Droit et Liberté n°227 - décembre 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°227 de décembre 1963
    • La lutte antiraciste aux U.S.A. après l'assassinat de Kennedy page1
    • La Martinique, département ou colonie? témoignage de Michel Leiris aux procés des 18 jeunes Martiniquais page4
    • Réponse à une réponse de M. le Ministre de l'intérieur (refus de servir des consommateurs de couleur) par Charles Palant page5
    • "Les volontaires" toujours vendus page5
    • L'hommage des antiracistes à J.F. Kennedy
    • Les implications racistes du crime d'Oswald par Roger Maria page6
    • J'ai peur pour l'Amérique par Albert Memmi page7
    • La police de Vienne comptait dans ses rangs l'homme qui arrêta Anne Frank par M. Langiert-Kagan page8
    • Contre l'apartheid page9
    • Théâtre: il faut voir "le Vicaire" par Marie-Magdeleine Carbet page13
    • Pour les jeunes "Hitler-connais-pas" par Natha Caputo page14

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 DECEMBRE 1 963- 15 JANVIER 1964 Nù 227 Un franc Réponse à une « réponse » de M. le Ministre de l'Intérieur Une question écrite ayant été posée, au Parlement, par le député Robert Ballanger, à propos des discriminations pratiquées au café " Paris-Londres ", M. Frey, ministre de " Intérieur, a fait une étrange réponse, qui appelle bien des observations. Charles Palant, au nom du M.R.A.P. met les choses au point. (PAGE 5.) La luite antiraciste aux U.S.A. _ L'homme qui arrêta Anne FRANK de Kennedy , apres l'assassinat C'ETAIT le 28 août dernier, après la grande Marehe sur Washington eontre la ségrégation raciale. Le président Kennedy avait reçu à la Maison Blanche les leaders des mouvements noirs ainsi que diverses autres person. nalités. On voit ici, autour de lui, de gau che à droite : 'Whitney Young, le pasteur Martin Luther King, John Lewis, le rabbin Joachim Prinz, le pasteur Eugène Blake, les syndicalistes A. Philip Randolph et Walter Reuther , Lyndon Johnson, alors vice-président des Etats-Unis, et Roy Wilkins. Les efforts du président Kennedy pour' mettre fin aux discriminations raeistes, de même que ses prises de position en faveUr de la détente internationale lui ont valu la haine farouche de tous les éléments rétrogrades et bellicistes. Quels que soient les mobiles particuliers de son as assin, il est certain que le crime de Dallas cst la conséquence des campagnes sanguinaires déchaînées contre lui. Le M.R.A.P. a rendu un solennel hommage à J ohn Kennedy, à la grande soirée du 24 novembre, salle Pleyel. En page centrale de ce journal, Rogez: Maria analyse les implications racistes du crime d'Oswald. Albert Memmi explique pourquoi il a « peur pour l'Amérique » - où la bataille continue. La bataille du « Vicaire » De même qu'll y eut, le si ècle dernier, la batai lle d' Ct Hernani ", la p ièce de Rolf Hechhuth, Ct Le Vicaire ", jouée à l'Athéné e, donne lieu à de vives polémiques et même à d' intolé rab!es viole nces . Marie-Magdeleine Carbet exprime en page 13 le point de vue d'une catholique sur cette oe uvre profondéme nt humaine. Ci-dessus: Michel Piccoli et Antoine Bourseiller. (Photo Elie Kagan). Aussitôt après la découverte, à Vienne, de Karl Silberbauer, l'homme qui arrêta Anne Frank, « Droit et Liberté » a demandé le point de vue de M. Otto Frank, le père de la j eune fille. Nous publions sa lettre en page 8, avec un texte de l'écrivain Georg,es Neveux, qui adapta le journal d'Anne Frank pour le théâtre. Contre l'apartheid Deux Sud-Africains, l'un noir, Robert Resha, l'autre blanc, Jack Hodgson, sont venus à Paris exposer le drame de leur pays soumis au joug de fer de l' apartheid. Plusieurs organisations, dont le M.R.A.P., s'étaient unies pour le meeting où ils ont parlé le 6 décembre, après avoir tenu, le matin, une con· férence de presse. La solidarité des antiracistes français avec ceux d'Afrique du Sud doit se développer après cet émouvant appel. (Voir page 9) 111111lA\ A\ IIIIII~ lllillllllllll 1111111 () lJ II~IIE département ou colonie? flccneillis par leurs avocats, trois des Martiniquais jt~gés par la 16" Chambre correctionnelle sortent de prison. Après dix mois de détention, ils Ot~t été acquittés avec Jix de leurs camarades, tandis que çinq at~tres étaient condamnés. La Marti' lIiqüe est-elle lm département français Olt une colotlie? C'est le problème posé, qu,'e:ra1l1ine l' Il page 5 Michel Leiris, dont nOlis publions le témoignage. « Droit et Liberté » LE GALA DE PLEYEL Un 'succès sans précédent Voir notre compte rendu en pages 11 et 12 et le discours de Charles PAlANT en page centrale !fi-XI. - A Addis-Abéba, s'ouvre la conférence africaine pour le règlement du conflit frontalier algéro·marocain. • Lors d'une manifestation antiraciste à Chester (pensylvannie) , arrestation de 258 personnes (noirs et blancs). 16-XI. - Une bombe explose à proximité du dortoir de l'Université de Tuscaloosa (Alabama) : une étudiante noir1), Vivian Malone y réside ... 18-XI. - L'abbé Boyer et Mme Hanff, qui défiaient la justice depuis 15 jours sont enfin écroués à Strasbourg : ils étaient coupables de l'enlèvement des enfants Kovacs. • Reconnus coupables de complicité dans l'exécution dc 22.000 détenus, au camp de Kuhlmkof, l'ancien S.S., Guenther Fuchs, est condamné aux travaux forcés à perpétuité, et son co-inculpé, Otto Bradfisch, à 13 ans de la même peine, après un procès de 11 semaines à Hanovre (R.F.A.). l7-XI. - Pour avoir tenté d'assister à l'officc d'une église réservée aux blancs, 10 personnes - des blancs et des noirs - sont arrêtées à Jackson (Mississipi). 19·XI. - Nouvel attentat raciste devant le dortoir de l'université de Tuscaloosa . où réside une étudiante noire. • Vattitude des chrétiens envers les juifs ct la liberté religieuse font l'objet des chapitres 4 et 5 du schéma sur l'oecuménisme, présentés nar le cardinal Béa dans son rapport au Concile. 20-XI. - Karl Silberbauer, le po· licier qui arrêta Anne Frank à Amsterdam en août 1944, EST RETROUVE A VIENNE OU IL ETAIT INSPECTEUR DE POLICE. n est suspendu de ses fone· tions. • A Melbourne 'Australie), les dockers décident de refuser les chargements d 'armes et de munitions à destination de l'Afrique du Sud. 21·XI. - Les petits Pierre et Francis Kavacs sont retrouvés 20 jours après leur disparition . Ils étaient séquestrés à Seignosse (Landes) au siège de la secte dirigée par l'abbé Boyer . 22~XI. - Le présidcnt des EtatsUnis, John Fitzgerald Kennedl', EST ASSASSINE A DALLAS (capitale du Texas). 24-XI. - Dans le cadre des manifesta, tions organisées dans toute la France par le Comité temporaire contre la forCe de frappe, 100.000 personnes participent à un puissant rassemblement à Puteaux. • Assassin présumé du président Kennedy, Lee H . Oswald cst tué dans les locaux de la police, à Dallas, par Jack Ruby, propriétaire de deux boîtes de nuit. 25-XI. - Le procès des 18 jeunes Martiniquais, membres de l'O.J.A.M. (Organisation de la J eunesse Anticolonialiste Martiniquaise) commence à Paris devant la 16' Chambre Correctionnelle. • Le gouvernement français alloue un prêt de 750 millions de francs à l'Espagne franquiste, à la suite d'un accord financier signé à Paris. 27-XI. - GLOBKE, qui s'était fait construire Une villa dans le canton de Vaud, en Suisse, EST DECLARE INDESIRABLE par le Grand Conseil de ce canton. 29-XI. - Arrestation à Dakar de l'excapitaine Curutchet, dirigeant de l'O. A.S., impliqué dans 62 attentats et 4 assassinats. Il a été extradé en France. 3·XII. - Reprise à Prétoria du procès intenté par le gouvernement sud-africain contre 10 leaders de la lutte contre l'apartheid. t.-XII. - Clôturant la 2' session du Concile, le pape Paul VI annonce son voyage prochain en Palestine. • Encore 4 Africains pendus à Prétoria. • Au Conseil de Sécurité, adoption unanime d'une résolution interdisant à tous les pays, l'envoi en Afrique du Sud de matéricl pouvant servh' à la fabrication d'armement. • Sursis accordé à Preston Cobb, un noir de 17 ans, condamné à mort, il y a 2 ans, en Géorgie (U.S.A.). Il est accusé d'avoir tué un blanc (son pat ron) eL devait être électrocuté le surlendemain . • Arrestation de deux officièrs de police à LUdwigshaffen et à Kiel : 'ils avaient participé ·à des massacres de juifs dans les territoires d'Union Soviétique oct:;upés p ~ ndant la guerre . . !I-XII. - ' Arrestation à Berlin-Est d'un ' Allemand de l'Olloest, Herbert Kuehn, qui avait perpétré des attentats en France pour l'O.A.S., et aussi en R.D.A. et dans le Tyrol. '-XII. .. Attentat à Dawson (Géorgie ) : une bombe est lancée et 50 coups de feu tirés dans la nuit contre la maison d'une famille noire, où s'étaient r éunis des militants an tiracistes. 9·XII. - A New-York, s'est tenue une assemblée solennelle des Nations-Unies pour célébrer le 150 anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. 10-XII. - Jugement rendu à Paris au procès des 18 Martiniquais: 5 condamnations à des peines de prison allant de 18 mois à 3 ans, 13 acquittements. • Les membres de l'ü.A.S. de Mostaganem, qui répondent de 129 assassin ats, 111 attaques par explosifs et 36 incendies d'immeubles, sont condamnés par la Cour de Sûreté de l'Etat à des peines de prison allant de 2 à 10 ans et souvent assorties de sursis. qUE PASSE.T.IL ? PRESSE • Haine et fausse science DANS ses efforts pour renouveler les thèmes de ses campagnes de haine, « Rivarol » fait preuve parfois d'une étonnante imagination . Le numéro du 2 1 novembre prétend nous persuader, dans un style qui rappelle le « Stürmer » nazi, que « l'Algérie 'Veut véroler la France ». Car, affirme-t- il les « barbares'ques » venant sur notre territoire « transportent avec eux les maladies les plus contagieuses et les plus dangereuses, notamme1lt la v érole, pour appel.el' la syphilis par son bon 'Vieux nom ». Et d'ajouter cet ignoble jeu de mots : « Nous leur avons apporté la civilisation, ils répondent par la sy philisation. » On pourrait rétorquer à « Rivarol » que s'il est vrai que l'état de santé de la population algérienne laisse fort à désirer, c'est précisément une étrange manifestation de cette « civilisation » qui lui aurait été apportée. Après plus de 1~0 années de régime colonial, le nombre des médecins était des plus réduits en Algérie, et la mortalité attei gnait un taux effrayant. Mais peut-on discuter avec un « Ri. varol »? Son rôle est précisément de répandre le mensonge, d'empoisonner les esprits. On ne le guérira pas, lui, de ce cancer qu'est le racisme. Et l'on attend toujours des pouvoirs publics l'intervention - chirurgicale si nécessaire - lui mettrait fin aux méfaits de ce mal. Bénéficiant de la même impunité, Maurice Bardèche 11e se gêne plus du tout. Il n'hésite pas à publier dans « Défens- e de l'Occident » d'octobre, ce qu'il appelle le « credo de l'homme blanc d'Occident ». Voici quelques échantillons de ce délire : « Je crois en l'homme blanc, non parce qu'il a créé les machines et les banques, mais parce qu'il a proclamé qtte le coura. qe et la loyaltté étaient l-es plus grandes Gualités de l'homme ... « Tout homme, tOttt événement, toute situation qui aident l'homme d'Occident à être le .fuge ent1'e les hommes est bon: toute situation qlti dimimte le pouvoir de l'h01l111le d'Occident sur les forces obscures est ftn malheur ... « La défaite de l'Allema.qne en 1945 est la pl'Ils grande catastrophe des temps modernes ... « L'exaltation systé'matique des races étrangères à l'es prit de la civilisation occidentale et la prétention de leur confier l in rôle -important dans la politiaue 1II0lldiaie est 1111 dal1ger .qrave POtW l'Occident, et el/ même temps pour ces races 1I1êlll es qlli salit il/ ca pables d'assum er le ,-ô/e au 'ol1 leur destiu e. » Ces' écrits t éllloig-n ent de la volonté des racistes. à notre époClue de rlécolonisation. cie calomnier les peuples qui Se libèrent ct d'ameuter contre eux l'opinion publique. Que ce soit dans « AsPects de la France ». « Fraternité Française », « Nolt~leaHx Jours », Olt « Carref01tr », les articles se multiplient où l'on présente les peuples de l'ancienne Union Française comme incapables de se g-ouverner eux-mêmes et atteints de tous les défauts possibles .. . v compris le racisme, bien entendu. Et comme tous les arg-uments sont « bOl)s » pour cette sale besog-ne. « Aspects de la F,'al10€ l), sous la si~nature de Bernard Fav (21 novembre) remet Gobineau au g'oltt du iour en offrant à ses lecteurs des données soi-disant sei entifiC111 tS sur lt rôle du sang- ( !) dans l'h pl' iclité raciale. Np n(1) S v trOn1oons pas'. Ce sont là des imbécillitps. ]\fais on ;1 vu où rle tf'ls prooos nouvai ent mener. On ne flP l1 t 10- mettre que la science soit ain si falsifiée pour ~'e r v ir les desseins de quelques criminels! RACISME • Le drame d/Evreux Au procès des G.I.'s d'Evreux, les deux prévenus, Bost et Burrel, ont été condamnés à des peines de prison qu'ils feront aux U.S.A. La justice militaire américaine a rendu son verdict en considérant qu'il s'agissait d'une -simple affaire interarmes (aviateurs contre parachutistes de l'armée de terre) : une rixe après-boire. Il faut préciser que les parachutistes étaient en majorité noirs et l'un d'eux aurait frappé à coups de châlit un aviateur blanc, Padget. Certes, on avait bu et beaucoup. Mais comment se fait-il que personne n'ait pu apporter un témoignage précis sur les faits qui se sont déroulés. Pourquoi un des témoins de la défense, l'aviateur Sweet aurait-il raconté qu'il a LES vaches sont devenues, involontairement, l'arme subtile des racistes à gros sabots, des « vaches de Troie » qu'ils introduisent da.ns la pensée de leurs lecteurs et surtout de leurs lectrices. « Méfiez-vous Mesdames et Mesdemoiselles, des étrangers à la peau bistre, à la peau noire, sinon vous finirez comme de pauvres vaches, vendues à la foire ... li C'est à peu près ce qu'on tire comme lcçon de morale des oeuvres complètes de Fred Gérard de Ma Lucarne parues dans Midi-Libre, et de G.-M. L., parues dans la Tribune de Saint~Etienne . Citons : « ,La petite Marianne a été traitée non comme une personne humaine, mais CQmme du bétail. Et encore les vaches, au marché aux bestiaux... », écrit , le premier « C'est une dame de la métropole... qui était tombée sous la coupe du sieur Draidi dont elle devint la vache à lait li écrit le second, et passons sous silence les propos xénophobes et racistes de ces deux bénêts. Ils semblent ignorer, dans leurs généralisations abusives, la couleur de peau d'un certain Profumo et de l'élégant Dr Ward. Pour les racistes, toute accusation est bonne pour salir. Ici proxénétisme, là avarice ou âpreté au gain. Et à partir d'un individu, fautif ou non, c'est tout un groupe que l'on cherche à atteindre. Nous pourrions épingler dans la panoplie des antisémites la collection stupide des « histoires » juives. Ce genre de « bien bonnes ,. traine un peu partout dans une revue comme Ridendo, des' tinée aux médecins. On sc demande si quelqu'un peut encore sourire à de pareilles sornettes. Cela dénote un invraisemblable mépris du lecteur, en l'occurence le corps médical. Qui aujourd'hui s'esclaffe à « Comment vatuyaud' poële? Etoilamatelas ? .. l) ? C'est de ce niveau. Pour se renouveler, ils parleront certainement d'Ecossais ou d'Auvergnats. « Le rire aurait-il lInc race ?, » se disent-ils. Ils y a bien le rire « jau- L~:,~' le rire « franc »... ~~:Charles violemment tiré en arrière Padget pour l'éloigner du soldat noir qui faisait irruption dans la salle. Et pourquoi, ces soldats noirs venaient-ils assaillir la caserne des aviateurs. Il faut dire qlJe Padget est originaire de Virginie, un des Etats du Sud où le racisme confine à la névrose. Il faut dire que les blancs entre eux appellent les noirs des « Niggers » (Négros) et que les aviateurs hlancs leur auraient crié de leur caserne : « Sales nègres. Bâtards de nègres ». Officiellement, l'armée américaine ignore la ségrégation. Mais l'alcool et les rivalités interarmes aidant, le racisme reprend force d'habitude. Il est à fleur de oeau même de ce côté de l'Atlantique, à Evreux. • Pour un café Li: « Paris - Londres» fait école. Il y a quelques jours, trois Algériens entrent dans un café situé au coin du boulevard de Belleville et de la rue JeanPierre- Timbaud. Ils demandent deux vittel- menthe et un café. Le patron leur sert trois vittel-menthe. Très poliment, l'un de ces consommateurs fait remarquer qu'il voulait un café. Cette exigence tout à fait normale, ouvre le trop-plein de la hargne raciste du patron qui, aidé d'autres clients, se met à invectiver les trois Algériens. Un consommateur, M. Emile Chevalier, employé municipal à Montreuil et ancien déporté de Buchenwald, prend naturellement parti pour les Algériens. Les racistes se retournent contre lui et le bousculent. M. Chevalier est pr~jeté dans la vitrine qui se brise, lui coupant le tendon d'Achille. Pour avoir obéi à des principes humains et antiracistes, M, Chevalier, qui a déjà souffert du nazisme, se retrouve à l'hôpital. TOLERANCE • Le Concile et les juifs L'AJOURNEMENT par 1.966 voix contre 86, de l'examen du chapitre 4 du schéma sur 1'oecuménisme consacré à l'attitude des chrétiens envers les juifs, a provoqué une certaine déception. On attendait beaucoup de ce texte. Le cardinal Bea, qui en est le père spirituel, a soulig-né devant le Concial qu' « il y a une vieille tradition antisémite dans l'Eglise ... la propa.qande nazie a été efficace et s'est insinuée même chez les chrétiens ». « N'oublions pas, a-t-il déclaré, que la maiorité du peuple .fuif 'n'était pas d'accord pour tuer Jésus. Seule une minorité a crié : cntcifiez-le, et les princes des itûfs n'ont pas v ault' mettre à mort le S eigneur, le .four du Sabbat POUY éviter tu·! so·ulèv ement dans le pettpte. Le p e~tple .fuif n'est donc pas déicide, comme le prétendent certains catholiques. » Il est donc reg-rettable qu'un texte qui doit constituer un apport considérable à la lutte contre l'antisémitisme ait été ajourné .. Il a été dit que des diplomates a rabes avaient fait pression auprès du Vatican pour empêcher le Concile de voter ce chapitre. On peut interpréter le voyage de Paul VI en Ualestine comme une volonté manifeste de préparer de meilleures conditions pour l'adoption de la déclaration sur les juifs. Ce voyage contribuera peut-être aussi à faire baisser quelque peu la tension israélo-arabe au MoyenOrient. La troisième session du Concile s'ouvrira en septembre 1964. • L/ affaire Mancroft Au début du mois, les dirigeants de la compagnie d'assurances « Norwich Union » obtenaient la « démission » d'un de leurs administrateurs, Lord Mancroft, qui est israélite. Il était accusé de sympathie pour Israël par les représentants de quelques pays arabes (Arabie Séoudite, Irak et Syrie), clients de la compagnie. Il faut rappeler que les pays arabes voisins d'Israël se considèrent toujours en guerre avec ce pays et ne reconnaissent pas son existence. Dans cette perspective, ils se refusent à toutes relations avec Israël, dans quelque domaine que ce soit. Contestable en elle-même, cette attitude souligne combien serait nécessaire, pour le bien des uns et des autres, une solution pacifique, rapide des conflits qui déchirent le Moyen-Orient'. Ce qui est en tout cas inadmissible, c'est que les représailles, dépassant le cadre des relations entre Etats, prennent trop souvent un caractère proprement antisémite. Au nom de l'antisionisme, certains dirigeants arabes favorisent ou tolèrent les excitations à la haine contre l'ensemble des juifs. Ils interdisent, dans certains cas, aux juifs, en tant que tels, de venir, pour affaires ou même en touristes, sur leurs territoires. L'affaire Mancroft - après les restrictions auxquelles sont déjà soumises les compagnies aériennes et maritimes - montre que ces pressions tendent à imposer des discriminations antijuives à tous les pays qui ont des relations avec le monde arabe. On comprend l'émotion soulevée en Grande-Bretagne par la mesure prise à l'encontre de l'un de ses collaborateurs, par la « Norwich Union » . DROIT ET Ll8ERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (Z.) Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 10 'francs Abonnement de soutien : 20 francs ETRANGER Un an : 18 francs Compte Ch. Post.: 6070-98 Paru Pour les changements d'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. EN BELGIQUE : ün peut se procurer « DroJt et Liberté Il ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Jul! », 52, rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 952021, de M. S. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 PB. Abonnement de soutien : 150 PB. -.:--_..,.----_.:--_-~- ~ Journal composé et imprlm' ~ par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - ChAteauroux Gérante: 8. BIANCm.


----- 3

QUE SE PASSE-T-IL ~ • GLOIRE POSTHUME verselle des Droits de l'Homme, adoptée à Paris, par l'Assemblée Générale des Nations Unies, le 10 décembre 1948. M. Jaime Torres Bodet, alors directeur général de l'U.N.E.S.C.O., saluait l'événement en . ces termes : .[XCl U $! VI1 t POUR LA f « ANC E « La Déclaration du 10 décembre 1948 est plUS qu'un bilan historique, elle est un programme. Chacun de ses paragraphes est un appel à l 'effort, chacurne de ses lignes condamne la résignation, chacu?t~ de ses phrases répudie un fragment pnve ou national de notre passé ; chacun de ses mots nous oblige à examiner notre situation présente.

