Droit et Liberté n°333 - octobre 1974

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Le MRAP a 25 ans:
      • le colonisé que je suis par Me Fred Hermantin
      • Un combat universel par Louis Mouscron
    • Editorial: Le racisme sent le pétrole par Albert Levy
    • Conférence contre l'apartheid
    • Namibie: la lutte d'un pays occupé
    • Piégés au Chili: des étrangers témoignent par Charles Futerman
    • Etre juif en Irak: entretien avec Mir Basri recueilli par Jacques Varin
    • 500 000 tziganes oubliés par Meuléa Rouda
    • Immigrés: la bonne conscience par George Pau-Langevin
    • Cinéma: "Les guichets du Louvre", entretien avec Michel Mitrani recueilli par Véronique Boudier-Lecat
    • Dunkerque: l'antiracisme a été le plus fort par René Blum
    • Maxime Le Forestier, pourquoi chanterez-vous au gala du MRAP propos recueilli par Katia Laurent
    • Cinéma: l'histoire d'un breton rebelle, "la folle de Toujane" de R. Vautier et N. Le Garrec présenté par M.F. Antok
    • Livres: "Des nuages blancs" de Catherine Ammar présenté par Pierre Paraf
    • Education a la fraternité: les deux voies de la lutte antiraciste par Jean Pihan

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

En musique", Membre du M.R.A.P. et employé dans un magasin de disques, j'ai lu avec Intérêt la lettre de Mme Olga Wormser dans ·Ie Courrier des lecteurs de « Droit et Liberté • (n° 330) . Elle y mentionne Ile procès gagné l'an dernier contre J.-M. Le Pen, directeur des éditions S.E.R.P., et l'interdiction à la vente des disques de chants nazis qui en a résulté. Je puis vous dire que tout disquaire peut se procurer, à l'heure actuelle, .Ia totalité du catalogue S.E.R.P. par le canal de la maison de distribution Musldlsc, qui proposait encore ces disques au printemps 1974. Oui plus est, le disque consacré aux Waffen SS et à leurs chants est sorti au début de cette année. Tout porte donc à croire que le jugement en question n'est pas respecté. Jack FRIDICI, Metz_ Il faut dire à l'Allemagne Il s'est t rouvé un tribunal allemand pour condamner Beate Klarsfeld au nom de la frater nité européenne à créer, sous le prétexte qu'il était temps d'oublier définitivement ce qui s'est passé, il y a trente ans. Il faut dire aux juges de Co· logne et au peuple allemand, el particulièrement à un préslden1 de tribunal qui laissa la police 2 frapper des témoins de l'hor· reur, que le pardon n'appartient qu'aux victimes et que l'oubli aurait été et serait plus facile si l'indulgence aux grands cri· mlnels nazis n'avait pris en R.F.A. - à l'ombre de la guerre fro ide - un parfum de sour· noise complicité. Oue les démocraties accusatrices à Nuremberg aient, depuis, commis des crimes aussi misérables, aussi Impardonna· bles que ceux du III' Reich, n'excuse rien. L'Intérêt commun des hommes exige qu'une jus· t lce Indépendante des Etats accuse et condamne les crlmi· nels vainqueurs au même titre que les criminels vaincus. C'est une des conditions de l'avenir de l'humanité. Jean CUSSAT.BLANC, Paris. Amis étrangers Pensant que l'une des meil· leures façons de lutter contre fe rac isme, c'est encore l'ami· tié ... je voudrais rencontrer de nombreux amis étrangers ou correspondre avec eux. Mon adresse : Anne Coursault, cio M. Villedon, H.L.M. « Aurénou· lit • (Escalier A, 13' étage) , rue du Maréchal·Juin, 64000 Pau. Des aveux maladroits A.C. Pau. J'ai pu lire dans le journal « Sud·Ouest " au mois d'août, une série d'articles sur l'Afri· que du Sud signés Jack·Henry Prévot. En présentant l'Afrique du Sud et l 'apartheid en victimes d'une campagne de dénigrement et d'Ignorance, ce reportage re· prend tous les vieux clichés racistes : tribalisme, alcoolis· me, paresse, infériorité Intel· lectuelle, etc. Il fait appel à « l'immlgratipn clandestine des Noirs libérés qui ont chez eux un niveau de vie Inférieur à celui des Bantous asservis " pour justifier l'apar· theld, sans jamais rechercher les causes de cette immigration, ses drames... et ses consé· quences. Rien n'est remis fondamenta· lement en cause. Pourtant, dans le même temps, ce reportage est riche en aveux maladroits. On peut lire au fil des articles des expressions telles que « mini· mum vital, bas salaires... mi· neurs qui travaillent durement.. visages de femmes ne débor· dant pas de gaieté... ville·dortoir ~ont le nom n'évoque pas 1., jo:e... • On y apprend, en tro is mots, que le communisme est Interdit là·bas, que les doc· kers ont fait grève à Durban, que les fils des chefs' de tribus sont formés • au rôle qui les attend " que. l'armée garantit tout cela ' ... Mals du problème moral, il n'est Jamais question. Le problème politique est présenté avec des arguments superficiels, • grand public ' . Venant après le jumelage NlceLe Cap, ce reportage dans un grand quotidien régional me parait particulièrement pernicieux. Maurice MOLINIER, 72000 Le Mans. « Portier de nuit» (suite) Excusez-moi : je désapprouve les articles et lettres publiés par • Droit et Liberté • à pro· pos de « Portier de nuit -. Ce film ne m'a en aucune façon « bouleversé -. Je l'ai trouvé long, ennuyeux et fau,(. A mon avis, l 'auteur a eu pour objectif essentiel de don· ner à voir un couple trouvant sous nos yeux sa jouissance dans une sexualité morbide, désespérée - avec tout ce que cela permet d'images qui se veulent horrifiantes et scabreu· ses. Tout créateur est libre, après tout, d'attirer le public comme bon lui semble : rien à dire, donc, sinon que cette mode prétendument d'avant· garde, commence à nous sortir par les yeux. S'extasiera qui voudra devant de telles « au· daces • ; pour ma part, je considère le problème traité comme trop particulier pour être significatif et nous aider à mieux nous connaître nousmêmes. Ce qui me paraît grave et condamnable, c'est que l'on ait mêlé à ça la déportation. Il fallait, pour rendre vraisemblable cette sinistre folie, un cadre, un contexte exceptionnels. Et, avec une 'légèreté Inadmissible, on a joué de l'Histoire. En don· nant aux spectateurs une vision aussi Inauthentique du nazisme (même si certaines Images évo· quent l'univers des camps de la mort, la plupart d'entre elles sont conventionnelles et réduites à des symboles sexuels), ce film ne les éclaire nullement sur la réalité, et pas davantage sur les conditions dans lesquelles un tel régime a pu ERRATUM naître et se développer. Sous cet angle, « Portier de nuit. ne· présente aucun Intérêt. Ce film est même nocif, dans la mesure où Il s'agit d'une falsification, d'une mystification. C'est un abus de confiance. R. MATTHIEU, Paris. Handicapés dehors! Je veux vous faire part d'une forme de racisme, malheureusement fréquente, que j'ai tous les jours .l'occaslon de rencon· trer. Je suis cheftaine de gUides handicapées et nous nous heur· tons non seulement aux ré· flexions désobligeantes, mais également à des refus catégoriques à l'entrée de certains magasins. Dernièrement, l'entrée d'un bar nous a été refusée ; le barman prétextant qu'il était en deuil, alors que la salle était déjà occupée par quelques personnes. Nous nous sommes inclinées, ne sachant que dire. N'aurions·nous pas les mê· mes droits que tous? Il est tragique que nous ayons à lutter pour les faire respecter. M.-C. FAlGUIERES, 13005 Marseille. Pour avoir du pétrole? La destruction de la ville syrienne de Kuneitra a inspiré à M . Raymond Offroy, député U.D.R. de Seine-Maritime, des propos qui ont provoqué de vives réactions. Comparant Kuneitra à Ora· dour-sur-Glane, M;. Offroy s'est laissé aller à parler du « nazisme des Israéliens! Il Il s'agit cette fois d'un député qui ose salir tous les Israéliens, sans même fournir les preuves des faits dont il justifie ses déclarations. Je voudrais demander à M. Offroy s'il est réellement indispensable d'avoir recours à de tels procédés pour avoir du pétrole ... Dr A. RAUCHBACH, 92 . Puteaux. Une erreur s'est glissée dans l'article de A. Chil· Kozlowski sur l'affaire Rosenberg, paru d3ns notre der· nier numéro. Page 5, au bas de la dp'.lXÎème colonne, c'est le quatrième et non le quatvrzième anniverD'-' d'Israël qu'évoque la leUre ciV,ie d'Ethel Rosenberg, ~crite ile 6 mai 1952. Le M.RA.P. a 25 ans Le colonisé que l• e SUI• S par Me Fred HERMANTIN Vice-président du M.R.A.P. J'ETAIS étudiant lorsqlle pour la première fois j'entendis parler des manifestations organisées par le M.R.A.P. contre les lynchages et les crimes racistes commis en Alabama. A 'quelque temps de là j'appris que ce mouvement intervenait à nouveau pour mener campagne en faveur des Rosenberg. Je le retrouvais quelques années plus tard à l'occasion de l'affaire McGee, puis lors d'un procès intenté à un cafetier raciste qui refusait de servir des Antillais, puis encore quand il fallut protester contre les • ratonnades », puis encore ... Etudiants antillais, et autour de nous, étudiants africains, nord-africains, soldats d'outre:mer rappelés lors de. la guerre d'Algérie, ouvriers émigrés, nous savions qu'un mouvement existait, qui luttait pour la dignité, pour notre dignité. Notre sentiment était alors d'une reconnaissance confusément mêlée à un certain ' scepticisme. Qui pouvait sincèrement mener ces combats généreux dans cette jungle égoïste? Quelles arrière-pensées animaient ceux qui nous défendaient sans appel de notre part? Pourquoi recommençaient-ils sans cesse ces batailles chimériques, gagnées la, veille et perdues le lendemain? Que cachait cette entreprise de récupération, dirigée, me ressassait-on, par des juifs, de surcroît communistes? C'EST dire que mes premiers contacts avec le M.R.A.P. ·fu rent placés sous le signe de l'ambiguïté. Le colonisé que je suis, et qui pendant des siècles n'a connu l'occidental qu'à travers le ,mépris, la ruse et l 'humiliation, ne pouvait sans méfiance s'intégrer dans une équipe parfOiS brouillonne, qui parlait de fraternité comme tant d'autres autour d'elle. C'est dire que mon adhésion fut âpre et exigeante. Rien ne fut simple. Les accro· chages· ne manquèrent pas. Mais j'atteste que tout fut fraternel. Dans le propos. Dans l'action. Au M.R.A.P., je n'ai jamais connu d'assemblées lénifiantes jouant les chambres d'enregistrement de décisions venues d'ailleurs. Mais des débats difficiles, parfois rugueux, entre hommes de tous bords, permettant une approche laborieuse, mais toujours humaniste des problèmes raciaux qui nous sont posés. Aucun mot d'ordre d'un parti, d 'un groupement ne nous est imposé. La seule exigence demeurait toujours celle de la dignité pour tous les hommes persécutés pour leur race et leur religion, sans se préoccuper d'aucune frontière, d'aucune idéologie, d'aucune appartenance. Pour tout cela, le colonisé que je suis sait que sa place est parmi ses camarades du M.R.A.P. DANS l'action menée vers les travailleurs immigrés, vers les minorités ethniques, vers les mouvements de libération des peuples d'outre-mer, je n'ai jamais senti que notre Mouvement cédait à telle ou telle stratégie politique ou à quelque opportunisme que ce soit. Dans les foyers de travailleurs africains, lors des protestations contre les expulSions arbitraires, lors des manifestations à l'occasion de meurtres de travailleurs étrangers, la seule règle était toujours la même, d'un combat pour l'homme. Lors des démarches effectuées auprès des • Excellences », l'exigence et ia fermeté de mes camarades étaient constantes et sans concession, pour la défense de l'ouvrier immigré, de l'étranger expulsé, du Noir humilié. Lors .de cette interminable campagne pour l'adoption de la loi antiraciste, nos contacts ne se limitaient à aucune exclusive politique ou idéologique. Dans toutes ces actions, le colonisé que je suis sait que sa place est parmi ses camarades du M.R.A.P. J'éprouve tC'utefois un regiet. Celui de ne pas retrouver autour du M.R.A.P. tous ceux-là, AfricaJns, Nord-Africains, Antillais, ouvriers immigrés, pour lesquels lutte notre Mouvement. Leur place est parmi nous. Fraternelle. Comme jadis, celle qui m'attendait. DROIT ET LlBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 3


