Droit et Liberté n°220 - avril 1963

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°220 de Avril 1963
    • Nombreuses réponses au questionnaire du M.R.A.P.: un grand débat est ouvert page1
    • Il y a 20 ans: le ghetto de Varsovie page1
    • Rage raciste en Alabama: les chiens policiers lancés contre les noirs page1
    • Tiré par les cheveux par Oncle Tom page2
    • La tension monte en Afrique du Sud par Roger Maria page3
    • Connaissez-vous les indiens d'Amérique du Nord page3
    • Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la Paix page4-5
      • Partout on se prépare
      • Poésie et fraternité (prologue à la journée)
      • Pour ne plus "revoir ça!" par Alexandre Chil
    • La discrimination raciale: les mineurs n'en veulent pas par Marie-Eve Benhaiem page6
    • Alerte aux droits de l'homme dans les départements d'Outre-Mer par Jean Geoffroy page7
    • Les néo-nazis affichent leur racisme en plein Paris page7
    • L'académie Gaya doit renoncer à ses formulairess racistes page7
    • Ghetto de Varsovie page8-9-10
      • Un certain jour: le 19 avril 1943 par Stanislaw Wygodzki
      • La vie du ghetto au jour le jour par Emmanul Ringelblum
      • Comment les nazis voyaient le ghetto: "les rats" décrits par Curzio Malaparte
    • Le procès Poujade en appel: jugement le 25 Avril les plaidoiries page11
    • Un nouveau pas (publicité dans Droit et Liberté) par Julien Aubart trésorier page12
    • Bourdelle et le cinquantenaire du théâtre des Champs-élysées page15
    • Le luxuriant printemps 1963 de la vie des Arts à Paris par Guy Dornand page15
    • Un récit inédit de Joe Bousquet: Témoignage (guerre 1914-18) page16

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 AVRIL-15 MAI 1963 16 pages UN . GRAND DEBAT EST OUVERT Au lendemain même de la parution de notre demier numéro, les questionnaires qui s'y trouvaient encartés commençaient à parvenir au siège du M.R.A.P., dûment remplis par nos lecteurs. Depuis, ils n'ont cessé d'affluer, et il n'est pas de jour où le courrier n'en apporte un certain nombre. D'ores et déjà, on peut donc dire que les antiracistes accueillent avec un vif intérêt l'enquête lancée par notre Mouvement à l'occasion de la Joumée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix. CeHe Joumée - la 1 .. • depuis 1949 - revêtira, de ce fait, une importance toute particulière. On ne pouvait en effet la concevoir plus démocratique, puisque tous les Français de bonne volonté sont appelés à y prendre, ainsi, une part active. Chacun peut apporter dès maintenant son point de vue sur les manifestations et les formes actuelles du racisme, ses causes et les moyens de le combaHre : il en sera tenu compte soigneusement dans l'élaboration des rapports, dans le déroulement des débats, dans la mise au point des résolutions finales. Et déjà, il faut le souligner, les résultats dépassent tous les espoirs, non seulement par la multiplicité des réponses, mais aussi par leur contenu irremplaçable et l'enrichissement qu'elles constituent pour notre action. On en lira, page 5, une première analyse qui, bien que sommaire, peut déjà donner une idée du sérieux et de l'effort constructif dont témoignent nos correspondants. Hâtez-vous de répondre, si vous ne l'avez déjà fait, pour contribuer, vous aussi, au succès de la Joumée Nationale. Et venez nombreux, le dimanche 12 mai, à ces grandes assises de la France antiraciste. Il y GHETTO a 20 ans LE DE VARSOVIE COUP de tonnerre dans le ciel sombre de l'Europe asservie, le 19 avril 1943, le ghetto de Varsovie, symbole de l'oppression raciste hitlérienne, s'insurgeait. Sur ordre du Führer, le général S.S. Stroop avait décidé de raser ce quartiel:, où depuis 1940, des centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants avaient péri, derrière la haute muraille édifiée pour les couper du monde. Mais dans cet enfer morne et sanglant, des résistants courageux avaient trouvé, douloureusement, le chemin de l'union et de la lutte, affirmant, face à la barbarie nazie, leur dignité, leur héroïsme. Stroop pensait en finir en quelques heures. Il dut bientôt appeler des renforts, et ce combat inégal, premier soulèvement armé d'une population que les forces allem andes aient dû affronter depuis le début de la guerre, dura près d'un mois - exemple exaltant pour tous ceux qui subissaient le joug de l'occupation. On lira en page centrale l'article qu'a bien voulu écrire pour notre journal, à l'occasion de ce 20· anniversaire, le grand écrivain polonais Stanislaw Wygodzki. Afin de faire comprendre ce qu'était le ghetto, nous avons reproduit en outre deux témoignages fort différents : celui d'Emmanuel Ringelblum qui, de l'intérieur, tint un journal quotidien, rassembla de précieux documents, retrouvés sous les ruines après la guerre; celui, d'autre part, de l'écrivain italien Malaparte, mettant à nu l'état d'esvrit des « seigneurs » nazis. Cet événement majeur qu'est l'insurrection du ghetto de Varsovie sera commémoré cette année avec éclat dans la capitale polonaise. En France auront lieu d'importantes manifestations : grand meeting à l'Alhambra, à Paris, le mercredi 17 avril à 20 h. 30: défilé au Mémorial du Martyr Juif Inconnu. le dimanche 21 avril à IO h. 30. Le M.R.A.P. figure parmiIes multiples organisations de toutes tendances qui ont organisé ces manifestations. 11 est aussi à l'origine de plusieurs soirées prévues en province, notamment celle de Lille, qui aura lieu le 24 avril, sous la présidence de Pierre Paraf, président de notre Mouvement. OllNf tE NUMERO: • Stanislaw WYGODZKI : Un certain jour le 19 avril 1964 (page centrale). • Jean GEOFFROY : Alerte. aux droits de l'homme dans les D.O.M. (page 7). • Un récit inédit de Joe BOUSQUET: Témoignage (page 16). • AFFAIRE POUJADE: jugement d'appel le 25 avril (page 11). • Marie-Eve BENHAIEM Les mineurs contre les discriminations raciales (page 6). • Roger MARIA: La tension monte en Afrique du Sud (page 3). • Guy DORNAND : Le printemps des arts (page 15). Détail du monument élevé à Varsovie sur l'emplacement du ghetto. N° 220 0,75 F. Rage raciste en Alabama Les chiens pol iciers lancés contre les noirs D'ATROCES images, transmises par la télévision et la presse, nous parvien nent de l'Etat d'Alabama, au coeur du Sud ultra-raciste des Etats-Unis. Des hommes - des noirs - jetés à terre, et des chiens policiers, furieux, les déchirant de leurs crocs. On a peine à croire que de tels faits soient encore possibles aujourd'hui, dans un pays moderne. Ainsi va la rage raciste. C'est sous le signe de la non-violence, pourtant qUe les noirs de Birmingham manifestaient . Ils réclamaient la plus élé_ mentaire justice : que cesse la ségrégation dont ils sont victimes, et surtout qu'ils puissent s'inscrire, étant citoyens, sur les listes électorales, conformément aux déclarations faites récemment par le président Kennedy. Cela, le gouverneur de l'Alabama. George Wallace et les gros propriétaires de plantations qui le soutiennent, ne ve;l_ lent pas le permettre. Ils ont voulu meltre fin à cette « agitation » où ils voient une menace. « Regardez courir ces beaux chiens. Nous les entraînons pour ça : le maintien de l' ordre n, a déclaré le chef de la police, Eugène Connor, assistant Suite page 2 05 2 13-111. - Georges Bousquet, de l'O.A.S. et de « Rivarol ", condamné à 10 ans de réclusion par la Cour de Sûreté de l'Etat. 16-111. :- Décou~erte en Norvège d'une orgamsatlOn para-militaire néo-nazie qui avait constitué un important arse: nal, et dont le repaire était orné de croix gammées. 17-111. Deux mille personnes, défilant dans les rues de Londres s'élèvent . CONTRE L'ENVOI D'ARMES BRITANNIQUES au gouvernement raciste de l'Afrique du Sud. 18-111. - L'explosion d'une bombe atomique nucléaire française au Sahara provoqUE: de vives protestations, notamment en Algérie et en Afrique noire. 20-111. - Trois des plastiqueurs qui rendIrent aveu gle la petite Delphine Renard en février 1962 condamnés à 20 ans de prison par la Cour de Sûreté de l'Etat, qui leur accorde les circonstances atténuantes. 21-111. - Bombe à Londres au siège du « Jewish Chronicle», organe de la communauté juive de Grande-Bretagne. • Neuf tueurs et plastiqueurs de l'O.A.S., coupables de l'assassinat de nombreux Algériens, jugés par la Cour Sûreté de· l'Etat : 5 condamnations à la réclusion (3, 5, 6 et 7 ans), 3 acquitteme. nts et 1 sursis. 22-111. - Encore deux Africains condamnés à mort, un troisième à 25 ans de prison et 17 autres à 20 ans, en Afrique du Sud, en raison de leur action contre le régime d'apartheid. • Deux observateurs soviétiques, qui avaient apporté au tribunal de Coble.nce des documents prouvant la culpabilité du nazi Georg Heuser, actuellement jugé, se voient retirer leur autorisation de séjour par le ministre des Affaires étrangères de Bonn. '24-111. - Attentat à la bombe conh'e une villa habitée par une famille noire à Birming'ham (Alabama). 25-111. - Georges Bidault, chef suprême de l'O.A.S.-C.N.R., quitte l'Allemagne pour le Portugal. 26-111. - Un noir de 40 ans, James Howard, tué d'un coup de fusil à travers la fenêtre de sa chambre à coucher à Richmond (Virginie), aux Etats-Unis. Quatre autres noirs ont été tués dans les mêmes conditions et sept autres blessés depuis quelques mois. 28-111. - Poujade jugé en appel à Limoges POUR SES ECRITS ANTISEMITES. 29-111. - Le gouvernement algérien décicide que les entreprises abandonnées par les Européens ayant quitté le pays, seront désormais gérées par les travailleurs. 311-111. Six anciens S.S., gardiens du camp de concentration de Kulmhof, condamnés par le tribunal de Bonn à des peines de 3 à 15 ans de prison. Six autres sont acquittés. 150.000 juifs avaient trouvé la mort dans ce camp. • Plusieurs grands domaines agricoles nationalisés en Algérie. 31-111. - Elections législatives en Rhénanie- Palatinat : le parti du chancelier Adenauer perd la majorité absolue. 2·IV. - M. Thant, secrétaire général de l'O.N.U., exprime son inquiétude devant la poursuite de la politique raciste en Afrique du Sud, en dépit des 28 résolutions adoptées depuis 1948 pour condamner cette politique. • Manifestation raciste à Clarksdale (Mississippi) contre l'inscription des noirs sur les listes électorales. 3-IV. - Accord entre les syndicats et les Charbonnages de France mettant fin à la grève des mineurs, commencée depuis plus d'une mois. • Quinze noirs, arrêtés à Greenwood (Mississippi) : ils allaient se faire inscrire sur les listes électorales. 4-1V. - Le comité de décolonisation de l'O.N.U. condamne une nouvelle fois le Portugal pour sa politique raciste et colonialiste dans ses territoires africains. 5-IV. - 70 noirs, accusés d'appartenir à l'organisation « PoqO» arrêtés à Jo· hannesbourg (Afrique du Sud). 6·IV. - 42 noirs arrêtés à Birmingham (Alabama) : ils manifestaient contre la ségrégation raciale. • A Cambridge (Maryland, U.S.A.), 44 antiracistes, noirs et blancs, arrêtés. • Treize Africains condamnés à 15 ans de prison en Afrique du Sud, pour « menées subversives ». '-IV. - A Birmingham (Alabama) LA POLICE LANCE DES CHIENS CONTRE DES NOIRS qui manifestaient silencieusement contre la ségrégation raciale à la sortie d'unè église. • Manifestations antiracistes à Greenwood (Mississippi) pour l'ins· cription des noirs sur les registres électoraux. 8-IV. - A King-William (Afrique du Sud), la police a tiré sur des noirs qui manifestaient contre la ségrégation. Un blessé. Onze arrestations. • Bidault et son secrétaire, Guy Ribeaud, quittent Lisbonne pour le Brésil. 10·IV. - L'Encyclique du pape Jean XXIII en faveur de la paix dans le monde est rendue publique. qUE SE PASS~-T-IL ? U. S. A. • Rage raciste (Suite de la première pagel aux exploits de ses bêtes. Il s'agit, bien entendu, de l'ordre raciste, et ces paroles cyniques évoquent de bien pénibles échos. Les noirs qui défilaient en silence, sortaient d'une église, où ils avaient entendu un sermon sur la non-viqlence. Quand les chiens policiers foncèrent sur eux, ils s'agenouillèrent et se mirent à prier. Parmi eux, un pasteur demandait à Dieu de pardonner les excès de la police. Mais cela n'empêcha pas le maire de la ville, Arthur Hanes, de déclarer que ces manifestati' ns étaient « d'inspiration com· muniste ». Cela se passait le 7 avril. Les jours suivants, d'autres incidents tragiques ont eu lieu, car les noirs américains, forts de leur droit et de la solidarité des antiracistes n'acceptent pas, n'acceptent plus de courber la tête. Parce que certains groupes étaient entrés dans des lieu'( publics ou des restaurants « interdits aux nègres », parce que d'autres encore avaient, à nouveau, défilé dans les rues, silencieusement et dignement, à plusieurs reprises les chiens policiers ont été lancés contre eux. Le chanteur aveugle Al Hibler, qui se trouvait au premier rani,\' des manifestants figure parmi les blessés. Ces événements spectaculaires témoignent de la tension extrême qui règne dans le sud des Etats-Unis. On signale des dizaines d 'arrestations de noirs à Greenwood et à Clarksda le (Mississippi), ainsi qu'en Louisiane et en Georgie. De plus en plus fréquents sont les attentats contre les noirs qui tentent de se fair ~ inscrire sur les listes électorales : coups de feu, bombes lancées à leur domicile. Commentant un rapport récent de la Commission des Droits Civils, constituée par le gouvernement de WaShington pour enquêter dans le Mississippi, le député Charles Diggs Jr., parlant au Congrès, a déclaré que « ce document fait état de brutalités et d'un système de terreur de type nazi ». « On ne peut lire ce rapport, a-t-il ajouté, sans en conclure qu'il existe, dans le cadre des Etats-Unis, un régime de terreur policière, de violence et d'op· IJression sanctionné officiellement. » • Un jeune noir menacé de mort IL Y a plusieurs années que l'on n'avait aSSIste, dans le Sud des Etats-Unis, à des condamnations à mort de noirs in~pirées par la haine raciste. Or, cette méthode apparaît à nouveau dans une dramatique affaire à Lynchburg, en Virginie. Le 7 juin, un jeune noir de 18 ans, Thomas C. Wansley, doit être conduit à la ch a ise électrique si la protestation des gens de coeur n 'arr ête pas le bras des bourreaux. Wansley est, selon la formule classique, accusé du viol d 'une femme blanche (qui, interrogée, n 'a pas pu l'identifier de façon évidente) et aussi, pour corser les choses, d'une femme d'origine asiatique (avec qui il avait des relations longtemps déjà avant les faits qui lui sont reprochés). C'est donc une double condam- . nation à mort qu'à prononcé le juge O. Raymond Cundiff. Le même tribunal, quelques semaines plus tôt, avait condamné à 5 ans de prison Un blanc r econnu coupable du viol d'une filletto noire de 11 ans. Une grande campagne est engagée pour sauver Thomas Wa nsley. Un de ceux qui l 'anime, le pasteur Virgil A. Wood, -\ déclaré qu'il s'agissait d'Un « lynchage légal, ne différant de l'ancienne forme de lynchage que par le fait qu'il est réa· Iisé au nOm de la loi et de la Justice ). Le Révérend V. A. Wood a été poursuivi pour offense au tribunal. Mais il continue activement la lutte, soutenu par un certain nombre de journaux. Les antiracistes de France, qui ont souvent eu à s'élever contre de semblables lynchages légaux auront à coeur de faire entendre leur protestation, très vite. avant qu'il ne soit trop tard. Que se multiplient les prises de position, les résolutions, les lettres. Faites-les parvenir au M.R.A.P., qui les t ransmettra au gouverneur de la Virginie. GUERRE et PAIX • Savants allemands en Egypte LA controverse passionnée, suscitée en Israël par les révélations de l'ensemble des journaux du pays sur l'activité des savants allemands en - - - - - - - - 1 ) Tiré par les cheveux ... 1 J'AI une, ~e~ne et c~~rmante ~mie martiniqua,ise qui avait ap!lris, dans son pays, 1 elegant meher de COIffeuse pour dames. Venue depUJs peu à Paris pour se perfectionner, elle a tenté d'effectuer des stages chez différents coiffeurs parisiens. Or la. plupart de ceux-ci lui ont opposé un refus courtois, mais ferme. Non pas qu'ils n'avaient pas besoin d'apprentie, le métier est prospère et les fantaisies de la mode féminine nécessitent un personnel qualifié et imaginatif. Non, ce qui les gênait, c'est la couleur de la peau de mon amie. Oh ! bien entendu, il ne s'agit pas d'un racisme particulier aux coiffeurs. Beaucoup d'entre eux - et nous les conna.issons - sont des antiracistes consé· quents. Mais ils ont donné à ce refus une explication logique : chaque fois qu'une coiffeuse à la peau foncée travaille dans un salon, celui-ci voit une partie de sa clientèle changer de boutique. Certaines élégantes font pa.rtie de ces gens qui « ne sont pas racistes. MAIS ... » « Voyez-vous ça ma chère, il voulait me faire faire une décoloration par une négresse. Je les aime bien les négres, ses , mais je ne supporte pas qu'elles me touchent, hi ! hi ! et patati et patata ... » Et voilà pourquoi mon amie cherche en vain du travail. 1 Et voilà pourquoi des centaines de petits faits comme celui-ci, s'ajoutant les uns aux autres, prouvent la nécessité de notre action quotidienne. Car il nous reste beaucoup, beaucoup à fajre, pour arracher de la conscience des imbéciles, ce racisme ... tiré par les cheveux. - Egypte ne semble pas encore sur le point de s'apaiser. L'opinion publique quelque peu effrayée par la violence de la campagne de presse et par le ton des déclarations cficielles, a subitement pris conscience du terrible danger d'une conflagration atomique dans le Proche-Orient. Les révélations font en effet apparaître que 300 savants allemands, dont bon nombre d'anciens nazis, poursuivent au Caire, dans le secret des laboratoires des travaux qui aboutiraient à doter l'Egypte de la bombe atomique ainsi que de certaines « autres armes non moins destructives ». Ces faits ont, depuis, été partiellement confirmés, tant par certains des savants allemands en Egypte eux-mêmes, qu~ par le gouvernement de Bonn qui a par ailleurs déclaré ne rien pouvoir faire pour empêcher ses ressortissants d'accomplir une « mission scientifique » à l'étranger ... L'attitude du gouvernement de Bonn a fait rebondir en Israël les discussions sans cesse plus vives sur l'opportunité de maintenir les livraisons d'armes à la République Fédérale Allemande. Il a fallu toute l'autorité du Premier Ben Gourion pour calmer tant soi peu les esprits, et faire admettre au parlement la nécessité de ne rien changer aux relations israélo- allemandes. Selon le journal de Tel Aviv « Yediot Akronoth », un émissaire ct' Adenauer, venu secrètement en Israël, aurait conféré avec le premier ministre à propos des savants allemands travaillant en Egypte. C'est à la suite de cet entretien que M. Ben Gourion aurait décidé, pour modérer la campagne de presse contre Bonn, de minimiser le danger représenté par ces savants allemands. Israël assurerait, en définitve, par d'autres moyens sa sécurité, notamment en s'équipant à son tour de fusées et armes atomiques. La course atomique engagée au ProcheOrient montre une fois de plus la nécessité impérieuse d'interdire les armes nucléaires, dont l'emploi dans telle région de notre planète, pourrait vite dégénérer en conflit mondial. • Hiroshima .. Auschwitz lJ N prêtre boudhiste, le Révé rend SATO, et trois étudiants japonais ont entrepris un pèlerinage Hiroshima- Auschwitz, qu'ils ont terminé en janvier, pour l'anniversaire de la libération du camp. . Pourquoi le rapprochement de ces deux hauts-lieux de la souffrance humaine ? Les pèlerins, qui ont poursuivi leur voyage vers Paris et Londres, et qui souhaiteraient même aller jusqu'aux EtatsUnis, s'en sont expliqués au cours d'une conférence de presse, le 3 avril, tenue à Paris ,sous l'égide de l'Amicale d'Auschwitz. ({ Beaucoup nous ont critiqués, au Japon, a déclaré le Révérend Sato, disant que nous allions ouvrir de vieilles blessures .• « En fait, certains gouvernements ont tendance à vouloir faire oublier ce qui s'est passé dans le monde, il n'y a pas si longtemps. Certains se sentent coupables et désirent dissimuler leur crimes. « Je ressens, quant à moi, une grande culpabilité, car, aviateti!r, pendant la dern'îére guerre, j'ai contribué à massacrer des hommes. Mais les jeunes, eux, sont innocents, et its ont, plus que tous, la volonté de s'opposer à la guerre . « C'est pourquoi 'nous avons tenu à insister sur ce qui a été fait dans le pas- - Oncle TOM. sé. "70us ne ?-evons pas permettre qu'on oublte, devnons-nous irriter quelques personnes. « Hiroshima, c'est le symbole du désastre qu~ s'est produit, et qui peut se produtre a nouveau. Auschwitz, c'est le symbole du crime de guerre, du racisme, du génocide organisé. « Notre but est d'emp~cher que les m~· mes erreurs, recommencées, conquisent l'humanité à une destruction totale. » Le préSident Pierre Paraf et une délégation du Bureau National du' M.R.A.P., présents à la conférence de presse, ont tenu à exprimer leur sympatihie au Révér enc1 Sato et à ses compagnons . HIER et AUJOURD'HUI • Juifs s/ abstenir LE jou.rn.al .économique « Les Echos " publlClt. il y a . quelques semaines, une petite annonce ainsi rédigée : .. M. 34 ans, comptable O.S.T., habitué relations fourniss. cl. sery. commerc., conn· gest. budget statiq., ate/. de con dit et montag. second. chef moyen. entrepr. Juifs s'abstenir. " On ne peut évidemment pas suspecter de racisme la direction des « Echos ". dont le président-directeur général et M. Emile Servan • Schreiber ; mais on peut regretter le manque de vigilance qui a permis la parution d'un tel texte. M. Emile Servan-Schreiber nous a fait savoir que le montant de l'annonce avait été retourné à son auteur, et que des sanctions avaient été prises contre les responsables de sa publication. Cette affaire, en tout cas, montre que l'antisémitisme ne désarme pas et qu'il cherche à s'exprimer chaque fois qu'il en a la possibilité. DROIT ET LIBERTE MENSUEL 30, rue des Jeûneurs - Paris (2') Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE : Un an : 7 f. 50 Abonnement de soutien 15 F. ETRANGER Un an : 12 F. Par avion : tarifs divers selon pays Compte Ch. Post. : 6070-98 PaTis Pour les changements d'adresSe envoyer 60 centimes et la derbièr'e bande . . EN BELGIQUE : On peut se procurer « Droit et Liberté » ou s'abonner au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52. rue de l'Hôtel des Monnaies, Bruxelles 6. Les versements peuvent être effectués au C.C.P. 278947·, de M. B. Gutman, Bruxelles. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnement annuel : 100 FE. Abonnement de soutien : 150 FB. LA TENSION MONTE en Afrique du Sud U N soulèvement général des populations noires d'Afrique du Sud se produira C~Itainement si les conditions actuelles dans ce pays restent ce qu'elles sont. Des VlOlences inouïes entraîneront un bain de sang, si les blancs n'ont pas la sagesse de réagir à temps contre les dirigeants criminels qui poussent au renforcement des mesures racistes de discrimination et à l'aggravation de la plus folle des répressions. Le processus qui se déroule là-bas depuis quelques années est terriblement significatif pour tout observateur qui se montre capable de garder son bon sens : devant le refus de la minorité blanche de reconnaître aux douze millions de noirs et « hommes de couleur » leurs droits élémentaires, devant la surexploitation économique et les coups sauvages de la répression, les noirs ont été longtemps plus ou moins passifs : puis ils on~ revendiqué leurs droits dans un esprit de confiante collaboration, puis ils en sont venus à la désobéissance civile ; d'échecs et échecs, ils ont multiplié le~ luttes de masses : boycotts populaires, grèves, manifestations, etc. ; leurs orga· nisations, même modérées, ont été interdites

on en est maintenant à la phas~

de la clandestinité ; et comme aucun des objectifs n'a ét j a tteint, le pas vient d'être' franchi qui a conduit les organisations les plUS représentatives aux grandes décisions : la lutte armée est déclenchée. On peut dire que les catastrophes qUI VO'lt fondre sur eux, les blancs les auront bien « cherchées ». De même qu'en Algérie, les « petits blancs » qui ont obstinément fait bloc avec les pires des ul· tras ont, en définitive, été les victimes de leur aveuglement, en Afrique du Sud les réflexes du racisme forcené et de la grande peur n'aideront en rien à trouver les solutions encore possibles. Que les blancs de ce pays loint.ain, même s'ils se croiem nombreux relativement et assez bien armés, se méfient des apparences de la force : le temps est venu où la domination coloniale doit céder le pas, en Afri·· que du Sud comme ailleurs. Qu'ils comprennent à temps que lorsque aura sonné l'heure de la vérité, ils seront seuls, tout à fait abandonnés, y compris par ceux qui leur auront, de loin, donné le sentiment qu'ils les soutiennent : i~s seront bien avancés s' ils bénéficient des pleur· nicheries véhémentes de Salazar , de l'O. A.S., du Ku-Klux-Klan et de Sir Roy WP.lensky. Ces gens-là sont des déchets historiques et ce n'est pas un Georges Bidault qui les renforcera P!).r ses sarcasmes de vieil étudiant dévoyé. LA LUTTE DES NOIRS Il ne se passe pas de semaines que les forces de pelice ne tirent sur des manifestants pacifiques en Afrique du Sud. Déjà à Sharpville en 1962, c'est par clizaines cle morts et centaines de blessés qu'il fallait compter les victimes de la répression. Mais les racistes ultras n 'ont pas compris que ce jour-là, ils ont commis le crime provocateur qui mettait en branle contre eux cl'immenses masses humaines, renonçant à la résistance passive. De même « Droit et Liberté )} de no· vembre dernier a rapporté comment le;; procès injustes contre les dirigeants nationalistes africains Nelson Mandala e~ Sisulu avaient eu pour résultat d'accentuer la révolte des populations dont ils étaient les porte·parole. Le gouvernement Vervoerd vient de doubler son budget de guerre, de faire de nouvelles lois contre les {( activités subversives », le Sabotage Act notamment, qui témoignent plus de sa panique devant la montée du mécontentement populaire que de sa force véritable. Le plus grave, c'est sans doute que les autorités ont favorisé la constitution d'unités de combat exclusivement blanches - les femmes même sont entraînées au tir ; chaque famille blanche détient à son domicile un véritable arsenal. . C'est le Congrès National Africain qui est l'âme et l'organisateur de la lutte pour les droits des noirs dans leur propre pays. Son président est le célèbre Albert Lutuli, prix Nobel de la Paix 1961, qui est tantôt emprisonné, tantôt en résidence surveillée. Interdit en avril 1960, le Congrès National a été contraint dt! s'organ'ser dans la clandestinité et d'or · donner la lutte armée après avoir épuisé tous les autres moyens bien connus de faire valoir les revendications élémentalres des populations noires. Une minorité dissidente, le « Poqo » - mot qui veut dire « seul » en dialecte africain - a pris la responsabilité d'attentats irresponsables purement xénophobes. Mais la grande majorité des masses noires soutiennent l'Alliance du Congrès, qui autour du congrès National Africain, rassemble toutes les forces populaires du pays : les syndicats, le Congrès national indien (il y a beaucoup d'originaires de l'Inde en Afrique du Sud, et aussi des Malais), lè Congrès national des gens de couleur, le Congrès des démocrates, qui est composé de citoyens blancs libéraux et progressistes. Le parti Communiste, rejeté dans l'illégalité depuis 1950, soutient pleine· ment ce vaste mouvement. les Indiens d'Amérique du;. Nord 1 ~.' . Il Y a fort longtemps que les Indiens d'Amérique ont 'été mis en films, en romans, en bandes dessinées, Ils font, en quelque sorte, partie de notre vie quotidienne, celle du moins de nos enfants. Et pourtant, les connait-on, ces hommes, présentés si souvent à travers des préjugés qui n'ont rien d'accidentel .Essayez donc, en famille, de répondre à ces questions, et donnez-vous un point pour chaque réponse juste. Nous vous souhaitons d'en totaliser plus de quinze, (Voir les réponses en page 14.). 1 2 3 4 5 & 7 B 9 10 QUéstions L'épiderme des « Peaux-Rouges» est rouge. Les Indiens avaient inventé la roue. Les Indiens ont inventé la couture du scalp. Le scalp est mortel. La 7quaw, femme indienne, avait !ln travail très dur. Les Indiens chassaient le bison. La destruction des bisons fut organisée systématiquement pour anéantir les pel,ples indiens. Les Shamans, Olt sorciers des tribus indiennes guérissaients par sorcellerie ou par incantations magiques. GERONIMO était un chef cruel. Les Indiens possédaient un alPhabet et publièrent des journaux. Oui Non « TOUT RESPIRE LA RICHESSE » ... Sur ce fond d'horreurs, de plus en plus teintées de sang les trusts et l 'oligarchie financière font,' année après année, les comptes de leurs fantastiques bénéfices. Harry Oppenheimer, président de l'organisation des industriels et financiers britanniques d'Afrique du Sud, « roi du diamant », contrôle cinquante-six compagnies dans le pays et étend son empire aux Rhoclésies et à plusieurs autres territoires d'Afrique centrale. L'Union Sud-Africaine fournit 90 % ·.1e la production mondiale de diamants ; c'est le premier pays du moncle producteur d'uranium, le premier aussi pour le manganèse, le troisième pOUr la laine. Les Britanniques y ont investi un milliard environ de livres et les groupes américains plus cle 750 millions. Les capitaux engagés dans ce paradis des monopoles rapportent 27 %. Dans la presse française paraît depuis quelque temps une vaste annonce publicitaire exposant cyniquement une situation qui n'est que trop réelle du point de vue des grands intérêts

