Droit et Liberté n°237 - novembre 1964

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n°237 de novembre 1964
    • Contre les Algériens, les Juifs, les Noirs, regain d'agitation raciste visant à susciter la haine et la peur page1
    • Les racistes tuent en Afrique du Sud page2
    • La race forte par Oncle Tom page3
    • Le problème racial aux U.S.A. après les élections: les mobiles de l'électeur américain par Melvin Van Peebles
    • André Maurois: "l'Amérique a bien voté"
    • Le choix des noirs
    • Le pasteur M.L. King prix Nobel par le pasteur André Dumas
    • La loi, l'ordre et la justice (extraits d'écrits de M.L. King)
    • "Minute" récidive
    • Génocide et déicide (presse d'extrême droite)
    • Autour de Tixier-Vignancour, les groupes racistes s'agitent
    • NON! Pétain ne sera pas acquitté par J.P. Bloch
    • A propos du "choc des races" par Jacqueline Marchand
    • Plus de difficultés encore pour les étudiants de couleur: Où se loger, où travailler? par Marguerite Kagan
    • Cinéma; "La passagère" de André Munk présenté par Guy Lacombe
    • Edmond Fleg et Jules Isaac par Jacques Malaude
    • Une grave confusion par Georges Spinel (antisémitisme)

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg

Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

15 NOVEMBRE - 15 DECEMBRE 1964 u. S. A. N" 237 Un franc POUR tA • « L'AMERIOUE A BIEN VOTE ", constate ANDRE MAUROIS, de l'Académie Française, dans la brève déclaration qu'il nous a fait parvenir au lendemain de l'élection du président Johnson, et que nous publions page 4. &nt'te le" a4fbtien", fe6 :Juif6, le6 REGAIN D'AGITATION RACISTE visant , a susciter • PAR OUf;LS MOBILES fut déterminé le droit des électeurs ? L'écrivain noir américain Melvin Van Peebles le précise, soulignant que le problème racial reste posé avec une grande acuité, aux Etats-Unis (page li). LA HAINE ET LA PEUR • Lt;S J;XVITATIUNS A LA HAINE RACISTE, soudain, se multiplient ... Journaux • LA LUTTE POUR LES DROITS DES NOIRS continu6. Le pasteur Martin Luther King y jouera un rô le de premier plan. Ses buts et sa doctrine sont analysés (page 5) par le pasteur ANDRE DUMAS, dont le texte est accompagné de quelques écrits du nouveau Prix Nobel de la Paix. s'etalant dans les kiosques, tels « Minute » (ci-dessous à drOite) qui r eprend !Ses campagnes calomnieuses contre les Algériens ; ou encore « Europe Action n que des groupes de nervIs osent crier dans les rues, ainsi que, bien sûr, « Rivarol », « Aspects de la France » et leurs congénères. .. Tracts déposés dans les boîtes à lettres, comme ceux du « Nouvel Urdre Eur-opéen », qui nient les crimes nazis en les attribuant à « l'imagination » des juifs... Tracts diffusés aux portes des lycées, comme ceux de la " 'edération des Jo:tudiants Nationalistes, ou répandus dans le métro comme ceux de « Jeunesse Action » (ci·contre) qui vouent à la même malêdiction juifs, noirs et arabes ... Il y a là des symptômes inquiétants. (Page 6). .. Hl. U NE5SE ~ \ CE "U' ES'} LA. " J , Il . SII • L'AGITATION DES 'iROUPES RACISTES se développe eSi,;entiellement autour de TixierVignancour

sa candidatur'e

à la présidence de la République est un prétexte r êvé pour mobiliser les tenants du faS!!isme. Des efforts sont tentés pour rassembler dans son action toutes les organisations d'extrême droite. (Page 6) . Noua Toul ono r:1lJ~mblcr 11 ... · pll.i.~" j .... unclJ .fr~mt':".! ... 'lu ' l l nO\l~ aarn pool!iblc, :'l"ln Il .. Ju~tQr ~on- tre l ' en!Y't1hios(,1"'ent ,1 ln f!,t1nac pf\r 1 01:: t t raneere : ;or t uca iA , cn!l'l!.'TlOls , lloirlJ, juif!: , (\ l c:~ri enD , ç·t "'tltrcR vOrt"1 i n.'o. !Ieus vou l ons Quc"i l ut!ior oon t rn I I"' o"r_"Ul1i~"Q qui pr0SI'CIlOP. iI~n:e'U" uu rlt1on t cn ::urcpo. ~~; ~ECharles?ih22 juin 2010 à 12:40 (UTC)Charles.,c::; - " VOD b J,n.s Ln Pa i:x est un ob j "otif' honor'bh' . l.Icti~ qll:~nà ]' 6xiatancc cl ' UJ'le r 'lOC ('Dt rtonaoéc ,qunJ,il un pou:ll c e s t oxpl o i teS pU' un( banflo de or,'tino tnr(3 , quDJld Ica eouverllct"ente :::ont li 1 Olfl~ {lOB juil., qu:,mfl Ica :Jcrr:c:1L1 cont t rr:..hi:l , i1 n ' ,. . plu. do p:lix po!;;cibl o . Il t u t tout n6ttoyryr. ; tou. l e:: r.;oycne , r.l!!"~ 11: v i ol.~l'e(' .. . . • NOUS EN SOMMES LA. QUE SERAIT-C"E si Pétain était réha bIlité comme le réclament à grands cris Tixier-Vignancour et la presse raciste ? D'autres, il est vrai , se sont joints à cette campagne. Mttis les anciens résistants, tous les Français qui ont souffert des conséquences de la « collaboration n, s'opposent et s'opponeront à ce que triomphent Ic mensonge et l'oubli, propices aux menées des nostalgiques de Vichy. C'est ce que souligne JEAN PIERRE-BLOCH, ancien ministre, dans son article « Non ! Pétain ne serait pas acquitté ! » (Page 7) . • LA l'KJo;SCRIP l 'ION DES CRIMES NAZIS scrait, elle aussi li' UIlC extrëme gravité. Le gouvernement de Bonn vient de confirmer qu'il entend la proclamer le 8 mai 1965, pour le 21J anniversaire de la défaite nazie. Des milliel'l; de cr-iminels hitlériens, assurés dès lors Ii'échapper aux poursuites pourraient sortir de l'ombre où Ils se cachent encorc. Au cours d'une ASSEMBLEE lJ'INl"OKMATION organisée par le M.R.A.P. le 11 décembre à Paris, le Hâtonnier PAUL ARRIGHI, JEAN SC'HAPIRA et CHARLt; S l'ALANT montrel"Ont cc que ce projet a d' illégal ct de dangereux. (Voir page 6). (XXXX f W;OUS àison. qu'Il y en a .~~ ~ ~ ~ SE~ 1 Il faut commencer par em- , , pêcher les apprentis tueurs ou le. tueurs qualltiés de débarquer • à Marseille par pleins bateaux. 1 Pour inciter les électeurs noirs à s' inscrire sur les listes électorales, les organisations a ntiracistes ont déployé un intense effod. Au cours d'une manifentation à Waterbury (Connecticut), la pancarte présentée par ce petit ga rçon déclare ; « Je ne peux pas voter parce que je suis trop jeune. Et vous (avez·vous fait le nécessaire) ? » (Photo Adams ) • LES PREJUGES, sans prendre les formes grOSSières et violentes de l'agitation néo-nazie se manifestent hélas ! bien souvent en France. La pénible AFFAIRE HOCHBERG, tout comme un réquisitoire pro· noncé à Boissy-Saint-Léger, montrent (pages 2 et 3) que la magistrature elle-même n 'en est pas exempte. IL FAUT REGLEMENTER El' SURVEILLER SERIEUSEMENT LA MAIN-D'OEUVRE NORDAFRICAINE EN FRANCE. Il parait que le PouvoIr ne re.::ule pas. Eh bien, qu'II ne recule donc pas devant la mar ée montante d~ ~ ,la pègre alg~ r ie nne 1 i"'.. ............................................................................................................................................................................................................................................". ~ ~ ~ En ma r ge du Concile ~ x \ ~ • APRES AVOIR ABORDE . ~ X POUR LA SECONDE F:J IS X X le schéma sur les juifs, dont ~ ~ on avait annoncé l'adoption en \ X octobre, le Concile s'est donné ~ ~ un nouveau temps de ré- X -, flex ion. L'auteur du « Der - \ ~ n ier des Justes », ANDRE ~ X SCHTV ARZ-BART (photo ci- \ ~ contie), rompant exceptionnel- X X lement son sil ence, nous dit, ~ X devant ces hésitations, son :\ ~ amertume et sa douleu l' (page X X 12) . ~ ~ X X ~ ~ X X ~ ~ :\ X • L'A MITIE ] U D E 0 - ~ ~ CHRETIENNE demeure ce- :\ ~ pendant nlus que jama is à :\ ~ l'ordre du iour. L'écrivain ca- ~ .\ tholique JACQ UES MA- X ~ DAULE (photo ci-contre) le X X souli gne for tement dans le texte ~ X Qu' il consacre à cieux pion- :\ ~ niers de cette cause, J ules :\ X Isaac et Edmond F leg, à la ~ ~ mémoire desquels une cérémo- :\ ~ nie a eu lieu récemment à la ~ ~ Sorbonne (page 12) . ~ ~ '\ .:".. ...................................................................................................................................................................................................................................................~. AMIS PARISIENS. ne manquez pas le GRAND GALA ANTIRACISTE o .. ganisé pa .. le M.R.J\.P. D,manche 22 novembre, à 20 h. 45 ~ÂILLIE IP ILIE\YIE IL Un programme extraordinaire présenté par Georges de CAUNES, avec les BRETELL'S, Pétula CLARK Jean-Claude DARNAL, les MACHUCAMBOS, Hanna MEGOURICOHEN, Robert ROCCA, Anne SYLVESTRE, Jean VALTON Location . M.R.A.P., 30, rue des Jeûneurs, Paris 2· (GUY 09-57) Places de 5 à 20 Francs


2

Au Gala du M.R.A.P. LES BRETELL'S Ils sont quatre ·garçons chanteurs ct instrumentistes, trois Siciliens et un Français : Ninny qui joue du piano, de la basse et du vibraphone ; Alberto de la guitare basse ; Lino de la guitare et Claude de la batterie. Ils s'appelaient « les Siciliens ", lorsqu'ils furent remarqués par Daniel Liélin qui les recommanda à Henri Salvador. Celui-ci les engagea et les baptisa les « Hrctcll's " (ils portent sur scènes d'énormes bretelles bario· lées). Après les succès remportés en Suisse et sur la Côte d'Azur, les VOICI a Paris ... Les amis du l\'l.R.A.P. les applaudiront le 22 novembre, salle Pleyel. 15·X. - Dix anciens SS du camp de Sachsenhausen sont jugés à Cologne pour l'assassinat de 10.000 prisionniers de guerre soviétiques. • Karl Silberbauer, le policier de la Gestapo, qui al'rêta Anne Frank, re· prend ses fonctions dans la police au· trichienne. • Démission de Nikita Khrouchtchev qui est remplaCé par Léonid Brejnev au poste premier secrétaire du parti communiste de l'URSS et par Alexis Kossyguine à celui de président du conseil. l6·X. - Explosion de la première bombc atomique chinoise. l7-X. - Victoire travaillistc aux élections britanniques. 21-X. - Au Mozambique, le Front de Libération (Frelimo) proclame « l'insur· rection générale armée ". 22-X. - Le tribunal de Francfort qui mène le procès d'Auschwitz DECIDE DE SE TRANSPORTER SUR LES LIEUX mêmcs du camp. 23·X. - Un avion piloté par des racistes bombardc un meeting intégrationniste à Indianapolis (Mississipi). 24-X. - Tr'Cnte-sixième Etat africain in· dépendant, r .ex-Rhodésie du Nord s'appellera désormais la 'Zambie. 26-X. - La tension s'aggrave entre Londres et Salisbury, capitale de la Rhodésie du Sud : le premier ministre raciste de ce pays se prépare à proclamer l'indépendance, refusée par le gouvernement anglais, tant que les Noirs ne seront pas valablement représentés au Parlement rhodésien. 30-X. - Au Soudan, l'insurrection papulaire renverse la dictature militaire

un nouveau gouvernement est

formé, composé de représentants des partis et organisations membres du Front National, et de personnalités sans parti dont deux Noirs, représentant le Sud. I-XI. - Le Vietcong bombarde au mortier la super-base aéri'Cnne de Bien Hoa, à 20 km. de Saigon : 30 appareils américains détruits ou endommagés, 4 soldats américains et ,2 vietnamiens tués, 36 blessés. 2-XI. - Quatre jeunes gens, dont un Noir, et une jeune fille comparaissent devant le tribunal du Cap sous l'accusation de sabotage. • Réaffirmant le droit à l'indépen. dance des peuples du Basutoland, du Betchuanaland et du Swazilaoad, l'O.N.U. prévient l'Afrique du Sud que toute tentative d'annexer ces territoires « constituerait un ac.te d 'agression. » 3-XI. - Le Conseil britannique des Eglises préconise des mesures politiques contre l'apartheid. Cet appel est considéré comme ({ insensé et non chrétien » par la presse sud-africaine. 4-.XI. - LYNDON J 0 H N S O N L'EMPORTE SUR BAR R Y GOLWATER avee une avance de 15.000.000 de voix. 6-XI. - Trois nationalistes africains sont exécutés à Prétoria, malgré de nombreuses interventions. • A Vienne, ouverture du procès de Franz Novae, l'un des lieutenants d'Eichmann . ' 7·XL - Deux Blanc.s dont un membre avoué du Ku-Klux-Klan, sont accusés du meurt re de deux Noirs, retrouvés horriblement mutilés dans le Mississipi. 10-XI. - Un nouveau procès pour « sabotage " s'ouvre à Prétoria : parmi les accusés, figurent un journaliste récemment immigré de France, Raymond Eisenstein, l'ancien rédacteur en chef de « Post », journal lu par les Noirs. ll-XI. - Le gouvernement fédé· raI allemand se prononce à nou· veau en faveur de LA PRESCRIPTION DES CRIMES DE GUERRE NAZIS qui doit pren. dre effet le 8 mai 1965 dans les zones françaises et britanniques et le 1" juillet 1965 dans la zone américaine. QUE SE PASSE-T-IL ? JUSTICE • L/ affaire Hochberg LE 26 novembre prochain, après dix ans de procédure, les juges de la première chambre supplémentaire d'Appel rendront publiques les décisions concernant la garde de la petite Catherine Huriaud-Hochberg, âgée de 12 ans : sera-t-elle confiée définitivement à sa mère d'origine juive, Mme Hochberg ou à sa grand-mère paternelle, Mme Huriaud, catholique, le divorce ayant été prononcé aux torts du mari. Dans les affaires de divorce couran~ tes, toujours douloureuses puisque ce sont des enfants qui sont l'enjeu de discussions, de réclamations, de procès de la part des parents, il n'est pas habituel de préciser les origines ou la confession des deux parties. Dans ce cas-ci, c'est le point de départ de toute l'affaire. En effet, lorsqu'en 1954 Mme Hochberg demande le divorce, elle obtient après ordonnance Madame HOCHBERG (Photo Elie Kagan) . , de non-conciliation, la garde de l'en~ fant, « à charge de la laisser chez ses .qrands-parents paternels », car elle n'a pas momentanément les possibilités matérielles d'élever la petite Catherine et entre une nourrice et des grands-parents, elle ne peut hésiter. En 19.17, Mme Hochberg qui a trouvé un logement à proximité du domicile de son ex-belle-famille, et qui est entrée dans l'enseip'nement, demande à reprendre l'enfant, sans détruire pour autant les liens qui se sont créés entre Cathet'ine et ses grands-parents; elle s'oppose alors au refus de ceux-ci qui réclament la garde entière de la petite fille. Et c'est là qu'intervient le scandale : il ,n'est pas d'autre mot pour qualifier l'attitude d'un magistrat qui a la responsabilité de rendre la justice impartialement et au mieux des intérêts de chacun. En effet, le 15 janvier 1957, la 2" chambre du Tribunal civil modifie 1'01'donnance cie non-conciliation et son président, M. Le Foyer du Costi!, confie entièrement la garde de l'enfant aux grands-parents paternels, M. et Mme - Francis Huri'aud, formulant des « attendus » semblables en tout point à ceux Qu'aurait pu rendre un tribunal nazi. Ces « attendus » méritent d'être cités: « Attendu que celle-ci (Catherine) est née des RAPPORTS SEXUELS D'UN FRANCAIS ET D'UNE JUIVE POLONAISE et qu'il y a lieft de craindre que cette enfant ne connaisse en grandissant LES DOULOUREUSES CONTRADICTIONS INTER· NES si funestes à la paix d1' CfEftr et de l'esprit que connaissent trop souvent LES ETRES NES DU METISSAGE DE DEUX PERSONNES PROFONDEMENT DIFFERENTES PAR LEUR RACE, LPTTD EDUCATION PREMIERE, LEUR TRADIT!'ON ET LEUR PAiRIE, ({ Attendu en conséquence que pour tenter de réduire au minimum le risque de telles contradirtions internes, il importe que l'enfant soit le plus tôt possible placée auprès de personnes desquelles elle recevra la formation, l'édftcation, les traditions et les usages dtt milieu dans leauel son existence d'adulte doit a priori normalement se développer à savoir la France dont elle a la nationalité de nnisance ... » Un an plus tard, la 1'" Chambre supplémentaire d'appel déclare que « SANS S'ARRETER A DES CONSIDERATIONS DE CARACTERE ETHNIQUE qui ne sauraient déterminer en pareil débat le choix qui s'impose dans l'intérêt sttpérie1tr et exclttsif de l'enfant, il échet de rechercher mt premier chef, ce qui seul importe, si la mère qui revendique la garde de son enfant présente les alJtit1tdes voulues pour l'assttrer dans les . meilleures conditions ; « Qu'il apparaît, en l'espèce, que dame Hochberg-Huriaud, DONT L'ADOLESCENCE A ETE PROFONDEMENT PERTURBEE PAR DES EVENEMENTS TRAGIQUES qui l'ont doulot,reusement marquée, ne paraît pas s'être réadaptée pleinement aux conditions d'une existence régulière ... » Or. s'il est certain que Mme Hochberg a 1 eau coup souffert, comme des millions de juifs (elle a perdu toute sa proche famille en déportation), est-il de meilleure preuve de sa « réadaptation » que l'obtention du diplôme qui fait d'eUe un professeur de lettres. « Je n'ai jamais vu, dira son avocat, M" Maurice Garçon, un cas d'adaptation pareil. » En 1960, la 2" Chambre du Tribunal de Grande Instance de la Seine accorde le divorce à Mme Hochberg, aux torts de son mari, mais maintient les mesures 4e garde arrêtées en 1958. De nouveau en 196~, malgré un rapport d'expertise du Service Social de l'Enfance ordonné en 1962 et qui s'est avéré tout à fait favorable à Mme Hochberg, le Tribunal de Grande Instance refuse la modification du droit de garde de l'enfant. Mme Hochberg fait appel et comme on l'a dit, son affaire est venue le ~o octobre devant la 1'" Chambre supplémentaire de la Cour d'Appel. Il est inutile d'éoiloguer plus longuement sur la lourde, la très lourde responsabilité de M. Le Foyer du Costil qui, en rendant un tel jugement, est loin d'avoir assuré « la paix d1t coettr et de l'esprit » à la petite Catherine, la « métisse » comme il a osé la qualifier. * Suite page 3. " ___ ~_~-~~---- DROIT ET LIBERTE les racistes tuent en Afrique du Sud MENSUEL 31, rue des Jebeurs • Paris (11 Tél.: GUT. 09-57 Tarif des abonnements Le 6 novembre dernier, trois syndicaliste africains, Vuysili Mini, Wi lson Khayinga et Zinakel Okabu sont exécutés à la prison centrale de Prétoria. Le même jour, John Harris - un instituteur de 27 ans - ancien président du Comité olympique sud-africain et militant d'un mouvement nationaliste sudafricain est condamné à mort. Le 9 novembre, trois jeunes universi· taires reconnus coupables de « servir les visées communistes" sont condamnés à des peines de prison. Le 1 0 novembre, un nouveau procès pour « sabotage " s'ouvre à Prétoria. La répression qui s'abat de plus en plus violemment sur les Africains en lutte contre l'apartheid soulève une émotion grandissante dans le monde entier. Après l'exécution des trois Africains, dont la grâce avait été réclamée, au lendemain de leur condamnation, par de très nombreuses personnalités, notamment le Pape, le président de l'Union Soviétique et le secrétaire général des Nations-Unies, de nombreuses protestations se sont élevées. A Paris, le comité de liaison pour la lutte contre l'apartheid, le comité anti-apartheid, la C.G.T. ; a Londres, l' « African National Congress », ainsi que l'Association internationale des Juristes Démocrates ont publié des communiqués dans lesquels ils s'élèvent contre ces assassinats qui constituent « un véritable défi à l'humanité ". Le comité spécial sur l'apartheid aux Nations-Unies a particulièrement cor)damné « cet acte brutal et crimine l " et « lance un appel pressant à tous les Etats et particulièrement à ceux qui, en maintenant toujours des relations économiques étroites avec l'Afrique du Sud, ont une responsabilité s péciale en la matière, pour qu'ils prennent des me· sures énergiques ( ... ) en vue d'amener le gouvernement sud-africain à abandonner sa désastreuse politique d'aparteid ". Il est certain que sur le plan international un boycott sans fissure pourrait être une arme efficace et positive. Malheureusement, de nombreux pays continuent à apporter leur soutien à l'Afrique du Sud parce qU'ils y ont d'énormes intérêts: à la fin de 1961, le montant total dès investissements étrangers dans ce pays où règne l'esclavage le plus monstrueux, était chiffré à 4 milliards 253 millions de dollars (dont 60 % étaient britanniques, 12 % américains, et 5,5 % français). Mais tandis que le gouvernement français signe un accord avec Verwoerd pour l'installation près de Prétoria, d'une station de détection des satellites, tandis que la firme française « Bloch-Dassault » édifie sur le territoire sud-africain une entreprise pour la production de bombardiers « Mirage III ", le premier ministre britannique, M. Harold Wilson serait décidé à mettre l'embargo sur les livraisons d'armes à l'Afrique du Sud. Soucieux de tenir ses promesses électorales, et de se conformer aux résolutions de l'O.N .U., le gouvernement travailliste marquerait ainsi concrètement son opposition au régime de l' « apartheid ». Pour contraindre Verwoerd à mettre fin à sa politique de terreur raciste, tous les pays doivent comprendre la nécessité urgente d'appliquer les mesures prises par l'O.N.U. FRANCE: Un an : 10 francs Abonnement de soutien : 20 francs ' ETRANGER Un an : 18 francs C'.-ompte Ch. Post.: .6070-98 Pa.l1I Pour les chani'ements d 'adresse envoyer 1 franc et la dernière bande. 1 EN BELGIQUE : 1 1 On peut se procurer Droit et Liberté, ou s'abonner, au Siège des Amis de Droit et Liberté, 43, avenue de Berchem Saint-Agathe, Bruxelles 8 - Téléphone : 27.56.39 et 22.93.94, ainsi qu'au « Cercle Culturel et Sportif Juif », 52, rue de l'Hôteldes- Monnaies, Bruxelles 6. Versements au C.C.P. 723895 de Léon GRINER, 9, Square Robertpequeur, Bruxelles-7. Le numéro : 10 francs belges. L'abonnemeot annuel : 100 PB. t Abormement de soutien 150 PB. ' 1 _~ Journal compo~ et ImpriMA ~ par des ouvriers syndique. 8.P.B.C. - Oh Ateauroux CHiI'IImII : 1. IIIMrCBI. qUE PASSE-T-IL ? ( ANDIDE » s'est surpassé, à propos des Jeux Olympiques en posant CC « une tois de plus » la question : « Des deux races, quelle est « la Jlus forte '! » ou « Le Grand Combat des Noirs et des Blancs ». L'auteur de cet article, Gérard Edelstein apparaît sincère. Il fustige le racisme imbécile et Ge réjouit de la façon dont Jess Owens, en 1936 fit « honte à Hitler ». Mais en posant seulement la question, Edelstein ne verse·t·il pas lui aussi dans un racisme inconscient. En affirmant qu'aux Etats-Unis « le liport triomphe de la politique » parce qu'on permet ouvertement, aujourd'hui, aux athlètes noil's de rafler le maximum de médailles pour leur pays aux J'eux Olympiques, ne va-t-il pas un peu trop loin ? En s'inquiétant des progrès des Noirs dans toutes leu disciplines sportives, SAUF LA NATATION, il en arrive à dire ceci : « Au royaume noir n'entre pas la force et la résistance mais plutôt la résistance et la détente, c'est la leçon des résultats acquis. Passer quatre heures par jour dans une piscine à travailler l'attaque des bras, les battements de pieds et la cadence respiratoire, ce qUl est profondément exténuant ne les excite pas et IL N'Y A PAS DE NAGEURS NOIRS: heureusement pour les blancs, car la décontraction physique et morale d'un athlète noir est absolument Ï'négalable et l'on imagine ce que celà pourrait donner dans l'eau ». J:h bien mon confrère ! Heureusement surtout pour les Blancs, commc vou; dites, que les piscines américaines sont, pour quatre vingt dix-neuf pour cent interdites à ces Noirs, comme vous dites, paresseux dans l'eau, Ilinon c'en est fait des lliancs aux J. U. ! Mais n'avez-vous jamais pensé qu'il y a une race supérieure entre toutes. Celle de l'Homme. En y mélant une couleur dc peau, vous noyez le problème ... dans la piscine. (Suite de la page 2) On dit qu'il a été mis en « congés spéciaux ». « Si j'avais été française et catholiqJle, dira Mme Hochberg, uue telle affaire n'altrait pas en lieu. » C'est là notre conclusion. • Une déclaration du M.R.A.P. A la veille du procès en appel qui doit décider du sort de la petite Catherine Huriaud-Hochberg, le M.R.A.P. a saisi le garde des Sceaux des problèmes soulevés par cette affaire. Il a, d'autre part, rendu pUblic la déclaration suivante : 'l'el qu'il est relaté par la presse, le Jugement rendu dans l'affaire Hochberg- Huriaud par une Chambre du Tribunal de Grande Instance de la Seine, et qui .doit être soumis à la Cour d'Appel de la Seine, le 30 octobre, susèite dans l'opinion publique une émotion pleinement justifiée. Le Mouvement conke le Racisme, l'Antisémitisme et pour la Paix (M.R.A.P.) qUi avait attiré l'attention sur cette affaire, dès février dernier, dans son joarnal « Droit et Liberté », tient à souligner à nouveau le caractère inquiétant de ce jugement. Sur lc fond, il soulève Ics doutes les plus sérieux. Bien que le divorce ait été prononcé aux torts de MOlli,ieur Huriaud, c'est à ce dernier que d'une manière indirecte, la garde de l'enfant se trouve avoir été remise, puisque selon les résultats d'une enquêtc menée par un journal quotidien, Monsieur Huriaud vit la plupart du temps chez la grand-mère paternelle, à qui l'enfant a été confiée. Un se demande, dans ces conditions, ('omment la mesure édictée par le Tribunal supprimerait chez l'enfant lCli troubles pouvant résulter de l'origine et de la religion différentes de ses père ct mère. Loin de confier l'enfant à une tiercc personne située hors de ces contradictions, on l'a retirée à l'un de ses parent (la mère), pour la faire vivre avec l'autre (le père). Une telle décision n'a pu être inspirée, semble-t-il, que d'un souci de retirer l'enfant de la l'phère d'influence juive, ou supposée telle, de sa mère, pour le metkc dans une sphère d'influence catholique, avec toutes les conséquences qui en résultent pour son éducation. D'autre part, la formulation de l'attendu reproduit par la presse, témoigne de la part de ceux qui l'ont rendu, des conceptions apparemment incompatibles

