Droit et Liberté n°294 - juillet-août 1970

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Editorial: Vorster à Paris par Charles Palant
    • L'apartheid dans la pratique (Afrique du sud)page6,7
    • Grande-Bretagne: l'ascension du powellisme par Marguerite Kagan et Marie Couton page9
    • Vivre ensemble à Belleville page11
    • Les gitans sont-ils des parias ? par Pierre Join-Lambert et Leuléa Rouda page12
    • Entretien avec le pasteur Westphal par Jacques Tenesi page16
    • Juifs et catholiques français par Madeleine Reberioux (présentation de livre) page17
    • Algérie des racismes par Jean Pierre Saïd
    • Itinéraires de Miro par Solange Dreyfus; Matisse: ma caractéristique de l'art moderne est de participer à notre vie
    • Hommage à Elsa Triolet par Pierre Parafpage23
    • La vie du MRAP: A Belleville contre les divisions et la haine; après le drame de Saint-Denis
    • Education à la Fraternité: antiracisme, éducation, politique par Marc André Bloch page29

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

1 JUllUY·AOUT 1910 • Ir 2!14 • PA IX : UO FUNes Que faire contre les bidonvilles? 1 L'.tpartheid Un ~uchelDar quotidien VIVRE ensemble A BELLEVILLE Les Gitans sont-ils des parias? 2 -. ~ .~~.~~ ~eI ~ ~ ~~ .~v !.~ ~. ~~ ~T Valable jusqu'au 15 septeDlbre 1970 ~ET APPAREIL PHOTO pour 2 abonneDlents a.... ((Droit & Liberté)) Relllplissez le bulletin ci-dessous et envoyez-le à (( Droit & Uberté)) M ___ _ Adresse ________________________________________________________________ ______ . vous prie de lui envoyer un appareil photo IMPERA et vous adresse à cet effet le montant (50 F) de deux abonnements d'un an à « Droit & Liberté» pour : M __ _ M ._ Adresse Adresse .. ___ ._ ... ___ . ____ . __ _ • Le versement peut être effectué par chèque bancaire, mandat-poste ou chèque postal (C.C.P. 6070-98 Paris) à « Droit & Liberté», 120, rue Saint-Denis, Paris (2°). • Si vous êtes déjà abonné, l'un des deux abonnements peut être un renouvellement du vôtre, soit qu 'il arrive maintenant à échéance, soit que vous le régliez par anticipation. L'ignorance et la peur Vous intéressant à toutes les formes de racisme , vous devez savoir que, dans le domaine de l'enfance inadaptée, il existe un racisme qui , comme tous les autres, vient de l'ignorance et de la peur, et dont les parents sont souvent victimes de la part de leur entourage. Je renouvelle mon abonnement en espérant que vous parlerez plus des étrangers en France et de ce qu'on peut faire pour eux. N'ayant pas eu à souffrir de l'antisémitisme , peut-être que je sous-estime sa virulence ; je crois qu'il faut le combattre comme une forme de bêtise . Tous les aspects de la bêtise doivent être combattus. S'unir Mme S. de B. 69-Caluire Je voudrais vous exprimer mon inquiétude, déjà largement partagée par vous, et sans doute par de nombreux lecteurs, à la suite du meeting tenu par « Ordre Nouveau», organisation constituée en toute liberté. Il n'est plus possible de se contenter de révéler tous les articles racistes et haineux des journalistes qui en font partie et les graffiti qui s'étaIent odieusement sur les murs . La grave question qui se pose actuellement d'urgence est de réaliser un front unique antiraciste et antinazi. Il me semble que vous êtes les plus qualifiés et représentatifs pour pouvoir prendre tous les contacts nécessaires à cet effet, avec tous les organismes sans exception, politiques, syndicalistes, philosophiqu.es, religieux, qui voudraient s'unir pour exiger avant tout la dissolution et l ' interdiction d'« Ordre Nouveau». Les néo-nazis se regroupent sur le plan national et international

est-il possible que nous

soyons incapables de nous unir tous également , pour être fidèles à la mémoire des déportés, 25 ans tout juste après la libération des camps? Ne leur avons-nous pas juré « Plus jamais ça » ? Mme R. CHIF Saintes (17) N.D.l.R. - Le M.R.A.P. a pris contact avec de nombreuses organisations, et une action commune ou simultanée a été engagée pour demander l'interdiction du meeting d'. Ordre Nouveau Il. Nous poursuivrons nos efforts pour resserrer runion de toutes les forces antiracistes et antinazies. Pourquoi Israël? ... Dans le numéro 291 , d'avril 1970, je relève ce qu'a écrit M. Clément Baudouin . Je n'arrive pas à me rappeler dans quel article il a été souligné , selon M. Baudouin, que « tôt ou tard, il faudra qu'Israël vive en bonne intelligence avec ses voisins arabes ». Cela est l'évidence même et on ne peut qu'approuver, à la condition , cela va de soi , d'admettre en toute équité la réciproque , à savoir que tôt ou tard il faudra que les pays arabes vivent en bonne intelligence avec Israël. .. M . Baudouin voudrait savoir pourquoi Israël n'est pas un état laïc et pourquoi la religion y joue un si grand rôle. Je suis pour ma part, incapable de lui fournir une explication . Tout au plus puis-je lui faire remarquer qu' Israël n'est pas le seul Etat dans ce cas. S'agirait- il donc aux yeux de M . Baudouin d'un droit qui existerait pour d'autres pays , DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 et pas pour Israël.._ On pourrait d'ailleurs fai re remarquer que la population d' Israël n'est pas uniquement juive mais qu'elle compte également 223 000 musulmans, 58 000 chrétiens, 31 000 druses, et que, bien entendu , je ne fais pas mention de la population des territoires occupés après la guerre des Six jours déclenchée par les provocations arabes : fermeture du golfe d'Akaba , etc., population qui s'élève au total de 1061 400 arabes. Enfin , M . Baudouin aimerait savoir pourquoi les religieux prient pour le retour en Israël des juifs de Russie et pas pour celui des juifs d'Amérique, de France ou d'Angleterre. .. Je crois du reste que M. Baudouin a une façon très malheureuse de poser sa question car en s'exprimant ainsi , l'on pourrait croire qu'il regrette que la prière de ces religieux ne s'applique pas également aux juifs des autres pays et ... qu'elle ne soit pas exaucée . Je suis tout à fait d'accord avec M . Baudouin pour une augmentation dès l'école de la lutte antiraciste et à la lu mière de ce demier souhait de M. Baudouin , je pense que j'ai probablement mal interprété sa pensée dans l'alinéa précédent . Georges A. BLUM, 67-Strasbourg. N.D.l.R. - Nous avons mis en relation nos deux correspondants, pour qu'ils puissent poursuivre directement le débat. Pour. Droit et Liberté Il, M. Baudouin nous a adressé la réponse qui suit : Juifs et Arabes, mes frères Comme M . G.A. Blum, jE dirai que , de toute évidence , i en est des peuples comme de~ couples : on ne peut pas vivre en bonne intelligence si l'un cherche à dominer ou à brimer l'autre . Et dans le cas qui nous occupe , cela devrait être d'autant plus facile que, selon mon vieux petit dictionnaire classique illustré , le patriarche Abraham fut le père des Juifs et des Arabes , qui ne formaient qu'un seul peuple sémite ; et que , dans un racisme échevelé, ce même dictionnaire dit du Juif : (( Usurier, homme qui gagne de l'argent d'une manière sordide Il, et de l'Arabe : (( Usurier, avare)), ce qui prouve que, pour les racistes , la différence est bien mince. Moi qui , partout où je me suis trouvé , ai lutté corps et âme contre l'antisémitjsme, qui aime les juifs comme mes frères, qui me suis battu à leurs côtés parce qu'ils étaient exploités comme moi ou que, dans la Résistance, nous défendions la même cause, je n'en aime pas moins les Ara b.es , qui sont d'autres frères, des êtres humains parfois encore plus malheureux , et je suu ff, !; quand je constate du r~c i s m e contre les peuples arabes, longtemps tenus dans l'ignorance et le féodalisme , exploités par leurs propres seigne[; rs comme par les impérialistes étrangers. Je me rends en outre de plus en plus compte que nombreux sont les juifs, et ils le seront encore davantage qui, n'ayant aucun esprit d'hégémonie , pensent qu'il pourrait exister un Etat où juifs et Arabes cohabiteraient en toute sérénité et amitié, sans que l'un cherche à chasser l'autre, ou à prendre son terrain ou à détruire sa maison , comme je l'ai vu de mes yeux à Jaffa et autres lieux, lors de mon séjour en Israël , où j'ai rendu hommage au travail fécond des Israéliens, sur cette terre par endroits ingrate. J 'approuve , comme beaucoup de juifs, les efforts du président Nahum Goldmann , qui tente de rapprocher les deux peuples, et de faire régner la paix sur cette terre tourmentée ; et je comprends mal les obstacles qui lui sont dressés , et l'impression sinon la certitude , donnée aux Arabes que l'on veut leur prendre leur patrie, alors qu'ils n'ont aucune responsabilité dans les malheurs réels subis par de nombreux juifs à travers le monde. J'ajouterai que les juifs , athées ou croyants , qui ont vraiment voulu rejoindre Israël ont pu le faire , et que certains, d'ailleurs l'ont ensuite quitté . Clément BAUDOUIN, 20-Esbalungo Brando. 3 4 3 francs contre le raCI-SIDe Le M.RA.P. vient d'éditer ses BONS DE SOUTIEN annuels, à 3 .... ancs l'un, soit 30 .... ancs le carnet de 10. .. n'est pas nécessaire d'insister auprès des lecteurs de (( Droit et Uberté)) sur la nécessité de la lutte contre le racisDle, et sur l'emcacité de l'action du M.RA.P. Un seul chilTre en téDloigne : depuis le début de 19'70, notre MouveDlent a organisé en D10yenne UNE MANIFESTATION PUBLIQUE PAR JOUR: conrérence, débat, D1eeting, projection, ou exposition. Il rournit chaque seDlaine de la docUDIentation à des dizaines d'enseignants et de jeunes. Agissant par tous les D10yens possibles, de la riposte inunédiate à la législation antiraciste, de l'éducation des jeunes à l'inrorDlation de l'opinion publique, le M.R.A.P. rait appel à tous les concours pour D1ener à bien sa tâche ... Il a besoin de D1i1itants, de propagandistes, de dilTuseurs de sa revue (( Droit & Liberté)), de conrérenciers, d'aniDlateurs de cODlités. Il a besoin d'argent. Aidez-le! ET DANS L'IMMEDIAT, DONNEZ-LUI LE MOYEN D'EXISTER. ~r son existence, son action dépendent directeDlent de la contribution de ses 3Dlis, de votre contribution.

DeDlandez un ou plusieurs carnets de Bons de Soutien, pour vous-D1êDle et pour dilTuser autour de vous. (RègleDlent au M.R.A.P., 120, rue Saint-Denis, Paris-2°, par chèque bancaire, D1andat-poste ou ~.~.P. 14.825.85 Paris.)

• Un tirage aura lieu le 15 noveDlbre 19'70 parOli les souscripteurs, donnant lieu .à la répartition de nontbreux cadeaux, parOli lesquels : un téléviseur-couleur, cinq voyages-vacances pour deux personnes (Al'rique noire, R .D.A., Irlande, Yougoslavie, Londres), des appareils photo, des appareils électro-D1énagers, etc. dans ce numéro L' APARTHEID DANS LA PRATIQUE Selon M. Vorster et ses amis, l'apartheid est une «politique de développement séparé» . En fait, il s'agit d'une législation raciale permettant l'exploitation du pays au seul profit des blancs (p. 6 et 7). ANGLETERRE: L'ASCENSION DU (( POWELLISME Il Le résultat des dernières élections montre que l'opinion britannique a été en partie sensible à la campagne raciste de M . Powell (p. 9) . LES GITANS SONT-ILS DES PARIAS? Pour le Conseiller d'Etat Join- Lambert, les réalisations dépendront de l'état de l'opinion ; pour Leuléa Rouda, secrétaire général du Comité international tzigane, la responsabilité du gouvernement est entière (p. 12 et 13) . JUIFS ET CATHOLIQUES FRANCAIS Un livre fait le point de rapports séculaires, (p . 17) . ALGÉRIE DES RACISMES Du « Maître de la Mitidja» à la «Bataille d'Alger» (p . 1 8 et 19). Notre couverture: En Afrique du Sud, les Africains ont un « laisser-passer» particulier. Ils peuvent être arrêtés s'ils ne l'ont pas sur eux (photo U.P.I.) . droit & liberté MENSUEL 120, rue Saint·Denis . Paris (2') . (Tél. 231·09·57 - C.c.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS • Un an : 25 F ' • Abonnement de soutien : 50 F Alllil/es, Réul/ion, Maghreb, Ajhqlle Fal/' L'ophone, Laos, Cambodge, NOlll'elle·Ca/édonie

25 F. AlIIres pays: 35 F.

Changèmi'11I d'adr('sse : 1 F. La gérante : Sonia Bianchi Imprimerie La Haye·Murl!{lux 1 Les représentants de plusieurs organisations, dont le M,R,A,P" se sont rendus au ministère des Affaires étrangères pour protester contre la réception de M, Vorster. éditorial Vorster a"'" Paris ... ON ne compte plus les condamnations prononcées par l'Organisation des Nations-Unies contre la République sud-africaine où sévit depuis 1948 une législation raciale destinée à mettre en oeuvre la politique d'apartheid que le gouvernement sud-africain traduit par l'euphémisme démagogique du développement séparé. Plus de quinze millions d'Africains sont parqués sur 13 % du territOire, tandis que trois millions de blancs occupent le reste du pays, Les villes sont interdites aux noirs sauf quand ils servent de domestiques, Les droits politiques sont pratiquement inexistants pour les Africains don! cinq mille seulement ont le droit de vote, Ils ne sont pas représentés au Parlement , Ils n'ont pas le droit de grève, Tout déplacement est subordonné à une autorisation, Une loi dite des ({ 180 jours» permet à la police d'emprisonner un homme pendant six mois sans aucune explication . Cette mesure est renouvelable indéfiniment. Pour un Africain , c'est un crime que de s'asseoir sur le même banc qu'un blanc, de monter dans un autobus réservé aux blancs , de passer par la même porte qu'un blanc, En République sud- africaine , la torture, le fouet, la fusillade sont pratiques courantes contre les noirs, Les lois de l'apartheid sont directement inspirées des méthodes hitlériennes, John Vorster le chef du gouvernement de Pretoria est lui-même, comme son prédécesseur Vervoerd , un ancien admirateur d'Hitler, Au cours de sa récente tournée européenne, Vorster a été déclaré indésirable à Londres, à Rome, à Bruxelles, à Amsterdam ... Le gouvernement français - principal fournisseur d'armes de l'Afrique du Sud, comme le rappelait M. Makatini , leader de l'A.N,C, au cours d'une récente confé'rence de presse à Paris - a accepté de recevoir Vorster ; M, Chaban-Delmas lui a réservé une audience, De nombreuses organisations, dont le M .R.A,P ., de nombreuses personnalités se sont élevées avec vigueur contre cette visite. ' Pour tenter de justifier les faveurs de la France pour le gouvernement de Prétoria , M , Maurice Schumann , ministre des Affaires étrangères , répond à nos protestations en citant la phrase de Léon Blum , en 1937 : (( Si cela pouvait servir la cause de la paix, je rencontrerais Hitler luimême ... )} Détestable exemple en vérité, car on sait où ont conduit les faiblesses des démocraties ôccidentales pour le régime nazi. En outre, il ne s'agissait pas, pour Léon Blum d'aller proposer à Hitler de lui fournir les armés de la répression raciste. , .1 EN recevant Vorster à :~ris , le gouvernement français n'a servi ni la cause de la pa,ix, ~i le crédit moral et politique de la France, notamment aux yeux des peuples d Afrique qui mènen't contre l'oppression un juste combat que l'intérêt bien compris de notre pays commande de soutenir jusqu'à l'inéluctable victoire. , Charles PALANT. DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOûT 1970 5


----

Une lettre du M.R.A.P. au IDlnlstre des Atralres étrangères Le secrétariat national du M.R.A.P. a adressé, le 8 juin, la lettre suivante à M. Maurice Schumann, ministre des "Affaires étrangères

