Droit et Liberté n°287 - novembre 1969

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

    • Faits divers: le racisme au quotidien page 5
    • L'Amérique en mouvement: 58% des américains contre la guerre du Vietnam page 7
    • Tensions aggravées 5Myen-Orient) page 8
    • Des armes françaises pour l'apartheid (Afrique du sud)page 9
    • Dossier: Le racisme et vous (Préparation du congrès)
    • Trois films africains à Paris: la décolonisation et les hommes page 21
    • La borne: rendez-vous mondial des arts du feu page 21

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

• ____ .. ~'~n ...... 1': RACISME ET VOUS l' , NOVEMBRE 1161 • Ir 211 • P1UX : 2 FRoUes FAITS DIVERa l'AMIERIQUIE BOUOI CONCERTO POUR UN EXIL DES lUIIS A VOTRE SERVICE ROBES JERSEY JUNIOR LA MUSIQUE A L'HEURE QUE VOUS AVEZ CHOISIE. .. Vous serez réveillé, en musique, à l'heure que vous aurez choisie, grâce à ce poste de fabrication soviétique de haute qualité (sept transistors, grandes et petites ondes, étui de cuir). Il vous rappellera l'heure des coups de téléphone que vous avez à donner et «pensera» à l'émission que vous voulez entendre. • Il possède ces qualités bien que peu encombrant (121 x 77 x 36 mm) et léger (400 g). • Il vous sera envoyé, sous emballage protecteur, au prix spécial de 165 F (frais d'expédition compris). Commande à adresser à : PAN-EUROPEAN 44-46, boulevard Magenta Paris (lOC) Règlement par chéque bancaIre, mandat-poste ou chéque postal (C.C.P. 2962-22 Paris). (Se recommander de • Droit et Liberté ») , POUR LA RETRANSCRIPTION INTÉGRALE DE VOS CONFÉRENCES. CONSEILS D'ADMINISTRATION. ASSEMBLÉES GÉNÉRALES. DÉBATS. TABLES RONDES. ETC. faites appel à une STÉN OTYPISTE PROFESSIONNELLE Mme LOYER. 12. rue de Nancy - Paris-1 0' BOT. 82-39 Toute la maille TRICOSIM Garnitures. bords côte, synthétiques, acryliques. laines, ~tc ., pour fabricants d 'imperméables, anoraks et blousons, été et hiver . 41, rue du Sentier - Paris-2" Un technicien vous conseillera Tél. 488-82-43 LE REFUGE Ski. camping. tennis. équitation 44. rue Saint- Placide - Paris- f3' 222-27-33 Catalogue franco LES EDITIONS DU PAVILLON Directeur-gérant : Roger MARIA 5, rue RoUin, PARis-se - Tél : 326-84-29 Parutions nouvelles pour la rentrée Jozsef BOGNAR LES NOUVEAUX MÉCANISMES DE L'ÉCONOMIE SOCIALISTE EN HONGRIE Préface d ' Henri JOURDAIN, directeur de la revue « Economie et Politique» . 11 F Sandor NOGRADI AVANT 56 (chronique hongroise) Préface de Pierre VI LLO N, député de l'Allier. 19.50 F LUTTE DECLASSES OU CONFLIT DE GÉNÉRATIONS Interventions et débats in-extenso de la 3" Semaine de la Pensée marxiste à Bruxelles - Préface de Jean SURETCANALE, directeur 'adjoint du Centre d'Etudes et de Recherches Marxistes . 17 F Jean-Pierre VOIDIES CONTES ET POÈMES POUR MON PETIT GARCoN Préface de Jean FREVILLE Han-RYNER JEANNE D'ARC ET SA MÈRE SONGES PERDUS . . . . . . Réimpressions Jacques DELARUE 18 F 12 F 12 F (Auteur d '« Histoire de la Gestapo» et de « Trafics et crimes sous l'Occupation») LES NAZIS SONT PARMI NOUS Préface de Bob CLAESSENS, président de l'Amicale belge de Dachau 4.50 F Charles FOURNIAU LE VIETNAM DE LA GUERRE A LA VICTOIRE Préface de Bernard LAVERGNE, professeur honoraire à la Faculté de Droit de Paris 8.50 F Diffusion pour MM. les Ubraires : ODEON-DIFFUSION. 24. rue Racine. PARIS-G" dans ce nUlllèro FAITS DIVERS Le racisme est quotidien (p . 5- 6-7) L'AMÉRIQUE EN MOUVEMENT 58 % des Américains contre la guerre au Vietnam (p. 7) TENSIONS AGGRAVÉES Au Moyen-Orient, un règlement politique est encore possible , mais pour combien de temps? (p . 8) DES ARMES FRANCAISES POUR L'APARTHEID Matériel de guerre « classique » ou aide à la répression ? (p .9) 1 * bfj ~ 1-1 ---- LE RACISME ET VOUS Une enquête du M.R .A.P. en vue de son Congrès (p . 13-20) TROIS FILMS AFRICAINS A PARIS La décolonisation et les hommes (p. 21 -23) LA BORNE Rendez-vous mondial des arts de feu (pp. 26-27). NOTRE COUVERTURE Grande photo Sortie d'une école « intégrée» (D.R .) - De haut en bas: Dans une rue l Paris (D.R.) - Mme Luther-King l Washington pendant le Moratorium Day (D.R.) - Une image du film africain «Concerto pour un exil». MENSUEL 120, rue Saint-Denis - Paris (2e) Tél. 231-09-57 - C.C.P. Paris 6070-98 ABONNEMENTS eUnan:2ÔF • Abonnement de soutien : 40 F Al1Iilles, Réuniol/. Maghreb, Afrique frall ' cophol/e. Laos, Cambodge. NOUl'elle-CalédOllic

20 F. Allires pays: 30 F.

Abonllement de soutien : 40 F. Changement d'adresse : 1 F. La gérante : Sonia Bianchi Imprimerie La Haye-Mur6(1Ux éditorial " LE CONGRES DE NOS 20 ANS par Pierre P ARAF président du M.R.A.P, L Congrès du Mouvement contre le racisme. l'antisèmitisme et pour la paix coincide avec le vingtième anniversaire de sa crèation. Trouvons en cette commèmorMion des raisons plus profondes de donner à nos travaux toute l'efficacité qu'exige la poursuite vic · torieuse de notre com bat. Il y a vingt ans, le M.R,A.P., dont les origines plus lointaines remontent à la nuit de la Résistance. était officiellement constitué. 1949. Le temps où les Alliés d'hier, dans les violents antagonismes qui les opposaient semblaient oublier l'enjeu de leur lutte commune. Notre Mouvement appelait alors à se rassembler sans exclusive les bonnes volontés, les volontés qui avaient pleinement fait leur preuve, pour que la victoire antiraciste de 1945 ne tombât pas en déroute. La conscience française, dans la diversité de ses familles spirituelles, philosophiques. politiques, syndicales, a répondu à notre appel. Lorsqu'on agite le fantôme toujours virulent du racisme, c'est aux quatre lettres initiales de notre Mouvement que s'accroche l'espérance de beaucoup d'hommes en France et dans le monde. NOUS ne rappellerons pas ici les C'ombats menés depuis vingt ans contre tous les racismes, pour toutes leurs victimes, sous tous les régimes pratiquant ou tolérant la persécution et la discrimination. Il nous a fallu à la fois entreprendre cette action avec le maximum d 'énergie et préserver notre unité qui s'affirme. à travers les nuances de nos conceptions, dans notre commun idéal de paix entre les peuples et entre les hommes. C'est vers l'avenir qu'il convient aujourd'hui de nous tourner. L'univers de 1969 est bien différent de celui de 1949. Le racisme y prend d'autres formes, provoque des réactions de plus en plus vives. Les solutions humaines, internationales, auxquelles nous demeurons attachés, se heurtent ici aux survivances de l'antisémitisme, là aux manoeuvres des néo-colonialismes, là aux poussées des nationalismes récents, qui font prédominer l'élément national sur l'élément humain . Des racismes nouveaux viennent s'ajouter aux racismes anciens. Et sur la carte du monde les Droits de l'Homme sont encore outrageusement violés, des Amériques à l'Afrique et à l'Asie, tandis que dans notre Europe la situation des travailleurs immigrés, alerte notre inquiétude. commande notre solidaritè. Plus que jamais s'imposent la lucidité du sociolog ue, l'action persévérante du militant, la foi de l'apôtre. TROIS problèmes essentiels sont inscrits à l'ordre du jour de notre Congrès. Nous aurons à examiner la situMion des travailleurs immigrés, leur accueil, leur logement, les conditions matérielles et morales de leur travail, les possibilités familia les et culturelles qui leur sont offertes - un grand nombre d'entre eux ne savent ni lire, ni écrire, ce qui aggrave encore leur isolement et les laisse sans défense, au milieu d'une opinion parfois hostile et le plus souvent indifférente. Ils sont trois millions et demi en France qui ne sont pas venus, comme on dit parfois, « manger notre pain », mais nous apporter leur labeur, exécuter des travaux qui ne plairaient guère à la maind'oeuvre française. Trois millions et demi d'hôtes, inégalement adaptés dont la présence peut créer des difficultés sur lesquelles nous ne devons pas fermer les yeux, auxquelles nous devons nous efforcer de remédier, sur le plan administratif comme sur le plan de l'hygiène et de la culture, dans un esprit de réalisme et d'amitié, dans l'intérêt des hôtes et dans l'intérêt de la population appelée à coexister avec eux. DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 T A lune contre to us les racismes et singulièrement cll iltre I"anti . L sém itisme est la raison d'être du M.R.A.P. Elle ne se présente plus actuellement dans les mêmes termes qu'au lendemain de l'écroulement du nazisme. D'une part les églises chrétiennes marquent au judaïsme une compréhension plus loyale et les changements politiques survenus en Allemagne fédérale permettraient d'espérer plus de fermeté à l'égard de toute résurgence du nazisme. Mais notre vigilance ne doit pas pour autant se relâcher. D'autre part, des survivances de l'antisémitisme. condamné par les principes et par la loi des révolutions socialistes, se sont manifestées en certains pays d'Europe orientale, sous le masque de l'antisionisme. Et par ailleurs s'est accentuée en certains milieux israélites, l'affir mation d'une authenticité juive qui ne doit prêter à aucune équivoque, quant à l'appartenance définitive et sans réserve des. Français juifs à leur patrie. Mais po ur nous il n'existe pas de victimes privilégiées. D'autres racismes sévissent contre les noirs des Amériques, contre ceux de l'Union sud-africaine, soumis au régime honteux de l'apartheid, contre les Gitans et contre nos concitoyens antillais, contre les travailleurs nord-africains et noirs africains ou portugais qui nous sont également chers. Le M.R.A.P. est là pour les défendre, pour faciliter leurs relations avec la populMion française, pour tenter de leur donner de la France une image conforme à sa tradition de fraternité. NOTRE Congrès devra se pencher à nouveau sur les diflh:iles problèmes de la paix - le dernier mot du titre de notre Mouvement - et particulièrement sur ceux de la paix au Proche-Orient. Le climM depuis nos derniers travaux ne s'est, hélàs. pas amélioré. Et les effo rts des pacificateurs suscitent plus de malentendus qu'ils ne provoquent d'échos favorables. Cependant le M.R.A ,P. est de ceux qui semblent les mieux placés pour épurer le conflit des haines. des f~natismes qui entravent sa solution. Nous qui n'avons cessé de combattre le racisme anti-arabe comme le racisme antijuif, nous demeurons persuadés que ce règlement est non seulement nécessaire mais possible sur la base de l'existence aux frontières sûres et reconnues d'Israël et de ses voisins, de la sauvegarde des droits des minorités juives dans les pays arabes de la minorité arabe en Israël et de ceux des réfugiés palestiniens auxquels un territoire serait concédé. La négociation est la seule voie qui peut briser le cercle fatal des attentats et de la répression. Le M.R.A.P. continuera d'encourager, de susciter partout les forces de paix, de préparer les temps meilleurs. QUE nous réservent les vingt années à venir, dont les plus anciens d'entre nous ne verront pas le déroulement? Le rac isme qui apparaIt non seulement comme LIll m'll odieux, mais comme un anachronisme ridicule, alors que s'~chc,! l'année qui fut celle des premiers hommes sur la lune, finira-t -il par reculer? Sans nous hasarder à des prophéties optimistes, auxquelles pourrait nous inciter une conscience plus lucide et plus généreuse de la jeunesse, prenons à l'occasion de ce Congrès et de ce vingtième anniversaire l'engagement de lutter sans relâche, par-delà telles divergences qui pourraient nous opposer, dans la fraternité, pour la fraternité. 4 Harold Wilson et Willy Brandt Dans votre article sur la situation en Allemagne - qui me préoccupe autant que vous - je suis d'accord avec tout ce que vous dites, en particulier sur le rapprochement un peu troublant qu'on est bien forcé de constater entre la C,D,U, et le N.P,D, Mais il y a une « petite phrase» qui m'y fait un peu peur, Vous parIez d'une politique « à la Wilson », qu' il serait nécessaire d'éviter, Qu'est-ce à dire? Je suis bien loin de défendre de manière inconditionnelle le gouvernement du Labour, Si j'étais citoyen anglais, je ne voterais pas : le Biafra , la politique Castle à l'égard des syndicats sont trop de choses pour me permettre de le suivre à fond. Mais ce que le Labour a su faire , je voudrais qu'on ne le ternît pas et, dans le cas présent, je voudrais savoir ce que vous lui reprochez. Si c'est d'avoir permis à Enoch Powell et à ses amis de s'être exprimé , je ne peux accepter cela. La force des travaillistes est justement de laisser jouer le jeu de la démocratie

