Droit et Liberté n°117 - décembre 1952

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Tous le 8 Décembre à la Mutualité pour sauver de la chaise électrique Julius et Ethel Rosenberg page1
    • Deux innocents par Charles Palant
    • La loi d'amnistie votée à l'Assemblée Nationale donne raison à Vichy page1
    • Congrés des peuples à Vienne: à Paris 50000 personnes unies pour faire triompher l'esprit de négociations: déclaration de Pierre Morhange page1
    • Conférence internationale pour la solution du problème allemand: Berlin, rendez-vous de l'espoir par le Dr Ginsbourg page1
    • Maurras est mort... pas un français n'a versé une larme par Paul Tillard page1
    • Sauvons de la chaise électique Julius et Ethel Rosenberg page2/3
      • L'affaire Dreyfus de la guerre froide par Albert Levy
      • Ethel Rosenberg a ses enfants: j'ai confiance
      • Le M.R.A.P. s'adresse à la Cour Suprême des U.S.A. "la persistance d'une telle injustice serait lourde de conséquences" déclaration de Me André Blumem
    • "Rivarol" répand chez les commerçants un tract de haine et de guerre par Louis Mouscron page4
    • Mme Gabriel-Péri évoque la tragédie des juifs dont on veut blanchir les auteurs (amnistie)
    • 200.000 français sous la menace de voir leur vie brisée (modification des conditions de naturalisation par Me Raymond Sarraute page4
    • Notre cher Paul Eluard par pierre Morhange page5
    • Gala du MRAP: en revenant de Pleyel par Denise Decourdemanche page5
    • Rude Pravo: notre parti a toujours lutté contre l'antisémitisme qui est ennemi de la classe ouvrière et indigne de l'homme (tchécoslovaquie) page6
    • Le Monde: l'antisionnisme n'est pas l'antisémitisme page6
    • M. Jacques Duclos: nous sommes solidaires de tous les exploités sans distinction de race ou d'origine page6
    • André Stil: "les pays de démocratie populaire s'attaquent aux racines mêmes de l'antisémitisme page6
    • Abraham H Fuller: l'un des "juifs qui dirigent l'O.N.U." page6
    • Josephine Baker indésirable aux U.S.A. page6

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• le Lundi 8 Décembre, à 20 h. 30, A LA TBAL POUR SAUVER DE LA CHAISE tLECTRIQUE JULl US et ETHEL ROSENBERG condamnés dans le déchaînement des passions antisémites et belliscistes etdont 1/ exécution est fixée au 15 Janvier LA FRANCE ANTIRACISTE et rAtlflOUl 1 - dont l'élan gé. néreux s' exprune . Jour avec après une . Jour force crois san te ~- dira sa volonlé d'arracher deux innocents à la mort . , et de les rend re à leurs deux petits enfants Sous la prisidence de : PICASSO et Le CODIfié de Défense des Rosenberg Sur l'initiative du M. R. A. P., s'est constitué un Comité Français de Défense des Rosenberg, auquel, d'ores et déjà, les personnalités suivantes ont apporté leur adhésion: ARAGON, Julien BENDA, Révérend Père BERGER, Me André BLU· MEL, Jeannine BOUISSOUNOUSE, Gilbert de CHAMBRUN, Jean DALSACE, Maurice DRUON, Jean EFFEL, Me Claude-Frédéric LEVY, Fernand LEGER, Jacques LEMAN, Jean LENOIR, professeur Jeanne LEVY, Jean de LORME, Jean LURÇAT, Yves MONTAND, Pierre MORHANGE, NOEL-NOEL, Charles PALANT, Pierre PARAF, PICASSO, Julien RACAMOND, Françoise ROSAY, Me SARROTE, Jean· Paul SARTRE, Dr. SICARD de PLAUZOLLES, Simone SIGNORET, André SPIRE, Pasteur VIENNEY, Charles VILDRAC, Me Paul VILLARD, Louis de VILLEFOSSE, professeur WEILL·HALLE. DANS leur 'Pri son de Sing-Sin g, deux jeun es Américains, Ethel et Julius Rosenberg, parents de deux enfants, camlptent les jours ... La Cour Suprême, par 7 voix çüntre une, a rejeté leur dernier pourvoi. La date de leur exécut ion est fixé e. Le sursis leur a été re fusé : ils doivent monter sur la chaise électrique entre le 12 et le 18 janvier, probablement le 15. Leur seul espoir, c'est que retentisse aux quatre coins du monde le cri de la conscience humai ne révoltée par cette nouvelle Affaire Dreyfus : c'est que l'action des gens de coeur o'btie nn,e du prés ident des EtatsUnis une mesure de grâce e n leur faveur. C·ONDAMNES sans que le tribun al a it pu démontrer leur culpabilité, f rappés d'une peine sans précédent pour de semblables cas, Ethel et Julius Rosenberg sont victimes des campagnes de haine où se re joignent en un même ignoble faisceau l'antisémitisme, le bellicisme, les idéologies antidémocra tiques. Leur exécu tion serait ·un encoura terrible pour toutes les forces qui ch à diviser les hommes à les faire se s 'entrftuer. .\ Déjà en France comme en Amérique des journaux, fitant de l'aubaine DECEMBRE 1952 N. 117 (221) 30 FRANCS La 101 d'alYlnlslle 12 Décembre, Congrès des Peuples à Vienne d;~~;m;;i;I;; ft PARIS, 50.000 nersonnes , venues de tous les hor.izons A VIC H y uoiespour laire Iriompher et prépare la revanche ~es ~ollabos .: 1· espril de. négocialions Unis, ,les patriotes ,sauront s'y . oppo.ser A INSI, les principaux articles de la loi d'amnistie sont votés par l'Assemblée nationale. Il s'est trouvé une majorité d'apparentés pour vouloir effacer de quelque 34.000 casiers judiciaires la honte de Vichy et les crimes de la collaboration, les massacres d'otages et la déportation des Juifs ... Des casiers judiciaires, oui, mais pas de la mémoire des Français, qui, ne sont pas près d'oublier le passé récent et d'accepter la réhabilitation des traîtres. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, plusieurs orateurs l'ont démontré tout au long du débat. Si Rivarol et autres Aspeots de l'anti-Fiance réclamaient l'amnistie, s'ils jubilent, maintenant. c'est moins pour la poignée dt pétainistes de seconde zone encore emprisonnés que pour la 'possibilité do:mée au tO l1 t-Vichy d'! poursuivre, avec une virulence acrue, ses néfastes activités. Ceux qui ont été élargis r de multi. En ftiit, la nouvelle loi ne fait qu ' en ~ ourager Vichy dans sa volonté de revanche totale et lui (Suite page 4.) "Racismeef guerre sont inséparables'" démontre Pierre MORHANGE au nom du M. R. A. P. RASSEMBLEES dans deux immenses salles, tour à tour vibrantes d'enthoùsiasme et passionnément attentives, 50.000 personnes ont par t icipé, les 22 et 23 novembre au Congrès du Peuple de Paris. Ce fu'rent deux journ ées sans précédent, tant par le nombre ct la d:versité des délégués que par l'élévation cil! déLat : ve nus de tous les mi lieux socia.ux, de tOl1S les hQrizons politiques et philo,orhic1u('s, les orateurs ont montré patiemment, ub ~t i;1 ément, avPc tou t leur coeur et toute leu r raison, qu'il est poss ible de s'entendre au 'delà de tOutéS It's cti ,'e r ~~t;nc('s Iv"Equ'J s'agi t de défendre, de ' sa uver la pa ix. C'est cette même bonne volon· té qui s'exp rime ra le 12 décembre à Vi enne, sur le plan international, au Congrès des Peuples pour la Paix. A la t n b ur e, Ctaient réu ni" les plus grands noms de l'Univers ité et de la Sci ence. les rcpr é se n tant~ C) ualif és des tr1- va illeu rs et des dl.ft~lfts ch es ~e la M" André BLUM EL Président du M. R. A. P. Prend ront la parole MM. SICARD de PLAUZOLLES profitant de l'a ine que leur offre une telle affaire, l'ont utilisée pour alimenter leurs campagnes antisémites. C'EST pourquoi le M.R.A,P. a pris l'initiative d'un Comité de Défense des Rosenberg qui, fort de l'appui d'éminentes personnalités, s'est lancé sur-Iechamp dans la bataille. a reconnu franchement un défenseur de l'amnistie, M. RoUin. la Une 'vue de la' foule au CongrèJ, \ porte de Versailles. Cônlérence i'nternafi~nore,' pour la solution n ~ , Pierre Morhange, membre du Bureau National, intervint au nom du ,\Il. R. A. P. En un expose saisissant de cial té et d'émotion, il souligna que racis- (Suite page 4.) du problème allemand Le Professeur WEILL-HALLE Membre de l'Académie de Médecine CHe boulever,;ante photo illustre la carte postale éditée par le C9mité de Défense, dont 30.000 exemplaires ont été à ce jour envoyé9 au président de, U.S.A. 11 dépend de chacun de nous qu'au cours des prochaines semaines, l'action entreprise s'amplifie encore et toujours. C'est, pour notre peuple, une ,question d'honneur. C'est une qu,estion de vie et de mort - et pas ssulement pour les épou,x Rosenberg. A tous les Français d'agir en commun afin que triomphe la justice 1 Il est difficile, rependant, pour les promoteurs de cette loi funeste, de proclamer ces objectifs. Dans le texte adopté, l'hypocrisie se mêle étroitement au cynisme. Au lieu d'affirmer: 4: Tous les collaborateurs sont libérés et réhabilités », ce qUI aurait été, à peu de choses près, la stricte vérité, on dédare : « Seront amnistiés. foutes les ppines qui ne dépassent pas cinq ans de prison... » Mais une disposition de la loi précise qu'il sera tenu comp- BERLIN, rende·z-vous de l'espoir te des réductions apportées aux Florimond BONTE Député de Paris Le Rabbin ZAOUI Le Pasteur ROSER DEUX INNOCENTS U N grand pas en avant a été fait dans la voie qui mène à la paix du monde. Et nous le devons à la Conférence internationale pour la solution pacifique du problème allemand qui s'est tenue à Berlin du 10 au 12 novembre. différentes peines de prison par les grâces présidentielles et les amnisties précédentes. Ainsi, un criminel condamné à 10 ou 20 ans de prison, et dont la sen- L'idée de cette ,rencontre vient De larqes délégations tence' a été réduife antérieu... d'un Comité d'Initiative, en L'écrivain catholique Marc BEIGBEDER Julien ,RACAMOND Secrétaire de la C. O. T. Charles PALANT Secrétaire Général du M. R. A. P. Tous à'~: la Mulualilé Rue Saint-Victor Métro : Maubert-Mutualité Ouverture de" portes à 20 h. MAURRAS L UNDI prochain, à l'appa,l du Comité Français pour la défense des Ros'enberg, le peuple de Paris viendra en masse à la Mutualité. Il clamera sa volonté de voir rendre à l'affection de leurs deux petits garçons, Ethel et Julius Rosenberg, promis à la chaise, électrique si la protestation mondiale ne parvient pas à arracher leur grâce du Prés';dent des Etats-Unis. Paris fera entendre sa voix généreuse et sensible à toutes les justes causes pour sauver deux innocents voués à la mort sous l'accusation du plus impossible des crimes : s'être fait livrer le secret de la bombe atomique par un employ& subalterne de l'usine atomique de Los Alamos, seul témoin qu~ accepta d'accabler les Rosenberg lors de leur pr(X)ès. est mort ... PAS UN FRANÇAIS n'a versé une larme L E 16, octobre dernier, Charles Maurras mourait dans une clinique tourangelle ; dans un lit confortable, ' comme .Pétain, qui réalisa, sur le sol de la France occupée, son idéal politique. Pétain avait 94' ans, Maurras 84 ans. La trahison a conservé vieux ces deux sinistres bonshommes, la trahison et la haine du peuple. Aussi funeste qu'il était sourd, 'aussi sadique qu'il était frêle PAR Paul TILLARD et chétif, royaliste sans roi, papiste excommunié, CHarles Maurra.s restera dans l'histoire comme l'un des personnages les plus méprisables et les plu;; anachroniques de notre temps. Toute sa « personnalité» se signale par la ligne constamment antinationale de sa 'Pensée. 1\ fut de toutes les canailleries politiques, il applaudit à tous les malheurs frapp::tnt la FT/lUcC'. Il (SI/it e pOile 4.) Le témoignage de. oet individu prend tout son sens quand on sait, qu'Impliqué dans une autre affaire, il vivait depuis de longs mois terrorisé par le F.B.I., qui le menaçait des plus lourdes peines s'il ne témoignait pas PAR Charles PALANT SecréiaireGénéral du ~LR . A,P . rement à cinq ans, bénéficie de grande partie français, qui pro- DISONS de suite le rôle de ... Comma tant d'autre~, nous l'amnistie. voqua des réunions pr,éliminai- la délégation française. nous sommes pronuncespour C'est II;: cas, entre autres, de l'es à Strasbourg en décembre jean-Marie Domenach, réla paIx parce que nous ne dé- Xavier Vallat, ex-commissaire dernier, pu'is à Odense, au Da- dacteur en chef d'Esprit, dirigea s!rions pas voir.: nos deux petits aux Questions Juives, qui, en nemark en février 1952 dans le avec autorité et compréhensiont garçons vivra dans J'ombre d attendant de se présenter aux but de rechercher, avec les re- la première conférence de ' presla guerre et de la mort. Comme, t' ,présentants des deux Allemagne, se et la dernière séance du Cond · l d' électIOns se pavane e perore 1 '11 l ' grès. Maître 'Bruglll'er anl'ma le ;lU l'es, nouo; avons reven 1- aux obsèques de Charles Maur- es mel eures so UtlOllS au pro- .. qué des libertés pour nos c.on- ras. Sera-t-il amnistié en vertu blème allemand. secretanat. Et le bureau comcitoyens, parce que nous Les délégués allemands n'ayant prenait Yves Farge, président t dIt' d' de l'article sur les cinq ans, ou , 0 du Comité français du MoulVe- CPJYl,ns aux ra Ions emocra- de l'article sur les ' anciens com- pu se rendre a dens'e, on dé- ment de la Pal'x, l~ de'putc' tiques de notre pays et parce b tt t d l' t' 1 1 cida de les conV'oquer à Stock- '- que nous vou lons que nos en- a ,a n s, ou l e ar' le? e su r es h0 m l; m'aiS , au derm'e r moment, M.R.P. Bouret, I'~- de'puté comfanLs y croient. C'est pourquoi anCIens par ementatres . le gouvernement refusa de dé- muniste Pierre Villon, .le syndinous somOECS aujourd'hui dans Il n'a que l'embarras du cho,ix. livrer les visas et force fut de caliste Gaston Monmousseau, le conformément au plan de la po- nolp.e maison de mort commm.e Quant à Pierre Boutang, le remettre encore une fois les con- pasteur Trocmé, le professeur lice visant à imposer la con- pour avertil' Lous les hommes dauphin de Maurras, qui se glo- versations. Mais ces échecs ne Ricoeur. jean B,aboulène, direcdamnation des Rosenberg. et toutes ies femmes ordinaires rifie d'avoir été le pTC'mier fonc- firent que stimuler les orga-ni- teur-adJ1oint de Témoignalfe Paris, où vibre plus vivant " d f . tionnaire sanctionné à la Libé- sateurs et aboutirent a' une rell- Chrétien. j i 1 " qu Il y il es orees mauvals,es ration, il pourra être réintégré, que ama s, e «" accuse» qui voudraient faire taire par contre encore plus significati- On saisit toute l'importallce t m m 0 rte 1 de Z 0 1a , di ra la mort ccux qui parlent pour et recevoir une indemnité. Plu- ve : celle des délérrués de l'Al- :et la diversité de ces personnasa révolte devant l'h or ri' bl e i n- la paix ct pour la démocratie. 1 sieurs milliards vont ainsi être le magne de l'Oues'"t avec ceux lités, secondées IJar 'Mmes LOU'I'- justice née dans l'atmosph è re arrachés aux victimes pour ré- de l'Allemagne de l'Est dans leur se Alcan (Fédération Nationale Irrespirable que font régner aux (Suite page 2,) compenser les bourreaux. capitale. des . Déportés), Jean-Richard) U.S.A. les protagonistes hysté-r----------:--------------------------------------------__ -. riques de la « chasse aux sorcières », qui conduisit, Il y a quelques semaines, l'éminent juriste américain A. Feller à se donner la mort en se Jetant par la fenêtre du douzième étage de son appartement new-yorkais. D EJA, da tous les coins de. France, notre peuple multiplie ses protestations. Télégrammes et r&solutlons partent ohaque jour vers le Président des Etats-Unis, signés par nos plus éminents savants, professeurs, écrivains et artistes. En quelques Jours, vingt mille cartes ont &té envoyées par les travailleurs des entreprises, les étudiants, des grandes écoles, les ménagères, les jeunes. , Averti par un sûr instinct de solidarité, notre peuple sait qu'aveo la vie des Rosenb&rg ce sont ausoi ses propres libertés et ;a liberté de défendre la Paix qu'il d é f end, car déjà, chez nous, s'élève le nombre de ceux qui, de Fr-esnes, auraient pu signer oes lignes, que les Rosenberg ont éorlt de Sing Sing : Nous s mmes un homme l't unt" femme ordi nai res ... PAS • PUI&O·ON NE VOUS LE DIT: PAS , , • PUISOU Racisme en bouteilles On peut voir un peu' partout, dans le Sud des Etats-U nis, des appareils distributeurs de ce genre. Celui-ci a été photographié dans l'Etat d'Alabama. Buvez Coca-Cola en bouteilles! Si vous cédez à cette lharmante invitation 'vous pouyez vous servir vous-mêmes en glissant une 'pièce dans la fente. Mais attention ! A gauche pour lcs blancs, à droite pour les « gens de couleur ». Vous n'y pensez pas 1 Si un doigt blanc ct un doigt noir appuyaient sur le même bou,ton, le Co-K.K.K. y perdrait tout son arôme. « Buvez le racisme , en bouteilles ! » Et ne mélangez jamais Coca...conoir et Coca-co- blanc! Les deux présidents Le président de la fimle CocaCola, M. Woodruff, s'est beaucoup intéressé aux élections présidentielles. ' Les bénéfices réalisés à vendre le précieux liquide, tant aux Noirs qu'aux: Blancs, lui C~lt permis d'arroser généreusement la 'campagne du général EisenJlOwer. Mieux : il s'est occupé du lancement publicitaire de son poulain (I like Ike, etc ... ) Ses ~éthodes, expérimentées par ailleurs, ont fait merveille. Au lendemain de sa victoire le général-président est allé s~ reposer chez son vieil ami et protedeur Woodruff. ,A Augusta (Georgie) où celuiçj . p~ssède une fort belle proprIete

dans Ce Sud précisément.

où f1euri~• . c;ent ies appareils distributeurs brevetés par le Kw Klux Klan. Encore Coca-Cola? Quand il était en Europe, le général Eisenhower comptait aussi, dit-on, parmi ses conseillers les plus écoutés, le directeur général pour l'Europe et l'Afrique du Nord, de la firme Coca-Cola. C'était lè , temps ' où, se rendant en visit,e officielle à Bonn, il affirmait : Le passé est le pd.ssé. ~ . Pour ma part, je /le crois pas , que le soldat allemand ait perdu' son honneur. • Et où, dans un exposé aux sénateurs et dépùtés de sou parti, il déclarait : Je ne suis pas d'accord avec ceux qui pensent que l'armée allemande devrait être forte pour une marche vers l'Est et en même temps ttre faible pour u/Ze marche vers l'Ouest. Il ertJre dans nos intérêts - et c'est noire tâche - de faire les choses de façon que' l'armée allemande puisse,. attaquer dans toute di~ ectioiz qu~ /Zou,s, Américains, Jugerons necessalre. La bataille La bataille fut ardente entre Eisenhower . (61 ans, 1 m. 77, 79 kg. 700, bon oeil et bonne (Suife page 2,) par le Dr GINSBOURG Bloch (U.F.F.) et Marie-Claude Vaillant-CoUJturier, des représentants des artistes - Delamare -; de la Pensée Catholique, - l'Abbé Groues, Henry Marty, Conseiller général M.R.P., Queyrel de Marseille -; du p'rotestantisme - le pasteur Hérube! -; des Résista'uts du Nord ~ Dumez - et de la région parisienne - Petillot -; des Prisonniers de Guerre - Guiraud C'est comme représentant de notre Mouvement, dont Il est membre du Bureau Nationa:, que le Dr. Glnsbcurg a participé à la Conférençe de Ber~in. On le volt 101, enu tre doux séances, d&dicaoe~ un exemplaire do D!'oit et Liberté pour le Dr. Johannei Ude, professe'ur de Théologie à l'Univeriité de Oraz. -; de l'Armée de réserve - I~ général Le Corguillé -; de la Fédération Internationale des joournalistes Jean-Mauriçe Hermann -; du pacifisme girondin - le Professeur Jacques -; de l'Association pour l'Oder et de la Neisse - Henry de Korab -; et enfin du M.R. A. P. toujours présent dans le combat contre les idéologies de guerre. (Suite page 4.) SAU·VONSD·E LA CIiAI·SE ELECTRIQUE ~ ye ~~ DeDiandons grâce époux Rosenberg" Un télégramme ainsi rédigé a été adressé au Président des Etats-Unis par : Gabriel AROUT, Dominique AUBIER, Georgesl AUCLAIR, Ma'rcel AIME, Albert BEGUIN, Marc BEIGBEDER René BLECH, Claude- BOURDET, Francis CARCO, Jean CAU, Jean COCTEAU, Jean-Marie DOMENACH, Maurice DRUON, Marguerite, DURAS, Jean DUTOURD, Gaston GALLIMARD, Marcel GROMAIRE, Louis GUILLOUX, René JOUGLET, René JULLIARD, JEANDELINE, Félix LABISSE, Christiane LACOUR, Mme LAHYHOLLEBECQUE, Jean-Paul LE CHANOIS, Fernand LEGER, Michel LEIRIS, Ren& LOEB, Edouard LOEB, Eddy MARNAY, Louis MARTIN- CHAUFFIER, Gilles MARTINET, Loys MASSON, René MAUBLANC, Claude MAURIAC, Jean MERCURE, Yves MONTAND, Gérard PHILIPPE, Henri PICHETTE, PRASSINOS, Jacques PREVERT, Pierre PREVERT, Mme ROMAIN-ROLLAND, Jean-Paul SARTRE Armand SALACROUX, Roger STEPHANE, Simone SIGNORET, André SPIRE, Edmond TAMIZ, VERCORS, Jeannette' VERCORS, Jean WIENER. L· Allaire Dreylus de la guerr r ide ÉTHEl ROSfNBERG à ses enfants: Il J. AI CONFIANCE ••• Il .r.;-,tès que la (our Suprb,"i;e fut rej~t'; le derlîl~r pourvoi de ' on mr: ri et le sien. Ethel Rosenberg ~ Je'P' J tes del!X ~~i.;S garçons la le:: t l e $~I!' i!rte : Mes très, très chers enfants, Pardonnez-moi de ne pas vous avoir ~.rit immédiatement .. , Les gens dévoués qui vous entourent ont certainement fait tout ce qui était en leur pouvoir pour adoucir votre déception par leur tendresse et leur compréhension, Mon silence perslstant devant des événements dont vous êtes déjà pleinement Informés ne ferait rien d'autre qu'accroître votre anxiété. ' De plus, une fcis que le premier choc fut passé et que je me suis sentie en possession de tout mon c;alme habituel, j'ai éprouvé un grand besoin de vous parler et de vous rassurer à notre Sillet à tous les deux, Papa a pu venir me voir mercredi, r:: mQme papa joyeusement souriant~ qlA'ii a toujours été, et il a été très content de voir que mon moral égalait le sien. Nous n'cvons pas gaspillé un" minute du temps précieux qui nous était ainsi accordé, vous pO-uvez le croire, et nous nous sommes immédiatement mis à préparer la prochaine phase de la campagne. Dans une iou'rno~ ou deux, nCllIS' pourrons échanger ces idées et ces pianS' avec Manny Bloch (1) qui, vous pouvez: compter sur lui pour cela, ne laissera aucune route inexplorée dans la recherche des moyens légaux de nous fo're rendre iustice. réconfort et d~encoura!lement. Car ie ne manque pas de confiance ; croyexmoi