Monsieur le Ministre, Nous nous permettons de vous exprimer notre vive émotion à la suite de l'annonce de la prochaine venue à Paris de M. Vorster, Premier ministre du gouvernement raciste d'Afrique du Sud, après sa visite aux dirigeants du Portugal et de l'Espagne. Le voyage en Europe de M. Vorster ayant pour but d'obtenir de nouveaux soutiens matériels et moraux pour renforcer sa politique d'oppression contre la population africaine, sa rencontre avec les représentants de notre pays ne pourrait être interprétée que comme un encouragement à cette politique et le prélude à une aide accrue. Au nom des principes que la France représente traditionnellement aux yeux des peuples, nous nous permettons d'espérer que sera annulée la visite à Paris, 25 ans après la victoire sur les hitlériens, de l'homme qui incarne aujourd'hui le racisme dans ses formes les plus inhumaines et les plus insolentes. Veuillez croire, Monsieur le Ministre, à notre haute considération. La réponse de M. SchulDann Voici la réponse reçue , datée du 11 juin Monsieur le Secrétaire national, Je serai absent de Paris lors de la visite de M. Vorster et n'aurai pas l'occasion de le rencontrer. Mais j'ai les meilleures raisons de croire que l'interprétation à laquelle se réfère le second paragraphe de votre lettre du 8 juin ne correspond pas à la réalité des faits. Sans vouloir établir une comparaison arbitraire, comme le sont tous les rapprochements historiques, je crois devoir vous rappeler une phrase célèbre de Léon Blum, président du Conseil, en 1937 : (( J'ai rencontré le Dr Schacht; si cela pouvait servir la cause de la paix, je rencontrerais Hitler lui-même sur le pont de Kehl. Il Cette formule me paraît conforme à la tradition d'une famille spirituelle qui, comme la vôtre, et comme vos titres l'indiquent, associe légitimement la lutte contre le racisme au combat pour la paix. Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire national, l'assurance de mes sentiments les meilleurs. (Voir, page 5, le commentaire de Charles Palant, secrétaire général du M.R .A.P .). Chez votre pharmacien 6 L'apartheid dans la pratique UN document réalisé par le Groupe de l'Apartheid auprès du secrétariat de l'ONU , et i~titulé « L'apartheid dans la pratique» rassemble deux cents exemples Illustrant chacun les effets des lois raciales appliquées en Afrique du Sud et leurs répercussions sur la vie quotidienne des non-blancs de ce pays. Ils sont tous significatifs et donnent une image qui ne coïncide pas avec la description officielle des buts, des idéaux et des résultats du soi-disant « développement séparé». Nous en publions ci-dessous quelques-uns . Domicile, famille et résidence Un Africain qui est né dans une ville et y a vécu sans interruption pendant 50 ans mais qui l'a quittée pour résider ailleurs pendant un certain temps, ne serait-ce que deux semaines, n'a pas officiellement le droit de revenir dans la ville où il est né et d'y passer plus de 72 heures s'il n'a pas obtenu de permis à cet effet. S'il y reste sans permis, il se rend coupable d'un délit passible d'une amende de 28 dollars au maximum ou, à défaut, d'une peine d'emprisonnement ne dépassant pas deux mois. Un Africain qui a vécu et travaillé sans interruption pendant 50 ans dans la ville ou il est né peut être tran slëré hors de celle-ci si le ministre de l'Administration et du Développement bantous estime que le nombre d'Africains vivant dans la ville « dépasse les besoins normaux de la région en main-d'oeuvre». Aucun Africain résidant légalement dans une ville en vertu du permis qui lui a été délivré n'a officiellement le droit de faire vivre sa femme et ses enfants chez lui. lis ne peuvent ré sider avec lui que si on leur a délivré séparément des permis les autorisant à le suivre. Un Africain qui a été déclaré « sans profession avouable» dans la ville où il habite, peut accepter un contrat de travail avec un fermier blanc pour une période approuvée par le commissaire aux affaires bantoues. Dans ce cas, il est détenu en attendant d'être emmené dans la ferme où il doit travailler. S'il est congédié avant l'expiration du contrat, le commissaire peut l'envoyer dans un établissement pénal pour une durée de deux ans au maximum. Un célibataire qui est « apparemment» un blanc ou qui est « généralement considéré » comme tel et qui tente d'avoir des rapports sexuels avec une femme qui n'est « apparemment» pas une blanche ou qui n'est pas « généralement considérée » comme telle, est coupable d'une infraction pénale qui sera punie d'une peine de prison avec travaux forcés de sept ans maximum, à moins qu'il puisse prouver au tribunal qu'au moment où il est censé avoir commis cette infraction, il avait des raisons sérieuses de croire que cette femme était « apparemment» une blanche ou qu'elle était « généralement considérée» comme telle. Le président de la République peut, par promulgation au Joùrnal officiel, définir au sein des groupes africains et des groupes de personnes de couleur des sous-groupes ethniques, linguistiques, culturels ou « autres», et assigner à chacun de ces sous-groupes des zones distinctes. Par décision publiée au Journal officiel (Go vernemen t Gazette) à tout moment, il peut être interdit à tout Africain de se trouver dans une ville pendant la nuit, aux heures spécifiées, s'il n'est pas en possession d'une autorisation écrite signée par son employeur ou par un fonctionnaire compétent. Cette autorisation doit être exhibée si un agent de police la demande. Tout Africain ayant atteint l'âge de 16 ans doit être en possession d'un carnet de référence (Reference Book) (voir photo de couverture). Tout Africain peut être requis à tout moment par un agent de police d'exhiber ce carnet. Si un Africain ne peut pas exhiber son carnet de référence parce qu'il l'a laissé à son domicile. il commet une infraction pénale passible d'une amende n'excédant pas 28 dollars ou d'une peine de prison n'excédant pas un mois. Travail, impôt et propriété Un inspecteur du travail peut, à tout moment, mettre fin à l'emploi d'un Africain travaillant dans une ville, quelle que soit la durée de la période pendant laquelle il a été employé, même si son employeur s'oppose à cette mesure. Cet agent de la main-d'oeuvre peut contraindre un Africain qui a ainsi perdu son emploi à quitter la ville où il a travaillé, et lui interdire d'y revenir pendant une période spécifiée. Si un Africain recruté par un agent de la main-d'oeuvre, aprés s'être engagé à entrer au service d'un membre quelconque, non spécifié, d'un groupe d'employeurs représenté par ledit agent, refuse d'entrer au service de l'employeur auquel il a été affecté, il commet une infraction pénale passible d'une amende n'excédant pas 28 dollars ou à défaut d'une peine de prison n'excédant pas deux mois. li est illégal pour un travailleur africain de participer à une grève, pour quelque raison que ce soit. S'il le fait, il est coupable d'une infraction pénale passible d'une amende n'excédant pas 1400 dollars et d'une peine de prison n'excédant pas trois ans, ou des deux. li est interdit à un Africain de faire un travail spécialisé dans l'industrie du bâtiment dans une ville quelconque située dans une zone blanche; cependant, un blanc peut faire un travail spécialisé dans un village bantou en tant que contremaître dirigeant des Africains travaillant à la construction d'un bâtiment. Un travailleur blanc atteint d'invalidité complète et ' permanente a droit à une pension mensuelle calculée sur la base de son salaire; un Africain atteint de la même incapacité a droit à une indemnité forfaitaire calculée sur la base de son salaire, mais non à une pension mensuelle. Aux termes de l'Indus trial Conciliation Act, Îoi sud-africaine « régissant l'enregistrement des syndicats et la réglementation de leurs activités, et la prévention et le règlement des différends entre employeurs et salariés», le terme « salarié» désigne « toute -personne autre qu'un Africain au service d'un employeur ou travaillant pour le compte de celui-ci». Tout Africain, homme ou femme, ayant atteint l'âge de 18 ans est redevable, outre l'impôt ordinaire payable par tous les citoyens d'Afrique du Sud, d'un impôt annuel (appelé impôt général) d'un montant minimum de 4,90 dollars, à moins de pouvoir prouver devant le fonctionnaire compétent qu'il a 65 ans révolus. Aucun Africain n'est habilité à acquérir, en propriété perpétuelle et libre, des terres n'importe où en Afrique du Sud; le présent gouvernement n'a aucune intention de Ségrégation en tout et partout. Telle est . la règle. jamais accorder ce droit aux Africains, même dans les zones bantoues qu'ils occupent. Education Aucune école destinée à l'éducation des enfants africains ne peut fonctionner en aucun endroit en Afrique du Sud sans l'autorisation du gouvernement; le ministre de l'Education bantou a l'entiére liberté de refuser une telle autorisation s'il estime que L'apartheid enchilli"es Population totale : 1 9 500 000 ; Africains, Indiens et métis : 81 %. Blancs : 19 %. Taux de mortalité infantile: 20 fois plus élevé chez les Africains que chez les blancs. Espérance de vie: Blancs: 65 ans, méti s : 45 ans, Indiens : 56 ans, Afri cains

43 ans.

La tuberculose et la typhoïde sont 12 fois plus répandues chez les Afri· cains que chez les blancs. Ont achevé leurs études par un doctorat en 1968 : 332 blancs, 32 Indiens , 19 métis, 10 Africains. En 1966 , le budget annuel de l'enseignement était de 44 livres pour un blanc 10 livres pour un méti s , 15 livres pour un Indien, 1 livre 7 shil lings pour un Africain. Pour 8 blancs qui entrent à l'école primaire, 3 obtiennent leur examen de fin d'étu ctes secondaires

moins d'un Africain sur 250

arrive à ce résultat. Un huitième seulement du territoire est réservé aux Africains. Plus d'un millier de personnes sont bannies et exclues de toute activité sociale . Pour un détenu blanc, il y a 26 prisonniers non-blancs. De 1936 à 1965, 194 Africains ont été pendues (47 % du total des exécutions dans le monde entier) . (D'après le journal « Anti-Apartheid ews».) DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 l'école ne présente pas d'intérêt pour les Africains. Toute infraction à cette loi est passible d'une amende ne dépassant pas 280 dollars ou passible d'une peine de prison ne dépassant pas six mois. Un Africain demeurant dans une ville qui apprend gratuitement à lire et à écrire à quelques amis africains à son domicile est coupable d'une infraction pénale et est passible d'une amende ne dépassant pas 280 dollars ou d'une peine de prison ne dépassant pas six mois. Un blanc qui apprend à lire à ses domestiques quelques heures par semaine est coupable d'une infraction pénale. Le University College of Fort Hare est un collège ethnique réservé au groupe africain Xhosa, mais le ministre de l'Education bantou peut refuser l'admission d'un Africain qui demande à être inscrit (bien qu'il fasse partie du groupe Xhosa) sans avoir à donner de raison pour ce refus et sans lui donner le droit de se faire entendre. Opinion et expression Un Asiatique (ou une personne de couleur ou un Africain) qui s'assied sur un banc dans un jardin public (réservé à l'usage exclusif des blancs), en signe de protestation contre les lois de l'apartheid, commet une infraction pénale qui sera punie d'une amende de 840 dollars maximum ou d'une peine d'emprisonnement de trois ans maximum ou de dix coups de fouet maximum, ou de l'amende et de la peine de prison précitées, ou de l'amende et de la peine du fouet précitées, ou de la peine de prison et de la peine de fouet précitées. Aux termes de la loi sud-africiline le « communisme» est, notamment, « toute doctrine ou programme tendant à encourager des sentiments d'hostilité entre les races européennes et non européennes de la République, dont les conséquences serviraient à favoriser la réalisation» de l'objectif qui est de « provoquer des changements, au sein de la République, dans le domaine social, en menaçant de se livrer à des actes ou omissions illicites». (Loi de 1950 sur la répression du communisme.) Aux termes de la loi sud-africaine, est considéré comme « communiste» par décision administrative (sans que le « communiste» ait été au préalable entendu par une autorité judiciaire ou sans qu'il ait le droit de saisir par la suite un tribunal judiciaire) quiconque a dans le passé préconisé ou encouragé les objectifs du communisme. Toute organisation peut être, par décision administrative et sans notification préalable, déclarée « organisation illégale» ~ 7 du fait qu'elle se livre a des actlVltes destinées à favoriser la réalisation de l'un quelconque des objectifs du « communisme » Le fonctionnaire portant le titre de liquidate~r . dresse, lorsqu'il en est chargé par le mmlstre de la Justice, une liste de personnes « qui sont ou qui ont été à tout mo~ent quelconque, membres ou partisans actIfs» de 1'« organisation illégale ». Le liquidateur peut porter sur la liste, sans en donner. les, raisons, le nom de toute personne apres que celle-ci « a été préalablement mise en état de prouver que son nom ne devrait pas y figurer », Race et couleur Une personne blanche est : « a) une personne dont il est évident que l'apparence est celle d'une personne blanche et qui n'est pa~ généralement tenue pour une personne de couleur, ou b) une personne qui est généralement tenue pour blanche ». Mais même une personne dont l'apparence est blanche et qui est tenue pour blanche ne sera pas classée comme telle si « l'un de ses parents naturels a été classé comme membre d'une autre race». Un Africain est « une personne qui est membre de l'une quelconque des races ou tribus indigènes d'Afrique, ou qui est généralement tenue pour tel». Une personne de couleur est « une personne qui n'est pas une personne blanche ou un Africain». Pour déterminer si oui ou non « il est évident que l'apparence d'une personne est celle d'une personne blanche» le fonctionnaire intéressé doit tenir co~pte « des habitudes, de l'éducation, de l'élocution, du maintien et de la conduite » de ladite personne. Si une personne est dans l'incapacité de prouver qU'e!le est « généralement tenue pour une personne blanche» elle est réputée être « généralement tenu; pour une pe:son~e. de couleur» à moins qu'elle ne SOIt « eVldemment d'apparence africaine». C( Développement séparé» Un conseil tribal bantou (Bantu Tribal Authority) (qui fait partie du système prétendant assurer « un contrôle bantou sur les régions bantoues») comprend un chef et un certain nombre de conseillers. Le ministre de l'Administration et du Développement bantous peut à tout moment déposer un chef et annuler la nomination d'un conseiller. Un commissaire aux 8 affaires bantoues peut opposer son veto à la nomination de toute personne choisie comme conseiller par le chef. La Constitution qui ' prétend accorder l'autonomie aux Africains du -Transkei prévoit un organe législatif comprenant 109 membres, dont 65 sont des chefs. Tous les chefs sont nommés par le gouvernement ' su~-africain et payés par lui, ont les pouvOIrs et les devoirs que leur assigne le gouvernement, qui peut les desti.tuer à tout ~o.me~t. Aucune loi votée par l'organe leglslatlf « autonome» du Transkei ne prend effet avant d'avoir reçu l'assenti~ent du président de la République sud-africaine. La primauté du droit Lorsque, usant de son pouvoir discrétio~ aire, le président d~ la République (a~lss.ant sur l'av~s du cabinet, lequel agit Im-meme sur l'aVIS du ministre de l'Adminis~ ration et du Développement Bantous) estIme.opp?rtun de promulguer une proclam~ tlOn a cet effet, un Africain auquel u? tnb~n.al a ordonné de quitter une région determmee devra obtempérer à cette décision sans qu'aucune juridiction ne puisse s'op~ser à cette mesure et sans qu'aucune procedu:e d'appel ou de révision ne puisse mtervemr pour en ajourner ou en suspend: e l'exécution, même lorsqu'il a été etablt, en toute certitude, que la décision du tribunal visait une autre personne et qu'elle a ·été signifiée au dit Africain à la suite d'une erreur. Une personne qui, de l'avis du ministre de la Justice, est susceptible de fournir des renseignements sur des activités subversives, 'p~ut être gardée au secret pendant une penode de 180 jours et, par la suite, pour qn nombre illimité de périodes de 180 jours. Aucune juridiction ne peut en aucun cas ordonner la relaxe de ladite personne. Une personne (désignée par la loi sous le nom de « terroriste ») qui a adressé à des Africains des lettres susceptibles « de favoriser des sentiments d'hostilité entre les habitants blancs et autres» d'Afrique du Sud, est réputée avoir agi ainsi « dans l'intention de compromettre le maintien de l'ordre public » en Afrique du Sud, à moins qu'il ne soit prouvé , avec une quasi-certitude que ladite personne n'avait pas l'intention de f~oriser de tels sentiments, et elle est coupable d'une infraction criminelle passible de la peine de mort. Note. - Le Terrorism Act a été proI? ulgué le 12 juin 1967, mais il s'applique a tout acte commis dès le 12 juin 1962 inclus. ' A polydor Mlkls Théodorakls ETAT DE SIEGE avec Maria Farantourl Antonls Kaloyannls 184.357 33/30 cm G.U.

LA GRÈ(;E DE MIKIS TIlÉODORAKlS 658.123 Privilège 33/30 cm G.U .

MELIl\1A MER(;OURI accolDpagnée par l'orchestre de Mllds Théodoralds 61.614 M.G.M .

