Droit et Liberté n°242 - avril 1965

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°242 de Avril 1965
    • Dimanche 16 mai au palais de l'UNESCO, journée nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix page1
    • Lincoln cent ans après par André Maurois page1et6
    • Prescription: après le vote du Bundestag, la bataille continue page1
    • Les gaz par Roger Maria page3
    • Prescription page4
      • Le scandale par Jean Pierre-Bloch
      • Discours de Charles Palant à la réunion d'information du Grand Orient de France
    • Unanime réprobation contre les violences racistes de Rennes (agitation néo-nazie) page5
    • Notre printemps par Pierre Paraf page5
    • Le président a été assassiné! (100 ans après l'assassinat de Lincoln) page6,7,8
      • Lincoln et l'esclavage par Jean Daridan
      • L'émotion en France
      • Les blancs d'Amérique par Nicole de Boisanger-Dutreil
      • Ce que sera l'exposition Lincoln par Brigitte Blond
    • Journée d'étude de la Fédération des clubs UNESCO: la jeunesse et le racisme page9
    • Quand les jeunes mettent un peu d'air dans la chanson: enquête de Bernard Sannier-Salabert page10

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

André MAUROIS de l'Académie Française : llnCOln -cent ans , apres • UN COUI' DE FEU dans une loge du théàtre F ord à Washington : le q avril 1865, il y a juste un siècle, un fanatique sudiste assassinait le président des E tats-Unis Abraham Lincoln. André MAUROIS, de l'Académie Française, évoque (pa.ge 6) la g rande figure de celui qui, deux ans plus tôt, avait mis fin à l'esclavage des noirs. L'historien Jean DARIDAN, auteur d'un livre récent sur Lincoln, précise ce que furent ses luttes contre ses advers'aires et parfois contre lui -même. Analysant un aspect de la situation cent ans après, "Vicolc de BOISANGER-DUTREIL consacre un a rticl e a u x « Blancs d'Amérique » (l'ages 6, 7 ct 8) . Néonazi• s me nouvelles violences (impunies) •• • VIOLENCES à Rennes, à Paris, à Lyon : les groupes néo-nazis continuent, et leur presse multiplie les excitations à la haine raciste et antisémite. Ces menées suscitent l' indignation des démocrates, qui demandent aux pouvoirs publics des mesures immédiates et efficaces pour mettre fin à cette situation- scandaleuse. (Voir page 5, l'enquête d'E.N'Gassa à Rennes) . 15 AVRIL· 15 MAI 1965 N' 242 Un franc Dimanche 16 mai, au Palais de l'U NES C 0 JOURNEE NATIONALE contre le racisme l'antisémitisme et pour la Exposition pour le centième . . anniversaire de l'assassinat d'Abraham LINCOLN Du samedi 8 mal au vendredi /4 mai Salle de l'Encouragement 44, rue de Rennes à Paris (Métro : St-Germain-des- Prés) de 10 heures à 22 heures pai• x • POUR FAIRE LE POINT des données actuelles du racisme et préciser les mei l leur s moyens de le combattre, des hommes et des femmes de bonne volonté, représentant les mi· lieux et les courants de pensée les plus divers, se réuni· ront, les 15 et 16 mai, au Palais de l 'UNESCO. Ce sera la 16' Journée Nationale contre le racisme, l'antisé mitisme et pou r la paix. A la v~ i1 le de ces importantes ass ises, le président du M.R.A.P., Pierre PARAF, souligne (page 5) le bouil lonnement de ({ Notre printemps ", marqué par t ant de réunions, conférences, expositions, manifestations diverses, qui témoignent de l'intérêt croissant rencont ré dans t oute la France par notre Mouvement. Pierre Paraf, que l'on voit ici dédicaçant son livre « Le racisme dans le monde ", lors d'une vente-signature, a part icipé, au cours des dernières semaines , à un grand nombre de ces manifest ations, à Par is et en province . La bataille continue • SIEGEANT A L'OMBRE DE L'AIGLE IMPERIAL (notre photo) le Bun desta,; s'est refusé, le 25 mars, à déclarer imprescriptibles les crimes contre l'humanité. Concession dérisoire à l'opinion publique des pays martyrisés par les hitlériens, il a simplement r eculé de 4 ans la date de la prescription. Au cours d'une réunion d'information au Grand Orient de France, Charles PALANT, secrétaire général du M.R.A.P., a souligné, au nom de notre Mouvement, que la bataille doit continuer contre toute prescription, pour le juste châtiment des assassins nazis (page 4). 2 15·111. - Pour le respect du droit de vote des Noirs, le président Johnson soumet un nouveau projet de loi au Congrès ; tandis que cinq mille mani· festants, conduits par le pasteur King, rendent hommage devant le palais de just~ce. de Selma au pasteur Rebb, as· saSSIne par les racistes. 16.111: - Au Sud-Vietnam, près de Da Nang, 47 enfants écrasés sous les bom· bes américaines larguées sur l'école d'un village. 17·111. - A Montgomery (Alabama) la pOlice montée de Wallace chargé à coups de gourdins et de lassos 600 manifestants blancs et noirs. Le soir même, le pasteur King tient un meeting dans une église baptiste noire. l8·III. - Victoire du mouvement antiraciste, la « marche sur Montgomery » est autorisée par le juge fédéral Johnson siègeant à Montgomery. 21·111. - La première journée de LA MARCHE SUR MONTGOME· RY se déroule sans incidents. Le cortège est conduit par le pas- · teur King, les représentants du gouverneur et du maire de New· York, et M. Ralph Bunche, secré· taire général adjoint des Nations Unies. • Nouveau bombardement américain au Viet·nam du Nord. 23-111 - L'EMPLOI DES GAZ et le~ raids sans objectifs prééta. blIs marquent une nouvelle éta· pe de l' « escalade » américaine au Viet·nam. • .Ayant dégénéré en émeutes, des mamfestatIOns d'étudiants à Casablanca . sont durement réprimées : il y aurait plusieurs dizaines de morts. 24-1~1. - Arrestation au procès d'AuschWItz, de Bernhard Lucas, qui était prévenu llbre : 11 est accusé de complicité dans de nombreux meurtres. 26-111. - Le Parlement fixe au 31 décembre PRESCRIPTION DES DE GUERRE. de Bonn 1969, la CRIMES 26·111. - Au terme de la marche sur Montgomery, une femme blanche Mme Liuzzo, est abattue par des bla~c racistes, appartenant au Ku Klux Klan. Le président Johnson annonce que le Ku Klux Klan « sera placé sous le contrôle effectif des lois ». 27·111. - Second meurtre raciste en 4R heures : Mme Smith, épouse d'un militant intégrationniste est assassinée à Memphis (Tennessee). • Découverte d'un arsenal à Industry (Californie), qui devait servir aux « Minutemen » et aux « Rangers », groupes extrémistes en liaison avec le KKK. • Les Américains continuent d'employer les gaz au Sud·Viet·nam : l'opinion mondiale proteste. 28·111. - En Floride, des membres du Ku·Klux-Klan en longues robes blanches! pendent le président Johnson en effigIe. 29-111. - Les quatre membres du Ku· Klux·Klan, arrêtés pour le meurtre de Mme Liuzzo, sont libérés sous caution. . • Le pasteur King propose le boycott économique de l'Alabama. 30·111. - L'ambassade américaine à Sai:g~ n dévastée par une violente exploSIOn

17 tués et 150 blessés.

31.!1I. _ - A Salamanque (Espagne), 2.000 etudiants manifestent aux cris de « Liberté ». • L'Assemblée Nationale autrichienne se .prononce contre la prescription des CrImes de guerre. l·IV. - Un instituteur de 27 ans John Harris, MILITANT ANTI: RACISTE EST PENDU A PRETORIA (Afrique du Sud), accusé d'avoir commis un attentat. 3-IV. - L'aviation américaîne bombarde un pont à 100 km. de Hanoï, rencontrant pour la première fois la chasse adverse, qui lui inflige des pertes sévères. 4·IV. - Le Ku-Klux-Klan brûle des croix à Détroit, notamment devant la maison de Mme Liuzzo, assassinée à l'issue de la marche Selma-Montgomery. 4-1V. - Maurice Chevalier et de nom'! Jreux artistes américains participent a un spectacle « Broadway repond à Selma » dont la recette - 150.000 dollar~ -: sera remise aux organisations antIraCIstes et aux familles du pasteur Reeb, de M. James Jackson et Mme Liuzzo, récemment assassinée en Alabama. l5-IV. - Le maire de Camden (Alabama) et le.s pOliciers emploient les gaz lacrymogenes contre une cinquantaine de noirs qui manifestaient en faveur du droit de vote. • La commission des Droits de l'Homme de l'O.N.U. s'élève contre la prescription des crimes nazis. Il·IV. - Sur l'initiative du Mouvement de la Paix, multiples manifestations en France pour la paix au Viet-nam . tandis qu'au Nord-Viet-nam, soixante: six avions américains bombardent des villages au napalm. '-IV. :- A Ma~rid! Bilbao, Salamanque, OUVrIers et etudiants manifestent par milliers. • Nouveau raid américain au Vietnam

20 tonnes de bombes au napalm

larguées au·delà du 17· parallèle. • Le gouvernement ouest-allemand s'arrogeant le droit de parler au nom de toute l'Allemagne, le Bundestag tient une session à Berlin. AFRIOUE DU SUD • Ce jour~là ... I L Y a cinq ans, le 21 mars 1960, à Sharpeville (Afrique du Sud), le peuple sud-africain manifestait pour exiger ses droits les plus légitimes et particulièrement la suppre:;sion des laissez- passer imposés aux noirs pour tous leurs déplacements. ~Ialgré le caractère pacifique de cette manifestation, la police tira, tuant 69 personnes, en blessant 180 autres : la grande majorité des morts et des blessés avaient reçu des balles dans le dos. Une telle brutalité bouleversa l'opinion mondiale. Des résolutions furent adoptées par l'O.N.U., par des gouvernements et dans des meetings condamnant les agissements de la police de Verwoerd. Le leader Luthuli appela les Ar ricains à observer un Tour de Deuil qui fut suivi de façon massiye à travers tout le pays. Le 31 mars. le gouvernement s'Udafricain. qui était incapable de maîtriser la situation. déclara l'état d'urgence et i eta en prison des milliers de combattalit~ pour la liberté. Depuis ce jour-là, le régime policier fondé sur une législation arbitraire et sur une politique de répressions s'est encore ren forcé en Afrique du Sud. Des ' milliers d'Africains sont quotidiennement arrêtés aux termes des lois sur les « déplacements », sur le « sabotage » ou sur « la répression du communisme ». toutes lois mises en place pour légaliser l'apartheid et instaurer un régime qui rappelle le nazisme. Les tortures physiques, le cachot, les interrogatoires qui se déroulent dans le secret le plus complet. en l'absence de tout avocat sont le lot cles prisonniers africains, qui, fréQuemment, deviennent fous, ou se suicident. On compte aujourd'hui plus de deux mille prisonniers politiques dans l'Ile Robbeu et diverses autres prisons. Des centaines d'entre eux attendent de passel- en jugement. Devant la pression internationale, le gouvernement sud-africain a tout de même annoncé la suspension, à partir du II janvier 1)65. du système de détention cie quatre-vingt-dix jours, prévu par l'article 17 du Genéral Law Amendement Act de 1963. Cette loit permettait au Ministère de la Justice d'incarcérer quiconque, sans accusation, ni jugement et indéfiniment pour des périodes successi\' es cie )0 jours. Entre autres cette loi permettait de maintenir en prison et même au s'ecret, des personnes qui avaient pourtant accompli leurs peines. Cette suspension ne signifie pourtant par l'abolition de l'arbitraire, le ministre de l'Intérieur pouvant toujours, à tout moment, emprisonner un Sud-Africain par simplc décision administrative. C'est une toute petite victoire mais (fui démontre le rôle important que peut jouer l'opinion mondiale et particulièrement les gouvernements. Ainsi, les mesures de boycott économique appliquées par un certain nombre de pays, pourraient certainement mettre l'Afrique du Sud, sinon en très mauvaise posture, du moins en difficulté. If serait bien sûr nécessaire, pour que le boycott agisse efficacement. que tous les pays soient solidaires et l'observent de façon unanime. Ce qui n'est malheureusement pas le cas. • Des armes francaises AINSI, alors que la Grande-Bretagne vient de décider de suspendre l'envoi d'armes au gouvernement Verwoerd, on apprend officiellement que la France n'appliquera pas ces sanctions économiques et continuera à fournir des armes à l'Afrique du Sud, « pour des buts défensifs », a déclaré M. Schmittlein, vice-président de l'Assemblée Nationale, et président du groupe parlementaire « France - Afrique du Sud », à son arrivée à Johannesburg. « Le gouvernement français, a ajouté M. Schmittlein, n'est peut-être pas d'accord avec tous les aspects de la politique st,d-africaine, mais il continuera à voter à l'O.N.U. contre toute résolution tendant à pénaliser l'Afrique du Sud ». Ces décisions ont d'ailleurs été confirmées à M. Wilson, par le général de Gaulle. Au moment même où des Africains meurent pour avoir seulement réclamé la reconnaissance de leurs droits, tel le jeune leader de l'A.N.e., Washington Bongco, exécuté récemment dans le plus grand secret, tel le jeune instituteur John Harris, pendu le 6 avril à la prison de Prétoria, la position des autorités françaises est lourde de conséquences. Elle constitue pour les criminels racistes d'Afrique du Sud un encoura- P ASSE-T -IL 9 • Un peu de pudeur, Bertha! SOUS le charmant pseudonyme de Bertha Von Paraboum, une effeuilleuse fait chaque soir son numéro au Crazy·Horse·Saloon. Qui dira qu'on ne sait plus s'amuser en France ? Bertha, qui est authentiquement allemande, se déshabille pendant qu'on projette des portraits de Hitler et des croix gammées. Le clou du spectaCle est l'apparition de la demoiselle avec pour seul ornement une croix gammée en guise de feuille de vigne. Si j'affirme que cette jeune personne est sans pudeur, ce n'est pas du tout parce que le striptease me choque. Chacun prend .son plaisir où il le trouve et gagne sa vie comme il le peut. Et les pensionnaires du « Crazy-Horse » sont les plus ravissantes qui soient. Mais cet humour noir n'est-il pas un signe des temps ? A quand, au CrazyHorse transformé en « camp de concentration », de joyeuses grillades sur barbecues imitant à ravir les fours crématoires d'Auschwitz ? Et le barman déguisé en SS servirait des boissons explosives ! Je propose l'idée au directeur de cette boîte. Visiblement c'est un homme de goût. . gement à résister aux décisions de l'O.N.U. et aux pressions de l'opinion mondiale. Les antiracistes ne sauraient s'y résoudre. SUISSE • Une vague de xénophobie « No US manquons d'appartements, d'hôpitaux et il nmts faut accepter toujours plus d'étrangers. C'est de plus en plus la pègre internp, tionale qui s'installe chez nous. » C'est là un extrait d'une des quelques centjtines de lettres envoyées à la « TriQune de Genève » sur le problème des travailleurs étrangers en Suisse. Ces arguments ne nous sont pas inconnus. « Minute » fait malheureusement école. 800.000 immi{(Tés, dont la moitié italiens, sont employés actuellement en Suisse où un travailleur sur trois est étranger. Il v a également des Espagnols, des Turcs, des Grecs, des Français, des Nord-Africains, etc ... Sous j'effet de cet accroissement rapide du nombre des étrangers, dont la présence pose des problèmes économiques sociaux et démoe-raphiques, divers signes de 'xénophobie sont apparus dans une partie de l'opinion suisse. « Ils ne sont pas comme nous », reproche-t-on à ces travailleurs dont le comportement constituerait « une offense permanente à l'ordre helvétique ». Dans certains cafés genevois, des ouvriers italiens se voient refuser une table « vue l'heure tardive », alors que des Suisses sOnt servis peu après. « Chambre à louer, Italien, Espagnol s'abstenir » : ces annonces paraissent régulièrement dans la presse. Maintenus à l'écart, les ouvriers étrangers vivent loin de leur famille et dans cles conditions parfois insalubres. l[ne cam!!.agne démao-ogique a certainement alimenté cette xénophobie latente en lançant le bruit que, du fait de l'accord italo-helvétique signé le 4 août 1964, des familles suiss-es seraient délogées au profit des travailleurs étrangers. Un « Mouvement -contre la surpopulation étrangère », récemment créé, a demandé, ainsi qu'un groupement de Suisse alémanique, le « Parti démocrate » . de Zurich, « la revision de la Constitution en vue de limiter la population étrangère à ~ % de l'effectif total ». Un parti anti-italien, l' « Union suis'se pour j~ Liberté », a diffusé des slogans raCIstes. Ces différentes manifestations xénophobes suscitent la réprobation de certains milieux cons'cients de la contribution de la main-d'oeuvre étrangère à la prQ.spérité du pays.

Qans une déclaration, des professeurs

de la Faculté de Médecine cie Berne se sont élevés contre « la xénophobie naissante qui se manifeste en Suisse ». Une revue patronale horologère se demande: « La Suisse, pa'Vs traditionnel de la tolérance, l'asile de tant de malheureux deviendrait-elle une nation raciste et xénoPhobe? » Ce racisme sournois, qui apparaît en Suisse, inquiète aussi les autorités religieuses

