Droit et Liberté n°162 - mars 1957

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°162 (266) de Mars 1957
    • Lettre ouverte au Président de la République: "nous ne pouvons admettre la nomination scandaleuse de Speidel" page1
    • Le Président Lyon-Caen: "cette décision est une insulte aux morts et aux survivants de la déportation, un défi à la mémoire des héros tombés pour la Libération" page1
    • Un entretien avec Yves Ciampi, retour du Japon page1
    • C'est ainsi que naît le racisme enquête de Maurice Decraiene page2
    • Le quartier latin champ de manoeuvre des commandos fascistes page3
    • Procès en appel des nouveaux maîtres page3
    • Les dix de Drancy acquittés (plainte de Poujade) page3
    • Conférence: Nous ne pouvons admettre la nomination scandaleuse de Speidel; interventions de Albert Bayet, J. Debu-Bridel, R. Cerf-Ferrière, M. Vilner, J. Madaule, Pr Jankelevitch, B. Adam, E. Kahn, Mme Gabriel-Peri, M. Rappoport, Charles Palant page4,5
    • Livres: Racisme et faits d'hiver, présentation par Ralph Feigelson page6
    • Théâtre: Irma la douce présenté par Roger Herman
    • L'Algérie à l'heure de la pacification par André Saint-Cyr page7
    • Les 80 ans de Georges Sarotte page7
    • Aryenne, ma soeur...: extrait de la pièce "grandeur et misère du 3éme reich" de Brecht

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

N° 162 (266) 12 MARS 1957 30 FRANCS LI:TTRI: OUVI: TI: au Président de · a République 300 personnalités et délégués d'associations proclament· "NOUS NE POUVONS ADMETTRE -LA NOMINATION SCANDALEUSE DE SPEIDEL" Sur l'initiative de M. Léon Lyon-Caen, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.AP., plU's de trois cents personnalités et délégués d'associations diverses se sont réunis, le 25 février, à l'Hôtel Moderne. Le but de cette conférence était de faire entendre la protestation unanime des patriotes contre la nomination du général hitlérien Hans Speidel au poste de commandant en chef des forces terrestres du secteur, 4: Centre-Europe ». Après u:n riche débat, dont nous rendons compte en pages 4 et 5,. l'assemblée a adopté une émouvante LETTRE OUvERTE AU ,..--------PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. En voici le texie: Monsieur le Président de la République, Délégués de plusieurs dizaines d'associations, porte-paroles, de la Résistance, des anciens combattants, des victimes du nazisme, citoyens appartenant à toutes les couches sociales et représentant les courants les plus variés de l'opinion publique, nous nous sommes réunis à Paris, le 25 février 1957, hantés .. par le même souvenir des souffrances, des ruines et des deuils subis par notre pays au cours de la guerre et de l'occupation. Ayant examiné les conséquences de la récente nomination du général Hans SPEIDEL au poste de commandant en chef des forces terrestres du secteur « Centre-Europe », nous avons décidé d'en appeler à vous, qui êtes l'autorité suprême de la République, afin de vous exprimer notre angoisse et notre indignation. Nous ne pouvons admettre que le général SPEIDEL, qui participa deux fois à l'invasion de la France, en 1914 et en 1940, qui fut SOUSI Hitler chef des services de renseignements allemands en France, se voie confier le commandement d'une partie de l'armée française. Nous ne pouvons admettre que le général SPEIDEL, ancien chef d'Etat-Major du gouverneur militaire de la France occupée, et qui était chargé d'organiser, de surveiller et de contrôler les arrestations et exécutions de patriotes, les rafles et les déportations de juifs~ puisse avoir, sous ses ordres, les fils et les frères de ses victimes. Nous ne pouvons admettre que le général SPEIDEL, qui fut dès le début et jusqu'à la veille de la victoire alliée, un serviteur zélé du régime hitlérien, occupe un poste où il serait appelé à exercer une influence déterminante sur l'avenir de notre pays et de la paix. Cette nomination, intervenant quelques mois après l'intégration des officiers Waffen-SS, sous les ordres de SPEIDEL, dans la nouvelle armée allemande, heurte notre raison et blesse notre sentiment; elle nous paraît contraire à l'intérêt national comme au véritable rapprochement entre les peuples françaiS! et allemand, d'autant plus qu'en Allemagne même des voix nombreuses s'élèvent aujourd'hui contre la remilitarisation et l'esprit de revanche. Nous ne pouvons oublier les héros fusillés, les martyrs massacrés au temps où SPEIDEL avait la haute main sur l'administration de la France occupée. Nous ne pouvons oublier l'étoile jaune, les hommes, les femmes et les enfants pourchassés, entassés dans les wagons plomb~ livrés aux chambres à gaz et aux fours crématoires. Rien ne saurait effacer le lourd passé de SPEIDEL, qu'il n'a d'ailleurs nullement renié. C'est pourquoi, Monsieur le Président de la République, nous vous adjurons d'user de votre haute autorité pour intervenir auprès des pouvoirs publics afin que soit annulée la désignation du général SPEIDEL. Nous SOmmes convaincus, ce faisant, d'accomplir un devoir hautement patriotique, de rester fidèles à la mémoire de nos morts, à l'idéal humain pour lequel ils ont combattu. Veuillez croire ... Dans ce numéro Le Président LYON-CAEN à l'Hôtel Moderne: u Cette Jécision est une insuite au~ mot.ts et au~ sut.uiuants Je ia Jéf1ot.tatio11r~ un Jéli ~ ia mémoit.e Jes két,o$ tomhés 'Pout. d.a J!.ibét.ation n C'EST devant une foule attontive et chaleureuse que le président Léon LYON - CAEN, par un exposé remarquablement documenté, animé d'une vibrante émotion patrioti- Un entretien avec Yves CIAMPI retour du Jupon - « Droit et Liberté », l'organe du M.R.A.P ... - Vous savez, moi, je suis un fanatique de l ' antiracisme ! ... Les présentations étaient faites. Nous ne pouviOns que nous comprendre. Car ce fanatisme-Ià échappe à la règle: il est sans doute le seul que, dans ces colonnes, nous ne saurions blâmer. Surtout si, comme c'est le cas pour Yves Ciampi, l'élan du coeur s'allie à la raison même, au clair examen de la réalité. Yves Ciampi continuait: - Des racistes en 1957! C'est inconcevable. Et pourtant c'est vrai. En ce moment, le racisme redresse dangereusement la tête. Pourtant, la compréhension entre les races, entre les peuples, est vitale pour l'avenir du monde, .. Alors, je pense qu'il faudratt pouvoir lutter contre le racisme 24 heures su!, 24. (Sûite page &.) . que, ouvrit la Conférence convoquée sur son initiative, le 25 février à l'Hôtel Moderne. De nombreuses personnalités, qui s'étaient associées à ~'appel lancé quelques jours plus tôt, se trouvaient près de lui, devant la longue table qu·i tenait lieu de tribune. D'autres, retenues par leurs dbligations, avaient envoyé des messages de solidarité. Dans la grande salle se pr-essaient pius de trois cents délégués, représentant des milliers d'aurtres hommes et d'autres femmes. Victimes du nazisme, anciens résist,arrts, anciens combattants, citoyens de toutes appartenances sociales et politiques, leurs visages exprimaient une résolution unanime. Elus dans des dizaines de sociétés, d'organisations àiverses, venus de tous les quartiers de Paris, ils entendaient proclamer ce soir-là, tous ensemble, fermement, solennei'lement, leur opposition à la nomination de Speidel, génér,al hitlérien appelé, dans le cadre de l'O.T.A.N., à commander l'armée française. Soirée passionnée, ardente, certes, mais soirée de travail aussi, où al1aient être examinés les moyens les plus propres à faire annuler oette décision scandaleuse. c: Vous savez, commence le 'pr,ésident Lyon-Caen, la stupeur mêlée d'indignation que cette mesure provoqua dans les milieux les plus divers, gUOEnd fut connu le passé de Spezdel... c: L'émotion qu'elle a suscité dans la conscience de ceux qui n'ont pas tout oublié et ont conservé, pure et sans tache, quelque fibre patriotique, fut et reste (Suite page 4.) • C'EST AINSI QUE NAI'F LE RACISME ... Une grande enquête de Maurice Decraiene (p. 2). • LES LIVRES, par Raph Feigelson (p. 6). • LE QUARTIER LATIN, champ de manoeuvres des commandos fascistes. Témoignage d'un étudiant (p. 3). • L'ALGERIE A L'HEURE DE LA PACIFICATION, par André Saint-Cyr (p. 7). • ARYENNE, MA SOEUR, par Bertolt Brecht (p. 8). qllan4 SpeieM' folsalt visiter au Führer son .. cher Paris .... 2 DROll' El' LIBERTE Parasite de la vie quotidienne ••• C'est ai• nsI• que naît le. racisme L ORSQUE l'on constate le nombre et l'horreur des crimes commis au nom du racisme, des camps de torture au meurtre du jeune Emmett Till, en passant par tous les lynchages et les jugements arbitraires, on ne peut s'empêcher de penser qu'il faut que les êtres qui les commettent soient animés de quelque mobile ou de quelque prétexte obscurcissant leur intelligence pour posséder l'abominable courage qui ~es incite à violer les lois de la plus élémentaire humanité. Or il est certain que de profondes raisons économiques sont souven~ à l'origine de cette distinction faite entre des êtres de couleurs, de nationalités ou de religions différentes. Mais là n'est pas le seul motif qui permet au racisme de subsister, car il est bien évident que certains individus, les plus acharnés à combattre des hommes qu'ils estiment leurs inférieurs, ne sont pas assez intelligents ou instruits pour comprendre ces circonstances économiques, et sans doute que, s'Us les comprenaient, ils ne seraient pas racistes. Il a donc fallu que ce complexe de supériorité leur soit inculqué par des moyens à leur portée. Ce sont tous ces moyens que nous allons rechercher successivement et dénoncer en montrant le rôle n,éfaste qu'ils jouent dans la persistance du racisme, bien que parfois ils paraissent à première vue insignifiants et peu condamnables . . Le milieu familial I L est absolument logique qu'un enfant acquière et conserve, tout au moins au début de son existence, l'opinion des parents et des proches parmi lesquels il vit. Or que voulez-vous que pense du nègre, du nord-africain, du gitan, du juif ou du jaune un enfant qui n'en entend parler autour de lui qu'avec une sorte de mépriS, si ce n'est de haine? Respectant les adultes qu'il Côtoie, aimant et admirant ses parents et souvent influencé par ses camarades, 11 ne pourra qu'accepter et faire siennes les idées que . son entourage exprime devant lui. Il apprendra donc que le nègre communauté ethnique et non pas d'admettre ou de « tolérer» certaines d'entre rIles tout en conservant ses préjugés envers les autres. En retenant le cas de l'enfant élevé dans un cercle où l'on est demeuré obstinément partial, intransigeant envers certaines populations, peut-être même chauvin, nous constatons que cet enfant en subit les conséquences normales et s'incruste peu à peu et de plUS en plus dans sa conviction absurde de prééminence et du bienfondé de ses préjugés discriminatoires. Même s'il a eu la chance d'oublier ou de ne preter qu'une attention distraite à ces considérations racistes, il n'est pas' encore dégagé du sentiment qu'on va lui communiquer sciemment ou inconsciemment. Il entendra à longueur de journée le regrettable mot « métèque» appliqué