Droit et Liberté n°460 - mars 1987

De Archives
Aller à : navigation, rechercher


Naviguez dans les numéros

Droit et Liberté par années
1948 | 1949 | 1950 | 1951 | 1952 | 1953 | 1954 | 1955 | 1956 | 1957 | 1958 | 1959 | 1960 | 1961 | 1962 | 1963 | 1964 | 1965 | 1966 | 1967 | 1968 | 1969 | 1970 | 1971 | 1972 | 1973 | 1974 | 1975 | 1976 | 1977 | 1978 | 1979 | 1980 | 1981 | 1982 | 1983 | 1984 | 1985 | 1986 | 1987

Droit et Liberté par numéros avant la création du MRAP
0 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36

Droit et Liberté par numéros après la création du MRAP

De 1 à 99 :
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99
De 100 à 199 :
100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124<ref name="nums-manquants" /> | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183<ref name="nums-manquants">Un des 7 numéros toujours manquants.</ref> | 184<ref name="nums-manquants" /> | 185<ref name="nums-manquants" /> | 186<ref name="nums-manquants" /> | 187 | 187 bis | 188 | 189 | 190 | 191 | 192 | 193 | 194 | 195 | 196 | 197 | 198 | 199
De 200 à 299 :
200 | 201 | 202 | 203 | 204 | 205 | 206 | 207 | 208 | 209 | 210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215<ref name="nums-manquants" /> | 216<ref name="nums-manquants" /> | 217 | 218 | 219 | 220 | 221 | 222 | 223 | 224 | 225 | 226 | 227 | 228 | 229 | 230 | 231 | 232 | 233 | 234 | 235 | 236 | 237 | 238 | 239 | 240 | 241 | 242 | 243 | 244 | 245 | 246 | 247 | 248 | 249 | 250 | 251 | 252 | 253 | 254 | 255 | 255bis | 256 | 257 | 258 | 259 | 260 | 261 | 262 | 263 | 264 | 265 | 266 | 267 | 268 | 269 | 270 | 271 | 272 | 273 | 274 | 275 | 276 | 277 | 278 | 279 | 280 | 281 | 282 | 283 | 284 | 285 | 286 | 287 | 288 | 289 | 290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299
De 300 à 399 :
300 | 301 | 302 | 303 | 304 | 305 | 306 | 307 | 308 | 309 | 310 | 311 | 312 | 313 | 314 | 315 | 316 | 317 | 318 | 319 | 320 | 321 | 322 | 323 | 324 | 325 | 326 | 327 | 328 | 329 | 330 | 331 | 332 | 333 | 334 | 335 | 344 | 345 | 346 | 347 | 348 | 349 | 350 | 351 | 352 | 353 | 354 | 355 | 356 | 357 | 358 | 359 | 360 | 361 | 362 | 363 | 364-365 | 366 | 367 | 368 | 369 | 370 | 371 | 372 | 373 | 374 | 375 | 376 | 377 | 378 | 379 | 380 | 381 | 382 | 383 | 384 | 385 | 386 | 387 | 388 | 389 | 390 | 391 | 392 | 393 | 394 | 395 | 396 | 397 | 398 | 399
De 400 à 499 :
400 | 401 | 402 | 403 | 404 | 405 | 406 | 407 | 408 | 409 | 410 | 411-412 | 413 | 414 | 415 | 416 | 417 | 418 | 419 | 420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429 | 430 | 431 | 432 | 433 | 434 | 435 | 436 | 437 | 438 | 439 | 440-441 | 442 | 443-444 | 445-446 | 447 | 448 | 449 | 450 | 451 | 452-453 | 454 | 455 | 456 | 457 | 458 | 459 | 460 | 461 | 462 | 463 | 464-465 | 466 | 467 | 468

Sommaire du numéro

  • n° 460 de mars 1987
    • 15, 21 mars et après par Mouloud Aounit
    • Agir ensemble: les premiers kilomètres multicolores du Voironnais
    • En direct avec: le comité local de Manosque par Frédéric Lambert
    • Regard sur notre histoire: histoire d'un jour (21 mars journée internationale contre la discrimination raciale) par J.M. Ollé
    • Dossier: Droit au séjour des immigrés, droits légitimes contre droit légal présenté par Anne Lacomblez et Dominique Lahalle
    • Action juridique: ratonnades à Carcassonne et Chambéry
    • Congrès extraordinaire du MRAP: première contribution par René Mazenod

Numéro au format PDF

Cliquez sur l'image ci-dessous pour avoir accès au document numérisé. Cliquez ensuite sur l'onglet "précédent" de votre navigateur pour revenir à cette page.

Voir-pdf.jpg


Texte brut

Le texte brut de ce document numérisé a été caché mais il est encore visible dans le code source de cette page. Ce texte ne sert qu'à faire des recherches avec la fonction "rechercher" dans la colonne de gauche. Si une recherche vous a amené sur cette page, nous vous conseillons de vous reporter ci-dessus au document numérisé pour en voir le contenu.