le conseil de la Fédération des

Eglises protestantes de la Suisse vient cie lancer un appel ,reproduit par « Cité Nouvelle », organe du Christianisme Social. On y lit notamment : « Les étrangers qui vivent dans nos portes, ne représentent pas une invasion camouflée organisée Par d'autres Etats. C'est nou; qui les avons fait venir, c'est nous qui les avons embauchés, car nous avons besoin de letw concotws. » « N OtiS prions instamment, les membres de nos Eglises, conclut cet appel, qui forment une grande partie de notre pet,ple, de rester calmes et raisonna- Oncle TOM. bles. Dans l'examen des problèmes nO/tveaux auxquels not're pays doit faire face, nous leur demandons de demeurer justes, ht,mains et de témoigner également de leur amour dtt prochain à ces frères étrangers qtÛ vivent maintenant chez nous. » HIER ET AUJOURD'HUI • Pétain et les mesures antijuives DEPUIS de nombreux mois, certains milieux et certaine prc"se réclament la réhabilitation de Pétain, jetant le trouble dans les esprits et donnant aux jeunes surtout, qui n'ont pas connu l'occupation, une image sentimentale et faussée du chef de la collaboration. On exa."!te la valeur militaire et les qualités de stratège de l'ex-maréchal, on minimise ses responsabilités, on lui accorde les circonstances atténuantes, on veut oublier qu'il a: livré un pays tout entier à l'ennemi et qu'il a permis les massacres de Résistants et d'otages, la déportation massive des juifs français vers les camps d'extermination. Le rôle de Petain, sur ce dernier point, est pleinement mis en lumière dans un texte de Henri Hertz, récemment reproduit par la « Terre Retrouvée ». Le! août 1945, c'est-à-dire quinze jours avant que le maréchal ne fût condamné à mort, ce document a été adressé par Justin Godart au président Montgibeau et à tous les jurés du procès Pétain. Il n'est pas inutile d'en rappeler aujourd'hui quelques passages. Hertz montre comment le processus de l'asservissement de la France à l'occupant allemand' a commencé avec le traitement infligé aux juifs qui a permis à Pétain d' « évaluer ce 'qt/il pourrait imposer à la nation et obtenir de son consentement » et qui « a servi aux Allemands à évalt,er ce qu'ils pourraient exiger dt, gouvernement » de Pétam. « Ainsi les juifs, écrit Henri Hertz, mis au ban de la société française, fn- * Suite page 3. DROIT ET LIBERTE 1 1 MENSUEL 31, rue des Jetneun - Pari. (Jet Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements FRANCE: l, t ~ 1 1 ( Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs 1 &TRANGER f. Un an : 18 franci Compte Ch. POIt.: 607~8 Pa.l1a Pour les chaniementa d'adreue .. voyer 1 franc et la dernière bande. 1 EN BELGIQUE: : On peut se procurer Droit et Libert~, ou s'abonner, au siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif Il, 52, rue de ' l'Hôteldes- Monnaies, Bruxelles 6. ' 1 Versements au C.C.P. 723895 de 1 Léon GRINER, 9, Square RobertPequeur, Bruxelles-7. Le numéro : 10 francs belges. L'abormemeot amme.I : 100 PB. AboaDemeDt de IOUtieo : 188 PB. ~ Journal composé et ImpriMI ~ par des ouvriers syndiqués !!I.PE.C. - ChAtee.urottt La Directrice de publication : S. BIANCHI qUE SE PASSE-T-IL ? ~ Suite de la page 2. rent du même coup mis au banc d'essai des mesures d'asservissement et, comme on disait à Vichy, de « réédlJcation » de tout le peuple français. » Hertz insiste particulièrement sur la responsabilité de Pétain dans la promulgation et l'application des lois antijuives qui dans une première phase privèrent les juifs de leurs droits civiques pour, dans une seconde phase s'attaquer à leurs biens et à leurs personnes, violant les promesses antérieures. Lors du p~ocès, Pétain prétendit tout ignorer. Pourtant, si l'opinion publique était démoralisée et pensait qu'en abandonnant les juifs à leur sort et à l'ennemi, la r~ression n'irait pas plus loin, de nombreuses protestations s'élevèrent de partout, demandant à Pétain d'intervenir. Ce qui suppose qu'il était bien au courant. « MaiS c'est ensuite, à la dewrième phase d'exéwtion des lois antijuives ... qtle s'affirma la duPlicité fanatique de l'accusé », poursuit Henri Hertz. «. At- il ignoré et qu'a-t-il fait le j01tr où ses ministres saisi'rent les biens, puis pourchassèrent les personnes. C'est l'époque déshonorante des camps français, Gurs. Rivesaltes, Le Vernet ... » où furent parqués, parce que juifs, des vieillards, des femmes et des enfant s, d'ancien3 officiers, des légionnai res décorés ... (( A-t-il ignoré quels agents fttrent chargés de cette besogne de gardechiourmes!' » demande Henri Hertz. « Q1ti a nommé les commissaires a lUQuestions juives, qui a choisi mt Xavier Valla t, puis 11/1 Dm'quier de Pellepoix, professionnels de la haine des j/tifs!' » La situation est alors mûre pour la. troisième phase, celle où les juifs français sont livrés aux Allemands. « Nous voici au temps des gralldes rafles de 1942. Cette phase marquant lepoint culminant du trçtitement imposéaux juifs par l'Etat français et dont son chef qui en notifiait et souvent en accentuait les instrt~ctions dont il suivait pas à pas l'effrayante progression, allait déclencher ce que guettaient les Allemands. Ce qu'ils n'avaient pas osé réclamer d'emblée et dont à présent ils étaient assurés, à la mesure que leur garantissait la pénalité juive : l'esclavage de toute la France, l'abandon de sa jeunesse, la reddition de ses forces vives et les derniers lambeaux de sa liberté. » Parlant au nom des juifs de France, Henri Hertz conclut : « ... Nous portons témoignage que l'acCltsé, par son silence, quand il pouvait parler, par son impassibilité quand il pouvait faire un geste, par son mensonge quand il soutient que jusqu'à auj01trd'hui il n'a pas su, nous portons té'moignage· qlt'il a accepté et patronné ces tortures d'exception, aboutissement fatal de la législation d'e:rcejJtion concertée et développée par lui, sciemment et délibérément par lui. » • Le mythe Weygand A l'entreprise de réhabilitation pour Pétain, s'ajoute actuellement une campagne de presse visant à entretenir le mythe Weygand ; Weygand, grand soldat ; Weygand, homme intègre, etc. Or, « L'Information juive» de mars 1965, rappelle opportunément que Weygand fut le principal responsable du « numerus clausus » appliqué dans les écoles d'Algérie, par une décision qu'il prit personnellement et notifia au Grand Rabbin d'Alger. Cette mesure était édictée dans une simple lettre datée du jO septembre 1941, que publie « L'Information juive ». En voici des extraits : « M Dtlsie'ur le Grand Rabbïn, vous avez bien voulu me demander par lettre d1{ 21 septembre courant q1telle décision ava·it été prise en ce qui concerne l'admission des enfa.nts israélites da.ns les écoles primaires. « ]' ai l' honneur de vous faire connaître que, ainsi que je vous en avais informé alt cours d'une précédente audiel1- ce, 1/n « 1!ltmerus clausus» a été établi p01tr l'ellseigne1/lent primaire et fixé dans chaque école à 14 % dlt nombre des élèves. ( ... ) « A dater du l janvier 1942, le pattl'centage de 14 % vaudra pour tous les élèves jttifs et l'élimination des enfants en surnombre sera prononcée immédiateillent. » ( ... ) Weygand n'a même pas cherché à donner à cette mesure l'aspect formel d'une loi, et s'a décision allait bien audelà de la législation antij uive promulguée par Vichy. Il a fait de la surenchère, par haine personnelle contre les juifs. • Bagarres à Vienne Q UELLES décisions prendra le Parquet de Vienne chargé d'établir si M. Borodajkwycz, professeur d'histoire contemporaine à l'Ecole supérieure de sciences commerciales, s'est rendu coupable d'infractions envers la loi interdisant de répandre les idéologies nazies ? -- Ce professeur a tenu, à la fin du mois de mars, une conférence de presse où il a, une fois de plus, exposé ses idées pangermaniques. Du reste il ne s'est jamais défendu d'avoir adhéré de plein gré au parti national-socialiste allemand ni d'avoir collaboré, durant la dernière guerre mondiale, aux services d' information des S.S. Qui plus est, à la suite de cette réunion, ses disciples, étudiants pour la plupart. manifestèrent violemment leurs sentiments antisém ites. Dans les jours qui s·uivirent. les milieux universitaires, Jl1unici paux et politiques protestèt-ent et des bagarres onposèrent les étudiants fidèles au professeur aux anciens résistants autrichiens clans les rues de la capitale àutrichienne. L'un cie ces derniers a été tué. RACISME • Lu dans la presse TENONS-NOUS en aux faits rapportés dans la presse, ell souli gnant, toutefois, leur caractère commun : cles Algériens yictimes cie gardiens de la paix. L'affaire Smaït Lahlah l'elllonte au mois de juin I962, apl-ès les accords d'Evian, mais vient de passer au tribunal correctionnel. L'agent Lebas. condamné le 6 avril dernier ft soo F d'amende pour blessures par imprudence, avait. dans « lm geste malellcon!1'eu.1: », tiré sur Smaïl Lahlah. Ce dernier atteint au ventre, était demeuré onze mois sans travailler avant de reprendre sa place parmi le personnel de la Préfecture de la Sejne. Le cas de Tahamte Saïd est plus récent. Appréhendé le 12 février et emmené au commissariat pour vérification d'identité, il dut subir, dans le car de police, les violences des gardiens qui l'accompagnaient. Admis à l'HôtelDieu, une intervention chirurgicale lui enlevait l'usage de l'oeil droit. Quelles que soient les raisons qui ont provoqué l'arrestation de Tahamte Saïd, il n'en demeure pas moins que son affaire ressemble à celle de Lahlah Smaïl et que le « faciès» joue beaucoup dans l'une comme dans l'autre. Mais que dire également des manchettes cie certains journaux, friands de caractères gras, qui résument en une phras'e la p'ensée raciste actuelle? Un enfant est égorgé dans un bois, près d'Evreux. Il s'agirait « d'un crime rituel » en raison cie « la sa.uvagerie même dlt meurtre ». « C'est d01-lc plutôt ve'rs les milie~tx musulmans et noirs de la région »' que la police 'va diriger son enquête. N on moins « sauvage » fut le noir qui attaqua une librairie du Quartier Latin pour lui voler IO.700 F. Nous n'avons fait que relater quelques cas puisés clans la presse. Ils sont significatifs et se passent de tout commentaire. Matraqué parce qu'il faisait son métier Notre collaborateur, le photographe Elie Kagan se trouvait à titre professionnel à la manifestation organisée le mardi 6 avril, à la Bourse du Travail, pour la paix au Vietnam. Il prit qaelques clichés lorsque la police se mit à frapper un groupe de jeunes à coups de pélerines et de matraques. L'éclair du flash fit se diriger contre le photographe la fureur des agents qui, l'entourant, l'injurièrent, tombèrent sur lui à coups de pOings et de matraques. Elie Kagan a eu son matériel gravement endommagé. Le médecin qui a relevé des contusions et hématomes, lui a prescrit huit jours d'incapacité de travail. Elie Kagan a porté plainte le lendemain suivant ces incidents, contre ces méthodes inadmissibles. 3 Les gaz ... IL n'est pas juste de « voir du racisme partout », ainsi qu'on nous en [ait quelquefois le reproche ... injustement, car nous veillons attentivement à ne jamais dépasser les limites de notre domaine. Ainsi toute guerre ne revêt pas par principe un aspect raciste et l'attitude « classique » du patronat à l'égard des ouvriers ne relève nullement du racisme; mais s'il s'agit des travailleurs algériens, ou portugais, ou d'Afrique noire, etc., nOU$ savons à quel moment, dans quels cas, il nous faut intervenir en tant que M.I}.A.P. Toutefois la lettre P, dans notre sigle, signifie « paix », nous ne devons jamais l'oublier, et c'est en toute conscience que les fondateurs du Mouvement ont tenu ainsi à rappeler que la préparation de la guerre et la guerre elle-même constituaient un véritable fumier passionnel sur lequel proliféraient les fleurs vénéneuses de tous les racismes.

  • La seconde guerre du Viet-nam, attisée

par les Etats-Unis, est cruelle, indéfendable et constitue un péril grandissant PAR Roger MARIA pour la paix. Il faut y mettre fin par des négociations et, sur cette base évidente, minimum, nous sommes assurés de faire l'unanimité de nos amis. Mais il est un aspect qui nous émeut Au Danemark, « Aktuelt », organe du . Parti social-démocrate danois, gouvernemental, déclare que « les Etats·Unis ont franChi une limite qu'Hitler lui·même n'avait pas osé franchir. » Le journal de l'Inde « Patriot » écrit avec indignation : « Il serait plus approprié de dire que les Etats·Unis ont décidé d'utiliser les gaz et le napalm au Viet-nam parce qu'il s'agit d'Asiatiques et non d'Européens ou d'Américains. Les Asiatiques n'oublieront jamais que les .Américains ont utilisé la bombe atomique contre les Asiatiques et ils ne sont pas surpris par l'énormité de tels crimes. »

  • Cette réflexion grave du journal indien

nous offre l'occasion de rappeler que l'on sait maintenant, de façon assurée, que lorsque la première bombe atomique fut larguée sur Hiroshima, le 6 août 1945, le Japon avait déjà offert depuis cinq jours, sa capitulation sans conditions. Ce n'est donc pas pour sauver des Et al/SSI en Alaba7lla ... profondément de cette « sale guerre » en quelque sorte aggravée par rapport à « l'autre » : cette guerre à un certain degré de l' « escalade », a pris une tournure manifestement raciste.

  • Les gaz ont été employés contre les

populations civiles. Nous ne réfuterons même pas les arguments hypocritement présentés comme « techniques » selon lesquels il ne s'agirait que de gaz du genre lacrymogènes (pourquoi pas hilarants !) et non pas asphyxiants. On va voir, par les extraits qui suivent de la presse mondiale, y compris les journaux les plus anti-communistes, que personne n'est dupe et que, cette fois, l'émotion s'est emparée de l'opinion publique des cinq continents. Il est devenu d'une brûlante évidence que les autorités américaines - précisons

le Président, son gouvernement,

le Pentagone, etc. - n'ont pris cette décision que parce qu'il s'agissait de jaunes, de « coloured men », et que jamais ils n'auraient osé aller jusque là à l'égard de blancs. Le racisme, c'est cela

  • Qu'on en juge :

Du « New York Times » : « Au Viet·nam, les gaz ont été fournis et leur utilisation a été approuvée par des hommes blancs contre des Asiatiques. C'est une chose qu'aucun Asiatique, qu'il soit communiste ou non, ne par· donnera. » Le journal de droite hollandais « Nieuwe Rotterdamscher » estime que « si la décision d'employer les gaz constitue un moyen pSYChologique pour faire peur au Vietcong, les conseillers psychOlogiques du Président ne méritent pas autre chose que de recevoir leur congé. » Du journal japonais « Yomiuri Shisubun » : « Il n'existe pas d'armes chimiques hu· manitaires. ];n réalIté, les Sud·Vietna· miens servent de cobayes pour les expé· riences américaines sur les gaz de com· bat. » vies amencaines ou pour hâter la fin de la guerre en Extrême-Orient que Truman et ses conseillers prirent la responsa· bilité de refuser la reddition japonaise, de différer de plusieurs jours la fin des combats, c'est pour impressionner le monde entier, particulièrement les Sovié· tiques, et affirmer ainsi leur volonté d'hégémonie. Bref : les deux champignons d'un ciel d'enfer d'Hiroshima et de Nagasaki ne furent point, comme trop l'ont cru, les actes de terreur ultimes de la seconde guerre mondiale, mais les premières provocations de la troisième. Et si le plUS néfaste des présidents des Etats-Unis a osé ce que le grand Roosevelt avait énergiquement écarté, c'est parce qu'il s'agissait de jaunes et que les jaunes, n'est-ce pas ...

  • Il faut dire ces choses. C'est le moment.

Non pas pour « faire de l'histoire », mais parce que rien n'arrêtera les fanatiques à froid et joueurs de dés - sur notre dos - du bellicisme que le torren· tiel refus de tous les peuples d'admettre ce racisme inconséquent qui entraîne des risques majeurs de fai1'e basculer le monde dans la guerre. Comme l'a très lucidement souligné le « Washington Post » : « Il est difficile de dire quel mal le napalm et les gaz font à l'ennemi, mais il n'est pas difficile de découvrir le mlJ.~ qu'ils nous font à nous, Américains. ), En ce XX· anniversaire de la fin df" la guerre de 39, les combattants et vit.times de la dernière guerre vont SI' trouver mêlés à nombre d'anciens de la guerre de 14. Parmi ces hommes qui ont maintenant autour de soixante-dix an~ , quelques-uns trainent une vieillesse dov loureuse, car leurs poumons ont étti détériorés par les gaz sur les rives del'Yser ou en Champagne ; d'autres, plus jeunes, ont eu presque toute leur famille anéantie par le gaz Zyklon B à Ausch· witz et autres camps de l'extermination en masse. Amis le~teur" . le petit journal de l'ami· cale de mon camp, Neuengamme, a pour titre : « N'oublions jamais ! » ... r 4 Le SCANDALE EN votant contre la prescription des crimes nazis, Bonn aurait sauvé l'honneur de l'Allemagne fédérale. Il est tri ste de constater que l'appel qui avait retenti dans toutes les capitales du monde et dont les résistants, les ancien5' déportés, les rescapés des camps de la mort, avaient faIt sans dlstmction leur cri de ralliement, l'Allemagne n'a pas voulu l'entendre. Ce que l'on peut dire, c'est que ce qui s'est passé au Parlement, doit être considéré comme une immense duperie destinée à abuser l'opinion publique mondiale. C'est une farce qui vient de se jouer à Bonn car, si on examine en particulier le paragraphe « :) » de la nouvelle loi, on constate qu'elle ne prévoit de poursuites que contre une partie des criminels. . Les autres assas'sins, ceux qui, soi-disant n'ont fait qu'obéir aux ordres, sont pratiquement réhabilités . . Voilà où nous en sommes vingt ans après. • On avait dit et répété que les par Jean PIERRE-BLOCH