elle est merveilleusement réelle

et solide, Une s:Ure chose me tracasse i je ne me sens iamais capable de trouver les mots suffisants pour exprimer combien ie vous aime. Et papa reconnaît qu'il a les mêmes difficultés. Encore une fois, ne vous laissez abattre par rien ; il Y a encore beaucoup à faire, et nous retroul5son9 nos manches pour le faire, Votre maman qui vous aime, Ethel ROSENBERG, (1) L'avocat des Rosenberg (N, D,L,R.). Les aide-bourreaux P OUR Aspects de la France et Iivarol, et autres journaux l'iclJystes, ia olipabilité d'Ethel et julius Rosenberg ne fait aucun doute : ils sont juifs. Comme Dreyfus, Cela va tellem ent de soi que les deux journaux vichystes ne croient pas nécessaire de faire de lungs développements, Tout au plus, Aspects çle la France assimile-t-il lell,r cas à celw[ d'Abraham Feller, le Haut foncnaire de l'ON.u" qui se serait suicidé, parce que le couple de jeunes htelleduels' juifs fjui ('oi\' ent, sauf miracle, s'asseoir sur la chaise électrique, obsédait, sans doute sa pensée, Et accréditant l'idée scélérate de la trahison de tous les juifs, Aspects poursuit : A un degré différent, à une pla;;e différente, il ne sif!nifiait pas, lui (Feller), autre chose qu'eux (les Rosenberg), II se heurtait comme eux à la réalité nationale dll pays qui se trouvait être' le sien. Qllan! à Rivarol, il ne trouve pas de mots assez ironiques pour parler da la campagne en favel/r de del/X innocents .Hais un journal se distingue par une particulièr,e ignominie : La Presse-Magazine, qlll' reproche aux Rosenberf/ d'avoir mal remercié les U, S, A, de leur hospitalité, étant sous-entendu que, parce qlle juifs, iis SOllt « étrangers », Viennent ensuite quatre colonnes d'insultes, de SOI casmes, de grossièretés du ['enr,' d," celles-ti : Depuis qu'ils ,ont en nrison (les Rosenberg), ils ont écoeuré non seulement les vard en" de SiO~-Sil1g, mais mêOlt' lcs mille sept cent quatrevin~ t-ciTlq prisonniers de droit commUn incarcérés da r.s la légendaire prison. / I/:Jrs i:ue chacun admir!! l ~ l (,tuage et la dignité des Rosen! lcr/;, qui se sont exprimés dans des lettres bOllleversantes, Ethe/ Rosenherg l'st présenlér comme une horrible créature, ayan'f une t erreur abjecte de la mort. Cet infâme article anonyme se termine par des plaisanteries sur la « rôtissoire », - c'est ainsi, est-il précisé. que les gangsters appellent la chaise électriq'l~, S I l'affaire Rosenberg n'existait pas, les antisémistes l'auraient inventée, tant elle sert leur propagande ... disions-nous dans notre dernier numéro, Et nous ajoutions : A vrai dire, ils l'avaient i_nventée ... . Droit et Lill (:I'lt" a montré, textes à l'appui, comment Gerald L.K. Smith, raciste numéro 1 des Etats-Ur,is, affirmait, db; 1949, dans son journal The Cro~s and lllC Flag, que les Juif" possèdenl la bombe atomiquè et qu'ils en ont livré le seerel aux Husses, De telles affirmations, qui sont dans la logique de l'hystérie antisémite, aident à entretenir l'hystérie belliciste. Et réciproquement. . Aussi, les Rosenberg condamnés, les racistes triomphent aux Etats-Unis. Que la culpalibité des accusés reste à démontrer n'est pas pour gêner les semeurs de haine. Il leur fallait des « espions juifS », on leur a jeté en pâture les Rosenberg : cela suffit. Et à l'instar de la Libre Parc,: e et L'!\cliol\ Franç'aise au temps de l'Affaire Dreyfus, The Cl'o~S and tlle Ftig et ses compères, The Broom ou Common Sense, ne craignent pas d'affirmer que la seule origine juive d'Ethel et Julius Rosenberg prouve amplement leur qualité d'e traîtres, Goebbels au go ut du jour L.a conf!Jsion systématique (5 ,profitable a l'ideologie guerriè.. e !) entre juif et I)olcllc\'ik, apparaît à nu dans un tract répundu notamment à Washington et à Boston par les Pat l'i tlles du Pentagone (sic). En voici le texte : .\t 1 enlioll, danger ' les lraitl'l' ~ l'ouges il l 'ouvrage Il'e~l llue la Hussic a.", ('onquisQ" l'1 i',1 dirigée pUI' lu 1111'Ille e,;p('cc de Jt1if~ '! CI' rai prouve a ,lui !:'cul que Il', LOIII Illuni~ llle cst juil', ' Le" .JuÎt's ne tm\'aillcllt j'" mais pour le .- CÎll'diells angt,,saxons,

Vlall1eurcu se lllcllt. le

conlraire esl toujoürs \'l'ai. 'Iollt non-Juif qui travaill c avec \lU pour ces tmlll'Cs judéo-marxistes trahit son CI1I'i~t ct sa pa·, 'lrle, Pensez t oujOl! I'!:' que l', communisme - IIHIl'xÎSllle internationalisme ,cst juif el UIltiaméricain .. , ' Ne croirait-on pas Goebbels ,légèrement pour l'âge atomique ? lire du modifié Le sang des Juifs ... Les mêmes, « Patriote~ , du Pentagone' » mor.trent leurs talents d'adaptateurs de la pens~e hitlérienn en .. rodant, sur le thème que leur fournit le gouvernement américain, un lonç; « poème » de sang et de mort qu'aucun Waffen S.S. ne désavouerait. Voyez-;es danrer la danse du scalp : ,\iIlSi, ils doivcnl IIIUlIl'il' ( le:; Rosenberg ) , ,- C'c·t d,"ci ('"té - Ilil'n Ile i'cut plus ~all\'el' - Ces \·ip~l'es IIUlIlaines - Ul' Il! lomile, Puis vient la menaCE) d'un lynchage en - rëgle, '-tels qù'lIs furent, jusqu'à présent, réservés aux nègres. Il est dit que si r('afgré tout', les Rosenberg sont grâciés, alors , [, :1 jl~ti()n oulragl'e pf)us~!llli une .; cule clameur, - Les lil' C' l'il de IrUI' pl'i,'on --- ~t le" pen d: a Iwul et court, - EL sans l"~poil' dc \'Î\'I'C - lis sc b alan cel'ollt el 1l1oq1'l'onl -- Et s'agite ront - A la cOI'de du bourr eau, ... St nolre grand Drapeau Flottera en séclIl'itc" - Ilaut dan - notre ci,,). .. On évoque le refrain qui rythmait le pas de 'l'oie des Jeunesses hitlériennes : Les procédés les plus écules de l'antisémitisme, s'étalent dans ces textes avec tant de grosfiéreté qu'on est tenté de les croi re inefficaces. Vraiment, le traditionnel bouc émissaire est trop lourdement chargé des péChés mis en vogue par la guerre froide

il va se dégonfl er, semblet-

il, la superCherie va éclater ... Mais non ! Gerald L.K. Gmlth, difJne disciple de Goebbels, digne emu le de Maurras pense avec un semblant de raison qU,e «plus un mensonge est gros, plus il a de chances d'être cru » ... Et de fait, cette propagandE) porte. Elle franchit le cercle des feuilles spécialisées, s'infiltre dans la « grande presse », gagne la littérature « comme il faut ». Tache d'huile Voici par exemple cet art:cl~ du :'\ew York Tillles, expliquant (26 décembre 19(1) que si; contrairCiment à Los AlamoG, ,1 n'y a pas d'espions à Oak-Ridge (autre usine atomique) c'est p'arce que le personnel est ;(',.;~ cnliellelllcnl de pure !'a(,C' :tnglo-~ ax(lnne du 'l'cnne,.;cc lll'il'Illa 1. Voici un livre de la sériE) rou( Je : r, c~ 1~;;jJil)ll- ,\IIIII IÎ(jU l'-, dont l'auteur Oliver Pilat suggère que tous les prcgressistes sont des espions atomiques et tOl!S les Juifs des progrc!:~istes. Le Chroniqueur Sterling North, qui en r!lr.d compte dans le

\l'\\'- ) tll'l, \\'olld Tûit'grillll,

journ à grand tirage, transforme ces suggestions en certitu- Votre mère (je pense que veu!; l'avez senti d'après ce qui précède) est d'une humeur combattive ; ct tout en sachant que vous verserez quelques larmes, j'aimerais pouvoir sentir que je vous ai trdnsmis, ne serait-ce que dans une faible mesa.;re, ma propre confiance, et que j'ai donné à mes enfants un peu de Michaël et Rabbie, les deux enfants des Rosenberg, Cetle utilisation d'une tragique affaire où se joue la vie de deux inllocents ilicitcra plus C/ll'(,ïe les hOll/lê'es grns à lut trr pour le triomphe de la jllStl( Ç ~)o urquoi pensez-rous que la longue lis ! c de marxistes juifs (donl les nom ~, l els que Rosenberg, Sobell, Gold, '\'einbaun'l, elc .. , revi ennent quotiti'nuement dlns les tilres de ~ journaux) ont livrü nos ~ecret~ at oÏlliques il ~a Rll~sic - si ce El quand , le ~a'ng des Juifs f.gil'Ip ~IlU~ le routeau I{Sü[te;-tie la page 1.) dent) et Stevenson (52 ans, 1 m, TI, 83 kg, 800, bonne dent et mauvais oeil), M , Truman lui-même lai;;sa , .,.. , la pluiJart la loi ' Mc Cai;an, Cette loi ~ur l 'immigration foisonne de dispositions racistes et antisémites, Or Mc Carra n, lui-même, est.., ,\Iors, l'il'" \ ,1 dru, r"i~ IIlieu\ .. Lettres de haine KULtUR, quand iu no ... tiens ••• Des lettres de haine éditéE)s par diverses organisations et notamment celle de Gerald L.K. r.mith (la Ctui'il"l' :'\u1i\lI1\I(\Ch)' t"1 i('l1Iw) , sont :na(;siv~ment distribuées dans l'ensemble de:; Etats-Unis. En un ~tyle qui se veut spirituel, e:les ironisent : (;II11sllubez Uil ""Ii(ll' 1I1l11' f1f; Un nouveau prix Pour notre part, contentons- pour le cinquantenaire de sa lalllcntali\lI1" il 1'(' rtll'e~, 1'1 DUS r.':U'lon",I ... ~ _~ _ • • •• _ • .J ~_ ~L- '----,~-----...:..-~-----_. des. Et il en rajoute. Parlant du City College of New York, fl'éqt.:cnté par des jeunes Juifs, il affirme quc ses elèves olll n'Illiii lell!' puy', E)t qu'il en est dc mêm.e de leurs parents, De Dreyfus à Rosenberg Des gages officieis donnés a l' anti~émitisme, à toutes les hystéries

une feroce propagande

raciste déferlant sur urt pays tout entier et msnaçant de faire rapidement tache d'huile; le préjugé érigé en principe mobiI. sateur ; des appe:s au meurtre 1;1: au Iyr.ohage ; l'excitation effrenée à la haine aveugle qUI divise les hommes et prépare la guerre : telles sont les conséquen'ces prévisIbles et, dironsnous prévuc~, de l' injuste condamnation de deux Juifs innocentG, victimes d'une ,\ffail'e 1) 1'('~'ru~ de 11 gUl'll'C fl'oide . Alfred Dreyfus ne fut âvidemment oas condamné en t~nl C]lli' J ui r. 'Eftt- il eté coupable que " les campagnes .. ar.tisémltes n'auraient nas été plus justifiées. Mah le~ auteurs de sa condami~ a t ion au ra.ent Pli, au moins, dl.:n):lt;·'.::r I;,/;, p'opre impar~ialité. Et les ?ollVairG publics 'fairD le néce ssaire pou-r couper CO :.l~t à ces campagnes, S'II n'en fut rien, c'est que la partialité des juges avait précioimor, t pou r' obJect:f d'allrilent:: r 1'û-ntisém:Li:r.1e, avec de hautes comp:icitas, Les Rosenberg, évidemment, n'ont pa~' et3 condamnés l'II t,,11I que Juifs. Mais ils sont Juifs . Leu~ procès porte la marque de l'arbitraira. L.e verdict qui les frllpp~ est d'une rigueur sans précédent. Ils deviennent le symbole de la « trahison " juive » dans la propagande des ant .. sémite~, (lui :ancer,t, en toute irr.punité, leurs appels au ~'rogr amE), Que d'analogies avec l'Affaire Dreyfus ! Il n'en faut pas plus pour que se fasse autour d'e'ux le rassemblement de tous les antii' acistef, do tous les hommes de 'progrès et de paix, qui ne ménageront aucun effort pour 11S sauver de la chaise électriq, le, les arracher à leur prison, le3 r end r:l il leurs enfar.ts b'en- .:\:,11 6s. ..IJ:rt LEVY. ( li/te , ' la--p;g~ 1.) dent) ,et Stevenson (52 ans, 1 m. TI, 83 kg. 800, bonne dent et mauvais oeil). ~- -r- - T la plupart, la loi N\c Cal ial:. Cette loi sur l"immlgratlon fOIsonne de dispositions rac istes et antisémites. • quand lu nous liens ... Etats-Unis. En un ~tyle qui se veu\. spirituel, e :les ironisent : (;on s tl t1 b l'z Uil ;, ,,!ide IlIU t' il l'~ IUllI cnla Liun- il ljuall'(' l'li ce,." ('1 lI1 ett ez (I II !lent: I\l ili cli . ;'t ~illK Sing. lu cilÎ' r(' peti le 11 H1 l1 lDn L ie ]l et it pa))a HII ~ (,J1 ll e! ' g cl qu 'il , ~e iJI11l' II1 PII I, ~ c IUlllel11 " 111. !:ll M. Truman lu,i-même lai ~sa entendre que le général nourr issa it des sentiments racistes et antisémites. Ce dont le géné ra' se défendit comme un beau di a·· diabl e. M. Benj amin Browdy, ancien président de l'Organisation si oniste d'Amérique, rétorqua : « Aussi longtemps que le général Eisenhower laissera dans son camp des réadionnaires comme les sénateurs Revercomb, Mac Carthy et jenner, il n'a a ucune raison de se' plaindre des g raves accusations portées cont re lui par Truman. » La mêlée Les députés républicains fure nt a ussi accusés d'avoir voté, pour Or M.: Carran, lu i-même, est... démocra te. Et si presque tu us les républicains ont voté son tex te, beaucoup de démoc rates Cil ont fa it a utant. C't'st d' ai lle~lr s pourquoi la loi a passé. Une preuve Ali cours de cette chaude batai ll e, on vit fleurir les a rg uments ks plus inattendus. Les pa rtisa ns de Mac Arth ur, par exemple, accusèrent a ussi bier Stevenson qu'Eisenhower d'être les agents des juifs, et ce de rnier d'être juif lui-même. Il avai t répondu déjà à une s ';mblable « calomn ie ». Quelque temps a près le débarquement en Al gérie (1 943), les coll alJos firent courir le bruit qu ' Ei senhower était juif, espérant ainsi discrédit er les Alli és. Que fit le généra l ? Il o rdonna qu'on édite s a p hoto à des milliers d'exemplaires af i ll, dit-il, qu'il n'y ait aUctIll doute sur les origin es de mOn ascendance ... Un nouveau prix C'est la saison des prix littéraires. Et les oeuvres à récompenser ne manquent pas. Par exemple : De Mont·herlant : Textes sous Ull occupation (parus dans la presse du même nom entre 1940 et 1944). D' Henri B.r,raiud (ma,is oui, celui de « Gringoire ») : Quinze jours avec la mort (publié tout d'abord par « Paris-Match »). De Céline : Féerie pour une autre fois (titre prometteur chez l'auteur de « Bagatelles pour un massacre »). De Bardèche : Nuremberg JI. De Maurras: Le procureur de l'habitant (vient de paraître). Si nombreux sont les auteurs et les livres de ce genre que la création d'un nouveau prix s'impose

le prix Vichy.

Pauvre malade! Quelqu,es journaux s'a pitoient sur le sort d'Henri Béraud qui , sorti de prison, se voit condamné ... à garder la chambre par une maladie. CHASSÉS -CROISÉS L'édifiante histoire ... Depuis longtemps, il étaijt ami intime de Laval. Depuis 1935, sous-préfet de Pontoise, il attendait en vain de l'avancement. 1940. La défaite, enfin. Il se frotte les mains. On va voir ce qu'on va voir. Et notre homme d'escalader à pas de géants la hiérarchie viChyssoise. Dès avril 1942, du ministère TARjF DES ABONNEMENTS DROIT ET LIBERTÉ: 10, rue tic Châteaudun, Paris ge. Tél. : TRU 00·87 Fl\A'\'Cf et L;\JON FRANÇ AI S~ L Il an : 300 l'rancs. PAYS ETRANGERS Un an : 430 fran cs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQl'E CUlllpte ch. post. : 6070·98 Par i, r our les changements cl adresse envoyer 20 francs et la del'llière band e. Le gérant : Ch. OVEZAREK, S.I.P.N., 14, rue de Paradis, PARIS (X') de l'Intérieur, c'est qui désigne les préfets, qui contrôle les mu nicipalités. L'assassinat deS! résistants, la déportation des Juifs dépendent de son zèle : inutile de prélc.iser q'u'il n'en manquait pas. Puis vinrent ce que M. Pinay appelle des « circonstances exceptionnelles » - entendez : la Libération. ... d'un Vichyste ... Son étoile (ou les sept étoiles de son maître 7) le protégeait. encore. Notre sous-ministre de la répressiol1j~ jugé par la HauteCour, en 1947, s'en tire (par contulllace) avec 1; ans de prison

ce n'est pas cher.

Mals, il faisait alors une cure en Suisse. ,Cinq ans, dit-il, c'est encore trop : atendons ! Il avait raison. ... et de sa revanche Le 4 novembre dernier, il est revenu en France, se présenter à ses Juges. Je suis GeoI'8'_" lIilail, dil- il. J e ne l' l'clam!.: pb la li Il e l't(, p!'o\'isoire . .Je \'i ons 111 (' fai l'C' alTèle!'. -- .\ 11 ' r'es! \'ous ? 1 ui dit M. Montilot, vice-président de la Haute-Cour. On discute. On se consulte. Conduit à Fresnes, Hilaire est aus.sitôt libéré : - NOll.S l'egre LLÛll~ . II Ull~ Il e !louvons \'ous gard er ... A la pr'ison de Fresnes, aujourd'hui, il. y a M. Alain Le Léap et quatre dirigeants, de l'Union de la Jeunesse Républicaine de France, résistants .héroïq ues, arrêté-s en raison de leur lutte pour la paix. Vous pensez s'il a ri, Hilaire! Ici ... Qu'est-ce que la loi d'amnistie 7 SI, elle est votée , elle transformera la liberté prQvisoire (ou conditionnelle) des, Georges Hilaire et autres Xavier Va11at en liberté tout court : liber'té de recommencer ; liberté d'envoyer en prison qu'ïconque rappellerait leurs crimes. C'est la collaboration réhabilitée, les collabos portés, aux nues, la résistance bafouée, la voie ouverte à toutes les revanches, de ce côté-ci comme de l'autre côté du Rhin. Un nom restera attaché à cette scandaleuse opération. Celui du rapporteur de la loi, M. Duveau. ... et là A la C.ommission des Immunités parlementaires, on cher": chait un rapporteur. Il s'agissait de se prononcer sur les poursuites que le gouvernement réclame contre six députés de l'opposition. On avait beau chercher : pas de volontaire pour associer son nom à une mesure que la presse vichyste applaudit (et bisse) bruyamment. Pas de volontaÎre 7 Si. On avait oublié M. Duveau. Pour notre part, contentonsnous ùe rappeler ce qu'i! écrivait le 17 juillèt 1942 : Nous avons été infestés d'un bèllicisnze anglo-russe entretenu par le virus judaïque. Et le 23 janvier !951 : C'est un fqif, la subtilité d'Israël, son ast/Ice et son ardeur persflasive ne peuvent rien contre la triste éloquence du panier à salade et des verrous ... Très peu pour lui, Béraud, les nrrolls ... Anthologie La muse du pas de l'oie et des chemises brunes inspire aussi , outre-Rhin, les amis du chancelier Adenauer. Une anthologie poétique vient de paraître à ~Bonn, sous l'égide de Herbert Boehme, le « poète » des exploits des S.S., et j.V. Hauer qui chanta le néopaganisme hitlérien. Vous auriez tort de rechercher dans cette anthologie des oeuvres antinazies. Mais si vous voulez connaître les valets de plume qui furent couronnés en Allemagne, entre 1933 et 1945, vous les trouverez là au grand complet. pour le cinquantenaire de sa mort, on aurait peut-être pu .. . - Et les canons, alors ? .. . Un faux de plus Les antidreyfusards n'étaient pas à un faux près. En 1899, l'Echo de Paris publia en l'attribuant à Alfred Dreyfus, un texte fort sévère et ,calomnieux sur l'oeuvre de Zola. Or ce texte éta it la copie ou le résumé d' une étude de T. Colani publiée en 1880. Ce qu'e démontra joseph Heinarch, qui concluait ironiquement dans Le Siècle : " Il est manifeste que Z{)la, quand il connaîtra cet extrait des cahiers de Dreyfus, rétractera sa lettre au Président de la République, et ira présenter s~s excuses à Esterhazy ! » C'est du moins ce que souhaitaient, dans leur naïf machiavélism e, les amis de Maurras. Au nom de la culture Franco à l'U.N.E.S.C.O.! Première étape vers l'O.N.U. ! L'affaire a fait scandale. Et aussitôt des membres éminents de la grande organisation in- De l'utilité des guerres ternationale ont donné leu,r dé- Q , P d t 1 rr.ission. uant a von apen, on es (ln les con,plend. Mémoires viennent de paraître On comp'u d aussi, hélas ! à Londres, on ne peut pas dire I:Oi rquoi le ~,). ve rn ement de M. qu'il ne tire pas la leçon des Pinay s'est 'i'wllOncé IPour l'adévénements. mission .du • sanglant \ami 'a'm~ Il écrit : tIn et Mu:,sohni. Ses raisons La coopération de l'Allellla- non rien i, ·, t' .r avec la culture, gne avec les puissances occiden- oui sert d'ensei gnl à l'U.N.E.S. tales sur la base de l'égalité C.O. des droits est déjà plus avan- _ Quand j'entends parler de cée aujourd'hui que quinze ans culture. disait un autre ami de l aI1l C ll lC' I1I. ~; . ~ . Et ce sont les claSSiques accusations que le p,"ocès des Rosenber'll, 5'11 ne les a pas explici( ement formu lees, a !avamment préparées : VU C' l'ail II' .Juif l'II 1 l'l uu!' dc lïwspi! a lit (: t[ué lui u rrreil l l e ~ L' ." .. \ .. ~ ... Il est sali ,., e-,cep li ln t' t ' pill l! . Il' ,.alJu~c lll ', Il' l' 0 1l1 11 1U nb,l'. Ii' jJ!'ug : c~ si~ l c . 1· ol, ~agr( gat l' l:!', le f au l cLll' de Ila inc ('1 l 'l1u ~ n u:·. d r !I) u l cc q ui fi l' \':1 pas. DEUX (Sui/e de la paj!,c 1.) L 'Iil:STRUCTION et le procès de: Rosenberg s'accompagnèrent aux EtatsUnis , d'ur, débordement d'excitations antisémites déferlant su ;' le pays tout entier. Les hommes du KKK, et les falcistes notoires comme Gerald L.K-. Smith -- le Streicher américain - s'ac~harnèrent su r les. accusés ct à g' a nd r"nfort de publications haineuses siefforcèrent d'accréditer l'id se· que les Ju:fs formaien t ' un {l corps étranger " aux U,S.A. que les Juifs s'étaient emp~rés du secret atomique et même des produits nécessaire ~ à la fabrication de la bombe. après la première guerre mOIl- Franco, je sors mon revolver. diale - ce qui proulle que la :--____________________________ ~ seconde n'aura pas été tout à A l'énoncé du verdict, une grave émotion s'empara des masses juives aux Etats-Unis,. Le J ewisll D a il~' Forwal'ù écrivit