droit et liberté MENSUEL DU MOUVEMENT CONTRE LE RACISME~ ET POUR L'AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES • • . ~ ISSN 0012·6411 15,21 MARS "" ... ET APRES "Ils peuvent couper mille fleurs, mais ils n'arrêteront pas la venue du printemps". On pouvait lire ce slogan lors de l'enterrement de Malik Oussékine, en décembre dernier. 15 mars 1987: des milliers de personnes de toutes origines défilent dans les rues de Paris, à l'appel de deux cents organisations, pour s'opposer au projet de réforme du Code de la Nationalité. Un après la constitution du nouveau Gouvernement, alors que celui-ci se prépare à commémorer avec faste le bi-centenaire de la Révolution, les premiers rayons de soleil de ce printemps 87 ne nous renvoient qu'une image terne et fanée des principes inscrits dans la Déclaration des Droits de l' Homme. Toutes les actions de ce gouvernement portent la trace du tryptique infernal expulsion / exclusion/ répression. Tous les domaines sont mis à contribution: loi du 9 septembre 1986, projet de réforme du Code de la Nationalité, couverture "politique" des bavures de certains policiers, propos injurieux même à l'encontre des victimes de ces mêmes bavures, tenus, excusez du peu, par le ministre de la Sécurité lui-même. Comme s'il ne suffisait pas de tuer les gens, qu'il fallait en plus salir leur mémoire! Dans ce contexte, des voix s'élèvent. Il y a cette manifestation du 15 mars, et l'ampleur du rassemblement prouve, s'il en était besoin, à quel point l'opinion craint cette amputation, toujours programmée, de la société française. Le 16, le MRAP est reçu, sous couvert de concertation, par le Garde des Sceaux. Les Foulées du 21 mars prennent dès lors une tonalité particulière. Dans 40 villes, des milliers d'hommes et de femmes, de toutes origines, courront au coude à coude pour affirmer que cette société est plurielle, que c'est une richesse, dont il ne saurait être question de se priver par quelque Code que ce soit. Un printemps commencé dans l'action, et qui doit continuer ainsi. Que partout sur les murs de France, fleurissent les affiches, les autocollants, qui disent qu'il nous faut une rrance active, épanouie, plurielle, et non desséchée par des mesures étriquées et racistes. Alors, seulement, nous entrerons dans le printemps. Droit et Liberté, mars 1987 Mouloud AOUNIT -1- No 460 MARS 1987 . 8 F 15 mars: MANIFESTATION CONTRE LA RÉFORME DU CODE DE LA NA TIONALITÉ Agir ensemble: LES PREMIERS KILOMÈTRES MUL TlCOLORES DU VOIRONNAIS Notre histoire : DEPUIS 20 ANS, LE21 MARS Droit au séjour des immigrés: (page 2) (page 4) DROITS LÉGITIMES CONTRE DROIT LÉGAL (pages5à8) Congrès extraordinaire: 1 • 1 UNE PREMIERE (pages 10 à 12) AGmENSEM&E ____________ ~ Les premiers kilomètres multicolores du Voironnais Notre comité voironnais du MRAP, après deux années d'existence active, montrait depuis quelques mois des signes inquiétants de somnolence, vu notamment l' indi sponibilité de plusieurs membres du Bureau. Accueillie d'abord avec scepticisme, l'initiative nationale des Foulées .ulticolores nous a semblé très vite de nature à relancer notre comi té, et cette impression se confirme chaque jour. Conçu de façon très créative et collective en deux réunions avec des enseignants et animateurs sportifs, notre projet s'inscrit comme un complément sportif dans le programme d'ensemble de la 3ème Fête des Peuples de Voiron, organisée à l'initiative de l'ASTI. "Contre le rac i sme, pour affirmer ensemble la France solidaire et plurielle", nous appelons les habitants du Voironnais de tous âges et conditions, à venir "additionner des kilomètres" en tournant à allure libre dans le Jardin de Ville de Voiron: chacun fera ainsi avancer un "messager" de Voiron au Cap, capitale de l'apartheid, suivant l'un des trois circuits proposés sur un grand planisphère confectionné par les élèves et enseignants de la Section d'Education Spé cialisée locale. La forme choi sie permettra d'intégrer une animation, préparée par une semaine de sensibi lisation du 21 au 28 mars dans les établissem ents scolaires, sur les thèmes de l'antiracisme et de la solidarité av ec les peuples d'Afrique et du Moyen-Orient. Chacun pourra préciser au micro les raisons plus précises de sa participation, qu' ils' agi sse par exemple du refus du projet de réforme du Code de la Nationalité, de la libération des camps palestiniens au Liban ou de celle du coopérant Pierre-André Albertini emprisonné en Afrique du Sud ••• La participation à cette initiative qui se veut fête et non compétition, est gratui te, sauf pour ceux qui ne voudront vraiment pas ... "se fouler" et pourront acheter des bonskilomètres au stand-buvette du MRAP! L'intérêt suscité par ce projet qui sera parrainé par le Maire de Voiron, les soutiens obtenus: ASTI, enseignants et animateurs sportifs, O.M.S., M.J.C., Amitié et Nature FSGT, Amicale Laîque, nous font bien augurer de son succès. Il nous reste à transformer cet inté rêt en enthousiasme collectif, en di ffusant le texte d'un appel et des bons de participation par l'intermédiaire de tous les "relais" possibles dans les associations, les écoles et les medias locaux. Il nous reste enfin à souhaiter que le temps soit ce jour-là avec nous, aux couleurs du printemps et de l'amitié. f--------- -- --------------------------1 St, vous aussi, vous avez lancé une action qui vous semble pouvoir aider d'autres adhérents, comités locaux, fédérations du MRAP à agir dans le même sens, envoyez un courrier détaillé au Comité de Rédaction de Droit et Liberté, 89 rue Oberkampf, 75543 PARIS CEDEX Il. Droit et Liberté, mars 1987 -2- LE TOUR DE FRANCE DES FOULÉES Ca y est! Elles sont parties les foulées et bien parties! Gageons même qu'elles vont faire trembler le racisme puisque les premières ont eu lieu à ClermontFerrand sur un sol volcanique. On peut alors très bien imaginer que par ondes de choc successives elles vont gagner toute la France et, par les traces qu'elles laisseront, ébranler préjugés, idées reçues, xénophobie et racisme. De toute façon 40 villes sont sur la ligne de départ: ALBI. ANGOULEME. ARCUEIL. AURILLAC. BEAUVAIS. BEGLES. BOBIGNY. CASTRES. CHATEAUDUN. CHATEAURENARD. CLERMONT- FERRAND. CREIL. DOUAI. GRANDE- SYNTHE. GRENOBLE. GUYANCOURT. IVRY. LAIGNEVILLE. L'HAY- LES-ROSES. tILLE. LIMEIL-BREVANNES. LIMOGES. MANOSQUE. MEAUX. METZ. MONT-DE-MARSAN. MONTREUIL. MOURENX. PLAISIRLES- CLAYES. POITIERS. ROISSY- EN BRIE. ROUEN. SAINT-AVOLD. SAINT-DENIS. SAINTES. SAINT-LO. TOULOUSE. VERSAILLES. VITRY. VOIRON. Du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest de l' Hexagone, les ondes sismiques de l'antiracisme vont se répercuter sur des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes représentant plus de 25 départements. Suivant les terrains, elles prendront des formes diver ses. Ici, comme à Voiron(voH Cl-c on~ tre), elles seront reportées sur un planisphère, là comme dans l'Oise . elles allieront sports, musique et gastronomie, ailleurs comme dans le Tarn ou le Val-de-Marne, elles seront l'occasion d'une grande fête. Si, au niveau national, elles sont parrainées par des responsables de fédérations (MM. Nelson