Droit et Liberté n°375 - décembre 1978

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°375 de Décembre 1978
    • Editorial: remous par Albert Levy (Darquier de Pellepoix)
    • Les nouveaux antisémites par Jean-Pierre Giovenco
    • Dans les prisons de M. Carter par Robert Pac
    • Femmes réunionaises coupables de la crise par l'U.G.T.R.F.
    • Dossier: Les droits, les mots, les hommes
      • La chaise vide (non ratification des conventions par la France) par Théo Saint-Jean
      • Le grain des mots, la paille des choses par Jean-Louis Sgot-Duvauroux
    • Livres: éloge de la différence de Albert Jacquard présenté par J.L. Serre
    • Pour la tolérance, une interview d'Alain Souchon recueillie par Mireille Carrère
    • Education à la fraternité: éducation pour les droits de l'homme par Marc-André Bloch
    • Les nouveaux antisémites

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.


2 ambiance et cQnfQ~t lBS 1 rue paul vaillaat couturier 9S - ar~eDteuil tél. 9BI-37-B7 9BI-97-49 ti lfUI et decor! 1?r.z®za ~ et fils o"'rnes dames MAGASIN DE VENTE: 4, RUE SAINTE·ANASTASE 75-79, rue Président E.-Herriot 69002 LYON ~ (78) 37-09.58 + PART-DIEU - N° 167 NIVEAU 1 69003 LYON ~ (78) 62-62-32 ni. 272.80.57 887.96.4~ · 278.39.17 SIEGE SOCIAL : ZO, RUE OE THORIGNY, 15003 PARIS 75003 PARIS (ANGLE 69, RUE DE TURENNE) ...... MITSUBISHI MACHINES A COUDRE MOTEURS A EMBRAYAC. UNITAS A POINTS INVISIBLES lBrincess INDUSTRIELLES ET FAMILIALES S. A. AU CAPiTAl DE 600.000 F. 551019622 B R. C. PARIS 37, Bd VOLTAIRE, 711011 PARIS· TÉL. : 70000·17 Plèc .. dèteché .. et renseignements : 700·60·39 Faire comprendre et rapprocher, mais aussi révéler les injustices et les inégalités, c'est l'action que mène quotidiennement En d6couvrant LA CROIX, voua d6couvrlrez aussi : Un quotidien qui vous présente l'actualité de façon honnête, claire, complète et approfondie. Un journal accessible qui tient compte du temps limité dont disposent ses lecteurs. Un journal indépendant de tout pouvoir politique, économique ou financier, ce qui constitue la meilleure garantie de sa liberté pour informer et expliquer l'actualité. Un journal attaché à des valeurs qui donnent un sens à la vie. Un journal de rencontre et d'échanges ouvert à la diversité des opinions, à celles de ses lecteurs. Pour faire sa connaissance, profitez de l'offre exceptionnelle qui vous est faite ici : 8 SEMAINES: 20 F SEULEMENT ADRESSER A LA CROIX-PROMOTION 5, rue Bey.rd - 75380 Paris Cedex 08 ------------- L~ --'--...1 .J NOM · PRENOM 1 j ~ -'-~ J J 1 J J j ~ -..L~ J j j COMPLEMENT D'ADRESSE (R •• ld.nc. chez M.) 1 ~J 1 1 j 1 1 l j -1..J j W ET RUE OU LlEU·DIT - 'A ~ --~...L 1 j J L-..... _ ~---,--..-1 CODE POSTAL j..J j PAR OU PAYS T lQl~ EW C....m,JJ NIOl4181 Cl-.Ll J a l J 1 1 J J 1 " • Désire recevoir LA CROIX, 8 semaines au prix exceptionnel de 20 F 0 et règle ci-joint 20 F par chèque bancaire ou postal 3 volets à l'ordre de Bayard Presse. _ courrier _ à bras ouvert cc Semaine du dialogue FrançaisImmigrés, 19-28 novembre 1978 ... On ne peut jumeler deux dates, mais le 19 novembre 78 me fait penser au 19 novembre 1977, quand un mur psychologique fut franchi, pour ne pas dire pulvérisé 1 .. Je ne fais allusion ni au courage du président Sadate, ni à l'accueil qui lui a été réservé à la Knesset par le gouvernement de M. Béguin .- mais plutôt à la rencontre entre deux peuples oeuvrant pour la paix, l'amitié et la coopération, je ne veux pas non plus développer le caractère politique de cette rencontre. Revenons donc à notre semaine 19-26 novembre. Je ne manquerai pas de souligner que les mass-média ont le pouvoir de lutter contre le racisme et l'antisémitisme, mais en même temps de le nourrir encore davantage - l'affaire Darquier de Pellepoix la prouve - car la presse joue un grand rôle sur l'opinion publique d'une société de consommation, avide d'informations, et dont les postes de radio et de télévision sont devenus membres de la famille. Dans le climat actuel, l'homme de la rue qui rencontre un Arabe a tendance à l'accuser de tous les maux : d'abord avoir un couteau dans sa poche, d'être un terroriste, d'être responsable de l'inflation et du chômage, d'être obsédé sexuel et porteur de maladies vénériennes, etc ... Pourtant nous ne sommes que de pauvres et honnêtes travailleurs, participant avec nos bras à l'expansion et à la prospérité de la France. et ce qui s 'est passé dernièrement à Toulouse aurait pu être évité. Nous avons donc beaucoup à apprendre des Français et réciproquement .- par la confrontation de deux cultures et de deux civilisations différentes, naÎtra entre les peuples l'amitié et la fraternié .- deux choses qui se font rares en notre temps, où la machine est reine et où les canons - pour ne pas dire les bombes - ont remplacé les boules de neige et les bouquets de fleurs. Bientôt, demain peut-être, nous retournerons chez nous, où vous serez les bienvenus, accueillis à bras ouverts. Un immigré marocain Mokhtar BOULHANE Poissy le sang n'a pas de couleur Etant d'origine antillaise, je me souvient très bien des problèmes que [ai eu à résoudre, dès mon plus jeune âge, à l'école, et encore aujourd'hui, quant à mon insertion dans la vie quotidienne. " me semble souhaitable de sensibiliser ces personnes qui font de la discrimination raciale en soulignant que nul n'est à l'abri d'un accident corporel et que cela n'arrive qu'aux autres. En cas d'accident, la transfusion sanguine a une importance vitale, je fais allusion aux donneurs bénévoles dont je fais partie. Je vous suggère un slogan pour une campagne publicitaire contre le racisme, pourquoi ne pas l'illustrer et le présenter à la télévision : (cie sang n'a pas de couleur, quand on en a besoin pour survivre, qu'importe alors son origine. __ )). Espérant vous avoir un peu aidés dans cette grande lutte que vous menez contre une trop grande partie de la population mondiale ... Serge L4RANCE Paris - 1ge scandaleux En ce moment, sur les ondes radiophoniques (Europe 1 en l'occurence, mais je pense que cela n 'est pas la seule station de radio en cause) est diffusée une publicité pour ITT-Océanic. Par cette publicité, ITT-Océanic organise un concours dont le premier prix est un diamant plus un voyage en Afrique du Sud. Je trouve cette proposition scandaleuse. Ne pourriez-vous pas intervenir pour que cela cesse ? Mlle E. HOUDAS Paris 6e bravo Je renouvelle mon abonnement. Le nouveau titre de la revue correspond mieux au Mouvement. Car il va 'de soi que le mot racisme englobe l'antisémitisme ou toute autre forme de ségrégation. Bravo 1 pour votre revue et pour l'action que vous menez en faveur des travailleurs immigrés. Malek BOURICHIE 91150 Etampes émigré, moi aussi Je suis ce soir, semblable à toi. Tu passes dans la ville illuminée, mêlé d'envie et de tristesse : il y a des filles qui sourient sur les affiches, mais pas pour toi. J 'ai connu cela aussi. Pas d'amour pour toi en France, ni pour moi droit et liberté • nO 375 • décembre ·1978 • au sommaire • l'événement • les nouveaux antisémites p. 6 • point chaud • dans les prisons de m. carter p. 8 • au fil des jours • femmes réunionnaises coupables de la crise • pleins feux • p. 10 intervieuw d'alain souchon p.23 • éducation à la fraternité • .. éducation pour les droits de l'homme p. 24 et nos rubriques habituelles la couvenure est de jean· yves treiber sur cette terre étrangère. Autour de toi, les gens lisent leur journal, marchent, . affairés .- toi, tu ne lis guère le françaIs, tu n'es pas pressé, personne ne (attend. Les couples passent dans la nuit mouillée, sans un regard. Mais peut-être ta femme est restée là-bas ou la fille qui te souriait ? C'est elle que tu voudrais et non celles à dix francs qu'on a prévus chez nous pour toi. Tu marches sous la pluie, la ville est froide, et chez toi c'est l'été. Ton coeur se serre en y pensant. Moi, l'immigré de luxe, je pense à toi ce soir, toi l'étranger, toi l'immigré, mon frère. Un membre du mrap à l'étranger enchantés Noire belle-fille ayant gagné par les bons de soutien de votre mouvement un voyage et séjour de deux semaines (2 personnes) en Tunisie (par Tourisme et Travail) et ne pouvant en profiter personnellement, a fait le nécessaire afin que nous y allions, mon épouse et moi-même, à sa place. Nous sommes rentrés enchantés de ce voyage, le 29 écoulé et voulons remercier votre mouvement. Veuillez trouver ci-inclus une modeste contribution pour les oeuvres de votre mouvement. Maurice GUICHARD 43 St Sigolène 3 4 VICTORIA BOUTIQUE 2. avenue Julien 63000 CLERMONT-FERRAND TÉL. .' 98-17-70 GALERIE MORANTIN-NOUVION 38, rue de l'université - PARIS Vile Téléphone : 261-23-38 RÉALISME ET FANTASTIQUE CRÉAT:J:ONS ann~e mal"ce l PRÊT A PORTER DE LUXE 30, Rue du Caire 75002 PARIS - Tél. : 236-47-59 508-08-45 SOLDES TOUS TEXTILES SPÉCIALISTE DE LINGE AMÉRICAIN ROBERT FRANCO 27, RUE POPINCOURT 75011 PARIS Tél. : 805-44-10 44-11 44-12

      • *** *** *** ** *** **** ** * ** ** * * ** * * * *** ** **** * * * * * *

JERSEY SPRINT créations de tissus maille haute nouveauté 12. rue d'Uzès. 75002 PARIS oe 231.48.80 MODE TERRIBLE POUR ENFANTS SAGES LA PETITE GAMINERIE 22-28-32, rue du Four, 75006 PARIS Téléphone 222-05.58 et 548-39.31 CENT CULOTTES 30, rue de la Tête d'Or 57000 METZ Tél. : 74-17-07 PRÊT A PORTER FÉMININ BUREAU ET DÉPARTEMENT GROS 52, Rue Tapis Vert 13001 MARSEILLE - Tél.. : 90-40-64 lettre d'un détenu On ne nait pas raciste. On le devient, par bétise le plus souvent ; aussi, je me rends compte de l'impact bénéfique d'une revue telle que la v6tre sur des esprits déjà trop encombrés par des mythes pour pouvoir prendre conscience d'une réalité brOlante, et à laquelle, malgré nous, nous sommes mé/és. Racisme d'ailleurs évoluant sur deux niveaux, qui eux-mémes se décomposent. Mais je présume ne rien vous apprendre. Certes, l'information par voie de presse peut aider à mieux comprendre, mais il est possible d'aller plus loin. Je pense notamment aux conférences Or, le quartier étudiant offre cette possibilité. Partant et si vous le désirez, je suis prét à essayer d'obtenir pour vous ou l'une l'un de vos délégués l'accès de cette enceinte. Certes, ce n'est pas goutte d'eau dans un dr61e d'océan, mais si lïnformation marche dans un sens, elle doit pouvoir marcher dans l'autre, en roccurence le «bon sens » Serge OEVILLIERS Fresnes. 120, rue salnt-denls - 75002 pariS t616phone 233.09:57 - C.C.p. 923981 pans directeur de la pubHcation albert lévy r6dacteur en chef jean-louis sagot-duvauroux comit6 de r6dactlon jean-pierre giovenco mireille carrère ; patrick kamenka ; félix lambert ; racine maïga; stéphane mayreste; robert pac ; philippe porret ; viviane rosen ; théo saint-jean; macoumba samp ; yves thoraval ; jean-yves treiber ; slimane zéghidour. publlcit6 au siège du journal _ éditorial _ ous Depuis longtemps déjà, nous mettons en garde l'opinion contre la montée du néo-nazisme et de l'antisémitisme, avp.c leur cortège de provocations à la haine, d'agressions, d'attentats. Après tant de fait scandaleux, après maints articles de presse et émissions visant à disculper les criminels hi tlériens, l'interview de Darquier de Pellepoix dans ccl'Express" a fait déborder la coupe. Trop, c'est trop. Cet «exploit» journalistique a soulevé une vague de protestations. Mais le problème est-il résolu pour autant? Cette affaire qui a largement occupé le devant de la scène, appelle selon nous quelques observations. Si quelques journaux, notamment ceux de l'extrême-droite, ont présenté les propos de l'excommissaire aux questions juives comme les élucubrations d'un vieillard gâteux, et s'empressent de tourner la page, un fait essentiel émerge des remous qu'ils ont causés : la mansuétude incroyable qui a prévalu, après la guerre, en faveur des nazis et de leurs complices. Des noms reviennent à la surface : Bousquet, Leguay, organisateurs des rafles et des déportations de juifs, Ambre, auteur d'un ouvrage justifiant les lois racistes de Vichy, Hersant, dont l'amnistie interdit de rappeler le passé. On pourrait en citer beaucoup d·autres. Tous ces messieurs occupent des fonctions importantes dans notre société libérale avancée. Aussi, nous le disons sans détour : la sanct ion prise à Lyon contre un universitaire délirant, pour légitime qu'elle soit, ne serait qu'une diversion si elle facilitait l'oubli d'autres responsabilités plus graves encore. Qui n'a pas, dans cette période, apporté sa voix à l'expression généralisée de l"indignation nationale ? Mme Sirnone Veil, ministre de la Santé, a dénoncé en termes très valables la (( banalisation )) du nazisme et la persistance du racisme. M. Barre, premier ministre, a invité la radio et la télévi sion à moins de désinvolture dans le choix de leurs vedettes. Des parlementaires de tous les groupes ont multiplié les professions de foi antifascistes. Le Président de la République a affirmé, le 11 novembre

«Nous devons tenir la France Il l'abri de cette véritable perversion de l'esprit que constituent