25 anne, es

P AR principe, le combat du M.R.A.P. est universel. Chaque fois, où que ce soit, qu'un être humain est brimé, bafoué, persécuté en raison de sa race, de son ethnie, de son appartenance religieuse ou nationale, l'ensemble de l'humanité est atteinte dans son intégrité et sa dignité, tous les hommes sont concernés. Et donc le M.R.A.P. se doit d'intervenir. Cela ne va pas sans difficultés, il serait malhonnête de le nier. D'abord l'information. Nous vivons en un point déterminé du globe; notre comportement se trouve conditionné par des relations déterminées, qui limitent forcément nos connaissances, nos préoccupations, de même que nos possibilités d'action. Les données historiques - du Moyen Age au nazisme, des conquêtes coloniales à la guerre d'Algérie - font, par exemple, que, longtemps, l'opinion française a été davantage traumatisée par l'antisémitisme que par le racisme dont souffraient les peuples d'Afrique du Nord et d'Afrique noire, sans parler de l'Asie et de l'Amérique latine. Pour s'en tenir à la situation en France, combien de nos concitoyens ignorent tout du sort des Gitans, de la vie des immigrés, des agressions perpétrées dans nos villes contre des dizaines de travailleurs maghrebins? Il ne s'agit donc pas seulement de distance géographique, mais aussi de circonstances très variées, qui tiennent au passé comme au présent, à la conjoncture politique nationale et internationale, au rôle des mass media. Dès lors, la volonté de s'opposer à toutes les manifestations de racisme ne suffit pas, encore faut-il les connaître pleinement. Et quand bien même nous les connaîtrions, comment agir efficacement partout à la foϧ? Même si les frontières ne nous arrêtent pas, même si nous nous sentons 4 Un combat universel solidaires de tous ceux qui affrontent le racisme à travers le monde, qui veut agir est contraint de choisir des objectifs précis, et doit tenir compte du degré de conscience de l'opinion publique: dans bien des cas, la première tâche, c'est précisément d'informer. Les tentations de la partialité Autre problème: déjouer les tentations de la partialité, éviter les attitudes passionnelles. Il est normal qu'un groupe victime d'hostilité raciste se consacre à sa propre défense et qu'il soit plus sensible au racisme qui vise les personnes de même origine. Dans ses actions spécifiques, selon qu'il s'attaque à l'antisémitisme, défend des Noirs ou des immigrés, la composition ethnique des participants diffère slans les meetings et manifestations du M.R.A.P. Pareillement, nos opinions politiques ten· dent presque inévitablement à infléchir nos jugements. Combien sont, autour de nous, ceux qui, par une étrange presbytie, ignorent le racisme dans notre pays et ne l'aperçoivent que lorsqu'il se situe loin de chez nous? Combien ne condamnent que certains actes de racisme, et dans certains pays seulement, voulant apporter ainsi une justification supplémentaire à leurs sympathies ou leurs antipathies envers tel ou tel régime? Il n'est pas facile d'échapper à l'idéologie d'un milieu, d'une société, aux pressions subtiles et insistantes qui s'exercent sur nos esprits. C'est une victoire sur l'ennemi, mais aussi sur soi-même, que de trouver avec d'autres - également opposés au racisme - un langage suffisamment objectif pour que nul n'en soit blessé et n'ait rien à renier de ses pensées, tout en dégageant clairement des appréciations et une action communes. Depuis qu'il existe, le M.R.A.P. a mené constamment la plus ardue des batailles .: celle de la lucidité, de l'objectivité. Cette bataille, déjà complexe lorsqu'il s'agit de la France, où les faits sont directement contrÔlables, le devient bien davantage à propos des pays étrangers, sur lesquels foisonnent les préjugés, les idées globales et schématiques - généralisations relevant, elles aussi d'ailleurs, du racisme. Au total, l'expérience de vingt-cinq années s'avère hautement positive. Les prises de position du M.R.A.P., dont le rayonnement ne cesse de croître, se fonde sur quelques règles non-écrites, que l'on pourrait à peu près résumer ainsi: - Le racisme est un tout indivisible. Pour le M.R.A.P., il n'y a pas de «bons» et de « mauvais» racistes. Et pas davantage de victimes «privilégiées », alors que d'autres seraient négligeables. Au long des années, dans les situations les plus complexes, il a fait maintes fois la preuve de sa rigueur et de sa totale indépendance. Il parvient de mieux en mieux à engager les diverses catégories de victimes (avec l'ensemble des démocrates) dans toutes ses luttes, même celles qui, en apparence, ne les concernent pas directement à un moment donné. Ainsi se forge une véritable conscience antiraciste. - Le devoir premier du M.R.A.P. est de combattre le racisme et ses effets en France même. Nous avons d'abord à «balayer devant notre porte», comme doivent le faire les antiracistes de chaque pays. Mais, en même temps, nous ne pouvons rester indifférents à ce qui se passe ailleurs. Ces deux aspects de notre action ne sont pas contradictoires, mais complémentaires; aucun d'eux ne doit servir de prétexte pour éluder l'autre. de lutte--(-su-it-e)-------------------------------------------------------- - Des faits racistes de même nature, de même gravité, où qu'ils se produisent dans le monde, doivent entraîner des ripostes de même ampleur, adaptées évidemment aux conditions du moment et du lieu, avec pour unique souci l'efficacité de l'action entreprise. - Nos interventions, qu'elles se rapportent à la France ou à un autre pays, doivent s'en tenir, coûte que coûte, à l'objet du Mouvement. Il faut éviter toute extrapolation abusive, tout détournement de l'idéal antiraciste à des fins partisanes. La garantie de l'application de ces règles, c'est la pluralité recherchée - et qui n'a cessé de s'élargir au cours des années - dans la composition du M.R.A.P. Parmi ses adhérents, dans ses comités locaux et ses organismes dirigeants, se rencontrent des hommes et des femmes très divers, tant par leurs origines ethniques ou nationales que par leurs conceptions philosophiques ou approfondie, et qu'il ait, avec le recul, à se reprocher. Surtout lorsqu'un pays étranger est en cause, le M.R.A.P. se livre à une étude sérieuse des faits et des dossiers avant d'engager une action. Par exemple, c'est après avoir pris connaissance des minutes de leur procès qu'il a décidé de se lancer dans la défense d'Ethel et Julius Rosenberg (1). Pour dénoncer la brochure «Le judaïsme sans fard », parue en U.R.S.S. en 1964, il ne s'est pas contenté de dépêches d'agences, il se l'est rapidement procurée et fait traduire. Dans le conflit du Proche-Orient, il prend en compte, avec réalisme, toutes les données de la situation; il c:éfend simulta· nément les droits et les aspirations légitimes de toutes les peuples en présence, dont l'existence et la sécurité ne peuvent se concevoir en dehors d'une solution juste, satisfaisante pour chacun, ne portant préjudice à aucun d'eux. La troisième journée nationale contre le racisme et l'antisémitisme. Au micro; M'André Blumel, présIdent du M.R.A.P. A ses côtés, Yves Farge et Madeleine Braun, alors vice-présidente de l'Assemblée nationale. politiques. Tous ont la volonté de combattre résolument tout racisme, de promouvoir vraiment l'égalité et la compréhension; chacun a à coeur de concourir à l'enrichissement, au renforcement de l'action commune, sans arrière-pensées et sans concessions sur le fond. Le M.R.A.P. qui, certes, n'a pas toujours fait face avec un égal succès aux innombrables défis que lance le racisme, peut se targuer d'avoir réagi constamment avec le souci de voir clair et d'éclairer au mieux les problèmes, de déjouer les pressions et les pièges des propagandes, de ne pas se payer de mots mais d'obtenir des résultats concrets, de mobiliser et d'unir sans exclusives tous les hommes, les milieux, les courants susceptibles de prendre part au grand combat qu'il mène. Sans doute relèVC1: l-t-on des lacunes et des faiblesses dans ses initiatives; on ne trouvera pas de prises de position, de réalisations et de ~ampagnes qui ne reflètent une analyse collective De Mac Gee à Angela Davis Pendant de longues années, apres la création du M.R.A.P., le racisme aux Etats-Unis s'est traduit par d'atroces violences contre de nombreux Noirs, victimes d'une haine morbide et sans frein. S'ajoutant aux lynchages que l'on pourrait appeler «sauva· ges », une série de «lynchages légaux» soulevèrent l'indignation dans le monde: accusés de «viol d'une blanche ~ dans des procès fabriqués bafouant les règles de la justice, de jeunes hommes innocents étaient conduits, seuls ou en groupes, à la chaise électrique. Willie Mac Gee mourait le 8 mai 1951, sixième anniversaire de la victoire sur le nazisme, malgré une puissante campagne en sa faveur menée par le M.R.A.P. en France et par les antiracistes de tous les pays. Trois mois auparavant, DROIT ET L1BERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 les Sept de Martinsville avaient été sacrifiés à la rage raciste. La protestation réussit à sauver les Six de Trenton. Mais, en dépit d'une mobilisation sans précédent, les Rosenberg, boucs émissaires juifs de la guerre froide, victimes, eux aussi, d'un «lynchage légal », succombaient sous les coups du mac-carthysme déchaîné (19 juin 1953). En mai 1954, encore, un Noir, Wesley R. Wells, condamné à mort injustement, est arraché aux mains des bourreaux nar une campagne mondiale. Mais, en septembre 1955, un enfant de 14 ans, Emmett Till, est lynché par un groupe de racistes, pour avoir «sifflé au passage d'une femme blanche». Les assassins sont acquittés. L'émotion s'exprime en France, avec le M.R.A.P., par plusieurs manifestations. L' « intégration» dans les écoles des enfants noirs et blancs, décidée par la Cour suprême, provoqua de vives résistances et des heurts. Ainsi, à Little Rock (Arkansas) en 1957, où l'état de siège est proclamé. En septembre 1962, la première admission d'un Noir, James Meredith, à l'Université du Mississipi, est marquée par des échauffourées faisant un mort et nombre de blessés. Violences encore en 1963 dans l'Alabama, où un attentat tue quatre fillettes noires dans une église de Birmingham. Etés violents, plusieurs années de sliite, à Los Angeles et dans d'autres villes, où les ghettos, à bout de misère et d'oppression. se jettent dans des révoltes désespérées, sanglantes. En avril 1968, le pasteur Martin Luther King, Prix Nobel de la Paix, est assassiné. En permanence, le M.R.A.P. affirme sa solidarité aux antiracistes américains, dont le combat, suivant l'évolution de la situation, a pris des formes variées au cours des années. Les protestations contre les violences ouvertes, les luttes pour l'égalité des droits, par d'innombrables manifestations et procès, par les méthodes non-violentes de Martin Luther King ont abouti à quelques progrès. ' Mais aujourd'hui encore, il s'en faut de beaucoup que l'intégration scolaire soit réalisée; les discriminations et les disparités restent criantes dans l'emploi, les salaires, l'habitat. De plus en plus, les Noirs des Etats-Unis prennent conscience des données économiques et sociales qui conditionnent le racisme et mettent en cause les structures mêmes de la société américaine. Pour s'être engagés dans cette voie, Malcom X. a été assasiné, les Black Panthers, ripostant à l'injustice par l'organisation paramilitaire, ont été décimés, Angela Davis, arrêtée en 1970, fut sous la menace d'un nouveau «lynchage légal»; après une dure détention, son procès s'est terminé, en août 1972, par un acquittement, la pression de l'opio nion mondiale l'ayant emporté sur celle de l'Administration. Mais George Jackson, parmi d'autres, tué dans la prison de San Quentin en septembre 1971, a payé de sa vie sa dénonciation lucide de la condition noire et sa résistance indomptable aux brio mades de ses gardiens. Qu'en est-il de l'antisémitisme aux EtatsUnis? Les organisations juives américaines 5 constatent, avec alarme, qu'il ne cesse de s'aggraver. Il ne se passe guère de mois où ne soit signalé un attentat contre une synagogue ou le siège d'une communauté juive; les groupements et publications antisémites prolifèrent, et un parti nazi s'exprime légalement, allant jusqu'à arborer la croix gammée dans des manifestations de rues. Mais de cela, on parle peu en France. Quant aux autres minorités, Porto-Ricains, Chicanos, Indiens, leurs luttes, qui donnent lieu parfois à des incidents violents, méri· tent une attention accrue des antiracistes. Agissant avec un même esprit d'équité et une même fermeté quand le racisme se manifeste sous tous les cieux et sous tous les régimes, le M.R.A.P. a dénoncé à diverses reprises des relents d'antisémitisme dans certains pays socialistes, où les séquelles du passé tsariste - marqué par la ségrégation des ghettos et les atrocités des pogromes - rejoignent parfois les excès de la lutte anti· religieuse ou de l'opposition au sionisme. Antisionisme et antisémitisme La guerre froide fut marquée, en Europe orientale, par une série de procès politiques; parmi les inculpés, dénoncés comme traîtres et complices des Etats-Unis, plusieurs, dont l'origine juive était soulignée, furent présentés comme des agents sionistes. Ainsi, à Prague, Arthur London, et surtout Rudolf Slansky, secrétaire général du Parti communiste tchécoslovaque, arrêté en novembre 1951, exécuté un an plus tard. A Moscou, en janvier 1953, des médecins, juifs pour la plupart, étaient accusés d'avoir, pour le compte d'organisations sionistes internationales, voulu tuer des dirigeants de l'U.R.S.S.: ce fut le «complot des blouses blanches», tramé par le ministre de l'Intérieur, Béria. A la mort de Staline (j mars 1953), Béria fut exécuté, les inculpés aussitôt libérés et réhabilités, comme tous les condamnés de cette tragique période. Les violations de la légalité et des principes socialistes s'étaient traduites par une masse d'injustices et de crimes, dont l'ampleur apparut quand les nouveaux dirigeants soviétiques, avec Nikita Khrouchtchev, dénoncèrent, au XX' congrès du Parti communiste de l'U.R.S.S., les déviations néfastes du «culte de la personnalité ». Dans le climat d'« espionnite» qui régnait alors, plusieurs écrivains et artistes juifs, accusés de «cosmopolitisme », tombèrent parmi beaucoup d'autres victimes. Malgré d'insistantes déclarations officielles différenciant l'antisionisme de l'antisémitisme, celui-ci gagna de larges couches. L'écrivain Ilya Ehrenbourg devait flétrir, peu après, ces errements dans son livre «Le Dégel », tandis que des efforts étaient entrepris pour réparer le mal et revenir au respect des . normes socialistes. Alors que l'antisémitisme ne constituait qu'un aspect, difficilement isolable, d'une situation complexe et mal connue, la propa- 6 gande antisoviétique de la guerre froide, dont on imagine mal aujourd'hui la virulence (les dirigeants et la presse des EtatsUnis annonçaient l'occupation de l'U.R.S .S. après un bombardement atomique), rendait particulièrement ardue la recherche de la vérité. Le M.R.A.P. et «Droit et Liberté» s'y employèrent, avec esprit de responsabilité, durant les quelques mois où la tension et l'incertitude furent à leur comble, se refusant également à cautionner le bellicisme et l'injustice. Vingt ans ont passé, mais n'ont pas tota[ ement apaisé le trouble profond causé par ces faits graves, et qui est à la mesure des espoirs mis par les peuples dans le socialisme et de leur intérêt pour l'expérience soviétique. En 1964, une brochure intitulée «Le Judaïsme sans fard », d'un certain Kitchko, parue à Kiev, suscite, parmi d'autres, la vive protestation et les interventions du M.R.A.P. Peu après, elle est mise au pilon, le Parti communiste de l'U.R.S.S. la condamne sévèrement, l'Académie de Kiev annonce des sanctions. Depuis, des écrits d'inspiration comparable, quoique de moindre virulence, ont été relevés à plusieurs reprises dans dès publications soviétiques. Vigilant, sans céder pour autant aux campagnes systématiquement politiques et sans déborder la plateforme antiraciste qui est [a sienne, le M.R.A.P. a protesté à chaque occasion, attirant l'attention des autorités compétentes sur ces inadmissibles entorses aux principes défendus par l'U.R.S.S Alors que la Révolution d'octobre a assuré à l'ensemble des peuples opprimés Une illustration de la brochure « Le judaïsme sans fard _, parue à Kiev en 1964. Son auteur, Kitchko, publia par la suite un autre ouvrage antisémite. malgré la condamnation par l'api· nlon mondiale et-"Ies autorités soviétiques de cette première brochure. de la vieille Russie tsariste un remarquable épanouissement économique, social et culturel, alors que les juifs, autrefois persécutés et traités en parias, ont acquis les mêmes droits que tous les citoyens soviétiquès et connu de fulgurantes promotions dans tous [es domaines, des difficultés particulières apparaissent encore en rapport avec la «question juive ». En raison, pour une grande part, des confusions et des interférences entre les notions de religion, de culture, d'ethnie et de nationalité - compliquées encore, en Europe orientale comme ici même, depuis la guerre des Six jours. Lors de ce conflit (en 1967), la Pologne fut le théâtre d'une active campagne contre le sionisme, qui dégénéra souvent, malgré les avertissements de certains dirigeants, en suspiscion généralisée, voire en discriminations envers les juifs. Un grand nombre d'entre eux émigrèrent, et le M.R.A.P., là encore, dénonca, à travers diverses initiatives, ces violations des lois de l'Etat et des idéaux socialistes. Il manifesta aussi avec force sa vive émotion lors du procès de Léningrad, en décembre 1910, au cours duquel furent jugées Il personnes, dont 9 juifs sionistes, accusés d'avoir tenté un détournement d'avion. Les deux condamnations à mort furent commuées, en appel, une semaine plus tard; on vient d'apprendre que l'une des accusées, libérée par anticipation, a gagné récemment Israël. La volonté de certains juifs soviétiques d'émigrer cn Israël s'est heurtée, à certains moments, à des difficultés aiguës, quelque peu atténuées aujourd'hui, mais qui ne sont pas cependant pleinement résolues. Le M.R.A.P., pour sa part, sans ignorer ni sous-estimer les multiples implications de ce phénomène, tant en U.R.S.S. qu'au Proche-Orient, souligne la nécessité de reconnaître à toutes les populations, sans exclusive, le droit formulé par les conventions internationales, «de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir· dans son pays». Sans oublier que les Palestiniens dispersés peuvent prétendre, eux aussi, en bénéficier - ce qui pose d'autres problèmes, non négligeables. Il est clair que l'état de guerre dresse maints obstacles à la solution de ces drames humains, parmi beaucoup d'autres. Dans un climat de détente, de coopération, bien des choses, aujourd'hui impensables, seraient possibles, dans le respect des droits nationaux de chaque peuple et des droits individuels de chaque homme. C'est pourquoi le M.R.A.P., qui lutte avec constance, depuis sa création, pour la paix et la compréhension entre les peuples, partout dans le monde, s'attache particulièrement .à la recherche d'une issue politique au ProcheOrient susceptible de mettre fin durablement aux violences qui, depuis trop longtemps, ensanglantent cette région déchirée. (A suivre.) Louis MOUSCRON. (l) Voir « Drol~ et Liberté. de septembre 1974. dans ce nUIllèro • Les Springboks en France? p. 8 • Délégués de la S.W.A.P.O. à Paris p. 9 • Théâtre anti-apartheid p. 10 • Dossier étrangers au Chili p . 11à15 • Etre juif ,en Irak p. 16 • 500.000 Tziganes oubliés p. 17 • Immigration, le bilan p. 18 et 19 • « Les guichets du Louvre» p. 20 et 21 • Le succès de Dunkerque p. 22 • Maxime Le Forestier au gala p. 25 • « La folle de Toujane» p. 26 • Et les rubriques habituelles droit & liberté MENSUEL 120, rue Saint-Denis, Paris (2') Tél. 231.09.57 - C.C.P. Paris 60'7().98 ABONNEMENTS • Un an: 30 F • Abonnement de soutien : 60 F Antilles, Réunion, Maghreb, Afrique francophone, Laos, Cambodge, Nouvelle Calédonie : 30 F. Autres pays : 40 F. Chan~ement d'adresse : 1 F. PUBLICITE René BRIAND au Siège du journal Directeur de la publication Albert LEVY: Imprimérie La Haye éditorial Le racI• sme sent le pétrole D ANS l'actuel climat de crise, le racisme se manifeste, avec une évidence rarement atteinte, dans son rôle de diversion . Un rôle classique, peut-on dire. Pour détourner contestations et colères de leur véritable objet, rien de mieux que de désigner à 'Ia vindicte publique, comme bouc émissaire, un groupe humain d'autant plus facile à déclarer coupable qu'on le méprise, le craint et le connaît mal. Hier, le responsable de tous les maux, c'était le Juif. Aujourd'hu:. c'est, avant tout, l'Arabe. Et c'est avec les vapeurs du pétrole que l'on veut masquer la réalité, obscurcir les esprits. Dès lors que le racisme se trouve si étroitement mêlé à des interprétations tendancieuses des données économiques, il est de notre devoir de dénoncer la gigantesque opération d'intoxication - car c'en est une - que soutienne:,t la plupart des mass media. Une mise en garde s'impose. Sans être spécialiste, chacun peut, avec un minimum de bon sens et de bonne foi, déjouer les pièges quotididns tendus à l'opinion publique. T OUT d'abord, il est faux que le pétrole soit la cause de la crise économique. Celle-ci, qui ne cesse de s'aggraver, a précédé de longue date la hausse du précieux liquide . Le dernier réajustement décidé par l'O.P.E.P., à Vienne, sur lequel ont fait tant de bruit, est précisément 'la conséquence de l'inflation galopante dans les pays acheteurs : il s'agit d'une indexation sur les prix des produits industriels, pour que le pouvoir d'achat de ['argent reçu en échange du pétrole reste inchangé. Autre fait : selon de récentes statistique (passées « inaperçues »), les matières premières importées par la 'France ont subi une baisse globale de 0,8 % en un an, de 1.9 % I,e mois dernier. La dépréciatiun est particulièrement sensible sur les oléagineux (-2,5 %1. le textile (-28 %1. le caoutchouc (-21,3 %) . Personne (ou pr,esque) ne s'étoï:ne qu'il n'en ait pas résulté de baisses à la consommation. Pourquoi, seules, 1eR hausses auraient-ell,es des effets? Pourquoi isoler le cas du pétrole? Précisons encore. !l'augmentation du pétrole, en octobre, est de 3,5 %. a!' les grandes compagnies pétrolières reconnaissent, pour le premier semestre de 1974, par rapport à oe'lui de 1973, des surprofits bien supérieurs : Compagnie Française des Pétroles : + 14 % (sans compter la plus-value des stocks détenus lors de la hausse des prix de vente, au début de l'année) ;Gulf : + 50 %; Esso : + 53 % ; Mobil : + 84 % ; Texaco : + 98 % ; B.P. : + 276 %. Ces chiffres n'impressionnent nu[lement les bonnes âmes qui accusent. les Arabes • de vouloir. nous étrangler " de « disposer de notre destin -. Faut-il rappeler, enfin, que les mêmes compagnies bénéficient de subventions et d'avantages fiscaux époustouflants compensés par le commun des contribuables, que sur un litre de pétrole, 28,3 % du prix revient au pays producteur, contre 34,7 % aux compagnies et 37 % à l'Etat franQais ? L E fonds du problème', c'est que les pays producteurs de pétrole mettent en cause la suprématie séculaire des grandes firmes impérialistes et des Etats qui [es soutiennent, sur la moitié « sous-développée - du monde. Ce n'est d'ailleurs qu'un début, car la décolonisation s'inscrit désormais clairement au calendrier de l'Histoire. Les peuples opprimés conquièrent non seulement une indépendance formelle, encore favorable aux anciens colonisateurs-, mais la ·maîtrise réelle de leurs richesses naturelles, et donc de leur destin. C'est justement parce que ces richesses sont importantes qu'ils ont été victimes de la convoitise et de la domination étrangères. Certes, nous n'éprouvons guère de sympathie pour certains leaders arabes. Mais pas davantage pour ceux qui les ont mis 'en place, qu'ils ont longtemps servi et servent encore, plus ou moins. Si les fonds tirés par eux du pétrole étaient investis, non dans leur propre pays, mais en « O,~cident ", ces capitaux auraient exactement l,es mêmes fonctions que ceux qui proviennent actuellement de la même source. Mais on ne peut porter un jugement général - comme le font pourtant la quasi·totalité des commentateurs - sur l'ensemble des pays riches en pétrole (pas tous arabes, d'ailleurs), qui ont des régimes politiques différents, parfOis opposés. Il faut bien l'admettre: le temps approche où ce monde que l'on dit « tiers» ne sera plus le fournisseur taillable et corvéable à merci de matières premières bénéfielant à d'autres. Pris de panique, les profiteurs de ce système périmé tentent de nous mobiliser pour la défense de leurs intérêts. C'est des peuples, quant à nous, que nous nous sentons solidaires. La lutte qui s'engage sera longue et ardue. Elle est, pour les antiracistes conséquents, fondamental,e. Nous ne faiblirons pas dans notre volonté de justice, de clarté, de fraternité humaine. Albert LEVY. DROIT ET L1BERTË - N' 333 - OCTOBRE 1974. 7 pas de racisme dans le sport NON AUX SPRINGBOKS Alors que; de plus en plus, l'Afri· que du Sud se voit isolée dans tous les domaines, Je soutjen aux racistes va-t-il une nouvelle fois venir de France, SUt le tettaio sportif? La ptésence il Paris dtathlètes sud-africains, en juin dernier, a pourtant créé de sérieux remous. Mais, comme la Fédératipn d'athlétisme, la Fédération française de rubgy s'obstine. Après avoir vu leurs journées annulées, l'an dernier en Nouvelle-Zêlande, et cette année en Ila'ie (où ils devaient venir en octobre), les Springboks sont invi:tés pour un mois eo France. Neuf matehes sont prévus, dont Je pH1nier. le 6 novembre, il Nice, vitle jumelée, 00 le sait, avec Le Cap, les autres • Lyon. Agen, Tarbes, CleJ:mont-Fe.:ra~ Toulquse, AngoUlêlDè, Paris et Reims. La poplllation d'Afrique du Sud compte 82 % de nott-Blanes. M_, bien entendu, l'équipe des SpringbOks ne eompte que desJJlancs, puiscJ.ue le sport, comme toute la viè dans ce pays, est plaeé SOUS Je signe de l'apartheid. Les 'tègles les pJus Qêmentaires de la sélection et de la compétition sont dêIib6rêment bafouées, puisc].ue Noirs et BJane.llè sont jamais cottfrontés. ne jouent pa$ ensemble. Jusque sut les gradJu$ des stades. la aégrégatiqn est totale. Les organisIDes officiels f,..., lUlbrMs par des motifs politiques inavouables, Sètont-Us les derIIletI l .. tÎOftllèl' ce $fet., ignoWe ... plan b1UDain, inaclmitsiblo ait ,.. sportif? Pour mettre fin à ce setmdale, le M.R.A.P. demaode que la tou.raée des Springboks soit annulée. D6jâ. il S'est adressé à la Fédération de rugby, à M. Mazeaud~ secnQdre d'Etat à .. Jeunesse et aux Sports, l foutes les autorités coneernées. .. n invite les .ntita:isfes, en p.renm:r lieu les aportifs, à Întèl'VenB ~ pour que cesse- le soutien eoupabto de quelques diripnts au r6sitK d'apartheid condalÎlllé par 16 cotDiq~ nanté internatiooaJe. Pour le .:rèQOUl et l'hontteur de la Prance. DOIt aux 1'" Springboks! 8


