Droit et Liberté n°209 - mai 1962

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°209 de mai 1962
    • Algérie: Sauver l'honneur! par Jacques Fonlupt-Esperaber page1
    • Dix-sept ans par Pierre Paraf (anniversaire du 8 mai 1945) page1
    • Antisémitisme au goût du jour par Emile Tersen page1
    • Comme Monsieur Jourdain par Oncle Tom page2
    • Que se passe-t-il? page2
      • Guerre et paix: enfants d'Hiroshima
      • U.S.A. le racisme excommunié
      • Histoire: Vichy et les juifs
      • U.R.S.S.: témoignage
      • R.T.F. post-scriptum
    • Algérie page4
      • L'O.A.S. mise sur le racisme
      • déclaration du M.R.A.P.: Halte aux crimes!
      • Brimades et discriminations n'ont pas cessé en France
      • Pour une Algérie fraternelle
    • Deux films antiracistes sur l'Afrique marquent cette année le festival de Cannes: une interview des réalisateurs Yves Ciampi et Yves Allegret par Jacques Deltour page6
    • Interprète de "Roméo, Juliette et les ténèbres", Dana Smutna nous dit page6
    • "L'enclos" présenté par Jean Négroni page6
    • L'exposition d'art mexicain par Jacques Lafaye page6
    • Le poids de ce qui sépare (à propos du livre d'Albert Memmi "portrait d'un juif" par Roger Ikor page7
    • Faut-il exécuter Eichmann Roger Maria confronte les points de vue page10
    • Mai 1945-mai 1962 page11
      • Pierre Gascae: la nostalgie contagieuse
      • Jean Pierre Bloch: Vigilance nécessaire
      • Le troisième larron (Franco)
    • Souvenirs de l'affaire Dreyfus page13
      • François Mauriac: l'intoxication d'une famille
      • Henriette Psichari: une atmosphère exaltante de drame et de secret
    • Partage d'une ile par Robert Merle page14

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

Dix .. sept ans ... 1 L ~st des anni~ersa~res aux resonances SI pUIssantes que tous ceux qui ont vécu l'événement qu'ils commémorent en subiront jusqu'à leur dernier jour le pouvoir. Devant eux, le temps semble s'arrêter un instant pour nous dire : N'oublie pas! Ainsi en fut-il, pour les pères et les grands-pères, du 11 novembre 1918 où prenait fin le grand massacre : le temps des sol d a t s bleu - horizon qui voyaient monter dans le ciel d'automne l'espérance d'une paix digne de leur rêve et de leur sacrifice. Ainsi en est-il - et plus intensément encore - du 8 mai 1945. Nous en gardons le souvenir comme celui de la revanche, de p ar 15 MAI - 15 JUIN 1962 14 pages 0,75 NF N° 209 AUVER l'H NNEUR ! p r Jacques FONLUPT -ESPERABER Ancien député, Conse iller d' Etat honora ire OVE les Européens d'Algérie - Français de nationalité ou étrangers - restent attachés à la conception de « l'Algérie française» ne saurait surprendre. Pierre PARAF Président du M. R.A. P. La naissance d'une Algérie indépendante et souveraine les obligera, en effet, à rompre avec de longues accoutumances, avec des conceptions de vie tenues par eux comme indiscutables, avec la conviction enracinée jusque dans l'esprit des plus médiocres qu'ils rep résenten t outre-Méditerranée une élite, une race supérieure à qui appart iennent de plein droit le comman dement et la p uissance. Cette rup ture avec le passé sera du re. Les Français de la métropole ne l'ignorent pas, qui sont prêts à appor ter aux Eu ropéens d 'Algérie la comp réhension, l'aide et l'amitié auxquelles leur donne droit l'épreuve qui les accable. la victoire essentielle de notre vie : la fin d'un drame national, humain, autant que d'un drame per~onnel. Encore faut-il que les excès criminels des dirigeants, des militants et des complices de l'O.A.S., l'appui ou la tolérance complaisante qu'ils rencontrent dans la masse de la population « pied noir» n'aboutissent pas à creuser entre les Français de France et ceux qui, en Algérie, prétendent justifier par le patriotisme leur abominable comportement, un fossé qu'il deviendrait vite difficile de combler. L'Europe libérée. Les alliés de l'Est et de l'Ouest unis sur les ruines du nazisme. Les derniers déportés sortant de leurs camps dans le linceul de leurs uniformes rayés, comme autant de Lazare échappés du tombeau. L'antisémitisme et le racisme écrasés. La promesse d'une paix nouvelle et solide pour le monde. Voilà tout ce que le Huit Mai incarnera pour nous à jamais. CâlUtes Iq6.2 DIEN avant qu'éclatât ia rébeÏiion JJ de 19.14, les Européens d'Algérie avaient, par de longues et redoutables erreurs, créé dans ce que, bien à tort, ils voulaient considérer comme « une province française », semblable aux autres, une situation qui n'était ni matériellement, ni politiquement, ni moralement tolérable pour la population musulmane. Paris qui, en vertu d'une tradition fermement établie, subissait l'influence toute-puissante de quelques élus européens d'Algérie et des représentants des grands intérêts algériens, n'exerçait pas en fait l'autorité que le gouvernement détenait en droit. En 1947, lors des débats sur le Statut, un des élus musulmans avait pu s'écrier ; « Jamais la France n'a été présente en Algérie! » Pour sommaire qu'il fût, ce propos correspondait à la réalité profonde. L'Algérie appartenait aux Européens d'Algérie ; la masse musulmane - qui constituait cependant les neuf-dixièmes de la population - vivait dans leur dépendance., Mais dix-sept ans après, la réalité pathétique nous étreint. En face de nous, une Allemagne que ses anciennes victimes s'acharnent à réarmer, compromettant ainsi - par quelle aberration ! - l'oeuvre de reconciliation nécessaire. Et de l'autre côté de la Méditerranée, sur une terre qui nous demeurera toujours chère et dont le droit à l'indépendance a été solennellement consacré, des innocents tombent sous les mains d'assassins qui, quels que soient leurs griefs et leurs angoisses, demeurent sans excuse devant l'histoire, de déshonorer par ces crimes de droit commun qui (Suite page 11.) Trois «!Prix Goncourt)} : • Pierre GASPARD: La nost al gie contagieuse (page l ]), _~ • Roger IKOR : Ce qui sépare est raciste (p. 7 ). 1$ • Robert MERLE : Partage d'une île (p. 14).

  • $

• Jean PIERRE-BLOCH : Vigilance nécessa ire (page 1 ]). • Les souveni rs sur cois MAURIAC (page 13). l'Affaire Dreyfus de Franet Henriette PSI CHARI • Les interviews de Yves CIAMPI, Yves ALLEGRET et Dana SMUTNA (p. 6). • Jacques LAFAYE: L'exposition d'a rt mexica in (page 7). • Faut-il exécuter Eichmann ? Roger MARIA conf ronte les points de vue (page 10). Bien plus, et encore que la plupart d'entre eux se réclament de la civilisation judéo-chrétienne, ces Européens - pour le plus grand nombre du moins - professaient un évident mépris pour les musulmans, comme eux adorateurs du Dieu d'Abraham, comme eux ayant combattu sous le même drapeau et à qui nos lois avaient depuis peu reconnu - théo- (Suite page 5.) Cette photo, où l'on reconnaît les acteurs Maurice Ronet. Corinne Marchand et Nanette Senghor, n'a pas été prise, comme on pourrait le croire, au Festival de Cannes. Mais elle est extraite du film ({ Liberté 1 », dont la présentation fut un événement marquant du Festival. No.re envoyé spécial Jacques Deltour a interviewé le réalisateur de ce film, Yves Ciampi, ainsi que Yves Allégret. On lira son article en page 6. , ' • .- '..' .' ~. .:. " _ Ir • • • Antisémitisme au goût du jour T ENV en échec sur plus d'un point, le racisme, et très particulièrement une de ses formes les plus nocives - l'antisémitisme reste en éveil, guettant les occasions par Emile TERSEN propices qui peuvent sortir des circonstances. En voici une: la montée au pouvoir de M. Pompidou. Puisqu'il est, nul ne l'ignore, le fondé de pouvoir de la banque Rothschild, c'est donc elle qui prend la direction du gouvernement : une banque, certes, mais une banque juive ! Une de celles dont le nom est le plus anciennement, le plus familièrement : onnu des bonnes gens, même les plus étrangers aux questions fin ancières; la conjoncture est bonne pour ressaisir l'opinion, pour mettre en mouvement ce triste ". socia lisme des imbéciles » que fut, qùe reste l'antisémitisme. Voyons, cela d'un peu plus près, en affirmant préalablement que je ne suis pas un défenseur de M. Pompidou (il fut man collègue, mais je ne l'ai pas revu depuis 1945) et moins encore de la banque. On peut m'en croire ... IL y a dans cette offensive antisémite, une prudence cauteleuse et sournoise qu'exprime bien cette cette phrase de M. Rebatet, dans Rivarol : « On ne (SUITE PAGE 9. ) l2-IV. - Salan annonce la création d'un « Conseil Nation al de la Résistance en métropole », que préside Georges Bidault. • Arrestation à Vienne du général SS belge Robert Jan Verbelen, qui fut chef de la gestapo en Belgique et adjoint du chef fasciste Degrelle. 13-IV. L'EX-GENERAL ED- J' MOND JOUHAUD CONDAMNE A MORT PAR LE HAUT TRIBUNAL MILITAmE. l5-IV. - Trente kilogs d'explosifs détruisent le rectorat de l'Université d'Alger. Cinq soldats blessés. • Depuis le 1er avril, l 'O.A.S. a fait, en Algérie, 433 victimes (164 morts et 269 blessés). 16-IV. - L 'O.A.S. f!liit 7 morts et 21 blessés à Oran. 1'7-1V. - Inauguration à Paris du Mé· morial de la Déportation, aménagé dans une crypte, dans l'île de la Cité. • Trente musulmans tués à Oran et 19 à Alger. lll-IV. - Un commando O.A.S. mitraille les quartiers musulmans : plus de 20 morts. 20-IV. - SALAN, CHEF DE L'OAS j EST ARRETE ET INTERNE A lA SANTE. • Une ordonnance de non-lieu met fin à l'instruction de l'affaire Audin. • 21 morts et 40 blessés à Alger, 3 morts à Oran. 21-IV. - MORT DE MAURICE POCHARD, BLESSE PAR LA POLICE LORS DE LA ))lANIFESTATION DU 8 FEVRIER. AGE DE 48 ANS, IL LAISSE UNE VEUVE ET DEUX JEUNES ENFANTS. 22-IV. - Bilan du week-end pascal en Algérie

44 tués et 40 blessés. A Oran, les

commandos O.A.S. attaquent les cantonnements des gendarmes mobiles. 24-IV. - Sanglantes ratonnades à Alger: 18 morts, et 13 blessés. La résidence du préfet de Bône attaquée à la grenade. • L'ex-général SS. Wilhelm Koppe, détenu depuis 2 ans à Bonn, libéré sous caution. Membre de l'état-major du gouverneur général de la pologne, il est accusé d'avoir participé à l'extermination de plusieurs centaines de milliers de juifs. 25-IV. - Bilan de l'O.A.S. : 14 tués à Alger, 4 à Philippeville, 5 à Oran; quatre attentats contre les installations pétrolières du Sahara. • Explosion nucléaire américaine - la première d'une nouvelle série - à l'ne Christmas. C'est le 313- essai effectué dans le monde (U.S.A : 182, U.R. S.S.: 105, Grande-Bretagne: 22, France: 4). 26-IV. - Quinze morts à Alger, 6 à Oran, où des accrochages ont lieu entre gendarmes et commandos O.A.S. 27-IV. - Treize attentats font 6 tués et 9 blessés à Alger. Explosion de la centrale électrique de la Délég!lition générale. 2S-IV. - Attentats O.A.S. à Etampes, Berre et Toulouse. 29-IV. - Week-cnd sanglant en Algérie: 42 morts. • Plasticage sur la ligne Paris-Marseille, près d'Avignon. 30-IV. - A Oran, l·O.A.S. attaque au mortier les quartiers musulmans et les casernements militaires. Deux militaires français tués. Mais les mesures de « quadrillage» prises l'avant-veille sont suspendues. l-V. - Explosion atomiquc souterraine réalisée par la France au Sahara. • Cinq tués à Alger. 2-V. - UNE VOITURE PIEGEE EXPLOSE SUR LES QUAI D'ALGER PARMI LES DOCKERS : 150 MORTS, PLUS DE 100 BLESSES. DANS LE RESTE DE LA VILLE, LES ATTENTATS FONT 34 MORTS ET 30 BLESSES. AUCUNE ARRESTATION N'EST OPEREE. 3·V. Rencontre à Washington des deux cosmonautes Guerman Titov et John Glenn. 4-V. - L'O.A.S. fait exploser un camion d'essence en plein centre d'Alger : 1 mort, 30 blessés (dont 2 Européens). 5-V. - Bilan en Algérie: 22 morts et 15 blessés. • Nouveau plasticage de la voie ferrée près d'Avignon. 6-V. - Sabotage de la voie ferrée près de Perpignan. • Cinq morts et 5 blessés à Alger. • Inauguration à Salonique d'un monument à la mémoire des 50.000 juifs de cette ville déportés sous l'occupation nazie. 7-V. - Mille morts et 1.550 blessés en Algérie depuis le cessez-le-feu. 25 tués dans la journée. S-V. - Arrêt général du travail dans les ports de France pour protester contre l'attentat du port d'Alger. • Un musulman tué toutes les 30 minutes à Alger. • Des manoeuvres combinées de parachutistes français et allemands commencent en Alsace. 9-V. - 25 tués à Alger, 3 à Oran. 10-y. - 55 tués, dont 13 femmes en Algéne. Il-V. - 19 morts et 12 blessés à Alger, où M. Fouchet, Haut-Commissaire, annonce des mesures de répression contre l'O.A.S. 12-V. - De nouvelles mesures anti-O.A.S. annoncées par l'Exécutif Provisoire à Alger. qUE SE GUERRE ET PAIX • Enfants d'Hiroshima Ils étaient des enfGnts au moment de l'anéantissement apocalyptique d'Hiroshima. Elle, est aujourd'hui une gracieuse jeune fille aux joues rondes; lui, un adolescent rendu gauche par la timidité, le visage sévère d'un enfant de troupe. Ils ont été désignés par la population de leur ville, aujourd'hui reconstruite, pour aller de pays en pays porter témoignage contre la barbarie de toute guerre nucléaire. Un Comité d'accueil s'était constitué sous le patronage de personnalités connues pour leur action en faveur de la paix, notamment le Dr Paui Chauchard, Michel Droit, le professeur Kastler, le professeur Vladimir Jankélévitch, Alain Resnais, Jean Rostand, le \Président 'Uéan 'Lyon-Caen, etc. La rencontre eut lieu le 7 mai, au cinéma le Ranelagh, à l'invitation de plusieurs organisations : la Fédération française cantre l'armement atomique, la Ligue des Droits de l'Hamme, le Mouvement de la Paix, la Réconciliation, les Scouts Unionistes. Deux films dénonçant l'horreur des armes atomiques ont été projetés à l'appui d'une conférence de presse, qui permit d'apprendre que les deux jeunes pèlerins de 10 paix se rendaient à Genève, porteurs de milliers de signatures, de lettres, d'appels demandant la conclusion d'un accord pC/ur mettre fin aux explosions nucléaires et ouvrir la voie à un désarmement complet et contrôlé. De la présentation et de la discussion qui ' suivit, empreintes de quelque confusion, on retiendra surtout que ces films - pourtant bien insuffisants - que l'on nous a montrés ont été l'objet de tentatives de rachat, pour étouffement organisé, de la part d'autorités américaines ; que seize ans après, des Japonols de la région d'Hiroshima et Nagasaki sant atteints de leucémie, dont l'origine est imputable au bombardement des deux villes ; que c'est seulement depuis 1956 que le gouvernement japonais songe à venir en aide aux sinistrés; et enfin, que taus les témoignages concordent pour attester que le lancement de bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki était tout à fait inutile pour obtenir la capitulation japonaise déjà. acquise en ce début d'août 1945; mais l'opération est parfaitement explicable si an la considère comme le premier acte de la troisième guerre mondiale, destiné à terroriser le monde - l'URSS particulièrement - pour affirmer la suprématie américaine. Deux jeunes gens disent à tous : Assez ! R. M. U.S.A. • Le racisme . / excommunie Toute la presse a relaté la décision retentissante prise par Mgr Joseph Rummel, archevêque de la Louisiane : trois ~A LA LUMIERE i ~ DU MARXISME g Cahier no 28 ..... ctI C l... ..Q..). C CI) Q) .J:: l'EDUCATION Que doit êtl'e l'édttcation à notl'e époque ? Qu'enseigner aux enfants e.t comment ? ~ ~ Dix spécialistes des .. Q) guestions pédagogiques .J:: repondent à ces questions U ~ Q) 216· pages 6 NF $ l... EN VENTE $ E~tIB~?UTES ~~ P ASSE-T -IL ? Comme Monsieur Jourdain ... MONSIEUR JOURDAIN, selon Molière, faisait de la prose sans le savoir . Lorsqu'il l'apprit, il voulut beaucoup de mal à son père, et à sa mère. Il est des gens d'aujourd'hui qui, tel Monsieur Jourdain, font du racisme sans le savoir, et n'en veulent guère à père et mère, d'autant plus que. ceux-ci leur ont appris qu'il faut aimer son prochain comme soi-même, et plus que soi-même (ceci dans les familles où l'on n'est pas égOïste). C'est ainsi que nous voyons des antiracistes de bonne volonté faire de la surenchère. J'en veux pour preuve l'excellent rédacteur de « La Semaine Radio-Télé », qui consacrait récemment un « billet» à la charmante chanteuse israélienne Rika Zaraï. « A cinq ans, affirme le journaliste, comme tous les gosses du monde, elle va à l'école et, passionnée de musique, CE QUI EST D'AILLEURS UNE CARACTERISTIQUE DES GENS DE SA RACE, elle étudie le piano ... » Et toc! Voyez comme j'aime les Juifs, cette RACE passionnée de musique ! Bien entendu, JE ne suis pas raciste, et surtout pas antisémite, nous dira l'auteur de ces lignes (qui considère pourtant les juifS comme une « race »). Au contraire, je couvre les juifs de fleurs. Et j'admire aussi les nêgres, qui dansent merveilleusement et possèdent le don inné, et RACIAL, de la musique r.l'thmée. Mais moi, vieux bonhomme qu'on imagine habitant dans une case, j 'affir· me qu'il existe des juifs qui. chantent faux. et des nègres qui ne connaissent rien à la musique. Je pourrais vous en donner les adresses, si je ne voulais pas chagriner quelques-uns de mes amis. Et la fille de mon voisin du dessus (une famille juive) tapote sur son piano à longueur dc journée. Eh bien, sans être particulièrement connaisseur en la matière, et rien qu'en mesurant la valeur de ses arpèges, je puis prédire que cette petite ne fera. pas carrière dans les gammes. Vive Wolfang Amédéus )10- zart, qui n'était pas juif et qui, bien qu'aryen (selon la formulation hitlérenne), avait le génie de la musique. Ce qui n'est pas du tout une caractéristique des blancs. Lesquels (comme mes voisins du dessous) savent aussi chanter faux, avec une consternante obstination. Mais le racisme est ainsi, qui s'infiltre dans les esprits avec les meilleures intentions du monde. Et regardez bien les films américains - les westerns - lorsqu'ils sont plus ou moins sudistes. Ils ont tous leur « bon nègre » et leur « bon indien ». Des gens qui zézayent et chevrotent en exprimant l'amour qu'ils portent à leur patron ou leur maitre, un bon blanc, pas raciste pour un sou. Réfléchissez à tout cela, vous qui êtes antiraciste et montrez trop de zèle à le prouver. Le vieux proverbe est sage qui dit « Abondance de biens nuit, parfois ... » personnes ont été par lui excommuniées en raison de leurs menées racistes. Mgr Rummel a annoncé, il y a quelque temps, que la ségrégation raciale serait supprimée à la rentrée prochaine dans les écoles catholiques de son diocèse. C'est cette décision qui provoqua la fureur des racistes, dont les plus fanatiques, groupés dans l'association « Save our Nation» proclament que « Dieu exige la ségrégation raciale ». L'une des personnes excommuniées, Mme B. Gaillot, est la présidente de ce groupement ultra-raciste. IElle s'est rendue auprès de Mgr Rummel, qui a refusé de l'entendre. « Je lui ai demandé sa bénédiction, déclara-t-elle ensuite, et il ne me l'a pas donnée. Satan est intervenu, et il a refusé de me bénir. » Cette attitude ferme de l 'archevêque sera sans aucun doute un précieux encouragement pour tous ceux qui, aux EtatsUnis poursuivent une bataille quotidienne contre le racisme. Rude bataille, qui se solde encore fréquemment par des effusions de sang, Le 19 alvril, par exemple, un commerçant blanc de Norfolk (Virginie) a tiré sur des étudiants noirs qui demandaient à être servis dans son magasin : on compte un mort et cinq blessés. Le 20 avril, à Augusta (Georgie), au cours d'un heurt entre racistes et antiracistes, c'est un jeune blanc qui a été tué, et un autre blessé. Le 22 mars, un noir était tué par la police à Albany (Georgie). Pour avoir manifesté leur protestation, 25 autres noirs ont été emprisonnés. • Un pogromiste à Détroit M. Seymour Halpern, membre de la Cha:mbre des Représentants, s'est élevé devant cette assemblée contre la présence aux Etats-Unis d'un criminel fasciste, coupable d'avoir organisé des pogromes en Roumanie. Il s'agit de Viorel Trifa qui, dès 1930, joua un rôle dirigeant dans l'Union Nationale des Etudiants Chrétiens de Roumanie, liée à la sinistre Garde de Fer. Il participa, en particulier, à un terrible massacre de juifs, à Bucarest, en janvier 1941, ce qui lui valut d'être condamné par contumace aux trava.ux forcés à perpétuité. Or, Viorel Trifa, admis aux Etats-Unis en 1950, est maintenant devenu archevêque de l'Eglise Roumaine Orthodoxe, et il exerce ses fonctions à Détroit, sous le Oncle TOM. nom de Valerian. « Cet homme, a déclaré M. Halpern, a'vec indignation, se promène librement et honorablement dans les rues d'une grande ville américaine ... » Il a demandé que des mesures soient prises à son égard par les autorités c om~ pétentes. JUSTICE • Coups et blessures M. Gratien Ticout, 46 ans, père de trois enfants, employé ait service de la voirie à la Préfecture de la. Seine, nous a fait part de la mésa'Ven~ ture suivante, qui lui est arrivée dans la nuit du 16 au 17 avril : Sur son palier, vers 22 h. 30, M. Ticout raccompagnait un ami qui lui avait rendu visite. Celui-ci se disputai avec un voisin qu'il connaissait. M. Ticout s'interposa. Alertés par d'autres voisins, six poli·. ciers arrivèrent, et sans rien demander à DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél. : GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: Un an : 7,50 NF Abonnement de soutien : 15 NF . ETRANGER Un an : 12 NF Compte Ch. Post.: 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 60 fr. et la dernière bande. EN BELGIQUE : Hongrie une séduction qui s'expl'iqHe en peH de mots : son vin, son soleil, sa musique tzigane et sa joie de vivre On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 51, Bd du Jardin.Botanique, à Bruxelles. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947, de M. S. Gutman, Bruxelles. 1 • hébergement dans les hôtels les pl~s confortables de Budapest, Gyor, Pecs, Eger, Mlszkolc, Debrecen et Szeged, avec cuisine hongroise. • motels modernes et camps de camping de première catégorie sur les bords du lac BALATON. Tous renseignements auprès de votre IBUSZ agence de voyage habituelle ou· à délégué à Paris, M. MAJOR, 10, r . pasquier-8'. T. Anjou 01-02 Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FB. Abonnement de soutien : 150 FB. Journal composé et imprimé par des ouvriers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux Gérante : S. BIANCm. qUE SE PASSE-T-IL personne. se précipitèrent sur M. Ticout. le firent descendre de force. le jetèrent dans un car. après force coups de poings et coups de pieds. Précisons que M. Ticout est Martiniquais. et que son « faciès » çomme le teint de sa peau peuvent le faire prendre pour un Algérien ... Toujours est-il qu'il fut gardé pendant toute la nuit. les vêtements déchirés. le visage ensanglanté. au poste de police de la rue du Mont-Cenis (18'). où on lui présenta un procès-verbal affirmant qu'il se trouvait en état d·ivresse. Le certificat médical établi le lendemain relève entre autres : des hématomes péri orbitaires droit et gauche. une plaie à la paupière supérieure droite et à la lèvre supérieure. des ecchymoses des deux pommettes. du thorax (flanc droit et flanc gauche). de l'avant-bras droit. des éraflu: res des faces dorsales des deux mains. de la fesse droite. du genou droit. etc .... toutes lésions entraînant une incapacité de travail de 10 jours. M. Ticout a décidé de porter plainte. HISTOIRE • Vichy et les juifs N OS lecteurs se souviennent que l'an dernier, la revue « Le Monde et la Vie » avait publié, sous la signature de Robert Aron un article intitulé « Le gouvernement de Vichy et la question juive », qui tentait de présenter Pétain et Xavier-Vallat comme les « sauveurs » des juifs sous l'occupation allemande. 1( Droit et Liberté » (n° 197 de février 1961) fut le premier à répondre à Robert Aron, par la plume de notre amie Olga Wormser qui rétablissait la vérité. D'aut. re part, Charles Palant, secrétaire géné· ral du M.R.A.P. avait envoyé au « Monde et la Vie », une lettre de protestation, fort documentée, que la direction de la revue jeta purement et simplement au panier, ce qui est très significatif de son comportement. Mais l'affaire n'est pas terminée. Sous l'égide du Centre de Documentation Juive contemporaine, M. Joseph Billig vient de faire paraître un opuscule intitulé « Le gouvernement de l'.Etat Français et la question juive » qui est une réponse à la fois à Robert Aron et à Xavier-Vallat qui, dans une note adressée au « Monde et la Vie », s'était cru « obligé de relever ce qu'il y a d.'erroné dans les graves accusations élevées contre lui Il (1). ERREUR OU CRIME? Robert Aron en arrivait à affirmer que l'antisémitisme français régnant en zone non occupée différait de celui du Reich.« dans la mesure où une erreur diffère d'un crime )J. Xavier Vallat se voit seulement re- , procher par R. Aron. ses « erreurs », ses « lacunes ». Quant à son activité de Commissaire Général aux Questions Juives. elle se trouve ramenée à une mauvaise ~. ..~ ......~ ......~ .....~. #~~ f TAILLEURS ~ i HOMMES