PAILLOU : C.N.O.S .F., René MOUSTARD, F .S.G. T., Maurice DAVESNE: (suite page 12) EN DIRECT AVEC Le comité local de Manosque Succès et difficultés d'un comité naissant Il y a maintenant plus d'un an, des incidents graves survenaient dans un bar de Manosque, révélant au sein de la population un lourd contentieux à caractère raciste. Ces évènements justi fiaient la venue dans notre ville d'Albert Lévy, Secrétaire Général du MRAP. Ouelques temps après se créait un comité local du MRAP, regroupant les cantons de Manosque, Sainte Tulle et Volx. Nos premières actions nous ont dirigés vers le milieu scolaire, domaine privilégié d'intervention afin de sensibiliser les jeunes C'est ainsi qu'en juin 86, le comi té local du MRAP a proposé aux classes primaires de Manosque de se rendre quatre thèmes au cinéma Utopia pour voir courts métrages sur les deI a toI é r an ce, dur e s p e ct des libertés, de la diversité des coutumes; 250 élèves, représentant la plupar t des écoles de Manosque, ont pu profiter de cette animation. Certains parents d'élèves, en particulier des représentants de la P. E .P., avec qui, il est vrai, nous n'avions pas eu de concertation préalable, n'ont pas approuvé cette initiative. Ces interventions nous ont pourtant permis de diffuser en milieu scolaire du matériel d'information, en particulier un document établi par nos camarades du comité local de Nice et qui s'intitule: "Dès l'école, combattre le racisme". Il faut croire que nos di fférentes démarches ont porté leurs fruits, puisque nous avons été récemment sollicités par M. l'Inspecteur Départemental de l' Education Nationale pour intervenir au printemps prochain dans une conférence pédagogique. Nos relations avec la population immigrée, loin d'être évidentes dans les premiers temps d'existence de notre Mouvement, vont en s'améliorant au fil des évènements; c'est là une évolution normale que nous devons chercher à accélérer. Droit et Liberté, mars 1987 Le comi té local est intervenu pour assister et conseiller les victimes d'actes racistes dans leurs démarches judiciaires, en particulier lors d'une agression récente qui a revêtu un caractère de gravi t é inhabi tuel: au mois de septembre, à l'entrée de la vieille ville, deux jeunes gens d'origine maghrébine furent blessés, dont l'un gravement, après avoir essuyé des coups de feu tirés d'un véhicule. Les deux victimes ont déposé une plainte avec constitution de partie civile; ils ont confié à un avocat sollicité par le MRAP la défense de leurs intérêts. Par ailleurs, notre comité a été récemment sollicité pour inter venir à deux reprises sur des problèmes de ressortissants étrangers en si tuation illégale et menacés en conséquence d'une recondui te à la frontière. De nombreux contacts ont été pris avec la Préfecture et des démarches sont en cours; elles ont objectivement peu de chances d'aboutir posi ti vement pour les intéressés. Conscients du caractère illégal de leurs situations, nous essayons de faire jouer dans la limite du possible les facteurs humains qui, dans les deux cas, font apparaître le retour au pays d'origine comme un drame personnel; cela ne va pas sans poser un problème de fond quant à la nature de nos interventions. Autre problème aigu dans notre ville, celui du refus de service dont sont victimes les Maghrébins dans de nombreux établissements publics. Une plainte a été déposée, sans que notre Comité en soit d'ailleurs informé; consécutivement, les gérants de 3 bars de la ville (à savoir l'Oasis, le Mistral et le Grand Paris) furent amenés à comparaître devant le tribunal correctionnel de Digne. Faute de preuves, ils furent relaxés. Par contre, au bar des Alpes, -3- un j eune Maghrébin, après aVOir connu un refus de service suivi d'une agression physique, fut sou tenu dans ses démarches par notre Comité; suite à la plainte déposée, le gérant de l'établissement fut condamné à 2 mois de prison avec sursis, 1.000 Frs d'amende plus 3.000 Frs de dommages et intérêts. Il faut noter dans cette affaire l'importance capitale d'un témoi gnage; le non-aboutissement des procédures engagées, lorsqu'il n'existe pas, nous incite à intervenir pour contrôler effectivement l'évolution ou au contraire le blocage des attitudes. Nous avons souvent discuté avec des représentants de la jeunesse maghrébine des moyens à mettre en oeuvre pour contrer les refus de service, sans, pour l'instant, trouver de concrétisation. Voilà résumés les éléments essentiels de nos actions en 1986. Notre souci pour l'avenir, au-delà de toutes les luttes ponctuelles, est d'améliorer les relations in ter- communautaires; le moyen le plus réaliste d'y parvenir est sans doute de compter parmi nos adhérents actifs des représentants de ces diverses communautés. Ce début 87 aura surtout été marqué à Manosque par la résurgence de l'association SOS-France, que l'on croyait décapitée après l'ex plosion, à Toulon, l'an dernier d'une voiture où avaient pris place quatre de ses principaux dirigeants qui s'apprêtaient à commettre des attentats. Ces derniers temps, une serie d'affiches racistes signées SOS-France a submergé la ville. Le MRAP local est aussitôt intervenu pour intenter une action en justice et/au niveau national/notre Mouve ment a réitéré sa demande de dissolution de cette association auprès du ministre de l'Intérieur. Frédéric LAMBERT Président du Co.ité. REGARD SUR NOTRE HISTOIRE~ Histoire d'un jour En 1966, l'ONU décide de faire du 21 mars la journée internationale contre la discrimination raciale. La première eut lieu en 1967, il Y a vingt ans. Le MRAP y engageait (déjà) toutes ses forces Appuyés que nous sommes sur notre loi de 1972, il nous arrive d'oublier que le racisme n'a pas toujours été hors-la-loi. L'ONU elle-même, née pourtant de la guerre et accueillant en son sein les nations issues de la décolonisation, et à ce titre doublement sensibilisée au problème, est très longtemps restée au simple stade des voeux pieux. Certes, différentes déclarations de l'organisation mondi ale avaient, à commencer par la déclaration universelle inaugurale, condamné fermement la discrimination raciale, mais il faudra attendre la fin de 1965 pour, qu'après maints navettes, discussi. ons, amendements, retards, soit adoptée en séance plénière la Convention internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Dans le Droit et Liberté de janvier 1966, Albert Lévy écrit: "L' originali té du texte adopté réside essentielle.ent dans son caractère concret. Les Etats qui adhèreront s'engageront à prendre sans retard des .esures effectives pour suppri.er les discri.inations encore pratiquées". La convention se donne les moyens juridiques d'éviter toute except~on: ainsi les Etats signataires devront-ils s' abstenir de toute clause de réserve sur tel ou tel point. Les tentations pourtant ne manquent pas. A l'article 4, demandant aux Etats de s'engager à déclarer punissable par la loi toute diffusion d'idées fondée sur la supériorité ou la haine raciale, le délégué français, avec d'autres tentera d'opposer la liberté de pensée. Cohérent en cela avec son gouvernement, et notamment Roger Frey, ministre de l'Intérieur du n ...... : .. ,.. .. 