: (13-6) Soirée sur le racisme au foyer de jeunes travailleurs avec la participation du MRAP de Compiègne. • Amiens: Mise en place de Commissions extra-municipales sur l'immigration. • Création de Comités locaux (envisagée ou réalisée récemment) : St-Lô, Puteaux, Bonneuil, Meudon, L'Hay-les-Roses. 1er Tirage des Bons de Soutien 1983 Le n° 318.540 gagne 2 semaines en Yougoslavie pour 2 ·personnes. 2' Tirage: le 12 décembre 1983 FACE A LA MONTIE DE LA VIOLENCE RACISTE En l'espace de quelques jours, deux ' nouvelles agressions racistes ont été perpétrées contre des personnes originaires de l'immigration : l'une, à Meudon-la-Forêt, blessant grièvement Kamel Lettad, jeune Algérien de 17 ans, l'autre à Bourganeuf (Creuse» dirigée contre des travailleurs turcs. Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples), devant la montée de plus en plus inquiétante du racisme, assure de son entière solidarité les familles des victimes et les communautés immigrées, notamment la communauté algérienne, la plus visée. Il demande, en outre, que toute la vérité soit faite sur ces événements et que la justice soit appliquée avec la plus extrême rigueur. De tels faits ne sont pas le fruit d'une quelconque génération spontanée. Les propos haineux et mensongers abondamment développés pendant la dernière campagne électorale, ont engendré la violence raciste qui rend infirme ou qui tue. Lourde est la responsabilité morale des apprentissorciers qui s'y sont livrés. Pour mettre un terme à l'escalade aveugle du racisme, il est urgent à tous les niveaux (quartiers, entreprises, écoles) de sensibiliser en profondeur l'opinion publique par une éducation à la fraternité pour un respect, une rencontre et une expression des diverses communautés vivant en France. C'est le sens du combat du MRAP qui appelle tous les gens de coeur et de raison à se mobiliser massivement dans cette direction. 20 juin 1983. Je m'abonne à droit et liberté Le MRAP condamne les derniers crimes de la Courneuve et de SaintOuen qui confirment la dégradation des rapports existant entre les di. verses communautés vivant en France. Force est de constater que le meurtre au faciès devient chose banale sans que ne s'élèvent les protestations massives auxquelles on serait en droit de s'attendre en pareil cas. Le ~~RAP dénonce le climat d'insécurité dans lequel vivent désormais des milliers de familles qui, par leur travail et leur présence, contribuent à la richesse de ce pays et au niveau de vie de chacun de ses habitants. Cette évolution n'est pas seulement inquiétante, elle insulte les idéaux démocratiques qui ont fait de la France le pays des droits de l'homme et une terre d'accueil. Le MRAP met en garde contre t outes les opérations qui, de provocat ions en actions armées, ont pour objectif, à terme, de déstabiliser la société française et d'aliéner les libertés de tous. Le MRAP appelle tous les démocrates français et immigrés à. être vigilants et à oeuvrer au développement de la compréhension et de la cohabitation mutuelles. Le 11 juillet 1983. o Abonnement d'un an à droit et liberté (40 F). Etranger (70 F). Abonnement de soutien (100 F). CCP 9239-81 Paris. J'adhère au m.r.a.p. o Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 80 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur. Si vous pouvez verser une somme supérieure, vous aiderez à accroître davantage l'action et le rayonnement du mrap. Si ce chiffre dépasse vos pOSSibilités, toute contribution témoignera de votre participation à la lutte contre le racisme. CCP 14-825-85 Paris. Nom (en capitale) .. ... .... . ....... . .... ... .... .... ..... . . . . Prénom . . .... . .. . ... .... .. . âge ... . . : ...... .. .. ..... . Profession ..... . ... .. . . . . . ... . . ... ... . . ........ . . . . . Adresse MRAP - 89, rue Oberkampf, 75011 PARIS - Tél. 806.88.00 Droit et Liberté. N° 421 • juin-juillet 1983 11 ACTIOR Afrique du Sud L E 5 juin 1983 au soir, on apprenait la décision des dirigeants racistes sud - africains visant trois jeunes militants de l'African National Congress : Jerry Semano Mosololi, Marcus Motaung, Simon Mogoerane, devaient être pendus. Immédiatement, le MRAP organisait la protestation : contacts avec les organisations anti-apartheid, les syndicats, les partis politiques, interventions auprès des journaux, radios et chaînes de télévision. Il fallait, sans attendre, mobiliser l'opinion pour contribuer à faire échec aux crimes; il fallait rassembler le plus grand nombre d'hommes, de femmes et d'organisations. Un télégramme du Secrétariat National demandait à ·Pierre Mauroy et Claude Cheysson d'intervenir fermement et un message de protestation était transmis à l'ambassade d'Afrique du Sud. Le 6 juin, 2.000 personnes défilaient de la place des Invalides jusqu'à l'ambassade des racistes sud-africains. En tête de la manifestation: les responsables du MRAP, de l'AFASPA, du MAA, de la C.G .T., de la C.F.D.T. et c!o nombreuses autres organisations. Une délégation des représentants en France de l'orqanisation anti-a-::artheid sud-africaine, T'ANC, était présente. Devant l'ambassade d'Afrique du Sud, Albert Lévy stigmatisa le comportement de la minorité blanche d'Afrique du Sud et souligna les dangers que font peser sur la paix du monde les soutiens implicites et explicites des puissances occidentales au régime esclavagiste et terroriste qui sévit. Malheureusement, la protestation est restée vaine: les jeunes militants ont été pendus le 9 juin, malgré les interventions du gouvernement frallçais, des ministres de la C.E.E ., du Conseil de Sécurité et de la plupart des autorités morales et politiques du monde entier. Soulignons que, le jour de la pendaison , Albert Ferrasse, président de la Fédération Française de Rugby, était reçu à Pretoria par les dirigeants racistes sud-africains ... Ainsi, les pressions exercées sur le gouvernement sud-africain auront été insuffisantes pour empêcher les crimes. Il faudra encore beaucoup d'efforts pour que soit restaurée la démocratie dans ce pays. Le MRAP veut accroître son soutien aux militants antiracistes de l'ANC, aux femmes, aux enfants, au peuple sud-africain en lutte pour sa liberté. Bien évidemment, une contribution majeure à la lutte serait l'interruption des échanges économiques, scientifiques et militaires de la France avec le régime raciste sud-africain, au mê- 12 me titre qu'ont été interrompus les échanges sportifs. Autant d'aspects que le MHAP se propose d'aborder lors de sa prochaine rencontre avec le Premier ministre, Pierre Mauroy. Sanctions contre .1'Afrique du Sud Défi aux Droits de l'Homme, défi à l'ONU, aux gouvernements de nombreux pays, aux gens de coeur qui avaient réclamé la clémence, les dirigeants racistes de l'Afrique du Sud ont assassiné les trois jeunes militants de l'A .N.e. coupables à leurs yeux de lutter pour l'égal ité et la dignité de la population noire. La pendaison de Simon Mogoerane, Jerry Mosololi et Marcus Motaung confirme que le régime d'apartheid ne peut tenter de survivre que dans la violence et le sang. Mais la gloire des martyrs survivra longtemps à leurs bourreaux. Et ce nouveau crime ne pourra que galvaniser la résistance populaire à l'oppression raciste. Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) appelle à une solidarité accrue avec le peuple d'Afrique du Sud et à des sanctions efficaces contre Pretoria . Il n'est plus possible de soutenir un système meurtrier qui bafoue cyniquement les valeurs démocratiques, agresse les pays voisins, met en danger la paix en Afrique et dans le monrlA. Des sanctions efficaces s'imposent. Plus que jamais, la France se doit de cesser toute collaboration nucléaire, économique, technique et scientifique avec l'Afrique du Sud. Le 9 juin 1983. Livry-Gargan COMMUNIQUE DU MRAP avant la manifestation qui a réuni 3 000 personnes En 48 heures, deux jeunes d'origine maghrébine ont été victimes de coups de feu: l'un, Toumi Djaidja, 22 ans, a été grièvement blessé par un policier à VENISSIEUX, l'autre. Moussa Mezzogh, 19 ans, a été tué à bout portant par un surveillant de supermarché à LIVRY·GARGAN. Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) demande des enquêtes rapides et approfondies sur ces affaires. Mais il apparaît d'ores et déjà qu'elles traduisent le climat d'hostilité, le rejet, et les discriminations dont souffre la nouvelle génération issue de )'immigration. Grande est la responsabilité morale de ceux qui, dans la dernière période, n'ont pas hésité à attiser la haine, en désignant mensongèrement les immi· grés comme responsables de l'insécurité et des difficultés que conn ait notre société . Des sanctions sévères doivent être prises contre les auteurs de violences, quels qu'ils soient, et lel:rs inspirateurs. En outre, il faut poursuivre activement la réalisa~ion dp. meGures effic:"ces pour mettre fin à la marginalisation imposée de longue date aux immigrés et à leurs enfants. PO'Jr arrêter l'escalade sanglante. po\Jr assurer l'entente indispensable entre les diverses commu· nautés vivant et travaillant en France. le MRAP appelle au rassemblement de tous les gens de coeur et de raison le jeudi 23 mai à 18 h 30 à la sortie de la gare de LlVRY·GARGAN. Meudon-la-forêt 1 500 personnes ont défilé pour pro, tester contre l'agression de Kamel Lettab (lycéen de 17 ans). Après l'agression, le 27 juin, de Kamel Lettab par trois hommes de 25 à 30 ans qui voulaient cc se faire un Arabe n, certains habitants de Meudon- la-Forêt hésitaient. Réagir? oui, mais comment? Peur des provocations. Ne rien faire? N'est-ce pas banaliser le racisme et accepter? P.près avoir contacté le MRAP, ils ont d'abord organisé la réunion d'amis de Kamel et de jeunes du quartier chez le père de Kamel, ancien ouvrier de Renault. Distribution de tracts faits par les jeunes et par le MRAP du recto- verso La vérité sur les immigrés; pétition pour la vérité et la justice sur cette affaire, contact avec plus de 60 organisations associatives, syndicales, politiques dont 27 viendront à la réunion préparatoire de la manifestation à laquelle elles appellent leurs adhérents. Silence et complicité Le vendredi 1er juillet, 1500 personnes, sans signe distinctif de leurs organisations, Français et immigrés dans la même proportion, défilent en silence derrière la famille de la victime et une seule banderole: Non au racisme - Français Immigrés Solidarité. Pendant une heure et demie, la manifestation passe entre les cités de Meudon-la-Forêt. Avant la dislocation, prise de parole au nom du MRAP, par Gérard CouIon

il dénonce ceux qui - parfois

avec la complicité des médias et le silence des pouvoirs publics - par leurs paroles ou leurs écrits arment les bras des racistes, surtout contre la communauté algérienne, la plus touchée. Les racistes ne s'attaquent pas à tous les étrangers, et pour eux, comme pour certains anti-racistes, il y a deux poids, deux mesures. Il faut éliminer les situations qui engendrent le racisme; cette manifestation est l'engagement à agir pour ceux qui y participent, malgré ·Ieurs divergences d'opinions dans d'autres domaines . Un Comité local du MRAP va se créer, pluraliste, prêt à l'action pour riposter, informer, rassembler. Objectifs: permettre la rencontre et une meilleure connaissance des commu· '" nautés à Meudon-la-Forêt en obtenant ~ un club de jeunes, des salles, en dé- ~ veloppant la vie associative, en créant ~ une fête; permettre aux habitants et ~ notamment aux jeunes de mieux se .~ connaître en participant à des actions gj communes: éduquer à la fraternité ~ en organisant des débats dans les écoles et dans le quartier. Faire que cette riposte ait un prolongement et contribue à ce que la France devienne vraiment une société interculturelle. C'est notre intérêt commun .• Droit et Liberté. N° 421 • juin-juillet 1983

Notes

<references />