« Si vous cherchez de nouveaux débouchés,

volez vers l'Afrique du Sud. Vous y trouverez un pays dont l'économie est stable, le revenu national élevé, le standard de vie en constante amélioration et l'industrie en pleine expansion ( ... ). Tout ici respire l'optimisme, l'expansion ct la richesse. » VERWOERD A PARIS? Certaines informations laissent penser que le Dr Verwoerd, chef du gouvernement sud-africain raciste intransigeant, serait reçu pr'ochainement par lR chef cle l'Etat français. M. Raymond SCl1mittlein, député U.N.R., préside fi. l'Assemblée Nationale un groupe cl'amItié avec l'Afrique du Sud et vient d'accomplir un voyage dans ce pays. La France livre à l'Afrique clu Sud des avions il. réaction « Mirage », des hélicoptères, etc., pendant que la Grande-Bretagne fournit des bombardiers, des armements modernes, etc. Chacun peut comprendre qu'n s'agit là d'armes de répression destinées à être utilisées dans une guerre d'extermi· nation contre les populations noires. Ce Dr Verwoerd, nous ne voulons pas attendre qu'il ait posé le pied sur le sol de France pour rappeler à ceux qui auraient l'impucleur de lui exprimer de la sympathie que « alors qu'il était rédacteur en chef du journal nationaliste boël' « Transvaaler », il rendit publiqu~· ment hommage à Hitler le jour où l'Union Sud-Africaine décida, à une voix dc ma· jorité, de se ranger aux côtés des Alliés. » (Rapha~l Tardon : « Noirs et Blancs », Ed. Denoël) et l'auteur accuse ensuite Verwoerd d'être « anglophobe ct antisémite ».

  • Les votes de la France à l'O.N.U. ont

constamment appuyé le régime abject de5 ultras d'Afrique du Sud, alors que, depui;; 1946, l'O.N.U. n 'a pas voté moins de 28 résolutions condamnant d'une façon ou cl'une autre la politique de segrégaLion pratiquée par le gouvernement de Prétoria. Mais les groupes et gouvernements in- Un Lycée Anne FRANK il Paris Le Conseil Municipal de Paris a décidé de donner le nom de Anne Frank au lycée technique de jeunes filles du 7 , rue de Poitou" qui forme des couturières, des dessinatrices et des comptables. Les anti-racistes apprécieront cetdécision, qui perpétuera dans la ca pitale le souvenir si émouvant de la petite martyre juive, symbole de ces quelque deux millions d'enfants qu i furent jetés par les nazis dans les faurs crématoires. téressés voient loin: pour eux l'A1nque du Sud peut aevenir une précieuse plate" forme pOur les activités ultras sur touta l'Afrique li bérée. Un accord a été signé entre le gouvernement d'Afrique clu Sud, le Portugal et Sir Roy Welensky (Rhodésie du Sud). Cette Sainte-Alliance clu néo-colonialisme n'aura guère cl 'effet, car si, comme nous le soulignions au début, les blancs cl' Afrique du Sucl risquent cl'être totalement isolés dans le cas où leur racisme criminel entraînerait une guerre de libération, les noirs, eux, bénéficieront d'un soutien sans précédent dans le monde en_ tier.Il est temps d'y réfléchir. D'ES FAITS qui' dc;nnent A PENS'ER ... LES BELLES PHRASES. « Les hommes de tous les pays ne se ressemblent pas ; les plus forts et les plus intelligents sent les Européens : ils ont la peau blanche et les cheveux souples ». Ce morceau d'anthologie est tiré de « La Sténographie », de M. et Mme Robert Roy. Deuxième partie : DEGRE SUPERIEUR (Publication Roy, Pa risl. Toutes nas félicitations è' ces deux forts et intelligents Européens. ZONE OCCUPEE. Le IX· Congrès National du Secours Populaire François devait se tenir à Toulouse. Le ministère de l'Intérieur 1'0 purerement et simplement interdit, cette ville, ont décloré ses collaboratGu rs aux dirigeants du Mouvement, étant trop proche de 1 J frontière p.spagnole. Il est vrai que le Se~ours Populaire réclame l'amnistie pour l,es prisonniers politiqu.es en Espagne, mais la soll icitude du gouvernement pour l'ex-allié de Hitler, Franco, a quelque chose d'inquiétant Toulouse, zone interdite ! ou zone occupée ? COMPETENCE. Le major-général comte Von Kie!mannsegg, commandant de la 10° division blindée de Ulm-Darnstadt qui vient de passer sous les ordres de l'O.T. A.N., connaît bi.en la France. En 1944, il y a commandé de nombreuses actions de représailles, et l'an peut lire dans ses oeuvres complètes : ... 35 terroristes fusillés, 182 prisonners (31 mars 1 944J... 80 habitants exécutés, 29 capturés.. 24 terroristes exécutés, 107 capturés... (3 avril 1944J. » IN MEMORIAM. A proximité de Dachau, il serait question de construire un monument du souvenir gigantesque, sur une surface de 40 hectares. D'énormes sujets de 5 à 7 mètres de hauteur serJient répondus sur cette aire. Coût de l'opération

350 millions d'anciens frar.cs.

Un détail: ce monument SIerait élevé à la mémoire des S.S. et selon l'un des auteurs du projet, ce se rait « un conglomérat de pacifisme et de pensée S.S. .,. CARRIERE INTERDITE. Les leaders noirs américains se sont adressés au Président IKennedy pour déplorer qu' un nambre infime de noirs américains se voient ouvrir une carrière diplomatique. Les EtatsUnis ne comptent que deux ambassadeurs de couleur, en Norvège et au N ige~. Ceci ne reflète a bsolument pas la qualifi cation dans ce domaine de nombreux noirs américains. DEMINAGE. Les troupes françaises ont la issé en Algéri,e de nombreuses zones minées où se produisent des occidents. Le dÉ:minage est actuellement effectué por des te::hnic1ens soviétiques et oigériens. l.,., Soviétique a été récemment grièvement blessé pendant un~ opératio:1. r- -- li t --_.- 4 Dimanche 12 Moi 1 1 -- --- -- --- -- -- ----- - JOURNEE NATIONALE 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~IIIIIIIIIIIIIII1111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIf POESIE ET FRATERNITE Partout, on se , prepare (le 7 mai, au Théâtre Récamier) "'.OUS sommes à quelques semaines de la Journée Nationale contre le " racisme, l'antisémitisme et pour la paix, qui se déroulera le dimanche 12 mai, dans la grande salle de conférences du Palais de l'U.N.E.S.C.O. EN prologue à la journée nationale organisée par le M.RA.P. aura lieu, le 7 mai au Théâtre Récamier, la première soirée de la série « Poésie et Fraternité 6~ ». Des acteurs parmi les plus grands, des chant eurs fameux prêteront leur concours à cette wr.it de mai de la poésie. Des musiques algériennes ou gitanes, des blues, des chansons sud-américaines, des chants folkloriques juifs sauront créer la diversité d'ambiances nécessaire à l'ampleur de cette manifestation. Il existe, en poésie comme en art, un courant humaniste de résonance universelle. Des poèmes, ici ou là, répondent à un respect fondamental de l'être humain, à l'impérieuse exigence de le défendre contre toute atteinte à son intégrité. Ils sont généralement accessibles à tout le monde, parlent profondément au coeur de chacun un langage durable. DE HUGO, DE WHITMAN A GUILLEN Cela commence avec la figure légendaire de John Brown, l'abolitionniste américain, qui fut pendu en 1859 à Charlestown. On entendra les textes admirables qu'a inspiré à Victor Hugo sa fin tragique ... Dans le « Chant de moi-même », \Valt Whitman évoque pêcheurs et bateliers, le mariage du trappeur dans l'Extrême-Ouest, l'esclave fugitif qui veut gagner le Nord ... A l'inspiration de Hugo, à la fraternité de Whitman font écho, au delà des années, les strophes cuivrées d'un Nicolas Guillen, l'inconsolable nostalgie des blues, le lyrisme de René Depestre. la délicatesse de Roger Maria, la voix des poètes américains noirs d'aujourd'hui. On entendra aussi celle du Tahitien Jacques-Stephen Alexis, de Qui le sort actuel remplit d'inquiétude ses amis. HEINE, BRECHT, LORCA D'Espagne s'en viendra ininterrompue de Féderico tristesse errante, mélodieuse, mancero Gitan » : « Quand je mourrai la plainte Lorca, la du « Roavec ma guitare enterrez-moi dans le sable". » Pour ne VARSOVIE, Kutno, Censtochow, Siedlec, Radom, Pulawy : autant dè noms de villes polonaises qui, avec des centaines d'autres, constituent de sanglantes accusations contre les barbares nazis qui les ont décimées par la guerre et les pogromes - accusations aussi contre ceux qui ont suivi avec bienveillance ou même e ncouragé, après 1918, la montée de l'hitlérisme. Ces derniers - hommes de la haute finance et des trusts - ont forgé la gigantesque machine de guerre de Hitler, fabriqué les gaz, construit les chambres à gaz et les fours crématoires : ils ont en même temps fabriqué les cadres, les Goebbels et les Streicher, qui avaient pour tâche d'intoxiquer le peuple allemand. Ils ont mis en place les Himmler, les Eichmann, et ce furent Auschwitz, Maïdanek, Buchenwald, Treblinka, ce fut un malheur sans précédent pour les juifs et pour l'ensemble des peuples. Vint Stalingrad et les armées alliées écrasèrent la bête brune. Les peuples libérés criaient leur joie. Pour les survivants des camps de la mort, les portes s'ouvrirent et, a vec leurs dernières forces, ils adjurèrent le monde de ne jamais oublier. Hélas, les élans de la Résistance, les serments du lendemain de la Libération se sont, peu à peu, estompés. On voit des hommes politiques, des chefs militaires, au cours de pèlerinages en Allemagne, prêcher l'oubli, exalter la grandeur des anciens industriels de la mort, des cadres et des généraux criminels qui ont réoccupés les postes de direction. Dès lors, il n'est pas étonnant que les victimes d'hier, ceux qui ont perdu leurs parents et leurs enfants, leurs frères et leurs soeurs, ne puissent rester indifférents deont ce retour des dangers. Les survivants des communautés juives massacrées se sont regroupés à Paris, selon leurs villes d'origine, dont nous citions Contre l'antisémitisme, les voix des poètes de partout vont s'élever. On y reconnaîtra la mélancolie de Henri Heine, l'amère ironie de Bertolt Brecht, la pureté d'Eluard, la conviction d'André Spire, l'éloquence d'Evtouchenko ... D'ARAGON à Maleck HADDAD L'interminable guerre d'Algérie a fait naître comme un chant à deux voix tour à tour étrangement alternées puis unies, en arabe et en français, toute une floraison de poèmes dont certains resteront parmi les plus beaux de ce temps. L'harmonie souveraine d'Aragon chante dans toutes les mémoires lorsqu'il salue le premier matin de paix, ou suggère la nostalgie cie ce jeune Algérien Qui écoute sans fin chanter « Plaine, ma plaine ... » L'émotion est faite chez Guillevic de brièveté, de densité : « Meurent dans les collines Que je ne connais guère Des hommes cie chez nous Que je n'ai pas connus ... » A la voix des aînés répond le choeur des jeunes poètes algériens, Malek Haddad, Kateb Yacine, Mohammed Dib, Bachir Hadj-Hali et celui des jeunes poètes français, Madeleine Riffaud, Juliette Darle, Charles Dobzynski, André Libérati, Oliven Sten ... Je ne sais s'il faut placer parmi les uns ou les autres Jean Sénac Qui a repris, comme titre à son poème, ces mots « Min Djibalina . Ainsi commence, me 'semble-t-il, le chant des partisans algériens

« De nos montagnes, la voix des hom[ me~ libres s'est élevée ... » Les billets pour cette soirée, organisée en commun par le M_RA_P. et la Ligue cie l'Enseignement peuvent être retirés aux sièges de ces geux groupements, ainsi qu'à « Travail et Culture »_ La place : .1 francs (étudiants et groupes culturels : 2 ,SO fr_)_ • Il n'est évidemment pas possible de faire dès maintenant le bilan complet · de sa préparation, car c'est chaque jour qu'elle se prépare, et ces quelques semaines, précisemment, sont celles où nos militants et amis se doivent de multiplier les efforts pour assurer le succès éclatant de ce grand rassemblement annuel. LA DIFFUSION DU QUESTIONNAIRE Avant même la Journée Nationale\ le déuaL e",. ouvert sur les thèmes principaux qui feront l'Objet de nos travaux. Le questionnaire, établi par le M.R.A.P. et encarté dans le dernier numéro d", « Droit et Liberté », est également adressé à des personnalités, à des groupements. qui s'emploient à y répondre ou à le diffuser. C'est ainsi qU'une importante organisation catholique, l'Union Féminine Civique et Sociale, a décidé d'en prendre plusieurs centaines d'exemplaires, qui seront adressées à ses cadres locaux. De même, la Ligue Française de l'Enseignement. De même les organisations syndicales qui nous ont assuré de leur soutien actif. De même encore, certaines associations d'étudiants et de jeunes, attachées, par delà leurs tendances diverses, à la lutte contre les préjugés et les haines racistes. Il nous faut citer en particulier, à ce propos le beau travail entrepris à Cannes par notre ami: SRIIII!.$Y, dans le cadre du Uomité de Coordination des Organisations de Jeunesse, qUi a récemment tenu une conférence sur le racisme. Signalons également que l'enquête· est commencée dans plusieurs lycées parisiens et dans un certain nombre deMaisons de Jeunes et de la Culture. Les comités locaux et départementaux du M.R.A.P., que ce soit à Paris (notamment les 5' , 16', 18' et 20 arrondissement.'i) ou en province, participent activement,. bien sûr, à la diffusion du questionnaire. Notre comité du Nord, entre autres, a pris des initiatives particulièrement heureuses, adressant ce questionnaire à plusieurs centaines d'élus, de dirigeants d'associations, d'enseignants, etc". A Nimes, également, s'annoncent des: résultats, prometteurs. Enfin, il convient d'ajouter que les communiqués sur la Journée Nationale' publiés dans divers journaux, nous ont vallu de nombreuses demandes de questionnaires. DEBATS ET COLLOquES Mais nous n'attendons pas seulement des réponses individuelles. Les premiers échos qui nous parviennent font apparaître que le questionnaire provoque fréquemment des discussions entre amis, entre membres d'une même famille, ce qUi nous vaut déjà quelques réponses de caractère collectif. Dans certains cas, il est possible d'organiser des débats entre gens d'une même profession, d'une même entreprise, d'un quartier ou d'une association, des débats ou des colloques sur le racisme, en prévision de la Journée Nationale. Des réunions de cette sorte sont annoncées à Paris et en province. CE QUE SERA LA JOURNEE NATIONALE C'est à partir de l'abondante documentation ainsi réunie, que seront préparés les rapports de la Journée Nationale. Les quatre groupes de questions posées constitueront les thèmes de quatre exposés

actualité du racisme ; ses formes

et ses manifestations actuelles en France ; ses causes ; les moyens de le combattre. Les rapporteurs feront la synthèse des réponses ' reçues,. tenant compte de tous les faits rapportés, de toutes les suggestions émises_ D'autres communications seront présentées SLlr des points particuliers : les activités de « l'internationale néo-nazie ~) dans le monde ; les aspects du racisme liés à la décolonisation ; le rôle de l'Etat dans l'action antiraciste ; la situation de certains groupes victimes de discriminations,. l'action judiciaire et législative contre le racisme,. etc. Les. porte-parole des courants les plu:; divers. de l'opinion française seront invités à suivre les débats et à intervenir. Des. délégués de' certaines organisations étrangères seront en outre présents, et il ne fait. pas de dDute que leur participation, témoignage de la fraternité de tous ceux qui combattent le racisme enrichira considérabl'ement le conteniI et les conclusions de la Journée Nationale. SON DEROULEMENT plus « revoir ça ,•• •• » C'est à 9 h. 30 précises que commenceront les travaux. Ils dureront. jusque vers 18 heures et seront int.errompus de 12 11 15 à 14 heures par un déjeuner amical. au: restaurant de l'U.N.E.S.C.O. A ce repas, présidé p3JI' Pierre Paraf, de nombreuses personnalîtés seront présentes. QUI PEUT P'ARTICIPER A as ASSISES ? quelques-unes ou début de cet artide. Et on comprend aisément pourquoi leurs sociétés mutualistes, depuis le premier jour, soutiennent activement le M.R.A.P., pour lutter contre le racisme, quelles qu'en soient les victimes, juifs, noirs, algériens , pour rassembler les antiracistes de toutes tendances, à l'heure où la croix gammée s'inscrit à nouveau sur nos murs : pour engager des poursuites contre Poujade et ses pareils ou interdire la projection en France d'un film odieux comme " Les Nouveaux Maîtres ». Ces sociétés mutualistes juives, qui sont toujours représéntées massivement à nos Journées Nationales, nous apportent en permanence leur aide morale et matérielle (plus de 40 d'entre elles nous ont déjà, cette année, versé leurs dons) et il convient, ici, de les remercier chaleureusement. Trois d'entre elles, qui ont été de tous temps à l'avant-garde de la lutte antiraciste et qui poursuivent une- v~ am:i\!itê sociale et culturelle, les sociêtês " 'ilbtsOMi'e et environs », " Censtochow » el " Sied'Iec~ ont pris l'heureuse initiati\te drol19pnisecr une rencontre amicale cie· leu:rrs. r.nembteS avec la direction du M~R.A..P •• le: 26 av.ril dans la grande salle de l'H'ôtel' Moderne. En présence de notr.e s,e~aire: gênêrol, Charles Palant, un éotha.nge de vues fraternel aura lieu SI:l1" notre· action, sur la Journée Nationale du 12 moi, avant qu'un programme artistique vienne terminer la soirée. . D'autres initiatives semblables sont envisagées, et nous sommes heureux d'en féliciter tous les animateurs. Leur soutien au M.R.A.P., sous toutes les formes, contribuera à renforcer encore notre combat pour barrer la route à l'antisémitisme, au racisme et à la guerre, pour ne plus jamais .. revoir ça ! ». Alexandre CHIL. Aucune condition n'est posée pour suivre les travaux de la Journée Nationale, qui seron.t, sans nul doute, plus passionnants que. iamais. Outre les dêlégations désignées par les associations diverses ou les entreprises et les délégués des assemblées et colloques qui auront lieu, les antiracistes peuvent venir également à titre individuel. Ils peuvent demander des cartes d'entrée soit aux militants du M.R.A.P., soit directement au siège de notre Mouvement, 30, rue des Jeûneurs, Paris-2'. C'est des efforts de tous nos amis pour faire connaître cette initiative dans les prochaines semaines, pour y intéresser les antiracistes de toutes tendances, dans les milieux les plus divers, que dépend le succès de la Journée Nationale. qui doit être plus puissante, plus riche et plUS efficace encore que celles qui l'ont précédée. ~ILLI()~~ , - Trois millions d'anciens francs (30.000 trancs) c'est le montant de la GRANDE SOUSCRIPTION que lance le M.R.A.P. à l'occasion de la Journée Nationale. Vous qui approuvez: l'action dynamique menée par notre Mouvement pour combattre dans tous les dom·aines les manifestations du racisme et de l'antisémitisme, pour faire promulguer une législation efficace réprimant les excitations et les discriminations racistes, pour obtenir la condamnQtion de Poujade et de ses semblables, Jeûneurs, SOUSCRIVEZ •• Demandez: au M.R.A.P. des listes d~ souscription pour collecter autour de vous! Envoyer les dons par chèque bancaire ou par chèque postal à « Droit et Liberté », Paris (2") c.c.P. 6070-98. 30, rue des r 5 contre le racisme, l'antisémitisme, pour la paix D~UL'11 juin 2010 à 09:55 (UTC) IIIII" III! IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII!IIIIIIIIIIII.IIIIIII11111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111"111111111111111111111111111111111111111111111111: 1, __________ ----' Un grand débat est ouvert IL nous est impossible, aujourd'hui, d'analyser dans leurs moindres détails, les r éponses au questionnaire du ~.~.A.P. qui ,afflue~t à chaq~e courrier dans nos bureaux. Cela sera fait a la Journee NatIOnale. MaiS l'avalanche même des réponses, et leur diversité - parfois leurs contradic· tions - prouvent l'utilité même de ce grand débat publi~. Le racisme ,est

lll fait, tangible, palpable. Les moyens de le combattre eXIstent et se developpent.