1 ihDrliJ man; 1987 moment, qui répond aux protestations du MRAP devant la recrudescence de la propagande néo-nazie, qu'il aimerait bien s'y opposer, mais le faire serait leur donner de l'importance. Pourtant, en cette séance plénière du 21 décembre 1965 à New York, aucun Etat n'ose s'opposer à la ratification de la convention. Dans le même article de Droit et Liberté, Albert Lévy se félicite de ce vote: "Le MRAP approuve sans réserve aucune chaque article, chaque .ot de la convention du 21 déce.bre". Il faut dire que ce texte prend une valeur capi tale d' exemple. Dépassant les simples considérations humanistes, il propose un arsenal de mesures permettant de lutter efficacement contre le ra cisme: répression de la propagande, des pratiques, des violences racistes, contrôle des organismes publics, encouragement de toutes ini tiatives (y compris la création de mouvements et d ' associations) susceptibles de favoriser la com préhension mutuelle. On reconnaît dans ce dernier point un coup de chapeau aux organisations anti rac istes existant à travers le monde, et parmi elles, le MRAP. Il fallait mettre en pratique cette convention. Le texte prévoit la création d'un "Comi té interna tional pour l'élimination de la discrimination raciale " , qui sur veillera les progrès de la lutte contre le racisme dans le monde. Restait le symbole. Il sera fourni, une fois de plus et malheureusement, par l ' Afrique du Sud. Le 21 mars 1960 le PAC, Pan African Congress, avait lancé une grande campagne de protestation contre les -4- "pass", ces laissez-passer dégra dants imposés aux Noirs sud-afri cains. Ce jour-là, le PAC invite ses militants à sortir sans leur pass et à se faire arrêter en masse par la pol ice. Plus de 10 000 personnes se pressent devant le commissariat de Sharpeville. Comme à son habitude, la police sud-afri caine répond par les armes: en quelques instants, 69 personnes sont tuées, plus de 200 blessées Le massacre de Sharpeville, qui n'est ni le premier ni le dernier, perce pour une fois le mur du silence et soulève l'indignation de la terre entière. Fin 1966 , l'ONU décide, pour appuyer sa convention, que, désormais, chaque année et à partir de 1967, le 21 mars sera, dans le monde, la journée de lutte contre la discrimination raciale. Là encore, le MRAP applaudit. D'autant plus que depuis 17 ans il organise lui - même chaque année une journée de lutte contre le racisme, si tuée, pour les raisons histori ques que l'on devine, autour du 8 mai, jour anniversaire de la victoire sur le nazisme. Dès 1967, le MRAP décide de déplacer sa propre journée et organise au soir du 20 mars, un grand gala au Palais de Chaillot autour de la projection du film de Claude Berri, "Le vieil homme et l'enfant " , en présence des acteurs. A noter que dans Droit et Liberté de mars 1967, le MRAP souligne que plus qu'un jour, il s ' agi t d une semaine autour du 21 mars et que les initiatives doi vent 1tre nombreuses décentralisées et variées. Cela, v.ingt ans avant les Foulées Multicolores! J.M.O. Droit au séjour des immigrés , , DROITS LEGITIMES CONTRE DROIT LEGAL Plus qu'un recensement des textes, ce dossier se veut un état des luttes menées pour faire reconnaÎtre les droits fondamentaux des immigrés Le présent dossier n'est pas seule. nent, comme les apparences pourraient le laisser croire, un dossier juridique destiné à aider les militants engagés dans la défense des droits des catégories d'étrangers dont l'exclusion est régie par la loi. C'est aussi un dossier "politique" car, on le verra, la défense des droi ts légi times des immigrés - et de certains Français qui, par con trecoup, sont privés du droit de vivre en famille dans leur pays, n'est pas assurée par le droit, en l'état actuel des choses, mais exige une lutte poli tique, une lutte d'opinion pour réformer ce soi-disant droit légal, mais illégitime. Les cas envisagés correspondent à des situations réelles d'étrangers et de Français qui s'adressent quotidiennement aux permanences juridiques du MRAP et des associations, avec l'espoir que l'on pourra faire valoir leur bon droit. Trop souvent, il faut leur expl iquer que c'est . lmpossible en l'état actuel de la legislation française et des conventions et accords internationaux. Un des rôles du MRAP n'est-il pas, dans ces conditions, d'engager une lutte dénonçant les injustices, éclairant l'opinion publique en lui faisant connaître le vrai visage d'une légis lation xénophobe, voire raciste? Ce dossier a pour obj et de faire le point sur les textes, certes, mais surtout sur les pratiques préfectorales et administratives, les décisions judiciaires, les réponses que l'on peut apporter. Nous n'allons pas reprendre toutes les si tuations particulières prévues par la loi; pour cel a, le nouveau dossier-pochette du MRAP sur l'immigration et la loi du 1er juillet 1972 sera un instrument complet de travail. Notre but ici est d'attirer l'attention sur des cas critiques. L'entrée en France Le nouveau régime des visas instauré dans le climat lié au terrorisme en septembre 1985 comporte plusieurs conséquences: tout ressortissant étranger désirant venir en France doit être muni d'un visa, sauf pour une liste de seize pays: - pour un touristique ambassades court séjour: un sera délivré par françaises des visa les pays d'origine, celui-ci permet un séjour en France de trois mois sans aucune possibilité de prolongation, sauf pour quelques cas exceptionnels tels qu'une raison médicale impérati ve. Il n' y aura également aucune possibilité de régularisa- Droit et Liberté, mars 1987 tion de l'étranger ainsi admis en France. Un cachet précisant ces restrictions est apparu dernièrement sur les passeports des étrangers ayant obtenu un visa touristique. - Pour un séjour supérieur à trois .ois ou pour un établissnent en France: les textes prévoient la délivrance par les ambassades françaises dans les pays d'origine d'un visa de long séjour précisant la raison: établ issement en France pour être commerçant, pour se marier, au titre du regroupement familial. •. Les futurs étudiants sont, rappelons-le, toujours soumis au -5- vIsa de long séjour pour études depuis 1984. Mais la pratique démontre que ces visas sont délivrés en très faible quanti té alors qu'il règne une totale inorganisation des services concernés mis en place à cet effet, dans les ambassades. Ceci se traduit par des files d'attente interminables donnant un avant-goût de celles que les ressortissants étrangers devront faire devant les Préfectures. Si ces visas sont obtenus par les étrangers. ce ni est pas pour autant que les Préfectures accorderont sans problè.e les titres de séjour. Les oppositions préfectorales changent selon les situations. 