Droit et Liberté n°00031 - 1er juillet 1949

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°31 (99) du 1er juillet 1949
  • Eloquence d'un monument par Maurice Vilner
  • Chez les Sephardis par Raph Feigelson
  • Le commissariat sanglant par Pierre Parri
  • Les cosmopolites de la trahison par Roger Maria
  • Derrière le rideau de mensonges: plus jamais de Munich par J.A. Bass
  • Les yeux du Moyen-Orient par Ardechir Mazdack
  • Voici les vacances: pour qui sont-elles? par Josette Wolny
  • Droit et Liberté en Belgique

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

'. Le . Commissariat aux questions juives .(VOIR) page 3 Dimanche 3 juillet, da.ns re ce.dre ma.gniflque du Pa.tc MabUle il Montreuil. se déroulera la grl'-nde fête .champêtre organisée ' par le Comité Françaif.· de Défense des Immigrés, . HEBDOMADAIRE F()NDE' DANS .LA CLANDESTINITE Vous y . apPlaudrrez un trés beau programme artistique auquel .de nombreusoo vedettès de la Radio et du Music-Hall .et de8 groupes fOlkloriQ.ues prêteront leur concours. ' · NouvellE! série. - N° 31 (99) i l 1'" JUILLET 1949 Prix 25 fi': (Voir IP.A détallE.. en page 9 .•

tLOQUENCE D'·VN MONUMENT Chez 'U n e e n q u ê t e de

RAPH FEIGEI;-SON · DIMANCHE dernieoe, au · 'Père-Lachaise, un monUl- · ~ent a été élevé à la mémo~ re . des millions d'hommes, de lemmes èt d'enfants assassinés à :Auschwitz. Il repose S'Ill' urne c;le cendres recueillÎles, il y a trois ans, par une délégation d'anciens déportés dans les décom~ es des lours crématoirès. Cette ' très émourvante cérémonie a, rassemblé une foule immense. Dans ce cimetière parisien si rich~' d'histoire, l'oeuvre de Mme Salmon témoigne p,our le's ann~es terribles du crime et de la barbarie. Elle accuse les hommes qui libèrent les Ilse Koch et accordent des peines dérisoires aux Xavier-Vallat. Elle dénonc·e l'injustice d'une Allema! P1e' non. dénazifiée, et tEi sca.."dale de Vichy insultant les vidimes. Les m·onuments ont pour objet d'honorer les mo,rts, de ra~elel}" les leç,ons du passé, · d'aideT les générations à ne pas oo~mettre les vieilles E.lrreurs de; proposer ~es èxemples d,e coUrage et d'abnégation. Telle est aussi la sign~fication du Mon";' ment d'Auschwitz. L' ES erreurs à ne plus commettre? C'est l'abandon devant le fascisme et la r~ction s'implantant au coeur te l'Europe; c'est la {( non-intervention » tedIe qu'elle a été p:ratiquée en ~spagne; c'eSt la ,?rime à l'agresse,ur ; c'est "Munich

c'est le jeu qui consiste à

imposer Un or4re social par la ~erre. ! 1 Les exemples féconds, exaltants, le Monument, aussi, nous .les rappelle : résistance à l'en' vahisselUr ; union des forces de progrès qui sauvèrent le monde; héroïsme incomparable des fusillés et des martyrs; solidarité humaine; frate~nité qui repousse toute doctrine i de haine raciale ou de xénophdbie. Si notre Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix a pris un tel essor, 'c'est parce qu'il s'inspire en tout point - el son action dans le prochain procès du Comm.Ïi sariat aux Affaires Juives e fournit la preuve la plus récent, ... - des leçons .histo·riques que le Monument d'Auschwitz doit perpétuer. PAR M. ' VIL~ER barrage contre les nouveaux AuSchwitz, nous savons ' notre force. les Séphardis La mémoire de's. morts n,ous oommande d'agir de telle sorte que leur sacrifice . ne soit pas va~ .Que nul, désor~ais, n'éprouve un sentim·ent d'impuissance. Unis à tous les partisans de la Paix qui dressent un De Pleyel au Cirque d'Hiver, de la cérémonie du Père-La~ chaise à la manifestation du 14 Juillet, en passant par la fêt·e du ·C.F.D.I. le 3 juillet à Montreuil, la ronde de la Paix s'élargit sans cesse. JADIS, lorsqu'un Juif rencontrait un autre Juif, à la traditionnelle formule : « Qu'est-ce q.ue tu fais ? » il répondait avec une lassitude noa moins traditionnelle : « Que pe·ut faire un Juif? » Aujourd'hui, les temps sont révolus de la fuite devant l'Inquisition et des pleurs saI?-s espoir dans le ghetto. Quelle belle invite au départ qu-e cette v'ue de Saint~Jean-Pied-de-Port ... (LiTé valJ.es 6 et 7 : VoiCi_les vacanç.!8.l Dans ce numéro: .: , -, LES COSMOPOl.ITES DE LA TRAHISON par Roger MARIA AP~ȧ ~JE CONGRȧ][))JE JL,.,U.G~E.V.R.E.

par G. LAROÇHE

LES YEUX 'DU MOYEN-Q~IE~T par Ardéchir MAZDACi TOUR DE FRAN·CE... EN HISTOIRE. JUIVE par Josy NOGARO Les Juifs vivent parmi les autres hommes, en partageant leurs difficultés et leurs combats, et ce ne sont pas les traditions, sentimental souvenir du passé, qui jettent le trouble dans leurs relations. Certain~, cependant, qui servent des fins politiques ina~ ouables, cherchent à répandre un mal, l'antisémitisme, qui, à tra.vers les Juifs, pe-ut atteindre tous les honnêtes gens. Il Y a quelques jours, rue de la Roquette, le monument élevé à fa mémoire des anciens -combattants séphardis de 14-18 a été profané. Sur la pierre, un vandale a voulu inscrire sa 'haiqe et sa rage ; il a découpé dàn.s üne afrtche de publicité sportive le mot (( Judo » et le soir, .armé d'ull pot de colle, il a ootnmlS sa petite saleté. Les « abîmes infranchissables )) , Mais personne dans ;Ce coin du XIe n'a oublié les rafles de · 1941 et de J942. Et si l'on se · rappelle le ma rtyre des Juifs pO. · lonais, on C'OnnaÎt le très lourd ti'ilJut payé par Les Sérhardis. · Pourquoi, alors, ce petit jeu qui consiste à disscx'ier en tout point le sorl des Eshenazis et des , Sephardis? Certes, ces deux groupes diffèrent par l'origine, les coulu'ffie,~, les dial ectes" ,mais ' l~s (( abîmes infranchissables »: n:'existent que dans l'imaginatkm ' des ignoran ts ou les ca lculs inté· ' ressés. On a même prélendu ; qu'en I sraël « la di·fférenc.e serait. devenue ho~tirité foncière », ' et, ce .n' est pas « l'enquête ~ de 1\1.: Giniewski, récemment 'parue qans Le !ourn,û de Jérusalem" qu~ dissipera la confusion. En fait, il n 'y a qu'une difl'é!'encia~ tion artifiC'ielle, volonta i rcment entretenue clans un oilt cie réad tion sociale. . L~ auteurs de graffitis éta,- 0lissen t·ils UTI(' difl'érenoe « fon,.. cière »? Nous ne perdrons p~ notre temps à réfutér M. Giniews. ki, ni les lenants d'un ràcisme à rebours qui s'.efforcent non seu· lement de différencier les Juifs des all l re~ hommes, mais d'intrOduire ctes discri'minations ' entre nOlL~. Ulle rromenade dans les èji.Iartiers sérhardes mont re mieux que toute rolémique l! néant de oes bavar.c1ages. (Suite page ~) a DAOtT IT LINRTE

 : . 1 ï ,t .

J." juil'-t J~. - N- 3J f'tl . ~ '.' '. .'- Les 'aotiens combattants étrangers . LES RÉ PUB LIe .A 1 N S DU ' s'u~ssent pour la défense de leurs droits SOLIDAIRES DE ~e MANTEL, S€créta~~rgCharles 15 janvier 2010 à 09:18 (UTC):e~u~;E.V.R.E. (0 ND A M N E N T lES ' MEN É E S RA (lS TES le de.uxième Congrès national de l'U. G. E. V. R. E. (Union Fédé· raie des Groupem'2nts des Anciens Engagés Vokmtaires et Résistants d 'originè étrangère) qui s'est tenu à Paris, au Cercle Militaire, les 17, 18 et 19 jui·n, CClflstitue sans aucun doute une étë.pe importante dans la vie de notre fédération . .. Pendant trois jours, près de cinq cents délégués ,venus de tous les départements ,· de France ont suivi attentivement les travaux du Congrès et ont apporté leur point de vue et le,urs suggestions sur l'ac. tivité passée et future de leur organisation. Ils ont pu constater avec satis· fa.ction les progrès réalisés depuis 'la création de l'U. G. E. V. R. E. et fixer l'orientation de la fédéra. tion et! liaison avec la situatio'n actuelle. Le Congrès national a en effet 80uligné que l'action dévelCIfJtJée par l'U. G. E. V. R. E. depuis deux a·ns pOur la défense· des droits des c:ombaUants étrangers et contre la xénophobie, . Iui a attiré des sym. path~es très larges dans tous les . milieux et partic;ulièrement pa.rmi les anciens comtlattants étrangers qui, pour des motifs divers, sont re6tés j.usqu'à présent à l'écart. Tout le long des travaux du Con. grès national est appa,.u comme un trait lumineux le sou{;i dominant: reSSouder l'union pour faire face aux dangers qui menacent la Paix et les conditions d'exist2nce des Anciens Combattants Etrangers. En s'appuyant sur la dootrine. de ·"U. F. A. C., le Congrès a affirmé que Ie$ A. C. Etrangers manq.ue. raioeflt à leur devoir le plus sacré . ·face . à la préparation d'une troi. sième guerre mondiale, à la renais. Ndlce d'une Allemagne agressive, et au danger immenu dont est me- . nacée l'humanité par l'emploi d'engins rnGdernes de de&truction, .'ils ne s'u·nissaient pour combat· tre de toutes leurs forces les enne. mis de la Paix. . Car si la guerre rôde, si certains, . pour' défendre leurs privilèges, la !,!ouh.aient et ;Ia préparent, cela ne signifie pas qu'elle doive fatale' ment éclater. Il y a des dangers de guerre, c'est vrai, ma,is il est aussi ",rai qu'ils peuvet!t être éca~s. .... . O'ellt pourquoi le Congrès natio ·nal de l'U. G. E. V. R. E. a affirmé à l'unanimité que l'~ Ancie·ns Combattants Etrangers, a~ l'U. F. A. C. dresseront la force im· mense de tous ceux qui veulent la Paix, face à ceux qUi préparent la guerre. Avec tous les anciens 'combattants, ils peuvent et doivent sauNegarder la Paix.

  • Tant dans le rapport au Congrès

que dans les interventions, diverses injustices à l'encontre des anciens combattan.ts ont été signalées et il fut rappelé à ceux qui essayent de le faire oublier que les combat· tants et résistan·ts étrangers se sont battus aux côtés de leurs frères français, sor les divers fronts, dans les rangs de l'armée et de la Résistance, pour le respect de la personne humaine, sa,"s distinction de naC8, d'origine et de religion. Le Congrès national, à l'unanimi. té, s 'est élevé contre les mesures de rigueur, les expulsions et les condamnations qui frappent pl'usieurs immigrés honnêtes et loyaux anc~ens combattants, contre la reStriction de leurs droits acquis après la libération, aJnsi que .oontre les atteintes à la liberté d'association. Dans le domaine de la défense des droits des anciens combattants étrangers, le Congrès national a élaboré une ooaorte revendicative, afin de permettre de poser le problème sur la situation créée aux anciens combattants étrangers. Il a considéré comme dl! son devoir de faire connaitre aux Pouvoirs Pu. blics les doléances légitimes de tCH.Is les Engagés Volontaires, Résis· tants, Prisonniers de guerre, veu· ves, orphelins et mettre tout en oeuv.re po.ur que soient aCCOrdées aux étrangers victimes de la guerre, des conditions de vie dignes du 'sacrifice qu'ils ont aCCGmpli . . Enfin, le Congrès national a fait un pas en avant dans la voie de l'unification de tous les anciens combattants étrangers. , L'.unification au sein des asso· ciations garibaldienJte, roumaine, etc. ; les pourparlers engagés avec plusieurs associations en vue de la création d'une interfédéraotion, ce sont là des signes encourageants qui préparent ,'unification complè. te Il'u sein d'un\! ~eule association de tous I.es anciens combattants ·étrangers. . . Jeudi, 16 JUIll, 21 heures. .Une animation inaccoutumée règne dans les ruelles du coquet cc Village SlIisse " . Des groupes se dirigent vers le café Saül, où doit se tenir une réunion de protestation contre le scandaleux verdict rendu dans l'affaire Mantel: 15 jours de prison, 46.000 fr. de pénalisation à une survivante d'Auschwitz insultée par une antisémite. Le café est trop petit pour contenir tant de monde, et une bonne partie des spectateurs a dfi se masser à l'extérieur. Dans :l'assistance, des commerçants du « Village Suisse )) et d'autres quartiers, des ouyriers de chez Citroën, 'des personnalités 9u 15', trois tirailleurs marocains, des jeunes. Au prresidium : Mme Mantel, M' Létrange, du Conseil communal des Combattants de la liberté du ~5 .. MM. P'alant Potier, Schafi.er, Kotsky, le' docteur Jayna, du M.R.A.P., conseiller communal du 15', ·Loiseau, Damorigal, vice-président du Conseil communal du 15', administrateurs de l'U.N.1. (Union N ation.ale des 1 ntellectuels), Fety, de la section Grenelle de France-U.R.S.S. M' Létrange, après s'être fait l'interprète des sentiments antiracistes de la population laborieuse du 15" donne lecïure d'un message du Rabbin Schilli, de la Synagogue Chasseloup-Laubat, retenu à Strasbourg, et qui s'aSsocie avec vigueur à la protestation populaire . M' Létrange communiquera également le texte de la lettre que le Pasteur Francis Bosc, du Foyer Evangélique de Grenelle, a envoyé aux Combattants de la Liberté d\,! 15e : « Le. Co~seil communal a raison «Les millions d'âmes et de d'être vigilant. Les pires atrocité~ . corps brûlés dans les camps ne commencent par les ir.1ures et nous sont·ils pas un prix suffisam. sacons, ddns ce quartier, comment . ment cher pour que I~s J~ifs cela se termine: dans un quelcon- aient le droit de vivr~. . en que. Vélodrome d' Hiver où l'on ar- paix?» rache les enfanis à leurs mères pour M. Palant, déporté politiles envoyer, . les uns et les atIires, à la mort. que de Buchenwald, membre' du Il Je voudrais que nos amis is- secrétariat du M.R.A.P. exraélites aient la certitude ce soir prime!'a confianoe dans le peuque désormais, toutes les fois que pIe 'de France, qui, à maintes l' odreux antisémitisme voudra re- reprises au cours de 1 'histoire prendre vie, ils auront à leurs c8tés a manifesté clairement sa voen Fr(lll(;e et dans ce quartier des lonté de lutte contre le fascisme,. hommes, incroyants ou croyarrts, porteur de persécutions raciales. qui sauront dire aVec force: « Nous « On ne peut désespérer de la ne permettrons plus cela! » . France, de ce pays où l' on ~ M. Loiseau, secrétaire de la siste à un tel reg.roupement des Section du Parti Communiste dl.! forces démocratiques. Lutter 15', dénonçant l'activité nette- contre le racisme, c'est contrlment raciste de ceux qui « veu- buer à la sauvegarde de la ~é- ~nt un pouvoir fort ", citera le publique.» . cas d'un nommé Chaperon, M. Palant conclut, fortement agent technique aux usines Ci- applaudi : troën, ancien membre de la Cagoule, qui occupa l 'appartement. «Une peuple qui a vu Sortir d'un Israélite au temps des AI- de ses rangs les F.F.I., les lemands et qui, malgré le juge- F.T.P. , ne sera jamais un peument le condamnant à' restitu- pie de L.V.F. » ' .. tion, se refuse à évacuer le 10- M. Potier, président du Co .... gement indûment occupé. seil communal des Combattants . « On ne f·ait rien rontre lui; de la Liberté du 15', va, pencependant la loi est formelle: il dant une heure, démontrer . que est dans son tort. De quelles l'affaire Mantel, d'apparence si' protectj.ons jouit.iI, pOll1' qu'il minime, constitue un symptÔme puisse ainsi }a braver? » inquiétant de l'aggravation de Et' M'. Loiseau ajoute : la situation :en France et· dans le monde: « Je ne fais pas de p~ « Chaperon a été arrêté le Jitique, je ne suis ni de dr6i1te, 2 juin, lors de la découverte du . . complot ~.P.F. de la Pentecôte; nt de gauche; maIs lorsque je il a été incarcéré avec Jack ~a- vois des cas, tels que . celui de Mme Mantel, j'en arrive à me teau, conseiller municipal R ,P. . poser des questions. Poürquoi se F.; ainsi, on voit de quel côté trouve-t.il des gens qui ' repreo" - se retrouvent tous ceux qui ont nent les injures nazies? Parce profité de l'oecupatiori hitlérién. qu'ils ne peuvent qu'être en.:oo. ne. » ragés lorsqu'ils voient leurs anM. Schafier, qUI apporte le Iciens « amis» rellâchés. Ilt pout • salut de la Fédération Natio- quoi relâche-t·on les criminefs ~---~-Charles--~---___________ ~ __________ ~ _ ~n~e d9 D~ort~ ct In~rnb de g~ue? Tont ~m~eme~ de la Résistance, démontre: parc'e qu'on ·en a besoin:. '» · .. ~· EPHARDlIS .... ' 16 juillet .. , (': Et puisque nous avons évoqué la rue de. la Roquette: deux pas p.lus loin, rue Popincourt et rue .': Sedaine, nous ' avons vu des Séphardis - et des . Eskenazis. '. ·. C'était un dimanche, au « Boo- .' , . . phore. ». La plupart, marchands forains, revenaient du ·travail et dégustaient un raki (1) accompagné d'un mézé (2)." Couleur locale, atmosphère de détente. . .. Mais, toùt à coup, dans la dil;cussion, . Albouair a parlé du réveil antisémite, en nous apportant le témoignage que de nom· breux Séphardis n 'étaient pa; oublieux au point d'ignorer comment peuvent finir les insultes. N'ont-ils pas compris la nécessité de l'union, en participant, tout comme les lerli (3), aux assises du M.R .A.P. ? L'oubli serait une grande faute POUT tous ceux 'lui ont été Droit et Libe'rtë, • ,,. ........ '._ •• MflIH .... IIA/f .... ' Rédaction et admirustratlon 14, Rue de Paradis, 14 Paris X' Téléphone :PROvence 1lG-47 90·48 C.C.P. Par18 007~98 Tarit d'abonnement : ' 3 mois ,....... 150 frs 6 mois •• _ , ••• , 30Q frs 1 an ""...... 600 frs Etranger -: Tarit double. Pour tOUt changement a'adresse pii~re de Joindre' la dernière band~ et la somme de 20 francs. Le gérant: Ch. OVEZAREK ~h!J. Coetrale du ~11!8&Dt, ~ 19. ~ ,dU Crolaaant. Parla. (Suite de 'la page 1) un' mois, le journal « ABC» trai· tait Israël cl' c Etattipprenti déPortés. Ce n'e!.t pas pour appe- vUf.du pour 30 deniers lt parce ' ter la pitié 'lue nous TtmÎwns .·que sa délégaHon à l'O.N.U. . 1I0S sQuvemrs 1 avait voté ' contre la reprise des Pas unefaffiille eneffét qui 'relatiOns diplomatiques ' avec le n'ait été touchée par la guérre, et" :"didateur espagnol': 'La « solliciquj ne ' porte comme ' une 'blessure '" tude 'de Franco cnvers les perséla traoe de ' èé i6 juillet 42 . que cutés 'de toute otigine J).p Mirannous êomiTIéIDorerons dans quel- ' da et lèS autres 'camps répondent . qtreS . joUrs: . . à ce monumental mensonge. De ·Constantinople .• , . • .. à Colombes t " • Depuis un moment, un jeune Joyeuse ou grave, la conversa- brûlait de parler, mais les vététion à bâtons rompus touche à rans ne lui laissaient pas placer toutes sortes de questions: diffi- un mot. cuItés quotidiénnes, crise paraly- _ Dimanche, 0"11 stade . .. sant les affaires, problèmes politiques... Piqué au vif par la On lui permit enfin de raconmention que je fais d 'un arti'- ter son match de football. c1e du « Monde l selon lequel - l'y étais, à Colombes. Ils Franco inviterait les Juifs à re- ont joué l' hymne à Franco. Des gagner l 'Espagne, un vieux Tmc ty pe's venus d 'Espagne 01lt salué égrène ses wuvenirs : à la franljuiste. Mais on a protes. _ A Comtantitlople, e11 J920, ' . té. Dans utze tribull~, un drapcal-l . Alphonse X III nous avait en- réPublicain . .. voyé un croiseur, le « Jaime rr _, - C'est 'luand même llonteux, pour nous « Tapatrier J). . . qu'on ait orgmtisé un tel match. - Et l'Inljuisition ! . Comme tout est lié ! M'. Jules - .. . c' est pourljuoi le hakam ~imet~ président de la Fédération. (4) Bejirallo avait refusé. de footba],J, qui, ct: jOU!r.la, féli· La République Espagnole, citait ~ le général MoscardQ, hé- . aUSSI, leur avait ouvert ses poi- ros de l ' Alcazaf lt, est un ancien tes, mais sa trop brève existence liquidateur de biens juifs ! . ne ·Ioo·r avait pas permis d ' aller'" - Mon petit," il ' faut savoir ' vivre Sous' ses lois justes: que tous ces gens-là 'espèrent leur - 1.1 y . (:11 ' a' :;.ui So"lIt partis, r.eVt11fche. Franc6 . est tivec eux pourlallt, combattre avec les vo-··· pOE.ce ·lju 'tls . veulent corrtinut'r Zimtaire-s' des' l?ri,f!,ades. . "Ritler ... Mais Franco, . . . Et Hztle; 1fous·a appris. ce 'lue ' . .' . 'fl 1I01lS coule. - ' Au' hume moment, des ma~ , . . nilestatio11s p71alallgistes ' avaient' ., -..,., lieu 'à 'Madfid 'aux cris de« Mott ·· U) Anlsette. " . aux " uifs j _ et « A /Jas la (2) Plat composé d'olives, de con- . combres, d'anchOIS, etc ... France 1 D. (3) Juil de Pologne. D'un mot Sans compter que les lIl)\ues ~tar« le,r » qui signifi~ « Uk.raicontre Israël ne manquent pas ~~:~n:Zï. d o~ :Par extenslOn : JUlf dans la presse d~ Madrid. Il y a: (4) Ràbbin. « Que les anciens déportés ne' Vivement 'et 10ngu.eliléI'lt aplaisseront pas périr l'esprit de la plaudi, l'orateur ·terminera:· ce ~ésistance », et dénonce vigou- qu'on peut appeler un « réquisireusemeni: les tentatives pour re-' ·toire contre l'antisémitisme '" en lanoer les slogans antisémites. lançant \fn "'vibranf " appel à' ]'u « ~ux honnêtes "gens qui Fen- nion et à l'action: " Qui lutte sent et réfléchissent l, il adresse pour la paix, 'lutte contre le racette question : cisme! " . 1 l , ... " , ,1 , , ••.• ",:: , QUI .A DIT QU~ .LESJUIFS N'AIMENT PAS LES CHIENS "" "'! ?, , • ~j ' -.l 'AI cru, dans le ptécédent , grès · des . Partisans de' la . .J.a1~ . numéro! . dev~ir vous ra~- amena à Paris et que J'eùs le porter un echantilJon de la bê- plaisir de rencontrer à la 'M~~ tise. des slogans anti~tA:s et son de la Penséi! Frangâise, 1'3C1stes. Vous en SOuVlent-1I ? . Wladimir .1,'. Dimitroff. Up. bon Il s'agissait d'un monsieur vis~e .clair,. \ln peu triste. ' , qui, devant moi, avait trouvé Et voilà l'histoire . ,.. '.' que les Juifs n'aimaient pas les L' .:' ; ~ .,.: . animaux et quo le disa't e chIen ~'Vatt ete renvel1iê convict~o~. 1 1 avec par ~ne VOlt~r~. Il avait' 'SUl' 011 m'excusera si j'y reviens, mais c'est qu'il m'a été donné, . ce matin même, d'assister à une scène que je veux, simple. ment, décrire parce qu'elle démolit péremptOirement les alléga: tions du voyageur ventripotent et prouve que la stupidité devrait avoir des bornes ... celles de la décence. l'arcade sourcdhere une ,large entaille ·peu profonde. Et. Je mollSjj~ur . ~ son moIicboÏi' blanc lavait" la plaie. '.', Comme je restais là, à regar~ der, le monsieur se releva assez péniblemcllt. · , '" - Mon chien, c'est tout ce qui me reste... tout ce que les A;:ema,nds m'ont laissé. Il avait parIé d'ulle voix énrouée. Son Je passais, par ha:;ard, au accent me l'avai·t révélé. pied de la Tour Eiffel, pres de la E.~'le. A cet endroit, un em- pa-s ?.Vo~s. .. êtes jUif,. ~'~~kle barcadère . dallé fut, jadis, construit. Large plate-fonne Alors, en confiance, il 'se radont les trois ou qua~ ma.r- conta.· Sa femme ? .. . Morte · en ches descendent en pente dou- déPQrtatipl1. Sa fille?... Môrte ce et viennent ·mourir dans Je en déport~tion. Son fils ? .. :· F'u. clapotement de l'eau grise. Ici, siUê par ICli nazis. Son . petit-fils a.ux jours" chauds des été pari- (sept ans) ?.: Mort en dépOI'ta-Siens, b~en des jeunes viennent tion. Toute sa famille, onclu, se rôtir au soleil et transfor- tantes, neveux, beaux-p8p!n.ts, m~t ce c~n en plage médfter- gendre... morts. Seize pets'onnell ~ncem~, a bon cOlDpte. . prochC!i ail' total. Ses ~auvres Aujourd'hui que le soleil a ~eubles, ses hardes, ses biens, dé,serté la 'capitale, seule la gri._ dlsper .. é~ p~éS, VOlé_s. ' . ~ I!aille hante ces lieux avec Ce qUI lUI reste a lUI, eUe quel,!ues rares promeneu'rs ma- h~ain moins conSidéré :q~e du tineux et solitaires. . ~. bé.~i" ce qui lui reste à ~arl la Un mon~ieur âgé est penchê mlsere .et ~ ~ouJe,ur : un ch~en. · . sur l'eau. Un animal est à ses ' Un .chlcn qUi. ' vecut av6.c' . &eS c!,tés. Une sorte de iJ3lard qui enfants et qU:I~ a ret~ou,ve .çhez tIent du ' Groëndal et .du fox- de br!,ves V01SlnS qUI 1 aVale~t ·tarder, sans queue ... enfin, quel- ,adopte., .. que chose de pas très jOli ; une Deux .grosses. larmes couleo& imitation de ('bien . sur les Joues pales. . .' « Les 'Juifs n'aiment pas les LUI, me faIt songer, avec sa animaux!» avait dit le monlongue ba.rhe blancne, au ' célè- sieur de l'autobus bre pe~tre buJ~are que le Con- . DOUCE. , " ~ ~ -~'. J .... Juillet J949. - N- .J t. (99. -----....,--------- DROIT ET L1.BEltTE 3 LE . COMMISSARIAT SANGLANT QUELQUES jours avant ~ le 18 juin, M. François Quilici, un des plus vieux porte-plume du général de Gaulle, écrivait sur cinq colpnnes à la première page de « La Bataille Il : LIBEREZ PETAIN Aussitôt, dans cette cc Action Française Il à peine camouflée qui a nom (( Aspects de la France », Pierre Boutang tirait les conclusions logiques de l'appel en faveur du tra1tre nO 1 : (( ... 11 faut que toutes les forces réelles qui conduisent M. Quilici à demander ,la libération du maréchal, se rassembLent et posent des conditions précises à la liquidation de la IV' Républi. que ~. Et notamment : - (( L'amnistie pacificatrice. » - (( La révision et la réparati() n dans les cas comme celui de Charles Maurras, de Xavier Vallat et de quelques ' autres na· tiona}1·stes sans reproche. » La vigilance du peuple de Paris a mis en échec, le 18 juin, les plans de (( liquidation de la République ». Mais l'oeuvre de cc révision» et de (( réparation» chère IL Boutang a pu paraitre suffisamment avancée et grave à M. Boissarie pour qu'à son limogeage il réponde' par une démission. ' Dans sa lettl1e à M. Lecourt, l'ex-procureur général évoque Du côté français : Bousquet, Secrétaire d'Etat à la PoUce; • Darquier de Pellepoix, Commissaire aux Questions Juives. Ils ne tardèrent pas à se mettre d'accord. Dannecker est accablant

