Droit et Liberté n°457 - décembre 1986

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°457 de décembre 1986
    • Résistance (loi sur l'immigration) par George Pau-Langevin
    • En direct avec la fédération du 93: une série d'affaires a secoué la Seine-Saint-Denis, le MRAP était là
    • Immigration: la loi sur l'entrée et le séjour des étrangers en France (fin du texte)
    • Justice: le MRAP partie civile
    • Résistance: Comment constituer un réseau de solidarité contre les expulsions
    • Le projet de révision du code de la nationalité, une nouvelle menace contre les familles immigrées
    • Pétition: ne laissons pas amputer la société française
    • Gens du voyage: le droit au stationnement bafoué

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.


~

droit et .Ii MENSUEL DU MOUVEMENT CO~TRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENT~E LES PEUPLES . . . ' . .. . No 457 DECEMBRE 1986 . 8 F • RESISTANCE Voici revenu le temps de la brutalité. Le besoin d'exc1usion, de ségrégation slentret i ent de 1 ui -même et cherche perpétuellement de nouvelles cibles. Après les immigrés, ce sont les fils d'immigrés. Après eux, ce sont tous les jeunes de ce pays qui sont visés. Une foi s votée 1 aloi qui restitue à 1 a police la haute main sur la population immigrée, nous avons pu en constater les méfaits dans 1lapp1ication: reconduction hâtive sans que la personne concernée pui sse Si exp 1 i quer, renvoi de personnes qui ont 1 a nationalité française, reconduction en masse au besoin par charters. Un pas de plus est franchi avec 1 e texte concernant 1 a nat i ona 1 ité françai se pui squ 1 ils 1 agit mai ntenant de tri er parmi tous 1 es jeunes qui ont grandi ensemble, qui sont allés à 11éco1e ou en boite ensemble, lesquels pourront continuer à vivre dans leur pays et lesquels en seront exclus, même s ' i1s ne peuvent se fabriquer un pays de rechange. Curieux projet de société que celui qui propose à 1 a France de se repli er sur elle-même et dans la nostalgie de son passé, en classifiant comme un comptable méticuleux ses habitants et ses jeunes pour ne garder que ceux qu 1 e 11 e ne peut parveni r à chasser. Curieux projet qui tourne le dos aux hommes issus des anciennes colonies, lesquels ne peuvent plus être réintégrés dans la nationalité française au moment même où lion célèbre en grande pompe la francophonie. Triste conception élitiste, inégalitaire d'une société telle qu ' e11e est véhiculée par le projet sur 11université par lequel tous les jeunes de ce pays se sont sentis menacés. Faute de pouvoi r 1 es expu 1 ser , on peut au moins les réprimer et si cette réponse violente nous abasourdit, elle s'inscrit en tout cas dans la logique de ce qui précède. Ce ni est peut -être pas seu 1 ement par coïncidence si deux des jeunes tués ces temps-ci sont d'origine maghrébine. Face à ce gâchis, le MRAP sera présent dans les luttes pour refuser la société duale, la logique de 11exc1usion et du racisme, mais pour faire respecter les valeurs de solidarité, de fraternité, de respect dl autrui que nous partageons avec tous 1 es jeunes de ce pays. George PAU-LANGEVIN Présidente du MRAP - 1 - ISSN 0012·6411 Suite et fin : LA lOI SUR l'ENTRÉE ET lE SÉJOUR DES ÉTRANGERS ENFRANCE (pages4à8) COMMENT CONSTITUER UNRÉSEAUDE SOLIDARITÉ CONTRE lES EXPULSIONS (page 9) EN DIRECT A VEC LA FÉDÉRA TlON DE SEINE-SAINT-DENIS (page 3) le projet de révision du CODE DE lA NA TIONAllTÉ (page 10) ACTUALITÉ Des actions efficaces Le 20 L'Etape (20 Pari s-Xlème) décembre, au Foyer boulevard Voltaire à MRAP-Solidarité organise une journée de rencontre avec Ellen Musialela, responsable de la SWAPO , qui viendra donner le témoignage de f em me s sur la situation en Namibie. La réunion, placée sous la présidence de Monique La vignon, médecin, membre de MRAP-Solidarité et de la commission Apartheid du MRAP, sera suivie d'un débat auquel participera notamment Dulcie September, représentante en France de l'A. N. C. MANIFESTATIONS Le MRAP, qui reste vigilant sur tous les problèmes de l'école, et notamment sur l'accélération de la sélection qui risque d'aggraver les problèmes rencontrés par les jeunes d'origine étrangère, a par-, ticipé aux différente! manifestations de ces derniers temps, celle de la FEN le 23 novembre, et celles des étudiants mobilisés contre le projet Devaquet. La venue de Pieter Botha le 11 novembre en France a provoqué une mobilisation importante des forces démocratiques. A Longueval, où le chef du gouvernement de Pretoria venait inaugurer une stèle en l'honneur de soldats sud-africains morts dans les combats des deux guerres mondiales, une manifestation du MRAP a permis d'exprimer la protestation de l'opinion devant la venue du chef de l'Etat raciste. A Paris, le MRAP s'est associé à la manifestation du 6 novembre, de République à Bastille . INQUIÉTUDE Le MRAP est vivement préoccupé de la situation actuelle à Jérusalem. Pour la première fois dans cette ville, des manifestants, parmi lesquels les supporters du Rabbin Kahana, ont fait dégénérer une manifestation de protestation contre l'assassinat d'un jeune Israélien, en cortège de haine à l'égard des Arabes. Une tension qui ne peut qu'être préjudiciable au juste règlement des conflits au Pro ch e-Or i ent. DISTINCTION Deux membres du Comi té d' Honneur · à l' hJ1leur: Mme "arie-Hélène VIEIRA DA SILVA a reçu le Grand prix Florence-Gould pour l'ensemble de son oeuvre artistique, et Albert "E""I a été honoré d'un colloque international à Beaubourg, à l'occasion du trentième anniversaire de la publication du "Portrait du colonisé". Abonnez-vous Titlérences Le dossier de décembre est consacré à la musique arabe, de ... Moïse à Barbès Le numéro, 20F. Abonnement 200F. DIFFERENCES, 89 rue Oberkampf, 75011 PARIS Droit et liberté, décembre 1986 - 2 - LES FILS ET FILLES DE DÉPORTÉS CONTRE BARBIE A la sui te d'un article paru dans la Vie Judiciaire d'octobre 1986, qui s'interrogeait sur la nécessité de juger Klaus Barbie, la FFDJF (Fils et Filles de Déportés Jui fs de France), par la voix de son président, Serge Klarsfeld, a publié la mise au point suivante: "Je vous rappellerai seulement que la justice qui est passée à Nuremberg et dans les procès de militaires qui ont été menés par la justice mi li taire interalliée a fait la différence entre ceux qui n'ont fait que leur devoir et ceux qui ont commis et organisé crimes de guerre et crimes contre l'humanité. C'est ainsi que des généraux allemands, qui ont été actifs sous