1 DO~OER----------------------------~ La reconnaissance du droit au travail Tout étranger désirant obtenir une autorisation de travail doit présenter à la Direction Départementale du Travail et de l'Emploi (DOTE) compétente territorialement, une promesse d'embauche établie par un employeur qui doit ~ 'engager à verser à l'Office National d'Immigration (ONI) une redevance. Mais la DOTE, après examen de cette demande, opposera systématiquement la situation de l'emploi et émettra LES ETUDIANTS La principale opposition actuelle, outre l'exigence du visa de long séjour pour études, est l'inscription dans un établissement 'ln avis négatif à la délivrance d'une autorisation de travai 1. Les titres de séjour et de travail étant regroupés en un titre unique, lorsqu 'i l y a refus de la reconnaissance du droit au travail, le droit au séjour sera également refusé. Certaines professions ne nécessi te nt pas d'autorisation de travai 1: les commerçants et artisans par exemple. Pour s'établir en scolaire agréé par le Ministère de l'Education Nationale. La difficulté en circule ce domaine est aucune liste qu'il ne des écoles quali té de commerçant, une inscription au registre du commerce est indispensable, mais celle-ci n'est acceptée que sur présentation d'un titre de séjour définitif délivré en cette qualité. Or, les Préfectures ne remettent pas ce ti tre définitif sans inscription au registre du commerce! Quant aux artisans, les choses sont encore plus absurdes! privées agréées. Les étudiants paient des droits d'inscriPtionj très élevés, sans possibilité de remboursement et ne peuvent obtenir de titre de séjour. Les bénéficiaires « de plein droit » de la carte de résident Avant d'examiner la situation de ces catégories, il semble nécessaire de présenter les di fficul tés actuelles pour se marier. A. LE MARIAGE L'article 13 de l'Ordonnance du 2 novembre 1945 prévoyait la demande au Procureur de la République d'une autorisation de mariage pour une union entre deux étrangers ou entre un étranger et un Français. Les officiers d'état-civil étaient habilités par cette même disposition, à vérifier la régulari té du séjour en France de l'étranger. L'article 9 de la loi du 29 octobre 1981 a abrogé cet article. Dès lors, les étrangers sont soulis aux lêles exigences que Droit et Liberté, mars 1987 les Français sans aucune condition supplélentaire. Mais depuis quelques semaines, les exigences d'autorisation de mariage et de présentation de titre de séjour resurgissent. Les mairies saisies par les différentes associations répondent qu'une note interne a rétabli ces disposi tions. Cette nouvelle attitude n'est que l'application d'une disposition rétablie illégalement, puisqu'une note interne ne peut modifier une loi! B. LES CONJOINTS ETRANGERS DE FRANCAIS L'article 15-1 de la loi du 17 juillet 1984 prévoyait la délivrance de plein droit d'un titre de résident à cette catégorie. La loi -6- du g septelbre 1986 exige un an de lariage et de vie cOllune avant la délivrance du lêle titre de séjour, et introduit la réserve de ".enace à l'ordre public" (voir le point ' "0"). La question qui se pose est celle de la remise d'un titre de séjour durant la première année de mariage et la nature de ce titre. La mise en place de la loi du 9.09.1986 fut longue, les Préfectures n'ont donné une réponse claire à cette question que depuis quelques semaines. Parfois des récépissés de trois mois renouvelables sont délivrés et ceci est encore la situation la plus favorable car elle permet alors de solliciter des autorisations provisoires de travail auprès des DOTE. Dans la majorité des cas, des titres de séjour portant la mention "visiteur" sont délivrés. Bien qu'étant d'une validité d'un an, évi tant ainsi les renouvellements trimestriels aux Préfectures, ces ti tres ne permettent aucunement de travailler. Dans leur véritable nature, ces titres de séjour "visiteur" ont été prévus pour les étrangers désireux de s'établir en France, en ayant suffisamment de ressources personnelles, ce qui implique l'interdiction de travail sans aucune possibilité de dérogation. Notre argumentation actuelle se fonde sur le "détournement" de ces titres. En effet, ceux-ci n'ont pas été prévus pour régulariser la si tuation des conjoints étrangers de Français durant la première année de mariage. Il faut donc sollici ter des DOTE des autorisations de travail d'une année en suivant cette argumentation. A l 'heure actuelle, les associations interviennent en ce sens et le Ministère de l'Intérieur nous a informés de pourparlers en cours avec le Ministère des Affaires Sociales et de l'Emploi à ce sujet. En considération de ces éléments nouveaux, il convient de conseiller aux étrangers mariés depuis moins d'un an avec untel Français(e), qui bénéficiaient avant leur union du droit au séjour à un autre titre (étudiant, salarié ..• ) de solliciter le renouvellement de leur carte de séjour et de ne demander la délivrance du titre de résident en application de l'art. 15-1 qu'après un an de mariage et de vie commune. De plus, pour prouver qu'il y a vie commune entre les époux, la présentation d'un compte bancaire commun, d'un contrat de location aux deux noms suffit. Ces démarches sont donc vivement conseillées. Mai s 10 rsque les ét ran gers conjoints de Français sont en situation irrégulière au moment de leur demande de délivrance d'un ti tre de résident, les Préfectures et Ministères opposent un refus catégorique à toute possibilité de régularisation et ceci .ê.e après un an de .ariage et de vie co •• une. Les conjoints étrangers de' Français n'étant ni expulsables ni reconductibles à la frontière après Droit et Liberté, mars 1987 un an de mariage et de VIe commune, en application de l'article 25 de l'Ordonnance du 2 novembre 1945 modi fiée par la loi du 9 septembre 1986, les personnes à qui les Préfectures refusent la délivrance d'un titre de séjour ne peuvent, de ce fait, ni travailler, ni bénéficier des allocations, ni déposer une demande de logement. De plus, les intéressés sont sans cesse passibles d'un contrôle d'identité. Démunis de titre de sejour, ils devront prouver leur quali té de conjoint de Français et risquent des peines d'amende et de prison. C. LES PARENTS ETRANGERS D'ENFANTS FRANCAIS Ceux-ci sont également bénéficiaires de plein droit d'un titre de résident, toujours sous la réserve de menace à l'ordre public, en application de l'article 15.3 de la loi du 9 septembre 1986. La même situation est faite aux parents étrangers d'enfant français, à cette différence que la délivrance du titre de résident doit se faire dès que l'enfant a été reconnu de nationalité française. Si, au moment de leur demande, les parents sont en situation irrégul ière, aucun titre de séjour ne leur sera délivré. La même impossibili té de travai l existe, le même risque de contrôle d' identi té et de peines d'amende ou de prison "menace. D. LA MENACE A L'ORDRE PUBLIC Celle-ci est une notion vague, non définie, elle ne sera appréciée qu'au cas par cas par les tribunau,~ et autorités préfectorales. La circulaire d'application du 17 septembre 1986 de la loi du 9 septembre 1986 présente un tableau de calcul des peines de prison. Notons ici que ces peines correspondent pour la plupart à des jugements pour des déli ts mineurs, surtout lorsqu'on prend en considération le fait que les décisions judiciaires sont souvent plus sévè res pour un étranger que pour un national. La loi du 17 juillet 1984 -7- parlait de menace grave à l'ordre public, la loi du 9 septembre 1986 ne mentionne plus que la