avec mépris à n'importe quel personnage au type racial différent du sien et, également, tous ceux qu'il finira bien par employer avec la certitude d'une bonne conscience; à savoir: {( bicot, crouille, youpin, youdisch, negro, chinetoque, polak », et tant d'autres, tous aussi triviaux, dédaigneux et insultants! Peut-être que son grand-père lui racontera avec vantardise ses guerres, ses conquêtes colonisatrices; animé lui aussi de préjugés qu'il tient de légendes et de mythes aussi injustifiés que déplorables, U y a fort peu de chances vraiment pas très éloignées de la haine. On lui construit une opinion toute faite qu'U gardera peut-être toute sa vie sans avoir eu, en aucune manière, à souffrir de tel ou tel représentant de la race qu'il méprise. Quelques aspects de l'enseignement LES sources du racisme ne jaillissent pas que dans le cercle familial de l'enfant, mais également dans son milieu scolaire. On le verra, sous l'impulsion de camarades quelquefois plus vieux et déjà contaminés par Une grande enquête de ' Maurice DECRAIENE le virus raciste, railler ou mettre en quarantaine un enfant d'une autre origine ethnique. De plus, lorsqu'on lui enseigne l'histoire des guerres, prend-on toujours ,la peine de justifier l'adversaire vis-à-vis de son intelligence de petit citoyen d'un certain pays qui se réclame obligatoirement de la justice? Certainement pas. Et l'on se complaît même souvent à lui dépeindre l'ennemi passé sous son jour le plus odieux. Ceci dépasse le cadre des races ou, du moins, de celles que l'on a coutume de discerner d'entre les autres, et pourtant l'enseignement germanique n'est-il pas différent du français, et, selon qu'un enfant vit d'un côté photographies. Pour les photographies, on ne choisira pas pour illustrer une leçon sur l'Afrique, par exemple, de beaux spéCimens de la race noire (et il en existe en quantité au moins égale aux laids), ni même des sujets moyens, sans beauté ni laideur, mais on montrera presque toujours les individus les moins avantagés. Pour les gravures, c'est encore pire: on accentue les différences physiques de chaque race; on fait de l'ancêtre des enfants assis sur les bancs de la classe un phénix de sympathie, et on déforme l'allogène jusqu'à en faire haïr son image. Je me remémore notamment une grande illustration intitulée « La conquête du Tonkin» où l'on peut voir de braves marsouins, propres, roses et virils, enfoncer allègrement leur baïonnette dans le ventre d'asiatiques, que le dessinateur a rendus hideux au possible. Quand l'enfant croisera un jaune, on peut pen- . ser, sans grands risques d'erreur, qu'il se rappellera la gravure en question et que l'impre.ssion reçue restera même peut-être assez tenace dans sa mémoire pour qu'il ait le désir de faire comme son glorieux aïeul lorsqu'il aura l'âge de porter les armes. Les distractions N:JN content d'imposer à l'enfant des passés où foisonnent des guerres et des querelles ethniques, et que nous oserons qualifier de fratricides, on risque de lui offrir, dès son plUS jeune âge, des poupées et des baigneurs auxquels quelques fabricants donnent une apparence grotesque, déformée, accentuant outrageusement les particularités de la race qu'ils veulent représenter jusqu'à suggérer à l'enfant que les hommes qui ont servi de modèles pour ces jouets ne peuvent que lui être inférieurs. On lui fait lire des romans de colonisateurs ou d'explorateurs où le blanc, par le seul prestige de la couleur de sa peau et de son intelligence {( supérieure », devient le roi ou le dieu d'une tribu « arri 6rée »; on le laisse lire des comics tirés à des centaines de milliers d'exemplaires, où rouges et noirs sont le gibier humain donné en pâture au justicier blanc, ainsi que dans de nombreux films du type « western ». Il faut voir et entendre, le Jeudi après-midi, les enfants assistant à ce genre de films. Combien d'entre eux, en quête de rêves d'aventures, ont souhaité être le bon héros blanc, vainqueur de ces sauvages, démoniaques, traîtres, cruels et alcooliques? Mais nous reparlerons plus longuement du racisme dans le spectacle. On emplOie dans un vocabulaire courant le mot désignant l'appartenance ethnique des minorités méprisées comme un qua'ificatif synonyme de certains défauts. Ainsi, ·par exemple, on traite de « juif» un enfant qui ne veut pas prêter ses jouets, ou de « chinois» un compliqué, un dissimulé. On singe grossièrement l'individu d'une autre race en accentuant sa prononciation défectueuse, on montre des dessins humoristiques, et l'on raconte des blagues où il est éternellement accusé des mêmes tares que l'être non évolué a vite fait de considérer comme raciales. Des chansons dans le genre de celle-ci: « Quand j' suis parti de Sidi-BelAbbès ... » qui se chante obligatoirement avec un accent dénigrant sont autant d'atteintes à la dignité de la totalité de la race qu'elles bafouent dans un de ses représentants, fût-il imaginaire. Or j'affirme qu'il restera toujours quelque chose de néfaste dans l'esprit de l'homme qui aura subi au cours de son enfance cet~ incubation du racisme s'il n'a pas eu, par la suite, les moyens de se recomposer une opinion plUS impartiale. . (I) Il va de soi que la lutte véritable contre le raeisme et le cbauvinisme suppo1le la dénonciation, sana distinction de nationalité, des bomme • et des forces (économiques, politiques) qui portent la responsabilité des guer. est un grand enfant habitué à re. ou autres crimes contre l'humanité. vivre tout nu et que, ses ancêtres ayant mangé de la chair humaine, il lui reste un fond de barbarie inexpugnable, que le nord-africain est voleur, cruel et fainéant, qu'il fait travailler sa femme et se couche à l'ombre d'un figuier, que le gitan n'est bon à rien, chapardeur de poules et ravisseur d'enfants, que le juif est avare, obséquieux, sale, que l'asiatique est fourbe, sadique et qu'il se nourrit de mets ignobles et indignes d'un ({ blanc civilisé». eela dépend de IJo.uâ- ••• Selon le penchant de la famille, on épargnera parfois une de ces races méprisées, mais il y a de fortes chances pour qu'on accentue alors son hostilité envers les autres et que l'on continue de les accuser de tous les défauts et de tous les méfaits. Que l'on ne dise pas: ({ Je ne suis pas raciste » si l'on persiste à déformer et condamner les réflexes et la philosophie d'une quelconque de ces races, car le propre de l'antiracisme est de faire abstraction de tout sentiment de séparation ou de ségrégation, de toute répulsion envers une quelconque DROIT ET LIBERTÉ 9t, Fba st-Dents - Parfa-tCJo Tél. : TAI. 48-11 et 45-26 Tarif des Abonnements Un an : 300 franci PAYS ETRAN!;mS Un an : 430 fran~ ABONNEMENT DE SOUTIEN 1.000 franca TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQUE Compte Ch. POlt. : 6070-98 .Parie Ponr lea changements d'.drelle envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Ch. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Ru ole Paradis -:- PARIS (X") - :- Trllil1. Mée. par de. 0"11. l)'IIdiquél Les enfanh ne lont pas naturellement raclrte.." DE nombreux amis nous ont envoyé, ces dernières se. maines, des centaines d'adresses auxquelles nous ferons parvenir le récent numéro spécial de « Droit et Liberté :. sur les menées antisémites et racistes, ou bien (car le tirage supplémentaire est déjà presque épuisé) les numéro's suivants. pour qu'il attribue à l'adversaire un rôle glorieux ou tout au moins respectable. Ne croyez pas cette cause futile car elle imprègne profondément l'esprit de l'enfant, et il est possible qu'il conservera toute son existence le ressentiment que lui aura inoculé le bon vieillard, avec ses anecdotes archalques et nettement enjOlivées. Les crimes, les viols, les indéItcate, sses ne lui seront pas épargnés lorsqu'ils émaneront de l'un des membres d'une de ces castes jugées comme inférieures... On ou de l'autre de la frontière, n'apprend- il pas différemment les causes et les conséquences d'une guerre ainsi que ceux qui en sont responsables? Le simple mot {( invasion» sera remplacé dans certains manuels scolaires du pays envahissant par « conquête» ou « avance victorieuse de nos troupes », et dans le pays envahi par « déferlement des hordes barbares », {( lâche agression », etc. (l) On complète également l'enseignement par des gravures et des Chaque numéro de « Droit et Liberte » envoyé, c'est un nouveau lecteur, c'est un cmtiraciste qui rejoint notre combat. Mais sait-on ce que cette action nécessaire représente du point de vue financier? Des journaux bien plus pUJSsants que le nôtre, bénéficiant de subventions, d'une abondante puajoutera même la rituelle petite ,...-----------------------------, phrase: « C'est normal, c'est un... ». Peut-être aussi: « On devrait se débarrasser de tous ces gens-Ià! )} Et là on ne fait guère qu'accentuer une f~rme de pensée que l'on trouve fréquemment dans une certaine presse et que nous examinerons dans un prochain article. On se sert également de l'homme des communautés mises à l'index comme d'un loup-garou, et (C'est: « Si tu n'es pas sage, l'homme noir va t'emmener, et il te mangera... » ou {( Je vais t'enfermer dans la boutique du vieux juif » ou, encore plus grave parce que plus éloigné de la fiction: « Ne va pas jouer dans la rue, il y a des Algériens. )} Parfois même, la maman empêchera l'enfant de jouer avec tel petit camarade originaire d'une autre race, bien qu'il n'ait pas fait jusqu'alors de distinction et qu'il se soit entendu parfaitement avec lui, car il n'existe pas de discrimination dans l'esprit d'enfants qui jouent ensemble. On lui apprend à avoir peur, et la peur, la méfiance ne sont « J'aurais aimé exprimer ce malheur des hommes qui ne vivent pas où ils sont nés. )} - Elsa TRIOLET. ELSA TRIOLET .1!.e t.enJez-uous ~tt.anget.s Un volume de 450 p. (20,5 X 14,5). Typographie en deux couleurs : Relié demi-cuir •.......••.•.•.•......•••• 1.1500 Relié pleine toile verte, dos et plats ornés.... 1.800 PRESENTATION SPECIALE: Un coffret formant emboîtage en toile verte, décorPi de fers originaux, comprenant: le volume reI1é pleine toile et le disque «Grenade» (extrait du roman). Nombre d'exemp,lalres limité •.• : ............. 1.9150 CLUB DES AMIS DU LIVRE PROGRESSISTE Toute la documentation sur simple demande: 142, boulevard Didero,t, Paris (12") blicité, ont succombé. C'est dire l'effort que représente chaq~e numéro qui paraît, dont le pnx de revient, personne n'en doutera, est supérieur au prix de vente. Il nous faut donc l'aid~ de nos amis de tous nos amis. Cette aide' est nécessaire pour étendre toujoltr~ plU,s l'influen~e de « Droit et LIberte» et aussI pour permettre au . M.R.A.P. de renforcer son actIOn Amis, il faut faire beaucoup plus. Il faut placer autour de VOlts les cartes du M.R.A.P., il faut nous adresser des dons, des abonnements de soutien. C'est de chacun de vous que dépendent la vie et l'efficacité du M.R.A.P. et de « Droit et Liberté . Sociétés Kock-Zelekow : 10.000; Sydloviec 10.000; Lodz : 30.000; Zirardov : 10.000; Otwotzk : 5.000; Amis du Carreau du Temple : 13.400; Radom

