Droit et Liberté n°022 - 24 mars 1950

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Voici les 5 colonnes du néo-nazisme: unis à tous les patriotes, faisons barrage aux plans d'Adenauer et de ses protecteurs -page1
    • Affirmant leur accord avec l'action engagée par les combattants de la paix plusieurs personnalités juives déclarent à D.L. (rabbin Zaoui, André Spire, A. Chouraqui)-page1
    • En 1940, les allemands lançaient par avion les articles de Béraud (réduction de peine pour Béraud) -page1
    • Le scandale de Dachau (interview de Charles Serre
    • Mr Bevin confie aux antisémites le soin de se juger entre eux -page1
    • Puisqu'on ne vous le dit pas (chronique) -page2
    • Nouveau chapitre à l'internationale des traitres (procès en diffamation) -page2
    • Comment l'antisémitisme se fabrique aux USA: G.K.Smith a deux sources d'information: Goebbels et les sages de Sion -page3
    • L'atelier d'un peintre: Gleb témoigne à coups de large fresques -page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• , VOICI LES 5 COLO NES· DU NÉO-NAZISME N° 22 (126) 20 fr. BELGIQUE 5 fr. . Affirmant leur accord avec l'action engagée par les Combattants de la Paix . PLUSIEURS PERSONNALITÉS JUIVES . . déc arent à D. L. •• Le rnbbin ZAOUI André SPIRE A. CHOURAQUI 1, oUS les homn\ts de bOnne vo- Les Auian d la Pail . • t d. la lonLé pré.senU ou reprt ntés _ Lib,rté ont eU qUlllqulI chO" aux An!ses de la ' Pa!.J:· qui f Id " d 1 Vle"nent d .... dérou'" • àrls d, orm a e, • ,rand 0 .. , · ,x; d'enthousiasmant. &Ont. j'en suis penuadé. nos freres Ma vol,lne, il la tribun., l'ierlde combat dan.s la lu tte contre vain Janin. 8oui.lOunoulI, me dl. l'antlSémltlsm., lait : «C'e.1 aUII beau, au .. 1 C'est un ble.n qUe de nombreux 6mouvant que le .erm.nt du Jeu. l"rançals se dressent unsl à la de-Paum ••. toits contre rantlltmltlsrrie et la JI ne peux pal dire mi.ux, i"uerre, deux fihux qui sont étrol- ·LI! Aui.*, de la Paix compr._ temeot nés l'un à l'a tr e. nalent uniquement du adverealr .. Da.ns.la Bible, trois cu d 'antl- du raol.me et de l'antldmltl,m •. lllémitlsme sont slrnaléa· Dam le . Lei victimes de la haine racial. Ilvre dc l'Exode. d'aboI:d. quand 1 ont, danl III Comb.ttants de la les c"nselUers du Pha.raon vIennent Paix, des amis, dIS di1.nuur., dire au roi: , +-es Hebreux seront avec lesquels Il, ont 1. dsvolr' de blentOt plUS nombreux que nous, collaborer, Réagissons rapidem ent et dttrul- Nous ne pouvons Dambattre l'an. .!Om-'l s. , tlsémltisme par le .lIenll' .t l'abs- Dans.· le llvre d 'E. ther. Aman tention. 1\ n'y a qu'un moyen 1 la llt1l1se du c arguments) que 'nOUA lutte à côté des alliés naturel. qUI ntrouvcns dans la bouche de5 lont le. déflnillurs d, la d'mocraUII non-ploutoorat. et d. la paix. Q IUllE I!..Q IUlES D!N I VIE !NI 'if' 00 !NI S (QUI N'HAlENT PAS AUX ARTS MENAGERS) Iterttaire 1 lIiral Jt r Alliance Ilraélil,. L'tJtltlstmJtùme e.tt une manfJe. statfon If'un état de cr4e. Plia let . crise ,s'accrott, plus l 'antlstmitûm. , 'accentue. n est donc tvident (lu'un état dll praie PClU: ut par cOnséqullnt 14VOfabie d la d1.!parition 'de l'l1ntt. timitl.1me. La gueru. ttat de .CT.ne totale, peut provoquer une recrudescence de l'antuémitLtme : les c aprè&gutrre

 lont également vropices

I1U développement d'une psycho$f! dt discrimination. par les con. équenets tragique'. voire catastro »hlQ1tU qui en résultent toujours dnnl un monde où se développe la llaQue de haine qui aCcOmpagne inévitablement la misère. L'antfdmitbmll n'est pas 1tn phlfnomène lui generIs, On n. peut le séparer Ifll tout un of;1I..1"embIe de sentiments et de .JUuations. D pllb · merc!l'8dl. I)'e l le printemps. CdJe.eharmant. tell"-- 'Ule JU VOD' dODne-t-eUe PU \'Ie d'aUer ,am· per, ,,6UI au"1 :. En aUllnunt, promenol1&-nOus .ur (et fIOU51 les ponla de P;o,rl,. (VoIr aotre .rl.lcle pare 3), 24·30 Mars 1950 Qu'en aurait dit F. D. Roosevelt? Vn" 'lIIl5.lon cl., ttih',·hlo .. d .... lt .. voi r Bell i. 11.'. __ 1'01'11

ur Lu eh.ine  cl., la Natlo".1 B.oadustlnl' Compaa,. .,,'"

t .. cont'Gun cl., )lm., RIIOUiveit .,t dOl J'aul Robu"a, Mat. plu1ieur. lU.dJteUI'"S, jua:cant KaDdlI.Jcu!C 1.. prè Dee du II;rand chanteur 1H.11'" 11.11 prop'.smm .. d,épMp.nlnt pt"ln!e lIe •• nt \ ... dlrll Uon dl! 1 .. N.H.C ... Celle-cl e r unlt Il'urrtnce et lIer.ld" d'annuler l'émluion. LI!, " uve du J)rh ident n'", [lU Iev la moindre J)roluta_ tlon contre c lte me lIre, ty[liquement racl te. Mm ltllll.e'uJt p.rle bUIICOUp, pnIHt.nt, des droits de I·htlmme. Ne ur.IIU', .... III, pour elle, qu'un prétt.xie :i. discours dan5 Ile mulnplN tOl1litt5. confêrence. et institutions charlt .. ble. 1 lAI tltrf. de l'émission de la N.S.e. deu.lt !ire 1 c Quelle est 1. position !:les Noirs dans 1. vie politique .miriealn, t .. III .upprlJDlLnt "hnlsslon, la radio .mhlcal"l .. nI parU .. ai,. riplll1du • ntl.e 111111&"01:1. UNIS à lous les PATRIOTES loisons horroge oux polis d'ADENAUER et de ses PRUTEeT URS LE néo-fascisme, cLVilie lie " prendre sa revanche por la dictature et la guerre, se développe en Allemagne occidentale en cinq colonnes différentes, Les occupanh, dans I s meilleun des cas, restent passifs de ... ant cette marche inquiéta,,t. - quo;,d ils n. la fo ... oriunt pOJ • . La . première colonne, r.elle dont on pa..-le '·beaucoup en ce moment, elot. constitué -par la Brudenchaft et aut.res association, polltlco-ml· lita Irez d'ex-hitlériens Qui m&nent Outre-Rhin une activité leml-clandestine. L'assaut des nèo-fasc1.stel!: · est, d 'autre part. t aclUté par , l'action des partis ' gouvernementaux et du gouvernement de Bonn lul-méme, à qui est dévolue une tâche im· portante dans le plan d'ensemble: c'est la seconde colonne. La troisième est lormée de grou· pes violemment chauvins. dirigés creu fonctionnant en Allemagne occidentale et '" l'étn,nger. C'est dans le cadre de cette pressante menace néo-nazie que nous allons étudier en détail - que d.eux declaratlons sensationnelles en taveur ete l'Allemagne de Bonn par deux hommes qui se rentnntreD\ dans la halne 61 peuple et l'action pour une nouvelle guerre mond.lale: CllurchiU et de Gaulle. Adenauer, Churchill et d. Goullll Chul'chUi. luI. dit c san. héllta· tlon qUI la defanse effe,tlve du frontière, luroptennl! ne plut pa. 'trI reatilti. Il l'on llIoluf: la con· trlbuUon aethe de l'Allemagn. Moldentale Quant a. de Gaulle, II va plus loin: il prend ê. lion compte l'invitation c1'Adenauer à une  : fusion totale , entre l'AUemacne (de rOuest) et la France. Il On ut pruque 6bloul, d clare-Hl, par la (Suite pal"e %) , o 1 " BOSS union trl!,neo-I.UemaJl4. .don le Dt, Aden.auer. ' par les hobereaux:: prussiens et les r--------------------------------Allemands des' Sudètes, expulsés, Qui chantent l'air de la revanche sur le th&me de c l'espace vital, . Quatrième colonne : les nazis Q..ui noyautent. l'a.ppareU d'Etat l'admlnlstratlon, la. Justice.,. l'industrie. Entin, la clnQuJèma colonna, Qui rappelle celle Que nous: avons connue. n'est autre Que la Gestapo reconstltuée par Adenauer. lia· quellc Ij;·alout.ent leI unlcel ae- •.. ET COCA-COLA A PERDU LES «SIX-JOU S Tout ce qui peut créer un pont imtre lu hommes et leur permettre de se rencontrer peut êtrc fIn in.strument pour rtroudre ·les· nntagonumes giganteSQUes qui div!' ent actuellement le monde. A ce litre ln Alstses de la Paix Qui vltmntftt de tenf Vv vent contrl.I---------------------------------------_------------------lnlu ,41l renforcement d« la .J)IliJ:.. L'ttat actllel du wwnd.e xige une oeuvre urgente de. ,aZut de l 'homme qui . ne pourra: 'porter de frutti que If elù ut dt"a"ée d 'toute arriire-1)e1lsé! polit/que. SI par malheur une nouvelle guerre venait d éclater, elle uraU un crime inexpiable. Sur U plan de l'unitt rtelLe, que ceux Qui , 'untuent contre la Q'UeYrt "Iln/uent aWlst contr.e' l'antutm! turne. nOUI fte pouvon..JQ'1!;"e nOWl tH ftl!cfter. M. BEVIN CONFIE AUX ANTISÉMITES LE SOIN DE SE "JUGER" ENTRE EUX c Le Qouver1Z6mtnt de Sa Ma; ute Il eu. con&tammtnt pour politique, depuLt l(I co:pitUlatton de l',4,llemt%gft, de créer leI coo4itio1Z! IU$cepttbles d'emptcher dans ce paliS toute renai,uance du na2isme ct de l'anUsémitl$me. , Ainsi s'exprime une lettre de M. EN 1940, LES AllEMANDS LAN(AIENf PAR AVION LES ARTI(LES DE BÉRAUD, Bevin, ministre des Affa:lres .étrangères dp. GranÇl.e-Bretagne à l'Union de« anelens ,combattants ju1!s de Manchester, Qui ,lui, demandent de s'expliquer lUI 5a' poUtique en Allemaa:ne. Résultat de cette c comtant, politique ,. un liedler, provocat.eur antisémite, est acQuitté . t · Neu Muruter (zone 'brltannIQue) 'I;prèi avoir' déclaré qu'il :v a des moyens meUleurs que les chambres l gall pour c débarrasser l'Allemagne de RS Julls " . DEGUSTATION GRATUITE ON nit Que Henr! Btraud, condarnn .. mort pour lnWUreneC'..! i avec l'ennemi, le 29 decembre 1944. a vu sa pelne commuée par décisIon du général de Gaulle en travaux forcés .. perpétuité. Cette peine a été rédulte • 10 ans de réclus.Jon. Et maintenant. 11 ut fortement Question de Ubénr ce traltre. Le nom d'Henri Btraud Nt lrr méCIlablement attaché à celui de Gringo/re, la c 1eulllo lnf:1me ,.. &On réquisitOire, au coun du cè5 déclarait : c Voua lalslea le travaU Que Philippe Henriot accompll&salt &u micro. Vous pouvez vous vanter d'avoir été le preml r et le plus éclatant ennem.I de la .fUsl:stance et. par 'conséquent, de la c patrie, , Henri· Btraud est un t18Jue A la France. n doIt Ure cha.Ué et. non remfil ta liberté. Dans lia r éponse aux anciens combattants de Ma.nchesler. M. Bl!vln ·s'eHorce de JusUtier ce verdict. Ce n'ut pu si gra ... e. dit-Il en substance. Et sans crainte de se contredire, il aJoutA! Qu'II taut lamer aux c · 4utoriUs IJ/iemandeI' le soin de sèvlr contre l'an.tlsém. ltlsme. Les c &l1torttéS aUema.ndeJ . • comprenant. 80 · pour cent de nazis .1 • I L Y a un comm,nelment à tout dan, la vi. 1 Ps"dant 8 Jour. - et 7 nuitl - tout ce que Paris compte de ... n. « à la pa, •• défile au Vel' d 'Hi ... •• . Les Slx·Jourl ? Un spu:taole pour sportifs, me di.ai·JI, Je ne vall rien y c:omprendrB, Enfin, ad· vienne qu, pourra, Je d'oldai d'alI. r y « faire un tour •. _ pour voir, J'al vu, b.auaoup de cho ... d'ail· Ilurt, mail (:ertl! pal n que 1 .. Chlcun • gardé le uven1r desr--------------------------------------------------------------------------------------------I campagnes de Gr ngoire durant tout.!!! la période de l'occupation. cet organe Q.ul .. é au premier rana: de ceux Qui turent les Infatigables pourvoyeun (les cachots de Vichy et des bagnes hltlériens, . .En 1939, Béraud lagnalt 680.000 francs par an.

' ·ndant Que Béraud était le

por-tt'-plumf , Carbuccia (directeur de Grlngo/re) etait le porte-monnaie. Pendant l'occupation, Quand StPierre et MlQuellln furent Ubérés. un vote eut lieu pour se prononcer

u r l'adMslon de l'archipel a. If!.

France Libre. 14 voIX '-se prononcèrent contre: Il y avait 14 abOnnés a. Gringofr e. Dan5 iOn réquisItoire au procès BérauCl. 1·8.'f'ocat-ién éral. M, LJndon s 'exprimait aInsi: ( A longueur de lIema,lne. sur la l'rance pantelante, U écorche ses cicatrices. n 1rrlte tout' ce ·Q..ul peut l'etre et tl dlv1se lei Franç& 1s. li veue le 1 OIson danll les veines du pays, , Bien avant la défaIte, Bèraud a jout le l'Ole de Ferdonnet a la radIO de Stuttgart: démorallser. affaiblir la nation trançaise face à l"agresNeur hitlérien. Pour atteindre le moral des troupes françaises, les nazis déversaient su r le front, en 39-40, dcs tonnes de tracts: et des brochures constitués d'a.rticles . de Grlngotre, dont ceux de Béraud. Dans son éditorial du 23 Janvier 1941. n s'lnt.errole : c Est-il bon, c8t- i! 1ustl:. est-il raLtonnable de $e dtre antuémite ? M'étant pose la question. je répontit en conscfellce

out, il f aut t tre ant isémite.

