Droit et Liberté n°134 - mai 1954

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • 27 Juin: 6éme journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme pour la paix page1
    • Abetz reviendra-t-il à Paris (comme ambassadeur d'Adenauer) page1
    • Les classiques français de la fraternité humaine: Emile Zola présenté par André Maurois page1
    • Il nous faut un milion dans les prochains jours! (parution de Droit et Liberté) page1
    • Une victoire des forces antiracistes: Wells gracié (U.S.A.) page1
    • Deux poids deux mesures dans les allocations familiales page1
    • Mac Carthy découvre ses batteries antisémites par Roger Maria page1
    • Au théâtre Monceau, Georges Soria livre bataille à la peur par Louis Mouscron page1
    • Nous voulons les applaudir! (annulation des ballets soviétiques à l'Opéra) page2
    • Après la libération d'Otto Abetz: réactions de Vercors, V. Jankelevitch, Gaston Maurice, Jacques Debu-Bridel, Henri Hertz, P. Tubert, E. Fleg, P. Paraf, Grand rabbin Kaplan page3
    • Une commission d'enquête américaine constate: l'antisémitisme renait en Allemagne Occidentale page3
    • L'insurrection du Ghetto de Varsovie à travers les journaux et les tracts de la Résistance polonaise page4
    • Les peuples tournent les yeux vers Genève (Conférence, cessez le feu Indochine) page4


Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

27 .JUIN 110

' CONTRE LE RACISME

ET L· ANTISEMITISME N° 134 (238) MAI 1954 30 FRANCS Appel POUR LI PAlK -E dimanche 27 Juin à L Paris se déroulera la 6 · Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pOUl' la palx. Par cette manifestation, les délégués du peuple de Franoe, représentant tous les mIlieux sociaux, religieux, culturels et politiques exprimeront avec foroe la volonté nationale de ne pas tolérer les exoitatlons à la haine entre les citoyens et aux discriminations ent.re les races. EN effet, encouragés par les libérations, grâces et amnisties, les éléments les plus corrompus de la « collaboration » se reconstituent en ligues et associations multiples où ils reprennent leurs activités passées. Disposant de puissants moyens financiers et assurés de l'Impunité, ils inondent le pays de Journaux et de revues racistes et antisémites. Dani le même temps, de paislblea travailleurs et étudiants d'outre-mer sont trop souvent l'Objet de traitements discriminatoires et repressifs Inadmissibles de la part de certaines sphères de l'administration e~ de la police. Le développement du racisme et de l'antisémitisme dans notre pays est favorisé par le soutien qu'apporte le gouvernement français à la renaiiSanoe du nazisme en Allemagne de Bonn, dans le cadre de la politique soi-disant « européenne :D, dont la libération du crIminel de guerre Otto Abetz est la plus récente illustration. Entre autres périls que ferait courir à la France et à la paix l'adoption de la prétendue « Communauté Européenne de Défense », celle-ci entrainerait une aggravation du racisme et de l'antisémitisme, aux conséquences Incalculables. IL Y a dix ans, le peuple de France, uni, chassait l'occupant abhorré, dont "abominable racisme reste G8»,}/O .t,IX 1'lunire des malheul'$, de la patrie. AUM Il se dresse, uni, Le 6 mai à rHôtel Moderne, -à Paris, s'est tenue, sous la présidence de M. Léon LYON-CAEN, une importante session du Comité d'Action du M.R.A.P. A l'issue de ses travaux, a été adopté l'appel que nous publions ci-contre, pour la 6" Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. (Voir en p. 2 le compte rendu de la session du Comité d'Act;on'.) AB.ETZ reviendra-t-il Paris (c~mme ambassadeur d'Adenauer) pour y taire régner « l'esprit européen» Sa mi•s e en liberté soulève dons fouf le pays • une vive émotion OTTO Abetz libéré 1 Il n'est pas de Français, sans doute, qui n'ait ressenti un choc en apprenant, à la veille de Pâques, cette nouvelle. On a beau savoir ce qu'est la C.E.D.; on a beau suivre et dénoncer les libérations en chaîne de criminels de guerre - il est difficile, au premier abord, de croire que la logique « européenne

. pudsse aller jusque-là.

Otto Abetz. Ce nom, ce visage complaisamment reproduits par les j{Jurnaux de l'occl1pation, quel Français les a oubliés? Abetz, c'est la 5' colonne, c'est la France .humiliée, pillée, martyrisée. Et pourtant, le fait est là : un décret signé par le Président de la République, par MM. Lani$!l et Pleven lui rend la liberté. Que des juges trop cléments ne l'aient condamné en 1949, qu'à 20 ans de prison, c'était encore trop. Cinq ans ne se sont pas écoulés qu'il vient reprendre place alll milieu de ses congénères, se félicitant de « l'esprit européen » qui renaît. Sa condamnation ? Sa captivité ? Un simple accident au c{Jurs d'une belle carrière. Ceux qui l'avaient entravée font enfin 'amende honorable. Tout va pouvoir recommencer ... Cela C<lmmença en 1933. Fils d'un intendant du prince Photographiés au cours d'un galo nazi au Palais de Chaillot, de gauche à droite : Doriot, Abetz, de Brinon, Schteier (ad/oint d'Abetz), et Darnand. Voir en paqe 3 les déclarations de MM. DEBU-BRIDEL. Henri HERTZ. Edmond FLEG. V. JANKELEVITCH. KHOL. Gaston MAURICE. Pierre P ARAF. Paul TUBERT. VERCORS. Max de Bade, le jeune HeinriCh Otto Abetz, âgé alors de 30 ans, n'était qu'un obscur petit professeur de dessin, occupant ses loisirs à diriger un mouvement de ;eunesse. Mais il ne manquait pas d'ambition. Il nous laul UN MILLION Hitler ayant pris le pourvoir, oëhaln) Les classiques français de la fraternité humaine IE' ~'v1 Il IL lE JE me souviens de l'émotion que j'éprouvais quand parut la lettre « J'ACCUSE ». J'étais encore un enfant, mais éclairé par des maîtres qui aimaient la justice, je sentais confusément que celle-ci avait été gravement offensée par une condamnation sans preuves. Quelques hommes l'avaient dit avec courage; aucun n'avait pu éveiller et soulever les esprits. Sd'udain l'appel attendu éclatait, et c'était la voix d'un grand écrivain. J'étais à ce moment nourri de Hugo et d,es CHATIMENTS. Soudain je retrouvais le m~me lyrisme, la même force et je me sentais fier de vivre en même temps qu'Emile Zola. En se jetant à la défense d'un capitaine juif inoncent, en dénonçant l'intolérance e t l'antisémitisme qui étaient à l'origine de cette injustice, Zola venait de reprendre une grande tradition française, celle de Hugo qui, toute sa vie, avait lutté dans le monde entier pour les causes qu'il croyait justes, et singulièrement contre les antisémites, celle de Voltaire qui avait montré dans l'affaire Calas, dans l'affaire Sirven à quels excès de folle cruauté peut entraîner un fl1nati~sne qui refuse d'ètré ïmb _iè: ' ' présenté par André MAUROIS de l'Académie Française ta pas sans effet. Il était seul contre les puissances établies. Pourtant c'était lui qui devait vaincre. Car il avait pour lui trois forces irrésistibles : la justice de la cause qu'il. défendait, la science qui tient le racisme pour une monstrueuse sottise, et la sagesse de la France populaire. La France a cela d'admirable que, si elle peut se laisser aller, comme toute nation, à des erreurs, elle a les reprises les plus généreuses et que le temps vient, tôt ou tard, où elle dit d'un Zola : « Il a été un moment de la conscience humaine ». (Voir en page 2 : ce qu'écrivait Emile ZOLA.) Une victoire des forces . antiracistes malheul'a 1 de la patrie. AuJourd'hui, Il se dresse, uni, contre la renaissance du militarisme allemand, fourrier de tous les crImes nazis. C'est pourquoI le peup,le de Fra~ assurera le succès de la 8' Journée NatIonale contre le racIsme, l'antisémltl$ me et pour la paIx en désignant ses délégués au cours de multiples rencontres et assemblées locales, dus les arrondissements Paris, dans les villes de province, dans les quartIers et par immeuble, dans les entreprises, les laboratoIres, les écoles, les bureaux. Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix fait appel aux associations, aux personnalités de toutes professIons, dIscIplines et croyances, anImées du noble Idéal qes Droits de l'Homme et du Cir toyen pour qu'elles a·pportent à cette manifestation essentiellement nationale l'appui de leur autorité. Le Comité d'Action du Mouvement contre le RaoIsme, l'AntisémitIsme et pour la PaIx. pas d'ambition. Hitler ayant pris le poulVoir, Abetz se met aussitôt à son service. Il collabore d'emblée à la Direction centrale du Reich pour la jeunesse, sous les ordres de Baldur von Schirach; puis au « Bureau Ribbentrop >, service diplomatique du parN nazi; enfin, au ministère des Affaires Etrangères. Son zèle lui vaut bientôt d'être nommé Brigadeführer dans les S.S. Organisateur dé la Se colonne De 1933 à 1938, Otto Abetz multiplie les voyages à Paris. Ce gran<l aryen blo.nd aux yeulX gris-verts, aux traits durs, . au sourire énigmatique, est fhôte des salons huppés de la capitale, où il se fait une réputation d'homme du monde. Souple et avisé, disposant de fonds inépuisables, il noue contact avec des députés (un rapport de Berlin révèle en 1938 qu'il en a plus d'une douzaine en main), s'introduit dans les ré<lactions des grands jOUirnaux, a ses entrées dans plusieurs ministères. Il est là en février 1934, quand les fascistes partent à l'assaut Albert LEVY. (Suite en page 3) Au Théâtre Monceau, Catherine Sellers (Olivia) et Fran~oi5 Perrot (son fiancé) dans es p L E présent numéro de « Droit et Liberté » sort sur quatre pages au lieu des six habituelles. C'est là, la conséquence des conditions de plus en plus difficiles dans lesquelles doit vivre un journal libre. Pour nos lecteurs, militants et amis du M.R.A.P., la réduction du nombre de pages de « Droit et Liberté » est un grave avertissement. Nous y avons été contraints, soucieux de réserver au M.R.A.P. les moyens de développer sa propagande dans tous les domaines où cela sera indispensable, à la veille de la 6" Journée N ationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix. Le Comité d'Action du M.R.A.P. réuni le 6 mai a constaté les riches perspectives qui existent pour un développement impétueux de l'action antiraciste en France, au moment où tout le peuple se dresse dans l'union contre la renaissance du militarisme allemand fourrier de tous les crimes hitlériens. Le Comité d'Action du M.R.A.P. a relevé comme il convient le défi que nous lancent les réalisateurs du film raciste et xénophobe « Les nouveaux maîtres », chassé des écrans français il y a quatre ans, grâce à notre vigilance, et qui prétendent maintenant nous poursuivre en dommages et intétêts. Le Comité d'Action du M.R.A.P. s'est félicité des progrès constants de l'unité d'action de tous les antiracistes, condition de tous les succès pour triompher du racisme et de l'antisémitisme. .*4 P OUR assurer la parution de « Droit et Liberté » sur six pages dès le prochain numéro, pour la mise en oeuvre d'une grande campagne pour la 6· Journée Nationale, il faut au M.R.A.P. UN MILLION dans les tous prochains jours. Un million pour faire entendre haut et fort notre grande voix antiraciste. Un million que tous nos amis, militants! des sections et des sociétés et organisations affiliées ou non à notre Mouvement s'efforceront de recueillir. Le Bureau National du M.R.A.P. appelle tous les militants antiracistes à accomplir cette tâche d'honneur dans l'esprit de la plus large unité, et guidés par le sens aigu de nos responsabilités. LE BUREAU NATIONAL DU M.R.A.P. Georges SORIA livre bataille a" LA PEUR complice de l'assassinai des ROSENBERG N« OàU éSv iteesrp éàr obnesa uqcuoeu pl ad 'afeurtmreest éd ,ea vceocn nlaaîqtruee lllee ngoenurse addeh étreornrse uàr naouqs uperli nncoiupse s asveornvsi rafa iatu famceo in>s, écrivait Julius Rosenberg à Ethel, quelques mois avant leur fin tragique. .Et, à maintes reprises, les lettres des deux héros, soulignent le rôle imparti à la peur dans le complot ourdi contre eux. Ethel stigmatise « la volonté de quelques fous qui veulent faire de ce procès un épouvanta:! politique ~. Et elle proclame : « Je n'ai pas peur de continuer à affi'rmer mon innocence ". I L est beau, comme disait Romain Rolland, qu'un vieil écrivain « s'institue le gardien de tout l'iIJlmense troupeau des hommes. Nous, les millions, nous entendions les échos de cette voix grandiloquente avec piété. Même s'ils devaient rester sans effet, il était beau que la grande voix, sans se lasser, pour la justice s'élevât >. Le merveilleux de l'aventure, dans le cas de Zola, ne res- Emile ZOLA OeUH IdS, deuH mesures dans les allocations familiales LES allocations familiales ont été récemment majorées de 10 %. Les travailleurs algériens en France n'ont pas eu droit à cette majoration, ce qui aggrave en~ore la honteuse discrimination raciste qui frappe à ce sujet toute une catégorie de la population laborieuse. Le père d'une famllle de quatre enfants touche 27.165 francs. Mais s'11 s'agit d'un Algérien dans la même situation de famille, et travaillant dans la même entreprise, 11 ne touche que 9.600 francs. Les Algériens ne perçoivent en outre ni allocations prénatales, ni allocations de maternité, et n'ont pas droit au congé-naissance. C'est, dit le gouvernement, « qu'il n'y a pas lieu de favoriser la natalité dans les familles algériennes car l'indice démographique algérien, supérieur à l'indice démographi- . que français, est satisfaisant et ne nécessite aucune mesure favorable d'ordre social! » Autrement dit : « Les enfants algériens peuvent mourir, il n'y en a que trop! » ... Les estimations les plus sonnables font valoir que le préjudice ainsi subi par les Algériens travaillant en France s'est élevé à neuf milliards · en six ans! Notons que l'Algérien et sa famille résidant en Algérie sont exclus du bénéfice des assurances sociales, d'où une spoliation supplémentaire estimée à un minimum de un milliard par an. Cette scandaleuse iniquité a provoqué de multiples protestations. L'Assemblée de l'UniOn, Française et l'Union Nationale des Caisses d'Allocations Familiales demandent qu'il soit mis fin à cette discrimination. Unanimes, les membres de la Commission du Travail de l'Assemblée Nationale adoptent la même position. . Il est temps que cette élémentaire mesure de justice entre dans les faits. Les antiracistes feront tout pour l'imposer. Mac Càrthy découvre ses batteries antisémites Quant à Julius, il contaste que « le climat politique de ce pays est un climat de crainte " et que « la peur · paralyse beaucoup d'anciens libéraux et des progressistes, ~ [.es condamne au silence " . Mais il répète : « Ne soyons pas effrayés », et les mots « courage et confiance }) reviennent sous sa: plume com- L A revue de Maul'Ïee Bardèche, DEFENSE DE l.'OCCIDBi.~T ainsi que. RIVAROL font conjointement campagne à la fois pour la C.E.D., pour Mac Carthy et contre les juifs. Leur logique est celle de précurseurs, car nous ne nous lasserons pas de répéter que le réarmement allemand contient l'antisémitisme comme le germe est dans l'oeuf. par Roger MARIA . souvent une page entière, comme ce fut le cas dans le numéro du 18 mars, à ,la défense de Mac Carthy et à la présentation de ses « arguments ~. Car l'activité du Grand InquisiteUir U.S. ne se relâche pas, c-ontrairement à ce que certains éléments facilement rassurés voudraient faire croire. me un fier leit-motiv. , C'est cette peur paralysante, complice de l'assassinat des Rosenberg, que Georges Soria met Louis MOUSCRON. (Suite en page 2) 20 MAI: Représentation . de « La Peur », sous le patronage du M.R.A.P. , (Vo i'r en page 2) Un collaborateur de la revue nazie en France, un dénommé Hillary Coster, évoque même, page 16 du numéro de janvier 1954, ce qu'il ose appeler « le mensonge habituel des juifs d'avoir été persécutés par Hitler >. Dans un extravagant roman chez la portière intitulé : « La trahison de la hombe à hydrogène ", il cherche à accréditer l'idE!e qu'une camarilla juive a tenté d'empêcher les Etats-Unis de posséder des bombes H, faisant reposer sa « démonstration > SUir des faits aussi probants que la simple indication, par exemple, que le sénateur Millard Fydings, président de la Commission des Services de fArmée, est « marié à une juive > 1 On connaît ce genre de sinistres fantaisies, dont la conclusion est que seule la bombe à hydrogène « pourrait régler son compte au rêve communiste de conquérir le monde >. Précisons encore que, dans cette même livraison, on trouve un article de Franz Neuberg, repris du DER WEG, jOUirnal lié au fameux colonel S.S. Skorzeny, paraissant en Amédque du Sud. L'affaire de Fort Monmouth RIVAROL, chaque semaine, consacre un long article, le plus Certes, l'opposition populaire grandit contre Mac Carthy, sur- , tout dans les syndicats ouvriers et le corps enseignant; certes, la grossièreté de ses procédés et son in gérance agressive dans les affaires de certains milieux dirigeants, tels que l'armée, provoque des réactions, mais nous (Suite en page 4) WELLS est sauvé ! Quelques heures avant qu'il ne soit conduit à la chambre à gaz de San Quentin, le gouverneur de la Californie, M. Goodwin Knight, l'a gracié. Ainsi s'achève par une grande victoire la campagne menée par les gens de coeur aux Etats-Unis et dans le monde entier pour arracher à la mort ce Noir de 45 ans injustement condamhé. Emprisonné depuiS un quart de siècle, pour un petit délit (d'ailleurs non démontré), Wesley Robert Wells a subi, on s'en souvient, d'innombrables brimades et tortures, en raison seulement de la couleur de sa peau et de son attachement aux principes de l'égalité et de la digruté humaine. Un jour, à bout de nerfs, il lança contre un gardien qui le maltraitait un crachoir qui se trouvait à portée de sa main. Le gardien fut à peine blessé. Mais c'est à la suite de cet incident qu'un tribunal de la prison, par 4 voix contre 3, l'avait condamné à mort. En Californie et dans l'ensemble des Etats-Unis, plusieurs journaux, de tendances diverses avaient pris sa défense; des prêtres, des pasteurs, des rab- ' bins, des juristes, des médecins, des centaines de personnalités, des milliers de simples citoyens étaient intervenus en sa faveur. avaient lutté pour sa vie. Une lettre du M.R.A.P. En France, le M.R.A.P. èt «DROIT ET LIBERTE» avaient, depuiS plUSieurs mois, alerté l'opinion publique. Fin mars, notre Mouvement adressait au gouverneur Knight une lettre l'adjurant « de prendre une mesure de grâce, conforme Il: la iustice et à l'humanité » . Des personnalités interviennent •.• Peu après, diverses personnalités s'associaient à notre appel