' IJll and nuus apprÎl11es la

nou\'cllè que Juli us et Eillel Ro se nb erg dnlenl condamnés ~ 111 0 rt. nULl :' ['Cllll (' - J! a !'c u lI!'u~ d'un r;-i ~ s o n. De son côté, Samuel B. Gach, directeur du Ca lifornia J ewisll Voice jetait dans ce· journal ce cri, d'alarme : :\u, lIill er, nos a nli ,(: l1l itc:" \'0111 fait inutile ! Mais comment donc! Une troisième guerre mondiale, quelques millions de morts supplémentaires, et ça ira beaucoup mieux encore ! Zola et les canons Il y a encore à Paris une avenue Emile-Zola. Et, à l'angle de la rue Viol et, [!·n socle de pi erre. où l'on peut lire les phrases célèbres : « La vérité est en marche, rien ne l'arrêtera ... », « jeunesse, jeunesse, sois toujollrs avec la justice... » Et sur le socle, rien . Zola. comme bien d'autres, fut fondu par les nazis. 1\ fallait des canons, encore deR canons ... Mais aujourd'hui, direz-vous, Abonnez-vous , . , a LE Droit et Libe.rté JOURNAL QUI LUTTE contre le racisme et l'antisénlitism ~ c o ntre le re 2,rmem ent des n a zis pour la fraternité des homrnes et ries peuples. Elh el Rosenberg dEvant la pr ison de Sing-Sing. 1 Noe NTS lirélll di:' Iii CII I ;U;t1t1 l 111 li ltl l L ~ 11 1)~(' I1Il ('rg CUIIl II I(' LI li I IJ1T i lJ l l' g lunl i ll cuntrc I c~ ,l lIir~ .. . I L est réconfcr tant pour

lO Us, antiraciste, de i.re

çalls ies centaines de lettrlls q ui 1I0llS parviennent ces mots qui reviennent comme un k il - 111"li l·. condamnant sans appel l'antisémitisme, ({ Plus jamai~ de' pers àcutio r.s oomme 1I0US en avons connu pe ndant l'occupa tion. » « P lus jamais d'orpheli ns de parents exterminés, ni sur la chaise électrique, ni dans les crematoires. » Des plus petits villages comme des plu~ grancie ~ Villes nous parviennent cos lettres plus émouvantes les unes que les au tres e~ dans chacune, un billet de cent francâ ou 'luelql.le~ timbres-poste en ècllange desquels ;)n nous prie d'envoyer des cartes à faire signer. Vivant témoignage de 1 .. solidarité populaire, ies~ coups dfl téléphone et les visites de délégation ~ de travailleurs des us ne s, des chantiers, des bul'C'. IUX et des laboratoires se s uccedent, réclamant de ~ cartes, de" broch u l'es ... C o:vm l[;N, mi.sér~b~e, il côte: d.:J cet clan genereux qUI monte du plus profond de no t ~e peuple en fav eu r des Rosenberg, apparaît la dive rsion grosc ière de qu eiqucs " Journa- 1:5t03 » qui, se référan t .:i. des ir,formations de sccon è3 main repl'oduites sur quatre colonnes c~ démenties en trois lignes , co uvre nt leur refu5 de ~c pr ~ noncer en fave ur des Rosenbe rg par une indéce nt~ ge:t ,culat ion au:our de la tri ste éqll ip: de P rague, récemment co ndz.ln!1éc pour ESS trahisons avouées. « Nous prote sterons cent re l'ar.tisèmiti sm;J en Am iJr iqll ~ si V03U oro tcst€Z oo rltrc Par; t is:mi .. ~ i c m ~ ' ell Tchècoslovaqui : », di s er.~ ces bonnes âm ES. Et d'en appeler, avec un ensemble siGnifica tif s it)on t ou chant, du «( Figaro » à « Fi'anc-Tireur » de ({. IAurore ' » au ({ Populaire », :l l'ODjectivité et à l'impart ialité des femmes et des hommes gènéreux qui, par milliers, élèVEnt leur voix ~ en faveur des R"-~enberg. Les honnêtes gens sont, à chaque heure qui passe, plus nombreux qui ex,ger.t avec nous la grâce ' pour les Rosenberg, don~ le cour'age et ' Ia d ig nitë sont les fermes garants de leur innocence dont l'a'cusaticn n'est à aucun moment parvenue à nous faire doutel'. Malheur a ceux qui, un ir,stant trompé~ , par le « donnantdonnant » de ({ Franc-Tireur » s'embarqueraient .dans la galère des 51orzcny et autres Choltitz du « Figaro ». Demain, les Rosenberg seront toujour·s aussi innocents qu'aud'hui. Mais demain, tous devront convenir - comme ce fut tant "de fois le cas - que Slans ky et sa bande avaient bien payé pour leur's 'trahisons el non parbe qU' ils étaient Jllifs. rII M. Alt man et consorts s'en t irel'ont par' une nouvelle pirouette, mais devant les yeux de ceux qU'ilS ,auront réussi à abuser se dressera le visage de d"ux petits enfants juifS amél' icains qui demanderont: «Qu'avez- vous fait pour que nos parents restent vivants 7 » i;.D ES lors, nulle équivoque , l1'esl, plus possible. C'est tJ alltour de l'action pour Sauver les Rosenbérg que doit se souder l'union. C'est ce que diront, sûrs d'être entendus par tout ce qui pense et réf:écnlt dans notre payE, les orateurs éminents, venus de tous les milieux, lundi prochain, à la rilutua lité devant les mill iers de Parisiens accourus à l'appel du coeur et de la 'raison et qui porteront au niveau supér:eur de l'union victorieuse l'exigence de tOliS les hommes liu l'es : " faut sau ver les Rosenberg. !!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!I!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! D ft· 0 1 ~ E T. L t BER ~ E !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!~ 3 , ETHEL ET ·JULIUS ROSE z , 1 Une lettre du Comité américain de Défense ,1 des Rosenberg au Comité fra nçais ' // LE TEMPS PRESSE~ .. " 1 LA VOIX 6fNfRfUSf DU rfUrLf Of fRANt[ New-York. 17 novembre 1952. Chers Amis, A l'usine ou sur le chantier, les ouvriers arrêtenL quelq ues instants le travail - à moins que ce ne soit de la cantine, à l'heure. du repas,. 'ils signer/t .Ia 'péflitlon qui circule, donnent le ur accord pour l-e t-élégramme, versent d'enthousiasme chacun quelquse rrancs pour It's frais de poste : et ce sont encore quelQues dizaines ou quelques centaines de voix qui se font entendre en faveur de la JUstice. Au bureau ou au ~aboratoire, à l'école ou à l'atelier, chez: le commerçant ou au oinéma, partout on parle des Rosenberg, de leurs deux petits enfants Michael et RObble, partout. on signe · avec le ooeur ét la raison. Dans les qua~iers de Par.s et. desi villes de provlnoe, dans les plus 'petlts hameaux, après avoir lu le journal, un homme ou une femme simple et honnête ·, ému et Indigné, écrit une lettre personnelle au Président des Etats-Unis. Ou bien il va voir' quelques voisins, leur soumet un texte fébr ilement griffonné, qu'il enverra le soir mêToutes les occasions sont bonnes : ici un baptême, là une séanoe de ciné-club, ici encore une assemblée de femmes ou une réunion électorale. Sauver les· Rosenberg, c'est la volonté. l'espoir de tout un peuple qui, ohaque jour, par mille exemples, fait connaître son amour de la justice, et sa haine des préjugés. Nous ne pouvons vous dire combien nous vous sommes reconsants de l'action que vous menez. Le temps nous presse sévèrement. La Cour Suprême a refusé, une nouvelIe fois, la révision du -procès ce qu,i signifie selon toute vraisemblance que la date de la mort des Rosenberg sera fixée très bientôt. La seule chance, maintena.nt, est que le Président des Etats-Unis commue la -peine de mort. Nous savons que votre admirable soutien et votre solidarité nous sont acquis. Nous savons toute l'importance, dans les prochains jours, de l'opinion mondiale et, spécialement, de l'opinio n· française.

Vers· la"~miisoD de mort " ... 1

me en Amérique, en s,péciflant ,.------- -------Recevez l'expression de notre gratitude chaleureuse et fraternelIe pour votre aide compréhensive et efficace. Fm ternelIement. Pour le Comité National de Défense des Roseflberg. Alice CITRON. La campagne aux U. S. A. LE PROBLEME L~ PLUS IMPORTANT Des meetings se déroul ent dans toutes les vilIes des EtatsUnis, sous le patronage du Comité de Défense des Rosenberg, 'qui, créé C.~lpUJS un Jan, )fait preuve d'une très grande activité. au Comté de Défense, le nombre de signatures recueillies. Le 29 octobre, des milliers de New-Yorkais se sont rassemblés à Union Square p.otlr demander la g râce des Rosenberg et la r évis io n de leur procès. Au co urs de cet imposant meeting, ont pris notamment la parole: le Rabbin. A. Meyer Sha rff,1 de Brooklyn, dirigeant de la communauté orthodoxe américaine ; le pasteu1" Amos Murphy, de Boston ; et Mme Bessie Mitchell, soeur de Collis English, l'un des « Six de Trenton ~ . Au milieu d'un grand enthous iasme des messages de France, d'Italie, d'Autriche, d'Israël, du Mexique furent lus à la tribune, Au cours de l'un, de ces meetings sur la côte ouest, M. William Patterson, secrétaire généraI du Congrès des Droits Civiques, à déclaré : Tout homme conscient doit comprendre que si la peine de mort est appliquée aux Rosenberg, le gouvernement aura affirmé que C])e la. fectne au buceau~ de l~uâine '- a [ 'j' L'AFFAIRE ROSENBERG AU THEATRE r- Le 9 niOvembre a\u théâhe « Pa lm-Garden ~ , à New-York, a été présenté un jeu dramatique sur l'Affaire Rosenberg. Une fo ule n ombreuse assistalt à cette soirée, organisée par d'éminents artistes, parmi lesquels Pa ul Robeson. 100.000 CARTES POSTALES Au début de novembre, 100.000 cartes postales avaient été enyoyées d'Amérique au Président T ruman pour lui demander la gl âce des époux Rosenberg. D'innombrables lettres et télégrammes lui sont également .par- __- ,v-.e.;;.;n.;.;u;,;.s"" ai nsi 'lu'aux Rarlemenquiconque lutte pour la paix est ' . passible ' de la peine capitale... D ES grandes Fédérations syndicales lettres et télt\grammes sont également .C.G.T.: représentant des cen- envoyés col!ectivement. C'est le cas Il s'agit-là du problème le plus . . ta ines de milliërs de ' trava il- dans les corporations les plus diimportant dans l'Amérique d'au- leurs ont té légraphié ~ ou écrit, au verses. jourd' hui... . nom de leurs adhérents au président Voici, notamment, pour les che- UNE SEMAINE ROSENBERG Truman. Citons : la Fédération des minots : le syndicat des chem,nots Cheminots ; la Fédération des Ports D 14 26 t br 't et Docko : la Fe' de' ra'tl'on du Sous- de Paris-Rive-Ouest ; les ch~minots LI au oc 0 e, ses - . des ateliers de Sottevi lle-Quatre-Mard ~ roul ée, dans l'ensemble des Sol ; la Fédération des Cùirs et Peaux; res; les che ts des Services Cen- Eta t s-U m. s, une Semam' e R osen- la Fédération du pppier-Carton ; la traux du ge ; IfS cheminots de Tou- ,berg, consacrée à la colIecte de Fédération des Travailleurs de l' Etat; Ion réun is à la Bourse du Travai l ; s ign.atures et de fonds, à l'en,. le Syndicat National des Codres, les trava illeurs des Services Postaux Techniciens et Agents de ~ maîtrise ; vo i de lettres et de cartes pos- le Syndicat National de l' Enseigne. des wagons-lits, etc". tales. ment Technique ; le Syndicat Géné- Voici pour les travailleurs du Mé- MEETINGS IMPROVISES roi d'J Personnel des Communes. tro des Autobus : le syndicat gé- Il en est de même de nombreu- néral de '0 R.A.T.P. ; la section Dès que fut connu le rejet du ses unions départementales et locales syndicale R.A.T.P. de Choisy; le synpou, rvoi en révision des Rosen- des Syndicafs. Par exemple ': l'Union dicat des Agents de maîtrise du Méberg, des meetings improvisrs des Syndicats de la 'Sèine-Inférieure; tro, etc". e urent lieu dans les rues dc le Centre Intersyndical du 14e; Pc.ur les travailleurs de l' Eledrici- New-York, si grande était l'é- l'Union locale des Syndicats de Saint- té et du Gaz : 100 travailleurs des wotion de la population. Etienne ; la Commission rég ionale des Services Centrau( de l'E.D.F. ; le p'r- .- 1 f Cheminots de la R"gion OUi1st ; les personnel dé' la c.A.S. de la Région

-Jlt un seu jour, neu mee·- travaÙ leurs l'orde lais réunis à la Bour- Pa,isienne 
;oz-Electrlcité de Fronce;

tings se sont tenus entre 11 h. se du Travail à l'appel de l'Un ion des les trava :lleurs du Gaz d'Alfortville; du matin et 5 h. de l'a,,,-,r..è;.s;.- l-::S,y,,.n;.d;.;i.c;.;a;.t;.s;;l,;..,.e;;.t.,;,,,,,,..;. .__~ _· ______'e_s _tr_a.;v..a;.lï 'eurs de l'Electricité de Fran- DES PEINTRES Le monde des Lettres et des Arts fa it entendre aussi sa voix, répondant à l'appel lancé par Picasso aux intellectuels de France et du monde entier : Souvez les Rosenberg ! Les heures comptent, les ",in utes comptent. Ne loissons pos (ommettre ce crime contre l'humanité. L'Union des Arts Plastiques, ou nom de ses 800 adhérents a envoyé un télégramme, ainsi que les peintre:; Jean Lurçot, Edouard Pignen, Andr , Fougeren, Boris Taslit:tky, le sculpteur AurÎcoste et les femme, artistes' dont les noms suivent : Josette Bournet, Louise Bove, Cochin- Signac, CIliret-Mouilloc, Chapr nt, Alice Cherest, Andrée Fontainas, des Gorets, Hélène Girod de 'Tam, Maroe:le Kuntz, Marianne Lan" YUli. Mireille Mioilhe, Anne Miroclas, VOIR EN PAGE 6 quelques ."_m _OAJ d _A .'A.l".tl.on noul!s..uÎ _ DELEGATIONS Le 14 septembre, une dé légation oomposée de Charles Palant, secrétaire général du M.R. A.P. j MM. Julien Racamond , secrétaire de la C.G.T. j Eloire, secrétaire national du Secorus Populaire Français j Me Paul Villard, avocat à la Cour ; Albert Youdine, membre du Bureau n'ltional du M.R.A.P., et Abert Lévy, rédacteur en chef de. « Droit et Liberté » s'est rendue à ambassade améri caine, à Paris. Une lettre a été remise, demandant la grâce des époux Rosenberg et la révision de leur prooès. Une délégation de 10 membres, portant des pétitions signées par le personnel de l'imprimerie Herbert, à Levallois, s'est également rendue à l'ambassade américaine. de Paris, de joutes aprortenances politiques i des groupes d'étudiants de l'Institut d'Anglais, de l'I nstitut d'ALlemand, de la Faculté des Sciences, de la Faculté des Lettres ; '52 étudi Of1ts du sanatorium universitaire de Bouffémont (Seine-et-Oise) ; 76 élèves de l'Ecole Normale Supérieure de Saint-C loud ; les élèves de la classe préparatoi re à Sèvres et Fontenay, ou lycée de jeunes fi Iles de Nantes ; un groupe d' internes du lycée de Versailles, etc ... DE GRANDJ;S ORGl'NISATIONS POPULAIRES De grandes organisai ions populaires -ont également prix position ou nom de leurs centa ines de miillers d'adhérents. Citons notamment le Secours Populaire Franço is ; l'Union des Femm€s FrO'1çaiSeS ; la Fédération Internationale des Résistants, des Victimes et des Prisonniers du Fascisme; l'ASSOCiation des Anciens Combattants 1 de la Résistance ; l' Union des Socié-

  1. " t_~~...... c-....... _ ... ___ • 'II .... :.... .... .......

• W&iWi'M'W.MS • Le M. R. A. P. s'adresse à la Cour Suprême des Etat, .. Unis U La perSistance d'une lelle injuStice serait lourde de conSéquenCes" Le 12 novembre, le M-R.AP. a adressé, SOllS la signatllre de son président, M' André Blumel, la lettre suivante au président de la COllr SUpl ême des Etats-Unis. 12 Novembre 1952 Monsieur le Président de la Cour Suprême des U.S.A. WASHINGTON Monsieur le Président, La condamnation à mort d'Ethel et Julius ROSENBERG, sur qui p lane l'ombre de la chaise électrique, a suscité, e n F rance, une profonde émotiorr. Sans entrer dans le détail des multiples circonstances troublantes qui amènent à douter que leur procès se soit d éroulé selon les règles de la justice et du droit, le verdict même apparaît d'une singulière sévérité, comparé à ceux qui furent déjà prononcés aux U.S.A. pour sanctionner d~ semblables accusations. De plus, on ne peut constater sans inq~iétude et sans appréhension le fait que le proces, le verdict, certains des commentaires qui les ont entourés cadrent point par point avec la grossière et calomnieuse caricature du « Juif» que les criminels antisémites, aux U.S.A. comme en France, tentent d'accréditer. Déjà, p lu ~ieurs années avant le procès des ROSENBERG, une f e uille de h a ine parmi d'autres, « THE CROSS AND THE FLAG » ne publiait-elle pas sous la signature de Gé r a ld L.K. SMITH, chef de file des organisations racistes américaines, des articles sur le thème : « Les Juifs possèdent la bombe atomique » ! L'inquiétude des Juifs américains Nous nous p ermettons de vous rappeler, au hasard, parmi beaucoup d'au tres, quelques prises de pos ition et témoig nages s ig nificatifs : . - Le rab-bin MEYER SHARFF, éminent dirigeant au judaïsme orthodoxe américain', a déclaré : Comme Juif pieux, je r évère les lois de mon pays ... Par conséquent, il m'apparaît inconcevable que, dans notre pays, une sentence de mort ait pu être prononcée aussi légèrement qu'elle l'a été dans le procès ROSENBERG. - Le rabbin CRONBACH, savant connu, a déclaré : Julius et E t h el ROSENBERG ont été accusés d'avoir violé la loi. Un grand nombre de gens considèrent cette accusati~ n comme inj ustifiée, de même qu'étaient injustifiées les a ccusations portées contre Léo FRANK ou Alfred DREYFUS ou d'autres qui, bien que déclarés coupables, furent p a r la suite reconnus innocents ... Est-il compatible avec le meilleur es prit américain que Julius et Ethel ROSENBERG soien t exécutés ? - Le rabbin G. GEORGE FOX a écrit dans « THE · SENTINEL », de Chicago : La décision du juge appar aît comme injuste s inon illégale. (7 février 1952.) L'aspect juif de l'affaire est important en ce qui concerne notre vie publique. L a mort imméritée des ROSENBERG donnerait à nos ennemis un moyen d'action qui ne serait jamais hors d'usage. Empêchons une telle éventualité ! (14 février 1952.) - Le rabbin LOUIS D. GROSS, a écrit dans le « JEWISH EXAMINER », dont il est directeur : Après avoir pioché des volumes des témoignages présentés dans cette tragiql\e affaire, je ne puis m'empêcher d'avoir des doute·",,/S--r--11 sur la culpa bilité des ROSENBEHG. (14 mars 1952.) - Du «JEWISH DAILY FORWARD»: Quand nous a pprîmes la nouv elle q ue Julius et Ethel ROSENBERG ~L_! _ _ L ___ ...1 ___ _ 1':._ "- _ _ _ _ '- _,.. ......... ~ .~. _n. ..... _n_~ ................. CI ...1' • venus, taires, r_n un seul jour, neuf meetings se sont tenus entre Il h. du ma!in et 5 h. de l'aprèsmidi. e ; es travailleurs l'ordelais réunis à la Bourse du Travail à l'appel de l'Union des ~ynd i cats, et, ... ' Sur la base de l'entrepri~e, des NOS BONNES AFFAIRES 1 ••• • CE RASOIR ELECTRIQUE, livré avec bon de garantie (un on), fonctionnant sur tous courants de 11 0 à 22S volts. Fabrication nouvelle. Nettoyage Instantoné 6 300 f par bague vide-poils. r. • Directement de~ Usines de St. Etienne, bicy. clette garçonnet au fillette. Toutes pièces chromées, roue libre. Frein ar' l'ière. $1 e Ile Pour 1.900 fr. cuir premier chaix, [mali cuit au four. Couleur ,auge, bleu ou vert : • Modèle homme superluxe : Amis Lecteurs, Vous trouverez, à chaque parution de notre Journal, un choix d'articles, dont « Droit. et Liberté » VOU$ garantit! ' le prix et la qualité. Vous réaliserez une économie et vous aiderez financièrement notre Jou.l'nal, en nous commandant ces articles. Bientôt, nous pourrons vous présenter une autre série quf vous. étonnera pal' sa diversité et sa qualité. ! .A.TTEJÎITION, pour les commandes ~ • N'envoyez pas d'argent . à l'avance: les prix indiqués ici comprennent tous les frais et SOllt paya. bles contre remboursement à la livraisor&. Si les articles 116 vou. c/Jn. viennent pas .. ne vous en serve: pas, retoun.e: à l'expéditeur qui vous remboursera • • Mentionnez lisiblement vos lIom et adresse, la qualité, la taille, la teinte ou la quantité des articles, avec leur prix. • Si vous désirez des articles ,dilférenlS, passez vos commandes sous ulle seule enveloppe, mais 5ur une feuille séparée pour chaque article, en répéta/it chaque fois 11"'" et adresse. • UN PANIER COTEAUX Adressez vos Commandes . (4 bouteilles). Apéritif qui n qui n a à DROIT ET LIBERTE, Service Publicité., 10, Rue de Chateaudun, PARIS (9'). Bourrin. 1 Aniau moelleux (1948). 1 Saint-Emilion (1947). 1 Vouvray mousseux demi- sec. Pour 1.250 fr. ". CE BRIQUET dame grand luxe, façon bijoutier, laiton doré. Format tube rouge à lèvres. Fonct ·ionnement 'très simple. Décora· tion artistique, 6 faces • UN PANIER bon cru (6 bouteilles). 940 fI'. Apéritif qui n qui n a Bourrin. 1 Anjou mOelleux (1948). 1 Bordeaux Château-La- • CE BRIQUET hom- ~ 1 me grand luxe, laiton tour-Pouillac. 1 Savigny-les-Beaune. chromé. Ouverture automatique. Décoration élégante et sobre. Format SSx2Sxl0 mm.: 1 Bourgogne blanc sec. 1 Vouvray mousseux de- 980 f 'r. mi-sec. L es deux :1.800 fI'. 9.950 fr. • DRAP toile dOl Nord extra, irretrécissable au 1 a vag e. Très b e Il e qualité. Jour échelle. 2 M. X 2,8S, la paire . ' 2 m. 20 x 3,2S, la paire 3.450 fr. 4.450 ' fr.