A paraÎtre Georges Moustald chante Mllds Théodoralds (;HAl\1S0l\1S POUR Al\1DREAS E .... ant de la Grèce Nous sOlDlDes deux On t'a déjà beaucoup lDenti Andréas 2215.00345 EP-M Grande-Bretagne Vascension du ((po""ellislDe )) CONTRE toutes les prévisions, que ce soit celles de Harold Wilson qui avait appelé à des élections anticipées - son mandat ne s'achevait qu'au printemps 1971 - ou celles de tous les instituts de sondage qui donnaient les travaillistes gagnants, le trés correct Edward Heath et, derrière lui, le parti conservateur, ont emporté la victoire. Le programme des « tories» et la personnalité des ministres choisis par Edward Heath qui appartenaient pour la plupart au « cabinet fantôme» laissent prévoir pour le moment peu de changements sur les principales orientations extérieures du pays. Par contre, l'attitude des Conservateurs qui sont favorables au maintien des forces britanniques à « l'est 'de Suez» sera beaucoup moins rigide que celle des Travaillistes à l'égard de ·la Rhodésie et de la République sud-africaine. Des explosions de joie ont salué, à Salisbury, la victoire de M. Heath. De son côté, le Premier ministre sud-africain, John Vorster, à son retour d'Europe, n'a pas dissimulé sa satisfaction. Très alarmante aussi, l'ascension du « powellisme ». Qu'il existe déjà ce néologisme permet d'évaluer l'impact de la campagne raciste menée par le député Enoch Powell réélu à Wolverhampton dans la foulée de la victoire « tory». Enoch powell n'est pas un inconnu. En 1968, il s'était signalé, à Birmingham, par des attaques violentes et racistes contre l'immigration des gens de couleur, réclamant leur expulsion Il faut bien dire que ce général de réserve ultra réactionnaire joue « sur le velours ». Exploitant de façon démagogique la présence de 1 250000 immigrés - concentrés pour la moitié dans la capitale - dans un pays où l'on compte actuellement quelque 600000 chômeurs, il a assorti ses propos racistes de menaces apocalyptiques. Et pourtant, la politique des Travaillistes, en ce qui concerne l'immigration n'a jamais été très offensive. Ils se sont certes employés - comme les Conservateurs d'ailleurs, qui avaient exclu dès 1968, Enoch Powell du « cabinet fantôme» -à réfuter les allégations paranoïaques de ce fanatique; mais aussi, ils se sont toujours contentés de présenter l'immigration comme un fait regrettable, démontrant par diverses mesures qu'ils en limitaient les effets au maximum. Libre à l'origine - tout citoyen du Commonwealth avait le droit de circuler librement, de s'installer dans les pays qui le composent - l'immigration des Indiens, des Pakistanais, des Jamaïcains est stoppée en 1962. On exige désormais d'eux un permis de travail diversifié en trois catégories selon la nature du travail. Aux élections de 1964, les Travaillistes qui l'avaient pourtant emporté, perdent tout de même quatre sièges parce ' qu'ils s'étaient prononcés contre une limitation de l'immigration. Alors, en 1965, un Livre blanc renforCe les mesures prises par les Conservateurs, avec l'appui de 88 % de la population (sondage réalisé par le « Financial Time »). Un numerus clausus fixe le maximum à 8 500 permis par an. En fait, le chiffre baissera encore, et seulement 5 000 permis seront accordés en 1967. Mais les immigrants étant accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, il faut compter 50 000 arrivées par an. Tensions aggravées? En 1968, le contingentement des Indiens et Pakistanais - 1 500 chefs de famille par an - venant du Kenya fait apparaître le caractère discriminatoire de la loi votée en moins d'une semaine : elle prive des hommes et des femmes porteurs d'un passeport britannique de leur droit d'entrée sur le sol « national ». Ouvriers qualifiés, techniciens, employés, ces gens seraient parfaitement « assimilables ». Cependant, l'oeuvre des Travaillistes, dans le domaine du racisme, a été, par certains aspects, positive. Une loi votée en 1965 (Race Relations Act) permet des recours contre toute discrimination dans un lieu public, les transports, les logements et l'emploi et sanctionne toute incitation à la haine raciale. Le Bureau des Relations raciales (Race Relations Board) est saisi des plaintes et entame une procédure de conciliation, sans avoir le pouvoir de porter plainte. Mais la loi est impuissante dans certains cas : le refus d'embauche n'est pas sanctionné, non plus que le refus de logement dans certaines catégories d'hôtels - les moins chers - ou chez l'habitant, de même que la spéculation immobilière des agences qui misent sur la fuite des habitants blancs de cer- DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 Porteurs d'un passeport britannique, ils viennent chercher un asile dans la métropole du Commonwealth . tains quartiers où s'installent les immigrants, etc. Car le racisme va son chemin dans l'opinion publique britannique trois Anglais sur quatre approuvent les déclarations d'Enoch Powell. Des ouvriers de Birmingham, des dockers de Londres, se mettent en grève, manifestent leur soutien l'tU député raciste. Des organisations et des individus d'extrême-droite ont accordé toutes leurs faveurs à Enoch Powell : l' « AngloRhodesian Society», la « Society for individu al freedom», le Mouvement national- socialiste de Colin Jordan, l'antique Sir Oswald Mosley, etc. On peut craindre que la situation ne cesse de s'aggraver avec l'arrivée au pouvoir des Conservateurs. En effet, M. Heath a repris à son compte certaines des propositions d'Enoch Powell : on aiderait les immigrants désireux de « rentrer chez eux» volontairement; le séjour de chaque immigrant serait limité à un an dans un lieu donné: les citoyens du Commonwealth auraient ainsi un statut proche de celui des étrangers. Il peut en résulter de nouvelles tensions. Le pragmatisme du nouveau gouvernement permet de penser qu'il n'envisagera pas l'arrêt total de l'immigration, mesure hautement préjudiciable, car en Angleterre comme en France, elle ne pourrait que nuire à l'économie du pays. Marguerite KA GAN et Marie COUTON 9 Jeunes algériennes A l'Institut d' Etudes politiques d'AixMarseille, Dominique Krzywkoski a présenté un diplôme de fin d'études sur Il l'intégration des jeunes algériennes au milieu occidental dans le bidonville des Abattoirs d'Aix-enProvence ». Son but était d'étudier le phénomène de contact entre deux systèmes de valeurs différentes. Dans une première partie, Dominique Krzywkoski évoque la situation de la femme en Algérie mais sa documentation est ici incomplète. Quelques livres ont paru, auxquels elle se réfère , qui évoquaient cette situation . Mais, à partir de 1962, beaucoup de femmes, de jeunes filles, ont elles-mêmes, individuellement 'exprimé leurs points de vue sur la ques~ tion , soit par l'intermédiaire de journaux algériens, soit dans le cadre des organisations dont elles étaient membres. Et cela témoignait déjà d'une certaine évolution en profondeur des mentalités. Dans une seconde partie, étude faite I( sur le terrain », Dominique Krzywkoski aborde le sujet de l'intégration proprement dite . Elle relève les obstacles à cette intégration

pression familiale , pression des

traditions, pression de la religion , les trois étant évidemment intimement liés l'intégration , et c'est sans doute là I~ fond du problème, constituant une perte de l'identité algérienne. L'auteur présente ensuite le milieu : le bidonville des Abattoirs (550 personnes soit 87 familles au l·r janvier 1968, 2 fontaines , un seul w.-c.) et étudie la vie familiale des jeunes filles qu'elle a rencontrées, la vie sociale du bidonville : - Il La vie familiale tend à une certaine cohésion de la cellule placée sous rautorité du père ou de son substitut; - Il La vie sociale est caractérisée par une réaction d'hostilité contre la société dont on est écarté. JI Paradoxalement, il y a une attirance pour cette même société. Dominique Krzywkoski parle justement de Il dialectique entre le clos et rouvert JI. Pour nous qui sommes engagés dans une action de solidarité avec les immigrés, il nous est nécessaire de mieux les connaître. 10 J.T. Vente détail - Prix de gros CONFISERIE BISCUITERIE - CHOCOLATERIE ARTICLES BAPTÊMES MARIAGES - COMMUNIONS Tout pour l'apéritif " BRULERIE SAINT-DENIS 163, rue Saint-Denis - Paris-2" Tél. : 231-38-70 - 231-77-81 LogeDlent Une loi pour rien? A la fin du mois dernier, l'Assemblée nationale a adopté un projet de loi « tendant à faciliter la suppression de l'habitat insalubre» èlaboré par le gouvernement. Mais cette loi constitue en fait une déclaration d'intention et non un plan de liquidation des bidonvilles et autres taudis. En effet, les moyens financiers nécessaires à son application ne sont pas prévus. • Sans moyens financiers, ce texte est inapplicable, a souligné le rapporteur du projet, M. Mazeaud, pourtant membre de la majorité. Or l'article 40 de la loi des Finances interdit à la commission d'en proposer lt. Un article indique qu'. un décret fixera les modalités de financement lt de l'ppération. Des chiffres éloquents Â.u cours de la discussion, M. Vivien, secrétaire d'Etat au Logement, a reconnu la gravité de la situation. Le ministère de l'Intérieur estime en effet à quelque 1 035 000 le nombre de personnes vivant dans des conditions difficiles