« ." Dr Knochen aborde la question de la déportation des Juifs. Bousquet déclare que, lors du récent Conseil des ministres, le Maréchal Pétain, Chef de l'Etat, ainsi que le Président Laval, (}Ot souscrit à la dépor. tation, poUr commencer, de tous les Juifs apatrides des zones oCa cupée et non occupée. » Le principe admis, on passe aux modalités d'application : « Les Français devront procéder à la création d'une com· misston composée d'un repré. sentant du Commissariat aux Questions Juives et de délégués ou Secrétaire d'Etat à la Police, de la Préfectulle de Police de . Paris et du Ministère du ~avitaiUement. » y aurait-il une difficulté en zone sud? « Bousquet propose de procéder d'abord à un nouveau recensement des Juifs. A cela le soussigné lui fait valoir la . né· cessité d'agir immédiatement , et propose de déterminer d'abord . le nombre" des Juifs internés dans les camps de concentration par Pierre PARRI me époque et rédigé par Mahnke sur papier à en-tête du Militaerbefehlshaber ~n Frankreich, on peut lire en effet : « Le S. S. Sturmbahnführer Liskchka indique que, en ce qui concerne la question juive en France, te but consiste à assurer la solution du problème juif en Europe suivant les directives mises en pratique dans le ~eich . » Voilà le principe général, fondé sur l'expérience de la . «Zentrales ludenamt» allemande. emplois, des professions »; 2. (( De fixer, en tenant compte des besoins de l'économie nationale (sic), la date de liquidation des biens juifs, et de désigner des adminis. trateurs séquestres »; 3. La propagande? Presse et radio de Vichy s'en chargent depuis plusieurs mois; 4. Quant à l'institut d' (( études juiveS ), il sera créé le W novembre 1941. LE SOIN DE RECLER LA SUITE Mais si Dannecker se nom- ' mait lui-même Commissaire aux Questions Juives en France, l'entr~prise serait vouée, dès le départ, à un échec. Aussi Dan- Et voyez la ruse , necker et Abetz vont-ils recou- des nazis ! Comme ilsrir aux services de leurs domes- savent qu'il leur est · tiques. impossible d'envoyer - « Un Service Juif spécial pré. du jour au lendemain curseur de l'Office Central Juif , 100.000 hommes à la a déjà été mis sur pied à la Pré. mort, ils vont procéfecture de Police de Pari·s. Il der par étapes. Et convient de laisser aux Français c'est d'abord à Xa( entende'z: Vichy) LE SOIN DE vier Va!1at - nommé Commis- Commissariat aux Questions ~EGLE~ I.A SUITE, AFIN saire . . Ie 29 mars, il a reçu les Juives dans la recherche des in. D'EVITE~ DANS CE DO. consignes d'Abetz. le 4 avril 41 fractions à la loi du 2 juin 1941, MAINE LA ~EACTION DU - qu'ils confient « le soin de en complétant ou confirmant tes PEUPLE F~ANÇAISCON. régler la suite ». éléments d'information que pos- T~E TOUT CE QUI VIENT ~uite bi,en réglée, s'il en fut, sède ledit Commissariat ». DES ALLEMANDS» (idem). pUIsque mesures et lois racistes Sous l'égide de Petain, les D G ( [L. b .; llfllt& LA NortNA- ' se succèdent, sous son règne, nazis organisent che'Z nous l'an .. ro u i • er)~' l/' ,'&.2~ gMf'&oa~ VICHY OBEIT selon un crescendo savant. tisémitisme d'Etat. i , \:, ft./ l \.; IVEAU CDM!!~ AU DOICT ET A L'OEI,L Voici, le 19 mai 1941, une loi LA REACTION é(:it~ par, l'Unlon. dos Juifs pour .la Msl~tAnce e" I,AU~XQ.IIE STIO~N S Le 31 J'anvier .1941, la S. S. ' qpuoiu rl u«i pdroonvnoeq ' utoeur tàe cl'oémgaprédt endcees DU PEUPLE FRANÇAIS ~o} _ :'.. _ _l_'Z_n_tr'_al d._e _. _ _ _ ' _ _ _ ~ J.:AR~ 1944' _ il ot L'l.en trlàsuérx; :CltO1mSmC1e ~ etât chleas Gsueisvtaanpote. s aàs scieg nqauiee nLt islkeas Juifs les mesures de police corn· Mais la « réaction du peuple ~-------------------------"----------f---"-:-"----- ltlcns de fr.lII! ne. m.andées par. l'int. érêtnational». français contre' tout ce qui vient UPREgIEP. PROCJjjS P'ALjlER. ~ ILES JUIfS ilE • 1" j;--- appelle (( l'Office Central Juif lI: Le premier pfqcès d'Alger vle~t IFRANCE NE ;;:; Ile "ileu15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)i. Voici, le 22 juin, le nouveau des Allemands» est déjà si forte de sc tenl1n6r. Le Tribunal m111- ILAISSERmiT PAS Icolond P~.t:r de ' « l. Etude de toutes les ques- Statut des Juifs, que Tristan et si agissante que le 23 octobre t',1re avait à JUge'l' un cert.ln noo- IMASSACRER 1 ·IC1 .. e ~'~-volr été tions de poUce ~ntéressant les Bernard, gar.dant toute sa ver- 1941 -~ ne vous en souviAnt~I'1 bre 11_ 1' ....... _--", . . • ... _......... • _ ... ~..... I!El'qOlutrv :-dlo~'r l, 'j~!r"-bQ- JU'If S ( recensement de s JU'If s , ve ~u mili'eu des pires épreuves, pas, Messieurs les Indulg." ents t'étouffement de ' (( certaines en zone non CharlesurnCharles;~i~~i~' état-civil des Juifs, surveillance illustre de cette formule: «Drôle qui demandez aujOlird'bui des affaires de poids ' 11 ... Qui s'en occupée. Ces !Je vault· ·le crot. des Juifs); , d'époque, on bloque les comp- arbres et du gazon - Le généétonnerait, ' lorsque l'aéropage Juifs rtépon. :~~;~Z~:J~~;:~;~u « 2. Service de contrôle éco. tes, et on compte les Bloch 1» raI de Gaulle proclame à la raprésidé par M. Noguères achè- dent, sans au- Ison O~"VN nJess- nomique (éliminer les Juifs -de la Ah 1 il s'y entend, Vallat, à dio de Londres: . ve ses travaux .enacquittant cet cun doute, 'en t;~/r~~tCharleshî~:' vie économique; contribuer au (( aompter les Bloch :.. Non «Jusqu'à ce que la justice autre nationaliste sans l'erro- majeure par. ! ti"on. l~s . plu; : transfert des entreprises juives content de légaliser le vol en Ill- nationale ait pu s'abattre sur he Rc »: ·1-:.llC BO tisgu" e t 1. . ti'"" t a-ux prm. • .l lpsl"uus& rCcOnlu\~ps~ bla't~ al~e" s aux Aryec:.n s);• ' d d c h an t par t ou t ses comm.iss.air es Vichy , tout ""'"" quO1 es"t d e VI'C h y C'est donc à. {'heure où la '" cipes retenus 1 Le~tre do t . «3. t'ervace e propagan e, gé'rants, ' il presèrii: le recense- n'a droit qu'au mépris public, question se po~d"u'ne veritable pour. la dépôr. Il ~: :~~;o! (propa~ande anti-juive parmi les ment des JlJifs', première borne à commencer, bien entendu par revanche de 'Yiçhy. qu'on nous tation. » oreH'dcn,. Frao.çals); . ' sur la route d'Auschwitz. Et le le . principal responsable: d~' dO. annonce le prpcès dl} Comrn\s- . . Finatemen~ 1 ".~~b~~q~~: «4. Institut d'études juives.:. 21 aotlt. 19.41, dans le IX' arron- s~stre militaire, del'armistico sadat aux Qur~t.ions Juiv~.~. Bousquet ac- I( ~'·.I.uror" dll Le" 2(j' m'ars 1941, Pétairi "et dis~ment, une ïrèffiière rafle ' deshonorant et dl!- niàlhèurdo Une {( personne morale Il.:. Es- oépte - Is.~!~!15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)~~ Laval promulguent une (( loi ' Il soudaine préfigure le 16 'juillet ' l~. France, le Père·la.Défaite do .pé~ons. qu'on .r.te fera .pas aux «une ins· " portant création d'un (( Commis- 1942. , , Vichy. • "... ' victimes te. c.ouP du (( procès Il p~ti0l!. préalàble !lu : cbeptel-iuj.f sil-rÎaf Général aux Questions 6èi'eridant, Il" Vichy, Pucheu, . . .'~el. était· bien, en 'éffet, le send'lllter. France, av~ quelques (Judenmaterial) par un detégué ' Juives '»,qùi a pour rÔle: le synarque assassin de Péri"et' hl}le~t de ces li~roiÇJùes' mineur! comparses et un dossier li peu allemand ». 1. De préparer et de proposer de B~rstyn, prête !pain forte. Il du ~ord e~ du Pas-de-Cal.ais qui près vide. Familles qui pleurez un être au Chef de l'Etat « toutes me· n'a flen à refuser à son com- aval~nt fait grève en mal 1941, Bien q~e les archives pari- cher, vous savez trop quelle fut sures législatives relatives À père et le 10 octobre 1941 c'est et des patriotes, de plus en plus siennes du , Commissariat aient la conséquence immédiate de l'état des Juifs, à leur capacité la c;éation d'une police spéciale nombreux, qui ~ejoign:\ient le. été brûlées (ce qu'il a pu avoir cette soumission du Commissaire politique, à leur aptitude juridi- des questions juives chargée de rangs de la RéSistance. chaud, alors, Antignac, dernier et du Secrétaire d'Etat envers que à exercer des fonctions, des «collaborer activement avec le (A suivre.) oomm~s~re du nom!) peu de ksh~~r~ns: k16j~lkt1"2,15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)15 janvier 2010 à 09:18 (UTC)Charles . . les rafles monstres à travers la jours avant l'insurrectIOn natto- France, l',cntassement au Vél' nale, les faits. demeurent, les d'Hiv' de 12.000 êtres humains preuves du crime ne peuvent être effacées. Pour citer des do- pro~is aux chambres ~l gaz ! cuments, nous n'avons 'que l'em- Bien sûr, chaque collabo .avait barras du choix. ses Juifs, et pour sa part Bousquet s'en est trouvé quelques- .. 16 JUILLET 1942 : LE SECRETAIRE D'ETAT ET LE COMMISSAIRE: Il y . a tout juste sept ans, ~ 4 juillet 19402, une , conférence secrète . réunissait , cinq personnages à Paris. Comme à l'habitude, Dannecker en adresse aux autorités de Berlin un compte nendu hideusement administrauns. Mais que dire du haut policier vichyssois, parfaItement 'au courant des objectifs nazis, qui se met à jouer la comédie de l'ignorance devant ses juges? Pour un peu, on aurait cru, " à l'entendre, l'autre jour, qu'il était convail\l;u que Hitler rassemblait les Juifs pour les envoyer en colonies de vacances ! En attendant, demain vous tif (1) : pouvez rencontrer Bousquet sur « Objet Déportation Juifs de France. I. Note: des les boulevards. Quant à Darquier de Pellepoix, il coule des jours paisibles à Madrid sous la protection de la Phalang-e. a) Le 14 juillet 1942, une conféren. ce a eu lieu avenue Foch à laqueUe assistaient : S S. Standartenfuehrer Dr. Knc)chen; S. S. Hauptsturmführer Oan· necker; S. S. 0 ber sturmfuehrer Schmidt; (1) Document 15 (H. F. 1225) en date du 6 juillet 1942. prodUIt par la France au procèil de Nuremberg. LE PLAN HITLERIEN C'est un conse.il de guerre entièr;ement allemand, celui-lit, qui, le 31 janvier 1941, à Paris, avait jeté les bases du Commissariat aux Questions Juives. Un chef de la Gestapo y avait exposé sans 11mbigüité la politique présidant à la mise en route d'une telle institution. Dan~ un rapport daté de la mêr- l~S (OSMOP01U'f~S 1 L-DIE ILAVRAHOSON~ A plusieurs reprises, nous avons riposté comme il convenait, dans le~ colonnes de Droit et Liberté, awc agressions concertées auxquelles se livrent, contre l'amitié franco-soviétique et judéo~~viét i que, de~ hom- , mes, ' des groupes et des journaux dont les campagnes profitent, en définitiye, au camp de la nOLlVelte guerre capital iste contre les forces socialistes dans le monde. On sait que M. Joseph Fisher et. sa Terre retrouvée, M. Bernard Lecache et son Droit de vivre, M. Georges Altman et Franc-Tireur, La Bataille, du fasciste François Qui lici, le trotskiste Serge Karsky dans Le Monde, Parolés françaises. de l'hitlérien André Mutter et toute la presse d'inspi Fation anticommuniste unie. sur ce point co~ en d'autres Çccasiorl5, da.ns un même front de la cao' lomonie et de la haine, ont voulu accréditer l'idée que l'antisémitisme subsistait ou renaissait dans la patrie de Staline et de Lazare Kaga.novitch. Oni compre."ld que si c'était vrai, même dans 1.. proportio.n de trois Juifs brimés en U.R,S.S. contre des millions à travers le reste" du monde par Roger MA.RIA hostile à ·1'U .R.s,S., OOs Baziles auraient quand méme bien mérité de l'état-major de Fontainebleau, du Dr. Schacht et de Xavier Vallat, car tous les moye.'1S sont bo.'1s pour habituer les esprits à considérer que, après to~t, l'U .R.S.s., présentant les mêmes caractéristiques que l'Allemagne totalitaire, il est normal de Iu.i infliger le même sort : la guerre et, au moins pour le présent, la préparation de la lutte armée, telle que l'annonce la coalition militaire Co.l1- nue sous le nom de Pacte atlantique. Il fallait un prétexte : on l'a trouvé dans cette campagne entreprise dans les milieux intellectuels de l'U .R.S.S. Contre ce que l'o.., appelle le cosmopolitisme. Comme il apparaît qu'un certain nombre de pUblicistes d'origine juive sont pris à partie dans les journaux et revues soviétiques, le tour est joué: on identifie. à New-York et à Paris, le cosmopolitisme avec "interl\ i\tio nl 1 iS4ne , ces deliX notio.ns avec 'a douzaine de Juifs attaqués dans les polémiques de pTesse. ces quelques Juifs avec tous les Juifs d'U.Il. S.S .• et ces derniers avec tout le j~ daïsme, et la boucle est bouclée,

  • .