~ -------------------------

afrique australe La révolte des « pieds-noirs » du Mozambique s'est éteinte en septembre à Lourenço-Marques, endeuillée par les provocations des racistes les plus déterminés, qui ont fait plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Soutenus par l'espoir que l'Afrique du Sud et la Rhodésie leur viendraient rapidement en aide, les rebelles avaient joué leur dernière carte. Des informations sûres annonçaient la mobilisation de commandos de mercenaires prêts à intervenir aux frontières de l'Afrique du Sud et du Malawi. Mais ni l'Afrique du Sud, ni la Rhodésie voisine n'ont bougé. Les autorités sud-africaines se sont même montrées désireuses d'établir des relations avec le gouvernement provisoire mozambiquais; trop d'investissements étaient en jeu. La Rhodésie, quant à elle, n'a pas pris le risque d'aggraver son isolement. Cette prudence des gouvernements racistes d'Afrique australe doit·elle être interprétée comme une victoire de la pression internationale? Le secrétaire général de l'O.N.U., M. Kurt Waldheim, notait au mois d'août, dans son rapport pour la 29" session de l'Organisation, que l'effet de cette action internationale « est émoussé par la répugnance des Etats à mettre en vigueur nombre des mesures recommandées par l'O.N.U. » à l'égard de l'Afrique du Sud et de la Rhodésie_ Témoins, les informations publiées dans ces pages ... CONFERENCE CONTRE L'APARTHEID Une Conférence internationale des Organisations non-gouvernementales contre l'apartheid et le colonialisme en Afrique s'est tenue à Genève, au Palais des Nations, du 2 ·au 5 septembre. 300 délégués et invités y ont participé, représentant les mouvements de libération d'Afrique du Sud, du Zimbabwe (Rhodésie), de Namibie, et des colonies portugaises, 45 organisations internationales, plusieurs dizaines d'organisations nationales de 21 pays, ainsi que des organismes intergouvernementaux de l'O.N.U., et une trentaine de gouvernements. Le M.R.A.P., qui est, depuis peu, doté du statut consultatif auprès des Nations Unies, avait délégué son secrétaire général, Albert Lévy (1). Les débats en assemblée plénière et dans les commissions, les résolutions adoptées ont souli,gné la volonté unanime des parti~ ipants de renforcer leur action, et de la coordonner, pour aboutir à l'élimination de l'apartheid et du colonialisme en Afrique, conformément aux résolutions de l'O.N.U. Alors que les Nations Unies reconnaissent les mouvements de libération comme des porte-parole authentiques des peuples concernés, les sanctions décidées ou recommandées contre les régimes racistes ne sont pas appliqués par un certain nombre de pays. Les investissements en Afrique du Sud, par des sociétés américaines, britanniques, françaises, ouest-allemandes, japonaises, suisses, ainsi que les prêts, les échanges commerciaux, assurent au régime d'apartheid sa base matérielle, et constituent pour lui l'encouragement le plus décisif. La Conférence a mis l'accent sur le fait que la France est le plus important fournisseur en ~rmes de l'Afrique du Sud. que la R.F.A. aide les maîtres racistes de Prétoria à développer une force de frappe nucléaire, que 300 sociétés et 6 000 agences américaines contribuent aux relations économiques et militaires entre les U.S.A. et l'Afrique australe; elle s'est élevée contre les manoeu{res navales combinées anglosud- africaines, qui se déroulaient au même m0rnent. Les résolutions préconisent des mesures très diverses pour faire face à la propagande sud-africaine, pour le soutien des mouvements de libératiGn, la solidarité avec les peuples opprimés. Le M.R.A.P., pour sa part, s'emploiera à les mettre en oeuvre, par tous les moyens possibles. Le 30 septembre, une délégation des organisations françaises ayant participé à la Conférence de Genève a été reçue au ministère des Affaires étrangères. Le M.R.A.P. était représenté par Albert Lévy, (1) Les autres délégués français étaient Mmes Gastaud et Lacrosse (Comité de soutien à la lutte des peuples des colonies portugaises), Mme Mathiot et M' de Fétice (Comité contre l'apartheid), M' Bouvier-Ajam (Association internationale des juristes démocrates) , MM. Raymond Guyot, sénateur (P. C.F.), Jean-Louis David (C.G.T.), Bernard Felli (Front Progressite) , Georges Pellet (Mouvement de la Paix). En se confirmant, la marche à l'indépendance des colonies portugaises bouleverse les équilibres instables établis en Afrique. Au sud du continent particulièrement, « l'Afrique blanche » est repoussée dans son ghetto. Mais, au sud de l'Angola, un pay~ tout entier n'a encore {droit qu'au nom de territoire : la Namibie, annexée, colonisée par l'Afrique du Sud, poursuit sa lutte pour l'indépendance. C'est ce que sont venus rappeler à la France les délégués du mouvement de libération namibien, la S.W.A.P.O., accueillis par le M.R.A.P. à Paris du Il au Il septembre. N OTRE lutte a un objectif bien défini, ont répété à tous ceux qu'ils ont rencontrés (1) Peter Katjavivi, représentant de la S.W.A.P.O. à Londres et Michel Mujongo, vice-président par intérim. Elle n'est pas seulement dirigée contre l'apartheid ou le racisme, mais d'abord contre l'occupation étrangère. » Colonisé par les Allemands depuis 1884, le Sud-Ouest Africain d'alors fut remis à l'Afrique du Sud après la première guerre mondiale. En 1966, cependant, ce mandat était retiré à l'Afrique du Sud par les Nations Unies. Confirmée en 1971 plu la Cour internationale de justice de La Haye, cette décision n'a toujours pas été reconnue dans les faits par les SudAfricains. Ni par la France, qui poursuit ses affaires en Namibie par l'intermédiaire du gouvernement de Prétoria (2). « Maintenant, notre libération ne peut plus être obtenue que par le peuple namibien lui-même », ont expliqué les délégués de la S.W.A.P.O. La lutte est engagée, comme pour toute colonie qui se libère, sur trois fronts : militaire, politique, international. NAMIBIE La lutte d'un pays occupé Pour un million et demi d'Africains, il y a officiellement 90.000 blancs en Namibie, dont un tiers sont allemands (le parti nazi est toujours organisé à Windhoek, « 'capitale» de la Namibie). Mais c'est une armée composée uniquement de Sud-Africains (des noirs et des métis d'Afrique du Sud ont été recrutés depuis que les opérations se sont faites plus meurtrières) qui réprime la guérilla namibienne avec les armements les plus modernes fournis par les pays de l'O.T.A.N., les hélicoptères français (Puma, Alouette, Super Frelon) complétant l'arsenal. Politiquement implantée chez les travailleurs, dans la jeunesse, les communautés religieuses et jusque dans le moindre village, la S.W.A.P.O. est un parti qui n'existe pas aux yeux des Sud-Africains puisque le droit de s'organiser politiquement n'est pas reconnu aux Noirs. Mais la violence de la répression exercée sur les leaders du mouvement de :ibération et sur ceux qui le soutiennent cl6montre, a contrario, l'influence grandissante de la S.W.A.P.O. sur les mf,sses namibiennes. On estime à plusieurs centaines le nombre de prisonniers politiques Les armes européennes saisies à l'armée sud-africaine par les combattants de la S.W.A.P.O. exposées au cours d'une réunion des Nations unies. qui - quand ils sont jugés, ce qui demeure exceptionnel - sont déférés devant les tribunaux coutumiers et soumis aux pires châtiments corporels. Evoquant la possibilité pour la Namibie de devenir un pays libre «dont les habitants ne seront plus définis par la couleur de leur peau et où l'exploitation de l'homme par l'homme sera détruite », les délégués de la S.W.A.P.O. ont insisté pour que le peuple français fasse pression auprès du gouvernement afin qu'il reconnaisse les décisions des Nations Unies sur le sort de la Namibie, qu'il cesse ses livraisons d'armes et s:!s relations industrielles et commerdales avec l'Afrique du Sud et qu'il apporte toute contribution à la libération du peuple namibien. (1) Outre ,les représentants du M.R.A.P. et la presse, la délégation de la S.W.A.P.O. a rencontré les partis socialistes . communistes. radicaux de gauche. les syndicats C.G .T. et C.F.D.T .. te Mouvement de la jeunesse communiste et les parlementaires du groupe communiste à l 'Assemblée nationale. le Mouvement de la Pai x, ainsi qu'un représentant du ministère des Affaires étrangères. (2) D'importantes sociétés françaises ont Investi en Namibie (Aquitaine des Pétroles, Penarroya (Le Nickel), Total. Crédit Commercial de France. Crédit Lyonnais, Banque de l'Indochine. etc .). Deux consulats français ont été ouverts en Namibie en 1973. DROIT ET LlBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 9 Une reprise: ..: ci ..: o ë .l: Co. Pierre Vielhescaze. "Ta vue me dérange, Hotnot" Jouée au Théâtre de l'Ouest Parisien en 1971, sous le patronage du M.R.A.P., «Ta vue me dérange, Hotnot » est une pièce sur l'apartheid, dont l'engagement mérite toute notre attention (1) . Son metteur en scène d'alors, Pierre Vielhescaze, la monte aujourd'hui sous une forme différente. Il nous explique pourquoi. C'EST une version différente de «Ta « vue me dérange, Hotnot» qui sera présentée dans une mise en scène nouvelle au Théâtre Jean Vilar de Suresnes (2) . Cette quatrième version de la pièce d'Athold Fugard est la suite d'une longue quête sur les rouages du racisme. On présente aux spectateurs la manière dont deux êtres que tout appelait à cohabiter entretiennent des rapports racistes dans un environnement politique, social. économique précis. Cette version nouvelle est interprétée par deux acteurs blancs qui jouent le rôle de métis. (En Afrique du Sud, en effet, le racisme vis-à-vis de, métis, ou même des Indiens, est très g:·and de la part du gouvernemellt de Johannesburg.) Leur mère est noire, c'est l'Ahique, mère commune aux noirs et aux bl.ancs. Athold Fugard lui-même, bien que blanc, fut emprisonné dans son pays, puis assigné à résidence pendant des années pour ses convictions libérales et ses amitiés avec les intellectuels africains. La première version présentait un noir et un métis (3). Le problème devient plus complexe avec deux métis, la complexité des rapports de peau différente se doublant d'une différence de conscience politique à l'environnement social. L'un des deux hommes tente de passer dans le monde des blan.c3, oppresseurs. C'est une lâcheté visà- vis de sa condition, qui se résout dans la fuite. L'autre adopte une autre démarche. 10 Politiquement, il appartient au monde opprimé, d'où sa révolte. Leur évolution s'explique par rapport à la manière dont ils ont été socialement et même culturellement élevés. Ils ont gardé deux images différentes de leur mère, de leur jeunesse. La première version de la pièce présentait un monde réaliste (le monde de la « seconde consommation » du tiers monde). Quand le blanc a utilisé son frigidaire, il le donne au noir. Mais celui-ci n'a pas l'électricité. De même la machine à coudre lui servira de table. Dans la quatrième version, j'ai voulu me détacher de cet aspect, plaisant, mais qui n'aidait pas suffisamment au décorticage du cheminement psychologique des personnages. Le texte de la pièce reste le même, mais raccourci à 1 heure 45, au lieu de 2 heures 30. Il vise à plus de simplicité pour un plus grand approfondissement des rapports psychologiques. Car les lois racistes d'Afrique du Sud ont aussi leur aspect psychologique. L'apartheid est un système d'Etat. Un noir ne peut pas avoir une femme blanche, il ne peut pas devenir ouvrier spécialisé: des fonctions de gardien, de jardinier lui sont réservées. , Ce nouveau spectacle est une dénonciation plus générale du racisme. Une distance est prise vis-à-vis du réalisme et de l'histoire. Finalement, on présente un racisme plus quotidien, «un racisme de palier qui naît des intérêts divergents et d'un système de division». Pierre VIELHESCAZE. (Propos recueillis par Jean-Claude ANTOK). (1) Voir « Droit et Liberté» de janvier 19'11. (2) 30 et 31 octobre r. l, 6, 7, 8, 13, 14, 15 et 16 novembre à. 21 heures. Pierre Vlelhescaze a l'intention de jouer « Ta vue me dérange Hotnot » ensuite en Tunisie et au Maghreb. PuIs ~ Paris au Théâtre Essalon (près du Café de la GaTe ), en décembre 19'14 et janvier 19'15. (3) Yvan Labejof était l'Interprète noir de la pièce jouée au T .O.P. MONDE Il En Afrique du Sud, le 25 septembre. des chiens policiers ont été lâchés contre les manifestants noirs et indiens de Durban et Petersburg, qui célébraient la victoire du F.R.E.L.I.M.O_ au Mozambique. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées et plUSieurs autres atrêtées. • 58 ans de monarchie de droit de divin, un régime moyenâgeux caractérisé par les pires inégalités, ~'importants mouvements sociaux et le soulèvement de l'armée ces derniers mois sont finalement venus à bout de l'empereur d'Ethiopie, Haïlé Sélassié, déposé par le Comité de coordination militaire, qui peu à peu s'était emparé du pouvoir effectif. La succession ne s'annonce pas facile compte tenu .de l'ampleur de la crise sociale interne et du nombre de problèmes épineux, tel celui de l'Erythrée, qui tissent l'avenir de l'Ethiopie. • L'avenir du Sahara espagnol a donné lieu à de nouvelles controverses entre le Maroc et l'Espagne. Tandis que celle-ci propose un ré· férendum sur l'autodétermination, dont les condïtions sont encore imprécises, le roi Hassan Il a déclaré vedoir s'en remettre à la Cour internationale de justice de la Haye .pour faire valoir « les titres de propriété » du Maroc. • Angela Davis a annoncé à San Francisco la formation d'un nouveau mouvement de gauche américain: " l'Alliance nationale contre le racisme et la répression politique ». • l'ancien ministre de la Défense israélien, Moshe Dayan, s'est rendu en Afrique du Sud pour une tournée au cours de laquelle ii a participé à une collecte de fonds pour l'Appel juif unifié et visité les forces armées sud-africaines. Le général Dayan a souligné à son retour qu'il était urgent de renforcer les liens entre Jérusalem et Pretoria, face à l'offensive .arabe ... • Suffit·iI de réduire la natalité pour résoudre les problèmes du sous-développement? La question a été âprement discutée à Bucarest, lors de la Conférence mondiale sur la population orga· nisée au mois d'août sous l'égide de l'O.N.U. Les questions du colonialisme et de "attitude des pays développés ne sont pas restées étrangères au débat. . Del JOU~I 1* LDEU DMOOSISS IER 1 Piégés au CHI L 1 des , etrangers , . temolgnent DROIT ET LlBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 11 Alors qu'à l'occasion du premier anniversaire du coup d'Etat fasciste au Chili, les démocrates du monde entier marquaient une intense solidarité au peuple chilien, un premier bilan de l'année de terreur était publié par la Commi,ssion internationale d'Enquête sur les crimes de la junte militaire au ,Chili: 30 000 morts, des dizaines de milliers de prisonniers (21 000 arrestations pour les seuls mois de juillet et août dernier) , la misère la plus atroce pour le peuple confronté au chômage et à une inflation dramatique. Dans le même temps, le président des Etats-Unis, Gerald Ford, reconnaissait que la C.I.A. a,vait investi des millions de dollars au Chili de 1970 à 1972, finançant (avec l'aide des grandes compagnies américaines) journaux et partis de la réaction, préparant le terrain au coup d'Etat militaire du général Pinochet. Avec ce dossier, nous abordons un aspect moins connu du fascisme chilien: la xénophobie mise au service de la lutte politique. Ces témoignages d'étrangers piégés au Chili lors du coup d'Etat nous concernent très directement. 12 Premier témoignage: celui d'un médecin uruguayen. On ne se retrouve pas dans le Chili d'Allende par hasard. Ce sont des raisons économiques et politiques qui l'ont amené à s'y installer. Il précise: - « ... La gauche unie, malgré tous ses eHorts, n'a pas remporté les élections de novembre 1970 en Uruguay. Il devenait clair que l'avenir n'allait pas être rose. Déjà à cette époque, le pays était ravagé par des problèmes économiques d'une extrême gravité. Au Chili s'ouvraient de bonnes perspectives de travail et d'avenir ... Nous nous , intéressions de très près à l'expérience chilienne, et à son gouvernement d'Unité populaire. Il nous semblait que ça viii ait la peine d'y aller et d'apporter sa participation. Je suis arrivé au Chili en juin 1972. Là, j'ai été le témoin d'une expérience tout à fait nouvelle. C'était un peu, pour moi qui débarquait de l'Uruguay, le monde à l'envers. La gauche gouvernait et la droite était dans l'opposition! Il y avait d'un côté le gouvernement Allende, l'Unité populaire, les partis qui la constituaient, la Centrale des travailleurs

partis et organisations réalisaient

un travail surhumain de • conscientisation., essayaient de montrer aux gens ce qu'était le changement souhaité; et insistaient pour dire que ce changement, l'Unité populaire le désirait par la voie pacifique. C'était une constante dans la propagande de l'Unité populaire,ainsi que la dénonciation des entreprises monopolistes et ,du contrôle des Yanquis sur ces entreprises ... De l'autre côté, la droite était constement en train de conspirer. Le • sabotage • se faisait à toutes les échelles, depuis le sabotage technique dans les mines de cuivre jusqu'au sabotage de la petite vieille tapant sur sa casserole, dans la rue. Mais pour moi, il ne faisait aucun doute que c'était l'Unité populaire qui était en train de gagner la partie, grâce à sa large base sociale qui lui donnait une assise, et grâce aussi à l'appui des • rotos chilenos • (la classe sociale la plus pauvre). L'importante politisation d'J peuple était extrêmement intéressante, elle se traduisait en termes politiques parfaitement compris ... C'est ainsi que l'U.P. gagnait des positions, développait son influence. La bataille économique se concrétisait par la nationalisation des mines de cuivre, des banques, des grandes entreprises, des industries métallurgiques ... Là aussi, l'Unité populaire était en train de gagner. Néanmoins, une chose a rapidement attiré mon attention : l'Unité populaire n'avait pas mis de son côté les couches moyennes de la population. De toute façon, Il n'était pas question de compter sur la grande bourgeoisie (qui était en train de se faire exproprier). Mais les petits commerçants, les petits entrepre· neurs, les professions libérales ont COrT'o 'N" " ~ ~ o ~ ..s.:. Carlos Altamirano, secrétaire général du Parti socialiste chilien, à la Commission internationale d'enquête sur les crimes de la junte militaire au Chili. mencé aussi à s'opposer à l'U.P. Les rai· sons, je suppose qu'elles devaient être nombreuses : la propagande de droite les inquiétait ; les mesures économiques du gouvernement contre les grandes entre· prises les préoccupaient parce qu'ils pen· saient (par un raisonnement typiquement petit bourgeois) que ces mes ure s d'expropriation les concerneraient un jour aussi. C'est pour cela que l 'U.P. insistait beaucoup pour dire que sa lutte n'était pas dirigée contre les classes moyennes, mais qu'au contraire, elle avait élaboré tout un plan de développement, pour les petites industries et les petits commer· ces, appuyé par les banques étatisées. A droite, la xénophobie était monnaie courante - En tant que médecin, avez·vous rencontrer des problèmes particuliers? - J'ai remarqué une certaine hostilité de la part du milieu médical en place, vis-à-vis des étrangers. Et surtout ' vis-à· vis des Uruguayens, fort nombreux, à cause des persécutions dans notre pays. Parmi les Uruguayens réfugiés au Chili il y avait des Tupamaros. En conséquence de quoi, la bourgeoisie chilienne faisait tout un travail « d'identification propagandiste " du genre: « Uruguayen Tu· pamaros, Tupamaros guérilleros. Ils viennent aider l'U.P. à lutter contre les Chiliens." C'était plus ou moins le ton de la campagne de dénigrement. Contre les Boliviens qui arrivaient en grand nom· bre, l'argument principal, en ce qui con· cerne les médecins boliviens, était leur prétendu bas niveau profeSSionnel. La Xénophobie était monnaie courante de la part de la réaction, et l'antisémitisme aussi. C'est ainsi qu'un mois avant le coup d'Etat, « Tribuna ", un journal de Santiago, centrait son éditorial sur les juifs communistes membre de l'U.P. (c'est un fait bien con'nu que parmi les économistes dont s'entourait Allende, il y avait un certain nombre de juifs). L'éditorial mettait l'accent sur le danger des juifs marxistes et parlait de les exterminer. Cela a été écrit un mois environ avant le coup d'Etat. - Nous en arrivons au coup d'Etat. Les étrangers ont aussitôt été visés par la répression ... - Au Chili, à ce moment-là, il y avait de dix à quinze mille réfugiés des pays sud-américains. Du Brésil surtout, d'Uru· guay, de Bolivie ... Une campagne de déni· grement a déferlé contre eux, préparée de longue date, car elle n'aurait pas été aussi ' bien menée s'il avait fallu l'impro· viser à la dernière minute. DROIT ET L1BERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 Le 11 septembre, la radio, contrôlée par les militaires, fait passer une bande magnétique