toutes les formes de racisme, brutales ou détournées ». Fort bien, mais pourquoi faut-il que, le même jour, dans le défilé militaire, la place d'honneur ait été réservée à un officier, promu et décoré, qui revenait d'une opération coloniale au Zaïre, après avoir fait ses preuves de tortionnaire pendant la guerre d'Algérie 7 Pourquoi faut-il que, quelques jours plus tard, les nostalgiques de l'O.A.S. et de Vichy, avec les partisans de Franco et de Mussolini, aient pu se rassembler à Marseille sous la protection de la police, comme ils l'avaient fait à Paris en juin dernier 7 Pourquoi Darquier n'a-t-il pas été extradé et dans quelles conditions fut-il reçu naguère à l'ambasssade de France à Madrid 7 Comment expliquer que la France n'ait pas ratifié la Convention Internationale sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité ? Comment a-t-on pu renoncer à l'extradition des assassins qui ont opéré chez nous sous l'occupation, aujourd'hui protégés par la R.F.A., qui s'apprête à passer totalement l'éponge en les faisant bénéfider de la prescription à la fin de 1979 7 Pourquoi n'y a-t-il jamais eu aucune mesure des pouvoirs publics contre les livres, journaux, films, objets quexaltent le nazisme ou minimisent ses forfaits? A-t-on définitivement renoncé à réhabiliter Pétain, à transférer ses cendres à Douaumont ? Et va-t-on enfin rétablir, amplifier, renforcer les célébrations du 8 mai, anniversaire de la victoire sur la barbarie hitlérienne 7 .. Ces questions, que beaucoup se posent, éclairent d'un jour quelque peu inquiétant l'unanimité apparente dont l'affaire Darquier a été l'occasion. Nous ne saurions admettre, par ailleurs, que la nécessaire condamnation des crimes perpétrés il y a 35 ou 40 ans, serve de paravent au racisme actuel. Il ne se passe pas de jour sans que soient si gnalées dans la France d'aujourd'hui des discriminations et des brimades, des violences, fréquemment mortelles, contre les travailleurs immigrés. Tous les racismes : anti-juif, anti-arabe, anti-noir, anti-immigré, anti-gitan, trouvent aliment dans la crise économique, sans que rien soit fait en haut lieu pour les juguler. Bien au contraire, les campagnes de haine contre les travailleurs étrangers prennent trop souvent appui sur des discriminations et des persécutions dictées par le gouvernement, sur des propos officiels tendancieux. Et que dire, sur un autre plan, des relations privilégiées qui se développent constamment entre la France et le régime raciste de l'Afrique du Sud, en contradiction avec les recommandations de l'O.N.U. ? .. N'attendons pas demain, quand elles seront laminées par l' Histoire et menacées d'oubli, pour stigmatiser les injustices et les horreurs du présent. Agissons sans répit, pour les faire disparaît re. Albert LÉVY droit et liberté. nO 375 • décembre 1978 5 • l'événement - Sur les murs d'une usine de Gennevilliers. les nouveaux Iyste Hans Dieter Muller, passé à l'Ouest en 1962 et qui disparut un an après, sans laisser de trace AI, tr Hitler, ·est-il indiqué, est le récit des événements qui ont conduit à l'assassinat du dictateur allemand en 1958 dans une clinique psychiatrique de Léningrad AI, La ficelle est un peu grosse, Aussi, l'éditeur s'est-il cru obligé d'ajouter : tr Méme s'ils paraissent incroyables, les faits relatés sont authentiques et vérifiables et cette version des faits est certainement tout aussi pausible que la version généralement acceptée par l'histoire » (2), On imagine l'effet que peut avoir une telle brochure sur de jeunes lecteurs non avertis, Dans un long article paru dans l'hebdomadaire d'extrême-droite Minute (nO du B novembre 197B), François Brigneau, minimise à l'aide d'un tableau couvert de chiffres le géno~ cide dont les juifs ont été victimes, t Il ose écrire : « on peut estimer à 20 % le ~ nombre des juifs de France disparus. Le bouclier du maréchal en a donc sauvé 75 %, o 'ail~ leurs, ce n'est pas parce que Pétain est arrivé ~ au pouvoir que les juifs ont été décimés, C'est parce qu'en 1940, nous avions perdu la guerre, Je ne sais pas si comme on le prétend parfois, le peuple français a des tendances antisémites, ce que je sais, ce que l'on entend dire très souvent, c'es t :« les juifs, ils sont trop intelligents, ils sont malins, mais ils en font trop », Propos de bistrot sans doute. Mais c'est pourtant vrai qu'ils sont vite en chaleur, en fièvre, frisson - . , . antlsemltes nants de vindicte, de peur, que sais-je, saisis par le démon du talion, la vieille loi, avec tout de suite les mauvais mots : tr il faut taper, taper, taper» écrit Levai dans le Journal du Dimanche ». Darquier de Pellepoix n'est pas un homme isolé. Des agressions antisémites qui se sont multipliées après ses déclarations à l'Express sont là pour le prouver. Pour de nombreux Français, l'affaire Darquier de Pelle poix (1) a servi de révélateur. Ainsi donc, des antisémites, des racistes, des criminels, trente-trois ans après la fin de la guerre, peuvent encore insulter en toute impunité leurs victimes, Pour la grande presse, mis à part il est vrai quelques exceptions, l'ancien Himmler français est un « gâteux AI, un «fou», un « débile AI, un vieillard tr sénile AI, Raccourcis un peu faciles, A les écouter, on a l'impression que le responsable de la déportation de 75.000 juifs est apparu spontanément sur la scène de l'histoire, Ce morceau de passé qui est remonté à la surface de notre mémoire collective a eu le mérite de déssiller les yeux de nombreux Français, L'antisémitisme gangrène encore notre société, Le visage qu'il emprunte varie selon les circonstances, Là, il sera violent, ordu .. rier, ici, plus subtil, plus insidieux, Dans cette perspective, la banalisation, voire la négation des crimes nazis doivent être combattues avec une vigueur particulière, Le mensuel Historia dans ses livraisons d'octobre et de novembre, s'évertue à faire pleurer 6 dFms les chaumières françaises, On apprend ainsi que Hitler n'était pas le monstre froid qu'on nous a décrit, qu'il aimait Eva Braun et les enfants, que Georing était un bon père de famille, que le sort des enfants des criminels nazis n'est guère enviable, La télévision permet, elle, à des criminels du genre Geissler, ou a des amis d'Eva Braun de s'exprimer librement, C'est, parait-il, une contribution à la recherche historique. Or, pourquoi dans le même temps, Antenne 2 refuse-t-elle toujours de diffuser l'émission de G, Arnaud et B, Kahane sur l'affaire Peiper 7 Ëmission mise en boite depuis de longs mois déjà, Les Éditions Elvifrance ont apporté à leur manière, leur contribution à l'étude de l'histoire sous forme d'une bande dessinée destinée aux adultes, On nous y conte en particulier les amours tumultueuses de deux tendres tourtereaux, Eva Braun et Hitler dans un Berlin en flammes, menacé par les méchants Soviétiques, Dans le premier numéro (il y en aura six) intitulé Hitler, les derniers jours, une notice explique que le « scénario de cette série est basée sur l'étrange récit du médecin psychana- Le rédacteur en chef de Minute ne peut résister au plaisir d'insulter les familles des victimes, les résistants, les antiracistes : tr A entendre ces clameurs, à voir ces visages déformés, on a envie de dire:« quand méme, ne poussez pas, n'en rajoutez-pas, c'est aussi comme ça qu'on fait des antisémites AI. le temps de l'injure Aspect de la France (9 novembre 78), l'hebdomadaire de l'Action Française, toujours à propos de l'affaire Darquier de Pellepoix, s'est pourléché les babines à l'idée de « bouffer » du juif, Pierre Juhel, un des journaleux de la feuille, a trempé sa plume dans la fange. tr Ainsi, écrit-il, Charles Maurras qualifia-t-il la nouvelle équipe ministérielle (n.d.r.l. : le gouvernement Blum) de «cabinel d~ Talmud », Même avec le recul du temps, cette réaction parait encore aujourd 'hui très modérée ». Plus loin, il ajoute, haineux : tr Maurras dénonçait ainsi les quatre états confédérés " le maçon, le protestant, le juif. le métèque. Puisqu'il est aujourd'hui question des juifs, il nous faut reconnaitre que nombre d'entre eux qui vivent en France, aujourd'hui, citoyens français ou non, s'emploient chez nous à influencer l'opinion et à peser sur le gouvernement dans un sens favorable aux intéréts de l'État hébreu, Lorsque des familles ont délégué en France quelques cousins pour relayer l'activité commerciale d'autres membres de la tribu installés sur tous les continents, on ne peut guère voir là un désir d'intégration définitive à la nation française, Ce ne sont que des implantations occasionnelles dans un but intéressé, Maurras disait de ceux-là ,' tr ils sont campés chez nous AI. On est effaré devant la violence des diffamations d'Historia, d'Euvifrance, de Minute et d'Aspect de la France. Ces publications tombent sous le coup de la loi du premier juillet 1972 (3), Pour l'instant, les autorités judiciaires ne se sont guère manifestées pour faire taire les racistes, Elles ont, en revanche, préféré ouvrir une enquête à la suite de la parution dans Spéciale Dernière, d'un article antiraciste et anti-nazi. Le prétexte : avoir oublié le fac-similé de l'Anti-Voutre (4), Bien que la lecture de l'article ne laissat auclin doute sur les sentiments antiracistes du journal, le Parquet a estimé que la publication se rendait trcoupable de complicité de'diffamation raciale», Il faut dire qu'à la fin d'un article qui donnait des indications précises sur l'origine de l'Anti-Voutre, Spéciale Dernière posait la question de la passivité des pouvoirs publics, De toutes parts, des correspondants, des militants du mrap, des personnes anonymes ont écrit au mrap, ont téléphoné pour exprimer leur inquiétude devant la montée des périls : tracts antisémites et racistes, insultes, graffitis, • Dans l'ancienne gare de la Bastille, dans le cadre d'une foire au livre, de nombreux ouvrages antisémites datant de l'avant-guerre ont été diffusés. • Au Vésinet, aux abords du Lac des Ibis, des tracts antisémites et racistes signés par le Front Français de libération Nationale et la ligue Internationale Contre le Racisme Juif ont été distribués, On pouvait y lire: le juif ouvre la porte au métèque, ou les insultes suivantes : tr L'occupation allemande a laissé la place à l'occupation juive et son inévitable cortège nègre, 1/ y avait 350,000 juifs chez nous, Après les trcamps de la mort AI, ils sont maintenant 950,000, Grâce à eux, il y a 7 millions d'Africains, hommes, femmes, enfants colonisant notre pays,,, Débarrassez-vous de vos guignols technocrates, de vos politiciens de tout poil et de la pourriture juive ! Libérez-vous par tous moyens de cette humiliante occupation avant qu'elle ne vous détruise AI, • A Vincennes, des inscriptions antisémites et racistes ont souillé plusieurs murs de la ville. Les grafittis affirmaient : trJuifs bicots putain de race AI, • A Paris, au siège du Crédit Commercial de France, le personnel avait décidé de déposer une gerbe devant la stèle installée dans le hall d'entrée, afin de commémorer la mémoire des victimes du nazisme et des combattants antifascistes, La direction l'a fait enlever, prétextant