.1.* * La fa:lsificatio.'1 est énorme et perf ide, mais elle peut impressionnel' des gens mai' i,'1foll1'\és des véritable .. questions ainsi soulevées et c'est AI cette tâche de simple rétablissement des faits que je voudra is contribuer aujourd'hui. QU'EST-CE QUE LE COSMOPOLITISME P En bref, ce que l'on 3fJipelle le cosmopolitisme est une cQnceptio.'l pol itico- historique en opposÎtion complète avec l'internationalisme. L'i.'1terna-tionalisme, comme le mot l'indique . cla irement, suppose l'existenCe de natÎons, de patries, maîtresses de leur destinée, qui s'associent volontairement en tenant compte de leurs structures apparentées. Tant unifié et pacifié par le socialisme, que le monde n'est pas tout entier l'internationalisme ne saurait désl ... . gner que la solidarité qui entraîne (SUite en page 7) ,/ 4 DROIT ET LlBERTE .1." juillet 1949. - N" 31 (99) D'UNE SEMAINE A L'AUTRE . •• , ÉTATS-UNIS'" '::.' UNE BLANCHE, Paula Greenberg, s'est mariée ,!\'ec le fils du chanteur noir Paul Robeso}l. Il n'en a pas fallu davantage pour qu'un groupe d'adeptes de la " white suprema~y u se livre à une manifestdtion hostile à l'issue de la cérémonie de mariage. " Une t"lie uniOll Il 'aurait étonné perso/me en U.R.S.S. ", a pr~isé Paul Robeson devant les journalistes pl ésrnts. UNE NOIRE, Ada Fisher, ;). été admise à l'Université de l'Oklahoma en ,,~rtu d'une décision de la Cour Suprême de cet Etat. En attendant la création d'une « université pour Nègres Il et pour .éviter un « pr~élent fâcheux ", le recteur a prié la nouvelle étudiante de vivre ses premiers Nurs derrière une grille (rideau de fer) et de prendre ses repas avec les domestiques de même couleur. LE JOURNAL de M. Joseph Fisher lui-même signale que les organisntions antisémites des Etats-Unis vont se réunir en Conférence d'unification. PARCE QU'IL A SU donner I( tOut leur sens alltÎrouge " aux 100 millions de dIollars prêtés à IsraiJ, le financier Henry M orgClzthau jr a été salué, au cours du IZe banquet anndel du « Massa- • chussets Committee of Catholics, Protestants and Jews ". comme « le symbo.'e vivant de j.'identité du Juit et de l 'Américain qui porie le mCssage de bonlle 'lfolol1té à l'échelle mondiale ll. CANAD'A . A LA STATION CLIMATIQUE de Lake Huroll, un arrêté interdit la vente de tout terrain a.ux Juifs et aux Nègres. La Cour d 'Appel de Toronto a maintenu le principe d'un tel c1in1.'.t. ALLEMAGNE OCCIDENTALE « NOUS NE POURRIONS IIOUS opposer à son retour comme ministre des Finallces, s'il était é7Jenluellemel1t appelé au futur gouvCrllemellt u, a déclaré le général Hays, gouverneur militaire adjoint en zone américaine. en parlant de Schacht. SCHACHT. von Ostau., le maréchal Speerle, 1* généraux Dit/mar, VOII Arnim, vou }'fmlteuffel, von Simmer, Remer, l'exgauleiter Krebs, le prince vOn Loewellstein et d'autres anciens collaborateurs de Hitler ont lancé de Godesberg un « Appel au peuPIc IJl[et~alld » pour réclamer « la /in du régime des partis u et le ft rétablissement de l'Allemagne · tians ses frOnti ères historiques ». 10 ANS DE PRISON nom l 'assasioat dl; zoo Juifs au . cours de l'occup~tion allemande de la Pologne

tel est le verd,ict prononcé

par le « Tribuna1 de dénazification u de Lud·u,igsbure (zone américaine) à l':gald de Théodor Vogt, a.ncien chef de district hitlérien. ARGENTINE .' « LE GENER~L PERON a liquidé l 'a.ntisémitisme en Ar~e11- fine H, vi1'nt de dire à New-York M. S"chl'r Mt/jral, qui a -été nommé président de l' « Organiza~ ion Israelita Argentina u. Autre conséquence de sa nomination : .. 9' % des fuifs d'A r.t:;J'lItine, t/d' V.ersairr_ dit géllrral lors des élcctzons, sout develllls pero.listes. )l ICHI(ouxAMISd'HIHRIOT (rLE SEUL VOEU DE JUSTICE PAR suite de la protestation A POUR ÉCHO LA VIf '» populaire, le curé de l'Eglise Saint-8éverin avait refusé le c€lébl'er une meSSe à la mémoire du t:aitre Philippe Henriot. Il n'en a pas été de même à Notre-Dame, où les autorités épiscopales avaient . cru bOn d'en célébrer une, en donnant ainsi la possibilité aux eollabos, - dont Maurice Bardèche - admirateurs du c: grand Français ), de manifester leur nostalgie du passé. . Cette -lécision a suscité une vive indignation d'ans la pO,pulation du 'Ve arrondissement, comme lans tout Paris. De nombreux républicains et résistants, parmi lesquels on remarquait un grand nombre de catholiques patriotes, ontsigmifié à Bardèche et à ses amis, qu'ils ' ne sont pas prêts à tolérer l'insolence de Vichy qui n'hésIte pas à se servir d'un lieu sacré pour injurier les morts de la Résistance victimes 'de Philippe Henriot. Il Y a trois am:, en juin lW6, une urne de cendres proverHmt des crématoir'.!s d'AllschwilzBirkenau ét.ait enfouie dans la terre du Père-Lachaise, à proximilé de tom~s de grands disparus

Barbusse, "\'aillant-Couturier

et tant d'aulrc.~, fact' àu Mur des Fédérés. Jusqu'au dimanche 26 juin 1949, se\}le une sLèle ra'Ppe]81L que plus de 100.000 dépor1!és rie France, de toutes origines, et de , toiltes opinions, juirs, gaullistes, commumisLes, Français de viei~e soucll.e ou natura\i~és, étran~ers qui avaient pris les armes pour défend~' e leur secon le patrie, éta.ient morts dans les camps sinistres de la HauLeSilésie. Mais dès leur retour le~' s'un'ivants, groupés autour de leur Amicale, s'étaient pl'Omis d'éri. ger un monument qui symbolil'explosion d'un enGin de guerre tue MoxllDIRMANN (De notre correspondant particulier

A. Rachmel.)

C 'EST l'éclatement d'un engin de guerre qui vient de nous enlever un de nos meilleurs camarades de Lunéville : MAX LEDERMANN. Le diosparu, âgé de Mans, execçait la profession de récupérateur en métaux; jeudi dernier, il travaillait conune d'habitude dans son a1elier en oon:wagnie de son fils Samuel el de son gendre Eric Josephberg, IOI'!'qu 'il s'a\'isa de la présence, du ns \lUl las (}e [("l'l'a ille, ,l' u.ne pjèce d·a. pecL inoffensif portant en S()I1, mllieu un morceau de bronze : poUIl' récupérer cette ma- ' 1ière, Max Ledermaon posa le tout sur une enclume et se mit à frapper avec un marteau. Au premier r:oup qu'il donna. une fonnidable explosion se fit entendre et le malheureux, complètement déchiqueté, f'Ut tué net, tandis que son gendre \ltait projeté à plusieurs mètres et grièvement atteint J.l6.T des éClats. Les recherches aussitôt entreprises 100lllS la direction du commissa.il·e Bourlon pe-rmi-!'ent de relrouver, à une assez forle rl.is ta.nce de l'accidenl, la moilié de l'engin explosif et son dispositif de percussion. Il s'a:;(it d'une [uS(-e d'obus spécial de (ah:'icalian amér.icaine. Troisième Force Au cours du dernier dëbat de politique étrangère à la « Koesseth », t.4 .t.4oshe Sharett a retracé les thèses de la le Troisième ForCI!! » qui assignent des limites géographiques à la lispo!ition des forces à travers le monde, et selon quoi 1( la ,ligne fOf'liamentale» du gouvernement le est de ne ja....alS ftOUI identifier avec ft' importe qveI .,Soc Jo. En réponse aux interpellateurs du M. A. P. A. M., qui lui repr-ochaient sa « _BeKe devant la récente pres_ .• ion américaine », il a évoqué «"amitié des Etats-Unis JI. en {( prian.t inst_ent les députés de nè pas pereire le sens des proportions et de ne pas lancer des accusations exagé,ées JI. Le Pacte Atlantique et Israël « Pour Israël, le Pacte Atlan· t ique p(ése."te une signification toute particulière : daos un monde où les al liances de force deviennent de plus e.n plus netres, les petits Etats éprouvent davantage de peine à préserver leur .neutralité... La Norvège a montré la conscience qu 'elle avait de cette difficulté en adhérant au Pacte Atlê.nt ique, w..algré la per- ' suasion suédoise et l'insistance de la Russie. Isrdël ne s'est pa el1tcore trouvé devant une telle situation, mais si le Pacte Atlantique se prolonge dans un Pacte Méditerra"éen, Israël devra faire un choix formel. L'heure venue, il serait souhaitable que t'amélioration qui vient de se produire entTe Lonrn-es et Tel Aviv influe,.,ce Israël de telle sorte (ju'i1 s'engage sans la molndre hésitation à L A mort tragique de Max Led ermnnn a causé une émotion d'autanL plus vive à Lunéville que notre ami était un ho!1nêle travailleur. apprécié de tous, et un mem bre acUf de la Résistance el des organisations démocratiques. Originaire de Rftqomsk (pologne), il passa sa jeunesse à Lodz puis dans djverses villes d'Alleniagne trayaillant dans les mines ou les chantiers · eL militant dans les syn. dlculs. C'est en 19'23 qu'il arriva à Lunéville Olt il devaiL fonder un cen tre oulturel j;Ulf doté d'une tlJ'ès riche b.!t.liotbèque; plusieurs de ceux qui l'onL alors c('mnl\J· rappellent qu'ils lui doivent d'avoir accédé aux meilleures oeuvres. ' En 1940, il se replia avec sa femme el ses six enfants à Clermont olt il ne larda .pas à mener Udle vie clandestine et à pr€ndre contact avec les patriotes. Lorsqu'en 1~ il fu.t de retour à Lunév:llle, ayant repns &On mé IH~I" il consacra beaucoup de son temps à la section de l'U.J.R.E. qu·i! aida de ses conseils et de ses efforls Inlassables. Dimanche, 'plusieurs cen\.nines de ~rsonlles ont sU.ivi ses obs.èques, s a SSO'la,n t à l'hommage qui lui fu L rendu por l'U.I.RE., M. Kurecki, de Nancy, eL le grond rahbin M..orali. coopérer étroitement avec le monde occidental. JI Extrait du Jewish Ch,onicle, organe conservateur de Lnndres. M. Ben Gourion a fondé un Etat socialiste Estimant qu'il suffit que le chet du gouverneme"t appart·ienne au parti socialiste, pour que l'Etat soit socialiste, ~ journal officieux Défense écri t : {( Is .. ël a choisi ,'Etat socialiste, et il a leS raisons pour le faire. Il a au"i raison de vouloir ga,der pour lui la plvpart des bénéfices que le Dans le premier numéro d'une revue mensuelle qUi s 'avère très intéressante : MOYEN-ORIEN'r politiqu~, . économIque, social. von.c; trouverez des études et des articles précis et documentés SUI toutes les questlOrn; t.:(lncernant ce coin du monde: . - Les de~ du coup d'Etat Syrien. - Abdallah a fort à faire. - Une remarq'lUlble enqUête s'Ir la « Confrérie des Frères MtlS1Ùmans :t. - Une mterview de M. Eskanàeri, ancie1l mf'nistre iran. ien. - Une lettre des internés trança-Î:.S en Egypte, Etc., etc. « Moyen-Orient " : 39 bis, rue Molitor, Paris-16e . Abonnement

6 mois : 120 fr.;

1 an : 240 fr. serait la souffJ'ance et la luLle des déportés. Ce fut la maquette de Fra:nçoise Salm.on, e'Je-mênle l'e~'ca'Pée d'Auschwitz, qui fut retenue. Ce COl'PS exangue, surgi de la boue, et cetle têle lourde mais dl'êSsée dans un ('ffort de résistance et un erro,l't de volonté tl'aduiE'ent, mieux que tout groupe allégor i'lue, le triomphe final de l'IlUmain dans les camps. C'est aussi ce qu~exp'f'ime, gravé sur la dalle, ce ver~' magnifique de Paul Eluard : Le seul voeu de justice a pour r écho la vie. Devant une foule innombra ble, M. le ~rofesseur Weiss, président de 1 Amicale d'Auschwilz, M. Laurent Casanova et lie cota- . net Manhès, exprimèrent l'indignation des déportés devant la renaissance d'une Allemagne de l'Oue~t agressive . et non dénazifiée et leur volonl.é de ne pas permettre la réhabilitation des traill'es et de Vichy. Les droits des déportés La veille, le F.N.D.1.R.P. organisait un meeting à ~\l Mulualilé pour la défense des droil.E· reconnus aux victimes de la déportation. Car non seulement les statuts des déoporlés et int,emés introduisent entre victimes de la barbarie nazie des discriminations plu~' Que discutables .:...- distinguant entre déport.és politiqua, et déporlés de la Résistance et accordant a.ux premiers - déportés juifs pour la plupart - infiniment moins. Mais les déCjrets d'application ne t.iennent pas compte des modalités de la loi: -r~' un mol sur .Ie pécule, Je remboursement des perles de biens, la présompliOol1 d'origine sans limitation de temps pour les maladies! « La Joi est la loi, elle doit êl.re appliquée pour {ous )l, démontre dans son intervenlion M. André Leroy, secrétaire de la F.N.D.l. R.P .. a.près que le colonel ManME', président de kt Fédér'a t.ion ait rappelé les espoirs des res~ capés et les promesses sans nombre - et si mal lenues - failes aux dé.porlés et aux ré~islants. capital exploiteur voud,ait s'approprier. J) La moindre part des bénéfices La Palestine EConomie Corporat~~, .Ie plus vieille compagnie cmencatne en Palestine, publie un bénéfiCe de 297.000 dollars pour 1948, ·~it une augrneflt~tion de 29.027 ~ollars (chiffre officiel). par rapport a' 1947. Selon rA.T.]., la . « C()(poration " a récemment élargi son' prograrnn1E ' poUr inctrPorer d'; nouveaux capitaux dans ses entre. prises déjà existantes et En créer de nouvelles. - L'Israël Corporation of America ar;nonce la signature d'un ac~; rxl a~ec l'Agence Juive prévoyant 1 VlVestlss·ement d'une somme de 250.000 follars pour un progranvne de construction. Classicisme ae Glub" Pacha Le New-York Times avait publ 'é une déclaration où Clubb Pacha préte.~ a ; t qu'Israël projeta·it un coup de force dans la région de Latru", Un porte-parole israéliEl'l a démenti ces propos prévocateurs en observant .qu:ils porteraient plutôt l'opinion a s atle."dre à un éventuel coup de for-:e de Glubb Pacha. Femmes arabes d'Israël Au cours d'une confére"ce entre ~es leaders syndicqux iuifs et arabes ' il a été dt cidé que les femmes &ra: be.s travaillant en Israël s'organiseraIent avec les travailleurs arabes da'1s la Ligue Ouvrière de Palestine section de la Histadruth. De oom~ br~s employées' de bureau, ou~ rJ~re~. des ora."geries, professeurs, mflrmleres, etc., avaient déjà deman_ dé leur affiliation li un syndicat. ,::. . BELGIQUE-~ . , . M. TRUMAN A REÇU une lettre des diamant~ires belges protestant contre loa décision du gouvernement militaire américain de vendre en Allemagne un stock considérable de diamants volés en Belgique pa r les nazis. POLOGNE « LES JUUo'S SANS ETOILE ». que décrit M. fjirslz Smulin dans un livre très remarqué, qui vient de parlÎtré à Varsovie, sont « ceux qui, rejetallt tout attentisme, se SOl1t joints aux partis~s pour écraser, armes à la main la barbarje fasciste 1. L 'auteur est un ouvrier juif qui a connu de nombreuses geôles avant la guerre pour son activité dans le Parti communiste illégal, et a joué un rôle important dans la Résistance. LE 18 JUIN s'est ouvert à Varsovie le procès de Doboszylrski, ancien pogromiste et agent hitlérien. C'est lui qui. dans la vieille Pologne avait organisé là fameuse « Marche sur lIfyslenice 1 où des fa scistes attaquèrent avec une sauvagerie inouïe une manifestation d'ouvrie'rs et de ply';:1ns. . HONGRIE " :' DES JOURNAUX AMERICAINS avaie::Jt prétendu que les ~eaders de. la communauté iuive, elus en faIt au sllffra.ge universel et secret, avaient été " 1lommés par le Haut C ommalldement (~ic) COmmlllllste 1. Le Il Bureau Central des Juifs de Hongrie " dé- · ment ces accusations dans une Décla~ atio.n que .vient' de reproduire " 1 Umon JUIve HQngroise des Etats-Unis 1. ,:L'I~ORT~'I'E organisation J ~I ve d édu~a~l:n, Mizrat, va élargIr ses actJvltes en province et no.ta~ment à Szeged où sera ' apjJhqye un plan de formation pro- 1 esslOnnelle. « LA MEMOIRE de nos maTtyrs ItOUS pres-crit de défclldre la liberté recollquise et de rallier le f~ollt de la paix contre le fas~ ls~n.e u, a souligné M. Stoeckler, preSIdent du Consistoire de Budap~ st •. en dé~o!lçant certaines orgamsat~ ons JUIves de l'étranger ". qUI ne ~e soucient pas de l 'intéret des slmpZts ,;ells ct apportent de !-' eau au moulin des ennemis du 7/fd:lïsme ». . ' GRÈCE ' ,.'. . ON 'SE SOUHENT qu'en réponse ~u journal d 'extrême d·roite «,Istl.a )l, 9~i lui avait reproché d avol\' ChOISI ~omme représentant en Israël 1( un ,!wrchand juif, Joseph Mallalt, aOllt le nom n'a même pas Ulle cOnsOHOIlCe ~recq, ue ", le ministre des Affaires ~tr,angères T.faldaris avait préCIse

