Droit et Liberté n°143 - février 1955

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°143 (247) de Février 1955
    • La bombe atomique aux mains des bourreaux d'Oradour: voilà ce que signifierait la ratification des accords de Paris par E. Schatzman page1
    • Halte au racisme en Afrique du Nord! page1
      • La loi doit punir les discriminations et non les favoriser par le général Tubert
      • J'ai vu, j'ai pleuré, j'ai serré les poings: un reportage de françoise d'Eaubonne
    • Explosion de racisme (dans le monde) page1
    • Après les révélations de Matusow, plus que jamais s'impose: la libération de Sobell, la révision du procès Rosenberg page1
    • Encotre des collabos libérés: des renforts pour Xavier Vallat page1
    • Les classiques de la Fraternité humaine: Jean Jaurès présenté par Marcelle Auclair page1
    • Le prix de l'Unanimité à Julien Benda, le prix Jean Vigo à Jean Vidal pour le film Emile Zola page2
    • La danse de la paix (ballets hongrois) par René Jouglet page2
    • Livres: la vie de Jean Jaurès de Marcelle Auclair, présenté par B. Fontenelle page2
    • Sur l'initiative du MRAP, 51 personnalités s'adressent aux sénateurs: ne ratifiez pas les accords de Paris page3
    • La population du 20éme rend hommage à Henri Bekerman page3
    • Tixier-Vignancour voudrait faire condamner le M.R.A.P. pour avoir dénoncé le navet antisémite "les nouveaux maîtres" page3
    • Pélerinage à Auschwitz par Claude Frédéric Levy page4
    • Violences racistes en Afrique du Sud: le gouvernement Strijdom procède à la concentration des noirs par M. Imerglik page4

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

.. • La bombe atomique aux nazis, par Evry SCHATZMAN, Maitre de Recherches au ' Centre National de la Recherche Scienti'fique. • Jean Jaurès, combattant antiraciste, par Marcelle AUCLAIR. • Halte au racisme en Algérie, par le Général T.UBERT, ancien maire d'Alger, et Françoise d'EAUBONNE. • La danse de la paix, par René JOUGLET. • Pélerinage à Auschwitz, par Claude-Frédéric LEVY. Arme d'extermination massive incomparablement plus puissante que les chambres à gaz et les fours crématoires La bODlbe afoBll• que aux mains des bourreaux d·'Oradour et d'Auschwit'z I L ne suffit pas d'avoir sonné l'alarme et de s'être fait entendre; encore faut-il amener tous ceux qui ont pris conscience du danger, à agir p'our empêcher le réarmement de l'Allemagne de l'Ouest. De toutes les menaces dont sont lourds les accords de Paris, i! en est une qui peut être n'a pas asse~ a~tiré l'a~tention, celle qUi resulteraIt de la possession par l'Allemagne fédérale d'armes nucléaires. En effet, tandis que les accords de Paris remilitarisent Explosions de racisme D IVERSES explosions de racisme, particulièrement violentes, ont projeté, ces temps-ci, leur éclat brutal jusqu'au premier plan de l'actualité. Toute la presse a relaté les mesures de « déplacement lt et de « concentration lt - mot de sinislre mémoire - prises contl"e les noirs de Johannesbourg, .m.algTé Ja .solennelle cou- . damnation par l'O.N.U. du racisme sud-africain. Plus près de nous, de nombreux jourualiste"!, ùes l'Allemagne fédérale et la font entrer dans l'organisation Atlantique, de l'autre côté le conseil de l'O.T.A.N. a décidé de doter les forc es eUlopéennes d'armes atomiques et d'en mettre à la disposition des forces stationnées en Allemagne. Sans doute PAR E. SCHATZMAN Maitre de Recherches au C.N.R.S. une telle décision a été prise av& toute la discrétion nécessaire pour ne pas effrayer l'opinion, faisant état des -modifications apportées rél emment aux armements et aux techniques, de la livra:son de qU,a'!tités importantes de matenels nouveaux ... aux forces en Europe. Cependant les commentaires de M. Spaak, de M, Eden, de M. Dulles sont venus dissiper tous les doutes que l'on aurait pu avoir au sujet de ces formules elliptiques. , ~ .. Or la seule iodee que les mlhtaire; y compris les militaires .allemlmds, pourraient employer ce que l'on appelle les c bombes atomiques tactiques », glace d'effroi, car il est évident que les armes nucléaires les plus puissantes seraient rapidem~nt utilisées à leur tour. Pour bIen faire mesurer ce qui est en jeu, rappelons encore une fois l'importance de l'effet des différentes armes nucléa'ires . Voilà ce que signifierait la ratilication des accords L A bombe atomique produit une destruction totale dans lin rayon de 500 mètres, par pwlvérisation et volatiIisahon pure et simple de tous les bâtiments. Au-delà et dans un rayon de plusieurs kilomètres l'onde de choc et l'élévation' de température entraînent des destructions et des incendies. Mais surtout, le rayonnement produit par l'explosion, et les neutrons émis sont capables de tuer dans ce domaine toute la population non protégée. Au cours de récentes manoeuvres en Allemagne occidentale, faites à l'aide de simll'Iacres de bombes atomiques tactiqces, on a constaté que la destruction d'un pont aurait ca'usé la mUlt de 3.000 soldats et l'anéantissement d'une petite ville de 50.000. habitants. La bombe atomIque, tactique ou pas, t!st l'arme de destruction d'une ville ou d'un grand übjectif in~ustriel: e~ il suffirait pour atteIndre lobjecW que la visée ait été faite à un k:Iomètre près, A ces effets immédiats, s'ajoutent les effets différés : les malad ies du sang (on meurt encore à Hiroshima et Nagasaki des suites du bombardement de 1945), la stérilité, les descendances monstrueuses (qui n'apparaissent parfois qu'au bout de plusieurs générations). La bombe thermonucléaire, contra'irement à la hombe atomique, a une puissance illimitée, il sll'ffit d'en augmenter la charde Paris ge. Avec une bombe mille fois plus puissante qu'une .. bo~be atomique c'est la volatIlIsatIOn dans un rayon de 15 kilomètres, des destructions sérieuses dans un rayon de 30 kilo,?ètre~! des dégâlts importants jusq~ a ~~ kilomètres, des effets jusqu'a 300 kilomètres. Explosant au sol la bombe thermonucléaire a des effets radioactifs effroyables projetant un m'lIiard de ton~es de poussières radioactives dans l'atmosphère, qui retombent ensuite pour une part à des centa'ines de kilomètres du lieu d'explosion, empoisonnant toute vie, et pour u~e aut~e part sé: ournent des mots et me · me des '"nnées dans IJ. l'lute R1- mosphèr'!, modIfIant l'équlibre (Suite page 3) Sur l'Initiative du NI.R.A.P. 51 personnalités s'adressent a DX ·Sér.teurs (Voir page 3) N° 143 (247) 24 FEVRIER 1955 30 FRANCS HALTE AU RACISME EN AFRIQUE DU NORD •• La loi doit punir les discriminations et non les favoriser L EI' problème algérien, si ongtemps méconnu, a pris place au premier rang des questions qui se posent maintenant en Afrique du Nord. Pourtant, le grand public n'a pas encore pleinement cünscience de la gravité de la situation qui se d'éveloppe au sud de la PAR le Général TUBERT Ancien Maire d'Alger Méditerranée et dont les conséquences peuvent affecter gravement le destin de la France. Pendant des années on fit un silence à peu près complet sur ce qui se passe en Algérie, que l'opinion publique métropolitaine ne voit qu'à travers les communiqués tourist:ques et les discours officiels. Ces derniers, tenus paraît-il dans le souci de préserver les intérêts de la France, nont fait que masquer ' ou déformer les faits afin d'encisme qui a droit de cité; s'affichant insolemment ou s'insinuant sournoisement il est partout et ne cesse d'approfondir le fossé qui s'est creusé entre des catégories ethniques pourtant condamnées par la géographie et par l'histoire à vivre côte à côte sur le même territoire. Actuellement le racisme le mieux porté est celui qui oppose l'Européen à l'Arabe. C'est, dans la conjüncture, le plus vi- 11Iient et le plus dangereux car il provoque - comme un choc en retour - la haine des opprimés dont les formes violentes aboutissent fatalement à des excès. Nous condamnons naturellement tous les racismes, quels qu'ils soient, mais nous sommes convaincus que si l'Européen renonçait au sien, un climat favorable à d'heureux rapports naîtrait sans difficultés majeures. La loi frappe ••• Le racisme antiarabe revêt deux formes principales. Il y (Suite page 4) J'ai vu, j'ai pleuré, j'ai serré les poings Un reportage de Françoise d'EAUBONNE M ON premier contact avec l'Afrique du Nord, je le dois au mouvement Travail et Culture qui m'y envoya pour faire de·s cünférences sur Colette. Et le racisme qui me fut brutalement révélé n'attendit pas, pour se faire connaître à moi, que j'eusse posé le pied sur le sol algérien; je l'éprouvai dès mon transport en avion. A mon grand étonnement, je vis les Algériens musulmans placés à l'arrière du prototype tandis que les Européens étaient rangés à l'avant, et en sus l'on tira un rideau entre nous comme si l'on craignait la souillure de ce contact. A ma voisine qui me faisait observer : « Tiens ? On a mis les ratons derrière nous ? » je répondiS en lui demandant si elle avait vu le film de Sartre. La P ... respectueuse, et si cette ségrégation Ile lui rappelait pas le début du film où, au grand scandale de l'administration, une jeune femme blanche se permet de voyager dans le wagon des noirs ... En arrivant à l'aréoport, un douanier à képi, bottes et cravache, cria aux voyageurs musul mans qui se tenaient comme nous devant la consigne, en attendant l'arrivée des bagages : « Tout le monde dans la pièce à côté. et à poil! » Je commençais à trouver le voyage instructif. Et, par la suite, je ne cessai pas de m'instruire. Des plaisanteries sinistres Les aspects les plus répugnants du racisme que je haissais si fort chez les Américains et les Anglais, à l'égard des noirs, des natives, je les vis dans toute leur hideur à Alger et à Constantine; et cette rois • . à ma grande humiliation, les (Suite page 4) tretenir les douces iHu~ons que6 avril 2010 à 09:08 (UTC)6 avril 2010 à 09:08 (UTC)Charles-~-~---------6 avril 2010 à 09:08 (UTC)-~·--~--~~ les évènements commencent à dissiper. c L'Algérie c'est la France! » « Les Arabes sont maintenant des citoyens français très fiers de leur promotion et enchantés de leur sort :.. Voilà des f'Ormu Pf; 119triotiQues bien encourageantes l' ~ Malhetireusement cene sont que des slogans qui ne cadrent guère avec les réalités. APREs LES REvELATIONS DE MArUSOW Plus que jamais s/imposent ________ ~:I~ .L_ __' "' ...._ __ ~ Parmi celles-ci figurent plusieurs 'Rlaies de l'humanité en


~._~~ 1 ft la'AI' li

par racisme ' sud-africain. Plus près de nous, dl' nombreux journaliste'!, ùes personnalités de toute5 tendances alertent quotidiennement l'opinion sur les abus et les forfaits intolérables commis au mépris des droits les plus élémentaires de l'homme en Afrique du Nord. D'Amérique, nous parvient chaque jour l'écho douloureux des souffrances endurées par les couloured people, victimes de la ségrégation et des discriminations dans le logement, le travail, les écoles (malgré la récente décision de la Cour Suprême) et devant les tribunaux. En France même, d'innombrables travailleurs nordafricains, des étudiants d'outre-mer sont, à des degrés divers, frappés de mesures injustes en raison de leur~ origines. Et une presse infâme, s'appuyant sur les groupes vichys tes reconstitués, s'applique à répandre à nouveau le venin antisémite, avec lequel l'ennemi a tenté déjà de paralyser notre pays pour le mieux asservir. A UT ANT de survivances cruelles des temps barbares et maudits, que l'on pouvait croire à jamais révolus. Chaque fois qu'un homme est insulté, bafoué, lynché, tué pour la couleur de sa peau, la forme de son visage ou la religion de ses ancêtres, le nazisme vaincu remporte une nouvelle victoire. Et ce n'est pas un hasard si de tels actes se multiplient à l'heure où l'on se prépare à remettre aux bourreaux hitlériens les armes de leurs crimes et, pire encore, l'instrument d'exterminations plus terribles: la bombe atomique. L E racisme, l'antisémitisme, odieux en euxmêmes, sont les symptômes des graves dangers qui nous menacent. Ils requièrent la vigilance et ~a riposte de tous les démocrates, de tous les gens de coeur. A nous, militants du l\1.R.A.P., de faire connaître partout ces dangers, et de mobiliser toujours plus les antiracistes, qui sont légion, dans la lutte contre touteb les discriminations, les préjugés de race et de religion, , contre le réarmement allemand, D L et pour la paix. La bombe thermonucléaire, . . '11' 't'e (Voir page 3) ~ contra'irement à la bümbe ato- OU"li VIli'O l-I"1 f2U1 "fl"i " ._ _iml Isqu_ruffei.t, _da u'e_nn eaPuUgml_sesna_tencr el_aII _cmhIa er_-,_ ____ • On voit ici l' inspecteur générai de la Luftwaffe, Adolf GALLAND, au temps de sa splendeur, lorsqu'il recevait les fél icitations enthousiastes du Führer en personne. Il a bien mérité du nazisme, en réorganisant clandestinement l'aviation de guerre al lemande, en combattant contre l'Espagne républicaine; puis en préparant, comme adjoint de Goering, toutes les agressions hitlériennes. Aujourd'hui, après dix années d'exil, cet cos» rejoint son poste à Bonn. Il sera l'un des principaux responsables des préparatifs de la guerre atomique. Il a déclaré, en atterrissant à Francfort : • Je ne suis certainement pas rentré en Allemagne pour adhérer à un mouvement pacJfiste _. ne sont que des slogans qui ne cadrent guère avec les réalités. Parmi celles-ci figurent plusieurs plaies de l'humanité, en premier lieu le racisme dont nous nous proposons d'entretenir le lecteur de ce journal. Qui sème le racisme""" Détestable en tout temps et en tous lieux ce fléau sévi t pa rticulièrement en Algérie qui est sa terre d'élection et où il n'a cessé de détériorer les rappOlts humains sous l'oeil complice ou indifférent de l'Administration. Au gré des circonstances, l'accent y est mis sur l'antisémitisme ou sUir l'antia'rabisme. Sous Pétain H s'agissait d'être surtout antijuif, sous la IV' République il vaut mieux être antiarabe, mais il est bien porté d'être à la fois contre les Juifs et contre les Arabes. Cette conception, que réprouve naturellement toute morale humaine, a ceci de pa-radoxal qu'elle a cours dans un pays à populations hétérogènes où se fait sentir plus qu'ai/leurs le besoin de compréhension et de respect réciproques. C'est le ra- Les classiques français de la fraternité humaine Jean P EU d'hommes parmi les contemporains de Jean Jaurès ont autant sacrifié que lui à l'Affaire Dreyfus. Il s'ensuivit pour lui : 1. De graves dissentiments avec Jules Guesde et de nombreux membres du Parti Socialiste