Avec des nUl1nces. avec d'honcrable. t exception, .. mais il Jaut " tfre malgrd nOIlS, il faut l'ttre pa.!"ce que le salut de la France e.tt 4 cc pr , l.'a1'Oe& -lêDual cf.oIoC.-- I UNE INTERVIEW DE M.CHARLES SERRE LE SCA DALE DE DACHAU expression trac:ique d'une politique contraire aux intérêts de la France On .. nmarqu' 1/ y a qualqult moi., à l'AIII.mblh national., lu Inter.-ention. de Chari" S.rre, diputé Indép.ndant d' Oran, lur 1. ' probleme al!ilm.n , · pui., IOr 1 .. . . o .. nd l .. d •• Oac:hau. Aux AI.ls .. ds la Paix , Il y a qulnra lours, il prhidait aveo --autoriU 1. · coll',. oharge de 1 Hude du . que.ltlon .• tranco·aUemandell. .t fut tlu • la commlseion pe.rmanent. ·det CombaHant. d. la paix et de la IIberte. AnGlen déporté à Dachau puis il. Nsokargeracht, April ..... oir Dammand. lee maqul, du licteur Dor_ dOlne·Nord, CI'ut à lui q e la P'ëdéiation NatTonal. dlll DéporU., 'nt.rnh, Rhi,tantl patrlotet, l;I nt il fait parUs depui. IOn· retour d811 campJ dl la · mo,t, avait faU appel pour préSldIT la eommlulon d'snqulite chargee de faire la lu ml'" lur 1 .. profanetlonl d. Dachau. NOlll avon. penlli que nul n'était plu, Qualifié que le dêputê d'Oran pour · exl'lo.er a nO' - lfleteun l'attltud. Inqualifiabl. dea ! autorltb aUemand .. . et III manoeuvres tentée, par Gertaillt politicien. han;ai, pour .UénuIT lsa rllponeabllitê, du .ou .... rn.ment t-. Bo"", . IClharlllL'l Serr. Doua: reçOit presque .u. descente d'avion. n vient de Londre. , où avec 50n ami et COIl gUf Ucrivaln-8erI'Oz, dl!puté du Rhône. Colonel d'aviation. Il e.st allé pol·ter i la Chambre des CQmmunes I"appel .1u Convè5 mondial du partisan, de 1;\ paix pour la $uppre slon de l"arm atomique et j'arrêt de la coutse au); Armement.!;, A sa boutonnière, outre diverlltl; décor:l.tlon de guena. on,volt " le llAéré vert fi' noll' de. 'ComparnolU dll la Libération, ....;.. Qu'tWU-VltlU VU A Dachc.u, l.ors Ct" tIOtr t enqu4te, .MOn.s/tur 11 d putèl _ LllIe:r; le rapport ottlelel itabli 0:'11 commun pu tous les membru de 1 commlMion, mes camar.des Roeenblat , député du Ba.s·Rhln. l'abbé Plo· ton, curé de P'imliny (Loire) . Mottet.. ancien ofUcler des rêieaux de la France Cooelnttante, VilIIer et Pmnièrl! lli, tou& al\clens déJ)()l"t.M de Dachaa. Nou. aV6N vu lta c:btvTea brout « MIr le . nsN champ ... mON oomtltu6 par la.colUne du Lelunbe!,&", N'ous avoru YU a\l5ll1 un. excavatrice appartenant .. 1110 lirme Ooetler de Munic h. extrAll'f! du l!lI.ble dans lequel le trouvaient mélangés de.s ossementE avet fr quemment dcs douillps !:le cartouchss d'infanterie port.ant les milléshnes des annêes de l{uerre. Les OS/lemenls de 1101\ camul\des Jonchent la colline. LI. plét allemande s simplement consilll.6 .. II,pposer deux écrltea. ux: .. Seuchengefahr-Zutrltt Vel:"boten " ce qui lIlgnifle: Danger de maladle·Défen.lle de paSller. _ Qu'c. fait le uouPff"lte1ll.ent /ran.çaf. t "our ?Mttre un. terml!ll cl ces J)roJaltaUons ? _ Je dols franchement vous faire c:onnalLre ma. pensée. Mal(ré le vote unanime de l' m .lie nat ionale, le gouvernement semble avoll' songé davantlle k excuser l'Allemagne dl Bonn qu'k _uru aux eendres dee diportb le rC$pect. qui leur -' dll. Lee « ",ordu. Il du cycliim. doivent apprecllr dans , .. S!l.,Joure, J 'al surtou entendu d e.. hautparleurs h urler. un orchestre Jouer des sambas et les s tateur. entonner ie refrain : c Qu'U tait bon, chez vous maUre Pierre ... , Tas,ée. pressée, compressée, 1_ me suis retrouvée au milleu de la pelouse. Là, des cen. tournaient. sur eux-mémes pour .u..\vre dfti yeux la ronde des êcureulls. Alora,. je me sull; mise aussl en 1a!re autant pour essayer de VOir ce que les autre.!! voyaient. ça. n'a pu donné iund-chose, mal. au tnoina jl') faisais comme tout le mpnde, Je réuS3il entin .. me .faunll!'Z près de la phlte. Quelque chose d. brlllant et de multJcolore la traverse à toute allure. avec un bruit d'aile!! d'oiseaux,' Toute la foule hurle : c Bravo Curara ! ,. Ça y est, j'a.! enfin vu QuelQ..ue chose. Le apectacle n 'eit pal que sur la pilote, Il est dans l 'air. dans lei cr1s Qul se répercutent d'un flanc à. l'autre du· Vel' d'HI,.' et retom-: bent sur la cage aux pédaleur,. n y a beaucoup de choses l voir : les mucha.nds d'esquimaux, le lIt.and des saut16ses. le restaurant chie prudemment entouré de-barrlères. réserve exclu51vement aU% consommateurs de champame. CI.ucli"e. (Suite pa,e III EN AFRIQUr DU UD Malan institue un système de cartes d'identit selon la . uleur .,. ..• En Union Sud-Africaine. une 101 VIent dt 111l.! !tre. obli,unt Je 11 mil· Iionl .'IGO mill", citoyens" se t.lr, ét..lblir une carte d'Identité nouvelle .ur IIlQuelle de""Ta Ute .pieU!' : • Européf- n. lndi,énl ou color' . La racisme coule à ple1:'" bordl: _ Union Sud-A!rica.ine, Et. que 1_ ka .. bitant! aient la pelU d. ditUr.cta eouleuu. clIl ne .uU.lt pu .U hOft'lw mu de Malan : il leur faut pnar forcer eJ'\cor. leurs disedtn1llaUoIU. des dir!érenus de eart.ee.. Cel... ne vou$ uppelll rie 1 En. France. pendv.lI.t l'GccupaUon, U avait aussi. des • ",péeilieoet.ioM , lUI" lu cartel o!'iclcnUt PGW lM l'u.I:fI.

 aatlMoeJtbIsM • .-.. mi 
 l!ut&:.

• • -2 DROIT ET LIBERTE PIIISQIJ'ON NE VOlIS lEDIT PAS ... . L'ACTION DU M. R. A. P. Pour 2.000 nouveaux abonnements au 15 avril! Comme on se retrouve! Sou. l'égld. de Vollat On nit qu dh ;Ournaux w.ldlitM eOmlTH! • U P lpUl3lre l'lu Cel'ltu • et • La Pr ue Libu • de S\rubouti. 0:1\ repris contrit M. Krl"!!el_Valrirnont. milmbre de la cllmmb5!on d'cnquête ,Ul l'tffaiu dts chtqu. . le lrt.bmll!l racilth l'Iro t ru, p r Xavier V.lla! contr M. Krie, l - V.l r lmo nt . m.mb e du jury de III Hl'ute Cour de Ju"ice. Le dêp lé de la Meurthe·et-Modlle, lU pltr !otl me duquel il_ "'nt pu de vêrlUible resislant «ul ne tende hommile, en dehors de toutt eoruiM,ntion politique. ("mÎuJônnl préeid:· lMnt ctfl celte du niere InstiluUon Inrs du coup du • 10 ,.ru • accord"" i l'antuemite no 1 de Viehy. Il "oulait .In i rnlirQuér Km r etus de ,'urocitr • une entreprise de DI' tM5SIii! 8)lémll IQue du diri· ," n dl Vichy, Eut.1I tort. eut·il rai " 1'1 ? LI mdure que, • pein" di!ux W phu tard, M. Rtnlli Mayer devait prtndre en h "lIIur du m me !lntistIlJle lemblè fournir d. strleu" léIII'Ltnl\ de réponse à cette que tlon. 0I1f11 qu'li eo el)lt, n\ù nlli s'itftllnt':ra de l'ltl!ence, dans. LI Populaire du Centre • et son confrère de Stras-' luror;, du molnl1re mot dé pro ,taUtm o!ontte la l'I'Ilse en' libi!rte de Val_ la,. Ceco batest l . , aussi le nôtre L ES AUI . de la. 'alx et de la Liber!', q.l .. Mot oItroulêu l. Farl. lu JO, 11 et ll! mau, Ollt ml. ".cent .ur eetta ,"i rltt IIU ' OI De sa ur.1t luler un pht no. mèDe eOlUme l'aJ\UlémIUsme de 1llKmble dei condltloill poUtlqu", et leltnomlquu d.n. IUlI.ueLlu Il se d'vtlopl'le, 1 • Dans lt eombat qui ut le n6- , tre, ... décl.r6 M. l'vU F.t t •• li n'y l a pu de petites et de ,rande. eau· ! ses . r Ce combat , un. Et I"nqu un 1 d lÎloeuh Il duue contre 1:\ u- 1 biraUon dl\ Xat'Ier "all.t. Il .. ' Mn elC!lIçe de tn.,·dUer a la m _ i Ille cause que \Cl ra(tu 'n alerte ui compat.IOlti .ur le danret qu, re· prhant.e.D' le rel htm en de l'AlltlIIaInl oeeldent.ale n(l!\·dt nulflh, ou II. fabrlc lUCln de 1. bClmbe U. NClUI 5,;rallles d'ameurt en race d'une ,.olcu .. t' concHti, '"SlIlrêt -,ar IIII mobile unlqu : la pre par. Uon d'unt tr oJs I me ruerre mon_ dl.lé, te JI'ut par Mu,rd al. à M. "'IIA Ma,..,. qui l'Ieat da Ullérer 1't.nU.4n1l1e "u",ho 1 de Vleby, le pnJltl fra,, .. b et' n .rolt de ,.Jre phmeuu a"tru ,uroc.lln lII.jeu,.. L4 l ltn e:ultJ.nla dn Apllts. (l'tlt què le P-tupie " F.lllct a prll "" n:aaJn 1 .. lutte contre l'IntlMmlthme comme Il a pria en .1111 la lutte pOlit 1. pa.h •. C'e. aaul, poo, le. umbatt.antl .aUrulat,e, conléquellU, 1111 eMOIIr. fement à ptuh-itet da.n. la latte pOli. la .\Ialx. P LUSU!:U&5 peuorll aIlUi. ,ul_ "vu, bitl du dêel .. ratlol'IJ l • D.L. _, q10le nOUI puhlloJ\s d'au'r, p .. r ont exPtlzn' cette V(l_ 10tiU de la. "01'llIllu_ot6 '111,., de 110 pa. " I.I.I .. n bOlet, de mtler i6n .. rdeu, combaUI"Ve • eclla d", tOI11 les parUllnl d'l1n monde pl_ eUlque e' ttaternd. Cu per .ODI1&II h oot appttc1ê à .. Jllite l'aleur la I.OlJdarlt6 qlll l'Olt atflrmh .lIlI: Aubu d lI.ul eM I1na IararlU, dt ' C'IIrltê pour lea JuUs, k C0114111011 ;'u'II, ruuot vlellAllla et pounulvnt le eombat dOIl' parle M. farre, et 4111 ut uni LE NOT8t. N'est-cé qu'une brève rencontré? Voici deux tit5 !pécimens de et.· nllilleriej l'nn ai , de hUHd. a "nJ.\mll'i-Maurite Krifrel HO!I ae hane!ler un peu pl,n en J6ut.nt Vllrimont • Ion nom. "! !5 il n'a .. lout que cela. On remar'luer que. ce 1.\1"111. JU all"' thU .1.1 1-01 frilnCIII n'en $Ont pu f'lua ..,hdu e' que la patne ut bien l',, ... r Jui la lene dk aleu"". mlll' pU ':e no aieux à noul. Lt seul inibtt de C'eut! p"rcdle devTalt tire d ' cIJi; rer lu Tun("al. dont , .. " aleUl a .... lent.. .... mallate d'I!I"'I'ILpns. Ilnt I!,, nénd QuI a Manljut 'ld"-1!\motcnt a ceux (le M. Krir:i"eL La première citation est extraite du Populaire du Centr ' . 14 e l'ond . 1 G u t e rkMle. d, • r.'Epoque • dont II! di r kttur. M. V1Iutn r, n'e t autr'" QuI! M. Françoit Valentin, le brill1lnt dirifhnt dt la • L K!on " !ondê", pu ... Xavier Val· lat. ' Comme on M' retroUve ! Le dos tourné à Jaurès Aprob tout, c'est p eut- tr6 paree

 :lu'tllt ne trôuvait pu lIutte chosa

po\ir Ill. dtf!n e d per on!'1aih eomproml5 darlS II' tcandll.le Vln Co e! Cie,

 lUf' cette !euille /lmie de ' MM. Jules

Moch ,o,t Rlm&dier .. U contraInte da pulser dlns lu ml:1'I1n poubellea que b. prmJl'viehyti la plus grouj re. Elle pourra p eut· trf! dlUutr 4u'.IIe: n'a h it qu $ui ... u r txemplè donn6 par le tr & respecU.b!e M. f'rsnçoll MaW"ille, du très respectable. Fi,aro • de MM. Prouvost el von Choltitz. F1lute de rtster fid l a .. l'e"empla de Jaurès et de Guude ... D'un acandale à l'autre Le5 arrumt nts habitut l! de Xàvler Vallllt 111.1 èc6ur! des corroI'l'lj)1,Is et det cort"upt/!ours -: L. chos .. , au tond, ne m.l'lqu/l pu d'une certaine 10jiQue lorsqu'on lonEs

 'lu,. le premier eommisuirt aux que!tion5

juives profita de &a siiul.tlOn et de la tudio'l J)6ur se .Utrer eopleuum, nt. Le ICllndlÙe Vallat, ce .ônt aUSllI I ' "boime5 petite .Hllire! rtlli!ée5 ;. la hveur 1'1111:5 spoliatiOns avee T alc!e dei f!Ie et des .;I,grtfins de la limeuse P.Q.J .• lu deites d'hÔtel cie Dar4u!er d Pellepoix rétléts par n prédéee. 5ll111U.r et amJ au l'noyen de .JOmmes puisées dans une lOr!e de eai! e noln commune. N'en depla!n A M. Ren I pr tel'ld que v.llu fut en tout point dhhit reu' l , Mlls na vi.-t-on pas diiotc auj d'hul que van Co lui-méme fut un phllan· thrope ? D'une discrimin,tion il l'.lutr. 1 P6ur en rev"nir a\lX journaux dont nous )lar1ior. plu! h,;ul, il 1:5t r kor. . far tant àe voir qU'ils ne l'lubllént Pa! 11'.11.. prtl$e sam soulever la prOtestation indign.!é 6e républic:ains. et d',nti rAcistes dè toules tend.ncn. Parmi lesquell, de nombreux SOCialistes

ince r é:s et honn6te .

M. Guy Mollêt a été oblid de tenir compte de leur re.ction pullCfUïl a Jurt prHérahle, dans lin l\ebdon'ta- VILE nE 1 •. 4. PAIX, do! l'.uteur vl tlq\le EurèJ\e l" ltoy, sera donn6 du 25 m r" .u t .... '11 au Tt\;,Ure VI'rlainl'., 66, rIe ltoc:-'eehoulU"t, . OUI 1." pairon a,e de FraMe·l1. R..S.S .. C'e t un pe helt Tt"' il P.t Cult'llrt. J,ocat!on Franc ·U.R.S,S., T.E,C, .5, rue de Beaux·Arll : Ce Soir " 31, rue du I.ouvre. etc ... daire d,. o parti, de de sel contrè e, de 5!.u&boutE.

 dr olida.r irer

Limoges et de f 01.lrtant, M. Mol!et l e eiJtl! qu'on Inlult M. Kritsel-Vllrim.,nt, r "urvu que te 80it sur !ln autre fl!all. .. Tl nt tond"mne la discrimin tion radal rjue pour pr eher avec I lus de violence enCl)re b "'; crimin tiDn poIW/( ue. Comme ,i celle-ei ne hVMi. ..ail pas c l!e - la. Co m m e si ranticommuni rni! 10rce." nll rmidull'ai\ pas tout natutellement aux. riposil'!. I!r· rnn"e et d,n/:,.r,.uSI'-; , que M. MolI t s"u tJ'ou" dans l'obligation de dénoncer! C'un « Populai,e » à l'autre A l'ropo!. r..(lUI atlendonl toujours que M. Mollet démen!,e • ra p tcli: lion • renou\'f:lu du !io,an connus tu r lè • Judeo-bokhe"jlme , q .. e • Le PopulaIre • de P rilô a !alt parahre:. iOU5 la .l",,;tur dè M. C.i.U!sy, à roccUIO!'! du dtrnl"" all.niver5lirt d;, la R.t\'olu tio!'! rU5 e. M. M(')II!t pourr,l.it aU$ i nou txpli  : l uef pÔurquoi • Li! Populaire • dl! Paris s·obst!nè. jlJEque dans !es titre , l n ' crln IUt • Kri l! el , au lieu d. • Krie,t:l- VIlrim ont • La pele use du Maréchal... On admirera la tattuUerie des vIdlYMOis et (le leun amis qui. il uule l in dl réh.biliter Il tnhil6l'l la plus !an,i.nte, "l'liculent 5\U' lM lènlÎn-:enl.$ lé! !)Ius noMe! et fei,(l\ent de ·att.en drlr aur • la " ;eill e5u • de Pétain. _ Pour !lu,ment ... r la 're!raile des vIeux, ila tont btllucoup moins pre , is lançait, dan& un meEtin" un. titi parialen. U y Il fJuelQue lemps le end du "/t,P.F. ,,"ait ri!damé une • p louse '

t du ' arbres. pour le muéchal qui

jeul\. grAce aux bon! soin; de M. René Ml!y r III vltl\.t d'en faire l'av .. u lulmême) d'un confort que bien des Fnnçall (et lu rhldant!l empri80nnl! J plUI que l $ lUtre. ) pournient lui envltr. ... Et SOI'l j')Grltalen Là t emlirie derniére, c'è t lé c:oup dll pantalon qlle n01l1 1. fait la près:s ,.ulH!ta prtpirlm! la conftre:'K:e de pre."e du ,én6ra! ! On nous précise. av d",i; trémolOI, que I ptl$flnnlll:r de l'ile d'Ye., av.lt ",U enfin eh.n.rer de culllt\.oe, qlle ,on nIlU\'UIl tomplet t de torl b Dn" eOllpe, rrl. 1I00Ir ra)·o!. i. la fols omD'Iode et 'lé&ant, flaOl.baDt n",u1. IlItti d. J'a.tell"" d'ul\ ma.;tre-tatllur ! » Pul&que nous omnie l au rayon de!: vl:tements : unI! l!vrée n'aurait-elle pu t' m.leux indiqué . POli!' celui quI. sur I"ordre du p.tron nhi, donm,

ur tout eom!llflt. un rayé d  batnard

l tant de patriotes? Cette quution ne: s'adreMe pu, hlen entendU, au libérateur de Vallat. Leur bonne volonté CHIFFRE ATTEINT A CE JOUR: 1.401 Le Pét .. in 6e Vil", appelé au S1!-COUrI ... C' t un hl! 1.111'11 Y fut d" pH!ta Pétain ju!h l Il téte de cfrtilin3 .rnetto$ or.:;r:anbé5 dan II!, pay; do!! l'EJ,t pu lu nll7.iI, Ceux-d \'alent imaJiliné une tacli l1Je l'IVm5\rUeusi'mtmt