« Tous les étrangers doivent

se présenter à la police. » Je discute avec ma femm'.l de l'attitude à adopter. Nous considérons que le plus logique, c'est encore de se présenter. Le lendemain, nous nous présentons à Concept;i6n, au poste de carabiniers le plus proche. Mais là, personne ne savait au juste que faire de nous. On nous dit de nous présenter au bureau d'investigation dans la soirée. Le 12, dans la soirée, nous nous présentons. Il était quatorze heures ou seize heures. Trois à cinq cents personnes attendaient: des étudiants, des professeurs, dont un Français de l'université de Concep'r;i6n. JI y avait aussi à côté de moi un Indien et un Bulgare. Des Arabes, des Anglais, des Liba,lais et des Allemands passèrent par le contrôle et purent s'en aller sans problème. Finalement ils retinrent les Sud-Américains, le Français et le Bulgare (à moins qu'il ne s'agisse d'un Yougoslave) . 13 Nous avons demandé pourquoi on nous retardait autant. Ils nous répondirent que nous n'étions pas prisonniers mais que nous allions être interrogés. C'est alors que j'ai essayé de faire ressortir mes ti· tres de bonne honorabilité, médecin et au surplus professeur à l'université de la ville. Mais je me rendis aussitôt compte que c'était ceia justement qui m'enfonçait., Etre à la fois médecin, enseignant et Uruguayen m'était préjudiciable. Un peu plus tard nous entendîmes le bruit d'une fu· sillade qui dura plusieurs heures... On nous expédia dans le secteur de la prison, puis on nous conduisit à la base navale de Talcaoano, à Concep~i6n. Là, nous fûmes enfermés dans 'le froid, en plein hiver, exposés aux intempéries du bord de mer. Enfin on nous mena à l'île OUiriquina, au centre de la ba.ie de Talcaoano. Personnellement, je fus emprisonné jusqu'au samedi 15 septembre. Quand je fus libéré, les autorités mili· taires responsables de l'université de Concepçi6n me remirent une carte stipulant mon renvoi en tant qu'étranger et communiste, il y était inscrit en toutes lettres que j'étais dangereux pour la sé· curité de l'établissement. Quand ils m'arrêtèrent et que je fus interrogé, l'officier de police avait une fiche me concernant, où j'ai pu incidemment lire qu'on avait inscrit, en plus de mon identité : • on pense qu'il a pu appartenir au mouvement tupamaros _. On ne m'avait jamais interrogé avant. Je n'avais jamais fait la moindre déclara· tion à la police. Néanmoins, eux, et pour leur propre compte, pensaient que j'étais tupamaros. Et tout le long de mon inter· rogatoire l'officier de police n'avait qu'une préoccupation : savoir si j'étais tupamaros, et depuis quand. Evidemment, j'al toujours nié. Mais ce qui m'a le plus frappé, c'est que cette fiche avait été remplie dès mon arrivée au Chili. En pleine Union populaire, la police fonctionnait de manière complètement indé· pendante. Elle continuait à être la police de toujours. Pour la police chilienne, n'importe quel Uruguayen entrant dans le pays était soupçonné d'être un Tupa· maros. Sa femme, qui participe à l'entretien, Intervient à son tour : - Je pensais, au début, que les mili· taires voulaient simplement contrôler la situation, savoir qui nous étions, ce que nous faisions, etc. Mais je me suis rendue compte qu'en fait, il ne s'agissait pas exactement de cela. Dans la marine mill· taire on pouvait remarquer un sentiment extrêmement accentué contre les étran· gers. Il existait une véritable xénophobie qui était véhiculée par la propagande, la radio, l'attitude des officiels. Ils insistaient très fortement sur • ces étrangers communistes qui sont venus au Chili pour détruire le pays. Ces étrangers qui ont profité du marxisme pour voler le peuple chilien. A cause d'eux, des Chi· 14 liens ont dû émigrer -. La propagande était toujours faite sur ce ton. - Un jour, poursuit le mari, un de mes amis, qui n'a pas été détenu, s'est vu réclamer ses papiers dans la rue par un gradé. Tout en examinant les papiers . Ie militaire s'est livré à une sorte de drame théâtral : • Alors vous êtes Uruguayen? Tupamaros? Vient au Chili pour retirer le pain de la bouche des Chiliens -, disait. il en prenant les passants à témoin, et d'ajouter : • Et où travaillez·vous ? - Mon ami a donné l'adresse d'une entreprise de construction très importante. Alors il s'est exclamé : • Regardez, les meilleurs postes ce sont les communistes qui les détiennent, et les Chiliens, eux, n'ont pas accès à ces postes là. _ Tous les jours c'était comme ça. A la fin nous étions complètement désespérés nous ne savions pas comment faire, ni où aller. C'était encore pire que d'être emprisonné. Une sensation d'insécurité, de danger permanent. Nous nous attendions à un mauvais coup sans savoir de quel côté il allait tomber. Héberger un étranger était extrêmement dangereux La femme prend le relai de son mari : - J'ai une amie uruguayenne dont le mari était en prison. Cinq fois de suite, Ils se sont rendus chez elle pour tout f(luiller. La cinquième fois, rien qu'en entendant la sonnette, la femme et les enfants ont attrapé une crise de nerfs. C'était ce qu'ils recherchaient .. Il faut signaler que ce qui s'est passé à Concepci6n n'a que peu de chose à voir avec ce qui a eu lieu dans le reste du Chili. Nos conditions étalent • douces _ par rapport à ce qui se déroulait ailleurs. A Santiago, nombreux furent ceux qui ont été fusillés. Nous connaissons le cas d'un groupe de Brésiliens ainsi assassinés. A Concep\:i6n, ils fusillèrent quatre étudiants équatoriens. Ils avaient soi·disant tenté de s'enfuir. Deux d'entre eux furent découverts près d'un arbre, le corps cri. blé de balles, les deux autres flottaient dans le Rio, où on les avait jetés. Mais il faut que ce soit bien clair, ces crimes ont été le fait des militaires et de quelques secteurs de la droite. Les mili· tants et les sympathisants de l'Unité populaire, mais aussi des tas de gens qui ne faisaient pas de politique, furent extra· ordinairement solidaires des étrangers victimes de la répression, et nombre d'en· tre eux n'hésitaient" pas à prendre des risques. C'est le cas d'un ami qui nous a hébergés. Il pouvait être dénoncé. Il était extrêmement dangereux d'héberger un étranger. Ce qu'on peut dire c'est que le peuple dans sa plus grande majorité, bien qu'ayant peur, se montrait solidaire. - Les Chiliens à ce moment·là étaient. ils informés du vaste mouvement de soli· darité qui se déclenchait un peu partout? - Oui, ils l'étaient. Mais la junte présentait ces mouvements de solidarité comme une manoeuvre du communisme international contre la junte qui voulait reconstruire le Chili. La propagande à Concepci6n disait : • Aucun des peuples opprimés par les marxistes n'a pu se libérer, ni les Russes, ni les Polonais, ni les Tchèques ne l'ont pu ; le Chili, lui, a pu le faire .... Vingt-quatre heures pour quitter le pays La jeune femme qui nous parle est colombienne. Elle s'exprime d'une voix basse, égale. Mais de temps en temps, elle tourne la tête pour dissimuler son émotion. Son mari est chilien. Ils se sont rencontrés dans la maison de la culture de Quito en Equateur lors d'une tournée avec une troupe de jeunes poètes. Retour ensemble, en Colombie. Activités en com· mun... Triomphe de Salvador Allende. Ils décident de retourner Mi Chili et de tra· vailler pour l'Unioll populaire ... - Aussitôt arrivés au Chili, nous avons commencé par observer ce qui se pratiquait sur le plan culturel. Il se for· malt à l'époque des compagnies théâ· traies au sein des entreprises. Nous nous sommes occupés, pour notre part, des travailleurs des mines d'lEI Teniente (rune des mines souterraines les plus grandes du monde). La troupe était composée de travailleurs, fils de travailleurs et fem· mes de travailleurs d'El Teniente. Nous avons parcouru toutes les zones campa· gnardes de la province où est située la mine. Toujours avec cette troupe, nous nous sommes prodUits à Santiago, en· suite au nord du Chili et à la mine de Chuquicamata, invités par les camarades mineurs. Sur ces entrefaites s'est prodUit le '. golpe -. A partir de là, tout a dis· paru : destruction des livres, des af· fiches... Gustavo, mon mari, a été jeté en prison et moi expulSée du pays. - Il est resté combien de temps en prison? - Deux mois et un jour. Moi je fus emprisonnée à mon domicile. Ce furent les Nations unies qui s'occupèrent de nous. Elles réussirent à imposer le res· pect des droits qui consistaient dans mon cas à ne pas séparer les familles. - C'est·à-dire que votre mari a pu sor· tir de prison parce que vous.même êtel étrangère? - OuI. Il a été relâché sous la condi· tion expresse de quitter le pays dans les vingt·quatre heures. C'est le temps qu'II nous a fallu pour nous retrouver hors du Chili. Jusqu'alors, personne au Chili ne m'a· vait fait ressentir que j'étais étrangère. Personne. Ce fut la junte qui commença à faire campagne contre les étrangers deux mois environ avant le coup d'Etat. Chaque quartier, chaque maison étaient fouillés Nous entronl en conversation avec un jeune Equatorien arrivé en France avec son amie, Equatorienne elle aussi. En tant que responlable étudiant, Il a déjà connu la prison en Equateur. Recherché, Il a demandé l'aille politique au Chili. - Il Y a eu une campagne préparée de longue date, bien avant le coup d'Etat. Les étrangers sont venus pour tuer les Chiliens -, dlsalt-on très sérieusement. La première tactique a consisté pour la junte à s'emparer des dirigeants de l'U.P. La seconde à • s'occuper _ des étrangers. Il était demandé par les autorités de dé. noncer les étrangers, de dire où ils étaient, où Ils se cachaient, parce qu'ils représentaient un danger pour la patrie. La maison où j'étais a été fouillée au moins trois fois. Ils n'ont pas réussi à nous y trouver. La première semaine 'après le • golpe -, Il était encore pos· sible de se réfugier dans une ambassade. Mais plus après, car toutes les ambas· sades étaient encerclées. Seule l'Intervention des Nations unies a contraint les militaires à tenir compte de l'opinion ln· ternationale. Au sud du Chili, ,la situation était dlffé· rente. Le jour même du • golpe -, mon propre frère, médecin, a été assassiné. On l'a expulsé de l'hôpital non pour le jeter en prison, mais pour l'exécuter en place publique. Un Jeune Paraguayen, physiquement amoindri après tout ce qu'II vient de subir, nous apporte Ion témoignage. Son père est toujours en prison au Paraguay. Il est l'un des plus vieux prisonniers d'Amérique latine, comptant à son actif dlx·sept ans de prison 1 - J'al d'abord été expulsé du Paraguay pour raison familiale. Je suis donc entré en Argentine en 1958. J'avais alors dix· sept ans... Expulsé d'Argentine, j'al été accueilli par le Chili en 1972. Au Chili, je travaillais comme profes. seur ,à l'Institut de recherches marxistes. DROIT ET L1BERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 Je travaillais normalement et gagnais nor. malement ma vie comme un quelconque autre Individu jusqu'au coup d'Etat du 11 septembre. Alors commença la persé· cutlon de tous les étrangers, sans dis. tlnctlon politique, y compris les étrangers qui vivaient dans le pays depuis trente ans 1 La persécution fut terrible, elle nous ,rappelait l'hitlérisme, quand les juifs servaient de cible. Nous devions nous cacher. Il nous fallait même tâcher de dissimuler notre propre accent, de façon à donner l'impression d'être chilien, parce qu'il pouvait arriver que la population elle-même dénonce les étrangers ; la campagne de dénigrement diffusée par la radio et la télévision était terrible. On disait que les étrangers allaient tuer les Chiliens et qu'il fallait par conséquent les dénoncer sans hésitation. Beaucoup d'étrangers furent as sas si· nés. Désespérés, on essayait de se ren· dre à la Croix-Rouge. Les fouilles étaient faites quartier par quartier, maison par maison. tes fascistes jetaient des tracts par avion : • Chilien, dénonce les étrangers qui viennent te tuer. - Dès six heures du matin, il nous fallait sortir dans la rue, car pendant la journée les militaires rentraient dans les maisons et arrê. taient les gens. On marchait jusqu'au couvre·feu. - Charles FUTERMAN. 15 document ÊTRE JUIF Il y a 25 années, la communauté juive d'Irak comptait près de 150000 âmes. Répartie dans tout l'Irak, cette communauté parlait l'arabe, sauf une minorité kurde et une minorité d'origine iranienne qui parlaient la langue de leurs peuples . Sur le plan politique, des députés et des ministres juifs ont participé au gouvernement de leur pays. Après la Deuxième guerre mondiale, une • ligue juive antisioniste » fut créée mais elle fut dissoute en 1947, sous l'accusation de communisme. Aujourd'hui, la communauté juive irakienne n'est plus que de 500 personnes vivant à Bagdad, à l'exceptjon de quelques familles de Bassorah, dans le sud du pays, commerçants, fonctionnaires, intellectuels, avocats, médecins pour la plupart. Un journaliste français, notre collaborateur Jacques Varin, a rencontré M. Mir Basri, président de la communauté juive d'Irak et lui a posé diverses questions. Nous pensons que nos lecteurs seront intéressés à connaître ses réponses. 16 EN IRAK Ouelle est la situation actuelle de la communauté juive d'Irak? Mir Basri : Les juifs d'Irak sont dans ce pays depuis les Babyloniens, c'est dire qu'ils sont une partie intégrante de leur peuple, le peuple irakien. Nous parlons le même langage, nous avons les mêmes coutumes que les autres habitants, seule la religion nous différencie. De tout temps les juifs irakiens ont pris part à la vie sociale, économique et politique de l'Irak. Il y eut des ministres et des députés juifs. En 1950, à la suite d'une campagne du gouvernement réactionnaire et des milieux colonialistes, les juifs ont dû dans leur majorité quitter leur pays. Une grande partie de notre communauté est allée à Londres, a.u Canada, en Australie, aux Etats-Unis et même en France; j'ai des parents à Paris. Aujourd'hui notre communauté se trouve réduite à 500 personnes environ. Nous avons deux synagogues et deux rabbins. Notre grand rabbin Sasson Khaldoun est mort en 1971, à 93 ans. Il était resté en Ira.k. Les juifs sont-ils victimes de discriminations, sur quelque plan que ce soit.? Mir Basri : En ce qui concerne les droits civiques, nous sommes traités sur un plan d'égalité avec les autres communau~és irakiennes (1). Nous avons des écoles élémentaires, secondaires, dirigées par la communauté, ouvertes aux chrétiens et aux musulmans. Elles seront, cependant, na.tionalisées comme les autres écoles religieuses, chrétiennes par exemple. Depuis 1968, les juifs d'Irak, comme les autres citoyens, ont la possibilité d'obtenir un passeport, ils font leur service militaire, etc. A la suite de la création de l'Etat d'Israël, il y a eu des restrictions, supportables je dois dire, mais aujourd'hui, il n'yen a plus aucune. Une campagne en France a pris naissance après la pendaison de juifs irakietts ... Mir Basri : Au tctal, il y ,eut 29 Irakiens pendus, dont 9 juifs, accusés d'espionnage, il y a de cela cinq ans et demi ou six ans. Il y eut d'autres juifs arrêtés par la suite. Il y avait à cette époque des conditions spéciales, et les juifs ont eu leur 'part comme les autres! Actuellement, il n'y a pas de juifs emprisonnés en Irak, que ce soit pour un motif politique ou criminel. y a-t-il une tendance favorable à l'émigration? Mir Basri : Non. Il n'y a pas actuellement de courant favorable à l'émigration. Partie intégrante de notre peuple, nous nous sentons ici chez nous. ParticipeZ-VOlis au mouvement judaïque universel? Mir Basri : La communauté juive d'Irak ne participe pas au judaïsme universe-l parce qu'actuellement il est difficile de le séparer du sionisme et que, dans sa. grande majorité, la communauté juive irakienne est traditionnellement opposée au sionisme. De plus, nous ne voulons pas que cette participation puisse être interprétée comme un acte de subversion sioniste. Croyez-vous à la persistance de la communauté juive en Irak? Mir Basri : Oui. J'en suis absolument convaincu. Recueilli par Jacques VARIN, à Bagdad, le 12 juin 1974. (1) En plus des fêtes chômées officiel'Ies, la loi reconnait à la communauté juive le droit de chômer les jours des fêtes religieuses juives suivants : le Jour de Kippour, les deux jours de la fête des Tabernacles, et les deux jours de la Pâque. (J.v.) l 1 j 500000 TZIGANES OUBLIES? LE 31 juillet dernier, à l'occasion du trentième anniversaire de la liquidation par les nazis du camp des Tziganes d'Auschwitz-Birkenau, une importante et émouvante cérémonie s'est déroulée à Budapest à la mémoire du demi-.milli?~ de Tziganes, dont 28.000 de nahonalite hongroise, disparus dans les chambres à gaz, les fours crématoires ou les fosses communes. Si la vérité a fini par parvenir jusqu'aux plus sourds concernant le génocide des juifs, il n'en est malheureusement pas de même pour la tentative d'élimination des Tziganes. Et pourtant, l'histoire de leur extermination suivit la même courbe que celle de l'extermination des juifs. Stérilisation en masse Dès 1936, des centaines de Tziganes sont internés à Dachau. A la fin de 1937 et en 1938, les rafles ont lieu partout. Le 8 décembre 1938, Himmler signe une ordonnance aux termes de laquelle « tous les Tziganes, sédentarisés ou non, doivent être enregistrés à l'Office central pour la lutte contre le danger tzigane». Le 17 octobre 1939, Heydrich, sur ordre d'Himmler, publie la loi de fixation, laquelle interdit aux Tziganes de quitter leurs maisons ou lieux de campement. Comme les juifs, les Tziganes doivent bientôt porter des brassards les distinguant des autres, les mettant au ban de la société. C'est un brassard blanc avec une lettre Z de couleur bleue. Le 30 janvier 1940, une conférence tenue à Berlin décide le transfert de 30.000 Tziganes d'Allemagne dans le Gouvernement général de Pologne. Le 6 avril 1940, sur proposition de Paul Reynaud, le président de la République française, Albert Lebrun, signe un décret qui place les nomades français en résidence forcée sous la surveillance de la police et de la gendarmerie. Le 14 août 1940, les emplois officiels sont interdits en Allemagne aux Tziganes et demi-Tziganes. Te 15 octobre 1940, une ordonnance des autorités allemandes d'occupation renforce les mesures d'internement à l'égard des nomades français. Le 11 février 1941, le Quartier Général de la Wehnnacht exclut tous les Tziganes et demi-Tziganes de l'armée. En mars 1941, les nazis entreprennent la stérilisation en masse des Tziganes. Le 20 juin 1941, le ministère de l'Intérieur défend aux Tziganes et demi-Tziganes, même s'ils ont «prédominance de sang allemand,., de contracter mariage avec les Allemands. Le 21 novembre 1941, une ordonnance de Himmler défend aux enfants tziganes de fréquenter les écoles. Le 14 septembre 1942, Goebbels fait savoir à Thierack que tous les Tziganes doivent être exterminés, sans distinction entre les groupes. Le même jour, les autorités nazies, qui ne doutent pas un seul instant du succès de leur plan d'invasion de l'Angleterre, donnent mission à leurs agents d'établir le nombre de Tziganes vivant en Grande-Bretagne et précisent que cette question doit recevoir "la plus haute priorité,.. Le 16 décembre 1942, Himmler signe l'ordre de déportation des Tziganes à Auschwitz. Et le 1· ' août 1944, un officier SS de ce camp peut écrire après l'envoi de tous les Tziganes à la chambre à gaz: « Mission terminée. Traitement spécial exécuté. " Un silence criminel Comment expliquer que pratiquement personne, en dix ans de martyre, n'ait élevé la voix en leur faveur, que presque tout interlocuteur, devant lequel ces faits sont évoqués, réponde invariablement: " Je ne savais pas », que des organismes travaillant depuis de longues années à la connaissance des Tziganes, puissent encore être pris de {( doutes» quant à la réalité de ce génocide, que les réalisateurs d'une récente émission de télévision sur le procès de Nuremberg, n'aient pas cru devoir lui réserver la moindre place? Déjà dans les camps, certains internés n'avaient pas manqué de remarquer combien les Tziganes étaient tenus à l'écart par leurs propres compagnons d'infortune. A Sachsenhausen, l'un d'eux notait que même lorsqu'il s'agissait de faire la queue devant l'hôpital, les Tziganes étaient toujours contraints de se mettre au dernier rang tandis que les Norvégiens, les Hollandais ou les Allemands étaient en tête. A Buchenwald, un autre relevait que les internés tziganes devaient dormir à la belle étoile et mendier leur nourriture chez les internés français qui vivaient mieux. On est tenté alors de poser la question: si des peuples qui se sont dressés contre l'Allemagne hitlérienne, ont gardé le silence lorsque les "mal-aimés» de l'Occident ont été dirigés vers. les camps, n'est-ce pas, pour une grande part, parce qu'eux-mêmes, consciemment ou inconsciemment, avaient fait le terrible choix que dicte le racisme? leuléa ROU DA. DROIT ET !..IBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 FRANCE _____ ....... .. M. Gi .. .atd (l'Estaing a annon· cé qu'il se rendra officiellament en Algérie au cours du premier tri· mestre 1975. Premier chef d'Etat françaiS à se rendre en Algérie depuis la proclamation de l'indépenof: nce en 1962, le Président de la République aura sans doute à di .. cuter un certain nombre de q~es· tions délicates - coopération économique et culturelle, situation des travailleurs algériens en France - qui n'ont pas été résolues jusqu'ici à l'honneur de la France. • En tournée dans les D.O.M.T. O.M., le secrétaire d'Etat, M. Oli· vier Stim, a été reçu par 'd'impor. tantes manifestations revendicatives. En Guyane, le 13 septembre, les forces de l'ordre ont violemment réprimé le rassemblement 0pa. cifique des travailleurs, tandis qu'à la Réunion, le 24 septembre, le pas· sage de° M. Stlrn a été ponctué de manifestations et de grèves dans tous les secteurs de la vie du pays. • Répondant aux questions des députés, MM. Barel (P.C.) et Le FoU (P.S.U.) sur le jumelage NiceLe Cap, le ministre de l'Intérieur s'est contenté de répondre qu'une intervention de l'Etat dans ce domaine serait incompatible avec la 101 sur ' la gestion municipale et les libertés communales. • Les dirigeants de la communauté juive en France ont demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faire cesser la vague d'antisémitisme en France, qu'ils estiment sans précédent depuis la seconde guerre mondiale. • Une étude publiée dans u Le Peuple -, mensuel de la C.G.T. (n' 948), met en évidence quelques pratiques utilisées par le " syndicat - C.F.T. à l'encontre des tra· vailleurs immigrés : menaces de dénonciation à la police, trafic à l'embauche, sévices... Une analyse du racisme et de ses conséquences était par ailleurs au sommaire du numéro de juin du " Courrier du cheminot -. • Le Comité de décolonisation de l'O.N.U. a demandé à la france « de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer que la population de l'archipel des Comores accède pleinement et rapidement à la liberté et à l'indépendance •. ~CI JOU~I • Immigrés •• • DEP,-",'S le mois de juin dernier, s'est, paraît-il, ouvert une ère nouvelle. Après quatre mois, il est possible de dresser un premier bilan des changements en matière d'immigration. La créatien d'un secrétariat d'Etat à l'immigratien peuvait être censidérée cemme une initiative heureuse. puisqu'aussi bien. depuis lengtemps. de nembreuses persennalités et erganisatiens avaient seuligné 'cembien il était regrettable que les questlens cencernant les immigrés seient examinées et réselues par plusieurs ministères différents. sans qu'une ceerdinatien efficace selt assurée. sans prejet d·ensemble. M. Pestel-Vinay était crédité d'Intentiens leuables : dévelepper la fermatien prefessiennelle. censtruire des legement en nembre impertant. accerder aux immigrés des dreits et develrs égaux à ceux de leurs hemelegues français. On aurait pu penser que la neuvelle équipe dirigeante était réselue à s'atte- 1er à une tâche qui en raisen du retard 18 Photo Marcel Lorre la bonne conscience censidérable a.ccumulé avait pris un caractère d'urgence abselue. des milliers d'hemmes étant réduits à vivre dans des cenditiens infra-humaines. M. Chirac n'avait-i1 pas déclaré à l'Assemblée natienale. le 6 juin. qu'i1 s'agissait de ceerdenner les différentes actiens en faveur des travailleurs immigrés en France et de leurs familles teute pelitique d'immigratien impliquant d'aberd une peIitique d·accueil. denc de legements. cencluant « qu'i1 faudrait à brève échéance. tripler les meyens financiers accerdés peur le legement des étrangers ? " Trois objectifs De fait. le Censeil des ministres du 3 juillet se prenençait en faveur d'une pelitique neuvelle de l'immigratien définie par treis ebjectifs : - 'Dévelepper l'actien seciale en faveur des travailleurs migrants. ceci netamment par l'augmentatien du nembre de legements destinés aux familles étrangères. et des feyers peur les immigrés iselés. Ce pregramme serait financé en partie sur fends publics et en partie par les entreprises. D'autres initiatives seraient prises peur l'alphabétisatien. la fermatien prefessiennelle et l'enseignement dispensé aux enfants. _ Accreître la pretectien des migrants