Lvec l'Q,prit et la lettre du Dr'Oit français.

En opposant une notion religieuse (( une juive polonaise ») à unc notion de nationalité (( un français ») ; en présentant un tel mariage comme un « métissage de deux personnes différcntes par leur race », le Tribunal a fait appel à des considérations scientifiquement inexactcs, et humainement inadmissibles: ces considérations évoquent de tragiques souvenirs. Le M.R.A.P. croit devoir dans une lettre adressée à Monsieur ·le Garde des Sceaux, l\I.ini,tre dc la Justice, attirer J'a'UcntJon de celui-ci sur lâ gravité d'une décision comme ccne de l'affaire Hochberg-Huriaud. L'indépendance de la Magistrature, et la liberté Judiciaire de l'interprétation des textes de lois, ne sauraient servir de justification à des prises de position, qui, quelles que soient les précautions prises en la forme, s'analysent en dernier res- Oncle TOM. sort, en une attitude radicalcment coniraiJ'e aux principes en vigueur dans une France démocratique. Un tel jugement souligne encore, s'il en était besoin, l'existence dans certains milieux d'un état d'esprit et de préjugés qu'aucune déclaration officiellc ne \Jaurait effacer. • Ecarts de langage La l1lali\'aise éducation est-elle exclusivement l'apallage des étrangers ? C'est ce qu'a laissé entendre le procureur Le F lem requérant devant le tribunal de. police de Bois·sy-Saint-Léger. Dans son compte-rendu de « Libémtion », Madeleine Jacob rapporte les propos de ce magi strat dénonçant « ces gellS qui OHt l'épiderme partiC1lliè1'ement sensible, que nous accueillons dans l'hexa.qone et qni ne s'assimilent pas an contact de notre civilisation ». « Nous devons leur donner dans cette affaire, a-t-il ajouté, une leçon particulière. Pour un écart de langage 'lin pelt malheureux, VOliS n'avie::: pas à réa. qir de cette façoll-là. » L'accusé était un certain M. Seldman, ancien déporté .. Revenant de Brunoy, où il avait passé la journée, il prit place dans un train qui allait sur Paris. lJ réserva (à tort, il est vrai) deux places voisines. Pour protester, une certaine dame Nicollas s'assit carrément sur la main de M. Seldman, et jugeant cela insuffisant, ajouta: « Ah! ce juif, il a pris toute la place. »

vr. Seldman répliqua aussitôt: « Madame,

j'ai été déporté à l'âge de 16 ans. Ces choses là, je ne les supporte plus. » La dame aurait alors répondu: « Il en est revemt Iyop de toute façon » et reçut une gifle pour Pl'ix de « cet écart de langage malheureux ». Les antagonistes ont par la suite reconnu leurs torts respectif", et l'affaire pouvait en rester là. Les « écarts de lang-age » auxquels a cru pouvoir se livrer le Procureur font apparaître, chez ce magistrat, un état d'esprit difficilement conciliable avec les responsabilités de ses' fonctions. NEO-NAZISME • l/imposteur démasqué PAUL RASSINIER, qui le .'i octobre dernier, poursuivait devant la 17" Chambre Correctionnelle, pour « diffamations et injures », le journal « Le Droit de Vivre », a été débouté de son action et condamné aux dépens. • Rassinier, on s'en souvient, c'est cet « historien » qui nie l'existence des chambres à g-az dans les camps de concentration, qui prétend que la mort des détenus était l'oeuvre de leurs propres compag-nons et non des S.S., et se fait le porte-parole de la propagande néonazie par ses conférences et ses ouvrages. Justement indigné. le « Droit de Vivre » l'avait qualifié d' « agent de l'internationale néo-nazie », provoquant ail15'i la colère de Rassinier. La lecture des attenclus permet d'appréclcr en quelle cstime, le président Monzein il tenu les arguments dc Rassin ier : « Attendu que ... le si//lple. exa//len de ce livre.,. //Iontre qu'en rie nO'lllbrettx passages son at!telw a, cssa:yé de restreindre la 1'cspo /lsabilité des nazis ... qu'il .le déqage de la lecture de cet O1tvrage l'impression qu'à dive1'ses reprises l'auteur s'est efforcé de restreind1'e, voire d'exonérer le régime 1wtional-socialiste et les S.S. de la responsabilité retenue contre eu;r tant par le Tribz,nal Militaire Internatio11Ol des grands criminels de guerre qlle par l'Izistoire. ( ... ) « Par ces motifs déclare nulle l'action illtentée par Rassinier. Dit que le prévenu a 'l'appo1,té la prenve que dans son OltV1'Oge, Rassinier a fait chorus avec ses 1lOuveanx amis, les néo-nazis, QHe l'accusation disallt que Nassi1l1'er a 'Valfin assister al! procès des bourreaux d'Allscltwit::: saus doute pour démontrer qzoe ceux-ci étaiellt de petits saillts, a été rappariée de bonne foi ... « En conséquence 1'elaxe le siewr Lecache dl! cltef de diffa1l1ati01' pnblique envers un particulier. Le tn'bHnal se déclare incompétent pOllr coll/laÎtre de la demande de dommages et il1tprêts de la partie civile, condailllie le sieur Rassinie1' a H.1; dépens. » Le M.R.A.P.. rappelons-le, avait exprimé sa solidarité au « Droit de Vivl'e » et plusieurs de nos amis figuraient parmi les témoins ~Iui ont confondu Rassinier. La décision du Tribunal réjouira tous les antiracistes. GRANDE-BRETAGNE • Racisme électoral Lorsqu'il était chef de l'opposition, 11. Harold \Vilson avait promis, si le parti travailliste prenait le pouvoi!', qu'une législation antiraciste seraIt adoptée. Mais, dans sa propagande électorale, le parti travailli ste, très prugemment. s'était prononcé dans son mamfeste, en faveur d'un conh'ôle de l'immigration. Cette attitude équivoque a prm'oqué des échecs inattendus. Ainsi le travailli ste Patrick Gordon Walker, l'élu depuis de lIombreuscs allnée~,. de Smethwick, dans le Staffordshire - où vivent ,S.ooo travailleurs immigrés pour la plupart pakistanais. ou indiens - s'est vu opposer un candIdat conservateur du nom de Griffiths qui a mené toute sa cam pagne su rune base raciste et xénophobe. Au lieu de dénoncer l'ignominie de tel s argument s, M. Gordo'l Walker a demandé un contrôle plus st1'ict de l'immigration. Le Labour Club de Smethwick est allé encore plus loin dans cette voie en re[usant l'adhésion des gens de couleurs. N'ayant pas l'appui des immigrés et n'ayant pas su créer un mouvement antiraciste contre Griffiths, Gordon Walker a été battu. DES FAITS qui donnent A ~ PENSER ... • " LES U.S,A. FABRIOUENT UN GAZ DES NERFS OUI PEUT TUER EN OUATRE MINUTES ", annonce le " NewYork Herald Tribune ". Ce gaz n'a ni goût, ni odeur, ni couleur: il suffit pour mourir de le respirer. Son seul antidote, l'atropine doit être adminisrée sans délai, mais comment savoir ? Il ne revient pas cher. C'est l'idéal! • NAZIS PAS MORTS: Parce qu'il a, parait-il, {( démontré " qu'Hitler n'était pas responsable de la guerre, un Américain, le professeur David Hoggan, reçoit un prix décerné par une société ouest-allemande, créée {( pour la promotion de la recherche historique ". • LU CEnE DECLARATION D'HITLER en tête du livre de Andrew Tully, " La bataille de Berlin " : " Ouant à ces quelques ridicules centaines de millions de Slaves, nous moulerons les meilleurs d'entre eux dans la forme qui nous convient et nous isolerons le reste dans leurs propres porcheries ... J 'ai certainement le droit de déplacer ces millions d'êtres de race inférieure qui se multiplient comme la vermine. " 3 ------ Le 22 novembre Salle Pleyel: Pétula CLARK Née au Pays de Galles un 15 novembre, elle totalise à 12 ans plus de 500 galas. Ellc signe un ilontrat de sept ans avec le cinéma, et tourne plus -le 25 films notammcnt avec Peter Ustinov, Kay Kendall, I\lec Guiness. EUe enregistre son premiel' disque à 17 ans, et continuera avec la moyenne magnifique de 20 disques par an. En 1957, elle participe à l'émission d'Europe n' 1 « Musicorama » et devient célèbre dans notre pays en créant le fameux « Gondolier ». De 1958 à 1960, eUe perfectionne son français et enregistre dans cette langue. En 1960, elle passe en ve· dette à l'Olympia où elle fait triompher ses propres chan· sons et d'autres écrites par Jean-Claude DarnaI. Le 15 novembre 1962, c'est une première triomphale à l'Olympia qui célèbre sa con· sécration de grande vedette, son anniversaire et son 10.oo0.000e disque vendu dans le monde. Quelques jours plus tard. Pétula Clark reçoit le Prix National du Dis· que Français. Pétula ülark, qui revient d'Angleterre, partira en tournée à travers la France, après le gala du MRAP, où elle se produira, accompa· ~née dc Marcel Blanche, Paul Rovcre, Fred l:-ârrugia, Raymond Gimenes. • LE DERNIER LIVRE DE RASSINIER, {( Le drame des juifs européens ", est actuellement étudié par les ambassades des pays arabes en France, qui espèrent en tirer un certain nombre de {( précisions» et de « rectifications", affirme la revue « Jeune Afrique ". Nous voulons croire que les diplomates quels qu'ils soient, ont d'autres sources d'informations que les oeuvres faussement historiques d'un néo-nazi patenté. • 1944 ENFANTS ONT ETE" ENDORMIS AVEC DES NARCOTIOUES dans la clilllque du professeur Catel. qui fut l'un des trois experts de la commission du III' Reich chargée de décider, en dernier ressort, de la vie ou de la mort des petits anormaux. Ce ., professeur" est l'un des accusés du procès de Limburg . - • « NOUS SAVONS AUJOURD'HUI aU'HITLER n'était pas à proprement parler un homme politique. C'était en quelque sorte un génie, mais un génie dans les excès ", écrit dans {( Pueblo " - journal madrilène - M. Serrano Su., ner, beau-frère de Franco et ministre des affaires étrangères, d'octobre 1940 à septembre 1942. Auschwitz devait faire partie des excès du génial Hitler. • OBERG ET KNOCHEN SONT LIBRES, mais,.. le plus ancien détenu de Franco est un résistant, Gaston Couvert, emprisonné depuis 1947 pour avoir, au cours d'une bagarre, causé la mort d'un ancien magistrat qui essayait de discréditer la Résistance.