2. Son échec aux élections de 1898. (La campagne é lector~l e toute entière fut orches trée contre lui, dans sa circonscription tarnaise, aux cris de « A bas Z,ola 1 » . ) Peu d'hommes ont lutté aussi longuement, aussi efficacement que Jaurès pour faire triompher l'innocence du Capitaine Dreyfus

ses interventions à la

. Chambre, en plus d'innombrables conférences dans toute la France, la publication de Preuves, ce chef-d'oeuvre de clarté et de force persuasive, ont été parmi les facteurs les plus positifs de l'Affai re. Et pourtant, il pst difficile de trouver dans ces t extes un réquisi tolre explicite de l'an tisé: mitisme : quelques mots par Cl par là, d'un mépris définitif, telle cette phrase : « ... Les pauvres conceptions antisémites si médiocres et si étroites de M. Drumont ... » ( Petite République », juin 1901). Ce que Jaurès prouve, c'est que l'antisémitisme est toujours , JAURES PRÉSENTÉ PAR MarceUe un instrument, et que cet instrument est touj ours empoigné par la réac tion à l'oeuvre contre les lib ertés démocratiques, par le militarisme à l'oeuvre contre la Paix. Il s' en pr,end donc à ceux qui utilisent l'antisémitisme plu tôt qu'à l'antisémitisme lui-même, à la cause plutôt qu'à l'effet. L'antisémitisme instrument de la réaction C'est dans l'Armée Nouvelle, pUblié,e en 1910, donc quelques années après le règlement définitif de l'Affaire Dreyfus que Jaurt'.s en tire la leçon, tout en montran t ses dessous et ses périls : « ••• C'est bien la caste militaire, ou, si l'on veut, la corporation militaIre quI entrait en ligne. C'est pour couvrir un crime militaire commis, dans les bureaux de l'état-major, que tout l'état-major donnait, impérieux, menaçant, se dressant comme une puissance supérieure aux autres puissances, prétendant se soustraire aux règles communes de la Justice et du AUCLAIR droit commun de la preuve j Invoquant, pOlir justifier un attentat, les nécessités spéciales de la défense du pays j organisant des campagnes de presse pour égarer la F,rance, pour dénoncer et flétrir ceux qui essayaient de l'éclairer j sacrifiant à un prétendu honneur de l'armée l'honneur de la nation et les droits les plus élémentaires de l'homme dans la société moderne j menaçant le jury de toutes les catastrophes, et de la ruine même de la patrie, s'II osait dire la vérité ou seulement la voir, se servant du faux et acceptant qu'on le glorifiât comme un effort suprême de patriotisme j proclamant, dans cette guerre contre le droit, la solidarité de toutes les puissances d'autorité j érigeant le militarisme en Idole monstrueuse, protectrice de toutes les autres idoles. « ... Et la masse des officiers laissait dire et laissait faire ... C'était une sorte de coup d'Etat sourd et ignominieux, qui n'allait pas jusqu'à l'audace des révoltes déclaré~ et des séditions militaires à ciel ouvert, mais (Suite page 2) - - s/imposent La libération de SOBELL La , . . revlslon du procès ROSENBERG J « 'AilI y m ae qnutie l»q, udeés cjloaurarsit, le mouchard HAR· VEY MATUSOW, témoin « professionnel» de la poli· ce américaine et . de Mac Carthy. Dans· un livre qu'il vien 1 d'écrire et dont l'annonce de la parution fait sensation aux Etats-Unis, ce louche personnage explique les raisons très lucratives qui lont amené à se mettre au, service du F.B.I. ; ses revenus de mouchards « dép assa; ent tout ce qu'il avait jamais . pu espérer ». Rien que l'indemnité journalière s'élevait à 7.000 frs. Matusow précise qu'il travaillait sous les ordres de Roy Cohn, l'adjoint de Mac Carthy. Personne ne peut oublier que Roy Cohn dans le procès Rosenberg, fut le procureur adjoint et A la fin de 1954, Helen 50bell, la femme de Morton 50bell, recevait l'autorisation écrite d'aller à Alcatraz rendre visite à son mari, eon compagnie du petit Mark (5 ans), leur plus jeune enfant. On imagine leur Joie, à tous trois. Mais quand, le 26 janvier, après avoir traversé les Etats-Unis, la jeune femme et son fils arrivèrent à San Francisco, "'" policier les attendait au bateau qui conduit à Alcatraz. Il leur signifiait que leur visite avait été, au demier moment, interdite. Te~s sont les procédés que l'on utilise pour tenter de démoraliser 50bell ! (Ci-dessus : une récente ph oto d'Helen 50be!1 et du petit Marte) l'un de ceux qu,i s'acharna le , ___________________________ _ plus contre Ethel et Julius. Leur innocence a éclaté aux yeux de millions de gens de tous les pays, sauf à ceux d'un tribunal dont les membres porteront à tout jamais la triste responsabilité d'avoir, sans preuves et pour raison d'Etat, envoyé deux êtres admirables à une mort ignoble. L'accusation principale reposait sur le témoignage d'un coaccusé, David Greenglass, frère d'Ethel. Greenglass était un être fa'ible et veule et malgré son instruction primaire s'était vanté d'avoir transmis de mémoire un exposé de douze pages sur les secrets de la fabrication de la bombe atomique à Los Alamos Où il tr,ava'illait. Toutes les réalités, toutes les appréciations des savants et des experts contredisaient les accusations de Greenglass. Il a reconnu par la suite qu'il avait subi la pression du F.B.I., dans u,n document daté de juin 1950. Ces faits, rapprochés, permettent d'y voir plus clair que jamais dans le complot ourdi contre les Rosenberg. Les aveux retentissants du mouchard Matusow, instrument de Roy Cohn, projettent une lumière crue sur les mouchardages inspirés de David Greenglass, autre instrument de Roy Charles OVEZAREK. (Suite page 3) Encore des collabos libérés DU RENFOR.T pour Xavier VALLAT S IGfiNt Ea uDjEouS rdT'EhuMi PàS :u nil scuofl-laboraleur de se présent er devant la Haute Cour de Justice ou le Tribunal Militaire pour se voir aussitôt acquitté, amnis tié, libéré. Une véritable entreprise de blanchissage automatique. Ainsi, après quelques années d'une clandestinité l'elative, les condamnés à mort ·eux-m êmes retournent tranquillement à leurs occupations favorites, les « indignes nationaux » sortent la tête haute, prêts à poursuivre tOUt Résistant qui rappellerait leurs méfaits. Il fall ait y penser ... et savoir attendre. • PREMIER DE LA SERIE: Georges Hil aire. Ami et crrature de Laval, dès avant 1939. Préfet de l'Aul1e en 194.0. « Chargé de m i s~ i o n » au ministère de l'Intr: irur en 1 !l 41. C'es t un artiste. nous dit-on. n prenait d'ar tisliqu ps ctrcrels en fnveur de la « re llve ». Tl r(voquail artisl ement le- maires qui s'opposaient il « l'oeuvre de "Il rénovation du Maréchal ". En artiste, il participait à l'organisation des rafles de juifs et des opérations contre le maquis. Il écrivait à R.eba tet, un artiste lui aussi : « La vraie démocratie, c'est le national-socialisme ». Le président prononce la 1'6- laxe. • EN VOICI QUATRE, maintenant, qui viennent ensemble, se soumettre (il est temps 1) à la Justice: - Charles Rochat, ancien secrétaire général du ministère des Affaires Etrangères (des affaires allemandes), condamné à mort en 194.8 pour atteinte à la sû.reté extérieure de l'Etat; - René Bonnefoy, ancien secrétaire général au ministère de l'Info rmation (de la propagande nazie, antisémite, antifrançalse ... ), condamné à mort en 1946 pour intelligence avec l'ennemi; Albert L~VY. (Suite page 3) Le bal duM.R.A.P. Ul\j BAL comme il n'yen a pas deux Le Prix de l'Unanimité lU • vu • rE l~llE INI [) lU • ILlUJ • vu • reNTE INID lU • lU I LS rayonnaient de joie, en cette nuit du 12 février, tous ces visages blancs, ou noirs, ou jaunes réunis aux Sociétés Savantes pour le Grand Bal Antiraciste de Paris. Joie de la danse. Joie de se rencontrer, de se voir ainsi, tous ensemble, tous frères, sans arrière-pensées ni réticences. Et ils témoignaient, ces visages, par leur joie comme par leur nombre, de la vitalité du M.R.A.P., de la réalité des sentiments antiracistes qui animent Paris et son Quartier Latin. Pour cette soirée de fête, on était descendu en bandes, jeunes et moins jeunes, des lointaines hauteurs de Belleville et de la Montagne Sa.nte-Geneviève toute proche; de Montmartre et de la Butte-aux-Cailles ; on était venu de la Cité Universitaire et de chez Renault, des petites boutiques et des grands magasins ... Et chacun, contribuant par sa présence à cette atmosphère inoubliable de frat ernelle gaîté, s'émerveillait que tant d'autres so;ent venus, également, au rendez- vous du M.R.A.P.

Il faut dire que l'orchestre de Bob Castella, lui aussi, était là ... et un peu là 1 Infatigable, d'un dynamisme irrésistible, dosant habilement les danses, il sut donner satisfacti on aux amateurs les plus divers et les plus ex:geants. Au micro, Serge Nat fit preuve de son habituel entrain. LE TIRAGE DES BONS DE SOUTIEN Au oours du bal a eu lieu le tirage des bons de soutien du M.R.A.P. Voici la liste des numéros gagnants ; Poste de télévision .. Frigidaire ...... ... . Aspirateur . ....... . . Moulin à café électrique a.ampadaire artistique .. Porte-document ..... . Livre et disque Paul 00291 00263 08091 00280 00490 04270 ELUARD . . . . . . . . .. 08749 Livres d'art : Quant aux artistes qui avalent aimablement apporté leuT concours, ils furwt aauei/Us les uns et les autres par d'enthousiastes applaudissements, que ·ce soit Agnès Capr;, Raymond Devos, Moune de Rivel ou Daisy Palant.

.. Vers minuit, tandis que le bal battait son plein, on vit une longue queue se former dans le hall : le dessinateur Donga faisait des « portraits-minute ». Une heure· et demie durant, il opéra, au milieu d'un cercle compact d'admirateurs et de victimes ravies, une fusée de rires saluant chaque trait sorti de son crayon agile.

... Ce fut la soirée des rencuntres, des amitiés nouées ou renouées. Ce fut · une bonne soirée pour le M.R.A.P. Devant le « buffet-spécialités », en dégustant sandwiches au pain noir «pick(efleish », punch et « bak~ lava ~, a'! n'oubliait pas la lutte antiraciste. On prenait rendezvoUs pour la prochaine réunion de la section du 10" ou pour la diffusion de «Droit et Liberté». Diverses personnalités, qui avaient tenu, à cette occasion à venir exprimer leur attachem~nt à notre cause furent chaleureusement ovationnées. Citons MM. AUBURTIN, conseiller municipal de Paris, conseiller général de la Seine; Léa HAMON, sénateur de la Sein e ; Pierre PARAP, écrivain; le metteur en scène Louis DAQUIN; l'acteur Jacques PABRI ... Comme l'a souligné en quelques mots notre secrétaire générai, Charles Palant, cette nuit de joyeuse fraternité a resserré les liens de notre Mouvement avec ses nombreux· amis, et notamment avec la jeunesse.