menace. Certaines décisions préfectorales se sont fondées sur ce calcul des peines pour refuser la délivrance d'un titre de séjour aux conjoints étrangers de Français ou parents étrangers d'enfant français. Il faut alors exercer un recours administrati f en se basant souvent sur l'erreur manifeste d' appréciation. E. LES JEUNES Nous n'examinons ici que les cas de jeunes entrés en France avant le 7 décembre 1984, pour rejoindre leur famille ou venant avec elle en France, alors qu'ils étaient âgés de moins de seize ans et qui ont été régulièrement scolarisés en France. L'article 17 de la loi du 9 septe.bre 1986 prévoit pour ces jeunes la délivrance de plein droit d'un titre de séjour identique à celui de ses parents, ce sera le plus souvent un titre de résident. Cette disposition exclut de fait les jeunes qui, bien que rempl issant toutes ces condi tions, sont actuellement majeurs et ont atteint l'âge de seize ans entre le 7 décembre 1984, date du décret relatif au regroupement familial, et le 9 septembre 1986. La pratique démontre, par ailleurs, que les Préfectures, certaines systématiquement, feignent d'ignorer l'article 17 de la loi du 9 septembre 1986 et refusent à ces jeunes de seize ans (âge où un titre de séjour devient obliga toire) le bénéfice du regroupement familial. Deux attitudes préfectorales se présentent alors: - soit le jeune sollicite un titre de séjour "salarié" dans l' ignorance de cette disposition. Une pro~ messe d'embauche lui sera demandée et sera ensui te soumise à la DOTE qui opposera la situation de l'em ploi (voir II). Le jeune recevra alors une injonction à quitter le territoire dans de brefs délais (15 jours ou un mois), le séparant de sa famille, le renvoyant dans un pays qu'il ne connaît pas ou plus et dans lequel parfois il n'a plus aucune famille. Notons qu'il ne DOSSOER---------------------------- pourra être exp ulsable qu'à ses di x-h uit ans; - soit le jeune précise sa volonté de poursuivre des études. S'il en rem pl i t toutes les conditions, un titre de séjour "étudiant" lui sera délivré et lorsqu'il sollicitera par la sui te un changement de statut, désirant occuper un emploi à temps plein, le même refus des DOTE lui sera opposé. La vigilance est donc indispensable et si les Préfectures n'ont pas appliqué l'article 17 en faveur du jeune, il convient d' exercer un recours gracieux auprès du Mini~tère des Affaires Sociales et de l'Emploi, compétent en matière de regroupement familial. Pour les jeunes entrés en France après le 7 décembre 1984, une régularisation ne sera possible que si la nouvelle procédure du regroupement familial a été respectée, à moins qu'ils ne viennent seuls en France pour y suivre des études . Il faut égale.ent exa.iner les .possibili tés de reconnaissance de la nationalité française du jeune lorsque l'option en est choisie. Si le jeune est né en France de parents algériens nés eux.mêmes avant 1962, le Tribunal d'Instance doit remettre une déclaration de nationalité française en appli cation de l'article 23 du Code de la Nationalité française (CNF) . Si le jeune est né en France de parents d'une autre national i té et nés dans d'anciens territoires français d'outre-mer, l'article 23 de la loi de 1973 aura le même effet. Si le jeune est né en France de parents d'une toute autre nationali té ou originaires des anciens protectorats (Tunisie, Maroc), l 'application des articles 52 et 54 du CNF permet une déclaration de nationalité française à condition que l'enfant ou l'un de ses parents ai t au moins cinq ans de présence en France au moment de la demande. LE PROJET DE REFORME DU C.N.F. Ce projet conserve la possi bili té de reconnaissance de la nationalité française en application de l'article 23 du CNF qui ne concerne que les Algériens. L'article 23 de la loi de 1973 serai t supprimé, les articles 52 et 54 du CNF ne pourraient plus être utilisés avant que l'enfant n'atteigne 16 ans car la demande ne pourrai t être faite que par l'enfant lui-même. La même procédure qU? celle des naturalisations serait alors suivie, il s'ensuit qu'une peine de six mois fermes suffirait à justifier un refus. De plus, quel sera le statut et le sort de ces jeunes entre le moment de leur demande et la réponse, alors que les titres de séjour sont obligatoires à partir de 16 ans? Conclusion Droit et Liberté 89 rue Oberka.pf. 75543 PARIS CEDEX Il Téléphone: 48.06.88.00 CCP 9 239-81 PARIS Directeur de la publication René Mazenod Maquette Véronique Mortaigne Secrétariat de rédaction Monique Khellaf Co.ité de Rédaction Bertrand Bary, Gérard Coulon, Clau de Gavoille, Dominique Lahalle, René Mazenod, Claire Rodier, Anne Lacomblez. N° de Co •• ission paritaire: 61013 Imprimerie de Montligeon (61) Abonnement d'un an: 80 F LES DOSSIERS DE D&L Faites-nous part de vos suggestions, critiques, propositions de sujets ou de présentations. CES DOSSIERS SONT FAITS POUR VOUS) faites les connaître ... Il ressort de la pratique quotidienne de l'application de la loi du 9 septembre 1986 qu'une atteinte particulièrement grave est portée aux droit fondamentaux de se marier et de vivre en famille, ceci autant pour les étrangers que pour certains Français. régulière. Le Conseil d'Etat en a reconnu la légalité. Un recours contentieux devant le Conseil d'Etat à l'encontre de la loi du 9 septembre 1986 et de sa circulaire d'application a été déposé. Nous comptions sur le Conseil d'Etat pour sanctionner ces atteintes aux droits reconnus par la Constitution française de 1958 et son préambule. L'article Il du décret d'application de la loi du 17 juillet 1984 avait été porté à son examen. Cet article prévoyait que tout étranger au moment de sa demande de délivrance d'un titre de séjour doit être en situation Droit et Liberté. mars 1987 Comme nous l e disions, il ne s' agi t pas d'une simple bataille juridique, mais de situations humaines réelles: 85 % environ des personnes se présentant aux permanences juridiques des différentes associations concernées sont des conjoints étrangers de Français, des parents étrangers d'enfants français, des jeunes à qui les Préfectures refusent la régularisation de leur situation administrative. Anne LACOMBLEZ. Do.inique LAHALLE -8- L'ACTION JURIDIQUE - Ratonnades à Carcassonne etChambéry Nous ne parlerons pas ce mois-ci de décisions judicia~res, mais de deux évènements racistes récents et d'une décision administrative prise par le Ministre de l'Intérieur, tous trois révélateurs du climat de violence et de suspicion qui règne aujourd'hui. Le soir du 12 janvier 1987, à Carcassonne, un groupe de parachutistes du 3ème RPIMA décide de mener une véritable expédition raciste dans un quartier de cette ville habité principalement par des Maghrébins. Après s'être enivrés au "Café des Colonies", ils montent dans cinq voitures et vont semer la terreur. Un jeune attendant le bus sera frappé et réussira à prendre la fui te, une jeune femme en voiture sera insul tée et mise en joue avec un pistolet d'alarme, un homme sera menacé de mort et recevra un coup de couteau avant de se réfugier dans une cage d'escal ier, échappant ainsi à ses agresseurs qui se révéleront être une