75000 dans des bindonvilles, 500 000

en meublé, 460000 dans des locaux insalubres. Le secrétaire d'Etat a indiqué que des opérations de relogement ont été réalisées en moins de trois ans, «concernant 6 679 familles et Il 378 isolés, soit un total de 44 000 personnes lt. Concernant les immigrés, le solde migratoire de l'an dernier seulement est de 126000 personnes. Et il est devenu évident pour tous que ce sont en particulier les immigrés que frappe la crise générale du logement. Loin de s'améliorer, la situation empire donc. A ceux des députés, membres de la majorité ou de l'opposition, qui mettaient en cause l'imprécision du projet gouvernemental, M. Vivien a répondu : « A la guerre, il faut parfois aller vite sur l'objectif 1.. Encore faut-il s'en donner les moyens. Ce qu'il faudrait. •• Rappelons qu'il faudrait, pour ré soudre la crise générale du logement, construire 600 000 logements par an, dont 300 000 logements sociaux, et ceci pendant 20 ans. Le champ est vaste! Déjà les travailleurs immigrés alimentent financièrement le Fonds d'Action sociale (1). Les employeurs, principaux bénéficiaires de la politique gouvernementale d'immigration, devraient contribuer au financement de logements, et l'Etat devrait avoir une politique cohérente. Périodiquement, on annonce, à grand renfort de publicité, qu'il est intolérable qu'au 20' siècle en France des hommes vivent dans des conditions que nous avons souvent décrites. Jusqu'à quand cela va-t-il durer? (1) Voir « Droit et Liberté» n' 290. Vie quotidienne On a promis offi ciellement et on promet encore aujou rd'hui que bidonvilles et taudis ne seront bientôt plus qu'un souvenir. La vie continue . A Saint -Denis dernièrement, un incendie a dévasté un bidonvil le. Plusieurs centaines de personnes ont été ainsi sinistrées , Portugais ou I\)ordAfricains (photo de gauche). Ces personnes ont été recasées tant bien que mal sans qu 'on soit assuré d'un relogement définitif et décent. A Puteaux, la pluie a envahi les caves où vivaient des Africains qui ont perdu une partie de leurs maigres biens. Cette situation des travailleurs africains a été évoquée dans son ensemble lors d'une présentation du livre « Les travailleurs africains en France », réunion présidée par Sally N' Dongo à laquelle participaient Mes Hermantin et Daniel Jacoby, du M.R .A .P. , Jean-Paul Sartre, Jean-Pierre N' Daye, Maurice CIavel , Colette Pétonnet. Une troupe folklorique de travailleurs (photo de droite) a présenté des danses. Face à la misère et à mille difficultés, les travailleurs africains gardent leur dignité et la conscience de leurs droits. DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 Vivre enseJDble à Belleville COMME le 2 juin 1968, le quartier de Belleville a. connu, dans la nuit du 15 au 16 juin dernier, de violents affrontements opposant des groupes de juifs et des groupes d'Arabes. Vingt-huit magasins ont été saccagés, des voitures endommagées, une autre incendiée. Comme en 1968, une banale querelle d'individus serait à l'origine des violences . Il est difficile cependant d'imaginer que des provocateurs n'aient pas exploité immédiatement cet incident. Le quartier, en temps ordinaire, est en effet un lieu ae cohabitation traditionnelle entre juifs et Arabes. De plus , tous ceux qui détiennent une quelconque autorité sur la population sont intervenus - comme ils l'avaient fait en 1968 - dans le sens de la détente , ainsi pé1 r exemple le consul d'Algérie, M . Amor Benghezal , les comités des 11 e et 20e arrondissements du Parti communiste , etc. Des représentants du M.R.A.P. se sont rendus sur les lieux. Des discussions que nous avons eues, tant avec des Arabes qu'avec des j uifs, il ressort que personne ne comprenait ce qui s'était passé. La tension restait grande le 16, mais personne ne justifiait les violences de la nuit. On peut légitimement s'interroger sur l'attitude des forces de police qui sont intervenues : les violences ont duré deux heures et si trente-trois personnes ont été interpellées, toutes étaient arabes. D'autres personnes ont été interpellées mais le lendemain et partois inconsidérément : ainsi ce monsieur, juif, parti acheter du pain sans ses papiers d'identité et qui passa la nuit au commissariat sans même que sa famille ait été prévenue. Le M .R.A.P . a diffusé un appel, soulignant que (( dans ce quartier où chacun, ouvrier, commerçant, artisan, se voit confronté à bien des difficultés, il y a mieux à faire qu'à s'entre-déchirer Il (1) . Telle est en effet la situation . Belleville est un quartier d'émigrés qui vivent le plus souvent dans des conditions extrêmement difficiles mais qui ont su cohabiter pacifiquement. Le conflit du Proche-Orient exacerbe les passions mais ne saurait expliquer à lui seul le récent affrontement. Qui a intérêt à ces violences? Certainement pas la population! (1) Voir le t exte complet de cet appel, page 27. 11 Les Gitans des sont-ils parias ? • DANS le numéro 290 de (( Droit & Liberté)) (mars 1970), Leuléa Rouda, secrétaire général du Comité international tzigane, exprimait son opinion sur le report d'un an d'une loi qui devait atténuer les discriminations envers les Gitans et Tziganes , sous le titre « Les Gitans, ces parias». M. Pierre Join-Lambert, conseiller d'Etat, exprime des réser\les sur l'argumentation de Leuléa Rouda . Nous publions ci-après des extraits de la lettre de M. Join-Lambert et des extraits de la réponse de Leuléa Rouda. Nos lecteurs pourront ainsi apprécier les efforts faits pour l'amélioration du sort des Tziganes et des Gitans, et aussi mesurer ce qu' il reste à faire. M. Pierre Join-Lantbert : Les réalisations dépendront de l'état de l'opinion c d'abord ET article appelle de ma part un certain nombre d'observations, Observations d'ordre général Les efforts entrepris par les pouvoirs publics depuis près de vingt ans, en France, pour améliorer la situation des Tziganes et Gitans sont systématiquement méconnus et le Gouvernement français paraît vouloir freiner les améliorations que le Comité international tzigane et l'Association des Gitans et Tziganes de France auraient obtenues de haute lutte ( ... ). C'est après la guerre 1939-1945 que s'est manifestée en France, la volonté de faire aux Gens du voyage un sort èquitable parmi les autres Français ( ... ). Il y a près de vingt-cinq ans, le père Fleury, résistant, qui devait devenir aumônier catholique des populations d'origine nomade, commença le premier à alerter pouvoirs publics et opinion publique sur l'injustice commise à l'égard de ses amis. Une commission interministérielle chargée de proposer au gouvernement une nouvelle politique à l'égard des personnes d'origine nomade était constituée en 1948. L'annèe suivante, le Gouvernement français approuvait ses conclusions : à la politique de rèpression policière poursuivie jusqu'alors devait succéder une politique d'aide et de promotion sociales ( ... ), En 1950, conformément au voeu émis par la commission interministérielle, les « Etudes tziganes» étaient créées. En 1960, le Comité national d'action et d'information sociales pour les gens du voyage et les personnes d'origine nomade était fondé. Si la situation des Tziganes et des autres personnes d'origine nomade s'est améliorée, c'est, dans une large mesure, sous l'influence des responsables de cette commission et de ces associations, grâce aussi à l'effort de responsables des mouvemellts confessionnels, catholique et évangélique, et de groupes d 'hommes et 12 de femmes, de jeunes et d'adultes qui, un peu partout en France, prirent un contact fraternel avec les Gens du voyage et se mirent à leur service, Inlassablement, ils informèrent l'opinion publique (on ne peut rien faire contre elle), les administrations, les élus, les organismes sociaux. L'abrogation de la loi du 16 juillet 1912 fut le Des affirmations Permettez-moi, après cette mise au point générale, de rectifier quelques-unes des affirmations de l'article; je néglige les erreurs mineures. 1. La loi du 3 janvier 1969 et celle du 1er janvier 1970 comportent un certain nombre de mesures déjà entrées en vigueur et ayant amélioré la situation des « sans domicile fixe» : a) Les nomades n'ont plus à faire viser leurs carnets anthropométriques à chaque déplacement. b) Les plaques de contrôle spéciales pour nomades sont supprimées, c) Les jeunes de moins de seize ans ne sont plus tenus de demander un carnet anthropométrique. Pourquoi taire ces améliorations? 2. M. Rouda critique la loi du 3 janvier 1960. Personnellement, j'aurais de sérieuses réserves à faire sur certaines de ses dispositions : toute oeuvre humaine est imparfaite, mais les critiques faites doi vent être fondées. a) M. Rouda semble considérer que les personnes sans domicile fixe devraient être entièrement assimilées aux sédentaires. Pense-t-il sérieusement qu'une telle assimilation soit possible? Un seul exemple :. si, en matière d'instruction et d'allocations familiales, des mesures particulières n'étaient pas prévues, les itinérants n'auraient jamais droit aux prestations familiales, faute d'un temps suffisant des enfants à l'école ( ... ). b) La loi de 1969 n'est, ni en droit ni "'o" Z ...i '. -, ---~ résultat de leur action persévérante et aussi de la présence, en 1967 et 1968, au ministère de l'Intérieur et au ministère des Affaires sociales, de directeurs épris de justice dont le gouvernement accepta de suivre les propositions, les Aubert, Vochel, Massenet, soutenus par des équipes de fonctionnaires de bonne volonté, sans fondement en fait, une loi raciste. Elle ne concerne pas spécialement les Tziganes, mais tous les « sans domicile fixe» qu'ils soient ou non Tziganes. Les « sans domicile fixe» sont classés en trois catégories sans aucune considération d'ordre ethnique. Elle concerne aussi bien les commerçants et industriels sans domicile fixe (beaucoup ne sont pas Tziganes) que les salariés sans domicile fixe (ceux-ci sont en majorité ouvriers d'entreprises publiques qui n'ont rien de commun avec les Tziganes). Salariés sans domicile fixe et personnes ne pouvant justifier de ressources régulières seront tenus de faire viser leur titre de circulation, les premiers à des intervalles de temps qui ne sauraient être de moins de trois mois et que fixera le décret d'application, les seconds tous les mois. Il n'y a en cela aucune discrimination raciale, mais une volonté d'exercer un contrôle dont on peut contester les modalités, mais non le principe. c) La loi n'a pas limité, comme l'indique M. Rouda, le nombre de Tziganes nomades, mais le nombre de « sans domicile fixe» rattachés à une commune déterminée. La limite de 3 % indiquée par le législateur comportera d'ailleùrs (M. Rouda le passe sous silence) des exceptions, pour tenir compte de certaines situations professionnelles et familiales. En ce qui concerne le droit de vote, la loi n'apporte aucune restriction au droit des « sans domicile fixe» teL qu'il ~ésulte de la législation antérieurement en vigueur, mais leur accorde un privilége : comme tous les autres Français. ils peuvent, dès lors qu'ils remplissent les conditions actuellement prévues par le code électoral, être inscrits sur la liste électorale d'une commune déterminée. LI.! peUl I.!'nl, en particulier, les « sans domicile fixe» qui paient des impôts (patente ou impôt foncier). La loi leur donne une faculté supplémentaire, celle d'être inscrits sur une liste électorale de la commune de résidence déterminée après trois ans de rattachement. Elle assimile ainsi domicile et rattachement à une commune de résidence ( ... ). dl Le retard - déplorable, je le pense aussi - de l'application totale des dispositions de la loi du 3 janvier 1969 ré sulterait, d'aprés M. Rouda, d'une manoeuvre de retardement du gouvernement. Il n'en est rien. Ce retard résulte de la procédure même de l'élaboration des décrets d'application. Les diverses administrations qui les établissent doivent se mettre d'accord; cet accord souvent n'est pas facile ( ... ). Si déplorable qu'il soit, le retard de l'entrée en vigueur de la loi du 3 janvier 1969 ne constitue nullement, par ailleurs, comme l'affirme abusivement M. Rouda, une violation de la Déclaration des droits de l'homme de.s Nations Unies ( ... ). Beaucoup reste à faire Beaucoup reste à faire afin d'améliorer la situation des Tziganes et Gitans, afin d'établir des conditions permettant leur promotion et leur insertion, en pleine égalité de droit et de fait, dans la société moderne. Les réalisations dépendront de l'état de l'opinion et, en définitive, des électeurs. Ce sont ces derniers, c'est la foule des Français moyens et non le gouvernement qui, par leur crainte du voisi nage des gens du voyage, par méconnaissance de leurs problèmes, rendent si difficile la création de terrains de stationnement, notamment dans la région parisienne. La tâche essentielle qu'il faut poursuivre est de rallier l'opinion publique. Je terminerai cette note en marquant ma sympathie au M.R.A.P. pour l'intérêt qu'il porte aux problèmes concernant les' Tziganes et Gitans ( ... ). Mais, de grâce, que dans Droit & Liberté, la réalité ne soit pas présentée déformée, que les efforts d'hommes de bonne volonté, parce qu'ils sont législateurs, qu'ils participent au gouvernement ou à l'administration, ne soient pas systématiquem~ nt méconnus ou ignorés! Pierre JOIN-LAMBERT Conseiller d'Etat Ancien président de la Commission interministérielle des questions intéressant les populations d'origine nomade M. Leuléa 'Bouda : La responsabilité du gouvernenaent est entière M ONSIEUR le conseiller d'Etat me fait tout d'abord le reproche d'ignorer ou de méconnaître systématiquement les efforts entrepris par les Pouvoirs publics depuis vingt ans en faveur des Gitans et Tziganes de France . Nous n'avons aucune phobie de l' Etat. Il me semble cependant que les différents gouvernements qui se sont succédé depuis la fin de la guerre sont loin d'avoir fourni la preuve de leur sollicitude a l'égard des populations d'origine nomade . Peut-on considérer comme normal que ce ne soit qu'en 1968, c'est-à-dire vingt ans après la constitution de la Commission interministérielle d'étude des questions intéressant les populations d'origine nomade, que le gouvernement propose l'abrogation de la loi à caractère raciste du 16 juillet 1912? Est-il admissible que les Tziganes nomades soient encore soumis au carnet anthropométrique près de deux ans après que l'Assemblée nationale ait voté sa suppression? Fautil rappeler également que les municipalités peuvent toujours limiter la durée du stationnement des nomades sur le territoire de la commune, qu'il n'existe encore aucun plan précis de l'Etat pour l'aménagement d'aires de stationnement La France et la Monsieur le conseiller d'Etat considère également qu'exiger trois années de rattachement ininterrompu dans la même commune pour pouvoir être inscrit sur une liste électorale constitue pour les « sans domicile fixe», qui, rappelons-le, font leur service militaire comme tous les autres Français , un privilège. Je citerai seulement l'avis de M. Wiklund, membre de la Commission des Questions sociales et de la Santé au Conseil de l'Europe, rapporteur du projet de recommandation en faveur des Gitans adopté par l'Assemblée cons..:ltative le 30 septembre 1969 : cc l'article 10 de la loi du 3 janvier 1969 comporte des limitations considérables quant au droit de vote. Il stipule que l'inscription sur les listes électorales ne peut être effectuée qu'au terme de trois années de rattachement ininterrompu dans la même commune 1). En ce qui concerne le retard, voire même l'absence de programme et de réalisation, en matière de terrains de stationnement , M. Join-Lambert invoque l'opposition rencontrée dans une grande partie de la population. Le refus du voisinage des Tziganes est réel. Il ne peut cependant diminuer la responsabilité du gouvernement dans ce domaine et là et que ce sont des associations privées qui, devant la carence des Pouvoirs publics , doivent venir en aide aux milliers de Gitans condamnés aux bidonvilles? Abordant ensuite l'objet même de mon article, M. Join-Lambert s'efforce de justifier, sans jamais cependant le nommer, le carnet de circulation à faire viser tous les mois qui, en 1971, prendra la succession du carnet anthropomètrique. Son argumentation en faveur d'une pièce d'identité spéciale et de contrôles périodiques ne peut convaincre Ne plus parler désormais de nomades mais de « sans domicile fixe)~ et dire que dans ces derniers il n'y a pas que des Tziganes, est évidemment habile. Ceci cependant ne change rien pour les intéressés et M. Join-Lambert sait bien que , compte tenu des structures et des habitudes de la société tzigane, ce n'est pratiquement qu'aux Gitans que sera opposé l'article 8 de la loi du 3 janvier 1969 au terme duquel le nombre des personnes détentrices d'un titre de circulation, sans domicile ni résidence fixe, rattachées à une commune, ne doit pas dépasser trois pour cent de la population municipale telle qu'elle a été dénombrée au dernier recensement. Grande-Bretagne encore, il faut évoquer l'exemple de la Grande-Bretagne. L'opposition de la population aux communautés gitanes et à l'aménagement d'aires de stationnement s'y est manifestée d'une manière beaucoup plus nette qu'en France ( ... ) Le gouvernement ne s'est pas laissé influencer. En 1968, il faisait adopter par le Parlement une loi , connue sous le nom de Caravan Sites Act, faisant « obligation» aux comtés de choisir des lieux de stationnement et d'acquérir les terrains, et aux Conseils de districts de construire et d'aménager ces 'lieux. Plus récemment, le ministère britannique du Logement manifestait son souci d'efficacité et son désir d'un dialogue authentique avec les communautés gitanes. Il faisait diffuser aux autorités des comtés et des districts une circulaire , dans laquelle il rappelait les rapports fructueux qu'il entretient avec le Gypsy Council, la section britannique du Comité international tzigane, et les invitait à prendre des contacts identiques avec le même organisme pour tout projE t dans le domaine du stationnement ( ... ) leuléa ROUDA Secrétaire général du Comité international Tzigane DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 13 Etre ou ne pas être ... anodin « Ce n'est pas en jetant des cadavres d'enfants dans la balance qu'on la fera pencher du côté de la paix», avait déclaré Charles Palant dans son discours à la Soirée de l'Amitié, le 10 avril dernier, salle Pleyel. Une personne présente dans la salle adressa une lettre au M.R.A.P., l'accusant, à partir de cette « petite phrase», d'avoir une position anti-israélienne. La terre retrouvée (2-5-1970) s'empressa de reproduire la lettre de ce correspondant, qui la lui avait transmise . Un mois plus tard , à notre demande, La terre retrouvée (1·'-6-1970) publie la réponse du M.R.A.P. Très bien! Mais ce qui est étrange, c'est le commentaire, deux fois plus long que le texte du M .R.A .P. Les lecteurs auront certainement été médusés d'apprendre tout ce que « cache» sous une « formulation apparemment anodine», « la politique du M.R.A.P.» selon La terre retrouvée. Cette formulation était pourtant claire : « Notre Mouvement a toujours protesté contre tous les actes entraînant la mort d'innocents en relation avec le conflit du ProcheOrient, quel qu'en soient les auteurs et quelles qu'en soient les victimes.» En réalité c'est là le crime : pour La terre retrouvée, il ne faut s'émouvoir que sur commande, et à sens unique , devant la mort d'un enfant. Autre position impardonnable : « Le vrai problème, écrivions- nous, est d'arrêter le cycle infernal des violences, des représailles et des contre-représailles par la recherche sincère d'une solution pacifique ( .. . ). Celle- ci ne peut se concevoir sans une approche réaliste , tenant compte de toutes les données du problème, c'est-à-dire, aussi bien le droit d'Israël à l'existence et à la sécurité, que les droits et les aspirations du peuple arabe de Palestine et la sécurité des Etats voisins.» Le M .R.A.P . est , en conséquence , un ennemi d'Israël, et, plus généralement, des juifs : cela ne fait pas de doute pour La terre retrouvée. Qui a publié à plusieurs reprises - mais sans aucun commentaire désobligeant - des propos de Tixier-Vignancour. Lequel est un grand ami des juifs, comme chacun sait. Tribune pour M. Vorster L'ancien directeur du « Monde», M . Hubert Beuve-Méry, a recueilli pour ce journal une interview de M. Vorster. CI Il faut, dit-il, éviter qu'une attitude de rejet systématique puisse favoriser le jeu des extrémistes. " De Marseille, notre ami Serge Kriwkoski a écrit au journal : cc Il y a des causes difficilement défendables et celle-ci en est une. Lorsque l'ancien directeur du « Monde» rend 14 Dans une déclaration, le Front National de Libération du Sud-Vietnam souligne que plus de 1 00 000 vietnamiens sont actuellement parqués dans les camps de concentration au Cambodge. Notre photo : des CI suspects Il sont emmenés vers un camp. visite au chef raciste du gouvernement de Prétoria, une des rares qu'il ait reçues lors de sa venue à Paris, c'est déjà trop. Mais lorsqu'il lui offre une tribune pour répondre à l'opinion mondiale, hostile à la ségrégation raciale, qu'« il » y a lieu de faire un distinguo entre son racisme et celui » d' Hitler», c'est sans doute aller un peu loin. " Vorster est venu à Paris demander une caution morale et des moyens matériels pour continuer sa sale politique d'apartheid contraire à nos grands principes et à nos traditions. "La réponse qui s'impose est celle des millions de voix des noirs d'Afrique du Sud qui ne demandent qu'à être considérés comme des êtres humains et non comme des bêtes que l'on torture sur la terre qui est la leur. C'est à eux que M. Beuve-Méry doit donner la parole, bien qu'il affirme n'avoir trouvé chez les CI séparés" aucune hostilité envers les autorités racistes." L'amour et la haine Un roman intitulé « L'Amour et la Haine» a paru récemment à Moscou , aux éditions des forces armées. L'auteur, Ivan Chevstov, y dépeint la société divisée schématiquement en « bons» et « mauvais» - ces derniers représentés en général par des juifs. Les aventures de son personnage principal , nommé Aaron Gertsovitch, l'amènent à affirmer que les sionistes, du vivant de Lénine , s'étaient infiltrés dans les rangs du parti communiste, et que « Judas Trotsky, alias Bronstein' est l'archétype de l'agent provocateur sioniste.» Cette « oeuvre» a été vivement critiquée par la Literatournaya Gazeta, qui la qualifie de « plus mauvais roman du siècle» , précisant : « La réalité telle que la voit Chevtsov est invraisemblable. Tout autour de nous, il n'y aurait qu'horreurs, sénilité , incursions ennemies, provocations des amis, meurtres ... toutes choses dont n'ont même pas osé rêver les génies les plus morbides de la littérature mondiale.» La presse occidentale signale également une nouvelle parue dans un mensuel ukrainien (Jovten, juillet 1969) où l'on peut lire que « le juif Chmoul n'est pas seulement l'aubergiste du village , mais également un commerçant. Il est cupide, avare , menteur et prêt à tout pour l'amour de l'argent». Ajoutés à telles formulations ambiguës dans des livres ou articles consacrés au sionisme , ces faits montrent la nécessité d'une grande vigilance envers certaines formes d'antisémitisme. Nous le soulignons avec notre souci constant d'objectivité, sans nous associer pour autant aux campagnes tendancieuses, de caractère politique, lancées parfois à ce sujet. On doit, là plus peut-être qu'ailleurs, s'en tenir scrupuleusement aux faits. VU .R.S.S. a rompu radicalement avec le lourd héritage de pogromes, de ghettos, de discriminations, de préjugés, laissé par le tsarisme; la population juive, libérée, y jouit maintenant des mêmes droits que tous les citoyens et participe activement à la vie nationale dans tous les domaines. Il est d'autant plus nécessaire de juguler sans défaillances, conformément à l'idéal socialiste, tout ce qui pourrait évoquer le passé . A la Maison du Maroc Douze étudiants marocains, un Tunisien, un Iranien, deux Francais (dont un membre du personnel) ont entrepris une ~rève de la faim pour protester contre la fermeture, le 15 juillet prochain, de la Maison du Maroc de la Cité universitaire internationale de Paris. Les 31 comités de résidents des autres pavillons se sont solidarisés avec les étudiants marocains. Le prétexte invoqué pour expliquer cette fermeture est le déficit de la Maison. Mais les résidents eux-mêmes ont proposé des mesures tendant à assainir la gestion. ~es mesures mises en pratique cette année même devraient permettre de réduire le déficit à 60000 F contre 275000 F l'an dernier. Devant la réaction des résidents marocains et autres, le gouvernement de Rabat aurait l'intention d'intervenir pour que la décision de fermeture soit annulée. En fait, ce qui est en cause ici, c'est la possibilité pour les étudiants marocains d'être logés correctement (encore Que les étudiants logés en résidence universitaire constituent une minorité par rapport à l'ensemble). M8 Galvaire s'en va Me J.-F. Galvaire a démissionné d'Ordre nouveau. A l'en croire, l'une des raisons de sa décision est qu'il ne supportait pas les accusations d'antisémitisme portées contre lui. Est-ce vraisemblable pour un ancien militant de l'Union des jeunesses poujadistes, un ancien collaborateur de Me Tixier-Vignancour ? Si Ordre nouveau continue d'exister, il semble bien qu'il y ait quelques querelles de clans à l'intérieur. Mme Camille Galie, qui parla au meeting du 13 mai, estime utile de souligner