NUMI.SMA TlG UE rRAl'H~AUE ' - PAR IS (1 '"

Pour 399 F., on peut trouver, li. Paris, les effigies en or d'hommes « célèbres » : Hitler, Mussolini, Rommel. L'Hôtel des Monnaies, organisme d'Etat, n'a-t-il pas d'autres « grands » hommes à honorer ? On n'a pas besoin de ces bijoux pour se souvenir d'Adolf Hitler, le doux Führer qui récupérait les dents en or (toujours le même métal) des déportés. « Le desti·n de l'homme est une responsabilité indivisible que nous partageons tous . Aussi longtemps qu'on pourra violer impunément un seul des droits d'un seul des hommes, la Déclaration des Nations Unies nous accusera tous de lâcheté, de lenteur, de paresse, et elle nous rappellera, que nous manquons d'hu'moenité. Ausst longtemps que la plus grande partie du genre humain vivra dans la faim et dans l'injustice, pour mourir dans la misé,re et dans l'ignorance, le document (lUt a eté adopté à Paris continuera à nous apparaître comme wn but encore lointain. "IErK et AUJOURD'HUI • ~Un jumelage indécent 'L ':ASSOCIATION des Anciens Déportés

et Internés de Caen (Calvados), dé-

. nonce l'accord de jumelage signé en '1961 entre leur maire et celui de Wurz' bur..g, M. Zimmerer. Elle ne s'oppose pas, bien entendu, à un rapprochement francoallemand puisqu'elle propose d'être jume· lée avec la V.V.N. (Association des Victimes du Nazisme) de Wurzburg. Mais elle ne veut avoir aucune relation avec les nazis. Or, le professeur Buchner, chargé des échanges culturels entre Caen et Wurzburg est un ancien maître de 'l'Ecole supérieure des cadres nazis. Le maire de Wurzburg, M. Zimmerer, dans sa thèse de doctorat, en 1935, faisait l'apologie des lois raciales. Cette thèse commentée par Globke commençait ainsi: « Le 30 janvier '1933 a été pour nous, l'aube d'une ère nouvelle. De vieilles idées se sont englouties, de nouvelles se fraient la voie vers Ja vLc.toire ... L'édification du III' Reich est le début d'un nouvel ordre populaire, poli. tique et social ... Un ancien nazi, tel esUe maire (social-démocrate) de Wurzburg, et avec lui la majeure partie du conseil municipal et de la magistrature locale. C'est un neurologue de cette ville, le iDocteur Herterich qui a fait éclater le scandale. JI avait hérité en 1960, d'une maison louée à la fondation " Prince héritier Rupprecht de Bavière» et administrée par un autre médecin, le Docteur Wolpert. Au coutS du litige qui suivit, le Docteur Wol.p.er.t déclara: «Contre moi, vous ne ,pourrez rien obtenir »', . Le Docteur Herterich s acharna et fit d'intéressantes découvertes. Le Docteur Wulpert .allait été un collaborateur intime du gaul.eiter de Franconie, Hellmuth. Le président du Tribunal administratif Rudolf Schierler.rnaïr avait été un dirigeant de la section législative au bureau de la Direction du p.arti nazi qui s'occupait des affaires radales et qui était dirigé à l'époque par G.looke .. Ce même Schiedermaïr fut aussi le secrétaire de Frlck, ministre de l'Intérieur nazi, 6~ juge S,S. à Oslo. Le Docteur Herterich -déposa alors une plainte contre :Schièdermaïr. Mal lui e~ ' prit: le malheureux médecin, passi,onne à juste titre de justice, fut submerge ~ar une avalanche de procès pour diffamatIOn et insultes. De recours en recours, d'autres juges se révélaient être d'anciens nazis. Le Docteur Herterich reçut des lettres de menace. Au téléphone, on lui fit savoir: "Toi, nous avons oublié de te gazer ". Attaqué par 7 juges en diffamation, le Docteur Herterich fut condamné à quatre mois de prison avec sursis et à une amende. Schiedermaïr fut suspendu et Vol pert perdit son poste d'administration, mais pas sa pension mensuelle de 1.600 I?~ . Les autres juges ne furent pas poursuIvIs. Le Maire, Zimmerer, qui 'déclarait en mars dernier: « Wurzburg n'était pas plus brune que d'autl'es cités .. , partit en guerre contre les journalistes qui, d'après lui, préféraient la sensation à la vérité et avaient démesurément grossi l'affaire. Mais Zimmerer est toujours maire. Le Docteur Herterich, écoeuré par ces relellts d'un nazisme toujours virulent, envisage d'émigrer en Suède et se demande: « Doit-on de nouveau avoir honte d'être Allemand? ". • Pétain acquitté? Réhabiliter Pétain! tel est le but avoué d'une dangereuse campagne de presse, dangereuse, parce qu'elle cherche à jeter le trouble dans les esprits, à donner aux jeunes, qui n'ont pas connu l'occupation, une image faussée, toute sentimentale du chef de la « collaboration ». Cette presse, en particulier « Le Monde et la Vie », cherche à minimiser les responsabilités du maréchal, à lui accorder des circonstances atténuantes. Son gouvernement aurait poursuivi des collaborateurs et prononcé des condamnations (mais le nombre est infime), aurait protesté contre la réquisition des ouvriers français (protestation sans effet), etc. Il est trop facile de se baser ainsi sur des détails, inévitables, étant donné l'état d'exception de l'époque, pour en tirer des conclusions générales. Et quelles conclusions ? A partir d' éléments sans importance si on les compare à la trahison d'un homme qUi a livré un pays tout entier à l'ennemi. On affirme qu'aujourd'hui, s'il était jugé, Pétain « serait acquitté »! Pétain acquitté ? Peut-être, en effet, non parce qu'il serait mbins coupable aujourd'hUi que le 15 août 1945, date à laquelle il fut condamné à mort. Mais parce que dans la France d'aujourd'hui, on doit malheureusement constater l'abandon de certains principes de morale nationale que la Résistance avaIt

exaltés.