ancien ministre ----

hommes sont oublieux, qu'ils le sont par nature mais aussi par intérêt. L'Allemagne fédérale vient de dépasser la mesure. Le chancelier Erhard ne sort pas grandi de cette affaire; s'il a donné personnellement l'impression qu'il était partisan de l'abrogation de la prescription, il s'est bien gardé de le manifester publiquement, préférant laisser au Parlement la responsabilité d'une décision qui irait à contre-courant de l'opinion générale de ses compatriotes. Dans ce cas précis, le silence a été une forme de lâcheté. A s'ix mois des élections, c'était trop demander sans doute au gros président professeur Erhard. Qn reg-rettera que cette attitude équivoque ait été imitée par la majorité chrétienne-démocrate, par quelques malheureux socialistes plus préoccupés de campagne électorale que de pure et simple j ustice. Sans employer de grands mots, nous pouvons dire que toutes les campagnes dénon;ant l'emprise des nazis sur l'Allemagne fédérale, retrouvent là une justification évidente. Le scandale que nous devons dénoncer ici avec force, c'est l'aisance avec laquelle l'opinion allemande tout entière, et en particulier les femmes, tendent à considérer comme de simples victimes des « événements » les millions de morts exterminés dans les camps au nom de la supériorité de la race. On s'avait déjà que le passage d'Hitler au pouvoir éta}t considéré comme un fait histonque qui ne méritait Que six lignes dans les manuels d'histoire à l'usage des collégiens. Aujourd'hui nous savons à quoi nous en tenir. La réconciliation avec l'Allemagne ! Oui, mais pas en effa;ant d'un trait de plume les crimes abominables qui ont déshonoré l'humanité. Si l'Allemagne veut prendre place parmi les nations, qu'elle le prouve en dénon;ant et punissant les assassins qui s'Ont là encore dans .les sphères gouvernementales. Mais. comme l'a rappelé fort opportunément Vladimir J ankélévitch, « la prescription des crimes nazis, M' Maurice Gar;on estime que la prorog-er pose un problème de droit. Mais le droit a-t-il quelque chose à voir dans cette affaire? » Tout est là! Après le vote du Bundestag PRESCRIPTION : lo botoille continue Le 31 mars la Loge Saint-Just du Grand Orient de France tenait une réunion d'information sur les problèmes de' la prescription et du châtiment des crimes contre l'humanité. . Devant un public nombreux et intéressé, M. François Savignon, de la Loge Samt-Just, par une courte introduction, a ouvert la soirée que présidait M. Paul Anxionnaz, ancien ministre, grand maître du Grand Orient de France. Me Jean Schapira, avocat à la Cour d'Appel de Paris, professeur à l'Institut de Droit appliqué de Paris membre du Bureau National du M.R.A.P., exposa les aspects politiques et moraux du problème de la' prescription. M. Maurice Rolland, conseiller à la Cour de Cassation, président de l'Association des Magistrats résistants, en examina l'aspect juridique. M. Bernard Schreiner, président de l'U.N.E.F., ~in~ à souligner que pour la jeunesse, le nazisme demeure une préoccupation actuel.le. Charles Palan t, secretaire général du M.R.A.P. (dont nous reproduisons ci-dessous l'intervention), exprima les vues de notre Mouvement sur les questions soulevées. EN abordant cette tribune, permettez- moi, déclare Charles Palant, de porter témoignage, ou nom d~ M.R.A.P., de la f raternelle amitié qui nous lie à tant d'authentiques combattants ant iracistes, que nous sommes heureux de sa luer pormi vous. Nous sommes reconnoissonts ou Grand Orient de Fro nce et en particulier à la loge Saint Just d'avoir organisé ce débot. L'occasion nous est donnée de foire le point dons cette longue bataille contre la prescript ion des poursuites en matière de crimes contre l' humanité ... LE VOTE DU BUNDESTAG Une étape de cette bataille s'est achevée avec le vote du Bundestag, le 25 mars dernier. Ce vote, enlevé à, l'esbrouffe, dicté por de mesquines considérations é lectorales, a choqué l'espoir de l'opinion internationale même la plus indulgente pour le passé de l'Allemagne. Ce vote a cependant le mérite de clarifier une situation, ce dont nous devons prendre acte : la République fédérale allemande avoue à la face du monde que les abominables forfaits accomplis par les h itlériens durant la seconde Guerre Mondiale doivent un jour prochain cesser d'être considérés comme des crimes. Ce vote s ignifie que ceux qui les ont inspirés, préparés, ordonnés, perpétrés, ne sont point rejetés de la Communauté a llemande. S'i ls sont, ces criminels tenus provisoire· ment, à l'écart de la communuaté nationale cela ne provient pas de la vo lonté allemande de les désavouer, mois d'une contrainte résultant de la victoire a ll iée de 1945. Ce vote sign ifie enfin que cette contrainte cessero d'être le 1er janvier 1970. J'avoue avoir eu la naïveté d'espérer entendre un jour le gouvernement de l'Allemagne, son porlement affirmer que même si tous les Etats proclamaient la prescription, l'Allemagne, elle, étoit décidée à ne jamais accorder de quitus a ux monstres qui par leurs forfaits avaient écrit la page 10 plus déshonorante de son histoire. CETTE ALLEMAGNE-LA ... Et cette page déshonorante, l'Allemagne officielle prétend que le moment est venu de la tourner. Cette prétention, le Bundestag vient de l'afficher avec une incroyable indécence. De cette Allemagne-là, nous sommes les alliés. Un pacte nous lie à elle, sons omettre les multiples accords et troités multilatéraux ... Or, en décembre dernier, le parlement français adoptait à l'unanimité, une loi proclamant que « les crimes contre l'humanité sant de par leur nature même imprescriptibles ir jamais... ». Peut-on imaginer plus insolent défi que la réponse du Bundestag par son vote du 25 mors ? Ce vote semble dire ou partenaire français : {{ Cause taujaurs. Ce que chez vous, vaus affirmez imprescriptible à jamais, chez nous dans quatre ans, on n'en parlera plus ». Qui se souvient de l'accolade fameuse, goûtera avec une saveur toute particulière le fait que c'est à celui des partenaires qui compte deux grand-pères allemands que l'on doit l' initiative de la mesquine prorogation de la prescription ... . LA BATAILLE CONTINUE N'en déplaise à ceux oui croient que les quatre prochaines anné~s suffiront pour imposer l'oubli, nous offirmons et nous appelons à foire en sorte que ces années là soient ce lles de la victoire. Et il en sera ainsi pour peu que tous ceux qui conservent fidè lement le souvenir des millions de martyrs et plus encore tous ceux qui veulent garder l'humanité, d'un retour offensif du nazisme, un issent leurs efforts ... En poursuivant l'action pour le châtiment des criminels hitlériens que la prescription rendrait impunissables, nous répondons à une doub le préoccupation . Nous demeurons, en effet, guidés par la fidélité à ce oui fut l'idéol commun de toute la Résistance' européenne dont bien entendu, nous n'excluons par les résistants allemands. Mois nous voulons égolement insprescription ce sont aussi, les responsabilités des industriels et des financiers du nazisme qu'il s'agit d'effacer. Les criminels devenus impunissables, toutes les traces de ces complicités, tout oussi criminelles disparaissent. Nous aurions tort d'oublier que si les criminels avaient nom Himmler, Eichmann, Mengele, ou Danneker, le bourreau des ju ifs de Fronce.. les esclavagistes s'appelaient aussi L-G. Farben, Siemens, Boyer, Krupp, Allgemeine Electrische Geselschaft, et là, il ne s'agit plus des canailles réfugiés depuis vingt ons dons la clandestinité, mois de gigantesques entreprises toujours prospères et aujourd'hui plus puissantes que jomais. Le discours de Ch. PALANT Secrétaire général du MRAP à la réunion d'information du Grand Orient de France truire et gagner à notre couse la generotion nouvelle éclose en vingt ons et à qui l'on a trop systématiquement coché et l'ampleur des crimes hi tlériens. et les lourds sacrifices consentis por la Résistance dont l'épopée a permis la victoire des peuples sur la barbarie. IL FAUT DIRE ET RAPPELER ... En cette année du 20' anniversaire de la découverte et de la libération des comps, il fout roppeler ce que furent les onnées noires. Il fout dire ce que fur ent les crimes du racisme nazi. Expliquer ce qu'a été la désignation de populations entières vouées à, l'extermination. Comment des millions d'hommes, de femmes, d'enfants, de vieillards ont été recensés, marqués, arrochés à toute vie sociale, dépouillés de tous leurs biens, raflés, confinés puis séparés les uns des outres, et les familles déchirées, ècheminés vers le supplice, gazés, brûlés. Il fout dire et rappeler comment de leur vivant et ou delà de la mort tout leur fut pris, leurs cheveux, leurs dents en or, 10 graisse de leur corps et jusqu'aux cendres de leurs os. Il fout dire et rappeler les scènes d'horreur ou Vélodrome d'Hiver. Il fout dire et rappele r, le bloc des mères devenues foll es à Drancy. Il fout dire et rappeler qu'un million huit cent mille enfants de moins de douze ons ont été assassinés. Que d'es convois e ntie rs d'enfants marchaient à la chambre à gaz, leur dernier jouet à la main sous le regard cynique ' et insensible des S.S. Il fout dire et rappeler enfin que le crime a duré mille jours et mille nuits, à la cadence infernale voulue et scrupuleusement réalisée par les industriels de la mort dont les architectes, les ingénieurs et les banquiers venaient sur place contrôler le fonctionnement de leur industrie et la rentabilité de l'entreprise .. c'est-à-dire compter les bénéfices, supputer les dividendes. Et aujourd'hui on orgue du Droit pour imposer la prescription. En réalité, par la Ce sont là les véritables tireurs de ficelles de messieurs les porlementaires de Bonn. Et ces beaux messieurs, partisans de la prescription, vien nent nous donner des leçons de morale cemme celui-ci qui déclorait, voici quelques mois « . _. Il faut en fin ir avec la dauble marale, celle des vainqueurs et ce lle des vaincus... » Il y a en effet affrontement entre la morale tout court, celle des hommes libres qui veulent vivre et rester libres, d'une part, et d'outre port la pseudo-morale des assassins, coupables non d'avoir été vaincus, mois d'avoir été des ossassins et d'en n'éprouver aucun remords. Dès lors, la page qu'i Is offrent de tourner est moins celle des crimes qu'ils ne regrettent point que la page glorieuse des sacrifices immenses qui ont été le prix de la victoire qui les a terrossés. SI L'HUMANITE VEUT SURVIVRE ... Cette page de gloire, ne permettons jamais qu'elle soit arrachée à l'histoire hllmoine. Ecrite avec le song de tant de martyrs, elle reste pour toujours un message à tous les hommes. Il ne fout pas oublier les noms de Treblinka, de Ma'idaneck, d'Auschwitz, de Drancy, d'Oradour. Si l'humanité veut survivre, elle doit conserver vivants dans sa mémoire ces noms qui ne sont pas seulement ceux des crimes allemands. Ce sont des noms qui ont failli marquer la limite dernière du devenir humain. L'humanité 0 le devoir de proclamer que les crimes contre l'humanité sant de par leur na ture imprescriptibles à jamais ainsi que 1'0 fait le parlement fronçais. . CONTINUER DANS L'UNION Chez nous l'unanimité du parlement fut la conséquence heureuse d'une campagne menée par toutes les organisations issues de la Rés istance. Elles surent prendre de De nombreuses protestations . nombreuses initiatives pour alerter l'opinion publique. Il en fut ainsi dons de nombreux pays et dans des conditions plus difficiles, en Allemagne même. Après la décision du Bundestag de reporter de quatre années seulement la prescription des crimes nazis, de nombreuses associations et personnalités ' ont protesté. 'Citons la F.N.D.I.R.P. (Fédération Natio· nale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes), le Comité « Ni oubli, ni prescription », la Fédération Mondiale des Villes Jumelées qui déclare notamment

« Comme nous ne pouvons admet.

tre l'idée que nos villes puissent un jour partager le sort de Coventry, Rotterdam ou Varsovie en souvenir des victimes de l'hitlérisme et des camps de la mort, au nom de la justice et de l'humanitarisme, nous ne pouvons admettre l'idée que les auteurs de ce massacre génocide restent impunis. » Les autorités israélites d'Alsace et de Lorraine se sont aussi violemment élevées contre la prescription. Parmi les personnalités qui ont pris position, signalons : le grand rabbin de Berlin, M. Martin Riesenburger ; Mme Golda Meir, ministre israélien des Affai· l'es étrangères ; le bâtonnier Paul Arrighi, dans un article paru dans le « Monde » ; le professeur Jankélévitch, dans une étude publiée par la « Revue Administrative. » Il n'est d'ailleurs pas inutile de souligner que le vote du Bundestag du 25 mors est lui-même un premier succès par rapport à la décision prise à Bonn en novembre dernier de fixer la prescription ou 8 moi de cette année. Si en France une compagne active fut menée contre la prescription, il convient cependant de remorquer qu'il fut souvent diHici le de coordonner les efforts des uns et des outres. Trop de mauvaises raisons de préséances, trop de sectarismes et de préjugés ont - hélas - contrarié un véritable regroupement des énergies.

  • Suite page 11.

Unanime , ~ . reprobatlon contre les VIOLENtES RAtlSTES de Rennes (Enquête d'Emmanuel N'GASSA) DEPUIS le débllt de l'année universitaire, un groupe d'étudiants d'extrême- droite mènent au sein de l'Université de Rennes une campagne raciste contre les étudiants africains (1). Ces étudiants, qui appartiennent à la Fédération des Etudiants Nationalistes (F.E.N.) ont notamment lancé dans leur journal « Rennes-Nationalistes» (de janvier 65) des attaques mensongères contre un professeur africain, M. Ba, ancien normalien, agrégé de l'Université depuis 1958, le taxant d'incompétence pédagogique et d'incapacité à enseigner l'algèbre moderne à l'Université, alors que M. Ba n'enseigne pas cette matière. Ces attaques personnelles s'accompagnent de la diffusion de tracts et brochures parés de dessins négrophobes, constellés d 'injures et d'affirmations mensongères, misant sur les bas instincts et les préjugés de certains étudiants. A ces agressions verbales ont succédé des violences physiques : le lundi 15 mars, à la sortie du restaurant universitaire de la rue de Fougères, une trentaine d ' « intellectuels » racistes ont malmené sauvagement trois étudiants africains. Sur place, j'ai essayé de rassembler certaines informations pour les lecteurs de « Droit et Liberté ». J'ai interrogé successivement le directeur académique, un adjoint au maire de Rennes, le président de la F.E.A.N.F. (Fédération des Edudiants d'Afrique Noire en France) . - Croyez-vous que le racisme existe en France ? L'adjoint au maire : « La France est un pays de fraternité ». Le directeur académique : « Nous ne tolérons pas le racisme ». Le président de la F.E.A.N.F. : « Ta question est idiote, camarade, car tes activités diverses te permettent de savoir que le racisme existe bel et bien en France ». - Que pensez-vous des attaques contre M. BA et les Africains pendant ce premier trimestre ? L'adjoint au maire : « C'est une honte et pour Rennes et pour la France tout entière ». Le directeur académique : « C'est une insulte pour nous, Français. Les responsables, en nombre infime, sont des éléments .égarés. De tels actes portent atteinte à la renommée de l'Université française et bafouent la liberté d'expression, car eUes dépassent le cadre de la Simple polémique ». Le Président de la F.E.A.N.F. : « Ces actes mettent en cause la coopération présente et future entre le peuple français et le peuple africain, car ils créent pour les Africains un inadmissible climat d'insécurité ». ' - Quelles sont les mesures prises ? L'adjoint au maire : « Je viens de saisir le maire (signalons que le maire de Rennes est en même temps député) qui a été stupéfait en apprenant de tels incidents. Nous avons décidé, M. le maire et moi, de poser le problème devant le Conseil Municipal afin de troUV€T les solutions adéquates et efficaces qui s'imposent ». - Des solutions adéquates, certes, tout le monde le dit, M. l'Adjoint au maire, mais j'aimerais savoir lesquelles. - Eh bien, les procès-verbaux, la Police, le tribunal et la prison existent et nous les utiliserons le moment venu ». Je signale également, que les Universitaires, en commençant par M. Henri Le Moal (recteur de l'Académie de Rennes) doyen honoraire de la Faculté des Sciences ainsi que les doyens des Facultés de Droit et de Lettres, les 80 professeurs de la ville, les assesseurs et les chercheurs de l'Académie de Rennes, ont rappelé dans une motion, les principes fondamentaux de l'Université Française

* Suite page 10.

(1) « Droit et Liberté » a fait allusion à cette campagne dans son dernier numéro. s ------- Notre printemps PRINTEMPS du M.R.A.P .... le printemps de ses seize ans. Un printemps cha r g é d'orages où, de l'Allemagne à l'Alabama et il l'Union Sud-Africo. ine, le racisme continue de blesser la chair et la dignité des hommes. Conflits radgux et conflits nationaux s'interfèrent. Le fanatisme clérical les attise. La faim et la misère ont préparé leur terrain. Printemps éclairé aussi des plus solides espérances, marqué d'une prise de conscience de plus en plus profonde, de plus en plus étendue de la gravité du racisme qui apparaissait encore il y a moins de trente ans comme un mal fatal, inévitable, lié à la condition humaine, qu'on acceptait avec la même résignation que les esclaves jadis supportant leurs chaînes. Avril 1965. Jamais notre Mouvement n 'eut à répondre à tant d'appels. Le grand problème pour lui, c'est de faire face à ses nouvelles tâches, de surmonter sa crise de croissance grâce à l'initiative, la ferveur de tous ses amis. COMME chaque année, au calendrier de notre printemps s'inscrit notre Journée Nationale. Comme les années précédentes, c'est au Palais de l'Unesco qu'elle se déroulera. Mais les travaux des Commissions qui précèderont ses séances plénières assureront à celles-ci une efficacité plus directe. La Journée Nationale ne sera pas seulement le lieu de rencontre, de confrontation, d'affirmation d'où notre idéal sortira renforcé de concours plus nombreux et plus ardents. Les trois Commissions du M.R.A.P. auront pu dégager ensemble les solutions précises que comportent les périls dont les plus récentes études - et notamment la vivante et généreuse enquête de Nicole de Boisanger- Dutreil, parue dans le dernier numéro de Droit et Liberté - ont montré l'actualité. La moindre étincelle - crise économique, menace de guerre - pourrait faire surgir à nouveau les mauvais démons dans les petites et grandes républiques d'Andorra, auxquels tous nos pays sont directement apparentés. La Commission de Législation arrêtera les modalités de la campagne pour l'adoption des propositions de lois antiracistes soumises au Parlement. La Commission sur les formes et manifestations actuelles du racisme coordonnera et complètera l'oeuvre des commissions spécialisées qui fonctionnent déjà : qu'il s'agisse du racisme dont les travailleurs nordafricains et noirs sont victimes, de celui de l'Afrique du Sud, du délicat problème du racisme et de la décolonisation, de la situation de nos frères gitans et de leurs ghettos errants, de celle du Moyen-Orient. De celui-ci l'opinion antiraciste se montre tout particulièrement préoccupée. J'ai pu mesurer, au cours de nombreuses conférences à Paris et en province, combien nos camarades désiraient voir le M.R.A.P. apporter sa contribution à l'apaisement en ce secteur du monde, dans la négociation basée sur le respect des droits de tous et sur le préalable évident, incontestable, de l'existence et de l'indépendance de l'Etat d'Israël. Enfin, la Commission de propagande et d'action antiraciste, se basant sur les travaux de nos Comités parisiens, de nos Comités départementaux, du Club Amitié, des Comités de lycéens et d'étudiants, de la Commission cultu relle du M.R.A.P. et du Comité de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E. P.R.), précisera les meilleurs moyens pour faire échec sur tous les terrains aux racismes auxquels nous confronte notre action quotidienne. LA Journée Nationale de 1965 sera pJacée sous le signe d'un double anniversaire : le centenaire de l'assassinat de Lincoln, les vingt ans de la victoire sur le nazisme. Il y a un siècle, quelques jours après la victoire remportée par les Etats du Nord dans la guerre de Sécession, le président des EtatsUnis, Abraham Lincoln, était assassiné par un fanatique esclavagiste. Il tombait, comme devait tomber J.-F. Kennedy, pour avoir voulu l'égalité entre les citoyens noirs et blancs de la République américaine. Le M.R.A.P. apportera son hommage de respect et de gratitude à la mémoire de ce héros de la fraternité. Nous saisirons l'occasion de ce centenaire pour affirmer notre solidarité à tous ceux, blancs et noirs, qui, coude à coude, mènent là-bas notre combat. A l'ombre de Lincoln, à celle de John Brown le défenseur des nègres mort par pendaison, auquel Victor Hugo dédiait des pages immortelles, nous associerons celles de toutes les victimes du racisme, de ces nobles pèlerins tombés au cours de ces dernières semaines : le pasteur de Selma, la jeune femme, assassinés au cours ou au retour d'une Marche qui était bien la marche des Etats-Unis vers l'avenir, vers la rédemption d'un des plus lourds péchés de l'humanité. LE printemps 1965 marque, pour ceux de nos générations, la venue d'un autre anniversaire décisif dans notre destin. r Il y a vingt ans, le nazisme allait être écrasé en Europe. Il y a vingt ans sur les camps d:extermination les libérateurs déferlaient. De l'immense terre, des morts, des ressuscités avaient surgi, hommes, femmes, enfants, survivants miraculeux du massacre, qui s'étaient chaque jour accrochés à leurs dernières forces, à leur suprême espérance. En eux se prolongeait l'écho du testament des insurgés du ghetto de Varsovie