  • DAMES *

Chiquébo MAX GOZLAN HAUTE MESURE 1 41, Faubourg Montmartre 1 PARIS IX' TAI. 49-80 C.C.P. 16 626 40 Paris !~ J~"""~_"""",,,,,,,,,,,,,~,,,,, ......... -~ prise de position purement idéologique. M. Billig remet les choses au point: « Les « lacunes et erreurs » idéologiques n'ont rien à voir avec l'action antijuive de Vichy ! Abordée sur le terrain idéologique, la persécution hitlérienne des juifs apparaîtrait aussi sous le signe de lacunes et d'erreurs. Elle contient des éléments plus brutaux, plus explosifs. On pouvait s'attendre à ce que la doctrine raciste nazie dans son ensemble menaçât d'inspirer une politique homicide à l'égard des « races inférieures» et, en première ligne" à l'égard de « l'anti-race » juive. Mais combien d'écrits idéologiques d'autres sources cultivent la haine et la violence ? Ils ne constituent pas pour autant par eux-mêmes un crime, quelque inquiétantes que soient leurs erreurs et leurs lacunes. LE CRIME, C'EST LA PRATIQUE ANTI-JUIVE NAZIE qui, servie par la doctrine, évoluait très progressivement de 1933 à 1941, sous l'influence de la politique de catastrophe internationale voulue par le III- Reich. Ainsi s'instaura. une. époque pendant laquelle toute volonté d'entreprendre une persécution des juifs dans la sphère du déchaînement nazi devenait crime. « C'est ainsi que l'antisémitisme vichyssois. lui aussi, est un crime, et cela dès juillet 1940. » SAUVETAGE? Ayant situé ainsi le débat sur son véritable terrain qui ne laisse aucune excuse, idéologique ou juridique, a'UX auteurs des persécutions contre les juifs (leur activité, avaht même qu'elle devienne homicide était déjà un crime D. M. Billig s'attaque aux faits. qui parlent d'eux-mêmes, en particulier les deux statuts édictés par X. Vallat et leurs conséquences. En ce qui concerne X. Vallat. M. Billig ironise à froid - autant qu'on peut le faire sur ce sulet douloureux - sur le prétendu « sauvetage » de milliers de Juifs, en 1941, par le commissaire aux questions juives de Pétain. « M. Aron nous communique cependant un fait de sauvetage qui nous rend perplexe. D'après lui, Vallat, ayant appris « le 16 juillet 1941... que les Allemands préparent une rafle monu.mentale, il s'arrange pour faire prévenir à l'avance certains des intéressés dont plusieurs milliers lui doivent ainsi d'échapper au sort fatal des détenus ». On conviendra que le fait d'avoir sauvé de la déportation, par une démarche clandestine, plusieurs milliers de Juifs, place le. sauveteur aux postes avancés de la Résistance. Mais diverses questions embarrassantes se posent aussitôt. Une rafle massive, du 16 juillet 1941, n'est pas connue jusqu'iCi dans l'historiographie des événements en question. Quant à la grande rafle des 16 et 17 juillet 1942, il est pratiquement impossible que Vallat, expulsé fin février 1942 de la zone occupée, se trouvât, en juillet 1942, dans cette zone. Ayant quitté son poste de C'ommissaire Général en mars 1942, il ne participait plus aux affaires combat le racisme et l'antisémitisme milite pour la paix et la démocratie c'est donc votre quotidien Chaque jour, lisez POUR VOS VOYAGES EN U.R.S.S_ PAR AVION OU PAR BATEAU (en groupe ou individuel) 1 BILLETS POUR TOUTES DESTINATIONS VACAN'CES EN BUNGALOW SUR LA COTE D'AZUR 15 jours de Paris à Paris: NF 405 ADRESSEZ-VOUS A L'Office de Voyages Lafayette 18, rue Bleue - PARIS (9') - PRO. 91·09 - Métro Cadet LOCATION POUR TOUS THEATRES Agence recommandée aux Amis du M.R.A.P. - LICENCE 423 ~-~------~-~~_...:"_--_...:" __ ...:"...:",_...:"_...:", ~• juives. Mais à supposer que, plein de sollicitude pour les victimes juives, dont il n'avait plus à s'occuper, il s'empressa de leur communiquer ce renseignement cueilli on ne sait d'où, comment aurait-il pu les atteindre le jour même de la rafle à Paris. que R. Aron date d'ailleurs. par erreur, des 15 et 16 juillet ? Par ailleurs, Vallat lui-même n'a fait état, dans ses mémoires, d'aucune démarche semblable de sa part. » La cause est entendue. (1) Dans une lettre du Conseil Représentatif des Israélites de Fr-ance. que « Le Monde et la Vie» avait dû publier, après cinq mois d'hésitations. u. R. S. S. • Témoignage L'agence soviétique de presse « Novisti » a rendu pu_blique une lettre ouverte émanant de cinq personnalités juives de l'U.RS.S. : J'écrivain yiddisch Z. Vendrof; le professeur de Droit Boris Eidelman; le compositeur Lev Poulver, artiste du peuple; le professeur Yossif Braguinsky, rédacteur en chef de la revue « Les Peuples d'Asie et d'Afrique; le professeur Ilya S,trachottne, membre de l'Académie des Sciences médicales. S'élevant particulièrement contre une déclaration du sénateur américain Jacob Javits sur la sitution des juifs en U.R S.S., les cinq signataires de ce texte affirment: « Nous nous adressons à cl!Ux qui s'intéressent vraiment à notre v~e. « Nous notlS indignons lorsque nous lisons dans la presse occidentale qu'une campagne d'antisémitisme s,erait déclenchée en U.R.S.S. Nous déclarons devant le monde entier que les juifs soviétiquetS n'ont pas besoin de « défenseurs » et de « protecteurs ». Nous, citoy,ens soviétiques de nationalité juive, nous sormmes partie inté.qrantl!' du peuple soviétique. Nos intérêts personnels et soCÏ'aux coïncident avec les intérêts de tous les peuples soviétiques. L'Etat soviétique se soucie de lq, population juive exactement de: la même façon que des citoyens soviétiques de n'importe quelle autre nationalité. » Puis ils illustrent par des chiffres la part active prise pa"r les juifs à tous les domaines de la vie soviétique. • La population JUlve représente 1.1 % de la population de l'U.R.S.S., soit 2.268.000 juifs (constituant une nationalité depuis la révolution 1917) pour 114.144.000 Russes, 37 . .123.000 Ukrainiens, 7.913.000 Bielorusses, 6.015.000 Ouzbeks, 2.692.000 Géorgiens (recensesement de 19.19). • Or, sur les 2.395.545 étudiants dans les écoles supérieures, il y a 77.177 juifs, pour 1.459.,,20 Russes, 363.618 Ukrainiens, 63.720 Bielorusses, .13.,,30 Ouzbeks, 48.461 Géorg-iens. • Parmi les spécialistes employés dans l'économie nationale, il y a 427.000 juifs, pour 5.509.000 Russes, 1.338.000 Ukrainiens, 257.700 Bielorusses, 155.000 Géorgiens. • Parmi les scientifiques, on trouve 33·,,29 juifs pour 229 . .147 Russes, 35.426 Ukrainiens, 8.306 Bielorusses, 6.358 Géorgiens. • Les juifs représentent 14,70 % des médecins soviétiques; 8,.1 % des écrivains et journalistes; 10,4 % des juris...J tes, 7 % des artistes. • En 1961, 7.623 juifs ont été élus députés dans les organismes locaux du pouvoir soviétique. Il y a des juifs parmi les députés des Soviets Suprêmes d'Uln'aine, de Bielorussie, de Lituanie, etc ... , ainsi qu'au Soviet Suprême de l'U.R S.S. • La revue «Soviétische Heimland » destinée aux juifs parlant yiddisch est tirée à 2.1.000 exemplaires. Des livres en yiddisch sont également édités. Les traduction d'oeuvres yiddisch ont été tirées à 12 millions d'exemplaires en sept ans. Un demi-million de spectacteurs assistent chaque année aux représentations données par des artistes et des troupes théâtrales en yiddisch. «Dans les conditions soviétiques, poursuit la lettre ouverte, l' homme e'st apprécié non pas d'après son origine nationale, la couleur de sa peau, sa langue, mais d'après ses capacités, d'après son attitud,e envers le travail e·t les intérêts de la société. :1 A propos de la religion, elle souligne : « Le .iudaisme n'est pas persécuté en U.R.S.S. , il se trouve dans les mêmes conditions que les religions orthodoxe, musulmane', cathqlique, etc. La liberté de conscience es.t garantie par la loi à tmls les cito'sens .' s·i le nombre de croyants diminue, cda ne s'explique nullement par des meS1trl!'S admimstratives. La conception matérialiste du monde l'emporte sur la conceptiot~ idéaliste. » j o CLISTIPE LE KAMESKO o CLISTIPE LE KAMESKO (le lever de soleil giton) ; tel est le titre de la soirée organisée ou bénéfice des oeuvres sociales de la femme et de l'enfant giton, sous le haut patronage de S.A. Vaïda Voevod III, le MERCREDI 30 MAI 1962 A 21 HEURES, SALLE PLEYEL Ce grand gala permettra, en particul ier de présenter au publ ic parisien, et pour la première fois, un tableau authentique du folklore giton. Sous la direction artistique de Jean Schmoker, on applaudira, entre outres : la danseuse Blanquita LUCENA et le chanteur Francisco GRANDEY i les guitaristes andalous José RENATO et Pedro FORTES, le grand orchestre tzigane de Nicolas Gobelban, Nino de los REYES, bien connu des amateurs de fiamenco, le groupe folklorique de Yane YANOVITCH. Les antiracistes ne manqueront pas d'assister nombreux à cette gronde manifestation d'art et de solidarité. Des billets (3-5-7,50-8-10 et 12 NF,) sont en vente ou siège du M.R.A.P. « Nous pensons, concluent les cinq signataires, que les p'ersonnes gui répandent toutes sortes de sottises sur « r antisémitisme soviétique ~ poursuivent un but déterminé .' aggraver les relations entre les pays, détourner l'attention des peuples de la lutte pour la détente internationale " empêcher l'ét.5!éblissement des contacts amicauX' et de la compréhension entre les peuples de rU.R.S.S. et des autres pays ... » R. T. F. • Post ... scriptum MA petite discussion avec Jean Nocher (qui, contrairement il « Droit et Liberté ~, ne prête pas sa tribune à des auditeurs rétic.ents) a suscité des réactions assez significatives. On m'a souvent reproché d'avoir été trop tendre envers cet ancien collaborateur de « l'OEuvre ». Il s'est d'ailleurs lui-même chargé de compléter l'image que nous nous faisions de lui, dans la lettre même qu'il nous a adressée. Mais là n'est pas l'objet de mon postscriptum. En écoutant mes interlocuteurs, une idée m'est venue qui mériterait d'être étudiée avec attention. Elle est assez simple, en somme. En deux mots : pourquoi ne pas demander à la Direction de la RT.F. de renvoyer Jean Nocher à ses anticipations scientifiques et de consacrer ses minutes quotidiennes à une Tribune de la Fraternité, dont le but serait de combattre les préjugés raciaux et la haine entre les peuples. On pourrait même, pour commencer, n'envisager qu'une émission hebdomadaire, qui bénéficierait en bloc du temps gagné par la suppression de l' « En direct avec vous » quotidienne. . Des hommes de toutes nuances philosophiques et de toutes origines etniques, des prêtres et des intellectuels, des étudiants et des artistes. pourraient y con': fronter les valeurs culturelles et humaines de chaque communauté, souligner l'apport des uns et des autres à l'épanouissement de la ' civilisation, détruire les mensonges, causes de tant d'erreurs tragiques. Ce message de fraternité serait certainement enten'du par des millions de Français que le racisme et l'antisémitisme ont toujours révoltés : il rencontrerait une singulière résonnance dans ce « Tiers-Monde » dont la France souhaite tant l'amitié. Ce faisant, la RT.F. répondrait davantage à l'attente de ses auditeurs qu'en leur imposant des diatribes qui les incitent beaucouo à écouter d'autres postes dits périphériques. La radio et la télévision peuvent et doivent servi r au rapprochement entre les hommes et entre les peuples. N ombreux sont les _ artistes qui auraient à coeur de participer à une belle entreprise. Comme je l'ai dit : une idée toute simole et qui n'a pas l'avantage d'être originale. Et pourtant, d'intéressantes perspectives pourraient s'en dégager, n'est-ce pas, auditeurs réticents de Jean Nocher. Henry BULAWKO. _----4 L'O.A.S. • mise sur le • racisme LE fondement de l'Algérie nouvelle, telle que l'ont définie les Accords d'Evian, c'est la coexistence, la coopération fraternelle, sur un pied d'égalité, des hommes d'origines et de confessions diverses qui forment sa population. C'est cela précisément que les ultras de l'O.A.S. veulent avant tout empêcher. Défenseurs d'arrière-garde du système colonial, fondé sur les plivilèges et la domination raciste de quelques-uns, ils ne peuvent admettre que les parias d'hier accèdent tion poursuivi depuis de nombreux mois à l'égalité des droits individuels et col- par l'O.A.S. Le retour des locataires lectifs à la dignité humaine. Leur ob- dans leurs anciens appartements sera jectif 'est double : retarder par tous les rendu possible par le renforcement des moyens cette promotion normale et iné- forces de l'ordre ,tel qu'il vient d'en être vitable ; rendre impossible l'établisse- décidé. » ment de rapports confiants, en dressant les uns contre les autres Européens et musulmans. Ainsi s'expliquent d'une part les destructions de bâtiments universitaires, d'hôpitaux, de centres de recherches, d'installations pétrolières, d'imprimeries, symboles de la civilisation technique dont les anciens colonisés ne doivent pas pouvoir , bénéficier ; et d'autre part les massacres perpétrés quotidiennement, qui tendent à provoquer des heurts catastrophiques, et pour le moins à maintenir une' cloison étanche entre les diverses communautés. UNE SEGREGATION DE FAIT Dès avant le cessez-le-feu, les attentats de l'O.A.S. étaient dirig-és de manière à interdire l'habitation de musulmans dans les quartiers européens, et réci proquement. La terreur n'a @it que s'accroître depuis, dans le même sens. Par exemple, l'attentat du camion d'essence piégé, qui a eu lieu récemment près des Tagarins, à Alg-er, n'avait d'autre but que de frapper spectaculairement un quartier où, subsiste une certaine cohabitation. La « chasse à l'Arabe » org-anisée systématiquement dans les rues d'Oran et d'Alger, ou encore l'affreux carnage qui a coûté la vie à r 50 hommes, femmes et enfants sur les quais d'AIg-er, aboutissent à « boucler » les musulmans dans leurs ghettos, livrés à la famine, menacés par les épidémies. Significatif à ce sujet est ce docu.J ment de « l'état-major rég-ional de l'O. A.S. » pour la « zone d'Alg-er », saisi au cours d'une fouille, et qui, daté du 20 avril r962, donne les directives suivantes : « r) Mise à la porte progressive e-t discrète des domestiques musulmans ; « 2) Mise à la porte proqressive. e·t lorsque c'est possible, du personnel musulman des ateliers (petites et moyennes entreprises, stations d'essence , etc.) ; « ~) Envisaqer le remplacement de travailleurs F.S.N.A. (r) par les ét1tdiants qui vont se trotwer disponibles incessanmum.t. » Cet aspect de l'action de l'O.A.S. a retenu particulièrement l'attention de l'Exécutif Provisoire. Dans son communiqué du r2 mai, il précise : « Des directives vont être inc,essamment données aux préfets d'Omn et d'Alger pour recenser J01/S les appartements évacués sous la menace des activistes et occupés indûment, en vue d'assurer le retour de leurs locataire-s et mettre en échec le programme de séqréga- (r) Français de souche nord-africaine. ~, LE PRESENT ET L'AVENIR Il est de fai t que, dans une larg-e mesure, l'O.A.S. est parvenue, jusqu'à présent, à ses fins. Par ses crimes, qui visent, outre les musulmans, tout Européen, tout israélite soupçonné de tiédeur à son égard, elle a pu imposer le règne de la peur. Par ses campagnes d'intoxication excitant au racisme, elle a pu entraîner à la soutenir des gens désemparés, affolés, désespérés - y compris des juifs qui, paradoxalement, ont ainsi lié leur sort à une organisation d'essence fasciste, dont les éléments les plus actifs ne camouflent aujourd'hui leur antisémitisme que pour des raisons tactiques. Et l'on se doit de soulignel' que tout succès obtenu aujourd'hui par l'O.A.S. dans le présent porte en lui de g-raves périls pour demain : toute violence crée un traumatisme durable ; et il yale risque réel que les deuils, les colères rentrées, les rancoeurs savamment entretenues ne pèsent lourdement, plus tard, sur les relations entre Algériens de dit~ férentes origines. Fort heureusement, appliquant les directives du G.P.R.A., la population musulmane fait preuve d'un sang-froid véritablement héroïque, qui lui vaut l'admiration du monde entier. Mais il est clair qu'une telle situation ne saurait s'éterniser. Il importe, pour l'avenir, qu'elle prenne fin au plus vite. DES MESURES RIGOUREUSES C'est dire que l'éclosion d'un réel climat de coopération, de fraternité en Algérie suppose, en premier lieu, l'élimination de l'O.A.S. Les autorités françaises, qui ont encore la responsabilité de l'ordre public, n'ont pas pris, à ce jour, les dispositions qui s'imposaient. Il faut espérer que les mesures prises les II et 12 mai par l'Exécutif Provisoire et le Haut-Commissaire pourront être rigoureusement appliquées. permettant de porter des coups déci si fs à l'org-anisation fasciste avant le référendum d'autodétermination. C'est à ce prix, comme le soulig-nait le mois dernier le Conseil National du M.R.A.P., « que naîtra enfin. après tant de deu.ils. de r/tines et de déchirements, lme Algérie démocratique et fraternelle, entretenant m'ec la France des relations d'égalité, de compréhension et d'amitié.

.