la réglementatien des titres de

séjeur et de travail serait allégée et simplifiée; les peines prévues centre les trafiquants de main-d'oeuvre et les empleyeurs utilisant irrégulièrement de la main-d'oeuvre étrangère seraient aggravées; le prejet de lei relatif aux dreits syndicaux des étrangers. dépesé Sur le Bureau de l'Assemblée natienale depuis ectebre 1973 serait enfin mis en discussien à la sessien d·autemne. - Les neuveaux centrats d'intreductien de main-d'oeuvre étrangère étaient interrempus jusqu'à neuvel e~dre ainsi que les auterisatiens cencernant l'immigratien familiale. Cemmentant cette dernière décisien devant la presse du 4 juillet. M. pestel-Vinay devait déclarer : ft La nature du flux migrateire des familles étrangères est telle que si elle se peursuivait. au rythme actuel. il deviendrait impessible de feurnir à teutes ses familles un legement décent. Ne pas freiner cette immigratien cenduirait à cendamner ces familles à vivre dans les taudis. - On ne saurait faire grief aux peuveirs publics de senger enfin à amélierer la situatien des immigrés vivant en France avant d'en faire venir d'autres. Le M.R.A.P.. lui-même. dans les mesures d'urgence qu'il prepesait après la « circulaire Fentanet ". estimait qu'il fallait peur assurer des cenditiens de vie décentes et humaines à ces travailleurs ainsi que des ,dreits seciaux égaux à ceux des natienaux. régulariser les entrées. En fonction de la conjoncture Les ebjectifs annencés ne sauraient nen plus enceurir la censure. Mais une lengue suite de déclaratiens lénifiantes et de premesses flatteuses ent enseigné aux ebservateurs en 'cette matière la plus grande prudence. Selen M. ChabanDelmas. les bidenvilles auraient entièrement disparu en 1972. et la « circulaire Fentanet " se propesait également d'accreître la pretectien des travailleurs migrants et de Simplifier les fermalités qu 'ils devaient accemplir. Il vaut mieux denc juger sur pièces. L'attente ne fut pas trep lengue car. dès le 22 juillet. M. Pestel-Vinay démissiennait. Les écenemies réalisées sur le pregramme de censtructien de legements. qu'iI estimait incempréhensible. ne lui permettaient pas sérieusement de centinuer sa missien. Ainsi denc. centrairement à ce qui avait été annencé. lein de censtruire plus de legements peur les immigrés. la part qui leur est affectée dans le prechain budget. se révélait dériseire. Déjà le budget de 1974 s'était cara.ctérisé par une diminution sensible (meins treis mille) du nembre de H.L!M. mis en cha~tier peur le pregramme P.L.R .• c·est-à-dlre. celui affecté au relegement des familles en prevenance d'habitat insalubre. denc en grande partie immigrées. Quant au legements-feyers. leur nembre est neteirement Insuffisant au 'regard des beseins. Le trait le plus singulier du système censiste en ce que les erganismes de H.L.M. ne peuvent même pas utiliser les crédits qui leur sent alleués. ceux-ci s'étant révélés insuffisants. eu égard à l'augmentatien censidérable des ceûts de la censtructien. Peur le legement dent chacun s'accerde à dire qu'i1 censtitue un des aspects les plus préeccupants de la cenditien des immigrés. la cause paraIt denc entendue. A défaut de crédits. en ne saurait sérieusement prétendre y apperter un cemmencement de selutien, d'autant plus que la deuxième seurce de financement envisagée (perter ,à 2 % la centributien patrenale. et l'affecter au legement des immigrés au prorata de's salaires qui leur sent versés) ne semble pas deveir se concrétiser 'rapidement. Rien denc de très substantiel à tnettre au crédit de cette neuvelle pelitique après treis meis. et ce qui est plus préeccupant. rien nen plus de très seuriant à l'herizen. alers que le délai de réflexien vient à expiratien. Il est vrai qu'étant denné la précarité de leur situatien. les immigrés ne peuvent. surteut en ces jeurs d·incertitude. menter sur les teits eu barrer les reutes peur faire surgir un prejet de statut les cencernant. La seule mesure cencrète qui ait été adeptée et mise en applicatien demeure la suspensien de l'immigratien jusqu'à neuvel erdre. Otées les fausses fenêtres peur la symétrie. la mesure prend une teut autre dimensien. Il est d·a.illeurs significatif que • Minute ". le 10 juillet. s'en seit réjeuit : • Enfin une benne neuvelle! - A .dire vrai. en peuvait craindre depuis plUSieurs meis que les immigrés ne seient les premiers teuchés par la crise qui plane depuis décembre dernier sur I·Eurepe. Le secteur de I·autemebile. principal empley,eur de cette main-d·oeuvre. connaît de graves difficultés. de même eue le bâtiment, en raisen netamment de "t'inflatien et des n3sserrements du crédit. Dès décembre 1973. M. Gerse alers ministre du Travail. estimait dans ~ne interview qu'i1 n'y aurait « rien d'anermal à annuler quelques contrats de recrutem~ nt pre jetés cencernant des persennes qUi ne sent pas encere en France ". Il indiquait qu'i1 veillerait à « régler l'immigratien en fenctien de la cenjencture _. .. F.O. ". de sen côté. se faisant l'éche de craintes d'une partie de l'epinien quand au chômage. réclamait un centrôle qualitatif et quantitatif de l'immigratien et sa stabilisatien au niveau qu'elle avait atteint alers. Le Danemark. puis l'Allemagne et la Suisse ent décidé de stepper leur immigratien. Le paradexe. dans cette situatlen c'est qu'elle risque de rester sans grande influence sur l'immigratien clandestine incentrôlable par nature. sauf par le~ refus de teutes régularisatiens. celles-ci étant déjà devenues difficiles à ebtenir durant le deuxième t,rimestre. et que. sur l'immigratien régulière. un résultat analegue aurait pu être ebtenu par l'applicatien pure et simple de la « circulaire Fentanet -. Cet eutil remarquable peur cantenner l'immigratien dans le rôle de • velant cenjencturel de main-d'oeuvre » qui lui a été imparti. a peur but d'éviter de receurir à l'immigratien quand le marché du travail français peut satisfaire l'effre préalablement dépesée par l'empleyeur à l'Agence natienale peur l'Emplei. Les étra ..... gers. depuis ce texte. ne peuvent ebtenlr une carte de séjeur que s'i1s Sent en pessessien d'un centrat de trav~ i1 en benne et due ferme. Celle-ci n e~t valable. au début. qu'un an. et. ulterieurement. teut reneuvellement est surberdenné à l'avis faverable de la Di- DROIT ET L1BERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 rectien départementale de la maind'oeuvre. . En quelque serte. la renunciatien implicite à receurir à ce texte impepulaire. peut être mis au crédit de teus ceux qui en ent dénencé I·injustice. et ent pu ebteni'r au ceup par ceup certaines déregatiens. à meins que ne seient visées certaines grandes entreprises qui erganisaient une retatien rapide de travailleurs peur n'empleyer que de neuveaux venus plus deciles. En réalité. l'effet principal de la mesure annencée avec tant d'éclat semble surteut d'ordre psychelegique. D·abord. dans les pays expertateurs de main-d'oeuvre les candidats au départ saurent qu'i1 est inutile de tenter leur chance car ils ne serent pas acceptés. D'autre part. une c?rtaine epinien publique française. hantee par la peur du chômage sera apaisée. sans veir que le décalage existant entre l'effre et la demande d'emplei ne réglera pas le preblème. les Français n'acceptant pas fercément les travaux ingrats et mal payés qu'assurent les immigrés. D'autre part. cette mesure permet d'alléger les charges résultant de l'immigratien. au demeurant déjà réduites au rega'rd de celles afférentes à la maind'oeuvre natienale. puisque les plus directement teuchées sent les familles de travailleurs et les enfants admis au travail. qui devaient régulièrement rejeindre le père cette année, au prix seuvent de sacrifices censidérables. te sert des travailleurs partis en cengé n'est pas réglé de manière claire. apparemment ils risquent aussi de pâtir de cette décisien. Choquant En définitive. la suspensien de l'immigratien en sei n'est pas chequante. Ce serait même une benne chese si elle était destinée à assurer véritablement aux travailleurs immigrés des cenditiens de vie et de travail nermales. ce qui implique d'ailleurs le regroupement familial. des legements décents. des dreits seciaux et syndicaux égaux. autrement dit. s'i1 était admis qu'en devait censentir certaines restrictiens sur des dépenses meins indispensables peur accueillir décemment ceux qui viennent. Mais ce qui est chequant. c'est que cette décisien seit la seule à être appliquée effectivement. alers que les autres sent repeussées indéfiniment eu mises en oeuvre avec des meyens dériseires. On abeutit de la serte à denner benne censcience à teut un chacun en 'rejetant sur les immigrés eux-mêmes la respensabilité d'une situatien désastreuse dent ils sent les victimes. alers que d'autres en tirent prefit. Ce qui est préeccupant. c'est qu'elle risque d'annencer d'autres mesures encere plus inacceptables. Demain ne va-t-en pas les renveyer dans I,eurs feyers au mépris de teus les dreits acquis? George PAU-LANGEVIN. 19 "LES GUICHETS DU LOUVRE:' Un entretien avec Michel Milrani Christine Pascal (Jeanne) et Christian Rist (Paul)' dans • Les guichets du Louvre •. En ce petit matin du 16 juillet 1942, Paris vit la grisaille d'un document d'actualité sur l'occupation allemande. Dans la chaleur d'un car, des policiers bonhommes mordent le pain noir d'un déjeuner vite fait avant le boulot. Ernst Junger, écrivain allemand, officier de l'armée d'occupation, note dans son journal les plaisirs délicats que lui apporta, ce matin là, un bouquet da glaïeuls. Seul, poussant sa bicyclette au long des façades du Louvre, un étudiant sait que ce jour est celui d'une gigantesque rafle. La population juive du quartier Saint-Paul dort au bord du cauchemar. Sans bien savoir pourquoi, Paul décide de sauver un de ceux-là, au moins un. Cet étudiant d'alors, c'était Roger Boussinot, qui, de sa lente fuite vers la rive gauche, avec une jeune juive, a laissé un récit : « Les Guichets du Louvre )). A peine Jeanne les aura-t-elle franchis, qu'elle retournera se faire prendre au piège. Expérience douloureuse, dont Michel Mitrani a fait un film admirablement positif. 13.000 juifs (dont une trentaine à peine survécurent à la déportation) arrêtés sous les yeux des Parisiens, par la police française de Vichy: ce jour aveugle de notre histoire était à tirer au clair. Michel Mitrani a su regarder le Paris quotidien d'hier, et débusquer simplement, profondément, le drame- qui s'y cachait sous la banalité. « J'ai voulu montrer comment peut naître l'horreur ", dit-il au cours d'un bref entretien avec « Droit et Liberté )). 20 AU.lOURD'HUI ENCOR. • Les graffiti antisémites anonymes ont gagné encore quelques murs derniè, rement à Paris, sur l'église de la Trinité, et dans le quartier de Belleville. A Argentière (Haute-Savoie), la façade de l'Hôtel du Grand Roc a été couverte d'Inscriptions contre les juifs dans la nuit du 18 août ; le patron de l'hôtel 'a déposé plainte. Dans le même département, à Annecy, des individus se réclamant de « l'Action européenne • ont exhalé leur haine raciste sur les murs de la ville (voir page 24). • Du côté des écrits signés, il faut signaler l'odieuse indécence du "Parisien Libéré" qui, dans son édition du 17 septembre, a assorti la liste des victimes de l'attentat 'au drugstore SaintGermain- des-Prés de l'encadré suivant: "Les "drugstores" constituent une chaîne d'établissements, genre bazars dits "à l'américaine ". Un "monde" varié, cosmopolite (les patronymes des victimes /'indiquent) vient y chercher des satisfactions de natures diverses ", (etc.). • Commentant la réforme de la Sécurité sociale, "Rivarol" (19 septembre 1974) trouve le moyen de consacrer les trois-quarts de son article à "certains travailleurs immigrés (Africains - Michel Mitrani, tout le monde vous l'a demandé, pourquoi « Les guichets du Louvre » ? Vouliez-vous faire un film sur le génocide des juifs par les nazis, un réquisitoire contre la police de Vichy? M.M. : J'ai souvent pensé à cette journée tragique de l'histoire qu'on a laissé dans l'ombre, à ces pages de la vie de Paris qui ont noirci d'un seul coup une ville que j'aime et dont on célèbre les grands jours. Il s'est trouvé qu'on m'a fait rencontrer le récit de Roger Boussinot, qu'un scénario en avait été tiré par Albert Cossery. J'ai senti que le moment était venu de faire ce film, pour moi, mais aussi parce qu'il est tout juste devenu possible de montrer des gendarmes français arrêtant des juifs et assurant leur déportation. Je n'ai pas fait un film sur le martyrologue juif. Je serais incapable de filmer ce qui s'est passé dans les camps, ce serait pour moi dramatique; je suis resté dans les coulisses. L'horreur, on la connaît, elle est répertoriée, si l'on peut dire. Ce qu'on peut faire maintenant, c'est montrer comment se développe une situation insensée qui est déjà l'horreur. ou Tziganes yougoslaves entre autres), qui s'y entendent parfaitement - on l'a constaté à maintes reprises - pour toucher des allocations familiales pour de multiples enfants qui n'ont jamais vu le jour ... ". Le journal poursuit en brodant sur le cas d'un Dahoméen qui vivait indûment d'allocations de chômage cumulées. Encore un exemple de "la turpitude noire ", de quoi avoir peur pour le "réduit blanc ", comme diraient les lecteurs qui écrivent à "Rivarol" (12 septembre 1974). • Un autre Dahoméen, militant à l'Association des étudiants dahoméens en France (A.E.D.), a reçu, lui, directement par poste, une lettre datée du 13 août : Des Parisiens, que vous montrez tout occupés à leurs affaires quotidiennes dans une période où la vie matérielle était difficile, seul Paul semble savoir ce qui se passe. La police elle-même savait-elle à quoi mèneraient les ordres qu'elle exécu tait? M.M. : Je dirais qu'à la limite, peu importe que l'on sache ou non, que l'on connaisse ou non l'Issue tragique de cette rafle. De toute façon, il ne fallait pas commencer. J'ai été fasciné par le comportement des gens, par celui des policiers, par leur irresponsabilité d'homme. Il y a des ordres qu'il est aberrant d'exécuter. L'attitude de la police fran· çaise a·t-elle été l'inconscience ou la mauvaise foi totale? Elle avait organisé l'horreur. convoquant même la Croix· Rouge avant la rafle, pour la faire "dans les meilleures conditions.. Et puis elle a entassé les familles au Vel'd'Hiv' dans les conditions que l'on sait... Mais pen· dant toute la journée du 16 juillet 1942, les policiers avaient reçu l'Instruction de se montrer courtois, " rassurants •. Il fallait que les choses se passent dans le calme. - Ici et là, vous avez montré les gestes humanitaires de certains Parisiens, de certains poliCiers même qui ont fermé les yeux, mais dans l'ensemble, le calme n'a pas été troublé. Comment l'expliquez-vous? M.M. : Je n'ai pas cherché à doser dans mon film. Il y a eu des gestes de résis· tance et de commisération, mais la ma· jorité des gens n'ont pas surmonté la cQntradiction entre leur vie quotidienne et l'événement exceptionnel. Il leur fallait banaliser le cauchemar et je ne veux pas les juger, je veux condamner ce qui a permis cela. La ville tout entière était devenue folle. Les autobus, par exemple, ces véhicules au parcours codifié, ont mené ce jour-là une 'ronde infernale, chargeant des gens - les juifs - sans destination connue. Comme dans le délire schizophrène, les objets s'éloignaient et perdaient leurs fonctions. Si Paul n'arrive pas à convaincre Jeanla ne, c'est qu'elle ne peut pas imaginer l'horreur. Toute la journée, elle cherche 1 " Cher Monsieur, Nous sommes au courant de vos activités subversives. Quand on se dit révolutionna/ re, on reste chez soi. Vous serez purement et simplement supprimé avant la fin d'août. Signé : Le Bourreau. P.S. : Ne commettez pas l'erreur de vous cacher chez des parents ou des amis, vous ne ferez qu'entraîner les autres dans votre tombe. Le Bourreau .• • Victime d'une aventure en apparence plus «anodine., Sally n'Dongo, président de l'Union générale des travailleurs sénégalais en France et membre du bureau national du M.RAP., a été agressé à Paris, le 10 septembre : simpiement à renouer avec sa vie qtJ" ~' · dienne dont elle voit tous les éléments sa famille, son travail, s'éloigner d'ell~ comme dans un rêve horrible. - Peut-on parler de résignation de la part des juifs? Certains, comme la famille du rabbin chez qui Jeanne va chercher refuge, avaient préparé leurs valises. Jeanne, ellemême, se résout difficilement à découdre son étoile jaune ... M.M_ : Je fais allusion dans le film aux mouvements de résistance juive qui ont existé. Mais il faut se rappeler que les juifs visés par la rafle étaient des juifs étrangers, des immigrés qui avaient connu la terreur ailleurs et vivaient en France Michel Mitrani. dans un refuge précaire. C'était aussi, surtout dans le quartier Saint-Paul. des gens modestes, artisans, petits commerçants, ouvriers qui n'avaient pas réellement la possibilité de fuir. Certains, comsept oeufs se sont écrasés sur et autour de ,lui ! Se réfugiant dans sa voiture, il est suivi alors !l'ar une Dyane de couleur claire, immatriculée 303 NH 95, qui porte en placard sur sa vitre arrière : "Le pétrole des Arabes d'olt baisser de 50 %, sinon boycott total." La simultanéité des deux faits est pour le moins troublante. • Un nouvel attentat antl-algérlen a été commis à Marseille contre les locaux d'Air-Algérie. Les autres courent toujours ... • Dans ,la série des actes et propos racistes, on peut lire que les gardiens de la paix ont refusé de porter assis- DROIT 'ET L1BERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 me cette famille religieuse, ont transcendé ces conditions difficiles en s'en remettant à la volonté de Dieu. C'est une attitude religieuse qui a sa dignité. Jeanne, tout au ,long de cette journée, se rend compte de tout ce qui l'a faite différente des autres, de Paul en particulier, et elle pressent aussi qu'elle ne peut plus vivre que dans sa différence, de la façon dont on a codifié son existence. On a vu dans sa réticence à se délivrer de l'étoile jaune un comportement fétichiste. Cela peut être pris en considération, mais seulement après ces données historiques. On ne peut pas mettre l'histoire de côté. - C'est ce qui différencie ft Les guichets du Louvre» de films comme " Lacombe Lucien», ou «Portier de nuit » ... M.M. : Sans doute. Pourquoi avoir utilisé le nazisme pour explorer les rapports entre victimes et bourreaux? Il Y a là une espèce de tromperie. - Avez-vous le sentiment que des faits similaires à ceux que vous dénoncez dans votre film pourraient se reproduire aujourd'hui? M.M. : Je pense que le drame juif a atteint sous l'hitlérisme le sommet de l'horreur. Mais il y a une permanence du racisme dans la vie quotidienne. La haine raciste, on la lit dans un compartiment de chemin de fer quand un ouvrier algérien vient s'y asseoir. On la voit dans le regard des gens, dans cette Simple complicité qu'ils recherchent aussitôt entre eux, Français. J'ai choisi volontairement des enfants d'immigrés portu, gais pour flgurer les enfants juifs de 1942, car c'est pour moi une évidence, leurs visages, ,leurs expressions -doivent se ressembler, au-delà des différences. J'ai fait résolument un film inscrit dans la tradition du cinéma français , destiné à être vu largemènt, dans des salles ," à grand publiC '. J'ai un peu négligé là l'avant-garde cinématographique, mais j'ai le sentiment d'avoir fait un film qui re· joint la modernité. 