... N on, ce n'était pas un bal co.mme les autres. C' était le premier bal du M.R.A.P. Un bal comme, seul, le M.R.A.P. peut en organiser. Voilà une heureuse tradition instaurée. Et l'an prochain, bien sûr, ce sera mieux encore. Prenez date 1 ... à julien BENDA! LA DANSE DE LA PAIX C EST à .Julien BENDA qu'a été décorné, fin janvier le Prix de l'Unanimité, nouvellement créé par le CO~lté National des Ecrivains. Tous les antiracistes tous les démocrates se réjouiront de ce choix. ' L'oeuvre de Julien Benda, philosophe lucide et écrivain de talent est dédiée tout entière à la raison, à l'homme. Elle est un réquisitoire implacable contre les préjugés la lâcheté la bêtise. Entre autres, à plus d'une occasion Julien Bend~ a dénoncé avec vigueur, de sa plume agile ~t sOre, l'antisémitisme et toutes les formes du racisme. Ce penseur n'a jamais hésité à se jeter dans la mêlée pour la dé~e~se des libertés, de la fraternité, de la paix. 1 « SI Je songe, écrit-il, aux émois que je connus devant le boulangisme, :Levant l'affaire Dreyfus, devant l'agression allemande de 1914, devant les entreprises mussolinienne et hitlérienne, devant le 6 février, je vois que les plus fortes mobilisations de mon âme ont été causées par la croyance que les v~leurs morales auxquelles j'assigne le ,premier rang se trouvaient en péril. » i On comprend que, dans le même esprit, .Julien Benda ait fréquemment apporté l'appui de son autorité aux campagnes de justice menées par le M.R.A.P. Qu'il trouve ici, avec nos félicitations, l'expression renouvelée de notre admiration et de notre sympathie. Le Prix a"" jean pour le film DES notre numéro de déc~mbre, nous avons attiré l'attention de nos lecteûrs sur l'excellent film : EMILE ZOLA, réalisé par Jean Vidal. Nous nous réjouissons donc sans réserve de ce que le Prix Jean Vigo ait été décerné, Il y a quelques jours à ce film. Qu'II nous soit permis une nouvelle fois, en félicitant Jean Vidal, de le remercier de sa belle contribution à la connaissance de l'auteur de « J'accuse ». Les antiracistes iront nom~ breux applaudir EMILE ZOLA, qui 'passe actuellement sur les ~ écrans parisiens. t6 avril 2010 à 09:08 (UTC)6 avril 2010 à 09:08 (UTC)6 avril 2010 à 09:08 (UTC)Charles 6 avril 2010 à 09:08 (UTC) . LIVRES REÇUS • ECRITS DES CONDAMNES A MORT sous l'occupation allemande (1939-46), par Michel BORWICZ. Préface de René CASSIN (Presses Universitaires de France ). • DIEU REVU ET CORRIGE, par Charles MEYER (Les Editions Françaises ). • MIDI SONNE AU MAROC, ,par Ignace LEPP (Editions Montagne). • PETIT GUIDE SINCERE DE L'UNION SOVIETIQUE, par Georges COGNIOT. Préface de François BILLOUX (Editions Sociales) . • LE CHANT DES PEUPLES, poèmes d'André REMACLE (Pierre Seghers, éditeur ). é JUSTICE POUR LES MALGACHES, par Pierre STIBBE. Préfaoe de Claude BOURDET (Editions du Seuil) . A u mois de mai de l'année passée, nous avons été frustrés d'un grand plaisir. L'interdiction du Ballet Soviétique de l'Opéra, de Moscou et de Léningrad nous privait en effet des éléments de cette comparaison que l'on aime faire entre différentes compagnies et dont les conclusions sont dans tous les cas émulatri ces. L'art ne se nourrit pas de solitude. Que l'arabesque d'Oulanova soit plus pure que celle de Christiane Vaussard, ou que ce soit le contraire qui appa·raisse, n·ous n'en saurons rien avant peut-être un long temps; c'est dommage pour nous, c'est dommage pour l'art et c'est dommage pour la réputation d'accueil de ce pays. Nous n'avons rien à perdre à nous mesurer avec d'autres sur un pareil plan; nous avons au contraire tout à gagner non seulement dans cet ordre mais dans l'ordre général qui est celui de la bonne entente internationale. Il était question de danse classique quand la porte, la nôtre, s'ést fermée. ' Par bonheur, le gouvernement s 'est montré plus hospita.J ier avec les treupes folkloriques des démocraties populaires. Il en est venu trois à Paris jusqu'à présent, polonaise, rou- René PjOUGLET 1 mai ne, hongroise. Leur succès a été incontestable. Les Polonais présentaient leur compagnie mazurienne : mazowsze. C'est une réalité sans transposition scénique, celle des enfants d'un peuple qui exprime directement aussi bien sa rêverie que sa joie, qui danse comme il le fait sur la place du village, avec ses costumes aux Quelques-un. des danseurs hangrai. mille nuances, avec son entrain que rien ne vient assourdir. Le même coup de vent salubre traversait la salle avec les Roumains, ensemble de la Maison de Culture de Bucarest. Dans leurs vestes blanches avec plastrons armoriés, dans leurs robes couvertes de broderies, avec leurs couronnes de fleulrs comme avec leurs bottes noires ou rouges, c'était une espèce de soleil qui illuminlit la scène, une j uvénileté, un élan. A l'heure où j'écris, les Hongrois continuent d'être nos hôtes. C'est toujours le même jardin fleuri su'r le plateau, .Je sourire et la fraîcheur des jeunes filles aux longues tresses; c'est encore la noblesse des hommes; c'est surtout une merveilleuse fougue. La danse, et le chant qui souvent ici l'accompagne, tendent et détendent des muscles d'acier. B IEN. Et cela dit, en quoi ces manifestations étrangères ont-elles gêné notre vie ? En quoi nous ont-elles détOli'rné de l'amour de notre pays ? De quelle façon ontelles apporté le trouble dans cette ville? Voilà bien des questions ·stupides. Nous avons vu paraître des expressions nationales différentes de la nôtre. Je ne vois pas à qui elles ont déplu sinon aux sots, je veux dire aux chauvins. Mais le chauvinisme est une diminution humaine. Par contre, quand ces jeunes gens, en fin de spectacle, se regroupaient pour chanter la Marsei. Jlaise, allait-on les accuser d'irrespect? Etait-ce une injure qu'ils nous faisa ient quand, si gentiment, ils dansaient une de nos bourrées ? Ils venaient à notre rencontre. L'art a une patrie. L'ilrt français n'a 'pas les caractères fondamentaux qufil prend dans les démocraties populaires et en Union Soviétique. Mais les uns et les autres, ils sont les éléments d'un accord humain. Les grands maîtres hollandais ........ . . . . lais et jardins du Ilnd siècle Ylerveilles de l'art 03024 f • fil 111111 ""'L'ï's"i'z'""""""N'O'slll"'"""IIIï:'ecy"i'ij'R's'"""111 IIII'~ Voilà pourquoi il faut se réjouir de ces visites et voilà pourquoi il faut les rendre. Quand -les braves gens, quelle que soit la forme de leur langage, quelle que soit la couleur de leur peau aussi, chantent et lansent les uns pour les a·utres, et même chantent et dansent ensemble, ils ne pensent pas à se lancer à la tête quelque bombe atomique, et s'ils pensent à quoi qu'e ce soit de cette nature, c'est à vivre en paix. 00301 ~'I t', ~ ")usse d'écolier .. 03839 :,. 00310 , de Prévert .. 06891 , polonais ...... 09644 c:nberg .......... 01231 _ ",rJèr.,a.. "'ct;A..}'I---,C!.h~tz _ ~998. rUne palrllde bas. . . . .. Q3815 Une chemise américaine 04980 Un briquet : 07627, 09012, 09708, 07267, 09628, 06366 1 abonnement d'un an à « Droit ~III"IIIIII"IIIIII"IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII1IIIIIIIIilllill Le racisme, maladie endémique en ~lgérie Mlle B. .. , Constantine,· hous écrit: L'article sur le racisme ~n Algérie que vous a~ez publié dans ne peut que servir la cause algérienne. Nous allrons d'ailleurs bien d'llufres lu,ttes à rnen.er, maintenant que les funestes accords de Paris sont votés. Cela semble invraisemblbale d'écrire une telle chose 1 ... Il va sans dire (maiS cela va L'Allemagne, les juifs et le sionisme Le Dr Vogel, Ach~f~~"~ et-Oise), nous écrit : Lecteur et abonné de « Droit et Liberté ~, je me permets de fél iciter cette revue pour son action ... • Illilllll l llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll11111111111111111:::: Que la République Démocratique Allemande accorde à quelques milliers de juifs survivants tous les droits civiques et quelques subsides en argent, c'est fort bien ... Cependant, des milliers de juifs à travers le monde, dépourv. us de !out! .. bspir~n.t à se renadversaires du silonisme, des juifs et des non-juifs, un.is pour un seul objectif: la lutte contre l'antisémitisme, contre le racisme et pour la paix. Nous ne débattons que de ce problème-là et les discussions portent sur la ' meilleure façon d'accomplir la tâche que nous nouls sommes fi- VP Po" rnmmll n rh~r1Tn n p llF L'exposition Maxa NORD4t:1 Des paysages, des portraits, des fleurs, des dessins fortement charpentés. Tout est peint avec mesure. Pas d'extravagance, pas non nT" e rI'n f' nrl J tn;"tnO n-t"',..~" "'" ~llIIllIlllllllnlllllllnIlLlllllIIlllIIlIlIlIIlJlllI§ - 1IIIIIll~~1 \V ~~ ~I~E' êilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillffl La "ie de J. JAURÈS de Marcelle Auclair J'ACHEVE à l'instant la lecture de « la Vie de Jean JAURES» de Marcelle AUCLAIR, et je veux dire tout de suite que c'est là, un grand livre passionnant, dont on s'arrache à grand' peine. Les pages en sont traversées par le souffle puissant, dominées par la voix frémissante du grand tribun, du parfait honnête homme qu'était JAURES. Nous le voyons jusqu'à le toucher, cet homme de braise qui a enflammé toute une époque encore récente et restée présente dans bien des memoires. NouS' le voyons dans sa vie quotidienne, aux prises avec l'arrivisme et la médiocrité de sa femme, nous le découvrons humain, tolérant., compléhensif, sans souci de son aspect extérieur, sans souci du qu'en-dirat- on, un JAURES à la cravate mal nouée, aux chemises sans boutoI!s, et aux idées subversives, mais un JAURES à l'esprit prodigieusement lucide. Nous suivons, avec lui, ligne après ligne, le chemin qui le mena à la vérité, un chemin semé de pièges, de déceptions, de douleur, mais au bout duquel, il connaît la véritable joie. Car rien ne saurait l'arrêter. JAURES a décidé de dire ce qu'il pense et de penser ce qu'il va dire, de défendre partout et toujours, ses vieux amis, les mineurs de Carmaux. En une langue sobre et concise, par touches légères et suggestives, Marcelle AUCLAIR nous restitue le climat, l'atmosphère de cette époque, de cette terre sociale, sur laquelle était solidement planté JAURES et . sans laquelle, sa personnalité n'eût pu s'épanouir aussi pleinement. C'était là, je crois son objet, et noh une étude historique, telle que certains l'avaient imaginé. Ce qui frappe et retient l'attention, dans cette exaltante biographie, c'est le combat de chaque instant, que mène JAURES, pour la Paix. Comment ne pas comprendre, ne pas rapprocher ces combats des nôtres et ne pas conclure à leur impérieuse nécessité. « Tant que JAURES est là ... » dit le Peuple. Le 31 juil"e~ 1914, Jean JAü- .,...RES est assassiné, et le 3 aoû~ la guerre est déclarée ... Leçon que les survivants n'oublieront pas. Dois-je encore vous recommanne paire ::Je bas. . . . .. 038115 Une chemise américaine 04980 Un briquet : 07527, 09012, 09708, 07257, 09528, 05366 1 abonnement d'un an à {( Droit et· Liberté » : 06320, 04346, 04105, 01136, 01138, 04632, 01029 Tous les numéros se terminant par 8 gagnent un abonnement de trois mois à {( Droit et Liberté ». Mlle 8.... Constantine, hous écrit: L'article sur le racisme ~n ALgérie que vous a~ez publié dans votre dernIer numéro a suscité à Constantine des discussions. Vous auriez peut-être pu inviter les fJens plus directement à vous faIre connaître leur avis dans votre tribune des lecteurs. Un débat sur ces problèmes nant que les funestes accords de Paris sont votés. Cela semble invraisemblbale d'écrire une telle chose 1 ... 11 va sans dire (maIs cela va mieux en le disant) que nous serions heureux d'instaurer ki un débat sur le problème du racisme et de la lutte antiraciste en Algérie. Donc, que les intéressés prennent au plus vite la plume !. .. et-Oise), nous écrit : Lecteur et abonné de « Droit et Liberté », je me permets de f~liciter cette revue pour son actIOn ... Cependant, le n" 138, contenant un article sur la situation des juifs en Allemagne de l'Est, me pousse à vous écrire : car rien ne vaut une tranche explication entre ceux qui aspirent au même idéal. J .A URE'" S, combattant antirlaciste (Suite de la page 1) qui encourageait, sans oser s'y livrer, les tentatives factieuses et qui essayait de noyer la justice, la pensée, tout l'esprit de la République sous un flot énorme et sale, sa.us un déluge. de mensonges, d'Injures et de fanatisme. « Oui, ce fut vraiment une crise de militarisme. C'est bien l'armée qui travtlillait pour ellemême, pour la sécurité de ses coupables, 'pour soI} privilège d'autorité, pour son orgueil de domination, et qui tentait d'imposer sa 101 au pays. Phénomène d'autant plus saisissant qu'il était, en effet, nouveau en France, et que, se produisant après trente années de République, Il semblait démentir et tourner en dérision toute la vertu éducative du régime républicain. » ( L'Armée Nouvelle », pp. 295-296.) L'Affaire apparaît sous ce même angle dans le dernier volume de J'Histoire Socialiste, rédigé, certes, par John Labusquière, mais sous le contrôle de Jaurès lui-mêIPe : « La grande majorité du Parti Socialiste s'était jetée dans cette émouvant mêlée ... Il réclamait justice. pour qui ? Pour un des fils de la classe capitaliste qui, DROIT ET i fLiBERTÉ 1 10, Rue de Châteaudun, Parla-9' Tél. : TAI. 53-32 TARIF DES ABONNEMENTS FRANCE et UNION FRANÇAISE UU an . 300 francs P AYS ETRAN~J.:RS Un an : 430 francs ABONNEMENT DE SOUTlEN : 1.000 francs TARIF SPECIAL POUR LA BELGIQ(;E Compte Ch. Post. : 6070-98 Paris Pour les changements d'adresse envoyer 20 francs et la dernière bande Le gérant : Cb. OVEZAREK S.I.P.N., 14, Rue de Paradis _ : - PARIS (Xe) -: - Trav. eue. par des ouv. syndiqués officier dans J'armée, n'aurait sans doute pas hésité à marcher contre lui pour sa défense, en cas de troubles ou de révolution. Ce n'était donc ni un intérêt de classe ni de parti qui le guidait mais, bien une haute pensée : la réparation d'une injustice flagrante, d'une iniquité monstrueuse, commise par des officiers contre J'un des leurs ..• » {( 1,1 affirmait par son attitude que ses revendications, toutes ses revendications, il les élève au bénéfice de tous, ainsi qu'il le proclame dans son programme, « SANS DISTINCTION DE RACE, DE NATIONALITE ». Puis, comme cela était advenu durant la tourmente boulangiste, il avait compris que le gros de la coalition « antidreyfusarde » était le même qui, à chaque crise, se reformait. depuis 1871, contre la République ..• » ( Histoire Socialiste », T. XII, pp. 267-268) . L'Affaire Dreyfus et le prolétariat JAURES, à son habitude, a donc haussé conôidérablement le débat, il a atteint cette fois là le point où l'aberration raciste est le symptôme avant-coureur d'avilissement et de dangers mortels pour l'humanité tout entière. C'est pourquoi il s'est engagé dans la lutte, et le prolétariat avec lui, malgré Jules Guesde, qui ne voyait dans l'Affaire qu'une querelle entre bourgeois. Dans une mémorable séance de discussions tenue en 1900 à Lille entre les deux leaders socialistes, Jaurès précise pourquoi le prolétariat ne pouvait, à son avis, se désintéresser de l'Affaire Dr,eyfus : {( " y a des heures où Il est de l'Intérêt du prolétariat d'empêCher une trop violente dégradation Intellectuelle et morale de la bourgeoisie elle-même, et voilà pourquoi, lorsque, à propOs d'un crime militaire, Il s'est élevé entre les diverses fractions bourgeoises la lutte que vous savez, et lorsqu'une petite minorité bourgcoi!.e, contre l'ensemble de toutes les forces de mensonge déchainées, a essayé de crier justice et de faire entendre la vérité, c'était le devoir du prolétariat de ne pas rester neu~re, d'aller du côté où la vérité souffrait, où l'humanité criait. ({ ... Le jour où con re un homme un crime se commet; le jour où il se commet par la main de la bourgeoisie, mais où le prolétariat, en intervenant, pourrait empêcher ce crime, ce n'est plus la bourgeoisie seule qui en est. responsable, c'est le prolétariat lui-même; c'est lui qui, en n'arrêtant pas la main du bourreau prêt à frapper, devient le complice du bourreau; et alors c'est la tache qui vient flétrir le soleil socialiste levant. Nous n'avons pas voulu de cette flétrissure de honte sur l'au- . ·rore du prolétariat. {( .•. OÙ sera, dans les jours décisifs l'Qnergle révolut.ionnalre des hommes si, lorsqu'une bataille comme celle-là est engagée contre toutes les -puissances de mensonge, contre toutes les puissances d'oppression, nous n'allons pas jusqu'au bout ? « Pour moi, j'ai voulu continuer, j'ai voulu persévérer jusqu'à ce que la bête venimeuse ait été Obligée de dégorger son venin. Oui, Il fallait poursuivre tous les faussaires, tous leS menteurs, tous les bourreaux, tous les traîtres; Il fallait les poursuivre à la pointe de la vérité, comme à la pointe du glaive, jusqu'à ce qu'ils aient été obligés à la face du monde entier de confesser l'ignominie de leurs crimes. » ( Les deux méthodes », Lille, octobre 1900.) C'est bien là l'homme qui, jeune professeur de morale au Lycee d'Albi, disait à se3 élèves, à peine moins âgés que lui : « Je vous l'avoue : il me semble que je suis plus riche quand j'al trouvé un honnête homme de plus ..• ». Toute sa vie, Jaurès se s·enUra appauvri à l'Idée qu'une poignée de fanatiques puisse attenter à la dignité, à la liberté de l'être humain. Il souffrira de la bassesse des bourreaux autant qu'il souffrira des souffrances de la victime. C'est pourquoi Il ne dissocie pas un seul instant sa lutte contre la réaction antldreyfusarde de son action pour le prolétariat, dans la liberté et la Paix. Ce sont les mêmes soi-disant « préoccupations patriotiques :1 qui suscitent les campagnes racistes, et les « coups de force contre le prolétariat :t. Et « 'de proche en prOChe, par les solidarités que la réaction essaie d'élargir, par J'interp,rétatian qu'elle donne à J'histoire du parti répUblicain, c'est la RépUblique elle-même qui va être, par une savante manoeuvre. discréditée, dénoncée comme incapable d'assurer J'indépendance et J'Intégrité de la nation. » (Discours à la Chambre, 15-12 1905.) La sauvegarde de l'individu humain P OUR Jaurès {( la valeur de toute institution est relative à J'Individu humain • C'est l'individu humain, affirmant sa volonté de se libérer, de vivre, de grandir, qui donne désormais vertu et vie aux Institutions et. aux idées •.• {( •.. Pour la première fois, depuis l'origine de J'histoire, c'est l'humanité tout. entière, en tous ses individus, en t.ous ses atomes, qui est appelée à la propriété et à la liberté, à la lumière et à la joie. La personne humaine n'affirme plus seulement sa dignité, sa grandeur, en quelques exemplaires de choix ou en quelques classes de privilège