lmple f.ônr.entrer le pl1l1

grl\nd nombre de J!.lif dans r"'sp ce le plu. etroit. Ifls désarmer en l s wumettant :. urlè !\Orte e Vit:hy adapté II.UX t:ond lti tlii loc.lés, PUi3 procédu • I u r • liquidation • par vatUe5 lUeees.ive. de viol"'ncis ét de Mponations. AInsi. Il Lodt, .insi .10 Vilna. D!ri dît. il convient de fair. QuelqUM réservei sur la tOI1'lJ)I .. Jsance . "tc laquelle l"éd ition • littéralrotc ', du • Ti· garo • donn , dln. un lrtlelè qui 6ecupp. uM J) le et dem!f; (et d \)ute .10 la une en t te de flIClnne, 0(1 il vol inr. avec un g'rlnd machin de David Rou!5fjI .. .) d Ion,. extraits d'un ouvra; e du Dr n ... orj etski u r l'exte rmination 'du rhetto de Vilna . On 5e demande (I qui a J"lréJld au Unie! d.'une \"ingt !ne de mâcl1é11t du Ch,.\·ln'·CUm,.. Ou bien n.,ir qui - C,. n'ed !'JilS moi qui dOrlntUil DIa tille i m;;ri t r un nélU : D' haru,ô.ez l(' IMu de M. Jules Romairu de le:tr:-- fioritures litt6ralreJ. Vou. V,.rr!'!l qu'elLee se situent A peu près .tou niveau de 1. philo,' ophie d'un soui-Dragon d.u Ku-Klux-Kllln. On in\;lg;nerait as.fer. bien JïMu,Uretion, datl. q\lelqut QU8rtier blanc d'AUanta, d'un monument à la ilolre di! notre homme dl'! bonne \'olontii, Il,,e c,.!te in cription : • A ,Jule Romains, les lyncheurs rcc onnai .unts .. CETTE sp,-ma.ll1 se SOlil, partiru· Ui!ir!mflnt d1 t,jl1gué  : la section du M.R.A.P· de Lyon. [lvre 3a abonl1emenU, et. ct':ll u 18' à PHls A.V 2e 1& nûuveaux abonnemenWi. D'a utrô part.. la Snclété , BI':'sarabia. ,. a apport)) 35 aOO11n,, . ment;. f aits parmI tS adhetfnu , d'autre$ sociétés, dei groupr.s de cadet05. D e 1 IndlVlduels , nous ont trll.mmls égalem!':nt plusitm ditables d'abonn('!l'lcnts. C' st, donc grâû a. l'dff'rt dé tous ClU 110U5 pouvons luJClurd: hul annor::c!'r aveC! .sat1. fact.tOn le chiffre dl' 1,401 !10uvrJl.UX A.J; mn . à D. L. P..,ur att llldre lr5 2.000 11 rtstt rn r,orc tort. à f!1.lrc. N(l'.l ppcl(Jl1s leS secllol1l du M.R.A.P, de prov!nce et. de Paris. le.s oeiétés et \.lJutr.s les o rran1.liations adhé:rent,('s à r edoubler d'tt for tS. En a.vant pout lr.s 2.000 tu 1.') a\'ril ! BRAVO , LES DIFFUSEURS! , L ES J unl!li ont. ';u onuTIII!;e. Ils ont dfl l'enthou.t;l:um(', Ils comprennent pufaltement l"impor- 1rt.J'lre qu·". d:tns la luite contr l'antll; tmlll,rne et poor un "",.nir meitleur le journ.1 qu ' n aiment l'II, qu'II" défendent. ! e'l'st pourquoi, avec l'ardeur q\ll I car:u:ttri f\ Il!; dlfflf/Slmt chaqul! l!l1lalne Droit et J.,ibert . Et la moyenn", de vl'lnte est main· lenanl dft :;. o journaux pM SI!mllne. C'ellt 00 h il"n tle;o; plu.! portolur,.. Bra'·o. pfmr lefI jeull dltfu.c;eors d" Droit et. Liberté, pour lu g "r I!t les fill"" Qol ont compris qUI! t !tlrl' Mnoaitr,. pt falr lirl' j)3rt/lut l'hE'bd(J- 1n8dalre tlu M.R.A.J . e t UFIA néotlsil .. l't un devoir. ehoix dt cel pana,n lui ne ))euvent ,----------------------------------1 donner lu'une Imaie !a1Juée de l'fin· Brt\"o polir tou," ceu" quI': ['!111 rencontrft 1'" dlma n (lh matin montant les i\tafes. parf!Ourant lM marcl\ê& et lp ru s (If! patis. leurs Journau1: A la main. ier d Viln . Il e!t ,'rai que le joumal auquel a collR boré \'on Cl101tlb n'è t ,u rl! trh ehatouilleux ur Ifl libtrt b priles avec l'H !.t.olre ... .•• du Pét,l" de Vichy !l'.uôru lur 1. phllosoph! per!Onnelle du Or O\"or jetski. eUe_l'ném.e tôrt diSC:\Illble, un certain . escamolla:e de la Résistance dln, le ,hellO, l'ln5istance m;,t'l l mentiOnner l'activjt de, kApos juif., 11 • unutionatl5ation . .. l" am 'ri line  :lll\ ma;que plu,!eun $ou -titres. etc ... Dt tout cela, l' nti l m ite • A spects df! 1& Fra1,ee ' fI'a retenu, eomme il !allait s'y attendre. que le!, trh copieux d l'eloppements eonsacrés l Jllcob Genl's. .. • l.'n dlctate10lr Juil ehu lu DlIb ... Auui cul""" que cela puisse lIaraUrt, 10U' i'cc("ulI.Uon .. nema.nde le I:hetto de Vilna '-U IIIuvUn4 Pl' UD JaU, Jacob Genns. aux ordflll da la G .ta. po._ L.Jullln. dont la )llrote i. Jacob Gennl ' . Et 1'0tilne offlelf!l d!'! lohurra d;; rec:opier c:On$Clenc:leulement lu eolonn s du • Figaro ' . Pour conclure. d·,.("cord .vec. les thhe! viehystt!l dU • dle!a teur jul.t ' . Qu'il taut libérer P#.tain C'f! t bien auui. "ut erreur, l' a.vis du • F il:.ro , ! Au niveau du sous-Orogo" M. Julu Ronlains Eemble avoit mi, quelqu tftmp$ • dkouvrlr la qUMHon noire au:.: tlt5_Urds. Il le hit aujourd'hui àvee uni d in\'olture qui contine A la *ouJateri, pure et ! Imple. Genre d'Uiument emplôYI :

 Si "OUI \'nu! trnuvt;t ,h",! le m tro

dé N"w-York en préunee d'une NOUVEAU CHAPITRE à l' "lnternational1e des traîtres 17 L1I: prtle en !1l!flmat.lon de L'111 - tb'notio1'l41 des traltrtll s'ut ou\ · rt la !emarne dttnlére devant la 17" ehambre eorrf'Ctionnelie de II. stlne. L'httunatumale des traltres f!$ un livre.. p!l.!.Slonnlnt. de M. Renaud (I.e JOuvénel. prHacé par M. Andr Wuttruler, Qui d f!masque les t-aitres Internationaux ayant qu!tU! leur pt· trie pour échapper IIU chA,lIment Je Ill; justice popUla ire et 5e mettre ail service des tauteUfii de guerre. Cinq de (l 5 tI'l'ligres, eit.,o,s dans l'ouvrage, poursuivent MM. Rel1aud de Jouvenel et André Wurm r pour .. ditramation ). maIn, dkhu de la n. ttonll llt.é mum:.!ne. anelen ami de M4n.iu (celui-et, en 1931, nlla!t • la Oarde de Fu fas ellte et. en 1940 appelai!. Hitler le c .uvet.eur de la Roumanie .. ). OalU son livre. M. Renaud de J ou "" 1'1."'1 • publié de cioeumenu. Gui kla!rent d'un jour ulsl.!sant le jeu de ces perwnnagt5. . M' Georges Iurd. qui a été le dêfenseur de Kra\'ehenlw, mettra, une 1015 de phu, son • éloquence ) au

el"Vjce d'une trl5U ce  . M" Jo 

Nordman, Vienney, Fourrier, MUar lSo sont l s défenseur de MM, Renaud de Jouvenel et André Wurmser. Brll.\·o vout Claudl!, des « Cadets ,lU Il', qui vend f guil e rem e nt 60 journaux. pour Z/7,1 du ;\'. pour Rernard dll 1 .... •. "oUà du hon travail. Malfl :;.,0 journau.x, ce l" n'Mt paoo. l'!uftl ant. Il fallt fll ire nt!/lUX f!neonl pour noire journal. .leun!!! J:"arÇ lM et JeuMs (Illl!"!', "ene!; nombrE'ml rcn'oren It;' nl1 J'

oIM. IIUfUSl'ur/I,. VpnfZ nombrl!\l'"

pour q"e la « velite dê mllsse » organl. s 1.. . 2 Ilrll prochain $Olt une A"r3nde r éllssl1f!. Droit et Liberté Ht bien notre J{llIrnal pulsf'ju 'U dénonce le 4 *nfer Il ' un(' AII_ma,ne ,,  :cldentale- Ju.r#

"eu Se el rf!"a neha rde, pulsqll 'U @. 

l\h'e contre la rlémenoe flCC(lrd&e .. ceux qui 80nt reRlponutlll'S d. l'u! illssi nat de rarcpi RII.."mllu, rie Julien 7 rn a u el de tAnt d't\utre. jeune htr05 dont nou. honorons la milmoire. Droit t l,fhert .. t le Journlll de tO\l... Cl!Wl 'lui v l/h!.nt la Pa.lx: - et, lM J"'u'n e "eul mt la. Paix. Allnl' FRA::'I\"ltEL. L'a!hire Kn\vçhrnko e t d Jt ou- r------------- ------------ - -----bliée. Les gens & qui elle profitait (mt be oln d'un semblable procès pour utlllser nouveau un tribunal , f rançais comme tribune d'a!llt.alion bellicillte contre nO;'! alll 5 de l' t, comme Je prouve. une lel,tre ;.ulte par un dei accusés Dtano au nommé Gw/a.ldow kll, eeréta.lre énéral du ",Inj tèt de.!. Affaires étrangèrl!.f, de P olOfn • li. Londroe. n 'allit du fl '\eudO-l;oUvUnement iru;t.allt en Angltterre pll.r lu

tn1gr s fasciste/; d'Ander" qui n'a rIen

à \'(lir a,'u le ,·lr1l.able gOUl·e-rnement rèeonnu de VOT$Ovie. POUt ftre Millé !our le compta dés plllignanl.s lui s'Indignent.. de trouver leur nmn dans le livre de M. Renaud de Jouvenel. Il suffit de les elter ; TI Y a Con.stanthtuco, déchu de la nat.ionaHté roumaine. joumal! le du Umj:li; des GardM de Fer. Un Alba n .. ls, Haba!-KUpl condamnt & mort d;tru n pay par une cour J')éc! ale pour trahison de sa pa r\e. Un Bul; are, C. G. Dimitrov, dit Quémtto, Q:ui complot.a contre le o;rluvernement d son pay et s'enfuit ensuite ault Eta.t,$-Unis. Un P(")lonal Kowo./sld , oifleler de renReignement.5 0.1.11 donna un hitetvlew au journal nllz! Volld c}ttr to t'r. D /M.o, tml..,é rou- L' AFFAI RE VALLAT devant l'Assemblée Nationale Unt UUga.tfon du M.R.A P. de Montrl!UU eomposee de Mmes Krlchenbalmt et LD:ndau. : MM. BUCh, BaMwtr. Lorenter s'est relldue, Ilmdt d.ernier, .:1 l'Assemblé!! Nationale. EUe a et4 r ue var M. JacrlfU!l, dép1L/e socialiste de Montreuil. Aprts avoir ttaduf l'émoUDn de la. vorml,atfOn. devimt la Ilbération de Xavier Va/trl t. la déMgation a d.emande d M. JaCQuet quelle ura la position de on groupe lo r.lo u.e 1(J d!Jcu.S$ion su r rafl aire v iendra de l'Aucmbltt natlonalt!. M Jacquet, aprtt avoir ltuiiqué qv:tl connait tré,$ bIen Xavier Vallat • .sOn rÔle avant ct pendant la guerre, a promi$ que l' t nsemble du groupe $oclal!ste émet/rait !ln vot. condamnant la ZI'bllrMion M ce traltrt. La d:él flal.ton ft eluultt dema1lctt t'1 tire reçue par M. Dumas. diputt M.R.! · de MOlltreull. Aprts IUle heure d'attente. li lut rtpol'ldu oe qu'il tta.it absent ). La Section dit M.R.A.P. de Môn_ treuil, appullU par toUs les hartnt/ el qen.s est décidée comme toutell le$ autre! $ectio'lts a conti_ moer l'aetion contre le .scllndi2U d lu libérl1tfon de Xavfi!T VaU4t. Elle fera de n.orwel/e$ dtltqat!C1t$ QUPré.t de.i par!emen.tatrea POUr exiger qllC l'inUTl'ello/J.!ton Vienne rapidement en dtscu.$.s-/on. EXEMPLE A SUIVRE ... LES 5 (JOLONNES Au banquet or \lnl! pour t6ter le 3" annlverSlllre de l'exlstflnCfl de la. lioelttl.. "" LP!\ Amis de N'ovyd"or, Nafl.helk et e n"lrons :t, noire dllvou ami Apper (Vlce-p1Mh1ent (le b eocittt ft trblorler tle.c. Abele ... Mrnbailani.tl; julf!\) Jl prl la pAlr61e p6ur 861:1 Ie \'« les problèm" du

\1. R. A. P .

(Suh • .le la pre.lên P'lt) IHInplctlve qUI pourral,nt do""lt .. mblt la nlaut a!llmanda It la valaur tran al ... oalil-oi prolon· rU par l'Atr !qua. Il y a Iii un champ d. developpemant commun qui pourraIt tr.naformer ['EurOPe Il, Ou De la Brudenchc:h Kotokombe-Scheinwerfer On volt Que la. pOlitique d'un Churehlll ou d 'un de Gaulle, aiJl'uyl!!!! l'ar ' W shiniton. répùnd aux voeux les plu.s chers des néo-nazis d'AU@ma,ne occidentale. lur les plans desquèLs DrOit et L.lber ) est en J'neAure d 'apporter M nombreuses précision s. La Brudersohaft, ,tauPe d 'a.n clens offlelers h!tlérlens, noyau d& la. prèmlere cOlonné néO-nazie, est d!rltte par le général vrm Manteutfel. La Brudersch a.ft cache un or ga· nlsme plu! secre encore ; le .. comité Int.erieur . qui eomprend des, hommes tP.ts Que Karl Kau!mann, d. HalTjbou ti. et. Lauterbaeher, de Ha1"lovrt!, anc iens gauleiter de Hitler; Franke-Kreçsch, ,endre dé Gretor Str8l s r qui fut,. SOU8 HlUêr, ch t de dlv1slon du Servlee d Sllr té du Reich. etc ..• nent de s'Instalier dan la caserne Bleldorn. Ils sont. organisés èn si'etlons e t groupei'ii. que dirigent d t"s offlelers allemands (un caplt.aine. un Ileutel!ant e t un ous-lieute · n anti. Ils porunt l'uniforme noir. Ils ont t'I. leur dhposltion d s ;lU· tOmoblles et des motos. Préparatifs de guerre et " espace ,.ital » Le ... a mi!! Mallar.hovltcb et R)"bojad ont fait de mê:me. aturant l·.t( eni!oo lIur l'Importance ., l'aeU, ·né d .. notr" roouvement. Pour marque., Ja symp.thle et l' d v.oue ment pou, Ill- M.R.A.P., nOIr.

!.lm Appel Il propos dA mf;Uré! aos

l'l1ehèrl!1i (tradtlion à maintenir) lm gâ.teau. P!\r r.e Mchèret;. nos "nis 6nt renforré le ton!!.! de lulie el'lntr. l'antlsémH"nlfl. rt\clsme et'pour 1. plix df' 2J.OOO tn\n08.

Iercl, et soyu 8 rs que "oue

ext'mpl"" sera. suiVi. Lu Jo:lfs. eOQlme lu nOIl·Jults. &JIIII qua le eor:ul.ItDI lu pe .. Oft· ne. qua 110UI avolU. JU Il'i. pr'nnt, l,.ltr vle wl. . tomp.ellnenl a1ol,eurd 'hlll lei lourcu thUei d. cet aDthtllQUlJIlIt. dont lu • arr1olmenb _ ,ros,ler n'ont Pli va.lé du COIl5tlllrn dll Pharaon" Xavier vanu et GrP.bbel . 111 ont 1. douloureun .xpfrleue. d. ce que IC\lr corn ln u JI a. Il 1 li • .ouffert cuqlle !ol que la rt.Mlon rele_ \' .. 1& 1 .. wt. et qu'lI tUlt t(lIestioD d.e tueru. Li. "ho:, '1.1 eontrl.lre, Ni la condlUon IndlspeM.8le d'un 'paD0l11lUment de la vi. toUi touIt. lU formes. AulAl. ne p'lIl"ons. lI"ul que r _ p"er cet appel du Aube  ;

 PARnSANS DE LA PAIX Dt

TOUTt:5 08IGINU, Dr. -rOUTJ:!l CLASSES SOCIAL!S, Olr. TOU_ TU OPINIONS. Charles SERRE Parmi les autres groupes mtlltarls s èt terrortst s. Qui poussent eomme dès chample:nons danA l'Allemagne dl'! Bonn, eUons le OeuUehe Partel dont est membre lê provocat.eur antisémite rècemm( mt acquitté: le groupe bav ar ois Katakombe Scheinwerfer (L (! Phare des Catacombes) : la ((Odes· 'a», abréviation de (( Organtzatlon der I!"hemallg.n S.S. Angahorl gen JI, (Organisation dés anciens membrés des S.S. ) : le Bond, qat compte 11 iroupes locaux. notamment a Hambourg (znnc anglat!e) tt à MuniCh (zon américaine ) et' Qui publie une feuille : Informa· tlon8blatterar Fnunèle )l, etc .. etc. ·rnutlle de dIre Gue r une de principales a.ctivités de ces ôr;a - nisatl6ns est l'antlsemitismt . Panona a la troi5lèmp. colonne, : elle se troupe autour du 'l ParU National Allema.nd ), diflg pu le I!'rlmlnel dé luerre Alfred Goùg-e;,b

rl, propagandiste n" 1 M .. l'espace

vital J. Elle comprend dt!s as·

ociatlons chauvines qui préconi'

sent la reconQuête des Sudètés, (les territoires recouvrés par la Pologne, de la Sarre ...• p.n attendant l'AluCf. A la tttl . des originaires de Prusse ""Irentale de trow,.e un hobf!reau dépossedé, le comte KanltZ- Podanien. représentant-type de la caste militariste prussienne. I.e ,.t .. au. oheté par )1. 1telehlI1an, prkldeut du t.te.l;, tut ot.ff3tt au..:. ",nfanh du plltronal:' du XX'. Geu-cl. tout en rem r('j 3nt, Mu