le IIIe Reich, en ayant respecté les lois et conventions de la guerre, ont pu redevenir actifs en RFA et au sein de l'OTAN. Quant au jugement des grands criminels nazis "dans une Allemagne qui, pour être vaincue, n'était pas moins un Etat souverain", faut-il préciser que l'Allemagne n'existait plus en tant qu'Etat, à plus forte raison "souverain" et qu' aujourd ,hui encore l' "Allemagne" n'existe en théorie que dans le futur traité de paix avec l'Allemagne; mais que nous sommes confrontés avec plusieurs entités politiques allemandes: la RFA, Berlin- Ouest et la RDA. Depuis la création de la RFA et de la RDA, des procès de criminels nazis ont bien entendu eu lieu dans ces deux états. Signalons seulement que si la justice alliée n'étai t pas passé sur les Goering, Ribbentrop, Streicher, Keitel et consorts, ces criminels seraient toujours là ou morts dans leurs lits, car une des premières mesures prises en RFA a été d'abolir la peine de mort afin bien entendu qu'elle ne fût pas appliquée aux criminels nazis". EN DIRECT AVEC La fédération du 93 Une série d' « affaires )) a secoué la Seine-Saint-Denis Le MRAP était là La fédération de Seine-Saint Denis est née le 21 juin 1984. A cette époque, elle regroupa i t 32 adhérents dans deux comités locaux. Deux ans et demi plus tard, elle compte 390 adhérents pour 13 comités locaux, l'objectif étant d'at teindre les 500 membres et la vingtaine de comités pour 1987 . L'année 86 a été fertile en évènements sur le département. L affaire de Montfermeil" en est la plus connue. Tout commence en 1985: le Maire de la ville, M. Benard, refuse l'inscription de l'enfant de M. Arbane à l'école communale. Immédiatement alerté, le MRAP intervient auprès du ministère de l'Education, du Procureur et du Préfet, avertit la presse locale, puis nationale, et porte plainte contre le Maire. Celui-ci craque et annonce officiellement qu' il interdit l'inscription de 33 enfants étrangers dans les écoles. Première victoire: le Maire est mis en demeure par le Préfet d'inscrire tous les enfants d'âge primaire à l'école. Le MRAP fait 10 LE SOUTIEN OU MRAP AUX LYCEENS ET ETUDIANTS Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) partage l'horreur, la colère, la solidarité des lycéens et des étudiants après la mort de Malik Oussékine sous les coups acharnés de policiers, et les charges brutales qui ont fait des dizaines de blessés, dont trois grièvement atteints, sur l'Esplanade des Invalides. adhésions. En 86, le Maire récidive, et s'attaque aux enfants d'âge maternel, malgré un grand nombre de places disponibles dans les classes. Le MRAP participe à des délégations de familles auprès du Maire et du Préfet, intervient auprès des parlementaires du département, et porte à nouveau plainte en alertant la télévision et la presse. Nouvelle reculade: une classe est ouverte. Une réunion du MRAP avec les familles se solde par dix nouvelles adhésions. On prévoit un concert de l'ami tié et un débat sur l'école en janvier. La fédération s'est aussi largement engagée dans la lutte aux côtés des résidents de fo yers, victimes d'augmentations de loyers massives. Ainsi, à Pantin, le comi té local et la fédérati on sont intervenus auprès du Maire, Marcel Debarge, pour surseoir à l'e xpulsion de 81 résidents du foyer de l'AFPR qui protestaient contre l'augmentation de 70 % de leur loyer. A Aubervilliers, le MRAP a La jeunesse, en rejetant des réformes qui compromettent ses études et son avenir, exprime puissamment son refus des inégalités, de l'injustice et du mépris. Elle défend avec lucidité les valeurs démocratiques. Unie dans sa diversité, elle bouscule les vieilleries racistes que les auteurs d'une législation déjà inhumaine veulent renforcer encore par la révision du Code de la nationalité. A son élan généreux, à ses démonstrations pacifiques, les - 3- lancé une pétition apr ès l'intervention des forces de l'ordre dans un fo yer ADEF, don t il sou t enait la grève . Au Blanc - Mesnil, la rentrée a été ch~ude: le Gouvernement avait décidé d'expulser Paulin Lossou, démocrate togol ais réfugié pol i ti que en France. Grâce à une action concertée avec la population et les mouvements démocratiques, l'expulsion a été évitée à Paulin Lossou, qui a adhéré au MRAP. A Saint- Denis, le MRAP a apporté son soutien, moral matériel et humain à la famille Felhou, dont le père a été assassiné cet été sur l'autoroute de Bordeaux. A Montreuil, soutien aussi à la famille de Gérard Longuet, jeune Camerounais noyé par un plagiste cet été au lac de Vassivière. Le MRAP- 93 tente de concilier, sur chaque action, une large concertation avec la population, et la popularisation de cette action dans la presse locale et nationale. De Radio-Beur à 93-Actualités, en passant par la presse nationale, la fédération met au jour les problèmes du département.. et se fait connaître. Pouvoirs publics répondent par la violence et l'hypocrisie, en s'appuyant sur des provocateurs dont il est aisé de comprendre qui les inspire et les manipule. Avec et dans la jeunesse, le MRAP appelle ses adhérents, ses comi tés, tous ceux qui approuvent son combat, à prendre part massivement à la journée de deuil lundi 8 décembre, et aux manifestations du mercredi 10 décembre, Journée internationale des Droits de l'Homme. A IMMIGRATION La loi sur l'entrée et le séjour 1 des étrangers en France L P; n: E: S\ gr N, pr mÊ et M~ pa te l' St el li le je ti fe ce ce cc ne me dé ch ve l' Dr Voici la fin du nouveau texte de loi, qui complète le dossier paru dans Droit et Liberté d'octobre Le regroupement familial Décret du 29/04/1976 modifié par le décret du 04/12/1984 (J.O. du 05/12/1984) Circulaire du 04/01/1985 (J.O. du 12/01/1985) La possibilité pour un étranger résidant régulièrement et travaillant en France de se faire rejoindre par des membres de sa famille, sans que ceux-ci se voient opposer les règles habi tuelles régissant l'entrée et le séjour, n'a pas été modifiée par la Loi du 09/09/1986. Les textes applicables à cette catégorie d'étrangers sant par conséquent ceux issus de la législation du 17/07/1984, c'est-àdire le décret du 04/12/1984 et la circulaire du 04/01/1984 (Ministères de l'Intérieur et des Affaires sociales). Les règles relatives au regroupement familial concernent en principe tous les ressortissants étrangers autorisés à séjourner en France. 