25.000; Brest-Litowsk : 10.000;

Amis de Przytyk : 10.000; Gobelins: 20.000; Vilnais : 8.000. Collectes Société Avenir Mutualiste : 8.100; Section du S, : 6.000; Avner : 12.000; Chaltman : 1.500; Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs (section Saint-Quentin) : 23.500. Donateurs Wilmotte : 300 ; Della Torre : 1.000; K. : 20.000; Stuclovici : 500; Pechman : 1.000; Chlkourl : 250; Wilmotte : 500; Zuckerman : 5.000; Klayder : 5.000; Neuman : 1.000; Szulman : 500 ; Albert : 1.000; Schuskin

5.000; Strilrever : 1.000; Fechtenbaum
5.000; Astrowieckl : 1.000;

Peulman : 1.000; Rappoport : 5.000; Studi : 3.000; Dr Sidi Tchwin : 5.000; Dr Dalsace : 5.000; Mlle Turk : 300 ; Diamant : 1.000; Flaker : 1.000; Lucien Lévy : 5.000; Arbltourer

10.000; Zygband : 500;

Strygler : 2.000; Yves Vestris : 1.000; Dr Francis Lazard : 5.000. DROI'r E'r LIBERTE IL lE ~Q 'U A\ IR lf IllE IR ILA\ lf Il ~ champ de manoeuvres des commandos fascistes Notre enquête sur les menées racistes et factieuses nous conduit aujourd'hui au Quartier Latin. Les groupements qui complotent contre la République en ont. f~lt leur point. de ralliement. Leur activité virulente, leurs agressions à l'hitlérienne exigeraient des mesures sévères des pouvoirs pu,blics, pour protéger l'Université. Il n'en est pas ainsi. Mals les étudiants républicains font face avec courage. Forts de leur union, ils sont parvenus à Isoler les bandes fascistes, qui devront. bien comprendre qu'on ne 's'attaque pas impunément à la jeunesse studieuse de Paris. Nous ,publions ici le témoignage d'u·n 'btudlant sur les incidents et manifestations quI ont eu lieu les samedis 23 février et 2 mars. Ce samedi là • • • ONZE heures du matin. Comme à l'accoutumée, les étudiants sortent des cours, animant brusquement la rue Victor-Cousin. DPvant la grande porte de la Sorbonr.e, plusieurs jeunes gens vendent des journaux de diverses tendances - mais tous antifascistes. Autour d'eux, on se retrouve, on discute - toujours amicalement... C'est un samedi comme les autres, un samedi d'avant-printemps. Ma's voilà que, venus du Bar du Panthéon et d'un « café-tabac» de la rue Saint-Jacques, arrivent d'autres jeunes, une centaine, l'injure à la bouche, le poing agressif. C'est l'attaque. Biaggi, chef des {( Volontaires de l'Union Française », l'avait annoncée en personne le samedi précédent. Une poignée de « Camelots du Roi» approchent également. La provocation est claire. Il s'agit de s'opposer aux nervis fascistes (qui, d'ailleurs, ne sont nullement des étudiants). Plus de discussions: les étudiants républicains, sans distinction de tendances, feront face, au coude à coude. interven1ue pour arrêter sept de ces derniers. Le vendredi 25 janvier, le Comité de la Paix de Propédeutique devait tenir une réunion salle des Sociétés Savantes. Des dizaines de fascistes bottés, casqués, armés, menacèrent ouvertement de l'attaquer. Rien ne fut fait par l~s pouvoirs publics pour que soit respecté le droit de réunion. La manifestation fut remise, et les étudiants eux-mêmes en assurèrent alors la protection et le succès. Il faut y prendre garde. Le Quartier Latin est aujourd'hui le champ de manoeuvres des éléments factieux. Les Biaggi, les Tixier - Vignancour, les , Xavier Vallat comptent beaucoup sur cette agitation brutale. Les étudiants républicains, qu'ils soient communistes, socialistes, radicaux, « nouvelle gauche» ou catholiques, ont compris la grande responsabilité qui pèse sur eux. Unis, 11s doivent, ils peuvent faire une réalité du mot d'ordre: « Le fascisme ne passera pas ». 23 février. Ils parviennent à défendre l'en-..-_______ _ Le Boul'Mich' est , a nous! ONZE heures. La place de la Sorbonne commence à se remplir de monde. La police est sur les lieux: trois cars immenses, devant la statue d'Auguste Comte. Rue Victor-Cousin, rue des Ecoles, des fonctionnaires de l'Université, épaulés par des étudiants, vérifient les cartes des jeunes qui désirent entrer dans la Sorbonne. Aujourd'hui, seuls entreront les authentiques étudiants. Midi. La cour est noire de monde, et bientôt le silence se fait pour écouter un étudiant d'Afrique noire. Au nom des étudiants de toutes opinions, il parle contre le fascisme, contre le racisme, pour la paix en Algérie. A midi et demie, les étudiants sortent. Il n'y a pas eu d'incidents. Les nervis de « Jeune Nation », de 1'« Action Française», etc., se tiennent cois, groupés dans un coin de la place de la Sorbonne. Le nombre des « métè.ques » qui défilent dans le calme devant eux les porte à réfléchir. Ils n'auront plus qu'à regagner les quelques cafés qui leur servent de sièges sociaux et de lieux « d'études». Les étudiants, eux, ont gagné le Luxembourg, Soudain, une banderole se déploie: « Négociez en Algérie! », et un cortège descend vers la rue Monsieur-le-Prince. Intervention de la police qui fonce sur la banderole. Mais le cortège, bientôt reformé, poursuit sa marche pacifique jusqu'au carrefour de l'Odéon, carrefour d'une minute d'émotion quand un autre groupe, venu par la rue Médicis, Une yue de la manifestation du 2 man. trée de la Sorbonne et ferment la porte. Mais les fascistes descendent jusqu'à la rue des Ecoles et, se ruant dans les couloirs, gagnent la cour par l'autre côté. Les organisations factieuses vient grossir le flot des manifestants. Sur les balcons, aux fenêtres, des habitants du quartier applaudissent, nombreux, les mots d'or. dre scandés par le cortège: « NégOCiez en Algérie! », « Le fascisme ne passera pas! » Les pOliciers présents n'avaient rien fait - bien au contraire - pour empêCher cette, incursion dans l'enceinte de l'Université. Dans la cour, les deux groupes sont maintenant face à face. Déchaînés, les voyous hurlent des invectives : « Sales métèques! Youpins! », mais leurs cris sont couverts bientôt par la voix des étudiants qui scandent avec force: « Le fascisme ne passera pas! ... » Le fascisme ne passera pas, certes, si l'union des républicains se réalise, et elle s'est réalisée ce samedi-là; mais le danger existe, et il est certain que les fascistes n'hésiteront devant aucun moyen. Voici quelques-uns des groupe_ ments antirépublicains qui s'agitent actuellement au Quartier Latin: Le Pen et Maurice Demarquet. On se souvient que des armes furent découvertes, naguère, au domicile de ce dernier. Le noyau reconstitué de l'U.D.J.F. fut un groupe des «Jeunesses PatrIotes » reconstitué en 1946. Il faut citer également des groupuscules qui, s'ils ne rassemblent pas un grand nombre d'adhérents, n'en sont pas moins dangereux. Ce sont des sortes d'officines où l'on peut pratiquemen~ «louer» des nervis et qui portent des noms tels que: Comité des Expéditions Punitives, Service de Vigilance et d'Action Patriotique, etc ... Riposte magnifique, digne, de la jeunesse universitaire, unie et généreuse, aux menées misérables des factieux. Réponse aussi aux pOUVOirs publics, qui venaient d'interdire un meeting organisé par des étudiants de toutes opinions à l'occasion de la « Journée anticolonialiste». Du BouI' Mich' à l'Odéon, du boulevard SaintGermain à la rue de Grenelle, la voix de la paix, de la démocratie a retenti, ce samedi-là, pendant de nombreux « quarts d'heure » ... Qui ne seront pas les derniers. 2 mars 1957. 6 Dlal: Procès en appel des Il Nouveaux MaÎtres" C'EST le 6 mal que l'affaire des «Nouveaux Maitres JI sera jugée en appel. « Les Nouveaux Maltres :» est., on s'en souvient, un film antisémite et xénophobe que le M.R. A.P. avait dénoncé en 1949-19150 et que de multiples protest.ations, dans tous les secteu'rs de l'opinion publique, chassèrent des écrans à Paris et en province. La firme qui réalisa ce navet, « Les Artisans du Film Associés », non contente d'avoir tenté d'exciter à la haine entre cl~oyens, en violation flagrante de la 101, voulut tirer bénéfice de cette en~ prise et, pour cela, faire payer ... le M.R.A.P. Pour que tout. soit. clair, Il ne manquait dans le scénario que l:ixier-Vignancour. Les Artisans du Film Associés le prirent pour défenseur. Le 14 juin 1965, devant. la 3" Chambre du Tribunal Civil, TlxlerVlgnancour, dO'nc, réclamait. 36 millions de dommages et Intérêts. Le Tribunal, qu,1 pourtant. fit. de grands efforts dans ses attendus pour disculper les réallsat.eurs du film, ne crut. devo,lr leur accorder que 500.000 francs. Le M.R.A.P., défendu par Me Mercier, fit. appel, et c'est. pourquoi l'affaire doit. de nouveau être jugée prochainement. « Les Nouveaux MaUres .l, illustration clnémat.ographique des thèses mau rasslennes, met. en scène un personnage qu'on crol- . rait dessiné par un caricaturist.e du Stürmer ou du Pilori. Cet Individu, grossier, sans scrupules, veut symboliser les «nouveaux maitres» de la France, les .: métèques », qui évincent les bons Français pour occuper les postes de direction dans l'économie et la politique. C'est du poujadisme avant Poujade. Les juges de la 3" Chambre ont. bien voulu reconnaitre que ce personnage, qui a nom Padf'Ovlt.ch, a « le dos rond, le nez camus », un « accent artificiel », mais « inclassable » (en fait, Il pro1'ère plusieurs jurons en yiddlsch), et. que des Jo,ul'naux comm& .: Aspects de la France » l'ont. immédiatement catalogué comme Juif. Mais Ils ont estimé que « ce personnage d'aventurier ne sauraIt susciter aucune haine » et. qu'II s'agissait d'une « satire sociale », d'« une oeuvre légère cherchant à faire sourire l. Les antiracistes, les républicains de ce payS ne comprendraient pas que le M.R.A.P. soit. à nouveau condamné pour avoir protesté contre un tel film, qui est un défi aux ,plus nobles t.raditlons de notre Soudain, matraques en mains, pays. des « paras» en uniformes donnent le signal des violences. Ceintures, chaines de vélos et de motos, barres· de fer apparaissent. Des étudiants antifascistes sont blessés. Mais, unis, ils tiennent bon. Les mains nues, mais forts de leur bon droit, ils ripostent avec vigueur. Et les fascistes reculent ... • LA RESTAURATION NATIONALE, en réalité l'Action Française reconstituée, qui groupe quelques poignées de «camelots du roy». Xavier Vallat et l'avocat Georges Calzant sont leurs maîtres. Des « cercles» de la Restauration Nationale existen~ dans différents quartiers de Paris et villes de banlieue ou de province. Ils se r éunissent généralement dans des cafés. Les commandos de jeunes out participé aux attaques du carrefour Châteaudun, en novembre dernier, ainsi qu'à l'agression du Vél' d'Hiv' contre Mendès-France au cours de· la campagne électorale du 1er secteur de Paris. Ce soir-là, plusieurs autres réunions avaient été décommandées. Toutes (les organisations n'ont rien de commun avec les étudiants. Leurs responsables, leurs hommes de main, ne peuvent pas ne ~as être connus des pouvoirs publics. Leurs violences pendant la récente campagne électorale, leurs agressions au Quartier Latin mon_ trent qu'il s'agit là d'une véritable menace P9ur la démocratie et la sécurité des citoyens. Les 10 de Drancy ACQUITTEs C'est alors que la police intervient, pénétrant dans la cour de la Sorbonne, et des nuées d'agents se préCipitent sur ... les étudiants, les pourchassent à coups de pèlerine. Ce n'est pas la première fois qu'un tel fait se produit au Quartier Latin. Les fascistes se répandent alors dans les rues avoisinantes et, sans être inquiétés le moins du monde, se livrent à des agressions individuelles. Un commando de « Jeune Nation» se rend même devant le foyer israélite, prèS du Luxembourg, mais renonce, finalement, au mauvais coup qu'il méditait. Il y a longtemps qu'au Quartier Latin on n'avait pas vu une attaque fasciste aussi violente. Les méthodes expérimentées pendant la campagne électorale, notamment à la Mutualité et au Vél' d'Hiv', sont utilisées désormais systématiquement sans que les pouvoirs publics s'émeuvent. Le vendredi 1er février, devant la Faculté de Médecine, rue des saints-P,ères, les trublions ayant été repoussés par les étudiants antifascistes, la police, déjà, était • LES VOLONTAIRES DE L'UNION FRANÇAISE (V.U.F.l. Ce groupement, dirigé par l'avocat Biaggi, est une véritable organisation paramilitaire, constituée en brigades de choc. Les membres de cette organisation, recrutés essentiellement parmi les anciens Qu'attend-on pour les mettre hors d'état de nuire? Dix commerçants de Dr,ancy avaient,' au début de 1956, signé un tract dénonçant Poujade comme fasciste et comme antisémite. Celui-ci s'estima diffamé et engagea des poursuites. Une particularité de la procédure entralna la condamnation des commerça'nts à la peine minimum de 10,000 francs d'amende et 50.000 parachutistes de la guerre d'ln-______________________________ -, dochine, participent à toutes les manifestations antirépublicaines et expriment à grands cris leur haine antisémite et raciste. Ils se sont livrés, ces derniers temps, à de multiples agressions. • JEUNE NArION. On peut voir sur les murs de Paris et dans les couloirs du mtltro les inscriptions de cette organisation fasciste, dont nous avons signalé récemment un trac~ d'un antisémitisme délirant. Le dirigeant en est Pierre Sidos, fils de Jacques Sidos, chef de la milice exécuté à la Lib ération. Ce groupement a des attaches étroites avec le «Rassemblement National » de Tixier-Vignancourt. • UNION DE DEFENSE DE LA JEUNESSE FRANÇAISE: C'est l'organisation poujadiste, (lontrOlée par les députés Jean-Marie Le Carnet Le professeur HADAMARD Grand-Croix de la Légion d'Honneur Nous adressons nos féIlcitations lb plus vives et l' expression de notre affectueuse admiration à notre éminent ami M. Jacques HADAMARD, ,professeur honoraire au Collège de France, membre de l'InsLitut, qui vient d'être élevé. à la dignité de Grand-:Crolx de la Légion d'honneur. Mariage On nous fait part du mariage de Mlle Denise Zederman avec M. Georges Valero, qui a eu neu le 18 février à Lyon. Toutes nos félicitations, et nos meilleurs voeux de bonheur. de D. L. Nos deuils Notre amie Ida Fischman, dévouée militante du 20· arrondissement, vient d'avoir la douleur de perdre sa mère, Mme Cheva Ziskind, âgée de 88 ans, Nous lui exprimons, ainsi qu'aux familles Gothelf et Luftman, les affectueuses condoléances du M.R.A.P. et de «Droit et Liberté ». 1. La section strasbourgeoise du M.R.A.P. exprime ses sincères condoléances à son militant dévoué Armand Rosenzweig, ainsi qu'à sa mère et à sa famille, pour la perte cruelle qu'ils viennent de subir par le décès de son jeune frère Jean Rosenzweig, mort à l'âge de 22 ans à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris. Le Comité. francs de dommages et intérêts (a'lors que Poujade en 'r,éclamait 500.(00), en dépit des brillantes plaidoiries de Me, Kraeme-r-Bach, Mercier, Borker, Baudy et Vergès. Cette affaire revenait dernièrement en appel. Les commerçants sont acquittés 'Ct Pou1ade devra: payer les dépens. Les antiracites se réjouiront de ce verdict: justice est faite. L'événement fut fêté au cours d'une réception amicale, le jeudi 7 mars, à la mairie de Drancy, à laquelle participaient notam' l'oent le maire de la ·viHe des représentants dw Secours Populaire Français, des sections socialiste et communiste, et de diverses organisations locales. Le M.R.A,P. avait, dès le début, participé à la défense des dix commerçants, 'adressant aux juges un document qui ' démontrait de façon irréfutable lantisémitisme de Poujade et de son 'entourage. C'est ce que ra'ppela, le 7 mars, notre ami Charles Hutman, dans ~a brève allocution qu'il prononça 'au nom du Bureaui Nationa'l, en saluant ce succès, de la ca'use anti raciste et républicaine. La Conférence du 25 février à l'Hôtel Moderne Il Nous ne pouvons admeHre la / nom