DROITS de L' HOMME • 15e anniversaire A'T cours de nombreuses manifestations, notamment à l'O.N.U. et à rU.N.E.S.C.O., on vient de célébrer Je XV· anniversaire de la Déclaration Uni- « Répandre partout la Déclaration dUi 10 décembre équivaut à lutter partout pour une vie digne de l'homme, auquel les gouvernements l'ont dédiée, non pas comme un simple hommage rhétorique, mais comme la reconnaissance solennelle de leurs devoirs envers la civilisation et l'humanité. Aider les Etats à remplir ces devoirs doens le domaine de l'éducation, de la science et de la culture, telle est la magnifique mtsswn de l'U.N.E.S .C.O. D'autre part, quel rôle plus séduisant pourrions,nous assigner à la culture, à l'éducation et à la science que celui de faire de tous les hommes les gardiens et, par conséquent, les exécuteurs fervents de la Déclaration Universelle? » S'il est vrai que des progrès ont été réalisés, ces paroles restent actuelles. Notre combat quotidien le démontre. PAIX tJrolonger l'espoir Du 17 au 24 novembre, dans la plupart des grandes villes de France, des rassemblements se sont déroulés contre la « force de frappe » et pour le désarmement. A Puteaux, à l'appel de plus de trente organisations, mouvements, syndicats et partis politiques, cent mille personnes se sont réunies, exprimant la volonté pacifique des FranGais. Le manifeste, qui a ~té lu dans toute la France,et qui est commun à toutes les organisations membres du Comité temporaire, demande que cessent les sacrifices du progrès social, scientifique et économique imposés au pays pour la réalisation d'une force oe Un nouveau· recueil de poèmes de Marie-Magdeleine Ca,rbet "UieM lWVt nta ctille " ... ..4l1lI ARIE-MAGDELEINE CAR." BET nous prend par la main et, comme en chantant, en dansant et même en nous murmurant à l'oreille, elle nous invite à venir « voir sa ville » : les Antilles, la Martinique, Fort-de-France, tel autre lieu. rêve ou réalité, qu'elle porte gauoVt d07lh1,Vt ... t1-ÜPte , EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. en son coeur - que tout être bumain porte en lui-même : « Viens voir ma Ville att soleil étalée. « Viens voir ma Ville encerclée de clarté (p. 9) . « Voici ma Ville, déchausse-toi. « L'herbe fraîche rasée « Sera douce à tes pieds. » (p. JO). Et, au détour d'une rue, une notation fraîche et mélancolique (mélancolique seulement un instant) : « Quand les visages sont fanés, « Les larmes arrivent en sillons « Les rides creusées par le rire. » (p. II.) « Viens voir ma ville » est aussi un cri de révolte d'un peupk qu'on veut maintenir dans la sujétion et qui. même à travers ses rires, sait « montrer les dents ». Un poème est dédié « à ceux de Fresnes » (p. 2'i). Un autre avertit : « L'homme grandit » (p. 21) et pour bien se faire comprenclre, Marie-Magdeleine Carbet le dédie « à ses amis de Washington » (P. 21). QueUe que soit l'exultation populaire du « Carllaval antillais » (p. ~o), il y a du sang et cles larmes sur les roses cie là-bas . ... Là-bas, semble dire l'auteur aux lecteurs franGais, ce n'est pas si loin, mais attention: ne l'oubliez pas. Voici qui nous sommes, et nos luttes et notre volonté d'espérance. Et puis elle revient, comme dans un éclat de rire, aux jeunes cie son pavs et à la joie d'aimer. 'Entrons avec notre amie aux yeux char!1'és cI'étincelles dans le carnaval antillais. R. M. (1) Marie-Magdeleine Carbet : Viens yoir 111a ville, Paris 1963. En vente au M.R.A.P. fra ppe illusoire; il exige l'adhésion de la F rance au traité de Moscou sur l'arrêt des essais nucléaires. P eu de temps après, 82 personnalités venant de nombreux pays d'Europe, selon un très large éventail politique (des communistes à l'U.N.R., en ce qui concerne la France) tenaient pendant quatre jours à Moscou la huitième l'encontre de la Table Ronde. Les participants ont exprimé le désir de voir se prolonger l'espoir qu'a fa it naître le traité de Moscou. Dans cette pel-spective. l'ensemble cles participants se sont opposés catégoriquement à voi l' l'A llemagne féclérale dotée cie l'arme atOl ll ique. et ont condamné la création cie 11 () U\'ell e ~ in stallations nucléaires. La table ronde a échelonné sur six ans la conclusion clu traité de désannement général. admettant que les grandes pui ssances gardent, jusqu'à la fin, pour a ssurer leur sécurité, une certaine quantité d'armes nucléaires. A l'O.N.U., la commission politique a adopté, à l'initiative de l'U.R.S.S. et des Etats-Unis, un vaste programme de coopération internationale clans l'espace. L/Assemblée générale a voté une résolu tion invitant tous les Etats qui ne l'ollt pas encore signé, à s'associer au trai t ~ de ;'10scotl. BERLIN . M. Nord~n: membre du S.D.E. (parti soCialiste unifie de la République Démocratlq~ e . Allemande) a révélé que M. Krueger. ministre ~es réfugiés du gouvernement de Bonn, avait appartenu à la " vieille garde. du parti nazi. K~uege~ ~tait chef de l'organisation du p~rtl nazI. a Chojnice, en Pologne. Deux mil.le habitants de Chojnice ont été tués a~ ~ours des semaines qui ont suivi l'arr1vee d ,~ Krueger. MONTEVIDEO ' . A la. suite des nombreuses protestatto, ns q\J1 se so~t .él?vé~s, le gouvernement uru~ayen a declde d Interdire la feuille ~~clste " Escoba », qui paraissait depuis diX ans. NEW YORK . , Robe~to Holden, chef du gouvernement revolutlonnaire de l'Angola, a déclaré deva~ t la commission de tutelle des Nations U.nJ~s : ft Je suis prêt à ouvrir des négoCiatIOns avec les autorités portugaises sur I~: b~se de l'autodétermination menant à 1 Independance _. /1 a également ajouté : « Nous accepto~ s une consultation populaire dans les memes termes que ceux acceptés par le peuple frère d'Algérie n. TORONTO l.an,cé~ depuis un avion, un flot de tracts antlsemltes a envahi la ville de Toronto au Canada. Portant l'adresse du parti nazi américain de Lincoln Rockwell, les tracts proclament : « Hitler avait raison - le Communisme est juif _. BUENOS-AIRES Trois bombes ont explosé contre des immeubles de la Communauté juive d'Argentine. On signale d'autre part, que le nom de Gustavo Zuviria a été donné à une grande école. Zuviria fut à la base du mouvement néonazi en Amérique latine. Sous le pseudonyme de Hugo Wast, il a publié de nombreux ouvrages antisémites. En 1943, ministre de l'Education Nationale, il avait chassé 250 académiciens démocrates, dont un Prix Nobel des Universités. Les démocrates argentins ont adressé une vive protestation au Président GuiçJos. BELFORT Plusieurs tombes ont été profanées ' et des pierres tombales renversées dans le cimetière juif. Trois hommes, coupables de ces actes, auraient été arrêtés. TUTZING Le révérend Heinrich Grueber, éminent théologien protestant, doyen de BerlinOuest, a déclaré à un congrès sur la compréhension entre juifs et chrétiens. que « l'Allemagne de "Ouest n'est pas immunisée contre le virus nazi » et que le danger n'est pas écarté. Le pasteur avait été interné à Dachau sur l'ordre d'Adolf Eichmann. ---4 La Martinique, département ou colonie? CINQ condamnations à dcs peines . dc /risol/ fermc (de 18 mois à ., ails) ct 1.1 rela.1 es. tel est I.e jl/gemellt rendl/ par la 16' Chambre Cort ectionnclle de Paris, le II décembl'e 196.1, au procès des dix-huit jeunes Martiniquais. A ·u départ, dettx chefs d'inculpatioll rJ,vaient été énoncés .' complot controC l'antorité de l'Etat, et atteinte à l'intéf/ rité d1t territoire. La thèse d1t complot, basée essentiellement snr les soi-disant « activités clattdestines » des membres de l'O.J.A.M. (Organisation de la Jeunesse Anticolo* ialiste de la Martinique) a fait long DES FAITS , qui donnent A PENSER ... • LA LEÇON DU PROFESSEUR ZUHl. ENDORF. - Le samedi 12 octobre 1963, pendant un cours de langue allemande aux étudiants étrangers de Cologne, le professeur Zuhlendorf, 32 ans, a écrit au tableau le chant des jeunesses hitlérien: nes : « Pour Hitler, pour notre vie, pour notre pain » ... A la suite des protestations, il a répondu que le nazisme était « une doctrine contre laquelle on ne pouvait rien, qu'à la fin de la guerre, on ne pouvait pas mettre tous les nazis en dehors de leurs fonctions ». '* • LES EMPRISONNES DE FRESNES ET 'DE MONTLUC. - Trois étudiants, Claudie Duhamel, Nicole Brochier, Jean-Jacques ·Brochier, sont encore maintenus à la prison de Montluc, à Lyon. Jean-Claude Paupert et Gérard Meier, sont toujours em- ,prisonnés à Fresnes. . Vingt et un mois après les accords d'Evian, ils sont encore • coupables » d'avoir aidé le peuple algérien à se libérer. • « GROSS FILOU ! ». - Le journal .. La _ Semaine Africaine » de Brazzaville est un bien curieux journal. Une page publiée récemment sous le titre .. Pour mieux connaître la République Fédérale d'Allemagne» commence ainsi: ct L'exposé ci-dessous ne traitera que de la R.F.A_ qui se considère, en attendant la réunification, comme le mandataire pour toute l'Allemagne ». Le ton de l'ensemble est donné. Une carte illustre la page, avec cette légende: " 1. R.F.A. 2. Zone d'occupation soviétique (appelée Allemagne de l'Est). 3. Régions sous administration polonaise. » Les rédacteurs de ce journal confondent peut-être « nos·ancêtres-Ies-Gaulois " et « les grands-aryens-blonds n. Pas nous. • LA PREUVE. - Près de deux mois après, dans le même journal • La Semaine Africaine » nous relevons un " Concours de l'Ambassade d'Allemagne »... sans doute pour vérifier que la mémoire des lecteurs est Bonn. Douze questions, co· tées de 1 à 5, sont posées en des termes pour le moins suspects. « Question 2. ... Lequel des deux territoires s'attend à la réunification basée sur des élections libres et se considère comme le mandataire de l'Allemagne entière? Points : 5. » « Question 3. Quel est le nom de l'excapitale allemande et quand revêtira-t-elle à nouveau son ancien rang ? Points: 4. " ... Les réponses sont à envoyer à « l'Ambassade d'Allemagne ». Nous n'y manquerons pas. • LE SENS DU CONCILE. - Rivarol en est blème ! Il a cru lire dans le « Figaro " que le sens du concile était de « démontrer que ce ne sont pas les juifs qui ont crucifié Jésus ... mais plutôt l'T.A.S. )} • UN « FOU » ETRANGE. - On fait passer pour « fou • le marin des commandos qui, à Toulon, vidait ses chargeurs dans les restaurants algériens de la rue Camille-Mauban et blessa gravement cinq Algériens en train de discuter paisiblement. Il est étonnant qu'un pareil " fou» n'ait choisi pour cible que les cafés fréquentés par les Algériens et ait pu sortir tranquille· ment de sa caserne, la mitraillette au poing. Cette folie vient à pOint pour qui veut masquer une maladie : le racisme. r Le témoignage de Michel LEIRIS au procès des 18 jeunes Martiniquais feu. A l'instructiol1. cette thèse ne fut pas retenue. il n'jl a pas complot. et Fort de Fmnce fnt dessaisi au profit de la métropole. On enleva les accusés de nuit « P01tr cause de sécttrité publiqlte ». Le seco l/d chef d'incul/ation reteml cOl/fr.e les accusés. était basé sur le fait que l'O.J.A.M. avait demandé, dans ses proclamations. ql/e les Martiniquais puis, sent llére1' leurs f7'opres affaires /0/11' mettre fi1l au.1' abus actuels. La plupart des accusés, dont quatre étaiel1t ell liberté provisoire, ont fait (y compris cel/X qui ont été acq1ûttés) dü; mois de prisoll préventive. On ne peut que déplorer la sévérité de la sentence qui 1/e tiel/t fas compte de l'arg1l1nentation lI/frofolldie de la défense représe11- tée !ar [7 ovocats des barreau..'!: de Fortde- FmI/CC (M" Gratial/t. jl,![e Odet Denis. ancien président de la Cour d'ApPeL rlc F01'f,-de-Frallce. Me Darsières). de Bordeal/ x (1W Joseph Brude). de Paris (M' lYIatarasso . .'vI" Mam'ille .. M' Jacquelil/e Chez'aliel·. etc ... ). De nombrcuses personnalités SOllt ve- 1Iltcs ap/orter leurs témo(qna.ges; parmi celles-ci.' Daniel Maver. président de la Liguc des Droits de l.'Homme, Aimé Césaire, député de la Martinique, Louis Odru , député com1n1l1/iste de Montreuil, anciw co//S{'iller de J:Union Française. Elie Blol1court. al/ciell dépu.té socialiste, Dnfeal. secrétaire de la C.G. T. martiniquaise. AIme Etcl/Ord. 1IIédecin de l'h ôpital du Lamentin. etc ... N aus !mbTi01lS ci-desso1ls Tes tlotes pré- UNE DECLARATION DU M. R'. A. P. A PRES le jugement rendu dans l'affaire des dix-huit jeunes Martiniquais, dont cinq sont condamnés à des peines sévères, le Mouvement contre le Racisme, l'A ntisémitisme et powr la Paix (M.R.A.P.), exprime la crainte que cette décision n'aggrave l'amertume et la tension aux Antilles, plutôt que de résoudre les problèmes qui s'y trouvent posés. Il est inqUiétant qu'aux efforts entrepris au grand jour pour défendre la dignité humaine bafouée, l'égalité et les droits démocratiques, il soit répondw par de nouvelles atteilntes à la liberté d'expression, par l'action répressive de la pOlice et des tribunaux. Les plus nobles traditions de la France, adaptées à l'esprit de notre temps et à l'irrésistible évolution des rapports entre les hommes et entre les peuples dictent, dans ces circonstances, des solutions conformes à la fois à la justice, à l'humanité, aux aspirations des Martiniquais et aux i·ntérêts bien compris de notre pays. Le M .R.A.P. espère que les condamnations prononcées par la XVI' Chambre seront annulées en . appel, et souhaite que des mesures r efficaces soient appliquées d'urgence aux Antilles pDur que s'affirme, dans tous les domaines de la vie politique, économique et sociale, une véritable démocratie. Paris, le 11 décembre 1963. parées par notre ami Michel Leiris, pour son témoigtla.qe, et qu'il a. bien voulu 1/O'I/S confier. JE voudrais app()rtér quelques éléments de nature à faire mieux comprendre la réaction des jeunes gens de l'O.J.A.M. et comment « anti-colonialisme » et • sentiment national " ont pu se développer à La Martinique. l ' La situation de la Martinique est objectivement coloniale (malgré le grand progrès que la loi de départementalisation a constitué au point de vue des " droits du citoyen " et les quelques aménagements qu'elle a permiS) : Cette terre tropicale est située à des milliers de kilomètres de la France et peuplée presque entièrement par des gens de couleur. La classe dominante est numériquement faible, constituée par environ 3.000 blancs qui détiennent les trois-quarts des terres, les grandes usines et ont la haute main sur les établissements de crédit et sur le haut commerce d'exportation et d'importation. Les. blancs créoles ", presque tous apparentés ou alliés , se tiennent en· tre eux et se conduisent en membres d'une caste supérieure. La culture, de très loin la plus importante, est celle de la canne à sucre qui produit le sucre et le rhum, exportés en France, celle-ci fournissant, non seulement la plupart des produits fabriqués, mais des denrées alimentaires de première nécessité (farine, riz, céréales secondaires, huiles et graisses, morue salée, etc ... ). A la Martinique donc, subsiste le « pacte colonial - : la métropole reçoit les prodUits du pays (à peine industrialisé) et en revanche envoie les siens. La grande extension de la culture (presque monoculture) de la canne. a de multiples conséquences : faible développement des cultures vivrières, guère d'autres industries que la sucrerie. Cet état de choses a des répercussions sur le coût de la vie, beaucoup plus élevé qu'en France, et pour le9 travailleurs, le sous-amploi. 2° La France pratique une politique d'assimilation culturelle. L'enseignement est donné comme à de jeunes Français, sans tenir /compte - ou tenir assez compte - des conditions locales et du passé local. Avant d'enseigner l'histoire de France, c'est l'histoire des Antilles qu'il y aurait lieu d'enseigner à de jeunes Martiniquais, qui presque tous, sont les descendants plus ou moins mélangés des esclaves africains amenés par les négriers. . Un enseignement ainsi conçu tend à donner une culture en quelque sorte surimposée, parce qu'elle ne plonge pas ses racines dans la réalité antillaise, réalité très distincte de la réalité française, aussi bien quant au cadre naturel que quant au milieu humain. 3° La Martinique a sa spécifité culturelle propre. , C'est une île colonisée par des Fra.nçais qui éliminèrent les autochtones indiens et firent venir d'Afrique les noirs dont ils avaient besoin comme main-d'oeuvre. • Outre les blanès originaires d'établissements plus ou moins anciens (1/10 environ), l'actuelle population comprend un certain nombre de noirs (presque tous au bas de l'échelle sociale et vivant comme travailleurs salariés, petits planteurs et pêcheurs) et une très large masse formée LE RACISME • • Une réalité t' A section guadeloupéenne de l'AmiL cale Générale des Travailleu~s Antillais et Guyanais (A.G.T.A.G.), vient de publier un tract où elle dénonce les manifestations de racisme en France. Evoquant l'affaire du « Paris-Londres », dont les cinq victimes sont des Guadeloupéens, ce tract souligne que si le racisme est moins spectaculaire ici qu'en Amérique, il n'en n'est pas moins une réalité, qui 1( se pratique sous des formes multiples ». 1( Quel est l'Antillais, poursuit-il, qui n'a pas été victime du racisme dans son travail, ses études, son habitation, etc. 1( A de nombreuses reprises, nous nous sommes heurtés au refus d'intervenir des agents de l'ordre, Chargés de faire respecter la loi.' Plus loin, on peut encore lire sur ce tract, à propos du 1( Paris-Londres» : « Nous remercions tout particulièrement le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, qui nous apporte son soutien effectif, notamment dans le procès engagé par nos cinq compatriotes. » Tragique bagarre dans le Nord Sous le titre : 1( Ségrégation raciale il Loos? Trois jeunes noirs malmenés à la sortie d'un bal », nous lisons dans le journal Nord-Eclair, du 26 novembre, que nous envoie un correspondant, l'article que voici : Il est des scènes pénibles, des scènes qui vous laissent des souvenirs atroces, des scènes écoeurantes que l'on Q. du mal à décrire. Et pourtant! Oui, pourquoi taire la bagarre dont j'ai été le témoin. au cours de la nuit de samedi à dimanche , en plein centre de la ville de Loos. Au beffroi de l'hôtel de ville, les douze coups de minuit avaient résonné depuis trois quarts d'heure... dans la salle du Foyer Culturel, la jeunesse dansait ... dans la rue, à une centaine de mètres de la salle rutilante de lumière, des dizaines de jeunes gens, sur trois noirs, s'acharnaient. Oui, à coups d'antivols de bicyclette, à coups de tendeurs, l'un même s'était arpar les gens d'ascendance mixte (un bras· sage considérable s'étant opéré entre blancs et noirs, par voie d'unions généralement illégitimes). A cela s'ajoutent des Asiatiques : descendants d'Indous recrutés comme travailleurs après l'abolition de l'esclavage (plus quelques descendants de Chinois) . A ce peuplement composite répond une culture également composite : maints traits africains se sont maintenus et maints traits de la culture française qui était celle des colons se sont modifiés en raison de leurs nouvelles conditions de vie. D'où une culture originale, très éloignée certes des cultures négro-africaines, mais distincte de la culture proprement française. Les traits africains se sont maintenus, non seulement dans le folklore (littérature orale, coutumes, croyances, musique, danse, etc ... ), mais dans maints domaines de la vie sociale : sentiment de famille jouant jusqu'entre parents très lointains, prolificité, importance de l'entr'aide (grande extension des associations mutualistes, pratique du « coup de main » entre paysans, solidarité familiale rappelant ce que le grand africaniste Delafosse disait des sociétés africaines où il n'y a 'ni veuves ni orphelins). Ce syncrétisme culturel est exprimé pat l 'existence de la langue • créole ", langue née des relations verbales des anciens esclaves noirs avec leurs maîtres européens. Africaine par sa syntaxe et sa morphologie, européenne par son vocabulaire. C'est la langue parlée par tous les gens de la campagne (y compris les propriétaires fonciers ou • géreurs .. de race blanche) et comme aussi des citadins. " Langue • et pas seulement • patois ", puisqu'elle est parlée non seulement dans les îles dont la langue officielle est le françaiS (Martinique, Guadeloupe. Haïti), mais dans les îles comme la Dominique et Sante-Lucie dont la langue officielle est l'anglais. En bref, on peut dire que La Martinique a non seulement un peuplement beaucoup plus hétérogène que celui de n'importe lequel des départements du continent, mais qu'elle est douée de particularités culturelles qui la différencient fortement de ces départements. Dans ' ces conditions, je ne ' m'étonne pas de l'état d'esprit qu'on voit se développer dans la jeunesse martiniquaise. -le mécontentement de 'êétte -jeunesse très -nombreuse (comme dans tous les pays à .forte poussée démographique) est compréhènsible. Elle dispose de très minces débouc'hés et bien des éléments sont obligés de s'en aller loin de chez eux pour trouver un emploi. Pour peu qu'elle réTtéchisse, cette jeunesse est bien obligée de 'Se rendre compte que, malgré la réforme de 1'946, la Martinique est demeurée, au moins économiquement, une colonie et que les conditions d'existence y restent difficiles. Au point de vue culturel, elle prend conscience d'une originalité antillaise. De là, l' • anticolonialisme » et l'éveil d'un sentiment « national -. Après mes deux séjours aux Antilles françaises, j'ai souvent déploré que trop de Martiniquais et de Guadeloupéens s'expatrient au lieu de rester sur place pour travailler à faire avancer leur pays. Je ne puis donc avoir que la plus grande estime pour ces jeunes accusés, qui ont choisi de se colleter avec ces problèmes au lieu de s'en détourner et veulent à tout prix qu'eux-mêmes et leurs congénères parviennent à sortir de l'ornière . . en France mé d'une manivelle, ces jeunes voyous se ruaient - tels de véritables chacals - sur trois Africains, trois jeunes noirs venus, comme chaque samedi, à Loos, s'amuser. De leurs fenêtres, des gens assistaient à la curée. Un noir s'effondra; à coups de talon, les autres s'acharnèrent sur le corps inanimé. Une égérie tapait des mains .' les voyous frappaient ... Puis, la lâcheté fit le reste, tels des rapaces ... les pleutres fuyaient . Le champ de bataille était presque désert quqnd les pOliciers survinrent. Ils étaient deux. Ils constatèrent et relevèvent les identités. Un médecin, de son côté, signala des dents cassées .' cinq, six; une mâchoire presque fracassée; des bosses, de sanglantes plaies ... Voilà les faits . L'enquête est en cours et les policiers sont bien décidés à taire le jour sur cette scandaleuse agression. Puissais-je, comme quelques Loossois, ne jamais réentendre cette terrible phrase .' 1( C'étaient des Noirs, ils se sont acharnés. » C. B . 5 IREPONSE A UNE «REPONSE» de M. le Ministre de I/Intérieur ""y-"'~ . .. .. ' .. 4859. M. Robert B 1 que des "d a langer expose' M . à Paris, la J~i~ICC;?~S raciste.s ont eu ~jeu ' Jt ministre d! l'intérieur ayant refusé de s~ du cafe «Paris·Londres. e2214 seotembre 1963 racistes, étrangèrQs r~J~,.cJOq consommate urs Jilnt!lJrt~e de Dunkerque' et aux traditions de not, mmense majorité des dJb~'S' Ces pratique; natlOnal, à l'heur . re pays, ne peuvent u 1 ants de boissons' d des Etats'Unis s~u ?CuvCharles Teurtres ignobles qc;mtCharles,rp nOl l re prestige emande: 1'" le a, reprobation du ar es racistes actuellement pou~ m~Yens Juridioues et autmonde entier. Il lui" mmation raciale et pr€veoJr et réprimer de res dont Il dispo!,~ de ces moyens qu'il de orovOcation à la ha' tels. actes de dis~ri. ~~ s'jJ entend, av compte mettre en oeuvr Jne raCiale; 2° ceux Ilnscription d 'ur:~ le G,o uvernement au.quel e']dans le cas considéré' sitions de loi reo nee a l'ordre du jour d 1 p"ppartien t, demande; à la haine racial~",~ant l? _dis~rimination r~ciafrlement des p ropo~~ oupes parlementai r:fo~ee" a l'mitiative du ~ 'li ;{' provocation . septembre 1963) ont le gro upe commu': t ' . P., par des Réponse. _ L'e'n . nls e. (Question du fa,ts suivants' 1 que te effectuée ramèn ,. . mateur~ origi~ai~e~4 ds,Charlesembre 1963, la CO~dlu'i~~,~en td évoqué aux fn cafe parisien a ame r~.ml er, qui causaient du e eux consoOl_ Jeux. Peu aorès " . ne e gerant il le ' . scandale dans entraiellt dans l'é~~bj'depart, deux autres cfje~~VI~r à. q Uitter les ~enpo tOt n désobligean t '~g:;;.enlt ct, demandaient sà ~trmeme origine r er d'un j (! gerant et e servIs sur deux individ us O~!nal parisien. Pries' à leu ce t en presence d'un Plusieurs a t sont retirés . r our de 'So rtir l'attitude a u {~:iifiéccompagnés diun m~~otg;:a ~té remplacés' ;~: notamment la ré un apoel il la police p e de presse dont de penser qU'iIPs'e~~nce oPP~rtune de deux jo~es ,ClTconstances, et par Un geste discrin~r~a~n 1 occurrence non d'urnna Istâs, permettent Charlesartenance raciale mai~,~e à l'égard de C1ien~~c~,ent provoqué ~'~mO~~:a~lede~a;jCharles:t1i;~pagCharlesled't~e,t;~?Charlesa~~nl'idet~~i~~e Ttê;~; me Il l'a d' ']1 q~e C Gouver n eneur assure de dIscrimination a~a eu? tOUjours fait à n~r;:ent est b'en dé~idé ~~;ls 1 sont netteme~~a ~a:~{t}e ~erritoire n atiQr:'a~s d~~érel r d'acte; e cas de l'eso' .~rJses et où il ne : . 5 a mesure y,cuvent raisonnabl em'e~~e, 'td 'ncidents d'origine sdag't pas, comme encontre d'une race d 't e re. tenus pour des a tOU euse qui ne e erm'née. c es d'hostilité à ' .. ,.. , '. - .... Dans le Journal Officiel du 7 novembre NOUS publions ci-contre le texte d'une question posée par un député, M. Robert 8allanger, au Ministre de l'Intérieur, et la réponse faite par celui-ci dans les colonnes du « Journal Officiel }) du 7 novembre dernie'r. Question et réponse se rapportent au ref,us de servir opposé à des consommateurs de couleur ptlr un tenancier de café, le « p'aris-londres », près de la gare du Nord, à Paris. Toute la presse pariSienne avait publié la protestdtion du M.R.A.P. contre des pratiques indignes d'un pays civilisé, certains journaux non sans avoir. auparavant, procédé à une enquête poussée. Rappelons les faits : au début de septembre, plusieurs Antillais nous signalaient qu'au « Paris· Londres », on avait refusé de leur servir une con· sommation. Un garçon de café avait même avoué qu'il avait des ordres de ne pas servir les gens de couieur, . Ce n'est pas la première fois que de tels faits son signalés au M.R.A.P. A maintes reprises nous sor;;mes intervenus. Souvent, nous avons obtenu que cessent ces discriminations déshonorantes. Cette fois encore nous avons tenu a vérifier les ~hcses. NoU!; avons beau être rompus à la lutte contre toutes les formes du racisme, notre réaction pre· 1111ère est toujours de croire, d'espérer que ça n'est pas vrai, que des hommes n'attentent pas déliberément à Id dignité d'autres hommes. Le '14 septembre donc, vers 18 heures, nous IIOUS t rouvons plusieurs membres du Bureau Na· tional du M.R.A.P.. au comptoir du « Paris-Lon- ({ Les Volontaires)} toujours vendus DAN S notre numéro du 11I0lS dernier, nOU5' faisions savoir en dernière minute que la vente-signature du livre « Les Vololltaires », prévue pOUf le 1; noyembrc. 11 'a ,'ait pas en li en. On s 'en souvient, la sortie de cette apologie des crimes nazis, signée « SaintLoup », pseudonyme qui cache Marc Augier, avait soulevé l'émotion et l'inclignation des anciens résistants' et déportés, et de tous les démocrates. Les protestations unanimes des organisations antiracistes, :les groupements rie Résistance et de déportés se révélèrent cificaccs puisque le vendl'ecli l S novembre au soi l', les grilles de la librairie Dauphine, 58, rue Mazarine ,( O~I devait se tenir la vente-signature) etaient fermées, la porte surveillée par des agents cie police, la manifestation des kollaborateurs ayant été interdite la veille au SOlI'. Mais tout n'est pas résolu : le livre honteux, qui glorifie la LV.F. est en vente libre et continue d'être diffusé. . Le M.R.A,P., qui s'est élevé avec force contre cette provocation, avait écrit aux ministres de l'Intérieur, de la Justice et de l'Education nationale, ainsi ou'à M. Malraux, ministre d'Etat, et au Préfet de police, demandant que ce ~candale prenne fin. Le ministre de l'Education a l'épondu en ces termes : « ... J'ai t1'allsmis ~'ot're lettre il Mousiellr le Ministre de l'lllt ériellr dOllt les servicl's sont compétents ,' II la watiè're. « Je /il'lIs /; porter (1 ~ ' o/re COli lIaissance qlle satisfactioH Il été rlollllée " votre légitime demallde, et qu'ul/c décision d'interdiction de la 'réuniol/ prévue a été prise ... » Quant :w Ministre de l'Intérieur, . il écrit : « , .. J'ai 1'1101l1/e/(r de "'OIfS 1(1/1'1' connaît're qlte le gOl!Vemelllellt, qlli !lC dispose plus des pouvoirs quI' ll1i cOl/férait /'li /a/ d'lIr,cWllce à l'égard de la presse et de la librairie, ne pellt effeetller aUC1/ne saisic en ce domai'ne. Les u11les possibilités dl' saisie prévltes par la loi résultallt de l'article ,0 dn Code de procédure pénale qui les 'limitent au,.1' crimes et délits coI/trI' la sûretr de l'Etat, He sauraient s'appliquer en l'espèce ... » Il est regrettable que l'apologie ries crimes de guerre, du racisme, de la collaboration avec l'ennemi, n'entre pas dans le cadre des « crimes ('t délits' "ontre la sûreté de l'Etat ». Et ClU('. dans ces conditions. l'ien ne soit fait pour empêcher la diffusion d'un ouvrage :lussi li oc if, alors que. tout récemment, une saiSIe a encore eu lieu. Le Comité de Liaison de la Résistance a déposé une plainte. mais la procédure peut durer fort longtemps ... COMMENT « PARIS-PRESSE » ECRIT L'HISTOIRE, .. Au lendemain de l'interdiction cie la vente-signature, « Paris-Pres'se » a puhlié un étrange article. Pour lui, l'affaire se résume à un embouteillage évité pour les ' habitués de la rue Mazarine. On se demande " ite pourquoi ce chroniqueur se soucie tant de la circulation pari sienne, F igurez-vou,;, dit-il, que des comités. des association s s'étaient mobili: iés pOUl' manifester contre un livre ; « c'cst évidelmnellt beallc01'p pour un seul oHvrage », Mais heureusement « cette manifestation a été interdite par la Préfectlwe de Polic.e », et la signature « ann1/lée 0 11 dernier "IIOlllellt par l'éditellr ». Ainsi les lecteurs de ce journal ne sauront jamais que c'est la lI1allifcstatio'/ l de Saint-Loup et dc Sl'S amis qui ·a été interdite '- et ce, à la suite des protestations des organisations citée:;. Maquiller la vérité de cette sorte, poUt' donner le beau rôle à l'éditeul' et à l'auteur de ce livre provocateur. n'est-ce pas se faire un peu leurs complices? Derrière la grille, l'arrêté d'interdiction ( Photo Elie Kagan ,) dres », qui devant une bière, qui devant un café. Séparés comme sans nous con· naître. Il est prévu qu'un de nos amis an· tillais, agent hospitalier, viendra demander une consommation. Nous restons là, le coeur battant, impatients de constater que, peut·être, tout cela n'est qu'un malen· tendu. Notre ami arrive, entre, s'approche du comptoir et commande un demi de ·bière. Alors s'engage, entre le serveur et lui, un ahurissant dialogue où il est question d'imposer au consommateur de commander un repas pour avoir le droit de boire. Plus de vingt personnes sont là - des « blancs » il est vrai - dont aucune ne mange et que l'on a pourtant servi. .. Pour vous c'est comme ça, et s i ça ne vous plaît pas, allez ailleurs !. .. Nous servons qui nous voulons ! " Gérant, caissière se mêlent a l'affaire. Chacun de nous essaie d'en appeler à la raison, à la digni- ~--------------PAR Charles PALANT Secrétaire général du M.R.A .P, té, a la loi, aux souvenirs d'une autre époque. Des consommateurs s'esquivent. ~'autres renseignent les passants qui s amassent sur le trottoir. L'indignation est générale. Quatre autres Antillais un étudiant, un employé, un fonctionnaire' des P.T.)'., un magasinier se sont joints à leur c~ marade. Ils sont là tous les quatre, atterres devant tant de haine ; l'un brandit sa carte d'ancien combattant. Nous exigeons la présence de la police. Les agents arrivent, que le cafetier invective. Le brigadier s'informe et prononce : « Mais c'est de la discrimination racia· le ! ,. Deux camarades du M.R.A.P. accompagnent les cinq Antillais au commissariat voisin. Un rapport est rédigé. Bientôt nous sommes tous devant le commissariat. Avec une entière courtoisie, témoins, pro· tagonistes et policiers déplorent que le racisme !;oit encore possible de nos jours. Revenons à la réponse ministérielle du 7 novembre, Une enquête a été effectuée, lisons·nous, avant d'être accusés de provocation. Si enquête il y a eu, comment se fait-il que ni les plaignants, ni les témoins n'aient été entendus? La position prise par le Ministre de l'interieur ne préjuge-t-elle pas sur les résultats de l'instruction judiciaire et le cas échéant sur le jugement du Tribunal Correctionnel ? Comment peut-on faire dire, place Beau· veau, à une délégation du M.R.A.P., par un haut fonctionnaire du Cabinet, que le Ministre entend prendre une part active à la lutte contre le racisme et, d'autre part, expédier en quelques phrases, un cas aussi typique de racisme, qui plus est, en tenant des propos offensants à l'égard du Mouvement antiraciste auquel on a donné de telles assurances? Pourquoi, dans une telle affaire, l'attitude du Ministère est-elle si négative? Pourquoi cette réponse qui sera ressentie avec émotion par tous ceux qui approuvent l'action du M.R.A.P. ? Parmi ceux-la, qui se recrutent dans toutes les familles spirituelles de notre pays, se trouvent aussi bien des amis politiques du Ministère de l'Intérieur. Certains n'ont-ils pas signé, avec d'autres parlementaires, nos propositions de lois contre le racisme ! Il est vrai qu'au même moment, le Garde des Sceaux affirmait l'inopportunité de tout remaniement législatif en matière de répression du racisme car, soutenait·iI, le racisme N'EXISTE PAS EN FRANCE ACTUELLEMENT! L'intention de M. Frey est-elle d'appuyer ia thèse de son collègue de la Justice? Alors s'éclaireraient et le contenu de sa réponse et sa discrétion quant à la dernière partie de la question posée par M. Ballanger, à savoir: "Si (M. le Ministre de l'Tntérieur) entend avec le gouvernement auquel il appartient, demander d'urgence l'inscription à l'ordre du jour du Parlement des propositions de lois contre la discrimination raciale et la provocation à la haine déposées à l'initiative du M.R.A.P. » ... 6 --- L'hommage des -John F. KEI LE gala du M.R.A.P., qui rassemblait, le 24 novembre, à la salle Pleyel, plus de 2.QUO' personnes, s'est déroulé, cett~ ~n?