ce n'est pas en interdisant

un parti qu'on le combat

c'est en le combattant

avec des arguments et en s'arrangeant pour faire voir au pays qu'il ne s'agit pas de vues acceptables .. , Wilson n'a jamais donné de subsides à Powell. Alors dites-moi bien clairement ce que vous lui reprochez , Je vous en remercie. Bernard LAMIZET Paris (13") N.D.L.R . - Par sa formule, il est vrai elliptique, notre collaboratrice Marguerite Kagan n'a pas voulu porter un jugement sur la politique du Labour, et ne faisait pas allusion au cas d'Enoch Powell, Ce qu'elle a voulu rappeler c'est le « désenchantement Il que la politique économique et étrangère de M, Wilson a suscité dans Fopinion britannique, particulièrement dans les masses laborieuses, ce qui se traduit par les récentes pertes électorales du Labour et la remontée eOUMIER des Conservateurs, Si, en République fédérale allemande, les électeurs de M, Brandt étaient, eux aussi, déçus par sa politique, cette situation serait dangereusement exploitée par la C,O,U, et le N.P.O. Une interprétation tendancieuse Dans l'article sur le MoyenOrient de J, T, (?) paru dans votre numéro d'octobre , vous citez le titre d'un article de « La Terre Retrouvée 1) : « Le Moyen Age à l'assaut de la civilisation », et vous donnez cette interprétation « Le monde arabe à l'assaut d' Israël », Je tiens à signaler qu'à la lecture de l'article, il apparaît clairement que ce n'est pas le monde arabe qui est visé par le terme « Moyen Age », mais les pratiques de ses gouvernements, en l'occurrence l'approbation des actes de piraterie aérienne et l'appel à la guerre sainte qui suivit l'incendie d' El Aqsa. A l'appui , je voudrais citer cette phrase en fin d'article : « L'appel à la guerre sa inte, le recours à la piraterie ne concernent pas qu'Israël. C'est l'humanité, c'est la civilisation qu'on prétend faire régresser vers le Moyen Age ». ' Je m'étonne que votre journal , généralement objectif, donne une interprétation aussi tendancieuse que celle- ci pour un journal qui est , certes sioniste , et même nationaliste, mais certainement pas raciste, N. K. Boulogne-sur-Seine (92) N,D,L.R. - Jacques Tenessi a dénonéé dans cet article une tendance simplificatrice qui consiste à ne pas tenir compte des contradictions. Notre correspondant indique que « La Terre Retrouvée li s'en prend « aux seules pratiques des gouvernements arabes li, « en l'occurrence l'approbation des actes de piraterie aérienne et l'appel à la guerre sainte li, Mais les autorités syriennes ont longtemps gardé en détention les auteurs du rapt du Boeing et son approbation est donc toute relative. Quant à l'appel au « djihad li, il n'a pas été le fait de tous les gouvernements arabes, tant s'en faut. Des êtres a part Je voudrais vous parler de l'émission « Etre juif », qui m'a paru trop partiale et sommaire, Cette émission ne nous présentait, en fait, qu'un aspect du problème : nous n'avons vu , par exemple , aucun juif se di sant antisioniste, et pourtant, ils existent 1 Je pense que cette émission risque de faire un grand tort à la lutte contre l'antisémitisme, parce qu'elle risque de renforcer les sentiments antisémites de certains, qui croient que les juifs sont des êtres à part qui ne s'assimileront jamais dans les pays qu'ils habitent ; et pourtant , quoi de commun entre un juif d'Europe centrale et un juif du Yemen ? Hassan NABIL Blois (41) Qui gère le F.A.S. ? Votre dernier numéro fait état des réalisations du Fonds d'action sociale , J ' aimerais que vous disiez : comment il est approvisionné? Comment il est géré? Par qui? Sous quel contrôle? J'ai eu l'occasion, alors que j'étais en situation pour ce faire , de naviguer dans quelques ministères et organismes s'occupant de ce Fonds , et je n'ai jamais pu connaître le fin mot de l' affaire , Organe collationnant les retenues de salaires des travailleurs étrangers, il semble être laissé à la discrétion du pouvoir politique et de ceux qui gravitent autour des « oeuvres sociales» de la Présidence de la République et des Affaires étrangères, Curieuse sécurité sociale! P. C. Blois (41) N . D, L. R, - II existe des documents sur le fonctionnement du F ,A.S, et des rapports sur ses activités. (Nous les avons évoqués à différentes reprises , notamment dans notre numéro de juiliet-août.1 Toutefois, les syndicats demandent, à juste titre, que le F.A.S, soit géré démocratiquement, avec la participation des représentants de tous les travailleurs, français et immigrés. Sur Django Reinhardt Il me faut relever une inexactitude parue dans « Droit & li berté » de septembre 1969, Dans la chronique des disques, Pierre Lasnier écrit que Django Reinhardt resta en Angleterre pendant la durée de la dernière guerre mondiale, « ce qui le sauva des fours crématoires de Chelmno, Auschwitz ou Treblinka », Cela est faux : Django est resté en France pendant toute la durée de la guerre, jouant également en Belgique, où il composa le célèbre « Place De Brouckère », avec un nouveau quintette comprenant Hubert Rostaing , puis Gérard Lévêque à la clarinette , Stéphane Grapelli, lui , resta en Grande-Bretagne, où il fut, pendant la guerre, quelque chose comme directeur musical des studios de la B,B .C, Et la fameuse « Marseillaise» fut donc enregistrée dans des circonstances inverses de celles évoquées par Pierre Lasnier, Je pense donc 4u 'un rectificatif s'impose , Personnellement, ce sont les disques et les concerts de Django à la Salle Pleyel pendant l'occupation , qui me firent découvrir le jazz, Robert PAC Merrey-sur-Arce (10) .... Inunlgrés FAITS DIVERS Des établissements fréquentés par des Algériens sont régulièrement attaqués. Le racisme quotidien fait son chemin. L 28 juin à Saint-Denis, dans la banlieue parisienne, un commando attaquait au cocktail Molotov un cafe algérien, Une affiche était découverte à proximité, sur laquelle on lisait : « Nous continuerons jusqu'au bout. Mort aux Arabes! )J, « Hitler avait raison. Mort aux juifs! )J. On aurait pu croire à un acte isolé. Mais depuis, c'est avec une certaine régularité Ils sont venus manifester leur solidarité à leur camarade d'Ivry convoqué Il la Préfecture de police DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 que des attentats ont été commis contre des établissements fréquentés par des Algériens. Dans la nuit du 27 au 28 septembre encore, sept attentats étaient perpétrés contre des cafés et des hôtels à Paris et en banlieue. Cette fois, c'était des coups de feu qu'on tirait sur des consommateurs dont quatre furent blessés. Selon les témoignages, les auteurs de ces attentats étaient au nombre de trois et circulaient à bord d'une « 4 L». « Messieurs de la police, aidez-nous à sortir ces vermines de notre patrie, pour un ordre nouveau )), demandaient aussi les « afficheurs» de Saint-Denis. Représailles à Ivry Le 30 septembre, M. Tandia était arrêté à Vitry-sur-Seine, devant l'usine où il travaille. Il fut conduit en voiture, une cagoule Sur la tête, en un lieu où il fut soumis à interrogatoire. Il ne fut libéré que dans la nuit, à proximité de la gare Saint-Lazare. Il avait fait le chemin du retour cagoule sur la tête et pieds et poings liés, M. Tandia a déposé une plainte. Le « crime» qu'il avait commis? Il avait eu la veille une altercation avec des policiers au cours d'une réunion tenue dans la cour du « foyer» d'Ivry, ce « foyer» où 550 travailleurs continuent de vivre dans les conditions scandaleuses que nous avons dénoncées à plusieurs reprises (on lira en page 30 un communiqué du M.R.A.P. sur les brimades dont sont victimes les Africains d'Ivry et les menaces qui pèsent sur eux). De son côté, M. Mamadou Diandouma a été, le I·r octobre, convoqué à la Préfecture. Plusieurs dizaines de ses camarades de misère s'étaient rassemblés devant la préfecture pour manifester leur solidarité. Le ministère de l'Intérieur serait bien inspiré de s'assurer que les injonctions, adressées au gérant du « Foyer» d'Ivry, sont suivies d'effet. M. Garba a-t-il installé des lavabos, W.C. en nombre suffisant, fourni des draps propres tous les 15 jours, renouvelé les couvertures en mauvais état comme il le lui demandait? Il semble bien que pour l'instant, avec la caution de certain service de police, M. Garba se contente de rechercher l'incident avec ses « locataires ». Coups et blessures à Billancourt Une autre affaire est venue souligner le mépris dans lequel sont parfois tenus les travailleurs immigrés. M. Lahoucine Eloukid, ouvrier métallurgiste de nationalité marocaine travaillant chez Renault, raconte son « aventure ». Il se trouvait le 24 septembre vers 21 heures à son travail quand des camarades le prévinrent qu'on était en train de fracturer les.. portes de sa voiture. Il sortit régulièrement de l'usine et interpella deux individus. Ceux-ci affirmèrent avoir simplement voulu dégager leur propre véhicule. La police survint sur ces entrefaites. ---. 5 l 1 1 1 1 1 1 l Des lois plus que jamais nécessaires ... 48 heures par semaine de travail. A sa demande, on répond par un licenciement! Quelques jours plus tard, la Guadeloupéenne vient réclamer ce qui lui est dû. Elle est cette fois insultée, giflée, battue par un médecin et enfermée. C'est un commissaire de police qui lui conseillera de porter plainte. Elle relate même qu'un médecin refusa de reconnaître les traces de coups, prétextant que celles-ci ne peuvent être relevées sur une peau noire! ~ Avant même de se voir réclamer ses papiérs, M. Eloukid reçut une gifle. Il proposa d' aller chercher sa carte d' identité. Mais il fut, prestement et brutalement, « embarqué » puis frappé jusqu'à son arrivée au commissariat. Là, un gradé ordonna qu'on le ramène à l'usine. Mais M. Eloukid dut se rendre à l'hôpital pour recevoir les soins indispensables. Assisté de M' Kaldor, M. Eloukid a déposé plainte et M. Emile Clet, conseiller général de Billancourt, est intervenu auprés du préfet des Hauts-de-Seine pour qu'une enquête sérieuse soit menée et que les responsables soient sanctionnés. Des circonstances combien atténuantes .•. Les attentats, les brutalités que nous évoquons sont l'expression d'un racisme « ouvert» si l'on peut dire. Mais la vie q\lotidienne nous apporte nombre d'exemples de ce qu'un racisme « à fleur-de-peau» peut avoir de conséquences. Ainsi la mésaventure qui est survenue à Mme Smadja ... Le 23 juin, M. et Mme Smadja, se rendaient avec leurs quatre enfants en voiture au « Printemps-Nation ». M. Smadja allait se garer en marche arriére quand un 6 Ici s'arrête la « société de consommation» t.: « Circulir Distributors-France» donne des instructions à ceux qui sont chargés de faire connaître mieux du grand public les produits de CQlgate Palmolive. A ceux-là, on recommande de sonner à la porte et de dire cc bonjour Madame )). On offrira , selon le cas , un mini-tonnelet de lessive Dinamo ou un colis d'échantillons offert par Colgate Palmolive. Une recommandation importante est faite aux distributeurs : cc Les quartiers Nord-Africains et les Bidonvilles doivent être obligatoirement éliminés selon les instructions de Colgate Palmolive». On met cependant des majuscules à Nord-Africains et à Bidonvilles. Ça ne coûte rien. autre véhicule occupa brusquement la place. On allait vers une banale dispute d'automobilistes mais, Tunisiens et juifs, M. et Mme Smadja s'entendirent doublement injurier. Cette dernière, fille de déporté, confia son bébé à . son mari et gifla Mme B. Traduite le 8 octobre devant le Tribunal de police de Paris pour violences légères, et défendue par notre ami Me Dimet, Mme Smadja n'a été condamnée qu'à 30 francs, le ministère public admettant qu'elle devait bénéficier de circonstances atténuantes. Une Antillaise à Paris Une Guadeloupéenne, âgée de 56 ans, est embauchée comme femme de service dans une clinique du 17' arrondissement de Paris. Elle travaille quelques jours et apprend qu'elle a droit à un repos de Il est probable, quels que soient les sentiments que la direction de la clinique nourrit envers ses employés, que le médecin en question ne se serait pas conduif envers une Française comme envers l'Antillaise. Des problèmes de justice On a beaucoup parlé ces temps-ci du fonctionnement de la Justice et des méthodes d'investigation policière, du respect des droits et libertés individuels, et on a eu raison : Jean-Marie Deveaux a passé plus de huit années en prison avant d'être acquitté et c'est un hasard si Waneke n'est pas passé en Cour d'assises pour un crime dont il n'était pas coupable. Mais dans le débat qui s'est ouvert, on Mb' hil , L'A.B.e. DE LA SOLIDARITE NEUF hommes dans leur baraquement, serrés autour d'une unique table, en face d'un tableau noir où sont inscrits les sons « on » « an » « ain » : vision pathétique d'adultes s'efforçant d'acquérir, après une journée de travail, des rudiments de lecture, d'écriture et de calcul. Nous sommes au cours d'alphabétisation de Noisy-le-Sec, créé avec l'aide du M.R.A.P., il y a quatre ans. En ce début d'année scolaire, cinquante personnes environ se sont in scrites, réparties sur trois niveaux et six cours. Tous Algériens - l'an dernier il y avait aussi des Portugais et des Tunisiens - ils sont employés comme manoeuvres pour la plupart chez Vallourec et Mullca, usines im plantées dans la région. « Nos difficultés, nous dit un ·des anImateurs, sont doubles. ToUl d'abord finan cières " nous n'avons comme seules res sources que le bénéfice réalisé à notre soirée de cinéma annuelle (1), nos locaux sont médiocres, situés dans un quartier désert et mal famé; nous manquons de tables, de .manuels, de cahiers ... D'autre part, le recrutement est difficile, que ce soit celui des élèves, ou celui des moniteurs. La propagande, en ce qui concerne nos élèves, doit être faite nécessairement par voie orale. Alors nous faisons la tournée des cafés. Ceux qui viennent, doivent aussi compter avec leurs horaires de travail. Les 3 x 8 les empêchent de venir régulièrement.» Le cours - 2' degré faible - se termine par des notions de calcul. L'un des élèves capable de faire les opérations sera envoyé dans le cours supérieur. li est 10 heures, ils sont pressés d'aller se coucher; tous se lévent aux aurores. Pourtant les questions fusent: « Pourquoi n'avons-nous pas de livres pour étudier le soir? », dit l'un d'eux. « Pourquoi un cours a-t-il été supprimé? » dit un autre. li touche là un point sensible : le manque de moniteurs. Actuellement ils sont neuf. Mais il faut compter avec les désaffectations qui se produisent en fin d'année. J ean-Pierre, Michèle, Françoise, Florent qui étaient présents ce soir-là sont prêts à affronter toutes les difficultés. Leur espoir : présenter quelques-uns de leurs élèves au certificat d'études, faire mieux connaître leur entreprise afin de la développer et de la renforcer. L'élargis- ... n'a pas suffisamment évoqué la situation des travailleurs immigrés. Notons par exemple que la Commission internationale des Juristes, qui siège à Genève, a condamné les modalités d'expulsion d'étrangers par le gouvernement français. Les expulsions sans possibilité de recours immédiat sont un aspect du problème. li reste à imposer que les droits des immigrés, droits humains et droits sociaux, soient respectés. Ce qui s'est passé à Ivry et à Billancourt montre-llu'on est encore loin de ce respect, tout comme ce qui s'est passé à proximité du « Printemps-N ation» et à fa clinique du 17. Le M.R.A.P. pour sa part a élaboré trois projets de lois, les textes existant étant loin en deça des nécessités : - pour la répression de la provocation à la haine raciste, - pour la répression des discriminations raciales, - pour l'interdiction des associations provoquant à la haine raciste. Tous les groupes parlementaires les ont repris à leur compte. Mais le Gouvernement est maître de l'ordre du jour de l'Assemblée nationale. Jacques TENNESI e fibMa. , •• ; 4 4f4+ ~-' ----r '-- %W4+ pe· sement du comité du M.R.A.P. de Noisy· le-Sec représentera sans doute l'aide la plus concrète qu'ils puissent trouver dans l'immédiat. Marguerite KAGAN. ( 1) Organisée à "occa sion de ht Jo urnee ÎnternatÎo1l1'lie pour l"élimimnion de la discrimini'llion r i'lcii'l!e. Après une journée de travail. apprendre: une nécessité. DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 L'AMÉRIQUE EN MOUVEMENT Le succès incontestable du Il Moratorium Day Il organisé le 15 octobre pour protester contre la politique vietnamienne du président Nixon concrétise l'hostilité d'une grande partie des Américains - 58 % selon les derniers sondages - à la poursuite de la guerre. SELON les historiens de la Bibliothèque du Congrès, cette manifestation à laquelle participèrent des millions de personnes, se révéla être la plus importante par le nombre et par la diversification sociale qui fût jamais coordonnée à l'échelle du pays - jamais non plus manifestation n'emprunta des formes aussi diverses, aussi neuves, adaptées au lieu , aux circonstances et aux individus. Une manifestation multiforme Rassemblements et meetings dans les grandes villes - New York, Washington, Boston, Los Angeles, Detroit, Baltimore , etc. - et sur les campus de près de huit cents universités et « collèges)) ; veillées devant les monuments; réunions sur les places publiques; pétitions, jeûnes et prières dans les temples, les églises et les synagogues (on vit devant l'O.N .U. , des juifs revêtus de leur châle de prière) ; fermeture des magasins, des bibliothèques, des musées; relâche des théâtres; sonneries de cloches : ainsi à l'université du Colorado le glas a sonné 40000 fois, une fois pour chaque soldat américain tué au Vietnam; lecture nom après nom de 'ces 40000 G.I.'s morts depuis le début de la guerre. A New York, c'est devant Wall Street, sur les marches de l'église de la Trinité qu'eût lieu cette longue récitation. Plusieurs grands meetings se sont déroulés en divers endroits de Manhattan : Central pa"rk, Times Square, dans la 428 Rue, devant l'O .N.U., avec la participation d'hommes politiques tels les sénateurs Jacob Javits, Charles Goodell, Eugene J. McCarthy connus pour leur opposition à la guerre, le maire libéral de New York John Lindsay fit mettre les drapeaux en berne et prit la parole au cou rs de douze meetings différents. Si la manifestation la plus spectaculaire eut lieu à Washington où 35 000 personnes conduites par Mme Coretta King, femme du pasteur assassiné, participèrent à une retraite aux flambeaux devant la Maison Blanche, la plus importante semble avoir été celle de Boston où 100000 personnes vinrent entendre un discours du sénateur Mac Govern « Cessons de sauver la face et commençons à sauver des vies» devait-il déclarer. Pour la première fois ... De plus en plus, cette idée fait son chemin dans la population américaine . Fait notable, pour la première fois, trois syndicats groupés dans l' « Alliance for Laber Action») et représentant trois millions et demi d'ouvriers se sont déclarés favorables à la paix. Ils sont d'ailleurs en conflit avec la centrale A.F .L.-C.1.0., violemment anticommuniste et qui vient d'approuver par 999 voix contre une, lors de son congrès annuel. la politique de M. Nixon lequel a trouvé des alliés dans la police, parmi les pompiers, les anciens combattants et bien sûr au Congrès. Les promoteurs du « Moratorium Day» qui trouva un écho dans le monde entier, y compris à Hanoï et sur le théâtre des opérations militaires - des G.rs patrouillaient, arborant le brassard noir de la protestation - ont l'intention d'organiser chaque mois un moratoire qui durera un jour de plus. Rendez-vous est donc pris pour les 14 et 15 novembre.

  • A rinitiative de la récente conférence

nationale de Stockholm, des manifestations de solidarité se dérouleront en France et aux Etats-Unis le 15 novembre. A l'appel du Mouvement de la paix,signé par 83 personnalités et de 24 organisations - dont le M.R.A.P. - les 13 et 14 décembre, se tiendront des assises nationales pour le Vietnam. 7 R .0 .A. : notes de voyage Au mois de mai demier, deux membres du Bureau national du M.R.A.P., Francis Boniart et Claude Samuel, ont effectué un séjour d'environ une semaine en République démocratique allemande. Ils faisaient partie d'une délégation invitée au titre des échanges franco-allemands et de la Fédération des villes jumelées. Alors que la R.D.A. fête son vingtième anniversaire, il nous parait tout à fait opportun de publier les impressions de nos amis quant aux problèmes qui nous préoccupent. ACUEILLIS avec chaleur et amitié, nous avons pu, dès notre arrivée, fixer le programme de nos visites. » Ainsi, c'est avec l'intention de l'interroger sur le « cas» du bourgmestre de Weimar en particulier, et sur la dénazification en général que nous avons été reçus par M. Johan Hüttner, membre du bureau du comité antifasciste. » Contrairement à ce que certains journaux français ont affirmé, Paul Ullmann élu maire de Weimar, n'avait jamais appartenu au parti nazi. Comme tous les jeunes de son âge - il avait 19 ans en 1940 - il fut mis dans l'obligation d'adhérer aux jeunesses hitlériennes, juste avant d'être mobilisé. » Dans un pays où il y eut environ dix millions d'adhérents nominaux au parti nazi, un problème complexe se posait aux autoritp.". au lendemain de la guerre. Il n'était évidemment pas possible de fair~ table rase du passé. Mais il est certain, que ce problème a été traité de façon diamétralement opposée à ce qui s'est passé en République fédérale allemande, » L'imprescriptibilité des crimes de guerre étant appliquée en R,D.A., tous les criminels nazis découverts sont jugés et condamnés. Il ne fait pas de doute, par ailleurs, que certains anciens nazis ont conservé leurs convictions. Mais ceux-là sont muselés. Par contre, un grand nombre d'entre eux, dans le climat de dénonciation vigoureuse du nazisrTie qui prévaut en R,D.A. s'en sont éloignés et sont devenus des citoyens actifs participant au travail de reconstruction . » Nous avons été très frappés par les efforts réalisés dans les domaines de l'information et surtout de l'éducation. » Un exemple : accompagnés d'un professeur et de sa femme, nous avons visité le camp de Sachsenhausen où est organisée une exposition permanente sur la résistance dans les pays occupés et sur le martyrologe juif. » Dans le restaurant où nous nous sommes arrêtés ensuite, nous avons retrouvé un groupe d'environ cinquante jeunes garçons âgés de douze ou quinze ans qui , eux aussi, avaient fait la visite. Par l'intermédiaire de notre interprète, nous avons su, que s'ils étaient très impressionnés par ce qu'ils avaient vu, ils n'étaient pas étonnés: à l'école, on leur parlait fréquemment de la période nazie et de ses crimes. » Bref, de ce trop court séjour qui nous a permis d'apprécier le remarquable essor économique de ce pays sorti du néant, nous retirons l'idée réconfortante que tout le possible est fait pour définitivement balayer les scories du nazisme et en dénoncer le caractère meurtrier. » ............ MOYEN-ODoeENT ............................ - L 8 octobre dernier, la République arabe unie a confirmé officiellement la disposition de son gouvernement à régler son conflit avec Israël sur la base de la résolution du Conseil de sécurité de l'O.N.V. du 22 novembre 1967. Cette résolution prévoit, rappelons- le, l'application des deux principes suivants : « 10 retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés en 1967 20 cessation de toutes les invocations de belligérance ou de tous les états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance politique de chaque Etat de la région et de leur droit de vivre en paix à l'intérieur de frontières sûres et reconnues à l'abri de menaces ou d'actes de force ». Le Conseil affirme en Çutre la nécessité de E 8 TENSIONS AGGRAVÉES Un réglement politique est encore possible. Mais pour combien de temps ? garantir la liberte de navigation sur les voies d'eau internationales de la région, de réaliser un juste règlement du problème des réfugiés, de garantir l'inviolabilité territoriale et l'indépendance politique de chaque Etat de la région par des mesures comprenant la création de zones démilitarisées. Les membres du Conseil, considérant que les problèmes étaient liés les uns aux autres, envisageaient un règlement global. Le porte-parole de la R.A.V. a indiqué que des négociations indirectes, « selon la formule de Rhodes », pourraient s'engager pour définir les modalités d'application de la résolution. Cette reférence aux pourparlers de Rhodes a donné lieu à des interprétations divergentes, les dirigeants de Tel-Aviv retenant surtout qu'Israëliens et Egyptiens avaient eu des contacts directs à l'époque. Le 24 février 1949, dans un hôtél de l'ile grecque et après plusieurs semaines de pourparlers menés grâce au médiateur de l'O.N.V., Egyptiens et Israéliens signaient une convention d'armistice qui laissait les problèmes de fond en suspens. Certes, l'effusion de sang était arrêtée mais la guerre de 1956 et celle de 1967 allaient montrer tragiquement la fragilité de cette convention. K Actuellement, a déclaré M. Mahmoud Riad, ministre des Affaires étrangères de la R.A.V., la situation se présente différemment