tr ici, on ne fait pas de politique AI,

droit et liberté. nO 375 • décembre 1978 • A Gennevilliers, des antisémites ont inscrit des cc mort aux juifs » sur les murs d'une entreprise, Tout près, ont été remarqués des grafittis émanant de l'OEuvre Française de Pierre Sidos, • A Marseille, malgré les énergiques protestations des partis de gauche, des syndicats, du mrap, du maire Gaston Defferre, plusieurs partis d'extrême-droite (le P.F.N . français, le M.I.S. italien et la Fuerza Nueva espagnole) ont tenu un meeting sous la protection d'importantes forces de police, contre l'égalitarisme Dans ce contexte d'excitation raciste, le Figaro-Dimanche (nO du 28 octobre 1978) a publié une enquête : trIes Français et l'égalité », L'article et les commentaire sont d'Alain de Benoist, membre du Greee dont nous avons ici même, à plusieurs reprises, dénoncé les agissements (5) , Cette enquête est le prétexte à une violente charge contre l'égalité. Un titre affirme crument : « Toutes les inégalités ne sont pas condamnables AI, Alain de Benoist renchérit: « En proclamant la suppression de l'esclavage, la Révolution déclare que les Noirs sont des tr hommes comme les autres AI. Expression ambigüe, qui contient à la fois un espoir de libération et un risque de dépersonnalisation. 1/ en va de méme des juifs, à qui les révolutionnaires proposent une émancipation totale fondée sur l'assimilation : ils auront tout comme citoyens, ils n'auront rien en tant que peuples », N'est-ce pas là, énoncé clairement, un des thèmes de propagande des partisans de l'apartheid qui militent en faveur du « développement séparé des races» 7 Après avoir annoncé la fin de trl'égalitarisme universaliste» et estimé que la devise tr liberté, égalité, fraternité contient une contradiction dans les termes " la réalisation de l'égalité complète implique la limitation des /ibertés et la pénalisation des mieux doués », Alain de Benoist affirme : tr Toutes les différences ne sont pas hiérarchisantes, mais un grand nombre le sont». Pour Alain de Benoist, les différences conduisent à l'inégalité. A cet égard, la conclusion de son article est éloquente : « ReconnaÎtre les différences, c'est bien écrit-il, reconnaftre le fait universel, ce sera mieux, Français, encore un effort AI, A la lecture de ces quelques lignes, on comprend mieux les raisons qui ont poussé Robert Hersant à ouvrir largement les colonnes de l'un de ses journaux à Alain de Benoist et ses amis du Greee. L'actuel propriétaire du Figaro, de France-Soir, n'écrivait-il pas, comme on peut le lire dans le Canard Enchalné du 7 novembre 1978, durant la guerre dans Jeune Front, un organe proche du Parti Français National-Collectiviste : tr Réclamez tous le renvoi définitif et sans retraite de tous les professeurs juifs des lycées et des universités. o 'autre part, exigez que les étudiants juifs soient mis à la porte de toutes les facultés et lycées» ? Devant cette avalanche de faits graves, une déclaration ministérielle chaque dix ans, ne suffit plus, Jean-Pierre GIOVENCO (1) Le mrap a protesté con tre la maniére dont L'Ex .. press a présenté la mise au point du mouvement. 121 La municipalité de Tremblay-les-Gonesse a, par arrêté, interdit la vente de cet ouvrage sur le territoire de la commune. D'ores et déjà, de nombreux libraires de la ville ont décidé de re tirer le livre de la vente. (3) Le mrap a décidé d'engager des actions en justice contre ces quatre publications et brochures. (4) Le mrap a porté plainte contre celte publication. (5) Voir nos numéros 364-65, 367, 368, 369, 370. Une nouvelle vague de rétro-nazisme. . ~ "~OP) ., i.r \1) f: ~ ., .. ................ ~ I:! . .. .~ ... - . .~ 'f.t.} \\)6 , ,~~ .!. c·.~.\ . ~;.,.' ~. .,~ • " ~~;.. \ -il ,' ,'~.' , 1 --.:/ . 7 _ point chaud _ dans les prisons de m. carter Aux États-Unis, un haut dignitaire du régime affirme que les prisonniers politiques se comptent par centaines, peut-être par milliers. Pendant que se déroulait le procès d'Anatoli Chtcharanski, en Union Soviétique, Andrew Young, ambassadeur des Etats-Unis à l'O.N.U. déclarait au quotidien français Le Matin qu'il y avait (( des centaines , peut-t~tre des milliers de prisonniers politiques» dans son pays. Fureur dans les média américains, qui toutefois gardèrent un prudent silence sur la condamnation à 1 5 ans de prison des (( espions vietnamiens », David Truong et Ronald Humphrey, prononcée le même jour que celle de Chtcharanski en U.R.S.S. • Pourtant, même le Time était obligé d'admettre l'existence de prisonniers politiques dans le paradis du (fmonde libre JI. Or, aux U.S.A, ce genre de pratique est très directement lié à l'oppression et aux discriminations continuelles que connaissent les minorités raciales : Noirs, Indiens, Chicanis, PortoRicains, etc ... Il y a tout d'abord les hommes et les femmes qu'on a enfermés à cause de leur lutte pour les droits civiques, mais pour lesquels on a inventé un prétexte «de droit commun». On en dénombre aujurd'hui ving-huit. Les accusations sans preuves, sur la base de faux témignages évidents, isolent ces militants traités par la presse et la justice d'assassins, de voleurs, de drogués, de violeurs, etc. Tous ces prisonniers appartiennent à des minorités ethniques et le racisme ambiant rend plus difficile encore le mouvement de solidarité. Parmi ceux-ci, les plus connus sont le Révérend Ben Chavis et les dix de Wilmington, ainsi que le leader indien Russe) Means (voir d.1. février 1977 et octobre 197B). La catégorie la plus nombreuse de ces prisonniers politiques est constituée par tous ceux qui, selon les termes d'Andrew Young, (( sont en prison beaucoup plus parce qu'ils sont pauvres que parce qu'ils sont mauvais ». Parce qu'ils sont pauvres ... et parce q'ils ne sont pas Blancs, cequi suffit bien souvent pour faire un coupable aux yeux de certaines cours racistes des U.S.A en mal de condamnations et de bouc émissaire. 8 Victimes de l'intervention du racisme dans l'application des lois, ces hommes et ces femmes deviennent rapidement des symboles de l'injustice et de la discrimination. C'est le cas, par exemple pour Gary Tyler, condamné à mort à dix-sept ans sans le moindre soupçon de preuve, ou pour Joan Little (voir d.i., février 1977 et juillet-août 197B). persécutions et révolte Viennent enfin ceux que la conscience de l'oppression qu'ils subissent ont amenés, effectivement, à enfreindre les lois américaines. Le caractère politique de leurs délits n'a fait, dans tous les cas, qu'aggraver la sévérité des peines. Gérard Lefcourt, avocat à New-York, déclarait à juste titre: (fla question n'est pas de savoir si on a commis ou non le délit reproché. Si les motivations sont politiques, si les gens se battent pour un changement social, c'est une action politique il. L'extrême misère dans les ghettos noirs, l'humiliation raciale, la dépossession de toute identité flationale chez les Indiens peuvent entraîner certains à des formes d'action extra-légales. Sans vouloir ici juger de leur légitimité, on comprend la rigueur des peines, quand on sait qu'elles sont infligées par une société qui porte la responsabilités de ces situations, mais qui refuse toute mise en cause un tant 50it peu profonde. Ces trois catégories forment ce que l'on peut nommer ((prisonniers politiques il au sens strict. A tous ceux-là, il faut ajouter ceux qui, commeGeorge Jackson, se sont rebellés contre les persécutions dont ils faisaient l'objet en prison, à cause de leur couleur et ont vu pourcette raison, leurs peines considérablement aggravées. On ne peut omettre, enfin, le fait que les peines sont généralement plus sévères et plus longues pour les Noirs et les autres minorités ethniques que pour les Blancs. Les Noirs, par exemple, qui forment 10% de la population globale des Etats-Unis représentent la majorité des emprisonnés. «Le plus important critère d'emprisonnement, c'est la couleur. Les prisons sont le meilleur indicateur du racisme aux Etats-Unis» a pu déclarer Michael Kroll du «National Moratium on Prison Construction ». trois cas célèbres Les cinq nationalistes Porto-Ricains Rappelons que les États-Unis se sont emparés militairement de Porto-Rico en 1898, après en avoir chassé les Espagnols. Porto-Rico devint une colonie américaine avec des effets désastreux pour le peuple porto-ricain tenu dans la misère et privé des libertés démocratiques. Les Porto-Ricains se révoltèrent en 1950, mais la révolution fut étouffée dans le sang et la répression fut féroce. Le l·r mars 1954, pendant la dixième Conférence Pan-Américaine à Caracas, cinq membres du Congrès Américain furent légèrement blessés lors d'une action menée par des militants indépendantistes, Lolita Lebron, Rafael Cancel Miranda, Andres Figueroa Cordero et Irvin Flores. Presque un quart de siècle après, quatre des cinq patriotes Porto-Ricains sont encore en prison. Andres Figueroa Cordero a été remis en Iiberté par le Président Carter le 6 octobre 1977, pour des raisons médicales. En effet, depuis des années, les médecins de la prison refusaient de le soigner, malgré ses horribles souffrances causées par un cancer du colon. Il est aujourd'hui en train de mourir dans son pays bien aimé. Les quatre autres continuent de subir en prison une détention des plus sévères, dans un isolement complet. Elmer cc Geronimo » Pratt A 30 ans, Elmer {( Geronimo» Pratt, un Noir, est à la prison de San Quentin pour le reste de sa vie pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Géronimo a été un {( héros » de la guerre du Viet-Nam où il fut blessé trois fois. Après sa démobilisation, il étudia les sciences politiques à l'Université de Los-Angeles. Là, il rejoignit les Panthères Noires dont il devint le « Ministre de la Défense Ji, ce qui lui valut d'être mis sur les listes de la police parmi ceux qui devaient être arrêtés ou exécutés suivant le plan du F.B.1. « Cointelpro il qui fut mis plus tard en lumière dans les enquêtes sur l'affaire du Watergate. La mise à exécution de ce plan permit, de septembre 1968 à décembre 1979, l'assassinat par la police de quatorze dirigeants des Panthères. Notons que c'est à l'aide du plan {( Cointelpro » que fut menée la répression contre les mouvements indiens. Géronimo Pratt fut emprisonné à la suite de l'investissement par la police des bureaux des Panthères à Oakland, le 8 décembre 1969, sous l'inculpation de (( complot en vue d'attaquer des policiers Ji. Alors qu'il était détenu, il fut accusé de vol et du meurtre d'une femme commis en 1968, sur les déclarations d'un informateur du F.B.1. Malgré l'alibi irréfutable de Géronimo, qui, à l'heure du crime, se trouvait à un meeting des Panthères Noires, à 500 kilomètres du lieu du crime et bien que la description du criminel par le mari de la victime ne correspond it pas à celle de Pratt, il fut jugé coupable du meurtre et condamné à 30 ans de prison en isolement. Joanne Chesimard (Assata Shakurl Agée de 28 ans, Joanne Chesimard milite depuis 1970 au sein de la {( Black Libération Army ». Elle est, elle aussi. condamnée depuis mars 1977 à la prison à vie par un jury composé exclusivement de Blancs de New Brunswick, N.J. Elle est professeur d'histoire et s' était donné pour tâche principale d'attirer l'attention de l'opinion publique, sur le durcissement de la police et l'accentuation de la répression à l'égard des Noirs. Le 2 mai 1973, en voiture avec deux amis, elle tombe dans un traquenard tendu par la police qui les arrête à un péage pour une histoire de feux de position non réglementaires. Que se passa-t-il alors ? A l'issue de la confrontation, il y a deux morts, dont un policier. Joanne est gravement blessée, mais ne sera transportée à l'hôpital qu'après interrogatoire. A son procès, les médecins-experts démontrèrent qu'elle avait les bras levés lorsqu'el le a été touchée par les balles du policier qu'on devait trouver mort et qu'elle n'avait donc pu tirer sur celui-ci. Mais la Cour n'en tint aucun compte. Robert PAC notre photo : La répression raciste lors des révoltes de 1965. droit et liberté. nO 375 • décembre 1978 prisonniers politiques U.S. • Armée de libération noire. Marilyn Buck, Joanne Chesimard (Assata Shakur), Richard Moore (Dhoruba). Clark Squire (Sundiata Acoli). Henry Brown. • Indiens John Hill (Dacajewelah). Leonard Peltier •• , Herb Powless, Dick Marshall*", Charlie Longsoldier, Russel Means··, Bob Robideau, Andy Anderson, Ellery Charging Thunder, Jimmy Eagle, Reno Francis, Isidro Gali, John Gibbs, Billy Dean Hawkwing, Kenny Kane, Johnny King, Victor Alonso King, Colin Kingfisher, Tony Laravie, Robert H. Levy, Sam Mario, Sylvester Mesteth, Gérald Millard, Mark Powless, Jim Puckee, Eugène Rousso, Jim Royce, John Jack Rudman, JOhnny Smith, Narcisse W. Thundershield, Wahi, Clement West, Alfred Whiting, Nick Worcester, G. Toppah Yellow Hair, Lance Yellow Hand, Henry Michaël Cassidy, Macio Ennis, Melvin, Delodge, Percy Colling Kirk. • Pacifistes Karleton Armstrong, David Fine, Alvin Glatkowsky. • Nationalistes Porto-Ricains Lolita Lebron, Oscar Collazo, Andrés Figéroa Cordero, Rafaël Cancel Miranda, Irving Flores. • Mouvement pour les droits civiques Les dix de Wilmington, Willian (Joe) Wright II··, Ben Chavis··, Reginald Epps··, Marvin Patrick··, Wayne Moore··, Connie Tindall··. • Black panthers Elmer Pratt (Géronimo)··, Susan Saxe. • Groupe des Frères Atmore-Holman Oscar Johnson, Lincoln Heard, Grover McCovey. • Groupe des frères Leavenworth Alfred Jasper, Armando Muramon Alf Hill Jesse Lopez, Odell Bennett, Jesse L~e Evans.' • Les cinq de Foutain Valley Warren Ballentine, Ishmael Le Beet, Beaumont Gereau, Raphaël Joseph, Merl Smith. • La République de Nouvelle-Afrique Imari Abubakari Odadéle, Tom Norman (Hekima Ama). Ann Norman (Tamu Sana Ama). Wayne James (Offogu Qudduss). Tony R. Ausin (Najari Qudduss). Robert C. Allen (Chmaimari Askadi). Dennis Shillingford (Addis Ababa). Brent Blount (Aisha Salim). Larry Jackson (Karim Hekima Nja bafudi). S. W. Alexander (Sharle de Mau Mau). Georges L. Mathews (Tauwab Nkrumah). • Les 14 du camp Pendlenton Eddie Page, Herman Fletcher, William Spencer, Bobby Lee, B.R. Bishop, Clarence Capers, Gregory Coffee, Dean Edward, E. Evans, Donald Hunter, Corporal Jones, AT. Mac Giovery, Anthony Mathews, Glen White. • Divers Albert Washington, Oscar Washington, Pédro Monges, Francisco Torres, Gabriel Torres, Herman Bell, Anthony Bottom, Fred Hilton (Kimau). Victor Cumberbatch, Raul Estremara, Robert Vickers (Ra'uf). Donald Weems (Kwesi). Richard Harris ( 9 »). Mark Holder, Bernice Jones, Michael Alston, Andrew Jackson, James Haskins, Rubin Scott, Teddy Heath, Elmore Thompson, Robert Hayes, Frank Khali Abney, Cameron Bishop, Rubin «Hurricane» Carter, John Artis, Curtis Brown, Gail Madden, George Merritt, Johnny Spain, Hugo Pinnel, Ramsey Muniz, Juan Hernandez, Thérèse Ann Coupez, John W. Sherman, Lee Otis Johnson·· Doc Holliday, Ruchelle Mc Gee, Jean Hobson: Mort Newman, Bruce Hobson, Gary Tyler··, Véronza Bowers, Tom Stevens, Terry Phillips, Kieth Farries, Johnny Harris, Johnny Gibbs, Ray Eaglin, Eddie Griffin·, Lorenzo Ervin, Shahid Faris, Victor Bono, Victor Daniel·, Georges Blue·. Steve Wooden, James Watson, Stéphen Kessler, Dessie Woods, David Truong, Ronald Humphrey, Joanne Little, David Rice·, Marie Hill, Ronnie Long, Willie Burnett, Kennet Johnson, James Carrington, Phillip Allen, Albert Woodfox, Herman Wallace, Chester Jackson, Gilbert Montgul, Léonara Péres, José Médina, Mario Gantu, Gérald Garrett, Thomas Peyne, Thomas Wansley, Robert Butler, Gary Garisson, Frank Dotton, Edward Poindexter, Stanton Storey, Robert Anthony William, Samir Zada, Alex Markley, Tony Suares, Robe,rt L. Smith, Olivier Lee Davis. • Prisonnier de conscience suivis par le Conseil Mondial pour la Paix. •• Font l'objet d'une enquête de la part d'Amnesty International. 9 _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours - au fil des jouI . quatre nOirs américains évadés du ghetto En r. tant la demande d'extradition formulée par le gouvernement à l'encontre de Melvin et Jean Mc Nair, Joyce Tillerson et George Brown, la justice français renconnaissait que le détournement d'avion qu'ils avaient effectué en 1972 sur Alger était bien un acte politique. Cependant, rien n'est encore réglé pour les ((Quatre de Fleury)). En effet, ces derniers sont passés en jugement, en France, pour le détournement d'avion et ce, en vertu des accords internationaux. Cet acte a été accompli pour protester contre le racisme auquel se heurtent quotidiennement les Noirs américains : misère du ghetto, alcoolisme, taudis, faim, harcelement policier, mépris, injustice qui mènent les jeunes Noirs à la délinquance et au pénitencier. Dans ces conditions, on espérait que les quatre jeunes gens sortiraient libres du prétoire, après deux ans et demi de détention. Ce fut le cas pour les deux jeunes femmes, mais les garçons resteront encore en prison pour la même période si une nouvelle décision n'intervient pas auparavant. En tout cas, tous les antiracistes liront avec intérêt le témoignage publié par les ((quatre)) et dont le titre résume à lui tout seul le fond du problème

«Nous, Noirs américains,

évadés du ghetto il (Seuil). présumé coupable parce qu'il était arabe «Oui voulez-vous que ce soit? .II. La logique (( surréaliste)) du président des Assises de l'Oise, en mai 1977, s'exprime entièrement dans cette phrase qu'il jette à l'avocat de la défense : puisque nous avons un coupable qui convient parfaitement, - Youssef Kismounne est algérien et n'a aucun alibi -, pourquoi «faire compliqué. ll et chercher en plus des preuves et des témoins ? C'est au nom de cette logique, en contradiction flagrante avec le principe de la présomption d'innocence, que Youssef Kismounne fut 10 condamné à 20 ans de réclusion criminelle, pour le meurtre d'une septuagénaire, deux ans auparavant. Quand on considère attentivement le fondement de l'accusation on s'aperçoit, non seulement qu'elle repose sur une simple dénonciation, mais encore que« l'honorabilité. ll des époux Brunei, les dénonciateurs, est totalement sujette à caution. Bien plus, il apparaît que la police elle-même a joué un rôle direct dans cette dénonciation, alors que son enquête restait jusque là et depuis cinq mois, infructueuse ! Ouant à Kismounne, interrogé, confronté, arrêté, jupé, condamné, il a toujours proclamé son innocence. De nombreuses organisations dont le mrap ont alors pris position en sa faveur. Après plusieurs mois d'action, un premier résultat a été obtenu. le Garde des Sceaux, Alain Peyrefitte, a suspendu la peine jusqu'à la révision du procès. Un premier succès. qui sont, que font les travailleurs immigrés? Selon des statistiques officielles, le nombre des travailleurs entrés en France en 1978 était dix fois moins important que l'année précédente. On compte en effet 84 entrées mensuelles en moyenne. Elles concernent essentiellement des travailleurs ayant obtenu une permission exceptionnelle pour des raisons familiales. D'autre part, une enquête réalisée par le ministère du Travail affirme que la proportion des étrangers dans la population active est passée de 12.4 % en 1973 à 10,5 % en 1976 (cette étude a porté sur les entreprises comptant plus de 10 salariés). Ce pourcentage atteint 30,2 % dans l'hygiène, 27,2 % dans le bâtiment, 20,1 % dans la construction automobile, et seulement 5.4 % dans le tertiaire, 3,2 % dans l'imprimerie et l'édition, 1 % dans le secteur du crédit et des assurances. femmes réunionnaises coupables de la crise ? A l'occasion de sa récente visite à la Réunion, son ne natale, Raymond Barre a prononcé plusieurs discours pour indiquer que les Réunionnais devaient se considérer comme des Français à part entière. Propos salués de la manière suivante par le quotidien de Robert Hersant France-Antilles - (( Raymond Barre à la Réunion : travail, famille, patrie ». Or, les mâles déclarations du Premier Ministre concernant l'appartenance de la Réunion à la France sont quotidiennement démenties par les faits. Face aux problèmes sociaux at économiques que lui posait une de ses dernières possessions africaines, le département d'Outre-Mer de la Réunion, le gouvernement français n'a pas hèsité sur les moyens à utiliser. Cédant à la facilité, il s'est efforcé de réduire au maximum le nombre d'habitants de cette ne sous prétexte que la surpopulation relative du pays était la cause essentielle de la misère qui y régnait. Au début des années 60, on mit alors en branle deux grands types d'actions: le premier visant à faire quitter annuellement de l'ne 6 à 8.000 jeunes, c'était l'émigration organisée vers la France; le second dont l'objectif avoué était de limiter au maximum le nombre des naissances. Comme toute politique imposée à une population, la limitation des naissances a révélé les sentiments profonds dans lesquels le gouvernement français tient les Réunionnais. Tous les moyens ont été utilisés. On n'a pas hésité, par une vaste propagande, à culpabiliser les Réunionnais sur le thème «enfants-misère». Sans tenir compte de ce que signifiait un enfant pour une famille réunionnaise, ni de ce que symbolisait la venue d'un nouveau-né, des affiches géantes parsemées dans toute l'ne assimilaient abusivement une mère Il un kangourou femelle, D'autres présentaient des petits Réunionnais entassés dans une bolte de sardines, Ce racisme anti-réunionnais était accentué par des mesures discriminatoires : depuis longtemps, la pilule est gratuite Il la Réunion tandis que les allocations familiales, contrairement à ce qui se passe en France, diminuent avec le nombre d'enfants. Un contraceptif, le Dépo-Provéra, interdit aux USA et en Europe parce que cancérigène a été massivement diffusé par les centres du Planning Familial. Cette politique est menée avec le concours actif de Michel Debré, promu (( député» de l'ne, celui-là même qui, en France, bataille pour interdire aux femmes les moyens d'une contraception libre et gratuite! Il faut aussi citer le cas des avortements forcés sur des femmes non prévenues de ce qu'on leur faisait. En un an, une seule clinique avait pratiqué 1.000 avortements, souvent forcés ! Il y a 2 ans, on avait même prévu de mettre d'office un stérilet aux filles de 13 ans sur simple demande de l'assistante sociale. Ce racisme anti-jeunes arguait du fait qu'elles aussi faisaient des enfants. Vivement combattue, cette idée a été abandonnée. Présentée comme une libération de la famille, la limitation des naissances entérine ici, en fait, une forme exécrable de racisme: celui qui vise les femmes. Tous les moyens envisagés ne concernent que les femmes et jamais les hommes. La contraception, les avortements, le planning fa~ilial te~s qu'ils sont conçus, non seulement mutilent les femmes, mais les enferment dans une I~a~e retrograde

c'est par elles que le« malheur» arrive, donc, haro sur les femmes! Dans une socl~te marquée