ée, daJ?s ~ne atmosphère inhabit~elle. Deux jours auparavant,.l~' président John Kennedy avaIt ete assassmé a Dallas; et pour les amIS de notre Mouvement, le plaIsnr de ~ retrouver à cette traditionnelle soirée de la fraternité se voilait d'un douloureux chagrin. « Le Président Dans l'allocution qu'il prononça, notre secrétaire général, Charles Palant, exprima! avec émotion les sentiments de tous. « Un attentat odieux et lâche, déclara-t-il, a coûté la vie à John Kennedy, Président des, Etats-Unis d'Amérique. Le monde entier est bouleversé par la mort du grand homme d'Etat, dont la jeunesse symbolisait l'aspiration universelle à un monde de paix dans la coexistence fraternelle de tous les' hommes, de tous les peuples. le a été très touché » ... ({ John Kennedy, qui avait pris la décision de traduire en actes de gouvernement la luttehéFoïqnre des antiracistes américains, nous avait personnellement témoigné sa reconnaissance pour notre' aetion sofidaire avec les noirs et les blancs qui mènent aux Eta ts-Unis le même combat que nous. John Kennedy s'était acquis un titre immense à l'admiration de tous les peuples en apposanti"au nom de son pays, sa signature au bas du traité de MOSCOI qui a marqué un tournant décisif dans l'histoÏire' des relations internationales. ({ En ces tristes circonstances, les antiracistes sont aux côtés de Jacqueline Kennedy, de ses, enfants, Qui font le dur apprentissage- du malheur, hélas familier à tous ceux qui ont eu à souffrir du racisme. luttent avec courage' contre'lw bestia!it~ raci Toutes les grandes forces- pol!i.tiq,ttes., mor.a SE RV ICE T ES INFO RMATION UNITED STA 1 Âm~ricain Centre Cultu r e ",.,.,..,..~. ,~~ .. , ~2 " :' l e 27 novembre l Monsieur, - _. , t fl très fi ident KennedY a e t d'encoura- Le PT s de Sympathie ed la déci- , d s marques '1 suite e , t ouche e'il a r eçues a a ment fédéral v~Sgement qu r le gouverne f rd aU sujet de r i se pa ~ d'ex 0 sion P l 'Universi t e .th à_vis de James tAeredl. • l ' Lt udi ant ,t sensible , lier etnen étL partiCU 'é de voua en I l a t nous e prl. s a, vo tre l ettre e re1lll!rci er• F 1 ,_ .. « Nous sommes aux côtés. du: peuple des Etats-Unis et, du fond du coeur, nous souhaitons Que soit poursuivie, déveJopp~, la politique de défense des droits civiques et de bonnes relations entre les nations Qui était celle du grand disparu. « A la mémoire de John Kennedy, je vous prie d'observer une minute de silence. :. Puis, après que l'immense foule se fût recueillie, debout, dans une impressionnante immobilité, Charles Palant salua et remercia les personnalités présentes qui avaient tenu à s'associer à cette grande manifestation du M.R.A.P. : ambassadeurs et représentants diplomatiques de Cuba, du Gabon, d'Israël, d'Union Soviétique, de Côte d'Ivoire, de Pologne, d'Algérie, de Hongrie, du Sénégal, de Bulgarie; parlementaires et élus municipaux de diverses tendances; dirigeants de multiples organisa!ions et groupements, ainsi que des artistes et le champion de boxe américain Ray Sugar Robinson, qui fut longuement et chaleureusement applaudi. LA CONSCIENCE UNIVERSELLE TOUT ENTIERE ... En terminant, Charles Palant devait souligner que, malgré les agissements m0nstruewt des ennemis du progrès, de la paix, de la fraternité humaine, l'action des hommes de bonne volonté apporte au monde des raisons d'espérer : « En Amérique, en Afrique dU- Sud, en Asie, en Europe même, partout, s'êcrie~t-il, le racisme est sur la défensive. Partout les hommes Cha"'les Palant prononçant' son allocu.tion. au gala du M:R:AW: Photo, Millrd'y,ksk Une délégation du M.R.A.P. Il Y a un an de cela... Les ra cistes du MisSiSSI PI, ameutés par le général Walker, ava ient tenté d'empêcher l'inscription de l'étudiant na ir James Meredith à l' Université d'Oxford. Le président 'Kennedy, face au déchaînement de la haine, recourut aux forces a rmées pour imposer le respect de la loi .•• à l'ambassade des Etats-Unis A Paris, le M.R.A.P. organisait, salle Récamie r, une soirée de solidarité a vec tous les antira cistes en lutte Pour que cesse la ségrégation au pays de Lincoln. La résolution adoptée par l' assistance fut adressée, a insi qu'un télégramme, au Président des Etats-Unis. John Kennedy t int à nous 1 fa ire savoi r, par cette lettre, qu'il a va it , été sensible à l'action de notre Mouvement. 1 Les IL ne serait pas raisonnable de « voir du racisme partout », mais il n'est certes pas abusif dt! rechercher les ramifications racistes de l'assassinat du président Kennedy car elles se révèlent très éclairantes pour la compréhension d'un événement qui n'intéresse pas seulement le peuple des Etats-Unis, mais le monde entier. Ce n'est pas le lieu d'analyser dans le détail ce que l'on sait déjà du rôle particulier d'un Oswald ou d'un Rubinstein, indicateurs de police de bas étage, car il est évident, pour tout observateur un tant soit peu réfléchi, qu'il faut chercher a illeurs plus haut, les vrais responsables du cri~e majeur qu'est l'assassinat d'un homme d'Etat du poids de John Kennedy. DES le lendemain de l'assassinat du président John F. Kennedy, le samedi 23 novembl'e;, une dél'égation du Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme' e't pour la Paix. conduite par le Président Pierre PARAF s;est rendue à l'Ambassade des Etats-Unis à Paris, pour présenter ses condoléances, au nom' de: tous nos. adhérents. et amis. Dans un communiqué à la presse, le M.R.A.P. soulignait l'émotion des antiracistes trtCJJfJçais;, apttès le crime' odieux de Dallas. Il exprimait à Mme Jacqueline Kennedy et à sa famille, sa profonde et respectuew;14 sympathie, et adressait au peuple américain, l'expression de' son entière solidarité. Plusieurs comités locaux du M.R.A.P. ont également manifesté leur émotion par des. q;ommuY./:i/ljués de ~sse ou des messages à. Mme Kennedy. • implications racistes du crin rés généralement utilisés comme indicateurs ont un comportement général qui ne souffre guère d'exception, à quelque nationalité qu'ils appartiennent : ils n'agissent jamais d'eux-mêmes; quoi qu'ils fassent, ils ont toujours la réaction de « se faire couvrir Il. Pourquoi? Mais parce qu'ils sont bien placés pour connaître la « règle du jeu«. De haut en bas de la hiérarchie de cet Etat dans l'Etat qu'est souvent la police (plus exactement les polices) , on se couvre, on se fait couvrir et on obéit au « patron » assez strictement, sans quoi il n'y aurait pas de police possible, quelles que soient les divisions oui la caractérisent, surtout lorsqu'il s'àgit de la police politique. lisses du pouvoir, comme souvent aux Etats-Unis, la pègre, les policiers et certains hommes politiques, pour exercer une sorte d'autorité parallèle de fait que subissent les honnêtes gens terrorisés. Mais selon le principe même de la couverture, jamais les activistes du Texas n'auraient pris sur eux-mêmes de favoriser le mauvais coup dont Oswald et Rubinstein ont été les instruments s'ils n'y avaient été « encouragés :. ft un niveau plus élevé. C'est alors qu'il faut se poser la question en pareil cas : Unis, à la puissante fraction de la haute bureaucratie militaire, le Pentagone, et la C.I.A. (services spéciaux) (1) Qui rejettent les conséquences de la politique de détente amorcée par les accords de Moscou. Or la conséquence la plus certaine du nouveau cours associant Kennedy et Khroutchchev dans un même effort de rapprochement pour la coexistence pacifique, c'est que les militaires américains ne peuvent qu'y perdre en influence, obiectif Que justement cherchait à atteindre Kennedy. pas à pas pour ne pas heurter de front ce pilier du gouvernement réel aux Etats-Unis. On sait maintenant que le double obiet essentiel de la venue de Kennedy à Dallas, c'est-à-dire « dans la gueule du mon, la mée, tian de part, racis part. Mon prési le tique lirait Les preuves sont surabondantes q1;1i montrent ces deux tueurs comme mampulés par la police. Or les individus ta- Où- nous voulons en venir? A ceci que la couverture des deux « tireurs d'élite », et de quelques autres sans doute encore protégés, se trouve être. dans Je cas qui nous occupe, la police locale de Dallas, la police provinciale du Texas, , Etat du sud où se mêlent, dans les cou- Cui pradest! A qui profite le crime? La réponse est claire : aux ultras des Etats- (1) Et aux monopoles Qui exploitent. avec des profits fabuleux, les richesses des pays de l'Amérique T~ ' ; .... n et qui se sentent menacés par le rayonnement de la révolution cubaine. droit què tre nière les subi plus Dmmage ~ohn des antiracistes J'ai peur F. KENNEDY Nous savions déjà que tous les opprimés se ressemblaient ; le Colonisé, le Juif, le Pauvre, la Femssemblait, le 24 novembre, à la salle Pleyel, plus de 2.(;)U'O' personnes, s'est 1 une atmosphère inhabituelle. Deux jours auparavant, le' président John é à Dallas; et pour les amis de notre Mouvement, le plaisiF de ~ retrouver la fraternité se voilait d'un douloureux chagrin. rononça, notre secrétaire général, Charles Palant, exprimw avec émotion Emouvante manifestation khe, déclara-t-il, a coûté la vie à John Kennedy, Président cles, Etats-Unis t bouleversé par la mort du grand homme d'Etat, dont la jeunesse sym_ un monde de paix dan:i la coexistence fraternelle de tous les- hommes, de 'fe 24 novembre,.: Salle Pleyel me, par delà leurs traits individuels et leurs histoires spécifiques, ont un air de parenté: tous, ils subissent un joug qui laisse des traces analogues dans leurs âmes et imprime un gauchissement similaire dans leurs conduites. La même souffrance appelle souvent les mêmes gestes, les mêmes crispations int~ rieures ou les mêmes grimaces, les mêmes angoisses ou les mémes révoltes (1), Iris la décision de traduire en actes de gouvernement la lutte hêl'oÏCJioe des ait personnellement témoigné sa reconnaissance pour notre' a.tion: soli- 1 qui mènent aux Eta ts-Unis le' même combat que nous. un titre immense à l'admiration de tous les peuples en apposantJ,. aU' nom du traité de MOSCOI qui a marqué un tournant décisif dans l'histoire' des es, les antiracistes sont aux côtés de Jacqueline Kennedy, de ses, enfants, en présence de plus de 2.000 pers'onnes Nous hésitions un peu à placer le noir américain dans cette galerie de portra its, Ce n'était pas tout à fait de notre faute ; le par li font le dur apprentissage du malheur, hé-- familier à tous ceux Qui ont eu à souffrir racisme. luttent avec courage' contre' loe D\tstia!Dté' raciste .. Toutes les grandes forces, pol~itiques, meralesr religieuses prennent conscience EJu'il faut en finir avec la criminelle stupidité des préjugés racistes. Désormais c'est la conscience universelle tout entière Qui se soulève. Albert MEMMI ( li n q li « Nous sommes aux côtés- du peuple des lats-Unis et, du fond du' coeur, nous souhais Que soit poursuivie, développée, la poliue de défense des droits civiques et de bonnes lations entre les nations Qui était celle du and disparu. « A la mémoire de John Kemledy, je vous ie d'observer une minute de silence. :. Puis, après Que l'immense foule se fût ueillie, debout, dans une impressionnante mobilité, Charles Palant salua et remercia personnalités présentes Qui avaient tenu à ssocier à cette grande manifestation du ,R.A.P. : ambassadeurs et représentants 10matiQues de Cuba, du Gabon, d'Israël, nion Soviétique, de Côte d'Ivoire, de Poloe, d'Algérie, de Hongrie, du Sénégal, de Igarie; parlementaires et élus munici{laux diverses tendances; dirigeants de multtples ganisa!ions et groupements, ainsi Que des istes et le champion de boxe américain Ray gar RQbinson, Qui fut longuement et chareusement applaudi, LA CONSCIENCE UNIVERSELLE TOUT ENTIERE ... n terminant, Charles Palant devait soulir Que, malgré les agissements monstrueux ennemis du progrès, de la paix, de la fraité humaine, l'action des hommes de ne volonté apporte au monde des raisons spérer : En Amérique, en Afrique dIt Sud, en Asie, Europe même, partout, s'écrie--t-il, le raIe est sur la défensive, Partout tes hommes Charles Palant prOnO,nÇCl1]t' son allocution. au gala du M:R :A~ P; (Photo, MlIird~ks) l. « Aux Etats-Unis, aux côtés des noirs, les blancs les plus prestigieux se mêlent à la bataille décisive contre le racisme. t En Afrique du Sud, le racisme est condamné par tous les gouvernements des nations civilisées, « Au Sud-Est asiatique, les sacrifices ùes bonzes font balayer par le vent de l'Histoire les valets de l'oppression. « A Rome, au Concile, la chrétienté s'apprête à porter un coup décisif aux vieux préjugés antisémites Qui ont coûté tant de larmes et de sang. t Dans notre propre pays, l'opinion la plus large se dresse à notre appel contre un café Qui refuse de servir des noirs. A notre appel encore, la Résistance tout entière ' debout et unie, amène le pouvoir à interdire la vente l'un livre à la gloire de la L.V.F. » RESTER VIGILANTS, UNIS ET ACTIFS « Mais, ajoute notre secrétaire général, il faut demeurer vigilants et actifs. « Ne vient-il pas de se constituer en France, sans Qu'aucun sanction ne soit prise, une Société des Amis de Drumont? Ne vient-on pas de publier - dans une collection populaire les r:euvres de Gobineau? P h l', é pi tE pi CE le Bé ét Iyl na Q~ fOI le: vo an mi à pu le jail les l'é( hOi eUl à Il Une délégation du M.R.A.P. « Et la presse raciste n'est-elle pas libre d'exalter le racisme hitlérien sans que jamais les pouyoirs publics n'interviennent. Et ailleurs, la détection du policier Qui arrêta Anne Frank ne vient-elle pas rappeler Que, pour un Eichmann châtié, des milliers de criminels sont encore libres et ne désespèrent pas de prendre leur revanche? « Oui il faut demeurer vigilants, actifs, d unis aussi. Car à l'heure du traité de Moscou signé par cent six Etats, le poids de la France fait encore cruellement défaut dans la balance où s'affirme l'espérance humaine de fraternité et de paix, noir américain est un opprimé, bien sûr nous l'avions deviné à travers sa musique, nous l'avions entr'aperçu dans les comédies de la belle époque, où il était éternellement domestique, liftier, cireur, et jamais héros ou maître, Mais comment dire ? sa misère, il la . chantait précisément, elle nous restait aimabl, e:: Son humilité un peu servile, ses peurs en'fantines, Qui faisaient claquer ses genoux comme des castagnettes et rouler de gros yeux blancs, son parler petit-nègre, nous fai· saient rire; ils n'avaient rien de pitoyable ou de menaçant. Telle était l'image du noir que voulaient bien nous donner les cinéastes amé· ricains. Plus tard, nous avons réellement con, nu des noirs, ils étaient en G,l.'s, d'aussi belle stature, aussi bien nourris, aussi bien habillés que leurs camarades blonds. Ils nous offraient en riant des boîtes de viande et nous leur en étions sincèrement reconnaissants. Ils avaient, paraît-il, quelques petits ennuis : au mess, par exemple, un blanc ivre les traitait quelquefois de négros; ce Qui les mettait bizarrement dans des colères épouvantables ; ils s'obstinaient à courtiser des femmes très biondes, Qui les repoussaient évidemment. Mais les films patriotiques de l'époque nous apprenaient en même temps que le noir insulté se conduisait tout de même en digne et loyal camaràde ; sous le tir ennemi, il sauvait le blanc des-saoulé et blessé, qui lui faisait des excuses, A force de constance et de dévouement, il finissait par émouvoir la blonde, Qui consentait à une promenade dans,..- une somptueuse voiture (la même Que celle des blancs), Bref, dans ce merveilleux pays de cocagne, même les moins favorisés n'étaient pas à plaindre. Et la grande démocratie amé· ricaine, et le temps, se chargeraient de les hisser au niveau des autres. mo siol ter! j'op Nouvelles batailles assade des Etats,-Unis contre la ség assinat du président John F. Kennedy, le samedi 23 novembre;, une détégation du isnfe, l'antisémitisme' et pour la Paix, conduite par le Président: Pierre P't\RAF s:est « Après quinze ans de lutte incessante, le Mouvement contre le racisme. l'antisémitisme, pOUf la Paix, affirme sa confiance -en l'avenir. Pour peu .que _se développe l'irréversible mouvement de rapprochement entre toutes les forces démocratiques. Pour peu que vous, qui êtes là ce soir, fas.siez demain votre rlevoir "n aidant, en soutenant notre grand et beau Mouvement. » « Aucun panégyrique et aucune oraison funèbl plus d'éloquence à la mémoire du président Ken du projet . de loi Sur les droits civiques, pOUr If avons parlé assez longtemps dans notre pays de puis 100 ans ou plus. n est temps maintenant crire sur les tables de la loi. Il Etats-Unis à Paris, pXJur présenter ses condoléances, au nom' de: tous n&s; odhérents la presse, le M.R.A..P. soulignait l'émotion des antiracistes f!r;aJIlçais;. a;pt!ès le crime , Mme Jacqueline Kennedy et à sa famille, sa profonde et respectueUiSta sympathie, n, l'expression de' son entière solidarité. (Vo;r en page 11, la liste complète des C'est ainsi lue s'exprimait le nouveau présidel dans son premier message au Congrès et à la nati intention de poursuivre la polLique élaboré pdr SG conc~rnant le vote des lois sur les droits civiques du M_R.A.P. ont également manifesté leur émotion par de.s; rtOmmu:Y.l:iiqués de presse s'agit pour M. Johnson de faire adopter, par les y. personna lités novembre). présentes ail' ga la du 24 • racis.es, trop longtemps retardés par les re présel Cependant, malgré parlementaire n'est pas s racistes du crime d'Oswald Le projet de loi sur nier, pourrait être inscr commission compétente, un rapport favorable. nière, le projet doit fran mentaire ( {( Rules Comr. mission, M. Howard W. pleinement satisfait du per » de la loi avant compte se séparer au toute tentative d'accéléra sses du pouvoir, comme souvent aux lats-Unis, la pègre, les policiers et cerins hommes politiques, pour exercer e sorte d'autorité parallèle de fait Que bissent les honnêtes gens terrorisés, Mais selon le principe même de la uverture, jamais les activistes du xas n'auraient pris sur eux-mêmes de oriser le mauvais coup dont Oswald Rubinstein ont été les instruments s n'y avaient été « encouragés :. à niveau plus élevé. C'est alors Qu'il t se poser la Question en pareil cas : i prodest' A Qui profite le crime? La onse est claire : aux ultras des Etats- Unis, à la puissante fraction de la haute bureaucratie militaire, le Pentagone, et la C.I.A. (services spéciaux) (1) Qui rejettent les conséquences de la politique de détente amorcée par les accords de Moscou. Or la conséquence la plus certaine du nouveau cours associant Kennedy et Khroutchchev dans un même effort de rapprochement pour la coexistence pacifique, c'est que les militaires américains ne peuvent qu'y perdre en influence, objectif Que justement cherchait à atteindre Kennedy, pas à pas pour ne pas heurter de front ce pifier du gouvernement réel aux Etats-Unis. On sait maintenant Que le double objet essentiel de la venue de Kennedy à Dallas, c'est-à-dire « dans la gueule du (1) Et aux monopoles qui exploitent, avec des profits fabuleux, les richesses des pays de l'Amérique T ~ ' ;~~ et qui se sentent menacés par le rayonnement de la révolution cubaine, monstre », était de marquer nettement la ligne d'arrêt aux prétentions de l'Armée, d'obtenir « l'initiative de l'utilisation des armes nucléaires» ( Le Monde » du 24-2S novembre 196 .. Ü d'une part, et de relancer la campagne antiraciste sur une base énergique, d'autre part. Dans son discours préparé ( Le Monde » ibid) Qu'il n'a pu prononcer, le président devait dire notamment : « Seule sera respectée t,ne Amérique qui pratique ce ql,'elle prêche sur l'é.qalité des liroits et la justice sociale. » PAR expérience - les nazis, Vichy, l'O,A,S" etc., - nous savons Que les hommes de l'extrêmedroite ont le réflexe de la violence lorsQue le cours de l'histoire se déroule :ontre eux. Aux Etats-Unis, dans la dernière période, les racistes et leurs alliés les maniaques de la guerre froide, ont subi échec sur échec. Il ne leur restait plus qu'une issue selon la mentalité Qui est la leur : porter un coup spectaculaire au sommet; tuer le président, et tenter de faire retomber la responsabilité du crime sur les « rouges », et ains'i faire d'une pierre deux coups. Et ensuite se débarrasser d'un instrument que sa bassesse, son inconsistance pers'onnelle peuvent rendre défaillant, bavard, Oswald, par le coup de feu d'un tenancier fIe boîtes de nuit lié à la police, mais juif. On a, en effet, insisté dès le début jle faGon suspecte, sur la piété de Rubinstein, fréquentant paraît-il chaque jour la synagogue. On observera Que ceux qui ont spontanément applaudi à la mort de Kennedy ne peuvent Que regarder Oswald comme un justicier, même s'ils trouvent commode de le « marxiser » pour les besoins de l'intoxication psychologique, Mais s'il est « un héros de la race blanche » contre un président qui veut (Suite page 9) Bien sûr, les manifel puis la Marche sur Wash duite au lendemain du pas spectaculaire, elle n'a reçus par M. Johnson au ches de hl pr~sidence, pourraient reprendre, si ments, Ils ont fait remarq nir l'leul d'une minorité é ~ait en jeu, mais celui lesquels Philip Randolph, ployés des Wagons-lits, sociation Nationale pour C.P.), le pasteur Martin Johnson de leur appui « Il s'agit à présent, l'Amérique en général, maine, de la justice soda prend place au côté d'Ab syndicaliste noir, Philip 7 ------ a cist es NEDY J'ai peur pour l'Amérique ••• vante manifestation novembre,": Salle Pleyel en présence s de 2.000 personnes eligieuses prennent conscience ~u'il faut en inir avec la criminelle stupidité des préjugés acistes, Désormais c'est la conscience universelle tout entière qui se soulève. « Aux Etats-Unis, aux côtés d'es noirs, les blancs les plus prestigieux se mêlent à la baaille déc~sive contre le racisme .. /: En Afrique du Sud, le racisme est conamné par tous les gouvernements des nations ivilisées. « Au Sud-Est asiatique, les sacrifices des bonzes font 1)alayer par le vent de l'Histoire es val ~ts de l'oppression. « A Rome, au Concile, la chréti~nté s'aprête à porter un coup décisif aux vieux préjugés antisémites qui ont coûté tant de larmes t de sang. /: Dans notre propre pays, l'opinion la plus large se dresse à notre appel contre un café qui refuse de servir des noirs. A notre appel encore, la Résistance tout entière ' debout et unie, amène le pouvoir à interdire la vente 'un livre à la gloire de la L.V.F. » RESTER VIGILANTS, UNIS ET ACTIFS li: Mais, ajo1ûe notre secrétaire général, il aut demeurer vigilants et actifs. « Ne vient-il pas de se constituer en France, sans qu'aucun sanction ne soit prise, une Société des Amis de Drumont? Ne vient-on pas de publier ' dans une collection populaire les uvres de Gobineau? « Et la presse raciste n'est-elle pas libre d'exalter le racisme hitlérien sans que jamais es pouvoirs publics n'interviennent. Et ailleurs, la détection du policier qui arrêta Anne Frank ne vient-elle pas rappeler que, pour un Eichmann châtié, des milliers de criminels sont encore libres et ne désespèrent pas de prendre eur revanche? « Oui il faut demeurer vigilants, actifs, d unis aussi. Car à l'heure du traité de Moscou signé par cent six Etats, le poids de la France fait encore cruellement défaut dans la balance ù s'affirme l'espérance humaine de fraternité t de paix. « Après quinze ans de lutte incessante, le Mouvement contre le racisme. l'antisémitisme, pour la Paix, affirme sa confiance en l'lvenir. our peu .que .se développe l'irréversible mouTement de rapprochement entre toutes les fores démocratiques. 'Pour peu que vous. qui "tes là ce soir, fas,siez demain 'votre devoir ~n idant, en soutenant notre grand et beau Mouement. » {Voir en page 11, la liste complète des personnalités novembre}. présentes 011' gala du 24 Nous savions déjà que tous les opprimés se ressemblaient ; le Colonisé, le Juif, le Pauvre, la Femme, par delà leurs traits individuels et leurs histoires spécifiques, ont un air de parenté : tous, ils subissent un joug qui laisse des traces analogues dans leurs âmes et imprime un gauchissement similaire dans leurs conduites. La même souffrance appelle souvent les mêmes gestes, les mêmes crispations intérieures pu les mêmes grimaces,· les mêmes angoisses ou les mémes révoltes (1). Nous hésitions un peu à placer le noir amé· ricain dans cette galerie de portraits. Ce n'était pas tout à fait de notre faute ; le par Albert MEMMI noir américain est un opprimé, bien sûr nous l'avions deviné à travers sa musique nous l'avions entr'aperçu dans les comédie; de la belle époque, où il était éternellement domes· tique, liftier, cireur, et jamais héros ou maî· tre. Mais comment dire ? sa misère, il la . chantait précisément, elle nous restait aima· bl.e.~ Son humilité un peu servile, ses peurs en"fantines, qui faisaient claquer ses genoux comme des castagnettes et rouler de gros yeux blancs, son parler petit-nègre, nous fai · saient rire ; ils n'avaient rien de pitoyable ou de menaçant. Telle était l'image du noir que voulaient bien nous donner les cinéastes amé· ricains. Plus tard, nous avons réellement Con· nu des noirs, ils étaient en G.I.'s, d'aussi belle stature, aussi bien nourris, aussi bien habillés que leurs camarades blonds. Ils nous offraient en riant des boîtes de viande et nous leur en étions sincèrement reconnaissants. Ils avaient, paraît·iI, quelques petits ennuis : au mess, par exemple, un blanc ivre les traitait quelquefois de négros; ce qui les mettait bizarrement dans des colères épouvantables; ils s'obstinaient à courtiser des femmes très blondes, qui les repoussaient évidemment. Mais les films patriotiques de l'époque nous apprenaient en même temps que le noir in· sulté se conduisait tout de même en digne et loyal camarade; sous le tir ennemi, il sauvait le blanc dessaoulé et blessé, qui lui faisait des excuses. A force de constance et de dévouement, il finissait par émouvoir la blonde, qui consentait à une promenade dansoI" une somptueuse voiture (la même que celle des blancs). Bref, dans ce merveilleux pays de cocagne, même les moins favorisés n'étaient pas à plaindre. Et la grande démocratie amé· ricaine, et le temps, se chargeraient de les hisser au niveau des autres. J 'allais oublier les lynchages, il est vrai ; de temps en temps, nous entendions parler avec malaise d'un pénomène déconcertant : un noir, un nègre, était capturé par une foule déchaînée, lynché, pendu, arrosé d'essence et brûlé. C'était tellement Insolite que nous n'y croyions pas tout à fait; les deux images, celle de la 'Prospère, libre et démocratique Amérique, et celle de ces bûchers moyenâgeux, ne pouvaient aller ensemble ; alors nous effaçions le plus rapidement possible' la seconde de nos mémoires. Et puis, cela ' se passait dans le Sud! Cette région figée dans la nosfalgie de ses splendeurs passées, non sans charme d'ailleurs, avec ses maisons coloniales et son paternalisme bienveillant, mais rancunière et refoulée depuis sa défaite, devait brusquement se mettre à délirer. Nous connaissions là encore la solution, c'était même un écrivain noir, R. Wright, qui nous l'avait suggérée: nous avions tous lu l'histoire de son. Black Boy., qui gagnait le Nord pour échapper à la folie retardataire du Sud. L'Amérique véritable, moderne, égali· Laire, efficace était au Nord; il suffisait d'y aller pour vivre en homme et non plus en noir. Si lé salut existait, même éloigné de quelques journées de chemin de fer, il n'y avait pas lieu de désespérer. EH bien, nous avions tort ; nous avions été légers une fois de plus, dé conclure sur le ma!heur de quelqu'un avant de l'entendre, lui. Ces images étaient fausses, parce que partielles et non cohérentes entre elles : et surtout parce que nous ignorions ce qu'elles signifiaient chez le noir américain. Grâce à Baldwin, grâce à ce livre étonnant de concision et de lyrisme, d'üne si extraordi· naire richesse concentrée qu'il faut le relire plusieurs fois pour en apercevoir tous les prolongements, nous savont dorénavant que le noir américain est un opprimé majeur. e Elijah n'a plus rien eu à perdre, j'imagine, depuis le jour où il a vu le sang de son père jaillir, couler et, à travers les feuilles d'un arbre, l'éclabousser... Ces autres hommes autour de la table, eux non plus, n'avaient rien . à perdre.-. Voilà prononcé le maître· mot de toutes les oppres· sions majeures : c'est une terrible découverte pour l'opprimé ~orsqu'il comprend Nouvelles batailles en perspective contre là ségrégation « Aucun panégyrique et aucune oraison funèbre ne sauraient rendre hommage avec plus d'éloquence à la mémoire du président Kennedy que le vote le plus rapide poss;blc du projet . de loi sur les droits civiques, pOUr lequel il a combattu si longtemps, Nous avons parlé assez longtemps dans notre pays de l'égalité des droits, Nous en parlons depuis 100 ans ou plus. n est temps maintenant de passer au chapitre suivant, et de l'ini· crire sur les tables de la loi. li C'est ainsi que s'exprimait le nouveau président des Etats·Unis, M. Lyndon JOhnson, dans son premier message au Congrès et à la nation américaine. Il annonçait sa ferme intention de pourSUivre la polLique élaboré pa,r son prédécesseur, le président Kennedy, concernant le vote des lois sur les droits civiques des Noirs. Dans cette perspective, il s'agit pour M. Johnson de faire adopter, par les parlementaires, les projets de loi anti· racis.es, trop longtemps retardés par les re présentants sudistes. CependSlnt, malgré cette déclaration d'intentions, la bataille parlementaire n'est pas encore gagnée. d'Oswald Le projet de loi sur les droits civiques, déposé en juin dernier, pourrait être inscrit à l'ordre du jour de la Chambre, la commission compétente, celle des affaires judiciaires ayant rendu un rapport favorable. Mais avant d'être discuté en séance plé· nière, le projet doit franchir le barrage de la commission réglementaire ( « Rules Committee »). Or, le président de cette commission, M. Howard W. Smith, bon conservateur de Virginie, pleinement satisfait du « statu quo » n'envisage pas de « s'occuper » de la loi avant l'année prochaine. De plus, le Congrès compte se séparer au plus tard le 20 décembre, ce qui élimine toute tentative d'accélération des travaux. était de marquer nettement rrêt aux prétentions de l'Arir « l'initiative de l'utilisales nucléaires» ( Le Mon- 4-2; novembre 196:~) d'une relancer la campagne antiune base énergique, d'autre son discours préparé ( Le id) qu'il n'a pu prononcer, le vait dire notamment : « Seuectée une Amérique qui pra' elle prêche sur l'égalité des j1lstice sociale. » 'périence - les nazis, Vi' O.A.S., etc., - nous savons les hommes de l'exüêmeréflexe de la violence lorsde l'histoire se déroule :onx Etats-Unis, dans la clere, les racistes et leurs alliés es de la guerre froide, ont sur échec. II ne leur r estait issue selon la mentalité Qui est la leur : porter un coup spectaculaire au sommet; tuer le président, et tenter de faire retomber la responsabilité du crime sur les « rouges ll, et ains'i faire d'une pierre deux coups. Et ensuite se débarrasser d'un instrument que sa bassesse, son inconsistance personnelle peuvent rendre défaillant, bavard, Oswald, par le coup de feu d'un tenancier ne boites de nuit lié à la police, mais juif. On a, en effet, insisté dès le début .le façon suspecte, sur la piété de Rubinstein, fréquentant parait-il chaque jour la synagogue. On observera que ceux qui ont spontanément applaudi à la mort de Kennedy ne peuvent que regarder Oswald comme un justicier, même s'ils trouvent commode de le « marxiser » pour les besoins de l'intoxication psychologique. Mais s'il est « un héros de la race blanche ~ contre un président qui veut (Suite page 9) Bien sûr, les manifestations des Noirs se sont espaCées depUis la Marche sur Washington, et une sorte de trêve s'est produite au lendemain du r,rime de Dallas. Mais si la tension n'est pas spectaculaire, elle n'a pas cessé d'exister. Et les leaders noirs, reçus par M. Johnson aussitôt après les conseillers les plus pro· ches de 13. pr~sidence, n'ont pas caché que les démonstrations pourraient reprendre, si le Congrès s'obstinait dans ses atermoiements. Ils ont fait remarquer avec force, que ce n'était pas l'avenir seul d'une minorité en butte à la discrimation raciale qui é ~ ait en jeu, mais celui de l'Amérique entière. Ces leaders, parmi lesquels Philip Randolph, président du syndicat National des Employés des Wagons·li ts, Roy Wilkins, secrétaire exécutif de l'Association Nationale pour le Prog rès des Gens de Couleur (N.A.A. C.P.), le pasteur Martin Luther King, ont assuré le président Johnson de leur appui total d3.ns la question des droits civiques. « Il s'agit à présent, pOur les Noirs en particulier, pour l'Amérique en général, de prendre le chemin de la dignité humaine, de la justice sociale et raciale, afin d'honorer celui qui prend place au côté d'Abraham Lincoln li, a affirmé le leader syndicaliste noir, Philip Randolph. qu 'i l n'a plus rien à perdre ; c'est une périOde dramatique aussi pour la vie d'une nation lorsqu'une partie de sa population décide qu'elle n'a plus rien à perdre. Tout le contrat social, toutes les structures de la vie commune sont brusquement remises en question, Nous pensions en somme que les incidents, vexants ou gênants, qui marquaient de temps en temps les relations entre blancs et noirs américains, n'affectaient pas l'essentiel de leur communauté nationale. De la bonne volonté de part et d'autre, quel· ques aménagements pourraient tout arranger. Les noirs devraient modérer leur Impatience, par exemple ne pas forcer trop vite les portes des écoles; les blancs devraient faire un effort de générosité et leur entrouvrir ces portes. Le refus complet et définitif n'est le fait que de quelques individus, déclarait, il y a quelques semaines, Bob Kennedy, ministre de la Justice, et frère du Président ... Non ! répond Baldwin, il ne s'agit pas de quelques individus, il ne s'agit pas de quelques aménagements. C'est l'ensemble de la société américaine qui exclut, martyrise et . tue le noir américain; c'est l'ensemble de la société américaine qui est malade du noir . américain. La prétendue bienveillance du Nord (( Un impitoyable mécanisme d'élimb.ation systématique)J. (L'éffigie du leader noir Martin Luther King pendue par des manifestan~ blancs, dans une ville du Sud, est détachée par un policier). ne fait que brouiller inutilement le problème. D'où cette formule : Tout et tout de suite, qui semblerait exorbitante et folle , si l'on n'admettait enfin que le noir américain est l'opprimé de toute la société américaine. ( ... ) EN bref si nous appelions oppression absolue, celle qui atteint toutes les dimensions d'un être, l'image qu'il a de luimême, l'image que les autres ont de lui , ses diverses insertions dans la cité, son avenir historique, alors indiscutablement l'oppression du noir américain est une oppression absolue. Expression de l'ensemble de la société américaine, elle atteint l'ensemble de la vie du noir. A y regarder de près, on s'aperçoit qu'il n'y a aucun aspect de son existence, aucune "le ses démarches, qui ne soient perturbés par cette agression fondamentale. Le monde entier vient d'apprendre avec stupéfaction qu'il fallait étre un héros pour faire des études supéri eures quand on avait l'insolence d'être un noir ambitieux. (SUITE PAGE 8.) (1) Ce texte que nous publions avec l'aimable autorisation de l'auteur, est extrait de la préface qu'il a écrite au livre de James Baldwin, c( La prochaine fois, le feu )J qui sort ces jours·ci aux Editions Gallimard (Collection « Du Monde Entier »).