elle l'affirme en tous ses

individus.Quel que soit. l'être de chair et de sang qui, vient à la vie, s'II a figure d'homme Il porte en lui le droit humain, la puissance humaine : Il pourra penser sans relever d'aucun dogme; il pourra travailler, sur une 101 d'égalité fraternelle, sans relever d'aucun maître. « ••• Ainsi, par le socialisme, l'idéal humain n'est plus le rayon qui touche seulement les cimes ou qui n'effleure que les surfaces... Toute une race d'êtres, tout un ensemble organique affranchi de la loi de brutalité, sera vraiment élevé audessus de la nature. Pour la première fois, c'est vraiment l'humanité qui dominera les choses ••• » (OEuvres Complètes, T. VI, pp. 94-95.) En attendant, cette humanité {( est menacé par le retour offensif de toutes les forces du 'passé », dont les plus virulentes sont {( les vieux préjugés qui ressuscitent les haines de races ». C'est ce péril que Jean Jaurès a combattu en luttant pendant huit ans pour la réhabllltaUon du Capitaine DreyfUs. ques subsides en argent. c'est fort bien ... Cependant. des milliers de juifs à travers le 'monde. dépourvus de tout, hspirent à se rendre en Israël, dont la construction nécessite des sommes énormes. Ne croyez-vous pas que la République Démocratique Allemande se doit, premièrement de reconnaitre l'Etat d'Israël, deuxièmement, de contribuer à la sauvegarde des restes de ce peuple ? .. Certes, jamais le sang versé ne pourra être racheté par de l'argent, et je comprends tort bien l'indignation d'une partie de' l'opinion publique d'Israël quand le gouvernement de ce pays a accepté l'argent de l'Allemagne de l'Ouest... Votre silence sur ces problèmes et sur l'Etat d'Israël m'inquiète. Une opinion clairement exprimée serait utile. Voici quelques extraits de la rép'Onse que nous avons adressée à n,atre correspondant : ... Comme vous avez pu le constater. nous publions régulièrement les informations qui nous parviennent sur l'Allemagne de l'Ouest comme sur l'Allemagne de l'Est. et nous comprenuns fort bien. nous aussi. l'indignation d'une partie de l'opinion publique d·lsraël. après le~ négociations entreprises par les dirigeants de ce pays avec le gouvernement de Bonn. A notre avis. le pI10blème n'est pas d'accepter ou non l'argent de l'Allemagne de l'Ouest. mais .J'exploitation politique faite de ces négociations pour justifier l'entrée de l'Allemagne de l'Ouest dans le bloc atlantique. (Dernièrement. diverses 't'aix se sont élevées pour prêcher. sur cette base. le pa'rdon ou l'Ioubli des crimes nazis. et faire accepter par les jurifs le réarmement allemand.) 11 'est clair que les indemnités aux victimes. qu'elles se trouvent en Allemagne même ou ailleurs n'est qu'une dérision si, en même temps. l'on favorise la renaissance du nazisme et le réarmement des bourrea'ux d'hier. C'est pourquoi. tandis que des crIminels de guerre notoires siègent au gouvernement de Bonn, noulS ne pouvons qu'enregistrer avec espoir les mesures prises dans la République Démocratique Allemande pour extirper les racines mêmes (économiques. sociales) de l'antisémitisme. et assurer aux juifs une vie digne. Quant aux relations diplomatiques et autres entre la République Démocratique Allemande et l'Etat d'Israël. c'est urne question de politique générale. Sa solution dépend de la détente des relations internationales. détente dans laquelle Israël. entre autres. pourrait j'ouer un rôle important. Vous nous demandez d'autre part, notre point de vue sur le sionisme. Ce problème n'est pas du ressort de notre Mouvement. 11 y a, 'au M.R.A.P .• et jusque dans sa direction. des sionistes et doe me et pour la paix. Nous ne débattons que de ce problème-là et les discussions portent sur la . meilleure façon d'accomplir la tâche que nous nou's sommes fixé en commun. Chacun peut. par ailleurs. dans les orga'nisations 'existantes prendre position au sujet du sionisme. dans un sens Ou dans l'autre. Ajoutons toutefois que nous approuV'ons chaleu'reusement la lutte du peuple israélien contre le réarmement allemand, pour l'indépendance et pour la paix. car cette lutte est proche de la nôtre ... Salutations à « D. L. » En se réabonnant. M. Paul LOESER. Neuilly-sur-Seifte, salue 'en ces termes notre journal: « Avec tout mon soutien. Bravo 1 On ne vous laissera pas tomber. ;)

k*'"

D'une lettre de M. Jules Castaing, Pointe-à-Pitre (Guradelloupe)

Je VallS écris parce que votre journal mène la luite contre le racisme. Travailleur moi-même, je suis pour l'union de fqus les travailleurs, sans distinction de races, contre le colonialisme, pour la paix. Croyez à mes sentiments fraternels. Des paysages, des portraits, des fleurs, des dessins fortement charpentés. Tout est peint avec 'mesure. Pas d'extravagance, pas non plus d'académisme morne ou froid. Les paysages sont lumineux, sensibles, les portraits riches de caractère. MAXA-NORDAU change rarement sa palette, qui d'ailleurs est riche. Elle a u~ rouge suave et profond, un vert un peu ac;de. Une peinture solide, honnête, sincère. L'AMATEUR. , n J RES est assassiné, et le 3 aoû~ la guerre est déclarée ... Leçon que les survivants n'oublieront pas. Dois-je encore vous recommander la lecture de ce livre clair et merveilleux ? Merci encore à Marcelle AUCLAIR pour sa bonne et réconfortante « Vie de Jean JAURES ». B. FONTENELLE. La vie de Jean JAURES Editions du Seuil). ACHETEZ EN CONFIANCE AUX MAISONS AMIES TOUT CE QUI CONCERNE LE CAMPING linge de maison. vêtements de travail, de cuir pour motards, imperméables, pantalons, blousons, anoraks, chemises, bonneterie, etc ... PEINTURE - FAIENCE - MONTRES Coquillière - Stocks Puteaux- Camping Stocks - Camping 39, Rue Coquillière PARIS-1er Tél. : CEN. 04-09 Près de la Banque de France Métro : Palais-Royal Halles - Bourse 73, Rue Jean-Jaurès PUTEAUX Tél. : LON. 29-74 Ouvert le dimanche matin BONS SEMEUSE - GIP - OMNIUM - Timbres TOURISME ET TRAVAIL acceptés - REMISE DE' 10 % aux lecteurs de « Droit et Uberté » Facilité. de paiement 1. Visage de la Paix, de PICASSO. 2. L'homme en proie à la Paix se couronne d'espoir, dessin de PICASSO, texte de Paul ELUARD. 3. L'assiette de Jean EFFEL. Ces assiettes de 23 cm. de diamètre sont imprimées en noir sur fond d'ivoire, signature de l'auteur au verSlO. Prix 500 fr. l'une. (Port et emballoge compris) 4. Le coq, de .lean LURÇAT. Une assiette décorative de 23 cm. de diamètre. Impression noir et rouge sur fond ivoire. 5. La Paix, de lernand LEGER. Un plat décoratif en couleurs vives sur fond champagne ou bleuté. 23 cm. de dlam. Le plat LEGER et l'assiette LURÇAT. Prix 600 fr. l'une. (Port et emballoge compris) ___ ~_IaI"_./~, .; La casse ou l'expédition est à notre charge. Tout matériel en bon état sera repris et remboursé Envoyez les fonds, en précisant le détail de votr e commande au dos du mandat au. : CONSEIL NATIONAL DU MOUVEMENT DE LA PAIX 8, Rue des Pyramides, PARIS (1 er ) Compte Chèque Postal: PARIS 7019-84 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!,!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!,!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'"""!!!!!!!!!D ROI TET LIB E r. T E"!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!"""!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!'!!!!'III!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!!!!!! !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'!!!!! 3 Sllr l'initiative du hl.R.A.P. La population du 20e rend hommage à BEKERMAN TlHIER-UIOnAnCOUR Le 7 Mars 51 PERSONN LI ES Henri S'ADRESSENT aux SENATEURS: Une plaque provisoire placéè Ine ralifiez Das les accords de Paris" Charleso:~:~!~,:e~::~;lele O!u~:rn;:~: L A France a trop souffert de la guerre, de l'occupation et des crimes racis,tes, pour au sieur Picquenard, proque puisse être envisagée sans une grave inquiétude la .remilitarisation de l'Allema- priétaire du 21, rue de Tourtille, gne dix ans à peine après la défaite hitlérienne, qui refuse d'autoriser l'apposi- Alors qu'aux postes dirigeants de l'Etat de Bonn se retrouvent tant d'anciens ser- tion d'une plaque sur cet im- ·t meuble, à la mémoire du jeune viteurs du régime nazi, ce serait favoriser les forces de revanche et de guerre, ce serai résistant Henri Bekerman. encourager, en France comme outre-Rhin, les éléments racistes et- antisémites, déjà vi- Le dimanche 6 février, une rulents, que de faire renaître, ainsi qu'il est prévu dans les accords de Paris, une armée plaque provisoire a été mise en allemande forte au départ de 500.000 hommes, nécessairement dirigée par des généraux place. Puis, en présence d'une hitlériens. foule recueillie, les représentants 11 faut épargner à notre pays et au monde les terribles dangers qui découleraient de diverses organisations locad. e l'existence d'une nouvelle Wehrmacht, bientôt pourvue d'armes d'extermination mas- les, dont le M.R.A.P., ont déposive permettant de renouveler les crimes d'Auschwitz, de Buchenwald, de Lidice, d'Ora- sé des gerbes de fleurs. Ainsi, la preuve est faite que dour, etc .. , rien ni personne ne peut empê- ALORS qu'en Allemagne Occidentale, l'opposition au militarisme connaît un profond cher l'hommage populaire à un retentissement dans les couches les plus diverses, notamment dans la jeunesse, il pur héros de la Résistance, qui serait cruellement paradoxal que la France ,trois fois envahie, en cautionne la fut parmi les premiers dans la renaissance, par ailleurs irréalisable sans notre accord. lutte contre l'occupant. Nous en appelons solennellement au Conseil de la République afin qu'il traduise la Bardèche résistance du pays au réarmement allemand, qui s'est exprimée à l'Assemblée Nationale à la rescousse par le vote du 24 décembre, repoussant la reconstitution de la Wehrmacht, et par le fait que moins de la moitié des députés se sont prononcés le 30 décembre pour la ratification des accords de Paris, par un vote que les débats font clairement apparaître comme un vote de résignation. A l'heure où s'offre la possibilité d'une détente internationale et du désarmement, tous les efforts doivent être tentés pour rechercher immédiatement, par la négociation entre les puissances, la solution pacifique du problème allemand, gage de la sécurité française et de la paix. Défiant les patriotes de tau. tes tendances qui s'unissent autour du souvenir d'Henri Beckerman, le propriétaire de l'immeuble, lui, n'a l'ien trouvé de mieux, pour tenter de se justifier, que la calomnie. I! ose prétendre que Bekerman n'était pas un Réllistant, Et pour appuyer cette odieuse falsification, 11 bénéficie d'une complicité de choix : celle de Bardèche, l'apologiste des camps de la mort, condamné récemment encore pour ses campagnes antisémites et pronazies. Dans un récent numéro de sa revue, « Défense de l'Occident », Bardèche, en effet, consacre à cette affaire un article, où il attaque notre journal et soutient la thèse de Picquenard. Affirmant qu'« à trois reprises, les droits communs des centrales pénitenciaires furent déportés dans des camps allemands », il insinue que Bekerman, lui aussi, pourrait être un « droit commun ». On ne saurait faire preuve de plus d'ignominie. « Condamné pour tracts » Car les faits exacts, les voici