il existe la résolution

du Conseil de sécurité, et les parties en cause l'acceptent ou ne l'acceptent pas. Il En fait, cette résolution répond aux intérêts de tous les peuples concernés. Mais seule l'opinion publique peut faire évoluer la situation dans le sens de son acceptation généralisée. Le résultat des élections en Israël montre que la population israélienne reste, dans sa grande majorité, sensible aux argulTlents des « ultras » et la détérioration de la situation au Liban souligne les tensions qui menacent chaque Etat de la région sur le plan intérieur. Vne chance est offerte aujourd'hui encore. Préfèrera-t-on que la guerre larvée s'éternise et s'aggrave ou aura-t-on la volonté de sortir les peuples du Proche et du Moyen-Orient des malheurs dans lesquels ils sont plongés depuis 20 ans ? J.T. Afrique australe DES ARMES FRANÇAISES POUR L'APARTHEID Matériel de (( guerre classique» ou aide à la répression ? ~a suit.; d,;s dér;ès de plus .~n plus nombreux d~ prisonni-:rs politiques au cours de leur détention, l'A.N.C. (African National Co un cil), l'organisation internationale « Defence and Aid », le Comité spécial de l'O.N.V. sur l'apartheid ont attiré - avec appel pressant à agir - l'attention de l'opinion publique mondiale sur le sort des pt!rsonnes détenut!s par la polict! sud-africaint! en vt!rtu de la famt!use « loi dt!s 180 jours ». Dans la mt!surt! où dies sont connut!s, les circonstances d,~ ces décès, camouflés en « suicides » ou déclarés comme « morts naturdles» révèlent qu'ils sont consécutifs aux torturt!s subit!s au cours d'intt!rrogatoires, où les « traitt!ments à divers degrés» sont couramment utilisés pour obtenir les rt!nseignt!ments et les témoignages souhaités ... (Vn suicide « véritable » il la suite de tortures n "~n est pas moins un meurtre.) Le dernier cas qui ait donné lieu ù unt! enquête est cdui de M. James Lenkoe, 35 ans, arrêté le 5 mars dernier, t!t trouvé pendu cinq jours plus tard dans sa cellule de la prison locale de Pretoria, après un interrogatoire qui dura près dt! 24 heures. Sa femme refusa la version officielle du suicide, et, après de nombreuses démarches, une autopsie put être faite par dt!ux praticiens, dont un éminent spécialistt! américain, le Dr Moritz. Défense de savoir ! lis constatèrent que M. Lenkoe avait subi, pensant sa détention, des chocs électriques susceptibles d'avoir causé sa mort. Leurs déclarations - dont le magistrat ne tint d'aillt!urs pas compte - soulevèrent assez d'émotion pour que le Parlemt!nt sud-africain se soit t!mpressé d'élaborer une législation qui tient désormais pour un délit le fait de chercher il connaître et il faire connaître ce qui concerne « le travail et le fonctionnement du Bureau de la Polict! de Sécurité» DROIT ET Ll8ERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 (k B.O.S.S.). Déj ù, en Jum 1968, le Sunday Times (sud-africain) définissait le Général H.-J. Bt!rgh, rt!sponsable du B.O.S.S., commt! « l'hommt! le plus important dt! l'Etat après M. Vorster lui-mêmt! ». Il faut savoir qu'une quarantaine dt! pt!rsonnes sont actuellt!ment détt!nues dans les conditions prévues par cettt! loi des 180 jours, c'est-à-dire à la discrétion de la « Spécial Branch» pour une durée pratiquement illimitée, sans garantie d'aucune sorte, t!t sans autre contact humain que les interrogatoires. Par ailleurs, plus de 50 personnes - parmi lesquelles la femme de Nelson Mandela - ont été arrêtées en mai et juin derniers, et sont encort! détenues sans jugement. Fm juin, 34 Africains, accusés d'appartenance ou d'aide au P.O.Q.O. (clandestin) ont été jugés, et 13 d'entre eux condamnés il des peines de prison. Le plus frappé (7 ans et demi de prison) M. Hermanius, est pasteur de l'Eglist! méthodiste. En août, 5 membrt!s du S.W.A.P.O. ont été jugés et condamnés il des peines qui vont dt! 6 et 18 ans de prison ou ù la prison il vie; le procès s'est tenu il Windhoek, capitale du sud-ouest africam, le gouvernement de Pretoria affirmant ainsi clairement qu'il considère le territoire de la Namibit! comme faisant partie intégrante de la République Sud-Africaine, au défi de toutes les résolutions de l'O.N .V. concernant cette question. Bien entendu, la listt! qui précède n'est pas limitative ... Une aide aux racistes Ces faits rendent plus impérieux que jamais le devoir de dènoncer l'aide apportée - sous de multiples formes - par de nombreux pays aux gouvernements racistes. Et si les Etats-Vnis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne fédérale, le Japon et d'autres sont les principaux partenaires commerciaux et financiers de l'Afrique du Sud, la France garde, hélas, son rang « privilégié » dans le domaine de la vent;: des armes et du matériel militaire. A une question écrite posé\! récemmt!nt par M. Odru - député de la Seine-SaintDenis - qui faisait état, entre autres, des récentes livraisons d'hélicoptères et d'appareils dt! transport militaires, le ministre chargé de la Défense répondait, une fois de plus (Journal officiel du 9 août) par « la distinction fondamentale entre le matérid de la guerre classique ... et celui d.: la guerre de subversion ou de partisans ... » Un tel argument s'effondr'~ devant une information comme celle que publiait Le Monde du 12 août, concernant les manoeuvr ~s anti-guerillas âfectué,.~s en Afrique du Sud: «z l? ~ .!!! W «... Ces manoeuvres vont se dérouler le long de la frontière avt!c la Rhodésie, qui doit faire face à d,~s incursions périodiques de bandes armées où combattent ensemble des nationalistes noirs d'Afrique du Sud et dt! Rhodésie ... Ces manoeuvres mettent en action 5 000 hommes, 700 véhicules militaires t!t plusieurs unités de l'armée de l'air, notamment des hélicoptères. L'importance accordée il l'aviation dans l'opération reflète l'expérience des combats qui se déroulent en Rhodésie, où non seulement des hélicoptères sont utilisés pour repérer les groupes de guerilleros, mais où les avions militaires mitraillent et bombardent également leurs repaires ... » Et le journaliste, évoquant les combats en cours dans les colonit!s portugaises, ajoute : « Il ne fait aucun doute que la pression accentuée des mouvements nationalistes africains sur le « bastion blanc» préoccupe de plus t!n plus les milieux gouvernementaux sud-africains ». Cette résistance correspond d'ailleurs à une meilleure conscience du problème dans certains sectt!urs dt! l'opinion mondiale, et il des divergences parmi les blancs sud-africains, qui sont, eux aussi, victimes de l'apartheid dont ils ont cru être les bénéficiaires. Elisabeth MATHlOl 9 ACCUEIL l'heure où nous mettons sous presse nous ignorons l'issue du procès. EMILE est mort. Au campus de Rangueil-Toulouse, il s'est défenestré. ~Iessé, il refusait les soins, des , «blancs». «Ces Dahomeens sont déconcertants» m a dit une étudiante, qui est leur camarade de cours. En vérité, ils arrivent disposés à l'ouverture. Mais eux-mêmes, des étudiants francais au premier temps de leur vie universitaire se sentent perdus dans le campus . Alors, étrangers-frères, les étudiants de couleur se rassemblent, se serrent. Une aile de cité leur est dévolue. L'indifférence fait le reste. On n'a rien, ni pour, ni contre, mais puisqu 'ils se plaisent entre eux . On peut regretter que la législation en vigueur n'ait pas permis à notre Mouvement de se faire entendre . Nous aurions eu beaucoup de choses à dire sur la renaissance de l'antisémitisme en France en général et sur l'entreprise de Mme Jacquemart et ses amis en particulier. Ce qu'il faut, c'est l'accueil dès son arrivée, à l'étudiant de couleur (il le faudrait aussi à l'ouvrier, mais c'est un autre problème) . Oue ce qu'il redoute déjà et déteste du blanc soit démenti, que ce qu'il espère, désire néanmoins, soit exaucé par une immédiate amitié. Oue chaque ville universitaire fonde un Foyer de la Fraternité humaine où soient invités, se trouvent, découvrent des jeunes de toutes origines et toutes races; où l'on cause, s'amuse, s'informe, discute; où par le contact, dont naît d'ailleurs la vraie culture, se forment des liens bien essentiels à une avance vers le Corps des Hommes unis - leur salut unique. Oue le M.R.A.P. en prenne l'initiative! Voilà mon voeu à ses vingt ans. Jean CUSSAT-BLANC ((Minute)) alDrlDe Minute affirme , dans son numéro du 25 septembre, que cc l'envoyé spécial du consulat algérien de Lille Il a tenté de recruter d'anciens harkis (1). Le ~harlvarl en procès La directrice du Charivari, Mme Jeanne Jacquemart, et plusieurs de ses collaborateurs , étaient poursuivis , le 14 octobre dernier, devant le Tribunal correctionnel de Paris pour un numéro paru en 1967 sous le tit re cc Les juifs dans la France contemporaine Il. Dans son numéro 267 (novembre 1967), Droit & Libertil avait largement dénoncé ce pamphlet raciste . Le substitut du Procureur de la République a estimé pour sa part que le numéro du Charivari présentait (( l'aspect d'une renaissance de l'antisémitisme Il. (( Je ne veux pas dramatiser, a- 10 t-il dit, mais il y a eu des excès et cette publication sensationnelle est regrettable. Il Ce procès fait suite à la plainte déposée par le M.R .A.P. Le jugement devait être rendu le 4 novembre et à cc Pour se faire la main, avant d'aller se colleter avec les Israéliens, écrit-il , le cc frère diplomate Il leur a aijssi proposé d'aller casser quelques magasins juifs et les synagogues de la région. Il Comme à son habitude Minute - dont les Algérien~ restent la cible privilégiée - M. Xavier Vallat prend sa retraite ... MONSIEUR Xavier Vallat annonce qu'il prend sa retraite . Les monarchistes français (il en reste!) ne liront donc plus avec délectation l'ancien commissaire aux questions juives dans Aspects de la France. Mais le dernier article que publie l'hebdomadaire d'Action française montre qu'il sera resté jusqu'au bout fidèle à l'antisémitisme le plus bas en même temps qu'expert en duplicité (1). S'appuyant sur l'ouvrage de Bernard Lazare paru en 18~4 , « L'Antisémitisme , son histoire et ses causes », M. Xavier Vallat interprète l'histoire d'une façon dont seuls les esprits irrationnels ont le secret. cc En interdisant le prêt à intérêt, l'Eglise jadis poussa les emprunteurs à s'adresser aux juifs que cette interdiction ne touchait pas, écrit-il , et elle en fit les banquiers du roi ... et des papes. Mais, le goût de l'or ainsi acquit héréditairement (2) n'a pas empêché le juif, individualiste par nature (2) d'être en même temps une sorte de missionnaire de la liberté et de l'égalité, que l'on retrouve mêlé à tous les mouvements révolutionnaires, conservateur vis-à-vis de lui-même et destructeur chez les autres. Il Nous ne sachions pas qu'au XX· siècle, ceux qui se réclament du christianisme aient gardé, héréditairement comme dirait M. Xavier Vallat, le goût des croisades. A l'exception des dirigeants portugais auxquels Aspects de la France manifeste régulièrement sa sympathie . M. Xavier Vallat prend sa retraite mais les mouvements racistes continuent à proliférer. Nous devons donc rester vigilants devant leurs entreprises. (1 1 Aspects de la France 2 b/9/69 (2 Sou 'i9né pa ! nous n'apporte pas le moindre élément de preuve à son affirmation , ne cite pas le moindre témoignage. Et son objectif reste constant: susciter la peur et la haine. (1 ) Algériens engagés dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie et utilisés dans les opérations. de Il ratissage •. bnage d'hier et d'aujourd'hui Cette photo , parue dans Paris-Match du 4 octobre , illustre le sens de l'intervention française au Tchad. « Les forces tchadiennes avec leurs camarades français ont actuellement la situation en main », a déclaré le chef d'état-major de l'armée tchadienne . " y avait déjà eu plus de cent morts. Mais, pour le général Doumro, il n'y a pas dans son pays de « subversion à proprement parler» mais « un banditisme organisé ». La photo aurait pu être prise voici quelques années et les propos du général prononcés en même temps. Le procès Pétain révisé? Me Jacques Isorni , avocat de l'ex-maréchal Pétain qui livra la France aux nazis, demande la révision du procès. Pour lui , Philippe Pétain a « sauvé la 'France ». Sans doute encouragé par les promesses de réhabilitation que constituerait le tmnsfert des restes de Pétain à Verdun , Me Isorni entend maintenant que la 9 trahison du maréchal soit en quelque sorte honorée. Une telle révision serait un encouragement pour ceux - ils sont plus nombreux qu'on ne le pense généralement - qui puisent dans les « thèses» des fascistes d'hier des raisons d'agir aujourd'hui. Un général ((tranquille )) Condamné à mort en 1951 pour l'assassinat de 1 06 patriotes français, Karl Molinari coule en Allemagne fédérale des jours paisibles. Commandant de la Wehrmacht en 1944, il est maintenant général dans la Bundeswehr. Chef de la délégation des anciens soldats allemands au pèlerinage de Lourdes de 1958, Karl Molinari a participé, de 1958 à 1960, à des négociations militaires francoallemandes, négociations qui se sont parfois tenues au ministère français des Armées. " est intolérable que le général Molinari , comme le général Lammerding et quelques autres, n'aient pas eu jusqu'ici à rendre des comptes, qu'ils aient même parfois été honorés. Comme il est intolérable que le gouvernement français n'ait entrepris aucune démarche pour que les criminels aient à répondre de leurs crimes . Étneutes à Las Vegas Les touristes attirés par les casinos de Las Vegas n'ont certes pas été dérangés par les trois nuits d'émeutes qu 'a vécues la ca pi- / tale du jeu, début octobre : ils ne vont pas dans les quartiers périphériques où vivent les noirs - 12 % de la population de la ville. A l'origine des incidents : une provocation de la police qui s'en est pris à un chauffeur de taxi noir, aussitôt défendu par la population du quartier. Vingt-neuf personnes furent arrêtées pour « infraction au couvre-feu» imposé dès le début. Le nazislDe à la brocante Depuis quelque temps, des marchands qui exposent à la pittoresque Foire à la ferraille, installée cette année sur le plateau Beaubourg, se sont spécialisés dans la vente de « souvenirs » du nazisme et de l'armée allemande. Sous les yeux intéressés de quelques jeunes - fanfaronnades ou plaisir de la collection? - indifférents ou indignés des plus vieux, s'étalent brassards SA et SS, décorations. casquettes, drapeaux fabriqués tout spécialement en Allemagne fédérale . Il faut une certaine forme de courage à l'acheteur éventuel qui doit affronter la réprobation de certains passants. Comme d'ailleurs au futur acquéreur de ce vieux tract dénonçant la « juiverie internationale» et qui ~ ' étale au milieu de publications anciennes: « Moi , madame, je suis commerçant avant tout . Quand j'aurai fait fortune , alors je verrai! De toute façon , je suis pour la liberté d'expression! » Et le marchand remet fièvreusement en place ce chiffon de papier qu'une main choquée avait retourné. DROIT ET LIBERTÉ - N" 287 - NOVEMBRE 1969 lAunIères sur un Incendie Des expertises scientifiques, des documents, des témoignages indiscutables, établissent définitivement que l'incendie du Reichstag - le 27 février 1933 - fut entièrement organisé par les services secrets de Goering sur l'ordre d' Hitler luimême, qui manipulèrent le hollandais Marinus Van der Lubbe , désigné à l'époque comme le seul coupable et exécuté à Leipzig. Telles sont les conclusions du « Comité européen pour la recherche scientifique des origines et des conséquences de la Seconde Guerre mondiale» qui au cours d'une conférence de presse tenue le 1 7 octobre à l'hôtel Lutétia a exposé l'état actuel de ses recherches. , Après les interventions de plusieurs orateurs, l'historien français Jacques Delarue analysa le mécanisme de cette provocation, première d'une série qui permit à Hitler de s'assurer du pouvoir. Petites annonces Ce grand magasin parisien de la rive gauche a toujours voulu imposer son image de marque : la sélection des articles , en fonction de leur qualité, sinon de leur prix. Aujourd'hui, cet état d'esprit amène à la .sélection des .. . hommes. « Demandons manutentionnaires réceptionnaires. Hommes européens» : c'est le texte d'une annonce passée par « Le Bon Marché» dans la rubrique « Offres d'emploi» de « L'Aurore» et de « Paris-Presse» du 1 0 septembre dernier. Des faits qui ... • Les six cc Bérets verts Il assassins d'un Vietnamien ne seront pas châtiés: le Pentagone et la C.I.A. ne le veulent pas. Ces hommes seront paraît-il cc affectés en dehors du Vietnam Il, sans doute au Laos où opèrent 12 000 de leurs cc collègues Il. • Pour les élections qui se sont déroulées le 12 octobre en Turquie, le « parti d'action nationale» a fait campagne contre les juifs « profiteurs de l'économie nationale ». • " avait peut-être dressé les chiens policiers qui sévissaient dans les camps hitlériens : les connaissances du Dr Fink, ancien nazi, en matière canine justifl8ient-elles rinvitation que lui a lancée le cc Israël Kennel-Club Il pour présider le jury d'une exposition canine internationale 7 Les organisations israéliennes d'anciens déportés demandent son arrestation. • Les « skin-heads» - littéralement « têtes de peau » - de Londres prennent le contre-pied des hippies. Ils ont le crâne rasé, prônent la violence, sont armés. Leur amusement

chasser le « Paki» ! (Pakistanais ou Hindous).

Pourquoi? « Parce qu'ils sont sales et qu'ils puent! ». ••• • Des usines qui traitaient la canne à sucre ferment en Guadeloupe sans aucune perspective de reconversion pour les travailleurs jetés à la rue. On a trouvé enfin le plus sûr moyen de vider me de l'essentiel de ses forces vives. donnent à 11 COM.INI! Dlatrlbudoll : Sancêne • Merci NS. Bouly, 71, rue de Provence,Parll'" • T~I. : 744-67·59. 12 NOTRE ,SER\'I,CE LIBRAIRIE Pour vous permettre d'approfondir les divers problèmes traités dans Droit & Uberté, des livres nombreux sont à votre disposition. Nous vous proposons. ce mois-ci. la sélection suivante : • LE RACISME DANS LE MONDE, par Pierre Paref (Petite bibliothèque Payot). Cet ouvrage offre sur les aspects tant historiques qu'actuels du racisme, et sur les moyens de le combattre, une synthèse indispensable, Dans la troisième édition qui vient de paraître-, l'auteur a procédé à une remise à jour et y a ajouté une importante postface où il refait « de l'Occident à l'Orient le voyage de l'antiraciste li, concluant: « L'écrivain ne peut que constater à la fois les progrès réalisés, la persistance du péril, son renouvellement. Et. une fois sà mission terminée, reprendre sa place d'homme au combat. » 220 pages .,.................................. 6,00 F • RACISME ET SOCIETE. Ouvrage collectif, publié sous la direction de C. Ouchet et P. de Comarmond (F. Maspéro éditeur). Au sommaire : racisme et capitali~me (U .S.A .• Afrique australe) ; préhistoire et histoire du racisme; le préjugé racial; hérédité, instinct, milieu; psychologie du racisme. Ce livre. paru récemment, a été présenté dans le numéro d'avril de Droit & Uberté. 350 pages ......... , ... : • . . . . . . . . . . . . . . . . • . . . .. 18,80 F • LES FRANÇAIS ET LE RACISME. par P.H. Maucorpa, Albert Mernmi et J.F. Held (Editions Payot). Une enquête réalisée par le M.R.A.P. sert de point de départ à cette étude. Elle contient une grande abondance de faits, de témoignages que les auteurs analysent avec le souci constant de faire ressortir les données fondamentales (psychologiques et sociologiques) du phénomène examiné. 290 pages....................................... 1 5 F • CINQ ETUDES D'ETHNOLOGIE, par Michel 1.eiri, (Editions DenoëkGonthier : Bibliothèque Médiations). « Liquider l'ethnocentrisme, faire admettre que chaque culture a sa valeur et qu'iI n'en est aucune dont, sur certains points, une leçon ne puisse être tirée ... ». tel est l'essentiel de la rechèrche ethnologique de l'auteur, amené à s'interroger sur le colonialisme et le racisme. 151 pages ........... , ........................ " 6,50 F • EUSE OU LA VRAIE VIE, par Clair. Etcherelli (Editions Denoël. collection «Les Lettres Nouvelles Il). Ecrit avec infiniment de pudeur et de tendresse, ce très beau roman est celui de l'amour entre Elise. provinciale «montée li travailler à Paris, et Arezki, militant algérien, en butte l'un et l'autre au racisme ambiant encore aiguisé par la guerre d'Algérie. 277 pages ...•..•. , . , .... •.• ...•.• . . , .... , .•. ,. 15,00 F • UN NOIR A QUITTE LE FLEUVE, par Annie Lauran. Préface d'Albert Memmi (Editeurs Français Réunis). Un travailleur sénégalais vivant à Paris raconte «en direct)l son expérience: comment, pourquoi il a quitté son pays, les difficultés qu'il rencontre, Un document authentique, une réalité qu'iI faut connaître. 172 pages. . • • . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . •. 10,80 F Adraaser'" commandes" Droit & liberté, 120, rue Saint-Dania, Paris (2-), en ajoutant 2 F par livra pour ... frais d'expédition (C:C.P. 6070-98 Paris). DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 ,.. ENOUETE Le rac•i sme et vous U NE enquête a été lancée en juin dernier par le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, en prévision de son Congrès, qui aura lieu les 29 et 30 novembre, à Paris. Nous publions ici le compte rendu de cette enquête. Deux questions principales étaient posées : Comment vo)'e~-vou~ le M.R.A.P. ? Comment voyet-mus la lulte contre le racisme? subdivisée chacune en plusieurs autres, invitant les personnes qui répondaient à préciser leur point de vue sur l'action du M.R.A.P. ainsi que sur les données actuelles du racisme et de l'action antiraciste (1). C'est pourquoi nous avons été amenés à classer les réponses en quatre rubriques, qui recouvrent l'ensemble des problèmes soulevés. Pour des raisons pratiques, le dépouillement de "enquête a dû être arrêté le 15 octobre: 305 réponses étaient alors parvenues. Cet « échantillon Il peut être considéré comme significatif : c'est sur un chiffre beaucoup moindre que se basent, en général, les sondages d'opinion. Mais il va de soi que les réponses qui continuent d'arriver seront prises en considération pour constituer le dossier complet du congrès. L'espace restreint dont nous disposions a rendu fort difficile le choix des textes à retenir pour cette publication. Nous nous sommes efforcés de faire apparaître dans toute leur diversité les opinions exprimées, en évitant les redites et les chevauchements. D en résulte une distorsion sensible dans les proportions : des positions très minoritaires, que nous souhaitions ne pas passer sous silence, se trouvent parfois occuper autant de place que d'autres qui se répétent fréquemment et dont nous n'avons reproduit qu'une seule expression. On doit donc savoir, surtout en ce qui concerne les appréciations sur le M.R.A.P. et ses activités, que le courant approbation était très largement majoritaire, beaucoup plus que ne le laisse supposer la succession des lettres publiées. DROIT ET LIBERTÉ N° 287 - NOVEMBRE 1969 1 { 1 ! • Le but recherché était de savoir ce que pensent du M.R.A.P. non seulement ceux qui l'approuvent et le soutiennent. mais aussi ceux qui le connaissent imparfaitement, ou qui font preuve de réserves, voire d'hostilité à son égard. Les militants les plus proches s'expriment dans les organismes, comités, réunions du Mouvement, et par leurs contacts avec les responsables. Aussi la plupart des réponses proviennent-elles de personnes qui (momentanément du moins) participent peu aux activités internes du M.R.A.r.: ils ont saisi cette occasion de s'cxprimcr à leur tOur. ct nous le, en remerci()ns. Que nos amis ne s'offusquent donc pas s'ils lisent ici certains propos injustes, témoignant d'une ignorance plus ou moins grande de nos orientations et de nos réalisations ou encore d'une atti· tude partiale, sans nuances, sans rapport avec le climat qui prévaut parmi nous. Ur mouvement comme le nôtre (particulièrement lors de son congrès) doit tenir compte de l'image qu'il donne de lui-même, et si celle-ci est par endroits faussée, cela lui fait devoir de redoubler d'efforts, à la fois pour améliorer son action et pour dissiper les malentendus ou les incompréhensions qu'elle peut provoquer. , C'est pour la dernière partie - la plus longue pourtant - que le choix d'extraits s'est avéré le plus douloureux : les réponses, en effet, foisonnent d'idées, de suggestions, d'expériences. Toutes méritaient d'être connues, et le Congrès du M.R.A.P., à coup sûr, en fera son profit. On voit ainsi qu'au-delà de divergences inévitables, de préoccupations particulières, et de passions parfois vives, la lutte antiraciste, dans son application concrète et immédiate, se fonde, se fondera toujours plus, sur des trésors de bonne volonté et d'initiative. Elle peut et doit s'amplifier DANS L'UNION. C'est cela qui compte surtout. Albert LEVY (1) Voir Droit & Liberté. d'octobre 1969. page 29. 13 1. Comment voyez-vous le M.R.A.P. '? La première fois que j'ai entendu parler du M.R.A.P. c'était à une réunion sur les problèmes des migrants. J'ai pris mon adhésion un an plus tard quand j'ai vu que ce Mouvement agissait au cours des événements. J'ai participé à une action de manifestation dans la rue afin que le patron d'un café enlève le panneau « On ne sert pas aux Arabes par mesure de sécurité» ! Je passe le journal à ces amis. Il y a encore tellement à faire pour que la mentalité change 1 Partageons notre argent, notre temps, nous-mêmes, c'est la vraie liberté. Colette Berthot, employée. 21-Dijon. Je me rends compte que l'action individuelle est insuffisante et qu'il est .bon de se grouper pour lutter avec efficacité. Je connais les campagnes du M.R.A.P., dans les administrations, par les comités d'entreprise, et je crois qu'elles ont appris à pas mal de gens à réfléchir à ce problème. Edith Petit-Soyer, assist. sociale. Paris-17". Votre Mouvement me paraît n'avoir (à la lecture du journal) aucune action sur les causes profondes du racisme, au contraire votre antiracisme est agressif, et éveille par conséquent l'agressivité d'où vient le racisme. Par contre, il peut ·avoir semble-t-il, une grande action sur les raisons secondaires du racisme (historiques, économiques, etc.) en éclairant les problèmes, et parfois même en proposant des solutions. Françoise Brustlein, pharmacienne. Paris-9°. En accord avec votre action, en désaccord avec le nom de l'organisation. L'antisémitisme étant pour moi une des formes du racisme, c'est pour moi faire une sorte de racisme que de le citer à part. Pourquoi ne pas remplacer le mot « antisémitisme» par « analphabétisme», cause des plus grandes détresses humaines? Jacqueline Victor-Brauner. Je disjoins dans mon esprit le « racisme» de 1'« antisémitisme» car, en effet, je pense qu'à propos du peuple juif, très divers dans ses composantes, origines et morphologies, le terme de « racisme», couramment appliqué et utilisé à son égard, prête à confusion 14 car il me paraît qu'il n'y a pas à proprement parler de « race» juive. Vital Altche, retraité. 34-Béziers. Le titre même indique clairement son objet. Quand on y a arrêté son attention, il est difficile de ne pas y adhérer, non seulement en y participant, mais aussi par une nouvelle attitude personnelle. Cela conduira à lutter contre le penchant raciste que nous avons tous plus ou moins, à traiter également tous les hommes, à oeuvrer pour la paix car c'est le grand désir actuel des peuples. Père Pelain, aumônier des Tziganes. 92-lssy-les-Moulineaux. J'apprécie beaucoup que ce Mouvement soit dénué de toute idéologie, car c'est, je pense, une condition impérieuse pour atteindre l'universelle humanité. Ce que j'aime moins, c'est sa « spécialisation» qui pourrait faire hésiter certains esprits, qui y verraient une action trop restreinte. Yannick Pinard, lycéen. 44-Nantes. Le seul Mouvement susceptible de rassembler tous les antiracistes conséquents. Le seul qui permette à des individus de tendances politiques parfois divergentes de se rassembler pour une même lutte efficace. Ce Mouvement permet une prise de conscience nécessaire de problèmes importants, même si certains entendent prolonger leur action au sein du M.R.A.P. par une action politique plus précise. Annie Bettechia, étudiante. 93-Pierrefitte. Voici quelques mois, je n'aurais pas su traduire ces lettres : M.R.A.P. Je savais que, de par le monde. des gens luttaient pour éviter que ne grandisse le racisme. Depuis la lecture de la revue, je peux répondre que c'est un mouvement profondément sérieux et humain. Denise Chaintron, fleuriste. 43-Brioude. A l'heure où : une campagne antisémite genre Orléans peut se développer; Boubacar Bathily peut passer un mois en prison sans motif sérieux; une presse genre « Minute » peut impunement encourager le racisme, il est important qu'un mouvement comme le M.R.A.P. trouve une audience chaque jour plus large.