Hddé d'Offrir CI! "teau au;,: entant 

M (rii" Itl- les de I·a rroadlesemenl. 1,.lNI$!E2;_VOVS : _. TARIF DES ABONNEMENTS à Q"...,l-.. 1. ha!. 1"0IUUIIJ\ler •• !'ARIA (!l') _ :l. 1 10 jJ.oOI " r,u 11_14 - rltAi"t:z J:!T I.INI01o ,1t" ... ·C,UU t mu,a ....... . ... . WO Ir. , . U . 1.UIII ff. ,J mo(a ......••..•. .n .... .. , ...... , l'AV. ZTRA .... CERS • J mOI. ,........... un Ir. , mOl. . ...... ..... S n fr, 1 .n ...... ........ t .6M1 fr.

r,uu, 'PItCI"" OOOt !. BELGIQUE

C"lIIpl. chequ ClOSW 1 la10_9' PJ1.A1S POlir lU UII*'l'IIt"lI 4'ad,tn. ellvo)'tr :0 fr. fi JlI dCtnlê •• b1cd'e. CO)IITI Olt Olltl:l'TJ/I .... , ""Crf al lI .lIt:!. "Uu,IU GMI."S"AN (:Iu.(" t..ltotlRlIAS . l err _ilt,l(all' t... V, - - tA drUI l 'C1I eV1::l.Aa&& N.,.\, P .P

 N 1: P

lM" POI_nnlar. .. Oolll ro • ....,nnliU. PARIS d 'I (SUITE pl rt.1u n du fapProehen'lfnt n ec: les calles milItaires et Indw.tJleUes Qut sou\Jo!nnent M. Adena uer ont tent de mlnimu.t r le sea.ndale. certa.1ns d 'entre eUlt ont déclare que let. aoew;atlonA portees contre le Lan de Ba ... !t re

tajent fau.s5t6 ou tout au Plolra èxa·

, Nif!.ll. n ne 1"!sUlt que d'une mal'lfeuvre

ommunlst.e d stlnh a. nu!)'e

S l'ént-tnte frllnco -allemande. Milheureusen-: enc pour cu messieurs. 111. v6rl, t e5t Ipparue fApl.:1ement aux )'e .lX du hommes de bonn fol. La F  !l'Ie n\ tion des Mport de mon col!èllue, M. FClrr.inal, Ct M. Michelet. p r td ll de 1"i\mlcllle de DacI1.u, n'avalent pA.8 ,"oulu 5e Joindre 11. la F.N.D.I.R.P. Ils ont en\'oy en Barll:re '-11 d eho r de no'.l8 dH Mltgue5. Mais, à. fOtI r flOul', run (r ntr eux, d()nt 011 doit recon naltn l'impartiallU, not,re anclel1 ealnarl\ de de Dachau. Pa u l-Lo!.li Btr, thaud, ynd!c de la pr e Ill!:rlementajr . a ér.rit da11s lc Ro."emblemen.t Fral!ç al . organe du R.P.F .. du " n1ars, un artlcle con,talant Objectivement le! h.lts stlgm a ti s par la comtulssl:' ln. LIi témoi,nage dt B rtha1Jd concorde avec c ux de tOWi If-l enqutteur$. n plrle lui au,,1 de • I"ezploit 4 tiOll inli",trfelle aliee les t zccu:atri \ pioclum! l -IIIA: le nol' et lu OJsement: dont on. Gvoit oubllt 011 CtI.moullt 14 prtsenc:e '. n déplore • at!eC IUlIl /rI!in.!t! trlste!}!e l'aUitude des Améric ain.!' qui '" t  :Olltellt ltment eu doléance:, ma.i: aemolen.t pennr DE LA PREMIÈRE PAGE) que tout cell!. 4 hie-n. p.!tI d.·fmportanct Il eôt; 6 1/1. hllllte pollllqut •. - A-t-o'" prît; lies san.ction.t contre le! re!ponubles? _ J'JlI demandé • II. tribune de l'A"emblée nationale. le 14 diicembre d.ernler. que det; pounultes !olent en, aa:f1!6 contre l'.ncien ma i de D.sctuu, d pUl5 sous -s crH lln à l'lnt rltur du Land de Ba\'ièl"t . qUI a détourn!! III. profit. de u. municiplllité le cl I'l'lent et lei CI'edits remis par lès Am!rlealn5 pour Miner un monument t la n1tmo!J'1! dtlô ctép()rté.. . J',I dr· mlnd lUt l' n exllmlne. comme le permet le statut d'occupatlon, la Itult. tion de M. Auerbaeh, comml"Mlre gdo!ral RU" \'Ietime du nazisme dp. Ba\·i èrft. ur l quel phent leli plu gra.\' 5 aecu5l1tlons, alnsJ que l'acHor. d s au orlth !oeal allemandt!s parmi IHqueUe! 011 trouve de t.rès nombreux nU!$. J'" le r€gret de comtater qUt M. ftobert Schuman n'a fait aucune r pome A l'I'Ie! deux Qu tlons t;crjt r ir.!trees lU Journal ollie/el. Pour n(l ):las d ):Ila lre r-,t. AdM;!.l:er, lui pourtant ne lui ména e pa.!; lt camouflets, Il Ira tin p re crit 11. notre haut-commiMatre de prelldre l a nctlons qui s·lmposent. TI St Contenle d·atl.endre 1. bonne "olon (!;et; Allecmands. _ Ai,u/. le! een.drll.! lU.! /Uport s d.e

Ch411 n'ont PtU tU rU1lec!cu  t lu

responsable! d ces in.qul1lffit1 bles pro/ fHl.at",1f.$ ne $OIU J!41 ch4ti  ? Une telle abom!nàt.lon ut nIai· heur em em enct-e. La politiQue dl notrt miJll!tre df!$ A11airti Lfanc!res ne peut m'me pM parve:nlr • urer atU sépultures du \'Ictlmu du natlsme le simple r Pf;C prevu pu lu lou allemandes, Jusqu'. prë$ent M. Robert Schuman a'e L méme retusé i. publier le rapport dU J e Walther, doyen des Juges d& Savltrt Gui, mll_ lit son rtf lr d 'exeu er les profanatJoM. a été obJlgé d 'en cOlUitat.r-r la rélLlit . E:t I 1f!')luU ct"Ora;n conclu ! : .- 011 .l;l en pr 6r,nee d'un {a.it qui rr\' lt la fl lll!U d la poJ!tique uivie

\ J"erard de l'Allemasne depuis la. Ll#

b r.tion. Le nazIsme r uu eltt .. Mullich commA à Bonn. Autour de Dachau. j'Ri vu IntaCtes i,outes les entreprl M ("lui avalent pro!lt rtu t,rav9il d'e clav e du dtport6li. Lc .hltle len

fflleent le  trl,eel des crlmeA com .. - I 

crlntr" 1"l1umllnlté. Ln ilutorit & tranç" ise et amétiel\lnc law;ent h lre. On l'fludralt /llnsl tromper J'opinion a11n de ne pl\ entraver la lormaUon :I"un bloc unlSJ.ant la France a. us bourr aux. Mals leA dtporUls. 'lui demeurenL flnéllfS I1dea! de la R.ltl&tanct. ne toltreront pas eette t rahison. Iii. \'tulent aider leun camarades a Il ... - m.andJ "ietlmf!7i; du l'Iazi,mf. à se libeter de leuTi m.uYlil mal\:r el 1'1.00 faciliter 1& prise du pOUVOir par queJqu'" Hitler 2 iuetul1t rocculon prôpice tOUS l'ombre prot.ectrlce de M . Adenaurr. Comment l'Allemagne r orme Pa.5sons à la seconde eolonnè. Sè" lla lsons avee la premièr e: lié· tablllis",nt not.a.mment par von Manteuffèl. chd d·etat.-ma.jor d'Adenauer. chargé de recon stituer la Wehrmaeht. . Les éléments prlnclpaux en sont les deux partis gouvernémtntaux C.D.U. (Union chrétl nne démocrt te). t't F.D.P. (Frei Deutsche Parte!). Leur act1v! consietl: Il couyrlr e t favoriser le5 aglu,ernents d tous 11'5 néo-naz!K au, 1 bil'n dans le  ;'r v\ces ortlclelf. Que dan . 1c orl"anlsatlons dandl'!stlnes. Ils t'lrganlsent tga.lf'ment la lutte cont.re 11'8 antlfasristes et, les partlSallS dé la pa!x dam. ]'AUemag-ne de l'OUe5 . La dec1:aration d'Ad nauer sur la fusion totale . a pour but dp. preparer. sur le plan int.ernatlonal. l e conditions de la r éallsatlon du complot nazI. C'est aussi sous la dlrect.ion d'A· denauer, appuyé moralement poli· t.!qUl'ment (' t. !lnanclèreml'nt par les occupants tranco--anglo-amértcains, qut se poursuit la remllltariu tion à outrance de l'Allema g ne occidentale. Un f' xl!mple precis : Am.baeh, petite vllle bavarol e (tone amé r icaine ) est redeven ue dernièrement ville de garnji'iion. Sous le t lt.re de Labour $er,.lca Ca;mpany, 220 old

IU allemands, spèclallstes eh vronnéa

du • pont aérien t vieil- Les avoton de M. Kut!lcher Quelques chlfrres suffisent à montrer l'actîVltê Intense déployée par la QUàtrlème colonne: celle QuJ a Investi l'apparell d·Etat. C'est un rapport des s('!rvlces de M, Mtlc Cloy lu l ·m me. haut-com mlnalre américain, Qui naus donne lc!\. précisions suivantes dans le Wurtemberg-Bade, GO % des post,e ' de dlreetlon polittque sont ôecup s par de anciens nuls: en Bavl t e, 70 ';' d'hltlér iens dans la poHce , et 55 % dans l'admln!stration. En zon", anglalsr. ce n'est pa mleu" : 80 '" d Jug!'s du Schleswlg- HolM.eln Bont d'aneiel,5 nazis. C'est If! 'eas, n particul1er, du Jug" Paullok qui vltnt d'acqulttcr Hp.dler. Un certain Dt Kutseher est ronse! ller économiQue du gouverne. ment Urléral de Bann : Hitl!'r l'a. v jlit utilisé comm/' oe responsabl de5 atfalrel'. ju lv 5 au ministère des Affaires étrangères : Il a sur la conseience une bonne part de J"organl atlon des massacres de Juifs dans toutt. l"Europe. LA 5' COLONNE Brll.vo p6U( 1/.':'1 en fanU ! L'Union des Sociétés Juives de France se préoccupe du ort des immigrants en Israël Lors du congrès annuel de l'U.S J ,F., les d légu 5 CIO , dèbat u h question de l' a ldp a appo r er a u) lmm l rU1 ts nfoces.sit,eux $e t r ou· v.1.nt dans les camps en l raë l. De la dl cll s,,"lon s'e t d.égaret un.. décl lon, notamment que !'ai(le qll P nOII. rld$frrm, t OJl$ dO!j ttre aPilorr e directem ent d Ce !ll qll ! en ont bc. oin. Depuis. la. rnmmls, lc1O de5igné POllf tud\c r caU!! Qutst10n a éla· bo \in plan Qu'clla presentera j la CONFERENCE DES SOCIE TE Qui è déroulera. le ri/manche 2 mors 1!150, de 14 à JO heurl.'s. à II!

all{' du t: Cl!rcle Suisse J. JO, rUf

dps Mc sagerlt5 fMNro : pO\$.son· fl l rr, Gare d l'En. Gare du Nord Autobus 26, 4:\. 32. '48). A Cf'ttt" C(mltrenc au Cflurs dt laquelle M'ra créé le fi Comlli des Srx:iélb d'Aiàe (:011.t/ruclJvt Q:1l.1; tmmi!1rant3 ftn l sra«l..,. ao n tnvtté lt"!. mpmhre/; du Comlt.é dè to!'" tr!S I('s SQclétés. UIU dlstJnetlon tl'armlatlcn. • -. j' • '. , \ •

_.------.. -------------------------------------------- --- DROIT; n: tlSERTE " • !