.--- 8 .-----------------------------.---------------------------------------------------------------------------------------.-------

La police de Vienne comptait dans ses rangs L'HOMME QUI ARRÊTA ANNE FRANK KARL SILBERBAUER, le policier nazi qui avait arrêté Anne Frank et ses parents à Amsterdam , vient d'être découvert à Vienne en Autriche. Il était inspecteur de police. Karl Silberbauer a 52 ans. Il était déjà dans la police autrichienne avant l'Anschluss. Après 1938, il fut incorporé dans la police allemande et entra au parti national- socialiste. En 1950, on lui fit un pro· cès pour connaître ses responsabilités Georges NEVEUX: « Le monde n'est pas guéri du nazisme. » L'écrivain Georges NEVEUX, qui a adapté le « Jour-nal d'Anne Frank» pour le théâtre, nous a déclaré : ON est atterré par l'inconscience de ces innombrables sousEichmann qui pullulent encore par le monde, et de celui-là en particulier. Quoi faire? Leur témoigner notre mépris? Bien sûr, mais ces gens-là se réunissent sûrement entre· eux et entretiennent les uns chez les autres la conviction de leur irresponsabilité. Ils n'ont fait, disent-ils, qu'exécu· ter des ordres, et ils s'enferment dans cette formule comme dans une coquille protectrice. Comment leur ouvrir les yeux ? Comment leur faire comprendre qu'en refusant de prendre enfin conscience de leurs actes, et des actes de leurs chefs, ils se fixent définitivement dims la catégorie des « soushommes », ceux qu'Aldous Huxley appelait «les avortons psychologiques » ? dans le massacre des juifs. Il fut acquitté et blanchi. En 1954, il reprit sa place dans la police autrichienne comme inspecteur au commissariat du 1" arrondissement de Vienne. Il donnait toute satisfaction à ses supérieurs qui disent de lui : « Il fut efficace, docile et obéissant. Il connaissait parfaitement son métier ". Il était très apprécié de ses collègues : « C'est un bon gars, un excellent confrère ". Mais brusquement il disparaît. Il n'est plus à Vienne. Sa fuite coïncide avec l'an· nonce que le ministère de la justice au· trichienne procédait à une enquête sur ses activités pendant la guerre. Cet après-midi du 4 août 1944 Avant sa disparition, il a pu être interviewé par un journaliste hollandais. Il ra· conte comment s 'est passé cet après-midi du 4 août 1944. cc C'est par une journée ensoleillée de 1944 que j'ai reçu le renseignement que des juifs se cachaient dans le Prisengracht. J'ai pris huit membres hollandais du 5.0. pour m'accompagner. cc Dans la maison, l'homme du magasin (le dénonciateur, un Hollandais) nous at· tendait. Sans dire un mot, il montra du pouce le plafond. Nous avons monté un escalier en colimaçon, quelqu'un l'a poussé de côté. Derrière se trouvait un autre escalier très raide. En haut nous avons trouvé plusieurs personnes debout autour d'une radio et visiblement surprises de nous voir. cc Mes hommes ont fouillé les pièces. Nous avons demandé aux gens de prendre quelques affaires. L'un d'eux, un homau,,~ itô.t apJt.ij fa découtJ.e'l1e du CJtiminef M. OTTO FRANK NOUS ECRITA .. .-iu ssitôl après la décou'1!c rt,e de Silberbauer, nOlis nous sommes adrcssés au, père d'Anne Frank qui v it actl/ ellcment en Suisse. pour lui demandcr ce ql/Îl ressentait. Il nOlis a répolldlt en ces termes : l'arrestation de Karl Silberbauer me donne une certaine· satisfaction. Bien que je le regarde comme 'un instrument insignifiant d'un régime criminel, son arrestation peut avoir des canséquences valables. Premièrement c'est 'lui qui pourra donner le nom de l'homme qui nous a trahi et qui d'après moi doit être considéré comme un meurtrier.PLiis, Silberbauer pourr,g donner des informations importantes concernant ses supérieurs. Quant à l'homme même, je lui reproche surtout de n'avoir pas montré pendant ·19 années des signes de pénitence, car, autrement, il aurait dû avouer son rôle dans notre tragédie et nommer le traître. Au service d'Eichmann Mais Silberbauer a été démasqué. Et c 'est grâce à l'obstination d'un homme , l'ingénieur juif autrichien, Simon Wiesenthal. C'est ce dernier qui a dépisté Adolf Eichmann en Argentine, qui a fait traduire en justice Franz Murer. accusé d'avoir participé à l'assassinat de 80.000 juifs à Vilna et acquitté à l'indignation générale. Simon Wiesenthal a 54 ans. Il a passé par treize camps de concentration et 89 membres de sa famille ont été assassiné s . Maintenant Silberbauer est suspendu de ses fonctions . Sera·t-il de nouveau mis en état d'accusation ? (II avait été acquitté en 1954). Il faudrait qu'il ait caché des faits êoncernant son activité aux Pays-Bas . Et encore, il ne serait jugé, en vertu du code pénal, que pour complicité d'assassina ·t, la loi qui frappe de sanctions les criminels de guerre, ayant été abolie en Autriche en 1957. Silberbauer a avoué avoir arrêté Anne Frank, mais il nie être responsable de sa mort : « Comme petit fonctionnaire de la Gestapo, je n'avais aucun pouvoir pOUl' agir ainsi. " Parlant de sa suspension, il s'apitoie sur son sort : " Vous rendez· vous compte de ce qui m'arrive ? J'ai dû rendre mon revolver et ma carte de poli· ce. Et maintenant, il faut que je paie dans les tramways. Vous imaginez-vous le re· gard que me lance désormais le rece· veur ? » . La jeunesse doit savoir Oui, comment faire? Un mélange de dégout et de désespoir vous prend à lire les propos tenus par ce Karl Silberbauer enfin découvert. Quoi? Pas de regret? Pas une lueur d'humanité? Non, rien. La stupidité du sous-ordre au service de la cru· auté des chefs. Trois photos d'identité d'Anne Frank, au temps de son bonheur. Pour Otto Frank, le père d 'Anne Frank, seul rescapé de la famille , l'arrestation de Silberbauer ne résout pas tout. « Les vrais responsables, a-t-il déclaré, ce ne sont pas les petits, mais les gros. Un homme comme Globke, par exemple, pourquoi n'a-t-il jamais été arrêté ? " Conclusion: un individu comme celui-là, nous aura rendu au moins un service. Il nous rappelle qu'il nc faut pas cesser d'être vigilants, que le monde n'est pas encore complètement guéri de l'horreur nazie, qu'il ne faut pas que les anciens oublient, ni que les jeunes grandissent dans l'ignorance. me, n'a pas bougé. Je lui ai dit de se remuer. Il se présenta comme étant M. Frank... Je lui ai demandé combien de temps ils étaient restés dans ce greniel'. Il a répondu : 25 mois. " Je ne l'ai pas cru. Il fit signe à une fille - ce devait être Anne -- de se tenir debout le dos appuyé au chambranle de la porte... Elle était très jolie; j'ai dit à M. Frank : " vous avez de jolies filles, hein? ". Les deux autres familles qui se ca· chaient dans la même maison ont été em· menées avec les Frank dans des camions. Et Karl Silberbauer n'en a plus entendu parler ; il déclare ne pas savoir où ils ont été conduits. Il s'est juré de venger les crimes commis par les nazis et depuis 1945, il rassemble inlassablement dans son " Centre de Do· cumentation juive ", à Vienne, tous les renseignements concernant les criminels nazis. Ainsi, il a trouvé, en Hollande, un ancien annuaire des forces d'occupation allemande. La rubrique du service d'Eichmann, reconnaissable par le chiffre IV B 4; comprenait 28 noms dont celui de Silberbauer. Or, un témoin hollandais avait affirmé qu'un certain Silbernagel avait arrêté la famille Frank. Wiesenthal a vite fait le rapprochement et après une enquête à Vienne, il a découvert que ce Karl Silberbauer était un inspecteur en exercice dans la police autrichienne. Il faut déplorer en effet que les véritables coupables restent impunis et occu· pent des postes responsables. Il faut dé· plorer qu'un sinistre individu, comme Sil berbauer ne fasse l'objet que d'une enquête disciplinaire. « Mais ", a dit Simon Wiesenthal , " il faut montrer à la jeunesse que ces crimes ont été commis pour qu'elle comprenne qu'ils ne doivent jamais se reproduire ; et il faut contrecarrer la propagande insidieuse des né,?na~is, lui prétendent que " ce sont des .hlstOires I.n· ventées par les juifs ", N'o!"'t-I,ls p~s af~lrmé que la famille Frank n a Jamais eXIsté !"'" Marg'uerite LANGI ERT-KAGAN. 1 TEMOIGNAGES J Le 4 août 1944, dons un grenier d'Amsterdam Dans un passage de son livre « Sur les traces d'Anne Frank » (éditions Albin

Michel) , l'écrivain allemand Ernst Schnabel a essayé de nous faire revivre l'aprèsmidi

du 4 août 1944 dans le grenier d'Amsterdam où se cachaient Anne Frank et sa famille. Il a interrogé tous les témoins de l'arrestation des' Frank, et en particuli er les employés de la maison de commerce d'Otto Frank, où était aménagé le refuge. Les témoignages' les plus importants ont été fournis par :'1. Koophui s, (lui prit la place de - M. Frank, à la t ête de la firme, pour éviter qu'elle soit r équisitionnée et liquidée en t ant qu'entrepri se juiye, par M. Kraler. par Miep ( femme de H enk, autre employé) et par Elli Vossen . la sténotypi ste. KOOPHUIS, -- C'était un vendredi, une belle journée d'août. Le soleil brillait, nous étions en train de travailler, dans le grand bureau, Elli et moi. Du magaSin en bas nous arrivait le grincement des moulins à épices. Quand le soleil brillait, la Gracht, les arbres, l'eau projetaient parfois sur le plafond et sur les murs des ronds lumineux qui dansaient et scintillaient. Cette lumière mouvante nous annonçait qu'il faisait beau dehors. M. FRANK. -- Il était environ onze heures. J'étais monté chez les Van Dan, dans la chambre de Peter, pour surveiller ses devoirs. On n'entendait pas le moin· dre bruit, ou bien si quelque bruit s'est fait entendre, je n'y ai pr6té aucune attention. Peter faisait une dictée anglaise. Je lui dis : « Voyons, Peter, en anglais, double ne prend qu'un b. » ELLI. -- M. Koophuis et Miep travaillaient. Je transcrivais des notes dans un registre postal, lorsque j'entendis venir une auto. Mais il en passait quelquefois ... La porte d'entrée s'ouvrit, quelqu'un monta l'escalier. Je me demandai qui ce pouvait être. Nous recevions souvent des visites. Puis je perçus les pas de plu· sieurs personnes. MIEP. -- Les pas longèrent le couloir, quelqu'un entra, et l'instant d'après un gros homme passa la tête dans l'entrebâillement de la porte de communication avec le bureau de M. Kraler. Il dit en hoIiandais : ({ Silence, restez assis. » Je pris peur et ne compriS pas tout d'abord. KOOPHUIS. - Je ne les ai pas enten· dus, sans doute à cause du tapage des moulins. D'abord je vis la tête du gros homme. Puis la porte s'ouvrit un peu plus et j'aperçus un autre personnage debout devant Kraler, et qui lui posait une ques· tion. Je crois que Kraler lui a répon.du. En tout cas, il dit quelque chose, il se leva lentement et sortit avec l'autre. Je perçus le bruit de leurs pas dans l'escalier. Kraler ne pouvait plus rien faire. Le gros homme entra et se planta en face de nous: « Vous trois, restez ici. Compris. » Et nous sommes restés dans le bureau. Nous avons entendu monter une personne encore. Les portes claquèrent. La maison n'était plus qu'allées et venues, on la fouil· lait de fond en combles. M. KRALER m'écrivit: C'était une magnifique journée d'été. Tout à coup un ad· judant, un des « verts» et trois fonctionnaires civils hollandais entrèrent dans mon bureau et me demandèrent qui était le propriétaire de la maison. Je leur indiquai le nom et l'adresse de notre propriétaire. Mais ici, qui est responsable? dirent-ils. Je répondis: « C'est moi» -- « Alors venez. » La police voulut voir les entrepôts qui donnaient sur la rue. Je leur ouvris les portes, me disant en moi-même": « S'ils ne veulent rien voir d'autre, tout ira bien. » Mais quand l'adjudant eut tout bien exa· miné il sortit dans le couloir et m'ordonna de le suivre. Arrivés au bout les pOliciers ont pris soudain leur revolver, et l'adjudant me dit d'écarter le rayonnage de livres placé con.tre le mur du fond, et d'ouvrir la porte qui se trouvait derrière. J'objectai: « Mais voyons, il n'y a que ce rayonnage. » Alors il se fâcha, car il savait tout. Il avança la main et tira lui·mème. Le rayonnage céda et la porte secrète apparut .. Peutêtre le crochet n'avait·il pas été bien enclenché... Les autres ouvrirent la porte et me forcèrent à les précéder dans l'escalier. Ils me suivaient, je sentais leurs pistolets dans mon dos. Mais comme l'esca· lier était trop étroit pour que aeux homo mes y passent de front, c'est moi qui entrai le premier chez les Frank. Mme Frank était debout près de la table. J'articulai péniblement

« La Gestapo est là. » Elle ne

tressaillit point, elle ne dit rien. M. FRANK, -- J 'indiquais à Peter les fautes de sa dictée, quand soudain j'entendis quelqu'un monter l'escalier en courant. Les marches craquèrent. Je bondis de ma chaise. C'était le matin, l'heure du silence absolu. La porte s'ouvrait déjà. Un homme s'avança vers nous et appuya son revolver sur ma poitrine. Il était en civil. Peter et moi avons levé les mains. L'homme nous ordonna de sortir de la pièce, nous dûmes passer devant lui. Puis il nous fit descendre en nous suivant, le revolver au poing. Déjà tout le monde était réuni en bas, les mains levées, ma femme, les enfants, les Van Daan. Puis Düssel arriva, lui aussi. Et derrière lui encore un étranger. Au milieu de la pièce se tenait un policier vert ; il examinait nos visages. Miep a su plus tard le nom de ce policier, donnons-lui celui de Silberthaler. Les témoins s'accordent à dire que c'était un homme de taille moyenne, trapu, entre deux âges. Son visage n'était pas antipathique ou du moins pas glacial. On se serait presque attendu à le voir revenir le lendemain relever la consommation du gaz ou poin· çonner les billets de chemin de fer. L'adjudant vert était accompagné de quatre ou cinq nazis hollandais en civil, personnages empressés et zélés, un peu comme les agents de la sûreté dans un film policier. Et Otto Frank décrit le comportement du policier nazi (qu'il nomme alors Silberthaler) : -- Et maintenant ils étaient en face de nous, dit M. Frank. Vraiment je ne m'étais pas figuré un seul instant ce que ce serait de les voir là. Il était d'ailleurs impossible de se l'imaginer. MAINTE· NANT' ILS ETAIENT LA. Ils avaient de: mandé en bas : « Où est· ce qu'ils nichent? » A présent ils disaient: « OÛ sont les objets de valeur que vous possédez?» Je désignai le placard où se trouvait ma cassette. L'adjudant vert la prit et, se retournant, s'empara du cartable d'Anne. Il le vida par terre ; les papiers et les cahiers s'éparpillèrent un peu partout. Ensuite il mit les objets précieux dans le cartable, le ferma et nous demanda si nous avions des armes. Nous n'en avions pas, bien entendu, la police civile nous avait déjà fouillés. L'adjudant dit ensuite: « Faites vos paquets et revenez tous ici dans cinq minutes. » CONTRE L'APARTHEID Les démocrates français solidaires des Sud-Africains en lutte V moment où se poursuit le procès de Prétoria .et où l'O.N.V. vote A une résolution condamnant la p,ol!t~que d'q.parthezd du gou.verneI?ent Verwoerd, l'opinion française a ete ll1formee, p~r deu~ m~l1lfestatlOns, du véritable visage de la politique officielle des raclstes d Afnque du Sud. . . tin de gauche à droite: le bâtonnier WUliam Thorp, le prési- A la trlb~e du Charlesertg'LéVY et Marie-Magdeleine Carbet (qui représentaient le dent Daniel ayer. M.R.A.P.) et Robert Resha (Photo Elie Kagan) . Salle des Horticulteurs, à Paris, un meeting organisé par l'Association po.u: la terminologie. Les cités africaines des mineurs lui sont apparues comme autlmt de Buchenwald. Elle signale que le 14 juille~, I?our l.a réception du consul de France, 11 n y aValt que des invités blancs. M. Eugène HénafJ, au nom de la C.;, .T., a notamment montré comment les democrates français pouvaient participer à la lutte. Il a cité l'exemple des dockers de Calais qui ont refusé de décharger des marchandises suf:africaines. MM. Maurice Nilès, député·maire d~ Drancy et Jeoen-Claude Gillet, vice-présldent d~ l'U.N.E.F., sont ensuite interv~nus au nom du Parti Communiste Françals et de l'organisation syndicale étudiante. Tirant les conclusions des interventions, le bâtonnier René-William Thc:rp a fait observer qu'il n'était pas besom de longues discussions pour se rendre compte que les droits de l'homm~ sont ~uverte: ment violés par l'apartheld. Il ajoute . « Si l 'ON.U. et les Etats qui la composent ne jont pas preuve d'énergie, la voie est ouverte à l 'emploi de la force . Il importe qu'un large mouvement de l'Opinion publique intervienne! » La résolution adoptée à main levée, appelle « l'opinion française, sans distinctIon de tendances, à se mobiliser pour apporter un soutien actif au combat contre l' « apartheid », . Elle demande au gouvernement français d'appliquer fermement les ~écisions de l'O.N.U., celle notamment qUl recommande la cessation des ' envois d'annes en Afrique du Sud. Le même jour, Robert Resha tenait une conférence de presse, Il10 Coopération Franco-Africaine, le 90mlte Anti-Apartheid, la Ligue des 'DrOlts de l'Homme, la Ligue de l'Ensei~e~ent, la L.I.C.A. et le M.R.A.P. a reunl, le 6 décembre, plusieurs centaines de per~onnes. Diverses organisations se sont egalement associées à ce meeting: la C.G.T., l'U.N.E.F., le Parti Communiste. Françals, le Christianisme Social, le Syndlcat Général de l'Education Nationale. Les implications racistes Un pays assez grand ... du Sous la présidence de M. Daniel !"layer, président de la Ligue des DrOlts. d~ l'Homme, deux personnalités sud-afncalnes ont pris la parole : RO.bert RE~HA, l'un des responsables de l'Afncan NatlOnal Congress (A.N.C.), représentant de cette organisation à Alger, et James HODGSON, autrefois secrétaire national d'une association antifasciste' d'anciens combattants à Johannesburg, et, qui s'est enfui de ce.tt~ ville alors qu'il ' y était assigné à reSldence. Robert Resha a notamment souligné que, depuis toujours, l'A.N.C. considérait que l'Afrique du Sud est assez grande p.our que tous ses habitants puissent y Vlvre heureux. Mais devant l'inefficacité de la non-violence pour faire disparaître l'oppression fasciste, l'A.N.C. se trouve conduite à opposer la force aux violences des racistes. Pourtant, une guerre civile, a-t·il affirmé, devrait être évitée, car elle entraînerait une terrible catastrophe et elle pourrait dégénérer rapidement en guerre mondiale. Il importe donc, pour les démocrates français, comme pour ceux de tous les pays, de l'empêcher en exigeant que soient mises en oeuvre des sanctions contre le gouvernement Verwoerd, qu'il ne lui soit pas livré d'annes. Robert Resha demande également de boycotter les produits sud-africains et de faire campagne pour la libération des pnsonniers. Douze pendus par semaine James Hodgson donne des précisions qui ne peuvent qu'indigner les antifascistes et susciter l'horreur. Toute l'Afrique du Sud, dit·il, est une prison et la vie quotidienne des Africains, une torture. Un quart de la population africaine a été condamnée en dix ans, en vertu de la loi sur « l'enregistrement ». Sur 17 millions d'habitants, il y a 11 millions de Noirs et 3 millions de Blancs. Pour cette population, les statistiques donnent des chiffres, hélas! éloquents : , 250 enfants sur 1.000, meurent avant 1 an ; 200 avant 6 ans. La durée moyenne 'le la vie est de 43 ans pour les noirs, et de 68 ans pour les blancs. Il y a, en Afrique du Sud, 12 pendus par semaine, en moyenne (en GrandeBretagne

