Droit et Liberté n°451 - juin 1986

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°451 de juin 1986
    • Des inquiétudes qui se confirment par George Pau-Langevin
    • Racisme anti gitan pas mort par Betrand Bary
    • Les relations économiques de la France avec l'Afrique du Sud: une progression constante
    • Spécial apartheid (Afrique du sud)
      • du matériel pour convaincre
      • "un peuple et sa jeunesse debout" interview de Dulcie September réalisée par C. Gavoille
      • Pour une solidarité active
      • L'inégalité devant la maladie par le Dr Lavignon
    • Action:
      • Une pétition contre les projets sur la sécurité et l'immigration
      • des droits des immigrés aux libertés de tous
      • Pour la sécurité du séjour, le doit de vivre en famille, l'égalité de traitement devant la loi et le respect de la dignité des immigrés (pétition)

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et li MENSUEL DU MOUVEMENT CON,TRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES . . ' , ~ No 451 . Juin 1986 . 8 F DES INQUIÉTUDES QUI SE CONFIRMENT En ce printemps 1986, un sentiment d'inquiétude s'insinue chez les antiracistes. Est-ce bien raisonnable puisqu'aucun homme politique, même le plus extrêmiste, n'ose se réclamer ouvertement de cette idéologie funeste? Certes, mais nombreux sont ceux qui proclament bien haut leur attachement aux valeurs fondamentales de la République, dont l'antiracisme, pour tenir sans désemparer des propos bien étranges. Ainsi fut agitée à Marseille la hantise de "voir mettre un tchador à la Bonne Mère". Après avoir reproché aux populations étrangères de prendre aux Français leur emploi, leurs richesses, leur sécurité, on les accuse maintenant d'avoir volé à ceux-ci leur identité! Méfait d'autant plus grave qu'il est impalpable, sans contour défini, et qu'il est par suite impossible de s'en disculper. Il ne constitue pas moins la justification profonde d'une série de mesures qui sont annoncées et que les seules explications conjoncturelles ne peuvent cerner. Les contrôles d'identité rendus obligatoires pour toute la population sous peine de sanctions pénales menacent en réalité ceux qui y étaient déjà trop souvent soumis, les jeunes, les Noirs, les basanés, les paumés. L'accès au territoire français rendu plus difficile par l'établissement de visas, la reconduite à la frontière soustraite au contrôle judiciaire, l'admission du demandeur d'asile laissée à la discrétion de la police, l'acquisition de la nationalité française réservée aux seules personnes jugées dignes de l'obtenir, autant de projets qui remettent en cause des traditions bien ancrées, comme des droits acquis depuis peu. Ce printemps nous apporte aussi des nouvelles bien sombres de l'Afrique du Sud. Combien de temps encore, combien de morts faudra-t-il pour abattre l'apartheid, ce régime de la honte? George Pau-Langevin -1 - '55,\ :xJ:lô-lll Appel du MRAP, pétitions, démarches: DES DROITS DES IMMIGRÉS AUX lIBERTÉS DE TOUS (page 10) Soweto 76-86 : GRANDE MANIFESTA TION A PARIS lE 16 JUIN (à 18 h JO - Métro Invalides) CONFÉRENCE INTERNA TIONAlE DE l'ONU A PARIS lE 16 DOSSIER SPÉCIAL APARTHEID: (pages 3 à 10) Les relations économiques L'action du MRAP Une interview de Dulcie September MRAP-Solidarité et l' apartheid Le système de santé en Afrique du Sud Université de Nantes: UN JURY SOUS INFLUENCE (page 2) ENBREF NANTES: UN JURY SOUS INFLUENCE Un certain M. Henri Roques vient de soutenir à l'Un i versité de Nantes une thèse niant l'e xistence des chambres à ga z . Le jury rassemblé à cette occasion lui a attribué la mention "tr ès bien". Les réactions ont été très vives. L'UJRE, Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide, a organisé le 29 mal à Paris, avec le soutien du MRAP, une manifestation de protestation devant le Mémorial du Martyr Juif Inconnu. Le Mrap a publié le communiqué suivant: "Le MRAP est stupéfait que des .e.bres i.portants de la Faculté de Nantes aient eu l'outrecuidance de couvrir, en contradiction avec les traditions dhocratiques et républicaines de l'Université, le .ensonge de la thèse de M. Henri Roques niant l'existence des cha.bres à gaz. Est -il besoin de rappeler que devant des écrits si.ilaires, l'Université de Lyon avait à l'époque évincé Faurisson? Cette falsification du nazis.e et l'atténuation de la responsabili té de ses agents l voir l'affaire Waldhei. en Autriche) s' inscri t dans le contexte de la .ontée du racine en France et de sa banalisation d'une façon générale. La déculpabilisation par rapport au systè.e nazi conduit ainsi, à faciliter la conta.inatio~ du plus grand no.bre et à servir le racis.e quelles qu'en soient ses victi.es. Le MRAP, conscient d'être une part de la .hoire collective de la lutte contre la barbarie nazie, les .onstruosités et les cri.es qu'elle a engendrés, donnera à cette affaire les suites qui s'i.posent co .. e il l'a déjà fait avec M. Faurisson". Le comi té local de Nantes a organisé le la JUln à la Faculté de Nantes une projection de "Nui t et Brouillard" d'Alain Resnais, SUl vle d'un débat avec Me Roland Rappaport, membre du Bureau National et avocat du MRAP dans la précédente affaire Faurisson. Au j our où paraît la version définitive du "Journal" d'Anne Frank ( voir Différences, juin 86) attestant des persécutions menées par les nazis sur les juifs, de telles thèses déshonorent leur auteur et le jury qui les a récompensées. 21 JUIN, DE 19H A 24H SCÈNE SUR SEINE Le MRAP et MRAP-Solidari té nous attendent sur le Quai des Grands Augustins, entre le Pont Saint-Michel et le Pont-Neuf. , . ~~e péniche ~ccueillera chanteurs et écrivains pour une soirée d amltle en cette Fete de la musique. Pour toute information, appelIez Claude Gavoille au 48 . a6 .88.00. Venez nous rejoindre pour préparer cette soirée qui doit témoigner de l'action de notre Mouvement. UN NUMERO D'ETE EXCEPTIONNEL Un dossier jazz, tout sur les festivals intercultur~ ls de l'été, une étude sur les rapports du raClsme et de l'inconscient ... Abt 1 an, 170F. 89, rue Oberkampf,75011 Paris Tél: 48 06 88 33 -2- RACISME ANTI-GITAN PAS MORT Des paroles A Radio- Télévision-Alsace, un éditorial sur le thème: "La délinquance. Les Gitans thermomètre de la défaillance étatique". Quelques perles de ce type : Aujourd ' hui les Gitans ne se donnent même plus l'air d'avoir un métier " .. " Pensez donc: "les puissantes Mercédès, excellent l:outil de travail" pour les expéditions à distan ce!" ... Heureusement, "" les habitan t s organisent leur auto-défense