« Ne dis jamais .' ce pas

sera mon dernier pas. » Les uns et les autres, morts et vivants seront présents autour de nous au Palais de l'UNESCO. D'Abraham Lincoln, le président assassiné, à Mordechai Anckielewicz, le jeune chef de la glorieuse insurrection des juifs de Pologne, des noirs de l'Afrique du Sud à toutes les victimes du racisme sous tous les ciels et sous tous les régimes. MAIS si notre angoisse demeure lourde, si notre vigilance doit être constamment en éveil, grand est notre réconfort de rencontrer tant d'intérêt, de recueillir tant d'adhésions en notre action quotidienne. Il n'est de semaine où des conférences, des colloques, ne s'organisent autour du problème du racisme. Des lycéens des Clubs de l'UNES CO aux élèves de l'Ecole Centrale, des jeunesses sephardites aux spectateurs d'Andorra, des studios de l'O .R.T.F. à ceux de Radio Monte~ Carlo, j'ai eu ou j'aurai l'honneur de poser ce problème devant la conscience française. C'est au M.R.A.P. que revient, pour une large part, le mérite de cette prise de conscience. Un mois avant les assises de notre Journée Nationale, que mes camarades, les aînés et les jeunes, me permettent de leur exprimer notre amitié, notre gratitude fraternelles. les 15 et 16 mai, au Palais de l'UNESCO 1 POUR PARTICIPER 1 1 à la Journée Nalionale 1 1 La Journée Nationale est ouverte à tous 'les antiracist es qui 1 peuvent prendre part t,gnt aux séances plénières qu'aux réunions des commissions et sous-commissions. Pour recevoir la CARTE I DE PARTICIPANT, remplissez aussitôt le bulletin ci-dessous et adr,essez-Ie au M.R.A.P., 30, rue des J èûneurs, Paris-2e • (Tel. GUT 09-57), (C.C.P. 14-825-85 Paris), M ............... ..... ... .. .. . ...... .... .. .. . Adresse ............ .. .............. . ........ . • souhaite recevoir ...... CARTES DE PARTICIPANT à la XVI' Journée Natio· nale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, le dimanche 16 mai à l'U.N.E.S.C.O. • désire assister le samedi 15 mai après·midi au travaux de la sous-commission suivante : _ - les formes et les manifestations actuelles du racisme, _. les moyens d'action contre le racisme, - le Droit et la Justice dans la lutte antiraciste. • désire participer d'ici la Journée Nationale aux travaux de la sous-commission suivante: . les manifestations de racisme liées à la décolonisation, les problèmes du Moyen.Orient, les gitans, l'action contre l'apartheid, la prescription des crimes contre l'humanité, législation antiraciste, - la jeunesse contre le racisme. • demande que ... . couverts lui soient retenus pour le déjeuner qui aura lieu au restaurant de l'U.N.E.S.C.O., et vous envoie à cet effet la somme de ..... . (30 F 00 par couvert) . • vous adresse, dans le cadre de la souscription pour la Journée Nationale, sa contribution de ...... F. (Souligner les options choisies.) l _ J 14 AVRIL 1865 Un coup de feu dons une 10, Le Abraham LINCOLN IL Y a cent ans, le 14 avril 1865, alors que le Président E!'c Mf's Lincoln étaient au. théâtre, un acteur à demi-fou, John Wilkes Booth, fanatique de l'esclavagisme et qui se refusait à accepter la victoire du Nord sur le Sud, tua le· Président d'un coup de pistolet. C'était pou.r les Etats-Unis un immense malheur. Seul Lincoln avait été capable de gagner la guerre et d'empêcher la sécession ; seul il aur:qit pu panser les blessures du Sud et s'opposer aux excès des vainqueurs. Car il était un grand homme, dans le sens le plus complet de ces mots. Sa vie avait été difficile. Il n'avait reçu qu'une instruction rudimentaire, mais il avait lu et relu depuis l'enfance quelques grands livres dont la Bible ct Robinson Crusoé. Par ces lectures il s'était fait une éloquence et un style. D'abord avocat, il fut amené à la politique par la controverse au sujet de l'esclavage qui coupa en deux les Etats de l'Union. En 1858, candidat au Sénat il prit position avec force : « Une nation divisée contre elle-même ne peut rester debout. Je crois que ce gouvernement ne peut vivre à demi esclave et à demi libre. » PAR Anùr~ MAURm~ de l'Académie Française EN 1860 les Etats libres du Nord le tirent président. Deux blocs s'opposèrent. Blocs de passions et de loyalismes contradictoires bien plus que d'intérêts. Aux gens du Sud, Lincoln, l'étrange Lincoln, avec son grand corps osseux et musclé, son visage taillé à coup de serpe, ses longs bras, sa redingote rustique apparaissait comme un chef grotesque et inacceptable. Les planteurs du Sud étaient des aristocrates qui rêvaient d'une république de gentlemen ; Lincoln aimait les gens du commun. Il disait que Dieu, lui aussi, aimait les hommes du commun et que c'était la raison pour laquelle il en avait tant créé. Lincoln avait un grand fond de bonté et de compassion tendre. Il plaignait les esclaves, mais il n'éprouvait pour les gens du Sud aucune haine. Seulement il savait que son devoir était de sauver l'Union, fût-ce par la guerre, si on la lui imposait. Ce fut la guerre, longue, sanglante, difficile. Le Nord était plus fort, le Sud mieux commandé. Lincoln, par une action personnelle incessante, par des discours admirables, communiquait aux masses son courage. Ce fut sur le champ de bataille de Gettysburg que, dans un discours digne de Démosthène ou de Périclès, il demanda aux vivants d'être dignes des morts, « afin que ces morts ne soient pas morts en vain ; afin que cette nation, devant Dieu, renaisse à la liberté - et afin que le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne soit pas effacé de cette terre. » LA guerre fut gagnée, totalement gagnée. Les conditions de l'armistice furent généreuses. Lincoln souhaitait réformer sans humilier. Pourvu que les conditions de paix continssent deux clauses : maintien de l'Union, abolition de l'esclavage, il était prêt à pardonner. Comment ne pas avoir pitié du Sud ? Il avait tant souffert. Lincoln lui faisait, contre certains Nordistes avides de vengeance, un rempart de son corps quand un Sudiste le tua. Cette mort rendit la reconstruction bien plus difficile. Qu'allait-on faire des noirs émancipés ? La réponse semblait évidente : des citoyens à part entière. ET pourtant. cent ans après la mort de Lincoln, bien que des progrès aient été réalisés, ce problème n'est pas résolu. La Constitution des Etats-Unis, qui réserve de nombreux droits aux Etats, a permis jusqu'à ce jour au Mississipi, à l'Alabama, à tous les Etats ségrégationnistes de s'opposer à l'égalité des droits . De grands présidents ont essayé de l'imposer à la fois par la loi et par les décisions de la Cour Suprême. John F. Kennedy a été, après Lincoln et tant d'autres, l'un des héros de cette lutte, et qui sait s'il ne l'a pas payé de sa vie ? Mais l'issue finale n'est pas douteuse. L'immense majorité du peuple américain veut l'égalité « afin que ces morts ne soient pas morts en vain ». Prési SI les Noirs d'Amérique ont abandonné depuis trente ans le parti de Lincoln, ils n'en restent pas a tice monstrueuse »); il le persuad~ aussi du bien-fondé de ses réserves, a une nuance près. II s'interroge en effet chaque jour davantage sur la solidité de l'équilibre qui s'est établi à grand peine entre les Etats qui admettent l'esclavage et ceux qui le rejettent. « J'en viens à douter que ce gouvernement soit en mesure de demeurer indéfiniment moitié esclave, moitié libre » (Springfield, 16 juin 1858). Il se borne toutefois à formuler cette inquiétude ; jusqu'à son élection à la Présidence, il n'ira pas plus loin, non seulement parce qu'il veut éviter le risque d'une désunion entre républicains qui puisse compromettre ses chances, mais parce qu'il ne «sent » él~ maintien de la Constitutio vation cie l'Union. Dans ment de couleur, dont les lement demeurent sans é( de longtemps participer l'effort de guerre. Aprè, maines, les Chambres , pourtant des esclaves du ~ tant leurs maîtres, se sont les lignes fédérales ; un voté le 6 aoüt, libère c propriétaires ont employés Confédérés. Lincoln ne CI refuser son acquiescemen sure, bien qu' il s'estime pour décider du statut mais il ne se fera pas f moins obstinément fidèles au souvenir de leur libérateur, et le culte qu'ils lui vouent demeure presque idolâtre. L'attitude de Lincoln à l'égard de leur race n'eut pourtant rien de monolithique ; complexe et nuancée, la sympathie qu'il éprouvait pour les Noirs ne dicta jamais son action, et il ne devait la manifester ouvertement que dans les deux dernières années de sa vie. S'il avouait avoir très tôt découvert son aversion pour l'esclavage - « Je ne puis me rappeler un moment où je n'ai pensé de la sorte » - il ajoutait qu'il avait dû longtemps attendre, « en se mordant la lèvre », avant de pouvoir l'exprimer. Le Kentucky, où Abraham Lincoln passa sa petite enfance, compte de nombreux esclaves, mais il le quittera à sept ans. Dans l'Indiana. où il atteint l'âge d'homme, on ne dénombrait en 18ro que 630 noirs, contre 23.890 habitants blancs'. C'est au cours de ses voyages à la Nouvelle-Orléans, en 1828 et 1831, que lui apparaîtront pour la première fois avec évidence les méfaits de l'esclavage; il n'exprimera guère les sentiment que lui inspire cette découverte, même après son installation à Springfield, dans l'Illinois. LINCOLN A la Chambre des Représentants àe l'Etat, où il figure pendant huit ans, il prend toutefois à deux reprises position

ontre la servitude. Au printemps de 1837,

il se joint à l'un de ses collègues pour condamner publiquement ce fruit « de l'injustice et d'nne mauvaise politique ». I! faut un certain courage, dans un Etat qui s'accommode fort bien de l'existence de l'esclavage ail Sud et qui ne tient pas à le voir cesser. Mais Lincoln entend s'en tenir là pour deux raisons, semblet- il : il croit, tout d'abord, que la nature des choses amènera l'esclavage à disparaître un jour, de lui-même; jusque là, il doit s'uffire d'emp.êcher son extension tout en « laissant tranquilles » les Etats où la servitude existe, car le Congrès n'a pas le droit d'intervenir chez eux. Le jeune parlementaire trouve le second motif de sa réserve dans la méfiance souveraine qu'éveillent chez lui les abolitionnistes. I! s'agit d'un groupe humanitaire passionné, acharné à réclamer la suppression immédiate et inconditionnel1e de la servitude au nom des Ecritures et de la Déclaration d'Indépendance. Rien ne convient moins à Abraham Lincoln que leur agitation et son cortège de violenée. Le maintien de l'Union, menacé par les fureurs civiles, prime très tôt dans son esprit la liquidation cI'une institution pernicieuse. Déj à, aux envi l'ons de 1840, il se montre tel qu'il demeurera toute sa vie, non seulement modéré, mais passionné de modération. « Une injustice monstrueuse » Après un bref passage au Congrès fédéral. il consacre à l'étucle du problème noi r. dont il estime avoir une connaissance imparfaite, les six années de retraite qui prépareront son retour dans la vie publique. en 18S4. Ce travail acharné le confirmera clans son option essentielle (( L'esclavage est ?tHe in juset pas la nécessité d'une prise de position plus tranchée. Son aversion pour l'esclavage ne va du reste pas jusqu'à faire de Lincoln l'ami inconditionnel des noirs. Certes, il voit en eux des êtres humains, auxquels il convient de reconnaître tous les « droits naturels» énumérés par la Déclaration d'Indépendance; mais il ne saurait s'agir pour eux, dans son esprit, cie l'égalité politique et sociale, car le niveau intellectuel comme les aptitudes des cieux races sont trop différents. Encore moins peut-il être question, entre blancs et noirs, d'un quelconque amalgame. La seule perspective en paraît si choquante à Lincoln qu'il se raccroche à la seule formule capable selon lui de l'écarter, le renvoi, « la déportation », dit-il, des gens cie couleur dans leur continent d'origine. Sa candidature à la Présidence ne saurait donc susciter l'enthousiasme des noirs. Elle représente toutefois pour ceux-ci un moindre mal, car les autres aspirants à la Mais'on Blanche, en novembre 1860, se déclarent tous favorables au maintien, sinon à l'extension de l'esclavage. L'élection de Lincoln, qualifié bien contre son gré par ses adversaires de « candidat des noirs », paraîtra tout d'abord réconfortante à l'élément de couleur; mais ses inquiétudes sel'Ont réveillées le 4 mars 1861 par le discoUl's inaugural du nouveau Président, auquel il reprochera cie ne pas mettre en cause le pl'incipe cie la seryitude. tout en excluant sa propagation. La réaction violente du Sud devant les propos moclérés clu Chef de l'Etat, puis le déclenchement des hostilités raviveront la confiance des noirs, mais les pouvoirs publics vont nourrir parcimonieusement leur enthousiasme. Le 22 juiJ1et, la Chambre des Représentants leur rappel1e que le but réel cie la guerre n'est pab' leur affranchissement, mais le Gravure publiée en France, après l'assassinat de Lincoln par Jean DA ses prérogatives en annul tives de ceux des généra' pris sur eux d'affranchir ' vés dans le théâtre leur Co Une "lente adap Les noirs peuvent-ils al l'ouverture des hostilités, médiatement ou à terme tion de l'esclavage? Pel mois le Président paraîtr: maine, être l'image de même de la contradiction. de toutes parts son « allttl il n'en a cure. Voué à 1 de l'Union, il entend avar nir la Constitution et pr sant, que la démocratie 1 de gouvernement viable, n continuité des vues, ni la décisiQlls. Si, chemin fais chaque jour obligé davar ger une éventuelle suppres vitude, c'est là pour lui, 1861, une considjration SI pl'OpOS n'est pas de se cor ladin cie la morale publiq duire en actes ses sentil Aussi se « hâtera-t-il len de n'accomplir aucun gest au préalable évalué tout quences. Dans un premier temp1 l'esclavage lui paraît étran cupations publiques ; il 1 rien, remarque-t-il, « d'al le pays ne puisse suivre cI'ailleurs les périls qu'une turée impliquerait. Un c d'Etats situés entre le NI les « Etats-frontière », demeurés dans l'allégeanc tout en conservant chez e et l'abolition de celui-ci p jeter clans les bras des il Lincoln, en 1861, garcle LE 26 avril 1865, Paris nat de Lincoln. Dans Second Empire, cette qua une grande émotion : « Un mouvement univer. d'indignation et d'attlictiol ce forfait », écrivait, le 30 la « Revue des Deux Mo Forcade,qui ajoutait : « 0 foudroyé du contraste sou~ une telle catastrophe au grançles et décisives victoirl le gouvernement américai1 générale s'est soulagée spcm ainsi dire en essayant de aux mérites et aux vertus de Les étudiants parisiens premiers, cette douleur géI presse, redoutant la cellSl ne relata presque pas. Ainsi, dans le numéro du du journal « Le Temps », lire ces lignes rapportant la Un coup de feu dons une loge du Théâtre Ford il Washington • • • SI ue ont abanans le parti restent pas au souveet le culte presque Lincoln à pourtant complexe et 'il éprouvait jamais son manifester deux derS'il avouait son a version ne puis me n'ai pensé qu'il avait « en se morpouvoir l'exrune conannées de retour dans Ce travail son option est une in jusa tice monstrHet~se » ) ; il le persuad~ aussi du bien-fondé de ses réserves, a une nuance près. Il s'interroge en effet chaque jour davantage sur la solidité de l'équilibre qui s'est établi à grand peine entre les Etats qui admettent l'esclavage et ceux qui le rejettent. « J'en viens à doufer que ce gouvernement soit en meSl·lre de demeurer indéfiniment moitié esclave, moitié libre » (Springfield, 16 juin 1858). Il se borne toutefois à formuler cette inquiétude; jusqu'à son élection à la Présidence, il n'ira pas plus loin, non seulement parce qu'il veut éviter le risque d'une désunion entre républicains qui puisse compromettre ses chances, mais parce qu'il ne «sent » été maintien de la Constitution et la préservation de rUnion. Dans le Nord l'élément de couleur, dont les offres d'enrôlement demeurent sans écho, ne pourra de longtemps participer directement à l'effort de guerre. Après quelques semaines, les Chambres se préoccupent pourtant des esclaves du Sud qui, désertant leurs maîtres, se sont réfugiés dans les lignes fédérales; un projet de loi, voté le 6 août, libère ceux que leurs propriétaires ont employés au service des Confédérés. Lincoln ne croit pas devoir refuser son acquiescement à cette mesure, bien qu' il s'estime seul qualifié pour décider du statut des esclaves; mais il ne se fera pas faute d'affirmer LINCOLN et 1/ esclavage par Jean DARIDAN pas la nécessité d'une prise de position plus tranchée. Son aversion pour l'esclavage ne va du reste pas jusqu'à faire de Lincoln l'ami inconditionnel des noirs. Certes, il voit en eux des êtres humains, auxquels il convient de reconnaître tous les « droits 1/aturels » énumérés par la Déclaration d'Indépendance; mais il ne saurait s'agir pour eux, dans son esprit, de l'égalité politique et sociale, car le niveau intellectuel comme les aptitudes des deux races sont trop différents. Encore moins peut-il être question, entre blancs et noirs, d'un quelconque amalgame. La seule perspective en paraît si choquante à Lincoln qu'il se raccroche à la seule formule capable selon lui de l'écarter, le renvoi, « la déportation », dit-il, des gens de couleur dans leur continent d'origine. Sa candidature à la Présidence ne saurait donc susciter l'enthousiasme des noirs. Elle représente toutefois pour ceux-ci un moindre mal, car les autres aspirants à la Mais-on Blanche, en novembre 1860, se déclarent tous favorables au maintien, sinon à l'extension de l'esclavage. L'élection de Lincoln, qualifié bien conJre son gré par ses adversaires de « candidat des noirs », paraîtra tout d'abord réconfortante à l'élément de couleur; mais ses inquiétudes seront réveillées le 4 mars 1861 par le discours inaugural du nouveau Président, auquel il reprochera de ne pas mettre en cause le principe de la seryitucle, tout en excluant sa propagation. La réaction violente du Sud devant les propos . modérés du Chef de l'Etat, puis le déclenchement des hostilités raviveront la confiance des noirs, mais les pouvoirs publics vont nourrir parcimonieusement leur enthousiasme. Le 22 juillet, la Cl1ambre des Représentants leur rappelle que le but réel de la guerre n'est pas leur affranchissement, mais le ses prérogatives en annulant les directives de ceux des généraux qui auront pris sur eux d'affranchir les noirs trouvés dans le théàtre leur commandement. Une 'Iente adaptation Les noirs peuvent-ils au moins, après l'ouverture des hostilités, escompter immédiatement ou à terme la condamnation de l'esclavage? Pendant dix-huit mois le Président paraîtra; dans ce domaine, être l'image de l'hésitation et même de la contradiction. On incrimine de toutes parts son « allure de torttte »; il n'en a cure. Voué à la préservation de l'Union, il entend avant tout maintenir la Constitution et prouver, ce faisant, que la démocratie est une forme de gouvernement viable, n'excluant ni la continuité des vues, ni la hardiesse des décisiQ.ns. Si, chemin faisant, il se voit chaque jour obligé davantage d'envisager une éventuelle suppression de la servitude, c'est là pour lui, vers la fin de 1861, une considjration secondaire. Son propos n'est pas de se comporter en paladin de la morale publique, ni de traduire en actes ses sentiments intimes. Aussi se « hâtera-t-il lentement », afin de n'accomplir aucun geste dont il n'ait au préalable évalué toutes les conséquences. Dans un premier temps, le débat sur l'esclavage lui parait étranger aux préoccupations publiques; il ne servirait à rien, remarque-t-il, « d'aller si vite que le pays ne pltisse suivre ». Il mesure d'ailleurs les périls qu'une action prématurée impliquerait. Un certain nombre d'Etats situés entre le Nord et· le Sud, les « Etats-frontière », sont en effet demeurés dans l'allégeance de l'Union, tout en conservant chez eux l'esclavage, et l'abolition de celui-ci pourrait les rejeter dans les bras des insurgés. Enfin Lincoln, en 1861, garde encore l'espoir . , assaSSine 1 • de ne pas approfondir le fossé qui sépare les forces antagonistes. Aussi l'importance des politiciens ou des hommes de Dieu, acharnés les uns et les autres à faire de lui le bras séculier de leur zèle abolitionniste' ne parviepdra- t-il pas à le détourner de sa ligne. Mais si, tout en poursuivant la guerre avec énergie, le Prés'ident cherche à maintenir vivant l'esprit de comproJ1l i s, sans lequel aucun gouvernement démocratique n'est durable, il n'érige pas en maxime son souci de procrastination. Au cas où, évoluant, les circonstances lui imposeraient une attitude diffél'ente, il saura s'adapter à elles. Il en est ainsi Une vente d'esclaves comme en vit Lincoln en 1828 sion qu'il rendra publique à la faveur d'une victoire importante, remportée le 17 septembre à Antietam. Dès le 22 septembre, une proclamation préliminaire d'Emancipation annonce aux Etats Confédérés la libération de leurs esclaves au cas où, avant le premier janvier suivant, ils n'auraient pas déposé les armes. Le chef de l'Exécutif, dont une des maximes favorites est qu'il avance lentement, sans jamais revenir en arrière, a maintenant conscience, en accomplis-

  • Suite p"ge 8.

1 $ 1 Il Il E E Il p E E' C E E E c a E N au printemps de 1862, quand il s'avère évident qu'une mesure d'émancipation faciliterait la politique é,trangère des Etats-Unis, en ralliant a ceux-ci de larges segments des opinions publiques européennes. Au même instant le sentiment général évolue dans le Nord, tandis qu'au congrès les radicaux, dont Lincoln ne peut mépriser le concours, redoublent de ferveur abolitionniste. L'adversaire connait alors une pénurie d'effectifs, et il pourrait être opportun de le priver de ses esdaves. Enclin désormais à infléchir sa ligne, Lincoln va élaborer un programme original d'émancipation, dite « compensée ». Si l'Etat, croit-il, acceptait d'indemniser les propriétaires d'esclaves, ceux, notemment, des Etats-frontières, le principal obstacle à l'affranchissement tomberait. Fidèle à ses opinions de jeunesse, l'auteur du projet estime du reste qu'émancipation et « déportation» vont de pair et il voudrait qu'une fois libérés, les esclaves quittent les Etats-Unis. Mais, à son immense regret, Lincoln ne peut rallier à ses plans aucun des Etatsfrontière. Il n'aura pas davantage cie succès auprès des noirs et ses tentatives de colonisation, que ce soit au Libéria, en Amérique Centrale ou à Haïti, s'effondreront l'une après l'autre. L'élément de couleur, malgré son infortune, a déjà poussé des racines trop profondes dans le sol américain pour vouloir le quitter. LES BLAN Le mot « Libe rté » Contraint à tirer les conséquences de ce nouvel échec, Lincoln s'achemine enfin vers l'adoption d'une mesure révolutionnaire qui, en soulevant définitivement les espoirs de l'élément de couleur, scellera du même coup l'abandon de ses tentatives précédentes. Pendant trois mois le Président mürit une déci- Devant la Maison-Blanch L/ émotion en France LE 1 mars dernier, le pasteur King Montgomery, ca pitale de l'Etat d'.4 pour obtenir leur inscription sur les cha rge à cheval, matraque et asphyxie désarmée. 48 heures plus ta rd, ce son' pour pa rticiper à l,tI marche, qui sont matr est g rièvement blessé. Des religie uses bla mènent à leur to~r une marche de protes sures. Quatre membres du Ku-Klux-Klan s en France. anrès l'assassinat de Lincoln LE 26 avril 1865, Paris apprit l'assassinat de Lincoln. Dans la France du Second Empire, cette nouvelle provoqua une grande émotion : « Un mouvement universel de stupeur, d'indignation et d'affliction a réponà~ à ce forfait », écrivait, le 30 avril 1865, dans la « Revue des Deux Mondes », Eugène Forcade,qui ajoutait : « On a été comme foudroyé du contraste soudain qui plaçait une telle catastrophe a~ lendemain des granrj,es et décisives victoires obtenues par le gouvernement américain.. La douleur générale s'est soulagée spontanément pour ainsi dire en essayant de rendre justice aux mérites et aux vertus de JIll. Lincoln. » Les étudiants parisiens traduisirent, les premiers, cette douleur générale que la presse, redoutant la censure impériale, ne relata presque pas. Ainsi, dans le numéro du 30 avril 1865 du journal « Le Temps », nous pouvons lire ces limes raooortant la démarche des étudiants, le 28 avril, auprès de l'ambassadeur des Etats·Unis, John Bigelow : « Le petit groupe d'étudiants qui, le 28, après maints détours et, malgré les nombreux agents dont la route était parsemée, est enfin parvenu à l'ambassade des Etats-Unis (installée, alors, au 80, avenue de la Grande-Armée) ... « ... Pendant que l'un des étudiants don· nait lecture de l'Adresse des Ecoles, ému soos doute par les paroles d'énergique réprobation pour l'assassin du Président et de profonde sympathie pour son pays, touchée de l'émotion vraie empreinte sur ces jeunes visages, Mme Bigelow qui était présente, ne put retenir ses larmes ... « Les étudiants ont malicieusemwt remarqué que, malgré le calme diplomatique du ministre des Etats-Unis, il n'a pu se défendre d'un léger mouvement d'étonnement lorsque, pour expliquer leur petit

  • Suite page 8 .