le Dr SICARD DE PLAUZOLES,

président d'honneur, de la Ligue des Droits de l'Homme; le Dr BOURGUIGNON, membre de l'Académie de Médecine; MM. PIERRE-BLOCH. ancien ministre; le profesSl!ur Marcel COHEN, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes; le cinéaste Pierre LAROCHE; l'écrivain catholique Mar c BEIGBEDER; Jean de LORME, ancien Conseiller Municipal de Paris. D'autres messages, appelS, té légrammes ont été adressés en grand nombre au gouverneur Knight. Le grand poète André SPIRE, docteur en Droit, anCl'3!1 Au!>iteur au Conseil d'Etat, dt qui fut professeur, de 1941 à 1946. à l'Ecole Libre des Hautes Etudes (Suite en page 4) 2 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!D R ., .:r • T LIB E RTE '!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I_!!!!!!! qu ' éecitJail tJt t lE J'accuse 1 O N s'épouvante devant le jour terrible que vient de jeter l'affaire Dreyfus, ce sacrifice humain d'un II sale juif » ! Ah ! tout ce quI s'est agité là de démence et de 60Uise, des Imaginations folles, des pratiques de basse police, des moeurs d'inquisition et de tyrannie, le bon plaisir de quelques galonnés mettant leurs bottes sur la nation, lui rentrant dans la gorge son cri de vérité et de Justice, sous le prétexte menteur et sacrilège de la raIson d'Etat ! ... C'est un crime que de s'être appuyé sur la presse immonde, que de s'être laissé défendre par toute la fripouille de PariS, dt sorte que voilà la fripouille qui trlqmphe insolemment, dans la défaite du droit et de la simple probité. C'est un crime d'avoir accusé de troubler la France ceux qui la veulent généreuse, à la tâte des nations libres et justes, lorsqu'on ourdit soi-même l'im-· pudent complot d'Imposer l'erreur, devant le monde entier. C'est un crime d'égarer l'opInion, d'utiliser pour une besogne de mort cette opinion qu'on a pervertie, jusqu'à la faire délirer. c'est un crime d'empoIsonner les petits. et les humbles, d'exaspérer les passions de réaction et d'Intolérance, en s'abritant derrière l'odieux antisémitisme, dont la grande France libérale des droIts de l'homme mourra, si elle n'en est pas guérie ... Ce n'est pas d'ailleurs que je désespère le moins du monde du triomphe. Je le répète avec une certitude plus véhémente : la vérité est en marche et rien ne l'arrêtera ... dans la lutte quelque espérance au coeur! C'est le cri, confus encore, mais qui va peu à peu se dégager, s'enfler, monter de tous les peuples affamés de vé" Ité, de Justice et de paix. Désarmons nos haines, aimonsnous dans nos villes, aimonsnous par dessus les frontières, travaillons à fondre toutes les races en une seule famille vraIment heureuse !... Et laIssons les fous, et laissons les méchants retourner à la barbarIe des forêts, ceux qui s'Imaginent faire la justice à coup de couteau. (Pour les Juifs .) Jeunesse, soit toujours avec la justice_1 DES jeunes gens antisémites, ça existe donc, cela ? II Y a donc des cerveaux neufs, des âmes neuves, que cet imbécile poison a déjà déséquilibrés? Quelle tristesse, quelle Inquiétude pour le vingtième siècle qui va s'ouvrir! cent ans après la déclaration des droits de l'homme, cent ans après l'acte suprême de tolérance et d'émancipation, on en revient aux guerres de religion, au plus odieux et au plus sot des fanatismes! Et encore cela se comprend chez certains hommes qui jouent leur rôle, quI ont une attitude à garder et une ambition vQrace à satisfaire. Mais, chez les jeunes gens, chez ceux qui naissent et qui poussent pour cet épanouisement de tous les droits et de toutes les libertés, dont nous avons rêvé que resplendirait le prochain siècle ! Ils sont les ouvJ'lers attendus, et voilà déjà u'ils se déclarent antisémites, c'est-à-dire qu'Ils commenceront le siècle en mas- 70lf\ sacrant tous les juifs, parce que ce sont des concitoyens d'une autre race et d'une autre fol 1 Une telle entrée en joulsance, pour ·Ia Cité de nos rêves, la CIté d'égalité et de fraternité 1 SI la jeunesse en était vraiment là, ce serait à sangloter, à nier tout espoir et tout bon, heur humain ... Jeunesse, jeunesse! sois touJours avec la justice. SI l'idée de justice s'obscurcissait en toi, tu irais à tous les périls ••• (Lettre à la Jeunesse. Décembre 1897.) Le rôle de la France La France, chevalière du DroIt et de la Liberté. C'est là son rôle vrai, sa grandeur parmI les peuples, sa mission, sa victoire de demain. Plus d'Idéal guerrier, devenu i,mposslble; ,l'y rappeler, c'est méconnaitre sa marche vraie à travers l'histoIre ••• (proj ets littéraires .) Un seul peuple fraternel L A vIe est la marée montan. te, dont le flot chaque jour continue la création, achève l'oeuvre du bonheul' attendu, quand les temps seront accomplis. Le flux et le reflux des peuples ne sont que les périodes de la marche en avant; les grands siècles de lumière emportés, remplacés par des siècles no'rs, marquent uniquement les étapes. Toujours, un nouveau 'pas' est fait, un peu plus de la terre conquis, un peu plus de la vie mis en oeuvre .•• Et l'équilibre naîtra, le jour où la terre entièrement habitée, défrichée, utilisée, aura rempli son desdn. Et le divin rêve, l'utopie généreuse vole en plein ciel, la (amille fondue dans la nation, la nation fondue dans l'humanité, un seul peuple fraternel faisant du monde une cité unique de paix, de vérité et de Justice. Ah ! que l'éternelle fécondité monte toujours, que la semence humaine soit emportée par-dessus les frontières, aille peupler les lointaIns déserts incultes, élargisse l'humanIté dans ·Ies siècles à venir, Jusqu'au règne de la vIe souveraine, mattresse enfin du temps et de l'espace! (Fécondité, 1899.) La délivrance volait, unissant les raées I L n'ignorait pas que l'évolution s'accomplissait partout, se propageant à chaque heure avec une vitesse accrue. Des simples villes, le mouvement avait gagné les provinces, puIs la nation entière, puis les nations voisines, et Il n'y avait plus de frontières, plus de montagnes, plus d'océans infranchlssables; la délivrance volait d'un continent à l'autre, balayant les gouvernements et léS religions, unissant les races. Seulement, dans cette reconstru'ction de l'humanité, les avènements ne s'accomplissaient pas partout de la même façon ••• II n'était pas deux Etats voisins qui eussent p'rls la même route, et c'était par les chemins les plus dIfférents, les ,pius COll~ tralres, que tous les peuples aJlaient se rencontrer en la même fraternelle cité, la métropole enfin conquise de la fédération humaine. (Travail, 1901.) (J'ACCUSE! - Lettre au Pré-.------------------_.---------------_____ _ sident de la I\épublique, 13 janvier 1898. ) Le peuple français n'est pas antisémite Nous voulons les applaudir! . • • DEPUIS quelques années Je suis la campagne qu'on essaie de faire contre les Juifs, avec une surprise et un dégoOt croissants. cela m'a l'air d'une monstruosité, j'entends une chose en dehors de tout bon-sens, de toute vérité et de toute Justice, une chose sotte e,t aveugle, qui nous ramènerait à des siècles en arrière, une chose enfin qui aboutirait à la pire des abomInations, une persécution religieuse ensanglantant toutes les patries. Et je veux dire ... ~ y a une poignée de fous, san~e:7~~;"~: cl"q':e-î~~P~I~: -.:/ ~:'j~lr~,~"~a~g~~s 'I~ j'";;i;~:, massacrons, exterminons, 1'6- 27 Juin: Journée alionale contre le ra ci sm e et l'a nt i sé m it is m e, pou ria pa i X décide Je COnlité d'Action du M.R.A.P. LE 6 mai, à l'Hôtel Moderne, s'est tenue, sous la présidence de M. Léon L YONCAEN, une importante session du Comité d'Action du M.R.A.P, Au cours d'une brève introduction, Charles PALANT, secrétaire général de notre Mouvement, fit le bilan de l'action menée au cours des derniers mois contre le racisme et l'antisémitisme, et en particulier contre le réarmement des bourreaux nazis. Il souligna l'ampleur du courant d'unité antiraciste, qui s'est exprimé notamment lors du rassemblement organisé par le M.R.A.P., le 9 mars à la Mutualité. Il rappela en outre les récents succès remportés par les forces de paix dans le monde, notamment en imposant la tenue des conférences de Berlin et de Genève. C'est dans ces conditions, ajout a-t-il, que se tiendra la 6' Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix, nazis, dont la plaque commémorative a été arrachée de la màison où il habitait. Il souligne d'autre part la nécessité de réagir chaque fois que des discriminations sont pratiquées dans un café ou un hôtel à l'encontre des travailleurs nord-africains. Il rappelle enfin que lé prOCès intenté au M.R.A.P. en raison de sa campagne contre le film « Les Nouveaux Maîtres » confirme l'efficacité de notre action. Alfted GRANT, secrétaire généraI de l'Union des SOCiétés Juives de France, après avoir apporté l'appui de son organisation, souligne à son tour la nécessité de contrecarrer toutes les manifestations de l'antisémitisme et du racisme, si minimes soient-elles, en faisant appel à toutes les couches de la population. L'action des sections Albert YOUDINE, au cours L'unité antiraciste M. le Président Léon L YONCAEN signale la pfésence dans la salle de M. MUSGATEL, président de la section du 2()O de la. L.I.C.A., venu, à titre personnel, assister aux travaux du C0- mité d'Action. Invité à la tribune, M. Muscatel, remet ~u pré~ sident des listes de pétitlollS couvertes de signatures, recueillies au nom du Comité pOUl' la mémoire de Beckerman, dont la L.I.C.A. et le M.R.A.P. font également partie. Cette manifestation concrète de l'unité antiraciste, soulève l'enthousiasme de la salle. Et c'est surtout des progrèS de l'unité et de sa nécessité que parle, en tirant les conclusioIiB des débats, notre secrétaire général Charles PALANT. « Quand l'unité d'action se réalise entre le M.R.A.P. et la L.I.C.A., déclare-t-il notamment, le vaincu n'est ni le M. R.A.P. ni la L.I.C.A. Les vaincus ce sont les racistes, les antisémites. » TI fait savoir qu'une lettre a été adressée par le M.R.A.P. à la L.I.C.A., proposant, que les deux organisations examinent les moyens d'agir el1SelllbIe pour faire échec au danger qu'est la C.E.D. Et il définit ainsl l'ordre du jour de la 6" Journée Nationale, qui doit nous guider dans sa préparation : « La lutte contre toutes les manifestations du racIsme et de l'antisémitisme, qui se trouveraient décuplée! si le réarmement allemand était permis par la ratification de la C. E.D. ». Décisions Le Comité d'Action a adopté l'appel pour la 6" Journée Nationale, que nous publiOns en première page. n a décidé que cet appel servirait de base à un grande pétition nationale, et que les signatures recueillies seront centralisées à la Journée Nationak!. Charles Palant fit également diverses suggestions sur la préparation de la Journée Nationale, dans les arrondissements de Paris et les villes de province. Il insista sur la nécessité de redoubler d'efforts dans la collecte des fonds qui permettront au M.R.A.P. d'élargir encore son action antiraciste. d'une intervention très détail-c-___________________________ _ lée, montre comment les sections du M.R.A,J'. doivent préparer la Journée Nationale, en organisant elles-mêmes de grandes manifestations locales où seCe que sera la 6e Journée Nationale Au cours de la riche discussion qui suivit, le sens et le contenu de la prochaine Journée Nationale furent encore précisés. M' CRAISSAC, évoquant les problèmes qui devront figurer à l'ordre du jour de la Journée Nationale, signale, outre la lutte contre la C.E.D., la lutte contre le racisme qui, en violation de la Constitution, sévit à l'égard des travailleurs nord-africains, et qui s'est traduit, le 14 juillet dernier, par les coups de feu mortels de la police. Mlle Jacqueline MARCHAND approuve, dans une brève intervention la tenue de la Journée Nationale et s'engage à contribuer à son succès. M" Armand DYMENSTAJN signale l'unité réalisée dans le 20" arrondissement, pour défendre la mémoire du jeune héros Beckerman, fusillé par les ront élus les délégués. Roger MARIA signale diverses initiatives prises dans le 5' arrondissement pour la collecte de fonds. En particulier une soirée artistique, où sera vendu un tableau. La section du 2oe, déclare Ida FRISCHMAN prépare, pour le début de juin un grand rassemblement antiraciste local. Au nom de la section du 1S", Léa KARJMAN rend compte des efforts poursuiviS pour étendre rinfluence du M.R.A.P. dans les milieux les plus divers de cet arrondissement. WIGDOR, du 3", indique que les antiracistes de cet arrondissement ont organisé des délégations auprèS des élus, notamment MM. Guéra,rd et JeanLouis Vigier, pour les inviter à se prononcer contre la C.E.D. Des milliers de signatures ont été recueillies contre le réarmement de l'Allemagne. La diffusion de « Droit et Liberté» et de la brochure progresse rapidement. Ilotre souscription D/ une section Conférence dans le 2" arrondissement Une affluence nombreuse et attentive a suivi, dans le 2e arrondissement,. la confér .... ce faite par Roger MARIA sur le film « Avant le Déluge» et le problème de l'antisémitisme. Sous 10 présidence d'Albert LEVY, rédacteur en chef de c Droit et Liberté », un intéressant débat s'est déroulé. Troi, adhésions au comité du M.R.A.P. ont été enregistrées. Délégations contre la C.E.D. dans le 36 Une délégation organisée par la section du M.R.A.P. du 3' arrondissement s'est rendue auprès de M. Guérard, député. Celui-ci, annonça tout d'abord qu'il était favorable à la C.ll.D. Mois il devint main. affirmatif, lorsque nos amis; sur la base de la brochure _Les antiracistes accusent 7t 1 lui eurent montré que la population a conscien- . ce de. graves dangers que font courir à la France les accords de Ba"", et de Paris. A l'issue de la discussion, Il déclara qu'il envisageroit la possibilité d'une _ révision • du texte actuel de ces accords. Ce qui, évidemment est insuffisant, mais prouve qu'il n'est paJl vain d'intervenir auprès des élus.