Robert Créange,

Chef Service Enfance/Renault. 92-Boulogne. Bien entendu, l'action du M.R.A.P. n'est pas niable, mais, à mon sens, elle n'a pas encore trouvé le moyen d'exercer une pression constante sur l'opinion publique. Peutêtre est-ce à cause de ses maigres ressources? Si c'est là une des raisons de cette situation, alors il faut faire appel à toutes les bonnes volontés. Marc-Elie Pau, Conseil juridique. Paris-17e • Un Mouvement dont on pourrait dire qu'il vaut mieux un mauvais mouvement antiraciste que pas de mouvement du tout. Sa publication, très souvent intellectuellement ou politiquement intolérante, ou catéchisante - pour le moins - très entachée des défauts même qu'elle prétend combattre. M. Weisager. Paris-ge • Je crois qu'il existe plusieurs mouvements contre le racisme; on doit le regretter. Cependant, le M.R.A.P. me semble être le plus actif et le plus important. Il est dommage que l'effort d'action du M.R.A.P. ne soit pas soutenu par un effort d'information (la presse parle un peu, mais trop peu du M.R.A.P.). Dans l'ensemble, j'apprécie beaucoup: les actions du M.R.A.P. ses prises de position sur les grands problèmes, son effort de recherche théorique (ouvrages sur le racisme), « Droit & Liberté» excellent journal. Je regrette que soient surtout touchés ceux qui s'y intéressent déjà; que le M.R.A.P. apparaisse plus comme un instrument de défense (au sens de réponse) que de combat (au sens de prendre l'initiative, voire l'offensive). Michel Sidier, étudiant. Paris-17e • Le M.R.A.P. me paraît excellent et fructueux pour les raisons suivantes : que ce soit dans les manifestations qu'il organise ou par ses publications (( Droit & Liberté»), ce Mouvement présente les signes de l'honnêteté morale et intellectuelle. Il échappe ainsi aux pressions du fanatisme et de l'argent et doit donc attirer à lui tous ceux qui ont pris conscience des méfaits universels de ces deux pressions égocentriques. Frank Emmanuel, Administrateur civil chargé de la documentation à la Régie des tabacs et allumettes. Paris-7e • Le M.R.A.P. m'apparaît comme un mouvement trop intellectuel qui ne réussit pas à toucher les masses. Il ne suffit pas que la lutte soit juste, il faut qu'elle soit payante et je ne pense pas que le M.R.A.P. puisse un jour endiguer le racisme, car il se révèle être un mouvement paralysé par la bureaucratie et une excessive centralisation. Gérard Rolin, lycéen. ·54-Toul. Comment appre, cI• ez-vous 2. son action? La tribune du meeting du M.RAP. à la Mutualité, le 12 iuin 1967. Je reproche l'obsession du nazisme et de problèmes qui ne sont plus mainten~nt graves, dans des numéros de « Droit & Liberté», notamment le néo-nazisme allemand (manifestations à . Paris). Je voudrais une action concrète, profonde et éducative, une étude des mécanismes psychologiques du racisme et de l'antisémitisme très poussée et une importance accrue aux problèmes de la paix dans le monde ' (Tiers-monde, problèmes nucléaires. relations internationales ... ) Jacqueline Abecassis, professeur d'histoire. Marseille (9 ). Je remercie le M.R.A.P. en particulier pour ses courageuses campagnes de cette année 1969. qu'i1 s'agisse du Vietnam, de la situation des noirs aux U.S.A .. de la question et du conflit du Moyen-Orient, de l'inhumaine condition imposée aux populations noires d'Afrique du Sud, etc. Le M.R.A.P. contribue à sauver l'honneur de notre pays. Noël Christol, pasteur. Paris (14 ) Je suis très sensible au fait que vous vous intéressiez davantage à la situation des travailleurs africains, présents dans nos villes. Parlez fortement de ce douloureux problème. ' Francis Angelloz, prêtre catholique. 74-Annecy En tant que syndicaliste C.GT., j'ai été très sensible à l'action du M.R.A.P. pour les tra vailleurs immigrés. L'appréciation que je porte est que le M.R.A.P. est un mouvement nécessaire dont l'action permet de mettre en évidence certains problèmes importants dansn0tre vie mais que l'on aurait tendance à négliger.· Pierre Maunoury, commis d'architecte. 94-L'Hay-les-Roses rai particulièrement apprécié l'effort fait par le M.R.A.P. pour comprendre et pénétrer le milieu tzigane, afin que celui-ci garde sa culture au sein de notre civilisation. Appréciation très favorable. 11 faut dépasser le stade de la lutte contre l'antisémitisme. René Cuerq, administ. I.N.S.E.E. Paris (15) DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 Un Mouvement sympathique, oeuvrant pour la fraternité, contre tout ce qui est inspiré par des idées destructives de paix et de sens moral, de sens chrétien. rapprvuve ses campagnes et notamment ces derniers temps, sa protestation en faveur de l'Italien Fabrizzio Fabbrini qui a eu le courage de r~ppeler à l'ordre un prédicateur tenant des propos déplacés. Mlle E. Orsini. 30-Villevidlle Quant à l'~ction menée par le M.R.A.P., je dois dire que je la trouve beaucoup trop mdlle. be?ucoup trop pétitionnaire, beaucoup trop légaliste pour être efficace. Le but que se propose le mouvement mériterait mieux. En toute chose, et l'~ntiracisme ne f~it pas exception (~u contmire) à cette régie absolue, seule l'action directe paie. Le racisme est un m~1 trop monstrueux - et, en même temps, trop naturel - pour qu'on puisse espérer le guérir par des remèdes de bonne femme ou des prières de guérisseur. Jan Fontarensky, employé. 94-Ivry-sur-Sdne M.R.A.P. : Mouvement ~ntif?ciste inféodé depuis ses origines ou presque au communisme dont il a épousé s~ns nuances toutes les prises de position. Très actif d?ns I~ lutte antisémite et antir~ ciste lorsqu'elle fournit l'occasion d'une croisade « ~nti - impéri~liste ». P~rfaitement silencieux à l'inverse lorsque l'antisémitisme et le racisme sont le f~it de ses ~mis « socialistes ». Il ~ fait chorus ~vec « la gauche» pour condamner « l'oppressivité » de l'impérialisme (!) d'Israël. a organisé sur ce dernier sujet un meeting parhitell1ent écoeurmlt en 1967 ou 68 (orateurs filandreux. venus donner « à roc; c~sion " de la guerre des Six Jours des cours de marxisme ~ux auditeurs). Dr Georges Outzekhovsky. 93-Pantin Le M.R.A.P. est une organisation apolitique, mue par un idéal élevé. qui défend la c~use la plus difficile. A part d~ns la période de la guerre des Six Jour,. je n 'ai p~s pu personnellement p~rticiper à une de vos manifestations, mais j'entends parler de vos campagnes et je crois qu'avec vos moyens, vous utilisez ~u mieux vos possibilités. Bien entendu, votre action serait plus grande avec de plus gros moyens financiers. Michel Novchimowitz, employé. 93-Montreuil. J'~i surtout été très satisfait de voir ses interventions lors de manifestations racistes. d~ns les restaurants ou les bars, et de son action pour la modification de la législation fr~nçaise en mMière de racisme. Je suis content que le M.R.A.P. existe et qu'il fasse ce qu'il f?ut. Je suis satisfait également de voir que le M.R.A.P. n'est p~s, à ma connaissance, sous la tutelle d'un parti politique. André Borgey, artisan plombier. 73-St-Maurice-de-Rotherem Je trouve l'action du M.R.A.P. un peu trop limitée, trop peu « politisée», c~r je pense que le racisme n'est qu'un des aspects d'un problème plus général d'exploit~tion de cert~ins hommes par d'auo'es. Claude Gadbin, bibliothécaire. Paris (5 ) Je suis toujours frappé d'une part du caractère superficiel de la plupart de vo, analyses (ceci n'est pas trop grave), mais surtout de la manifestation d'options fondamentales. Je veux dire que vous obéissez, consciemment ou inconsciemment à ce manichéisme cie gauche qui veut que ce qui est préjugé « c?pitaliste' » est d'emblée plutôt m~uvais, ce qui porte l'étiquette « socialiste». plutôt bon. Gabriel Gachelin, M.-assistant faculté 92-MaiakotT Un organisme indispensable dans le monde. dans la société actuelle où toute violence cherche prétexte et justification. Approbation, mais des réserves sur la mansuétude à l'égard du racisme implacable destructeur soviétique et polon~is. Hersz S. Krakowiak, ingénieur. 95-Garges-les-Gonesse Le M.R.A.P. a l'avantage d'aller au profond des causes qui sont à la base du racisme et de l'antisémitisme et ne ménage pas ses critiques à qui que ce soit. Ses colonnes sont ouvertes à toutes les tendances et à toutes les opini0ns. De ce fait, il remplit un rôle actif de détecteur de cour~nts qui troublent les consciences aussi bien que l~ paix des hommes. Victor Belilos, comptable. 92-Boulogne Nous appréci0ns pleinement la juste position du Mouvement dans les difficiles problèmes du M0yen-Orient. P~r ailleurs, nous C0nstatons que le M.R.A.P. est la seule organisation qui a su condamner l'antisémitisme en Plliogne sans arrière-pensée. Nous ne pouvons donc que porter une appréciation très positive quant à l'ensemble des ~ctions du M.R.A.P. Claude Francfort, médecin. 57 -Noyeuvre-Grande ~ 15 2Comment appréciez• v~us son action? Essentiell emen t d"inspim tion ,communiste : att itude lors de l ~ guerre des Six Jours ~ u M,)yen-Orient; silence sur les pogromes en Pologne et en U.R.S.S. : essentiellement c~mp? gne contre les U.S.A. Georges Goutchat, industriel. Paris (20 ) Attention! C h ~que membre du M.R. A.P. don ~vo ir son opinion personnelle su r tous les événements m~is il ne devr ~it p~s, ~u nom du M. R.A.P .. ~ffirmer q u ' I sr~ël ~ le droit de se f~ ire ju, tice pAr I ~ force et préventivement ce qui semble ~ lI er à l'encontre des buts du mouvement - et qu'en U.R.S.S .. les juifs sont des citoyens de r ~ng inférieur et po urc h ~ssés systém~ t iquem en t ; pour en douter, il suffit d'~ lI er vo ir un fi lm soviétique et de lire les noms ~ u générique : il reste des juifs, heureusement ! Jean Dupuy, retraité, 33-Bordeaux N'hésitez p ~s à démasquer toutes les formes de ségrég~t ion sociale et de discrimination r ac i ~ l e. même si cela doit heurter nos conviction; les plus chéres (~ntisém i tisme dans les p ~ys sociali stes. racisme israeI ien à I"ég~rd des Arabes). Notre ~ssoci~tion doit reg~rder la réalité en face si elle veut être effic~ce. Dr Christian Malet. Paris (12') Je vo us fé lic ite pour votre vigilance et votre dyn~ mi sme d~ns I" ~ction antir aciste. Pourtant, je ne pense pas que. d~ns le conflit i sr ~élo-~ r ~be, votre m~nière de voir soit tout à f~ it honnête. ou bien, mettons. très bien informée. Anselme Fisch, chir.-dentiste. 67-Strasbourg C'est un Mouvement dont le but est de lutter contre tout racisme, quel qu'il soit. J'ai été spécia lement fra ppée p ~ r le tractpétition que vo us_aviez mis en circul ation au moment de la guerre des Six-Jours (équité parfaite dans la revendication des droits légitimes des deux antagonistes). M. de Tryon-Montalembert, professeur. Paris-20' En général votre combat est aussi positif q u'~ p précié, voire fécond. Il mérite donc le soutien de tous les hommes de bonne volonté. M ~is il vous arrive d'être très timides quand il s'agit d'Israël. Quand on pense que le but fondamental de l ~ majorité des Arabes avec leurs chefs est l'anéantissement d'Israël (ce qui n'est plus un secret pour personne) alors je pense qu'il serait souhait~bl e que vous en parliez un peu plus; c~ r n'oublions pas que le d~nger persiste toujours. Charles Kaufman, pensionné. Paris-20' Soutien ~bso lu au M.R.A.P. m~ i s j 'aurais souhaité une condamnation plus ferme d'Israël (en tant qu'Etnt), en raison de son comportement impérialiste vis-à-vis des peuples arabes et surtout des P~lestiniens. Daniel Desponts, étudiant. 91 -Arpajon 16 r ~i apprécié votre c~mp~gne AU moment du confl it au Moyen-Orient qui mit en g~rde très justement contre le racisme ~nti-juif et antiarabe. Marcelle Einhorn, dir. école. Paris-13 , D ~ n s les débats au sujet du Moyen-Orient, j'ai I"impress ion que vous mén~gez le « camp )' pro- israé lien. J'im agine les pressions que vous avez dû subir. Bien que vous ayez donné des informati,)ns objectives et complètes sur le conflit, jamais vous n'avez f~it l~ moindre allusion à l'attitude r~ciste des miliwires i sr~é li ens envers les prisonniers palestiniens. Marie-Thérèse Monier, sténo-dactylo. Paris-6' r ai ~p pro u vé I~ lutte menée contre la flambée de r ~c i sme mlt isémite à Orléans, votre prise de position très nuancée dans le confl it du Moyen-Orient alors que les opinions sont si passionnées. Françoise Jeanneau, institutrice. 17-Tonnay Je crois que J' ~ct ion du M.R.A. P. est effic~ce et su rtout quand il s'agit d'un problème qui se pose spont~nément. un problème bien limité et dont le public a connaissance av~nt que nous agissions. Cest dans ce cas je crois que nous pouvons agir ~vec le plus d'efficacité. L'une des dern ières c~ m pag n es m'a frappé. car située en pleines vacance:" c'eSL I~ miSé en p rde contre le livre « Le petit David ou Israël )J. Elle m'a touché car d'abord cela se passa it ~ u milieu des congés. donc démontrait notre combat permanent et sans relâche, ensuite l'étendue de l'action (presse) m'a sur pris ainsi que l'effi cacité que j 'ai pu constater ~uto u r de moi, qu and j 'a i fa it savoir les données de l' aff~ ire . Enfin, c'est peut-être parce que ce problème m'intéresse de près que j'y ai été sensible. J.-Pierre Palacin, étudiant. Il-Castelnaudary Votre engagem ~n t politique vous rend inefficaces, même en ce qui concerne le conflit israélo-ara be. Certes, vous vous efforcez de ne pas glisser dans les ignominies des « pays de l'Est )J ou de certa ines canailles gaullistes, mais votre parti-pris vous rend incapables d'apprécier la situation d'une manière exacte et p ~ rta n t équitable. Je serais très violemment indigné si je consta tais que l'on est aussi inj uste en faveur des juifs qu'on l'est à leur détriment. Inj ustice auprès de l ~q uell e, je suis obligé de le constater, les fa utes israéliennes app~ra i ssen t, du moins jusqu'à présen t, comme parfaitement vénielles. Quant au M.R.A.P., faute d'une désaliénation idéologique préalable, ses efforts risquent d'être l'un de ces jours aussi utiles qu'un tampon d'eau de rose sur une tumeur cancéreuse. Valentin Nikiprowetzky, maître-assistant au Collège de France. 92-Bagneux J'a pprécie p~rticulièremenl. malgré la difficulté qu' il peut y ~voir à I ~ manifester, votre attitude à propos du Moyen-Orient. Gabriel Menichi, chercheur. 91 -0rsay Le M.R.A.P. apparaît, qu'on le veuil le ou non, plus engagé contre certains racismes que contre d'autres, ce qui est à Illon sen:, d'mltant plus regrettable que cela ne correspond prs à la vérité. Mais l"impression que J'on donne de soi à I"opinion publique compLe bè~uc()up . II faudrait donc. je crois. que le M.R.A.P. participe avec la plus gmnde vigueur. a une lutte contre le mcisme anti-arabe qui est le plus criant actuellement en France. Georges Morin, instituteur. 38-St-MartÏD -d'Hères rai l'impression que le M:R.A.P. est en maJonte un groupement d'h0mmes et de femmes d'origine juive lutt~nt en premier lieu contre l'antisémitisme. bien que de nombreux articles traitent d'autres formes dé r~cisme. Votre action est utile et votre publication « Droit &. Liberté" permet de la diffuser Lant auprès cie personnes antiracistes (ou s'efforç~nt de l'être) ne prenant p~s part à votre Mouvement, que de personnes indifférentes ou même hostiles. Yvonne Elzière, eomptabk . Paris-9' Vous avez souvent défendu les intérêts des Arabes qui prétend~ient être victimes du racisme des Français. Mais si les Arabes deviennent eux-mêmes des mClstes et antisémites, il vous faut lutter contre eux et défendre les intérêts de leurs victimes. Je suis toujours pessimiste et vois l'avenir très sombre. Grégor Brillant, retraité. Paris- 13' Le M.R.A.P. se spécialise par trop d~ns la défense des intérêts découlant clu concept juif. d'où une fâcheuse subjectivité parfois dans des prises de position. Eric Schwinger, employé. 92-Levallois Le M.R.A.P. intervient dans un sens objectif et essentiellement hum~in, contre toute manifestation de racisme et d'antisémitisme. Il travaille dans un sens essentiellement chrétien, non dans l'esprit d'une quelconque confession religieuse, catholique ou autre, ce qui serait encore un sens « p~rtisan» mais dans le sens où Je Christ est venu donner à tous les hommes,: de quelque race qu'ils so ient, ce qui fa it qu'ils sont HOMMES. S. Hannedouche Si l'on me dem~nde ce qu'est le M.R.A.P. je réponds que c'est la seule ~ssociation, à ma conna issance, qui défend l'homme pour l'homme. J'ai surtout ressenti son ~ct ion pendant la guerre d'Algérie. René Lemière, P.T.T. 50-Villedieu-les-Poeles Le M.R.A.P. combat tous les racismes et il est peut-être la seule organisation à pouvoir remplir ce rôle sans mén~gement pour qui que ce soit, s~ns égard pour le fait que ces racismes se m~n i festent à l'Ouest ou à I"Esl. ou changent facilement d'objet comme on le voit touchant l'évolution de l'opin ion à l'égard du problème du Moyen-Orient - opinion aujourd'hui bien plus pro-arabe et même anti-israél ienne qu'elle ne l'était hier. Marc-André Bloch, professeur honoraire d'Université Paris-9' t J \ 1 3. Quelles selon les sont, vous, données actuelles du rac•I sme?. Pou r moi qui suis un simple ouvrier du bâtime nt , le racisme est comme le ver dans un fruit. Ce lui qu i le porte en soi trouve très difficile de s'en défa ire . Il lui faut une grande volo nté, persévérante et tenace , pour s'en déba rrasser à la lo ngue . Il provie nt à mon avis de la conception in culquée aux hommes d'une race (bl anche en géné ral) de leur supériorité naturelle s ur celle d'au tres hommes d'u ne autre couleur et d' autres origines. Pendant de longs s iècles de l'histoi re de l'huma nité, ni l'in stru ction , ni l'édu cat io n n'ont a pporté de solution à ce problème, tout au contraire pa rfois. Le colonialisme, pour des raisons économiques et politiqu es , l'a sinon développé, tout au moins maintenu par l'exploitation éhontée des hommes de coul e ur, pa r l'accroissement du profit capitaliste. Martial Belugue, charpentier, conseiller général. 24-lssigeac. Le racisme est un égoïsme car on redoute le déra ngement qu'apportent les contacts avec des personnes différentes de nous. C'est un orgue il , car on se c roit supérieur a ux autres et on les méprise. Père Pel.ain, aumonier des Tziganes 92-lssy-les-Moulineaux, Les principales données du racisme so nt de plus en plus complexes da ns la mesure où se déve loppe un racisme de la part des groupes opprimés (cf. Black Powe r, s ionisme) parallèlement à celu i. officiellement réprouvé et combattu , des groupes oppresseurs. L' action antiraciste ne pourra donc attei ndre les buts qu'e lle se propose, la suppression de to ute distinction de races, pour la paix du monde, qu 'en a nnihila nt de pa rt et d'autre tout sentiment de ségrégation , né DROIT ET LI BERTÉ - N' 287 - NOVEMBRE 1969 de vieilles traditions autrefois dictées par la s itu ation économique. Laura leibovici, étudiante. Paris (11 e), Un espoir dans les pays d'Occident car les jeunes sont de moins en moins racistes. Un autre espoir : l'attitude de l'Eglise catholique , du Pape, de nombreux préfets et des laïcs des diverses actions catholiques. Ils sont tres antiracistes. Un point noir : le dogmatisme des pays de l' Est , l' antisionisme de l'U.R .S.S. et de la Pologne. Ou'lsraël se méfie d'un certain triomphalisme irritant pour les peuples moins doués et que la sagesse de ses vieux pionniers continue à imprégner les jeunes Israéliens. Oue cette sagesse trouve une solution hum aine dans la sécurité à ces aliénés que sont dans tant de domaines les réfugiés arabes. Docteur Daniel Pilorgé. 36-Mézières. Le racisme , me semble-t- il , est un préjugé basé sur la peur et l'ignorance et grossi par des pressions économiques qui font paraître le noir, par exemple, comme bouc émissaire et responsable des fléaux sociaux. Je ne vois pas la possibilité de faire disparaître entièrement le préjugé raciste , mais, en Angleterre , il est évident que c'est d'abord en réduisant la c rise du logement et en mettant un peu d'o rdre dans l'économie (réduction du chômage) qu 'on réduira les occasions où le préjugé racial peut « jouer ». D'autre part, le rôle de l'éducation est capital à terme . L'harmonie raciale est possible dans une société où il y a pour tous des garanties égales de dignité humaine. Eric Cahm, professeur à l'université de Reading (Angleterre). Je pense quant à moi que le capitalisme et l'impérialisme ont besoin du racisme pour diviser et pour dévier les efforts , les révoltes de ceux qui naturellement se dresseraie nt contre eux: les grandes masses des peupl es . La principale lutte contre le racisme est donc une lutte politique. Mais le Mouvement antiraciste doit subsister comme tel, et si possible se renforcer ; il n' a pas à se substituer à un pa rti et peut seul rassembler sur un objectif aes personnes d'opinions diverses. Yves Eyot, prof., Paris (17°), A mon avis , le racisme de couleur va laisser de plus en plus la place au racisme de classe, c'est-à-dire qu' il y aura les gens qui mangent et ceux qui ne mangent pas. La couleur n'importera pas. Je crois que l'on va voir une ségrégation style de celle du Brésil (où malgré tout si vous êtes noir vous avez plus de chance d'être pauvre que si vous êtes blanc). Daniel Guerrier, lieutenant au long cours. 06-Mougins. Il n'est plus possible aujourd' hui de concevoir en termes schématiques les données du racisme , notamment, il n'est plus possible de poser en termes économiques les problèmes de l'antisémitisme car, s 'il est certain qu'un type de société (la société capitaliste) contient par son essence la possibilité d'un ra,cisme plus pu moins virulent, selon les époques et les besoins, il nous faut constater que des perversions de pensées permettent également la renaissance du racisme dans une société où la simple logique faisait penser qu ' il serait définitivement éradiqué. Dès lors , sans abandonner la dénonciation des régimes qui provoquent le racisme (fascisme sud- africain), l'action antiraciste d'aujourd' hui doit également avoir pour but de faire comprendre aux citoyens qu ' il est nécessaire de transformer non seulement ies donne,;!; objectives de la société, mais également d' entreprendre une éducation antiraciste de l'ensemble de la population et plus particulièrement des éléments jeunes ; les manuels d' histoire en usage en R.D.A. constituent un exemple digne d'être cité. Le racisme et l'antisémitisme nous semblent devoir être combattus sur tous les fronts quelle que soit la sympathie que nous puissions éprouver pour tel ou tel type de sociétés , ne pas y dénoncer l'antisémitisme serait, outre une lâcheté, le pire des services à leur rendre. Claude Francfort, médecin. 57-Noyeuvre-Grande. Le racisme n'a jamais eu beaucoup d'adeptes en France, sauf peut-être au moment de l'affaire Dreyfus. Sous l'occupation les mesures antijuives étaient désavouées par la grande majorité des Français. Des personnes de couleur enseignent dans nos écoles. L'action antiraciste doit surtout s 'exercer à l'éche lon international. Marcel Vincent, prof. Histoire, 59-Wasquehal. 17 1 ., 3 Quelles sont, selon • vous, les données actuelles du racisme? Le racisme est latent en France au sens où l'on dit qu'une image photographique est, sur un film: latente. Une crise passionnelle peut le « révéler». Mais, pour le moment, je ne la vois pas. Dans l'ensemble, l'étranger - qu'il soit dit « bicot», « nègre» ou peutêtre même « juif» - est accepté, mais à doses homéopathiques. Pierre Dumonceaux, prof, faculté, 44-Nantes. Le racisme revêt des aspects multiples notamment de caractère social qui en font en notre temps une forme de xénophobie. N'osant plus guère s'exhiber à visage découvert, il se fait hypocrite car il se sent honteux ... 11 faut donc le démasquer partout où il se produit mais toujours en opposant l'flmour et la fraternité à la haine et la bêtise. Henri Banicles. 66-Perpignan. Le virus de l'antisémitisme est capable de faire encore des victimes (témoin la récente affaire d'Orléans et les accusations occultes sur des commerçants). Cela prouve que ce virus est bien plus ancré en France que l'on ne pourrait le croire et cette affaire d'Orléans doit être propagée et dénoncée avec la plus grande énergie; et sur le plan international intervenir auprès des plus hautes instances gouvernementales pour que des prises de position officielles condamnent la renaissance du nazisme en Allemagne fédérale. Serge Wietratchny, promoteur, Paris (10"'. Quant à l'antisémitisme, les exactions concentrationnaires hitlériennes ont atteint la conscience mondiale et l'ont fait régresser. Quelques signes d'une renaissance larvée existent cependant çà et là , mais aussi un certain pro-sémitisme est devenu de mode - peut-être certains ayant besoin de se donner bonne conscience vu leur attitude passée. Dans l'esprit de certains Occidentaux, prenant parti dans l'actuel conflit israélo-arabe, ce pro-sémitisme orchestré n'est pas fonction d'un esprit de véritable tolérance mystique ou religieuse, mais dû à un réflexe fort curieux de racisme. Je m'explique: certains se prétendent « prosémites »... parce qu'ils sont anti-arabes, pensant que de deux « maux», il faut choisir le moindre! Cela n'est pas sans dangers ... Peut venir un temps où ce pro-sémitisme de circonstance reprendra l'aspect du racisme antisémite