'Exceptions : Elles ne s'appliquent cependant pas, en raison de l'e xi stence d'accords particuliers, aux français ou aux ressortissants de la CEE qui désirent faire venir des membres étrangers de leur famille, aux Algériens qui font l'objet de dispositions spéciales (cf. Les Algériens, p.6), et aux ressortissants du Burkina Faso, de Centrafrique, du Gabon, de Mauritanie et du Togo. 1 - CONDITIONS Condition préalable Toute de.ande de regroupement familial doit être déposée alors que la fa.ille concernée se trouve encore dans le pay~,d'origine. Alors que cette disposition faisait Droit et liberté, décembre 1986 l'objet de fréquentes dérogations dès lors que le demandeur remplissait toutes les conditions de fond, elle est devenue impérat;~e a~c le décret du 04/12/1984. Ceci signifie, en clair, que l'ad.inistration n'accorde plus aucune régularisation, donc de carte de séjour au titre du regroupement familial à un étranger "rejoignant" entré en France sans avoir accompli la procédure d'introduction. Voi r cependant en III "Procédure exceptionnelle d'admission au séjour". 1. Qui peut bénéficier du regroupement familial? Seul s le conjoint du demandeur, et ses enfants .ineurs de 18 ans sont susceptibles d'entrer en France dans le cadre du regroupement familial. 2. Situation du demandeur Le demandeur doit résider régulièrement en France depuis au mOIns un an. • Ressources : de ressources il doit bénéficier stables et suffisantes pour subvenir aux besoins de sa famille. Si le demandeur est salarié, un salaire égal au SMIC est considéré co •• e suffisant; en revanche, cette exigence relative aux ressources exclut les travailleurs saIsonniers, les étudiants autorisés à travailler, les stagiaires et les demandeurs d'emploi. . Logement: le logement dont disposera la famille doit être "conforme aux conditions générales tenues pour norillales pour une - 4 - famille de même composition dans la même région". 3. Situation des membres rejoignants Ordre public : l'accès au territoire peut être refusé à des membres de famille rejoignants si leur présence constitue une menace pour l'ordre public. Santé seules les personnes reconnues .édicale.ent aptes au séjour peuvent être admises au titre du regroupement familial. Les formali tés du contrôle médical doivent être effectuées dans le pays d'origine. II - PROCEDURE D'INTRODUCTION Le travailleur qui souhaite se faire rejoindre par sa famille doit, une fois réunies les conditions citées plus haut, déposer sa demande avec toutes les pièces nécessaires (é numérées dans la Clr. du 04/01/1985) à la D.D.A.S.S. Le dossier est alors transmis d'une part à l'O.N.I., qui contrôle les conditions de logement et de ressources, et informe le demandeur sur la taxe qu'il aura à verser; d'autre part à la Préfecture, qui vérifie que les ~embres rejoignants ne sont pas recherchés. III - EFFETS Lorsque l'autorisation du regroupement familial a été donnée, les membres rejoignants reçoivent des visas de long séjour pour entrer en France, et, une fois arrivés, des titres de séjour de .ê.e nature que celui détenu par la personne 1u'elles viennent rejoindre. Travail : les étranges venus dans le cadre du regroupement familial peuvent exercer une profession, salariée ou non, sans que la situation de l'emploi leur soit opposable. III - PROCEDURE EXCEPTIONNELLE D'AD MISSION AU SEJOUR Dans certains cas, très exceptionnels, il sera dérogé à la règle les étudiants étrangers Circulaire du 24/02/1976 et 12/03/1979 du Ministère des Affaires sociales Circulaire du 05/03/1982 du Ministère de l'Intérieur Circulaire interministérielle du 01/08/1985 Le séjour en France pour y faire des études est soumis au respect de conditions précises. Certaines s'imposent à tous, d'autres sont réservées aux ressortissants de certains pays. De façon générale, le séjour pour études est conçu, par la législation française, comme un séj our d'une durée l imi tée; si, dans le passé, il était possible de transformer après quelques années le statut d'étudiant en statut de résident, cette "passerelle" a quasiment disparu à l'heure actuelle. Attention des jeunes étrangers qui, déjà installés en France, ont droi t au séjour à un autre titre que celui d'étudiant ne doivent pas se faire délivrer par les préfectures des cartes de sejour "étudiant". Celles-ci sont temporaires, et les jeunes précités risqueraient d'avoir beaucoup de di fficul tés à faire valoir leur droit à résider en France à l'issue de leurs études. Il convient donc d'être vigilant dès le départ. 1 - ENTREE EN FRANCE A l'exception de certains pays qui, en raison de l'existence d' accoru'S particuliers, en sont exemptés {1 \ , un visa spécial "pour études" es t selon laquelle l'admission au séjour ne pourra être accordée que Sl la famille est au pays d'origine; la procédure concerne des personnes qui résidaient déjà régulièrement en France. Trois conditions doivent être requises : - résider en France de façon régulière depuis plus de 3 mois en tant que visiteur, étudiant ou pour une activité précise. la condition préalable à toute iémarche pour obtenir un titre de séjour. Ce visa est délivré par les ambassades ou consulats dans les pays d'origine. Ceci interdi t à un étranger venu comme touriste d'envisager de se maintenir en France pour y faire des études, même s' il remplit par ailleurs les conditions de séjour à ce titre. II - CONDITIONS D'OBTENTION DU TITRE "ETUDIANT" Muni de son visa "pour études", l'étrange doi t fourni r, lors de sa première demande de carte de séjour, outre les justificatifs de son état civil 1. Inscription : il faut présenter une attestation d'inscription ou de pré inscription dans un établissement d'enseignement public ou privé. 2. Moyens d'existence : l'étudiant doit justifier de moyens d'existence suffisants. Les ressources mensuelles ne doivent pas être d'un montant inférieur à 1.600F, mais sont également pris en compte les divers avantages matériels dont l'étudiant peut prouver qu'il dispose (hébergement gratuit chez un tiers par exemple). La preuve des ressources doit être apportée: attestations bancaires, garanties officielles du pays d'origine, attestations de prise en charge fournies par des tiers, etc ••• Attention dans le cas d'attes- - 5 - - justifier de motifs légitimes pour demander l'admission au séjour au titre du regroupement familial. Ce sera, par exemple, le cas d'une personne venue faire des études et ayant obtenu un titre de séjour "étudiant", qui épouse un étranger résidant en France. - remplir toutes les conditions de fond (logement, ressources, santé, ordre public). tations de prise en charge, l'administration exerce un contrôle sur les moyens d'existence de la personne (française ou étrangère) qui se porte garante. S'il est avéré que ses ressources ne lui permettent pas d'assurer l'existence de l'étudiant (trop grand nombre de personnes à charge, salaire insuffisant, chômage), elle refusera la délivrance de la carte de séjour pour ce motif. Si l'étudiant étranger est boursier, le montant de sa bourse est considéré comme suffisant pour ce qui concerne les moyens d' existence. 