"

.•. aux actes A Mont-de-Marsan: "La rafale irraisonnée". :lTrois jeunes gens arrêtés: leur aversion contre les Gitans s'est soldée en expédi tion armée, de nui t. Quatorze coups de feu ont été tirés vers les caravanes - dont quatre ont perforé, au - dessus de la tête d'un enfant qui dormai t' l. (Extrait de Sud-Ouest du 21 mars, qui a publié aussi la protestation indignée de la Fédération MRAP des Landes). aertrand Bary LE GHETTO SE REBIFFE D'inspiration libérale, la littérature sud-africaine antiapartheid est essentiellement le fait d'une minorité blanche. Avec la parution de "Retour à Soweto" (1) de Sipho Sepamla. chef de file de l'écriture noire " une ère nouvelle se précise. Cell: du passage à l'acte, de la révol te absolue, totale, contre l'occupant blanc. Livre interdit, banni, il est dédié aux lycéens massacrés en juin 1976 sur le territoire de la commune. Sipho Sepamla lance un appel pressant. Nous ne serons blement libres que le nos frères d'Afrique du seront également. vérita jour où Sud le Daniel Chaput (1) Retour à Soweto, de Sipho Sepamla, Ed. L'Harmattan. , SPECIAL APARTHEID Pour vous permettre dossier spécial de 7 de mieux lutter contre l'apartheidJ voici un pages qui en aborde les différents aspects. Une analyse des relations économiques entre la France et l'Afrique du Sud (ci-dessous)J un bilan de l'activité du MRAP et des matériels à votre disposition (pages 4-5)J une interview exclusive de Dulcie SeptemberJ représentante en France de l'ANC (pages 6-7) J un b il an de l' act i v i té de MRAP-Solidarité en direction des peuples sud-africain et namibienJ enfin une analyse du système de sante en RSA (pages 8-9). Les relations économiques de la France avec l'Afrique du Sud' Une progression constante In t ervenant le 9 oc t obre 1984 lors d'une séance extraordinaire du Comi té Spécial contre l'Apartheid, Claude Che ysson avait défini le régime d'apartheid comme un ': défi à la conscience universelle, ( un régime) où l'étoile jaune n'est pas nécessaire, la peau est noire et cela suffit à désigner une espèce humaine particulière :: . Néanmoins, C. Cheysson avait tenu à " me ttre en garde ceux qui souhaitent couper économiquement la République Sud-Africaine du reste du monde: une telle disposition n'aurai t guère d' efficaci té, elle pourrai t même être contre-productive ( .•. ), il faut au contraire parler aux Sud-Africains, leur montrer que leur attitude est inacceptable moralement, dangereuse politiquement, scandaleuse splrl tuellement". Ce souci du dialogue s'était d'ailleurs traduit par la visite de Pik Botha à son homologue R. Dumas en février 85 . Du matériel informatique aux centrales nucléaires En mai 1985, le premier ministre Laurent Fabius appelait à des sanctions économiques dont on a reconnu la portée essentiellement psychologique. Le gouvernement français décidai t de ne plus investir en Afrique du Sud si "dans un délai de 18 mois, des mesures ne sont pas prises pour en terminer avec les pratiques de l'apartheid ::. Cinquième fournisseur de l'Afrique du Sud avec 4,4 milliards de francs en 1984, la France en est le 25ème client pour un montant de 5,9 milliards en 1984 (soit une progression de 35 % par rapport à 1983) . La France vend du matériel informatique, de l'équipement téléphonique, du matériel électrique, du matériel pour le bâtiment et les travaux publics, des machines, de l ' ingénierie, du pétrole. En 1984 , l'Air Liquide a signé un contrat de 250 millions de francs pour construire en Afrique du Sud la plus qrosse unité mondiale de production d'o xygène (2.500 tonnes par jour ) . Une situation de crise qui rendrait encore plus efficace l'arrêt des relations économiques La même année, le consortium Alsthom-Spie Batignolle a mis en route le deuxième réacteur nucléaire de Koeberg. Toujours en 1984, les banques françaises ont prêté 21,1 milliards de francs à l'Afrique du Sud alors que la Dresdner Bank (RFA) ou la Barclays (G.B.) annonçaient leur désengagement. On estime que ments français en représentent 14 francs. les investisseAfrique du Sud milliards de Merlin Gérin, CGEE, Le Carbone Lorraine, Rhône-Poulenc sont aussi très engagés dans la collaboration avec le régime raciste, la palme revenant toutefois à Total qui a le monopole de la fourni ture de carburant à l'armée et la police sud-africaines. Pour ce qui concerne les armements , "Marchés Tropicaux" du 25 mai 84 écrit: IIIl ne semble pas que l ' armée sud-africaine éprouve des difficultés pour se procurer des pièces détachées pour ses armements d'origine française". Ainsi, la France vend à l'Afrique du Sud des systèmes, des -3- matériaux et des technologies de pointe lui permettant de renforcer sa puissance économique et militaire. Les achats français ont représenté 6 milliards de francs en 1984. Quatre millions de tonnes de charbon ont été achetées par EDF en 1985, de l'uranium (1 milliard de francs) , alliages, précieux, (laine et tés. des minerais, des ferrodes fruits, des métaux des produits anlmaux poissons) ont été impor- Le développement des luttes en Afrique du Sud, la pression de l'opinion publique internationale font que l'Afrique du Sud travers sans aucun doute sa plus grave crise politi~e depuis l'arrivée au pouvoir du Parti National (1948). Le 28 août 1985, pour enrayer la fui te des capitaux, la bourse sud-africaine a fermé, le 1er septembre, l'Afrique du Sud a suspendu unilatéralement le remboursement de sa dette à court terme, soit 14 milliards pour une dette de 24 milliards et un double marché des changes a été créé pour protéger le rand. Le commerce intérieur est durement frappé par le boycottage des magasins blancs par les noirs, trois mille entreprises ont fait faillite en 1984 et la construction automobile a vu la fermeture d'Alfa Roméo, de Peugeot et de Renault. On comprend alors combien seraient efficaces parce que coerci ti fs le refus de vendre des produits français de haute technologie, l'interruption des actions d'assistance technique et de formation, l'interdiction des prêts et des divers soutiens financiers français , SPECIAL APARTHEID Agir ensem e L'ACTION DE NANTES 8 HEURES CONTRE L'APARTHEID Cette journée du 22 mars 1986 faisait sui te à la manifestation locale de septembre 1985 contre l'apartheid, à l'appel du MRAP, manifestation soutenue par une quinzaine d'or9anisations syndicales et politiques. Son but une meilleure information et une profonde réflexion sur l'odieux système d'apartheid. A l'initiative du MRAP et de S.O.S.