4

Le 22 novembre Salle Pleyel: lean-Claude DARNAL Cet enfant du ~ord, avait rêvé très jeune de devenir capitaine au long cours. Après son service militaire, il s'installe à Paris où il se livre à de nombreuses activi· tés : Sorbonne, Fac de Droit, journalisme, etc ... Pour s'amuser, il chante et fait la quête à St-Germaindes- Prés. Un soir un client se présente et lui propose d'éditer ses chansons. Darnal accepte. Il fait le tour du monde en auto-stop lorsqu'il apprend qu'Eddie Constantine va chanter deux de ses chansons. Ce seront ensuite Catherine Sauvage, Annie Cordy, Edith Piaf, Colette Renard, Petula Clark... plus de trente interprètes. Il interprètera lui-même ses chansons le dimanche 22 novembre au gala du MR AP. boston Le cardinal Richard Cushing, archevêque de Boston, a lancé un appel aux hommes de bonne volonté pour qu'ils éliminent « les maux monstrueux du Tacisme », ajoutant: « le prochain mouvement doit venir de nous. Ce doit être un mouvement en faveur de la liberté pour tous les droits du noir en tant qu'homme et citoyen ». « Le racisme chrétien est une contradiction », a conclu le car· dinal. le cap Les grands rabbins Israël Abraham et David Sherman, du Cap, et Bernard Casper, de Johannesburg, se sont joints • SCWOllt ~, EN VENTE dans toutes les bonne. Maisons de Literie et d'Ameublement et les grands Magasins. LE PROBLEME RACIAL AUX U.S.A. APRES LES ELECTIONS LES MOBILES de l'électeur ,américain L'écrivain noir Melvin Van Peebles, dont nows publions ici l'intéressante 'analyse vit actuellement en France. Son second roman : « Un ours pour le F.B.I. » vient de paraître en traduction fTa'nçaise aux éditions Buchet-Chastel. Il a récemment écrit une pièce: « Fête à Harlem », créée en septembre dans le cadre du festival de Liège et qui a été Jouée au cours d'une tournée en Belgique. POUR certains, libéraux à l'esprit simple, il semble que ce soit la fin du cauchemar. Ce n'est pas vrai. Oui, l'extrême droite s'était monté le cou ; et elle se l'est fait couper. Mais- Le Sénateur Goldwater a été le candidat le moins plausible, le moins qualifié , le moins responsable qu'aucun des deux grands partis américains se soit jamais choisi comme champion pour la présidence. Le Président Johnson l'a emporté par la majorité la plus spectaculaire de l'histoi· re : 15 millions de voix, bien plus enco~e que les 11 millions qui ont fait la victoire de Franklin Roosevelt en 1936. Oui, l'extrême droite a eu le cou coupé. Mais- Coupé par qui ? C'est là la question. Ce serait un grave excès de simplificatIOn de croire qu'un vote qui signifie une vive réaction d'opposition à l'extrême droite serait du même coup le symptôme d'une adhésion à la cause libérale. Il n'y a pas de doute que, dans l'immédiat le vote qui a mis le Président Johnson aux commandes apportera une aide aux initiatives libérales. Mais il n'en reste pas moins que par ces 61 % des voix aux dirigeants anglicans, méthodistes, catholiques, presbytériens et musulmans pour adresser une protestation au premier ministre Verwoerd et au ministre de la justice Vorster contre la loi sudafricaine qui permet de maintenir les suspects 90 jours en prison sans inculpation. Dans cette déclaration les autorités religieuses estiment qu'une telle loi constitue la négation de la justice, « une violation de la loi morale et une atteinte à la conscience religieuse. » paris Huit journalistes parmi lesquels Jean Lecer!, Jacques Duquesnes, Clara Candiani, viennent de fonder l'association « Vaincre la faim », dont le but est d'informer l'opinion publique des problèmes du sous-développement. karachi Le gouvernement pakistanais vient d'interdire toutes les exportations à destination de l'Mrique du Sud; de plus, les navires pakistanais n'ont plus le droit de faire escale dans les ports sudafricains. . Cette décision qui est applicable im· médiatement, est conforme aux termes de la résolution prise le 6 novembre 1962 par l'Assemblée générale de l'O.N.U. qui préconisait le boycottage économique et diplomatique de l' Mrique du Sud, afin d'inciter le gouvernement raciste de Verwoerd à abandonner la scandaleuse politique d'apartheid. copenha gue Trois cent cinquante jeunes manifes· tants ont brûlé le 20 octobre dernier, un mannequin vêtu d'un uniforme à croix gammée représentant le général Franco. A la suite de la plainte déposée par l'Ambassade d'Espagne, le parquet de Copenhague a fait connaitre que les dispositions du code danois ne lui permettent pas d'engager les poursuites . . Depuis, Franco a été brillé en effigie à deux reprises au Danemark. prétoria Les murs de l'ambassade britannique ont été recouverts, au fendemain du succès des travaillistes, de slogans peints en rouge, tels que : « Wilson au poteau n, de faucilles et de marteaux, ainsi que d'étoiles de David. " pour " Johnson ~ l'opinion amencaine ne s'est exprimée que négativement: expression de défiance et d'antipathie - voix qui s'expriment négativement contre Goldwater ; sa personne d'abord, son irresponsabilité, son incompétence ; son programme ensuite, celui que lui et ses amis ont imposé au Parti Républicain, ses propositions archaïques, ses solutions simplistes. Quant aux Démocrates , on ne trouve aucune définition claire de leur programme pendant la campagne électorale. Le Parti Démocrate a pu se dispenser d'apporter sa réponse aux questions qui d'habitude hantent les campagnes pour les élections présidentielles, par le simple fait que le candidat de l'adversaire était proprement por Melvin VAN PEEBLES inacceptable. On peut dire paradoxalement que c'est sans aucun programme défini que Johnson a remporté la plus grande victoire présidentielle jamais enregistrée. C'est que, bénéficiant du défaut de son adversaire, Johnson s'est trouvé l'homme de deux partis, qui lui ont apporté, l'un aussi bien que l'autre, un soutien considérable pendant la période pré-électorale comme au moment du vote. Alors que ce soutien ne traduit en aucune manière une adhésion au programme traditionnel -du parti Démocrate. PENDANT tout le déroulement du processus électoral, Johnson a fait carrière de candidat modéré, le candidat d'un" centre" où s'est regroupée une très large représentation des deux grands partis. Les partis, en accordant leur soutien à Johnson, et le peuple américain, en lui donnant ses voix, ont opté pour la modération, modération en politique étrangère, modération dans le contrôle des affaires intérieures. Quant à l'homme, on a voté pour ses talents de conciliateur, sa sensibilité aux droits de chacun qui, dans l'exercice de la politique, font les qualités d'un modéré. Les businessmen l'ont soutenu dans l'assurance qu'il ne serait pas homme à s'attaquer à la libre entreprise. Nombre de Républicains l'ont largement appuyé, non par des préoccupations de sécurité sociale ou de crédits agricoles, mais en quelque sorte les yeux fermés, parce qu'il était le seul à qui raisonnablement confier le soin des affaires étrangères de la nation. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'apparaisse une preuve flagrante que cette coalition spectaculaire des électeurs et des politiciens américains pour barrer la route à l'extrême droite, en la personne de Barry Goldwater, ne correspond en aucune façon à une mobilisation en faveur de la cause libérale : Le vote le plus significatif est celui par lequel les électeurs de Californie se sont exprimé le 3 novembre, précisément: Ces mêmes électeurs, exactement en même temps qu'ils se prononçaient contre Goldwater et pour Johnson, approuvaient, a une majorité de presque 2 contre 1, un certain 14' amendement à la Constitution de leul' Etat, qui annule toute précédente législation tentée pour lutter contre la discrimination, et donne force de loi à la discrimination antinoirs en matière de logement. Cet amendement contient de plus des dispositions qui prétendent frapper d'illégalité toute législation qui dans l'avenir en prendrait le contre-pied, dans le sens de l'intégration ! Cet amendement est considéré comme désastreux par les mouvements de défense des droits civiques ; c'est un exemple que d'autres Etats vont se hâter d'imiter ; et les autorités en matière de législation amencaine le considèrent comme une des initiatives les plus radicales dans l'histoire récente de l'Amérique ... NON - Johnson n'a pas été élu à la présidence par la volonté d'intégration. Johnson a été élu à la présidence par l'instinct de conservation. C'est la première loi de la nature qui a joué, de sorte que l'issue des élections n'aurait dû surprendre personne. La triste vérité est que les Américains ont simplement eu peur de Goldwater, de lui mettre la bombe entre les mains. L'enjeu n'était pas de mettre un terme à l'inhumanité de l'homme pour l'homme, mais d'empêcher Goldwater de mettre un terme à l'humanité. André MAUROIS de l'Académie Française ; « L/4mérique a bien \tolé » Au lendemain de l'élection du Président Johnson, nous avons demandé à M. André Maurois, de l'Académie Française, membre du comité d'honneur du M.R.A.P., de nous donner son point de vue. L'éminent écrivain, auteur de plusieurs ouvrages sur les Etats-Unis et notamment de la partie consacrée à ce pays dans « Les deux géants ", nous a déclan~

L'AMERIQUE a choisi, et bien C::C:: choisi. Elle a exprimé, à une immense majorité, son horreur du racisme et de la ségrégation. Le Président Lyndon Johnson a confirmé, pendant toute la campagne, son accord avec Kennedy. Les droits civiques de tous les Américains seront proclamés et respectés. La dé-ségrégation prendra du temps ; quelques Etats du Sud opposeront encore une résistance ; mais le choix est irréversible. La justice a gagné. » Le choix des Noirs Sept millions de noirs environ ont pu s'i,nscrire sur les listes électorales; dans le Sud, plus de deux millions de noirs ont partiCipé aux élections, soit deux fois plus qu'en 1960. Mais cela ne représente, dans le Mississipi par exemple, que 10 % de la popUlation noire en âge de voter. Les électeurs noirs ont voté massivement (95 0/0) pour Johnson. En Floride, dans le comté noir de Dade, les votes sont allés à Johnson dans la proportion de 10 contre l. En 1960, les noi.rs n'avaient voté pour Kennedy qu'à 55 % contre 45 % pour Nixon. Johnson a donc bénéficié d'un apport supplémentaire de 2 à 3 millions de voix.

      • Une manoeuvre de dernière mimlte tendant

à rendre nuls les votes de nombreux noirs a été dévoilée la veille des élections

à l'insu du Pasteur King, des

appels invitant les noirs à voter pour lui avaient été lancés. Le pasteur King déclara qu'il s'agissait « d'wn effort désespéré des partisans c%e M. 'Goldwater pour que les noirs gaspillent leurs votes Il. ••• Dans certaines régions du sud des Etats-Unis, et notamment à Houston (Texas), des campagnes d'intimidation ont été menées contre les noirs : tous ceux qui avaient eu le moindre démêlé avec la police dans le passé, furent me-nacés d'arrestation s'ils se présentaient à un bureau de vote. •*• Si sur le plan jurid1,que la lutte pour l'intégration et l'égalité des droits avance à grands pas, il n'en est pas de même sur le plan économique et social : le problème des « ghettos li noirs devient de plus en plus aigu. A Harlem, le revenu moyen d'une famille est de 3.480 dollars contre 5.103 pour l'ensemble de New-York; 19,1 0/0 des hommes vivent séparés de leurs femmes contre seulement 3,3 % pour le reste de la ville; le taux de la mortalité infantile est, dans le quartier noir, double de celui, des quartiers blancs; celui des drogués est huit fois plus élevé, ceux de la criminalité et des maladies vénériennes six fois supérieurs. 49 % des batisses de Harlem ont été classées « insalubres » par les services d'hygiène de la ville, et 11 % d'entre elles promises à la destruction. Ces pourcentages tombent à 15 et 3 '/0 pour le reste de New-York. '. •• Evoquant le vote massif des noirs de l'est et du nord des Etats-Unis en faveur de M. Johnson, plusi,eurs leaders de la communauté de couleur ont fait savoir qu'un « groupe de pression » serait bientôt créé à Washington afin d'influencer les parlementaires en leur faveur. Le pasteur King a déclaré d'autre part que des manifestations seraient organisées de nouveau dans certains Etats du Sud « afin de rappeler que l'iniquité demeure le lot des noirs ». Le pasteur M. L. KING Prix Nobel LA vi~ :le Martin Lu ther King e~t une décou.verte progr~ssive de la solidante avec son peuple frustre des garantIes de la 101 et des chances égales dans le travail, la culture et le loisir. Cette vie est aussi un apprentissage de la puissance des souffrances non méritées de la force réaliste de la non-violence, de l'espérance grandissante de la 'liberté et de la dignité par delà la haine sourde des adversaires et l'attentisme débilitant des bons prêcheurs de la patience. Tout ce que dit et écrit le pasteur noir po~te. l~ ma~que d'un~ vérité. apprise à l'épreuve des faits. Il n'est ni un theonClen, lU un utopIste, mals un combattant réfléchi, un croyant lucide. Il naquit en 1926 à Atlanta en Georgie. Comme son nère, son grand-père et son arrière-grand-père il voulut devenir pasteur de l'ElYlise baptiste. Il fit ses é!~d~s de théolog.ie ~~tre 1948 et 1954, s mteressant narttcullerement à la dogmatique et à la philosophie. La lecture des livres de Walter Rauschenbusch l'un des fondateurs du mouvement d~ « Christianisme Social » à la fin du XIX· siècle, l'impressionna particulièrement. Mais il redoutait de tomber dans un optimisme superficiel, ne correspondant ni à la vérité chrétienne, ni a l'exr---


PAR ----- -.......,

le pasteur André DUMAS professeur de morale à la Faculté de Théologie pr otestante de Paris, membre du Comité d'Honneur du M.R.A.P. périence de la vie. « Je trouvais écritil. que Rauschenbusch était victime de ce culte du progrès qui a caractérisé le XIX· siècle et qui l'amenait à faire trop confiance à la nature humaine. Il en arrivait de plus, dan.qereusement, à identifier Presque le royaume de Dieu avec un certain système social et économique, une tentation à laquelle l'Eglise doit éviter de succomber. ». Martin Luther King lisait aussi alors les oeuvres de Gandhi et se trouvait conquis par sa conception de la « Satyag-raha », c'està- dire de la vérité qui devient force. Mais en lui-même le jeune étudiant, profondément remué par l'injustice permanente de la ségrégation, se demandait si les célèbres paroles de Jésus « Si quelqu'un te frappe sur la .ioue droite, présente lui aussi l'autre, aimez vos ennemis », ne manquaient pas quelque peu de réalisme, dès lors qu'il ne s'agit plus de relation entre individus, mais de conflits entre groupes sociaux et en particulier entre races. Le peuple en ma rche pables de supporter les brutalités sans rendre les coups ... Savoir qu'il nous importait plus de gagner notre .fuste guerre que de sauver notre peau suffisait à nous protéger. · » On connaît l'issue victorieuse de ce combat. Les. milieux d'affaires, effrayés par la persIstance du boycott, concluren~ un accord mettant fin à la ségrégatIOn sur le plan local, le Président Kennedy décida d'envoyer à Birmingham 3.000 hommes des troupes fédérales pour garantir l'accord contre les provocations de la- police d'Etat du gouverneur Wallace. Aujourd'hui Martin Luther King est célèbre. Il a parlé lors de la grande marche de Washington. Il est consulté par le Président. Il est entendu par la Chambre des Représentants. Il vient d'être couronné à Stockholm. Il a,8 ans. Confiance et réalisme Mais il n'est certes pas homme à se laisser aveugler par le succès, ni à ériger en recette absolue un combat difficile. Ses yeux demeurent parfaitement ouverts sur une situation à la fois amère et explosive. Bien des blancs lui ont reproché d'être « religieusement t r 0 p pressé » et sans doute de nombreux noirs, surtout dans le Nord, se demandent, au contraire, s'il faut vraiment S'el retenir devant le sang. Dans son admirable « Lettre à des collègues rai - sonnables » (1), 5 Au Gala du M.R.A.P. LES MACHUCAMBOS Une secrétaire d'ambassade, un avocat et un peintre qui partageaient le méme goût pour le folklore sud-amérÜ'ain se rencontrent à Paris, a r « Escale », se lient d'amitié : c'est ainsi qu'el'-t né le célèbre tl'Ïo des « Machucambos ». Julia Cort.ès est nép. au Costa-Rica . Elle avait été successivement secrétaire d'ambassade à Madrid, et à Rome avant de rencontrer à Paris .Kafael liayoso et 1(omano Zanotti. Rafael 6&yoso, né en Espagne, avait été amené par son métier d'avo· cat à voyager au Mexique et à Cuba, où devait assimiler parfaitement les rythmes et les caractéristiques du folklore afro-sud-américain . Il quitte très vite le Barreau pour la chanson et la France. Quant a Homano Zanotti, né en Italie, émigré en Argentine, le chant et la peinture étaient ses deux passions. A 18 ans, il revient en Europe et chante à Paris dans plusieurs cabarets en s'accompagnant de sa guitare. Il a fait longtemps partie des « Guaranis » qu'il a quittés pour former avec ses amis Julia et Rafaël, le trio des « Machucambos » qui sera au gala du M.H.A.I'., le 22 novembre, à la salle Pleyel. C'est alors, le le septembre 19.14 qu'il prit un poste de pasteur à la Dexter Avenue Baotist Church à Montgomery en Alabama. C'est là qu'il assista à la fameuse expérience du boycott des autobus par la population noire, qui, saturée d'humiliations dans les transports en commun, manifesta par un acte collectif de non-coopération sa détermination de devenir libre. Martin Luther King vit tout un peuple préférer la dignité de la marche à pied à la complicité d'un confort acheté au prix de la honte. Comme il devait se souvenir de cette marche dans le désert, loin des « pots de viande » mangés dans la servitude de l'Egypte, de cet Exode libérateur qui est le thème majeur de tant de « negros spirituals » ! Ce peuple en marche demanda au pasteur King de lui servir d'orateur public. Le voici maintenant eng~g-é dans une responsabilité collective, ayant à vérifier dans le feu de la vie ce qu'il avait jusque-là adressée à huit pasteurs qui critiquaient ses' activités « peu sages et inopportunes n, Martin Luther King dénonce la faiblesse de l'Eglise devant l'injustice sociale: « L'Eglise contemporaine trop souvent est une voix Le pasteur Martin-Luther King sort de la Maison-Blanche après une entrevue avec le préSident Johnson médité sur des livres. - En 19.1- il est élu membre du comité exécutif de la « National Association for the advancement of colored people ». Depuis lQ.17, il est président de la Conférence des dirigeants chrétiens du Sud. C'est dans doute sa participation à la camoagne contre la ségrégation à Birmingham, à partir du 3 avril 1963, qui l'a fait connaître de tous. Cent ans après la proclamation de l'émancipation des noirs, Birmingham, dit-il, était « la ville la plus imPortante d'un Etat policier dont le gouverneur Georges Wallace avait, le .iour de son installation, prononcé le serment suivant : ségrégation au.fourd' hui, ségré.qation demain, ségrégation tou.fours n. Les Noirs qui constituaient les deux-cinquièmes de la population ne formaient qu'un huitième de l'électorat. De 1957 à 196:~ , dix-sept églises ou maisons de noirs furent détruites par des bombes. Martin Luther King dut, normalement, prendre sa oart de cette violence toujours latente. Cinq fois jeté dans les prisons de l'Alabama, deux fois plastiqué, journellement menacé de mort ainsi que sa famille. il plongea dans la lutte sans jamais renoncer à sa conviction profonde : « Il nous fallait devenir cafaible, sans efficacité, l'endant un son incertain. Trop souvent elle est le grand défenseur des statu quo. Loin d'être troublée par la présence de l'Eglise, l'autorité de la communauté moyenne est renforcée par l'approbation silencieuse, et souvent explicite, des choses telles qu'elles sont. Si l'Eglise d'au.fourd'hui ne reconquiert -has l'esprit de sacrifice de la première F ~lise, elle perdra son authenticité, elle perdra la fidélité de millions d'hommes et sera rejetée comme un club mondl71:n inutile et sans signification pour le XX· siècle. » Peut-être le plus remarquable chez Martin Luther King est-il cette faculté de confiance sans illusion, de courage sans fanatisme, de réalisme sans lassitude. N'est-ce pas lui et lui seul qui vient, à la veille de la campagne présidentielle américaine, de proposer de consacrer, pendant dix ans, un budget spécial extraordinaire pour que la communauté noire américaine rattrape intégralement son retard culturel et technologique, faute de quoi la ségrégation économique occulte perpétuera la séIYrégation législative abolie. Seule l'adoption résolue d'un tel programme donnerait la preuve que les électeurs du Président Johnson sont vraiment différents, sur le plan des réalisations sociales, des supporters de Barry Goldwater. Sartre nous a dit qu'il aurait accepté le prix Nobel s'il lui avait été donné au temps de la guerre d'Algérie. Puisse donc le prestig-e du Prix Nobel, conféré au Révérend Martin Luther King au temps de la IYuerre raciale, l'aider dans son inlassable lutte pour la fraternité par la justice, dans son combat non violent contre la violence des situations stagnantes, du désordre établi. (1) La « Lettre à des COllègues raisonnables » a paru dans plusieurs revues françaises

Esprit, janvier 1964 ; Preuve, octobre

1963. On trouvera de nombreux extraits des autres écrits de M. L. King dans : Le . conflit racial aux U.S.A. Le Rév. Martin Luthel' King. Cahiers de la Réconciliation, février 1964. 42, cours Roosevelt, Lyon-6e• Prix l ,50 F. C.C.P. Ancey 4209.72 Lyon. La loi, l'ordre et la justice Nous reproduisons ci-dessous quelques extraits des écrits du Pasteur Martin Luther Ki,ng. LA JUSTICE PASSE AVANT L'ORDRE Je dois confesser qu'au cours de ces dernières années, j'ai été déçu par le blanc modéré. J'en suis presque arrivé à la regrettable conclusion que la grande pierre d'achoppement des noirs dams leur marche vers la liberté n'est pas l'homme du « White Citizen's Council » ou du Ku Klux Klan mais le blanc modéré qui est plus attaché à « l'ordre» qu'à la justice; qui préfère une paix négative, qui est absence de tensions, à une paix positive qui est la présence de la justice; qui dit constamment

« Je suis d'accord avec vous pour

le but que vous poursuivez, mais je 'ne peux être d'accord avec vos méthodes »; qui, à la manière paternaliste, croit pOUVOir établir un programme pour la liberté d'un autre homme; qui vit dans un concept mythique du temps, et recommande constamment au noir d'attendre « un moment plus opportun ». La compréhension superficielle des gens de bonne volonté est plus nocive que l'incompréhension absolue des gens de mauvaise volonté. L'approbation tiède est plus embarrassante que le rejet pur et simple. UN BESOIN IMPERIEUX DE LIBERTE Les opprimés ne peuvent pas rester indéfiniment opprimés. Le goflt de la liberté finit toujours par se manifester et c'est ce qui est arrivé au noir américain. Quelque chose en lui lui a rappelé son droit de naissance à la liberté ,et quelque chose au dehors de lui, lui a rappelé que ce droit peut être conquis. Consciemment ou inconsciemment, il a été pris par l'esprit du siècle ,et, avec ses frères noirs d'Afrique, ses frères bruns ou jaunes d'Asie, d'Amérique dU! Sud ou des Caraïbes, le noir amérivain avance, avec un sentiment de grande urge'nce, vers la terre promise de la justice - raciale. Celui qui comprend le besoin vital qui a envahi la communauté noire com· prend immédiatement pourquoi il y a des manifestations publiques. Le noir a d'innombrables ressentiments refoulés et frustrations latentes, et il doit les libérer. NE PAS ACCEPTER LE MAL Celui qUi accepte passivement le mal est tout autant impliqué dans ce mal que celui qui aide à le perpétuer. Celui qui accepte le mal sans protester coopère en fait avec ce mal. Quand des gens. opprimés acceptent volontairement leur oppression, ils ne servent qu'à donner à l'oppresseur une jUstification trop commode de ses actes. L'oppresseur poursuit souvent sa route sans se rendre compte du mal que comporte son oppression, aussi longtemps que les opprimés l'acceptent. De sorte qu'afin d'être sincère envers sa propre conscience et fidèle à Di.eu, un homme juste n'a pas d'autre alternative que de refuser de coopérer avec un système mauvais. LE PROGRES HUMAIN Le progrès huma~n n'est ni automatique, ni inévitable. Même un coup d'oeil superficiel jeté sur t'histoire révèle qu'aucun progrès 'social n'avance sur les roues d'un déterminisme inévitable. Chaque pas en avant vers la justice recherchée réclame le sacrifice, la souffrance et la lutte, ainsi que les ettorts i'nlassables, le souci passionné de personnes consacrées. Où que ce soit, une seule injustice me· nace la justice partout. les criminels hitlériens vont-ils bénéficier de la prescription 1 Le gouvernement de Bonn a confirmé, le 11 novembre, son refus de prolonger le dé lai de prescription des crimes de guerre, qu'il avait fixé au 8 mai 1965. Après cette date, il ne sera plus engagé de poursuites contre les criminels nazis. Ceux qui auront a lors échappé au châtiment pour· ront s ortir de l'ombre, agir en toute impunité, récupérer les t résors qu'ils avaient cachés ... Pour que soit empêché ce scandale, le M.R.A.P. organise une ASSEMBLEE D'INFORMATION Vendredi 11 décembre à 20 h. 30 à l'Hôtel Moderne, PI. de 10 République, Paris Au cours de cette soirée, présidée par «Minute» récidive ... FAIRE peur, susciter la haine: tels sont les objectifs de « Minute ", qui lançait, il y a quelques mois, une virulente campagne contre les Algé· riens vi"ant en France. A en croire cette feuille, qui s'efforce en permanence de miser sur les scandales (et au besoin de les créer), notre pays serait soumis à l'invasion catastrophique de centaines de milliers de monstres dangereux, coupables de tous les crimes, atteints de toutes les maladies, qui volent notre argent, mangent notre pain, menacent notre vie. En conséquence, la défense - nécessai· re - de la Sécurité Sociale est envisagée par « Minute » (et ses pareils) sous. un an· gle très particulier: si ça va mal, c'est la faute des Algériens, trop nombreux dans nos hôpitaux. Il en est de même des in· suffisances - réelles - de l'équipement sportif : s'il n'y a pas assez de piscines, c'est la faute des Algériens qui s'y pressent et s'y conduisent mal... policier, avec, en surimpression, ces mots : « Assassinats, viols, vols, Tixes en hausse continuelle ... Et la police avoue son impuis· sance Il. La photo, selon toute appar:ence, a été prise pendant la guerre d'Algérie, lorsque les travailleurs algériens étaient quoti· diennement victimes de rafles « au faciès », et il faut une certaine impudence pour présenter comme des criminels ces hommes arrêtés à raison seulement de leur origine. Quant à l'article qui occupe en entier une page intérieure, Il recourt aux procédés habituels en ce genre de littératute : affabulation, généralisations abusives, en Géno[i HITLER, connais pas peu, cette formule l'ignorance d'une certai les hitlériens d'hier - une tie du moins - la reprendr, tiers à lem· compte. Cons( t·éprobation provoquée par nazis, ils préfèrent n'en pa~ les ni er. tout simplement. Des tracts diffusés récelll ris, sous le titre « :La fa III illiolls », prétendent dét alignant des chiffres, qu'il n de génocide, et que les « juives » à ce sujet sont n Le chiffre de six millions femmes et enfants assassir nazis a pourtant été main1 montré. Mais, le « Nouvel ropéen » qui a édité ces trac1 core, par cette campagne, trc cruter des gens non avertis.