0 femme superluxe :

utilitaire, homme au femme 19.500 fI'. 20.000 fI'. 15.000 fI'. Drap métis qualité sélectionnée irrétrécissable, 1 jour Venise, 1 jour échelle. 2 m. 20 x 3,2S, la paire : 5.850 fr. BON D'ACHAT A PRIX DE GROS offert à titre publicitaire Sur ce Trousseau complet comprenant 71 pièces: 30.000 fr. couvre-lit double face sati" laine, taus coloris. 6 torchons métis mi-fils cuisine SSx80. 4 draps ourlet jour 220xll0. Qualité supérieure. 6 torchons verriers métis 60x80. . 4 taies oreillers 70x70 blanc renforcé. 6 belles serviettes éponge jacquard. 1 très belle couverture écossaise, 2 places. 12 mouchoirs des Vosges dame fantaisie. 1 nappe 6 couvertures 140x160, genre basque. 12 mouchoirs homme avec vignette 4Sx4S. 6 serviettes table à Jour assorties. 12 gants toilette éponge jacquard. Exp. province. Port, emballage gratu it contre remb. 30.000 FRANCS Important l Acceptons remboutsement Immédiat si pas entière satisfaction. ATTENTION Malgré ce prix exceptionnellement bas, vous serez agréablement surpris par la qualité supérieure de notre trousseau. • personne la .A.S. de la Région Parisienne 30z-Electncité de France; les trava:lleurs du Gaz d'Alfortville; les travoilleurs de l'Electricité de France de Saint-Mandé ; le personnel de l' LJnité d 'E,!p loitation Gaz et Electr icité d Juvisy, etc ... Pour le bâtiment : le personnel de l'Entreprise Monod (chantier de J C' vel)

le chantier de la Société des

Grands Travaux à Marseille, etc .. . Citons encore : 800 métallurgistes d'Annemasse (Haute-Savoie) ; les ou- CONSEILS MUNICIPAUX • Le Conseil municipal de La Seyne (Var ) a envoyé, à l'ambassade des U.S.A., le télégramme suivant ~ Le Conseil municipal proteste Jugement Rosenberg et demande grâce. • Le Conseil municipal d'Uzerche ( Corrèze ) a télégraphié au Président Truman

Conseil municipal, expression

popUlation unanime, demande grâce époux Rosenberg. VOIR EN PAGE 5 quelques exempes de l'action poursuivie par les sections du M.R. A.P., pour la défense de JuIiusi et Ethel Rosenberg. Zuka Mitel, Guillemette Morand, Germaine Nordmo"n, Ramey, Germaine Richier, Sallllon, Siger-Lebrun, Christiane Vincent, Geneviève Zondervan. DES ECRIVAINS ... Une lettre au Président Truman, demandant la grâce de .. époux Rosenberg, a été signée par les écrivains suivants : Suzanne Arlet, Marie Math, Hélène Parmelin, Elsa Triolet, Josette Daix, Mathilde Dougnac, Janine Bcuissounouse, Hélène Todd, G;lberte de Jouvenel, Ruta Sadoul, Josette MEilèze, Josette Mousset, Colombo Varonca, Olgo Wormser ; Aragon. Attal, Mercenac, Anselme. Jarnoti, GuilleVIC, Glayman, Jacques Gauchc:ron, /,ndr~ MaU'~eu, Tristan Tzara, Jacques i~oubcud , Fronçois Monod, Pierre DGlix, Dougnac, J ocques Servione, Gilbert Duprez, Jean Zurfluh, Michel Granet, Lucien Scheler, E. Jacquemin, J.-V. Broccolichi, Noël Mousset, F. Hirsch, R. de Jouvenel, Claude Sernet, Aloin Guérin, Joseph Kosma, Francis Cohen, J.-F. Laglenne, Philippe Durand, Claude Bourdin. DES PROFESSEURS ... Les professeurs Dresch, George, Jankélévitch, Lutaud, Prenant, Tessier et Wagner, de la Sorbonne, ont envoyé un télégramme. De même, 21 professeurs du lycée n erna lono e es eSIS an s, es ICtimes et des Prisonniers du Fascisme; l'Association des Anciens Combattants 1 de 10 Résistance ; rUnion des Sociétés Juives de Françe ; l'Union des Juifs pour la Résistance t!t l'Entr' aide. DANS TOUS LES MILIEUX Il faudroit encore citer des innombrables Comités de Paix, fédérations, sect ions et cel lules du Parti Communiste François, groupes de jeunes gens et jeunes filles, cres commerçants, comme ceux du carreau du Temple. qui protestent en groupe ou individuelleMent. Une brochure éditée par le Comité de Défense une brochure expliquant ~ous les détails de l 'Affaire Ros enberg a été pUbliée par le Comité de iJéfense. Demandez-la au siège du comité, 10, , .. ue de Châteaudun, Paris ge. Faites-la connaître. Diffusez-la. C'est dan; tous ies milieux que. vivement émus, des personna lités éminentes et de simples gens jugent nécessaire de donner un peu de leur temps pour la défense des deux vies menacées. Que le mouvement :,'amplifie encore, qu'il gagne de nouvelles couches de la population, et grôce à l'action du peuple de Fronce, uni à tous les peuples, la justice l'emportera! • Dans une IclLrc au Président Truman. )e Conseil Illunicipal de Tremblay-Ies' Gonesse ( Seine-et-O.ise ) , écrit notammcnt: Nous Français et Frar.çaises qui venons de vivre une guerre où tant de crimes furent commis sur notre sol, nous qui avons connu les camps' de la mort, nous qui avons à nous pencher sur les orphelins de cette dernière guerre, nou" sommes frappés de stupeur à la pensée que ce jeune couple, les Rosenberg, pourrait être exécute, et qu'il y aurait deux orphelins de plus... Notre peuple vous crie: Justice! Graciez Ethel et Julius Rosenberg ! Jules-Ferry, à Peris ; 40 professeurs---------------vriers des établissements Schmidt-Brudu lycée Jacques-Decour ; 30 professeurs du lycée Buffon ; 5 professeurs du lycée de Brest ; 21 professeurs du lycée de Chartres ; 25 professeurs du collège PCilul-Bert, à Peris

70 professeurs spéciaux de la

Seine. De même, les 'enseignants de SeineInférieure, les enseignants du Centre d~ post-cure de Maisons-Laffitte : un groupe d'instituteurs du sanatorium de Sa;r,te-Feyre (Creuse), etc ... DES ETUDIANTS ... neton-Morin, à Gennevilliers; le per- Le Conseil d'Administration de sonnel de l'usine d'aviation Dassault, l' Union des Etudiants Juifs de France è Argenteuil ; la section syndicale a adressé également un télégramme de l'A.O.I.P. (13e). ou président Truman, à la demande 70 verriers de Nesles-Normande; des diverses sections de province de le personnel de sept maisons d'édi- cette organisation. tion parisiennes ; le perSonnel admi- Des leHres au t é légrammes ont été nistratif de la Mairie de . Villejuif; envoyés par les étudiants algériens Vingt chefs religieux d'Israël Vingt rabbins et personnalités. religieuses éminentes d'Israël ont adressé, le 18 novembre, un prcssant appel au Présidcnt 'l'l'uman, lui demandant dc commuer la peine de Julius et Ethel Rosenberg. Lem lettre d éclare notamment: Nous n'avons connaissance d'aucun autre cas où une personne ait été condamnée à mort en temps de paix dans un pays démocratique pour les délitsi re- . prach·és dans cette affaire. sur la culpabilité des ROSENBEIW. (14 mars 1952.) - Du «JEWISH DAILY FORWARD » : Quand nous apprîmes la nouvelle que Julius et Ethel ROSENBERG étaient condamnés à mort, nous fûmes parcourus d'un frisson ... Nous sommes certains que chaque Juif, quand il lut cette triste nouvelle, a éprouvé les mêmes sentiments que nous. Du fond de nos coeurs, jaillirent ces mots : « Verdict de mort. C'est trop horrible L .. » Chaque foyer juif sera bouleversé par cette tragédie. (6 avril 1951.) - De « l'INDIANAPOLIS JEWISH CHRONICLE », sous la plume de .PHINBAS J. BIRON : Pas un seul Juif dans le jury, et ce dans la ville de New-York, dont la population juive s'élève à un tiers de la population totale : étrange ou plutôt sinistre si vous voulez savoir notre avis. (7 mars 1952 ... ) Ce n'est pas à nous de décider si les ROSENBERG sont coupables, mais après ce que nous avons lu du déroulement du procès, nous sommes venus à la conclusion qu'il existe en leur faveur plus qu'un doute raisonnable. (9 no~ vembre 1951.) - Du CALIFORNIA JE'WlSH VOlCE », sous la signature de son directeur SAMUEL B. GACH : Nos Hitlers, nos antisémites, vont brandir la condamnation des ROSENBERG comme un gourdin destiné à frapper TOUS les Juifs. Nous continuerons à ne pas nous taire. (29 février 1952.) - Du « JEWISH DAY », sous la signature de son rédacteur en chef M. DANZlS : On ne peut pas fermer les yeux sur l'élément juif dans ce malheureux et t ragique procès ROSENBERG... Si les ROSENBERG sont, comme le juge KAUFMAN l'a déclaré, coupables .de la mort de 50.000 soldats américains en Corée, on peut aisément tenir les ROSENBERG et leurs semblables comme res,ponsables d'une éventuelle guerre a tomique contre l'AmérIque ... Le juge KAUFMAN a-t-il considéré à quoi mènent ses déclarations? (12 avril 1951.) - Du « CANADIAN JEWISH WEEKLY » : Une étude détaillée de l'affaire montre qu'elle entrera dans l'histoire au même titre que l'affaire DREYFU.s et le cas de SACCO et VANZETTI. (28 février 1952.) Il faut mettre fin à cette injustice Plus récemment, au fur et à mesure qu'approche la date de la décision incombant à la Cour Suprême, cette campagne ne fait que s'étendre et se renforcer. La plupart des journaux, juifs ou non, qui y participent ne sauraient être suspectés de sympathie pour les idées que professent les ROSENBERG, ou qui leur sont attribuées. Quant à nous, c'est à la fois comme antiracistes et comme amis du peuple américain que nous nous adressons à vous, Monsieur le Président, pour attirer votre attention sur les graves conséquences qu'entraînerait la uersistance d'une telle injustice, tant en Amérique que dans le reste du monde, et pour vous exprimer l'ardent désir du ueuple français de voir les ROSENBERG graciés et leur procès révisé . Avec l'espoir qu'en leur âme et concience, les juges de la Cour Suprême rendront enfin un verdict d'équité, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre baute considération . Le Président du M.R.A.P. André BLUM EL . 95 travaill.urs des Nouvelles Messa- ._..,:.. ........,:.. ...:.. .:., .__~ _- .:... _~ ___________________________ - ----------------_____. ...:c geries de la Presse Parisienne ; les travailleurs des P.T.T. de la rue d'Anjou

les trava illeurs des usines Michelin

et Bergougnan, à C lermontFerrand

le personnel de la Mutuelle

de la Préfecture de la Seine ; le personnel du Centre Médico-Social • Dr. Ténine », à Malakoff, etc ... Un groupe d'ingénieurs et techniciens parisiens a adressé un télégramme au président des U.S .A. UNION AUX USINES L.M.T. Aux usines L M. T. de BoulogneBillancourt, à la suite d'un appel commun de la C. G. T., de militants F. O. et C. F. T. C., du Comité de Poix, de la Ligue des Droits de l'Homme, de l'Union de la Jeunesse Républi'" aine de Fronce, 400 cortes du Comité de Défense des Rosenberg ont été vendues et envoyt'!s au président . Truman • ••• 6i Dans le monde enti~r, les peuples prennent la défense des époux Rosenberg. Voici, prises parmi beaucoup d'autres, quelques- unes des informations qui nous sont parvenues. ALLEMAGNE Dans toute la République Démo .. cratique Allemande, une vaste campagne se développe en faveur des Ros.enberg. Au cours de m'U lti PIes réun;nns, des protestations s'élèvent, des lettres et t élégrammes sont envoyés au Président Truman. Citons. parmi d'autre. collectivité. et groupements qui ont ainsi pris position : le Front National do Leipzig ; le personnel et la Direction des usine, danâ Le de Textile de Murone ; la Faculté de Droit de Bad-Schamdun ; les fonctionnoires de Bant.z:en; le person .. ncl de la Fédération des Coopératives de Consommation ; la direction du Théâtre Populaire allemand ; les Elèves et les Professeurs de l'tcole Agricole de Neu-Gattersleben, a insi que de nombreuses assemblées do paix . AUSTRALIE Les 19 syndicats affiliés au Conseil des Droits démocratiques se sont engagés à • soutenir pleinement la lutte pour la révision du procès Rosenberg ». CANADA La ligue pour les Droits Démocra tiques organisa la compagne dan~ nzonde enlie~ ... l'ensemble du Canadc. L' Un ion des Droits civiques de Toronto s'est joi nte à ses efforts. L'Organisation des Syndicats un ifiés des ouvrie rs élec t riciens 0 , entre autres, adressé un télégramme au président Truman. CHINE La Fédérat ion des Travoill eurs chi· nois a ad ressé au président des Etats· Unis un télégramme pro testant cont re la condamnation à mort d' Et hel et Ju lius Rosenberg et récl amant leur grâce. GRANDE-BRETAGNE Les Trcde·Unions rie L ondres, représentant 600.000 travailleurs on t télégraph ié aû président Truman. De même le syndicat des métallurgistes du d;str ict nord de Londres. Devant l'ambassade américaine, ont défi lé des groupes portant des poncOI tes où 0.1 lisait : Krupp a reçu 30 millions de livres, les Rosenberg la peine de mort. Mais nous pouvoni empêcher cela. ITALIE La . C. G. T. ita lienne, à l'occasion de son congrès, a demandé par t élégrarnme la g race des Rosenberg. Le p résident du Part i Soc ia liste ita li en, Pie t ro Nenni, également président d u Mouvement de la Poi x, a a dressé un message ou président des U. S. A., lu i c1ema nda nt de commuer la double sentenoe de mort. 4 "RIVAROL" orsane en fraBcc de l'Internationale antisémite " -' ' ,~ Contre les cQmpognes racistes visant les travailleurs répand chez les cODlDlerçants UN TRACT DE HAINE ET DE GUERRE L ES comm;erçants parisiens ont reçu, par la poste, ces dernières semaines, des tracts grossièrement antisémites, évoquant à s'y méprendre le langage de Goebbels. Imprimés ell Suède, par les soins d'ull Ilommé Eillar Aberg, ces tracts ont été envoyés de Paris. Les expéditeurs ont spéCialement choisi pour destinataires des maisons de commerce dont ils avaient, semble-t-i/, puisé les noms dans le bottin. Einer Abel'g et « Rivarol » C'est depuis 1947 que des tracts signés'Einar Aberg, Norrvi ken, Suède cirrulellt par le mOI/de. lis sont ulle compilation mites français. Ce fut le cas, notamment en mai 1951 , lorsque se tînt, à Malmoe (Suède), une conférence internatiollale des nazis sous 1,"/ dircLfion de Skorzelly. Parmi les délégués vellus de France, sc trou vait, notamment, Maurice Bardèche 'apologiste des fo urs crématoires et collaborateur de Rivarol. Idéologie de guerre Les tracts que nous avons SOllS les yeux étalent cyniqu ement le véritable but de la propagande antisémite : la préparation à la guerre. Dans le COIlcert savamment orchestré de l'idéolog~e bellicis.te, Eiv1ar Aberg et les Rivarol des différents pays apportent leur tonalité particulière, leurs procedés proprcs de division et d'excita- Le frect fait de la propagande p our I I Rivarol .,, de ~ trouvailles les pius grot esqUls conçuéS par l'esprit fl/meux de plumitifs alltl sémitcs, Ln Frallc~ ou ell Allemagne, aux Etats-UliIs, en SllIsse ou Cil 1frique du Sud. Et cct abject ('chantlllollllGKe alI/ile nIe à son tour l'ilT/C'gillatioi1 défaillante des chronù/ucur:; de la haillc. C' est ainsi que l'un des tracts distribués rccemme,;[ reproduit une coupurc de Riva rol avec ilzdicttion de J'ad l_osse 'et du llul1lho dL télcphone - à toutes fins utiles. .Oll Ile saurait être p,us explici/ e. SI le tract Ila z: ,;e l'interlzationale antisémite est aussi llli imtnlinellt de Il·r pagall{le el' fl l1'ellr d{' I~i va rol, c' cst sans doute que Rivar ol n'est pas .!frallger à ia diffu sion de ce tract. I.e stylc du torchon l'ichysfe. e~ t d'ailleurs, cl'une fa( on gr: flerale, à peu près au ~si Iluance que da liS I l' ~ productions de Einar Aber." . D e~ cOllta ct.~· étroits furellt etablts à pl! .,ieurs reprises elltl'( E.l/ar Abtrg ?t les antisctian à la haine. Leur ra/spllnement, !Jasé sur les plus hitlér; enne:; dc.; affirmatiolls gratuiies. p: /It se résumer ainsi: 1. Les juifs veulcnt la (merre (ce SOl/t· eux Ie.s « cri miMis de guerrc ») ; 2. Or le communisme et les j!:ti{iS Ile 10111 lIu'un. (Et , par com.'l!U/l,Sllle » entendez: tout ce qui n'est pas fasciste) . 3. Donc préparo/ls-nous ~ la guerre contre l'UR.S.S. et les qér,!ocr./ties populaires - c'esta- dl/'c contre les .fuifs.. .Les Protocoles des Sages de SIOn, ce faux monumental inspiré par les tsars pour justifier les progrollles, ont fait leur preul'cs. Einar Aberg nous en sert ulle vusion adaptée au goût dll JOLir. Il s'agit d'Un prétendu «( discours du rabbin Rabinovich » ~ pr:ono~lcc à une prétwdue reUIllOn lIzternationale des rabbins à Budapest. ( Eml!rgency COl} /lcil of European RabI)/ s » .) MG/s le texte en a visiblement été conçu pour Il!s Etats-Unis où le « problème noir » se pose plus qu'en France. Nous possédons, d'ailleurs, de ce « discours » l'original en langue anglaise Sllr un tract où figurent des coupures non plus de Rivarol , mais de plùsieurs feuilles racistes américaines (avec indication de leu r adresse). Voici COnImellt le pseudo Rabbin Rabinovich, né du cerveau d'un quel,conque Einar Aberg, est Sense s'adresser à . ses «( complices » : Alors (dans cinq ans, lorsque la guerre aura éclaté), nous dévoilerons ouverfémenl -nôue identité avec les races d: Asie et d'Afrique, car.je peux vous donnl! t l'assurance que c'est la dernière génération des enfants blancs iu~ naît, parce que .noS commissions de éontrôle dans l'intérêt de la pai~ et pour éliminer toutes frictions entre , les races, interdiront aux blancs de s'unir en,tre eux ; tout homme blanc devra chercher son épouse parmi les noires, et toute femme blanche ne devra s'unit qu'avec ut! homme noir. Ainsi. la race blanche disparaîtra parce que le mélange des blancs et des noirs sera la fin de l'homme blanc et notre Utn,ique ennemi n'a.ppartiendra plus qu'au domaine du passé. 011 peut lire encore dans ['1)/lOnCe dc cc plan 1 oca~/bole~ que, cette affirmation: Les Russes comme les peuples d'Asie sont complètement sous notre C'on;rôle. (Pe$ juifs.) .C est QI;: dos que sont suggérees. en quelques phrases les conclusions pratiques : Le ~ommUOlsme est judaïque ; alors : po~r la patrie .- contre le judalSme ... Ou bien : L'anti sémit isme. c'est la légitime défense des individus et des nations ... Notre but est d'éliminer les Juifs de tous pays. Voilà comment est préparée la grande croisade « aryellne » contre l'U.R.S.S. et les démocraties populaires. Nous /le relèverons pas toufes les ignominies rassemblées en ces quelques feuillets. Elles se détruisent d'elles-mêmes, en raison de leur grossièreté. Toutefois, il serait dangereux. de s,ous-estimer l'importance de , cette propagande offerte ell pâture aux b.rutes m~rcena ires que l'on v?lldrait entraîner au moyel{ d~ pro~romes antijuifs en prévisIOn. d Ull massacre plus généraI. , .. Qu'il faut conjur~r Aarmi les aestinataires des tracts' de ' Rivarol, nombreLix sont ceux qui nous ont fait part de leur indignation. L'èxpérienèe réce/lte a suffisamment prouvé. que. l'antlsémJtisme ne vient jamG/ s seul : Il est un symptôme d'une situation dangereuse pour .tous. ' Aussi, les activités d'Einar Aberg et de ses (lcolytes doivent- elles inciter tOIlS les Français honnêtes à serrer les coUdes pour imposer ensemble la mise hors d'état de nuire de ces semeurs de /laine et de mort. Louis MOUSCRON. • nord - africains Nous avons, dans notre dernier numéro, publié le texte d'une pétition dénonçant les campagnes racistes diri gées contre les travailleurs nordarficains. Aux signatures qui noulS étaient alors parvenues, s'ajoutent, notamment, celles de M. Georges Lac henal, Conseiller de l'Union française ; du Général Le Corguillé; du Dr V.B. Goldst,ein, chirurgiendentiste, et du pasteur Leenhardt. Celui-ci noùs écrit : je suis de tout coeur avec VOUs pour que votre mouvement ne soit pas seulement « contre » et « anti ». c'est-à-dire négatif, mais qu'il trOi/ve les solutions hum,aines de frater,nifé et de. compréhension. li faut éviter de répondre à la haine par la haine. Un danger. .. Thèmes tristement classiques, depuis Hitler. IO::;:'192.168.254.42l~ ~~;rf:a~7t~i~~é~it~~-"""""":E;-"I.-'L --E-C-O.r•-l -À:-RE ,-,S' ' :"-D..!.-E-S'P-'-~-' U-PL-E-S l~ moi(ls curieux n'est pas 'i'af~ ft" fIT/natIon que les juifs suscitent e~x-mêmes l'antisémitisme, afin PO. U R LA PA 1 X d amener les peuples à le cotnbatt~ e et de pouJloir, ainsi, les doml/lcr. Par exemple ils ont laissé sacrifier quelqu~s-uns dé leur race dans les fours crématoires pour pouJloir exécuter ensuite les criminels de "uerre. Quel machiavélisme! '" (~lIite . ~e la page 1.) fe"'! Lll Corée, la convocation me iiJl tlsemlbsme et guerre )le d'une conférence à Quatre pour pelll'lnt aller l'un sans l'autre. résoudre le problème allemand. Le,' préjugés perfidem/'llt CIZ- E.lle preC0:1 :se la coexistence patret enl.!s, déclara-t-il notamment ct· . la dil/'amatLOn en Ame'rL'uue ('Oll~ clliq ue es rcgllhes différents, dénonce la guerre froide et la , tre des musses t'ntières' tfr..qlh- propagande de gue! re: '1/~E: : E? 11 LCA I-'~1 ;....(. ",f B_ ASS"E' ., ("l- ".lEl! V· RES"" cmlaeus,s u(s',o sltar ahciasilnllee ~c o{netsr e r.dilel1si~ frau-s tO!D'TiexS dételnégduaén~c eest sounptp léétaén ts~ lldIes (les cvntre des couleurs de pel/u palu' le Congrès de Vit I1ne. Ils ___________. ~ _______~ ~~L_ __________ _______________________________'_" _______~ ~ _________c l_fO~u~tl ~ci l_e~ , ~é~f ~l' _V~~b_.~~' _~ ~·ojud~oQ . n~u A .~~_ Le d.....é.. bat sur l'aDlnlstle à l'AsseDlblée Nationale Mme Mathilde GABRIEL-PÉRI' évoque , 1 LA TRAGEDIE DES IUIFS dont on veut blanchir Interyenant -au cours du M'bat s·ur l'amnistie, Mme Mathilde Gabriel-Péri a évoqué, le 28 octobre, devant l'Assemblée nationale, les crimes raèistes. perpétrés par les nazis et leurs complices de Vichy. Elle insista, tout d'abord, sur le ~.ol'I des enfants juifs qui subj'rent les effets de la coopératIon officielle des polices hitlér·o-vichyssoi~'es, que venait attiser, chaque jour, la propagande venimeuse d'un Charles Maurras. C'est au Vélodrome d'Hiver, l'été dernier, déclara-t-elle au moment où le grand-rabbin appela l'assistance à se .Iever pour la prière, que nous devions ressentir le plus fortement, devant les visages en pleurs, ce que fut la monstr' osîté de la r"fle du 16 jliillet 1942. La vraie France, chacun s'en souvient, fut frappée de stupeur. 30.000 Juifs, emmenés dans l'enceinte du Vélodrome d'Hiver, dans les camps de Beaune-Ia-Rollande, Pj'thiviers, Drancy, devaien't, avant d'être livrés aux bourreaux hItlériens, ~on naitre d'indicibles ~ouffrances, ce qui amena un gendarme à dire : « sI je devais, assister encore une ruit à ce spectacle, je deviendrais fOU ou je me tuerais, » , « A bas les assassins d'enfants ! » Pouvait-on, en effet, demèurel' impassible à la vue d'enfants al'rachés à leurs mères, d'enfants qu'on allait diriger seuls vers une mort affreuse? Un tém~n oculaire relate que leur nombre s'élevait, ce jourlà, à 4.000. Quand l'heure fatidique arriva, la panique sempara d'eux. Les pleurs et les sanglots éclatent, le camp entier est bouleversé jusqu'au plus profond des consciences. En deux jours, avec les mêmes cris et les mêmes coups, les wagons, à bestiilUx sont pleins d'enfants et de bébés. Vichy est alerté. Pas rité , si efficiente- que mêl}1e les rapports de la Gestapo en mentionnèrent l'empleur. Il ne me . 'paraît pas superflu de rappeler ' un de ces appels pathétiques qui, dans la conjoncture présen. te, reprend toute sa lumière : « Hommes et femmes de coeur, l'emprisonnement et la déportation des enfants Juifs préparent 1 l'emprisonnement de -nos propres enfants. A bas les, assassins d'enfants ! Hors de notre pays, les barbares nar,is ! ' Vive lil France indépendante et hu' maine ! » Massacrer ne suffisait pas Bien avant le 16 juillet 1942, la tragédie des Juifs s'identifiait avec celles des autres, familles spirituelles de la nation, Autrefois" les féodaux mesuraient ,leur puissance temporelle au nombre de potences. La féodolité financière, elle, mes,ure, en Europe, s" p~issance d-émoniaque au nombre de fours crématoires. Aucun langage ne peut croyons-nous, traduire ce que fut le supplice, d'hommes et de . femmes jetés dans les fours crématoires. Dernièrement, un rescaoé d'Auschwitz m'ind1iquait que. 'Ie mécanisme d'extermination massive avait eu, pour les hitl'érienJ, un côté uti,litaire. Nous étions, me disait-il, dans une vaste usine d'équarrissage - cela serait monstrueux au regard de la charité chrétienne que l'on a jeté dans ce débat - et massacrer ne suffisait pas i il fallait encore extraire du cadalre humain s.a valeur marchande, pour le plus grand profit des industrie ls allemands ... .. , Mais, si, des divers points de l'Europe envahie, affluaient des wagons à bestliaux déversant sans cesse dans les. abattoirs hitlériens leu,l' C'argp.ison humaine, d'autres wagons affluaient en Allemagne. Ceux-là les auteurs n'étaient point bourrés de patriotes condamnés au supplice, mais d'objets pillés dans les appartements des Juifs et des résistants persécutés. Hous) savons que faire travail- ·Ier le captif jusqU'à son dernIer souffle ra'pporta pqur l'an'née 1943, au , trust allemand l-G. Farben, 57' millions de mark" de bénéfices. . Quel fut le montant des biens spoliés' pour le ~ecteu~ français ? Les statistiques l'~Yaluent à p'iusieurs milliards d. francs, Ces ~poiiations orgànlsées sciemment nous amènent aujourd'hui à une réflexion affreuse