Les causes du racisme sont diverses et ses origines diversement interprétées par nos correspondants (nous verrons plus loin ce qu'il en est). Il est remarquable que la quasi-unanimité de nos correspondants ait répondu à nos questions avec le désir de clarifier les problèmes, de préciser av. maximum ce qu~ils pensent, d'être utiles à la cause que nous défendons. LE. RACISME: UNE REALITE ! E racisme a-t-il progressé ou reculé ? Les réponses varient généralement . selon le milieu dans lequel vit le répondant. « Dans son ensemble, je pense que le racisme a tendance à reculer, vu l'évolution et le bouleversement du monde actuel. La facilité des voyages à l'étran.ger, les contacts humains font énormément pour le rapprochement des hommes .. (Mme Denise K., employée de commerce à Saint-Nazaire). « Il semble que le racisme ait reculé dans les masses, mais se soit concentré dans des groupements et y soit devenu plus virulent .. (Louis B., chef de section employés, Bourg-la-Reine). .. Le racisme a reculé ces dernières années, en raison même de l'horreur de ses excès, de l'évolution des idées, du progrès des techniques et du développement des relations humaines qui en découle. Mais il n'a pas désarmé et connaît dans certains pays, dans certains milieux, un regain dont la force de contagion demeure imprévisible .. (M. X., Nîmes). .. il n'a ni progressé, ni reculé, il est resté à l'état latent et ne demande qu'à progresser .. (Pierre Z., administrateur Paris 9') ... Il existe encore dans notre pays moins violent, pe,ut-être, mais plus subtil, plus dangereux Darce qu'inconscient .. (M. G., Rouen) ... Le racisme a progressé par suite de la guerre d'Algérie .. (Mme Renée V., Nîmes). .. La tendance raciste est encore très forte en France. Elle paraît avoir diminué parmi les étudiants, mais elle demeure sous-jacente, prête à s'intensifier à la suîte de circonstances qu'une propagande nationaliste exploite .. (Roger M., enseignant, Sceaux) ... A progressé, on n'y attache pas assez d'importance .. (Paul M .• ingénieur, Lille) ... Je ne pense pas que le racisme ait progressé en France ces dernières années. La guerre d'Algérie avait réussi à créer un courant raciste, mais une fois la paix rétablie, on s'aoerçoit que la tendance contraire, propre à la grande majorité de notre peuple, reprend le dessus plus vite qu'on ne l'avait pensé ..... (S.e., ancien journaliste, Marseille). « Le racisme existe chez nous, il est à l'état larvé et c'est ce qui le rend fort dangereux, car on le croit inoffensif ". (Edgard J., Paris 18'). DES FAITS SIGNIFICATIFS COMME on le voit par ces quelques réponses, l'actualité du racisme posée dans notre premier chapitre est Une institutrice nîmoise cite : .. Une maman rompt avec son fils Darce qu'il a épousé une noire, mes élèves mettent en quarantCline un élève noir ou se moqent mèchamment de lui ". Une autre personne conclut : .. Les gens continuent à répéter machinalement tout ce qui a été mis dans leur tête (inconsciemment) ..... LE DANGER SUBSISTE LA troisième question (Estimez-vous que le racisme constitue aujourd'hui un danger pour la société ? Pourquoi ?) est aussi fortement commentée. Le racisme est un danger pour la société : .. C'est une forme de diversion ", .. il cache les plus grandes manoeuvres de d!version.. .. il mène à la ségrégation (cf Afrique du Sud) ", .. tant que le racisme subsistera 'dans les subconscients de la masse, il sera facile de l'exciter pour mobiliser cette masse contre d'éventuels .. ennemis .. d'un chef de gouvernement sans scrupule ", .. il fait le jeu de ceux qui exaltent les instincts primaires pour réaliser des desseins inavouables ", .. l'expérience hitlérienne a montré combien le racisme est un aopel aux sentiments agressifs ", .. il engendre logiquement la violence et la guerre ", « il favorise le fascisme ", .. c'est indiscutablement un danger permanent ", .. il constitue actuellement un danger pour la société, car que les campagnes ", .. la paysannerie que je connaÎs bien (Lot, Corrèze ... ) ignore le racisme et l'antisémitisme. Elle a appris l'existence des juifs pendant l'occupation. Je ne connais aucun mot patois qui veut dire .. juif ", « les Gitans surtout sont méprisés et maltraités partout où ils passent ", .. le racisme commence avec le dédain, le mépris, la wriosité morbide. Ce sont ces formes larvées qui sont les plus dangereuses ", .. il y a souvent un racisme de principe chez le petit bourgeois (boutiquier) ", .. il y a, certes, des degrés allant de l'insulte à la violence, il n'y a pas de formes racistes négligeables ", .. le racisme commence à l'accusation contre une personne précise pour atteindre le groupe dont e.lle est issue ", .. le racisme anti-noir est mOins marqué que le racisme anti-algériens, mais il y a une ségrégation partielle... Pour I~s Gitans, la ségrégation est certaine ", .. Je trouve que le « petit peuple " est parfois raciste par contagion ", .. l'arrivée en France des réfugiés d'Algérie a souvent été cause de heurts. Il faut dire aussi que, porfois, l'attitude de ces rapatriés n'a p~s facilité leur intégration dans la population ", .. personnellement je trouve que le racisme commence dans la religion ", .. il y a ce que vous appelez le racisme mondain, et de là aux fours crématoires, il y a un nombre de degrés considérables. Mais je suis intimement persuadée que le oremier degré répandu dans de nombreuses couches de la population est une assise qui peut permettre aux violences de se déchaîner ". POURQUOI CETTE HAINE ? ... l A septième question (quelles sont selon vous, les causes profondes et im- médiates du racisme? sont-elles différentes lorsqu'il prend la forme de l'antisém itisme ? considérez-vous le racisme comme une fatalité ?) a provoqué des réponses fort contradictoires. soulignée. Nous demandions également si l'on attachait de l'importance au racisme dans l'entourage des personnes interrogées. Là encore les réponses divergent, mais il ne semble pas que le racisme laisse indifférents ceux qui ne militent pas dans l'antiracisme. Une vue du Palais de l'UNESCO, a venue de Suffren. La question n° 2 (avez-vous été témoin de manifestations quelconques au racisme ?) nous apporte beaucoup de petits faits significatifs. M. Edgard J., cité ci·dessus nous conte sa propre histoire. Marié en 1930 avec une Antillaise, son mariage a fait scandale dans sa famille : .. On a prétendu qu'en épousant une négresse, je déshonorais la famille et ma pauvre femme ne fut reçue nulle part. Je fut brimé et pendant 23 ans, cette haine poursuivit ma femme jusque dans sa tombe, car elle 'mourut encore jeune, en 1953 ". De nombreux correspondants ont rencontré des " attitudes racistes ou antisémites " dans tous les milieux. Des commerçants juifs sont injuriés par leurs clients ou leurs concurrents (cas fréquents). On a vu quelqu'un se faire traiter de " sale juif" par un enfant de sept ans ! Bien entendu, le racisme anti·algérien, sans prendre la forme virulente de naguère, s'exprime de div() rsE's façons: la moquerie, l'imi tation de l'accent nord-africain dans les entreprises, lE, dédain. D€·s étud iants noirs ne trouvent pas à se loger pour des raisons purement racistes. Un pharmacien savoyard nous cite le cas d'un noir habitant sa petite commune, contre lequel les habitants manifestaient une légère prévention. Prévention qui s'est facilement estompée chez ceux qui ont consenti à approcher le noir. Souvent, sur les stades, les joueurs noirs ou nord-africains se font traiter de noms injUrieux par le public. L'arrivée des .. pieds-noirs " en France a parfois provoqué quelques mouvements non raisonnés de méfiance raciste. il recèle en lui beaucoup de rancoeurs accumulées par les longues années de guerre coloniale. L'O.A.S. étant née de cela se fortifie toujours ... ", .. les propos racistes et antisémites trouvent toujours des oreilles complaisantes. Le ou les gouvernements n'ont jamais pris de mesures sérieuses contre les propagateurs des idées racistes et antisémites ", .. il est susceptible de bouleverser ·Ies bases d'une société déterminée (exemple : l'hitlérisme) ", .. il ne faut jamais perdre de vue la- possibilité d'une .. flambée .. de racisme aigu ..... La quatrième question ne pose pas non plus de problème particulier, ni les deux suivantes (Quelles formes le racisme prendil actuellement en France ? Estimez·vous que certains groupes sont victimes de discriminations raciales ? -V a-t-il des degrés dans l'intensité des attitudes racistes ... où le racisme commence-t-il ? Estimez-lious qu'il y a des formes de racisme particulières selon le milieu, la profession, l'âge ?). DU « RACISME MONDAIN» AUX CREMATOIRES LES réponses ne varient guère ... Le racisme se traduit surtout sous sa forme .. anti-algériens ", mais aussi "contre les commerçants juifs .. , «il y a des formes mineures du racisme, comme celle qui traite un avare de .. juif ", et il ne faut pas les négliger ", « les Algériens, les Gitans, les Noirs et les Juifs sont certainement victimes des préjugés raciaux d'une partie de la population ", .. peut-être les milieux étudiants sont-ils moins racistes que les autres, et le.s grandes villes moins " Les causes principales du racisme sont, selon moi, tributaires avant tout de l'ordre social établi. Pour l'antisémitisme, les causes sont les mêmes, mqis seulement en cas de faillite du régime ou de crise économique grave... Alors le responsable est tout trouvé, c'est le juif ", .. le racisme n'est pas une fatalité, mais un cancer qui ronge l'humanité ", " le racisme n'est pas une fatalité " (tous les correspondants, sans exception, l'affirment» ; .. le berceau du racisme est l'ignorance,l'orgueil et le chauvinisme .. j " les_ causes sont la hiérarchisation, les frontières, les slogans patrie, drapeau, honneur, devoir, etc... .. j .. les causes profondes : l'éducation familiale, les préjugés ancestraux, le chauvinisme, les intérêts, l'orgueil et la sottise humaine j les causes immédiates : toutes circonstances ou situations de quelque ordre qu'elles soient (économique, politique, sociale ou religieuse) exploitées par un groupe. L'antisémitisme repose sur de semblables inepties, les croyances religieuses ou les intérêts aopuyant peut-être plus fortement les préjugés ancestraux .. j « le racisme se développe sur un fond de méchanceté inné, en chacun de nous. Il est fait de tout ce qui nourrit le conf.lit avec " l'autre .. j haine, mépris, instinct de domination, désir de s'affirmer, méfiance, envie. Là-dessus se greffent les causes secondes et occasionnelles: opposition de couleur, de religion, d'origine, conflit économique, relations de colonisateur à colonisé. Il en est de l'antisémitisme comme de tout autre racisme, mais c'est un racisme plus strictement marqué d'horreurs... s'exerçant paradoxalement à l'encontre d'un peuple comprenant des éléments de toutes les races .. j .. les causes i L'intérêt matériel. Celà Dour l'antisémitisme, et une séquelle de vieux préjugés, familiaux par exemple .. j « il me semble que le racisme est une réaction humaine immédiate, ancestrale, correspondant peut-être à une réaction de défense de la tribu initiale ... L'individu non raciste ne peut l'être que grâce à une éducation raisonnée et libérale " j " cause : les guerres j antisémitisme

c'est un cas spécial, car c'est une

haine qui a été transmise de père en fils .. ; .. les causes sont multiples ... pour moi, je reste persuadée que le catéchisme catholique a fortement inculqué et entretenu l'antisémitisme .. j " causes principales : l'ignorance et l'inconscience des hommes - compensation à la médiocrité des vies et à l'exploitation - l'individu se venge ainsi, et surtout se trouve supérieur à quelqu'un, ce qui n'est pas si facile .. j .. les causes immédiates sont que les gens se sentant frustrés, rejettent leur hargne sur d'autres groupes ..... UNE AVALANCHE DE PROPOSITIONS ENSUITE nos correspondants répondent de façons diverses aux deux ques ~ tions suivantes sur les conditions qui, favorisent le développement ou la régres-· sion du racisme, sur la persistance des menées néo-nazies qui pourraient aboutir à de nouvelles persécutions contre les juifs, sur l'accession à l'indépendance des peuples encore récemment colonisés et la création de l'Etat d'Israël. Ces questions sont évidemment complexes et diversement interprétées. Les réponses reçues ne perme.tte nt guère encore de foire le point, ou demanderaient une longue étude, qui sera faite à la Journée Nationale. L'action contre le racisme, objet du troi sième chapitre du questionnaire, nous a valu une véritable avalanche de propositions, et tous les correspondants sans ex: eptian, semblent fortement préoccupés par ce problème, ce qui est réconfortant. Dans l'ensemble, en dehors de l'action quotidienne proprement dite, nos correspondants montrent leur volonté d'agir en profondeur. Tous sont unanimes pour affirmer que l'action des pouvoirs publics est indispensable et que notre action doit jouer aussi en direction des pouvoirs publics. Toutefois, c'est la culture qui est au premier rang des préoccupations: .. Toutes les formes de lutte contre le racisme sont bonnes. Il faut encourager les films antiracistes .. j .. enseignement, livres, radio, télévision, efforts éducatifs des grandes formation.S politiques .. j .. la discussion individuelle, les films sur les camps sont la meilleure propagande contre le racisme, il en faudrait beaucoup. La télévision serait aussi un excellent moyen .. j .. c'est une oeuvre d'éducation qu'il y a lieu d'entreprendre (causeries, r~unions publiques, émissions, films, leçons dans les écoles) .. ; .. je préconise une éducation profondément républicaine et laïque où l'on enseigne l'amour envers ses semblables, la tolérance et l'équité... ... j " principalement éducation antiraciste à l'école primaire et même secondaire .. j .. enseignement des enfants, efforts éducatifs des autorités religieuses, politiques et sociales car l'avenir est dans les générations montantes ... ".

PREMIERE conclusion : ce questionnaire soulève donc un intérêt passionné parmi les antiracistes. Notre courrier abondant doit l'être davantage encore, cor nous voulons faire le tour complet de l'opinion antiraciste française. Répondez donc et faites répondre vos voisins et amis au questionnaire sur l'actualité du racisme . 1 ~ 1 1 - vous qu'en pensez-vous? ,1 Vous aussi, vou,s pouvez, VOus devez répondre au questionnaire du M .RAP. Toutes les informations, tous les points de vue seront pré· cieux pour enrichir les débats de la Joumée Nationale. , Si vous n 'avez pas de questionnaires, demandez-en d'urgence au 1 M.R.AP., pour vous et vos connaissances. Vous les recevrez aussitôt gratuitement. (M.R .A.P., 3D, rue des Je1lneurs, Paris (2' ). Tél . " GUT 09-57). 6 En marge des conflits socIaux C'EST avec une intense émotion . ./ que nous rendons leur visite, si peu de temps après la fin de la grève, aux mineurs reçus à Paris lors de leur collecte. Dès l'entrée de Lens, nous sommes plongés dans un univers familier aux mineurs. Le ciel est gris. Un cirque de terrils immenses, qui atteignent par· fois une centaine de mètres, animés par le va-et-vient des wagonnets de déchets déjetés sur leurs flancs à un rythme régulier et infini, au pied duquel se pressent les maisons de briques. La plupart des magasins ont encore, accolée à leur vitrine, une affiche jaune: « Ce magasin a participé à l'aide aux familles des mineurs ». Nous quittons bientôt Lens à la recherche de villages qui ont noms Grenay, Loos-enGohelle, Mazingarle, où habitent nos amis mineurs. Si le mot village évoque dans nos esprits un ensemble de petites maisons groupées autour de l'église ou de la mairie avec ses espaces verts, ses arbres - ici rien de cela_ Nous roulons pendant de longues minutes parmi les corons, tous alignés avec leurs palissades en ruines. Numéros pour les corons, numéros pour les cités, numéros pour les fosses, tous ces numéros n'évoquent-ils rien pour vous ? On a tenté de leur donner des noms de batailles, des noms de fleuves, de grands hommes, mais cela ne change pas la réalité. Chaque maison de briques loge une famille, chaque famille dispose d'un minuscule jardin où elle cultive de quoi améliorer le quotidien. Pas de parc, pas de square, pas de stade, encore moins de piscine, pas de maison de culture, pas de patronage. LE C AM~ DES MAROCAINS Ça et là, un mineur fait rentrer sa ration de charbon mouillé mêle à de la terre. L'on marche sur un sol défoncé de terre battue parmi les ornières de boue. Nous demandons à Jean-Pierre D... et à André D ... de nous montrer le camp de Loos où logent les Marocains et, après une « bistouille » (café arrosé de rhum ou d'eau de vie) nous voici, avec bien des difficultés. sur un chemin délabré à travers un terrain vague : le camp russe. Oui, le camp russe. On nous explique qu'il est encore désigné par ce nom parce qu'il a été construit - et « construit » l---'~ mOin-d'oeuvr:~ i immigrée en Fronce • DEPUIS TROIS ANS, la France connait la plus importante maind'oeuvre immigrée qu'elle ait jamais connue. Les travailleurs viennent d'Italie, d'Es pagne, du Portugal, de Grèce, d'Afrique. Au cours de la seule année 1962,150:000 travailleurs étrangers sont entrés en Fra nce. • LEUR REPARTITION : 500.000 Italiens, 300.000 Espagnols, 400.000 Algériens, 80.000 Polonais, 80.000 Portugais, 50.000 Africains, 30.000 Marocains et 20.000 Tunisiens. Certains d'entre eux, notamment la plupart des Italiens et les Polona is sont fixés en France de pu is l'avant-guerre. ! • SUBISSENT-ILS UNE DISCRIMINATION, PAR RAPPORT AUX TRAVAILLEURS FRANÇAIS ~ Oui, da ns les solaires, en généra l moins élevés que ceux de leurs camarades français

dans les classifications, y compris

chez les mineurs ; dans les primes, comme celles de « grand déplacement » que touchent dans le bâtimënt les travailleurs français et que ne perçoivent pas les travailleurs immigrés ; dans les prestations de la Sécurité Sociale et des Allocations Familiales. Ces dernières ne sont pas versées aux Marocains, aux Grecs et aux Africains, dont les familles sont restées dans le pays d'origine sous le prétexte qu'il n'y a pas réciprocité (alors que les travailleurs français ~ n'émigrent pas). Et pourtant, ces tra- ~ vailleurs et leurs employeurs paient ) normalement les cotisations, comme ~ pour les autres salariés ! ,~ • SONT-ILS PERSECUTES ~ Non seulement des formalités policières et des tracasseries administratives sont imposées aux travailleurs immigrés, mais ils vivent parfois sous un régime spécial, proche de la « liberté surveillée ». L'action syndicale est pour eux souvent difficile. La discrimination raciale 'es mineurs n'en veulent pas ... est un bien gra.nd mot - durant l'occupation nazie pour des prisonniers russes qui travaillaient dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais. Ces baraquements de bois sont parfois recouverts d'une méchante tôle, les portes et fenêtres sont pourries, ne respectent pas la verticale, les planchers sont par Marie-Eve BENHAIEM vétustes et la boue souveraine. Et noire. Car il faut vous dire que ces baraquements sont littéralement flanqués contre le terril. Là les quelque cent Maro· cains vivent -- un bien grand mot encore -à quatre ou cinq dans une pièce misérable où s'alignent de vieux lits de camp, héritage des prisonniers russes, recouverts de pauvres couvertures payées 8 francs par mois. Là pullulent les rats, les microbes. Ce camp que nous avons vu n'est pas unique, il y en a d'autres comme cenaire que travaillent en temps de paiX des hommes venus, sous contrat, en France. Le coeur et la raison se révoltent devant ce spectacle honteux. EN PRIORITE ... Encore sous le coup de notre indignation, nous allons à Lens prendre contact avec des syndicalistes, et nous rencontrons, à l'heure de fermeture du siège, un travailleur de la C.F.T.C. qui nous dirige vers la Maison syndicale. Wazny nous reçoit, il est responsable C.G.T. pour la main·d'oeuvre immigrée, membre du 'Conseil National de la Fédération du sous-sol. Nous lui expliquons que nous venons au nom du M.R.A.P . en vue d'écrire un article dans « Droit et Liberté » sur la situation de la maind'oeuvre étrangère dans les mines. Il nous apprend que, SUI; les 118.000 mineurs, le bassin minier du Nord et du Pas-de-Ca· lais compte 30.000 mineurs étrangers environ, répartis à peu près de cette façon : Marocains, 10.000 ; Algériens et quelques P our leur e:r: pliqu.e r les bu ts de la grève ... lui, particulièrement sinistre, encastré entre deux terrils, qu'on nous a signalé à Escaut-Pont, dans le Nord. Et il est bien difficile, sinon impOSSible, de chauffer ces baraquements fissurés de toute part. D'où les maladies si fréquentes chez cette main-d'oeuvre. C'est dans cet univers concentration- Tunisiens : 5.000 ; Italiens : 7.000 ; Espagnols

8.000 On ne compte pas dans

ce nombre 7.000 Polonais installés depuis environ 1920, 1.000 Allemands. Très peu de Grecs, Hongrois, Yougoslaves. La situation des Marocains, groupe immigré le plus important, est aussi la plus précaire. Ils sont sous contrat souvent mariés et pères de famille, ils ont dû laisser leurs familles et ne bénéficient pas des allocations familiales et de la Sécurité Sociale pour elles. Ils vivent dans des conditions matérielles proches du dénuement, la solidarité, lors de la grève s'est exercée de façon émouvante. Ils ont reçu en priorité des vivres et un secours de 40 francs par personne, du Comité National de Solidarité. Pour leur expliquer les buts de la grève, un matériel a été édité spécialement pour eux, en arabe, et des réunions ont été organisées par les syndicalistes, où ont pris la parOle en langue arabe des responsables algériens comme Ben Bra· him, délégué de la surface à la C.G.T. Wazny nous explique que la C.G.T. a demandé pour eux une journée de congé pour la fin du Ramadan et qu'à cette occasion la mairie d'Avion a organisé une réception dans la salle des fêtes pour les mineurs marocains, en présence du Conseil Municipal et des syndicalistes. Les Marocains qui vivaient isolés dans leur camp furent extrêmement touchés par cette attention. Notre interlocuteur nous signale aussi, qu'une action était entreprise contre les conditions de vie ignobles et pour que les Marocains bénéficient comme les Italiens et les Espagnols des allocations familiales et de la Sécurité Sociale pour leur famille restée au Maroc. UNE VRAIE FRATERNITE D'autre part, si les salaires sont les mêmes pour les mineurs dans leurs catégories respectives, il y a bien des tentatives, souvent fructueuses, hélas ! de disqualifier l'étranger qui ignore ses droits ou ne sait encore comment les défendre. Ainsi, plusieurs Marocains, sont placés en catégorie 2 à l'abattage alors qu'ils auraient dû être catégorie 4 . Ainsi encore, des Marocains travaillaient à un endroit qui nécessitait une plus grande expérience que celle toute nouvelle qui était la leur et c'est l'accident d'Hulluch, fosses 13 et 18 près de Lens : 4 morts. Wazny nous fait remarquer également que dans les baraquements, les Marocains ne sont pas chez eux. En effet, les mineurs marocains (comme tous les autres) travaillent par roulement : équipe du matin : 5 h. 40-13 h. 40 ; de l'après-midi

13 h. 40-21 h. 40 ; de la nuit : 21 h.

40-5 h. 40. Or, les hommes des trois équiques vivent dans les mêmes baraquements. Allez trouver un sommeil réparateur dans ces conditions ! Roulement continu. Jamais ce sentiment de détente, de décontraction nécessaire au repos, ce sentiment que nous ressentons, portes closes, de n'avoir à les rouvrir qu'au réveil. Rares sont dans ces baraquements les moments, les instants à soi. Il' nous faudra revenir sur ces lieux de misère et de discrimination oû, cependant dans ce délabrement, dans cette honteuse exploitation brille le sentiment si profondément humain dans le coeur des généreux mineurs, de la fraternité par-delà les frontières factices créées entre les hommes. TEMOIGNAGE (SUITE DE LA PAGE 16 ) 19', 56" divisions et le corps alpin n 'esquissaient pas le moindre mouvement et ne bougaient pas de la journée. » L'information prodigieusement exacte du général est, sur ce point, légèrement en défaut ; ou du moins incomplète ; et je suis heureux de fournir l'indication qui ajoutera à la vraisemblance de son récit. A deux reprises, à huit heures du matin, d'abord, une heure plus tard pour la deuxième fois, les Allemands nous ont attaqués. Ils ont été plaqués au sol par les trois mitrailleuses que commandait Dreyfus. L'extraordinaire densité du feu a permis à ce petit détachement de tenir les assaillants en respect jusqu'à ce que l'infanterie de la division se soit alignée sur lui. Peu d'instants avant l'arrivée des r enforts, il s'est produit Un fait que je ne comprends qu'aujourd'hui. Dans le brouillard qui enveloppait le jour, à vingt mètres de nos fusils, s'est dressé un homme très grand, drapé dans un manteau qui traînait jusqu'à terre. Il marchait résolument vers nous, j'ai donné un ordre soudain, pendant que mon ordonnance l'ajustait, retenant ses pas sur la pente descendante de la prai.rie, cet être s'est mis à danser. Sans doute, un officier qui donnait l'exemple à ses hommes et qui n 'a pensé qU'à étonner les miens quand il a compris qu'il était perdu. Comment, montrant comme on m~urt, ne serait-on pas tenté .. de montrer à la mort comment va la vie? QUELQUES jours après, sur la route de Stenword, le colonel Tournès (1) attendait les survivants de la troisième compagnie. Il me demanda de réunir les hommes autour de lui, et, comme j'avais lancé un commandement: « Non! s'écria-t-il avec vivacité, pas comme ça ! Venez autour de moi mes amis ! tous. » Ce chef inébranlable, ce brillant officier avait des larmes dans la voix, il serrait de toutes ses forces les mains boueuses de ces jeunes gens anéantis par clix jours d'un combat ininterrompu, et il secoua affectueusement les épaules d'un petit soldat qui lui avait tendu les deux mains : « Vous avcz sauvé le régiment. elit-il à mon capitaine. Toutes les récompenses que vous vouelrez donner, proposez- les moi, d'avance elles sont accorelées ! » Où était Dreyfus ? Il avait rejoint sa compagnie de mitrailleuses. PeuL être avait-il oublié ce que nous lui devions. Je n'ai pas eu le temps de le revoir. Aux efforts que j'ai accomplis pour lui obtenir une récompense, l'un opposait qu'il était déjà médaillé militaire, l'au· tre qu'il devait attendre une consécration plus haute de l'avenir. Ne suffisait-il pas à mon instinct de justice que le tour de force accompli grâce à lui fut mentionné dans ma citation? On ne pouvait pas deviner qu'elle serait, en haut lieu, échenillée des précisions qui en faisaient un document. A ce témoignage qui n'a survécu qUe quelques jours, j'ai voulu que le mien succède, maintenant que des heures les plus voilées de ma jeunesse, émerge, peu à peu, la vérité des noms : Bloch, Kahn, Dreyfus ... ». IV QUELQU'UN m'a pris à part un jour que j'avais raconté cette histoire, « Vous avez le même éditeur que Céline, m'a-t-il dit d'un air préoccupé : je suis étonné que vous ne connaissiez pas « Bagatelles pour un massacre. » Lirez-vous ce livre si je vous l'envoie? » La preuve que je l'ai lu, c'est la résolution que j'ai prise de publier mon récit. Joé BOUSQUET. (1) Le colonel Tournès, qui venait de gagner avec son régiment la bataille des cols, n'était pas seulement un guerrier brave et humain. Brillant esprit, très bol!. écrivain militaire, il a poursuiVi sa carrière et est, je crois, aujourd'hui, général de division. Alerte aux droits de l'homme dans les départements d'Outre-Mer LENTEMENT, trop lentement, l'opinion publique est informée de l'évolution des événements dans les départements d'Ou tre-Mer. Des jeunes gens sont emprisonnés à la Martinique et inculpés d'atteinte à la Sûreté de l'Etat. Leur crime ? avoir exprimé leur beSOIn de justice, avoir essayé d'ouvrir les yeux qui s'obstinent à demeu rer fermés, avoir rappelé à des administrateurs trop zélés que la France est la patrie des Droits de l'Homme. Car, chaque jou r, les Droits de l'Homme sont méconnu s, bafoués dans les départements d'Outre-Mer. La libre circulation des personnes n'y existe pas ; on expulse, on refoule les habitants, comme on le ferait d'un pays étranger. Pas de liberté d'expression, pas de liberté de réunion ; les tracasseries et l'arbitraire d'une administration, qui tente par tous les moyens, PAR Jean GEOFFROY S énateur du Vaucluse de sauver les apparences de son au torité, faute sans doute d'avoir le courage de dire la vérité au gouvernement. Un régime économique qui assure la survie d'un colonialisme attardé et maintient désespérément des situations acquises, au mépris des intérêts profonds de ces territoires et des peuples qui les habitent. IL s'agit de DEPARTEMENTS FRANÇAIS. En 1946, on a prétendu arranger définitivement les choses en baptisant « départements }) nos plus anciennes colonies. Ce tour de passe-passe était insuffisant pour régler la question. Très vite, il est apparu que la « départementalisation » n'avait rien changé aux problèmes propres à ces territoires, et même, ce qui est plus grave, que la « départementalisation » avait créé une fiction, UN ECRAN QUI CACHE DANGEREUSEMENT LA REALITE. C'est sans doute à cause de cette fiction, de cet écran, que ces prétendus départements français ont été laissés en dehors du vaste courant de décolonisation qui a ébranlé l'Afrique. JE connais bien certains des jeunes gens actuellement poursuivis et emprisonnés à la Martinique et particulièrement l'un d'eux qui pendant plus de dix ans, lorsqu 'il était étudiant à Paris, a fréquenté ma maison. Par eux, j'ai appris à connaître les problèmes des Antilles françaises. Je sais quels sentiments les animen t, ces jeunes gens, la générosité ùe leurs aspirations, leur désintéressemen t . Quoi qu'on fasse, il ne sera p as possible de les faire passer pour des énergumènes ou pour des individus sans foi ni loi. Ces jeunes gens ne sont pas antifrançais. Ils ont été instruits dans nos lycées, dans nos universités; ils aiment notre culture et ils souffrent souvent, dans le fond de leur coeur, de voir la France infidèle à sa tradition. C AR TOUT SE RAMENE, en vérité, AU PROBLEME DU RESPECT DES DROITS DE L'HOMME. Il en est d'ailleurs toujours ainsi. L'histoire de ces dernières années nous l'a souvent rappelé: après la crise hitlérienne, les guerres de décolonisation ont été marquées par de~ atteintes graves et répétées à des principes, hors du respect desquels il n'y a jamais de solution valable à aucun problème. 7 les néo-nazis allichenlleur racisme en Dlein Paris 1 D cPU IS que lques semaines, de nom- 1 breux kiosques à journaux pa risiens affic hent e n bonne place une Nietzche a décrit sans le réaliser : le surhomme ... » fe uil le de 4 pages « Le Yi king » « Organe de combat de l'O .Y.f. (Section fran caise de l'Internationale Nordique Proléta ; ienne) '. Sous ces appellat ions pompeuses, il s'agit plus simpl ement de nJZ is vul gaires et abominablement rac istes, qu i ont déc larè officie llement leur associatoin (sous le numéro 62/ 1024) et leurs but s : « Nous sommes une Race de Ma Î t re ~ ; le monde est nôt re, not re Destin s'a ppe lle : Diri ger, Gouvern e r » . Leur doctrine est le « ra c isme-révolutionna ire » qu' ils appel lent une doct rine « totolitaire, c'est-à-dire « totale », car c'est tout l'homme aryen, toute la société aryenne qu'il faut transformer. » Bien entendu, cette « a rguméntation » d'un autre âge s 'accompag ne des injures habitue lles : « .•• quelles que soient ses tendances politiques, un Rosenbaum, Mayer ou Blumenstein reste attaché à la su prématie de sa race. Camarades, ne l'oubliez pas l '. Et Jeur profess ion de fo i est la suiva nte