cc Je n'appartiens pas à Ordre nouveau, non plus

qu'aucun cc permanent" de Rivarol ... " La presse d'extrême-droite se montre en général discrète après avoir pavoisé le 13 mai. Mais cette discrétion ne doit pas nous faire illusion : même dispersés, les néo-fascistes de France restent dangereux, ne serait-ce que par le courant de chauvinisme et de racisme qu'ils entretiennent. Elections en Allemagne fédéralé Des élections pour le renouvellement des parlements régionaux viennent d'avoir lieu en République fédérale allemande, en Rhénanie-Westphalie, en Basse-Saxe et en Sarre. La C.D.U. de l'ex-chancelier Kiesinger a, durant toute la campagne électorale, condamné violemment la politique de contacts avec les pays 'socialistes, en particuliér la République démocratique allemande, pratiquée par le chancelier Brandt. Cette ,attitude lûi a permis de cueillir des fruits dans l'extrême-droite, "' pal;ticulièrement en Basse-Saxe. DROIT ET LI BERTÉ - N° 294 - JUI LLET-AOÛT 1970 Dans cette dernière région en effet, si le pourcentage des voix allant au parti néo-nazi N.P.D. est passé de 7 à 3,2, celui de la C.D.U. a augmenté de 41.7 à 45,7 . Plutôt mourir ... cc Non seulement le sang d'un pur Aryen du 1118 Reich ne diffère en rien de celui du reste des humains, mais il a, pour la plus grande honte des racistes, même constitution biologique que celui d'un gorille ou d'un chimpanzé. Il C'est ce qu'écrivait A.-S. Gentile dans un ouvrage publié à Alexandrie en 1942, « Le racisme devant la science». Ce genre de lecture est à recommander à M. Archie Davis, membre blanc du Parlement de la Louisiane . cc Je préfère voir ma famille mourir plutôt que de la voir avec une seule goutte de sang noir Il, a-t-il déclaré au cours du débat provoqué par le seul noir de cette assemblée, M. Ernest Morial qui demandait qu'on supprime la mention de l'origine raciale sur les flacons de plasma sanÇJuin dans les hôpitaux publics de l'Etat. La bêtise d'un homme, tel qu'Archie Davis, n'explique pourtant pas comment cet étiquetage contraire aux règles du ministère de la Santé - et aux principes les plus élémentaires de la génétique - peut encore subsister, d'autant qu'il peut entraîner la perte de 50 millions de dollars de subventions fédérales . Des faits qui ... • A Malakoff, la Maison des pionniers « GuermanTitov » a été saccagée. Au Grand-Palais, 5 membres de « Jeune Révolution» ont tenté de s'attaquer à l'exposition Lénine. • Le Dr Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial, a été reçu sur sa demande par le maréchal Tito. Il s'est ensuite rendu au Maroc, où il s'est entretenu avec le roi Hassan Il. • Un certain Gerd Sutter a été arrêté à la frontière francoallemande pour trafic illégal d'ouvriers étrangers. « Travaillant » pour le compte d'un industriel ouest-allemand , il voulait faire pénétrer illégalement vingt citoyens turcs en AliemaÇJne fédérale. • Le livre d'Abdallah Mazouni, ft Culture et enseignement au Maghreb Il (Ed. Maspero), dont nous avons souligné l'intérêt lors de sa parution, est interdit en Algérie. • Environ 1 million de citoyens français vivent à l'étranger. On trouve ainsi des communautés françaises dans 120 pays. La plus importante est celle d'Allemagne fédérale (119909 personnes) , la plus petite celle d'Albanie (4 personnes) . • Un noir, M. Kenneth Gibson, a été élu maire de Newark, ville industrielle des Etats-Unis où de violents émeutes raciales s'étaient produites voici trois ans. Les électeurs blancs étant plus nombreux que les noirs, M. Gibson a bénéfICié des voix d'un certain nombre d'entre les premiers. • Un étudiant marocain, M. Ali AI Majdouli, a été récemment expulsé de France, après avoir été assigné à résidence à Montpellier. • Candidat à la députation à Nancy, M. Jean-Jacques Servan-Schreiber a reçu le soutien du banquier ouestallemand H.-J. Abs. Durant le régime nazi, ce dernier était président de la Deutsche Bank, président de la Banque de Bohême, président de la Banque allemande d'outre-mer, vice-président de la Banque générale de Luxembourg, vice-président de la Banque germano-asiatique de Changaï, etc. Il a été condamné, par contumace, à 15 ans de travaux forcés par un tribunal yougoslave. • Une adaptation du « Tartuffe» de Molière est interdite en Espagne . . .. donnent à · penser 15 entretien a't"ec c: 'C"l "'"" ,!!1 W le pasteur Westphal ancien président de la Fédération protestante de France D ANS notre numéro 292 (mai 1970), nous reproduisions un éditorial du cardinal Marty - «La France en danger de racisme Il - paru dans «Eglise de Paris)l. Le problème du racisme et de l'antisémitisme en France ne laisse aucun courant de pensée indifférent (c'est ainsi que des députés de tous les groupes parlementaires ont repris les propositions de lois antiracistes élaborées par le M.R.A.P.). Il est évident que l'approche de ce problème est différente selon les convictions idéologiques de chacun. Mais il est important que, tous, nous ayons conscience de la profondeur du mal. Nous versons aujourd'hui au débat les réponses que le pasteur Westphal, ancien président de la Fédération protestante de France, a faites aux questions que nous lui avons posées. Q« UELQUES signes semblent at- tester qu'il y a une augmentation du racisme en France, nous a-t-il dit, en particulier en ce qui concerne l'antisémitisme : la « rumeur » d'Orléans et quelques autres épisodes, certaines campagnes contre le gouvernement d'Israël et contre le sionisme, qui risquent, par suite de confusions, de SUSCIter un néo-antisémitisme. « L'autre aspect est le racisme en général, c'est-à.dire le racisme à l'égard des Nord-Africains et des Africains. La présence de nombreux migrants en France - 3 millions de personnes - provoque certaines réactions qu'on ne peut évidemment pas trouver normales. La majorité des citoyens suisses ont rejeté la proposition de M. Schwarzenbach de limiter à 10 % le nombre d'étrangers. C'est dans les cantons où les immigrés sont les plus nombreux que le projet Schwarzenbach a été rejeté le plus massivement. La majorité des citoyens suisses ont donc conscience que la présence des travailleurs immigrés contribue au développement de leur pays. Ce qui est vrai pour la Suisse ne saurait être faux pour la France. L'insuffisance des structures d'accueil « Nous avons étudié ces derniers temps dans nos assemblées protestantes l'insuffisance des structures d'accueil pour les 'migrants. De cette insuffisance nous avons parlé en janvier dernier au président de la ,République. Celui-ci a reconnu que, le gouvernement avait des responsabilités dans ce domaine. Il a cependant ajouté que les industries qui font venir des -travailleurs de l'étranger ont aussi une grande 16 responsabilité et c'est vrai. Pour nous, les structures d'accueil, ce devrait être des foyers où l'on pourrait recevoir les migrants, des cours d'alphabétisation, une aide sociale, un bureau d'orientation. Nous avons un organisme spécialisé, la CIMADE : il fait un très grand travail, en collaboration avec le Secours catholique et d'autres organismes, mais cela ne suffit évidemment pas. » - Mais l'expérience montre que jusqu'ici le gouvernement a pratiqué une politique d'immigration massive sans qu'en parallèle soient prévues les structures d'accueil. Ainsi M. Michel Debré avait annoncé en 1964 qu'il n'y aurait plus de bidonvilles en 1970. M. Jacques ChabanDelmas a récemment reporté cette échéance à 1972 ... « La politique du logement est effectivement désastreuse. Mais en tant qu'Eglise nous ne pouvons qu'exprimer une opinion et intervenir auprès des responsables. Ceci, hélas! n'a que peu de portée. L'antisémitisme d'aujourd'hui « En ce qui concerne l'antisémitisme, la création d'Israël a été une cause objective de son renouveau. Beaucoup en effet acceptent les juifs assimilés ou parqués dans les ghettos. Mais qu'une nation se constitue, alors on leur reproche, comme le général de Gaulle, leur fierté. « Par ailleurs, nombreux sont ceux, dans les milieux de gauche, qui sont trés soucieux des droits des Arabes humiliés et offensés depuis des siècles. Il faut reconnaître que les Arabes ont été lésés par la constitution de l'Etat dlsraël. Celle-ci n'a cependant rien d'une entreprise coloniale au sens classique du terme. 'Mais le fait est que les Palestiniens arabes prennent de plus en plus conscience d'une appartenance ori&inale à la terre de Palestine bien qu'ils n'aient jamais constitué d'Etat indépendant. A la source de l'opposition aux Israéliens, il y a d'une part la solidarité avec les Palestiniens, d'autre part, quelquefois un obscur relent d'antisémitisme ... « Ceci étant, l'antisémitisme existait avant Israël! Il remonte même avant le christianisme. L'antisémitisme premier tient à ce que le peuple d'Israël a été le premier à recevoir la Révélation monothéiste, et que cette Révélation a provoqué des réactions hostiles dans un monde païen. Le respect du juif, le respect de l'étranger « Pour résumer notre situation, je dirai qu'en tant qu 'Eglise, face au problème du racisme et de l'antisémitisme, nous n'éprouvons pas tellement le besoin d'une coordination avec les autres organisations. Nous travaillons surtout au plan local. Avons-nous tort? « Nous considérons que le respect du juif, le respect de l'étranger fait partie de l'Evangile. « A l'assemblée du protestantisme français, en novembre dernier, nous avons étudié les problèmes du développement. Nous avons conclu que la manière dont nous assumerions nos responsabilités à l'égard des migrants serait un test de notre façon d'appréhender le monde. Car, en définitive, c'est à l'échelle mondiale que le problème se pose : le sous-développement ici, la condition des immigrés là, sont liés. « Nous croyons que le respect du migrant correspond à la plus ancienne Révélation: « Il faut respecter ("étranger qui est dans tes portes », dit la Loi de Moïse. Chrétiens, nous avons reçu avec respect toutes les lois de l'Ancien Testament. « Ce xxe siècle devait être celui du progrès. Il suffit de considérer le monde d'aujourd'hui pour voir qu'il n'en est rien. « A chacun d'entre nous; selon ses conceptions et ses possibilités, de contribuer à améliorer la condition de tous. )) Propos recueillis par Jacques TENESSI. 1 1 JuiCs et catholiques Crançais Etait-ce un silnple lDalentendu '1 ON apprend beaucoup en lisant Juifs et catholiques français (1). Et d'abord que l'auteur, ancien élève d'un collège catholique, se souvient encore aujourd'hui de la « brusque rupture )) provoquée en lui lors des grandes oraisons du Vendredi-Saint par la prière Pro perfidis judaeis et aussi de ce que, pendant les années 30, la communauté juive de Lille se confondait vaguement à ses yeux d'enfant avec la loge maçonnique où l'on était censé profaner les hosties et avec la municipalité socialiste haïe. De quel poids pèsent ces souvenirs d'enfance souvent si profondément enfouis qu'il faut plus tard faire effort pour les reconnaître comme des souvenirs, on le devine jusque dans le choix du sujet de ce livre : auteur d'une thèse sur La vie ouvrière à Lille sous le second Empire et d'une étude sur Le prêtre français, c'est comme catholique et comme historien que Pierre Pierrard a écrit cet ouvrage, fruit d'une grande érudition et d'une vive exigence personnelle. Un livre aisé où le récit coule sans peine, un livre « facil e à lire)) si l'on parvient à trouver exotiques les litanies injurieuses dont l'accumulation souligne la permanence et la monotonie de l'antisémitisme catholique, ou si, comme l'auteur, on y puise un approfondissement de convictions antiracistes

à bien des égards une anthologie

commentée de la haine. Le titre toutefois dit un peu plus que le contenu : c'est avec la publication de La France Juive de Drumont en 1886, que Pierrard aborde son récit ; quelques pages de préface seulement sur le siècle écoulé depuis le « décret libérateur » de 1791 ; rien sur les temps du Moyen Age et ceux qu'on appelle « modernes ». Pierrard s'en explique : la France Juive qui eut deux cents éditions en vingtcinq ans (( a ouvert dans l'histoire de l'antisémitisme en France, le chapitre le plus long et le plus cruel ')). Ce « chapitre» s'étire au long du livre, de Drumont à l'affaire Dreyfus et aux ligues antisémites et nationalistes du début du siècle; l'Union sacrée permet une brève réconciliation dont l'entredeux guerres révèle ensuite la fragilité et l'ambiguité ; viennent alors pour les juifs les persécutions des années 40, où les catholiques français portent de lourdes responsabilités; plus tard, après les six millions de morts, « l'amour» l'emporte, apparemment tout au moins. Pierrard, qui entend ne rien cacher de l'antisémitisme des catholiques, place en effet un espoir entier dans l'essor des amitiés judéo-chrétiennes : ce Lillois en cherche l'origine dans le petit noyau constitué dès 1900 par ce qu'on appelle « l'Ecole de Lyon ». Un mince ruisseau Comme il est naturel étant donné l'état des recherches, l'érudition de l'historien est particulièrement riche et variée sur la période antérieure à la grande guerre. Les dirigeants de La Croix apparaissent moins isolés que dans le livre de Pierre Sorlin qui leur était savamment consacré : Jésuites, Dominicains, sont peut-être moins antisémites que les Assomptionnistes aux temps qui précèdent l'affaire Dreyfus, mais la balance, pour peser ces nuances, demande à être maniée avec une grande délicatesse. Au total, quoi qu'on en sache, l'abondance des textes catholiques antijuifs surprend. Enfin l'étude du contre-courant catholique PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Cb.)ix UNIQUE en CHEVREAU. en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9) GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité ) (6' ) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone ) (1Ü"') GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d 'Eau ),