Vingt mille jeunes Français ont été livrés (aux bourreaux hitlériens parce, que leur naissance les avait faits Juifs. A-ton été dominé seulement ' par un racisme odieux ? N'a-t·on pas voulu égalemet.faire ,dIsparaître toute trace d'héritiers pl'ésolJlptifs ? .. La scandaleuse réhabilitation Pui,;, montrant que l'amnistie amait pour IJéné'ficiail'es les auleurs et les complices de tous ces crimcs. ;\ll11c Gabriel-Péri conclut : ... Tout amène à penser, dès qu'on examine ce projet d'amnistie, que c'est un acte politique dont le but est bien déterminé: désagréger d'abord, .écraser ensuite les survivants qui demeurent fidèles à .Ia Ré· sistance. Cet objectif est vi$li ble depuis fort longtemps. Sinon, s'attacherait-on avec tant d'acharnement à établir la discrimination systématique, même entre les résistants et même entre ceux qui sont morts hérQïquement ? ... ... Mesdames, messieurs, la ques,tion est claire : adopter le rapport Du veau, c'est parachever l'oeuvre de réhabiilitatîon de tous les collaborateurs. u.ne voix ne s,'élève, Si, celle du r---------------------------major du train pour émettre son opinion sur ce convoi macabre : « Nous comptons 20 p. 100 de déchet pour la dur-ée du voyage. » Quand, à l'actif des vichyssois, existe une page aussi barbare - il en est, hélas ! bien d'autres! - comment leurs partisans peuvent-ils présenter leur défense? Comment parviendront- ils à justifier que la victoire allemande permettait d'im. moler de jeunes 'innocents ? Mais la Rêsitance entière sut AMNISTIE (Suite de la page 1.) faciliter la tâclze. « L'oubli » dont parlcnt les promoteurs de i'am;,islic est à sens uniqL1e. Les amnistiés, eux, Il'oublient pa.';, rnmme le constatait, dans lU! réccnt article du Monde M. AIldré Chêneboit tenté oouriallt ."ar l'indulr:encc. . II en est qui ne désarment pas. é.ail'ait-il aarLan de.s cnllaJ)os {'r/lc presse, loin d'être mise hors d'état de Iluire, va redouhier .'l'S ae'bordcmcnts de haine, ci s· f:llricizira de 1l0l/veaux pluIili/ irs. A l'Izeure où, déjà, lcs prcr· miPrs rescapé du l' ich ',ISI'/e lu(ntC llt les ministères, la nation Ile peut q!le s'opposer uTianimement à ulle réhabilitation défini/ ille dc celIx qlli l'Ollt trahie J.Jlt. J71E E11 LlfJ,,~1 IJÂSSE~"-OEl l VRES de Charles M. AIJRI~AS ' mes, os raCisme', les n 101 .rus Dix délégué., et supp'leants de .:Iausus, la haine contre des fa- tOl'tes tendances ont été ~Ius cies talitre des couleurs de peau, poitr le Congrès de Vitnne. Ils tolite" les étoiles jJUllCS. tous se joindront à ceux des autres ies gl/etto:,. ioutes tes affaires dl:partements pour former 'la détoire allemande permettait d'immoler de jeunes 'innocents ? Mais la Résitance entière sut réagir en affirmant une solida- Mac (jee, toutes les dëcisiollS légatibn française à cette granct'. lsstl:;sÎllat d'inNocents comme de e,t importante ' lcncontre in- 11 NOVEMBRE rJor l'indul:::ence. , Il en est qui ne désarment pas, écril'ait-il parlant des collabos qui s'enfùncent dans leer ,'rimlnel orgueil. Il y a une press,: qui n'a pas envie d'{)ublier qui, t peu à peu, s'enhardit, qui déjà triomphe, qui demain va acct:ser ... Cette presse emploie tour à tour la viùlence et l'injure, le mensonge et le silence Sous prétexte d'ordre, elle invite il l'arlJitrllire, SOl1S prétexte ct.~ 11:1 - t;onalisme, elle cékbre I ~ ra~ i ,~ :nc. pcut que s'opposer unGllimemellt à IIne réhabilitatIOn définitive de cellx ljui ['ont trahie ft poig'wrdee. L'è~ patriotes qui, la sl'maine derllière, chantèrent la Marseillaise dans les tribunes de l'Assel; l/Jlée Nationale exprimaient cette opposition, celte volonté p;ofonde 1!l1Î, finalement, si l'uniO!; sc renforce encore pOlir donner à l'action toute l'efficaci! é néce.'sairr, l'emportera slIr les vichvstes COlllllle sur ' eurs cOlllpiices d'outre-Rhin. (Suite de la page 1.) prona le mensonge, la déiation, le l11~urtre. Tous ses écrits soulèvent le coeur. Deux phrases le caractérisent, à 42 ans d'intervalle. Le 7 septembre 1898, faisant état. dans la « Gazette de France ', du « faux » Henry, qui cCltrai!la!t !a condamna t'on de l'innocent Dreyfus il écrivait : L es faux sont d'usage couTant, régulier, nécessaire. En juin 1940, ii quali fiait le plus grand désastre CIlIC' 1:1 rrancc ait cunnu de di"[,le sl/rprise, Dans l'intel valle, il ava it armé le bras de l'assas,in de j.:an jaurès, et, en 1936, appele ses « can1elots » à assassiner au cOllteau de cuisine les leaders du Front Populaire, Faux historien, faux philoso' phe, traître obstiné, dont le cuite de la France était fait ÙII mépris des Français, champioll du naticnalisme pOlir la destruction de sa nation, il devint. à 1111 ' ép04ue de transformation écunomique et sociale, le guide m:t1fa isant d'une classe en décomposition. Il forma par ses écrits une fausse elite prète à trahir la France pour détruire la Hépublique. Par centaines, s,es disciples ont endossé l'uniformé allemand de la L.V.F. oU sont devenus des tortionnaires de la milice. Ce ne sera pas l'un des llIoiillires crimes, que l'histoile rctiendra contre lui. 1 no., lhers Elhel èt Julius ROSéll- ternationale. ne qu'à la dételition perpétuelle. antisémÎres de Hitler, 'il les ap- b ,~ r,l!, tt'ns te~ b,',wssilliltS' indivi-, _______ .;... _____ • Il. Au mois de .mars per,nier, le 'Pla ud it, dès ~eux mains. ,Qltand quels oa en masses qu'ils an- Conseil Supérieu'r de la' J\ügis- elles furent ptilles el1 ·Fra:ité par rl.OncJ.llt et pfépaTl!nt, JOilS ces ', rature, présidé par M. VillCe)1t le gouv{!"rnement' de Pétai!1, il 'J()üCS émissaire.s invelltés par Auriol. lui rendit là liberté. clama son entlïousiaSr!1è. S' il iii- /lll:? {rnidl! ~ec'!liziq/le ' p' olititjue, « GrâCe médicale» a-t-on dit. 'vitit encore, 'il applaudirait, il 'b . Voir? Les' temps avaient .:llal1- • h' 1 . cl . . - ql.: ·.ls soient juifs, noirS, jausupremc onte, a con amnattOn Ile, (ilfi/~ soient d'Eùrupe 011 gé de 1945 il 1 Y52. Char1e~ à mort pàr un Tribunal améri- :1'11 {nq ue d'A/Ilérique , ou d'AsiE, .~1aurras pouvait encore servir. c'nin dc~ e'I)O'IX R'osenberlT l'n , n . ., • . "" - -'- I!ôcs Les discril7linntiO/ls fé- Son p:cmier écrit fut un annel justement incUlpés d'avbÎt dinfl- roces ' et, cn som/Ile, imbéciles au meurtrt : il demanda la guil- Y uc' d o~ secrets atoml'qlles a' la lotine p) ur A't de Menthon', mi- "suicte "d 'ull pro,,c ès qtli ",'n:'e's0t 111. Ije sont ah, ! n.e l'oublio/ls nistre j\U{.P. de la justice en qu'uÎ1e suite de fa1sifications et pas Ilu'UIl moyen très tradition- 1945. ([n l'occu rence, Ch~rlcs le fi,lllX témoignages: fiC: dL diviser' l es pe/lpl~s, pOllr Maurras feignait d'ol'blier quc miRlI.\' les opprimer, pOur mieux k M.r~.P., malgré des re~tric- Les raisons d'une les IIlntifier; poilr mteUx les enti011S verbales, soute nait le gou- 'fràinèr dans lès aventures et l es \·et.nement Pinay dans son 111'0- « grâ;ce mécUcal,~ » désastres de la guerre ; c'est .let d'.amnistie aux collabora- lin moyen tr~straditionnel, pour teurs.) C'est là que ITOUS vouions cor- dtJ;)umer l'attention, l'illielligcnc1ure. Ce n'est pas par hasard te. les !éffitlmes rC'l'C/ldicaÎions Un article de Mo Raymond SARRAUTE Secrétaire Général au C.F..D.1. ~o~,ooo Fran~ • s SOUS LA MtNAtt Dt VOIR lfUR . Vit BRISft Un « maître » que le gouvernement des !.J.S.A., d ' l' d •. / bl f es peup es es perl a es au- Et ' t allc/'ell "onlbattant - perdra Sil d 1, t"' It" pottr porter un coup au mou- t d"" t d t L goul'c,.,zeme/l Vieil, ell c e an Isem Isma vl!incÎlt progrl'S'sÎste amàicaili, eurs" mlsere e i? gu.erre e déposant un projet de loi nationalité. L'exerc i~~ de sa pro- A l'C'11011CC' du verdl'ct de Ly{)11 a C1 I O.IS,I, pour 1e s envov. er sur lpi'a il,. décf /tar(g er leur :égitlmf e ' co- « porta/lt /110dl'/icatl'0/1 de fessioll lui "." era i" erdit. Ii de- quïl écouta la main en corne',t la chaI.se e,lec.trrq lle, un cOllple e,r, el ' con re' IIe ur,sb ptrt op1r es reres 1, arti.c le Ill du ciode det a lia 1· 0 vl'a solll'cl'ter une autorisation sur l'oreille, le vieux sQur(i hur- (je J. llll1es par t'I sans d e 1a P a i x au tet!b , 'lu t: e a a e eurs COnl- /lati/e' ' , (le del1la/lder all Parle- de séJ'ou' pt une carte de travail , la : C'est la revanche (le 1' af - l·st·ac' ll·tes. lTIQun s do u1rr'e"a/u'1x .... • ment des pouvoirs' exorbitanls refusée pour la plupart des méfaire Dreyfus! Cette phrase ne Ne faut- il pas, cn j:rance aus- ~an,.~ ~I e ld(/lllle alPPJarafd du droit comml!n qui lui per- tiers. Il pOl/rra faire l'objet d'un te, mol' gne pas seu 1e men t d u fa't sIi, telin ter' d 'antisémitisme, I1ne sleusr 'pecsu ppOll:l' sT Inseasv encts smeau ilsl te!u/at nsl, m. ettraient d. 'exercer une pres- arrêté d'expulsion. que le bonhomme n'avait ri 0J1 l11è,l;e po itrque, de cet antisé- llllE leur liIopre malheur n'est sIOn tyranllIque et sans recours Rien Il'empêchera le gouverneappris én 50 ans. Elle est une mitisme qu i a toujours rappor- pas loid. Et (luel malheur : la sur deux (ellt mille Français ment de prendre en même temps preuve de sa persistance dans té jusqu.'à ce jour' aux ennemi:' naturalisés depuis moins de cinq deux décisions prononçant le re- Ir maL Toute sa trop longue pu peuple, et qlte certains vou- guerre, la famille , la mort. ans. trait de la naturalisation et l'exexistence, il avait fait de l'an ti- drai ent fa ire renaître, ' C'est pourquoi, conchlt-il, le Le 11 Novembre a été marqué, dans toute la France, pulsion. Ainsi, deux cenl mIlle sémitisme un des slorrarns de sa Fourrier de .l'antisémitisme .et ·M. R. A. P. salue avec entllOu- par de ferventes manifestations d'union, dans le Souvenir Si ce projet était voté, le gou- Français courront le risque perpolitique, L'affaire ~ Dreyfus de IiI gu~rre, le traître· Maurra~ siels'-ne ces assises du Congrès des Morts de 1914-1918 et 1939-1945 .et la ferme volonté vernement pourrait, pendant ce manent d'être arrêtés chez eux l'avait orienté clans cette voie. ne pouvait pas être, pour ln" du Peupl.e de Paris ct s'associe de s'opposer au réarmement des bourreaux. délai, si le comportement de l'in- à l'aube ou appréhendés da :ls 11 s'y maintin t, férocement, cons- hommes du gouvernement ac- pleinement à ses traJlaux, A l'appel des personnalités ' les plus diverses, un homma- téressé ne lui donnait satisfac- la rue, d'être directement al '('_ cient CJue cet antisémitisme pou- tllel, mai,ntenu en prison. C'est ~a r.?soluti0o adoptée. après ge commun fut rendu, par exemple, dans le 16e arrondis- tion, rapporter le décret de na- nés à la frontière et jetés 1; rs vait cntretenir la division entre la raisol) essentielle de sa «grâ- unè serieuse confrontation des sement, à la mémoire du général Delestraint, catholique; turalisation el prononcer ainsi de Franc e, séparés de leur fales Francais et les détourncr ce médicale », Les forces de la diverses opinions et tendances de . Georges Mandel, de Pierre Rebière, communiste, de sa déchéance de la nationalilé mille, ruillés du jour au lendedes véritâbles problèmes politi- react;on avawnt encore besoin rtpr(-sentée~, peut se réSltlmert Pierre Brossolette, socialiste, et des 35 fusillés de la cas- française. main. Une politique que" qui sont des problèmes de en France de leur pitoy:a,ble par cette ' formUle inSCrite al1 - cades du Bois de Boulogne. Et cette incroyable mesure sed'appels au meurtre classe où le racisme n"a rien à chant re. Elles se devaient de le dessus de la tribune : Faire pré- MM. Vicariot, président du Conseil général ; le géné- Du jour au l endemain, un ci- rait sans recours. ' voir. Antiallemand parce qu'il blanchir. l'aloir l'fsjJ;'it dl' négociation l'al Joinville ; Degornet, ancien président du Conseil géné- toyen français - électeur et éli- L t t ff t A rre't e' en sep t em b re 1944,1'1 était contre tous 1e s peup1 es', 11 Il es t mort. P as un 1L ' rançal.S,, sur les solutions de force. Elle l'al et le Rabbin André Zaoui, prirent la parole. ~{Z iNc s'il a accompli' son servi- pame efnfrOal!iJtl eaauu gOeIxl :'ee, rneenm enet ede, fut jur:é par la Cour de justice était fait pour comprend re et digne de ce nom, n'a versé une demllnde l'o t1\'ertnre de négocia- Sur notre cliché : M. le Rabbin Zaoui prononçant son ce militaire, s'il a contracté un retirer la nationalité française de Lyon, en janvier 1945. Cha- aDpuyer les nazis. Les mesures l'lfme. tions /tu Viet-Nam, le- cessez-I e- a llocution. engagement volontaire Oll est s'il éstime que .le comportement CUll de ses actes sous l'occupa-~~-~----~---~--~~-~~--~~-~~-20 mai 2011 à 10:08 (UTC)~-~~---~~-~-___ 192.168.254.42_~_~--~-~-20 mai 2011 à 10:08 (UTC)192.168.254.42 20 mai 2011 à 10:08 (UTC)-192.168.254.42---20 mai 2011 à 10:08 (UTC)~-~--~ de l'intéressé est tel que s~l lion, chacun de ses écrits méri- .- " '1 s'était manifesté avant la natutait la mort. Qu'on juge: le 15 ABE R LIN RE N' D,' E Z -va USD E L' ES POl R octobre 1942, il écrit : Il faut rinatleisravetinoune, . celle-ci ne serait pas fournir à l'Allemagne tous les .. 1'1 1 -' , -' Le retrait serait donc justifié travail/eurs dont elle a besoin. Iwr l'appréâation ' d'une oppor- L 8 d , l 1942 II f 1 (Sllife lie la paue 1,) maire de Munich-Gladbach. que au problème allemand. Pour c0I11porte-t-elle actuellement wne mains en témoignage de cette tion tle l'Allemagne à des coalie ecem He . ' : a - " P , "tullité, par un a,cte de uouvernel " l "t ' ·t Ceu'x de l'Est étaient conduits la première fois, depuis leur sé- si grande importance? arce unIon tant désirée [Jour le main- tions et à des pactes militaire,. "- III couper GIS ce es pOlir eVI el' L'Italie tout entière s'est D P . . P ... dl' l71 èllt ao'nf le contrôle échappe le débarquement en Algérie. par jean ieckmann, resldent paration. des A\1emands de que les arlcments dOivent. ln- tien e a paiX, Retrait des troupes d'occupation ail Conseil d'Etat. Le 8 septembre 19~~ : Mieux émue de la libération récente de la Chambre du Peuple et l'Ouest 'et de l'Est ont rejet& c.essamment, ratifier le:, Accords dès la signature d~1 tra,ité de vaudrait trG.ter 1lI1 certam 110/11- de Kesselring, de celui qui fit Franz Dahlem, député., les préju gés q lUi les sépa rent de Paris et de Bonn qui met- Un pas décisif paix ; Les peines les plus lourdes "re de communistes comme aes exécuter de nombreux otages à Tous ces représenta nts de et se ~ont assis à la même ta- tent sur pied une armée euro- vers la Paix 4. Elections générales libres, seraiellt donc prononcées souve- ()fa~es et les exécuter salis tar- ROp.1e et dans plusieurs autres l'A llemagne sont des démocra- bl ~ pour tédi ger une décIara- péenne. Or, comme l'a démontré au scrutin secret. en vue d'ins- rainemellt par le gouvernement. der, vil!':s de la péninsule. Aussi, les tes sincères qui ont payé leur ti011 'il1ànime, inspirée du seul J.M. Domenach dans son lap- E T la Conférence se termi- tituer un gouvernement pour Les juridictions compétentes se- Le 25 ma i 1944 : Prendre des dé' ;g:ués italiens arllivè rent- ils actiol1 antihitlérienne de l'exil sOl!ci de la paix. Fauf-i1 voir pbrt introductif. ces accords na dans l'enthousiasme toute l'Allemagne qui puisse as- raient dessaisies. Une menace otages parmi les parents et les fOI . nombreux, sous la directiOn Ou des Cami):; de concèi1tratiol1. ,dan;; oette conférence un spec- laissent le champ libre au /11i- général, après avoir voté sumer la responsabilité de cO II- permallente vèserait sur deux proches des « hourreaux d'Al- du député libéral joseph Nitti. Cer.tains d'èntrc e'ux, léfugiés en tàc!e ('C marionnettes réglé par lita";sme allemand, ouvrent une Ics résolutions suivantes: cl ure le traité de paix: l'l'nt mille Francais, livrés à l'ar- 0er » MLle fsabelle Blume, député so- ,France, ont rejoint nos maquis Mosco.; comme l'ont prétendu ('(lurs( indéfinie al/X armements, 1. Non-ratification des ac- • 5. Nécessité de porter ces ré- /Iitl aire cOlllplt'! du gouverne- " En ~aison de son grand â'ge, cialiste, fit entendre la voix de et ont gagné leur liberté en mê- cc l'tains journalistes ? et consacrent des aballdons de cords qui consacrent l'intégra- sOIL,tions à la connaissance des III l'nt. le \'ie ux trililrc ne fut condarn- la Belgique, La Hollande, les me- temps .que la nôtre. Il suffit de se rappel er l'évcn- sOlll'clain eté lIOn pas au profit tion définitive de l'AII·ernagne gouvernements, des ParlemenLi, L'oll Ize peul.qu'être stupéfait Annonce Dame diplômée Universités de Moscou et Berlin donnerait leçons allemand ou russe ou traduction. Accepterait éventuellement place bibliothécaire. S'adresser Mme Stern, 61, rue Chardon-Lagache, Paris 16c, fi:scalie,' n, 2e 6taqe, porte 61. pays scandinave,;, la Pologne, tdil polItique ct religi'eux sur d'une autorité politique supra- occidentale dans le .:amp des de tous les groupes sociaux et llll'Iln pareil projet de 101 ait la Tchécoslovaquie, la Suisse, La signification lequ\'l nous avons insisté. la di- lIationale, mais au profil d'ull puissances occidentales ; religieux, de persuader toutes pu être présenté par le gouverl'Au triche, tous les pays voi- des accords de Bonn versité, l'.o rigi nal ité et la liberté état-major étrangçr. 2, Réunion des Quatre puis- les nations de l'Eur'1'1e que la nement français aux llssemhlées sins de l'Allemagne avaient en~ d.:s inttrventions pour se per- Tous les orateurs ont déve- sances occupantes pour l' élabo- solution pacifique du ' prubi ~ me législativ es. voyé des délégués, ainsi que les CETTE énumératiOn doit sl'adC'r que les hommes rassem- loppé avec f.orce l'un ou l'autre ration d'un traité de paix ren- allemand e"t un moyen iml11é- Les Ilotions de liberté indivisocialistes et les pacifistes an- slllffire pOur donner une blës à Berlin y s,ont ve nus de de çes ,points {le vue et ont con- dant au peuple allemand son diat d'écarter la menace d'un~ duelle, de séparation des pOClglais. idée prédse de ce con- lel) r propre cHef. guidës par clu ·à la nécessité .absolue, .pour unite et son indépendance poli- nouvelle guerre mondiale. voirs, de garanties de la déten- Les Allemands de l'Ouest se grès: une réunion d'Ilommes lem prcprr conscience, à leurs la paix mondiale, d'u'ne réuni- tique et garantissant la sécurité A nous tous cie faire nôt res .,e, sont-elles ci ce point dévagroupaient autour de Mme Fass- de bonne volonté, ventis d'ho ri- !:'ais le plus, souvent, ou bien fication de l'Allemagne, dans la des Etats voisins de l'Allel11a- ces résolt:tions, de les appuyer, lllées IjU' 1l1I pareil texte ait pll binder, profess,eur à l'Universi- zons .politiques très divers, pro- a idés par les mouvemcnts qui démocratie et la neutralité )10- magne; • de les r~l)andre, de les faire voir le jOllr ? S'il était voté té de Ronl1 ; de l'ancien chan- fessant ' des religions différen- les ont délégués. Ce ne sont ni litique. Et ce fut une minute 3. In terdiction clc toute pro- triompher rt nons aurons ac- pOllrrait-oll parler encore eTl celier \Virth ; tlu 'pasteur Nie- tes et tous unis par llne même des naïfS, ni des pantins. bien émouvante que 'de voir El- pagande- militariste ou néo-hi- compli un pas dêcisif vers la France de démocraiie ? Il est moeller et de W. Elfes, l'ancien foi, trouver , une , solution*pacifi- - - Pourquoi - donc - cette· réunion · .ies - et Dahlem - se - serrer - les - tléri'enne ebde toute, participa- . paix. grand temps de s'y opposer, • D R O. 1 TET 'L 1 BER T E !'!"!!!!!!!!!!!!!!!!:,!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!~!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!,!!!!!!!!,!!!!! TRE CHER PAUL ELUAR Après le briliont succès du Gala du M.R.A.P. N OTRE douleur est profonde devant la mort du grand poète Paul Eluard. , Nous ne verrons, donc pius sa haute et fine silhouette, son noble visage aux yeux extraordinairement humains, quand, à la t ribune des réunions pO'pulail'es, il écoutait avec une fervente attention la leçon des orateurs ou contemplait les profondeurs de l'auditoire ; quand encore, se' levant et tout simple, il lisait avec une parlaite Justesse, avec une modestie pathétique un de ses lumineux et merveilleux poème ~ . Alors s'opé_ rait le miracle de la poésie ! },u.' Ir IWII\'oiJ' des mots de ce génie l'âme de chacun était raniméé, leG sentiments de chacun étaient comme lavés et rajeunis, une même passion oecuDait soudain des milliers d'hommes et de femmes qui étaient là ; d'un c·oup, ils se ~ ,entaient enpar Pierre MOPHANGE Poé~ie de ses dernières anliées, ample comme un fleuv e, et plus sereine et disant la certitude d'un monde meilleur conquis par les hommes après tant de combats, de ruines et de. sar.g. En revenant de Pleyel.~. . . ' '. ,~~:s L 1 v • Moudaïnn ou ~ D eu~ 8 nf; l n~ " au coeur de i'Afr-ique ». d'.\nd!'éc Clair, Pr i x. Jeunesse. n,llI,: est adressé par l 'auteur

