Droit et Liberté n°437 - mars 1985

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°437 de mars 1985
    • Les comités en pleine action
    • Deux recours du MRAP
    • Non à l'extrême-droite
    • Le racisme en justice
    • Les droits civiques des immigrés
    • Gens du voyage: un beau procès en perspective

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté ~ ~(,~ 21 mars Dans l e pr ocha i n numéro de Droit et Liberté sera donné le compte-rendu des nombreuses actions entreprises par l' ensemble des comités locaux à l'occasion du 21 mars. Cette Journée a permis, au ni veau national, de mettre sur pied, avec le concours de la SNCF, que nous remercions, une animation interculturelle à laquelle ont participé de 12 heures à 20 heures, Gare du Nord, des dizaines d'artistes, chanteurs, conteurs, groupes musicaux et théâtraux de toutes origines ethniques et culturelles. Un. public nombreux a appréci é. 100. 000 tracts ont été distribués. mensuel du mouvement ~ contre le racisme et. pour l'amitié entre les peuples • ~ ISSN 0012-6411 - 5 F Les comités en pleine action Ce numéro est essentiellement consacré à l'action du MRAP. Elle traduit le large éventail de sa lutte contre tous les racismes. Elle est, en outre, la preuve de l'extrême vitalité du Mouvement. (pages 2, 3, 4, 5) . DEUX RECOURS DU MRAP Deux mesures, émanant du mlnistère des Affai r es Sociales tratif de Paris : 1. Reg r oupe ment familia l: La Clrcu l aire du mi nistère des Affaires Sociales du 4 janvier 1985, parue au J . O. du 12 janvier 1985, précise les conditio ns dans lesquelles le conjoint d'un ressortissant étrange r travai llant en France peut se voir attri buer un titre de séjour, au titre du regroupement familial. Pa r mi ces conditio ns , il est fait mention de l a nécessité d'occuper un l ogement co nfor me aux normes . L'article 3.3. de la circulair e prévoit que pour l'appréciation des conditions de logement, il y aura lieu de se référer aux "normes mi nimales fixées pour obtenir le bénéfice de l'allocation-logement" . Cette référence semble inacceptable

elle confère en effet une

portée exo r bitante à l' allocation- logement, par rapport au but da ns lequel elle a été conçue . En cas d'application restric tive de ce texte (et on sait que le plus sou vent une norme indicative devient, de la part des services chargés d'apprécier une situation, une norme impérative), il est à craindre que les conditions ainsi exigées ne constituent dans un contexte de pénurie de logements, une impossibilité pure et simple pour un travailleur étranger de se faire rejoindre par sa famille. C' est la raison pour laquelle le MRAP a décidé d'attaquer cette circulaire devant le Conseil d' Etat. suite p. 2 - l - NONA L'EXTREME-DROITE Certains partis poli tiques viennent de découvrir les dangers que la montée du Front National et du racisme qu'il véhicule font courir à la société et à la démocratie française. Le MRAP a été un des premiers - sinon le premier - à tirer le signal d'alarme . Il a toujours stigmatisé le slogan fallacieux "3 millions de chômeurs , c'est 3 mi llions d'immigrés en trop" et a traduit plusieurs fois devant la justice ses auteurs . Tout spécialement au cours des élections municipales de 1983 et des européennes de 84, il a dénoncé la banalisation du racisme et la caution apportée par certains candidats nimbés d'honorabilité démocratique qui ont contribué à contaminer l'opinion publique . Depuis, le MRAP n'a pas relâché sa vigilansuite p. 2 DEUX RECOURS DU MRAP (suite de la p. 1) 2. Allocation parentale "3e enfant" (Maire de Paris). Par décision du Conseil Municipal de la ville de Paris, l'allocation de congé parentale d'éducation versée par le bureau d'aide sociale est réservée, depuis le 11 décembre 1984, aux parents de nationalité française. La mairie justifie cette mesure par la nécessité de favoriser la natalité française . Au cas où l'un des parents seulement serait français , l'attribution de l ' allocation sera étudiée au cas par cas . .. Après être intervenu résultat auprès du préfet de sans Paris pour casser cette décision illégale , le MRAP a demandé l'abrogation de cette mesure discriminatoire par requête devant le Tribunal administratif . NON A (suite L'EXTREME-DROITE de la