      • Une autre délégation s'est rendue

auprès de M. Jean-Louis Yigiet'. Reçue par sOIn ..,.,rétaire, ene ne put que lui laisser un message et la brochure éditée par le M.R.A.P. Peu après, M. Jean-Louis Ylgler adressait à natrè eection une lettre où Il écrit : • Je refuse de parler palit;que étrangère ovec , a 1/ autre •• • pal de Pallis et René Capitont, onmen ministre, avaient envoyé des m ...... - ge. de solidarité. Dans le lBgrande assemblée d'information le 18 mai La section du 18- du M.R.A.P. organise le mardi 18 moi à 21 heures, salle de la _ Famille Nouvelle _, 126, Bd de la Chapelle, une gronde assemblée d'informatiolll. Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., traitera de la 6' Journée Nationale contre le Racisme, l'Antisémitisme et poul' la Paix. Vin d'honneur dans le 1 go arrondissement La campagne de placement des carte. d'Amis du M.R.A.P. a été marquée dan. le 19< arrondissemeftt par un Yin d'Honneur qui a eu lieu le samedi 10 avril, sous la présidence de M" DYMENSTAJN, membre du bureau national du M.R.A.P. Grand meeting à Lyon Notre secrétaire général Charte. PALANT a pris 10 parole- à Lyoa le 5 mail à une grande soirée commémorative pour le 11- anniversaire de riftsurrection du Ghetto de Val'SO'fle. Plocée sous la présidence d'hannelU de M. Edouard Herriot, maire de L,-, président d'honneur de l'~blée NaHOftO~, c~e ~IDH~M~~.192.168.254.42 25 mars 2010 à 09:45 (UTC),_-1 tu un caractère unité canIte le réarmement anemand. A Ja tribu .. , on notait la présence de MM. le. mangeons les Juifs, massacrons, exterminons, re~ ournons aux bOchers et. aux dragonnades 1 » Voilà qui bien choisir son moment! Et. rien ne serait. plus bêt.e si rien n'était. plus abominable ! ... Faut.-iI que not.re petit. peupl de France soit. un bon peuple, et sage, et. honnête, pour ne pas écouter ces appels quot.ldlens à la guerre 'clvlle, pour garder raison au milieu de ces excltat. ions abominables, cet.te demande journalière du sang d'·un juif ! ••• En France, où Il n'est. pas vrai que les Juifs, comme on veut. nous en convaincre, soient. les maîtres absolus du pouvoir et de l'argent., l'antisémitisme une chose en l'air, sans racines aucunes dans le peuple ••• (Pour les Juifs, LE FIGARO, 16 mai 1896.) Une seule famille humaine Au cas, très quelques trublions se seraient glissés dans le public, les autorités n'avaient-elles donc pas la possibilité de les mettre à la raison ? Quelle différence avec l'accueil chaleureux reçu en U.R.S. S. pa r la Comédie Française, dont les acteurs furent, non seu-. lement acclamés par un· public enthousiaste, mais reçus <iJmicalement par les plus hautes personnalités de l'Etat 1 une et sont allés porter des fleurs aux artistes à leur hôtel: «Nous vous offrons ces fleurs, a tiéclaré leUTf porte-parole, pour vous remercier du bon accueil que vous avez réservé à la ComédieFrançaise en Union Soviétique et, pour vous assurer de la solidarité du public parisien ~. C'est là le sentiment de tous les Français, qui exigent que soit rapportée immédiatement cette mesure ridicule, humiliante La grande Galina Oulanova pour notre pays. et. Vladimir Préobrajenskl En fait, la mesure gouverne-r---________________________ _ mentale apparaît comme desti- -née à gêner le rapprochement culturel qui s'amorçait et qui, en se développant encore, pouvait contribuer efficacement à la détente Jnternationale et à la paix. La' presse quasi 'unanime a condamné la décision gouvernementale. . Le ~arnet · de D. L. Naissance <t Droit et Liberté • et le M.R.A.P. ont le plaisir d'apprendre la naissance de la petite Marie-Claude, fille de notre ami BENKACI Boussad, militant actif du 36 arrondissement. Nous lui adressons, ainsi qu'à la jeune maman, nos fraternelles félicitations. Anniversaire tations et nos meilleurs voeux, en le remerciant pour le dévouemest inlassable qn'il consacre, aux côtés du M. R.A.P. à la luue contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. Mariage Nous donnons ci-dessous la lis' ie des versements faits au M.R. AP. depuis la parution de notre dernier numéro. Ces dons, ces subventions expriment le soutien apporté à notre action par un certain nombre. d'antiracistes. Ils sont le truM des efforts déployés par nos dévoués militants. Mais, comme le souligne en première page le Bureau NBtional ces résultats sont netteme'; t insuffisants. Ils sont loin de permettre le fOllêtionnement permanent du M.R.A.P. et de. notre journal. A plus forte ra/son, un effort beaucoup plus important est-il indispensable de la part de nos militants et amis pour assurer le succès de la 6e journée Nationale, que nous voulons tous - et que nous ferons - plus grandiose, plus efficace encore que les précéde/!tes. Un fait doit être nafé : ces les personnes alertées, pondu chaleureusement Ont versé à ce Jour : LES SECTIONS: Montreuil: 21.000;

z. : 10.400; 3' : 14.200; 5· : 8.390;

1 ()t : 30.900 ; Lyon : 8.050. Total : 101;140 (Total précédent: 206.080). MEDECINS: 8.000. COLLECn PAR LE BUREAU NATIONAL

22.366 (Total précédent :