3. Couverture sociale : l'étudiant doit être immatriculé à la Sécurité Sociale (régime étudiant ou, s'il n'en remplit pas les conditions, assurance volontaire). La carte de séjour "étudiant" est délivrée pour un an. Pour obtenir son renouvelle.ent, l'étudiant devra fournir les .ê.es justificatifs, actualisés, que lui ont été demandés l'établissement de la carte. ceux qui lors de première (1) Il s'agit des ressortissants de la CEE, d'Algérie, du Bénin, du Congo, de Centrafrique, du Gabon, du Tchad, du Burkina Faso, du Mali, de Mauritanie, du Sénégal, du Tog~. IMMIGRATION III - POSSIBILITES D'EXERCICE D'UNE ACTIVITE SALARIEE De fa çon générale, un étudiant étranger ne peut exercer, parall~lement à ses études, d'activité à te.ps plein. De même, la circ. du 01/08 / 1985 prévoit qu'il ne peut pas travailler du tout pendant la pre.lere année de son séjour pour études. La possibilité lui est ouverte, apr~s un an de séjour, de travailler à mi-temps pendant l'année , et / ou pendant les vacances scolaires. 1. Pendant l'ann é€ les demandes doiven t être déposées à l a Direc- Les Algériens Accord franco-algérien du 27/12 / 68 Décret du 18/03/1969 (J.O. du 22/03 / 69) Avenant du 22/12/1985 Circulaire interministérielle du 14/03/1986 (J.O. du 16/03/1986) Le statut l'objet d'une tincte de des Algériens fait r~glementation discelle des autres étrangers en France; en effet, un régime particulier, fondé sur l'égalité des droits entre Français et Algériens a été instauré au moment de la signature des accords d'Evian en mars 1962. Un accord bilatéral sur la circulation, l'emploi et le sejour en France des Algériens a été signé le 27 décembre 1968, et récemment actualisé par un premier avenant signé le 22 décembre 1985. Les dispositions de cet avenant sont précisées dans une circulaire du ministre de l'Intérieur et du ministre des Affaires sociales du 14 mars 1986. En fait, si l'accord de 1968 lnstituait, pour les Algériens, des condi tions plus favorables pour l'entrée et le séjour en France que pour les autres étrangers, la si tuation s'était quelque peu renversée apr~s le vote de la loi du 17 juillet 1984 (en particulier avec la création du titre unique de dix ans). Le but de l'avenant de décembre 1985 était d'harmoniser la si tuation des Algériens avec celle des ressortissants d'autres pays, Droit et liberté, décembre 1986 tion départementale du Travail et de l'Emploi (DOTE) du lieu où est situé l'emplo yeur. Il faut fournir le titre de sejour, un engagement de travail détaillé (profession, horaire, rémunération) . Pour un emploi à mi-temps, la DOTE ne peut opposer la situation de l'emploi, et délivre ufle autorisation provisoire de travail de si x mois renouvelable. Pour un emploi à plein temps, à l'e xception de certaines nationalités, la situation de l'emploi est opposable (voir plus haut ) . 2. Vacances scolaires les ce qui a été réalisé largement. Il reste cependant quelques di fférences notoires. 1 - TITRES DE SEJOUR Les Algériens sont classés en deux catégories : ceux qui bén éficient d'un certificat de résidence de dix ans, et ceux qui peuvent obtenir un certificat de résidence d'un an. 1. Attributaires du certificat d'un an Le certificat de résidence d'un an est destiné aux Algériens venant en France pour une durée limitée, et à ceux qui ne remplissent pas les condi tions d'attribution du certificat de résidence de dix ans. .Conditions générales d'attribution

L'Algérien qui demande un certificat de résidence d'un an doi t justifier de son entrée régulière sur le territoire français, et être en situation régulière au moment du dépôt de sa demande. - Sa présence ne tituer une menace public. doit pas conspour l'ordre A propos de cette notion d'ordre public, motif de refus par l'administration de la délivrance du certificat de résidence, il convient de se référer à la définition - 6 - périodes concernées sont les vac ances de Noël et de Pâques, ainsi que la période du 1er j uin au 31 octobre. Les demandes son i. dé posées ég ale ment à la DOTE et donnent lieu à la délivrance d'une autoris ation pr ovisoire de travail de trois mois maximum. La situation de l'emploi est en principe opposable, sauf exceptions ( 1) , mais les demandes sont généralement accueillies avec bienvei llance. ( 1) C'est- à-dire ressortissants de la CEE, Algériens, Gabon ais, ~entrafricains, Togolais. donnée dans le cadre du régime général. Conditions particuli~res - Algériens n'exerçant pas d' activité professionnelle : un certificat de résidence portant la mention "visiteur" peut leur être remis, à condition qu'ils justifient de .oyens d'existence suffisants (attestations bancaires, prise en charge par des personnes solvables) et qu'ils s'engagent à n'exercer aucune activité sou.ise à cette autorisation. - Algériens exerçant une acti vi té professionnelle : ils sont soumis au x conditions du régi.e général, c'est-à-dire que c'est la DOTE (Direction départementale du travail et de l'emploi) qui examine leur demande, et que la situation de l'emploi leur est opposable. Différence avec le régime général : les Algériens auto!,isés à exercer une activité salariée voient apposer la mention "salarié" sur leur certificat de résidence d'un an, et cette autorisation de travail ne peut comporter de ' limi tation géographique ou professionnelle. - Algériens exerçant une acti vi té cooe.erciale, artisanale ou industrielle

ils bénéficient de la liberté dl établisseaent et sont dispensés de la carte de coaaerçant, un certi ficat de résidence peut leur être délivré sur simple justification d'inscription au registre du commerce. Dans ce cas des professions non salariées, les Algériens bénéficient de conditions plus avantageuses que celles prévues au régime gén éral. - Etudiants algériens : à l'e xception de l'obligation d'un visa "pour études" qui n'est pas exigé pour les Algériens, les conditions à remplir pour un séjour comme étudiant sont les mêmes que celle du régime général (voir p.5). Renouvellement du certificat de résidence d'un an Les conditions de renouvellement sont les mêmes que celles exigées pour une premlere attribution, à l'exception du certificat médical. L'administration pourra, à l'occasion du renouvellement, vérifier dans le cas d'un certificat de résidence délivré pour l'exercice d'une activité non l'intéressé exerce cette profession. salariée, que effectivement 2. Attributaires du certificat de résidence de dix ans _e certificat de résidence est un t i tre unique de séjour et de