Suite de la page 1)

d'autant plus vive qu'elle intervient au lendemain de l'intégration des anciens officiers SS dans l'armée allemande en formation, mesure qui alarma déjà profondément l'opinion publique, et à l'heure où se développent insolemment en France des menées factieuses et un danger fasciste, auxQuels aucune action gouvernementale n'a tenté jusqu'ici de mettre un terme. » Sur la base de faits précis, le préSident Lyon-Caen évoque alors, à grand,s traits, la carrière de Speidel, s'arrêtant spécialement au « r6le néfaste qu'il joua, en 1941 et 1942 quand, après avoir pris part à la rédaction. de la Convention 11.' Armistiçe, il fut adjoint à von Stulpnagel comme chef d'état-major dt4 commandant militaire de la France occupée, et fut chargé, e1.l particulier, de la répression contre les résistants et les juifs. « Comment il conçut et organisa cette répression, nous le savons - de source certaine, malgré les démentis officiels - par des documents photocopiés, pUbliés il y a quelque temps par le « Comité pour l'Unité Allemaru; le », du chancelier Wirth, r~produisant les riotes et rapports que Speidel rédigea à l'épOque. « Ils sont édifiants ... » Le Président Lyon-Caen cite les rapports reproduits dans le dernier numéro de « Droit et Liberté », où Speidel énumère complaisamment les mesures de répression prises par les autorités allemandes, les exécutions, les rafles et déportations de juifs, où il annonce qu'à la demande de l'occupant un tribunal vichyste a augmenté le nombre des patriotes condamnés à la suite d'un attentat ... « Ainsi, il est établi, poursuit le Président Lyon-Caen, que Speidel a, sinon ordonné personnellement, du moins couvert de son autorité et de sa responsabilité, encouragé, favorisé les exécuticm,s d'otages et les déportations commises en France par l'occupant en 1941 et 1942. « C'est lui qui est chargé de les organiser, de les contr6ler, de les surveiller; il en accélère le rythme, et il en rend compte au Führer. » Un habile manoeuvrier Dans une deuxième partie de SO,Il exposé, le Président LyonCaen réfute tour à tour les Ii,guments avancés par les avocats de SpeideI. A ceux qui déclarent que cette nomination est dans la logique Les personnalilés Voici la liste des personnalités qui se sont associées à la Conférence du: 25 févrief1 et à ses décisions: Mme Luci& AUBRAC, agrégée de l'Université, Croix de Guerre, Rosette de la Résistance; MM. Claude AVELINE, écrivain; Paul BASTID, ancien ministre, membre de l'Institut; Albert BAYET; .... -.... BERNARD, écrivain; Elle BLONCOUR'r, ancien député; AI).dré BLUM, conservateur au Musée du Louvre; Henri BUL4WKO, secrétaire général du cercle B. Lazare; ... ean CASSOU, directeur du Musée NatipnaJ d'Art Moderne; René CERF-FERRIERE, ancien président dll groupe de la Résistance à l'Assemblée Consultative; RobEUlt C}lAMBEIRON, dé,puté; Mmes CHOMBART DE LAU\I\(E, ancienne déportée, Croix de Guerre, Médaille de la Résistance; S. COLLETTE-KAHN, secrétaire générale de la Ligue des Dl,'olts de l'Homme ;M. Pierre CQlI, député ; Mme Suzanne CREMIEUX, conseiller de l'Union Française; MM. Dr. "'ean DALSACE; Dr. DANOWSKI, président de l'Union des Anciens Combattants et Engagés volontaires Juifs; "'acques DEBUBRIDEL, sénateur; Mme Denise DECOURDEMANCHE, secrétaire générale de l'Association des Fa- milles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française; MM. Henrll DESOILLE, professeur à la Faculté de Médecine; Adolphe ESPIARD, ancien directeur du Ministère des Anciens Combatta. nts; Mme Yves FARGE; M. Edmond FLEG, écrivain; Mine Mathiide GABRIEL - PERI, 'il.éputé, présidente de l'Association des, Familles de Fusillés et Mas_ sacrés de la Résistance; M. Dr. GINSBOURG, président du Cercle Bernard Lazare; Mme Rose G~SRIN, député, déportée résistante; M. "'acques HADAMARD, membre de l'Institut; Mme HA.LBWACHS-BASCH; MM. LeoHAMON, sénateur; André HAURIOU, professeur à la FacUlté de Droit; Henri HERTZ, écI'ivain; L. HOVNANIAN, député; Goorges HUISMAN, conseiller d'Etat; V .... ANKELEVITCH, professeur à la Sorbonne; Géné'tal ... OINVILLE, député; Frédéric "'OLI,O'r-CURIE, ,profësseur au Collège de France, Prix Nobel; Fnancls "'OURDAIN, écrivain; Emile KAHN, président de la LIgue des Droits d,e l'Homme ~ ... acques KA'(SER~ journaliste; KIEf'E, avocat à la €:our; Géné. raI LE CORGUILLE; A. LE LIAP, secrétaire général de la C.G.T.; Chlll'ies Il.EDERMAN, président de l'Union des Juifs pour la- Résistance et l'Entr'alde; M,.-E. LEVY, bibliothécaire honoraire du Conservatoire des Arts et Métiers; Léon L YONCAEN, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R.A.P.; "'acques MADAULE, écrivain; MANDELBROJ. T, professeur au Collège de France; Mme "'acquCllln& MARCHAND, agrégée de l'Université; MM. Louis MARIN, ancien ministre, membre de l'Institut; Louis MARTIN-CHAUFFIER, ancien déporté de la Résistance, écrivain; Armand M (GGLE, directBur du Centre d'Expansion Française; 1. MEYERSON. professeur à la. Sorbonne; Amiral MUSELIER, ancien commandant des F.N.F.L.; Mme Maxa NORDAU, artiste peintre; MM. Charles PALANT, secrétaire général du Mouv:ement contre le Racisme, l'Antlséml. tisme et pour la Paix (M.R. A.P.); Pierre PARAF, écrivain; .... PIERRE-BLOCH, ancien mInistre; O. POZZO DI BORGO, Inspecteur général de l'Instruction Publique; Marcel PRENANT, professeur à la Sorbonne, ·ancien chef d'état-major des Francs - Tireurs et Partisans Français; SCHUSKIN, ,président de l'Union des Sociétés JuIves de France; SICARD DE PLAUZOLES, président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme; André SPIRE, écrivain; Henri TORRES, sénateur; Général TUBERT, ancien maire ù'Alger; Louis de VILLEFOSSE, écrivain; VILNER, président de l'Amicale des Anciens Déportéi Juifs de France; Dr. WEILL-HALLE, de l'Académie de Médecine; Dr. WEISBERO, ancIen déporté d'Auschwitz . de l'O.T.A.N. et des accords de Londres et de Paris, votés par le Parlement français, il répond que « la France, j'imagine, est consultée au même titre que les autres nations membres de l'O. T.A.N., et elle pouvait donc, elle DEVAIT présenter ses objections, refuser son consentement ... » Mais, dit-on encore, Speidel a été un «résistant», un anti-hltlérien. Le président Lyon-Caen souligne: « A quelle date s'est donc manifestée son hostilité contre l'hitlérisme? En juillet 1944. Il ne s'est senti antihitlérien que lorsqu'il a vu tout perdu, qu'il était de son intérêt de sauver la face, de se créer un alibi, de 8e garantir pour l'avenir contre les conséquences d'une débdcle qu'il voyait certaine. « Et puis n'exagérons pas le sens et la portée de sa prétendue hostilité à Hitler. Ceux qui ont étudié cette période de la guerre ont montré que Speidel servit Surtout de trait d'union entre Rommel et Stulpnagel, les deux grands acteurs du complot. Speidel se rangeait à l'avis prudent et modéré de Rommel. Celui- ci tomba en disgrt2ce. Speidel, lui, tira son épingle du ieu. Il 11,6 fut pas interné, comme on l'a dit. Mais il fut simplement poursuivi sur la dénonciation de Keitel, échappa d la pendaiS01& que subirent une centaine d'officiers compromis plUS que lui dans la conspiration, fut déclaré innocent par une « cour d'honneur» le 4 octobre 1944. « Puis il manoeuvra si habilement, après avoir battu en rlr traite aux c6tés de von Keube, successeur de Rommel, qu'il put échapper au cht1timent qui s'abattit sur les criminels de guerre, en faisant valoir ses faées européennes ... « En définitive, il y a bien d.es réserves d faire sur la soidisant voUe-face de Speidel. En tout cas, faite d'opportunisme et de double jeu, trop tardive pour être sincère, elle ne l'empêche pas d'être et de rester un représentant authentique du militarisme allemanà, et ne saurait el/acer sa participation effective aux déportations et aux exécu-· tions de résistants qui ont plongé dans le deuil tant de familles françaises. » Un obstacle au rapprochement franco-allemand « Mais qu'on ne se méprenne pas sur nos sentiments, poursuit le préSident Lyon-Caen. Notre attitude n'est pas inspirée par u?l.e hostilité de principe au rapprochement entre les ennemis d'hier, ni dictée par le désir de tenir éternellement rigueur au peuple allemand pour s'être rendu activement ou passivement complice 'des crimes du nazisme. « On peut souhaiter une réconciliation avec les Allemands, la fin d'une des périodes les plus tristes de notre histoire, celle des guerres franco-allemandes, sans mettre au pinaCle un général qui doit à Hitler sa brillante carrière depuis 1933, et dont le nom est et restera associé dans l'histoire au martyre des déportés et des fusillés de la Résistance ... « Lançons donc un appel, conclut le préSident Lyon-Caen, d l'opinion publique et au gouvernement pour que soit reconsidérée et rapportée une décision qui est une insulte aux morts et aux survivants de la déportation, un défi à la mémoire des héros tombés pour la libération de la patrie.» , Enfin, notre président souligne que, si la Conférence est • due à l'initIative du M.R.A.P., celui-ci « n'entend nullement s'en attribuer le mérite ou le privilège... Nous sommes tous ici, indlque-t-Il, associés sur un pied d'absolue égalité, d une commune protestation contre une décision qui choque la raison en même temps qu'elle froisse et blesse ce qu'il y a de plus profond, de plus, humain au coeur de Français patriotes. » Il propose alors que la présidence de la conférence soit confiée à M. Jacques MADAULE. Jacques MADAULE : "Accepter serait une honte Il L'éminent historien et philosophe lit la liste ' des person.. nalités présentes ainsi que les messages, et déclare: « Si vous permettez que je vous livre le fond de ma pensée, je crois qu'il serait difficile de trouver en Allemagne, aujourd'hui, un général absolument pur de toute espèce de complicité avec les horreurs nazies. Mais, d supposer que ce « merle blanc» existe dans l'armée allemande, nous avons la certitude que ce n'est pas le généml Speidel. « Par conséquent nous n'avons pas tellement à nous prononcer sur une question qui risquerait à la rigueur - pas beaucoup, je crois - de nous diviser, à sa.. voir si nous pourrions accepter le commandement d'un général allema,n;d, mais nous avons à nous demander si nous louvons acoepter sans honte, sans manifester à nos morts, à leurs familles, à leurs héritiers, l'indifférence la plus ignoble, si nous pouvons accepter que le général Speidel. commande à des soldats français ..• « Il s'agi.t pOUl' nous, pourSuit Jacques Madaule, de faire que la protestation de l'opinion fran{ lai se soit si étendue et si una. nime qu'elle Oblige le gouvernement français, quel que soit le r6le qu'il ait pu jouer dans la désign.ation du général Speidel, à demander l'annulation de cette nomination... » Le Professeur JANKELEVITCH : // L'impos-sible choix // M. v. JANKELEVITCH, professeur à la Sorbonne, apporte « l'adhésion la plus pleine et la plus complète » du Comité juif contre le réarmement allemand, que préside M" BlumeI. Il lit la résolution adoptée récemment par ce Comité, condamnant la nomination de SpeldeI. « l'estime, pour ma part, ajoute-t-il, qu'il serait très difficile de trouver un ollicier alllr mand pur de toute accusation. Il est probable qu'on pouvait mieux choisir (bien que je n'en sois pas certain) car ce général était un repenti de la dernière minute, qui s'est posé en résistant . à Hitler en juillet, et je ne pense pas que l'on puisse prendre cette résistance au sérieux... » Il s'associe « à toute action qui sera menée contre la nomination de ce général-bourreau ». Albe·rt BAYET: "Un Fra" peut que dire: C'est le professeur A. BAYET qui est maintenant au micro. Comme ancien combattant de 1914-1918 et comme ancien résistant, il dit quelle fut sa stupeur quand il apprit « que le gouvernement français donnerait son acquiescement à la nomination du général Hans Speidel ». « En fait, on se moque de nous, déclare-t-il, quand on nous raconte que Speidel est devenu général sous Hitler à titre d'antihitlérien. A mon avis, on ne devient pa.~ ainsi général, et fimagine qu'il a donné à Hitler tous les gages ' qu'il fallait. « Est-il posible, poursuit-il, en dehors de toute poitique, que de droite, de gauchI acceptent que ( France servent , d'un général alle dant quatre ans, vice de Hitler? J quillement: non! « Accepter, CI tout ce pour q: sommes battus 1 ans. Beaucoup so: nous qui avons tin d'avoir survé rions ceux qui 1 vous ' le dis en non' » Jacques DEBU .. BRIDEL : // La nation est La parole est donnée ensuite au sénateur Jacques DEBU-BRIDEL, qui a pris de mUltiples Initiatives pour alerter les Résistants et pour faire connaUre la vérité sur Speidel, tant au Parlement que dans l'opinion publique. « Nous sommes décidés, s'écrlet- i!, à entreprendre et à mener jusqu'au bout la lutte nécessaire pour que soit annulée une nomination qui constitue en soi un véritable outrage à nos morts et, de plus, une menace certaine pour la paix du monde. « Je suis, pour le savez, opposé au réarmement formules d'une « i Mais, je tiens à n'est pas de cela s'agit uniquemell nation de SpeidE sente réunion pr assistons à un 1, ira beaucoup plu le pensent ceux pOUVOir réaliser p tinement la désigî del! » CONFID Void un document (entre autres) qui établit la: lourde responsabilité du général Hans Speidel dans les crimes commis en F'mnce par les nazis. Ce rapport CONFIDENTIEL, reproduit à 7· exemplaires numérotés, rend compte d'une conférence qui s'est tenue le 9 septenbre 1941 « d'état-majorauprl dant militaire ~ dans ,le bureau d Le rôle import. nage est indiqué Speidel donne à nés les dernière! sun les mesures yons admeHr. la nomination du l'O.T.A.N. et des accords de dres et de Paris, votés par arlement français, il répond « la France, j'imagine, est suItée au méme titre que les es nations membres de l'O. .N., et elle pouvait donc, DEVAIT présenter ses obions, refuser son consentet ... » ais, dit-on encore, Speidel a un « résistant», un anti-hiten. Le président Lyon-Caen igne: A quelle date s'est donc mastée son hostilité contre l'hitme? En juillet 1944. Il ne t senti antihitlérien que lors- 1 a vu tout perdu, qu'il était n intérêt de sauver la face, e créer un alibi, de se gair pour l'avenir contre les équences d'une débc1cle qu'il it certaine. Et puis n'exagérons pas le et la portée de sa prétenhostilité à Hitler. Ceux qui étudié cette période de la e ont montré que Speidel 't surtout de trait d'union e Rommel et Stulpnagel, les grands acteurs du complot. del se rangeait à l'avis pr. et modéré de Rommel. Ce. tomba en disgrdce. Speilui, tira son épingle du jeu. fut pas interné, comme 'a dit. Mais il fut simplepoursuivi sur la dénonciade Keitel, échappa à la penque subirent une centaine ici ers compromis plus que ns la conspiration, fut déinnocent par une « cour nneur» le 4 octobre 1944. Puis il manoeuvra si habilet, après avoir battu en ree aux côtés de von Keube, sseur de Rommel, qu'il put pper au chl1timent qui ttit sur les criminels de e, en faisant valoir ses faees péennes ... En définitive, il y a bien réserves à faire sur la soit volte-face de Speidel. En cas, faite d'opportumsme et uble jeu, trop tard~ve pour sincère, eUe ne l'empéche 'être et de rester un reprént authentique du militaallemand, et ne saurait effacer sa participation effective aux déportations et aux exécu-· tions de résistants qui ont plongé dans le deuil tant de familles françaises. » Un obstacle au rapprochement franco-allemand « Mais qu'on ne se méprenne pas sur nos sentiments, poursuit le préSident Lyon-Caen. Notre attitude n'est pas inspirée par une hostilité de principe au rapprochement entre les ennemis d'hier, ni dictée par le désir de tenir éternellement rigueur au peuple allemand pour s'étre rendu activement ou passivement complice . des crimes du nazisme. « On peut souhaiter une réconciliation avec les Allemands, la fin d'une des périOdes les plus tristes de notre histoire, celle . des guerres franco-allemandes, sans mettre au pinacle un général qui doit à Hitler sa brillante carrière depuis 1933, et dont le nom est et restera associé dans l'histoire au martyre des déportés et des fusillés de la Résistance ... « Lançons donc un appel, conclut le président Lyon-Caen, à l'opinion publique et au gouvernement pour que soit reconsidérée et rapportée une décision qui est une insulte aux morts et aux survivants de la déportation, un défi à la mémoire des héros tombés pour la libération de la patrie. » Enfin, notre président souligne que, si la Conférence est . due à l'initiative du M.R.A.P., celui-ci «n'entend nullement s'en attribuer le mérite ou le privilège... Nous sommes tous ici, indique-t-il, associés sur un pied d'absolue égalité, à une commune protestation contre une décision qui choque la raison en même temps qu'elle froisse et blesse ce qu'il y a de plus profond, de plUS humain au coeur de Français patriotes. » Il propose alors que la présidence de la conférence