206.700). SOCIETES : Pulawy : 10.000; Chelm : 5.000; Konsk : 5.000; Rodom: 3.000. Total : 23.000 (Total précédent : 203.000). Totol pour avril ...........• 154.506 Total précédent ............ 575.344 COLLECTE A CE JOUR ... ; 729.850 oectlon une lettre où il écrit : • Je refuse de parler politique étrangère avec les agents, conscients OU inconscients, d'une puissance étrangère ., Ces fa .... mule. évoquent celles qui étaient employées \naguère contre tous les potrlotes. Elles ne suffisent pos à Justifier l'aliénation de l'indépendance nationale et le vote d'un traité qui assure la domination de l'Allemagne d'Adenauer sur notre poys. Que M. JeanLoui. Vigier, dont oIn cOftrlait les activités antisémites, ne se croie po. quiHe pour autant 1 Grand meeting contre la C.E.D. dans le 14" tu un ca!"'ctère large!; unit6 C-"te le réarmement anemand. 'A la tribu ... on notait la présence de MM. VI...-y. adjoint au maire; Charrel-Tomasi, député; Cagne, député; Pierre Cot, député; Aubertin, conseiller muaicipaJ; Bouchet, avocat à la Cour If' Appel ; Salendre, sculpteur; Picard, Président de la sectio .. . du M.R.A.P. ; M .... Fresberger, de la Ligue des Droits de l'Homme; MM. Rothberg. de ,,"ciation de. Anciens Côtnbettuoh Jlllfs; Kindler, présidelnt de la LI.C. A.; Fridman, de rU.J.R.E. A Marseille large comité juif contre le réarmement de l'Allemagne A H! Cette unité humaine, à laquelle nous devons tous nous efforcer de croire, si nous voulons avoir le courage de vivre et. de garder Un grand nombre de personnalités du monde culturel ont protesté. Le lundi 10 mai, les spectateurs qui venaient à l'Opéra pour la représentation, ont A l'occasion de son 60' anniversaire, nous adre.sons à notre ami SPEKTOR, de la Société Siedlec, nos félici- . Nos félicitations et nos meilleurs voeux à nos amis M. Léon Gestner et Mlle Nicole Jacobson, dont le mariage vient d'avoir lieu à Saint-Quentin. Et nos remerciements à leur famille qui a fait, à ceUe occasion, un don de 2.000 francs au M.R.A.P. . derniers jours, surt~ut d~pui.~ la appel, si grand est le .c!édd du session du Comllé d ActIOn, M.R.A.P. dans les milieUX les nous avons jait pari de nos dlt- plus di~ers. Il appqraît da: ficultés autour de nous. Toutes ment qu'.! est pOsslble, ...... ...;... _ ==-________________________ Un large comité juif d'actioll contre le réarmemen't de l'Allemagne, auqueC la section du M.R.A.P. apporte SOft appui sans réserve. s'est constitué • Marseille. Il compte le, pet'SOIInaUté. suivantes : M' André Bell..... avocat; Dr M. Kandelman; Mme T. Goichahi. andustriei ; MM. Serge Kriwkoski. président de la section du M.R.A.P.; Raymond Rosa; Henri Cohen, secrétaire de l'U.J.R.E.; Isaac Lévy, délégué de l'Alliance Israélite (à titre personnel); M'· J. Valensi et Kleniec, avocats à Aix; Emmanuel Eydow<, écrivain; Maurice Weil, conseiller du Commerce EJxtériellr; Dr Fihman; Aaron Parle .... te; Albert Stamati, commerçant; Dr Kaphcin; Kleniec, com'lterçant. Sous la présidence de Charles HUTMAN, membre du Bureau National du M.R.A.P., un grand meeting a eu lieu le 4 mai, 011 cinéma Pemety, dan. le 14- arrondissement. avec la partlcipotion de Mme Lucie Aubrac, de la Ugue des Droits de l'Homme; MM. André Denis, député; Charles Hernu, président du club des " Jacobins .; Bourveau, secrétaire du Conseil de la Poix de la Seine; Pierre Estradère, député; Chorle, Lederman, président de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide; Jacques Chatagnier, directeur de « La Quinzaine ,,; Raymond Gruny, avocat à la Cour, membre du parti radical, et l'écrivain catholique Jacques Madaule. MM. Jecin Auburtin, vice-président du Conseil Munlcllf IIIIIIII~E A\ 1~1Ir ~IIIIQ II~IIE « LA PEUR » de Georges Soria dans les délais les plus brefs de donner au M.R. AP. les moyens financiers nécessaires. Partout, déjà, on se mobilise ... (Suite de la page 1) en' lumière dans la belle pièce actuellement représentée au Ihéâtre Monceau (1). La peur sera-t-elle vaincue? ••• Nous sommes au lendema,in de l'exécution des Rosenberg, dont la radio, les journaux, relatent sadiquement les détails. Dans son cabinet, le Dr Perkins est en proie à .un trouble profond. Lorsque sa fille, Olivia, lui dit vouloir. aller à Brooklyn, TAR~F PES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ 10, rue de Châteaudun, Paris ge Tél. : TRU 06.87 FRANCE et UNION FRANçAIsr Un an : 300 francs. PAYS ETRANGERS Un an : 430 franci \.BONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte ch. post.: '070·98 Pari. Ponr les changements d .dresse envoyer 20 france et 1. dernière ballde. Le stant : Ch. OVEZAREi:, S.I.P.N., 14, rue de Paradis, -:- P~S (X') -:- rendre un dernier hommage aux deux martyrs, il essélJie d'abord de l'en dissuader - pour l'y encourager peu après. Bientôt, nous aurons la clé de ces contradictions. Le Dr Perkins est le centre d'un violent conflit, où bouillonnent et se heurtent tour à tour son amour, sa conscience et la peur. Cédant au chantage dw F.B.I. et croyant ainsi sauver sa fille des persécutions polic,ières, il s'est livré à un faux témoignage au procès Rosenberg. Sans le vouloir, sans le savoir, il a donc pris une part de responsabilité dans le crime qui vient d'être commis. Apprenant ces faits, Olivia exige de son pèTe qu'il écrive une lettre rectifiant son témoignage, afin d'aider à la réhabilitation posthume des deux innocents. Le Dr Perkins, pour rétablir la vérité, risquera-t-il la haine des fanatiques, l'isolement, la ruine, dont le menace le F.B.!. ? (Déjà, après avoir entendw Olivia parIer favorablement des Rosenberg, l'infirmière 'rend son tablier, ne voulant pas avoir affaire à des « rouges ~). ... L'amour d'Olivia aidant, la dignité, l'honnêteté, l'emporteront en fin de compte. L'héroïque exemple des Rosenberg, n'est pas étranger à cette victoire sur la peur. Un drame passionnant On suit avec passion ces -trois actes, où l'action dramatique progresse d'un élan jamais ralenti. Il ne s'agit pdS du simple exposé de thèses politiques : les personnages qui se débattent dans ce drame sont de cha,ir et de sang, sont humains, et captent irrésistiblement l'attention. Publiciste, essayiste et poète, Georges Soria montre donc, pour sa première pièce, un sens indéniable du théâtre, que la presse parisienne a unanimement salué. En particulier, échappant à 1a fois à l'emphase et au schématisme, il a su composer un dialogue dont les qualités essentielles sont la mesure, la: clarté. Ce qUI ne contri- LE JEUDI 20 MAI 1964 à 20 h. 45 « LA PEUR» Pièce en trois actes de Georges SORIA sera représentée sous le patronage du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et 'p,our la Paix au Théâtre Monceau 16, rue Monceau ... * ... Les lecteurs de 4: Droit et Liberté» sont invités à 'assister nombreux à cette représentation.

t*:t

Places le soir-même aux guichets du théâtre Militants, amis du M.J<. A.P., vous n'avez donc pas bue pas peu, même dans les si- naissance de tous les défenseUirs une minute à perdre! tuations les plus complexes, à de la liberté, de tous les gens de Placez toujours plus de placer sans effort le spectateur coeur. Cartes d'Amis! Faites ·au coellir même de l'action. Aller voir. « La Peur :. c'est circuler des listes de sous- Sobre et ~ntelligente est aussi donc non seulement passer une cription! Envoyez-nous la mise en scène de Tania Bala- excellente soirée, mais participer rapidement des mandats. à la lutte pour faire reconnaître chova, dans le décor habilement l',innocence des -Rosenberg. Al- Il dépend de nous tous, agencé de Mlax Douy. lez-y donc nombreux,. et vite. de notre act;vité que Quant aux interprètes, ils ser- Amenez-y tous vos amis. « Droit et Liberté:. repavent avec une remarquable cons- raisse sur 6 pages et que cience, qui n'exclut pas l'origi- (1) « La Peur >, tous l,es soirs le M.R.A.P. ,..emporte de nalité, les personnages bien ty- au THEATRE MONCEAU, 16, nouvelles victotres dans pés : José Squinquel, le Dr Per- rue Monceau. Métro : Courcel- sa lutte inlassable contre kins ; Catherine Sellers, Oliv,ia; l,es, Monceau oU St-Philippe-du- le racisme, contre l'antiFrançois Perrot, le fiancé de cel- Roule. sémitisme et pour la paix. le-ci; Daniel Emilfork, un prê-_------------------------...;" tre, beau-frère de Perkins; Marc Eyraud, l'hystérique Mahoney

Laurette Brunius, l'infirmière
Maurice Garrel, l'inspecteur

du F.B.I. Pour la réhabilitation des Rosenberg Une dernière remarque s'impose

le Dr Perkins, est inspiré

par un personnage réel, médecin des Rosenberg, qui a témoigné à leur procès. Tous les autres personnages, tous les éléments du drame sont également tirés de la réalité. C'est dire l'importance de cette pièce dans la campagne d'explications nécessaire pour la réhabilitation des Rosenberg. En même temps qu'il réalisait une oeuvre d'art 'awthentique, Georges Soria vient d'accomplir un geste d'une hauportée humaine. Ce n'est pas faire un jeu de mot gratUlit que d'affirmer que c: La Peur > const,itue un acte de coura'ge, qui vaudra à son auteur la recon- Tont Ge qui Goncerne le Linse ,de Maison SERVICES DE TABLE - DRAPS EPONGES MOUCHoms, etc ... ARTICLES de PARIS - TROUSSEAUX • Tél. ANJou. 32-89 17, Rue Tronchet 17 - PAR 1 S - VIII· Pour réussir toutes vos photo· graphies et fixer vos plus beaux souvenirs void, à prix égal, le MEILLEUR APPAREIL AGUELlE· MENT sur le MARCHE. Il est garanti S ons et vous est livré 1 S jours à l'essai. Des conditions EXCEP· TlONNELLES vous sont consenties (MOINS CHER A CREDIT que PARTOUT AILLEURS au COMPTANT) . LE D'ASSAS N° 3 PERFECTIONNe 1954 est un merveilleux Appareil mondialement connu. Tout en métal, entièrement gainé, de très belle présentation. Son format 6 x 6 permet 12 vues 6 x 6 sur pellicules 6 x 9 stan , dard . Il comporte un obiectif très lumineux, bleuté et traité· son Obturateur nouveau est de qualité supérieure . les distances yont de 1,25 à l'infini· les vitesses, depuis la pose iusqu'au 1/150' de seconde· l'ouverture du dia. phragme est de 4,5 à 31 . Une table des profondeurs de champ permet des réglages très précis· vous disposez d'une prise FLASH, d'une griffe pour télémètre, d'un viseur très clair et d'une prise pour déclencheur souple. POUR 1.000 Frs IL EST A VOUS et 7 versements de 2.000 Francs LE D'ASSAS 3, ouverture 3,5 Même modèle que ci-dessus comportant une ouverture de . diaphragme de 3,5 et des vitesses jusqu'au 1/200' : 2.000 Fr. d~ supplément soit 1 versement. Profitez de ces conditions pour passer commandg ou;ourd'hui même en découpant et 011 retÇ)urnant cette annonce. N'oubliez pas de retourner votre BON POUR UN SAC CUIR CADEAU, •• 0". 12 photos sur 12 •..••• ' .. 'réussies avec le télémè· .' • -' .... \ 0 6lf> S. ·tre "MAJOR S.H.D"'" QO~ \'" , el" ...... ,jjl8888:~ 1.850 frs cu 2 versements de 1.075 frs , D cev01f, .• , Vf Ce c cVlr . , po v" SO • , cleov , \ o"c.~ · ' ,co '3 000 f. _ • . • ' • cle .: •.•• " 1. ...... !!!!!II!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!I!I!I!!I!!I!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~!!!!!!!D ROI TET LIB E (: T E!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!I!I!II_I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!I!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!l!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! • Après la libération d'Otto Abetz .. -. VERCORS Ecrivai~ (( On reste SaI•S I• d'effroi » A VEC quel étonnement nous suivions d'année en année les trahisons successives de ces politiques qui furent pourtant un jou~ à la tête de la Résistance française. Comment comprendre qu'ils s'agitent aujourd'hui avec cette ardeur cynique, contre tous leurs anciens compa'gnons de lutte, pour faire renaître à nos frontières une nouvelle Wehrmacht ? La libération d:.t\betz, condamné pour avoir ordonné (avec bien d'autres crimes) la déportation de milliers de juifs de France, en vue de leU!r extermination; cette libération qui absout donc un des plus grands forfaits de l'histoire huma-ine, qui proclame qu'un tel forfait est peu de chose auprès du jeu diplomatique qu'elle peut faciliter; cette libération indécente et ignomineuse montre bien que nous nous trompions. Ces hommes n'ont pas trahi la Résistance

ils ne l'avaient jamais servie.

C'est Elle qui les servait. Ils n'ont jamais défendu les mêmes choses que nous : l'honneur de la France, le simple droit des gens, ils n'ont jamais éprouvé la rage et la honte qui nous soulevaient. Ou alors, s'Hg les ont éprouvées, ce n'est pas nous qu'ils trahissent aujoulCd'hui, mais leur propre personne - à une telle profondeur qu'on en reste saisi d'effroi. V. TANKELEVITCH Professeur à la Sorbonne (( Consequence d'une abominable entreprise» L E nom d'Abetz est lié dans notre souvenir non seulement à la délation, aux déportations et aux pillages qui marquèrent l'occupation, mais encore à cette affreuse, à cette honteuse avant-guerre qui vit les débuts de la démoralisation nationale et dU! grand flirt franco- hitlérien. Ce « spécialiste ;1) des questions françaises n'était pas une brute sanglante, mais plutôt un corrupteur; son affaire à lui fut le pourissement de la France et la nazification (hélas! P. TUBERT Anc:en Maire d'Alger Aussitôt connue la libération d'Otto Abetz, le M. T. DEBU - BRIDEL R.A.P. a élevé une solennelle prote5itation, qu'il a Sénateur, Conseiller Municipal de Paris communiquée à la presse. DROIT ET LIBERTE s'est adressé à diverses personnalités, leur rappelant l'activité raciste d'Abetz, et leur demandant leur point de vue sur la libération de ce criminel de guerre. On lira ci-dessous les réponses qui nous sont parvenues à ce jour. M Une véritablE réhabilitation de la collaboration" Me Gaston MAURICE: Membre de la Commission Exécutive de l'Union Progressiste Il EN SAVAII-IL IROP ?» AI-JE besoin de vous dire combien je suis d'accord avec vous. Ce n'est pas tant la libération de l'individu ABETZ qui me choque, mais le NOUS avons appris avec gê· aveuglement à faire ratifier le fait que cette mesure de c1émenne que M. le Président de traité de C.E.D., instrument des ce vient se situer dans u'ne série la République avait décidé revanches naaies, alors qu'ils de faits analogues qui semblent la mise en liberté de celui qui semblent avoir pour mobile es- constituer une véritable réhabifu, t 1'« ambassadeur » Otto sentiel d'effacer de nos institu- Iitation de la collaboration dont Abetz. tions tout ce qui porte la mar- ABETZ fut le principal anima- Une telle mesure ne peut être que de la résistance et de la Li- teur. J'ignorais, quant à moi, ie de pardon ou d'oubli. Ceux qui bération, ils sont dans la logi- rôle épouvantable qu'il avait furent arrêtés, torturés, dépor- que aberrante de leur système joué dans l'abominable politique tés et assassinés s'imposent en replaçant Abetz dans le cir- de déportation et de liquidation trop pieusement à nos mémo,i- cuit« européen ). des juifs. res pour qu'une telle interpréta- __________ . _______ _ tation de la décision prise soit concevable. Faut-il penser, avec un parlementaire, que l'ancien organisateur de la 5" colonne savait beaucoup de choses, connaissait beaucoup de noms et pouvait parler trop ? Sans doute, ma,is ce n'est pas nouveau. Le peintre KR9L: Ce qui est sûr, c'est qu'après tant d'autres indulgences indignes, cette dernière grâce -ne saurait trop étonner. Alors que les dirigeants de ce pays s'ingénient par une politique insensée, à rendre sa prédominance à l'Allemagne vaincue, qu'ils s'obstinent avec U!n criminel Il C'était hier" ••• Le peintre KrlJl nous écrit: Je VOlIS remercie de votre lettre du 23 courant concernant le bourreau-ambassadeur Abe t z. Evidemment la raison se sent confondue, devant une telle libération. Il faut supposer que cette libération est due à des facteurs secrets et inavoués. Mais que sont ces facteurs s'ils nécessitent l'utilisation d'un tel personnage ? Je ne sais si la gravUire : « C'était hier », ci-jointe, évoquera pour vous aussi ces années horribles qu'elle veut exprimer, et que la lib~rati?n d'Abetz nous remet en memoIre si cruellement. Les fa its que vous me révélez sont véritablement tels qu'on se demande pOUIr. quelle raison ce personnage a échappé au châtiment suprême, car je ne connais rien de plus atroce que l'anéantissement systématique des juifs étrangers qui avaient fait confiance à l'hospitalité française. C'est une des hontes dont les hommes de VICHY ne pouHont guère être excusés par l'Histoire, mais en fait ils ne furent que les exécuteurs de la volonté de leurs chefs nazis, dont ABETZ fut en France le principal agent. EdDlond FLEG Poète " Une réponse" V OTRE question au sujet d'A BETZ, me parvient à Ams te rdam. Savez-vous ce qu'on y raconte? Hier, de passage ici en un bref séjour officiel, le roi de Danemark a voulu visiter le quartier juif. Plus rien à voir, lui fut-il répondu