La vie et les basses oeuvres du triste commissaire Vallat (3) Une déclaration de M. TULMAN Il n'v " P" d lJ!'ltttO'; tl'l Ynmc . (;'U bl21'1 re;ftttabie. on ln!t 1Ilu!!. vitI! t .o hm,nt. p ,...t Olll'ln'eker. Il uu  !lone crttr Ulle Zel\tr"!t Ju.r!;'1!_ Clmt, en trane.l U.O.l.P. x.,,!t VlUU S'JI emp!ole .ct!\'ement. t ,1! prinCipe en est  !mpl" : polir p(lU oIT'm" . Ule. lu Jult . Il faut d 'I.bnrd l"' r l!mbler. · etnt \lur de 10Kt l eurs aetl\'I R. dlM ludre to' .. , l\lr, oraonlu. tlons et 1eR rtd\un .. uni; «ule. oblllfafOlre \lOtlr to)U' H dlrl,u pat du OlitlUna. On t"n1.tu. d'enttormlr 1& viellant!! d: "!eume, et (I.e 1 ... dl'.:"",,mu m.lJ!rlelltmtnt et m.otal mtnt, en. leur eh.ntant, .cUpth. aUI: l'Ikeulth (l'une p  !l1 IQU pertttlement Intljul\le, t.oU 5 les ren,Alt)&a" de Vlehy. • Van't pruenteu. l'AMrd -.on U.O. l.r. eomme une tIJ lt: de b! n, jun e. nOl\o tAl\t h. curleu e Ilh!lanthrop!& qui veut qu 'e ll pu!" "es (01\ 1_ tle ueo\,\r den! l . porte-monnll!f de u seoouru 1 L'tI.O.I.P. doit trtl. en fAit. un IJlS1Tument .. _nUel Il WO:Il\.lon. de rt'Cfln ement. d 'pnrôlerncnt torct, un Dlt!;e mortl!. l'J:p dp...,,,- é :'lIr p_ :1- ('hp .... qlle JI!'!! bourrelux n'/luront qu ' con'u] pour fr"PDer llnlr& rollPS .. bon O't'cI,."t EUe devra euer tle c('nt oil Il.. n'"uront QU·. u11er ,.n mlSlle l""Ul' .LcUm", d6s1tn6!! '. A un JuU l'I.ul e retll e "u .!;lnlul!lJr honneur d 'hre nomm .. Il ,HncHon tle c or!l: nlt.m8, Valiit Ju : « VolI. -'te .• ,, r.li de CiRq en/(IRII. 'e croll(lt.f q t "OUJ tlln ", oe  !u ... l, CUt l'atml 11'$ dl r1runt& fllr\t.oel\es de I·U.O.I.1". qU'1! trouvera p luA tare U'I JUlf5-al!bl,. SOI "l\ \I .em lll., n\ll1'Hleu ment. d. m:l'!l t t;'·eme,..t., V ll t rnl't n jl) ":d l c\: pCl itl! "",ru; l&qU('1 lM ran(\ utlC'1 ne p()urr lt'nt Iat , ...... '\Vec I en!lIn\.8 qui en nt. les m"'rM prlsM clt l':l.nlqu". les l'lomme& conduLI.8 ('Ol\\m \In bl-Ull pu une ,Inl tr& rhlOllrme J O jà A'lInnon nt ""UJ"derr. .. nt 1'!lI p rome du 16 julllll . IU3lque!$. h"'lr&u ement, MII' .• coul o JUI pourront ,"chapper l'rfl.ce IL 1 ... I&OIIdtrll6 francaise, En attendant. O!'anc)' u rem;.lllt dl! Jour en Jour. Lq Poll cJ r" dt h. P.\} .J . )' nnt trar..r.!or_ nI  ! op"tltlom de tOU1II1' " une ...... "t.t Q.u" C'ntrl!prl&e de vol en 6- rl&, .. wl un", qut les Allemands euxm n'L", pOurtant u délle .. \". finiront per Itulfl@r leur coI'lI aux cr atUf"'" de Pueh u-VllIat. 1 111,..... Vall t, homme fn \.OUt mlnt f Cr)Ura" r ", U ctUîl\t rCUt J comme dit M. Mai'sr, 8·tl'lUrtllu "l.ement .. tout ce c;,ul u tI:l!18 dan. lu un\J).'I .. 0" lom. " l'UI1I.;ler •. tllu tl'u" 6'UIO" . 6nt slllnaI6". valU,e krlt lul-m"l1\e .t. n_ n cker ))Om lu! dem.&l:l.dtr d* 1tnt"rcer la unlllllAne'. Cl! ul!! te dOuble d'un tU\lall de P10P"fal:l.d. ,cctntu' : lntervl . . ,rt1elu " '"5 ]1 pre .... tndul! e d"- dellx ZOnu, tmtMIO.. . radIOphonlqul! . Illneemtn m me de « levuu 'h«l(lque ,. (t iC' OU III l)fd"nUI C3.nlllJ:e dl'opl'll' dt" etr'lfU pre.que litt. end:r1.unu ))Our tenter dA donner un!! couleur tr.ne.lee tUIt ,,l'lral c;,ue lui dlct.ent ln ntr.la. Plus que j&m.l.la :1 RppeHe I·An lt]u) . IH le mort!\. he .., IR N' UIIU pour eamClutLi!r le. ObJl! I:tlt. mon!troeulC de III; txlUttqul. ·Ce nd nt. Il lui arrh'e le I:Affft .lI cnmmet qu lqu' mlilAdr  !.IIMI perIIOl1 nflleA qUI I ndl. nt Danneeker. Au mOi. de. thrl r 194 . o.nnreker le coovoque d .. te.:on tout" laU. normlle. pour t.e !1I1u • rendre comf)l. • . Com_ m. d·habltude. VA!Jllt prt.ente IOn rapport. Mal .t. une ob6tr"tlon du puron. le nlet M; rebiffe 1 Son .mourpropr" e8 bl..,. ". Il ne u.ur:Ut aceepter QU'on mette en (toute CPPllelttl antIJW'·es. EI!ouMn. D"nnee;ter : • Cil ce OUl CQrl  !erne l'Ull.fOIl. l'fI Iflt O!JS(TI: tI' 1; Val/li t oue Il. t(lctiQue d""ur_ mOI!!men.t mil réVl/a" OU'U pe 4t lrlJlt PU t:erlt(l/J!ement la «parutIon. de, Mot.Jul/s d ·lJt:C!r. le., Jull . VClI1(1( rf_ P'J.ft4 ur Ult tG" !nou,l ... Jt .. u! UII ,uUfUmlte Ih ,,11.11 1on.1IW! I1fte qU.e I:Ou.!. Je pourrClU en outre II!Ire IlOlfI pt J. (A $ Ul\'tt.) SUR (El SOUS) LES P'ÜNTS DE· PARIS S o!u !O "  !. , .t ", !n",!n "' d m . QU A N D V1E N T LE PR 1N T EM P S :i  :,: X;d : : f.":. tOi';,'. oO ig td :;':;":" ' .mg :. : :: J ONQUrL1.,E ! oemet ! tull 1 Il],Yeu.l 1 AUOM. madame'. E i pour 110115. 1J'l0 jeur ? g ral'lliim ? La h.Ue aux /leun '·01.lS rt'- nl e d e lj:ro'oIpes de ,.oyellt! et-dt eon.sonntll qui cha.nttnt dtns nos oreUlu et nO. l'eux. Dan. ('h ' Qut co!'()!le. un ccé.n de colon4 l'Iaehé df! lum êrf!. La \'l g-le lIurglt Ill- poln:e 6trldente d'uo jaune vi! e 6'pslompe dan$ l'ombrafie d'u blell ctndrê. Et les coul lIrs vibrtnt dans lt. formes dHf rent de leut1lagu. Den elpt6, ou mas l \'tj; el courlU. Et i je di", "crI. il y a lei vert.. noln cr()(jue-mort. II 'J a les nuore eneu veru'S, \'iolentes comme un soleil. Le tout bligne clans un M lJC8 parfum dt p Ucn qui coul dam lu poumon!! la. tra.lchp,ur d'une sourc . Vrai, si mon patron aeeortle !t';! 3.000 francs. J'y vole chereher un b nquH pour Annft. « L·art!st.e tr8 vl\!lJe Mn  !!let, app rochet. \'OU& POUliN tOlleher t. Bon:menteur. hlbleur, fUc@ur, les bru et I ! yeux Jou. n t III, pantomime, le camelot (St mill:re en la rue dl! R.holl PntClut. It'!s pa,ncartu M bal'l.i:tc nt, 51n15trement !d lltlque" : Fin de S .rif, Excepuonr\el, Solde. RUlame. P LUTOT ql,;e tI'aliè: blJ\Jer dan le 1. d mé rnanntCluln-bouqulllis:tt'! t-cnarehand-de-;lace des 8cluaUtéa. Ialsaet·vO\l8 tsnter verbalemnt pu le. lunettoe& dé !oleU. lH cravate.rt. lil cotonnade imprlrn t. unjOllI"S aussi utllè. toulourll trop cher. Là., lIoIcl lA elmp.lgne : de la p& Ue, des {\ n. du plumh : l'h'Ulovat!on ut d·appe· 1er cela. .. modiste •. So s le, pont (Alel1àndrll lm 1.1. lne bru1si.e dan des er p:tt',ons rlpl_ dt$. Sur ses d,'u. ]b beaux quartiers en te!:on de plt.rre a ll:re, y tr'ânpent leur ombre mortualrt. Au loin. appele de la plulII haut!!! Imp6rt.t.nce. tin ", qui Mt frappe de troil! moie de . • Le premt r dt relatif .. l'interdlc- priaon et 200.000 fran cl d'aml!nde Il!! I.lon de l'Arme alomif'jue. Voici le pour '\loir puhlie des témOlgna.gM lè Pilla .s d Ch lllot allonle sa ma.$.'lt blll,nche. L'atmosphère est tiiS t oe klaxons im)ll rifux, de silence et de $(lIen ap) le!lllnti. A la Républtl'fue. y'a. un air d'Yvea Montand qui vous prend par le! mains. TO:lt boule t chantonae ' L r ndez..IIOUS A COté de la I.tatue. I , campel.lu; prenant le mtt o ; un peu A tauche : toute la. famille pote pour la boite A pho:", dt l'onclt Pler . L 1i fort.  ! en gueule du F'aubourll saint-Denis sont tous lIlvl;:otu. ça. bra.:l1e. beu'lle n mugit a la !ols. E ll! p"'tits ni.io hu .ont tle connivence a.1'ee ce i'ra.nd d1abtt mag:clel'l qui l'IL dL pos!'r d,, oer!S( .. }[\ plILce dei! p 'lm ratat\l\é . M Oré"olr . adJc'Jjnt à. la munlcl- texle : de BoldlLt retour d'Indochine, • Pilh e Oe Montreuil, précise: " Nous e-lll(eOM l'intl! rtlictlon ab- Le Bure,u natiollal deA Combal- « Le printC'mPl! ? ReJ1arOe e eo!Ue de J'arme .. tomlque, :lrrll(! t anUl de la pail\: apptJlfl !fl\'I repu bUcamion dl) 58ble qlli v .... e mela.mor_ d' pouva nte et d'extermlna.tion mali- cain:! "!I. toue lu 'mie d& Il juetic. phoser lIn m \Uler de pltes. ces pianu fi i"e dM population.. à malllfester leur .reprobl.tJon. un Q:.tl von!. ja :llir en eent:lines lie fleuri. ." N ua e1lireons l'tta.bIfMeme.nt v te et profond mou\'ement de prod. t..m nos pues e Jardin,. cette chaUlt, d lin vl.",ureux. oonlr616 mtern.t.tlQ- lestation doit dretlHr la Bretagne qui Ta tr"u.,. If'_ pisl.e.s Oe noe sta1!es nal pou, a&surer l'.pplication de tout enliére contrl! l'Inique jugement. E puill. le printemps. ma.lme ant, Il CC!1l" mMure d'Interdiction, _ . ,

'ilJit de le bâtir dans les c:P.urs, r é- " NOIJe eonaid.roM qU6 le ,ouver- ' Les onc.ens prllonr".rs de guerre

cht autlage -rll; une roll.dP. pa1X, avec nement ·qul. le pr.mi r, utilil!lerait veulent 10 poix. III bCJnne grainE' de runion des bravn contre n'importe quel paye ]'arme ! ns . N 'e5t-c pas netre plus beau atomiqul!, oommettrait non AeuleInent pdntr.mp. 1 li un crime de gUl!rre. m41e un cri ma En sortAnt de lA malri . j'entendll le contre l'humamlé et al!ralt A tra iter clairon ('t U& tambours tle 13. fanfare c()rn rne criminel de (uer r e. joller un nouvel air. r.,'Clue appelonll toue let hommH Ma fOl, le p lntc ps t.st ""' prêt sdieg nbeorn nceet veoplpOenl,té J danS le rnÔlldt Il

   re CO:l om mé. • M, E.

. A tous les hommes de honne "olonté. Le deuxiémfl set sdtess/!. ,. tOUIl l/';ft hommé8 dt'; bonne \'olonU,. Le lIoiti :

 NoUl! appelon!! tou, lell hommes

de bonne \lolontA A. .e h ,ir" repr ent. er daM le noulIlIAu Congrh n'I lndi,,- I pour la paix, qui ee tiendr& èn JaU/! dan_ le quatrltl'M trimritrll de l"lU1rl!e leM!.

 Noua lnvitorle toutee lee collee""

Hé! eociall!$, reli(ieuflt\ll el CUltllrelies, louiee lO!I perèonnt'fl honnètèS qui. quelle que it leu r opinion Sur i'orl,ine de la tension .... ctuellè. veulent lIt'u lE'ment (j ra pporta pacifiqul'll entre nation"_ " Noue leur eoumettONl, comme prem,ere bue d'accord. l'i nterdiction deI' arme, atomiqu.s et la c6nnllmnation dn tout tOUl'ernernent qui 10 pu'miér en fl!rait udle. J Un militClnt catholique condom: •• _ Le congres départemental des anci!! n!! prisonniers de ,uerre de )'Aubll l'est ttnu récemm@nt .t. Tro}'etI. Dans une résolution, Il ( procllme fIOlen llellement ItÔn II.t t llchement ..t. la pllix que seule 111. volontê dea peupllJ8 peul hire triomph r POUt le bien rie l'hnmanit , et il invi t", en conl!! Cluence toull !«fI ancien", priN)n ni'lrI de gu!rre A C()rl t.itu('r cl '!"" cornit.éI'I tle D f n.!! d la p ix, ouv era A toull lee F'rllnçais dan!! 1 .. car:lr de l'AI!sodation départemt'!ntllle ). Le congrb d m!Lnd(l la. de struc!lon r:I s stocks de bombe8 R.tomiQ\lCs Qt J'utilisation excllJsh'e de l'énergie lItomiqull au "en'iee de I t pa ix. Pr enant ]a pllrole, A Stockholm, de\llln! le ComHl! mondial, Mm6 Lucie Aubrac a dée!ar@ Que t'exprèaIlion de bue du mouvement ri" ParUean.'! de la pail!: en Jl" ra"C-e eont lu 4.000 CoMtile commun lUX déj.\ COlllItitUM. Confé,ence nationole Combattants de 10 Poix en Isroël Le 9 mllrs. a ftU lieu,.t. Tel Alli\l la ConCêrénce nationale d"", Partie.t.," de la plix en Israël. 700 d lflgu IUII par la populaUo.n juive Pot "-rabe daM 300 ]rx:ltlitéll ont déli b ré J)O!ndant d"ux jours, Dans ICI tUIlX quartlen, on ne e rrh'e l'u.lmtnt de rl n. Le Burtau natiOnel dee Combatt& nta de la pll et de la. I!berté crie premier ministre officiant ,da Temple d. la rae Notr.·Dame-d.·Nazar.th Après les Assises de la Paix " Comme serviteur de Dieu je pense que tous les hommes doivent oeuvrer à la Pai)f" L ES As!;ises de la Paix ont été, je crois, un événenlent très important, Comme serviteur de Dieu, je penSe qU4!: tous les Juih, comme les non-Juifs, quelles que soient leurs cplnIonS politiques, doivent contribuer à cette oeU'ne immen!'ie d indispensable qu'est la réalisation d'une paix durable. Un pays ne p ut pas sc développer sans la paix. La guerre e:!.t contraire à 1:\ rl!liglon. La réllglon soutrre de toute guérrt. Nous qui tommes au sl'! rvtce de la rellgloll_ notls ne pouvons Qu'agir en faveur de la. paIx. SI l'a.bbé Boulier, d nt JI'! suis so.r QU'U est un cathOlique sincère et tH rabbin Zanni (Sultt de la premlere l'laKe.) antiEémlt·es d'auJourd'huI. n dH au roi A&suérus : l s Jults sont un ptu!)le différent des autres, QU! n'obeit pas a Ws 1015, Qui complot e contre toi . Et le sln! tr e personnage propose l'extermlnatlfln dt! Juif" contre 10.000 sicles d'ar&,ent qu'on lp.ra!t ver r au T r so r. AinsI, l'antlumltisme veut détruire le Juifs non seulement parc!'! Qu'lIs seraIent différentt. des Autres, ma!s Ilus.;:i pour tlrer proUt de leur anéantlf &l'!ment. Enf]n, nous trouvnns dans le livre de Daniel, un ralsonnemtnt semblable, de la part de r:eux QU! !:!énoncent ce JuIf reUglotu;Ii:. La " théor1e • antisémite n'a pas faIt de progrès depuIs Cl'! temps., on prétend. comme l'a fait Xavier Val!at, Que 11'5 Juifs sont " Ina.sstrnl!ables ,. C'&';t toujours la méme barbull'!, le même Instlnet criminel. Qui Cont dêclarl'r

 InassImilable, une mInOrité.

IdOts que la majorité refuse ou lient de l'aMimUer. Quant à nou.';, nous nous r efusnns à l'ASsimilation sl « aS'im!lat ·lon J signifie inJust.ice, guerre, Intolerance. abus dp pouvoir. t.yrann! e contre le. minorités, men ongê , corruption. Au cont.raire, l'lOtiS nous a.sslmllerons il. toutes torCE!g de progrès, de fraternité et de pa!x. car tel st notrf! m SSage r p.!lgleux à tOlIte l'humanité. La ral on d'ét.re d'Israel. dl'!pul.!. les orltlnes, e t émlnemmf!nt d'ordre SPirituel· Cl'!la Signifie Que le Judaïsme aspire A taire réiner Dltu dans le monde. c·est.-à-dlre. en langage humain. de réaliser la pal:.c. la Justice et la fraternité sur la Terre. Nous demeurons opUmlstcs. car Il est certaIn Que par l'union de toutes It& bonnes volontés. la ba. t.a.1Ut. contre l'antlsémitlsme et pour la paix serR, gagné.!. Le. meilleur. TISSUS Toutes Fournitures pour Tailleurs un !)on patriote, donne toute .!!a. force A la lutte )X)U1' la paiX, 11 elt. d'autant plus naturd Que nou •• Juifs. i. QuI l'histoIre & montré ce que la gUerre a.pP ltte de souffrances moraJe.s t. physIques, soyons unb aux combatt-a.nts de la pa.1X, Nous avon!, Il y a Quelques .!Bmalnes. têté Pourim, QuI ne conl'laIt l'hIstoire d'Aman. qui voulait extennlner tous les JuIfs. et de Mardoehép, Ilt a nléet Esther Qui, avec l'altle dE! Dieu. sauv rent leurs frères de rtllrton . Et vOilÀ. que QuelQu s milliers d'années lU9 tare!. Ilul"\l"tênt un Aman moderne. un Hltl r. Qui, malheureu.ement, Il rtUMI è. ext nniner six mllUons de Julls, Je pense à nos corelJglonnalrer de France . mals auul a. ces milHon. de Russe et de Polonais ext. ermlnés par Hitler. Je pen.e à. Oradour. E je voudraIs qu'on n'oub!!e pas Guernica: c' t là qu'Hitler a commencé è. expérimenter ses m thot1es d'extennlnatlon des c\V!lS, hemmes. lemmes tt enfants. Nous IIsotU dan. la Torah du samedi avant. Pourim attl phn. : ( Zeell.or d 46Ch el' 1t,ut.tJt. iteM A malek·_ • • {N'Oublie {am.au ce qu t'a lait A.nulk quan!. tu e.t .tortf d·Egllpte.) Amalek, c·éta.lt un Autre Aman, Un autre Hlt!er , Moïse. Je plus ,rand homme de tous les temps. avait Uberé un peuple qu! souf!ra[ depuis dés cp.ntalnE's d'années dans l'escla·/ll· ge. en Egypte. Après un si lonr mart.yre, ce pE'UDle fatliUé. épuis . marche vers la liberté et Amalek' survIent Ilt l'attaque. Je pense que c'est cela. que voulait dire Moïse p a r cette phrue:

 l N'lw.DUe jamalJ C/$ QU6 t'a fatt

Amalek / AuJourd'huI. après la. LIMratlon. nous n'ou'ollons pas l'oe u vr e d'Amale\!:: le!; mm.!ons d'a.uadtnés, les Oradour! ... Et certain.!: ne craignent pas d"! r elever Amalek. l'hlt.lér1'me. . Nous ne .sommes 'pal! cnntr,. l, peuple allemand. contre te- ptra d.e Goethe. de Beethoven et de Bach - surtout Bach _ eontr.e if! pays d 'Eln tefll. 1@Quel vIent JUStement de prendre position t;ontro la guerre. contre la bombe .lOl:\1t· Clue ct la bombe è. hY\1rod.l:e. ('.ontre le pays de Helnrlch et Thomas Mann. Mals nous son'tme. contre Amalek. Tous les Amalek du monde tapèrent relever v.tet.orleuséri1ent 1& têWl è. la faveur d'une nouvelle guCrtl!. C'est pou rquoi Je pense Qu'il nous faut donner notre appui è. la lutte pour la paix. 1 ÇOMMENT L'ANTlSt.MITISME SE FABRIQUE AUX U.S.A. (V) Dans leI! résolutionll adopl.r,NI, n eet souligne qlJc (!:ft Partisan.s de la p.t.l.  : en Israël fI't';ngagent à lutte r oontre le plan ne fauteurtl tle guerre. qui "eulent incorporer c@ pays flane ]QII )llaM dt's irnrériaiiales ; pour l'!ndép '! nda.nce et la eouvtraint'té lu pa ys: pour la. uuvegarde dea llbP.rt démoeril. tiqu!fl et pour l'éga.lito! de droitll de la minoriU arabè.

hez

ZAJDEL Je crois que Dieu punira. les fauteurs de guerre; nous le pt:\ons de tout notre coeur de ta.lre dLs-pi.· rtIJtre à Jè.màJs le danger d'un cataclysmè mondial. Si la paix vient. ur 18 monde, ce sera le temps du Méssle, ce sera. le règne de Dieu· Gerold K. Smith ft deux sources d'information • • M, Icchau Grunbaum, ancien mini.! ltre. Il dIt que, pour III Jleuplf! juif.