p. 1) ce. Il a rappelé dans une récente conférence de presse à quel point le slogan du Front National sur la présence des i •• igrés en France resse.ble à celui qui avait cours dans l'Alle.agne pré - nazie: "700.000 chô.eurs, 700.000 juifs, la solution est si.ple" . Il n'est pas étonnant alors que les comi tés locaux se soient mobilisés dans la dernière période sur l'ensemble de la France partout où Le Pen a tenu meeting à l'occasion des élections pour le renouvellement de certains sièges de conseillers généraux. La rubrique action en r end compte avec précision . Aux Editions DROIT ET LIBERTE un livre populaire, vrai et passionnant: "e 1 EST ARRIVE EN POLOGNE" de Théophile Grol. Pa ssez vos co mm andes au Siège. Prix publi c : 70 Fr s . Prix s pécial aux comi tés l ocaux . LE RACISME EN JUSTICE Provocation Claude Cornilleau, conseiller municipal de Chelles, condamné par le T.G.I . de Meaux pour provocation à la haine sur plainte du MRAP (en plein Conseil Municipal, il avait diffusé un tract où il attaquait les immigrés), a vu cette peine ' confirmée par la Cour d'Appel de Paris (6 février 85). M. Cornilleau se présentant aux élections cantonales sous l'étiquette du Parti nationaliste français, le comité local de Chelles a diffusé le tract intitulé : "La justice française condamne Claude Cornilleau . .. Les électeurs ont le droit d'être informés que la justice de leur pays condamne quelqu'un qui se prône grand défenseur de la France". Di ffaution J . L. Servan-Schreiber, journaliste, a été condamné par la 17e Chambre correctionnelle de Paris pour avoir diffamé Bernard Antony, di t Romain Marie, le 13 février 1984 au cours de l'émission "L'_ heure de véri té" où l' invi té était J.M. Le Pen. M. Servan-Schreiber avai t demandé à ce dernier s' i l était d'accord avec les propos tenus par Romain Marie au cours de la Journée d'amitié française en octobre 1983 "L'Internationale de l'assassinat était composée essentiellement de juifsll . Romain Marie reprochait au journaliste de n'avoir retenu de cette citation (parue dans "Le Monde") qu'une phrase tronquée . Si né (suite) La 17ème Chambre correctionnelle de Paris a condamné le dessinateur pour ses propos racistes tenus en août 1982 sur une radio libre, à la sui te de la plainte du Comité Juif d'Action (12 février 1985). Rappelons que le MRAP, qui avai t égal ement déposé plainte, s'étai t retiré après la lettre d'excuse de Siné (voir Droit et Liberté , janvier 19B5). - 2 - "Poursuivons le nettoyage" C'est le titre provocateur d'un tract diffusé pendant le conflit de janvier 1984 à TalbotPoissy. Il y était proposé d épurer Poissy des fainéants, des émigrés et des casseurs" . Bien que signé PFB Poissy-Talbot, ce tract , contre lequel le MRAP avait déposé plainte, a fait l'objet d'une ordonnance de non-lieu par le T.G.I. de Versailles (22 décembre 1984) au motif que l'information ne permettait pas d'établir l'existence d'une sec tion PFN au sein de Poissy-Talbot. I njures Condamnation, par Tulle, le 6 février le TG l 1984, de du directeur d'une maison de retraite, M. Delpy, qUl avait proféré des insultes racistes à l'égard d'un interne, M. Menzli, qui travaillait dans cet établissement. Deux mois de prison avec sursis, 5.000 Frs d'amende et 1.000 Frs de dommages et intérêts pour le comité local du MRAP qui s'était constitué partie civile . UN ELU DU F.N. CITE EN JUSTICE! J~,· n Roussel, seul nouvel élu du Front National aux cantonales, a comparu le 12 février 1985 devant le T.G.I. de Marseille à la sui te d'une plainte du MRAP contre un tract qu'il avai t diffusé, en tant que président de l'Association de défense du centre-ville, à l'automne dernier . Il y faisait le constat que "certains quartier s ••• sont inv i vables pour l es Français, le seuil de tolérance ét ant t r ès l arge.ent dépassé" et appelait le lecteur , à propos du projet de construction de HLM, à "s'opposer de t outes ses for ces à l' i ns t all at ion u ssi ve de Maghrébi ns au pi ed de la Vi er ge de l a Garde". Comités locaux En pleine action VIVRE ENSEIIBLE Sui te aux Assises locales, nationales, départementales, des initiatives sont toujours prises dans ce sens. A Seclin, le MRAP participe à la préparation d'une journée entière dédiée à la tolérance, au