ravail. Il peut être délivré, à
ertaines conditions, au détenteur

l'un certificat de résidence d'un ln, et dans certains cas, de plein lroit. Détenteurs d'un certificat de résidence d'un an

ls peuvent obtenir la délivrance

l'un certificat de résidence de dix lns dans les conditions suivantes: justi fication de résidence en France régulière, effective et non interroapue de trois années justification de aoyens d'existence suffisants (soit ressources personnelles, soi t revenus d'une profession) .e certificat de résidence peut être refusé l'intéressé pour l'ordre SI la présence de constitue une menace public. Ces conditions étant les mêmes que dans le régime général, voir les commentaires. • Délivrance de plein droit Six catégories d'Algériens sont bénéficiaires de plein droit du certificat de résidence de dix ans: - Conjoint algérien d'un ressortissant français - Enfant algérien d'un ressortissant français s'il a moins de 21 ans ou est à la charge de ses parents, et ascendant d'un ressortissant algérien ou de son conjoint s'il est à sa charge - Algérien titulaire d'une rente d'accident du travail dont le taux d' incapaci té permanente est au moins égal à 20% - Meabres de faailles d'un Algérien, autorisés à le rejoindre dans le cadre du regroupement familial - Algérien justifiant résider habituellement en France depuis qu'il a atteint au plus l'âge de dix ans. - Algérien justifiant par tous moyens résider en France depuis plus de quinze ans. On remarquera une différence fondaaentale avec les attributaires de plein droit du titre unique de séjour de dix ans du reglme général les parents algériens d'enfants français n'en sont pas bénéficiaires. Ceci risque d'être source de nombreuses difficultés, puisque par ailleurs ces mêmes parents algériens d'enfants français ne peuvent être ni expulsés nI reconduits à la frontière. Renouvellement Comme dans le régime général, le certificat de résidence est renouvelable automatiquement. II - DISPOSITIONS PARTICUlIERES Regroupement procédure a été régime général, familial si la harmonisée avec le en ce sens qu'il - 7 - n'est plus possible de réaliser des regroupeaents faailiaux par régularisation (c'est-à-dire SI la famille est déjà installée en France), il n'est pas nécessaire que le chef de faaille algérien soi t en France depuis un an pou r déposer une demande, comme c'est le cas pour les autres étrangers . - Rapatriement des "oisifs" une clause de l'accord franco-algérien .prévoi t que le gouvernement français peut rapatrier les Algériens 'oisifs qui sont de leur propre 'fai t sans emploi ni ressources depuis plus de six mois. La notion d'oisiveté n'est pas précisée, non plus que la procédure à suivre par l'administration pour l'exécution de cette mesure. Il n'existe pas de disposition semblable dans le régime général. - Péremption du certificat de résidence de dix ans : les Algériens titulaires d'une carte de résidence de dix ans, s'ils s'absentent de France pendant plus de six mois, sont considérés à leur retour comme de nouveaux immigrants. Dans le régime général, le délai d'absence qui fait perdre , le droit au titre unique de dix ans est de un an. Les ressortissants de la c.E.E. Règlement communautaire du 15/10/1968 Décret du 28/04/1981 (J.O. du 29/04/1981) Circulaire du Ministère de l'Intérieur du 07/08/1981 La Communauté économique européenne regroupe actuellement 11 pays Belgique, Luxembourg, Italie, PaysBas, Danemark, R.F .A., Irlande, Royaume Uni, Grèce et depuis le 1er janvier 1986, l'Espagne et Portugal. Les ressortissants de ces Etats, conformément au traité de Rome, bénéficient du principe de la libre circulation à l'intérieur des pays membres ils ne sont donc pas IMMIGRA TION soumis aux règles administratives qui viennent d'être énoncées dans le cadre du régime général. Entrée en France Les ressorti ssants de la CEE sont di spensés de l'obligation de visa. Carte de séjour N'étant pas soumis à autorisation pour exercer une activité salariée en France, les ressortissants de la CEE peuvent s'établir en France pour V travailler il leur sera EN JUSTICE délivré une carte de ressortissant CEE si c'est le cas. S'ils veulent travailler pendant une durée inférieure à un an, la détention de cette carte n'est pas obligatoire. Exception~ te~po : aires : le principe de la libre circulation et les avantages qui en découlent ne s'appliquera qu'au: - 1er janvier 1988 pour les ressortissants grecs - 1er janvier 1993 pour les ressortissants espagnols et portugais. Le MRAP partie civile Le 14 juillet 1984, Hassan Ahmane, 28 ans, emmène son épouse 8éatrice au bal à Poix-du-Nord . Leur enfant, Rachid, ainsi qu'Atif, le frère d'Hassan, les accompagnent. an s , ne. Dans la soirée, José Henry, 31 interpelle Hassan et l'injuPlus tard, il harcèle la famille Ahmane, une bagarre Hassan est tué sans que les rassemblés n'interviennent. éclate, badauds Le 20 août 1984, Jean-Claude Beaussart plante devant un immeuble à Haubourdin (Nord) une croix gammée sur laquelle est inscrit "Mort aux bougnoul es. Vi ve Le Pen". Quelques heures plus tard, Karim Benhamida meurt en bas du même immeuble atteint d'une balle de 22 long rifle tirée par Michel Cliquennois, ami de Jean-Claude. Trois affaires différentes, dans lesquelles le MRAP se constitua partie civile aux côtés des familles représentées par Me Tillie; Les trois jugements rendus par la Cour d'Assise de Douai et le Tribunal correctionnel de Lille constituent une victoire de l'antiracisme. José Henry, meurtrier Ahmane, n'a été poursuivi coups et blessures ayant la mort sans intention donner. La demande de lification du délit en Droit et liberté, décembre 1986 d'Hassan que pour entraîné de la requ a" homicide volontaire" présentée par l'avocat des parties civiles n'a pas été suivie par la Cour d'Assises. Mais à l'issue de deux jours d'audience, les 16 et 17 octobre 1986, dans une ambiance sereine, et après une heure de délibéré, le verdict des jurés tombe: huit ans de réclusion criminelle pour José Henry qui avait auparavant déclaré "avoir voulu se faire un