12 par an). On compte 7.000

emprisonnés en vertu de la loi sur le ·il sabotage », et 600 personnes sont en prison sans procès. James Hodgson figurait parmi les 156 inculpés du procès de « haute trahison », Lutter contre l'opartheid Diverses personnalités ont tenu à apporter leur témoignage ou celui de leur organisation. Mlle Geneviève Mayoux a fait part des impressions qu'elle a recueillies au cours d'un récent voyage en Afrique du Sud. Elle a ressenti la discrimination raciale comme une habitude qu'on découvre peu ,à peu et qui affecte la vie quotidienne et • crime (Suite de la page centrale) faire res-pecter la législation favorable aux Noirs, alors le juif qui l'exécute prend figure de « sale juif » comme toujours dans ces cas là, etc ... En technique policière, cela s'appelle amalgame et aussi un dérivatif à la recherche des vrais coupables. Et il ne faut pas croire que tout cela est un peu bien machiavélique; en réalité, en d'au. tres temps, ce ge~re de machinations. a assez bien marche : Gorgulof, assaSS1l1 du président Doumer, en 1932, qualifié de communiste dès le début de l'enquête, alors qu'il était un Russe blanc ultraréactionnaire, fut l'occasion d'une infernale campagne de presse qui permit à la droite d'influencer dans un sens grossièrement anticommuniste les élections législatives toutes proches. Van der Lubbe soi-disant communiste hollandais, fut ol;portunément intégré au scénario dè l'incendie Ch,l Reichstag pour servir rie prétexte à la première vague cle la )'épression antidémocratique en Allemagne en février 193.1, alin de paralys'er par la terreur un peuple qui allait totalement être mis en condition par les hitlériens. On connaît la suite, y compris la vérité sur cette provocation relativement réussie, montée par Goering et la naissante police nazie. CETTE fois, on a v raiment assisté il un phénomène nouveau quasi :;a11S précédent : la campagne d'hystérie anticommuniste et surtout anticastri stc est retombée en Quelques heurees devant la résistance de l'opinion mondiale ; les « spécialistes » ont compris que leurs énormes mensonges les déconsidéreraient eux-Ïl1êmes et que les temps étaient ré- . volus où l'on pouvait à peu près à coup sûr faire absorber n'importe Quoi à de la rges couches de l'opinion systématiquement entretenues clans l'ignorancc des r éalités politiques. Au contra ire, on a compris un j)CIl partout Que la mort tragique dc Kennedy comportait un ri sque de voir l'elll ettrc en Question les fragiles constructions rie la cocx istence pacifique, à l'éta pe actuell e. et la législation Opposée aux thèses racistes qui est loin d'avoir été :ni sc en aDplicati on avec t oute l'énerg ie ' I\li convi endmit (2). P ourtant, les' rac istes et les belli cistes. tou jours compli ces, se battent en recul : ils en sont venus il ce crime monstrueux Dal'CC ou'ils n'ont plus dc perspectives favo rabl es, pa rce ou' ils ont crl1 ruiner un mouvemcnt ~é n é ra l en tuant J'hommc qui avait contribué à ses Dro ~ rès, à travers les' plus grandes difficultés (') . Sans doute auss i. plus nombreux sont désormais les Américains qui r:ompren .. ch'ont QUC l'o n ne compose pas avec les diverscs va ri étés du fasci sme et les fanatioues du racismc : on les ll1 ~ te, r.n s'apDu vant sur les meilleurs éléments du peupl e, sinon ils tuent (Ll). Enfin . derni èrc leçon. nul des f ruits de Dallas de la justice et de la paix ne s'obtÎent sans efforts, sans luttes, Les progrès nécessaires ne viendront a6solument pas « tout naturellement » - sinon il n'y aurait qu'à laisser faire et les optimistes de l'attentisme seraient justifiés. Au contraire, si un drame comme celui de Dallas n'a pas dégénéré ~n désarroi conduisant aux aventures fatilitées' pour les excités, c'est parce que le monde change et n'a pas fini d~, chapger, c'est parce Que le patient travail cIe centaines de milliers de militants populaires et cI'éducateurs, pendant une longue période, a quand même réussi à développer cet esprit critique sarys l,eque1 un p.eul?l~ n:e~t qu'une foule vouee a la dupene lllImltee et finalement à l'esclavage. ILS peuvent tuer, faire du mal, entraîner dans leurs mauvais coups, des desperados et des voyous (S), retarder un temps la marche en avant sur tel 0 11 tel point - l'ensembl~ ,leur . écha1?P~. L'avenir cst ;l la fraterl11te, mais: Vlgllance ! Roger MARIA, .2) A ce sUjet, on doit tenir comnte des réserves que les mouvements noirs des .Etats·Unis, 'nième les plus modérés, n 'ont cessé d'exprimer, ces derniers temps, sur les hésitations du gouvernement de Washington devant les innombrables actes de violence des ultras du raCisme, leur sabotage systématique de l'application de la loi, alors que si des syndlc~llstes. ouvriers résistent à une loi antl-syndlcale comme la loi Tafft-Hartley, tout l'appareil fédéral entre en action comme si les ou· vriers voulaient « renverser le gouvernement légal par la force ». Deux poids, deux mesures. (3) Lc réflexe du Pentagone, dès la nouvelle du meurtre du président a été - comme si « le camp adverse » pouvait chercher à prOfiter de la provocation _ de mettre en état d'alerte dans le monde entit r les forces américaines, y compris les armes atomiques, « 'Pour faire face à toutes les éventualités, qu'il s'agisse d'attaques venant de l'extérieur comme de remous se produisant à l'intérieur ». (4) Linceln déjà, il Y a exactement cent ans... « Les mêmes contre les mêmef. ». Ma is le fascisme ne s'appelait pas le fascisme. Sous un masque différent, c'é.tait déjà le même visage grimaçant de hame. (5) Sans reprendre le détail du d~ssier d'Oswald il existe un « petit » fait - incontestable celui-là - qui suffit à mettro en lumière tout un aspect décisif de J"enchain emel'Jt du complot ultra. On sait que cet Oswald ét.ait employé_ par la. municipalité de Dallas, au dépot d ~. hv~e~ scolaires de la ville. Or la mumclpahte d' une vi.lle raciste et ultra-réactionnaire comme la {( capitale » du Texas a un comportement systématiquement mac-cal'thyste lorsqu'elle embauche du personnel. Le moindre soupçon d'esprit seuleme' 1t progressiste suffit à faire écarter même un candidat au poste de balayeur des rues. Mais s'i.] s'agit d'un président de comité pro·castriste, j 'un homme qUi a vécu deux ans et demi en U.R.S.S., et si on lui confie quand même un emploi, c'est que les Renseignements Généraux des U,S.A. ont donné le fe'l vert, c'est qu'Oswald est « sûr ». ~lllll1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111~ § § ~ LA VIE DU ~ § 3 LA REUNION DU CONSEIL NATIONAL La réunion du Conseil National du M.R.A.P., qui devait avoir lieu le 8 décembre, a été, pour des raisons pratiques, reportée au 15. Elle se tiendra salle de 'Encouragement, 44, rue de Rennes, • Paris. Nous en rendrons compte dans notre prochain numéro. SOIREE ANTIRACISTE A MAISONS-ALFORT La section de Maisons-Alfort de c Travail et Culture » a organisé, en collaboration .avec le M.R.A.P., le 14 décembre, une soirée antiraciste, Qui fera date et qui, nous l'espérons, inspirera d'autres i~itiatives du même genre. A la salle des fetes, où se tient une exposition sur le racisme, la soirée comprend une conférence de notre amie Madeleine Rebérioux, assistante à la Faculté des Lettres de Paris, mem· bre du Bureau National du M.R.A.P., et une partie artistique avec John Willla~, Mario Pilar, du T.N.P., ainsi que les comediens Arlette Balkis et René Dupré, dans , une scène de Brecht, • Aryenne, .ma soeur ". Des séquences du film • Maitre après Dieu ", de Louis Daquin, son! égaiement projetées. La soirée est placee. sous la présidence de Mme Georg~tte ~rlD~as. membre de la sectIon des Deportes dAI- , fortville . 1 Toutes nos félicitations ayx organisa- 1 1 teurs, A LA RE~IE ~ENAl!LT . Sous l'égide de • Loisirs ei: éuiture _, uriè réunion consacrée au racisme était organisée le 11 décembre, pour les travailleurs de la Régie Renault. En présence d'une assistance nombreuse. Me Jean Schapira, membre du Bureau National du M.RAP., a fait un exposé sur la lutte an. tiraciste aux Etats-Unis. Après qu'il eût répondu aux questions posées, qui témoi .. gnaient de l'intérêt ,:;usc,ité ~a~ le ~ro~lème, le film « La chaine " a ete proJete . CONFERENCE A TAVERNY Notre ami M' Nadd, membre du Conseil National du M.R.A.P., était l'hôte, le 11 décembre, du Centre d'Etudes Civiques de la paroisse protestante de la région de Taverny (Seine-et-Oise) . Son exposé sur l~ racisme a donné lieu à un passionnant debat au cours duquel de nombreuses questio~ s ont été posées et des suggestions apportées sur les différents moyens de combattre les préjugés raciaux. INTERESSANTES INITIATIVES ANIMES Le comité du M.R.A.P. de Nîmes a eu l'heureuse initiative de collaborer avec un libraire de la ville pour réaliser une vitrine à la veille de la Noël. Grâce à la bibliographie établie par le M.R.A.P., de multiples livres antiracistes pour grands et petits ont pu être exposés. D'autre part, notre comité a recueilli et continue de recueillir un grand nombre de signatures sur nos pétit~o~s .soutena!'t la lutte des antiracistes amencalns. Apres le crime de Dallas, le comité a adressé une lettre de sympathie à Mme Jacqueline Kennedy.

  • BRILLANTE RENTREE

DU CLUB AMITIE Depuis plusieurs semaines, le Club A!llitié qui réunit, à Paris, les jeunes antlra- ' cistes a repris ses activités interrompues par les vacances. Ses confére.nces ont été suivies par un nombre croissant de participants, notamment celles qui c,oncernaient l'Afrique du Sud (avec .Leo.nard Sainville) et les Antilles (avec Maltres Manville et Gratiant) . Le Club Amitié annonce, pour les prochaines semaines : le 18 décembre, un débat animé par Claude Julien, sur les perspectives de la lu~te a,ntiségrégation. niste aux U.S.A. apres 1 assassinat de Kennedy ; le 8 janvier, une conférence sur Gobineau et le racisme moderne ; le 15 janvier, soirée au Théâtre de. l'A~hénée pour voir « Le Vicaire» ; le 22 JanVier, un débat sur cette pièce. , (Pour tous renseignements, s adresser au Club Amitié, 3D, rue des Jeuneurs, Pa· ris-Ile.) 'Vous avez . Voici les résultats du tirage des Bons de 'Soutien du M.R.A.P., qui a eu lieu le 24 novembre, au Gala de la Salle Pleyel. (peut - être) , gagne ... UNE CAMERA PAILLARD DUOMATIC 8 mm. ET UN PROJECTEUR ZEISS (valeur 2.000 francs) : nO 106.185. UN VOYAGE POUR DEUX PERSONNES EN ISRAEL: nO 162.954. UN POSTE DE TELEVISION SCHNEIDER: nO 135.431. UN POSTE DE TELEVISION SCHNEIDER: nO 93.545. "il' , ,~ rl . 1· ' Notre page des Arts nous étant parvenue trop tard, nous ne pouvons 10 publier dons ce numéro. 1 No!? lecteurs vÇ)ucJront bien 1 1 nous ér\ excuser. i i l '"~ , r··,.: ,)', --i . UNE SEMAINE AUX SPORTS D'HIVER: n° 58.392. UNE SEMAINE EN CORSE : nO 92.086. UN COLLIER DE PERLES (avec fermoir Or et brillants) : n° 158.677. UNE CRAVATE DE VISON: nos 23.771 - 202.123. UN COMBINE RADIO.ELECTROPHO. NE : n° 179.291. UN FAUTEUIL: nOs 63.625 _ 64.171 _ 188.654 - 190.426. UN SIEGE STEINER: nOS 51.680 - 63.006 - 107.583 - 126.856 - 127.161 _ 154.366 - 160 .. 201 - 160.766 - 179.501 _ 183.275. UN BATEAU PNEUMATIQUE : nOS 52.815 - 104.504. UN TRAIN DE PNEUS pour « Dauphine » : n° 61.759. UN TRANSISTOR: no.' .60.060 - 176.533. UN MATELAS PNEU~IATIQUE : n0 93.627. UN APPAREIL PHOTO: n° 132.859. UNE SERVIETTE: nOs 73.447 _ 161.709 - 186.666. UN PORTE-DOCUMENTS: n0 54.287 . UN LIVRE D'ART : nos 21.497- 50.996 - 127.220 - 162.676 - 165.518 _ 170.555 - 179.178 - 194.438. UN ABONNEMENT DE 3 MOIS au journal « Le Monde » : n° 69.400. UN STYLO : n'O 22.767 - 64.618- 68.350 - 72.134 - 129.534 - 132.784 _ 152.120. UN ALBU~I DE TIMBRES: n'o 61.480 175.016 - 171.984. UN CORSAGE: nOs 54.292 - 112.836 _ 179.671. UN SHORT : n° 93.550. UN LOT DE BONNETERIE pour enfant

nOS 69.980 - 160.190 _ 173.815 _

187.671. UN REPERTOIRE ADRESSES (luxe) : nOS 75.450 - 126.176 - 154.335. UN REPERTOIRE ADRESSES : nOS 22.091 - 48.444 - 1.28.429 _ 197.335. UN GRAND DISQUE MICROSILLON : no, 112.458 - 186.632. DEUX DISQUES : nOS 22.092 - 52.82.2 - 109.635 - 138.815 - 177.936. UN DISQUE: nO' 21.150 - 21.972- 23.920 - 24 .185 - 24.856 - 25.482 - 47.137 - 48.297 - 50.970 - 52.030 - 52.338 - 52.587 - 52.728 - 52.786 - 52.799 - 52.812 - 52.849 - 53.257 - 53.416 - 53.856 - 57.145 - 57.882 - 59.587 - 60.750 - 60.754 - 62.325 - 62.350 - 62.411 - 66.030 - 67.062 - 67.238 - 69.017 - 69.738 - 69.837 - 69.948 - 69.955 - 71.425 - 72.277 - 75.051 -. 91.995 - 92.341 - 94.812 - 94.813 - 104.874 - 108.121 - 112.354 _ 112.837 - 125.031 - 126.237 - 126.839 _ 127.069 - 127.293 - 127.815 - 128.549 _ 129.851 - 135.010 - 135.541 - 150.357 _ 154.444 - 154.760 - 160.436 - 161.621 _ 162.651 - 166.995 - 169.413 - 169.431 _ 169.443 - 173.003 - 173.004 - 174.059 _ 179.165 - 179.400 - 1-81.573 - 182.590 _ 187.820 - 188.115 - 189.375 - 189.766 ...:.... 194.888 - 194.889 - 195.156 - 200.769 _ 200.861 - 203.876 - 204.052 - 204.055 . UN ALBUM POUR ENFANTS: nOS 21.046 - 48.265 - 54.776 - 67.551 - 69.839 - 71.622 - 72.415 _ 73.185- 91.991 - 92.940 - 105.258 - 105.261 _ 111.062 - 111.711 - 134.085 - 139.581 _ 16.2.365 - 171.351 - 173.237 - 173.688 _ 180.384 - 188.116 - 189.416. UN LIVRE : nO' . 00.021 21.571 21.851 22.863 24.570 48.816 49.402 50.291 52.383 60.570 61.437 62.273 63.695 64.506 64.606 65.050 66.086 67.170 68.231 69.420 70.814 73.295 75.476 75.656 75.780 9,2.381 92.775 93.560 94.225 95.523 104.840 106.309 109.955 110.771 111.427 126.233 1.26.840 133.160 136.247 138.741 151.321 154.369 157.925 158.486 161.556 162.357 164.405 171.683 174.371 175.639 178.301 179.504 187.758 189.409 194.206 194.383 196.435 200.740 203.130 204 .080 00.326 21.739 21.852 23.746 46.362 49.123 49.404 52.071 56.402 60.966 61.581 62322 63.767 64.507 64.985 65.675 67.166 67.552 69.279 70.813 73.294 73.961 75.587 75.773 91.801 92.385 93.27.4 94.223 . 94,827 102.870 104.971 109.194 . 110.415 111:205 112.521 126.836 131.500 135.335 137.121 139.249 151.324 154.773 158.240 160.865 161.807 162.790 168.083 173.100 175.240 175.825 178.602 181.575 187.916 191.095 194.210 194.769 198.435 200.748 203.553 20t.220. Tous les numéros se terminant par 29 gagnent un abonnement d'un a.n à « Droit et Liberté ». (Au cas où le gagnant se. rait déjà abonné, il pourra en faire bénéficier un tiers.) RETRAIT DES LOTS en plein confort * Les gagnants sont priés de réclamer leurs lots, en échange de leurs billets, au siège du M.R.A.P., 30, rue des Jeuneurs, ParisIl'. Pouf 1 qu'on est bien dans son AIRBORNE. Grand homme strict ou petit garçon turbulent. épouse caline ou femme d'intérieur (très) méticuleuse. marr pantouflard ou adolescent bohème, lecteur assidu ou passionné de téléVision, amoureux rêveur ou jeune fille sportive, toute la famille s'épanouit dans ce confort enveloppant et réparateur qUi entretient la bonne humeur des foyers heureux. * et en pleine satisfaction! un AIRBORNE, c'est une triple garantie: un confort total grâce à sa .. double suspension" de latex reposant su r une nappe de ressorts (conception brevetée par AIRBORNEl. une esthétique moderne et raffinée: il est signé GeOffroy. Mourgue. Daniel Bernard ... et habillé des tissus les plus nobles. une certitude de durée: sa structu re entièrement métallique le rend totalement indéformable et insensible aux effets du chauffage et d'humidité, si nuisibles aux meubles o . . airborne SIÈGES ET CANAPÉS-LITS Catalogue gratuit E 7 sur demande a: Airborne B. P. 22 - Montreuil _ Seine Les lots non réclamés d'ici le 31 mars 1964 (inclus) demeureront acquis au Mouvement. 1111111111111111111111111111111111111111111" LES DISQUES ont été offerts par : • Les Disques BelAir, sous la direction de Mme Nicole Barclay. • Le Disque dit .M onde entier - Lido M usique », 78, Champs-Elysées Paris-8' (BAL. 30-86), 58 bis, Chaussée d'Antin, Paris-ge (TRI. 96-8:Ü, et II 0, boulevard Mag. e n t a, Paris-ID· (NOR. ';4-6~). I{enny Clarke, Lou llernett et Jimmy GourIey. T"e Ballet Petrov 11 Le Gala du M.R.A.P. Pierre Louis et Odette Laure (ci· dessus) ont présenté a u ga la de Pleyel Un spectacle d 'une exceptionnelle ,qualité. Ci-contre de gauche à droite : Guy Beart,' Isabelle Aubret, Harold Nicholas, Ivry Guitlis, Léonide Massine, Jean Raymond, Julien Bertheau, Henri VirIojeux. A droite

Liane Daydé et Michel Renault.

LAsalle Pleyel était comble, le dimanche 24 novembre, pour le grand Gala antiraciste organisé par le M.R.A.P. Plus de 2.000 personnes étaient venues témoigner leur sympathie à notre Mouvement. Parmi les nombreuses personnalités présentes autour du président Pierre Paraf et 'de Madame, nous avons reconnu : MM. Harold Gramatgès, ambassadeur de Cuba ; Boris Manolov, ambassadeur de Bulgarie; Nahmias, consul d 'Isra'ël ; Manassérian, premier secrétaire de l'ambassade de l'U.R.S.S. ; C'heikh Laye, représentant l'ambassadeur du Sénégal ; Laredi Sekkiou, Haut Représentant d'Algérie en Fran ce ; Emil Lakatos, conseiller à la Légation de Hongrie; Me)edj, attaché culturel de l'ambassade de Côte d'Ivoire ; Matozek, attaché à l'ambassade de Pologne ; une représentation de l'ambassade du Gabon. Le champion de boxe américain Ray Sugar' Robinson, les a rtistes Jean Sablon et Pascale Roberts, le metteur en scène Léonide Moguy, Mme Nicole Barclay, le compositeur Joseph Kosma, M' Philippe Rheims. MM. Robert Ballanger, député ; Marius Moutet, sénat eur ; Georges Dardel, président du Conseil général de la Seine ; Gévaudan, conseiller municipal de Paris ; Henri Fauré, président de la Ligue de l'Enseignement, et Dader, secr étaire général ; Mme Léon Jouhaux ; M' Etienne Nouveau ; Salinas, président national de la J eunesse Ouvrière Chrétienne ; Youkana, de la' Commission nord-africaine de la C.G.T . ; Elie Boulbil, secrétaire génér al de l'Union des Etudiants Juifs de France ; M' Charles Lederman, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, et Albert Youdine, secrétaire général ; Souchet, président de la Jeune République

Bercovici, président de l'Association des Anciens

Combattants Juifs 1914-18 ; Isi Blum, secrétaire général de l'Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs 1939-45 ; Mmes Chabredier, vice-présidente de l'Union des Femmes Françaises ; David, secrétaire générale des Etudes Tziganes ; Zerbib (Alliance Israélite Universelle) ; Cécile Lesieur (F.N.D.I.R.P.) ; Mlle Léger (Vie Nouvelle) ; MM. Villler, président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs ; Stamfater et Goldberg, président et secr ét aire général de la Fédération des Artisans et Façonniers ; Azim (Confédération Générale Unifiée de l'Artisana t ). Parmi les personnalités qui s 'étaient excusées, signaIons

MM. les Ambassadeurs des Etats-Unis, de GrandeBretagne,

de la République Malgache, du Danemark ; MM. Vincent Auriol, ancien Président de la République; les députés P. Pfimlin, ancien président du Conseil ; A. Maurice Thorez, an cien vice-président du Conseil ;' A. Le Gallo, Charles de Chambl'un, le général Billotte, an cien ministre ; les sénateurs André Arman~aud, Raymonde B.ossus, Roger Carc.assonne, Emile Claparède, Jean Peridier ; Léon Lyon-Caen, président d 'honneur du M.R.A.P.; René Clair, Marcel Achard, et le pasteur Marc Boegner, de l 'Académie française. Renée ,Lebas (à droite) parut sur scène pour un bref tour de chant. Mais elle fut aussi, avec Anne Béranger, l' active orga nisatrice de cette brillante soirée A l' entr'acte, le champion américain Ray Sugar Robinson, Jean Sablon, Mme Nicole Barclay éta ient très entourés. Beaucoup d 'autographes furent signés ce soir-là .. . Ci~dessous : J' amb3ssadeur de Cuba, M. Gramatgès Ci-dessus : les représentants des ambassades du Gabon, d'Israël (M. Nahmias). Une vue gén ér ale de la salle Lp , .... , présiden t Pierre Paraf et Mme Mathilde Para f .