l\'CCl la dédi cacc suivante 

Pour » Droit et Libert·é, ce li) Ire :1ntiraciste ••. et en souhail~!' 1t qUe la lutte que mène ( Droit et Liberté» apporte aux e:lfants de Moudaïna l'instrucsemble purif i é ~ , e;nbell,s, plus heureux ct p;us forts ; le chan~ leur 'révélait leur l'·eal ité d'hommes, leul' rendait sensibles leurs Di~ns les plus profonds, les « réunissait ,) vraiment, et créait sous ICurs yeux leur commune olipérance. Poésie féconde qui disait avant toüt la tendresse; la pitié, l'amour, la bonté, et tout ce qu'II y a dans le monde d'inr. ocence : la beauté de l'écolièr'e en tablier noir; les rues, le quart.ier, et la boulangerie, le chien « à la patte maladroite » et les gestes du vent ... Poè~ie qui noirçissait pour dire « tout ce qui nous désespère » : la mort, et le deuil. et les désastres de chacune de nos RES RE çU S truction, le, bonheur, la liberté. Pour le Comité de rédaction, très sympathiquement. ~ o u s rellIercions .\[InC .\ndl'él' Ciair dc ce sylilpat hiquc CI1\·O i. ),lous l'epÜ l'lerons procllain cmcnt de :;011 livr e. ( Editi ons Bourrelier. ) • Le Bateau des esclaves, l'Ul ilan de Bl'uno E. Werner, [l'tlduit lic l 'alleillund [l UI' Jucqucs Mart.in. ( Editions Gallimard .) • Une femme nommée 'Caprice, l'Olllan de Frank Yerby, traduit de 1'.\Ill(·l'i cain, par Janine Sadoch, ( Editions Gallimard. ) • Songes de Carnaval, r oman de A.~1. Martinez-Pagan. ( Edilions Cullllann- L 0v:'. ) vies ; pour maudire surtout les horreurs des massacres et des guerres. Poesie qui [.e dr~ssait et dardait, très hautaine et sévère, blanche comme un orage quand elle appelait la justice, quand elle dénonçait le.s criminels et les bourreaux, ,!uand elle jetait son violent mépris aux « vendeurs d'indulgence » : L c~ l'c,, ,,,,es d' , \u ~c l1wil z Ic,; pc[ lits enfllnls juif ~ Les lCI'l'or b tc" il J'oeil ju~t c. le ~ [ utagcs pou l 'a icnl pas ;;ayo ir pal' [quel Ilidcux miraclc La cl élllence se r ail lIrdrnull cnl (invoqu(:c Tel, n'est-ce pas, chers amis, nous apparut Paul Eluard, au Gala 19151 du M.R.A.P. quand il vint nous, lire lui-même son célèbre « G,letto de Varsovie ». Nous ne !e verrons plus. Mais son oeuvre infiniment généreuse animera nos combats pour le droit t la liberté, et vivra comme une lumineuse nuit étoilée dans un monde que nous aurons su pacifier. Et, Paul Eluard, jamais nous n'oublierons que ta dernière pensée fut pour deux victimes de l'injustice de la cruauté : Ethel et Julius Rosenberg, que, sous ta oondulte encore, nous eSliayons de toutes nos forces de sauver ... 11 n'y a, jJ a~ de picrre pl uH pl'é- , ______________ _ [ cieuse Que le ui"sir de \"t'nger i'inno[ ccn t JI n'y a pas dc ('ici plu ~ 1:c111lant Que le matin Ol! les traîtrcs su c( c ombcnl I l n'y li pas de salul sur iu t er re 'l'a ni que l'on pru l pardonner ( aux bourreaux EXPOSITION ' Au 14, rue de Paradis 78 peintres juifs exposent leurs oeuvres tous les jours, de 14 heures à 19 heures, Mais pour les admirer, hâtez_ vous, l'exposition ferme ses portes le 7 décembre. QUAND la soirée est fini e, le derni er invité parti, on est fatigué et content, si tout s'est bien pass é. Lorsque ILs a mis conviés S Ol~t plus de deux mille, qu'un programme leur a été remis, un spectacle annoncé, ces deux s~n t iments n'en ~ ont que plus fort s. C'est pourquoi, dimanche, à minuit et demi, j'étais assise su,r le banc, à la station Ternes, attendant le métro, lasse, mais très satisfaite je l'avoue, du dérolli ement de notre Gala. A côté de moi, une jeune f'emme disait à son compagnon : - Tiens, tu iVois, c'est le programme, avec un dessin de P eynet. Il a l'air joli. Elle l'e regardait avec une telle insistance que je le lui tendis. Elle me remercia et m'expliqua

- Figurez-vous que mon mari n'a pas voulu lou er des places quand un ami nous les a pro, posées. Résultat : nous n'avons pas pu 'e ntrer. Je s uis ,furieuse. Nous avons été au cinéma, un film idiot... Lui 'ne disa it rien. - Non, mais écoute ce que nous aurions VII : Patacholl ! C'est bien ma chance, et l'orchestre Clarens... Oh ! Moune de Rivel, celle qui joue dans La vie du M. R. A. P. *' t a vie du M. ft . A. P. *' La vie au M. R. A. P. *' La vie du M. R. A. P. - Vous approuvez l'action du M. R. A. P. Vous voulez le soutenir... Alors CJu'attendex- vous ? pour devenir AMI DU M. R. A.' P. Procurez-vous, diffusez la Carte d'Ami du M.R. A. P. Pas un antiraciste sans la Carte d'Ami ! L'ACTION PAIE ... · mais Voici un ext rai t de l'a llocution pron oncée par Charles Palant, Secrét aire Géné ral du M.R.A.P., au Gala ant ira ciste du 2 novembre. NOTRE combat exige de grands moyens. Les r.otres sont efficaces, mais lim;tés. Notre campagne contre. les écrits de Maurras, sou~enue par des milliers de brochufeS, par la documentation publi ee dans notre journal I) !'oil el L i .. ci, t ,·,. par nos centaines d'affiches dans toute la France, a essentiellement contribué à l'inCUlpation du vieux traître -en juillet dernier. L'action coûte. paie, mais l'action Dans les jours prochain s, il faut poursuivre une action puissllnte contre ia ratification des accords néfastes "de Bonn et de Paris qui conSacrera,ent la resureotion dll nazisme et remettraient les assassin, parmi nous. Il est Indispensable de développer considérablemer.t l'action contre les publKlations raciste:, et antisèmites. Plus de vingt titres contre lesquels se dresse seul notre Umil el. L ille r l,·' . U faut pl'omouvoir une puissante campagne de défense pour arracher à la chaise électrique l'hèroïque cou flle dps Rr.senberq dont l'assassinat ouvrirait une ère d'hystérie meurtrière contre les Juifs en Amérique et ailleurs tant il est vrai que la course il l'abîme entraîne un renou vea u l'action- coûte de ce cannibalisme du 20e siècle qu'est l'ant:sémitisme. Chers amis, je vous ad rosse un pres~ant appel. Demandez des cartes que vous fer'ez souscrire aux innombrables amis qu;,- dans tous les milieux a'pprouvent notre act ion "t sont prêts a la souten ir. Aboronez-vou's nombreux à notre j urnal « Droit ct Liberte », le seul grand organe· antiraciste de ce pays. Aidez-nous aidez-nous! .le ne sais si le ciel nous aidera. Ma:s je sais que tous ensemble nous pouvons en cha~ser les nuages ncirs. Et faire pour longtemps briller le soleil du bcnheur et de la Paix sur la terre. ÉCHOS DES, SECTIONS Soirée la ,, ~, avoiert pri; ploC' : !v.M. le PrOfesseur Hadamard, membre de cinématographique "Institut; le G:'and- RG bbin Schilli ; • Le 20 novembre, en présence Francolte, conseiller municipal ; le - - _ _ ~~b f OL4 e nombreuse, s'est dé rou- professeu" Esplard ; Pierre Clain; !'éI( le une soirée cinémeüographiquc, ulv",in L"onard SalrlVillc ; 'ault1ard, Salle Yves Toud ic. 'sec ré taire de I·uhl or. intersyndicale du Après une intervention de Charles 140. ainsi que la mère de Guy Du- Unu vi ngtaine de dé légués de tou· t es t endancès ' urent élus pour le Congrès du Peuple de Paris Ige arrondissement Soirée cinématographique Pa'ant, sectéta!re général du M.R.A. col"né, dir igeant de I·U.J .R.F. , cm· ......." ""'. ..... wùé ont été 'Iu Dour 1"--_Ulr:":·'iÇO[lrn.nçé,,.!a,,,· _El;Jr:çejj'1!ll~S,..-.lrtr..1l!e!is-.dQ.·llrtU;il ÇC(lgo:I}S_-''~~d-.illIx:eb!,ille;,--_'-"acY.-c'-lll'·é Jru! t iativ. du M. R. A. P., des pétitions contre les accords de l30nn et d" Paris. • De bennes inltiatlv~'s sont pr'· ,es cgalement pour. la diffusison de Droit et Liberté, qui augmente régulièrement d'un mois à l' autre : porte à porte, affichage, ubonne! T'ent, de propagande, et'c ... rour sauver les ROSfNBfR6 1/ Il' es/ pas de réullioll du M. I( A. P. où Ile soil vo l ée ulle résolu lion en faveur des Rosenberg ; pas de militanl qui ne diffllse la carle et la brochure éditées par le Comité de Déf ell se. Diverses secliolls 0111 pris d' autrcs initiatives pour la défellse du jcune couple innocent. NOliS ell signalons, ci-dessous, quelquesulles

3" ARRONDISSEMENT La section des 3e et 4e arrond istements a adressé à l'ambassade des U. S. A. une lettre d'où nous extrayons ces passages : Dreyfus criai~ ; « Je suis innocent, vive la Fronce ! )) tout comme les Ros:cnberg disent : « Nous sommes innocents, vivent les Etats-Unis. )} Et l'/listoire a donné raison à Dreyfus, ct l'hiofoirc a puni les véritables coupable! qui avaient monté cette affa ire, qui trahissaient les intérêts de leur patrie ot qui déchaînaient la naino antisémite. _ La population antiraciste de nos arrondissements, dont 'nous sommes les int.:rprètes, fait appel à vous, à l'esprit de lustice ' 'lui anime les hommes libres voulant la paix chez eux ct partout ailleurs, pour que d'urgence la décision de peine de mort frappant les Rasenbèrg loit rapportée, ~o"r que l'Affaire Rosenberg soit • ~ê""'cat nOU. nOlis aou.enonl" qu. c'est au cours de la révision de son procès qlle l'Innocence de Dreyfus a éclaté. 15' ARRONDISSEMENT MM/SEILLE • La Marseillaise a publié, le 20 novembre, un article du prés ident de cette section, notre ami Serge Kriwkos ki. où nous lisons : Il apparait clairement que, si 1'* fa ire f\osenberg n'existoit pas, la pro. pagande antisémite l'aurait inventée, tant elle est nécessaire pour diviser l'opinion dans le cadre de '10 préparation à la guerre. ... Les tendances les plus diverses . ont !oulign" le caractère antisémite de ce verdict, ce qui a fait naÎtre l'expression d'affaire Dreyfus de 1" guerre froi de. .. Nul " ol"'me de coeur ne peul rc!;tcr insensible à un td appel et réclamera . avec tous les ant iracistc!; et les défenseurs de la paix du monde ont 1er, que ne soit pa$ commis ce crime contre l'humanité dans 1" patri" d'Abraham Lincoln . • La section de Marseille a, d'autrc part, publ ié une résolution qui déclare notamment Au moment o~ par Denis';! DECOURDEMANCHE Membre du Burcau National du M,R.A.P. « Trois femmes ». ct Philippe Géra rd, tu sa is, celui qui compose dans l'émission de Gilois, à la Radio. Quel beau programme ! ... Et se tournant vers moi : «T out le monde nrest pas venu ? » bate ,;, ar ec le gosse, tu sais les f adcls, ça aussi c'é tait fu rmidabll

e t Tami ,
le Charlot

cie la Hose Rouge' et les Africa's avec lCl: r ta m-tam. - . L'opé r ~ buuffe d'O'Brady 1 ('p rit la merc, q ue l esprit! Cc doit èt r!è t rès dif fi cile de présenter les spectacles cumme· il Je la ras.sura i : sa Lif Akoka. le clarinetti ste, souffrant, tous les artistes étaient présents. . -: - Agnès Capri aussi ? As-telle raconté des histoires? Elle chante des chansons si amusantes ! C'est malheureux que son cabaret soit fermé. Je lu i appris q w'elle pouvait entendre et Patachou et Agnès Capri dans leur Cabaret, il Montmartre et rue Molière. - On ira, décida-t-elle, tu Ille dois bi en, ça. Mais les autres? Samson 'Fainsilber par exemple, Pierre Asso ? Je lui dit que si on jouait, un JO UIr, « Le Colonel Foster plaidera coupable », elle y verrait Pierre Asso dans le principal rôle qu'il a créé. Mais ... A ce moment, le métro arr·iva et la foule nous sépara. A l'intérieur, serrée entn: une mère ct sa fille, force me fut d'·écouter leur conversation. La jeune fille préférait « Les Garçons de la rue» il tous les al; ... tres numéros (ca r elles a va ient assisté au Gala). - 11" SOnt fo rmidables ! répétai t-ell e. Sa mère hésita it : la d a n s~ ci assique de Michel Gével te Arl ette lngraça lui avait bien plu. Pourta nt. les poèmes cie Marie Mergey, comme c'étai t beau ... et l'hi stoire de Do ra Kalin ovna ! ... - Maman, tu oublies les ac ro- L'allocution de Charles PA LA NT Charles PA LA jon, secrétaire générai du M. R. A. P., a prononcé, au cours du Galo, une brève allocution" Lorsque, saluant les .,ombreuses personnalités pr6scntes, il souligna l'Qb ~Gnce de M. Alain LE LEAP, membre du Comité d'Honneur de noIre Mouvement des sa fo ndat ion, la 50110, debout, ovationna le nom de l'éprisonné à Fresnes. L'action du M. R. A. P. fut chaleureusement applaudie. l'a fait. Il faut tr~u ve r quelqu :2 chose il dire sur chaque artiste. Il m'a oien fa ire ri re 0 ' Brady. - Moi ... Je ne saurai jamais la fin de la phrase commencée par la jeune fille ca r j'étais arrivée. Si les applaudissements des spectateurs ne me l'avaient déjà fa it comprendre. j'aurais ai nsi été à même de savoir que cette soirée fu t un vé ritable succès. Vn g rand merci il tous les artis tes q ui nous ont permis de sat isfai re une assemblée si nomb reuse. Il nous reste maintenant à pense r au Gala de l'a nnée procha ine ! Avant de mourir Vince.nt SCOTTJJ chantait •• Tous les coe rs onl' la· A meme V INCENT SCOTTO, décécédé le 15 novembre, à 76 an.s avait écrit plus de ~ .001.1 chansons . Nombre d'entre ell es les plus a n.:iennes comme les plus récentes, ne sont pas près de tomber dans l'o ubl i : ce Ma rsei llais si parisien avait le don de la mélodie pl a isante, facile à retenir. Qui n'a fredonné , par E: ~;emple, le refrain de Mon Paris, mOIl beau Paris, ou Le plus beau Tango du MOllde, ou SaLIs les POlltS de Paris, ou encore j'ai deux amours créé par Joséhine Baker, Pros i.nsépara- 1 •• COU eu~ ••• 896 fjl..4'c nOIT\breuse, s 'est dérou- 1 e une soirée cinémQ.tog raphique, Salle Yves t oud ic. A.près une intervention de Chorles Pa ' er~t, " ,eréta're général du M.R.A. P.; 30 délégués ont ét é é lus pour le Congrès du Peuple de Patis. Défense de la nationalité française ' 8 Les menaces qu i pbsenl' sur la lW ~rar1al l lé français3 (projQt d~ mC'd l/icatlen du Cod..e de la nationa li té) tll1 ~ foft l'ci'jet a 'une con'é rence où, !.ous 10 présidence d~ Cnar l% Hutmdn, m'cmbre du Bureat l Nctiolal, or"' t pr;s 10 parolc : Mc Tétroau, avocdt au . Conseil d' Etot et M.' Iii Blum, se~·r étblr~ général de \' Assor:rCi ·-i~n des v olor1!t)ltcs eT P nc!cns ~ ornt:-at ' O·lts J uifs. ~ ' o 5~jsto n ce S'C5 t engagée .-:: agir cCn tr" l' In l;..Ie projet de loi. 3" arl,'ondissement Une leUre de Mme Rastié-Caillé • A la suite du meeting tenu le 1 B octobre , la section du 3e a reçu une lertre dO) Mm~ Rastié-Calllé, oonGcille' munIcipal des 3e, 4e et 10c drrondi.sements, conseil ler g éné ral de la Seine. Exprimant ses regrets de n'c.vo:t pr..; partiCiper OIJ meet ing, Mme Rost iéCaillé écrit : Cro)'cz: bif:n que vûtre invitation Cit la b:envcnue c:"ez moi, car 10 Résistan'2 que j'a i faite m'a rappropTn~ e:Sl'i6 ' d 1 Flette 'h.'fi , f ernvûli1 LPonord Sa inville ; 'aul'hord, 'Scc ré t Q i r ~ de ,'union intersyndicale du 1 ~e, ai nsi que la mère de Guy Ducalc. né, di rigeant de rU .J .R.F ., crn fn. tsor.né è Frc~ n es, ct les dirigeants locaux d u M. R. A. P. : Jacques FUrll1onski, membre du Bureau National