-Racisme, sa préparation a débuté dès le 9 décembre 1985. A cet effet, au cours des réunions hebdomadaires et mensuelles, trois thèmes ont été retenus qUl ont alimenté trois forums : Le 1er Rôle de la France et de l'Europe par rapport à l'Afrique du Sud Le 2è Le 3è Luttes ouvrières et syndicales en Afrique du Sud Lutte des fe •• es contre l'apartheid L'originalité de ces forums auxquels ont participé plus de 300 personnes, résidait autant dans la démarche que dans le fait qu'ils réunissaient, en plus du MRAP, des animateurs d'organisations diverses: le Mouvement anti-apartheid (MAA) le Mouvement des femmes noires (MODEFEN) le Mouvement de libération des peuples d'Afrique du Sud et de Namibie (CSPAN) Une fois assurée la participation des intervenants, les organisateurs ont demandé le soutien, par une réunion unitaire, d'un large éventail d'organisations syndicales et politiques (26 au total) qui ont participé au tirage des tracts et affiches prêts environ trois semaines à l'avance. Une telle publicité a entraîné l'annonce et la couverture de la journée par les médias locaux et régionaux. Tout ce travail a porté ses fruits puisque 600 personnes ont participé soit aux forums, soit à la fête-concert qui a suivi avec les groupes "afro-nantais" Ayoka et Djimbo. Heureuse initiative qui va trouver dans un pre.ier te.ps un prolonge.ent i •• édiat avec un concert antiraciste ani.é par le groupe ULAM, le 24 juin. Dans un deuxiè.e te.ps, en septe.bre prochain, des actions seront .enées pour intensifier le boycott de l'Afrique du Sud. Si, vous aussi, vous avez lancé une action qui vous se.ble pouvoir aider d'autres adhérents, co.ités locaux, fédérations du NRAP à agir dans le .ê.e sens, envoyez un courrier détaillé au COli té de Rédaction de Droit et Liberté, 89 rue Oberkalpf, 75543 PARIS CEDEX Il. Nous ferons au lieux pour la publier intégralelent. -4- Informer L'une des tâches ilportantes du MRAP est de sensibiliser l'opinion publique sur les problèles générés par l'apartheid. Il ne se passe pas de se.aine sans que des cOli tés locaux du .ouve.ent, du nord au sud, de l'est à l'ouest, ne .ettent sur pied telle ou telle for.e d'actions. A défaut d'être exhaustif, en voici quelques-unes A la MJC de Poitiers, présentation d'une exposition sur le thème "L'enfant en Afrique du Sud" , exposition qui a été présentée ensui te sur les marchés et la bibliothèque municipale de la ZUP. En Auvergne, les comi tés locaux de Clermont-Ferrand, Aurillac, Le Puy, Issoire ont mlS l'accent sur la Namibie en organisant une soirée sur ce thème dans chacune de

es villes.

La Fédération du Vaucluse a mené une grande campagne auprès des municipali tés de ce département pour qu'elles donnent le nom d'un héros de la lu tte contre l'apartheid à l'une des artères de leurs villes. Ainsi, à Entraigues, le samedi 19 avril, a été inauguré l'espace vert Nelson Mandela. Sur proposition du MRAP local, le Conseil municipal de Vienne {Isère} a fait Nelson Mandela citoyen d'Honneur de cette ville, au cours d'une de ses séances en février 86. A Angoulê.e, présentation dans une MJC de la ville de l'exposi tion sur la Namibie réalisée par le MRAP-Charente. Cette même exposition (12 panneaux extra-légers O,85x65cm) circulera en juillet et août dans tous les centres de loisirs de la Charente. Cette exposi tion peut être louée à ladite fédération (coordonnées au siège ). A ces initiatives locales, il convient d'ajouter les locations d' exposi tions réalisées par le siège (voir rubrique expos) qui ont été présentées réce.lent à 8elfort, Massy, Champagne-sur-Marne, Gennevilliers René Nazenod , SPECIAL APARTHEID Du matériel pour convai• ncre Le badge de la solidarité Apartheid-stop (l'uni té lOF. A partir de 100 : 6F l'un). - Des affiches 40x60c. : Apartheidstop; Benjamin Moloîsé (avec demande de sanctions contre l'Afrique du Sud); liberté pour l'Afrique AustraIe; loi sur les rapports entre ethnies. PVP : lOF l'unité; CL : SF l'une. - Des autocollants : Libérez Mandela ! Non à l'apartheid ! Apartheid- Stop (PVP SF; CL 2F l'unité). - Des planches de 4 cartes postales illustrées, détachables, destinées au Président de la République et au Premier Ministre (pour demander des sanctions contre l'Afrique du Sud), à l'ambassadeur d'Afrique du Sud (libération des prisonniers politiques et abolition du système d'apartheid), au MRAP (soutien et demande d'informations). L'unité: SF; CL : 3F). - Des cartes postales, avec les portraits de Nelson et Minnie Mandela pour leur témoigner la solidarité de l'opinion française. L'unité 3F. Par cent: 1F l'une). Une brochure de 12 pages "L'apartheid contre le sport". PVP : SF. Des livres "Diviser pour régner", lSF. "L'apartheid le dos au mur" (guide de l' exposi tion internationale d'affiches contre l'apartheid), le nO : 30F. "Soweto. Soleils fusillés", poèmes de Paul Dakeyo. L'unité: lSF. et aussi UNE LISTE DES PRODUITS SUDAFRICAINS VENDUS EN FRANCE ET DES SOCIETES FRANCAISES ENGAGEES DANS LE SYSTEME D'APARTHEID. 3F les 10. S'informer pour les frais d'envoi au (1) 48.06.88.00 Cinq expositions disposition au d'elle représente sont à votre siège. Chacune une cible, une sensibilité et un créneau différents. - AFRIQUE AUSTRALE g panneaux de 1, OOx 1, SOm. Chaque panneau, relatif à un thème diffé-' rent, peut être présenté à part. Trois parties Afrique du Sud, Namibie, Zimbabwe. Location pour une semaine Plus frais d'envoi. - APARTHEID LE DOS AU "UR 2S0F. Une exposition de 96 affiches de di fférents pays présentée pour la première fois au Musée de l'Affiche et de la Publicité, à Paris, en 82/83. Réalisation MRAP. Parrainage

ministères des Relations