1( V" repuise1/1d'lt d'oTiJ:ine

,f!,T".:que (sic) sera nommé dès 'lue dcs rduti01ls 1lQTmaies se.ront i(o;- &lus a'l.'ec Tt:l-Aviv. ,. J. SOUCIEUX DE hâter cette promotIOn, M. Christos Tlziv(lOis a 13o~.é à ~. Tsaldaris une question COIte ou perce " l'angoisse de v,OIr JosePh ;);J,lllah en PaleJfinr. à 1 heure où ln Lieux Saints som si mC1tacés '1. M. Ts.1ldaris a donné de ,n!'llvelles assurances fi l'hQnorah .o "~rlf'ment.1ire. AFRIQUE DU SUD « ou VA {'~/riqt,e du .'iud ", un ouvr,~W' de JJouglas Wolton, nent d ctre traduit en russe et p~blié à Moscou. Du commentaIre des « lzvestia " : .« Malan a I1IdllT,ltlloh'mc1lt fait Sicmle la menlalité de brut-e de l'ancien com:lIIissaire COlonial allcmand en Afrzque,. KarZ Peters, qui disait: {( Le Negre doit être fOlletté, t'est le sl'1I1 1,/1I f!",T~ M,'i1 ;('1/1 ~rr:1I1le. " EGYPTE " :. ~ D'UN RAPPORT rel;nif aux conditions de vie des 414 opposants, dont 50 Juifs, détenus dans 1~ camp de El Tor (presqu'île du Smal) : « {hte .paillase pour trois / cltaleur tqrnde le ,iour, jroid intense fa 1lUlt / fréqucntes tempêtes de sable " U1l seul {KN(Ïsfe. Il • DltOiT ET LtIERTE J Derrière le rideau de m~nsonges SUITE DE L'ENQUÊTE DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL J.-A. BASS IL ES accords de Munich conclus dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938 livraient la. Tchécoslovaquie à l'Allemagne hitlérienne. Ils consacraient pour les hommes des trusts nazis et occidentaux qui voulaient croire à leur pérennité, voire même espé ·rer leur extension, le partage de l'Eu'" rope entre la ploutocratie anglaise et le racisme allemand. Les entretiens de Berchtesgaden et de Godesberg achevaient une abominable comédie amorcée déjà depuis longtemps et où tous les peuples ont été ignominieusement joués. Quant aux Tchèques et aux Slovaques, on ne les consulta même pas, ils durent subir la volonté des maquignons qui préCipitèrent peu de temps après le monde dans la guerre. Déjà, quelques semaines avant cette mise en scène munichoise, Prague avait vu arriver un Singulier « arbitre », l.ord Runciman, qui, donnant au diktat nazi et aux abahdons franco-anglais l'allure d'un litige, gagnait du temps pour Adolf Hitler. QUE SONT DEVEN:US LES MUN ICHOIS i Mme Marie Pujmanova, écrivain tchèque, relate dans son roman « Le Jeu avec le Feu :., cette mémorable nuit où les criminels désarmèrent le peuple tchécoslovaque, détruisant ainsi la pièce maîtresse de la sécurité européenne. Une foule dense s'est portée aux abords de Hradchin, chateau historique des rois de Bohême; par une fenêtre, on aperçoit Edouard Benès qui vient de constater la trahison de tous ses amis occidentaux; une grand'mère fait monter son enfant sur le parapet de la fenêtre de la cathédrale Saint Guy, le gosse lui demande : « Grand'maman, n'est-ce pas ,que les Russes vont venir nous défendre ? :. Quelques mois après cette scène, c'est Adolf Hitler qui insulte de sa présence le château de Hradchin, Kremlin de Prague. . Ce sont les soviétiques qui ont chassé en 1945 les nazis de la capitale et l'ont sauvée du massacre et de la destruction. Les années d'occupatio:n ont été trop pénibles, les Tchécoslovaques n'ont pas IV. Plus jamais de Munich ! res, des produits semi-ouvrés, des denrées alimentaires et y exporte les articles de son industrie. L'Union Soviétique met à sa disposition, si besoin est, des crédits et cette aide est efficace puisque l'industrie tchécoslovaque, comme celle des autres démocraties populaires est encouragée par tous les moyens. Les anciens différends avec la Pologne Une coopération technique et économique polono-tchèque a été organisée spécialement dans l'industrie métallurgique, fournissant. à la Tchécoslovaquie de l'énergie et du minerai - notamment en provenance de Silésie - en échange des exportations tchécoslovaques. Une convention a été conclue avec la république populaire hongrOise mettant Pourquoi faut-il qu'aujourd'hui, prenant une place dans la meute :."éactionnaire qui déverse, inspirée par le Département d'Etat, des mensonges contre les démocraties populaires, le « Comité Juif Américain» publie le 9 mai 1949, une singulière « étude» suivant laquelle l'Union Soviétique et ses alliés de l'Europe orientale suivraient CI: un plan commun en vue de la suppreSSion de toutes les activités indépendantes, religieuses, culturelles et communales ». DE RENE BOUSQUET AU DEPARTEMENT D'ETAT Et pourtant, ils avouent CI: qu'il est toujours possible de célébrer des services religieux dans les églises ou synagogues et les croyants peuvent toujours aller y prier :.. Mais ils ajoute:pt : « Mais l'éducation religieuse a été abolie :. . . , C'est une flagrante contre-vérité. L'anc-ie" camp de TheresÎe",tadt Qu'on me permette d'apporter ici mon témoignage uersonnel et une dénégation formelle. J'ai parcouru la Tchécoslovaquie et la Hongrie, je suis allé dans les églises, dans les temples protestants et da~ les synagogues: j'y ai vu prier librement. La vie culturelle est indépendante, l'enseignement religieux dispensé à tous ceux qui le désirent. Certaines manifestations religieuses, les rapports entre les ont été rapidement liquidés: la frontière commune_ s'est considérablement allongée par le déplacement des frontières polonaises jusqu'à l'Oder et la Neisse. Un ;\ccord étroit polono-tchèque est en cours de r~alisation; pour libérer davantage la TchéCOSlovaquie de l'influence allemande dans ses échanges avec les pays de l'Europe du Nord et les contrées lointaines, on dirige le transit tChèque par l'Odra et le port de Szczecin. Bientôt pourrait être réalisé le projet de liaison fluviale entre la Baltique et la Mer Noire, par l'Odra polonais, un canal morave tchécoslovaque relié au Danube à Bratislava, et le Danube lui-même. fin à la politique révisionniste du régime cultes et l'Etat ne seraient plus concevade Horthy. - bles pour un républicain français, mais Insultant une fols de plus aux morts pour des raisons tenant au passé de ces de la Résistance française et de la per- pays, les avantages acquis par les comsécution raciale, René Bousquet, secré- munautés religieuses sont" respectés par taire général à la police de- Vichy, qui l'Etat qui ne veut pas heurter des habivient d'être scandaleusement acquitté par tudes et situations acquises. la Haute Cour, a oser invoquer, l'entou- Le CI: Comité Juif Américain » aurait rant d'une certaine auréole, l'image du certainement été mieux inspiré de se desinistre Heydrich, bourreau de Prague, mander: Que sont devenus les hommes que les ré.Sistants tchécoslovaques ont dé Munich, les complices des nazis, ceux exécuté en pleine occupation ennemie. qui ont dirigé les juifs tChécoslovaques Au cours de ces années où une chape vers les camps d'extermination et les de plomb était tombée sur la Tchécoslo- fours crématoires, ces criminels qui sont vaqule, nous ne savions pas grand' chose maintenant pour la grande presse amédes victimes du racisme dans ce ~ays. ricaine des ' CI: hommes d'ordre :. 1 oublié leur dure leçon, ils l'ont montré au 1---------------------------------------------------mois de février 1948 en rejetant les hommes qui prétendaient faire reprendre a la Tchécoslovaquie le chemin d'un nouveau Munich. Et puis, l'Allemagne occidentale n'est pas loin et les TChèques ne sont pas aveugles. La démilitarisation, le démontage des usines de guerre et la dénazification prévus par les accords de Potsdam et de Yalta ont été remplacés dans la « trizone' » par la reconstitution de l'industrie lourde et de ses branches militaires. Le potentiel allemand a été augmenté avec un soin particulier, les nazis de toute catégorie ont été réinstallés aux postes de direction et c'est Sir William Strang - il seconda Lord Runciman lors de la trIste mission de 1938 où se prépara le dépècement de la Tchécoslovaquie - qui dirige les affaires allemandes au Foreign Office à Londres. Et c'est M. André-François Poncet, ambassadeur de France à Berlin, lors de la capitulation de Munich, qui est nommé Haut-Commissaire pour les questions allemandes. L'ENTOUR·ACE Les changements territoriaux et politiques intervenus en Europe de l'Est après l'effondrement nazi ont modifié sensiblement la situation géographique de la Tchécoslovaquie. Entre les deux guerres, de sa fondation jusqu'à Munich, la 1'0 République fut entourée par des Etats le plus souvent iRamicaux, constamment menacée, subissant de l'Allemagne rapace et hostile, une pression sans relâche, Aujourd'hui ce pays ne se trouve plus encerclé par le Reich, l'Union Soviétique est sa puissante et paCifique voisine. Une entente économique juste et profitable pour les deux pays a déjà fait ses ~ves. La TChécOSlovaquie imPQ1'te de l'Union Soviétique des matières premiè- Les yeux du · Moyen-Orient Chômage. Famine. Répression antidémocratique. Persécutions antijuioes. Le cycle infernal Je l'impériali3me enferme tout un peuple dans la nuit O N dit communément que l'Iran constitue (( les yeux du Moyen-Orient ». C' est vrai et c' est sans doute pour cette raison que l'impérialisme fait toU'f pour crever les yeux. La politique colonialiste des Anglais et, depuis quelque temps, l'expansionisme américain, dissimulé sous le nom de (( Pax Americana », ne ménagent rien pour. démolir ce pays de douceur et de poésie. Les gibets, les fusillades. les prisons, les camps de concen-tration doivent démontrer aux Iraniens qu'ils n'ont pas le droit de prétendre aux libertés démocratiques. Ainsi, le berceau de Saadi, Hafize et F erdoussi est devenu une grande prison dévastée par la famine et la terreur. On est saisi d'horreur à l'idée qu'au xx· siècle, des hommes, des femmes, des enfants sont réduits à vivre dans des cavernes. « Etouffer à tout prix la voix du peuple » 1 Voilà l'impératif de la politiJ..ue du « Foreign Office » et de « Wall Street )1 en Perse. C'est r opinion de toU'l homme de la rue qui base son argumentation sur ses constatations journalières_ La capitale ne travaille que de\Jx ou trois heures par jour. Les signes de marasme se voient partout à T éhéran-. Les marchés sont saturés de camelote aaméricaine. Les bas nylon, le chewin-gum encombrent le marché. Les industries locales baissent désaStreusement. Les petits ateliers d'artisans ferment. Le chômage a pris une ampleur énorme. Des milliers de personnes faméliques errent dans les rues des villes . Les « conseillers » américains désorganisent la vie économique et politique. Et pour réaliser cette ingérence ruineuse le gouvernement iranien et les milieux réactionnaires exécutent inconditionnellement les ordres de Washington et de Londres. II n'eS'1 pas surprenant, en Orient, que la politique colonialiste mette tout en oeuvre afin d' exploiter le~ divergences religieuses. La formule classique : (( diviser pour régner » a. toujours été un elCceilent in~ument de la politique colonialiste aux. moments opportuns. Les événements sanglants des guerres religieuses qui consti-Cuent une grande partie de l'histoire de ces deux derniers siècles en Iran, peuvent montrer éloquemment la machination de l'impérialisme dans lespaysd'Asie. 1 p~r Ardéchir MAlDACK 1 Depuis la domination de la politique anglosaxonne, le « Marché Persan » est devenu un cimetière où l'on ne joue plus guère que la « Danse Macabre » • II' EPENDANT il est naturel que l'impéria\\ a lisme accentue l'oppression des minorités religieuses à l'aide des réactionnaires iraniens. Ainsi, . selon la constitution, les droits politiques des membres de ces minorités devraient être réduits pratiquement à néant. Par exemple, les cent mille Juifs' qui se trouvent en Iran ne sont pas autorisés à voter avec. la population musulmane. Il leur est interdit d'occuper de hautes fonctions administratives, il en résulte que l'injustice sociale, déjà incontestablement insupportable pour les musulmans, frappe les Juifs d'une façon plus dure. Aussi comprend-on la stupéfaction dés spécialiste$ anglo-saxons de la politique iranienne devant la sympathie manifeste des Juifs iraniens pour i 'Union soviétique. L'exemple de la vie des Juifs dans les Républiques soviétiques - voisines de l'I'ran, est suffisamment frappant pour que les Juifs de l'Iran trouvent dans l'impérialisme la véritable cause de leur oppression et de leur esclavage. Néanmoins, !I s'avère nécessaire de sigr.aler que les capitalistes juifs, comme (( Cohan », (( Arasfou &deh », « Morad-Erteh », etc ... n'ont aucun souci de lutter activement contre cette oppression. Cet état de chose apprend c1.airement à la masse des Juifs que l'antisoviétisme D' est quO une forme de leur esclavage. C'est pourqpoi on les voit réunis autour du Parti T oudeh, la flamme vivante de la lutte pour l'iDdépendance et la libération irani~nes. SIn un marché ,..... VO COTES et rivières oc France, montagnes oe chez nOUb, plaines blondes ou verdoyantes, ciels d'azur, nuancés de gris, teintés de rose ... paysages de tourisme, riants, arides, curieux ... Coins de Fran" ce 'qui invioent au voyage. Au grand vOyilge comme aux petites vacances. C'est le Dauphiné, avec son plateau de Brandes son Alpe d'Huez, ses lacs a.IX eaux p~ofondes et moirées, le Lautaret célèbre et le Galibier qui, cette annûe ne verra pas passer le Tour, Bourgd'Oisans et mille autres localités charmantes aux noms qui tintenl dans les matins clairs. La forêt ? ... La voici, de Lille aux Py- ' rénées, de '·Bretagne au Jura. Forêts d'érables et de pins, forêts de chtnes ou de bouleàux ... Amboise, Blois, VOl1vant dans la Haüte-Loire, Gretz, Brocéliande . où se promène, dit l'histoire, le fantôme de. Merlin l'enchanteur. ' , Voici 'le Doubs pittoresque et varié, sef eaux claires; voici le Jura, ses alpages et ses (( clarines ,,: les vaches en pâturqge pour la belle saison et qui P9rtent ' le nom ,de ' ces cloches énormes et étrangemént sonores qui les distinguent de leurs soeurs de la vallée. 'Saint-Claude et ·ses fabriques de pipes connues du monde en'tier... ' Ici, les enfants ont les joues roses et les Y,eux brillants ! 'V OlLA Beaune et son vin célèbre. C'est la région des grands cr/Js , , de Bourgogne, renommés de par l'univers. Et tinte joyeux à nos oreilles le refrain que repfennen t les gos,ses ~n vacances : « Et je suis fier, et Je SUIS fier d'être Bourguignon! " Poitou ... Saintonge ... Aunis ... Angoumois, noms qui évoquent le mOy~1l âge ___...__- _,et son cortège de guerres, de mIsères. - Jonzac, Cognac, Niort, Parthenay, donjons, manoirs, échauguettJes, tout un p .. ssé de lu~te et, au milieu de tout cela, un nom qui son ne clair et reposant, calme

L-e H a'

vre-de - Vie, 'le plus joli nom qui soit pOUl' un vii- 1 .. g e de France

  • Sur la rive g au che oe

1'1 n ù r e, la ldite \ ille de L o'C he s est coquettement étagée sur une colline que domin e L'enceinte d'un vie u x château. C'est la qu'on retrouve une salle humide ~ t soulIbre qui enfermait jadis la famcuse " ca- • DROIT ET lIBERîE .7 LES VAC CES • • • PAR ~_J_O_S_E__T T_ E W _O_ LN Y_ _~ I ge à hommes ", inventée par' le cardinal La Balue en Ull temps où il ne pensait certl1in-em~nt pas que Louis XI lui y réserverait une place. A l'autre bout de l'enceinte dominoe la riante demeure qui garde enclos en ses murs 1e souvenir d'une douce et gente dame ... « en son vivant, Dame de Beau. té, piteuse envers toutes .gens, et, q'!i largement donnait de ses ·blens aux eg!$. ses et aux pauvres ». Vous souv!e.nt-il, arbres centenaires des forêts aVOlSlllantes, de la pâle image d 'Agnès Sorel ? ... Puis c'est Chinon, Chinon où Jehanne la Pucelle vint trouver Charles VI r. C'est.à Amboise, ainsi Je veut la légende, que s 'ébaucha l'id~lle entre J acques V d'Ecosse et la fIlle de François l'T. Us châteaux oe la ~oire, ,ce sont en; core Beauregard, Villandry, \i alençay. ou le roi d 'Esp'agne fut inte'rné par Napo. ' lëon oe 1808 à ' 1814 tandis que Joseph Bonaparte occupait 'son trône. . Et vous vieux murs de Chenonceau~, qui garde~ le souvenir de la haine de deux reines, l'une par: le, sang et la co.uronne, l'autre par l'amour .et la beau~e: Catherine de Médicis et Diane de Poitiers, laissez-nous cptrevoir 'la {rèle ~ilhouette errante 'de la belle Diane chasseresse dont l'ombre altière se profile SUI 'vos âges. A SaL\mur, le belliqueux ' Foulques Nerra a élevé une imposante masse, flanquée de quatre tours, où se retrouve tout l'appareil militaire du moyen 1ge: meurtrières, créneaux et mâchicoulis. , C'est à Blois que naquit :""ouis XTI; François 10 ' l'habita, Henri lJl y vin~ ouvrir les Etats-Généraux, y donna l'ordre de poignarder le Balafré et Je c2fdinal de Guise; Marie. de Médicis y vécut en exil de 1617 à 1610 ct s't'}) éch!ppa une nuit; Gaston d'Orléans s'y retira. C'est là encore, qu'a son retour en France après vingt-cinq an.:; de capti~ ..... ~r:l ~ 'l;;.: .. '~~ ..:"~'.,: , , / ( vité, demeu-, ra le gracieux poète Charles d'Orléans

« Dieu, qu'il la fait bon, regarder ? «La g l' acieuse bon. ne et belle; «Pour 1 e s g;ran:ds biens qui sont eil elle, « Chacun est prêt ' de fa louer, « ;Qui se pourroit d'elle las· ser ? « ToujOurs sa 'beauté ' ref]ouvJle~ « Dieu qu'il la fait bon regarder Il C'e s t là aussi, qu'à plusieurs rep ri ses, liéjourna le mauvais garçon et le doux poète: François Villon. PUISQUE nous avons laissé 10!11 derrière nous les bords aoeuelllants de la Loire, coin charmant de la « doulce France ", rcgard~ns, vers l'Alsace, la Lorraine, fief du patrlot!§l11e, comme celui des cigognes. Connmssezvous cette charmante légende 'lui veu~ que les cigognes, a'u pri.ntemps reven\" Mposent dans 1es chernmées ]e':; bébes roses et blonds tant attendus. Alsace et Lorraine torturées. les cigognes sont de retour avec la Paix' revenue! Et la Corse, au passé d'h.istoire ? .. : Le souvenir de ses premIers et lOIntains ancêtres, Ligures, Ibères, Celtes peut-être, s'estompe derriè~e celui, infiniment plus brillant des hardiE llavlgatleurs phéniciens ou grecs, venus ,i,eter , l'ancr.e sur la CÔte orientale, et qUI, un demlsiècle avant notre ère Iondèrent Alalia. ' Fille de Phocée, en' Asie Mineure, la ' petite colonie reçut les habitants de cetbe ville, detruite par Cyrus en 540. C'est de ces bords que certains s'en vinrent un beau jour fonder, Milr"eille. Le granù port d'aujourd'hui se souvient-II encor.~ de l'humble Aleria, capitale déchue? Il est en Corse une étrange coutume qui surprend le touriste des abords de Pâques, Chaque Ve,ndredi-Saint, une curieuse procession nocturne se r,romène dans les ruelles d,e, Sartène, éclairées a giorno. Partant de l'église et se rendant à la chapelle de San Basliano, toute tendue de draperies' funèbres, la procession se déroule au ' long' des chemins. Er tête marche la Confrerie du Saint-Sacrement, blan'cs suaires et cagoult'!s de penitents. La foule qui. assiste désigne l'un d'eux, le Catenaccio, l'enchaîné, et cherche à percer l'incognito. L'homme, anonyme sous son masque de bure, traîne une lourde, 'très lourde croix. Ses pieds nlis s'écorchent aux pierres du chemin qui monte, monte, inlassablement. C'est, dit~on, soit un riche habitant de la ville, soit un bandit reperitant, qui veut expier un crime demeuré impuni... Marque de l'emprise du clergé sur les populations rurales ! De la Corse, admirons la Riviera française : Boulouris et sa tour-prendsgarde dressee' sur un écueil, Cannes qui se prélasSie au bord de la Croisette Eden-Roc, Palm- Beach, Juan - les - Pins" Monte-Carlo, Frejus, Hyères, Bormes-les-Mimosas, noms qui chantent dans la mémoire des voyageurs de l'etc. Atmosphere ensoleillee, toute pleine du chant des cigales, qui invite au farn iente . '* « Hs ont des chapeaux ronds, vivent les Bretons ». Je me souviens d'une année de vacances où nous chantions à perdre haleine ce refrain pour touristes. Et les Bretons de sourire en agitant leurs rubans. Qui dira jamais le charme de ces coiffes féminines, toutes oe broderies et de dentelles, fragiles comme de légers papillons, et qui émaillent les rues, les villes, leS routes et les chemins de la Bretagne, de Quimper à Saint-GoazeÇ, de Huelgoat à' Morgat; de ' Dihan à la Baie de's Tré- ' passé\;. Un peu partout se .dressent les monuments mégalithiques et ' les ' chaos oe cette région 'tourmentée, . secouée par les hourrasques, âpre et rude, d 'où, cependant, se dégage U11e éirànge douceur, POUR QUI SERON~T - ELLES , .......... . • En vous offrant ce petit ,~ voyage anticipé », Droit et Liberté n'a d'autre but que d'inciter ses lecteurs et amis à visiter la France, ce paY5 que très peu connaissent. La période des ' vacances, tant attendue, est enfin là ! Ceux qui, toute l'année, à l'usine, au bureau, à l'atelier, au magasin, ont travaillé dur, luttant contre les difficultés quotidiennes, vont enfin pouvoir trouver un peu de repos. Mais hélas ! combien seront. ils ceux qui pourront partir cette année, en villégiature à la mer, à la montagne, à la campagne ? Lu tarifs de chemin de fer sont devenus . tellement prohibitifs qu'ils fonstituent un luxe, aujourd'hui ! Les effets de toilette, les vêtements d'été sont hors de prix. Et combien en connaissons-nous, de ces braves ouvriers, de ces employés, artisans, commerçants, dont 1~5 salaires ou les revenU5 leur permettent tout juste de vivre, et qui n'iront pas, cette année, en vacances. C'est tout juste si on a pu .:.... oh ! dans quelques familles 5eulement ! - réunir suffisamment d'argen': p'our envoyer les enfants en colonies de vacances. Car les gosses, c'est l'avenir" et pour eux, il n'est pas de sacrifice qui ne 'se justifie. ' Les jeunes, ., eux, voudraient bien aller camper. La moindre petite tente vaut tout de suite dans les cinq à six mille francs, encore faut-il acheter quantité d'accessoires ... indispensables. Un vélo devient un rêve fabuleux, et l'on n'ose trop y pen5er. On a bien réclamé le collectif à 50 %, l'Assemblée en discutera, mais, en attendant, on ne peut aller bien loin avec le train. Et puis, c'est qu'on ne sait plus comment faire : il paraît que réclamer ce fameux collectif, c'est un acte séditieux, pouvant nuire à la sécurité intérieure de l'Etat. Dame, on a bien mobilisé les matraques, à la Gare de l'Est, pour le faire comprendre, ça ! Il est' vrai que, quelques jours plus tard, on mobilisait à nouveau les forces de l'ordre, mais pour accompagner ces messieurs, le5 généraux nazis, a5sassins de patriotes français, qui, eux, partaient en vacances dans leur chère ~~lemagne (occidentale) renazlfiee ... Vacance5! partir en vacances! Quel bonheur ! Oui mais... il en est qui préfèrent consacrer l'àrgent (celui des contribuables, vous, moi) à préparer une nouvelle partie de campagne, modèle 1939,' avec c~èiUette de ,5hrapnells 'et distribution , de bombés. plu5 ou moins atomiques. Ne peut-on pas consacrer cet argent (le vôtre, le mien, pourtant) à construire des maisons de repos pour les travailleurs, des colonies pour les enfan15 ? Alors, que faire ? C'est assez simple : il faut expliquer tout ça, tou1' ce que nous venons de dire, à tous ces braves gens, qui voudraient bien, mais ne peuvent partir en vacances. Et leur dire qu'en s'unissant, qu'en réclamant de meilleures conditions de vie, pour les ouvriers, pour les artisans, pour: les commerçants, on fera reculer la menace qui pèse

ur nous.