soit confiée à M. Jacques MADAULE. cques MADAULE : "Accepter serait une honte Il minent historien et philOlit la liste ' des perso"," és présentes ainsi que les ges, et déclare: . vous permettez que je vous le fonll de ma pensée, je qu'il serait difficile de troun Allemagne, aujourd'hui, énéral absolument pur cle espèce de complicité avec rreurs nazies. Mais, à supque ce « merle blanc» dans l'armée allemande, avons la certitucle que ce pas le générnl Speidel. ar conséquent nous n'avons ellement à nous prononcer ne question qui risquerait igueur - pas beaucoup, je - de nous cliviser, à sa.. voir si nous pourrions accepter le commandement d'un général allemand, mais nous avons à nous demander si nous pouvons accepter sans 1!.onte, sans manitester à nos morts, à leurs familles, à leurs héritiers, l'indifférence la plus ignoble, si nous pouvons accepter que le généraI SpeideT. commande à des soldatsfrançais ... « Il s'agi.t pOUII nous, poursqit Jacques Madaule, àe faire que la protestation de ~'opinion fran(; aise soit si étendue et si una. nime qU'elle oblige le gouver~ nement français, quel que soit le rôle qu'il ait pu jouer dans la désignation du général S'Peidel, à demander l'annulation de cette nomination... » Professeur JANKELEVITCH : Il L'impossible choix Il V. JANKELEVITCH, pror à la Sorbonne, apporte hésion la plus pleine et s complète » du Comité ontre le réarmement alle, que préside M" Blumel. la résolution adoptée réent par ce Comité, connt la nomination de Speiestime, pour ma part, t-il, qu'il serait très dite trouver un officier allemand pur de toute accusation. Il est probable qu'on pouvait mieux c1Wisir (bien que je n'en sois pas certain) car ce général était un repenti de la dernière minute, qui s'est posé en résistant . à Hitler en juillet, et je ne pense pas que l'on puisse prendre cette résistance au sérieux... » Il s'associe « à toute action qui sera menée contre la nomination de ce général-bourreau ». Albe'rt BA VET : Il Un Français ne peut que dire: NON 1 /1 C'est le prOfesseur A. BAYET qui est maintenant au micro. Comme ancien combattant de 1914-1918 et comme ancien résistant, il dit quelle fut sa stupeur quand il apprit « que le gouvernement français donnerait son acquiescement à la nomination du général Hans Speiclel ». « En fait, on se moque de nous, déclare-t-il, quand on nous raconte que Speidel est devenu général sous Hitler à titre d'antihitlérien. A mon avis, on ne devient pas ainsi général, et j'imagine qu'il a donné à Hitler tous les gages ' qu'il fallait. « Est-il posible, poursuit-il, en dehors de toute consiclération poitique, que des Français, de droite, de gauche ou du centre, acceptent que des enfants cle France servent sous les ordres d'un général allemand qui, pendant quatre ans, a été au service de Hitler? Je réponds tranquillement: non! « Accepter, ce serait renier tout ée pour quoi nous nous sommes battus pendant quatre ans. Beaucoup sont morts; alors, nous qui avons l'étonnant destin d'avoir survécu, nous trahirions ceux qui sont morts? Je vous . le clis encore une fois: non' » Jacques DEBU .. BRIDEL : Il La nation est alertée " La parole est donnée ensuite au sénateur Jacques DEBU-BRIDEL, qui a pris de multiples initiatives pour alerter les Résistants et pour faire connaitre la vérité sur Speidel, tant au Parlement que dans l'opinion publique. « Nous sommes décidés, s'écriet- il, à entreprendre et à mener jusqu'au bout la lutte nécessaire pour que soit annulée une nomination qui constitue en soi un vérita.ble outrage à nos morts et, de plus, une menace certaine pour la paix du monde . « Je suis, pour ma part, vous le savez, opposé à la C.E.D., au réarmement allemand, aux formules d'une « petite Europe ». Mais, je tiens à le répéter, ce n'est pas cle cela qu'il s'agit; il s'agit uniquement de la nomination de Speiclel... Et la présente réunion prouve que nous assistons à un mouvement qui ira beaucoup plus .loin que ne le pensent ceux qui croyaient pouvoir réaliser pre.que clandestinement la désignation cle SpeideU » Examinant certains aspects du passé de Speidel, l'orateur SDYI ligne que « ce général allemand, qui a servi le régime nazi, est un ollicier d'état-major et, au sein cle l'état-major, officier des services des « deuxièmes bureaux )l, autrement dit cles services de renseignements, chargé de ce qui s'appelle en termes moins nobles l'espionnage. » Ainsi, attaché militaire auprès de l'ambassade d'Allemagne en France, de 1933 à 1936, ({ c'est l'officier qui, en fait, a noué, fil après fil, intrigue après intrigue, les noeuds qui ont fait naître cette cinquième colonne que nous avons vue à l'oeuvre penclant l'occupation ». Chef d'état-major de von Stulpnagel dès 1940, ({ on peut dire que Hans Speidel, de ce fait, s'est trouvé mêlé, impliqué dans toute la répression ... Nous savons que ce général, spécialiste des questions françaises, était aux Côtés de Stulpnagel quancl fut rédigé, en 1941, le fameux code des otages, au nom duquel furent fusillés tant de nos camarades, sous le prétexte de « résistance», de « communisme » ou d'« origine raciale » ... AprèS avoir signalé d'autres méfaits de Speidel, M. Debu-BrideI insiste sur le rôle de l'opinion publique: « Il faut que le Parlement français sache que la nation est alertée, que la nation est prête à réagir, à protester. » René CERF .. FERRIËRE : Il La réponse des Résistants /1 Ancien préSident du groupe de la Résistance ft. l'Assemblée consultative, M. René CERF-FERRIERE indique, dans son intervention, que « la Résistance, clans son ensemble, dans son immense majorité, dit ({ non» à Speidel - méme ceux de nos camarades, et je parle ici plus particulièrement de no! camaracles socialistes, qui Bont dans une position, disons aBlIlZ clésagréable vis-à-vis du gouvernement et qui, malgré tout, avec un certain courage, auquel il faut rendre hommage, sont venus en grancl nombre avec nous clire «non» Il Speic!el. « De m~me que la Résistance, poursuit-il, n'est la chose ni d'un homme ni d'un parti, dire « non» à Speidel n'est pas la chose d'un homme ou cl'un parti, c'est la chose de la nation française et de tous ceux qui vivent sur notre sol comme des Français. » Et R. Cerf-Ferrière communique un texte approuvé le jour même par des Résistants de toutes tendances, contre la nomination de Speidel. M. VILNER : üUn cas de légitime défense" CONFIDENTIEL 1 • Président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France, M. VILNER dit leur opposition inébranlable à « la reconstitution du militarisme allemand en général » et à « l'intolérable nomination àu bourreau nazi SpeiVoid un document (entre audel en particulier ». tres) qui établit la lourde responsabilité du général Hans Speidel dans les crimes commis en Fr,ance par les nazis. Ce rapport CONFIDENTIEL, reproduit à 7· e}!emplaires numérotés, rend compte d'une conférence qui s'est tenue le 9 septen bre 1941 «chez le chef d'état-major auprès du commandant militaire ». c'est-à-dire dans ,le bureau de Speidel. Le rôle important du ersonnagé est indiqué par le fait que Speidel donne à ses subordonnés les dernières informations sur, les mesureS. de répression ,prises par le haut-commandement allemand. En voici quelques extraits: c Le colonel Dr. Speidel a fait connaltre les conclusions suivantes: c Le ministr.e de fIntérieur Pucheu s'est rendu chez le Commandant- en-chef. Il lui a remis une note dans laquelle il est dit que la condamnation des com' munistes sur la base de la loi communiste (sic) est insuffisante. Pour l'av;pirant allemand de la marine victime d'un attentat, trois condamnations ne constituent pas une pénitence suffisante ... c Pour le sous-officier Hoffmann, sur lequel il a été tiré à la Kare de l'Est, trois communistes ont été exécutés. « A Neuilly, on a tiré sur un mel1zbre de la Wehrmacht qui sortait d'un restaurant avec une jeune fille française. Toutefois, if n'a pas été atteint. « Le 4-9-41, le deuxième convoi de la Légion des Volontaires français, fort de 800 hommes, est parti pour le Reich; parmi eux se trouvait Monsieur Doriot ... « 30.000 hommes se sont fait enregistrer, mais 1.500 seulement se sont présentés. Le Commandant- en-chef Il! interdit toute manifestation d'adieu. ;) Au C()urs de cette même conférence, Speidel fait état de «lettres de l'Est;) provenant d'officiers supérieurs et indiquant que les opérations contre l'U.R.S.S. se déroulent de façon satisfaisante. Le rapport se termine par cette indication: « La conférence suivante Qllra lieu le mardi 1&-9-41 à 9 h. 30.;) « Nulle autorité, · s'écrie-t-ll, aucune considération d'opportunité politique ne saurait nous obliger à accepter d'obéir à l'un des grands responsables de la mort cle nos innombrables camarades et de notre propre détresse, sans piétiner et bafouer les principes élémentaires de la dignité humaine ... « Notre action contre le général Spefdel est défense légitime. » B. ADAM: üPour l'avenir de nos enfants" Au nom de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entt'aide, B. ADAM constate: « Ce qui arrive aujourd'hui, tous les adversaires de la renaissance du militarisme allemand l'avaient prévu ... On ne pouvait prévoir, il est vrai, que le « leadership» cle l'Allemagne, du militarisme allemand s'exercerait aussi rapidement. cle manière aussi provocante. » Et il dénonce la politique qui, « au nom d'une soi-disant délense de l'Europe, met sur pied une force revancharde allemande donnant à l'un de ses chefs le commandement des fils de ses victimes. » '. Evoquant les millions de résistants, de juifs livrés aux camps de la mort, aux fours crématoires par Speidel et ses pareils, il souligne que « protester contre une telle nomination c'est remplir notre clevoir envers nos disparus et préserver "avenir de nos enfants ». nation du ge, 'rai eidel •• ••• ne considération Français, de ou du centre, enfants de les ordres nous nous quatre . alors, desnous trahimorts? Je une fois: que nous qui .loin que ne qui croyaient cZandesde Spei- Examinant certains aspects du passé de Speidel, l'orateur so!, ligne que {( ce géMral allemand, qui a servi le régime nazi, est un officier d'état-major et, au sein de l'état-major, officier des services des « deuxièmes bureaux », autrement dit des services de renseignements, chargé de ce qui s'appelle en termes moins nobles l'espionnage. » Ainsi, attaché militaire auprès de l'ambassade d'Allemagne en France, de 1933 à 1936, « c'est l'officier qui, en fait, a noué, fil après fil, intrigue après intrigue, les noeuds qui ont fait naître cette cinquième colonne que nous avons vue d l'oeuvre pendant l'occupation ». Chef d'état-major de von Stulpnagel dès 1940, « on peut dire que Hans Speidel, de ce fait, s'est trouvé mêlé, impliqUé dans toute la répression ... Nous savons que ce général, spécialiste des questions françaises, était aux côtés de Stulpnagel quand fut rédigé, en 1941, le fameux code des otages, au nom duquel furent fusillés tant de nos camarades, sous le prétexte de {( résistance», de « communisme » ou d'« origine raciale » ... AprèS avoir signalé d'autres méfaits de Speidel, M. Debu-BrideI insiste sur le rôle de l'opinion publique: « Il faut que le Parlement français sache que la nation est alertée, que la nation est prête d réagir, d protester. » René CERF"FERRIËRE : /1 La réponse des Résistants Il Ancien préSident du groupe de la Résistance à l'Assemblée consultative, M. René CERF-FERRIERE indique, dans son intervention, que « la Résistance. dans son ensemble, dans son immense majorité, dit « non» d Speidel - méme ceux de nos camarades, et je parle ici plus particulièrement de no! camarades sociali.te., qui .ont dans une position, disons aSlez désagréable vis-d-vis du gouvernement et qui, malgré tout, avec un certain courage, auquel il faut rendre hommage, sont venus en grand nombre avec nous dire « non» Il Speidel. « De m~me que la Résistance, poursuit-il, n'est la chose nt d'un homme ni d'un parti, dire « non» d Speidel n'est pas la chose d'un homme ou d'un parti, c'est la chose de la nation française et de tous ceux qui vivent sur notre sol comme des Français. » Et R. Cerf-Ferrière communique un texte approuvé le jour même par des Résistants de toutes tendances, contre la nomination de Speidel. M. VILNER : HUn cas de légitime défense" N T 1 E l 1 • Président de l'Amicale des Anciens Déportés Juifs de France, M. VILNER dit leur opposition inébranlable à « la reconstitution du militarisme allemand en géMral » et à « l'intolérable nomination du bourreau nazi Speiez le chef del en particulier ». du commanc'est- à-dire Speidel. du ersonle fait que subordon~ ,prises ipar te hautommandement allemand. En voici quelques extraits: 4: Le colonel Dr. Speidel a fait connaltre les conclusions suivantes: e Le ministre de rlntérieur Puch eu s'est rendu chez le Commandant- en-chef. Il lui a remis une note dans laquelle il est dit que la condamnation des communistes sur la base de la loi communiste (sic) est insuffisante. Pour l'fI6pirant allemand de la marine victime d'un attentat, trois condamnations ne constituent pas une pénitence suffisante ... e Pour le sous-officier Hoffmann, sur lequel il a été tiré à la Kare de l'Est, trois communistes ont été exécutés e A Neuilly, on a tiré sur un me!?zbre de la Wehrmacht qui sortait d'un restaurant avec une jeune fille française. Toutefois, il n'a pas été atteint. e Le 4--9-41, le deuxième convoi de la Légion des Volontaires français, fort de 800 hommes, est parti pour le Reich,' parmi eux se trouvait Monsieur Doriot... e 30.000 hommes se sont fait enregistrer, mais 1.500 seulement se sont présentés. Le Commandant- en-chef al interdit toute manifestation d'adieu. ~ Au cours de cette même con:férence, Speidel fait état de «lettres de l'Est ~ provenant dOfficiers supérieurs et indiquant que les opérations contre l'U.R.S.S. se déroulent de façon satisfaisante. Le rapport se tel'min~ !par cette indication: e La conférence suivante aura lieu le mardi IfH}-41 à 9 h. 30.:' « Nulle autorité, ' s'écrie-t-il, aucune considération d'opportunité politique ne saurait nous obliger d accepter d'obéir d l'un des grands responsables de la mort de nos innombrables camarades et de notre propre détresse, sans piétiner et bafouer les principes élémentaires de la dignité humaine ... « Notre action contre le général Spefdel est défense légitime. » B. ADAM: HPour l'avenir de nos enfants" Au nom de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entr'aide, B. ADAM constate: « Ce qui arrive aujourd'hui, tous les adversaires de la renaissance du militarisme allemand l'avaient prévu... On ne pouvait prévoir, il est vrai, que le « leadership» de l'Allemagne, du militarisme allemand s'exercerait aussi rapidement. de manière aussi provocante. » Et il dénonce la politique qui, « au nom d'une soi-disant défense de l'Europe, met sur pied une force revancharde allemande donnant d l'un de ses chefs le commandement des fils de ses victimes. » '. Evoquant les millions de résistants, de juifs livrés aux camps de la mort, aux fours crématoires par Speidel et ses pareils, il souligne que « protester contre une telle nomination c'est remplir notre devoir envers nos disparus et préserver Z'avenir de nos enfants ». Emile KA'HN •• contre, 1/ Une alliance la démocratie 1/ Emlle KAHN, président de la Ligue des Droits de l'Homme, tient à « remercier les organisateurs de cette magnifique réunion ». Il donne lecture d'un ordre du jour adopté par le Comité Central de la Ligue, le 3 février, demandant au gouvernement une série d'explications sur la désignation de Speidel. « Je ne sais pas si je vous étonnerai, poursuit-il, en vous disant que, depuis le 3 février, nous n'avons pas encore reçu la réponse du gouvernement. Mais d'autres réponses nous sont venues: la calomnie, les attaques diffamatoires, et aussi des explications tendant à nous convaincre que nous étions dans l'erreur et que le bonheur de la France exigeait que le général Speidel fût au commandement où on l'a nommé. » Et il cite un journal de province qui, entre autres, affirme que la France ne peut être défendue que par l'armée allemande « la première du monde» et par les généraux allemands, « les premiers généraux du monde ». « Voilà, s'écrie-t-il, par quel argument, de bons patriotes, qui nous traitent quotidiennement de mauvais Français, de défaitistes, de livreurs de la patrie, voild par quel argument ils défendent cette nomination scandaleuse ... « Ils ne cessent pas de regretter que la C.E.D. ait échoué, mais, du moins, du compromis qui est advenu avec le traité de Paris, ils veulent tirer tous les avantages de l'alliance étroite entre ce qu'il peut y avoir de plus réactionnaire dans les six pays de la « petite Europe». « C'est de cette alliance étroite contre la démocratie que témoigne la présence du général Speidel. Elle en est le signe et la garantie. » l'appel déchirant d'une mère de fusillé C'est la mère