« Vous avez une terre, allez-y», le

vieil adage : « Qui terre a, guerre a», recevant une triste application. Il est vrai que certains israélites français sont eux-mêmes' parfois racistes, tant qu'il ne deviennent pas, eux aussi, les victimes du racisme! Mais cela est une autre histoire, comme disait Kipling ... 18 Catherine Ammar, avocat honoraire à la Cour. Paris (7",. MaÎgré les apparences, il existe un problème' racial en France. Les travailleurs portugais de la ville de Saint-Quentin (Aisne) subiss'ent des tracasseries de la part de la police. Je croyais naïvement que des situations comme celles du foyer d'Ivry ne se voyaient plus depuis la fin de la guerre d'Algérie. Nicole Laporte, professeur. 34-Beziers. Je crois qu'hélas, le racisme est loin de disparaître: il se fait de plus en plus insidieux en France (bidonvilles, le scandale du logement des travailleurs noirs à Ivry) et même, attitudes racistes dans les milieux du spectacle

il n'y a qu'à voir les réactions ignobles

de certains devant l'arrivée d'une speakerine de couleur à la télévision. Il faut lutter de plus en plus contre la presse raciste, genre « Minute», qui est un véritable poison, hélas très lu. Alain Te rcinet, maquettiste. Pa ris (15"'. Je suis ' prêtre catholique. Dans mon bureau, j'ai écrit: « Fils d'Abraham par ma foi, Frère de Jésus-Christ par mon Baptême, Attention, je suis juif». J'ai appris l'italien et le portu!)ais pour être à la disposition des immigrés gui vivent sur ma paroisse. Je pense que les campagnes de presse ou de diffamation (Orléans, pour les juifs) sont manipulées pour des raisons politiques et je trouve cela atroce. Je souffre aussi du fait que ma Foi et mon appartenance à l'Eglise rendent suspecte à certains mon action. Le racisme a été manié, hélas, par l'Eglise ... mais ne serait-il pas venu le temps d'oublier les querelles rancies du passé pour utiliser toutes les forces possibles au service de la cause. plutôt que de se servir de cette cause dans des buts parfois troubles? Donatien Roland, prêtre . 94-L'HaY-les-Roses. Le racisme et l'antisémitisme se manifestent actuellement très fortement dans la vie professionnelle. De plus en plus de discriminations dans le domaine professionnel. Obtenir du gouvernement des lois favorables à la poursuite des excités racistes. Robert Bijaoui. 78-Chatou , 4 Comment agir • le racisme ? contre Nous devons apporter une information sérieuse qui ne donne ni d~ns la sensiblerie, ni dans le schém~tisme et mener une action vigoureuse d~ns la mesure de nos moyens. L"jmport~nt me par~ît être de démontrer que rentente entre les cultures et entre les peuples passe par la lutte contre le r~cisme et que celle-ci Il 'est ni ~nachronique, ni facultative, mais vitale désormais. Il f~udr~it convaincre l'opinion que le r~cisme virulent et institutionalisé n'est jamais bien loin du racisme latent et qu'il f~ut consi· dérer ces questions dans notre intérêt sinon p~r vertu. Bref, qu'il n'y a p~s de f~its racistes néglige~bles mais philôt des f~its symptom~ tiques. qui ne sont des dét~ils que pour les indifférents. La liberté d'opinion ne signifie p~s le droit d'intoxiquer une opinion publique déjà p~r trop ignorante d'autant plus que chaque opinion r~ciste qui reçoit cette publicité conduit à une exploit~tion et à une injustice qui. elle. est palp~ble et bien réelle. Marie Couton, professeur. 3S-Rennes. Ne vous laissez p?s engluer d~n s le conflit i sraélo - ~rabe ou le problème noir aux U.S.A., deux problèmes insolubles aClllellement, F?ites pllrter l'essentiel de votre effort sur le racisme en Fr?llce. Le Fr~nç?is n'a que trop tend?nce à voir le racisme des autres pays. Monter en épingle l'~ction de Jules ls~?c à destinMion d'un v~ste public de tr~dition (sociolo!, iquel chrétienne. Action ~(ltir~ciste? Longue p~tience. Tr~v~ il de Pénélope. Le r~cisme ne ser~ j~m~is vaincu. On peut seulement le freiner et donner mauvaise conscience aux racistes. Tâches: informations. incessantes et précises. P~s de grands discours généreux et utopiques. Des faits concrets et chiffrés. Actions judici~ ires cohtre journaux ou livres racistes, même si les procès doivent être perdus. Appels financiers au public à chaque fois que vous aurez perdu un procès (comme le fait le journal Minute). Bernard Burthey, professeur. 74-Bonneville - Lutte politique socio-économique afin de permettre de résoudre le problème des besoins fondamentaux de l'homme (la faim, aide au développement de pays sous-développés). - Parallèlement à cette lutte, informations psycho-pédagogiques pourront permettre à l'homme (celui dont les besoins fondamentaux sont résolus) de comprendre quelles sont les forces profondes qui le dirigent (forces d'amour et de vie, forces d'~gressivité et de mort). En un mot, essayer de progresser d'un état affectif infantile vers un état ~dulte permettant de sentir et de comprendre qu'égalité ne veut p~s dire identité et d'admettre la notion de d iffé ren ce. Paul Bloch-Laroque, médecin. 92-Bellevu~ Le racisme a pour incidences immédiates de gêner la lutte des travailleurs pour leur émancipation sociale et la lutte des peuples pour la paix. Une action ~ntiraciste efficace doit donc fonder son argumentation sur les intérêts vitaux et réciproques des victimes directes et indirectes du racisme, beaucoup plus que sur des consi" dérations sentimentales qui ont le gros défaut' de renvoyer bourreaux et victimes dos à dos ou d'engendrer un manichéisme dont il est bien difficile de se dépêtrer ensuite. . Gaston Monot, conseiller culturel. 94-Villejuif - L'alphabétisation des travailleurs immigrés, afin que cesse leur exploitation. - Manifestations populaires. Information dans les usines. - Faire comprendre aux travailleurs français que le chômage ne vient pas des travailleurs immigrés mais du régime, car on entend à tout propos que les étrangers prennent notre tr~vail. Henriette Daguet, O.S. 2 Peugeot. ;ZS-Audincourt Dans la mesure où le racisme se fonde, en partie, sur la crainte d'un certain envahissement par des gens « différents .. ~u sens biologique du terme, un mouvement antiraciste devr~it, pour être réaliste, contribuer à définir les données d'une politique de contrôle de l'immigration, qui ôterait aux Français leurs cr~intes à cet égard, ' Un mouvement antiraciste devrait d'autre part s'efforcer d'obtenir, pour les travailleurs immi- DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 grès en France (particulièrement les noirs et les Arabes) des conditions de vie 'décentes (logement et hygiène surtout en premier lieu) évitant l~ perpétuation d'une ségrégation de fait basée souvent sur l'exploitation des intéressés. Il conviendrait alors de prendre soin d'expliquer aux Fr~nçais que les investissements à f~ire d~ns ce but sont rentables et vont dans le sens de leurs propres intérêts. Enfin une action éducative (alph~bétisation, connaiss~nce des moeurs des Français, hygiène) menée par les organismes d'accueil de ces trav~illeurs ne peut qu'être fortement encouragée également. Franck Laurencine. Paris-4' Le trav~il du M.R.A.P. doit consister à aider toute ~ction vis~nt à punir et si possible mettre hors d'étM de nuire les criminels nazis, obtenir d'ici 1979 que la prescription soit supprimée en Allemagne, pour les crimes contre l'humanité commis pendant la dernière guerre et apprendre aux jeunes ce qu'a été et ce que veut être à l'heure actuelle le nazisme. Michèle Bauduin, professeur. 38-Saint-Egrève Il me semble que l'opinion publique en France est très peu consciente de la situation en Afrique du Sud. Ne pourriez-vous pas lancer une grande c~mpagne d'information et dans un deuxième temps adresser une pétition avec un maximum de signatures au gouvernement pour qu'il cesse enfin ses livraisons d'~rmes à l'Afrique du Sud et se conforme à l'embargo décidé par l'O.N.U. Nelly Minder, traductrice. Paris-S" Le racisme est difficile a extirper. Une information constante est à développer, elle commence dès l'école m~ternelle dans I~ mesure où l'école s'ouvre à la vie, Chaque milit~nt de n'importe quelle organis~tion (culturelle, syndicale, professionnelle, artistique, péd~gogique, etc.) peut être un milit~nt antir~ciste effic~ce. Georges Massieye, instituteur. t3-Salon J'ai été frappée par l'ampleur donhée à la Journée intern~tionale contre le racisme (21 m~rs). En tant qu'enseignante, je m 'y associe et je m'efforce, dans m~ classe, de mener tout au cours de l'année scolaire cette lutte. Les occasions ne manquent pas, de nombreuses élèves algériennes fréquentant notre école, Et jam~is je ne laisse passer les remarques désobligeantes, les mouvements d'humeur, à plus forte raison les injures : je raisonne, je réfléchis avant de faire mon petit lai'us : les arguments diffèrent selon les enfants à qui je m'adresse. Je trouve que les fillettes que j'avais, de 9 à JO ~ns, éwient très sensibles à ces arguments, elles comprenaient bien et certaines s'intéressaient bien à ce problème. Il est indéniable que je sentais l'influence du milieu familial. J'essaie de mettre exactement sur le même pied toutes mes élèves et, ayant commencé certains travaux de groupes, j'ai remarqué que les petites Algériennes s'y étaient fort bien intégrées, Jerne serais élevée évidemment contre tout sentimenl, genre patt1'\J'flliste ou contre· tout sentiment de pitié; j 'insistais sur la digni~ de chacune. Marie-Louise Charragnat, institutrice. 83-Toulon Je peux vous indiquer mes observations sur un tout petit groupe - sans cesse renouvelé toutefois et qui me paraît très représentatif du milieu des jeunes travailleurs sans qualification et socialement défavorisés, Franchement. ils nous arrivent très racistes. Si facilement braqués qu'on . ne peut au départ aborder même l~ discussion. Un lent tr~vail est nécessaire pour les amener à une évolution et ce non par des discussions (surtout pas par des discussions !l Il suffit de les ~mener à s'accepter indi;iduellement, à expliquer franchement et cordialement certains conflits (car nous ~vons souvent un pourcentage élevé de jeunes étrangers), Il s'~git surtout de soi-même se montrer naturel avec les jeunes étrangers devant les autres. de témoigner en toute occasion du respect envers les coutumes et les opinions dont la base nous paraît d'abord inexplicable. Pour ces jeunes-là, votre journ~1 est reg~rdé avec méfiance. Mais le disque que j'~v~is acheté au M.R.A.P. lors d'une iournée antiraciste . « l'Afrique noire chante ", -a été et est toujour~ très aimé . « On s'y croirait. .. Nous l'écoutons souvent, à la seule lumière du feu de bois et sans commentaires. Je suis sûre qu'il tr~vaille pour l'antiracisme aussi ~rdemment que les articles les mieux conçus. Certains films ~ussi. bien sûr. Berthe Pemin, conseillère d'O.P., secrétaire du « Club Volant ... Paris-I2' L'action ~ntiraciste doit donc continuer à org~niser des c?mp~gnes, des rassemblements de masses ~fin d'élever la protestation à un plus haut niveau. Votre Mouvement doit ess~.yer d'informer le plus possible c~r il faut bien le reconnaître, à l'heure ~ctuelle, les gens ne sont pas informés. Les journaux ne parlent que rarement de ces problèmes sauf quand ce sont des journaux à propagande raciste. C'est pour cette raison qu'une revue, telle que « Droit & Liberté» est si nécessaire. Cette année, au lycée, nous avons fait de nombreux exposés, notamment concernant l'apartheid. Nous avons fait ensuite de nom· breuses affiches contre l'ap~rtheid, que nous avons collées un peu p~rtout dans les rues, Tout cela dans le but d'essayer de f~ire prendre conscience au grand public de ce grave problème. TI ne f~ut pas laisser les gens dans l'ignorance, surtout lorsque c'est la vie de milliers d'hommes qui est en jeu. Les jeunes sont avec vous dans ce combat qui demande une attention sans relâche. Patrick Kriegel, étudiant. Paris- I 3' 19 4. Comment agir contre 1e rac•i sme?. Aujourd'hui comme demain, il n'y a qu'un seul moyen de combattre le racisme : c'est la culture. Culture de I"intellect, basée sur des arguments rationnels et scientifiques, démontrant l'ég~lité du « potentiel» des individus de chaque race. Culture morale, encourageant le sentiment de solidarité humaine. Sabrer la fausse charité, la fausse pitié, les sublimations dangereuses. Micbel Alcalay, interne des Hôpitaux. Paris-13' Que toute occasion soit saisie pour intervenir à la T.V. en dénonçant le mal causé par les racismes, surtout les plus insidieux; pour intervenir dans la grande presse quotidienne, hebdomadaire, syndicale aussi. En particulier, exiger un rectificatif dans les journaux lorsqu'une information a été présentée d'une manière raciste. Jean Dupuy, retraité E.N •. 33-Bordeaux Pratiquement. il faudrait obtenir des journaux qu'ils cessent de désigner la race de certains délinquants: « Un noir a fait ceci », « Un NordAfricain a fait cela », « Un juif, autre chose » ... Quand c'est « un Français », aucune caractéristique n'est donnée. Le résultat psychologique est fatal. Léone Strigo. 93-Montfermeil Il faudrait entreprendre de larges diffusions de petites brochures bon marché afin de toucher le plus de gens possible. Faire des manifestations, non pas discrètes, en salles réduites, mais sur des places publiques et informer les populations par tous les moyens modernes. Ceci sans relâche et partout, dans les moindres coins de campagne. Organiser des colloques réduits pour recruter des militants. Organiser des rencontres entre des individus de races, de moeurs, de conceptions religieuses et politiques différentes, de nationalités différentes, afin qu'ils apprennent à se connaître les uns les autres. Que chacun s'exprime librement. Lucky Thipbaine. 92-Colombes Les campagnes dans « Droit et Liberté» me semblent judicieuses et bien menées. Le principal reproche que je puis faire à son action est d'être trop confidentielle et de se limiter à quelques grandes \'illes. Même là. ne serait-il pas préférable d'utiliser des moyens plus percutants que journal. expositions (excellentes), et conférences, suivis surtout par des amis déjà acquis à l'antiracisme: tracts, affichettes, « encadrés» dans la presse de grande diffusion, avec des f(lrmules choc? Cela coûterait bien cher. .. Des comités puissants et l:5ien organisés ne peuvent-ils trouver 20 des ressources par des moyens autres que tombolas et souscriptions : stands tenus dans des Fêtes organisées par d'autres. s'ils ne peuvent en faire eux-mêmes? Yvonne Leblais, prof. Lettres. 69-St-Fons C'est la grande masse qu'il faut toucher car c'est en son sein que les réactions racistes présentent, pour les minorités, les inconvénients les plus graves. En clair : une remarque de « type raciste» blesse plus un homme de couleur, par exemple, si elle vient d'un ouvrier, d'un employé ou d'un commerçant que si eUe s'étale dans un gros titre de « Minute ». Donc : décentralisation. Pour cela : groupes locaux plus nombreux, structuration du Mouvement, atomisation dans les villes à croissance rapide, action dans les quartiers, notamment là où il y a des minorités étrangères ou des individus vulnérables à l'atteinte du racisme. Présence de militants permettant de limiter les effets de mesures, ou actes ségrégatifs, voire de les prévenir. André Gourt, psycbologue scolaire. 78-Sartrouville On devrait, sur le plan des groupements locaux, en finir avec l'esprit de chapelles. et, en créant des comités élargis, faire circuler les responsabilités parmi tous les membres venant de tous les horizons pour éviter la cristallisation et l'inféodation. Gérard E. Weil, professeur à la Faculté des Lettres de Nancy. Chacun peut jouer son rôle antiraciste à son échelle. Le M.R.A.P. à l'échelle nationale et chacun de nous et sans relâche, dans notre entourage et cela multiplié par 1 000, 10000 ... peut donner un résultat positif. Pierre Drabi, instituteur. Paris-17 La lutte antiraciste pourrait et devrait être l'attitude quotidienne de chacun de nous, par exemple fréquenter des familles que leur origine étrangère laisse à l'écart dans les pauvres quartiers de nos villes, aider ces gens et leur faire mieux connaître d'autres familles. Ginette Masse, enseignement. 73-Modane Je souhaiterais que le M.R.A.P., grâce au prestige des membres de son comité d'honneur, joue un rôle de fédérateur de toutes les associations luttant en France contre le racisme, de toutes les associations luttant pour que les tm-, vailleurs immigrés soient traités selon leurs droits, de toutes les associations luttant oour le développement. Le rôle du fédérateur serait : d'établir un annuaire de ces associations. de rationaliser, daos certains cas, leurs frais de gestion, et, surtout, d'organiser. au moment de l'élaboration du budget, un mouvement de pression pour que les sommes consacrées au développement représentent effectivement une aide et aillent toujours croissant. D'autres fonctions seraient faciles à trouver. L'absence de coordination entre toutes ces associations se fait lourdement sentir. Daniel Gall, ingénieur. 91-Verrière-le-Buisson Unité d'action et d'information avec les autres mouvements antiracistes. Création d'un centre d'information, auquel on pourrait par téléphone demander tout renseignement (bibliographie, comment ont été organisées ailleurs les luttes antiracistes, renseignements juridiques si besoin est...). Marie Riglet. Paris-18' A quand votre Mouvement sur le plan inter national, avec échange de jeunes dans les pays africains? Pour comIl1~ncer les enfants ne sont pas racistes, il faudrait donc. tout jeunes. les mettre en contact. Pourquoi pas une espèce de « scoutisme » antiraciste? Que des jeunes Français. le jeudi ou en vacances. aident les assistantes sociales à se pencher sur le problème des immigrés? Ce qui permettrait déjà à des jeunes de se connaître. Par votre persévérance, peut-être ,pourriez, vous obtenir une subvention du gouvernement? (Ne vous moquez pas de moi. Je vous pne. car il serait naturel que. contribuant à former un climat de paix à l'intérieur du pays, votre combat, votre organisation en soient rémunérés). Mme G. Goldring. 92-Asnières Il me semble que. dans un pays civilisé. le gouvernement lui-même devrait aider la lutte contre le racisme et même la prendre en main: Par I"éducation : que l'antiracisme fasse par tie de l'éducation dès l'école et se prolonge au lycée, particulièrement dans le 2 cycle où les élèves prennent conscience des problèmes mon diaux. (A ce titre, les bibliothèques de 2 cycle pourraient être abonnées à « Droit &. Liberté ». entre autres ... ). Par l'intermédiaire des aFFaires s0ciales. en faisant un sort meilleur aux travailleurs étran gers, de façon que. logés et nourris con ven a blement. leur ~spect extérieur ne les différencie pas tellement et n'inspire ni la peur. ni le dégoût et le mépris. Un gouvernement ne de\T~it jamais trop non plus pincer la corde nationaliste qui Favorise le racisme ?utom~tiquement. Jeanne-Marie Auginaud, documentaliste de lycée. 13-lstres Le M.R.A.P. a droit il toute notre estime. Il duit avoir sa place à l'O.R.T.F .. à une heure de grande écoute. Le ministere de I"Educatiun nationale doit lui attribuer un budp.ct. Sa oro pagande? besoin d'être de be?ucoup~ plus imPortante. Le cadre de l'Antiracisme ne suffit plus. 11 s'agit de lutter pour le respect de I"Homme. Devant I"énormité du problème, I? lutte d'un m0uvement ne suffit plus. La société entiére doit prendre ses responsabilitcs. Albert Hifszman, représentant. Paris-20 CinélDa FESTIVAL AFRICAIN A PARIS Les jeunes réalisateurs d' Mrique noire examinent sans complexe la situation de leurs compatriotes, qu'ils soient restés au pays ou qu'ils vivent dans l'exil. Ils mettent ainsi l'accent sur les difficultés de la décolonisation. «CONCERTO POUR UN EXIL» : Réunis dans cette morne chambre d'hôtel parisien, ils méditent sur leur condition. NOCES DE FEU I:HISTOIRE des deux fournaIses est contée ici comme le mariage heureux du feu 'et de la ferraille donnant naissance au fer dont les Africains forgent leurs outils de travail à la campagne. Ce qui est touchant dans le récit, c'est que les forgerons s'investissent de la qualité de l'artiste, deviennent les maîtres du feu et du fer, les sorciers qui font le miracle nocturne d'ou sortira cette substance si nécessaire à la vie de la tribu. C'est là tout un rite; les étapes successives de la fabrication du fer sont accompagnées de chants folkloriques, de danses et de mouvements qui ont tous leur signification symbolique. Les fournaises, composées d'argile, sont érigées avec une grande dévotion et décorées avec amour. Chacun des participants a une tâche bien précise à remplir et tous semblent vivre une expérience enthousiaste, bien différente du travail prétendument routinier des artisans de chez nous. La ferraille, aux prises avec le feu, cède enfin et fond, se désagrégeant ainsi en fer qui coule, pur, et en scories qui s'amassent sous la robe de la mariée. Les {( sorciers» s'emparent de la fonte pour forger leurs outils de travail qui serviront à labourer les champs, à préparer une nouvelle récolte. Poétique, simple et riche en couleur, ce court-métrage n'en présente pas moins des qualités techniques, en traçant le procédé DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 de fabrication du fer, qui nous émerveille par sa précision, son génie et sa « technicité », sans parler de l'atmosph~re magique qui l'entoure. C'est ainsi que « Noces de feu» nous dépeint l'Afrique « à l'état brut», les anciennes traditions encore tenaces; il nolis révèle le côté exotique, à l'abri du mimétisme occidental, de ce continent, l'aspect primitif et authentique, peut-être. CABASCABO I L en va autrement pour « Cabascabo », , film qui marque l'étape suivante dans l'évolution historique de ce festival, qui nous révèle les différents problèmes se posant aux jeunes Africains d'aujourd'hui (I). Ici, nous sommes en présence du problème de l'accueil et de l'adaptation que pose le retour en terre natale africaine. L'accueil est décevant, l'adaptation, bien que nécessaire et plus saine, est, en dernière analyse, décevante elle aussi et même puérile par certains côtés. Ceci dans la mesure où le jeune Africain, rentrant chez lui après s'être quelque peu « occidentalisé » et enrichi matèriellement, rencontre un milieu intéressé, puis indifférent voire cruel, se trouve contraint de reprendre les habitudes ancestrales et de revenir au travail de la terre. En d'autres termes, c'est l'Afrique fermée au progrès que l'on nous montre. ou du moins à certains aspects (parfois contestables) de la civilisation occidentale, Cabascabo, parti sous le drapeau français faire la guerre en Indochine, vit ainsi un certain temps parmi des éléments différents de ceux qu'il avait connus chez lui. Fort d'une expérience nouvelle et de sa solde de militaire, il retourne dans son pays tel Ulysse de son périple et il ne voit que ce que la vie peut lui apporter d'agréable et de flatteur. C'est ainsi que dans son aveuglement Cabascabo est convaincu d'être le préféré, le plus respecté TI est vrai que ces amis sont d'abord éblouis par leur camarade, vêtu à l'européenne, généreux, source intarissable de récits de pays lointains - quelqu'un qui ,;onnaît le monde - mais bien vite, ils s'aperçoivent de sa faiblesse, de sa petite vanité qui lui masque la vérité, et en proritent: Mais Cabascabo est naïf jusqu'au bout; amis, femmes et amusements de toutes ~ LES FILMS PRÉSENTÉS • Noces de feu. - Réalisation Nicole Echard, (Comité du film ethnographique) filmé dans l'Ader, Niger. • Cabascabo. - Ecrit, réalisé et interprété par Oumarou Ganda, Niger. • Concerto pour un exil. - Réalisation scénario et dialogues : Désiré Ecaré, Côte d'Ivoire. 