« Moralement défait par le système

démocrasseux radicalement dégénéré par le métissage systématique des grandes villes, politiquement saturé par le parlementarisme (sous la IY' ), ou pressuré (sous la y C) par la dictature judéo-maçonnique, notre Peuple est devenu méconnaissable ... Du grand Celte blond, du guerrier franc à la bravoure légendaire, ou marchand de costumes yiddish et au rond- de-cuir bra chycéphale, il y a un monde ... « (Le racisme-révolutionnaire . .. conduira la race germanoïde et bl anche à la suprématie mondiale ( .. . il forgera un type d'hommes nouveaux dont la valeur se mesurera aux' critè res de la race, de l' hé rédité, de la noblesse biologique, il enfc ntera, sans souci de classe ou de riches se, une aristoc ratie fondée sur le sang ; le racisme révolutionna ire créera ce qu' un • NOUVElLE eOITION • Ces nazi lions, d'autre part, s ',en prennent aux aut res naz is du mande, qui ne sont pas assez purs, comme Mosley « marié à une juive ,,) et « le trop fameux pÎtre du pseudo-Parti Nazi Américain, Lin coin Rockwell (Rockwe ill, agent des organisations juives, qui se permet de salir l'emblême aryen, le Svastika, en l'arborant lors d'une poignée de main au nègre Eliyah Muhammed 1 ». C'est d'oil!eu rs une variante de ce fameux Svastika la « RUNE GAMMEE » qui sert d'emb lème a ux « Vicki ngs ". ' La question que nous posons est la sui vante

Comment une te lle organisa tion

qui s'affi rme ouvertement nazie et dont la doctrine est la destruction de's « races inférie ures » peut-elle . agir légalement en France, sous le couvert d'une association déclarée et protégée par la loi du 1 er jui 1_ let 1901 ? Pourquoi ses re sponsables, qui donnent leurs adresses : Jean-Claude Monet Poste ~es tante, Paris 26 ; Roger Sirgtlez, 2 , Allee Emde'-Kahn, Argente uil ; R. Fontaine, P. R. La Tour-Perret, Amiens (Somme); F. G. Merklen, 25, rue Reinbold,. Strasbourg IB.-R ' et Anne Anton, P. R. Metz R. P. (Mosell e), peule Numero· 1 f .. ~ tE V~K~NG ve nt-ils en toute impunité proclamer leurs appe ls à la haine racia,le, réprimée pa r les lois ? Qu'on ne nous di se pas qu' il s'agit de plaisanteries sans importanëe. Ils son r , . affil iés à un e, organisation ORGA HE DE COMBAT DE L'O. V. F . (Sedlo,.. FronçOlse d. l'inlernotionai. Nordique Prolétorrenne' ~ËO"" C "O"l .... OMINISUAHON Jeo,,·Clovde MONET. Pos,e ,es'o,,. PO"l 26 cmH S~ON 0 A NeES ~~ G lüNAlf s :01:'1~'~~.U: y R.~'l~I~~:,E p!Charles. :~?"n~ICharles;~~I.O.1 APPEL AUX NATIONAUX el à la dosse ouvrière Cam.,.tlaI ! A"CleM "'~mllre~ oe K'OUpements ~trlO l ~~ • • ·rn.I'tanlS le touS bordS nal .or';"lsle~. ~ (N Ou Ptla lanile. J.N 00 P NS.F., FNF au MNR, Ar ou L.g,on l'IltI'O'1as'. l'0ra. nlu l lOn dU v'k.nel de Ffl nci .ou~ IIppe'le au comClt ~ .... la consl,l"t,on CI"", Front d·O!)po~,· l ,on Nat'onale et Soc 'ale. I~ cull ... ,e ~~ thoCllCiut! d'un IClrill f'oau.eauaPll"!lr l bou~ulr' les vteu~ cOfCePt ~ éllalitillles et l'Oeral'$IU C.maridn OUV fl.~ ! PlO· le ta lfudu~rdalaLe"e,oe ta8rel4ine ,1·Alsace.vovSlousdupeSpa-lal",ance Judeo-' nlerna l'OIlaleou leWHl,sanl soc'. I,sme ,ma""str '. "OI.:~ les élll'r.el$ e.e1o'trsqu,pe,nezala .cn.ine. C~l S,mca 0 ... C,!roen. 1'0I8I,"ullOn dU \/'k,nll dl F •• nce .eus aopelle.u combal !)OU. la ClestructlOn du c.p'lall$me Dan· C'lfe. rao.~nemenl d·un soclal,sme . ,nIe, n~tlQnal~ ..... opé .. n . el non . lnlenallQn. Ir~ !e . . d· ... n soc'a:,sme-flclIl et flQfl de clils:;e.l"un SOClalrsme l a,~n l CIe l'ou\lfle, un praprréllrre el non un p,oletarre.d·un SOCIalisme QU, remelle le~ I,,'e's CI! commande. CIl l'v~,ne conlo,nte ...... nt il tous les P ,oauct~ u 'S oe I·ov .. le, Iv patron, e t nonQuIsecontenled'etat\.e,eto"cen\,. hSl!' a OJ I.anCI comm" I·(tat ma",st". oueUed.tlerence."t'l '·e . p,o,teu' ,n(j v,ô ... el (p~"o,,) el colletl,l ((ta' ma, " sIe)' l, 'l'sullat e~1 'Clenl'Que De Olu~ ('a"" qu·v" Jou, comme le~ theor.c,"n~ md",stu. que Iii ",(.e t~ ma. cn~,a \lIIn~ a rr' ileanl~ !)O"I'oue~, ecanom'Qu- e5 'I-OC,av'.c,o"" 01 II .",spall!lOfI. 01'" cla~\es aanli vne \.OC,e te cammu· n,)'e, ,eleve CIe' la !)I,,~ Il.anae n.a,~e l e la lo' N .. lv,elle e"lIe des elrt .. s ... II .. t"lI' (IUt' If' Peuple F.ança's·aryen 'OIoÇQn""son p,ap'esoc,allsrneQu,n·av,. (e"d.nemen! "en de commun a~ec celUI ~ Mao o~ Lén ... ' d" N,uSl!' Ou d .. Sala E UR O PE F G MERII:LEN. 2S.'u" II:",nbold. Sl1osbo~'9IB·R.1 "nne An'on. ~ R .• Me Il R P IMosellel zar._ La Lo, Na'u'elle veul ~Iemenl qu'~ la lonllue,lal'gvedes s lOila llSpeflmh,CI" 1. perlrt'SlIIIOn syJ'(j'cale. de l 'e~ploilatlOll palronille, l'el "e aryenne Clu mondeouvfler dKouv'e SOfl !QC,allsme, nouveau, Clyna· m'que biolOl,que. n.al,onal, ethn,que. ~omrnunauta"e ... L'OVF el la Ftdèral,on Synd,calrst .. f'ançalSl'en conSI,luen t le orelude Camarade' Retoon~ nos ,a"gs!_ LE VIKI NG . 10I.le., Cilr C'e~1 tOut t'homm" aryen, Ioule la SOClè,e aryenne qu'II faultrans· lorm ... Moral .. "",n! del"t p;)r le syslème dérno-crasseux. r,clal"ment déienértipar le mé" nag .. systemat'qu .. des "raodes voiles. polrllqu .. ment ~tulé pal le parle"",nla· usme (SOIJ~ la IV") ou pressuré (sous 1.. V"l par la d'ctatu'e JUdéG-maçonn,que. notre Peuplees! aevenumeconna,sroable. Du grand Celte blana, du guerrrer Franc fila braltOure légenda"e, au marChand de COSlume~ y'ddlsh e' au rond-l"·CUII bra chycéphale, ,1 ya un monde ... Le P"upl" r 'ança'$est btenmor1 de sa belle morl el les dern'ers elémenl~ sa,n~ poumss .. nl dans lu 1e6les ae la Républoqueou b, .. n !oOfl1 dotés d'une lelhari'" moral .. décon· certanle_.Q" .. ta" .. pour .. nrayer C .. declln occ.denta, Iranca,s' Poo, "r",I"dern,,,. co,,'" aryen-p1J' d" sa lorpeu,- Dkouvrrr une doctune de ehoe aIgUillon et , è;oolort psychologIque .. Une doclflne qu, .épondeàlaso,fd·idéaletd'absoluaela génératIOn nou~elle. UM doclr'"" suscepI, bltrd .. ,edonretdu • p,mel1 t . , du charme ~ 1 .. v,. d'un .. soc,élé. une doclflf6 qu, ,eaécou~re le~ ~al .. urs nalurelles. honneur. uprrl de sacflltCe, loyauté, fldelrté ~ UlM! C.lIUSt! h~o,~me, cgnsc,ence de ,aceetdt;s.ong,unedoctrtnequI.emplisse le ~,d~ 'deolOillque du ~Iècle ilctuel, unedoclllneC.llpablederenlle'serlev,e,1 ~",cepot",delaodemo-ploutocraloeet d·effacer le mylh~ aontl·natufll d·u ..... ~: :::: g::~:: ~,i:~ol. ' ~,~l~~è r:~:Charles!::~ui~n~::: .. dif'~:: l ...... I O'a~o ... SocioU.'.. dUlf' la race germano,ôe el blanChei'lI Nou. 1. brondj .. o n. , : Charles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC)e .:,o~~I~~ ~:!r~I!~,~! ~:.:;~ NOTRE COMBAT 1 Charles:~~If~~:E~.r~,: ~!:n~v;:~!,:, O:~ II es, d~., lITIpia C.llble. ,ngrill m81$ marKlsme el du cap,tallsme. ,1 lo,gera un ~ubllme. el ~I utarte. noire combat de type d'hom"", llOrJ\'i!au dont la valeu, se 'ac'~t es-reYOluI IOMlllIfU mesurllra .uKCllttrude III rllce, de l'hé •• Not re "....·moleur.c'nt notre FOI, nol" dlté, dl Iii noble55e blolOlique. Il enfll n- Myst'que. IIHII, SIInslOUcl de clIIsse ou de " CheSse. Le rac tsrne-t~l uIIOflNnre. a III 10"' une .. ,is!ocnr t le fol'ldtesu, le sa", ; le K,,,no:;e, doct" ne pol.!lq.,., philosophl ll, raci~tIYolullonnal,e Cl",. u qu'un 'el Il IOn, constllue pIIr I~ mime une ~' Ntfttnche Il déc'It sans le ,.lIser · L. tfl ne lottltlai" Tota lita ire. c'HI-a-d lfe SumomIM_ R ACE - R É VO L U TI ON internationale qui ose te nir pignon sur rue dans de nombreux pays d'Europe et aux Etats- Unis. Il faut que' cesse ce scandale! Croix gammées au cimetière iuif de Bagneux A l'he ure où nous mettons sous prene, on nous signale que des croix gammées et des inscriptions « mort aux juifs » ont été barbouillées au C'EST L'INTERET PROFOND DE LA FRANCE QUI EST EN CAUSE. En m'associant aujourd'hui à ceux qui s'efforcent d'éclairer l'opinion, d'ouvrir les ye.ux du gouvernement, j'ai conscience de bien servir mon pays, dont les destinées ne peuvent se concevoir hors de la fidélité à la tradition des Dr oits de l'Homme qui a fait son rayon· nement et sa vraie grandeu r. _____________________________. ..' cdiamnest ièlar e bajunilfi eduee Bpaagrinseieunx-, Succès de notle plotestation L'Académie GAYA doit renoncer à ses formulaires racistes A la suite de la campagne que nous la race en vue de tenir compte de l'état avons menée ainsi que différen- d'esprit et, le cas échéant, des préjugés . tes organisations e) sy ndicats raciaux de certains de ces élèves, des d'ens,eignants, à propos de l'incroyable incidents ayant eu lieu à ce suj et. questionnaire que l'A cadémie Gaya sou- A près qu' il ait ét é signalé à M. Gaya relig ieuse et rac iale du questionnaire, cette suppression a été décidée. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération di stinguée. me,ltait à ses éventuels élèves et profes- que cette précaution était bien inutile et seurs (QueUe est votre religions ? Etes- que d'autres heurts, encore plus domma- Pour Je ~fini stre et par Délégation vous de race aryenne ou sémite ?), et de geables pour son établissement, seraient Le Di recteur du Cabinet ne. Ces inscriptions sont localisées dans la division 31, prês du monument aux Anciens Combattants Juifs. Nous élevons une vive protestation contre ces actes barbares et espérons que toutes mesures seront prises d' urgence pour découvrir les coupables et les mettre hors d'état de nuire. JournaT composé et imprimé par des ouv riers syndiqués S.P.E.C. - Châteauroux notre intervention auprès du Ministre évités en supprimant les deux rubriques J ean DOURS. Gérante : S. BIANCHI . de l'Education lVationale, nous avonSliiiiiiiiiiliiiiiiiiiif~::::::~~::::::::::::::!::!Charles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC):::riiiiii;j~illil!l!ill!illlli;:~:;li11 juin 2010 à 09:55 (UTC)Charles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC)111 reçu, du directeur du Cabinet de M. Christian Fouchet, la lettre suivante adressée à notre président Pi,erre Paraf " Bd B AR B~S Par is le 18 mars 1963 el à 50 m nouvea ux magasins Monsieur le Président, 62, R. MARCAOET Vous avez bien voulu appeler tout PARKING GRATUIT ASSURÉ spécialement mon attention sur le fo r- MAGASINS OUVERTS TOUS LES mulaire proposé à ses élèves éventuels JOURS OE 8 H A 19 H 30 - par J'Académie Gaya, établissement d'en- MÉTRO MARCADET-POISSONNIERS seignement supérieur libre, dont le siège se trouve : 2, rue des Italiens à P aris. J'ai l'honneur de vous faire connaître que j 'ai fai t procéder à une enquête sur cet établissement. M. Gaya, Directeur de l'Inst itution, a indiqué que le formulaire comportait des quest ions r elatives à la religion et à 8 UN CERTAIN JOUR •• le 19 av~ LE deuxième jour de l'insurrection du Ghetto les combats se déroulèrent place Marianowski, rue Milo et rue « Sapiezynska. 8ronek se trouvait rue Milo dans Une fabrique de bros.ses, au deuxième étage. A la nuit tombante, les Allemands interrompirent leurs altelques et il se fit un silence insolite. Personne ne sortit des bunkers et le silence souterrain vint en quelque sorte se surajouter au calme général. On s_entait que les vieux, et les gens effrayés s'étaient comme pétrifiés quelque partt dans les profondeurs, dans l'attente et -là surprise. Les combats de la rue Milo, l'après-midi, furent acharnés j sur la maison où dans la soirée 8ronek s'était ressaisi après l'exaltation de la journée, le drapeau rouge troué par les balles, flottait, toujours non décroché. Dans la vaste salle les insurgés étaient couchés côte à côte ". L'insurrestion éclata le 19 avril 1943 dans le plus grand ghetto que les Hitlériens avaient créé en Europe et c'est en ces termes là que Jaroslaw Iwaszkiewicz, éminent écrivain po· lonais, décrit la première phase de cette lutte dans le troisième tome de son roman : .. La Célébrité et la Gloire " (Slawa i Chwala). mination, ce territoire aurait pu susciter la méfiance, le désl gnance s'il n'y avait eu ce fait que la frontière du ghetto était à cette frontière pouvait éprouver de la crainte, de la pitié, de sons, de rues, de places, de squares, d'arbres en fleurs, de tra dépêchaient pleins de crainte et d'espoir, évitant de rencontrer clysme inexorable ne s'était abattu sur le territoire du ghetto. particuliére de l'Allemand. Si l'on pouvait suivre les étapes qui ont abouti à la création de cette horrible prison dans laquelle on enferma plus de 1,5 million de juifs, ces gens rejetés au fin fond des conditions de l'existence, condamnés au début à une mort lente, puis brutale, assénée par une main bestiale, si l'on pouvait jour après jour, heure après heure parcourir chaque rue qui se trouvait dans le .. quartier interdit ", visiter chaque maison qui était devenue le foyer de la misère, de la faim, de la maladie et de l'agonie, au bout de cette route on ne trouverait plus que des cendres éteintes, des débris de murs réduits en poussière, le silence que ne justifient ni la vie, ni la mort. Il nous faudrait traverser un désert où il n'y aurait pas un coin d'ombre, pas une seute voix, pas un seul objet. Après l'exter- La frontière du ghetto était la frontière de la vie et non dans les quartiers non sujets aux interdictions, aux ordrès, à Il d'un certificat ou d'un extrait de naissance avec la description au fond des rues vidées des juifs et frappait à toutes les pan résignaient ni au fascisme, ni à l'hitlérisme, ni à la guer re, en de la loi, ni à la discrimination. Là-bas, dans les quartiers de le gens aux yeux sombres, au nez marqué et aux cheveux noirs sans signes particuliers, l'homme n'appartenant ni aux juifs ni ni la force, ni l'esclavage, ni la violence. Sur le bûcher en flan brille mieux à l'heure du meurtre ; ou bien tu seras un esclave, Entassés, décimés par la maladie et la faim, écrasés dan fers surgis tout à coup dans le payse constituait encore un encouragement LA YIE DU GHETTO au jour le jour L'AUTEUR de la « Chroniqne du ghetto de Varsovie» (1), l'historien jnif Emmanuel RingelblmH, est mort le 7 mars 19-1--1-, exéwté par les na:::is au milieu des ruilles de la capitale polonaise, en même temps que sa femme et son fils. Il n'mira pas survécl1 mt an an ghetto dont il avait été, en même temps que l'his,torien et le témoin, l'un des chefs de la Résistance. C'est pour sauver sa vie précieuse que celleci lui avait QI'donné, à la veille de l'insurrection d'avril 1943, de quitter le ghetto. Entre temps, les archives du ghetto et la « chronique » furell.t el/fouies profondément, S01lS terre, à deux el/droits différents. On les re/rOllva en 19-1-6 et en 19S0. Fonda/eHr d'ulle société clandestine, l'O.S. (Ot/eg Sabbath - « Plaisil' du Samedi ») qui fonctionna dès octobre 19.19, dont le but était de transcrire au jOlI?' le jOHr l'histoire des juifs de Varsovie, il fit preHve d'lme belle lucidité. il semble que dès l'occupation de la Pologlle par les .-ll/eII/a Ilds , EII/II/anuel Ringelbllli/l ail en la presciel/ce de l'avenir et dl1 destin des juifs varsoviens. Son blÜ essentj,el était que le monde, dont on allait tenter de les séparer, apprenlle, tôt on tard, tmûe la vérité. Grâce à Ini, la vie exacte du ghetto est désormais connue de tous. C'est en été 1941 que le mur dH ghetto, COIlSll'uit pendant l'année 1940 fut définitivell/ent achevé. Mais dès le 1':; 1l0velllbre I9'+0 les habitall'/s dn ghetto avaient été consignés. A l'l!Irtérieur la garde était montée par des miliciens ukrainiens et des soldats allemands. A l'intérienr, les policiel's juifs veillaient. Nul ne pouvait sm·tir ou entrer sans UH laissezpassel' sPécial, difficile à obtenir. Près de 40b.OOO juifs allaient devoir vivre, collfinés dalls cel espace. JI0.000 allaient être déPortés. Et quand éclata l'insurrection, il n'y avait plus que 40.000 personnes vivantes au ghetto. La lectul'e de la « Chronique » est so/{vellt insou.tenable. Militant politiqne, sociologue éminent, Ringelblum a souvent la deu! dw'e, dans sa vision claire des événemellts. Il ne ménag.e, ni le Conseil Ju.if, ni l'atroce police juive, tli les trafiquants, les affameu.rs, les riches ni fous cenx q1/i, même au coeur de cet enfer, « profitent » de la situation. Et son coeur bat avec celui de son peltple, dont il adm'ire le COltrage et la patience. La « Chronique -» étant clandestine, on n'y distingue qu'à mots couverts la prise de conscience politique d,es habitants dl! ghetto qui aboutira. le 29 juille,t 1942, à l'nnification des différentes or.qanisations jnives en une seule organisation de résistance. Dans la ch1-onique, l'écrivain appel/.e les (1) Robert Laffont, éditeur. Traduction de Léon Poliakov. IVOI. 12,90 f. + T.L. Allelllallds les Ali/l'CS, on Ils avec une 11IajusCltle. Hitler est nommé Horowitz. Des histoires plaisantes, Imllloristiques émaillent le réci/ «HorQ\\'itz visite l'Au-Delà. Il voit Jésus au paradis. « Eh là, que fait un juif sans brassard?... Laissez-le, répond Saint-Pierre, c'est le fils du patron. » lVais, peu à pen, l'Jw1110ur disparaîtra, pOli r faire place à l'horreur, la fin de la « Chronique» n'est plus faite que de notes hâtives. Ringelblum pressentait la fin proche dll ghetto et l'anéantissement de ses habitallfs. Tl est difficile de choisir, dans ce jOlll'llat fenil soigneusement à jour, des passages significatifs. Parce qlle la « Chronique » forme un tout, 1I1L bloc inséparable. NOliS en avons til'é quelques e.vtrai/s dou.- Un des rares portraits d'Emmanuel Ringelblum, archiviste ct chroniqueur du ghetto. lO1/ re1/x, et quelques autres ironiques. Car ce témoignage humain est aussi l' OEuvre d'lI11 z·ér.itable écrivain. 19-20 nov. 1940. T E ghetto a été institué ce samedi. La L journée fut terrible. Les gens ne savaient pas que nous allions avoir un ghetto fermé: ce fut comme un coup de tonnerre. A tous les coins de rue se tenaient des patrouilles de policiers allemands, polonais et juifs, qui vérifiaient les oas- C'est dans ces bidons et ces boites, cnfouis profondément sous terre, qu'en 1946 et 1950, on retrouva les précieuses archives du ghetto et la « Chronique » d'Emmanuel Ringelblum. vue par le plus précieux témoin Emmanuel RINGELBLUM sants pour voir si ceux-ci avaient ou non le droit de circuler. Les femmes ne pouvaient plus acheter sur les marchés installés en dehors du ghetto. On manqua aussitôt de pain et d'autres denrées. Nous assistons depui s à une véritable orgie des prix. De longues queues stationnent devant chaque magasin d'alimentation; de nombreux proc1uits ont déjà disparu ( ... ) Le premier jour après l'institution du ghetto, de nombreux chrétiens apportaient du pain pour leurs relations et amis juifs. Le phénomène était général. On continue à aider les juifs à s'approvisionner. 21-29 nov_ 1940. Les gendarmes allemands (du ghetto) de Varsovie viennent de Lodz. Ce sont des vieux spécialistes du métier. Aujourd'hui le mot d'ordre est : « Marchez lentement, ne courez pas comme hier. » Un juif fut forcé de se mettre à genoux et Ils urinèrent sur lui. Rue Chlodna, Ils battent aussi les femmes. Le ghetto a suscité beaucoup d'inquiétude parmi les Polonais, qui se disent que lem' tour viendra ensuite : des commissaires seraient désignés pour gérer les biens polonais, ainsi que ce fut le cas pour les biens juifs, leurs meubles seraient confisqués et ainsi de suite. Aujourd'hui, le bruit courait que les radios anglaise et soviétique annoncent chaque demi-heure « Un demi-million de juifs ont été murés dans un ghetto. » ( ... ) 23-24 déc. 1940_ Auj ourd'hui, 24 décembre, une nouvelle agression eut li eu. rue Leszno. Un camion chargé de Têtes de Mort apparut, les soldats sautèrent à terre, une terrible panique s'ensuivit. Quelques juifs restèrent sur pIace et enlevèrent leurs chapeaux. Ceux-là ne furent pas battus, mais ceux qui s'enfuyaient étaient poursuivis et terriblement battus. Un juif fut jeté à terre et piétiné jusqu'au sang. Autre agression, rue KanneIicka; hommes, femmes et enfants étaient frappés sans distinction. Une femme passait sur le trottoir avec son enfant; l'enfant reçut un tel coup sur la tête et il tomba sur la chaussée .( ... ) 10 mors 1941. Scène de rue : un auto chargée d'Autres passe. Rue Karmelicka, une charrette à bras juive bloque la circulation. L:auto doit s'arr êter. l/un des passagers descend et commence à battre le juif. Celui-ci se débat, tombe .par terre. Une :voix s'élève alors dans la voiture : « Laisse-le, tu ne vois pas qu'il est contagieux? » Aussitôt l'agresseur bat en retraite. ( ... ) Actuellement on fait une grande agitation à propos du typhus. D'énormes affiches représentent un juif barbu du type « Stuermer »; sur sa barbe on aperçoit un pou; la légende porte : « Derrière le juif rampe le typhus. » ( ... ) Ils exploitent le danger du typhus pour isoler le ghetto si hermétiquement qu'une fourmi ne pourrait pas y entrer. ( ... ) 18 mars 1941. Le nombre des décès à Varsovie croit c1e jour en jour. Il y a deux semaines quelque deux cents juifs sont morts. La semaine dernière (début mars) il y eut plus de quatre cents décès. Les corps. séparés par des planches sont ense\'elis dans une fosse commune. ( ... ) Pinkert. le Roi des Morts, ouvre de nouvelle succursales de son entreprise de pompes funèbres. Derniè- (Suite page 10) s'inscrivait dans les projets de ceux q ces ; or, ils avaient la candeur des 1 la satisfaction du devoir bien acco~ mission que l eur avait confiée le führE , Ils ne demandaient pas un pri}C é sentiment qu'ils avaient d'être mem étaient nés dans une autre partie d~ leur langage, à leur lieu de naissan, yeux. Le führer ne réclamait d'eux n conquête de l'Europe ils constituaier ailleurs, ils ne devaient procéder à furent élus ('omme étant les meille~ leur cruauté, leurs injustices, leurs e condamné d'autres hommes à la mis centaines de milliers de juifs enfermé d'aucun examen, d'aucune enquête ; de la compréhension pour leur objee geaient cette compréhension non se~ jeunes et des vieux, des cordonniers, 1 chands de casquettes et des boulang cins et des écrivains, des chercheu~s, Stanislaw Poète, écrivain, ancien sous lû numéro 132434, d'Oran réclamaient des enfants et des nOUVE de travail d'esclave et de mépris, d'iII, tion du monde - les coups tombaien la vie, sur les révolutionnaires et les ratifs de leur foi - l'existence sur terr Amener un peuple tout entier, dl - dans un seul rectangle que l'on nOI noux, l'enfoncer dans le sol pierreux - ceux qui ont su faire cela n'étaient me est capable de faire cela ! Des gens à demi-nus, des gens ~ goût pour la vie vont, les mains en 1'1 natif de Hambourg, de Munich, de SI! un homme qui avait sa patrie, sa mai bibliothèque, sa chorale et son bistrot distance des vieillards, des femmes et autorité. Il a terrassé les peuples de 1 de lui les pleurs et les lamentations e 19 avril 1943, le Ghetto de Varsovie pr Il déclenche une action extraordinaire, à une mort silencieuse, sans éclat, n les fentes des murs et les canaux sout nu, étonnant, étranger. Ce jour-là les les jours précédents. Le Ghetto consti Pologne, mais le mur qui séparait - 1 fût-ce que pour la raison bien simpl~ était parfaitement connu dans ses moi la violence prit fin. Les Allemands qui à coup de fusils par les juifs polonais, Or, cette poignée de combattants geait pas sa propre légende. Sa luttl reconquérir leur liberté. Je pourrais aj chose de plus. Si cette lutte a pu a' guerre au fascisme et le combat du gl bilité particulière de cette dernière poi leur peuple, liée à l'histoire du peuple Lorsqu'ils tiraient sur les Allemane crets ou acheminées à l'intérieur du 9 guenilles, chf:/lricelants, affamés', concev Nous sa'Yons que ces jours-là, lors armées en campagne, en tombant, ils dis que les SS prenaient dans les rues ses ; nous savons que ces jours-là où plus lutter pour la liberté, l'homme al éloquemment, les contours de son visa sant rue après rue, il se vengeait de ICI du Ghetto de Varsovie. Mais il ne put p la mémoire humaine a conservé bea de cette dizaine de personnes qui on restées aussi dans la mémoire de ceUJ des chars ont fait irruption sur le territoi Ils vivent et ils se souviennent j pa bien vivante, lorsqu'ils clament les anci les colonnes des revues, dans les livres. sons ... Parfois ils le fonl sur les places Certains d'entre eux prononcent des publique et la façonnent conformément l'armée à leurs bons soins, non seuleml tres pays. Et ceux qui ont éprouvé la perfect fosses, dans des tombes anonymes, leu recueillement, mais s'agit-il seulement d N'étant pas crédules, nous n'avon! autre monde : exposés au danger nous autre que celle que l'humanité a conOl armes dans le Ghetto de Varsovie, se SI révolte féconde aussi nos rêves. UR •• le 19 avril 1943 ski, rue Milo et rue e étage. A la nuit Personne ne sortit entait q ue les vieux, te et la surprise. Les s'était ressaisi a près ché. Dans la vaste plus grand ghetto minent écrivain poèbrité et la Gloire .. mination, ce territoire aurait pu susciter la méfiance, le désespoir peut-être, il aurait pu inspirer de la répugnance s'il n'y avait eu ce fait que la frontière du ghetto était à la fois la frontière de la vie. Celui qui se trouvait à cette frontière pouvait éprouver de la crainte, de la pitié, de la colère, de la haine, car cette frontière de maisons, de rues, de places, de squares, d'arbres en fleurs, de tramways en mouvement, de gens qui marchaient, se dépêchaient pleins de crainte et d'espoir, évitant de rencontrer l'occupant, cette frontière rappelait qu'aucun cataclysme inexorable ne s'était abattu sur le territoire du ghetto. Que ce qui s'y passait était seulement l'oeuvre particulière de l'Allemand. La frontière du ghetto était la frontière de la vie et non la frontière de la mort. Elle la traversait et allait dans les quartiers non sujets aux interdictions, aux ordrès, à la loi. La mort n'y dépendait ,pas d'une attestation, d'un certificat ou d'un extrait de naissance avec la description détaillée des origines de la grand'mère. Elle allait au fond des rues vidées des juifs et frappait à toutes les portes derrière lesquelles vivaient les gens qui ne se résignaient ni au fascisme, ni à l'hitlérisme, ni à la guerre, en tant qu'éléments de la vie nationale, ni à l'infraction de la loi, ni à la discrimination. Là-bas, dans les quartiers de la terreur et de la mort, on ne recherchait plus les gens aux yeux sombres, au nez marqué et aux cheveux noirs. Là-bas on cherchait l'homme en général, l'homme sans signes particuliers, l'homme n'appartenant ni aux ju ifs ni aux Polonais. On recherchait celui qui n'acceptait ni la force, ni l'esclavage, ni la violence. Sur le bûcher en flammes du .ghetto on rajouta d'autres victimes afin qu'il brille mieux à l'heure du meurtre; ou bien tu seras un esclave, ou bien tu périras 1 Comme ceux du Ghetto. ans laquelle on enandamnés au début heure après heure it devenue le foyer t plus que des cenla mort. Il nous fauobjet. Après l'exter- Entassés, décimés par la maladie et la faim, écrasés dans l'étroitesse des rues sombres, descendant aux enfers surgis tout à coup dans le paysage familier de la ville natale ; Drivés de tout ce qui constituait encore un encouragement à la vie, on les conduisit vers l'ultime marche. Ceci s'inscrivait dans les projets de ceux qui étaient fiers et qui avaient confiance en leurs forces