12

POUR VOS ACHATS DE FIN D'ANNEE ... AMEUBLEMENT AIRBORNE. Sièges et Canapés-lits. B.P. 22, Montreuil (Seine). ARFLEX. Sièges, Fauteuils, Canapés. 6, rue Gobert, Paris (11 ' ) . A LA VILLE DE VERSAILLES. Meubles. 26, avenue de Saint-Cloud, Versailles (S.et- O.) . BOBOIS. Meubles. 92-98. boulevard de Sébastopol , Paris. BUROV. Sièges. 39, rue Crozatier, Paris (12' ) . CHAYETTE. Intérieurs contemporains. 57, boulevard Barbès, Paris (18'). COZETTE. Meubles, Moderne et Style, 52-54, rue Vitruve, Paris (20' ) . CROZATIER. Meubles. 47, boulevard Diderot, Paris (12' ) . DASSAS. Aménagement mobilier pour Administration et collectivités. 188, faubourg Saint-Martin, Paris. DOUBINSKI. Fabrique de Meubles. 140- 144, rue de Paris, Montreuil (Seine) . FERO. Le Canapé transformable Antibes. B.P. n° 3, Paris (11 ' ) . FORMES NOUVELLES. Collection italienne de l'Architecte G. Frattini. 22, boulevard Raspail, Paris (7' ) . FRASKA. Confort français, Ligne scandinave. Samcom. B.P. 156-10, Paris. GALERIES BARBES. Le Style Regency. 55, boulevard Barbès, Paris (18' ) . GALERIES DUPLEIX. Meubles anciens rénovés, grand choix de sièges. 24, place Dupleix, Paris. GERARD ET PIERRE. Bureau d'Etudes à votre disposition. 146, boulevard Magenta, Paris (10' ) . HIRCH ET SES FILS. Meubles et Sièges de style. B.P. n° 18, Paris (11 '). JORY. Spécialiste du Canapé transformable. 18, rue Faidherbe, Paris. HENRI LEVY. Meubles en gros, Paris. LEVITAN. Décoration, Installation, An· cien, Moderne. 63, boulevard Magenta, Paris (10' ) . MAGNANI EDITIONS. Meubles, Eléments Tecma. 34 bis, rue de Reuilly, Paris (12' ) . MALITA. Chez les meilleurs ensembliers. B.P. n° 100, Paris (18' ) . LES HUCHERS-MINVIELLE. Eléments. 17, rue du Vieux-Colombier, Paris (6' )-: 40, rue de Châteaudun, Paris (9')'; 175, avenue de Versailles, Paris (16' ) . MEUBLE 148. L'Armoire universelle. 148, avenue Emile-Zola, Paris (15' ) . B. MULAR. Fabrique de literie et tapis· serie. 39, rue Monge, Paris (S'V; 110, rue du Château, Paris (14' ) . OD'CARAM. Meublier du Confort. 128, boulevard Saint·Germain, Paris (6' ) . PARIS CHENE. Mobilier de qualité. 17, rue de Rivol i, Paris (4' ) . MOBILIER ILE·DE·FRANCE. S, place du Marché, Corbeil (S.-et -O.) ; 9, rue de Paris, Essonnes (S .-et-O.) ; 26, place Notre-Dame, Etampes (S .-et-O.) ; 12, rue· Esmery-Caron, Dreux' (Fet -L.) , pl ace Marceau, Chartres (E.-et -L.) ; 107, rue Jean-Jautès, .Montereau (S.-et-M.); S, place Prasl in, Melun (S.et -M.) . SEGALOT. Décoration. 52, avenue du Général-Leclerc, Paris (1 4') . SiMON MEUBLES. 96, rue des Bourgui gnons, Asni ères (Seine) . SIM MONS. SpéCialiste de la Literie et de l'Ameublement, Paris. SKAI. Pour votre élégance, Pour votre confort, Hornschuch et Cie. 44, rue P.-Vail lant -Couturier, Malakoff (Seine) . ANDRE SOSKIN. Présente ii Viking ". 99, avenue du Maine, Paris (14' ) ; 69, avenue Aristide-Briand, Antony (Seine) . STEINER. ' Le Spécialiste du Siège contemporain. 63 à 67, boulevard Raspail. Paris. T.N.R. Tissus d'Ameublement. 80, rue Traversière, Paris (12' ) . ZOL. Le dernier·rié des Canapés.lits. B.P. n° 37, Paris (11 ' ) . WAIS. Aux poseurs de lino. 46, rue de Rivoli, Paris. BIJOUTERIE - JOAILLERIE CERESOLE. 16, rue Royale, Paris (8' ) . JANL YS. 20, rue de la Paix, Paris (8' ) . M.P. 8, place de la Madeleine, Paris (8' ) . BOISSONS SOURCES PERRIER, S.A. Le champagne des eaux de table. VODKA VYBOROVA. Importée de Polo· gne par Robert Delakupeian. Halle aux Vins, '22-23, Préau des Eaux de Vie, Paris V' . CHAUSSURE ANDRE. Le circuit court de la chaussure. 5 usines, 200 succursales. Pari s. CLARENCE. Chausseur. 38, avenue - de l 'Opéra; 24, rue Royale; 104, ChampsElysées, Paris. CYPRIS. Chausseur. 7 et 101 , rue de Sèvres, Paris. HENA. Dépositaire Séducta, Dior. 298, rue de Vaugirard, Paris (15' ) . ORPHEE. Chausseur. 54, boulevard Haussmann, Paris (9'). PIEDS SENSIBLES. 85, rue de Sèvres et 53, boulevard de Strasbourg. Paris. CINEMA STUDIO 43. Salle d'Art et d'essaI. 43, rue pu Faubourg-Montmartre, Paris (9' ) . EDITION - LIB,RAIRIE - EDITION D'ART - PRESSE OALERIE GUY SPITZER. Reproductions de tableaux de Maîtres. 14, rue La Boétie, Paris (8' ) . EDITIONS JEAN GRASSIN. « L'usage' de la parole" par Raph Feigelson. EDITIONS FERNAND NATHAN. Collection Enfants du Monde. EDITIONS SOCIALES. Vente Librairies et Odéon·Diffusion. 24, rue Racine, Paris. LIBERATION « Contre le racisme et l'antisémitisme, pour la paix et la démocratie ". LIBRAIRIE CLIMATS. 43, rue de Clichy, Paris (9' ) . FANFRELUCHES. Prêt à porter féminin. 296, rue de Vaugirard, Paris (15' ) . FI RER. Ensembles, Robes, Manteaux, Tailleurs. 52, rue René-Boulanger, Paris (10' ) . . FRANCINE CHAILLOT. Couture. 9, rue de Passy, Paris (16'). GALERIES D'ANTIN. Robes, Manteaux, Tailleurs. 46, Chaussée d'Antin, Paris. Ets JACQUES GOTE. Exclusivité Blanes et Harella de Londres. 37, faubourg Poissonnière, Paris (9' ) . HENRI HALPHEN. Tout pour l'élégance de la femme. 52, rue de Passy, Paris (16' ) . LlL. L'Elégance féminine. 70, rue de la Chaussée d'Antin , Paris. UN 'PR~CIEUX ENCOURAGEMENT L E magnifique programme de notre Gala, illustré par Kishka, comptait, cette. année, I~4 annonces, 39_ de plus que le précédent. Qu'il me soit 'perml~ tout .d abord, au nom du Bureau National du M.RA,P., de remerC.ler tr~s co~dlalement les commerçants et industriels_ qui ont voulu à l'occaSIOn de cette grande soir~e artistique, exprimer leur soutien actif à la cause que nous défendons. L'encouragement qu'ils nous apportent ainsi nous est tout aussi précieux que leur contribution matérielle. . La liste des .aimonceurs que nons 'publions' id - et qui, nous l'espérons, rettend!"a l'attentIOn de nos lect~urs - ~moigne de la grande diversité des profeSSIOns dans .lesquelles se sltuen.t les amis de notre Mouvement. Encore faut-il souligner l'apport particulièrement important des deux branches du Meuble ~t d~ l'Habillement, où les contacts ont été organisés d'une façon plus systemattque, grâèe ' au concours de plusieurs militants dévoués. Il convient qu'à l'avenir le rayonJ.1ement du M.RA.P. s'étende de même dans tous les secteurs représentés et dans d'autres encore, où nous ne manquons pas de bonnes volontés. C'est là une tâche à laquelle nous' devons nous consacrer en cOn~mU!l, afiri de. donner au M.RA.P. les 'moyens indispensables pour mener a bIen son actIOn et la renforcer. . L'un des instruments les plus 'utiles dont nous disposons est notre mensuel «. l).roit et Li?~rté », qui à travers d'innçl11brables difficultés apporte à des chzames de mlilters de personnes mformatlOns, arguments et directives. Inutile d'insister sur le fait que la presse en général, qui doit faire face ,\ c}'él!-0rmes cha~g~s, ne peut vivre aujourd'hu,i qu'avec l'apport de la publiCIte, a laquelle s ajoutent souvent des subventIOns ou des souscriptions. Un certain nombre d'annonces dans chaque numéro de « Droit et Liberté » dégrèveraient d'autant le budget du M.~.A.P., assureraient à l'~n et à l'autre de plus grandes possibilités. L'expérience déjà faite dans ce domaine et répétée plusieurs mois, durant cette année, devrait se renouveler plus fréquemment. Nous voulons croire que cette initiative rencontrera, dans les milieux intéressés, la faveur de nombreux antiracistes. Car les evénements nous pressent. L'actualité place quotidiennement au coeur des préçccûpations de tous les problèmes du racisme, des haines et des crimes Qu'il engendre. - Il nous faut réagir. Et l'opinion publique en particulier la jeunesse, demande toujours plus notre intervention sur les plans les plus divers -.: culturely judi ciaire, éducatif, pour fai re échec à ce fléau dont les plus larges masses constatent aujourd'hui la nocivité. Cet intérêt croissant pour l'action antiraciste, s'il nouS réjouit, nous pose aussi des problèmes d'organis~tion, de propagande, dont la solution' dépend en grande partie des ressources financiè res dont nous disposerons. Accroître les moyens du M.R A.P. c'est donc participer d'une fa;on particulièrement efficace à notre combat si ' nécessaire, qui suscite dans la France entière, tant de sympathie et de dévouements. . Hugues STEINER. PARIS MATCH · MARIE:CLAIRE . TELE 7 JOURS. TEMOIGNAGE CHRETIEN. « Combat toutes les formes de raèisme'" . VAILLANT. 21 contes racontés aux en· fants. S, boulevar.d Montmartre, Paris. STUPAP. Créations exclusives Papete· ries de Paris. ENTREPRISE TRAVAUX PUBLICS DEMENAGEMENTS DIMER. Transports internationaux. 11, rue des Petites-Ecuries, Paris (10' ) , Ets GRIMBERG. Spécialiste e,n chauffage central. 96, avenue de la Republique, Paris. L.A.H.O. Le matériel d'entreprise ef de travaux publics. 134, avenue AristideBriand, Bagneux (Seine). PLACAGES DU SUD·EST. Tranchage des bois indigènes et exotiques. Albigny-surSaône (Rhône) . FOURRURE • MAURICE KOTLER. 10, rue La Boétie, Paris (8' ) . HENRI KRZIWKOSKI. Compagnie FrancoCanadienne des Fourrures et Pelleteries. 15, rue de Paradis, Paris (10' ) . ROSAL. 71, avenue Franklin-Roosevel t. (Place Saint-Philippe-de-Roule) , Paris (8' ) . JULES SACK. « Visons à foison " . 22, rue Royale, Paris (8' ) . ANDRE SAUZAIE. 8, rue Monsigny, Paris. GRANDS MAGASINS BAZAR DE L'HOTEL DE VILLE. Ouvert chaque mercredi jusqu 'à 22 heures. HABILLEMENT AU MUGUET. Dernières créations parisiennes. 146, rue du Faubourg-Poissonni ère, Paris (10' ) . CAPRICES D'ANTIN. Robes, Manteaux. Ensembles. 58, Chaussée d'Antin, Paris. CATHERINE GERARD. Prêt à porter. 58 bis, Chaussée d'Antin, Paris. CLOTILDE. iCouture. 305, rue de Vaugirard, Paris ( 1'5' ) . COLOMBINE. Couture. 2, rue du Cherc he-Midi , Paris. DAVID. Jupes, Robes, Chemisiers. 61, rue de Cléry. Paris (2' ) . DOROTHEE BIS. Couture. 37-39, rue de Sèvres, Paris. LlNE MICHEL. Prêt à porter. 96, rue Lecourbe , Paris (15' ) . MARJORIE. Boutique. 63, rue de Sèvres, Paris. MAX JACOBS et Cie. Prêt à porter pour Dames et Jeunes Filles. 53, rue Réaumur, Paris (2' ) . MAURICE. Prêt à porter féminin en gros. 20, rue Rambuteau, Paris (3' ) . MON BEGUIN. Mode, Couture, Nou· veautés. 139, rue de Sèvres, Paris. NADINE BERGER. Collections Jeunes Filles. 52, rue de Sèvres, Paris. JULIEN OBAR. Habillement féminin. 66, boulevard Rochechouart, Paris (18' ) . PAMELA. Au service de l 'Elégance. 6, rue Halévy, Paris (9'). SIGUY. Manteaux, Ensembles, Robes. 36, rue du Caire. Paris. MANBY. Pour les Jeunes du XX· siècle. 9 et 14, avenue Victor-Hugo, Paris (16' ) . A LA GRANDE MAISON. De cinq à mille francs. 15-17, rue Auber et 1, boulevard Montmart re, Paris. HALPHEN FILS. Tout l'Habillement pour Messieurs et Jeunes Gens. 3, rue de la Pompe, Paris (16' ) . PRONUPTIA. Robes de mariées, Toilettes de cortège, Costumes et· Habits pour le marié et les invités. 16, rue du FaubourgMontmartre, Paris (9' ) . SIMTEX. Productions pour Hommes et Dames, Hiver, Eté. 43, rue Charlot, Paris (3' ) . C.I.V. VILMER. Vêtements de pluie et de sport, 39, rue du Ranelagh, Paris XVI' FELIX et FILS, Vêtements de pluie pour dames « Aquaviva " , 31, boulevard BonneNouvelle, Pari s. FUCHS, Spécialiste du manteau de ve· lours, 28, boulevard de Strasbourg, Paris. ROYALDAIM, Créations « Le Castor ", Vêtement de peau, 74, rue de Rennes, Paris. WETLESS, Imperméables, pardessus, chasse, 17, rue du Bouloi , Paris 1". SERVI-PRIX, 4, boulevard de Denain, Par is X'. TATI, Grand' choix de Textiles, 18-20, boulevard Rochechouart, Paris XVIII' . MERCERIE GENERALE, Fournitures générales pour Industries de l'Habillement, 12, rue du Caire, Paris Il'. PAULEJO. Maillots de bains, Ensembles de plages. 23, rue du Mali, Paris. EMINENCE, Sous·Vêtements, Paris. BAS DIMANCHE, Fabrique à Autun (S .et- L.) . FRA FOR, Manufacture de Bonneterie, 5 à 9, rue Brocard, Troyes (Aube) . SONBEL, Bonneterie pour Enfants, Pari s. Chemisiers - Tailleurs - Tricot BEREL, 12, rue de Sèvres, 2, rue Récamier, Paris. ELYSEES SOIERIES, 55, Champs-Elysées, Paris VIII'. MARSAL, 90, avenue des Champs-Elysées, Paris VIII'. SOCRATE TAILOR, 52, rue La Boétie, Paris VIII'. VILEY, Tout l'habillement masculin, 25, rue La Boétie, Paris VIII'. BAULlP, Fabrique de Tricots, 19, rue de Cléry, Paris Il'. MARCOLAS, Créations Tricots, Jersey, 107, rue Réaumur, Paris. REMY, Tricots, Couture, 422, rue SaintHonoré, Paris. TRICOLOR, Spécialité Pulls, Robes, En· sembles en Jersey, 87, rue d'Aboukir, Pari s. TRICOSA, Tricots de luxe, 25, rue Royale Paris ViII'. . TRICOSIM, 41, rue du Sentier, Paris Il'. VALMY TEXTILES, 93, quai de Valmy, Paris X'. LA CRAVATE MARINA, 15, rue de Cléty, Paris Il'. Tissus - Soieries Etablissements B. ARTMAN, 26, rue de Rivoli , Paris IV'. MARMOR, Les Tissus made in France, Paris, NICO·SUZANNE, Soieries, Lainages, 12, rue de Steinkerque, Paris XVIII'. . TISSUS SAINT·PIERRE, Tissus, lainages, Tergals, Cotonnades et Soieries, 3, rue de Steinkerque, Paris XVIII'. HYGIENE - SANTE L'AIDE MEDICALE. Au service de VO,tre santé. 14, rue de Paradis, Paris X'. GRAND HAMMAM SAINT·PAUL. 4, rue des Rosiers, Paris IV'. Q.TIPS. Cotons·boules et cotons·tiges. 31 -33, rue du Landy, Saint-Ouen (Seine) . MAROQUINERIE BAGAGERIE. Sacs exclusifs du monde entier. 13, rue Tronchet, Paris. BERNAL. Maroquinerie, Voyage. 110, boulevard de Sébastopol, Paris III' . DAL. Voyage, Gants, Parapluies. 129, rue de Sèvres, Paris. FRANY. Toute la Maroquinerie, Tout le Voyage. l , rue de Sèvres, Paris, PARFUMS - CADEAUX CHUNN. Parfums de luxe. 43, rue Richer, Paris IX'. EDEN. Parfums, toutes les grandes marques. 3, rue du Helder, Paris. LABORATOIRES RENE RAMBAUD. Spé· cialités pour la beauté. Paris. MICHEL SWISS. Parfums, Gants, Echar· pes, Cravates, Sacs du soir. 16, rue de la Pai x, Paris Il', RADIO - PHOTO - TELEVISION COMPTOIR TRANSITOR. 7, boulevard StMartin. l , rue René-Boulanger. 134, rue de Rivoli , Paris. FISCHER. Radio-Télévision. 96, boulevard Magenta, Paris X'. F.N.A.C. Radio, Télé, Photo, Ciné, Haute Fidélité, Electrophones, Disques, Electro· Ménager, 6, boulevard de Sébastopol, Paris IV'. NATION·AUTO·RADIO. 24 bis, place de la Nation, Paris XII'. ODIOVOX, Télé, Radio, Electrophones, Electro·Ménager. 124, avenue Générai-Leclerc, Paris XIV', SCHNEIDER. Radio, Télévision. Paris . TELEMARQUE. Campagne de La!1cement 2' chaîne, 83, faubourg du Temple, Paris X'. TELEPARIS. Des prix de la belle époque. Six magasins Paris et Province. RESTAURANTS ·L'OASIS. Chez Edith, Spécialités créo.les. 12, rue Gît-le-Coeur, Paris VI'. RESTAURANT HENRI. 9, passage Basfroi, Paris XI '. TOURISME - LOISIRS CAMPING COQUILLIERE. Equipements sports, Bonneterie. 39, rue Coquillière , Paris 1". EUROPCARS. Location sans chauffeur. Paris. NAUTISPORT. Matelas pneumatiques, kayaks, pliants, hart-sjoux. 18, rue Pradier, Paris XIX' . OFFICE VOYAGES LAFAYETTE. Organi· sation tous séjours France et Etranger, voyages organisés en U.R.S.S. et- Israël. 18, rue Bleue, Paris IX'. ' LE REFUGE. Un technicien vous conseillera. 44, rue Saint-Placide, Paris VI'. GRAND BAL ANNUEL, REVEILLON DE NOEL, mardi 24 décembre, Salons du Pa· lais d'Orsay, organisé par "Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs. lTHÉA TRE ..... T E VICAIRE » se présente au { L théâtre de l'Athénée comme la version franGaise condensée d'une pièce allemande pratiquement irréalisable en sa forme originale, puisqu'elle devrait tenir la scène pendant six à sept heures. Pour l'Angleterre, la Hollande, l'Alle' magne elle-même, l'Italie, des adapta- tions ont été données, différentes les 'unes des autres. Elles posent toutes, en premier lieu,. un problème : l'attitude ·des chrétiens en général, du Vatican, . ·en particulier, devant la destruction systématique du peuple juif par les nazis. L'auteur, Rolf Hochhuth, est allemaild. En 194I, il avait dix ans. Il s'est demandé, en grandissant, comment le 'massacre, dont sa génération devait plus -ou moins prendre conscience, avait pu se consommer. Se consommer dans un monde qui compte un demi-milliard d'hommes sc réclamant du Christ... On dit la pièce basée SUl' les faits historiques, soucieuse de suivre la réalité ·de très près. On la dit, en sa version franGaise tout au moins. truffée de l-é- pliques qui seraient paroles authentiques. On dit que tous ces personnages importants ont été personnes vivantes ... Les artistes chargés de servir le texte, -de iouer périlleusement ces personnages, s'effacent, dit-on, au point d'être g-ênés -par les applaudi ssements. Dans la salle, les applaudi ssements semblent (l'ai lleurs insolites. Il arrive que le public, paralysé par l'émotion . demeure comme pantois. troublé, angoissé. Il est incontestable que yoilà une pièce pas comme les ~aùtres. Mettre hors d'état de nuire les trublions ! Le 11 décembre, le M.R.A.P. a rendu publique la déclaration suivante: Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) flétrit, avec indignation, les manifestations qui ont eu lieu au Théâtre de l'Athénée, lors de la 'première représentation du Vicaire, de Rolf Hochhuth. Les problèmes posés par cette pièce, dépassant les questions de personnes • • sont de ceux qui méritent l'intérê.t et la réflexion de tous les honnêtes gens et on ne peut que se féliciter qw'ils aient été portés à la scène. Les discussions mêmes que peut susciter le Vicaire, les éclaircissements et préCisions qu'il appelle, . contribuent à en faire une oeuvre utile, dénonçant les méfaits du racisme, soulignant la responsabilité de chaque homme devant la haine et le crime collectif. Le M.R.A.P. demande que des dispositions énergiques soient prises pour mettre hors d'état de .nWÎre les trublions et provocateurs qui,