rapprochement, à l'écoute, avec notamment un parcours de l'ami tié, une journée de danse, de musique, de spectacle avec des formations cul turelles étrangères et françaises. Elle aura lieu le 16 mai prochain. A Fleury-Les-Aubrai s , présentation pendant 12 jours de l'exposition "Viv re ense.b l e avec nos différences" qui a été l'occasion d'un débat animé par Albert Lévy, et d'une soirée cul turelle animée par Lionel Rocheman, comédien et musicien . Six classes d'une école primaire ont participé à la réal isation de dessins d'enfants qui ont été, aussi, exposés . A Ch i lly - ll az ar i n, une semaine sur "Af ri que et négritude" organisée par la MJC permet au MRAP de présenter l' exposition sur l'apartheid. A Roubaix - Tourco i ng , la campagne de péti tion sur le thème "Vivre en se.ble avec nos di fférence s" a recueilli plus de 5.000 signatures . Elles ont été remises le 10 décelobre au maire de Tourcoing par le MRAP qui a demandé de rencontrer le sénateur-maire de Roubaix pour effectuer la même démarche . A Li.oges , fête de l'amitié dans le quartier de La Bastide où enfants et adultes originaires de pays différents se sont retrouvés dans une chaleureuse fraternité . A Nantes , forum des quartiers et communes pour mieux "vi vre ense.ble, Français et i .. i grés". Pendant 48 heures, se sont succéijés les percussions, la découverte de la langue arabe, les vidéos et diaporamas, les débats, la présentation du livre blanc des immigrations - à Nantes, les groupes de musique et danse des différents pays présents dans la ville . LES DECONVENUES DE LE PEN Les comités locaux ne s'y sont pas trompés. Partout où le leader du Front National a été présent dans sa tournée pour les élections cantonales, le MRAP en a profi té pour sensibiliser l'opinion publique sur les dangers de ses thèmes racistes. Il a été le plus souvent à l'initiative de manifestations qui ont pris un caractère de dignité se déroulant généralement dans le silence et le recueillement. Il a joué son rôle de rassembleur et de catalyseur en appelant de nombreuses organlsations démocratiques à pa r ticiper à son action ponctuelle dont les formes n'en ont pas moins été variées . A Dreux , de vant la sous-préfecture où le MRAP a demandé que soient désarmées les milices qu ' emp l oie le Front National . A Perpignan "pour célébrer la mémoire des innombrables et innocentes victimes du rac isme" . Inauguration d'un lieu public en hommage aux victimes de tous les racismes . A Toulon, Bourges, Apt, A.iens, IIontargis, Tou rs, Lille, où de nombreuses personnes de 500 à 2. 000 se retrouvent , notamment sur la pl ace de l' Hôtel de Ville. A Belfort , un rassemblement a eu lieu à la Maison du Peuple avec la participation de Roger Hanin invité par le MRAP. - 3 - Des cortèges A Nice, au Havre , à IIarse i Ile , Ni.es, Lille, IIelun , manifestation en ville avec une forte participation de la population locale. Des dis t ribut i ons de tracts A Versailles, Lorient, sous la banderole du MRAP une heure avant le meeting de Le Pen . Des te.ps de recueille.ent A Ni ce , Lille, IIelun , devant le monument aux morts ou de la résistance avec dépôts de gerbes par le MRAP et diverses organisations . Des fêtes interculturelles A Lorient avec la "fête de l'a.itié entre les peuples", à Rennes sous la forme d'un ".eeting- fête .ulti colore". Des co .. uniqués et con f érences de presse A Bourges, IIontargis, au Puy, communiqués et conférences signés et tenues par une quinzaine d ' organisations politiq ues , syn dicales , humanitaires. A Belfort, c'est un appel pour les Libertés qui a été paraphé par 23 associations. A IIons - en - Baroeuil , table ronde sur l'immigration à la même heure où Le Pen tenait son meeting à Lille . Signalons enfin qu'un courageux directeur de salle de cinéma du Havre a préféré payer 7. 