Extérieures et de la Culture, ONU. Les affiches, entoilées, peuvent être fixées par des épingles ou des punaises. (Voir rubrique matériel). Location pour une semaine 800F. Plus frais d'envoi. 15 ARTISTES PEINTRES CONTRE L'APARTHEID Exposition de lS affiches entoilées contre l'apartheid. Ouinze peintres célèbres ont ainsi dénoncé les pratiques de l'apartheid en Afrique du Sud. Location pour une semaine Plus frais d'envoi. 200F. UNE CLASSE DE COLLEGE ETUDIE L'APARTHEID 14 panneaux 1l0x90cm. Travail effectué dans le cadre d'un P. A. E. par une classe d'un collège de la ville d'Argenteuil (9S). Géographie, Histoire, économie-politique de l'apartheid. Location pour une semaine Plus frais d'envoi. 300F. Une exposition intitulée "Femmes, apartheid" est en enfants, préparation. Nous vous en reparlerons dans le prochain numéro. -5- UN DOSSIERPOCHETTE L'apartheid a le triste privilège d'être à la fois le système le plus dénoncé au monde et le plus méconnu. L'éloignement géogr aph i que et les i l ence 0 rga nisé n'en sont pas les moindres raisons. Comment un système aussi barbare peut-il exister et survivre? Le remarquable dossier- pochette préparé pour le MRAP par Marianne Cornevin répond à cette question. En bonne universitaire, Marianne Cornevin commence par définir son sujet: qu'est-ce que l'apartheid? Elle en donne les sept piliers: l'interdiction des mariages interraciaux, la discrimination socio-économique, la ségrégation résidentielle, l'en seignement séparé, la division des Noirs en dix "nations", le déni de tout droit politique, le contrôle des mouvements de la population noire. La partie historique s' étend du milieu du XVllème siècle à nos jours. Mais au passage, on rappelle que, contrairement au credo naguère officiel, les Noirs étaient en République sud-africaine quelque 1.300 ans avant l'arrivée des premiers colons! Un long chapitre est consacré à l'histoire de la résistance et de la répression depuis la conquête coloniale, et il est fort utile. Combien savent que le Président de l' ANC, Albert Luthuli, a reçu le Prix Nobel de la Paix, en 1961, 23 ans avant Desmond Tutu? Ci tons encore le chapi tre détaillant les discriminations, et l'excellente analyse économique que mène Marianne Cornevin sur le système de l'apartheid. Lisez cette pochette, Tout ce que vous avez imaginé de pire sur l'apartheid est dépassé par la réalité que l'on y décrit. L'apartheid, collection Les Dossiers du "RAP, à co •• ander au "RAP: 40 Frs, prix public; 35 Frs, co.ités locaux. « Un peuple et sa Une interview exclusive de Dulcie September, 1976-1986 Depuis les tragiques évènements de Soweto, le paysage po l Hi que de l' Afri que du Sud s'est consi dérab l ement transformé. L'A. N. C., Afri can Nati ona l Congress, est aujourd' hui reconnu conme représentant du peuple d'Afrique du Sud, non seulement par ses alliés et amis mais aussi par certaines forces, étrangères jusqu'alors à la lutte du peuple noir. A la veille du 16 juin, date historique pour le mouvement de libération, Dulcie September, responsable de l'A.N.C. à Paris, nous précise les analyses et positions de l'Africain National Congress. Un entretien en toute liberté. "Il est effectivement important de reparler des évènements de Soweto. Ce 16 juin, 10.000 collégiens de 12 à 21 ans manifestent de façon pacifique contre l'introduction de l'afrikaans comme langue d'enseignement. L'Afrikaans est la langue des Blancs et de leurs alliés en Afrique du Sud. En fait, c'est la base de la domestication du peuple. C'est pourquoi ces émeutes furent révélatrices de l' opposi tion et de la conscience de la jeunesse noire. La répression a été extrêmement violente. C'est à cette époque que des milliers de garçons et de filles ont fui le pays. Ils ont alors trouvé les moyens de rejoindre les structures de l'A.N.C., soit à l'intérieur, soit à l'extérieur des frontières. Il faut souligner que ce soulèvement est intervenu après l'indépendance du Mozambique et de l'Angola : en ces années 70, la victoire des peuples noirs a brisé le mythe de l'invincibilité du pouvoir blanc, et par là même de Prétoria. Il étai t devenu possible d'engager la lutte contre l'armée sud-africaine qui tue et qui réprime". En dix ans, l'A.N.e. a gagné en crédibilité et est devenue une force réelle à l'intérieur du pays. "La lutte s'est effectivement développée. Le reglme raciste a perdu le contrôle des "townships" et s'est vu dans l'obligation de décréter l'état d'urgence. Mais la violence de la police et de l'armée n'ont pas réussi à anéantir la résistance. L'unité des forces de libération est exemplaire. L'U.D.F. (Front démocratique) regroupe aujourd'hui plus de deux millions de personnes. 400 organisations y sont affiliées. Le phénomène le plus intéressant est peut-être l'émergence des syndicats. Mais leur action n'est pas nouvelle. L'histoire de ce siècle est traversée de poussées de fièvre des travailleurs noirs et elle est marquée aussi d'une impitoyable répression. Les années 50 ont vu la création du South African Council of Trade Unions (SACTU). Progressivement, la syndicalisation a touché des branches nouvelles du secteur industriel. Et si la National Union of Mineworkers (NUM) est le premier syndicat noir du secteur-clé des mines, qui emploie un demi-million d'Africains, les autres organisations ne sont pas à négliger. La COSATU regroupe 35 fédérations, du textile à l'alimentation, des industries chimiques et pétrolières aux transports et à -6- l'administration. Le 1er mai a été l'illustration de cette force syndicale, puisque malgré l'interdiction du fait de grève, l'économie a été paralysée durant cette journée". Dès lors, les entreprises étrangères ne se sentent plus lien totale sécurité" et no.bre d'entre elles annoncent leur retrait de l'Afrique du Sud, co •• e l'a fait la General Motors en .ai dernier. "Cet aspect est pour nous très important. Actuellement, ce sont 35 compagnies qui ont décidé de quitter l'Afrique du Sud. La situation est instable et dans ce cas, le profit ne peut plus être maximum. Renault, Peugeot ont fait de même. Lors de notre rencontre avec des hommes d'affaires, nous avons pu préciser, pour la première fois, nos positions et notre analyse de cette situation. Il faut que ces dirigeants de sociétés étrangères comprennent que face à la violence, nous ne pouvons rester les bras croisés. Il nous faut combiner la lutte armée et le mouvement de masse. Utiliser les mêmes moyens que le pouvoir