'C'était mon objectll , Véronique BOUDIER-LECAT tance à un réfugié politique espagnol victime d'une crise cardiaque, à Paris, le 30 août (voir "Le Canard enchaîné. du 18 septembre 1974) . Citons 'aussi ces cadres de l'armée, dont ont eu à se plaindre, pour propos racistes, les appelés antillais encasernés à Draguignan .. Regrettons par ailleurs que des habitants de la, cité «Amélie 2. de Wittelsheim (Haut-Rhin) s'opposent depuis le n'lois d"août à l'implantation d'un foyer pour 36 célibataires immigrés, au nom du calme et de la sécurité des: familles. Un Intéressant débat, qui II: donné la parole aux antiracistes. a ce-pendant été publié à cette occasion par le journal "l'Alsace ". 2.1 dunkerque L'antiracisme a été le plus fort Moussa Oirié en famille , Deux hôteliers de Dunkerque avaient refusé une chambre à un originaire de Djibouti et à sa femme. Ils ont été récemment condamnés tous les deux à la suite d'une plainte du M.R.A.P. (1). MaÎtre René Blum, qui a plaidé l'affaire, tire les enseIgnements de ce procès encourageant: du commissariat de police à la cour d appel, en passant par le cabinet du juge d'instruction, l'antiracisme a été le plus fort. Moussa Dirié s'était rendu à Dun· kerque avec son épouse enceinte de trois mois à l'occasion du mariage d'un des amis de ce couple. Il faisait une pluie battante. Moussa et sa jeune femme (qui est blanche), fatigués du voyage, se rendent à l'Hôtel des Flandres pour y louer une chambre pour la nuit. Il leur est répondu que l'hôtel est complet. Au moment où Moussa Dirié et son épouse vont se retirer, arrivent trois jeunes Anglais à qui l'hôtelier accepte de louer deux chambres. Moussa Dirié demande des explications, qui lui sont refusées. Finalement la police est appelée, et il s'avère que, contrairement aux indications de l'hôtelier, les jeunes Anglais n'avaient pas retenu de chambre. Bien plus, l'instruction à laquelle il sera ultérieurement procédé permet d'établir que l'hôtelier avait demandé aux AnglaiS d'affirmer qu'ils avaient - contrairement à la réalité - loué les fameuses chambres. .pour ces faits le tribunal de Dunkerque devait condamner l'hôtelier, le 8 mars 1974. Mais il rendait un jugement d'acquittement en faveur d'un deuxième hôtelier, lui propriétaire de l'Hôtel Lunik. Dans cet hôtel , où les ,Dirié tentèrent leur chance après leur mésaventure à l'Hôtel des Flandres, la réceptionniste accueillit fort bien Mme Dirié, qui s'était présentée seule. Mais quand elle s'aperçut que son mari, puis les amis du couple étaient noirs, elle déclara qu'aucune chambre n'était libre. Pour expliquer son refus, le directeur de l'Hôtel Lunick donna trois versions, dont chacune était fausse et, au surplus, contradictoire avec les deux autres. Il déclara tout d'abord à la police que la chambre a.vait été ,refusée parce que c'était le jour de fermeture de l'hôtel. Cela était faux, et comme il était facile de le prouver, l'hôtelier changea de version. 22 Entendu deux ou trois mois après devant le juge d'instruction, il 'déclara que c'était un scandale fait par Moussa Dirié, ensuite que la réceptionniste avait pris peur. C'était tout aussi faux, la dispute étant la conséquence et la suite du refus et non sa cause. Ultérieurement, devant la faiblesse de cette pseudo-explication, l'hôtelier déclara que la réceptionniste, voyant arriver une Blanche et deux Noirs - ce qui encore était inexact - avait cru être en présence d'une prostituée qui venait faire une «passe. dans son hôtel... Néanmoins, le tribunal de Dunkerque acquitta le tenancier de cet hôtel, en donnant pour motif d'abord que la réceptionniste était une jeune femme de peu d'expérience - elle avait, en fait, 28 ans - et qu'elle avait pu commettre une erreur qui n'était pas intentionnelle de fa.çon évidente. Conscience professionnelle C'est de cette partie du jugement du tribunal de Dunkerque - il n'y avait qu'un seul jugement pour les deux hôteliers - que le M.R.A.P. décida d'interjeter appel. La cour d'appel de Douai, par un arrêt du 25 juin 1974, a infirmé le jugement du tribunal de Dunkerque sur ce point et condamné les deux hôteliers. Ce procès se termine donc par un succès complet pour les antiracistes. Il est, au surplus, riche d'enseignements. Il convient tout d'abord de noter l'attitude extrêmement énergique du commissaire de police de Dunkerque, qui diligenta son enquête Immédiatement et fit téléphoner au deuxième hôtelier, recueillant la première version de celui-ci d'après laquelle la chambre avait été refusée parce que l'hôtel était fermé ce jour-là. Promptitude qui permit d'obtenir une version naïve et insoutenable. Le juge d'instruction prit également l'affaire à coeur, puisqu'il obtint deux versions différentes de l'hôtelier. Bien plus, à l'occasion des faits qui s'étaient produits à l'Hôtel des Flandres, if fit entendre en Grande-Bretagne les trois Anglais, et obtint d'eux la déclaration que l'hôtelier leur avait demandé de déclarer faussement qu'ils avaient loué les chambres. Cette déclaration était évidemment essentielle. Or, pour le juge d'instruction, c'était faire montre d'une conscience professionnelle extrême, car sur un plan pénal, l'affaire, compte tenu de celles que l'on trouve dans un cabinet d'instruction, n'était certainement pas la plus grave de celles qu'il instruisait. Au niveau de la police et de l'instruction on trouve donc une conscience, un dési'r d'approfondir les choses extrêmement encourageant. De même dans cette espèce, les tribunaux ont appliqué la loi sans défaillir. On pourrait craindre, les magistT'3ts étant des hommes comme les autres, que les préjugés de certains ne distordent leur version des choses et que, d'extrême bonne foi, ils n'aient eu dans cette espèce une vision étriquée des faits. C'est que les hôteliers se présentaient fort bien. Assez âgés, très respectables, jamais condamnés, ils présentaient l'un et l'autre des livres d'or portant la signature d'Africains ou d'Asiatiques et montrant qu'ils recevaient certainement des hommes de couleur à l'occasion. (En fait, il s'agissait de clients envoyés parmi des groupes, par des agences de voyage, qui, elles, ne faisaient pas de discriminations, et qu'ils ne pouvaient pratiquement pas refuser.) Mais la cour de Douai ne s'est pas laissé abuser par ces apparences et a appliqué strictement la loi antiraciste de juillet 1972. Après le succès obtenu récemment contre « Ordre Nouveau » devant la cour d'appel de Paris, voilà qui est encourageant. René BLUM, avocat à la cour. 1) Voir « Droit et liberté ", nO' 328 et 331. INNOCENTS AMALGAMES Un Boeing s'écrase au large de Corfou, un commando japonais retient des otages à la Haye, une grenade explose au drugstore Saint-Germain-des-Prés à Paris : le mot « palestinien " est aussi tôt prononcé {comme l'expression «tueurs arabes" est utilisée par certains, à propos de tout fait de délinquance). Et puis on s'aperçoit que la catastrophe de Corfou est un accident, que les • sources sûres" qui attribuaient l'attentat du drugstore à une organisation palestinienne demeurent inconnues à ce jour. Mais l'amalgame reste. D'autant plus quand le terrorisme injustifiable d'une «Armée Rouge. japonaise vient à point pour entretenir le malentendu, tout en prétendant servir la cause du peuple arabe. Répondant à ces tentatives de discrédit, M. Vasser Arafat, préSident de l'Organisation de Libération de la Palestine, a luimême condamné dernièrement toutes les formes de terrorisme et l 'O.L.P. s'est élevée cO{ltre une telle campagne, intervenant précisément à la veille de l'examen par l'Assemblée générale de l'O.N.U. de la question palestinienne. Un musée à Besançon D'inestimables documents originaux ont été rassemblés au Musée de la Résistance et de la Déportation de Franche-Comté inauguré en septembre à Besançon. DROIT ET LlBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 "EUROPEElS" CONTRE "ALLOGENES" Des centaines d'affiches, d'un racisme tout à fait avoué, ont été placardées sur les murs d'Annecy en septembre. Réalisées avec des moyens assez importants, ces affiches (d'un mètre sur cinquante centimètres) portent, en lettres noires sur fond jaune, une invite à chaque catégorie de la population à s'unir contre l'immigration. Les arguments sont tirés de la panoplie claSSique du raciste militant. Vous, travailleurs, qui en avez .. assez que des allogènes viennent vous prendre votre travail, par l'acceptation de salaires misérables, en vivant comme des bêtes,,; vous, femmes, .. qui devez supporter sans cesse des assauts déshonorants" ; vous. commerçants , « q.i êtes la. de veiller sur votl'e tlroir·caisse et votre fonds de commerce»; et vous aussi les. jeunes, il ne faut pas «se laisser paralyser par l'accusat~on de raclsme-. Adhérez, pour vous défendre, au "Comité d'action européenne boite postale 157.75.523 Paris Cedex ». Cette action concertée - qui n'a rien à voir avec un geste d'humeur individuel - coïncidait avec le passage sur les bords du lac d'Annecy du secrétaire d'Etat à l 'immigration, M. Paul Dijoud. Le M.R.A.P. a déposé une plainte contre ces actifs «Européens". Quelques jours avant, il était informé que la même « Action européenne" faisait circuler une pétition «pour la réconciliation franco-allemande" : M. Giscard d'Estaing y est prié de proposer au gouvernement aHemand l'abandon du projet de ratification de la convention sur le châtiment des criminels de guerre, et de faire transférer les cendres de Pétain à Douaumont. DONT ACTE M. Pierre Villon, député communiste de l'Allier, avait demandé au Garde des Sc,eaux s'il n'estimait pas deVOir Interdire la diffus ion en France du périodique nazi • Signal ", réédité par une maison d'édition belge ( Droit et tiberté " septembre 1974). M. Lecanuet a répondu qu'il y avait prescription pour les deux premiers tomes déjà diffusés. «II va de soi, a-t-il cependant précisé, que si le troisième tome annoncé par l'éditeur venait à être mis en vente en France, li ne manquerait pas de faire l'objet d'un examen minutieux dans le cadre des dispositions légales réprimant l'apologie de la collaboration ou celles des crimes de guerre, ou encore la proplIgande raciste ... Le Garde des Sceaux a, par aiHeurs, rappelé qu'il n'avait pas le pouvoir d'interdire la diffusion d'une publication. La question sera donc à reposer au ministre de l'Intérieur qui, lui, possède le pouvoir d'interdire les publications étrangères ... Ses prédé· cesseurs s'en sont rarement privés dans le cas de publications « subversives». 23 GIDES TROUBLES Quelques bonnes émissions ont marqué à o(a télévision et à la radio, le 30· anniversaire de la Libération. Pourquoi faut-il qu'aussitôt après, plusieurs Initiatives malheureuses (ou pire, délibérément provocatrlc:es) viennent jeter le doute sur les Intentions des programmateurs de l'O.R.T.f.? Il Y a eu cette évocation de la libération de Toulouse, dont la Résistance unanime a demandé (vainement) la suppression, en raison de son manque d'objectivité. Voici, maintenant, le feuilleton consacré à l'. Orchestre rouge •. L'auteur ouest-allemand de ~ette coproduction franco-Itallenne réalisée par une firme ouest-allemande s'Inspirant d'un. rapport • tiré d'archives nazies, donne une version scandaleuse de la lutte menée par le réseau de Résistance ainsi nommé. Il Insulte bassement l'honneur des combattants antinazis et présente la Gestapo sous le jour le plus favorable. On comprend que l'Association nationale des anciens combattants de la Résistance et la Fédération nationale des déportés et Internés résistants et patriotes aient vivement protesté. la seule mesure prise a été de ne pas projeter le septième épisode _ que l'on n'ose pas même montrer, tant 1\ contredit la vérité historique - et de faire suivre d'un débat la projection du sixième. .•* Oe nombreux correspondants nous signalent des propos tendant à susciter le racisme antl-arabe dans les commentaires consacrés, par les différentes stations de radio, au problème du pétrole. A noter également un • psycho·drame • de Philippe Bouvard dont le • héros • jouait le rôle d'un Arabe voleur, particulièrement répugnant. Ou encore une chronique économique matinale exaltant J'Afrique du Sud raciste et affirmant que les Noirs de ce pays ont • le niveau mental d'enfants de six ans •... Est-il, d'autre part, normal que sur une chaîne nationale, lorsqu'on parle du président de la commission d'organisation du match Foreman-Clay, au Zaïre, on l'appelle Ironiquement • le citoyen Bula Mandungu .? Votre Mariage c'est PRONUPTIA la maison du bonheur DE PARIS 18 rue du Faubourg-Montmartre, Paris ge tél. 770.23.79 Principales villes de France et de l'étranger 300 modèles de 225 à 2500 F 24 AU PODIUM Les Sherpas de l'Everest AU PILORI Les confidences d'un employeur OOC~, .non!.I!I çop~~Ç! , ~m tSS, !Id SEIIUIUEII, _ PAIIIS CEDEX t. ~...--.-Tti. 202 ....... • ~eol.tre du Commerce Parts 5481155 Chef de la dernière expédition française à l'Everest, Gérard Devouassoux s'est tué pendant l'escalade. La sympathie des Français est allée naturellement au jeune pionnier. On a peu parlé des cinq sherpas enfouis avec lui sous la glace. Pourtant les grandes premières en montagne, et particulièrement à l'Everest, ne peuvent se faire sans une véritable année de porteurs. L'expédition Devouassoux n'en avait pas engagé moins de 560 pour transporter les treize tonnes de matériels nécessaires. Sept camps devaient être aménagés dans la neige et la glace, jusqu'au sommet. Aux dangers du froid et du soleil s'ajoutait le manque d'oxygène en altitude dont souffraient autant les sherpas que les alpinistes. chamoniards... Mais combien de fols a-t-on vu flotter le drapeau sherpa au sommet de l'Himalaya? le • Canard Enchaîné • du 18 septembre dernier a publié cette lettre très confidentielle adressée à un médecin par l'entreprise • M. et R. Dekytspotten et Fils, approvisionneurs de navires -. « Monsieur, Notre attention est retenue par les fréquentes absences de M. X ... Nous recevons aujourd'hui un nouvel avis d'arrêt de travail que vous avez signé le 14 août 1974 en tant que médecin traitant,. 'Nous serions Intéressés de connaître les motifs qui ont pu justifier ce nouvel arrêt et qui ne sont pas précisés, Nous connaissons M. X... comme étant un sujet nourricier. plus enclin à bénéficier des lois sociales françaises que de travailler pour honorer le contrat de travail qu~ nous Ile et qui doit expirer d'ailleurs prochainement. SI nous ne recevions pas une réponse satisfaisante pouvant justifier ses absences, nous serions obligés de renoncer à renouveler son contrat de travail. C'est pourquoi nous attachons une Impo{tance toute particulière à la réponse que vous voudrez bien nous faire en toute confidence. Nous vous prions, etc. · Nous serions intéressés, comme dirait le signataire, de connaître ce que peuvent valoir de tels écrits devant la loi antiraciste ... ... Maxime LE FORESTIER, pourquoi chanterez-vous au gala du M.R.A.P. ? • J E reçois tous les jours des demandes de galas de soutien, plus qu'II ne m'est possible d'en accepter, Mon premier réflexe est de dire « ah encore! » Aprè~ je regarde de plus près qu'ell~ est 1 organisation qui me sollicite ce qu'elle représente, quels sont 'ses buts et pourquoi cette demande. ., Pour le M,!1...A.P., Il s'est trouvé que 1 étals libre a ce moment-là et que vf!tre m.0uvement et son combat m'Interessaient. Je me tiens au courant de l'actualité, je lis toute la presse et je cc;mnuls lu Il,Ifte du M,R,A.P. Le racisme est Un lIéal1 sournoIs. Peu de gens s'avouent racistes. Peu de pay!! au,ssl. Même l'Afrique du Sud, 'lui a m~tltutlonnalisé l'apartheid, nie etre raçiste, Je pense que le racisme ~st es~entlel!ement un produit de 1 éducatIOn, L homme ne naît pas raciste; tout comme l'animal, Il a un territoire, mals l'homme cherche à étendre ce territoire, de là aussi part le racisme. Dans notre pays, il est officiellement Institutionnalisé : on Importe de la main-d'oeuvre pour des raisons économiques, ce qui est une forme moderne d'esclavage. Nous avons bien une po/lce composée, pour un grand nombre, de décorés pour • maintien do l'ordre en Alg~rlft ,. 1 Par contre, Jans le spectacle, nous ne sommes pas tellement concernés, car nous sommes des cosmopolites, des gens en marge. Je pense que dans ce milieu, le racisme existe moIns qu'ailleurs. Prenez Moustakl : Juif grec, né au CaIre; Regglanl, Itaflen venu travailler en France; Léo Ferré, Italien monégasque, chante en France. Et tant d'autres. Ils parlent tous quatre ou cinq langues; Ils ont des r«ç/nes partQut. On ne peut pas avoir de préjugés contre Ella Fitzgerald ou Charlie Mlngus! Pourtant ces artistes noirs parmi 7esquels on trouve les plus g~ands musiciens de jazz, ont souffelt du raelsme, surtout dans le début du siècle. Dans son livre de mémoires 8/~/!e Holliday raconte comment, pre: mlere chanteuse noire dans un or· chestre blanc, elle devait subir main· te~ Insultes, notamment elle ne pouVB..' t pas descendre dans le même hotel que ses musiciens! Aujourd'hui encore, les artistes sont confrontés au racisme en dehors de leur profession