le nazi a tout détruit!

Reste-t-i1 des juifs? - Quelques- uns. - Alors, conduisezmoi, que je salue les juifs ... La voilà, la réponse à la libération d'ABETZ. Une commission d'enquête américaine constate: L'ANTISÉMITIS MER EN AI T EN ALLEMAGNE OCCIDENTALE U NE mission de l'Anti-Defamation League of B'nai B'rillh, organisation juive américaine vient d'accomplir un voyage d'un mois en Allemagne occidentale, pour y étudier la sitootion des juifs et examiner si l'antisémitisme a disparu. Sous 'la signature des trois membres qui la composaient, MM. Jacob Alson, Benjamin R. Epstein et Nathan C. Belth, cette mission publie un rapport qui conclut à la gravité de l'antisémitisme existant dans l'Etat de Bonn. Après avoir mentionné de nombreux incidents antisémites portés à la connaissance des enquêteurs, ce rapport souligne que « les assurances reçues dans différents milieux, selon lesquelles l'antisémitisme serait mort en Allemagne, ne sont pas basées sllr des faits. » On peut d'autant moins suspecter les enquêteurs d'avoir fait preuve d'un préjugé défavorable, qu'ils avaient été invités par le chancelier Adenauer luimême, en accord avec le gouvernement amér.icain. Leurs conclusions se trouvent étayées, renforcées même, par les quelques informations cii dessous, qui nous sont parvenues ces dernières semaines sur la JOENAZIFICATION de l'Allemagne occidentale. A les lire, on constate aisément que J'antisémitisme est, de nouveau, l'un des aspects essentiels de cet « esprit européen :> dont Abetz est le symbole. Que serait-ce si la C.E.D. était ratifiée ! PETITE CHRONIOUE DE LA RENAZIFICA'TION Encore un cimetière juif profané Pour la seconde fois en quelques mois, le vieux cimetière Juif d'Asslar, près de Limburg, en Allemagne occidentale, a été profané par des vandales nazis, appliquant les mêmes méthodes que sous Hitler. Un grand nombre de tombes ont été détériorées. La dénazification officiellement terminée Le gouvernement de l'Rat de Bavière a décidé de mettre fin à la dénazification. Il a justifié cette mesure en rappelant que tous les autres Etats de l'Allemagne occidentale ont déjà cessé depuis un certain temps les poursuites contre les anciens nozis. Ressemblances On annonce la constitution à L .... beck d'un nouveau porti néo-nazi dont les initiales, R.S.D.A.P., évoquent délibérément ceUes du portl « nationalsocialiste .. d'Hitler (N.S.D.A.P.). n édite un joumal, te National Beobochter, dont le titre ressemble étrangement au Voe lkischer Beobachter, r_ gane officiel du parti nad. Les autorités locales ont autorisé ce nouveGII porti à afficher son pragramme SIIr les murs de la ville. Réintégration L'ancien directeur de l'Ecole Commel'\clale Steglitz, à Berlin (secteur américain), qui avait été écarté de ce poste après la défaite d'Hitler, vient d'y être réintégré. Sotke - c'est son nom -, qui fut l'un des dirigeants des Jeunesses hitlériennes, s'est signalé sous le régime nazi par son antisémitisme particulièrement virulent. "Au nom de la C. E. D. " ... si facile ... ) des écrivains et des artistes par la flatterie, les honneurs et l'argent. Les mondanités germanophiles d'une certaine société parisienne ont frayé la voie aux divisions de Hitler et consommé l'Initiation des Français à l'antisémitisme. Abetz a' bien travaillé pour l'Allemagne; sa libémtion s' inscrit donc tout naturellement dans Ile développement de l'abominable entreprise dont le but est le réarmement des pendewrs et la conséquence le reniement de la victoire. Je prédis de beaux jours à l'idylle franco-allemande et à la littérature hitlérophile. Disons-le bien haut : il ne suffit pas de r.allumer des flambeaux, de célébrer des messes à Notre-Dame ni d'inaugurer des plaques commémoratives pour honorer la Résistance ; le meilleur cadeau que notre gouvernement aurait pUI faire aux Fmnçais, pour le dixième anniversaire de leur libération, aurait été de garder en prison l'un de ceux qui l'ont pourrie et dégradée. Pierre P ARAF Ecrivain Changements de décor PAR un singulier paradoxe le dixième anniversaire de la Libération de notre pays envahi est marqué à la fois par l'arrestation de patriotes et par la mise en liberté de criminels de guerre. Atnsi, l'ex-ambassadeur nazi et raciste Otto Abetz, qui a été condamné pour crime de sequestration de juifs accompagné de tortUlres, est libre et apporte son concours à la campagne pour la C.E.D. -- -~Pn~1'indignation rendre le peuple français unanime pour que cesse un scandale qui défie la justice et la morale. « C'était hier., gravure au burin d'Abram KroL «Nous devons dire Non! •• Henri p!ERTZ « Nous devions ie garder» ... QU'ABETZ, dix ans après ses crimes, ait pu se recueillir en paix sur le tombeau de Charlemagne, voici, dans l'imagerie de l'après-guerre, un des plus scandaleux tableaux. famille israélite de France ne compte un ou plusieurs des siens parmi ses victimes ? Nous les évoquons avec indignation, avec tristesse, en ce mois anniversaire de tant de combats glorieulX, en associant ces morts à leurs frères de toutes origines politiS ques et spirituelles. ORTONS-LE du cadre universel de la criminalité ra.ciste allemande que tous les hommes de justice et de liberté, dans le monde, honnissent; sortons-Ie même des divers cadres de la criminalité de guerre que nous avons vus diversement encadrer, pour qu'ils s'y exhaussent durant leur victoire, pour qu'Us s'y courbent et y cherchent excuse, une fois vaincus, tant de bourreaux que les tribunaux d'exception ont condamnés de manières différentes; sortons-Ie de tout ce qui 31 frappé les autrés, puis quand ils avaient échappé aux balles ou à la corde, les a peu à peu, menés à des rabais de peines. Sorsidence surveillée, le garder, tortueux et de sa culpabilité afin de le produire, à chaque permanente, que la grâce bana.. occasion pour confondre déS le dont il bénéficie nous servent menteurs, démasquer des simu- à faire ressortir l'admirable opilateurs et des dissimulateurs. n,iâtreté et acuité de conscience Maintenant, on ne pourra Plus~ "Ç lesquelles, un homme dont lorsqu'il le faudrait, en appeler ,.ôom ne doit pas être oublié, On songe aulX fantômes de ceux qu'il a Iivrés, lui que nous n'avons jamais cessé de considérer, selon l'acte d'accusation de son procès, comme l'un des ordonnateurs suprêmes des tortures et des asszssinats. Quelle à ce témoin ni à charge ni à dé- Emile Buré, directeur de Cl'Or-, charge dont l'intervention seu- dre », le dépista, le pourchassa, / / 0 _le,. ,-la_ .s. eule présence in~v~o-qu-~ée -a~ve-rtit de ses ruses, de ses tra- ,---- ru C'est en Français, en résistants, que nous devons dire non! à l'oubli des crimes, à l'absolution des criminels. Sou. le régime nazi, Josef 5chriebet", aide-surveillant de l'administration pénitenciaire, se livra à de. brutalités contre des prisonniers de guerre ......... çais. C.mdamné à 4 ans de prison por _ tribunal militaire, il a accompU .. peine à la prison de WiHlicb. où sont incarcérés plusieurs criminels de guerre. Libéré, 5chrieber vient d'être réintégré dan. son administration. Un poste de geôlier lui a été - fié à la prison de... Witttich où • était, Il y a encore quelques semalDa. Ùlterné. '. , ~ ,~ ~ é!rés,-,,'_/_/_ --I. peuple français unanime pour que cesse un scandale qui défie la justice et la morale. guerre que nous avons vus diversement encadrer, pour qu'ils s'y exhaussent durant leur vic- Des députés l'action du approuvenf M.R.A.P. LE M.R.A.P. a adressé à tous Jes parlementaires la résolution adoptée au grand Rassemblement antiraciste du 9 mars, à la Mutualité. Cette résolution, on s'en souvient, soulignait la gravité du racisme et de l'antisémitisme renaissants, dont la ratification des accords de Bonn et de Paris accroîtrait oonsidérablement le danger. Un certain nombre de députés et de sénateurs, en accusant réoeptioB au M.R.A.P. de sa lettre, se sont explicitement solidarisés avec notre action. Citons en partioulier : M. Jacques BARDOUX Député te .J'al l'honneup de vous acouser réception de vot.-e cipculaire, qui a retenu mon attention. « Vous connaissez mon opposition au Tpalté de Paris, qui bpi se l'unité européenne et cpée une triplice bismapcklenne, cimentée mllitaipement, économiquement et politiquement. li> M. Jean GUITTON Député Maire-adjoint de Saint-Nazaire « .Je suis tout acquis à la résolution votée par votre rassemblement, salle de la Mutualité, le 9 mars 1954. » M. NAEGELEN Député, Ancien Ministre te .Je vous apporte mon accord complet et mes sentiments les plus sympathiques et dévoués. » avaient échappé aux balles ou à la corde, les a peu à peu, menés à des rabais de peines. 80rtons- le de tout ce que, cette tragique comparution interminable et qui n'est pas terminée a eu d'international, d'européen, d'interallié, prêtant à des considérants pOlitiques, à des mesures concertées. Celui-là, son jugement ne relève d'aucun pays que de la France. Personne n'avait droit de disposer de lui, de discuter de son sort que « la France libre ». Nous devions le garder. Il était l'otage de la Résistance. Nous devions le garder comme le témoin à. perpétuité des innombrables prOCès de faits ou d'intentions, qui subsistent entre la France mercenaire qu'il a faite et la France libre et qu'aucune amnistie n'arrive à. éteindre. Vieux, malade, ayant subi une longue prévention, toutes ces raisons de grâce ne pouvaient compter pour lui. On devait, où qu'on veuille, sous quelque forme de détention que par humanité, l'on ait estimé possible, clinique, infirmerie, hôpital, ré- , e g à ce témoin ni à. charge ni à décharge dont l'intervention seule, la seule présence invoquée pour ou contre tel ou tel, constituerait un « test » irrémissible donnant, restât-il muet, un sens à des causes qui, désormais faute de l'avoir à portée, pour éclairer de sa personne certains points, se déroberont dans les arguties et les doutes. 1