1 T ELEVISEUR + 1 Anlenne TV graluite + 1 Table roulante graluite LETOUT 1.000 NF Payable 50 NF à la commande le solde 52 NF par mois Garantie ' ... 5 ANS Distr ibuteur officiel to u tes ma rques mêmes conditions HALTE AUX CRIMES ,f Une déclaration du M. R. A. P. L E Bureau National du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.), réuni le 9 mai 1962, entend exprimer son inquiétude et son indignation devant la poursuite des crimes racistes qui ensanglantent tragiquement l'Algérie. Cinquante jours après le cessez-le-feu, le sang coule à flots. A Oran, à Alger, les tueurs de l'O.A.S. se livrent quasi impunément à de quotidiennes Saint-Barthélémy. En pleine rue des hommes, des femmes, des enfants sont assassinés par groupes entiers. Pour de vastes quartiers musulmans, la famine s'ajoute à la terreur meurtrière. En dépit d'arrestations spectaculaires, des témoignages concordants viennent confirmer chaque jour la carence des pouvoirs publics en Algérie même, tandis que les criminels jugés bénéficient généralement d'une extrême mansuétude et que les chefs, inspirateurs ou agents de l'O.A.S. agissent trop souvent dans une scandaleuse impunité. Ainsi Sè développe une entreprise de génocide, qui non seulement risque de remettre en question les accords d'Evian, mais de préparer en France le terrain au fascisme. - EN exigeant, puis en approuvant massivement le cessez-le-feu, le peuplè français a manifesté son ardent désir de paix dans la concorde et la coopération avec le peuple algérien dan! le respect des droits de toutes le", communautés. En même temps qu'ils veulent détruire la paix encore fragile en Algérie, les criminels de l'O.A.S. sacrifient en réalité l'avenir des Européens qu'ils entraînent dans le meurtre et la haine. Le peuple français a le devoir de ne pas tolérer cela. Ar.tiracistes, Républicains! Le MRAP. vous appelle à manifester votre solidarité au peuple algérien si douloureusement éprouvé. Il vous appelle à exiger dans l'union, les sanctions implacables et les dispositions llgoureuses qui mettront hors d'état de nuire les massacreurs et leur s c;ompilces. Paris, le 9 Mai 1962. Brimades et discriminations 1 , n ont pas cesse en France Le cessez-le-feu n'a pas fait disparaître les discriminations, les brimades, voire les violences qui sont le lot des travailleurs algériens en Fronce. La plupart de ceux qui viennent d'être libérés des prisons, des comps d'internement où ils étaient souvent maintenus simplement parce que .-' suspects », se trouvent sons argent, sons logis, sons papiers. Lorsqu'ils se présentent dons les usines où ils travaillaient, ils rencontrent de grandes difficultés. Fréquemment, on refuse de les réembaucher, et ils ne peuvent bénéficier ni de la Sécurité Sociale, ni des allocations familiales. Quand ils sont réembauchés, on leur offre des tâches plus pénibles encore que celles qu'ils avaient quittées, et on refuse de reconnaître les droits qu'ils ovoiilnt acquis, notamment par l'ancienneté. Si la situation a pu rapidement se normaliser dons diverses entreprises, petites et moyennes, elle reste particulièrement grave chez Renoult, où les syndicats multiplient les démarches auprès de' la direction pour que justice soit rendue aux travailleurs algériens persécutés. Il fout signaler enfin certains transferts qui ont été effectués sous le signe de l'arbitraire complet, de nombreux libérés oyant été transportés en Algérie sons tenir compte des attaches professionnelles et familiales . . Ces hommes doivent alors revenir en France à leurs frais, on devine avec quelles difficultés. RATONNADES? La pratique des « ratonnades » n'a pas été totalement abandonnée, semble-til, à Paris même. Témoin la plainte qu'ont décidé de déposer plusieurs Algériens, défendus par M" Ben Abdallah : arrêtés au début de mai, place Pigalle, au cours d'une rafle « au fcciès », ils furent, affirment-ils, conduits au Bois de Boulogne, après avoir subi force insultes, coups de pied et coups de crosse. Là, descendus du car, les policiers. les auraient encore frappés, et auraient même tiré sur ceux qui tentaient de s'enfuir. 1 • .* Tous ces faits sont incompatibles avec les accords d'Evian: Comment peut-on exiger des « garanties » pour les Européens d'Algérie (garanties qui sont d'ailleurs confirmées chaque jour dans les multiples déclarations des dirigeants algériens) si les musulmans vivant en France continuent de connaître le racisme ? Il faut d'urgence « reconvertir » certaines méthodes et un certain état d'esprit. " faut sanctionner sévèrement les racistes qui manifestent leur nosta lgie de la guerre. VACAHCES EN RID.A • DANS UNE FAMILLE A ERFURT Du 22 juillet au 12 août Du 12 août au 2 septembre PRIX ; 400 NF. • 4 SEMAINES EN THURINUE Du 29 juillet au 26 août PRIX : 250 NF. - 15 jours de travail dans une entreprise ou une coopérative agricole - 15 jours d'excursions • BERLIN - MER BALTIQt:E • BERLIN Du 5 au 20 août PRIX: 400 NF. • BERLIN . POTSDAM . HOHNSTEIN . DRESDE Du 17 au 30 août Pour cheminots seulement PRIX : 320 NF. • BERLIN • POTSDAM . LEIPZIG . WEIMAR Du 28 juillet au 10 août PRIX : 300 NF. LE VOYAGE EST TOUJOURS COMPRIS EN VENTE dans toutes les bonnes 'f)~ ()~ Pour tous renseignements s'adresser aux « ECHANGES FRANCO . ALLEMANDS » 5 bis, boulev. Bonne-Nouvelle -- Tél. : CEN 49·53 -- Maisons de Literie et d'Ameuble- $ ment et les grands Magasins. ~v...~,,~.,.. ........ 192.168.254.42 ..... v...""~~ T ""E LEM A RQ U"E " 83. FAUBOURG DU TEMPLE. PARIS·JO - Tél. BOTzaris 16-«?1 5 Pour une Algérie fraternelle SIGNES ... « Des signes manifestes de détente existent à l'intérieur dit pays entre EuroPéens et mltsulmans, et c'es.t cela qu'il fa~tt développer », a déclaré, le IO mai, le Dr Mostefai, délégué aux Affaires générales de l'Exécutif Provisoire. Au dessus du bmit des plasticages, des détonations et des mitraillades, retentit, à la fois chaleureuse et ferme, la voix de la fraternité. Nous avons rassemblé ici quelques déclarations récentes de responsables de l'Algérie. A la lecture de ces textes historiques, dont le rapprochement est riche d'enseignements, les antiracistes puiseront, nous n'en doutons pas, des raisons de confiance en l'avenir. M. FARES : « Nous ne ferons pas de racisme à rebours. » Dès le lendemain de l'installation de l'Exécutif Provisoire, son président, M. Abderrahmane Farès affirmait: cc Je précise que la main tendue à nos compatriotes européens est une main sincère et loyale. Nous sommes conscients de l'avenir de notre pays, et aussi que l'Algérie a besoin de l'effort de tous ses enfants. » Dans son discours télévisé du 18 avril, il allait souligner: cc Lorsque je parle du peuple algérien, ce peuple, dans mon esprit, se compose de mes soeurs et frères de race et de religion, mais aussi de tous mes' compatriotes européens et israélites, parce que - qu'on le veuille ou non - cet ensemble malaxé par les joies, les espoirs, les dures réalités ct épreuves vécues, constitue un peuple en gestation ... cc Nous voulons la réconciliation des Al· gériens, d,e tous les Algériens. Ce que nous voulons réaliser, c'est la vraie fraternité, non par les mots, mais par les coeurs. li M. BEN KHEDDA: « Les Européens ont leur place dans l'Algérie de demain. }) De son côté, dans son allocution radiodiffusée du 9 mai, M. Ben Khedda, président du G.P.R.A., après avoir dénoncé avec énergie les crimes de l'O.A.S., a lan· cé cet appel: cc Euro!,!éens d'Algérie, ces crimes ne plaident pas en faveur de votre avenir dans notre pays. II est temps pour vous de l'OUS dégager de cette solidarité dans le désespoir, et d'ouvrir les yeu....:: face aux nouvelles réalités algériennes. li cc Les Européens, a-t-il encore déclaré. ont leur place dans l'Algérie de demain. Il leur appartient de décider s'ils veulent la mériter. » Le Docteur MOSTEFAI : « Une nécessité objective. » A Rocher Noir, faisant écho à ces prises de position sans équivoque, le Dr Cha,wki Mostefaï, délégué aux Affaires générales de l'Exécutif Provisoire: expliquait le 19 avril, a·ùx conseillers généraux de Tizi Ouzou: cc Une Algérie indépendante, acceptant dans son sein des éléments européens qui voudraient en êtrc les citoyens à part entière, n'est pas une position tactique inventée pour les besoins d'une solution de la guerre d'Algérie, avec l'arrière-pensée de remier nos engagements dès que l'indépendance sera acquise. » cc Bien plus, cette affaire de cohabitation n'est pas une attitude fortuite ou sentimcntale, mais elle répond â une nec essité objective d'assurer la continuité de l'évolution ascendante de l'Algérie moderne sur les plans économique, administratif, social et culturel. » M. Jean MANNONI patrie comm'une... » {( Notre M. Jean Mannoni, délégué aux Affaires financières de l'ExécutiJ' Provisoire, s'adressait, en ces termes, aux Européens, dans son allocutions du 3 ma:i: cc Votre patrie? Mais ,·ous y êtes dans votre patrie ... Vous savez bien que vous ne pourrez pas vous arracher à cette terre que vous aimez tant. cc Avez-vous réfléchi à cela? Il est temps de ,·ous ressaisir. Faites-le, mais faites-le très vitc, je vous en supplie. » M. Christian FOUCHET : « Il faut choisir! » Les déclarations faites à plusieurs reprises par M. Christian Fouchet. HautCommissaire de France en Algérie, vont dans le méme sens que celles des membres de l'Exécutif Provisoire et du G.P. R.A. Le 25 avril, il affirmait: cc Il faudra, une fois les tumultes apaisés, que vienne le moment où les hommes se regarderont dans les yeux, où les enfants redeviendront des enfants qui jouent ensemble, oil la paix redescendra dans les coeurs. li . Et le 4 mai: cc Des individus sans roi ni loi, vous parIent d'Algérie Française, et ils {ont tout pour faire haïr la France. Ils parlent des droits à la culture, et ils détruisent l'université et les moyens d'enseignement. Ils M. BEN BELLA {( Les juifs d'Algérie sont des Algériens ·Q'U même titre que nous tous » Les déclarations prétées à M. Benbella au Caire, par l'Agence du Moyen-Orient, et qui avaient suscité une certaine émotion, ont été formellement démenties, le 23 avril, par M. M'hammed Yazid, ministre de l'Information du G.P.R.A., au cOllr~ d'une conférence de presse. cc Je signale, a.t-il dit, qu'on a bâti des théories sur des propos qui ont été prê· tés à lU. Ahmed Benbella et que ce dernier n'a jamais tenus. Je me réfère â cette soi-disant déclaration, où l'on parlait de l'envoi de cent mille Algériens au MoyenOrient et en AfriQue. » De son côté, M. Saad Dahleb, ministre des Affaires étrangères du G.P.R.A., a· affirmé que de tels propos ne correspondent cc ni de près ni de loin à la réalité li. Ce démenti a ê'té rëitéré par M. Benbella lui-méme, le 27 avril, au cours d'une interview qu'il a donnée à l'agence United Press. (( Les juifs d'Algérie. a-t-il déclaré, sont des Algériens au même titre que nous tous. La charte du F.L.N. est claire â cet égard, et je pense qu'ils auraient dû s'en tenir â cela, et ne pas se montrer aussi accessibles à une intoxication trop facile. L'Algérie se fera avec tous ses enfants. II leur appartient seulement de lui être fidèles. » Et à propos des Européens en général: « Les accords d'Evian leur donnent les chances lés meilleures pour l'avenir. Encore faut-il qu'ils ,·euillent bien saisir ces chances. Ils ont en Algérie des droits auxquels il ne sera pas fait tort, mais aussi des obligations. » Deux jours auparavant, interviewé par Algérie Presse Service (A.P.S. , le viceprésident du G.P.R.A. avait souligné: (( Le caractère arabo-musulman dc l'Algérie, ne saurait constituer un obstacle à la vie en commùn de tous les Algériens sans discrimination de race ou de religion

les valeurs de notre culture nationale,

qui s'est forgée historiquement dans le creuset de la civilisation arabo-musul· mane, ne sont pas exclusives et restent largement ouvertes à tout autre apport hu· main authentique et aux valeurs de notre temps. li parlent des droits des ouvriers, et ils détruisent les caisses d'allocations. Ils parlent, ils osent parler de chrétienté, et ils assassinent les enfants. cc Je sens bien d'ailleurs que des centaines de milliers d'entre vous savent que jc dis vrai ... Je leur demande de se désolidariser ouvertement, des assassins d'enfants ... (( Il faut désormais choisir, et ce n'est pas demain, c'est aujourd'hui qu'il faut choisir. » M:- YAZID «Une coopération fructueuse. » Le lendemain, M. Yazid, ministre de l'information du G,P.R.A., déclarait également: A PARIS, le 16 avril, plus de 1.500 étudiants ont manifesté, à l'appel du Front Universitaire antifasciste, dans les rues du Quartier Latin. Ils protes· taient contre les crimes de l'O.A.S. et demandaient le châtime,"lt des coupables, pour que s'instaure en Algérie une paix, véritable. Le cortè· ge qui défilait dans le calme a été dispersé avec violence par la police qui a blessé plusieurs manifestants. (( Les textes et les principes sont une chose, et nous y restons profondément attachés, mais dans leur application vont se poser des problèmes· de cohabitation entre gens d'origine différente, entre gens qui, dans les moments que nous vivons doivent choisir, aujourd'hui et pas demain, entre la coopération fructueuse ct I"aventure à laquelle il sont conviés par I·O.A.S. )) De même, dans son communiqué du 12 mai, l'Exécutif Provisoire aîfirmait : « C ontraireme-nt au.'t" · calclûs de l' 0 . A.S., la population européenne commence elle-'même à être révoltée par ces crimes quotidiens et tend à s,e désolidariser des ilt/ntrs de l~Q.A.S., comme des faits précù le dé'montrent. » Dans le même sens, le correspondant du « Monde » (1:;-16 avril 1962), Michel Goué, écrit : « A Bab-El-Olted comm.e dam les autres Quartiers d'Alger, J'ai pu constater Gue les multiples attentats commis ces derniers jours contre des musulamns qui circulaient dans les rues du centre, ont rendu Plus sensible Itn mouvement perceptible depuis quelque temps déià. Peu à peu, les Européens pre?lnent 'qttelque distance à l'égard de l'O.A.S. Il serait inexact de croir,e que le point de t'ltPture sera bientôt atteint, ni même que les thèses fondamentales de l' orqanisation activiste puissent être désavOttées. Au contraire. Nombreux sont CoeltX néanmoins qui osent maintenant critiquer ouvertement l'armée secrète et réprouvent cer.tains de ses actes. « La raison de cette attitude contradictoire est qne les Européens pensent qu'il leur est touiours possible de s'entendre directement et localement avec les musltlmans - ils aiment d'ailleurs parler de leurs « bons Arabes» - tout en les craiqnant. Ainsi, i'ai entendu à BabEl- Oued cette réflexion : « Ce n'est pas· en tuant des Arabes que nous réussirons. Ce sont eux qui ont le plus souffert depuis sept ans de g-uerre. Il est injuste maintenant de nous en prendre à eux. C'est une faute g-rave. » UN COMITE ANTIFASCISTE Sig-nalons enfin une information diffusée par l'ag-ence Algérie Presse Service, indiquant qu'un Comité antifasciste, composé d'Européens et de musulmans s'est constitué à Alger. Ce Comité a lancé un appel. diffusé par tracts et affichettes, dans lequel il stigmatise les crimes de l'O.A.S. et invite les Européens à prendre leur place dans l'AIg-érie nouvelle. « Prene::: cOllsciellce que 'volre m'enir est sur cette terre qui VOltS reconj/ UÎI c01;l11le les siens. déclare-t-il. tourne::: le dos à Tm passé j·hl ol1t. » A L'INTENTION DES JUIFS Ce même Comité a diffusé un tract destiné aux juifs. dont le texte est le sui\·ant: . « Juifs d'Alqérie. « O.A.S. : fascisme. « 0 .. -1 . .'\. : allfisé11lifis11le. « O.A.S. : Auschwif:::, Buche11wald. ghetto de Varso'vie. « Il,re l'ollbiie::: pas. » Sauver lhonneur! (Suite de la page 1) riquement hélas! - les memes droits qu'à eux-même. T E mépris raciste - inconscient L chez beaucoup et qui n'excluait pas entre des membres des deux communautés des liens d'amitié persçJl1- nelle - porte aujourd'hui ses fruits hor-ribles. Après avoir rendu impossible par leur opposition l'évolution qui eùt fait de l'égalité des droits une réalité et permis la création progressive. dans une unité nationale sauvegardée, d'une personnalité algérienne largement ' autonome: après avoir cherché ensuite à retarder par tous les movens la confrontation nécessaire entre ' les représentants de la' France et ceux de l'Algérie dont la vocation nationale s'était affirmée dans la lutte, les Européens hostiles à l'accord réalisé à Evian, n'ont plus eu d'autre but que d'empêcher son application. Pour briser la volonté contraire solennellement expriniée pal· l'immense majorité de la nation. les extrémistes d'AIg- érie ont eu l·ecours aux pires procédés; à ceux dont l'emploi est déshonorant pour tout homme d'esprit droit : ils ont multiplié les vols. les attentats par explosifs. les attaques par armes à longue portée, les assassinats atteig-nant non seulement des partisans du régime nouveau. mais encore, au .hasard des rencontres, de simples passants. tués pour le seul motif qu'ils n'étaient pas de race européenne. Ces actes de folie criminelle, sans effet direct possible sur le cours des événements. étaient inspirés par la volonté de provoquer la colère et la ré\·olte des masses musulmanes et. par là, de déclencher la guerre civile. . Jusque dans les rangs de notre armée. des hommes se sont trouvés pour faciliter une telle entreprise : des officiers. infidèles à leur serment, ont ' déserté le drapeau, des généraux sont entrés en rébellion pour devenir les chefs de bandes d'assassins. Le sang des femmes musulmanes, abattues dans les rues d'Oran et d'Alger alors qu'elles venaient gagner chez des Européens le pain des leurs. les marque tous d'une honte qu'aucune indulgence ne saurait effacer. BIEN des erreurs, certes, bien des fautes, bien des habiletés misérables, bien des atermoiements dans l'adoption des mesures qui eussent pu empêcher le pire. bien des faiblesses anciennes et récentes, dans la répression d'abus criminels. engagent dans ces tristes é\'énements la responsabilité du pouvoir - ' celui d'hier comme celui d'aujourd'hui. Il r a toujours eu des amnisties honteuses. comme il y eut des condamnations excessives et des acquittements scandaleux. Mais l'heure des regrets est aujourd'hui dépassée. et l'heure est Yenue de la stricte justice - d'une justice impartiale, rendue sans haine, dans le seul et lég-itime souci de sauver l'unité de la pat1:·ie et son honneur. Car c'est l'honneur de la France qui est en jeu aux yeux du monde qui nous observe et à qui, dans le passé, nO\ls a\·ons eu l'orgueilleuse fierté de donner des leçons et des exemples. Jacques FONLUPT-ESP'ERABER_ 6 Deux films (antiracistes) sur marquent cette année le Festival l'Afrique de Cannes Images fOUI•e CANNES, MAI 1962 L'événement, et peut-être le seul événement important du de:-nier Festival International du Film qui se déroule à Cannes du 7 au 23 mal, est l'apparition de films franco-africains qui, pour la première fois depuis que les films sur l'Afrique existent, prouvent que le racisme n'est pas immortel. Il est évident que j'exclus de la « vieille catégorie », les films de Jean Rouch qui sont des oeuvres d'ethnologue avant d'être des films de fiction, en n:ême temps que des films expérimentaux.; et aussi ~'exceptio~nel film de LI.onel Rogosin : « Come back Africa » qUI fut tourne clandestmement et qUI est une oeuvoe de combat. Non, là il s'agit de films purement romanesques ayant pOUL cadre la nouvelle Afrique naissante. Ce ne sont pas des films cent pour cent africllins, puisque leurs réalisateurs (Yves Ciampi PQI1r « Liberté 1 » et Yves Allégret pour « Konga Yo ») sont français, comme leUl's interprètes principaux. Mais ils ont l'avantage de se dérouler à une date bien précise, dans des pays aussi précis (le Sénégal et le Congo ex-belge). Les évènements qUI se déroulent donc dans ces pays, en 1961 pour le Sénégal, en 1960 pour le Congo, servent de décor naturel et de toile de fond pal·ti ci-, pant nettement à l'action de ces deux oeuvres. UN TABLEAU OBJE,CTIF, VIVANT, SINCERE L'action de « Liberté l » montre divers antagonismes dans un pays tout neuf ayant acquis sa liberté dans ce qu'on appelle aujourd'hui un « néo-colonialisme ~. Sans avoir totalement rompu avec le vieux pays colonisateur, la France, auquel il reste attaché économiquement à bien des égards, le Sénégal n'en possède pas moins - et de plus en plus - ses propres cadres techniques et ses propres dirigeants politiques, appartehant à une nouvelle bourgeoisie. Celle-ci. qui remplace les colonialistes dans la direction du pays, est quelque peu nantie de tous les défauts inhérents à toutes les bourgeoisies. Mais elle est pour l'instant Une interview des réalisateurs Yves CIAMPI et Yves ALLEGRET par noire envoyé spécial Jacques DELTOUR seulement sous le ~, ordres de ceux qu'il commandait naguère mais il répond de son activité devant un gouvernement locaL Et cenendant, malgré les innombrables difficultés qui se dressent sur sa route, jamais il n'agit en raciste. Est-ce flue cela correspond à la réalité? - Parfaitement. Dès IJ/t'on parle de liberté dans un pa'j/s africain, le racisme disparaît. La cause ,en est na;turelle. Quand l'indépel1da11ce n'existau pas, le racùme' était une arme de combat, ponr les blancs comme pour les noirs d'ailleurs, U1'1,e façon de se maintenir; de même que la ségré,Qatioll, camme elle existe en Afrique du Sud, est 1tne méthode k terreur IJour garantir à une certaine partie de la population des avantages n'la- Rencontre à Cannes : Annette SENGHOR et l'actrice soviétique Inna GOULA lA. dirigée vers un progrès constant, ce qui ne va pas sans difficultés, intérieures et extérieures. , Mais là n'est pas notre propos, ni tout à fait celui du film. A travers cette histoire de baobab sacré, que les tribus traditionnalistes et superstitieuses veulent empêcher d'être détruit par la construction d'une route nationale indispensable au développement de l'intérieur du pays, Yves Ciampi a brossé un tableau objectif, vivant, sincèr~ et très sympathique de ce pays. Comme l'affirma à Cannes, le jeune avocat sénégalais Iba Gueye, qui tient le rôle principal masculin du film en compagnie du Français Maurice Ronet, « il est rare qu'un hO'lwme ayant vécu aussi peu de temps dans notre pays, ait pu le comprendre aussi bien et aussi parfaitement qlt'Yves Ciampi ». AU DELA DU RACISME Quant au réalisateur, il parle avec lucidité de cette Afrique, qu'il aime de tendresse. - Ce qui est curieux, lui dis-je, c'est que le racisme semble avoir complètement disparu - tout au moins dans vo.tre film - dans les rapports entre les i ,~dividu s. Par exemple, le jeune ingémeur français avait eu, jusque là. l'habitude de commander des Africains. Il ne répondait de ses actes que devant le autorités coloniales. Or, il est ici, nOI1 tériels qU'Olt refuse à l'aub',e. Mais dès que le colonialisme lie- règne plus en maître et que de nouvea1l.' mp ports s'établissent entre les blancs et les noirs, le racisme n'a plus de raison d'exister. C'est pourquoi i'ai tmité « Liberté 1 » au delà du racisme. - Donc, aux rapports entre colons et colonisés qui s'appuyaient sur le racisme, se substituent des rapports qui tiennent à la structure de la société. Des rapports de classe en quelque sorte ? Vous montrez d'ailleurs assez bien dans votre film que certains dirigeants du pays ne sont pas tous gens de progrès, et Que de nouvelles forces s'élèvent !?Our les remplacer, à plus ou moins brève échéance. - J ci encore, j'ai "tloulu. être objectif. Ce qui fait Que- 'Iaon film ne plaît pas à tout le monde an Séné,qal, mais il plaît. en général, à la grande majorité des Afn:cai1'1s qlti l'ont vu. AVENTURE ET HISTOIRE . Le film d'Yves Allégret, «Kol1ga y 0 », est moins complexe quant aux problèmes exposés. Le Congo. a servi de cadre à une aventure traditionnelle et assez simple de t!"pis blancs égarés au milieu des événements qui ensanglantent ce pays, où ils menaient une vié aisée et tranquille, sans avoir la vision claire de l'Afrique. - « KOllga Ya », ' nous dit Yves Allégret, est nlt film d'aventures, dans la mesure oit j'ai essayé de profiter de moments lzis,tO'l"iques où l'actualité s'accélère jusqu'au.,,; hasards de l'aventure. Da11s « KOllga Y 0 », 0 1/. 'voit des noirs et des blancs, subite1110ellt confrontés avec des problèmes qui dépassent leur pe'rsol1- lIalité, pour atteindre l'aventure de leu!' l'ace, et l'al' voie de conséquence de leur milieu social, de leurs sentiments, de lel{rs ambitions. Ils viven,t dans '//,1'1 contexte qtÛ les dépasse. Mais sont-ils les maîtres de leur destinée r.~. Toutefois, « Konga Yo », s'il est nanti de ce (( pittoresque» qui était la g-rande manne des films « africains » d'autrefois, est lui aussi débarrassé du racisme. Blancs et noirs y sont soumis à des événements qui peuvent, parfois, les liers dans une action commune contre un dang-er commun. ...* ~ , Pourtant, le racisme, et le plus subtil n'aura pas été absent du Festival de Cannes. On l'a vu, éclatant au grand JOUI", sur l'écran, pendant la projection du film italien «, Mondo Cane » (Quelle vie , de chien) où pour montrer que les « civilisés » se conduisent aussi bien en sauvages que ceux qu'on prétend « sauvages », on utilise des formules plus que racistes et méprisantes pour certains peuples (forcément de couleur) à qui l'on prête des « vices » de « sousdéveloppés » - la paresse et la fécondité abusive! NUL mât totémique, nul objet déconcertant ou mystérieux ne prétend attirer le visiteur à l'exposition d'art mexicain. Promesse de la riche humanité que ses mur.s enferment pour peu de temps encore, c'est une tête d'homme que le Petit Palais exhibe curieusement sur son escalier extérieur. Il s'agit d'une de ces têtes colossales de la Venta - région côtière du Golfe - qui ont fait croire aux premiers découvreurs, après les Indiens eux-mêmes, que leur pays avait été autrefois peuplé de géants. Le monolithe de plusieurs tonnes ne paraît pas plus colossal à l'échelle du Petit Palais qu'il ne l'était à l'éche lle de la jungle du Tabasco. Il fout s'en approcher de très près pour prendre conscience de son volume réel. Cette approche préalable est déjà édifiante : l'art mexica in ancien, dons la plupart de ses manifestations est, pour ainsi dire, compact. C'est, généralement, le cos de l'art amérindien dons son ensemble. Le monde méditerranéen a pratiqué jusqu'à nos jours un art tridimensionnel, lié de près - à la suite de la sculpture grecque classique - à la représentation objective de « 9lo..tnéct , DANA SMUTNA nous dit: «J'ignorais tO'ut de l'antisémitisme avant d'incarner J'héroïne de ce film» R« OMEO, JULIETTE ET LES TENEBRES », film de Jiri Weiss, tiré du roman de Jan Otchenachek obtint un énorme succès lors de la « Semaine du cinéma tchécoslovaque » qui s'est déroulée fin avril à Paris. L'actrice Dana Smutna, qui incarne la jeune juive du film que l'étudiant veut sauver à tout prix de la mort et qui se sacrifie par amour pour lui, était de passage à Paris à cette occasion. C'est une belle jeune femme, grande, mince et brune, au visage un peu triste (curieusement « Smutna » se traduit à peu près par « triste »), mais qui s'éclaire volontiers d'un sourire spontané et agréable. De son rôle, elle parle avec chaleur. Ce fut son premier grand rôle et, jusqu'à présent, elle n'a pas incarné une héroïne plus passionnante que celle de cette « Juliette » à l'étoile jaune. - Il faut dire une chose, c'est que je ne suis pas juive moi-même. Et comme j'étais trop jeune, à l'époque où se déroulèrent les faits du récit, j'ignorais à peu près tout du racisme et de l'antisémitisme. Ce « Aux lecteurs avec toute mon al sont des plaies qui ont totalement disparu chez nous. Malheureusement, beaucoup de ju morts en particulier au camp de Térésin. Ce souvenir atroce a permis de détruire à jamais vis-à-vis des juifs, mais aussi des Africains, des gens de COl/leur qui, peut-être par contrep nous avec une chaude fraternité. « Quant à moi, avant d'incarner le personnage, j'ignorais que le racisme existait. Il m'a beaucoup de textes, écouter les témoins (et le metteur en scène Jiri Weiss, dont toute Térésin, m'a partiCUlièrement aidée à me - Ce film a·t·il eu du succès en Tché· doivent pas mettre dans la cc peau Il d'une jeune juive coslovaquie ? retour. traquée par les nazis). C'était très impor. - Un éru;rrr:e .succès, .to~t comr:z-e le ro· - Et c'esl tant pour la compréhension psychOlogique man. Nos ecnvazns et czneastes s efforcent « Roméo, J, . de rappeler les pages douloureuses de seulement C(] d~ personnage, son. ?omp?rteme:'lt ! alt l'histoire de notre pays. Il est des choses comme une d znnocence et de reslgnatzon, en meme que les jeunes gé."lérations ne doivent pas haitons.lui \ temps que le désir de vivre et d'aimer. Il ignorer, et que les autres générations ne comme dans '-" L ., ~ ~ « L f) ~ '-'- présenté par Il Y avait salle comble, le mercredi 16 mai, au cinéma {{ Le Floride », pour la préSf.'l1tation du film d'Armand Gatt'i « L'Enclos », qui est à la fais un témoignage de grande valeur sur les camps nazis et un acte de confiance en l'homme, un cri déchirant de fraternité. L'un des p!'incipaux 'interprètes de ce film, Jean Négroni dit en termes simples et chaleureux dans quel esprit le film avait été réalisé, et ce qu'il avait ressenfi en jouant le rôle de David, le juif de Belleville qui, en une nuit, vaincra la peur, avant de mourir à l'cube, dans la chambre à gaz. Jean Dans une taire général ravant évoql Pithiviers et a juste 21 a' gilante contr me. ) sur Festival l'Afrique de Cannes 'mages toujours vivantes 17.Qa ves Allég-ret, es! nn film d'aventllres, dam la mesl~rc où j'ai essayé de /Jl'ofiter de moments his.toriques où l'act ualité s'accélère Jnsqu'aux hasards de l'aventure. Dalls « K01l,Qa Y 0 », on 'voit des noirs et des blancs, subitem.e1lt con/1'ontés avec des problèmes qui dépassent lew' pe'rson" alité, pour atteilldre l'avent1t1'e de lel~r race, et 1'01' voie de conséquence de leur miliel~ social, de leurs sentimellts, de leurs ambitions. Ils viven-t dans 'un CO1/.texte qui les dépasse. Mais sont-ils les maîtres de leur destinée ?~. Toutefois, « Konga Yo », s'il est nanti de ce « pittoresque» qui était la grande manne des films « africains » d'autrefois, est lui aussi débarrassé du racisme. Blancs et noirs y sont soumis à des événements qui peuvent, parfois, les liers dans une action commune contre un danger commun. ...* ~ Pourtant, le racisme, et le plus subtil n'aura pas été absent du Festival de Cannes. On l'a vu, éclatant au grand JOUl-, sur l'écran, pendant la projection du film italien « Mondo Cane » (Quelle vie de chien) où pour montrer que les « civilisés » se condu isent aussi bien en sauvag-es que ceux qu'on prétend « sauvages », on utilise des formules plus que racistes et méprisantes pour certains peuples (forcément de couleur) à qui l'on prête des « vices » de « sousdéveloppés » - la paresse et la fécondité abusive! NUL mât totémique, nul objet déconcertant ou mystérieux ne prétend attirer le visiteur à l'exposition d'art mexicain. Promesse de la riche humanité que ses murs enferment pour peu de temps encore, c'est une tête d'homme que le Petit Palais exhibe curieusement sur son escalier extérieur. Il s'agit d'une de ces tétes colossoles de la Venta - région côtière du Golfe - qu i ont fait croire aux premiers découvreurs, après les Indiens eux-mêmes, que leur pays avait été autrefois peuplé de géants. Le monolithe de plusieurs tonnes ne paraît pos plus colossal à l'échelle du Petit Palais q u'i l ne l'était à l'échelle de la jungle du Tabasco. Il fout s'en approcher de très près pour prendre conscience de son volume réel. Cette approche préolable est déjà édifiante : l'art mexicain ancien, dans la plupart de ses manifestations est, pour ainsi dire, compact. C'est, généralement, le cos de l'art amérindien dans son e nsemble. Le monde méditerranéen a pratiqué jusqu'à nos jours un art tridimensionnel, lié de près - à la suite de la sculpture grecque classique - à la représentation objective de tt 9loméo. , DANA SMUTNA nous dit: «J'ignorais tO'ut de J'antisémitisme avant d'incarner J'héroïne de ce fiJm» R« OMEO, JULIETTE ET LES TENEBRES », film de Jiri Weiss, tiré du roman de Jan Otchenachek obtint un énorme succès lors de la ({ Semaine du cmema tchécoslovaque » qui s'est déroulée fin avril à Paris. L'actrice Dana Smutna, qui incarne la jeune juive du film que l'étudiant veut sauver à tout prix de la mort et qui se sacrifie par amour pour lui, était de passage à Paris à cette occasion. C'est une belle jeune femme, grande, mince et brune, au visage un peu triste (curieusement ({ Smutna » se traduit à peu près par « triste »), mais qui s'éclaire volontiers d'un sourire spontané et agréable. De son rôle, elle parle avec chaleur. Ce fut son premier grand rôle et, jusqu'à présent, elle n'a pas incarné une héroïne plus passionnante que celle de cette « Juliette » à l'étoile jaune. t~)) - Il faut dire une chose, c'est que je ne suis pas juive moi-même. Et comme j'étais trop jeune, à l'époque où se déroulèrent les faits du récit, j'ignorais à peu près tout du racisme et de l'antisémitisme. Ce « Aux lecteurs de « Droit et Liberté », avec toute mon amitié. » DANIELA SMUTNA. sont des plaies qui ont totalement disparu chez nous. Malheureusement, beaucoup de juifs tchécoslovaques sont morts en particulier au camp de Térésin, Ce souvenir atroce a permis de détruire à jamais le racisme, non seulement vis-à-vis des juifs, mais aussi des Africains, des gens de COl/leur qui, peut-être par contrepartie, sont accueillis chez nous avec une chaude fraternité. ({ Quant à moi, avant d'incarner le personnage, j'ignorais que le racisme existait. Il m'a fallu tout apprendre, lire beaucoup de textes, écouter les témoins (et le metteur en scène Jiri Weiss, dont toute la famille est morte à Térésin, m'a particulièrement aidée à me - Ce film a-t-il eu du succès en Tché- doivent pas oublier, afin d'en éviter le mettre dans la cc peau II d'une jeune juive coslovaquie ? retour. traquée par les nazis). C'était très impor- - Un ém:rme .succès, .to'!"t com~e le ro· - Et, c'est .pourquoi no~s. considérons tant pour la compréhension psychologique man. Nos ecnvazns et czneastes s efforcent c( Romeo, JulIette et les Tenebres . ", no~ dt. de rappeler les pages douloureuses de seulement comme un beau film, malS aUSSI ~ personnage, son _ ?om~r eme:'1t !att l'histoire de notre pays. Il est des choses comme une oeuvre utile à l'homme. Soud znnocence et de restgnatton, en meme que les jeunes gé."!érations ne doivent pas haitons-lui un grand succès en France, temps que le désir de vivre et d'aimer. II ignorer, et que les autres générations ne comme dans le monde entier. "" L ., ~ ~ « L U ~ "" présenté par Il y avait salle comble, le mercredi 16 mai, ou cinéma « Le Floride ", pour la préSE,lttation du film d'Armand Gott'i l L'Enclos ", qui est à la fois un témoignage de grande valeur sur les camps nozis et un acte de confiance en l'homme, un cri déchirant de fraternité. L'un des p?'incipaux 'interprètes de ce film, Jean Négroni dit en termes simples et chaleureux dans quel esprit le film ovait été réalisé, et ce qu'il avait ressenti en jouant le rôle de David, le juif de Belleville qui, en une nuit, vaincra la petar, avont de mourir à l'cube, dans la chambre à gaz. Jean NÉGRONI Dans une brève ollocution, notre secrétaire général, Charles Palant, ovait auparavant évoqué le souveni,. des camps de Pithiviers et Beoune-Ia-Rolande, créés îl y a juste 21 ans, et oppelé à une action vigilante contre toutes les fcwmes du rocisme. d'une antique civil Le « rire totonaque JO (statuette en terre cuite) l'homme. Michel Ange et plus tord Rodin, comme ovont eux Scopos, n'ont pas, en substituant le mouvement et le tourment à la sérénité du hanchement, remis en couse l'essentiel