Henri Bekerman fut arrêté comme Résistant, à StrasbourgSaint- Denis, alors qu'il distribuait des tracts antinazis, le 8 juillet 1941. Jugé au ChercheMidi. il fut condamné à 7 mois de prison. Transféré à Fresnes, puiS à la Santé, sa fiche de prisonnier porte la mention « condamné pour tracts » et précise qu'il était de « culte israélite ». .Juif et résistant, « judéo-bolchevik », c'est précisément le double reproche qu'en guise d'oraison funèbre 'les journaux inspirés lancent à Bekerman et à ses compagnons de martyre, Claude AVELINE, écrivain, Officier de la Légion d'Honneur, Rosette de la Résistance ; Paul BASTID, ancien ministre, membre de l'Institut; Lucien BAUZIN, Conseiller d'Etat Honoraire; Julien BENDA, écrivain; Dr André BLOCH, Président de l'Amicale des Médecins Israélites de France; Elle BLONCOtlRT, grand mutilé de guerre, ancien député, Commandeur de la Légi'on d'Honneur; André BLUMEL, avocat à la Cour; Henry BULAWKO, Président du Mouvement « Hachomer Hatzaïr »; R. CERFFERRIERE, ancien Président du groupe de la Résistance à l'Assemblé. e Consultative; Mme CHOMBART DE LAUWE, ancienne déportée, MMaille de la Résistance, Croix de Guerre; Maurice CURIE, Professeur à la Sorbonne; Dr Jean DALSACE, Officier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Cr"ix de Guerre, Médaille de la rlt~~i5- tance; Dr DANOWSKI, ]Ir~3ident de l"Association des Anciens Combattants et Volnnta:res Juifs (1939-1945) ; R. 01- DIER, Président de la r:0.'I.1T1LI e des Mises ,en Accusation; Alloune DIOP, directeur de « Présence Africaine » ; Maurice DRUON, écrivain, Plix Gonc JUrt ; Edmond FLEG, écrivain; V. FROLOW, maître de recherche& au Centre National de i'l 1?t,~cherche Scientifique; Pierre GASCAR, écrivain, Prix G )11- court; Dr GINSBOURG, président du Cercle « Bernard Lazare »; Justin GODART, ancien ministre; Mme Ma.rcelle Georges- HUISMAN; V. JANKELEVITCH, professeur à la Sorbonne

Robert KIEFE, avocat à la

Cour; le général LE COROUILLE; Michel LEIRIS, chargé de recherches au C,N,R,S.; Mme Jeanne LEVY, prof,esseur à la Faculté de Médecine de Paris; Léon LYON-CAEN, premier Président Honoraire de la Cour de Cassation, Président du Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix; Jacques MADAULE, écrivain; Mlle Jacqueline MARCHAND, professeur agrégée de l'Université

Louis MARTIN-CHAUFFIER,

écrivain; Albert MEMMI, écrivain, Prix Fénéon; Robert MERLE, écrivain, Prix Goncour; 1. MEYERSON, pr,oresseur à la Sorbonne; André MONTEL, avocat à la Cour; Amiral MOULLEC, conseiller de l'Union Française; Charles PALANT, se crétaire général du M.R.A.P.; Jean PAUL-BONCOUR, ancien ministre; O. POZZO DI BORGO, inspecteur général de l'Instruction Publique; Marcel PRENANT, professeur à la Sorbonne

Mme Henriette PSICHARIRENAN;

Claude RAYBOIS, maire-adjoint de Noisy-le-Sec, Conseiller Général de la Seine; Paul RIVET, directeur du Musée de l'Homme; Léonard SAINVILLE, écrivain, Prix des Antilles; Evry SCHATZMAN, maître db recherches au C.N.R.S. ; Dr SICARD DE PLAUZOLLES, Président d'Honneur de la LIgue des Droit~ de l'Homme; André SPIRE, écrivain; Gabriel TI MM ORY, écrivain, Officier de la Légion d'Honneur; Général Paul TUBERT, ancien maire d'Alger; VERCORS, écrivi.lin; Pasteur Louis VIENNEY. MERCCharles:.t4PTEMBRE 1941 ~ ~ .• _;1 De (Suite de la Les 6, 10 et 1 1 septembre 1941, des agressions 0 nt été commises ~ Paris contre des membres de l 'Armée allemande. Pa-r mesure de repression contre ces lâches attentats, le. ot~le. luivlnt. ont été fusillés conforméme nt à mOh ordonnance du 22 août 1941 : l' MATHERON. lucien· René. né le 8 octobre 1920 ; 2' JOLY. René-louis, né le 12 janv;e' 1900 ; 3' CLEMENT, lucie~·léon, né le 24 juin 1912 ; 4' COKELAERE. Albert·Yalentin, né 1. 1" avril 1915 ; 5' BONNIN. André, né 1.12 mai 1917 ; 6' llBERMANN David né le 1" janvier 1922 ; J' ~~OPAl. Chil. né le 20 août 1891 ; , • Isidore ....... l. 1" février 1 f69 ; • d.:iECKERMANN, Henr;:lt.é le lZ juillet 1920 ; 10' u .. u 2 août 1879 ; Parl5. le 16 aeptembre 1941 Der l\1I111ârbetehlshaber ln Frankrejch (lez) Von STVLPNAGEL Gencr31 der Intanterif' L'avis paru dans les journaux de l'occ upant renforls pour Xavier allai aoe 1) prison, pas plus qu'il n'en faut mouflé le tortlonuaire Delarue. Sous le titre « Le ré Ime voi- Lisez ~ __________ I la plaque remise et fleurie 21, Rue de Tourtille au lendemain de leur exécution. Les patriotes du 20- manifestèrent aussitôt leur douleur et leur colère, jurant de venger le jeune combattant tombé glorieusement. Quelques jours après le crime, un panneau tricolore était affiché sur la maison où habitait Bekerman : A notre regretté Beckerman. Howneur aux victimes de la répression hltlé.ienne tombés paur l'indépendance de la Fronce. La Fédération du Front National du 20e arrclt. Ce geste émouvant, accompli alors au plus grand risque, Picquenard voudrait empêcher qu'il soit répété aujourd'hui! Libre à 1 ui de se solidariser avec les assassins de Bekerman et avec les vandales qui, en décembre dernier, ont détruit la première plaque, apposée en 1947. Les patriotes, eux, entendent faire respecter le souvenir sacré du jeune héros. Adhésions au Comité De partout, les témoignages de sympathie parviennent au Comité Henri-Bekerman. Le Dr Roger PINOTEAU, conseiller municipal de Paris, conseiller général de la Seine, écrit : « Je m'associe à l'émotion et à la réprobation de l'acte qui a motivé votre réunion, en raison de la nécessité de garder intact le culte de la Résistance française, et parisienne particulièrement ». Mme Micheline KRASUCKI, conseiller municipal de Paris, voudrait faire condamner le M.R.A.P. pour avoir dénoncé le navet antisémite «LES NOUVEAUX MAIIRES» Le 7 mars prochain doit s'ouvrir le procès intenté au M.R.A. P. devant le Tribunal Civil de la Seine par la société « Les Artisans dU! F,ilm Associés », productrice du film xénophobe et antisémite : « Les Nouveaux Maîtres ». Ladite société ne réclame pas moins de 35 MILLIONS de dommages- intérêts pour réparer le préjudice qu'elle aurait subi par suite de la juste protestation des antiracistes à la sortie du film. Nos amis n'ont pas oublié le sens de cette protestation. Le film « Les NouveaUlx Maîtres », complément cinématographique d' « Aspects de la France » - et d'ailleurs chaleureusement applaudi par la feuille maurrassienne - entendait illustrer la thèse hitléro-vichyste selon laquelle les juifs seraient des étrangers, de machiavéliques ennemis, de qui viendraient tous les maux dont nous souffrons .. A cette époque - c'était en 1950 - les disciples de Goebbels avaient également essayé de projeter, boulevard Saint-Germain, l'infâme e: Juif Süss ». Un irrésistible raz-de-111arée antiraciste souleva le Quartier Latin. e: Le Ju if Süss » ne passa pas. Et ce fut le même élan, ce furent les mêmes raisons qui animèrent la campagne contre «Les Nouveaux Maîtres }). Cet odieux navet, discrètement présenté dans certaines salles des arrondissements populaires, dans le 1ge par exemple, ou dans certaines villes de province (Marseille), fut critiqué vigoure'usement par le M. RA.P., auquel s'associèrent différentes communautés israélites, de nombreuses personnalités, diverses organisations, des journaux de province. Et la presque totalité des directeurs de salle refusèrent de projeter un film si manifestement contraire aux traditions généreuses de notre pays. Quatre ans après leur échec, voilà que les producteurs s'avisent qu'i ls ont fait une mauvaise affaire. Ils s'aperçoivent que l'antisémitisme ne paie pas et leur hargne se retourne contre le M.RA,P., l'organisation qui contre vents et marées, avec le soutien accru de tous les antiracistes, mène dans notre pays le bon, le juste, le noble combat contre l'antisémitisme et le racisme sous toutes leurs formes. Les voilà qui décrètent que la libre critique est 'un trouble manifeste. Près de cinquante mois après la sortie piteuse du film honni par toute la population, ils veulent faire juger par les tribunaux qu'il est interdit de critiquer un film ayant obtenu, (dans quelles conditions?) le visa de censu·re. En réalité, par ce procès, il s'agit de porter un grand coup à 'notre Mouvement. Le M.RA.P. a une action vraiment trop soutenue contre les racistes et les antisémites de tous poils. Il mène une campagne bien trop efficace contre le réarmement des bourrea'ux nazis. Le M.R.A.P. est un 'empêcheur de semer la haine à la ronde : il faut donc le baillonner. Et c'est Tix ; ,~ (-Vign l ncour en personne, l'ancien ministre de Pétain, le manitou de 4: Rivarol », qui dirige ce procès. Face à cette attaque directe portée contre le M.RA.P., tous les antiracistes s'uniront plus que · jamais autour de notre Mouvement et s'associeront à la lutte. Tous nos amis sauront nous soutenir, dans tous les domaines, pour une vigoureuse riposte. Ils informeront les antiraciste France - qui sont légion - des pours'uites engagées contre le M.RA.P. Ils feront connaître les tenants et les aboutissants de ce procès. Nous sommes certains, quant à nous, que la ju;tice triomphera. R E V 1 5 110 N D~:frROCfS·~- ROS(NBtR6 J conseiller général de la Seine : 1i~1 ({ Je m'associe de tout c.. oe._ u""r....,;à:;;.Lo_-_-Ls:JLtp.c-n .. ....".lJ.-.'TJa.mc-1_I-____. A. 6". ...•~ ' •• ~ l"~ " - ' II: (Suite de la page 1) - L'amiral Gabriel Auphan, ancien ministre de Pétain, condamné en 1948 aux travaux forcés à perpétuité pour atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat; - L'amiral Henri Bléhaut, ancien ministre de Pétain (à la marine et aux colonies), condamné en 1948 à 10 ans de prison pour atteinte à la sûreté extérieure (ie l'Etat. Ecroués la veille pour la forme, le président leur Tend à tous quatre la liberté. Sans autre fc l'me de p!1ocès. • LE PRESIDENT ? Ce n'est autre que M. Edouard Depreux, qui est, rappelons-le (on ne le rappellera jamais trop), l'un des 287 députés (sur 627) qui ont voté (en première lecture) les accords de Paris. Donc le réarmement des nazis, avec qui ces messieurs, hier, collaboraient. Alors, vous comprenez ... • MAIS PASSONS au Trihunal Militaire. Nous tombons sur un administrateur de biens juifs, un aryen nommé Herman ... Il a mérilé, en 1948 (par contumace), les travaux forcés à perpétuité. 'Verdict 1955 : cinq ans de rl5 prison, pas plus qu'il n'en faut pour que joue l'amnistie. Et l'amnistie jouant, voilà notre aryen libre. BOIl pour le service. Après lui passe un certain Marius Besson, ancien professeur au lycée d'Angers. Il a mérité, en 1946, la peine de mort pour avoir dénoncé plusieurs de ses. collègues qui, déportés, ne sont pas revenus. Verdict 1955 : acquittement. • CARREFOUR DE LA COLLABORATION

ainsi pourrait se

définir « Rivarol ». Depuis longtemps, au moyen des petites annonces, de rencontres et de réunions organisées dans ses locaux, « Rivarol » reloge, « place », rassemble les anciens serviteurs de l'occupant. Son directeur Ma,tiavin, dit Michel Dacier, ancien collaborateur de l'agence nazie 1nterFrance, vient d'être pris la main dans le sac. Il cachait chez lui un membre de la Gestapo, Jacques Minihy, dit M. Marcel, condamné à mort en 1945, évadé de la centrale d'Eysses. Qu'a-t-il à craindre quand ni Dides ni ses hauts protecteurs ne sont inquiétés pour avoir camouflé le tortionllaire Delarue, dit M. Charles ? • XAVIER VALLAT : encore un qui ne se gêne pas. Ou si peu. Promu grand patron d'Aspects de la France, il y publie ouvertement une profession de foi antisémite, où ses crimes passés sont présentés comme la garantie de ses sentiments actuels. J'al, écrit-il, « accepté sous le Maréchal les responsabilités de Commissaire Général aux Questions Juives ». Le « problème juif » expllque- t-il, « n'est pas une question passionnelle, mais un problème sérieux et qui demande à êt~ traité comme tel ». S'il ne se prononce pas tout de suile pour l'étoile jaune et la déportation, c'est déclare-t-il enfin, parce qu'il craint que des procès ne soient intentés à son journal. Mais Xavier Vallet vbut dissiper tout malentendu: Il n'a rien renié de son passé. Qu',on se le dise 1 • ILS NE S'EN CACHENT PAS: ils ont la nostalgie de VIchy, du temps où le racisme tuait au grand jour, où la France était asservie. A propos du Il Mouvement Poujade Il L'antisémitisme et la xénophobie sont contraires aux intérêts des petits commerçants et artisans La::S difficultés et les in jus ti- l'union des petits commerçants ces subies par les petits et artisans que d'introduire dans commerçants et les arti- les statuts du « mouvement » sans; leur volonté d'imposer le une clause discriminatoire extriomphe de leurs revendica- cluant du conseil d'administrations