. a été la corruption de l'opinion

française, le recruteur des espions et des agents doubles, le pourvoyeur des journaux. L'acte d'accusation de son procès n'est rien qu'un acte d'accusation de guerre. Si ce n'était que cela, Abetz prêterait aux fluctuations et atténuations dont nous n'avons eu que trop d'exemples pour les criminels de guerre. Mais il fut le grand oriminel de paix. Bien avant qu'il devint ambassadeur à. Paris, il répandait le venin de la « France allemande », comme il est dit dans un noble livre récent. Et ici, que l'inexplicable incompréhension de son long rOle L' ambassadeur - bourreau (Suite de la page 1) de la Républj.que. Il est là en décembre de la même année lorsque Ribbentrop rend visite à Laval. Quatre a.ns plus tard, nouveau voyage avec Ribbentrop. Celuici offre un dîner aux membres du gouvernement, mais Mandel et Jean ZAY n'y sont pas invités, en raison de leurs origines judves : Abetz a bient travaillé; déjà, la loi nazie s'implante en France. En 1938 aussi, Abetz crée le comité c France-Allemagne », où se cristallisent ses efforts de propagande et de corruption. Intr,igues, déjeuners, conférences lui servent à mettre sur pied tout un réseau d'hommes de main à travers notre pays. Et quand, en 1939, à la suite d'une vigoureuse campagne de presse dénonçant ses agissements, il est prié de rentrer chez lui, la 5< colonne fonctionne, Abetz a rempli sa mission. Seul responsable devant Hitler •.• Toujours le sou1rire, plus korrect que jamais, Abetz revient en juin 40, porté par la victoire nazie. Le 3 août, un décret du Führer précise ainsi ses fonc- ' tions d'ambassadeur: 1) Directives aux Autorités m,litaires en matière politique. 2) Contact permanent avec le gouvernement de Vichy ... 3) Orientation des personnaUtés politiques dirigeantes des deux zones dans le sens que nous désirons. 4) Direction politique de la Presse, de la Radio et de la Propagande ... 6) DireC:ives à la Police Secrète de campagne et à la Police Secrète de l'Etat... 7) Protection et prise en charge des objets d'art appartenant à l'Etat, ainsD qu'à des particul;. ers et, en premier lieu, à des juifs ... Le décret < spécifie formellement ~ que l'ambassadeur Abetz I;!st 4: seul responsable de la façon dont seront résolus les problèmes politiques dans les deux zones ~, et qu'il ne sera responsable que devant le Führer luimême. Aurtrement dit, Abetz dispose à Paris de la totalité des pouvoirs. Rien n'est décidé par le commandement militaire (vonStulpnagel) ou par le chef de la police (Oberg) sans qu'Abetz n'ait donné son approbation. C'est en maître absolu, désormais, qu'il promène ses bottes élégantes dans les beaux salons de la kollaboration. Il continue de jouer les enjôleurs, les esthètes, mais, de plus en plus, il a les mains dégoulinantes de sang. Il faudrait des volumes pour retracer les crimes perpétrés soUS la direction de cet assassin distingué, qui avait promis à Hitler de 4: gagner les coeurs des Français ~. Nous n'évoquerons que quelques aspects de ses activités. L'empoisonnement des esprits Abetz porte une large responsabilité dans la vaste entreprise d'empoisonnement -.de l'opinion française qui se développa de 1940 à 1944. C'est lui qui combine la mll!in-mise allemande sur l'Office Frarrçais d'Information, chargé de transmettre à la presse des dépêches triées sur le volet. A la tête de la 4: corporation de la presse ~, il place son bon ami Luchaire. Pour les directeurs et rédacteurs en chef des journaux, il organise à l'ambassade des conférences bi-hebdomadaires, où sont passées ses consignes. Citons, par exemple, darations de son Schwendemann à l'une conférences, celle du 1943 : les déadjoint de ces 4 mai « Il faudrait dire que, si la France est en proie à de grands sacrifius, ce n'est pas l'Allemagne qui en est responsable. La presse pourra également utiliser' pour ses commentaires, l'article que le Dr Goebbels publiera le 7 mai dans l'hebdomadaire Das Reich, sur les responsabilités encourues par les juifs, car on ne peu't parler de cette gu,erre sans mentionner les juifs qui l'on fait naître ~ ... Le Il mai, même rengaine : 4: La presse est invitée à traiter du rôle égoïste des juifs dans la prépa't'ation et dans la conduite de la guerre actuelle. Il convient de montrer que, partout, la main des juifs existe dans cette guerre. :. Et le surlendemain, ces thèmes sont abondamment repris dans Le Matin, sous le titre < Le Bolchévisme est- aux ordres des Juifs ;). Un amateur d'art Abetz, on l'a dit, était professeur de dessin. Il avait fait ses études à l'école des Beaux-Arts de Karlsruhe. C'est poulrquoi, sans doute, il s'infér.essait tant aux oeuvres d'art, notamment celles des juifs, au point d'en organiser le vol systématique. 22.000 pièces artistiques furen. t par ses soins acheminées 'Vers le Reich. Il n'y fallut pas moins de 137 wagons. Dès le 4 juillet 1940,' quelques jours à peine après son retour à Paris, il dressait une liste de 15 magasins d'art appartenant à des juifs et 4: dont la visite semble s'imposer ». On aura une idée de l'esprit « artistique» qui présidait à cette entreprise de pillage, en lisant une lettre du 20 juin 1941 d'un adjoint d'Abetz, Zeitschel, à Dannecker, chef de la gestapo antijuive, où il lui signale 'un appartement abandonné par son locata,ire juif. « Malheureusement, écrit-il, je n'ai eu connaissance de celte affaire qu'aujourd'hui, mais ,l paraît qu'il y a encore quelques caisses dans l'appartement. Peut-être y a-t-il encore moyen de faucher quelque chose 1 > ... e pas reou , Emile Buré, directeur de « l'Ordre », le dépista, le pourchassa, avertit de ses ruses, de ses trafics, de ses rapines, le dénonça, sans répit malgré les colères et les menaces de ses stipendiés, collaborateurs et antisémites, qui, d'après ses instructions préparaient les voies à l'invasion et les complicités à la défaite. Emile Buré dut ' chercher refuge en Amérique où, à maintes reprises, la propagande d'Abetz fit courir le bruit qu'il était enfermé comme fou ou mort gâteux. Quand il revint, nous repassâmes ensemble les terribles campagnes qu'il avait menées et les terribles dangers qu'il courut. Il était impatient que fat sanctionnée la capture d'Otto Abetz, proclamé le châtiment que j'ai dit, pire que l'exécution, pire que le bagne. Il espérait pOUVOir aid.er à définir les conditions uniques d'une inoulpation qui ne se comparait à aucune autre. Que penserait-il aujourd'hui de l'abandon définitif, dans les données de la Résistance, que représente la relaxe d'Abetz ? / /0n ne peut ou bi-1er 1e s cri-mes perpe, t re' s ., / / ~~". souligne le Grand-Rabbin KAPLAN A la grande Synagogue, rue de la Victoire, s'est déroulée, I.e 11 avril, une oé.rémonie oommémorative, dédiée aux victimes du nazisme, organisée sur l'initiative de 1'« Amicale des Anciens de la Réslstanoe Juive l>, en signe de désaveu du réarmement allemand. Diverses autres organisations juives de résistance, de déportés, d'anciens combattants s'étalent associées à oette cérémonie qui fut suivie par une foule nombreuse. M. le Grand-Rabbin Jaoob Kaplan, au cours de l'offioe religieux, prononça une allocution, déolarant notamment : « " se t.-ouve que nous commémorons aujourd'hui l'anniversaire de la libération des camps de Buchenwald et de BergenBelsen, et que dans quelques jours sera célébré l'annivepsalre de l'Insu l'rection du Ghetto de Varsovie. Nous ne pouvons pas ne pas penser également aux autres camps, Blpkenau, Auschwitz, Dachau, aux autpes ghettos détruits pal' la barbarie nazie, aux lieux tels qu'Oradoursup- Glane. En tous ces lieux, t.-op nombreux pour qu'on puisse les citer, ont été commis non pas des faits de guepre, mais des crimes d'une telle monstruosité qu'on ne peut les oubllep en 1954. ... « La Bible dit qu'il y a des crimes dont le souvenir doit être peppétué au nom même de la Justice. Les at.-ocités nazies sont de celles dont l'humanité tout entière doit garder ,l'étepnel souvenir. ... « Mais on voit l'Allemagne essayep de faire oublier... Elle prétend réprouvep le nazisme, OP ses actes ne mont.-ent-lis pas qu'elle se réserve, un jour, de considépep les victoires du nazisme comme de grandes victoires nationales, en dépit des crlmes Ilel'pétpés ? Et, ce faisant, n'encoupage-t-elle pas le nazisme renaissant à reconquérir le pouvoip ? Rien ne doit êt.-e fait qui puisse encouragep le néo-hltlérisme, rien ne doit êtpe fait qui puisse pousser à un nouveau conflit, avec les armes de destruction massive, ce serait la fin de l'humanité civilisée » ... Ces paroles et la oérémonIe du 11 avril elle-même, reflètent l'opposition au réarmement allemand qui grandit dans les milieux les plus larges. Les antiracistes, en saluant cette prise de position, y verront un encouragement à redoubler d'efforts pour une aotion toujours plus ample, toujours plus efficace oontre la renaissance du nazisme, oontre la remilitarisation de l'Allemagne qu1 se p.oursuivent sous le oouvert d'une politique faussement c européenne ~. reviendra -t- il Paris? • • • Un antisémite plein de zèle Les persécutions racistes furent, pendant ces 4 années terribles au centre des préoccupations d'Abetz. Qu"i1 s'agisse de l'institution de l'étoile jaune, des rafles, des déportations, les décisions sont prises en commun par les représentants de l'am, bassade, du commandement militaire et de la gestapo antijuive, qui tiennent régulièrement des « conférences dUJ mardi >. Mais loin de se satisfaire de cette action collective, Abetz fait !preuve en la matière d'un zèle particulièrement acharné. lDès le 20 août 1940, il propose par télégramme à Heydrich, chef suprême de la gestapo, des mesures imméditaes : - ObligatIon de déclaration pour les juifs établis en zone occupée " - désignation des magasFns juifs en France occupée i . - mise en place d'administrateurs pour les, magasirrs, exploitations économiques, stocks en magasins et grands magasIns dont les propriétaires ont fui. « Lesdites mesures, préciset- il, peuvent être ma/ivées par le fait qu'elles intéressent la sécurité de la puissance d'occupation allemande et être exécutées par les autorités françaises. > Heydrich répond : c Je 'nI/! soulève aucune ob jeclion contre l'introduction des mesures envisagées contre les juifs, en France occupée, par M. l'ambassadeur Abefz :.. Avec Xavier Vallat Abetz contrôle étroitement les mesures prises aussi bien en zone occupée que par Vichy. Aussitôt nommé commissaire aux questions juives Xavier Vallat se rend aux ordres chez lui. Un rapport de Dannecker relate ainsi cette entrevue du 3 avril 1941, à laquelle il était présent : 4: En un bref discours, l'ambassadeur Abetz traça les grandes lignes du problème juif. Vallat répondit qu'il étal!}: heureux de collaborer à la solution de la question juive. » Le 16 juillet 1942 Désireux d'aboutir à une « solution définitive du problème juif », Abetz fut l'un des organisateurs de la déportation de 120.()()() innocents vers les camps de la mort. Il joue un rôle de premier plan dans l'organisation des rafles du 16 juillet 1942 à Paris. 4: Les mesures d'évacuation massive des juifs au camp d'AuschwFtz... sont en voie d'exécution », écrit-il dès le 2 juillet. Et à ceux qui veulent s'en tenir aux juifs d'origine étrangère, il répond : 4: Il n'eSit pas question de réserver une position privilégiée aux juifs français, étant donné qu'ils doivent, en tout cas, disparaître dans le cadre de l'él;mination de la juiverie des pays européens, ce qui est déjà exprimé par le fait qu'en tous cas un certain nombre de juifs français som compris dans le conding. ent indiqué. :. Les juüs et les résistants La lutte contre la Résistance allait de pair avec les persécutions antisémites. Abetz fut avec Oberg l'un des rédacteurs du fameux « Avis :. dUI 10 juillet 1942 annonçant des représailles contre les familles de patriotes. A son procès, il a été reconnu responsable de l'assassinat de Georges Mandel, qu'il livra aux miliciens chargés de l'exécuter. Fin décembre 1943, il participe à une conférence convoquée à Berlinl par Ribbentrop, en vue d'organiser l'arrestation en France de 2.000 personnalités hostiles à la 4: collaboration >. Knochen, dans son rapport souligne : « Sur la question de savoir comment on devrait pratiquement agir, le minisfre déclara que l'ambassadeur Abetz premdrait lui-même immédiatement l'affaire en mains pour tenir compte de toutes les exigences que comportai!/: la situation. :. La façon dont il concevait les arrestations d'otages, Abetz l'a précisée en ces termes : « Même là où il peut être ouvertement démontré qtlil s'agirt d'autres Français, il n'est pas recommandé de le mettre en hiden ce, mais, teTltInt compte de l'intérêt politique, de défendre la thèse selon laquelle il s'agit exclusivement de juifs et d'agenta achetés par les services secret6 anglo-saxons et ru.ss es. , Nous n'en voulons plus ! Ce bilan très partiel de factivité d'Abetz justifie à lui seul l'appréciation de l'acte d'accusation lu à son procès : « Parmi les Allemands qui assumèrent la responsabilité de l'occupation en France, aucun ne servit mieux les desseins de Hitler.> Après la libération d'un tel criminel on peut difficilement donner de meilleurs gages à 4: l'esprit européen> dont il est une ilI ustra tion. Cette scandaleuse mesure aura au moins pour conséquence d'éclairer plus encore les Français sur la gravité des périls que leur font courir la C.E.D. Ils ne veulent pas que, sous le couvert de la « communauté européenne de défense », un Abetz puisse redevenir ambassadeur à Paris. Ils se dresseront, unis, en une protestation toujours plus active, toujours plus puissante contre les accords de Bonn et de Paris. Ils ne permettront pas que l'e di~ième anniversaire de la Libération soit marqué par une victoire posthume d'Hitler. Des documents inédits en France RECTION du Ghello de Varsovie à travers les journaux et les tracts ~de la Résistance polonaise Les peuPles lournent les DeUH oers 6enèue Il Y a 11 ans, le 16 avril 1943, les juifs du Ghetto de Varsovie prirent les armes contre l'occupant nazi. C'était la première fois, dans l'Europe asservie, que les nazis devaient faire face à une révolte organisée, à une résistance ' aussi farouche. Les documents, inédits en France, que nous publions ci-dessous montrent que cette insurrection ne fut pas un simple sursaut d'agonie des juifs voués à la déportation et à la mort. Ce fut une bataille -- de près de trois mois -- livrée contre la bête hitlérienne par des hommes qui en voyaient pleinement la portée, le retentissement. Mieux, elle fut préparée et menée en liaison constante avec diverses organisations polonaises de résistance en dehors du Ghetto, qui se solidarisèrent avec les héroïques combattants juifs, leur fournirent une aide précieuse, et exaltèrent devant tout le pays leur courage et leur exemple. Les pages qu'on va lire nous replongent dans l'atmosphère dramatique de la lutte à mort poursuivie alors par tous les hommes libres contre la barbarie nazie. Cette évocation prend tout son sens, au moment où sont libérés les bourreaux d'hier" où se prépare la reconstitution de la Wehrmacht. La voilà, 1'« Europe Jt qui menace de renaître. Lutter contre le réarmement de l'Allemagne, contre la C.E.D., c'est rester fidèles aux martyrs et aux hér6s du Ghetto glorieux. roïque de la popula!ion juive> : Dimanche à 2 heures du matin les bandes hitlér.iennes ont tra'îtreusement attaqué le Ghetto de Varsovie. Ce fut le commencement d'une orgie sanglante. Les sbires S.S. arrachaient des logements femmes et enfants. Ils brisaient le crâne des gosses sur le pavé. Ils chassaient la population sur la place afin de l'expédier par un chemin bien connu jusqu(aux chambres à gaz de Treblinka. Mais cette fois-ci cependant, les assassins hitlériens se sont trompés dans leurs calculs, car la population juive se souvi,ent des tragiques évènements d'août et de janvier. Depuis de nombreux mois, le Ghetto de Varsovie s'était préparé à la résistance. Les efforts des hitlériens, afin d'isoler, totalement les juifs du reste du monde, ont fait fiasco. Le mot d'ordre <1: pour notre liberté et la vôtre :. s'est traduit par l'aide apportée par la population polonaise à la préparation de la défense du Ghetto. Les Allemands n'oRt pas Un avertissement réussi non plus leur. attaque par Le devoir de venir surprise. en aide aux juifs ... (La population judve) a levé Longtemps avant l'insurrec- bien haut l'étendard de la lutte tian, la solidarité active des ré- Le 27 juillet 1942, dans son· pour. la liberté. Le drapeau blanc sistants polonais envers les bulletin-radio, le Comité de Var- et rouge planté sur la tour de juifs du Ghetto de Varsovie sovie du Parti Ouvrier Polonais, l'église, au coeur du Ghetto, a s'était manifestée à mai,ntes re- après avoir rappelé les déporta- 'Pris la valeur d'un symbole. La prises. Voici, par exemple, sous tions massives et cité le chiffre lutte héroïque de la population l~ titre < Les chacals allemands de 700.()(X) juifs assassinés en juive a boulleversé Varsovie t:>utlSsassinent la population jui- Pologne à ceNe date, poursuit: te entière. Cette lutte a renvet"ve >, un article publié le 15 ... La passivité n'a jamais sau- sé le mur de haine nationale aoaf 1942, dans le n° 6 du jour- vé personne. Les juifs l'ont c?m- élevé depuis 4 ans par notre en~ l clandestin '< Gwardiste >, pris. Du Ghetto nous parvlen- nemi commun. Par suite de l'atorgane de la GOEde Populaire. nent des informations sur des taque inattendue, des Polonais Après une série d'informations cas isolés de résistance active à se sont trou'ves d ans l'e ncem. t e ~r les déportations des juifs du la déportation. Sortir de force du Ghetto qui aujourd'hui lut- Gt...tto vers les chambres à gaz, du Ghetto, tel ~t le seul re- tent au coude-à-ooulde avec les on p' eut lire : oours. La résistance .ac.tiv e à dl a J"UIf s con t re 1e s Ail eman ds ad ns déportation, l'orgamsatIon e les rues du Ghetto. Le sentiment ... Notre devoir est, dans ce groupes de combat, et la' résis- de solidarité avec les juifs en cas, d'aider les juifs enfermés tance ,individuelle, telles sont les lutte se développe de plus en dans Ile Ghetto à s'échapper de seules attitudes justes dans ce plus puissamment. la v.jJ\e ; notre devoir. est égale- moment si dramatique. ment de nous souvenir que des L'auto-défense doit prendre Une attaque devant faits semblables peuvent, dans un caractère de masse. Dans la d Gh un proche avenir, se produire . . les murs u etto lutte quelques hommes pencontre la population polonaise, ront, mais des milliers seront Ces extraits d'un rappon du et qu'il fault en conséquence, de sauvés. A la société polonaise Commandement/: de la Garde Potoutes nos forces, aider finan- incombe le devoir. de venir en pulaire donnent un exemple des cièrement ou par l'action les dé- aide aux juifs qui cherchent à se multiples actions armées entretachements de partisans polo- sauver face à noire ennemi com- prises par la Résistance polonainais qui ont devancé les agisse- mun: l'occupant hitlérien. se pour soutenir le combat des nrents des Allemands contre la insurgés. popula~ion de notre pays, et qui Pour notre liberté ne"'ll~ -,,·,àtro 't"15. que coule le VARSOVIE, ________~ ~UL_~olilo~n~a~i~s_A~~u~e~le~s~P~o~l~o-~ ____ !e~t~l:a:_~v~o:A~t:re~~I.:.:. _ U>,~ __ L'~:192.168.254.42: ~:~.:192.168.254.42 le c~- ire, sous les murs du Ghetto, d'un groupe important de gendarmes, de S.S. ou de policiers, lancer des grenades; dans le cas contraire, liquider quelques sentinelles. Exécution : Les groupes s~ rassemblent à 4 heures, reçoivent les armes et les der·nières instructions, et le mouvement est calculé de sorte qums se trouvent à 5 h. 30 sur. place. L'action doit durer de 5 h. 30 à 7 heures ... Déroulement de l'action : Le premier groupe arrive sur place à l'heure dite et rencontre ensuite une auto avec un groupe Ghetto sont de tout jeunes gens, qui souvent même n'ont pas fait leu·r service militaire. Ce sont des commandants sortis du peuple pendant les combats ... Un exemple de courage indomptable Le journal clandè!>lin « Gwardiste », écrit, le 20 mai 1943, dans son numéro 18 : La résistance héroïque du Ghetto de Varsovie dure déjà depuis 1 mois. C'est là l'acte de résistance armée le plus important et le plus long de tous les territoires occupés. La lutte armée incessante, du peuple polonais, s'est répercutée ':11 échos dans le Ghetto. La pop'iation juive, il y a un an totalEment passive et se laissant assassiner, a étonné aujourd'hui, par .,a résistance, le monde entier. Les combattants juifs ont planté, sur l'une des maisons, un drapeau blanc et r-ouge. C'est là le symbole oue notre lutte est commune. Les combattants héroïques du Ghetto de Varsovie passeront à l'histoire des luttes libératrices comme un exemple de courage indomptable. LA Conférence de Genève, succédC> lnt à la Conférence de Berlin, cristallise auJourd'hl>i le. espoir. de paix de tous les peuple., en particulier du peuple français, intéressé au plus haut point à un cessez-le-feu en Indochine et à la solution négociée de tous les différend. internationaux, dans le respect et l'indépendcmce des nations. Bretagne, Etats-Unis, Républiqu~ Démocratique Chinoise), les militants de la Paix ont largement çontribué por leur action inlassable pour faire entendre la volonté paçifique de mMlions d'hommes et de femmes. 1.e M. R.A.P. a sa part dans ce premier succès, qu'il salue chaleureusement. de gestapistes se rendant à un .-____________________________________________________ immeuble de la rue Fréta ... (attaque à la grenade) ... Le group" se disperse sans avoir SUryi de perte. Du côté des Allemands, 4 à 5 tués, l'auto est incendiée. A cette première rencontre des représentants des Cinq Grandes Puissances (France, Union Soviétique, Grande- Mais l'avenir n'est pas pour autant assuré. Les maonoeuvres se multiplient pour faire échouer la Conférence de Genève. Aujourd'hui enç .... e, il dépend de l'effort de tolls les défenseurs de Les groupes 2 et 3 ont fus innné. Varsoviens, au combat ! Quelques jours après le début de l'insurrection, le comité varsovien du Parti Ouvrier Polona; s lance cet appel à la population