Le crime de « déicide » che. les anciens et néo-nazis près de l'absoudre. Pour s'é Charles PALANT Secrétaire géné ral du M.R.A.P., le Bâtonnier Paul ARRIGHI Membre de l'Ins titut, montrera que le projet du gouvernement fédéral allemand constitue On reconnaîtra là, au passage, le rôle classique du racisme : créer des diversions pour éviter que soient posées les vraies questions. Le résultat, c'est la méfiance, l'hostilité, les discriminations, voire les violences contre ceux que l'on a désignés comme boucs émissaires. Déjà, cet été, les mensonges et les provocations de « Minu· te » avaient servi de pOint de départ à di· verses tentatives pour exclure les Algériens des piscines et des plages - comme les noirs aux Etats-Unis. Suites ... analEIla i ~ l!' ~~ ~ Çh4'l .... 'INIndralil , 1,11111'. t Un défi au droit international et aux accords interalliés Soulignant la nécessité pour tous de s'opposer à la mesure annoncée à Bonn, Jean SCHAPIRA Membre du Bureau National du M.R.A.P. en montrera les graves conséquences : En mai et juin derniers, plusieurs organisations avaient dénoncé vigoureusement les campagnes de « Minute », et le M.R.A.P. avait demandé aux autorités judiciaires d'engager, selon la loi, des poursuites pour diffamation raciale et excitation à la haine raciste. Quelques semaines après, était communiquée à notre Mouvement la décision du Parquet : « Dossier classé sans suite ». Un dangereux renfort à l'internationale nazie· Un encouragement au néo-nazisme Comme on pouvait s'y attendre, « Minute », encouragé par cette impunité, récidive

pourquoi se gêner ? Dans le numé·

ro du 30 octobre, qui s'étalait récemment à la devanture de nombreux kiosques, c'est avec une audace accrue que l'équipe de Jean-François Devay relance l'opération hai· LES AMIS DU M.R.A.P. SONT INVITES A PAR· ne et peur. TICIPER NOMBREUX A CETTE ASSEMBLEE. Sous le titre: « Assez de crimes d'Algé· 1'iens ! », une grande photo représentant un groupe d'Algériens surveillés par un Autour de Tixier-Vignancour Les groupes racistes S'agitent ••• POINT de pardon, la justice, criaient les orateurs « nationaux, qui faisaient acclamer Pétain, acclamer Bidault (mais oui , ce Bidault qu'on vient d'essayer de jeter dans les jambes de Tixier et qui répond: « Je suis derrière lui ").1 « Mais !lurtout montait, frappait les murs et le plafond le cri scandé qui ne cessera plus, croyons-le, jusqu'à l'é lection présidentielle: - « Tixier ! Tixier ! .. " C'est en ces termes enthousiastes qL!e, dans « Rivarol, « le vichyste Pierre Dominique relate le meeting organisé le 6 novembre à la Mutualité par l'Union Française pour l'Amnistie. Détournée de son but par les organisations d'extrême droite, cette manifestation n'est qu'un exemple parmi celles qui se multiplient à travers la France, pour le soutien de Tixler-Vignancour. La candidature de celui-ci à la présidence de la République est un excellent prétexte pour mobiliser le ban et l'arrièreban des anciens et des nouveaux nazis, pour exalter en toute liberté l'O .A.S. et ses chefs, pour lancer de violen- 1·IOS MAITRES LES JUIFS Dans l'immédiat, les partisans de Tixier-Vignancour dé· ploient des efforts considérables pour toucher la jeunesse, particulièrement dans les lycées, s'appuyant sur ia Fédération des Etudiants Nationalistes (F.E.N.) et sur divers petits groupes issus du mouvement « Jeune Nation " dissout il y a quelques années. Ces groupes sont, entre autres, les Comités d'Europe-Action, les Etudiants Nationaux-Socialistes (E.N.S.), le Front Unitaire Européen, la Jeunesse Nationale Socialiste (J.N .S.), le Parti Prolétarien National-Socialiste (qui édite et diffuse « Le Vicking "), l'Union Mondiale Nationale-Socialiste (dirigée par l'Anglais Colin Jordan et le nazi américain RockwellJ, auxquels se joignent fréquemment le Rassemblement de l'Espr't Public, la Restauration Nationale et la Fédération des Etudiants Rapatriés. Une grande agitation règne autour et même à l' intérieur de plusieurs lycées parisiens, où sont diffusés des tracts comme celui que nous reproduisons ici ou ceux de la F.E.N ., où i'on peut lire: «( Etes-vous d'accord pour ( .. .) voir nos universités en- ')ahies par des étudiants sous-développés, qui stagnent indéfiniment sur les bancs des amphis ; ( ... ) assister sans broncher à l'invasion de la France par les cc tra- Cui je dis bien "nOD mait res",car ils sont partout , airiL;C'nt tout:le oinffinu,la radio, l u télévisi1lD,l'industrie ;lec Ioe :.:;'.~ nics, Bref,po.rtout ou il y a dco gen~ à exploiter.Et TIQU: y!~ ..• vailleurs » algériens qui encombrent nos hôpitaux, vivent de la Sécurité Sociale, font régner partout une insécurité inadmissible ? laiooons faire t 1 CAN.ARADES1IL· :wr T'EMPS DE MErTRE CETTE \TERMINE ALA POR'l'E IT DE R!IDOH8. LA -...:1 AUX JRA.NqAIS «( Non ! Alors... Exigez avec la F.E.N. des crédits pour la jeunesse, ( ... ) l'expulsion des allogènes! Il Les groupes de chocs fascistes ne se contenUn des tracts distribués à Paris par la « Jeunesse Nationale Socialiste » tent pas de répandre cette « littérature ". Fin octobre, tes diatribes nationalistes, antidémocratiques et racistes. Ne nous y trompons pas : si cette campagne, rendue possible par le mode d'é lection présidentielle, se développe ainsi pendant plusieurs mois, nous risquons d'assister à une inquiétante montée du danger fasciste en France. Une Association pour le soutien de la candidature d'opposition nationale a été constituée, sous la présidence de Tixier-Vignancour lui-même. Son secrétaire générai est l'ancien député poujadiste Le Pen, et son siège se trouve 19, boulevard Sébastopol, à Paris. des distributeurs de tracts favorables à Tixier-Vignancour ont attaqué et blessé dans la cour de la Sorbonne, des étudiants de la Fédération des groupes de Lettres, qui, eux aussi, diffusaient des tracts. Au lycée Louis-le-Grand, c'est de jeunes militants du M.R.A.P. que les nervis de la F.E.N. ont agressés. Une question se pose : les pouvoirs publics tolèrerontils encore longtemps ces dangereuses activités ? Les lycéens et étudiants qui se groupent de plus en plus nombreux autour du M.R.A.P. exigent que des mesures soient prises pour debarrasser leurs établissements et l'Université française de ces trublions néo-nazis. ASSEZ DE CRlj l'AL GtRIEN. vue de déshonorer toute une communauté. Partant de quelques faits divers où sont impliqués des Algériens, « Minute » en vient ~ présenter l'ambassade d'Algérie il Paris comme un repère d'assassins et la France entière comme un champ de ba· taille, soumis aux exactions de « cette armée sombre qui fait peser sur nos villes une effroyable menace et qui recrute mille soldats par jour qu'Allah fait ». « Ils sont devenus les maîtres du crime en France », écrit des Algériens le rédacteur de l'article, pour qui « le crime, le brigandage et le vice sont de plus en plus le «( domaine réservé » de la pègre algérien· ne li. Et il rapporte, à titre d'exemple, ce qui se passe à Lyon en ces termes : « Pas de jour sans qu'en un pOint quelconque de la ville, un viol, un meurtre ne soient commis par des Algériens. Il y a des quartiers de Lyon où une femme seule ne peut plus passer sans risquer une agression suivie d'une tentative de viol. Les commissariats sont assaillis de plaintes. Chaque jour ajoute à la liste ». En conclusion, « Minute » demande bien sûr l'établissement d'un régime special pour la totalité des Algériens. Pour faire échec à la « marée montante de la pègre algérienne )1, il faut, affirme-t-il, « réglementer et surveiller séTieusement la maind'oeuvre nord-africaine en France Il. Autrement dit : revenir aux méthodes utilisées pendant la guerre d'Algérie, ou à celles que l'on pratique en Afrique du Sud à l'égard des noirs ... Comment naît la suspiscion Devant les « dossiers » truqués que présente « Minute », .on conçoit que des gens de bonne foi, impressionnés, puissent ressentir effectivement quelque inquiétude, dans la mesure où ils ignorent la réalité ou manquent Cl'esprit critique. C'est pour les éclairer, plus que pour répondre à ceux * Suite pCige 8. Albert LEVY. A LA r.ev~e,« La Nef» d'mteret. On peu aspects, on peut 3 l'ensemble dénonce al ségréga'tion, nous fair encore puissant de la 1 Mais le numéro se te étrjtnge article, « Le cho signé de M. Alain Peyn thèses semblent relever nisme inattendu. Conflits combats entre Turcs et 1 tes, qui l'eût cru ? Confli heurts entre Canadiens , nadiens fran;ais, qui l'ei une fa;on bien aisée de le choc des races est éte de voir dans tous les qu'ils soient, des conflit il est permis d'espérer UJ cifique aux conflits, mail absence de conflits qui de vie. Pour renvoyer dos à 1 cIe gauche » et « l'homn M. Peyrefitte nratique thode, inusable, qui con soi-même une imag-e de 1 l'on peut aisément pour « Suppose que tu t'ap Poile... ». Ce n'est pas droite » - il a bien d' ristiques - c'est le raI originairement de gauchi qui estime « qu'il existe rieure : la sienne, et des res : les autres» (r). 01 me cie gauche », il peut 1 pour égaux sans nier ( blancs et cles noirs. Peu inule» récidive. " . Ir, susciter la haine: tels sont les objectifs de « Minute », qui il y a quelques mois, une virulente campagne contre les Algé· ant en France. A en croire cette feuille, qui s'efforce en perma· r sur les scandales (et au besoin de les créer), notre pays serait vasion catastrophique de centaines de milliers de monstres upables de tous les crimes, atteints de toutes les maladies, qui rgent, mangent notre pain, menacent notre vie. e, la défense - nécessai· rité Sociale est envisagée t ses pareils) sous un an· r : si ça va mal, c'est la ns, trop nombreux dans en est de même des in· elles - de l'équipement a pas assez de piscines, Algériens qui s'y pressent maL.. là, au passage, le rôle me : créer des diversions soient posées les vraies sultat, c'est la méfiance, riminations, voire les vio· ux que l'on a désignés ·ssaires. Déjà, cet été, les provocations de « Minu· · de point de départ à di· pour exclure les Algériens es plages - comme les uites ... derniers, plusieurs organi· 'noncé vigoureusement les Minute », et le M.R.A.P. aux autorités judiciaires la loi, des poursuites pour le et excitation à la haine semaines après, était otre Mouvement la déci·

« Dossier classé sans

uvait s'y attendre, « Mi· · par cette impunité, réci· e gêner ? Dans le numé· , qui s'étalait récemment nombreux kiosques, c'est accrue que l'équipe de ay relance l'opération hai· cc Assez de crimes d'Algé· rande photo représentant ériens surveillés par un gitent ... ns de Tixier·Vignancour dé· bles pour toucher la jeu· les lycées, s'appuyant sur ationalistes (F.E.N.) et sur u mouvement " Jeune Na· années. Ces groupes sont, urope·Action, les Etudiants ), le Front Unitaire EuroSocialiste (J .N.S.), le Parti (qui édite et diffuse " Le Nationale-Socialiste (di ridan et le nazi américain nt fréquemment le Rassem. Restauration Nationale et la triés. e autour et même à l'intéisiens, où sont diffusés des s reproduisons ici ou ceux .. .) voir nos universités en ·développés, qui stagnent in· définiment sur les bancs des amphis ,- (. . .) assister sans broncher à l'invasion de la France par les cc travailleurs )1 algériens qui en· cambrent nos hôpitaux, vivent de la Sécurité Sociale, jont régner partout une insécurité inadmissible ? (( Non ! Alors... Exigez avec la F.E.N. des crédits pour la jeunesse, (. . .) l'expulsion des allogènes! Il Les groupes de chocs fascistes ne se contentent pas de répandre cette « littérature ». Fin octobre, des distributeurs de tracts r ont attaqué et blessé dans étudiants de la Fédération , eux aussi, diffusaient des d, c'est de jeunes militants e la F.E.N. ont agressés. pouvoirs publiCS tolèrerontangereuses activités ? Les groupent de plus en plus · exigent que des mesures er leurs établissements et s trublions néo-nazis. policier, avec, en surimpression, ces mots: (( Assassinats, viols, vols, l'ixes en hausse continuelle ... Et la police avoue son impuis· sance ». La photo, selon toute appar:ence, a été prise pendant la guerre d'Algérie, lorsque les travailleurs algériens étaient quoti· diennement victimes de rafles « au faciès », et il faut une certaine impudence pour présenter comme des criminels ces hommes arrêtés à raison seulement de leur origine. Quant à l'article qui occupe en entier une page intérieure, Il recourt aux procé· dés habituels en ce genre de littératute : affabulation, généralisations abusives, en vue de déshonorer toute une communauté. Partant de quelques faits divers où sont impliqués des Algériens, (( Minute )1 en vient il. présenter l'ambassade d'Algérie à Paris comme un repère d'assassins et la France entière comme un champ de ba· taille, soumis aux exactions de (c cette armée sombre qui fait peser sur nos villes une effroyable menace et qui recrute mille soldats par jour qu'Allah fait ». c( Ils sont devenus les maîtres du crime en France )), écrit des Algériens le rédacteur de l'article, pour qui c( le crime, le brigandage et le vice sont de plus en plus le (c domaine réservé Il de la pègre algérien· ne ». Et il rapporte, à titre d'exemple, ce qui se passe à Lyon en ces termes : (( Pas de jour sans qu'en un point quelconque de la ville, un viol, un meurtre ne soient commis par des Algériens. Il y a des quartiers de Lyon où une femme seule ne peut plus passer sans risquer une agression suivie d'une tentative de viol. Les commissariats sont assaillis de plaintes. Chaque jour ajou· te à la liste ». En conclusion, ( Minute » demande bien sûr l'établissement d'un régime spëcial pour la totalité des Algériens. Pour faire échec à la «( marée montante de la pègre algérienne Il, il faut, affirme-t-il, (c réglemen· ter et surveiller sérieusement la maind'oeuvre nord·africaine en France Il. Autre· ment dit : revenir aux méthodes utilisées pendant la guerre d'Algérie, ou à celles que l'on pratique en Afrique du Sud à l'égard des noirs ... Comment naît la suspiscion Devant les « dossiers ») truqués que pré· sente ( Minute », .on conçoit que des gens de bonne foi, impressionnés, puissent res· sentir effectivement quelque inquiétude, dans la mesure où ils ignorent la réalité ou manquent ct'esprit critique. C'est pour les éclairer, plus que pour répondre à ceux

  • Suite p"ge 8.

Albert LEVY. Génocide et déicide HITLER, connais pas ! Pour un peu, cette formule qui traduit l'ignorance d'une certaine jeunesse, les hitl ériens d'hi er - une grande partie du moins - la reprendraient volontiers à leur compte. Conscients de la réprobation provoquée par les crimes nazis, ils préfèrent n'en pas parler, ou les niet·. tout simplement Des tracts diffusés récemment à Pari s, sous le titre « I:.a fable des six millions », prétendent démontrer, en alignant des chiffres, qu'il n'y a pas eu de génocide, et Que les « statistiques juives » à ce sujet sont mensongères. Le chiffre de six millions d'hommes, f cmmes et enfants assassinés par les nazis a pourtant été maintes fois démontré. Mais, le « Nouvel Ordre Européen » qui a édité ces tracts espère encore, par cette campagne, trompel' et recruter des g-ens non avertis. •*• Le crime de « déicide », en revanche, les anciens et néo-nazis ne sont pas près de l'absoudre. Pour s'élever contre le projet du Concile, Maurice Bardèche, directeur de « Défense de l'Occident », offre sa plume à « Rivarol )). Théolo- 17ien d'occasion, « C'est sur Diel{ même, ecrit-il g-ravement, que les .ilûfs ont porté la main. D'ire (1ue les .iuifs ont commis une « erreur », effacer le mot « déicide », c'est emlJloyer le langage d'lm séc·ulier, d'nt! homme dIt monde et non d'un chrétien. » , Ainsi le déicide réaffi rmé pourrait justifier, si nécessaire, le génocide que l'on cherche à camoufler. .•. Peu à peu - on le constate en la suivant attentivement - la presse d'extrême- droite, parvient à mettre au point une certaine « dortrine » raci ste adaptée aux données de l'actualité. Le racisme tel qu'on l'enseig-ne 20 ans aOl'ès la défaite d'Hitler, à l'éno(1ue de la décolonisation. La négation cles crimes nazis s'accompagne d'efforts accentués pour réhabiliter les hitlériens' et leurs collaborateurs, Pétain en tête. La défen.se cle la « pureté » de la race nuise sa « justification » dans l'émancipation des peuples d'Afrique et les luttes des noirs américains, présentées comme un dang-er non seulement pour l'hégémoni e, mais POUl- la sécurité des blancs clans le moncle. Par un de ces détournements de vocabulaire dont ils sQnt coutum iers, ces messieurs appellent « racisme l) toute affirmation par les peuples cie coweur de leur dignité humaine. A celle-ci, ils opposent, comme une litanie, la prétendue infériorité native cles Noirs. A ce propos, le numéro spécial de « Europe Action » intitulé « Sous-développés, sous-capables » (dont nous avons parlé le mois dernier) fait figure de document de base, abonclamment recommandé à l'attention des « nationaux ». De ce thème en découle un autre : celui de « l'invasion» de la France par les Algériens ( Minute »), les noirs et aussi les' juifs, considérés également comme cles « étran~ers », des « allogènes ». De semaine en semaine, se multiplient les appels apocalyptiques à « débarrasser » notre pays de cette « vermine )). •*• C'est évident: l'insolence croissante des feuilles racistes résulte directement de l'impunité clont elles bénéficient. DANS LE CADRE DE LA LOI ACTUELLE - FORT IMPARFAITE - C'EST AUX POUVOIRS PUBLICS QU'IL APPARTIENT D'ENGAGER LES POU R SUI TES NECESSAIRES. MAIS LES PARQUETS DEMEURENT PASSIFS. IL IMPORTE, POUR UNE ACTf.aN JUDICIAIRE EFFICACE, QUI FERAIT RECULER CETTE NOUVELLE VAGUE DE RACISME, QUE SOIENT ADOPTEES D'URGENCE LES DEUX PROPOSITIONS DE TJOIS ELABOREES PAR LE M.R.A.P. ET DEPOSEES AU PARLEMENT DEPUIS DE LONGS MOIS. NON ne sera LA France est un pays où l'on oublie vite:. Voilà. sans dout? pourquoi nous assistons a nouveau a une campagne de grande envergure pour la réhabilitation de Pétain. Des périodiques ont l'impudence de consacrer à Pétain la presque totalité de leurs numéros. Parmi ceux qui participent à cette vaste opération nous retrouvons M. Delattre qui s'intitule premier juré au procès Pétain. Cela peut laisser supposer aux « braves gens" que sa compétence lui a donné ce titre important. L'histoire est beaucoup plus terre à terre ; seul le tirage au sort en a fait un premier juré et le voyage sur le « Massi· lia " un parlementaire " résistant ». Moi qui n'ai été modestement que le hui· tième ou neuvième juré du procès Pétain, je pense que la touchante image du maré· chal qui, chargé de gloire et d'années, fil don de sa personne à la France pour atté· nuer son malheur est une belle image d'Epinal. Mais on oublie une chose : que Pétain représente d'abord une politique dont il a revendiqué la responsabilité : « Cette politique est mienne. Les ministres ne sont responsables que devant moi C'est moi seul que l'Histoire jugera. • (Message du 30 octobre 1940.) C'est pour cela qu'aujourd'hui la tenta tive de réhabilitation de Pétain est en réa· lité une tentative de réhabilitation de toutE la politique de trahison de Vichy. Une Assemblée menacée et apeurée ~ délégué au maréchal, en jui Ilet 1940, lE pouvoir constituant. Lui s'attribue, de s~ propre autorité la totalité du pouvoir gou· vernemental et législatif. « Il nomme el révoque les ministres, qui ne sont respon· sables que devant lui. Il exerce le pouvoiJ législatif en Conseil des Ministres. " (Ac tes constitutionnels N°' 1 et 2). 11 com mente : « L'autorité ne vient plus d'en bas. Elle est proprement celle que jE confère et délègue. " (12 août 41.) C' esl l'exacte négation de la Déclaration de~ Droits : « Le principe de toute souverai neté réside essentiellement dans la Na tion. Nul corps, nul individu, ne peut exer cer d'autorité qui n'en émane expresse ment. » L' « Etat français " est l'image renver sée de l'Etat répub licain. Nul ne peut êtrE puni qu'en vertu d'une loi antérieure al délit : c'est, depuis cent cinquante ans "axiome du droit français. L'acte constitu tionnel N° 5, instituant la Cour Suprême dE Justice, proclame « L'action publique SE prescrit par dix ans à dater de la perpétra tion des faits, même si ceux·ci sont anté rieurs à la promulgation de la présentc loi. " Pétain d'ailleurs se méfie de ses propre. juges. Par l'acte constitutionnel W 7, i s'érige juge suprême : il pourra édicte lui-même des pénalités illimitées contr les ministres et hauts fonctionnaires du A propos -du «choc des LA revue « La Nef ), publie sur le racisme dans le monde un numéro plein d'intérêt. On peut n'être pas compétent pour en discuter tous les aspects, on peut apprécier plus ou moins tel ou tel article, il reste que l'ensemble dénonce avec vigueur les horreurs de l'hitlérisme et celles de la ségrégation, nous fait sentir en Alabama ou en Afrique du Sud le souffle encore puissant de la « bète immonde 1 . Mais le numéro se termine par un étrflnge article, « Le choc des races », sig-né de M. Alain Peyrefitte, dont les thèses semblent relever d'un confusionisme inattendu. Conflits de races, les combats entre Turcs et Grecs chypriotes, qui l'eût cru ? Conflits de races, les heurts entre Canadiens anglais et Canadiens français, qui l'eùt dit ? Voilà une façon bien aisée de conclure que le choc des races est éternel : il suffit de voir dans tous les conflits, quels qu'ils soient, des conflits raciaux; or il est permis d'espérer une solution pacifique aux conflits, mais non pas une absence de conflits qui serait absence de vie. Pour renvoyer dos à dos « l'homme de gauche » et « l'homme de droite », M. Peyrefitte nratique la vieille méthode, inusable, qui consiste à forger soi-même une imag-e de l'adversaire Que l'on peut aisément pourfendre ensuite. « Suppose que tu t'appelles Yau de Poile... ». Ce n'est pas « l'homme de droite » - il a bien d'autres caractét'istiques' - c'est le raciste, qu'il soit originairement de gauche ou de droite, qui estime « qu'il existe une race supérieure