21 22 Exoeptionnel ! Pour vos cadeaux de fin d'année, l'ouvrage du peintre Maurice Mendjisky HOMMAGE AUX COMBATTANTS MARTYRS DU GHETTO DE VARSOVIE est vendu 50 F au lieu de 100 F • 35 dessins sur planches sous jaquette et couverture forte. numérotée. __ Préface de Vercors. • Poème inédit de Paul Eluard. Le bon dt! commande ci-dessous dOÎL être adressé à Droit et Liberté. 120, rue Saint-Denis, Paris-2e C.C.P. 6070-98 Paris. .BOl'll DE COMMANDE M Adresse désire recevoir un exemplaire de l'ouvrage de Maurice Mendjiski. . Ci joint la somme de 50 F par -+ sortes absorbent son argent; il est contramt de faire vendre ses costumes par un ami qu'il croit dévoué mais qui se réserve en réalité une commission généreuse et non déclarée. Bien vite, le jeune Africain, démuni de son avoir, se rend à l'évidence et se met à chercher du travail. Mais ses rêves sont déçus une fois de plus : dans la police, on le refuse pour une bagatelle, un manque de discipline (discutable) dont font état ses documents militaires. Cabascabo se joint donc aux maçons mais, pour comble de malheur, une rixe avec le contremaître lui vaut un licenCiement sur le champ ... n est déçu par l'infidélité de ses amis par la mauvaise foi des milieux « professionnels ». mais son amertume le pousse dans une voie positive et négative à la fois. Muni d'un outil de travail que lui tend la seule âme compréhen sive du film , la femme de son propriétaire qui l'avait délogé sans ménagement, Cabascabo tourne le dos à la « civilisation» tout entiére et reprend les sentiers battus des champs qui le portent à la case familiale, au travail de la terre. Est-ce là une vue optimiste des choses? Ses compatriotes sont peut-être racistes en reniant sa qualité de « civilisé» - par rapport à eux, bien entendu - et en ne lui offrant pas la possibilité d'occuper une place qui lui revient dans leur société, ni de faire bénéficier leur pays de son expérience. Et Cabascabo lui-même, a-t-il tiré un profit tangible du temps passé à l'étranger, ne s'est-il pas imprégné de la seule enveloppe occidentale, de la griserie du pouvoir temporaire que confère l'argent? Tous ces problèmes douloureux, le film nous les dépeint. sans prendre parti. sans accuser ni justifi er, mais la vérité est là : Afrique, renies-tu tes fils? CONCERTO POUR UN EXIL NOUS quittons le cadre ' africain, nous nous éloignons des problèmes locaux pour plonger dans . la grisaille parisienne et les difficultés qu'elle SOUleve pour les immigrés dans « Concerto pour un exil». Hervé, chef dynamique et éloquent d'une association estudiantine de gauche, se livre à ses activités sociales jusqu'à l'oubli de sa propre personne et de celle de sa femme. Robuste géant à la panse imposante, le sourire aux lèvres et la parole facile, Hervé fait ses adieux à un camarade diplômé qui rentre chez lui, en Afrique. Ce dernier quitte Orly avec la certitude de trouver, au bout du voyage, des bras ouverts. la promesse d'un avenir brillant. Hervé, lui, est content de rester à Paris et de poursuivre sa carrière d'orateur qui éblouit son auditoire, le soumet à sa volonté, le dupe parfois ... C'est ainsi qu'élaborant des paroles souvent Creu-ses. destinées à impressionner ses camarades plutôt qu'à leur faire saisir une \l;rité salvatrice, sa femme, luttant contre des dépressions nerveuses que le comportement marital n'apaise guère. passe son temps à chercher son époux, à traîner nerveusement dans leur chambre d'hôtel, à rêver du pays natal, des caresses et de l'affection auxquels elle a droit. Mais il y a aussi « le voisin ». Celui-ci. préférant la solitude à deux, fait ses avances à la femme délaissée qui ne les refuse pas. en fin de compte. Hervé apprend vite la nouvelle et revient furieux à la chambre matrimoniale. Sa femme l'implore. lui explique la raison de son laisser-aller. Mais Hervé, piqué dans sa vanité masculine seulement, reste hermétique à l'angoisse de sa femme et repart aussitôt, séduit par un nouveau jouet: la promesse d'un rôle dans une troupe théâtrale. Un nouveau jouet? Une nouvelle activité trépidante et flatteuse pour remplir le vide de son coeur. Car Hervé n'est pas heureux à Paris, il s'évade dans le sommeil qui le retient au lit jusqu'à une heure avancée de la matinée. Sa femme est là, à côté de lui, en train de ruminer son sort au petit matin, observant, interloquée, le second camarade qu'Hervé a hébergé et qui dort, recroquevillé, sur le plancher nu. Ce nouveau venu qui dès l'aube devra chercher à gagner son pain aux Halles ou peut-être en balayant les rues... La Ville Lumière promet tant de choses ... Oui, se dit-elle, il faut retourner au pays natal, en Afrique. Hervé, las de ses activités stériles, cède enfin aux pressions de sa femme : (( Nous retournerons chez nous! JJ. Mais l'arrivée subite et inattendue du camarade parti depuis peu pour faire une carriére brillante «NOCES DE FEU» L'Afrique «à l'état brut» . «CABASCABO» : Les problèmes de l'accueil et de l'adaptation que pose le retour en terre natale africaine. au pays natal. gèle cette atmosphère euphorique. Cet ami déçu par un piètre accueil. a tourné le dos à l'Afrique. à ses illusiùns de gloire, pour se replùnger dans la m ~ diùcrit ~ de sa vie parisienne. Et réunis dans cette mùrne chambre d'hôtel autùur de valises d ~jà bouclées. Hervé-l'orateur. sa femme trépidante. le Dùn Juan désoeuvré, et le revenant aux ambitions déçues et quelques autres déracinés fixent la faible lueur que laisse passer la lucarne et méditent tristement sur leur condition: Paris, terre étrangère - Afrique. renies-tu tes fils? Dana SHAVIT ( l) Presente au cinéma • Racine . de Paris, du 24 septembre au IS octobre. «NOCES DE FEU» : Chacun des participants a une tâche bien précise à remplir. DROIT ET LIBERTÉ - ND 287 - NOVEMBRE 1969 Revues L'IMAGE Sidic, revue de documentation judéochrétienne (1) consacre un numéro à l'image du juif dans diverses littératures. Exception faite d'un article d'ailleurs fort intéressant sur le destin de cette image en Argentine , ce sont surtout les littératures occidentales qui sont explorées : anglaise , française et allemande. le cadre fort étroit de cette revue empêche que cette exploration soit autre chose qu'un survol très rapide. Noms d'auteurs et titres d'oeuvres abondent , car on ne peut interroger la littérature sans qu'elle fournisse une moisson pléthorique d'exemples, et le caractère le plus souvent odieux de ce portrait du juif n'ajoute rien à la réputation des auteurs qui s'y sont livrés. Un sujet aussi vaste implique une connaissance presque entière des littératures, ce qui explique quelques erreurs, omissions et fautes de perspectives dans les articles de la revue. Par exemple , ce n'est pas Touvenel, mais Toussenel qui est l'auteur de Les Juifs, rois de l'époque, publié pour la première fois en 1846 et non en 1894. On peut regretter aussi qu' Israël Zangwill ne soit pas mentionné parmi les grands noms de la littérature juive anglo-saxonne. le rappeler est un correctif nécessaire à l'affirmation selon laquelle c'est ({ en Amérique que l'on trouve des juifs qui écrivent au sujet des juifs ». Sans l'Anglais Israël Zangwill , une telle littérature , en France comme ailleurs, aurait pris plus tardivement naissance. Enfin, il ne faut pas établir une relation trop simpliste entre le nom de Gobineau et l'antisémitisme au sens de l'antijudaïsme. l 'auteur de l'Essai sur l'inégalité des races humaines ne s'est pas livré à cet antisémitisme-là. Ces quelques réserves exprimées, il n'en demeure pas moins que la somme d'information traitée dans la revue est considérable. l 'information établie, reste le délicat problème de son décryptage et de son interprétation. les auteurs de la revue font justement remarquer que l'action des écrivains ne reflète pas seulement la DU JUIF psyché des peuples, mais qu'elle l'entretient et la nourrit . C'est vrai, mais cette observation escamote quelque peu le problème de l'origine de cette action. On ne peut pas oublier le rôle de la catéchèse chrétienne dans la genèse de l'antisémitisme. Si les persécutions contre les juifs furent l'expression du malaise historique des sociétés dans lesquelles ils vivaient , ils n'en furent l'objet que parce qu'on les avait précédemment désignés à l'être. Il faut aussi, je crois , distinguer entre les différents emplois du juif dans la littérature. le terme de littérature recouvre trop de formes différentes de la chose écrite. le juif est traité comme objet littéraire et comme sujet politique, religieux et économique dans les littératures différentes que sont le roman ou le théâtre, la thèse et le pamphlet. Il y a un emploi que l'on pourrait qualifier esthétique du juif et un emploi polémique . Sur le plan esthétique, le juif n'est qu'un matériau littéraire. C'est ainsi que Marlowe et Shakespeare, Walter Scott et Victor Hugo en ont usé, ne se souciant guère de la conformité du modèle pittoresque et de l'original, y investissant peu leurs sentiments ou leur intelligence, traduisant en somme primitivement les phantasmes de leur public. Sur le plan polémique, les thèses religieuse~ et sociales prétendent à une conformité entre leur popos et la réalité. C'est beaucoup plus grave. léon Bloy, Toussenel et Drumont sont responsables de la représentation que la société moderne s'est donnée des juifs. les emplois du juif s'établissent sur des registres qui vont des propos d'une fiction délirante au délire pathologique de ceux qui croient en la fiction de leurs propos. De cette image du juif que la parole a créée , ce que le lecteur doit voir, ce ' n'est pas la vérité relative du portrait, mais la culpabilité de ceux qui l'ont composée. Certes, elle n'est pas belle cette image, image non pas du juif, mais du portraitiste. Albert PESSES (1 ! Sidic, Service international de documentation judéoChré 1enne , 28 via Gariba ldi. Rome LE 2Se BAL ANNUEL de l'Union des engagés volontaires et anciens combattants juifs aura lieu LE 24 DÉCEMBRE 1969 de 22 heures a l'aube dans LES SALONS DU PALAIS D'ORSAY (Métro Solferino) 2 ORCHESTRES - BUFFETS - SOUPERS - TOMBOLA RÉSERVATION: U.E.V.J., 58, rue du Château-d'Eau, PARIS-JOc - NOR. 49-26 23 24 1) les livres Trésors mystiques de l'Inde Aux « Editions du Centurion», dans la collection « Chemins de lumière», une étrange entreprise de compilation signée Marcel Hertsens et intutilée : « Trésors mystiques de l'Inde». Le seul mérite de l'ouvrage serait l'abondance des citations si tout - le choix des morceaux, la traduction, et surtout la quantité de notes « explicatives» qui défigurent le texte - ne tentait systématiquement à convaincre que depuis l'orée de leur civilisation, les Hindous sont des Chrétiens qui s'ignorent. De la fausse vulgarisation , une interprétation tendancieuse que l'on ne peut assimiler à de la simple niaiserie. Le Dossier Laval Une tentative de réhabilitation du ministre de Pétain, avec prétentions à l'objectivité : en regard de l'abondant dossier de la défense, un mince rappel du réquisitoire (1). Laval aurait été jugé hâtivement, par des jurés prévenus, qui n'ont pas pris le temps de connaître sa véritable action. il n'avait en vue que la sauvegarde des intérêts français , voilà qui explique sa politique. Sans doute ne croyait-il pas à la défaite des Allemands, et c'est pourquoi il les a aidés de cent manières - mais peut-on lui reprocher un simple manque de foi? Sans doute a-t-il couvert de son autorité les rafles de juifs, proposé aux nazis une variété française d'antisémitisme, - mais c' était la politique du moindre mal. Sans doute aussi a-t-il fait pourchasser les résistants par des miliciens français , mais c'est parce que cette mesure lui était imposée, et qu'en quittant le pouvoir, il eût « livré la France à l'aventure». Et grâce à lui, Dieu merci, tout s'est passé dans l'ordre. La tentative de M. Claude Gounelle est transparente , et c'est pourquoi le lecture de son ouvrage est hautement instructive. Mais reste à savoir où une certaine droite , dont ce livre alimente la campagne, puise l'insolence d'effacer, par d'aussi subtiles arguties juridiques, une des plus grandes hontes de la France . C.S. (1) Par Claude Gounelle (Editions Plon). Fi n de Ca rnava 1 Au Théâtre de Nanterre qui vient d'ouvrir ses portes, « Fin de Carnaval », de Joseph Topol , représente le conflit tragique de la communauté envahissante et des individus inadaptés qu'elle aime et cependant condamne, irrémédiablement. «Je ne veux pas mourir de peur» ... Le dernier propriétaire foncier de ce petit village tchèque refusant d'adhérer à la coopérative , point le descendant des anciens maîtres mais un rude paysan laborieux que chacun connaît et respecte , s'appelant Roi par une malchance dérisoire - son fils Henri , l'idiot et le bouffon du village , sur qui symboliquement et puérilement l'on se venge de son père à l'occasion du carnava l an nuel , mais avec quelles rémissions de tendresse; Rafaël surtout , le lycéen revenu de la ville , que l'on jalouse sourdement , aimant de tout son désespoir et avec une spontanéité irrési stible la fille de Roi , Mariette, parce que cet amour le réintègre dans la société villageoise et lui restitue ses années d' enfance - la communauté fait pression sur ces individus, croyant bouffonner, inconsciente de sa haine et de sa force , jusqu 'à ce que 1'« accident» survienne, et que le carnaval s'achève tragiquement. La communauté ce sont les masques, chaudement enfantins, ou témoins dérisoires d'un passé révolu. C'est leur hostilité spontanée qui dénonce l'intrus Rafaël comme le coupable volontaire , que seul l'amour de Mariette justifiera peut-être . La mise en scène de Pierre Debauche , sobrement abstraite pour suggérer l'espace villageois, la musique d'André Chamoux, solennelle, grotesque , utilisant les instruments les pltls improvisés, et tra gique par sa bouffonnerie facilitent admirablement la compréhen sion de la pièce. Christophe STOLOWICKI la poésie Des voix de l'Est Celui que Maïakovsky célébrait « comme le plus splendide . le plus pur chevalier de notre lutte poétique », Vladimir Khlebnikov (1) (1 885-1922) cueillit le poème par brassées sur la misère russe. Mais sa protestation et son attestation révolu tionnaires s étayent sur la terre rude et les jeux des étoiles, le galop des steppes et celui des nues profondes. Vladimir Holan! Profondément sous l'oeil , La Douleur (1) marque ce burineur de soi. Et le voici dans Une Nuit avec Hamlet(2 ). L'Amour ... il brûle avant même de vivre et tue toujours ce dont il vit - marmonne en un rugissement le visionnaire tchèque Cf vieillard là blotti Il quand Il la tempête s'habille déjà de toute la maison ». Il L'espérance est peut-être au fond de la patience et dans l'attente la plus longue Il. Je n'ai pas choisi De mendier le bonheur sur les places ... Une peine presque animale Entoure la bouche et mes yeux ... Les larmes sont salées. Je crains Demain me lever morte écrit, vraiment traduite par Elsa Triolet, la mélodieuse Marina Tsvétaeva, et comme Maïakovsky qu'elle salue Il Tonnerre des pavés », elle s'est suicidée. Révolutionnaire emlgrée par amour, nostalgique de I·U.R.S.S. elle y retourne avec son fils en 1939. Mais ce retour la sépare définitivement de son mari et de sa fille. Car vint 41 - l'invasion nazie qui la désespéra. Elle avait crié avec les Tchèques après Munich ... tant qu'il reste du crachat dans la jbouche Tout le pays est armé! mais déjà écrit en 17 Plutôt mourir! Plutôt ne jamais être née Que d'écouter ce pitoyable cri plaintif Pour les belles aux sourcils noirs. Oh! Jcomme ils chantent .! aujourd'hui les soldats! Dans la collection (1) qu'il dirige, Henry Deluy présente avec Paul Wiens Dix-sept poètes de la R.D.A. Ce recueil est une somme de significations. Confrontés aux espoirs d'un monde nouveau , ces poètes de deux âges (29 à 52 ans) le sondent, l'interpellent avec une extraordinaire liberté. N'ont-ils pas à libérer Il Deux Syllabes Il : Deutschland? J. C.-B. {1 Oswa d Poêsie des pays ::.oc ia listes 1 -2 3. {:.::: GallirT'arCl 1 les disques Lâchez les chiens Dénoncer en vrac le racisme, le colonialisme (l'ancien et le néo), leurs instruments les préjugés, les tabous, la coopération , la charité organisée, le paternalisme, le~ ethnologues patentés, l'intolérance , la répression, c'est la gageure qu'a tenue Yvan Labéjof dans son disque « Lâchez les chiens Il (1) où sont rassemblés seize sketches présentés pour la plupart en cabaret. Yvan Labéjof, qui se présente comme Il une particularité nègre parmi une entité blanche, et de ce fait nègre d'Afrique, nègre des Amériques, nègre des Antilles Il assène à un public imaginaire mais qu'on imagine présent grâce à son pouvoir de suggestion, un certain nombre de vérités et de contre-vérités. Elles surgissent, s'imposent, avec d'autant plus de force qu'elles bérléficient du contraste existant entre le ton employé par Yvan Labéjof - celui de la conversation courante, banale même - sa voix grave, sonore et métallique et l'importance des thèmes traités. « Ce que j'aime par-dessus tout est l'absurde de la situation, l'anachronisme de la vie de tous les iours Il, écrit Yvan Labéjof. Et en effet, il manie ces ingrédients avec talent et humour. Un humour léger, bon enfant, en apparence, mais qui devrait grincer aux oreilles des Il jamais concernés II. Absurde, n'est-ce pas, le cas de ce ministre africain victime d'un changement de gouvernement. Il Je suis venu, explique- t-il vers mes grands frères français, ma grande famille française ... vous quoi! Il et il est devenu Il balayeur municipal. .. sur les Champs-Elysées bien sûr, car je suis ancien ministre II. Anachronique n'est-ce pas, la situation de l'accompagnateur : Il Je suis heureux de voir que vous appréciez mon pianiste blanc... Depuis que nous sommes indépendants, ces gens n'ont plus de boulot, mercenaires, c'est pas un métier. Il Et ainsi de suite, les sketches s'enchaînent, sans transition, volontairement rapides; on n'a pas le temps de souffler, pas le temps de réfléchir, l'évidence est là ... clac! on est assommé. La compréhension est au second degré et elle est dure. Yvan Labéjof pour ce très bon disque vient d'être couronné Grand Prix de l'Humour, c'est tout dire! Jeanne LANGIERT (1) Disques « Vogue lt ClULX 369. DROIT ET LIBERTÉ - N° 2B7 - NOVEMBRE 1969 arts La beauté court les rues L'exposition présentée à l'Abbaye de Royaumont a été conçue et réalisée par Lucien Hervé, photographe de Le Corbusier. L'idée est celle-ci : la beauté, ne la rencontre-t-on pas autour de soi, même dans les endroits apparemment les plus anodins ou les plus laids? Finalement tout est dans la manière de considérer ce qu'on a sous les yeux; il faut pour cela, bien entendu, regarder d'une manière active, pénétrer les formes, déshabiller les apparences. Le spectacle est dans la rue et sa modification est permanente, c'est le Il cinétisme » le plus naturel qui soit, et c'est aussi toute forme d'art, y compris le tachisme , l'art abstrait, l'optique-art , le pop-art, que le Il voyeurll associe quand son regard s'accroche sur quelques détails épars qu'il relie en laissant faire son imagination. L'exposition qui nous donne à voir, dans I,lne salle spacieuse, splendidement aménagée, des oeuvres de Soto, Leparc, Kemeny, Pénalba , Oison, Sondeborg ... et bien d'autres grands noms du monde de l'art, est d'une qualité qui n'a d'égale que sa diversité. Les photos de Lucien Hervé s'accordent tout à fait avec le but qu'il s'est assigné . La projection en fondu enchaîné des clichés en couleur faisant alterner images d'oeuvres d'art et images du monde réel accompagnées de textes brefs mais percutants, nous convainc de la nécessité d'une telle entreprise. On visite cette exposition en écoutant en version stéréophonique des oeuvres de Duke Ellington, Miles Davis, John Coltrane ... Charles FUTERMAN [JJ la tëlèvision Les Oliviers de la justice Le film Cf Les Oliviers de la justice Il, document des Il Dossiers de récran Il pour un débat sur l'Algérie d'avant 1954, était une mise en atmosphère idéaliste faite de nostalgie pour la fraternité déchirée de deux communautés. Il n'abordait pas le fond du drame algérien : le mécanisme de l'exploitation coloniale instaurée dès 1830. Heureusement le passionnant débat qui suivit mit en lumière les causes véritables du soulèvement de 1954. En quelques données statistiques le professeur CharlesAndré Julien définit excellemment l'état misérable du peuple algérien à la veille de ce qu'on a appelé pudiquement (1 les événements des Aurès Il. Mais il restait surtout à préciser l'humiliation de tout un peuple et à qualifier le système d'oppression par son nom: le colonialisme. C'est ce que fit M. Mourad Bourboune, écrivain algérien, qui énonça quelques vérités fondamentales