« VOUS N'ETES PAS LIBRES » ... Les noirs réc[oment depuis longtemps avec ardeur et patience un véritable droit de vote. Leur attitude n'a pas changé, leur condition pas encore. Ceux qui changent, ce sont [es blancs. [[s ne sont plus [es spectateurs du drame noir: ils sont dedans. Des personnalités protestent dans toute l'Amérique. Le chef syndicaliste George Meany apporte au nom de 15 millions de syndiqués son soutien aux victimes de la police de l'Alabama. Le conseil national des Eglises déclare que cinquante ecclésiastiques vont s'envoler de Washington pour rejoindre King dans une seconde marche sur Montgomery ; un évêque méthodiste, un prélat catholique et le directeur du Centre d'Action de la religion juive seront parmi eux. le VI par! ABc tent truc! sur [ « Le tion man le g du Théâtre Ford à Washington • • préserrd l'éléd'enrôpourra ement à ques seoccupent li, déseriés dans de loi, ue leurs rvice des s devoir ette mequalifié sclaves; affirmer s direci auront 'rs troudement. crimine ortue »; ervation maintece faie forme nt ni la esse des se voit 'envisae la sera fin de ire. Son r en pade traintimes. », afin il n'ait conséébat sur x préocvirait à vite que mesure prémanombre ' le Sud, en effet l'Union, c1avage, les res. Enfin l'espoir . , assaSSine 1 • de ne pas approfondir le fossé qui sépare les forces antagonistes. Aussi l'importance des politiciens ou des hommes de Dieu, acharnés les uns et les autres à faire de lui le bras séculicr de leur zèle abolitionniste' ne parviepdra- t-il pas à le détourner de sa ligne. Mais si, tout en poursuivant la guerre avec énergie, le Prés'ident cherche à maintenir vivant l'esprit de compromis, sans lequel aucun gouvernement démocratique n'est durable, il n'érige pas en maxime son souci de procrastination. Au cas où, évoluant, les circonstances lui imposeraient une attitude différente, il saura s'adapter à elles. Il en est ainsi Une vente d'esclaves comme en vit Lincoln en 1828 sion qu'il rendra publique à la favcur d'une victoire importante, remportée le 17 septembre à Antietam. Dès le 22 septembre, une proclamation préliminaire d'Emancipation annonce aux Etats Confédérés la libération de leurs esclaves au cas où, avant le premier janvier suivant, ils n'auraient pas déposé les armes. Le chef de l'Exécutif, dont une des maximes favorites est qu'il avance lentement, sans jamais revenir en arrière, a maintenant conscience, en accomplis-

  • Suite pa.ge 8.

« Flenve profond, sombre nv!C1'e ». tel est le titre d'7tH excellent ouvrage paru aux éditions Gallill/ard, et qui est lIn rectteil de cc l1egro spin'tuals » tradlûts et préselltés par Marq1lerite YOURCENAR. . N O!ts publions ci-dessous deux de ces « negro spirituals » : le premter, chanté an 11~o:l1ent de la guerre de Sécession, quand les esclaves partaIent reJomdre en II/asse les /rollpes nordis/es' le seco11d adapté anx lllttes de notre temps. ' La Bill guerre de Sécession Plus d' bloc au marché pour moi! Oh, jamais plus! Plus d' coups d' fouet sur l' dos pour moi Oh, jamais plus! (Par milliers, les hommes sont partis !l Non, plus d' rations d' maïs pour moi Oh, jamais plus! Non, plus d' sel rationné pour moi! Oh, jamais plus! (Par milliers, les hommes sont partis !) Plus d' maîtresse braillant après moi! Oh, jamais plus! Plus d' coups d' fouet sur l' dos pour moi Oh, jamais plus! (Par milliers, les hommes sont partis !l Moore, il a marché ... ... Oh, Bill Moore, il a marché tout seul sur la longue route solitaire. Il a osé marcher tout seul sur la longue route solitaire, Il a marché en plein jour et il a marché dans la nuit, Et nous n'étions pas auprès d' lui, Et nous n'étions pas auprès d' lu i ... Il a marché dans l'Alabama pour vous et pour moi, Pour qu'on soit tous li bres et qu'on soit égaux, toi et moi, Et pour qu'un jour Noirs et Blancs on soit tous frères! Et Bill Moore, .c'était un Blanc, mais les balles ne distingue nt pas la cou leur, Quand e lles Siffle nt dans la nuit les balles des lyncheurs ne distinguent pas la [coule ur, Et beaucoup d' Noi rs, on les a tués, et Bill Moo re il gît par terre. Et nous n'ét ions pas aup rès d' lu i, Et nous n'étions pas au près d' lui ... Oh, chaque homme doit cho isir et se décider à son heure, Oh, chaque homme doi t cho isi r et marcher tout seul dans sa voie ... Et nou ~ frappe rons à la porte de la Libe rté, et si on dema nde qui nous :e vo ie, j Nous repondrons que c'est un homme qu i s'appelait Bill Moore ... """'~"'''''~~''~'\t au printemps de 1862, quand il s'avère évident qu'une mesure d'émancipation faciliterait la politique ~trangère des Etats-Unis, en ralliant a ceux-ci de larges segments des opinions publiques européennes. Au même instant le sentiment général évolue dans le Nord, tandis qu'au congrès les radicaux, dont Lincoln ne peut mépriser le concours, redoublent de ferveur abolitionniste. L'adversaire connaît alors une pénurie d'effectifs, et il pourrait être opportun de le priver de ses es'Claves. Enclin désonnais à infléchir sa ligne, Lincoln va élaborer un programme original d'émancipation, dite cc compensée ». Si l'Etat, croit-il, acceptait d'indemniser les propriétaires d'esclaves, ceux, notemment, des Etats-frontières, le principal obstacle à l'affranchissement tomberait. Fidèle à ses opinions de jeunesse, l'auteur du projet estime du reste qu'émancipation et « déportation» vont de pair et il voudrait qu'une fois libérés, les esclaves quittent les Etats-Unis'. Mais, à son immense regret, Li ncoln ne peut rallier à ses plans aucun des Etatsfrontière. Il n'aura pas davantage de succès auprès des noirs et ses tentatives de colonisation, que ce soit au Libéria en Amérique Centrale ou à Haïti, s'ef~ fondreront l'une après l'autre. L'élément cie couleur, malgré son infortune, a cléjà poussé des racines trop profondes dans le sol américain pour vouloir le quitter. LES BLANCS D'ANIERIQUE Le mot « Liberté » Contraint à tirer les conséquences de ce nouvel échec, Lincoln s'achemine enfin vers l'adoption d'une mesure révolutionnaire qui, en soulevant cléfinitivement les espoirs de l'élément cie couleur, scellera clu même coup l'abandon cie ses tentatives précédentes. Pendant trois mois le Président mûrit une déci- Devant la Maison-Blanch e, des étudia nts blancs manifestent contre le racisme. on en France LE 7 mars dernier, le pa.steur King organise dep·uis Selma jusqu'à Montgomery, ca pitale de l'Etat d'AI,gbama, une marche des noirs pour obte nir leur inscription sur les registres él ectoraux. La police cha rge à cheval, matroque et asphyxie de gaz lac rimogènes la foule désarmée. 48 heures plus ta rd, ce sont trois paste urs blancs, venus pour pa rticiper à I,g marc he, qui sont matraqués. L'un d'eux, James Reeb, est grièvement blessé. Des religieuses blanches de I,g ville de Saint-Louis mènent à leur to ~r une marche de protesta tion. Reeb meurt de ses blessures. Quatre membres du Ku- Kl ux-Klan sont inculpés. ville y prennent la tête d'un cortège de 10.000 personnes, où travailleurs et ecclésiastiques blancs sant nombreux à protester. Ils sont nombreux aussi à la manifestation de Washington qui stationne pendant deux heures devant le palais présidentiel et fait recevoir ses délégués par le VicePrésident Humphrey. Une photographie montre plusieurs blanches dont l'une pousse une voiture d'enfant ; une autre porte en plastron la phrase: « Tant qu' ils meu rent, vous n'êtes pas libres. » Au Sénat, Jacob Davits accuse la police d'avoir semé la terreur. A la Chambre des Représentants, le républica in O'Harra la compare ")ux sections d'assaut nazies. l'assassiance du e provostupeur, ponà~ à 65, dans Eugène . comme i plaçait ain des nues par douleur ent pour e justice incoln. » rent, les que la périale, vril 1865 pouvons rche des étudiants, le 28 avril, auprès de l'ambas· sadeur des Etats-Unis, John Bigelow : cc Le petit groupe d'étudiants qui, le 28, après maints détours et, malgré les nombreux agents dont la route était parsemée, est enfin parvenu à l'ambassade des Etats-Unis (installée, alors, au 80, avenue de la Grande-Armée) ... cc ... Pendant que l'un des étudiants donnait lecture de l'Adresse des Ecoles, ému sans doute par les paroles d'énergique réprobation pour l'assassin du Président et de profonde sympathie pour son pays, touchée de l'émotion vraie empreinte sur ces jeunes visages, Mme Bigelow qui était présente, ne put retenir ses larmes ... cc Les étudiants ont malicieusement remarqué que, malgré le calme diplomatique du ministre des Etats-Unis, il n'a pu se défendre d'un léger mouvement d'étonnement lorsque, pour expliquer leur petit

  • Suite page 8 .

« VOUS N'ETES PAS LIBRES » ••• Les noirs réclament depuis longtemps avec ardeur et patience un véritable droit de vote. Leur attitude n'a pas changé, leur condition pas encore. Ceux qui changent, ce sont les blancs. Ils ne sont plus les spectateurs du drame noir: ils sont dedans. Des personnalités protestent dans toute l'Amérique. Le chef syndicaliste George Meany apporte au nom de 15 millions de syndiqués son soutien aux victimes de la police de l'Alabama. Le conseil national des Eglises déclare que cinquante ecclésiastiques vont s'envoler de Woshington pour rejoindre King dans une seconde marche sur Montgomery ; un évêque méthodiste, un prélat catholique et le directeur du Centre d'Action de la religion juive seront parmi P4R Nicole de BOISANGER-DUTREIL eux. Des étudiants blancs commencent dans le Wisconsin une marche de 80 ki lomètres par solidarité avec les marcheurs de Selma. A Boston, d'autres étudiants blancs protestent devant le parlement loca 1 contre l'obstruction pratiquée envers les électeurs noi rs; sur leurs pancartes, on peut lire ces mots: « Le droit de vote pour tous », et « Protection de tous les citoyens américains », On manifeste partout, notamment à. Détroit: le gouverneur de l'Etat et le maire de la A Selma, le 9 mars, une seconde marche se heurte à la police armée jusqu'aux dents. Le clergé blanc s'y est, cette fois, rendu en masse. Le matin, il était quasi impossible de trouver des mayens de transport pour arriver en ville. Des centaines de volontaires blancs parmi lesquels des médecins et des infirmières sont sur place. Un évêque méthodiste blanc marche en tête du cortège aux côtés de King. Le commandant Cloud leur intime, une fois encore, par haut-parIeur de se disperser. Mais ce n'est pas un ultimatum et la police ne charge pas, car * Suite page 8. 8 LINCOLN SUR UNCfNTfN4/Rf 1 et l'esclavage L'émotion en France

  • S u i~e de I,g page centrale

sant un geste fatidique, de répondre à la fois aux nécessités de l'heure et il l'appel de l'avenir. « 1\1[ es cOI/citoyens, dira-t-il aux membres du Congrès, nous ne ponvons échapper à l'histoire. Nous nous déclarons être en faveur de l' Unioll. Le mOHde Il 'oubliera pas ce dire ... En donllant la liberté à l'esclave, c'est celle de l'h01l/me libre que nous garalltisSOIlS ... » La décision du Président semble dictée par la raison plus que par le coeur : « Si je pouvais sauver l'Union sans libérer nn esclave, je le ferais », avait-il encore écrit à l'un de ses détracteurs le 22 août précédent. La sécheresse de ton du document prél illlinaire prouve du reste que son objectif essentiel n'a pas changé. La proclamation qu'il signera le 1'" janvier T 863 est tout ensemble prosaïque et brève. Elle ne donne la liberté qu'aux esclaves des Etats rebelles et n'apporte aucune promesse à ceux des Etats loyaux. Mais les noirs, à travers l'Union, ne s'embarrassent plus de détails; seul compte pour eux le mot « liberté », et ce mot-là a été prononcé. En refusant d'en voir les limitations, l'enthousiasme des noirs a donné à la Proclamation ses d imensions historiques et en a fait le tournant essentiel de la guerre. Cette mesure, prise en fonction d'opportunités diverses, deviendra l'une des étapes principales de la conquête des droits universels de l·homme. D'abord surpris, Lincoln mesura vite la portée de son geste; dans le fameux discours de Gettysburg, à l'automne su ivant, ce n'est plus à reconstituer l'Union. mais à « renaître dans la liberté » qu'il conviera les Etats-Unis. L'Emancipation. affirmera-t-il en févr ier 186S, a été « l'acte essentiel de mon Adl11inistnitian. l'événement le plus iII/portant du XIX· siècle ». « Une' grande victoire morale » Les obstacles sont écartés désorma is, Les

  • Suite de la page centrale.

auj ourd'hui le pays bla nc s'est ému et il est là. On a ccorde aux man ifestan ts le temps d' une prière avant de retourne r en vill e. A Se lma toujours, le 1 1 mors, t rois eccl ési ast iques blancs, dont Mgr Egon, évêque de Chicogo, mènent ovec deux leode rs noirs 5 00 pe rsonnes vers l' hôtel de vi ll e. On campe dehors, orrêté par 10 poli ce. A NewJ e rsey, le gouverneur demonde l' intervention du gouve rn ement et adopte dons son propre Etot une réso lution condomnont les octions en Alobama. De son côté, le gouvern eur de New-Hampshire se ja in t à une priè re publi que paur l'A labama. L'évêque ca li farn ien Pi ke déclare a ue si le gouvernement n'ag it pas, les 400:000 prêtres, past eurs et rabbins des Eta t s-Unis devrant a ller man ifes ter. Le prés ident des dockers propose un boycottage des ma rchandises en pravena nce de l'Alabama. Un juge fédé ra l, qui s'appelle lui a uss i Johnson, a uta ri ,e la ma rche. Le co rtège s'ébra nle le 21 mars. On v voit les co ls blancs des paste urs et des prêt res, les barbes des beatn icks les chandails des ét ud ia nts. En tête s'avdnce l' unijamb iste bla nc, Jim Lethe re r, qui sera un peu la mascotte de la mani fes ta t ion. Su r la ra ute, d'autres blancs le moouent cru ell ement en scandant le pas de sa' jambe un ique : {( Gauche, gauche ... » Une image de Newsweek montre campant fr a te rn e ll ement côte à côte, le premi er soi r, des re ligi euses blanches et de jeunes na i rs. PRESTIGE DU DESSIN • L'exposition intitulée « PRES'l'IGE DU DESSIN » restera ouverte jusqu'au 23 avril, à la galerie Anne Colin. GO, rue Mazarine, Paris·G'. Un peintre et cinq sculpteurs : René Aberlenc, René Babin, Jean 'Carton, Raymond Corbin, Léopold Kretz, Raymond Martin, y sont réunis, illustrant de leurs dessins les poèmes de notre amie Ju· liette Darle. Reprenons à notre compte une phrase du critique d'ârt, George Besson. dans sa présentation de l'exposition : « Je vois, en ces artistes une réunion d'hommes sincères. Ils n 'enrichissent leur style que dans la vérité à l'aide d'une écriture riche de vocabulaire et ferme de syntaxe, qui garde le timbre et la chaleur de la vie. » qui retenaient le Président d'accorder sa vie publique à ses sentiments les plus profonds : il va répondre à l'attachement passionné que lui portent les noirs, et qui contraste avec leur confiance .réservée de jadis. Admis à servir sous les drapeaux de l'Union dès janvier 1863, les hommes de couleur s'enrôlent en foule, dans les Etats libres, parce qu'ils veulent remplir leurs devoirs de citoyens. clans les Etats-frontière pour bénéficier de la 1 iberté qui leur est octroyée lors de leur incorporation. Depuis le jour de l'an de cette année, tous les noirs manifestent un intérêt personnel à la victoire des armes cie l'Union; symbole de celle-ci, Lincoln ne peut, à leurs yeux. mal faire. même quand il recule clevant l'idée de leur octroyer le droit cie vote qui est pourtant, clepuis l'émancipation . la première de leurs revendications. l1s ne feront nul grief au Président des efforts soutenus qu'i ls déploie. durant les derniers mois cie la guerre. en vue de panser. un i.our venant, « les plaics de la Nation ». Libre aux radicaux de lui repl'Ocher sa clémence à l'égard des rebelles : les noi rs lui garderont Ulle confiance sans limites, qu'attestera l'appui donné par eux, en r864, à sa deuxième candidature et que récompenseront d'abord la libération par les Etats-frontière de leurs esclaves, puis, le ~I janvier 186,3. le vote du XIIf' amendement. abolissant la servitude dans l'ensemble cles Etats-Unis, « cette grallde victoire morale », dira le soir même le Président à la foule venue l'acclamer. Et dès qu'aux attributs du héros, une mort tragiq ue ajoutera, le 14 av ril 186", l'auréole du martyr, la t radition noire commencera à éd if ier l'hagiograph ie de Lincoln, assassiné le Vendredi Sai nt. le « jOl/r 011 ils 01lt crucifié Notre Seigneur ». Jean DARIDAN.