1\ paix IelIt un )lrobl mé d'e1li.tence

tout court, car, j!n cas d'lIn troi.!6- me guerre mondiale. n0lJ8 lIe rona 'c()rt\plètl'lm'lIIt Iln.!;anUII. L'e"Îlllenl!l'; tif! l'Etal d'Jaraël eerait tphémère en ICIlS dol! I"uerre, et c'etlt pourq,uoi noua de\'oJ\l! tout faire pour la victoire det!: for de 1.\ pa.il\:. GOEBBELS ET LES SAGES DE SION L ES fa sCÎs:les américains ne s 'adonnent pas au racisme .. pur », au .. radSme pour Je racisme 10. La haine antisémite et antinègre qu' ils s'efforcent de dé velopper ·n'au.rait , en effet pas de raison d 'être s i elli ne contri.bu.ait, en définitive, à mintr la démocralie, à préparer la guerre_ Ce quI fait naitre cBtta qu estion, à. laquelle Il st alat da rtpont:lra 1 l comr.lUnlsme nt.1I Juif ? )1 II. lu t r illlS êl!onomiquBI ont litê erêllu par noua pour 1118 10)'lm par 16 Sim pla mo)'en du retrait dt !lGtr, argent de la circulation. » PourQllol donc des crises ? .. l e Juif a toulourl Hé Il l'ava.nt-garde du rnouVllment. tubversifs , ](t.-on dans Hidden Empire •. Et aussi : La « vérité » d, s « protocoles Il CI Partout ou a penetré la trib1l 1 l 'Uuntiei da ]a propa,ande ln '.veur du m.tI,u'6 • fIOn orl. 8"lnl i\ Monou, La phllolbphle du GoUeet/vl.m., Ulluartt le Chrl ( n·. Pa' .gard a la dl,nlt. raçlal ... ... " . ... ... . . . . ". ,,,,,. ,,. ,, .. ,. ,, . ... ... ,, •. ,. ,, ••• ,,. ,,. ,, •••

, e it ;) c t ·I·.r ,s: n : FABRIOU[ D[ T81(OTS 1., "homme noir, cala ne .Irnlfle rien

pour cee pervertille ura dl la clvll!_ * • * i satlon - .1 ca n'ut Qua la trahl- ! 89. r. d'Aboukir Paris-2' M t., St-Oen.., Rhumur, Sentier TtL : GUT 78-R7 POMPES FUNEBRES ET MARBRERIE Edouard SOENEEBERG U, tlll de '" V,cloUe, PAIUS-t' Te!.: n u 88- Nul1 : TRI 88-6' Très grand r:hoix de Tissus GABARDINES· PEIGNE M, R. A. p, DE MONTREUIL GRAND BAL DIMANCHE 26 MARS 1950 de .14 heures ô 24 heures SALLE DES FÊTES rue Morcellin - Berthelot .. MONTREUIL Orchestre WJs 10 direc t ion de LLO AR YA Tout f;n couvrant les J uifs dèS calomnies les p:us irO $;I res pour en laid les bOucs émisu.lrl'!s, les

 retpol1sables ) dt! tous 1 5 maux

dont sOut!r'! le P Up:è amêr cain. Il s·aglt. pour Gérald L.-K. SmJt.h et sb amll, d'unlr dans une méme halM Instll1ctlve tout ce Cl ul (S c Juif . 'et tOUt ce qui e t , comIllun! He , . Le part.! natlonal-ch rét,len a értl_O: , té un brochure consac r à cette " Cluestlon J. TI Y (',t p.crlt noIr sur blanc: (( Ce 80nt laa millionnaires Juifs de la ciU de Naw-York Qtll ont, à l'ori8"ine, flnanoé lee bOlehe, vleks )1. Ion Gas tradItion. ]Iur donna la E ts GAN A poulbHltè da détruire C6 qu'a for- _ ! gé la clvliltatlon ,1\Tétlnne, il ! :.:.' savoir : la dévelOPPlment d'une ! S"ell:t " r $pons b1llt' 11mJt6a Buffet. attraction, tombola TISSUS ANGLAIS II Tou/es F ou r1!ft!lr f pour Tailleurs Le. « bons Juifs » de GerCild L.-K. Smith Ici, une precisIon 'impost. E t c eommunlste ) (0\1 rO Il e '1 aux U.S.A. quiconQue est el\ de.sacr.ord allec la p:JlltlQuE'. gouv rnt'mentale, t l"lu forté rAison av c ItS fasclst .. il la Smlt.h. Est c rouge,. qu!· conque pa rie tU !aveur de ]a paix. Einstein. Charlie Chap:ln wm de!! JuMo-bolchPv\k,c; ". Roosevelt lul-mêlllP était entO\tré de c Ju]fS: ) et de c rouges •. The Cross /?nd th.e PI(Jg !nlilnue que 60n vrai nom ét ait. c Rosenvelt •. Ooebbeb aftlrmalt: " E,c;t Juif celUI que Jt. \'eux considérer comm l eI. • Oerald L.-K. Smith précisl!:

 Est Jul! tout hotUme de

nrOkr s tout partiSan de la paix ,. La éCIPrOQUe H d' a lll uri; vralr., si etnnlt" qU!! cela pu!s;.se Patal! rr.. Pnur Orra:d L.-K Smith. 11 }" a dt. « bons Juifs . Oh ! tr s peu ... Il e •. cltr. t!'o!. : GMn:t 50- kOl ky (do!1t Smith déplore qu If., autr s ,rulf le cOl1sl::ll:rcnt ccmlme un «Juif anllsén1!t 1'); le rabbin Elm p.r Berger. chd d'un r l'ta!n 4" \Jonse1! amérlcaJn pour :(' Jud. tJsml'! ", ct If rabbll1 Benjam!n Schultz QUi It organlst la t rop rélebrt " Ligue ,1ulll!! contre le COrtlmunisme l . (lrll'anintlon tout à fait fasciste. MalA. remarCju. Gerald L.-K. Smllh. r.e lont Il dt'5 x c",pt1ons Qui confirmEnt la relll! : 1\ Qu. d,vOl'l/l.nGUS penser dl ce/a, nGU Chretien, ? Voiol un rabbin qui "l!n'3,e dan. la lutte contra Il CGmmunism., qui Grga· nl!l. un, lilue eGntr, le communlame. et aU'iil6t lu .utru rab· bln' , 'un/lUtH IGu. cOlllre lui et tonseU!ent à ail eornml,lnauU de l,:pulur en ra.isort mime da cela, Ailleurs, dans la brochure 11/dden EmPIre (l'Empire InvI::,lblel, on peut lIre;

 le communismll ett Jult. La

Ru! sie préunte aujourd'hu i l'exemple d'una application pre3- que complete du protooolas 1&, C s , Prolocolés dcs Sages de 510n J . !m'enlés par (h $ allen!!; stip{'ndiés de M. Henry F·ord. le parti natlon.l-ch,él.lcn les réédite aujourd'hui à tour dl! bras (ct librement) aux Etats-Unis. 1 Ce sont dts Caux? Que n on. al ! ir:ne Gerald L.-K Smith: « l 'auth entlclté du Protocolu est d émontrée comm8 VOUI demon. treriez ia sol ution d'un probl ème d'arlthmétlqua, Domme vou. prou · veriez ie trayail d'un elaclrlcllHl I!n ,. ..... _.... ....... - .. _... ' .... . _,- . _, ..... ""'., ..... . •-• ., •-. ,._.y ,... ...... "...._. . .:, ... '--,,, ..... ..... ---,.. __ ... " ... - ... _. N _W'"' N,.N" lA .. THE PROTOCOLS ft! Ihe Lca .. neol Ellin. of 'ZJon appuyant 8ur le bouton électrIque. lu Protocolu lont prouvh par la • Le e"m I,,1 d Julf , t 1 t., I l1'.anlère d'etre, · ln ul et lei cou' rltr ft d"nnli ILIU: • rrot"uln d f;lorn de Sion " r" d;trs ... ur de hra paf turne' des JuifJ eux-r .. tmu at oe II'. Nu,ion:J.I-C:trdiem. qu'il est résulté de la partiol atlon "-':"'7Cc::'-,:-,: --,:::: , ,.,.-":, juivl! au.: affairu civlquee, eonia- de Juda, il y a eu da! cmbetl!ment, 1118, illdIl8trl lics, finatHllèru et po- pour ln autorites politiques. » \!tiques. » SI. dans anains domain s, lt's On ne auralt fa!rl! cl m(,11 tra- c el1pliC3.tlons d  !a ci.';tes amèt. km plus claIr ... plus preclsl! ! rlcain ont d'un caractl're plutOt Crises, révolutions ... ct poix 1I1I.gUC, Il e t , par contre. des sujets L'un Ms crimes de cts c Proto- où. G rald L.-K. Smlth livre les ('.ol(' _ èt. non Jo  ; mnlndre _ dp.Ulls les plus preciS Quand li· c'rst de vouloir t'!taollr la pa!x s·ag!t. par t'xe:nple, des plans de mondlalt. C't' t aInsi qu'e!\t tntP.r- mél.issage dahUs par les c comprl' U .t. dans " Hlddt'n Empire . munistt.'\: . Car. b!en sûr. tout ce unf' phrase !i.eJon laQnclie les JIIU qlll est Ju!! e. t. communiste, mals, f'n!pndf'lJt eduquer l ' go)'lm rëcipro'1uf'ment.. qui dit. çommudans 1.. direlltilln fIU'i1 nout nl$t. It mêtiesage. mélanllc du convllnt : . Et d reprocher Ion. !'ang b;anr: avec le noir ou avec Le

uemf  n t au prolesseur Emsteill Juif tee qui r@II!l"nt au mt"me).

Sel actlvlt-l'l en fallt'ur de la ralx. Le rouge et le noir Ces" Protocoles. l prOUVl!nt ) Pour Illustrer ce genre de roman aussi très al5émrnt. que les Juifs pollt.leo-rac1alo-poUcier. voici une sont à l'origine de toute erae éeo- citation tirée d'un éditorial de G nomique. raId L:-K. Smith: race euperleur. III. - lu capital d. eoD.OOO trane. Et d'aJoutf!r ces détails I)lqllants, î". ! Chez SIMON montrant qu'én AmérIQue, de rné- 64, I\re da T;,rbigo, 64 • me Que dans notre pays. le rldlculé PARIS (III') ..:: ne tue vraiment Dai . ; 1D, rue Léon - MON. 81-41 Il L.es femmee blanches du parU i 104""0 , Ch't..Iu_RaUIG TEt... t A.RCbJvu 31-4' t communlstl! lont obll,éu, par la dlaclpltnl 6t du ordre. lupêri6uril, I " ." " "" . " " "" . " " "' " ' ':;,.;. ' " ", ." .;";" "" . "  ;  ;; ;;  ;; à a'unlr avea du hommee nolra, li R clprCXl;uèmrnt. le fils (noir) dt' Paul Robe,on. « la nè,rll bar)'. FI • É ton Il, s'e,t mar Ié allec une Jeune T EATRE DE LA R PUBLIQUE fIllt' blanche. 10, rue de lon,ry, PARIS _ BOT. 57-24 Et. Gerald L. K. Smith c(lnclut : • 1 Hardiment et patriotiquement, le National·ChrlsUanlame Inlilte pour que la marla,1 du nolra et dll bl.no. aolt mi. hora la 101 aUI Etate·Unla JI. G rald L. K. Smlt.h. et 5es natloil. aux-chrétlens consld rp.nt la paix comme un Ct' rnplot Juit (ou jUdéo-boll.'.hevlk). Pour la Cu erre qUl1s souha\t.cnt. ils déslgnel'lt malntè:'\ tols l'ennemI. Qui est tout naturellcment I"Union SOllietiQue. Et pour rl';ndre ce pays plus antipathique, Gerald L. K. Smith el1 parle en des termE"s Que nous ne pouyons. nous, qUe con ldèn r ( omme é]oRieux. Par excmple, Il clt.e comme pa rt-lculleremènt scandaleux ces lalt.s : K L'Union Sovl6t1què est caractErisée depuiS 8a natlSane!, en 1917, par ea eolllllitude ellvere lu ,Juifll. Une .ema1rla apres qua le tearlsme al, lita ren .... r.e, le leune Jlluvernamant soelallet., dl ria:' par Lênine, abOllault l'opraulon natlonala, talMnt de la RU531, la premier pa)'1 au mond6 qui di:c!;oI. rait l'anUsemitl :m6 un erime. 1 Et ceci : Il " ut clair que lu Juif, sovlttlquae partieipant pl.in.mant et librement a ohaque éoh.'on de l'acti"lt6 ,"ouy.rnamentall, JI Le tout t.rufr de car h:a tures dtrecteinent tirées du 5türmer. (A .sutvre.). LE THEATRE DE L'EQUIPE. de Bruxelles PRESENTE POUR LA PREMIERE FOIS EN FRANÇAIS ET POUR UN NOMBRE LIMITE DE REPRESENTATIONS H TÉVJÉ lE lAITIER li Tous le! jours. à 21 heures {souf mordi et vendred i) -- MATINEE DIMANCHE, A 15 HEURES-- .M.A CHINES A REVERS ET A BATIR 1. BELLOW n mieux 1. revers. Mull!rli m(u .. t'luII .ur !lem_ride ACENT IEXCLUSI" POUR LA FRANCE Etablissements CHARLES 6. ,ua de 10 Fo,ge-Rayole PARIS (XI') Tel. : ru:)Q. 16-5& T Oules moc.hines à coudre Mochines à c.ouper et moteurs Toutes rcporotions - SIX JOURS ISIIIt6 dt 1. preml re pilon) Lei. cris : c Une chanson, Maudcl'! ! " c La Belle de CadIx*' ou les «LIU 1 Lnl l , bIen scande, ml! font eomPftr.dre. sans Que j'ale même levé le nez. que Maurice Chevallllr. Lui. MarIano Ilt LIU Fayol sont parmi les InvItes. Le

p ri nt  e déroule blent.6t sur l'aU'

de Ma Pomme •. Au moment où je commence i. m 'y reconnalt.re. un coup de feu me fait tressaillir, tand is Qu'une \101 .: énorme (on lait ce Qu'on peut. faute de .. rtncer ,) les go lers, on t'n reil'lpllt les orellles) que c(jci.cola ottre lne prime (rondelette)

.u gat;
ta,nt du sprint_ H ué s dts

sp ct..ateu rs qui n·apprécient. nt l'ftrôme ni la !aveur ni le bluff da cette esp cc cie JJqueur. Ah 1 les primes ! Sans cela. les Six-Jours ser ateltt dall$ le lac, Quelle Impresilon d 'cuphorle 1. L·a.ri@nt, l('s I)rlmel'l, tout .. ela. afflue, Sous le couvert de competition sport1w:. les oraani ate urs de cette " fête du sport 'j oUrent au public \lne succession Cie combines rlu' cu moins OU\l t.rtes. A cOté de l'appr!t commtrclal, Il y :1. le truquage s portl! roprement dit. Les combines f!ntrt'l coureurs. Ip.s vainqueurs connu à l'a.\lance, les maqulgnonaies. les marchh-, Vous dire Qui mènfl II!! Slx-Jours, f!n uis Incapable. Je Oya1s Que Roblc. le pnpulalre " Biquet ), Qui a faU, un sprInt formidable. était en têté. On mt dIt Qull est dans les bons dernieu, Décidément. je n'a l pas de chance. Tant pis, c'est l'affalte des technlclens, Tout ce que Je ,ais, c'est que coca-cola a. &ans conteste. perd,. l'épr euve. • ORO)", fT; llBERTI SOUVENIRS A BATON ROMPU , Jldf An fé SPIRE (VUo I...'ATELIER D'UN PEINTRE CHARITÉ MAL ORDONNÉE GLEB témoigne à coups AU DÉBUT DU SIÈCLE de larges fresques à THÉATRE De" Jeeter rester "TÉ VIE LE LAITIER" DEUX HISTOIRES DES RIRES ET QUI COMMENCENT FINISSENT PAR DES PAR LARMES Tl# uth plaie IIoclale, conséquence Inevitable d'un marche du Ira. J.....T vail inor!;a"ls" du sacro-,all't princip. dl la concurrence entre patrons pour la filation du prix de vente, de la concurrents en rl ouvriers pour la ,lxaUon du taux dn salaires, nous n'avions guer! entendu partu dans nos cours d'économie politique .. C "EST un conte que bien des df)uJf'ur ont her(,f:, que hien de!'; La misère. la mlsêre. C'eat, elle "ieille gen .... connaissent. Qui le (orc('. ,t J une, a. prendre le chemin de l'usine de textile. C'est Dan; hl lointaine Pologne ,·h ·/tit une hum hie fllmille juin'.. encore eUe qui donne la maladie Parmi ses SOEurs el. rrères, un petit gar!'. A cinq ans, 1/1 mjsèr n'arrive pa" enco re a ternir les yeux de cristal, ni à co ntenir le!$. boucles follement brunes_ au pere. On a oubllé de mettre", Ecole l .ur le chemin du petit g-ars. Pal de beaux llvres, Pas de malins era.Yons, BEAUCOUP d. repri .. s Ce!! t.mps_c" IUf tee fldmlS parisiennu, If en est ds manlt .. temflnf InJu.t lfleea, comme on dirait ,'il s'agissait d, louer un ap.part,menl au lieu d'unI! place d'orchestre, Il yen a une en tout ca8 dont on Plut le féliciter: c'ut u La Rout, au Taba JI, que joue la Compagnie de "'ean Daroante au Thé,Ure de la Renalssancs. La Rouie au tabac tut montée 11 Y. a troiS ans sur ce m me t.hMtre et p!lr la même troupe. Elle fu jouée trois cents fols d 'atlllée e n'avait pas épuisé tÇQn .succès quand eUe dut quitter l'amche, C'est-àdire que les trente représentations « exceptionnelles prévues "pour cette reprise pourraient bien être longuement prolongées. est adapté du roman du mémp. nom Que Schalom Alechem écrlvl dans les premlére!\ années de ce sièCle. et Qui compte parmi lea grandclI oeuvres de la lII.têratura yiddish. Nos .professt'urs n'y avalent fait al1u610n 'que pour nous dlrl': Que l'aboUtion du marchandaiC. par un dlkret de mars 1848, était tombe en désuétude, et que t.out effort pour le rétabllr ou polir l'étendre à d'autres eorps de métier que le bitUnent. serait une ut.ople. Be! abus étalent Ignorês du Irand public.. A part quelques études tech· niques dans les journaux prolesal1mneLs c 'était le lillence dans la. "presse et dans l'opinion, maliré le cri d'alarme lancé vers 1888 il la luite d'une grande (lnq u te devant 1. Chambre des Lords.. contre cette tonne dèplorable ,de l'exploltatlol\ d'une maln-d'oe\lvre faible par des lI)u\'rlets en train de s'enrlchlr au d"trlment dl! leur classe avec la

pllclté du patronat.