or, ils avaient la candeur des maîtres et la tranquillité des vainqueurs ; ils avaient

la sa tisfaction du devoir bien accompli ; ils se réjouissaient d'exister et de remplir la HETTO mission que leur avaît confiée le führe r. ue par le plus précieux témoin mmonuel RINGElBlUM sants pour voir si ceux-ci avaient ou non le droit de circuler. Les femmes ne pouvaient plus acheter sur les marchés installés en dehors du ghetto. On manqua aussitôt de pain et d'autres denrées. Nous assistons depuis à une yéritable orgie des prix. De longues queues stationnent devant chaque magasin d'alimentation; de nombreux produits ont déjà disparu ( ... ) Le premier jour après l'institution du ghetto, de nombreux chrétiens apportaient du pain pour leurs relations ct amis juifs. Le phénomène était général. On continue à aider les juifs à s'approvisionner. 21 -29 nov. 1940. Les gendarmes allemands (du ghetto) de Varsovie viennent de Lodz. Ce sont des ieux spécialistes du métier. Aujourd'hui e mot d'ordre est : « Marchez lentement, e courez pas comme hier. » Un juif fut orcé cie se mettre à genoux et Ils urinèen! sur lui. Rue Chlodna, Ils battent aussi es femmes. Le ghetto a suscité beaucoup l'inquiétude parmi les Polonais, qui se dicnt que leur tOUt· viendra ensuite : des ommissaires seraient désignés pour gérer es biens polonais, ainsi que ce fut le cas our les biens juifs, leurs meubles seraient onfisqués et ainsi de suite. Aujourd'hui, le ruit courait que les radios anglaise et soiétique annoncent chaque demi-heure : Un demi-million de juifs ont été murés lans un ghetto. » ( ... ) 3-24 déc. 1940. Aujourd'hui, 24 décembre, une nouvelle gression eut lieu, rue Leszno. Un camion hargé de Têtes de Mort apparut, les solats sautèrent à terre, une terrible panique 'ensuivit. Quelques j uifs restèrent sur plae et enlevèrent leurs chapeaux. Ceux-là e furent pas battus, mais ceux qui s'enuyaient étaient poursuivis et terriblement attus. Un juif fut jeté à terre et piétiné usqu'au sang. Autre agression, rue Kannecka; hommes, femmes et enfants étaient appés sans distinction. Une femme passait ur le trottoi r avec son enfant; l'enfant eçut un tel coup sur la tête et il tomba ur la chaussée .( ... ) o mars 1941_ Scène de rue : un auto chargée d'Autres sse. Rue Karmelicka, une charrette à ras juive bloque la circulation. L:auto doit arrêter. Uun des passagers descend et mmence à battre le juif. Celui-ci se dét, tombe .par terre. Une voix s'élève ors dans la voiture : « Laisse-le. tu ne is pas qu'il est contagieux? » Aussitôt gresseur bat en retraite. ( ... ) Actuelleent on fait une grande agitation à propos typhus. D'énormes affiches représentent juif barbu du type « Stuermer »; sur barbe on aperçoit un pou; la légende rte : « Derriè.e le juif rampe le tyus. » ( ... ) Ils exploitent le danger du hus pour isoler le ghetto si hermétiquent qu'une fourmi ne pourrait pas y enr. ( ... ) mars 1941. e nombre des décès à Varsovie croit jour en jour. Il y a deux semaines queldeux cents juifs sont morts. La seine dernière (début mars) il y eut plus quatre cents décès. Les corps. séparés des planches sont ensevelis dans une e commune. ( ... ) Pinkert. le Roi des rts, ouvre de nouvelle succursales de entreprise de pompes funèbres. Derniè- (Suite page 10) Ils ne demandaient pas un pri}l élevé pour leurs loyaux services. Ils se contentaient du sentiment qu'ils avaient d'être meilleurs que les autres, d'être meilleurs que ceux qui étaient nés dans une autre partie du monde et qui parlaient une autre langue, grâce à leur langage, à leur lieu de naissance, à la forme de leur nez et à la couleur de leurs yeux. Le führer ne réclamait d'eux ni humilité ni patience : avant même de partir à la conquête de l'Europe ils constituaient déjà une race de maîtres et de seigneurs ; par ailleurs, ils ne devaient procéder à aucun choix : le sort s'en est chargé pour eux. Ils furent élus comme étant les meilleurs, les premiers, mais d'autres hommes ont connu leur cruauté, leurs injustices, leurs condamnations, leur haine et leur mépris ; ils ont condamné d'autres hommes à la misère, à l'esclavage et à la mort inhumaine. Plusieurs centaines de milliers de juifs enfermés dans le ghetto ne furent l'objet d'aucun jugement, d'aucun examen, d'aucune enquête ; selon les sbires les prisonniers auraient dû montrer de la compréhension pour leur objectivité, leur impartialité, pour leurs décisions. Ils exi geaient cette compréhension non seulement de la part des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, des cordonniers, des tailleurs, des menuisiers, des tourneurs, des marchands de casquettes et des boulangers ; ils la réclamaient aussi de la part des médecins et des écrivains, des chercheu ~s, des inventeurs, des philosophes et des juges j ils la Stanislaw WYGODZKI Poète, écrivain, a ncien prisonnier des camps d' Auschwitz sous lù numéro 132434, d'Ora nienbourg, de Sachsenhausen et de Dachau. réclamaient des enfants et des nouveau-nés. Dans ce monde formé de mur et de fa im, de travail d'esclave et de mépris, d'illégalité et de violence, d'un seul désir - la domination du monde - les coups tombaient à la fois sur les gens qui avaient l'expérience de la vie, sur les révolutionnaires et les gens qui contemplaient - conformément aux impératifs de leur foi - l'existence sur terre. Ces mêmes coups tombaient sur les enfants. Amener un peuple tout entier, depuis l'âge le plus tendre jusqu'à l'âge canonique - dans un seul rectangle que l'on nomme le ghetto, lui imposer la force, le mettre à genoux, l'enfoncer dans le sol pierreux - qui pourrait en faire autant f Je ne dirai pas que ceux qui ont su faire cela n'étaient pas des hommes. C'étaient des hommes. Un homme est capable de faire cela ! Des gens à demi·nus, des gens presque morts de faim, des gens sans espoir et sans goût pour la vie vont, les mains en l'air. A un pa's de distance, marche un homme armé natif de Hambourg, de Munich, de Stuttgart, de Cologne, de Berlin, de Dresde, de Lipsk ; un homme qui avait sa patrie, sa maison, son atelier de travail, sa chaire à l'école et sa bibliothèque, sa chorale et son bistrot ; cet homme armé marche maintenant à un pas de distance des vieillards, des femmes et des enfants et cet homme-là possède une véritable autorité. Il a terrassé les peuples de tout le continent, mais cet homme-là entend autour de lui les pleurs et les lamentations et il demeure insensible. Et puis, un certain jour, le 19 avril 1943, le Ghetto de Varsovie provoque un événement que l'on n'avait pas pressenti. Il déclenche une action extraordinaire. Le Ghetto de Varsovie rattaché depuis des années à une mort silencieuse, sans éclat, muette et aveugle, filtrant vers l'extérieur à travers les fentes des murs et les canaux souterrains, montre brusquement un autre visage inconnu, étonnant, étranger. Ce jour-là les conditions dans le Ghetto étaient les mêmes que les jours précédents. Le Ghetto constituait 10- partie d'un tout ; il existait à Varsovie, en Pologne, mais le mur qui séparait - unissait. Il ne liait pas la seule victime au sbire ne fût-ce que pour la raison bien simple que le crime qui se répétait depuis des années. était parfaitement connu dans ses moindres détails. Ce jour-là cette perfection créée par la violence prit fin. Les Allemands qui entrèrent dans le Ghetto de Varsovie furent salués à coup de fusils par les juifs polonais, encore en vie, qui se défendaient. Or, cette poignée de combattants ne se nourrissait pas de chimères ; elle ne se forgeait pas sa propre légende. Sa lutte était le symptôme de la lutte des peuples pour reconquérir leur liberté. Je pourrais ajouter : et rien d'autre. Et pourtant c'était quelque chose de plus. Si cette lutte a pu avoir lieu, c'est parce que les peuples faisaient la guerre au fascisme et le combat du ghetto était entre autres l'expression de la responsa bilité particulière de cette dernière poignée de juifs, sur le sol polonais, pour l'histoire de leur peuple, liée à l'histoire du peuple polonais. Lorsqu'ils tiraient sur les Allemands avec des armes fabriquées dans des ateliers secrets ou acheminées à l'intérieur du ghetto par des Polonais - amis, ces gens vêtus de guenilles, ch~ricelants, affamés, concevaient-ils les choses ainsi f . . Nous savons que ces jours-là, lorsque la pensée des combatt~nts se tournait v; rs les armées en campagne, en tombant, ils rêvaient de secours, de fusils, de vengeance, tandis que les SS prenaient dans les rues du ghetto en flammes des photographies grandioses

nous savons que ces jours-là où pour la millième fois un homme tombait pour ne

plus lutter pour la liberté, l'homme allemand discernait d'une manière plus aiguë, plus éloquemment, les contours de son visage. En incendiant maison après maison, en détruisant rue après rue, il se vengeait de la surprise que lui avaient réservée les juifs polonais du Ghetto de Varsovie. Mais il ne put prendr.e sa revanche sur Stalingrad. La mémoire humaine a conservé beaucoup de choses. Il ne s'agit pas seulement de celle de cette dizaine de personnes qui ont survécu aux combats. Beaucoup de choses sont restées aussi dans la mémoire de ceux qui avec des mitrailleuses, des lance-flammes et des chars ont fait irruption sur le territoire du Ghetto de Varsovie. Ils vivent et ils se souviennent j parfois ils fournissent la preuve que leur mémoire est bien vivante, lorsqu'ils clament les anciennes théories, manifestement, publiquement, dans les colonnes des revues, dans les livres, sur les murs des synagogues et des simples maisons ... Parfois ils le fon t sur les places publiques de certaines capitales, dans les écoles, Certains d'entre eux prononcent des verdicts, décident, influent sur le cours de la vie publique et la façonnent conformément aux anciennes théories et pratiques. On a confié l'armée à leurs bons soins, non seulement dans leur propre patrie, mais aussi dans d'autres pays. Et ceux qui ont éprouvé la perfection de leur métier se sont tus : enterrés dans les fosses, dans des tombes anonymes, leurs cendres dispersées dans le vent, ils forcent au recueillement, mais s'agit-il seulement de se souvenir f N'étant pas crédules, nous n'avons pas renoncé à notre asp iration à construire un autre monde : exposés au da nger nous n'avons pas renoncé à oeuvrer pour une existe nce autre que celle que l'humanité a connue jusqu'alors. Ceux qui, il y a 20 ans ont pris les a rmes dans le Ghetto de Varsovie, se sont révoltés contre la tyrannie, c'est pourquoi leur révolte féconde aussi nos rêves. COMM L'écrivain italien Curzio Malaparte était corres: guerre en Pologne en janvier 1942. C'est ainsi qu ghetto de Varsovie, en touriste, comme cela se fais: Dans le chapitre de « Kaputt » intitulé « Les Rats cette visite et aussi celle qU'i] fit au sinistre Dr H adjoint de Himmler, nommé par lui Gouverneur Pologne, et instigateur du ghetto. C'est au cours d'l VOUS avez bien été voir le ghetto, mein _ lieber Malaparte? me demanda Frank avec un sourire ironique. Oui, lui répondis-je froidement. Très intéressant, nicht wahr ? Oh ! oui. Très intéressant, répondis-je. Je n'aime pas aller dons le ghetto, dit FrauWacher. C'est très triste. - Très tr iste ? Pourquoi ? demanda le gouverneur Fischer. - 50 schmutz ig ! (tellement sale), dit Frou Brigitte Frank. - Jo, so schmutzig, dit Frou Fischer. - Le ghetto de Varsovie est, sans doute, le meilleur de toute la Pologne, le mieux organisé, dit Frank . Un véritable modèle. Pour ce genre de choses, le gouverneur Fischer a la main heureuse. Le gouverneur de Varsov ie roug it de plais ir. - Dommage, dit-il d'un air modeste que je n'oie pJS eu un peu plus d'espace. Si l'espace ne m'avait pas manqué, j'aurais peutêtre pu foire les choses beaucoup mieux. - Ah ! oui, dommage ! fis-j,e. - Songez donc, continuo Fische r, que dons ce même esp:Jce où trois cent mille personnes vivaient, avant la guerre, maintenant, il y a plus d'un miHion et demi de Juifs. -0 mortalitE Wolsegg - D, ter, j'ai , qui paie tenu de - Je la morte - Vc Wachter Tous -II dis-je, l, serait pli - Ce ner, dit manière dons le quarante - C', je ; s'ils ghetto SE - En re de cc toutes le révélées leur nom Le sinistre Dr Ha nz Fr ank, gouverneur gén éral de l'époque où le ren contra Malapa rte. Ce n'est pJS ma faube s' ils y sont un peu à l'ét roi t. - Les J ui fs aiment vivre comme ça ! dit Emil Ga ssne r en riant. - D'outre po rt, dit Frank, nous ne pouvons pas les obliger à vivre d'une façon diffé rente. - Ce se rait contraire ou dro it des gens ! observai - je en souriant. Frank me fixa d'un air iron ique. - Et pou rta nt, d it-il, les Juifs se pla ignent . Ils nous accusent de ne pas respecte r leur J ibre volonté. - J ',espère que vous ne prenez pJS leurs protesta t ions au sé ri eux, dis-je. - Vous vous trompez, di t Fra nk, nous foi sons tout pour qu' ils ne protestent pas. - J o, natürlich ! d it Fische r. - Pour ce qui est de la sa leté, continua Fran k, il est indénia bl,e qu' ils vivent dons des cond it ions dé plorabl es. Un Allemand n'a ccept e ra it jamais de vivre dons cet é tat-là ! Même pas par p la isanterie! Et il répéta en ri ant a ssez fa rt : Même pas par plaisa nte rie ! - Ce serai t, fis- je, une pla isantérie amu sa nte. - Un All emond ne serai t pas ca pa ble de vivre dons ces conditions, di t Wachte r. - Le peuple all ema nd est un peuple civilisé, déclara i-je. - J o, natürl ich, dit Wachte r. - Il nous fau t recannait re que la faute n'en est pas en ti è rement a ux Juifs, dit Frank . L'espace dons leque l ils sont enfe rmés est pl utôt réduit pour une population aussi nombreuse. Mois les Ju ifs, au· fond, aimen t vivre dons la saleté. La saleté est leur a ssaisonnement naturel. , Peut-être bien parce qu' ils sont tous malades - et les malades, faute de mieux, tendent à se réfugier dans' la saleté. Il est douloureux de constater qu'ils meurent comme des rots. - Il me semble qu'ils n'apprécient pas beaucoup l' honneur de vivre. Je veux dire l'honneur de vivre comme des rots. - Quand je dis qu'ils meurent comme des rots, j,e n'ai pas la moindre intention de les critiquer, dit Frank. C'est un simple constatation. - Il ne fout pas oublier qu'étant donné les conditions dans lesquelles ils vivent, il est très difficile d'empêcher les Juifs de mourir, dit Emil Gassner. - L,es fonts, dis· enfa nts. - Ach, Fra nk. - Jo, - Ach, fo nts du gl horribles, mJlades, TI rasites. S'i gne raient. ta lité infar tos. Quel tile dons le en se tourr - Ci nql Fischer. - Les pe ine dégér pas é1ever lé fa it ,en L'AllI ha ute kultu - Jo til e, l 'AII ~m. de, d it Frai d iffé renoe a ll ema nds - Les pas des enl (Les petil enfants, per de Varsovie, Les enfants fonts juifs mands sont habill és. Les nus, et marc Les enfants fonts juifs lemands vive des pièces petits lits bic des moisons froides, remp tas de p:Jpie sont é tendus enfants allen pées, des ba de bois, des air comprimé toupies, tous 1 1943 peut-être, il aurait pu inspirer de la répufois la frontière de la vie. Celui qui se trouvait olère, de la haine, car cette frontière de mai· en mouvement, de gens qui marchaient, se upant, cette frontière rappelait qu'aucun catace qui s'y passait était seulement l'oeuvre rontière de la mort. Elle la traversait et allait La mort n'y dépendait pas d'une attestation, iIIée des origines de la grand'mère. Elle allait errière lesquelles vivaient les gens qui ne se qu'éléments de la vie nationale, ni à j'infraction eur et de la mort, on ne recherchait plus les as on cherchait l'homme en général, l'homme Polonais. On recherchait celui qui n'acceptait du ghetto on rajouta d'autres victimes afin qu'il ien tu périras 1 Comme ceux du Ghetto. oitesse des rues sombres, descendant aux enmilier de la ville natale j orivés de tout ce qui vie, on les conduisit vers l'ultime marche. Ceci ient fiers et qui avaient confiance en leurs fors et la tranquillité des vainqueurs j ils avaient ils se réjouissaient d'exister et de remplir la our leurs loyaux services. Ils se contentaient d~ que les autres, d'être meilleurs que ceux qUi de et qui parlaient une autre langue, grâce à la forme de leur nez et à la couleur de leurs ilité ni patience : avant même de partir à la à une race de maîtres et de seigneurs j par choix : le sort s'en est chargé pour eux. Ils s premiers, mais d'autres hommes ont connu mnations, leur haine et leur mépris j ils ont l'esclavage et à la mort inhumaine. Plusieurs s le ghetto ne furent l'objet d'aucun jugement, les sbires les prisonniers auraient dû montrer leur impartialité, pour leurs décisions. Ils exit de la part des hommes et des femmes, des iIIeurs, des menuisiers, des tourneurs, des marils la réclamaient aussi de la part des médeventeurs, des philosophes et des juges j ils la YGODZKI nnier des camps d'Auschwitz urg, de Sachsenhausen et de Dachau. s. Dans ce monde formé de mur et de faim, . et de violence, d'un seul désir - la dominafois sur les gens qui avaient l'expérience de ui contemplaient - conformément aux impémêmes coups tombaient sur les enfants. l'âge le plus tendre jusqu'à l'âge canonique ghetto, lui imposer la force, le mettre à geourrait en faire autant? Je ne dirai pas que s hommes. C'étaient des hommes. Un hommorts de faim, des gens sans espoir et sans un pas de distance, marche un homme armé de Cologne, de Berlin, de Dresde, de Lipsk j n atelier de travail, sa chaire à l'école et sa homme armé marche maintenant à un pas de nfants et cet homme-là possède une véritable continent, mais cet homme-là entend autour meure insensible. Et puis, un certain jour, le un événement que l'on n'avait pas pressenti. etto de Varsovie rattaché depuis des années et aveugle, filtrant vers l'extérieur à travers , montre brusquement un autre visage incontions dans le Ghetto étaient les mêmes que partie d'un .tout j il existait à Varsovie, en t. Il ne liait pas la seule victime au sbire ne le crime qui se répétait depuis des années, détails. Ce jour-là cette perfection créée par ent dans le Ghetto de Varsovie furent salués en vie, qui se défendaient. nourrissait pas de chimères j elle ne se forle symptôme de la lutte des peuples pour