Magasins ouverts tous les lundis

DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 Pour Pierre Perrard, enfant, communauté juive et loge maçonnique se confondaient, non antisémite - un minçe ruisseau - vient confirmer de nombreux et récents travaux : sur l'abbé Lemire, sur le Sillon, sur le modernisme. L'érudition de l'auteur dépasse d'ailleurs largement Paris. Elle court à travers la province et suit les militants de l'antisémitisme dans le tracé parfois surprenant de leur vie : Drumont, l'idole des foules anti-juives, vieillira dans la solitude bien avant la guerre de 1914. Aucun doute : entre catholiques et juifs français il ne s'agit pas d'un simple « malentendu )), comme d'aucuns le laissent croire. Mais quels catholiques? quels juifs? Pourquoi ce tournant des années 80? Peut-on caractériser l'antisémitisme des générations successives de chrétiens au xxe siècle? Que devient-il dans l'Eglise de France et de qui dans l'Eglise - les curés de Bernanos? ceux de Péguy? les évêques? Entre masses populaires catholiques, prêtres médiocrement instruits, dirigeants plus cultivés, y a-t-il à chaque étape homogénéité ou divergence? A ces questions il n'est guère répondu. L'auteur ne semble pas les avoir tenues pour importantes. On peut lé comprendre, mais cela surprend un peu chez un historien et gêne au total chez un militant: en matière d'histoire du racisme il est temps aujourd'hui de dépasser les anthologies. On sort du livre convaincu que dans leur masse les catholiques français ont été antisémites, assuré qu'une minorité grandissante a refusé la haine, mais sans réflexion sérieuse sur le degré d'intégration de l'antisémitisme français dans les comportements racistes de la société globale, pendant les périodes ou celle-ci se déstructure en raison d'une profonde crise sociale. Madeleine REBERIOUX (1) Pierre Pierrard, Juifs et catholiques français, éditions Fayard. Algérie des racisDles Du ((Maître de la Mitidja)) à la (( Bataille d'Alger)) (i TES hommes naissent libres ét .L égaux », proclamait la Républio que. Mais les hommes po uv aientils naître libres et égaux dans une société coloniale, une sociét6 dont le fonoement même était le mépris de l'autochtone? A l'aube de ce siècle, un instituteur, M. Dematons débarque en _ Algérie. C'est « le Maître de la Mitidja ", qui donne son titre au quatrième tome des « Chevaux du Solen li de Jules Roy (1). M. Dematons n'a pas une mentalité de colonial: en venant là, il ne fait que fuir des problèmes sentimentaux. Il est évidemment un laïque et la Déclaration des droits de l'homme est sa charte. Il n'a pas de sympathie particulière pour les juifs et les Arabes; il n'a pas d'antipathie non plus. Il acceptera qu'un juif se cache chez lui, il s'attachera au jeune Belkacem, son élève. De son attitude, il recueillera le fruit amer: l'hostilité des « nationalistes» (2). Car l'Algérie que connaît M. Dematons, c'est précisément celle des racismes dans leur manifestation la plus violente. Ce quatrième tome se lit avec plus d'intérêt encore que les précédents parce que son contexte nous est déjà plus familier. Cette Algérie-là, c'est déjà en effet celle de 1945 et de 1954." Le Maître de la Mitidja li n'est pas un livre d'histoire cependant. C'est l'histoire d'un homme honnête dans une société Qui n'est pas faite pour lui. La période qu'il évoque gagne cependant à être mieux connue qu'elle ne l'est. On oublie trop souvent en effet ce que les juifs subirent durant la période coloniale française. M. Beau de Loémie, expert en antisémitisme, note, dans sa présentation de Drumont: « Drumont fut élu député d'Alger, à la suite d'une campagne triomphale, lors des élections générales de 1898. Il -n'avait aucune attache à Alger. Il n'avait jamais songé à aller en Afrique du Nord. Mais l'Algérie était alors la -région où l'antisémitisme se développait avec les plus exceptionnelles virulences» (3). En 1870, un décret avait fait des « juifs indigènes» des citoyens français - à l'exception cependant de ceux qui résidaient dans certaines parties du Sahara. Mais en 1900, à Alger, Oran et Constantine, on chantait dans les rues «La Marseillaise antijuive» (!) : (( Y'a trop longtemps qu'nous somm' dans la misère à tause des youpins»,. une (( Marseillaise» (!) dans laquelle on retrouvait tous les accents du bassin méditerranéen, à l'exception de l'accent arabe. En 1881, la population algérienne était estimée à 3310 312 personnes: 2842497 Arabes et Berbères musulmans, 432252 Européens, 35 563 juifs. D'où venait donc cette haine particulière pour le juif plus encore, à cette période, que pour l'Arabe? LES ÉDITIONS DU PAVILLON 18 Directeur-Gérant: Roger MARIA S, rue Rollin, PARIS-S" - Tél. : 326-84-29 Nouveautés • HAN RYNER : Jeanne d'Arc et sa mère. - Un volume (115 x 178) de 212 pages ......................................... 12 F • HAN RYNER : Songes perdus. - Un volume (115 x 178) de 236 pages . . ........ ........... .................................... 12 F • Une éducation pour notre temps - Problèmes et Perspectives. - (Colloque international « L' Education et le développement scientifique, économique et social» Palais de l'Unesco - 27-30 décembre 1968). Préface du Professeur Jean ORCEL, membre de l'Institut, président de l'Union Française Universitaire. - Un volume (21 x 13) de 208 pages . . .... ............... . • Georges SAROTTE : Le matérialisme historique dans l'étude du Droit. Préface de Maurice BOUVIER-AJAM, directeur de l'Institut de Droit Appliqué. - Un volume (1 58 x240) de 312 pages ..................... ..... ................... .. . 17F 33 F - Distribution aux libraires: ODÉON-DIFFUSION, 24, rue Racine, Paris-s". a: Cl Bijoutier juif du Sud-algérien. (Tableau de Bachir Yelles) Dans sa (( Vie quotidienne des Français en Algérie» (4), Marc Baroli l'explique en grande partie par « la place des juifs dans le commerce ». Cette « thèse» ne tient pas. En effet, en 1931, alors que les juifs avaient bénéficié d'une promotion sociale collective, il y avait 88 industriels, 114 agriculteurs ou viticulteurs, 212 propriétaires, 223 ministres du culte, 680 membres des professions libérales, 7 573 commerçants gros ou petits, représentants et agents de fabrique et 19762 ouvriers, employés et artisans. En fait, il paraît bien que les leaders antisémites européens prenaient le juif comme bouc émissaire pour peser sur les. décisions de Paris car les « nationalistes» n'étaient pas toujours entendus en haut lieu, les intérêts de la bourgeoisie métropolitaine et ceux des colons ne coïncidant pas dans tous les cas. Une singulière dignité En 1870, l'amiral Gueydon, gouverneur général, avait donné le ton :« L'élément indigène, arabe ou juif, ne peut prétendre à une influence quelconque dans les affaires politiques du pays ». L'armée coloniale réussit à contenir plusieurs révoltes populaires. Premi!re série d'émeutes antij uives en 1881. Une Ligue des Français en Algérie est fondée. Mais en 1885 les candidats anti-juifs subissent une défaite. Il manquait une base doctrinale à leur action, Drumont la leur donne avec « La France juive». Les journaux antisémites fleurirent alors : « Le Radical d'Alger », (( L'Algérie juive », «L 'Antijuif », (( Lé Petit Africain » qui, -après tois jours d'émeutes à Oran, écrit: «Nous trouvons bon que la population française ait veillé elle-même à sa dignité! ». Nouvelles émeutes à Alger du 20 au 27 Janvier 1897. Bilan: deux morts, cent bles- Pour Drumont, « le juif» était cause de tous les maux à Paris comme à Alger_ .. sés graves, 138 établissements pillés, tout cela sans intervention véritable des forces de police. En 1898, l'Algérie avait trois députés antijuifs: Drumont à Alger, Emile Morinaud à Constantine, Faure à Oran. Max Régis, leur complice, était maire d'Alger. (( C'était le zénith du mouvement antijuif en Algérie », note Michel Ansky (5). Max Régis a terminé sa carrière dans le « milieu» oc ci Sali", Halali ViTe nt les Arabes PARTI très jeune de 'Annaba, dans l'Est algérien, Salim Halali a conquis le monde arabe en chantant, de l'Occident à l'Orient. Il veut aujourd'hui conquérir le reste du monde avec un indéfinissable « pop' oriental». Son argument est que des chanteurs européens, tels les Beatles , n'hésitent pas à puiser dans le trésor musical oriental. Salim Halali semble vivre par et pour la chanson. Et cela dure depuis longtemps. Dans ses « Mémoires», Bachtarzi Mahieddine , aujourd'hui directeur du Conservatoire d'Alger, lui consacre un chapitre entier. Leur première rencontre, c'est celle d'un jeune garçon et ses compagnons furent parfois des juifs. Mais ceci est une autre histoire. Il faut lire le livre de Jules Roy : (( Le Maître de la Mitidja»,. un homme simple et honnête, qui se prend à aimer l'Algérie dans toutes ses composantes de l'époque. L'affaire de « La bataille d'Alger » Il faut lire le livre de Jules Roy comme il faudrait voir (( La Bataille d'Alger », cette bataille qui opposa dans les plus inhumaines violences troupes coloniales et résistants algériens. Réalisé par l'italien Gillo Pontecorvo, ce film a reçu partout un excellent accueil. Mais les jeunes gens de la Restauration nationale et l'association des Anciens combattants de l'Union française, ceux qui ont participé volontairement, avec exaltation aux aventures coloniales de Madagascar, d'Indochine, d'Afrique du Nord, d'Egypte, n'acceptent pas que leurs adversaires d'hier soient présentés comme des êtres humains. Alors que (( Les Bérets verts» avaient bénéficié de la protection de la police, la pression de ceux-là a été assez forte pour que « La Bataille d'Alger» soit retiré de l'affiche à Paris. Jusqu'à une certaine période, les patriotes algériens avaient pour souci d'épargner les civils. Un attentat dans la Casbah et TiTe nt les juiCs! sans le sou, à 'Annaba , qui demande à un artiste connu de le faire entrer dans une salle de spectacle! Quelques années passèrent. Salim Halali avait tenté -l'aventure en s'embarquant pour Marseille dans un « moutonnier». Il Un soir à Paris, dans un cabaret, raconte Bachtarzi Mahieddine, j'avais rencontré un jeune chanteur espagnol que j'avais trouvé remarquable.)) Le « jeune chanteur espagnol» était Salim Halali. Il Pour ne pas mentir, nous dit ce dernier, je dois préciser que je n'étais pas seulement chanteur dans ce cabaret. J'étais aussi à la plonge. DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 d'Alger fit en 1956 de nombreux morts, hommes, femmes et enfants. Les auteurs en étaient des partisans de l'Algérie française. Dès lors, le cycle de la violence aveugle était ouvert. Si les réalisateurs de (( La Bataille d'ALger » ont « péché», c'est à notre avis par leur trop grand souci de « comprendre» le comportement des ennemis du peuple algérien. Nous craignons que le spectateur perde de vue que les violences de « La Bataille d'Alger» étaient contenues dans la situation coloniale et provoqués par l'aveuglement de nombreux hommes politiques français à partir de 1954. Quant aux problèmes de conscience de ceux qui s'acharnèrent de 1954 à 1962 à perpétuer le système colonial par les moyens les plus bas, nous pensons pour notre part qu'ils surgirent surtout... après les événements. Il fut des officiers et des soldats, appelés ou professionnels, qui prirent des responsabilités pour n'être pas complices. De tout cela, on peut discuter. Mais au regard des nostalgiques de l'Algérie française, le public français n'est pas adulte. Jean-Pierre SAID. l) Ed. Grasset. 2) C'est ainsi que se qualifiaient les ultras de l'époque. 3) Dictionnaire de la politique française. 4) Ed. Hachette. 5) Les juifs d'Algérie, Editions du Centre. 1950. J'enlevais de temps en temps mon tablier pour 'chanter. Il Nouvelle rencontre fortuite entre les deux hommes. C'était le début d'une grande carrière. Salim Halali allait bientôt détenir le record de vente de disques en Afrique du Nord. Il s'attache aujourd'hui à restituer la chanson nord-africaine, marocaine, algérienne ou tunisienne, dans toute sa pureté . Il remarque en effet que la musique égyptienne, qu'il aime passionnément, a influencé celle d'Afrique du Nord. Les musiciens qui raccompagnent sont égyptiens, tunisiens, libanais, marocains, algériens, les uns sont juifs et les autres arabes. Pour moitié, c'est un principe pour Salim Halali. Il Je suis juif et fier d'avoir des Arabes avec moi, dit le chanteur. Et je vais partout comme chez moi. Je chante Il Yidische mama)) dans les pays arabes. Quoi de surprenant à cela? lIOn peut écrire : vivent les Arabes et vivent les juifs ! sans trop se poser de problèmes ! )) Salim Halali va de Rabat au Caire. Il entend que son itinéraire passe désormais par Paris. J.T. 19 a: o 20 lu ... vu ... • Le Cercle progressiste des juifs du Marais a organisé un débat sur le thème : (1 Etre juif en 1970 Il avec la participation de Roger Ikor, Dov Puder, André Gisselbrecht et Pierre Guydenis. Quelque trois cents personnes y ont as~isté. • Une équipe de techniciens du cinéma a réalisé (1 Les immigrés en France Il, avec la collaboration de la section de la main-d'oeuvre immigrée du Comité central du P.C.F . • L'Association française des amis de l'université de Jérusalem présente au musée des Arts décoratifs de Paris les objets découverts à Massada . De 1963 à 1966, des fouilles ont permis de retrouver des fresques, des mosaïques, des corniches sculptées du palais d'Hérode ainsi que des fragments des quatorze rouleaux bibliques. Maquettes et photographies complètent l'évocation de la tragique histoire de Massada où, il y a 1897 ans, les derniers résistants juifs périrent plutôt que de se rendre aux Romains. • Le peintre Benn présente cc Les Psaumes Il au musée d'Art modeme de Paris, 16, avenue de New York. • VVogensky expose ses tapisseries récentes à La Deme'Urp, 6, place Saint-Sulpice, Paris. • Les huit vitraux que Jean ' Bazaine a réalisés pour le choeur de l'église Saint-Séverin de Paris ont été inaugurés récemment. Jean Bazaine présente actuellement les cartons des vitraux, en même temps que des gouaches récentes , à la galerie Maeght , 40, rue du Bac ;- Paris. • Des sculptures de quelque 40 artistes sont exposées Itinéraires de Miro « ••• u bonheur de jouer, de jongler, de risquer ... )) UNE amande, un galet, un tube « de colle, une coquille d'escargot, un crochet de métal, une souche d'arbre, une cruche cassée, deux balles de cuir, une cuillère, une calebasse, un coquetier, un couvercle de poubelle, un galet percé, un moulage de main, un moulage de pied, un croissant, un madrier, un os de mouton, un support de papier hygiénique, des clous, des bouts de bois, des bouchons, une assiette, une poupée désarticulée, une brique, plusieurs cailloux, une bobine, un bretzel, et l'oeuf, et la savonnette ••• )1 (I), tels sont les objets que Miro insolemment marie pour notre plaisir et notre envoûtement, dans son exposition de sculptures à la galerie Maeght (2). Ainsi la plus grande fantaisie a présidé aux choix des éléments de cette exposition, ce qui ne saurait nous surprendre de la part de cet artiste, né à Barcelone comme Picasso, mais doué nous semble-t-il de plus de naïveté et d'innocence. Naïveté, candeur, espièglerie, cruauté, ne sont-elles pas le propre du monde enfantin du monde du jeu? entendu jusqu'au 19 juillet à la Maison nationale des artistes à Nogent- sur-Marne, 14, rue Charles- VII. Cette exposition cc Elle et lui», faite en hommage à Marcel Gimond, est présentée par Juliette et André Darle. • Hans Hartung a reçu le Grand prix des Beaux-Arts de la ville de Paris, destiné à récompenser un peintre pour l'ensemble de son oeuvre. Des toiles de Hans Hartung se trouvent dans douze musées du monde et notamment au musée d'Art mode me de Paris. • La chanson ibérique a été présentée aux Tréteaux de France , installés aux anciennes Halles de Paris. Pa co Ibanez a chanté en espagnol, Luis Cilla en portugais, Xavier Ribalta en catalan, Jose Menese a interprété du flamenco. • Un manuel de littérature néo-africaine (du XVIe siècle à nos jours, de l'Afrique à l'Amérique) vient de paraître aux éditions Resma, dû à Janheinz Jahn . L'auteur y souligne que la grande renaissance de la littérature africaine se situe à la fin du siècle dernier. Il note aussi que la littérature sud-bantoue, développée dans les langues locales jusqu'en 1948, s'éteignit sous l'effet de l'apartheid. • cc Les enfants ne partiront pas! Il, tel est le titre de la brochure réalisée par René Nodot, lauréat de l'Académie française, et préfacée par Gaston Jaubert (colonel Jonage dans la Résistance) . L'ouvrage est fait de témoignages sur la déportation des juifs en 1942-43 à Lyon et dans la région. Il est vendu au profit des oeuvres de la Résistance: 5 F l'exemplaire (C.C.P. René Nodot, Lyon 23.66-28) ou 3 F, pour les commandes de 5 exemplaires au minimum En effet l'ingénuité, la fantaisie, l'esprit de jeu, dominent cette exposition. Miro joue, et nous « communique ce bonheur de jouer, de jongler, de risquer Il (1). Non pas que l'artiste ramasse et rassemble au hasard tous ces objets dont l'aspect hétéroclite nous enchante, mais, comme le dit Jacques Dupin, « ces déchets de la vie sont vivants» ou plutôt, dironsnous, Miro les rend vivants en les faisant correspondre à des éléments de son univers intérieur, qu'ils lui ressemblent ou qu'ils lui résistent. Un aspect important de cet univers de Miro (souvent souligné par des historiens et des poètes, notamment Jean Cassou) est le primitivisme dont on fait remonter la sourcë à ses origines méditerranéennes. Il s'agit en fait de cet esprit méditerranéen des civilisations archaïques, que l'on retrouve notamment dans ce « Personnage Il de 1970. Un autre aspect de cet univers et qui apparaît avec une belle ingénuité dans l'exposition d'aujourd'hui est le culte rendu à travers ces sculptures, tant à la virilité qu'à la fécondité comme dans ces idoles des premières civilisations méditerranéennes. Jacques Dupin, pour le citer une fois encore, parle avec bonheur d'une « échancrure de géante, en forme de flamme, aux bords coupants et au creusement pleinement modulé. La pureté primitive de Miro s'exprime ,dans cette affirmation sans bavures, dans son éclat et son rayonnement, auxquels répond une levée monoprésente d'attributs virils ••• » Bien que limitée, l'oeuvre sculptée de Miro représente une démarche particulière de l'artiste. Alors que, dans ses peintures, les images et les signes jaillissent d'un foyer intérieur, les sculptures à l'inverse partent d'éléments concrets, d'une certaine réalité, de formes archaïques ou d'objets populaires, et s'intériorisent dans l'univers poétiq ue de l' arti ste. Solange DREYFUS. (1) Jacques Dupin : « Derriére le Miroir », juin 1970. (2) Galerie Maeght, 13, rue de Téhéran, Paris (8e), jusqu'au 10 juillet. DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 Henri MATISSE (( La caractéristique de l'art lDoderne est de participer à notre "ie)) T E Grand Palais abrite actuellement, L à l'occasion du centenaire de la naissance de l'artiste, une rétrospective sans précédent consacrée à Henri Matisse, le plus célèbre avec Picasso, des peintres du xxe siécle. Evénement international, cette exposition rassemble pour la première fois les oeuvres marquantes à travers le monde. Sur 210 tableaux, une centaine sont prêtés par les collections et les musées américains, vingt par les musées de Leningrad et de Moscou, qui détiennent une exceptionnelle série fauve, jamais présentée à l'étranger depuis 1910. L'oeuvre sculpté, les vitraux, les étonnantes gouaches découpées de la fin de sa vie, sont également présents. Dans le même temps la Bibliothéque nationale permet de voir l'important oeuvre gravé et illustré. Grand Palais: jusqu'au 21 septembre, tous les jours, sauf mardi, de 10 heures à 20 heures. Bibliothèque nationale, rue de Richelieu, Paris : tous les jours, de 10 heures à 18 heures. li: visage humain ~'a .toujours beau~oup intéressé. J 'ai même une assez L remarquable memoire pour les visages ... En les regardant je ne fais aucune psychologie mais je suis frappé par leur expression souvent particulière et profonde .. . Ils me retiennent probablement par leur particularité expressive et par un intérêt qui est essentiellement d'ordre plastique. C'est du premier choc de la contemplation d 'un visage que dépend la sensation principale qui me conduit constamment pendant toute l'exécution d'un portrait. (Extrait des « Portraits » de Matisse). 21 Le texte Intégral du débat des (( Dossiers de l'Ecran» claude lévy • Les travailleurs étrangers oes WI~I~S est paru dans le DlUDéro 1.15 de HOMMES et MIGRATIONS