l'homme, mesure de toutes choses.

L'ART ancien du Mexique exige d'abord de nous un dépaysement complet. Comme l'art de l'Inde orientale, il exprime des rapports différents des nôtres entre l'homme et le monde, le cosmos, mois aussi les animaux et les plantes. D'où les vases tripodes, qui tiennent de la courge, du serpent et de l'oiseau, pour se révéler finolement un homme. Si l'européen est en quelque sorte un homme iso lé qui domine le monde, mois en est absent, l'ancien mexicain était dons une situation d'échange constant avec le monde. Les vieilles civilisations agraires de l'Amérique Centra le dépendaient étroitement des vents, des pluies, du moïs, de l'agave - le maguey, qui se rva it à fabriquer des cordages et des boissons enivrantes. Aussi les statues colossales en porphyre ou en basalte et les statuettes en terre cuite, sont-elles fréquemment des représentations sac rées du vent, de la pluie, du maïs, etc ... Sons doute les Grecs et les Romains, nos ancêtres sp irituels, avaient-ils également des divi nités spécia 1 isées, mOIs leur représentation plastique était plus humanisée, ou sens strict de la forme humaine. Dons l'art mexicain, ou contraire, l'homme lui-même, le prêtre ou le guerrier, dépasse sa forme humaine, il est sac ralisé et totémisé, d'oCI les étranges coiffu re s, sous le squelles 10 rête et même le corps entier du personnage disparaissent. Chaque attribut en plume ou en popier 0 un sens symbolique précis ; il ne fout voir là aucun goût maniaque de l'ornementation boroque. La fantaisie n'a pas présidé à ces débouches apparentes de la sculpture ou du postillage ; c'est la foi, enfermée dcns un rituel rigoureux, qui Jes a inspirées. Le dieu-serpent emplumé, le chevalier-aigle ou le chevalier-jaguar, sont le reflet ou niveau de l'homme, du drame cosmique. Le Serpent à plumes est l'étoile du berger, l'aigle symbolise le soleil et le jaguar la nuit. Mois l'histoire ancienne du Mexique montre de troublantes correspondances entre les mythes et les événements. L' aigle qui figure er.core sur le drapeau national mexicain, et qui dévore un serpent, pourrait bien symboliser la victoire des derniers conquérants (avant les Espognols), les Aztèques (guerriers solaires), Sur les p.opulations Otomies, qui vivaient d'agriculture. Le serpent - comme c'éta it aussi le cas en Crète - représente la terre . On distinguait le serpent de feu (Xiuhcootl) et le serpent à plumes (QuetzalcoatD, le premier symbolise la chaleur torride, la sécheresse du sol et la disette, le second, au contraire, poré des plumes, vertes comme la végétation, de l'oiseou quetzal, est symbole de la fécondité de la terre et, par extension, de la civilisation en général . QU'ENTENDAIENT par « civilisation " les anciens Mexicains ? Eux aussi les populations les pl us évoluées, les plus artistes justement, les Toltèques, les adora teurs du Serpent à plumes, ceux dont la capitole avait été Tula, jusqu'ou X IIIe siècle, eux aussi avaient, comme les anciens Grecs et comme les Européens et les Nord-Américains d'aujour.d'hui, une notion im plicite de la civilisation, puisqu 'ils qualifiaient certa'ins de leurs voisi ns de « barbares » (r h i" hi".,orn l Hélos, l'histoire, équipés e ardeur cc ques, et vaste em quête esç ment aztÈ quérir ou de des p on lit au de l'expo! de Mexicc que, ou e ques étaie iations, d moins, 101 1\i ~~ exp de ses pièc C'est un du même rieur à la cffert. Le! en intérêt Musée d'A core celle cadre plus tier. On n. Musée Ne Mais pour tion du Pe se sent gL des cortes Mayas aux multiples sation olmÈ Il est tOl ve rs, dons tion particu est une des la sculpture ter un port de peindre daille, dénc de notre ont sculpté masques de vide, ouvert de l'au-delà ces visages, le paradis terre cuite, tuelle de la l' habitude nom de l'on Entre la passer les sa plénitude figurines tOtl environ de 'ies, qui ont la spiendeui des siècles parable aux trême-Orient En tout sa us les cou l'intérieur leurs, d'Euro Occident calypse, e'es niole hisP'l!" Mexique XX· s iècle, Christophe l' ft ........... vivantes t~)) r/ tchécoslovaques sont racisme, non seulement sont accueillis chez tout apprendre, lire la famille est morte à oublier, afin d'en éviter le pourquoi nous considérons et les Ténèbres li, non un beau film, mais aussi utile à l'homme. Sougrand succès en France, monde entier. secréaupale souveni,. des camps de lDe,auI1e- la-Rola nde, créés il y et appelé à une a ction vitoutes les fcwmes du racisd'une antique civilisation Le " rire totonaque " (statuette en terre cuite) l'homme. Michel Ange et plus tord Rodin, comme avant eux Scopos, n'ont pas, en substituant le mouvement et le tourment à la sérénité du hanchement, remis en couse l'essentiel

l'homme, mesure de toutes choses.

L'ART ancien du Mexique exige d'abord de nous un dépaysement complet. Comme l'art de l'Inde orientale, il exprime des rapports différents des nôtres entre l'homme et le monde, le cosmos, mois aussi les animaux et les plantes. D'où les vases tripodes, qui tiennent de la courge, du serpent et de l'oi seau, pour se révéler tinalement un homme. Si l'européen est en quelque sorte' un homme isolé qui domine le monde, moi s en est absent, l'ancien mexicain était dons une situation d'échange constant avec le monde. Les vieilles civilisations agraires de l'Amérique Centrale dépendaient étroitement des vents, des pluies, du moïs, de l'agave - le maguey, qui servait à fabriquer des cordages et des boi ssons enivrantes. Aussi les statues colossales en porphyre ou en basalte et les statuettes en terre cuite, sont-elles fréquemment des représentations sacrées du vent, de la pluie, du moïs, etc. .. Sans doute les Grecs et les Romains, nos oncêtres spirituels, a vaient-ils également des d ivinités spécialisées, mOIS leur représentation plastique était plus humanisée, ou sens strict de la forme humaine. Dons l'art mexicain, ou contraire, l'homme lui-même, le prêtre ou le guerrier, dépasse so forme humaine, il est sacralisé et totémisé, d' oCI les étronges coiffures, sous lesquelles 10 rête et même le corps entier du personnoge disporaissent. Choque ottribut en plume ou en popier a un sens symbolique précis ; il ne fout voir là aucun goût maniaque de l'ornementation baroque. La fantaisie n'a pas présidé à ces débouches apparentes de la sculpture ou du pastillage ; c'est la foi, enfermée dons un rituel rigoureux, qui les a inspirées. Le dieu-serpent emplumé, le chevalier-aigle ou le chevalier-jaguar, sont le reflet ou niveau de l'homme, du drame cosmique. Le Serpent à plumes est l'étoile du berger, l'aigle symbolise le soleil et le joguor la nuit. Mais l'histoire ancienne du Mexique montre de troublantes correspondances entre les mythes et les événements. L'aigle qui figure encore sur le drapeau national mexicain, et qui dévore un serpent, pourrait bien symboliser la victoire des derniers conquéronts (avant les Espognals), les Aztèques (guerriers solaires), sur les populations Otamies, qui vivaient d'agriculture. Le serpent - comme c'était aussi le cos en Crète - représente la terre. On distinguait le serpent de feu (Xiuhcooti) et le serpent à plumes (Quetzalcoatll, le premier symbolise la chaleur torride, la sécheresse du sol et la disette, le second, ou contraire, poré des plumes, vertes comme la végétation, de l'oiseau quetzal, est symbole de la fécondité de la terre et, par extension, de la civilisation en général. QU'ENTENDAIENT par « civilisation » les anciens Mexicains ? Eux aussi les populations les plus évoluées, les plus artistes justement, les Toltèques, les adorateurs du Serpent à plumes, ceux dont la capitole avait été Tula, jusqu'ou XIII" siècle, eux aussi avaient, comme les anciens Grecs et comme les Européens et les Nord-Américains d'aujour.d'hui, une notion implicite de la civilisation, puisqu' ils qualifiaient certa'ins de leurs voisins de « barbares » Cchichimeca). Hélas, comme il arrive trop souvent dons l'histoire, ces barbares Chichimèques étaient équipés d'une idéologie impérialiste et d'une ardeur combative plus gronde que les Toltèques, et ils allaient se rendre maître du plus vaste empire mexicain antérieur à la conquête espognale. C'est un empire politiquement aztèque, que Fernand Cortès allait conquérir ou début du XVI" siècle, grâce à l'aide des populations opprimées. Aussi, quand on lit ou pied d'une statue ou sous un masque de l'exposition : « art aztèque de la Vallée de Mexico ", fout-il comprendre: « art aztèque, ou du mexique aztéquifié ". Les Aztèques étaient, par rapport aux anciennes popuiatians, dons la situation des barbares romains, lorsqu'ris conquirent la Grèce. IL est malheureusement impossible d'envisager un véritable compte rendu d'une exposition aussi riche par le nombre de ses pièces, leur qualité et leur présentation. C'est un véritable tableau artistique - et du même coup, humain - du Mexique antérieur à la conquête espagnole, qui nous est cffert. Les collections réunies ici, dépassent en intérêt l'exposition qui a vait eu lieu· ou Musée d'Art Moderne, en 1952, et plus encore celle - pourtant remarquable, dons un cadre plus modeste - de la Galerie Charpent ier. On ne peut vraiment la comparer qu'ou Musée National d'Archéologie de Mexico. Mois pour une première rencontre, l'exposition du Petit Polais l'emporte, cor le visiteur se sent guidé par l'admiration, soutenu par des cortes et des expl ications, conduit des Moyas aux Aztèques, après avoir traversé les multiples splendeurs zapotèques et la stylisation olmèque. Il est toutefois un aspect de cet art, si diVers, dans son unité, qui mérite notre attention particulière, ses visages. L'art du portrait est une des gloires de la peinture et même de la sculpture en Europe. Le seul fait de sculpter un portrait, de Socrate à Clémenceau, ou de peindre un visage ou de le graver en médaille, dénonce l'individualisation de l'art et de notre civil isation. Les anciens mexicains ont sculpté des visages anonymes, tels ce$ masques de jade au sourire figé, ou regard vide, ouvert comme une fenêtre sur le néant de l'au-delà. Le rire éponoui, lorsqu'il anime ces visages, est celui des bienheureux dons le paradis de )0 pluie, de ces statuettes en terre cuite, les bras levés, de la région actuelle de la Vera Cruz; c'est ce qu'on a pris l'habitude d'appeler « le rire totonaque ", du nom de l'ancienne population de ce pays . Entre la grosse tête o!mèque qui regarde passer les autobus parisiens, impassib!e dans sa plénitude artistique et le sourire béat des figurines totonaques, se situent quinze siècles environ de civilisations voisines ou successives, qui ont rivalisé dons la perfection, dont la splendeur artistique est restée inconnue, des siècles durant, et qui pourtant est comparable aux plus belles productions de l'Extrême- Orient. En tout cos, ces civilisations sont mortes sous les coups des envahisseurs barbares, de l'intérieur en premier lieu, puis venus d'ailleurs, d'Europe . Si la splendeur de l'ExtrêmeOccident s'est abîmée dons une sorte d'apocalypse, c'est parce que la conquête coloniale hisPOflo-portugaise a réussi, sinon le Mexique serait resté probablement jusqu'ou XX" siècle, une outre Chine, la Chine que Christophe Colomb avait déjà cherchée à l'Ouest. 7 ------ LE POIDS DE CE QUI SEPARE Le livre d'Albert Memmi qui vient de paraître : « Portrait d'un Juif )) (Editions Gallimard) et qui a été présenté récemment à la Télévision, n'a pas fini de soulever les polémiques. Parce que nous savons Albert Memmi sincère parlant de' son propre cas, parce que nous admirons son talent de romancier, parce lue nous avons apprécié nagUère son « Portrait du colonisé » et « Portrait du colonisateur », nous considérons qu'un tel livre mérite d'être examiné et discuté, même si ses thèses sont contestables. Ne seraitce que parce qu'il pose aux antiracistes plusieurs problèmes fondamentaux en rapport avec leur action. C'est pourquoi nous avons pensé nécessaire d'ouvrir à ce sujet, dans nos colonnes, un débat qui se poursuivra dans nos prochains numéros. Noùs sommes heureux de publier en premier lieu le point de vue qu'exprime ci-dessous, librement, le grand écrivain Roger Ikor. J E confesse tout de suite mon embarras. Le problème soulevé pal- Memmi me brüle intimem{!nt, comme homme. comme militant antiraciste (1), comme auteur des EatU' Mêlées. En fait, il y a des années que je médite un oUyl-~ge proche de .celui de Memmi. Comment donc pourraI s-Je en quelques hgnes exposer J'essentiel de ma pensée ? D'autre part, l'auteur d'Agar et de la Stat1le de Sel force l'admiration pa~ son ~alent; l:estime par son courage. le respect par son mtranslgeance mtellectuelle. Je voudrais ménager la sensibilité de cet écorché vif. Mais le moyen quand ses conclusions révoltent tout mon être ? ' A la vérité, plu~ôt que ces. conclusions elles-mêmes. qui, p~r leu~ surface ratIonnelle, laI ssent ~u~lque place à l'espoir, c est leur penchant secret et comme VI sceral que je condamne. Tout se passe comme si 1femmi le rationaliste fléchi ssait sous le poids de sa douleur et consentait à l'éterniser : tel est le procès fondamental que je lui ferai. De quoi s'a~it-il donc, pour l'essentiel ? La place me manque pour les nuances : on excusera ma brutalité. Il s'agit de savoir si, oui ou non, l'antisémitisme est immortel. par Roger 'KOR PRIX GONCOURT Il Y a bien des manières de l'imlllortaliser. La moins efficace est celle de Maurras. qui prétend rai sonner. La plus efficace : celle d'André Schwartz-Bart, qui, campant le juif comme un « juste », autori se par là-même le non-juif à en faire un bouc émissaire. A mi-chemin, avec les meilleures intentions du monde. François ill auriac quand il écrit. dans sa préface aux Pages 1 sra élie1l11es : « La jeune fille israélite oui nOlis sonrit de siècle CI! s iècle HallS tend ce Petit enfant f uif qlli sera çrucifié f usqu'à 'la fin dn m01lde ». Memmi me paraît se situer à la même hauteur exactement : comme ~fauriac . il hait l'anti sémiti sme : mais comme Mauriac. son affectivité l'a co.nvaincu que J'anti sémitisme est éternel. L'ERREUR fondamentale. c'e~t de poser en termes philosophiques un problème social (2). Pas par basat-d que Memmi ne croit g-uèl-e à l'hi stoire ; pas par hasard qu' il prend Sartre pour maître. Sartre qui s'est trompé tout au long- de sa vie avec une régularité de métronome, qui s'est trompé en particulier, par g-énérosité d'ailleurs, dans les Réflexions Stty la question f uh'e où il n'apercevait qu'un volet du nyptique. Dès qu'on pose le juif dans J'absolu, on est engagé sur la yoie qui mène à l'anti sémitisme et au r aci sme. Je demande de méditer une yérité profonde : la question j uive n'existe pas. Ceux qui la posent sont donc sùrs de ne pas lui trouver de solution. Ici encore, je parle schémati quement. Il y a trois sortes de j uifs : le j uif de reli g-ion. le juif de nation, et le reste. Les deux premières catégories justifient de manière raisonnable. donc acceptable, leur appartenance à la « judéité » : leur position. parfaitement saine. ne diffère en rien de celle des autres hommes. Pas de « question juive » pour ces juifs-là. Pour la dernière catég-orie. celle dont l\1emmi rel h e (et moi aussi) , il ne devrait logiquement pas y avoir d'autres questions que celles posées par les préjugés extérieurs : puisque rien ne justifie la « judéité ». la « judéité» est injustifiable. Un juif qui ne relève ni de la religion, ni de la nation juives n'e~t pas un juif, il n'est qu'un homme d'ori~ ne juive : voilà ce que déclare la froide raison. En fait, l'homme n'est pas que raison, et le juif se proclame illogiquement juif. Voici donc intervenir toute l'affectivité, de la plus lé~itime à la plus illégitime. Est légitime, par exemple. le refus de se déshonorer dans sa personne en reniant ses origines. Est illégitime toute tentati"e de' justifier par la raison individuelle ce qui obéit à la seule sentimentalité et qui plus est à la sentimentalité collective. Et non seul~ment c'est illégitime. mais c'est redoutable : car cela condamne au raci sme. NOUS nous trouvons en effet ici au point exact d'insertion du racisme sur l'individu : quand Findividu s'attache à relever d'une collectivité sans autre raison que ses origines familiales - que son sang. Le racisme. c'est essentiellement la ségrégation : ou plutôt la justification d'une ségrégation. Je sépare un chiot blanc de ses frères vaguement grIs. ie lui fais couvl'ir une chienne blanche, et ainsi de suite : j'obtiens une rare hlanche par sé~régation , et le racisme naît du jour où le chien blanc fait la fine bouche deyant les chiennes grises, et l'inverse. Le grand reproche Que j 'adresserai à Memmi, c'est de continuer à se complaire à CP qui sépare : de n'avoir pas vu que sa complaisance est d'ordre raciste. dans la mesure exacte où il es~aie de la iustifier. Seul. le g-oüt de l'hi stoire peut l'arracher à 1'1. tentation de l'absolu, née très évidemment d'l1ne trop complète acceptation du présent - ce présent qui sépare. ( r) J'apparti ens à la L.I.C.A .. mais qu'importe. (2) Commen~ Memmi ne YOi t-51 p~s qu'jl ;' a c~ll1tTac1 j ctiot; entre faire du Juif un cas partI culIer d.e. 1 oppr}me. ce .(l UI est juste. et le m~intenir d~\Il~ u.ne comht lOl1 speCIale 111eme quand il cesse d'etre oppl'lme ? 8 LA VIE DU M. R. A. P. APRES LA JOURNEE NATIONALE A la liste des personnolités qui se sont associées à la Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la poix, publiée dans notre dernier numéro, il convient d'ajouter les noms de MM. Charles DUTHEIL, député-maire de Milhau, et Jean COTEREAU, secrétaire générai de la Libre Pensée Française, dont les messages nous sont parvenus après la sortie du journal. M. Jean Catereau tient à nous rappeler « l'intérêt qu'il a toujours porté à notre Mouvement » et nous exprime son désir d'être tenu ou courant, bien qu'absent de France, de tcutes nos activités.