le Dr. Sénikiès ; le Dr. et Mme

Diamant ; ~v\ m" Ma ynlal, ihspe:leur principal ou ministere d\.r Trévail ; Mmes Cerf, 3eline, Nette. ; .V.M B et.i ,, ~ kj, ingénlcor ; Pic a rd, Go ... ~ on, Pe:ta , Marcovici, etc ... Tuus les él ... , du secteur a va lent été invités. M. ) C'on Cayeux, député M .t~. P " s'étaIt excusé dans une lettre oÙ! Il l~.:Iaroit notamment 10 v o ~', red!s men complet acc crd pour la lu!te contre toute t cnt" t ive de I cnoi :;s ~nc Q des odieus~ s propo1ln· des que nouo:; n'avon!; cessé les un' et le. Qutre' de comb a ttto dbn, le total r~ .pc-c:t de la liberté e ~ de la dignité humCllnc, sans d ls~i nct l o " de rer", et d' origine, Cette attitllde qui na " . est commune porte en elie-même le gage de pa ix. Mc de Moro-Giafferri s'était égaIement fa it eXCUS.H en envoyant son accord pour la lutte contre la 50tt iac ct la crua uté du racisme. Les di ff é ronts orateurs, le R. P. Borger, le Grand-Rabbin Schilll, le prufesseur Hadamard, Charles Palant, MM. F,ancotte, Espiord, Paumara et Clain, soulignè rent la nécc,.ité de lutt..::r en commun contre le racisme et peur la paix, sans d istin ction de cor. fcs~ions :e li g~cu s es ou (l' ')pinion.., politiques. Soirée cinématographique • Le 25 n9vembre, 'au cinéma « Renaissance " , avenue Jean-Jaurès, s'est dérou lée une soirée antiraclsto très réussi e, avec la 'Participetian de 250 personhes. Me Armand Demen,; tevn, me:-r1b re du Bureau National, f it uh exposé sur l'a ct ion du M.R.A. P. Une résolution fut a doptée ù l'unan imité et1 fdveur des Rasehl1erg. • Dans 1" 1ge c irculent, sur l'ini- Dro;t et Liberté, qui augmente régulièrement d'un mois à l' autre : porte à porte, affichage, abonne.,., ents de propagande , etc ... Marseille : Un bal au profit de D. L. En octobre, la section a organisé un bol ou profit de Droit e t Liberté, au ûurs c uquel ont élé éga iement é lus des dé'{gues pour le COf'grès départemehtal de la Poix et placée~ de nombreuses cartes de la Poix. LYOn •• Une soiree d'hommage ft ZOLA Le metcredi 26 novembre, s 'est dérOl/ lée, sa lle des Réun ions Industriel · les, une tolrée d'hommage à Emile i ola , ol"anl :éc par le Mouveme nt contre le Racisme, l'Antisémitisme et pOli' la PalK, en collaboration avec la LigUe 'dès Droits de l'Homme et les Contads Culturels Rhodanie ns. M, Picard, a u nom .·du M,R,A,P., en "ne c ~ urte allocution, ,rappela l'a c\' Ion de Zola adversa ire né do la persécution, du fanat isme et de l'ant i $~ m lt lsme pe ndont l'Affaire Drcyfrus. Puis Me Fressi net , Prés;dent Fédérerl de la I;igue, évoqua la vie du célèbre écriva in et denna lecture dc. prlncipch:x passages de ser fa meuse let tre l( J 'Accuse l'. Enfin, M. Dreyfu s, professcur de lettres, étudia l'oeuvre littéra ire, s'at .. tachant plu$ .particullurement à " Germinal », le chef·iloeuvre de Zol" suivi d'une ledul'" de l'admirable chapitre de la fûsillade, t iré de cet ouv;age. Avant de se séparer, l'assistance, à l'appel du M, R. A. p" adopta à l'Unall imité un ordre du jour adressé au président Trumern en fa veur de. époux Rosenberg. UN BAL LE S DECEMBRE La section lyonnaise du M, R. A, p , or!ern :~, le samedi soir 6 décembre, un grand bol, qui ouro lieu dans les Salons du restau rant RIVIER, placc des Terreaux. Tous lei antira ciste! sont cordialement inyités. c t .UI cours de a r vlsl.n de lIOn procès que l'innocence de Dreyfus a éclaté , 6e ARRONDISSEMENT t.er section du Se arrondissement a adrnsé plusieurs lettres e t t élégrammes à l'ambassode américa ine , au président Truman, au gé"é ral E!$en" "owe r, à la Cour Suprême de. Etah:· Unis. Une c"oleureuse lettre de solidarité 0 égdlément été envoyée à Juli us et Ethel Rosenberg. • 12" A~RONDISSÈMENT Dant le 12e a rrondÎlseme nt, ei,cule, ,"r l'initiative du M.R.A,I' ., une pétit ion demandant que Ju ll u ~ C .• Etllel Rosenberg soient rend uo à leu,s ellfonts, Dans le seu l immeuble du i 2, rue C,-Decaen, cette pét it ion a recut!lIli 37 signa tures. '18e ARRONDISSEMENT La sedl.n du M.R,A.P, du III" a rrondissement .. adreu é, au Président 'trllman, un télégramme a insi consu : Demandons gr6ce époux Rosenberg. L IVRY -GARGAN La section du M.R,A,P. , ,,~ress3 , à l'ambassadeur des Etats-Unis à Paris, la résolution sùivante : "lC'nsieloolr F Ambassadeur, La section du M.R.A.P. de Li vryGaro, n, réunie le 16 novembre 1952, lt :1 :1Imement inquiète du sort d ' Ethe l et- de Julius Rosenberg, croit fermem~ nt qu' il se rait de toute ju s t: "~ de (;\/i~ c ~ le pre':·3 s ... 1 vou. , .:-;e Cf ~ t .... ~ '---·"!{"ftre cc voeu pr c~ $ ant aux Ou- ' 1...11 j-é des Et. r .. Jn is d ' A IT'!~rn:.: ,,1: chée complè.ement de votre poi nt de , _________ ....; ___ ~-------------------------------------__________ _ vile, Vous pouvez do nc faire appe l à moi pour dëfe ndrc vos idées de Ub'2r·· I ~ et ,'os t hèses q ui sont miennes. C' oyez donc ii l'ossurance de t oute ~ !J !:ympathie pour votre ,Mouvement . Se arrondissement Un Festival Charles Chaplin • Le 24 novembre, à la Mer ison pour Tous, rue Mouffeta rd, la soirée aMicale organisze par la sect ion dL; M R.A.P. a connu un g rand su:c ~s. Devant une G~sistance attentive er' enthousiast e, Roger Maria , ) -ési.:ient de la sect ;on, a exposé l'action dt) M R.A P., apres que Mme Domin ique DesanlÎ eût présenté le p opulaire personnage de Charlot. Puis furent projetés les deux fi lms bien connus de Charlie Chaplin : L'Emigrant et La Rue des Mira c1es ~ / a cc.. ompagn e ment au piano éta it improvisé de façon heureuse par Mme Vernabel . IOe a rrondissement Une réunion pour la Paix Au COurs r1'Uf1e rêunion, ou cvaient été invités les hab itants de que lques immeubles, Albe rt Lévy, rédact eur en chef cie Droit ct Liberté, a fa it an 0xrosé swr l1 renai ssance de "antisémi1isme et Il' problème de la pa ix. Une qu inza ine oe délégués ont été é lLis pour le Cong rès du Peuple de Par is. 14e Ql'rondissement U ne belle soirée antiraciste En présence de p lusi eurs cerl aines de personnes, une belle soiréê antiraciste s'est déroulée le 5 novembre, rue Froidvvaux Autour du R.P. Berger, membre du Bureol! Nati ona l, qui prés ida it et cie nù l rD Sccr6tair~ générai Charles Pa- L'antisémitisme, sous-produit de la remi,litarisation en Allemas.ne occi·denlale (Suite de la page G.) pour ne nommer q,ue le3 deux plus connus : le général Hasso von Manteuffel, ancien et futur chef de la " -ehrmacht, qui. déjà, récl ame « 40 divisions de race pure » ; et \Yilh_elm Schepman, le dern ier ch ef d'état-maj or des ';:,. A . L'a nti sémitisme a fai t l agc tout au long de la ~ ampa g n e él ectorale. Des centaines de mi ll ie rs de tracts. portant la croi x gammée ont été distribués. On· !Jouvait 'y l ire : Le j uif, dicla teur de la démocralie, du bolchevisme el du Vatican, l'OUS gouverne tous. Ne Valls en êtesl'OUS oas ellcore rendu comple? TL/HZ bOI1 Rest ez Allemands ... N ous r eviendrol1s. Quelques exemples Clue l 'i déologie des S.S. et pa rticuli èrem ent l 'antisémiti sme, s'exprime de plus e'n plu: ouvertement, voi là le pi re des scandales! II ne passe pas de jour où l 'on n'en signale de 1101:\'l lles manifestations. Voici quelques fai ts., pris au hasard, qui, si chacun n'est pas t rès important n'en sont pas moins si gl:i ficatifs : • Un marçhand de chaussetIl's de B-ade-Woerishofen nomIlle.! (lt to SclIoenfi sch, fait sui vr(! ses placards publicitaires de cette mention : Pour r épondre par avance à ulle question qui est souvent posée, IlOUS devons préciser qu'il ne s'agi.i pa,; a'w,~ ! ,. .. ~ prise juil/t. • Le ùerni er en date des cimetIères juifs profanés est celui de Niederzi ssen, en Rhénanie. Sept tombes y ont été r enversées et brisées. • Récemment, à la statIOn thermale de Nauheim, deux juives fu ren t prises à pa rtie nar un groupe de nazis qu i criaieut: « II faut les prendre ! Gazez, brûlez tous les juifs 1. .. » Devant le commi ssaire de police lui -même, les excitateurs à la ha ine ont refusé de se récuser, affirmant qu 'ils avaient expr imé une opinion respectab le, qu 'au npm de la liberté, on ne sa urait l e:.Jr empêcher de répéter encore. Ils ont été immédiatement rel âchés. • Ayant à tran smettre un messagc chiffré ainsi conçu A r hel cz manl l'a l! de f ourrure ... unL employée de la préfecture de pOl ice de Berlin-Ouest a cru bon d'aj outer : ... Mais Ile l'acfl e/ 1' :': vas che ~ des cOlllmerçants juifs, ce so1l1 tous dl's Jloleurs. Aucune sanction n'a été prise contre elle .. : lll êmC' p." pou l' ft llie pr o i (;;~ioli n e ll l'. M. Lher et la B.D. T. Les oïg:lJ1isa tions clandestines récemment découve r tes (Bund Deutscher jugend) donnent une indication précieuse sur les but,; et les méthodes des néo-nazis, qui n'ont rien à p.nvier aux hitlériens de 193:t Dans les documents de.!couverts. figurai ent dèS listes dt, personnes à abattre, comprenan t les opposants au réarmemernt de l'Allemagne; ils préci saient aussi dèS di rect ives pour le jour J, dont voici quelques ext rai ts : a) Arrêter immédiatement l es adversaires cOI/nus ; b) Assurer la lib erté de mouvement des troupes de choc ell co," d'r ~ rall(/ s ras;iemblemcllts: c) En cas de réactioll flost il l' de la jOlllr',. jeter des gre/; ades m: tii'er de" balles traçalltes S il!' l e,' pl'rSOnlles l es plus reLl/lées; h) Epite/ l es .nll7l1lafiofls ti rer directement sllr la {o ult ... 1. .. reste à l'avenant. N\ais là encore, il faut soul igner qli 'o n a dé'cou ','e rt, notamment à Arnsberg. des monceaux de t racts et brochures antisémites comparabL' ~l ceux qui furent uti lisés pel: dant la call1pagr. !' électerale. L~ t' couoab!es ont-ils été ch âtés ? Pas le moins du monde. I.ts sept dirigeants du complot. qu i fure nt arrêtés, ont 'ctl: relncL éo au bout de quelques jours. N'a- t-il pas d é prou l'é, d'ai lleurs, qu'ils r ecevaient des fonds il la fois des autorités américaines d'occupation et du mini ~ tre de l'Intérieur de Bonn ? Celui-ci, le Dr. r~obert Lehr, qui, le complot découvert, essaie de le minimiser, fut sous Hitier. rappelons- le, président du Conseil Illunicipal de DU3sel dorf : à ce titre' il se distingua particulièrement par la sévérité des mesures antisémites édictées. L'espoir Cc nazisll1L', ce t antisémit isme aux multiples formes, ce militar isme agressi f n'attendent, pour s'epanou ir pleinement, que la reconsti tuti on de la Wehrmacht dans le cadre de l' « armée eurODécnne » . Sous prétexte de « défL ndre l 'Europe », va-t-on donner de nouveau des armes à ceux qu i ont mis l'Europe à feu et à sa ng? 1\ reste l'esp')i r que les l'OUches les plus IMges de patriotes, en france comme Cil Allemagne, pa l \'ie !1ne;- t par leur lutte à ~ mI) (cht'r If! il-'nature des néfasLs accords dt 1:3:} 1111 et de Pari :,. II est Il' Il1ps d'agir dans l'union la ;Jlus complète. L'Eu rope, SOIlcieuse de sa sécurité ct de la pa iX: p e lll ('ncorl' vO lliurf'r Tt' da ll ger, . • La section de Marseille a, d'outre port, publ ié une résolu t ion qui déclare notamment Au moment O!J les généra ux hitlériens, criminels d~ guerre, q ui f irent mq,sacrer d millians de Juifs, sont remis en liberté par le .. a utorités a méricaines, il a pparoÎt ~ue le'""' procès d'Ethel et J ulius R ose~b e rg prend un ca ract ère raciste d'autant plus que les Juifs furcnt systéma tiquement écart és du jury ... • Des centa ines de cortes e t de brochures ont été p lacées à Morsei Ile !)or les soins \ de Ja sec tion, qu i a également adressé ou Président Truman et à l'ambassade américaine le té légramme suivant M.R,A.P, Ma rseille, au nem victi. mC!; racisme nozi, d·zma nt'.c grâce époux Rosenberg. • Une délégation de personnali tés marse i!la ises s'est présentée ou Consulat américain, le samedi 22 novembre. Etle a déposé une ré solution demandan! la çJrâce des Rosenberg. les Ponts de Paris, ou encore j'ai deux amours créé par Joséphine Baker, Prosper, inséparable du nom de Mlaurice Chevalier, ct les airs des opérettes (il en a co-mposé cent) comme Ail pays du soleil, Un de la Canebièr c, Viol ettes 11llpérial es.' Vincent Scotto était un homme charmant -et chaleureux_ L'an dernier, recevant, à son appartement du faubourg Saint-Ma rtin, une délégation du M.f~.A . P. du Iry arrondissement .. il l'assurait de son entièrc sympathie pour la cause antiraciste. - Si vous /1C chantez pas l'amour, alors ne chantez pas, répétait~il s.ouven~ . Il pensai t, notamment, à l'amour de l' h1lmanité, il la fraternité humaine. Il l' a montré dans l 'une de de ses tOl:tes dernières chansons qu'il prés·enta, encore manuscrite, à nos amis du 10e, , ·1tI"--' , , , ' -:: ~ .~ \~, , :~::~~ et qui vient d'être édictée: Sous 10lls les ponts dll mOllde ... Nous ne pouvons que sO:lhaiter ple in succès à ce refrain écrit quelques semaines aprè5 l' as!-:ass inat de IVill ie Mc Gee, en hommage à la lu tte menée par Joséphine' Baker : « SOIIS tous l es pOll tS, sous 1 tOIlS les ponts du monde oCt L 'cau chante la même cfl anrsoll « ... QU'OIl soit de n'impor te où « De New-York, Paris, L ondres rou Moscou « Tous l es coeurs Ollt la même r couleur ... »


~------------------------------------------.~----~----------

Dimanche 7 DécembTe à 20 h. 30 SALLE PLE YEL, 252, Faub. Saint .. Honoré J ean BORREDON. GRANDE SOIRÉE de GALA au profit des Foyers d'Enfants de Fusi l lés et de Déportés de la COMM ISSION CENTRJ([E DE L 'ENFANCE AU PROGRAMME Renée LFJ3, \:' présentés par Jacqueline FRANCELL « LA MARCHE FLEURIE » par les Enfants des Foyers FRANCIS LEMARQUE dans ses chansons PAULETTE DYNALIX Première danseuses de l'Opéra et PIERRE LEFEVRE de l'Opéra La Compagnie ANDRE DELFERRIERE de la Radio La vedette de l a Chanson MICK MICHEYL (l rar.d Prix dl' J'A. B. C. La ch anteuse israélienne BRACHA ZEPHIRA Le célèbre guitaliste JEAN BORREDON Les cx traordinaires cascadeurs comiqu'es LES RENATIS La grande "edette cil' la Chal130n RENEE LEBAS Les billets b. 200, 300, 400, 500 et 1.000 f ranc€ S~'l' .; r 0';'er 14, r ue de Para dis, PA.RIS (100), Téléphone : PRO 90-47. , Organe Central d"P192.168.254.42!,9.q"~ " Notre pOiti a toujourslufté . . .~ . c·ontre l'antis.é, m itisme, qui est ennemi de la Il classe ouvrlere et indigne de l'homme D A:\"5 un édi torlJ.1 du 2·1 ll OyelllUre, cUllsarr 0 au proci's Slan~ky. Ruds Pr'avo, ol'gane du Parti communiste lch écu, loyaque. dénoncer • vec fOl'ce l'antiscmitisme e~ toute5 les formes du racisme Cet al'Iicle, dalls sa première Où esll' anUsémitisme1 L E dénouement, à Prague, du procès de Slansky et de ses co-incul pés a éH~ l'occasion saisie par un certain nombre de journaux pour tenter d'acc'réditer l'idée d'un déferl ement d'antisémitisme en Tchécos lovaq uie, où des manifestations co ntre les Ju ifs auraient eu lieu « égal ant en ampl e'ur celles des nazis pendant l'occupat ion » , Comme on peut le constater à la lect ure des ci tations de Il'resse publ iées "contre toutes ces « informati ons » s'avèrent dénuées de tout fondement et répondant à un voeu plutôt qu'au so uci de fai re connaître la verité. Un important éditorial est co nsacr: l'affaire Slansky, dans le Rude Prayo, organe du parti communiste tchécoslovaque, le 24 novembre. Cet article, tout E'n critiquant sévèrement le s ion isme, affirme avec vigueur que le par1i communiste tChécoslovaque a toujours combattu l'an tisémitisme et le combattra a l'avenir comme un mal dangereux, ennemi de la classe ouvrière et ind igno de l'homme. Le l\londe publie, le 28 novembre, un im portant leader int it ulé : « L'ant isionisme n'est pas l'ant isomitisme.)) Thèse longuement développée à l'a id ~ d'exemples précis ct qui amène l'auteur à conclure que les dermers vestiges de l'antisé mitisme, dans l'Est européen, son~ vou és à disparaître. France-soir, qui ne fut pas le moins ;:élé dans la campagne, a dû fina lement, dans son nume ·ro du 29 novembre, reproduire un con.ml.!1iquèi de l'A.F.P., déclarant impossibles à conLI'O ! pr les bruits qui ont couru à Vienne au sujet des ma nifestations antisémItes en Tchécoslovaq uie. Quant à M. Bystricky, ancien ambassadeur à Londres dont le s uicide étc lt annoncé, il est touj ours vIvant et au surplus il n'est pas juif (!) Au Figaro, qui ouvrit ses colonn es au bour~eau de Paris, \·~tl' Cho ltitz et au tueur nazi par tie, ét udie le gionisme sllr le plan iMologique et sur le pl an politique. rappelant que, sous le c(·uvert des organ isations sioni stes, dont Slansky sou tenait plein ement les activités, les Eta ts capi talis tes entretenaien t leurs agents en Tchécoshvaqll ic. EL np rè" avoir 80utlgné que le sionisme, comme d'a!lleUI':'; 1 antl sl mltisme, e~ t fondé sur « uue noli on exclusive du ju da ïsme ~ , l'organe du Parti c·:.m nluniste tchric0sluvaq, ul' ('\lllclut sol ennollement : Notre partI, en parti intE'rnationallst, e oonséquent, A TOUJOURS LUTTE et CONTINUERA tisëmltes ceux qui attiraient l'attention sur l'activité des sionistes et qu'il les persécutait, et que même il les faisait exclure du parti. Notre peuple, qui a vu Jusqll'Où conduit l'antisémitisme criminel, n'a rien de oommun avec luI. Abraham l'un des ". Juifs qui LE suicide de .'11. Abraham H. Felle., directeur de. serl'ices juridique. de 1'0, IV. V. et ad. « C' es t avee J'aid e du ~ i o nis joint du .ecrétqire général, a causé me, éc rit Rude Pravo, que la bourgeois ie juive d'I sraël e5saie auj ourd'hui d'écart el' le peuple de Ill. lu tte co ntre le capil alismp, pire fln nemi de tous les travail leu rs sa ns tli!:oLincUOIl .. A LUTTER CONTRE L'ANTI8E- .'... ----------- « Le nationalisme bourgeois juir est aussi dange reux iJ ue n'i mporle quel nationa ib me l ·Ql!l'genis. La preuve l'n l's t qur des sionis tes comme Gemindel' sc ,,"n t ;-t't rouvés sur la mème p.atc- rOl'm,' que les nil lio n ,l l i~· tCf' !.JoU! 1:' (' 01;; s tovaqu es r:u lïl ll1C CIt":llcn .b , .. MITISME ... Notre parti a toujours montré que L'ANTISEMITISME EST L'ENNEMI DE LA CLASSE OUVRIERE, QU'IL EST INDIGNE DE L'HOMME. L'ennemi de classe a préclsémel'lt abusé de cette obligation de la cla8se ouvrière. U s'en est fait un bouclier oontre toute Justice et c'est préolsément, selon la IIgno du sionIsme, qu'II a exercé une activité néfute. Le traltre Siam ki a complètement avoué qu'II qualifiait d'an- LE MONDE:L'antisionnisme n'est pas l'antisémitisme I,e Monde clu 29 nOl'.;mbre publie, sur le procès ct" Pngue, 'une article que 1' (;n ne saurait slI'specter de sympath ie envers le régime de démocrat ie populaire, mais qui a le mérite de clarifi er certains aspects dE procès, o!)s(;u rcis à plaisir p a r une presse patticulièrement m a lhonn~te , L'antisionisme n'est pas l'antisémitisme, souligne Le Monde. Et coupant court aux campagll eg selon. lesquelles le;; Juifs seraient écartés du. pouvoir. en Europe orientale, il écrit : M. Kagall o!,itch continue à figurer parmi ies principaux collaborateurs de Sta/Nze et il vLlIt d'être élu membre du nouveau présidium du parti communiste de l'Union Soviétique. Si en Roumallle ci l S épuratIOns ont éliminé un certain nombre d'israélitcs des plus hautes "nctians, . M. Chishinevski, (Jui, le 17 juin, à Jassy, porta contre Luca les plus gmves ace .!çations, n'est pas moins Israélite qu e lui. Le cas est plus net encore en 1I0ngrie, où tOlls les leaders communistes : Matizias Rakosi. Ernest Geroe, Mich e! Farkas, J'Iseph RevaL 7"II(ln Vas ... sont issus de familles israélites. Si, sous une forme latellte, l'antisémitisme racial existe en Europe ,~rimtale, ct' n'est pas dans les milieux gouvt fllementaux qu'il faut le chercher

on le trouve plutôt dans

une partie de l'opinion publique forl",nent cun/aminée à l'époql1è par la propagande ilGtionale-so~ cialiste ... Comment expliql'er alors ce qui vient de se passer ci Prague t Il s'agit simplt'f1lenf de lU pas cO/lfondre l'antisèm :tisme avec (aJ1tisionisme, Ft après avoir expliqué Its raison I&onnmi(!ues. rélitiques, idéologiques) qui, selon lu~, opposent ifS régimes de démocratie popl;laire au sionisme, Le Monde écrit Les derniers ,1csfiges de l'antisémitisme sont donc ... voués ci y disparaître (dans l'Est européen), tt, dès ci présent, l'exploitation de ce sentiment fil Tch écoslovaquDe ne donnerait plus suffisamment de résultats pour ju ~ ti/ier une mise en sc~ne comme celle du procès Slansky, Ces qnel ques explications, basées sur des fait:, indéniables, suffisent fi jug~'t la campagne dëclenchée de Vierine, par des officines spécialisées et reprise à Paris aveç tant d'empreSsement. Dl. JaCqUeS DUCLOS: u nous sommes solidaires da lous las exploitéS ~ans dlSllnCtlon de race ou ·d'origlne " Le 28 novembre, au cours d'un meeting à Bordeaux, M. Jacques Duclos, Secrétaire du Parti' Communiste Français, a prononcé Un discours dont nous donnons, ci·dessous, quelques ex .. traits relatifs au procès de Prague : ON critiqua beaucoup avant la guerre le procès de Mo ~ c()u. Et pourtant, sans l'élimination des Irattws que permit le procès.de Moscou, que sectons-nous devenus ? ~uus qui devons. avant tout Il l'U. R. S. S, d'avoir été libérés, nous n'avons qu'à nous réj Julr dl} chllÎlmént qui tut infligé alurs aux ag~nts de Hitler N'ou!.Jlions pas que, au moment du procèS de Moscou, ceux qui chez nous avaient partie liée avec Hitler' soutenaient. les traltrlis condnmnés. An lieu de se réjOUir du couP. porté à IliUer, Us le déploraient, faisant passel' leurs considérations de classe avant l'Intérêt de la France. Et, maintenant. ceux q\\Î veuIrnt la paix, n~ peuvent que res .. pirer plus librement en apprenant que les agents des fauteurs de guerre sont Ulis hors d'état ile Jlulre en Tchéco slovaquie. N'vulHions p/J.~ que c'e:lt dans cil pays que d"outa en fait la Ileuxièmo gtlerre mondi[Lle, avec 11'8 acc ,)rù~ de Munich, l'occupation pal' If HIer .ÙI! trrrjloire dés Sudètes et la transformalion de la Tchéooslovaqule ell protr et'or.at. . ' C'est un pays particulière· /'!lent vlsp. par les fauteurs dil ~uerre. Et, dans la mesure où ces ' gens-là pensaient pouvoir c(tmpt~r sur les tl'ahi50nll intérlemes, ils aUfalènt pu plus faolklment se lal:-Jser aJl~r à l:t t&ntlltlon de brusquer les événaments pour déclencher la guone. L'élimination des tmltres tchéooslovaque est don a une vlc- ~otrll do la paix. ,. Il n'est pal '\onnan' que 181 licel deI fauteurs de ue.t'- Jeune physicIen I13cque~ Solomon, gendre du professeur Langevin, et le député Jean Cate,. las, Ils sont mort. hérolquement p~ur la France, pour le communisme, Les Insulteurs du communisme devront bien vIte renoncer à nous présonter comme des antisémites. Pour nous, Ce qui oppo~e ou rapproche les hommes, ce n'est pas leur .. ace, mals c'est leur condItion sociale. La divisIon de la société en classes est une réalité, et le proçès de Prague a ét.é, en définitive, un épisode de la lutte de classes entre, d'une part, ceux qui veulent oonserver leurs privilèges et les. reconquérIr là où ils les ont perdus et, d'autre part, ceux qui veulent se libérer de la servitude, de l'exploItatIon et de la misère, Parti des exploités. nous ne fa isons aucune différence entre eux, quelle que soit leur race. Tous les exploités sont frères et 80- IIda~re!. Nous ne faisons pas no" plus de différence de race, parmi les exploiteurs. Nous ne 1afsons pas de diff-erence entre' Rothschild et Boussac, exploi\ eurs dM travailleurs (y compris les travailleurs juifs). Et nous ne faisons pas non piUS de différence entre, d'une pe~t, Ber. GO\lrlon, Ilhet du gouvernement d'Israël, quI d'ailleurs fait du racisme contre les Arabes (co que combat courageusement le Parti Communiste d'Israill), et, d'au·t.re part, le traltre Tito · chef du gouvernement yougos:ave, qui sont toua lee deux vendus aux Impérlallst68 américains fauteurs de guerre. Et nos sentiments de solida- H. FELLER dirigent l'O.~N. U. "II. une vive émotion aux Nation! Unies et dans lorts les pays du monde. Pourquoi cel éminelll juriste de 48 ,n.!, qui a contribué à -Z' élobora ~ io1t de la Charte des Natiolls Ulli ... , s'est, il, le 13 novembre demier, jeté par la fellêtre d'un 12' étqge ? Deplti. le drame, diverses dOllnée. 0111 éclairê le cas de consciellce qui a poussé Abraham FeUer à cet acte fatal. Chargé spécialemen: J'nt galliser la « chasse aux sOTcières » par' lU lf'.'t Innctimlllal"e .~ aln~ricat1l~ de l'O. N, [J., il portait la responsabi. lité du licenciement de plu.ieurs d'"n. tre eux. suspeflS ,le profe.ser de. désaccords avec la politique de Wa, hillBlrm, I::tall-II hUllleux dl! cc tT'wail ,Te mouchardage. co"traire à la Consti. tUlioll des "J. S. A. et ci l~ Charte

.: .. NAMfS · OF .