000 Frs de dédit plutôt que d'ouvrir sa salle à Le Pen, comme promis. Le Pen a alors renoncé à une réunion de plein aH .. Comités locaux VERS L'ETRANGER ET L'OUTRE-MER APARTHEID Depuis plus de 6 mois, les évènements qui se déroulent en Afrique du Sud sont au premier plan de II actuali té, même si la plupart des médias ne leur donnent pas l' importance qu'ils méritent. Il ni en reste pas moins que certains co mités locaux du MRAP fidèles à la tradition du Mouvement , ont fait connaî tre ces derniers temps à l 'opinion publique le système odie usement raciste de l ' apartheid et app elé à soutenir le valeureux combat des militants de ce pays qui l ut te nt pour en finir avec ce "cri.e contre l'hu.anité " . A Brest, Le Relecq- Kerhuon, Plabennec, Plouzané, 4 soirées-débats avec l e MRAP et la CDOP Tie r s -M onde à la sui te de la projection de deux films " Les dépossédés" et "Soweto 76". A Vitrolles, une quinzaine sur l' apartheid a permis la présenta t i on de 4 expositions : l'enfant et l' apar t heid; l'apartheid, le dos au mur ; photographies dl avril 84; 15 artistes contre II apartheid . Un débat a été animé par Dulcie Septe mb er r ep r ésentante de llANC en Fr ance . Une rencontre a eu lieu av ec J . Alvarez-Pereyre, auteur du l ivre : "Les guetteurs de I I aube , poésie et apartheid ". A Lille , une soirée cinématogr aphique a été co nsacrée au thème : "Afrique du Sud, le racis.e légalisé", avec la participation d'un r eprésentant du MRAP, de la Ligue des Dr oits de l 'H omme, du Mouvement de s Jeu nesses Communistes et de lIAFASPA. Après l a projection du film "La dernière to.be à Di.baza" , un débat s iest ou vert animé par Nesto r Bidadanuri , mi l itant de lIA NC . Ces or gan i sations ont demandé à l a mu nicipa l ité de Lille d l i nvi ter Mgr Desmond Tutu et dl in te rv en i r au secours de Nelson Mande l a en lu i décernant le titre de citoyen d ' honneur de Lille . NOUVELLE - CALEDONIE A Cle r.ont-F errand , 300 pe rsonnes ont répondu à II appel conjoint du SNESup et du MRAP qui ont organisé une conférence - débat à la faculté des Lettres . Jean Guiart a développé le thème : "1 es origines de la crise" . A Ni.es , réunion publique organisée par le MRAP au cours de laquelle un grand nombre d'organisations affirment leur soutien aux droits du peuple canaque . A Li.oges, réunion-débat et dl information avec la participation de Louis Mapou, porte-parole du FLNKS en France . Hui t organisations, dont le MRAP, ont mis sur pied cette soirée . A Montpellier , parterre important d'intervenants qualifiés au cours de la réunion dont le MRAP était coorganisateur: M. Sousso l , universitaire ; Maître Ottan, ardent défenseur de la cause kanak; un représentant du FLNKS. L'OEIL VERS ••• L'INDE CI étai t le titre cette année des quatrièmes IIJournées cinématographiq ues du Val-de-Marne" organisées par la fédération du MRAP . Treize films ont été projetés dont la majorité d'entre eux ont été prIme s au niveau international. Quatorze villes ont accueilli cette initiative qui a obtenu une aide financière du conseil général. Un public largement supérieur aux autres années a été touché notamment dans les écoles , les quartiers , les entreprises, les lieux de loisirs et de culture . Tous ont manifesté leur intérêt pour la haute tenue de ce festival qui a été l'occasion dl un enrichissement et de nombreux débats . - 4 - EN VRAC Dreux . M. Stirbois, 3ème maire-adjoint et secrétaire gé néral du Front National, refuse de "con tinuer le vote de subventio ns, si minimes soient-elles" à des associations te l les que le MRAP, l'UFF et le SPF dépendant dl un parti de II étranger, le parti communiste (s i c) . Li . oges . Le 24 février , une après'midi de r encontre amicale entre les habitants de la ZUP de l'Aurence et ceux du reste de l a ville et des environs . Musiques, spécialités et boissons de tous les pays. Meaux. Au cours de la semaine "expression femmes Il du 4 au 10 mars, participation d~ comité l ocal du MRAP. Montpellier. Réaction du comité _ local devant les nombreux refus de servir dans des cafés, bars, restaurants de la ville à raison de critères racistes . Il appe ll e tous ceux qui exigent l e respect des l ois de la démocratie à lui faire part de leur témoignage . Lunel. A l 'initiative du com i té local , le 5 février, projection du fi lm de Carlos Diegues "Qui l ombo" , film brési l ien sélectionné au dernier festiva l de Cannes. 180 per sonnes . Prolongement de cette soirée, le 19 février , par une réunion d l information sur ilLe Br ésil aujourdlhui" avec la participation d'un économiste brésilien et l'association France-Amérique Latine . k1\ CREATION DE COMITES LOCAUX ~ ET DE FEDERATIONS Création des co.ités de Boulogne- sur- Mer (62), Douai (59), Gardanne (13), L'Isle sur - Sorgue (84), Pont- de - Chéruy (38), Co.i té local de l'agglo.