blanc. L'A.N.C. est prêt à discuter avec qui veut discuter. Et d'ores et déjà, nombre de délégations se sont rencontrées. Si aujourd'hui, nous demandons aux sociétés étrangères de partir, c'est afin qu'elles puissent revenir un jour futur, dans une autre Afrique du Sud. jeunesse debout » représentante de /'ANG en France LI affaiblissement du regue est à ce prix, et Il exploi tation éhontée de notre peuple ne peut plus durer 11 • Une nouvelle fois, le régi.e de Prétoria a agressé les pays voisins. Une intervention qui n'est peut-être pas une preuve de force ••• l1Le gouvernement de Botha ne peut plus aujourd 1hui imposer sa loi. Il parle de réformes mais nous n1en constatons aucune. L1abolition des l1pass l1 , contrairement à ce que certains prétendent, nI est pas une mesure démocratique. L1état ~herche par tous les moyens à mieux l1surveiller l1 la population, mais de fait, il n1y parvient pas. Et 11opinion publique internationale n1est pas dupe. Ll apar theid ne peut être réformé, il faut le détruire. Cl est ce que fait le peuple africain. Donc, à Il intérieur, le gouvernement ne contrôle plus le peuple. Même avec 11aide de ses llcollaborateurs l1 . Cl est pourquoi Botha cherche à redorer son blason, à s limposer par des démonstrations de force. Les pays voisins nous aident, nous soutiennent. Les actions conjuguées de Il intérieur et de Il extérieur sont extrêmement posi tives. La population se refuse à se laisser intimider. Cette pression pousse Prétoria à choisir 11agression et cela ressemble fort à une fuite en avant l1 • Des di vergences apparaissent aujourd'hui au sein .ê.e des structures politiques du pouvoir, et par ailleurs les .ouve.ents progressistes se renforcent au sein de la co •• unauté blanche ••• l1Certains croient que le régime est en voie d1autodestruction. Nombre de membres de 11opposition ont quitté le parlement. Ce sont des gens qui croient à un autre avenir pour notre pays. Et la poli tique de Botha ne peut leur convenir. Avec Il agressivi té du régime raciste, la violence comme seule argumentation, il n1est pas, même pour des modérés, faci le dl intervenir. Dl au tres forces poli tiques comprennent aussi maintenant que 1IA.N.C. doit être un interlocuteur à part entière', et qu 1elle ne peut être mise à 11écart dl une solution durable pour notre pays. Notre mouvement est clairement ouvert à tous. Et jour après jour, viennent nous rejoindre, dans cette lutte sans merci, des hommes et des femmes des autres communautés. Plus encore, nos relations avec 1lEglise, dont 11importance est à noter, se sont accrues. La rencontre avec la Conférence des Evêques catholiques dl Afrique Australe a été particulièrement positive. Les deux délégations se sont engagées à mettre rapidement un terme au funeste système d1apartheid et à transformer 11Afrique du Sud en un pays uni, démocratique et non-racial. Cet engagement est pour nous primordial et témoigne de Il évolution des diverses composantes de la société sud-africaine l1 • Le gouverne.ent vient de rétablir dans tions l'a.bassadeur de Prétoria. Il est question que M. Chirac, pre.ier reçoive Pieter Botha ••• français ses foncFrance à égale.ent .inistre l1Pour 1IA.N.C., c 1est un nonévènement. Ces décisions ne méri- -7- tent même pas un commentaire. Ajoutons donc simplement que le gouvernement précédent a pris des mesures certes très limitées. Mais Cl étai t un premier pas. En ce mois de juin et selon certaines informations, le gouvernement de M. Chirac veut défaire ce qui a été fait. La visite de Pieter Botha, par ailleurs, est tout simplement une insulte au peuple sud-africain qui, tous les jours, tombe sous les balles de 1l apar theid. Balles d1une police et dl une armée nourries de matériel français. C1est pourquoi nous en appelons une fois encore à la solidarité, au soutien du peuple de France pour que cesse d1exister un régime indigne de la communauté des hommes l1 . Interview réalisée par C Gavoille Droit et Liberté B9 rue Oberka.pf, 75543 PARIS CEDEX Il Téléphone: 48.06.88.00 CCP 9 239 81 PARIS Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de Rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon, Clau de Gavoille, Dominique Lahalle, René Mazenod, Claire Rodier. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montligeon (51) Abonnement d1un an: 80 F SPÉCIAL APARTHEID Mrap-solidarité et les victimes du régime de Prétoria Pour une solidarité active Soweto, Sharpeville, Pretoria: la haine raciste, les crimes, la volonté d'avilir un peuple qui fait front avec courage. En Afrique du Sud et en Namibie, des femmes, des hommes, des enfants doivent, pour échapper au régime d'apartheid, se réfugier dans les pays de la ligne de front en Tanzanie, en Zambie, en Angola et des milliers sont dans une situation extrêmement précaire. Il fallait prolonger l'action de sensibilisation, de mobilisation animée par le MRAP contre l'apartheid. C'est ainsi qu'en 1984, MRAP-Solidari té a organisé ses premières interventions vers les camps de réfugiés. Des vêtements ont été expédiés, des médicaments et même ••. des jeux éducatifs, pour la crèche de Dora Tamana en Zambie. En 1985, les actions se sont poursuivies , à modeste: envois vêtements dont un niveau certes de médicaments, de 3.000 tee-shirts. Les échanges se sont développés en particulier avec le Collège de la Liberté Solomon Mahlangu. Aujourd'hui, cinquante tentes attendent d'être expédiées vers les camps de réfugiés Ajoutons que, l'an dernier, une attention particulière a été portée à la situation matérielle des familles des représentants des mouvements de libération sud-africain et namibien en France: prise en charge totale des enfants en centre de vacances, interventions pour l'amélioration des statuts des familles (sécurité sociale, école, etc. ) . Se tourner vers les chercheurs, les ingénieurs, les techniciens En août 1985, une souscription nationale a été organisée et se poursui t pour soigner les enfants victimes de l'apartheid". Un chèque de 10.000 Frs a été remis à l'ANC le 8 janvier 1986 et a permis l'achat d'un électrocardiographe, plusieurs centaines de kilogrammes de médicaments ont été collectés. Bien entendu, l'équipe qui anime MRAP-Solidarité souhaite que l'action devienne moins artisanale. Une réflexion est en cours, sous