Dans le lDêlDe cahier f;ODlDlent et pourquoi les travailleurs sénégalais viennent en France de la Résistance par J'auteur de 22 Il La grande rafle du Vel d'Hiv" 1 volume nombreux documents 19,20F Le cahier : 10 F ~.~.P. E.S.N.A. Paris 55-65-40 CALMANN-LÉVY OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE SUCCURSALE du MARAIS . (Voyages BARBES) 2, rue CARON (angle rue Saint-Antoine) .' Tél. 272-30-83 .;. 277-86-60 Paris-4e Métro SAINT-PAUL ou BASTILLE vous propos~ ' • • soleil dép arts en groupe - chaque dimanche pour 2 - 3 - 4 semaines • Prix : à partir de 1 080 F d'Israël comprenant : voyage aller-retour, avion et hébergement • DÉLIVRANCE IMMÉDIATE AU PRIX OFFICIEL DE TOUS BILLETS TOUTES DESTINATIONS Elsa Triolet ELSA TRIOLET nous a quittés ... « Le Rossignol s'est tu à l'aube» : c'était le titre de son dernier roman . Mais l'aube est venue trop vite et nous ne pouvons croire que cette voix à jamais mêlée à celle d'Aragon soit maintenant silencieuse. Elle nous venait de . Russie , de la Russie de Tchekhov et de Maïakovsky dont elle avait si lyriquement traduit les oeuvres en français. Et ses romans, son active participation à la Résistance, la place ' majeure qu'elle avait eue dans l'inspiration d'Aragon, avaient fait d'elle une grande dame de la littérature française de notre temps. Peu d'années après que le Prix Goncourt eût couronné Il Le Premier Accroc coOte deux cents francsII, le M.R.A.P. avait tenu à honneur de lui décerner le « Prix de la Fraternité» pour son roman « Le Rendez-vous des étrangers Il, document lucide et généreux sur un problème qui demeure au centre de nos préoccupations. Nul de ceux qui l'aperçurent à nos réunions n'oubliera sa sensibilité vibrante et l'éclair de ses yeux bleus, « les yeux' d'Elsa» qui rayonnent sur tous les poèmes d'Aragon . Paris, le Paris littéraire et le Paris populaire, lui ont rendu leur hommage avec des milliers de roses et des larmes qui n'allaient pas seulement à la grande romancière , à l'amie généreuse . On pleurait aussi sur le couple brisé : le drame de la mort qui sépare pour un temps ceux qui semblaient à jamais unis. Mais ses amis, dans leur adieu , rappelèrent que l'amour peut être plus fort que la mort et Jean-Louis Barrault avec tendresse évoqua la fin légère d'Elsa, disparue après une dernière promenade avec Aragon parmi les fleurs de son jardin, ft comme une jeune fille se pâme sur le banc d'un parc aux bras de son amant Il. Pierre PARAF. Plp B1JLLBTIN D'ADBi:SION PRESIDENT : Pierre PARAF ; SECRETAIRE GENERAL: Désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour Charles PALANT. COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI, Georges AURIC, Oaude AVELINE. Robert BALLANGER. Roger BASTIDE, Jean CASSOU. Aimé CESAIRE, Charles de CHAM BRUN. André CHAMSON, Pierre COT, Docteur Jean DALSACE, Louis OAQUIN, Hubert DESCHAMPS. Henri DESOILLE, Michel DROIT, Maurice DRUON. Pasteur André DUMAS. Adolphe ESPIARD, Henri FAURÉ, Max-Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE, André HAURIOU, Charles-André JULIEN, Alfred KASTLER, Henri LAUGIER, Alain LE LEAP, Michel LEIRIS . J eanne LEVY. Darius MILHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU, Jean PAIN LIEVE, Marcel PRENANT, Alain RESNAIS, Emmanuel ROBLES, Françoise ROSAY, Armand SALACROU, Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Jean SURET-CANALE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VERCORS, Dr Pierre WERTHEIMER. Robert ATTULY, Vincent AURIOL. Georges DUHAMEL, Yves FARGE. Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN,Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE , Jean LURÇAT, Léon LYON-CAEN, André MAUROIS. Amiral MUSELlER, Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoine Jean VIOLLET. la paix, J'ADHÈRE AU M.R.A.P. Nom .............................. . . Pr6nom . . . ...... . .......... . ..... . ... . Profession . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ....... .... . .. . . . ...... . ... .. ............... . Adrèsse ....... . ......... . ....... . ... ... ...... .. ..... . , . . ... .... . . ... .. ...... . Je vous envoie, à cet effet, la somme de ...... . . . . ... .. . Je souhaite. : • recevoir une documentation complète sur le M.R,A_P. • être invité à ses réunions et manifestations, • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. le montant de la carte d'edh6sion 'ali partir de 5 francs) est laissé à l'appr6ciation du souscripteur, selon s .. pouibilitlls, compte tenu de la n6cenit6 d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ ... -----120, rue Saint-Denis - Paris (2") - Téléphone: 231-09-57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris _____ ... DRUII ~ 1 LlBLH 1 E - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 23 24 1) les livres Sur la Résistance II Y a actuellement floraison de livres sur la Résistance et c'est heureux! Ils permettent d'éclairer de nombreux points d' histoire et de restituer la vérité . Dans Les parias de la Résistance, Claude Lévy, coauteur de La grande rafle du Vel d'Hiv, (1 ), à travers le récit de l'exécution d'un résistant d'origine polonaise , Marcel Langer, rend hommage aux Francs-Tireurs et Partisans de Toulouse - dont faisait d'ailleurs partie l'auteur - héros méconnus pour la plupart , formés dans les luttes des Brigades internationales et les syndicats ouvriers, dans la M .O.I. (Main-d'oeuvre Immigrée) . Le juit qui résiste , qui se révolte , qui combat, c'est aussi le thème central du dernier livre d'Anny Latour, La résistance juive en France (2) . Résistante elle-même, historienne de formation , elle est allée aux sources, à la recherche des faits, interrogeant les responsables des réseaux de sauvetage et de combat. Ces sauveteurs et ces combattants passés à la clandestinité venaient pour la plupart, d'organisations juives correspondant aux différentes tendances politiques qui existaient avant l'occupation . cc Plus encore qu'une lutte pour leur survie physique et spirituelle lieur) engagement... dans la Résistance juive écrit Anny Latour dans l'avant-propos, était un acte de foi, foi religieuse ou foi laïque, peu importe : foi signifiant fidélité. Il Roger Pestourie avec La Résistance, c'était cela aussi (3) , ouvre la voie à l'histoire de la lutte libératrice en zone sud . Du fait de sa propre expérience - animateur de l'organisation clandestine dans le Lot, sa région natale, il a pris la tête de la jeunesse communiste pour la zone sud à Lyon - il fait avec chaleur et émotion , le simple récit des combats menés durant l'occupation dans ce qu'on appela « zone non occupée » jusqu'en novembre 1942. Debout, Partisans! (4) de Claude Angeli et Paul Gillet évoque, dans un style alerte et vigoureux, l'aventure des hommes et des femmes communistes qui ont contri bué , depuis la débâcle en mai 1940, jusqu'au printemps 1942, à la naissance des Francs-Tireurs et Partisans dans toute la France. J. L. (1) Ed. Calmann-Lévy. (2) Ed. Stock. (3) Ed. Socia le ... (4) Ed. Fayard . C'" " "". ....... la télévision Relent de Satyricon à Ouarzazate « Vacances» : le mot évoque la mer, la montagne, le soleil , les vertes prairies ... Sous ce titre, ce sont pourtant des réflexions moins estivales que nous a suggéré l'émission de Jacques Frémontier, de la série « Vivre aujourd' hui » (1) (18 juin) . Son premier propos était de montrer ce qu'on bâtit en 1970 pour les vacanciers. Mais il a voulu savoir aussi pour lesquels. Son enquête l'a mené à Ouarzazate dans l'Atlas marocain où un grand club de vacances a construit un centre de vacances ultra-moderne à proximité de la casbah. Colette Djidou , la réalisatrice , a filmé ici avec une caméra fureteuse les très étonnantes vacances d'une catégorie de gens huppés, sortes d'Onassis au petit pied , en mal d'exotisme. Elle a surpris les propos naïfs de certains d'entre eux où le racisme au premier degré se marie à la plus majestueuse bêtise. Appareil photo en bandoulière, ces gens dissertent sur la vie simple - d'une belle simplicité « toute virgilienne! » de l'indigène. Ils ne craignent pas de l'approcher. .. Ils sont venus pour ça!. .. et de poser, pour le souvenir, aux côtés de la jeune femme au costume bariolé avant de retourner se prélasser dans la piscine de leur hôtel de luxe . Là , les pieds dans l'eau, ils discuteront de l'architecture de cet hôtel inspire des maisons indigènes et qui s' intègre si bien dans le paysage! Ils trouveront tout à fait normal que les habitants de Ouarzazate ne puissent en franchir les portes (les « autorités» exceptées; mais le professeur à la peau noire y est interdit!) . Cette Afrique de légende n'a- t-elle pas été créée pour leur plaisir? Si l'ennui les prend , ils n'hésitent pas à se travestir en Marocain du Sud. Si la nostalgie survient, ils vont rêver en regardant danser les femmes de la casbah (payées au tarif de 5 F de l'heure!). Certaines scènes font songer au « Satyricon » de Fellini . Merci aux réalisateurs de nous avoir rappelé que cette décadence existe, parmi nous. (Une deuxième séquence , de Serge Nat, sur les retraités de Gassin , par contraste, donnait une merveilleuse impression de fraîcheur, d'air pur.) . Jean COMTE (1 1 La deuxième émission de cette série « L'Usine aujourd'hui ); semble être tÇmbée dans quelque oubliette de l'O .R.T.F. Pourquoi ? Leo the last Marcello Mastroïanni, l'obsédé du cinéma depuis quelque temps, revêt ici l'habit de roi déchu , émigré à Londres, qui a choisi d'habiter un quartier pauvre et de contempler la vie à l'aide de sa longuevue. Ceci grâce au réalisateur John Boorman. Entouré de personnes intéressées qui feignent de vouloir son bien et de le ramener à la normalité, ce pacifiste vit dans sa grande et belle maison , mais son regard et , avec lu i, son âme, sont dehors, dans la rue , ou mieux encore, se promènent dans les appartements d'en face . Indigné , révolté , atterré par la misère infligée aux familles noires VOISines, il reste pourtant impuissant et ne parvient pas à passer à l'action. Lorsque, enfin , il voit la belle Salambo victime de la prostitution , il engage la bataille de l'idéaliste décidé à combattre tous les degrés d'infériorité infligés aux noirs et aux pauvres. Mais, il se heurte encore à la méfiance, celle de ses protégés cette fois . Lorsque cet obstacle est levé, c'est sa propre suite qui oppose une résistance acharnée à ses desseins et interdit à la foule des miséreux l'entrée de la grande maison que Leo le Dernier leur avait destinée . C'est ainsi que, sur ses ordres, la belle maison flamboie , s'écroule, et le jugement du roi Salomon s'accomplit : la maison n'appartiendra ni aux miséreux, ni au héros. Celui-ci , malgré ses bonnes intentions, ne parvient pas à rétablir la justice. lIana SHAVIT. les disques Et si le monde était notre prison? o Mikis ! quel mal t'aura fait Zorba le Grec! Qui, en France saura encore trouver le chemin de ta musique? C'est ce que je pensais en écoutant « L'état de siège », disque de « circonstance » (Polydor 184357), enregistré par Maria Farantouri et Antonis Kaloyannis, sous la direction d'Evdoros Demetriou . Et puis, la mélodie est née, s'est développée, simple et belle, pure comme une amphore grecque - peut-être pas exactement orchestrée ainsi qu'il l'aurait fait lui-même? - mais allez donc, en prison , en n'utilisant que les barreaux de votre cellule, trouver le moyen d'étoffer votre cn ( La prison d'Averoff, après celle d'Asphalia , à Athènes, fut le décor de celui qui, dès le 21 août 1967, y était incarcéré pour son « opposition naturelle» au régime. C'est là qu'un matin lui parvinrent, soigneusement pliés, les vers de révolte el d'espoir anonymement signés « Marina», prisonnière comme lui, Loin très loin, on entend la vie .•. Un jour, lorsque les portes de" ,tombes, des maisons, des prisons, des lois, seront ouvertes ... Tu te rappelleras toi aussi Que loin, très loin est la vie Que loin sera la vie, Alors que moi je n'existerai plus. Ecoutez ces chants, ces mélodies déchirantes, ces psalmodies où pulsent la révolte et la fatigue, l'espoir aVeC la foi; écoutez ces chants et, tandis que s'éveille en vous une conscience qui refoule très loin les éChOS bruyants de la vie quotidienne, remerciez comme moi le ciel de nous faire vivre un siècle où l'art peut tout ; émouvoir comme apaiser, témoigner ou accuser. Bernard SANNIER-SALABERT. DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 la poésie Atahualpa Yupanki Entre deux voyages en Argentine, cc le temps de voir la tête du nouveau président Il, le poète Atahualpa Yupanqui est revenu se produire, donner sa participation exceptionnelle, au spectacle SudAméricain dans le cadre des rencontres internationales. Avec lui, un groupe folklorique argentin, qu'il qualifie comme le plus représentatif du genre pour présenter en Europe cc los Cantorès de Quilla uasi Il; groupe vocal et instrumental de musique populaire argentine. Atahualpa Yupanqui, né en 1908 dans un petit village de la Pampa, d'une mère basque et d'un père indien , cc revendique et assume hautement le double héritaQe des aïeux qui lui galope dans le sang Il. Dès son plus jeune âge , Athahualpa chante la misère du mineur, celle du paysan sans terre , celle de l'Indien ou du métis. Ses chants d'amour et de révolte connus de l'Amérique toute entière, ont aujourd'hui parcouru tous les continents. Ce poète de la Pampa, des gauchos, s'impose aujourd'hui comme le premier chansonnier d'audience internationale. l'Académie Charles Cros lui décerna le grand prix du disque folklorique en 1950; en 1969, il se voyait à nouveau attribuer ce prix. Atahualpa chante son pays bien sûr, de cette voix pleine d'émotion et aux accents de sa guitare. Entre deux chansons qui ont lentement· cheminé jusqu'à nous, le poète crie: cc Soy libre Il (je suis libre) et les accords de sa guitare répètent le langage, cette guitare qui fait partie de lui-même. Penché sur elle, le poète redécouvre la Cordillière, la musique de la terre indienne qu'il n'a jamais quittée, la révolte de la mine, le cri du paysan. Henri LAJOUS 'le théâtre Dracu la et Goddess Tous les lundis à 21 heures, la troupe argentine dirigée par Alfrédo Rodriguez Arias , présente Dracula et Goddess dans le petit théâtre de l'Epée de Bois, où il monta cet hiver Eva Peron de Copi , spectacle lâchement agressé par les troupes fascistes d'Ordre nouveau (1). Le spectacle débute par Dracula - adaptation libre du célèbre roman de Bram Stoker - monté de man'ière très statique. Il ne s'y passe presque rien , les situations se présentent comme un roman à épisodes reliés entre eux par les jeux de lumières, d'où l'utilisation fréquente des « noirs»; Dracula fait aussi penser à une bande dessinée. Les gestes, très lents, les perruques violettes, oranges, ou encore de laine épaisse, les dialogues simples, stéréotypés et les lumières bleurouge plongent la salle dans l'irréel, le spectacle est sur la scène, jamais le spectateur ne croit à cette fable vampiresque. Du comte Dracula , il en est bien question , -mais ne l'attendez pas, il ne viendra pas. Ses victimes meurent à la lecture de lettres. Peut-être le vampire se manifeste-t-il , mais ce n'est qu'à travers le faisceau lumineux qui descend sur le sommeil de ses victimes. La belle Hélène et son époux Jonathan sont saufs ; loin d'être vampirisée, notre héroïne a connu le miracle des précieux fluides corporels de Jonathan , ce fut la joie de 'la maternité . Tout est bien qui finit bien. Avec Goddess, Facundo Bo retrouve un rôle de travesti , il incarne la célèbre actrice mexicaine Maria Félix, à laquelle ses admirateurs vouaient un véritable culte. Ce culte , Rodriguez Arias le transpose sur scène, comme une messe en hommage à la déesse . Spectacle baroque où Facundo Bo, prisonnier dans une gigantesque robe cc carapace» bleumauve, juché sur de hauts cothurnes de sa voix grave, suraiguë, rythme I~ cérémonie . Cérémonie de l'absurde, à la mesure du culte d'une star déifiée. La grande Maria hurle son breakfast ... on lui donne en pâture un homme, nu sous une longue tunique de lin blanc. Cet holocauste apaiserait-il la déesse? Non! C'est « de la chair», « du sexe» qu'il lui faut ... La Goddess, hurle, foudroie . Tous tombent. Maria Félix reste seule ramenant ' lentement sur son ventr~ -deuv mains vides, tandis que la lumière se meurt. H.L. (i) Voir « Droit et Liberté », nO 292 . 25 26 LA VIE DU M.RAl?' JUILLEY-AOUT 1970 A Belle~ille, contre les di~isions et la haine Aussitôt que furent connus les incidents qui ont opposé, dans le quartier de Belleville à Paris, des groupes juifs et arabes, une délégation du M.R.A.P. s'est rendue sur place pour enquêter et contribuer à l'amélioration du climat. Il est indéniable que ces incidents ont favorisé la diffusion des préjugés et des haines de caractére raciste, se greffant souvent sur le conflit du Proche-Orient. Le M.R.A.P. a rendu public le communiqué suivant Comme il y a deux ans, des heurts violents ont eu lieu à Belleville entre des groupes juifs et arabes, malgré la présence de forces policières importantes. n est difficile de déterminer l'origine exacte des incidents; ce qui importe aujourd'hui, c'est que le calme revienne rapidement, que se rétablisse la cohabitation pacifique et amicale entre voisins. Il faut empêcher qu'un conflit extérieur dresse deux communautés l'une contre l'autre. L'une et l'autre doivent oeuyrer à la compréhension et à la paix. Car, dans ce quartier où chacun, ouvrier, commerçant, artisan, se voit confronté à bien des difficultés, il y a mieux à faire que de s'entredéchirer. Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix (M.R.A.P.), en appelle à toute la population et à ceux qui la représentent, pour que soient mis en échec les provocateurs qui cherchent à la diviser et à la détourner des véritables problèmes, face auxquels tous devraient être solidaires. Paris, le 16 juin 1970. Après le draIne de Saint-Denis Le M.R.A.P. a publié, le 16 juin, le communiqué suivant, qu'une grande partie de la presse a cité : L'incendie du bidonville du FrancMoisin à Saint-Denis - le cinquième en quelques années - survenant six mois après l'asphyxie à Aubervnliers de cinq travailleurs africains, souligne une fois de plus les conditions indignes dans lesquelles vivent en France la majorité des travailleurs immigrés. Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix (M.R.A.P.), exprime sa profonde émotion et sa solidarité aux victimes de ce nouveau drame : 600 sinistrés dont 224 enfants. Le M.R.A.P. demande avec force aux pouvoirs publics de prendre des mesures immédiates pour donner une suite effective aux déclarations officielles répétées et aux textes adoptés sur l'amélioration du logement des immigrés. D'autres tragédies menacent. Les centaines de milliers de travailleurs étrangers dont le gouvernement et le patronat encouragent en permanence la venue pour les besoins de l'économie fran- . çaise, doivent recevoir dans notre pays un accueil humain, fondé sur une complète égalité des droits. Faites Pour une lutte cOlDlDune abonner . vos amis , a DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 L'Union générale des travailleurs senegalais en France, sous la signature de son président, Sally N'Dongo, a adressé à Pierre Paraf, président du M.R.A.P., la lettre suivante : « Nous vous remercions de votre témoignage de sympathie pour la réunion du 13 juin, destinée à la présentation de notre livre. Les camarades ont été très sensibles à votre message et aux efforts que le M.R.A.P. fait en notre faveur. /( Nous profitons de cette occasion pour vous témoigner notre reconnaissance du soutien que nous apporte le M.R.A.P., et nous souhaitons vivement que cette collaboration continue pour une lutte commune. Il Il va de soi que le M.R.A.P. s'emploiera à renforcer toujours plus son action de solidarité envers les travailleurs africains. La recherche d'une solution juste et humaine aux problèmes que rencontrent les immigrés, la création d'un climat de compréhension et d'amitié, sont autant de tâches indispensables pour un mouvement antiraciste. Une telle action, qui ne peut qu'être bénéfique aux travailleurs africains eux-mêmes, victimes de tant de discriminations et d'injustices, est aussi conforme aux meilleures traditions et aux intérêts de notre pays. 27 Nouveaux cOlDités Un comité local du M.R.A.P . vient de se constituer à Amiens, à la suite d'une réunion des adhérents et des abonnés à « Droit et Liberté». Il est ainsi constitué : président : René Bailleux