d'tin jeune Résistant fusillé, Mme SOSNOWSKI, bouleversée, qui' maintenant lance un déchirant appel: « Speidel, pour nous, cela représente les tombeaux d'êtres chers, les tombeaux de millions d'êtres humains. Speidel, pour nous, c'est Compiègne, ce sont les exécutions, c'est abominable ... Speidel, c'est le bourreau de mon petit de dix-sept ans. « Vos pouvez être sûrs, chers amis, que, tant que nous vivrons, nous nous dresserons contre Speidel et ses complices... » Mme Mathilde GABRIEL" PERI : H Il nous faut agir vite" Mme Mathilde GABRIELPERI, député, préSidente de l'Association des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance Française, note à son tour que la protestation contre la nomination de SI;leidel « ne saurait être le fait éun homme ou d'un parti, mais de tous les patriotes ». « Nous devons coordonner nos efforts, accentuer notre action, poursuit-elle, non seulement contre cette nomination, mais aussi contre ceux qui en portent la responsabilité. Il faut, par tous les moyens, faire entendre notre voix. » Elle Signale en particulier le rassemblement qui doit avoir lieu le 24 mars prochain, sur l'initiative du Comité de Liaison de la Résistance, à AMboué, petite ville où sévit la répreSSion nazie et que Speidel cite spécialement dans l'un de ses rapports. « Le 1er avril est proche, conclut- elle, et, si notre action n'est pas assez vigoureuse, Speidel viendra alors s'installer à Fontainebleau. Nous devons, tous ensemble, unanimes, lutter pour empêCher ce bourreau de fouler notre sol. » M. RAPPOPORT : //Un devoir sacré/! Au nom de l'Union des Sociétés Mutualistes Juives de France, M. RAP~OPORT évoque l'émotion indignée des familles juives, qui ont tOLItes souffert des crimes hitlériens, de voir nommer à un poste aussi décisif un général qui a tant fait pour que ces crimes soient possibles. « Nous nous assoCions pleinement aux objectifs de cette conférence, déclare-t-il. Combattre la nomination de Speidel, combattre le réarmement des bourreaùx qui ont livré des millions d'innocents aux chambres d gaz et aux fours crématoires, c'est pour nous un devoir sacré de fidélité à nos morts, comme- une nécessité pour la défense de notre avenir. » Charles PALANT •• // Unanimité Enfin, Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., souligne l'appui total de notre Mouvement à l'initiative du président Lyon-Caen. « Les antiracistes, unanimes, déclare-t-il, comme tous les Français dont le passé est marqué de cruels souvenirs, du fait du militarisme allemand, ont ressenti la désignation de Speidel comme un intolérable affront. « Avec des hommes comme Speidel, la soi-disant Europe, c'est l'Europe d'Hitler, celle que l'Histoire a condamnée, celle dont les peuples, enchaînés mais insoumis, ont, au prix de cinq années de sacrifices, levé l'hypothèque. « Il y a cinq mois, dit-il encore,' le gouvernement Adenauer décidait de réintégrer dans la nouvelle Wehrmacht les anciens S.S. jusqu'au grade de lieutenant- colonel y compris. Le M.R. A.P. était allé protester au Quai d'Orsay. Le Ministre nous répondit qu'il était impossible au gouvernement français de s'y opposer sans compromettre l'oeuvre de rapprochement francoallemand. « Aujourd'hui, le même prétexte est invoqué d propos de Speidel. « Or, dans le juste combat que Nous avons rapproché ici les différentes vues de la tribune de l'Hôtel Moderne, prÎies par notre pbotographe. De gauche à droite: Mme ' Lucie A"brac, le docteur Danowski, J. Debû-Bridel, Mme Maxa Nord~u, B. Adam, M. Vilner, J. Madaule, Mme ColletteKahn, le professeur Hadamard, A. Yondine, le président LyonCaen, Cbarles Palant, R. CerfFerrière, Albert Bayet, Emile Kahn, Mmes Sosnowski et Mathilde Gabriel-Péri, le professeur Jaukelevitch, Mme Chombart de Lauwe. ....... Ouelques messages Claude AVELINE Ecrivain Il va de soi que je joins ma voix à toutes celles qui s'élèv",nt partout en Fronce contre la nomination du général Hans Speidel. Belle recrue pour la défense des démocraties, qu'un général de la Wehrmacht qui a attendu juillet 1944 pour se découvrir anti .. hitlérien - et encore, avec la plus grande prudence ! ... Une telle nomination est insensée. J.-J. BERNARD Ecrivain Je vous donne mon plein accord à la protestation contre la nomination de Hans Speidel. Jean CASSOU Directeur du .l\1usée National d'Art Moderne Je suis entièrement d'accord avec vous pour toute action que pourra entreprendre le M.R.A.P. pour protester contre la nomination du général . Speidel. Robert CHAMBEIRON Député .c'est très volontiers .que je m"associc à toute initiative que vous prendrez afin que se développe en France la protestation contre \l'ne décision qui heurte la conscience de tous les Français. Edmond FLEG Ecrivain Vous savez que je m'associe de grand coeur à cette protestation, qui s'impose à toute mémoire fidèle et soucieuse d'humaine dignité. Rose GUERIN Député, déportée résistante Je vous donne mon accord complet pour participer à l'opposition et à la protestation si nécessaires et capables d'imposer le retrait de la nomination scandaleuse de Speidel. Léo HAMON Sénateur C'est de tout coeur que j'approuve votre initiative et m'associe aux personnes citées dans votre lettre. J'ai d'ailleurs eu l'occasion, hier même, d'exprimer à la tribune du Conseil de la République mon sentiment sur la nomination du général Speidel. Sa'ns qu'il soit même besoin de discuter les faits particuliers Imputés à cet officier général allemand, sa nationalité et surtout le commandement qu'il a exercé en France me paraissent faire de sa récente nomi. nation quelque chose de très préjudiciable au moral de l'armée et de la nation, Voir en page 6 la suite des messages et les décisions de la Conférence. des antiracistes" nous menons contre la renaissance du militarisme allemand, nous entendons ne pas nous soustraire à l'oeuvre de rapprochement franco-allemand. C'est pourquoi nous affirmons notre solidarité- à ceux des Allemands qui, en grand nombre, se dressent contre la remilitarisation de leur .pays. » Et Charles Palant rappelle la bataille inlassable menée par le M.R.A.P. depuiS le serment prononcé lors de sa création en 1949: « Jamais nous n'oublierons les crimes nazis! Jamais n'ous n'accepterons de nous trouver dans le même camp que les bourreaux nazis ». e DROIT ET LIBERTE "Nous ne pouvons admet're'la nomin _ tion de Spei~el" La conférence de l'Hôtel Moderne La protestation Quelques messages s'amplifie '(Suite de la page 5) Docteur HOVNANIAN Député Je tiens à vous dire que je partage votre 'ndignation devant une mesure aussi inopportune que la nomination de Hans Speidel. C'est là le résultat, de l'action d'hommes politiques soumis à l'emprise d'une mystique eurapéenne, dangereuse quand cUe oublie à ce point les réalités G~orges HUISMAN Conseiller d'Etat Je n'ai pas besoin de vous dire que Je suis d'accord avec vous sur l'of· freuse question Speidel. Francis JOURDAIN Ecrivain Je veux espérer qu'en dehors de quelques traitres qui se firent naguère les valets de Hitler, Il ne •• trouvera pas un Français pour approuver l'incroyable, la honteuse, l'inexpiable nomination de Speldel. Jacques KAYSER Journaliste Ma protestation rejoint ceUes qui ont déjà été formulées et ie souhaiterais m'associer effectivement aux initiatives nécessaires que vous déciderez. Maurice-Edmond LEVY Bibliothécaire honoraire du Conservatoire des Arts-et-Métiers Je l/1e veux que vous faire parvenir mon complet accord à la protestation indignée contre la nomination de Speidel à un commandement dei forces terrestres de l'armée française, véritable soufflet à la mémoire de tant de patriotes et de victimes innocentes. Jo MARCHAND Agrégée de l'Universit~ Je tlelns à vous dire toute ma douloureuse indignation devant la nomination de Speidel. Je m'associe pleinement à votre protestation contr. cette mesure révoltante. MARTIN-CHAUFFIER Ecrivain Croix de Guerre 1914-18 Rosette de la Résistance Ancien déport~, résistant Je veux vous dire que je m'associe entièrement aux protestatjons contr. la Inomination scandaleuse de Speldel, en conservant l'espoir que ce mouvement sera assez puissant pour obtenir le retrait du général hitlérien. Armand MEGGLE Dire,)teur du Centre d'Expansion Française Père de deux enfants déportés à Buchenwald et à Dora, moi-même Interné par la Gestapo, je rougis de honte de voir mon pays, si cruellement éprouvé par la barbarie nazi., accepter qu'à l'lin des plus fidèles exécutants d'Hitler soit confié le commandement de troupes françaises, à l'heure précisément où les plus louables efforts sont poursuivis pour le désarmement. Vice-amiral d'escadre . MUSEUER Ancien commandant en chef des F.N.F.L. et F.A.F.L. Je suis tout à fait d'accord avec vous au sujet de la nomination du général Speidel et je souhaite que la protestation patriotique de tous ceux qui n'ont pas oublié Impose l'annulation de cette nominatlqn. TflEIITRE Après 100 représentations, Irma la Douce (1) continue de remporter, à chaque fois, un nouveau succès, amplement mérité. A. Breffort, auteur satirique d'une ironie souvent féroce pour ses semblables, a laissé la place à une raillerie plus délicate pour nous conter avec un humour très sentimental une histoire d'amour. Elle nous est racontée et chantée dans un langage coloré, comme le sont les ,personnages et leur quartier. A la gentillesse et la verve qui animent cette histoire, s'ajoute la LES DÉCISIONS (Suite de la page 5) Tirant brièvement les conclusions des débats, M. Jacques Madaule donne lecture du projet de lettre ouverte au Président de la République, qui est adoptée il l'unanimité. Il résume les propositions faites par les différents orateurs: - Publication de cette lettre sous forme d'affiche; - Démarches auprèS du Président de la République, du Président du Conseil et des différents groupes parlementaires pour leur faire part de l'émotion des patriotes; - Organisation d'une manifestation publique. Une commission est élue pour mener il bien la réalisation de ces décisions. Des responsabilités de Speidel Le ministre de la Défense nationale s'étant efforcé, au cours de récentes Interventions au Parlement, de minimiser la culpabilité du général Speidel, l'Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (A.N.A.C.R.) vient de lui adresser une réponse apportant de nouvelles pr~clslons. Il ressort de cette lettre que les responsabilités de Speldel dans la répression en France, de 1940 à 1942, furent établles naguère de façon irréfutable iOUS l'autorité même du ministère de la Défense nationale. Les 13, 14 et 15 septembre 1954, en eUet, li commandant Fllcoteaux, substitut du commis- 500 otages exécutés « Le commandant Flicoteaux apporte ultérieurement, en commentant l' « avis » d'Otto Sulpnagel sur les exécutions d'otages, la précision suivante: ({ Du 6 septembre 1941, date de la première application de l'avis du Mliitar Befehlshaber, au 1er Juin 1942, date de l'Installation du chef supérieur des SS et de la police en France, le nombre des otages exécutés peut être évalué à environ 500. » Speidel, on le voit, porle la responsabilité directe de ces 500 exécutions. ... C'est la question que pose le tract ci-dessus, édité par la section du M.R.A.P. du 4' arrondi3- sement, reproduisant la plaque apposée sur un immeuble de la rue des Deux-Ponts dont 112 habitants ont été déportés, au tempB où Speidel et ses pareils avaient la haute main sur les al/aires françaises. Un meeting, organisé avec la participation du M.R.A.P., aura lieu le mercredi 20 mars, salle de l'Epicerie, rue du Renard. Entre autres orateurs, Charles Palant prendra la parole. Le M.R.A.P. a fait entendre sa voix au cours d'autres meetings, notamment dans le 5°, le 11°. Un autre encore aura lieu le 26 mars, dans le 10-, sous la présidence de Henri Krziwkoski, au 28, boulevard de Strasbourg. Nous avons pulJilé dans notre dernier numéro la protestation que le M:R.A.P. a élevée dès que fut annoncée la nomination de Speidel. La L.I.C.A. a également protesté, ce qui témoigne de l'émotion qui s'est emparée de tous les milieux antiracistes. Nous regretterons seulement que la L.I.C.A., invitée à la Conférence de l'Hôtel Moderne, où ~taient représentés tous les courants de l'opinion républicaine, n'ait pas cru bon de s'y a.ssocier. Il nous est impossible de citer Ici toutes les initiatives prises pour faire annuler la scandaleuse désignation du général hitlérien à la tête de l'armée française. Parmi les organisations les plus représentatives qui ont fait entendre leur voix, il faut toutefois signaler: l'Union Française des Associations de Combattants, qui groupe toutes les associations d'anciens combattants, le Comité de Liaison de la Résistance et le Comité d'Action de la Résistance, la Ligue des Droits de l'Homme, le Syndicat National des Instituteurs, etc .. , De multiples manifestations de protestation ont lieu, à Paris et en province, devant les monuments aux morts des deux guerres et les plaques commémorant le sacrifice des Résistants. Signalons également la lettre adressée au Président de la République par plusieurs dlzalnQs de jeunes gens, fils de déportés et de fusillés de la Résistance, qui ont exprimé leur refus de servir sous les ordres d'un responsable de la mort de leurs parents. En Angleterre, en Italie, en Belgjque et en Allemagne même, de nombreuses protestations se sont également élevées. saire du gouvernement, examl-r---------------------------------------............ --------------------------------------------- nant, au ,procès Ob erg, l'organisation des services allemands sous l'occupation, déclarait: « En F~ance occupée, l'exercice des droits de la puissance occupante était dévolu au commandant militaire en France (MIlitaI' Befehlshaber ln Frankreich) qui fut, d'octobre 1940 à février 1942, le général otto von Stulpnagel ». « ••• Les questions militaires ou susceptibles de répercussions sur la sécurité propre des troupes d'occupation étalent étudiées à l'état-major de comn. andement dont le chef d'étatmajor était le colonel Speidel. » (Référence à la cote 12-11-1 du dossier. ) Le 24, , a Auboué Dans son rapport du 28 février 1942 (vorr notre dernier numéro), Speidel écrivait: • En représailles du sabotage d'un transformateur à Aubou6, arrestation de 70 communistes et juifs, en vue de leur déportation dans l'Est. SI l'auteur de l'attentat n'est pol découvert, de nouvelle. mesurel seront prises... » Auboué: c'est dans cette petite cité mortyre de Meurthe-et-Moselle aue le Comité de Liaison de la Résistance organise, le dimanche 24 mars, une grande manifestation nationale du souvenir. Par le train, en cars, ' en voitures, les victimes du nazisme, tous les Français qui se souviennent viendront ce jour-là dire solennellement NON à Speidel. (JUREr Racisme et fails divers I L est fréquent qu'un premier roman soit autobiographique. L'auteur trouve dans sa propre réalité une expérience dont Il nous fait part. Au travers de Diaw Falla, « le Docker noir» (1), c'est l'auteur Sembène Ousmane qui jette un cri dlamertume où perce un espoir de justice. Un cas persf'unel, certes, mais dans le cadre de la vie quotidierme d'un monde ignoré des «blancs », et diffé. reflt, qu'unit l'incompréhension an liante. C'est la vie misérable des travailleurs immigrés avec, en plus, l'isolement de la couleur; « A la bataille de l'Atlantique nord nous étions présents, dit un jeune noir. Et maintenant on noua reJette. » Mais Alassane, navigateur puis docker - le seul qui assiste aux réunions syndicales - donne une perspective et un sens aux espoirs de justice et de mleuxêtre: «Vous devez marcher avec les ouvriers ... · Ne m~ttez pas votre couleur en cause,» Dans ce document sur la vie d'une minorité noire dans un grand port de France, on voit Diaw Falla chercher sa solution. Quand il croit l'avoir trouvée en écrivant un roman, c'est l'escroquerie d'une femme blanche, c'est, par vengeance, le crime d'un homme bafoué par la Justice, et sa chute définitive. Le pe-rsonnage. malgré son erreur d'une solution individuelle pour un problème qui est social, retient notre sympathie. Sa douloureuse dualité le plonge dans l'Incertitude: « Le dOCker, qui n'était qU'un être animal mals qui vivait et payait son loyer. L'lntèllectuel qui ne pouvait résister que dans un climat de repos et de liberté de pensée... Il t'estait des heures à réfléchir devant son papier, et ce paupérisme mental, né de sa fatigue corporelle, ébranlait son système nerveux. » Malgré, quelques maladresses et certaines faiblesses de style, ce roman a sa place dans une bibliothèque. Pas seulement par son crI déchirant de vérité, mals par les scènes qu'il nous décrit, comme l'enterrement d'Ousmane ou la grève des dockers. SI l'auteur est un travailleur, Il est aussi un ·écrivain qui, peut-être, a trop chargé son livre, mals a quand même exprimé avec nuanèes l'amour de Diaw pour Catherine et sait préciser un paragraphe descripti! en une phrase lapidaire