bougnoule". Le 27 octobre 1986, le Tribunal correctionnel de Jean-Claude Beaussart délit de provocation raciale. Lille a jugé poursui vi du à la haine Si le Tribunal estima le délit con st i tué par l' i mp lan ta t ion deI a croix, il considéra également le prévenu comme l'instigateur du meurtre de Karim Benhamida. Jean-Claude Beaussart fut condamné à un an de prison ferme. Jugement exemplaire en matière d'incitation à la haine raciale. Il est vrai que la relation directe entre la croix et la mort de Karim était facilement établie. Pourtant, au début de cette procédure, l'auteur avai t bénéficié d'un non-lieu avant que les familles se constituent partie civile. Les 3 et 4 novembre 1986, ce fut au tour de Michel Cliquennois de comparaître devant la Cour d'Assisesde Douai. Pour sa défense, le prévenu du meurtre de Karim - 8- Regroupement familial Les conditions de familial sont mOins pour les étrangers régime général : regroupement strictes que relevant du - les régularisations (c'est-à-dire lorsque les membres sont déj à installés sont autorisées rejoignants en France) - la procédure concerne le conjoint et les descendants mais aussi les ascendants, et dans certains cas les collatéraux à charge - les conditions sont: un logement décent (sans superficie minimum) des ressources stables Benhamida parla du "tir d ' instinct qu'il avait appris à l'armée" . Mais les jurés n'étaient pas prêts à laisser passer ce nouveau crime raciste, perpétré par un des fondateurs d'un groupuscule : le P.F.N . , qu'il a créé après avoir été exclu, avec Jean-Claude Beaussart, du Front National. Michel Cliquennois fut condamné à neuf ans de réclusion criminelle. Dans toutes ces affaires, le MRAP reçut 1 franc de dommages et intérêts. Le fichage des enfants à l'école interdit Le 18 novembre 1986. le Tribunal administratif de Lyon a suivi les conclusions du MRAP tendant à faire annuler pour excès de pouvoir deux circulaires, l'une de l'Académie du Rhône, l'autre du Maire de Lyon. Ces deux textes exigeaient pour l'inscription des enfants étrangers à l'école la présentation des ti tres de séjour de leurs parents. Ces deux circulaires auraient pu ouvrir la voie: à l'impossibilité de enseignement pour les suivre un enfants de parents en situation irrégulière au recensement des familles étrangères. RÉSISTANCE Comment constituer un réseau de solidarité contre les expulsions Le B.N. du MRAP, relayé par le nO de Droit et Liberté du mois d'octobre ont appelé les comités locaux et les mili tants à organiser, partout où c'était nécessaire, un réseau d'information et de solidarité ayant pour but de s'opposer aux expulsions arbitraires d' immi grés. Il convien t d'abord d'être clairs. ~Jus avons pris position et nous entendons nous opposer aux expulsions arbitraires dl i .. igrés. Il ne s'agit pas de n'importe quelles expulsions. Il y a en France, comme dans tous les pays développés, des étrangers qui sont entrés sur le territoire pour des raisons peu avouables (commerces illicites trafics de toutes sortes, proxénétisme, etc.). Nous n'entendons pas empêcher la Justice de les expulser à l'issue de la peine de prison qui leur a été infligée. Il y a aussi des étrangers qui, poussés par les conséquences de la crise économique dans leur propre pays , viennent tenter leur chance dans des pays plus riches où ils s'installent illégalement. On doit exiger des pouvoirs publics un traitement humain, mais il est vrai qu'il ne s'agit pas d'immigrés, ni de membres de leur famille et qu'ils sont sans droits. L'Etat peut décider de les reconduire à la frontière, à condition que ce soi t dans des conditions permettant de vérifier qu'il ne s'agit pas d'une erreur. Nous exigeons dans ces cas des garanties contre les décisions arbi traires, mais Inous ne nous opposons pas a priori à toute mesure de reconduite à la frontière. Mais la situation est di fférente quand il s'agit des immigrés, des membres de leur famille et des dellland·eurs d'asile politique: - les immigrés parce qu'ils ont acquis des droits en participant par leur travail au développement de la société française; - les membres de leur famille, au nom du droit imprescriptible de vivre en famille dans le pays où l'on vit et où l'on travaille - les demandeurs d'asile parce que l'on ne saurait admettre que la police se substitue aux institutions (l'O.F .P.R.A.) Soyons clairs; pour pouvoir nous opposer avec succès aux expulsions injustes et arbitraires. il ne faut pas nous opposer sans discerneaent à nI iaporte quelle expulsion; ceux dont nous refusons 11 expulsion sont ceux qui ont des droits c'est à-dire les travailleurs immigrés, les membres de leur famille et les demandeurs d'asile (1) . Constituer un réseau: coaaent? Nous avons préconisé l'organisation, au niveau local, de réseaux de solidarité s'inspirant de ce qui a été réalisé au niveau national (2). Comment faire? 1° Prendre contact avec les associations dliaaigrés 2° Prendre organisations de contact avec solidarité les 3° Organiser ensemble une réunion pour établir avec précision les règles de fonctionneaent du réseau 4° Organiser une réunion de foraation' 5° En cas de besoin, prendre contact par téléphone avec la permanence juridique du MRAP - ou d'une des autres organisations du réseau (4). 6° Reste la question des peraanences d'accueil et d' infor- - 9 - mation des immigrés. Dans certaines localités, elles sont correctement assurées par des services sociaux Uans d'autres localités, il n'y a pas de permanences ou elles ne sont pas "fiables": dans ce cas , il faut ouvrir une permanence associative ou une "boutique" d'assistance juridique en en faisant connaître l'adresse et les horaires. 