la sienne, et des races inférieures
les autres» (1). Quant à « l'homme

de gauche », il peut tenir les hommes pour égaux sans nier qu'il existe des blancs et des noirs. Peut-être ajoutera- PAR Jacqueline MARCHAND t-il que les métis sont nombreux, qu'on passe insensiblement du noir au blanc par toutes les nuances du café au lait ; que pour un Japonais, il n'y a nulle différepce entre un blanc juif et un blanc non juif: que les brassages sont de règle et qu'il est peu d'individus purs de tout mélange: il n'en reconnaîtra pas mo:";' que le nègre a droit à sa négritude, dans l'exacte mesure où il y tient, comme le juif à son judaïsme, encore qu'ici la tradition à base religieuse importe plus que la race proprement dite. Mais M. Peyrefitte ne croit pas au brassage des races'. Il estime que le métissage n'est possible qu'au cas où les « races nouvelles» - et l'exemple qu'il donne est celui des Siciliens aux EtatsUnis - a rrivent « par petits paquets ». Et il ajoute: « Une mayonnaise ne prend que si l'on verse l'huile goutte à goutte; essayez de mélanger d'emblée les oeufs et l'huile, vous brass'erez sans jamais lier. » Comparaison n'est pas raison: celle-ci prouve seulement que M. Peyrefitte n'a jamais essayé de faire une mayonnaise avec un robot-Marie. Qui niera qu'il ' est plus facile de fond entre eux des peuples qui sont procb par la physiologie et la culture, que d peuples très différents ? Persol11 Mais le problème des races n'a rien vOIr ICI. A Quoi tient donc cette confusi constante entre la notion de peuple celle de race, confusion doublée d'u autre, aussi étrang-e, entre la race et cult1{re r Ne serait-ce pas que M. PI refitte tient avant tout à souligner c « l'affrontement des Européens et ( Afro-Asiatiaues, qui a été, qui est 1 core l'aspect le plus voyant des c( flits coloniaux, ne doit pas être mis compte du capitalisme occidental » On lui accordera volontiers que les p: blèmes coloniaux ne sont « qu'un : pect » du racisme ; mais non pas ( les « conflits psychologiques et socia de l'épo(1ue coloniale ne s'expliquent 1 essentiellement par l'appât du gain par un rapport de forces économ iques Disculper le capitalisme de ses resp( sabilités dans le domaine raciste, n'E ce pas le but .poursuivi ? Il ne me s-em pas pourtant que les problèmes ai, tellement changé d'aspect, depuis temps où Montesquieu constatait, a' un humour féroce, que « le sucre rait trop cher s'i on ne faisait trav: 1er la plante qui le produit par esclaves )). Considérer une race com inférieure parce qu'on trouve son ir rêt à l'exploiter, c'est se donner à 1 marrhé bonne conscience : c'est le 1 sonnement du filateur australien mis scène par Vercors clans « Zoo ». S; doute la question a pris quelquefois de et déicide Pour un traduit le projet du Concile, Maurice Bardèche, directeur de 4: Défense de l'Occident », offre sa plume à « Rivarol ». Théologien d'occasion, « C'est sur Dieu même, écrit-il gravement, que les juifs ont porté la main. Dire (I/te les .1uifs ont commis une « erreuY », effacer le mot « déicide », c'est embloye'y le langage d'ftn séculier, d'nt! hom1J!e dn monde et non d'un chrétien. » Ainsi le déicide réaffi rmé pourrait justifier, si nécessaire, le génocide que l'on cherche à camoufl er. ' ••• Peu à peu - on le constate en la suivant attentivement - la presse d'extrême- droite, parvient à mettre au point une certaine « doctrine» raciste adaptée aux données de l'actualité. Le racisme tel qu'on l'enseigne 20 ans aorès la défaite d'Hitler, à l'épooue de la décolonisation. La négation des crimes nazis s'accompagne d'efforts accentués pour réhabiliter les hitléri ens et leurs collaborateurs, Pétain en tête. La défe1'16e de la « pureté » de la race puise sa « justification » dans l'émancipation des peuples d'Afrique et les luttes des noirs américains, présentées comme un danger non seulement pour l'hégémonie, l11àis pour la sécurité des blancs' dans le monde. Par un de ces détournements de vocabulaire dont ils sont coutumiers, ces messieurs appellent « racisme » tl)ute affirmation par les peuples de cOlÏleur de leur dignité humaine. A celle-ci, ils opposent, comme une litan;e, la prétendue infériorité native des Noirs. A ce propos, Te numéro spécial de « Europe Action » intitulé « Sous-développés, sOlls-capables » (dont nous avons parlé le mois demier) fait figure de document de base, abondamment recommandé à l'attention des « nationaux ». De ce thème en découle un autre : celui de « l'invasion » de la France par les Algériens ( Minute »), les noirs et aus i les juifs, considérés également comme des « étrangers », des « allogènes ». De semaine en semaine, se multiplient les appels apocalyptiques à « débarrasser » notre pays de cette « vermine ». •• • C'est évident: l'in olence croissante des feui lles racistes résulte directement de l'impunité dont elles bénéficient. DANS LE CADRE DE LA LOI ACTUELLE - FORT IMPARFAITE - C'EST AUX POUVOIRS PUBLICS QU'IL APPARTIENT D'ENGAGER LES POURSUITES NECESSAIRES. MAIS LES PARQUETS DEMEURENT PASSIFS. IL IMPORTE, POUR UNE ACnaN JUDICIAIRE EFFICACE, QUI FERAIT RECULER CETTE NOUVELLE VAGUE DE RACISME, QUE SOIENT ADOPTEES D'URGENCE LES DEUX PROPOSITIONS DE T_OIS ELABOREES PAR LE M.R.A.P. ET DEPOSEES AU PARLEMENT DEPUIS DE LONGS MOIS. NON! Pétain ne serait pas acquitté ! LA France est un pays où l'on oublie vite. Voilà sans doute pourquoi nous assistons à nouveau à une campagne de grande envergure pour la réhabilitation de Pétain. Des périodiques ont l'impudence de consacrer à Pétain la presque totalité de leurs numéros. Parmi ceux qui participent à cette vaste opération nous retrouvons M. Delattre qui s'intitule premier juré au procès Pétain. Cela peut laisser supposer aux " braves gens » que sa compétence lui a donné ce titre important. L'histoire est beaucoup plus terre à terre ; seul le tirage au sort en a fait un premier juré et le voyage sur le " Massilia » un parlementaire " résistant -. Moi qui n'ai été modestement que le huitième ou neuvième juré du procès Pétain , je pense que la touchante image du maréchal qui , chargé de gloire et d'années, fit don de sa personne à la France pour atténuer son malheur est une belle image d'Epinal. Mais on oublie une chose : que Pétain représente d'abord une politique dont il a revendiqué la responsabifité : « Cette politique est mienne, Les ministres ne sont responsables que devant moi. C'est moi seul que l'Histoire jugera. " (Message du 30 octobre 1940.) C'est pour cela qu'aujourd'hui la tenta· tive de réhabilitation de Pétain est en réalité une tentative de réhabilitation de toute la politique de trahison de Vichy. Une Assemblée menacée et apeurée a délégUé au maréchal, en juillet 1940, le pouvoir constituant. Lui s'attribue, de sa propre autorité la totalité du pouvoir gouvernemental et législatif. cc li nomme et révoque les ministres, qui ne sont responsables que devant lui. Il exerce le pouvoir législatif en Conseil des Ministres. " (Ac· tes constitutionnels N°' 1 et 2). Il com· mente : cc L'autorité ne vient plus d'en bas. Elle est proprement celle que je confère et délègue. " (12 août 41.) C'est l'exacte négation de la Déclaration des Droits : cc Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Na· tion. Nul corps, nul individu, ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressement. » L' " Etat français » est l'image renver· sée de l'Etat républicain. Nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi antérieure au délit : c'est, depuis cent cinquante ans, "axiome du droit français. L'acte constitu· tionnel N" 5, instituant la Cour Suprême de Justice, proclame « L'action publique se prescrit par dix ans à dater de la perpétration des faits, même si ceux-ci sont antérieurs à la promulgation de la présente loi. " Pétain d'a illeurs se méfie de ses propres juges. Par l'acte constitutionnel N° 7, il s'érige juge suprême : il pourra édicter lui-même des pénalités illimitées contre les ministres et hauts fonctionnaires du présent et du passé. Les pouvoirs législa· tif, exécutif et judiciaire viennent se con· fondre en sa personne. Les neutres observent et commentent. « L'ancienne déclaration des droits se trou- Un article de Jean PIERRE· BLOCH A ncien Ministre ve abrogée du fait qu'on se servira, en réalité, de lettres de cachet (en françaiS dans le texte) pour se débarrasser de toute opposition ", écrit l'amiral Leahy. l'ambassadeur W. Bullit s'étonne : « Ce qui se dégage de ces conversations, c'est l'impression extraordinaire que les dirigeants français veulent faire table rase de tout ce que la France a représenté au cours des deux dernières générations. " sens ", comme le prouvent les exemples espagnols, italien , allemand. L'ON ne cesse de nous répéter que l'attitude de l'ex-Maréchal, loin de répondre à ses sentiments, n'était qu'un trompe·I'oeil pour donner le change aux Allemands sur la lutte sourde qu'il menait au vainqueur. A quoi il est facile de répondre que c'était bien plutôt renforcer sa position qu'instituer un tribunal invité à déclarer le gouvernement françaiS responsable du passage de l'état de paix à l'état de guerre. Ce sont les termes mêmes du décret instituant la Cour de Riom . A plus forte raison, que penser d'un chef d'Etat s'instituant lui·même juge unique pour ' condamner à la détention Léon Blum, Paul Reynaud, Georges Mandel et les laissant internés à la disposition des Allemands le Jour où ceux·ci occuperaient tout le territoire ? Que dire également des deux chefs socialistes allemands réfugiés en France que Pétain livra sans hésiter à Hitler? ou du chef socialiste Pietro Nenni, arrêté à Vichy et livré à Mussolini? M. Pierre-Bloch prête serment au procès Pétain. (Cette photo prouve que, contrairement à ce qu'a dit M. Delattre, les jurés parlementaires prêtent serment comme les autres ~ " Messagers du Maréchal ", Cercles Légion des Combattants, célèbrent l'Ordre Nouveau, qui, aux principes « rigoureusement vides de sens » de la démocratie - liberté ,égalité, fraternité - substitue des principes « diamétralement opposés " - responsabilité, autorité, hiérarchie - « réalités solides et même réalités de bon On passe sous silence, dans ce plaidoyer fait à grand renfort de publicité, la création des sections spéCiales tout exprès pour envoyer les suspects à la guillotine. On !le garde bien de parler de l'action de Pétain livrant sans hésiter les juifs, 1----------------------_____________________ parmi lesquels un de ses anciens officiers ----------------.d'Etat.Major. Et l'on se rappelle que ·Ie même journal ayant tenté de démontrer propos 'du «choc des races» que Pétain avait protégé les juifs s'était attiré un cinglant et méprisant démenti du Grand Rabbin de France Jacob Kaplan. Lutte sourde contre l'occupant ? Nous n'avons pas oublié le message du 25 décembre 1943 où tandis que, d'accord avec Vichy, les agents nazis vidaient nos champs et nos usines de tout ce qu'il y avait d'hommes valides, Pétain, de cette voix nasillarde qui aurait fait la joie des chansonniers à une époque normale, s'adressant aux ouvriers ainsi déportéS pour remplacer ceux qu'Hitler mobilisait contre nous, ne craignait pas de leur dire : « Ayez sans cesse présente à l'esprit cette certitude que vous travaillez pour la France ". . sur le racisme dans le monde un numéro plein pas compétent pour en discuter tous les . plus ou moins tel ou tel article, il reste que VIgueur les horreurs de l'hitlérisme et celles de la sentir en Alabama ou en Afrique du Sud le souffle bète immonde ". races », dont les confusioraces, les chyprioraces, les et Cadit ? Voilà conclure que

il suffit

quels « l'homme de droite », vieille méà forger ire que re ensuite. es Yau de l'homme de s caractéste, qu'il soit ou de droite, Ilne race supéraces inférieumt à « l'hom~ ir les hommes Il'il existe des être ajoutera- PAR Jacqueline MARCHAND t-il que les métis sont nombreux, qu'on passe insensiblement du noir au blanc par toutes les nuances du café au lait ; que pour un Japonais, il n'y a nulle différel1ce entre un blanc juif et un blanc non juif: que le brassages sont de règle et qu'il est peu d'individus purs de tout mélange: il n'en reconnaîtra pas m,,:·';' que le nègre a droit à sa négritude, dans l'exacte mesure où il y tient, comme le juif à son judaïsme, encore qu'ici la tradition à base religieuse importe plus que la race proprement di te. Mais M. Peyrefitte ne croit pas au brassage des races'. Il estime que le métissage n'est possible qu'au cas où les cc races nouvelles» - et l'exemple qu'il donne est celui des Siciliens aux EtatsUnis - arr ivent « par petits paquets ». Et il ajoute: « Une mayonnaise ne prend que si l'on verse l'huile goutte à goutte; essayez de mélanger d'emblée les oeufs et l'huile, vous bras :erez sans jamais lier. » Comparaison n'est pas raison: celle-ci prouve seulement que M. Peyrefitte n:a jamais essayé de faire une mayonnaise avec un robot-Marie. Qui niera qu'il ' est plus facile de fondre entre eux des peuples qui sont proches par la physiologie et la culture, que des peuples très' différents ? Personne. Mais le problème des races n'a rien à voir ici. A quoi tient donc cette confusion constante entre la notion de pettple et celle de race, confusion doublée d'une autre, aussi étrang-e, entre la race et la C'ulture r Ne serait-ce pas que M. Peyrefitte tient avant tout à souligner que « l'affrontement des Européens et des Afro-Asiatiaues, qui a été, qui est encore l'aspect le plus voyant des conflits coloniaux, ne doit pas être mis au compte du capitalisme occidental » ? On lui accordera volontiers que les problèmes coloniaux ne sont « qu'un aspect » du racisme ; mais non pas que les « conflits psychologiques et sociaux de l'épOQue coloniale ne s'expliquent pas essentiellement par l'appât du gain et par un rapport de forces économiques ». Disculper le capitalisme de ses responsabilités dans le domai ne raciste, n'estce pas le but .poursuivi ? Il ne me s:emble pas pourtant que les problèmes aient tellement changé d'aspect, depuis le temps où Montesquieu constatait, avec un humour féroce, que « le sucre sel'ait trop cher s'i on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves ». Considérer une race comme inférieure parce qu'on trouve son intérêt à l'exploiter, c'est se donner à bon marché bonne conscience: c'est le raisonnement du filateur australien mis en scène par Vercors dans « Zoo », Sans doute la question a pris quelquefois des aspects plus complexes; le nazisme a con idéré le juif non pas comme un esclave à faire travailler, mais comme un adversaire à tuer pour le dépouiller, ou comme un bouc-émissaire sur qui détourner la colère de ceux qui n'ont rien; mais le « rapport de forces économiques » demeure fondamental.. M. Peyrefitte constate avec raison que « l'intép"ration cie la communauté musulmane » un moment prônée par les Européens d'Algérie était une fourberie ou une naïveté. Toute « assimilation » forcée n'est pas meilleure, qu'elle soit tentée de peuple à peuple - je pense à la germanisation des Slaves dans l'ancien empire austro-hongl'ois - ou de race à race, en admettant qu'elle puis'se ne pas être une tentative, plus hypocrite seulement, de domination. Mais ne se contredit-il pas lui-même quand il affirme que la race est « une réalité sociologique, fondamentale, irréductible, insurmontable », après avoir déclaré qu'elle se caractérise par « une plus ou moins grande apti tucle colkctive à la civilisation technicienne » ? La montagne accouche d'une souris. On peut remarquer cI'ailleurs que cette définition de la race réintroduit la notion de hiérarchie entre les races, à laq uelle le non-raciste se refuse. Mais cette aptitude collective, clont M. Peyrefitte dit qu'elle est peu de chose au regard

  • Suite page 9.