et rien d'autre. Et pourtant c'était quelque

u, c'est parce que les peuples faisaient la tait entre autres l'expression de la responsae juifs, sur le sol polonais, pour l'histoire de is. des armes fabriquées dans des ateliers separ des Polonais - amis, ces gens vêtus de Is les choses ainsi ? pensée des combatt~nts se tournait vers les nt de secours, de fUSils, de vengeance, tanetto en flammes des photographies grandiola millième fois un homme tombait pour ne discernait d'une manière plus aiguë, plus incendiant maison après maison, en détruise que lui avaient réservée les juifs polonais sa revanche sur Stalingrad. de choses. Il ne s'agit pas seulement de celle cu aux combats. Beaucoup de choses sont vec des mitrailleuses, des lance-flammes et hetto de Varsovie. fournissent la preuve que leur mémoire est héories, manifestement, publiquement, dans s murs des synagogues et des simples maiues de certaines capitales, dans les écoles, , décident, influent sur le cours de la vie nciennes théories et pratiques. On a confié s leur propre patrie, mais aussi dans d'auleur métier se sont tus : enterrés dans les res dispersées dans le vent, ils forcent au uvenir ? enoncé à notre aspiration à construire un s pas renoncé à oeuvrer pour une existence u'alors. Ceux qui, il y a 20 ans ont pris les Ités contre la tyrannie, c'est pourquoi leur 9 COMMENT LES NAZIS VOYAIENT LE GHETTO ~.T~II décrits par Curzio MALAPARTE L'écrivain italien Curzio Malaparte était correspondant de guerre en Pologne en janvier 1942. C'est ainsi qu'il visita le ghetto de Varsovie, en touriste, comme cela se faisait souvent. Dans le chapitre de « Kaputt }) intitulé « Les Rats )l, il conte cette visite et aussi celle qu'il fit au sinistre Dr Hans Frank, adjOint de Himmler, nommé par lui Gouverneur général de POlogne, et instigateur du ghetto. C'est au cours d'un déjeuner somptueux, en dégustant Un daim à la broche, selon les rites antiques de la vénerie, qu'eut lieu l'élégante conversation dont nous donnons ici quelques extraits. On ne peut lire ces pages sans ressentir un certain malaise, mais il est incontestable que le témoignage de l'écrivain, véritable morceau d'histoire, est révélateur de la pensée des bourreaux nazis. VOUS avez bien été vair le ghetto, mein _ lieber Malaparte? me demanda Frank avec un sou rire ironique. Oui , lui répondis-je froidement. Très intéressant, nicht wahr ? Oh ! oui . Très intéressant, répondis-je. Je n'aime pas aller dans le ghetto, dit FrauWach.er. Cest très tri ste. - Très triste ? Pourquoi ? demanda le gouverneur Fischer. - 50 schmutzig ! (tellement sale), dit Frou Brigitte Frank. - Jo, sa schmutzig, dit Frou Fischer. - Le ghetto de Varsovie est, sans doute, le meilleur de toute la Pologne, le mieux organisé, dit Frank. Un véritable modèle. Pour ce genre de choses, le gouverneur Fischer a la main heureuse. Le gouverneur de Varsovie rougit de plais ir. - Dommage, dit-il d'un air modeste que je n'aie pJS eu un peu plus d'espace. Si l'espace ne m'avait pas manqué, j'aurais peutêtre pu faire les choses beaucoup mieux . - Ah ! oui, dommage ! fis-j,e. - Songez donc, continua tischer, que dans ce même esp:Jce où trois cent mille personnes vivaient, avant la guerre, maintenant, il y a plus d'un mi~lion et demi de Juifs. «( Kaputt » est édité chez Denoël et a paru au « Livre de Poche ,..) - On a beaucoup fait paur diminuer la mortalité dans les ghettos, observa le baron Wolsegger d'un tron prudent. Mais ... - Dans le ghetto de Cracovie, dit Wachter, j'ai ordonné que ce soit la famille du mort qui pa ie les frais des funérailles. Et j'ai obtenu de bons résultats. - Je suis sûr, dis-}e ironiquement, que la mortalité a diminué d'un jour à l'autre ! - Vous devinez: e lle a dim inué! dit Wochter en rian t. Tous se mirent à rire en me regardant. - /1 faudreit les ((aiter comme des rats. dis- je, leur donner de la mort-aux-rats. Ce serait plus ra pide. - Ce n'est pas la peine de les empoisonner, dit Fischer, ils meurent tou·t seuls d'une manière incroyable. Le mois dernier, rien que dans le ghetto de Varsovie, il en est mort quarante-deux mille. - C'est un pourcentage satisfaisant, disje

s'ils continuent a in si, dans deux ans le

ghetto sera vide. - En matière de Juifs on ne peut pas fa ire de ca lcul s, dit Frank. Dans la protique, toutes les prévisions de nos experts se sont révé lées erronées. Plus il en meurt et plus leur nombre augmente . jouer. Les enfants juifs ne jouent pas : ils n'ont rien pour jouer, ils n'ont pas de jouets. Et puis ils ne savent pas jouer ! Non les enfants du ghetto ne savent pas jouer. Ce sont réellement des enfants dégénérés. Quel dégoût ! Leur unique amusement, c'est de suivne les chars funèbres chargés de morts - et ils ne savent même pas pleurer - ou d'ailer voir fusiller leu'rs parents et leurs frères derrière la forteresse. C'est leur seul amusement d'aller voir fusiller leur maman. Vraiment un amusement paur enfants juifs D. - Il n'est certainement pas facile, paur nos services techniques, de pourvoir à tous ces morts, dit Frank. Il faudrait au moins deux cents automobiles, alors que nous dispasons seulement de quelques dizaines de charrettes à bras. Nous ne sovons même plus où les enterrer. C',est un grave problème. J'espère bien que vous les enterrez, dis-je. - Naturellement ! Croyez-vous que nous les donnons à manger à leurs parents ? dit Frank len riant. Tout le monde riait: ... Ach so, ach so, ja, ja, ja, och so, wunderbar ! » Naturellement, moi aussi, je me mÎs à rire . Cétait une idée si amusante, mon idée qu'on pût ne pas les enterrer ! les larmes me venaient aux yeux (à force de rire) en pensant à cette drôle d'idée que j'avais eue. Frou Brigitte Frank se comprimait la paitrine des deux mains, la tête renversée, la bouche gronde ouverte : « ach sa, wunderbor ». - Jo, sa amusant, dit Frou Fischer. NOUS sortîmes du 8elvédèoe. Je montai dans la première voiture avec Frou Fischer, Frou Wochter et 118 généralgouverneur Frank. Dons la seconde voiture, montèrent Frau Brigitte Frank, le gouverneur Fi scher et Max Schmeling. Les outres invités nous suivaient dans deux autres voitures. Nous parcourûmes l'Aleja Ujazdowska, tournâmes par la Svientocziska et par la Marsza lkowska, puis nous arrêtâmes et descendîmes à · l'entrée de la « ville interdite », devant l'ouverture pratiquée dons je haut mur de briques rouges que les Allemands ont construÎt autour du ghetto. Le sinistl'e Dr Hanz Frank, gouverneur général de Pologne et bourreau !fu gHetto, à l'époque où le rencontra Malaparte. - Regardez ce mu'r, me dit Frank. Voyezvous réellement cette terrible muraille de cimen t hé rissée de mitrailleuses dont parlent les journaux anglais et américains ? Et il ajouta en riant : les Juifs, les pauvres gens sont tous malades de la paitrine ; ce mur, au moins, les abrite du "1ent. Ce n'est pJS ma fauhe s' ils y sont un peu à l'étroit. - Les Juifs aiment vivre comme ça ! dit Emil Gossner en riant. - D'o utre po rt, dit Fran k, nous ne pouvons pas les obliger à vivre d'une façon différente. - Ce se rait contraire ou droit des gens 1 observai - je en souriant. . Frank me fixa d'un air ironique. - Et pourtant, dit-il, les Juifs se plaignent. Ils nous accusent de ne pas respecter leur libre volonté. - J'.espè re que vous ne prenez p:s leurs protestations au sérieux, dis-je. - Vous vous trompez, dit Frank, nous faisons tout paur qu'ils ne protestent pas. - Jo, notürlich ! dit Fi scher. - Pour ce qui est de la saleté, continuo Frank, il est indéniable qu ' ils vivent dons des conditions déplorables. Un Allemand n'accepterait jamais de vivre dans cet état-là ! Même pas par plaisanterie ! Et il répéta en ri ant a ssez fort : Même pas par plaisanterie ! - Ce serait, fis-je, une ploisantérie amusante. - Un Allemand ne serait pas capable de vivre dans ces conditions, dit Wachter. - Le peuple allemand est un peuple civilisé, déclorai-je. - Jo, natürlich, dit Wachte r. - Il nous faut reconnaître que la faute . n'en est pas enti èrement aux Juifs, dit Frank. L'espace dons lequel ils sont enfermés est plutôt réduit pour une population aussi nombreuse. Mois les Juifs, au fond, aiment vivre dans la sal eté. La sal eté est leur assaisonnement naturel . . Peut-être bien parce qu' ils sont tous malades - et les malades, foute de mi eux, tendent à se réfugier dans' la saleté. Il est dou loureux de constater qu 'ils meurent comme des rots. - Il me semble qu'ils n'apprécient pas beaucoup l'honneur de vivre. Je veux dire l'honneur de vivre comme des rats. - Quand je dis qu' ils meurent comme des rots, je n'ai pas la moindre intention de les critiquer, dit Frank. Cest un simple constatation. - Il ne faut pas oublier qu'étant donné les cond itions dans lesque lles ils vivent, il est très difficile d'empêcher les Juifs de mourir, dit Emil Gassner. - Les J ui fs s'obstinent à avoir des · enfants, dis- je. Cet uniquement la faute des enfant s. - Ach, die Kinder! dit Frou Brigitte Fran k. - Jo, 0 schmutzig ! dit Frou Fi scher. - Ach, vous avez donc remorqué les enfa nts du ghetto? me demanda Frank. Ils sont horribl es, nicht w Jhr ? sa chmutzig ! Et tous mJlodes, nemplis de croûtes, dévorés des po rosites. S'ils ne faisaient pas pitié, ils répugneraient. On dirait des sque lettes. La mor · tolité infantile est très é levée, dons les ghettos. Quel est le chiffre de la mortalité infantile dam le ghetto de Varsovie ? demandJ -t-il en se tournant vers le gouverneur Fi scher. - Cinquante-quatre pour cent répandit Fischer. - Les Juifs sont d'une race malade en peine dégénérescence, dit Frank. Ils ne savent pas élever et soigner les enfants comme on le fait ,en All emagne. - L'Allemagne, di s- je, est un pays de haute kultur. - Jo, natürlich ; en fait d'hygiène inbn tile, l'Allemagne: est le premier pays du monde, dit Frank. Avez-vous remarqué l'énorme différence qu'il y a entre les petits enfants a llemands et les petits enfants juifs? - Les petits enfants du ghetto ne sont pas des enfants, répandis- je. (Les petits enfants juifs ne sont pas des enfa nts, pensais-je en parcourant les ghettos de Varsovie, de Cracovie, de Czenstochowa. Les enfants allemands sont propres. Les enfonts juifs sont schmutzig. Les enfants allemands sont bien nourris, bien chaussés, bien habillés. Les enfants juifs sont affamés, deminus, et marchent sa ns souli ers dons la neige. Les enfa nts allemands ont des dents. Les enfants juifs n'ont pas de dents . Les enbnts allemands vivent dons des moisons propres, dans des pièces chauffées ; ils dorment dans de petits lits blancs. Les enfants juifs vivent dans des moisons repaussontes... dons des pièces froides, remplies de gens, et dorment sur des tas de pJpiers et ch iffons à côté des lits où sont étendus les morts et les agonisants. Les enfants allemands jouent : ils ont des poupées, des balles de caoutchouc, des chevaux de bois, des soldats de plomb, des fu si ls à air comprimé, des boîtes « Meccano », des toupies, tous ce qu'il faut à un enfant paur Dans la voix arrogante de Frank, il y avait quelque chose que je crus reconnaître, quelque chose de triste : une cruauté humble et triste. - L' atroc.e immoralité de ce mur, répon~ di s- je, ne consiste pas seulement dans le fait qu'elle empêche les Ju ifs de sortir du ghetto, mais dans le fait qu'el le ne les empêche pas d'y entrer. (Suite page 10) L'APPEL AU MONDE DES COMBATTANTS DU GHmO « Dans le bruit des explosions... dans le crépitement des mitraillettes ••. dans la fumée des incendies et dans la mer de sa·ng du ghetto massacré, nous vous envoyons un salut fr.aternel .•• Sachez: que chaque maison du ghetto continuera à être une forteresse, que nous pouvons tous périr dans ce combat, mais que nous ne capitulerons pas. Nous aspirons farouchement à la vengeance. 'Nous voulons que soient châtiés tous les crimes commis par notre ennemi commun. Nous combattons pour votre liberté et pour la nôtre, pour votre honneur et pour le nôtre ! ... Vive I.g frClternité d'armes avec la Pologne en lutte ! ... « Que l'héoïsme avec iequel les habitants du ghetto accomplissent leur effort désespéré inspire au monde des actes qui soient à la ha'uteur des moments grandiose que nous vivons !... » .... - - --- 10 La chronique du Ghetto (Suite de page a ) rement, il en a ouvert une rue Smocza, où il propose des obsèques de « luxe » (par ex. pour 12 zlotys, on peut avoi l' des croquemorts en uniforme). ( ... ) ( ... ) L'abandon d'enfants dans les institutions du ghetto et aux postes de police est devenu un phénomène de masse. La création d'une maison pour cent enfants mendiants n'a pas été un remède. Les enfants continuent à mendier tout comme auparavant. ( ... ) 26 avril. ( ... ) La mortalité parmi la population juive est devenue énorme. Elle a monté de J SO à .100-600 par semaine. Les gens meurent dans la rue. Une mère à laquelle on a demandé pourquoi elle se tenait dans la rue avec ses enfants a répondu qu'elle préférait mourir dans la rue que dans sa chambre. ( ... ) 1'1 mai 1941. c. .. ) Voici comment les contrebandiers opèrent rue Sienna : le balayeur des rues franchir le mur, apprennent à connaître Varsovie par les images. Les cinémas projettent à nouveau des films de propagande antijuive sous le titre: « Juifs, pour typhus ». Des bandes tournées au ghetto cherchent à montrer à quel point les juifs sont pouilleux. D'autres reportages ont été tournés dans les camps de travail afin de prouver que les juifs sont paresseux. ( ... ) Août 1941 On constate une curieuse indifférence à la mort. qui ne fait plus aucune impression. Dans les rues les gens passent avec indifférence de\'ant les cadavres. Rares SOilt ceux qui viennent se renseigner clans les hôpitaux sur les décès. Le cimetière aussi ne suscite pas un grand intérêt. ( ... ) ( ... ) Dans le silence de la nuit, les cris des enfants qui mendient ont une étrange résonance. et il faut avoir le coeur hien dur pour ne pas leur jeter un morceau de pain - - à moins de fer1l1er fenêtt'es et yolets... COl11'amment ces enfants mendiants meurent la nuit sur le Les femmes du ghetto participèrent glorieusemen t à l'in surrection se tient de l'autre côté du mur, et balaie consciencieusement. Avec son balaie, il pousse divers objets dans la rigole (qui passe sous le mur) ; et par la même voie, il reçoit l'argent. Des gosses squelettiques de ~-4 ans se faufilent par d'autres rigoles et vont chercher du côté aryen les marchandises. On peut s'imaginer le sentiments d'une mère qui sait que SOIl enfant est en danger de mort. .. ( ... ) La mort guette dans chaque rue. Les enfants ne la craignent plus. Dans une cour, les enfants s'amusaient à chatouiller un cadavre. ( ... ) ( ... ) Certains de nos richards ferment la porte à clé lorsqu'ils se mettent à table. D'autres conservent du pain blanc dans un tiroir, et ne le mangent que lorsque personne ne les voit. ( ... ) ( ... ) La démoral isation du ghetto est terrible. Au point que lorsque deux juifs se rencontrent, l'un dit à l'autre : « L'un de nous travaille sÎ1rement pour la Gestapo! » Récemment une femme a confié une jaquette ù une autre, qui s'est dit que quelque chose de précieux devait y être cousu: le lendemain il y eut une perquisition ... 20 mai. Au cours de la deuxième décade de mai. la famine et la mortalité étaient :\ l'ordre du jour. Ces jours derniers les décès ont atteint le chiffre de T SO el1Yiron par jour ( ... ) et la mortalité continue à croî tre. ( ... ) Juin 1941. trottoir. C'est ce qui est arrivé en lace du 24, rue Muranowska, où un petit garçon de six ans a g-émi toute la nuit, trop faible pour aller chercher un morceau de pain qui lui avait été jeté par la fenêtre. ( ... ) ( ... ) Les enfants deviennent de plus en plus démoralisés. A témoins, les batailles rangées entre les bandes d'enfants, au cours desCJuelles on fait des prisonniers. ( ... ) Les petits gangsters se moquent de la police juive. .Teles ai vus singer un peloton de policiers faisant l'exercice, aux cris de « Tournez la manivelle ». Septembre 1941. Rue Sienna, où habite l'ari stonatie juive, en particulier les convertis, la mode est en plein essor. Des femmes élégamment vêtues y font leur promenade. Dernièrement. elles ont commencé à porter de hautes bottes, comme les hommes. Il va de soi que de telles bottes coütent au moins 4SO zlotys la paire. Les frères Kohn et HelIer, qui sont très actifs et font d'aclmi rables affai res, ont récemment ouvert leUt"s propres hal les, 44. rue Leszno. A l'entt'ée se tiennent des gardiens. qui ne laissent pas passer les mendiants. Les omnibus à chevaux, qui desservent les rues clans lesquelles ne passe pas le tramwav électrique, sont un grand succès. Ils sont toujours pleins de monde. On les appelle « Boîte à Kohn », « boîte à poux ». L'homme de la rue dit « je prends un Kohn-Heller. » ( ... ) Octobre 1941 Deux enfants mendiants s'étaient installés dans la rue, avec l'écriteau « S.O.S. ». Il faut convenir que c'est la formule qui convient le mieux à notre situation, la devise la plus juste. 14 novembre. Les premiers froids sont déjà là et la population frissonne. Le spectacle le plus terrible est celui des enfants gelés. Enfants aux pieds nus, aux genoux nus, en haiTIon s, pleurant dans la rue. ( ... ) Au début d'octobre, lorsque la première neige est tombée, près de dix-sept enfants ont été trouvés morts de froid dans les escaliers des maisons ruinées. Cela devient un phénomène banal. ( ... ) ( ... ) Le II novembre, les drapeaux polonais ont flotté pendant quelques heures sur le Monument de la Liberté ainsi que sur le monument aux aviateurs. Un drapeau fut hissé aussi sur le monument de Poniatowski. et cela, bien que celui-ci soit gardé. '. * • PUIS la fil1 arriva, avec une rapidité verti,qineus.e. A~t cours des deux derlliers mois de sa deuxième année d'existence le ghetto perdit les trois-quarts de ses habitants. Le 22 iuillet 1942, un ordre allempnd fut rend~t public Pa!" le Conseil Juif, exigeant la déporta.tioN « à l'Est », de tOIM les habitants, à l'exception de ce~tx qui travaillaient dans les entreprises industrielles allemandes. Le rassemblement avait lieu à l'Umschbgplatz, avant l'embarquement dans les trains de la déportation. La police iltive, qui croyait pouvoir sauver sa peau en faisa1~t dlt zèle, se condltisit d'une façon assez odieltse, au cours de scènes t,errifiantes. Cependant 2.000 policiers furent déportés avec le~trs familles le 26 septembre 1942. Il ne restait plus, à. la fin rie l'année. que 40.000 esclaves. Et certains d'entr.e eux avaient décidé de résister, parmi lesquels Rin.qelblum. Résistance sans esPoir, peut-être. mais cclle de la diqnité hl/maine. Les .iltifs ne z'nlllllrel1.t pas 11101/rir en esclaves. Ils Périrent en hommes libres. '*.. Juillet-décembre 1942. Résistance. Le juif du Petit Ghetto - celui qui saisit un Allemand à la gorg-e. L'Autre devint enragé et tua treize juifs dans la cour (rues Panska ou Twarcla). Le juif de la rue N alewski qui arracha une arme des mains d'un garde ukrainien et s'enfuit. Le rôle joué pat· la jeunesse - les seuls qui restèrent sur le champ de bataille furent les rêveurs romantiques - Samuel qui ne put survivre à la trag-édie du ghetto - les décisions des divers groupes de t'ésistance - la tentative ' d'incendier le g-hetto - l'appel à la résistance du 6 septembre, considéré dans le ghetto comme une provocation. La tenta tive d'assassiner Szeryn ski, le chef de la police juive. ( ... ) l S octobre. Pourquoi n'avons-nous pas résisté lorsqu'Ils commencèrent à déporter ~oO.ooo juifs de Varsovie? Pourquoi nous sommes-nous laissés conduire à l'abattoir comme des moutons? Pourquoi l'ennemi eut-il la partie si belle? Pourquoi les bourreaux n'eurent-ils pas une seule perte? Pourquoi 50 SS (d'après certains, encore moins) aidés de quelque 200 gardes ukrainiens et d'autant de lettons purent-ils mener l'opération SI aisément à bien? (. .. ) Comment vivent les escloves de notre temps r. Numérotés et tamponnés. 2. Dans les casernes sans leurs femmes. .1. Femmes et enfants sont expédiés, car lln esclave n'a pas besoins de famille. 4. Marchent en groupe. jamais seuls. .S. Battus et terrorisés au cours du travail. 6. Atrocement exploités C011l111e des coolies. ( ... ) 7. Interdiction de toute org-anisation quelle Qu'elle soit. 8. Interdiction de toute protestation ou siQ'l1e de mécontentement. C). La vie de chaque esclave dénend de son maître et de l'assi stant juif du maître. A tout moment un homtile peut être e,nédié à J'Umschlagplatz. TO. Di~cillline meurtrière envoi d'un ollvrif'r dans un camo de trayail forcé ponr If' moindre retarel. (. .. ) TT. Ohli!Yation de tnwailler. même avf'C une fièvre rle cheval. . ( . .. ) TÎ. Pire oue les ('sclm'.es. parce oue ceux-ci savaient ou'ils allaient rester en "ie. et notlvaient eso~rer d'être l;hpr~~. T .es juifs sont mnritu1"i - conc1anl11~~ à mort - sentence nrononcée - exécution renvovée à lme date indéterminée. ( ... ) T~ p TC) avril TC)4~ les esclaves. modernes é111uleç tle SpartaCl/s. se Ipvèrent et f1'nhpèrel1t le1l1's b()jfrrenl /1'. Le T6 mai.' l'iasurrection cessa. faute de combattants ... MALAPARTE et les «rats» du Ghetto (Suite de la page 9 ) - Et pourtant, dit Frank en riant, bien que la violation de l'interdiction de sortir du ghetto soit punie dA mort, les Juifs ent rent et sortent à leur gré. - En escaladant le mur? - Oh non, répondit Frank. Ils sortent par de petites ouvertures, semblables à des trous de rots, qu'ils creusent la nuit à la base du mur et cachent le jour avec un peu de terre et de feuil les. Ils s'enfilent dans ces trous et s'en von t en ville acheter des vivres et des vêtements. Le marché noir du ghetto se pratique en grande partie à travers oes trous. De temps en temps, quelqu€ s-uns de ces rats tombent dans la souricière

ce sont des enfants de huit à dix

ans, pas davantage. Ils risquent leur vie avec un véritab le esprit sportif. Cela aussi, c'est du cricket, nicht wahr? - Ils risquent leur vie? m'écriai-je. - Au fond, répondit Frank, ils ne risquent rien d'autre ! - Et c'est çà que vous appelez du cricket? Naturellement. Chaque jeu a ses règles. A Cracovie, dit Frou Wacht,er, mon mari a construit autour du ghetto un mur à l'orientale, avec des courbes élégantes et de jolis créneaux. Les Juifs de Cracovie ne peuvent certainement pas se plaindre. Un mur tout à fait élégant, de style juif. Tous se mirent à rire, en tJpant des pieds sur la neige glacée. - Ruhe ! silence ! dit un soldat, qui le fusil en joue, était agenouillé à quelques pas de nous, caché par un tas de neige. Le soldat visa un trou, creusé dans le mur à fleur de terre. Un autre soldat, agenouillé derrière lui, surveillait pardessus l'épaule de· son camarade. Tout à coup celui-ci tira. La balle atteignit le mur juste au bord du trou. « Manqué », s'écria gaiement le sd dot en rechargeant. Frank s'approcha des deux soldats et demanda sur quoi ils tiraient. - Sur un rat ! répondirent-ils en riont· bruyamment. - Sur un rat? ach so 1 dit Frank en s'agenouillant pour regarder por-desws l'épaule du soldat. Nous nous étions approchés, nous aus si, et les d Jmes riaient et se trémoussaient en nelevant leurs jupes à mi-jambes comme font habituellement les femmes quand on parle de rots. - Où est-i 1 ? où est le rat ) demOl1- da Frou Brigitte Frank. - Achtung ! dit le soldat en visan .. Par le trou creusé au pied du mur, on ,t paraîtne une touffe de cheveux noirs ébou riffés : puis deux mains émergèrer.t du trou, se posèrent Sur la neige. C'ét" 't un enfant. Le coup partit. Cette fois-là encore, il manqua le but de peu. La tête de l'enfant disparut. - Donne ça, dit Frank d'une voix impatientée. Tu ne sa is même pas te ser\ ir d'un fusil! Il s'empara du fusil, et VISO. La neige tombait dans le silence. 11 Le procès Po~jade en appel à Limoges Jugement le 25 avril T A Cour d'Appel de Limoges exaL minait, le jeudi 28 mars, les écrits antisémites de Poujade, qui avaient valu à celui-ci une condamnation sévère en première instance, le 7 novembre dernier. Dès avant l'ouvêrture de l'audience, dans la grande salle claire, au premier étage du Palais de Justice, un certain nombre d'amis du M.R.A.P. sont présents