A tous ceux qui n'iront pas en vacances, mais aussi à ceux qJ,li auront la chance de , poJ,lvoir quand même partir, nous offrons ce petit voyage à travers notre beau pays. En faisant mieux connaître et apprécier la France, nous la ferons mieux aimer, nous ferons ~..ieux aimer tous ceux qui , ont contribué à sa sauvegarde. , Faisons en so·rte qu'à ..l'avenir, le mot « vacances » évoque pour nous la joie de 'vivre, et non l~ ranc~ur d~ ne pouvoir. profiter d'un repos bien mérité. D. BESS ER lES (OSMOPOIITES · DE III TRAHISON rel' les b.eautés de leur pays, de décrire l'Ile de France et la Provencè, la' Picardie et 'l'Anjou, la Touraine, 1e Bordelais.;. Et qu'ils n'oublient pas, surtout, de parler , des gens, des braves gens de France q'ui tra'vaillent avec ardeur et amour dans nos campagnes, dans nos villes: ' ., dans un même mouvement mondial toutes , les forces ouvrières au pouvoir ou en lutte pour le pouvoir. Et taont que les conditions capitalistes d'une partie du monde provoquent lil lutte des classes, c'est de deux camps qu'il s 'agit, le. camp antiim.périaliste, naturellem~ mt dressé contre l'autre camp : celui de l'imp§ria,lisme des ...... onopoles, du natiQ'1alisme bourgeois et 00 cosmopolitism€. Nous y arrivons: le cosmopolitisme ne tient nu l compte de la lutte des classes et lui substitue un décou_ page artificielo. du monde afin d 'éviter les dures, les saines, les efficaceS ,éalités de ' l'internatiQ"lalisme prolétar ien. C'est cette tendance qui se ' traduit par les mystifications connues sous le nom de gouvernement mondial, de fédéraHSll".e, d'Etats-Unis d'Europe, etc. Il est évident que, si les « EtatsUn; s» en queHion (d'Europe ou d'ailleurs) se fQnt avec une structure économique capitaliste : ou ils sont i.rr.possibles, ou ils sont...capitallStes et renforcent ainsi 1.\'1 régime de misère , de guerre et de 'racisme . Par conséquent, tout affa iblissement de ce qu'en vocabu !aire marxis.te , plus exactement bolchevik, ('.'1 appelle le front idéologique, toute dévia t ion. soit nati Ot'1alist€, soit co;;mopoli te, participent à la lutte générale contre la communauté soviétique et l' ensem':le· des forces démocratiques dam le monde. C'est pourquoi des écrivains et responsab! es soviétiques, CCtr'\statant certa ines tendances de cette nature Ùlns la presse soviétique, partlculiè. rement parmi les critiques des différentes branches de l'art et de la littérature , Qnt ouvert une campagne directe et agressive, selQn les habitudes de la polé.-nique 'ntérieure en U"R.S.S, tES JUIFS DE l'U.R.S.S. , .. Des Juifs Ont été pris 'à partie et 'c'est ic i que nos convulsionnaires de l'antisoviétiS~ sont entrés en ' transes. . , Nous avOTlS déjà fou rni quelques indica~ions que KlOUS reprenons ici en les complétan~: . 10 Il n'y a pas eu que des Juifs qui .ont été attaqué~, .. (Su ite de l'article 2" Ce n'est pas en tant que Juifs qu'ils ont été mis en cause . . 3° Si leur pseudo,nyme de consonance russe a éte suivi de leur nom juif d'origir,e, c'est selon un usage courant en U. R, S. S. '(Oulianov-Lénine, pa: exemple ; voir aussi les rom'ans soviétiques). 40 De même, les caricaturistes soviétiques ne peuvent tout de même pas transformer le visage d'un Juif selon le gabarit du Mongol moyen ou du 'Carelo-finois et inversement. Et si les Arméniens ne sont pas spéc ialement blonds, autant , les représenter avec les cheveux bruns. 5° Au reste, et c:'e$t l'essentiel du débat, la qualité de Juif en U .. R.S .S. et seulement en .U.R.S.S" n'a plus du 'tout la même signification que Ùlns l'1()s pays. l..,U . R. S. S. est un Etat mult inationa , qu i associe dans une même fraternité "eHectivet11ent égalitaire, des dizaines de peuples et de races aussi diVers que possible. En U. R, S. S., le Juif et le Géorgien, le Russe et le Turkmène, le lithuanien et l'U krain ien sont des citoyens égaux qui peuvent Sèns réserve accé der aux p'us hauts postes tant de leur r€pub ~i que propre que de l'union. Contrai rement, t::ntre autres exemples, aux Etats-Un is où la discrimjnation raCiale joue implacablemer1t Co.'1t re 14 millions de Noirs et mw.e contre les Juifs et à l' Union française où les « indigènes » n'ont pas les mêmes droits que les Français de la Métropole, , En U. ,R. S. S. , dire de quelqu'un ,qu' il est Juif, n'est pas plu. infa' mant, raciste ou équivoque que de • p~rler de Basques ou d'Auve/gnats ,chez nous. 6° en U, ~, S" 5" des Juifs ~cuP~~ t de~ postes; éminents non pas, d aIlleurs, p~~c:e qu' ils Sont Juifs ou rIches (comme dans les « démocraties » de la « libre » entreprise), mais parce qu'ils sont compétents. et appréciés de, leurs concitoyel1S. C'est a.insi que 4zare Kaganovilch reste une des plus importaot~ personnade Roger MARIA) lités de l'Etat soviétique après Staline; Zaslawsky, éditorialiste du Premier jour.nal de ,' l'U.R ,S,S. , La Pravda, vient d'être 'nommé préSIdent de l'Union des Jounnalistes; Ilya Ehrenbourg, e~t I?€ut-être le plus populaire des ecrovalns actuels en U.R.S.S. ; de nombreux Juifs SOnt honorés ,et décorés ; tout récemment entre ceux autr.es, citons l'ill'igénie~ r Ma[JYlorstein (sans pseudonyme, M. Fisher ... ), dans La Pravda d:.J 14 mai, le Pro Tcha~ni (La Pravda du 16 mai), etc, ' 7) Enfin, s'II s'agit de critiques adressées il certains écr.ivai."ls de langue yddi'Ch ... par ~'autres Juifs, le plus souvent,. et qUI ~,sent leurs positions chaUVines, Sionistes, cosmopolites ou étroitement juives, il serait tout de même un peu fort, au..nom de la liberté, d~i()terdire aux publicistes soviétiQue~ de faire connaître leurs opinions critiques sur la question d 'autant plus que les posit ions mar~istes devâfit ces problèmes, le sionisme particuli~rement, SQ'lt de notoriété internationale. 8) Les tendanCes cosmopoli!es de publicistes ou artistes sovietiques appartenant à d'autres groupes nationaux que les Juifs Q"lt aussi été critiquées en U,R,S.S., avec autant de vivacité. 9) Il est utile de rappeler, à ce sujet, que le ton des diSCussions et polémiques en U.R.s.S. ~ tou jours été empreint de, pl';'S de Virulence et surtout d'agresslvlte personne lle q~ dans nos pays, pour des ra 1 SOns qUI tiennent aUX trad,tlons différentes OE.s deux peuples. On comprend que certains dilett ..... tes françaIS 6Qi"nt choqués par cette rude franchise, do!')! l'oeuvre de, Lénine et les di~cours de vychlnsky', notal'lVnenT , offrent tant d'exemples. ET UNE pOlCNEE D'ECUS ... ~1 DON i~l1.E .Or, tout cela, ~,!e je viens de r 1er, ,rop broevernent à mon g~orsqu'il s'agit de questions aus- . ' délica1es. les gens ·de La Ter,. RetrOllvN et du Droit cie Vivre, de Franc-Tireur et autres publication~, le savent. Be~ucoup mieux que mol, d'ailleurs, car M. Fisher, par exemple, lit régulièrerr~nt la press'e et la littérature soviétiques. Ils procèdent pa, insinuat ion, en se voilant , la face, en sollicitant le démenti (Le Droit de Vivre du !., juin), en pleurnichant sur les beautés de la Révolution d'octobre pour mieux sa lir les continuat€urs. Et qui les approuve ? Dis-moi qui t'appuie, Escobar, je te dirai qu i tu serS derrière le brouillard artificiel de ies phras.es démocratiques, socialisa,., tes et très à gauche, Oh ! la réponse est simple· et brutale

il n'y a pa" que Paroles Franc:

aise., L. Bataille et tant de feuilles délibérément rac istes, coloniali5tes et antisémites qu i se trouve'nt dans le même bouillon de cu lture que vous: il y a toute cette presse américaine, soutenue par les forbans des monopoles de Wall-Street qui ont be,,"';n d'une section juive dans leur preparation psychologique et politique à la guerre c:ontre l' U.R.S.S. et les démocraties popula,Îres . Pour sortir de la crise qui les tena ille il leur faut de nouveaux débouchés

ils les verront échapper à

leur emprise si la Pologne s' ,ndustrialise, si l'U ,R.S.S. progresse à' un rythme accéléré dans la paix et grâCe à la p.ix. Alors, angoissés, ils s'olientent vers la guerre, Et il leur faut préparer le terrain en attaquant l'U.R.s.S. da.'1s l'esprit public, parti culiè rement auprès des Juifs. Pour gagner, à Ce jeu sinistre, il faut faire croire qu'Auschwitz est en Sibérie et braquer le monde juif contre l'U.R.s.S., au même moment où l'antisémitisme se développe en Allemagne, encouragé par l'occupa,,,t anglo-américai n, qu i a besoon des assassins de communistes (et de Juifs) dat15 ses combinaisons infernales, au même moment où les collabos et vichyssois de notre pays sont libérés armés de toute leur haine contr~ les Juifs, au moment où se prépare, aux Etats-Unis, (et , pas à Budapest, à Moscou ou a Klew) Ul'r Congrès mondial de toutes les organisations antisémites. ' V OICl la mer. La mer houleuse et grise du Nord, la mer verte de l'Atlantique. la mer bleue de la Méditerranée, avec parfois le reflet rose, le reflet mauve des roches sous-marines. Voici la mer et ses régates, La mer et st!s pêches. La mer et ses baignades. Et les côtes d'Argent, d'Emeraude Ol! d'Azur. Et voici la montagne: Alpes verdoynntes et glaciers d 'un blanc ûblouissant, Pyrénées chaud es et ensoleillées, doma ine des muletiers et de la farandole, Jura et montagnes du Doubs ... atmosphère limpide où l 'air est ,plus léger et tout parfumé de senteurs incléfinissables, Montagnre où, dans le calme impressionnant, on se refait une santé.

  • Rivières et canaux de France, mer et

montagne, villes au passé d'histoire, campagne, mosaïque de' vert e~ de blo~d, émaillée du rouge des coquelIcots, petItS chemins ombreux et sous-bois de fraicheur,' larges ,routes et ciel de soleil, voici les ,vacances, accueillez-nous ! 'E T s'il en est entre nous qui, franchissant les frontières, s'en iront passer leurs vacances par deli! les monts ou 1es océan~, dans le~ pays de l'étranger, ' qu'ils n 'oublient pas,.à ceux de leurs amis 'qùi' leur feront admi- . Qu'ils parlent de tous ces hommes, (Je toutes ces femmes, qui partout ont versé leur sRng, généreux comme le Sol qui l'a accueilli, pOur libérer 1re territoire national de ceux qui l'opprimaient si cruellement.

  • Et quand VOllS visiterez, à votre tour,

nos belles provinces, arrêtez-vous devant ces tombes, ocs stèles, ces pierres g-ravées; elles vous diront quel fut le dévoue, ment de ceux qui tombèrent, là, Français OlI étrangers, coeurs gén~reux {Jui se sacrifièrent pour que nous puis~ions vivre en paix dans ce beau pays : la France. Les clichés mustrant cette palJe nous ont. été oblilJeam~nellt prêtés . par « TOURISME ET TRAVAIL », la ora/He o~lJanisation 'POpu:aire des loisirs JJ.Dnt n(}US ne sauron$ Itop recomrhander les w/'vices à nO:,; lec- teurs. ~ Pour tous ren""ignements concernant W$ congés, adR'essez-vou. à « Droit et Liberté » ou a1tX délégtltions locales dJe • Tourisme et Tra-. vau •. A Pans: 1, rue de Châtea1lVun. DRQtT ET LtIEftTE ~AJ)I() LE ClINÊMlA DERRIERE LE RIDEAU DE FER (américain) Mme regrets, je ne pwis vous en parLer 1 « lour de Fête li, dans la meilleure tradition du comique français, prendra sans aucun doute une place importante dans ce genre de fllms lt laoques Tati, dans cette création particulière, se révèle non seulement un bon, mais un grand acteur (et je ne fais pas allusion à sa taille 1). 11 se révèle surt-out comme un très bon mime. le ne vais pas vous raconter « lour de Fête", vous décrire la plaoe du village, le manège de chevaux de bois, la guinguette ou la poste. II vous suffit, pour les imaginer, de fermer les yeux et de vous souvenir de vos vacances d'une anpar Josette WOLNY Brooklyn et New-York (la cité sans voiles) le cadre de cette amusante aventure policière. où rien ne manque, ni les CC'urses éperdues du bandit qui se sent pris, ni l'assassin en série, ni les crissements des pneus de voitures ... américaines, ni les hurlements des sirènes d'autos policières, ni les barrages, ni, pour finir, le châtiment du coupable. C'est dans la plus pure tradition. Mais pourquoi donc les Américains préférent-ils les très belles filles aux bons acteurs ... témoin Dorothy Hart, l'hérOine, ravissante et sans talent. SUR lES Avant LE TH.fATRE DE VERDURE DES TUILERIES Quel parisien ne connaît ou quel provincial n 'imagine ~ qu'est le Théâtre de Verdure des Tuileries! propos juste... Elle est infirme et clouée au lit... Elle essaie, en avertissant la police, de s'opposer à ce crime. Et voici que de mystérieuses communications téléphoniques viennent i\ eUe et que, de oos communications, une angoisse naît en elle, puis une terreur, puis une atroce certitude ... Tête d'affiche: Gaby Morla.y, avec Constant Rémy, Roger 'Pigaut et Habib Benglia. Chaîne National&, le samed i 2 juillet, à 20 h. 35. IL 1/ Imt be,aucoup de remous au, our cfu ce (ILm et, à piusu!"urs reprises je tentais d'al/!er te lIoir. Les specta'teu.rs, indignés par Le contenu '(le cette bande, ont toujours mani~ esté dllrant !es projections (ce qui est strictement Le aroU de tout citoyen vivant en pays Libre et, qui PLws est, 7Jaie sa plae'! 1) Mais, c'est là que L'histoire se corse: à chaque fois, La direction d!u. cinéma (aisant appeL à La police. a tait " éjecter li en douceur spectateurs et critiqUes. C'est ainsi que notre ami Roger Maria {Ut maLmené ainsi que pas mal d'autres personnes. née dans un coin de campagne. le r--------------veux seulement vous dire pourquoi Il représente un détail délicat dans un ensemble somptueux:. Il étonne Un peu, tant on le sent fragile dans cet immense cadre d 'histoire. Et voici qu'il nous apparaît aimablement evoqué tout au long de cette émission de Madeleine Rip: ouvert r---------------Un AngLais de· ma connaissance, riche, aUSsi peu progressiste que possibLe, m'a lui-mflme déolaré : « Ce PiLm, c'est vraiment exagéré... On sent tres nettement que c'est de La propagande antisoviétique ». Si je p1lis, une autre (ois, IIOUS en parLer après l'auoir vu, je ne maltquerai pas de !e (aire, mais, en toule tr'ancltise, je pr&fere qU'i! soit retiré oeu circuit .commerCiaL. ce seN de la boue en moil'l,s 1 JOUR DE FETE (français) Une amusante bande, peu onéreuse, dont le cadre est un petit village de France. Les acteurs, pour tous les rôles de second et troisième ordres, en sont les habitants, types de paysans bien