Moustaki a un Impressarlo

arabe qui s'est vu refusé l'entrée dans certains pays. Actuellement, une chanteuse noire comme Myriam Makéba lutte vraiment contre le racisme. Pour ma part, mon combat est sur· t0u.t auprès des antimilitaristes. Je prepare en ce moment une tournée militante avec eux. Propos recueillis par Katia LAURENT. 27 NOVEMBRE 1I1111111111111111111UIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIJlJllllllllllllllllllllllllllIf Né dans une famille où la musIque a toujours tenu une très grande place, Maxime Le Forestier compose, à dix-sept ans, la chanson « Ballade pour un Prêtre a, e~reglstrée par Serge Regglani. C est pour lui l'entrée des artistes. Premier 45 tours, en 1971, avec « Mon Père • et « l'Education Sentimentale -. Depuis, il a enregistré chez Polidor trois 30 cm, dont son passage à l'Olympia en direct. Tous ses disques seront en vente au Gala. IIIIIIIIJlJJlJIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIJJlIIIIIIIIIIIIIII MUTUAun GALA DU 2Se ANNIVERSAIRE avec FORESTIER LABEJOF MAXIME LE YVAN LE et THEATRE KODIA (Ballets africains) Prenez dès maintenant vos billets la place: 10 F M_R.A.P., 120, rue Saint-Denis, 75002 Paris C.C.P. 14825-85 (joindre une enveloppe timbrée) DROIT ET LlBERTt - N° 333 - OCTOBRE 1974 . , cInema L'HISTOIRE D'UN BRETON REBELLE « La folle de Toujane ou comment on devient. un ennemi de l'intérieur )) de René Vautier et Nicole Le Garree Voilà un beau film, généreux et grave où Vautier a visiblement mis toute sa hargne de «Breton sous-développé», toute sa haine du racisme, tout son malaise de vivre, toute sa volonté de dénoncer l'exploitation colonialiste... C'est d'ailleurs un peu trop, car cela fait parfois film. «fourretout », mais ce n'est pas grave, eu égard au courage et à la qualité de cette oeuvre. C'est l'histoire de Roger et de Gwenn, ils se plaisent mais se séparent dès le début du film: il ne voulait pas quitter sa Bretagne pauvre, exploitée, saccagée par les touristes; elle, Bretonne aussi mais «réaliste » et ambitieuse, deviendra speakerine à Paris... Roger acceptera alors un poste d'instituteur au fin fond de la Tunisie, à Toujane. Il y découvrira les «bienfaits» de la civilisation française, la «justification » de son travail - ses élèves doivent apprendre saint Louis et leurs ancêtres, les Gaulois! » -, le «bien-fondé» de la présence armée française. Précisons que le film se déroule de 1952 à 1963, durant les luttes pour l'indépendance, en Afrique du Nord. Roger comprendra peu à peu et sa prise de conscience l'amènera alors en Algérie - après cinq ans à Toujane - où il s'engagera à côté des fellaghas. Dès la proclamation de l'indépendance, il reviendra dans sa Bretagne, plus meurtrie et spoliée que jamais; il en mourra ... Roger, c'est Gilles Servat, chanteur bien connu et ici acteur convaincant. L'anecdote est finalement peu importante, vous comprendrez en allant voir ce film que le désir des réalisateurs était ailleurs: ils dénoncent avec force et justesse le racisme, l'exploitation brutale des pays colonisés, la déculturation des peuples d'Afrique du Nord. Mais ils y font, à mon avis, une erreur importante, celle d'assimiler tout cela à la lutte des minorités françaises, et en particulier à celle des Bretons. Bien sûr, les Bretons, les Occitans, les Corses, etc. sont déculturés, spoliés de leurs terres (le Larzac est dans tous les esprits), sous-développés, obligés de se déraciner pour aller chercher du travail ailleurs. Mais en toute objectivité. peut-on faire l'amalgame de ces graves problèmes avec le massacre de Sakiet, les tortures pratiquées dans les guerres coloniales, les exactions de l'O.A.S., les déportations par villages entiers durant le déchirant conflit franco-algérien, la négation de la culture arabe à cette même période, les sinistres ratonnades, le racisme anti-arabe actuels ? ... Je crois que c'est presque faire injure aux martyrs de ces temps douloureux - telle Sovalah, torturée pendant trois jours par l'armée française, et rendue folle (d'où le titre du film) par le meurtre de ses enfants - que de sauter le pas ainsi... Appréciation toute personnelle, j'en conviens, parce que ricn de ce qui touche à l'Afrique du Nord, à ses luttes, à ses souffrances ne m'est étranger, parce que d'origine occitane et donc «minoritaire» aussi, je n'arrive pas à assimiler l'oubli culturel et économique Ù.; cel régions - si grave soit-il - aux effroyables souffrances et tyrannie qu'ont subies les Arabes ... Cela n'enlève rien à la juste et profonde indignation des réalisateurs, aussi tous nos amis se doivent d'aller voir cette oeuvre honnête et vibrante. Marie·France ANTOK. Marco Millions à la Gaité Montparnasse 26 A travers l'aventure de Marco Polo, Eugène O'Neili met à nu les ressorts de ce qu'on appelle, quelque fois, la « mission civilisatrice " de J'Occident_ Ouvrant la voie à Brecht (qui le reconnut pour l'un de ses maîtres) ses personnages se définissent par leur fonction sociale; et les relations entre eux reproduisent les rouages de notre société_ Théâtre de démystification, donc, qui passe au crible les idées r~ 'tues et radiographie sans pitié les com· portements, les moeurs, les sentiments, "ans les déparer du mouvement de l'Histoire_ Marco Polo et ses compagnons se lancent hardiment à la découverte du monde. Ce qu'ils cherchent, ce n'est pas l'enrichissement des connaissances de leur temps, mais comment gagner des millions. Sûrs de leur supériorité dans tous les domaines, convaincus de détenir la seule sagesse et la vraie foi, ils proclament que « les Mahométans sont fous », que les Asiatiques n'ont pas d'âmes. Des civilisations qu'ils rencon· trent, ils ne retiennent que ce qui peut servir à s'introduire et à faire des affaires. Sans doute, le spectacle se ressent·il de la faiblesse des moyens dont dispose la Comédie de La Rochelle, qui inter· prète la pièce. De la distribution se détache nettement par sa stature d'homo me et de comédien Bachir Touré, dans le rôle de Koubilaï Khan. Au temps de la décolonisation, cette oeuvre de 1925 trouve des ressources nouvelles, qui devraient lui valoir les applaudissements d'un nombreux pu· blic. L.M. ". 1 livres DES NUAGES BLANCS DE Catherine Ammar les lecteurs de Droit et Liberté connaissent surtout l'avocat qui depuis des années accorde au M.R.A.P. son sage et précieux concours, la résistante qui a gardé dans sa chair et dans son âme la blessure de, la d,épo!tation, dont elle ne parle guere, 1 amIe dont les survivants des camps de la mort, ses camarades ont éprouvé la fidélité. ' . Not~e ~m~e est ~ussi un élégant et sen. sIble ecnvam qUI compte six livres à son actif: un document·vérité, un re. cueil de droit financier, des souvenirs de Cour d'assises et de résistance, un roman: Ces roses d'un jour dont elle publie aujourd'hui la suite: Des nuages blancs (1). Ce nouvel ouvrage se déroule en cette ~nnée 68 qui revêt pour beaucoup de Jeunes la valeur d'année symbole. C'est qu'ils n'ont vécu ni 1914, ni 1936, ni 1944. Peut-on leur en faire grief? P~ur Catherine Ammar, pour l'avocate Momque de ses Nuages blancs, ces mois ~e la contestation gardent une extrême Importance. Et nous nous attachons dès les premières pages à l'étudiant Eric qui se je~tera dans la bagarre, prendra comme defenseur Marc, le mari de Monique, un sage et loyal compagnon. Eric va mourir d'un coup de caméra au crâne durant une manifestation. Et sa .i~une om~re continuera de peupler la VIe du menage, de tout le prestige de son sacrifice, de sa jeunesse révolutionnaire. Mais les personnages de Catherine Ammar sont nuancés, compréhensifs. Si tout est dramatique à l'extérieur, les tempêtes s'apaisent au foyer . . Le roman prend, après 68, l'allure d'une conversation entre gens de bonne compagnie: dialogue entre les deux amies qui se sont retrouvées, Monique e~ Christiane, apparition du peintre PIerre, voyage à New York où Monique et Christiane le rencontrent, tableau fort savoureux des multiples visages de cette capitale internationale, visite de Washington et de Miami. Puis retour de Monique à Paris qui laisse à leurs amours son amie et Pierre. La voici donc notre héroïne, qui pourrdt bien avoir quelque parenté avec l'auteur, seule avec ses pensées, avec le souvenir d'Eric, avec l'image de Marc. Il apparaît à Orly, pareil à lui-même incarnant le bonheur solide, celui dl' la maturité qui commence: «Le soleÏJ de Paris luit sur la route, accompagné de fJ.uelques nuées, de légers nuages emplIS de lumière, de jolis nuages blancs. » Que la lecture de cette oeuvre aimable fluide, une oeuvre composée sur le mod~ mineur qui laisse deviner chez l'auteur d'autres ouragans, me donne l'occasion d'exprimer à Catherine Ammar, à la romancière, à la militante du M.R.A.P., à l'ancienne déportée, mon respect et mon amitié. Pierre PARAF. (1) Catherine Ammar : Des nuages blancs (Editions Dumas). PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIOUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9') GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St·Lazare (MO Saint-Lazare _ Trinité) (6·) RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (Mo Sèvres _ Babylone) (10") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (Mo Château-d'Eau)


MagaSins ouverts tous les lundis _______ _

DROIT ET LlBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 ~ULTU~E __________ __ • Dans .. Malher _, K6n Russel met en relief l'origine juive du célèbre compositeur et lt'lfluence de l'antisémitisme sur sa carrière et son oeuvre. Le petit monde familial fait l'objet d'une pochade un peu outrée. mais pas méchante. La scène de sa conver. sion aU catholicisme. présentée sous une forme symbolique, est l'un des meilleurs moments de ce film intéressant. • La réédition de ct L'Ecole des cadavres JI, de Céline, livre anti. sémite et favorable à Hitler, serait prévue pour novembre 1974. • Le Cercle du nouveau livre a annoncé la parution d'une • lils • toire du cinéma nazi ". On croit river en lisant le prospectus pu. blicitalre : • Pour être nazi ce n'en était pas moins du ciném'a, et quelquefois... du bon cinéma ( •.• ) N'est-il pas temps - enfin - de peqser que l'ART n'avait rien à voir avec le NAZISME, etc. JO • On peut maintenant trouver dans tous les magasins de jouets, de petites figurines type .. soldats de plomb" à J'effigie de Hitler. Uni. forme vert, croix de fer, croix gammée au bras, petite moustache et salut nazi. tout y est, y compris l'appellation génériqde « Führer JI sur le socle. Vendu au prix de 5 F environ, la figurine complète la galerie de pero sonnages historiques d'une série dite • éducative JO. • L'évêque de Wooluich aux Etats-Unis a publié une Bible en quatre volumes... de bandes des. slnées. Deux autres volumes doi. vent Imager le Nouveau Testament . • Alexandre Petrovitch, l'auteur yougoslave de "J'al même rencon. tré des Tziganes heureux,., a réaIl.. un film sur le ghetto de Varaovie d'après le livre de Martin Gray. • Le S.I.T.I. (Service Interdlocé. sain des travailleurs immigrés, 8, rue de fa Ville-l'Evêque à Paris) a lancé «Le CoulTler des Immigrés ". buUetln ronéoté qui tend à itre r6digé le plus pOSSible par eux. mimes. 27 vie du m.r.a.p. Pour Il Droit et liberté Il () UELQUES amis,- trop peu nombreu" - ont , répondu à notre appel du mols dernier en versant à la souscription ouverte pour u..Droit et Liberté )J. Il est vrai que peu d& temps s'est écoulé entre l'arrlvée du numéro de septembre ~ Jes abonnés et le ft bouclage ... de celui-ci. Ce nrest dore qu'un début : e~rons que les JôUrs, les septaines qUl viennent amplifieront ce soutiel1 indispensable. Car la souscription doit se poursuivre; elle devra même continuer après l'augmentation. de nos tarifs de vente et d'abonQement, que J,nus retardons encore d'un mois, mais qui s'avère inévitable. /( Drmt et liberté .. ne peut échapper à la hausse qui affecte toute la presse •.. Et (a faiblesse de ses moyens suppose un complément d'aide volontaire pendaf!t une période prolongée. CRIRE AUTOUR DE SOI, C'EST EMPECHER, DANS L'IMMEDIAT, QUE LE M.R.A.P. NE SOIT DESARME. Mais il faut aussi, bien sûr, consolider l'assise de notre revue en augmentant sa diffusion. Organiser la vente individuelle et collective. recueillir des abonnement$, faire de la publicité, recherclter des annonceurs -- ces tâches $01\1. urgentes pour nos militants et nos eomités. La bataille de « Droit et liberté .. a commencé. Elle sera victorieuse. e face à ces difficultés, qui mettent en cause la liberté de -la presse elle-même, se mobiliser pour ft Droit et Liberté .. est un aspect majeur d& la lutte contre le raeisme. SOUSCRIRE. FAIRE SOUSPOUR LES SEULES JOURNEES DES 18 ET 19 SEPTEMBRE, « DROIT ET UBERTE .. A REÇU LA SOMME DE 667,45 F GRACE AUX DONS DE Mmes GILBERTE GOLDSZTEIN (50 F), ANNIE CAR MUS (50 Fl, M. YVES LECOUR (100 Fl, Mme MARIE-FRANCE ANTOK (30 f), Mme Vve J.-R. BLOCH (30 Pl. Mme CLAIRE DUMONT (200 F), Mme HELEN! GODEAU (2Q F), M. PIERRE DESSMANT (50 P), M. R. SCHWINGER (11.45 F). M. P. GOMEZ {i00 Fl , .Me F. HERMANTIN (70 Fl, Mme MORGENSTEtN (20 F), M. ALEXANDRE WOLK (30 fI. NOTRE CARNET MARCEL ACHARD Marcel Achard, de l'Académie françil. Îse, qui vient de mourir, était membre du jury du Prix de la Fraternité, décerné chaque année par le M.R.A.P. C'est lui qui avait remis le prix à Claude Berri, pour son film «Le vi-eil homme et l'enfant ". Partageant l'émotion de tous ceux qui ont connu et aimé l'écrivain de talent, l'homme de coeur qu'était Marcel Achard, nous exprimons à ses proches, nos sincères condoléances.