par l'esclavage et le r61e de reproductrice assignée Il la femme, c'est là un moyen efficace de lui interdire tout épanouissement en faisant d'elle la cause d'une surpopulation jugée coupable. Pour beaucoup d'observateurs, l'émigration et la limitation des naissances s 'apparentent dangereusement à un génocide: dans dix ans, la pyramide des Ages sera tellement déséquilibrée qu'on se demande comment on fera vivre une population où bébés et vieillards sont majoritaires. U.G.T.R.F. _ au fil des jours _ au fil des jour En ce qui concerne la qualification, les immigrés occupent le bas de l'échelle : 89,2 % sont des ouvriers. trois films qu'on devrait voir à la télé « Les guichets du Louvre il de Michel Mitrani, «La mort est mon métier il d'après un roman de Robert Merle, «L'affaire Peiper.ll, d'Arnaud et Kahane : trois films que vous ne verrez pas sans doute pas. Les chaînes de télévision en ont décidé ainsi. Il est vrai que ces émissions ont entre elles un point commun : elles dénoncent le racisme, l'antisémitisme, les résurgences du nazisme et la banalisation des crimes hitlériens ; elles se veulent oeuvres de réflexion. Voilà qui est intolérable à un moment où il est de bon ton de s'intéresser aux pérégrinations à Tulle de Frau Geissler et à la belle histoire d'amour vécue par Hitler et Eva Braun. . cyclistes français clandestins en afrique du sud La Fédération Portugaise de Cyclisme a décidé de suspendre, pour six mois, cinq coureurs amateurs qui ont participé sans autorisation au dernier tour d'Afrique du Sud. Parmi les suspendus, figure le vainqueur de l'épreuve, Marcos Chagas. Un porte-parole de la Fédération a précisé que la sanction découlait des statuts de la Fédération Internationale de Cyclisme Amateur (FIAC). qui a exclu l'Afrique du Sud à cause de sa politique d'Apartheid. Quant à elle, la France, qui s'était déjà vu infliger un blâme par la FIAC pour avoir autorisé des coureurs amateurs français à cou rir en Afrique du Sud pendant l'été 1975 (voir droit et liberté nOs 344 et 346). a ré cidivé et des coureurs français ont participé également au dernier tour d'Afrique du Sud, sous de faux noms et délégués par un comité occulte dont l'identité ne fait de doute pour personne dans les milieux sportifs. On espère que la Fédération Française de Cyclisme sera sévèrement sanctionnée celte fois et qu'elle saura châtier comme ils le méri · tent les dirigeants fautifs. Robert PAC droit et liberté. nO 375 • décembre ·1978 du nouveau à l'éducation l'éducation ouvre avec ses lecteurs un grand débat sur les problèmes essentiels: D le soutien pédagogique n la précocité [ 1 la connaissance continue des élèves [ 1 la formation des maîtres ... -~l.//_ écrivez-nous! faites-nous part de vos suggestions -~l/.....-..--les informations pratiques "à votre service" sont regroupées à part dans un cahier central indispensable! -~l.-. . / notre chronique régulière sur l'audio-visuel informations pratiques: "comment se servir d'un rétroprojecteur" par exemple -~j./.-.. ...... des études fouillées sur de grands problèmes d'actualité vus sous l'aspect littéraire, artistique, social, économique ... -~l/.......-- enseignants, parents étudiants lisez chaque semaine l'éducation abonnez-vous! un an 90 F étranger: 120 F 2 rue chauveau-lagarde 75008 paris 11 _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jours _ au fil des jour les amis fidèles de l'eurodroite Le Front National, l'organisation d'extrême-droite, à la tête de laquelle se trouve Jean-Marie le Pen, a tenu son congrès le 12 novembre dernier dans une salle municipale de Rueil-Malmaison prêtée gracieusement par le Maire de la ville, M. Baumel. A cette occasion, le leader du Front National a rappelé que la « lutte contre /'immigration » constituait l'axe principal du combat du mouvement. Il a ainsi indiqué que la politique à l'égard de' l'immigration menée par le Président de la République le rapprochait de la droite. « La présence massive de travailleurs étrangers sur notre sol, at- il ajouté, est la cause premiére du ch6mage " elle coûte 100 milliards chaque année à notre pays, elle représente un danger pour la sécurité et la santé de nos compatriotes ». Cette atmosphère d'excitation raciale a trouvé son prolongement à Marseille où, le même jour, l'Eurodroite organisait un meeting (lire page 6). Plusieurs personnalités politiques appartenant à la majorité n'ont pas craint de soutenir cette initiative en publiant dans Le Monde, un appel intitulé « Liberté d'expression à Marseille JI. Parmi les signataires on relève les noms de Joseph Comiti et Jacques Médecin, anciens ministres, de Georges Bidault et 12 du colonel Argoud, anciens de l'O.A.S., de Jean Boizeau et de François Brigneau, journalistes à Minute et aussi du R.P.R. Pujol (appartient-il toujours à la Lica ?). Pour ces personnalités, « la liberté d'expression» signifie-t-elle que l'on puisse, impunément, s'attaquer à une synagogue de la ville et jeter une grenade contre une permanence du parti communiste où plusieurs blessés graves ont été relevés ? Ces deux graves attentats ont été respectivement commis, ainsi que l'enquête le montre, par des militants du P.F.N. et du (( Front National ! H. antiracisme sous haute surveillance Peut-on être Noir et surveillant dans une grande entreprise ? La société Usinor a répondu par la négative. Un jeune travailleur camerounais, Jean-Pierre Kom l'a appris à ses dépens. Engagé par Surveillance Française, il était placé par son employeur chez Usinor. Le jour prévu, il se présente donc à son poste de travail. Un gardien lui apprend les premiers rudiments du métier. Au cours de la ronde, un employé accourt et annonce à Jean-Pierre Kom que le planning a été modifié à la dernière minute, qu'on n'a donc plus besoin de lui et que la société qui l'a envoyé lui donnera toutes les explications plus tard. Effective- La récente tentative de coup d'état dirigée par certains militaires d'extrême-droite, les manifestations organisées par Fuerza NU9va et les nostalgiques du régfme franquiste, la situation tendue qui prévaut dans le Pays Basque montrent que la démocratie est encore fragile en Espagne. Les groupes ouvertement nazis ont mis à profit ce climat troublé pour reprendre le chemin de la lutte ainsi qu'en témoignent ces affichettes placardées sur les murs des grandes villes ibériques. Elles affirment « Adolf Hitler, tombé dans la lutte pour la race, la patrie et la justice, présent! H. Présent ont également répondu les antifascistes et les démocrates espagnols puisque des affichettes ont été lacérées et déchirées là où elles se trouvaient. ment, le lendemain il apprend de la bouche même du responsable du planning qu'«Usinor ne veut pas de Noirs)). Depuis, Jean-Pierre Kom est au chômage. inculpés pou r avoi r été frappés par des français La scène se passe à Alès dans le département du Gard. Deux travailleurs immigrés consomment tranquillement à la terrasse d'un café de la ville. Survient un automobiliste. Il se gare près des chaises et se met à insulter et à provoquer les deux travailleurs. Quelques coups sont même échangés mais, fort heuseusement, plusieurs personnes interviennent et mettent fin à l'incident. L'automobiliste, qui est légèrement ivre, quitte alors les lieux. C'est à ce moment qu'arrive un véhicule de police alerté un peu plus tôt. Les agents interpellent les deux immigrés. Plusieurs personnes qui avaient assisté à la scène se lèvent alors pour les innocenter et expliquer qu'ils ne sont en rien responsables de l'i ncident. Une longue discussion débute entre les huits témoins et les policiers. Finalement, les policiers conduisent les deux travailleurs nord-africains au poste. Quelques jours plus tard, un des témoins qui avait pris la défense des agressés est convoqué à la police. Son chef d'inculpation : outrage à agent ! le maire de toulon au des secours négriers M. Maurice Arreckx, le députémaire de Toulon dont chacun a en mémoire les propos racistes tenus il y a quelques années, est intervenu à l'Assemblée Nationale à l'occasion de la grève de la marine marchande, grève décidée par les syndicats après que les armateurs aient manifesté l'intention de faire appel à une main-d'oeuvre originaire du Tiers-Monde, exploitée d'une manière odieuse (salaires inférieurs, absence de droits sociaux, etc.). Or, il se trouve que pour la circonstance, M. Arreckx a jugé qu'après tout, la demande n'était pas illégitime puisque, selon lui, des compagnies étrangères auraient recours à de telles méthodes afin de rentabiliser leur affaire. M: Arreckx est favorable à la venue de travailleurs immigrés dans notre pays ... sous réserve qu'ils soient taillables et corvéables à merci. en bref Dans son allocution prononcée le 11 novembre dernier, le Président de la République a dénoncé l'antisémitisme et le ra cisme. Quelques minutes auparavant, il avait passé en revue les légionnaires du 2" REP qui, sous les ordres du colonel Erulin, sont intervenus cette année au Zaïre. Gros remous en R.F.A. après que plusieurs journaux aient révélé que Walter Scheel, actuel président de la République et Carl Carstens (COU) son éventuel successeur à la présidence ont appartenu au parti nazi. Selon Abdul Jawad Saleh, membre du comité exécutif pour la libération de la Palestine (O.L.P.). 5.000 palestiniens sont actuellement détenus dans les prisons israéliennes. Il a fait état de nombreux cas de tortures et de sévices graves. En novembre 1975, Roger Guerrier tuait de deux coups de bâton sur la tête un travailleur saisonnier. Il a été acquitté. Il est vrai que le travailleur en question s'appelait Mohammed Akanni. • Un parlementaire travailliste juif demande la révision du système de dépôt des candidatures parlementaires afin d'empêcher au front national britannique de répandre : « son venin raciste et destructeur lors des campagnes électorales ». • Selon l'hebdomadaire Tribune juive Hebdo, deux cent cinquante mille israéliens vivent aux U.S,A. et au Canada. • Au mois de juillet, un membre du mrap, Mlle Andrée Rémiot, écrivait une lettre à M, Pierre Bas, député RPR de Paris, afin de protester contre la présence d'inscriptions nazies et antisémites sur le mur de son immeuble. Le dépué a répondu de la manière suivante : «Je ne suis pas sûr qu'il ne s'agit pas de provocateurs qui brandiSSent l'épouvantail du fascisme et de l'hitlérisme, pour mieux faire passer leur tentative totalitaire d'extrême-gauche!J. Après de telles déclarations on comprend pourquoi les plastiqueurs du mrap courent toujours. _ dossier _ les droits, les mots, les hommes droit et liberté • n° 375 • décembre ·1978 13 la chaise vide La France n'a ratifié aucun des pactes internationaux sur les Droits de l'Homme. Elle n'a non plus ratifié les conventions internationales sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité et sur l'élimination et la répression du crime d'apartheid. Le terrible traumatisme de la dernière guerre mondiale, le choc qui suivit la découverte des crimes nazis darls toute leur ampleur, le désir de paix et de dignité si puissamment exprimé alors par tous les peuples a amené les différentes nations à adopter le 10 décembre 1948, une Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Ce texte, pour important qu'il soit, ne faisait que définir un certain nombre de principes de base, et l'engagement pris par les Etats membres en le promulgant n'avait de valeur que morale. L'O.N.U. se pencha, dès cette époque, sur la possibilité de donner à ces principes généraux une formulation plus précise et une valeur normative plus efficace. On décida d'élaborer une «Charte des Droits de l'Homme» composée, outre la Déclaraticn universelle, de deux Pactes internationaux sur les Droits de l'Homme ayant valeur de traités internationaux et d'un Il protocole facultatif» réglant leUi application, Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la communauté internationale acceptait de rédiger des traités solennels dont le seul but serait d'assurer aux llcitoyens du monde» un certain nombre de garanties leur permettant, par-delà les différences de coutumes et de systèmes sociaux, de faire respecter leurs droits élémentaires. Il s'agissait, on le voit, d'une avancée considérable de la civilisation dans le domaine juridique. S'il avait été relativement aisé de se mettre d'accord sur la Déclaration universelle de 1948, cela allait être beaucoup plus difficile s'agissant de textes qui auraient ensuite valeur de loi pour les pays qui les ratifieraient, Un Pacte International relatif aux Droits Économiques, Sociaux et Culturels, et un Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques fu- 14 rent finalement adoptés à l'unanimité par l'Assemblée Générale des Nations-Unies le 16 décembre 1966 ! 18 années avaient donc été nécessaires pour en arriver à un premier résultat. Il est vrai que le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes n'était pas inscrit dans la Déclaration de 1948, non plus que son corollaire : Il Tous les peuples peuvent disposer librement de leurs richesses et de leurs ressources naturelles li. De plus, l'énoncé des droits économiques, sociaux et culturels, en rappelant notamment le caractère inaliénable du droit au trava il, à la santé, à l'éducation, faisait franchir une étape décisive à la définition classique des Droits de l'Homme. Mais l'adoption du projet par l'Assemblée Générale n'était en fait qu'une étape, Le plus important restait à faire : la ratification par au moins 35 États afin qjJe ces dispositions prennent effectivement force de loi. En tout état de cause, seuls les États parties, c'est-à-dire ceux qui auraient ratifié les deux textes, seraient liés par eux. Un protocole facultatif renforçait les possibilités d'intervention de la communauté internationale dans le cas de violation des Droits de l'Homme par des États ayant ratifié les deux pactes ou l'un des deux, La ratification par dix États du protocole facultatif était nécessaire pour qu'il entre en vigueur. La France n'a, jusqu'à présent, ratifié ni les Pactes, ni le Protocole facultatif. La Il patrie des Droits de l'Homme» se trouve de ce fait, à la traine dans cette importante avancée de la réflexion de l'Homme sur lui-même. Et, il est assez étonnant de constater que le gouvernement français ait systématiquement refusé de se lier par des textes formels sur un sujet où il aime tant à donner des leçons aux autres. On comprend qu' il ait été gêné par l'affirmation du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes dans une période où il fut un des plus ardents va-t-en-guerre du colonialisme moribond. Faut-il comprendre aussi qu'il craint un regard un peu trop précis sur les multiples pratiques qui violent les Droits de l'Homme en France, notamment dans le domaine de l'immigration et du racisme ? Les Pactes Internationaux et le Protocole Facultatif relatifs aux Droits de l'Homme ne sont pas, d'ailleurs, les seuls textes de l'O.N.U, rela tifs aux Droits de l'Homme. Ils sont précisés et complétés par une série de Conventions Internationales dont certaines ont été signées par la France (comme par exemple une Convention Internationale sur l'Élimination de toutes les Formes de Discriminations Raciales), mais dont d'autres, et non des moindres, n'ont ja mais été ratifiées. C'est le cas de celle sur Il /'Imprescriptibilité des Crimes de Guerre et des Crimes contre l'Humanité», ainsi que de la Convention Internationale sur l'Élimination et la Répression du Crime d'Apartheid. Ici, les choses sont plus claires. Si la France avait signé ces Conventions, elle ne pourrait plus se cacher derrière des arguments juridiques et laisser les Darquier de Pellepoix narguer leurs victimes. Mais il est vrai que l'exdéputé Hersant peut faire ou défaire un député depuis qu'il a abandonné «Jeune-Front» pour France-Soir, Le Figaro et tant d'autres publications. " faudrait aussi arrêter et juger «nos bons amis sud-africains» lorsqu'ils viennent parader en France à l'occasion de tel ou tel contrat. Mais il est également vrai que «les affaires sont les affaires» ! ( (, / 1 Théo SAINT-JEAN le grain des mots la paille des choses la liste des droits de 1 'homme mis en cause dans les textes et dans les faits Citons quelques articles des pactes internationaux relatifs aux Droits de l'Homme qui sont sans doute Il la base des hésitations du gouvernement français face Il une trop contraignante ratification (1). Tous les peuples ont le droit de disposer d'eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. Pour atteindre leurs fins, tous les peuples peuvent disposer librement de leurs richesses et de leurs ressources naturelles (P. 1 et 2 , article 1). Cet article majeur des deux pactes contredit bien des points de la politique française dans le monde. L'armée française intervient régulièrement en Afrique pour maintenir les régimes qui protègent les intérêts des industriels de ce pays, Ainsi est-elle intervenue pour remettre en place M. Senghor, en 1962, pour maintenir au Tchad le régime sanguinaire de Tombalbaye, puis, après le coup d'État de Felix Malloum, · pour mater la rébellion du Frolinat dans ce pays, pour aider les armées marocaines et mauritaniennes à maintenir leur domination sur le Sahara Occidental, au Zaïre. Dans des territoires d'Outre-Mer, comme la Nouvelle-Calédonie, par exemple, on organise un véritable système de bantoustans pour tenter de faire face à la volonté d'autonomie ou d'indépendance de la population canaque et afin de préserver les immenses profits de la société Le Nickel (cf, droit et liberté nO 371). On appelle à une nouvelle colonisation de la Guyane, alors que le BUMIDOM organise l'émigration massive des Guyanais, Enfin, des compagnies françaises participent activement, avec la bénédiction du gouvernedroit et liberté. nO 375 • décembre ·1978 ment, au pillage des richesses de la Namibie, au mépris des décisions de l'O.N,U. Elles font d'énormes profits en Afrique du Sud et poussent le gouvernement à perpétuer son soutien au régime raciste et colonial de Pretoria (cf. droit et liberté nO 370). Le mercenaire Bob Dénard a pu organiser depuis la France deux tentatives de coup d' État, L'une manquée, contre la République Populaire du Bénin, l'autre, réussie contre les Comores. On peut le voir à Paris, de temps à autre, sans qu'il soit le moins du monde inquiété. Nul ne sera soumis Il la torture ni Il des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ... (P, 2, article 7), La permanence juridique du mrap abonde en récits de sévices dans les commissariats de police, à l'encontre des immigrés. Droit et liberté en a souvent rendu compte, Encore dernièrement, dans une ville de la banlieue parisienne, à la sortie de la fête de leur comité d'entreprise à 20 h, 45, trois travailleurs arabes se font sauvagement agresser par des C.R.S. accompagnés d'un chien policier, Les insultes pleuvent : Il Allez faire votre bordel chez Boumédiene !» Les travailleurs répondent qu'ils sont marocains et que, de toute manière, Boumédiène n'a rien à voir là-dedans, Les C.R.S. rejoignent leur car en courant, laissant l'une de leurs victimes sur le trottoir, la tête en sang, J) .CL .\IL\TIO.\ /JHS /JIlO/l"S IJN /.ï/O. II.IIF.' ln' f)(" f"/7'OJ'R X . Les trois Marocains décident d'aller porter plainte à la police où ils retrouvent... leurs agresseurs ! Les propos racistes reprennent. Finalement, on emmène les deux blessés à l'hôpital, puis on les ramène au commissariat. Le plus gravement atteint est transféré dans un hôpital carcéral et y est gardé pendant trois jours. L'un des trois hommes, considéré comme « témoin», reçoit la consigne appuyée d'en rester là. Nul ne peut faire l'objet d'une arrestation ou d'une détention arbitraire. Nul ne peut être privé de sa liberté, si ce n'est pour des motifs et conformément é la procédure prévue par la loi... Quiconque se trouve privé de sa liberté par arrestation ou détention, a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin que celui-ci statue sans délai sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale. Toute victime d'arrestation et de détention illégale a droit Il réparation (P. 2 , article 9), La détention illégale et arbitraire est malheureusement, pour les étrangers, une chose ancienne au Il pays des Droits de l'Homme li. Depuis plusieurs années, la prison clandestine d'Arenc, à Marseille, fonctionnait sous la garde vigilante de la police, Dans des conditions effroyables et sans aucun contrôle judiciaire, les forces de l'II ordre» détenaient, parfois trois semaines durant, les étrangers jugés indésirables. On y trouvait pêle-mêle ceux qui faisaient l'objet d'une procédure d'expulsion, ceux qu'on refoulait dès l'aéroport, etc. L'ayant appris, les forces démocratiques de notre pays s'étaient indignées de ce scandale . ••• 15 La réponse du gouvernement fut de ... légaliser ces pratiques. Pour la première fois depuis l'occupation nazie, un texte officiel allait donc préconiser la détention sur simple décision de police, sans aucun recours pour les victimes. La circulaire du 21 novembre 1977 autorisait l'emprisonnement sans jugement durant sept jours des étrangers visés par une procédure d'expulsion. Le Conseil d'État jugeait, le 7 juillet 1978, qu'une simple circulaire ne pouvait légalement prendre des décisions aussi graves. Qu'à cela ne tienne, le gouvernernement transformait la circulaire en décret, se donnant d'ailleurs les coudées plus franches en transformant la limitation de la détention à sept jours en une imprécision aussi inquiétante que commode : cr le temps strictement nécessaire Ji. Mais il y a plus grave. Le Conseil d'État, en effet, n'exclut pas crIe droit pour le gouvernement lorsqu 'il l'estime légitime d'ordonner à titre provisoire la détention des étrangers Ji, ce qui faisait dire au chroniqueur du Monde : « Désormais, lorsque certains chefs d'Etat vien- 16 dront en France, au lieu d'expédier au soleil, pour la durée du séjour officiel, les opposants résidant en France, il sera plus simple et moins côteux de les assigner à la résidence ... à Fresnes, à la Santé ou à Fleury-Mérogis ». Ajoutez à cela que 43 % des personnes en détention provisoire sont des étrangers et vous comprendrez peut-être pourquoi le gouvernement français éprouve quelque gêne à ratifier la Charte des Droits de l'Homme. Quiconque se trouve légalement sur le territoire d'un État a le droit d'y circuler librement et d'y choisir sa résidence (P. 2 , article 12). Il Y a tout d'abord l'étrange restriction que connaissent bien les titulaires de cartes de séjour et qui leur interdit de résider dans ... les Alpes-Maritimes. Veut-on préserver le caractère cr résidentiel» de cette côte cr de luxe» ? On ya interdit également la construction d'un centre de vacances à caractère populaire ! Mais M. Médecin, maire de Nice, n'ignore sans doute pas que son administré, aujourd'hui sous les verrous, M. Fratoni, avait fait changer les tapis verts de ses salles de jeux pour ne pas déplaire à sa riche clientèle arabe. Délicate attention