Polonais! ... Nous assistons actuellement à l'assassinat des jU1ifs de V, rsovie qui s'opère sous nos yeux, à la liquidation des restes du Ghetto, à la fusillade à la carabine et au fusil mitrailleur d'hommes qui ne veulent pas aller de bon gré à la mort, à l'incendie délibéré de tout un quartier du centre de la ville. Varsoviens 1 Le massacre bestial de la population juive fait apparaître !e véritable visa~ de l'hitlérisme. Voilà le sort qud nous attend sous la domination des hitlériens. En luttant contre l'ennemi, nous' bouleversons ses plans. .,. Vive la lutte armée de tous les peuples polonais 1 Vive l'alliance de combat avec l'Union Soviétique! Mort à l'occupant! Les leçons du Ghetto Dans son numéro 32 (deuxième année) da 15 mai 1943, le journal clandest:n « Trybuna Wolllosci :) (Tribune de la t Une Yue de la Conférence de Genève. Dans les cercles, 0lIl reconnaît les représentants des cinq grandes Puissances berté) publie le commenta!, la poix que nas r ... _ta."" {4' ~ft---li ui~anL-.·~----------_______ L ________ L __________ • __ ~ ______________________ ~~ __ ~ .. k_ __ ~a_ __~ . ._ __ d~ _~ ~~ __I L-a~u~x~a~Sp~i~~ti~on!s~du~p~aYS~,192.168.254.42n~I~~==:nt~ l'esprit de négociation désl~ble.


__ 25 mars 2010 à 09:45 (UTC)25 mars 2010 à 09:45 (UTC)~------_mnr_n._~.n192.168.254.42 25 mars 2010 à 09:45 (UTC)------25 mars 2010 à 09:45 (UTC)25 mars 2010 à 09:45 (UTC)25 mars 2010 à 09:45 (UTC)25 mars 2010 à 09:45 (UTC)~~_,25 mars 2010 à 09:45 (UTC)~r_192.168.254.42--~--192.168.254.42---a--------------.---25 mars 2010 à 09:45 (UTC)--25 mars 2010 à 09:45 (UTC)192.168.254.42--25 mars 2010 à 09:45 (UTC)~~y_25 mars 2010 à 09:45 (UTC)192.168.254.42 25 mars 2010 à 09:45 (UTC) .. ~na~~- sang on ais e co - aux aspirations du pays, ..,lnlfestent