« Le matériel était mieux

soigné que les 'portefal!,_ » une femme blanche lI. Une femme aux sens mal évelllés, mais sensuelle, une Madame Bovary, mais dont les préjugés font d'une victime romantique un bourreau. A partir d'un drame passionnel, où la candeur perverse d'une femme refoulée aurait pu faire un roman osé, l'auteur pose le problème accusateur des préjùgés racistes. Si NQrma est coupable, son milieu blanc est responsable: « S'entendre appeler Madame pal' ceux qui l'avalent vue naître luI procurait une certaine satisfaction. » Madame ... lui disait Billy, son camarade d'enfance. Et Madame, insatisfaite, se donne à Billy. Ce qui n'eût été qu'un adultère discret - avec au pis aller un scandale étouffé - devient un viol qui livrera le noir aux d ~chalnements d'une foule en délire; d'une foule excitée par la pensée du viol et par l'idée du sang. Norma se cache et laisse faire ... Un roman qui met à nu les aspects les plus sordides du racisme. Où la haine faite de mépris accable les blancs dont la civilisation tient à un bout de corde. SI la condition des noirs n'apparalt pas, si leur misère est absente de ce livre, il ,pose la question de l'Injustice... « Qu,j vous force à les aimer. LaisseZ-les vivre! l nous crie l'auteur. 1 r·m a la douce Dommage pourtant que ce livre finisse sur une note de lassitude. L'échec de Diaw n'est pas un point final: sa lettre d'outremonde est une révolte secrète mais où la perte de la liberté s'accompagne de la perte de l'espoir... Pourtant cette lettre de Sembène Ousmane n'est pas sans réponse, puisque, depuis 10 ans, un milliard d'hommes de couleur sont redevenus les maUres de leur destin, aUirmant leur droit à la vie et au respect de leur dignité. U"N mot encore. Le racisme a des causes - pas seulement. des conséquences. Par delà le drame des victimes, les préjugés de race posent un douloureux proplème; le crime de Diaw Falla et le «viol» ;le Billy constituent des «faits divers» dont la presse à sensation s'abreuve. musique de M. Monnot en accord parfait avec l'esprit de l'auteur. La réalisation de R. Dupuy compte p'our une large part dans la réUSSite du spectacle. Dans les décors ingénieux de Y. Noël, c'est une troupe parfaitement au point qui joue « très d ', on tracté », ce qui est .sans dommage pour le rythme de la pièce, aussI enlevé dans les deux parties. Nous citerons Colette Renard et Michel Roux, les deux héros qui ont bien du mal à devenir heureux, Phlllppe Nyst, en ilTOgrès constant, et certainement un grand comédien à venir, Maurice Chevlt et Guy Pierauld, ce dernier possédant une ressource inépuisable d'effets comiques. Dans la deuxième partie, Bachir Touré, jeune comédien et chanteur noir, interprète de façon très émou.vante deux belles chansons. En résumé, une bonne pièce où s'exprime, bien simplement et très agréablement, l'esprit d'un coin de Paris. Roge·r HERMAN. (1) Au Théâtre Gramont. SI la corde de pendu ,porte bonheur, Norma Wurther doit en avoir besoin pour échap.per au remords. C'est sa confession que nous rapporte Armand Neumann dont «Un bout de corde» (2), titre de son roman, est le symbole du lynchage de Billy, le Jeune noir qui « était agréable à regarder, même pour Pourquoi ces deux auteurs ontils, dans un acte abject, pris le prétexte de livres qui dénoncent l'abjection raciste? N'est-ce point là se placer au niveau d'un préjugé? Raph FEIGELSON. (1) Nouvenes éditions Debresse (2) Edi,t ions Del Duca. D~OI'r 'E'r LIBERTE 7 L'Algérie' à l'heure de la pacification 80 anâ D d'azolle ONC, l'D.N.U. s'est pronon- cités, dont la plupart occupent c~ux qui se faisaient prendre, les de cée sur le prOblème algérien. leurs loisirs soit dans les prisons armes ou non à la main. Si l'Algérie c'est la France, civiles, soit dans les camps dits Je pense enfin à certains de Le 80· anniversaire de notre comment admettre que l'Assem- d'hébergement. ces condamnés à mort qui n'au- ami Me Georges Sarotte, membre blée Générale des Nations Unies Mais la saisie est une arme pres- ront même plus leur défenseur du Bureau National du M.R.A.P., ait pu inscrire cette question à que au~i redoutable que l'arti- pour soutenir leur recours devant a été célébré le 27 février, à son ordre du jour? cIe 80 du code pénal. Quand l'in- le Président de la République. l'Hôtel Moderne, au cours d'une n fallait refuser le débat. Cela. jure et la diffamation ne peuvent Tout cela n'est-il pas misérable? brillante réception. fut fait. Quitte à l'accepter plus être sérieusement retenues, quand . Mais cela s'appelle, parait-il, la tard. Cela aussi fut fait. la saisie n'a pas été assez rapi- pacification. J'admirais la tranquille assu- dement ordonnée, le biais, vous rance de M. Pineau quand, débar- l'avez compris, c'est l'article 80. quant à Orly, il déclarait avec Les dix secrétaires du Comité Naune conviction non partagée: tional pour la solution pacifique « La motion de l'O.N.U. est des problèmes d'Afrique du Nord, très bonne, car elle ne reconnait eux, le savent, qui doivent compas la compétence des Nations paraitre pour atteinte à la sOreté Unies. » extérieure de l'Etat parce que, Cette déclaration d'amour-pro- croyant à la liberté de la presse pre satisfait étant radiodiffusée à et au rétablissement de l'amitié travers toutes les capitales, on franco-algérienne, ils avaient édité jugera de la neutralité de .la haute «La Vérité sur l'Algérie ». assemblée internationale par le Liberté .d'opinion, liberté de la contenu de cette motion, adoptée presse, autant d'hérésies inutiles à l'unanimité: à l'heure de la pacification. « ... Considérant la situation en Et les droits de la déf,ense? Algérie qui cause beaucoup de Je me souviens avoir été chargé souffrances et de pertes en vies de la défense d'un certain... dihumaines, sons Mohamed ... Visite courtoise « Exprime l'espoir que, dans à M. le Procureur de la Républiun esprit de coopération, une so- que; bien entendu je lui parle de lution pacifique, démocratique et Mohamed qu'il ne connait pas, et iuste sera trouvée ,par des moyens aucun juge d'instruction non plus. appropriés, conformément aux Pourtant, ce Mohamed existait principes de la Charte des Na- bien, et un journal d'Alger me tions Unies. » le confirmait le lendemain matin. Je ne sais si cette formule peut Alors, nanti de mon journal, je être interprétée favorablement à m'en vais retrouver ce même Avola thèse de M. Guy Mollet, car cat de la République qui, pour enfin l'O.N.U., en émettant un m'être agréable, téléphone aussitel voeu, avait été préalablement tôt à la P.J. informée, non seulement de la - Connaissez-vous Mohamed? situation économique et sociale de l'Algérie, mais encore de l:oppres- - Pouvez-vous le présenter au sion politique dans laquelle elle juge d'instruction? . se débat, des douleurs et des massacres qui s'y perpétuent ... Quoi qu'il en soit, et c'est une constatation d'évidence, avant ou après l'O.N.U., rien ne se de!Sine dans le sens d'un rapprochement pacifique. A New-York, notre président du Conseil a vanté les vertus de l'en~ tente franco-allemande et évoqué les prOblèmes du nationalisme. - Pas encore? Quand donc? Et il me fut conseillé de repasser le lendemain à toutes fins utiles. - Mais, fais-je observer, et la loi de 1897 qui interdit de détenir ainsi les inculpés? .• - La loi de 1897? .. Cela voulait tout simplement dire: « Vous, Monsieur, vous êtes S'interrogeant sur le désir des de Paris. Ici, nous sommes à Alpeuples anciennement colonisés de ger ... » s'émanciper, il s'est demandé J'en passe ... quelle réponse lui donner. De telle sorte que, lorsque j'ap. n a une préoccupation, et la prends que bien des avocats d'Alvoici: « Faire faire aux peuples ger, musulmans ou , non, qui, en indépendants l'économie de l'étape ces circonstances tragiques, se faidu nationalisme. En Algérie corn- saient un devoir d'apporter à leurs me en Afrique noire, pour~uit-il, clients le réconfort moral de leur la France entend assurer la libé- assistance et aux parents de ceuxration totale des peuples dont eUe ci les nouvelles, bonnes ou maua la charge, c'est-à-dire la Zibé- vaises, des leurs lorsque j'apprends ration individueUe. de chaque que ces avocats ont été arrêtés, homme et de chaque femme, leur je suis, bien sOr, choqué au plus libération économique et sociale, profond de moi-même, mais, reen les délivrant de la misère, leur prenant mes esprits, je fais oblibération politique en les mettant server que pareilles arrestations à même d'exprimer librement leur avaient déjà été faites à Orléansopinion... » • vile et à Oran. Je fais observer Ainsi est-il convenu qu'il ext..te qu'à Blida un gardien chef de en Algérie un prOblème de mI- pénitencier entendait que je lui sère, et il a fallu pour s'en con- montre le contenu de ma serviette vaincre des blessés et des morts avant de quitter la prison et que par milliers, depuis le 1er novem- mes protestations sont restées letbl ·e 1954. tre morte auprèS de ses chefs hié- EN attendant, les bras des ultras sont armés, c'est ce qu'un général de parachutistes, « commandant civil et militaire du Grand Alger», appelle encore « procéder à une véritable mobilisation des étudiants qui n'avaient pu entrer dans la territoriale, n'ayant pas accompli de service militaire ». Alger sera hachuré en arrondissements, Bots, immeubles, et défendu par des milices armées à l'heure du couvre-feu. Les hommes du 6 février algérois ne souhaitaient pas une ascension aussi rapide. A eux les complots fascistes impunis. Aux autres la guillotine. La pacification est au bout. Et elle entraine avec elle un tel courant d'unanimité qu'il faut aussi arrêter les notables musulmans et de nombreux européens de toutes tendances politiques. Quand ainsi tous les militants algériens auront été internés, assignés à résidence ou jetés en prison, que toutes les mechtas auront été ratissées, alors le cessezle- feu viendra tout naturellement, et ensuite les élections! Nos gouvernants n'auront plus qu'à prendre place en face d'un miroir pour commencer la négociation véritable. Est-ce ainsi que sera réalisé le voeu de l'O.N.U. d'une solution pacifique, démocratique et juste, conforme aux principes de la Charte des Nations Unies? Est-ce ainsi que sera realis~ ce grand rêve: assurer la libération totale des peuples par l'économie d'une étape inutile: celle du nationalisme? André SAINT-CYR. L'invitation à cette rencontre fraternelle avait été lancée par un grand nombre de personnalités: MM. Léon Lyon-Caen, premier président honoraire de la Cour de Cassation, président du M.R. A.P.; Allal'd, maire du 10· arrondissement; Robert Attuly, conseiller honoraire à la Cour de Cassation; Clément Baudoin, conseiller municipal du 10·; Elie Bioncourt, ancien député; Florimond Bonte, député; Félix Brun, président de l'A.R.A.C.; Octave Chanlot, président de la Famille Antillaise; Du,pouy, maire d'Argenteuil; René Georges-Etienne, avocat à. la Cour, président de la 10· section de la Ligue des Droits de l'Homme; Dr. Glnsbourg; Grlnspan, avocat à la Cour; Grunebaum,. Ballin, président des Amis de l'Abbé Grégoire; .Janet, éditeur; .Jean-Baptiste, avocat à la Cour; Francis .Jourdain, écrivain, président du Secours Populaire Français; Emile Kahn, président de la Ligue des Droits de l'Homme; H. Krzlwkoski, président de la 10· section du M.R.A.P.; Ernest Labrousse, professeur à la Sorbonne; Charles Lederman, avocat à la Cour; le bâtonnier Le Grlel (Saint-Etienne); Adrien Le . Sueur, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation; Mme Jeanne Levy, professeur à la Faculté de Médecine; MM. Georges Marrane, maire d'Ivry, député; André Mayer, avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation; Henri Martel, secrétaire général de la Fédération des Mineurs, député; Emile Merwart, ancien gouverneur de la France d'OutreMer; Georges Minar, commerçant; Yves Montel, avocat à la Cour; Odet-Denys, prësident du Comité de la France d'Outre-Mer; Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P.; Pierre Paraf, écrivain; Henri Raynaud, secrétaire de la C.G.T.; Jean SChaefer, direcleur du «Peuple », secrétaire de la C.G.T.; Dr. Zuckman. Avocat, militant antiraciste, combattant de toutes les justes causes, Georges Sarolte a d'innombrables amis, qui avaient tenu, ce soir-là, à lui exprimer leur affection, leur admiration ou leur reconnaissance. Aux membres du Bureau National et aux militants du M.R.A.P., s'étaient joints les re.présentants des diverses organisations auxquelles Georges Sarotte a apporté, au cours de longues années, la contribution de son inlassable dévouement : Ligue des Droits de l'Homme, Association Républicaine des Anciens Combattants, Famille Antillaise, Secours Populaire Français, Fédération des Mineurs (dont il était l'avocat), Comité de la France d'Outre-Mer. Tour à tour, sous la présidencQ de notre ami Henri Krziwkoski, MM. René Georges-Etienne, Florimond Bonte, le conseiller Attuly, rendirent à Georges Sarotte, au fil de leurs souvenirs, un homm, age où s'exprimaient l'amitié et l'es Lime. Le président L60n Lyon-Caen, souffrant, avait adressé un cordial message, que Iut Charles Palant. Après qu'il eut reçu le cadeau offert par tous ses amis: les oeuvres complètes de Thomas Raynal, Georges Sarotte remercia, en une brève allocution pleine d'esprit et d'émotion, souhaitant que l'union réalisée autour de lui se renforce encore dans la lutte contre le racisme, pour le progrès et la paix. Qu'il nous soit ,permis, à notre tour, de remercier Georges Sarotte pour sa participation si efficace à notre combat, et d'émettre le voeu que, longtemps encore, I! milite au. service de la justice et de la fraternité· des hommes. Quant aux causes de cette ml· rarchiques. sère, admettons qu'une certaine Mais on saura enfin que, désOrr; udeur retienne d'en parler; mais mais, il n'y a même plus une parlons-en, de cette libération po- défense apparente des droits de utique qui consiste à mettre Jp. l'inculpé et que la justice, dans peuple algérien à même d'exprt- sa manifestation la plus charltamer librement son opinion. ble, est tout simplement bafouée. Charles Pa la nt donne l'accolade à Georges SaroHe. De gauche à droite : Henri Raynaud, René Georges-Etienne, G. SaroHe, Charles Palant, Henri Krzlwkoskl, Florlmond Bonte, le c""seiller Attuly. EN Algérie, faut-1l1e ra.ppeler, il n'existe aucune presse d'opposition. DepuiS avril 1955, c'est-à-dire la proclamation de l'état d'urgence, tous les journaux d'opp.jsltion: Alger RépUblicain, Liberté, Algé-Et je me pose la question de savoir si, aux temps sombres de l'occupation, les avocats français étaient ainsi inquiétés par l'occupant toutes les fois qu'ils se chargeaient d'assurer la défense de Les juifs de Tunisie Une délégation composée des présidents des 27 Communautés Israélites de Tunisie, conduite par leur président M' Charles Haddad et le grand rabbin Meïss Cohen, a été . reçue récemment par M. Habib Bourguiba, président du gouvernement tunisien. rie Libre, El Baf.