le vert est la couleur de l'Islam ! Les pétrodollars

ont de ces vertus ! Des restrictions plus importantes encore sont apportées au libre droit d'établissement sur les cartes de travail qui assignent des zones dans lesquelles l'immigré peut travailler. Dispositions qui deviennent particulièrement insupportables dans le cas d'immigrés cr de la seconde génération», qui, bien souvent, ne connaissent pas d'autres pays que la France. Un étranger qui se trouve légalement sur le territoire d'un État partie au présent pacte ne peut en être expulsé qu'en exécution d'une décision prise conformément à la loi, et ... il doit avoir la possibilité de faire valoir les raisons qui militent contre son expulsion et de faire examiner son cas par l'autorité compétente ou par une ou plusieurs personnes spécialement désignées par ladite autorité, en se faisant représenter Il cette fin (P. 2, article 13). La procédure d'expulsion est en France presque entièrement soumise à l'arbitraire. Ses motivations, tout d'abord, sont d'une extrême imprécision. On expulse celui qui «menace l'ordre ou le crédit public Ji. Il ne s'agit même pas «d'atteintes» à l'ordre public, délit déjà fort sujet à caution, mais de simples «menaces» dont le ministère de l'Intérieur est seul juge. Si la police, décide qu'une «procédure rf'urgence» est nécessaire, l'étranger en question est immédiatement arrêté et détenu jusqu'à son expulsion, sans aucun recours possible. Dans les autres cas, la personne en voie d'expulsion peut demander, dans les huit jours qui suivent la notification de l'expulsion, à comparaître devant une commission des expulsions. Si elle n'en connaît pas l'existence ou si elle ne s'y prend pas dans les délais, tant pis pour elle. De toute manière, l'avis de la commission est purement consultatif. Bien souvent, le gouvernement n'en tient aucun compte. Il ne reste plus alors qu'à introduire un recours devant le Conseil d'Etat. Mais cette procédure a la particularité de n'être pas suspensive, c'est-à,dire que l'on expulse d'abord, et qu'éventuellement, des mois plus tard, la victime apprendra, sans aucune réparation possible, que son expulsion est annulée. Mais il est une autre méthode d'expulsion, plus expéditive encore, puisqu'elle consiste à supprimer d'abord le statut légal d'un étranger, puis ensuite à le refouler parce qu'il n'est pas en règle, Ainsi, lorsqu'un travailleur doit renouveler sa carte de séjour, il arrive de plus en plus souvent qu'on la lui refuse, contradictoirement avec toutes les promesses ministérielles. Une fois qu'il n'est plus en règle, un simple contrôle de police dans le métro entraîne le refoulement qui n'est autre, en l'espèce, qu'une expulsion déguisée. u Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes illégales à son honneur et Il sa réputation (P. 2, article 17). Il n'est plus rare, dans les quartiers de Paris où se trouvent des foyers de travailleurs immigrés, de voir, au petit matin, d'importantes forces de police cernant l'un ou l'autre de ces foyers. Il s'agit d'une rafle «dans les lits». Tout le monde doit se lever et obtempérer à une fouille générale. Le foyer est gardé et personne n'a le droit de sortir. Les heures de travail perdues sont évidemment à la charge des immigrés. On prend pour vérification une vingtaine d'entre eux et on les garde au poste la journée durant. Quant aux atteintes à la réputation, elles sont légions. Depuis le ministre de l'intérieur qui diffuse des statistiques truquées pour faire croire à une criminalité stavique des immigrés jusqu 'aux rafles au faciès continuelles dans le métro et dans les rues, les étrangers, particulièrement lorsqu'ils sont noirs ou arabes, sont désignés à l'opinion publique comme des individus cr louches ». Toute personne a le droit de s'associer librement avec d'autres (P. 2, article 22). Ce droit est refusé aux étrangers en fonction du décret-loi de 1939, pris dans des conditions de guerre et qui restreint de façon draconienne les activités d'une association «réputée étrangère ». Il suffit, d'ailleurs, en principe, d'un seul étranger dans la direction d'une organisation pour qu'elle soit considérée comme «étrangère » (à l'exception des syndicats qui peuvent, jusqu 'a certains échelons, intégrer des étrangers à leurs organismes de direction). En vertu de ce décret, de nombreuses organisations de travailleurs ou d'étudiants étrangers ont été interdites, alors que certaines étaient en activité depuis des décennies. D'autres attendent le bon vouloir des autorités pour pouvoir exister légalement. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'État. Le droit de se marier et de fonder une famille est reconnu à l'homme et à la fem~e Il partir de l'Age nubile (P. 2, article 23). Dans le cadre de la «semaine de dialogue français-immigrés li, Lionel Stoléru, secrétaire d'État, a envoyé une lettre où l'on peut lire notamment

« La présence de familles immigrées

en France est un fait durable, meme si, dans les années à venir, leur nombre est amené à diminuer plutôt qu'à augmenter, Ces familles qui vivent avec nous, aidons-les à se sentir bien chez nous, accueillons-les comme nous aimerions elre accueillis dans leurs pays, respectons leurs différences de culture en cherchant à les comprendre par la chaleur humaine qui naÎt du dialogue». droit et liberté • nO 375 • décembre 1978 L'an dernier, le même Lionel Stoléru prenait des dispositions extrêmement dures pour empêcher la réunion des familles des travailleurs immigrés, mesures dénoncées deux fois de suite par le Conseil d'État et l'ensemble de l'opinion comme étant contraires au Droits de l'Homme, à la Constitution française, à la loi de 1972 contre le racisme et aux accords internationaux signés par la France avec les pays d·émigration. Monsieur Stoléru confondrait- il dialogue et double langage ? Quant au droit de se marier, il est de plus en plus souvent violé. En fait, on voit naître avec effarement des pratiques qui se rapprochent de « L ïmmorality act» sud-africain et qui rendent de plus en plus difficiles les mariages entre français et étrangers (voir pages 18 et 19). Les États parties au présent pacte reconnaissent le droit qu'Il toute personne de jouir de conditions de travail justes et favorables qui assurent notamment... un salaire équitable et une rémunl;ration égale pour un travail de valeur égale, sans distinction aucune ... , une existence décente pour eux et leur famille conformément aux dispositions du présent pacte ; la sécurité et l'hygiène du travail, la même possibilité pour tous d'être promus, dans leur travail, à la catégorie supérieure appropriée, sans autre considération que la durée des services accomplis et les aptitudes (P. 1, article 7). En France, à travail égal, les salaires des étrangers sont en moyenne de 17 %, inférieurs à ceux des Français. Les règles de sécurité sont appliquées de telle sorte qu'un travailleur immigré a deux fois plus de chances d'être victime d'un accident du travail qu'un Français. Dans certains foyers de la région parisienne, les conditions de vie sont tellement déplorables qu'on atteint un taux de 10 % à 15 % de tuberculose. Une grande partie des allocations familiales dues aux travailleurs immigrés est retenue par l'Etat qui la reverse au Fond d'Action Sociale. Le F.A.S. finance ensuite, par exemple, la construction des foyers Sonacotra où les travailleurs immigrés doivent à nouveau payer des loyers nettement supérieurs au service rendu. Une des causes de la différence entre les salaires des ouvriers français et des ouvriers étrangers est la pratique généralisée de la sous-qualification, Les immigrés sont presque toujours maintenus dans une catégorie professionnelle inférieure à celle où ils devraient être en fonction du type de travail qu'ils effectuent, ce qui permet de multiplier les profits. L'enseignement supérieur droit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l'instauration progressive de la gratuité (P.l., article 13). Sans parler de la « circulaire Bonnet» qui soumet à des barrages sociaux, pédagogiques et administratifs souvent infranchissables l'accès de l'Université pour les étudiants étrangers non résidents, il faut soul igner le fait que les enfants d' étrangers résidant en France, même s'ils y sont nés, ne peuvent obtenir de bourses dans l'enseignement supérieur, ce qui introduit une discrimination décisive dans leurs possibilités d'éducation. On le constate, nombre sont les Droits de l'Homme inscrits dans la Charte Internationale qui sont directement violés par l'État. On ne parle pas ici des violences et de l'insécurité nées du racisme, qui ne ressortissent pas immédiatement à la responsabilité des pouvoirs publics. On ne peut s'empêcher de penser, néanmoins, que si la police était orientée avec plus de vigueur vers les assassins racistes plutôt que de se concentrer dans les couloirs du métro aux heures de pointe pour arrêter tout ce qui n'est pas blanc de blanc, cet aspect là aussi des Droits de l'Homme pourrait être mieux respecté. Toutes ces raisons sont-elles la cause de la non-ratification de la Charte par la France ? Il est certain qu'un engagement précis entraînerait une importante modification de la législation et de la pratique administrative, une avancée décisive dans le domaine des libertés comme dans celui de la construction d'une France sans racisme. C'est la raison pour laquelle le mrap demande la ratification sans délai et la mise en pratique effective de la Charte Internationale des Droits de l'Homme, c'était aussi le sens du docun ,ent «Pour une France sans racisme, amie des peuples luttant pour leurs libertés» (droit et liberté nO 367). Jean- Louis SAGOT-DUVAUROUX. 17 H I$TO 1 PvE O' UNt:jUIVE: PDLo 1-J ft! '3 E: ~E"F'() Err E 6 SN Fr/tNGE E/O'uN FK~tJc,l+i5 i)E L o[) L ~ LJ~ NÉ AU vi'êÎNAM r rib \ c&J \ 61 -[ L 1 l'I l '


18 ' c;::r-~E v"'NT' LiS:, H()leh~, ?~(2.'5 t1~, ,'-tg ~f(. Lê HrtltiO NOV-S vouL:O'NJ ,,"oLlS MI'tR.IËIù lL FA-vTlIfve :./4-R,..Tt p 6 ~E: "JOVQ.. v"\LI'J;JI,~ pL\J5 /'WN !+.N l ... _ .... --/ droit et liberté • nO 375 • décembre 1978 ( -~. \ () C OIV:;LÜ~Î bt FRI't!-J c..6 A- TE L- AVI V fi- Le coNs u L J t VOl) olU4 1) uN '01 S I4 Tlt p ou~ M 14-~14qE~ 1 \ \ .. 1 \ \/~-,~ IJ.-...l--'--L-..---'-~I __ CharlesC~_I _ ~ _ ~_~~--.----------------~-----~~----_J «La demande d'autorisation de mariage n 'émanant pas d 'un étranger résident en France ne pouvait être prise en considération JI ! Cette phrase stupéfiante est de M . Bonnet, ministre de l'Intérieur, répondant le 23 septembre dernier, à une question écrite du député Vizet, sur l'interdiction de mariage prononcée à l'encontre d'Osman Dinç (droit et liberté na 371, page 8). Ainsi, il n'est plus possible, en France, de se marier avec quelqu'un qu'on a rencontré durant ses vacances mais qui n'a pas la chance d'être né dans l'Hexagone (et dépendances 1). Pas possible non plus, «le gouvernement n 'entendant pas favoriser l'établissement définitif dans notre pays des étudiants étrangers qui ont terminé leurs études JI, d'épouser l'un ou l'une d'entre eux. L'un des Droits de l'Homme que l'on avait la naïveté de considérer comme faisant partie des plus évidents et des plus élémentaires est remis en cause par l'application d'une mesure datant du 2 novembre 1945. Tous les étrangers ne bénéficient pas d'un droit séjour supérieur à un an doivent faire une demande d'autorisation de mariage s'ils désirent épouser un ressortissant français (à moins qu'un accord spécial entre Etats ne les en dispense). Pratiquement tombées en désuétude, les interdictions de mariage se sont multipliées dans la dernière période. On a même vu l'Etat tenter d'expulser des immigrés dont il ne pouvait légalement interdire le mariage (droit et liberté na 369, page 10). Ici, Auguste Crétinoir et Guta Korenblum 'racontent, sous forme d'une bande dessinée, leur extravagante et significative histoire. 19 20 1 Case réservée à K.C. ACHATS - ÉCHANGES - VENTES HERsa Fils BIJOUX D'OCCASION ~ 98-94.41 8, rue Montaret 03200 VICHY le grand luxe à de tous petits petits pnx .. ~-,~~ ~'-.r2',., .~-~ fej boutiquej Laurent St Michel 11 et 12 rue victor hugo, 69002 Iyon FABRICANT Bonneterie Prêt à Porter Féminin en Tous Genres 14, Passage du Ponceau - 75002 PARIS Entrée: 212, rue Saint-Denis ou 1 Tél. : 233-06.56 119, boulevard Sébastopol IMPORT EXPORT GALIN'~ , Ô ~émlntn VENTE AUX S~y e Jeune GROSSISTES B5. rue d'Aboukir 7e002 PARIS TÊL . 233-158-48 508-'115 - 20 cachou PRt:T A PORTER FI:MININ 279, rue saint - denis. 75002 paris tél. 236 86 -6 4 e t 87 -27 max ley prêt à porter de luxe 14 rue saint-roch paris 1ER tél. 260 59 09 8, rue Oberkampf, 75011 PARIS Téléphone 805.05.27 tlOL10li MANTEAUX - TAILLEURS - ENSEMBLES o , _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux le festival the' aA.tre de nanterreinterview de guy jacquet C'est Guy Jacquet, comédien chevronné d'une quarantaine de spectacles, qui vont du mine à Shakespeare, en passant par Claudel et Molière, avec Barrault, Rétoré, Fabbri, Bob Wilson, Planchon qui, tout en continuant de jouer II' La Cantatrice Chauvre »à la Huchette, est le responsable d'une initietive culturelle sans précédent