(1) Encore trouverait-on cles racistes honteux cie leur race ... On pourraIt ajouter tous les documents que nous avons eu entre les mains depuis la fin du procès Pétain. Ils sont accablants, ils montrent d'une manière incontestable que c'est sur l'ordre de Pétain que des malheureux soldats françaiS se sont faits tuer en Algérie, au Maroc par les Américains et les Anglais au lieu de se rallier à eux. Le livre qui vient de sortir sur le débarquement en Afrique du Nord le démontre d'une manière totale et on demeure confondu des réactions de Pétain lorsqu 'il a appris le débarquement en Afrique du Nord. L'Afrique accueille ses libérateurs à coups de fusils. La flotte sombre sans pouvoir combattre. Un imbécile offrait la Tunisie aux Allemands. Voilà ce que montre C!I'une manière irréfutable les nouveaux documents que nous avons en mains. Les républicains sans distinction de tendances comme toute la Résistance diront " non » à toutes tentatives de réhabilitation de Pétain . Le transfert de Pétain à Douaumont, c'est un pas de plus sur la route du fascisme et des fours crématoires. Tant que nous serons vivants, nous , les rescapés, nous ne permettrons pas CE!tt~ Imposture. . 8 -------------------------------------------------------------------------------------,----- Au GALA du M.R.A.P. Hanna MEGOURI-COHEN En 1948, elle émigre d'Aden, son lieu de naissance, en Is· raël où pendant douze ans, elle fera partie du groupe « INBAL », troupe israëlien· ne yéménite qui s'est produite en 1962, à Paris, dans le cadre du Théâtre des Nations. Depuis lors, elle vit en France avec son mari qui étu· die l'art des décors scéni· ques et est bien placé pour comprendre et dessiner les costumes de scène de Hanna Mégouri·Cohen. Le gala du MRAP, le 22 no· vembre, sera le second spec. tacle à Paris où elle présentera sa propre troupe de bal· lets folkloriques israëliens. « Minute (Suite de la page 7) qui s'e'fforcent sciemment de susciter le racisme, qu'il faut, à chaque occasion, rétablir les faits dans leur vérité. Un examen objectif amène à des réflexions que l'on pourrait résumer, ainsi en quelques phrases: 1. On ne peut évidemment nier qu'il y a parmi les Algériens, comme dans n'importe quel groupe humain, des criminels, des voyous, des malhonnêtes. Ils constituent, comme dans tous les autres cas, une minorité condamnée par l'ensemble du groupe. C'est le racisme d'une certaine presse qui contribue à créer de la suspiscion à l'égard des Algériens. Même si parmi les crimes commis en France dans une année, l'immense majorité sont le fait de Français « bien de chez nous )), cette presse s'emploie, chaque fois qu'un Algérien est coupable, à souligner son origine dans de gros titres, alors que l'origine des autres criminels ne donne lieu, bien sûr, à aucune généralisation. Au besoin, cette même presse accuse un Algérien avant même que le coupable soit connu : cela s'est produit lors de plusieurs crimes spectaculaires, récemment encore. Même si, par la suite, un démenti est publié (moins visible que l'accusation) le poison aura été néanmoins inoculé par le lecteur, la psychose anti-algérienne aura été renforcée. ,cette même presse enfin se garde bien, inversement, de mettre en relief les actes, les faits divers qui pourraient susciter la sympathie à l'égard des Algériens. 2. Parmi les Algeriens comme dans tous les groupes, la criminalité est liée essentiellement aux conditions de vie. Non seulement on ne fait pratiquement rien pour créer dans le travail, le logement, la vie sociale des Algériens un climat plus humain, mais on omet de faire connaître et d'expliquer leur triste situation. Ainsi, « Minute » et d'autres journaux, présentant des hommes mal habillés, misérables, qui préfèrent la rue à leurs chambres sans confort, veulent susciter à leur égard la méfiance, alors que le mouvement naturel devrait être la compréhension et la solidarité. On « oublie )) trop souvent que la misère, le chômage, la maladie, l'analphabétisme sur lesquels insistent les racistes sont les fruits d'un régime colonial dont certains continuent à vanter les « bienfaits ». Pour limiter les délits dans un groupe déterminé, il ne sert à rien de crier hypocritement au scandale. Le problème est social. Il faut supprimer les bidonvilles. Il Plus dè difficultés encore pour les étudiants « de couleur » ••• Où se loger? Où travailler? ILs sont près de 20.000 chaque année qui arrivent du Sénégal, du Cameroun, d'Algérie, du Maroc, de l'Afrique entière, du MoyenOrient, de l'Asie, pour étudier dans nos universités. Le passé et le rayonnement de sa culture ont fait de la France l'un des plus grands centres internationaux universitaires. Que fait-on, de quoi dispose-t-on pour faire face à cette arrivée massive d'étudiants? Souvent, ces jeunes étrangers, sans famHle, ni ami en France, se trouvent isolés, abandonnés à eux-mêmes, disposant la plupart du temps de ressources plus que modestes dans un monde sinon hostile, du moins indifférent. Pour beaucoup d'entre eux, d'inadmissibles manifestations de racisme s'ajoutent aux difficultés spécifiques à leur condition d'étranger (permis de séjour, équivalence de di-plôme), et aux problèmes communs à tous les étudiants français : manque de locaux, logement difficile, queues dans les restaurants, nécessité du travail temporaire pour subvenir aux études. Une faible partie Dans la recherche d'un logement, plusieurs voies s'offrent à eux, selon qu'ils sont boursiers ou non. Les titulaires d'une bourse attribuée par leur propre pays ou par la France, dans le cadre de la coopération teChnique ou de l'enseignement, ont recours au Centre National des OEuvres (C.N.O.), qui s'occupent des prOblèmes matériels des étudiants (logement, restaurant). La réservation, par cette voie, de chambres dans les cités universitaires ne permet de loger qu'une faible partie de l'effectif, soit, pour donner un exem· pIe, environ 15 % des Africains dans toute la France et 35 % des Nord-Africains sur le plan parisien. Il existe en outre à Paris, un certain nombre d'hôtels nationaux africains que » récidive faut cesser de traiter ces hommes en parias. Il faut en finir avec le racisme qui les isole et peut susciter chez eux des réactions, bien explicables d'agressivité. Si « Minute » (et ses pareils) étaient sincères, s'ils voulaient effectivement diminuer une cri· minalité - dont ils exagèrent outrageusement l'ampleur - voilà les solutions qu'ils préconiseraient. La vraie menace 3. Mais ce qu'il faut sans relâche souligner c'est que pour quelques Algériens peu recommandables (qui méritent le même sort que les Français de même acabit) il y a, en France, une masse de travailleurs originaires d'Algérie, dont le dur labeur est indispensable à notre économie. Ces hommes modestes, à la vie laborieuse, dont la sueur crée la richesse, qui travaillent chaque jour aux côtés de leurs camarades français, « Minute» et ses semblables n'en parlent jamais. Les rédacteurs de cette feuille raciste ne les voient sans doute pas, le matin, quand, au premier métro, ils se rendent vers les usines de prodUits chimiques, les chantiers du bâtiment, les rues de nos villes où ils piochent, bétonnent et goudronnent ... Les tâches les plus pénibles leur sont imparties, pour les salaires les plus bas, et ils se retirent, le soir, dans leurs taudis pour tenter de recouvrer les forces qui leur permettront de recommencer le lendemain. La voilà bien l' « effroyable menace» que fait peser sur notre pays Il cette armée sombre » dont parle « Minute » ! La vraie menace, estiment les démocrates, elle réside dans les campagnes racistes. Combattre ces écrits scandaleux, en exiger l'interdiction, c'est pour l'ensemble des Prançais une question d'honneur, mais aussi de sauvegarde. Car le racisme - on en a ici la confirmation - en même temps qu'il défie la raison, atrophie la sensibilité, détruit les simples sentiments humains. C'est à ce titre, en premier lieu, qu'il est préjudiciable à ceux-là mêmes qui le pratiquent, à ceux qui, par les effets de cette grossière mystification, deviendront les victimes des diversions, des divisions, des passions que le racisme a pour objet d'entretenir. Quant aux mystificateurs, c'est un devoir, pour les pouvoirs publics, de les mettre, avec fermeté, hors d'état de nuire. Nous en reparlerons. A. L. chaque Etat gère lui--même par l'intermédiaire de son ambassade ou de sa légation : la résidence Poniatowski, l'hôtel des étudiants de Haute-volta, du Congo, etc., soit quatre cent dix-sept chambres. Les étudiants boursiers des Etats de la Com~unauté peuvent encore être pris en Charge par l'Office de Coopération et d'Accueil Universitaire qui dispose de foyers et d'appartements à loyer modéré (350 HLM répartis dans la banlieue parisienne) pour les familles. Une de ces mentions restrictives ... Et tous les autres étudiants, ceux qui ont une bourse mais qui n'ont pas trouvé de place, ceux qui n 'ont pas de bourse, ceux qui arrivent des Antilles, de la Réunion, de la Guyane et dont l'admînission en cités est soumise aux critères communément appliqUés à l'ensemble des étudiants français, que deviennentils ? Ils n'ont d'autre ressource que de s'i'nscrire au COPAR (Centre des OEuvres Parisiennes), dans les différents CRO (Centre Régionaux des OEuvres) de province, qui reçOivent les offres de logement chez les particuliers ou encore de trouver à se loger par leurs propres moyens. La plupart du temps, l'habitation dans les H.L.M. apparaît comme une bonne solution (que les lenteurs de la construction rendent fort aléatoire), car elle permet aux étudiants étrangers de vivre au contact des Fraoçais et dans des conditions analogues. Il arrive parfois, évidemment, qu'Us aient affaire à des voisins imprégnés de préjugés : les différences d'habitudes, de mode de vie, inhérentes à la qualité d'étranger, mais aussi d'étudiant ont suscité, dans quelques cas, des incidents regrettables, qui ont pris malheureusement, une tournure raciale. Mais le problème du racisme se présente de façon beaucoup plUs aiguë dans le cas des chambres chez le particulier. Dès l'abord, celui-ci a le droit de mentionner ses préférences qui sont enregistrées selon un code établi par les services du COPAR : pas de Noir, pas de Nord-Africain, pas d'Etranger, Français seulement, Français Métropolitains. « 80 % des adresses fournies par le COPAR pré~;entent une de ces mentions restrictives » m'a déclaré un dirigeant de l'AEMNAE (Association des Etudiants Musulmans Nord-Africains) qui, cher. chant une chambre, avait consulté ces listes. Tous les logeurs ne savent pas qu'ils peuvent préciser leur « choix ». Et l'étudiant de couleur est alors victime de ces réactions « épidermiques » qui cachent un racisme parfOis inconscient, mais tenace. On les compte par dizaines, les Martiniquais, les Algériens, les Nigériens, qui en toute candeur au début, puiS avec beaucoup plus de Circonspection, se précipitent à telle ou telle adresse, portés par l'espoir fou d'être enfin logés, pour s'entendre dire : « Oh ! comme c'est dommage, je viens de louer il y a juste une heure ! » S'il a un trop plein de temps et d'énergie à dépenser, l'étudiant peut facilement contrôler qu'H n 'en est rien, mais que son interlocuteur, gêné malgré tout, a recouvert d'hypocrisie et de mensonge ses sentiments racistes. D'autres encore qui ont le souci de leurs intérêts, acceptent l'étudiant mais en augmentant considérablement le prix de la chambre. Le logeur, qui refuse l'étudi-ant de couleur, est pourtant assuré de trouver preneur, la demande étant intarissable. Au fond, en lui laissant choisir l'origine de son futur' locataire, on « officialise » son racisme et on l'encourage dans cette voie. Ne -serait-il pas possible, au contraire, de lui faire comprendre l'absurdité de telles discriminations ? Le tllavail « noir » ... pour les blancs Le logement est à coup sûr le problème numéro un des étudiants étrangers. Il leur faut pourtant vivre, payer leurs repas, leurs livres, une séance de cinéma, de, temps à autre. Ils se livrent donc à ce qu'on appelle le « travail noir », surtout s' ils ne sont pas boursiers. A cet effet, a été créé un Service officiel de placement, au 13, de la rue du Four. Diverses expériences vécues par des Africains, des Antillais, des Asiatiques prouvent que bien souvent les employés de ce Service n'examinent pas leur cas avec le sérieux, l'attention nécessaire lorsqu'il s'agit de gens, qui souffrent déjà du dépaysement consécutif à leur exil momen·ané, et obligés de s'adapter à un milieu tout à fait étranger. « Le 8 septembre à sept heures et demie, le matin, raconte un étudiant camerounais, je suis arrivé au 13, rue du Four. Il y avait déjà 30 personnes dont les deux tiers étaient den étrangers. A 9 h., mon tour arrive et j'entre dans la piéce où travaillent trois employés' (deux hommes et une femme) du Ministère du Travail. je m'entends aussitôt déclarer : « Pas de travail, c'est fini » et ceci sans que l'ont ait pl'Ï" connaissance de mon dossier et par conséquent du travail que je recherchais. « J'ai constaté qu'à peine une minute était consacrée aux postulants africains »., n faut signaler aussi que fort souvent les meilleurs emplois sont réservés aux Blancs. Ainsi, il y a quelques mois, deux amis, un Blanc et un Noir, diplômés tous deux de l'Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales CE.S.S.E.C' cherchaient du travail pour la période d'été, de préférence un stage dans une administrati-on pour ne pas sortir du cadre de leurs étudei. A l'étudiant africain fut offerte une place de manutentionnaire à Panb1n alors qu'il habitait Antony ; l'étudiant blanc se vit attribuer le poste d'adjomt d'un administrateur en vacances. Ainsi à qualification égale, c'est le Blanc qui fut favorisé. S'opposer à de telles méthodes L'UNEF s'est émue de cette situation et a cherché à établir un dossier avec l'aide du BUS et du COPAR qui serait envoyé au Ministère du Travail et répercuté ensuite au niveau des inspecteurs du Travail. Mais aussi bien dans le domaine du . logement que dans celui du trava.\.l temporaire des étudiants de couleur, une telle enquête s 'est avérée très difficile. Quant aux solutions, elles dépendent essentiellement deS directives des pouvoirs publics concernant l'attitude à. prendre envers d'une part les employeuN e1Jo les logeurs racistes, d'autre part les étudiants de couteur sollicitant une chambre ou un emploi. Mais pour beaucoup, la nécessité de telles directives n'est pas établie, car, comme on dit : ({ ,En France, il n'y a pas de racisme ». En attendant qu'une véritable législation antiraciste soit réellement appliquée. on n'enregistre que des initiatives isolées ou émanant d'organisations diverses. Marguerite KAGAN. Un objet de honte et de déception Le communiqué suivant a été rendu public au début de novembre : LE problème du logement étudiant prend, d'année en année, une ampleur considérable. Les efforts des pOUVOirs publics restent à des niveau bien inférieurs aux nécessités les plus abso· lues. Le recours aux meublés est donc toujours plus indispensable avec toutes les difficulté, afférentes, rareté, inconfort, cherté, amplifiées d'année en année. Ce problème, commun à tous les étudiants, prend pour les étudiants étran· gers, pour ceux originaires des pays afri· cains, arabes et asiatiques, en particulier, une acuité encore plun vive. Ces étudiants se trouvcnt confrontés au problème des préjugés et de la discrimination raciale, que chacun aurait pu craire inexistant en France, et qui pour· tant, se trouve à nouveau posé à chaque rentrée universitaire. Sous des formes larvéC)" touchant de façon difficilement comptabilisable, ces étudiants venus en France faire leurs études avec leurs camarades français, cette manifestation de racisme el1t un objet de honte pour les Français, et un objet de prOfonde déception pour les étrangers. Chacun sait combien ces préjugés sont dépourvus de fondement. Ils ne peuvent qu'apparaître comme des séquelll!l' d'un etat d' esprit lié au système colonial aujourd'hui dépassé et condamné. S'adressant au bon sens de chacun, Jes organisations 'signataires font appel aux logeurs et à l'ensemble des citoyens pour s'opposer à de telles méthodes qui nuisent à la tradition de solidarité hu. maine du peuple françaÎ'" à l'amitié et à la fraternité entre tous les peuples. Paris, le 29 octobre 19601 Union Nationale des Etudiants de France

Fédération des Etudiants d'Afrique Noire en France; Association Générale des Etudiants Mar. tiniquais ; Asnociation des Etudiants d'origine Malgache

Association des Etudiants Syriens en France; Association des Etudiants Guyanais Groupe d'Etudiants Vietnamiens ; Mouvement contre le Racisme, l'Anti.,é· mitisme et pour la Paix (M,R.A.P.). 1& - - - • 13 décembre: Réunion du Conseil Nati-onal déposées par trois groupes différents de députés, à l'Assemblée Nationale.

9 Le 22 novembre Salle Pleyel: l.a prochaine session du Conseil National du M.R.A.P. aura lieu le dimallche 13 décembre et se tiendra dans une salle de la Ligue de l'Enseignement, 3, rue Récamier, Paris VIle (Métro: Sèvres-Babylone ). A la Foire annueile de Champigny, les 7 et 8 novembre, un stand du M.R.A.P. avait été installé par les membres du comité local. Dans l'après-midi du dimanche , le président Pierre Paraf est ' venu signer son dernier livre « Le racisme dans le monde ". L'ordre du jour est le suivant: 1. La lutte contre la prescription des crimes nazis; ?. La préparation de la prochaine Journée Nationale; Notre ami Léonard Sainville, membre du Bureau National a également dédicacé plusieurs de ses ouvrages. 3. Les moyens propres à étendre le rayonnement de l'action et des idée, du M.R.A.P. Deux séances sont prévues: de 9 h . 30 à 12 h. 30 et de 14 heures à li) heures. Vente-signature dans le 9" arrondissement - Brillante soirée antiraciste à Bordeaux Un nombre ux public se pressait mercredi 28 octobre, en soirée, à l'Intendance, il l'occasion de la so rtie du film « One Potato two Potato ", patronné par le comité dépa rtemental du M.RAP. Cette salle d'essai à laqu el le on doit la présentation de films sélectionnés avait donc à accueillir les spectateurs que le problème du racisme préoccupe. Ce n'est pas sans raison que les étudiants let nombre d'étudiants de couleur) , des éducateurs, consti tuaient une grande partie de l'ass istance. Un certain nombre de personnalités étaient présentes : M. Leblond, chargé de mission au cabinet préfectoral, et Madame

M. Lem, conseiller municipal dé légué

représentant M. Chaban-Delmas ; le représentant de M. l'Inspecteur d'Académie , les délégués des associations d'étudiants ; M. Grog, secrétaire du Comité de Liaison de la Résistance et Madame ; le professeur Weill, de la Facu lté des Sciences et Madame ; M. Gizard, de l'A.N.A.C.R. ; le Dr Stendel, MM. Mauran , Drouet, Slitinsky. Renard, Loustalet, Mlle Barthe, du M.RAP. NOS PEINES C'est avec douleur que nous avons appris la mort de M. Félix BRUN. 1 nterné poli tique, chevalier de la Légion d'Honneur, officier du Mérite Combattant, il était président de rA.R.A.C. et 1'ice-pr ésident de l'U.F.A.C. A de multiples repr'ises, M. Félix Brun s'était associé aux mani fes tations et à l'action du M.R.A,P_ Nous adressons à Mme Félix Brun et à t,oute sa famille, l'expression de nos sincères condoléances.