~ai7:, République-----------------------------, Algérienne, Le Trfl1laHleur Algérien, ont ét~ .nterdlts. Pe m;,me, ont été dissous l(,s grands partis nationaux, comme le M.T.L.D .. le M.N.A. et le P.C.A. Soyons Just~s: à la ve!1le ou congrès soclalis';e de Lille, 'NC. Robert Lacostp. avait autorisé rorgane bimensuel de la Fédération des Libéraux d'Algérie. n avait nom L' Sspoi;, et pendant les récents débats de l'O. N.U., il paraissait encore. Mais il a fait l'objet de si fréquentes saisies qu'aujourd'hui l'équipe qui l'édite « ne peut plus s'offrir le luxe inutile d'imprimer un journal aussitôt emporté par les policiers ». Au moins le responsable ·de la publication de L'Espoir n'a-t-il pas encore connu le sort de certains des directeurs des journaux pré- DES JUIFS ALGERIENS , PRENNENT POSITION Un certain nombre de personnalités algériennes d'origine israélite ont rendu public le communiqué suivant: « Algériens d'origine israélite, nous avons pris connaissance dans la presse française de rappel du Front de Libération NoetLOnale (F.L.N.) aux Israélites d'ALgérie. (1) « Touchés par. cet appel qui déclare notamment: « .. .Le peuple algérien considère qu'il est aujourd'hui de Son devoir de s'adresser directement à la communauté israélite pour lui demander d'affir.mer. d'une façon solennelle son oeppartenance à la nation algérienne. « Ce choix clairement affirmé dissipera tous les malentendus et extirpera les germes de haine entretenue par le colonialisme français. » « Nous approuvons son contenu et les perspectives politiqu.es qu'il ouvre. Nous condamnons Qlvec force la politique de reconquête coloniale dite de « pacification . (1) Nous avons reproduit quelques extraits de ce document dans le dernier numéro de notre journal. exaltent l'amitié Au cC/urs de cette audience, qui s'est déroulée dans une atmosphère cordiale, les délégués ont remis à M. Bourguiba une motion dont voici ql!elques extraits: « Les Communautés Israélites de Tunisie, « Conscientes de ce que l'lrndépendance de notre pay' marque d'espérance dans une vie où chaque citoyen aura droit au bonheur pour lui et la famille; « Convaincue. que ce"e ire nouvelle ne se bâtira que dans 10 fraternité et la collaboration de toutes le. familles spirituelle. du pays; « 'nstrulte, des le~on, de l'histoire quant à la cohabitation féconde des musulmans et des Juifs, au cours des siècles, sur le sol natal ••• « Invitent les Conselll de. Communauté. du Royaume à seconder la. efforts du gouvememant pour la propagation des principes d'amitié et de confiance ,éclproques avec tou, le. hebltalnts du pays; « A faire. pénétrer dan, les masses juives qui y lont largement portées la connaissance et l'amour de, doctrines qui ont présidé à l'Indépendance et qui constituent le ferment d'un pays 'clalré et démocratique; avec les musulmans « Daonnent manda" à leurs président. de promouvoir et foire aboutir cette politique de coopération pour la cons' truction du pays... " Un bel acte de courage Le 9 février, à SaHaumines (Nord), un Algér.ien, M. Amar Belkacen, 51 ans, a été grièv,e~ ment blessé en se portant au secours d'une fillette, Liliane Dec1ercq. L'enfant s'était engagée sur la cha·ussée, quand swrgit une voiture. M. Belkacen se précipita vers elle, la ceintura et la, repoussa saine et sauve sur le trot-. toir. Mais i'l fut accroché par le \(éhicule et dut être hospItalisé. Cet· acte héroIque méritait d'être signalé, à l'heure où tant de campagnes diffamatoires sont menées contre les travailleurs algér.iens vivant en France, qu'une certa~ne plesse s'efforce, par tous les moyens, de calomnier, dans J'espoir de j,ustifier Ja powrsuite de la guer,re et de la répression. f 8 DROIT ET LIBERTE ARYENNE, MA SOEUR C'est le soi r . Une femme fait ses malles. Elle choisit ce qu'elle va emporter. Parfois, elle r eprend dans la malle un objet qu' elle remet en place dans la chambre, pour emballer autre chose. Elle hésite longuement à prendre une grande photographie d'homme sur la commode. Finalement elle la lai sse. Fat iguée, elle s'assied un instant sur la malle, la tête dans les mains. Puis elle se lève et téléphone. LA FEMME. - C'est Judith Keith qui parle. C'est vous, docteur? Bonsoir. Je voulais seulement vous prévenir d'avoir à chercher un quatrième au bridge : je pars en voyage ... Non, pas bien longtemps, mais ça fera tout de même quelques semaines ... Pour Amsterdam... Oui, le printemps doit être bien beau là-bas... J'y ai. des amis .... Non, au pluriel, même si vous ne le croyez pas... Comment vous jouerez au bridge? Mais voilà quinze jours que nous ne jouons plus!. .. Naturellement, Fritz était grippé aussi; par ces grands froids, il n'y a pas moyen de bridger, je le disais bien ... Mais non, Docteur, comment aurais-je pensé? ... ' Et Thécla avait aussi la visite de sa mère .. . Je sais .. . Pourquoi aurais-je pensé une chose pareille? .. Non, ce n'est pas si soudain; seulement, je recule depuis longtemps, et maintenant il faut... Oui, il faut aussi abandonner nos projets de cinéma; mes amitiés à Thécla... Peut-être lui t éléphonerai- je dimanche. Alors, au revoir ... Mais sûrement, bien volontiers. Adieu! Elle r accroche et compose un autre numéro. Allo ? Pourrais - je parler à Madame Schoek... De la part de Madame Keith ... Lotte? .. Je voulais te dire au revoir, je pars pour quelque temps ... Non, pour rien; seulement pour changer d'horizon... Oui, ce que je voulais te dire, c'est que Fritz a le Professeur à dîner mardi prochain, alors si vous pouvez venir, je pars ce soir , comme je te le disais ... Oui, mardi. .. Non je voulais dire, je pars ce soir, ça n'a aucun rappor t , et je pensais que vous pourriez venir mardi... Bon, si tu veux, ' ,disons alors : bien que je ne sois pas là, c'est ça? .. Non, je le sais bien que vous n'êtes pas comme ça; c'est l'époque, et les gens font tellement attention; alors c'est entendu, vous venez?... Si Max peut? Il pourra, va, tu n'as qu'à lui dire que le' Professeur sera là ... Il faut que je te quitte. Alors au r evoir. Elle raccroche et compose un autre numéro. C'est toi, Gertrude? Ici, Judith. Excuse'moi de te déranger... Merci. Je voulais te demander de veiller un peu sur Fritz, je vais en voyage pour un mois ou deux ... Je pensais, comme tu es sa soeur ... Pourquoi ne voudrais-tu pas?... Mais ça n'aura pas l'air de cela, surtout pas pour Fritz ... N;aturellement, il le sait, que, nous ne sommes pas... tellement bie,n ensemble, mais ... Alors il te téléphonera, si tu veux ... Oui, je le lui dirai.. . Tout est à peu près en ordre, mais la maison est un peu lourde ... Pour son cabinet de travail, laisse faire Ida, elle sait... Je .la trouve très intelligente, et il est habitué à elle ... Autre chose, que je te demande de ne pas interprêter de travers, mais il ne cause pas volontiers avant le r epas, veux-tu y penser? Je t âchais toujours de me retenir ... Je ne tiendrais pas beaucoup à discuter sur ce sujet , vois-tu, mon train part bientôt et je n'ai pas encore fini mes bagages... Veille un peu sur sa garde-robe et rappelle-lui d'aller chez le t ailleur, il a commandé un manteau; et prends soin que sa chambre soit bien chauffée, il couche toujours la fenêtre ouverte et le froid « Grand'peur et misère du Ille ReiCh », la pièce de Bertolt BRECHT, qui poursuit Jusqu'au 17 mars sa brillante carrière au Petit-Marigny, consiste, on le sait, en une série de tableaux dramatiques montrant la cr·u8uté et. l'absurdité du régime nazi à ses débuts. Nous reproduisons ici' l'un de ces tableaux, « Aryenne, ma soeur, .. », tiré des oeuvres complètes de B. B,recht (Editions de l'Arche) avec l'aimable autorisation de l'éditeur. vient vite... Non, je ne crois pas qu'il doive s'endurcir, mais il faut que je parte ... Merci beaucoup, Gertrude, et nous nous écrirons de nouveau, n'est-ce pas? Au revoir. Elle raccroche et compose un autre numéro. Anna? C'est Judith ici. Dis-moi, je pars maintenant.. . Non, il le faut, ça devient t rop difficile.. . Trop difficile!. .. Oui, non, ce n'est pas Fritz qui le veut, il n'en sait encpre rien, j'ai simplement fait mes bagages... Je ne crois pas... Je ne crois pas qu'il y trouve à redire.. . C'est trop difficile pour lui, Simplement sur le plan social... Nous n'en avons pas parlé... Eh bien, mais nous n'avons jamais parlé de cela, jamais ... Non, il n'avait pas changé, au contraire... Je voulais vous demander de l'entourer un peu, les premiers temps ... Oui, surtout le dimanche, et conseillez-lui de déménager... La maison est trop grande pour lui... J'aurais bien été te dire au r evoir, mais tu sais, le concierge! ... Alors au revoir, non, ne viens pas à la gare, en aucun cas! ... Au revoir, j'écrirai une fois ou l'autre... Sûrement. Elle · raccroche. Elle a fùmé. Elle brûle l'agenda où elle a cherché ses numéros de téléphone. Elle se promène de long en large une ou deux fois. Puis elle répète le petit discours qu'elle compte tenir à son mari. On doit se rendre compte qu'il est assis sur un siège déterminé. Oui, décidément je pars, Fritz. Peut-être suis-je restée trop longtemps, excuse-moi, mais ... Elle s'arrête, réfléchit et recommence. Fritz, il ne faut plus me garder, tu ne peux plus... Il est évident que je te conduis à ta perte, je sais que tu n'es pas poltron, tu ne crains pas la police, mais il y a pire. Ils ne t'emmèneront pas au camp de concentration, mais demain, peutêtre aprèS-demain, ils t'empêcheront d'aller à la clinique. A ce moment-là, tu ne diras rien, mais tu tomberas malade. Je ne veux pas te voir t'asseoir de siège en siège à feuilleter les journaux. Si je pars. c'est pur égoïsme de ma part, rien d'autre. Ne dis rien ... Elle s'arrête de nouveau et recommence. Ne dis pas que tu n'es pas changé. Tu l'es; la semaine dernière, tu disais que, très objectivement, le pourcentage de savants juifs n'était pas si grand. Ça commence toujours par l'objectivité... et pourquoi me dis-tu toujQurs que je n'ai jamais montré un tel nationalisme que maintenant? Naturellement. C'est la contagion qui gagne. Oh, Fritz, qu'est-ce qui nous est arrivé ... Elle s'arrête de nouveau et recommence. Je ne te l'ai pas dit que je voulais partir, que je voulais partir depuis longtemps, parce que je ne peux pas te parler quand je te vois, Fritz. Ça me parait alors une chose tellement inutile, de parler. Tout est écrit, tu le sais bien. Mais qu'est-ce qu'il leur prend? Qu'est-ce qu'ils veulent r éellement? Qu'est-ce que je leur fais? Je ne me suis pourtant jamais mêlée de politique? Etais-je pour Thaelmann? Je suis pourtant une de ces femmes de la bourgeOisie qui ont, comme ils disent, leur mission domestique et coetera, et maintenant voilà que tout d'un, coup les femmes blondes ont seules le droit d'être ça. Ces derniers temps, j'ai souvent réfléchi à ce que tu disais voici des années, qu'il y avait des gens préCieux et des gens moins précieux, et que les premiers avaient droit à de l'insuline en cas de diabète et les autres non et cela, je l'avais approuvé, imbéeile que j'étais! Maintenant, 11s ont fait une nouvelle classification de ce genre, et maintenant j'appartiens à la catégorie sans intérêt. C'est bien fait pour moi. Elle s'ar r ête de nouveau et recommence du début. Oui, je fais mes malles. Ne fais pas comme si tu ne t'étais aperçu de rien ces derniers temps... Fritz, j'admets tout, sauf que nous ne nous regardions pas en face pendant les dernières heures qui nous restent. Cela, ils ne doivent pas l'obtenir de nous, les menteurs, qui forcent tout le monde à mentir. li y a dix ans, quand les gens disaient qu'on ne voyait pas que j'étais juive, toi, tu t 'empressais de dire: si. ça se voit. Et cela me faisait plaisir. C'ét ait net . Pourquoi maintenant tourner autour du pot? Je fais mes malles parce que, sans cela, ils ne te laisseraient pas médecin-chef. Et parce que déjà ils ne te saluent plus dans ta clinique. 'Et parce que déjà, la nuit, tu ne dors plus. Je ne veux pas que tu me dises de rester. Et je me dépêche, pour ne pas t'entendre me dire de partir. C'est une question de t emps. Le caractère, c'est une question de temps. Il tient plus ou moins longtemps, juste comme un gant. li y en a de bons, qui tiennent longtemps. Mais ils ne tiennent pas toujours. D'ailleurs, je ne suis pas en Golère. Si, je le suis. Pourquoi dois-je dire amen à tout? Qu'y a-t-il de mal dans la forme de mon nez ou dans la couleur de mes cheveux? II me faut quitter ma ville natale, pour qu'ils n'aient pas à me donner du beurre. Mais quelle sorte d'hommes êtes-vous donc, -oui, et toi? Vous inventez la théorie des quanta et vous vous laissez mener par des sauvages qui vous promettent de conquérir le monde, mais qui ne vous laissent pas garder la femme que vous voulez. Respiration artificielle et coup de grâce! Vous êtes des monstres ou des flagorneurs de monstres! Oui, bien sûr, je ne suis pas raisonnable, mais en de telles circonst ances, à quoi sert la raiso'n? Tu es assis là, tu regardes ta femme faire ses bagages et tu ne dis rien! Les murs ont des oreilJes, n'est-ce pas? Mais vous autres ne dites rien. Les uns écoutent les autres se taisent. Au diable! Moi aussi, je devrais me taire. Quand je t'aimais, je me taisais. Je t'aime réellement. Donne-moi le linge là-bas. C'est du linge de soie. J'en aurai besoin. J'ai trente-six ans, ce n'est pas un grand âge, mais je ne peux plus faire beaucoup d'expériences. Dans le prochain pays où j'irai, les choses ne devront pas tourner comme ici. Le prochain homme que j'aurai devra avoir le droit de me garder . Et ne me dis pas que tu m'enverras de l'argent, tu sais bien que tu ne le pourras pas. Et ne fais pas non plus comme si cela devait être pour un mois. Ici, les choses dureront plus d'un mois. TU le sais, et je le sais aussi. Alors ne me dis pas que finalement 11 ne s'agit que de quelques semaines, quand tu me donneras le manteau de fourrure dont je n'aurai besoin que l'hiver prochain. Et ne disons pas que c'est un malheur. Disons que c'est une honte. Oh, Fritz! EUe s'arréte. On entend une porte. Elle s'arrange en hlite. Entre Bon mari. LE MARI. - Qu'est-ce que tu fais donc? TU ranges? LA FEMME. - Non. LE MARI. - Des bagages? Pourquoi? LA FEMME. - Je voudrais partir. LE MARI. - Qu'est-ce que cela signifie? LA FEMME. - Nous avons bien envisagé, à l'occasion, que je partirais pou' quelque temps. Ça n 'est pas si beau, ici. . LE MARI. - Mais ça n'a pas de sens. LA FEMME. - Il faut donc que je reste? LE MARI. - Où veux-tu aller? LA FEMME. - A Amsterdam. Partir, un point c'est tout. LE MARI. - Mais là-bas, tu ne connais personne? LA FEMME. - Non. LE MARI. - Pourquoi donc ne veux-tu pas rester ici? En tout cas, ce n'est pas à cause de moi que tu partirais. LA FEMME. - Non. LE MARI. - Tu sais que je n'ai pas changé. Le sais-tu, Judith? LA FEMME. - Oui. Il la prend dans ses bras. Ils restent d'ebout sans parler entre les malles. LE MARI. - Et rien d'autre ne te fait partir? LA FEMME. - Tu dois le savoir. LE MARI. - Après tout, ce n'est pas si bête. Tu as besoin q'un coup d'air. Ici on étouffe. J'irai te recnercher. Deux jours aprèS avoir passé la frontière, j'irai déjà mieux. LA FEMME. - Oui, c'est ce que tu devrais faire. LE MARI. - Et puiS ça ne durera plus bien longtemps ici. Le / bouleversement viendra d'un Côté ou de l'autre. Ça commence à élancer comme une inflammation. LA FEMME. - SQrement. TU as rencontré Schoek? LE MARI. - Oui, c'est-à-dire seulement sur l'escalier. Je crois qu'il regrettait déjà d'avoir rompu. Il -était positivement embarrassé. A la longue, iIs ne peuvent tout de même pas nous abaisser tellement, nous autres intellectuels. Et iIs ne peuvent pas non plus faire la guerre avec des carcasses , auxquelles il manque la colonne vertébrale. Finalement, les gens ne a'écartent pas si vite, quand on leur fait face énergiquement. A quelle heure est ton train? LA FEMME. - Neuf heures quinze. LE MARI. - Et où devrai-je t'envoyer des fonds? LA FEMME. - Peut-être poste restante à Amsterdam. LE MARI. - Je me procurerai une autorisation exceptionnel.1e. Que diable, je ne peux tout de même pas renvoyer ma femme avec dix marks par mois! COchonnerie que tout cela! Quelle impression atroce. LA FEMME. - Si tu viens me chercher, cela te fe.ra du bien. LE MARI. - Lire une fois un journal où il y ait quelque chose! LA FEMME. - J'ai téléphoné à Gertrude. Elle s'occupera de toi. LE MARI. - Tout à fait superflu. Pour quelques semaines. LA FEMME, qui a recommencé 4 emballer. - Passe-moi donc le manteau de fourrure, veux-tu? LE MARI, le lui donne. - Finalement, il ne s'agit que de quelques semaines. UN ENTRETIEN AVEC: YVES CIAMPI (Sui te de la page 1) C'était au ciné-club « Amitié », le ciné-club antiraciste. Malgré ses nombreuses occupat ions, Yves Ciampi, quelques jours aprèS son retour du Japon, où il venait de tourner « Typhon sur Nagasaki », en avait accepté la présidence. - J'ai vraiment été entraîné par un sen timent d'amit ié pour ce ciné-club et le but qu'il s'est f i xé, explique-t-il. Le cinéma peut jouer un r ôle primordial dans la lt.tte anti r aciste. Il peut aider les peuples à se connaîtr e et détruire ainsi des ignorances, des préjugés souvent séculaires, qui sont trop f réquemment exploités à des fins polit iques. Lutter contre le racisme, c'est avant tout informer. Il s'agit, par des documents v r ais de montrer ce qui se passe dans les autres pays. Il t aut que l 'on se dise : « T iens, ces gens qui h abi t ent si loin , ce sont des gens comme nous, ils ont l es mêmes sentiments que nous, malgré leurs coutumes dittérentes... Je n'aurais pas cru que c'était comme ça ... » Nous avions vu, quelques jours , plus tôt, le dernier film d'Yves Ciampi, ce « Typhon sur Naga- Yves Ciampl au ciné-club " Amitié ». ' saki », où s'exprime justement la préoccupation de faire connaître un pays lointain, le Japon. Non pas un Japon pour touristes, mais un J apon qui vit et travaille, qui souffre et lutte. Yves Clampi nous fait pàrt de son expérience: C'est la première fois qu'une co-production est réalisée entre le Japon et un pays européen , nous dit-il. Et il est vrai qu'au début, le tournage a été ditficile: les acteurs, comme les t echniciens, ont des tradttions, des conceptions différentes; il exist ait même, parfois, un état d'espr i t d'host i lité, de méfiance, e,ntre Japonais et Français. Mais l es contacts personnels les rencontres, les conversations privées ont permi s, rapidement, d'éliminer des frontières qui pouvaient sembler i nfranchissables. Pour ma part, ajoute-t-il en souriant, j'ai si bien sympathisé avec ce pays que je vais épouser une Japonai se. . . ' Comme président d'un ciné-club antiraciste, on ne peut taire mieux ... c: Soyons des hommes de bonne volonté » A son retour du Japon et de Chine (où il a passé cinq mOis), Yves Clampi a raconté partout ses découvertes, oeuvrant au rapprochement de la France avec les peuples d'Extrême-Orient. Souvent, il n'a suscité qu'une curiosité superficielle. - Il est très difficile, nous dit-il encore, de percer cette carapace des gens qui ne comprennent pas ou, ce qui est plus grave, qui ne veulent pas comprendre. Mais il ne renonce pas: - Si on voulait écouter ceux qui ont voyagé, les frontières dis-· paraîtraient entre les peuples et la paix serait assurée. Tout dépend de nos efforts pour informer, pour rapprocher. Soyons des hommea de bonne volonté!

Notes

<references />