un festival populaire de culture arabe et musulmane pour

les immigrés, avec eux. Yves Thoraval a rencontré Guy Jacquet pour droit et liberté. Yves Thoreval : Quels sont vos liens avec la culture arabomusulmane 1 Guy Jacquet : De formation, je suis comédien et metteur en scéne. Mon premier II' contact» avec le monde arabe a été mon refus de la guerre d'Algérie, d'où date mon engagement en faveur des luttes de libération des peuples arabes. J'ai commencé à apprendre l'arabe seul, puis j'ai passé le diplôme des Langues O. J'ai eu un choc pour Le Fou d'Elsa d'Aragon, que j'ai joué au Festival de 8aalbeck (Liban). Lorsque j'ai rencontré ici le groupe de théâtre animation A. TA. (II' Action Théâtrale Arabe »), j'ai joué, avec eux, en arabe, la pièce II' Mamlouk Jaber », de l'auteur syrien moderne Wannous, en 1976. En 1977, je joue, en arabe encore, dans le spectacle Le collier des Russes, au Festival d'A vignon. Tout cela en continuant des tournées de représentations et d'animation pour les immigrés dans les usines, comités d'entreprise et autres Maisons de la Culture. Plus je fréquente les immigrés, plus je vois, en eux, une image passionnante du monde à communiquer. Q . : Pour quel public avezvous conçu le Festival actuel de Nanterre. R. : Pour les Immigrés maghrébins avant tout. un habitant sur cinq dans la commune, mais aussi pour la population française au milieu de laquelle ils vivent et travaillent. /1 ne faut absolument pas enfermer la population immigrée dans un ghetto culturel. Toute l'action dure huit mois, donc, pour la premiére fois, il ne s'agit pas de saupoudrage ponctuel : les immigrés participent à la création et y rencontrent leurs voisins et collègues français. Q. : la Maison de la Culture de Nanterre : pourquoi elle 1 Comment a-t-elle accueilli votre projet 1 R. : Sangla et Debauche et la M.C. de Nanterre étaient depuis longtemps, désireux d'aborder les cultures non françaises du département et de la commune. /ls ont donc été très favorables à mon projet et ont mis un grand local en sous-sol à la disposition. Q. : quels sont les thèmes du festival 1 R. : il y en a un pour chacun des huit mois que dure la manifestation. à l'exception du mois de mai, où il est prévu que ce sont les immigrés eux-mêmes qui en programmeront et réaliseront le déroulement. Cinq ou six troupes de théâtre et de musiciens se sont d'ores et déjà proposées. (Propos recueillis par Yves THORAVAL) peinture Jean Gubellini à la Galerie Ballanche, 10, rue Jacques Caillot (6ème): le jeu de la lumière dans un univers de couleu rs, de nuances, de transparence. Une orofonde sensibilité alliée à lar maîtrise d'un peintre que l'on souhaiterait mieux connaître. Vernissage le 7 décembre et exposition permanente. droit et liberté • nO 375 • décembre 1978 La découverte de l'amour et de la tolérance envers les autres races et nationalités par une veuve juive de Brooklyn, nouvellement arrivée au Japon. Ceci expliquant sans doute cela, on reste un peu sur sa faim quant à l'origine de ces préjugés et sur les motivations le pont japonais profondes d'un tel revirement. Le Pont Japonais reste un spectacle de boulevard, facile, mais qu'on aurait peut être souhaité plus profond, sans perdre toutefois sa qualité première : l'humour qui destine cette pièce à un large public. Philippe PORRET le cercle de craie causasien Les mésaventures de Groucha la servante, poursuivie par les nouveaux tenants du Régime pour avoir recueilli le jeune fils du Gouverneur de Georg;e, décapité à l'occasion d'un coup d'Ëtat, et la lutte farouche qu'elle oppose, au sacrif:~e de sa vie, contre vents et marées, pour préserver cet enfant, y compris de sa mère naturelle ... Grâce à une mise en scène judicieuse de Benno Besson, conforme à l'esprit de Brecht, cette leçon d'abnégation se transforme en une fable populaire pleine de verve et de vie, évoquant avec bonne humeur, les moeurs de la Georgie d'autrefois ... Par l'utilisation de décors colorés comme un conte et de masques conservant la distance chère à Brecht, c' est le coeur du petit peuple georgien qui se met à battre, à vivre , dans un folklore et dans son histoire et qui triomphera finalement des puissants, pour notre plus grand plaisir. Une atmosphère de kermesse populaire comme dans la scène fi nale et une joie de vivre un peu irrévérencieuse. Une magistrale poignée de main entre les peuples. p. P. Au Théâtre National de Chaillot jusqu'au 21 décembre (727-81.15). Une joie de vivre irrévérencieuse. 21 1 _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux livres éloge de la différence la génétique et les hommes Ni un traité scientifique, ni une dissertion philosophique, ni un discours militant, mais les trois à la fois. Intimement liés, ces trois aspects de l'.,. Éloge de la différence - La génétique et les hommes » par Albert Jacquard, aux ~ditions du Seuil, en font un ouvrage remarquable que chacun au mrap se doit de lire at de faire lire. Après dix années d'engagement, si l'on peut dire, dans la génétique, l'auteur réussit à mettre à la portée de tous, d'une manière paradoxalement simple at complète, cette branche mathématique de la génétique, la génétique des populations. Il parle de Mendel, de Darwin, de Fisher, de la mutagénèse, des migrations ou de la sélection comme s'il narrait une histoire : celle de la plupart des concepts fondamentaux de la génétique, de leur origine, de leurs avstars. l'ouvrage est trop dense pour en faire ici une analyse détaillée ; je ne présenterai que les deux chapitres qui nous intéressent directement, laissant au lecteur le soin de découvrir les autres par lui-même. Après avoir défini avec une grande clarté les lois at les divers concepts de la génétique, Albert Jacquard s'intéresse à la notion de race. C'est un concept flou at ambigu. En fait, la définition des races n'est qu'une opération de classement dont Albert Jacquard montre qu'elle peut parartre'" si simple, si naturelle» bien qu'elle soit, même avec une haute dose de mathématiques.,. une activité en réalité très complexe dont le résultat dépend de choix fort arbitraires ». Or, ces hypothèses arbitrair .. s sont vite oubliées, d'autant plus vite qu'elles ne sont qu'un habillage mathématique de préjugés idéologiques. le type racial est un mythe; il convient plutôt de considérer l'humanité comme une juxtaposition de populations plus ou moins interpénétrées selon que les barrières géographiques, sociales, culturelles sont plus ou moins franchissables. l'idéal platonicien du type que représente le concept de race est un mythe car.,. l'univers des phénotypes» ne permat pas d'accéder à .,. l'univers des génotypes»; la vieille antropologie qui s'intéressait aux premiers, se meurt aujourd'hui, la génétique biochimique qui peut accéder, en partie, au second, a montré à quel point la diversité des patrimoine biologiques est grande entre deux individus quelconques d'une même population qu'elle qu'elle soit. Dans un autre chapitre, Albert Jacquard entend répondre sur le fond, à ceux qui ont voulu trouver une justification biologique aux différences d'intelligence (comprendre de statut social), en transposant dans le domaine de la psycho-sociologie, le concept d'héritabilité qui n'a de sens at d'intérêt qu'en agronomie. Avec éloquence, Albert Jacquard montre à quel point le modèle ou les démonstrations sont vides de sens. Il conviendrait ultérieurement de montrer en fait à quel point ces modèles sont directement liés à l'idéologie, aux préjugés racistes at à la conception antique du don inné dont Albert Jacquard montre qu'elle est à reléguer, avec le concept de race, dans le vieux placard de la philosophie platonicienne. Mais au-delà ou avant les démonstrations, l'auteur veut préciser le sens des mots, donc des concepts, dont l'utilisation fréquente et alternative permat de si bien.,. brouiller les cartes» : héritable n'est pas héréditaire, génétique n'est pas fatal. Enfin, vous apprendrez beaucoup de choses, entre autres à faire un enfant. La génétique nous apprend que l'homme, comme toute espèce sexuée, ne se reproduit pas, mais qu'il procrée, que chaque individu est unique, qu'il n'a jamais eu at n'aura jamais son semblable. La raison en est d'ailleurs que l'enfant se fait à trois : l'homme, la femme et le hasard. J.L. SERRE 22 télévision la mal vie Noureddine et Naïmi : l'un est chômeur, l'autre manie la pelle et la pioche à trois cents mètres sous terre. Leur point commun : tous deux sont Algériens, des immigrés venus chercher du travail à Marseille. Le film de Daniel Karlin leur donne la parole en leur rendant leur individualité. Deux destins se disent devant nous, complémentaires et contradictoires, deux hommes parlent de leur existence gllchée, remplie de solitude, de souffrances et de rêve, La Mal Vie ... Pourtant, le film va plus loin que la simple dénonciation (nécessaire) de l'exploitation économique dont ils sont les victimes comme l'explique D. Karlin dans son livre « La Mal Vie» paru aux Editions Sociales : «sous l'exploitation et les réalités économiques, il y a comme une tumeur maligne, un choix qu'il me faut élucider ». L'interrogation passe ainsi du .,. pourquoi restent-ils?» au.,. pourquoi ne peuvent-ils plus partir? ». Un fil directeur. app araît ain,si dans le discou rs et da ns l'existence de ces hommes, apportant la lumière du sens au milieu de la contradiction et de l'illusion. On peut regretter la présence un peu pesante de Tony Lainé dans ces vies qui se dénouent sous nos yeux. La Mal Vie n'en constitue pas moins une oeuvre d'une grande tendresse qui devrait changer la mentalité d'un grand nombre de Français en leur ouvrant les yeux sur .,.Ia spécificité et la différence des inconnus que nous côtoyons chaque jour », de l'Autre. Simple, chaleureux et profond, il tisse la trame de la longue et douloureuse épopée des étrangers. Et, dans un silence que seul anime le souffle du vent, les images d'une Algérie rêvée, loint.aine et déjà mythique, rythment la durée du film, comme elles flottent sans cesse dan,s la mémoire de l'homme déraciné. Comme un appel, comme un remords, comme un mirage qui recule et s'efface au fur et à mesure que la vie avance. Daniel Karlin, Tony Lainé et Tahar Ben Jelloun nous ont fait partager« la plus haute des solitudes » : celle de la déchirure de l'exil. Philippe PORRET cinema alambrista Robert Young, le réalisateur d'Alambrista, nous montre à travers son film, la vie d'un travailleur mexicain (Roberto) émigrant clandestinement aux États-Unis pour trouver du travail. Dès son arrivée en territoire américain, il est, comme ses compatriotes dans une situation analogue à la sienne, confronté aux rafles de la police qui ne se montre pas avare de moyens pour pourchasser les travailleurs immigrés. Principalement employés dans les grosses propriétés agricoles, ils constituent une sous-catégorie d'individus taillables et corvéables à merci. Roberto essaie néanmoins de garder son gagne-pain pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille ; il tentera de s'américaniser