D'outre part, nous avons omis de citer parmi les personnalités présentes les écrivains Gilbert GRATIANT et Léonard SAINVILLE, que nous prions de bien vouloir nous excuser. Nous présentons également nos excuses à M' Simone PENAUDANGELELLI et à Mme Denise DECOURDEMANCHE, dont les noms ont é té déformés. Bon voyage D'où vient O UE le M.R.A.P. existe, qu'il riposte avec vigueur aux racistes, qu' il multiplie les initiatives et les succès, qu'il étende systématiquement sa pénétration dans les milieux les plus di- PAR Julien AUBART Trésorier du M.R.A.P. vers - cela parait si nécessaire et si normal à nos amis les plus proches comme à d'innombrables républicains de ce pays, que beaucoup, appmuvant notre ac- Le nouveau Bureau National de notre Mouvement Elu à l' issue de la Journ ée llÎationale, le 25 mars, à l' U.N.E.S.C.O., le nouveau, COll seil Salional du M.R.A .P. a tenn sa première "éunion le 6 avril, au siège titi liT O/l'l:elllent, sous la présidellce de Pierre Parat. A son ordre du jonr figltraient notam1llent les points snivants : bilan e-t conclusions de la J01trnée Nationale (rapporteur, Charles Palaut) ; les accords d'Evian et les rapports hU1I1ains en Algérie (ra pporteur, M' Marcel M anville) . G-n plan d'action a été élaboré . et une résolution adoptée, dOllt /lOUS av olls publié le texte dans notre numéro d'avril. E nfin. le COll seil .Yational a désigné le B1treau National, qui est aussitôt entré CI; fO llctioJl. En voici la composition : Pierre PARAF, président du M.R. AP. Charles PALANT, ,secrétaire générai du M.R.AP. Mo ANNICHIARICO. Simon ARBITOURER. Julien AU BART, trésorier du M.R. AP. B. BLATMAN. Julien BELSIE. Marie-Eve BENHAIEM. Adolphe BERNO. Marc-André BLOCH. Sonia BIANCHI. Nicole de BOISANGER. Albert BOROWSKI. Alexandre CHIL. André CITRINOT. Joseph CREITZ. Me Armand DYMENSTAJN. T. EDOUARD. Raph FEIGELSON. l e Club Amitié, qu i réunit à Par is ies jeunes antiracistes, poursu it de mois en mois ses intéressantes activités. Voici son programme du mois en cours : Henri GOLDBERG. Charles HUTMAN. Maurice IMERGLIK. Marie-Louise KAHN. Henri KRZIWKOSKI. Félix LEROY. Albert LEVY. Me Marcel MANVILLE. Roger MARIA. Roger NYS. Marcelle NYS. Charles OVEZAREK. H. PHILIP. M. PHILIP. Me PLACIDI-MONNET. Félix POLONSKY. Jean-Jacques RECHT. Léonard SAINVILLE. Me Je.tln SCHAPIRA. Nico SCIAKI. Hugues STEINER. S. WASSERMAN. G. WEISBERG. Les réunions du Club Amitié ont lieu choque mercredi, à 21 heures, au 52, Boulevard Voltaire (Métro : Oberkampf). , a l'heureux gagnant! Photo Elie Kagan l'argent ~ • tion, omettent de s'interroger sur les difficultés que nous rencontrons. Il faut pourtant qu'on sache ce que représentent d'efforts, de problèmes, cie sacrifices parfois, aussi bien une éclatante manifestation comme la récente Journée Nationale, que la publication régulière cie ce joumal, ou encore la vie quotidienne d'un . Mouvement toujours sur la brèche, toujours vigilant, auquel il n'est jamais fait appel en vain. A la faiblesse des moyens matériels dont nous disposons, se mesure le dévouelllent de tous ceux, · militants connus ou amis anonymes, qui font la force du M.R.A.P . Avec un personnel minimum, une recherche constante de l'éco .. nomie la plus stricte, notre Mouvement réali se un miracle permanent, qui fait l'admiration de quiconque se penche sur le détail de ses activités. Mais le dévouement ne suffit pas toujours : quel crève-coeur de voir si souvent - alors que tant de possibilités s'offrent à nous - les résultats limités par des défaillances financières, au moment même où le racisme utilise, pour empoisonner les esprits, d'incommensurables ressources ! C'est le devoir ingrat, mais indispensable, du trésorier que de le dire : amis qui lisez ce journal, qui vous félicitez de l'action poursuivie par le M.R.A.P., vous êtes-vous demandé : d'où vient l'argent ? Cette question qui, dans cer~ tains cas peut être embarrassante, nous la considérons, nous, comme salutaire. Car, se la poser. pour un antiraciste, c'est le point de départ d'une réflexion oui ne peut aboutir qu'à une meilleure compréhension de nos problèmes ; et la conclusion d'une telle réflexion ne peut être que la volonté de .faire plus soimême et autour de soi, pour que le Fonds national de l1~tte antiraciste permette de faire face aux besoins. Car les besoins sont immenses : te raci sl11e, l'antisémitisme sont une réalité insidieuse ou brutale qu'il faut combattre chaque jour si nous voulons emp'~cher que le fléau ne prenne des proporti ons ,plus g-raves encore. Les affiches, les tracts. lès meetings, les conférences, les manifestations de toutes sortes, cela se paie. cela se chiffre - et nous devons bien en tenir compte. Nous ne pouvons que nous adresser à YOUS, amis lecteurs. à nos adhérents, à tous les gens de coeur et de raison. car c'est cr eux . c '.~ st de YOUS que yient l'ar./ g-ent. Très prochainement nos Bons de Soutien annuels yont vous parvenir. Le tirage auquel ils clonnent droit permettra la di stribution de lots beaucoup plus impOl ·tants et nombreux que les années précédentes. Nous attendons de cette camp~~ ne . complétant notre souscription permanente. les fonds nécessaires pour la vie et l"action du M.R.A.P. dans les prochains mois. Aidez-nous ! Aclressez-nous au iourd'hui même votre contI'ibution au Fonds National ! Réglez les Bons de Soutien aussitôt reçus ! Placez-en autour de vous ! Pensez oue grâce à vous. à votre gestc. Cluel nu'il soit. la sécmité de tous. la fraternité. la paix. seront un neu moins précaires. la IUl1l ière de la yérité un peu plus rayonna nte. C'est M. FLAJSZAKIER, demeu- ~ ra nt 28, rue Garibaldi, à Montreuil, ~ qui a gagné, l'an dernier, le voy a- ;. ge en Israël, avec le Bon dc Sou- ~ tien numéro 118.399. Il est un ami ~ de longue date de notre Mouve- ~ ment, et sa femme, Mme Flajsza- ~ kier, milite activement au comité du M.R.A.P. de Montreuil. Il est parti tout récemment, le 8 mai. On le voit ici à la gare de Lyon, où l'avaient accompagné des amis de Montreuil, ainsi que Julien AUBART, trésorier du M.R.A.P., et Sonia BIANCHI, administratrice de « Droit et Liberté ». i ~ (Sur notre photo, de gauche à droite : Sonia. Bianchi, Julien Aubart. M. Fla:jszakier et sa fille, Mme ~ f Orenbuch, militante de Montreuil). i 1"""~'\,;",~",~",,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,~,,,,,,,,,,,,,~ NAISSANCES Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance de la petite Hélène, rüle de notre ami M. KERHERVE, président du c omité du M.R.A.P. ùe Lille. Que M. et Mme Kerhervé trouvent ici nos félicitations · et nos voeux les plus cordiaux.

NOS DEUILS C'est avec émotion que nous avons appris le décès de notre ami Pierre LAROCHE, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P. Président de l'Associa tion des auteurs de films, Pierre Laroche avait écrit les scén:::.rios d'une cinquantaine de films . Il avait également été critique cinématographique dans plusieurs journaux. Cet homme de talent, débordant de verve, était aussi un homme de coeur, qui s'associait à chaque occasion r.ux campagnes menées par notre Mouvement. Nous présentons à son épouse, Mme Jacqueline AUdry, nos sincères condoléances.

Jean AMROUCHE, qui vient de mourir à la suite d'une longue maladie. ét"tit un écrivain et journaliste de grand talent. Kabyle et catholique, il consacra sa vie, sr.ns rien rer.!er de lui-même, à la compréhension, à l'amitié entre l'Algérie, son pays natal. et la France dont il aimait et illustrait la culture. Jean Amrauche avait à diverses reprises apporté 30n concours li. des conférences. manifestations ou meetings organisés par notre Mouvement.

Nous avons appris le décès de M. Henri KALVARISKI, trésorier de la Société « Varsovie-Ochota ». Nous exprimons à sa femme et à son fils nos affectueuses condoléances .

DISTINCTIONS M. Jacob KAPLAN, grand Rabbin de France a été récemment pr0mu commandeur de la Légion d·Honneur. Nous le prions de trouver ici l'expression de nos vives et respectueuses félicitations. Mercr~di 2 mai : « Le birth-control », conférence de Dr Desuselade ; mercred i 9 mai : une sélection de films sur l'Agérie, commentés par Mme Reberioux, du Comité Maurice Audin ; mer;:redi 16 mai : participation à la soirée du M.R.A.P. au « Floride » (projection de « L' Enclos », d'Armand Gatti) ; mercredi 23 mai : le rapprochement franco-africain, conférence de M. Georges Fischer, maître de recherches at.; C.N.R.S. ; mercredi 30 mai : l'homme et la poésie, conférence de Claude Paris. Pour le FONDS NATIONAL de lutte antiraciste· Mercredi 6 juin : SOiree au Théâtre Montparnasse : « La Charrue (Il les Etoile~ », de Sean 0' Casey (billets à tarif rédui t). M. Adresse . souscrit la somme de ..... _ . ............... . . . ...... . ..... pour soutenir l'action du M.R.AP. Les versements peuvent ê~' re effectués ou M.R.AP. ou à « Droit et Liberté» (C.c.P. 6070-98), 30, rue des Jeûneurs, PASI (2e ) 9 DANS LES COMITÉS Large contre le • union • racisme NOTRE comité toulousain, toujours très actif, a largement participé à la Journée Nationale. Son secrétaire, M. Guedj nous fait part de la satisfaction de la délégation toulousaine après la réussite complète de la. « Journée ». des Etudiant Antillais, un étudiant a fait également un exposé sur la situation actuelle aux Antilles et sur les problèmes raciaux spécifiques à ces pays. rondissement aura lieu LE MARDI 12 JUIN A 20 H. 30, au Studio Obligado, 42, avenue de la Grande Armée (Métro: Argentine). Hommage aux Combattants du Ghetto Au programme, le très beau film de Konrad Wolf, « ETOILES )). 1( Nous avons seulement regretté, nous écrit-il, de n'avoir eu aucun contact avec les autres délégués de province. Serait-il possible, l'an prochain, d'organiser une réunion le samedi après-midi où les délégués provinCiaux confronteraient leurs problèmes et les modalités de leur action ? » POUR LA JOURNEE NATIONALE DU 25 MARS : le comité toulousain avait reçu l'appui des Jeunesses et étudiants socialistes, de l'Union des Femmes Françaises, du Parti Communiste Français et de son secrétaire fédéral, M. LIante, ancien député ; de l'Association Départementale des Déportés du Travail, dont le congrès avait voté à l'unanimité une motion mandatant son comité directeur pour participer aux côtés du M.R.A.P. « à toute action ayant pour but la sauvegarde des libertés et de la lutte pour la paix sur tous les plans », du président de cette association, M. Estrade ; de l'Association des Combattants Prisonniers de Guerre et de son président M. Panouze ; du Comité de Défense de l'Homme, groupant de numbreux universitaires

de M. Gorse, secrétaire de la

Fédération de l'Education Nationale ; de la C.G.T. ; de nombreuses personnalités universitaires et particulièrement du Doyen Faucher ; de M. Hyon, adjoint au maire S.F.I.O., ancien conseiller général ; du Parti Socialiste Unifié et de M. Montariol, membre du C.N.P. du P.S.U., secrétaire de la fédération de la Haute-Garonne, etc ... Sous la présidence de l'écriva1n Michel LEIRIS, M' Jean SCHAPIRA, membre du Bureau National du M.R.A.P .. fera un exposé sur les aspects actuels de l'action antiraciste. de Varsovie Une soirée commémorative de l'insurrection du Ghetto de Varsovie aura lieu à Clermont-Ferrand, LE MERCREDI 30 MAI, au cinéma « L'Essai », rue Torillon. avec la participation de notre rédacteur en chef, Albert LEVY, membre du BureaH National. Ajoutons un bref bilan de l'activité du comité, au cours des dernières semaines. LE 10 AVRIL, salle du Sénéchal, à Toulouse

colloque sur le racisme, avec la

participation d'un public attentif et chaleureux, où l'on notait la présence de nombreux étudiants africains, nord-africains et antillais qui participèrent largement à la discussion. Les deux grands thèmes de la réunion furent traités par Mlle Trempé, professeur à l'Ecole Normale d'Apprentissage, qUI parla du racisme et du fascisme, et par M. Viers, professeur de géographie à la Faculté des Lettres de Toulouse qui parla des rapports entre le racisme et la décolonisation. Belle soirée inaugurale l E jeune et dynamique comité du M.R. A.P. de Mantes a organisé, le 10 avril, une réunion publique à la Bourse du Travail. M. OGE, qui présidait, ouvrit la SOiree par une brève allocution, soulignant l'importance de l'action de notre Mouvement pour la défense de la dignité humaine. Puis, après la projection d'un court métrage sur lc nazisme, « Souviens-toi )), iI donna la parole à notre secrétaire général, Charles PALANT, venu de Paris avec notre trésorier, Julien AUBART. Projection du film « La dernière étape ». Les éducateurs Mlle Trempé démontra clairement que le devant le racisme fascisme, même s'il a d'autres causes, prend toujours appui sur le racisme. Analysant le livre de Bardêche sur le néo-fascisme elle prouva que le néo-fascisme, officiellement, intègre théoriquement le racisme dans sa doctrine. Quant à la renaissance du fascisme en Algérie (l'O.A.S.), elle s'appuie ouvertement sur le racisme inhérent au colonialisme. LE 19 MAI, salle du Sénéchal, commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie, sous les auspices du M.R.A.P., avec la participation des organisations de la Résistance et des syndicats. Charles Palant, après un compte rendu détaillé de la Journée Nationale, invita la nombreuse assistance à soutenir activement notre Mouvement, pour qu'il développe son influence dans la région. Le comité du M.R.A.P. de Rouen organise le VENDREDI 25 MAI, une conférence- débat avec la participation de M. Marc-André BLOCn; professeur à la Faculté des Lettres de Caen, membre du Bureau National du M.R.A.P., sur lc thème: les enseignants ct éducateurs dcvant le racisme, La soirée se termina par le film d'Alain Resnais, « Nuit et Brouillard )), qui laissa les participants profondément émus. De nombreuses adhésions ont été enregistrées.