Huit sous par jour A Paris, une cartonnière travalll" nt. toute l!!, jomnée à domicile

..-nalt de huit à dix sous, Une

COl\flltCtÎonneuse travaillant avec lU cinq enfants, (arçon! et flUes, p"ndant dix heures par Jour et SCluvent plus, dans un taudis hu' mlde; sans air, uns presque de tumi6re, encombré d 'etoffes, de "!tt:ments tlrus, ne recevait pour JlalalTe familial que 54 francs par moes. Ressources insuffisantes pour les besolnli de t.oute une famtll e, ne connaissant pas les repos dei dimanches et des jourl de fét., et peinant sans .• reltche jusqu'à ce que, surmenée et sous-alimentée, elle tombe dans la cllentèle des hOpltaux, des hospices. ou bien. ay·lj.nt perdu l'illusion de se suffire il elle-méme par le tnvall. elle se l'-Îsse gUsser dans la mlsèra définitive, la prostitution ou la mencUclte professionnelle, C'est- à ces malheureux que les membres des Conférences de SAintVlncent- de-Paul 6talent charges de aucune envia de s'en acqllitter, Ce n'etalt Qu 'Illusion verbale où s ':J.palsaient les Inquiétudes de quelques consciences scrupuleuses, ou des parades aux revendications de la veritable classe ouvriére. Nous noUl; apercevions que l'économie politique orthodoxe n'étalt Qu'une fausse science , IIne sorte d 'apologétlque monMe pour la défense des Intéréts d 'une classe de ,rands propriétaires ruraux, d'Industriels, de , ,rands commerçants et de financiers dont les fortunes ne pouvaient s'édifier ou se maintenir que dans la Jungle d'une concurrence sans frein et grâce au travan sans contrOle et sans limites d 'une maln-d'oeuvre divisée, dependante et faiblement rémunérée, les iIIusÎans perdu" Mc!s yeux l'étalent ouvert.6, Je ne croyais pas encore au socia! Jsme. Mals Je n'aurais plus osé écrire, comme na'iVement Je l'avals fnlt en 1903 dans ll'.s Annl'%le. da l'Ecole des Sclen.c.es Politiqlles It propos d'une société charitable d'Heidelberg qui avait complété 50n oeuvre d'aSlilstance par la création d 'un bureau de placement gratùlt pour leli chOmeurs : « SI nous avions en France une société analOfue, peut-être son bureau de placement ferait-il 0: bai.sse:r pavil/ol'\. allZ industriel, qui exploitent la pcpulaflon OUvrltre. Ce sera.it laire acte de virUable charite J)I'ivée. de charîU rid4mJ1triee, Cilla prQ,w: ajt du mOLns à la clalllle la l'l ull noml»'eu· se et la J)/us' l'attvre que si nous ne vou./ons l'lU du socialisme, ca n'est pas par indifl-érence envers elle, mais parce que nqus ,avons plua confiance en l'Initiative "rlvte, o.ieUe par Z'OESsoctalion, qu'en nnter ntlon incessante de l'Etat,. Andr' SPIRE. L'histolre continue toujours sa besogne, et le petit ,ars grandit dans la diversité des professions, Maintenant 11 agrandit des photos. Ça l'amuse un peu, Ça devient même passionnant tout cet arsenal de couleun. L'histoire ronronne le même refrain , L'l'l.hltolre et les parents ne l'ont pu vu. Furtivement. 11 pénêtre chez le monsieur peintre: c Voll1, J'al un dessin. Le peintre n'a pas J'aIr du tout expressl! : Peut·Hre .. , j'Ill encore un autre dessin? Tiens, le peintre se penche. Ah 1 l'histoire et les parent. ne peuvent plus rien 'J faire, le petit rau dessine da tout IOn corps. de ,t.out son temps. luue de la lutte, GLEB venait de nattre, GLEB parle le langage du peuple, Il témoiiDe l CO\I"P de laries fresques. L'honnêtet.ë e t d'exprimer la victoire de Sta.1lnrrad, l'héroïsme du réSistant Mareel Langer, Le courage de OLEB eat de conter ses

 n tlmenL!5. Ce Qu' II y a d'essentiellement

humain dan. notre vie, et non pas un latraa d'Incantations splrltuelles de cou!eur.s, Notre misère hurle It travers la chair de ses per.sonnages squelettisés par l'enter capitaliste, Son IU'I, n'est pas de trouver dei l1gne& senSuelle", des Hgnes odorantes ou en relier. GLEB ne s'empoisonne pal danl un philtre d'orl,lnalitA II. tout prix, Le roman d'Erskine Caldwell est assez connu pour qu' lI soit superflu de raconter la pièce qui en a été tirée et Qui le suit de lort prés. Le drame des Le: ter ne leur est pas particulier. Des millIers d(peUts fermiers amer!calns ont été comme eux expropriés par de grandes compainles et chassés de leur, terres. Ils mouraient de faim sur leurs pauvres arpents calcinés pa.r le 501eil j 115 moururent de désespoir quand U leur Jallut partir- sur les ' routes comme delf vagabonds. Les premières représentations avalent proyoqu une manière de scandale. Lei specta"teurs, l'autre Jour. m'ont paru bien calmes, Sans doute parce que la r puta.tion de la pl ce est taite. Et puis, ceux qui déplorent l'atteinte portée let au cré llt moral de l'Amérique ont probablement prl,' le parti d'en rIre, .D'ailleurs, si l'cm peut adressI'! un reproche .. l'a.uteur . après avoir asse& .oul1iné sell mérites c'est précisément qu'Il ollre re parU-là. ... Tevle le Laitier est au début unt pièce humoristique, mals à mesure Qu'clle se déroule, ne tourn;: &\.1 sombre et au trallque. jusqu'à. finir sur une note déchirante. L'a."", tlon se passe en Ukraine, vers 1900. Tevle, le marchand de lait juif. a la manie de raisonner à. propos M tou t, Avec ça, un coeur d'or. Ses Quatre Illies lont sa riChesse et ,a. Joie. Sans doute, elles lui causent Quelques tracas lorsqu'elles veuJen se marier suivant leur ,ollt. Mals cela ne serait rien encore, si Tevle n'était victime d'une vagus d'a.ntl. sémitisme, expulsé de sa rna1&on, contraint à l'exll avec les deu filles qui lui restent. C'est une pièce. colorée, "Vi .. va.nte, gén reuse. pénetrée des Idées révolutionnaires Qui clrcu .. laient Il y a cinquante ans dans la Russie tsariste. M, Fernand Plette, qui tient le rôle de T evle, l'a mise en scène avec beaucoup de soin et d'Intelligence, Je lui reprocherais peut-être, ainsi qu'à ses compagnons. trop de discrétion dans les eHets, et aussi Une ccrtalne lenteur dans le Jeu, Le spectacle gagnerait à être un Deu ramassé et l'on doit, Je présume, y arriver sans pdne. Ceci dIt., Tevie le LaiUer est certainement une des pl/!cu lc,; plus lnt-'rcssantes Qu 'on: pul voir 3. Paris a.ctuellement. Une troupe qui rt a.vec non rnolM de ferveur et de talent l'a.n df\JmaUque, c'est le Thittre de l'Equipe. qui a qulttt quelque Rager PAYET-BURIN. temps Bruxelles tlour slnstaller . ________ _ ulle Lancry. TI Inscrit à son ré- iperto! re Mollo!!re, Beaumarchais, Courteline, Y a r 0 III a v Hasek:, GorkI. SoUl, la. direction de Fernand Plette, Il s'est assllné pour but de c louer pour le peuple " et

rter à. domicile et de remettre , ___________________________________ ___________ ,

ces bons, de secours en nature, Ne cherehez donc pu un sorcier, car vous trouverell un homme marqué par l'histoire, Un homme qui a'inspire au coeur de la rue. aux confins de la mémoire. La liberté n·es.t J)a de rarder quelques toiles Indéflnlssables, pull d'aller crever la lalm dan. un taudis Inrect. en aUendant la gloire La liberté est de omprendre ce qui sourd du moment present, c'est de comprendre la commande sociale et d'y oeuvrer. GLEB. peintre véridiquement Juif, peint le visage des hommes de notre temps. Par 11\ méme U parle aux hommes de J'Aven ir. JI a parcouru la Belgique de langue française de vlllaie en village, pour. raire connaltre les chefs- , d'oeuvre du théltre universel. C'est 1 user. dire Que le Théàtre dl!! l'Equipe- mérite la. plus tranche pain. v,lande, vètements. sur lesquels était Imprimé quelque chose cQmme c Btinie .olt ta main qui nDUS aide IJ. . Cette ma.ln faisait l"aum6ne, n'essayant ·.que de s sanctlfler eJJe-mêmé. - comme jadis les rois

t les relnts, lava.nt les pieds des

p'auvres ou touchant les écroutlles. espéraient obtenir du Dieu des pauvres quelqucs·uns des prlvilèg"

 qu'Il a réservés aux habitant 

de sa Cité. EUe n'avait pas r eçu la mission de combflttre, de valn- 4'1. La. misère à. l'aide de procédés motus archaïques Qui auraient rlli· q"ul. au. bout ,*u compte, de dépeupler la Cité de Dieu. . Tromper la faim .• , B;él,a.s ! Je: m'aperçus blet"). vit Qu'en Fru ce aucune des nombreuses soclétes, de c\1arlté privée, ou confessionnelles ou lalques, ne s:1maglnalt qu'II y ait mieux: A. ralre'que, e tio per la faim, par dt chlcl1es aumOnes, d'estomacs P1U(!qe tou,ioqrs vld-es. · et, de malnten. ir à .la SUr ! Ce de la socleté Une plèbe parasitaire et déchue. Apcune n'avait pensé à taire ettMt pour empêcher c ux Qu'una maladie telT\PQralre, lin accident, un chOm le momentané al1 lent t&!.re d escendre ' peu A peu les dernJe" degrés de l'échelle socia le. ou 1 aider à reprendre courage t , pour leI! remonter. ' EL parce que cela était une tlo:Jil,. d'lIeate. subtile, dépassant le gr(! d'Initiative et d'intellllence ôes employés salariés des bureaux de bienfaisance otrlr.leLs, _a.dn t, mol nous devlo!ls crolre IQnJt,emps encore que c'était le r6le , de l'assistance privee de l'accomplir. . M"ls maintenant, nous commen· e. 1 à compren re que ces grand d vCl.rs envers les classes laborieuBU dont minIstres, parlementaires,

k.Iurnalistes et philanthropes se

ga gar lsaient. la soc 1 e t é bourleoiSe, conservatrice ou républl· caine n 'étaU, pas en traIn. n'avait LE SERVICE u LIBRAIRIE ' de DROIT ET LIBERTÉ Titres dÎspo"ibles : Repondant iII. la lemande de bon n.o.w b 'dt"- MS amis D,L. vient de er!\tr '"' strvice LlbrRir\e qu'Il met il. la dlS·

por.Jtlon de SClI '! cteur!. ee. !iervic est en 'mesure d'exptdl r

bn cert:l.ln nombre de titres .,t d'en procurer d':;LJtres ruT demande Pierre B &LATlER : L· ... vtallire . Lnrl-eoDllllut du ,raDd ,ineral f'oalanJer ........ .. . . ........ !50 Dominique DESAN ' I e l Ch. liA. ROCHt: : 80mbo OU p",i, atomique ? , ...... ... ". ,... 120 J'vu FARGE: La. ,UlllTe d'Hitln eqnthlll .. . .. .... "".,. tto Pierre GEORGE: G'ollaphle é oRomiqu'l ..t 50 )Iaie dl 'a France 350 ainaurl d JOUVI;: t::L : L'llIternationale des Ir.dltes....... ... W Vin,1 !lIllU CJ d'l'heurs poli tlq l!I ...................... !!,; l'anoraro!l du monde........ 2.)1} Claude ,'IORG.\:\· : LR l'oids du monde ......... ......... l'tO M:.uni.t .. v \lnc .,.. ZOO Italpb PARKER : L. complot contrt la pllh: "",.""", '., BQ V1ad.lnllr POZSEB. : Les J:'eJl du pa,Yi " , , , , , ' ,. , , , ., .. ", 110 Ln Etat, OMu"i .. " , .... " tU) Geor,1U SORIA ; Commeot vi· , ftnt I flusau ?............. 250 L·.\lIemapc a.l·.II. perdu 1.:1 J'lelTe '! ."",,' •. ,.' ... , .. ' 81 Andre WUR,\tSER. : Ripolin il. Jun Cu ou ...... , .. , .. ,.. 30 L'adol""scenee est le plu, rr:utd dei mau"t """ .", .. " Ig/) I\o[r jrUIll'M'e """."" ,., :::0 Tntercfirtlon de .Iljour ...... ,. 400 .JI; VIOLLIS : Indoehlne S. O. 5. "", .. """......... t40 Las commande$ sont a adres;er a l'ac1m lnîstraûon de c D.L .• acoor!'lpa· tnh3 du .montant du liTre e ..n&jorUi de 1& SOg)llIi! de runes pour lu t l, d'e,xp4;ditloli. Celle·Ci !le tera par C, l't  :Omll::l.t.lldé ». CINÉMA 111111111111111111111111111111111111111 Hélas! Mesdames sympathie, Il présente en"ce moment au public parlsl-en une pièCe Que celulcl, dans sa grande majorité, ne connalt encore pas, Tevie le Laitier eÎl STUDIO PUMENTlIR: _ ............. w_ ............ , ....... ... j .111111111111111111111111111111111111111 PRIMAYERA vous aimez Beppé ... CE SlECLE A CINQANTE ANS par lM !or('CfI dl'! J'intelligence (pu la même), Chamberlain o:!t Daladi{'T !lU l('gllrd frappant ct'étrolt e d'eaprlt, Lénine et Staline, à la l'!:te du eièele, des n\illiollll d'homm('. 11 le!! dt':i!ignant ('()mme le" GLES, vieux lutteur a creu un cehne [m('.irno.n sd eu ntoe ultaersg en oasv efnourcee. s n. ousl-m r;;::::  ;;;;;;;;;;;;;;;;;:: ;;;;;;;;;;;;;;;::::::::::;;:::; Marcel ERNST. S l vous aimeot: l'humour anglais, VOUIJ adorere:& l'humour it;l; i n, R ... nato C"-IJltl!ani, sur les th mM d'une hletoire t ndre at comique, nous entraine derrièrIJ sa camara qu'il promo!!ne dan. Itoe rue« de Catane et de 'Mllan, a là caaerne, daM Une boutique do, boulanger, à J"o!!glise, &U prHoire st autres Iif'lll:".:. CES montagell dt. bandel'll d·adua· lités, rllém . médio-c re!\. noull paseionneront toujours. Il t rarlt d  : r'uui t lUI.' pleinf'ment QU{' Nicol ... Vedree a\'ec 8011 1900 , qui apporlait à la foi!! poésie dl!lllU\chanlé$, IltltoilS-Se de\'llnt Je. montée dl!('! péri lll (1914). lIatire IodaIs aeide et préeiee' et Quand méme l'espoir que donnant les' luttes populaIre •. N,B, - Les personnes ()li groupes désirant visiter l'atelier de l'artlsta sont priés d'en faire part â M. GLEB, 18, rue de Cnabrol, Pari. (l 0'). E CH.E CS guide!! da leurs UllOinl et dl! L _______________ _ .. par le Maître N' 24 C'e.t tout le petit peuple ih.li t n, divers el bien vÎ\'ant, qui se rh·tle à no.W!, mi ux encore sana d oul qu'un reg-ard touristique peut le découvrir. Le rythme est vif, et tradu it avec complai.anee une jo Ue& pa,aille m diterran enn , étin(](':. Jant de traitll impr'vue : on "·aimt., on souffre, on ri&,ole, on n'oublie pu les duretés de la vie quotidienne et l'ensemble est aympathiQue et enttalnant. .. comme le jeune premi"'r d'un nou,'eau genTe qui fIIIt le centre rayonnant du film : Beppé, 1", ,arçon boulanger, beau gONe, coureur de till6l!l. bigame parce qu 'il veut taire plaisir! tout le monde, p&8 trb adapt' • la morale courante, désinvolte et tout amour, mai.1I l'Janll romantilme, scion la force de son éelatante nature. Cel.te fois le clocument est be. Lu. coup plus displlU lo'! et manQuo:! de lil conducteur, c 'cIJl-A-dire d'une 80- lide conception de l'histoi re Che-L _es a uteurs et d'un j uele optimisme devant )"a\'  :nic leur volonU. VOUII y verrez d'impayabl" fI fanto  :hes courolln . Gu illaume II, Geoq;e vr, Victor-Emmanu(' 1 ; lets: dil\ul.: du stILde "", Jell!se OWP.llS, Carpenti"r 1 le" guignols d'enfer au pou\'oir par la grâc '!: de la grande arl..stocta tie de l' arg- n t : Hitler t MuslIOlini, Vous verrez l'aviateur BI r iot et le peint re Renoir. r-t Jean CocteAU flt la grand Colette. Fit a ussi ICI ttoullio!"\.'! de IPI4 danl! IN! bxil de III Marne (l,t leurs camaract l'I leI! fantMsin"S t art.îneu rl! de Stalingrad la vidorement l'ablJenee p'resque eomplètl! du peuple, de la claMe ouvrière, Qui lutte ""t qui porte, ! travere lM combat", l flambellU d'une Mptlunee qui ne vient malheureusement pa. êclllirtr l'ta images lIeurt'es. Le film aiI'l.lli oonçu (et oommentê ) laiese unI! irnprenion négat ive, alors que ees cinquante derniè.-. annéel! représentent, nou. le peneons, le plus prodirieuJ{, le plus dense, le plul! prometteur rnoml'nt de l'hÎetoire d hommes, GAMB IT DE LA DAME (Dé!ens v!ennoiae). BI;nes : VYSLOUZIL Noirs : MlKULE Partie jouie par correspondance en Tehéc06lovaquie. 1. d4 d5 : 2. ç4 el! : S. Cç.J CfS ; 4. F',S "f'b4 ; 5. Ci3 dJiç' : (1. r.. ç5 : 1,

s ç)   M ; " D.-4 + Ct' ; 9. O-O./). !