tels sont les faits qui ex- tion quiconque ne peut «justifier

pliquent le développement du de la nationalité française d'au « mouvement Poujade », qui a moins trois générations ». organisé, ces temps derniers, Seules l'union la plus complèplusieurs manifestations à Pa- te, et l'action contre les responris et en province. sables, tous les responsables permettre l'aboutissement des justes revendications formulées par les petits commerçants et artisans. L'antisémitisme, la xénophobie ne peuvent être que la source de divisions, de diversions, et par conséquent aller à l'encontre des intérêts que l'on prétend défendre. Nul ne saurait contester la lé- d'une politique néfaste peuvent gitimité de ces revendications. ~.:.:...:::.:.:.::.::.:....:.:...--.:..----------------Aux intéressés de sauvegarder leur mouvement pour lui assurer une réelle efficacité. Mais encore faut-il dénoncer les véritables obstacles qui empêchent leur satisfaction, et créer les véritables conditions du succès. Or, il est certain que M. Poujade déforme les problèmes lorsqu'il a recours aux «arguments» antisémites ou xénophobes, lorsqu'il fixe, par exemple, l'attention sur les origines religieuses de tel ou tel ministre plutôt que sur les gros intérêts défendus en commun par des politiciens d'origines diverses, unis sans distinction pour une politique contraire aux intérêts des petits commerçants et artisans. De même, ce n'est pas servir Son poids • 1 kg. 300 Sa longueur: 0 m. 25 Ses nombreux usages: parquets, meubles, tapis, voitures, etc ... GRANDE MANIABILITE l'ASPIRETT est garanti 1 AN Liv,. avec tOVI 'el oce_uoi,.s don. une molett_ /u.ueu,e. - E.p. P, ... ..,i",. C. R. 12.800 ',anCl oU c.c.P. 9948·79 Poris . port et emballage grolu/If Rembounemenl Immédiat si sotlsfaclion Sous le titre « Le régime voilà l'ennemi », Rivarol écrit noir sur blanc : cc Nous restons et resterons indefectlblement attachés à la philosophie politique définie par les messages du Maréchal Pétain ». • NOSTALGIE AUSSI du 6 février 1934. Le « Mouvement Jeune Nation » couvre les murs d'affichettes exaltant l'action des « patriotes » qui ont tenté ce jour là d'égorger la « Gueuse ». Aspects de la France évoque avec émotion ce prélude au coup d'Etat vichys te, réussi ce dernier grâce à la protection des baïonnettes allemandes. Quant à Rivarol, décidément très explicite, il se targue de cc répéter le slogan des manlfes,:, tants du 6 février ». Et, comme fruit de ses efforts, il dépeint la per~pectlve ci' cc un nouveau 6 février ... qui peut-être aura plus de chances que le premier ». • TIXIER-VIGNANCOUR est partout. A la tête du Rassemblement National (R.N.), qui n'ose pas (encore) reprendre en entier les initiales du R.N.P. de Déat, il organise, saIJe Wagram, meeting sur meeting aux cris de « mor~ aux juifs ». Il contrôle par personne Interposée le « Mouvement Jeune Nation », qui le fournit en nervis. Ce « Mouvement Jeune Nation » qui édite des tracts appelant à « l'action clandestine contre les Juifs ». Il patronne Défense de l'Occident, la revue de Bardèche, l'apologiste des camps de la mort dont la condamnation vient d'être une nouvelle fois confirmée par la Cour d'Orléans. Il est l'avocat des producteurs des « Nouveaux Maitres » dans Lisez: « Prouvons-lui (à l'Allemagne) que nous resterons présents et que nous youlons vraiment l'associer à cette présence. Montrons-lui que cette association lui ouvrira des débouchés nouveaux ... Nous pourrons alors, sans doute nous faire entendre. » Nous n'en doutons pas • VOILA, ce qui (entre autres choses) est possible aujourd'hui. Par tracts, journaux, réunions, meetings, les collabos ré. Qrganisés, répandent de nouveau le venin de l'antisémitisme et du racisme en même temps qu'ils complotent contre la République et poussent au réarmement des nazis. Ils ont des fonds en quantité. Les pouvoirs publics tolèrent et même favorisent leurs activités factieuses. C'est logique : ils sont les soutiens les plus actifs de la politique atlantique, de la répression en Afrique du Nord. Partout où l'homme est bafoué, ses droits méconnus, partout où se prépare une conflagration, Rivarol est là pour envenimer la plaie. Rivarol, Aspects de la France, avec leurs Cousteau et leurs Vallat et tout ce qu'ils représentent, l'antisémitisme, le racisme, la tyrannie sont les produits inévitables de la guerre froide et du réarmement allemand. • NOUS SAVONS ce qui nous Teste à faire. Pour éviter le pire, pour empêcher le relour des horreurs passées, nous unir, et, tous ensemble, agir contre le racisme et l'antisémitisme; exiger l'application sévère de la loi contre la presse de haine; lutter avec tous les patriotes contre la ratification des accords de Paris. La France, une nouvelle fois, l'emportera. Mme Micheline KRASUCKI, conseiller municipal de Paris. conseiller général de la Seine : cc Je m'associe de tout COEur à cette action patriotique, qui prend toute sa signification, au moment où les assassin3 d'Henri Bekerman reprennent la direction des attairis politiques et militaires en Allemagne Occidentales ». Mme A. CHAMARANDE, professeur au lycée Hélène Boucher; M. Lucien DELAMARE, président de la section de l'A.R.A. C. ; M. Raymond BOSSUS, conseiller municipal de Paris, conseiller général de la Seine, président du Comité de Libération du 20' donnent leur « adhésion sans réserve au Comité Bekerman ». M. Cogniot : « Je me rappelle notre émotion ... » Citons enfin quelques extraits de la lettre émouvante de M. Georges COGNIOT, député du secteur: cc Je vous donne bien volontiers mon adhésion au Comité Henri-Beckerman. Je me rappelle encore notre émotion, à nous, qui étions détenus 00 camp nazi de Compiègne, quand nous avons appris son exécution et celle de ses camarades ... cc Sachez bien que je suis tout acquis à toutes vos initiatives à la mémoire et à la gloire de notre héros. li L'action s'élargit Fort de ces appuis divers, le Comité H~nri-Beckerman ne cesse d'élargir son action. Il vient d'éditer un tract, qui a été diffusé dans le 2()o; il fait circuler des listes de pétition, qui se couvrent de signatures. Dans le même temps, les démarches se poursuivent en direction des pouvoirs publics. Le Comité peut compter, pour mener son juste combat jusqu'à la victoire, sur l'appui total de notre Mouvement. / _"'14 " - ' -rsu,te de la page 1) Cohn et sur les ragots des divers 4: témoins professionnels :. produits au procès d'Ethel et de Julius. L'un de ces témoins, en particulier l"inénarrable Elisabeth Bentl~y, vient d'être accusée de fausses déclarations par Matusow. C'est là, sans aucun doute, une ra'ison nouvelle qui justifie la révision du procès. M ORTON SOBELL, impliqUÉ dans la même affaire que les Rosenberg a été condamné à 30 ans de prison; les accusations portées contre lui étaient tout aussi fragiles. Il fut récemment l'objet de la part du F.B.!. d'une proposition lui .promettant une diminution de sa Au cours d'un récent dîner offert en son honneur, pou·r célébrer à la fois le savant et le courageux citoyen, le profe~seur Urey, Prix Nobel de Ph~slq~e, a souligné une nouvelle fOIS 1 IDnocence évidente des Rosenberg et de Sobel!. Dénonçant " avec force les abandons de la justice américaine et défendant le droit de faire connaître son opinion en cette affaire, le professeur Urey a décl~"ré : 4: J' e~erce des droits qUI furent mIens à ma naissance et je souhatte les conserver jusqu'à ma mort :.. La France qui mena une campagne inoubliable pou-r tenter d'empêcher l'irréparable saura élever sa voix pour exiger la libération de Morton SOBELL et pour hâter la révision du procès d'Ethel et Julius ROSENBERG. peine s'il consentait à confirmer..-_____________ _ la culpabilité des Rosenberg. Isolé dans la redoutable forteresse d'Alcatraz, au milieu de bandits et de meurtriers, Morton SOBELL est constamment soumis aux pressions les plus odieuses. Sa femme ayant soHidté par lettre l'autorisation d'aller le 'Voir avec ses deux enfants, reçut une réponse favorable; au moment de prendre pied sur le bateau qui fait la traversée ver~ l'île où s'élève la prison, on 1 u~ signifia que sa visite était interdite sous un vague prétexte administratif. Mais les vexations mesquines, pas plus que les menaces, ne parviendront à barrer la roufe de la vérité en marche, sur laquelle les révélations de Matusow viennent de poser de nouveaux jalons. Plus nombreux chaque jour sont les hommes et les femmes qui aux Etats-Unis, luttent pour ren'dre Morton Sobell à sa famiIle, pour que justice soit rendue aux Rosenberg et que leurs enfants vivent comme tous les LE CARNET DE D. L. M. Jacob KAPLAN Grand-Rabbin de France M. Jacob Kaplan a été p!,o~u, fin ja'nvier, à l~ haute dignité de Grand-RabblD de France. Au nom du M.R.A.P., M. Léon Lyon-Caen, présiden~ dU! Mouvement lui a adresse une le~tre de féli~itations, où il écrit notamment

« Le M.R.AP., qui combat inlassablement l'antisémitisme, aux côtés de tous les Français fidèles aux glor:euses tradition.s des Droits de l'Homme et du CItoyen est heureux de savoir, à la têt~ de la Communauté Israélite, l'antiraciste éprouvé qui a exprimé si .tcéqu.emment topposWon des JUIfs a la renaIssance du militarisme allemand, dont ils ont eu à souffrir si cruellement » ... le procès qu'ils intentent au M.r----__________________________,a"u_tre_s e_nf_an_ts _am_ér_ica_in_s. __ R.A.P., coupable à leurs yeux d'avoir dénoncé ce navet antiDroit et Liberté s'associe très volontiers à cet hommage. sémite et xénophobe. Que voilà donc un bon européen! Tixier-Vignancour, certain d'avoir le vent en poupe, rêve maintenant d'aller siéger à l'Assemblée Nationale. N'a-t-il pas été ministre sous Pétain ? Et puis, ce serait une voix de plus pour les accords de Paris, n'estce pas ? Il se présente donc à l'élection partieIJe des BassesPyrénées pour succéder à M. Loustaunau-Lacau, décédé. • L'AFRIQUE DU NORD, elle aussi, est l'objet de la sollicitude de la presse rlvaroleuse. Toujours plus de terreur, toujours plus de racisme, tell~ est la devise commune des différents aspects de l'an ti-France. Mais Rivarol, encore une fols, vend la mèche. L'objectif, c'est d'installer les nazis de Bonn en Algtlrie, en Tunisie et au Maroc. La bombe (Suite de la page 1) ihermiq:Je de la terre, le cycl~ de l'évili;oration et de la condensation, le régime des \-enls, etc ... Expl'Ûsant dans l'atmosphère, elle entraîne la production d'un million de tonnes d'acide nitrique, agissant sur le rayonnement terrestre, modif'ant ensuite l'acidité des eaux de pluie, avec peut être même des conséquences sur la vie des plantes. Le choix est simple L E général allemand Heuzinger a demandé que la future armc·e allemande soit initiée au fonctionnement des canons atomiques. Qui pourrait douter que les hommes qu; mirent au point ces entr·eprises atomI•q ue d'extermination massive qui avaient nom Auschwitz et TreIblinka, hésiteraient un seul instant si des raisons militaires étaiènt en jeu, à décider de l'emploi des armes d'extermination ? Le danger est très grand et ne peut être conjuré que par une volonté très forte de l'opinion. Le pouvoir infernal de destruction de la bombe justifierait à lui seuI une action résolue des peuples; le danger de voir cette arme entre les mains des générau-x de l'Allemagne de l'Ouest nous dicte notre attitude. Mais une raison supplémentaire s'ajoute : les possibilités qu'offre à l'homme l'application pacifique de l'énergie atomique. aux nazI•s Pour prendre un exemple particulièrement

mpressionnant 
le

Professeur Powell, Pr"ix Nobel de Physique a fait remarquer que si l'on réussissait à domestiquer l'énergie de la bombe H, on pourrait. avec 5 b0!llbes 'produire la meme énergie qu avec 40 millions de tonnes de charbon et par conséquent supprime~ presque entièrement le tr~vail pénible et insalubre des mineurs que l'on pourrait a'lors « sortir des puits et amener au s·oleil . D'un côté l'horreur d'une guerre atomique, de l'autre le radieux développement de l'humanité. " C'est à chacun de nous de choisir. Naissances Nous avons le plaisir d'annoncer la naissance du petit Alain, fils de notre ami Najman, du 10' arrondissement. Nos félicitations et nos meilleurs 'VOEUX.