  • Sui te de la page centrale

/ nombre, l'un d'eux fit remarquer que si vingt seulement étaient arrivés, ils étaient partis douze cents. )} L'Adresse des étudiants dont il était question dans cet article, déclarait : « Nous pleurons dans le président Lin· coin un concitoyen, car nul pays n'est plus maintenant inaccessible ~t nous te· nons pour nôtre toute contrée où il ne se trouve ni maîtres, ni esclaves, où tout homme est libre ou se bat pour le deve· nir. NCus sommes les concitoyens de John Brown, d'Abraham Lincoln et de M. Seward (le secrétaire d'Etat qui avait fail· li, le 14 avril, être assassiné en même temps que . Lincoln). NOUS, les jeunes, à qui l'avenir appartient, devons avoir le ccurage de fonder une vraie démocratie ... )}

  • Parmi ces jeunes gens, se trouvait le

docteur Georges Clemenceau qui, depUIS 1861, admirait Lincoln. T rois mois plUS tard, il partit faire un séjour de 4 ans aux Etats·Unis. Il devait y retourner en no· vembre 1922, et con fier à un jou rnaliste· américain: « Lincoln fut à. mon avis un des plus grands hommes qui aient jamais existé. Il fut grand par son caractèr e, par ses sentiments et par ses actes. Je ne suis pas allé visiter son tombeau avec la pen· sée de consacrer une pareille mémoire, mais uniquement pour montrer que j'ai essayé de marcher derr ière lui dans la voie qu'il a si glorieusement t racée. J'ai tou jours voulu agir comme Lincoln. Je suis un vieillard, mais ce pélerinage m'a donné une f orce nouvelle et m'a convain· eu que je tiendrai le coup jusqu'au bout . »

  • Au milieu de la discrétion des compte·

r endus de la presse, des journalistes libé· r aux, tels Eugène F orcade et Auguste Lan· gel, rendiren t h ommage à Lincoln. Le « J ournal des Débats » du 29 avril, sous ta signature de Prévost·Paradol, déclarait : « En apprenant l'affreux malheur qui vient d'enlever à la République des Etats· Unis son meilleur citoyen, notre pensée s'est aussitôt reportée au·delà de quatre années en arrière, à ce triste moment où l'élection de M. Lincoln et l'annonce de la guerre civile ont presque simultanément traversé l'Atlantique . Tout le monde prit alors parti parmi nous et s'enrôla moralement dans l'une des deux armées, selon les habitudes de son esprit et l'inclinai· son de son âme ( .. .) « Le besoin de transporter quelque part u'ne sympathie, une admiration, wne espérance auxquelles le Vieux Monde offrait trop peu d'aliments, assurèrent à la cause du Nord de nombreux amis, jaloux de maintenir, au moins en ce point, la tra· dition politique de la France et l'esprit libéral de notre nation. »

  • Les milieux officiels, en dehors des con·

doléances d'usage, ne commentèrent nullement l'assassinat de Lincoln, car ils. étaient h ostiles au P résident des Etats· Unis. Un familier de la Cour, Mérimée, écrivit, le 4 mai 1865 : « Ne t rouvez·vous pas qu'on fait un peu trop de « fuss » pour la mort de M. Lincoln ? C'était, apr ès tout, un « fi rst second rate man » comme disaien t les Yankees, don t probablement vous n'auriez pas voulu pour un employé du Muséum .. . » Mais les p résidents du Sénat et du Corps législatif surent exprimer l'émotion des deux assemblées et' 74 députés libé· raux - J ules F avre, Pelletan , Arago, en· t r e au t res - votèr ent un hommage à Lincoln. Du côté des loges maçon niques, des catholiques et des p rotestants libér aux, il y eu t , également, des hommages solennels consacrés à la mémoire de Lincoln, auxquels se joigniren t très peu de membres du h a ut cler gé, Mgr DupanlOUp excepté. 1 • Blancs d'A merique TROIS MORTS Où se t ien nent les racistes? Eff rayés sans doute par le déploiement de fo rces po liCiè res qui escorten t les marcheurs, ils ne se mont re ront guè re, sauf après la t raversée du pont de Selma . Un gra upe de femmes g rimace en crian t : « Yankees, go home! ». Sur des vo itu res, des pa na nceaux avec ces mots : {( Le comté de Luther [King » et {( Je hais les noirs. » Le second jour de la ma rche, .un petit av ion appa rtenant à la force aér ienne confédérée la ncera les t rac ts de l'Acti on des Ci toyens Bla ncs inv itant les blancs à se ja ind re à. une apération contre les intégrati onnistes a ctifs. L'ord re du jour de la caur fédé rale précisa it a ue le nombre des marcheurs ne deva it pas dépasser 300 sur les t ronçans étra its de la rou te. A un de ces points, le pasteur Young demande à ce rta ins d'e ntre eux de qu itter le cortège. Un noir dit : {( Pourquoi tous les blancs ne s'en iraientils pas? Et Young répond: « Franchement, ils sont notre protection. La garde nationale d'Alabama n'assurerait pas la sécurité d'un groupe de noirs. Et puis, il ne s'agit pos d'un simple problème noir. Nous mettons l'accent sur tous les drames de l'Amérique. » Ce même jour, à Birmingham, des ex .. perts milita ires ont désamorcé la sixième bambe depuis quatre ja urs dans le quartier noir et des téléphoni stes anonymes ant menacé de faire sauter quatre écoles communales. Décidément, les extrémites blancs préfè re nt a gi r dans l'ombre. Le 25 mars. c'est une foule de 30.000 pe rsonnes presque à ma itié blanche qui se masse devart le Capitole de Montgome ry où fl a tte encore le vieux drapeau de la Confédé rati on sud iste, drapeau dont Ralph Bunche dira qu' il {( devrait être descendu depuis cent ans » . Les marcheurs se di spersent et pendant la nuit .. une militante blanche intégrati onni ste, Vi ola Liuzza, qui s'était mi se à la di sposition des organi sateurs pour a ssurer la liai san e ntre Selma et Montgome ry, est assa ss inée sur la grande route, à bard de sa va iture. De nouveau quatre membres du Ku- Kl ux-Klan sont arrêtés. On compte trois morts de puis le commencement de la campagne pa ur l'égalité du dra it de vote : un noir, Lee Jackson, ma rte ll ement blessé par un pa licie r, et deux blancs. La réaction des blancs honnêtes devant les horreurs de Selma les a désignés à la vengeance des ra cistes aui les cons idè rent camme des renégats et' d' im pa rdonnables fanta is istes. Qui a moins de fa ntai s ie qu'un rac iste ~ Et puis ces gens ne demandent rien pour eux: ils vatent, ils ont accès à to utes les écoles. De là à prétendre qu ' ils son t pa yés pa r des orQa nisa t ians na ires ' LES TUEURS ... ET LES AUTRES Il y a a ux Etat s- Uni s, comme ai lleurs, deux sortes de ra cistes : les tueu rs et les ~ u tres. Parmi ces autres, f igure la John Birch Society, groupe le plus ri che et pe ut-être le plus puissant. Il revend ique 100.000 ad hérents et cansidère que l'add it io'n de f luar da ns l'eau, pra tiquée dans plu sieu rs villes paur réd uire les risques de carie dentai re chez les enfa nts, est une conspi rat ion communiste dest inée à sa per la sa nté de la na tian. Politiquement, l'assac iat ion se s itue à l'extrême-droite du parti républi cai n. On pense un peu aux pa rtisans de Tix ie r-Vignancour. Pa rmi les tueurs, il y a - ih; l'ont prouvé - les membres du Ku-K lux-K la n, nam né d'une déformatian du mot grec kyk los, cercle. Ce mouvement. fondé en 1866, se réclame de l 'Amé ri ca ~i sm e à 100 % en luttant contre l' influence des noirs, des juifs et des catholiqu es. Le thème prin cipa l de la campagne cantre les noirs est leur prétendu . .dés ir des femmes blanches, contracté à Pa ri s, « ville de débauche et de vice », où il s les fréquenta ient librement . On trouve ra trace de cette c rayance dans la déc is ian pri se par les autorités de Ma ntgome ry de donner congé à ta utes les femmes foncti onnaires blanches, le jour de l'arrivée des marcheurs . Le Klan compte environ 75 .000 membres dant les digni taires sont affublés de na ms ét ranges. Après l'a ssassinat de Mme liuzzo, Johnson leo a violemment stigmatisés ; il les a qualifi és de {( fanatiques encapuchonnés» - allusian aux cagoul es dont ils s'affublent - et les a priés de {( décamper » du Klan a vant qu'il ne soit trop tard . Leur Mage Impé rial et leu r Grand Dragon ont riposté en accusant les communistes d'avoir comploté le me urtre de Reeb et de Madame Liuzzo ! Mais il est aux Etats- Unis un ce rtain ra cisme contre leque l la lutte sera plus difficile parce qu'il est garant de la foncti on politiqu e ou administrati ve. La populati an d'Alabama est en majarité na ire et les na irs ne pa rte rant pas au pauvoir des é lus ou des fonctionnaires dont ils conse rvent un mauvais souve nir. On s'a ccrache à l'ancien état de choses pour garder sa place . Le gouve rn eur Wallace est-il dans ce ca s ? J auant d'un vieux fond bla nc de senti menta lité sudiste. il fut saus le portique du capita le de Man tgome ry le seul gouverneu r à prêter serment debaut sur l'éta i le de bronze qui commémore l'emplacement d'uI"e autre et éphémè re presta tian de serment, cel le de Da vis, é lu président pa r les Etats con fédérés. QUELQUE CHOSE DE CHANGE L' histo ire de Se lma est ce lle de deux po li ticiens, Wallace et J a hnson, qui, s incere défenseur camme san pè re des draits des noi rs, mais en pa lit iq'-1e inté rieu re homme de la tact ique et du campromis sub it la poussée des événements: vio lences de Se lma. réact ions de la popu la tion blanche et noire, meurtre enfin de de ux b lancs a nti ség régat ionnistes. Oui, taut ce la éta it derrière Johnsan. Espé rant l'apai sement avec la fin des mani festat ions, il adressa d' a bo rd aux marcheurs un appel à {( la sagesse, au l espect de la loi et de l'ordre public. » Ce fut a lors que les extrémi stes ma traquè rent à mort J ames Reeb. Le 13 mars, ga rda nt peut-être l'espa ir cI' une trêve, J a hnso n reçoit Wa llace, mai s sur le trotta ir de la ' Maison Blanche, pl us ieurs centaines de noirs et de b lancs conspuent le gauve rn eur et s' agena ui li ent sur le trotta ir pOur chante r des hymnes intég ra tionni stes. Wa llace renâc le. La ma rche a utor isée, il s'en prendra au juge qui l'a pe rmise et {( qui en tant que président d'un simulacre de tribunal a prostitué la majesté dont s'entouraient autrefois les cours de justice ». Pui s, il déc lara que san Etat est trop pauvre paur a ssurer la sécurité des marcheurs. Devant sa mauvaise volonté, Johnsan « fédé rali sera » la garde nati onale d'Alabama et lui adjoindra des troupes gouvern ementales et des avia ns. Wallace a perdu . Le monde e ntier condamne san attitude et, sous l'irrésistible poussée des foules bi ca lores, J a hnso n dev iendra , jour après jaur dava ntage, le défenseur des droits des noirs. Après son entreti e n avec Wallace, il annance l'envoi immédiat d'un pra jet de loi qu i a ssure rait énergiquement le respect du dro it de vote des noir s. Dans un discours du 16 mars, il dit: {( Le moment es't venu de danner aux noirs les bénédictions entières de la vie américaine. Ce S011t eux ... les véritables héros de la crise que nous traversons. ,. Il y a peut-être quelque chase de changé dans la conscience des blancs d'Amé rique. N. de B.-O. Journées d'étude de la Fédération des Clubs U.N.E.S.C.O. La jeunesse et le racisme LA petite ville de Marvejols, en Lozèr e, sera ces prochains jours, un hautlieu de la fraternité humaine. Du 8 au 13 avril, c'est là, en effet, que se tiendron t, cette année, le Congrès et les Journées d'études de la Fédération Française des Clubs U.N.E.S.C.O., et le sujet débattu ser a : « La jeunesse et le racisme ». Cette importa nte initiative nous in téresse évidemment beaucoup : le M.R.A.P. a confi ance en la jeunesse pour fai re reculer le racisme, et la jeunesse, de plus en plus, q u'e lle soit des lycées ou des fa cultés, des burea ux et des usi nes, fait confiance au M.R.A.P. pour l'aider dans cette tâche. Aussi, notre Mouvement a -t- il é té he ure ux d'appo rter son concours à la préparation des J ournées de Ma rvejols. Ses réal isations, celles également du C.L.E.P .R. (Centre de liaison des Educateurs contre les Pré jugés Racia ux) ont servi pour l'é labora tion du questionnaire soumis aux Clubs UNESCO qui existent à t ra vers la France. Le liv re de Pierre Pa raf, « Le ra cisme dans le monde », notre brochute « La Communauté des Nat ions contre le Rac isme » ont été considérés, par les o rgani sa te urs, comme des docume nts de base pour l'étude du thème choisi. LE DIALOGUE OUVERT ... C'est dire tout l'i ntérêt de l'ent revue que nous a accordée, à que lques jours de l'ouverture des J ournées de Marve jols, M. Roger Lhombreaud, q ui e n a é té l' un des initia teurs et qu i animera l'un des t rois Un entretien d'Albert LEVY avec Roger LHOMBREAUD, de la 'Commission française pour l'UNESCO. groupes de t ra va il siégea nt au cours de ces assises. C'est au siège de la Commiss ion fra nçaise pour l'UNESCO, dant il est membre, que nous reçoit M. Lhombreaud : tionnement, la gestion financière. Cela suppose, bien sûr, des animateurs d'une haute élévation intellectuelle et morale. Ce sont généralement des professeurs qui assument cette tâche qui consiste à conseiller, susciter le dialogue et l'initiative, sans jamais se poser en dirigeant. - Cette forme no uve lle d 'éducati on civique est-e lle largement répandue en Fra nce? - Il existe actuellement 288 Cl ubs UNESCO dûment affiliés à la Fédératian - qui s'est constituée dès 1956. - Dans certains établissements, ils se heurtent, certes, à quelque incompréhension, en raison d'une conception négative de la neutralité scoles formes et manifestations du racisme en France. En second lieu, « l'examen de conscience » : les mécanismes psychologiques et les motivations du racisme. Enfin, « les antidotes du préjugé raciste » : expériences et action . C'est le groupe de travail concernant ce dernier point que j'animerai à Marvejols. J'espère qu'il apportera des suggestions utiles et originales, mais il va de soi que nous tiendrons compte largement de la riche expérience de votre Mouvement dans ce domaine essentiel. - Nous sommes impatient s, quant à nous, de connaître les résultats de cette pa ssionnante e ntre prise qui re joi nt nos propres e fforts. Pouve z-vous faire le point d'o res et déjà des trava ux préparatoires? ... - L'enquête effectuée par nos Clubs portait sur les journaux, les livres d'enfants et les manuels scolaires, les films, les émissions de radio et de télévision. Nous leur avons demandé de rechercher non seulement les faits racistes mais aussi les bons exemples d'antiracisme. Dans - La lutte contre les préjugés raciaux n'est pas pour la Fédération des Clubs UNESCO, une activité occasionnelle, nous déclare-t- il tout d' a bord . Même si les . Jaurnées d'Etudes, qui se déroulent à l'occasion de ses congrès sont consacrées chaque année à un thème différent, c'est la vocation même des Clubs UNESCO d'oeuvrer à la compréhension entre les peuples, au respect de la Déclaration Universelle des Droits .de l'Homme, O· la connaissance des civilisations, aux échanges qui font se mieux connaître et se rapprocher les jeunes. M. Roger Lhombreaud (à gauche), photographlé à Berlin avec le Club U.N.E.S.C.O. du Lycée International de Saint-Germain-en·Laye, dont il était récemment encore l'animateur. le cadre de « l'examen de conscience » les jeunes ont tenté d'isoler, de définir les préjugés raciaux qui se glissent dans la vie courante. Ils ont réfléchi aux moyens qu'euxmêmes pourraient mettre en oeuvre pour contrecarrer ces préjugés. Tout cela doit être mis sur fiches, inventorié, et il est évidemment trop tôt pour dresser un bilan .' Pourtant, nous avons reçu d'ores et déjà, trois semaines avant notre Congrès, autour de '1\00 réponses. Elles seront complétées par d'autres. Certaines ne seront connues qu'à Marvejols. Celles que nous possédons déjà serviront de point de départ aux débats des groupes de travail. De plus, des Journées régionales sur le thème du racisme ont eu lieu, notamment à Paris, M. Tarrès-Bodet, alors direCteur général de l'UNESCO, a formulé, en 1947, au cours d'un colloque d'éducateurs à Sèvres, l'idée qui nous guide, en déclarant : « Il faut intéresser les jeunes aux nouvelles arganisations internationales qui viennent de naître » ... Cela supposait d'abord d'introduire leur étude dans les programmes scolaires. Mais, reprise par M. Louis François ,i nspec ·teur général de l'Instruction Publique, qui est l'un des responsables de l'enseignement de l'éducation civique, cette idée a abouti à la création des Clubs d'amis de l'UNESCO, application originale de ce ,!u'on appelle en pédagogie les méthodes actives. Les membres de ces Clubs, dont les deux tiers environ sont des lycéel'ls font concrètement l'apprentissage de la démocratie. Ils apprennent à participer dans un esprit de tolérance et d'amitié ~ des échanges de vues opposant les opinions les plus dive rses, à rechercher objectivement la vé rité à travers toutes les données des problèmes complexes qui se posent aux citoyens. Ces pet its groupes, aux'quels ils adhè rent librement, ils en assurent eux-mêmes le fonc- HENRI ALEXANDRE laire. Or, la neutralité ne doit pas être l'abdication devant la réalité, devant la vie que les jeunes connaissent. _Bien au contraire. Chaque jeune, et plus tard chaque citoyen, dispose avec la presse, la radio, la télévision, de moyens. d'information nombreux

mais tous, sont plus ou moins incomplets

et imparfaits. Il doit apprendre à ne pas être l'objet passif de ces multiples sollicitations extérieures. Il doit développer Son jugement, son esprit critique. Pour cela , nous croyons beaucoup' au dialogue, et au dialogue largement ouvert. AUTOUR D'EUX ET EN EUX-MEMES ... Cette conception se trouve remarquablement illustrée par la façon dont les Journées de Marvejols ont é té préparées: - Nous n'avons pas voulu, explique M. Lhombreaud, demander aux jeunes des Clubs UNESCO' de compulser des livres sur le racisme, si grave soit-il, qui sévit dans d'autres pays. Fidèles aux méthodes actives, nous leur avans proposé ce questionnaire, ,!ui les incite €l regarder autour d'eux, ~ réfléchir, 0 découvrir... On dit souvent que les Français ne sont pas racistes. Pour ma part, je ne suis pas convaincu que ce soit tout à fait vrai. 1'1 'ex'iste-t-i 1 pas en France beaucoup de préjugés qui risqueraient de dégénérer, en haines, voire en violences, pour peu que les conditions s'y prêtent ? ... C'est donc ~ une véritable enquête autour d'eux et en eux-mêmes que les adhé rents des Clubs on t été invités. Notre questionnaire comporte trois parties : Premièrement « l'analyse du contenu » : Nantes, Bordeaux, Lille, et leurs conclusions seront également utilisées. Ce que je peux vous dire encore, apres un premier coup d'oeil aux réponses reçues, c'est que notre initiative a été accueillie partout avec un profond intérêt et qu'elle a suscité une véritable fièvre de recherche. APRES L'ETUDE, L'ACTION M. Lhombrea ud me montre le numé ro de mars de la revue « L'UNESCO et ses amis » , dont il est le rédacteur en che f, et qu i publie les ré fl exions de cert a ins Clubs sur le ra c isme, un débat sur le f ilm « Mein Kampf » un poème, ga uche ma is toucha nt , déd ié par un lycéen à la f ra tern ité humaine. Il nous autorise bien volonti e rs ô reproduire le texte extrait du magazine du Club UNESCO du Lycée de Charo lles : « Sommes-nous rocistes en Cha rollais? » -Je suis convai ncu . lu i dis- je, que les informations ré unies à Ma rvejols, les déba ts qui s'y dérouleront, apporteront une contribution des plus valab les à la lutte que nous menons. Vos J ournées enrichiront considérablement le pa tr imoine commun de tous ceux qui entendent s'opposer efficacement a u racisme. - C'est là' notre plus cher dé sir, conc lut M. Lhombreaud. Nous souhaitons que les Clubs UNESCO, les jeunes qui en font partie soient, après ce Congrès, mieux armés pour combattre les préjugés raciaux qu i, de toute évidence, les préoccupent, les inquiètent. Nous ferons tout ce qui en notre pouvoir pour que ces Journées d'étude débouchent sur des lendemains d' action. 9 ~THÉATRE~I ANDORRA Bd de Strasbourg ~ UN théâtre de Paris accueille un théâtre de banlieue... Voici qui est nouveau ! L'invitation de Mme Berriau prend valeur d'événement. Après avoir joué 4S fois « Andorra ~ à Aubervill iers, nous voici partis pour une nouvelle aventure qui, nous l'espérons, va rencont!:e,r le soutien du plus large public. Rappelez-vous : le 2.1 janvier 1965, le M.R.A.P. « inaugurait » « Andorra » dans le Théâtre tout neuf d'Aubervilliers. Cette avant-première avait valeur de symbole. Aujourd'hui, le lieu est changé, le spectacle - à quelques « raccords près - reste le même ... Voici ce que les crit iques parisiens en ont pens'é : LE MONDE: « ... Comme les précédents, ce spectacle d'inauguration répond au souc.i, hérité du T.N.P. et de Planchon de « véhiculer des idées ». A cet égard, l'auteur suisse-allemand Max Frisch passe à juste titre pour un des dramaturges les plus proches de Brecht. » (Poirot-Delpech.) L'HUMANITE: « ... Je vous en ai assez dit, j'espère, pour vous faire saisir l'intérêt profond de la pièce... L'atmosphère y est, grâce aux interventions musicales de Joseph Kosma aussi bien qu'aux éléments visuels de André Acquart. Enfin, l'interprétation est en tous points adéquate à la volonté de démontrer en montrant. Jacques Alric (l'inst ituteur anticonformiste) la domine de toute son autorité qui ne cesse de croître. » (Guy Leclerc.) COMBAT : « ... C'est une pièce intelligënte, courageuse, vibrante. C'est une grande pièce. Te le répète, elle trouve en Gabriel Gan'an un metteur en scène lucide, accordé, précis.» (Jean Paget.) PARISIEN LIBERE : «... Une troupe, un théâtré; une oeuvre. Le public suivra. Il suit déjà. » (Georges Lerminier.) ARTS : « '" Un jeune comédien enfin révélé : Denis Manuel, dans le rôle principal cJ.e la pièce de Max Frisch, « Andon'a ». « Andorra », c'est le langage dramat iq ue d'aujou rd'hui. Passionnant de bout en bout. » (Gilles Sandiery FIGARO LITTERAIRE : « ... Une vraie pièce de théâtre, et qui signifie quelque chos'e ... La distribution est d'une justesse de ton et d'un équilibre excellent. » (Jacques Lemarchand.) . Le public, lui, l'a déjà consacré à Aubervill iers même, puisque nous avons dü ajouter l S représentations aux 30 prévues. A vous de juger maintenant. Le sort cl' « Andorra» au Théâtre Antoine dépend beaucoup de vous. Que tout le talent, le travail mis en oeuvre par Gabriel Garran et s'On équipe, que l'invitation de Mme Berriau dans son théâtre, so ient récompensés par votre présence à vous, spectateurs, c'est le seul voeu que nous formulons. Pendant ce temps, le Théâtre cie la Commune continue son histoire à Aubervill iers. Après avoir présenté « Les Fourberies de Scapin ». mis en scène par Edmond Tamiz. c'est la pièce d'Arthur Miller « Mort c1'un Commis Voyageur» qui nous préoccupe... J\tf ais cela, c'est une a utre a\'enture ... Claudine BORIS. JOURNAUX DE BORD DE LA "SANTA-MARIA" «Sommes-nous racistes en Charolais 1» Première oeuvre littéraire sur l'épopée portugaise GALVAO-DELGADO L'idée est ingénieuse. Daniel MAYER, « Témoignage Chrétien» Le livre de Henri Alexandre ... vient combler une lacune. « Le Figaro » Monsieur Henri Alexandre a le droit d'avoir des lecteurs qui se persuadent de la haute et subtile mission que sert son ouvrage. Henri HERTZ, « Europe» Editions Karolus Cet article, reprOduit dans le numéro de mars de la revue « L'UNESCO et ses amis » a paru préalablement doens le magazine du Club UNESCO du Lycée de Charolles (Saône-et·Loire) " Les Charollais n'ont pas massacré de Juifs, ils n'ont pas lynché de Noirs, ils n'ont pas fermé leur porte aux JaU11es, ils ne cherchent pas à prouver qu'ils sont des hommes supérieurs, ils ne possèdent pas de « Mein Kampf » comme livre de chevet ! Alors, pourquoi poser ce problème ? Pourquoi ne pas conclure qu'ils ne sont pas racistes ? Non, ils n'ont pas massacré de Juifs. Oh ! ils ne les aiment pas tellement : ({ Le Juif, c'est toujours cet homme au même visage inChangé depuis des millénaires, cet homme rusé qui possède de riches magasins, et qui fait ses affaires .. ». Pourtant, pendant la guerre, le Charollais a prouvé qu'il acceptait de ne pas être complice, son territoire étant dans la zone de démarcation entre la France libre et la France occupée. Fermier : il a hébergé des familles juives ; cheminot : il en a transparté sur sa machine ; nos aînés nous ont appris cela. Mais nous savons aussi, que beaucoup se sont fait grassement payer leurs services. Ils n'ont pas non plus lynché des Noirs, et les événements ct' Amérique ne les laISsent pas complètement indifférents ; ils donnent tort aux Américains. Pour eux, 1" Noir est un homme auquel ils donnent un caractère particulier ; il est comme les autres, « mais » il y a toujours quelque chose à ajouter sur lui. Seulement, Juifs, Noirs, Jaunes. sont peu nombreux dans son domaine. Par contre, EspagnOls, Italiens, Algériens sont venus iravailler dans les usines. Le Charollais partage son travail avec eux, mais pas sa vie. Une fois sorti de son travail, le Charollais entend faire valoir ses privilèges, et prend ses distances ; il trouve même normal que certaines familles de cette main-d'oeuvre étrangère vivent dans des baraques en bois ; elles ne doivent pas se plaindre, le Charollais n'est pas alié les chercher. Maintenant, sommes-nous toujours persuadés de notre non-racisme ? Ces hommes qui viennent chez nous sont des « déracinés », et nous augmentons ce déracinement par notre mépris, notre orgueil, notre indifférence ; nous les rejetons toujours plus loin. Nous àimons cette terre, n'oublions pas que sans eIie, nous se serions pas ; c'est elle qui nous porte ; d'autres hommes sont venus, d'autres viendront. La terre les a acceptés sans leur faire éprouver un sentiment d'infériorité ou de culpabilité. Solange SINTUREL 10------------------------------------------------------___ ---_____________________________________________ ~