  • Nlltre ami, M. Simon FINKELSTEIN,

a cu la douleur de perdre sa femme. Dans cette pénible ci rconstance, nous lui exprimons à lui et à toute sa famille, notre entière sympathie ct nos sincères condoléances. ~OS J OIES Nous avons appr'ÎS avec JOie la naisance de la petite Stéphane KATZ, fille de nos amis liuguette ct · Gilles Katz, directeur de la Société de Distribution Cinématographique « Pleins Feux sur le Monde et les Hommes ». Nos cordiales félicita tions ei nos voeux les meilleurs. Le ({ choc des races » (Suite de la page centrale) des ~'iècles, et que l'avance d'une « race » sur ce point ne pose guère à. l'échelle des g-alaxies, c'est elle qui fon .. derait cette différence « irréductible » ? Ne voyons-nous pas tous les jours les progrès que peuvent faire les collectités dans ce dorfiaine ? Que devient alors cette réalité « insurmontable » ? Certe~;, il y a entre les peuples des différences d'ordre racial. Ce n'est pas en les niant qu'on se défendra du racisme. Albert Memmi Je reconnaît dans ce même numéro de La Nef: « Le racisme, dit-il, es~ la valorisation, générali sée et définitive, de différences, réelles Ott imaginaires. au profit de l'accuateur et au détriment de sa victime, afin de justifier ses privilèg-es ou son agression. » La race peut être une réalité, le racisme n'est jamais qu'un moyen, un moyen de domination, fondamentalement, primitivement économique. N'est-ce pas surtout ce caractère que M. Peyrefitte se refuse à reconnaître ? Et n'est-il pas décevant de voir La Nef donner une pareille conclusion à tant de pages lucides et courageuses' ? Jacqueline MARCHAND. - - On remarquait également les représen · ta nts de la L.I .C.A. , de la Fédération des Déportés et des Syndicats, des membres de l'Université. C'est le père Hervé Chaigne, de l'Ordre des Franciscains, qui, présenta à la fois le film et l'action généreuse menée par le M.R.A.P. et les homl1,es de bonne volonté . Son intervention d'une haute élévation de pensée constituait une solennelle affirmative des droits de l'homme face aux discriminations qui sévissent dans le monde, vingt ans après Dachau. Le Comité du M.R.A.P. du IX' arrondissement a eu l'heureuse initiative de faire une exposition sur le racisme dans une~vi7 trine de la Librairie Climats (43, rue de Clichy) , que Mme Salomon a très .aimablement mise à la disposition de nos amis. Des photos , des journaux, des brochures, des livres, la médaille d:Anne Franck illustrent le3 différents aspects du racisme parfaitement dépeints et expliqués par le président Pierre Paraf, dans son dernier ouvrage « Le racisme dans le monde » (Payot). 1 Adhésions et renseignements : écrire à Robert ROCCA M. Felsenhard , 3, rue Ravez à Bordeaux. Le comité de Champigny va de l'avant ... Cette exposition mise en place le 5 novembre, prendra fin le samedi 14 novembre. Dans l'a près-midi du 14 novembre (16 heures) , Pierre Paraf signera son livre pour tous nos amis qui voudront s'en rendre acquéreurs. Chanson,nier, auteur dra· matique, comédien, Robert Rocca a écrit quelques 5.000 chansons et presque autant de sketches et d'articles_ A Champigny, le vendredi 30 octobre, le dynamique comité local du M.R.A.P. a organisé une soirée cinématographique au cours de laque lle fut projeté le film de Christian-Jaque : « Si tous les gars du monde " que présenta Roger Maria , membre du Bureau National. A la tribune se trouva ient de nombreuses personnalités re présentant la municip1 lité et les différents partis et groupements de Champigny, sans distinction de tendances . L'initiative du comité du IX' n'est pas restée sans suites, puisque d'ores et déjà , une exposition et une vente semblables sont prévues dans une librairie du XVI' arrond issement. Un comité étudiant est né Un comité étudiant du M.R.A.P. vient de naître. Au cours d'une prem ière réunion, un programme d'activités a été mis au point. Sa réalisation va prochainement donner, nous n'en doutons pas, d'heu reux résultats. Il est l'auteur de l'adaptation théâtrale d' « Un certain Monsieur Blot » d'après Pierre Daninos pour le Théâtre Gra.mont, mise en scène par René Dupuy. Il a animé d'innombrables émissions radiophoniques et télévisées : nul n'a oublié l'irrésistible humour de « La Boîte à Sel » qui fut finalement interdite en raison sans doute du franc-parler des réalisateurs. Son numéro - qu'il présentera au gala du MRAP - ~st une sorte de kaléidoscope où se mêlent la poésie, le pamphlet, la drôlerie, le burlesque et le trait satirique. Une vi ngtaine de nouvelles adhésions furent enreg istrées et confirmèrent le succès de la réu nion, à l'issue de laque lle une r~so~ ution fut adoptée, demandant en part iculier le vote des propositions de lois antiracistes, élaborées par le M.R.A.P. et Souhaitons bonne chance à ces jeunes militants antiracistes, nouveaux venus dans notre Mouvement. (Ad hésion au M.R. A.P., 30, rue des Jeûneurs). POURQUOI GOLDWATER ? ... J'ai été très surpris du ton de votre article : « Goldwater, un Tarzan poujadiste » qui sacrifie beaucoup aux aspects folkloriques de la candidature Gol'dwater. Les nombreux amis américains ou français revenant des U.S.A. avec lesquels j'ai pu parler ces derniers temps m'ont paru plus i,nquiets de la formation d'une opinion d'extrême droite vigoureuse. Que ses chances aux élections soient nulles, c'est un fait, ce sera même sans doute la première fois qu'un candidat l'emportera si nettement sUr l'autre de ·t.oute l'histoire des U.S.A., mais il ne faut pas oublier que, même alors, Goldwater aura été et continuera pendant un certain temps d'être le pôle de regroupement des extrémistes de droite aux U.S.A. (John Birch Society, Ku-Klux-Klan, etc.) et aiUeurs ( Georges Bidault l'approuve dans un éditorial, une asociation des amis de Goldwater est créée en France ... ). Il enrôlera sous la bannière du racisme et de la démagogie qui le caractérise ... Le plus dangereux, c'est que ces électeurs qui voteront pour lui ne sont pas forcément comme vous avez écrit : « des nostalgiques de la guerre, des racistes, et plus simplement encore, des imbéciles pour qui tout raisonnement cohérent est à coup sûr un t raquenard communiste ». Pour beaucoup d'Américai,ns, voter Goldwater, ce n'est pas soutenir l'ensemble de son programme électoral, c'est suivant ,. le .cas appuyer son vote contre les lois antiraciales, c'est soutenir ses déclarations contre la coexistence pacifique (ainsi de nombreux ouvriers des usines travaillant pour le compte du budget militaire veulent éviter le chômage ... ). Faut-i,l encore ajouter tous les républicains qui voteront par discipline ou par habitude et tous ceux enfin (les femmes surtout qui tiennent la place que l'on sait dans les élections présidentielles américaines) qui se seront laissés prendre au piège de la remarquable machine poli, tique de Goldwater. Son usine politique est aux dires de tous un modèle, ainsi d'ailleurs qu'une plaquette éditée en son soutien et qui constitue un petit chef-d'oeuvre de propagande « personnalisée » ..• Autre prOblème qui n'a été qu'évoque : pourquoi Goldwater a-t-il reçu l'investiture du Parti Républicain aux électi,ons primaires? Si nous avons pu assister aux défections de plusieurs journaux et revues traditionnellement républicains, et si Scranton a tenté avec quelques- uns de s'occuper à cette investiture, quelles sont donc ses forces de soutien? Qui dans les milieux d'affai,res et politiques à intérêt à la création aux U.S.A. d'une opinion extrémiste qui fait déjà pression fortement sur la Maison Blan- Che? . Bien au delà des ~!.8Ctions présidentielles, c'est l~' renaissance et le développement d'un courant dépassé mais toujours vivave qui se joue. François LECLERC Paris_ UNE REACTION Je me vo!,s aujourd'hui dans l'obligation de vous présenter ma démission de membre du M.R.A.P., n'étant pas d'accord avec vous sur un certain nombre de points, et particulièrement l'orientation politique nettement définie que vous donnez au mouvement qui, d'antiraciste, devient un mouvement de « gauche ». Je n'en veux pour exemple que l'article récemment paru dans « Droit et L~berté » condamnant le sénateur Goldwater. Dois-je vous dire que certaines personnes, au nombre desquelles je compte, ne sont pas obligées d'applaudir à l'étatisation progressive de l'économie qui signifie en fait la perte des intérèts fondamentaux des hommes et de leur liberté, tout simplement? Or, quels que puissent être ses défauts par ai,lleurs (encore cè point mériterait-il d'être discuté), le sénateur Goldwater représente une réaction contre cet état de choses, et je m'en félicite. Michel MAROTTE, Pau. SANS RELACHE Veuillez m'excuser pour le retard apporté au règlement des Bons de Soutien que vous m'avez adressés, mais étant dans les affaires, en cette entrée de saison, j'étais fort occupé et, à vrai dire, je n'ai pas pensé à vous régler. Ci-joint, chèque de 20 fr. en règlement de vos deuXi carnets de Bons. Ceci étant clos, j'i,nsiste pour que vous adressiez le journal aux personnes indiquées sur les souches dc,] Bons. Ceci peutêtre en vue d'abonnements futurs. Malgré l'indifférence de mon entourage concernant les graves prOblèmes de l'heure, et dont vous traitez dans « Droit et pberté », j'invite tous les responsables du Mouvement à continuer le bon combat, sans relâche et sans faiblesse pour le respect de l'homme quel qu'il soit; vous avez mon encouragement et celui, j'en suis sûr, cj.e millions de citoyens qui ne peuvent croire à la déchéance de l'âme humaine. Je vous envoie, en terminant ce mot, mes plus sincères et distinguées salutations antiracistes. R_ VELINSKY, Montluçon (Allier)

    • *

G; .. joint, 10 talons de Bons de Soutien. J'espère que vous en recevrez encore beaucoup. Je vous souhaite de tout coeur le succès que vous méritez et que tous les antiracistes souhaitent. II y a beaucoup à faire encor. e. C'est une longue tâche, malS nouf,' avançons et un jour le soleil brillera. Cordiales salutations antiracistes. Vital SARFATI, Marseille. ..

  • *

Souhaitons ( et aidons dans la faible mesure de nos moyens votre action) que le M.R.A,P. fasse de plus en plus pénétrer l'idée que tous les hommes sont frères. Je vous pri,e de croire, Monsieur le Secrétaire Général, à mes meilleurs souhaits de bon courage. Maurice DELARUE, Varengeville·s-Mer (S.M.)

    • *

Je vous envoie 10 fr. pour le règlement des Bons de Soutien du M.R.A.P. Je suis de tout mon coeur avec votre Mouvement si utile, si humain. Avec mon plus grand regret, je ne peux pas faire plus pour vous soutenir financièrement. Gar je suis un grand malade, ma situation est très modeste. Mes méilleurs sentiments. R_T., Paris 10------------------------------------------------------------------------------------------------------------ BRILLANTS DEBUTS DE LA SAISON &4-&5 Au Gala w w ---.. ft_ - du M.R.A.P. ANDRÉ HAMBOURG UELQUES mois seulement après la « rétrospective » qui draina vers l'hôtel- Q de-ville, cfe Trouville la fo.ule ~es. e~tivants. André Hambourg pr~sente dans' le cadre elegant de la galen e Petndes un chOIX cie ses .oeuvres recentes. . D'emblée une remarque s'impose: la prompte successIOn cie ces deux manifes tations démontre la puissance de travail de l'artiste ; cette fécondité est le reflet même de sa vitalité, de la spon- Anne SYLVESTRE Etudiante en Sorbonne, Anne Sylvestre oublia de s'inscrire à l'examen qui de. vait lui permettre d'obtenir ses premiers certificats de li· cence. tanéité de son inspiration et de son aptitude à composer, à mettre en page comme, aussi bien que son aisance à manier la couleur. Il serait plus juste de parler des nuances. Car la Normandie est leur terre, leur ciel et leur mer d'élection. L'atmosphère vaporeuse, humide, exigeante, rebelle à qui n'a pas l'oeil subtil - celle qui, pour avoir été bien comprise de lui, assura la gloire de Boudin -, le « climat » si finement coloré de la Côte de Grâce, l'envoll tante grisaille des jours pluvieux sur le bassin de la vieille Lieutenance de Honfleur, voilà celui et celle où se manifeste avec la plus cursive virtuosité la facture d'André Hambourg: son adresse à animer, par la présence des baigneurs et plus encore par la course et les ébats de pur-sang nerveux ou de poneys folâtres le sol moui llé de ~' plages normandes. _ A la suite de cet oubli, elle abandonna ses études et fit ses débuts dès 1958, à la. Co· lombe et aux Trois Baudets. De 1959 à 1961, elle passe dans plusieurs cabarets. En 1962, elle obtient le Prix de la Chanson Française et tient l'affiche à Bobino puis à l'Olympia. Et le neintre de Trouville - dont l'alerte et sllr talent veut bien se vouer cet hiver à la décoration du programme du gala que prépare le M.R.A.P. - le peintre des marines de l'estuaire de la Seine n'est pas moins à l'aise pour traduire sur la toile la « 1l1orbidezza » et les grâces pastellisées par la pluie de Venise. La ville des Doges, lumineuse ou non. lui est d'ailleurs très familière; mais' une fois de plus, en réalisant SUl' ce suj et séculairement rebattu. oeuvre personnelle, Hambourg- démontre avec éclat la précellence de l'an figuratif, innombrable en ses traductions personnelles d'une réalité permanente. (Galerie PNridès.) André Hambourg: cc Lcs petits chevaux S Ul' la plag'c » • Trouville 1963. (Photo ::\'[arc Vaux). C'est ce tableau reproduit en couleurs qui illustrera le programme du fala du M.R.A.P., le 22 novembre, à la sallc Pleyel Henry de WAROQUIER au Musée Ingres Elle part en tournée (1963) en Suisse, Belgiqu e, Hollan· de ; elle participe cette an· née là au Festival des Nuits de Beaune. Nul doute que son tour de chant sera très apprécié au gala du MRAP le 22 novem· bre. M ONTAUBAN, ville d'Ingres et de Bourdelle, s'est honorée, cet été, en rendant hommage à l'un des plus grands artistes contemporains, à l'un de ses doyens que, pourtant, son grand âge et l'ancienneté de WINSBERG W INSBEl{G : l'oil'l quelque dix ans, le Prix de .la Jeune Peinture (prix Armand Drouant au bl:11- lant palmarès) révéla le talent de ce jeune pemtre dont chaque manifestation, depuis lors, n'a cessé d'attester l'évolution et la montée vers la maîtrise. Très vite il' dota l'évocation des sortilèges de la Camargue semi-aquatique d'une vigueur de compos~tion, d'une. ~i: chesse de matière égales aux vertus dune senslblltte exactement réceptrice des mystères du delta du Rhône. Son climat poétique, nous le retrouvons pleinement exprimé dans les toiles récentes, qu'elles soient tout en grisaille ou que, plus lumineuses, elles répandent autour d'elles les charmes de la nature provençale. Leur palette fait place main tenant à cles bleus chaleureux qui s~)l1li gnent par ailleurs, non sans quelque vIOlence dramahq'!e, l'âpreté harmonieuse cie paysages d'Espagne ou des Baleares qu'animent les silhouettes de chèvres fantasques. Une fois de plus. en cette belle exposition, Winsberg démontre l'authenticité de sa vigoureuse personnalité. (Gale1'ie . Drouant.) MORGAN-SNELL PEINTRE et SCULPTEUR E 'l'RE ù ce point rebelle aux modes saisonnières. fidè le à l'exemple des plus grands maîtres clas'siques d'Italie, d'Espagne et cie France, c'est-à-dire se ùémontrer apte pleinement à composer de vastes panneaux allégori ques ou religieux, posséder une totale connaissance de l'anatomie, cie la morphologie et du dessin comme du modelé... Ce fut, aux yeux des néolâtres, mais ce restem la grandeur de l'artiste qui, présentement, galerie Bernheim jeune, dans un immens"C panneau commandé par la Ville de Paris pour l'église de la Trinité, comme dans ses huiles, ses gouaches et ses stàtues atteste la vigueur, l'autorité d'un talent exceptionnel

Morgan-Snell.

sa notoriété n'empêchent pas de paraître méconnu. Quelle que soit la technique à laquelle il recourut - jusqu'à la peinture fixée sur verre, via gravure, huile, sculpture, etc ... - ce maître n'a cessé de prodiguer les preuves de la ferveur de sa vie intérieure, de son sens de la grandeur et de l'épopée, jusque dans le paysage où cet amant du minéral inscrit le reflet de son inquiétude et de sa dramaturgie de la vie. De Waroquicr : cc Jérusalem ». Peinture tixée SUI' verre, 1939 LES PRIMITIFS DU XXe SIECLE LA « récession " prévisible - et depuis deux, trois ans et plus. annoncée par le signataire de ces lignes - en ~e .qui co~cerne la pe~nture faussement étiquetée « abstr.aite " en fait « non-figurative ", devait lo~iquement inCiter speculateurs deçus. marchands aventureux et critiques ou officiels 'aberrants, à promouvoir « autre chose .... Ainsi a sonné l'heure des « Naïfs " des « Instinctifs " des « Néo-Primitifs " des « Peintres de la Réalité populaire n ... En général, au début, des peintres du Dimanche ayant pour ancêtres les auteurs de tant d'ex-votos d'églises de Village et pour Père de leur Evangi le le Douan ier Rousseau en personne. Séraphine de Senlis, Bombais, Vivin et Wilhelm Uhde servent ainsi de parrains, de protecteur, à tous ces • Naïfs: du XX· siècle que la ~alerie Ch~rpe~tier a ~a~semblés, avec goût, avec intelligence. Ouverte le jeudi 15, - de meme que celle des « Peintres Instinctifs» pretee par la Hollande au Musée d'Art Moderne _ cette exposition, nous n'avons pu la visiter de façon détaillée. Nous en parlerons donc dans le numéro prochain (elle dure 3 mOis) . Mais dès maintenant nous n'hésitons pas à vous conseiller d'aller respirer dans le climat de sincérité, de vraie jeunesse (celle du coeur) , qui émane de toutes ces oeuvres où même les gaucheries des autodidactes sont séduisantes au point de dispenser au visiteur une bénéfique bonne humeur. LE cc GOYA DES FILLES DE JOIE » TOULOUSE - lAUTREC AU PETIT-PALAIS Toulou-:e Lautrec : cc Jane Avril dansant » . 18"92.

\'1useQ du Louvre.

POUR le centième anniversaire de sa naissance, H enri de Toulouse·Lautrec·1'rlonfa, descendant des Comtes de Toulo'U:se, reçoit enfin dp- l'Etat l'hommage dû à son talent - un talent qui, trop hardi aux yeux des offic iels fossiles des années 1900-1920, pouvaii paraitre anachronique à ceux d'aujourd'hui. Au surplus, ce gentilhomme de haui lignage était trop fièrement libre ei indépendant pour ne pas célébrer seuls les thèmes de son chou. _ Les « baladins)) du cirque, les noctambules, les dames du 'côté de chez SaphO, les filles de joie, voire en toute franchise, ces dames; celles des « Maisons )). Accessoirement quelques portraits familiaux, ceux de quelques intimes - des jockeys, des chevaux ... Mais avec quelle prodigieuse science innée du dessin (dès son' enfance ) ! Mais avec quelle habileté à combiner, réaliser les rapports de tons ! Ce maître de l 'a/fiche fut aussi un maître de la peinture ... Hélas! à 37 ans, la mort le prit, tel que le lui livrait sa pauvre vie d'infirme victime des tares de la consanguinité qu'avait aggra· vées, précipitées l 'alcool - dont ce nabot génia! attendit, exigea l'opium que son immense talent ne suffismt pas a lux procurer ... 1 La Passagère Anna Ciepiclewska, dans « La Passagère ».

SUR un tran satlantique gagnant l'Europe, une belle Allemande Lisa s'abandonne en compagnie de ~'o n mari aux douces joies de la croisière. Mais soudainement un visage apparaît et le reflet faussement serein de sa conscience se brouille. Ce visage, en effet, ress'emble à celui de Marta, une Polonaise que Lisa rencontra il y a 20 ans à Ausch,,·itz... Or :\J arta était déportée et Lisa sa gardc-chiourmc S.S. Ceci Lisa le raconte à son mari, car le souvenir vivant de cette sinistre période l'impose. Mais l'important pour Lisa est que sa douce vie a_ctuelle ne soit pas entachée par son passé: elle ne fut que dis'ciplinée, obéissant aux ordres, s'efforçant de tout faire pour sauver « sa déportée ». Cependant sa conscience, ses souvenirs les' plus profonds lui rappellent un . autre comportement plus authentique qui lui permet de cerner de plus près sa ..terrible responsabilité; et c 'est sa deuxième version des faits. La vie au camp où de nombreuses' déportées tenaient le vestiaire cie celles ou de ceux que les cré- Une blanche dans le camp des Cheyennes la quakeresse CarroI Baker.

  • ETUDES, ESSAIS, THESES JOURD'HUI », par Dennis Eisenberg

(Albin Michel) . • « LE SENEGAL ET LA GAMBIE )), par Hubert Deschamps (Que sais-je - P.U.F.). L'auteur nous promène dans le temps et dans l'espace à travers de très anciennes colonies devenues de jeunes Etats. • « FASCISTES ET NAZIS D'AUFleg et Isooc (Suite de la page 12) -paraît sacrée e.ntre toutes, nous sont une leçon aUSSI, que nous ne devon3 cesser de méditer. Il nous a souvent ·reproché notr~ inaction et notre manque de zèle. Il avait raison, car on ne fait jamais assez pour ce à quoi l'on s'est donné. Il a été Dour nous tous un exemple vivant. Mort. je souhaite que nous l'entendions mieux encore que nous ne le faisions quand il était parmi nous. Inquiétant. • MARTIN BORMANN », par Joseph Wulf (Documents L'Air du temps - Gallimard). « Aucun des chefs nazis n'était aussi impénétrable, rusé et intriguant que MartJ.n Bormann. Aucun n'a e'.l sa puissance. » Le sous·titre est, en lui-même, éloquent :, l'ombre de Hitler. ROMANS, RECITS • MA MITA YUNAI », de Carlos Luis Fallas (Les Editeurs Français Réunis). Des idées, des faits, des situations qui n'ont aucun rapport avec le folklore traditionnel (pour nous) sud-américain. • « AU T 0 BIO GR A PHI E D'UN NOIR », de Booker T. Washington (Plon). Un ouvrage vieux de soixante ans ... Un problème toujours aussi délicat depuiS la fin de la guerre de Sécession, malgré les lois. A lire ou à relire. • « LA NASSE », de Paul Schalluck (Casterman). Les désarrois d'un peuple au lendemai: n d'une guerre criminelle. • « LA VICTIME », de Saul Mellow (Du Monde entier - N.R.F'. Un petit employé juif dépassé par les difficultés de la vie citadine, pourvu d'une famille abusive, en butte aux préjugés raciaux, tout seul, face à un destin absurde. • « CHOLOS », de Jorge Icaza (SE:ghers). Ou l'asservissement total des Indiens oe l'Equateur. • « FRATERNELLE AMAZONIE », de Paul Lambert (Robert Laffont). Une Amazonie que les festivités annuelles de Rio ne révèlent guère. matoires éliminaient, est extraordinaire de sobriété et de concision implacables. A cette vie concentrationnaire de la s..S. Lisa, à l'habitude qu'elle prend de la cruauté et de la vulgarité s'oppose l'existence pleine de charme, d'élégance, de délicatesse de la touriste Lisa. André Munk, qui malheureusement mourut en 1961 alors qu'il tournait ce film, n'a pas eu le temps d'en monter ce 2" volet. Néanmoins des photos prises l'expriment avec force. Ainsi l'ont justement décidé ses amis qui ont terminé le film avec le souci de ne pas fausser sa pensée. Munk a entrepris et réussi une des plus importantes et des plus difficiles oeuvres sur la déportation: l'expression d'une . conscience nazie, aujourd'hui aux prises avec ses souvenirs et ses essais de justification, autrement dit sa responsabilité. C'est vraiment un très grand film qu'il faut absolument voir et faire voir. « Pleins Feux » nouvelle maison de production et de distribution de films indépendante, s'honore d'avoir présenté ce film en première en France. Nous' devons être attentifs à la présentation de ses prochains films, d'autant plus qu'elle se fixe courageusement comme tâche essentielle cie n'offrir à s'on public que des oeuvres servant la vérité et la fraternité humaine. Guy LACOMBE. Les ~beyenDes L'ACTION se déroule en 1878. Quelques centaines d'Indiens Che;, ennes déportés, parqués dans des « réserves )) de l'Oklahoma où ils sont brimés et affamés, décident de regagner leur Wyoming- natal, aux terres vertes et fertiles. Trois cents hommes, femmes, enfants, vieillards vont entreprendre cette ody~sée, accompagnés d'une jeune quakere - se blanche (Carol Baker), qui se voue à l'instruction des jeunes Indiens. Dans ce film en couleurs tourné dans des décors g-randioses, John Ford, le réalisateur de tant de « westerns » donne le beau rôle aux Indiens réprouvés qui deviennent par leur dignité, leur courage, leurs souffrances, de véritables héros d'époDée. C'est le premier film de John Ford où l'antiracisme joue un rôle important. Le désir du réalisateur est de nous faire considérer les Blancs et les Cheyennes avec un égal respect, celui que nous devons à tous les hommes, quelle que soit leur couleur de peau. Nana Mouscouri effectue actuellement une grande tournée aux U.S.A. conduite par Harry Belafonte. Celui-ci, selon une tradition bien établie, choisit tous les quatre ans, Ùn artiste dont il apprécie les qualités, pour faire partie de son programme. En 1960, il avait révélé la chanteuse sud-africaine Myricorn Makeba. Un livre consacré au peintre Zarfin, et qui s'intitule simplement « Zadin », vient de paraître aux Editions suisses Caillet. Dl! nombreuses personnalités artistiques ont apporté leur contribution à cet ouvrage : Jean Cassou, le professeur Souriau, membres de l'Institut Waldemar Geor'ges, Henri Hertz.