7° Face à chaque cas d'expulsion arbitraire, deux types d'action complémentaires doivent être engagées parallèlement - d'une part, une action de soli darité et de soutien juridique: accompagner l'immigré, l'aider à formuler un recours administratif, lui servir de conseil; d'autre part, une action de popularisation: informer le milieu associatif, les organisations démocratiques, les communautés reli gieuses et l'opinion locale, faire signer des pétitions, écrire aux députés, etc. La lutte contre le racisme ne saurait se limiter à la défense des immigrés, mais nous ne serions pas crédibles et nous serions considérés comme des hypocrites si nous ne prenions pas nos responsabilités sur ce terrain. (1) Le cas des étudiants est différent: nous ne demandons pas qu'ils puissent s'installer définitivement en France (ce serait contraire aux intérêts de leur pays) mais qu'on les laisse poursuivre leurs études jusqu'au bout. (2) Droit et Liberté, oct. 86, p. 6. (3) Voir le tract "Conseil aux iaaigrésll • Le projet de révision du Code de la nationalité Le projet de réforme du Code de la Nationalité a suscité un grand mouvement de protestation qui dépasse largement le cadre des associations d'immigrés et de solidarité. Un premier appel, signé par plus de cent associations, organisations, mouvements, syndicats et partis politiques, à l'initiative de la Ligue des Droits de l'Homme et à l'élaboration duquel le MRAP s'est associé dès le départ, a fait connaître leur volonté commune d'organiser une mobilisation contre le proiet Le mercredi 3 décembre, un meeting était organisé à Paris dans la Salle de la Mutualité "Pour l'arrêt i •• édiat des expulsions et des pratiques anti-dé.ocratiques et pour le retrait du projet de réfor.e du Code de la Nationalité". George Pau-Langevin y a pris la parole au nom du MRAP. Parmi les nombreuses initiatives qui ont été prises par les uns et les autres, en province, en banlieue et à Paris, le MRAP, à l'issue d'une journée de formation sur le thème de l'identité françai- UNE NOUVELLE MENACE CONTRE LES FAMILLES IMMIGRÉES Le projet de loi portant ré fo rme du Code de la Nationalité, adopté en Conseil des Ministres, malgré l'avis du Conseil d'Etat, consti tue une grave régression. En remettant en cause le droit du sol, il revient sur un principe très ancien dans notre droit, constamment réaffirmé par la tradition républicaine. Son adoption ramènerai t plus de cent ans en arrière une législation qui a contribué à façonner le visage actuel de la France. Les mesures proposées excluent de l'acquisition de plein droit de la nationalité française des enfants d'étrangers, nés en France, et qui y résident. Désormais, ces jeunes devront reéclamer la nationalité française qu'ils ne pourront obtenir qu'à des conditions très sélectives et après une longue procédure. GRÈVES DE LA FAIM Deux grèves de la hi., deux succès: Laurent Gabaroum, cadre antillais de la Régie Renault, à qui on refusait un poste en rapport avec ses compétences en raison de ses origines, a obtenu gain de cause après une longue action soutenue par le MRAP. Dans sa lettre de remerciements qui nous est parvenue, on lit notamment: "C'est pourquoi, en vous remerciant, je pense à tous ces Droit et liberté, décembre 1986 Les conjoints de Français seront soumis aux incertitudes et à l'arbitraire de la procédure de naturalisation; ce projet frappe alnSl de suspicion tout mariage mixte ... Ces dispositions sont indissociables de la Loi du 9 septembre 1986 sur les conditions d'entrée et de séjour des étrangers dont l' application massive et sans retenue montre que nous ne nous étions pas trompés en dénonçant les dangers qu'elle faisait courir aux droits des immigrés et aux libertés publiques. La réforme du Code de la nationalité que rien ne justifie n'est qu'une nouvelle concession - aux discours racistes et xénophobes. Les mesures proposées excluront de la nationalité, donc livreront à l'arbitraire administratif et policier, des jeunes nés en travailleurs immigrés, à tous ces ouvriers, ces techniciens, c~~ cadres qui sont l'objet, à RenaultBillancourt certes, mais dans d'autres lieux de France, victimes quotidiennement de vexations, de discriminations, de licenciements totalement - à mon avis - injustifiés. Tout cela porte une grave atteinte à leur personnalité la plus profonde, à leur projet et rêve d'avenir, à leur vie familiale". Autre action: Mme Khira Ahmed, - 10- se et le code de la nationalité, a lancé une pétition dont on trouvera le texte ci-contre. Cette pétition explicite par elle-même peut servir à sensibiliser l'opinion et à préparer la mobilisation nécessaire. Le MRAP et les autres associations signataires de l'appel ont engagé sur le plan national des délégations auprès de groupes parleme n tai res. Il es tin di sp ensab 1 e qu'au niveau des départements délégations et pétitions affluent chez les députés et sénateurs. !France, y ayant toujours vécu, éduqués dans ce pays, essentiellement au motif que leur "sang" n'est pas français, comme si le fait d'être né et d'avoir été élevé dans un pays ne créait pas de' liens aussi forts que la circonstance d'être né d'un père ou d'une mère qui en a la nationalité. De telles disposi tions, si elles étaient votées, viendraient renforcer encore la situation et le sentiment d'inégalité et de précari té des populations immigrées . Elles visent particulièrement des jeunes insérés par l'école ou des liens familiaux avec des Français: leur retirer la certitude d'acquisition de la nationalité française, c'est accroître les difficultés d'insertion, c'est donc prendre le risque de déstabiliser la société toute entière •.. "sur le point d'accoucher, a entamé le Il novembre une grève de la faim devant Notre-Dame de Paris pour empêcher l'expulsion de son mari, d'origine égyptienne, abusivement privé de papiers réguliers. Le MRAP a appuyé son action et, finalement, Mme Khira Ahmed a reçu l'assurance que le cas de son mari serait réexaminé. [ Droit et Liberté PET 1 T ION NE LAISSONS PAS AMPUTER LA SOCIETE FRANCAISE Après le vote d'une loi qui rend plus précaires les conditions de séjour des immigrés et de léurs enfants , la réforme annoncée du Code de la nationalité tend à déstabiliser davantage cette population. Aujourd'hui, tout enfant né en France de parents étrangers et qui y a vécu pendant les cinq années prpcédant sa m~jorité peut alors être français. Selon le projet gouvernemental, ces mêmes jeunes, nés et scolarisés en France, devraient demander à devenir Français et une longue attente pourrait leur être imposée avant la décision mettant en cause leur avenir. Ils auraient à comparaître devant un tribunal pour entendre énoncer leurs devoirs. procédure d'une opportunité douteuse, à coup sûr discriminatoire et humiliante. En outre, ils risqueraient d'être exclus de la communauté r.ationale à laquelle ils appartiennent pleinement. pour peu qu'ils aient subi une condamnation légère par suite d'un délit mineur, ou en vertu d'une notion vague de "non-assimilation". Contester ainsi des droits qui découlent de leur identité réelle,' conduirait à frapper certains d'une sanction sans commune mesure avec les faits qui leur seraient éventuellement reprochés et avec la peine infligée 'lUX autres Français de leur âge se trouvant dans le même cas. Un tel rejet entraînerait les