Nous apprenons le décès du Docteur l. ~LElN, fidèle. adhérent parisien de notre Mouvement. Que son épouse et sa famille tmuvent ici l'expression de notre amicale sympathie.

Nous exprimons nos sincères condoléances à Mme C. de Catheu et -à sa famille, à la suite du décès subit de son mari, M. Henry de CATHEU. 28 Des visiteurs par milliers Comme chaque année, les comités du M.R.A.P. de la région parisienne ont organisé un stand à la fête annuelle de " L'Humanité », au parc paysage de La Courneuve, les 7 et 8 septembre. C'est J'occasion de faire connaître J'action du M.R.A.P. à une foule innombrable de visiteurs (un million de personnes participent à la fête) représentant des milieux sociaux et même des courants politiques très divers. L'exposition sur le 25" anniversaire du M.R.A.P., regroupant les affiches éditées par notre Mouvement depuis sa création, a· suscité un vif intérêt. Quatre cents 'exemplaires de c Droit et Liberté » de septembre, des dizaines de livres et brochures ont été vendus. Des abonnements, des adhésions ont été recueillis. Un bar et une « boutique » de vêtements ont fonctionné pendant les deux jours, permettant non seulement la couverture des frais, mais un substantiel bénéfice. JI convient de souligner /'intérêt manifesté par la foule pour la cause que nous défendons. D'autant plus que le stand mitoyen de celui du M.R.A.P. était celui des mouvements de libération d'Afrique australe. Par ailleurs, un stand de la section communiste du troisième arrondissement était consacré à une exposition sur le racisme et à la diffusion de documents et de livres antiracistes. Permanence juridique Après l'interruption des vacances, la permanence juridique fonctionne de nouveau, au siège du M.R.A.P., 120, rue Saint-Denis, Paris-2' {métro : Etienne-Marcel). Elle se tient chaque mardi de 18 à 20 heures. Quiconque a été victime de discriminations, d'i~j~res ~u ins~lt~s racistes, ainsi que les étrangers rencontrant des dlf!lcultes adminiStratives recevront à cette permanence aide et conseils. M.RA.P ______ _ • Le Conseil national du M.R.A.P_ se réunit à Paris le dimanche 6 octobre. • L'exposition sur le racisme et les immigrés réalisée. avant les vacances, par tè ecrhité du M.R.A_P. de Rouen avec plusieurs autres organisations, poursuit son périple. Après avoir été prése,ntée au Crédit Agricole de Bihorel, elle doit aller à Petit-Quevilly, SaintEtlenne- du-Rouvray. Grande Couronne et Amfreville, au cours des prochaines semaines. ' • Un débat sur le film « Etranges étrangers " a· été animé par A. Santos-Castanheira, membre du Bureau national du M.R.A_P., à la fin de la première école élémentaire de la C.G.T. en langue . portugaise. qui s'est tenue en juillet chez Renault-Billancourt. • Une chaleureuse assemblé8 a eu I(eu à Lens, au début de septembre, en l'honneur du pasteur Doucé. ·président du comité local du M.R.A.P. initiateur de multiples activités sociales et culturelles, qui doit quitter prochainement la France. , • Une assemblée des adhérents du M.RA.P. de Dijon a eu lieu le 26 septembre, sous la présidence des responsables du comité local, - Jean Job t;.t P. BrcussoUes, en présence de notre secrétàire général Albert (évy. • Un comité du M.R.A.P. a été créé à Besançon, le 27 septembre, à la suite d'une assemblée à laquelle participait Albert Lévy. Ce comité est présidé par Bernard Feil!. • Répondant à une lettre du c0- mité du M.R.A.P. de Nice, le préfet des Alpes-Maritimes précise que le Service national de la protection civile et le F.A.S. ont délégué respectivement les sommes de 60 000 F et 80 000 F pour recons- '"' trulre des abris aux habitants du bidonville de C( la Digue des français » sinistrés lors de l'incendie du 1'"' lulllet. Il annonce d'autre part la réalisation d'une cité modulaire mobile et la constnlctlon de plusieurs foyers. • Le M.R_A.P. était représenté par Alexandre Chll-Kozlowslcl, secrétaire national, à la soirée orga· nisée, le ~ septembre à Paris, par ('UJ.R.E. (Union des ju~ pour la résistance et l'entraide) et "Ami_ cale des juifs anciens résistantS', à ('occa,sion du 30- anniversaire de la Libération. Dtl JOU~I DfiOlT ET LlBERfË - N° 33~' - OCTOBRE 1974 FORMER DES MILITANTS-- D E~Ul~ quelque, temp~ déjà, les militants du M.R.A.'P., qu'ils soient Isoles ou integrés a un comité local, conscients de -l'étendue du , .mal raciste et de leur faiblesse face à ce problème complexe, reclamalent un stage de «formation de miHtants". , ~e stage a eu lieu - comme il a.vait été annoncé - les 22 et 23 juin, reunlssant 35 personnes à l'Institut national d'éducation populaire de Marlyle- Roi. C'est la première expérience de notre Mouvement dans ce domaine et il est bon aujourd'hui d'en faire part à tous. ' _Q_u'~ttendaient de ce stage, ceux qui l'on voulu, préparé, ceux qui y ont participe? Chacun voulait approfondir ses connaissances, découvrir les données ~ssentielle~ d~ phénomène « racisme ". Cela est, en effet, indispensable a tout antiraciste responsable pour une meilleure a.nalyse de l'actualité, pour disposer d'arguments sérieux dans sa vie de tous les jours, comme dans sa vie de militant actif. ,A l'unanimité, les pa.rticipants ont apprécié le lieu particulièrement agreable, propice au travail comme à la détente. Venus de régions diverses de for~ations professionnelles, philosophiques et politiques variées, chacu~ a travaillé dans une ambiance très sympathique et poursuivi, entre les cours, de multiples échanges. Tous ont reconnu la. richesse et la variété des thèmes proposés, l'excellence et la SimpliCité des exposés faits pa'r les conférenciers (1). Malgré quelques imperfections, ce stage a été un succès. On peut en juger par l'unité de vues qui s'est dégagée, sur les causes du racisme, les dangers qu'il représente pour l'humanité entière, le désir absolu de chaque I?articipant de tout mettre en oeuvre pour faire aller de l'avant le M.R.A.P. et renforcer sa lutte. On a d'ailleurs enregistré les adhésions et abonnements spontanés de ceux qui ont participé au stage à l'invitation de militants. A renouveler et à ne pas manquer! Lucky THIPHAINE. (1) « Les données actuelles du racisme ", par Me Fred i1ermantln. « Le racisme : Pourquoi? Comment? ", par le sociologue Albert Memml. « Le racisme devant la science ", par le professeur Ernest Kahane . • Bases et modalités de l'action du M.R.A.P. ", par Albert Lévy. • Racisme et antiracisme - Questions et réponses ", avec Henri Citrlnot. (2) Un prochain stage sera annoncé début novembre dans « Droit et Liberté ", avec toutes Indications Indispensables. Prenez-en note. Faites-le savoir 1 • • annzversazre IPI PRESIDENT : Pierre PARAF ; VICE·PRESIDENTS Charles PALANT. abbé Jean PIHAN. Fred HEfI MANTIN ; SECRETAIRE GENERAL : Albert LEVY. COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI , Georges AURIC, Claude AVELINE, Robert BALLANGER, Roger BASTIDE, Jean CASSOU. Aimé CESAIRE. Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON, Pierre COT, Louis DAQUIN, Hubert DESCHAMPS. Henri DESOI LLE, Maurice DRUON. Pasteur André DUMAS, Adolphe ESPIARD Henri . FAUR~, Max·Pol FOUCHET. Marcel GRO: MAIRt, André HAURIOU. Pierre JOXE, CharlesAndré JULIEN. Alfred KASTLER. Henri LAUGIER Alain LE LEAP, Michel LEIRIS, Jeanne LEVY. Théo: dore MONOD. Etienne NOUVEAU. Jean PAINLEVE. Marcel PRENANT. Alain RESNAIS. Emmanuel RO· BLES. Armand SALACROU. Jean·Paul SARTRE. Lau· rent SCHWARTZ. Jean SURET·CANALE Jacqueline THOME·PATENOTRE, VERCORS. Dr Pierre WERT· HElMER. Robert AnULY, Vincent AURIOL, Jean DALSACE Georges DUHAMEL. Yves FARGE, Francisque GAY: Jacques HADAMARD. Georges HUISMAN Jules ISAAC. Frédéric JOLlOT·CURIE, Jean LURÇAT, Léon LYON·CAEN. André MAUROIS, Darius MIL. HAUD, Amiral MUSELlER, Françoise ROSAY. Marc SANG~IER, André SPIRE, Général Paul TUBERT ChanOine Jean VIOLLET. ' Désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, J'adhère au M.R.A.P. Nom .... _.. ..." ..." ._.. . .. ...... _.. . _" .......... ". ... _.. ._ .. ._ .. . _.. ...... . Prénom ...._ ._ _ ."_ ... _.. ._ .. . _.. . _.. ._ ."_"._." ....._ .. ._ ,,._,, .. Profession " .. _.. ...... _.. ......_ .. ._ ."_ ... _." ......" . ._ .,,_,,._.. . . Adresse ...._ .. ._ ". ..... _.. ......_ .. ._ .. ...... _.. . _.. ...... _.. . _.. . _.. . . Le montant de la carte d'adhésion (à partir de 20 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME, L'ANTISEMITISME ET POUR LA PAIX (M.R.A.P.) 120, rue Saint-Denis - Paris (2") - Téléphone : 231.09.57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris 29 éducation à la fraternité Les deux voies de la lutte antiraciste IL m'arrive assez souvent de discuter de ce qu'il y a à faire pour lutter contre le racisme, avec des jeunes, dans un lycée, un collège technique, une M.J.C. On parle aussi du problème des travailleurs immigrés et de leurs familles. Une , fois ou l'autre, on m'envoie « dans les gencives » une objection fondamentale qui bloquerait toute discussion

ft A quoi bon tous vos efforts?

C'est le système qui est mauvais. Tant qu'on n'en aura pas changé, tant qu'on n'aura pas cassé la baraque, on fabriquera toujours du racisme. » Nous avons toujours pensé, au C.L. E.P.R. (et au M.R.A.P.) que c'est là une réponse trop facile, basée sur une analyse insuffisante du problème. Nous ne nions pas la part de vérité qu'elle contient, et cette part est grande. Oui, « le système - est mauvais. Oui, il « fabrique» du racisme. Oui, l'exploitation du travailleur étranger est une honte. Oui, le capitalisme est responsable de cette exploitation. Oui, le travailleur français qui est raciste à l'égard de ses camarades étrangers est lui-même une victime inconsciente du système qui l'a amené à être raciste sans l'avoir voulu. Et par conséquent, nous sommes bien d"accord : Il faut changer le système. Le problème est en grande partie un problème non seulement social, mais politique. Il faut s'engager dans la lutte politique. Mais à notre avis, ;ela ne suffit pas. Dans le même temps, et tout en poursuivant sans faiblesse et sans compromission la lutte pour que « ça change " il faut agir sans relâche pour changer les mentalités, pour s'auto·éduquer à l'antiracisme, pour « gommer • les effets du racisme en toutes occasions, pour créer une 'atmosphère de fraternité « à la base • partout où c'est possible, et c'est pOSSible dans une multitude de cas. Il n'y a pas de temps à perdre, chaque fois qu'il y a des gens qui souffrent et que nous pouvons soulager par notre attitude fraternelle, sans paternalisme et dans le respect de leur dignité. 30 Nous ne devons pas être des c baratineurs » d'une lutte antiraciste projetée dans l'avenir, mais des réalisateurs. Pour ne pas être du « baratin " notre lutte doit aussi prendre l'aspect du porte-àporte dans l'action de tous les jours. Il y a des gens qui ne savent pas dire: ET. Ils disent toujours : OU. « Action politique OU action éducative ? Je choisis la première. » Nous, nous choisissons les deux. Nous n'hésitons pas à faire nôtre cette règle des « compagnons d'Emmaüs » de notre ami l'abbé Pierre : Devant toute humaine souffrance, selon que tu le peux, emploie-toi non seulement à la soulager sans retard, mais encore à en détruire ses causes; emploie-toi non seulement à détruire ses causes, mais encore à la soulager sans retard. Nul n'est, sérieusement, ni bon, ni juste, ni vrai, Tant qu'il n'est résolu, selon ses moyens, à se consacrer, d'un coeur égal, de tout son être A L'UNE COMME A L'AUTRE de ces deux tâches. Elles ne peuvent se séparer sans se renier. Toute bonne chose sécrète des toxines! Il y a un danger dans chacune des deux voies . Le danger de, l'action globale (politique, sociale, syndicale, etc.) c'est le danger d'oublier 'l'immédiatement possible. On disait d'un permanent syndical « JI porte sur lui la misère du monde, mais il ne cannait pas celle du gardien de /'immeuble. » Le danger de l'action de base, c'est le danger de l'aspirine ou du cataplasme, ou ,le danger de vouloir raccrocher ,les feuilles qui s'envolent tandis que la tornade déracine les arbres et ravage le p'ays. Ne' pas séparer les deux formes de l'action! D'abord, est-on si sûr que cela que le racisme n'a de causes que politico-économiques? Quand, à l'école, lus gosses se moquent du rouquin ou du bossu (c'est déjà du racisme!), est-ce « le système • qui est en cause? Je pense qu'on peut être « un homme de gauche • et admettre qu'il y a, au fond du coeur de l'homme, quelque chose qui ne tourne pas rond. S'imaginer que l'homme n'est pas perfectible, ce serait finalement supposer qu'il est fondamentalement bête. A moins qu'on ne suppose qu'il est définitivement parfait! Attendre que la société ait changé pour voir surgir enfin l'homme parfait, défini· tivement débarrassé de ce qui ne tourne pas rond, cela relève de l'utopie. Et d'ailleurs, peut-être bien qu'en montrant à l'homme - et plus encore à l'enfant - qu'il peut changer quelque chose autour de lui, on lui fera plus aisément comprendre que ça ne suffit pas, qu'il faut aller plus -loin et changer la société. Parce qu'on sera parti de ses intérêts immédiats, comme le demandent tous les psychologues. A condition, bien sûr, d'en ft partir -. C'est-à-dire de ne pas en rester là. Tel est le programme de « l'éducation à la fraternité » Jean PIHAN. ft Education à la Frllternité » est la rubrique mensuelle du Centre de liai· son des éducateurs contre les préjugés raciaux (C.l.E.P.R.). Le C.l.E.P.R développe ses activités

en organisant des rencontres et

des débats entre éducateurs, en favorisant l'échange d'expériences entre enseignants, en leur fournissant de la documentation. Président d'honneur : Marc·André Bloch. Présidence : Yves Boulongne, Jean Pihan, Olga Wormser.Migot. Montant de la cotisation : Membre actif : 10 F (donnant droit aux deux numéros annuels de Droit et Liberté où paraît un dossier de 8 pages réalisé par le C.l.E.P.R.) . cette cotisation minimale étant porté à 5 F pour les abonnés à Droit et Liberté. Membre donateur : 20 F. Membrll' bienfaiteur : à partir de 30 F. Adresser les adhésions à Mlle Renée Baboulène. 56. rue Lamarck, Paris-18' avec un chèque postal (3 volets) à f'ordre de Mlle R. Baboulène. Institu· trice - C.l.E.P:R. (C.C.P. 1817735, Palis) . D EUX poèmes au programme de la rentrée scolaire dans « Droit et Liberté ». Tous deux ont été écrits par des enfants, en classe. Dans un bulletin de l'Ecole Freinet, nous avons rencontré le petit enfant noir dont les élèves du C.E.S. de Vizille ont imaginé le voyage solitaire ( Il a parlé »). Quant à l'histoire des « mal aimés », une histoire vraie qui ressemble à un conte, elle a été recueillie auprès de Mme Nicole Delvallée (Groupe sco· laire Jean·Jaurès à Sartrouville), par Claude Richard. Ce poème a une histoire simple, toute simple comme lui. Et pourtant, lisez attentivement, il dénonce des éléments essentiels du racisme : le rejet de l'autre, le marginal, l'a-normal ; physiquement handicapé (verrues aux mains), mal habillé, mal logé, s'expri· mant difficilement... C'est le racisme social que nous décrit cette fillette, sans termes savants, avec son coeur, avec ses souffrances. Car ce poème est le reflet d'un drame vécu par deux enfants. Une classe de CM! de Sartrouville (où se pratique la pédagogie Freinet) part en province pour rencontrer les correspondants ; les élèves doivent, à cette occasion, choisir chacun un camarade pour établir une correspon· dance individuelle. Une petite fille (l'auteur du texte) n'a pu partir avec la classe, premier drame. Parmi les enfants de province, une autre petite fille, maigre, avec des verrues aux mains, ne fut pas choisie pour cette correspondance individuelle, malgré les efforts des instituteurs auprès des enfants : ils la trouvaient trop laide fort peu attirante : second drame. ' De retour à Sartrouville, on retrouve l'école, la classe et la petite Rosa, qui était restée là. Les lettres individuelles se préparent. Rosa prend pour cor. resI,ondante la « laissée pour compte », la fille maigre avec des verrues. Les sem.!lines passent, les lettres s'échan· gent - la meilleure correspondante, la plus intéressante, la plus fidèle, c'est l'amie de Rosa ... Au point que toute la classe regrette de ne pas avoir choisi la fille maigre avec des verrues, celle à qui ROsa dédie ce poème : « Les mal aimés ». Depuis, quand les enfants de la classe évoquent les laissés.pour. c?mpte de la société, les inunigrés, les VIeux, les pauvres, ils disent : « les mal aimés ». DROIT ET LlBERTË - N° 333 - OCTOBRE 1974 n y a des personnes, des enfants qui sont des « mal-aimés ,.. Un enfant qui a des verrues aux mains, personne ne l'aime. Je crois même qu'on le méprise. Une personne qui r.e sait pas parler français, des tas de gens se moquent de lui. Un enfant mal habillé, et qui habite dans une « baraque~, personne ne joue avec lui. Moi, je trouve que ce n'est pas bien de ne pas s'aimer les uns les autres. Les « mal-aimés», ce sont des enfants, des hommes, des femmes comme tous les autres. Que faisons-nous pour eux? Rosa DA SILVA ROCHA. Il a parlé à un homme et l'homme lui a montré les dents. Il a joué avec un enfant et l'enfant l'a griffé. Il a questionné une dame et la dame l'a giflé. Alors, l'enfant est parti à la campagne. Il a pris le train - on ne peut pas conduire une voiture quand on est enfant - et, un matin, il y est arrivé. Là, il s'est couché dans l'herbe et l'herbe l'a réchauffé. Il a mis son oreille contre la terre et la terre lui a parlé. Il a couru avec le vent. Le ciel, la terre, les nuages et l'eau l'ont bercé, ils ont joué avec lui. Puis, fatigué, il s'est arrêté et s'est assis ... Un oiseau passait par là. L'enfant lui a parlé et l'oiseau a chanté pour lui, rien que pour lui. L'enfant est monté dans un arbre et l'arbre lui a tendu sa plus belle pomme Il a vu un chien et l'a caressé, le chien a remué la queue. « une pomme rouge pour mettre à sa bouche... » Et l'âne du pré a laissé l'enfant monter sur son dos ... Mais il fallait reprendre le train. Alors, l'enfant est allé au ruisseau boire et se laver les mains. Le ruisseau lui a donné son eau la plus fraîche, la plus purei .. . .. mais l'enfant a pleuré. Sans le vouloir, sans le savoir, ce ruisseau lui avait renvoyé l'image d'un petit enfant noir. Extrait du journal scolaire L'ESPOIR, C.E.S. de Vizille (Isère). 4 31 mode enfantine E ... ... p ... RI S

Notes

<references />