il apprend à sourire.,. américain

», à manger« américain », à parler.,. américain ». Il fera même la connaissance d'un autre paria de cette société : une mère célibataire, serveuse dans un bar. Avant de regagner soo Mexique natal, dans l'impossibilité qu'il est de s'adapter à ce monde, il connaîtra bien d'autres infortunes. Travail harassant, harcèlement policier, conditions de vie déplorables, exploitation par les patrons et les marchands de maind'oeuvre, heurt de deux civilisations, voilà en quelques mots, résumé le film. Sous une forme mi-réalité, mifiction, Robert Young porte un regard très humain, sans envolées lyriques, ni théoriques, sur ce grave problème de l'immigration clandestine des Mexicains. Le film a le mérite d'exister et de faire prendre conscience, de façon empirique certes, de la vie de ces travailleurs immigrés. P. K. - pleins feux - pleins feux _ pleins feux _ pleins feux _ pleins feux • pleins feux pour la tolérance une interview d'alain souchon Plusieur~ . chanson:, récentes parlent des immigrés, de leurs conditions de Vie, et, bien sOr, du racisme: (( Poullailler's song, Lilly, Casse-têtes, les étrangers )). Toutes ont pour thème l'indifférence ou la violence face à ceux qui sont différents. Pour la chanson d'Yves Montand, un homme qui est mort sous les coups cherche à se souvenir. Etait- il prisonnier au Chili, bébé-phoque sur la banquise ou travailleur immigré pris dans une ratonnade 7 Les auteurs de la chanson d'Enrico Macias évoquent la dureté de l'exil et nous invitent à 'plus de chaleur humaine envers ces hommes qui sont nos frères. Alain Souchon évoque le rejet de tous les « marginaux », jeunes, immigrés et Pierre Perret le périple d'une jeune immigrée de Somalie, confrontée au racisme. Tous ces témoignages artistiques sont importants comme jalons d'une prise de conscience et peut- Mireille Carrère : Qu'est-ce qui vous a amené à écrire cette chanson 7 Alain Souchon :Je ne suis pas un militant. Je regarde le rronde, je fais des chansons et si j'ai un peu de succès, C't1st que je suis bien de mon époque, que j'ai les mêmes tourments et envies que la plupart. M.C. : Comment vous sentezvous proches des marginaux de votre chanson (les jeun"s, les campeurs, les immigrés 7). Alain Souchon : Longtemps, j'ai vécu comme un marginal, comme un clochard quand je voulais chanter, ce qui permet un regard plus neuf, mais il n'y a pas de fait précis à l'origine de cette chanson: plutôt les conversations les discussions qui montrent qu~ les gens sont très racistes et intolérants, de l'extrême-droite à l'extrême-gauche. Je crois que le être d'une évolution positive des mentalités face au racisme. Alain Souchon écrit dans Poulaillers Song: «Dans les poulaillers d'acajou les belles basses-cours à bijoux on entend la conversation d'la volaille qui fait l'opinion ils disent on peut pas aimer tout Paris n'est-ce pas y'a des endroits la nuit où les peaux qui vous font la peau sont plus bronzées que nos p 'tits poulbots et comprenez-moi la djellaba c'est pas ce qui faut sous nos - climats mais comprenez-moi à Rochechouart y'a des taxis qui ont peur du noir JI • racisme vient de la médiocrité : ça rassure les gens de se sentir supérieurs à d'autres. C'est le même phénomène entre les vieux et les jeunes à cheveux longs ... M.C. : Pensez-vous que l'avenir soit dans le mélange des peuples 7 Alain Souchon : Je ne vois pas les choses au niveau pl'métaire. Je suis p.'us selisible à ce qui se passe autour de moi, et je vois un racisme vis-à-vis des Arabes surtout, mais aussi des bourgeois visà- vis des ouvriers, des vieux vis-àvis des jeunes, des hommes bornés vis-à-vis des femmes, des femmes du MLF vis-à-vis des hommes ... Cependant, je crois que les choses changent petit à petit depuis mai 68 notamment, par les films, la chanson. Les gens sont plus tolérants. M.C. : Que pensez-vo.us de la situation des immigrés et des droit et liberté • nO 375 • décembre 1978 déclarations qui tentent de les rendre responsables du chômage 7 Alain Souchon : Ces déclarations sont évidemment fausses. Le problème de l'immigration est immense. Il y a la double responsabilité des pays d'accueil et des pays d'origine. Il y a aussi la responsabilité des gouvernements des pays d'accueil qui ne leur procurent pas toujours un statut décent ... M.C. : Que pensez-vous de la publication récente par un hebdomadaire des déclarations d'un ancien commissaire français aux questions juives sous l'occupation 7 Alain Souchon : Ceci peut faire par/er les gens, réfléchir les jeunes qui ne sont pas au courant de ce passé et pour qui les insignes nazis ne représentent qu'une mode qui leur permet d'exister en choquant. Encore faudrait-il que l'information soit bien faite. M.C. Quelle priorité donneriez-vous à la lutte antiraciste 7 Alain Souchon : C'est le problème des immigrés qui me semble le plus grave. Mais comment développer la tolérance entre les gens? L'école? Je ne crois pas au bourrage de crânes ... Le problème de l'immigration est en fait le problème de l'Occident, des pays d'Occident trop industrialisés ... Je vois mal une solution. Propos recueillis par Mireille CARRÈRE (Dans notre prochain numéro: Pierre Perret). Alain Souchon 23 _ éducation à la fraternité - c .1. e. p. r. • éducation pour les droits de l'homme Pour l'UNESCO, tous les enfants devraient bénéficier d'une (( formation en droits de l'Homme )). Les 2 et 3 décembre 1976, se tenait à Strasbourg sous les auspices du Conseil de l'Europe, un colloque international, auquel par" ticipaient trente organisations nongouvernementales, ainsi que des élèves d'établissements secondaires de Strasbourg et de Genève «sur l'enseignement relatif aux droits de l'homme et à la lutte contre les préjugés raciaux Ji. Cependant, au cours de leurs délibérations, les participants ont eu eux-mêmes le sentiment qu'en cette matière, le terme «d'en- 4( Education â la Fraternité Il est la rubrique men suelle du Centre de liaison de. éducateurs contre les préjugés raciaux 1 e L EP R 1 Le C. L. E P R développe ses ac t iv ités en olga nisant des rencontres et des débats entre educa leurs en favorisant 1 échange d·expénences entre enseignants en leu r fournissant de la docurnenta tlon President d honneur Marc-André Bloch. PréSl dence . Yves Boulongne, Jean Pihan, Olga Wormser- Migot. Montant de la cotisation : Membre actif : lOF Membre donateur : 20 F Membre bienfaiteur : a partir de 30 F L'adhéSlon au e L.E P.R. donne droit à 2 numéros gratu its de drOit et liberté pàr an. Adresser les adhésions au e .L.E.p R 120 . l ue Saint -Denis 75002 Paris avec un chèque postal 13 volets, a l'o rd re de Mlle Babou lène. ins titutrice eL E P Rie e P 18 177 3 5 Paris) 24 seignement » n' était pas celui qui convenait et que le problème était un problème «d'éducation » bien plutôt que «d'enseignement» ; les textes issus de ces délibérations en font foi. Même remarque pour un document plus récent qui, comme le précédent, nous a été aimablement communiqué par M. Drubay, membre de la direction du S.N.E.S. et le secrétaire général de la Fédération internationale des professeurs de l'enseignement secondaire, auquel nous exprimons ici nos vifs remerciements. Il s'agit ici d'un congrès tenu à Vienne en septembre 1978 par l'Unesco et consacré à «l'éducation pour les droits de l'homme ». C'est à l'un ou à l'autre de ces documents que sont empruntées la plupart des citations qui suivent. à tous âges à tous niveaux Ils s'accordent dans la constatation que «l'éducation relative aux droits de l'homme et à la lutte contre les préjugés raciaux n'est pas assez présente dans les enseignements préélémentaire, primaire et secondaire et qu'il est nécessaire de leur faire beaucoup plus de place» (Strasbourg). qu'au surplus cette éducation ne saurait être «réservée à une petite élite ... » mais devrait être «dispensée à tous les âges et à tous les niveaux de scolarité» (Vienne). Il a été souligné également (Strasbourg) qu'« il serait peu efficace de s 'en tenir à un enseignement abstrait» : qu'en particulier - ce sont les termes d'une réponse marocaine à un questionnaire proposé par l'Unesco à ses sections nationales -« les textes juridiques, généralement abstraits» qui ont codifié les droits de l'homme «éveillent peu d'intérét dans l'esprit des adolescents », et que leur présentation et leur commentaire ne devraient intervenir qu'en dernier lieu, et c'est-à-dire sur la base d'une éducation scolaire que le colloque strasbourgeois voudrait toute entière II" imprégnée du souci permanent des droits de l'homme Ji. partir des intérêts des élèves La méthodologie qui doit présider à cette éducation est désormais claire. Il s'agit de II" partir des intéréts des élèves» (Strasbourg). de les amener à réfléchir sur II" des faits familiers et d'actualité qui les touchent directement » (Vienne). Ces faits seront hélas trop souvent des faits négatifs, de violation des droits fondamentaux, de violence dans les relations interraciales, etc. Si l'on veut une éducation honnête, sincère, véridique, ils ne doivent pas échapper à la connaissance de l'enfant et de l'adolescent ; c'est souvent sur eux, ou à partir d'eux que se formera le mieux leur libre jugement. auquel il faut en toutes circonstances, faire appel. C'est dire que l'éducation pour les droits de l'homme n'est possible que dans un certain climat de l'école, climat exclusif de II" toute forme d'autoritarisme» (Strasbourg). et profondément respectueux de la personnalité naissante de l'enfant. D'où l"importance primordiale de la formation des enseignants et éducateurs ; formation qui, comme le dit un excellent texte de la Fédération mondiale de la jeunesse catholique. dev~a les préparer à leur DANIEL Meubles d'époque Objets d'art Faïences anciennes 13, place d'Armes 57000 METZ rôle futur, qui consiste bien plutôt à II" animer et stimuler qu'à endoctriner li. Ces prises de position que nous venons de dégager de ce qui nous a paru le plus important dans les recherches conduites par les grandes organisations internationales sur notre problème, nous les faisons nôtres. Si elles sont acceptées, comme bases de départ, par nos lecteurs, membre du Mrap ou du Clepr, ce que nous voudrions leur demander, ce n'est pas d'ajouter commentaires, gloses ou variantes à ces considérations générales, qui se suffisent à elles-mêmes, c'est bien plutôt de leur apporter quelques illustrations concrètes en nous faisant part, en faisant part à leurs collègues de ce qu'ils ont pu, dans ce cadre, tenter par euxmêmes au sein de leurs classes ou plus généralement des milieux éducatifs dans lesquels se déploient leurs activités : ce sont moins leurs idées que leurs expériences que nous voudrions recueillir. Tel est le sens de l'appel qu'au nom du bureau du Clepr je leur adresse aujourd 'hui. Faut- il rappeler qu'un des principaux soucis du Clepr et de son bulletin II" Éducation à la Fraternité» a toujours été d'offrir aux éducateurs une tribune susceptible d'aider à la confrontation et à l'enrichissement mutuel des expériences ? Cet appel, nous l'adressons d'abord, mais non pas seulement, aux enseignants : aux enseignants de toutes les disciplines, dont chacune peut apporter sa pierre à l'édifice, même si, parmi elles, certaines comme l'histoire, la géographie, la littérature, la biologie, l'instruction civique peuvent sembler plus particulièrement concernées. En tout état de cause, ainsi que le soulignait le Congrès mondial juif dans sa réponse à un questionnaire établi en vue du colloque de Strasbourg, II" ce serait une lourde erreur de présenter cet enseignement comme une discipline à part, car beaucoup de maitres, de parents, d'élèves ne comprendraient pas la nécessité de cet!e discipline nouvelle ... ; il faut au contraire /'intégrer jour par jour» dans tous les enseignements précités : 11"" fait partie de la vie scolaire sous toutes ses formes ». encourager les échanges J 'ajouterai encore que notre enquête n'entend nullement se limiter au cadre de la classe et des disciplines que l'on y enseigne : les participants au colloque de Strasbourg demandaient à juste titre que fussent II" encouragés les échanges, correspondances interscolaires, voyages qui permettent aux élèves de connaitre d'autres élèves et d'autres pays ». Il pourrait y avoir également, pour l'éducation du sens sens social, du respect de l'autre, beaucoup à attenrlre, au niveau primaire, des coopératives scolaires ; au niveau secondaire du développement des foyers socio-éducatifs ; à tous les niveaux de la communauté de vie dans les colonies de vacances, classes de neige, etc. ; bien entendu, cette énumération n'est pas limitative. Nous prions nos correspondants de bien vouloir adresser leurs réponses à cet appel, dont nous les remercions à l'avance, à Mille Renée 8aboulène. secrétaire-générale du Clepr, 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris. Marc-André BLOCH. I2tSlll:! il: I2Jl[~2t;l~ BOUZONVILLE La grande surface du prët à pôrter PRET A PORTER HOMME - DAME - ENFANT - BONNETER!E DAM 1 S s. a. CANAVERAL (face à la cathédrale) Tél. (87) 75-21.44 vous habille de la tête aux pieds 105 à 117, cours V.-Hugo - 33000 Bordeaux Tél. : (56) 52-82-94 droit et liberté • nO 375 • décembre 1978 25 Fourreur de métier Prix étudiés Service après-vente + LA QUALITÉ AU RENARD BLEU 68, Avenue des Gobelins 75013 PARIS - 331-16-85 piedssensibles les chausseurs du confort et de lëlégance Choix unique en chevreau en sports et en bottes o .r) 5, rue du Louvre (Métro Louvre) (9") Gare Saint-Lazare - 81. rue SainH,zare (MO St-Lazare - Trinité) (6") Rive gauche - 85, rue de Sèvr\ls (Métro Sèvres-Babylone) o O·) Gare de l'Est - 53, Bd de Strasbourg (Métro ChAteau d'Eau) Magasins ouverts tous les lundis. 26 COMPTOIR GÉNÉRAL IMPEX SECOUMATIC ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ Tél. : 627-86-14 83, Rue Vauvenargues - 75018 PARIS mode enfantine R.I.E ...... PAR 1 S prévenir vaut mieux que guérir MAISONS RECOMMANDÉES Ets J. Dodiuk 16, rue Oberkampf 75011 Paris. Ets Sabra 42, rue Beaubourg 75003 Paris. Ets Elbe 41, Bd Barbès 75018 Paris. • action • gros plan halte au néo-nazisme Dès la parution de cc L'Express » du 30 octobre, le mrap exprimait la vive émotion suscitée dans les plus larges secteurs de l'opinion publique par l'interview de Louis Darquier de Pellepoix. A 9 heures, le matin, France-Inter donnait la parole à Albert Lévy, secrétaire général du Mouvement, qui dénonçait cette II' provocation il. Peu après, un communiqué national était adressé à !a presse. Rapidement mise sur pied une délégation se rendait dans l'après-midi à cc l'Express ». Elle comprenait le professeur Alfred Kastler, membre du Comité d'Honneur, Pierre Paraf, président du mrap, Albert Lévy, A. Chilkozlowski, secrétaire national, Joseph Creitz et Jacques Zabanny, pour la Commission Antisémitisme et Néo-Nazisme, et Philippe Porret. Reçue par le directeur de l'hebdomadaire, M. Jean-François Revel, elle soulignait les raisons de la protestation: le fait que soit donnée à un criminel rac;ste la possibilité d'insulter impunément ses victimes d'hier et d'appeler à de nouveaux massacres ; le fait que ses calomnies antijuives ne soient pas nettement réfutées, ce qui risquait à la fois de tromper ceux qui manquent d'informations pour un jugement lucide, et d'encourager les groupes qui sont aujourd'hui les héritiers de l'hitlérisme. La délégation obtint que soit pu bliée dans le numéro suivant de cc L'Express n une mise au point du mrap. Celle-ci parut effectivement le 6 novembre, quoique sensiblement tronquée et sous un titre qui en modifiait l'esprit. Le surl endemain, 1·' novembre, invité de l'émission «Le téléphone sonne)J, sur France-Inter, Albert Lévy exposait à nouveau la position du mrap, face à J.F. Revel, et insistait sur le contexte d'aggravation du racisme, qui rend indispensable une riposte cohérente et vigou reuse. Il y avait foul e, le 7 novembre, salle Lancry, à Paris, où se tenait un meeting de rU.J.R.E. (Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide), avec la participation de plusieurs organisations. Charl es Palant, vice-président du mrap, dans une intervention particulièrement applaudie, stigm atisa la montée du néo-nazisme, les complicités qui le favorisent, et indiqua ce qui devrait être fait pour le combattre. Le 8 novembre, le mrap était représenté par Arié Xavier-Ben-Lévy au meeting tenu par d'autres association s, Salle de l'Encouragement. Entre temps, la Commission Juridique du mrap ayant examiné la question d' une façon approfondie, notre Mouvement aV3it annoncé (le 2 novembre) sa décision de porter plainte contre Darquier de Pellepoix« et tous complices» pour provocation à la haine raciste ainsi que pour apologie de cri mes de guerre et de crimes contre l'humanité. Une instruction était également ouverte, quelques jours plus tard, à la demande du Parquet. A la suite de la pris de position retentissante de Mme Simone Veil, ministre de la Santé et de la Famille, contre la II' banalisation» du nazisme, le mrap s'est adressé à elle pour attirer son attention sur trois points : le problème de l'imprescriptibilité des crimes contre l'humanité (la France n' ayant pas ratifié la Convention internationale à ce sujet) ; la nécessité de mesures gouvernementales contre toutes les tentatives de nier ou de minimiser les crimes hitlériens ; l'opportunité qu'il yaurait de rétablir les célébrations du 8 mai, pour mobiliser l'opinion contre toutes les formes de néonazisme et de racisme. Par-delà l'affaire Darquier, ce qui doit alerter chacun, c'est l'insolence actuelle des anciens et nouveaux nazis, l'impunité dont ils bénéficient pour leurs crimes passés et leurs agissements présents, les efforts poursuivis pour les réhabiliter. Maintenir fidèlement le souvenir de leurs victimes, appeler à la vigilance, sont un seul et même devoir. Dès le 10 juin dernier, le mrap organisait un col loque au Sénat sur le thème : ll'Antisémitisme et néo-nazisme aujourd'hui il. Il était représenté, le 5 novembre, à la cérémonie organisée par l'Amicale des Anciens Déportés Juifs, à Drancy, pour le 40· anniversaire de la II' Nuit de Cristal». A Paris, il a participé massivement, le 22 novembre. à l'appel de plus de 30 associations de déportés et de résistants, au défilé qui s'est déroulé du Mémorial du Martyr Juif Inconnu à la Crypte des Déportés, en passant par l'Hôtel de Ville. A Marseille, il s'est opposé, avec beaucoup d'autres, au meeting fasciste de II' L'Eurodroite il. Dans les autres villes de province où des manifestations ont eu lieu, il y prit une part active. Dans l'ensemble du pays, la presse a reproduit ses communiqués, les déclara.tions de ses responsables locaux. Il a tenu , en somme, la place qui lui revient, dans le vaste mouvement d'opinion qui s'est traduit en quelques jours par tant de prises de position dans les média et au Parlement. . d'une région à l'autre centre : succès Un important succès judiciaire à Orléans