conséquences les plus inhumaines: déchirement des familles, reconduite à la frontière de jeunes qui n'ont aucune attache dans le pays où sont nés leurs parents. Il serait normal, au contraire, que la sociétf assume les maux qu'elle engendre plutôt que d'exclure ceux qui en sont victimes. Par ~illeurs, le projet. confère à l'autorité publique un pouvoir discrétionnaire pour refuser pendant un an et demi la nationalité au conjoint d'un Français qui, actuellement, peut l'acquérir par déclaration après six mois de mariage. Détecter les "mariages blancs" ne justifie pas cette brimade qui jette une suspicion systématique sur tous les couples "mixtes". Enfin, ce texte fait fi des liens anciens avec la France de nombreux immigrés onglnaires des anciennes colonies en leur ôtant, quand ils le souhaitent, la possibilité de réintégrer la nationalité française. Nous, soussignés, exigeons l'application du principe républicain de l'égalité des droits. Nous denndons que les jeunes issus de l'i .. igration se voient assurée sans restriction la nationali té française, à .oins qu'ils n'expri.ent un choix différent qui devrait dans tous les cas être respecté. Nous de.andons que soit reconnu l'acte d'insertion nationale que représente, pour un étranger, son .ariage avec un conjoint français. Nous conda.nons toutes tentatives de briser la société française. qui a toujours été for.ée et enrichie par des apports extérieurs, et qui serait dra.atique.ent a.putée sans les dizaines de .illions de Français d'aujourd'hui qui ont des ascendants étrangers plus ou .oins proches. NOM et PRENOM ADRESSE A retourner au MRAP (Mouve.ent contre le racis.e et pour l'a.itié entre les peuples) 89 rue Oberka.pf, 75543 PARIS CEDEX 11. - 11 - SIGNATURE PRIX FRATERNITÉ GABY ARCH EN BAUD Une grande SOlree musicale est organisée à l'initiative du MRAP le 21 décembre 1985 au TLP Dejazet. 41 bd du Temple. PARIS-3ème. à partir de 20h.30. A cette occasion. Bernard Langlois. fondateur et producteuranimateur de l'émission "Résistances" à Antenne 2. recevra pour 198f le Prix Fraternité/Gaby Archenbau cl qui vient de lui être décerné. Fraterni té Fête: de nombreux groupes et artistes y participeront: Carte de Séjour. Francesca Solleville. les Quilapayun. ' ParisBrune. Quintette Djoa. Daniel Neuville. Yacintha. Raphy Thine. Mariam Mathéus. Francis Bebey. Henry Agnel et Cantiga. Abdellatif Laâbi. Henry Guédon et l'ensemble Ziriab (avec le concours de la Direction de la musique au Ministère de la Culture et de la Communication). Soukous. Zouc. Growka. funk ... Ambiance assurée. Participation aux frais: 30 Frs. Billets disponibles au MRAP. 89 rue Oberkampf. 75011 PARIS et à Dejazet. LES FOULÉES MULTICOLORES Après adoption par le Bureau National du projet de Foulées .ulticolores partout où ce sera possible. et autour du 21 mars 1987. nous vous rappelons le calendrier qui a été proposé. Les comi tés locaux et fédéra tions devront faire connaître leurs ini tiatives par écrit au Secrétariat National avant le 20 déce.bre 1986. Les matériels à réaliser ( nature et quantité) seront arrêtés avant le 10 janvier 1987. Ces matériels seront à disposition à partir du 20 février 1987. Les calendriers MRAP 1987 sont disponibles au Siège. Illustrés par une série de photos d' Abdelhak Senna. photographe de Différences. c'est une excellente idée de cadeau. Pri x public: 20F; pri x comité local: 15F. Compter 5. 40F de fr ais de port pour chaque exemplaire. GENS DU VOYAGE: LE DROIT AU STATIONNEMENT BAFOUÉ Mani festation et expulsion en Seine- Saint-Denis. Lundi 3 novembre: plus de deux cents caravanes. à Blanc-Mesnil. investissent un terrain. puis bloquent une avenue. Policiers et CRS font évacuer. Les Gens du Voyage fréquentent. nombreux. la Seine-Saint-Denis - proche de la capitale - mais ils se font chasser d'une commune à l'autre. Il y a bien le projet du Syndicat de l'Aulnoye: 5 terrains. dont un à Blanc-Mesni 1. Mais ça traîne. D'où l'impatience des Voyageurs. qui ne sont plus disposés à subir. Deux responsables du MRAP ont rencontré le Maire. Nous ne renonçons pas au projet. dit celui-ci. mais de toutes façons, cela fera mOlns de 100 emplacements. Le problème ne sera pas résolu. Il faut que d'autres communes, et la région, s'y mettent. L'argument n'est pas sans fondement ... mais ... c'est le cercle VICIeux, si tout le .onde s'attend. Deux i.pérati fs si.ultanés: - des municipalités qui entreprennent et des interventions énergiques auprès des instances départementales et régionales. Mais ce n'est pas des réactions comme celle du Conseil d'établissement d'un LEP qui arrangeront les choses, en trai tant les Voyageurs de "po pulation oisive" qui lin 'est pas un bon exemple pour nos enfants"! L'huile sur le feu. Scandale à Cournon (Puy - de-Dôme) Le 12 novembre, la Sauvegarde de l'Enfance, avertie par M. PetoManso, président de l'ONAT, alerte le Comité de Clermont. Une famille - cela fait trente caravanes, car la famille est très large chez les Voyageurs - s'est rassemblée des quatre coins de France pour assister un des leurs à l' hôpi tal de Clermont. Pas de place, sur le terrain de cette ville. Ils demandent l'entrée au camping de Cournon. Refus. Ils s'installent sur un autre terrain. Ordre de "déguerpir". malgré une offre de dédommagement à la commune. Le dialogue avec le Maire. demandé par notre représentant. s'avère impossible Recours au Président du Conseil Général. au Préfet. au Maire de Riom. Président d'une Commission départementale pour l'aménagement d'aires de stationnement. Appel du Maire de Cournon au Tribunal de Grande Instance. Le 25 novembre. ce Tribunal donne dix jours aux Voyageurs pour quitter le terrain où ils sont. mais exige qu'ils aient accès au camping. Or. entre - temps. une carte d'association étant exigible. mais en fait non exigée. des campeurs. plusieurs Voyageurs se sont affiliés à "Tourisme et Loisirs". Nouveau refus ... et le Maire a pris un arrêté de fermeture du camping . lien raison de pressions bles de la part d'un nomades"! ... intoléragroupe de En posi ti f: des habitants du quartier et des commerçants soli daires des Voyageurs. Oroir et Liberté 89 rue Oberka.pf. 75543 PARIS CEDEX Il Téléphone: 48.06.88.00 CCP 9 239 81 PARIS Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de Rédaction Be trand Bary. Gérard Coulon, Clau de Gavoille, Dominique lahalle. R~né Mazenod. Claire Rodier. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montligeon (61) Abonnement d'un an: 80 F

Notes

<references />