Français, et, ma foi, aussi à l'aise

devant la caméra que sur la place de leur village le dimanche matin. A eux se sont joints lacques Tati, auteur-réalisateur-,acteur; Frankoeur, Decomble, Santa Relli. C'est une sorte de « Bran~ign{)l .. première version, que ce film transfude '(comme Tati) du music-hall à l'écran. Le thème, d'une extrême simplicité, 80rt de prétexte à une série de gags souvent très drôles et bien amenés. De plus, cette bande est entièrement tournée en extérieurs, ce qui nous vaut de jolies ou d'amusantes photos, 'et comment il fut fait, car cette aventure mérite d'être un exemple. Jacques Tati était las de se voir fermer les portes de l'écran. 11 avait foi en lui, foi en sa formule, en son amour de la comédie. Un jour, il écrivit" lour de Fête ». Pas de producteur pour financer cette bande ? .. Alors, on s'en passerait 1 Simplement, avec quelques alllis qui partageaient sa c'onfiance et son ardeur, il fonda une coopérative. Et, un beau jour, avec tout son matériel, il débarqua à SainteSévère, ce délicieux et vrai village de éhex nous qui servit de cadre à l'action. Tout de suite, il gagna les habitants à son idée ... Ils acceptaient de se transformer, pour un jour, en " acteurs li, de quitter leurs occupations quotidiennes et de H prêter la main " à cette équipe de garçons sympathi~es, courageux et décidés. C'est ainsi que fut réalisé ce film que vous devez tous voir : " lour de Fête ". Et bravo aussi pour lean Yatove et sa musique ! 10sette WOLNY. LA CITE SANS VOILES (américain) Un film pOlicier qui n'est pas désagréable et qui fait passer un bon moment. On nous y fait pénétrer dans les coulisses, assez superficiellement d'ailleurs, d'un quelconque Scotland Yard américain et c'est, avec Si vous aimez le Cinéma Vous pouyez: aller yoir : Le Ba-! Cupidon. L'Ecole buissonnière. Les Amants de Vérone. La Cité sang voiles. Hamlet. Cinq tulipes rouges ~ ' Jour de fête. Quelq4e part en E'trI\Pe. A é."ïter : Pampa barbare. Simbad-Ie-Marin. La Piste de Santa-Pé. De'rrlère le Rideau 'de fer. (OMMIJNIQIJÉ Le C-omité Français de Soutien au Congrès Mondial des Partisans de la Paix organise une importante exposition de livres. tableaux et dessins, à (( La Gen{ilhommière », 65, boulevard Ra5l»il. Le M.R.A.P. invite ses adhérents à s y rendre nombreux. cha,que dimanche d'été ;jouant tous les grands répertoires: Manon, Werther, Mireille, Fau,st Paillasse et des opérettes aussi: La Fille de Mme Angot, Le Petit Duo, Les C!oohes de Corn.evi.Ue; offrant ses chaises ou ses fauteuils, et son pro· gramme... qu'il ellt charmant le 'l'héâtre de Verdure des Tuileries! Pas de décors, mais des acteurs en costume ... Paris Inter, le vendredi 1er juillet, i\ ' 16 , heures. RACCROCHE,Z C'EST UN E ERREUR Une femme au bout du fil, se trouve branchée sur une communication pri vée; eLle a.pp\end ainsi qu'une jeune personne doit être a.ssassinée cette même nuit, à 11 heurea PETITE' NOUVELLE Le Tour de France sera-toit télévisé? Telle est la que9lion qui s'est posée avant le départ de la caravê,e, Une organisation mise sur pied par la Radio avec le concours des firmes productrices a été ' vivement contrée par le cinéma. Questions d'intérêts privés, évidemment, mais il est vr,aiment dommage qu'un moyen d'expression comme celui-ci soit Interdit au pU'blic parce que l'Eta·t ne sait pas ou ne veut pu faire prévaloir ses droits et aussi parce que les organisations ,se laissent circonvenir par les trusts. Ce qu'il y aura de meilleur Le program,me de cette semaine offre un choix assez divers: théâtre, musique évocations, opérettes et aussi une nouveauté : de-s émiSISions d'échangea entre la France et l'Italie. La première os: Du Capitole à la Tour Eiffel :t passera à 21 h. 45. mmanche, en duplelx, c'est-à-dire que les artistes italiens et français se feront entendre simultanément de chaque radio, comp,'sant ull programme entre Rome et Paris. SIgnalons qu'II existe déjà une exce11ente petite émission de la Radio Polonaise, qui passe, ma+heureusement, à une mauvaise heure d'~coute, et sur l'Inter (16 h. 18 Inter, lundi). Sur la ChaIne Parisienne, nous aurons ven:1redi une journée régionale « La Fra'hce à l'écoute de Bordealll •. Parmi les émissions théâtrale1l, voua pourrez entendre: dimanche, à 13 h. 15, os: Un petit ange de rien du tout :t (Natlonal). Mardi. 2t h., os: Le Mal de Marie :t (National). JelHJl à 20 h., ta Compagnie Delferrlère vou\; propose deux pièces os: Maitre Daniel Rock " et « La Rencontre :. (Parisien). VendredI, à 16 h., écoutez l'histoire de l'inspiratrice clu pe'intre Raphaël « La Fornarina ,. IrFter) et, enfin, samedI, à 20 h, 35, une évocation hbtorlque « Le Secret de Sainte-Hélène :t (National). DROIT ET LIBERTÉ en Belgique. •• & AfAUÏ6- Mnl p-Wdi6, tIf,Q,Ï6 ••• e'~WmUiMne II-U ~ LES VACANCES LE PLUS GRAND CRIME' D'UN ETRANGER: TRAVAILLER Une ara ode enquête de notre (orrespoudant partiCUlier en B~ai,e: OtARIES ROY N OUS avons déjà montré comment les étrangers, et particuEèrement les Juifs, sont placés da.ns la quasi-impossibilité de se créer une situation indépend. ante par suite du manque de compréhension qui préside à la déli vrance des cartes professionnelles. Les ouvriers et tous ceux: qui travaillent dans une entreprise, se heurt~nt aux. n::êmes ~ifficultés Lorsqu'Ils solhotent 1 obtention d.u « permis de travail li. Le plus souvent, les autorités compétf!ntes prononcent un refus qui, dans bien des cas, oblige les intéressés à travailler plus ou moins clandestinement avec les inconvénients _ que cette situ$ltion comp(}rte pour l'économie du pays. Q';li pourrait don.ner tort à celui qlll, pour subventr aux be$ Oios de sa famille, se livre à un travail que lui interdit des dispositions allant à l'encontre des engagements pris par la Belgique sur le plan international. Il est peut-ètre bon de rappeler qu'en adhérant à la Constitution de l'Organisation Internationale dt"s RtSfugiés, le Gouvernement belge a. reconnu que les réfugiés « ... rlo;1'elel recevoir airle et aS' sistancc, et dans toute la mesure du pOSsible, étrl' l'mployés Itlileme.' t, alin ri' h'Îfer les consélJuences funestl's et anti-sociall'S I]N'cntraÎne l'oish'eté prolongée. " Ces décisions fort sages sont malheureusement demeulées lettre morte. Quelles que soient la qu."l.lifkation des intéressés, le seul fait qu'ils sont étrangers leur retire le droit au travail. A quoi sert le pcrmis de travail puisqu'il est systématiquement refusé ? En fait il s'agit plutôt d'une interdicÙon de trav;J.il qui lèse surtout l'économie. nationale. Et à quoi part, et nous ne répéterons jamais 'bon accorder « généreusement .. assez que la xénophobie ouvre la le droit d'asile aux réfugiés, si porte à l'antisémitisme, qui anc'est pour les contraindre à vivre nonce toujour.s le fascisme. voie de l'injustice et de l'autoritarisme. Mais les démocrates veillent, ils ne morde'nt pas, à l'hameçon qui attribue aux étrangers une crise dont les responsables sont très hauts placés. Et ils sont bién décidés à barrer résol ument cet~e route sinistre, comme naguère, ils ont barré la route au nazisme. de la charité publique ? Les or- Refuser à un h,omme le droit de ganisations d'assistance ne sont ga.gner honnêtement sa vie parce pas à même de verser plus de qua- qu'il a vu le jour sous d'autres tre à cinq cents francs par mois cieux est non seulement révoltant, à chaque réfugié et le pourcen- d'autant plus qu'il ne s'agit pas tage de la débilité est particulic- de cas isolés, c'est le commencerement élevé dans cette caté~orie ment d'une route qui pourrait mede personnes. L'état de sante de~ ner les responsables d,ans '"la CA sulvrc.) enfants e5t très précaire ... et pour 1 _______________________________ _ cause. PAS DE TRAVAIl. EXPULSIONS La situation générale des Juifs étranger, se réduit à un celcle vicieux

Ils sont menacés d'expulsion

s'ils ne peuvent justifier d'un permis de travail qui est pres-que tou~rs refusé par la CommiSSIOn de la main-d'oeuvre étrangère. Une chose, le principe selon le' quel le droit de séj{)urner en Belgique s'acquiert par le travail; autre chose, l"autorisation de tra.vailler 1. .. « On tombe en plein arbitraire, COmme l'a souligné récemment le sénateur socialiste Van Remoortel, au Sénat : « ... Ces étrangers doivent vivre. Mais, si le Ministre du Travail ne leur délivre pas l'autorisation de travail ou si la Commission Economique leu-r tefuse le permis, il leur est pratiquement impossible de gagner leur vit". Cela aboutit à l'expulsion. Il cst inadmissible que cette Commission ait le droit de décider seu le l 'expu lsion d'un étranger. " L'argumentation officielle prétend que « les étrangers sapent l'économie du pays... n Nous avons déjà entendu ça quelque En toute franChise LE PRESIDENT ET LE TRAITRE UNE photo pUbl1ée récemment par certains journaux de chez nous a suscité l'indignation de nombreux patrlotes belges. Elle représentait le Président de la Républ1- que Française, Vincent Auriol, congratulant Jan Van Dorp, lauréat d'un prix littéraire français. Van Dorp, dont le nom véritable est Oscar Von Goisenhoven s'illustra dans la presseégoilt d'occupation par ses furieux articles contre les t terroristes " et les Juifs. Le traître s'est bien gardé de revenir en Belgique où plusieurs de ses amis du t Nouveau Journal:. ont été fusillés après la Libération. Espérons que Van Do,rp-Van Goisenhoven sera bientôt démasqué par les autorités françaises et qu'il sera remis à la justice belge, UN COLLABO BELeE A RADIO-LILLE lb UNDI 6 juin" dernier, des auditeurs ont pu entendre à 18 heures, une séance de musique de danse donnée par l'orchestre de Fred Candrik à Radio-Lille. Le sIeur Candrik interdit sur les antennes belges semble se refaire une virginité en France. Musicien de talent, il n'a pas hésité à prostituer ses connaissances' llIU service des boches sous l'occupation. Il fut un des piliers de Radio-Bruxelles (emboché) et joua pour des formations militaires nazies au moment même où l'excellent bassiste de jazz René Goldstein était envoyé à Auschwitz. Fred Candrik a joué la carte allemande, il a perdu et les auditeurs de Radio ont le droit sinon le devoir, de demander 'son éviction totale des ondes françaises. des jeunes de la victimes guerre Comme chaque année, « Solidarité juive Il organise des vacances pour les enfants juifs de Belgique. Six cents enfants ont, pu ainsi bénéficiec de Slplendides vacances à la mer et dans les Ardennes, I/Union Sportive des Jeunes Juifs (U.S.J.J.), dont on connaît la dynamique activité, prépare égaiement un grand camping d'été accessible aux plus de Il.uator.oe ans. Avec le concours de (( Solidarité juive n, l'U.S.J.J. se pr-opose de rassembler des centaines de jeunes Israélites en un immense camp placé sous le contrôle de l'O.N.E. Tout est mis en oeuvre pour réaliser des conditions de confort de premier OI"dre. Cette v:ute entreprise doit connaître un grand succès mais chacun doit contribuer- il sa réussite. La plupart de nos enfants sont des orphelins ou des 'petits de parents indigents. Leur santé sera rétablie par des vacances magnifiques et chacun de nous voudra verser- sa quote--part ' aux «li.hcteurs qui mettent en circulation les listes de ( Sol. li et de l'U.S.J.J. Nous n'l&,nOl"ODS pas qu'il faut souvent subventionner de vastes actions mais secourir les enfants, c'cst

Ul;urer leur avenir-.

UN ARTISTE BELGE A PARIS Un j~une artiste belge disait, l'autre ~oir, certains de ses poèmes dans \ n cabaret parisi'Cn, à « L'Escorial n, boulevard Haussmann. Avec beaUOO\lp de talent et de sensibilité, Roland TICHOUX dit simplement ses vers. Un grand et gros garçon blond, aux joues roses, en visite à Paris et venu de l'autre côté de la frOntière. J. W. • ,1er juillet 1949 ....... N° 31 (99) DROIT ET LIBERTE 9 la reo(ootre historique de 10 Gronae -GUX - Belles LE TlBI18A1r~E Par Roger ·MARIA : par R. PAYET-BURIN-;:- N OMBREUX sont les écrivains qui ont annoncé leur intention d'aller au peuple. Un peu comme s'ils partaient pour la Croisade. Mais le fait est qu'ils ne sont guère lllés loin, pour la plupart. Leurs grandes résolutions sont demeurées à l 'état de voeux pieux. Il ne suffit pas, da ns un [0- rn~n, de faire fi~urer au premier plan deux ou trOIs personnages' en cotte bleue, et de décrire par le menu quelque taudis de Belleville, pour prétendre qu'on a fait une oeuvre populaire. Il existe même un mot : populiste, pour indiquer qu'on a fait alors autre chose. JI y a quinze jours, il s'est produit un événement littéraire de la plus haute importance_ Beaucoup plus important qu'aucune des innombrables distril;mtions de prix qui se pratiquent du \"" janvier à la Saint-Sylvestre. Aragon est ~lIé à la Grange-aux-Belles pour parler, devant et avec Un auditoire d'ouvriers, de son dernier livre .: Les COmmu'nÎstes ( 1). C'est un événement sans précédent. On a beau chercher parmi tant d'écrivains qui ont fait profession (]' 1( écrire pour le peuple ", on n'en voit point qui aient pris la . peine de demander au peuple ce qu'il pensait de leurs écrits, vriers coIilprennent cet homme. Ce qui était frappant, dans les in- . terventions qui furent faites plr lès travailleurs réunis à la Grange-aux-Belles, plus que l'enthou~ iasme, la chaleur dont elles témoignaient, c'était leur éton' nante perspicacité. . Cet ajusteur, cet employé de commerce, cet instituteur, te métallo avaient tous compris le sens profond du livre, ils en appréci. aient la justesse, ils en admiraient la beauté et ils se montraient capables de remarques qui, pour n'être pas dans le ton ni dans l'esplÏt habitut'ls des cntIques de métier, n'en· allaient pas moins très loin : Nous parlons comme nous sentons", dit l'un, Aragon a bien fait de prêter à se~ o'~vriers ce ton familier; j'étais trop jeune en 1939 pour comprendre les événements, dit un autre; c'est seulement grâce à ce livre que j'éd pu noe représenter cette période; oui, dit un troisième, ce côté-là est très intéressant. mais ce qui m'a beaucoup plu aussi, c'est l'histoire d'amour entre Cécile et Jean. e AR c 'e5t le point qu'il faut soulign~r. Ces travallleurs ont pour la plupart félicité Aragon -de n'ayoir pas écrit un roman « pour ouvriers ", c'est-àdire un de ces romans où l'on ne met en scène flue des ouvriers, comme si, dans la Société où nous sommes, les ouvriers étaient seuls et ne dépendaient que d'eux-mêmes; un de ces romans où, s-ans doute DOur se faire mieux comprendré du publ\c auquel on prétend s'adresser, -on ne parle que travail, m~tier, usine - comme ~i les ouvriers n'étaient pas à la hauteur de certains sentiments humains, l 'amour par exemple. Or, le roman d'Aragon est un roman politique où la première place est donnée à la :lasse ouvrière et au Parti communiste parce qu'en \939)ls jouaient effectivement, l'un et l'autre, un rôle de premier plan dans le pays, et c'est un roman social, au sens le plus large du mot, où les milieux bourgeois et petits-bourgeois sont mis en scène et décrits comme ils doivent l'êtr!! pour que l'ensemble soit juste. Et c'est un roman d'amour, . enfin. Pouvait-on penser qu'Aragon écrirait un roman d 'où l'amour serait absent ? En vérité, ce livre s'adosse à toute l'oeuvre précédente d'Aragon. Il . en est le prolongement naturel, avec la différenèe de perspective que nécessite la marche de l ' histoir'e. Probablement qu'à la suite d'une réunio.n comme celle de la Grange-auxBelles, surtout si elle a de nombreuses imitations, bien des travailleurs, après Les ,Communistes, voudront lire Les Cloches de BaIe, Les Beaux qua.rtiers et d'autres oeuvres encore, également · dignes d'eux, non seulement d'Arlgon, ·mais aussi bien d'André \Vurmser, d 'Elsa Triolet; de Melpo Axioti, de Jacques Roumain (je cite au hasard), et de tailt d 'autres. Ces auteurs auront alors rencontré leur public. (1) La Bibliothèque française. La Grange-aux-Belles est une salle .où les ouvriers se sentent 'Chez eux. Ils l'ont construite de leurs propres mains, elle est leur oeuvre et leur bien. Ils y sont venus, ce soir-là, non pour prcudre des leçons ou pour en donner, mais pour échanger, de plainpicd, en amis. des propos dorit ils tirerlient profit, autant que leur interlocuteur lui-même. r---:-------------------------------., A voir ensuite comment les ciRiMONl1S OfFlCllUIS AU CHAIIAU DI NOHANT Sous la présidence de : Mme Aurore Sand ; M. Edouard Herriot, p .. é8id·ent du c0- mité Nation·atl Frédéric Chopin ; DANS LE SArON DE GEORGE SAND OU FREDERJC CtlOP1N COMPOSA ET EXECUTA SES OEUVRES (21 hl!ut'e6) Lecl4lre de pages de George Sand, m6lodif6 dt ChQpi·n, Sonate Funèbre, par J. lyen. UN HOMME DE DIEU (de Gabriel MARCEL) Ces dernières semaines, le Thé;ltre Montparnasse Gaston-Baty a accueilli plusieurs troupes de province qui sont venues, sous l'égide du Ministère de l'Education nationale, offrir aux spectateurs parisiens une sélection de leur répertoire. Ces efforts sont le fruit d 'un plan de décentraliSation qui mérite bien des éloges si l'on en juge par la qualité des oeuvres et du havail d'équipe qu'il nous a été afnsi donné d'apprécier. Je ne vais pas présenter à nos lecteurs le détail de ces excellents programmes qui nous ont notamment permis d'applaudir la SaÏ/lte (eanne, de Bernard Shaw, Le Baladin du monde occidental, de Synge, et Georges D(mdi/l, de Molièrt'; ' je renonce à vous en p\rler car ma chronique veut être plus un guide du spectateur qu'une critique de spécialiste et ces pièces n'ayant été jouées que trois ou quatre fois, elles ont disparu de l' affiche et vous ne pourriez aller . utilement 4U Théâtre Montparnasse. Je ne veux vous entretenir - rapidement - que de celle q\le le · Théâtre de l'OEuvre reprend pour une série de représenfations et qui mérite, en effet, l'intérêt qu'elle a suscité. Il s'agit d'Un hOmme de Dieu, d'il philosophe chrétien, existentialiste (et ultra-"réactionnaire) Gabriel Marcel, écrite depuis vingt~ ept lns et qui ressort aujourd'hui jouée par la trdupe du Centre dl·amatique de l'Est. C'est une oeuvre sévère, sans originalité, qui pose un ensemble de problèmes ' moraux qui s'enchaînent avec vraisemblance. Un pasteur a été trompé par sa femme. Il a surmonté sa douleur pour p:\rdonoer. Vingt ans après, la question se pose brusquement de savoir s'il a agi avec .une totale pureté, ou bien par une espèce de plus que trois mois à vivre. Le rencontreront-ils ? Verra-t-il sa fille ? La jeune fille, elle songe à fuir le foyer familial potlr vivre s.a vie auprès d'un liomme m:trié dont la femme est internée comme folle, Sur ces différents thèmes Gabriel Marcel a bâti ulle piè~e du genre mauriacien, dont le dialogue sent la littérature, mais ne manque pas de qualité. Les tourments de ses personnages sont quelque. peu artificiels, mais nous intéressent quand mème. Ce chrétien nê s-emble ' pas se rendre cori:::.pte que ·sa pièce apparaît, en définitive, comme une satire en profondeur nu néant métaphysique et simplement humain de toute une philosophie de la vie qu' il s'est attaché à défendre et -que ses personnages sont enfermés dans la prison momie dont lui, Gabriel Marcel, s'obstine à ciseler le verrou. Si VOUS allez au Théâtre Ne manquez pas - Ardèle OU la Marguerite'. - Les temps difficiles. - Les gal tés de l'escadron. - Les oeufs de l'autruche. .. - Let taUl·eaux. - Un . inspecteur vous demande . - Oomédie-Françaire - R\chclil!u Tout. Alle. "oiT : - La .soir. - L'inconnue d'A.rras. - La reine morte. -' Le lever du soleil. - Ondine. - Les maltres · nageurs. - Une femme hbre. - Branquignol. - L'inspecteur Grey. A la rigueur : - Les ~n[ants d'Edouard. - La lune dans le Fleuve Jaune. - Les mal-aimés. - Grand-Guignol. - Les inditréren\s. - Interltit au public. - Loo vignes du Seigneur. - Aimer. - Le maftre de Santiago. -Un homme de Dieu: A éviter - Les mains sales. - Les bonnes car~. j.ournaux réactionnaires ont parlé de cette soirée, . il était facile de cornprcndTe que leurs rédacteurs ne s'y étaient pa.s vraiment rendus. Parce qu'elle s'est déroulée ,.j'une façon totalement différente de ce qu'ils en ont dit, et sans ' doute ne pouvaient-ils pas prévoir la tournure qu'elle prendrait. Telle est l'idée qu'ils se font des ouvriers que la perspective de les voir discuter de littérature leur app~rait .bouffonne, simplement. M. Yvon Oelbos, Ministre de l'Education Nationale ; M. Georges Putrament, Ambassadeur de Pologne en France ; . Pout" tO\16 renseignements s'a.df'e66er au Siege du Comité NationaJ l'rederlc,\.:tlOpin, 12 bis, avenue Eli6ée-Redus, !"aris (7').. INV. 01-75. yanité évangélique, ou encore par j-_______________ _ simple veulerie. D'autant plus ·qu'il sait que sa fille n'est pas la sienne, mais celle de l'amant. Sa femme, elle, s'est plongée dans la vie dévOlf, les bonnes oeuvres. Ils auraiel1t oublié si l'-amant ne survenait sous les traits 'd 'un malheureux terriblement malade, aigri, et qui n'a ' C'est qu'ils pensent à une certaine littérature, la littérature que les écrivains &urgeois écrivent à l'intention de la bourgeoisie. Les ouvrie,s y ont si peu de place qu'('n les voit mal, en effet, s'en entretenir avec les auteurs. A nltins que, dans les qs préci sément ,ù ces derniers .ont bien voulu « se pencher » sur eux, en' vertu du » populisme" oU de, toute autre mode littéraire, les ouvriers ne leur crient leur indignation et leur dégoût d'une peinture aussi fausse. D ANS Les Commloûstes, les ouvriers sont représentés P'l-T un homme qui le~ côn naît et les comprend. Et du coup, les ou- M. Paul-Boncour. Pré6id"nt d"bonneur des « Amis de George S6nd ». DtMANOOE 24 }lJIU.ET, à 14 h. 30 Causerie sur les séjours de F,édéric Chopin à Nohant par M. Pall4-BoncoUt' SUR LA 11E·RRAS& DU CHATEAU (places assises) ~ita.l Jean lyen; Mélodies poConaises, Interprétée6 par Irène JoaCltim, de l'Opéra-COtmlqlle ; Poèrnetl de Maurice R~ioot, Anlls de ·Noail'\"s, Mar.oe4 ProU6t et Paul Ell!u~lTt, dits par Jean.e Bol tel, de la Co.médlef'rançalge. DANS LE PARC V lielleux et comemuseux : le6 (}l\:s du Be!"ry; "anses fotldoriques berr/dJonnes; BrloJage. «Cho'pin, l'incarnation du p~ano)) a dit Julien BENDA C'est une a8BIlmblée partieu lièremènt attentive et enthousiaste qui, le 22 juin ùernier-t. écoutait la eonféJ'ellce Ùe Julien mnùa, donnée, ]4, rue de Paradis, à. l '·oceasion du centenaire de }'réùéric Chopin. Organisée par Droit et Liberté et l'As.sociation CliUureUe J uwe, cette belle manifestatiùn · était pré8id~ par M. Jean NOARO secrétaire général de l'Amitié· t~anco-~olo' naisel membre du COlllite NatlOnal CJlopm. I1Juiltraut au piano. son exposé,. Je grand écriyaln et plulosopiJe Juhe;'l Beuùa se ré\·éla, non seulement cr.ltique musical et musicogr,aphe, malS aussi excellent instrumenbste. Dans une style à la foi~ sobre et brillant Julien Benoda presenta un oertain' nombre de réflexions, que l'on sentait profondément .mû~ies, et qui constituent une contnbutlon ?e premier plan à l'étude de Chopm et de Bon oeuvre. Il e 'attacha à montrer ]e caractère social, 1i'wmain, génére de l 'oeuvre de Chopin, dénonçant au passage ceux qui ne voient ùans la mussique qu'un plaisir pour déllcats :..