délégués de l'Association des

Etudiants de Limoges, anciens combattants et résistants, entourant notre secrétaire général, Charles Palant et Albert Lévy, membre du Bureau National, venus de Paris avec les avocats. Puisque Poujade a fait appel, c'est à son défenseur, hl'" Lapeyronie, que le président, M. Villette, donne en premier lieu la parole. Un « protecteur » des juifs « Avocat poujadiste », a\"ions-nous écrit en rendant compte du premier procès. Me Lapeyronie confirme son accord fondamental avec son client, dont il s'emploie à justifier les thèses. Seulement. il a quelque peu modifié sa tactique - les commentaires de la presse et le jugement lui-même l'avant incité à la prudence. Aux attaques frontales et grossières, il s'efforce de substituel' des insinuations qu'il veut perfides. et il ne recule pas de\"ant les paradoxes les plus audacieux. Astuces. 'à vrai dil'e, cousues de grosse ficelle . . que les avocats des Le Bâtonnier ARRIGHI membre de l'Institut Nous sommes heureux de féliciter notre éminent ami, M. le Bâtonnier Paul ARRIGHI, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., pour son élection à l'Académie des Sciences morales et politiques. Sa participatio.n au procès intenté à Poujade par le M.R.A.P. témoigne de l'intérêt que porte à notre cause ce grand juriste qui fut aussi un courageux résistant, déporté à Mauthausen. Qu'il nous soit permis, à cette occasion, de lui exprimer la respectueuse affection de tous les amis de notre Mouvement. Le p rofesseur KASTLER Grand Prix Scientifiq ue de l,a Ville de Paris Le professeur Alfred KASTLER, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P., vient de recevoir le Grand Prix Scientifique' de la Ville de Paris pour ses travaux dans le domaine de l'optique. Nous exprimons nos chaleureuses félicitations à ce grand savant qui est aussi un militant, dont nous avons apprécié fréquemment les interventions et les prises de positions contre le racisme'. NOS DEUILS Nous avons appris avec ~motion le décès de notre ami Max GRUNFELD, qui fut l'un des fondateurs du M.R.A.P. et qui, militant antiraciste de longue date, témoigna toujours da sa sympathie active envers notre Mouve..m. ent. La mort soudaine de notre ami, le Dr BRUMBERG, qui avait si souvent participé à l'action du M.R.A.P., a profondément ému tous ceux qui connaissaient cet homme plein d'énergie. Que sa famille trouve ici l'expression de nos sincères condoléances. ~"""~,,~~ ~ ~ Pour agir l~ . contre le racisme ~ FAITES CONNAITRE ~ « DROIT ET LIBERTE» l' ~ Envoyez-nous les adresses f de personnes susceptib1es de ~ s'abonner. Nous leur ferons ~ parvenir plusieurs numéros 1 J de notre journal. $ (Et ne 'dites pas « Je le i ferai demain! ») Charles"""""~~~ parties civiles ramèneront sans peine à leur juste valeur. Ainsi, s'en prenant au l\I.R.A.P., M' Lapeyronie n'ose pas reprendre ouvertement l'affirmation (reproduite par « Fraternité Française ») selon laquelle notre Mouvement aurait pour but, non de combattre le racisme, mais de défendre « la finance juive » : alors, il disserte sur « le sémitisme, corollaire de l'antisémitisme », et s'étonne que nous ne menions pas la lutte à la fois « contre le sémitisme et l'antisémitisme ». Il voit même dans cette lacune « quelque chose d'inqlûétant », qui le retient... de donner son adhésion au M.R.A.P. (On s'en serait douté !). Puis, c'~st le portrait ému, larmoyant, de ce brave homme de Poujade, qui, lui, est un authentique Français, père Je cinq enfants, natif de Saint-Céré, « ville tolérante, ouverte à tous » (heureusement !). Pour terminer ce curriculum vit;e, l'avocat ajoute : « Ce que Pal!jade a fait pour la Franc,e libre, sons l'occ'npation, je ne peux vous le dire, car, en raison de sa modestie, il ne me le permettrait pas. » Et c'est de là que tout découle : ce brave homme, donc, a son franc-parler. On l'a mal compris. Certes, il a peutêtre eu quelques « phrases '1IIalhenreltses », « un pen lourdes » ... Son tort, en réalité, c'est de vouloir épargner aux juifs les dangers qui les menacent. Comme si, avant Hitler. quelqu'un avait dit aux juifs allemands : « Attentioll, si vous C01lt illuez, ça va mal finir. » Il veut - JI1ais oui! - « protéqer la comIll/ Il111Uté juive », en dénonçant ceux de ses mClllbn's qui « provoquent » contre l'lie l"antisémitis11lc et de futurs pogrollIes. (A utrement dit : J'antisémitisme cst causé par les juifs etl.~-J11êmes, et j\f' Lapeyronie sc !àrde d'expliquer, par exemplc, pourquoi le comportement discutable de tel Auvergnat n'entraîne pas de semblables « avertissements » en faveur de tous les originaires du Centre de la France!) Conclusion : Poujade n'est pas ennemi des j ui Is, il en est au contraire la victime. Et lcs vl'ais Français (entendez : les poujadistes) éprouveront une profonde amcrtume de \"oir ,l\'ec quel acharncment ccs gens-là s'en prennent à leur chef prestigieux ct refusent tout le bien qu'il "l'eut leur faire ... L'avocat général ! confirma tion A près ces pénibles pirouettes, qui n'ont qu'uil très lointain rapport avec l'obj et du déhat. la parole est donnée à l'avocat général. 1\1. BenoÎt-Cattin. Celui-ci, en quelques mots, demande purement et simplement la confirmation du jugement de premièl'e instance : jugement. rappelons-le. qui condamnait Poujade et le directeur de « Fraternité Française » à 2.000 francs d'amende chacun, et accordait le franc symbolique de dommagcs et inté1-êts aux deux organi sations qui s'étaient constituées parties civiles : le i\LR.A.P. et l'Union des Engagés Volontaires et A nciens Combattants Juifs. Me Jean SCHAPIRA ~ Une action efficace M' Jean SCHAPIRA intervient alors au nom du M.R.A.P. Dans une plaidoirie mordante, rigoureuse, il met en pièces l'argulllentation fallacieuse de M' Lapeyronie et souligne la valeur exemplaire du jugement que Poujade conteste. « Le problème, dit-il, est parfaitement délimité. Nous ne reprochons à 1/0S a d'i.'ersa ires, ni des conc.e ptions philosoPhiqnes, ni des opinions personnelles exprimées par voie de presse : nOlis demandons leur condamnation, canfonnément à la loi, pour les excitations à la haine racist,e et à la violence auxquelles ils se sont livrés. » Confrontant point par point les deux articles incriminés avec le texte du décret- l oi Marchandeau, qui a été appl iqué par le Tribunal correctionnel. Me Schapira montre que les écrits de Poujade contiennent de véritables appels au pogrome. Au passage, il relève l'inconséquence de M' LapeYI-onie affirmant que Poujade n'a pas voulu attaquer tous les juifs mais seulemcnt les banquiers : « COli/llIellt, lorsqu'il s'étOJ/lle qu' « 011 « Il'CII z:oit l'as bca~lcallp slIr IIOS c!raillps {( de fOtre ». POll/ade pellt-il prételldre qll'il Ile parle /las de l' cllsell/ble des Juifs? S'attelld-il cl rcnCOlltrcr ries baI/ailiers, fuifs ou 1(an. sllr les c!rall/ps de fairf .?··· S'~l ell ~tait aJllsi, c'est dll PS1'cllla, lre qu ri l'e!ez'eralt... » En fait, le style des deux articles Ile saurait tromper. Quant aux intention s, elles sont claires. Les excitations l'acistes de Poujade « ne sont pas le fait d'lI11 accidellt de plume, elles corrcspolldellt à une tradition solidel11ent établie dalls soJ/ journal », souligne M' Schapira, citatiflns à l'appui. . Toutefois, notre avocat constate que le ton de Poujade en la matière a quelque peu changé depuis le jugement de Limoges, qu'il met une sourdine à ses attaques racistes, ce qui prouve que la condamnation a été utile et qu'elle doit être confi rmée. A propos de la recevabilité du M.R.A.l' .. que le Tribunal a reconnue en accordanL à notre Mouvement le franc de dommages et intérêts, M' Schapira se li vre à une analyse minutieuse. Le décret-loi Marchandeau n'excluant pas la con5titution de parties civiles dans les cas de diffamation raciàle, qui peut engager une telle action, puisque ni un membre du groupe diffamé, ni la totalité du groupe ne peut le faire ? Qui, sinon une organisation telle que le M.R.A.P., ayant « un intérêt personnel» à la lutte antiraciste, comme l'a estimé le Tribunal? De plus, clans l'affaire en question. le M.R.A.P. est directement di ffamé par Poujade. M' Schapira demande donc qu'en dépit d'une jurisprudence assez contradictoire dans le passé, le premier jugement de Limoges so it maintenu. Ce serait se placel' clans l'esprit même de la loi qui vise à une action efficace contre le racismc. dans l'intél'êt supérieUl' de la nation. Mc Etienne NOUVEAU : « Au nom de la civilisation ... » J'd" Uielll1e NOCVEAU, avocat de l'Union des Engagés Volontail'es et Anciens Combattants .T uiL, qui s'est également constituée partie civile. dénonce à on tour les faux-fuyants de l'avocat de Poujade. Seuls étaient visés certai ns juifs, cfés ignés nommément? Il suffit de lirc le titre de l'article de Poujadc « Le régime et LES .TU[FS » pour constater le caractère général des attaqIlCS. Ou certaines phrases comme celleci

« Si je m'appclais Lévy jc ,l'irais

pas intcnter des procès aux gens qui J11'hébcrgent. » « Oll Ile pellt tOlllber d'ulle façon plus lourde, !lus qrossière dalls l'antisélllitis/ lle », souligne M" Nouveau. Puis il en vient à la phrase qui a !l10- tivé 1'interventiôn des Anciens Combattants Juifs : « On n'en voit pas beaucoup ... sur les plaques de marbre de JJOS monuments aux morts... » « Cette phrase, déclare lU' Nouveau, constitue Itue grave atteinte à l'honnellr des allciell.\" combattal1ts juifs. Elle reviellt à di're qu'ils n'ont pas fait lellr devoir COlll1lle tOitS les Français. » « 11 s'agit lci, poursuit-il. d'Ilile attaqlle .traditionllelle, classiqlle des alltisémites. Jlais il s'agit allssi d'I I/le da llq ereuse excitation à la haille, car COlll111ellt pellvellt réagir, SilLOIi d'/I/Ie façolt hostile, voire violellte. les v ictill/es de la querre, les wutilés, les veuz'es, les faillilles des al/ciens cml/balla1lts - qui collstituent an total des malions de Français - si 1'011 par~'iel/,t cl leur faire croire que les juifs, eU.r, se SOI/t mal battus? » Répondant encorc à 11· Lapev roni C'. selon flui l'antisém itisme c.·jstcrait '.Q \I jours, M' Nouveau rappelle que cc fléau fait partie de ces erreurs monstrueuses, de ces criminelles superstitions dont l'humanité, peu à peu. se libère : « T,e proqrès même de la ciz,ilisatioll, conclutil, t,elld à faire cesser cette il1firmité de l'esprit et les abomi11atiolls qu'elle el1- traîne ... L'illlll/ense tort de Pouiade, c'est de relallcer ces compag11es 'infâmes que nous oz'ons C01111ues a'l/ant la querre ct qui Ollt d{;à fait tall.f de //laI. Tro{1 rie Français SOI/t 1I10rts afin d'e11 ell·tpêc1ler le l'etour l'our qu'elles ne soiellt l'as CO/ldamllées ozJec uJ/e extrême z,iqlleur. » Le Bâ tonnier Paul ARRIGHI : ({ La France rejette le racisme » Avec maîtrise et sobriété, avec une grande élévation de pensée, le Bâtonnier Paul ARR/GRI résume maintenant le débat, le situe- dans son contexte généraI. « Poujade, dit-il, justifie l'existence et l'application du décret Marchandeau en 196.1 comme Hitler et ses séides les justifiaient en 1939. » Et il cite quelques extraits d'articles parus dans la presse nazie, coïncidant parfois mot pour, mot avec les diatribes de Poujade : « Devons-nous hausser les épaules devant ~tne telle « littérature »f Non. Car il est d,es horreurs que nOlis n'aurions sans doute pas connues, si certains n'avaient pas haussé les épaules, il y a quelque trente ans. » De Poujade, le Bâtonnier Arrighi trace un portrait, qui pour être peu flatteur, n'en est pas moins objectif : « S'il fut condamné à plusieurs reprises, au déb'nt de sa carrière politique, pattr avoir organisé le refus de paiement de l'im_ pôt, son casier judiciaire, depuis, ne comporte que d.es condamnations pour ininres et diffamations. Il est devenu un diffamateur professionnel, et sa « doctrine » se réduit désorma.is à ceci : elXciter à la haine des Français contre d'alltres. Tel est le terme de son évolu- 1 ion politique et intellecluelle. » « Il n'est pas de malheur subi par la France, souligne encore le Bâtonnier Arrighi, en citant les articles de « Fraternité Française », que Pan jade n'e.t:plique par le complot d'un grattpe racial Olt confessionnel : c'est la faute aux iuifs. aux noirs, à l'Islam ... Ce raisonnement simpliste est à la ba.se même du fascisme. Il lui fma un banc émissai" e : ce sera le fllif. 1111li fallt 1tne panacée

ce sera le racisme ... C'est de cette

façon qn'Hitler a pu fanatiser tout un peuple. » « Calilisélllitisll/e, dit-il encore, es.t nue force de désintégration de la nation, qui fnt utilisée par les nazis contre la Fmllce avant de l'aUaqner. Aussi est-ce dans le cadre de la défense nationale contre les menées de la 0;' colomw que le décret-Io~ de 1939 a été adopté. Il s'agissai, t alors de réagir et de sévir. Il s'aqissait de saU'i.'er la démocratie et la France ... « P(J1(cièrement, l'antisémitisme est confTa ire aux traditiol/s, à l'esprit de 110- tl'e pa\,s. Ce qne la France rejette, ce Il'est l'as lel groupe de citoyens, comme le voudrait Ponfade, c'est le racisme Ini- 111 êm e. » « Si les excitatiolls de Pan jade, poursuit l'avocat du M.R.A.P., n'étaien-t qu'un accidellt, on 11e les négligerait certes pas ; pourtant on admettrait que la conda1l1nation soit de pure forme. Mais il n'en est pas ainsi. Et de pl1ts, nons n'oubliolls pas à quels excès de semblables II/ enées ont conduit. Il :\1 a quelques IIl1l/ées I/OUS m'ails assisté à n11e campaglle de croix gamll/ées qui, partie d'Alle- 1I1agl1e, a gagné de 'lOmbreu.t: PO'J's dont la FraI/ce : c'est dire que lout danger lI'a pas disparu. » Rendant hommage lU j tig'elilent du TI'ibunal correctionnel, qui soulig'né l'objet haute111ent social de la lutte anti ra~ ciste, le Bâtonnier Arrighi demande que cc jugement so it confirmé et conclut : ( T,a Cam' doit faire comprendre à Pou. iade et ri ses semblables que lorsqu'on s'affirlllc de terre française, il est des propos qu'oll ne peut teH ir. »

  • ..

Le j uge111ent, annonce le président, sera rendu le 2.1 avril. les Ballets d'Amérique latine au Théâtre de l'Etoilel Dirigss par Angel ELiZONDO, les Ballets de l'Amérique Latine dont nos amis ont apprécié un aperçu du talent, au dernier Gala antiraciste de la salle Pleyel, s'installeront à Paris, au Théâtre de l'Etoile où ils se produiront du 2 au 30 mai prochain. Ci-dessous : La reconstitution d'une cérémonie de possession Vaudou. 12--------------------------------------------------------------------------------------------------------- . elle aIme ... - 4, boulevard de Denain - PARIS (10') TRUdaine: 81-60 - Métro: GARE DU NORD Toute la bonneterie Lingerie - Confection POUR HOMMES - DAMES ET ENFANTS CONFECTION POUR DAMES GROS 1/2 GR 0 S PERLETTE

MAN T* E AU X Charles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC)C~R~EA~T~IO~N~S~N~O~U~V~EA~U~T~ESCharles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC)

-TAILLEURS· VESTES 57, rue de Turenne - PARIS - 3' Tél. : TUR. 73-98 FABRICANTS DE BONNETERIE ! Un nouveau pas DANS le dernier numéro de « Droit et Liberté ", paraissait une double page d'annonces publicitaires confiées à notre journal par onze fabricants et commerçants du Meuble. En la présentant, notre ami Hugues Steiner, membre du Bureau National du M.R.A.P. écrivait : « Que nos annonceurs d'aujourd'hui soient chaleureusement salués et remerciés. « Nous avons le ferme espoir que leur exemple sera suivi, dans cette profession et dans d'autres, afin que notre action et notre influence puissent gagner rapidement toute l'ampleur qu'exigent les données de notre temps. " Nos remerciements, ce mois-ci, vont aux professionnels du Textile et de l'Habillement, qui, au nombre de plus de vingt, nous apportent à leur tour, avec leurs annonces, le témoignage de leur sympathie agissante. L'émulation amicale qui s 'instaure ainsi en faveur de la cause antiraciste confirme que les activités du M.R.A.P. sont reconnues utiles et efficaces dans les mieux sociaux les plus divers : faut-il souligner combien nous sommes sensibles à ces marques de confiance, d'où qu'elles viennent, et aux encouragements si précieux qu'elles constituent pour nous. On peut voir par le présent numéro de « Droit et Liberté " les améliorations que nous permet tout supplément de ressources -puisque nous avons pu augmenter le nombre de pages et, partant, la richesse, l'intérêt de notre journal. D'une façon plus générale, nous avons eu déjà l'occasion de souligner que nos initiatives ne sont limitées par rien d'autre que par les moyens dont nous disposons pour les mener à bien et les développer. Il y a fort à faire en ce moment pour combattre le racisme, les réponses à notre questionnaire le prouvent ; et notre prochaine Journée Nationale, le dimanche 12 mai, nous ouvrira, sans nul doute, les perspectives d'une action plus ample encore. Nous devons donc faire toujours mieux pour donner au M.R.A.P. toujours plus de moyens. Et il convient de souligner, en particulier. que les résultats obtenus sur le plan publicitaire, que ce soit pour le présent numéro ou le précédent, sont loin d'épuiser les possibilités, même dans les deux professions considérées. Il s'agit d'un point de départ très réconfortant; et nos nombreux amis et militants auront à coeur d'accroître de mois en mois l'importance du soutien que nous recevons sous cette forme. / Nous ne doutons pas, d'autre part, que nos lecteurs, accorderont leur préférence et leur sympathie, en se recommandant de « Droit et Liberté ", aux annonceurs qui nous font bénéficier d'un tel soutien. Un dernier mot. Il va de soi que nous comptons pour assurer la réalisation de nos tâches, sur d'autres ressources également. Le M.R.A.P. exprime les aspirations antiracistes de TOUS les Français de bonne volonté, et c'est sur eux tous qu'il s'appuie. Chacun peut et doit apporter sa contribution, selon ses moyens personnels et selon sa conscience, à notre oeuvre commune. Qu'il me soit permis, en particulier, d'attirer l'attention sur la grande souscription de trois millions d'anciens francs que nous venons de lancer pour la Journée Nationale. De son succès dépend l'éclat et le retentissement de cette grande manifestation. Et sOn succès dépend de vous. UN SEUL SPECIALISTE Julien AUBART, Trésorier du M.R.A.P. 15 form es de cols 3 longueurs par encolure Le plus grand choix de Paris en chemises de luxe POUR VOS FILS CLASSIQUES ET DE FANTAISIE : (laine et angora - cachemire pur - poils de chameaux - shetland pur importé d'Angleterre) ET POUR VOS TRAVAUX A FAÇON: VAlNY~ llXToellS (Bobinage - traitement et adoucissement - foulon nage - dévidage - fluffage) (VALTEX) Dépositaire des Ets DELMASURE (laine peignée Nm 2/ 2S, 1/ 2S, 1/ 40) et Ets MARAVAL (cardé Nm l /S, 1/12, 1/14) 93, QUAI DE VALMY, 93 PARIS- X' 2"1"111"1111"11111"1""1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII~ --- --- § PRET A PORTER POUR DAMES ET JEUNES FILLES § --- --- § MANTEAUX § § Ets TAI L LEU R S § - ENSEMBLES - Max JACOBS et Cie - 53, RUE REAUMUR - PARIS (2') Téléphone: GUT. 52-45 - 52-46 - 52-47 • -~ ···· •• • ••••• ••• • ••••••••• t ••• "" ..... t .. n""I"'IUII;; Téléphone COMbat 94-73 MAillot 03-65 SOIERIES LAINAGES

NI CO - SUZANNE rue de Steinkerque - PARIS (18')

MON. 17-10 Métro: ANVERS

____________________________________________________________ 13 ----____ _

nodine berger ILlE CASTOR prêt à por ter de luxe - créations Vêtements de Peau .", collection jeunes tilles CRÉATIONS HAUTE COUTURE 9lenée 80, rue de Turenne - PARIS - 3e Tél. : TUR. 15-57 + 52, rue de sèvres paris 7e seg. 36-48 28, rue du four paris 6' lit. 39-31 20, Boulevard des Italiens PARIS - 9' BONNETERIE POUR ENFANTS HABILLE JEU NE DAMES tl ~ ~ ~ '~" ~ 45, RUE DE CLERY - PARIS (10') Téléphone : LOU. 14-23 VETEMENTS DE SPORT ET DE PLUIE COMMISSION CATALOGUE Ch. MAilLARD 'ub dans les magasins de &tt!JeWoe 'Jéuad 58 bis, Chaussée d'Anfin vous trouverez prêt à porter vestes, 3/4, sport, j upes, tricots, pantalons. robes, manteaux, tailleurs, ensembles, robe et veste, veste et jupe. pluie, peau, mariée, jeune fille, petite f emme. -::- les plus larges facilités de paiement VOtiS y seront toujours consenties sans formalités. -:1' pour les mesures ou pour les retouches évent uelles, les délais seront IMPÉRATIVEMENT respectés. SONBEL 11 juin 2010 à 09:55 (UTC) Charles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC).:: r- ... ,.......,.Charles 11 juin 2010 à 09:55 (UTC) GRANDS MAGASINS • MAISONS SPECIALISEES PRIX LES PLUS BAS DE PARIS Choix incomparable en • TISSUS D'AMEUBLEMENT • LAINAGES • TERGALS • ÇOTONNADES ET SOIERIES Spécialité tissus de robes de mariées et de sOln~es TISSUS SAINT-PIERRE Voir page 14 la suite de nos annonces 3, rue de Steinkerque - PARIS· tS' T é l é p h 0 ne : MONtmartre 48-29 Métro : ANVERS - Autobus: 30 - 54 et 85 66, Bd R PAR 1 oChechOuart 5 (XV"", Tél. : MON o .20-88 Métro . RAN. 26-33 " NVERS [ 1 i , 14 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- PARURES POUR LA COUTURE Créateur-Fabricant FRANCE -FOURNITURES Les plM ~ lwutOM de qards 4, RUE DU NIL PARIS (2e) Pour rendez-vous CEN. 68-56 , .' GALERIES D'ANTIN • ROB E S TAILLEURS MANTEAUX ROBES DE MARIEES

!,IIIII!IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111':ê

FABRIQUE DE VETEMENTS IMPERMEABLES CUIR - GABARDINE - SPORT Ets ANGELSoAo Société anonyme au capital de 710.000 nouveaux francs MAISON FONDEE EN 1921 Usine à St-Cyr-du-Vaudreuil (Eure) 104, RUE DE D'ABOUKIR PARIS - 2e "* Tél. : GUT 73-24 et CEN. 60-74 -