O!l, r TeTlc qU'elle nous etlt offerte c,eJ)(' nda'nt, cette illustrat.ion cinématographique dl'. cinCjuante arl.ll d'hi",toi, e esl êmOuvant.e el instructivp. 'Vous verrez les figure" letl plU6 varié6111 qui ont marque lee derni rl'...s deuse. Je n'Olle insisler sur tout ce Qui pl'ralt manqur-r, ear le!! auteurll l'lu film ont du eouffrir " .. couper·et couper encore dan. unr- matière riche et tlmtanle, Je sou lignerai 6eu- C !a Hant dit, VOUII Irez voir ce film avee une attention émue 'et appliquée. Le, theorje recommRndf! Il.. Fd7 1 avec 1 .. ,uite. 10. O 4 Fe7 ; 11. ex t6 fi" x fI! ; IJ. FM Tt! ; 13. Rbl b5 ! ; 14 Dxb5 cl 1 : 1 . DU DaS ! ; et 1,,\ noir.s on' une, p:t.rti! iarnante. Voir il. ce iUjet les .1'tie1e, c VAUiES vtr;NlfQlSES :a. que noui aTana cond'cadM

le prê&idant TILlIiérC8 ""t 8a

barbe républica ine, Einstein f!t P iC& 6Ao au villa.ge également travaillé Apr , "ou. J)O\lTTez toujours écr ire lA euite ... En voilà un Qu i voua chang era, ehbr. lectrices. dM TarzaNl hoUvwoodielUl, de« jolis coeurll l'!t dQI dure de mous, Au diable Arman Duval, les amant., philOlloph.ll.ntl! au tOurment existentiel et lei! i:"el1.!l du monde pour vlludeviUeli d province. Beppè, lui, vit, (Traduit de ['américain par Yvonne Desvign s) C"I')l'TI,bt lrr Drail H Llblt/4 d Edition, d. lil/ll'/I, Tou. drolt. d.enf ... FOCUS Juivl', eUt dbLiJlllît du vitriol, une fltmihariU! de maUVAIS a lel, et il /le haïMait et .lit m'pn.t;ait d'êtn t, son curps d!!fen. dan attir' pu el:e; mais mainlenant, il ne la redoutait plu , il pouva it donner libre cours à uri amour Cjur. l'le iI.OUJIlait plus aueune contralnt . aucun remOI'd. d'aimer C! Que SIl d:gni'!. lui ..,n!t t.Ou.jouno; recommandé de rabaiS.  ;e-r. Ii ava:a SIl .Qhv , tandis CjU! .'IOn regard se pesaIt WI" La. t3ble. n ne comprenait plus commt'nl il avaIt pu fa Ire une t.cl:e mtprlse. EI!e n 'avait rien d"" Juil. Ab$olwnent rien. 1..4 viMg adouci par le remor&, il leva dc nou\'I'1lU les yeux sur err e. _ Jc VOliS dOIS des e;.;et .. w , mademoisf lle. J'etai Irès ll I"V"u;.;, ce jour·là, E!l ut lU} c:ln d'oeil ironique e I \'II. l s wW'cils d'u.n a ir ul ditfél'rnt. - Je m:cn douJe, dit--e lle, Ir ne Cümpn pal, Il avança lé,èr .. m{·nt ta t 1.I: el de' m'nda ; - Vous \'o d(\ulr:;r. d Quoi? se Y \lx larg/lmCM ouvera le !uèrent, n senlit tJ; joues devclIir brù\anLes. SI ell tardatt à rependre, Il allaiL perdro.: 1& telo.: mus SOD regllrd plein d'une conde cendan ironie, Mai e :J n dn rten. se cont ntant de Ile mordre lM lo!!vres, - J'aValS dCE: Drdre  !orm L , madcmolsllc, dit-il, choisisSal\ t se.s mot.!; alite soin. Je ne pouvais pas prendre de rll'qup.s. EU" c""s. a de st mordre 1t'..5 1 \"1" I .•  ;on VIsage se dtt.tndl el.e dt'\'enait a ttl'ntJv'! ;. lieS pa rolK, Penché \'i:n; le bureau, Il pollr'5uh'alt .sur un ton de confl· de!1c - La !irmr ne 1 1l adm t. pa . Jamais, an. nC p(lOn . It Ifen ont jalllaill N1Ugé un seul depdl a f"ndatlon de la soclc- té. Vous eomprencz ? Jam i s, 511ru excfption, . Il :" ·It. H d'tcndl' . p l"dre l'attitude affedé/l f:t il l'cplit Npo(r dtv3.nl l ontraclion de lIP.! sourells. Illdice de n ll""Ouble. Elle nt cillait plm, .res mll.ins reposal!'nt in"rt.e ,ur le bord dr 1111. I4Ible. JI la reJa.roa bltn en race. rcll'vant Impl'rcepliblement la tl: . n arnvalt pre5.qUc À. liiuivre le chtmln Qu'il tal3all dans \1'5 protondeur! de !.li. j)PfI ' . PuiS ,es ourc!L e détendirent /lt eUe d touma la to!!te, pa.;.5Rnt la langUe llr lt levre i11!érirlll" . - Entin, dlt.'I! I(! !l. mi-l'oix, et c"mme émuc-, ,'1 n';\ pu d·lmlX,\'lImce. Je nc sui. pas Quahfiée pOUl" l'OUS (J]sa gtr,., - Ça m'est ,bien '1t:1.1. Je .. , Il S'!' per:chal\ 51U' 1110 l3.b lc, le.s joue. eramo!slll6 el sel; chel'eux i hues, léi;èl'cment en désordre. - J 'ai le:lemo;ont pensi à. vous depub; C )oll.r·lâ. VOUS pouvez m ' l) Cl'Olrt. Je ,'011.' ure Que C'r,t "nli. - 70- p'ocos Elle parut natlee ma.)rre elle. Lentement . .lôüD bras d.oux et souple .',UOniea sur le bl'&$ de son fauvull, - Oul ? dIt-elle sans mani!e5tcr davan . - J ,,1 ll'an'rM unr. periode dlflclle depm.t; ... l!:n vérité, drpuis le Jour ou vous m·:1.Ve \'U, Eil paru" lntèrr.&'lée. I l pouI'Ju\\'fl : - VolI. cump!"l'nez, Je ... il. parler fnnchemen l, J'LI té Obligé de d'lDl\{'r ma démiuinn. On voulait me tTlN-fErer .. un pos c tout à ra it sltbalt.clne. - Pourquoi? demilnda·!"'clle, comme fa.sc;n . - Eh bl n, I: l rouvai nt que m"A lunett e:o; me donnalw" une apparenct' qui n'éUit pas cclle qu·ü.s soul\aitaiCllt diUlll un bure&u au.  ! en \'ue. - ,".101'$, \'Otl comprenc7, CP. que Je vcux dire, m·elle. Pour la prem!ihe !OlS, sa \'oix s' ,alt adOUCie. ELp. eante· llaJt. lu, semhlalt-It, un nuance de compassIOn & n égard et Il .1 I)UISA IUl reconfort. el un encvUlltgemenl. - Jc comprends eJ\acu'menl ('e qUe vous "OUIf'z dire. 11 .oenti' Inonl-er tut t'ot (PU .!;e d \'  !rs-:\, • Je cherche une sÎllt3-tlon, t. . . pllrtou où .Ic me pn!"cnl.l:, r 'csi la m me h,,\('l!re, :. - POl,lr i'lr, Ce f1nt tO d i polites moullMca. VOUS n'y arrivPl"l'7. jemliis Ilv e de guI,!; comm cel::t.. - C'e t atll\Si mon imprrssion, C'(U p0w'quoi Je uill fenu ici. - Comment aVle-z-Vl'US que c'êlaÎtnt det; Jui!s? 5' nCjult· elle. - Conutlenl·... Ct. sont? ... - VOliS Ile M"' ;O; pa,,? - M 'n DlCU, 1.. . nom. - 1Il ','u ".lit Juif. II fIt mine de ré!h chi!" el n dll, ri!'n. Pt"u lui lmpol'talt nlaintot.:lllln\ cr ((ue .i\fyen ;t:\it OU 11lai\ pa . - v()ue qu vou:; nll.H PU cnv:e d'onll'er Ici? dit-elle en ,!;Ouriant, comme lm alllm:!.! p:'I au pièt;c à un ::tUlr .. 'UT le point d se lalS$er prendre. n I-':I'a les y u" u.r cill'. un peu Ln lit m:Jis h tW' U.l", au fond d lul·m!!me, parce qU'elle a\'aî confondu "n une .euJe leurs dWlI: p ln"s. - Eh bien, tà.eh d'pn a\'OV envie. I l cïr;na des y('u". comme blesse. ns défen.o,e. - VOl,I, n"n plus, ça ne \'a pas. mon ,'eur Newman, J., m en l'end/; blcn comple, m:lln\ enl\nt. - Vr:!.iro n ? - Om. c'C!!-!, v! ibl . Ses ycus: pttfeaururent snn visa;'! tl"lI.il par trait, . - J suu \'l'aIment dé6ol de vaUt;. avoir priM pour .... corn· ml'm;II·I · IJ, s-uh':J.nt son idee el la mettant sur la '·oie. - Ca ne lait rien. Ce D'esl p's la p:emlère roi , mon Dieu. -71 - Rager MARIA, RESUME DES CHAPITRES PRECEDENTS M. NetD1fta1t. tJ /Ü(:Jdi (ft . ,","âent t d4n.t II:lte grosxc clltrepru.e qui dcma.1ttU une: importt:lllte mar/Hi'oeuvrc. Le [.Ialron t,f t:lbunt. Il ed reçu par t4 ttcréI4i'·c. M. Nl!;iV' 111011 la rtCQllnCfIt. Elle ' 'é!OEit prüt·n.tee il 11 (1 qutlqlUs mou dan! l'lntT llrbt où Il .Hait c'v' du. per80n11cl, Il /I.e l'a peU cmba:u.cJ/i " c'était une Jui\..t, pooua C. qw m'. rendue furlcU&e, t'eAt Que Je Pf!n u ' qU( ... VOUA M veZ bien. . _ VoU! ave,; vraiment eru· l .. " _ C'e.5t-a·dire, P3.i absolUDumL, VOUII savel: comment s"" paAl e, SI VOU! étes en colère contre quelqu'un. ,'Ou. en ar· rlVU p!'e&qu & souhaiter Qu"!l l soit. Clt dépRnd du point d« 'lU! aUCju 1 on 51: p:ace, Je vewc: dire par exemplc, mainv.Il& nl. :Elle le regardait QOmme l 'i l lw avait demandé !IOn a"is Aur la manlèr! donl Il Hait. COun. c JUS\. maintenant. & na DIe vlendr!l J, pu à l'oeprtt. VOUIl voyez ce Que je vew: Qir  ?, - B!r.n Iltlr, dit-il. J.mahi encore il n 'a nit parI' avee alitant d' .. anu .. une f"rnme lJ.uSo$i belle, Et il eompri en, la dt\'iugu.nt Qu'elle n(on plUA n'avait lamaill eu. autant con!ianc en que:Qu'un. Ils Kmblatent avoIr Itt.eln\ un palier d calme, lJ':le minute de .t;!lence béat. POUT Ir. première tols, il n'y lovait entre eux !lueun t n$ion et N I\' man enviUiea cetle patlst Iwec optimu. me e r connais5&.nce. El. quand el:e p.arla ! r.ouveau. il sut Qu'il tntendail enfin sa voix: naturelle, de ml:mc Qu'i; vOlllR pour la pr mièl·. fo1.5 del ndues .se. pauplèr r; bril' lantcs, - Je ne peux pa.s V(llJJI engager, dit-elle doucement en bais' unt I yeux. mab rev nH d'J\!) "Une heure: Ardell era là et j lw aurai parlé de VOus· - Partait. Est-ce qu'il y a quelQue chOl!le de disponible' _ C'Mt·à-clire, pas I!XltctcmtDt ce Que 'l'"DUS Ilvin. mals ce n'ellt. pu tille mauvaise $ituatJon. On l'herche (tuelQIl'un pour recev(lfr ks démarch"llI'li. Il taut lNI alguilltl' \ur 1,. bon SeTviet-. Il faudra que vous V(lu'!; meltle7, au courata des rabricatlon. t; Qla is on 1'0113; apprtndrs. Il I;' ii t en Q!J(' IQUf Mlrl. de ,."ntroIPr l-'!§ v n\ .s ... Je crois QUt c'est comme tela quïl ctl$erl\, LI!- ol"iét e ('st plus Impol·tanie qu'tlle ne pa.all. E le OtCUpera deux tlRgeS de plus À. partir d'oc b!'e, 11 s' ii\ surtouL de ne pu la i.$SU l $ d m!lrcheur l'égltl'Cl' cntr lM di!fer ntl'l rvltl!S. J'Ill l'impl'euion que c' sr, un po te qui vu. mltlntt'nu aprb la guerre, t, moins Que IOU I pays ne &' ""te d travailler. - Qui "-'St. cet Ardell " - Oh, ç 'est, un type bien. un ealholiflue. N'allea pu vous itn&,iner ... Cll.lL  ;e de b, jeune ,fUi. de. la rêeeption, ' qU'I n'cmbauchent i"! Que d 5 'u-anlere. Pete n Ut Sutd.ois ou quelque cho d'appl·ochant. Il y a de tout, ICI. n y 8, mtm un eampteble quI C5t noir, ' El :e e leya et I l'imila. - J'" du CJ)lIrril'r .. taper, Vous atll:z r l' enl r 1 II fUI ravi de la nuiUlC,", d'intérêt QU'U pen;ut da.ns g \'ob::, - Oh oui, dlt· il promptement .. VOU$ dit.ell daM une heure, environ? . -71...,.. 1. SHERNET$KY u.cr, il cette ouverture daM lu de clet'nien numéros du « Bulletin. oul'lier des Echeci » r,S.G,T,). 10. exit! l' dxç3 ; Plus da résistante olfralt la lUlU: 1 10, ",l'xç3 ; H. D xç4 1 l"b( ;, 12, f x g'1 Tg8 : 13, l"hS ete. Il.h r7 ! Sacrifiant iUle dame J)OIII' en f&ir. une autre, Aptes II, Td8+0xdl i U. fO S7 Dd2+ t 'ô 13. C x d yX d2+' \4, "P'xd "Fxd + : 15, R x Tt3 16, P'x Pd7 ; les noirs peuvent en COl'e oppOser tc'_e ré6isl.ance ach&rnée. Il • ..: çxbZ+. : IZ, RbJ. Et. non 12. R xb2 ? Pç3+' T ta 'ltbt 0 )( 114 ; 14. go h8D+. l"o hI et lu nOlr.s iainenr.. 12 .... Dxa'l, li n'y a rien d·aulre. Sur 12. ... Tg8 ; Il ùn.sul\ 13, TdII+: '1 Oxd8 : 1"', F xd8 Rl.:d8 1 1:i. CM i. l':\vantage dt's blanca. 13, JxhSD+. FIS l 14. FeZ é5 J 15, Fh6: • Après 15. DKe5 +' Fe6 T 1 l'IOft 15, .. , CxeS ? ? ; 16, TdB matl" les noirs obtiendront une attaQIM extr6- memcnt dangereuse. 15 .... F1 + ; 16. FdS ! F xdl+' 1 n, Txd3 , ,, dl: li, 0 :,,(11-, .. Bd1 t U. Oxf7+ OP. D+&8 1 ? Dç mat.,): Itçt. : 09 .... Rd.6 ; 20, l"f8+ Tl: 18 t 21. ox!S+ Rç7; 22. of7+ Rb6 t J3, Db3 + etc.). ZOo Db3 D1"4 : 21. TrI Dr6 : 22. FdZ R.ç1 ; 23, D x b.2 T ' ; 14.. Jo'çl eoi ; 25, cts DU ; U. C)( b)(çC ; n. Ital Tr, "; 23. Fd" TdS ; te Tbl et les nolr$ abandonnent entin. PROBLEME N' 19 N, M, Gibbins WESTMINSTER. GAT.E'ITt: U16 .... corP'OH Lu blancJ jouenl et font mat ea dtux eou . Trh facil il. ud p.. Il s'agit,d'él'! ter 1 1 Into'rcr.ptioIU que les pikel! noLrp.s peuvent faire pour r ta.rder l',,", n vitable. N trebuehel p&. et faiM" noUK parvenir vos lutlOns avant le 'i arrll. SOLUTION DU N. 17 CA;\IIL SENECA : 1.& Stratéeie lUI i. Ct  ! R:il'  ; J. Dg. ma,,- sut 1, .. Rç4 il Il·,' nsu.it J. DIII.4 mat, SOlutions uacUl$ re  ;\II'S dt MM. Ahencl, Al"Ol"J. on, .• vcrnlln, Baum. Btdler, Blum. Brenner, Chornik, Ctlz.. N-j.J', l"::!rct, Ellinger, Feldman, P'orlall Friedman, Oluck. HorourtT" H ltlM. Kahn, KO\'n, Kupferberlt. IAlunan. LerDer, Lol-en . Mar Nadel lss, lI(udelman. Rcblngcr. sar. "er, SOIny, Taub, Volma. Werner. Z:lIdm:m et Z!erck. CARNET ROSE $Tfl:\SBOlmG .. _ 1.;0; 6 C t 11)11

irasbourJ4'(Jlse de l' U.",R.E, "dr 
lK m lJIeurl's félleilaUoJL't l M, Jra,n

Bruol {lIrcbllede dl'; notre coJolil. « LA S.lri ,.} et .. 4011 épolille pour lit, lHll.n,ntfi "e leor , Iutc'n a.qdl!ol Mfillllllll"l "'" U l e,lalemellt .al t.r.ndA-pAr lIt.1, '.

Notes

<references />

Format JPEG