ération rennaise (35), Rives (38), Tre.blay - Les - Go nesse (93), Vienne (38) . Constitution des fédérations des Alpes de HauteProvence (04), du Nord (59), de Paris (75), du Pas - de - Calais (62), du Var (84). Casseneuil. Intervention du comité local auprès du conseil municipal après les mesures votées pour limiter "l'envahissement d'immigrés nouveaux en nombre excessif". Les Mureaux. Quinzaine de l'amitié entre les peuples avec les expositions "Peuples d'ici et d'ailleurs" et "Quinze peintres contre l'apartheid" avec réunions publiques, débats et dessins d'enfants dans les écoles sur le thème "Les gens de mon pays et du pays de mes camarades". Tourcoing. Une soirée-débat MRAPJOC au centre social de la Bourgogne avec de très nombreux participants parmi lesquels un grand nombre de jeunes. Marseille. Mise sur pied d'un groupe, dans le cadre d'une ZEP, à l'initiative de 5 associations dont le MRAP local, pour l'accueil le soir d'enfants de 6ème en difficul tés pour leur offrir de bonnes condi tions de travail et les aider à l'autonomie . Sarcelles. Dans le contexte de la montée de la haine et des violences racistes, le comité local décide de tenir une permanence juridique le premier samedi de chaque mois, au centre social des Rosiers. Tours. Réunion publique animée par le co mi té local sur les problèmes d'actualité et les actions à mener et participation à un débat sur l'apartheid. Antony. Tout en faisant signer la péti tion sur le regroupement familial, le comité local demande que "les autorités locales et gouvernementales prennent des mesures d'urgence en matière d'accueil: logement, équipements sociaux, écoles, qui répondent aux besoins tant de la population française qu'immigrée" . Avignon. Communiqué de presse du comi té local sui te au relevé de 6 impacts de balles sur l'un des murs de la mosquée de la ville. Le MRAP local "exprime sa réprobation pour cet acte de vandalisme et sa totale solidarité avec la communauté islamique d'Avignon". Brest. Communiqué de presse du comi té local rappelant que "la Bretagne compte mOlns de 2 % d'immigrés alors que le chômage atteint le même niveau que celui des reglons qui en comptent un fort pourcentage" ce qui est un démenti cinglant du slogan et des affiches du Front National qui recouvrent le Finistère: "2 millions de chômeurs, c'est 2 millions d'immigres en trop". Alès. A l'occasion du débat animé par Roger Hanin et Karim Allaoui, le MRAP "est heureux de la venue de ce cinéaste dont les convictions antiracistes sont connues de tous", et "invite tous les Alésiens à participer à cette soirée". Beaune. Organisation par le comité local d'une semaine sur "l'immigration au quotidien" du 21 au 26 janvier. Bagnols s/Cèze. Concert "Rock against racism" organisé par le comi té local avec le groupe bagnolais Mister Poker et Amidou Ouedraogo, percussionniste du BurkinaFaso. Strasbourg. Devant le développement du colportage des préjugés, idées reçues sur les immigrés et la montée du racisme, le comité local profite de la projection du film "Train d'Enfer" pour une large distribution de tracts et un dialogue avec les spectateurs à la sortie des salles de cinéma. Li.oges. Stand du MRAP à la 2e fête du livre, du 1er au 3 mars. Bias. Le comi té local a soutenu la grève de la faim de 3 jeunes français "musulmans" du camp de ' Bias pour protester contre la discrimination à l'embauche dont ils sont victimes. Nice. Vive activité judiciaire du comi té local: 3 procès contre des auteurs d'actes racistes, dont un conseiller municipal de Beausoleil. .Grass ~. Le comi té du pays de Grasse a pns de nombreux contacts avec d'autres associations pour redoubler de "vigilance contre le racisme et pour un vivre ensemble" . Beausoleil. Le comité- Beausoleil/ Cap d'Ail, né le 24 avril B4, fait ses premiers pas de façon très active avec la distribution de plusieurs tracts de sensibilisation à la montée du racisme, et la mise sur pied d'une grande fête interculturelle Français-immigrés. Saint-Denis (93) . Intervention du comité local suite à l'attitude raciste d'une empl~yée de l'ANPE de - 5 - la ville: rencontre avec le directeur de l'agence; distribution d'un tract commun MRAP-CGT -CFDT; enVOl dudi t tract à toutes les agences locales pour l'emploi du 93. Drancy. Action du comité local suite aux inscriptions racistes qui ont dégradé une tour de la ci té Marcel Cachin dans la nuit du 23 au 24 février. Distribution de tracts et intervP i tion auprès des élus locaux. Aubervilliers. Vaste distribution de tracts du comité local pour rétablir la vérité sur les travailleurs immigrés. 