1 aux cris de « Vive Hitler! » vou'

draient empêcher la représentation ~ C;::ai~:tte pièce profondément hu- L::' l::i---- Il faut voir «Le Vicaire» Mais il ne saurait être question ici de critique, d'aucune sorte. D'ailleurs la représentation à laquelle par Marie-Magdeleine CARBEl le M.R.A.P. a été convié se voulait une . « répétition de travail » et la vraie critique ne sera, je crois, appelée à juger le spectacle que peu avant Noël, vers le 20 décembre. Nous voulons ici rendre hommage à Mme FranGoise Spira, directrice de l'Athénée, à ses collaborateurs dont nul ne contestera le courage, la valeur, le dévouement. Notre dessein est aussi de prévenir nos lecteurs qu'il se passe à l'Athénée quelque chose de nouveau. Du point de vue technique et artistique, certes, quelque chose de neuf, mais du point de vue humain, quelque chose de grand, de bouleversant d'exceptionnel. On , dit que dans les pays voisins, l'opinion, conscience alertée, manifeste respect, admiration, indignation, jamais froideur. On prend parti, on s'affronte, on se bouscule, même, .dans les salles. Que nos lecteurs en soient avertis, le problème posé est le nôtre. Nous devons l'aborder l'esprit net de tout préjugé, le coeU1- lavé de toute haine. Pourquoi fermerions-nous les yeux devant la réalité ? Quelles que soient nos Deux livres sur opinions et nos croyances, et aussi, et surtout, si nous sommes chrétiens et catholiques, nous regarderons froidement, gravement, ce qui doit être pesé et médité. Pas une de nos prières, pas une de nos cérémonies, à nous autres, catholiques romains, ne se passe de « l'agnus dei qui tollit peccata mundi », pas une qui ne nous invite à nous frapper la poitrine... Personne n'approche de la table sainte sans prononcer un pressant, un ultime appel à la grâce, à la parole de grâce qui doit nous laver de toute souillure. Le crime est odieux. Mais plus odieuse encore l'hypocrisie, le refus du mea culpa. ZOLA Au moment où Armand Lanoux vient de recevoir le Prix Goncourt pour son roman « Quand la mer se retire» dans le.quel.il s~igI?atise les horreurs de la guerre, OIl ne manque pas de rappeler qu'il fut le biographe brillant et paSSIOnne d'~mlle Z.ola •. ave~.le célèbre « BO,njour Mon.sieur ?-ola», publié il y a quelques années. Armand Lanoux, comme celUi dont Il dit qu Il fut son « maitre », a pns partI dans le combat contre la haine. Son soutien ne fait .iamai~ défaut aux grandes ,?a:npa~nes q~e f!1ène le M.R..A .P.pans notr~ de!"nier numéro, on pouvait voir sa signaLure parmI celles des personnalItes qUI expnmaient leur solIdante aux antIracIstes américains. La premiere page du « Petit Journal li rendant compte du procès intenté r. Zola après la publication de « J'accuse li (Album Zola, page 285). Quant à Emile Zola, il fait l'objet, cette saison, de deux nouveaux livres', qui viennent à leur tour témoig- ner de l'intérêt permanent que susciste l'auteur de « J'accuse ». L'un, l' « Albltm Zola », édité chez Gallimard, clans la col lection de la Pléïde, est une iconographie COlllmentée particulièrement attachante. L'autre, une biographie d/Alexandrine Zola, parue aux Editeurs Français Réunis, éclaire la vie privée du grand écrivain. Les auteurs de l' « Album Zola », Henri Mittthand et Jean Vidal, ont réuni 470 documents. admirablement présentés, qui illustrent non seulement la carrière ct l'ceune de Zola. mais aussi tous les événements 1 ittél'aires, at-tistiques, sociaux et politi ques auxquels il a été mêlé. Le C01l1 - lllentail-e bref rot 1)récis qui les éclaire, contribue à nous I-estituer d'une façon frappante toute une époque, et de ce fait, nous permet de mieux comprendre l'homme. L'affaire Dreyfus, en particulier, se trouve illustrée par nombre de photos, dessins et et caricatures. Il faut remercier Henri Mitterand, l'animateur de la Société des Amis d'Emile Zola, et Jean Vidal, réalisateur d'un excellent court-métrage sur Zola, d'avoir mis ainsi leurs connaissances et leur documentation à la portée d'un large public, qui feuilletera cet ouvrage awc 11n vif intérêt. . * • L'auteur du second livre. « Trentchuit années près de Zola », est le cousin d'Alexandrine Zola. Il donne de sa cousine et marraine un portrait véridique qui détruit les légendes malveillantes et les propos qualifiant de cc veuve abu~ sive » l'admirable femme du grand écri 7 vain. Albert Laborde nous apporte non seulement son témoignage personnel et émouvant, mais il cite la correspondance échangée entre les membres des familles Laborde et Zola, se gardant d'outrepasser cette l-ec0111mandation d'Einstein qu'il met en exergue : « Un homme a droil à sa ~'ic prÎ'l'él', même après sa 1/I0rt. » Albert Lahorde stigmatise les propos qui « OHt alteint 1I0n seulement Emile X OICl, 1IlaÎs al/ssi sa femme qui SIÜ partaqer fièrement, toltionrs à ses côtés, les désillusions, les in.i1tres, la calomnie )l. Notre président, Pierre Paraf, tans la préface de cette biographie, écrit, à prooos cl'A Ibert Laborde : « Qui POI/' i'ail lIIiclIX que lwi sortir de son ombre discrèll' - en éclairer certains de ses aspects qlle des évocatiOtls un peu fall- 100'sislcs a ... ·aien,t de bonne foi déformées - . la 1II0illS abllsÎz'1' , la pll/s admirable tI('s "; '('1I7 '('S » (Suite page 14.) J'ai peur pour l'Amérique (SU ITE DE LA PAGE 7.) Comme dans la plupart des oppressions -de peuple à peuple, on retrouve ici un impitoyable mécanisme d'élimination systématique. Le désir profond, caché ou avoué du blanc est d'exc lure totalement le noir de son horizon. Et puisque ce discours est celui de la dern ière chance, Baldwin est .allé jusqu'au bout de sa pensée : à la limite, ce que souhaite le blanc, c'est le meurtre du noir. Ce que les Allemands, autre nation blanche et chrétienne, ont tenté contre les jUifs, pourquoi les Américàins ne l'essayeraient-ils pas un jour contre leurs noirs ? Le lecteur protestera ulïe fois de plus en lisant ce texte implacable. Nous croyons au contraire que Baldwin a entrevu là une vérité effroyable; de même que le pogrom n'est pas un accident de l 'histoire du juif, mais la cristallisation, l'exaspération, d'une situation endémique, le lynchage, la pendaison et le bûcher ne sont que le passage à la limite des sentiments véritables de l'homme blanc à l'égard du noir ( ... ). DES lors, comment s'étonner de la conclusion à laquelle nous sommes ri goureusement conduits ? De la riposte nouvelle que préparent les jeunes générations noires ? Toutes les fausses issues ont été essayées par leurs aînés. aucune n'a pu les sauver : ni la soumission, ni la ha ine, ni la réuss ite économique; ni la religion et l'Eglise, ajoute Baldwin qui a prêché en chaire. Aucune solu· tion n'est efficace tant que le contexte demeurera. Puisque c'est toute la société américaine qui met l'existence du noir en question, il faut mettre en question l'existence de cette société_ En réponse à une oppression absolue, il en appelle à une révolte absolue. La révolte absolue est celle qui n'ayant plus rien à sauvegarder n'est plus arrêtée par rien: Ni par Aa peur de mourir, ni , peut-être plus gravement encore, par les valeurs communes avec l'oppresseur. La révolte absolue, c'est la guerre, la découverte de la violence et de la crainte qu'elle inspire. Nous avons entendu l'autre soir, à la Télévision, t'un des chefs des Black Muslim : l'homme nous a fait horreur par sa haine totale des blancs, sa détermination froide de les exterminer tous, s'il en avait un jour le' pouvoir. Mais comment nier que son analyse fût correcte ? Que seule la crainte, que les noirs pourraient éventuellement inspirer, aurait quelque chance de faire reculer l'oppression ? Baldwin, l'homme et l'écrivain, refuse pour sa part de les suivre jusque-là. Ses am is sont blancs, il confierait sa vie à certa ins d'entre eux, il est pour les mariages mixtes, il se battrait au besoin contre le fanat isme des Black Muslim. Mais il faut prendre garde à ceci : par-de là les sottises démagogiques des Black Muslim, il n'y a pas de différence fondamentale entre eux et les plus modérés des noirs américains. « Bien qu'idéo logiquement en ~ nemis, écrit de son côté Lomax, Mohammad et Martin Luther ne sont séparés que p'ar une mince ligne 'n ( ... ). DEVONS-NOUS avouer aussi, qu'après la lecture de son livre, nous sommes plus effrayés que Baldwin lui-même? Il veut croire que la menace est encore différée. Next Time, the Fire. Les blancs et les noirs de bonne volonté peuvent encore s'unir et faire recùler la catastrophe'. Mais comment'? Si l'on renverse sa proposition négative, on obtient ceci : il faut que les Américains acceptent de devenir une nation de métis. Mais, ou nous nous trompons lourdement, ou les Américains blancs, ceux du Nord y compris, sont aussi loin que pOSSible d'un tel bouleversement. Non que l'idée en soit délirante. Si l'on exclut la partition (ce que réclament les Black Muslim) on ne 'voit guère d'autre issue. Après tout, la véritable solution des drames colon iaux de notre épo: que aurait été celle-là : une interpénétration acçélérée des populations. Mais quel colonisateur, 'même très ouvert, même progressi~te, l'a seulel1lent envisagée ? Peut-être y a-t-il des moments dans l'histoire des peuples où ils ne peuvent qu'être aveugles et sourds, même si la guerre et la destruction sont à leurs portes. Or, si la . description de Baldwin est juste - et i! est trop convaincant pour qu'elle ne le soit pas - la catastrophe est maintenant éiU coeur même de la nation américaine. li se serait produit en Amérique une transformation irréversible: le noir américain sait maintenant qui il est et quelle est sa place réelle au milieu de ses concitoyens. Lorsqu'un opprimé a entrevu la possibilité d'être libre et qu'il accepte d'en payer le prix, il est vain d'espérer encore !a paix pour longtemps. Si le problème a été correctement posé par Baldwin : ou une nation de métis ou la guerre, alors nous avons réellement très peur pour l'Amérique et les Américains. Albert MEMMI. - - - 14 Pour les jeunes P EUT-El'RE parce que c'est un sujet difficile 'à traiter pour les enfants, peut-être parce que les auteurs qui écrivent pour eux ne le jugeaient (bien à tort) ni utile, ni intéressant, toujours est-il .que parmi les livres destinés à la jeunesse, exception faite pour le remarquable roman de Colette Vivier « LA MAISON DES QUATRE-VENTS» (1) décrivant les jours d'occupation, la Résistance à Paris, (;!t qui la première, parla des déportations, exception faite également pour « C'EST DElA MIDI », de Marianne l':lonestier, où des enfants prennent part à la Résistance, oeuvre sobre et sans faux lyrisme (Bourrelier, 4 F. 50, lecteurs 10-12 ans), on ne trouvait guère jusqu'à présent, du moins à ma connaissance, d'ouvrages directement consacrés à la période 1939-45, qu'il s'agisse de guerre, de Résistance ou de déportation. Or voici que, récemment, et presque coup sur coup, ont été publiés trois romans qui, tous les trois, se réfèrent à ces sombres années : Le Capitaine Printemps, de Pierre Gamarra; Un Lycée pas comme les autres, d'Yvonne Meynier et, traduit de l'allemand, Mon ami Frédéric, de Hans Peter Richter. Dans les maq'uis pyrénéens LE CAPITAINE PRINTEMPS a pour cadre un petit village des Pyrénées. Là sont venus se réfugier, chez des cousins fermiers, un gamin parisien, Jean, celui qui raconte ses souvenirs, et sa mère. Le père est prisonnier. Sous la plume du narrateur apparaît le paysage, sa douceur. Tout paraît si calme dans ce village. Rien ne semble devoir l'atteindre. Et pourtant... on attend les lettres des prisonniers, tous les soirs on écoute la radio anglaise, un vieil homme juif, réfugié à par Natha CAPUTO brant de chaleur, de courage, d'espoir, d'amour filial et maternel, par son accent de sincérité et d'authenticité, est porteur d'une émotion contagieuse. Il sera surtout compris et appréciée par des lectrices entre 12 et 15 ans. (G.P., 6 F 75.) Naiss.ance et croissance du nazisme MON AMI FREDERIC, écrit par un sociologue allemand, a obtenu le Prix du Livre de Jeunesse 1961, en Allemagne. En décrivant l'enfance et l'ado- « Hitler -connais-pas )} clont il n 'est plus maître, et son écoeurement ensuite. Un livre de la puissance cie celui-ci devrait se trouver dans toutes les bibliothèques de jeunes, filles et garçons, à partir de 13 ans. Il serait, en particulier, nécessaire que les jeunes « Hitler-connaispas », s'y dessillent les yeux, et bien des adultes y découvriraient ce que peut·être ils n'ont pas encore voulu voir ni com] lrendre. Aucun chapitre ne porte de titre. Seul Ull numéro le désigne. Mais à la table des matières, chacun dc ces numéros est accompagné d'un titre suivi d'une date, laquelle place l'épisode conté par rapport aux événements historiques, dont une table chronologique détaille le déroulement. Cette table chronologique, dans sa sécheresse, est peut-être encore plus saisissante que le récit lui-même. On y voit, à partir de 1933, les décrets se suivre à une cadence qui s'accélère, tombant comme des couperets, privant leS juifs des droits les plus élémentaires, les pourchassant, confisquant leurs biens - et ceci : 16 juin Des livres qui apprennent à aimer ET puisque nous sommes a la veille de Noël, voici quelques très beaux et bons livres â conseiller : AU-DESSUS DE 13 ANS : Contes et Romans Nationaux et Populaires, d'Erckmann-Chatrian, qui étaient devenus introuvables, et que J.-J. pauvert a réédités intégralement en 14 volumes très bien présentés, ornés des illustrations de l'Edo Hetzel (33 F le volume). Allan Montagu, d'Upton Sinclair (excellente traduction de Mad. Gilard). Ce beau roman, qui s'étaie sur des données historiques, montre comment un fils de planteur du Mississipi, habitué aux moeurs du Sud, sent s'ébranler ses convictions, après un séjour dans le Nord. La sauvage chasse à un Noir à laquelle il assiste et qu'il tente de sauver, cristallise en lui ce que son esprit était prêt à admettre, et il {ra combattre aux côtés des Nordistes quand éclatera la Guerre de Secession. (Ed. La Farandole, 9 F 60.) Delacroix. Magnifique album où Delacroix est présenté aux jeunes avec intelligence et simplicité, par Olga Wormser. En face de chaque reproduction (elles sont toutes en couleurs), au lieu de commentaires, prennent place un texte d'un contemporain du peintre, des extraits de sa correspondance ou de son journal. (Ed_ La Farandole, 27 F.) AU-DESSUS DE 12 ANS : La Case de l'Oncle Tom, dans une nouvelle traduction, et la meilleure adaptation à ma connaissance, due à Victor Stephani. Elégante présent.ation club, couverture pleine toile, 12 lithographies. (Club Français du Livre, 15 F 50.) Histoire des Jeux Olympiques, par Maurice Colinoll. Très intéressante et vivante documentation, d'un esprit vivement àntiraciste, illustrée de photographies. Très d'actualité, pUisque le centenaire de la naissance de Pierre de Coubertin, rénovateur de ces Jeux, est commémoré cette année. (Gedalge, 5 F.) 12-14 ANS: L'Appel du Renard blanc, de W. Lindquist. Roman se déroulant dans l'Alaska, autour de l'amitié de deux jeunes garçons, l'un Esquimau, l'autre Américain, d'une grande puissance suggestive par ses détails véridiques et la qualité dramatique des épiSOdes. Ed. de l'Amitié.} 10-12 ANS : l'auberge, partira, et l'on saura qu'il a été pris, déporté avec d'autres dans des wagons plombés; un chapitre a pour titre L'Etoile jaune, et la condition des juifs en France occupée y est décrite ; on sait que dans tous les pays d'Europe des milliers d'êtres humains sont arrêtés, enfermés dans des camps, torturés, brûlés dans les fours crématoires; que les patriotes sont traqués. Au village même, toujours si paisible en apparence, des évadés, des parachutistes sont hébergés dans la terme des cousins ; la Résistance s'organise : l'instituteur, le facteur, les ëôusins, père et fils, les voisins y jo~ent leur rôle. Jean aussi, qui aide à orgamser l'installation des Résistants dans les bois environnants et qui est chargé des liai· sons. Un soir, son père, qui s'e'st évadé, est revenu. C'est lui qui sera, à l'insu de sa famille, l'insaisissable Capitaine Printemps, responsable de plusieurs maquis. !UlIs/ratio1l exf-raite de « Mon ami Frédéric» (Desclée de Brmtwer, éditettr) La Petite Fille d'ailleurs, de Hertha von Gebhardt, où le comportement des enfants vis·à-~is de cette petite fille, ,qui n'est PWi de « leur » rue, est le reflet de celui ,,de bien des adultes. Il suffira cépendant qu'un garçon se désolidarise du groupe hostile pour que tout change. Un des plus charmants livres parus récemment. (G.P.,

1 F 20.)

La montée dramatique du récit est menée progressivement : coups de main des maquisards, représailles 'allemandes, villages proches incendiés et, enfin, point culminant, les bois derrière le village sont le théâtre d'une attaque allemande, tandis que dans la nuit, Jean et les siens escortent un convoi de ravitaillement. Cependant, ToulQ1,1se est libérée, la délivrance est proche. E:vocateur dans les détails, riche en renseignements, ce récit est construit dp façon à convenir aux jeunes - entre 11 et 13 ans - auxquels il apprendra beaucoup. Quant à la langue de Gamarra, elle est ce qu'elle est toujours, belle et poétique. (Ed. La Farandole, 4 F 50.) Une petite fille juive l dans Le Capitaine Printemps, l'ac, S ~ent est mis sur l'atmosphère d'un village durant la guerre et la Résistance des maquis, UN LYCEE PAS COMME LES AUTRES montre, à travers les lettres échangées entre une mère et ses filles, ce qu'a été, dans une ville, Rennes, l'occupation : les bombardements terrifiants, la crainte des arrestations, les restrictions de toutes sortes, les tickets, les queues, la chasse aux vivres et, d'autre part, la vie pénible imposée aux élèves du lycée de filles évacué et réorganisé, plus mal que bien, dans un village moins exposé, jusqu'au mois d'août 1944; les classes faites dans des garages, des magasins, les élèves et les professeurs disséminés chez l'habitant, la nourriture insuffisante, le manque de vêtements, de chaussures, de charbon. Pour les vacances de Pâques, la plus jeune des fillettes demande à sa mère d'inviter une de ses camarades, une petite fille juive, dont les parents ont déjà été pris par les nazis. Mais l'enfant est arrêtée à son tour. La lettre à la mère, relatant l'événement, frémissante de chagrin, d'indignation, de révolte, ira droit au coeur des lecteurs. Néanmoins, tout n'est pas sombre dans ce livre. Le rire et les situations comiques y conservent leurs droits, Justement dosés. Ce livre généreux, vilescence (f925-1942) de deux garçons allemands nés presque le même jour, habitant la même maison dans une ville quelconque allemande, fréquentant la même école, partageant les mêmes jeux, l'auteur trace un magistral et saisissant tableau de la naissance et du développement de l'antisémitisme en Allemagne. Un des garçons, Frédéric, est juif, mais l'autre, son cama· rade, ne l'est pas. Et c'est ce dernier qui évoque tous les épisodes passés. Courts, précis, vivants, Hans un mot de trop, sans le moindre commentaire, les chapitres déhlent l'un après l'autre, comme des scènes brusquement éclairées par un flash de lumière. D'abord les années heureuses. Rien ne différencie les deux enfants. Les années passent. Et chaque scène apporte un élément nouveau, caractéristique, que les deux petits garçons r:omprennent mal et subissent

graffiti injurieux sur les murs des

maisons juives, boycottage des magasins juifs, leçons faites aux enfants par un forcené nazi décrivant les monstres juifs et le danger qu'ils représentent, accusa· tions injustes soutenues par la police et la foule, efforts du propriétaire pour se débarrasser de cette famille juive, le père de Frédéric, bien que fonctionnaire, chassé de son emploi; les élèves juifs obligés de se regrouper dans des écoles juives, etc. Puis 'viennent le pogrom, la dévastation, le pillage des appartements juifs, l'étoile jaune, les interdictions de toutes sortes. Au début, des hommes loyaux prennent la défense des juifs, puis petit à petit le silence se fait, l'isolement les entoure. Sa mère tuée au cours du pogrom, son père arrêté, Frédéric se terre. Il revient un soir, affamé. Les sirènes hurlent. Resté seul dans l'appartement de ses amis afin de ne pas étre reconnu ni les compromettre, il ne peut résister au b~9in de courir vers l'abri, tant le bonibarc!ement est devenu meurtrier. Chassé de l'abri en tant que juif, il sera trouvé mort parmi les ruines, l'alerte passée. Un tel accent de vérité, une telle intensité dramatique se dégagent de ce réeit construit par pe· tites pelletées, qu'on en reste bouleversé. Et je n'ai pas parlé de la justesse psychOlogique des personnages, des changements progressifs de caractère, de rapports ; de la grandeur des uns, de la bassesse des autres, des raisons de certaines lâchetés et d'une scène, entre autres, où « l'ami de Frédéric » raconte comment, lui-même, armé d'un marteau, a contribué à démo· lir des meubles dans un logement pillé, saisi d'une sorte de frénésie contagieuse 1933 : il vit en Allemagne 300.000 juifs. 17 mai 1939 : 215.000 juifs vivent encore en Allemagne. 31 juillet 1941 : début des mesures « d'anéantissement ». 1er janvier 1942 : 130.000 juifs vivent encore en Alle· magne. 1er septembre 1944 : 15.000 juifs vivent encore en Allemagne, .. Une excellente traduction, dans une langue sobre et 'sans défauts, contribue encore à la grandeur de cet ouvrage que l'on n'ose appeler « roman ». Je ne fais de réserves que pour la préface de G. Duhamelet, écrite pourtant avec une émotion généreuse et sincère. Présentant les deux garçons, elle dit : « L'un est juif ( ... J, l'autre est aryen. » Qu'est-ce à dire? Voyez comme les leçons nazies ont laissé leur trace! Et plus loin : « Tous les hommes sont frères, tous ont été créés par le même Dieu, rachetés par le même Dieu et promis au bonheur dans le sein du même Dieu. » On aurait pu se passer de ce commentaire. C'est avant tout une affaire humaine, et non une affaire religieuse. D'autant plus qu'elle ajoute « Peut-être aurait-on souhaité dans ce récit, en face de l'admirable piété des juifs » (qu'elle exagère, car ce sont des rites courants : sabbat, Bar-Mizzwah et prière des morts - sans plus) « voir s'épanouir la vie chrétienne de l'autre famille? Elle semble au contraire étrangère à toute spiritualité ». Geneviève Duhamelet n'a, t·elle pas compris que justement, là réside la pUissance du livre, qui serait affaiblie s'il s'était agi de sentiments pieux? (Desclée de Brouwer, 5 F 40.) 9-11 ANS : Ali, Jean-Luc et la Gazelle, de Jacqueline Cervon. La vie des Somalis nomades. (G.P., 4 F 30.) DES CONTES: Contes d'Andersen. Nouvelle traduction, dans une très belle langue, par AnneMathilde Paraf. Excellent choix, texte intégral. - Illustrations de Trinka - Très beau volume. (Gründ, 10 F.) Contes Bleus et Contes Rouges du Chat perché, de Marcel Aymé. Magnifique édition nouvelle illustrée avec art, originalité et esprit, par Palayer. (Le volume, 25 F.) Vingt et un contes. Joli choix de textes inédits, illustrés par Moreu, Tillard, Tru· bert. Ed. Vaillant, 8 F 50.) Et pour les plus petits : Jojo le Capitaine courageux, aventures d'une souris née sur un bateau. Images vives et drôles de Moreu. (Nathan, 3 F 85.) Mathieu, le petit Lièvre qui voulait faire des glissades, par J . Novak. Charmant conte instructif. (Ed. Vaillant, 6 F 90.) Et pour terminer, les albums : Pipolin, riche en jeux et en contes. (Ed. Vaillant, 6 F.) Roudoudou, Riquiqui, ou plus épais, Roudoudou et Riquiqui, charmants recueils aux récits pleins de fantaisie, inspirés par la vie de tous les jours. (Ed. Vaillant" 3 F 5(1 et 6 F 50.) (1) Devenu introuvable. DEUX LIVRES SUR ZOLA (Suite de . I.a page 13) A l'époque' de « J'accuse », l'auteur nous donne une belle évocation du climat et des répercussions familiales que la prise de position de Zola entrainait : « Le lendemain de la nuit de veille où Zola écrivit sa lettre fameuse, ma mère et 1na soeur allèrent tenir compagnie à leur cousine, rue de B1'1txelles, dans la vaste chambre où le lit se trouvait isolé derrière 1tne haute grille en fer forgé. « Alexandrine Zola attendait, dans WL état d'émotion non dissimulée, le retour de son mari. Celui-ci avait apporté le manuscrit à l'Aurore et « ce matin, di « sait-elle, tandis qu'Emile écrivait en « core, .le suis entrée dans son bur,eau, « sans aucune intention p.récise, comme « il m'arrive parfois de le faire; mais, « son regard m'a foudroyée, et j'ai dis « paru! » « A1t milieu de cette conversation intime rapporte ma Soe1tr, Zola ouvrit soudainement la porte. Avec un maintien éner.qique, un port de tête décidé, des gestes fermes, coiffé d'un chapeau haut' de forme négl'igemment mis en biais, il avait, ~araît-il, ~m air d'illttminé, dont le sOtwemr de grandeur fIe pourra .lamais parfaitement s'exprimer, ni s'effacer. » Une oeuvre que voudront lire tous les amis et les admirateurs de celui que Pierre Paraf appelle, dans sa préface, le « chevalier barbu aux syllabes flam boyantes ».

Notes

<references />