cette guerre a commencé

le 5 juillet 1830, s'est prolongée par la conquête qui dura 45 ans, les massacres de Sétif de 1945 marquant l'enterrement définitif pour les Algériens des rêves réformistes et le début d'un grand soulèvement unitaire ; à cette date les Algériens comprirent que la seule voie qui s'ouvrait à eux était la lutte nationale libératrice. Le professeur Philippe Marçais et une ancienne journaliste de I( l'Echo d'Alger Il représentants typiques des attardés de la colonisation , n'avaient apparemment toujours rien compris. Cette dernière osa par exemple affirmer que les maquisards algériims n'étaient que 5000 et que le peuple ne désirait pas l'indépendance, sans se rendre compte en sa superbe bêtise qu'elle ridiculisait les centaines de milliers de militaires français. Que cette passionnante confrontation soit possible à la télévision française en 1 969 montre l'évolution des consciences sur le chemin du progrès, une évolution ou une expérience payée chèrement par le sang et les ruines . La conclusion de cette soirée par la soeur de l'écrivain Jean Amrouche : Il Nous allons commencer quelque chose de nouveau Il est bien la note optimiste qui convenait à l'évocation d'une si tragique page de notre histoire. Jean CONTE 25 Vêtements de luxe en peaux lainées 26 pour hommes femmes enfants v S.A. TEXTI LEFOURRURE 30, rue Beaubourg - PARIS-3e Tél. : TUR. 20-62 et 34-65 Une vieille industrie du terroir, que l'âge industriel avait ruinée, a ressuscité grâce aux artistes venus d'un peu partout. Photo du haut : le potier Pierre Oigan tra vaillant à son tour. Ci-contre : lampes et miroir. créés par Barbara Dellosse. U N Russe, une Australienne, des Martiniquais, une Allemande, une Suédoise, des Anglaises. Nous ne ,ommes pas à La Ruche~ à Montparnasse, dans un milieu de peintres venus de partout. Nous sommes dans un village berrichon - quelques maisons basses perdues dans la vaste forêt qui, de la Loire à Bourges, couvre cette âpre contrée que l'on appelle le « Pays fort ». Un village ignoré, un « vrai troU», comme on dit, mais qui est en même temps une capitale mondiale pour les potiers en grès : La Borne d'Henrichemont, dans le Cher (quelques centaines d'habitants, une école, une boulangerie, deux épiceries et un bureau de tabac) est l'un des hauts lieux des « arts de feu ». Pour fabriquer la poterie de grès, il faut une tenue spéciale et beaucoup de bois. Le haut Berry offre les deux. DepUIs la préhistoire, la poterie s'est installée dans Pour vos cadeaux de fin d'année EXPOSITI 0 N-VE NTE • Céramiques et poteries de La Borne • Objets de différents pays. Gravures. Uvres, disques • Cartes de voeux Du 5 au 25 décembre 1969 au siège du M.R.A.P. 120, rue Saint-Denis - Paris-II" - Métro: Etienne-Marcel NOUS SERONS HEUREUX DE VOUS ACCUEILLIR. VOUS DÉCOUVRIR~Z DES CADEAUX ORIGINAUX POUR LES FÊTES DE FIN D'ANNEE lu ... vu ... • Après une absence de Sans, le peintre Yankel présente à la galerie Vercel (9 , avenue Matignon, Paris-Se), une exposition sous le titre : « Hommage à mon père». Kikïone, le p,ère de Yankel, fut le compagnon de Modigliani , Chagall, Soutine, Zadkine etc. • Le Centre culturel communal de Bobigny a présenté une exposition Max Jacob, le poète arrêté le 24 février 1944 par la Gestapo et mort dix jours plus tard au camp de Drancy. • Jusqu'au 30 novembre se tient à Amsterdam une exposition d'oeuvres de Rembrandt. 23 toiles et 120 dessins sont ainsi présentés, parmi lesquels « Le sacrifice d'Abraham» qui n'avait pas quitté la Russie depuis 1779. • Le film collectif algérien « L'enfer a dix ans» a obtenu la Gazelle d'Or du Festival méditerranéen du film et le Premier prix de la critique . • Le premier prix de l'amitié franco-arabe, fondé par l'Association de solidarité francoarabe, a été attribué à M. Louis Gardet pour son livre « Islam». • Une exposition consacrée au sculpteur Alberto Giacometti se tient à Paris, à l'Orangerie des Tuileries. • Invité par « Alpha», l'association culturelle des adhérents de la F.N.A.C., le (( Bread and Puppet Theatre Il de New York sera à Paris du 1 7 au 21 novembre et du 24 au 2S décembre, à la salle Wagram. Créé en 1961 par Peter Schumann, ancien marionnettiste, le « Bread and Puppet», grâce à ses masques de carnaentendu val, ses marionnettes géantes (de trois à cinq mètres), ses manipulateurs et ses mimes, a su trouver un langage nouveau et original dans la vraie tradition foraine . Deux pièces sont inscrites au programme : (( The Cry of the people for meat Il, à partir de l'Ancien et du- Nouveau Testament; et (( Fire Il, sorte de mystère laïc au cours duquel un vill\ge vietnamien revit la semaine de la Passion (avec un jour en plus, celui du «feu» de la destruction). Location F.N.A.C., 6, boulevard de Sébastopol, Paris-4° - TUR . 29- 49 - 26, avenue de Wagram, Paris-S· . • La Troupe théâtrale juive de Moscou vient d'obtenir un grand succès dans sa tournée « de la Néva aux Carpates». Elle prépare une nouvelle tournée dans les villes ,du sud de l'U.R.S.S. • Les éditions Nagel publient un ouvrage de Raymond Bloch , « Les Etrusques». L'auteur y évoque les origines, la langue, les moeurs des Etrusques, et fait revivre leur civilisation. Ce beau livre, vendu 46,60 F, contient 132 illustrations dont 61 en couleurs. • Le premier numéro d' «AxesHebdo », dont le directeur est notre collaborateur et ami Georges Châtain, est paru le 1 7 octobre à Limoges. Avec l'intention de rayonner sur toute la région du CentreOuest, ce nouvel hebdomadaire auquel nous souhaitons longue vie, se propose de devenir le complément nécessaire du quotidien régional d'information. (3, place DenisDussoubs, S7-Limoges.) PETITES ANNONCES ces lieux; mais le grand essor du village date du XVII' siècle : la famille Stuart, chassée d'Ecosse par les souverains anglais, s'installa dans les terres berrichonnes; elle ramena avec elle des fidèles qui implantèrent dans ce coin désolé du Berry de vieux noms d'outre-manche. Les plus célèbres dans l'histoire sont ceux de Mac-Mahon et de MacDonald. Mais le plus célèbre ici est celui de Talbot. Une dynastie de potiers Talbot fit la gloire du village de La Borne ; le descendant de la dynastie est encore aujourd 'hui en activité. des derniers vieux potiers de La Borne, s'installaient, depuis quelque temps, de jeunes potiers amenés ici, parfois de milliers de kilomètres" par la renommée passée du village. On vit même, dans ce village, un artisan gabonais. Recherche logement (une pièce, cuisine) à Paris. Ecrire : M. Ahmed Azeggagh, Poste restante, 10, rue Danton, Paris (6·). Universalité des fonnes et des matériaux A l'éjilOque, les potiers travaillaient pour l'exportation : de lourds charrois emportaient leurs poteries jusqu'à la Loire, où des barques à fond plat les emmenaient vers l'Auvergne ou vers Nantes. Les grands saloirs de grès étaient chargés à bord des caravelles ou des galions : ils servaient de réservoirs à provisions ; une fois vides, on les jetait à la mer. La révolution industrielle, au siècle dernier, ruina les potiers de La Borne, comme elle ruina l'artisanat en général. Un à un, les fours s'éteignirent; voici quelques années encore, la poterie en grès berrichonne semblait vouée à une mort proche. Mais l'artisanat utilitaire en déclin fut bientôt ressuscité par l'artisanat d'art. Près DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 Universel par la diversité d'origine des artisans qui vinrent s'y installer, le village de La Borne l'est aussi par les styles qui inspirèrent sa production. Des grès brutaux, où les pyrites de fer incorporées à la terre éclatent en taches brunes, aux formes délicates inspirées de l'Extrême-Orient et du grès japonais, l'art de La Borne a l'étonnante faculté de résumer les apports et les styles les plus divers. Pierre LASNIER. Chez votre pharmacien PIEDS SENSIBLES Les chausseurs du super-confort et de l'élégance Choix UNIQUE en CHEVREAU, en SPORTS et en TRESSE MAIN Femmes du 35 au 43 - Hommes du 38 au 48 6 largeurs différentes (9") GARE SAINT-LAZARE, 81, rue St-Lazare (MO Saint-Lazare - Trinité) (6') RIVE GAUCHE, 85, rue de Sèvres (MO Sèvres - Babylone) (1Ü") GARE DE L'EST, 53, boulevard de Strasbourg (MO Château-d'Eau). Magasins ouverts tous les lundis --------- 27