19è.e. Des militants du MRAP qui vendaient "Différences" sur le marché de la place des Fêtes, ont été agressés deux dimanches de suite par des membres du Front National présents eux aussi sur les lieux. Après avoir photographié des militants antiracistes - ce qui a occasionné bousculades, horions et casse de l'appareil photo. Le dimanche suivant, des militants du Front National mettent leurs brassards et s'équipent de barres de fer . Les jeunes antiracistes s'organisent. Les CRS interviennent pour protéger •.• les fascistes. Douai. Suite à l'expulsion d'une quarantaine de familles tsiganes, communiqué de presse du MRAP qui propose des solutions. Des actions en direction de la mairie, de la préfecture et des médias sont entreprises pour relancer l'initiative d'aménagement d'aires de stationnement. Gray. Manifestation musicale "Musiques au Pluriel". Droit et Liberté 89, rue Oberkampf, 75011 Paris Téléphone: 806.88.00 CCP 9 239-81 Paris Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Comité de rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon Dominique Dujardin, René Mazenod N° de Commission paritaire: 61013 Imprimeurs Libres - Paris Congrès 85 Ci0Les droits civiques De nombreux délégués des comités locaux à lIA.G. de Villeurbanne sont intervenus pour réclamer que le MRAP adopte une posi tion plus cl aire sur la question des droits ci viques des immigrés: certains mani festaient même de 11 impatience en demandant que nous prenions parti "pour" le droit de vote des immig r és, avant même que le débat se soit déroulé! Mais en même temps - et paradoxalement - le débat ouvert par la publication d'un document de réflexion dans Droit et Liberté de juillet-août dernier, ne semble pas avoir été engagé, ni sur cette base, ni sur a ucune autre, et nia donné lieu en tout cas à aucune contribution. L'interrogation des militants et le désir d'avancer à propos d l une question aussi importante sont légitimes . Mais il est évident qu'il ne servirait à rien d'adopter une po si tion si elle ne correspondai t pas à une analyse et à une r éf l exion de taille à faire évoluer les acteurs sociaux et l'opinion. Le but de ce "papier" est de relancer le débat après la tentative infructueuse du mois de juillet dernier . Le docu.ent paru dans "Droit et Libert~" ne serait-i l pas cause du blocage du d~bat? On peut se demander Si le texte de réflexion publié dans Droi t et Liberté ni est pas en part i e responsable , par sa forme plus que par le fond, du "blocage" du débat. En cherchant, pour un premie r temps, à faire le tour complet de toutes les réponses possibles à la question des droits civiques des immigrés, et en mettant apparemment sur le même pied les thèses les plus contradictoires, il a pu désorienter, donner l'impression fâcheuse d'une analyse académique. A vouloir trop bien dépassion ner un débat qui réclame que lion garde toute sa lucidité, on 11 a peut-être rendu insipide! Relu après six mois, publié reste cependant base de réflexion et de le texte une bonne dialogue. Plutôt que de le réécrire - ou d'en écrire un autre - nous en proposons une lecture différente, en pesant la portée des arguments avancés ici et là et présentés dans le texte comme s'ils avaient une égale valeur. Une au t re lec t ure du docu.en t Une première réflexion s'impose

si l'apparence du texte, la