Le pr()pre du gran~ art~te,

Git-il, ft3t de comm .. ,,"',. a1/eC '" u,,- $Ï,bilité de tout le 1/WIl&, Cil l'e~· muat comme pel'sonne . . ";/ Evitant soigneusement ùe faire

de la littérature :1 à. propos (Je

la musique, il soulig;'la chez I~ gr~I1~ compositeur polonals la chversdl', « la (acuUé d'avoir consta1Wlne1rt des i,d,Us », l 'égak bonté de toutes 8es oeuvres, (Jont la' plupart partent d'un thème très simple, malS profO:Jdê· ment étudié, « où est i"1npliqué le 1éveloppement, ç01llrne l 'évolution de Z 'être vivant est it/lpliquée daM l'oeuf prilnordial :1. Le conférencier nota en,tüte que Chopin, dont « l'autonornie senlbk la loi :1, n 'a subi aucune influence de ses prédécesseurs ,; qu'il a été « ! 'inronw,tion du piano :1, tirant (Je cet instrumen t des effets que personne ne lui ayait fait rendre aupara" ant; et qu'il a i~flue;'lcé tous les musiciens qui l'ont suin. « Ce qll~ l'humanité ulldnime hoMre daM Chopin, conclut Julien Benda c'est sa puw.w.rlce atttatlt qlU3 son cl:arme. ) Et, joignant l'action il. la pensée, il ex ecu ta une partie de la oonate en si mineur et la polonaise L'A/lpe! aux Arrnes, deu~ oeuvres earactéri8tiques de « celui qm a a.ppeU! le mItIà~ à la liberté de .~a _tioft. et, du 6Ot'p, à la Zwerté de t01lo.f kM ~8). Prix Cles pCaces : ~U, IfIO, 2f1O, 1,1100 fNlloe (ce demI« tarif donnant .dr{!it à toutes les manlfoestations de )Q )oumee). Chemin de fer Paris-Nohant, aJ~er et retour, blililet COlleetN : Trosième classe : 1.194 francs (etate Umite le 8 juillet). 'RAIDE fÎTI (HAMPÎTRI de l'Amitié entre Franoals et immigrés pour la défense de leurs intérêts communs et de la · paix, sous la présidence de M. Justin GODART, ancien ministre Nombreux 6lands-expositions - Grand bal avec le Jazz du Carrefour - Bars - Buffets - Spécialités nationales · , a'" cancans La bOÎte • Le 35' Salon de-s artistes· décorateu. rs - ·qui comprend égalel1l1mt une section rése'Yt·ù au touriSnle et à l'hôtellerie - eSt o·U'vert au public jusqu'au 15 j!t1Uet, au Grall(l-Palais des Champs,Elysies. , • Après avoir terminé sa saIson de Cannes, et apr~ avoir dirigé, pendant le mois de mai, plusieiIr~ concerw il. Budapest, Charles Bruck Vient d 'être engagé par 1 Opéra d'Amsterdam, après le départ de Pierre Monteux aux Etatl;Unie, pOur pluMeurs · représentations d'Orphée, de G1utli:, Ajoutons que Charles Bruck va assumer la direction mUllicale de la pande saioon de DeaUVille; pendant le mois d'août. • ~ eritiqttu .çe sont réu·1tls et on.t oolWonni Jw.es SII,peTl:ieU.e pour ~n "-Oitveav, recùeil 0( Oti;f;liew.e JL~moire ,. • C'est par cinq voi?, contre qualr~ que le docteur Henri David. se voit déoeFner le prix du roman d'aventures 1949 pour « Jeux de plomb », • Ta11~lis que 0( Le Mari ne compte pas , VW" t Il ' êlr.e repréJJentt 6t1tJ1O ,çtwcès à l'Olympia de Mil.an, daM sa version. iltûief/71f, 4: 1'llÙia TMIJ.tre Il 'Hambotlrg vient ~ créer« Ils on.t vin.Qt ans;) e.n la11.Qwe allC"t!wfide, !lt le célèbre Blir,q T/;éâ/"e de Vilmfle nffiche actlielle1llettt Voyage iltterdit , qui li. , est autre que Trois GarçQ1ls e.t tI·ne Fil4: ;). • Pour la troisième Cois, le prix Char. les Veillon 1950 jrix du roman de langue française), d'un montant dl! 5.000 francs, sera décerné à Lausanne au début de l'année prochaine, Comme d'habitude, le concoure est ouvert aux écrivains de toutes nationalités. il la seule condition que le roman soit écrit en français. Le Jury est présidé par M. André Chamson. S'adresser : « Prix-Charles VeiUon n, av. d'OuChy, 29 c. Lausanne (Suisse), Envois Jusqu'au 30 cçptem. brè 1949. • Mercre.di derniu, à Lyon; Maurice C.l-oche a comnl.e1Joé « La Cafje au:e ftlles , d'après un scénario de Henri Danjot/, et dit ,·é;ùiJsateltT. • Quatre films ont été terminés la semaine dernière : « Mademoiselle de la Ferté » (Roger Dalher) « La Petite Chocolatière " (Anru-é Berthomieu) « L'homme qui revient de loin » (JeBJl Ca.st,mle:r) et « La Danseuse de Marrakech » (Léon Mathot). Le Couëou' .r; . - JO ~----------------------~~--------~--~--- DROIT ET LIBERTE J. ... juillet 1949. - N· II (99). LE C o 1 N DE LA CI. C.I. E, LA-HAUT SUR LA MONTAGNE ••• Il Il Y a un petit caillou qui Rien n'y manque ... surtout pas la pleure n crie Marcel du groupe gaîté. ~es « Savoyards n, à la monitrice. Que de belles rondes, que de Peut-être ne savez,vous pas qui beaux jeux ils on't faits! Que de sont Il Les Petits cailloux n. Ils belles histoires on leur a raconfo- cment une des équipes de la co- tées ... et les jeux de ballons ... les lo-~ie de ta C.C.E. à la Féclaz, merveilleuses promenades... le' qui se trouve tout là-Mut sur la sable... les chansons du folklore montagne. Mais puisqu'ils sont à français et yiddisch ! ! ! , la montagne, ils en profitent. Et Il faut aussi parler de notre en promenade aujolft'd'hui, ils belle fête. C'était la première! grimpent pa.r un chemin bordé de ' Mais comme elle était réussie.' .. et ~leurs multicolores. . , puis les artistes pour une fois c'étaient les moniteurs. De retour, on admire le bea.u Quelle belle journée ce fut! châlet. Il est magnifique et tout Et ce n'est pas la dernière, car llttre petit re.onde en 'est bien fier. Régine, la responsable pédag-ogi' Leur coloni,e est belle et ils en que et les moniteurs et monitrices prennent grand soin: Et quel con- sont là et ils se préparent encore à fo-rt! Les chambres sont à 2 ou 3 apporter beaucoup de joie, et à places avec lavabo, eau chaude, apprendre beaucoup de choses aux eau froide, parquet cil'é, le réfec- enfants q'ui habitent un beau chatoire s'pacieux, ensoleillé, une let, là-haut sur la montagne. grande s\lIe de bain, des douches! Daniel Z·AIDMAN. LA COMMISSION DE L'ENFANCE _'"' U.J.R.E. lZ" arr. ORGANISE UNI! SÔIRE.E CINEMATOGRAPHIQUE . /lU prO!tt etes CQlanIies te VM(l1'1Ces le mardi 5 juillet, à ZO h. 30 CINEMA *'K URSAAL 11. rue de Oravelle .* ' /llIec le grand; film polonaiS OHANSON S, I~TERDITESi 8J.Uets d'entrée che~ l'épicier GOLDBERO; 92;', ruc ,' Clatde-Dec~en; , et chez M. ROZENSTROCH, 8, rue Lamblardle UN GESTE DE SOLIDARITt La Commission Centra~e de !'Enlance renll~rcie chaleureusement le prolesseur de l'Ecole de bijouterie de Saint-Martin peur l'intérêt qu'll a porté à un de nos enfant9 du foyer de Livry-Gargan. H. G .• en lui permettant de poursuivre 1Ies éotudes à l'école de bijouterie du Louvre (Ecole du Syndicat patrona'I). Avec l'aide de ses anciens élèves. il a pu procurer à cet enfant de déportéso la somme de 15.000 Ir. nécessaire à l'achat d'un matériel Indlspensa\}1e pour el1trtr dans cette école . Nous réitérons ' nos remerciementso à. ce professeur géuéreux. ainsi qu'! ses anciens élèves pour i·aid.e qu'ils Qnt apportée à notre petiLH. O .• considéré par son p.olesrcur comme un des meilleurs élèves qu'il ait d"ns son écoJe: Et nous en QOmmes fiers à lu.te titre. a!nSli que 1- foyer de Livry-Gargan. o 44 MO SUISSE L 44 OU GARÇONNET STRASBOURG ·A l'occaslon du mariage MonkaGrumbach. il a été colleCté la 9OIIlme de 11.365" fr. , au profit de la colonie de vacances U,J.R.E. « La Salcée » et des oeuvres 'soCiales de l'Union de la Jeunesse Républicai- , ne de 'France. La Direction et le Oomité des « Ami .. du Foyer de I,lvry-Oargan . ' remercient chaleureusement tous les amis de la Section de Oargan-pavillons ainsi que les -amis rie · Parts qui ont tant contribllé à la si.. belle rélJliSite de notre 3' ltermesse du 1% juin l!l49. ' ' , " . .' ~os plus· vives félicitdii~n~' a RUm AMIRUI et A. GOtDMA. à l'occa9ion de ~ur mariage célébré le Jeudi 16 Juin .1949. Charles et Marguerite. BOULANGERIE-PATISSERIE ISRAELITE Sp~clalités étrang~res , Pains de seigle lmlE~NA~1O \8. rue N",D . ..de.Nazareth, PARIS (3e) Tél. : TURbigo 94-52 Même maison : ' t, rue Ferdinand-Duval Métro Saint-Paul , F 44 GARÇONNET. FILLETTE ANCRE 15 RUBIS A 44 FILLETTE. DAME. VERRE OPTIQUE D 44 HOMME. TROTTEUSE CENTRALE 1450 1950, 3285 3485 4885 Colonie de voconces: PlADNE, MONT AGNtE ou MtER., Avec l'approche des vacances scalaires. surgit la question devant les parents : où l'enfant doit-il faire son séjour pendant l'été? C'est aujourd'hui une vérité première : l'organisme infantile qui vit dans la grande ville doit être pour quelque temps éloigné du milieu uooain, où l'air est constamment contaminé par des microbes et des poussières. Les endroits où l'enfant pourra passer ses vacances avec profit se divisent, selon leur caractère c1imatiq.lle, en plusieurs catégoriés. II y a tout d'abord le climat de plaine. Bien souvent. le séjour dans un tel climat suffira pour rendre à l'enfant couleurs, muscles et embonpoint normal. II faudra cependant que la région soit sèche, pas trop chaude, bien abritée des vents, avec des heures d'insolation assez nombreuses. Comme exemples classiques, les endroits suivants peuvent être la Touraine et l'Ile-de-France (Fontainebleau, Rambouillet, Compiègne ou Chantilly). En ce qui concerne le climat de montagne, il ne faut pas perdre de vue que les hautes altitudes ne conviennent jamais aux enfants. Les plus indiquées sont les altitudes qui vont de 800 à i.200 mètres. Les effets du climat de montagne soot fort multiples. Il agit en premier lieu sur la respiration : celle~i s'accélère et devient plus faible, inspiration plus ample, expiration plus complète. ainsi se trouve réalisée une véritable gymnastique respiratoire, naturelle et fort utile. Le nombre des globules rouges du sang augmente. ainsi que son colorant qu'on appelle hémoglobine. L'appétit devient meilleur, la force musculaire plus grande. la résistance à la fatigue accrue. Le climat de la montagne a une action fortifiante et excitante remarquable. Il sera donc utile à l'enfant, dont l'organisme réclame une stimulation; par contre. i! sera nuisible aux enf.ants trèi excitables et ayant tendance " l'insomnie. Parmi les différentei stations d'altitude, citona : Villard· de-Lans (Alpes). Bussang (Vosges), Langogne (Massif Central), Cauterets (Pyrénées). . Une kermesse de charme et de fraicheur Le climat marin exerce sur l'organisme une action très puissante; sous son influence, toutes les fonctioos organiques sont fortement stimulées

un véritable excès de vitalité

est ainsi réalisé. Pas tous lei enf.ants s'y âdap-tent, il y en a qui supportent bien le climat marin, d'autre,s, par contre. réagissent fort mal: Ils perdent l'appétit et le somm. eil et mai.grissent rapidement. Le clImat mann est particulièrement nuisible aux enfants rhumatisant9 ou atteints d'une maladie de coeur C'est un grand tort de la part de~ parents d'envoyer les . enfànts à la ~er sans avJs préalable du médecm. (article tiré de « La MarseilLaise • ' du jeudi 16 juin l!)1k9) Une Iile imposante de voitures auton, lOb:les marque l'entrée de ' la « Maison pou'r enlants de déportés et fusillés » de l'avenue du ColonelFabien, lorsque nous nous présentons. La cour ensoleillée est remplie d'une foule joyeuse et diverse. Tous tes amis de ce foyer, où une ardente jeunesse, arrachée au,x bras maternels et jetée sans sou lien dans la vie, retrouve la joie et l'espérance, se sont donné rendez-vous à l'occasion de la troisième loermes' se qui se déroule en ce dimanche 12 juin. Ces f~tes annuelles ont ' pour but de couvrir les frais des colonies de vacances. L'an demier', les quarante orphelin.;; !es flUssèrent en Angleterre et en Hollande; cette année, ils visiteront les uns, lb. pologne et les autres la Hongrie, sous la direction éclairée de Mme Ercman, guidés, conseillés 'Par M. Goldberg. che! éducateur, utilisant avec maitr:se l'a[·t de l'éducation moderne. Ces enfant., qui respirent' la santé et la foi, . triomphent littéralement du public ' enltlOusiasle dans les danses follcloriques et dans les choeurs dirigés avec autant d'aisance que de compétence 'Par M. Goldberg et · chanlés avec une ardente conviction par ces quarante jeunes voix Cjui lancent, fraîches et reconnaissantes à leurs bienfaiteurs émus : « amid marchons al) devant de la vie ... ~ M. Harold Lap:dus' président des AU POSEUR DE LINOS grand stock de Linoléum, Rémoléum. Balatum Toiles cirées. ' Papiers peints. etc. Ets MAURICE WAIS 98. boulevard ·Ménilmontant. PARIS-XX' M.: Pére-Lachalse. Tél. OBE 12-55 , StllCcur.OIlle : 40. rue de Rivoli. PARIS-IV· POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Édouard 'SCHNEÉBEKG' 43, rue de 1.1 Victoir~; , PARIS-9' , Tél.: TRI 88-56. Nuit: TRI ,88-61 Les meillèu~s TISSUS ' Toutes FOURNITURES pour TAILLEURS ch.ex ZAJOEL 89, rue d'Aboukir - Paris-2" Mo : St-Den's Réaumur. Sentiez Tél. : eUT 78-87 AMÉRIQUE DU SÙD AMÉRIQUE DU NORD ,ISRAËL . , , «OCEANIA» VOYAGES-TOURISME 4, RUE DE CASTELLANE Téléph.: ANjou 16-33 LA )lULt KlVUl IX KLPOK'ALt:' Pl1.()[OQIAP'i'QUE' El O'CTUALlTE~ UniQI.f4 /211 ~on '1Gnr. MQNNu.eNfS .. PU8l1C"r, lM PRES S, 6. Od P .............. p"",~, IClfIQ ",0 Amis du Foyer, rcmercir. tC.olt ce monde pétri de dévoueffio~'1t et de fraternité, vibrant a vec celte jeunesse que d'a.utres avaient condan;née. M. le docteur Paul de la section de l'U.J.R.E. lance un appel en faveur des colonies de vacances et M. Fourmanski de la ' Commission Centrale de l'Enfance succède au mi,~['o r.Jur inviter au renforcement de 1 L:llion sans distinction d'opinion p')1'liq,le, philosoph:que Ou religieu,se 'rOUI' protéger cette jeunesse si péniblemcnt enlevée au sort qu'on lui dc,,tinait,' pour éviter que la paix 80it à nouveau noyée dans un bp,ÎI\ de sang et de larmes, D e nombreuses personnalit.\~ étaient présentes, M., le maire . de Livry, deux adjoint;;, ainsi qlJe Mme Masse et M, pomara, consc,l· lers municipaux. M. le n,taire de Ctichy a souligné l'imporlance de l'union dans la lutte pour la Paix, pour u ne démocratie où les lE il ,le" pourront s'épanouir librement sans avoir peur de la ' guerre: :\1, lé' maire de Pavillons vint dire SL', 'oie de connaître ce loyer et assurei' qu'i! peut désarmai:; con.'Pter sur sa &01- IÎcitude. La fêle terminée, une roule de plus en plus ~ense se dirige vers les tables ~arOle?, les stands, vers les jeux et 1 exposltton des travaux artistiques des élèves : sëulpture sul' bois, ébénisterie, albums, avions bateaux imprimerie, tinsage, effectués · pen~ dant le.;; loisirs. J. R. Pas toutes les stations à climat ma,rin ont un caractère excitant du même degré. Il y en a même où 18 climat devient sédatif. Le climat lit· toral breton est, en général rude' son action excitante est trèi focte' mais celle-ci s'atténue progressive: ment de l'Est à rOuesi. Et les stations de l'Océan ex.ercent leur actiQn stimulante d'une façon beaucoup moins énergique. C'est. le cas" par exemple, de Saint-Jean-de-Luz et de Hendaye, stations bien 'abritée», douées d'une action sédativ8 indiacutable. Combien de temps l'enfant doit-il séjourner au ' bord de la mer ', Un mois est généralement suffisànt; on peut souvent c9nstater qu'un enfant qui a profité, durant un certain temps, du climat et de la cure ma· rins, perd ce bénéfice si on prolon!{8 trop son séjour. Si on veut obtemr le maximum de bénéfice, il est bien d'intercaler un séjour d'un mois 00 mi-altitude entr8 deux cures marines. I)r SCHEINFELD. A MARSEiLLE

'

Confiserie du l\1luguët ••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• Sociétéa1!.nume au capitCll de 10 minions de franc, 5, rue Maurice-Korsec MARSEILLE • BERLINGOTS, BONBONS ANGLAiS,' BONBONS " ACIDULES, CARAMELS AU LA.IT, . DRAGEES ' SURFI~E~, ::GRAINS D'ANIS,èÂILLOUX DE . MER, PRALINES, BONBONS . FOURRES, ~ HAL V A, ·etc ..• A,RTICLES POUR FORAINS UNE MAISON AlUJIOOl@ROlUJM ~AIOO(o) 97, rue de Rome - MARSEILLE AGENT OFFICIEL -: PHI L ip S Conditions particulières aux lecteurs de . 4: DROIT ET LIBER'rE :. POUR ALLER EN ISRAEL POUR ENVOYER VOS BAGAGES ET MARCHANDISES ADRESSEZ-VOUS A L'AGENCE 10, rue de la Chaussée-d'Antin PAR 1 S (ge )Tél. : PRO lZ-56 et PRO 53M78 • seule agence possédant ses propres bureaux à HAIFFA, JERUSALEM, TEL-AVIV qui vous donneront toute leur assistance CORRESPONDANT A MA R SEI L L E .. '1 1 .. , .' " • ,.1, ... DROtT lT UNaTE .- .... • .li. eune, .vuici tapage '. • • Les jeunes' de Livry-Gargan ont oHert: à leu Ils amis, en même te~ps qu'une belle représentation le spectacle crune jeunesse saine, joyeuse, aimant la vie. ,;'.AMI,SI TU TOMBES, UN AMI ... " le Vous qui restez, soyez dignes de nous qui allons mourir. 1) Guy MOCQUET. Il y a quatre ans, le 23 juin 1945, , mourait Léon Bursztyn, revcnu de" puis Peu de dép'Grtation. Son exem_ , plein'spire aujourd'hui toute une , jeunesse. Et les nombreuses délégatIons venues jeudi matin, 23 jUin, à 'l'appel du Mouvement des Cadets, se recueillir. sur sa tombe ex, primaient 'la volonté des jeunes Juüs de poursuivre le combat pour lequel Bursztyn était mort. Membre du YASC à Paris, il eut pour camandes Thomas Foge) et Fablen, car il militait dans les organisations démocratiques, Quand vint l'occupation, il entra d:lns le combat clandestin. Son père fut arrêté et fusillê, lui-même déporté. Après a\'oIr résisté à toutes les tortures, il mourut dans les bras de sa mère, dans cette France qu'il almait tant et qu'il contribua à libérer. Les dél~ga.ti~ns de la jeunesse juive vinrent se recueillir sur la tombe du héros et apporter lcur fr~terJ:.lelle et :tffectueuse a;ylllpathle a Mm~ Bursztyn, entourée d'amis, parmi lesquels JUille et M. Zerman. Au nom des Cadets, U .. son exalta Ic &ouvenir dl! et stigmatisa .eux ' i)'ui, d'hui, trahissent l'jd,;al morts glorieux. f'clgcldisparu, , aujourde IIOS , Jo Demen3ztain, ami d'enfa:.('(" de Léon Bursztyn, prit à son tour la parole au nom du YASC. Après avoir rallllt"lé les souvenirs qUi ' les liaient, Jo Demellsztain acheva : « Le YASC est fidèle à son pa~ et la mémoire de Léon est pour nous un eumple 6t un guide. » Clara Yakerson, secrétaire du groupe Cadets Léon Bursztyn, exprima la fierté que ressentent les jeun~s en portant un nom &i glorieux. Les morts ne sont 'las oubliés. Ils vivent en nous, pUIsque nous, les jeunes, continuons leur combat, "Le pays est à nous" ID' U 14 au 18 août. Budapest sera la capitale des jeune/ du monde entier, I!JI Ses rues résonneront au tintem~nt joyeux de toutes les langues, exprivie. mant une même volonté : celle , de la paix, de la liberté, le langage de la ,Car c'est à Budapest que se dérou lera le Festlval organisé par la FédératIon Mondiale de la Jeunesse Démocratique et l'Union Internationale des EtudIants, ' La jeu.,esre hongroise, qui cobstr uit avec ardeur des lendemains radieux, se sent solidaire de la jeunesse de tous les pays, Elle sait que dans tout le monde, il n'est pas un pays où la jeunesre ne lutte pour le progrès et la paix. Tous les problèmes qui se posent aux jeunes Français sont résolus en Hongrie, Par contre. les jeunes HongrOls doivent faire face à d'autres problèmes combien exaltants Les jeunee font assaut d 'énlUlation J'Out' que le chemin qui sépare la Hongrie du socialisme soit franchi plus vite. Cela, dan~ tous les domaines, Les jeunes ouvriers participent au mouvement