  • o MARC-AURELE ...

La nouvelle collection de poche « Garnier-Flammarion » est vraiment très attrayante. Je me suis laissé tenter par un « Marc-Aurèle ». Le texte des « Pensées » est précédé d'une introduction de vingt pages environ, signée de Mario Meunier. Un passage de cette introduction a provoqué en moi un sentiment pénible dont j'aimerais vous faire part. Voici le passage, page 19 : « La rébellion était apaisée; « mais pour en effacer les der « nières traces, Marc-Aurèle « jugea nécessaire de continuer « son voyage en Syrie et de « se montrer vivant dans tous « les pays où Cassius l'avait « fait passer pour mort. Par « tout où il parut, ce ne fut « de sa part qu'humanité et « douceur. Seuls les Juifs, mal « propres, et toujours sédi « tieux, lui arrachèrent cette « exclamation : « 0 Marc-Au « rèle, que tu as à souffrir de « ceux qui ne connaissent pas « ta bonté ! 0 Sarmates ! 0 Marcomans ! J'ai donc trouvé « des gens plus méchants que « vous! » C'est évidemment moi qui souligne! Voilà un passage qui appellerait bien des commentaires. La première question qui se pose, c'est celle-ci : « Y a-t-il de quoi s'alarmer ? Faut-il s'enflammer dès que l'on entend parler des juifs en mauvaise part, surtQut des juifs de l'Antiquité ? » C'est une question qui mériterait d' ê t r e développée. J'avais personnellement jeté hâtivement quelques notes sur le papier, mais je renonce à les transcrire. Je me bornerai à vous livrer mon sentiment personnel à propos du cas qui nous occupe : cela ressemble à un coup de griffe en passant, de vilaine griffe ! Le M.R.A.P. compte un certain nombre d'esprits avertis et compétents. Pourriez-vous par exemple demander à un historien ce qu'il pense de ces quelques lignes ? Il ne faudrait quand même pas que sous le couvert de « l 'histoire », « l'enseignement du mépris » dont parlait Jules Isaac se prolongeât jusqu'à nous ! je suis heureux qu'il existe une organisation telle que le M.R.A.P. Ce sont de pareilles circonstances qui font apprécier son existence. Jean ABRAMOVICZ. Evry-Petit-Bourg (S.-et-O.). « EGALITE » ET JUSTICE J'ai lu récemment dans l'hebdomadaire pro tes tan t 1( Réforme » (7-11-64), un article intitulé : « Conséquences d'un Boycott » sur l'Afrique du Sud. Je m'attendais à y trouver des vues proches des miennes (bien que n'étant pas croyant). Quelle n'a pas été ma surprise en lisant cet article de M. C.-H. Von Imhoff ! Certes il n'a rien de raciste. Néanmoins que de bienveillance pour la position ultra-conservatrice (et raciste) de l'Eglise réformée néerlandaise (c'est-àdire l'Eglise des Boers) ! Que celle-ci connaisse des difficultés avec ses consoeurs ne me paraît. en aucune façon, justifier la prolongation (ni une simple atténuation) de l'oppression actuelle des Noirs. L'apartheid doit être détruit. Voilà le postulat de base de toute politique libératrice. Et non : l'unité des Eglises doit être maintenue (quitte, par exemple, à ce que l'apartheid soit simplement atténué ou même résorbé peu à peu) . Par ailleurs, « le coup de chapeau » tiré au passage à messieurs Banda, K a und a , Tschombé est parfaitement significatif

un élog:e discret du

néo-colonialisme le plus réactionnaire. Au fond, que souhaite M. C.-H. Von Imhoff : « L'égalité des Noirs et des Blancs devant la loi ». Quand on sait ce qu'a recouvert et ce que recouvre encore, en maints pays, l'égalité simplement juridique (donc formelle) des individus, il n'est pas besoin d 'être prophète pour prévoir ce que serait la situation des Noirs d 'Afrique du Sud. Bernard LEVADOUX. Volvic (P.-de-D.). L'ENRICHISSEMENT MUTUEL Je viens de lire avec beaucoup d'intérêt le livre de Pierre Paraf, « Le racisme dans le monde », Cette question me préoccupe beaucoup en ce moment car il semble qu'à notre époque le monde va vers une socialisation plus grande, les relations internationales se développent

mais d'autre part

les luttes raciales et l'antisémitisme sont un obstacle profond à cette évolution de l'humanité. Je suis institutrice dans une école laïque à Marseille. J'enseigne en fin d'études et je dirige l'école - Marseille étant un port, a une situation privilégiée

toutes les races se cotoient,

tous les exodes passent par chez nous. J 'ai dans ma classe des juives, des orthodoxes, des catholiques, des Arméniennes (venues d'Arménie russe), des Arabes, des « pieds noirs », des Espagnoles... et des marseillaises d'un quartier ayant conservé ses coutumes folkloriques. Je peux montrer à ces enfants (de 12 à 14 ans) l'enrichissement mutuel qu'elles s'apportent et je ne constate pas dans ma classe de divisions. Pourtant, cette question de races différentes est souvent posée. Mlle BONAFOUX-lICCIONI. Marseille ALPHABETISATION Nous avons lu avec retard (puisque c'est grâce aux Documents Nord-Africains publiés par les E.S.N.A. le 31 janvier 1965), l'article d'Alain Gaussel « L'alphabétisation, forme concrète d'action contre le racisme », Dans cet article, vous demandiez à tous ceux qui participent déjà à une action de ce genre, de se faire connaître. Nous vous signalons donc que nous essayons de prc::::lUvoir des cours d'alphabétisation pour travailleurs algériens ou noirs ainsi que pour des femmes chaque fois que cela est possible. Nous recherchons des moniteurs pour les cours avec lesquels nous sommes en relation. Etienne KELLER. C.I.M.A.D.E. ACCUSES GLOBALEMENT ... Relevé dans un ancien numéro du « Figaro » (29-5-1964), p. 14 : « Les Campinois, voisins du bidonville,/ /s'inquiètent. Ils évoquent l'assassinat, samedi soir, à Saint-Maur de Jean-Paul Pelley, poignardé par un jeune Portugais. Carlos M .. à la sortie d'un cinéma. Fait isolé sans doute mais dangereux en puissance. Four l'instant, les Français du Plateau viennent de redonner vie à l' « Association syndicale des propriétaires de Champigny» . Au cours d'une assemblée générale, le 16 mai. ils ont élu un nouveau bureau et arrêté plusieurs décisions après étude (sic) des problèmes posés par « la présence de plus de 10.000 Portugais vivant dans le bidonville le plus important et le plus infect de France » : risques d'épidémies, dévaluation des propriétés, promiscuité, cohabitation, etc. Voilà ce qu'on trouve dans un journal que lisent principalement les classes moyennes. Nous reconnaissons là le procédé

accuser toute une race

sur un simple cas particulier. plutôt que de dénoncer une société où subsistent des bidonvilles... Le racisme le plus absurde n'est pas l'apanage exclusif de quelques feuilles extrémistes. Il s'introduit peu à peu dans les journaux qui se vendent le plus. On chasse le Portugais, comme on chasse le communiste. ... Ainsi, pour des millions de personnes, l'ennemi, ce ne sera pas l'odieux régime de Salazar ou la barbarie d'une société où domine l'exploitation, mais ce sera le travailleur portugais ou le militant communiste. Signalons, dans le même numéro, un éloge (p. 1 et 3) du régime franquiste qui est cependant celui d'une Espagne où l'Inquisition demeure une réalité. Bientôt, ce ne sera plus seu-

lement le « Figaro », N'est-il pas déjà inquiétant que dans certains milieux de la classe ouvrière, certains militants appellent les Nord-Africains des « ratons » ou raillent ouvertement les noirs, qu'ils traitent de « sales nègres » ? Fait tout autant significatif : on traite l'étudiant de parasite, sous prétexte qu'il n'a pas encore une profession (comme s'il n 'était pas contraint au travail noir dans un grand nombre de cas ... ) C'est là aussi i'une des formes du racisme : l'étudiant est accusé globalement sur de simples présomptions. Alain GARDET. Nanterre (Seine) L'INCIDENT ... Je me permets par la presente, de porter à votre connaissance une altercation intervenue entre un couple de clients, Monsieur et Madame M., ma femme et moi-même, dans le magasin de confection que je gère à Paris, dont voici les détails. A la suite de retouches effectuées sur une robe qui ne les a pas tout à fait satisfaits, ces personnes vindicatives nous ont insultés publiquement en présence de plusieurs clientes ' et des employées du magasin, en traitant ma femme de « Sale juive » et autres qualificatifs. En tant que déporté juif et ancien résistant, j'ai été profondément affecté par ces odieuses paroles. Je sais avec quel acharnement vous continuez à mener la lutte nécessaire contre l'antisémitisme, malheureusement trop répandu autour de nous encore actuellement. Jugezvous donc bon de prendre en considération cette affaire et de poursuivre ces personnes ? S'il y a lieu, veuillez avoir l'obligeance de m'indiquer par quels moyens. Dans l'attente de votre ré· ponse, veuillez agréer, Messieurs, mes respectueuses salutations. M. R .... Paris EST CLOS J'ai été très touché par l'intérêt que vous avez porté à ma requête auprès de votre Mouvement, et je tiens à vous en remercier vivement ainsi

jue M. Julien Aubart, pour tous

les renseignements que vous m'avez fournis. Mais suite à la visite de mon client au magasin, qui a accep· té de présenter ses excuses à ma femme et à moi-même publiquement, je pense ne plus devoir poursuivre cette affaire comme je l'entendais et en rester là. Dans l'espoir que pareilles choses ne se reproduiront plus, veuillez croire, Messieurs, à mes sentiments les plus dévoués. M. R .... Paris Ce que sera l'exposition LINCOLN CENT ons après l'assassinat de Lincol r'l par un adve rsoire fanatique de l'émancipation des Noirs, c'est l'honneur du M.R.A.P. d'organiser à Paris une expos ition évoquant ce tragique évènement et les cond itions dons lesquelles il a eu lieu. Qui était A. Lincoln ? dons quel esprit a-t-il conçu son geste mémorable en faveur des esclaves? quelles en . furent les conséquences dons l'immédiat comment se situe cet événement dons l'ensemble de la lutte des Noirs pour leurs libertés? A. Lincoln était-i l un précurseur de l'antiracisme tel que nous le concevons actuellement? Autant de questions que cette exposition commémorative va éclairer par un riche ensemble des documents .. La première partie de l'expos ition retracera les épisodes de la vie de Lincoln de sa naissance (1809) jusqu'à son « inauguration }) en tant que président des EtatsUni s (1861 ). Cet ensemble comprendra une corte avec indication des déplacements de Lincoln à travers le pays consécutifs à diverses phases de son activité. Cette corte sera illustrée par des photos correspandantes. 50 vie familiale apparaîtra à travers des photos et leurs légendes, en partie constituées par des citat ions appropriée~. La seconde partie ouro pour titre : « Le temps de Lincoln ». Elle illustrera le cadre américain à l'époque, montrera l'essor de l'économie dû ou développement des moyens de transport et aux inventions ' techniques, la formation des Etats confédérés et l'antagoni sme entre le Nord et le Sud dû à. la différence de leurs situations économiques respectives et ou problème posé par l'esclavage. Un certain nombre de panneaux présenteront les conditions de vie des esclaves noirs et les premières manifestations de la lutte anti-esclavagiste. Les textes de la Déclaration de l'Indépendance (1776) et de la Constitution des Etats-Unis (1787), contradictoires en ce qui concerne les droits des gens de couleur, y figureront en tant que bases juridiques de la situotion. Lo troisième partie oyant pour titre : « Le Président », comprend la période électorale, l'entrée ou Capitole, l'assassinat et les répe rcussions de cet événement sur l'opinion publique dons le monde entier. C'est dans cette partie cie l'exposition que diverses citations prises dons les écrits et les discours de Lincoln montreront l'évolution de son comportement à l'égard du problème de l'esclavage, se lon qu'il l'aborde en fonction de préoccupations morales ou de son action cl'homme d'Etat. La quatrième et dernière partie : « Cent ons après », constituera un bref bilan. Des photos illustreront la situation des Noirs de nos jours, la lutte pour l'intégration et l'opposition des racistes, les interventions des présidents Kennedy et Johnson. Une présentation de livres et de disques ayant trait à tous ces problèmes complètera cet ensemble. Et les visiteurs auront la possibilité d'approfondir leur connaissance grôce à une plaquette éditée par le M.R.A.P. L'exposition A. Lincoln ouro lieu du 8 au 14 mai, dons la semoine qui précède la Journée Nationale et se terminera à la veille de l'ouverture de nos assises ou; palais de l'UNESCO. Il appartient à tous nos omis de contribuer à son succès. BrigiUe BLOND. L·AGITATION NEO-NAZIE

  • Suite de la page 5

- le droit de tous à la culture, sans distinction de classe, de race ou de confession ; - la condamnation de toute incitation à la haine raciale ; - le respect de la dignité humaine. Ils ont attiré l'attention de l'opinion publique sur l'extrême gravité que revêt toute agression de caractère raciste. Après ces incidents, le Comité anticolonialiste de Rennes (F.E.A.N.F., U.N.E.A., U.N.E .F., Association Générale des Etudiants Guadeloupéens, Union des Etudiants Communistes) unanime, a publié un communiqué dans lequel il : - condamne le racisme sous toutes ses formes; - approuve le texte de protestation des étudiant de M.P.C. ; - exige que toute lumière soit faite sur l'identité des auteurs de cet incident et qu'une prise de position officielle, claire, soit adoptée par les autorités universitaires. De son côté, le Centre catholique des étudiants rennais, dans un long communiqué, rappelait la doctrine de l 'Eglise face au racisme : « Jean XXIII proclamait de son vivant : « la vérité doit présider aux relations entre les communautés ethniques. Cette vérité bannit notamment toute trace de racisme : l'égalité naturelle de toutes les communautés ethniques en dignité doit être hors de conteste. Il ne peut pas exister d'êtres humains supérieurs à d'autres, par nature ; par nature, tous sont d'égale noblesse. Chaque communauté est comme un corps dont les membres sont des hommes. » Nous espérons très sincèrement que des mesures adéquates et énergiques seront prises pour mettre un terme à l'agitation raciste, qui va à l'encontre de tous les efforts pourSUivis tant sur le plan gouvernemental qu'au niveau des peuples pour développer la coopération entre la France et les pays africains. Ainsi seulement le troisième terme de la devise française « fraternité » ne sera pas un mot vide de sens. Emmanuel N'GASSA. D'AUT,RES VIOLENCES Les menées racistes de Rennes, ne sont qu'un cas parmi d'autres. Depuis la tentative d'agression contre le siège du M.R.A.P., en février dernier, les groupes néo-nazis se sont livrés à des actes nombreux de violences, dont nous avons cité quelques·uns dans notre dernier numéro, et qui n'ont pas cessé depuis. • Le jeudi 1« avril vers 19 h. 30, place de la Madeleine, un lycéen, militant du M.R.A.P., a été agressé par des jeunes du « Mouvement Occident » qui manifestaient aux cris de « Vietcong assassin ! Les « marines » à Hanoï ! » Notre ami, qui passait en « Solex », avait été reconnu par l'un des manifestants. Il fut blessé à la tête à coups de matraques. Les nombreux policiers présents ont déclaré n'avoir rien vu. • Dans un lycée de la proche banlieue parisienne, un adjoint d'enseignement, d'origine antillaise, a reçu une lettre anonyme d'injures, le menaçant de l'intervention du « Ku Klux Klan », Des élèves juifs et noirs de ce même lycée ont été insultés et molestés. • A Lyon, frappés à coups de matraques par des nervis de la Fédération des Etudiants Nationalistes, qui distribuaient des tracts à la sortie du restaurant universitaire, deux étudiants de· l'U.N.E.F. ont été gravement blessés. IL EST TEMPS ... Il est temps que les pouvoirs publics agissent contre les groupes néo-nazis, contre leur presse qui, en violation de la loi, représente une excitation permanente à la haine raciste et antisémite. Le M.R.A.P. a proposé au ministre de l'Intérieur des mesures efficaces. Il est intervenu auprès de la R.A.T.P. pour que soient éliminés les graffiti racistes dans les couloirs du métro. Tous les antiracistes demandent qu'il soit mis fin à cette situation scanda· leuse, qui menace la sécurité des ci· toyens et constitue une honte pour notre pays.