M. Viers insista particulièrement sur ce point, dans un exposé brillant, précis et documenté. Il montra surtout les rapports entre le racisme et la décolonisation, avec tout ce que ce dernier phénomène de notre temps contient de néo-colonialisme. C'est sur ce sujet que s'engagea le débat, présidé par M. Gorse, secrétaire départemental de la Fédération de l'Education Nationale. Délégué .par l'Association Le film « Etoiles» dans le 16- Le Bureau du comité mantais du M.R. A.P. a été constitué comme suit : président

M. OGE ; vice-présidents : MM.

Charles BRIANDET et le Dr BONNEYRAT; secretaire: Mmc Marcelle NYS. Cette soirée aura lieu à 20 h. 30, dans la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville. Une soirée -cinématographique, organisée par le comité du M.R.A.P. du 16' ar- Antisémitisme au goût (Suite de la première page) peut plus être antisémite aujourd'hui comme on l'était avant la guerre». Bien sûr, il y a eu les camps, les massacres systématiques, l'effort monstrueux d'anéantissement de toute une fraction de l'humanité, le zèle destructif d'Eichmann et de ses émules. Des larmes et du song, la douleur et l'horreur qui survivent â l'action du temps. C'est donc sur d'outres points qu'il fout parter l'effort en les choisissant sensibles pour la mentalité générale des Fronçais. Et très particulièrement deux : l'esprit national qui deviendra ici nationalisme étroit, le goût de l'égalité qui sera mué en démagogie pure et simple. Travail bien conçu, mois fort médiocrement exécuité; cor il nécessiterait de nombreuses et sûres référerences historiques et il faudrait donc commencer par apprendre l'histoire_ On se contente de la dénaturer, pour la mieux exploiter. S"L s'agissait de dénoncer l'emprise sur l'appareil politique de l'Etat, des grand monopoles, industriels ou bancaires, d'ailleurs étroitement unis, il n'y aurait rien à dire, et ce ne serait pas là une découverte, mois la constatation d'un fait avéré, et devenu quasi banal à- force d'être constaté. Mois comme le note Aspects de la F~ance (nouvelle mouture de l'an cienne « Action Françoise », le sigle A.F. restant le même) cc d'être banquier... ne me paraît pas ... constituer forcément pour un chef de gouvernement un préjugé défavorable» (numéro du 19 avril 1962). Par contre, si le banquier est juif, c'est un crime impardonnable. Et de reprendre le vieille histoire de la bataille de Waterloo, qui aurait été à. la source de la fortune rothschildienne, et qui traîne partout de Jean Drault en Drumont et outres antisémites patentés. Si sérieuse que Jean Bouvier, dons son remarquable livre sur les Rothschild n'y fait même pas allusion . Au reste, qui reproche jamais à Necker, ancien commis du banquier Thélusson l'origine de sa fortune : « un heureux coup de bourse sur les consolidés anglais G la veille du traité de 1763 » (Mathiez : La Révolution française) ? cor il n'était que Génevois et protestant. Il n'importe : Waterloo, défaite française, est une victoire de Rothschild . Et comme, quinze jours après Sedan, le lamentable Jules Favre eut avec Bismarck une entrevue au château de Rotchschild à Ferriè res, voici que Sedan devient aussi une victoire de Rothschild, nonobstant le décalage des dotes. Vous croyez que j'exagère ? Prenez Fraternité française (numéro du 20 avril 1962) et vous y 1 irez ce titre : « Les victoires des Rothschild passent par Waterloo, Sedan, Evian » (ces trois noms en lettres rouges, pour mieux frapper le lecteur). Qu'il y oit eu, dès que la bourgeoisie fut assez forte pour organiser son armature financière, des « banquiers dans la cité» comme dit l'outre, qui donc le nierait, et que cela oit été très vite néfaste pour les intérêts natio -naux, nous n'avens jamais cessé de le croire et de le dire, et de le combattre. Mois la troupe des banquiers génévois qui joua un rôle important sous la Révolution était-elle juive ? Mois Perregeaux, un des fondateurs de la Banque de Fronce, dont la fille épousa le maréchal Marmont, et chez qui, rue de Paradis, fut signée en 1814, la capitulation de Paris, était Suisse, lui aus- . :~ .. PurisifmfJ 1 COMME CHAQUE ANNEÊ\lOUS PARTICIPEREZ ,tU CORTÈGE TRADITIONNEL :... .. C'e" le Cortèg~ Tr.ditionnel q~i Il ouvert iTOUS 1. (h~min des statues de.' Je$nne d'Arc qu'il ffevrlt depl/\$ i 1909 do -$es gerbes et de ses çOvrOnlle5. C'est de luI qu/~ '1 sortie la F. ETE NATIONALE de JJEANNE D'ARC, C'8$t lui qui "a maintenv ... JEUNESSE DES ECOLES: -Rues Sain{,.Florentin, du numéro 2 ~\I numéro 12. j ASSOCIATIONS DIVERSES: 1! " Devant le numéro 1 d'; 1" rue Saint.florentÏn,

. ,:~,:-:::: ~.

DAMES ROYAUSTES, JEUNES FIL~S ROYAliSTES; -- Rue Riehepanse (côté de.s numéros hnpaÎl'5) de la rue Saint-Honoré av boulevard de la MalekiM. ASSOCIATION MARIUS PLATEAU: (Andens Combllltants, Prisonniers et DépOlt6.I:I'Ac. lion Française); devant)e.s numéros 3, St ., et 9 d. la rue Saiot..florentin. -Nés amis $Ont. invité, 'à port.r leur décorations très apparentes. - 11 LA RriSTAURATION NATIONALE: '] Du numéro 9 ail numéro l7 de la Ne Saf"~orentin. l it est recommandé ~" -"C\IC!:r I~s lieux de ~t$" r- ~~unta"t ! --. ,ou la rue JO " Dans son numéro au 10 mai, la feuille raciste et antisémite de Xavier Vallat, Aspects de la France, qui ne cache pas sa sympathie pour l'O.A.S" appelait à une manifestation pour le dimanche 13, devant la statue de Jeanne d'Arc. Et elle annonçait triomphalement que le cortège antirépublicain, organisé par les complices des tueurs, se déroulerait EN ACCORD AVEC LA POLICE MUNICIPALE ... Celle-ci a moins d'égaras pour les antifascistes. si et non juif. Mais Laffitte, qu'on nous présente comme si benoit et paterne (la « banque de papa », dit subtilement M. Georges Gaudy dons Aspects de la France, numéro du 26 avril 1962) était -i l juif? Il fut pourtant ministre. Si, par la suite on voit moins de banquiers à la direction apparente de l'Etat, c'est qu'il était prudent pour les gouvernements, devant la montée des idées démocratiques et social istes, de precéder autrement, par personnes interposées. Ainsi fit le second Empire, ainsi du Participation aux frais: 2 NF. Etudiants: 1 NF. J• our procédèrent les républiques bourgeoises. Mais à qui fera- t-an croire que les politiciens utilisés ne Sûbissaient pas l'influence des milieux d'affaires et, dans la p,upart des cas, ne s'y pliaient pas docilement? Si, dans la conjoncture actuelle, ces choses sont devenues plus apparentes c'est que le pouvoir gaulliste, pouvoir des monopol~ s, écarte, de par le développement mème des choses et renforcé la mégalomanie de son chef, les faux-s~mblants. Il voit, dans un cynisme tranquille, une des formes de sa puissance. Dire cela, c'est prendre une position démocratique. Ramener l'analyse de la situation au cas des banquiers juifs, et très particulièrement de Rothschild, c '2st pra.tiquer la plus basse démagogie. C'est reprendre la politique antisémite des souverains du moyen-âge; qui ameutaient le bon peuple contre les juifs, et en profitaient pour ravir leurs biens; c'est utiliser, â nouveau, les déclarations nazies, promettant l'âge d'or aux masses laborieuses, quand la « juiverie » aurait été spo- 1 iée d'abord, détruite ensuite. C'EST surtout, et cela va beaucoup plus loin, poser comme un axiome à priori, cette idée que dons un pays donné et dons un temps donné, il y a deux catégories de gens: les juifs et les autres. Il y a - dons le cos envisagé - les banquiers juifs et les outres (qu'on se garde bien d'attaquer), comme li yoles intellectuels juifs et les outres, les médecins juifs et les outres, etc. C'est accréditer auprès des aigris et des jobards.- cette viei Ile idée, dont le ghetto fut longtemps l'express ion matérielle, que les juifs d'un pays sont un corps étranger dons ce pays; donc nocifs, donc dangereux, donc à séparer, à isoler. De là à les combattre, de là à songer à les anéantir, par une espèce de logique de l'absurde, il n'y a pas loin, et trop de faits récents le démontrent. N'est-ce pas cela que, sans avoir l'air d'y toucher,. M. Pierre Dominique insinue dans le numéro du Crapouillot qui s'intitule Histaire des Emigrations (avril 1962), Savourez le couplet

« Au coeur des Etats chrétiens la'icisés tout à fait

à l'abri de l'Eglise, ils (Jes juifs) ne se contentent pas d'avoïr des représentants dans les hautes sphères de la littérature, des arts, de la science, comme de la banque, du commerce et de l'industrie » (Et pourquoi ne les auraient-ils pas si leurs aptitudes et leurs talents le leur permettent ?) Et M. Pierre Dominique d'ajouter

cc Ils ont des ministres. Faut-il nommer le plus célébre
Dïsraëli, qui gouverna l'Angleterre et son Empire

». Exemple, à la vérité, bien mal choisi. Si Disraëli « gouverna l'Angleterre », il le fit dans les cadres d'un régime parlementaire et de ses règles - britanniques et nullement juives - qu'il respecta scrupuleusement. Il fut (et ceci n'est pas un compl iment, mais une simple constatation), un des serviteurs les plus zélés de l'impérial isme britannique. Si l'homme Disraëli était d'origine juive (encore que, sur le plan religieux, rallié à l'anglicanisme) pourquoi, dès lors, faire de lui un ministre « juif ». Qui veut trop prouver ne prouve rien. L'évidence c'est que tenu en échec sur de nembreux points, affaibli sur d'autres, l'antisém it isme n'est pas mort. Il guette les sautes du vent qui permettraient de rallumer un feu mal éteint. Il a pu modifier ses formes, camoufler ses méthodes; mais le fond reste inchangé. C'est à nous, c'est au M.R.A.P. et à tous ses amis de demeurer vigilants. 10------------------------------------------------------------------------------------------------------------ FAUT-IL EXECUTER EICHMANNJ M . JEAN PIERRE-BLOCH : « .le suis contre la peine de mort. Eichmann vivant sera le rappel des crimes abominables qui ont déshonoré l 'humani té. » (1) R. M. : Je suis contre la peine de mort, sauf en temps de guerre, pour les crimes liés à la ' guerre, même si les procès se déroulent longtemps après la fin des hostilités. Un criminel comme Eichmann a choisi son champ de bataille ; que ceux qu'il a plus que combattus le tiennent, le jugent, le suppriment : c'est justice. M' HENRY TORRES : « Je hais Eichmann autant que je le méprise. Mais je suis contre la peine de mort. Elle ne prouve jamais rien. » ( 2) R. M . : Je méprise Eichmann, mais je ne le hais point et il m'apparaît que la haine, en elle-même ne peut rien prouver. La haine est une commodité négative lorsqu'elle vise les personnes, même surchargées de crimes

elle comporte l'inconvénient de masquer

les vraies responsabilités par une fixation individualisée : la haine est inutile contre Eichmann, mais elle est pleine de vertus si elle atteint un système, un régime, les structures sociales qui lui ont donné l'occasion de se révéler - ce qu'il était - un méthodique fonctionnaire du crime organisé. La haine à l'égard d'Eichmann conduit à une impasse ; au contraire, mettant en question un appareil, elle conduit à chercher si tout l'appareil se résumait en ce misérable : Eichmann, ou si, au contraire, il était édifié sur d'autres coupables, si quelque chose de cet appareil survit, etc ... Voilà ce qui me semble important. .. M. ANDRE NEHER : « D'autres complices sont en vie et en liberté. Il faudra un jour pouvoir s'en saisir et les confronter aux Eichmann et il faudra pour cela qu'Eichmann soit encore en vie. » (3) R. M. : Je trouve cette raison excessivement juridique déconcertante devant l'éten ·due des preuves, l'accumulation des documents, des témOignages, etc ... M . HENRY BULAWKO : « Qu'une telle question soit posée est déjà aberrant en soi; qu'elle le soit par des personnalités juives - dont certaines sont des plus respectables - voilà qui dép!lsse l 'entendement. » (4) R. M. : Non, cher camarade: se poser des questions, même à propos d'un cas aussi monstrueux que celui-là, est le privilège des hommes civilisés précisément en face de ce déchet de fabrication de l'espèce humaine qu'est Eichmann. Et il ne s'agit pas là d'un jeu d'intellectuels irréalistes : nous sommes au coeur de notre temps. Pour moi, je comprends fort bien - sans l'approuver - Daniel Mayer lorsqu'il dé· clare ... M. DANIEL MAYER : « Je suis hostile à la peine de mort par principe. Je reconnais que, dans un cas comme celui sur lequel vous m'interrogez, il faut se cramponner pour n'en être par partisan. » (5). R. M. : C'est vrai que la peine de mort, même - et surtout - appliquée par des gens qui se réclament de principes humanistes, apparaît comme une anomalie : ce Jugement d'oppel le 29 • mOI La Ju stice, lentement . paursuit san cau rs. l 'appel interj eté par Adolf Eichmann après sa condamnation g mort par la Cour Suprême de Jérusalem, était le dernier stade de cette affai re exception! 1elle. les cinq juges devant lesquels Eichmann o comparu du 22 ou 29 mars rendront leur sentence, annonce-t-on, le 29 mai. Dans le cas où cette sentence confirmerait la peine de mort, ce qui est probable, Eichmann peut encare demander sa grâce ou prés ident d' Israë l. Dans la prison de Ramleh, le condamné {] reçu, au début de mai, la visite de sa femme, qu' il revoyait pour la première fois depu is sa capture en Argentine. la rencontre a duré une heure et demie. Les deux interl ocuteurs étaient séparés par une é paisse vit"re à l'épreuve des balles, semb lable à celle de la « cage » où se trouvait Eichmann penda nt son procès. Ils parIaient l'un et l'autre dans des mi cros. Un porte-parole du ministère israé lien de la Justice a révélé qu'Adolf Eichmann ovait refusé de répondre à des questions que lui ont posées la Justice yougoslave et autrichienne à l'occasion de procès intentés à plusieurs de ses complices. n'est qu'une survivance des temps barbares, une sorte de sacrifice humain décou· lant de l'illusion primitive que le sang « la· ve » le sang. C'est une attitude qui regarde les partisans des vieilles sorcelleries sociales ... ... Mais qu'est-ce que je raconte là ? Alors que je ne vois nulle contradiction à penser que la peine de mort, à supprimer pour les délits de droit commun, doit être maintenue pour des criminels de guerre, et qu'il me paraît même « contradictoire » Roger MARIA confronte les points de vue de soulever le problème de la peine de mort en soi à propos d'une exception aussi écrasante que celle d'Eichmann (et de ses complices, bien entendu) . M. ANDRE SCHWARZ-BART: « Mon opinion est que la sentence doit être exécutée. Il (6). M. ANDRE SPIRE : « Je réponds non il y a une telle disproportion. Il (7) R. M. : Avec tout le respect que, comme nous tous, je porte au patriarChe des let· tres et des luttes démocratiques qu'est notre ami André Spire, je dois dire que je comprends mal le sens de cette appréciation. Ainsi, si un homme en tue un autre, on peut lui appliquer la peine de mort, mais six, soixante mille, six cent mille, six millions de victimes réduiraient plutôt la peine ? !... Une telle attitude ne risque-t-elle pas de justifier la position suivante, ap· prouvée par 15 % des Allemands de l'Ouest consultés par l'Institut de Démoscopie de Bonn : X : « Eichmann a agi dans le climat très particulier de son époque. J'estime qu'on devrait en tenir compte et user d'une mesure plus clémente. Il R. M. : Une des fortes raisons d'exécuter la sentence paraît résider dans le danger de voir surgir un tel argument pour justifier l'injustifiable. Le « climat de l'époque II ne saurait être invoqué comme circonstance atténuante, mais bien plutôt aggravante. Ce « climat de l'époque Il - qui sentait le gaz « zyklon » - a rendu l'air irrespirable pour des dizaines de millions d'hommes. Il faut qu'il soit dit, à la face de l'Histoire, qu'à entretenir un tel « climat », on s'expose à payer cher, un jour, le crime d'y avoir contribué. Faut-il rappeler - pour ne citer qu'une seule pièce de l'énorme dossier - que, ainsi que l'a rappelé, le 27 mars, le procureur général Hausner, Eichmann porte notamment la responsabilité directe de la déportation de quatre mille enfants français juifs exterminés au camps d'Auschwitz. RAPH FEIGELSON : « Certes, la mort d'Eichmann n'apportera aucune satisfaction aux rescapés ; elle ne sera pas la vengeance des morts, mais simplement la justice pour les survivants. Car toute commutation de peine serait une sorte d'absolution et un encouragement à recommencer. Il (8) D' SERVATIUS : « Des personnes plus élevées en grade qu'Eichmann, qui parti. cipèrent à la persécution des Juifs, demeurent impunies ou purgent des peines légères. Il (9) R. M . : Nous sommes là au coeur de l'affaire, mais pas dans le sens que suggère l'honorable défenseur du colonel S.S., car qui oserait dire que si Eichmann est exécuté, il payera pour d'autres ? Les crimes de ses complices ne le blanchissent pas des siens. D' SERVATIUS: « C'est ainsi que j'invite la Cour Suprême israélienne à faire comparaître comme témoin le D' Hans Globke, actuellement conseiller du chancelier Adenauer, et ancien conseiller du ministère de l'Intérieur nazi. » (10) R . M . : Et l'acte d'accusation sera faci: le à dresser contre ce « témoin » car Eichmann a réalisé une pOlitique élaborée par d'autres, au premier rang desquels il faut compter Globke, auteur et commentateur (pour application) de la plupart des lois raciales, mais que l'on ne vienne pas soutenir que la culpabilité de ce dernier pourrait effacer ou atténuer la responsabilité d'Eichmann présenté comme un « simple rouage » de la machine à exterminer de Hitler. ALBERT LEVY « Contrairement à ce qui est toujours de règle, les juges de Jérusa lem n'ont tenu aucun compte des complices encore impunis de l'inculpé dont ils examinaient le cas. La conséquence, c'est que cette impunité d'autres criminels sert maintenant de prétexte à certains pour prêcher la clémence en faveur d'Eichmann : puisque ses complices d'hier occupent aujourd'hui des postes dirigeants, pourquoi, lui, serait-il seul à payer, dedandent- ils ? En réalité, c'est le problème inverse qui se pose : il faut que le châtiment exemplaire d'Eichmann soit un précédent qui aboutisse à la mise en accusation, au jugement, au châtiment de tous ceux qui partagent ses responsabilités. Ainsi, et ainsi seulement, le long procès de Jérusalem prendra toute sa signification. Il R. M. : Oui, il ne faut pas que le procès Eichmann ne soit que le procès d'Eichmann, mais celui de tout racisme, de l'antisémitisme même, des conditions historiques et des grands intérêts sur lesquels ils ont proliféré comme un répugnant cancer. Il ne faut pas que ce procès soit considéré comme la solution finale du problème de l'antisémitisme, si nous pouvons ainsi nous exprimer en paraphrasant la fameuse et sinistre formule qui résumait la tâche d'Eichmann et de ses maîtres. Eichmann, en tant que chef du Service des Affaires juives de la direction de la Gestapo, est six millions de fois coupable. Aux yeux des honnêtes gens, il peut être condamné six millions de fois à mort. Comme il ne pourra être exécuté qu'une seule fois, la justice qui devra l'éliminer de la société des hommes dont il s'est montré indigne, peut être considérée comme clémente. Mais aussi criminel que SOIt cet organisateur spécialiSé, il est vrai que ce n'est pas lui qui s'est nommé au haut poste qu'il occupait. Qui l'a fait « roi » de l'Enfer sur terre dont il était le Satan ? Que personne n'ose répondre : Hitler, Himmler, etc ... , car c'est la réponse même des anciens nazis impénitents. La question alors vaut d'être prolongée : Hitler, Himmler, etc ... , qui les a désignés à la direction de l'Etat allemand ? Là encore, que nul n'ose répondre : le peuple allemand. En effet, quelles que soient les responsabilités des Allemands eux-mêmes dans leur masse, on doit se rendre compte de la duperiE' qu'il y aurait à placer le seul Hitler (mort) à un pôle, quatre-vingts millions d'Allemans à l'autre pôle - et rien ni personnE' entre les deux. Ce qui nous intéresse par priorité, en toute justice, si l'on veut sortir des nuée~ idéologiques teintées de morale désincarnée, c'est ce qui existait entre les deux « pôles » en question, et le plus près pos-sible des anciens dirigeants, car au moins. à ce niveau, nous avons les pieds sur terre, nous sommes en présence de la sour~ empestée des recommencements possibles, nous avons en face de nous des hommes et des groupes d'intérêts dont nous pouvons savoir ce qu'ils sont devenus aujourd'hui et ce qu'ils font. Oui, le phénomène Hitler - et bien entendu Eichmann - n'est finalement que bien peu de chose en soi : ce qui nous intéresse plus durablement : c'est Hitler au pouvoir, donc les Eichmann derrière lui. Or, Hitler au pouvoir, avec toutes les conséquences qui allaient en découler, ce fut une opération qui n'a été possible que grâce à l'Armée (Hindenbourg, von Blomberg, etc ... ), aux politiciens « traditionnels » d'Allemagne (von Papen, Hugenberg, cette énorme majorité du Reichstag qui l'a investi par anticommunisme) et les Eglises qui ont béni l'opération, et plus encore les grands intérêts industriels et bancaires qui animaient tout ce monde (les Krupp, les Thyssen, les Mannesmann, les Deverding, l'loG. Farben, Schacht, etc ... ). Or ces forces continuent d'exister en Allemagne de l'Ouest et elles ne peuvent pas lutter sérieusement contre les anciens nazis, complices d'Eichmann, qui reprennent du service dans le même combat (avec les adaptations nécessaires), car ils peuvent servir, leur expérience peut être précieuse ... ... A moins que les criminels et leurs soutiens habituels soient démasqués, dénoncés sans cesse, car les complices d'Eichmann, d'hier et d'aujourd'hui, ont besoin de l'ombre pour tramer leurs complots. Mais cette fois nous sommes les plus forts, n'est-ce pas M. Oberlander, n'est·ce pas D' Globke ? Nous y mettrons le temps qu'il faudra, comme des gens qui sont sûrs de l'avenir. (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) : « La Vie juive li (mars 1962). Réponses à une enquête sur la question de savoir s'il fallait exécuter Eichmann. « La Vie juive Il est l'organe de la section française du Congrès juif mondial. (8) « La Presse nouvelle Il du 24-25 mars 1962. (9) (10) Jérusalem, 19 et 22 mars 1962. PRESENTE Cha nts et Danses d'Israël par les KARMON ISRAELI (AVRS lO2 - 30 cm.) Chants J.uifs Populaires et Rel igieux (LDY - 4.144) Chansons Yiddish (LD - S - 4.172) Chants Populaires Yiddish (LDY - 4.087 et Tous les Folklores d'Amé rique La t ine et d'Af rique Cameroun - Guinée - Dahomey - Niger - Bobo oule - Au coeur du Sahara - Au coeur du Soudan - Chants des Touaregs Ajjer - Chants et danses pygmées EN VENTE CHEZ TOUS LES BONS DISQUAmES VEXPRESS vous offre ses pages politiques sa partie magazine les meilleures critiques littéraires, cinématographiques et théâtrales ses reportagep et ses enquêtes les pages féminines de « Mme EXPRESS » BULLETIN D'ABONNEMENT (à renvoyer à « L'EXPRESS », 29, rue de Marignan, Paris-8e M. Profession adresse : désire souscrire un abonnement à « L'EXPRESS » au prix de France et Communauté : 60 NF Etudiants, militaires: 40 NF Etranger: 70 NF Etudiants: 50 NF) 11 Pierre GASCAR Prix Goncourt: 1 Mai 1945 .. Mai 1962 Jean-Pierre ' BLOCH Ancien ministre: La nostalgie contagieuse A y ANT peu séjourné en Allema~ ne, dep.uis, qu~lql;les ~nnées, Je ne SUIS, a pnon, guere autorisé à me prononcer sur son évolution présente et à signaler les dangers que celle-ci comporte pour nous. Je dois donc me borner à faire état d'impressions que les spécialistes des questions allemandes jugeront peut-être superficielles. S'il s'agissait d'un autre pays, je me garderais de les publier, conscient des lacunes que présente mon information. Avec l'Allemagne, il en va autrement, mes expériences de guerre m'ayant, en quelque sorte, sensibilisé et rendu capable de dé,· couvrir, les yeux fermés, de l'autre côté du Rhin, ce qui, parfois, échapperait longtemps aux observateurs les plus lucides et les plus minutieux. Le traumatisme est une me:thode de connaissance et, à cet égard, les Allemands, voici une vingtaine d'années, ne se sont pas privés de m'ouvrir l'esprit. Mon dernier séjour en Allemagne remonte à deux ans. J'effectuais alors, pour les Relations culturelles, une tournée de conférences dans un certain nombre d'Universités. Un soir, à Berlin, je lus, par hasard, un journal dont j'ignorais jusqu'alors le nom: la « Soldaten-Zeitung ». Je savais, certes, qu'il existait des associations d'anciens combattants allemands qui ne manquaient pas une occasion de ressortir les emblèmes militaires du Ille Reich et d'exalter les prouesses guerneres passées. Sentimentalisme cocardier don t d'autres pays nous offrent bien des exemples. Ici, ce sentimentalisme restait nourri d'idées politiques précises. La « Soldaten-Zeitung » en faisait foi et sa lecture me plongea dans la plus grande stupeur. Il était déjà étrange de voir imprimées les convocations d'anciens S.S. à telle Dix-sept ans •.. (Suite de la première pagel portent le stigmate raciste, leur cause et la France dont ils se réclament. Ainsi tout, en ce printemps 1962, exige du M.R.A.P., vigilance, courage, union. Non seulement contre ce racisme que nous flétrirons en quelque pays qu'il se produise et quelque soit sa forme, de la ségrégation aux restrictions de droit ou de fait. Mais aussi contre l'indifférence des jeunes qu'on a laissé ignorer les forfaits hitlériens, celle de leurs aînés qui se réfugient dans l'égoïsme de l'oubli. Contre ce faux réalisme, cette fausse « efficacité » qui risquerait d'endormir les aspirations de notre peuple généreux. Un Mouvement comme le nôtre se dresse avec des concours toujours plus nombreux, toujours plus actifs contre ces périls mortels. Il dénonce le mal, il suscite l'union qui doit victorieusement lui résister. Il étudie avec les éducateurs les moyens d'en préserver l'âme de nos enfants. Il veut, dans la vie quotidienne, affirmer étroitement sa solidarité à tous ceux qui ont encore à souffrir du racisme. Il sait aussi bien mettre en garde - et nos plus éminents amis n'y manquent pas - contre les tentations fallacieuses des nationalismes et les nostalgies morbides des particularismes du ghetto. Ce dix-septième anniversaire de la 1 victoire est plus pour nous qu'une date glorieuse sur le calendrier. Le souvenir des martyrs, des héros qui lui est attaché, nous engage, commande, éclaire notre action. Nous dédierons toutes nos forces à nous montrer dignes d'eux, à réaliser leurs espérances. Pierre PARAF. réunion mensuelle (avec vin d'honneur, j'imagine), mais c'est l'esprit des différents articles qui me laissa la plus vive et la plus pénible impression. Dans ces textes, on ne considérait pas la défaite de 1945 comme une vraie défaite, moralement et historiquement justifiée. On la dépeignait comme un accident, une malchance, une injustice du sort. La loyauté aurait consisté à offrir à l'Allemagne une revanche. On ne l'a lui offrait pas : c'était à désespérer du destin du monde ... Je n'ai pas pu savoir à combien d'exemplaires tirait cette feuille (qui n'était pas la seule, dans son genre). Au vrai, je n'ai pas essayé de me renseigner : j'ai préféré ne pas savoir. J E me trouvais encore sous le coup de cette lecture, le lendemain, lorsque je fis, devant des étudiants de l'Université de BerlinOuest, une causerie sur mes modestes expériences d'homme et d'écrivain. Je devais notamment parler du « Temps des Morts » et de ce qui l'inspira (le massacre par les nazis des minorités juives de Galicie orientale). Le Recteur de l'Université, en me présentant au public, me devança. Il parla de ce livre avec des accents bouleversants et une violence qui laissa les étudiantes et les étudiants atterrés. Je les revois, la tête basse, immobiles, écrasés, subissant l'horreur des images que le Reéteur évoquait. Le spectacle de ces jeunes gens, de ces jeunes filles pétrifiés par une culpabilité qui, en fait, n'était pas la leur, je ne l'oublierai jamais. Alors, tout est-il simple ? D'un côté, chez les adultes mûrissants, chez les pères, l'esprit nostalgique de la « Soldaten-Zeitung », les rêves de revanche, la mystique nazie conservée, entretenue ; de l'autre côté, les jeunes, purs, animés d'un profond désir de paix et grattant désespérément cette espèce de tache originelle ... Oui, je le crois : pour sommaire qu'il soit, présenté de cette façon, ce partage existe. Mais c'est ici que je me demande si un glissement ne risque pas de se produire bientôt ou ne commence pas déjà à se produire