la responsabilité de deux médecins, pour structurer la solidarité médi- Président d'Honneur Pierre Paraf cale: il faut améliorer l'efficacité de l'action et y associer les militants compétents du MRAP. De même, il y a un vaste champ d'action possible au plan de la "solidari té technique " . Sans aucun doute de nombreux chercheurs, ingénieurs, techniciens sont susceptibles d'apporter leur contribution. Bien sûr, MRAP-Solidarité n'intervient pas qu'en direction de l'Afrique du Sud (1), d'autres actions sont en cours avec pour principes que l'argent et les moyens collectés aillent effectivement aux victimes. Il y a, en France, des mill iers de femmes et d' hommes soucieux d'exprimer concrètement leur refus du racisme et des discriminations, c'est à eux que MRAP-Solidarité s'adresse. J.P. R (1) Mais en ce moment, l'accent est mis sur une souscription nationale pour l'achat de médicaments à destination de la RSA et d'une autre pour l'accueil et la scolarisation d'enfants namibiens en France. Présidente Jacqueline Grunfeld BULLETIN D'ADHESION MRAP-Solidarité organise la solidarité matérielle et morale à l'égard des victimes du racisme et des discrimi· nations culturelles, sociales et économi· ques en France et dans le Monde. M RAP-Solidarité prolonge ainsi l'action du Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples • J'adhère à MRAP-Solidarité (mettre une croix dans la case choisie) o Moins de 18 ans : 30 F o Plus de 18 ans : 75 F o Adhérent du MRAP: 50 F • Je fais un don à MRAP-Solidarité : o Solidarité 20 F o Soutien 20 F à 100 F o Participation plus de 100 F o Soit la somme totale de : Date : F F F NOM Prénom : .... ............ .................................................. .................. .. Adresse : ........... .......................................................................... .. Ville ...... ................... ........ Code Postal : .................................. . F Mentions facultatives : .................................................................. . F Année de naissance : ........................... ......................................... . F Profession: F Signature o Je désire recevoir un reçu qui me permettra de déduire mon don de mes impôts. Versement à l'ordre de MRAP-Solidarité c.c.P. 12869 -860 Paris MRAP-Solidarité . 89, rue Oberkampf· 75011 PARIS -Tél. 48.06.88.00 Association de bienfaisance · Loi de 1901 -8- , S~C~LA~Rm8D---------------------- Santé et apartheid Le gouvernement raciste de Pretoria se targue volontiers de faire bénéficier l'ensemble de la population d'Afrique du Sud d'un système de santé développé. Ce thème, largement diffusé par sa propagande, est repris par des publications françaises complaisantes. L'analyse des revues médica les et des documents ministériels d'Afrique du Sud telle que l'a faite en 1984 Aziza Seedat dans IICrippling a Nation ll permet d'avoir une connaissance claire de la santé sous le régime de l'apartheid. La population blanche d'Afrique du Sud présente la même mortalité infantile et la même espérance de vie que les pays industrialisés. Les Blancs souffrent avant tout de surchage alimentaire et les accidents cardiaques et vasculaires cérébraux sont leur principale cause de décès. La mortalité infantile dans la population noire est dix fois supérieure, alors que l'espérance de vie est inférieure de 15 ans à celle des Blancs. Ces indicateurs de santé de la majorité noire sont moins bons que dans nombre de pays sousdéveloppés d'Afrique dont le PNB par habitant est pourtant très inférieur à celui de l'Afrique du Sud. C'est la malnutrition qui directement ou indirectement est la principale cause de décès des Noirs. Ce sont surtout les enfants qui souffrent de famine, de carence protéinique et vitaminique. Trois millions d'enfants dénutris sont ainsi en permanence menacés par des maladies infectieuses qui évoluent chez eux, du fait de leur moindre résistance, de façon gravissime. Ainsi les gastro-entérites , l' hépati te virale, la rougeole tuent de très nombreux enfants. La rougeole, par exemple, entraîne le décès de la moitié des enfants de moins d'un an qui en sont atteints à Soweto. D'autres maladies qui ont disparu de nos pays et de la population blanche d'Afrique du Sud en raison des progrès de la médecine, comme le choléra, la polyomyé- L'inégalité devant la maladie li te, le rhumatisme articulaire aigu, sévissent chez les Noirs en véritables épidémies. Le trachome, qui entraîne une cécité, maladie typique des pays en voie de développement, est endémique au Transvaal. La tuberculose est en forte régression chez les Blancs depuis 1970, mais a augmenté de 40 % chez les Noirs depuis la même date. Le gouvernement de Pretoria propage l'idée que les causes des morts d'enfants sont l'ignorance, les mauvaises habitudes alimentaires et les tabous. De nombreuses publications médicales sud-africaines rejettent ces assertions et montrent qu'au contraire la mal nutri tion est en rapport avec l'extrême pauvreté de la majorité 11 re. Ceci est d'autant plus frappant que l'Afrique du Sud est un importateur d'aliments. Fréquemment, il y a IIsurproductionll et la presse sud-africaine fait régulièrement état de destruction volontaire de milliers de tonnes de lait, de fruits et de légumes. Le taux d'accidents du travail et de maladies professionnelles dont sont victimes les travailleurs noirs est un des plus élevés du monde. A titre d'exemple, les accidents dans les mines sont 6 fois plus nombreux qu'en GrandeBret agne. Les maladies de la misère L'Etat sud-africain, dont l'économie est basée sur l'exploitation de la main d'oeuvre noire et les superprofits qui en résultent, trouve qu'il est plus simple de remplacer un travailleur que d'introduire des mesures préventives. Les normes de sécurité, beaucoup plus laxistes que dans les autres -9- pays industrialisés, ne sont généralement pas appliquées. Les .aladies psychiatriq'~2" des Noirs sont prises en charge par des organismes privés subventionnés par l'Etat qui, non contents de ne pas remplir leur mission de soins, exploi tent souvent la force de travail des malades. Dans le domaine de la contraception, l'Etat sud-africain se livre à des expériences dangereuses sur les femmes noires. Alors que la contraception est interdite