-------------::-------;P""""""'"------------------------

Au siège du M.R.A.P. " ART SANS FRONTIERES POUR la première fois, le M.R.A.P. organise une exposition de tableaux dans ses locaux, exposition dont le vernissage a eu lieu le 24 octobre. L'exposition « Art sans frontières .. réunit sans distinction d'école , d'âge, de nationalité, des artistes dont certains sont connus et d'autres au début de leur carriére : Paul Begué, Henri Cueco, Jean-Claude Dutertre, M'Hamed Issiakhem, S.W. Hay ter, Le Ba Dang, Matta, Nira Nisenholtz, A. Rennert, Samuel Sekoto. L'exposition est ouverte tous les jours, jusqu'au 22 novembre, de 10 heures à 19 heures, 120, rue Saint-Denis, Paris-2" (métro EtienneMarcel ou Réaumur). CHRISTIANISME SOCIAL N° 3-6 1969 L'EVANGILE ET L'HISTOIRE UNIVERSELLE: Hommages à J.-L. HROMADKA l. SVOBODA: Lettre à J .-L. H romadka. J. SOUK: « Philosophie de l'histoire» : K. Barth et J.-L. Hromadka . J.-M. LOCHMAN : L'Eglise et l'humanisation de la société. M.-M. THOMAS: L'évangile et la quête de l'Asie moderne . R. GARAUDY : Dialogue - Contre révolution? 1. MARCULESCO : Conviction et foi. G. CASALIS : Le Notre Père et la situation mondiale. J.-l. HROMADKA : Ce qui dépasse les rapports de forces politiques et militaires. P.F. : Etudiants et société en Tchécoslovaquie. CHRONIQUES ET DOCUMENTS: Opium lunaire ? - Dépenses militaires. - MoyenOrient. - OEcuménisme. NOTES DE LECTURE En vente au CHRISTIANISME SOCIAL, 20, rue de la Michodière, Paris (2"), (C.C.P. 6337-54 Paris). Le N° F 6 - Abonnement : F 30 28 Jean Cassou présente l'exposition l 'EMOTION qui a saisi le monde des L arts à l'occasion de l'expulsion d'artistes étrangers au cours des événements de l'an dernier a montré à quel point est profond et vivace le sentiment de solidarité qui unit les artistes établis en France et y faisant leur oeuvre. Qu'ils soient français d'origine , argentins, japonais, russes ou juifs allemands, ils se sentent fraternels comme tous les hommes qui se trouvent ensemble animés d'une même vocation, attachés à un même et exclusif service , - celui de l'art . Dans la protestation qu'élevèrent alors les artistes français pour leurs camarades étrangers se confirmait la réalité de ce qu'on a appelé l'Ecole de Paris, et qui n'est pas une notion abstraite, ni un simplè fait historique , mais un état de conscience. C'est dans cet état de conscience qu'a pu se produire ce grand mouvement, à la fois uni et divers, qu'ont illustré Modigliani , Picasso, Chagall, Brancusi, et tant d'autres. Si la France peut, sur le plan national, s'honorer de quelque chose, c'est b,ien d'avoir été le foyer d'une école internationale. Internationalisme ne signifie point absorption de caractères particuliers dans une hétéroclite et confuse mixture. Un artiste s'affirme par la plus vive accentuation de ses traits personnels. Et que ses origines nationales et que tout ce qui est de sa formation et de sa culture se marquent fortement dans son art, rien de plus nécessaire. Mais il n'est pas moins nécessaire que toutes ces résolutions individuelles tendent à l'universel et contribuent à la création d'un humanisme; ainsi l'Ecole de Paris a-t-elle constitué, par excellence, un humanisme. Cet humanisme n'est pas un phénomène clos, qui s'est situé dans un temps et un lieu, un chapitre après lequel on tourne la page. Ses effets, son rayonnement agissent encore, et les jeunes peintres français et étrangers travaillent toujours côte à côte dans un Paris qui ne prétend à rien .!l'autre qu'à être une capitale d'un vaste pays où les frontières sont ignorées . Une essentielle tradition d'universalisme et d'humanisme lui permet de ne prétendre qu'à cela, de n'être que cela et de manifester ainsi, et de la façon la plus résolue et insistante, le caractère perpétuellement ouvert de la création artistique. Jean CASSOU LA VIE DU M.RAl? NOVEMBRE 1969 29-30 NOVEMBRE A PA RIS T E Congrès du Mouvement contre le L Racisme. l'Antisémitisme et pour la Paix (qui correspond à son 20 anniversaire) aura lieu les samedi 29 et dimanche 30 novembre à Paris, salle Saulnier (7, rue Saulnier. Métro : Cadet). Sa préparation a été marquée par une initiative originale : l'enquête dont nous publions les résultats dans le présent numéro de « Droit et Liberté.. sous forme de dossier. Les réponses reçues à cette enquête représentent un élément d'information fort utile. dont les délégués. renus de toutes les régions de France, ne mnnqueront pas de tenir compte pour dresser le bilan des vingt années d'action du M.R.A.P., analyser les données actuelles du racisme, et définir l e~ tâches qui in comberont nu Mouvement dans la prochaine période. D'a utre part, de larges débats se seront déroulés pendant le mois de novembre, au cours des assemblées organisées par les comités du M.R.A.P. sur le plan local, départemental ou régional (1). Le Congrès sera ouvert le samedi 29 à 14 heures, par le président Pierre Paraf. Puis un rapport sera présenté par le secrétariat national du Mouvement. Dés le milieu de l'après-midi, les délégués se constitueront en trois commissions, qui étudieront respectivement les sujets suivants : 1. Racisme et xénophobie : les immigrés et le Tiers-Monde. 2. Persistance de l'antisémitisme en France et dans le monde. 3. Le problème du Moyen-Orient et ses conséquences. Les commiSSions siégeront également dans la soirée, de 20 h 30 à 23 heures. Le dimanche 30 novembre à ) h 30, en séance pléniére. commenceront les rapports des commissions et les débats sur chacun d'eux , qui se poursuivront dans l'a présmidi. Puis ce sera l'élection du nouveau Conseil National du M.R.A.P.; et le Congrès s'achévera par l'adoption des résolutions et les conclusions d'ensemble. traçant les lignes directrices de notre action future. DROIT ET LIBERTÉ - N° 287 - NOVEMBRE 1969 Tant par leur préparation que par leur déroulement, nos assises de fin novembre ont été conçues pour donner à notre Mouvement un élan nouveau après 20 années riches en réalisa tions et en expériences. En s'adaptant pleinement aux conditions de notre temps, il sera en mesure d'accroître encore son rayonnement et son efficacité; il pourra ainsi faire face avec la vigueur indispensable à toutes manifestations de racisme ou d'antisémitisme. et répondre aux aspirations de tous ceux - les jeunes en particulier - qui souhaitent concourir à un monde plus uni, plus fraternel , voué aux échanges, au pro grés et à la paix. C'est dans cet esprit qu'avait été formulé le théme général du Congrès « Le M.R.A.P. demain ..... ( 1) Les premieres tlssemblées (lnnoncees sont celles de Tours. Ll'l\'(li. Aubenéls. Agen. N,mlerre.,. ., « D.l". )) a ses lecteurs DEPUIS janvier 1968, date à laquelle nous relevions nos tarifs d'abo nnement (20 F contre 15) , les charges finan cières que nous supportons (imprimerie , papier, salaires, taxes postales, etc.) ont augmenté régulièrement. Nos lecteurs peuvent en juger: extrêmement rares sont les publications dont le prix est resté le même durant ces deux dernières années. Nous avons dû, nous aussi, prendre la décision de relever nos tarifs d'abonnement: il y allait de la vie même de « Droit & Liberté». Ce relèvement aura lieu en janvier 1970. Jusque-là, tout abonnement, tout renouvellement d'abonnement pourra être fait aux anciens tarifs (abonnement normal: 20 F, abonnement de soutien: 40 F, étranger : 30 F) . Vous pouvez nous aider dans l'immédiat en renouvelant votre abonnement par anticipation, en participant plus activement à notre concours d'abonnements. Pour des raisons également financières, nous supprimons la diffusion en kiosque à partir de ce numéro: les charges étaient beaucoup trop grandes. Désormais, la diffusion de « Droit & Liberté» ne se fera que par abonnements et par la vente militante, qui, nous l'espérons, va se développer. Nous faisons donc appel à tous ceux qui sont convaincus de la nécessité de l'existence de notre revue pour qu'ils nous aident non seulement à maintenir sa parution, mais aussi à augmenter son audience. DES NOUVEAUX « 4 A 7)) De gauche à droite : M. Max Olivier-Lacamp (Le Figaro), Mme Martine Monod (L'Humanité- Dimanche), Albert Lévy, secrétaire national du M.RA.P., M. G. Baguet (Témoignage Chrétien), M. Jacques Amalric (Le Monde). Les « 4 à 7 du samedi », débats organisés chaque semaine au siège du M.R .A .P., ont repris le 18 octobre. (( Faut-il avoir peur de l'Allemagne? Il tel était le premier sujet traité, avec la participation de M. André Gisselbrecht et de Charles Palan!, secrétaire général du M.R.A.P. Le 25, quatre journalistes (photo ci-dessus) ont animé un passionnant débat sur le thème : (( Irlande: quelle issue? Il. Les prochains débats, les 8, 15 et 22 novembre, auront pour titres: (( Antisémitisme et antisionisme Il (avec Léon Poliakov, Albert Memmi, Jacques Couland et Maxime Rodinsonl. (( Les immigrés et le Tiers-monde Il, cc Racisme et antisémitisme en France Il. 29 LA VIE DU M.R.A.P. A LAVAL A ET CHATEAU-GONTIER L 16 septembre à 6 h 45 à Château-Gontier, près de Laval, 9 travailleurs portugais étaient expulsés d'un chantier du bâtiment par 6 gendarmes armés et conduits à Royan où ils étaient abandonnés. Us avaient demandé de moins mauvaises conditions de vie à l 'Entreprise Montico ... Depuis l'ouverture du chantier, les travailleurs immigrés, Portugais et Marocains, n'avaient pas passé la visite médicale d'embauche pourtant obligatoire ; ils ne possèdent pas, pour la plupart, de carte de séjour ou de carte d'embauche bien que 41 F leur aient été retenus pour les frais d'et ablissement de cette carte; ils subissent des conditions d'hébergement lamentables, etc. Ce qui venait d'arriver à Château-Gontier confirmait la nécessité de l'implantation du M.R.A.P. dans la région. Justement, deux comités locaux se sont créés récemment, l'un à Château-Gontier et l'autre à Laval, sur l'initiative d'une dynamique militante, Mme Broardelle. Le 14 octobre, fut organisée à ChâteauGontier une table ronde à laquelle ont notamment participé les représentants de l 'Union locale de la C.G.T. et de la municipalité, l 'abbé Bahier et Soeur Marie Castilla qui anime des cours d'alphabétisation, ainsi que des travail leurs immigrés. La décision de soutenir l 'activité propre du M.R.A.P. a été prise. Par ailleurs, pour marquer le 20 anniversaire du M.R.A.P. et faire mieux connaître notre Mouvement, les deux comités organisent trois journées d'amitié avec les immigrés. En particulier, une conférence-débat se tiendra le 21 novembre à Laval. ~TRAVAILLEURS AFRICAINS ET LES LIBERTÉS Le M.R.A.P. a rendu public. le 15 octobre 1969. le communiqué suivant : En juillet dernier, l'attention de l'opinion publique avait été attirée sur les conditions scandaleuses de logement réservées à plus de cinq cents travailleurs africains, dans un « foyer-taudis» d'Ivry. L'opinion s'en était émue. Les pouvoirs publics avaient alors promis de mettre un terme à cette inadmissible exploitation des immigrés. Qu'en est-il advenu? Il apparaît que, pour l'essentiel, la situation de ces travailleurs ne s'est pas améliorée , tant sur le plan du logement que sur le plan des libertés individuelles. Bien au contraire. Les conditions d'hygiène et de sécurite défient les règles les plus élémentaires, alors que les loyers demeurent anormalement élevés. De surcroît, une surveillance policière injustifiée a créé , dans ce foyer , chez ces travailleurs , une atmosphère de crainte et de désarroi. L'arrestation sur le lieu de travail de l'un d'entre eux, interrogé, puis relâché à quelques kilomètres de son domicile, les menaces d'expulsion sans cesse brandies à l'encontre de ceux qui se born'ent à défendre leurs droits, toute cette ambiance oblige à s'interroger sur les véritables intentions qui animent les pouvoirs publics dans cette lamentable affaire. A l'heure où se poursuit dans le pays un débat sur les libertés individuelles, le M.R.A.P. attire solennellement l'attention de l'opinion publique sur cet aspect indéniable et indissociable du combat pour l'ensemble des libertés. Amener les pouvoirs publics au respect des droits élémentaires des travailleurs étrangers, c'est, pour le citoyen français, lutter en même temps pour le respect de ses propres libertés publiques. Il faut que cessent impérativement ces brimades, ces vexations à l'encontre des travailleurs immigrés . NOTRE Nos deuils o Nous avons appris le décès , le 19 octobre à Paris , de Paul Maucorps. Capitaine de corvette honoraire, directeur scientifique au C.N.R.S., officier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1939-1945, médaillé de la Résistance, Paul Maucorps avait participé, avec Albert Memmi et Jean-Francis Held, à l'étude publiée en 1965 avec le concours du M.R.A.P., ({ Les Français et le racisme ... Auteur de nombreux ouvrages et études socio" logiques, Paul Maucorps était âgé de 58 ans. CARNET A Mme Paul Maucorps, à la famille du disparu , le M .R.A.P. présente ses condoléances les plus sincères. o Né à Moscou . venu à Paris en 1923, le peintre Serge PoliakoH est mort. L'un des maîtres les plus singuliers de l'Ecole de Paris, il voulait chacune de' ses talles «architecturale, sculpturale et picturale », Attaché à la cause que nous défendons. il avait souvent témoigné au M ,R .A.P . son soutien . o Nous avons également appris avec émotion la mort d'un autre artiste de nos amis le sculpteur animalier Joseph Constant. Que la famille de l'un et l'autre trouve ici l'assurance de notre douloureuse sympathie. ""'D'~ . '.'0' "'" • "c.~ GCharles P Charles PALANT. BULLETIN D'ADHÉSION COMITE D'HONNEUR Bâtonnier Paul ARRIGHI , Georges AURIC , Claude AVELINE. Robert BALLANGER, Roger BASTIDE, Jean CASSOU , Aimé CESAIRE, Diomède CATROUX, Charles de CHAMBRUN, André CHAMSON , Pierre COT, Doèteur Jean DALSACE, Louis DAQUIN , Hubert DESCHAMPS, Henri DESOILLE, Michel DROIT, Maurice DRUON, Pasteur André DUMAS, Adolphe ESPIARD, Henri FAURÉ, Max-Pol FOUCHET, Marcel GROMAIRE. André HAURIOU, Charles-André JULIEN , Alfred KASTLER , Joseph KESSEL, Alain LE LEAP, Michel LEIRIS , Jeanne LEVY, Darius MILHAUD, Théodore MONOD, Etienne NOUVEAU , Jean PAINLEVE. Jean PIERRE-BLOCH , Marcel PRENANT. Alain RESNAIS , Emmanuel ROBLES , Françoise ROSAY, Armand SALACROU , Jean-Paul SARTRE, Laurent SCHWARTZ, Jean SURET-CANALE, Jacqueline THOME-PATENOTRE, Général Paul TUBERT, VERCORS. Dr Pierre WERTHEIMER. Robert ATTULY. Vincent AURIOL, Georges DUHAMEL, Yves FARGE, Francisque GAY, Jacques HADAMARD, Georges HUISMAN,Jules ISAAC, Frédéric JOLIOT-CURIE , Jean LURÇAT, Léon LYON-CAEN , André MAUROIS, Amiral MUSELlER , Marc SANGNIER, André SPIRE, Chanoine Jean VIOLLET. Approuvant le combat de « Droit et Liberté .. et désireux de soutenir l'action contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix, Nom Profession Adresse . . . J'ADHERE AU !\/I.R,A.P. Prénom ..... . . ,., . . . .. ... .. , . . .. . .. . Je vous envoie, à cet effet. la somme de Je souhaite : • recevoir une documentation complète sur le M,R,A.P. • être invité à ses réunions et manifestations. • participer à l'un de ses Comités locaux ou professionnels. Le montant de la carte d'adhésion là partir de 5 francs) est laissé à l'appréciation du souscripteur, selon ses possibilités, compte tenu de la nécessité d'apporter le soutien le plus efficace à l'action du M.R.A.P. MOUVEMENT CONTRE LE RACISME. L'ANTISÉMITISME ET POUR LA PAIX (M.RA.PJ _______ 120. rue Saint-Denis - Paris (2) - Téléphone : 488-09-57 - C.C.P. : 14-825-85 Paris ______ _ 30 st s 750 points de vente en France et à l'étranger. Adresses sur Simple demande à SYM, 70, rue des Archives, Paris 3e RAINETT p ... R IS C'O"".I110 ........... .. _1-' " 11111 """.,

Notes

<references />