Nous apprenons la naissance de la petite Fabienne, petite fille de nos amis Mme et M. Kahn, du 2" arrdt. Nous nous associons à la joie des heureux parents et grands-parents et leur adressons nos félicitations et nos meilleurs voeux. Nos peines Nous apprenons le d.écès. de .la mère de notre dévoue amI !!! Dr Valentin, du 1Ü" arrdt. qu II trouve ici, ainsi que sa famille, l'expression de nos condoléances attristées. 4 2E2L! Pèlerinage A la fin de janvier, une large délégation française a participé à un pélerinage à Auschwitz, pour le 10'" anniversaire de la libération du camp. Me Claude-Frédéric LEVY, membre du Bureau National du M.R.A.P., représentait notre Mouvement dans cette délégation. " donne, ci-dessous ses impressions. Les illustrations sont de notre amie Denise DECOURDEMANOHE, membre du BUl'eau National du M.R. A.P., Qui ·participaiL également au pélerinage. C 'EST ici... Une gare de pierres grises, des wagons en attente, un nom placardé au haut d'une passerelle « Oswiecim ). Diffusées par un haut-parIeur, des voix d'enfants modulent un chant, lent et grave comme une prière. De grands cars nous attendent. Quelqu'un murmure : « Ils arrivaient autrement ». Nous roulons à travers une plaine uniforme, plantée de loin en loin de quelques bouquets d'arbres. De minces poches de neige se figent sous le ciel bleu. A notre gauche un chenal pro- Les fours crématoires fond charrie des eaux jaunâtres. Ce sont les déportés qui ont creusé ce canal. De leur temps, tou,t n'était que marécage. Nous nous arrêtons devant un bâtiment de briques sombres deux pavillons et une tour carrée surmontant un porche étroit. Birkenau, le camp d'exterminaHon. Des poteaux de ciment s'alignent su,r la pla'l ne le long desquels couraient les réseaux électrifiés. Il y avait un' réseau circulaire coupé de plusieurs réseaux intérieurs. Des rails se perdent d-ans la terre gelée. Les wagons s'arrrêtaient ici; c'est ici que sous les invectives des S.S. mêlées aux aboiements des chiens, s'opérait le premier tri: le bagne pour les uns; la chambre à gaz pour les autres. Le choix était entre la mort à terme et la mort au comptant. Les effets étaient recueillis et soigneusement classés dans un vestiaire. Le pavillon de la K'ommandantur éta'i t cerné de parterres fleur is. Un orchestre jouait des pas redoublés. Souvent le chef de camp prononçait une harangue dont on a recons~ it.ué le texte: « Vous n'êtes pas ICI dans un sanator;um mais dans un camp de concentration dont on ne sort que par la cheminée du crématoit e ... S'il y a des juifs parmi vous ils n'ont pas plus de deux semaines à vivre ... » Le conservateur du musée - un ancien déporté - nous arrête devant un plan : 270 hectares de marécages : à l'origine, un camp de pr:sonniers russes. Les canalisations ont été ,posées en 1944; jusque là, il n'y avait que l'eau des flaques CRIME ANTISÉMITE AU CAIRE CONDAMNES à mort le 27 janvier par le tribunal militaire du Caire, deux juifs, le Dr Moussa Liéto Marzouk, âgé j.e ~~ aqs, et Samuel ,Mazar, 2Q aIlS, iI}fltitYt~m!, Imt été pel1g"~ le 31 Ja.nviel' !\ J'Ji.~ be. bette nouvelle a provoqué, dans le monde entier, une vive émotion, Le Dr Marzouk et Samuel Mazar avaient été accusés, avec onze autres juifs, de conspiration contre l'Etat et le gouvernement egyptiens. Au cours du procès, commencé le 11 décrembre, tous les inculpés avaient proclamé leur innocence et plaidé non-coupables. J,a .J;lolice, , affirmèrent-ils, , leur avait fait subir de terribleS tortures pour leur arracher des aveux. L'un d'eux succomba rencontre le régime actuel. En outre, de nombreux journaux ont indiqué que cet acte barbare avait pour objectU de camoufler ou de faire oubliel' l'appui apporté par les dirig~ nt-.s égyptiens aux plans de syerre Ilng!Q-~méricatns au Moyen-drlent. Le Monde, par éxempie, écrit à ce sUjét que « tiraillés entre leur désir dll coopérer avec l'Occident et la nécessité de sauvegarder, face à l'opinion publique arabe, leur position de leaders de l'indépendance et du neutralisme, les chefs de la jun-te » sont amenés à multiplier « les gestes spectaculaires ». Quant à France-Observateur, 11 note: . « Gamal Abckl Nasser n'a pu prendre semblable décision, lourde de tant de conséquences, ~,.._,"a _ ~_. . ""'" _ __n "., ~+-n;_~~ DROIT ET LIBERTE , Vio'lances racistes en Afrique du S'Id a Auschwitz par Le gouvernement Strijdom Claude-Frédéric LEVY . -~ - ç~ il Q~"'I e: J: :::::A-v-;~ ~ Yi "~'. - boueuses. A l'origine toutes les baraques étaient en bois; plus tard, on a cons~uit en briques pour les femmes. Le camp était divisé en plusieu,rs sections : les juifs, les tziganes, les hongr ois, 1'« hôpital» le bloc des punitions, le bloc d'expériences. Au fond les quatre crématoires qui brûlaient 6 à 10.000 cadavres par jour. A la fin ils ne suffirent plus; on incinérait les corps da ns une fosse. Un monument sur les ruines ne de cheveux; une carpette grisâtre faite avec des cheveux; des crayons; d'admirables statues évoquant la vie du camp (je me souviens d'un extraordinaire groupe de femmes accroupies semblant guetter on ne sait quel salu,t). Les costumes du camp avec leurs insignes, les gamelles, les états ·administratifs, les commandes de dents en or, de cheveux, d'os. Auschwitz était une entreprise orgallls~e et rentable. Le seul message Quatre millions d'hommes, de femmes et d'enfants sont morts ici. Henry Jouy, Président du Conseil Général de la Seine mê' Ie pieusement à la terre d'Auschwitz la terre de Drancy, de Romainville, du Mont Valérien. L'IrIfal'lts p9!Q41ais procède a.. L ES évènements qui se déroulent actuellement en Afrique du Sud nous rappellent irrésistiblement les pires atrocités commises par les nazis pendant la dernière guerre mondiale. Sous prétexte d'assainir certains quartiers surpeuplés de Johannesbourg ou de Capetown, le gouvernement nationaliste de l'Union Sud Africaine a ordonné le « déplacement » de centaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants de couleur. Cette nouvelle « umsiedlung » se fait dans les mêmes conditions que celles ordonnées par Hitler, c'est-à-dire que ces hommes sont transportés de force dans des conditions inhumaines en des endroits où rien n'existe pour les accueillir. Là, on les parque, dans le mellleur cas, dans des camps de toile, sous la surveillance de policiers chargés de les empêcher de sortir. Ces hommes et femmes n'ont commis aucun crime, si ce n'est celui d'être nés avec une peau noire ou brune. Ce racisme barbare est l'oeuvre d'un gouvernement qui par ailleurs se dit « chrétien et occidental » et dont les représentants à l'O.N.U. ne manquent pas une occasion pour invoquer les principes de 'liberté et démocratie inscrits dans la Charte. Ma!!; devant la flagrance de ces crimes racistes, même les plus chauds alliés de ce gouvernement ont été Obligés d'adopter un blâme prononcé à la majorité par l'Assemblée générale de l'O.N.U., contre les dirigeants sud-africains. Racisme et antisémitisme Mais le gouvernement continue de violer la Charte de l'O. - la Il concentration ff des noirs N.U. et se livre de plus belle aux pratiques inhumaines qui soulèvent la réprobation universelle. ,Pour compléter le tableau, citons une déclaration de M. Strijdom, premier ministre, faite à Prétoria la veille de l'ouverture de la Conférence du Commonwealth à Londres. « Le système judéo-britannique se nommant « démocratielibérale » est le crime le plus abominable contre le peuple », a-t-il déclaré notamment. actions de résistance contre les déporta tions. Le gouvernement essaye de semer le trouble parmi ses victimes, et suivant un exemple illustre, tente d'exciter les différentes races 'les unes contre les autres. Mais, instruits par l'histoire, les leaders indigènes éclairent les masses et concluent entre eux des pactes d'union pour la lutte contre le gouvernement. Dernièrement, tous les ouvriers de couleur ont fait grève pour protester contre la menace de déportation et le gouvernement a dû retarder de quelques jours, l'exécution de ses projets. Pour que ces pratlqûes inhumaines cessent complètement, il faut que du monde entier, les protestations partent unanimes, mettant le gouvernement raciste au banc de l'infamie. M.IMERGLIK. Nouvelle confirmation s'il en , ___________________________ _ était besoin de la liaison indissoluble qui existe entre l'antisémitisme et les autres formes du racisme. La politique « d'apartheid » (segrégation raciale) de M. Strijdom et de sa clique part de quelques données démographiques bien Simples : Les blancs ne constituent qu'une faible minorité de la population totale : 2.250.000 blancs pour 6.750.000 noirs, 750.000 musulmans et 250.000 indiens. Pour maintenir la ({ suprématie » de cette minorité blanche, aucun moyen, aussi barbare soit-il, n'est négligé. Chaque année, au moins 30.000 enfants de couleur restent sans instruction aucune. Pour circuler d'une ville à l'autre, les noirs doivent solliciter une autorisation spéciale. Leurs droits politiques sont pratiquement inexistants. Ils sont « représentés » au Parlement par des sénateurs blancs, en fait délégués par le gouvernement, La résistance Mais la lutte, menée par les peuples colonisés pour leur liberté, en Afrique et en Asie, a trouvé un écho profond parmi la masse des indigènes. De partout on annonce dt& , reponse • qUI ,. . La s Imposait• •• Un exemple, entre mille autres, des discriminations raciales aux Etat ... Unis : la grande chonteuse Lena Horne (ci-dessus) avait un contrat à Miami. Lorsqu'elle arriva dans cette ville, le directeur de l'hôtel où elle avait loué une chambre lui en refusa l'entrée parce qil'elle a la peau briMe. Lena Home a immé"':atement rompu son contrat et est repartie. Tou. les antiracistes opprollveront cette attitude pleine de dignité. Dans les baraques, des sortes de niches où l'on dormait à six, parfois à dix à même le bOiS et le Liment. La chambre du kapo, criminel de droit commun chargé de la surveillance du bloc avec droit de vie et de mort sur ses occupants. Les lavabos, ouverts en plein vent, où l'·on avait à peine quelques minutes pour cueillir de rares gouttes d'eau, les crématoires qui ne sont plus que m:-nes. Le premier a été détruit par les déportés, les trois autres par les Allemands, lors de l'avance russe. Sur l'emplacement du premier four, deux trépieds de fer ·entretiennent une flamme perpétuelle. Un peu, plus bas une stèle est érigée à la mémoire des morts dont le martyre est évoqué en polonais, en hébreu et en yddisch. A droite près d'un petit bois une grande fosse rectangulaire recouverte d'un suaire de neige. C'est ici qu'on brûlait les çorps quand les foours ne sùffisaient i'lus. Des fragments d'os sont mêlés à la terre. Ce que j'ai vu en Algérie Une entreprise ••• rentable Le lendemain nous visitons Auschwitz : un alignement de bâtisses de trois étages (le dernier était ouvert entre le mu·r et le toit) qui servaient autrefois d'écurie. Sur le porche une inscription « Arbeit macht frei ». A J'autre extrêmité, le four crématoire. Ip est aménagé le musée. Sur toute la hauteur d~un mur de 20 m. de long une sorte de _________ -""""'"." __. ,. __ t....-..-"'-,,- , ; J .... _.. . .._ ; ...- A (Suite de la page 1) racistes n'étaient pas des Américains ni des nazis, mais des Français, mes compatriotes. Les sobriquets racistes les plus répandUS là-bas, pour désigner les indigènes, sont ratons et melons. Ce dernier sarcasme qui Je pense qu'il est juste d'expri- vise plus particulièrement les mer ainsi l'indissociable solida- fellahs a pour origine l'extreme l'ité entre toutes ces souffran- maigreur de ce peuple sous-alices; entre toutes les so~f.k.a.n.. menté ; à l' « indigène» on peut ces qui naissent de la guerre. compter les côtes, comme à un Gazés de Birkenau, martyrs de melon. C'est dire que le colon Buchenwa-ld, Mathausen et au- français, non content d'affamer bo~ ~ tt'O... d.'.,,,t~n ... in~tilln t"-_ ....... RJllusulman. le raille et le badécembre 1954, chez les Français chics. La même ignominie à intention ({ humoristique » se révèle dans les noms dont la police occupante, dans la villa des Oliviers (véritable jardin des supplices) baptise ses techniques d'aveux spontanéS. La ceinture serrée au bas de la cage thoracique jusqu'à la syncope s'appelle « couscous roulé simple » et celle qui raffine le même supplice par l'électricité « couscous roulé pour diffa ». C'est bien là l'échelon le plus b~s du fas- , Décharge Publique » Où des centaines de femmes, de vieillards et d'enfants au regard fixe et fou que donne la faim se nourrissent d'ordures (exclusivement) j'ai pensé que j'étais fière de mon pays pendant qu'on l'occupait eL l'opprimait, et qu'il m'était réservé d'en avoir honte, ici... Car c'était au nom de tous les FrançaiS, donc en mon nom aussi, que cela se passait, que cela pouvait se faire. Et j'ai pleuré. Au nom nous, loin d'être ennemis, possédons le même ennemi : l'impérialisme. Et c'est là une magnifique leçon que m'a donnée le peuple algérien, car je me suis souvenue de mes propres efforts pour distinguer l'Allemagne antifasciste de la brute nazie; je me suis souvenue combien, parfois, il m'était dur d'oublier que cette langue dont lf~ açcent~ rouvraient en moi une cicatrièe· était aussi celle de Goethe et de Karl Liebnecht; et j'ai admiré la spontanéité avec laquelle, si avait fait subir de terribies tortures pour leur arracher des aveux. L'un d'eux succomba sous ces tortures. Un autre, Max Bennet, se suicida pour y échapper. Ces assassinats s'inscrivent dans le cadre de la répression qui fraplle aujourd'hui l'ensemble du peuple égyptien. Les campagnes antisémites déclenchées dans la presse égyptienne à l'occasion du procès des treize juifs montrent qu'il s'agissait d'une diversion destinée à affaiblir et détourner le mouvement d'opposition que « Gamal AbJél Nassër: !,-:a p~ sée.- ----- -- . -. -~;;q~. naissent de la guerre. prendre semblable deczSlon, Sur toute la hauteur d'un mur Gazés de Birkenau martyrs de lourde de tant de conséquences, de 20 m. de long une sorte de Buchenwa'id, Math~usen et ausans aVOIr reçu certames .assu- mosaïque: les photos d'identité tres camps d'extermination, atorances. !l sembl~ qu'ICZ ~es des déportés. Des papiers et des misés d'Hiroshima ou paysans Etats-Ums ment Joué un 1eu souvenirs trouvés sur eux. La brûlés au napalm, tous ont sucsubtil et que le State Departe- carte réclame d'un restaurant combé au même mal m.ent ait « l~ché » les deux sio- belge, des portraits de femmes C'est contre ce m~1 qu'il faut mstes, en VIctImes e:::pwtolres et d'enfants; plus loin, nous agir. De ces solitudes muettes, sur l aut~l de la defense du trouverons des hochets, des pe- de cette immense nécropole sans Moyen-Onent. » tits souliers, des brassières. Des sépultures, on ne peut, quelles ~l reste que d'autres procès du montagnes de valises, de bros- que soient ses disciplines, ses meme genre se préparent et que ses, de parapluies· sur towte la convictions ou sa foi rapporter de nouvelles victimes sont gra- longueur d'une saiIe une cor- qu'une seule leçon, 'qu'un seul vement menacées. Pour les sau- beille remplie de fourchettes qui message:« Lutter inlassablever, l~s gens de coeur. se d~ivent s'é}èvent sur une hauteur de ment pour en éviter à jamais le de faire entendre leur VOlX. pres de 60 cm. ; une autre plei- retour:.. compter les côtes, comme à un melon. C'est dire que le colon français, non content d'affamer le musulman, le raille et le bafOUe sur sa famine elle-même, comme naguère les nazis stigmatisaient la saleté des esclaves privés d'eau et d'hygiène qu'ils avaient mission de dégrader jusqu'à la mort. La plus horrible plaisanterie que je connaisse à ce sujet est celle-ci, concernant le bombardement de l'Aurès au napalm : « On va avoir de la confiture de melons ». Elle faisait florès, lors de mon dernier passage en • LA. VI ,,· DU M.R.A.P. -LA VIE DU M.R.A.P •• LA VIE DU M.R.A.P. - Pour une large diffusion de la Carte d'Ami, 1955 L E M-R.AP. continue sa lutte, commencée il y a 6 ans, contre tous les aspects du rac;sme et de l'antisémitisme, contre tout danger d'une nouvelle guerre. Son journal « Droit et Liberté » stigmatise les attaques an" tisé mites et racistes des anciens collabos, coupables de la déportation de dizaines de milliers d'innocents vers les camps d'exlermination, collabos libérés récemment et qui ont repris leur sale besogne. Le M-R.AP. reste fidèle à son idéal de paix et de négociat:on enlre les peuples et développe dans le milieu antiraciste l'action contre les accords de Londres et de Paris et contre la reconstitution de la nouvelle Whermacht q·li serait cette fois plus dangereuse encore parce que dotée d'armes atamiques. Partout où se manifeste le juste combat contre la haine entre les citoyens, pour la justice et l'égalité des hommes sans distinction de race, contre la guerre et pour la paix, le M-R.AP. est présent et prend une part active à ce combat. Cl E dont notre Mouvement a beso;n pour améliorer encore son activité et pour renforcer la pos:Uon des antiracistes, c'est l'aide matérielle, indispensable pour son bon fonctionnement. Comme chaque année, nous venons d'éditer notre « Carte d'ami 1955 ». Nous avons pensé bien faire en présentant des cartes d'amis-bienfaiteurs (pour des dons dépassant 5.000 frs), des cartes d'amis-donateurs (pour des dons jusqu'à 5.000 frs) et des cartes d'am;s au prix de 50 frs. Il s'agit maintenant de placer ces cartes auprès des amis de notre Mouvement, auprès de tous les antiracistes. A cet effet il est ind:spensable que nos amis et militants s'en munissent et les placent dans leur entourage. Vu le grand crédit dont jouit notre Mouvement auprès des couches Les plus larges de la population, il est certain que nous rencontrerons beaucoup de compréhension chez les personnes auxquelles nous nous adresserons. Beaucoup de cartes de bienfaiteurs et de donateurs pourront donc être placées en même temps que la carte à 50 francs. Si nous nous y mettons tout de suite, nous pourrons déjà dans le numéro prochain de « Droit et Liberté » indiquer des centaines de cartes placées et des centaines de mille francs ainsi collectés. NOUS faisons également appel à toutes les organisations et wciétés qui font partie de notre Mouvement et à qui nous avons adressé des let. tres à ce sujet, en leur demandant de nous envoyer sans tarder leur cotisation pour 1955. Une cotisation envoyée à temps en vaut deux ! Le bon fonctionnement, l'existence de notre Mouvement en dépendent. Activons donc toutes les rentrées possibles : cotisations, cartes d'amis, visites de personnalités. En ayant vers les premiers 500.000 Irs au profit du M.R.AP. ! S. KORNBLUTH Membre du Bureau National du M.R.A.P. Les premiers versements des Sociétés Répondant rapidement à l'appel du M.R.A.P. plusieurs Sociétés mutualistes ont déjà versés leurs cotisations ou subventions pour 1955 à notre Mouvement. En voici la liste : Société de Récupération 20.000 Salut Public de Belleville ............. ... 5.000 Varsovie - Ochota - Povonsk ............ 15.000 Censtochow ........ 15.000 Pulawy ........ • ... 10.000 Siedlec (acompte) 15.000 Radom . . . . . . . . . . . . 6.000 tontre les 3ttords de raris Tous les, militants du M.R.A. P. sont mobilisés dans la lutte contre les accords de Paris, dont la ratification définitive consacrerait le réarmement allemand, et aggraverait considérablement les dangers du racisme et de l'antisémitisme. Des sénateurs nous répondent Le M.R.A.P. a adressé à l'ensemble des sénateurs la résolution qu'il avait adoptée au lendemain du vote de l'Assemblée Nationale sur les accords de Paris. Plusieurs réponses lui sont d'ores et déjà parvenues. M. Léo HAMON (Seine) expose, en ces termes, sa position : « J'ai toujours considéré que le réarmement d'une Allemagne divisée comporte de graves périls et qu'il ne devait y être procédé qu'en cas d'échec d'une tentative loyale et sérieuse pour l 'entente entre l'Est et l'Ouest. Il faut donc, selon moi, négocier d'abord en vue d'un arrangement sur l'Allemagne, et non dans le sens du réarmement » ... M. Henri BARRE (Seine), par contre, annonce qu'il votera en faveur des accords de Paris. Mais sa longue lettre, faite de violentes imprécations antisoviétiques, ne dit pas un mot des dangers qu'il résulterait pour la France et pour la paix, d'une reconstitution de la Wehrmacht. MM. Georges PERNOT (Doubs), Marcel LEMAIRE (Marne), Edmond MICHELET (Seine) déclarent ne pas pouvoir se prononcer. MM. Jean BERTAUD Seine) et Henri BORGEAUD ne font aucune allusion dans leur lettre, au problème qui leur était posé. C'est dire que les lettres et les délégations doivent se multiplier pour attirer plus encOJ;e l'attention des sénateurs sur les dangers des accords qui leur sont soumis et leur faire connaître l'opposition des antiracistes à tout réarmement des bourreaux nazis. A PARIS, de multiples délégations auprès de& sénateurs ont déjà eu lieu ou s'o·rganisent notamment dans les 3·, 5", 189 , 1 S·, 20" arrondissements. La section du 20" s'est adressée par lettre à tous les sénateurs, à ,tous· les conseillers généraux et municipaux. A LIVRY-GARGAN, sur l'Initiative du M.R.A.P., plusieurs dizaines d'antiracistes de toutes tendances ont adressé une lettre à M. Monnerville, président du Sénat, lui demandant de s'opposer à la ratification des accords de Paris. A LILLE, le 8 février, notre secrétaire ~néral, Charles Palant, invité pa,r le Comité Juif d'Action contre le réarmement allemand a fait une conférence devant une assistance nombreuse. Une délégation de 10 personnes a été élue qu'i portera aux sénateurs du département les signatul'es nombreuses déjà recueillies contre les· accords de Paris. A MARSEILLE, la section du M.R.A.P. continue de recueillir des signatures et d'organiser des réunions contre le réarmement allemand. Une pétition signée par les coloniaux résidant à Marseille a été adressée à tous les, sénateurs d'outre-me·r. A LYON, le M.R.A.P. a participé à diverses manifestations et à de nombreuses délégations auprès des conseillers généraux et municipaux. Le 23 janvier, M. Picart, pré6ldent de la section du M.R.A.P., a pris la parole, à une conférence d'Information organisée par le Mouvement de la Paix. Au Club Le jeudi 27 janvier, les jeunes du ({ Club Amitié » avaient invité Charles Palant, secrétaire général du M.R_A.P., à venir faire une causerie sur ce thème