symétrie de la présentation (chaque thèse étant suivie des objectlons) peut donner l'impression que toute les solutions proposées ont chacune des arguments "pour" et des arguments "contre", une lecture réfléchie montre que les objections avancées ne se si tuent pas du tout au même niveau . Pour certaines des thèses avancées, il s'agit d'un choix de justice sociale qui se rapporte aux options fondamentales qui nous ont conduits à adhérer au MRAP . Dans d'autres cas, il s'agit plutôt d'arguments d'opportunité ou de difficultés pratiques . Dans le premier cas, il devrait s'agir, pour le MRAP, d'affirmer clairement ses choix de société; dans le second, il s'agit - 6 - de bien cerner les difficultés, de rechercher les moyens techniques de les résoudre et de mener ensui te une campagne dl information capable d'éclairer et de faire évoluer une opinion "matraquée" par 11 extrêmedroi te pendant que la gauch~ - et le MRAP - se gardent de rien dire. Dans certai ns cas, des soci été , dans d'autres, f i cultés pratiques. choix de des di f - En reprenant les sept réponses à la question des droits clVlques des immigrés (1. naturalisation, 2. droi t de vote aux élections locales, 3. droit de vote à toutes les élections politiques, 4. institution s représentatives spécifiques, 5. double nationalité, 5. disti.nction entre citoyenneté et nationali té, 7. question inopportune) on voit que les objections aux 1ère, 2ème, 4ème et 7ème réponses sont des objections de principes, tandis que celles qUi sont faites aux 3ème, 5ème et 5ème réponses sont des objections pratiques . Le MRAP ne peut pas accept er des solut i ons qui . ai ntiennent une i n ~ga li t~ de dro i t f ond~e sur l' or i gine ethnique . Exiger d'une personne, pour lui accorder le droit fondamental de participer aux décisions qui e,ngagent la société dans laquelle il a choisi de vivre, qu'il renonce à sa nationalité d'origine (à sa "nature ll comme le suggère le terme officiel de naturalisation) est une mesure illégitime, choquante sur le plan des principes: clest priver une personne dl une partie de son ~------------------------------------------- CONGRES 85 des immigrés identité, lui demander de renier une partie des siens, alors que le droit qu'il réclame est fondé sur sa participation aux charges et aux devoirs des citoyens du pays où il s'est installé. Il s'agit d'une discrimination fondée sur l'origine ethnique et/ou la nationalité. Accorder le droit de vote aux seules élections locales correspondrai t aussi à une discrimination puisque les immigrés remplissent leurs obligations à l'égard de la société entière (pas seulement de leur commune) et que les décisions qui les concernent (législation, réglementation, séjour, mais aussi le travail, le logement ou l'école) sont prises au nille au de l'Etat ou du Département plus souvent qu'à celui des communes. Mettre en place des institutions représentatives spécifiques reviendrait à constituer un système insti tutionnel ségrégatif qui procède de la même philosophie politique que l'apartheid que nous combattons chez les autres. Considérer enfin que la question n'est pas opportune est une façon de prendre pos i tion en fait sur une question de droit, sans s'engager sur le fond. Comme le non-vote renforce des abstentionnistes qui de fait la position du vainqueur, cela revient à conforter la discrimination dont sont victimes les immigrés. Nous devons nous élever par fidélité à nos principes et avec force contre cet "opportunisme": une chose serait d'apprécier l'opportunité du calendrier d'application d'une mesure, une autre d'éluder une prise de position de fond qui n'exclurait nullement qu'on ménage ensui te les étapes nécessaires. Une réflexion approfondie A la différence des options précédentes, les objections faites au droit de vote et d'éligibilité des immigrés résidant en France depuis un certain laps de temps, à la reconnaissance d'une double nationalité et à la distinction des concepts de citoyenneté et de national i té, ne semblent pas. être des objections de principe fondées sur des choix fondamentaux, mais plutôt la reconnaissance des difficultés pratiques auxquelles se heurteront les tentatives de mise en oeuvre de ces orientations. Ces di fficul tés, qui peuvent être considérables, mais ne sont nullement a priori insurmontables, se rencontreront à plusieurs niveaux: en face d'une opinion qui n'est pas préparée (mais qui n'y a pas réfléchi dans un sens négatif), avec les spécialistes du Droit consti tutionnel français et des représentants des Etats étrangers avec qU1 il faudrait engager des négociations.*

  • A ceux qui pensent qu'une telle