nais périssent L'insurrection éclat,e. Le 23 mandement de Varsovie a dési- suivant: , l'esprit de négociation désirable. criminels. avril 1943, le journal clandestin gné 3 groupes d'assaut afin ... En dehors des murrs du Gliet- W E L L S G R A CIE Comme le soulignait récemment no- L'extermination massive des «La Voix de Varsovie ~,dans d'exécurter une démonstration to les Allemands n'ont pas été tre secrétaire général, Charles Palant, ]·uifs est pour nous un avertis- son numéro 29 (deuxième année) non loin des murs du Ghetto... dâvantage tranquilles... (suit au Congrès de la Paix de la Seine, les écrit, sous le t:tre .: La lutte hé- L'objectif : En cas de rencon- l'énumération d'une série d'at- antiraastes considèrent comme Insépa_ sement. taques exécutées par la' Garde / que, dans an pays qui se vante rer aujourd'hui que Wells n'est rables la défense de la paix et la lut- A Varsovie, 'devant le monument des 'martyrs et dèS héros 'ETAIS du voyage en pologne J entrepris par 9 par,lementalres français en 1963. Nous avons découvert VarsovIe renaissant de ses cendres, témoin d'une activité prOdigieuse qui devait retenir notre attention tout au long de notre visite. Mals devait s'Inscrire à jamais dans nos mémoires la vIsIon des ruines du Ghetto, anéanti, littéralement pulvérisé, 'par les hordes hitlérIennes. Sur un Immense désert de briques et de gravas se dresse un monument commémoratif de l'Insurrection du Ghetto au centre de ce qui sera la cité do M'uranov. C'est le \'Ionument de la douleur et de l'angoisse; des homm.es, des femmes, àes enfants attendent une mort certaine. C'est le Monument des martyrs, des innocents et des héNls ; chaque personnage, chaque attitude, chaque traIt Incarne une réactIon humaine face à l'hallucinante entreprise de la barbarie nazie. La faim, l'anxIété, la peur, la folie, le courage, ~a bravoure, la colère, la résolution, la fierté, se lisent sur ces visages de pierre. La façade arrière du monument porte des casques et des armes gravées dans la pierre, symbole anonyme de la tyrannie d'Hitler - les casques ne , s'accompagnent d'aucune tête. Donner figure humaIne aux dIaboliques bourreaux qui ruinèrent tant de vies, ce fllt faire Injure au genre humain. CE lieu du souvenIr témoigne pour les générations futures des InvraIsemblables égarements où peut être con- PAR André DENIS Député duit celui qui s'enlise dans l'antisémitisme et l'orgueil raciste. La mémoire de 5~.000 Juifs, de 50.000 Insurg~ plane sur ces lieux où plusIeurs jours de combats sans espoir firent payer aux Hitlériens une faible part du crédIt qu'ils se .sont ouvert à la colère universelle. . Folie, sans aucun doute, qu'une insurrection Isolée dans un quartier encerclé en pleine occupation, et sans l'illusion d'un concours extérieur. Mals loIn de me reconnaître le droit de juger ces morts en sursis, ces êtres promis à l'Inéluctable extermination, Je salue ceux qul sont morts en combattant. Ils ont honoré la race des hommes tandis que leurs geôlIers descendaient aoJ-dessous de la bestialité la plus sordIde. Ils auront sans doute inspiré par le'ur héroïsme nombre de héros de la Pologne martyre dans sa libération. Ils ne pouvaient sauver leur vie, Ils ·l'ont donnée plutôt que la laisser surprendre. Sursaut de désespoir et de colère sans· doute, mals élan de dignité et d'espérance, leur gesie s'inscrit au crédIt du triomphe de la personne humaine sur la bestialité. , Oublions en ·cet anniversaire les polémiques et les propagandes entretenues autour de cet évènement pour ne songer qu'aux glorieuses victimes, pour leur répéter notre volonté de dIre « non » au mlltarisme allemand. Ne soyons pas de ceux quI oublient. N'oublions nI les victimes, ni les bourreaux. Si J'ai le devoir de pardonner le mal qui m'est fait, ai-je le droit d'oublIer le mal qui est fait à mon prochain ? Ai-je le droit de permettre qu'il y ait récidive ? 1 . rt, d 20 1) (Suite de la page 1) te contre le racisme et l'ontisémltlsme. Popu aire à pa Ir u avn ,.. d'appliquer les Droits de l'Horn,.. pas définitivement hors de dan- Il. demandent que la délégation fran- Les Polonais ont démontré l'uni- à New-York, exprimait au gau- me, il y ait deux justices, celle ger. COndamné à la prison à vie, ~aise fasse tout pour qu'un terme soit té de la lutte des peuples polo- verneur sa certitude « qu'en ac- des blancs et celle des hommes il reste dans le même milieu mis à la guerre désastreuse d'Indocltlnais et juif. Par contre, les cordant cette grâce, vous accom- de couleur ? J'espère que cette hostlAe où fut montée contre lui ne, qui a déjà coûté trop de sang et personnalités mil,itaires polonai- plirez le voeu des Français, pour sentence monstrueuse ne sera la provocation raciste qui ris- qui risque de dégéttérer en 'un conflit ses officielles (1), qui procla- qui la peine de mort ne doit pu- pas exécutée. » qua de lui coûter la vie. Il faut mondial. Ils demandent qllle de. Inl. ment sans cesse qu'elles seules nir que le crime de meurtre, de • l'arracher de cet enfer. Exigeons tiatives Itcirdles sOient pHies par Iè sont habl'I·ltées a' l'act·lon, n'ont me1irtre volontaire, mais aussi M. Adolph e ESPIA.n.. D, ag- ré gé 1a llbér a tI' on de Wells! vgéoruivtaebrlnee mdéetnetn tfer aIn~taeim. .atéino n'àvluee. d'tlfte pas réagi par un seul coup de les voeux ardents des meilleurs de philosophie, ancien Direcfusil en réponse à la lutte hé- de vos concitoyens l>. te ur de Ministère, souligne, en ;-------------------------~..:.:.-- roïque qui se déroule depuis de réclamant la grâce de Wells, que nombreux jours dans le centre De l'appel du professeur V. {( les Français comprendraient de la capitale; elle se sont sim- FROLOW, ancien président de mal que fût exécutée une sen-olement contentées de quelques l'Association Internationale tence de mort qui heurte le sens paroles chaleureuses dans leurs d'Hydrologie SCientifique, nous de la justice ». journaux. De même, la radio po- tirons ces quelques lignes: lona-ise de Londres n'a donné {( Il faut que vous sachiez, M. d'informations SUir le Ghetto que le gouverneur, que les exécu- 2 semaines après le début de tions des noirs dans votre pays l'insurrection. Cette façon de tai- se répercutent douloureusement re les combats n'eSt pas nouvel- dans le coeur et la conscience le pour nous. des Français. Elles font qu'une Les combats dans le Ghetto désaffection pour votre pays ont une immense significat,ion s'implante de plus en plus chez politique. C'est la plus ,puissante nous. Ce n'est pas une bonne manifestat,ion d'auto-défense or- chose que d'assombrir l'amitié ganisée dans les pays vaincus, entre les peuples. » La défense du Ghetto a prouvé combien gagne en popularité le mot d'ordre de résistance active et de lutte armée. Les juifs, dociles il n'y a pas longtemps encore, ont fait prelliVe d'une résistance qui provoque l'étonnement et l'admiration du pays et du monde ent,ier. La résistance du Ghetto a prouvé qu'une défense, même mal armée, mais décidée et avant tout organisée à temps, est capable de porter à l'ennemi des coups sensibles. Les commandants des luttes du (1) Il s'agit du commandement de l'AX (Armée Nationale qui dépendait de Londres). Le Dr Jean DALSACE écrit « Comment peut-on admettre Touristes ... Dans la nuit du 17 ou 18 avril, un grOIIId nombre de « touristes " allemands d'un genre portlculier ont franchi la frontière hollandaise. Le lendemain, à Elten, ils distribuèrent des tracts d'inspiration nazie, proclamant : « Elten fut allemand, EltEln est allemand, Elten restera allemand ". A Ernhem, Hs ont défilé dans les rues en chantant l'hymne hitlérien « Horst Wessel Lied •... Citons enfin un court extrait de la lettre du prOfesseur Ernest KAHANE, Maitre de Recherches au C.N,R.S. : « Il est incontestable que la condamnation de Wells n'est nullement en rapport avec les faits sur lesquels elle est basée, qu'elle est un témoignage de la terreur dans laquelle on veut entretenir la population noire des Etats-Unis.,. Il n'est pas possible que le noble peuple américain supporte indéfiniment les crimes qui sont perpétrés en son nom ll ..• Exigeons la libération d~ Wells 1 La grâce accordée à Wells sera saluée avec joie par tous les antiracistes comme un résultat de leur action et de leur union. Ils y verront un nouvel encouragement dans la lutte contre le racisme et l'injustice. Ils doivent d'ailleurs considé- Avec un SIRIUS j'écoute ce qui me ploÎt Les Voix . de la Paix Ce Soir en France Etc ... . Grand choix c< d'appareils de radio et 6 lampes rimlock - 4 gammes d'ondes de télévision Prix : 21.750 Francs de toutes marques Rayon d'appareils ménagers FRIGIDAIRES - MACHINES A LAVER - ASPIRATEURS MOULINS A CAFE - MIXER - RASOIRS - ETC ... En vente COOP~RAtIVE DE T. S. F~' 192, Rue Lafayette . PARIS-l()e Métro : Louis-Blanc Tél. : NOR . . 33-99 Conditions spéciales aux lecteurs du journal sur présentation de ce bon MAC CARTHY DECOUVRE SES BATTERIES ANTISEMITES (Suite de la page 1) sommes encorè loin de la vaste lutte nationale pour lIa liquidation sérieuse dU! néo-fascisme incarné par le sénateur du Wisconsin. En attendant, récemment, 50 savants et ingénieurs attachés au « Signal Corps Laboratory » de l'Armée américaine, au Fort, Monmouth, dans l'Etat de NewJersey Qnt été suspendus de leurs fonctions à la suite d'une enquête demandée par Mac Carthy et - comme par hasard ... - 40 de ces 50 scientifiques et ingénieurs, nous apprend le NEW-YORK POST, sont d'origine juive. A part ça, Eisenhower est un grand démocrate, digne d'être le leader du monde qui se dit libre, car - nous ne le répéterons jamais assez - dans toutes ces histoires de chasse aux sorcières, il ne s'agit nullement de campagnes d'éléments minoritaires, · surexcités, mais bel et bien de décisions d'Etat, faisant 'partie dntégrante de la politique Officielle du gouvernement lui-même. Or, tout le contexte du maccarthysme fait clairement ressortir le caractère systématiquement antisémite d'une mesure de licenciement qui frappe 80 pour cent de juifs. On se souvient que, ces derniers temps, deux hauts fonctionnaires frappés par la Commission Mac Carthy se donnèrent la mort, sans parler des cas de suicide parmi les fonctionnaires de moindre importance; l'affaire est donc très sérieuse. Le cas du Dr Peress La situation s'est a ggravée récemment lorsque Mac Carthy s'en est pris au Dr Irving Peress, médecin-dentiste juif de New-York, attaché à l'armee américaine; ayant pris sa retraite, il refusa de répond re aux questions de la Commission des activités antiaméricaines. Mac Carthy attaqua a,lors Stevens, secrétaire adjoint à la Défense, qwi décida que les officiers ne pourraient plus comparaître devant la fameuse Commission. Eisenhower le désavoua. Stevens fit alors proposer à Mac Carthy un marchandage assez ignoble : « laissez l'armée de terre en paix et en contre-partie je suis prêt à vous aider à détecter les homosexuels et les communistes de l'Armée de l'Air et de b Marine ». Mac Carthy refusant ce chantage, Stevens fit révéler que le jeune collaborateur immédiat de Mac Carthy, Roy Cohn, un petit voyou distingué qud fit scandale en Europe il y a quelques mois, était vivement intervenu, appuyé par Mac Carthy, auprès de l'Armée, pour que son petit ami David Shine, autre adjoint important de Mac Carthy, qui fait son service militaire, bénéficie d'avantages exorbitants et ~e soit pas 'envoyé sur le front de Corée. Mac Carthy vient de démissionner de la présidence de la Commission « pour mieux se défendre > ; l'affaire en est là. Ce scandale sordide, tout à fait conforme aux réalités que couvre Ile puritanisme de quatre sous d'un Foster Dulles, doit être rapproché du fait que le Dr Irving Peress, désigné comme juif à la vindicte des énergumènes fascistes, a subi une agression contre sa maison, des pierres lancées dar.., ses fenêtres ayant failli blesser ses deux enfants. Mac Carthy menace ... Et Mac Carthy, en difficulté, menace de faire donner à fond l'arme de l'antisémitisme. Il n'a

pas hésité à employer les

grands moyens. Il vient de s'adresser à une haute personnalité jwive des Etats-Unis : le fameux Bernard Baruch, âgé de 'l2lus de 80 ans et qui a la réputation d'avoir été l'un des conseillers les plus écoutés des présidents et dirigeants américains, auprès desquels il a toujours exprimé, avec d'autres, juifs et non-juifs, les voeulX et exigences des grands milieux d'affaires. Les informations apportées à ce sujet· par le correspondant permanent de FRANCE-SOIR aux Etats-Unis G.-H. Martin, dans le numéro du 14 mars, valent d'être amplement reproduites: .. M. Mac Carthy, ne reculant dorénavant devant rien, a, pour la première fois essayé d'effrayer certains de ses adversoires en brandissant, d'une manière à peine voilée, la menace d'une campagne antisémite au service du maccarthysme. « Nous pouvons révéler, d'une manière certaine, l'objet d'une mystérieu ... se visite que le sénateur Mac Carthy fit personnellement mercredi à NewYork à celui que l'oIn appelle le « conseiller des présidents _, M. Bernard Baruch, qui est aujourd'hui plus qu'octogénaire. .. M. Mac Carthy vint voir Bernard Baruch pour lui demander d'user de son influence « auprès de ses amis israélites .. pour obtenir le droit de répondre à M. Stevenson par un programme radio-télévisé. « Notre informateur, qui joue un rôle influent comme conseiller du gouvernement américain nous a fait le récit suivant : " - M. Mac Carthy demanda spécialement à M. Baruch d'interve\1ir auprès de M. William Paley, président de la chaîne de radio-télévision Columbia Broadcastlng Company, afin qu'il mette ses statiolns émettrices à so disposition. M. Paley, Américain né à Chicago, est israélite. M. Mac Carthy, faisant une allusion à ce fait, déclara à M. Baruch qu'il ,,'était pas antisémite, comme le prouve, dit-il, le fait qu'il emploie lui-même Roy Cohn ... Mais, poursuivit M. Mac Carthy, il y a beaucoup de gens qui partagent mes idées anticommunistes et qui sont antisémites. Si vos amis ne m'accord .. nt pas ce que je demande, aurait dit M. Mac Carthy à M. Baruch en terminant, il me sera très difficile d'empêcher mes amis d'organiser une campagne pour montrer que la radio et la télévision américaine sont dans les mains des juifs. ':D Ce chantage est clair et, ve- ' nant d'un Mac Carthy, on comprend qu'il n'est pas «en l'air». D'ailleurs, le seul fait de s'adresser à Baruch, et de le présenter comme le seul homme dont dépend la télévision, ne vise- t-il pas, déjà, à donner des arguments à la propagande antisémite ? Et, lorsqu'il s'adresse à Baruch, Mac Carthy ne doit pas manquer de faire sentir à son interlocurieur la qualité de ses hauts protecteurs. Les protecteurs de Mac Carthy Le magazine américain LOOK a, en effet, révélé que le magnat du pétrole Roy Cullen a versé 5,000 dollars à Mac Carthy pour les élections de 1952. Il cite parmi les soutiens notoires du sénateur du Wisconsin le richissime banquier Clint Murchinson, le milli a rdaire Haroldson Lafayette Hunt, le raciste effréné Austin Hancock, possesseur de ma\sons d'assurances, qui, dans les meetings, acculSe Eisenhower et toute l'administratioR des Etats-Unis d'être « tombés aux mains des juifs >. Cette menace de Mac Carthy d'ouvrir en grand les vannes de l'antisémitisme constitue un danger qu'il ne faut pas minimiser, mais, dans une certaine mesure, c'est un signe de faiblesse. II appartient aux Américains honnêtes et olairvoya'nts, aux travailleurs du C.I.O. et de l'A.F.L., de relever la tête et de s'unir pour faire front aur mac<: arthysme. Quant à nous, de ce côté-ci de l'Atlantique, si nous savons empêcher les Mac Carthy « à la française » d'accomplir leur sale besogne raciste, dont ils veulent tirer la toile de fond : la C,E,D" nous aurons apporté un appui précieux aux hommes qui luttent aux EtatsUnis, powr lieur liberté, :donc pour la ~ôtre.

Notes

<references />