-


- - 311111111111111111111111111111111111!111111111111111111IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIillfllfllllllllllllllllllllllili11111flllll;: ~'''''''''''~''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''~~'''''~''''~'''''''''''''''~''''''~ féminin ~ fabricant créateur ~ 41 / / / prêt-à-porter l~ do7 /D j., (?' pour la ville, la mer, ,:;....----- la montagn e 46, CHAUSSEE D'ANTIN PARIS-ge - Tél. : TRI. 67-55 ~ 160 rue mont martre I~ !~ _____ ~_.""_p"a_;1~'S"-"2"e ___c" ,e",n",._O.. .3 ,,,-,,,8,,,9_ _ ~~ Connaissez-vous les Indiens :d'Amérique du Nord J ~ 1 . .., VJ.:'. v UOlt ~.u.le erreur de nommer les Indiens « Peaux Rouges » car leur épiderme ne se distingue pas par une coloration spéciale. Cette erreur est due à Christophe Colomb. ,En effet, les premiers Indiens qu'il vit en abordant l'Amérique avaient le visage peint en rouge : il en déduisit qu'il avait découvert des hommes de race « rouge ». La teinte de l'épiderme des Indiens peut varier selon les tribus du jaune clair des Malais ou .même du blanc des Européens au brun· chocolat des Africains ou des Cingalais sans jamais passer par le vermillon ou l'écarlate. 2. NON. En effet, les Indiens n'ont jamais imaginé la roue malgré leurs déplacements fréquents et la nécessité qu'ils avaient d'emporter avec eux tous leurs biens. Les transports d'objets lourds se faisaient soit à dos d'homme ou d'animal, soit en les faisant glisser sur des troncs d'arbres ou les tirant sur des branChages. De là l'origine du « travois }) qui est en quelque sorte l'ébauche du premier traineau et que les Indiens faisaient tirer par des chevaux. 3. NON. La coutume du scalp était totalement ignorée des Indiens des Plaines avant l ' arrivée des Blancs. Ce genre de supplice était connu de toute l'antiquité puisque Hérodote en fait mention et constate qu'il était en usage chez les Scythes. En tout cas, à l'époque précolombienne il n'est pratiqué que par quelques tribus du Nord·Est. Mais les Sioux, les Cheyennes, les Commanches, etc. ne le connaissent pas. C'est un des « premiers bienfaits » de la civilisation de le leur révéler. En effet, les collectionneurs européens ne tardent pas à se disputer ces hideux trophées et les achètent à n'importe quel prix. Des trappeurs scalpent mais ça ne suffit pas et voilà les Indiens intéressés par les grosses sommes d'ar· gent promises, qui se mettent à chasser les chevelures avec la même bonne volonté qu'ils chassent la pelleterie pour la Compagnie de la baie d'Hudson, et sans y voir plus Lie mal. C'est ainsi que le trafic gagne la prairie. Au XVII' siècle tous les. Peaux Rouges savent scalper et ne s'en font plus faute. Et, la valeur marchande du trophée y aidant, ils viennent à con· sidérer sa possession comme le témoignage d'une de leurs plus glorieuses actions d'éclat ... La mystique s'en mêle désormais le scalp est devenu un syrribole de vaillance et d'adresse, . 4. NO r. C'est une erreur de croire, comme on le fait souvent, qu'un homme scalpe est a priori un homme mort. La blessure en elle-même n'est pas très grave et n 'intéresse qu'une partie du cuir chevelu large à peine comme la paume de la main. 5. OUI. \..1"1" les hommes se réservaient la chasse, la pêche ; toutes les besognes de la vie quotidienne incombent aux femmes indiennes. Mais elles n'étaient pas considérées comme esclaves. Loin de là. Elles intervenaient souvent aux décisions du Conseil de la tribu. La mère indiennC' avait le droit d'interdire à ses fils de « partir SUr le sentier de la guerre ». Certaines femmes se virent attribuer le commandement suprême de la tribu. Telles furent, entre autres, Awashonks, qui fut le chef des Seconsit en 1671 et Wetamoo, Sachem des Wampanoags (1662). 6. OUI, L'existence des Ind1ens etait basée sur l'utilisation de tous les pro· dui ts fournis par ce précieux animal : le bison. La migration constante des bisons entraînait celle des Indiens. La peau du bison servait à fabriquer les tentes des Indiens, les coffres, les vêtements, les chaussures, la coque jes pirogues, les courroies, les lanières, étuis, fourreaux, etc. La peau du bison revêtue de sa toison était employée pour les lits, les couvertures, les manteaux. Les os donnaient des pelles (avec l'omoplate), la plupart des outils, des aiguilles, des poin. tes de flèches et de harpons, des ornements ou des parures de cérémonie. Les tendons et les intestins fournissaient des cordes d'arcs, des liens diver~· des lacets. Les cornes servaient comI', récipients. Les Indiens tiraient de la graisse et de la bouse séchée une matière com_ bustible, des sabots, une gélatine employée comme colle ou comme vernis ; de la cervelle, un produit susceptible de tanner le cuir. Rien n'était perdu du corps du précieux animal. 7. OUI. L'anéantissement des Indiens ne fut pas une conséquence indirecte de la destruction des troupeaux de bisons qui étaient la ressource capitale pour les tribus mais un but, prévu et méthodique Le général Phil Sheridan le proclama hautement lui-même devant le Sénat du Texas, en 1875, tandis que quelques représentants parlaient de voter une loi pour modérer le massacre. « Laissez donc les tueurs faire leur besogne et vendre leur butin jusqu'à ce que tous les bisons soient exterminés ! déclara-t-il. C'est la seule façon de faire avancer la civilisa· tion ! » 8. N'ON. C'étaient à la fois les prêtres et les médecins des tribus. Bien sûr, ils entouraient leurs faits et gestes d'incantations magiques mais ils savaient guérir réellement certaines maladies et soigner efficacement les blessures. Grace à la science extraordinaire et la connaissance approfondie qu'ils avaient des plantes. 9. NON. Geronimo était un chef héroïque et courageux. Il appartenait à la tribu des Apaches. il lutta contre les crimes et les atrocités des Blancs. Sa mère, sa femme et ses enfants ont été égorgés par les Me;xicàins. Dans les combats,' il épargna toujours les blessés. les enfants, les femmes et les vieillards blancs. il voulait protéger les territoires indiens et s'opposa par tous les moyens qu'il avait à la déportation des Indiens vers des régions désertiques où la mort seule les attendait. 10. 'OUI. En effet, 5 nations lnOlennes dites « les 5 tribus civilisées» : Choctaws, Cherokees, Creeks, Séminoles, Checkasaws, adoptèrent le système d'écritur~ u'un Cheroee, Sequovak. inventa. Ils SOLUTIONS DU JEU DE LA PAGE 3 .. imprimèrent la Bible en langues cherokee et creek. Les Cherokees publièrent un journal. La plupart de ces 5 tribus fixè· rent leurs lois par écrit. Les Cherokees rédigèrent une constitution en bonne et due forme. Les 5 tribus se civilisaient, développaient leurs artisanats, cultivaient leurs champs, élevaient du bétail, s'éduquaient... mais pour leur malheur de l'or fut trouvé sur leurs terres. Alors ce fut la ruée des Américains, qui.les chassèrent, les déportèrent vers l'Oklahoma ... c'est . SatJoVt ~I EN VENTE dans teutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Mogosins. ,15 ------ BOURDEl-lE et J le Cinquantenaire du Théâtre des Champs-tlysées EVENEMENT majeur de la saison: la légit ime célébration du Cinquantenaire du Théâtre des Champs·Elysées, ouvert en avril 191:) et dont l'histoire s'identi fie à l'histoire même - et la plus brillante - de l'art du spectacle, de la musique symphonique, du théâtre lyrique et dramat ique, de la danse - voir e du music-hall au cours des cinquante années écoulées. Il était juste que deux expositi ons rendent hommage à son architecte, Auguste Perret, pionnier du béton armé, ct à l'équipe d'artistes, peintres, tels que Lebasque, Maurice Denis, K.-X Roussel, Marval, sculpteur qui ne fut a utre que Bourdelle, dont fut considérable la part prise par lui à la ,confection même des plans de la façade_ BOURDELLE Apollon et sa Méditation (haut-relie; central de la façade du Théâtre du Champs Elysées) Deux expositions donnent la pleine mesure de la qualité du labeur accompli sous l'impulsion du maître d'oeuvre : au musée Antoine Bourdelle, celle qui réunit les dessins, croquis, esquisses, maquettes des panneaux, de la frise de la Coupole, des fresq ues et des hauts-re- Le de luxuriant printemps 1963 Paris liefs intérieurs ou extérieurs; l'autre au théâtre même où mille documents, portraits, souvenirs rappellent l'éblouissant palma rès des programmes de tous ordres avenue l'vlonta igne_ la vie des Arts à LA « Belle Epoque» se flattait de la fidélité d'un marro nnier des Champs-Elysées à la date du 20 mars où, ~irtue,llement, les Parisiens admiraient sa floraison. Fini, le temps des fidélités légendaires : pas un marr.onn~,,:r n ~ éclairé ses chandelles blanches ou roses ... Mais il e st une floraison printanière qui n'a pas plus faIt defaut a l'an 63 qu.'aux années précédentes: celle des affichettes an nonçant des expositions particulières_ A peine une légère (Un festival de trois mois - jusqu'en j uillet - accumulant les fe stivités musicales, 1 y r i que s et chorégraphiques, renouvellera d'ailleurs les prouesses d'hier) . Nul amateur ne peut manquer ces manifestations_ diminution perceptible aux seuls initiés, sensibles aussi à la discrète évolution de quelques galeries dans le choix des oeuvres présentées dans les " accrochages " . Mais, en dépit de l'affreux, de l'interminable hiver, peintu re et sculpture s'affirment si bien, avec le concours de la gravure ... comme les trois mamelles de la vie artistiques de Paris, que rien ne paraît altérer ni ralentir la vitalité de l'art français actuel, dans toute sa diversité. LES NOMBREUX SALONS OU L'ON CAUSE ... Il Y eut, bien sûr, l'habituelle succession des salons ; la mi-mars vit se clore celui des Peintres T émoi ilS de leur Temps su r l'attribution de son prix destiné à la Critique à notré confrè re Pierre Cabanne, du journal " Arts » , et du prix réservé à un peintre, à Jean Commère, dont " Droit et liberté .. avait, en son temps, signalé la toile - l'une des rares qui constituaient vrai- [;Guy DORNAND ment l'interprétation plastique d'un " événement» Le Maquis. Ainsi fut une fois encore reconnue la croissante maîtrise de cet artiste qui ne doit rien qu'à la discrète probité d'une active carrière de fin coloriste et de sûr dessinateur. Et puis ce fut la " Jeune Peinture », en net progrès par rapport aux années précédentes et où se distinguèrent, notamment tous les peintres qui se peuvent flatter d'avoir assimilé les leçons de dessin et de composition dont, en la gravité de leur climat coloré, les oeuvres de Gromaire donnent un permanent exemple. Vint, enfin, Comparaisons, fid èle à son titre, mais cette année, plus solidement, plus clairement ordonné. Comme de coutume, les groupes invitèrent leurs visiteurs à une valse - hésitation entre la synthèse, placée sous les auspices de Villon et vaillamment conduite par Bordeaux-Le Pecq et ses lieutenants Hilaire, Charl ot, les t enants du figuratif, les seniors groupés par Delplanque, les juniors, par Boitel conviant le groupe de Rosny, Bourgeois, Collomb, Vinay, etc... Ce pendant que la section de l'expressionnisme abstra it, de l'informel, du lettrisme, de la nouvelle figuration veillaient à enlever au simple expres sionnisme d 'un Ca illaux et à'un Mentor, le privilège de secouer la prunelle des spectateurs. Demain, ce sera au tou r des Indépendants, de démont rer que, sous l'im pulsion du zèle infatigable de leur président Nakache, peintre de l'expressionnisme fantastique, la formule organique de la société illustrée par Si g nac et Seurat " ni jury, ni récompense » deme,ure, non seulement démocratique, mais bénéfique sur le plan pictura l. DANS LA VOIE LACTEE des GALERIES " Paris est en fleurs » : c'est Marcel Achard qui l'affirme en tête du catalogue de l'actuelle exposition de la Galerie Recio, mais ses fleurs ... de spirituelle rhétorique pâl issent auprès de l'éclat des fleurs de Lelong, de Berthommé Saint-André, des filles-fleurs, de Marguerite Bordet, etc ... Voici peu de jours, s'est close, Gale_ rie Drouet, une exposition remarquable par la gravité chaleureuse de ses coloris, par l'intense vie intérieure qu'y exprimaient les personnages dus au talent d'Hélène Madelin ; mais l'on peut encore admirer l'une des présentations qui marqueront cette année d'une pierre blanche dans la carrière de Jansem. Du « populisme " rude et anguleux presque de ses débuts, voilà douze ans, certes subsiste la totale sincérité de sa généreuse et perméable fraternité pour les humbles et les déshérités de la vie. Mais la palette de l'artiste s'est enrichie d'une délicatesse somptueuse de nuances dont la matière enrobe les figures, les corps en pleine pâte. Une émotion profonde se dégage des effigies de ces paysans et paysannes des Abruzzes, soutenus ou aveuglés par leur mysticisme (Galerie Hervé). Chargé des lauriers cueillis au Musée de Rouen et Galerie Drouant, Sébire s'en est allé en Espagne en quête d'horizons nouveaux, tandis que Bernard Buffet, ses Venise imposantes dipersées à travers le monde, retournait en son château de Provence, non loin de Guerrier, « dépouillé" de tOIJtes les toiles puissantes qu'il rapporta d'Anatolie. De sa Normandie, Braque, lui, envoyait au Musée des Arts Décoratifs, les versions inédites de ses thèmes favoris : profils de femmes, oiseaux, poissons, etc ... Des toiles ? Non : des bijoux dont il dessina les maquettes et choisit la matière en lapidaire émérite, transformant ainsi des salles du Pavillon de Rohan en Cassette d'un satrape de Golconde avec le concours du joaillier Roger de Lowenfeld . Dans sa galerie-musée, Katia Granoff, après un juste hommage rendu à la statuaire si personnelle, si expressive de Chana Orloff et une intéressante sélection de sculpture animalière, consacra ses cimaises à l'un des artistes dont la disparition prématurée priva l'art français d'une oeuvre qui eût été sans doute l'une des plus remarquables du siècle : La Patellière. Si jeune qu'il se soit éteint, il n'en est pas moins vrai qu' il restera com me un représentant typique de la grande tradition française, par son aptitude à intégrer réalité, charme et pensée dans ses scènes bucoliques, tout imprégnées d'effluves champêtres. Galerie Villand Galanis, précédant Estève, Charles Lapicque a apporté une nouvelle fois la preuve de sa personnalité hors série, faite autant de savoir technique que de méditation, de ma ît rise de chromiste, virtuose de la chimie des couleu rs et de dessina teur apte à composer, sur le thème : « lions et Tigres » des gerbes de vi sions qui sont une fête pour le regard . Qui croirait encore possible de révéler un impressionniste : j'entends un impressionniste du temps des grands impressionnistes ?" C'est pourtant ce que vient de faire la galerie Ror Volmar en présentant un ensemble d'oeuvres de Lauvray, mort voici quelques années, mais qui, jeune, avait eu le bonheur d 'être admis dans l'intimité de Monet et qui, voisin_ du patriarche des Nymphéas, pei§nit souvent près de lui. Son hom, désormais, restera comme un authentique disciple des maîtres du plein air. C'est un de leurs émules les plus marquants qui est maintenant l'hôte de la galerie Durand-Ruel : Valtot. Il est ici représenté par des toiles datées des vingt premières années de sa belle carrière. On l'y voit sensible aux courants qui, du synthétisme de Gauguin au divisionnisme de Seurat, venaient modifier, vivre, bouleverser la technique des premiers impressionnistes. Excellente, très intéressante exposition donc que celle-ci, coïncidant avec la parution d'un ouvrage dû à la compétence de Raymond Cogniat. Maintenant aussi, de nouveau Katia Granoff appelle les amateurs à honorer avec elle l'un de " ses " peintres de toujours : Bouche, dont les oeuvres ont gagné avec le temps la patine qui ajoute aux vertus premières d'un colorisme tout personnel en ses natures mortes, ses paysagees, ses fleurs dont la pâte épaiSSE: étonne au premier abord, mais dont elle laisse peu à peu ressentir la vie profonde et le mystère persuasif. Ne nous targuons pas de dresser un tableau même cursif de l'actualité récente ou présente. Car il conviendrait encore - sans parler du volet non-figuratif du dyptique à réaliser - de parler de la gravure très à l'honneur en cette fin de trimestre. Après la Jeune Gravure, au Musée d'Art Moderne, ce sont les Peintres-Graveurs qui ont convié leurs fidèles à contempler les fruits nouveaux de leur maîtrise à la Bibliothèque nationale. Camille Pissar ro y apparaît sous un aspect rarement entrevu - alors que non loin de la gaIe'ri€: · Mansart, Bresdin ressuscite avec son fantastique, ses rêves traduits sur le cuivre avec une confondante adresse. Et Lotiron, Segonzac, Buffet, Hermine David, Brianchon, Waroquier, etc"., renouvellent autour de Pierre Dubreuil, les sortilèges de leur beau « métier ". C'est un aussi vif, un aussi légitime éloge qu'il siérait d'écrire sur deux admirables expositions d'estampes : celle (hélas, close) des " manières noires ", d'Avati et celle (actuelle) des eaux fortes et lithogra phies de Minaux, Galerie Sagot-Le Garrec. Avant d 'arrêter là notre course, retenons encore la bien séduisante eXPOsition où (Galerie Pierre) une artiste peu tapag euse, mais remarquabl emen t douée capte sur ses toiles les g râ ces les plus précieuses des aubes subtil es sur la mer: Agathe Vaïto, qui du même coup, ajoute au pouvoir du fig uratif de transcender le réel au g ré d'une sensibilité profonde. Deux; jeunes artistes français honorés à l'étranger Une f igure tragique des « Pr ocessi ons » de J ANSEM ( Galzrie H ervé) BENN : POrtrait de G eorges Duhamel (Salon des I ndépe:'ldants) Ils ont nom l'un Georgein, l'autre Menguy - un Basque d'origine, un Breton aut hentique. Tous deux munis d'une solide culture générale et plastique. Un ami les présenta l'un à l'autre et tous deux - en attendant la consécration d ~ Londres - ont eu le plaisir, la fierté de se voir ·a;pprécier à Francfort-sur-le-Main. (Georgein pour l' instant expose seul à Bruxelles .) , Figuratifs tous deux, certes ... Mais sur des pensées anciennes ils font des vers nou_ veaux, chacun avec son chromatisme personnel, ses rythmes - l't les suggestives resonances d'une sensibilité chargée de méditations. j 1 16------------------------------------------------------------------------------------------------------- Un récit inédit de lOE BOUSQUET Charles-..~~,11 juin 2010 à 09:55 (UTC) lEM C'EST à l'obligeance de Jean Paulhan, de l'Académie Française, que nous devons de pouvoir publier aujourd'hui un texte admirable du poète Joe Bousquet. Jean Paulhan, en effet, nous a confié un manuscrit inédit de l'écrivain, qui mourut à Carcassonne le 28 septembre 1950. Ce récit, souvenirs de guerre d'un homme que la guerre faucha en pleine jeunesse, et qui passa plus de trente ans de sa vie sur un lit de douleur, était dans l'esprit de son auteur, une riposte à l'antisémitisme de Céline. C'est en 1938 que Joe Bousquet l'écrivit. Il pourrait aujourd'hui - et il peut encore - répondre à Poujade et ses adeptes, à tous ceux qui voudraient mettre au ban de la France certains hommes, tout simplement parce qu'ils se nomment Bloch, Kahn, Dreyfus. Ceux-là, pourtant, Joe Bousquet les a rencontrés sur le front, pendant la guerre, l'affreuse guerre 14-18. A l'époque où ces lignes furent écrites, personne, pas même les écrivains d'anticipation, ne pouvait prévoir les camps de concentration, ni les fours crématoires, ni - surtout - qu'un Poujade quelconque reprendrait à son compte des calomnies usées depuis l'Affaire Dreyfus à l'égard d'une catégorie de citoyens français. Et cela rend d'autant plus précieux le témoignage l E n'avais que dix-huit ans quand j'ai été soldat. La guerre ne m'a rien appris. Il me fallait apprendre la guerre. Nous l'évoquions par un faux orgueil; comme on fête l'anniversaire d'un événement pour s'approprier la chance de l'avoir vécu. Chacun racontait la guerre afin de montrer dans sa nature la raison du hasard qui l'y avait mené. .. , .... ous avons avoué nos épouvantes. " Mais, avoir l'horreur d'un événement, c'est n'en saisir que l'apparence et l'occasion. Pour approprier des faits à notre nature, nous les avons mis à l'échelle de ce qui pouvait ne pas être, nous avons pressenti leur fatalité avec notre ignorance du destin. Et ce lien d'une aventure inévitable avec le fortuit mêlait à notre répulsion l'arrière-goût d'un mauvais désir. Ainsi un drame nous émeut-il à ses circonstances tant qu'il ne nous a pas acquis à sa nécessité, tant qu'il n'a pas élevé la conscience de l'homme à la mesure de l'humanité. ... ENTRE mon départ irréfléchi pour le front et le hasard d'une blessure qui m'en a retiré. il s'était écoulé deux ans d'une vie impénétrable. Pour connaître cette vie, il me fallait apprendre à parler de la guerre sans parler de moi. Est-ce le mépris de ceux qui avons hérité d'elle ; ou bien qu'il fait trop sombre pour regarder devant soi et que l'on n'ose plus alors espérer que l'on a été? Quand le témoin aura tué l'acteur, il ne subsistera que le témoignage. .*. DES faits que leur obscurité avait te· nu secrets attendaient la faveur d'un temps obscur pour se révéler. Ce qui, en 1914, d'un bout à l'autre de la ligne de combat, mourût au premier coup de feu, ce fut le mensonge. Après. la guerre a été ce que certains hommes l'ont faite, parmi lesquels il en est quelques- uns dont le retour à la paix a tué les noms. Il secouru. Il m'avait dit que la seule façon pour un homme de montrer qu'il avait du coeur, c'était de veiller sur les vies qui lui étaient confiées. Il n'était que de le comprendre un peu mieux pour avoir des souvenirs moins chargés de tristesse. Au XX, corps où j'ai fait la guerre dans un autre régiment que le sien, on parlait souvent de lui, et des regards se tournaient vers moi aussitôt que je prononçais son nom: il était réputé pour sa bravoure, mais c'était une bravoure qui le faisait aimer, on me félicitait de l'avoir suivi. Il s'appelait Bloch, il étaU lieutenant au 26' régiment d'infanterie, onzième division. J'AI eu un ami. J'ai eu la chance de le trouver le jour même où Bloch mE quittait. Le Camps des Célestins où j'étais arrivé vers le soir était un dépôt de combattants. A la limite de la zone de tir, ce versant boisé abritait une réserve où la vague des fantassins en ligne puisait des remplaçants. C'est là, au foyer même de la bataille, qu'en novembre 1916, j'ai fait la connaissance de Kahn. Il était médecin auxiliaire dans le bataillon où l'on allait me verser. 1 E d'un homme, qui payait de S:::"'i::Z;:::"';;;;~ du monde, et de souffrances sans nom, son atta- ~ chement à un idéal. ~ Joe Bousquet, né en 1897 à Narbonne, et fixé cl ~ Carcassonne, était un écrivain de qualité, méridio- ~ nal, bouillant et réfléchi. Une grave blessure, le $ 27 mai 1918, sur le front, devait définitivement le S couper de sa vie active. On l'avait laissé entre la ~ vie et la mort. La vie triompha. Mais c'est dans S une chambre au coeur d'une maison de la rue de Verdun, à Carcassonne, que Joe Bousquet devait la poursuivre, sans revoir jamais, pratiquement, le ciel qu'il aimait. Poète d'avant-garde, novateur, perpétuellement balancé entre la réalité et le rêve, sachant vaincre son infirmité, il conserva, jusqu'aux derniers instants de son existence un courage exemplaire. Sa chambre de travail était son seul univers ... Mais il l'l'y vivait point isolé, bien au contraire. Des amis venaient le voir, d'autres lui écrivaient. Il éditait alors chez Denoël, qui publiait aussi Céline. C'est 1 de cette rencontre que naquit le texte ci-dessous, 1 que nous sommes les premiers à imprimer... Un « Témoignage » qui n'a rien perdu de son actualité ... ......... """"""'''''''''~'''''''''''''''' mière ligne avait rendu la vie, il avait tant d'honneur et sa réputation d'héroïsme allait si loin qu'il fallût bien oublier qu'il était jeune ; et doux et gai comme un enfant. Il était enfin aidemajor depuis plusieurs semaines quand on a fait de moi un sous-lieutenant. Mont Kemmel, me sera reconnaissant d'avoir dévoilé le nom de celui qui a. 'changé l'issue de l'engagement. J'ai déjà dit qu'il s'appelait Dreyfus. .'. " L 'ATTAQUE avait eu lieu de nuit », " déclare le général dans son ma- Les séjours qu'il accomplissait par ordre dans les écoles de perfectionnement étaient coupés de permissions libellées pour Paris et qu'il passait frauduleusement avec nous, à Verdun, au Chemin des Dames. D'autres que lui ont été justement admirés ; mon camarade de combat Perret., Tarbès, Hayer: mais ces hommes magnifiques se souviennent quI' Kahn était leur modèle et qu'ils n'ont été eux qu'à force de l'imiter. III BLOCH était un chef. Kahn a été mon ami. Une nuit, à l'heure déchirante du combat corps à corps, j'ai rencontré mon maître: il s'appelait Dreyfus. .. * C'était en Belgique, le 25 avril 1918. En s'emparant du Mont Kemmel, les Allefique ouvrage (1), « par un brouillard si épais que la marche avait eu lieu à la boussole. » « Une certaine avance avait été réalisée jusqu'au grand Kemmelbeck, mais elle avait été ensuite perdue. )} Nous avions avancé au petit bonheur. Non seulement la compagnie Houdard. dont je faisais partie, s'était perdue, mais encore elle avait égaré un peloton, ramassant, par contre, une forte équipe de mitrailleurs. Le capitaine Houdard me déclara que nous allions exécuter en isolés la mission du bataillon; et nous fit adopter aussitôt la formation d'un groupe envoyé en reconnaissance. Cependant, au moment de sauter sur les avant-postes ennemis, je m'avisai qu'il était absurde d'emmener des mitrailleurs ; et, au sous-officier qui les commandait je signifiais que sa place n'était pas prévue dans le coup de main qu'une initiative téméraire substituait a l'attaque manquée. Cet homme s'est moqué de mes craintes ; et il a voulu partager nos dangers comme s'il avait pressenti que, sans lui, nous n'aurions pas la force de les surmonter. Après avoir franchi un réseau de fil de fer barbelé, nous avions bousculé une patrouille. Il fallait faire vite ; des fusées rouges et blanches montaient des lignes ennemies et s'éteignaient dans la brume qui couvrait déjà les prairies. Je désignai l'emplacement où les pièces resteraient en position d'attente. Homme par homme, la demi-section du sergent picoche prenait place pour le dernier bond. PAR une nuit de brouillard dans une petite gare normande, on émbarquait le renfort. Le lieutenant qui commandait le détachement était un jeune parisien très vif, violent. Il me demand'\ rudement pourquoi je ne portais pas mes galons d'aspirant. Parmi ces jeunes gens qui devaient mourir, ou mal survivre à la tuerie de 1914-18, Joë Bousquet a rencontré ses amis: Bloch, Kahn, Dreyfus ... (photo extraite du film de Jean Aurel : « 14-18 ». Rank dist.) A la lueur d'un incendie qui venait de s'allumer dans nos lignes, j'ai vu Dreyfus sourire : « Vous auriez tort, mon lieutenant, de croire, me dit-il, que vous n'aurez pas besoin de moi. » Suivit un bref débat que ne pouvait trancher le capitaine, car il s'était détaché avec quelques grenadiers pour fouiller une chaumière qui menaçait notre flanc droit. A son tour, mon deuxième sous-officier me faisait dire qu'il était prêt. Soudain, Picoche, qui avait franchi le ruisseau, poursa un cri que tous les hommes répétèrent. Je ne commandais plus. Chacun allait où son instinct le portait. DreyfUS courait devant moi. En quelques minutes, nous étions installés dans la position allemande. Mais le jour se levait, dénonçant notre faiblesse. Que serait-il arrivé si nos mitrailleuses étaient restées sur l'autre rive de Kemmelbeck? Je m'étais si précipitamment décidé il. le suivre que je n'avais pas eu le temps d'accommoder mes uniformes. C'était une réponse facile à lui faire. Il se mit à rire : ({ Le train s'arrête à Beauvais. Nous irons ensemble acheter vos insignes. » Il m'avait installé dans son compartiment. Sa camaraderie attentive me rappelait d'une façon poignante que j'allaiS partager sa vie. Il mootait au front comme volontaire, mais il savait pourquoi, et en me le disant, il a changé mon sort. Je l'observais en me demandant jusqu'à quel point nous étions semblables. Dans des moments difficiles, je l'ai nommé tout bas. Et comme je n'ai jamais pu le lui faire savoir, j'espère que ce texte lui apprendra combien il m'a Les chefs ne comprenaient déjà plus les combattants. Entre deux attaques, Kahn avait organisé un match de football en· tre l'équipe de Paris et celle du XX· corps; et le recours à ce divertissement avait scandalisé les généraux. D'accord avec les médecins-inspecteurs, ils empêchaient mon ami de devenir aide-major . Cela amusait Kahn qu'on ne l'aimat pas: il comprenait leur aveuglement. Il savait que la fantaisie offense le pouvoir. C'était le temps où la mort arrangeait tout. Souvent, elle épargnait les plUS bra· ves; et Kahn était toujours plus près d'elle que ceux qu'elle allait frapper. Tant de fois, à des hommes saignés par des éclats de bombe sa présence en pre· mands avaient percé le front français. La division jetée à leur rencontre s'était égarée dans la nuit. Mais une section avait réussi à s'enfoncer dans les lignes ennemies où elle était restée incrustée jusqu'à ce que les bataillons perdus viennent à son secours. Cinquante hommes, pendant plusieurs heures, ont maintenu les Allemands sur le iKemmelbeck en attendant qu'un front solide se constitue derrière eux. Ce fait d'armes a été possible parce qu'un adjUdant a été plus entreprenant et plus I:x'ave que le lieutenant qUI le commandait. J 'étais cet officier. Le général Rauqueroi, qui vient d'écrire un livre sur le .*. LA reprise de l'attaque allemande », C:C: dit le général Rouquerol, « avait été fixée à huit heures par ordre de la veille. Le chef-d'état-major de la quatrième armée rendait compte que l'attaque restait fixée à 8 heures le même jour. En dépit des ordres d'attaque, les (1) La troisième bataille des Flandres: Le Kemmel 1918 (payot). Parfaitement documenté. écrit avec intelligence et' avec goût, ce livre remarquable a droit à tous les éloges. (Suite page 6)

Notes

<references />