perspective est complètement irréaliste, signalons que l'Espagne a signé avec la France une convention de reconnaissance de la double nationalité, que l'Algérie a conclu un accord touchant le point épineux du service militaire et que les Portugais jouir des nationalité. peuvent, droits - 7 - en pratique, d'une double Une fois affirmées nos positions de principe, cela signi fierait pour le MRAP, à la fois participer à une réflexion pratique et technique en vue de cerner et de résoudre les difficultés et engager un effort d'éclaircissement et d'explication en direction de 1'0- p1n10n (et aussi de ceux qu'on appelle la classe politique). Ce travai l, de plus ou moins longue haleine, devra être mené en collaboration étroite avec les immigrés, premiers (mais non seuls) intéressés. Mais il doit être précédé - et conforté - par l'adoption de positions de principe clairement exprimées et fondées sur la reconnaissance pleine et entière. de l' égal i té des dro i ts, comme des devoirs et des charges de tous ceux qui construisent ensemble une société, sans discrimination provenant de leurs origines ethniques. Une telle orientation permettrai t au MRAP de participer positivement à la construction d'une société pluri-ethnique et pluricul turelle, tandis qu'on ne pourrait pas, sans hypocrisie, employer ces mots Sl l'on gardait comme perspective le maintien d'un apartheid à la française. P.S. Nous attendons des comités locaux et des instances dirigeantes du MRAP une approbation ou une cri tique des orientations esquissées ci-dessus. Cette réflexion recoupe d'ailleurs les thèmes de réflexion proposés notamment les nO sui te (voir Droit cial Congrès). pour le congrès, 111.2.1. et la et Liberté SpéGens du Voyage Un beau procès en perspective "Tout Gi tan à pied ou en voiture est un danger pour vos biens". C'est ce que ne craignait pas d'imprimer, dans un entrefilet ti tré "Très important", le bulletin "Vivre en sécurité", édité à NoisyLe- Grand (93). Cet article n'était pas le seul incriminant les Gens du Voyage, qui avaient droit à trois mentions •.. Dans l'une d'elles, on affirmai t que "près des 3/4 des no.ades n'étaient pas assurés pour leur véhicule". Bien étonnants DANS LA SERIE DES DOSSIERS DU MRAP UN DOSSIER SUR LE RACISME - Une présentation globale du - 7 pistes de recherche. 42 pages de docu.ents. - Une BIBLIOGRAPHIE, DISCOGRAPHIE , FILMOGRAPHIE, DES VIDEOCASSETTES. UN DOSSIER PEDAGOGIQUE DE 78 PAGES AU PRIX DE 30 Frs. PASSEZ VOS COMMANDES SANS TARDER. Re.ise aux co.ités locaux. quand on sait que ces "nomades" roulent beaucoup, et qu'il n'y a personne en France qui subisse tant de contrôles , sur la route comme au stationnement . La troisième mention intitulée "Inquiétude à Noisy et à Gournay", était un amalgame innommable , allant des excréments jetés par-dessus les cl ôtures aux menaces de mort, aux crimes et à la drogue. C'est d'ailleurs cet article qui provoqua l'indig~ation d'une amie du MRAP qui nous alerta. Ajoutons que dans ce même bulletin, les immigrés ne sont pas épargnés, et ceci, de façon très insidieuse: dans une page consacrée à des crimes et hold-up, en bas, en coin, une note tout à fait innocente ( .. . !): une statistique de l'immigration en Ile de France. Racisme un et indivisible! Le MRAP a porté plainte, de même que la LICRA, auprès du Parquet de Bobigny concernant l'article où la discrimination est la plus patente: "Tout Gitan • • est un danger". BULLETIN D'INSCRIPTION AU CONGRES M. Mme Melle Adresse . ...... . .... • . . .... .... .. . . . Téléphone PARTICIPERA AU CONGRES DES 8 ET 9 JUIN 1985. Désire être hébergé(e) chez l'habitant en Auberge de Jeunesse à l'hôtel ( 1 ) (une liste d'hôtels vous sera envoyée. Le MRAP n'assure pas la réservation des chambres). nuit du 7 au 8 juin nuit du 8 au 9 juin nuit du 9 au 10 juin Désire prendre le repas du: samedi midi samedi soir dimanche midi (1) Barrer la ou les mentions inutiles. ( 1 ) ( 1 ) A RETOURNER AU MRAP, 89 rue OBERKAMPF, 75011 PARIS, AVANT LE 15 MAI, DATE LIMITE D'INSCRIPTION. N.B. Peuvent participer au congrès les .e.bres du MRAP ayant adhéré en 1985 avant le 31 .ars, et ceux des années précédentes ayant renouvelé leur cotisation avant le 30 avr i l 1985. Ces adhésions ou renouvelle.ents doivent être enregistrés au siège à ces dateslà. - 8 -

Notes

<references />