vingtaine. Parmi ces derniers, cinq d'entre eux seront arrêtés et inculpés de coups et blessures avec armes et préméditation. Ils sont actuellement incarcérés à la prison de Carcassonne. Un responsable et porte-parole du 3ème RPIMA annonça, une semaine après les faits, que des sanctions PROTESTATION DU MRAP CONTRE lES PROPOS DE M. PANDRAUD Le MRAP, après les Jropos tenus par M. Robert Pandraud, notamment sur le jeune Malik Oussékine et sa famille, a publié le communiqué suivant: "Le MRAP, qui condamne avec indignation les propos ignominieux tenus par M. Pandraud envers le jeune Malik Oussékine et sa Famille. s'est assor.ip. ail rassem- Droit et Liberté, mars 198/ exemplaires seraient prises. Le MRAP s'est constitué partie civile. Le 16 février 1987, ce ne sont plus des parachutistes qui vont sinistrement faire parler d'eux, mais des chasseurs alpins basés à Chambéry. Le propriétaire du bar "L' Oasis" où se réunissent le soir les Maghrébi ns avai t refusé l'entrée à deux chasseurs alpins venant souvent les provoquer. Mais cette fois-ci, les deux chasseurs alpins ont décidé de "réagi r". Après s'être armés, ils revinrent et fusillèrent li ttéralement les consommateurs. Plusieurs d'entre eux /urent blessés gravement et M. 'Mustapha Charaoui, atteint très grièvement, fut immédiatement transporté à l'hôpital de Grenoble, alors qu'il luttait contre la mort. Le MRAP s'est constitué partie civile. Ces motivation doute, ne la montée phobie. deux actions, dont la raciste ne fait aucun peuvent être isolées de actuelle de la xéno- Il est évident que ces attitudes sont orchistrées et provoquées par certaines classes politiques. blement de protestation appelé par le Comi té National de Liaison des Etudiants, pour le .ercredi 11 .ars à 14h.30, rue Monsieur-le-Prince. UNE MESURE D'EXPULSION INJUSTIFIÉE ... ET ANNULÉE Rappelez-vous, après l' attentat à la poste de l' Hôtel de Ville en septembre 1986, plusieurs arrestations avaient été faites dans les "milieux" arabes. Plusieurs dizaines d'étrangers furent déférés au Parquet, mais celui-ci ne retint aucune charge contre aucun d'eux et tous furent remis en liberté par la Justice. Mais le Ministère de l'Intérieur décida d'appliquer la mesure d'urgence absolue à MM. Ibrahim, Bachaalani, Kobbessi et Saad qui devaient être expulsés. Leurs avocats et les associations, dont le MRAP, qui les soutenaient, réussirent en premier lieu à faire transformer cette mesure d'expul sion en assignation à résidence. Le Tribunal Administratif de Paris refusa de casser cette décision en retenant que les "opinions pro-marxistes" de ces personnes laissaient entendre un soutien logistique actif aux terroristes! Au mois de janvier 1987, le Ministre de l'Intérieur leva l' assignation à résidence. Il faut dire qu'en septembre 1986, il avait fallu rassurer la population par des arrestations, fussent-elles sans fondement. Ces cinq personnes, si elles sont libres maintenant, ont perdu leur travail, perdu la confiance de certains et enduré les réactions des voisins. Qui pourra réparer ce lourd préjudice? seul un soir de manifestation dans une rue de Paris. Il est peut-être mort aussi en raison de ses origines maghrébines. Le MRAP attend du gouvernement non seulement qu'il affirme un "désaccord" avec les propos de M. Pandraud, mais qu'il stigmatise clairement les méthodes utilisées pour réprimer le mouvement étudiant et prenne des sanctions exemplaires contre les meurtriers de Malik Oussékine Le droit de manifestation est inscrit dans la Constitution et dans la loi républicaines et il est inadmissible de reprocher à quiconque d'en user. En fait, Malik Oussékine est mort parce que ce droit lui a été dénié et surtout parce qu'il a été l'objet d'une attaque barbare par un groupe de pol iciers alor_s. _ qu_' i 1_ se trouva_i t ______________- -1 -9- CONGRÈS EXTRAORDINAIRE Congrès du MRAP . PREMIÈRE CONTRIBUTION Un congrès extraordinaire aura lieu cette année. Ainsi en a décidé le Bureau National. Extraordinaire, puisqu'il se tiendra d'eux ans et non pas trois, après le précédent, comme le prévoient les statuts. La date en est fixée aux 14 et 15 novembre 1987. d'un premier échange de vues au sein du Secrétariat National. Ils ne sont en rien limitatifs. Le but n'est pas d'établir un document plus complet et plus précis à l'aide d'additifs ou d'amendements. Il s'agit de la simple amorce d'un débat. Les fédérations, les comités locaux, les adhérents du MRAP sont donc invités à faire parvenir de façon collective ou individuelle leurs points de vue, leurs experlences et leurs propositions. Dès le mois prochain, UNE TRIBUNE DE REFLEXION sera ouverte dans Droit et Liberté. Nous souhaitons qu'elle soit alimentée par un grand nombre de contributions écrites (brèves, autant que possible, pour que toutes puissent être reproduites). La raison en est que la si tuation a sensiblement évolué dans la dernière période. Le besoin se fait sentir d'une analyse approfondie pour mieux si tuer et diriger l'action du Mouvement. Des modifications pourront en outre intervenir dans notre mode de fonctionnement et donc dans nos statuts pour accroître l'efficacité de notre action. Pour favoriser la participation de tous les membres du MRAP à la préparation du congrès, nous publions ici quelques thèmes de réflexion résultant Il en sera tenu pleinement compte pour l'élaboration du rapport et le déroulement du congrès. Le MRAP dans la société d'aujourd'hui Dans la France d'au j ourd' hui, racisme et antiracisme s'affrontent. Il convient d'ana l yser avec un maximum de précision, d'une part, les manifestations du racisme ( ampleur, nature, facteurs favorisants) et, d'autre part, les forces qui s 'y opposent de diverses fa çons (quels milieu x? quelles formes ? quelle efficacité? quel poi ds ?) Il importe aussi de souligner les enjeux de société en cause. D'aucuns n'hésitent pas à affirmer que la présence d'un grand nombre d'étrangers (en fait, la même proportion dans la population qu'en 19 31), parce qu'ils sont de cultures différentes, menacent l'identité française. Or, celle-ci est déjà le résultat d'innombrables "mélanges" humains et culturels. Les difficultés actuelles sont-elles plus graves que dans le passé? Droit et Liberté, mars 1987 Qu' y a-t-il de nouveau ? La stratégie antiraciste devrait viser à faire comprendr'e les évolutions démographiques et culturelles en cours en France et dans le monde, et admettre comme positif le développement d'une société "plurielle", unie par des intérêts communs, dans le respect des différences. Là encore une analyse très affinée s'impose. Question capitale : le rôle de la jeunesse en général, et particulièrement celle issue de l'immigration. Une nécessité: démystifier les campagnes rendant les immigrés responsables de tous les mau x. Il est alors indispensable de faire des démonstrations convaincantes, sans simplifications réductrices. Lutter pour une participation consciente de tous au -10- mouvement de notre société, se' conjugant avec les réal i tés du monde, suppose aussi de riposter avec vigueur à toutes les formes de racisme, qu'elles viennent des individus ou de l'Etat, car elles