secrétaire 
Annie Sergeant ; trésorier
M. Ballet. Il a pris des dispositions

pour la diffusion de notre revue, et l'organisation prochaine d'une conférence publique. Une réunion a eu lieu également à Paris pour la création d'un comité dans les 3" et 4" arrondissements. Un collectif provisoire a été mis en place qui s'est donné pour tâche de prendre contact avec l'ensemble des adhérents. Prochaine réunion le 2 juillet. A. la kerlllesse de Malakoff Invité par le Comité des Fêtes , le M.R.A.P . a participé par un stand à la kermesse de Malakoff, dans les Hautsde- Seine. L'exposition présentée , qui comportait 8 panneaux principaux et des photos prêtées par la M.J .C. de Fontenay-auxRoses , a connu un très grand succès. 57 visiteurs ont rempli le questionnaire « Le racisme et vous», parmi lesquels 15 ont exprimé le désir d'adhérer au M.R.A.P. Plusieurs adhésions ont été faites sur place, et des contacts ont été pris avec des syndicalistes pour faire circuler l'exposition dans des entreprises locales . De nombreux exemplaires de « Droit et Liberté» ont été diffusés . Le M.R.A.P. présent ••• • Le Comité d'action et d'information pour la défense des droits des noirs américains a organisé une conférence, de presse à Paris, le 24juin. Le M.R.A.P. était représenté par Albert Lévy, secrétaire national. • Pierre Paraf, président du M.R.A.P. s'est associé au Comité de parrainage de la commémoration des rafles du 16 juillet 1942. Cette cérémonie aura lieu, comme chaque année, sous l'égide de l'Amicale des anciens déportés juifs, à l'emplacement de l'ancien Vel' d' H iv' , où 30000 juifs furent parqués. • Charles Palant, secrétaire général du M.R.A.P. a pris part à un débat sur les problèmes du Proche-Orient, organisé à Puteaux, le 12 juin, par le Mouvement de la Paix. Il représentait notre Mouvement à la cérémonie commémorative des Anciens 'Combattants juifs, le 7 juin au cimetière de Bagneux. Le 28 mai, il a pris la parole au Mémorial du Martyr juif, à une soirée organisée par la Société « Fidélité à la France». • Le film Il Etranges Etrangers Il a été présenté le 5 juin à la Maison des Jeunes et de la Culture d'Eaubonne (95); le 19 juin à la M.J.C . d'Alfortville: cette dernière projection sous l'égide de l'association « Amitié Promotion», a été suivie d'un débat qu'animaient MarieFrance Sottet et Youcef Tatem, membres du Conseil national du M. R .A. P. • Pendant la campagne électorale du 12" arrondissement, à Paris, les militants locaux du M.R .A.P. ont diffusé un tract dénonçant « Ordre nouveau», qui présentait une candidate. • Au ' cours du stage des moniteurs de colonies de vacances organisé par le Comité /d'entreprise de la Régie Renault, une séance était consacrée, le 28 28 juin, aux travailleurs immigrés. Elle était animée par Henri Citrinot, secrétaire national du M.R .A.P. Les films « Etranges Etrangers» et « Derrière la Fenêtre » ont été projetés . • Une délégation du Comité du M.R.A.P. du 18" arrondissement, conduite par Joseph Creitz, membre du Bureau national, a rendu visite aux travailleurs africains qui vivent, au nombre de 22 dans deux pièces, au 85, rue des Poissonniers. Une campagne pour leur relogement se développe. Elle sera marquée , le 7 juillet, par un meeting à la Maison Verte, 127, rue Marcadet. NOTRE NAISSANCE Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de David, fils de nos amis Nicole et Shaoul Agababa-Carnez , de Tourcoing. Toutes nos félicitations et nos voeux les meilleurs. NOS DEUILS Notre collaborateur Charles Futerman nous annonce le décès de sa mère , Mme veuve Machla FUTERMAN. Nous lui exprimons nos très amicales condoléances. Notre ami Joby Fanon , membre du Bureau national du M.R.A.P., vient de perdre sa belle-mère, Mme veuve Eugénie WILLERVAL. Que sa femme et lui, ainsi· que sa famille. trouvent ici l'expression de notre entière sympathie. Urgent A~e7?~ous reJ.llOUVelé ~otre abolÙleIDeot à , droit & Jjberté 2 5 e anni~ersaire de la nctoire sur le nazisnae Pour vos réunions « Les beaux voyages et les chemins du souvenir» : Tel est le titre du montage audiovisuel réalisé pour le M.R.A.P. par notre ami M. Rabinovitch. Cette fresque remarquable, sous la forme d'un voyage à travers les capitales européennes, de Paris à Leningrad, joint aux photos prises récemment dans chacune d'elles, des documents sur le nazisme, donnant tout leur, sens aux monuments élevés partout à la mémoire de ses victimes. Ce montage est à la disposition des comités sociaux du M.R.A.P., des M.J.C., des foyers socio-éducatifs et de toutes ·les associations qui souhaiteraient s'en servir à l'occasion du 25" anniversaire de la victoire alliée. CARNET Nous avons appris le décès du Dr R. WOLFSOHN, qui fut président du comité local du M.R.A.P. de I.,evalloisPerret. Nous exprimons à son épouse et à sa famille notre sincère sympathie. Nous avons appris le décès de notre ami André GURMAN, qui fut l'un des fondateurs de notre Mouvement, et qui lui apportait depuis lors son soutien actif. Nous présentons nos condoléances émues à Mme Gurman et à sa tamille. ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS Nous apprenons l'élection à l'Académie des Beaux-Arts, dans la section sculpture, de M. Etienne MARTIN, professeur à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Toutes nos félicitations au récipiendaire. EDUCATION A LA FRATERNITE AntiracisDle, éducation, politique TORS dll débat qui s'institua au cours .L de la réunion tenue en commun, le 25 avril, à l'Hay-les-Roses, par le M.R.A.P. et le C.L.E.P.R., un participant formula à l'encontre de ce dernier une critique qui mérite, croyons-nous, d'être rapportée et examinée avec soin : si elle était fondée, c'est l'action de tous les éducateurs réunis au sein du C.L.E.P.R. qui serait remise en question. Aussi bien, cette action était taxée à la fois de myopie et d'illusion

à en croire ce « contestataire», elle

serait frappée de stérilité et d'impuissance en raison de l'absurde volonté de neutralité politique de ceux qui y participent, de leur refus de politiser leur mouvement et de voir que c'est seulement en se politisant qu'il pourrait acquérir vigueur et efficacité. Répondre à cette critique, ce sera préciser comment nous concevons, dans le combat antiraciste, ce qui nous paraît être respectivement du ressort de l'action politique et de ces moyens éducatifs qui sont, proprement, les nôtres. Nous n'avons jamais eu la naïveté de prétendre tout ramener à ces derniers ni de penser qu'ils soient à eux seuls susceptibles de résoudre tous les problèmes. Il serait puéril de nier que là où les causes du mal raciste sont politiques (ou économiques), les remèdes ne sauraient être aussi qu'essentiellement politiques (ou économiques), et non point du tout pédagogiques. Les situations coloniales L'exemple le plus caractéristique en est sans doute donné par les situations coloniales du passé: s'il est vrai que l'idéologie colonialiste était toute imprégnée de racisme, cherchait dans la conviction raciste en la supériorité absolue et totale de l'Européen sur l'autochtone son fondement et sa justification, il est clair que la lutte contre le racisme du colon et de la nation colonisatrice ne passaient pas par les chemins de l'éducation, mais par ceux de la lutte politique contre le fait colonial lui-même. De même, c'est à l'action politique et juridique - et non, évidemment, à l'action pédagogique - que ressortit la protection des travailleurs immigrés contre l'exploitation dont ils sont aujourd'hui victimes; à l'action politique et juridique encore - et l'on sait celle que mène le M.R.A.P. avec tant de persévérance sur ce terrain - la protection des minorités raciales contre les appels à la haine, les diffamations, les violences en actes ou en paroles. . Si notre contradicteur avait entendu nous donner simplement une leçon ;le modestie en nous aidant à prendre conscience ~----------------------------------~~ sur les enCants .!!! m - La Commission Education du M.R.A.P. prépare ;ctuellement, en liaison avec les animateurs du C.L.E.P.R. un DOSSIER sur les enfants d'immigrés à paraître dans un prochain numéro de (( Droit et Liberté Il. Elle fait appel à tous les lecteurs. - Dans votre localité, y a-t-il des enfants de travailleurs étrangers? - Quels problèmes se posent à cet égard? (situation scolaire, situation sanitaire, intégration ou non dans la population enfantine globale, attitude des adultes envers eux, etc.). - Connaissez-vous des initiatives qui ont été prises pour contribuer à résoudre ces problèmes? Pouvez-vous citer des faits précis? Adressez vos réponses à la COMMISSION EDUCATION DU M.R.A.P. à l'adresse de notre Mouvement. DROIT ET LIBERTÉ - N° 294 - JUILLET-AOÛT 1970 29 des limites de notre pouvoir d'éducateurs, nous lui donnerions bien volontiers cause gagnée, et le présent article serilit sans objet. . Mais il y a autre chose et davantilge. Ce contradicteur ne s'en est pas caché : en réalité, ce qu'il reprochait à notre « apolitisme », c'est qu'il n'est pas révolutionnaire, c'est notre indifférence à la cause de la révolution, de cette révolution de laquelle, et de laquelle seulement lui-même attend le salut et la guérison du mal. Au lieu, nous dit-il en substance, de rester enfermés dans l'étroit horizon de vos classes, d ~ accepter par làmême les structures de la société présente, joignez votre action à celle des partis qui veulent la remplacer par une société meilleure, dans laquelle le racisme n'aura plus sa place! Un mal enraciné Ici, c'est à nous de retourner contre son auteur le reproche de naïveté qui nous est fait. A notre point de vue, aucune révolution politique ou sociale ne fera disparaître par APPRENDRE A FAIRE LA PAIX T EL est le beau titre de l'ouvrage collectif qu'un certain nombre de personnalités catholiques ont récemment publié aux éditions Fleurus, et que nous ne saurions trop recommander à nos lecteurs. Certes il y est question de la paix entre les nations plus que de la paix entre les rilces humaines. Cependant les deux problèmes sont si ètroitement liès que, trai tant du premier, nos auteurs n'ont pu manquer de faire aussi maintes fo is allusion au second. C'est en particulier le cas pour la contribution de notre vice-président, M. l'abbé Pihan, à la Table Ronde sur l'action des mass-media, contribution au cours de laquelle se trouve expressément mentionnée et mise en valeur (pp. 106 et 108) l'action de notre C.L.E.P.R. Il est clair par ailleurs que lorsque d'autres auteurs assignent à l'èducateur la tâche de « poser, dès le départ, les germes de la compréhension et de lil tolérance, sans lesquelles il n'y a pas de paix possible entre les hommes» (p. 31) ou écrivent (p. 46) que « la valeur dernière sur laquelle doit se fonder la paix universelle est, sans nul doute, la dignitè de tout homme et de tous les hommes», les objectifs qu'ils définissent sont ceux-là mêmes que le C.L.E.P.R. reconnaît pour siens. J'ai particulièrement apprèciè le chapitre rédigé par M. Jean Hau, ancien secrétaire général de la branche française de Pax Christi, sur les problèmes de l'école. Ici encore, et qu'il s'agisse des scandaleuses carences en la matière de notre enseignement (p. 49), de la dérisoire insuffisance de « l'instruction civique» de 30 nos programmes (pp. 53-4), ou positivement, de la contribution possible et souhaitable des diverses disciplines scolaires à une éducation authentique pour la paix (pp. 55-8), nos amis retrouveront maintes critiques, suggestions, propositions que la lecture de notre bulletin leur il déjà rendues bien familières. Pour ce qui est, à un autre niveau d'âge, des rencontres entre jeunes gens, on nous rappelle très opportunément (p. 72) que « n'importe quelle rencontre ne produit pas l'effet de compréhension souhaité», que c'est une illusion d' « attribuer à la rencontre une... vertu intrinsèque », et en quelque sorte ilutomatique. Je serais un peu moins d'accord avec les réflexions, èparses dans deux autres chapitres du livre, sur le délicat problème de la violence, auquel on sait que nous avons nous-mêmes consacré jadis un numéro spécial d'Education à la Fraternité (nO 28, janvier 1969). Certes je pense moi aussi qu'il n'est possible ni d'ignorer la précocité de certaines formes d'agressivité chez les enfants, ni de leur laisser ignorer qu'ils vivent et seront sans doute appelès à vivre dans un monde d'où la violen.ce est bien loin d'avoir disparu. Mais tout est ici question de mesure; et c'est quand même un paradoxe de soutenir avec un des auteurs de l'ouvrage, M. Alexandre Rey-Herme, que non seulement la violence peut « apparaître comme un moindre mal» (p. 46), mais qu'en elle-même, et « aussi longtemps du moins que les hommes resteront ce qu'ils sont, elle peut être un véritable facteur de paix» (p. 47). B.F. elle-même et d'une façon quasi automatique un mal, une passion aussi profondément enracinée dans la nature humaine que le racisme. Et notre conviction se base sur la constatation indéniable que ce racisme n'a pas disparu avec la société capitaliste; que l'antisémitisme en particulier continue de sévir dans ces pays de l'Est qui ont pourtant fait leur rèvolution. A ce propos, je voudrais exprimer le souhait que le racisme soit partout dènoncé avec la même absence de complaisance et la même vigueur où qu'il se manifeste, que ce soit en régime capitaliste ou en régime socialiste. Une action toujours nécessaire Ma conclusion sera que l'action antiraciste de l'éducateur est partout et toujours nécessaire; elle l'est dès aujourd'hui, dans le cadre de la société où nous vivons; elle le restera demain, quelles que puissent être les transformations que cette société sera appelée à connaître. Est-elle plus facile ou plus difficile, at- elle plus ou moins de chances de succès dans une société capitaliste ou dans une société socialiste? On peut différer d'avis sur cette question; c'est le domaine des options politiques personnelles, et chacun de nous est libre de la sienne. Disons-le clairement en tout cas : la lutte contre le - racisme sur le terrain de

'éducation civique et morale est une chose,

la lutte politique révolutionnaire en est une autre; il y aurait les plus graves dangers à les confondre. L'éducateur a le droit, comme citoyen, d'être un révolutionnaire; il ne saurait se détourner de ses devoirs propres d'éducateur au bénéfice d'une condamnation globale de notre société et au profit d'une révolution hypothétique à venir. Marc-André BLOCH. Adhérez au c. L. E. P. R. I.P.N., 29 rue d'Ulm - ParÎs-Ve COMBINÉ Distribution : Sangêne - Merci Tél. : 744-67-59. NS. Bouly, 71, rue de Provence, Paris-9' -

Notes

<references />