un glissement du vieil esprit nazi

sur les couches intactes. L'ALLEMAGNE de l'Ouest continue, économiquement, d'être florissante. Ce pays a cru trouver son rachat dans le matérialisme et la sagesse dans la médiocrité. La religion du « miracle économique » (bien réel, au demeurant) a relayé provisoirement le nation alism~. On y a substitué un pan-germamsme de voyageur de commerce. L'âme de l'Allemagne est en vacance. Ce qu'il en reste, c'est chez les abonnés de la « Soldaten-Zeintung » qu'il faut aller la chercher (si, toutefois, on peut, dans ce cas, parler d'âme). La jeune génération sur laquelle on pouvait fonder des espoirs pâtit affreusement de ce manque. Tous les écrivains allemands vous le diront, comme me l'a dit Heinrich BOIL Il n'y a plus rien pour l'esprit. On s'américanise, au sens le plus péjoratif du mot. Aucune pensée, aucun humanisme. Rien. Quelle aubaine pour la vieille démence nazie toujours prête à s'offrir aux jeunes esprits, sous couleur de romantisme ! J'aime ce pays et ce peuple, en dépit de ses crimes passés, et je tremble en sentant qu'aujourd'hui, aucune véritable lumière ne lui ayant été donnée, il n'attend qu'un prétexte pour retourner à son affreuse nuit. 1 L Y a dix-sepl ans, la défaite d' l-J iller était consommée. En juillet, il y aura vingt ans que les premières rafles et déportations de juifs avaient lieu à PariS. " N.~us qui .avo.ns soufte;t du nazisrn.e sous t~utes ~es formes, avons-nous lzeu d etre satesfmts en celebrant ces tnstes an11.lVerSaIres ? Nous 1 épondol1~ ({ N.0N, », sa,ns hésitation, surtout lorsqu'après tout ce que nOU5 avons SIgnale, denonce, nous apprenons que l'Union des Persécutés du Régime Nazi en République Fédérale Allemande fait l'objet d'une procédure en demande d'interdiction, engagée par le Ministère de l'Inténeur de Bonn. Il semble inconcevable que les rares survivants allemands des luttes an ti-nazies puissent se voir int erdire de s'organiser. Souvent, dans les cénacles internationaux, on nous reproche comme un excès, comme une médiocrité, ces réserves de méfiance et de septicisme que nOU5 gardons à l'égard des Allemagnes. AI'ol'ls-nous tellement tort dans nos réserves? Non, les derniers événements, les derniers faits montrent que le nazisme dans sa tomIe dangereuse est loin d'être entièrement détruit en -Allemagne. - ' ' Cert~ir:s afferment que ce danger existe. Cela suffit, pour que nous soyons ~'LgLlants. Le troisième larron HITLER, Mussolini, Franco. .. Des trois complices, deux sont morts, vaincus. Seul le troisième reste en ulace. Les événements de ces dernières semailes montrent plus que jamais la rigueu; du joug qui pèse sur Te peuple espagnol, _1 ans après la signature de la paix ~u_

onsacralt la fin de la
domlnat1on na"a"

.ùr les pays occupes. tur Caesimirus. Arphlepus. Caesaraugustanus. L. + s. » •.• C'est à la pa'ge 122 de ce manuel scolaire, largement répandu par une très importante maison d'édition, que nous avons relevé le passage ci-dessous. En voici la traduction: « EXPULSION DES JUIFS. - Suivant une décision du gouvernement , réclamée par l'opinion publique, les jUif!\ furent _. .. .... memorableen la His,oria de E.pai\ -.-" amaoecla. _ da 151. EXP~iôD de los judios. - Como medida de gobierno recJamapar la opm16n publica, fueron arrojados de Espaiia los judios que no so.l a mente conso'ut~' an e l"U ntCO e 1e mento opuesto a la unidad reli•g iosa y peligroso ~a:a la untdad nacionaJ. sino que eran objeto deI odio popular por su avanCla y sus crimenes. Et Franco, le troisième larron, reste lldèle, en dépit de quelques aménagements tactiques, aux méthodes des deux autres dictateurs fascistes, qui le portèrent au pouvoir au milieu des ruines et des flots de sang. 11 reste fidèle aussi à leur doctrine, dam; tous les domaines, même si cela n'appa· raît pas toujours à première vue. Et l'antisémitisme continue à faire partie de la panoplie . . TémOIn, cet extrait d'un livre utilisé dans les écoles primaires d'Espagne, dont nous donnons ici le tac si~i1é. L'écriva:in Pierre Gamarra, qui le cite 1ans son reportage « Ombre et lumière d' Espagne » Editeurs Français Réunis) raconte :' « Jiai acheté dans une librairie de Madrid, au hasard de mes promenades, un livre d'histoire élémentaire. A la vendeuse qui me demandait des précisions, je répondis simplement que je désirais un livre quelconque d'usag'e courant pour un écolier d'une dizaines d'années. « Elle me proposa une Historia de Espana du secundo gra'Clo, par Edelvivcs (Luis Vives, éditeur) orné de gravures assez frustes. Le livre va de la préhistoire à nos jours et semble correspondre à un manuel français du cours moyen 2' année. « Sur une première page-catalogue, l'éditeur donne la liste de ses manuels : langue espagnole (12 titres), géographie et . histoire (13 titres), mathématiques et commerce (20 titres), religion (28 titres) ... « F.n regard du premier chapitre, on peut lire : Nihil Obstat. Le Censeur ecclésiastique

Dr Vicente Tena, vic. gal. Caesaraugustae

16 novembis 1957. Imprimapulsés d.' Espagne car non seulement Ils constituaient l'unique élément opposé à l'unité religieuse et dan,ereux pour l'uni-, té nationale, mais ils étaient robjet de 'la haine populaire pour leur avarice et pour leurs crimes. Il Ce n'est là qU'lill aspect partlcull .. de renseignement prodigué aux enfants par l'école franquiste. Tout le reste 'blèn' silr - est à j'avenant... · ' • 1 Il Un bon livre est celui après lequel on rêve longtemps. » ARAGON. LES EDITEURS FRANÇAIS REUNIS VOUS PROPOSENT : Bruno Apitz: « Nu parmi les loups» (tr. de l'allemand). 15 NF M. Bruzeau : « Le Dieu pâle »8 NF Dymphna Cusack : It Vague de chachaleur à Berlin » (tr. de l'anglais). 12,50 NF P. Gamarra : « Les jardins d'Allah »). 4 NF Joë Hanunan : « Sur les pistes du Far·West » (illustré). 25 NF Jan Otchenachek : «. Roméo, Juliette et les Ténèbres » (tr. du tchèque). Prix de ' la Fraternité 1960. Préface d'Aragon. 8 NF ~ J. Roumain : « Gouverneurs de la ~ Rosée ». • NF î~ André Stil : « Le dernier quart d'heure ». 9 NF 192.168.254.42"""~~""""~ l, l 1. 12 ~ a ·2080 PHOTO-- CINE PRIX DE GROS sur la plupart DES GRANDES MARQUES 2 RADIO TELEvISION REMI SE EGALE OU SUPER IEURE A TRANSISTORS Remise de sur 25 modèles de grandes Marques (jusqu'au 30 juin) DISQlJES 20 010 REELS SUR TOUTES LES EDITIONS MENAGER sur le patit matériel les plus fortes remises sur ré frig érateurs, çuisin ières et machines à laver a FEDERATION NATIONALE D,AcHAT DES CADRES (METRO 6, Boulevard Sébastopol CHATELET)

 ;
  • ;
    ;
    ;
    ;
    ;
    ;
    ;:;:,:;:;:;:::::;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:;:::::;:;:;:;:;:::::;:;:::;::::;:;:::;::;:;:;:;::::::::;:;:;::;:::.:;:;;:;::::;::::::;:;:::;:::;:;:;:;:::;:;:;:
  • LES DEMOCRATIES POPULAIRF.S,

par Pierre PARAF (Editions paY0t) . Après l'Afrique, après Israël, Pierr" pa'raf nous emmène au coeur de l'Europe, dans la partie centrale et orientale de notre continent, dans ce monde de plus de cent millions d'habitants que l'on connaît trop peu en France. Selon une formule heureuse, cet ouvrage, d'une lecture agréa'ole, mêle les éléments d'information aux souvenirs personnels, aux évocations descriptives et poétiques d'un homme qui aime voyager et qui sait voyager. Pierre Paraf n'est pas marxiste, il le souligne au début de son propos: il parle en démocrate libér8.'I, imbu des idéaux de la Révolution française, curieux de connaître une réalité, une expérience entrée désormais dans l'histoire. C'est pourquoi, s'il est parfois critique, il ne manque pa, de dégager, très nettement les données les plUS exaltantes, les réalisations impressionnantes liées à la construction socialiste. Plus encore que de juger, il s'efforce, à partir de ses propres critères, de comprendre, d'expliquer, cherchant surtout, par delà les problèmes politiques, économiques et sociaux, à connaître les hommes, et à communier avec eux. C'est ce penchant, lié à un patriotisme bien compris, qui le conduit à insister sur la nécessité de multiplier les échanges, sources de compréhensbn et d'amitié. Il !lllllll lllll lllllll ll illllllllll ll llll lll llllll llll11111111 11111 1111111 ~ ~~T~ ~ 111 111 1111 11111111111111 111 11111 11111111111 1111111111111111 1111111 11111111 L'EXPOSITION Ch. H. ROYER C ETIE exposition (1 l, sans nul doute l'une des olus importantes de la saison artistique de Paris, m'a profondément impressionné. Elle vient à son heure, au moment même où de nombreux peint res, des p lus talentueux de notre époque, hésiten t entre la peinture soi-disan t abstraite et la peintu re figurative. Quel que soit le sujet de ses tableaux : paysage, nature-morte, harmonie verte aux fleurs jaunes - c'est un monde que Ch. H. Royer porte dans son âme. Sa peinture est ainsi non pas descriptive, mais essentiellement suggestive. Elle demande de nous un!: certaine méditation, pour que nous puissions nous pénétrer de sa subs tance intime, pour que s'établisse une communion secrète entre l'oeuvre et le spectateur. Tel visage décharné, angoissé, te l nu tourmenté me laissent le sentiment d'un dialogue avec le mOrl~ de extérieur empreint lui~même de tourment. Pour~ tant l'aboutissement est une parfaite harmonie colo~ riste et structurale. Ces tableaux sont autant de poè~ mes, où tout est précisé, cristallisé. Il en est ainsi de chaque teinte, de chaque volume. Je reproche aux peintres abstraits d'évincer la va~ leur plastique de la peinture, de produire une pein~ ture décorat ive de surface, où l'espace s'arrête au premier plan du tableau. Or, la peinture de Royer n'est pas un jeu gratuit. Les modulations de sa couleur, souples et intenses, rendent toute l' intensité de son émotion . Il y a chez lui une autre dimension, le sous~enten~ du d'un espace spirituel, la vibration de la pensée. L'inexprimable charme de sa peinture, c'est le jail~ lissement de la lumière qui ir radie de la couleur ou qui éclate, fulgurante; elle prend sa source dans l'imagination de l'artiste. Qans tout l'oeuvre de Royer, l'intuition et l'expé~ rience vont de pa ir. Les visiteurs aiment généralement lire dans les ca~ talogues les titres des tableaux exposés. Pour moi, je préfère regarder les tableaux sans leurs titres, et m'abandonner à la délectation de cette peinture qui se révèle pure et concrète, et qui atteste par là de sa haute signification spirituelle et humaine. Chil ARONSON. (1 l Galerie Denise Valtat, 59, rue la Boetie . Ce livre d'un humaniste, d'un écri· vain de ta:lent est une contribution appréciable à la cause de la paix.

  • BULGARIE, par Pierre PARAF (La

Nef de Paris Editions). C'est animé de la même attitude objective et fraternelle que notre ami a visité l'un des pays qui font l'Objet de la: précédente étude ; la Bulgarie. On sent toutefois, dans ce cas précis, une chaleur particulière, une sympatt)L:! qui S'explique peut-être par la géographie, l'I11stoire ancienne et récente, cerLalllS traits sociologiques du peuple bul .. gare. Ce petit livre se présente comme un guide pour le voyageur, agrémenté de nombreuses photos et même de quelques éléments de conversation. « Aimons la Bulgarie, conclut l'auteur, comme ils saven t aimer la France. Allons en Bulgarie ... » A. L.

  • L'INSPECTEUR, par J a n de HARTOG

(Julliard). Il n'y a pas, il ne saurait y avoir de prescription pour les crimes du nazisme. C'est pourquoi le nouveau roman de Jan de Hartog « L'Inspecteur », est un livre vivant et actuel. L'action se situe en 1946. L'inspecteur Peter Jongman, de la police hollandaise, homme âgé, simple, honnête, sans rien d'exceptionnel dans sa vie. arrache au cours d'une banale mission, une jeune lille juive, Anna Held, des griffes d'un ancien nazi devenu trafiquant dê chair humaine. Anna est une rescapée des camps hitlériens; et de quels camps! de ceux où les émules du « docteur » Mendele se livraient à des « expériences ». Epuisée, phtisique, aux portes de la mort. Anna n'a plus qu'un désir : gagner la Palestine, alors sous mandat angla,is et donc interdite à l'immigration juive. Peter Jongman. à la suite d'une sorte d'examen de conscience. décide de conduire lui-même Anna dam. ce pa.ys. Mettant en péril le confort moral et matériel de son existence, il se jette dans une '!'venture pour laquelle il n'es" visiblement pas fa it, mais qu'il poursuivra jusqu'au bout avec une douce obstination . D'Amsterùam à Paris tn péniche, de Tanger aux rivages palestiniens dans un indescriptible rafiot, Peter Jongman et Anna Held connaîtront le sort des clandestins livrés presque sans défense à la rapacité de trafiquants internationaux étrangers à tout ce qui n'est pas leur profit immédiat. D'esprit profondément chrétien - la notion de salut y est présente comme en filigramme - , imprégné d'esprit bibliqut à l'instar de « Maître après Dieu », humain et généreux, ce roman de Jan de Hartog bénéficie d'une excellente traduction de l'anglais par Nicole Dutreil et Henriette Etienne. Guy BAUDIN. RESTAURANT « CHEZ BEBERT » 43, r ue du Faubourg Montmartre PRO 53·97 SPECIALISTE DU COUSCOUS Ouvert tous les jours jusqu'à 23 h. Recommandez·vous de votre journal I{ Droit et Liberté » jeunes fiancés mademoiselle après avoir choisi à PRONUPTIA votre robe de mariée parmi plus de 150 modèles et y avoir assorti coiffe, voile. chaussures, gants,lin· gerie, vous pourrez y envoyer votre maman et vos demoiselles d'hon· neur qui trouveront dans ses rayons spécialisés leur toilette de cortège. votre portrait de mariée, le repor· t age de votre cérémonie doivent êt! e réalisés par des spécialist es. PRONUPTIA a créé un service" photos" spé· ci alement pour vous pas de cérémonie sans fl eurs, que ce soit en corbei lles ou pour la décoration de votre voit ure, PRONUPTIA vous fl eurira comme il vous aura . habillée, suivant votre personna· lité. avez·vous pensé à vos faire· part de mariage et aux menus de votre repas de noces 7 PRONUPTIA les imprimera pour vous dans les meilleurs délais et aux mei lleurs prix, vous cherchez où organiser votre repas de mariage ou votre lunch 1 PRqNUPTIAvous propose des menus à tous les prix et dans les cad res les plus variés. . monsieur vous allez acheter votre cos t u m e d e m ar i é à PRONUPTIA n'oubliez pas de choisir également une chemise blanche. 'une cravate, et des gants habi llés ainsi que des chauuettes et des chausSurlls n p 1 r es. PR ONUPTIA a ouvert à cet effet un rayon spécial pour vous. la préparation de votre voyage da noces vous in· combe, en co nfiant Cil délicat problème à PRONÙPTIA vous serez certain de réa· . liser le voyage de vos rêves. . . et ceux de votre fia ncée. . PRONUPTIA LA MAIBCN CUBCNHEUR 16, rue du faubourg montmartre, Paris PRO. 69-15 Liste des dépositaires catalogue sur demande contre 1 nt de timbres 13 ----- Souvenirs sur l'affaire Dreyfus M. François Mauriac, de l'Académie Française a publié récemment (février 1962), dans la Revue de Paris, un article où il raconte ses souvenirs d'enfant sur l'Affaire Dreyfus. Les souvenirs de la même période que relate Mme Henriette Psichari, dans son dernier livre « Des jours et des Hommes » (Editions Grasset) se rapportent à un milieu diamétralement opposé. Il nous a paru intéressant de rapprocher des extraits de ces deux témoignages, qui montrent bien ce que fut pour l'opinion française divisée ce « moment de la conscience humaine ». Francois MAURIAC « L'AFFAIRE Dreyfus vue par un ~nfant. », c'est le s,eul titre que Je pUIsse donner a ces souvenirs. J'avais neuf ans en 1894. Je n'étais qu'un écolier dans une province, et ne connaissais rien des événements que ce qui en filtrait jusqu'à nous. C'est donc seulement de cela que je puis témoigner: de l'intoxication d'une famille de la bourgeoisie provinciale catholique ( ... ). Le capitaine Alfred Dreyfus fut, semble.. it-il, tout à fait inconscient de sa faute réelle qui était d'avoir, lui, juif, forcé les portes de l'état-major, de s'être imposé à ce petit monde clos, qui en fait, se recrutait par cooptation, résigné à la roture de quelques-uns des siens, mais où l'antisémitisme était une passion en quelque sOTte fondamentale : elle allait pouvoir se délivrer enfin. contre l'intrus, contre le sacrilège qui, ~tant juif, avait voulu se faire l'égal des Pat y de Clam, des Boisdeffre, des Pellieux. Notre antisémitisme provincial était d'une essence différente. Que sa plus profonde racine fût chrétienne, dans une famille aussi dévote que la nôtre, je ne le nierai pas. Il n'empêche que l'Histoire Sainte nous demeurait familière, que l'Ancien Testament filtré et mis à notre portée. compliquait notre racisme congénital. J'aimais le jeune Tobie. L'Histoire de Joseph m'arrachait des larmes, car je croyais Qu'elle serait la mienne et Que je règnerais un iour et que mes frères m'adoreraient. Dès la cinqmeme, nous apprenions Esther par coeur. Et même j'avais tenu le rôle de la chère Elise sur la scène du col1ège. Enfin J sraël était un nom qui retentissait dans mon monde intérieur. Quand i'essaie d'imaginer le sentiment Que les iuifs inspiraient au petit . chrétien que j'étais, au temps de.l'affaire, je ne crois pas qu'il y entrât de la haine. Le juif était d'abord un personnage comique, inventé par les caricaturistes, un Fenoui11ard, un sapeur Camember pour faire rire les grandes personnes