onstituent des obstacles matériels

ou idéologiques, délibérés ou non, à l'épanouissement d'un pluralisme fécond. Le MRAP a beaucoup fait avancer l'idée que tous les racismes sont liés et qu'ils constituent une menace pour la démocratie; mais chaque communauté attaquée ou menacée l'est dans des conditions spécifiques et réclame une attention particulière, dans la défense des droits et de la dignité de tous. L'équilibre doit être bien calculé entre l'action "contre" (les actes et mesures racistes) et l'action "pour" (la compréhension mutuelle), l'une et l'autre indispensables, complémentaires. Le MRAP sur le terrain Les frustrations, les tensions qu'engendre la crise créent des situations conflictuelles, que la propagande raciste attise. Dès lors que la division est admise entre "Français" et "immigrés", il naît le sentiment d'une concurrence entre eux pour l'obtention des droits qui leur sont également refusés: emploi (dans certaines professions), logement, modes de vie, école, etc. Il ne suffi t pas, pour faire reculer le racisme, d'asséner des vérités premières. C'est à travers le vécu que peuvent apparaître, au - delà des différences d'origines, des solidarités fondées sur l'appartenance à un même groupe social, sur la découverte des causes réelles des difficultés, sur des aspirations concordantes et surtout des actions menées ensemble. On a vu comment les étudiants et les lycéens ont éliminé les clivages artificiels du racisme dans leur récent mouvement pour un objectif les concernant tous. Le recul du racisme implique l'affirmation crète de telles conceptions tous les domaines où les gens se défendre. En écartant les condans ont à divisions racistes, ils remporteront des succès dont tous bénéficieront. Le MRAP se doit de faire en sorte que le racisme soit ainsi surmonté, sans se substituer, TRIBUNE DE REFLEXION Dès le .ois prochain, Droit et Liberté ouvrira une TRIBUNE DE REFLEXION. Adressez vos contributions au co.i té de rédaction de Droit et Liberté, 89 rue Oberka.pf, 75543 PARIS CEDEX 11. Celles-ci doivent nous parvenir avant le début du .ois de parution. Attention: la place nous est co.ptée: plus les interventions seront condensées, plus nous pourrons en publier. A ti tre indicatif, il serait bon de ne pas dépasser une page. Droit et Liberté, mars 1987 bien entendu, aux organisations dont le rôle est d'animer des actions revendicatives. Nous devons préciser les modalités de notre insertion dans le mouvement social qui se développe. Nous devons définir les coopérations à mettre en oeuvre: plutôt avec quelques organismes et associations spécialisés pour des questions déterminées (habitat, école, échanges culturels, vie des quartiers, prévention de la délinquance, associations de jeunes, sportives, etc.) que dans des "collectifs" au programme général, ouvrant la voie à de possibles récupérations, politiques ou autres. Le comité local, fondement de l'activité du MRAP, doit être présent partout, avec tous ceux qui souffrent du racisme, tous ceux qui agissent concrètemen t. Le MRAP et l'avenir D'autres que le MRAP luttent contre le raCIsme. L'examen attentif des méthodes, des expériences, des conceptions de tous contribue à enrichir le MRAP, à préciser sa propre définition, son "créneau". Nous avons à coeur de le rendre plus efficace, d'obtenir un plus large soutien dans les médias et dans tous les secteurs de l'opinion. Il n' y a pas contradiction entre, d'une part, le travail de terrain, la fourniture d' instru ments et de méthodes pour l'action, et d'autre part, un large rayonnement dans l'opinion. Le MRAP ne peut être fort et connu au plan national que par le développement de son action à la base. Réciproquement, celle-ci bénéficie de l'impact national. Le danger aujourd'hui, alors que des forces multiples exp riment leur opposition au racisme, serait aussi bien de se replier sur soi, que de se fondre dans un courant sans structures et 11 - sans contours précis. Au plan national et local, nous souffrons d'une insuffi sance d'effectifs et de représentativité. Comment intégrer dans notre lutte les milieux divers, parfois sans rapports entre eux, qui sont décidés à agir contre le racisme? Comment tenir compte, pour chacun, du caractère particulier de ses moyens, de ses modes d'existence et d'intervention? Toute personne opposée au racisme doit avoir sa place, se sentir à l'aise parmi nous et prendre part sans frottements à l'entreprise commune. C'est ainsi que le MRAP croîtra, proliférera, indépendant et partout reconnu. Encore faut-il avoir le souci permanent de le renforcer, l'élargir, le rajeu nir, le renouveler, en accroissant constamment, et dans toutes les directions, le nombre des adhé rents, des comités locaux. Il faut bien définir l'identité, les objectifs, la stratégie du MRAP pour aujourd'hui et pour demain. Sa fonction importe autant que son fonctionnement: et celui - ci ne dépend-il pas de celle- là? Cette fonction doit trouver un sens, une vitalité correspondant aux enjeux de notre temps. Le MRAP est voué à l'action. Mais n'oublions pas que cette action se situe pour une part importante au plan des idées, des mental i tés. C'est pourquoi il est décisif pour lui de s'exprimer partout où l'on débat, où s'effectuent des formations (école, formation professionnelle, formation permanente), où se diffusent des informations, où se produisent des rencontres et des échanges. Il se doit de créer lui-même de telles occasions. Par ailleurs, il doit disposer d'un organe capable non seulement de se faire connaître, de mobiliser, d'argumenter - rôle de Droit et Liberté - mais aussi d'ouvrir à d'autres cultures, de faire réfléchir, d'armer les antiracistes pour affronter les préjugés et les haines •.. C'est le rôle de Différences, jusque-là trop considéré comme "en marge" de notre (suite page 12) (suite de la page précédente) militantisme. Il Y a lieu d'étudier quelles dispositions prendre pour joindre l'un à l'autre. Le MRAP instrument de l'amitié entre les peuples Un précédent congrès a clairement défini le sens de notre action au plan international. Là encore, nous devons nous en tenir au créneau correspondant à notre titre et à nos statuts, sans nous substituer à d'autres associations. Nous entendons ainsi respecter l'ensemble de nos adhérents qui peuvent avoir des points de vues divergents sur des problèmes autres que la lutte contre le racisme, concernant la politique internationale tout comme la politique française. Il y a suffisamment de situations dans le monde qui appellent notre intervention: discriminations et oppressions contre des hommes ou des peuples sur HISTOIRE DE DEUX PRISONNIERS Depuis octobre 1986, PierreAndré Albertini, jeune coopérant français, croupit dans les geôles de l'apartheid. Emprisonné à Mdantsane, il a reçu le soutien du MRAP national depuis les premiers jours de sa capti vi té. Lettres aux ministres des Affaires Etrangères et de la Défense pour qu'ils cessent d'envoyer des coopérants français en R.S.A., au Secrétaire d'Etat aux Droits de l' Homme pour qu'il intervienne, campagne de cartes postales, l' action du MRAP a combiné initiatives locales et nationales. Au soir de la manifestation du 10 mars pour exiger la libération de Pierre- André Albertini, le MRAP a été reçu, avec d'autres associations, par M. Ricardo Duquet, attaché au Cabinet du Premier Ministre. Emprisonné pour son action en faveur de l'émigration en Israël, Yossif 8egun a été récemment libéré par les autorités soviétiques. Le MRAP, qui était intervenu de nombreuses fois auprès des dirigeants pour demander sa libération, s'est félicité de cette mesure. la base de leurs origines; refus de ---------------..... reconnaître leur identité; conflits (suite de la page 2) F. S. C. F . , Pierre DESAISSEMENT: UFOLEP-USEP, Marcel LAMOUREUX: " .N.O.M.S., Alain BEKER: S.N.E.P., André LAURENT: F _ N. S. U. , Claude BOUQUIN: INSEP, Daniel BALME: Sport et Spectacles) ou des athlètes de renommée internationale, une quarantaine en tout, (entre autres: NOAH, PLATINI, VIGNERON, BAMBUCK, BATTEUX, JAZY, C. REGA, etc.) localement, toutes ces foulées se déroulent avec la participation et l'appui technique des organisations sportives d'athlétisme ou pédestres , cyclistes, gymniques, fédéra tions départementales de celles précitées ou clubs locaux et, dans de très nombreux cas, des Offices Municipaux des Sports et des servi ces municipaux de la jeunesse. Une conférence de presse a eu lieu à Paris le 10 courant avec la participation de représentants sporti fs pour mobiliser les média nationaux. Dans beaucoup de dépar tements, la même démarche va se reproduire. C'est, cette année, une grande prem i ère de l'action du MRAP en collaboration avec le monde des sports. An' en pas douter ce sera un succès. ATTENTION! A vos urques! Prêts! Partez! Et tous à vos sis.ographes! René MAZE NOD opposant peuples ou communautés CARNET alimentés par l'idéologie ra- -------------------------------------------- ciste ••• Dans tous les ças qui requièrent notre action - et qu'i 1 convient de préc iser - nous devons mieux informer et développer nos initiatives. MARS 1986: "LE MELTING SPORT" Les informations reçues à ce jour ne nous disent pas SI la petite Anne est née le 20 février avec un Code Civil à la main. De toute façon, nous lui Un numéro spécial entièrement consacré au sport PASSEZ UNE COMMANDE EXCEPTIONNELLE ET DIFFUSEZ-LE PENDANT VOS FOULEES MULTICOLORES PRI} PUBLIC: 20F . ,_CQ~_IT_E_S_L_O_C_A__ U X_:_1_5_F_. __~ ____' Droit et Liberté, mars 1987 - 12- présentons tous nos voeux et adressons nos chaleureuses félici tations à ses parents avec un plus à sa sympathique maman, Claire RODIER, qui assume avec grande compétence et beaucoup de coeur la responsabilité de la permanence juridique du MRAP. Nous avons appris avec trisfesse le décès à Vichy de Marcel PROVOT. Homme de coeur et de raison, républicain au sens le plus noble du terme, c'était, depuis de nombreuses années, un militant convaIncu et lucide du MRAP. Nous disons à sa fami Ile et tout spécialement à Marie, sa belle-fille, responsable locale du Mouvement, notre profonde sympa th i e.

Notes

<references />