11

ID lU ~Y1. IR. A\. IP. CLERMONT-FD: Deux . , lournees antiracistes GRENOBLE~~ : « One potato, two potato )} LH: Comité du M.R.A.P. de Clermont-Ferrand a organisé avec beaucoup de succès une série de manifestations autour de la pièce « Andorra Il. Montée par la Comédie de Saint-Etienne, dans une mise en scène de Jean Dasté et Michel Dubois, l'oeuvre de Max Frisch fut présentée au public clermontois par Pierre Paraf, président du Le Comité du M.R.A.P. de Grenoble a organisé le samedi 3 avril, un gala ciné· matographique avec le film de Larry Peerce : « One Potato, two Potato ". Un public nombreux assistait à la soirée qui remporta un brillant succès. Un débat animé suivit la projection. M.R.A.P., lors de la soirée du mercredi 24 mars. Le lendemain 25 mars, le président Paraf devait signer son livre « Le racisme dans le monde )), dans une importante librairie de la ville. Plusieurs dizaines de livres furent vendus. Une .exposition de photos sur le racisme avait été installée de· puis le 20 mars dans les vitrines de la librairie, suscitant la curiosité et l'intérêt des passants. Le 25 mars au soir, une conférence - débat était organisée à la salle Gaillard, avec la participation de Jean Dasté, directeur de la Comédie de St-Etienne, sur le thème « Le théâtre et le racisme Il. Les principaux journaux clermontois se firent l'écho de cette brillante soirée, au cours de laquelle le public, venu très nombreux, manifesta son intérêt en participant à un débat très animé. M. Jean Dasté devait mettre l'acent, comme le rapporte « La Montagne )), sur le thème de l'engagement. « Le théâtre est divertissement, mais aussi angoisse. Il est donc le rejlet de la vie Il, déclara- t-il notamment. Pierre Paraf a insisté ensuite sur la nécessité de « lutter contre les résurgences périodiques du racisme, par la loi, l'éducation et I.a mobilisation des consciences ll. « Le président Paraj, écrit « La Liberté )), a montré comment, depuis les dramaturges grecs de l'Antiquité jusqu'à Frisch, en passant par Molière et Hugo, tout ce qu'il y a de grand dans la pensée universelle a contribué au combat an tira. ciste. II Les organisateurs clermontois de ces diverses manifestations ont droit à toutes .nos félicitations_ ·lU IIIIIP IIIIIIE IJ ~IIIP ft IIIIIIR llllir (0 lU llllir 1111 1111 1111 • Au début de février, le Professeur Robert Weill, membre du Bureau du M.R. A.P. de la Gironde, la fait une conférence au Foyer des Auberges de Jeunesse, a Bordeaux. • Le vendredi 9 avril, le président Pierre Parai fait une conférence sur le racisme devant les étudiants de l'Ecole Centrale. • Une exposition de photos et documents sur le racisme, fournis par le M.R. A.P., aura lieu du 20 au 27 avril dans les locaux de la Maison des Jeunes de Meaux et sur son initiative. Le mardi 27 avril, le film « La chaine » sera projeté. Un débat, animé par Armand Dymenstajn, suivra la projection. • Une conférence sur le racisme, faite par Jean-Francis Reid, aura lieu, le 5 mai à la Maison des Jeunes de Sceaux. • L'Association Générale des Etudiants Nord-Africains organise, le vendredi 30 avril, à 20 h. 45, 115 bld Saint-Michel, une réunion au cours de laquelle Roger Maria parlera des « manifestations actuelles du racisme liées aux problèmes des NordAfricains ». Me De Felice présidera la soirée, à laquelle participera également Nicole de Boisanger-Dutreil. Une exposition sera parallèlement présentée dans les locaux de l'organisation. • S'adressant aux étudiants en Droit de la Faculté de Lille, Maitre Schapira, secrétaire national du M.R.A.P., parlera du « néo-nazisme » le mardi 4 mai. • « Racisme et Antisémitisme en 1965 » sera le thème de la Conférence organisée à Limoges par l'Union Rationaliste, le mercredi 5 mai, avec la participation de Roger Maria, membre du Bureau National. • L'Association Corporative des Etudiants en Sciences de la Faculté d'Orsay a invité Maître Schapira à parler du racisme et de la prescription des crimes nazis, le mercredi 5 mai, à midi. -,.- Le Comité de Grenoble prévoit d'autres manifestations, en particulier, autour de la pièce de Max Frisch « Andorra n, qui doit être représentée prochainement à Grenoble par la Comédie de Saint·Etienne. CHAMPIGNY: Cinq conférences Le Comité du M.R.A.P. de Champigny a organisé, du 30 mars au 3 avril 1965, une série de conférences-débats suivies chacune de la projection du film autri· chien: « Le dernier pont », sur les thèmes suivants: « Le problème de la pres· cription et le châtiment des criminels nazis », par Maitre Dymenstajn, membre du Bureau National du M.R.A.P. ; « La race blanche est-elle menacée », par Pierre Coula; « l'Apartheid en Afrique du Sud », par M' Jean-Jacques De Félice; « Y a-t-il un danger néo-nazi », par Albert Lévy, secrétaire national du M.R.A.P. ; « Racisme et antiracisme en 1965 )), par Jacqueline Marchand, membre du Con· seil National du M.R.A.P. ALPES-MARITIMES •• Proiections et débats ~ Le samedi 20 mars était projeté au Ciné-Club de Biot, le film tchèque « La Mort s'appene Engelchen )), sur l'initiative du Comité du M.R.A.P. des Alpes· Maritimes. Sous le patronage du M.R.A.P., également, l'Union Générale des Etudiants de Nice et le Cercle Laïque des Etudiants de Nice et des Alpes-Maritimes (D'.G.E.N. et C.L.E.N.A.M.) ont projeté, le mercredi 24 mars, à 20 h. 45, à leur ciné-club du Théâtre du Vieux Nice, le film de Jan Nemec, « Les Diamants de la Nuit 1), PARIS-20e

Brillants débuts Une vente-signature du livre de Pierre Paraf « Le racisme dans le monde », a eu lieu le ·samedi 3 avril, à la librairie de M. Jaoui , 2, rue des Maraîchers. Elle fut précédée d'une soi rée antiraciste organisée à la Maison des Jeunes, le vendredi 2 avril, avec projection du film américain « La Chaîne » suivie de débats et à laquelle ont participé environ 150 personnes. Dans le cadre de la préparation de ces deux manifestations, des contacts fructueux avaient été pris avec diverses organisations et personnalités. grand prix du festival de Mannheim, qui fut présenté par le professeur Francis Le· grand, directeur des Rencontres Interna· tionales du Film pour la. Jeunesse. La prOjection fut suivie d'une discussion animée, à laquelle participèrent les diri· geants des ciné-clubs « Gérard Philipe » . de Grasse et de Menton, « Champ contre Champ )) de Cannes, « Ciné Jeunesse » de Canne, et le ciné-club de Biot. Une délégation du M.R.A.P. Le devoir de chacun au Congrès de la L./. C.A. Invité au Congrès de la L.I.C.A. (Ligue Internationale contre l'Antisémitisme), le M.R.A.P. s'y est fait représenter, le 27 mars, par une large délégation composée d'Albert Lévy, Renée Baboulène, Françoise Lemort, Claude Rutili, Joseph Creitz, Emmanuel N'Gassa et Henriette Brunie. CHAQUE semaine le M.R.A.P. envoie ses Conférenciers à travers la France. Chaqu~ mois, le M.R.A.P. diffuse les résult~ts de.son 3lction et alerte les antiracistes à l'aide de son journal « DrOit et Liberte ». Chaque année I,e M.R.A.P. organise une Jour~ée Nationale où les antiracistes se retrouvent, débattent de leurs taches et exposent leurs espoirs fraternels. Cette année, le M.R.A.P. ajoute l'organisatio.n. d'une grande exp?sition consacrée à Lincoln, hommage au PreSident des Etat-Unis assassiné, il y a un siècle en raison de son action contre l'esclavage. Aussi la rliffu:sion de nos cartes d'amis présente-t-elle un double intérêt: - aseurer, d'une part, le soutien financier, si nécessaire à la vie de notre Mouvement dans l,es circonstances actuelles ; - permettre à la grande famille antiraciste de s'élargir, de se r,enforcer. Jusqu'à ce jour, personne n'a fait appel, en va,in, au M.R.A.P .. N'est-il pas juste qu'en retour vous lui marquiez votre sympathie et lui montriez combien vous appréciez ses efforts? • u_ ft _u_ Prenant la parole au cours d'une séance consacrée aux problèmes de l'enseignement, Albert Lévy a souligné au nom de la délégation, l'importance de « l'éducation à la fraternité » i il a évoqué les efforts pov.rsuivis par le M.R.A.P. dans ce sens, depuis I~ colloque organisé il y a 5 ans à la Sorbonne, ,!ui a abouti à la création du Centre de Liaison des Educateurs contre les Préjugés Raciaux (C.L.E.P.R.). Albert Lévy a donné lecture d'un message de Pierre Poraf et Charles Palant, président et secrétaire général du M.R.A.P., formulant l'espoir que les débats favorisent la rencontre et la coopération des amis du M.R.A.P. et de la L.I.C.A. dans une action féconde. La bataille contre la prescription

  • Suite de la page 4

Plus uni le mouvement général pouvait être plus efficace. Aujourd'hui, peut-être, il y a un risque de voir certains se démobiliser après le vote du Bundestag . Il s'agit moins d'en être surpris que d'agir en conséquence, car fort du vote unanime du Parlement français il faut tout faire pour porter le débat dans les instances internationales. Il faut, notamment obtenir du Gouvernement de la République que la question sait introduite à l'O.N .U., dont une déci sion aurait force de loi en Allemagne qui ne saurait s'arroger le droit de décider seule en une matière où tous les peuples victimes du nazi sme ont un incontestable droit de décision. La France s' honorera it grandement en prenant une initiative clans ce sens. Mais les instances inte rnati onales tout comme les gouvernements sont sensibles à la pression de l'opinion. Aussi est-il nécessai re que nos organisations nationales trouvent franchement le chemin de l'action unie, qui répond à l'attente de notre propre opinion publique. En outre la participation massive aux différentes manifestations commémoratives du 20' anniversaire de la Libération des camps témoigne du profond attachement du peuple français aux idéaux de liberté et de paix. Agi ssant dans l'union, nous pourrions en France, être à l'origine de quelque imposante manifestation internationale. LE M.R.A.P., DE TOUTES SES FORCES ... Notre Mouvement s'offre de toutes ses forces à favori ser tous les rapprochements. La Journée Nationale contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix que nous organisons le 16 mai prochain au Palais de l'U.N.ES.C.O., abordera avec un relief tout particulier le problème de la prescrition dans le cadre général de notre action antiraci ste. Placée sous le double signe du centième anniversaire de l'assassinat d'Abraham lincoln et du vingtième anniversaire de la victoire sur Hitler, notre Journée Nationa le sera à coup sûr une éclatante occasion de signifier que la lutte contre la prescription se poursuit. En offrant de favoriser la cohésion de cette campagne, notre Mouvement n'exprime aucun autre désir que celui d'y prendre part de toutes ses forces. Le M.R.A.P. porteur et continuateur des traditions nationales de lutte contre l'intolérance raci ste, s'honore de compter dons ses rangs des hommes de toutes confessions, de toutes opinions. Exempts de tout sectarisme, les antiracistes qui militent au sein du M.R.A.P. ont une haute conscience de la malfaisance du racisme qu'ils combattent en toutes circonstances, en tous lieux, car sous Quel ciel le racisme serait-il tolérable ? Et avec quel racisme, un compromis serait-il possible? En un temps où les progrès de la Science, des techniques pourraient ouvrir au monde la voie à une humanité pacifique et fraternelle, le moment est moins que jamais à l'oubli, car notre monde est encore en proie de nombreux conflits racistes . Notre monde est encore celui de l'apartheid, de la ségrégation, des nationalismes exacerbés, des préjugés tenaces qui ajoutent chaque jour de nouveaux noms à la liste déjà si longue des martyrs du racisme. Moins aue jamais notre temps ne saurait être c~lui de l'oubli. L'oubli dont Vercors écriveit qu'il est presque aussi grave que le crime . Charles PALANT. 12 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- QUAND LES. JEUNES METTENT UN PEU D'AIR DANS LA CHANSON LA fréquentation quotidienne des coulisses du spectacle, celle des maisons de disques et d'éditions musicales n'est pas faite pour enthousiasmer ni réchauffer l'espérance aux coeurs de ceux qui guettent dans toutes les manifestations de l'art un signe de noblesse et de fraternité. D'auditorium en antichambres, je les écoute parler, prisonniers d'une industrie qui tourne à l'épicerie, ces jeunes gui tentent de se faire un nom dans la chanson. A qui la faute si les ondes nous déversent à satiété des onomatopées délirantes, des soi-disant poèmes où la licence commence parfois avec l'orthographe et s'achève sans rime ... quand à la raison ?... Les jeunes, pris entre la difficulté de s'exprimer et les « conseils » des grands « pontes » de la radio et du disque s'essouflent à recommencer pour la centième fois le « gros tube » qui a fait gagner des millions, ou la confession érotico-anarchiste qui Une enquête de Bernard SANNIER .. SALABERT les portera, pour trois minutes aux pre mi ers rangs du Hit-parade. Parfois une heureuse année nous fait don d'une vraie chanson, où l'idée ne tourne pas en rond, où, sans prétendre au « Message » le poète s'interroge, nous force ainsi à réfléchir avec lui, et c'est « Nuit 'ët Brouillard », « Quatre cents enfants noirs » de Jean Ferrat (Barclay 80 21~ S) que l'actualité. un certain contexte politique, jette au milieu de notre guimauve radiophonique guotidienne... et pourtant qui se souvient que le même Ferrat a écrit « Le folonqis »? (Dccca 124018 S). Car c'est un des privilèges de la chan- Enrico MAClAS. - Le racisme ? Je connais cela. (Photo Gérard Neuvecelle). son, une de s'es missions essentielles que le véhiculer des idées. Ces Messieurs de la censure ne le savent que trop bien qui mettel)t à l'index certains refrains ... les plus pacifistes, s' ils "ont contre leurs idées. Mais s'il est facile de priver le public des chansons de Colette l\Iagny ( Frappe ton coe1tr ». LDZ M 4289, Chant du Monde) dont la richesse d'inspiration est proche d'un certain lyrisme verbal mal soutenu par une musique très peu populaire et dont les idéaux s'expriment sous une forme trop directement politique, il est difficile de faire taire le chant de la raison et de l'amour. Et c'est ainsi que le public connaîtra quang même, lauré par l'Académie de la Chanson : « Il y avait tant de Muguet » de Rose-Marie Moulin et Hélène Martin, qu'interprète Marc Ogeret. Marc Ogeret qui m'a déclaré: « L'allt'iracisme r c'est une fonction naturelle po1tr tout homme épris de liberté )J. Mais toutes les chansons de Marc Ogeret ne sont-elles pas des chants d'amour et de pai:lS ? (Pacific 21076 B). Ces problèmes de la paix et du racisme, comme un flot longtemps endigué éclatent s'oudain aux feux cie la rampe et ses chantres portent les noms les plus con}1us, les mieux placés pour Richard ANTHONY. - Il n'y a pas de fJ;ontière pour ceux qui veulent la paix. (Photo Pathé·Marconi). cristalliser l'intérêt du grand public. Voici Richard Anthony (ColumbiaESRF 1623) dont la progression vers la chanson douce et bien faite amène, en son temps, cet excellent titre de Fernand Bonifay et B. Schoenen : « Je me sllis souvent demandé » ... « pourquoi les noirs ellX, n'avaient pas comme les blancs les mêmes droits ? » Conu1le quoi le succès n'étouffe pas le coeur. Voici Enrico Macias (Pathé Marconi- EG 862) qui à son tour découvre l'inutilité des guerres clans une t.rès belle chanson « Est-il un emtemi .~ » de P. R Blanc, J. Demarny et E. Macias. Mais ce champion de la tolérance nous avait déjà signé un succès qui allait beaucoup plus loin que ses quarante cinq tours . « Enfa1lls de tous pays » (EG 641 ). Voici Pierre Louki (Fontana 46°9°9) qui se souvient avec émotion que « Ça fera vingt ans ». Cet auteur sensible dont la diversité d'inspiration n'a d'égal que la sincérité de ses textes raconte ici le pénible souvenir d'une exécution, sans emphase mais non sans grandeur, avec un ton juste que émeut et captive. Mais l'histoire de la chanson « quine- plait-pas-à-tout-Ie-monde » a parfois des rebondissements inattendus . « Le Déserteur », l'une des chansons les plus acides du regretté Boris Vian,


~ ~t écrite en 1955. Mouloudji, pressenti

pour l'interprétel' fut, lui-même, gêné par certains passages, Vian lui laissa la liberté de les modifier. Quelques mois après la parution du disque, la chanson EN VENTE dans toutes les bonnes Maisons de Literie et d'Ameublemenl: et les grands Magasins. L'OFFICE DE VOYAGES LAFAYETTE vous recommande pour les VACANCES DE PAQUES VOYAGES GROUPES PAR Départ : 29 Mars AVION POUR ISRAEL Départ : 8 Avril et nombreux autres départs Prix : à partir de F 980 Retour : 10 Mai Retour: 22 Avril en AVRIL (9 jours) Pour les vacances d'ÉTÉ en ISRAEL PAR BATEAU (avec pension complète) 2 SEMAINES en Kibboutz - et 10 jours d'excursions Départ chaque semaine à partir du 24 Juillet Prix : F 1.030 + Taxes 70 2 SEMAINES au bord de la Mer en village de vacances et 10 jours d'excursions Prix : F 1.350 + Taxes 70 PAR AVION (avec pension complète) - Même voyage Séjours de 2 - 3 et 4 semaines Prix : à partir de F 1.230 de Paris Pour tous renseignements : 18, rue Bleue, Paris-ge - PRO. 91-09 - 4 lignes (Métro Cadet) 78, bd Barbès, Paris·18e - ORN. 09-00 (Métro Château-Rouge) fut retirée du circuit commercial... puis du catalogue de la firme où elle était enregistrée. Pourtant « Le Déserteur » revient à nos oreilles grâce au courage de son interprête qui produit lui -même ses disques (Disque Mouloudji MM301B, distribution Festival) ... mais est toujours interdit sur les ondes. « La petite jnive », de Maurice Fanon a plus de chance chez CB.S.,.. qui continue sa route, indépendante, tout comme le disque de Hugues Auffray (Barclay 7075.1) qui, sous le titre « Personne ne sait )J. se contente d'affirmer que « Nous sommes tous frères et c'est b'ien comme ça », Le grand exclu de ce mois restera, sans contexte, notre am i Paul Louka (Philips 437010 BE) qui a eu l'audace de composer une chanson spécialement pour stigmatisel' « Les Américains » et leur racisme anti-noi r. « J'aurai peut-être des ennuis à vouloir chanter jour et mtit cette chanson, mais rien ne m'emPêchera de la chatlter. ». Paul Louka est trop Belge, il est né à Marcinelle, qui lui a inspiré une très belle chanson complètant cet enregistrement -- pour ne pas faire un rapprochement dans ses couplets avec les problèmes de ségrégation belges, f rançais, etc ... Et, menant jusqu'au bout sa démonstration, il fait le parallèle, entre la lutte des provinces bretonnes ou flamandes qui font de nous ... des Américains. Voilà une chanson à la musique très actuelle et qui doit devenir un succès. Seule lueur d'espoir dans cette déchirante accusation : « L'équation de l'esPérance : cinquaHte pQur cent d'Américains qlti lm jOlW feront prendre l'air à cinquante pOl,r cent de crétins qU'i entretiennent ce cancer américain ». Et, pour conclure. sans concession aucune aux tabous du jour, Paul Louka, fait le procès du « métier » de chanteur dans une remarquable satyre : « P01W des Prunes ». Voilà un disque bien agréable et qui vous raccommode avec la chanson. Enfin, un gmnd souffle d'air pur passe sur la chanson, peut-être que demain les « copains » prendront conscience de mériter mieux que leurs simpiternelles niai-yéh-series et feront avec nous un « malheur » à Paul Louka. Bernard SAN NIER-SALA BERT MOULOUDJI. - Le déserteur revient dans les discothèques. (Photo Hollywood). Hugues AUFFRAY. - Nous sommes tous' frères et c'est bien comme 9&. (Photo Jean-Pierre Leloirl. Marc UGERET. L'antiracisme? Une nécessité pour l'homme épris de liberté. Pierre LOUKI. - Ça fera vingt an!!. (Photo Philips). Paul LOUKA. - J'aurai peut·ëtre des ennuis à vouloir chanter « Les Améri· cains ». (Photo Philips).

Notes

<references />