JEWS ' RUNNING THE ·UNITED . NATIONS .. ,'~ . ' .... 1 • ' Abraham H. FELLER. Ces a/taque .. , li la fo is cOlltre l'O. N,V. et pelsonnellelll' "t co litre A.I· , Feller monr,.ellt, ,,"e lois de pliS. Dr. won S,.ini!f-- lli .. ertor of N.l'f'otltt (J.w) Dr, E. lIeh ... Ib-Asslstant Dlrecta •• Rlghu Divlolnn •• I.wl H. A. Wi •• ehol/-Chlef. Anllysla and Section, Dept. 01 Trust •• ahlp of Nnn4 1e ln, Tlrrltorl .. eJewl aenJamin Cohen-Assistant Generll S. eharr. of Dep.rtm.nt of Publie Informa' J. Benoit .. Le\·,-Dlreetor. Films and Vi: mation Division (Jew) Dr. Ivan Kerno-Asststant Secretary f s.ïliitriiiiiiii'iii--,;w.nt (Jew) Marc .... -Legal Counsel1of (J G. Sandberr-Legal Counsellor, Diviah \'elopment and .codification of Internat (Jew) Durd -Zablodowlkr-Director, Pdntlr ·. ~tJëw) G.orgt Rsbino\'itch-Dfreclor. rntet'pT lion Cie"') Le tract dénonçant Feller comme l'un des « Juifs qui dirigent l'O. N. U ... des .'Valions Unies ? C'est probable. Etait·ü lnenacé d'être à &on topr chassé comme « rouge » pour avoir ex-prim" d"s idée. libérales du temps comment l'hyst érie antisémite t.'a touJOIiTl de cQmpagnie avec toutes le. formes ,le hnine et les altcillt€s aux liberté3 CI ' à III paix. Joséphine BAKER indésirable aux U.S.A. 'J OSEPHINE BAKER, qui prit position avec tant d'ardeur pour ses frères de couleur aux U. S. A., vient de se: voir refuser, par le gouvernement de ce pays, un visa qu'elle sollicitait pour passer par l'Amérique du Nord, venant de Buenos-Aires, vers la France, Faisant une conféJence dans la capitale Argentin e, Joséphine Baker a reproché au' GénéralPrésident Eisenhower les discriminations raciales qu'il a · maintenues dans l'armée. S'il a agi ainsi, a-t-elle déclaré vis-à-vis de ses soldats qui, /loirs ou blancs, sont morts pOlir les Etats-Unis, imaginez ce qu'il pourra faire maintenant qu'il est président. Les /loirs souffiront comme ils n'ont jam f4is souffert et les blancs qui oseront prendre leur défense seront persécutés. Que Dieu ait pitié d eux. Sur le refus de lui accorder son visa d'entrée aux U.S.A., la grande artiste a dit : Mon travail humanitaire a triomphé, Il y a maintenant de grandes chances pour que je /le puisse plus pénétrer aux EtatsUnis. C'est le plus beau compliment que pouvait me faire le gouvernement des Etats-U/lis ... La Librairie PLEIN VENT 42, rue Desoartes, 1) organise du 29 novembre, au 9 Janvier DEUX EXPOSITIONS 1. La céramique d'Art; 2. Le livre d'aventure et de sport, Avec les, artistes et les auteurs les piUS renommés. ENTREE LIBRE Ouvert de 8 h. à 22 h. Le samedi a dacembre, de 15 heures,'à 19 heures, 14, ruo de Paradis, Paris 10, de Roosevel! ? C'est possible, si l'olll"' ___________________ ~----.--~-- en croil le fam eux séllateur Mac Carran, promotellr de la « chasse aux sorcières » qUÎ, salis se démon· ter, . a déclaré : S'il s' est ~ uicidé , c'eot sans doute qu'il n 'avait pas la con~eienc e très pure. E" tout cas, une campagne violen· te était menée depuis des semaines con"e Abraham Felkr par les orga· nillltÎln. racist .. ct fascisles de Gc. ralci /"K. Smith, dont la sympathIe pour Mac Carran, 8'est exprimée main. tes fu is. DI1ns le Iraet du Comité National américain pour l'abolit ion des Na· lions Vnie. ~, (la d erniirs créat ion de Gerald L .K. Smith) , Abraham F cller ost nommément désigné r.mme l'un des c luifs qui dirigent le. N'Jlwns Unies ». Dall. ce tract qui comporte plu· sieurs dizaines de· nom f/ (prs tous Quels sont les miracles de la sciencB de demain? Certaine. gens • dénoncent avec quelque lég~reté les "roprès actuel. de la science comme la cause de leurs matleurs. « Si les savant, n'a .. vaient pas inventé leurs machines à tuer », disent-ils ... Cependant, Il ne viendrait à personne l'idée d" regretter ces temps primitifs qui ont duré des m,lUe ... de siècles ,u, les hommes vécnren parmi les forèh ~ubsi5tant de baie, at de q ibie,. En réalité, le progrès do la science tout oui an g d e 5 51 .... cies, a bouleversé la condition humaine. Il la bouleversera el1cot! et la portera à un niveau Inconnu. Pierre Cot, Gilbert de Chambru:!, Jean-Paul Sartre, Harold Davies, député travailliste, Claude Morgan, protesseur Tikhov, membre de l'Académie des Sciences de i'U. R. S. S" Profe&seur BernaI, de l'Univa ... té do Londres, F.S.R., Carlo Lévy, José Bergamin, Léon Bertin, professeur au Muséum, Safanov, Dr. Rudali, Georges Bessan, Dr. Maria Porzia. Dans le même numéro, VOUI trouvera: un élément enentiel d'information avant 10 Congrè. des Peuples pour la Paix : Où en somm81l-nous du dé ... rmcment, des nÉgociations pour la Paix en Corée, du problème allemand l NLlméro spécial CEfENSE DÊLA ....... - ft.ut ~I (décembr. 'L~'-2'). Dlreçteur : \ \ \ , Choltitz et au tu eur nazI Skorzeny et se fit le chaud dé- ' fenseur de la 101 d'amnistie, c'est-A-d ire, de la libération des col labos, des pires antisémites, on est bien mal placé pour dénoncer l' « antisém itisme» chez les autres. P I usieurs personnalités auprès desquelles le Figa 1'0 a'vait dépêché ses collllborat eu rs (sans jeu de mots), firent des réponses qui sont autant de camouf lets. Le fa it que « le Populaire» et « Franc-Tireur » se solen. embarq ués dans la figaresqu~ galère suffirait à les juger. Ajou tons seulement que ces journaux n'ont pas encore cru nécessaire de protester pour la défense des Rosenberg que menace la chaise é lectrique. La hâte avec laquelle toute oette « grande presse » a reproduit, à grand renfort de tit res sensat ionnels, ces « Infor mations » dont aucune ne repose ni sur des faits contrôlés, ni sur une documentation sérieuse prouve que leur seul souci étai t de devancer la vérité et de- jeter leur vt;nin avant que celle-ci ne fut connue. Droit et Lillerté, que ses lecteurs aiment et soutiennent pour son combat incessant contre le racisme et l'antisémitisme, partout où ces fléaux se manifestent, se devait de sou mettre au jugement de l'opinion publique les procédéS dégradants d' une certaine presse. Droit et Liberté, quant à lui Lon tiU uera A dénoncer, à combattre le racisme et l'ant isémitisme. Dans notre pays, il continuera à appeler à l' union contre l'amnistie aux co llabos et aux t raît res, contre la reconstitut ion de 1" Wehrmacht, animée par un esprit de nazisme qui se reflète déjà dans de mu 1 t i pie s . publications. en France, D~OIT ET LIBERTE 'n .,.e n n que Des "morls" qui se portent bien ••• ~lTl9l1oes, des fauteurs de gue.!'l'li s'aglten.t et ceux-I. mêmes qui, hier, étalent de mèche avec le8 nazia, 8e réjouissaient de la otl_ase aux .llIifa, \ent.ent de doa"' 1' le ohar.ge, lia parlen, d'ant isémitisme à propos (ju proeès de Prague. G'pst un certain RUSSE' I J ones , expul~ é depuis longtemps dE: Tchécoslovaquie pour espionnage. qui, semble-t-i1, a lancé de Vienne (Autricl\e) les «informations » concernant « l'an tis émiUsmc » qui aurait acc ompagné le procès Slansky. Qu ell e aubaine 1 Sans cller'cher d'au t res garanties, certains j ournaux ont publié (et commen té) " sous des titres flamh( l~'a n t s, cos d ép~c h es senlaliunnelles. Entre autres Francesoi r. La s ilJist l'o superch erie se dtivoi lant peu il peu, d'autres incien ambassadeur à Londre~ , IVI, lIyst~lcky qui, avaU-on affirmé, était Ju if et dont le suiCide avait été annoncé parmi les premiers, SERAIT TOU.,IOURS VIVANT ET NE SERAIT PAS I,"RAELITE. (Souligné Jl~l' nous. ) . Ces quelquo,; phrase.:; suffi~. ent b. mont rer dans quel esprit la cUlllpng"no orehc·lrcc Pl'" t 'lUt c une partie de 1;\ presse ' a été décidée et menée. La JlIU~ parI des jl)urnaux en q ll e~t(iJn n'ont d 'aiI lllurs- même pas cru hon qe n p!'odulre la d'ép{'che ci·· dessus. C'est Ulle canaIllerie doLitlée d'une stupidité. l..e9 cQrnmuniete.s &Ont oppo ~ s 4u rac;lsme et, pal' oo"séquellt, à l'antisémItisme. D.ans notre Pu't i, la . liste dès mart.yrs de la Lillèratlon P9r\e des noms de J\.I ifs 'et de non Juifs fratê!'nellement mêlés. Rien ne sauraIt é~bllr pqur nQUS la m.oindre (ilfféreilclatlon en~re G~rg_ès Pol1\ z~ t Gabriel Péri, entre le formati ons parviennent cn Fran- .------- ----------------------ce, d'autres agences apportont des démentis. MaiE le m'lme France- soir ne les publie qu'en cinquième ouge et dans· le carac tère le plus petit possihle. Ils ne manquent pourtant pas • de s el. Voici ce q ue nous lisons 1ans le numéro da té du 30 novembre

Vienne, 29 novembre (A.F ,P .) - Des bru its concer nant « une vague de terreur antijulve» ( r emarquez les, guillem e ts ) déclenc hée en Tchécos lo vaquie à la s uite du procès Slansky continuent à courir à Vienne, SANS QU' IL SOIT POSSIBLE DE LES VERIFIER (so uligné par nous DL. ). ... Les communistes d'origine j ui ve, di t-on encore, doivent comparaître devant la commlsE, ion de contrÔle du parti constituée en une sorte de tr ibu nal intérie ur. Toutefois, la ré vis ion DE TOUS l.ES DOSSIERS D'ADHERENTS ( oulignc pal' nous) avait déjà ête annonc-ée au moment de la découverte de l'affaire Slans ky. Selon certains milieu x, l'an- André SlIi : " Les pays de Oémotratlo ropulalre 5' attaquent aux ratines m8mes de l'antiSémitisme. Dans un article de 1. ;'Humonité " paru le 29 novembre, M. Andre Stll dénonce 10 presse Qu i Q - présenté les coupables jugés à Prague comme des victimes. Et victimes de qlloi~ éc rit-il. La en· core, nos mentellrs ne regardent Pa. qlle fa condamnation de Laval et de Pétoin était IIne attaque ctlntre tout notre pellple, de même que tCKlS ceux qlli, en I"ail mêmo, dénoncunt et combattent M. Ben GOllrlon font de l'anti5émitisme ! à la dépense. u Les menllOllges les - - - ---- - --- ---plus gros D , disait Goebbels ... Victimes par exemple de ranti5é· mit lsme. ' Alors qlle les pays de démocratie papillaire, à l'exemple de l'Union sovié- ' tiqlle, s'attaquent avec la plll' grallde force allx racines mêmes de l'anti. 6mitlsmo comme de tOlites sortes de racisme ! La preu:-,e, afflrme-t.an, c'est que les inclllpés. sont accusés d'être des ft agents sionistes _. Par I·obsurde ... Il ne manquait plus que ça pour eomlllèter le tableau : Rillarol, Aapec ... de la France et la suite pro. t/\Stent co .. re l'antisémitisme .. , en Tebétoslovaquie. P our ce qui est de l'ant isémitisme en France, ils S6 gar. dJ,raient bien de protester: il8 se sont donnt l eux.mêmes pour tàche de le Jaire renaître. NON, CES CAS NE SONT PAS INDIFFÉRENTS!. .. Et alors ~ Où y a-t-il prcllve~ P,euve qlle l'Etat d'l5raël est lin instnlment des entreprises d'espionnoge, do provocation et de gllerre de Washington, Olli. Prellve qll' il met $eS oqen" ou ser ... ice de Washingtc-n comme celili- ci a d.,s aeents dits français, allemands, onglai., etc. Olli. Mai. qu'est-ce que cela a à voir aYec de l'anti5ém lti~ me ~ Outre qll' il nt absurde d' id e~tifl er la ",alISe Innombrable iles Jllifs à l' Etat d'Israël, est. ce que c'"st êtré antifrançoi. qlle de' dénon.cor le, valets fronça is des Américains, qlli trahissent 'noire petIpie 1 Est-ce qu' il y allrait ell insulte 011 peuple allemand s'II l 'était t,ovvol avant fa gllltrre lin gou.,ernemént frança is pout mettre à la raison les agrnh nazb qui pré,araient c!tez nOlis l'invasiQn ? Cela reviendrait à dire ,Oéddément, l'Afla ire de Vienne (pU isq\16 c'est .le Vienne que sont par~i e s les fameuses d é~che8 sur la situation à Pragué) n'a pas fini d'a. 'oir des conséquenrêS inattendues. QfI'Aspel' dl? la Fronce. la feuille de Manr ro, Mlulltlné Ioute l'horreur ;w,., il s'agir, lIoilà cIui éclaire d'un jOIrr particulier 1. èampagn6 menée par , .lé f'igàrO, Frallc·Tireur et tous aut ré~ . ~lgJ'llfi cd ti {"e eet aU8si " eUe rénuio!'. prévub à PuJs, de l ' « Uniou po u~ la . Bêtense des l'enp!.e. opprimés &, oJ! • l 'antisémitisme tIera dénoncé, no· I.nupenl. PQr Pierre André, trarl. q~ant .le bien.. juifs 8OU8 l' occu pa. tloll : Weygand, ex. gén~ral ae l 'cx. Maréchal : de Saivt e, "le-directe!r de éablnet du même Pétain, qui. tQUS, ont tont fait par le /1. slatnt des J"ifs & ••• « Que nous impor te, écrit Franc Tireur, le cas partic ul :er de Sl a nsky, de Clémentis ou des autres incul'pés ? -» Le cas de Sh nskr et des complice!'; don t il s'6taitentouré, n JUS importe beaucoup, au cont raire, et ne Sali rait la isse r indifférents t ... ' :eult q ui ont souffert du. naZIMne. L'un d'eux Joseph Frank, mis de\'ant les preuves a dû reconnattre qI/à Btlc~enwal d en 1942, il a aidl~ les bourreaux à com- ' mettre leurs forfaits. P lacé au se. vice de l' « Arbeit" sh. ti:tik "', il désignai t les h0mrlcs p,.,ur les « transpo rts» ,' crs la mort. j'ai abaUu des prisonniers, dit-il, parce qu'ils n'f travtJiliaient pas suffisamment. Cn a utre, Reicin, tenu par la Jestapo, :l tr:1hi Wchement les résistants. J'ai donné les noms des dirigeants de la jeunesse, avou:e-t- il... La rédaction de « Rude Pravo » ... Plusieurs imprimer( es clandestines... BeauCOllp ont été assassÎlzés... Les buires emprisonnés, envoyés dans les camps de con centration. Entre autres vict imes, il dénonça le héros national tchécos bl'aque, l'écrivain Julius FUClk. Les détails donnés à la barre par la femme de Fucik corrobore nt les aveux du t raît re. Un autre accusé, e nfin, Fischl, a reC0nnu, avoir logé chez lui le juge Ccch!'er, run des crimin. els de Lidioe, l'Oradour 1chécoslovaque. Tel est le passé de quelques ·uns des hommes dont s'entourait Slansky pour comploter contre son pays, contre la paix. UNE MISE AU POINT de l'écrivain catholique BEIGBEDER Le /:;goro S'Mt adressa a~x Personnes Qui ant élevé 10 volx en faveur des Ro~enbetg, leur demandant de protester 6golomIJnt contre lé pr~ 5100- sky. L'écrivain ~atholiQwe Mdré Belgbeder lui 0 adressé une cinglOnte réponse dont voici qu elQ u~ extrolts : .. Vou. 011$ livrez d IIIIe manoeuvre orches',," et orlellMe. Ille l'àpttàle sclemrllent slIr IIM égclUté co""pl~ ment fOIlSÇ(l et trompt\llse. V ls~.v., clu plu. criminel ctes hlH'l'lmes, certes, 10 pitié hllmaine pellt s'exercer. Mois ' n4n p.u ou point de mettre sllr le ... ême pied l'innocenf et t. cOlipall14! : ICI Jllstice - ~tte pNmi .... charité _ &st alon bof allée. . Entre RCK4!IIlIer" innocent, et le proclanlant, et Slansky, cOllpablè, de son propre avIV, Il 'f CI Il" obi.... que, pa\Îr .. ., ,aIIOft. Politiques, et pas du tout hll rftnllM!$, .,0 115 cOl11 blf'a. o pr. Et. nos sentiments de solidarité vont aussi ble-n aux travailleurs op; rlmés et exploités d'Israël et de Yougoslavie qu'aux travalileure de tous les pays du monde qui, guidés pal' l'exemple de l'Un ion Soviét ique, luttent a veo la clJrt itude de la victoire finale. atl~ ce t r ac' qur. co p o rto p tAsicur, dizaines de" no," ~ (prs tous jUllt, d'aill,"rs, mais ces (llessieurs ne son' pas à une erreur près), on l it, par exemple, que les « United Na.ion.s D son. devenue. les « Jew· ni' Bd NalionIJ JO. C'est sur /a ')a.se de ce calembour que le.s Amérirnins Jont appelis à « joindre les aboli.tionnistes ct aid .. , à abolir les iVa· .ions Unie, ». la portera 6 un n iveau Inconnu. Quels sont les miracles que peut accomplir la "ClentO de demain ~ Vou. le saurez en lisa nt le n uméro spécial de Noë l d. Défense de la Poix, qui, à la vei lle du Congrès dH Peuples, réunit , sous une coyvertu re spécialement conçue par Fernand Léger, une sommaire éclatant avec les nomS de : NIlméro spécial OEFENSE E LA PAIX (décembre 1952), Directeur : Pierre Cot. En vente : 33, rue Vivienne, P._ ri. (2e), dans tOllt", les bonnes Il. bralries, dans t oua les kiosqlles (Pa. ris, Banlielle et Ma rseille). Le nllméro : 100 t;a ncs. Abonnements: 1 on : 950 franc. ; 6 mola : 550 fra ncs, C.C.P. 8 116-91. Verden 1952: L·anlisémilisme en marche (De notre correspondant en Allemagne, Occidentale Egon GIORDANO.) Hampouru ... novembre 1952. C'est avec une b rutalité sans précédent que le ,nazisme renaissant s 'est manifesté, au cours des derniè res semain'es en Allemagne Occidentale. Que ce soit p ar leur activi té cla ndestine ou par leur sça ndaleus- e action au grand jour, les hitlérÏ'ens ,réalisent point par poi nt leur plan de revanche, avéc une a rdeur d'autant plus g rande que l'impunité leur cst ,a ssurée. Et l'antisémitisme demeure une partie intégrante, esse ntie lle, de leu r idéologie. traité de « f OIl ,.. Mais il n'en reste pas moir. . -lue Ramcke est libre les organisateu'rs du rassemblemer. de Verden sont li· bres, et d'b ut res rassemblements du mêm gen re ont eu lieu ' depuis, ou se préparent. « Sales cochons » Pa rmi les S.S. réunis à Verden, 5e trouvaient, le fait est confi rmé, d'anciens gardiens des camps de concentration, spécialisés dans l'assassinat des Ju ifs. - Sales cochons ! sales cochons ! ri cana,jent-ils chaque fois que Ramcke, dans son d i5- cours évoquait les Alliés : même h~ rgne, même férocité qU'!lu temps où ils menaient leurs VICtimes aux crématoires. nia:. des Waffen S.S. et la garde personnelle du Führer se t rouWlient réun is p resque au complet. Et ta'ndis qu1i ls défilaient, gé- T els sont les all iés que l'on propose aux peuples d'Eu rope. Dans l' 4: armée européenne :. , ces criminels, dont les chefs sont libérés les uns après les La réunIon de Ve rden-sur-Aller (Basse Saxe), où, devant 5.000 S.S., Ramcke a d écla ré que « les listes de criminels de g uerre sont des listes d'honneur lI, a été dénoncée d ans la presse du monde entier. k i, en All emagne Occidentale, la presse go uve rnementale s 'est efforcée de minimiser l'affa ire au maximum. P a rce q u'il avait dit tout haut ce que ses complices di sent tout bas, ceux- :., se désolidarisa nt de lui, l'ont parfois Les bâtiments adminiSJtratifs avaient été mis à la disposition de cette horde de criminels : ils y logèrent deux jou rs, groupés selon les régiments, afin de pouvoir ~voquer ensemble les souvenirs des jours and ens, En particulier, les r é g i men t s « Deutschland » et « Germa- Les S.S. défilent à Verden, le général Ramcke en tête. néraux en !,ête, bottés et impeccablement a lignés, la police allemande et la Military y,olice américaine, loin d'intervenir, assistaient t ranquillement à leur manifestation. ~~ ••• ~ 6.Ul6 9!;J el ~ ~Illi dCUl6 \ , fi , il' . . ) D . , , i '" "d,~'~ ~ Pour 1 •• Tout,Potlt. c~oisisse~ Je bOHS jOUlHQUI foul vos eHiaHls 1 Pour le. Jeunes: ... ~? (J'l",ile~ Je HOS Abonnements-PRIMf. P;Wlhfl 1 el ~1 Pou, , •• tcol/.,..t Icollll, •• : C ~~_._---_. .... ~ ~ . . \~. f(Ovple. .J 1 an so.t 24 numeros :Jft ~-....JII!' , ~ "" \ • 580 Francs r 1 on ..,~ 24 numero. : _. - J. if, fN PR IME . ........ 720 Francs ,--' . . ' (i: f!' ' JI lE l~' IE".I c: ~~ 5 numéro$' . de"l O paru-s. oftf EN nlME : 6 mois ..,il 26 numêra. ~.'~-.y, t 663 Francs' (.n.un" .ur If d . .. ", nulnt '. Un A.B.C el un • ...J 1 an soil52 numêros .• ~. : ..... 1248 Franu \. d. " .J.C'U.MtU'I,IIII. dos -Jev" de IIH/IIICfUI" , EN Pli/ME , Une Pochelt. de Buvard •• t Pro'ig • • cahi;;;; ~~I'_P~~"" ~. . i-""''''_ _' '''~'~ . ,.-___ ..# Versez vas abolfn.menls P"1 mandat.l.ltre. aul( '____.. .. l 'dltlonl de "VAILLANT", 5, Iouln.rd Moftlmartft, PARIS (2') - C,c.P. 4620-25 '~ • kindr. 1. nom el J'adr. ... du bénéficia ir. - I-ndiqu.z la publicalion ' choisie. ' BON.pRIME ABONNEMENT . 1tr E" ca. tH vir.",..' /. coll.r .ur l'.m.~ 'DlrIONS VAl LLANT ~~JIIIII!.:""~~ 20 mai 2011 à 10:08 (UTC)rr •• panda~. . ..._ ... ~, ..... ~~ PAS DE JOINDRE LE BON.PRIME autres et pour la plupart déjà « intégrés », rêvent de recommencer leu rs sanglants exploits.

,,"
-:

Antisémitisme électoral Les élections municipales, qu i viennent d'avoir lieu dans trois Etats, sont à cet égard très inst ructives, tant par leu rs r ésll l~ tats que par l'atmosphère dans laquelle elles se sont déroulées. Les partis néo-nazis, camouflés sous diverses étiquettes, obtie nnent des centaines de sièges. Parmi ces élus, figu rent, (Suite Page 5,) Mercredi 24 décembre de 22 heures à l'aubo PALAIS de la MUTUALITE ( Place St-Victor) 8e BAL A N NUE L de l'Union des Engagés volontaires et Anciens C am hal/anis -:- Juifs - :- a \'ec J acq ues HE LIA N son orchestre ses vedettes Buffet - T ombola - Cotillons Entroe : 600 francs

Notes

<references />