La dernière pièce d'Arthur Miller, s'intitule « Incident à Vichy » et sera LES voici donc tous deux côte à côte si différents et si fraternels, le s~ge et le militant, le prophète et le juge, comme dis~it si justement notre ami Samy Lattes. Il nous est impossible de les séparer d~ns notre mémoire et dans notre gratitude. Ils représentent deux moitiés complémentaires de cette Amitié que nous nous efforcons de vivre et de promouvoir. L'un fils et petit-fils de soldats, nous appeÜe au combat. qui n'est jamais terminé tant que l'ennemi n'est pas anéanti . l'autre, poète, romancier, dra· maturg-e,' instruit de la Loi et de ses commentateurs. nous invite à l'approfondissement de notre foi parce que c'est là que nous' trouverons les plus puissantes raisons de nous aimer et de nou comorendre. Ne sont-ils pas, pour nous chrétiens, la vivante image des plus hautes valeurs cl'Israël ? Voici le juste qui dit la Loi. et voici le guerrier qui combat pour elle. L'un et l'autre manifestent. différemment. mais à un titre égal, ce Clue j'appellerai volontiers la passion d'IsTaël et le don que Dieu lui a fait : passion de la Justice et don de l'espérance. « LE RETOUR », par Michel Droit Heureuse l'Amitié judéo-chrétienne, fondée par de tels fondateurs, si elle sait demeurer fidèle à leur exemple et à leur enseignement ! Je prends ici en son nom l'engagement solennel qu'elle s'efforcera de rester digne de ses fondateur disparus en n'oubliant jamais tout ce Clu'eUe doit à Edmond Fleg- et à Jules I saac. J. M. LE livre (1) évoque le ~robl~me de I.'intég!a.tioll en Fr~nce des Eur?pée.n~ d'Algérie, qui, au cours des decenllles, avalent fllli par constituer une natlonalite, avec son folklore, ses locutions imagées, sa gastronomie, voire ses héros. Problème délicat, épineux et angoissant que Michel Droit nous fait saisir tout au long de très belles pages, pages d'un livre qui se lit d'une traite, comme je les aim~ . Mais la situation ne demeure pas unilatérale. D'une part nous trouvons le Français d'Algérie pOLir qui « ii s'agit de savoir si nous pouvons redeyenir Français ~ -: et la jeune métropolitaine Béatrice lui donnera une réponse affirmative: « Je, ~e VOIS nen. de profond qui nous sépare » - mais nous rencontrons également un AI~enen . pour qUI !~ problème du retour au pays ancestral se pose, avec toutes les Illcertltudes qu li comporte. Si le milieu dans lequel évolue notre jeune rapatrié, Philippe Thierry, avocat à la Cour, paraît faciliter ce retour, il nous permet, par contre, de côtoyer le's personnages les plus caractéristiques des cercles activistes. L'auteur, sem~le-t-il, a su tirer p~rti des grands procès politiques de ces cinq dernières années. Les dialogues, les pensees, les àctes sont conformes à l'esprit de chacun des antagonistes et si l'on est sans surprise quant à la fin du jeune avocat, nous aurions souhaité. pour lui, un sursis. Claude RUTILI. l1) Editions Juniard. JJ I.e 22 novembre Salle Pleyel: Jean VALlON L'année même où il était diplômé chirurgien - dentiste, Jean Valton débutait chez Jean Rigaut (1947). L'année suivante le voit à la Lune Rousse, aux Trois Baudets, au Caveau de la République, au Théâtre de Dix Heures. En 1952, les music-hall (Alhambra, Bobino, Européen, Olympia) s'ouvrent à lui, ainsi que tous les grands cabarets parisiens. Il écrit plusieurs revues pour Darry Cowl, Robert Lamoureux, etc._. ; il produit diverses émissions sur Radio· Luxembourg et anime à la Télévision, le Music-Hall des Jeunes avec Jacqueline Jou· bert. Son tour de chant com· prend une vingtaine d'imitations parlées et chantées et renouvelle ses têtes de Turc au goût de factualité. Au gala du MRAP, le 22 novembre, à la salle Pleyel, ses victimes seront (peut-être) Raymond Devos, F. Raynaud, Ch. Aznavour, Brassens, etc ... publiée en fanvier aux Etats-Unis. L'action se passe en France en 1942 : huit hommes et uri jeune garçon pris par les nazis, attendent d'être fixès sur leur sort.

  • A Addis-Abeba, notre ami Mar-cel

Cohen a reçu des mains de l'empereur Halle selassié le prix des « Etudes Ethiopiennes », pour ses recherches sur la langue éthiopienne qui font autorité dans le monde.

  • « Le Vic'aire », qui a terminé sa carl'iére

au Théâtre de l'Athénée, va être porté à l'écran par Anatole Litvak.

  • Déjà présentée au Festival de Berlin

par le Comité des Arts du Congrès pour la liberté Ile la culture, l'exposition « Afrique, cent tribus, cent chefs-d'oeuvre » se tiendra jusqu'au 30 novembre, au Musée des Arts Décoratifs.

  • Le Franc Théâtre donner'a le 25 novembre,

à 20 h. 45, au Théâtre Municipal de Villejuif, la première représentation de « Le temps viendra », de ~omain Rolland avec Roger Pigaud et Nadine Alari ; mise en scène de Guy Kayat.

  • Menguy expose ses oeuvres récentes

du 16 novembre au 13 décembre, à la üalerie· Falvart, 6U, boulevard Malesherbes, Paris (8' ).

  • A « La Palette Bleue », 30, rue de

Seine, Paris (6' ), se tiendra, du 16 au ~U novembre, l'exposition des cloutages sur bois d'Eva Goldstein. 12 EN MARGE DU CONCILE OECUMENIQUE * Edmond Fleg et Jules Isaac Au Gala du M.R.A.P. • • L'AMITIE judéo-chrétienne a perdu, l'an passé, à quelques semaines d'intervalle, ses deux fondateurs, Edmond Fleg et Jules Isaac. Elle croit convenable de les commémorer aujourd'hui ensemble, quelque dissemblables qu'ils puissent paraître (1). Ed\TIond Fleg a retrouvé son judaïsme au moment de l'Affaire Dreyfus; un judaïsme qui avait profondément pénétré son enfance genevoise, mais dont il s'était ensuite éloigné pour n'avoir pas senti la chaleur de l'esprit sous la glace de la lettre. Si quelque chose avait été susceptible de l'y ramener, c'était la lecture de l'Evang-ile, dont il avait senti, très jeune, l'accent juif. On peut donc dire quEdmond Fleg était en quelque sorte prédestiné à l'Amitié judéo-chrétienne puisque, dès l'origine, il apercevait les affinités plutôt que les oppositions. Mais ce fut vraiment l'Affaire Dreyfus qui le tit rentrer en judaïsme. Il découvre presque en même temps le sionisme naissant et ce jeune homme, élève de l'Ecole Normale Supérieure, germaniste et surtout poète, que semblait attendre à Paris la carrière mondaine la olus brillante, un peu semblable à celle de Theodor Herzl à Vienne, va se vouer désormais à la restauration et à l'exaltation des valeurs traditionnelles de son peuple. Certes, il est un poète français et c'est dans notre langue qu'il fera ressentir la plainte et l'espérance d'Israël à travers les siècles. Que ce poète français fut en même temps un poète juif, c'est là le paradoxe qui, tout ens-emble, sert et desert sa gloire. Il est entendü de ses coréligionnaires davantage qu'il ne l'est des lecteurs français, alors que les' uns aussi bien que les autres avaient tant à recevoir de lui. Mais enfin, il s'est trouvé un éditeur pour publier le premier livre de Ecottte, Israël. Cet éditeur s'appelle Charles Péguy, et c'est ici, non la première, mais la seconde rencontre de Fleg et d'Isaac. La première rencontre, en effet, ce fut l'Affaire Dreyfus. Le jeune Isaac y fut engagé, comme le jeune Fleg. Mais de façon bien différente. Isaac appartenait, en effet, à une famille de- -- L'auteur du « Dernier des Justes» André SCHW ARZ-BART nous dit ... L'écrivain André SchwarzBart qui a obtenu le Prix Goncourt pour son livre « Le dernier des Justes » nous a communiqué, à propos des travaux du Concile concernant le schéma sur les juifs, la déclaration suivante: E N tant qu'homme, la discussion à son stade actuel m'emplit d'un sentiment de honte extrê· me pour mes amis catholiques ; et en tant que juif, toute cette affaire m'est d'une tristesse, d'une dérision et d'une amertume sans nom. Il semble qu'on hésite à laver les morts d'Auschwitz du crime de déicide : parfait. - Depuis ?OOO ans qu'elles coulent, les sources chrétiennes de l'antisémitisme ne sont pas taries. puis longtemps assimilée et l'on ne saurait parler pour lui d'une enfance juive. Il poursuivait la plus normale des car: ières uni:,ersi!aires, se préparant à etre cet hlstonen probe et rigoureux que nous admirons et que nous respectons, lorsque l'Affaire vint mettre en cause les deux valeurs auxquelles il sera toute sa vie particulièrement attaché

la justice et la vérité. S'il se

bat pour Dreyfus. ce n'est pas parce que Drevfus est juif et parce qu'il l'est .lui-même (à peine s'en souvientil, à l'époque) ; mais seulement parce qu'en Drevfus sont foulées aux pieds la Justice et la Vérité. C'est alors qu'il rencontre Péguy et que se noue entre eux une amitié que la mort ne devait point défaire, puisque le premier volupar Jacques MADAULE Président de l'Amitié Judéo-Chrétienne .----------------------- me des Mémoires d'Isaac est précisément consacré à Péguy. Ces rencontres autour de Pé,;;uy de deux hommes aussi différents que Fleg et Isaac ne fur~nt pas des rencontres physiques, maIs seulement morales. Ils ont mené dans leur jeunesse le même combat mais de deux ~oints de vue tout à fait différents. De même, quand ils sont tous deux engagés dans la guerre de 1914, l'un l'est en tant que Français' l'autre à la Légion Etrang-ère, parc~ que, quoique Suisse, il a choisi la France et sa cause. ' A PRES la guelTe, les deux vies se poursuivent, en quelque sorte parallèles. Tandis qu'Isaac se pen-' che avec sa sévérité et son scrupule d'historien sur les origines du conflit, cherchant à rétablir, là encore, la jus'tice et la vérité ; tandis qu'il se voue de toute son âme à l'Enseig-nement, d'où sortiront les illustres manuels, EcImond Fleg pours~it sa carrière d'écrivain. Le ~ Livres d'Eco1!te, Israël s'ajoutent aux Livres. Il publie le !tûf du Pape, l'Enfant Prophète, et J éSltS raconté par le Juif errant, et l'on est cha~ue fois frappé par l'extrême ouverture que le juif Fleg ne cesse de manifester à l'égard du christianisme. C'est là, véritablement, s'a marque propre. Non pas qu'il cède en quoi que ce soit sur l'essentiel. Mais je pense que peu de juifs ont parlé de Jésus et des chrétiens avec autant de comprélIhension et de sympathie qu'Edmond Felg- comme si. au fur et à mesure qu'il .approfondissait son propre judaïsme, il écartait les préj ug-és et même les griefs trop r éels qui nous ont si longtemps tenus éloignés les uns des autres. VOICI maintenant la g-rande épreuve qu'Edmond Fleg et Jules Isaac subissent chacun de son côté, avec leur peuple. PO,ur Jules Isaac, elle pose une fois de plus, mais avec quel tragique nouveqU, le problème qui le hante depuis S'a jeunesse : celui de la J ustice et de la Vérité. Ce n'est pas d'abord parce que sa femme et sa fille ont disparu dans la flamme des crématoires qu'il se dresse contre l'antisémitisme hitlérien et que, cie même qu'il avait recherché les orig-ines véritables de la guerre de UH 4, il se préoccupe à présent des orig-ines cie l'antisémitisme. Il avait entrepris' ce travail avant son malheur personnel et en le terminant, il ne fera qu'obéir au ,lcrnier mot qu'il a reçu cie sa compag-ne, déjà vouée à la mort. Mais c'est alors aussi qu'Isaac découvre SOI1 judaïsme, qui lui était jusqu'à prés'ent demeuré comme étranger. C'est alors qu'il se voue à instaurer cette. Amitié judéo-chrétienne, qui lui paraIt la seule g-arantie efficace contre le retour de l'abomination. Toutes les années qui lui restent à vivre senmt consacrées ù ce combat contre l'ig-norance et la mauvaise foi. Il ne peut j'as cette fois, ne pas rencontrer Fleg, no~ plus idéalement, mais en chair et en os. Ils sont ensemble lors'qu'est fonclée l'Amitié jucléo-rhrétienne. FAUT-IL insister sur ce qui les disting- ue sans les opposer ? Il me semble que c'est à peine nécessaire. Leur 1 ig-ne à tous deux est trop nette et t1'Op droite pour que rien ait jamais pu l'in fléchi r. Jules I saac demeure, clans le combat pour l'Amiti é, l'hi storien probe, sévère (1) Ce texte est l'allocution prononcée par M. Jacques Madaule à la soirée commémorative de Jules Isaac et Edmond Fleg, qu'il présidait le 17 octobre à la Sorbonne. et scrupuleux qu'il a toujours été. Il ne se tourne pas spécialement vers les juiis, mais plutôt vers les chrétiens dont il Î1:1T?orte de rectifier l'enseigne~ ment traditionnel. Il sera reçu successivement par Pie XII et par Jean XXIII. Cett.e dernière. entrevue est capitale. Si VatIcan II nl11t par voter un texte qui donnera satisfaction aux juifs et les lavera d'un long- et injuste opprobre c'est à l'action persévérante et obsti~ née de Jules Issac que nous le devrons en très g-rande partie. Je n'ai pas beS0111 de rappeler ici l'immens-e retentissement cie son ouvrage Jésus et 1 sraël.

r:leg, après la g-uerre, n'est pas

m01l1s qu'ls'aac fidèle à lui-même. Il continue et il achève Econte Israël . ~I publie l'ad111ir~ble Antholo.qie hive ; Il tradl11t la Genese, dont il nous donne les deux premiers livres ; il publie Vers le monde qui vient ... Mais je ne P!-lIS, en quelques' mots, tout dire. VoiCI que, de plus en plus, il se dresse comme un prophète au seuil d'un siècle nouveau. Il visite cet Etat d'Israël dont il a:,ait rêvé dans sa jeunesse et il y l'eçoIt un accueil qui n'est dû ou'à lui. Il anime la section française du Congrès juif mondial. Il préside au scoutisme juif. Mais l'oeuvre à laquelle il n'est pas le moins attaché, c'est l'Amitié judéo-chrétienne, cette Amitié qu'il a, _ pour sa part. toujours pratiquée, meme alors qu'elle n'avait pas encore de nom. Nous apprenons de lui et de 'sa ~'Ouriante sag-esse comment et pourquoI les adorateurs du même Dieu vivant doivent s'aimer et se reconnaître ~n d.éP!t ~e ~e qu~ les divi se ; qU~ 1 AmItIe Judeo-chretienne doit être avant tout pour les Juifs un moyen d'être de meilleurs juifs et pour les chrétiens d'être cie meilleurs chrétiens. Telle est la leçon que nous a donnée Edmond Fleg et que nous' tâcherons de ne oas oublier. Quant à Isaac, sa droiture parfois un peu roide, sa sévérité pour lui-même et pour les autres, son inlassable actiyité au service d'une cause qui lui * Suite page 11. Georges de CAUNES Georges de Caunes, né à Toulouse, en 1919, garde un affreux souvenir de ses études et de sa licence en droit. Il doit son entrée à l'O.R. T.F., à un séjour en prison pendant la guerre. Il y rencontrera un ami de Jacques Lassaigne ; il devient le secrétaire de ce dernier, puig reporter, puis public relations, pour une firme ami!- ,.ricaine. Il a participé en 1948 à la première émission du Journal Télévisé. Signe particulier : Aime slIrtollt ne rien faire, couché dans un hamac. Il sera, pourtant, le dimanche soir 22 novembre à la Salle Pleyel, pour présenter le gala du MRAP. UNE GRAVE CONFUSION BIEN que la rédaction définitive du schéma sur les juifs n'ait pas encore été achevée, les deux versions de ce document (reproduites dans le dernier numéro de « Droit et Liberté JJ) conti,nuent de susciter de nombreuses réactions, sou· vent alimentées par l'âpreté des débats au Concile même. Il apparaît, en effet, qu'une minorité agissante, dont l'influence sur la Curie romaine demeure considérable, s'oppose habilement à toute tentative d'extirper les racines religieuses de l'anti,sémitisme par l'absolution du crime de « nation déicide JJ. Le pamphlet, d'inspiration nazie, si généreusement distribué au Concile, témoigne sans doute de l'irrédentisme de certains Pères, mais aussi de l'importance d'un renouveau pour l'avenir de l'Eglise catholique. Car le règlement du contentieux judéo·chrétien n'est que l'un des multiples problèmes auxquels l'Eglise romaine doit faire face. Au cours des débats, il est également apparu que les quelques lignes prévues seraient insuffi,santes pour définir les rapports entre l'Eglise romaine et les musulmans. Là aussi il' y a incontestablement un contentieux qui, pour avoir été moins tragiquement amplifié par l'histoire, n'en comporte pas moins des chapitres lourdement chargés de souffrances. Les croisades et la s;,nistre périOde de colonialisation, pas plus que l'Inquisition et les fours crématoires, ne peuvent être éludés par une simple déclaration d'intentions, quelle qu'en soit, par ailleurs, la noblesse d'esprit. Mais il reste que le schéma sur les juifs, dans sa version première, constitue un pas positif que les anti,racistes ne peuvent que saluer. Aussi est-il ' navrant de lire, dans une certaine presse, les commentaires dont le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont en retard de deux décades sur notre temps. Tel est, à notre avis, l'article consacré au schéma sur les juifs, sous la plume de Pie:-re Rossi, par l'hebdomadaire « Jeune Afrique JJ. Reprenant à son compte l'esprit du pamphlet déjà c;,té, M. Rossi estime qu' « il faut chercher ailleurs que dans un dessein religieux, l'origtne dU! schéma sur les juifs JJ. Et à ce propos - note·t-il encore - « on ne peut ignorer le rôle tenu par la pièce « Le Vicaire JJ de maligne mémoire. Créé exclusivement à des fins politiques et dans des officines qui sont parfaitement connues du Vaticwn, « Le Vicaire » a eu pour mission de manoeuvrer le public européen afin de lui présenter un monde partagé arbitraiment en deux ; d'un côté les juifs persécutés, de l'autre les chrétiens persécuteurs e'n la personne de leur plus haut représentant, le vicaire du Christ. » Et plus loin : « La pièce « Le Vicaire », qui a trouvé de franches complaisances jusqu'au sein même du Vatican (rappelons- nous certaines allusions du Cardinal Tisserand), a été adressée à l 'E glise en guise d'avertissement par ceux qui désirent utiliser leur appartenance à la communauté juive à des fins qui ne sont pas théologales; par ceux-là mêmes qui naguère ont créé l 'Etat d'Israël; les mêmes qui, aujourd'hui, dictent à Vatican II le schéma sur les juifs jusqu'à se servir diaboliquement de la « gentillesse » de Jean XXIII pour mieux discréditer Pie XII. }) Puis cette question hypocr!,te, dont on appréciera le style : « L 'Eglise de Rome qui dit détenir la charité continuera-t·elle à préférer le fortuné Isaac au malheureux Ismaïl? }) En essayant de dresser, dans les colonnes de ({ Jeune Afrique JJ juifs contre musulmans, chrétiens contre juifs, musulmans contre chrétiens, M. Pierre Rossi n'a pas été inspiré de la charité chrét!, el111e. Le but essentiellement politique d'une telle prose n'est que trop évident. Des lecteurs de ({ Jeune Afrique JJ, dont des israélites, qui ne cachent pas leur sympathie pour les jeunes Etats d'Afrique, ne se sont pas fait faute de le signifier. Il faudrait également rappeler la position des congrégations chrétiennes des pays du Proche et Moyen-Orient qui estiment, à l'i.nstar des gouvernements de ces pays, que toute tentative d'il111ocenter les juifs du crime de la crucification du Christ « constiturait une violation de la Sainte Ecriture JJ et ({ créerait d'importantes difficultés politiques JJ, Nous croyons sincèrement que l'on commet, une fois de plus une grave confusion, en élargissant le litige israéloarabe à tout problème concernant les. juifs dans le monde entier. Tout racisme, s'agissant des juifs, Arabes ou noirs, est détestable. Toute injustice commise envers les uns ou les autres dO;,t être aussi durement ressentie partoutes les victimes du racisme. Georges SPINEL.

Notes

<references />