plus profondément, il constituait

une créature mystérieuse, maudite et pourtant bénie. A Bordeaux les juifs portugais formaient une aristocratie de vieilles famil1es à la fois tenues à l'écart et très considérées. .Te crois que Mme Léon. à qui ma grand-mère avait loué son rez-de-chaussée. appartenait à l'une de ces familles. Te me souviens qu'en passant devant sa porte, j'imaginais un monde différent du nôtre. On disait : « Un de tes oncles y pénètre quelquefois... » T'entendis raconter. à la mort de Mme - Léon. qu'une odeur d'herbes aromatiques brûlées avait envahi les éta!!, es de ma grand-mère. ce Qui acheva de me faire croire à je ne sais quel inimaginable sabbat. Pour en revenir à l'affaire Dreyfus. 11' parti pris de ma famille reposait sur cIeux assises qui résistaient à toutes les démonstrations et à toutes les preuves : d'abord l'éternel « ie n'admettrai jamais que des officiers français unanimes aient pu se renclre complices d'une f01'faiture ... ». Mais il v avait aussi CP « svndicat judéo-maconniQue » sur lequel nos iournaux ne tarissaient pas et dont le ~léveloDPement de l'affaire Drevfus nous interdisait de douter. Le « syndicat de trahison » était le nom donné par la presse de droite à ce parti devenu bientôt innombrable. dont le noyau initial avait été la fami11e Dreyfus, plus exactement la femme du condamné et son frère aîné Mathieu. et qui s'était étendu de proche en proche. ( ... ) C'est entre ma seizième et ma dix-huitième année que je dus passer de la confiance aveugle dans les assurances des miens et des journaux que je lisais, au doute J:'uis à la certitude. Le prix que l'Eglise de France devait payer dans tous les ordres m'éclairait aussi sur cette altération du mystique par la politique dont quelques années plus tard Charles Péguy nous montrerait le mécanisme. Mais au plus noir de l'affaire, alors qu'enfant j'entendais appeler « zola » notre pot de chambre, et qu'à mes côtés, en étude, un petit garçon jouait à dé- • • «L'intoxication d'une famille» grader Dreyfus en arrachant l'aile d'une mouche, puis une patte, puis J'autre aile, j'étais frappé de ce que notre oncle Louis, notre tuteur dont j'ai tracé avec amour le portrait dans Le Mystère Frontenac, magistrat (il est mort conseiller à la Cour de Rouen, mais il était à cette époque président du tribunal de Saint ... Jean-d'Angély), s'était rangé du côté dreyfusard. Il ne nous en parlait jamais, se gardant de tout ce qui aurait pu susciter un conflit avec notre mère ; car elle se méfiait de son influence sur nous : il était fort indifférent en matière de religion, sinon hostile comme l'avait été notre père. Je me souviens pourtant de cette soirée d'août, sur le perron de StSymphorien, à l'époque du procès de Rennes il me semble, où l'oncle Louis nous dit entre haut et bas, avec une espèce de solennité : « Mes enfants, il est innocent ! ». Les enfants ne sont gênés par aucune contradiction : ma mère croyait Dreyfus coupable, et comme elle était infaillible je m'en remettais à sa seule parole. Mélis oncle Louis. qui pré~ sidait un tt'ibunal, devait avoir raison, lui aussi ... Alfred DREYFUS Henriette PSICHARI : « Une atmosphère exaltante de drame et de secret » J'ETAIS une petite fille quand j'entendis pour la première fois ce nom de Dreyfus qu'avec une prescience d'enfant je mis bien vite à l'abri dons ma mémoire. L .. ) Mon père eut peut-être moins de mérite qu'un outre à se lancer un des premiers dons la bagarre parce qu'il n'était pas universitaire au sens étroit du mot. Il était aussi écrivain, poète, conférencier. Très apprécié dons les milieux parnassiens, il discutait aussi bien d'un sonnet avec Heredia que de philologie néo-grecque avec Michel Bréal. Cela n'enlève rien à son courage ; il Y avait autant de risque qu'aujourd'hui (prison en moins, toutefois) à affirmer une opinion que les gouvernements de droite jugeaient subversive. Plus tord, il ne put être élu à l'Académie des Inscriptions parce qu'il avait été dreyfusard - peut-être avec trop de violence et une certaine maladresse, mois tel était son tempérament. Considérée sous cet ongle un peu spécial, l'Affaire Dreyfus acquiert une voleur idéologique, celle de la renaissance d'une société hypnotisée jusque-là sur un roman de Loti ou une expérience de chimie. Il est bon, pour comprendre cette période de notre histoire d'oublier les épisodes, les drames, les chaos, pour ne retenir que le bénéfice de ce mouvement endiablé où nous entraînaient une poignée d'animateurs, cette exaltation qui nous tint pendont cinq ons sur la corde roide avec tout un cortège de mots sonores: Justice, Vérité, Humanité, Sacrifice ... bien faits pour nous empêcher de choir. Cette chaleur a nourri notre première jeunesse, les idées généreuses ont surgi soudain à nos esprits endormis tendis que nous étions jusqu'alors confinés, il fout bien le dire, dons le bonheur douillet d'une existence assez égoïste. Des premiers mois de cette nouvelle incarnotion, je n'ai pas gardé un bon souvenir. La vie fomiliale était devenue horriblement ennuyeuse : les parents épiloguaient à perte de vue sur des articles de loi et des expertises graphologiques - c'étoit pour eux tout un apprentissage à foire. Ils cherchaient avidement les partisans de 10 bonne couse, on perdoit beoucoup d'omis. Où étaient nos emballements littéraires, nos discussions, nos rires? Nos parents si difficiles pour nos études, ne s'en occupaient plus, accaparés sons cesse par de mystérieux conciliabules. Lo politique, qui, jusque-là n'était guère entrée chez nous, trouvait les portes grondes ouvertes ... La période ennuyeuse ne dura pas longtemps

le vertige Gans lequel vivaient

nos proches fut contagieux nous eûmes les même omours, les mêmes haines. Nous les traduisions à notre manière, mes frères par des pugilats dons la cour du Lycée Henri IV, moi par des « Vive Zola ! » « Vive Picquart! » constellant mes cahiers et mes 1 ivres de classe. Je n'étais pas la seule. J'ai retrouvé un 1 ivre de morceaux choisis pour la classe de troisième, reflet de toutes les indignations de mon frère Michel, en particulier pour Poul Déroulède. En marge de la notice biographique, il écrivait: « Fut dons l'affaire Dreyfus d'un ridicule et d'un odieux achevés. Tombé depuis dons la nuit du tombeau ». Noturellement

« A bas les traîtres ! A bas

les vendus ! » émaillaient les poèmes de cet auteur rageusement barrés à coups de c:ayon. Un outre jour, Michel fut bien gror)dé par ma mère pour avoir gravé « Vive Picquart! » sur le vernis d'un beau Pleyel. Tels étaient olors les groffiti des jeunes. Et puis, on . trempait à pleines moins dons le drame et cela nous plaisait. Nos oreilles heureuses d'enfants privilégiés n'en avaient jamais tant entendu. Où se trouvait cet escolier situé derrière le palais de Justice que l'on disait tout proche des berges de la Se'ine, cet escalier que Zola était obligé de descendre après choque audience ? Qu'étaient donc ces gourdins avec lesquels les nervis d'alors topaient brutalement sur les défenseurs de Zola les soirs sombres de février ? Jusqu'au vocabulaire des parents qui se teintait de termes à la Sherlock. Ils ne parIaient que de f ' passages à tabc », de « matraques» et de « filtrages ». De quoI oubl ier les austérités de la vie de potache. Tout le monde l'avait remarqué : les cris, les clameurs de mort s'amplifiaient lorsque les affaires des dreyfusards allaient mol. C'était alors une véritable « voûte de connes levées » comme a dit Séverine, sous laquelle Zola éteit obligé de passer entouré d'une cohorte d'avocats et d'amis. Mois pour rentrer chez lui, suivre choque jour le même chemin eût été dangereux et l'on supposait - non sons raison - que les matraqueurs pouvaient attendre Zola à la porte de sa maison. Pour les dépister - pas de traction avant à cette époque - Zola ne rentrait pas directement chez lui, il allait chez l'un, chez l'outre. Ce n'étaient pas des soi rées tranquilles

l'inquiétude faisait tre_saillir ou

moindre coup de sonnette, et puis, il y avait beaucoup à foire, les remous du procès obligeaient les défemeurs de Zola à pléparer choque soir la séance du lendemain. Un soir, ce fut notre tour d'héberger le grand homme. Rue Claude-Lernard, ou cinquième étage, il y eut ce p ur-là un grand remue-ménage. Un dîner organisé à la hâte, des parlottes à n'ell plus finir, des chuchotement5, des portes qui se referment à notre nez. Enfin, voici notre héros, voici Zola. Il arrive avec é J femme, mois impossible de l'approche r, de le contempler; il s'enfourne aussitôt d::ns le cabinet de travail de mon père ci .. 1t la porte est traversée de temps à autl t! par le voix tonitruante de Labori. Tord dons la soirée, lorsque Paris fut redevenu tronquille, quatre ombres dégringolent l'escalier. Un fiacre les attend en bas et roule dons la rue Goy-Lussac déserte. Labori et mon père reconduisent les Zola, 21 bis, rue de Bruxelles. C'est 10 première fois que j'ai ' vu _ au entrevu - Zola, non sons une certaine déception cor la soirée se déroulait pour mes frères et pour moi dans une atmosphère exaltante de drame et de secret et on nous repoussait impitoyablement dons le couloir qui conduit à la cuisine ... Découpez ce bon et présentez-le au cinéma Lisez la nouvelle revue du cinéma : L'ECRAN

Le Numéro 1 vient de paraÎtre Au sommaire Ce que vous devez savoir sur les deux f ilms antiraciste,s : « COME BACK AFRI'CA ~\ « WEST 'SIDE STORY ~ • LE NUMERO: 2,50 NF 5 NUMEROS : 10 NF Correspondance et règlement à : Sté Cinéma Studio 43, 43, rue du Fg Montmartre, Paris-go. Tél. PRO. 63-40. C.C.P. 3673-06. /le SALLE permanent tous les jou rs de 14 fi . à 24 h. 'ARIf (Arrêté du 17 octobre 1958, « J.O. » du 26 octobre 1958) VALABLE TOUS LES JOURS POUR l, 2, 3 ou 4 PLACES pendant les représentations de L'ENCLOS • Il sera perçu 2,75 NF au lieu de 3,50 NF • Les plaCl?s sont dNiv rées dans la limite des dispo11ibilit és Ce coupon sera déclaré nul s'il a été vendu


14---------------------------------------------------------------______________________________________ . ____ PERMETTEZ, dit Purcell ... Je

~ voudrais vous faire remarquer qu'il y a encore des choses qu'on fait en commun dans cette île, et on s'en trouve très bien. Par exemple, la corvée d'eau. Imaginez la situation si chacun devait faire son ravitaillement lui-même ... - y a encore une chose qu'on met en commun, dit Baker. C'est le cochon sauvage. Jusqu'ici y a pas une équipe dans l'île qu'a fait bande à part pour l'cochon. Et pourquoi ? Parce que c'est plus commode. C'est plus commode, quand on a tué un cochon, d'le remettre à Omaata et aux femmes. Faut l'vider, faut l'laver, faut chauffer le four, faut mettre c'qui va avec, faut le découper. Y a pas une équipe qu'aimerait faire toutes ces corvées. Moralité, conclut-il en regardant Mac Leod. Quand ça vous arrange, on partage. Quand ça vous arrange pas, plus d'partage ... Bien dit, fils ! dit Mac Leod avec un large sourire et en jetant un regard triomphant à la ronde comme si Baker venait de résumer sa pensée. Il reprit - Et bien bête on serait d' par t age r quand ça vous arrange pas ! Et comme Baker ouvrait la bouche, il enchalna

- Et pour la terre, fils, justement, ça m'arrange qu'elle soit partagée, parce que j'veux pouvoir dire : moi, i'plains pas mon dos, j'bute, j'sarcle, je bine ... Mon lopin, il est t r a v a i II é. Et c'qu'il me rapporte, j'le mange. Maintenan:, Purcell, j'vais vous dire : s'y a un sacré fils d'garce, à côté d'moi, qui s'regarde l'nombril, au lieu d's'y col- 1er, qui récolte zéro au bout d'l'an, et s'~erre la ceinture jusqu'à l'os, j'ai bien d'la peine pour lui, mais tant pis, chacun pour soi, v'là comme j'vois les choses ... Purcell le regarda. Le paysan des Highlands. A force de peiner, le coeur comme un caillou. La tête aussi. - Eh bien, qu'est-ce que vous dites de ça ? reprit Mac Leod, comme Purcell se taisait. - Je suis hostile au principe, dit Purcell. A mon avis, la meilleure solution, c'était la communauté. Mais au point où en sont les choses - avec trois et même quatre clans dans l'ile - il vaut peut-être mieux, pour éviter des querelles, faire ce que vous proposez. A condition, bien entendu, que les terres soient partagées ... Il fit une pause et détacha avec force - ... équitablement. - Comptez sur moi, dit Mac Leod avec un sourire rayonnant. Et Purcell comprit tout d'un coup la nature et l'ascendant que l'Ecossais exerçait sur la majorité. Mac Leod n'était pas seulement le plus intelligent de tous. Avec toute sa dureté, chose étrange, il avait du charme. - J'crois aussi qu'ça vaut mieux d'partager les terres, dit Baker. J'ai pas envie qu'on vienne vérifier chez moi si j'mange trop d'ignames. Mac Leod ne releva pas le trait. - y a pas un fils de garce dans c'te île qui sera lésé, dit-il d'un ton brave en posant la main sur le parchemin. Tout va s'passer dans les règles. J'ai fait un relevé des terres cultivables avec White. On s'est servi du loch du Blossom, et j'parie que c'est bien la première fois que c'te pauvre loch, il mesurait d'la glèbe au lieu d'filer dans la flotte à la poupe d'un rafiot. Quand on a eu fini, on a fait l'relevé, comme j'ai dit, et on a divisé en parts égales. Et pour pas qu'yen a qui contestent, j'propose qu'on tire les lopins au sort... Il se tourna vers Purcell et lui fit de nouveau un sourire désarmant. - Vous direz pas qu'c'est pas équitable, ça, Purcell ? - Ça en a l'air, dit Purcell avec réserve. Tant de miel le mettait sur ses gardes. - Mais j'vous préviens, fils, reprit Mac Leod en promenant son regard sur son auditoire, faut pas vous exciter. C'est pas lourd, les parts. Faut pas déjà vous croire de la gentry, avec domaine et tout. Oh non ! Vu qu'y faut pas toucher aux fruitiers, et si on déboise, la couche de glèbe, elle est si mince sur l'roc qu'un surolt qui souffle un peu fort il vous la fout à la flotte. J'ai fait l'total, fils. De terre cultivable, y a pas plus de 18 acres, c'qui fait 2 acres chacun ... Purcell sursauta. - Deux acres, dit-il, la stupeur peinte sur son visage. Vous avez prévu neuf parts ! ... - Eh bien quoi, dit Mac Leod en levant ses sourcils, on est pas neuf ? - Et les Tahitiens ! s'écria Purcell. - J'les ai pas oubliés, dit Mac Leod. Ils aideront les blancs à travailler leurs terres, et pour l!!ur peine, ils seront payés en nature. - Mais vous êtes fou, Mac Leod, s'écria Purcell, pâle de fureur. Vou;.; êtes fou à lier ! Vous faites d'eux des II'lrfs ! Jamais ils n'accepterl)nt ! - J'me fous qu'ils accepwnt ou qu'il5 n'acceptent pas, dit Mlic Leod, mais j'vais pas vous donner d'bonnes terres à des gars qui sont trop paresseux pour les cultiver. Faut voir à Tahiti ce qu'ils faisaient de leurs lopins. Une honte ! le Noir, pour pêcher, oui. Pour monter au I~ocotier, oui. Mais pour cultiver, zéro: voiLa c'que j'dis. - Mac Leod, dit Purcell, la volx tremblante. Vous ne vous rendez pas compte. A Tahiti, même le plus misérable a son jardin et son bouquet de cocotiers. Les gens qui n'ont pas de terre à Tahiti, ce sont ceux qui en ont été privés: les criminels, la lie de l'île. Frustrer nos Tahitiens de terre ... vous ne vous rendez pas compte ! d'une « L'ILE » de Robert Merle (Editions Gallimard) est sans aucun doute l'oeuvre romanesque la plus intéressante parue depuis de longs mois. Nous en extrayons, pour les lecteurs de « Droit et Liberté », quelques pages qui nous paraissent significatives des idées de l'auteur et de son très grand talent d'écrivain. Nous sommes à la fin du XVIII" siècle dans une île perdue du Pacifique. Un petit groupe de marins anglais mutinés, fuyant la justice britann'ique, a trouvé refuge, en compagnie de quelques Tahitiens et Tah'itiennes dans cette petite île paradisiaque. Un embryon de société s'organise, un village est constru'it, des institutions ébauchées, mais tout cela sera bientôt m'is en péril par l'égoïsme, la rapacité, la haine raciale des blancs et, malgré les efforts de Purcell, le personnage central du livre, homme de bonne volonté, courageux mais paralysé dans l'action par ses scrupules de chrétien et de non violent, tout se terminera par une sanglante tragédie. L'extrait qui suit se situe au moment où les blancs de l'île, sous l'impulsion de l'ambitieux et rusé Mac Leod se proposent de partager les terres de l'île. C'est leur faire une injure sanglante ! Vous les gifleriez l'un après l'autre sur les deux joues, ça ne serait pas pire ! Mac Leod regarda la majorité d'un air entendu et darda sa tête de mort dans la direction de Purcell. - Tout l'monde sait qu'vous avez un bon petit coeur, Purcell, dit-il d'une voix sardonique, et qu'les Noirs, vous en raffolez. Mais moi, j'vais vous dire, les sentiments des Noirs, j'm'en fous. Les Noirs, ils comptent pas pour moi. Ils m'intéressent pas du tout. La seule chose où j'les trouvais un peu utiles, c'était la pêche. Et ça justement, c'est fini. Alors, à quoi ils servent ? A rien. Des bouches inutiles, voilà ce qu'ils sont. En ce qui m'concerne, ils pourraient foutre leurs damnées carcasses sur un radeau et aller s'noyer quéque part entre c'te ile et Tahiti qu'ça m'ferait ni chaud ni froid. - On a été bien contents de les trouver pour manoeuvrer le Blossom, dit le petit Jones en carrant les épaules. S'y avait pas eu les Noirs, on serait jamais arrivés jusqu'ici. (. .. ) MAC LEOD, dit Purcell, si les Tahi· tiens nous ont suivis jusqu'ici, c'est par amitié et parce qu'ils voulaient partager notre aventure. On ne peut pas les priver de leur part de terre, ce n'est pas possible. - Ils ont calé pendant l'grain ! s'écria Smudge, reprenant d'un seul coup toute sa virulence. Et ça, j'l'oublierai jamais ! Tout seuls, on a dû monter dans l'gréement ! Ils ont rien dans l'ventre, ces salauds ! A eux six, ils ont pas plus de tripes qu'un poulet ! _ J'vois pas que ce soye à toi d'parler de tripes, dit Baker. _ Et parlant d'tripes, dit Jones aussitôt, c'est pas toi qui t'baignerais au milieu des requins, comme ils font. Ni moi non plus. Il se palpa les biceps d'un a.ir sévère et regarda à la ronde. Il lui avait bien rivé son clou, à Smudge. - Jones a raison, reprit Purcell. Nous n'avons pas peur d'un coup de temps, et les Tahitiens n'ont pas peur des requins. Le courage, c'est affaire d'habitude. Et d'ailleurs il n'est pas question de les juger, mais de leur donner des terres. Depuis que vous avez décidé de leur voler leur part, vous leur découvrez tous les défauts. Ils sont lâches, ils sont paresseux... C'est ridicule. La vérité, c'est que vous ne voulez pas admettre qu'ils ont les mêmes droits que vous. Mac Leod écarta lentement ses bras démesurés, empoigna de ses longues mains maigres les deux coins opposés de la table, et dit sur le ton de l'exaspération : - Je m'fous de leurs droits. Vous entendez, Purcell, je m'fous de leurs droits. Le poisson aussi, il a le droit de vivre avant qu'on le pêche, et ça m'empêche pas d'le crocher. Si on partageait la terre avec les Noirs, ça ferait quinze parts: à peine un peu plus d'un acre chacun. Moi, j'dis, c'est pas possible. Il m'faut deux acres pour vivre à l'aise et manger tout mon saoul, ma femme, moi et mes rejetons, si j'en ai. Faut penser à l'avenir. J'vais pas m'amuser à faire l'généreux avec des gars qui m'font pas cadeau d'un poisson. - Il n'est pas question de faire ou de ne pas faire le généreux. Vous les frustrez ! - Bon ! dit Mac Leod en soulevant ses deux mains et en les laissant retomber avec force sur la table. Bon. C'est entendu. Je les frustre. Alors? Il y eut un silence et Purcell dit, la gorge serrée : - C'est la guerre ! Vous ne comprenez pas? - Alors? dit Mac Leod du même ton exaspéré. Ils m'font pas peur. Nous avons des fusils. Eux pas. Purcell le regarda dans les yeux. - C'est horrible, ce que vous venez de dire, Mac Leod. Mac Leod eut un petit rire, et dit avec une voix que la colère faisait vibrer : - J'ai bien de la peine pour vos petits sentiments, Purcell, mais si vous n'avez plus rien à dire, on pourrait peut·être pas· ser au vote. Purcell se redressa. - On va passer au vote, dit-il d'une voix coupante, et je vais vous dire comment ça va se passer. Smudge votera pour vous, parce qu'il est de votre avis; Johnson vous a donné sa voix, parce qu'il a peur de Par Robert MERLE Prix Goncourt Smudge ; Hunt, parce qu'il ne comprend pas. Et 'White, qui n'est probablement pas de votre avis, s'abstiendra par amitié. Cela vous fera donc quatre voix contre trois. Il n'y a plus d'assemblée dans cette île, Mac Leod, il y a une tyrannie : la vôtre. Et je ne la supporterai pas plus longtemps. - Qu'est-ce que c'est que cette chan· son? dit Mac Leod. - Laissez·moi parler, dit Purcell en se levant, vous êtes en train de commettre une folie et je ne veux pas m'y associer. Je manque de mots pour qualifier ce que vous allez faire. C'est... c'est... c'est... in· décent ! Et tout ça, pour avoir un acre de plus ! ajouta-t-il avec un brusque éclat de voix. Je ne prendrai pas part au vote, Mac Leod, ni à celui-ci, ni aux autres. A partir de cette minute, je ne fais plus par· tie de l'assemblée. - Moi de même, dit Baker. J'suis dé· goûté de vos micmacs. Et j'serais bien content de plus vous voir de si près, toi et ton petit enfant de choeur. - Moi pareil, dit Jones. Il chercha quelque chose d'acéré à ajou· ter, mais ne trouva rien, et se contenta de froncer les sourcils. - J'vous retiens pas, dit Mac Leod avec flegme. Vous êtes libres comme l'air. Par· lant de sentiments, j'me rappelle pas que mon coeur se soye jamais mis à battre en apercevant l'gars Baker, et p'tête bien qu'avec l'temps j'me consolerais de plus l'voir. Mais laissez-moi vous dire, Purcell, reprit-il tout d'un coup avec une chaleur subite, que vous savez pas de quoi vous causez et qu'un acre, c'est un acre. P'tête pas pour vous qu'avez manqué de rien. Mais moi, j'vais vous dire, si seulement ma mère avait eu un acre de plus, j'aurais mangé à ma faim, étant gosse, et ma vieille, elle ne serait pas crevée à la peine. Bon. J'dis ça, ça n'intéresse personne. Vous voulez partir, vous partez. P'tête que j'vais pleurer un bon petit coup sur l'épau· le de Smudge quand vous serez partis, mais j'me ferai une raison. D'accord, re· prit-il, vous partez. On tirera les lopins au sort, et on vous fera dire par White où sont les vôtres. Vous pouvez vous fier à Mac Leod. Tout se passera dans les rè· gles. Les Noirs, c'est les Noirs, et les Blancs, c'est les Blancs. Et j'ferais pas tort d'un pouce carré à un gars de ma couleur, tyrannie ou pas tyrannie. Purcell marcha vers la porte, pâle et tendu. Son jeu était vide. Il n'avait pas un seul atout. Quitter l'assemblée était la seule chose qu'il pouvait faire, et bien que cette démission lui fît du bien, son effica· cité était nulle. - Au revoir, Purcell, dit Mac Leod corn· me Purcell atteignait la porte, Jones et Baker sur ses talons.

Notes

<references />