après l'audience du 23 octobre, faidroit

et liberté. nO 375 • décembre 1978 sant suite à la plainte du mrap, le tribunal de grande instance a prononcé le 6 novembre, plusieurs condamnations pour publications d'offres d'emploi discriminatoires. M. Duhamel, responsable de l'agence Presta-France, âuteur de ces annonces, est frappé d'une amende de 1 000 francs, MM. Bayhouret. directeur régional de l'agence Havas et Sec rétain , directeur de II' La République du Centre» qui les ont diffusées, sont condamnés à la même peine avec sursis. Tous trois doivent payer conjointement 1 000 francs au mrap à titre de dommages et intérêts. Ayant fait paraître dans II' Le Journal de Gien» un communiqué dénonçant les crimes racistes, après l'affaire Ali Abdoul à Toulouse, le responsable du comité local, Noël Hily, a reçu le 12 novembre, une lettre de grossières injures et de menaces de mort (II' Fils de putain, un jour on aura ta peau. La France aux Français .II). Il a porté plainte auprès du Procureur de la République et alerté l'ensemble des organisations démocratiques, qui lui témoignent leur solidarité. Le 28 octobre, à la bibliothèque de La Source, Robert Pac, membre du Conseil national du mrap, a animé un débat sur les Indiens d'Amérique du Nord. Le comité du GAtinais, pour développer la conscience des problèmes du racisme, se consacre systématiquement à la diffusion de droit et liberté. Des dépôts ont été placés dans les halls des mairies, des bureaux du district, dans les foyers socio-culturels des lycées et du C.E.T., au foyer des jeunes travailleurs, dans des cabinets médicaux. L'objectif immédiat est de susciter des abonnements. Par ailleurs, dans les quartiers de Montargis et de la banlieue, habités par des immigrés, le comité distribue des tracts en français, arabe, portugais et turc ; ces tracts donnent des conseils sur les dispositions à prendre face aux mesures administratives ou policières visant les travailleurs immigrés, et leur signale les permanences du mrap à Montargis et Vésines. picardie - champagne pour les droits de l'homme En prévision du 30· anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (10 décembre!. le Comité d'Amiens publié un II' numéro spécial» de droit et liberté remarquablement présenté. Tapé à la machine, avec reproductions de coupures de presse et d' illustrations en offset, ce document de 26 pages, sous couverture cartonnée, offre des études sur les droits des Gitans, nomades et gens du voyage, les atteintes qu'ils subissent, et la situation à Amiens ; les Droits de l'Homme et les travailleurs immigrés ; les atteintes aux droits de l'enfant en Afrique du Sud ; presse et racisme ; racisme et cinéma. Il est vendu 5 F. Une semaine est consacrée aux Droits de l'Homme, du 14 au 21 f)'wembre par le mrap d'Amiens et trois autres associations : Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International. A.C.A.T. (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture). A Chalons-sur- Marne, un débat sur l'apartheid a eu lieu, le 28 octobre, à la M.J .C., animé par Marc Mangin, membre du Bureau national. Le lendemain, la municipalité inaugurait une « rue des Martyrs de Soweto )J. Alsace et Lorraine : cc ni étudiant!'., ni ••• étrangers, ni animaux n. 27 FOURRUREr ,JELLETERIEf 28 R. WALLET 40, Rue d'Enghien 75010 PARIS TRA VA IL A FAÇON Téléphone: 770 - 83-20 Ets René APPEL PRiT A PORTER 15, rue Lafayette 38000 Grenoble Tél. 44-10-60 Case réservée à S. et D. prêt-è-porter féminin 15, boulevard Poissonnière 75009 PARIS - Tél. 233.63.70 GALERIE HAUSSMANN 57, BOULEVARD HAUSSMANN 75008 PARIS 265-36-16 charles maudret PRÊT A PORTER FÉMININ 91, rue d'Aboukir 75002 PARIS - 233.96.02 Condamné en septembre pour ses écrits racistes dans sa revue cc Elsa )), sur plainte des comités de Strasbourg du mrap et de la Ligue des Droits de l'Homme, le Dr Marcellffrig avait fait appel. Le 19 octobre, sa condamnation a été confirmée : 100_000 F. d'amende, 5.000 F. de dommages-intérêts aux deux organisations parties civi les. Celles-ci continuent la lutte sur d'autres terrains. Au cours d'une conférence de presse, le 26 octobre, elles ont annoncé leur décision de poursuivre deux agences immobilières qui proposent des offres de location de chambres, comportant des clauses discriminatoires contre les étudiants étrangers (l'une d'elles précise : 1' Ni étudiants, ni étrangers, ni animaux AI. La Confédération Nationale du Logement s'est jointe à cette action judiciaire. nord - pas-de-calais . une crAche « anna frank )) A Aulnoye-Aymeries, dans le Nord, la Municipalité inaugure, le dimanche 19 novembre, une crèche à laquelle a été donné le nom d'Anne Frank. Au nom du mrap, Arié XavierBen- Lévy prend la parole avec le maire, M. Pierre Briatte, et participe au banquet qui suit. Le 22 octobre, Pierre Paraf, président du mrap. faisait une conférence à l'Université Populaire de Lille_ A Denain, le comité diffuse pour appeler aux adhésions un tract exposant ce qu'est le mrap aux plans national et local. Il a organisé le 17 octobre une soirée-débat sur la scolarisation des enfants de migrants et l'éducation à la fraternité. Trois militants d'Amiens et Marc Mangin, membre du Bureau National, étaient venus PR~SIDENT : Pierre PARAF ; VICE- PR~SIDENTS : Cheri" PALANT. Abbé Jean PIHAN. M· George PAU-LANGEVIN. Dr François GREMY; SECRflAIRE G~N~RAL : A Ibert L~VY ; COMIT~ D'HONNEUR : Henri ALLEG. Georges AURIC, Robert BALLANGER. BAtonnier Albert BRUNOIS. Aimé CESAIRE. Charlas da CHAMBRUN, André CHAMSON, Louis DAQUIN, Alain DECAUX, Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Maurice DRUON. Pastaur André DUMAS, Hanri FAURE. Jaan FERRAT, Max-Pol FOUCHET, Jean HIERNAUX Pierre JOXE, Alfred KASTLER, Jean LACOUTURE, BAtonnier Bernard LASSERRE, Michel LEIRIS, Gérard LYON-CAEN. Jacques MADAULE, Albert MEMMI, Robert MERLE. Théodore MONOD, Henri NOGUERES, ~tienna NOUVEAU, Jean PICART LE DOUX, Marcal PRENANT, Alain RESNAIS, Guy RIOBE. Emmanuel ROBLES, Armand SALACROU, JeanPaul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Georges SEGUY, Jean SURET-CANALE, Alain TERRENOIRE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, VERCORS, Jacqueline VICTOR-BRAUNIER. Docteur Pierre WERTHEIMER, Bernard ZEHRFUSS. Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les peuples est le nouveau titre que s'est donné le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix, par le vote de son congrès des 26-27 novembre 19n. Poursuivant son action de toujours, le mrap réaffirme sa volonté de combattre avec une égale vigueur tous les aspects du racisme, Quels Qu'en soient les auteurs ou les victimes, en quelQue lieu que ce soit. Défèndant les droits et la dignité de tous les hommes, dans le respect de leur identité, il OEuvre pour l'amitié entre les peuples, condition majeure de la pàix. droit et liberté • nO 375 • décembre 1978 prendre part à ce débat, qui fut très riche et qui s'est terminé par la décision de développer l'action antiraciste, tout en poursuivant la recherche, dans ces domaines particulièrement importants. rhône-alpes : naissance d'un comité Grand succès de la réunion organisée le 3 novembre à Valence, pour la création d'un comité départemental de la Drôme. On pouvait noter la présence de MM. Pinède, maire de Portes-lès-Valence, Bret et Brechini, maireadjoint et conseiller municipal de Valence, ainsi que des représentants de différentes associations et des militants de syndicats et partis politiques. Un très intéressant débat, marqué par les interventions de plusieurs travailleurs immigrés, a suivi l'introduction de Georgette Gébelin, membre du bureau national, après la projection du film 1' Tous les autres s 'appellent Ali AI. L'exposition sur l'apartheid, les livres, journaux et affiches présentés ont suscités l'intérêt de l'assistance. Le bureau constitué est composé de Christine Goullet (Montélimar). Georges Guichamans-Rakotoarisoa (Valence). André Thimon (Valence). Ghislaine Cétaud (StVallier). La venue à Lyon d'une délégation d'hommes d' affaires sud-africains, invités par la Chambre de Commerce et d'Industrie, a suscité la protestation publique du comité du mrap du Rhône et de plusieurs autres organisations. Le comité d'Annecy a engagé une action judiciaire contre un organisme de logements sociaux qui refuse d' accorder des appartements aux Maghrébins. A Grenoble, où Albert Lévy s'est rendu le 25 octobre, pour confirmer la plainte du mrap contre les offres d'emploi discriminatoires diffusées par l'A.N.P.E., il a rencontré, avec une délégation du comité local, de l'Association des Gens du Voyage et de l'U .N.E.F., deux maires-adjoints, MM. Verlhac et Giard. L'entretien a porté notamment sur les problèmes des Gitans, sur ceux des travailleurs et étudiants étrangers. Un échange de vues a eu lieu égaiement avec le maire de Saint-Martin d'Hères, M. Blanchon, et deux de ses adjoints. bretagne pays de la loire : culture antiraciste 1' Pour la disparition des préjugés raciaux, le concours scolaire du mrap suscite J'intérêt» titre Ouest-France du 16 octobre. Il précise que plusieurs classes, dans les établissements scolaires de Loire Atlantique se préparent à participer à cette initiative départementale. Après le voyage de Jean-Claude Valomet au Maroc, où un concours semblable aura lieu, l'étude se poursuit sur les condltiotls dans les .. quelles se dérouleront les échanges de classes envisagés. - Le 10 novembre, venant d'Angoulême, où il avait tenu un premier concert, l'orchestre sudafricain Jabula, donnait une représentation à Nantes; et il a été présenté à la radio et les musiciens se sont longuement entretenus avec les responsables du P.S., en présence des animateurs du mrap. Le comité local tenait un stand, le 28 octobre, à la fête départementale du P.C.F. Autres initiatives prévues : un débat autour du livre d'Albert Jacquard II' L -éloge de la différence » (30 novembre) ••• Désireux de m'informer et de soutenir l'action contre le racisme, pour l'amitié entre les peuples J'adhère au m.r.a.p .• Je m'abonne à droit et liberté • Nom (e -, capI tale) Prénom ..................... âge ................. . Profession . Adresse Code posta l . . .............................. Ville ...................................... . Le montant de la carta d'adhésion là partir de 50 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, salon ses possibilités, compte tanu de la néce .. ité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du mrap. Abonnements d'un an à droit et liberté [50 Fl. Abonnement de soutien (100 F). ~tranger (75 F). C.C.P. 9239-81 Paris. 1 Rayer la mention inutile. mouvament contre le racisme et pour l'amiti6 entte les peuples (mrap) 120, rua saint-denis - paris (2) - tél. : 233.09.!i7 - C.C.p.: 14-825-85 paris 29 A.R.A.C • L'Association Républicaine des Anciens Combattants et victimes de guerre (ARAC) est une ?~s plus anciennes associ a- . uis u'elle est née dès novembre 1917 sous la présidence d'Henri Barbusse, le celebre auteur . du (( Feu ». tlonsE~: r~e r~~nCharles so~ sein et cela fait son originalité. des anciens combattants et victimes de guerre de tous les conflits (de 14-18 à . g PI ' d R'f de 39 45 et d'Indochine) de toutes catégorie s et de toutes OpiniOnS, afm de lutter pour la dél'Algéne en passant par es guerres u l, - d ' 1 Paix et le dé fense d~ leurs droits et revendications, pour la célébration officielle du 8 m ~ i et contre les résurgences u naZisme, pour a - 1" dé endance nationale et la défense des DrOits de 1 Homme. . sarm;:e~~:e~~r d':ti! sont, entre autres, un service juridique, une société mutuelle de ret ra ites, un mensuel « Le Réveil des Combattants JI, des assemblées et un pélerinage. LE RÉVEIL DES COMBATTANTS "Le Réveil des Combattants» organe central mensuel de l'ARAC publie toutes lesinformations sur les droits et revendica tions des . V" d e de toutes catégories des tableaux de pa iement des pensions. les listes des unités ayant AnCiens Combattants et Ictlmes e guerr . " f ' 1 fi' Af . d N d des enquêtes reportages et interview es sur tous les problemes re latl 5 a tous es con ItS. combattu en nque u or . . SOCIÉTÉ MUTUALISTE DE RETRAITE la Société mutualiste de retraite de l'ARAC offre de nombreuses possibilités. pour chaque ca tégorie d·A.C.v.G. et les fa.milles. de se constituer une rentre non imposable, avec participation de I·Etat. par des versements. mensuels. tnmestnels ou annuels deduct lbles des revenus.


I---------------------I-------~~:::e--------

DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS 1 PETIT GUIDE 1 A LA SOCIÉTÉ 1 JURIDIQUE ET 1 DE RENSEIGNEMENTS MUTUALISTE DE L'A .R.A.C. 1 SOCIALI)E L'A.R.A.C. 1 A L'A .R.A.C. Nom : Adresse Date de naissance Guerre (14- 18, 39-45, Indochine, AFN, veuve, ascendant, descendant. Rayer les mentions inutiles). Joindre une enveloppe timbrée pour la réponse. Permanences : du lundi au vendredi de 13 h. 30 à 17 h. 30 au siège 175, rue La Fayette - 75010 Paris - Tél. : 203-46.80. 30 BON DE COMMANDE 1 Nom 1 à retourner à I·A.R.A.C. 175, rue La Fayette - 75010 Paris M. ou Mme commande exemplaires du Petit Guide 1977 soit 25 F. x F plus les frais de port (5 F. pour 1 exemplaire, 9 F. de 2 à 5 exemplaires, 11 F. de 6 à 10 exemplaires, etc.). soit F. en tout. Nous effectuons le règlement par chèque postal nO ............................................................................ ci-joint, libellé à C.C.P. A.R.A.C. nO 9321 -74 N. Paris ou par chèque bancaire. 1 1 1 Prénom Adresse : Guerre désire des informations sur A retourner à l'A.R.A.C., 175, rue La Fayette - 75010 Paris. aquitaine - midi-pyrénées : meeting è toulouse Après l'odieuse séance de torture infligée par des racistes au jeune Ali Abdoul, originaire de Djibouti, le mrap, qui s'est constitué partie civile aux côtés .de la victime, a organisé un meeting à Toulouse le 30 octobre, au cinéma If Espoir JI. Le comité local a évoqué plusieurs autres agressions, parfois mortelles, contre des immigrés, qui ont eu lieu ces derniers mois et qui n'ont pas été suivies de l'arrestation des coupables. Jean-Louis Sagot-Duvauroux, au nom du Bureau national, a situé ces actes criminels dans le contexte de la montée du racisme, des persécutions et des calomnies que les pouvoirs publics ne cessent d'aggraver contre les travailleurs immigrés. De nombreuses organisations avaient apporté leur soutien au meeting. paris et région parisienne : de nombreux débats A l'appel du mrap, de l'U .N.E.F. et du Comité de défense des étudiants étrangers en France, une manifestation s'est déroulée le 25 octobre à Paris au Quartier Latin, pour protester contre les mesures restrictives visant les étudiants étrangers. Les trois organisations avaient tenu, quelques jours plus tôt (19 octobre), une conférence de presse commune. A l'issue du défilé, une délégation a ';té reçue au Rectorat et Jean- Louis Sagot-Duvauroux a pris la parole, au nom du mrap, devant les manifestants rassemblés. A Versailles, le 21 octobre, six associations, dont le mrap, ont organisé six heures pour les Droits de l'Homme. Le comité d'Elancourt (78) est intervenu pour la libération de trois travailleurs du foyer Sonacotra, arrêtés à cinq heures du matin, le jour même où s'ouvrait la « semaine du dialogue» patronnée par M. Stoléru. Parmi d'autres organisations, le comité du mrap de Massy (91) soutient une immigrée portugaise, Laurette Fonseca, menacée de If refoulement » à la date prochaine du renouvellement de sa carte de séjour. Poursuisant son action aux côtés des travailleurs immigrés résidents d'un foyer de Colombes (92) qui font la grève des loyers, notre comité local a édité un remarquable document imprimé de 4 pages montrant, photos à l'appui, les lamentables conditions existant dans ce foyer et appelant à .Ia lutte contre le racisme. A Gennevilliers (92), soutien également du comité local à un foyer en grève de loyers, que la police a investi. pour tenter d'intimider les résidents. D'autre part, des inscriptions If Mort aux Juifs» ayant été peintes sur le mur d'une entreprise, le comité est intervenu auprès de celle-ci pour les faire effacer ; la municipalité, également alertée, a réagi avec vigueur contre cette provocation. A la M.J.C. de la Courneuve, le 27 octobre, dans le cadre d'une série de débats sur les différentes associations locales, le mrap a été présenté par Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Elymane Kane et Françoise Grillo. Le 3 novemdroit et liberté • nO 375 • décembre 1978 bre, un débat sur le racisme animé également par Jean-Louis Sagot-Duvauroux avait lieu à l'Ile Saint-Denis, autour du film If L'état sauvage AI, tandis qu'à Neuilly-Plaisance, Pierre Paraf tenait une conférence sur l'Affaire Dreyfus. A Créteil (94), un débat sur les Droits de l'Homme, après la projection du film soviétique If Les Cheveux de Feu JI, s'est déroulé le 3 novembre à la M.J.C. du Mont-Mesly, avec la participation de Jean-Pierre Garcia, secrétaire national du mrap. Des militants du mrap de Vincennes (94) ont écrit au Conseil Municipal pour demander que des mesures soient prises pour faire disparaître les barbouillages racistes qui prolifèrent sur les murs de la ville et que leurs auteurs soient mis hors d'état de nuire. Un an après l'assassinat du jeune Antillais Lucien Melyon à l'entrée d'un concert, Porte de la Villette, une émouvante manifestation à sa mémoire a eu lieu le dimanche 12 novembre à Garges les Gonesses (95). Une délégation du mrap y participait. De même, le mrap était représenté à la manifestation qui s'est déroulée dans cette même ville, le 19 novembre, pour protester contre des actes antisémites. auvergne-limousin : contre le néo-nazisme A limoges, le comité local s'est joint aux organisations de déportés et de résistants pour appeler à une manifestation contre le néonazisme, après la publication de l'interview de Darquier de Pellepoix. Le 6 novembre, cette manifestation a rassemblé une foule nombreuse. Le 10 octobre. à l'assemblée générale des adhérents de Limoges, il a été décidé, entre autres. d'organiser une fête de I·amitié. languedoc-roussillon . une étrange affaire Lors de son assemblée générale de rentrée, le comité d'Alès s'est préoccupé des récents procès qui ont eu lieu en U.R.S.S., notamment celui de A. Chtcharansky et du problème des Droits de l'Homme. Il demande l'annulation des poursuites et la libération de Chtcharansky, tout en notant que ceux qui se posent à cette occasion en antiracistes sourcilleux devraient faire preuve de la même rigueur dans tous les cas (Afrique du Sud, Iran). bourgogne franche-comté rue albert luthuli A Montbéliard, le 25 octobre, c'était la seconde conférence-débat sur la loi relative à la lutte contre le racisme, présentée par Me Claude Maetz, au nom du comité local. Sur la base d'exemples très concrets, un échanges de vues fructuées s'est déroulé entre les participants. La presse s'en est fait largement l'écho, indiquant qu'à la sortie, un Algérien s'était vu fermer la porte d'une discothèque située non loin de la réunion : c'est dire qu'il y a fort à faire pour nos amis de Montbéliard-Belfort. Prochaine conférence-débat le 22 novembre. flash • A l'invitation de l'association RDA-France, une délégation du mrap a fa it un séjour d'étude en République Démocratique Allemande, du 3 au 10 novembre. Elle était composée de Albert Lévy, René Mazenod, Alexandre Chil-kozlowski, Jacqueline Costa-Lascoux, Claudine Goulin, Paul Dakeyo et Slimane Zeghidour. Un compte rendu de ce voyage paraîtra dans le prochain numéro de droit et liberté. • Une délégation du mrap composée de Albert Lévy, Bertrand Bary, Claudine Goulin, Françoise Grillo, Jean-Claude Maisonneuve, Elimane Kane, s'est entretenue, le 21 octobre, avec une délégation de l'Amicale des Algériens en Europe. Un fructueux échange de vues a lieu sur les données actuelles de la situation des travailleurs immigrés et du racisme ainsi que sur l'action à mener. Décision a été prise de poursuivre régulièrement les rencontres entre les représentants des deux organisations. • Le procès du R.U.C. (Rassemblement des Usagers et Contribuables), qu: diffusa un tract violemment raciste pendant la dernière campagne électorale, n'a pas eu lieu à la date fixée, le 1 6 novembre : en effet, son avocat ne s'est pas présenté. L'avocat du mrap, M" Roland Rappaport, a accepté que le procès soit reporté et une nouvelle date a été arrêtée par le tribunal : le 25 janvier. • Au cours d'une conférence de presse, le 16 novembre ; en effet, son avocat ne s'est pas ponsable de la Commission Immigration, Elima ne Kane. responsable de la permanence juridique, ont expliqué pourquoi le mrap a refusé de s'associer à la If Semaine de dialogue» organisée par M. Stoléru. Comme illustration des brimades quotidiennes dont sont victimes les immigrés, ils ont présenté le cas de deux jeunes gens, Auguste Crétinoir et Guta Koremblum, lui Français et elle de nationalité israélienne, à qui le ministre de l'Intérieur refuse, comme à beaucoup d'autres, l'autorisation de se marier. • Le 20 novembre, Albert Lévy est intervenu au nom du mrap à la conférence de presse de 16 organisations qui ont élaboré ensemble une plate-forme d'action pour les droits des travailleurs immigrés. Trois documents ont été élaborés, portant sur le logement en foyers, le droit de séjour et les libertés, la formation. • Le mrap s'est associé à la défense des quatre Américains, jugés du 20 au 27 lovembre à Paris, à la suite du détournement d'avion, qui fut pour eux le moyen de quitter les EtatsUnis, pour fuir le racisme. L'un de leurs avocats est George Paul-Langevin, vice-présidente du mrap. Notre Mouvement est l'une des nombreuses organisations qui ont signé un appel en leur faveur. Robert Pac, membre du Conseil National, représentait le mrap à la conférence de presse (9 novembre) qui leur a été consacrée par la Ligue des Droits de l'Homme. • Le mrap a adressé un message de sympathie au congrès du Syndicat des Avocats de France, qui s'est tenu les 10 et 11 novembre à Bordeaux. • Une délégation du mrap était présente lors de la cérémonie du 22 octobre à l'Arc de Triomphe, où la Flamme était ranimée par l'Association des Juifs Anciens Résistants. 31 (AfA, JI ~t AIUIt 6~ F,rA"C~ r~~A"~t. ,,416' ~J .. MAtI (., pfjMA"J6 N '" "",M çA liN .-lw"",1 f Sl'Iji 8kil

Notes

<references />