« La jeunesse devant les

problèmes du racisme, de l'antisémitisme et de la paix ». Vivement intéressé par l'exposé de l'orateur, l'auditoire - une cinquantaine de jeu1fes fil- Une conférence de Me (.-F. Lévy Le 3 février, à l'Hôtel Moderne, sous la préSidence de M. Léon LYON-CAEN, président du M.R.A.P., notre ami ClaudeFrédéric LEVY a fait le récit du pélerinage qu'il venait d'effectuer à Auschwitz, comme délégué de notre Mouvement, pour la commémoration du 10· anniversaire de la libération du camp. La foule nombreuse suivit avec une attention paSSionnée son riche expOSé, exprimant une profonde émotion, qui se termina par un appel vibrant à redoubler d'efforts dans la lutte contre le réarmement allemand, pour empêCher de nouveaux Auschwitz. " Parmi les personnalités présentes, citons notamment Mme Louise Alcan, secrétaire générale de l'Amicale d'Auschwitz et Mme Aliker, du Comité Antillais d'Action contre le réarmement allemand. La soirée se termina par une intervention de notre secrétaire général, Charles PALANT, sur l'action menée par le M.R.A.P. contre les accords de Paris, dont la ratification aggraverait encore le danger de l'antisémitisme et du racisme renaissants. En conclusion, une lettre aux sénateurs fut adoptée à l'unanimité demandant aux sénateurs de se prononcer contre la ratification des accords de Paris, afin que triomphent, grâce à la négociation entre les puissances, la fraternité des hommes et la paix. ~~ ADlÎlié " les et de jeunes gens - se livra bientôt à une discussion aussi animée que détendue, chacun posant des question et donnant son avis sur toutes les questions soulevées. Puis l'heure s'avançant, tout le monde se donna rendez-vous, pour l'l suite du débat... au grand bal antiraciste de Paris. cerrequtrarnnc Jc -mem~e suppn-;;--gr;- qUe-cela se passau, ce par l'électricité « couscous pouvait se faire. roulé pour diffa ». C'est bien Et j'ai pleuré. là l'échelon le plus bas du fascisme, l'insulte raciste ajoutée à la torture. La trame raciste de la vie Sans s'arrêter à ce5 cas extrêmes on peut souligner avec force, et avec d'autant plUS de force que cela fait saigner le coeur quand on est Français et fier de l'être, que le racisme le plus bas, le plus imbécilt et le plus abject est le fait courant, répandu et partagé par des milliers de Français vivant en Algérie comme gros et petits colons, employés, fonctionnaires, bureaucrates, et dont la très grande majorité, j'en suis sûre, serait pourtant incapable de torturer eux-mêmes au moyen du couscous roulé simple ou pour diffa, et désapprouve dans l'ensemble les camps de mort des nazis et sans doute le lynchage des noirs aux Etats-Unis. Au nom de la vraie France Et ce sont les victimes du racisme, ce sont les fils du peuple algérien 'lui ont séché mes larmes. Ce sont eux qui m'ont dit: - Non, il ne faut pas. Nous autres, nés sur cette terre, Algériens, Arabes, Maures et Kabyles, nous faisons la distinction entre la vraie France et ceux qui parent indue ment de son beau nom leurs crimes commis en vue du profit maximum. Nous aimons et respectons la France, le pays qui donna au monde la Déclaration des Droits de l'Homme. Celle-là même que bafoue aujourd'hui l'article 80. Nous savons bien que ce ne peut être le même pays qui produit à la fois l'Encyclopédie et le décret Régnier, cette préface au funeste article 80 (1). Nous savons bien que la France et vraient en m.Ol une -cicatricétait aussi celle de Goethe et de Karl Liebnecht; et j'ai admiré la spontanéité avec laquelle, si Simplement sublime, l'Algérien: opprimé souriait au Français venu de France, au Français anti- impérialiste et antiraciste. La nuit du racisme pèse encore sur le monde. « Le vol sourd du corbeau », amis, l'entendezvous sur les plaines d'Afrique du Nord ? Quand ouvrirez-vous enfin vos yeux aveugles, complices. des assassins ? F. IYEAUBONNE. (1) Selon cet article, scandaleusement contraire à la liberté d'opinion garantie par la Constitution, peut être passible de 2 ans de prison et plus, ou de lourdes amendes, l'Algérien qui a écrit, dit ou exprimé d'une façon quelconque une opinion c mettant en danger l'intégrité du territoire •. Se basant sur ce décret-loi, les tribunaux condamnent journellement à des siècles de prison et à des millions d'amende les Algériens coupables de s'être librement exprimés. Il n'empêche que ce sont lesr--------------------------------------------------------mêmes gens qui se tapent sur les cuisses à l'audition du «gag» sur la confiture de melons, les mêmes qui disent ({ ces sales bicots, ces feignants, ces sauterelles, cette race dégénérée » et qui trouveraient scandaleux qu'on donnât dell allocations familiales aux habitants des bidonvilles « car ces gens-là ont tellement d'enfants, n'est-ce pas, vous voudriez encore qu'on les encourage ?.. » Ce sont les réflexions que j'ai entendues dix fois chez des gens qui semblaient de braves gens, aimant leur famille, incapables de voler leur prochain; c'est ainsi qu'ils se faisaient complices des assassins, qu'ils assumaient allègrement l'horrible mort lente de milliers de familles indigènes « vêtues de trous, nourries d'ordures» comme dit la Mère Courage, et qu'ils soutenaient, eux, les probes, par leur ignominieuse sottise, les agissements des MM. Borgeaud, Blachette, Maignien et Cie, vampires gorgés des milliards arrachés au travail inhumain des ouvriers et des fellahs algériens. Quelle honte vous brûle les yeux et vous monte à la gorge quand l'on voit le cauchemar des bidonvilles, véritables camps de la mort lente, ou le bagne en plein air du fellah squelettique qui trime sur une charrue des temps néolithiques, et qu'on pense : ({ Ton drapeau, lè drapeau aux trois couleurs dont tout un peuple martyr a sauvé l'honneur pendant les années d'occupation nazie, on l'a planté sur cette hallucination en proclamant

voilà la France! Et

une masse de stupides bourgeois nourris des miettes de l'impérialisme applaudissent, se sentent fiers de l'oeuvre française, de la présence française, et crachent sur ces ratons, ces melons, ces pelés, ces galeux d'où viendrait tout le mal! » L'indignation et l'humiliation me torturaient devant ce spectacle, et au bidonville de ({ La La loi doit punir le ratisme (Suite de la page 1) a celui des grands féodaux qui a surtout un ca.-actère économique car il est lie aux privilèges de fait qui ont permis la consti: ution de fortunes colossales et de domaines immens{'s au détriment des Arabes. Cela n'a été possible que parce que ces derniers - du fait de leur condition indigène - ne disposaient pas des mêmes moyens que les Européens pour défendre leurs terres et leurs droit:;. C'est d'ailleu'rs l'explication de lOpposition obstinée des « véritables maîtres de l'Algérie » à l'exercice eiiectif par les indigènes des droits que leur donnent actuellement la Constitution française et le statut algérien. Jusqu'à maint~nant tOilS les gouvernements de Paris se sont inclinés devant ce veto. L'autre forme de racisme affecte une grande majorité d'Européens de toutes conditions sociales et satisfait leur complexe de supériorité. Cela se traduit dans la pratique paru'll droit de priorité un peu partout, qui n'est pas sans humilier à juste titre les Arabes refoulés ainsi systématiquement à l'arrière-plan. Qu'il s'agisse de l'admission à l'école, ,d'inscription quelconque, d'accession à un emploi, d'attente à un guichet, l'Arabe, même si son père est mort pour la France, passe après. Et s'il a. la prétention de ne pas s'effacer il est catal'Ogué comme antifrança'is ! Qu'ant aux attentions que la bonne éducation exige à l'égard d'un vieiHard, d'un infirme, d'un malade, d'une fèmme enceinte, etc ... , il ne saurait naturellement en être question à l'égard des musulmans entrant dans ces catégories. Or, ceux-ci souffrent plus de ces attitudes condescendantes ou méprisantes que des conditions' matérielles misérables et sans espoir d'améliorati·on du fait d'u1n manque d'instruction et de qualification qui nt leur est d'ailleurs pas imputable. L'Arabe d'Algérie est ainsi marqué d'un stigmate qu'il ne peut effacer. Qu'on l'appelle communément « bicot» ou qu'on le baptise officiellement « citoyen français » il reste le pelé, le galeux qui ne connait que la loi qui frappe et jamais la loi qud protège. Gomme nous ne sommes plus en 1830 mais en 1955, dans un monde où quelques changements se sont déjà produits et où d'autres s'annoncent... les choses ne peuvent aller qu'en s'aggravant à moins qu'on ne se décide enfin à réagir. Comment ? D'abor.d et d'urgence - car le temps presse - en mettant un point final à la discrimination raciale. Cela exige des mesures conjointes. D'une part une campagne persuasive dans les administra'ti'ons, les services, les entreprises, les écoles afin d'y montrer fin justice et le danger du racisme, et, d'autre part, des sanctions rigoureuses à l'occasion de toutes les manifestations de racisme. La passivité actuelle devant le fléau nous réserve de te"rribles lendema'ins, car la grande colère de 9 millions d'êtres humains iiinira par emporter le racisme mais alors avec les violences aveugles du torrent. L'intérêt de tous les Algériens voudrait que la plaie honteuse disparaisse plus vite et de façon plus calme. Mais c'est là le 'langage de la sagesse ... un mot qwi n'a pas cours en Algérie 1 Paul TUBERT.

Notes

<references />