« Lutte pour la seconde »; les

jeunes paysan~ ont pour mot d 'ordre: c Apprends à exploiter la terre l); e~ les étudiants : « Apprends davantage ». Et de participer, ouvriers, paysanl', étudiants. au travail volontaire de choc, pour la construction du canal Danube-Tisza. du chemin de fer des pionniers, de la ville des apprentis .. , « - Le pays est à nous », disent-Us, avec juste raison, L'apprentissage ; Il ef't obligatoire en Hongrie, Les contrats collectifs assurent aU:J apprentis. la première année, 30 % du salaire de l'ouvrier spécialiSé, 50 % la deuxième année, 75 % la trois1ème, Ils mangent gratuitement dans les cantines des centres d'apprentil.' lSage et disposent de tout l'outillage nécessair,e. A travail égal, sa~aire égal: tel ,est le pnncipe appliqué aux jeunes, dès qu'ils deviennent ouvriers, U N .1i1s d'ouvrier, d'artisan. de paysan ne se demande 'Pas, en Hon. grie, s'il pourra faire ses études, Cent collèges populalN4. pouIVant recevoir 10,00'0 élèves, ont été cr~, Les meilleurs obtiennent des ,bourses : 1.. plan triennal en prévoit 10 ,000, Les étudiants peuvent ce procurer à bon mal'" ché les livres, lès repas, aux restaumnu; universitaires, une chambre da.rw les maisons d'étudiants, Les problemes que se pose la jeunesse intellectuelle, déchargée des soucis pécumaires, sont ceux de l'art et de la science. de la lutte pour le progrès avec l'ensemble des travailleurs. La culture est ouverte aux jeunes oumers, qui di~nt d'innombrables bibliothèques, foyers, cours du soir, oonférences, spectacles éducatifs .. , Il ne s 'agit pas de demander des stade6 et des piscines, mais de faire du !1)ort. Grâce à la pratique du sport de masse, la Hongrie a gagné la troisième place aux Jeux Olympiques de Londres. L ES congés payés. tout jeune peut les ' passer dans les maisons de repos établies par le plan triennal. Quant au , mariage. ce n 'est plus un problème économique diffi cile à rêroudre, grâce aux subventions d~ l'Et,·t, Et l'on pourrait citer d'autres conquêtes de la jeunesse qui. non , seulement travallle et se distrait. mais participe à la direction du pays. L'âge électoral est fixé à 20 ans. Plusieurs diri"eants de l'Union Populaire de la' Jeunesse Hongroire et du Mouvement syndical de la JeundS.Se Ouvrière et Apprentie. sont députés, 22 directeurs d'usines nationalisées sont issus des rangs doo organisations de Jeunes, On comprend, dans ces conditions, a.vec quelle ardeur la jeunesse hongroise parti.cipera au ' Festival Mondial, qui manifestera la volonté de paix et de progrès de la jeunesse du monde, M. CHAPIRA. Préservons la dignité du sport L'Espagne dE Frilf'lCO a délégué ses footballeurs à Paris. Inutile de revenir ' sur la cuisante défaite i ... ,fligée ~ l'équipe française. Mais il faut soufigner deux faits : -.:.. Les supporters amenés d'outre- Pyrénées ont 5éllué, il' maintes reprÎses, durant le match, à 11 franquiste, c'est-à-dire le bras levé à la mode hitlérienne. Le pr~sident de la Fédér;ltion française de football, M. Jules Rimet, à l'issue du banquet Qui réunit les deux équipes, leva son verre à la 5éI'I"Ité du généra,l Moscardo, « héros de l'Alcazar de Tolède ». Les sportifs juifs ne s'étor1f'1ero."t pas outre mesure Que 'M. Jules Rimet, liquidateur de biens juifs sous l 'occupatiO'1, porte un toast aux défenseurs zélés des Bastilles espa- , gnoles. DEUX SUIUID,ES ,, 1 C' ; I~TAIT' un homme, jeune fncore, (!L qui , s'ennuyait. Que voulezvouS mail cher, la vie 'est bien lerne poW' ~ nops autres, gens d'él\,te. Il Y a un I.en entre ces deux mOlts les, basses, les hommes qui s'en ser- Mais ils ne peuvent s'empêcher de faire entendre la voix de ceux Qui, ayant souffert plus' particuiièrement du, fascisme, entendent bien que le sport ne don'rÏe pas prétexte à des manifestations tota,li taires sur le stade et ; dénient le droit' il' tous les Rimet de représenter le sport: ' 1 1 i '1 1 i 1 i Le jeune hOl11Jhe s'ennuyail. Travaille" l ,vous n'y · pensez pas 1 Réfléchir, Ir.ais d'une manière intelligente 7 au-dessus de ses forces 1 Se dislra're ? 1] avait bien poussé sa première felf,me ,au suicide, s'éta!L remarié. moiS ... non VraJll.lènt, la vlè était par trop terne. tragiques. - vent, ce tout, ce sont les forces de VUIl" côLé, un fils de " bonne fa- mol'~. ' mille »,. un fils il pap&., comme on Et , ce n'est pas un hasnrd si M. ' les appelle souvent, issu d"un rr.ilieu Jean-Paul Sartre pape de l'existentian'intellectuels 'victime de la dé- ' 'lisme,' se retrou\e {jans les salons de composition d'une classe décadénte, ceux qu,i se vendent il l'ctr~nger, qui ne peut plus ofIrir il ses reje- pl"Oent ql1i 5e vendent il l'ét.ranger, tons que le fruit véreux de cogi- prônent un « internat.ionalisme • protatlons malsaJl1es; une classe in- filable il leurs seuls porl.t'feuilles, Iicapable de donner aux jeunes un quident les indus.tries nationales, iléal, un but dans la vie, quelque augmentenL , Iell~s marges tle profils chose qui élève l'homme, le force il tout en maintenant les salnll'es il des participer il l'édification d'un monde laux très ])as, oblig('allt ail15i ceux uuuveau, plein de promesses e~ de (jJui ' ~raYailJent il cre l'el' de II1uladie Il y a, dans les clubs sportifs de France, suffisamme."t d'honnêtes gens qui, à l'exemple d'Auguste Delaune ,ou de Léon BurzstY,!1, O[1t combattu pour un sport libre ! Il serait ' tout à fait norrnill Qu'on choisisse parmi eux les dirigeants de nos fédérations sportives. , Le sport, français ne s'el) porterait que mieux. Le coin du Campeur Lorsque" vous établissez votre camp, prévoyez immédiatement trois emplacements essentiels : - un pour le feu (si vous ne posséckz pas de réchlud); - un pour le dépôt des déchets, boîtes de conserves, papiers, etc; -:- un pour les feuillées. Au départ, n'oubliez surtout pas de bien étemdre votre feu d'en disperser les cendres, d'e~terrer soigneusement tous les' déchets et de reboucher toutes les fosses que vous aurez pu crèuser. Dites-vous bien qu'un campeut' digne de ce nom, ne lai5se aucune trace de son passage, ",contrairement à ('e que peuvent ,pi!nser «!r- ~aiTlS débutants. ' Et voici maintenant 'la rC{;ett~ du gourmet .. , MAYONNAISE DU CAMPEUR

Pour la réussir mélangez

au jaune d'oeUf/ deux' gousses d'ail entières, ,une cuillerée de mo~tarde; ajoutez l'huile petit à petit en 'tournant la mlyonn';iise toujours dans le même 'sens. Dès l'apparition d'une ~auce consistante, ajoutez ' l 'huile sans trop vous occuper de' son débit. Pour tenniner, ajoutez dtu poivre" du sel et ,un filet de .vinaigre (ou, selon vos préférences, un jus de citron), Si vous ratez votre mayonnaise ce qui arrive bien, .souvent, vo~ pouvez .la reprendre en versant progressivement le mélange d'oeuf et d'huile dans un 'bol' contenant un peu d'eau froide ou du vinaigre bouillant. ' Tournez en ajoutant la sauce petit à petit. Vous vous lècherez les babines! Jun, SAIDOTRE. La {emise solenne'lle d'un fanlon offert par les Cadets de l'V, j , R. E. à la Section « MiC'llel :t, de .1'U,S.j. J., a eu lieu à Bruxellu: ' La Section Michel s'est placée en tête' lors de l'action menée pour )a diffusion et la campagne d'abonnements à c Droit et Liberté ;t. Un beau soir du moi§ de juin, le jeune hc.mme ù l'air tounnenlé, aux idées confuses, dégusta it un Quelconque Il gin-fizz" à la terl'asse de la " nhumerie ", il :Saint-(;el'main-desPrés, en compagnie de sa Iemme ('t d'un nmi. ' jc,ies. ou de faim, , .oe l'aulI'e côté, un enfant de la mi- Assass'ns des âmes, meurtriers sère, épave de -la plus atroce des des corps, leur ('hfl ine est continue. gllerres, victime du nazisme exécré, qui veul tl'Uvaillel', qui a les pos,si- ® Pour les jeunes {lUes Soudain, le petit jeune homme trisl.e sor'Lit un' vieux, vieux pistolet de sa po!'lle el, histoire ' de se changer les itlées, pl'oposa il sa douce compagne de se donner en spectacIe

" Chérie, p0ur me faire plais:l', lire-toi une balle, l'ien qu'une seule, dans la t("te! Ce serait si n .ignon, si existen tialiste, bi ,afl.:';cn! • Mais la femme cOllser'VaiL cependanl une élincelle de mison. EL elle refusa, méchamment, de sc trucidel'. L'ami, p0limenL, CUI' il avait de l'édUOElion. déclina l'offre qui ItLi en lut égalenlenl faite" Alors, "le jeuile homnie qui s'ennuyait, pOUSSa un soupir de lassitude, el s'envoya une balle dans la tête 1 TOul simplement. Comme ça 1 ® Il s'appelait Benjamin Gri lzman, il av&.it lJ ans. Ses parents? Morts à Auschwitz. Elève de l'Ecole Dentaire, Ses études terminées il travailla comn te mécanicien chez un del...o'ste: J'année dernière, il gagnait encore... !J,OOO francs pur mois ! " Le chqmage ne l'avait pas épargné,' tt; dep\llis' deux n'lois. il errait Ù lu rechel'che d'un tl'U'vl,Iil quelconque. Hien, toujours rien: le désespOIr l'a gagné. Et l'nulI'e JOI)!', dans la chronique des fail., divers, un peUL entrefilet: • Un désespéré s'est jeté sous une ra.me de n ~U'(), il la station &li-n lulZ: are. La' IJl4)r~ 1\ été jnstnntanée ». Ifil'ilés de devenir quelqu'un, et qui Sous ma fenê ,re, des jeunes pasne peut déboucher, narce que les sent en chan tant: " Altons au deconditions de vie sont terriblemelit vant tle la vie ", n:.usctte uu dos, dures. mains no:rcies, visoges foligués mais Et cette classe pourl':e, incupable soul'iools. de donner quoi. Ciue ce soit il ses Et les filles, a ux robes claires, proprrs enfan ts, dresse encore une mois usées, rient, pleines de jcubarrière eIfro nble contre ceux (jui nesse et de sonLé, !.J1'as tlessus, veulent écraser ceLle décomposition brus dessous avec les "urs. faite classe, c0nlre cet:x qui veulent Pr.rmi eux Giuctte, 17 ans, stènevivre. daclylo, sans travail; l'aul, 19 ans, Cette barr;\re, c'est l'esclavage tourneur, en' chômoge. mode l'ne, c'est l'exploitation du peu- "OÙ allez-vou:;, les copains? » pIe par une minorité. , lem' &.i-je cr'ié. El Bernard, qui n'a pas su rejoin- - On manifeste devant la • boidre 'ceux qui luttent pour vivre, I.e », on va fa ire va.ir qu'on n'est s'est IGissé glisser sur la penle du pas dl~c,id és il nous laisser faire; du découragement. travail, il y en a, de l'rll·gent. il y en a ; eL ceux qlli ont des cofIres- ® Le chômeur, l'oisif. .. Tous deux sout viclimes d'\Jone idéologie meurtrière mise au service d'un monde qui, déjà, chaDCPlle sur ses bases corrodées. Ces deux jeunes ne sont pas cou- ' pables. Jls ont été assassinés. Leurs meurtriers? Ceux qui exaltent le s,uicide,. l'érigent en vertu , dominanle, afin' (je cofl'ompre, ]Xluf mieux asservir. ' ' , Leurs meurtlier'S? La miSère, le chôn ouge, ln guerre. Provoqués par qui? Par ceux quoÎ ont intérêt à vider les espr:ts de leur substance, ~fin de les mieux ench[.iller, nu bénéllce exChlSif de leurs seuls intér~ts égoïstes. Et ça ferme un tout, jes idoes vell'- forts pleins il craquer, eh bien, ils se paieront une baê10le r.u lieu de trois, ils ne seront 'pas plus malheureux pour c:a, t'en lais pas 1 • Je suis -descendu, j'ai pris deux filles par le bras, el je suis allé avec Su,x. . ® " Mais il manquait Bernard Gritzman l'jUli, lui, n'avaiL pas compris. Que les forces de vie sont immenses, et qu'elles peuvcnt - qu'elles changeront SÛl'l .. ,nnt la face des choses. Et si le suicidé de St-Germain-desPrés avait pu nous voir, il aurait compris qu'il e l 'sie d'autres valeurs humuines dans le Jllonrlg, que les . fausses « 1lliles ». PeuL-elre, alors, serait-il venu aussi avec nous. D ... •. ' 1. Marie-CLaude a villyl ans, che~eux cha/ains, assez grande. Elle. a choisi cp.Lle rolie en colollnade . i 'O'se il pastilLes lilanthes. Le corsage esl leimo_ no cl manches très cotir tes. Il a un décolleté baleau, co'ulissé, Qll'i' peut, à volonté, ,se fermer au cott ou s'éiargir a'l1.X épaules, La jupe est {armée de trois bandes de tisSu d7'oi! /'iL froncees et réunies enlte elles en coulure, la bande du bas clant p~us haute et plus f roncée lJue la bande de taille. La jupe est montée SUl' un ,- yros grain recouvert de. tissu, ce qui permettra à MOI'ie-Cla'l.lde de rajou,. 1er à son maillot pour renlTer de /.a plage. Jennes filles, si vous désirez avoir des modèles de maillots, de robes de plage, de sacs, dc. .. , écrivez-.nous. Dans la m.esure du du possible, nous nous efforcer.lUi de vous satisfaire. Cousette. IP/ERRE PORTIER ET JOSY NOGARO. ONT FAIT (Q.ANS UN FAUTEUIL).

.

T o U R • L Alongue théori,e des voitur~ sui.ve.uses, des coureurs, des directeurs SP,ort ~ fs, des journalistes, des soigneurs;' des curieux aussi, s'élanCe pOur un nouveau Tour de Fl1ance ... int-ernational ce· lu'i-Ià, puisqu'il débordera sur la Belgique, l'Espagne, j'Italie et la Suisse. . Pourquoi ne pas tenter de les suivre en glana,nt, de çi de là, une anecdote, petite pierre au monu· ,ment de l'his~oire juive? BRETAGNE : On a ooutume de diroe, parlant des Juifs : (( Enoore ,d·es Bretons ' Il. Et oependant oui, "'existence d'une .colonie sémitique en Bretagne remol)te tort loin dans l'histoire. On se demande même encore si la fameuse légende de la ~ille d'Vs ne recouvrlrai,t Pl/,S une vérité historique.:·Fau ... il y .v·oir Vsraël ? ... Et oependant, n'est-il p,as étrange lIue ' le f,amllux roi d'Vs D se soit entour,é d'un luxe to.ut orien,tal et se fût appelé Salomon? 1 E PAYS BASQUE : L~ Ba.sque qui se promène av,ec cette _ espèce de canne-épée qu'on -appelle ,makhila . ne se doute pas non plus qu'il utilise un engin très vénératiie en raison de 'son o'rigine étYmologiqu·e. F R A N C E En effet, selon . deu~ érudits, MM. Cabara, ancien curé de Capbreton, dans les Lallides, et Dar~,natz, exprésident de "la Société des Sciences, L·ettres !lt 'Arts de .Bay,onn,e, (( makhil,a Il viendrait du' mot hébreu (( matkhei Il !l'ui signifie bâton. LANGUEDOC: ' Dans Montpellier il y a M·on·t . Ce mont se dit Har en hébrilu. D'où le nom de Harari pour 'désigner I·es juifs de la ville. __ En 672, I-e terrible Vamba, déclara la guerre. au Lachon30. Dans les vieux livres nabbiniques, le Laohonoc désigne le LanguedOc juif. En ce temps.là, les, Lachonoci-e-ns, outre leurs florissantes oommunau- LE TOUR IDE fRANCE ) tés, possédaient une marine marchande dont le rayon d'a.ction s'étendait jus1u'à la Grèce et aux p·ays du Levant. NIMES : En 1009, il 'y avait à · Nimes une syn,agoglue t~u~e proche de l'église Notre·Dame. Dans ses rapports avec lil rabbin , le curé ne manquait pas de sel ... G'est ainsi qu'un jour, il l 'autorisa à enterrer chaqu·e omort, moyennent une livre de poivre ... Le poivre, très appr·écié, était à cette épo~,ue fort rare. MARSEILLE : ' loi. on est t·out près de crier à la gê,léjade. Et cependant ceci n'en est pas un·e le père du savon de Marseille était j-uif. Son nom ? ... David Crescas, dit rr Sabonerius Il. Au 14' siècle, ce membre de la famille Cr,esc.as, d'Orange et de Caroassonn-e, lan. ça en effet l'industrie dont le nom de la gra:lde cité est désormais inséparable. SAVOIE, DAUPlllNE, COMTE DE NICE : En oe te,mps-Ià, une recette volait de bouohe à oreille (( Ils prennent une demi-d·ouz.aines d'araignées, quatre lézards, autan'- de grenouilles. Ils y ajoutent, dit-on, une onoe de chair humaine, quelques miettes d'hostie oonsaorée et un coeur de cath!)liq.ue ~ Ils brOient le tout dans un récipient humide, I,aissent décanter et versent la poudre obt·enue da·ns u·n gros flaoon sur lequel il y J, une étiquette : (( Mort aux Chrétiens Il. C'ette recette, vieille d'il y a dix siècles, eS.t le résultat de l'antisémitisme d ·alors ... (( Ils Il, c'étaient les Juifs et la recette donnait un virus de peste noire dont seuls, disaient- ils, lilS Ohrétiens ét.aient frappés. C'est ainsi que, de toute. la Fnance, émergent des anecdotes pour lesquelles, malheureus-e'ment, la place nous manque aujourd'hui. Et vive le Tour de France ! 'E N H 1 S T o 1 R E J (J 1 , V E , , ~

~

II 1. Au départ de Paris, j'é ta is gonflé à ploc. 11. Bon sang ce qu' il fait cha ud dans !Ie Midi. .. de la Be lgique ! ,,1. Mais la route est s.emée d'embû,ches,! et... de bûches. IV. Et puis ce fut Iii montagne. V. C'est dur, contre la montre ... III IV Dessins d e Pierre Portier Texte de Josy Nogaro -

Notes

<references />


Format JPEG