pour les blanches, des spots publici taires sont régulièrement diffusés à la télévision: IIN'ou'bliez pas de donner la pilule à votre domestique ll . Il existe une ségrégation complète des services sociaux et médicaux, qui crée dans la vie quotidienne des situations absurdes et odieuses telles que le refus de prise en charge en urgence d'un blessé grave par une ambulance. Un hôpital modèle surpeuplé En 1981, on dénombrait médecin pour 330 Blancs et 1 médecin pour 91.000 Noirs (soit 6 fois moins qu'en Angola et 3 fois moins qu'au Nigéria). Le grand hôpital Baragwanath de Soweto, ci té comme modèle des bons soins que reçoivent les Noirs, fonctionne parfois au double de ses capacités alors qu'il reçoit un budget 3 fois moindre par malade que l'hôpital des Blancs de Johannesburg. Il est évident qu'un service de santé libre et non discriminatoire ne pourra être mis en place qu'avec la destruction de l'apartheid. Dr Lavignon L'ACTION ___ ___ _______ _ Appel du MRAP, pétitions, démarches: Fin mai, le gouvernement a fait connaître cinq projets de lois dont quatre portent sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme, alors que le cinquième est relatif à la situation des étrangers en France. Même si ce dernier ne sera pas examiné le même jour que les autres par le Conseil des Ministres, Monde, cri an t afin, sans doute, écrit Le "d' évi ter un amalgame trop entre immigration et délinquance", il reste que leur élaboration simultanée et certains "ponts" existant entre eux justifient les appréhensions exprimées par le MRAP dans ses communiqués du 20 mars et du 10 avril, celui-ci à la suite du discours du Premier Ministre à l'Assemblée Nationale. (Voir Droit et Liberté d'avril et de mai 1986). Exemples de cette coordination: Le projet de loi relatif aux contrôles et vérifications d' identi té prévoit que la personne contrôlée pourra justifier de son identi té par "tout moyen, notamment par une carte nationale d'identité infalsifiable" .•. Mais un étranger, lui, devra "présenter les pièces et documents sous le couvert desquels il est autorisé à séjourner en France": il ne s'agit plus de contrôle de son identité, mais de sa situation administrative. Créer plusieurs catégories de Français - L'avant-projet de loi portant création d'un système de fabrication et de gèstion informatisées de.s cartes nationales d'identité, indique que les données habituelles concernant l'identité de chaque personne pourront être lues à l'aide de procédés optiques et magnétiques. Mais il s'y ajoute, pour les personnes d'origine étrangère (naturalisés, enfants d'étrangers) , ilIa nature, la date et l' autori té de déli vrance du document prouvant la nationalité française". Autrement dit, tout fonctionnaire de police, au cours d'une vérification quelconque, saura d'emblée l'origine du passant qu'il interpelle. En quoi est-ce nécessaire? C'est créer plusieurs catégories de Français en fonction des conditions de leur accession à la nationalité française, par naissance ou par acquisition! Dans le projet de loi relatif à la répression du terrorisme, il est fait un sort particulier aux groupements "dirigés en droi t ou en fait par des étrangers": on peut se demander pourquoi eux seuls devraient être dissous, alors que des groupes français peuvent également se livrer à des agissements de caractère terroriste (on en a de fréquents exemples). - Cette conception est éclairée par deux articles de l'avantprojet de loi relatif aux conditions d'entrée et de sejour des étrangers en France. Ils stipulent qu'un étranger peut être expulsé s'il se livre "à des agissements préjudiciables à la poli tique extérieure de la France". Un réfugié ne pourrait donc pas dénoncer le régime qu'il a fui si le gouvernement entretient avec celui-ci de bonnes relations. - C'est ce même avant-projet qui supprime les garanties judiciaires pour les reconduites à la frontière ou les expulsions, et donne donc pleins-pouvoirs dans ces domaines aux préfets et à la police; de même la police des frontières pourrait décréter sans Des droits des immigrés aux libertés de tous L'exposé des motifs donne d'ailleurs une définition beaucoup plus extensive de cette forme de répression, puisqu'il évoque non plus seulement le terrorisme, mais les associations qui "ne respectent pas le droit de réserve que l'on peut légitimement attendre des étrangers autorisés à résider en France" et les groupements qui ;·organisent à partir de la France, des actions de déstabilisation à l'encontre de pays étrangers". Manifester, distribuer des tracts, coller des affiches contre un régime fasciste, est-ce une "action de déstabilisation"? Toutes les interprétations sont permises. -10- contrôle et sans recours si un demandeur d'asile doit ou non entrer en France. La "menace pour l'ordre public", invoquée à plusieurs reprises (le mot "grave" étant supprimé des lois actuelles) pour justifier les décisions qui seront prises, parfois très sévères (reconduite à la frontière, interdiction du territoire pour 3 ans ou pour une durée illimitée) sans que l'intéressé ait la possibilité de s'expliquer et de se défendre vraiment. •. Après un ces textes, le premier examen de MRAP a publié le communiqué reproduit ci-contre. • L~cnON __________________________ _ Une pétition contre les projets sur la sécurité et l'immigration • Certains projets de lois annoncés récemment, sous le couvert de la lutte contre le terrorisme, comportent des dispositions que nous considérons inacceptables. Nous refusons en premier lieu l'amalgame qui ressort de ces textes et de maints propos officiels, entre immigration, délinquance et terrorisme. Nous demandons avec insistance au Gouvernement et aux élus: - de ne pas revenir aux procédures administratives de reconduite à la frontière et d'expulsion donnant pleins pouvoirs à la police et privant les personnes intéressées des garanties judiciaires; - de maintenir pour les demandeurs de droit d'asile la possibilité de se faire entendre et de présenter un éventuel recours devant les instances compétentes, avant toute décision les concernan t; - d'écarter les expulsions de mineurs et des autres catégories d'étrangers qui en sont actuellement protégés; - de ne porter en aucune façon atteinte au droit d'association et de libre expression dei immigrés et des réfugiés; - de refuser toute inégalité de traitement pour les délinquants d'origine étrangère; de ne pas faire obstacle au renouvellement des titres de séjour des immigrés régulièrement établis en France; - de s'opposer à l'instauration de la précarité pour les immigrés et leurs familles par la multiplication des contraintes administratives. Nous observons en outre que, si les immigrés sont particulièrement Vises, les libertés de tous se trouvent mises en cause par plusieurs aspects importants des mêmes projets: l'institution des cartes d'identité informatisées pouvant révéler à tout instant aux agents de la force publique des données sans rapport avec l'objet des contrôles; la systématisation des contrôles dits "préventifs", qui se traduisent déjà par une recrudescence des "bavures" et peuvent être assortis de mesures humiliantes; le prolongement de la garde à vue; la "comparution immédiate" sans qu'il y ait flagrant délit; le rétablissement des fiches d'hôtel; l'encouragement à la délation avec les suspicions malsaines qui en résul teraient. Plus que le terrorisme, c'est la démocratie qui risque d'en pâtir C'est pourquoi, philosophiques, nous affirmons traditions républicaines. par-delà nos différences d'origines et de convictions politiques ou notre volonté d'agir ensemble pour la défense des valeurs et des Signatures à retourner au MRAp, 89, rue Oberkampf, 75543 Paris Cedex Il. Cette prise de position, mise en forme de pétition, donne lieu à la collecte de signatures par les militants du MRAP. Vous pouvez en demander aux comités locaux ou au siège national autant d'exemplaires qu'il vous sera nécessaire pour les faire circuler dans votre entourage. Les jeux ne sont pas faits. Des interventions du MRAP ont lieu ces jours-ci auprès du gouvernement, des députés et des sénateurs, aux plans national et local. Plus les antiracistes seront nombreux à manifester leur exigence, plus il y aura de chancés (sans mettre évidemment en cause la lutte contre le terrorisme) de sauvegarder les droits des immigrés et de leurs familles, en même temps que les valeurs républicaines. Albert Lévy -11- L'ACTION Pour la sécurité du séjour, le droit de vivre en famille, l'égalité de traitement devant la loi et le respect de la dignité des immigrés Petition (texte adopté en commun le 13 mai 1986) Un certain nombre de signataires de la présente pétition s'étaient déjà adressés, sous la précédente législature, au gouvernement d'alors pour réclamer le respect de la loi du 17 juillet 1984, votée à l'unani mité par l'Assemblée Nationale et accordant une carte de résident renouvelable de plein droit aux immigrés installés régulièrement en France depuis plus de trois ans. Depuis lors, une nouvelle majorité et un nouveau gouvernement ont pris en main les affaires publiques de la France. Nous considérons cependant que les engagements de l'Etat à l'égard des ressortissants étrangers ne sauraient être remis en cause. Un certain nombre de déclarations de députés, voire de ministres de l'actuelle majorité nous paraissent inquiétantes à cet égard. Nous nous sommes concertés pour lancer un appel solennel au nouveau gouvernement. Nous considérons que les i •• igrés qui résident en France et qui ont contribué par leur travail au développe.ent de l'écono.ie nationale, font partie de la société française et doivent y être assurés d'une sécurité de séjour, du droit d'y vivre avec leur fa.ille dans la dignité et d'une égalité de traite.ent au regard des lois de la République. La législation de 1984 co.porte des insuffisances, .ais elle a apporté un .ini.u. d'acquis qui ne sauraient être re.is e~ cause sans renie.ent de la parole de la France. Nous de.andons donc au Gouverne.ent: - de prendre les .esures nécessaires pour que tous les i •• igrés qui ont droit à une carte de résident se la voient effective.ent attribuée et renouvelée auto.atique.ent, sans restrictions et dans les délais prévus; - d'assurer dans les faits le droit de vivre en fa.ille en France et donc de ne pas li.iter le regroupe.ent fa.ilial; - de per.ettre à tous les jeunes qui ont été scolarisés en France d'y vivre et d'y travailler, soit en leur attribuant une carte de résident, soit en leur reconnaissant le droit à la nationalité française; - de ne pas revenir aux procédures ad.inistrati ves d'expulsion, privant ainsi des personnes du droit aux garanties judiciaires; - de respecter les dispositions interdisant les expulsions de .ineurs; - de proscrire toute inégalité de traite.ent pour les délinquants d'origine étrangère. Nous affir.ons enfin notre opposition à toute révision du Code de la Nationalité qui conduirait à précariser et à .arginaliser les populations issues de l'i •• igration. Nous so •• es décidés à agir, dans le cadre des institutions républicaines, pour e.pêcher que notre pays trahisse la confiance de ceux auxquels il a fait appel dans le passé. Premiers signataires Vania ADRIEN-CENS, auteur-compositeur-interprète; Marius APOSTOLO, syndicaliste; Guy AURENCHE, avocat; Hamama BABACI, avocat; Etienne BALIBAR, universitaire; Paul BINNINGER, secrétaire général Association So lidarité Franco-Arabe; Martine BISSIERES, présidente de la FASTI; Jean-Louis BLAIRE, chanteur; Bernard BOUDOURESQUE, prêtre de la Mission de France; Rose-Marie CHAINE et le Conseil des Petites Soeurs de l'Assomption; Albano CORDEIRO, chargé de recherche au CNRS; André COSTES, secrétaire de la Commission épiscopale des Migrations; Marie-Emmanuelle CRAHAY et le Conseil des Auxiliaires; Robert DAVEZIES, prêtre; Fabienne DOROY, inspectrice du Travail; Michel ETCHEVERRY, comédien; Mireille GALANO, sociologue; Claude GENTET, artiste-peintre; Elisabeth GERMAIN, professeur agrégé; Fré)nçois GEZE, éditeur; Béatrice GUENEAU-CASTILLA, inspectrice DASS; Assia HAIF et le Collectif Femmes Immigrées; Michel lOG NA-PRAT , avocat ... Signatures à envoyer à : M. Etienne BALIBAR, Université de Paris l, 17 rue de la Sorbonne , 75231 Paris Cédex 05; M. Antonio PEROTTI, CIEMI, 46 rue de Montreuil, 75011 Paris; Mme Catherine de WENDEN, 127 rue Jeanne d'Arc, 75013 Paris. Les contributions financières pour la publication de l'appel dans la presse peuvent être adressées à : Mme Claire RODIER, CCP PARIS nO 25304-92 R -12-

Notes

<references />